<%BANNER%>
Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00053
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Physical Description: dl. : ; 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publisher: s.n.
Place of Publication: Paris
Creation Date: 1947
Publication Date: 19XX-
Frequency: regular
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063
System ID: UF00077027:00053
 Related Items
Succeeded by: Articles et documents

Full Text




SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTnRE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES) /

Direction de la DoQcumentatiol
14-16, rue Lord-Byron, Paris (S'8.


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES


SERVICE D'


BULLETIN




DE PRESS


7 mars 1947.


QUOTIDIEN.



ETRANGERE



S Nouvelle Serie No 612


1. PRESS BRITANNIQUE


Retue Ide la press britanniqu, du 7 mars 1947
)Ds sujets divers se partagent cc matin les manchettes :
dislocation du traffic ferroviaire et routier, menace d'une
nouvelle crise du carbon (Daily Mail, Daily Herald, Daily
Graphic), announce de la prochaine offensive des conserva-
teurs centre la politique conomique du gouvernement
(Daily Express), d6p6t d'une motion de 100 d6putes travail-,
listes en faveur de la reduction des forces armies (Daily
Worker), troubles aux Indes (Daily Telegraph, Daily Mirror),
discours de M. Churchill aux Communes sutr le problme
indien (Times).
L'alliahce franco-britanniquc fait l'objet d'un editorial
dans le Times, les declarations de M. Ramadier sur la nou-
velle orientation de la politique frangaise en Indochine
fournissent matierc i un article du correspondent parisien
de cc m6me journal. La presse donne 6galement une cer-
taine importance i la note de protestation envoyde par le
gouvernement aminricain an gouvernement sovietiquc, rela-
tive i' une intervention de ce dernier dans les affairs hon-
groises.
1. Inde
L'ensemble de la press announce que lees troubles du
Punjab ont caus6 hier la mort de centaines d'Hindous et de
Musuhnans. Les miles de Multan et de Amritsar sont en
flames. Des troupes airoportdes ont dtd envoydes de toute
urgence i la ville sainte de Sukhs. La police a dfl 6galement
ouvrir le feu a Nahore oh des troubles avaient kelat&.
A Londrcs, la Chambre des Communes a entendu un
grand discours de M. Churchill dans lequiel celui-ci a accuse
le gouvernement de ne pas" respecter. les principles 4tablis
par la declaration Cr'pps de 1942, 'selon laquelle le gouver-
nement britannique s'engageait a accorder le statut de domi-
nion a une union indienne et a reconnaltre la constitution
de cette union a condition que celle-ci fut l'oeuvre d'une
assemble Blue par 1'ensemble du pays, dans laquelle les
princes eux-mgmes devaient itre repr6sentis. Cette declara-
tion const'tuait la base de la politique britannique dans
1'Inde. D'autre part. M. Churchill a egalement reproch4 au
gouvernement le dilai qu'il a fix6 et au term duquel il doit
confler l1a direction de l'Inde aux Indiens eux-memes. Ce
terme, a-t-il declari, riduit a niant toutes les perspectives
d'unit6 dans l'Inde. Malgri l'intervention vigoureuse de
M. Churchill, la poltique du gouvernement a 6td approuv6e
par 337 voix contre 185. Le Daily Wonker public, de son
c6td, .un article de son correspondant-parlementaire Malcolm
Mac Ewen dans lequel celui-ci donne la vedette a ]a demand
presented hier soir a la Chambre des Communes par le


dIpute communist. M. Puratin. Ce deput6 a exig6d 'assu-
rance formelle de la part du gouvernement, que les troupes
britanniques ne rcsteraient pas aux Indes, m&me si leur
maintlen (tait reclam6d DIlhi par un gouvernement fan-
toche. Ce journal precise que M. Alexander n'a pas donned
cett( assurance A M. Puratin.

2. France
SLe Tim'enr et le Daily Telegracph annoncent le passage i
Paris du general Marshall. Ges deux memes journaux an-
noncent la condemnation ii mort de de Brinon. Le Times,
qui public une elude sur les relations iconomiques anglo-
frangaises, reserve une colonne nierologique i M. Cham-
peticr de Ribes.
Le Daily Worker signal que le part communist britan.
unique organise une v:site de 700 tourists h Paris pour Ics
f ies du 14 juillet.

3. Indochine
N Au sujet des recentes declarations de M. Ramadier sur
la politique frangaise en Indochine, Ic corrcspondant parti-
culier du Times relive que le president du Conseil frangais
a eu soin de ne pas entraver la liberty d'action de son gou-
vernement ih I'gard du Viet-Minh.

L Les grades lignes de ces declarations, dcrit cc
correstpbndant, rappcllent 6troitement cells de l'accord
original sign avec le Viet-Minh il y a exactement un
an et quAireconnaissait l'ind6pendance du VietNtarm.
Mais de nombreux 6v6nements ont eu lieu depuis, il
est clair qu'il ne sera pas facile d'arriver A un com-
promis. s

Le correspondent parisien du Manchester Guardian con-
clut des declarations de M. Ramadier, faites an nom de
tout le cabinet, que les communists frangais ne s'oppo-
seront pas a une politique tendant a faire entrer une Indo-
chine f6ddrde dans le cadre de I'Union frangais&.

4. Etats.Unis
Le Times, le Daily Telegraph, le Manchester Guardian, le
News Chronicle et le Daily Worker donnent une certain
importance au discours prononed hier par M. Truiinan h
l'Universit6 de Baylor, dans lequel celui-ci a ins:ste sur
la n6cessit4 pour les Etats-Unis d'entretenir des relations
dconomi-ques 6troites avec toutes les nations du monde. n
a prdconis6 6galement la redaction d'une charte conmmr-
ciale qui assurerait le r6tablissement du commerce mrndal,
necessaire au maintien de la paix. II a demand 'n outIc,
aux autres pays, d'abaisser leurs barri6res douataieres.


__
--- -






2 BULLETIN QUOrIDIEN DS ES ES ATRANGiAHRE


5.*- Grace
Le News Chronicle announce que le president Truman a
commehc6 & rddiger un message destine au Congres et de--
mandant qu'un pret de 62.500.000 livres soit accord immb-
diatecnent h la Grace.
6;. Proche-Orient
Ix Daily Worker fait etat des declarations de M. Khaleh
Bagdach, chef du part comrmuniste syrien, accusant la
Grande-Bretagne de rechercher l'appni de l'Ameriquc dans
s& politique an Moyen-Orient, centre la concession d'avan-
tages 6conomiques et politiqucs dans Ic Monde arabe.
*a La pventration croissante de I'Amdrique dans le
4 P he-Orient, a declard AM. Khaled Bagdach, est lo
fa..t le plui important qni se soit produit danw; cdtte
ricgion depuis la guerre. II a accusr en ou're la
Grande-Bretagnc d y favoriser la creation d'ua bloc
rkactionnaire, dirig6 contic 1'Union Sovitique.

7 Relations russo-polonaises
Le correspondent particulicr du Times i Varsovie awnonce
la signature d'un nouvel accord russo-polonais tenant a
rpsserrcr ics liens economiqujs ct mllitaires entree Iler deux
pays. La Russic a accord un emprunt de 7.200 000 livres
sterling A In Pologne, et l'accord prevo't pour la prmis6re
foiq e la collaboration scicnitifique et techni-ne dce deux
pays dans; le domaine de la -production industr.'clle a. En
outre. la Russie s'engage A fournir de I'cquipemncn -mili-
thire et des armemeents 1'armme polona'sa.
Le correspondant du Manchester Guardiqn cons'dc cet
accord come un pas trfs important vers une union plus
Ptroite des peoples slaves, et prtvoit la conclusion rapid
d'un trait centre la Pologne et la Tch6coslovaqu:ce.

8. Hongrie
le Times, Ie Daily Telegraph et le Daifq Worker tnnon-
cent en bonne place que Ic Dpartement d'Etat a cnvoyd une
note de protestation au president sovidtique de la Commi-
sion d.- Contr6le allied, pour la Hongrie, aux termes de la-
quelle 'e gouvernement des Etats-Unis accuS~ 1 U.R S.S. d'in-
tervenir dans les affairs intdrieures de cc pays oh ,'f cssaie-
rait de subhtituer upe dictat.ure communis'e au gouverne-
ment actuct librement ilu par lc people. Le Daily Worker
rappelle A ce sujet qgue la protestation amiricaine a 6t6
envoye: aprbs I'arrestation i Budapest de M. Be'a-Kovacs.
secrftnire du Parti des lpctits proprietaires. Celu;-ci a serait
impliquc dans le process du complot fasciste qui se tient
actneTlericnt A Budapest >.

9. Belgique
M. Spaak, annonee le correspondent particnlier dn' Times,
i Prague, est arrived hier dans la capitdehl e ta e p )ur y
discuter la question d'une alliance defensive contre .I'Alle-
magne entire la Bclgique et la Tch6eoslovaquie. Cette al-
liance reposerait sur le m&me principle que celle cqri est
actuellement n6gocide entire la France et la Tchooslovaquie

a) LES APPORTS ECONOMIQUES ENTIRE LA FRANCE ET LA
GRANDE-BnETAGNE (Tnmes, 7/3) :
SI11 est peu probable que les aspects internationaux
du planning-soient examines .h la t16gre par notre pays.
L'appui que nous donnons au project d'une organisation
commercial international et d'une organisation ali-
mentaire et agricole, prouve que nous sommes deter-
mnies t 6viter N'cueil d'un nationalisme .conomique.
Cependant, P'article 4 du trait 'franco-britannique ,
envisage un 6tat .de chosess completement nouveau, don't
les repercussions pe rvent acoir une !trs grande por-
te :.4 Tenant compete des intkrkts des autres membres
"des 'Nations Unies, les Hautes Parties Contractantes
prendront, en se consultant constamment, sur les ques-
tions interessant leurs relations economiques mutuelles,


totes les measures possibles pour d6velopper la pros-
p6rit6 et la securit- 6conomique des ,deux pays et per-
mettre a .chacun d'eux de conlribuer ainsi d'une facon
plus efficace aux objectifs 6conomiques et sociaux des
Nations Unies >.
Ce n'cst 14 ,qu'une materialisation et une extension
de I'accord conclu par M. Blum lors de la visit qu'll
a faile er Grande-Bretagne, pour souligner 1'urgence
d'tn exlmeon common des projects de reconstruction et
do modernisation de chacun des deux pays en vuc de
pr)vcnir des conflicts entire eux.
Les buts poursuivis par les deux pays offrent une
Lres grande similitude. Non seulejnent les deux pays
visenl a la modernisation rapide de leur 6quipement,
et a i'augmentation,de leurs exportations pour 6quili-
brer l!eurs importalion, mais encore les buts particu-
liers qu'ils poursuivent pr6sentent aussi beaucoup de
similitude. Les diff6renccs qui apparaissent, si l'on
compare les projects des deux pays, ne font que mettre
en evidence la prkcarite de la majeure parties du
planning. La Grande-Bretagne et la France sont toutes
deux en retard sur les Etats-Unis et meme, a un de-
grd moinidre, sur' l'Allemagne, en particulier dans l'uti-
lisation de moyens techniques permettant d'economi-
*ser la main-d'ceuvre. La France e.t encore plus en
retard que nous, et a cela les deux pays ont de bonnes
excuses. L'on comme l'a'lre, nous cherchons, grAce au
planning, A rattraper le temps perdu.
Notre pay peut fournir des machines et importer
des textiles, des films, des fruits, et des legumes en con-
serves. Si la coordination' de nos efforts n'avait pour
but que d'Clininer la concurrence, de decourager ]'ini-
tiative, de fare r6gner un 6quilibre commercial spE-
'cial entire les deux pays et de faire progresser le com-
merce rranco-britannique aux d6pens de celui des
aulres pays, elle n'aurait que peu de valeur. Mais les
clauses du trait devraienL par elles-memes Bcarter de
telles possibility. Elles imposent en'effet aux signatai-
res (ic tenir compete des int6rits primordiaux des Na-
tions Unies el de fire passer au premier plan la pros-
perilt genbrale. 9

b) LE DIEBAT SURI .L'INID A LA CHAMBRE DES COMMUNES,
1. Times (7/3) :
q Tout au long des d6bats qui ont dur6 deux jours
et se sont lermin6s hier par l'adoption de la motion
gouvernementale lendant A approuver la politique an-
nonc6c par le Premier Ministre le 28 f6vrier, une
atmosphere 'amicale ct binveillante a r6gn6 a I'tgard
du people indien. A aucun moment, le transfer du
pouvoir aux mains des Indiens n'a Wte mis en question.
Le Parii du Congres sera satisfait de voir le gouver-
nement hbritannique renouveler sa promesse de pour-
suivre ses efforts pour encourage la formation d'une
nouvelle administration central destine A recevoir le
pouvoir pour toute l'Inde britanniquc, et de refuser de
s'ehgagcr vers une solution precise avant de .connaitre
les disirs des Indiens. >

2 News Chronicle (7/3. liberal) :
< La v6rite est que :'opli,.isili.n ne .s'es- pas assez
pbnetrae ,du fail qu'actuellement, dans l'Inde, le irgime
britannique a atteint le stade o* il continue a assumer
des responsibilities sans Vtre appuy, par un pouveir
approprie. 'Mainitenant que nons en sommes arrives a
ce glade, il ne nous rest qu'une alternative si nous
voulons 'viter un effondrememnt complete du gouverne-
ment dans I'lnde. Nous pouvons prendre de nouveau
le pouvoir ce qui impliquera'it une lutte d'une ving-








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS iTRANGERE 3


taine d'annees ou bicn nous pouvons nous dechar-
ger de celle responsalilite aupres de ceux qui d(tien-
nent dejh le pouvoir, c'est-A dire aupris des Indiens.
I1 n'est pas possible que la Graide-B1rctagne puisse
envisager la premi&re de ces deux solutions. Toute la
question est de savoir si le gouvernement a raison de
courir le risque inherent A ces mCthodes, pour appli-
quer la second. D'un autra ci66, les Indiens seuls pnu-
vent donner corps A nos suppositions ct Icur premiere
reaction a 616 pleine de promesses.
En [ant que people d6mocratique, nous pensions que
les qinlitls don't nous d6sirons voir I'6panouissement
dans l'Inde ne peuvent naitre que dans une atmosphere
de liberal. Nous devons done accepted les consequen-
ces loglques de notre conviction. ;,

3. Daily Telegraph (7/3, conservaleur) :

< I1 est toujours permits d'esp6rer que 1'Avacualion
de lInde s'op6rera sans difficulties, et que le p6ril qui
menace cce pays incitera les chefs des divers commu-
nautes a ap!anir leurs divergences.
Si le coup de d6s sur lequel mise la Grande-Bretagne
esl d6favorable pour elle, les liens qui 1'onl unie pen-
dant si longlemps h i'Inde se briseront, non pas en
laissant le rid:au se levcr sur le r6ve splendide d'un
vasle pays preparA A se gouverner lui-m6me, et tenant
sa place parmi les grande puissances du monde, mais
sur un retour au chaos et Ai 'anarchie, d nt I'avait pr6-
serve !a domination britannique. Au cas o6 cela se
produirait, I'ignominie de cet effondrement serait reje-
te par le monde enlier sur le pauple britannique. >



II. PRESS AMERICAINE


Presse amnricaine du 6 mars 1947

1. Le depart du gJndral Marshall

Toute la presae reprend en prem'Are page les declarations
faites par le ge6nral Marshall avant son depart pour Moscou
(voir annexe). Elle les considered comme pessim.'stes en ce
qui concern la conclusion d'un traitA avec 1'Allemagne.
Les titles soulignent l'impression pcssimiste qui se de-
gage de cette declaration.

2. Le trait franco-britannique

Une d6peche de Humphreys, datle de Paris, au New York
Herald Tribune, rapport les d6claraUons d'un porte-parole
frangais indiquant que le commu'niqud conjoint public A
l'occasion de la signature du traate franco-britannique
e 'tait en fait un appel lanc6 en faveur de la mise
en vigueur prochaine du plan Byrnes o.
C'est-h-dire du Pacte A Qu'atre pour Ic contrBle du dksar-
moment allcmand. Le correspondent soul:gne que les Fran-
qn's ct les Anglais attachment beaucoup d'imortance au plan
Byrncs, don't "essen'iel leur parntt etre de mettre fin A
risolationnisme amkricain sous la forme dun traits;
c le point de vue franga's est que la signature ame-
ricaine apposee sur un document rela'if A la s6curit6
europdenne aurait une influence stabilisante consi-
dkrable sur la situation en Europe ,.
TTn Editorial du m&mie journal remarque que les traits
anglo-russe, franco-russe et franco-anglais indiquent ce que
Pon doit fa're cu cas d'agression allemande ou de menace
d'agression, mais non pas ce que l'on doit faire en Alle-
magne pour empecher qu'elle dev'enne aggressive et ?1 ajoute
que la signature du pacte d'assistance mutuelle par la
France cet la Grande-Bretagne ne signifies pas que ces deux


pays sont d'accord sur la politique i suivre h l'dgard de
i'AlIcmagne. On salt que c'est le contraire qui sst vrai. Ge-
pendtant, en general, les points de vue des quatre grandes
au'issances concernant 1'Allemagne ne sont pas aussi 6loi-
;;;Ms rue les p-ssimistes 1'imaginent. Et cet editorial cite
les points d'accord et de d6saccord entire les All4As an suiet
de PAllemagne.
Un editorial publiA dans le Baltimore Sun consider que
i' accord franco-angla's ferme le triangle des accords entire
Londire-, Mo cou .ct Paris, ct que sur ce point : celui de
I'agression allemande. la France, la Grande-Bretagne et la
Rus::iL sont ddsormais d'accord. C'est 1l, ajoute-t-il. un fait
important.
Le Washington Post' consacre 6galement un editorial A
cet accord franco-anglais, dans lequel il rend hommag-s A
l'iniliative prise par M. Blum et ajoute que le nouveau
pactc pent t:-e le prelude d'un Pacte A Qu'atre ayant le
mime objet, que le scerta.'re d'Etat Marshall cherchcra A
conclure a Moscou. Les augures ne sent pas favorable. Si
une chose l;t claire, c'est bien que la Russie desire voir
'inftencc amdricaine s'effacer d'Europe afin qu'eile puisse
y 'tre la puissance dorinante.
Par aillcurs, la plupa'r des journaux reprennent un'e
courtL dipiche A. P., rapportant le bon ancupil faith par le
D.partement d'Etat lan conclusion de 1'ailliance franco-
anglaise qui, dct-elle,
< vise A maintcnir l'A lemagne dtsarmicc et h s'as-
surer qu,'elle ne scra jamaisi plus ine menace pour
la paix >.
3. -- Hongrie
Une dep6che de Washington au New York Herald Tri-
bune announce que le Ddpartsment d'E'at a cnvoye une note
extrimrement encrgique L. Mo.cou pour protester centre cer-
taines measures que le gouvernecent hongro's aurait prises,
sons l'influcnce russc, centre certain parties politiques hon-
grois.
4. Le replacement de l'amirat d'Argenlieu
La plupart des journaux reprodu'sent des d6pbches de
Paris annongant que le "gouvernement a decide de remplacer
l'amiral d'Argenlieu par M. Bollaert, don't ils pu'blent une
longue biographies.
Callender declare que le faith de rempaceer un admiral
par un civil indique une tentative d'instaurer nne nouvelle
politique qui mettrait J'accent moins sur la Fed&ration indo-
chino se que sur les diff6-cnts Etats qui la composeraient.
Les Frangais promettent a ces Etats une independence en
ce qui concern leurs affairs intlrieures, dans Pespoir de
les mainten'r dans I'Union frangaise. 11 ajoute que les fone-
tionnaires frangais ont indiqu6 que rIndochine ne sera plus
reserve aux sculs int6rcts commerciaux francais, mais
qu'elle s'ou'vrira i i'activit des autres puissances occiden-
tales.
Les autres correspondents de Paris rappellent rJ'e l'ami-
ral d'Argenlieu ava.t fait l'objct de nombrouses critioues.
Mais, ils ajoutent que M. Bollaert suivra unc politique
moderde, n'excluant cependant pas la fermeti vis-A-vis du,
Vietnam.
6. Maroc

Une d6epche de Keller, date de Paris, au New York He-
rald Tribune, rapport qu'il existe une tendance grandis-
sante A aacorder l'ind6pendance an Maroc et A I'incorporer
dans l'Union francaise avee an statut special, et lle ajoute
que M. Aur.lol et les autres membres du goruvernement fran-
gais sont en faveur de ce plan. Une decision 16gislntive
pourrait etre prise d'ici quelques semaines, quand la Com-
mission parlementaire aura complete son 6tude et prnsente
son rapport a l'As.emblde Nationale. Le correspondent re-
marrue que la F6ddration socialist du Maroc s'est pronon-
ce en faveur de I'abandon du protectorat et qne certain
nationalstes marocains demandent la runaion du Maroc
espagnol au Maroc frangais...
La plupart des observateurs frangais aeuenllent cette pro-
position avec faveur, puisqu'elle augmenterait non seule-







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGERE


mient les resources de 1'Union francaise, mais qu'elle por-
terait un coup au regime du g6n6ral Franco.

6. I goulr'rnemenl francais
Une court do&pche A. P., de Paris, bien reproduitc dans
la press, rapport que M. Ramadier aurait menac e de d-
mi;ssionner si le budget francais n'6tait pas equilibrn.

7. Conseil de Sccuarif
Toute la press reprend en premiere page les declar.tions
faites par M. Gromyko, hier, an Conseil de S6curitk, au
sujet du rapport de la Commission ltomique sur le control
des fabrications. Elle pr6sente cette intervention du dtrlgu6
russe comme une violent attaque di plan Baruch, qui prd-
voit non seulement lc contrble de ces fabrications, comm'e
i'a fait remarquer M. Gromyko, mais 6galem.ent que les
usines atomiques seront la propri6et de l'organe interna-
tional charge du control. M. Gromyko aurait protest con-
tre cette extension de P'autorit6 de la Commission, rcmar-
quant qu'elle constituerait ulne intervention dans les affairs
iint6rieurcs d'un Etat.

8. Pays-Bas
Une declaration du Dppartement d'Etat indique quce le
gouvernembnt americain a protest aupr6s du government
hollandaise centre la saisie d'un navire americain par les
forces hollandaise en Indon6sie. Ce navire aurait charge
une cargaison dans un port plac6 sous le contrble des forces
indon6siennes rebelles.

a) AVANT L4 CONFERENCE DE MoscoU (New York Herald
Tribuae, 6/3)

< En g6ndral, les points de vue des Quatre Grands
sur I'Allemagne ne sont pas aussi 6.oign6s que les pes-
simistes se l'imaginent. Le principle de I'unit6 economi-
que et politique de d'Allemagne est reconnu par tous
sauf par la France qui a indiqu6 qu'ele 6tait pr6te A
accepted un compromise. La question de la structure des
Etats allemands centralisation de fEd6r'alismne --- est
relative et non absolute et devrait faire I'objet d'un mar-
chandage. Tous sont 6galement d'accord a l'excep-
lion des Francais pour que la capacity de produic-
tion allemande soit 61ev6e au-dessus du niveau prcvu A
Pots'dam.
Les problbmes fondamentaux qui semblent devoir
opposer les Am6ricains et les Russes sont ceux des r6-
parations et des fronti6res.
Les AmBricains insistent pour que les reparations
soient prelev6es seulement sur 1'6quipement. Les Russes
d6sirent qu'elles le soient 'egalement sur la production
courante. Si notre d616gation r6clame 1'augmentation
de la production allemande il est difficile d'expliquer
comment on peut refuser en toute 6quit6 une parties
de cette augmentation aux Russes. En ce qui concern
les fronti6res orientales de 1'Allemagne il ne fait aucun
doute que arrangement aotuel est loin d'6tre satisfai-
sant. Les Russes se trouvent .sur ces fronti6res -- ce
qui Ifournira matitre A pas mal de discussions; cepen-
dant les allies occidentaux se trouvent dans nla Ruhr
oif les Russes ont un int6rAt in'd6niable. Peut-gtre y ,a-
t-il ici et lI moyen de donner et de prendre >.

b) APRnS LA PUBLICATION DU LIVRE BLANC SUR L'tCO-
NOMIE BRITANNIQUE (New York Herald Tribune. 7/3,
edition europ6enne) :

( Un opuscule d'environ 36 pages qui pose de lavon
concrete et d'une maniore beaucoup plus poignant
que tout autre document contemporain, le probl6me du
maintien 'de nl libertM A notre Apoque, vient d'etre rt-


ccmiinent public en Grande-Bretagne. Cet opuscule est
;e Livre Biaunc pr6sente par le Premier Minis'tre au Par-
leicen, ct qui s intitule simplement : < Apergu 6cono-
nique pour 1947 >>.
11 m6rite d'&Lre 6tudi& avec le plus grand soin aux
Eluts-Unis non seuement parce qu'il expose en toute
objectivity des faits qui nous obligeront dans un avenir
Itrs prochain A prendre des measures extraordinaires,
inais aussi parce qu'il expose un grand nombre des
problmes viri.tables qui se trouvent a la base 'du con-
flit idbologique qui existe dans le monde entier.
La conclusion la plus significative qu'on peut en
tirer c'est que ie problbme essential de la Grande-Bre-
tagne et des pays europbens y comprise 1'Ahemagne
est completement diffUrent des problemes auxquels
I'Am6rique et la Russie doivent toutes deux faire face.
Les conditions fon'damentales etant diff6rentes de cells
qui existent dans ,chacun des deux grands pays rivaux
du point de vue ideologique, la Grande-Bretagne et les
pays europtens doivent adopter une ,attitude diff6-
rente.
La question primordial est de savoir s'ils peuvent
se nouorrir cux-m6mes, maintenir leur position dans le
monde, devenir financiirement soivables, et sauvegar-
der malgrv cela la liberty du travail.
I1 est difficile de voir comment le people britannique
peut fair face A ses dd6ficiences 6conomiques et main-
!enir le principle essential de la liberty du travail -
s'il ne regoit pas une aide plus important de notre
part que .celle qui lui a 6t6 promise.
Voici la mani6re concrete ddont se pose la question
de savoir si la liberty peut ftre sauvegard6e dans une
large parties du monde of elle est n6e et oh elle se
trouve le plus chez elle >.
(WALTER LIPPMANN).



III. PRESS SOVIETIQUE


HReIne de la pressed sovuieique dlu 6 mars 1947

Les rubriques de politique Ctrangere sont surtout consa-
crdes i des informations. Celles-ci r6vblent deux pr6occu-
pations essentielles 6troitement lies entire clles : la ha-
taille pour la d6mocratie dans le monde, et ].s rdpercus-
sions diverse des politiques anglo-ambricaines.

1. La balaille pour la democratie dans le monde
Une copicuse siric de d6peches Tass relatent dans tous les
journaux :
La situation en Gr6ce; la declaration du porte-parole de
la Commissoin d I'O.N.U. en Thessalie; la declaration du
Comitd central de I'E.A.M.; la note du gouvernement grec
au gouvernement americain; la session du' parlement indo-
n6sien; le Congris du parti d6mocrate de l'Etat del Michi-
gan; I'ouverture procha'ne du process pour la constitution
de d6p6ts d'armes clandestins en Finlande; la c61lbration
du 69' anniversai,-e de la liberation de la Bulgarie du joug
turc; le procis de Budapest; la protestation des residents
chinois de Tokio centre les decisions du tribunal am6ricain.
a propos des incidents de l'dtW de 1946, etc...

2. Ltc repercussions diverses des politiques
anglo.amdricaines
a) Tous les journaux reproduisent en premiere place un
rdsumn de l'Agence Tass, d'apr6s I'A.F.P., du pacte franco-
anglais. Les organs sovidtiques dqnnent dgalement des in-
formations sur 1'Achec des pourparlers anglo-Agyptieps sur IV
rglemcent de la dette britannique; sur la politique brtan-
nique en Irnk; les declarations du chef de Ia mission sou-







BVLBiIN QUOTMMBN DE PRESsE ATBANRWG* 5


dawsase & LBey4owth; e I" vrestaiis, iL Maul, des chefs de
la Conf~d6wation Ldu travail, eC*...
b) Les Izvestia publient de brlweB chroniques gontre les
oruvelles anti-sovi~tiques ripandes. en Amir.1que, touchant
iantervientiou savl6tUque en CCaone dii Word, et ig44n-ment
contre lea nouvelles de source amdricalne r6pandues Iau
Canada et en A&Sriqun latine.


IV. PIESSE POLONAISE


a) AVANT LA CONFEHKNCE DE MoaOOv.
1. Bobolik socialistt, 5/3) :
< L'iatiret que suscile la Gonference de IAoseou en
Pologne et idileurs est comprehensible, si Von .consi-
'dere la portie rdes questions qui doivent y etre r6so-
lues. Tous les peuples qui ont hAte de voir s6ttablir
uine paix durable, fondue sur la secnrit6, souhaitent
que soient imposes iA l'Allemagirp des conditions ren-
dant impossible la r66dition d'une aggression de sa part
et transformant I'Ailemagne en an pays siuncirement
d6imocratique et pacifique..
Le rgglement du probl6me allemand n'est d'ailleurs
ni simple ni facile en raison Aes conceptions, int6r6ts
.et inentions qui se croisent. Mais la signature des
trait'es de paix avec les ex-satellites de l'Axe a prouv6
qu'a force de bonne volonts on peut aboutir A un
accord.
S Aussi ne pensons-nous pas que la cause de la paix
soit service par les journaux qui aujourd'hui d6ej, alors
que la Conference n'a pas encore commence ses tra-
vaux, r6pandent une atmosphere de pessimisme, pre-
disant que les quatre grandes puissances n'arriveront
pas A se mettre d'accord sur la question de l'Allemagne.
Pareil son de cloche apparait dans certain organes
de la press anglaise et am6ricaine, les m&mes qui font
profession d'ignorer les decisions 'de la Conference de
Potsdam, od I'on trouverait pourtant assez de princi-
pes fondamentaux et de moyens lout traces pour re-
soudre la question du trait de paix avec 1'Allemagne,
Les semaines qui vent suivre nous diront dans quelle
measure les milieux qui misent sur une dissension entire
les grandes puissances se seront tromp6s et 1si les d'.
clarations de leurs hommes d'Etat, favorables A la col-
laboration international et a la paix, seront confirms
ou non par des actes ,.

b) LE PACTB POLONO-TCHiCOSLOVAQUE.
1. Rzeczpospolita (officieuse, 5/3)
< L'accord a about parce qu'on a pu elimincr tout
ce qui separait les deux pays et que l'on a mis en avant
au conlraire, tout ce qui pouvait les unir...
Nous voulons parler avant tout de leur position el
actionn communes dans l'interfit de la paix, et, par voie
- de connexitl, 'de leur cooperation en'vue de resoudre le
probleme aliemand, ainsi que d'un resserrement suffi-
sant de leurs .liens economiques et culturels pour que,
I'on puisse fire 6tat A la fois d'une convergence dura-
ble de leur politique ,trangBre et d'une Aconomie com-
pensatrice... >.

2. Glos Ludu (ouvrier, 5/3)
< La signature du pacte polono-tch6costovaque avant
la riKaion de Moscou est 'un faith trs beurerx ,urO les


deux pays. Au moment, en effect, oiu sera diasutee lia
question, capital Ipowr Pun et pour l'autre, de t'A9e-
Inagne, is auront une position comumne quant aim
questions fandamenlales ,




V. -'PRESSE 'ELGE


LA POLIaIQUE fi EXTBRURE LAE 1.A FrANE (ffa 'Cti Nint-
velle, catholique ,de gauche, /3)) :
< L'avenir diqa si et de quel cW16 Aa France peflt
retrouver une ferveur dans ses alliances ahalogue ,A
celle qui mariua certaines d'entre elles A la veille et
an lendemain de la premiere guerre moridiale. iI1 Aii
faut d'abord se ;retrouver elle-rmeme et elle a sur Ae
chemin accompli quelques Btapes .non .nigligeablej,
malgr6 les troubles du moment. Aujourd'hui common
hier, nous croyons toutefois que,c'est par sa coati-
nuit6 et son souci de justice i la fois qu'une polilique
ext6rieure, A l'epoque contemporaine, a chances de
connaitre un succes durable.,Ces deux conditions se-
raient fort malaisbes A remplir si des vues partisan:e
devaient un jour pr6valoir au Quai d'Orsay sur la seule.
consideration de l'honneur national et du bien com-
mun de humanity6. ,
(MAiuxc,. VAUSSART.)




ANNEXE


Communique de i'Agence Tass (6/3) :

LE NOVEL ACCORD CENTRE L'U.R.S.S. ET LA POLOGt(E.
Le 25 f6vrier, sont arrives A Moscou le premier
Ministre de la RTpublique Polonaise, M. Cyrankiewicz,
le ministry de 1'Industrie M. C.'Mine et d'autres per-
sonnalit6s officielles.
Au course des conversations entire le President du
Conseil des Ministres de I'U.R.S.S., Staline, le ministry
des Affaires 6trang6res, Molotov, le ministry du Com-
merce exterieur de I'U.R.S.S., Mikoian, le ministry des
Finances, Zverev et le ministry adjoint des Affaires
6trang6res de I'U.R.S.S., Vychinsky, d'une part, et la
d6l6gation gouvernementale polonaise d'autre part, ont
6t examines une s6rie d'importantes questions politi-
ques et 6conomiques concernant les relations sovi6to-
polonaises.
Un change de vues eul lieu egalement sur ia ques-
lion allemande, qui d6montra 1'accord de principle des
points de vue des deux gouvernements.
A la site des pourparlers, les accords suivants fu-
rent signtis :
Un accord relatif a 4'emprunt or consent la R6-
publique polonaise, se montant i 28.855.000 dollars.
Ni1 accord relatif au reglemcnt des engagements finan-
ciers souscrits A dater dul ler janvier 1947.
Un accord relatif A 1'6tablissement des bases de re-
giements financiers dans !'avenir.
Un accord relatif .a a diminution de maitie -des
fournitures de: eharbon dues par la Pologne A 1'lUnion








6 BULLETIN QUOTIDSEN DB PRESSE ATRANGARB


Sovietique, en vertu de l'accord conclu le 16 aofit 1945,
entire le gouvernement sovietique et le gouvernement
provisoire d'Union Nationale de la R6publique Polo-
naise sur la question dcs reparations des doinmages
causes par l'occupation allemande.
Un accord sur la remise a la Pologne du materie; de
chemin de fer pr6lev6 sur le butin de guerre de 1'Union
Sovi6tique.
Un accord sur la collaboration scientifique et tech-
nique dans le domaine de la production industrie!le.
Enfin l'accord sur la mise A la disposition de la Po-
logne de fournitures militaires et d'armements a credit.
I a Wte 6tabli que la ligne de chemin de fer Cr:co-
vie-Katowice-Prqemyst sera mise A l'cartement euro-
p6en avant le lr novembre 1947.
SUn accord est en outre intervenu sur la question de
la premise a la Pologne, dans un delai expirant le
15 mai 1947, de la parties de la flotte commercial alle-
mande qui lui revient. Les deux gouvernementS se
sent mis d'accord sur le rapatriement acc6~lr6 en Po-
logne des personnel de pationalit6 polonaise demeu-
r6es sur le territoire de 1'U.R.S.S. A la suite des op&6
rations militaires, y compris les anciens citoyens
allemands.
Les conversations se sont deroulkes dans une am-
biance amicale et dans une atmosphere de comprehen-
sien mutuelle' et de cordiality.


Le 5 mars 1947, la d616gation gouvernementale polo-
naise a' quitt6 Moscou pour regagner la Pologne.

b) TEXTE DE LA DECLARATION PRONOUNCE, LE 5 MARS,
PAR LE GENERAL MARSHALL AVANT SON DEPART
POUR MOSCOU.
'< Je recohnais pleinement que les negociations de
Moscou seront extr6mement difficiles et que leurs con-
sequences seront de la plus haute impo&-tance. Les sup-
pliants des ministres des Affaires 6trangeres ont rea-
lis6 certain grogres dans la r6daction du trait avec
j'Autriche, si bien que les ministres des Affaires 6tran-
. gZres devraient pouvoir l'6tudier avant la fin de la
Conference de Moscou.
La situation, en ce qui concern le probleme alle-
mand, est fort differente puisque les Suppl6ants se
sont contents jusqu'A present de recueillir les d6cla-
rations des pays allies inter4 ses en dehors des quatre
Grands. I1 nous reste done encore A discuter et A
r'aliser un accord sur les principles fondamentaux qui
serviront de base an trait avec 1'Allemagne. Si nous
r6ussissons a parvenir a un accord sur ces principles
fondamentaux, j'en serai trbs heureux.
J1 semble maintenant extremement douteux que le
texte du traits avec 1'Allemagne puisse 6tre redig6 A
temps pour etre &tudi6 au course de ce fe conference. 3


S.P1.J ,2, u Nclo ars- 13O[ Pi 6fans


&P.I. Imp, 27, roe NNkolo, Paris 31.3009)


Prix : 6 francs.