<%BANNER%>
Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00035
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Physical Description: dl. : ; 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publisher: s.n.
Place of Publication: Paris
Creation Date: 1947
Publication Date: 19XX-
Frequency: regular
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063
System ID: UF00077027:00035
 Related Items
Succeeded by: Articles et documents

Full Text




SERVICES FRANQMIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSB,
bEs ARTS ET DrS LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8*).


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


AINISTETR
DES AFFAIRES ETRANGERES


BULLETIN


PRESS


QUOTI


ETRANGERE


Nouvelle S6rie N 592


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la precise britannique du 12 fivrier 1947
1. LE PROBLIME DU CARBON

Manchettes, articles et &ditoriaux sont encore, ce matin,
consacr6s a la question du carbon. Ils mettent en relief
la possibility d'une extension des restrictions h 1'ensemble
du pays et les measures envisagees pour permettre l'achemine-
ment plus rapide du carbon dans les grands centres (utili-
sation de la fotte, des transports militaries et de la 'roupe).
Ils signalent 6galement un certain fl6chissement de Ja disci-
pline du pays par rapport a la journee pr6cedente, le nombre
croissant des chBmeurs don't l'indemnite de chBmage n'a pas
encore 4te reglie. Le Times public un dementi par M. Shin-
well de la nouvelle parue hier dans la press, selon laquelle
des conversations seraient actuellement en course en Amd-
rique entire les representants britanniques et am6ricains pour
l'exportation de carbon americain en Grande-Bretagne.
M. Shinwell a toutefois 6mis i'espoir que des arrangements
provisoires pourraient intervenir entire les companies de
navigation des deux pays sur la question du carbon de
soute. Le Dafly Mail et le Times rsservent d'assez longs
ar'lcles A l'attitude amdricaine devant la crise britannique
actuelle. Le Times reproduit certain articles de Walter Lipp-
mann du New York Herald Tribune qui insisted sur les rd-
percussions que celle-ci pourrait avoir pour la security des
Etats-Unis eux-memes. Ce mgme journal signal 4galement
que M. Lehmann, ancien directeur de I'U.N.R.R.A., a envoy
un tkligramme an President Truman le pressant d'exp6dier
immediatement en Angleterre des bateaux de carbon. Ces
fournitures, a-t-il declare, doivent 6tre faites

a pour des raisons d'humanitd et ont pour but d'ai-
'der un people qui a lutte sans un flechissement pen-
dant toute la guerre pour la defense de la ddmocra-
tie. *

Le Daily Mail public un article de Don Iddon sur I'intdret
que porte i'opinion americaine a la crise.
Les Americains silivent cette nouvelle bataillo
d'Anigleterre avec la'mneme attention que cell avec la-
quelle ils observaient naguare la lutte entire la R. A.,F.
et la Luftwaffe. Une fois de plus, les Ambricains se
rendent compete de plus en plus que la Grande-Bretagne
repr4sente un 616ment de la s6curit6 americaine et que
*- 'AmErlqee ne peta ipa Vo 9 ttre at am h lTnrfer
I'Asfltr,
"w"-** *4*/o -fc.f


La press announce qu'un d&bat aura lieu L la Chambre
des Lords sur la question du carbon.
2. ALLEMAGNE
Le Times, le Manchester Guardian, le Daily Telegraph, le
News Chronicle annoncent qu une ordonnance du gouverne-
ment militaire britannique va etre promulguee prochainement
pour interdire la participation des Allemands a un cartel
int6rieur ou international. Les entreprises employant plus
de 10.000 personnel seront consid6rees a priori comme con-
centrant entire leurs mains une trop grande puissance econo-
mique. Le correspondent special du Times rappelle que cotte
nouvel.e ordonnance rejoint la loi que les Ambricains ont
pr6paree pour leur propre zone. Ces measures ont pour but
de perme.tre i IPAliemagne de reconstruire son 6conomie
sur une base democratique et pacifique et de i'em.pcher de
devenir une fois de plus une menace pour la paix inter-
natlonale.
Le correspondent particulier du Times signal encore que
les quatre commandemcnts allies en Allemagne se sont mis
d'accord sur le mode d'l6ection aux syndicats de Berlin. Ces
elections avaient et6 retard6es jusqu'A maintenant en raison
des disaccords qui skparaient les allies sur certain points
de procedure.
Le correspondent' special dn Manchester Guardian signal
que la press polonaise vient de publier la lettre du mar&-
chal Sokolowsky au President des Laender de la zone sovie-
tique. Le marechal Sokolowsky insisted, dans cette lettre, sur
la n6cessit6 d'exploiter la moindre parcelle de terrain culti-
vable et fait etat des important projects realinss dans lo
domain de agriculture.
II ne fait pas de doute, ecrit ce correspondent,
que la psychologie politique russe est bien plus habile
que la n8tre. Les journaux britanniques ne. peuvent.
parler que d'une aggravation de la situation alimen-
taire dans la Ruhr, d'une crise imminent de combus-
tible a Hambourg, et du nombre toujours plus grand
des victims du froid. Les bonnes nouvelles, quand
nous en avons A leur donner passent presque toujours
inaperues.
S 3. CONiBERNC DES SUP1'IANT ..
Le correspondent diplomatique du Timer est -lc scuf de
tous les journalists britanniques h donner un-compto rendu-
dktaill6 des discussions de cette conference.
r Les debats d'hier ont port principaletnent sur la
prooddure & a-dopter.en ce qui concern .l'expoQe&:par
les pet.tes pAiwe'aonW tites. fVl Wvwar k le-rtt'dte ae-
m'andd. v


DE


12 f6vrier 1947.


4








MIJLLWJTIN QUOTIDIEN DE PRESSED ATRANGARE


Ce corrcspondant signal 6galement qu'un change de pa-
roles assez vives a eu lieu entire M. Gousev et le general
Clark au sujet de 1 interpr6 ation des mots propaganda pan-
germanique >, dans la r6daction du trait autrichien, le ge-
ndral Clark ayant laisse entendre qu'une tel:e expression
pourrait 6tre utilisee par les Russes pour justifier leur inter-
vention dans les affairs autrichiennes.

4. FRANCE
Le correspondent particulier du Times announce que Abd el
Krim a Lte autorise A enter en France avec sa suite el que
la femme de P ai aia rcqu la permission d habiter avec son
marl.
Le Daily Telegraph signal tr6s brimvement qu'un Conseil
des ministres s'est tenu hier h Paris pour discuter du budget.
Le titre de cet article met en relief le deficit du project
frangais pour 1946 et signal qu'il est inf6rieur aux prvi-
sions.
5. INDOCHINE
Seul de toute la press, le Times reproduit une d8peche
Reuter annongant la prise par les itoupes frangaises te la
vile de Hue.
6. ITALIE
Le Times et le Alanchester Guardian signalent en boume
place que le comte Sforza a envoy une note aux gouverne-
ments allies selon laquelle le peupie italien attendrait avec
impatience la revision du trait de paix.

7. YOUGOSLAVIE
Le Times reproduit une d6p&che Reuter selon laquelie le
gouvernement yougoslave serait ple t accorder une g{n6-
reuse amnistie i tous les Yougoslaves de 1'4tranger y com-
pris ceux qui out suivi le roi Pierre et ont servi dans I'armee
allemande.
8. BULGARIE
Le correspondent .diplomatique du Manchester Guardian
announce que 200.000 Russes vont bient6t venir se fixer en
Bulgarie. Ils seront emp.oy~s dans routes les branches de
I'activit6 Boonomique bulgare.

v I1 semble, declare ce correspondent, que l'immi-
gration russe dans les pays limitrophes de IU.R.S.S.
est consid6ree A Moscou come un des moyens essen-
tiels pour maintenir influence russe dans ces regions
une fois que les traits de paix seront en vigueur et
que les Russes les anront quitt6es. ,

9. ARGENTINE
Le Times, le Manchester Guardian, le Daily Telegraph, le
Daily Mail annoncent que le gouvernement argentin a dB-
clar6 qu'il allait acheter les chemins de fer britanniques
d'Argentine.

a) LES NAGOCIATIONS FRANCO-BRITANNIQUES (Continental
Daily Mail, 12/2) :
i*
c On s'attend A ce que les n6gociations prevues pour
la conclusion de l'accord franco-britannique accord
qu'6n espere voir s'intigrer dans un syst6me de secu-
rit6 tripartite entire la Grande-Bretagne, la France et
1'Union Sovidtique commencent vers la fin de cette
semaine. Le project britannique est pr~t, bien qu'il ne
soit pas encore compl6tement mis au point.
Ce trait sera destine particulibrement &a prvcenir
ute aggression de l'Allemagne, comme l'actuel trait
anglo-sovi6tique. Si ce dernier est r6vise dans le sens
d'une aide r6ciproque plus important, le traits fran-
gais, qui, espfre-t-on, sera conclu avant l'ouverture des
n6gociations anglo-sovi6tiques, serait vraisemblableient
rtvi* d'une ftPa" smi.ai(re.
(HA-I0a -o KWo.)


b) APRtS LA SIGNATURE DES TRAITS DE PAIX AVEC LES
ANCIENS SATELLITES DE L'ALLEMAGNE (Daily Worker,
11/2, communist) :
a La signature des traits de paix avec les cinq so-
tellites de IAxe represenie un grand pas en avant vers
la stabili., et la paix.
Pour mettre fin officiellement A q l'6tat de guerre >,
il reste maintenant A conclude les trails avec 'Alle-
magne, le Japon et l'Aulriche.
li es. vrai que les accords A venir ont une impor-
Lance beaucoup p.us decisive que c.ux qui ont dejA 6t6
raises, et q.,e la lut.e en reprise pour arriver a une
soluliol democrat.que et pour empecher une nouveile
aggression esl encore loin d'etre gagn6e.
NBanmoins, la c6r6monje d'hier avait une signiflca-
lion 6norme.
11 ne fail aucun doute que sur la question de Trieste,
les allies occidentaux, par suite de leur hostility a
1'&gard de I'Union Suvibtique et de la Yougoslavie, ont
adopa, une solution ,res imparfaite.
Mais ce qui est imparfait peut toujours 8tre amelior6.
Le fail important, c'est que cet accord a fail men.ir les
prophB.e. de maiheur ei prouv6 une lois de plus que
les Allies peuvent coopprcr entire eux. ,

C) LA CRISE DU CARBON EN GRANDE-BRETAGNE.
1. Daily Telegraph (11/2, conservateur) :
c La seule excuse que M. Shinwell peut invoquer est
une excuse qu'il a passee sous silence : son attention
a 6t6 distraime de sa tache essentielle par le fait qu'il
a df s'occuper d'autres questions telles que les projects
de nationalisation du gaz et de l'l6ecjricit6. Dans le do-
maine pratique, le gouvernement a r6alise trop peu de
choses, et trop tard ; dans le domain theorique, il a
essay d'embrasser trop t6t trop de sujets.
Ii est inulile pour M. Shinwell de pr6tendre, comme
i l'a fait au courses de sa plaidoirie hier, que le desas-
tre actuel est entierement la consequence de fails plus
ou moins anciens et des c blizzards > qui se sont abat-
tus sur l'Anglelerre.
Beaucoup des maux don't nous souffrons sont dus a
de recentes erreurs d'administration et le choc qu'ils
ont cause au pays est attribuable 6 l'attitude ind6fen-
dable de M. Shinwell, qui n'a pas su mettre le public
en conflance. 11 doit maintenant computer et nous
sommes persuades que ce ne sera pas en vain sur
les efforts de la nation pour sortir elle-meme des diffi-
cult6s actuelles. On n'essaiera pas de fair de ses
checks le motif d'une conspiration politique, mais ou-
blier le passe 6quivaudrait A sacrifier l'avenir. Nous
devons essayer de tirer le meilleur parti d'une affaire
mal engagee mais c'est reellement une affaire mal
commence. ,

2. Times (11/2) ;
e La peur d'6tre critique nest pas une excuse. Au
risque de se rendre momentanement tres impopulaire,
le gouvernement a decide de rationner le pain parce
qu'il refusait de sp6culer sur la certitude d'approvi-
sionnements ad6quats en ce6rales. I1 6tait tout autant
de son devoir de limiter la consommation du combus-
tible, meme si celui-ci ne pouvait etre rationn6 au sens
habituel du term.

3. Daily Worker (11/2, communist) :
z Sans la nationalisationn des mines, la situation du
pa~ys s'aoit cat'estr"phiqte, t Wt' tn I pas. *utWnt1' t cri


_~1~11


___ I_


ft, v- -- 1jr.~- rT --~








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANQIGRE 3


lique. Mais le gouvernement, qui n'a pas su prendre A
temps des measures draconiennes, ne pent pretendre
echapper par ce biais A de justes critiques. >

4. Continentrl Daily Mail (12/2) :

< Les industries sont toujours aussi perplexes et
leours anxi6tes se refletent dans Ics couloirs de la Cham-
bre des Communes. Les membres de tous les parties
politiques reroivent des demandes de conseils et de
directives.
En dehors des effels de la crise sur la politique 6co-
nomique du gouvernement, M. Hugh Dalton, Chancelier
de l'Echiquier, se trouve plac6 devant de sombres pers-
pectives. Son optimism d'il y a quelques semaines a
6tC emport6 par la tempete de neige. L'6tablissement du
budget s'avere difficile. Tout espoir de diminuer les
impOts pour stimuler P'industrie est maintenant menace.
Cela signifie que le gouvernement, don't la deuxieme
annie de pouvoir se terminera bient6t, se verra oblige,
selon toule vraisemblance, de reviser la politique dans
laquelle il s'est engage apres son election. 2

(WILSON BROADBENT.)



II. -- PRESS AMERICAINE


Revu e e la pressed amriricaine rdi 11 fdrier 1947

1. CRISIS ANGLAISE DU CARBON

Les nouvelles rapportant 1'evolution de la crise anglaise
occupent encore la premiere page des journaux et certain
d'entre eux commencent a s'inquidter des repercussions
qu'elle .peut avoir sur la politique etrangire americaine. C'est
ainsi que Ie New York Herald Tribune consacre un editorial
i cette question. (Voir cet article plus loin.)

2. L'AIDE tCONOMIQUE AMERICAINE EN EUROPE
Samuel Grafton 4crit de Paris au New York Post que la
nolitique 6conomique et financi6re des pays de 1'Europe
occidental parait placer ses espoirs dans le tourism et
l'exportation de ces pays. Il estime que cette foi en cc qu'il
appelie c l'impr6visible et I'incontr6lable n 6quivaut A q fire
un pari sur le temps qu'il fera ) et declaree que, si 1'Ami-
rique veut sauver la civilisation occidentale, elle devra appor-
ter son aide a la reconstruction frangaise et ajoute :

,I Nous pourrons aussi examiner cc que seront les
erfets futures dc certaines des limitations que nous
avons imposes A 1'emprunt britannique. ,

Marquis Childs, traitant du rprohlume de reduction des
tariffs amtricains, considire, comme le fait par ailleurs une
etude du Foreign Pofiicg Bulletin, qu'il sera ndcessaire d'a-
baisser les barrieres douanicres ambricaincs afin de per-
mettre une augmentation des importations en provenance
des pays qui ont bineficiM des emprunts americains.

3. LA SI.CNATURE DES TRArAIT DE PAIX
Elle regoit ulne grande publicity dans la press qui public
des photos, cartes et longues d6epches de Paris a ce sujet.
Celles-ci mettent bien en valeur l'allocution prononcfe par
M. Georges Bidault et relivent les protestations levees par
six pays signataires. Selon Warren, ces protestations mar-
quent le ddbut d'un movement revisionniste. La press pu-
blie en outre des d6pechcs de Rome signalant les manifesta-
tions anti-allides qui eurent lieu bier, en Italic.
Les 6ditoriaux du New York Times, Washington Post et
Evening Star et un article de Barnet Nover mettent surtout
en evidence le micontentement provoqu6 par ces traits, tant


parmi les vaincus qtie les vainqueurs, et parent deja de
reviser ces traits pour en extirper ce qu'ils considerent
come des n injustices conynises a l'Igard des pays
vaincus et en particulier de l'Italie. Le New York Tirnles
ecrit :

Des frontieres ont &ti tracees ct des cerritoires ont
td idehanges sans tenir compete des d6sirs des popu-
lations intressdes. Les conditions politiques et 6co-
nomiques imposes aux vaincus sont de nature a re-
tarder leur redressement. ,

Le Washington Post declare que le mecontentoment de
1'Italie est celui qui touche le plus les U.S.A. Notant que
la question des colonies italiennes n'est pas encore r6gl4e,
il ecrit :
a II est peut-6tre de notre intfr&t de restaurer la
puissance colonial italienne en Afrique. Nous de-
vrions tout au moins aider ce pays... En lui fournis-
sant le secours don't elle a tant besoin, .
Nover 6crit dans le Washington Post :

< Les cinq traits de paix sont le produit des rea-
lit&s militaires et de la politique de puissance plut6t
qu'ils ne refletent l'esprit de justice militaire. En g&-
n6ral, ils representent le triomphe des vues sovi6ti-
ques sur cells des U.S.A., .de la Grande-Bretagne ct
de la France, mais on ne peut pas dire qtie ce triomphe
soit complete. ,

4. DECLARATIONS DE 'M. DULLES
Les declarations faites hier A Chicago par M. Foster Dulles
sont rapportees dans la plupart des journaux. Ceux-ci met-
tent particulierement en valeur les avertissements donnis
par cc republican au sujet des dangers que presentent
c 1'apaisement > de la Russie.

,). -- CONFRiENCE D)E M. SCHUSCHNING

La conference faite hier, A New-York, par Schusehning et
les manifestations qu'elle souleva sont signalees dans la
press. P. M. public deux photo-s, I'une repr&sentant la foul
des manifestants pendant la conference, l'autre les corps
d'ouvriers tu6s il y a treize ans lors de la repression str
les ordres de Schuschning de la revolte des travailleurs'socia-
listes a Vienne. Le New York Times consacre un article de
plus d'une colonne a la conference, rapportant objectivement
les accusations portees contre Schuschning par ses contradic-
tcurs et "-s reponses du confirencier.

a) Les difficillis ide In. Graide-Bretagne (New York He-
r.ld Tribune, 11/2) :
<< La difficult& essentielle reside dans le fait que les
engagements pris dans le monde par la Grande-Bretagne
sont disproportionn6s avcc sa puissance 6conomique et
financi6re acluelle. Les exportations, et par consequent
la production, doivent itre accrues, mais on manque
de main-d'oeuvre pour y parvenir. L'&quipement indus-
iriel est v6tuste, mais son replacement est une oeuvre
de longue haleine qui depend 6galement d'un accrois-
sement des exportations. L'opposition des Trade-Unions
a toute immigration d'ouvriers strangers et leurs demao-
des portant sur une rEduction de la semaine de travail
ne constituent pas des facteurs encourageants et le gou-
vernenment travailliste a iuanqu6 du courage nccssaire
pour r6futer ces theses.
En derniere analyse, it peut se riveler impossible
de rem6dier i la p6nuric de main-d'ceuvre sans proc6-
der -a une reduction considerable des forces armnes doni
1'effectif s'elcve actucllement a 1.500.000 hommes. Une
telle decision impliquerait une remise en question des
engagements pris par la Grande-Bretagne sutr le plan
imperial. Imm6diatement, routes sortes de questions sur-
gissent a l'esprit. Les Britanniques devront-ils 6vacuer







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS fITRANG*BB
ii


la Palestine ? Se retireront-ils de tout le Moyen-Orient?
Devront-ils abandonner la defense de la route commer-
ciale des Indes ? Devr6nt-ils diminuer le nombre de
leurs soldats stations en Allemagne ? S'ils se retirent
de certajnes zones, que se passera-t-il dans ces regions
apr6s la creation d'un tel vide ? Les Etats-Unis aussi
bien que la Grande-Bretagne doivent faire face a ces
probl6mes, car notre propre politique etrang6re en ,era
inevitablement affected. >

b) La politique daoounnique de l'Union Sovktiqetf (New
York Herald Tribune, 11/2) :
i L'analyse de la politique 6conomique 6trang6re de
1'Union Sovi6tique continue dans le dernier rapport
de la Foreign Policy Association est en un certain sens
rassurante, mais elle incite au pessimisme en ce qui
concern les perspectives d'une conciliation des points
de vue am6ricain et russe sur le commerce interna-
tional.
Le c6t6 rassurant de ce rapport, qui a 6t0 pr6par6 par
miss Vera Micheles Dean, est constitub par 1'appr6eia-
tion des motifs qui sont l'origine de la conclusion
des pactes commerciaux bilat6raux et autres arrange-
ments que la Russie a signs pour s'assurer I'obtention
des marchandises don't elle a besoin, particulibrement
celles qui proviennent des pays voisins.
D'aprBs une opinion qui s'est g6n6ralis6e aux Etats-
Unis; la Russie s'est effource de lier les pays de 1'Eu-
rope orientale a l'6conomie sovi6tlque par des m6thodes
semblables A celles qu'utilisait avant la guerre le gou-
veruement nazi pour s'assurer la domination 6cono-
mique sur les m&mes pays. Miss Dean estime que les
.aspects d6plaisants de la politique commercial sovi6-
tique ont Wt6 grandement exag6r6s; elle souligne que
les Russes sont disposes h acheter a credit partout ofi
ils peuvent le faire. Avant tout, ils pr6f6reraient, dit-
elle, obtenir des machines et de l'outillage don't ils
ont un urgent besoin, mais ]a repugnance que les Am6-
ricains mettent A leur accorder un emprunt a oblige
la Russie a nigocier sur une base bilat6rale avec les
pays d6sireux et capable d'accepter des marchandises
russes en change. Elle ne croit pas que la Russie essaie
d'exclure les nations occidentales du march de 1'Eu-
rope orientale. Cette opinion est fondue sur cette cons-
latation que l'Union Sovietique a inteirt a obtenir prin-
dipalement les products de l'industrie l6gere de pays
tels que la Tch6coslovaquie, la Pologne, la Finlande et
la Hongrie. Dans le but de revivifler et de maintenir
on 6tat de fonctionnement ces industries, les pays en
question devront importer des marchandises de l'Ouest.
Ceci leur sera toutefois difficile si los Etats-Unis main-
tiennent leurs exigences dogmatiues avant d'accorder
des emprunts.
c) Les premitreus decisions ligislatives de M. Marslalli
1. New York Times (10/2) :
< Deux points marquants retiennent I'attention dans
le programme I6gislatif de M. Marshall. Le premier,
c'est qu'il accord la priority ,aux problbmes du Ravi-
taillement et des secours aux pays strangers. Ceci vout
dire que, dans son esprit mime, le secr6taire d'Etat
Marshall s'int6resse surtout aux probl6mes humans. I1
montre combien il a conscience du fait que la faim
et l'apathie ou l'agitation qui sont engendr6es par [es
mauvaises conditions de vie sont A la base de tous les
probl6mes d'apres-guerre. C'est se montrer home
d'Etat r6aliste que de placer le probl6me des secours
avant celui des Irait6s de paix, car aucun trait& ne pout
Mtre impose & la famine et au d6gespoir.
De plus, ces propositions soulignent l'intention du
secr6taire d'Elnl de mener a bonne fin In tache comn-


menc6e par son pr6d6cesseur. Les projects Iqu'il con-
sidrre comme de premiere importance a l'heure ac-
tuelle ne sont pas nouveaux. Ils existaient d6ja quand
il a pris son poste. Est-ce une preuve que nous allons
enfin avoir une politique 6trangBre coh6rente ? Les pre-
miers actes de M. Marshall contribuent certainement
dans une large measure a rassurer le pays et le monde
A cet 6gard. Quelles que soient les modifications que
nous impose 1'evolutiQn des circonstances ou qu'im-
pliauent les changements de porte-parole, nous avons
1h une nouvelle preuve que les Etats-Unis apprennent
par l'exp6rience oti se trouvent leurs int6r6ts essentiels
et prennent conscience de la responsabilit6 qui leur
income en tant que grande puissance de suivre une
politique stable et cohbrente. .'

2. New York Post (10/2) :
Le secr6taire d'Etat a indi~Inu clairement h la Com-
mission des Affaires 6trang6res du S6nat quelles sont
les 27 measures indispensables a prendre. II a donn6 la
plus grande place au programme de secours qui doit
remplacer 1'U. N. R. R. A. sur le point de disparaitre.
C'est une sage decision, tant du point de vue politique
qu'humain. Car notre meilleure r6ponse aux commu-
nistes n'est pas un r6flexe de defense, mais la preuve
que la d6mocratie est digne de conflance et pent donner
de bons r6sultats.
Mais ces measures indispensables ne sont que les plus
recentes d'une s6rie de measures constructive. La co.
m6die de la mediation am6ricaine en Chine a enfin
det terminde. La question de l'Argentine n'est pas en-
core tire au clair, mais du moins le sous-secr6taire
d'Etat, M. Braden, reste-t-il au ministere des Affaires
etrangBres. Aucun ancien militaire n'y est entr&6 comme
les alarmistes l'avaient pr6vu, pour y aider M. Marshall.
Son adjoint est ce diplomat capable et beaucoup trop
sous-estim6, M. Dean Acheson.
Le d6partement d'Etat est plus avis6, plus vif, mieux
inform, plus efficace. Jusqu'A present, tout va pour le
mieux. >

3. New York Herald Tribulne (10/2)
II est significatif que M. Marshall ait donn6 une place
important au maintien des secours a 1'6tranger. En
fait, il est probable que le succ6s ou 1'6chec de la poli-
tique 6trang6re am6ricaine d6pendra dans une large
measure de la favon don't le Congrbs reglera cette ques-
tion. Dans cette phase du redressement mondial, l'aide
est l'6 6ment qui peut faire bchouer ou rbussir une
politique, selon que celle-ci sera l'expression d'une
btroilesse de vues ou de la sagesse. >



III. PRESS SOVIETIQUE


R'evue de la press sovidlique! du 11 fwtrier 1947

Seule la Pravda paralt aujourd'hui et sa rubrique de poli-
tique trangrre, qui est tr&s court, est uniquement consa-
cree h des informations.
a) Sous des titres de deux colonncs, elle public des depC-
ches relatives a la signature des traits de paix avec 1'Italic
et avec les satellites. Elle reproduit la declaration de
M. Georges Bidault et donne des details sur la cer6monie des
signatures. Elle done une place particuliere h In declaration
de Stanoyc Simitch.
b) Elle consacre une longue sdrie d'informations touchant
la bataille pour la democratic dans le monde : d&p&ehes








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


d'Athenes sur la vague de terreur qui se pursuit en Gr&ce
sous les yeux des commissions de I'O.NU., lutte pour les
salaires aux U.S.A., le complot hongrois, la manifestation
du 9 f6vrier A Paris, le process des cciminels de guerre a
Belgrade et le verdict du proc6s de Skoplje, la formation
du nouveau gouvernement rdpublicain espagnol, les pers6-
cutions des syndicalistes japonais par la police.
c) Trois d6ptches traitent de I'expansionnisme anglo-
amdricain. La Praoda reproduit des extraits de l'article que
lo travailliste Johns a public dans le Rey!nolds News au
sujet de la politique de protection des trusts en Allemagne.
Elle signal 1'6chec de la proposition de Sidky Pacha ten-
dant a la reprise des pourpar.ers avec la Grande-Bretagne
et donne des details sur le project de pipe-line americain
entire le golfe Persique et la MWditerranCe.


IV. PRESS SUISSE


Les traiitgs de paix du 14 f6vrier (Tribune de Geneve,
11/2) :
i Les seules clauses de ces traits qui presentent un
caractere r6ellement constructif et qui s'inspirent d'un
veritable esprit de collaboration international sont
celles qui ont trait A la creation du Territoire libre de
Trieste, puis au r6tablissement de la liberty de naviga-


lion et de commerce sur le Danube. Cependant, les pre-
mieres demeureront inop6ran.es aussi longtemps que,
comme elle l'a officiellement d6clar6, la Yougoslavie
persistera dans ses visees annexionnistes. En outre, le
sort de ce nouveau ( Dantzig > est pratiquement subor-
donn6 A la suppression du < rideau de fer 3.
De lh aussi, l'importance exceptionnelle que revetira
!a conference qui devrait se rdunir dans les six mois a
partir de 1'entr6e en vigueur des traits, pour r6gler
le problem danubien. Le r6tablissement de la liberty
du traffic sur la grande artere fLuviale de l'Europe orien-
iaie constituerait en effet, lA, un premier pas vers
l'abaissemcnt g6ndral des barrieres de toune sorte don't
Ic maintien relarde la pacification de cette vaste region
du continent. Mais, dans cc domaine, tout depend en-
core, en fin de compete, des decisions qui seront prises
le mois prochain a Moscou concernant le future slatut de
i'Allemagne. En commencant par s'attaquer A ses an-
ciens satellites, les puissances victorieuses ont done mis
la charrue devant les boeufs. Et une redoutable incon-
nue pese de la sorte, des leur signature, sur ces traits
de Paris don't M. Bidault d6clarait, au milieu d'un si-
lence charge d'inqui6iudes et de menaces, qu'ils de-
vraient marquer l'aube d'une ere nouvelle e d'entente
inutuelle, de justice et de paix >...
(PAUL DU BOCHET.)


& P. L IRP., 27, )W 201-da 1PAs SLOM0