<%BANNER%>
Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00033
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Physical Description: dl. : ; 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publisher: s.n.
Place of Publication: Paris
Creation Date: 1947
Publication Date: 19XX-
Frequency: regular
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063
System ID: UF00077027:00033
 Related Items
Succeeded by: Articles et documents

Full Text





SERVICES FHAN(;AIS -
D'INFORMATION IA DOCt
(MINISTrRE DE LA JEYNESSE,
!)ES ARTS ET DES L*TRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8").





BULLETIN


DE


PRESS


10 f6vrier 1947.


MENTATION FRANQAISE


MINISTER
'\SES ETRANGERES


QUOTIITWEN
Q u P TIlIE N



ETRANGERE

Nouvelle 86rie No 590


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press bri anniqure du 9 flurier 1947

Les journaux de cc matin consacrent leurs manchettes,
leurs articles de fond et leurs dditoriaux A la grave crise
du carbon, qui ne laisse que relativement peu de place
soit aux commentaires sur les conversations de Londres srr
la Pales.:ine, soit sur les perspectives de la signature du
trait d'alliance franco-britannique. Enfin une colonne tout
au plus est accord6e A la formation du Go'u'vernement polo-
nais ct L a possibility d'une scission au sein du parti rd-
publicain aux Etat-Unis.

1. LA CRISE DIV CHARBON
Voici quelques examples des manchettes de la prisse do-
minicale : c M. Attlee doit faire un appel au people
(Sun-day Pictorial) ; % Le plan Shinwell est i.mpraicable et
pcut entrainer une catastrophe s (Sunday Express) ; < De-
main se.a le limdi noir-chaos complete a (Suncay Graphic) ;
< La cooperation de tous les citoyens 6vitera un ddsastre ,
(Reynolds News).
M.'S'hinwell a declare dans une conference de Presse que
si les usagers n'y mettaicnt pas du leur et n'obeissaient pas
strictement aux instructions du minist6re de l'dnergie, le
pays se trouverait dans les dix jours A venir, dans un 4tat
de desastre complete.
Les cri.irques de la press de droitr sont parfois tres
virulentes; on reproche avant tout l M. Shinwell de ne pas
avoir pris A temps les measures de prudence que la situation
imposait depuis longtemps.
Dans le Sunday Times on s'iConne que le minister de
'1'6nergie se soit tant prhoccupo recemment de preparer un
project de loi tendant a nationaliser I'Alectricit, anlors qu'il
ne pouvait pas ignorer ia gravity de la situation en com-
bu-s'ible don't la bonne march de octte industries depend. Le
Sunday Times co.mme le Sunday Express elt le Sunday Gra-
phic estimeont d'ailleurs que le Cabinet tout enlier est res-
ponsable d< la situation actuelle.
Le Reynolds News, tout en d6plorant que l'on n'ait pas
elalor& h I'automne dernicr un plan de rationnement du
charhnn, cc rui a'u'rait sans doute dvit6 l'atmosplh:ie de
panique des jours derniers, rappelled que le gouvernement
actual est la victim d'un 6tat de fait dA a 1'incurie de la
mauvaise gestion des mines par l'entreprise privde sous les
governments conservateurs. La press de droite ne peut
Avidemment pas cacher sa joic, mais elle a encore A ap-
prendre que ce gr'u'vrnemienl jonit de la confiance de la
classes ouvrirre qui connait ses amis, qui reconnait ses enne-
mis, et qui en temps de crises n'a jamais faib'li.


2. -- LA PALESTINE
Selon le; Sunday Times, les d&diguds arabes A la Conf&-
rerice de Londres, qui dolt reprendre ses travaux demain
mardi, se d6clarcront irriductiblement opposes aux nouvel-
les propositions du Gouvernement britanniqu'e sur la Pales-
tine. Le journal conservateur ajoute que si la question
devait etre porlde devant 1'Assembl6e G6ndrale de I'O.N.U.,
les possibilities d'accord seraient bien minces du fait que
tous les Etats asiatiques, y compris I'Inde. voe.raient pour
une solution favorable aux intfr&ts arabes. La Russie sou-
tiendrait 6galement peut-Atre leur point de vue.
L'Observer donne des details compldmen:aires sur lea
propositions du Gouvernement britannique don't les traits
p;'incipaux seraient, d'aprbs eux, les suivants : tutelle de
cinq ans, puis ind6pendance onu remise du mandate A I'O.N.U.,
division de la Palestine en zones semi-au'tonomes ; le Gou-
vernement serait entire ies mains du Haut Commissaire,
l'immigration des juifs limited A 4.000 par mois. L'Obser-
ver conclut son article en ddclarant que commei les Arabes
prdparent des maintenant unc protestation tres vigoureuse
contre ce project. la Confdrence de Londres dolt aboutir h un
check Tout n'csl pas perdu toutefois, car les Arabes sont
d'accord pour rencontrer de nouveau M. Bevin s'il convoque
unie Conference apres avoir 6dt mis au courant de leur opi-
nion sur les propositions britanniques.

3. TRArri D'ALLIANCE FRANCO-BRITANNIQUE
Le correspondapt diplomatique de I'Observer estime que
les ndgociations ofticielles sur le trait franco-britanniqu'
commenceront ectte scmainc. (Voir 'Particle plus loin.)

4. FORMATION DU GOVERNMENT POLONAIS
Le correspondent h Varsovie de I'Observer note aver sa-
tisfaction que l'unp des premieres decisions du nouveau
Prcsidoen du Conseil Polonais a Wte de dimninuer les credits
alloudes aux ministries de la Sdcuri!' et de la Defense Na-
tionale. II souligne que les socialists veulecnt maintenant
abolir le Prasltraim Praesidium, instituer un control des
ddpenses des Ddpartements minis'.riels, accroitre le rble du
Parlement et faire declarer publiquemcnt que les entraves
A la liberty individuel!c indispensable h l'heure actue'le,
n'ont n6anmoins qu.'u caractere transitoire. II leur faudra
trouver une solution de compiomis avec les communisLes
sur tous ces problimes. Si 1'on veut simplifier on peut.dire
que ia Pologne est en re moment a la croisde des chemins
et devra choisir sous pcu entire la d6mocratie du type occi-
dental et la d6mocratie russe.
V. LE PARTI RIPUBLICAIN AUX ETATS-UNIs
Le Sunday Timec et l'Observer consacrent une colonne
de leur page principal atux risques de scission au sein du


--








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANG.RE


parti republican aux Etats Unis. Curtains membres du ):arti
majoritaire au Congris desirent manifestement faire 6chouer
la Conference du Commerce de Geneve, mais d'apri le!
Sunday Times les protagonists de la politique trar gere
bpartite ont enraye, pour le moment du morns, la r6. olte
des rdpublicains protectionnistes centre cette Confdr,.ence.
Mais c'cst la une victoire i ]a Pyrrhus et la question de la
cooperation economique centre les Eta:s-Unis et les pays
4prouvis par la guerre sc pose h nouveau. Les Republi-
cains pro.ectionnistes, surtout h la Chambre des repr'-sen-
tants, ont manifest cette semaine une opposition signifi-
cative ah 'dgard des famcux accords Hull et out .Cgale:nent
menace de s'opposer a une extension des credits pour les
pays a court de dollars se declarant engagds par leurs pro-
messes Blcctqorales d'dconoimie budg6taire. IL semble cepen-
dant qu'un compromise puisse intervenir et que l'adminis-
tration n'encouragera pas des demands de reduction de
tarifs a Geneve, i condition que les rdpublicains ne vjtent
pas centre les accords Hull au Congres.
S Quoi qu'il en soit, les Republicains se trouvent, selcn le
Sunday Times, dans une situation difficile par suite des
promesses d6magogiqu.s qu'ils out faites pendant la cam-
pagne electoral.

Revue de la presse britannique da 10 fiurier 1947

1. LA QUESTION DU CARBON ET DE L'ELECTRICITI;

L'entrde de la mise en ,vigueur des measures draconiennoes
affectant la consommation par les industries privde; du
conrrant 6lectrique est miso en relief par la press de ce
matin avec toute la publicity possible. Celle-ci aver'it le
pays que de graves consequences ne manqueraient pas
d'avoir lieu sur la main-d'oeuvre. Le Daily Telegraph an-
nonce en manchette que quatre millions d'ouvricrs se trou-
vent sans travail h partir d'aujourd'lru'i. Toute la presse
s'efforce de convaincre l'opjnion que si la population ne
collabore pas avec le Gouvernement en riduisant elle-rneame
sa consommat:on au minimum, l'effondrement econoniique
du pays est privu dans les dix jours.
Cela n'empcche pas les journaux de critique tres viv-e
'ment la poliLique de M. Shinwell et certain d'entre eux,
comme le Daily Express privoient une vigoureuse offensive
des conservateurs centre le Gouvernement travailliste dans
les jours qui vienneht. On prevoit meme que M. Chu-'chill
obligera le Gouvernement a demander le vote.
En dehors de ce problem. aucn snjet de premier plan
no:amment aucun article important sur la politique
etrangbre.
A noter cependant, dans le Times et le Manchester Guar-
dian, daux articles sur la France et deux articles sur 1'in-
dochine dans le Manchester Guardian et le Daily Worker.

2. FPtANCE

Le correspondent particulier du Times fait dtat d'une
detente sensible au sein du Gouvernement.Itamadier antre
les divers parties ; cette detente serait due d'une par; au
tact, A l'6nergi cet i l'autorit dii Pr6sident du Conseil,
d'autre part, A l'u'nanimite de vues de tous les parties sur la
question allemande.
Commentant l'annonce de cette nouvelle offensive It cor-
respondant particulier du Manchester Guardian i Paris
estime que cclle-ci n'aura pas le mmme effet psycholo.irque
que la premiere, Irs Frangais s'6tant apercus que la pre-
miere n'avait eu pour effet que de faire contre-poids l'aug-
mentation du prix du gaz, de l'dlectricitd et des transports
et qu'une diminution des prix entrainerait souvent une rare-
faction des products.
3. INDOCHINE

Le correspondent du Manchester Guardian a Singapour
-crit que la rigidity de la censure frannaise en Indochine a
contraint M. Dom Compbell, correspondent special de'Reu.
ter, a communiquer par courier special au Bureau Reuter
de Singapour, des declarations importantes de Ho Chi Minh.
Celui-ci aurait d&clard que le Viet-Nam ferait appel aux
Nations Unies, si la France se refusait A rigler le diffrend
.actuel, par des moyens pacifiques. Le people du Viet-Nam
ne vent que l'unit6 et l'ind6pendance nationals pou- les


Etats de langue annamite : la Cochinchie, 1'Annam et Ic
Tonkin. I1 ne veut rien d'autre. i; Une fois ces objectifs at-
teints, nous sommes prets A cesser le combat et A faire la
paix immediatement. Notre programme n'cst nicommuniste,
ni mdme socialist. I1 n'a qu'un but : que chaque citoyen
ait assez de riz et d'itoffe pour ne pas mourir de faim ct
de froid. L'annde derniere, nous avous pu 6viter la famine
et apprendre h tous les citoyens A lire ct f ecrire.
M. Campbell declare que jamais correspondent ne s'est
heurt6 A une censure telle que celle qui regne en Indo-
chine.
< Envoyer un message do Saigon on de n'imporke
quelle parties de 1'Indochine frangaise, c'est comme
jeter une bouteille dans l'Oc6an et supposed que c'est
la personnel a qui elle est destined qui la trou-
vera. Une haute personnalit6 de Saigon m'a declare
que les messages s'bgarent simplement, s'ils ne sont
pas approuv6s par les autoritis francaises. .
Le Daily Worker public un petit entrefilet dans Icquel il
-rdsume les declarations de M. Dom Campbell.

4. SARRE

Le correspondent parisien du Times announce que le Con-
seil des Ministres a etudie, samedi, les problemes relatifs A
la Sarre et que M. Bidault avait requ, la veille, une com-
,mission sarroise conduite par M. Herwin M-uller, reprdscn-
tant 80 % de la population sarroise de septembre 1946.
Cette commission s'et montrie favorable a des relations
dconomiques etroites avec la France.

5. PALESTINE

Le Manohester Guardian et le Time's signalent que les
Juifs et les Arabes ont reserve un accueil dCfavorable au
nouveau plan britanniquc.
Le Gouvernement britannique songerait a porter l'af-
faire devant I'O.N.U. La press fait 6galement e'at d'une
bagarre qui aurait 6clate entire des marines britanniques et
des immigrants juifs clandestine.
On announce quoe le Gouvernement de Palestine n'a pas
I'intention d'appliquer la loi martial pour l'ins'ant.

6.- U.R.S.S.
Le Times public un article de son correspondent a Mos-
coun, dans lequel celui-ci dicrit l'atmosphere d'apaisement qui
a regn6 au moment des 6lctions pour les organismes su-
pericurs de 1'Union et des six ripubliques sovi6tiques,
don't l'Ukraine et la Russie Blanche. Ces elections ont CtC
pr6e6ddes, selon ce correspondent, d''une active propa-
gande.
7. LIBERATION mD FRITZ THYSSEN

Curtains journaux, don't 1t Daily Worker, annoncent que
Fritz Thyssen est libdrc et qu'il ne passer pas devant
u'n tribunal de dinazification.

8. I~OULM NIE

La plupart des journaux annoncent un ajournement du
paiement des reparations roumaines.

a) LA SITUATION POLITIQUE EN FRANCE (Times, 10/2) :

<< Derriere une tendance vers une unite et une poli-
tique de compromise au sein d'un gouvernement com-
pose de personnes et de parties profondiment opposes
sur p:usieurs questions, on peut raisonnablement voir
l'influenoe exercee par la prochaine conference -de
Moscou. Pour ce qui est de la politique A suivre A
l'6gar'd de 1'Allemagne, les parties francais peuvent bien
se montrer divisis sur la methode A employer; mais ils
restent d'accord sur le principle. Tous les Francais
cro ent que le redressement franga:s et la position fu-
ture de la France dans le monde dependent 6troitement
et dircc:ement d'un ,reglement satisfaisant 'de la ques-
tion allemande.









BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGiRE 3


On peul vcir dans le commientaire communist d'au-
iourd'hui sur le project d'alliance franco-britannique
line allusion i la determination de ne ricn permetire qui
puisse s'opposer a la presentation de la these fran-
caise s.

b) LES RAPPORTS. FRANCO-BRITANNIQUES (Obseiver, 9/2) :

< D'importantes n6gociations franco-britanniques
vont se 'd6rouler sur deux questions. On espbre encore
que les nigociations officielles relatives a l'alliance
franco-britannique s'ouvriront cette semaine, bien que
des preoccupations d'ordre int6rieur aient empiche Ie
Cabinet de presenter le project de trait, la semaine
derni6re, ainsi qu'il avait 6et pr6vu tout d'abord. En
mime temps, la Commission franco-britannique finan-
ciere et 6conomique se r6uriira A Londres pour metlre
au point les &ciianges commerciaux franco-britanniques
.pour cette ann6e.
En plus des questions qui devront 6tre exalnices
imm6diatement, il est probable que 1'on abordera, d'une
facon ou de l'autre, deux problmes important au
course des n6gociations. Le premier c'est eclui de la
politique A suivre a l'6gard de l'Allemagne. L'autre,
c'est celui qui consist a harmoniser les plans de d6-
veloppement industrial francais et britannique ).
(Du r6dacteur diplomatique 'de l'Obseuier').

() LES TI\AIT'S DE P.AIX AVEC LES ANCIENS SATELLITES I)E
L'ALLEMAGNE.

1. Daily Telegraph (conservateur, 10/2) :
c Ces traits n'ont de vertu, qu'en tant qu'ils repre-
scntcnt une meilleure chance de cooperation rielle de
la part de la Russie dans l'6tablissement de la paix
Durant les discussions prl6iminaires et lors de la Con-
f6rence de Paris, les pourparlers n'ont souvent eu que
peu de rapports avec l'L6aboration 1d'un trait entire des
allies unis par la victoire et un ennemi vaincu; on
s'efforcait piut6t de voir jusqu'a quel point les anciens
Etats ennemis pourraient etre attires dans la sphere
d'influence d'un pays ou laiss6s en dehors.
En la circonstance on dbnongait les Allies comnme
ktant 'des ennemis et par un tirange renversement des
r6les, on faisait l'cloge des ennemis come s'ils avaient
,t6c en lout temps des allies. Cct etat d'esprit 'de mar-
chandages changera-t-il, lorsque, le mois prochain, i
Moscou, on forgera le trait avec l'Allemagne, sans Jl
quel nn 6quilibre complete nc pourra ktre restauri ? >~

2. Times (10/2) :

< CUc; trait:; ne sent1 s s ariaiis et no pouvaienii
l'itre. Mais a tout prendre, ii y a lieu d'etre salisfaits
de ja maniere don't ils ont 6tt elabores. Les limitations
qu'ils imposent en matilre d'armements sont raisonna-
bles; ces traits ne visent pas a laisser tes pays m6fiants
sans aucun moyen de defense, mais ils r6duiscnt les
chances d'une guerre d'agression. Le montant des r.b-
paralions a ete fix6 de facon a ne pas ruiner les debi-
teurs ni disorganiser leur commerce. De ces deux
points de vue, les traits constituent en fait un pas en
avant vecs la stability Si leur signature pept mcttre
un terme aux controversies qui durent depuis trop long-
temps d6ej, ils auront atteint le but cherch6 et les peu-
p:es lass6s par la guerre pourront commencer s6rieu-
sement en commun a entreprendre les grandes tAches
'de relivement national et europ6en ,.
I


d) LA CRISE DU CARBON ET LES RESTRICTIONS D'ALECTRI-
cITrr EN GRANDE-BRETAGNE.

1. Tilnwes (10/2) :
< Dans une bonne partie de I'Angleteftre, les machi-
nes vont s'arr6ter de turner, les ouvriers seront re-
duits au ch6mage, et le froid se fera sentir davantage
dans les maisons. D6jA fes repercussions des coupurer
sur la production et l'emploi de la ma'in-d'ceuvre non
sculement pour maintenant, mais pour un long temps
h venir, sont evidentes, avec tout ce qu'elles impliquenl
'de difficulties en ce qui concern Ic redressement na-
tional et le course des exportations. On n'applique pas
un plan pr6par6 longtemps a l'avance, soigneusement
m6dite, et mis au point en detail. Ces restrictions sont
le fruit d'une improvisation soudaine, une reconnais-
sance des necessites de la derniere heure. On a recours
A des expedients d6sespei6s, soudains, draconiens et
indiscriminCs.
Le pays sc trouve dans cette situation dangereuse
parce que les ministres et les consommateurs out
repugn6e poursuivre l'application impopulaire des res-
trictions sur la consommation du combustible et de
1'lectricit6 au course des mois passes, et d6pass6 le
contingent que permettait le ravitaillement en carbon.
en ne tenant aucun compete 'de la n6cessit6 imp6rjeus;e
de constituer des stocks appropri6s pour I'hiver.
II faudra beaucoup de temps pour alt nuer les effects
de cette situation sur l'industrie et le commerce; ces
effets sc front sentir en 1947 et hien apres >>.

2. Daily Telegrtph (conservateur, 10/2)
< Le pays dans son ensemble sait trbs bien depuis
I'cxpos6 embrouiL6 et tardif fait par M. Shinwell au
Parlement, vendredi, qu'il fait face au moins tempo-
rairement A la plus grande interruption involontaire 'de
I'activiie industrie.le qu'il ait jamajs connue. II se rend
compie que les effects immedliats de cet arrit d'activite
seront graves pour beaucoup de firmes et pour la plu-
part des particuliers. II comprend que nos perspectives
de redressement economique ont subi an coup don't on
ne peut, encore mesurer toule la force. II nous faut
mniCn souvenir un gouvernement sociaiiste qui n'a pu
laborer de plan, aiin d'6viter un d6sastre national.
Parmi les ministres incompetents don't le gouverne-
ment doit se debarrasser, il faut citer l'actuel ministry
charge du combustible et de l'Nnergie. Pour son man-
que d'information et pour les demi-v6rit6s qu'il a 6non-
ces, pour ses vantardises optlimistes alternant avec de
vagues aveux du danger menacant, M. Shinwell s'est
charge d'une grave responsabilit6 >).

3. News Clhiunicle (lil)eral, 10/2)
< Au moment meme oit un accroissement 'de la pro-
duction est oune necessit6 vitale pour la Grande-Bre-
tagne, les centres industries du pays sont subitement
pparalys6s. Les usines et les ateliers qui devraient travail-
ler a plein rendement sont fermes. Plusieurs millions
d'ouvriers sont sans travail alors que s'iLs travaillaient
tous on sera.t encore loin d'avoir suffisamment de
main-d'oeuvre pour toutes les tfiches qui doivent etre
accomplies si la Grande-Bretagne 'doil se reliever.
Telle est la sombre reality qui se cache derriere les
coupures d'6lectricit6 pour l'industrie et qui sont en-
trees en vigueur cette nuit a minuit. M6me si la ferme-
lure des usines ne dure pas plus de 3 ou 4 jours, elle
representera un serieux retard pour le relevement na-
tional.
La situation n6cessite un effort de la part de toute-









4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGtRB


la nation, tous doivcnt conjuguer leurs efforts pour la
surmonter...
Ce qui vient de se produire a justify les critiques
selon lesqueles les ministres ont pass beaucoup irop
de temps a laborer une legislation a longue &chMance
et beaucoup frop peu A administer les affaires inlne-
diates du pays. Le gouvernement socialist risque fort
de se d6truire lui-m6me s'il continue A consacrer son
attention sur des projects compliques de nationalisa.ion
tout en negligeant les problbmes iconomiques imne-
diats de la nation >.

4. Daily Worker communistt, 10/2) :
Le gouvernement doit faire table rase de tlute
trace de complaisance, reconnaitre le caractere deses-
perB de la situation et prendre des measures en (on-
sequence.
II a dfu prendre des measures qui ont r6duit au ch6-
mage plusieurs millions d'hommes.
Certains recevront un salaire minimum, d'autres )as.
Le gouvernement 'doit mettre fin A cette situation iinto-
l6rable, se servir de ses pouvoirs extraordinaires et
payer un salaire minimum A tous ceux qui sont r&duits
au ch6mage ).


II. -- PRESS AMERICAINE


Revue de la p'res&e anmtriatine du 9 futvier 1947
I. LA DECLAlATION DU GENERAL MARSHALL

Les declarations faites hier par Marshall au course de sa
premiere conference de press sont partioulierement irises
en evidence par la press, qui souligne dans ses titres que
le g6ndral Marshall entend suivre la politique de M. Truman
et de Byrnes. Les journaux indiquent 4galement que Mars-
hall fait dependre 'e desarmement americain de l'organi-
sation de la security collective par les Nations Unics et
notamment de l'etablissement d'un syst6me efficace de con-
trble de l'Fnergie atomique. Les articles rapportent qu'au
sujet de 1'Indoohine Marshall declara que les U. S. A. etaient
natnrellement profond6ment interesses aux 6vinements qui
s'y deroulaient et qu'ils esperaient qu'une solutidi pacifique
pourrait 6tre apportie au conflict. Aucun editorial n'est en-
core consacre h ces declarations.
2. POLOGNE.
Le rappel pour consultation de l'ambassadeur Lane, an-
nonc6 hier par Marshall, est interpr6t6 par les d6peches de
Washington comme un indice du mecontentement des Etats-
Unis de la fagon don't se deroul6rent les elections polonaises.
Les d6pbches diclarent que Marshall ne prdcisa pas si Lane
rejoindrait son poste ou resterait ind6flniment a Washing-on.
Dans une dp4cehe de Varsovie au New York Herald Tri-
bune, Marguerite Higgins declare que les troupes sovi6tiques
en Pologne ne s'dl6vent plus actuellement qu'A 40.000 him-
mfs.
3. ALLEMAGNE.
La decision announce hier par les autorites d'occupalion
britannique en Allemagne d'amnistier un million de per-
sonnes suspects de nazisme est rapportee de Berlin, notam-
ment par une depche de Raymond au New Yoi'k Times, qui
relive que les Britanniques, se proposent a I'avenir de
chercher non plus tant a punir les nazis qu'. les riedu-
quer. Le ddveloppement du terrorism en Allemagne est si-
gnald dan.s une dep6ehe de Clark au New York Times datite
de Berlin, qui ra-pporte que, selon les autorites d'occuspalion
ambricaines, ces actes sont des manifestations isoldes de
groups pronazis n'ob6issant pas A une direction central.
Anne MacCormick d6elare que si I'alliance franco-britannique
6tait signde avant la Confdrence de Moscou, elle ne man-
querait pas d'influer sur celle-ci,


d mzme si le pacte franco-britannique n'implique pas
que les deux gouvernements voient le probl6me allemand
d'un m&me ceil, il signifie certainement que les deux
gouvernements sont plus pres d'un accord sur cette
question qu'ils ne le furent jamais o.

4. ARCTIQUE.
La nouvelle publiee par les Izueslia d6clarant que c les
measures militaires prises par les U. S. A. dans l'antarc-
rtque sont en contradiction des inter&ts de la paix a, est si-
gnalie longuement dans une ddepche de Moscou I l'Asso-
ciated Press.
5. -- PALESTINE.
La presse announce de Londres que le Gouvernement bri-

tannique se proposerait de recommander aux reprdsentant'
arabes et sionistes un plan prevoyant la creation en Pales-
tine de deux regions semi-autonomes ainsi que 1'admission
de cent mil-e rdfugies juifs dans ce pays, mais, selon une
dcp6che A. P., Emile Ghoury aurait declare que toute non-
velle entrie de Juifs en Palestine signifierait la guerre ..
Des dedpches declarent que les Arabes ct les sionistes se-
raient tous opposes h ces nouvelles propositions britanni-
ques.
6. INDOCHINE.
elCller cable de Paris au New York Herald Tribune que
I'amiral d'Argenlieu fut rappel6 h Paris par le gouverne-
ment pour une consultation. Selon Warren, du New York
Times, l'amiral d'Argenlieu aurait remis sa admission A la
suite de ce rappel et on parle de Leclere comme de son sue-
cesseur probable :

u La nomination de Leelere, pursuit Warren, consti-
tuerait un compromise an sein du cabinet stur la ques-
tion d'Indochine. Dans les milieux hien informs, 1'im-
pression g6ndrale est que le gouvernement frangais in-
cline de plus en plus vers la reprise des n.gociations
avec le Vietnam.
Une depbche de Trumbull date de Saigon declare que
la situation en Indochine est de .plus en plus tendue et que
les Annamites sont panfaitement organisms pour les gud-
rillas qu'ils pratiquent.

7. LA SITUATION POLITIQUE FRANeAISE
Selon une dphche de Paris au New York Herald Tribune,
le Cabinet ,serait parvenu A une solution de compromise sur
les questions de na-ionalisation de la marine marchande. Les
armateurs conserveraient la propriety de leurs navires, mais
Ie gouvernement aurait une part de contr6le sur leurs op&-
rations.

Le di::cours de M. Ramadier (New York Herald Tri-
bune, 9/1, edit. europ6enne) :

< La declaration selon laquelle le gouvernement agira
centre les d6tenteurs de stocks causera davantage de
consternation dans certain mili-eux, qu'une nouvelle
reduction des prix. Avant la mise en application du
programme de baisse, c'6tait i'habitude d'un grand
nombre d'&tablissements de stocker des marchandises
et des denrbes alimentaires non pbrissables, parce que
les prix augmenlaient constamment et qu'il 6tait profi-
table d'attendre quelques semaines pour b6neficier .de
la hausse. Une personnel qui aurait pu conserver des
marchandises l'ann6e dernibre, aurait pu les vendre
75 % de plus au march 16gal.
Lorsqu'on annonga la premiere baisse de 5 %, elle
n'amena pas sur le march les quanlites de marchan-
dises que l'on attendait. Nombreux furent ceux qui d6-
cid6rent d'attendre, au cas of le plan n'aurait pas eu
les resultats escompt6s. Maintenant, le gouvernement
prepare un plan pour amener de force les marchandises-
stockees sur le march. >









BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETIANGlIt


Le probldme paleslinien (New York Herald Tribune,
9/1, &dit. europeenne) :

Ce que les politicians britanniques semblent ne pas
comprendre, c'est < qu'une action militaire effective ,
punit l'ensemble de la communaut6 pour des actes
commis par les terrorists; qu'une telle punition ne
peut avoir d'autre effect que d'amener l'ensemble de la
communautl a prendre le par.i des terrorists ; que
cette decision amnnerait un conflict ouvert entire la na-
tion britannique et la communautt juive de Palestine ;
et, en vertu d'une reaction bien humaine, on assiste-
rait in6vitablement a une vague d'anti-s6mitisme en
Grande-Brelagne. Que deviennent alors les liberties bri-
tanniques ?
Le ininistlre des Affaires 6trang6res britannique
pense qu'il pent r6gler la crise palestinienne come un
simple probl6me d'administration colonial et de rela-
tions inter.nationales, et conmme une chose distincte du
problbme millionaire du Juif errant. A notre humble
avis, le ministere des Affaires 6erangeres britannique
a tort et rien -de bon ne pent sortir de cela. >
(JOHN CHABOT SMITH.)



IlI. PRESS SOVIETIQUE



Revue de la press sovidtique du 8 fvuiier 1947
Les rubliques de politique 6trang6re qui sont aujourd'hui
assez volumineuses sont riches en commentaires entierement
dominos par la preoccupation des politiques ang'o-amcri-
caines. On peut classes les textes en trois groups :

1. EXPANSION ANGLO-AMERICAINE HORS D'EUROPE
a) Expansion amcricaine :
D..ux dp&chies Tass donnent dans tous les journaux, I'une
un ample compete rendu des reactions provoquees au Japon
par I'interd'ction de la grive general, I'autre, l'analyse des
protestations d'un journal de Thderan contre le project de
pr&t amdricain a l'Iran et ses repercussions politiques. La
Pravda public la suite des impressions americaines de Geor-
ges Joukov don't le deuxieme article cs' principalcment consa-
crp au capital americain. L'auteur insisted sur la ddpendance
de la poliiique 6tran.gre officielle par rapport aux intirets
vitaux des milieux d'affaires. Cc que le President de la
Chambre de Commerce des Etats-Unis acceptait d'appeler
J'imperialisme 6conomique fournit la cle des tendances nou-
vreles qui se rdvelent dans la politique etrangere americaine.
b) Expansion britannique :
Dans tous les journaux, les dipdches de i'agence Tass
traitent des projects de bloc oriental de la Grande-Bretagne
et signa'tnt la pi,6scnco de troupes anglaises en Tranajor-
danie. La deuxieme parties de la chronique international des.
zvuestia analyse les 6v6nements de Palestine. L'organe du
Soviet supreme volt 1'explication de la conduit britannique
dans le plan de division de cc pays en quatre territoires
pour sauver lPhiegmone anglaise, plan qui est du reste lii
an project de bloc oriental et A tout l'ensemble de regrou-
pement britannique en cotte parties du monde. Les Izuestia
souligne l'opposition croissante du monde arabe a ces des-
s irs et rappcllent l'exigence qu'il formula de 1'6vacuation
de la Palestine par les forces armies anglaise.

2 EXPANSION ANGLO-AMERICAINE EN EUROPE

a) Questions allemandes :
De large extraits des d:p6ches de I'agence Tass dans
tons les journaux reproduisent les critiques adreseoes aux
Communes, par le depute travailliste Platts Mills, sur la
politique pratiquee dans la zone britannique. La premiere


partie de la chronique international de Fddorov
1'Eloile Rouge oppose le plan polonais d'unit6 poliliquo-
dconomique, fondle sur les accords de Potsdam, au plan
id'utilisation par i'Occident de l'inidustcie de 1'Allemlgne de
I'Ouest (Voir Particle plus loin).
b) Probl6me. autrichiens :
La chronique international des Izvestia traite du recent
discours de Schaerfadorbiern et de scs attaques anti-sovid-
tiques. L'organe du Soviet Supcrme dinonce les tentative
pour fair exempter 1'Autriche de sa dette pour avoir parti-
cip& h la guerre contre l'Allemagne hitllrionne.
c) Les projects de bloc occidental :
La chronique international de i'Etoie Rouge y faisait
d djh allusion. Dans Trud, Beltougin d6nonce les cncoura-
rgements donnos par Londres a cette ,politique et la contra-
diction qu'il y a centre elles et Pinttret, tant de la Belgique
que du Luxembourg.

3 INCIDENCES DIVERSE DES POLITIQUES ANGLO-AMERICAINES

a) Tous les journaux roproduicnt cn vedette le message
du president Truman, au Congres, touchant I'activite de
I'O.N.U., et en donnent un copicux compte-rendu. Ils donnent
egalement un resume abondant des declarations du ddlegu6
bulgare Roulitchev A la Commission d'enquete de I'O.N.U.
en Grivo.
b) Dans sa chronique international lcs Izuestia relevc la
critique adress6e lux elections polonaises par le s6nateur
Vandenbcrg, et son appel i l'intervention au nom des con-
ventions de Berlin et de Crimte. Apr6s avoir relev6 le
manque de fondoncmnt de cette col6re, .'organe du Soviet
Supreme re6orquc :i Vandenherg ses attaques preiodentes
contre la sainletd des traits : demand d'admission par
I'O.N.U. du principle de revision, encouragement au soutien
du Kuomintang dans la guerre civil centre les decisions
de Moscou, accord avec Dulles don't les points de vue en ce
qui concern l'Allemagne sont contraires A ceux de Potsdam.
c) Deux commentaires sont consacres aux campagnes anti-
sovidtiques. Lds Izvestia raillent le New-York Herald Tribune
de sa crainte de voir les documents publids dans une revue
americaine utilises h Moscou A des fins militaires. -Dans la
Pravda, Zaslavsky relieve la sCrie do manifestations anti-
sovictiques don't le Canada vient d'eire le thaiitre et souligne
le danger qu'elles constituent pal l'atmosph6rc de guerre
qu'elles entretiennent.

Le plan polonais et le plan Dulles pour l'Allema,'lne
(Etoile Rouge, 8/2):
La Pologne, !a Tch6coslovaquie, la Yougoslavie, la
Norvege et d'aulres viciinies de I'agression allemande
ont un in:.rit vital A garantir la securil[ g6n6rale et
veulent une transformation d6mocratique de i'Allema-
gne dans le cadre d'un Etat unique. Ces Etats ont
exprin6 leur point de vue il y a quelques jours, par la
voix du delIgu6 polonais, A la Conference des Sup-
pleants des Minis'res des Affaires etrangires. Ce te po-
sition esl en parfait accord avec les decisions prises a
la Conference de Berlin, qui consideraient I'Allemagne
comme une unit e6conom que et poliliquc. Mais dans
les pays anglo-saxons, certain milieux influents sou-
liennent une conception diffrrente de I'Allemague
d'apres-guerre, en contradiction direcle avec les prin-
cipes qui sont A la base des decisions de la ConfI-
rence de Berlin. Un des partisans les plus actifs de
ces conceptions n'est autre que le conseiller politique
du par i republicain des Elals-Unis, M. Dulles. Prenant
nl parole e 17 juillet, au course d'une reunion de l'As-
sociation national des 6diteurs des U.S.A., il presenta
comme un plan nouveau un project personnel sur la
question allemande qui n'est qu'une variant du c6l-
bre plan pan-europ6en. M. Dulles voudrait que la Ruhr
devienne le centre Bconomique de l'Europe, et voudrait









HL:t LLEiN Qt7i0il. tE'-; 0)7 PBAESSI.: riRANOERE


unir aulour d'elle l'Aileinagn', ia France
et la Hollande. II est facile de decouvrir
Dulles des caraclristiques bien connues
tion de I'equilibre des forces de M. Cha
comme on le sail, conduisirent a Mu
deuxieme guerre mondiale. II est evident
s'opposent a la lAche qui consisle A constr
slide et a assurer la s6curit6 des peupl
lui-meme, parlant de la solution du probli
reconnait que r le point des pays de 1'
tale est plus realisre ot plus rationnel. s



IV. PRESS BELGE


Le nimoraniduin fruaniais sur la Ruhr (
8-9/2, catholique) :

< La these francaise sur la Ruhr sei
accueillie en Allemagne, ou leDr Schuina
parli sociald6mocrate, et Jacob Kaiser,
chrblicn-d6mocra:e, luttent pour la sa
fronlibres allemandes.
La press am iricaine n'a pas rejet6 les
par la France. Quant a l'U.R.S.S., elle p
doute que le but de ce project < d'arraci
du pangermanisme couvre le noir desse
la Ruhr I'arsenal d'un 6ventuel bloc o
terme < nations int6ress6es >, employee
randum frangais, est vague. Tons les pay
ret 6conomique a recevoir le carbon
meme l'Angleterre, don't les livraisons de
dustrie sid6rurgique viennent d'etre r6du
alors que l'efforl industrial doit etre plu
jamais. Longlemps, ii y eut opposition
Londres sur la solution a donner au p
mand. Aujourd'hui, on peut supposed qu
egalem'nt difficile des deux pays, leurs ni
vu~ d'une alliance, aplaniront leurs anc
gcices de vue.
Tous les probl6mes qui engendrbrenl 1
ditionnent la paix. La guerre n'a rien
l'oeuvre actuelle des diplomats pourra I
sens. II importera qu'apres le regne de I
souci des richesses 6conomiques ne fass
de vue que c'est d'abord des hommes qu


e, la Bel':ique
dans le plan
de la concep-
mberlain qui,
nich et :i la
(que ces ri'ans


V. PRESS SUISSE


Les relations franco-britanniques (Tribune de Gen6ve,
8-9/2) :


uire une paix << Le communique public lors de la visit de M. Blum
cs. Le Times A Londres d6clarait express6ment a qu'un trait d'al-
me alleniand, lance initial faciliterait, dans un esprit d'entente mu-
Europe o-ien- tuelle, le r6g'ement de toutes les questions poses entire
les deux pays >. II semblait dbs lors que le Gouverne-
(FEDOROY.) meant francais avait fini par faire sienne la these bri-
tannique selon laquelle le souci de la s6curit6 com-
mune devait primer tous les aulres et que la < revalo-
risation > de l'Entente Cordiale -tait la premiere con-
dition d'une collaboration harmonieuse et f6conde tou-
chant, en pariiculier, la solution du probl6me alle-
Ia Metropole, mand.
Mais M. Blum s'en est alley et, a son retour au Quai
d'Orsay, M. Bidault a r6p6t6 qu'il ne signerait rien tant
ra certes mal que la Grande-Bretagne n'aurait pas fail droill aux re-
cher, ch(f du vendications frangaises concernant, en premier lieu, le
chef du parti fulur slatut de l'Allemagne. C'est le point de vue
uvegarde des qu'avait adop:6 d6s le d6but le g6n6ral de Gaulle et,
intervenant dans le d6bat, !a haute direction du parti
id6es raises communist se montre plus catlgorique encore. De
r6tendra sans I'avis de M. Thorez et de ses amis, la France ne doll
her 1'aiguilon pas s'engager envers l'Anglelerre avant d'avoir obtenu
in de faire de une augmentation des livraisons de carbon de la
accidental. Le Ruhr, 1'6tablissement d'un < controle interallie trrs
par Ic momo- ,s6vire > sur le bassin rh6no-westphalien et des garan-
s onl un int&- lies pratiques concernant la s6curit6 des fronti6res, car,
de la Iuhr, autrement, elle se priverait: < d'imporlants moyens d'ac-
houille a l'in- tion dans les nCgociations ult6rieures.
ites de 25 %,
s intense que Ainsi, la tentative de < depannage > faite par M. Blum
entre Paris et a lourn6 court et, de nouveau, Francais et Britanniques
irobleme alle- vont s'accuser mutuellement de mettre la charrue de-
I la situ nation "ant lez bceufs. LA encore, comme dans la question de
6gociations en ia revision du traits anglo-russe, tout va d6pendre d6-
eiennes diver- sormais de la tournure que prendra la Conference de
Moscou, et c'cst ce que voulait la diplomatic sovi6ti-
a guerre con- que qui, toul en tenant Ia dragee haute a la Grande-
resolu. Seule Bretagne, cherche A retarder le plus possible la resur-
ui donner un reaction de I'Entente Cordiale, dans laquelle elle croit
a violence, le discerner un retour, A son Egard, a la vieille polilique
se pas pcrdre de 1' << iquilibre des forces 2.
'il s'agit. a (PAUL DU BOCHET.)


-,v 2s. rUo NWCL1m raria -31.3009


Prix : 6 frs.