<%BANNER%>
Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00026
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Physical Description: dl. : ; 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publisher: s.n.
Place of Publication: Paris
Creation Date: 1947
Publication Date: 19XX-
Frequency: regular
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063
System ID: UF00077027:00026
 Related Items
Succeeded by: Articles et documents

Full Text





PBESIDENCE D.U CONSEIL
SECRaTARIAT D'ETAT

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8*).


LA DOCUMENTATION FRANAISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRA


BULLETIN


DE


PRESS


1" fevrier 1947.


QUOTIDI


ETRANGERE


Nouvelle Serie No 583


1. PRESS BRITANNIQUE

Reuue de la press brilannique du 1" fdirier 1947
Seul de toute la press de ce matin, le Daily Worker rd-
serve sa manchette i la question du commerce anglo-
sovi6tique. Tous les autres journaux donnent une importance
sensationnelle aux dvdnements de Palestine ainsi qu'au db-
part de la famille royale pour 1'Afrique du Sud. La France
ne fait 1'objet .d'aucun article
1. PALESTINE
Toute la press souligne les protestations Blevies par le's
residents britanniques en Palestine contre I'ordre d'dvacuer
les femmes et les enfants donnd par le haut-commissaire
Sir Alan Cunningham. Cette measure serait considered dans
les milieux britanniques de Palestine comme hors de port6e
avec la situation. Plusieurs journaux, don't le Times, font
dtat d'une mention adress6e au gouvernement par un group
d'hommes d'affaires britanniques protestant contre ,, une
politique de sabordage et de couardise ,. La press donne
dgalement un relief tout particulier aux d6bats qui ont eu
lieu hier A la Chambre des Communes sur la question pales-
tinienne et qui ont notamment mis aux prises le gouverne-
ment et 'M. Churchill. Le Times donne un compete rendu in
excenso de ce debat.
Le Daily Graphic announce la proclamation prochaine de
la loi martial sur tout on parties du territoire palestinien.
2. POLOGNE
Le Times, i Manchester Guardian, le Daily Worker signa-
lent que le g6ndral Grosz, .chef du service de press au minis-
tire des Affaires 6trangrres polonais, a accuse la B.B.C. de
mener une champagne ,de calomnie contre la Pologne. Aucun
commenlaire britannique n'accompagne cette information.

3. ESPAGNE
Le Times public une ddpbche do son correspondent i Ma-
drid suivant laquelle 'e gouvernement franquiste prendrait
des measures propres a faciliter le retour des Espajganois
exiles.
C Ces measures, dcrit ce correspondent, viennent a un
moment oi le gouvernement rdpublicain exile traverse
une crise sdrieuse et ohi 1'on parle, A Madrid, d'un re-
maniement prochain du government franquiste.
Editorial dans Ie Manchester Guardian.
I. CONFERENCE ANGLO-SOVIETIQLL
Le Daily Worker donne la premiere place A P'article de
Sam Hussell 'ans lequel celui-ci declare que les negocia-


tions en vue d'un accord commercial anglo-sovi6tique se-
raient, aux dires d'un membre du ministtre du Commerce
britannique, arrivees, une fois de plus, au point mort. Les
exportations britanniques de fer, d'acier, id'outillage 4lectri-
que et de vdhicul'es iseraient sensiblement moins importantes
qu'en 1945. En d6pit du vif d6sir des Russes d'acheter ces
articles A la Grande-Bretagne, des difficultis toujours, crois-
santes auraient emp&ohe 1'U. R. S.S. de presenter des com-
mandes aux fabricants britanniques.
Sam Russel estime que le deolin du commerce centre les
deux pays prdoccupe les milieux travaillistes et syndicalistes,
car, 4crit-il :

t des relations commercials et solides centre la
Grande-Bretagne et I'Union Sovi6tique sont le seul
moyen de nous garantir centre route crise economique
de l'Amdriique,

a. AUSTRALIE
Le Times consaore A Ja nomination de M. J. Mac Kell au
post de gouverneur general de I'Australie un long article.
Cette nomination a fait l'objet de vives critiques& de la part
de M. Menzies qui veut y voir un outrage a tous les Austra-
liens qui s'enorgueillissent de leurs attaches avec Ja Grandle-
Bretagne, M. Mac Kell ayant dt6 depui.s 1941 jusqu'A mainte-
nant premier ministry des Nouvelles Galles du Sud.

a) LES RAPPORTS ANGLO-SOVrLTIQUES (Times, 1/2) :
e Pour sa security et son bien-6tre 6c2pomique, ]a
Grande-Bretagne dolt rester en contact 6Troit avec le
continent europeen, et surlout avec les pays les plus
rapproches du littoral britannique.
Une politique d'opposition vis-A-vis de 1'U.R.S.S. pceu
s'av6rer dangereuse et fort difficile.
En Europe, plus que parlout ailleurs, les int6rlts so-
vi6tiques et britanniques se c6toient comme le font
ressortir les diff6ren'ds entire les deux puissances. Si
ces differends persistent, ils peuvent s'av.rer npAfastei
pour d'autres pays 6galement >.

b) QUI SIGNERA LA PAIX POUR L'ALLEMAGNE? (ConitCnaenal
Daily Mail, 1/2) :
o Un nouveau problkme se pose : qui, en fait, signera
le traits au .nom du people allemand?
Il ne sera pas prudent pour aucun pays de placer
une confiance sans reserves dans les intentions de I'Al-
lemagne, quelle que soit la maniire doucereuse don'tt
celles-ci seront ex.primbes.
DjAi, de nombreux observateurs prevoient une re-


_ ~ __ _1
_









BULLETIN QUOTIDIEN DR PHRESSR ATIUAX6R3E


petition de l'6tat de choses qui a suivi la signature
du trait de Versailles. A cette occasion, des person-
nages pratiquement sans responsabilit furent delgues
pour apposer leur signature au bas du < Diktat >, le-
quel fuI d6savou6 quand I'Ailemagne se sentit assez forte
pour le faire. Quelie garantie avons-nous que semblable
chose ne ise reproduise pas? Qui, dans ces conditions,
signera pour I'Allemagne? Pr6sentement, elle n'a aucun
gouverneiment central, tel que celui qui existait apres
1918 et les gouvernements actuels installs dans los dif-
ferentes zones par les vainqueurs ont peu de chances
d'ecre reconnus comme des 616ments responsablcs par
les Allemands imbus de l'esprit nationaiiste.
Une chose est claire. Les Allies ne peuvent quitter
l'Ailemagne avant qu'un gouvernement allemand res-
ponsable, s'a.ppuyant sur tout le peoplee aliemand se
soit engage A observer les conditions de paix. En 'd'au-
tres teranes, quelqu'un doit, en derni6re analyse, signer
pour les Ailemands.
Plus les Allies attendront et plus I'Allemagne se rele-
vera, plus il seraa difficile de demander de tedes signa-
tures ,.


c) LE TRAIT DE PAIX AVEC L'AUTRICHE (TimeS, 31/1) :

i La souveraineti politique de l'Autriche n'est pas
mise en doute; mais sa souverainclt economique a ete
menace par l'interprLetaion russe des accords de Pots-
dam qui donnent A la Russie les bieas ademands situ6s
en Autriche orientaie au tAre des rparadions. D'autre
part, les froniieres autrichiennes de 1937 sont menacees
par les revendica.ions des Yougosiaves sur cerLaines
parties 'de la Carinthie et la Sty.rie. Ce sont deux ques-
tions cruciales dans les negociaiions actu.llcs: mais
les suppieants n'en ont pas encore discute et on ne
connait pas non plus l'aLiiude qu adopteront les Russes
a leur sujet. Bien que ies progris de la Conf6rence do
Londres alent it6 rapides et satisfaisants, i'accord des
d616gu6s sur le trailt autrichien n'a pas porter sur autre
chose que le titre, la division en pr6ambule et en
sections politique, militaire et economique, ainsi que
1'6bauche de quelques articles ginbraux >>.


d) VERS UN CHANGEMENT DANS LA POLITIQUE ETRANGERE
AMERICAINE? (Conti ental Daily Mail, 1/2) :

t Si le plan de M. Dulles tendant A cr6er un bloc
de l'Europe occidentale, comprenant l'ensemble de I'A1-
lemagne ou tu moins les deux-tiers de ce pays vaincu,
devenait la base de nore politique, nous ferions mieux
de suspenidre les deliberations des suppe6anes des minis-
Ires des Affaires 6trang6res A Londres et d'annuler la
Conference de Moscou pr6vue pour mars. Dans ce cas,
en effet, il n'aurait aucun moyen d'arriver A un accord
avec les Russes et I'on peut vraiment se demander si
les Frangais et les Britanniques donneraient leur assen-
timent a nos plans.
II est possible que M. Dulles ait essay de forcer la
main du Secr6taire 'd'Etat avant l'entree en functions
du g6ndral Marshall. Il est 6galement possible que ceci
soit l'annonce d'un prochain changement dans la poli-
tique 6trang6re bi-parlite (commune aux r6publicain
et aux d6mocrates) des Etats-Uni's.
Quoi qu'il en soit, les Anmricains aimeraient bien
savolrsi notre nouvelle politique officielle est de favo-
riser on tout au moins d'accepter ia division de l'EuropP
et 'du monde en deux camps hostiles ou si M. Dulles
est tout simplement un citoyen priv6 exergant son droit


indiscutable d'exprimer ses propres vues sur une ques-
tion d'int6rkt vital .
(DONALD BELL,
correspondanL a Washington du Daily Mail);

e) LA GRANDE-BRETAGNE ET LA GRACE.
1. Daily Mail (conservateur, 31/1) :
c Les observateurs se demandlent si, mnme avec la
fermeture de la frontibre septentrionale, le gouverne-
ment grec actuel, r6gulierement 6lu, pourrait maintenir
son autorite sans l'appui 'des troupes britanniques qui
cumbattent aux c6t6s des Grecs, comme elles l'ont fait
au moment de la r6voluiion, en dicembre 1944. M6me
alor's, mettrait-on fin a la guerre civil actuelle, ou
celle-ci serait-elle simplement retard6e ccmme elle le
Ifut il y a trois ans, et, en cas de retrait des troupes
britanniques, quelle revolution et quelles batailles sau-
glantes s'en suivraient?
Je ne sais que r6pondre A toutes ces questions. Mais
je ne peux m'emp6cher de me demander si les paysans
avec lesquels j'ai converse 6tgtient 'de simples hors-la-loi
qui seront un jour amnisti6s on emprisonnes et fusill6s,
ou bien si nous nous sommes faits des ennemis des
futurs dirigeants de la Gr6ce >.
(JOHN FISHER).

2. News Chrowncle liberall, 31/1) :
z L'armbe d6mocratrque Andartes est convaincue
que, dans les 24 heures qui suivraient le retrait de
Grece des troupes britanniques, elle dominerait la si-
tuation parce que les forces gouvernementales s'effon-
'dreraient.
Par contre, les membres des parties de droite m'ont
declar6 que la presence des Britanniques en Grece em-
p6chait les nationalists grecs de prendre les measures
rigoureuses qui s'imposent pour liquider le movement
de rebellion.
Certainement, on dolt s'atten'dre A voir la Gr6ce
plong6e dans un bain .de sang.
Les troupes britanniques seront-elles impliqu6es dans
ces 6v6nements? Leur presence ici continue A exasp6-
rer les parties politiques de gauche et I'arm6e d6mocra-
tique Andartes; et cependant, selon le point de vue
des partisans irr&ductibles de la droite, elle ne fail
rien pour aider A combattre la i terreur rouge 3.
(STEPHON BARBER).

f) LES AVENEMENTS DE PALESTINE.
1. Daily Telegraph (conservateur, 1/2) :
< L'ordre d'6vacuation des femmes et des enfants
anglais de Palestine semble un aveu de l'impuissance
anglaise vis-A-vis des terrorists. Cette decision equi-
vaut A reconnaitre dans Pactivit6 de 1' c Irgoun > une
revolte arm6e et non pas une conspiration criminelle >.

2. Manchester GuaidliMn liberall, 1/2) :
a Si les Britanniques quittaient la Palestine, les Juifs
s'empareraient du pouvoir. Avec son armee et sa ma-
rine, la Grande-Bretagne n'est pas capable d'enrayer
I'afflux des emigrants ill6gaux; comment peut-on pre-
tendre que les Arabes puissent le faire? Dans un avenir
lointain, les Arabes peuvent trouver autant d'avantages
que les Juifs dans la reconnaissance du petit Etat juif
don't les frontieres seraient 'diWimitees el garanties par
I'Organisation des Nations Unies. La Grande-Bretagne
ne peut rester en Palestine pour jouer le rSle de police
d'un Etat arabe >.









BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGoRE 3
,, .... .. .. .. ... ... .. .


11. PRESS AMERICAINE


Revne dv lar press amdricaine du 31 janvier 1947
1. ALLEMAI.NE

Dans ine dep&ehe tie Paris au Baltimore Sun, Whitcomb
announce que le gouvernement francais remettra, vers la fin
de cette semaine, a Washington, a Londres et it Moscou, son
Iroisiime memorandum sur l'Alle.magne qui traitera de l'or-
ganisation iconomique de la Ruhr. On ddelare dans les mi-
lieux parisiens, ajoute Whitcomb, que ce troisieme mimo-
randum reprisente, sur la question de la Ruhr, la position
de depart de la France, mais que celle-ci s'en ceartera si cela
est necessaire.

2. INDOCHINE

La revue liblrale New Republic public de longs extraits
d'un livre de Harold Isaacs, No Peace for Asie, sous le titre :
, L'Indochine pour sa liberty ,. L'auteur pr.sente la France
sous le jour le plus difavorable. II declare que, pendant
tren'e ans, elle i a exploited les Indochinois et a eu recours
aux measures les plus brutales pour reprimer leurs tentative
de soulevement.

3. QUESTIONS FRANAISES
L'Evening Star public un troisieme article de Constantine
Brown consacre, comme le prieddent, au parti communist
frangais. Le correspondent 6crit que ee parti a recourse A tous
les moyens mime au chantage pour obtenir des votes
ou des contributions.

LES RELATIONS SINO-AMERICAINES.
1. New York Herald Tribbune (31/1) :
< La seule conduite que nous puissions, semble-t-il,
accepter de tenir vis-A-vis de la Chine et cela n'est
certainement pas sans presenter de graves 'dangers -
est celle que le secr6taire d'Etat Marshall a l'intention
de poursuivre. Elle consiste A retire toute aide impor-
tanLe au gouvernement chinsis, tant que celui-ci n'aura
pas asiur6 l'ordre int6rieur, tout en laissant entendre,
pendant ce temps, que nous offrirons a nouveau notre
concours quand les circonstances le permettront. C'est
une poliiique qui peut 6chouer pour diverse raisoDs,
en particulier parce qu'il faudrait exclure 'du gouverne-
ntnt chinois et confiner dans une obscure retraite des
homes qui ont pour eux la force et la t6nacit6. Si
cette polilique r6ussit cependant, elle portera les libh-
raux au pouvoir a Nankin, *et permettra d'extirper les
cancers politiques profond6ment enracin6s qui sont.
cause d'une tell d6sagr6gation en Chine. Ces liberaux,
s'ils font preuve dnune competence raisonnable, pour-
ront faire la paix avec les communists. S'iis n'y par-
venaient pas, et si la guerre civil se poursuivait, ils
pourraient conqubrir la Chine par la force des arules.
Ils soutien'draient la politique d6siree par le people
chinois et pr6senteraient cet advantage qu'aucun gouver-
nement chinois reactionnaire ne puisse se liver a une
guerre civil contre les rouges >.

2. Washington Sitar (30/1) :

e Bien qu'bn s'attendit a la decision des U.S.A. de
se retire du Comit6 de mediation, cette nouvelle a
neanmoins caus6 un certain malaise. Pour eviter les
dangers d'une guerre civil total en Chine, et la pos-
sibilit6 d'une intervention 6trang6re, les Chinois 'de-
vront placer l'int6r&t national au-desstfs de la lutte des
factions. II reste a voir s'ils y arriveront maintenant,
puisqu'ils n'ont pu y reussir pendant la mission dw


general Marshall. S'ils ne peuvent atteindre ce but, ils
poreront ainsi des coups s6vbres A la fois contre eux-
memes et centre l'effort mondial de paix >.

3. Wauphitgton Post (30/1) :

< Quan'd le came reviendra en Chine, les Chinois
pourront faire appel aux bons offices des Etats-Unis.
Sans aucun doute, ceux-ci sont prbts A accorder leur
aide. Le people anmricain a pour le people chinois une
grande affection qui n'est nu'lement diminu6e par les
troubles et le d6sordre int6rieur dans lesquels la Chine
s'est trouv6e plong6e.
Nous pouvons garder l'estime 'de la Chine en refu-
sant- de soutenir des hommes qui considerent les Chi-
nois comme leur proie, en nous montrant encore plus
difficiles pour preter des fonds a la Chine, tout en
restant preis A l'aider lorsque no're concours perme;tra
d'aboulir a des r6sult"ts sur le plin d" sa reconstruc-
tion. Nous avons dans le gin6ral Marshall un hounme
qui est averti et jouge en realiste des prohlimes de Ta
Chine, tout en res:ant un veritable ami de son people ,.



II. -. PRESS SOVIETIQUE


Revue e la press' sovoitiquae du 31 janvier 1947

Les rubriques de politique &trang6re s'inttressent, come
les jours precedents, A la politique anglo-ambricaine et au
probl6me allemand.

1. LE CONTROL DES ARMEMENTS

Tous 'les journaux reproduisent une analyse d'taill]e du
memorandum present par le Conseil ides savants anglais
sur le contrble international de 1'dnergie atomique.

2. LA POLITIQUE AMERICAINE EN EXTRnME-ORIENT

Toute la press public des depbches de New-York et de
Nankin. relatives aux declarations du Departement d'Etat
indiquant que les Etats-Unis se retirent de la Commission
tripartite contre la guerre civile.
File reproduit egalement une cltlre adressee au g6nr.al
Marshall par le Comit& de la lutte pour une politique d6mo-
cratiqre en Chine.
La Praucda public urne d.pbche de son correspondent h
New-York annongant (d'apres les milieux de press) que la
marine amtricaine construct une grande base militaire h
Tsin-Tao en vertu d'un accord secret. Cette base ferait parties
du programme stratdgique de l'arm6e americaine en terri-
toire chinois.
La situation au Japon donne lieu a de nombreuses infor-
mations. De grand comltes rendus sur la manifestation du
29 janvier i Tokio precisent quae 'on n'avait pas vu sem-
blable manifestation depuis 'plus <1p qunrante ais. On an-
nonce qu'il a 0t6 in'erdit aux savants japonais de communi-
quer aveec l'tranger.
Diverse informations ont trait a la preparation de la
gr&ve g6enrale.

3. LES REPERCUSSIONS DIVERSE DE LA POLITIQUE BRITANNIQUE
HOURS D'EUROPE

Tous les journaux reproduisent une diepche .du Caire
intitultee a Quand les troupes anglaises vont-elles 6vacu~er
l'E;hiopie ? ,, qui rel&ve les protestations des tribus 6thio-
piennes et de l'opinion progressive contre la presence et le
comportement des autoritis militaires angla'ses dans 10ga-
dem. La dpeche signal notamment que la Grande-Bretagne
aurait df retire ses troupes avant le 19 dicembre 1946,
conform6ment au trait anglo-6thiopien de 1944, et declare
en matilre de conclusion : u On se demand & Ad is-Abeha








4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRBSSE ATRANGARE
I


an vertu do quels textes les troupes anglaises restent encore.
en Ethiopie et & quel moment elles vont enfin 6vacuer le
territoire.
Toute la press rpublie un message adresse h 1'Union Sovi6-
tique par le Pandit Nehru & l'occasion de la visit d'intellec-
tuels soviktiqules aux Indes.
Les Izvestia consacrent un long' article d'Iarovoy b 'l'evo-
lution politique en Birmanie, signalant notamment que le
gouverneur general anglais actuel cherche, par sa politique,
a diviser les forces d'mocratiques birmanes.

4. LA POLITIQUE ANGLO-AMARICAINE EN ALLEMAGNE
Les journaux reproduisent ideux extraits du journal alle-
mand Neues\ Deutschland, le premier suc le mainti.en d'hitld-
riens aux postes de con.mande dans les zones occidentales
4 et le second sur la protection don't bin6ficient dans les
mtmes zones les grands industries allemands.
ULne chronique international de Lanine, idlans Flotte Rouge,
est consacr6e i l'evolution de la question allemande. (Voir
l'article plus loin.)

!Les memoranda poloaais et tchicoslovaque sur l'Alle-
nagne (Flotte Rouge, 31/1) :

t Le memorandum polonais aussi bien que le m6mo-
randum tch6coslovaque consid6rent que les conditions
pringipales pour garantir la s6curit6 consistent A extir-
per le militarisme et le nazisme allemand, A reduire
le potential militaire de ce pays, A contrl6er effecti-
vement la vie de 1'Allemagne dans tous les domaines,
j compris sur le plan 6conomique et cultural. On sait
que ces conditions avaient 6t6 d&jh 6num6r6es dans la
declaration de Potsdam. Si les pays qui ont un int.er6t
vital a l'elimination de la menace allemande ne cessent
de r6clamer ces measures, 'c'est parce qu'ils 6prouvent de
l'inqui6tude du fait que, dans une important parties de
l'Allem.agne, on execute bien peu les decisions de
Potsdam. Pour le New York Times, la solution du pro-
bleme allemand s'ildentifie avec le succcs du plan anglno
am6ricain'en course de realisation et qui consist, pour
le hnifilce du capital stranger, A fire renaitre lcs for-
ces qui, dans le domaine de 1'6conomie, constituent le
rempart du miiitarisme allemand en general et de I'hi-
tl6risme en particulier. Ce n'est done point un 'iniple
hasard si les memoranda polonais et tchecoslcvaque
s'int6ressent tellement au problame de l'conomi- alle-
mande. Le memorandum tchecoslovaque insisted sur la
nc.essit6 de dissoudre les trusts allemands et d'emp&-
eher une participation allemande aux trusts strangers;
de nationaliser les entreprises aux mains des nazis et
de leurs amis; de cr6er un programme de r6formes
agraires pour l'ensemble du territoire allemand afin de
d6truire les bases de la puissance des Junkers; de faire
d6pendre l'exportation des besoins d'importations.
Quant au memorandum polonais, il souligne judicieu-
sement que le r6tablissement de 1'economie allemande
dolt se faire apres la reconstruction des pays ddvastbs
par 1'Allemagne, car autrement on pourrait se trouver
en face M'une expansion 6conomique comparable a
celle qui a Wt6 a la base de l'agression hitl6rienne. Et
le memorandum polonais insisted sur l'importance du
problmme des reparations.
Il est inutile de souligner que la politique ccono-
milque men6e actuellement dans les zones anglaise et
ambricaine, surtout depuis leur fusion, ne r6pond pas
du tout aux revendications 16gitimes des pays qai ont
' ete victims de l'agression allemande. Le problt6ne de
la structure economique du future Etat allemand cons-
titue seulement l'une des donn6es du problme alle-
mand. Mais de la solution qu'il recevra dependent, dans
une large measure, les chances d'une reelle dminocra-
i


tisation de l'Allemagne et d'une liquidation des forces
r6actionnaires et agressives qui y op6rent. >
LANINE,


IV. PRESS POLONAISE


a) Le memtoire dit gouvernament polonais d la Confe-
rence de Londres (Zycie Warszawy, ind6pendant,
30/1) :
a On peut 1'appeler un document de lucidity politi-

que. Lucidity, parce que tous naos postulats tiennent
compete avant tout de la r6alit6. T6moin, entire autres,
la reconnaissance de l'unit6 6conomique et politique de
l'Allemagne, ce qui ne signifie, 6videmment, ni une
forte centralisation ni une centralisation d mesur6e. Ce
faisant, le gouvernement polonais a envisag6 la ques-
tion sous son angle pratiquet 11 a reconnu que l'unite
allemande est un fait historique, irreversible, et qu'en
outre elle ne pourra que faciliter le contr6le a exercer
sur 'Allerhagne.
Les postulats de la Pologne se caract6risent par leur
concordance avec la logique et les lemons de l'6volu-
tion.
Un autre fait historique que personnel n'osera nier
est la persistence du phinomene appel6 imperialisme
allemand.
Historique 6galement le fait que, durant ia derniere
guerre, le people allemand a tendu sciemment, par
l'extermination des peuples slaves et la colonisation de
leurs terres, A dominer le monde.
Avec une gale lucidity, le m6moire polonais consi-
dere la cause social de l'imp6rialisme allemand. D'of
la proposition de supprimet les formes monopolis6es de
1'bconomie allemande : trusts et cartels, et celle de
liquider la Prusse et les Junkers.
La Pologne ne refuse nuclment a la nation allemande
son droit h la vie. Elle demand uniquement l'applica-
tion des conditions qui doivent ne plus jamais per-'
mettre A l'imp6rialisme allemand de menacer l'exis-
tence du people polonais et des autres peuples. >

Ib) La divergence des points de vue piotonais et ft n-
Cais an sujet du future statut de I'Allemcagne (Polska
Zbrojna, arm'e, 31/1) :
a Il faut souligner tout d'abord qu'il n'exi,ste pas de
divergences entire la Pologne et la France sur la ques-
tion fondamentale qui est celle d'assurer 1'Europe con-
tre 1'6venlualit6 d'une nouvelle aggression allemande.
I1 est apparu, toutefois, f la Conf6rence de Londres.
que sur le point du future regime de I'Allemagne les
opinions de la Pologne et de la France 6taient diver-
igentes, la premiere optant pour la centralisation, la
second pour le statut fed6ratif.
A l'appui du point de vue polonais, nous dirons qu'un
'coup d'ceil mime superfi'ciel en arri6re nous enseigne
que la tendance A l'unit6 est devenue chez les Alle-
mands, au course du siTcl dernier, particulibrement
forte et qu'elle a servi de principal aliment au natio-
'nalisme nllemand. Du point de vue polonais, la division
de 1'Allemagne en plusieurs organisms politiques, A
supposed m6me qu'elle soit possible, peut constituer
Ipr6cis6ment le ciment qui r6unira les trongons &pars
ide l'Allemagne. >
* ________









BULLBTIN QUOTIDHN DiA PIESSE 0ThHANGRIE 5


V. PRESS BELGE

Les relations anglo-egyptiennes (La MWtropolc, 31/1,
catholique) :
< L'Egypte voudrait porter ce diff6rend i Lake Suc-
cess, oiL elle demandera : 1" l'6vacuation du pays par
les troupes britanniques; 2" la reconnaissance de la
souverainete 6gyptienne sur le Soudan.
A cette premiere demand, les Britanniques objecte-
ront que les troupes sont en Egypte en vertu du trait
de 1936 et peuvent y demeurer jusl4u'en 1956. Un nou-
veau traits n'a pu 6tre con'clu, l'ancien demeure en
vigueur.
Mais, rdpond Le Caire, ce trait de 1.936 est incom-
patible avec la Charte des Nations Unies. C'est I'O.N.U.
qui en jugera.
A la second demand, les Britanniques repondront
que seule une consultation populaire pourrait modifier
le statut du Soudan. Cet argument est tris fort, les
Egyptiens le savent.
II peut sembler peu orthodox que 1'O. N. U. soit
appel6e A statuer sur un traits toujours en vigueur.
Cependant, il 6tait pr6vu dans l'accord de 1936 que tout
diff6rend serait porter devant la S. D. N., aujourd'hui
I'O. N. U.
Devant les ( juges intbgres de Lake Success, le dif-
f6rend anglo-6gyptien risque de devenir une joute in-
ternationale.
La Russie, vicux partenaire de la question d'Orient.
reprendra-t-elle la politique 6gyptienne de la France
sous Louis-Philippe ?
L'U. R. S. S. s'int6resse toujours A la lMditerranee


orientale, mais bien que sa press et sa radio aboient.
ses diplomats semblent disposes : la conciliation. Les
AmBricains ont fait savoir qu'ils verraient avec plaisir
la conclusion d'un accord entire l'Egypte et la Grande-
Bretagne. La Ligue arabe, de son c6t6, soutiendra
l'Egypte. Telles sont les positions dans l'attenle des dC-
bats oratoires qui seront, semble-t-il, trbs animus, car
leur enjeu est Suez. >


VI. -- PRESSE SUISSE

Les trait:.s de paix avec les anciens satellites de I'Alle-
magne (Tribune de Gen6ve, 31/1) :
< La grande inconnue, en ce qui concern l'efficacilt
de ces traits, reside d6sormais dans l'application des
clauses 6conomiques. De cc point de vue, tout depend
encore de la tournure que prendra la future conlf-
rence sp6cialement chargCe de traduire *dans les fails
ia declaration tres platonique relative au r6tablissemeni
de la liberty de navigation et de commerce sur le Da-
nube. Car la contradiction flagrante existant entire la
conception russe de 1' << space vital > et la politique
de la < porte ouverte >, tell que la pr6conisent lcs
Anglo-Saxons, n'est nullenient liminee. Or, tant qu'un
accord ne sera pas intervenu dans cc domaine, et pour
ne citer qu'un seul exemnplc, les s6duisantes combinai-
sons qu'on 6chafaudait sur la creation Idu Territoire
libre de Trieste. en vue de la reprise et de l'intensifi-
cation des changes entire 'l'Europe continental et les
pays d'outre-mer, demeureront lettre morte. >
(PAuL nDu BOCHET.)


& P'. L. Im.. 2. rue Nicooi. Pa&71 81.3O0(