<%BANNER%>
Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00018
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Physical Description: dl. : ; 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publisher: s.n.
Place of Publication: Paris
Creation Date: 1947
Publication Date: 19XX-
Frequency: regular
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063
System ID: UF00077027:00018
 Related Items
Succeeded by: Articles et documents

Full Text




PRESIDENCY DU CONSEIL
SECRETARIAT D'ETAT


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINISTER'
DES AFFAIRES ETRANGERES


SERVICE D'INFORMATION
Direction d? la Documentation ET DE PRESSE
14-16, rue Lord-Byron, Paris (88)


BULLETIN



DE PRESS


23 janvier 1947.


QUOTI A



ETRA E


Nouvelle S6rie N 575


i. PRESS BRITANNIQUE


Riev e de la pressie bri.annique idu 2'4 janvier 1947

La press de ce martin reserve ses manchettes soit L la
reduction des rations alimen'aires, soit i la decision
prise par !e Gouvernement d'adopter une attitude plus
6nergique devant les futures menaces de grAve. Dans le do-
maine exterieur, tous les journaux donncnt urn large. part
aisx questions frngaises ct aux relations iuterallides.

1. -- FRANCE

Tous -s journaux rapportent la formation du nouveau
government Ramadier et en donnent la composition. Ils
sc livrent a tres pen de commentaires.
Le correspondent particulier du Times a Paris estime par
example que la continuity de la politique frangaise est
soulignee par le fait que les socialists se trouvent en ma-
jorit6 dans le Gouvernement et que tons restent aux posters
qu'ils commandaient dans le dernier Cabinet... Les commu-
nistes se sont contents d'un minister relativement peu
important. Leur post le plu's puissant est celui du minis-
tere du Travail, mais celui-ci faith seulement double emploi
avcc le contrble qu'exerce le parti communist sur les mou'-
vements syndicalistes.
Le Daily Express pr6sente 1'ev6nement sous le titre:
aT n communist est fait chef de la Defense >.
Les autres journaux insistent sur le fait qu'il s'agit d'un
Gouvernement de < coalition > ou d'union national >>.
Le correspondent du Manchester Guardian estime qu'e le
nouveau Gouvernement dhbute avec beaucoup de bonne
volonte parcel que le pays 6tait extrmemement las de la crise
de novembre et de decembre derniers et qu'on avait reconnu
qu'il etait normal qu'un seul parti d6tienne tous les minis-
tlres surtout lorsque ce part 6tait celui qui avait subi les
plus lourdes pertes aux elections. Mais ee m6m.e correspon-
dant ne cache pas que le Gouvernement se trouve en face
de grandes difficulties, notamment en raison de la situation
alimentaire et du coft de la vie.
Gertains journaux signalent que le Gdndral de Gaulle a
refuse la m6daille miSftaire et reproduisent la lettre qu'il
a adressie au President Blum pour justifier son refus.
Le Times seproduit le message adress6 par le Roi Geor-
ges VI au Pr6sident Blum A l'issue du voyage a Londres.
Le Daily Mirror signal que certain parlementaires bri-
Lanniqucs envisageraient la creation d'une soci&te don't le
but scrait d'criouragcr 1'hebange d'apprentis entire la France
Lt 1: Gaindc-i-Dretagne.


2. AL&JHIE

Le Manchester Guardian public le premier article de son
correspondent special en Algerie sous le titre : c La France
en Algdrie ;, suimi du sous-titre : Dcu'x civilisations aux
prises 8.
Solon c c corrcspondant, le Maghrcb Ouest-Arabe t et
la France sont aux prises sur une distance de plus de
2.000 ikm

3. LES RELATIONS INlTENAIIONALES
Certains journaux, don't le Times, le News Chronicle, ac-
cordent une ceriaine importance a la publication par
l'Agencc Tass de l'interview accordde par le MarBchal Sta-
line iL M. Elliot Roosevelt en decembre dernier. Le Times
en reproduit de large extraits et le News Chronicle le prd-
scntc ai milieu de sa premtire page avec le titre : Sta-
line veut la creation immediate d'une force de police mon-
diale >.
D'autre part le Times, le News Cluonicle ct e 'Daily
Express font mention d'un message adresse par des libe-
raux americains connus, a M Bevin dans lequel ils criti-
quent la politique prdconisec par M. Wallace et par les
< rebelles a travaillistes. Sans mettre en doute la bonne
foi de M. Wallace, de M. Crossmann et de M. Zilliacus. ni
eelcl de leurs partisans, lts auteurs de cc message decla-
rent que ceux qui sont a la tete de ce movement savent
ce qu'ils veulent. Ils espsrent le retour des anglo-saxons A
la politique d'apaisement qui a d6jh mis la moitid de 1'Eu-
rope et une grande parties de l'Asie sous la domination
sovi6tique.
Le Times reproduit a la suite de cot article la reponse
de M. Wallace dans laquelle celui-ci se declare hostile a
tout impirialisme russc, britannique on amsricain ci le dO-
feinscur de; la liberty ct de la paix.

4. -- U.R.S.S.
Le Manchester Guardian public un article tris documents*
do son correspondent i. Moscou, Alexander Werth, sur le'
effects de la s6cheresse en Russie et sur les raisons pour
lequelles le rationnement n'a pas 6td aboli. Le rapport do
1946 a la Commission du Plan d'Etat, estime cc correspou-
dant, explique mieux que toute aufre chose les effects de la
grande skcheresse de 1946, comiparables A ceux de la famine
do 1921. Lcs canscqucnces auraient pu 0tre pires si le Glon-
vornement n'avait pris des measures sdricuses. Les regions
les plus touches scraient 1'Ukraine ct la Russie central.
Personne ne pent encore prdvoir ce que sera la recolte de
1947. II est a noter que le chiffre de la production civil
n'est que de 20 %c sup6ricur A cell de 1945. La production
du charbon no d6passe que de 30 % celle de l'annie der-








BULLETIN QUO'IDiIEN DE PRESS EtTRANGRRE


nitre. L'indus;rie la plus prospdre est celle du batiment et
l'on peut no'er de rapides prog-&ia clans Ii construction
des villes et villages detruits par ia gucrric.

S--- CONIFRENCE DES SUPPIANTS

Les correspondents du Times et du News Chronicle font
6tat des reventications yougoslaves u" I'AuLi'lche. Apres
avo.r co.iue un cnimpt rcnluu de ce.te question, !e co-re'-
pondant diploma ique du Tinmes kcrit

r Tandis que les supplants ct les diffdrcutes ldid-
gat.lon pui'Cent die I'uvenlr c i'Aiiclinagne, les con-
sequences au ianqu'e d unite economlque de ce pays
out cte sounignecs par la pro eAtaiuo adri'sLeC par
Ia FI'anie' au Conseil in.crallid ae Beriin. La Fiance
protcsterait con re l'obhgation oa eile se trouv.; de
payer dc.ormais le ecxportations dc la zone br tan-
n-qcu en uoiiars. La response britannique est que
devant ies ioiurd-e obligations qu'imlphqu e e onl:-
ilonnrnenililt cononllque do., zolea u; :gio-a*nrisca ins.
la iiiani]E-I 3 .t.i ?i1,e doi. faire tons ses efforts pour
ricu'pei'er Ces dollars.

G. ALLEMAGNE
Le Manches.er Guardian public un article de s&,n co re-.
pondant a Hambourg dans lequel celui-ci brosse un tableau
extrniicneuilt sombre de, la vie materiielie en Allemagne iana-
grd crFLanes ameiibrations dans les transports ct la d.sri-
bution elLetriqua.

7. KEPUBLICAINS ESPAGNOLS
Les journaux .inoincein quca, M.. Gera, rdpublicai, ca.hlo-
lique de droite, a dclnisioanl du Gouvernem.cnt Giral.
Ronald Mattews, dans Ic Daily Herald, estime que la teln-
sion actuelle an sein des rIpubl cains espagnols pourarai'
amener la chute du Gouvernement GCra].

8. TRINIDAD
Le Daily Worker donne la vedefte aux evinements de Trii-
nidad. 11 public sous la manchette : Bataille range A
Trinidad ,, u article detailld sur les echauffourecs qu'i nmet-
tent aux prises la police et les gr6vistes. Le Daily Mail u e
Daily Herald, le Daily Graphic, le News Chronicle, tou' en
donnant a cot 6v6nenment moins d'importance que le Daiql
Worker, lui rdservent neanmms un article en premiere
page.

a) APraI LA POI:MATION DU GOULVEINEMENT RAMADIElI.

1. TivtMes (23/1) :
<( Les decisions finales qui ont mis fin en France
A une longue pdrio'de de regime provisoire et marqu6
l'enlrbe en functions d'un gouvernement pleinement
constitutionnel ont 6t1 prises avec une rapidity, lne
juslesse et une confiance qui ont fait impression.
Si I'on considbre la force actuelle des parties en
France, auoune coalition ne peut etre assure de te ir
hicn longlemps. Mais le programme, dfini mardi s)ar
M. Rama'dier, et adopted h une major: ecrasante ilar
l'Assembl1e, devrait permeltre de s'entendre sur les
tAches pratiques qu'il faudra beaucoup de mois pour
executer. Le minislre Blum a adopted et mis en vigueur
le plan Monnet de 4 ans, qui a regu l'approbation des
trois parties, de la Confeddration Generale 'du Travail. et
des associations de ferniers et d'employeurs. La Fra ice
s'est ainsi aistreinte A I'aust.rit6 d'un effort prolong,
A la base duquel repose l'acquiescemeni des synditats
pour faire passer la semaine de travail de 40 heures A
48 heures. Mais tout le succs 'du plan depend du main-
tien de la stability* financiBre et de la valeur du fraic.
Ceci -est essential pour des raisons de polititue intC-
rieure et exterieure. Du point de vue interieur, toules


les chances de reussite pourraient Wtre rdduites A neant
par une nouveile augmentation des prix et il. Hamadier
a faith part tle son nten.ion de poursuivre les efforts
entreprias par M. Bium pour faire baisser le coft Lde la
vie. Beaucoup de choses dependent de son success ien
cette matidre.
Du point de vue exlerieur, la France a ibesomi putii:
executer le plan iMonnet, qu'on i'aide a ob.enih du
carbon, de ia main-d oeuvre, 'des matibret premieres,
des machines e, des cr6di-s et un eifondrement finan-
cier compromeitraiL ses chances de les acqunirir. Au'ssi
Iks con.pi essins Ludgcltait.s sonl-eies a I'ordrce dl
jour en Fiaitce, et i tau, s'at.enure h 'de nouvelleh
reuuctiuoa des credits mitiaires.
Mas ,es reaiions de a France avec le monde exte-
rieur ne sum pas dies uniqu.nient par ies necesaites
economiques. La France ne perdra jamais de vue qu'il
iwu faut avant tou. garaniir ia security en face de I'Al-
ientagne. 11 taut esperer quac M. Rainadcr ct M. Bidault
nontrero.nt un devir 6gal a ce.u, que garde le gouver-
neinent britannique pour ihiler res neguciailons d'al-
liance franco-britannique, doni 1M. Atee et M. B.uni
ont r6ciamd de concert, il y a une semaine, la conciu-
siou << le plus t6t possible >. Ceci ne veut pas dire que
ces negociations seront faciles. Mais maintenant qu'on
s'est mis d'accord pour conclude ceite alliance oe qu'on
i'a dit, it faut trouver un inuyen pour ies mener a bien.
Qu une a.,iance Iranco-brihannique soil rCalisee tdt
ou Lard, la Gran'de-brelagne et l-an irance peuvent fair
beaucoup en attendant pour s'entr'aider. Le credit rl-
ceniumein consent par une banque londonienne pour
a:der ia France A importer de la laine en est un
exemnp.e.
11 y a beaucoup de directions dans Ic lquelles une
cuopera.ion peut Cire dvheluppee pour le bien des dcux
parties; et rien ne peut davantage encourager les An-
g;ais A se monirer prets a venir ei aide A la France
que de consider la politique suivie au course de ces
enmq dernieres semaines, poiitique don't la formation
du gouvernement Raniadier announce la continuation
politique d'une France qui redevient elle-mime une
o0s 6. e plus >.

2. DUiliy telegraphph (con-srvateur, 23/1) :
< Ce n'esl pas un risu;tat ni.diocre qu'a obtenu
M. Ramadier en parvenant A constiluer un gouverne,
ment; son success dolt &tre attribud non seulement A
ses qualit.ds personnelles, mais aussi au sentiment de
tous les parts de la necessity d'une stability politique.
Le Cabinet qu'il a form est plus qu'une coalition :
c'est une mosalique se composant de socialists, com-
munisles, M.R.P., radicaux et .ind:'pen'danis. II lui a
faliu d6ployer une grande habiiet6 pour grouper des
homines d'opinions aussi diverse et personnel d'autre
peut-6tre n'aurait pu y parvenir A l'exception de eel
.hoinme qui, bien que jusqu'ici pen conau en dehori
de la France, poss&'de un passe honorable qui devait
co:ltribuer a lui valoir I'esti.me de ouns les parlis
La France va engager maintenant une lulte veritable
centre des ennemis qui se prcsentent sous la fortune de
ipdnuries -de -toutes sortes, sous les apparences d'un
passe polilique peu reiuisant, d'une profonde d6su-
nion ct d'un manque de foi en elle-meme. Avant tout
i s'agit 'de g:iqner la violoire sur cus ennenmis. II faut
done esp6ref que ;e premier gouvernement d6signe en
vertu de la nouvelle Constitution sera determined ob:e-
nir cette victoire et non simplement A etre un accident
passage pendant que les leecieurs n'ont pas montre de
prlfirenc. decisive entire les parties rivaux. L'expdrience
de gouvernement national tentee par M. Ramadier sera
suivie avee interAt et amitie A l'1tranger, non settlement









BULLSTIN QUOTIoDIB DRt PRESS *I1ANGG*flR


en raison d'un 'dsir sentimental de voir la France se
redress-er, mais aussi parce que leurs propres difflcultbs
ont beaucoup de points com-muns avec les siennes 3

b) Ap-rtS LES ELECTIONS POLONAISES (Manchesfter Gzuwf
dian, liberal, 22/1) :-

< M. Mikolajczyk doit accepter le fait que la lutte
tragique pour le pouvoir qui durait depuis deux ans
en Pologne, a pris fin avec la victoire du gouverne-
ment. Ce faith doit 6tre evident aussi blen pour les par-
tisans que pour les adversaires du gouvernement, et,
ainsi que le declare notre correspondent, ii y a des
millions de Polonais, surtout des ouvriers, mais aussi
quelques paysans, qui approuvent I'cuvre du gouver-
nemrent tout en d6testant ouvertement ses m6thodes. Si
I'on veut que 'oeuvre se poursuive et aue les m6tho'des
changent, la lutte armee qui emp&che le travail et
donne une excuse valuable aux m6thodes employees doit
lesserr. M. Mikolaiczyk a un grand role A jouer dans res
deux domaines. II sera mieux en measure de le jouer s'il
veille A ce que ses deux .douzaines de partisans au, gou-
vernement soient fortement 'disciplines et organis6es
et que leurs paroles et leurs actes ne puissent justifier
qu'on les identified avec les terrorists de droite qui
sont ses enn-emis tout comrme ceuix du gouvernement
et de la Pologne >>.


S1.. PRESSE AMERICAITN



Revue de In preme tamricain.e du 22 Jantvier 1947

1. SITUATION POLITIQUE EN FRANCE

Le vote de confiance obtenu nar M. Ramadier A I'Assem-
1)6 naItionnle et I'llection .de M. Herriot A In prBsidence de
cette Asseinmb6e sont annoneos dans toute la press, gfnfirale-
ment.en nremi6re naae. Les d6peches des coFrespondants sou-
lignent I'unanimitd recueillie par M. Hamarlier et la grande
maioritd obtenue par M. Herriot. Elles simnnlent les points
essentiels du programme expos par M. Ramadier mettant
narticulirrement en valeur one la France fait passer en pre-
mier le probleme de sa securitW, mais qu'elle ne desire pas
cependant imposer au peunle allemand << une onpression
inhumane ,. L'attachemrnt de la France A I'O.N.U. et A la
s6curit6 collective et sa determination de proteder en Indo-
chine la vie et les hiens des Francais et Annamites qui lul
sent files sont dgalement mentionnds.
Withcombh crit de Paris au Baltimore Sun

< Le caract6re incisif de l'exposqr de M. Ramadier
et la vigueur avec laquelle l'homme d'Etat a souliend6
certain points de son programme ont caus6 nne vive
surprise. -

2. -- TNnocHrwn

Le .Vem York Timens consacre nn Editorial A I'Tndochine.
inspirn par la d6nfche de Trumhinll qu'il a publide le 20 jan-
vier, dans lanuelle le correspondent a soulicrn6 les difficultis
IP repression du movement insurrectionnel. Le journal de-
clare. par ailleurs

L svsteme colonial est fini en Orient. Ln France.
reconnaissant cri'il tnit en voice re ,ie inrtion, a fait
des conc-ssions an novel Ptat l'esnrit. ille a accent
de reconnattre la Rnnlhlimnl dn Viet-Nnm dans le
endre de d 'TTnion imnnriale franchise. Dons In measure
on elles furprnt annlimiues. leg conrCessons se sont r6-
vriesR isnuffisantes. Et, maintenant. la France est la
.oule nation europienne qui tente de harderr par la
force son Fmnire en ExtrAme-Orient.


3. LES PRISONNIERS-DE GUERRE ALLEMANDS

D'apres une dedpche de Washington an New York Herald
Tribune, la France vient de remettre une note aux U. S, A.
presentant ses objections I la liberation des prisonniers de
guerre allemands. La .d-epeche fait etat. par ailleurs. d'infor.
nations de Paris selon lesnuelles la France demandera aux
U. S.A. de retire pour l'instant leur demand de liberation
des captifs allemands c en raison des consequences catasfro-
phiques iu'ellr aurait snr son redressement economique a.

4. ALLEMAGNE
Le New York Times et le New York Hprald Tribune pu-
blient des d6enches de Berlin qui mettent partirelierement
en valeur. d'anrbs nn rannori ,d'unne commission alliee quadri-
partite qui vicrnt d'effectuer une encqute dans ls quatre
rmnes, l'insnuffisnnce de dna militarisation de la zone fran-
caise. Ces dinechcs sont intitules : New York Times : < La
d6militarisation de la zone franeaise est Insuffisante. Les
tabriaues de dynamite, et de pistolets sont encore intactes e .
Vemn York HerdTd Trihbne : Des fabriques d'armes restent
intactes dans In zone franeaise ,.
La nouvelle selon lanuelle le Pr6sident Trnman a drmanAd6
a M. Herbert Hoover d'entreprendre une nonaute sur la ques-
tion du ravltaillement dans la zone anglo-amPricainP est
annoncec dans toute la press et fait I'objet de longs articles.
Celui du New York Times declare notamment :

a Dans les milieux officials de Washington. 'opinion
generale est que. seul, l'argent peut rdsoudre le pro-
bhlme allemand des vivres... Ce qe leo hats function.
naires craignent le plus, c'est que M. Hoover soit
amen6, par son enquete sur la pniurie de vivres. A
examiner le probl6me du niveal maximum de 'lindis-
Irie, celni des exhortations allemandes et la question
plus gOnprale de l'unification economique allemande. *

La pressed donne. egalement, une grande publicity aux dd-
clarations du fein6ral Mac Narnev en faveur de ]'abolition
de l loi sur Ic commerce avec l'ennemi et de la revision
des li'~t.s nor ''-: d'is le hut lde fnvnric) 1. 'ol, .to s Ponm-
merciales entree I'Allemagne et les TU.S. A. < pour ressusciter
'Iconomie allemande I.
Le journal ami ricain public une demi-naae de photos de
sinistrEs allemands mni ont *elu domicile dans un anclen
reservoir Ah tn7 do Berlin.
Le Balnimore Snn renroduit une den~cho A. P. de Berlin
annoncant oue trois personnalites ecclesiastiques allemandes
vont entreprendrt prochainement des tourndes de confdrenees
aux U- S. A

L. i- L ISCOun DE M. DULLES

Dans le .New York Post, Edgar Mowrer apnrouve chaleu-
reusement le plnn Dulles pour I'nnification 6conomique d&
I'Allemagne occidental. Dans le NWew York Sun, un editoriall
tres favorable lui est 'galement consacrn'

6. -- LES DECLARATIONS DU OGANRAL MARSHALL

La press accueille avoc ine vive satisfaction la declaration
du gen.dral Marshall affirmant qu'il n'a pas d'ambition poli-
tique. Elle relive qoe rette d6elaration met fin ddfinitivement
nux spculations sur la candidature du ge6nral A la Presi-
dence des U. S. A. et qu'eHe ne pourra. pair con's6qnent, Tqu
faciliter tes rapports .du nouveau secrtaire d'Etat avec les
rppublicains.
De nomhreux articles snr la tAche qui attend le general
Ma-sball soulianent 0Cndr"lement au'un des premiers pro-
blemes que le srcretaire d'Etat devra rsouldre est celui des
relations avec 1'Argentine. M. Sumner Wells et le frbres
Alson consaceent des articles A cette cmestion. L'ancien sous-
serreftnire d'Etat defend, une foi;s de plus. la nolitique de
conciliation nu'il a toujours pr6conis6e. Les frbres Alsop
exposent les niff et Braden.









BULLETIN QUOTIDIAN DR PRRSSR ATKANGARB


a) La formation du gouivernement Ranadiwr (New York
Herald Tribune, 23/1, edition europ6enne) :
Le Cabinet Ramadier a 6t6 formB sur 'une base
encore plus large que les Cabinets tripartites qui se
sont succ6d6 en France pendant la p6riode de gouver-
*nement provisoire qui a preced6 l'adoption definitive
de la Constitution. Ce minist6re comprend 'des repre-
sentants de cinq parties diff6rents et nous ne d6voile-
rons pas un secret en ajoutant que certain d'entre eux
ne s'aiment politiquement pas trop. I1est evident que le
M.R.P. a 1'intention de .urveiller de tres pr6s les agisse-
ments du ministry communist de la D6fense national.
Ce gouvernement, cependant, est le premier Cabinet
non provisoire que la France ait eu depuis la Liberation.
Beaucoup de Francais eprouvent une impression de
so.ulagement, car leur pays possede enfin un President
de la Republique, un Premier Minisire et 'deux Cham-
bres, l6us ou form6es selon une Constitution ratifi.e
par le vote des citoyens frangais. II a fallu plus de deux
ans pour mettre cette Constitution d'aplomb et elle a.
bien stir, des d6fauts, .mais le fait qu'elle ait W6t 6tablie
sans faire naitre les sombres 6v6nements -que beau-
coup avaient predits est une source de r6confort pour
les Francais a.
(JOHN O'REILLV).

b\ es revendications polaoiJises d l'dgia'd de l'Allmma-
gne (New York Herald Tribune, 23/1, .dit. europ.) :
< La publication, dans leurs grandes lignes, des re-
vendications formul6es par ]a Pologne A l'egard de
1'Allemagne laisse pr6voir une Apre lutte entire la Russie
et, probablement, la France d'un c6te, et les Etats--Unis
et la Gran'de-Bretagne de l'autre, au sujet de la !'ron-
ti6re orientale de l'Allemagne.
La Pologne a d6jA faith connaitrc que les Rnlssec
6taient dWaccord avec elle au sujet des revendications
qu'elle formula b l'Pgard de l'Allemagne. La France
appuiera probablement les arguments territoriaux po-
lonais, ne serait-ce que pour se manager un precedent
utile en vue de faire valoir ses revendications ult6-
rieures sur la Sarre, la Ruhr et la Rh6nanie, a l'Ouest.
Les Etats-Unis et la Gran'de-Bretagne sont cepeidant
r6solus a demander Padoption d'un compromise qui
laisserait A la Pologne la Prusse Orientale et les mines
de carbon de la Sil6sie, mais modiferait la frontier
provisoire actuelle de tell sorte que l'Allemaane re'
.couvre la vaste region agricole qui produit normal:
ment 25 % de la nourriture du pays ..
(NED RUSSELL).


III. PRESS SOVIETIQUE


Retfde de la prestse sov-ifique, dR 22 jRanmier 194"
Les rubriques etrangeres sont quelque peu reduites par
l'abondance des textes et des illustrations rclatifs h Ia dc66-
bration du 23' anniversaire de la mort de Ldnine. La press
public ,surtout des informations. La preoccupation que susci-
tent les politiques occidentales predomine nettement. La si-
tuation en France fait P'o'bjet aujourd'hui d'un interet parti-
eulier

1. -- LES PROBL~MES DE LA COOPERATION INTERNATIONAL
'I'ous les journaux publient en bonne place des t6legrammes
relatifs a 1'entr6e en fonctions du general Marshall. Un
compete rendu est relatif h la stance du 21 janvier au Conseil
de security. 11 comprend notamment le texte integral de
I'intervention de M. Gromyko et un r6sumi des interventions


de WMM. Cadogan et Austin. A propose de l'intervention de
M. Parodi, l'agence Tass ddolate :

SLe d6legu6 frangais a insist pour que 1'on adopted
la proposition aih6ricaine d'ajournement pour des con-
sid6rations de pure courtoisie.

2. LA LUTTE POUR LA DIMOCRATIE DANS LB MONDE
La France fait l'objet de 1'int~ert principal. Tous les jour-
naux accordent une place de choix aux d6p6ches de l'agence
Tusi sur 1'6lection du Pr6sident Herriot, la confirmation par
I'AssemblEe de la designation de iM. Ramadier comme chef
du gouvernement, le message de M. Auriol et le programme
gouvernemental de M. Ramadier. Dans les Izeestia, une 4tude
du professeur Sivanov est consacr6 aux luttes politiques en
France et aux difficu-lt6s que laisise prevoir cette lutte des
classes. (Voir l'article plus loin.)
Les elections polonaises retiennent toujours attention.
Les journaux publient les premiers resultats, avec leis com-
mentaires de la press anglo-americaine. Dans la Prmavda, un
reportage de Polevoy est consacrd h la depcndance de Miko-
lajczyk vis-h.vis des Anglo-Americains, et a l1'6hec de son
parti.
La c61bration de I'anniversaire de la mort de L6nine A
l'6tranger tait l'objet de plusienrs dtpeches sur les erA4mo-
nies h Paris, a Prague, A Helsinki et a La Haye.
Plusieurs dHp6ches sont consacrees au movement des
peuples a d4pendants et coloniaux : les 6vnements de
Birmanie, la journ6e de deuil national en Egypte, le mouve-
ment chinois pour 1'evacuation des troupes amrricalnes.
La plupart ides journaux s'intrressent aux probl6mes de
la d6mocratie dans les pays occup6s et notamment A &la
question de la democratisation de 1'Allemagne. Les dep8ches
Tass rcproduisent les indications fourni-es aux syndicats
allemands par les commandants militaires de Berlin, les
protestations du NeUes Deutschland contre le blanchissement
des nazis par les commissions d'epuration, etc... Au sujet du
Japon, la prasse reproduit les declarations d'un porte-parole
dlu parti communiste japonais sur la situation politique et
signal l'attentat contre le president du Congr6s des syndicate.
Un communique de l'agence Tass, reproduit par tous les
journaux, announce l'arrivie de Louis Saflllant, qui dolt exa-
mier avec le Conseil central des syndicate sovietiques une
s-rie de questions concernant 'activitO do Ia F.S.M.

La situation &coinbrnique en France et les maniwrures
de la reaction (Izvestia, 22/1)':

t Avec l'l6ection du Pr6sident de nl Republique et In
formation du gouvernement, vient de s'achever li p&-
riode de reconstruction politique de la France d'apres-
guerre. Pourtant. Pl'ere nouvelle de vie polilique nor-
male ne promet pas d'etre facile, ni tranquille. L'ana-
lyse du d6veloppement de la .vie social et politique en
France apres la liberation, tout particulibrement l'an-
n6e derni6re. ambne a la conclusion qu'une exasp6ra-
tion ult6ricure des antagonismes est inevitable, ainsi
que la lutte entire les masses laborieuses et les milieux
industrialo-flnancicrs qui constituent la base des Ipar-
lis et des groups r6actionnaires. La press ct les parties
politiques, en France, m6nent depuis de nombreux
mois -- chncun pour soi naturellement leur campn-
ate sous les mots d'ordre de < bataille de la produc-
tion n, a bataille pour l'6quilibre budg6taire >, hba-
laille pour la sauvegarde du franc >>, bataille pour
la baisse des prix a.
Mais A I'exception de la bataille pour la production,
gagn6e par Ia classes ouvriere et ses organizations. pour
le moment les autres batailles se sont terminbes par
des 6checs. C'est ainsi que le project de budget pour
1946, 6labor6 par M. Pleven, pr6voyail un deficit de
200 milliards de francs. Or, en fivrier 1946, apres la
admission du gouvernement de Gaulle, le nouveau mi-
nistre des Finances d6couvrit que le deficit atteignait
320 milliards. On prit done une s6rie de decisions ra-


_


_








BtJLLETIN QUOTIDIEN bE PRESSE gTRANGARE 5


dicales pour reduire le deficit, lequel, apres cette re-
duction, continue d'augmenter on sorte que les ddbpen-
scs de 1'Etat, y c:mipris cells de la T1r'. .r.'. oni
depass6 en 1946, 700 milliards. Pour couvrir cet accrois-
sement de d6penses, les gouvernements ont Wte obliaes
de recourir A de nouvelles emissions fiduciaires. I)'aprbs
les journaux francais, A dater du mois d'aoit on a lance
chaque jour dans la circulation un milliard et demi de
nouveaux billets. Parallelement, en augmentant les prix,
notamment sur les marchandises de large consomma-
tion, ce processus s'acce16rait A partir de juin, si bien
qu'en octobre l'index do coil! de la vie atteignait 858,
alors que celui des salaire.i est a 383, ce qui a pour
consequence que la hausse des salaircs accordee en
juillet ,6quivauL en octobre A une diminution de salaires
de 1'ordre de 50 %.
A la suite des declarations de LUon Blum, on a com-
menc6 la bataille pour la baisse des prix. Le 2 janvier.
les prix devaieni 6tre diminues de 5 %, et i! dtit Cire
proceed A une nouvelle baisse de 5 % en mars. Cetle
measure a 6l1 prise ,pres suppression de ce qu'o1n appe-
lait les subventions &conomiques, ce qui a provoqu6
une brusque hausse des prix sur le carbon, f'acicr,
les chemins de fer, etc... .a baisse des prix a laquelle
Sii a ele iproc6d6 est loin (1d compenser la di i'.'rence
entre le salaire reel ei ]e cofit de la vie. La rupture
ld 'quiiibre entire leI deux elements s'explique par une
offensive croissante du grand capital, ce qui a pour
consequence que les problemes de I'assainissement des
finances, de I'impbt, du budget, du franc, des prix, du
minimum vital, deviennent des questions d'un carac-
tere profond.ment politique ; il en est de meme en ce
qui concern les problemes d'augmentation de la pro-
duction et d'abaissement des prix de revient. La ques-
tion du renouvellement de 1'6quipement de l'induslrie,
des transports et de I'agriculture, indispensable A une
renaissance de .1'conomie frangaise, se pose 6galement
de fanon tres aigue. Or, d'apres les chiffres de 1931,
dans la fabrication des instruments de production, on
n'occupait en France que 6 % de la main-d'oeuvre, cc
qui est le r6sultal de la poiitique usuraire (dI I'oli-
garchie industrialo-financirre. Aujourd'hui, lout lc
Smonde reconnait en France la n6cessiiL d'un change-
ment radical de la situation et, A cette fin. on vient
d'8laborer ce qu'on appelle 1e plan Monnet. Les carac-
Steristiques de ce plan sont notamment les suivanles :
II n'expose pas un programme concrete de principes
g6n6raux. Comme source essenlielle de financelnent, il
prevoit la conclusion d'emprunts rangerss et int6-
rieurs, ainsi que la cooperation inltress~e des ban-
quiers et industriels francais, avec garantie pour eux
Sd'une aide financire de 1'Etat ; la press des milieux
d'affaires et des banques apprecie le plan Monnet
come une rupture avec la politique d'6conomie diri-
gee et un retour h la politique d'economie concerted.
Et ces milieux, pour executer le plan. exigen; dans 13
ipresse que I'on mette fin aux nationalisations et que
l'on donne au grand capital toute liberty d'action ; la
C.G.T. a proclami qu'en cas de sabotage par les indus-
triels, les ouvriers exigeraient une liii:aiion des b6ne-
fices et 'le blocage des reserves, pour quec les entrepri-
ses fussent nationalisees avant de finance le plan.
Ainsi done, la lutte centre les forces de la reaction et
des parties qui les repr6sentent, et les forces de la d&-
mocralie et des parlis qui les reprsenlent egalement.
traduit le heurt des inter6ts d'une aristocratic finan-
cibre privilgi,6e avec ceux des masses populaires. Or,
c'est la m6me(collusion que l'on constate dans la ques-
tion de la Constitution.
Ce n'est point un hasard que tous les parties reaction-
naire: et les repr6sentants du capital- monopolisateur
exigent sa revision. Car il ne s'agit pas pour eux de la


lettre de ce text, mais d'une certain direction pra-
tique de la politique de l'Etat.
Les plans de la reaction frangaise et des puissants
manoeuvriers qui sont dans la coulisse se heurtent A la
resistance de la classes ouvribre, des masses populaires
et de ses reprCsentants politiques, c'est-A-dire le Iparti
communist frangais. C'est pourquoi le rble conside-
rable de ce parii provoque la fureur du grand capital
ct de ses agents. De lI viennent les tentatives obstines
et les manoeuvres subtiles entreprises pour limiter le
plan d'action de ci parti au Pariement, reduire au mi-
nimum sa participation al gouvernement et 1'ecarter
des affaires publiques. De li viennent Loutes les teinta-
lives pour fabriquer des coalitions anti-communistes et
gouvernementales pariementaires ou extra-parlementaj-
res. Mais les 6v,~'ements de ces derniers temps d6mon-
trent la resistance croissante des forces d6mocratiques
frangaises contre l'offensive de la reaction. Et ce.a
donne tout lieu d'esp6rer que la d6mocratie frangaise
surmontera les difficult6s et les obstacles, et qu'elle
saura pousser la France en avant sur la route du ipro-
gres. >
(SIVANOV.)

IV. PRESS POLONAISE *


APiES LES ELECTIONS.
1 Rzeczpospolila (officieus', 22/1) :

< L'amrpleur de la victoire du bloc eicctoral des par-
tis democraliques va engendrer en Pologne lne situa-
tion nouvelle A Ious regards. HI y a quecques jours en-
core, M. Mikolajezyk pouvail affirmer et persuader quc
'c'etait lui et son part qui representaient la majority,
du pays. Les elections de dimanche donnent aux yeux
du monde enlier ia measure d'un pareil mensonge. >

2 Zycie Wursztvy (indepen-dani, 22/1)

< Des tAches difficiles nous attendant dans I'avenir
Le plus proche. L'anine 1947 sera la premiere annee d&-
cisive de la realisation du nouveau plan economique,
et la derniere du rapairiement des Polonais de l'Ouest
et de l'Est; I'annee aussi du traits de paix avec l'Alle-
magne; 1'annee enfin de la liquidation des dernieres
resistances .dans !e pays.
Pour pouvoir remplir les tAches qui nous i!ncnme;ilt.
it est necessaire que prenne vie et corps le nimo d'or-
dre qui a permis au bloc de remipor.er uneI victoire
aussi brillante ; le mot d'ordre de l'uni.6 nalionale. >

30 Robolnik socialistst, 22/1) :
: Nous tendons aujourd'hui la nmai a lous les h1ini-
mes de bonne voionte. Pas seulement aux menmbres des
parties democratiques, mais A tous, mnme A ceux qui,
le 19, ont vote centre nous. Et nous leur disons : < Tra-
vaillez avec nous. > Nous nous tournons aussi vers
ceux qui sont encore A l'6tranger et nous leur disons :
i Revenez On a beaucoup besoin de vous. >

4 Glos Ludu (ouvrier, communist, 22/1)
i Sa victoire 6lectorale va Ipermettre a la d6mocra-
tie polonaise de remplir les engagements qu'elle a con-
tractes envers la nation. C'est seulenient minntenant que
commence 1e travail veritable et concrete qui tend A .la
r6alisation du programme.
Qui donc. peut faire demarrer le pays, reliever le bien
L6re du travailleur en Pologne, si ce n'est 1'6norme ma-







t3ULLETitN QUOTIWiEN DE PRESSE ETRANGkft


jorit6 de la nation, groupie dans le meme effort et sou-
tenant le gouvernement ?...
Le resultat des elections a pose clairement le pro-
bl6me du remaniement du gouvernement polonais et de
la creation d'un cabinet homogene. Peut-o.n continue
A assister, en effet, au spectacle scandaleux d'un homme
qui est en meme temps membre du gouvernement et
<< flihrer du maquis anli-gouvernemental ?
Nous sommes loin de toutes les conceptions qui ten-
dent au gouvernement d'un seul parti, fit-il le plus
fort; conception utopique et qui, dans la situation
actuell.e de la Pologne, serait une erreur, bien qu'on en
fasse largement usage dans beaucoup de pass demo-
cratiques. Nous avons toujours consider et conside-
rons encore que les teaches enormes qui se dressent de-
vant la Pologne ne peuvent etre r6solues que par une
coalition de partis, et par le rassemblement en son sein
de toutes les forces sinccrement d6mocratiques, ras-
semblement bas6 sur un programme solidaire qui ne
constituerait pas seulement une declaration des prin-
cipes, mais aussi des .directives de 'action commune. >


V. PRESS SUISSE


;t) Les rapports unglo-sovidtiques (Basler Nachrichten,
23/1, editionn du soir) :
< A P'heure ofi des inter6ts vitaux pour l'Amerique
exigent une decision, la collaboration des puissances
anglo-saxonnes peul devenir r6ellement dangereuse
pour I'U.R.S.S. Aussi, ne consid6rons-nous pas comme
exclu que le Kremlin opere un brusque changement de
front et, pour 6chapper & un isolement complete, entre-
Iprenne d'ambliorer ses relations avec l'Angleterre;
cette derniere puissance ne risquera jamais de le con-
traindre, autant que le feraient les Etats-Unis, A deli-
miler rigoureusement le champ de ses ambitions. En
tout cas, l'accueil aimable que Moscou a r6serv6 au
mar6chal Montgomery permet de telles hypotheses. ,


b) Apres le voyage de M. de Gusperi t Washington
(Gazette de Lausanne, 23/1) :
< L'Amrrique n'a pas pose d'exigence a M. de Gas-
peri quant A la ratification du traits de paix, mais la
ratification n'en est pas moins une n6cessit6 si la P6-
ninsule veut se r6ins6rer dans le group des nations
occidentales et d6mocratiques qui regardent vers Wash-
ington et vers Londres.
Dans ces conditions, les r6sultats du voyage de Gas-
peri sont forc6ment limits. Sur le plan international,
il ne reste d'espoir que pour les problmes laisses
encore en suspens ipar la r6daction du trait6 : celui des
colonies., que I'llalie voudrait voir r6soudre dans le seus
d'une administration fiduciaire de ses ancient territoi-
res d'outre-mer, qu'elle gererait pour le compete des
Nations Unies. II semble que sur ce point des progres
sensibles aient 6te faits, et que l'alliance franco-britan-
niquc, qui vient an quelque sorte compl6ter Paccord
itaio-am6ricain, laisse de grands espoirs A l'Italie. Une
d6p6che de Londres donne a entendre aujourd'hui que
M. Bevin serait favorable a une solution de ce genre
et qu'il y a silencieusement travaill dains les coulisses
diploma tiques sans en souffler mot. On sait que la
France soutient le m6me point de vue.
En ce qui touche Trieste, on nourrit 1'espoir quell
l'Amirique ne retirera pas ses troupes du territoire in-
ternational et que celui-ci se trouvera par consequent
A l'abri d'un coup de main annexi.onniste de Tito, qui
serait sans cela, de l'avis unanime en Italie, a peu pres
inevitable.
Enfin, si les Etats-Unis adoptent une politique plus
ferme envers les Soviets, ils auront besoin d'une Italic
forte. Le desarmement de la P6ninsule ne serait done
que temporaire, et'la revision promise virtuellemen;
avant m6me que le trait ne soit ratifl6. >
(PIERRE-E. BRIQUET.)

ERRATA
Bulletin Quotidien de Presse 'Etrangere, p. 5, lire
< IV. Presse Beige > et non < IV. Presse Suisse >..



I




4


a. P. L IMPD.. 27. rue Nwolc. Paris 31.SPx


Prix : 6 fr.