<%BANNER%>
Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00017
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Physical Description: dl. : ; 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publisher: s.n.
Place of Publication: Paris
Creation Date: 1947
Publication Date: 19XX-
Frequency: regular
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063
System ID: UF00077027:00017
 Related Items
Succeeded by: Articles et documents

Full Text




PRESIDENCY DU CONSEIL
SECRETARIAT D'ETAT

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8e).


BULLETIN


MINISTER
LA DOCUMENTATION FRANCAISE DES AFFAIRES ETRANGERES

SERVICE D' OSA
ET I *p s VB FI


QUOTID


DE


22 janvier 1947.


PRESS


ETRANGERE


Nouvelle Serie No 574


-- PRESS BRITANNIQUE


Revue e de la press britannique du 22 janvier 1947
Diff6rents sujets de politiquc ext6rieure se partagent ce
matin attention de la press. Cependant les questions fran-
gaises vionnent en bonne place et fournissent notamment
matiere a deux important articles dans le Times et le Man-
chester Guardian.
1. FRANCE
Tous les journaux reservent dans leurs colonies des arti-
cles au vote de confiance qui a ft6 accord hier a M. Ra-
madier par l'Assemblee national. Les correspondents repro-
duisent 1'essentiel de la declaration du future President du
Conscil. Celui du Times signaled notamment que la politique
ext6rieure qu'entend suivre M. Ramadier est la meme que
celle du g6enral de Gaulle, de M. Bidault et de M. Blum et
que son intention est d'aider de tous ses moyens a l'organi-
sation de la security collective en s'opposant a la creation
de blocs rivaux.
Le correspondent particulier du Manchester Guardian
donne un compete rendu ddtaillb de la stance. II insisted par-
ticuliorement sur l'h6sitation que manifesto le M.R.P. A
taire parties du gouvernement. II mentionne les reactions des
deputes communists devant les declarations de M. Rama-
dier et notamment sur la question des salaires (accueil ri-
serv6), de la production (accueil chaleureux), sur son d6sir
de fair cesser les effusions de sang en Indochine (accueil
enthousiaste). Ce Ineme correspondent rappelle en outre les
declarations de MM. Thorez et Duclos PIoccasion du 23 an-
niversaire de la mort de Lunine.
Le correspondent parisien du Daily Telegraph fait etat de
la repartition probable des portefeuilles en're les parties.
R. Matthews, dans le Daily Herald, Stone, dans le News
Chronicle, consacrent un article a la meme question. M. Bell,
dans le Daily Mail, insisted tout particulibrement sur le pro-
blme de l'Indochine qu'il consider comme Pun des plus
graves- qui se posent au prochain government. Dominique
Richard, lui aussi, dans le Daily Worker, donne un bref
resume du discours de M. Ramadier.
Tous les journaux soulignent egalement 1'ilection de
'M. Herriot comme president de 1'Assemblee.
Quant au message du President de la Republiqule, le cor-
respondant particulier .du Times le consider comme tr&s
important. (Voir l'article plus loin.)
Le Daily Graphic public en derniere here une dep&che de
la British United Press selon laquelle M. Raniadier aurait
dd renoncer pour l'instant ii former son gouvernement,
devan* le" refus du M.R.P. de faire parties d'un Cabinet ob
le ministrre de la Dufense national appartiendrait a un
communiste. La depiche est intitule < Le Cabinet frangais *
uouvel ichec a.


2. LA CONFERENCE DES SUPPLANTS
Le corespondant diplomatique du Times reserve un loug
article 1 a la question allemande; 2" au trait de paix
aivec l'Autriche el aux revendications yougoslaves; 3" aux
ri.vendications belges sur l'Allemagnc.
Ce correspondent diplomatique mentionne la proposition
id M. Murphy tendant e6tablir un statut international pour
I'Ailemagne; qui permettrait d'expidier les affaires alle-
mandcs jusqu'A ce qu'u-n trait de paix puisse 8tre soumis
a la signature du gouverncment allemand. 11 fait etat de la
th6se de M. Couve de Murville selon laquelle les petites
puissances devraient 6tre invites a participer aux discus-
sions sur les questions qu'i les interessent directement. Ce
lueme correspondent 6crit que
.i les petites puissances front certainemnent entendre
avec vigueur leurs revendications. Le government
ielge vient d'envoyer un supplant et ajoute ainsi so
voix a celles qui out dija tB. entendues >.

Passant ensuite aux revendications yougoslaves sur la
Carinthie, il declare :
A 11 faut s'attendre a ce que les Yougoslaves luttent
avec d'autant plus d'acharnement pour obtenir satis-
faction dans cc donaine qu'ils ont it6 detus sur la
question de Trieste et de la Marche Julienne.
II fait ensuite etat des propos de l'Etoile Rouge de Moscou
accusant les autorit6s britanniques d'employer des anciens
officers d'Hitler dans l'encadrement des formations minli-
taires de ]a zone brilanniqile.
Le correspondent du Times ticiare : e Ces accusations ont
ddji ele d6mcnties dans le passe, mais elles continent A
6tre portees surtout dans les p6riodes de reunions interna-
tionales >.
Au sujet de l'Italie, ce meme correspondent mentionne la
note de protestation que le gouvernement italien a adressi
au Foreign Office.
En ce qui concern 1'Italic et l'Auiriche, ie correspondent
particulier du Times ecrit :
Le bu' g6'neral de notre politique est de voir nal'-
tre une nation au'tichienne ind6pendante. Les allies
occidentaux ne veilent pas voir 1'Autriche attire a
l'Est dans 1'orbite communist. >

II fait utat des questions en suspens entire l'Italie et 1'Au-
triche d'une part (question du sud tyrolien) et entire 1'Au-
triche et la Yougoslavie, d'au'tre part.
Enfin, le correspondent du Time's a Bruxelles donne des
precisions au sujet des revendications belges su' 1'Allemagne.
La Beigique serait favorable A un regime federal allemand
comportant une antorit6 dconomique central. I1 conside-
rerait comme necessaire 1'occupation permanent de la Rh4-


1______1___111_1____~== -- -
- -- ----~----- -I_~L







BULLETIN QUOTIDIEN DB PREBSSE TSAENG*II


nanie, de mnme que le contrBle international de la Ra.hr. II
demanderait igalement pertains rajufsteluints de frontilres.
des rEparations economiques et des livraisons de sel, potasse,
bois de construction pendant quarante ans, ainsi que l'uti-
lisation des centrales dlectriques etla libre navigation sur
le Rhin. Ce correspondent announce l'arrivoe a Londres pound
le 31 janvier du baron Bruben, directeur g6enral de la sec-
tion politique du ministire des Affaires 6trangires belge.

S3. ALLEMAGNE

Le correspondent special du Manchester Guardian public
-un assez long article sur le moral des Allemands et sur I'at-
litude qu'ils adoptent A 1'egard des autorit6s d'occupation
en zone britannique. II ecrit :

r Le ton amer de la press allemande et des d6cla-
rations de tous les parties est symptomatiqu'e On y
sent une. hostility ouverte a l'igard des Britanniques
et un resseuniment plus grand qu'a aucun moment
depuis le debut de l'occupation. ,

Le correspondent signal que le Conseil municipal de
Hambourg a reproche aux puissances occupants leur nggli-
gence et leur incapacity ,i regler la question du ch:irbon.
Le Conseil municipal de Cologne aurait igalement adressi
de vifs reproches aux puissances occupants qu'il aurait
rendues responsables de 1'effondrement du moral allemand
et du dicouragement general.
Le correspondent special du' Daily Telegraph ecrit de Ber-
lin que le g6enral Mac Narney aurait fait part de son inten-
tion d'inviter son gouvernement A abroger facte sur le com-
merce avec 1'ennemi qui constitute un des principaux obsta-
cles A Ja reprise des relations commercials centre les Etats-
Unis et 1'Allemagne. 11 aurait en outre decide de fixer la
valeur du mark a 30 ct. Enfin le Daily Worker annonce 'ar-
rivie de M. Leon Jouhaux A Coblence.

4. U. R. S. S.
Le Times, le Daily Herald mentionnent le discours pro-
nonc6 par M. Alexandre Androw, chef de la propaganda du
parti communist en U.R.S.S. Le Times donne 1'essentiel du
discours tandis que le Daily, Herald insisted sur la phrase
sulvante :

a Les pays qui n'ont pas support toutes les rigneurs
de la guerre come les Etats-Unis et la Grande-Bre-
tagne ont lance des operations militaires de g 'ande
envergure quand il est apparu clairement que 1'armee
sovi6tique 6tait capable, sans 1'aide des allies, d'oc-
cuper seule 'n totality de 1'Allemagne. ,

5. AFRIQUE DU SUD
Les grands quotidiens font atat du refus du g6ndral Smuts
de soumettre le Sud africain au regime du Trusteeship p.i-
conis6 par les Nations Unies.

6. PALESTINE
Le Times, le Manchester Guardian mentionnent la resolu-
tion adoptie hier par une association anglo-juive aux
..termes de laquelle celle-ci regrettait I'absence de reprdsen-
tants de 1'Agence juive aux conferences qui se d6roulent A
Londres actuellement.

7. ETATS-UNIS
Au sujet de la prestation de serment du general Marshall,
le correspondent du Times ecrit notawnment :

c Le general Marshall salt certainement qu'il mn'y t
pas de problbrme plu's important pour l'instant que
celui des rapports efitre les Etats-Unis et la Russic so-
vi6tique. Il reproduit essentiall des declarations dA
nouveau Secr6taire d'Etat et centre autres la phrase oi
le general declare at d6feridre d'8tre candidate it un
S post politique quelconque. >


8. BRatI
Le Daily Worker reproduit une depeche Reuter slcon la-
quelle le rdsultat des elections serait favorable aux com-
munistes.

9. ROUMANIE
Un correspondent du Daily Mail declare que la Roumanie
a envoy& une mission a Moscou, conduit par le commu-
niste Gheorghudej, afln de demander h l'U.R.S.S. de lui
ceder a credit du' materiel de forage pour ses puits de
pttrole.

a) Le message prdsidentiel (Times, 22/1) :

c Le message du nouveau President de la RWpublique
avait une large port6e, en ce sens qu'il r6tablissait la
continuity de l'histoire de la France par son affirmation
des r6sultats tangibles obtenus par la IIP Republique,
et meme par une discrete allusion excusant les Frangais
qui ont suivi le mar6chal P6tain en toute' bonne foi. Le
message contenait aussi un hommage au gkn6ral de
Gaulle, et cette parties du discours fut chaudement accla-
m6e par l'Assembl6e; son nomr avait 6ti oubli6 au course
.des c6r6monies de Versailles et il 6tait natural qu'il ffit
rappel6 par un de ceux qui l'avait loyalement servi A
Alger.
M. Auriol a esquiss6 sa conception du role attache a
la function de president de la R6publique comme gar-
dien ,de la Cgnstitution et garant de l'ex6cution de la
volonid national. Le message, qui a Wet caract6risi d'un
bout A. l'autre par un esprit de confiance a ite unani-
mement applaudi avec chaleur et respect. >
(Du correspondcnlt du Times d Paris.)

b) Le problimne iindochinois (Daily Mail, conservateur,
22/1) :

a Un des premiers problems que le nouveau cabinet
de M. Ramadier devra risoudre est celui de l'ind6pen-
dance que r6clame le Viet-Nam. II s'agira de d6cider si
l'on veut rouvrir les negotiations en vue d'un riglement
ou restaurer la paix par la force.
Au mois Ade mars dernier, on 6tait parvenu A un ac-
cord. Par la suite, une controyerse s'l6eva quant I'in-
terpr6tation qu'il fallait -donner A cet accord, celui-ci
ayant Jaiss6 beaucoup de questions dans le vague.
Un modus vivenidi avait et, 6t.abli en octobre dernier,
les deux parties ayant convenu de < cesser le feu >,
nais un mois plus tard les hostilitis avaient repris et
elles ont continue depuis.
(ARnHUR BAILES.)

c) Apris les elections polozlaises (Daily Telegraph, con-
servateur, 22/1)

< Ainsi qu'il fallait s'y attendre, les elections polo-
naises ont WtB marques par la victoire 6crasante du
bloc gouvernemental.
Que va-t-il se passer maintenant ? Le gouvernement
a fait allusion A une ou deux reprises A la possibility
d'une amnistie sur le plan politique. Il agirait sagement
en la id6cidant des maintenant:
Le processus de d6sint6gration de opposition sera
probablement poursuivi en favorisant une nouvelle dis-
sociation du parti paysan; A cet effect, on essaiera de
s6parer ,de M. Mikolajczyk quelques-uns des membres
directeurs de son parti. Mais le veritable problime est
le sort qui sera riserv6 aux socialists.
Ces derniers ont abandonn6 leur ind6pendance a la
fin de novembre quand ils signirent un accord avec
les communists en vue d'une champagne ilectorale com-
mune. Ils recevront leur recompense sous forme d'une


_I_ ______ __I ~


_ _II____ ___ __ -IIUI~---~Y-~~-











I3SJLETN (UOTWEN E JRESS ATANGRE


rdpartition des sieges au nouveau parlement sur un pied
.d'6galit6 avec leurs maitres communists.
Tandis que beaucoup 'de socialists admettent fran-
chement qu'aucune difference de principles ne les se-
pare des communists, mais que seules des questions de
tactique politique divisent les deux parts, d'autres so-
cialistes sont -d'un avis oppose.
Ayant pris part a la ,destruction du parti paysan, les
socialists continentt A admettre la n6cessit6 d'une troi-
sieme force dans l'arnne politique pour contrebalancer
les communists. 11s estiment que cette troisibme force
pourrait 6tre trouv6e dans la reintroduction de 1'Eglise
comme troisiine parti sur 1'6chiquier politique.
C'est une situation inhabituelle et paradoxale de voir
des. membres d'un parti socialist encourager secrtpe-
ment un catholicisme politique. Mais les socfalistes sont
bien obliges de rechercher -des allies li oi ils peuvent
Ct of ils es'prent les trouver. >
(CHRISTOPHER DUCKLEiY.)



II. PRESS AMERICAINE



Revue de la press amdricaine du 21 janvier 1947

1. COMMENTAIRES DU DISCOURSE DE M. DULLES

Les journaux acuenillent trds favorablement le discourse
don't ils soulignent le caractdre constructif. Pour Lippman,
le discours de M. Dulles tire son importance du fait qu'il
repr6sente le programme du parti r6publicain pour la poli_
tique ext6rieure et qu'il serait bien accueilli par le gouver-
nement. Ce programme, h la fois allemand et europien, serait
parfaitement en harmonie avec les espoirs et les intentions
du Departement d'Etat et avec la conduite par le general
Clay du gouvernement militaire en Allemagne ,. S'il a Wet
ddfini *si tard, c'est que les autorit6s am6ricaines se sont
pr6occup6es surtout jupqu'L present de r6soudre les probl6-
mes poses par l'occupatlion de 1'Allemagne et de rechercher
des avantages dans un conflict politique avec I'PU,R.S.S.
Lippman croit que, si la premiere reaction des Soviets est
difavorable, la crainte qu'ils 6prouvent de voir se cons-tituer
un bloc occidental au cas oi ils repousseraient ce plan les
incitera a y coop6rer.

c II n'y aurait un bloc occidental que si les Russes
empdchalient les Etats allemands de leur zone die fair,
parties de la Conf6d6ration et forgaient la Pologne et
la Teh6coslovaquie A se tenir hors du syst6me euro-
pien. "
peen.
Lippman prdvoit que les Soviets n'accepteront ce plan
qu'apris de longues discussions et que les parties communists
des pays europeens modeleront leur attitude sur celle de
Moscou.
D'apr&s lui, ce plan peut satisfaire les in.tlrts vitaux de
la France. Le parti communist frangais s'y rallierait sans
doute, si son opposition devait lui faire perdre un grand
nombre de sympathisans. Lippman conclut que l'interet na-
tional bien compris des peuples europeens devrait les inciter
A appuyer un plan qui propose un r6glement europden sans
crier une coalition centre 1'U.R.S.S.
Pour le New York Herald Tribune, le plan de M. Dulles ct
constructif e' donne 1'Europe des assurances que 1'Alle-
magne sera utilisde dans l'intdret de 1'ensemble de l'Europe.
Les Russes pourraient 6tre amends A y adh6rer s'1 leur don-
nait I'assurance que l'Allemagne ne sera pas utilisde dans
une 6ventuelle guerre du monde capitalist dirigde contre
eux et s'il leur 6tai' permis de se prononcer sur l'utilisation
des resources allemandes. Pour assurer son- succ6s, 11 im-
porte de souligner le plus nettement possible, conclut Ie
journal, que le plan de M. Dulles ne propose pas la creation
d'un bloc occidental.


Le Philadelphia Inlquirer Evening Bulletin souligne le ca-
ractere antisovi6tique de ce plan et le croit difficilemen'
acceptable pour les Soviets. HI pense cependant qu'il amdnera
les Risses i r6flechir i l'int6r&t qu'ils ont k cesser de fire
de l'obstruction i 1'unit6 6conomique ddfinie par Potsdam.

2. POLOGNE
La victoire du bloc gouvernemental aux elections polo-
naises fait l'objet de longues d6p&ches de Varsovie qui sou-
lignent qu'elle d6passe touts les provisions, et de plusieurs
editoriaux qui, a une seule exception prds, ddclarent qu'elle
n'est pas surprenante, les elections ayant 6t6 truqunes.

Si les elections avaient etd libres, comme le prd-
voyait l'accord de Potsdam, ecrit le New York Times,
le regime actuel aurait 6t6 balay6 par une majority
d'au moins soixante-cinq pour cent. Mais ces Olections
ne sont pas autre chose qu'une fraude et u ne farce. P
a La v6rit6, declare a son tour le New York Herald
Tribune est que la *Pologne ne pouvait pas se per-
mettre d'avoir des elections que la Russie aurait pu
juger < inamicales > si elles s'6taient tradulites par la
victoire du part de Nikolajczyk. >

Un editorial du Philadelphia Inquirer est intitulde Des
Elections truqu6es maintiennent les communists au pouvoir
en Pologne 3.
Le liberal P. M., par centre, public ue depdche d'Ingersoll,
date d'e Varsovie, dans laquelle le correspondent ecrit :
: Je crois que le gouvernement polonais est sine6re
et patriote, qu'il s'est effore6 d'organiser des elections
libres, et que, si Ic people polonais avait rnellement
voulu le faire tomber en fareur de Mikolajczyk, 11
l'aurait pu. a
3. LA EMISSION DE M. DE GASPERI

La demnission de 'M. de Gasperi est 'annonc6e dans toute
la press, mais elle ne fait encore l'ohjet d'aucun editorial.

4. -- INDOCHINE
Le New York Times public une excellent d6p&che de son
correspondent & Hanoi, Trumbull, qui montre, par plusieurs
examples, que le soulbvement annamite avait 6td longuement
pr6m6dit&.
Le New York Herald Tribune public un court editorial sur
l'Indochine, d6eclarant :

Le r6tablissement complete de 1'autorit6 frangaise
sera difficile ,et fera couler beaucoup de sang. Les
Frangais et les Vietnamiens aurakint done tout intir&t
A adopter une solution de compromise. ,

Le New Yorn Times, de son cbtd, public la lettre d'un lec-
teur qui prend la defense du Viet-Niam, d6clarant qu'il lutte
:pour son inddpendance et que la France n'a pas respect
I'accord de Fontainebleau.

5. ALLEMAGNr

La press continue a publier des articles et des photos de
nature A soulever la sympathie des Ameiricains pour i'Alle-
magne. Le New York Times consacre un tiers de page anux
photos prises dans une gare de Francfort, transformed en
refuge pour les sans-abris.
Le Baltimore Sun public une longuc dipeche de Londres
signalant le livre de M. Gollancz sur la misre q.ui r6gneralt
actuellement en Allemagne.
Le New York Times consacre une colonne a la Iettre d'un
lecteur du Middle Wiest, Hergens, pr6conisant un accroisse-
ment du niveau maximum de production allemande fix6 par
les Allies.
Les journaux de New-York publient d'assez longs articles
rapportant des declarations faites par le pasteur Niemoeller
au course d'une conference de press. Ils soulignent que, d'a-
pres. ce propagandiste allemand, l'antis6mitis'me-n'existe plus-
en Allemagne.
Seul, Bernstein, dans P.M., riagit--vigoureusement devant


3


ItIMLETIN QUOTIDIEN ~PE -PRESSF ATRANGkRE.








btt)LkTiN QUOTIDIEN DE PRESSE ATRANGARE


ces declarations. II montre que Niemoeller cst foncirement
nazi et que sa champagne de propaganda aux U.S.A. est extre-
nmmcnt dangereuse.
a) La formation du cabinet (New York Herald Tribune
22/1, edition europ6enne) :
< En d6pit d'un vote de confiance unanime, les es-
poirs de M. Ramadier pour r6ussir a former un cabinet
se heurtent a la reticence montr6e par le M. R. P. pour
participer a un gouvernement ou les communists au-
ront probablement le minister de la Defense national.
En application de la nouvelle Constitution, M. Rama-
dier est maintenant r6guli6rement invest comme Pre-
mier Ministre, mais il n'est pas tenu de faire connaitre
imm6diatement la composition de son cabinet; il peut
laisser s'6couler un certain .d61ai don't la longueur n'est
pas d6termin6e. Par son attitude d'hier, le M. R. P. a
montre qu'il approuvait M. Ramadier et son programme,
mais s'est r6serv6 le droit de s'opposer A la nomination
d'un ministry communist a la D6fense national. 11 est
possible que si le M. R. P. reste en dehors du cabinet,
le Rassemblement des gauches prefre 6galenment rester
a 1'ecart, plut6t que de se trouver abandonn6s au sein
d'une formation qui 6quivaudrait a un gouvernement de
Front populaire.
Dans ce cas, M. Ramadier devrait se retire. ou bien
former un gouvernement tcompos6 uniquement de so-
cialistes, comme M. L:on Blum 1'a fait il y a usi mois
quand il se trouvait exactement devant les mkmes dif-
ficult6s. >>
(JOHN O'REILTY.)
b) La IV' Rdpubuique et l IIIP (New York Herald Tri-
bune, 22/1, 6d. europ6enne) :
a La IV* R6publique, depuis;sa naissance difficilh, ac-
cuse de plus en plus l'influenee de la IIP. Le succs
et la vitality, de la IV, R6publique pourraient se mesurer
A la facon don't elle affrontera et vaincra le puissant
souvenir de 'la II. Les ennemis de la nouvelle It6pu-
blique frangaise ont beau jeu pour compare ses pro-
gr6s infantiles avec le pass majestueux de la vieille
institution. La derision dan's la'quelle ils tournent le nou-
vel Etat a d'autant plus de poids que la RBsistance sem-
ble jusqu'A present avoir Bchou6 dans sa tAche de don-
ner au pays les nouveaux chefs que l'on attendait pour
remplacer les hommes d'Etat de la IIP R6publique. Les
quatre personnalit6s marquantes du nouveau regime -
MM. Leon Blum, Edouard Herriot, Champetier de Ribes
et Vincent Auriol ont acquis leur notori6t6 sous la
III1 R6publfque.
Le seul leader en vue, issu du movement de resis-
tance, qui ait surv6cu A la guerre et n'ait pas Wte eclipsAe
dans la guerre politique qui a suivi celle-ci est M. Geor-
ges Bidault.
A la fois comme President -du Gouvernement provi-
soire et comme ministry des Affaires 6trang6res, inais
surtout en tant qtie ministry des Affaires Btrangeres.
M. Georges Bidault a montr6 toutes les qualit6s de tacl,
de prudence, de tolerance et .de pr6voyance qu'on de-
inande A un homme d'Etat. Ce n'est pas de sa faute
s'il vient d'6tre 6clips6 sur la scene politique par les
leaders des autres parties. C'est en parties la faute de
I'inexp6rience et de l'incoh6rence du M. R. P. (deux
d6fauts qui pourront se corriger a l'avenir parce que
le M. R. P. a un grand r6le A jouer, le rl6e d'un parti
du centre), c'est en parties aussi la faute de la Consti-
tution de la IV, R6publique et de sa naissance donlou-
reuse.
Dans une crise telle que celle qu'a traverse et tra-
verse encore la France, la nation peut se turner soit
vers ceux de ses chefs qui ont le plus d'Age et d'exp6-
rience, soit vers ceux qui, n'ayant ni l'Age ni I'exp6-


rience, offrent le remede le plus radical. M. Blum 6tait
l'homme d'Etat Ag6 et exp6riment6 vers qui l'Assembl6e,
au nom de la nation, s'est tourn6e r6cemment. Si
M. Leon Blum avait decline l'offre qui lui 6tait faite ou
si sa breve experience s'6tait av6r6e un 6chec notoire
-- ce qui n'est pas le cas ii se peut bien que par
apathie ou par une sorte de logique du d6sespoir ou
m6me par une certain inalice politique, les anticom-
munistes -de l'Assembl6e eussent offert la pr6sidence du
Conseil au communist Maurice Thorez.
M. Thorez, au moins, avaient promise un remade ra-
dical au cas of la science politique et l'exp6rience de
M. Blum auraient 6chou6.
Sous la III" R6publique, ce furent les petits parties et
les leaders politiques ind6pendants ou .semi-ind6pen-
dants qui .ont r6ussi le mieux au pouvoir et I'ont gard6
pendant les terms les plus longs. Le pouvoir allait a
la personnalit6 plutot qu'au parti.
11 se peut que la IV' Republique, en d6pit de la rigi-
dite et -de I'inflexibilit6 apparentes de la Constitution
ct du systeme des parties, revienne au principle d'accor-
der le pouvpir A la personnalit6..L'61ection de M. Vin-
cent Auriol A la pr6sidence de la R6publique est un
example qui illustre cette tendance. M. Auriol a 6te 6lu
A l'Elys6e non pas parce que c'est un socialist, non
pas parce que son parti se tient A mi-chemin entire les
communists, A gauche, et les M. R. P. au centre droit.
mais parce que, en tant que president de l'Assembl6e
constituante, il s'est montr6 plein de sagesse, de tol&-
rance et de patriotism 6lev6.
En r6sum6, plus la IV" R6publique essaie de s'6carter
de la PIII, plus elle s'en rapproche de facon inevitable. >>
(GEORGE SLOCOMBE.)
c) La situation. en Indochine (New York Herald Tribune,
21/1) :
< L.s Francais en Indochine font A l'heure actuelle
la m6me d6couverte *que celle qu'ont faite les Britan-
niques dans l'Inde et en Birmanie, et les Hollandais
en Indonesie. Les Francais paientrbs cher pour ap-
prendre que le sentiment, de nationalism qui souffle
sur toute 1'Asie est extr6mement puissant et que les
efforts tents pour y mettre fin cofitent cher tant en
argent qu'en vies humaines.
La determination des Asiatiques, qui veulent oblenir
leur liberty en se d6barrassant du contr6le stranger, n'a
,que peu de rapports avec leur degr, d'6volution vers
le gouvernement personnel. Les In-dochinois sont cer-
tainement loin d'6tre aussi pr6par6s A se gouverner eux-
memes que les Birmans, a qui les Britanniques ont r6-
cemment offer leur ind6pendance dans le sein on A
l'exterieur de 'Enipire. Mais le d6sir de se gouverner
cux-m6mes semble aussi fort chez les Indochinois que
chez les Birmans. II devient de plus en plus apparent
que la restauration total de I'autorit6 francaise en Indo
chine sera une entreprise difficile et sanglante, et que
les Francais, tout comme les Vietnamiens, pourraien:
tirer un grand profit d'une solution de compromise.
Chacun devrait comprendre, ainsi que les 6v6ne-
ments le prouvent, que I'Asie ,d'aprbs guerre n'est plus
celle d'avant guerre. Peu d'Asiatiques sont satisfaits au-
jourd'hui d'etre gouvern6s par des strangers, et cela
quels qu'ils soient. En Indochine comme ailleurs. on
dolt comprendre cette verit6. Peut-6tre est-ce une v6rit6
d6sagr6able parfois, mais on ne pent I'ignorer sans
dommage. >
,d) Les rapports dmirtcano-sovie.iques (New Yol-k Herald
Tribune, 22/1) :
( Les conditions atmosph6riques ont empech6 le ge-
n6ral Mashall d'assumer hier la lourde charge qui I'at-








SULLITIN QU0TIDIEN DE PNESSI iJTRANO*R2


tend au d6partement d'Etat. 11 a devant lui bien des
probl6mes, mais il est peu douteux que le plus impor-
'tant est toujours celui des relations entire l'Am6rique
d6mocratiqueet l'Union sovi6tique.
On ne peut nier que les deux systems ne soient en
conflict dans une large measure. Dans leur id6ologie poli-
tique et economique, dans leur structure sociall, ils sont
bien -diff6rents; les qualities de l'un sont les d.fauts de
I'autre; cependant, il n'y a pas une seule grande ques-
tion au monde actuellement qui ne d6pende pas pour
sa solution de 1'tablissement d'un modus vivendi rai-
sonnable entire ces .deux puissances. Place devant ce
probl6me primordial, le g6n6ral Marshall va h6riter de
la politique -de M. Byrnes et sera sous la direction de
la politique de M. Truman; il sera 6galement brid6 par
la polifique de la majority r6publicaine du S6nat. Qu'il
puisse y avoir des divergences d'opinion entire eux
meme dans le cadre < bipartites >> est une chose d6ej
6vidente. II semble essential a notre journal que la con-
tribution des R1publicains a la question primordiale
des relations avec les Russes soit tres soigneusement
examine et pes6e.
11 est clair que le success d'unc solution d6pendrai;
bien plus'de la facon g6n6rale d'envisager le problem
que des details du plan. Annoncer 'que nous mobilise-
rions les puissances occidentales en response a une me-
nace des Soviets serait an6anti.r d6s le debut tout espoir
de solution. En revanche, annoncer que nous mainte-
nons fermement nos droits ,dans l'espoir d'arriver a un
modus vivendi qui serait acceptable pour tous, c'est cela
qui pourrait r6ussir a amener un riglement.


III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press sovidtique du 21 januier 1947

La c616biation de I'anniversairc de la mort de Lunine r6-
duit a une page les rubriques 6trang6res, qui ne contiennent
que des informations.

1. LES ELECTIONS POLONAISES
La question des elections polonaises reste au premier plan.
Les journaux publient une serie de dipeches donnant les
premiers resultats et signalant la conference de press de
M. Grosz, les coups de mains terrorlistes qui out marque le
scrutiny, les commnentaires des correspondents de press etran-
gers.
Poltoracky public, dans les Izvestia, un reportage sur le
scrutiu.
2. LA POLITIQUE FRANgAISE
La politique frangaise retient toujours attention des
journaux, qui publient des informations sur les n4gociations
de M. Ramadier dans la soiree du 26 janvier, et signalent
que le Rassemblement des Gauches ne participera au gou-_
vernement que si le IM.R.P. accepted egalement d'en faire
parties. La press public le texte du communique adopt le
19 janvier par le Comit6 central du parti communist fran-
Cais.
3. LA SITUATION POLITIQUE EN ITALIC
La Pravda reproduit un grand nombre de dp&ches consa-
cr8es a l'Italie : la dimission du gouvernement italien, ]'at-
titude du parti communist italien, 'la reproduction d'un
article de M. Pietro Nenni favorable a la situation politique
en Europe oriental.
4. LA POLITIQUE D'OCCUPATION DANS LES ZONES OCCIDENTALES
On relive dans la press des informations sur les sujets
suivants : l'article de Grotewohl dans le Neues Dexitschland
sur la n4cessiti d'une democratisation efficace et les defauts


de la politiqu*e conomique suivio dans lea zones oocidentales,
I'interAiew accordre par le President Gottwald A un journa-
liste hindou sur la politique de son pays vis-a-vis de l'Alle-
magne, le r6le jouC par les industries hitl6rlens dans les
zones occidentales, le demontage des usines dans In zone
frangaise, les difficulties economiques A Hambourg, etc...
Dans PEtolle Rouge, Arnildov public un article sur la
< denazification e dans les zones occidentales.
Le journalist rapport ensuite un tres grand nombre de
faits relatifs aux zones anglaise et am6riraine : l'entretien
d'unitis militaires allemandes camoufl6es, la nomination
d'un lieutenant-colo.ncl nazi au poste de direct-ur de la
police de Dortmund, la nomination di nazi Reisen comma
president de la Commission de denazification de Ratisbonne,
la nomination du Dr Hekel comme conseiller juridique de
administration amiricaine a Straubing, la presence de 1'an-
cien secr6taire de Goering dcans le Conseil Provincial de Mu-
nich, le maintien en fonction en Baviere de 90 % des insti-
tuteurs du IIP Reich, l'autorisation pour les trusts de l'I. G.
Farben, de 1'A. E. G. Siemens, de Reinmetal et de Shaering,
de poursuivre leur activity, la liste des noms des adminis-
trateurs on des directeurs nazis maintenus dans leurs fone.
tions,'l'6motion causic dans les milieux syndioalistes allc-
mands par le rcfus cat6gorique des autoriites d'occupation de
tenir compete de leurs observations, l'existence en Bavi&re
d'un part nazi camoufli sous les apparencrs d'un jnouve-
ment royaliste, etc...
Arnildov conclut enfin en indiquant I'inquietude que cause
la question de ]a denazification dans les zones occidentales
A tous ceux qui se soucient de 1'avenir de la paix.


IV. PRESS SUISSE


Le problem gouverneanental en France (La Ci6t Nou-
velte, 21/1, catholique de gauche) :
< I1 s'agit, pour les R6publicains populaires, de de-
cider s'ils doivent ou non participer a cet abandon de
la Defense national aux communists, abandon qui se
fera mime s'ils. s'y refusent. Its doivent *d6cider si leur
action sera plus efficace dans l'opposition ou dans la
Inajorit6.
Mais une autre chose les fait encore hesiler sur 'effi-
cacit6 de leur participation au gouvernement : la poli-
tique 6trang6re. M. Ramadier offre ai M. Bidault les Af-
faires ,trang6res. Or, M. Bidault est en complete desac-
cord avec la politique etrangere qu'a inaugur6e M. Leon
Blum. 1 consid6re que le voyage A Londres fut un suc-
c6s pour M. Attlee et qu'il fut d6savantageux pour la
France parce que, concernant les points litigieux, en
particulier 1'Allemagne, M. Leon Blum a, selon toute
vrnisemblance, abandonn6 les positions francaises sans
autre contre-partie que la vague promesse d'une 6ven-
tuelle signature. Pas mrme un seau de carbon !
Dans ces conditions, M. Georges Bidault estime diffi-
cile pour lui d'aller A Moscou. Son autorit6, pense-t-il,
pourrait y ktre mise en doute par ses trois colleagues.
Peut-etre meme ison president du Conseil lui ferait-il
e le coup de Cannes > et le d6savouerait-il comme cela
est arrive jadis A Briand, pendant la conference inter-
nationale de Cannes.
On comprend P'h6sitation du M. R. P. devant cette
grave responsabilit6; mais cee qu'on ne comprend pas,
c'est la raison qui emp&che le part socialist de re-
soudre le probl6me comme il 1'avait resolu le mois der-
nier. Pourquoi ne veut-il pas poursuivre seul et mener
t son terme l'exp6rience 6conomique qu'il a commen-
cee a grand renfort de propaganda radiodiffus6e ? On
commence A :se demander sil y a jamais cru !

(JEAN DANNEMULLER.)

& P. L Imp., 23, rue Nicole. Parls 81800 '