<%BANNER%>
Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00010
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Physical Description: dl. : ; 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publisher: s.n.
Place of Publication: Paris
Creation Date: 1947
Publication Date: 19XX-
Frequency: regular
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063
System ID: UF00077027:00010
 Related Items
Succeeded by: Articles et documents

Full Text




PRESIDENCY DU CONSEIL
SECRtTARIAT D'ETAT

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8e).


BULLETIN


DE


PRESS


13 janvier 1947.


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MTNTSTERE
DES AFFAliIES ETRANGERES


SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESS


QUOTI



ETRA


Nouvelle S&rie No 566


1. PRESS RRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 12 janvier 1947

Les nouvelles internationals sont rares et la press domi-
nicale con;acre loute son attention a la gr-ve des, transports.

1. LA GREVE DES TRANSPORTS
On espere qu'un accord entire les syndicats et !es grivlstes
$ermctlra la reprise du travail des le 13 janvier. Devant la
menace d'auti s corps de m6tier de fair grive et la. .u:te
de I'opposition des points de vues de M. S.:rachev. mini-tie
du Ravitaillrment. qui i'ait en faveur de l'intervention des
trouoes, et de M. Isaacs, minister de I'Intirieur, qui s'y
mon,:rait oppose, M. Attlee aurait renonced fair appel aux
troupes pour di:,tribuer les approvisioinnements.

2. LES RAPPORTS ANGLO-RUSSES
Les aspects pittoresques du voyage du mar6chal Montgo-
mery t Moscon sont dderits par ]a plupart des journaux. La
seule note politique A relevcr est celle de 1 Obseaer :

e D'agraables changes de courtoi.ie n'empechent
pas les Russes de poursuivre leurs efforts pour per-
suader Icur people de maintenir une attitude d hosti-
lit6 aggressive centre la Grande-Bretagne. On ne peut
s'atlender i ce que relic visit ait nn effet important
sur les relations anglo-russes; pouT le people russe,
la Grande-Bre;agne rest sous la domination complete
Ides Etats-Unis. n

Le socialist Reynold-News a'taque M. Churchill gu'il
accuse de vouloir mener une c croisade pour la conclusion
d'une alliance anglo-am6ricaine ct o l'encerclement 3 de
1'U.R.S.S

3. LE GENERAL MARSHALL AU STATE DEPARTMENT
La nomination du gindral Marshall comme secretaire
d'E'at n'est commentie que par I'Observer. Ce journal estime
qu'il rccevra le mime appui que son predicesseur i moins
qu'il ne devienne le candidate democrat i la Pr6sidence.
Cependant, m-rme dans ce cas, le journal estime que les
rdpublicains maintiendraient la politique itrang-re au-dessus
des questions de parties. 11 pourstit

z S'il y a une r6orienta'ion de la polititue ameri-
caine, ce sera dans le Pactique. Le geinral Marshall
est le seul homme qui puisse freiner oeuvree du gene-
ral Mac Arthur et In politique indipendnnte d lan
marine americaine. En cela, il pourra rassurer les
usese. ,


4. LES QUESTIONS ALLEMANDES
Lord Ueveridgj. ecrit su'r la zone d'occupation franchise
la pr-mi6re chronique d'une serie d articles consacre i. 1'Al-
Icmagne que public l'Obveroer. 11 souligne que le niveau di-
vie de la popu-alion de la z3an franoaise est encore pins
has que dans Ie. aut;res zones.
1lappelan; I' allaire 'illesseu, il ecrit .

Ce cas montre la ongne route qu'il tlete encore
At faire aux Allemands pour s'adap'cr i un regime
c'cca:il:- sans arbitlrairc ,
Dans 1'en:embLe, conclut-il, la zone frangaise ne
differe ias scnsi;lemlent dle la zone britannique, quel-
que. problimes y sont mieux risolus, d'autres moins
blen. Je n'ai trouvt, ajou:.e-t-il, aucnn des hauts fonc-
tionnaires frangais qui se con'entent de ce qu'ils peun-
vent fair ou qui prelendenl que les Allemands nm-
rilent d'avoir faim ou fioid, mnais le redressement de
la situation n'eL;t pas entire leurs mains.

La question de savoir s'il y aura un trait :e paix avec
l'Allenagne et abordie par le corre,:pondant diplomatique
de I'Observer a l'oecasion des declarations de M. Murphy
sur un Y status de paix ,. Le journal estime que cette a.olu-
Lion aurait l'avantage de crier une. sore de cadre pour le
development de I A\llemagne, landis qu'nn devrait attendre
pour signer un :rait6 de paix 1'6tablisse'ment d'un gonver-
nement allemand,
a qu. .tlon sur laquelle on n'a pu s'entendre et qul
poorrait retarder l'adoptiou d'un rglemennt d'un an
on plus. Cependant, sans traits, il n'y aura pas de
responsabilitd allemande pour l'exdcu:ion des condi-
tions inposces qui continuera d'inconiber aux auto-
rites aliiees et aux armees d'occupation. ,

5. LA FACE
Le correspondent du Sunday Times iA Paris consider
come probable la formation d'unoe coalition dirigie par n
socialist on un radical.
i. La PnOBLEME PALESTINIEN

L'Obscrver done come acquise la participation des
Arahes tit Palestine aux prochaines conversn'ions de Londres.
I1 espPre que si I'exicutif sioniste collabore aver le gednral
Cullinghain, de re:our a Jirusalemn avec de nouvelles ins,
tructions, il pourra 6viter de proclamer la loi martial.
Sur le plan g4enral, on est maintenaut convaincu
que le plan Morrison est mort et que la seule solution
possible est celle du partage; le cabinet decidera sans
douta cette sewaine .sur quelles bases eeo peut 6tr


-









2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


envisagde; le gouvcrnement desire qu'il s'agisse d'une
solutlni non imposee, accep'ie autour de la table de la
conferencee, mais la situation offre pen d'espoir qu'uneo
Stelle solution soit accep:de. Les Julfs veulent que le
gouvernement se prononce, d&s maintenant, pour le'
partage et le gouvernement ne vent que soumettre
cette solution aux dissensions. Ii restera, de toute
faqon, A ddlimiter les zones de partage. Jusqu'h main-
tenant, conclut l'Observer, le cabinet s<-mble avoir
da\antage craint d'offenser les Arabes, mais, en raison
des promesses fates par le par'i travaillite aux Juif,.
il n'est pas certain qu'il maintienne cette attitude, o

Revune de la pressed britannique da 13 janvier 1917

Tous los journaux anglais donncnt ce martin la vecce'te a
la crise des transports londonicns. Ils annoncent que les grb-
vistes out rcfus6 hier de reprendre le travail et que lII gou-
vernem:nt a ddcidd de faire intervenir la troupe pour ;assurer
la distribution des denrics alinctaircs.
Parmi les questions de politique dtrangire qli reti.'nnent
ce matin Fin:dert de ,a press, aucune i'occnpe vriiment
une place pi eponderante.

1. ETTS-IUNIS

La plupart des journaux rapportontL les ddclaralions faites
i Cleveland par Ie sina'eur Vandenberg. UIs ..oulignenl par-
tiruliBrement les phrases dans lesquelles ec' home poli-
tique a rendu hommlage au gnhral :Iarshall en afffi mant
que le nouveau secr6taire d'E'at avait toujours jo'ni de Ta con-
fiance du Congres. Ils rcmarauent d'au're p:irt que, ('apr&s
le sdnatucr Vandenberg, le gouverneement americain pourrait
8tre amen hi conciure des accords de commerce bilaleraux
et le correspondent du Manchester Guardian s'inquietc des
consequences 6ventuelles de cette attitude.

2. INDOCHINE

Plusieurs depbches sont consacrdes i nouveau h la situa-
tion militaire. Le correspondent du Tiimes i Hanoi dcrit
notamment :

,< Hanoi est aujourd'bui en dtat de sidge et 1'Indo-
Schine d4u Nord en 6tat de revolution armed Une lutte
acharnee a suivi la tentative infructueuse du gouver-
nement du Vict-Nam pour massacrer tous les Frangais
et transformer cette ville au visage agrdable et qui
ressemale un pen i'la ville franqaise en un chlaip de
bataille don't les aspects ddsols rappellent les co-nba's
de la guerre en Europe et en Asie. >

les Frangais ne dominant gudre que la moitid de la cited.
On estime que 146 Frangais, parmi lesquels des femmes et
des enfan::s, ont 6et massacres et on a la preuv.e irrdfuitable
de sauvagerie et de mutilations. D'aprBs le correspondent du
Manchester Guardian a Paris, M. Moutct aurait l'intenti )n de
conseillrr au gouvemrement frangais une politique qui ne
serait pas favorable L l'envoi de renforts sur le chamlp. Un
haut fonctionnaire de la Prdsidence aurait assiurd c, cor-
respondant qu'il n'y aurait pas en Indochine un veritable
probl6me militaire, mais ,seulement des operations de net-
toyage.
Apr6s avoir fait etat des declarations de M. Moutet au
Caire, cc correspondent conclut :

Le government frangais esplee evidemnment
[u'apres la division qui s'est fait jour a l'intdrieuir du
camp du Viet-Nam, un element pourra se r6evler dans
le par i nationalist annamite pour reprendre des n6-
gociations avee la France.

Le Daily Worker done aussi quelques precisions !sur la
situation militaire, il rapporte une phrase que M. Moutet
aurait prononc6e a son retour i Paris : c Le ministry des
Colonies aurait decrit les operations militairoe come uno
veritable guerre. w


3. ALBANIE /
teusieurs journaux annoncent que le gouvernement bri-
tannique a decide de porter devant le Conseil de s6curitd
son dififrend avec 1'Albanie. Le correspondent diplomatique
du Times, qui reproduit des passages de la r6ponse alba-
naire di 21 ddcembre, drit notamment que dcux principles
soot en jeu :

Tout d'abord le droit pour tons les navires de
parcourir en tout temps librement les voies maritimes
nui sont reconnues comme interna'ionales tel est
it e:ns du Canal de Corfou -, en second lieu, le main-
ticn de la regle in'ernationale suivant laquelle ancune
mlue ne doit dre posec, a queique point des mers que
cc soit, sans avertissement, ,

D'apr6s le correspondan1 du Daily Telegraph A New-York,
l''aftfire serait portCe vendredi devarft le Gonseil de sdcuritd.
Les milieux amdricains consid6reraient come particuli6re-
iient venimcuse I'accusation de l'Albanie" suivant laquelle la
tird&e nuraiil pio'd les mines pour seimer la discord ent -
rAlbanie e in Grande-Bretagne.

4. POLOGNE
s'apres le correspondent diplomatique du News Chronicle,
iu Daily Herald et dii Daily Worker, le gouvernement bri-
tannique anrait charged son ambassadeur d'attirer attention
du gouvernement sovidtique sur les me .res par lesquelles
le gouvernementi polonais s'ell'frcerait de fau'sser le rdsultat
des prochaines elections. D'aprBs le corre'pondant diploma-
tique du Daily Herald, il pourrail en r6sulter un examen de
In situation par ]a Rus.ie, les E'ats-Unis et l'Angleterre.
Le correspondent diplomatique du Daity Worker assure
que le Foreign Office est extrdmement embarrass par tes
charges relevdes contre l'ambassadeur de Grande-Bretagne
dans le procs d'espionnage qui a lieu en cc moment A VA-
,>ovie.

5. CONFERENCE DES SUPPLANTS A LONDRES

Le correspondent du' Times Vienne se demand quelles
seront les lmesures sur lesquelles les suppldants se mettront
d'accord pour as urer I'ind6pendancc de la politique econo-
mique de 1'Autriche par rapport A cell de l'Allemagne. II
estme que le project de trait anglais, comme le project ame-
ricain, laissent dans l'incer:itude le point de savoir si l'on
signora un veritable trait de paix avec l'Autriche ou sim-
plement ce qa'ils appellent < un trait d'E'at ,. Les Russes,
ajou.e-t-il, tout au moins dans les conversations, decrivent
I'Antriche combine complice de aggressionn allemande.
Le correspondent du Daily Telegraph i Luxembourg fait
dtat des revendications du Grand Duchd et renarq-u que
certaincs d'entre elles portent sur le principle du nouveau 'er-
ritoire de la Sarre.
D'aprds le correspondent du meme journal A Varsovie,
M. Spaak considitrerait la procedure prdvue pour la ConfA.
rence dtes supplants comine pen satisfaisante pour 14 petits
pays. Ils auraicnt 'intention de demander A se fair enten-
dre par la Confdrence des Quatre A Moscou.
Le correspondent i Paris du grand journal conservateur
eroit savoir que le gouvernement frangais aurait adopted les
suggestions du colonel Grandval suivant lesquellesril serait
ddsirable de crder, des minitenant, un petit Etat ind6pen-
dant de la Sarre, economiquement lie a la Fraice.' Le gou-
vernement frangais d6sirerait particulierement disposer plus
librement des mines de carbon ct obtenir des dollars par.
la vente de ce carbon et, enfin, s'en assurer une quantity
plus considerable. Il n'aurait pas l'inteution de demander
l'union politique de la Sarre avec la France.

6. FRANCE

Le Manchester Guardian reproduit une analyse d'un article
consacrd par 1'hebdomadaire Economist A I'industrie coton-
niire en France.
Le correspondent du Daily Telegraph A Paris fait dtat de
'napprohation glndrale reneontree par la politique des prix
du gouvernement de M. IMon Blum. I1 ajoute que le sucos









BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGPRE


de la champagne va maintenant dipendre de. decisions que
prendra le nouveau gouvernement apres 1'election prdsiden-
tiellp

7. MOYEN-OnIENT

Le Times souligne le rappoi~t 6tabli par la mission com-
merciale britannique qui a visited au printemps dernier
1'Irak, la Syrie, l'ile de Chypre. Cc rapport etudie la possi-
bilit4 de developer le commerce de In Grande-Prretagne aver
ces diffdernts pays qui sont particulibrement d6sireuy
d'achektr des marchandises anglaises.
D'apra s le corre pondant du mime journal i Istambul, le
pacte d anmitie signed A Ankara par le roi de Trai-jordanie
niintre que la Turquie se prdoccupe de plus en plus de ses
relations avec lis E ats arabes. Rappelant L ce sujet que la
Syrie n'n pas reconnu l'annexion d'Alexandrette par la Tur-
quie, ce correspondent note que la pres e syrienne a it
discrete h propose de la rupture des relations diplomatiques
entire la Syrie et la Transjordanie.

8. ALLEMAGNE

D'apr6s le correspondent du Times A Berlin, 1'U.R.S.S.
serait maintenant disposCe A acc.pter. l'union cronomique de
sa zone d'occupation avec les zones anglaise et ambricaine.

9. U. R. S. S.
Le correspondent diplomatique du Daily Telegraph repro-
duit de nombrrux extraits de la press et de la radio sovid-
tiques pour montrer qu'elles continent critiquer vivement
la politique de la Grande-Bretagne.

10. IMMIGRATION ILLEGAL EN PALESTINE

Le correspondent du Manchester Guardian & Paris fait
allusion aux resultats obtenus par la Conference qui vient
d'avoir lieu a Paris pour essayer de rCglementer le depla-
cement des refugi6s juifs a travers P'Europe. II remarque
que le Quai d'Orsay a observed le silence SUT l'accord qui
aurait 6:6 realisd et conclut : I I1 ne semble pas probable
que les autorit6s frangaises prennent les meures severes
que pourrait desirer le gouvernement britannique et I'on ne
fait pas mystcre, dans certain milieux officials, de sym-
pathies pro-:;ionistes ni de la disapprobation que Pon' ex-
prime a l'dgard des apparemment pro-arabes qui dominant
de l'autre c6ot de la Manche.

a) La situation politique en France '(Sunday Times,
12/1, conservaleur)-:
< II apparait que si l'6ventualit6 d'un premier minis-
tre communisle est 6cart6e, un premier minis:re M.R.P.
n'a gurre plus de chance, en raison de l'objection des
communists. La nouvelle coalition ministerielle sera
probablement dirig6e par un socialist on un radical
- peut-6tre par le socialist M1. Depreux, qui s'est
attir6 le3 sym.pahies et le respect du M.R.P. et des ra-
dicaux. Ii y a peu de chance que la presiderice de la
Republique aille au rr~me parti que celui d'oii sortirai
le premier ministry.
On liendra compete Agalement des parties auxquels ap-
partiendront les futurs presidents de l'Assemblee et du
Conseil de la R6publique. En d'autres terms, les qua-
tre grands parties esperent tous obtenir quelque chose.
La consideration qui s'attache A la personnel de
M. Blum et de M. Herriot offre moins d'importance, en
comparison. Ainsi, c'est en fait une pure question de
polilique. Si l'on devait former un gouvernement sur
la base du .p!us grand nombre de consentements re-
cueillis sur la politique immediate a suivre, ce sont les
communis'es qui devraient logiquement se trouver dans
l'opposition.
(FRANK MAC DERMOT.)


b) Avant la conference des d!qgu'es des quatre nations
(Continental Daily Mail, 12/1) :
a Les pr6paratifs en vue des prochaines conferences
ont encore constitu6 la semaine derniere le th6me prin-
cipal de I'interit suscite6 Londres par la politique
6trangbre. Les arrangements sont maintenant presque
terminus pour l'arrivee des d6l1guts des Quatre Grands
qui doivent inaugurer la conference mardi. a Lancaster
House (celle-ci doit s'occuper essentiellement de 1'ta-'
blissement du tra:16 de paix avec l'Allemagne et 1'Au-
triche) ; par centre, parmi les pelites ,puissances, les
preparatifs ne sont pas aussi avances et le bruit court
que quelques-uns de leurs 'repr6sentants n'arriveront
pJs a Londres avant f6vrier. Ceux-ci demandent une
discussion gbnerale qui ne se borne pas A l'audition
de discours prepares a l'avance sur l'en-emble des pro-
bl~mes en relation avec l'avenir de I'Allemagne.
Ces discussions devraient impliquer : 1" celle de la
forme future de l'Elat allemand telle qu'elle sera 6ta-
blie par le trait de paix ; 2 I'etude des revendica-
tions territoriales et des reparations qui seront deman-
dees individuellement par les Allids ; 3 1'tude de la
,procedure A employer relativement h la conclusion des
traits avec l'Allemagne et I'Autriche, et en particulier
la question de savoir a quel s:ade de ces discussions il
conviendrait de tenir la conference pl6niere des puis-
sances victorieuses. D'autres demands, actuellement en
course de discussions officieuses parmi les petites puis-
sances, comprennent le droit de participer A la r6dac-
tion des traits a tons les degr6s de leur elaboration.
Outre la question des conversations mutuelles entree
A:i6s, il faut mentionner la question des conversations
IJluteles avce I's A'lcmands et les Autrichiens; bien
que divers porte-parole des parties politiques allemands
aient exprim6 l'espoir que des repr6sentants allemands
secr:ient prsecn:s A Moscou durant la conference qui s'y
tic.;dra en mars prochain, il y a peu de chance qu'un
de6aud a'lemand puisse faire entendre sa voix aussi
prhCmn'ur6ment.
L'opinion du Gouvernement au!richien sur la pr6pa-
ration du traits autrichien a 6t6 expose avec force
dans une note adressde la semaine derniere aux quatre
grandes puissances. Le Gouvernement autrichien tient
dis le d6but A 8tre parties dans la preparation du trait,
se basant sur le fait qu'il existe une nette distinction
entire la conclusion d'un trait de paix avec une puis-
*sance ex-ennemie et la conclusion d'un trail < d'Etat
avc unie puissance ne pouvant rerevoir cette qualifl-
cation.
Une i.nportante ddelgation autrichienne, comprenant
le Dr Leopold Figl, Chancelier autrichien, et le Dr Karl
Gruber, ministre des Affaires 6trangBres, est prate,
croit-on, a quitter Vienne des reception d'une invita-
tion.
Les trois principaux probl]mes qui demandent une
solution sont : 1 la date de la fin de l'occupation alliee
et le retour A la pleine ind6pendance du Gouvernement
autrichien, de facto et de jure ; 2 examenn des pro-
bl6mes 6conomiques, particulibrement la dissociation
des actifs economiques allemands et autrichiens dans la
zone orientale de I'Autriche et dans les Balkans : 3* le
reglement des revendications yougoslaves sur I'Ahtri-
che. >

c) La visite de Montgomery et les rapports anglo-sovi-
tiques (Daily Worker, 13/1, communist) :
i La visit du marechal Montgomery en Russie a Mt6
un grand succes personnel. On peut cependant se de-
mander si ce voyage reslera un fait isol6, ou s'il sera
suivi d'une s4rie d'avances destinees a am6liorer 1'en-
semble des relation's anglo-sovi6tiques.


3








4 MLLETIN QUOrmIDIN DR PRESSE *TRANGARS


Les Americains sont de farouches adversaires de
rUnion Sovi6tlque, mais cela ne les a pas emp&ch6s de
faire beaucoup de commerce avec elle.
Ne serait-ce pas le moment pour le Parlement de
chercher la raison pour laquelle le commerce anglo-
sovi6tique est rest bien en dessous de son niveau -
de6j si .faible d'avant-guerre ? Pourquoi sommes-
nous la seule grande puissance des Nations Unies qui
-semble incapable d'ambliorer ses relations commer-
ciales avec l'Union Sovidlique?
Quand des conversations plus branches prendront-
elles place, en haul lieu, entire les hommes d'Elat an-
glais et sovi6tiques ? Aprbs tout, nous avons conclu une
alliance de vingt ans avep l'Union Sovi6tique. Cepen-
dant, tandis que nos leaders s'arrangent pour avoir des
series de conversations sans reserve avec les Am6ri-
cains, ils ne semblent pas presses d'avoir d'autres rela-
tions avec l'Union Sovi6tique que les.contacts olficiels
les plus formalisles.
La visit de Montgomery devrait 6tre suivie d'autres
faits marquant notre resolution de faire disparaitre tous
les obstacles qui s'opposent A une cooperation anglo-
sovi6tique. o


II. PRESS AMERICAINE


Revue de ta press americainle du 11 janvier 1947

1. LE BUDGET AMIRICAIN

Ia press consacre une tres grande place an project de
budget soumis par le President Truman au CongrBs. Le
project prdvoit 37 milliards 528 millions de dollars de d6-
penses et 37 milliards 730 millions de recettes. Le budget
de la defense national, diminue de 3.400.000.000, s','lve A
11 milliards 256 millions auxquels s'ajoutent 645 r millions
pour les frais d'occupation et 433 millions pour le dcvelop-
pement de. I'Anergie atomique. Le project pr6voit 6galement
.3 milliards 510 millions de depenses au titre a des affairs
et des finances internationales 2, la moitid dde cette some
devant 6tre consacree A des prets aux puissances 6trang6res.
Le budget sernit en 6quilibre grAce a une reduction des dd-
penses et au maintien de I'imp6t a son taux l6ev6 actuel.
On souligne que les d6penses'militaires seraient mn ns ele-
veis que 1'an pass, inas ticndraient une place p A6dnmi-
nante dans Te project. Celui-ci a spulev6 de vives critiques
dans les milieux republicans au Congris oh l'on pi c.onise
une reduction allant de 3 milliardss 500 millions a 8 mil-,
liards de dollars et lne diminution de l'impSt sur le revenue
d'environ 20 %. Le correspondent du New York Times A
Washington 6crlt :

a On indique meme dans les milieux rdpuhlicains
qu'une reduction pourrait etre apporte, au 'budget Ar
In Defense Nationale. ,

Les commentateurs ldes grands journaux partageni, dans
Ie'nsemble, eI point de vue des Republicains. Toutefois, plu-
tulurs quolidiens soulignent le danger qu'il y nurait i opp-
rer une reduction au detriment du budget de la Defense
Natioliln. Le New York Herald Tribune ecrit :

a On h6siterait a s'6lever contre le principle de d6-
Spenser largement pour ]a D6fense Nationale. Notre
politique 6trangere dolt etre appuyde par une armee
et une marine puissantes. Nos forces d'occupation en
Alleflngne et au Japon (oivcnt etre maintenues. )

Le Baltimore Sun declare, de son ctt :
t Le danger est que les Republicains ten.ent de
fire des economies aux depens de nos engagements
Intornatlonaux et qu'ila" nffaiblissent, par con.squent.
iotre position dans le monde. "


2, Lus BASEl
D'apr6s des .d4peches de Washington au New York Times,
ion declare dans les milieux du DCpartement d'Etat que les
U.S.A. sont directement int6ress6s a la demand adress6e par
la Russie i la Norv6ge pour l'6tablissement de bases sovieti-
ques au Spitzberg. Les U.S.A., fait-on remarquer, sont, en
effet, signa'aires du trait de 1920 reconnaissant la souvelai-
net4 de la Norv6ge sur ce territoire. Le correspondent souli-
gne que la parties industrielle de l'Est des U.S.A. ne se trouve
qu'h 3.500 miles A vol d'oiseau du Spitzberg. Tous les autres
journaux publient 6galement des ddpeches sur les revendica-
tions sovidiques au Spitzberg. Is font etat de la vive 6mo-
tion qu'elles ont cause cn Norvege.
D'autres d6peches de Londresddclarent que le Gouverne-
ment b-itannique consider la demand sovidtique comme
une violation du Iraiti de 1920. Une d6ptchr A. P. de Mos-
can, largemeni reproduiie, signal l'article du journal sovi6-
tique Les Temps Nouveaux, pr&conisant 1'internationalisa-
lion du canal de Panama et du canal de Suez.
Des Np&ches de Washington sigpalent le rapport que
vient de publier la Commission des Affaires navales de la
Cliambel qui rec6mmande notamment, que les U.S.A. con-
servent loutes les bases du Pacifique qu'ils ont conquis. Les
jurnaux font remarquer que le rapport ne suggere pa,
I' tablissement d'un trusteeship sur ces Iles.

3. LE CoNSEIL DE SECURf

La decision du Conseil de Sicuritd de garantir l'intigritI
et l'ind6pendance du territoire de Trieste, conformdment A la
decision des Quatre, est rapportee dans toute la press qui
note que seule, I'Australie s'est abstenue, lors du vote. La
press announce de Washington que le President Truman a
snumis A l'approbation du Senat la nomination de Mr. Aus-
tin au poste de D616gud des U.S.A. laI Commission Ato-
mique.

4. L.A SA a
Une d6peche ide Stuttgart au New York Temes declare a de
source sore 2 que la France procede depuis quelque temps
am transfer dans la Sarre d'une quantity important d'dqui-
ipement industries, piiovenant des autres parties de sa zone
d'occupation. La dpiche rapporte les longues declarations
ales A ce sujet par Walter Lippart, directeur technique
des usines Bosch.

5. LES QUESTIONS FRANQAISES
La remise solennelle de ra croix de guerre A la 29 divi-
sion d'Infanteric amdricaine au course d'une c6r6monie qui
s'est ddroulae i Baltimore, est signaled dans la plupart des
journaux. Le Balimore Sun lui consacre un long article et
one page complete de photos.
Une idpeche .de Paris au New York Times met en relief
le discours radiodiffusd de M. Blum, annongant une augmen-
lation provlsoire du traitement des fonctionnaires.
Le New York Herald Tribune consacre un editorial aux
niesures prises recemment en France au sujet du doublage
de films strangers. Le journal estime que si ces measures
Ssont destinies h turner l'accord Blum-Byrnes...
les'autoriths offleielles amnricaines en France doivent
appuycr I'industrie amiricaine du film dans ses protes-
tations contre ces measures de restriction ,.

La question sarroise (New York Herald Tribune, 12/1,
edition continental) :
< La France demandera le 10 mars prochain, a li
Conference des Quatre i Moscou, d'apiprouver un sta-
tut autonomy pour la Sarre. Cette demand s'ajoutera
A celle, bien connue, d'une union 6conomique avec
cette region allemande d'industries et de charbonnages.
Cette fois-ci, la France a l'intention de veiller a ce
que le carbon sarrois, don't elle ressent si-ambrement
le besoin pour son 6conomie, n'6ehappe pas a son re-
gime douanier on A son influence politique.
La question d'une Sarre autonome, rattach6e a la









BULLETIN QUOTIDIAN DR I1ESSE ATRANGAR9


France par un lien semblable A celui qui unissait avant
la guerre l'Islande et le Danemark, est actuellement dis-
cut6e par des experts francais. Une autre question en
course de discussion est de decider a qui reviendra la
propri6:6 des mines de la Sarre. Leur production, jus-
qu'au pl6biscile, 6tait' propri6t6 francaise.
Entre temps, l'industrie mini6re du carbon a 6ti na-
tionalis6e. Les experts gouvernementaux 6tudient ac-
tuellement la question de savoir si les titres de pro-
pri6t6 priv6e des mines de la Sarre seront transi6r6s
an Gouvernement frangais, ou s'ils resteront aux mains
de leurs possesseurs actuels. .

(WILLIAM J. HUMPHREYS.)


III. PIESSE SOVIETIQUE


Revue de la prasse sovidlique du II janvier 1947
Les rubriques 6tran.gres sont composees presque exclu-
sivemcnt.d'informations de I'agence Tdss. La politique an-
glo-amdricT-ne reste la preoccupation dominant de la press.

1. LA VISIT DU MARECHAL MONTGOMERY
Tons le journaux publient en premiere page -des commu-
niques officials annongant la reception du mar6chal Mont-
gomery par le g6ntralissime Staline, le banquet offert au
Kremlin par Staline en l'honneur du Chef do 1'Etat-Major
imperial, Femploi du temps du IMar6chal au course de la
journ6e du T'( janvier. Les journaux reproduisent 6galement
Ic texte de la declaration du marechal Montgomery qui a 6te
communique A la press par 1'Ambassade britannique. Enfin,
une tres grande photographic (sur quatre colonnes) repr&-
'sente le general Staline et le marechal Montgomery assis
c6te A c6te.

2. LES TRAVAUX DES ORGANISMES INTERNATIONAUX
Dans la page consacre'e A ln politiqui ktrangire, les jour-
naux placent en vedette le compete rendu de P'agence Tass
relatif aux deliberations du Conseil de Securite au sujet du
&dsarmcment,. le texte du discours de M. Gromyko, et un
resume, des interventions de MM. Johnson, Parodi ct Ca-
dogan.
La reunion du Conseil de Contr6le de Tokio, le 10 jan-
vier, et la seance du 9 a la Kommandantur de Berlin font
I'objet do longues depeches.
La politiqie alliee en Allemagne donne lieu aux infor-
mations suivantes : les critiques de la press des U.S.A. A
I'adrcsse de 1'Administration americaine, les 'revelations du
Neues D utschland sur le project de constitution federaliste
en Baviere, 1'appel address a toutes les d6mocraties pour
.ombattre c ces projects reactionnaires x.

S3. LA SITUATION A TRIESTE ET EN VNlATIE JULIENNE
La plupart des quotidiens publient les informations sui-
vantes : le pillage de Pola, les persecutions policieres con-
tre les connmunaistes et les anciens partisans en Venetie
Julienne, les manoeuvres fascistes clandestines, etc...

4. DIPACHES DIVERSE
Plusieurs informations ont trait aux sujets suivants : les
nouvelles nominations aux U.S.A., le Ministre des Affaires
Etrang6res de I'Uruguay s'616ve centre les programmes d'ar-
mement latino-americains, la admission du Sous-Secretaire
general amerrcain de I'O.N.U., les nouvelles promotions dans
1'Etat-Major imperial britannique, le communique du Mi-
nist6re de la D6fense Nationale frangais relatif A la d6si-
gnation des soldats engages volontaires pour lo theAtre
d'op6rations en Indochine, etc...
Dans les Izvestia, un article de Bilinine.consacr6 au pre-
mier anniversaire de la proclamation de la Republique alba-
naise, cle6bre les rdsultats obtonus dans e pays grAce aux
measures democratiques.


IV. PRESS POLONAISE


a) La preparation aux elections du 19 janvter (Gazeta
Polska, 12/1, officieuse) :

e Les listes du P.S.L. (parti paysan) ont i 6 recon-
nues valables et accepi6es dans 42 circon criptions
6:ectorales. Le P.S.L. participe aux 6eections sur un
pied d'6gali&. avec les autres parties. Touefois, dans les
circonscriptions of la collusion entire le; bureaux poli-
tiques dd P.S.L. e. la clandestini.e a 616 d6montr6e, ofi
des personnalilts figurant en tete de lisle on. 6t6 com-
promises par leur collaboration avec les !errcristes, par
une participation A la provocation aux meurtres ou A
leur execution, I'in ervention des organei de s6curiiD a
e.6 une n6cessil6. La nation est fatigue des effusions
de sang et desire manifester sa voloin.6 dans des 6lec-
tions libres.
Dans le journal am6ricain P.M. a paru un article de
M. La Guardia, 1'ancien directeur de 1 U.N.R.R.A., qui,
en raison de ses ifonctions et d'un s6jour prolong en
Pologne, s'oriente pariaitement dans la situation de
notre pays.
M. La Guardia critique s6v6rement les Elats-Unis et
la Grande-Bretagne, pour les ,protestations injustifi6es
et inopportunes adress6es au Gouvernement polonais A
l'occasion d-s 6iec.ions. 11 observe qu'cn d6pt des d&
clarations des repr6sentants de cer!ains milieux diplo-
maIiques, le Gouvernement polonais d6ploie une vive
activity et peut exciper de tr6s gros succ6s dans l'oeu.-
vre de la reconstruction du pays.
M. La Guardia refute les affirmations calomnieuses
des milieux en question, suivant lesque'les la na'ion
polonaise ne peut exprimer sa volont6 dans les Blec-
tions, et fait observer que conform6ment A la loi l6ec-
toralc polonaise, il est heaucoup plus facile de pr6sen-
ter la candidature d'un d6pute ind6pendant en Pologne
que dans l'Etat de New-York.
M. La Guardia ajoute que des repr6sentauls diploma,
lir'mes 6'r'igpr en Po'-'ne s':mmi.c~nt d.ins des ques-
tions qui sortent du cadre de leur competence et qu'au
lieu de se meler de la poli.ique des gouvernements au-
,pr6s desquels ils sont accr6dit6s, iis feraient beaucoup
mieux de s'occuper des affaires de leur propre pays.
Les declarations de M. La Guardia refl6lent sans au-
cun doute l'opinion des milieux am6ricains avanc6s,
qui ne se laissent pas induire en erreur par la campa-
gne anti-polonaise, m6me quand elle rev&t la forme de
notes dipiomatiques.
Sans prendre garde, toutefois, A cette champagne, la
nation polonaise ne se laissera pas d6vier de la voie
qu'elle a c'hoisie et qui la menera vers un avenir
meilleur. >

b) Le mepris des accords de Potsdam (Rzeczpospolita,
11/1, officieuse) :
SOn peut dire que les accords de Potsdam, pour ce
qui est de la d6nazification, n'ont pas 6t6 executes jus-
qu'a ce jour. En oulre, on assisted depuis peu A un ren-
forcement des influences fascistes dans les parties
ouest et sud de 1'Allemagne, come consequence du
soutien accord aux hitl6riens et aux magnals de l'in-
dustrie et de la finance. Beaucoup de faits d6montrent
que la democratisation de la vie social et politique
allemande, dans la zone d'occupation britannique, en
est encore et toujours au stade des projects.
C'est ainsi que, sur 51 membres de I'administration
houill6re a Essen, 49 sont d'anciens hitl6riens, et a la
tete de 1'UniversitR de Kiel so trouve un ancien esnt-
maadant 4d SS.









A RUtLETIN QUOTIDIEN DE PIIESSE TIPrnANGA1RE


De tels exem.p'es, et d'autres du m6me genre, lir6s de
la politlque singuibere d-s auiorii6s anglaises doccu-
pation, montrent combien actuel demure le pr.,ib me
de l'ex6cution re olue et scrupuleuse des decisions de
Potsdam sur la d6nazification. ,


V. PRESS SUISSE


a) Le probi'me -ministeriel en France (Journal de Ge-
a ve, 13/1) :

SLes communists se mon!rcnt decides a s' pposer
au maintien du cabinet B:um. Ils oni nelcm nt declare,
avant-hier, qu'ils ne sauralent I'admattre.
Ils vculcnt a tout prix recouvrcr les positions gcu-
verncmen.a cs qu'i.s out pcrdu-s. En ailtendant d 6ire
en measure de prendre ia totality du pouvo.r (ce qui est
Icur grande ambition) et en vue de proc6der A la r6a-
lisation de cet espo.r, lcur tactique, depuis d.ux ans,
a toujours 616, et elle continue A l'i1re aujourd'hui, de
s'infiltrer partout, operation que favorite natural ement
leur installation A la direction d3 grandes adm nistra-
tions. Leurs chzfs cons:dcrent que s'il est 6cariC p:us
ou moins .duriblemcnt du gouvj-,'iem-n, leur par.i su-
bira un rcul et que, p r c.ns6qiecnt, i faut Icut fair
pour meltre un tei me a la si'ua.:on ac.uelle. C',st pour-
quoi, A d6faut d'un gouvern.mcnl de front p:pu;a're
qui auralt leur pr6f6rence, les commun:s.es d.mande-
ront sans doute la cons.iLution dun g.,uvzrninmen dit
d'unlon comprenant, avec eux. les social stes, Ie M.R.P.,
le Rcsscmblcment des g-u.ches et un reprsscntant du
group2ment des ind6pcndants.
Sculcment, une telle comb:naison no semble gu6re
possible que s'ils ren.nc:n: A d:mander qu'on Icur at-
tribue un des trois ministbres qui, jusqu'.ci, leur ont
toujours 616 refuses (Arm6e, Affaires i6rang6res, In,6-
rieur). On se rappelle que c'est parce qu'ils vxigeaient
le min's.ire de I'ArmBe qu'en decembre une combi-
naison de ce genre 6choua, ce qui amena la formation
du ministtre socialist homog6ne pr6sid6 par M. LBon
Blum.
A propos de la question minist6rielle, une derniere
observation doit etre fail'e au sujet de la difficul.6 de
la formation d'un government composite tel qu'il est
r6c'am6 par les communists. Ceux-ci, en eff:At, conti-
nuent a soutenir le Viet-Nam en criliquant M. Moutet
et en blimant la polit:que du g.uvernemcni. On ne voit
pas bien comment pourrait fonc:ionner convenablement
un gouvernement don't les mcmbres ne seraicnt pas
d'accord sur une rffaire aussi important, ch est engage
tout l'avenir de l'Unicn francaisc.
Ho Chi Minh cherche apparemment A profiler de cette
opposition entire les communisles et les autres parties.
La radio vietnamienne a lance hier des propositions de


paix, comptant sans doute sur 1'appui des communists.
Elle fixe des -conditions comme s'il n'y avait .qu'A re-
prendre les n6gocia:ions au point oi elles en 6taient.
Le gouvernement estimera sans doute qu'on ne saurait
prendre en consideration ces propositions d6risoires. V

b) La greue des journaux frangais (Tribune de GenBve,
12/1) :
e Ainsi que nous l'avons d6jh note, le conflict actuel
a surgi A propos du salaire des roativistes. Ceux-ci r6-
c ament une indemnity supplementaire de 100 francs
par jour. Mais m6me dans les milieux oh 1'on est par-
ticulirrement d6vou6 A la defense des int6rW:s ouvriers,
on faith observer que, par comparison, notamment avec
Ics fonclionnaires, les rotativistes ne sent pas trop mal
par.ag6s. Ils gagnent g:obalement 18.000 francs par
mo!s pour quaire heures de travai: par jour. Certes, il
s'agil d'un travail assez p6nible, qui est effectu6 de nuit.
Lcur r6mun6ration est quebquefois sup6rieure A celle
de nombrcuscs autres ca:6gories de travailleurs. Autre-
ment dit, en soi, la revendication ne parait pas exces-
sive, mis dans l"ensemble de toutes les revendications
qui se fcnt jour, e:le ne semble pas la plus pressarite.
Des pourparlcrs sont en course. On laisse entendre .
qu'un accord pourrait aboutir d'ici lundi de maniLre que s
les journaux puisscnt paraitre de nouveau mardi. Ce
jour-la, les Chtmbres rentrent en session et, jeudi, ce
sera le Congres de Versailles. Si les journaux falsaient
ccmp itement d6faut A un tel moment, le public en res-
s.nLirait une fAcheuse impression. II y a lieu de reliever,
du reste, que le gouvernement peut intervenir, s'il le
jugeait A propos, puisque la IS. N. E. P. est place sous
son con:r6le et agit en son nom1.

c) La question du Spitzberg (Tribune de GenBve, 12/1):
< Cette recherche des bases et des avant-postes, A"
laque le se livrcnt concurremment 1'Union sovi6tique et
les E ats Unis, n'int6resse d'ailleurs pas que ces deux
sculls puissances. Lorsque les reprisentan's americains
revcnd'qu-nt les i!es du Pacifique pr6tendues indispen-
sab'es a la security de :eur pays, ils se proposent tout
bonnement de chasser 1'Angleterre, la France et l'Aus-
tralie de territcires qui leur appartiennent. Et lorsqueLh
les forces a6riennes des Elats-Unis s'insta'lent en Is-
lande, ou que les Russes demandent des bases au Spitz-\-~-
berg apres s'Atre -installs dans divers pays d'Europe,
c'est aux d6pens des petites nations que se fait I'op6-
ra.ion. Mais la souverainet6 de ces dernieres, leur ind6-
pendance, leurs int6rets entrent exactement pour z6ro
dans le ca'cul des grands. Curieuse mani6re d'applique,
les principles des Nations Unies, et plus proche, assur6-
ment, des theories chores A feu Hitler que de l'id6al de
la Charte de San-Francisco v
JEAN-JACQUES CHOUET.


~.Y.l. imp .,~/. ?ue NTCOIO, k'~rS Prs~ : 0 ~rr.


Prix : 6 tr.


?jiyPl1 mmQ- -", rue Ntcolo, Paris 31-3009


"^~