<%BANNER%>
Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00008
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Physical Description: dl. : ; 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publisher: s.n.
Place of Publication: Paris
Creation Date: 1947
Publication Date: 19XX-
Frequency: regular
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063
System ID: UF00077027:00008
 Related Items
Succeeded by: Articles et documents

Full Text




PRESIDENCY DU CONSEIL
SECRETARIAT D'ETAT

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8.).


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES


BULLETIN


PRESS


QUOTI f



ETRANG


Nouvelle 6Srie N 564


1. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press briltainique du 10 janvier 1947
Les manchettes de la plupart des quotidiens sont r6servees,
ce matin, a la greve des transports. Aucune question de poli-
tique extdrieure n'est mise en vedette.
1. FRANCE
o1 Petroles du Proche-Orient.
L'ensemble des journaux donnent une certain importance
a la protestation du gouvernement francais contre l'accord
anglo-ambricain sur le pLtrole du Proche-Orient et au reject
par le gouvernement americain de cette protestation. Ils sou-
lignent que du process engalg6 devant un tribunal britannique
pour determiner si la Compagnie Frangaise des P6troles
tombait sous le coup de l'acte sur le commerce avec l'ennemi
depend le sort qui pourrait etre fait a la protestation fran-
gaise.
'o Politique intdrieure frangazoe.
La politique financiere du gouvernement Blum continue
a &tre expose favorablement par les correspondents pari-
siens des grands quotidiens. Ceux-ci signalent les measures
announcess par M. Philip et 1'a.ppui pr&tA au gouvernement
frangais par la Banque de France et le Conseil National du
Cr6i t.

a Cependant, fait observer le correspondent parisien
du Manchester Guardian, au moment ot le gouverne-
ment socialist est aux prises avec Ic probl6me des
salaires, la menace d'une gr6ve general des fonction-
naires n'a pas pu encore etre dissipe. >>

Le Mancohester Guardian reproduit une d6p&ohe A. P. indi-
quant que los communists s'opposent a mune prolongation du
-touvernement socialist de M. Blum apr6s I'blection du Prd-
sident dde la R6publique.
La gr6ve des rotativistes est sagnalde par plusieurs quo-
'idiens. Le correspondent du Manchester Guardian fait obser-
ver a ce sujef :

u Les imprimeurs sont d'6ternels m6contents et, pour
tolalenii Tdur demand d'augmentation de salaires, ils
ont organism une gr6ve perle don't la premiere victim
a 6t 1'Humaniiti, 'organe de leurs principaux amis.
les communists. ,
2. INDOCHINR

Sous le titre : a Escarmouches h Hanoi v, le Timies repro-
duit uine d6peche de son correspondent parisien dans laquelle
de nici aunonce le ritablissement des communications avee


la Banque d'Indochine a Nam Dinh et I'evacuation des
civils qui y dtaient assidgds,
Le Times public 6galement une d6pache de Reuter annon-
Cant qu'un corps de volontaires birmans va bient6t partir
pour l'IndocTine afin de venir en aide aux Vietnamiens.
Celui-ci serait organism par Boe Yan Naing, qui eut le com-
inandement de 1'armde birmane contr8lec par les Japonais.
li aurait declard qu'il dtait pret a marcher sur 1'Indochine
li c'6tait nfcessaire.
3. IE LABOUR PARTY ET LA FRANCE
L.,e Manchester Guardianr public a la m8me place que la
rbponse de M. Morgan 'Philips, un article sur les relations
entire travaillistes britanniques et socialists francais. M. Phi-
lips rappelle : 1 que le voyage du Dr. Schumacher en
t:rande-Bretagne constituait lune seulement d'unc s6rie de
visits que des mcmbres du part socialist du continent
avaicnt rendue au Labour Party depuis septembre 1946 ;
29 Que M. Blum avait regu un accueil entheusiaste quand
il avait assist, l'annee derniere, au Congras annuel du
Labour Party ;
3 Que le British Labour a 6tW reprEsent6 au Congris
annual du parti socialist frangais qui s'est tenu 1'Wte der-
uier.
11 rappelle en outre que des socialists francais out dte
invites uu Congris de Bournemouth, mais n'ont pu s'y ren-
drc en raison des 6lc.tions. Un repr6sentant du part socia-
liste frangais est arrive Londres le 30 dcembre et va
'revoir M. Philips apres un voyage A Paris. Enfin, prrcispe
M. Philips, il existe maintenant une association socialist
parlementairc anglo-franCaiso.
4. O. N. U.
Certains journaux, comme le News Chronicle, signalent
bri6vement incident qui s'est product I'O. N. U. centre
M. Gromyko et le repr4sentant des Etats-Unis, M. Johnson,
au sujet du contr8le de 1'6nergie atonomque. Le dilegue russe
accuse le gouvernement amdricain de chercher h obliger la
Russie a accepter le plan Baruch, condition a priori de la
participation americaine au plan de disarmement. Les cor-
respondants signalent l'incident sans le commenter.

5. ESPACNE

Les jouirnaux signalent, en lui donnant une certain impor-
tance, In mise en disgrace du general monarchiste Aranda
pal Franco. Le Daily Herald fait observer la disparition du
dernier element anti-franquiste en Espagne et signal qu'elle
fortifiera la position des socialists espagnols moderes diriges
par l'ex-ministre Don Andalecio Prieto, en raison de la perte
de terrain constant que subit le gouvernement r6publicain
du Dr. Giral. John Oldfield, auteur de cet article, signal
egalement qu'un congres de socialists espagnols va se, tenir
prochainentent & Toulouse au course duquel ceux-ci ddcide-


DE


10 janvier 1947.


I







!BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS iTRANGARE


ront s'ils doivent se retire du gouvernement Giral. II faith
remarquer egalement que les dvdnements actuels stmblent
montrer que la position de Franco rest solid en Espagne.
maigre I'O. N. U.



II. PRESS AMERICAINE

Revue de la presse amdricaine du 9 janvier 1917

1. NOMINATION DU GENERAL MARSHALL

La ratification par ]e Sinat de la nomination du general
Marshall au pnste de secretaire d'Etat est annonciee dans
toute la pre .se qui souligne qu'elle s'est faite A l'unanimite
et dans un temps record, montrant ainsi au monde que la
politique ex'trieure americaine continue A recevoir I'appro-
bation des deux parties.

Le New Yonk Times declare :
a Cette prompted confirmation par un Senat "-publi-
cain de la nomination faite par un PrBsident d6mo-
crate est, avant tout, un hommage rendu au nouveau
Secrdtaire d'E'at. Mais c'cst aussi une manifestation
organisee par les r6publicains pour montrer au monde
que l'Amdrique est rellement unie en matibre de poli-
tique Ctrang6re. *

Le Philadelphia Inquirer ecrit de mAme :
e La ratification prompted et unanime par le S6nai
de la nomination du general Marshall... devrait calmer
Jes eraintes de ceux de nos amis europeens qui croient
que ce changement dans la direction du Ddpartement
d'Etat indique une modification sensationnelle de la
politique 6trangbre des U.S.A. *

La press public un grand nonmbl e d'articles et d'ddito-
riaux qui, tons, experiment, leur regret du depart de
M. Byrnes, ils font 1'6loge de sa politique et se rej,,uissent
du choix de son sucoesseur. M. Lippmann ecrit notanmment :

Le President Truman doit sprouver T'ne grande
satisfaction d'avoir choisi le g6enral Marshall. I1 a
confie la plus lourde des responsabilites A un homme
qui, par son experience, 6tait le seul qualified pour les
assumer. Nous sommes en periode de transition de la
guerre total i la paix total, et la connaissance de
la fagon don't la guerre total a Ut conduit est indis-
pensable... Le general Marshall est 1'homme qui, plus
que tout autre, dans cc pays ct aillcurs, a ddf.,ndu la
conception de la stratigie mondiale dan, la tuerre...
Le probl6me de la Iaix n'est pas de n6gocier en detail
des traits s6pares avec des pays ennemis, nais de
roaliser un 6quilibre temporaire au d6but, ;nais de
nature A devenir permanent entire les vaitiqueurs.
C'est un problem rqui ne paut 6tre r6solu... qie dans
une conception straligique de 1'6qqilibre des Puis-
sances. Le general Marshall est particulibrement qua-
lifle pour conduire cette operation. Car c'est la suite
de l'opdration dont il a assure pendant la guerre le
eommandement, a

Presque tous les editoriaux et les articles conclu'ent comano
Ic New York IPost :

Nous avons perdu un grand Secr6taire d'Et.:t, masa
nous avons gagn6 dans la personnel du g6enral Mais-
hall un suceesseur digne de lui. a

Seul, le New York Herald Tribune critique vivemene le
principe de confer a un militaire la direction des affaires
4trangbres du pays. II attribue e cette situation inquiitante t
an manque d'hommes qualifies don't Lsouffrirait le pays.
Des dpedches de Paris au New York Times et au New
York Herald Tribune font Rtat de la surprise causee par le
depart de M. Byrnes. Elles diclarent que. les Francais re-
grettent cc depart, mais qu'ils se rdjourisseit do la j omina-
tion du general Marshall. Toutefois, les depeches souligncnt


I'incerlitude des milieux diplomatiques frangals en ce qui
concern la politique que suivra ]e g6ndral Marshall, parti-
culiirement envers 1'Allemagne.
Des dip&ches de Londres et de Moscou declarent que la
nouvelle nomination du' general Marshall a BtI trls bieu
accueillie en ces capitals.

2. LE MESSAGE DU PRESIDENT TRUMAN
SUn LA SITUATrrN ECONOMIQUE
Le president Truman a remis hier an Congrbs son rapport
sur la siltation 6conomique. Ce rapport a reou une large
publicity dans la presoe. Le president Truman estime que
l'annde 1947 sert prospbre si la monte des prix pcut etre
arrtt6e et si uue solution peut etre trouv6e aux conflicts du
travail. 11 prevoit qu'une parties des recettes de I'impBt -
celui-ci n'etant pas rdduit dolt ltre affected A l'amortis-
scment de la dette publique. Les journaux notent que pe
message a etd fraichement accueilli par les r6publicains

3. ALLEMAGNE
Dans une ddpeche au New York Times, Middleton declare,
d'apr6s les informations qu'il a pu recueillir a Moscou, que

les vues soviitiques en cc qui concern le r6glement
du probl6me allemand seraicnt les suivantes : 1" di-
nazilication et dimilitarisation plus poussee dans les
zones occidentales; 20 formation d'un gouvernement
central allemand ct organisation sous contr6le allied
d'une 6conomie allemande unifiee; 3* strict contr6le
des industries de la Ruhr et aceroissement de leur
production au bndefice des voisins de 1'Allemagne;
40 continuation des livraisons an gouvernement sovie-
tique, an titre de reparations, de 1'dquipement indus-
triel de zones occidentales ..

Eliott adresse de Berlin, an New York Herald Tribune,
une longue depbche sur les difficulties rencontroes dans la
realisation du programme de dinazification en Bavibre. I]
signal la admission de vingt fonctionnaires allemands du
minister de denazification, l'expu'lsion de treize autres par
les autoritis a.mericaines et ii ajoute que celles-ci examinent
par ailleurs le cas de quarante et in autres fonctionnaires.
D'apres une d6p&che U.P. de Stuttgart reproduite dans It
New York Times, le general Clay a declare que son accession
au poste du general Mac Narney ct la admission de
M. Byrnes n'impliqunaient aucun changement dans la poli-
tique amiricaine d'occupation en Allemagne.
Une longue depeche de Stuttgart an New York Times
signal 1'appel du Laenderrat au gindral Clay pour qu'il
intervienne auprbs des diff6rents pays allies en faveur de
la prompted liberation de cinq millions de prisonniers alle-
mands. D'apres cette diepche, le Laenderrat a declare que
ces prisonniers etaient mal traits et qu'ils 4taient en outre
a tyrannisis > par d'anciens partisans d'Hitler. Mr. Stock,
ministry president de la Grande Hesse, aurait declare, pour
illustrer les mauvais traitements que recevraient les captifs
allemands, que .son fils, qui est prisonnier en France, n'est
autorisie lui ecrire qu'une fois par an et sur une simple
carte postal. Mr. Stock aurait refuse de dire dans quel camp
se trouve son fils parce qu'il craint oue sa security s'en
trouve compromise.
Une d6peche de Berlin an New York Times et 1ne ddipche
de Londres au P. M. et au Chicago Sun annoncent que les
autorites britanniques d'occupation ont decide d'appliquer
dans leur zone des measures de d6cartelisation similaires a
eelles qui ont iet recemment decrdt6cs dans la zone ame-
ricaine.
Des depeches ajoutent aue ces measures scront suivies du
In nationalisation des principals industries de la zone bri-
tannique.

1. --- L, VOYAGE DE M. DE GASPERI

D'apr&s des diepches de Washington, M. de Gasperi a
announce hier an course d'une conference de presse que. les
U.S.A. avaient promise d'envoyer & 1'Italie du ble en quan-
titd suffisante pour permettre A celle-ci de faire la soudure.
Les d6peches rapportent, par ailleurs, qu'au course d'une
cer6monie au D1partement de la Tresorerie, 'M. de Gasperi







*DLTI QUTDE DX PRSS ATA -E


a reqw un cheque de 50 millions de dollars c au titr( de.
paiement partiel pour les ddpenses des forces americaires
en Italie 3. M. de Gasperi a declare que, d'ores et d6jh, sa
mission avait about n au r6tablissement de la confiance
centree l'Italie et les U.S.A. et & la cooperation active de c's
deux pays >.

5. JAPON
Scion nne d6pbche de Tokio au New York Herald Tribune,
M. Derevyanko, reprdsentant sovi6tique au Conseil allied a
accused le gouvernement japonais de retarder ddliberement
l'ppuration des fonctionnaires et d'ajourner sans cesse I'or-
ganisation d'dlections locales. Derevyanko aurait demand
an gdn6ral Mac Arthur de donner 1'ordre au gouvernement
japonais de procder A l'epuration dans un certain ddlai 't
d'arrdter la date des elections.

6. INDOCHINE
Les measures militaires.prises en France en vue de l'envoi
de nouveaux renforts en Indochine sent signaldes dans les
depeches de, Paris au New, York Times et A 'Associated
Press.
GCes d6pechent notent, par ailleurs, que la situation paratt
Ss'Otre stabilisde en Indochine. D'apr6s une d6pdche Reuter
de Saigon, reproduite dans le New York Times, des Alle-
mands auraient'ddsertd la Ldgion dtrangdre pour se joindre
aux insurgts.

7. QUESTIONS FRANgAISES
Kuh cable de Londres au Chicago Sun et au P. AM. que In
France vient de protester auprbs des gouvernements britan--
nique et americain contre le recent accord de la Standard at
de la Socony au sujet des p6troles du Moyen-Orient. Le cor-
respondant crit :

e La Standard et la Socony auraient donn6 une
strange riponse aux protestations de la Coinpagnie
Frangaise des Pdtroles. Elles auraient declared que
1'accord secret de 1928 est nul parcel que, pendant la
guerre, l'Iraq Petroleum Company, don't le siege social
est en Grande-Bretagne, a etd saisie par le British
Alien Property, conform6ment au Trading With The
Enemy Act. Ces companies americaines declarent que
les droits frangais, d'aprds l'aceord de 1928, out dis-
paru parce que la France, sous l'occupation allemande,
est devenuc techniquement une ennemie .. L'attitude
officielle frangaise est qu,'il est injuste d'ignorer la
distinction entire un ennemi rdel Pt un enuemi tllho.
rique. Les autoritds frangaises so;lignent en outre que
si le point de vue des companies amdricaines dtait
admis, tons les contracts d'avwglt guerre entire les
citoyens frangais et les britanniques et probablement
aussi entire les Frangais et les Amdricains... seraient
annuls.

Le New York Post public une excellent ddppche de Parts
sign& Paul Mowrer, dic6arant notamment ; a L'expdrience
Blum a fait plus pour restaurer la conflance du people fran-
gais en son gouvernement que tout ce qui a Etd tenti depuls
la Liberation. ,


III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la prose sovidtique du 9 janvier 1947

Les rubriques dtrangdres ne contiennent que des infor-
mations et sont d'un format r6duit en raison de l'abon-
dance des matidres relatives -A la champagne dlectorale. La
politique anglo-amdricaine reste la preoccupation dominant.
Les journaux mettent en vedette : un long compete rendu
sur la reunion du 8 janvier du Conseil de Securite. une
sdrie de ddpeches de La Haye sur les operations en Indo-
n6sie, un rdsume des ddbats an Sdnat egyptien au sujet du
trait avec la Grande-Bretagne, plusieurs informations con-
.eernat la -*station politique en Pologne (disceurs de


M. Gomulka, champagne dlectorale, reconstruction), et l'opi-
nion exprimde par plusieurs membres des Trade Union sur
le danger de la cooperation militaire anglo-amdricaine.
Une ddepche de dix lignes announce la ddmission de
M. Byrnes et son replacement par le gdndral Marshall, en
indiquant que la Maison Blanche a -publid les lettres echan-
gees entire MM. Truman et Byrnes.
Enfin, diverse informations concernent les sujets sui-
vants : le CongrBs du Parti Ddmocrate ture, le movement
pour l'ind6pendance en Birmanie, la suppression du com-
mandement militaire frangais en Italie,.la vie politique en
Roumanie, la press irakienne et la politique britannique
dans le Proche-Orient, les operations militaires contre les
partisans aux Philippines, etc...
En premiere page, an bref communique d6crit la visit
de 1'Acaddmie des chars par le mardchal Montgomery.



IV. PRESS BELGE


LE CHANGEMENT DE SECRITAIRE D'ETAT.

1. La Nation Belge (9/1, Union Nationale):

< Dans toautes ses grandes rencontres internationales,
M. Byrnes parut A la fois l'inspirateur et 1'ex6cuteur
fiddle de la politique du President Truman.
L'dlection pr6sidentielle de l'automne prochain n'est-
elle pas pour quelque chose dans la d6mission d'au-
jourd'hui ? M. Byrnes a, dans son pays, la reputation
de noourrir une grande ambition. C'est ainsi que l'on
explique que ce catholique d'origine irlandaise est
passed au protestantisme pour conjurer l'ostracisme qui
a jadis ferm6 les portes de la Maison Blanche au gon-
verneur catholique' de 1'Etat de New-York, Al Smith.
N'est-ce pas une raison analogue qui l'amnne mainte-
nant A rompre une solidarity jug6e trop compromet-
tante ? Peut-&tre aussi juge-t-il prdcaire le rapproche-
ment auquel il a consciencieusement travaill6, ces der-
niers mois, entire les Etats-Unis et ]'U.R.S.S., et estime-
t-il pr6f6rable de reprendre sa liberty pour pouvoiri Ic
jour of ce serait ndeessaire, donner avec plus d'auto-
ritd un coup de barre A droite.
I1 y a lI aussi une inconnue qui p6se sur la poli.
tique '.trangdre des Etats-Unis au moment oiu le general
Marshall en prend la direction, avec une double expe-
rience de soldat et de diplomat.

2. Le Drapeau Rouge (9/1, communist) :

c La d6mission de M. Byrnes est sensationnelle. La
designation de son successeur l'est encore davantage
Le premier sentiment qu'on 6prouve, c'est I'inqui6tude.
La premiere pensie qui vient a 1'esprlt, c'est que dor6
navant larmde dirigera la politique ext6rieure des
Etats-Unis. Cette idde semble d'autant plus plausible
que 1'ancien chef d'6tat-major gdenral n'a aucune pra-
tique veritable des affairs internationals. Le general
Marshall, militaire de carriore, n'a fait ses premieres
armes dans la diplomatic qu'en tant que n6gociateur
americain en Chine.
D'autre part, nul n'ignore que certain milieux mili-
taires influents reprochaient fr6quemment A M. Byrnes
son manque de fermet6 et i'usage insuffisant qu'il fai-
sait de la puissance militaire des Etats-Unis, pour ap-
puyer la politique 6trangere de ce pays. On n'ignore
pas non plus que de nombreux membres de la non-
velle majority rnpublicaine au Congrbs 6pousent enti6-
rement les vues de ces milieux militaires.
Si c'est cela le sens de la ddmission de M. Byrnes
et do la d6signatioh de son suceesseur, ''horizon poli-


BULLEldrN QUOmm IN.Iz PREssn *TRANGISnz


3







4 a VLLETI QUOTWIRN 3a ?1IRsX *rRAmO*II


tique qui s'6tait 6clairci apres les travaux de l'Assem-
bl6e g6n6rale de I'O.N.U., pourra se charger de nou-
veaux nuages menagants, et ce, deux mois avant le d6-
but de la Conf6rence de Moscou pour le r6glement du
problhme allemand.
On s'empresse deja d'affirmer, aux Etats-Unis et all-
leqrs, que le replacement du Secr6taire d'Etat ne
signifie nullement une nouvelle orientation de Ia poli-
tique 6trangere ambricaine. Rien n'est moins certain.
Le depart de M.'Byrnes serait, dans. ce cas, inexplica-
ble, car sa politique 6tait approuv6e jusqu'A present
aussi bien par les leaders d6mocrates que rdpubli-
cains. .
(J. LON:IN.)

3. La Cit, Nouvelle (9/1, catholique .de gauche):
< Les id6es du general Marshall sont moins conci-
liantes que cells de son pr6d6cesseur, et ses convic-
tions anti-sovi6tiques ne furent jamais caches A per-
,sonne. D'autre part, M. Byrnes, collaborateur de
M. Roosevelt, n'a pas toujours rencontr6 l'accord com-
plet de l'actuel President. La designation du g6n6ral
Marshall, ami et confident de M. Truman, place auto-
matiquemernt toute la politique 6trangere des Etals-Unis
entire les mains du successeur de Roosevelt.
Les Etats-Unis viennent de prendre' le depart d'une
nouvelle politique international. Non point que 1'AmB-
rique en revient a 1'isolationnisme. Elle reste interna-
tionaliste, mais d'un internationalisme qui tend a se re-
poser sur toute la puissance intransigeante de ses
armes et de ses dollars. Oi sont les conceptions roose-
veltiennes d'antan ? Ce poinl d'interrogation est notre
inqui6tude.
(NERIN E GCUN.)


V. PRESS SUISSE


a) AVANT L'ELECTION DU PRESIDENT DE L. TEPUBLIQUE
FIANCAISE (Journal de Gendne, 10/1) :

<< En ce qui concern la designation des candidates
des divers parties, ceux-ci observent une grande reserve.
L'exp6rience a prouv6 qu'il est dangereux de d6cou-
vrir trop tOt ses batteries, alors que les batteries adve-r-
ses sont encore dissimul.6es. D'autre part, le flit que
les elections des presidents des deux Assembl6es pr6c6-
deront celle du President de la R6publique, contribue
a commander cette reserve. Leur r6sultat peut avoir,
en effet, une influence sur 1'election pr6sidentielle.
Bien que le M.R.P. ait d6clar6 qu'il ne l'admettait pas,
il y a une interd6pendance, combine on dit, de ces trois
elections qui, A leur tour, conditionncnt en quelque
sorte la formation du -nouveau gouvernement.
Ce qui parait d'ores et d6ja certain, c'est que les
communists, qui pr6senteront sans doute p -ur la
'orme un candidate, savent qu'ils n'ont guere de chance
d'introduire un des leurs a 1'Elys6e. Il est mmre pro-
bable qu'ils ne d6sirent pas s'installer a la pr6sidence
de la R6publique. Ce qu'ils ont en vue, semble-t-l c'est
d'utiliser cette election pour obtenir des compensations
d'ordre gouvernemental, leur grande preoccupation
etant de reprendre en main certaines des positions mi-
nisterielles que la formation d'un gouvernement socia-
liste homogene leur a faith perdre.
Quant au Rassemblement des Gauches, il ne semble
pas avoir renonc6 & l'espoir de profiter de 1I rivalit6


des autres parties, mais il se garden de se mettre en
avant. Sa manoeuvre, pour avoir quelque chance de
succs, a tout,int6r&t a demeurer discrete. M. Herriot,
qui trouve des sympathies chez les communists, quil
a appuy6s lors de la derniere crise minist6rielle, ot
M. Queuille, qui en aurait plutot du c6t6 de la droite,
sont invisibles et ont grand soin de ne prononcer au-
cune parole imprudente.
Dans ces conditions, bien audacieux serait celu qui
pr6tendrait pouvoir deviner ce qui sortira du vote de
Versailles. D'ailleurs, personnel ne s'y risque. o
(Du correspondent du Journal de Gentve
a Paris.)

b) LA NOMINATION DU GENERAL MARSHALL.

1. Gazette de Lausanne (10/1) :

< Les relations entire le CongrBs r6publicain ot' le
nouveau Secr6taire d'Etat d6mocrate seront pourtait
handicap6es par des considerations de politique inti-
rieure. AussitBt que la nouvelle, de la nomination te
Marshall fut connue, les grands journaux sp6culbrent
sur ses chances d'arriver a la presidence et se demat-
derent si, en le choisissant, Truman entendait pr6pa-
rer une candidature d6mocrate pour 1948. Marshall
sort d'une famille ayant de fortes attaches avec le part
d6mocrate.
C'est la premiere fois dans l'Histoire des Etets--Tais
qu'un g6n6ral est ministry des Affaires 6trangeres. Sa
personnalit6 et le role qu'il a jou6 jusqu'ici permettent
d'esp.rer que 1'Ambrique suivra une politique ferme,
mais conciliante dans sa forme, et que les divergences
qui existaient entire la politique 6trangere du D6par-
lement d'Etat et la politique etrang6re menke en sous-
main par le, ministire de la Guerre auront tendance A
s'att6nuer, le general Marshall ayant une aut&rit6 suf-
flsante pour imposer ses vues soit au miniistere de la
Guerre, soit- tson propre ministere.

i(Du correspondent de la Gazette de Lausanne
a Washington.)

2. Journal de Geniee (10/1):

< M. Byrnes, qdversaire convaincu de lisolement,
chercherait A exercer partout, dans un sena construc-
tif, I'influence que lui donnaft l'imineffne piistance de
son pays.
11 est certain que son successeur poursuivra sa poli-
tique. On s'est ktonne qu'un general prit le portefedMlle
des Affaires 6trang6res. Miais, comme Elsenhlloer,
Marshall n'est pas seulement un militaire; son horizon
ne se borne pas aux questions de strat6gie, d'instruc-
lion et d'armement. Le pli professionnel est moins
marqu6 aux Etats-Unis que dans les nations qui pos-
sident depuis longtemps des armies permanentes.
En lui conflant la succession de M. Byrnes, M. Tru-
man a fait un heureux choix, tant du point de vue
exterieur que dans le domaine de la politique int6-
rieure, car le g6n6ral Marshall est aussi appr6ci6 des
d6mocrates que des r6publicains. Dans certain mi-
lieux, on dit m6me qu'il pourrait 6tre candidate A la
pr6sidence de la R6publique. En tout cas, son ehoix
permet d'affirmer que la politique 6trangere des Etats-
Unis conservera son caraotere national et ne serae pas
iobjet de disputes entire les parties. .

QJisx r ]tT.)








BULLETIN QUOTIDIEN DB PRESS ATRANG*RE 5


c) LES ELECTIONS POLONAISES (National Zeitung, 9/1,
edition du soir) :

< Le Kremlin serait naturellement heureux de voir
les parties de gauche triompher aux Blections du 19 jan-
vier. Cependant, on n'est nullement en droit d'en con-
clure que la terreur Blectorale qui regne aujourd'hui
en Pologne r6sulte des ordres de Moscou. Une victoire
du parti paysan ne serait pas en elle-meme plus desas-
treuse pour l'U.R.S.S. que ne le fut en son temps le
success du parti des petits propri6taires de Hongrie. On
peut noter comme un fait caracteristique que Staline
n'a pas omis de remercier express6ment M. Mikolajcyk
pour le tCelgramme que le leader paysan lui avait
adress6 A l'occasion de son anniversaire. D'ailleurs,
I'U.R.S.S. a plut6t int6r&t a voir diminuer 1'antagonisme
entire les parties polonais: c'est ainsi par example
qu'une rupture definitive entire les puissarices occiden-


tales et Varsovie remettrait n6cessairement en question
la frontiere Oder-Neisse. MM. Byrnes et Bevin ont djit
laiss6 entendre 1'6t6 dernier qu'ils n'etaient pas dispo-
ses A gardntir de fagon definitive, a une Pologne infl-
dele a ses engagements, la possession de jure des ter-
ritoires de l'Ouest qui lui ont 6t6 promise. Le gouver-
nement de Varsovie commettait ces temps derniers une
erreur complete, en interpr6tant cette menace comme
la preuve que I'Occident prefere, tout compete fait,
I'amiti6 de l'Allemagne A celle de la Pologne. Ce que
l'Angleterre et les Etats-Unis r6plament en r6alite, ee
n'est pas A proprement parler l'amitiM d'autres Etats,
mais bien le respect des signatures. Aussi l'U.R.S.S.
devra-t-elle, selon toute vraisemblance, sommer Varso.
vie de faire preuve de plus de moderation, faute de
quoi, par example, 1'6chec de la Conference interna-
tionale de Moscou, flx6e au mois de mars, deviendrait
inevitable. ,


S.P.I. ImE., 27, rue Nicolo, Paris 31-3009