• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 A mes abonnes
 Livre neuvieme
 Livre dixieme
 Livre onzieme
 Table of Contents














Group Title: Pétion et Haïti
Title: Pétion et Haïti
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076972/00004
 Material Information
Title: Pétion et Haïti étude monographique et historique
Physical Description: 5 t. in 1 : front. ; 25 cm.
Language: French
Creator: Saint-Rény, Joseph, 1816-1858
Dalencour, François, 1880-
Publisher: Librairie Berger-Levrault,
Librairie Berger-Levrault
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1956
Edition: 2. éd. / conforme à l'original, précédée d'une notice bographique sur Saint-Rény et annotée par François Dalencour.
 Subjects
Subject: Presidents -- Biography -- Haiti   ( lcsh )
History -- Haiti -- 1804-1844   ( lcsh )
Politics and government -- Haiti -- 1804-1844   ( lcsh )
History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Bibliography: Includes bibliographical references.
Statement of Responsibility: par Saint-Rény.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076972
Volume ID: VID00004
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AFE6788
oclc - 02228749
alephbibnum - 001062853

Table of Contents
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    A mes abonnes
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
    Livre neuvieme
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
    Livre dixieme
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
    Livre onzieme
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
    Table of Contents
        Page 109
        Page 110
Full Text






PTION ET HAITI



TUDE

MONOGRAPHIQUE ET HISTORIQUE

PAR

SAINT-RMY
(DES CAYES, HrrI)


TOME QUATRIME








PARIS
Chez l'Auteur,
RUE SAINT-JACQUES, 67

1855























A MES ABONNES.


Amis connus et inconnus, mais qui m'tes tous galement chers.
Aprs un silence bien long, nous voici de nouveau face face, et
reprenant en mains nos documents historiques, nous allons les rouvrir
enfin, pour y continue la recherche de la vrit si utile tous, et en
dehors de laquelle il n'existe que des mcomptes et des malheurs dans
le present et l'avenir.
Et pour poursuivre la recherche de cette vrit que nous aimons tant,
parce que nous avons le ceur bon, parce que les douleurs du present ne
nous font pas dsesprer des joies de l'avenir, nous arrterons souvent
notre attention sur les grands dvoments et les grandes ambitions, sur
la splendeur de certaines figures, et aussi sur les dfaillances et les peti-
tesses de certaines autres : l'histoire, cette vivante et unique image de
l'ternelle humanity, ne se compose que de contrastes, et c'est par l'exa-
men de ces contrastes qu'on peut seulement parvenir fixer les lois de
la morale publique.
Loin de nous dcourager, remuons donc hardiment notre domaine
historique ; soulevons le linceul de nos pres, voquons leurs mnes, car
ce qui a t pourrait peut-tre nous expliquer ce qui est, et nous faire
entrevoir ce qui sera: c'est l la noble mission de l'histoire, et c'est
pourquoi nous aimons l'histoire l'gal de la vrit. Ne sont-elles pas
d'ailleurs deux soeurs si insparables que la mort de l'une entrainerait
la mort de l'autre ?
Mais si, jusqu' present, pour avoir pieusement rveill nos morts,
si, pour les avoir tout aussi pieusement interrogs, nous avons, dans nos
causeries, prouv ensemble du moins, je le pense un certain ravis-
sement patriotique ml d'orgueil et quelquefois de regret, nos cause-
ries devaient ncessairement dpasser notre cercle et attirer l'attention
des trangers.
Parmi ces trangers, les uns ont t d'une bienveillance de critique
pousse si loin, que ma modestie a d s'en mouvoir (1) ; d'autres,
jugeant avec quelque lgret de ce qui s'tait dit entire nous, sans s'tre
nullement donn la peine de nous bien couter, ont fait de la logomachie,
comme nous disions l'cole, l'poque de notre heureuse enfance, -
pour avoir prtexte de dire leur mot sur la grande et palpitante question
des races.
Et comme cette question des races nous touche de prs et de bien prs,
nous avons aussi le droit d'en parler chaque fois qu'on la soulvera.
Or, un publiciste trs capable d'ailleurs, M. Bonneau (2), aprs avoir
apprci plus ou moins judicieusement les divers travaux littraires
accomplish jusqu' present par des Hatiens, a sond le pass de notre
race, et a cru en avoir dcouvert l'avenir.
Ainsi, aprs avoir infr de l'histoire de l'Inde, de la Perse, de la
Grce, et de Rome, la supriorit du sang japhtique sur le sang cha-

(1) Voyez la Revue de Paris, no du e1r juillet 1857.
(2) Voyez la Revue contemporaine, no du 15 dcembre 1856.











PETION ET HAITI


mtique (1), aprs avoir fait dcouler la civilisation gyptienne et phni-
cienne du mlange des deux sangs, le publiciste arrive l'Afrique, qui
reste, dit-il, ancre sa barbarie et son ftichisme, tandis que l'homme
march et se perfectionne au sein des autres races. L'histoire nous
montre, ajoute-t-il, dans les autres parties du monde, des civilisations
foules et effaces par des invasions terrible, sans cesse renaissantes.
La Perse, le Turkestan, l'Europe entire, ont t cent fois noys dans
le sang. Rien de tel en Afrique. Le flot des invasions trangres n'a
jamais labour les bassins du Djoliba, du Nil-Blanc et du Zare. Si
la race noire n'a pas progress, c'est donc en elle-mme ou dans son
climate qu'il faut chercher les causes de sa stagnation sculaire. La
moiti septentrionale du continent africain est situe sous les mmes
latitudes que l'Amrique central, les Antilles, l'Arabie, l'Inde, l'Indo-
Chine et la Malaisie ; l'autre moiti, sous les mmes latitudes que l'Am-
rique mridionale, l'Australie, les les de Madagascar, de Maurice, de
la Runion, etc ; et qui penserait que la civilisation ne puisse prendre
pied dans ces contres d'une exubrante fertilit ? La nature n'a pas
cr ces continents normes, sillonns de grandes rivires, couronns
de hautes montagnes, et ces les sans nombre, pour en faire le repair
inviolable de la barbarie. L'influence climatrique carte, c'est donc
sur la race noire elle-mme que retombe de tout son poids la vrit
que nous cherchons. Aucun obstacle extrieur n'est venu entraver son
volution, mais ce corps immense, cet athlete aux membres robustes,
le souffle de l'intelligence a manqu, et la race africaine, vritable
baobab human, est demeure depuis le commencement du monde
immobile dans sa force brutale... Est-ce dire qu'une barrire infran-
chissable la spare du progrs et de la civilisation ? A Dieu ne plaise
que nous nourrissions une pareille ide Elle est perfectibe comme
< les autres, mais dans un cercle toutefois plus restreint; mais elle a
besoin, pour marcher, de recevoir une impulsion trangre, et un germe
qui lui manque.
Tirons la quintessence de ce paragraphe : que veut prouver l'auteur ?
- Que les causes topographiques ne sont pour rien dans le milieu d'igno-
rance et d'impuissance o reste accroupie la grande famille noire depuis
les temps les plus reculs. Ces causes cartes, quelle est donc celle
laquelle il faut assigner cette ignorance et cette impuissance persis-
tantes ? C'est, suivant le publiciste, l'infriorit sporadique, spcifique de
la famille noire elle-mme relativement la famille blanche don't les
aptitudes se sont si incontestablement formules.
Mais que M. Bonneau nous permette de lui dire qu'il n'a ici saisi
qu'un ct de la vrit, et que 1 autre lui a compltement chapp : il
ne suffit pas seulement de mettre de la franchise dans des questions
aussi graves, il faut encore savoir lever son esprit la hauteur de
ces questions.
En effet, que nous rvle l'histoire de la plus haute antiquit ?
L'Egypte, la Phnicie, la Grce et Rome n'ont brill avec clat qu'au
moment o les premiers dominateurs de ces contres eurent t envahis
par des races trangres et se furent fondus dans des lments nouveaux.
Dans des temps plus modernes, la Gaule, l'Espagne, l'Italie, l'Angle-
terre, l'Allemagne, la Russie mme, n'ont-elles pas t toutes plus ou moins
subjugues ? Le sang primitif des races de ces diffrentes contres ne
s'est-il pas mlang au sang des races conqurantes ?
Si les progrs de ces diffrentes contres dans les arts, les lettres
et les sciences, n'ont justement commenc se rvler qu' la suite de

(1) Je ne me sers de ces terms que parce qu'ils sont consacrs par la science,
sans me proccuper nullement de la dispersion des fils de No.










A MES ABONNES


l'amalgame des diffrentes races, ne faut-il pas conclure que les diff-
rentes varits de la grande famille japhtique n'eussent jamais pu elles-
mmes, individuellement et de leurs seuls efforts, s'lever rien de
transcendent, tandis qu'au contraire une fois entes, greffes les unes sur
les autres, elles ont commenc accomplir toutes les merveilles que nous
admirons ?
Si ce sont la des vrits qu'on ne saurait mettre en doute, comment
s'tonner que l'Afrique qui n'a pas t noye comme l'Europe dans le
sang, don't les bassins n'ont jamais t labours par des invasions tran-
gres soit reste jusqu' present dans un morne statu quo ?
C'est sans "aucun doute par le croisement moderne des diffrents
rameaux de la famille blanche, que cette famille a atteint son degr de
prosprit; c'et t aussi, en Afrique, par le croisement des diffrents
rameaux de la family noire, que cette family et aussi atteint son degr
de prosprit, si cette dernire famille s'tait trouve dans les mmes
conditions que la famille blanche, c'est--dire si quelques-uns de ses
rameaux avaient pu faire dj, malgr leur isolement absolu de tout
centre de lumire, quelque conqute relle dans le domaine du pro-
grs, comme les rameaux parallles de la famille blanche ; si enfin l'Afri-
que avait hrit, comme l'Europe, du bnfice des civilisations ant-
rieures que cette Europe a trouves ses portes et dans son sein, par
l'immixtion des races.
C'est donc une erreur, c'est mme une injustice que de condamner
sans appel une race, quelle qu'elle soit, parce qu'elle ne se sera pas encore
mise en movement, il faut, au contraire, plaindre cette race, lui tendre
la main, l'aider s'lever.
On cite souvent Hati, Hati libre et indpendante depuis cin-
quante ans, place dans le courant des flots de la civilisation, et qui,
cependant, est reste stationnaire, sans prendre part l'entranement
universal. Mais qu'on interroge les voyageurs de bonne foi : o trouver
une population plus intelligence, mieux dispose que la population de
cette ile ? Seulement cette population n'a jamais t administre, et voil
la cause du mal qui entrave ses efforts.
Pour moi, je connais parmi nous bon nombre d'hommes noirs, noirs
sans immixtion aucune de sang japhtique, capable d'crire et de pro-
duire de ces ouvres littraires que M. Bonneau demand la race noire
pour prouver que l'intelligence ne lui fait pas dfaut. Il ne tient qu' ces
hommes noirs de reliever l'espce de dfi que leur donne le publiciste.
L'exemple de quelques multres, peut-tre moins lettrs que ces noirs,
devrait dans tous les cas servir d'encouragement ces derniers dans la
noble carrire des lettres.
Maintenant, venons au livre intitul l'Autre Monde, par Mme Marie
de Fontenay, et que M. Bonneau cite :
< Quoi qu'on crive, quoi qu'on tente, le noir ne franchira jamais
l'abme qui le spare de l'homme. Que l'on m'objecte qu'on a vu des
noirs de gnie et des multres de talent, je rpondrai aussi qu'on a vu
des chiens philosophes et des oiseaux savants. Par des combinaisons,
< de Dieu seul connues, l'instinct arrive quelquefois aussi haut que la
< pense... Mais et-elle l'esprit de Fontenelle, l'imagination de Voltaire,
l'loquence de Rousseau; ft-elle de la septime gnration, et n'et-
elle ainsi, suivant de grands docteurs, qu'une goutte de sang ngre dans
< les veines, la creature qui compete un noir parmi ses aeux, il faut s'en
dfier.
Que dire de ce passage si peu scientifique et si peu aimable pour nous,
pour nous qui nous supposions quelqu'intelligence et un coeur droit, de
ce passage de l'illustre bas-bleu qui nous relgue enfin au rang de la bte










PETION ET HAITI


innocent ou de la bte fauve ? Rien : la femme, quelle que soit l'obli-
tration de son ceur ou de son esprit, n'a-t-elle pas, pour sa defense, la
grce du sourire, la sduction du regard, et tout le charme nature
son sexe ?
Mes chers abonns,
L se rduit, depuis nos dernires causeries, tout ce qui s'est imprim
sur nous et contre nous en Europe. J'ai d vous en entretenir, car plac
ici, et pour ainsi dire, en sentinelle, je vous signalerai tout ce qui
s'adresse vous et vous touche : c'est le seul moyen de rveiller l'atten-
tion de la race laquele Dieu nous a relis, et la porter quelque chose
de grand.
Ceci dit, il me reste vous expliquer mon long silence, don't bien
de vos lettres m'ont souvent demand les motifs.
Une amiti, pleine d'ardentes protestations, s'tait spontanment
offerte au service de mes publications. Naf comme un enfant, j'eus le
malheur de croire ces protestations. Mais quel ne fut pas mon tonne-
ment, et aprs d'interminables et pnibles dmarches, de voir rgler
arbitrairement mes deux premiers volumes un prix si vil, et malgr
toutes mes instructions, que ces deux premiers volumes n'avaient pas
pay aux Cayes ce qu'ils me cotaient Paris L ne s'arrta pas la
bienveillance : mon troisime volume, violemment squestr dans une
halle du Port-au-Prince, y resta prs de deux ans, sans qu'on voult lui
donner un laisser-passer pour les autres localits !
Je savais que mes travaux taient tout dsintresss, puisqu'ils ne
me rapportaient aucun bnfice pcuniaire et que je me contentais de
rentrer simplement dans mes frais ; mais je ne m'attendais pas des
pertes aussi sches.
Vous comprenez que ces puissants obstacles durent ncessairement
retarder la publication de mon travail : on n'est pas toujours mme,
au milieu de l'exil, d'aventurer des capitaux, quelques minimes qu'ils
soient.
J'avoue que ds lors, pris d'un certain dgot, j'avais conu la rso-
lution de remettre en portefeuille mes manuscrits et de les y laisser dor-
mir d'un ternel sommeil.
Mais tant de lettres bienveillantes me sont parvenues de diffrents
points du pays et des autres Antilles, m'engageant toutes plus chaleu-
reusement les unes que les autres poursuivre, que j'ai d tenter de
nouveaux efforts sur moi-mme pour achever la tache patriotique que
je me suis impose.
Je poursuis donc, avec l'appui de votre fraternelle sympathie, heu-
reux si je continue la mriter par l'impartialit qui est mon guide ;
plus heureux si je contribute au dveloppement moral de toutes les facults
don't la nature a dot notre race, et qui n'attendent qu'un peu d'mulation
pour briller de tout leur lustre !
Surtout que la sainte fraternity nous unisse de ses doux liens qu'elle
ne soit pas seulement le thme banal de nos lgies maonniques qu'elle
se traduise dans tous nos actes de la vie prive et publique, par les df-
rences de l'infrieur envers le suprieur et la mansutude du suprieur
envers l'infrieur !
La mort, chaque jour, creuse des vides parmi nos vtrans: hier,
l-bas, vous avez accompagn Jacques-Louis la demeure de paix ; hier,
ici, nous avons rempli le mme et supreme devoir pour Isambert. Laisse-
rons-nous toujours descendre dans la tombe les soldats de nos liberts,
sans qu' l'heure dernire leurs figures resplendissent des rayonnements
de notre prosprit et de notre flicit ?
Paris, juillet 1857.


















LIVRE NEUVIME

Colonisation de l'Amrique. Prophtie d'Og. Proclamation de l'indpendance.
Tuerie des blancs. Conduite des divers gnraux. Mme Dessalines. -
Travaux de fortifications. Dessalines empereur. Retour des officers dports
par Leclerc et Rochambeau. Manifeste du gnral Ferrand, commandant
Santo-Domingo.


I. C'est une triste et lamentable histoire que celle de la colonisation
de l'Amrique.
Les Espagnols, ds le principle de leur tablissement Saint-Domin-
gue, se rpartirent les indignes comme de vils troupeaux (1). Ces
indignes furent condamns l'exploitation des mines aurifres que le
sol vierge prsentait partout l'avidit des envahisseurs. Mais le tra-
vail des mines, tout terrible, excdait les forces des malheureux captifs,
race jusque-l habitue la vie la plus molle et la plus douce ; les corves
faisaient disparatre cette race avec une rapidit effrayante (2). On
songea reconstituer la population avec des lments plus vigoureux.
On eut recours la Traite des Africains.
II. Traite signifie commerce. Or, le commerce des esclaves noirs,
comme celui des esclaves blancs, remontait l'origine de la plus haute
antiquit (3). Le commerce des esclaves noirs fut d'abord plus limit
que celui des esclaves blancs, par la simple raison que Barthlemy Dias
n'avait pas alors double le cap de Bonne-Esprance (4), et que le royaume
du Congo et autres contres de l'Afrique mridionale, qui, depuis, four-
nirent tant de honteux tributs au Nouveau-Monde, n'taient pas encore
signals par la cupidit du traitant (5) celle du state (6).
Rome, Sparte, Athnes, n'avaient donc que peu d'esclaves noirs,
mais beaucoup d'esclaves blancs. Dans ces temps reculs, on mettait en
doute si ces derniers avaient une me, comme on l'a fait de nos jours
pour les esclaves noirs (7).
Ce ne fut qu'aprs les tentatives priphriques des Portugais qu'on
commena voir paraitre sur les marchs de la pninsule ibrique un
plus grand nombre de noirs enlevs des ctes d'Afrique et assujettis
l'tat de domesticit.

(1) Ce partage s'appelait repartimientos. Voy. les Mmoires de Las-Casas, vque
de Chiapa, tome ii, p. 352.
(2) Je renvoie le lecteur l'Histoire des Caciques d'Haiti, par M. Emile Nau,
vol. in-80. Port-au-Prince, 1855, chez Bouchereau, imprimeur-diteur. Cet ouvrage,
crit avec un sens exquis, o la beauty du style rpond la solennit du sujet, est
un vritable ncropole ; les rudits y peuvent voir revivre les premiers habitants
des Antilles avec leurs murs, pour les voir mourir de nouveau avec leurs malheurs
si peu connus.
(3) Certains catholiques vont jusqu' trouver la justification de ce crime dans les
Saintes-Ecritures.
(4) En 1486. On et mieux fait de laisser ce cap son nom primitif de Cap des
Temptes. La bonne esprance est quelquefois cruelle, et dans ce cas n'a-t-elle pas
fait place aux plus affreuses temptes politiques ?
(5) Celui qui allait traiter les ngres, les acheter.
(6) Ngre qui venait sur la cte vendre d'autres ngres vols dans l'intrieur des
contres. Voy. Mango-Parck, Voyage dans l'intrieur de l'Afrique, fait en 1795, 96
et 97, tome II, p. 95, traduit par Castra. Paris, chez Dentu, Palais-Egalit, an vii.
(7) Aristote, Politique, livre I, chap. I.










PETION ET HAITI


Ainsi le prcdent existait, mme avant la dcouverte de l'Amrique
par Colomb. Qu'y avait-il de mieux faire que de le continue sur
une plus large chelle, au moment o il y avait tant d'or arracher des
entrailles de cette contre ?
III. D'abord, vers 1505, des aventuriers de l'ordre nobiliaire rexpor-
trent du Portugal et de l'Espagne quelques noirs dans les diffrentes
les, Hispaniola surtout. Le roi des Espagnes, Charles-Quint, dfendit
les premiers movements de ce commerce. C'tait un profound poli-
tique que ce prince : cette prohibition ne pourrait-elle pas donner
penser qu'il avait la prescience des embarras que la transplantation de
la race noire devait un jour causer aux mtropoles ?
Malheureusement pour cette dernire race, la destruction des
Indiens taient dj presque gnrale en 1509. Le roi ferma l'oeil sur la
transplantation qu'il avait d'abord condamne. Et en 1517, il fit plus, il
signa une ordonnance qui permettait d'importer 4.000 noirs aux quatre
grandes Antilles, Cuba, Saint-Domingue, Jamaque et Porto-Hico:
1.000 pour chaque Antille.
La cupidit dpassa ce chiffre sans difficult.
IV. Jusqu' cette poque, il n'tait point question des Franais
Saint-Domingue ; peu repandus dans le Nouveau-Monde, connus sous le
nom de boucaniers (1), de flibustiers (2), ils parcouraient les petites
Antilles, capturant quelques caravelles espagnoles qui allaient en Europe
ou venaient aux Antilles, et s'en partageant les dpouilles. Leur premier
pied terre fut Saint-Christophe, dans la mer Caraibe, quelques lieues
au vent des grandes Antilles. Chasss par les Anglais de Saint-Christophe,
ils furent s'tablir, au commencement de 1600, l'le de la Tortue, dpen-
dante de celle de Saint-Domingue : des guerres de piraterie marqurent
leur voisinage avec les Espagnols.
La France s'inquitait peu de ces enfants perdus. Ce ne fut qu'en
1664 que d'Ogeron, gentilhomme poitevin, nomme pour le roi gouverneur
de l'le de la Tortue, conut le project hardi d'tendre la domination
franaise sur la grande terre, et d'en expulser finalement les Espagnols.
Il donna tous ses soins la valle du Port-de-Paix, situe en face de
l'le don't il tait le gouverneur. Il engagea les boucaniers, dj las de
leurs terrible ventures, s'y tablir, cultiver la terre, cette premiere
nourrice de l'homme : pouvait-il faire diffremment ? Les repartimientos
avaient tant fait affluer d'Indiens dans la parties orientale, measure
que les mines y dvoraient ces malheureux, qu'il n'en restait plus dans
la parties occidental ; les noirs, de leur ct, rares Santo-Domingo,
taient inconnus la Tortue.
D'Ogeron, toujours plein de son ide de colonisation par les seuls
blancs, repartit pour la France en 1669, et revint avec plusieurs centaines
de cultivateurs. Ces cultivateurs, don't le nombre augment rapidement
par de nouvelles importations (3), furent connus sous le nom d'engags
de trente-six-mois, parce que leur libert tait aline pour tout autant
de temps. C'taient de pauvres et bonnes gens recruts en France par-
devant tabellions, au moyen de pompeuses promesses, et courbs en
ralit dans les les sous le joug de la plus affreuse servitude (4).


(1) Du mot indien boucan, lieux o l'on fait de grands feux, soit pour boucaner
(rtir), fumer, des pieces de chasse, comme le beuf, soit pour camper ou bivouaquer,
soit pour achever de nettoyer un champ nouvellement tabli.
(2) Du mot anglais flyboat, barque lgre.
(3) En 1685, on en comptait, Limonade seulement, prs de 500. Voy. Moreau
de Saint-Mry, tome x, p. 181.
(4) Voici un extrait de la plainte douloureuse qu'un de ces malheureux, marron
depuis 19 mois, adressait, le 12 dcembre 1722, M. d'Arguian, gouverneur du Cap:
Monsieur, souffrez qu'un malheureux se jette vos pieds pour obtenir de votre












Cette traite des blancs, cet esclavage apocryphe, allait prendre un
immense dveloppement, sans l'extension que prit la traite des noirs
par la convention que la Compagnie de Guine signa avec le roi des
Espagnes, le 27 aot 1701, pour le monopole du transport de ces derniers
dans les colonies du mme monarque (1).
Cependant les deux traites marchrent de pair pendant encore de
longues annes ; ce ne fut que dans la second moiti du xvII" sicle
que celle des noirs fut tout fait substitute celle des blancs.
V. Alors les colonies atteignirent une prosprit inoue. La seule
de Saint-Domingue comptait, en 1789, une population de 509.642 noirs,
don't 284.307 mles et 225.335 femelles ; 35.440 blancs, don't 24.660 mles
et 10.780 femelles; 26.666 homes de couleur (2), don't 14.602 mles
et 12.064 femelles ; total, 571.748 mes (3).
Cette colonie comptait aussi 959 sucreries, 2.367 cafeyres, 609 coton-
neries, plus 75.953 chevaux, etc (4).
Elle rendait 70.227.709 livres poids de marc de sucre blanc, qu'on
ne peut valuer, quite de fret, droits et frais, moins de
440 1. le miller .................................. 3.090.019 1.
93.177.512 1. de sucre brut 250 1. le miller ............ 23.294.378
76.830.212 1. de caf 600 1. le miller .............. 46.098.227
7.004.274 1. de coton 1.200 le miller .............. 8.405.125
930.016 1. d'indigo 6.000 1. le miller .............. 5.580.096
657.750 1. de cacao 440 1. le miller ................ 289.410
20.000 boucaux de sirop 75 1. .................... 150.000
2.000 barriques de tafia 86 1.................. 172.000

Total en chiffres ronds .................... 87.079.255 1.
Dans ce chiffre n'taient pas comprises les consommations intrieures
et les exportations frauduleuses, qui furent toujours considrables dans
la colonie.
L'ile occupait 750 navires de France, 24.000 matelots, le cabotage
presque le mme nombre (5).
Et quand, la mme poque de 1789, quelques mains gnreuses
soulevrent le voile qui couvrait les causes de cette prosprit, on dcou-
vrit avec horreur que jamais les sentiments d'humanit et les notions de


charit son retour chez les Franais, chose aprs laquelle il aspire et languit depuis
" qu'il a eu le malheur de les quitter, s'y voyant forc par les maltraitements qu'il
a reus de M. de Buttler, habitant du Bois-de-l'Anse...
Le mme jour, sur l'intervention du gouverneur, Buttler consentit ce que Regnault
retournat en France et le tint quite du temps qu'il avait encore le servir.
(1) Cette mme compagnie, connue aussi sous le nom de Compagnie des Indes,
obtint, au mois de septembre 1720, de la monarchie franaise, qui voyait alors sa
domination s'tendre Saint-Domingue, le privilege exclusif d'approvisionner d'esclaves
cette colonie naissante.
(2) Cette denomination d'hommes de couleur appartenait tous les affranchis,
quelle que ft la varit de leur piderme, depuis le noir le plus fonc jusqu'au
quarteron au teint d'albtre. Voy. Garan de Coulon, Rapport sur les troubles de Saint-
Domingue, t. n, p. 18.
(3) Page, ancien colon de Saint-Domingue, calculait en 1802, que ce chiffre tait
tomb 375.000 habitants ; le gnral Pamphile de Lacroix portait, en 1819, la popu-
lation gnrale de l'le 501.000 pour l'ancienne parties franaise et 135.000 pour la
parties espagnole : 636.000 habitants.; le gnral Macaulay, Haiti ou renseignements
sur l'abolition de l'esclavage, pensait que cette population s'levait plus de 750.000
mes ; le dnombrement official de 1825 donne le chiffre dp 935.335 mes, que M. de
Humbolt, dans son Essai politique sur Cuba, rduit 820.000 mes.
(4) Voyez Rapport sur les troubles de Saint-Domingue, tome I, page 37.
(5) Je regrette de ne pouvoir ici mettre sous les yeux du lecteur, come terme
de comparison, les tats de la production actuelle de la mme le ; les documents
officials me font dfaut.


1804


LIVRE IX










PETION ET HAITI


religion n'avaient t plus cruellement viols. On songea, ds lors,
rformer l'organisation intrieure des les et rgler les conditions de
leur nouvelle existence (1).
Ce fut en ce moment solennel, o la philosophie inaugurait majes-
tueusement son entre dans le domaine des faits, qu'Og, ce ceur ardent,
dbordant du plus noble dvoment, demand les droits politiques en
faveur des affranchis et l'abolition graduelle de l'esclavage (2). Ce vu
dut paratre tmraire et partant incendiaire et irralisable. Aussi, dans
un temps prochain, il n'y eut que le supplice de la roue qui pt l'expier.
Mais nanmoins la dmocratie vint, en 1793, donner raison Og, en
consacrant les mmes doctrines qui avaient occasionn sa fin dplorable.
C'est que tout ce qui est just se rit de l'inconstance des hommes et finit
par recevoir son application. Quand on relit la motion que fit Og au
club Massiac, on doit s'incliner devant ce bon sens profound qui lui dvoi-
lait tous les maux prts fondre sur les colonies, devant ce grand senti-
ment d'humanit avec lequel il cherchait conjurer le danger.
Qui perdit dans la lutte ? Les colons. Mais, battus et non vain-
cus par le progrs rvolutionnaire, ils profitrent du gnie guerrier dve-
lopp par le gouvernement consulaire pour tenter une dernire restau-
ration de leurs privileges.
VI. Cette dernire fois encore la force du droit devait l'emporter sur
le droit de la force : la colonie fut jamais perdue pour les colons. -
Og avait bien prvu ce fatal dnoment : Je commence, disait-il,
en 1789, M. Clarkson, venu Paris pour tenter de faire introduire dans
l'Assemble national la question de abolition de la Traite (3). je com-
mence me soucier peu que l'Assemble national nous admette ou
non (4). Mais qu'elle prenne garde aux consequences. Nous ne voulons
pas demeurer plus longtemps dans la dgradation. Nous enverrons tout
de suite des dpches Saint-Domingue, et nous ne tarderons pas
les y suivre. Nous pouvons former sur nos habitations d'aussi bons
soldats que ceux de France. Nos propres armes nous rendront respec-
tables et indpendants. Une fois que nous serons rduits aux moyens
dsesprs, des milliers d'hommes traverseraient en vain l'Atlantique
pour nous ramener notre premier tat (5).
VII. Ainsi, la prediction d'Og venait de s'accomplir par Dessalines.
Tous les gnraux furent convoques en congrs pour le 1" janvier 1804 (6).
dans la ville des Gonaves, o, par le plus odieux des guet-apens, le Pre-
mier-des-Noirs avait t embarqu. Le lever du soleil de ce jour mmo-
rable fut salu par le bruit de l'artillerie. A dix heures du matin, le con-
grs tait runi dans la maison du gnral Vernet, rue l'Ouverture.

(1) En France, Brissot de Warville, Pthion de Villeneuve, Mirabeau, Clavire,
Lafayette, Condorcet, Grgoire, Larochefoucaud, Destutt de Tracy, de Joly ; en Angle-
terre, Granville Shap, Stade, Clarkson, Wilberforce, lord Stanhope, Price, Priestley,
Pitt, comme tant d'autres citoyens glorieux des deux grande nations, furent cette
poque les plus ardents dfenseurs de la race noire.
(2) Voyez tome i, p. 44 de ce mme ouvrage.
(3) D'aprs Garan de Coulon, t. I, p. 101, les Amis des Noirs osaient peine
encore parler de l'abolition de l'esclavage lui-mme dans leurs plans les plus tendus
de la philanthropic. Combien donc ne devons-nous pas glorifler Og d'avoir, le
premier, mis, public le vou de cette abolition, l'effroi de tant d'autres hommes
gnreux du reste ? Et que penser de la bonne foi de certain crivains qui n'ont
Jamais voulu voir dans ce noble jeune homme que le dfenseur exclusif des droits
des affranchis ?
(4) Og, Raymond, de Joly, Du Souchet de Saint-Ral, Honor et Fleury avaient
t nomms dputs l'Assemble national par les hommes de couleur qui se trou-
vaient Paris.
(5) Voyez l'Union, recueil commercial et littraire, nO 11, Port-au-Prince, 21 aot
1837. BIBLIOTHQUE IMPRIALE DE FRANCE.
(6) Le calendrier rpublicain avait commenc tomber en dsutude ds le mois
de novembre prcdent.


1804













Dessalines prit la prsidence. Le congrs se composait de Christophe,
Ption, Clervaux Geffrard, Vernet, Gabart, gnraux de division ; Paul
Romain, Grin, Cappois, J. P. Daux, Jean-Louis Francois, Frou, Cang,
L. Bazelais, Magloire Ambroise, J.-J. Herne, Toussaint Daux (1), Yayou,
gnraux de brigade; Bonnet, F. Papalier, Morely, Chevalier, Marion,
adjudants-gnraux; Magny, Roux, chefs de brigade; Charrairon, Ben-
jamin Louis, Quesn, Markajoux, Dupuy, Carbonne, Diaquoi an,
Raphal, Malette et Derenoncourt, officers de divers grades.
Boisrond-Tonnerre tait le secrtaire tout trouv de l'assemble.
Le president, dans un discours nergique, improvis en crole,
retraa les vnements qui s'taient accomplish depuis la mission
d'Hdouville jusqu' l'vacuation de Rochambeau. Il dplora les funes-
tes rivalits qui avaient plus d'une fois divis les deux classes noire et
jaune. Il en rejeta l'odieux sur le machiavlisme des blancs. Il se flicita
d'avoir pu les runir dans l'oeuvre de l'indpendance. Il fit ressortir
loquemment tout le bien que le pays pouvait retire de cette runion,
tout le mal qui en rsulterait si elle venait se briser. Il annona enfin
que les gnraux taient assembls pour fixer les destines de la nation
et lui donner un chef (2).
Les gnraux furent d'accord pour redonner au pays son nom abo-
rigne d'Hati (3), auquel la colonisation avait substitu celui de Saint-
Domingue (4). Ils nommrent d'acclamation Dessalines gouverneur-gn-
ral vie du nouvel Etat, avec des pouvoirs dictatoriaux, et prtrent indi-
viduellement entire ses mains le serment de renoncer jamais la
France, de mourir plutt que de vivre sous sa domination, et de com-
battre jusqu'au dernier soupir pour l'indpendance. Le feu de l'artil-
lerie rpeta au loin ce serment.
VIII. Le gouverneur-gnral, entour de tous ses lieutenants, se
dirigea, au son du tambour et des clairons, vers la place d'Armes, o
un autel avait t rig la patrie, don't les abords taient dj couverts
des flots d'une foule immense.
L, il fit encore un discours au people et l'arme, qui n'tait que
la reproduction de celui qu'il avait prononc au congrs. Puis il ordonna
Boisrond de donner lecture du discours suivant, don't il lui avait confi
la rdaction :
Citoyens, ce n'est pas assez d'avoir expuls de notre pays les bar-
bares qui l'ont ensanglant depuis deux sicles ; ce n'est pas assez
d'avoir mis un frein aux factions sans cesse renaissantes qui se jouaient
tour tour du fantme de libert que la France exposait nos yeux ;
il faut, par un dernier acte d'autorit national, assurer jamais
l'empire de la libert dans le pays qui nous a vus natre ; il faut ravir
au gouvernement inhumain qui tient depuis longtemps nos esprits dans
la torpeur la plus humiliante, tout espoir de nous rasservir, il faut
enfin vivre, indpendants ou mourir.
INDPENDANCE OU LA MORT !... Que ces mots sacrs nous rallient, et
qu'ils soient le signal des combats et de notre runion.
Citoyens, mes compatriotes, j'ai rassembl dans ce jour solennel

(1) Aussi appel Toussaint-Brave, frre jumeau de J.-P. Daux : Daux est la
contraction de dossou au dauxou, mot africain significant Jumeau.
(2) Notes recueillies du gnral Solages.
(3) Haiti ou Baiti signifiait Terre montagneuse, dans le language des naturels.
En effet, le sol de cette le est form d'une runion immense de mondrains, de monti-
cules et de montagnes de troisime ordre, presss et comme entasss dsordonnment
les uns sur les autres. Les valles qui se trouvent entire ces montagnes et les spaces
qui se trouvent entire ces montagnes et la mer, forment ce qu'on appelle les planes
du pays.
(4) Du nom du pre de Colomb.


1804


LIVRE IX










PETION ET HAITI


les gnraux courageux qui, la veille de recueillir les derniers soupirs
de la libert, ont prodigu leur sang pour la sauver ; ces gnraux, qui
ont guid vos efforts contre la tyrannie, n'ont point encore assez fait
" pour votre bonheur.
Le nom franais lugubre encore nos contres !!! Tout y retrace
e le souvenir des cruauts de ce peuple barbare ; nos lois, nos meurs, nos
villes, tout porte encore l'empreinte franaise ; que dis-je ? il existe des
Franais dans notre le, et vous vous croyez libres et indpendants de
cette Rpublique qui a combattu toutes les nations, il est vrai, mais
qui n'a jamais su vaincre celles qui ont voulu tre libres ?... Eh quoi !
victims pendant quatorze ans de notre crdulit et de notre indul-
t gence ; vaincus, non par des armes franaises, mais par la pipeuse
loquence des proclamations de leurs agents, quand nous lasserons-nous
de respirer le mme air qu'eux ? Qu'avons-nous de commun avec
ce people bourreau Sa cruaut, compare notre patient mod-
ration, sa couleur la ntre, l'tendue des mers qui nous sparent, notre
a climate vengeur, nous disent assez qu'ils ne sont pas nos frres, qu'ils
ne le deviendront jamais, et que s'ils trouvent un asile parmi nous, ils
t seront encore les machinateurs de nos troubles et de nos divisions.
Citoyens indignes, hommes, femmes, filles et enfants, portez vos
regards sur toutes les parties de cette le ; cherchez-y, vous, vos pouses,
vous, vos mres, vous, vos frres, vous, vos seurs ; que dis-je ? cherchez-
y vos enfants, vos enfants la mamelle que sont-ils devenus ? je frmis
de le dire, la proie de ces vautours Au lieu de ces victims intres-
santes, votre oeil constern n'aperoit que leurs assassins, que les tigres
dgouttant encore de leur sang, et don't l'affreuse presence vous
c reproche votre insensibilit et votre coupable lenteur les venger.
Qu'attendez-vous pour apaiser leurs mnes ? Songez que vous avez
voulu que vos restes reposassent auprs de ceux de vos pres, quand
vous avez chass la tyrannie ; descendrez-vous dans la tombe sans les
avoir vengs ? Non, leurs ossements repousseraient les vtres.
Et vous, hommes prcieux, gnraux intrpides, qui, insensibles
vos propres malheurs, avez ressuscit la libert, en lui prodiguant
tout votre sang, sachez que vous n'avez encore rien fait, si vous ne
donnez aux nations un example terrible, mais just, de la vengeance
que doit exercer un people fier d'avoir recouvr sa libert et jaloux
de la maintenir ; effrayons tous ceux qui oseraient tenter de nous la
ravir encore : commenons par les Franais... Qu'ils frmissent en
abordant nos ctes, sinon par le souvenir des cruauts qu'ils ont
exerces, au moins par la resolution terrible que nous allons prendre
de dvouer la mort quiconque n Franais souillerait de son pied
sacrilge le territoire de la libert.
Nous avons os tre libres, osons l'tre par nous-mmes et pour
nous-mmes ; imitons l'enfant qui grandit : son propre poids brise la
lisire qui lui devient inutile et l'entrave dans sa march. Quel people
a combattu pour nous ? Quel people voudrait recueillir le fruit de nos
travaux ? Et quelle dshonorante absurdit que de vaincre pour tre
esclaves !... Laissons aux Franais cette pithte qualificative ; ils ont
vaincu pour cesser d'tre libres...
Marchons sur d'autres traces ; imitons ces peuples qui, portant leur
sollicitude jusque sur l'avenir, et apprhendant de laisser la post-
rit l'exemple de la lchet, ont prefr tre extermins que rays du
nombre des peuples libres.
Gardons-nous cependant que l'esprit de proslytisme ne dtruise
notre ouvrage : laissons respirer en paix nos voisins ; qu'ils vivent
paisiblement sous l'gide des lois qu'ils se sont faites, et n'allons pas,
c boute-feux rvolutionnaires, nous eriger en lgislateurs des Antilles,


1804












faire consister notre gloire trouble le repos des miles qui nous avoi-
sinent ; elles n'ont point, comme celle que nous habitons, t arroses
du sang innocent de leurs habitants ; elles n'ont point de vengeance
exercer contre l'autorit qui les protege. Heureuses de n'avoir jamais
connu les flaux qui nous ont dtruits, elles ne peuvent que faire des
voux pour notre prosprit.
Paix nos voisins, mais anathme au nom franais, haine ternelle
la France : voil notre cri !
Indignes d'Hati mon heureuse destine me rservait tre un
jour la sentinelle qui dt veiller la garde de l'idole laquelle vous
sacrifiez; j'ai veill, combattu, quelquefois seul; et si j'ai t assez
heureux que de remettre en vos mains le dpt sacr que vous m'aviez
confi, songez que c'est vous maintenant le conserver ; en combat-
tant pour votre libert, j'ai travaill mon propre bonheur. Avant de
la consolider par des lois qui assurent votre libert individuelle, vos
chefs que j'assemble ici, et moi-mme, nous vous devons la dernire
preuve de notre dvoment.
Gnraux, et vous chefs runis ici prs de moi pour le bonheur
de votre pays, le jour est arriv, ce jour qui doit terniser notre gloire,
notre indpendance.
S'il pouvait exister parmi nous un cour tide, qu'il s'loigne et
tremble de prononcer le serment qui doit nous unir.
JURONS A L'UNIVERS ENTIER, A LA POSTRIT, A NOUS-MIMES, DE
RENONCER A JAMAIS A LA FRANCE, ET DE MOURIR PLUTT QUE DE VIVRE
SOUS SA DOMINATION, DE COMBATTRE JUSQU'AU DERNIER SOUPIR POUR
< L'INDPENDANCE DE NOTRE PAYS.
Citoyens, officers et soldats, tous levrent la main, en acceptant la
formule au cri mille fois rpt de Vive la libert.
Et toi, continue Boisrond, people trop longtemps infortun, tmoin
du serment que nous prononons, souviens-toi que c'est sur ta cons-
tance et ton courage que j'ai compt quand je me suis lanc dans la
carrire de la libert pour combattre le despotisme et la tyrannie contre
lesquels tu gmissais depuis quatorze ans ; rappelle-toi que j'ai tout
sacrifi pour voler ta defense, parents, enfants, fortune ; et que main-
tenant je ne suis riche que de ta libert ; que mon nom est devenu en
horreur tous les peuples qui veulent l'esclavage, et que les despotes
et les tyrans ne le prononcent qu'en maudissant le jour qui m'a vu
naitre; et si jamais tu refusais, ou recevais en murmurant les lois que
le gnie qui veille tes destines me dictera pour ton bonheur, tu mri-
c teras le sort des peuples ingrats.
Mais loin de moi cette affreuse ide ; tu seras le soutien de la
libert que tu chris, l'appui du chef qui te command.
Prte donc en ses mains le serment de vivre libres et indpendants,
et de prfrer la mort tout ce qui tendrait te remettre sous le joug.
Jure, enfin, de poursuivre jamais les traitres et les ennemis de l'ind-
pendance.
L'assistance rpta avec un enthousiasme inou ces dernires paroles
que de nouvelles salves d'artillerie portrent de bourgs en bourgs, de
villes en villes, aux deux extrmits nord et sud du pays.
Aprs le discours, dans lequel se trouve Boisrond tout entier sous le
triple aspect de la littrature, de la morale et de la politique, le cortge
retourna rue L'Ouverture o un splendid festin avait te prpar par
madame Vernet, une des nices du Premier-des-Noirs; cette honorable
citoyenne tait alors heureuse de ce que en renversant son oncle, on
n'avait rellement abattu que le tronc de l'arbre de la libert des noirs ;


1804


LIVRE IX










PETION ET HAITI


que ce tronc avait repouss par les racines parce qu'elles avaient t
profondes et nombreuses.
Et dans la ville, partout, sous d'immenses tonnelles, des banquets,
des chants, des danses tmoignrent de l'allgresse que tous prouvaient
d'avoir enfin bris le joug de la mtropole. Le renouvellement de chaque
anne est depuis sanctifi par le serment de combattre jusqu'au dernier
soupir pour l'indpendance ; et si dans ces temps d'affreuses con-
voitises politiques o nous vivons, notre sol hatien tait menac, nous
saurions prouver, il faut l'esprer sans doute, que nous sommes dignes
de nos pres, en triomphant de n'importe quelle oppression, ou en
succombant noblement dans les plis de notre drapeau national.
IX. Revenons maintenant au discours que Boisrond vient de prter
au gouverneur-gnral. C'est un document trop important pour ne pas
tre examin avec quelque attention.
Charrairon, homme instruit, prudent, avait d'abord t charge de
rdiger ce manifeste. Le 31 dcembre, il donna lecture de son travail
au gnral en chef : c'tait une exposition lucide des principles du droit
natural, don't tous les hommes doivent jouir sans exception de la cou-
leur de l'piderme. Et Charrairon, sans avoir besoin de recourir aux cris
de la haine, aux movements de la vengeance, chose inutile, dangereuse
et souvent dshonorante, concluait la proclamation de l'indpen-
dance par la raison imprieuse de la resistance l'oppression. Mais Bois-
rond, qui assistant la lecture de l'oeuvre si digne de Charrairon, se
laissant aller l'enthousiasme d'expressions qui, chez lui, ressemblaient
l'clat de la foudre, don't il portait d'ailleurs le nom, trouva que Char-
rairon avait mal rempli sa tche : Tout ce qui a t fait, dit-il, n'est
pas en harmonie avec nos dispositions naturelles; pour dresser l'acte
de l'indpendance, il nous faut la peau d'un blanc pour parchemin,
son crne pour critoire, son sang pour encre et une baonnette pour
plume.
Dessalines, ces mots, avait ordonn Boisrond de rdiger un nou-
veau discours.
On conoit que le souvenir de l'esclavage cruel qui, si longtemps,
pesa sur nous, avait laiss dans bien des ceurs de violent ressentiments,
de profondes animosits contre la race blanche : ces ressentiments, ces
animosits, Boisrond, trange nature semblait les avoir tous rsu-
ms lui seul et en lui seul.
Certes, c'tait l une espce de gloire pour ce jeune crivain ; mais
nous ne pouvons, tout en tenant compete de sa position, tout en rendant
hommage l'loquence de sa parole, manquer de reliever certain para-
graphes de cette parole qui nous semblent contenir des principles tout
fait en dsaccord avec ceux de la civilisation.
Relisons ces paragraphes :
Le nom franais lugubre encore nos contres. Cri savage qui
et t sublime l'approche d'une bataille decisive, mais qui n'est plus
que l'expression d'un inutile aveuglement, quand on est dj sorti vain-
queur de la lutte.
Ici, qu'on me permette de rappeler un fait, malgr son ignominie;
Phistoire doit quelquefois reliever les ordures pour en montrer la salet :
Un miserable, du nom de Lovite, doit un ressemelage de bottes et un
djeuner. Il y a probablement une justice de paix dans la capital
d'Hati, des gendarmes pour faire excuter les ordonnances tice, une prison pour les dbiteurs de mauvaise foi. Mais, s'crie le patriote
Darfour (1), cet autre Boisrond-Tonnerre, le nom franais lugubre

(1) Durfour tait Africain du royaume de son nom. Il vint en France proba-
blement la suite de l'expdition d'Egypte. Plus tard, domestique chez le duc


1804












encore nos contres > ce qui voulait dire : courons-leur sus de nou-
veau (1).
Hlas on ne sait quoi attribuer plus de piti, au ridicule ou
l'odieux de cette lugubre reminiscence.
Nos lois, nos meurs, nos villes, tout encore porte l'empreinte fran-
aise. Dclamation bien triste : qu'on proscrive les bourreaux,
d'accord ; mais qu'on s'attaque aux lois, aux mours, la civilisation, ce
sont l de bien tristes prmisses don't l'avenir ne peut recueillir que
d'amres consequences. Les Etats-Unis, aprs avoir triomph de l'Angle-
terre, rejetrent-ils aucune institution bienfaisante de cette mtropole ?
Aussi part l'esclavage, qu' la honte de l'humanit cette Rpublique
continue maintenir dans certain de ses tats, quelle incommensurable
prosprit Qui nous dit que notre le, si admirablement situe, n'et
pas davantage progress, sans cette funeste exclusion des lois et des
meurs franaises, que Boisrond provoque de tous ses voux !
Sa cruaut compare notre patient moderation, sa couleur la
ntre, l'tendue des mers qui nous sparent, notre climate vengeur, nous
disent assez qu'ils ne sont pas nos frres, qu'ils ne le deviendront jamais,
et que s'ils trouvent un asile parmi nous, ils seront les machinateurs de
nos troubles et de nos divisions. Certes, ce fut une des tentatives les
plus cruelles don't l'histoire fasse mention, que celle du rtablissement
de l'esclavage Saint-Domingue. Mais pourquoi, dans un crit aussi grave
qu'un manifeste d'indpendance, compare, la couleur d'un piderme
un autre ? Pourquoi soulever une question physiologique propos d'une
question politique ? Et voyez jusqu'o peut aller l'aberration : vous prtes
les armes, en 1790, la voix d'Og, pour effacer les dissidences de cou-
leur, de castes, de races. Cependant au moment o vous proclamez l'ind-
pendance de votre pays, dans ce moment solennel o vous dressez des
autels la libert humaine, vous venez consacrer, de vos propres mains,
les funestes theories contre lesquelles vous vous tiez si hautement pro-
noncs !...
D'ailleurs, en politique comme en amour, on ne doit pas prononcer
le mot jamais, pas plus que celui de toujours : les passions finissent par
s'teindre ; de quel droit engager l'avenir dans les animosits du present ?
Boisrond, au contraire (2), devait proclamer l'union, la fraternity,
la fusion des races. Il n'et pas, agissant ainsi, fait passer Hati, pendant
si longtemps, pour une terre rebelle tous les lments civilisateurs.
Au lieu de ces victims intressantes, votre eil constern n'aperoit
que leurs assassins, que les tigres dgouttant encore de leur sang, et don't
l'affreuse presence vous reproche votre insensibilit et votre coupable
lenteur les venger. Les passions politiques dnaturent ici cruellement
les faits : en janvier 1804, aucun des artisans de nos maux ne souillait
de sa presence le sol hatien ; tous avaient fui les catastrophes et s'taient
embarqus avec l'arme franaise. Que restait-il dans la colonie, en
fait de blancs ? Quelques marchands qui s'taient peu ou point occups
de politique, quelques centaines de soldats malades dans nos hpitaux,
qui on avait promise tous les soins que rclamait leur position dou-
loureuse, quelques anciennes families qui il avait rpugn d'abandonner
le lieu de leur naissance, des habitudes, des liaisons, des affections, -
choses toujours saints, pour aller subir la misre dans les les voi-

d'Orlans, il put apprendre beaucoup dans ses loisirs. Il fut jug, condamn et
excut au Port-au-Prince, le 2 septembre 1822, pour avoir cherch allumer la guerre
civil dans la nouvelle patrie qu'il avait adopte.
(1) Voyez l'ECLAIREUIR HAITIEN OU le PARFAIT PATRIOTE, Journal commercial, poli-
tique et littraire, nO vIi, Port-au-Prince, 1818.
(2) Je dis Boisrond, parce qu'il est certain que Dessalines se ft content d'un
manifesto o l'on et exalt la gloire de ses armes et remerci le ciel d'avoir dlivr
le pays de ses oppresseurs.


1804


LIVRE IX










PETION ET HAITI


sines. Il ne restait enfin que les habitants, qui Dessalines lui-mme avait
promise sret et protection par l'acte du 27 brumaire an xii (19 no-
vembre 1803), public et affich sa demand, dans les rues du Cap. -
Boisrond appelle la foudre sur ces malheureux !
La resolution terrible que nous gallons prendre de dvouer la mort
quiconque n Franais souillerait de son pied sacrilge le territoire
de la libert. Une fausse proposition en amne toujours une autre:
tout l'heure il s'agissait de limmolation des Franais rests dans l'le;
maintenant il s'agit mme de ceux qui ne l'ont jamais visite. Avec de
pareils principles on et immol la Gironde, cette ppinire de glorieux
ngrophiles, qui, proscrite en France, ft venue demander un asile
Saint-Domingue ; on et jet aux gmonies les cendres de Civiques de
Gastines, cet intressant jeune homme, qui nous a dots d'une histoire
national et qui repose sur notre sol.
N'allons pas, boute-feux rvolutionnaires, nous riger en lgislateurs
des Antilles, faire consister notre gloire trouble le repos des les qui
nous avoisinent; elles n'ont point, comme celle que nous habitons, t
arroses du sang innocent de leurs habitants; elles n'ont point de ven-
geance exercer contre l'autorit qui les protge. Quoi la Guade-
loupe n'a point t arrose du sang de ses enfants Quoi la Jamaque,
o rgne l'esclavage, est protge par l'autorit Pourquoi, d'ailleurs,
s'interdire le droit de porter la guerre dans les miles voisines ? Si c'est
l un aveu d'impuissance, pourquoi le proclamer si solennellement ?
Haine ternelle la France : voil notre cri Pourquoi rendre tout
une nation solidaire des fautes de son gouvernement ? Les gouvernements
sont-ils immuables ? Ne se succdent-ils pas ? Leurs systmes politiques
ne changent-ils pas aussi (1) ? Les haines entire les peuples ne peuvent
pas plus s'terniser que les haines entire particuliers.
Rappelle-toi que j'ai tout sacrifi pour voler ta defense, parents,
enfants, fortune... si jamais tu refusais ou recevais en murmurant la loi
que le gnie qui veille tes destines me dictera pour ton bonheur, tu
mriterais le sort des peuples ingrats. Aprs l'odeur du sang, le parfum
de la flatterie : qu'avait donc sacrifi Dessalines la libert de plus que
les autres ? Ce sont l les salutations et les gnuflexions du valet devant
le despotisme. Le people doit recevoir sans murmurer la loi du monarque.
Et si cette loi n'tait que la codification (le l'iniquit ?...
X. Chacun conoit les embarras d'une socit nouvelle, surgissant
tout coup d'une mancipation en dlire. Mais on ne peut disconvenir
que ce fut un malheur pour la nation d'avoir eu sa tte, ds le premier
jour de cette mancipation, un homme qui voulut personnifier en lui
tout le pays, en s'attribuant plus de libert qu'il n'en laissait ses conci-
toyens. Un autre lgislateur et, au contraire, ragi contre les prcdents
tablis. Tout en organisant militairement l'Etat, il et dvelopp le droit
public.
Beaucoup des membres du congrs le sentaient, le dsiraient, le vou-
laient mme ainsi ; parmi ceux-l se trouvaient Ption, Geffrard et Jean-
Louis Franois. Mais nul n'osa manifester son opinion en presence de
la propension vers le despotisme qu'ils connaissaient au gouverneur. On
rsolut donc de le voir 1 oeuvre.
On dit que le soir du jour don't je viens de raconter l'histoire, au
bal du gouvernement, il fut question du massacre gnral des blancs,
don't le discours de Boisrond tait le prlude ; que dans la chaleur de
la discussion, Ption et Christophe seuls gardrent le silence. Mais la
vrit, c'est que Ption, avec plusieurs de ses amis, se pronona haute-

(1) La preuve, c'est que la France a proclam, en 1848, la libert gnrale des
Noirs dans ses possessions d'Afrique, de l'Inde et de l'Amrique.


1804












ment contre une resolution qui tait, leurs yeux, au moins aussi inutile
qu'atroce. Si Clervaux, Christophe, Cappois et les autres gnraux du
< Nord, > dit un manuscrit attribu avec quelque raison Thodat Tri-
chet, l'homme le mieux inform, se fussent joints Ption et aux autres
gnraux du Sud, l'exception de Moreau, on est port croire que
< Dessalines n'et point voulu mcontenter la fois tant d'hommes qui
jouissaient d'un grand pouvoir, et que les meurtres qui ont afflig Haiti
n'eussent point eu lieu.
Cette question de meurtre fut alors ajourne; les gnraux retour-
nrent leurs commandments, et malgr la publicity qu'ils avaient t
charges de donner au manifeste de Boisrond, cet acte si rempli de faux
principles, ils purent remarquer partout sur leurs passages que les masses
taient sourdes la voix de la provocation, et qu'elles ne songeaient
nullement se livrer aux actes de cruaut qu'on leur demandait. Ces
masses paraissaient mme, suivant M. Madiou, avoir oubli les blancs
qui existaient en Haiti (1).
XI. Mais le gnie de la vengeance n'avait pas dsarm : le grand tat-
major, compos de Boisrond, Juste Chanlatte (2), Bazelais, Loret (3),
attisait le feu ; les tats-majors des places suivaient leur impulsion per-
verse.
L'abb Raynal, en voquant un librateur pour la race noire, ne
s'tait-il pas cri du sommet de son verbe le plus dclamatoire :
O est-il ce grand homme que la nature doit ses enfants, vexs,
< opprims, tourments ? O est-il ? Il paraitra, n'en doutez point, il se
montrera, il lvera l'tendard sacr de la libert. Ce signal vnrable
< rassemblera autour de lui les compagnons de son infortune. Plus
imptueux que les torrents, ils laisseront partout des traces ineffacables
de leurs justes ressentiments : Espagnols, Anglais, Franais. Hollandais,
tous leurs tyrans deviendront la proie du fer et de la flamme. Les
champs amricains s'enivreront avec transport d'un sang qu'ils atten-
dent depuis si longtemps, et les mnes de tant d'infortuns ensevelis
depuis trois sicles, tressailleront de joie. L'ancien monde joindra ses
applaudissements au nouveau. Partout on bnira le nom du hros qui
aura rtabli les droits de l'espce humaine, et partout on rigera des
trophes sa gloire. Alors disparatra le Code noir, et que le Code
a blanc sera terrible, si le vainqueur ne consulate que le droit de repr-
sailles (4)
Mais ce que l'entourage du gnral en chef ignorait ou feignait
d'ignorer, c'est que le mme prophte (5) don't nous venons de transcrire
les vangliques paroles, pris de dgot l'aspect des horreurs qui
souillaient les premiers pas de la revolution, effray de tout le sang
rpandu, frmissant, perdu des excs de l'anarchie, avait, un jour, le
31 mai 1791, fait parvenir l'Assemble national une longue pitre o
il rtractait les exagrations de ses doctrines et dclinait la responsabi-


(1) Histoire d'lHati, tome rr, p. 120.
(2) Chanlatte venait d'arriver des Etats-Unis, o, grce la protection de quelques
ngociants blancs du Port-au-Prince, il s'tait rfugie, quand les Anglais, au service
desquels il tait, vacurent, en 1797, les villes de l'Artibonite.
(3) Loret (Michel-Marie-Franois) naquit au Cap. Devenu capitaine aide-de-camp
du gnral Pageot, il suivit ce gnral en France lors de l'embarquement forc de
Sonthonax par Toussaint. Il reparut dans la colonie avec le gnral Hdouville.
Liste des officers qui se sont embarqus pour Saint-Domingue. MINISTRE DE LA
GUERRE DE FRANCE.
(4) Histoire philosophique des Deur Indes, Genve, 1780, tome iii p. 201.
(5) C'est encore le titre que quelques politiques dvotieux d'Haiti donnent au
fameux abb, don't Toussaint-L'Ouverture vnrait tellement la mmoire que chacune
de ses residences en renfermait plusieurs bustes.


1804


LIVRE IX










PETION ET HAITI


lit des consequences qu'on pouvait en tirer pour lgitimer les abus et
les crimes don't la France gmissait.
J'ose, disait alors Raynal, j'ose depuis longtemps parler aux rois
de leurs devoirs; soufirez qu'aujourd'hui je parle au people de ses
erreurs, et ses reprsentants des dangers qui nous menacent.
Je suis, je vous l'avoue, profondment attrist des crimes qui cou-
vrent cet empire.
Serait-il donc vrai qu'il fallt me rappeler avec effroi que je suis
un de ceux qui, en prouvant une indignation gnereuse contre le
pouvoir arbitraire, ont pu donner des armes la licence ?... Mes yeux
se sont remplis de larmes, quand j'ai vu les plus mchants des hommes
employer les plus vils moyens pour souiller la rvolution... J'ai frmi
surtout, lorsqu'en observant dans sa nouvelle vie ce people qui veut
tre libre, je l'ai vu non-seulement mconnatre les vertus sociales,
l'humanit, la justice, seules bases d'une libert vritable, mais encore
recevoir avec avidit les nouveaux germes de corruption, et se laisser
par l entourer d'une nouvelle chane d'esclavage. Ah combien je
soufire lorsque... je vois ce people sduit accueillir avec une joie froce
les propositions les plus coupables, sourire au rcit des assassinate,
chanter ses crimes comme des conqutes; car il ne sait pas, ce people,
qu'un crime seul est la source d'une infinit de calamits 1... Combien
n'tes-vous pas pouvants de l'audace et du succs des crivains qui
profanent le nom de patriote ?... Il est temps de faire cesser celle
(l'anarchie) qui nous devore, d'arrter les vengeances... de nous rendre
enfin la paix et la confiance... J'ai recueilli mes forces pour vous parler
le language austere de la vrit; pardonnez mon zle et mon amour
< pour la patrie ce que mes remontrances peuvent avoir de trop
libre... (1)
Si Raynal, ds 1791, dplorait si amrement les attentats don't il
tait tmoin, s'il lui rpugnait si fort qu'on pt mme les abriter sous
l'gide de ses doctrines, que n'et-il pas dit, quand deux ans plus tard,
dans cette mme France, l'odieuse guillotine confondait aveuglment le
sang des innocents et des coupables ?
Que n'et-il pas dit surtout si, par le hasard des circonstances et en
raison de sa quality de prtre ngrophile, il se ft trouv en Haiti au
moment o un crivain, comme Boisrond, profanant le nom de patriote,
au lieu de chercher rendre la paix et la confiance son pays, s'ver-
tuait dchainer les fureurs de la vengeance, sans que rien pt justifier
cette vengeance, puisque le calme rgnait dans les esprits et que le
people semblait avoir oubli qu'il y avait encore des blancs au milieu de
lui ?
Il est malheureux qu'avec un chiffon de paper on puisse incendier
l'univers, et ceci est vrai au figure comme au propre; il est malheureux
qu'un mot renferme souvent dans ses flancs les plus aflreuses temptes.
Sans doute alors dans le ceur de celui qui aura touch ce chiffon,
qui aura lanc ce mot, peuvent s'agiter toutes les dsolations du regret ;
mais l'incendie n'aura pas moins dvor les plus belles et les plus riches
moissons; les temptes, les plus belles et les plus innocentes existences !
Et mon Dieu quelle conjoncture bizarre l'histoire prsente ici, mys-
trieusement, pour notre dification : la premiere victim de cette ven-
geance que Raynal invoque, que Boisrond veut excuter toutes fins, et
mme aprs coup, portait nom... Raynal Ne se pourrait-il pas que
ce malheureux Raynal ft le descendant du fougueux abb lui-mme ?...
XII. Or, Raynal, officer franais, avait, Jrmie, pris du service

(1) Voyez le Moniteur de France : Bulletin de l'Assemble national, sance du
31 mai 1791.


1804












dans notre arme. Il entend proclamer officiellement le manifeste du pre-
mier janvier. D'abord, sans doute, aussi plein de bonne foi que Verret
pouvait l'tre, il songe incontinent fuir l'orage qu'il prevoyait. I1
s'embarque sur une golette anglaise, la Tartare. Rclam sur l'ordre de
Dessalines par Frou, le capitaine Perkins refuse de le livrer. Quelques
matelots vont, dans ces entrefaites, faire de l'eau aux Abricots, bourg
voisin : ils sont cerns, faits prisonniers et conduits Jrmie. Frou
menace de les faire fusiller, si l'officier ne lui est pas rendu. Perkins a
l'ignominie de cder devant cette cruelle exigence. Raynal est fusill
comme dserteur !
On ne parla plus alors que de conspirations trames par les blancs
contre l'indpendance national.
XIII. On rapporte qu'un dcret fut promulgu aux Gonaves, le 22 f-
vrier, par le gouverneur-gnral, afin de faire arrter toutes personnel
convaincues d'avoir pris part aux massacres et assassinats ordonns
par Leclerc et Rochambeau; de prendre, avant de faire procder
l'excution mort de ces personnel, toutes les informations ncessaires
dans les recherches des preuves, de ne pas confondre les rapports jus-
tes et sincres avec les dnonciations suggres par la haine et la mal-
veillance, et d'envoyer au gouverneur les noms des personnes excutes
pour tre publis. Il y tait ajout que si quelque chef sacrifiait
des prvenus sans preuve de culpabilit, il subirait lui-mme la loi
du talion (1).
Ce dcret, qui et tabli, en faveur des malheureux Franais rests
dans l'le, un simulacre de formes lgales et protectrices, est videmment
apocryphe : Dessalines tait, le 22 fvrier, dans le Sud et non l'Arti-
bonite ; il n'eut jamais de secrtaire du nom de B. Aim; et ce que la
vrit doit dclarer, c'est que ce prtendu dcret n'a jamais t mentionn
dans aucun crit public en Hati ; que Chanlatte dit, au contraire, que
le people demand Dessalines la tuerie des Franais et qu'il excuta
spontanment cette tuerie, sans attendre de rponse (2) ; ce que la
vrit doit encore dclarer c'est que ce dcret a t enfin extrait et tra-
duit d'une fabrique suspect alors en la matire, celle des Anglais (3),
qui, dans l'intrt de leur mercantilisme philanthropique, ne se sont
pas toujours gns de faire de l'histoire leur gr (4).
XIV. L'ordre fut, de haut lieu, expdi purement et simplement de
tout massacrer. La premiere victim de cet ordre fut, aux Cayes, Gatereau,
jeune homme dvou notre cause. Mari une multresse ds le com-
mencement de la revolution, il avait, dans des crits publics, dfendu

(1) Voyez Recueil gnral des lois et actes du gouvernement d'Hati, tome I,
p. 15, par M. Linstant, avocat la Cour impriale du Port-au-Prince, Paris, 1851,
chez Durand, rue des Grs-Sorbonne, ouvrage don't malheureusement pour le pays
la publication reste trop longtemps interrompue.
(2) Voyez Histoire de la catastrophe de Saint-Domingue, publie par Bouvet de
Cress, chez Peytieux, 1824, p. 75. Cette histoire est un abrg du Cri de la nature,
par Juste Chanlatte, que je n'ai pas malheureusement sous les yeux.
(3) Voyez Rainsford's, Historical account of Haiti, London, 1806.
(4) Harvey, Sketches of Hati, London, ne prta-t-il pas son tour Toussaint-
L'Ouverture, et sciemment sans doute, une longue et fastueuse lettre au premier
Consul en rponse celle de ce dernier au moment de l'expdition ? M. Madiou,
dans son histoire, n'a-t-il pas vigoureusement dmontr la fausset de cette lettre ?
Ce 4e volume tait termin quand a paru le 6e volume des Etudes historiques,
par M. Ardouin, ancien ministry d'Haiti prs le gouvernement franais Paris, 1856,
chez l'auteur, 40, rue de Vanneau. Cet auteur, p. 56, admet comme official le dcret
relat par M. Linstant ; seulement il advance que l'acte a t public aux Cayes :
c'est dplacer l'erreur, car ce n'est que trois jours aprs la prtendue promulgation
de cet acte que Dessalines arriva aux Cayes, d'aprs les phmrides de M. Bergeaud
pre, si prcieuses et que je cite si souvent.
Je dirai plus, M. Bergeaud note les actes accomplish dans le Sud avec un soin
si scrupuleux, qu'il n'et pas oubli celui-ci qui est d'une si grande importance
historique.


1804


LIVRE IX










PETION ET HAITI


notre libert. Rdacteur en chef du journal le Courrier du Cap, auteur
des Rponses aux libelles sditieux publis contre les hommes de cou-
leur, de plusieurs autres travaux remarquables, il pensait, malgr sa
quality de blanc, trouver la scurit sur notre sol qu'il aimait et don't il
se considrait comme un des enfants (1). Mais le malheureux qui en
voulait un colonel de cavalerie, Bellefleur Lacoude, est un beau matin,
le 22 janvier (2), poursuivi par cet officer, arrt, conduit aux portes de
la ville et pendu au lieu dit le Morne--Coquilles. En vain quelques
femmes noires et jaunes, parmi lesquelles se trouvait la dame Adlade
Mylord, grandes par la charit, avaient essay d'arracher Gatereau des
mains de ses sbires.
Le sang attire le sang, dit-on ; plusieurs autres blancs furent arrts
et passs au fil de la baonnette dans la mme journe.
XV. Dessalines s'impatiente de ne pas voir excuter plus spontan-
ment l'ordre de la tuerie gnrale. La rpugnance de ses lieutenants accu-
sait sa barbarie. Il se met en champagne. Il arrive aux Cayes le 5 fvrier (3).
Aprs une longue lutte avec Geffrard, lutte dans laquelle celui-ci pensa
plus d'une fois triompher, malgr les conseils pervers de Boisrond, de
Chanlatte, de Bazelais et de Loret, la tuerie est ordonne et excute
le 19 (4). Geffrard, impuissant, paralys dans les nobles movements de
son coeur, n'a que la supreme resource de recueillir et de cacher chez
lui tous les infortuns qui viennent frapper sa porte. Il prit sous sa
protection spciale les soldats polonais que l'vacuation francaise avait
laisss dans nos hpitaux. Pour mme assurer leur salut, il les fit entrer
dans la 17" demi-brigade, don't il avait t le chef, alors que, sous Rigaud,
ce corps portait le 4" numro des rgiments du Sud (5).
Moreau, gnral de brigade, commandant la place des Cayes, loin
d'imiter la conduite de Geffrard, outrage, dans ces tristes circonstances,
les droits les plus sacrs de la nature: obissant avec le plus hideux
aveuglement l'ordre du gouverneur-gnral, il fit prir plusieurs
membres de sa propre famille, mme ses seurs, don't il n'avait eu qu'
se louer, et qui, malgr les prjugs contre sa couleur et son tat de btar-
dise, l'avaient, dans l'ancien regime, toujours entour d'une certain con-
sidration !... Certes, le gouverneur-gnral ne demandait pas tant de
crimes aucun de ses lieutenants.
Dessalines se rend aux Irois. Tous les blancs des localits environ-
nantes sont conduits par devers lui. Il en prend sous sa protection une
dizaine, tous hommes de mtiers, pour tre expdis Marchand, o il
comptait fonder des ateliers d'arts manuels. Il ordonne, en attendant,
qu'on conduise ceux-l au fort qui domine le bourg, et qu'on excute les
autres.
Aprs le carnage, on se met table. Au milieu du repas, un officer
d'tat-major se dirige vers le fort ; et, parlant au nom du gouverneur
lui-mme, il ordonne le massacre des dix infortuns !
Le gouverneur tmoigna un profound mcontentement l'officier ; l
seulement se borna la repression, tant il tait peu maitre des odieuses
passions qu'il avait dchanes !
Dessalines est Jrmie ; il prside aux mmes massacres.

(1) Ubi amor, ubi patria, disaient les anciens nos matres. En effet, la patrie est
la terre lue par le cur, tandis que le lieu de la naissance est l'effet du hasard,
ainsi que l'a si bien dmontr M. Toussenel, le savant ornithologiste.
(2) Ephmrides de M. Bergeaud pre.
(3) Ephmrides dj cities.
(4) Idem.
(5) Il faut dire, la honte du temps, que Lafredinire, officer de cavalerie,
Morancy, officer du gnie militaire, et Verret lui-mme, alors chef de bataillon
la 13e demi-brigade, don't nous avons lou la conduit au Haut-du-Cap, n'chap-
prent que miraculeusement au carnage, en parvenant gagner la maison de Geffrard.











Frou, dans ces douloureuses circonstances, sut, comme Geffrard,
honorer l'humanit, en couvrant de sa protection une foule de victims.
A l'Anse--Veau, Grin ; Aquin, Jean-Louis-Franois et Guillaume
Lafleur, s'acquirent des droits ternels la reconnaissance des coeurs par
le dvoment avec lequel ils recueillirent un grand nombre de ceux que
le fer poursuivait. On vit mme ces nobles citoyens affrter leurs frais
des navires pour porter leurs protgs l'le de Cuba. Les mmes scenes
d'horreur se renouvelrent aux deux Goves et Logane.
XVI. Dessalines tait, le 16 mars, de retour au Port-au-Prince. L'ordre
fut donn tous les blancs de se runir sur la place du Gouvernement.
Ption, frmissant la pense de voir renouveler dans sa ville natale le
carnage du Sud, tenta un dernier effort prs de Dessalines pour dsar-
mer sa vengeance. Mais, voyant que cette vengeance tait inbranlable,
il recommanda ses aides-de-camp Boyer, Mercier, Damestrois, de cou-
vrir de leur protection le plus de victims qu'ils pourraient. Aux uns il
fit dire de ne pas sortir de chez eux, aux autres de changer de logements,
au plus grand nombre de se rendre dans la maison Dallon, rue Amri-
caine, o il demeurait. C'est ainsi que les docteurs Mirambeau, Pujol,
Monnier, M. Charles Stiguy, et beaucoup d'autres, lui durent la vie.
Enfin, l'heure fatale approche : dix heures du soir sonnent aux hor-
loges de la ville ; le massacre commence. Le jeune Saladin, ancien guide
de Toussaint, alors soldat dans la 4' demi-brigade, depuis mort Santo-
Domingo, commandant militaire de la place, donna un grand example
de dvoment filial, en faisant un rempart de son corps son vieux pre,
pharmacien.
Barricad dans la maison, il soutint une lutte affreuse contre les
gorgeurs. Quand les arrires-appartements furent envahis, le malheureux
vieillard avala une dose de poison qui lui occasionna une mort instan-
tane ; les gorgeurs ne reculrent qu' l'aspect du cadavre. Dessalines
admira la conduite du jeune Saladin ; mais, par une de ces bizarreries
qui lui taient familires, alors mme qu'il se livrait aux plus nobles
impulsions, il donna un fusil au jeune multre, en lui disant que s'il
avait fait son devoir en defendant les jours de son pre, il fallait nan-
moins qu'il lui rapportt quelques ttes de blancs, comme faisaient les
autres.
L'adjudant-gnral Bonnet, chef de l'tat-major de Ption, avait
sauv une quarantine de blancs ; craignant qu'on ne vnt les arracher
de sa maison, il les conduisit pendant la nuit et non sans danger, chez
son gnral, don't le toit hospitalier tait devenu l'asile gnreux de tous
les infortuns qui s'y prsentaient.
XVII. Mais, comme contrast de la conduite des officers qui subis-
saient l'influence de Ption, l'histoire doit vouer l'excration le nom
de Juste Chanlatte : la tte d'une bande d'gorgeurs, il fit prir
MM. Ango, avocat, et Ducoudray, ngociant, avec lesquels il vivait en mau-
vaise intelligence, mais qui, sous le regime de Toussaint, lui avaient sauv
la vie !
Que dire de cet autre multre don't le nom... chappe ma mmoire.
Officer de la marine national, il prend d'un blanc une some assez
grosse d'argent, pour mettre l'abri les jours de sa famille. On le voit
bientt reparatre la tte de cinq ou six hommes arms. Le pre
tait table, ct de sa femme, au milieu de ses enfants. Tout entier
aux douces joies de la famille, ces joies que rend plus religieuses le
souvenir d'un danger pass, il souriait avec un mlancolique bonheur aux
objets de son amour. Et le monstre n'est pas saisi d'un saint respect
la vue de cette communion domestique Foi jure, honneur invoqu,
humanity, rien ne compete pour lui. D'ailleurs, pour faire une bonne action,
n'avait-il pas touch ranon ? Quels sentiments gnreux pouvaient encore


1804


LIVRE IX










PETION ET. HAITI


exister au fond de ce cour dgrad ? Le festin est donc trouble : cinq
cadavres roulent et gisent sur le parquet, au milieu de flots de sang. Tout
est consomm, tout est fini, disent les bourreaux.
Mais non, tout n'est pas consomm, tout n'est pas fini Ne croyez-
vous pas l'avnement et l'inflexibilit du remords ?... L'assassin ne
put jamais, depuis ce jour nfaste, on l'affirme, se mettre table
ct de sa femme, au milieu de ses enfants ; chaque fois qu'il le tentait,
l'ombre du blanc, comme celle de Banco dans Shakespeare, surgissait
menaante de la fosse. Le miserable se levait et se retirait, en proie
une invincible agitation. Depuis encore, il put se sentir mourir : son
corps fut attaqu par une dissolution lente et prmature, comme si le
mal physique prolongeait plaisir les tortures qui dvoraient son esprit.
Les massacres avaient dur deux jours.
Dessalines se dirigea vers l'Artibonite et le Nord, et dans chacune
des villes de ces deux dpartements, le sang continue ruisseler. Le
21 avril, il tait au Cap, ou Christophe, de son ct, loin de se montrer
partisan de la tuerie gnrale, essaya mme de sauver quelques vic-
times (1).
XVIII. Jusqu'alors, on avait gnralement respect les femmes et les
enfants. Mais aprs avoir fait excuter les hommes, les bourreaux, qui se
vantaient de ne pas aimer le blanc mme dans le vin (2), insinurent
Dessalines qu'il fallait en finir avec la race blanche, en exterminant les
innocentes creatures qui avaient survcu leurs maris et leurs pres !
- Dessalines recula d'horreur cette proposition. Il finit cependant par
y accder, tout en dclarant que ce nouveau crime tait inutile. Et
ce fut Clervaux qui command, sur la place de la Fossette, cette dernire
hcatombe (3), que les soldats n'excutrent qu'avec un dgot bien
prononc Clervaux entendait-il par l venger la mort de son frre
que nous avons vu noyer avec une parties de la 6' demi-brigade, lors de
l'insurrection de Ption en 1802 ? Vengeance odieuse et intempestive !
Cet officer, que le Premier-des-Noirs estimait pour un tre incapable,
que Leclerc n'avait jamais pu regarder avec quelque bienveillance, que
Ption n'avait pas jug digne de faire entrer dans le complot qu'il avait
form avec Jean-Louis Franois et Jean-Philippe Daux, pour arriver
la proclamation de l'indpendance, tait devenu tout coup un bourreau.
N'avait-il pas, en 1793, dsert la cause de la libert, en contribuant
livrer la Marmelade Toussaint et aux Espagnols, qui y rtablirent l'escla-
vage ? Qu'attendre d'un tratre ?
Heureusement pour la ville du Cap, Mme Dessalines, cet ange de paix
et de misricorde, s'y trouvait alors. Son aile maternelle abrita beaucoup
de femmes et d'enfants, parmi lesquels se trouvaient Mlles de Saint-Jan-
vier don't le pre et la mre venaient d'tre tus ; elle les fit partir peu
aprs, et ses frais, pour les Etats-Unis (4).

(1) Voyez la proclamation de Christophe, en date du Can, 14 janvier 1807 :
Mes jours, y dit-il, n'ont-ils pas t exposs, ainsi que ceux de mon pouse et de
nies enfants, pour avoir donn asile chez moi quelques-uns de ces malheureux
qui taient venus se soustraire la proscription et la mort ? Ne les a-t-on pas
insolemment massacrs sous mes fentres ? Ces hommes taient connus par leur
utility et les services qu'ils avaient rendus au pays dans des temps malheureux I
Si l'asile de Ption fut respect dans les mmes circonstances, nous ne compre-
nons pas comment un homme comme Christophe avait pu laisser violer le sien. Nan-
moins, en homme toujours impartial, nous le flicitons d'avoir dclin sa responsabilit
dans ces scnes d'horreur et de les avoir fltries.
(2) Aprs avoir eu nos ngrophobes, nous avons eu nos albophobes. Heureusement
que la race des uns et des autres commence disparatre.
(3) Voyez, dans l'Histoire de M. Madiou, tome ni, p. 137, tous les dtails de la
cruaut de ce monstre.
(4) Histoire de Mlles de Saint-Janvier, par Mlle de P., Paris, chez Blaise, 1812.
Mme de Genlis, qui ce travail fut d'abord propose, s'y refusal en des terms fort


1804












XIX. La boucherie des femmes et des enfants, qui venait d'avoir lieu
au Cap (1), eut ses rptitions dans les autres villes. Ption, Geffrard,
Grin, Frou, Jean-Louis Franois, eurent encore l'occasion de signaler
la noblesse de leurs sentiments. Parmi les femmes que Ption put couvrir
de sa protection se trouvait Mme de Campan, veuve de l'officier qui avait
contribu, en 1794, livrer Logane aux Anglais, et que Ption avait
contribu en chasser.
Disons, l'honneur de la masse noire, qu'elle resta trangre cette
affreuse srie de crimes. Combien ne vit-on pas de cultivateurs
s'empresser de recueillir les victims, les cacher, et ne leur permettre
de reparatre qu'alors qu'ils taient certain que le danger tait pass (2)?
La rpulsion des masses tremper leurs mains dans le sang fut si vidente,
que les moteurs des excutions furent obligs de recourir aux baonnettes
de l'arme, qui, dans tous les pays, un usage horrible impose la terrible
loi de l'obissance passive.
Absolvons donc le people et le soldat des meurtres qui, cette poque
douloureuse, ensanglantrent le pays, pour n'en laisser peser la respon-
sabilit que sur la tete du plus grand nombre des officers suprieurs.
XX. On pourrait croire qu'aprs tant d'odieuses vengeances, ces
officers suprieurs, pris du dgot d'eux-mmes, prouvrent quelque
remords, quelque regret ; mais ce serait grandement se tromper. Pour
certaines personnel, les plus viles actions ne comportent pas de honte,
les crimes les plus affreux, pas de rsipiscence. On vit, au contraire, le
gouverneur-gnral se glorifier, par un acte public, de tout ce qui avait
t accompli : cette fois, c'est l'adjudant-gneral Juste Chanlatte, que les
lauriers de Boisrond empchaient de dormir, qui va prendre la plume ;
et, comme si Vitellius avait raison de trouver que le cadavre d'un ennemi
sent toujours bon, il va, mme avec hypotypose, se rjouir et faire
rjouir son matre l'odeur du sang :
Des forfaits jusqu'alors inous, s'crie Chanlatte dans la pro-
clamation que Dessalines publia au Cap le 28 avril, des forfaits
jusqu'alors inous faisaient frmir la nature; la measure tait son
comble...
Enfin l'heure de la vengeance a sonn, et les implacables ennemis
des droits de l'homme ont subi le chtiment d leurs crimes.
<< J'ai lev mon bras trop longtemps appesanti sur leurs ttes cou-
< pables. A ce signal qu'un dieu just a provoqu, vos mains saintement
armes ont port la hache sur l'arbre antique de l'esclavage et des pr-
jugs. En vain le temps et surtout la politique infernale des Europens
l'avaient envelopp d un triple airain ; vous avez dpouill son armure,
vous l'avez place sur votre coeur pour devenir, comme vos ennemis
naturels, cruels, impitoyables. Tel qu'un torrent dbord qui gronde,
arrache, entrane, votre fougue vengeresse a tout emporte dans son
course imptueux. Ainsi prissent tout tyran de l'innocence, tout oppres-
seur du genre human !
Quoi donc courbs depuis deux sicles sous un joug de fer, jouets
des passions des hommes, de leurs injustices et des caprices du sort ;

peu respectueux pour Mme Dessalines. Qu'tait-ce une hrone noire, aux veux de
ce triste blanc bas-bleu ?
(1) Il m'a fallu beaucoup de peine pour ne pas confondre les quarteronnes
claires avec les blanches, dit une lettre de Dessalines Ption, du 24 aot 1804.
Mais on ne peut douter que, sur certain points, il y eut de ces malheureuses con-
fondues avec les autres.
(2) Les Noirs de la plaine se sont bien comports , dit une lettre du 1er juin
1804, adresse de la Jamaique M. Moreau de Saint-Mry. II y en eut mme,
suivant M. Madiou, entire autres ceux de l'habitation Pra, prs du Port-au-Prince,
qui, apres le massacre, abandonnrent le pays et allrent joindre leurs matres
l'tranger. Histoire d'Hati, par M. Madiou, tome m, p. 134.


1804


LIVRE IX










PETION ET HAITI


< victims de la cupidit des blancs franais, aprs avoir engraiss de
a nos sueurs ces sangsues insatiables, avec une patience et une rsigna-
tion sans example, nous aurions encore vu cette horde sacrilge attenter
notre destruction, sans distinction de sexe ni d'ge ; et nous, hommes
" sans nergie, sans vertu, sans dlicatesse, nous n'aurions pas plong
< dans leurs seins nos bras dsesprs Quel est ce vil Hatien, si peu
< digne de sa rgnration, qui ne croit point avoir accompli les dcrets
ternels en exterminant ces tigres altrs de sang ? S'il en est un, qu'il
s'loigne ; la nature indigne le repousse de notre sein. Qu'il aille
cacher sa honte loin de ces lieux ; 'air qu'on y respire n'est pas fait
pour ses organes grossiers ; c'est l'air pur de la libert auguste et
triomphante.
c Oui, nous avons rendu ces vrais cannibales guerre pour guerre,
" crimes pour crimes, outrages pour outrages. Oui, j'ai sauv mon pays,
j'ai veng l'Amrique. Mon orgueil et ma gloire sont dans l'aveu que j'en
< fais la face des mortels et des dieux. Qu'importe le jugement que
a prononceront sur moi les races contemporaines et futures ? J'ai fait
< mon devoir ; ma propre estime me reste ; elle me suffit. Mais que dis-
c je ? la conservation de nos malheureux frres, le tmoignage de ma
conscience, ne sont pas ma seule rcompense : j'ai vu deux classes
d'hommes ns pour s'aimer, s'entr'aider, se secourir, mles enfin et
confondues ensemble, courir la vengeance, se dispute l'honneur des
a premiers coups. Noirs et jaunes, que la duplicit raffine des Europens
a cherch si longtemps diviser, vous qui ne faites aujourd'hui qu'un
seul tout, une mme famille, n'en doutez pas, votre parfaite rconci-
liation avait besoin d'tre scelle du sang de vos bourreaux. Mmes
calamits ont pes sur vos ttes proscrites, mme ardeur frapper vos
< ennemis vous a signals, mme sort vous est rserv, mmes colres
< doivent vous rendre jamais unis, indivisibles et insparables. Main-
tenez cette prcieuse concorde, cette heureuse harmonie parmi vous :
c c'est le gage de votre bonheur, de votre salut, de vos succs ; c'est le
secret d'tre invincibles.
Faut-il, pour resserrer ces neuds, vous retracer le course des atro-
< cits commises contre notre espce ? le massacre de la population
entire de cette le, mdit dans le silence et le sang-froid du cabinet ;
l'excution de cet affreux project, moi propose sans pudeur, et dj
c entame par les Franais avec ce front came et serein accoutum
de pareils forfaits ; la Guadeloupe saccage et dtruite : ses ruines
encore fumantes du sang des enfants, des femmes et des vieillards pas-
ss au fil de l'pe; Pelage lui-mme, victim de leur astuce, aprs avoir
lchement trahi son pays et ses frres ; le brave et immortel Delgresse,
emport dans les airs avec les dbris de son fort, plutt que d'accepter
des fers ? Guerrier magnanime ton noble trpas, loin d'tonner notre
courage, n'a fait qu'irriter en nous la soif de te venger ou de te suivre.
< Rappellerai-je encore ici votre souvenir les trames tout rcemment
ourdies Jrmie ; l'explosion terrible qui devait en rsulter, malgr
le pardon gnreux accord ces tres incorrigibles, l'expulsion de
l'arme franaise ; leurs missaires rpandus propos dans toutes les
villes pour susciter une nouvelle guerre intestine, le sort dplorable de
nos frres dports en Europe ; enfin le despotisme effroyable, prcur-
seur de la mort, exerc la Martinique ? Infortuns Martiniquais que
ne puis-je voler votre secours et briser vos fers Hlas un obstacle
< invincible nous spare... Mais peut-tre une tincelle du feu qui nous
embrase jaillira dans votre me; peut-tre, au bruit de cette commotion,
rveills en sursaut de votre lthargie, revendiquerez-vous, les armes
a la main, vos droits sacrs et imprescriptibles !
Aprs l'exemple terrible que je viens de donner, que tt ou tard la


1804












< justice divine dchane sur la terre de ces mes fortes, au-dessus des
faiblesses du vulgaire, pour la perte et l'effroi des mchants, tremblez,
tyrans, usurpateurs, fleaux du Nouveau-Monde Nos poignards sont
aiguiss, vos supplices sont prts Soixante mille hommes quips,
< aguerris, dociles a mes ordres, brlent d'offrir un nouvel holocaust
aux mnes de leurs frres gorgs Qu'elle vienne cette puissance assez
folle pour oser nous attaquer Dj, son approche, le gnie irrit
d'Hati, sortant du sein des mers, apparat ; son front menaant soulve
les flots, excite les temptes ; sa main puissante brise ou disperse les
vaisseaux ; sa voix redoutable, les lois de la nature obissent, les
maladies, la peste, la faim dvorante, l'incendie, le poison, volant
sa suite... Mais pourquoi computer sur le secours du climate et des
< lments ? Ai-je donc oubli que je command des mes peu com-
< munes, nourries dans l'adversit, don't l'audace s'irrite des obstacles,
s'accrot dans les dangers ? Qu'elles viennent donc ces cohortes homi-
cides : je les attends d'un oeil fixe, je leur abandonne sans peine le
rivage et la place o les villes ont exist; mais malheur celui qui
s'approchera trop prs des montagnes Il vaudrait mieux pour lui que
la mer l'et englouti dans ses profonds abmes que d'tre dvor par
la colre des enfants d'Hati.
Guerre mort aux tyrans voil ma devise. Libert, indpendance,
voil notre cri de ralliement.
Gnraux, officers, soldats, peu semblable celui qui m'a prcd,
l'ex-gouverneur-Toussaint, j'ai t fidle la promesse que je vous
ai faite en pregnant les armes contre la tyrannie, et tant qu'un souffle
c m'animera, je tiendrai ce serment.
Jamais aucun colon ou europen ne mettra le pied sur ce territoire
titre de matre ou de propritaire ; cette resolution sera dsor-
mais la base fondamentale de notre constitution. Que d'autres chefs
< aprs moi creusent leurs tombeaux et celui de leurs semblables, en
tenant une conduite diamtralement oppose la mienne, vous n'en
accuserez que la loi inevitable du destin qui m'aura enlev au bonheur
et au salut de mes concitoyens. Mais puissent mes successeurs suivre
la march que je leur ai trace C'est le systme le plus propre con-
solider leur puissance ; c'est le plus digne hommage qu'ils pourront
rendre ma mmoire.
Comme il rpugne mon caractre et ma dignit de punir
quelques innocents des faits de leurs semblables, une poigne de blancs,
recommandables par la religion qu'ils ont toujours professe, qui
d'ailleurs ont prt le serment de vivre avec nous dans les bois, a
prouv ma clmence. J'ordonne que le glaive les respect, et qu'on
ne porte aucune atteinte leurs travaux et leur conservation.
Je recommande de nouveau, et j'ordonne tous les gnraux de
dpartement, commandants d'arrondissement et de place, d'accorder
des secours, encouragements et protection aux nations neutres et
amies qui viendront tablir avec cette le des relations commercials.
Le dvergondage de cette proclamation , suivant M. Lepelletier
de Saint-Remy, semble rvler un drangement intellectual (1). Mais
qu'tait donc ce Juste Chanlatte qui la rdigea et qu'on vient de fltrir
si amrement?
XXI. Jeune, lev Paris, nourri de la lecture des classiques, il ne
retira de cette cole des vertus que l'habitude du plagiat ou de la trans-


(1) Etude et solution nouvelle de la question haltienne, par Lepelletier de Saint-
Rmy, tome x, p. 198.


1804


LIVRE IX












position des phrases (1). Il se supposait quelques talents ; le vulgaire,
qui voit mal, les lui crut sur parole. J'aurais pu ici tablir un parallle
entire Chanlatte et Boisrond. Mais des choses plus graves doivent attire
notre attention.
Nanmoins, ne croirait-on pas, en presence de la fougue des ides
de cet homme, qu'il possdait les fureurs de Spartacus, don't il bnissait
le glaive ? Car, pour pousser tant de cris sauvages, pour faire l'apothose
de tant de crimes, devant lesquels le people recula d'horreur, que l'arme
n'accomplit que sous l'empire de l'obissance, que Dessalines lui-mme
hsita de laisser continue, s'il faut une me forte, il faut aussi un fana-
tisme longtemps concentr qui, mme dans le silence du ceur, dans le
recueillement de l'esprit, ne se soit jamais dmenti ; or, Chanlatte tait-il
rellement convulsionnaire ?... Non : ne le vit-on pas, en 1793, au moment
o Sonthonax venait de proclamer la libert gnrale, tenter Saint-
Marc, avec Savary, d'arrter ce commissaire, quelques jours aprs
fonder la corporation de la prtendue Rsistance l'oppression, et, de fait,
contribuer au rtablissement de l'esclavage dans l'Artibonite ?... Et tout
rcemment, alors qu'on combattait si vaillamment pour l'indpendance
national, o tait ce farouche rhteur ? Son nom figure-t-il meme dans
les rcits populaires d'aucun de nos mmorables combats ?
Au moins, Boisrond avait assist la grande journe de Vertires,
au Hauit-du-Cap.
XXII. L'acte du 1" janvier dcrtait de mort, sans aucune formalit,
quiconque n Franais souillerait de son pied sacrilge le territoire
de la libert. Mais cet acte n'agglomrait pas dans la mme proscrip-
tion les autres peuples blancs ; il pouvait mme laisser penser que des
blancs trangers la France eussent pu parvenir aux honneurs de la cit
hatienne.
Ici, dans l'acte du 28 avril, l'ide de proscription mort semble
s'effacer l'endroit des Franais, pour faire place une simple exclusion
de tous les bnfices civils et politiques de la naturalisation. Mais ce der-
nier acte tend follement le nouveau systme aux blancs de toutes les
autres nations, mme de celles qui n'avaient jamais eu de colonies et par
consquent d'esclaves :
Jamais aucun colon ou europen ne mettra le pied sur ce territoire
titre de maitre ou de propritaire.
Et malheureusement notre droit public se ressent encore des dplo-
rables dclamations de Boisrond et de Chanlatte : toutes nos constitu-
tions n'tablissent-elles pas en principle la funeste thorie de l'exclusion
des races blanches au movement intrieur et progressif des destines
hatiennes ? (2)
Il faut convenir que la constitution de l'Etat d'Hati, proclame au
Cap en 1807, par Christophe, et celle du Gouvernement Dpartemental,
proclame aux Cayes en 1811, par Rigaud, furent beaucoup plus intelli-
gentes sous ce rapport ; garder le silence sur une question aussi grave
n'tait-ce pas, de la part des deux derniers lgislateurs, se rserver la
facult d'admettre dans le pays, au moins partiellement, des blancs de

(1) En effet, dans son crit intitul Le prtendu snat du Port-au-Prince, rien
ne serait plus facile que de restituer Molire et Voltaire tout ce qui leur appartient,
dans son ode sur la Prise du Mle tout ce qui appartient Lebrun ; dans son Cri de
la nature tout ce qui appartient Raynal, ici mme tout ce qui appartient Racine.
(2) Voyez les constitutions de 1805, article 12 ; de 1806, article 27 ; de 1816,
articles 38 et 39 ; de 1843, article 8, etc.
Lors de la discussion de cette dernire constitution, quelques voix patriotiques
et gnreuses s'levrent loquemment contre les ides retrogrades inaugures par
Boisrond et Chanlatte et poursuivies jusqu' nos jours: parmi ces voix, cell du
citoyen Polynice Panayoti marqua le plus noblement. Voyez la Sentinelle de la libert,
journal politique, commercial et agricole. Port-au-Prince, le 23 novembre 1853, n" 11.
BiBLIOTHIQQUE IMPHIALE DE FRANCE.


PETION ET HAITI


1804












n'importe quelle nation, l'exercice de tous les droits civils et poli-
tiques ?
Cette conjecture devient une vrit pour Christophe quand on ouvre
le livre de Vastey (1), qui fut imprim sous les yeux de ce monarque,
aprs, sans nul doute, lui avoir t lu :
L'art. 38 de la constitution rvise (en 1816) porte, dit-il, : Aucun
blanc, quelle que soit sa nation, ne pourra mettre les pieds sur ce terri-
toire litre de matre ou de proprietaire.
Puisqu'il tait question de reviser la constitution, il me semble que
vous eussiez bien fait de rviser cet article ainsi : Aucun Franais,
quelle que soit sa couleur, ne pourra mettre le pied sur ce territoire,
sous quelque prtexte que ce soit, jusqu' ce que le Gouvernement fran-
ais ait reconnu l'indpendance d'Hati.
De cette manire, vous n'eussiez donn que l'exclusion aux Fran-
ais noirs, jaunes et blancs, et encore pour un temps dtermin; ce
qui aurait t la fois trs just, trs politique et trs consquent; et
vous n'eussiez bless ni choqu les prjugs de couleur, au lieu que
par l'art. 38, tel que vous l'avez consacr, vous avez donn une exclu-
sion gnrale tous les blancs de toutes les nations, ce qui est bien
loin d'tre raisonnable, mais qui est injuste, impolitique, inconsquent,
contraire aux lois des nations policies. Interdisons aux Franais de
mettre les pieds sur notre territoire tant qu'ils resteront nos ennemis,
rien de plus just et de plus natural, car il n'y a pas de loi au monde
qui puisse nous obliger recevoir dans notre sein des ennemis qui
pourraient nous faire un tort manifeste ; mais vouloir tendre cette
loi sur tous les blancs en gnral, vouloir confondre les amis avec les
ennemis, serait plus mme qu'une injustice, ce serait un acte de folie
et d'extravagance inexcusable (2).
Certes, on ne saurait s'exprimer avec plus de bon sens et de raison
que vient de le faire M. de Vastey, don't malheureusement le cour et la
plume ne surent pas souvent s'lever cette hauteur morale. Mais qu'on
me permette de dire ici tout d'une fois que, lors de la revision de 1816,
Ption, alors president d'Hati, tait d'accord in petto avec le monarque
du Nord pour effacer en parties de nos lois mme l'exclusion des Francais
la jouissance des privileges inhrents la quality d'Haitien. Il fit mme
agiter cette question l'assemble rvisionnelle par le citoyen Sabourin ;
mais le culte vou au systme rtrograde de Boisrond et de Chanlatte par
les hommes de l'Ouest et du Sud, surtout les jaunes, empcha le triomphe
de sa pense.
XXIII. Arrtons cette digression ; jnene l'ai intercale au frontispice,
pour ainsi dire, de la second priode de mon travail, que pour montrer
de quelle grandeur de penses Christophe tait souvent capable (3), et

(1) Essai sur les causes de la Rvolution et des guerres civiles d'Haiti, par M. le
baron de Vastey, chancelier du roi, etc., 1 vol. in-8 ; Sans-Souci, de l'imprimerie
royale, 1819.
(2) Essai prcit, p. 317 et suivantes.
(3) Ce roi aimait dire qu'il ne faisait d'acception ni d'exception de la couleur
de l'piderme ; qu'en cette matire il tait vert, pour dire neutre et impartial. Son
assertion tait vraie jusqu' un certain point, car dans ses accs de frnsie il frappait
indistinctement ses sujets de toutes couleurs. (Ce mot attribu Christophe est une
pure fantaisie, puisqu'il est avr qu'aprs sa dconfiture au sige du Port-au-Prince
en 1812, il fit massacrer beaucoup d'hommes de couleur : ce qui provoqua un exode
de families de couleur dans l'Ouest et le Sud. On connat le mot de ChristoPhe au
gnral Leclerc aprs la prise d'armes de Ption au Haut-du-Cap, prise d'armes qui
inaugura la guerre de l'indpendance : qu'il ne pouvait obir aux multres qui vou-
laient commander la colonie . En 1807, rpondant ses diatribes, le Senat lui
dit : Christophe, cependant, atteste le ciel qu'il n'en veut point aux nuances de
l'piderme ; mais s'il n'en conservait les prjugs, oserait-il en parler ? L'Ouest et
le Sud ignorent aujourd'hui ces absurdes prjugs ; on n'y connait que des frres. .
(F. D.)


1804


LIVRE IX










PETION ET HAITI


pour ramener l'opinion hatienne de plus saines et profitable doctrines.
Or, enfin, on a fait table rase de l'lment caucasique, lment civi-
lisateur par excellence: prs de huit mille personnel venaient d'tre
sacrifices Quelques hommes spciaux, tels que des mdecins, avaient
seulement chapp aux hcatombes. Aujourd'hui encore plusieurs jus-
tifient ces hcatombes par l'effervescence des passions du moment, par
la raison d'Etat. Triste justification La raison d'Etat n'est-ce pas
un mot vide de sens qui abrite tous les attentats ? Les passions du
moment! Mais le triomphe de la vertu, le mrite, pour me servir du
terme philosophique, ne consiste-t-il pas savoir rsister ces mmes
passions ? Quand, dans une socit, les esprits sont ports aux plus
dplorables excs, alors mme que des causes antrieures sembleraient
excuser ces excs, il n'y a de dignes d'admiration que les hommes qui
servent de rempart aux victims ; les bourreaux mritent toutes les
rprobations de l'histoire.
Sans doute la libert peut s'envelopper de feu pour se dfendre des
outrages de ses ennemis ; mais aprs la victoire, elle n'a pas le droit de
se baigner dans le sang de ces mmes ennemis (1). Il ne faudrait pas,
non plus, chercher excuser les massacres de 1804, en rappelant le sou-
venir de ceux qui ensanglantrent Paris en septembre 93, des dragonnades
qui eurent lieu sous Louis XIV, de la Saint-Barthlemy et des Vpres Sici-
liennes : le crime peut-il blanchir le crime ?
En rsum, la rvocation de l'Edit du Cap, qu'on me permette
cette expression en souvenance d'une autre calamit affreusement mar-
que dans l'histoire, que procura-t-elle notre naissante patrie la
rvocation de cet dit si solennellement public, le 27 brumaire an xii
(19 novembre 1803), peu de jours avant l'embarquement de Rocham-
beau (2) ? Ici encore, la perte de beaucoup de talents, de beaucoup
d'industries, de beaucoup de mtiers, de beaucoup de capitaux, ces
nerfs des grandes choses : tout fut ananti dans la tombe ou s'envola vers
des rivages plus humans.
Aussi au lendemain de ces journes nfastes, il tait difficile de faire
btir une maison, de se faire mme habiller : plus d'ouvriers, car tous
ceux qui l'taient se trouvaient dans les emplois de l'arme ou de l'admi-
nistration. On ne parvint combler le vide des arts qu' l'arrive de
quelques noirs et jaunes qui fuyaient l'esclavage et les prjugs des miles
du Vent.
XXIV. Ici finit un des plus tristes chapitres de notre histoire. J'ai fait
tous mes efforts pour rester dans la svrit de l'histoire. Si aprs avoir
jet de justes regrets sur la tombe des victims, et fltri les bourreaux, il
m'est arriv de demander le rapprochement et le mlange des races, c'est
que j'ai la conviction que de ce rapprochement et de ce mlange seuls
pourra natre la prosprit de mon pays, et qu'en consequence, nous
devons tous travailler prparer cet heureux rsultat.
Rapprochement et mlange !... Mais les races blanches elles-mmes
resteraient ternellement stationnaires si elles ne se croisaient pas ; et
passant du grand au petit, une famille qui voudrait se perptuer par ses
propres ouvres, s'tiolerait, s'abtardirait et finirait par tre efface de
l'humanit (3) : tant il est vrai qu'aucun tre n'est destin ici-bas vivre

(1) Les homicides faits de sang-froid par les soldats, et aprs la chaleur de
l'action, sont rejets de toutes les nations du monde , dit Montesquieu, si l'on
veut citer, ajoute-t-il, celles qui mangent leurs prisonniers. Voy. Esprit des lois,
livre xv, chapitre 2.
(2) Voyez mme ouvrage, Ption et Haiti, tome ni, p. 241 et 242.
(3) La science a, depuis longtemps, constat que les marriages entire oncles et
nices, neveux et tantes, cousins et cousins, donnaient naissance a des enfants phti-
siques, pieds-bots, becs de corbin, scrofuleux dans la proportion de 80 100 nais-
sances.


1804












dans l'isolement de l'gosme ; tant il est vrai que la plus essentielle de
toutes les lois, c'est celle de la fraternity.
Et ce rapprochement et ce mlange ne s'oprent-ils pas, trop
lentement, il est vrai, mais ne s'oprent-ils pas tout de mme et tous
les jours, en dpit de nos institutions ? L'homme blanc ne s'allie-t-il pas
la femme noire ? De ces alliances, ne provient-il pas des multres, race
si utile la prosprit des les ? Le multre ne s'allie-t-il pas la ngresse,
le ngre la multresse ?
Plus tard, quand le courant de l'migration europenne aura inond
les les, aujourd'hui presque dsertes en raison de leur tendue, ce qui
est dans la logique inflexible des volutions de l'humanit, quels Bois-
rond, quels Chanlatte pourront empcher les noirs de se marier des
blanches et des blancs des noires, de faire valoir le sol titre de matres
on de propritaires, d'exercer consquemment et librement tous les droits
civils et politiques que comporte la naturalisation ?
Dieu n'a pas cr la terre pour tre le patrimoine exclusif d'une
race plutt que d'une autre : c'est si vrai, que l'aristocratie colonial
elle-mme ne put pas interdire le droit de proprit aux noirs et aux
multres. Comment pourrions-nous continue etre plus mal aviss que
cette aristocratie ?
La politique d'isolement a fait son temps. Et vouloir ramener la
population noire sa virginit originelle, comme quelques-uns l'ont rv,
c'est chose impossible : elle est dj dflore par la civilisation : il faut
qu'elle se fusionne malgr elle dans l'lment caucasique.
Dans l'expectative de ce rsultat que j'ose dire infaillible, et don't
aucune combinaison rtrograde ne saurait empcher la ralisation, que
faut-il pour honorer le people hatien et lui maintenir les sympathies
du monde civilis ? Quatre hommes et un caporal qui sachent faire res-
pecter les hommes et les choses, sans privilege aucun.
XXV. Le sol politique est enfin dblay. Mais rien ne garantissait le
pays contre une nouvelle expedition : on songea donc lever de for-
midables forteresses partout dans l'intrieur des terres, comme autant
de boulevards de l'indpendance.
D'aprs les ordres du gouverneur-gnral, Christophe faisait travailler
la clbre citadelle de Lafrire, situe cinq lieues du Cap ; Cappois
levait, trois lieues du Port-de-Paix, le fort des Trois-Pavillons; Ption
levait, quatre lieues du Port-au-Prince, le fort Jacques, du nom du
gouverneur-gnral, et un autre fort sur une minence voisine, qui les
soldats donnrent son propre nom ; Cang, dans les mornes de Logane,
le fort Campan; Magloire-Ambroise, dans les montagnes de Jacmel, le
fort du Cap-Rouge; Jean-Louis-Franois, dans les hauteurs d'Aquin, le
fort du Bonnet-Carr ; Geffrard, dans les hauteurs des Cayes, le fort des
Platons; Frou, dans les mornes de Jrmie, le fort Marfrane et celui de
Plicier, la limited de Cavaillon. Dessalines s'attacha surtout mettre
sur le plus redoutable pied de defense le Camp-Marchand, situ onze
lieues de Saint-Marc. C'est l qu'il avait fix sa residence. C'est l qu'il
entendait au besoin s'ensevelir avec l'indpendance du pays. Cinq forts,
Doco, Innocent (1), la Source, Culbutez, la Fin-du-Monde, aujourd'hui en
ruines, protgeaient l'approche de Marchand, qui devint bientt la ville
gouvernementale du nouvel Etat, sous le nom .de Dessalines.
Mais ces gigantesques travaux cotrent la vie un nombre consi-
drable de corvables ; pendant leur execution, on put voir clairement
se dessiner le caractre des divers gnraux : c'est avec une cruaut sans
example que Christophe prsidait la construction de Lafrire : de
jeunes et intressantes cultivatrices succombaient-elles, au milieu d'un

(1) C'tait le nom du fils de l'Empereur.


1804


LIVRE LX










PETION ET HAITI


chemin abrupt, sous le poids trop lourd des matriaux ? des mains
impitoyables, armes de verges ou de btons, redressaient pour un
moment leurs forces dfaillantes, et bientt les innocentes creatures tom-
baient pour ne plus se reliever Ption, au contraire, dfendait de
commettre aucun svice contre les corvables ; la prison seule punissait
les paresseux et les rfractaires. Aussi, annonait-on Lafrire la
tourne d'inspection de Christophe, tout le monde, officers, soldats, cor-
vables commenaient trembler et frmir. Ption, de son ct,
arrivait-il au fort Jacques ou au fort de son nom, l'allgresse gnrale
saluait sa presence ; le travailleur redoublait de zle.
XXVI. C'tait trs bien, sans doute, que de ne rien ngliger pour
repousser toute nouvelle aggression de la part de la France. Mais part
le bruit des armes, les peuples ont des besoins moraux satisfaire. Va-
t-on fonder l'ducation national par la seule et lgitime voie des liberts
publiques ? Car enfin, ce n'est pas tout que de rompre le joug tyrannique
de la mtropole : chaque revolution doit amener un progrs. Les hommes,
d'ailleurs, ne manquent pas l'poque o nous sommes, et des hommes
d'une haute valeur. Tous ou presque tous ont t levs en Europe, ou
ont voyag dans des climats divers. Les lettres et les voyages ouvrent
l'intelligence : ils ont pu compare les mours, les lois, les institutions.
De leur examen va sans doute surgir quelque doctrine politique qui hono-
rera l'humanit. Ce qui surtout doit nous prparer de grandes choses,
c'est le souvenir de l'esclavage cruel qui a pes sur nous. Tous en ont
souffert, tous doivent aimer la libert pour tous. Cette libert sera donc
consacre dans nos lois, infode nos moindres coutumes.
Mais malheureusement le contraire arriva ; et si je n'avais pas une
foi profonde dans l'expansibilit des forces humaines, dans les incom-
mensurables destines des diverse races, il y aurait, ds present,
dsesprer pour moi des capacits et mme de la bonne volont (les
hommes de ma couleur...
XXVII. C'tait un titre bien vague que celui de gouverneur-gnral
dfr Dessalines ; chacun le sentait ; mais on s'y tait arrt, parce
que le titre de president impliquait une dmocratie devant laquelle ne se
ft pas courb le farouche librateur, et que celui de roi impliquait l'abso-
lutisme, contre lequel on venait de combattre. On vivait donc sous un
gouvernement don't l'anonymie officielle laissait l'arbitraire le plus
grand essor.
Mais quand on eut appris, au mois d'aot, que le premier consul
avait t, le 28 floral (18 mai), proclam Empereur, on se crut autoris
a dfrer Dessalines le mme titre, qui, dans la vieille Rome, n'tait
dcern que comme rcompense honorifique aux gnraux triomphateurs,
et don't Auguste, le premier, fit l'expression de la souveraine puissance.
L'irrflexion ou plutt l'esprit d'habitude, dit le baron de Vastey (1),
avait fait donner au gnral en chef de l'arme des indignes le titre
de gouverneur-gnral ; l'esprit d'imitation lui fit dfrer celui d'Em-
pereur.
Bonaparte, premier consul, s'tait fait dfrer ce titre ; le gouver-
neur-gnral aussi bien pouvait le prendre ; c'tait passer d'un excs
un autre, car si le titre de gouverneur-gnral ne pouvait convenir
une nation indpendante, parce qu'il suppose un pouvoir secondaire
dpendant d'une autorit plus leve, le titre fastueux d'Empereur ne
nous convenait pas mieux, parce qu'il suppose dans celui qui le possde
la puissance relle en territoire, en population, etc.
Boisrond et Chanlatte furent les auteurs de la mtamorphose. Cepen-
dant, pour ne pas laisser croire que leur vaste intelligence ft capable

(1) Essai prcit, p. 47.


1804











de commettre aucun plagiat, ils antidatrent les actes prliminaires
la consommation de leur ouvre politique. Aussi l'acte de nomination de
Dessalines la dignit de l'empire, quoique'rdig la fin d'aot, porte
la date du 25 janvier, et celui d'acceptation la date du 15 fvrier.
Les voici l'un et l'autre sans commentaire :
Nous, gnraux de l'arme d'Hati, dsirant consacrer, par un acte
solennel, le vou de notre cour et rpondre la volont fortement pro-
nonce du people d'Hati ; persuads que l'autorit souveraine ne veut
point de partage, et que l'intrt du pays exige que les rnes de l'admi-
nistration soient remises entire les mains de celui qui runit la con-
fiance, l'affection et l'amour de ses concitoyens ;
Bien convaincus, par une cruelle experience et par l'histoire des
nations, qu'un people ne peut tre convenablement gouvern que par
un seul, et que celui-l mrite la prfrence qui, par ses services, son
influence et ses talents, a su lever l'difice de notre indpendance et
de notre libert ;
Considrant qu'aprs une longue srie de malheurs et de vicissi-
tudes, il convient d'assurer la garantie et la sret des citoyens d'une
manire immuable et irrvocable, et que le plus sr moyen d'atteindre
ce but est de dcerner au seul chef capable de reprsenter et de gou-
verner dignement la nation, un titre auguste et sacr qui concentre en
lui les forces de l'Etat, qui en impose au dehors et qui soit au dedans
le gage de la tranquillit ;
Considrant que le titre de gouverneur-gnral dcern au citoyen
J. J. Dessalines ne remplit pas d'une manire satisfaisante le veu gn-
ral, puisqu'il suppose un pouvoir secondaire, dpendant d'une autorit
trangre don't nous avons jamais secou le joug ;
Sans avoir plus longtemps gard aux refus constants et obstins
du citoyen J. J. Dessalines d'accepter une puissance que le people et
l'arme lui avaient dlgue ds l'poque o notre indpendance a t
proclame, puisque ce refus contrarie les intrts, la volont et le bon-
heur de ce pays, dfrons audit citoyen J. J. Dessalines le titre d'Empe-
reur d'Hati, et le droit de choisir et de nommer son successeur.
Dsirons que cette expression libre de nos curs, et dj provoque
par le people, soit offerte sa sanction sous le plus bref dlai, et
reoive sa prompted et entire execution par un dcret du people qui
sera extraordinairement convoqu cet effet (1).
Cet acte portait la signature de tous les gnraux de l'arme ; mais,
suivant les louables habitudes de la chancellerie de Dessalines, beaucoup
n'en current connaissance que par sa publication. Il tait dat du Port-
au-Prince ; mais il est vident qu'il n'y eut jamais d'assemble de gn-
raux dans cette ville durant le rgime de Dessalines.
Voici ce que, le 14 avril, Dessalines crivait de Marchand Ption,
relativement au sujet qui nous occupe :
J'expdie prs de vous, mon cher gnral, un de mes aides-de-camp,
porter d'une pice qui demand votre signature, si vous le jugez a
propose ; vous la ferez signer par les gnraux et chefs de corps de
votre division.
Cela fait, mon aide-de-camp restera prs de vous au Port-au-Prince;
vous enverrez un des vtres au gnral Jean-Louis Franois, qui, aprs
avoir sign et fait signer les officers suprieurs de sa garnison, enverra
ce paquet au gnral Geffrard par un de ses aides-de-camp ; le vtre
restera Aquin attendre son retour.

(1) Il est inutile de dire que malgr la promesse de Boisrond, le people ne fut
jamais appel sanctionner cet acte.


1804


LIVRE IX










PETION ET HAITI


< Vous crirez au gnral Magloire de se rendre Logane pour
qu'au retour de votre aide-de-camp, il puisse signer ladite pice.
Je ne fais pas runir les officers gnraux :'ans ce moment, parce
a que leur presence est trop utile dans leurs commandments pour ache-
ver les travaux des fortifications.
Vous ordonnerez tous les commandants des lieux o passera
< votre aide-de-camp de lui fournir autant de montures qu'il en aura
besoin, en raison de sa mission. Il faut que dans dix jours je reoive
le paquet ici.
J'ai l'honneur de vous saluer.
DESSALINES.
En presence d'une pareille invitation, qu'avait faire Ption ? -
Refouler tous ses instincts dmocratiques, apposer sa signature sans dli-
brer, et attendre du temps l'preuve gouvernementale laquelle on
soumettait le pays.
On voit, par cette lettre, que Dessalines tait press de possder le
titre sonore et pompeux que Boisrond, Chanlatte et ses autres officers
faisaient retentir ses oreilles, briller ses yeux. On avait d'abord dit
qu'on convoquerait tous les gnraux Marchand pour le 8 octobre, afin
d'assister la crmonie de l'intronisation. Mais, le 2 septembre, Dessa-
lines, rendu plus impatient par les obsessions de son entourage, se fit
saluer Empereur par son tat-major et sa dvoue 4" demi-brigade. Alors
il fit publier son acte d'acceptation, don't l'anti-date est un nouveau men-
songe :
A Dessalines, le 15 fvrier 1804, an Ier de l'indpendance.
Le gouverneur-gnral d'Hati, aux gnraux de l'arme et aux
autorits civiles et militaires, organes du people.
Citoyens, si quelques considerations justifient mes yeux le titre
auguste que votre confiance me dcerne, c'est mon zle sans doute
veiller au salut de l'empire, c'est ma volont consolider notre entre-
prise, entreprise qui donnera de nous, aux nations les moins amies de
la libert, non l'opinion d'un amas d'esclaves, mais celle d'hommes qui
prdilectent leur indpendance au prejudice de cette consideration
que les puissances n'accordent jamais aux peuples qui, comme vous,
sont les artisans de leur propre liberty, qui n'ont pas eu besoin de
secours trangers pour briser l'idole laquelle nous sacrifions.
Cette idole, comme Saturne, dvorait ses enfants, et nous l'avons
foule aux pieds; mais n'effaons pas ces souvenirs; rappelons-nous
que la recense (sic) de nos infortunes a t imprime dans nos mes;
elles seront des prservatifs puissants contre les surprises de nos enne-
mis et nous prmuniront contre toute ide de leur indulgence notre
gard.
Si les passions sobres font les hommes communs, les demi-mesures
arrtent la march rapide des rvolutions ; puisque donc vous avez
jug qu'il tait de l'intrt de l'Etat que j'acceptasse le rang auquel
vous m'levez, en m'imposant ce nouveau fardeau, je ne contract
aucune nouvelle obligation envers mon pays ; ds longtemps je lui ai
fait tous les sacrifices ; mais je sens qu'un devoir plus grand, plus saint
me lie ; je sens, dis-je, que je dois conduire rapidement notre entre-
prise son but, et par des lois sages, mais indulgentes pour nos meurs,
fire que chaque citoyen march dans la libert sans nuire aux droits
des autres et sans blesser l'autorit qui veille au bonheur de tous.
En acceptant enfin ce fardeau, aussi onreux qu'honorable, c'est
me charger de la some du bien et du mal qui rsultera de mon admi-
nistration mais n'oubliez pas que c'est dans les temps les plus orageux
que vous m'avez confi le gouvernail du vaisseau de l'Etat.


1804











LIVRE IX


Je suis soldat ; la guerre fut toujours mon partage, et tant que
l'acharnement, la barbarie et l'avarice de nos ennemis les porteront
sur nos rivages, je justifierai votre choix ; et combattant votre tte,
je prouverai que le titre de votre gnral sera toujours honorable pour
moi.
Le rang supreme auquel vous m'levez, m'apprend que je suis
devenu le pere de mes concitoyens, don't j'tais le dfenseur. Mais que
le pre d'une famille de guerriers ne laisse jamais reposer l'pe, s'il
veut transmettre sa bienveillance ses descendants et les apprivoiser
avec les combats.
C'est vous, gnraux et militaires, qui monterez aprs moi au
rang supreme, que je m'adresse, heureux de pouvoir transmettre mon
< autorit ceux qui ont vers leur sang pour la patrie : je renonce, oui,
je renonce l'usage injuste de faire passer ma puissance dans ma
famille.
Je n'aurai jamais d'gard l'anciennet, quand les qualits requises
pour bien gouverner ne se trouveront pas runies dans le sujet ; sou-
vent la tte qui recle le feu bouillant de la jeunesse, contribute plus
efficacement au bonheur de son pays que la tte froide et exprimente
du vieillard qui temporise dans les moments o la tmrit est seule
de saison. C'est ces conditions que je suis votre Empereur, et malheur
celui qui portera sur les degrs du trne lev par vous d'autres sen-
t timents que ceux d'un pre de famille !
DESSALINES.
Le nouvel Empereur se transport au Cap ; il y fit clbrer, le 8 oc-
tobre, la crmonie de son avnement au trone ; Corneille Bresse, pre
capucin, official pontificalement; le canon gronda; des banquets et des
danses marqurent la fte, comme d'habitude. Les autres villes de l'empire
eurent aussi le mme jour la rptition des mmes scnes de joie offi-
cielle (1).
XXVII. Ce fut peu aprs la nomination de Dessalines l'empire, qu'an
commena voir arriver dans le pays les officers indignes que Leclerc
et Rochambeau avaient embarqus pour la France, alors qu'il tait
craindre qu'ils ne fussent alls grossir l'insurrection don't Ption avait
donn le signal. On avait gnralement en France beaucoup de confiance
dans ces officers, parce qu'ils avaient combattu les Anglais et Toussaint.
Ce fut la faveur de cette confiance que la plupart purent s'vader et
regagner le sol de la patrie. Ainsi Martial Besse (2), Borno-Dlart, Segre-
tier, Dartiguenave, Faubert, David-Troy, Brunache; ainsi Mentor et
Chancy ; Rigad, Birot, Bellegarde, Nret, Kay-Larivire et Dupuche,
ne reparurent que plus tard au milieu de leurs concitoyens. Trois hommes
seulement de cette phalange de hros n'atteignirent pas ce grand bon-
heur, Augustin Rigaud, Millet et Abraham Dupont.

(1) Il paraitrait que la pense premiere de Dessalines tait de se faire couronner
au Port-au-Prince. Voyez au Recueil des lois, par M. Linstant, p. 31, le programme
public par Ption.
(2) Besse, pendant l'expdition de 1802, fut envoy la Tortue pour y touffer
une insurrection ; la mollesse qu'il mit dans cette operation, lui attira la dfaveur
de Leclerc ; blm par un ordre du jour du 10 messidor an x (29 juillet 1802), il fut
embarqu sur la frgate la Comte, et arriva Brest le 11 vendmiaire (3 octobre).
Quoique admis au traitement de rforme, sur les mauvaises nouvelles qu'on apprenait
de la colonie, il fut envoy en detention au fort de Joux, o se trouvait l'infortun
Toussaint, don't il eut l'honneur de recopier les mmoires. Mis en libert, en mme
temps que Rigaud, il obtint d'aller rsider Melun. Bientt il s'chappa de cette
ville et fut s'embarquer Paimboeuf sur un navire amricain. Dcouvert dans une
soute, lors de la visit du navire, le premier consul ordonna, le 12 floral an xlx
(2 mai 1804), qu'il serait reconduit au fort de Joux ; mais, dans le trajet, il russit
tromper la vigilance des gendarmes qui l'escortaient, gagna la Belgique et les Etats-
Unis, d'o il arriva au Cap a la fin de 1804.










PETION ET HAITI


Augustin Rigaud, chef de brigade de la cavalerie du Sud et com-
mandant de l'arrondissement des Cayes, fut un de nos plus ardents sol-
dats en 1791. C'est lui qui, pendant que son frre Andr dfendait la
libert contre les colons sous les murs de Port-au-Prince, avec Bauvais
et Lambert, soutenait principalement, dans la plaine du Fonds, le cou-
rage et l'enthousiasme des affranchis. Il fut oblig, lui aussi, d'aban-
donner les Cayes devant Toussaint. Arriv Arba, il se dirigea Cura-
ao, pensant y trouver la frgate la Vengeance, sur laquelle tait dj
malheureusement parti Bauvais. Il rencontra, au lieu de la Vengeance,
la frgate anglaise la Nride. Il fut donc fait prisonnier par les Anglais,
qui venaient de s'emparer de l'le, et conduit la Jamaque. Ce ne fut que
le 25 messidor an x (13 juillet 1802) que les Anglais le renvoyrent
Saint-Domingue (1). Dj son frre avait t embarqu et se trouvait en
dtention au chteau de Joux. Il fut transbord sur le vaisseau le Con-
qurant, et arriva Brest le 4 fructidor an x (22 aot 1802) (2). Mis tout
d'abord en prison, sur ses rclamations, il fut envoy en surveillance
Montpellier, et en dernier lieu Bordeaux, o il mourut vers 1806,
dvor par le chagrin.
Millet, l'intrpide Millet, revenue sur la frgate la Vertu, fut rembarqu
peu aprs l'arrestation de Toussaint sur la frgate le Muiron (3).
Malade l'hpital de la marine de Toulon, il russit s'vader dans la
nuit du 5 au 6 brumaire an xi (27 au 28 octobre 1803). Il avait
profit, dit le prfet maritime au ministry , d'un temps affreux
pour tromper les sentinelles. J'ai donn ordre de veiller aux portes de
la ville et de visiter les btiments ; mais j'ai lieu de craindre que ces
measures n'aient aucun effet (4).
A partir de cette vasion, on perd la trace de Millet. Abraham Dupont
s'vada son tour d'Ajaccio, o il s'tait gnralement fait aimer, en 1811;
ds lors on perd aussi sa trace. Quelle terre hospitalire aurait abrit
les malheurs de Millet et de Dupont, ce fier multre et ce fier noir, qui
furent proscrits le mme jour par Toussaint-L'Ouverture, en mme temps
que Ption et Bellegarde (5), et qui taient destins ne plus revoir
le sol de la libert qu'ils avaient fcond de leur sang, de la patrie qu'ils
avaient tant aime ? O auraient-ils trouv la paix religieuse de la
tombe ?...
XXIX. Besse, Dartiguenave, Borno-Dlart, Faubert, Brunache, Mentor,
Chancy, furent parfaitement accueillis par l'Empereur ; quant Segre-
tier, dbarqu aux Gonaves le 8 septembre, il se rendit Marchand.
L'Empereur, se souvenant qu'il avait t capitaine adjoint Ption, ne
jugea pas propos d'exercer d'autre svice contre lui que de le faire
entrer comme simple grenadier (6) au 3' bataillon de la 3' demi-brigade,
que commandait Gdon. Mais David-Troy fut cruellement reu, vers la
mme poque, au Port-au-Prince, o se trouvait l'Empereur.
Dessalines, qui, pour plaire aux blancs, avait pouss l'arrestation
de Toussaint, enlev Charles Belair par le plus affreux guet-apens,
dnonc Morpas, fait la guerre Sylla, Sans-Souci, comme on fait la
chasse aux ramiers, Dessalines, alors souverain dominateur de l'le,
affichait, par un de ces contrastes don't il donna plus que personnel de
nombreux examples, une haine dmesure contre ceux qui avaient servi,

(1) Lettre d'Augustin Rigaud au ministry, du 14 fructidor an x (let septem-
bre 1802).
(2) Lettre du mme au mme, du 1er jour complmentaire (18 septembre 1802).
(3) La mme qui avait ramen le gnral Bonaparte de l'Egypte.
(4) Toulon, 6 brumaire an ix (28 octobre 1803).
(5) Voyez tome 1i, p. 11.
(6) Le motif de cette dgradation, c'est que Segretier n'avait pas abandonn les
Franais, en 1802, pour se rallier l'arme indpendante.


1804












comme lui, sous les ordres des Franais. David-Troy fut conduit au
gouvernement. L'Empereur, aprs une scne violent faire trembler
tous les spectateurs, ordonne de le fusiller. Mais Ption, prvenu de
l'arrive de David-Troy, sachant qu'il avait t conduit au gouvernement,
redoutant quelque catastrophe, accourt pour sauver la vie son ancien
ami et pour empcher Dessalines lui-meme de se dshonorer par un
meurtre injustifiable : usant gnreusement de cette confiance que lui
tmoignait l'Empereur, de ce droit de prire et mme de remontrances
que lui donnaient les grands services rendus au pays, il parle, il crie, il
conjure. Enfin, donnant une pousse David-Troy, il le force s'incliner
devant l'Empereur, tandis que lui-mme il demand pardon pour
l'ancien commandant du Mirebalais !
Ressource supreme Pardon Et de quoi ? et qui ? D'avoir
servi la France A Dessalines, qui lui-mme est coupable du mme
crime !
Mais David-Troy, don't l'intrpidit s'tait signale dans vingt
batailles, qui devait mourir au champ d'honneur, en defendant glorieu-
sement la Rpublique contre Christophe ; David-Troy, qui avait eu pour
amis et modles l'lite de nos pres, Bauvais, Pinchinat, Rigaud, Lambert,
Lamarre, Borgella surtout, tous des hommes don't la grandeur d'me est
proverbiale, dut avoir le cour cruellement ulcr d'tre rduit s'humi-
lier devant le despotisme le plus farouche. Enfin il obtint sa grce, et fut
plac dans la 4" demi-brigade, comme simple grenadier. Il ne reprit son
rang d'officier qu' la chute de l'empire (1).
Ption venait d'empcher l'Empereur de se dshonorer par un for-
fait pouvantable. Heureux les potentats qui, dans le dbordement de
leurs passions, trouvent leurs cts des cours aussi fermes pour leur
servir de digue Sans doute, si Dessalines avait plus souvent rencontr,
parmi ses alentours, des mes d'lite comme Ption, il et plus d'une
fois recul devant cette infinit de violentes measures qui le precipitrent
du trne : le plus grand malheur de la royaut, c'est d'tre entoure de
lches adulateurs.
XXX. Mais comme si l'Empereur n'avait pas assez de ces adulateurs
autour de sa personnel, Mentor arrive de France au commencement
de 1805. Ag de trente ans, n Saint-Pierre, d'une ancienne famille
d'affranchis, il avait une figure don't le type rgulier approchait de celui
de la race blanche ; plein de faons polies, il possdait une instruction
solide qu'il devait plus ses propres efforts qu' l'enseignement scolaire ;
en some, on peut dire que, jusqu' present, malgr le progrs des temps,
peu d'hommes de sa couleur ont encore atteint la supriorit de son
intelligence. Si Mentor tait remarquable sous le rapport de l'ducation,
il n'avait pas moins le cour corrompu par les prjugs de la couleur de
l'piderme ; non pas qu'il voult la destruction des multres, comme la
clameur publique l'en accusa, mais parce qu'il tait jaloux et envieux de
l'influence lgitime que ces hommes avaient acquise par le mrite d'un
esprit plus avanc et d'une fortune plus ancienne. Aprs avoir servi
la Martinique et la Guadeloupe comme capitaine au 2' bataillon des
chasseurs, il fut, l'poque de l'an II (1794), dport de cette dernire
colonie par les Anglais. Mais, la vue des ctes d'Ouessant, il conut le
project de s'emparer du btiment qui le conduisait en Angleterre. Cette
audacieuse entreprise, laquelle il avait appel tous ses compagnons de
captivit, russit souhait. Mentor entra Brest (2).

(1) La version de M. Madiou, tome ii, p. 190, diffre de la mienne : c'est peu
connaitre, ce me semble, le caractre de David-Troy que de s'imaginer qu'il et pu
se jeter de son propre movement aux genoux de Dessalines pour les embrasser.
(2) Mmoires pour servir l'histoire d'Hati, par Boisrond-Tonnerre, p. 22, de
l'Elude historique, qui prcde ces Mmoires.


1805


LIVRE IX










PETION ET HAITI


Incorpor dans le 2e bataillon d'Arras, il servit dans la Vende sous
le gnral Westermann. Confirm dans le grade de capitaine, il fut nomm
adjoint aux adjudants-gnraux de Saint-Domingue, et fit parties de la
deuxime expedition qui conduisit Sonthonax dans cette colonie (1). Il
ne marqua alors que par le trouble et la confusion qu'il jeta dans les
arrondissements de Logane et de Jacmel, o Sonthonax l'avait envoy
aprs les vnements des Cayes du mois de fructidor.
Nomm dput au Corps-Lgislatif par l'assemble lectorale qui se
tint au Cap le 20 germinal an v (9 avril 1793), il s'attira le mconten-
tement de Toussaint-L'Ouverture, qui, malgr l'inviolabilit de son carac-
tre, le fit jeter en prison. Enfin, parvenu Paris, il fut admis au conseil
des Cinq-Cents, d'o le 18 brumaire l'expulsa avec soixante autres dpu-
ts.
Depuis il vcut dans l'isolement, sans qu'on voult mme le laisser
prendre part l'expdition du gnral Leclerc. Il tait en surveillance
a Bayonne, quand, le 6 nivse (28 dcembre 1804), il annona au gnral
Duroc, gouverneur du palais des consuls, qu'il partait pour Saint-Domin-
gue, o il va restaurer la puissance franaise. Sa lettre portait pour
suscription : Mentor, adjudant-commandant, chef des noirs fidles la
France, Saint-Domingue (2).
C'est donc en laissant la France la promesse de venir restaurer sa
puissance en Hati que Mentor dbarqua sur nos plages. Telle n'tait pas
cependant sa relle intention, car ses cris de haine contre la France le
mirent tout d'abord dans l'intimit de Boisrond, de Chanlatte, et bientt
dans celle de l'Empereur. Mentor, dans le tourbillon d'intrigues et de
mfaits qui s'agitaient la Cour, donna un libre essor toutes ses mau-
vaises passions, sans chercher, au contraire, rendre aucun service rel
au pays et son prince.
XiXXI. Mais occupons-nous un peu de la parties orientale de l'ile. Cette
contre, don't Toussaint avait pris possession en vertu du trait de Ble,
tait au pouvoir du gnral Ferrand. La presence d'un corps d'arme
franaise sur un terrain aussi voisin, que Dessalines estimait avec raison
devoir faire parties intgrante du sol hatien, tait un grand objet d'inqui-
tude : n'tait-ce pas un pied--terre pour la France ? On pensait donc
que l'indpendance national ne pouvait tre assure que par l'expulsion
es Franais de la place de Saint-Domingue.
Dj l'Empereur avait fait quelques tentatives auprs des Espagnols
pour les porter reconnatre son autorit. Mais ce qui hta la nouvelle
guerre, ce furent les Franais eux-mmes.
Ferrand, pouss par un dlire aussi insens qu'affreux, mit le
16 nivse (6 janvier), un arrt don't les principles dispositions auto-
risaient les habitants des frontires de l'Ozama et du Cibao, ainsi que les
troupes des cordons, se rpandre sur le territoire occup par les
rvolts (sic), leur courir sus, faire prisonniers tous ceux des deux
sexes qui ne passeraient pas l'ge de quatorze ans; l'art. n de l'arrt
tablissait que ces prisonniers seraient la proprit des capteurs ;
l'art. ii, que les enfants mles ainsi capturs, gs de moins de dix
ans, les ngresses, multresses, etc., ges de moins de douze ans,
devraient expressment rester dans la colonie, et ne pourraient en tre
exports sous aucun prtexte ; les capteurs pourraient leur gr, ou les
attacher leurs habitations, ou les vendre aux habitants rsidant dans
les dpartements de l'Ozama et du Cibao ; enfin, l'art. v portait que les
enfants mles, gs de dix quatorze ans, seraient expressment vendus
pour tre exports.

(1) Etat des services de Mentor (Etienne-Victor). ARCHIVES IMPERIALES DB FRANCE.
(2) Pices jointes aux tats de services susdits.


1805










1805 LIVRE IX 31

Cet arrt, qu'on ne peut lire qu'en frmissant, auquel l'imagination
et refuse d'ajouter foi, si, sur la terre de Saint-Domingue, les parties ne
nous avaient pas habitus tous les crimes, causa une exaspration gn-
rale dans l'ancienne parties franaise. L'Empereur tira de chaque demi-
brigade les deux premiers bataillons ; tous les troisimes bataillons
devaient rester pour veiller la scurit de nos places. Il divisa son arme
en deux corps : l'un, don't il donna le commandement Christophe, se
mit en march du Cap par Saint-Yague ; l'autre, compos de trois divi-
sions, sous les ordres de Ption, Gabart et Geffrard, command par L'Em-
pereur en personnel, devait se porter, par Saint-Jean et Azua, sous les
murs de Santo-Domingo, au pied desquels les deux corps d'arme op-
rrent, en effet, leur jonction.


















LIVRE DIXIME

Sige de Santo-Domingo par Dessalines. Constitution impriale. Organisation
des divisions militaires. Arme. Mours. Fte de l'Empereur clbre au
Cap. Etat des cultivateurs. Affaire de M. Lewis. Belle conduite de Ption.
Tableau de l'empire, par Vastey. L'Empereur offre sa fille en marriage
Ption. Mort de Chancy. Inquitude de l'Empereur. Mort de Geffrard. -
Voyage dans le Sud. Mort de Cappois. Insurrection de ce dpartement. -
Christophe chef provisoire du gouvernement. Grin au Pont-Rouge. Mort
de Dessalines.

I. Santo-Domingo est la ville capital de la plus ancienne colonie
qui ouvrit innocemment la carrire tant de crimes, et don't le ciel sut
punir l'audacieuse tmrit, en le faisant prir lui-mme sous le poids
des chanes, cette ville est domine de tous cts ; plusieurs parties de
son enceinte sont enfiles ; d'autres sont vues de revers ; quelques-unes
runissent ce double dsavantage. Les bastions taient petits ; ils n'avaient
pas mme vingt-cinq pieds de gorge ; peine pouvaient-ils contenir
quarante hommes.
Les remparts, ainsi que les parapets, taient assez bien revtus ; mais
une batterie de 12 en fut venue facilement bout. Ces remparts avaient
peine huit pieds d'paisseur ; ils ne pouvaient, en consequence, conte-
uir que peu de dfenseurs ; une fois la brche faite, l'ennemi pouvait
facilement pntrer dans la place. Dans plusieurs postes, dans plusieurs
rues, on n'tait pas l'abri des coups de fusil du dehors; pour comble
de dsavantage, le port n'est pas tenable pour les btiments ; ils y sont
entirement dcouvert et exposs la porte d'un pistolet qui serait
braqu du rivage oppos.
Telle tait la position de Santo-Domingo, quand l'Empereur voulut
s'en emparer, telle elle est encore. Deux mille huit cent vingt hommes,
don't mille lanciers, occupaient cette place, dernier boulevard de la domi-
nation franaise (2).
II. L'Empereur entra en champagne le 16 fvrier. Ce ne fut qu'en
avant et quelques lieues d'Azua, au poste de los Puertos, qu'il commena
rencontrer de la resistance. Trois cents hommes, avec deux pieces de
canon, commands par le chef de bataillon Wiet, occupaient ce camp,
devant lequel nos troupes parurent, le 28, dix heures du matin. La
vaillante 4' demi-brigade donna principalement dans cette affaire. Le
gnral de brigade Jean-Philippe Daux y perdit un de ses aides-de-camp.
Wiet fut fait prisonnier (3).

(1) Cette colonie, de 3.300 lieues carries, a 140 lieues de ctes, presque le double
de l'tendue de l'ancienne colonie franaise, mais peuple en raison inverse de cette
tendue, puisqu'on n'value sa population qu' 120.000 habitants. Le plus beau port
dle cette parties est la baie de Samana, o le gnral Ferrand avait jet les fondements
de Napolon-Ville. Malheureusement Samana est inatterrissable pour les gros vais-
seaux, moins d'immenses travaux : le Mle Saint-Nicolas est mieux favoris sous
tous les rapports.
(2) Rapport du gnral Ferrand. MINIST. DE LA MARINE DE FRANCE.
(3) Dessalines perdit beaucoup de monde cette affaire ; de l la denomination
de Tombeau des Indignes applique la localit par nos soldats ; cette denomination
n'a pas d'autre origine.











C'tait un noble et courageux soldat que ce jeune Wiet; colon de la
plaine du Cul-de-Sac, il avait plus d'une fois fait sentir la vigueur de
son pe l'arme indigne, quand elle combattait sous les murs du Port-
au-Prince pour le success de l'indpendance : un ennemi valeureux il
faut accorder un salut.
Mais malheureusement l'homme se laisse aller des emportements
souvent inexcusables : Dessalines, au lieu d'honorer dans le commandant
Wiet tout ce que la vertu avait rassembl de forces dans le dernier repr-
sentant de la caste blanche, ordonna qu'on le ft passer par les verges.
Supplice horrible !
Segretier m'a dit que ds lors on vit que l'Empereur tait sur le bord
de sa ruine.
Personne n'osa rien pour abrger le supplice, pas mme Ption.
Enfin un sapeur, dit M. Madiou, ouvrit Wiet l'estomac et lui mangea
le coeur (1). Horreur pour le sapeur piti pour la victim Quelques
autres traits semblables, et la plume me tomberait des mains. Je tiens
trop l'honneur de ma race pour ne pas fltrir une cruaut aussi affreuse :
le guerrier triomphant ne doit-il pas piti et misricorde aux vaincus ?
Pourquoi ajouter aux fureurs de la guerre de ces actes de barbarie que
les sauvages mme sont peine capable de perptrer (2) ?
III. L'arme arriva, le 6 mars, sous les murs de Santo-Domingo.
L'Empereur tablit son quartier-gnral sur l'habitation Galard, une
lieue et demie de la place ; il fit vainement sommer la ville de se rendre.
Le 7, il ordonna a Gabart et Ption de visiter les environs de la place,
jusqu' la plus grande proximity. Cette mission tait prilleuse. Elle fut
excute par les deux gnraux, l'un avec son imptuosit ordinaire,
l'autre avec ce calme qui le caractrisa toujours.
L'arme se dirigea, sous une grle de boulets, aux positions que
Ption lui avait assignes. Christophe fut occuper la rive gauche de
l'Ozama. Ption se trouva l'extrme droite de la circonvallation.
L'Empereur avait ordonn qu'on embarqut de l'artillerie Jacmel;
mais, en attendant, c'est avec la baonnette de ses soldats, avec l'pe
de ses gnraux qu'il veut enlever la place. Dj nos lignes la present, la
serrent ; malgr trois sorties, tout est prpar pour l'escalade. Mais, le
27 mars, Ption, qui occupait le fort Saint-Gilles, fait annoncer L'Em-
pereur qu'une flotte tait en vue.
C'tait l'escadre commande par l'amiral Missiessy qui venait de
ravager et de ranonner les Antilles anglaises.
Dessalines appela son quarter tous les gnraux ; l'escadre en vue
n'tait-elle pas 'avant-garde d'une flotte plus considerable ? Avant de
conqurir, ne valait-il pas mieux conserver ?
Le gnral Ferrand conseilla l'amiral de faire voile vers le sud,
afin d'pouvanter et de drouter Dessalines (3).
Le sige fut donc lev aprs vingt-deux jours ; les Franais dcla-


(1) Tome iii, p. 194.
(2) Le commandant Wiet s'attendait sa fin dplorable. Il crivait le 7 ventse
an xin (26 fvrier 1805), du poste Puertos au gnral Ferrand : Je vous fais savoir
a que, le 5 de ce mois, nous nous sommes mis en march, le commandant Ruiz et
moi, avec 100 homes cheval pour Saint-Jean, et le lendemain de notre march,
le 6 du courant, tant 4 lieues de Saint-Jean, nous avons appris par un courier
qu'une parties de l'arme de Dessalines y tait rendue, ce qui nous a obligs de
rentrer chacun notre position ; aujourd'hui c'est confirm, ils sont bien vrita-
blement Saint-Jean et en nombre ; je m'attends tre attaqu au premier moment.
Dessalines et Jean-Philippe Daux me font beaucoup de menaces, ils disent
qu'ils veulent me rtir vif... Si vous pouvez m'envoyer un renfort de 50 hommes,
cela serait fort propos.
(3) Rapport prcit du gnral Ferrand.


1805


LIVRE X










PETION ET HAITI


rrent avoir perdu cinquante-deux hommes et n'avoir eu que cent treize
blesss (1).
L'ordre le plus impitoyable avait t donn par l'Empereur : Chris-
tophe l'excuta avec tout le cynisme que nous lui connaissons.
Ecoutons-le plutt :

ARMEE DE L'EMPIRE D'HAITI.
Au quartier-gnral de Milot, le 15 avril 1805, an n de l'Indpendance.
Henri Christophe, gnral de division et conseiller d'Etal (2), com-
mandant la division du Nord, Sa Majest l'Empereur.
SIRE,
J'envoie auprs de Votre Majest mon aide-de-camp Joseph-Raphal,
porteur de ma dpche avec le journal dtaill de la champagne
de Santo-Domingo, que vous m'avez demand par l'honneur de votre
lettre du 7 courant, o vous daignez m'annoncer votre arrive au Port-
au-Prince. Je peux assurer Votre Majest que tout a t bien de mon
ct pour le succs des armes de l'empire, et que nos ennemis se repen-
tiront longtemps du mal que nous leur avons fait, car du moment
que j'ai reu vos ordres pour l'vacuation, je n'ai pas prouv le plus
lger obstacle en route de la part de l'ennemi ; et il n'existe pas une
e ville, bourg, habitation, hatte, ou counouque (3) dans toute l parties
espagnole depuis la rive gauche de l'Ozama jusqu' l'Axabon, o je
< n'ai promen le fer et le feu.
J'ai l'honneur de dsirer Votre Majest une parfaite sant et de
vous saluer avec le plus profound respect.
HENRI CHRISTOPHE.

Christophe restera toujours l'homme de sang; qu'avaient dmler
d'inoffensives populations avec les actes du gnral Ferrand, qui, lui-
mme, tait un pouvantail tel pour ces populations, qu'elles finirent par
prendre les armes contre lui et le forcrent se brler la cervelle !
IV. Ce fut au retour de cette champagne, entreprise avec un luxe
inou de forces militaires, que fut fonde la constitution impriale. Bois-
rond avait rdig l'acte de nomination de Dessalines la dignit monar-
chique ; Chanlatte voulut, son tour, rdiger l'acte constitutionnel de
cette dignit.
Le pays avait enfin une constitution ; quelle qu'elle ft, chacun savait
qu'il tait sous le rgime du despotisme. A part quelques gnralits poli-
tiques qu'on trouve en tte de toutes les chartes modernes, l'ouvre de
Chanlatte n'atteignait pas mme au mrite de celui de Toussaint. Tous-
saint, du moins, avait formul un gouvernement dlibrant; c'tait un
hommage rendu au principle de la liberty humaine ; mais ici, tout se per-
sonnifie dans un seul home.
Cette constitution proclamait la fraternity entire les Hatiens, l'ga-
lit aux yeux de la loi, la non-rtroactivit de la loi; elle punissait
comme des crimes l'migration et la naturalisation en pays tranger;


(1) Idem.
(2) La qualification de conseiller d'Etat semble avoir t prise par les gnraux
les uns l'exemple des autres, les premiers jours de la proclamation de l'indpen-
dance sans qu'il y ait eu aucun dcret de rendu ce sujet ; mais cette qualification,
qui implique l'ide d'une assemble consultative, n'tait alors que nominale et hono-
rifique, comme elle continue l'tre malgr les dispositions de la constitution imp-
riale.
(3) Maisonnette.


1805












< l'migration emportait peine de mort et confiscation des proprits.
Nul n'tait digne d'tre Hatien, s'il n'tait bon pre, bon fils, bon
e poux, et surtout bon soldat. Tout citoyen devait possder un art mca-
< unique. Toute acception de couleur tait proscrite ; mais, par anti-
nomie, aucun blanc, quelle que ft sa nation, ne pouvait mettre le
pied sur le territoire de l'empire titre de matre ou de propritaire.
Les Hatiens ne devaient avoir d'autre denomination que celle de
" noirs, toujours par antinomie.
Voil la constitution de 1805, sous le rapport philosophique et phy-
siologique ; analysons-la sous le rapport conomique.
Le territoire de l'empire tait distribu en six divisions militaires;
chaque gnral de division devait correspondre directement avec
l'Empereur ou avec le gnral en chef nomm par Sa Majest. La per-
sonne de Leurs Majests l'Empereur et l'Impratrice tait sacre et
inviolable. La couronne tait lective et non hrditaire, mais l'Empe-
reur dsignait son successeur de la manire qu'il le jugeait convenable.
L'Empereur et ses successeurs n'avaient pas le droit de s'entourer
d'aucun corps de garde particulier et privilgi (1) ; si un empereur
< s'cartait du prcdent article ou de tout autre consacr par la cons-
titution, il tait considr et dclar en guerre contre la security gn-
rale. Alors les conseillers d'Etat devaient s'assembler pour proclamer
sa dchance et pourvoir son replacement.
L'Empereur avait le droit de faire et de promulguer la loi, de
A nommer et de rvoquer volont tous les fonctionnaires publics, de
diriger les recettes et les dpenses de l'Etat, de dclarer la guerre et de
faire la paix. Toutes les forces de terre et de mer de l'empire taient
sous son autorit supreme; mais il ne devait jamais former aucune
entreprise contre les colonies trangres.
Le conseil d'Etat ne se composait que des gnraux de division
< et de brigade ; aucun citoyen de la classes civil ne pouvait tre membre
de ce conseil (2).
Il n'y avait dans l'empire que deux ministres et un secrtaire
d'Etat. Le ministry de la guerre avait le dpartement de la marine;
celui de l'intrieur, le dpartement des finances ; le secrtaire d'Etat
travaillait directement avec l'Empereur.
. Les dlits militaires taient soumis des conseils spciaux don't
l'organisation appartiendrait l'Empereur, qui, de plus, prononait
sur les demands en revision.
Aucune religion ne dominant, tous les cultes taient tolrs.
Si, au dcs de l'Empereur rgnant, le conseil d'Etat sentait la
ncessit de rviser la constitution, c'tait lui s'assembler cet
effet.
Les crimes de haute trahison, les dlits commis par les ministres
ou par les gnraux, devaient tre jugs par un conseil special nomm
et prsid par l'Empereur (3).
Toutes les proprits appartenant aux blancs Franais taient
incontestablement et de droit confisques au profit de l'Etat.


(1) Cependant la quatrime demi-brigade don't Dessalines avait t le chef tait
un veritable corps privilgi qui ne faisait le service qu'autour de sa residence.
(2) La creation de ce conseil d'Etat n'tait qu'une drision ; il ne fut jamais
convoqu et n'eut non plus mettre aucune opinion sur la march du gouvernement.
(3) Cette facult de s'immiser dans les cas judiciaires, ou de juger, constituait
au premier chef le despotisme, car les monarques (constitutionnels) ne doivent se
reserver que les graces et renvoyer les condamnations vers leurs officers ; on ne
doit sortir que content de devant le prince. Montesquieu, tome vr, chap. v.


1805


LIVRE X










PETION ET HAITI


Dans chaque division militaire on devait tablir une coli publi-
que (1).
Cinq ftes nationals taient fondes : celles de l'Indpendance,
de l'Empereur, de l'Impratrice, de l'Agriculture et de la Constitution.
Enfin, l'article 28 et dernier proclamait QU'AU PREMIER COUP DE
CANON D'ALARME, LES VILLES DISPARATRAIENT ET LA NATION SE TROU-
VERAIT DEBOUT. >
V. Telle fut la fameuse constitution de 1805: exorbitante dans toutes
les attributions qu'on donnait l'Empereur ; contraire, sous tous les
rapports, au progrs du droit public.
Une pareille constitution, dit le baron de Vastey (2), tait un
monstre en politique. L'empire tait une rpublique lective, et la cons-
titution consacrait des principles diamtralement opposs la rpu-
blique, et qui ne pouvaient ct venir, tout au plus, qu' un gouverne-
" ment purement despotique, et d'un autre ct, par un bouleversement
trange des ides, la constitution consacrait les principles les plus dmo-
cratiques.
Cette constitution qui, d'ailleurs, resta l'tat de lettre morte, et que
l'Empereur seul ressuscitait son gr, fut prsente la signature d'un
petit nombre de gnraux ; la plupart n'en apprirent l'existence que par
sa proclamation (3).
On ne songea pas mme donner cette oeuvre btarde une date
certain, ni feindre le lieu o elle et d tre rdige. Elle n'acquiert
son ge que par la promulgation qu'en fit l'Empereur, le 20 du mois de
mai. Mais enfin on tait entr dans la carrire legislative ; Chanlatte, pour
rcompense de son zle, fut nomm secrtaire gnral prs l'Empereur,
clipsant ainsi Boisrond, son mule (4). Le nouveau secrtaire s'empressa
de rdiger un Code pnal militaire. Travail digne d'un Dracon (5), ce
Code acheva de donner un simple mortel ce qui n'appartient qu' Dieu,
la puissance du bien et du mal.
VI. Tout continuait s'organiser : l'Empereur leva, le 28 juillet,
Christophe au commandement en chef de son arme; Paul Romain au
commandement de la 1" division du Nord, don't le chef-lieu tait au
Limb; Cappois au commandement de la 2' division du Nord, don't le
chef-lieu tait au Cap ; Gabart au commandement de la 1" division de
l'Ouest, don't le chef-lieu tait Marchand ; Ption au commandement
de la 2' division de l'Ouest, don't le chef-lieu tait au Port-au-Prince;
Geffrard au commandement de la 1" division du Sud, don't le chef-lieu
tait aux Cayes ; Jean-Louis Franois au commandement de la 2' division
du Sud, don't le chef-lieu tait l'Anse--Veau (6) ; Vernet fut appel au




(1) Inutile de dire que le gouvernement ne tint nullement cette promesse. Si qul-
ques coles s'levrent alors dans le pays, ce fut par des homes dvous, mais
presque illettrs ; on peut citer, aux Cayes, Coquille, noir de la Martinique, qui
enseigna le premier, aprs l'avnement de l'indpendance, la lecture et l'criture la
jeunesse de cette ville.
(2) Essai prcit, p. 48.
(3) Lettre de Grin Christophe, Anse--Veau, 12 octobre 1806.
(4) Pourquoi l'Empereur ne cra-t-il pas une fois un secrtaire d'Etat ? Voulait-il
laisser Boisrond la perspective de le devenir, et par l le consoler de ne l'avoir
pas lev au poste de Chanlatte ?
(5) Dracon fut le premier lgislateur d'Athnes. II disait que les plus petits
dlits mritaient la mort et qu'il n'avait pu trouver d'autres punitions pour les
plus grands , ce qui ft dire que ses lois avaient t crites avec du sang.
(6) Geffrard, Gabart, Christophe et Ption avaient jusque-l port le titre de
Commandants des dpartements du Sud, de l'Arlibonite, du Nord et de l'Ouest.


1805













ministre des finances et de l'intrieur (1) ; Grin celui de la guerre et
de la marine (2).
Ces diffrentes promotions n'avaient pas combl toutes les ambitions.
Les gnraux du Nord surtout ne comprenaient pas qu'il pt exister de
monarchie sans noblesse : quel lustre n'et pas repandu autour du trne
la creation d'un certain nombre de principauts, de duchs, de comts,
de baronies (3) ?
Mais Dessalines recula devant ces prtentions : Dans l'empire il ne
peut y avoir d'autre noble que moi, dit-il ses conseillers.
C'est qu'il n'avait entendu fonder qu'une monarchie militaire et tem-
poraire, lorsqu'il fit sanctionner par une constitution la dictature don't
les circonstances l'avaient invest. Partisan outr de l'galit des droits
et de la mutualit des devoirs, quoique malheureusement il n'et pas
assez d'intelligence pour dfinir les uns et les autres, il ne voulait point
y porter officiellement atteinte. D'ailleurs, en tablissant une hirarchie
fodale, il savait qu'il et bless profondment les opinions politiques
des hommes de l'Ouest et du Sud, qui, grandis sous les drapeaux de la
Rpublique franaise, ne se dissimulaient pas, comme ceux du Nord (4),
qu ils devaient tout au triomphe de la dmocratie.
VII. Or, expliquons cette propension qu'eurent toujours les hommes
du Nord pour les titres nobiliaires ; cette contre avait compt, parmi
ses grands planteurs, plus de gens appartenant la Cour que l'Artibo-
nite, l'Ouest et le Sud. La magnificence de leurs decorations avait vive-
ment frapp l'imagination nave des noirs et continuait encore les
fasciner.
Ds les premiers jours de la revolution, ceux du Cap, dans un con-
ciliabule nocturne tenu la Petite-Guine, avaient proclam un roi don't
le nom ne nous est pas parvenu. Bientt Jean-Franois, chamarr d'un
cordon maonnique auquel suspendait une croix de Saint-Louis, pills
dans quelque habitation, prit le titre de roi; Biassou celui de vicerroi.
Un de leurs lieutenants nomm Macaya refusa, en 1793, le titre de
citoyen gnral, usit dans la Rpublique d'alors, que lui offrait Polvrel
pour mieux le gagner la cause de la libert, en rpondant : Je suis le
sujet de trois rois : du roi de Congo, matre de tous les noirs ; du roi
de France, qui reprsente mon pre, et du roi d'Espagne, qui repr-
senate ma mre (5).
Plus tard, on vit ces mmes hommes donner leurs escadrons les
noms de dragons d'Estaing, de Cond, de la Reine, et faire clbrer au


(1) Vernet (Andr) tait du canton de la Marmelade. Fait Prince des Gonaives,
sous Christophe, il mourut au Cap, le 25 dcembre 1813, l'ge de 72 ans. Il fut
enterr dans l'glise de Sans-Souci.
M. Madiou, tome In, page 160, advance qu'il tait d'une profonde ignorance,
qu'il ne savait ni lire ni crire, qu'il ne signait que son nom. Vernet, au con-
traire, d'aprs de nombreux autographs que j'ai eus sous les yeux aux archives
impriales de France, tait un des hommes les plus capable de son temps, litt-
rairement parlant.
(2) Ce mme dcret, du 28 juillet, levait Romain, Cappois, Vernet, Jean-Louis,
Franois et Grin au rang de gnraux de division. Jusqu'alors il n'y avait que
Christophe, Gabart, Geffrard et Ption qui occupaient ce rang.
(3) Ces gnraux taient, sans le savoir, dans la logique des choses : Le pouvoir
intermdiaire entire le monarque et le people, le plus natural , dit Montesquieu,
Esprit des lois, livre il, chapitre iv, est celui de la noblesse. Elle entire, en quelque
faon, dans l'essence de la monarchie, don't la maxime fondamentale est, point
de monarque, point de noblesse ; point de noblesse, point de monarque ; mais on
a un despite.
Montesquieu eut d ajouter : on un dictateur, quoique dans les temps modernes
on soit difficilement l'un sans l'autre, comme dans les temps anciens.
(4) Christophe, commandant de l'arme, se fit ds lors appeler monseigneur,
quoiqu'il n'y eut pas de nobles.
(5) Pamphile de Lacroix, tome i, page 253.


1805


LIVRE X










PETION ET HAITI


Dondon qui tait en leur pouvoir, par l'abb de la Haye, un service fu-
nbre en mmoire du roi Louis XVI, tandis que ceux de l'Ouest et du Sud
tranchaient du conventionnel et du jacobinisme (1).
Chacun conoit donc la joie des gnraux du Nord la proclamation
d'un Empereur, qui on allait donner les titres pompeux de Sire et de
Majest, et en mme temps le vu manifest par eux de voir crer en leur
faveur des dignits fodales.
VIII. Mais qu'importait l'Empereur, pour lui servir d'intermdiaire
entire le trne et le people, une aristocratie de titres ? N'avait-il pas dj
sous sa main une aristocratie de sabres ?
L'arme, compose de vingt-neuf demi-brigades d'infanterie, de deux
rgiments d'artillerie et de deux rgiments de cavalerie, pouvait monter
quarante mille hommes, sans comprendre les milices. Elle avait de bons
fusils, mais elle tait presque nue. Les broderies tincelantes des gnraux
faisaient ressortir honteusement la misre du soldat. Celui-ci ne recevait
aucune solde, quoiqu'il ft casern ; une simple ration, quand il tait de
garde, voil tout son traitement. Mais tel tait l'empire de la discipline,
qu'on n'entendait jamais le moindre murmure.
IX. Alors que l'Empereur refusait au soldat la paie qui lui tait due,
les caisses publiques regorgeaient de finances, incessamment dvores
par de lubriques courtisanes don't une est reste clbre par ses scanda-
leuses prodigalits (2). C'tait une griffone nomme Euphmie Daguilh :
depuis elle fut Mme Bellefleur-Lacoude (3). On est aujourd'hui se
demander comment l'Empereur, qui avait la plus belle et la plus ver-
tueuse femme noire qu'on et pu voir (4), pouvait descendre jusqu'
prodiguer son amour des femmes aussi peu attrayantes que
Mlle Euphmie (5).
C'est que l'Empereur, tout roi ravageur qu'il pouvait tre, avait
la fibre de la reconnaissance. Quand, aprs la guerre sacrilge, il vint aux
Cayes pour la premiere fois, en 1800, il fut pris d'une violent fivre.
Mlle Euphmie passa de longues nuits son chevet ; de ces soins prodi-
gus naquit une liaison qui fut sincere de part et d'autre, sinon morale.
Au demeurant, Mlle Euphmie avait suivi l'Empereur lors de la cam-
pagne de Santo-Domingo ; elle avait pans nos soldats avec un vritable
dvoment. L'Empereur avait donc plus d'un motif qui dt l'attacher
cette dame.
X. A l'exemple du matre, beaucoup d'officiers suprieurs poussaient
la promiscuit jusqu'au scandal de la publicity, la galanterie jusqu' la
violence du crime.
Tout tait fait pour favoriser la dpravation : les enfants adultrins
pouvaient tre avous et reconnus ; ils pouvaient participer comme les
enfants lgitimes, tous les bnfices patrimoniaux.
Ce n'tait plus le temps du gouverneur Toussaint-L'Ouverture, temps
de saints messes, de communions mystiques, de psaumes bibliques, de
divines extases, enfin.
Le souverain et tous les personnages officials de son rgne profes-
saient la plus profonde indifference en matire religieuse. On vit le
souverain prendre un simple chantre noir, l'lever la prtrise et lui

(1) Voyez Vie de Toussaint-L'Ouverture, par Saint-Rmy.
(2) Ses frais de reception, pendant un sjour de l'Empereur aux Cayes, montrent
jusqu' 1.000 gourdes par jour, soit, 5.000 frs.
(3) Le mme colonel qui, aux Cayes, fit pendre l'infortun Gatereau.
(4) L'Impratrice vit encore ; quoique accable sous le poids de l'ge, et bien
que dans un tat voisin de la misre, chacun de ses jours continue tre marqu
par une bonne auvre. J'eus l'honneur de l'approcher en 1843, et de contribuer lui
faire voter une pension par un gouvernement reparateur.
(5) Morte vers 1834.


1805












donner la cure de Saint-Marc (1). Les offices du prtre de nouvelle
fabrique attirrent les fidles autant que les offices des autres prtres plus
ou moins orthodoxes du pays. Tant les Hatiens sont faciles gou-
verner Il ramassa force cus en disant des petites messes basses, en
ondoyant les nouveau-ns, en faisant des enterrements. Il et pu aussi
procder des crmonies bien plus augustes !
Heureux temps que celui-l temps de tous les plaisirs grossiers :
pas un jour sans festin, pas une nuit sans bal. On buvait jusqu' satit
pour se livrer ensuite a la danse la plus chevele.
L'indigne (2) affubl de pantalons de nankin, sur le pont
desquels flottaient souvent, aux deux extrmits, de lourdes chanes d'or
ornes de plus lourdes breloques, la tte attife d'un mouchoir de Madras,
sur lequel tait juch un norme retap en cuir bouilli, tait alors dans
toute sa floraison ; le son du violon se faisait-il entendre dans n'importe
quelle intimit social, la premiere venue canaille paulette y pnetrait
sans se gner, d'o le nom d'indigne sans gne que chacun portait car-
rment.
XI. Quels que fussent ses principles de dignit, on ne pouvait pas
toujours se soustraire l'entranement gnral.
On raconte qu'un des lieutenants de Ption, le gnral Germain,
commandant l'arrondissement du Port-au-Prince, donna un barbaco (3)
sur l'habitation Caradeux, don't il tenait la ferme. Ption tait des invits.
Le repas tait termin. On s'tait parpill par groups dans la prairie.
Germain, plein d'une grossire gat, riant et excitant les autres rire,
arrive enfin au group o se trouvait Ption : une bouteille la main, il
offre boire Mlle Joute, la compagne du gnral. La dame refusa. Le
curieux amphitryon ne croit devoir mieux lui continue sa galanterie
qu'en maculant sa robe de vin.
Ption, peu habitu ces grossires familiarits, que l'ivresse mme
ne saurait excuser, ordonna d'atteler de suite sa voiture et rentra en
ville, l'tonnement de Germain, sans daigner mme entendre sa justi-
fication.
On raconte encore de ce Germain, qu' un bal donn par Ption, le
commandant Lys venait de demander un carabinier (4), quand Germain
demand le menuet ; de l une vive discussion qui mit fin aux plaisirs
que les uns et les autres se promettaient.
Ption, satisfait de l'attitude de Lys, ne crut pas devoir, non plus
cette fois qu'au barbaco, s'expliquer avec le gnral; d'ailleurs, on ne
s'explique jamais qu'avec ses amis ou des hommes que la civilisation a
polics.
Toutes ces licences taient dans les meurs de l'poque ; quoi et
about l'exercice de l'autorit don't Ption tait invest ? donner Ger-
main une importance don't il n'tait pas digne, occasionner dans la
cit des querelles, le trouble, la dsunion, toutes choses devant lesquelles
Ption avait toujours rpugn.
Mais, pour terminer le chapitre des ftes, coutons M. Madiou (5).
La scne se passe au Cap, la clbration de la fte de l'Empereur.


(1) Ce chantre, ancien tambour-major, s'appelait Flix. Voyez Histoire d'Haiti,
par M. Madiou, tome ii, page 133.
(2) Les noirs et les jaunes d'Haiti, qui ne sont en ralit que des transplants
d'Afrique ou des descendants de ceux-ci et de transplants d'Europe, prirent par
extension la dnomination d'indignes ; ds lors les noirs et les jaunes des autres
Miles furent les seuls connus sous le nom de transplants.
(3) Fte champtre.
(4) Cette danse est un mlange du fandango espagnol et de la contre-danse
franaise. Elle prit naissance aprs Ia march de Santo-Domingo.
(5) Histoire d'Haiti, par M. Madiou, tome nI, page 234.


1805


LIVRE X










PETION ET HAITI


Le palais fut magnifiquement illumin de feux aux couleurs diverse.
De nombreuses dames y arrivrent, accompagnes des officers de
l'tat-major de l'Empereur et de celui du gnral Christophe. Un
orchestra compos de nombreux jeunes gens du Cap, que Christophe
enthousiasmait par l'clat de son imagination, fit retentir les apparte-
< ments d'une musique harmonieuse et brillante, et S. M. l'Empereur
ouvrit le bal par un rond de carabinier. Nos jeunes filles excitrent la
plus vive admiration des trangers par leur beaut, leurs grces et leur
mise lgante. L'Empereur qui aimait la danse avec passion, s'y livrait
avec dlice ; il tenait la main gauche dans son gilet et sautait sur un
pied. Le gnral Christophe, qui ne prenait pas part aux plaisirs de la
danse, se tenait isol, grave, portant un habit bleu de ciel garni d'or,
et ayant une attitude belle et fire. Pas un des gnraux n'tait aussi
brilliant que lui. Il promenait sur toute la socit bondissante des
regards svres. Tout coup l'Empereur fit un saut et s'tendit ensuite
presqu' terre, aux genoux de sa danseuse. La musique rptait le
refrain : L'Empereur, vini voir Couloute danser (1). Dessalines, don't
les yeux tincelaient tait ivre de plaisir. Christophe dit assez haut
pour tre entendu d'un gnral qui se tenait prs de lui : Voyez S. M. !
n'est-il pas honteux que nous ayons notre tte un tel sauteur?
Pauvre Christophe son puritanisme ne saisissait que le ct fac-
tieux du rgime imperial ; le ct politique lui chappait compltement.
- Qu'importait que le roi s'amust ?...
XII. Mais l'Empereur avait accept le terrible apostolat du despo-
tisme ; tout se ressentait de ses volonts ; nul ne pouvait exercer le com-
merce extrieur qu'en vertu de lettres patentes ; encore taxait-il lui-mme
le prix des denres, et le droit d'en trafiquer n'tait accord qu' des
privilgis. Voil comment tait compris le principle de la libert des
transactions.
Si de l nous portions nos regards sur le systme intrieur, nous
voyons les cultivateurs ramens un regime aussi dur que celui de l'escla-
vage ; les inspecteurs sont d'inexorables commanders, non plus arms
de fouets, comme sous les colons, mais de btons, comme sous Toussaint.
Aussi les habitations des gnraux ne le cdaient en rien aux plus
belles habitations du temps des colons. Le gnral Germain-Frre (2)
tait notamment la terreur de la plaine du Cul-de-Sac; on le vit d'une
heure six du matin faire couper une pice de cannes, la faire rouler,
convertir en sirop et en sucre, don't il fit les honneurs au ministry Vernet
son premier caf Jamais un colon n'avait os un pareil rsultat (3).
Et dans les villes, des patrouilles ramassaient des citoyens qui avaient
depuis longtemps perdu l'habitude des champs, pour les forcer d'y retour-
ner, au mpris des nouvelles industries auxquelles ils s'adonnaient.
C'tait renouveler les lois de Toussaint et de Leclerc. L'Empereur voulait
mme limiter le nombre de domestiques de chaque maison ; de l l'occa-
sion de nombreuses vexations.
XIII. On s'arrte difficilement sur la pente du mal, l'Empereur commit
des injustices, mme l'gard des trangers qui avaient rendu des ser-
vices son pays. On le vit luder des contracts solennels. C'est ainsi
qu'aprs avoir achet de M. Lewis de la poudre et des armes feu, il


(1) Empereur, venez donc voir danser Couloute.
Couloute, dit M. Madiou, tait une des mattresses de l'Empereur.
(2) Germain, dit Frre, parce qu'il avait appartenu l'habitation de ce nom,
situe aux environs du Port-au-Prince, se trouvait, l'arrive des Franais, capitaine
du 1er bataillon de la 3' demi-brigade commande par Lamartinire. Il abandonna
le poste de Sibert et vint immdiatement fair, sa soumission au inral Boudet.
Lettre d'Andrieu, du 7 prairial an x (27 mai 1802) au gnral Pamplile de Lacroix.
(3) Histoire d'Haiti, tome iI, page 364.


1806












leva de nombreuses difficults pour le paiement dfinitif de ces acquisi-
tions, Ption qui avait t l'intermdiaire du march, intervint inutile-
ment en faveur du crancier. Bien plus, ce dernier reut l'ordre de quitter
le pays et de n'y jamais reparaitre.
Le vol tait flagrant; mais pour l'honneur du nom hatien, Ption
s'empressa de le rparer en parties :
Port-au-Prince, le 20 janvier 1806.
Le gnral Ption M. Jacob Lewis, ngociant amricain.
Je suis on ne peut plus pein, monsieur, des entraves que vous
prouvez pour obtenir le paiement de ce qui vous est d par l'Etat ;
si j'avais moi-mme les moyens de payer cette dette, j'aurais eu, je vous
le jure, la plus grande satisfaction le faire, et si j'prouve un regret
dans cette circonstance, c'est de n'avoir pas t mis mme par la
fortune d'effectuer en mon particulier la liquidation de la some
qui vous est due.
Nanmoins, je vous offre, monsieur, ce qu'il est en mon pouvoir
de faire pour vous ddommager un peu, et que je vous prie instamment
de ne pas refuser, c'est d'accepter la rcolte de caf qui me revient
d'une habitation que j'ai dans l'arrondissement de Jacmel. Vous pouvez
donc envoyer un btiment dans cet endroit recevoir cette denre que
j'ai ordonn de tenir votre disposition.
L'attachement que je porte a mon pays est le motif qui me dter-
mine vous faire cette offre, et la haute estime, monsieur, que j'ai pour
vous y a beaucoup contribu.
J'ai l'honneur de vous saluer,
PTION.

Ne semble-t-il pas voir surgir de cette page comme un parfum des
plus hautes vertus de l'antiquit ? Quelles annales nous ont jamais
prsent un citoyen payant de ses deniers les dettes de l'Etat ?
En vain remontons-nous la vieille Rome, l'ancienne Grce ; en
vain, par la pense, portons-nous nos pas chez ces peuples grands par le
patriotism, grands par le dvoment ; pas une clameur lointaine ne
vient nous rvler un trait pareil C'est que si Christophe savait se
moquer des danses de l'empereur, Ption savait rparer l'oubli que S. M.
faisait de sa propre dignit. Et voyez toute la dlicatesse que Ption met
dans ses expressions : S'il est guid par l'attachement qu'il porte son
pays, par la haute estime qu'il professe pour M. Lewis, il ne prie pas moins
ce dernier d'agrer, comme une faveur faite lui-mme, sa rcolte de
caf.
L'Amricain, presqu'indigne d'un procd aussi gnreux, en bon
Yanke, ne recula pas d'admiration devant l'offre magnanime qui lui
tait faite (1). Mais ce qui doit doubler, en cette circonstance, le mrite
du gnral Ption, c'est que, pour avoir os payer ce qui n'tait d que
par la chose publique, il s'exposait tout le courroux de l'empereur ; les
eunuques s'effraieraient devant de telles considerations ; mais les hommes

(1) A preuve que M. Lewis tait indigne de l'acte si gnreux de Ption, c'est
qu'aprs la mort de ce grand homme, prsumant que les guerres civiles avaient fait
peut-tre oublier les circonstances de cette affaire, il fit des rclamations en 1822,
sous le gouvernement du gnral Boyer. Il ne s'agissait de rien moins que de la
rptition d'une some de 132.781 gourdes 67 centimes 660.900 et tant de francs.
Une commission, nomme cet effet, n'attribua l'indigne compatriote de Washington
que 11.780 gourdes 11 centimes, 189.000 et tant de francs, qui mme n'taient gure
dues. Voyez Pices relatives au rglement fait par le gouvernement de la Rpublique
d'Haiti, sur les rclamations de M. Jacob Lewis, de New-York. Port-au-Prince, bro-
chure in-8a.


1806


LIVRE X











PETION ET HAITI


de bien ne craignent pas de s'exposer aux coups que peut leur porter
l'injustice dans sa toute-puissance.
XIV. Voltaire a dit :
Quand Auguste buvait la Pologne tait ivre.
Cette parole du patriarche de Ferney, pour tre banale aujourd'hui,
ne prouve pas moins que les peuples ne sont que ce que les font les
gouvernements. Quand on voit l'Empereur luder les engagements les
plus saints, tandis qu'il dilapide et laisse dilapider les caisses publiques
par ses mattresses, on ne peut s'tonner des vols que commettait son
entourage. On l'entendait bien quelquefois se plaindre du dbordement
de la corruption ; mais il est dilficile un chef qui donne l'exemple de
ce dbordement de parvenir le rprimer.
Invoquons Vastey (1), don't le tmoignage n'est pas suspect ; il cri-
vait en 1819, sous le rgne du roi Christophe, qui, alors, tait loin de
vouloir le dnigrement de l'empire:
Un dsordre gnral eut lieu dans l'empire ; les finances dsorga-
nises ; les troupes sans paie et sans habillements ; la verification des
titres de proprit pousse l'extrme sans un just examen ; la corrup-
tion des gens qui occupaient les functions les plus minentes; un mcon-
tentement gnral qui se manifestait sourdement dans le people et
l'arme, menaaient l'Etat d'une subversion prochaine...
... L'Empereur n'apportait aucun remde ces maux; il les igno-
rait compltement; il tait aveugl par la prosprit et les flatteurs;
ses alentours qui lui cachaient les gmissements du people, ces vils
flatteurs, ces hommes corrompus et mchants ne s'occupaient que de
a futilits, de danses, de bagatelles, d'intrigues, de femmes. Ils taient
bien loigns de vouloir lui donner des conseils salutaires qui pouvaient
lui faire ouvrir les yeux sur sa situation, le sauver du pril qui le
menaait et consolider son gouvernement. L'Empereur se jetait lui-
mme dans le pige que lui tendaient ses ennemis, qui l'entranaient
< ngliger ses devoirs et commettre des actions indignes de lui, pour
lui faire perdre l'amour et la vnration du peuple, et tre immol
ensuite avec plus de facility (2).
Ajoutons ce tableau que Vastey tait lui-mme de ces hommes cor-
rompus et corrupteurs contre lesquels il vient de fulminer dans cette
page (3).
Mais voici venir les mmes accusations formules, s'il est possible de
le dire, avec plus d'accentuation, par un autre organe official de Chris-
tophe lui-mme (4) :
Dans le court space du rgne de J. J. Dessalines, il y eut un rel-
chement gnral dans les diffrentes branches du gouvernement ; TOUT
SE DMORALISA, et l'esprit de dbauche et d'indiscipline que nous
avions pris dans les camps avec les Franais acheva de corrompre
< totalement nos meurs (5) ; l'inhumanit, le pillage, le jeu, la dbauche,
(1) Vastey, don't nous avons dj cit quelques passages, tait un quarteron de
la Marmelade. Il prit dans la reaction qui suivit la mort de Christophe en 1820.
(2) Essai dj cit, pages 54 et 55.
(3) Si le caractre de Vastey avait t aussi honorable que ses talents furent
" remarquables, il et mrit notre admiration. Mais il n'en fut pas malheureu-
segment ainsi.Son orgueil, sa duplicit et sa bassesse, le rendaient tout d'abord
mprisable et odieux. Il trompait toutes les fois qu'il en trouvait l'occasion et se
vantait aprs de sa fourberie... Voyez Harvcy, Sketches of Hati, pages 223 et
suivantes.
(4) Voyez Gazette Royale d'Haiti, du 27 aot 1816, n- 21, l'article : Coup d'oeil
politique sur la situation actuelle du royaume d'Hati.
(5) Le gnral Grin vient ici l'appui du publiciste don't nous citons les paroles :
il dit dans sa lettre en date du 23 octobre 1806, adresse au chef d'escadron Racolier,
commandant provisoire des Cayes, lettre imprime dans la nmme ville avec la rponse
des habitants : Tel fut toujours l'esprit public, depuis que des Franais vicieux
ont, en fuyant, laiss l'exemple de leurs vices dans ce pays.


1806










LIVRE X


le libertinage, LES PASSIONS LES PLUS EFFRNES, nous agitaient
< et se montraient dcouvert. >
XV. Dessalines, malgr les vices de son administration, eut cela de
bon, qu'il tenait cour d'effacer dans son pays les vains prjugs de la
couleur, qui sont encore la plaie des Antilles. C'tait pour y parvenir
qu'il prchait continuellement l'union du noir et du multre comme
le palladium de notre Indpendance national, comme la garantie de
notre prosprit intrieure, de notre march vers la civilisation.
C'tait pour parvenir cette union si desirable, si politique sous
tous les rapports, qu'il songea faire entrer Ption dans sa famille.
L'Empereur vint donc au Port-au-Prince. Il proposal en personnel la
princess Climne au gnral, princess aussi belle et distingue que
Mme l'Impratrice, sa mre. Mais fiance au capitaine Chancy, neveu de
Toussaint, alors que le Premier-des-Noirs tait dans l'clat de sa puis-
sance et que nul ne prvoyait qu'il dt en dchoir, elle avait succomb
son virginal amour.
Depuis, Chancy, dport pour la France par le gnral Leclerc, avait
trouv le moyen de s'en vader. Dbarqu au Port-au-'Prince, il entra
l'tat-major de Ption. Celui-ci cherchait par l honorer un grand cou-
rage dans ce jeune homme et une grande infortune dans le Premier-des-
Noirs.
L'histoire de Ption fourmille de pareils actes, don't malheureuse-
ment on ne trouve pas souvent le parallle dans l'histoire de la plupart
de ses contemporains.
Chancy avait avou son gnral les liaisons qu'il avait eues avec
la princess, l'poque de la domination de son oncle, liaisons qu'il avait
continues depuis sa rentre dans le pays, la faveur des frquents mes-
sages don't il tait charge par ce gnral prs de l'Empereur. Mme dj
la sant de la princess s'en ressentait.
D'autre part, Ption n'avait pas renonc la resolution prise en 1789
de ne jamais se marier (1) ; et de ce qu'il n'avait pas renonc cette
resolution, s'ensuivit-il que, devenu un des principaux personnages poli-
tiques de son temps, charge ds lors de tracer l'exemple des bonnes
moeurs, il et d vivre dans un concubinage honteux, quand la plupart
de ses compagnons d'armes, l'Empereur, Christophe, Vernet, Gabart, Cler-
veaux, Geffrard, Frou, Jean-Louis Franois, Grin, taient lgitimement
maris ?
S'il est vrai que ces derniers ne respectaient pas assez leurs femmes,
puisqu'ils entretenaient une multitude de filles perdues, du moins rien
que les unions lgales et religieuses qu'ils avaient contractes tmoi-
gnaient d'un certain respect et d'une certain dignit de leur position
social.
Et quelle tait cette concubine laquelle Ption avait li son sort
domestique ? Mlle Joute-Lachenais, fort belle multresse, du reste, mais
qui ne sut pas toujours respecter le sourire de son protecteur, et prodigua
le sien propre toutes les trahisons de l'amiti (2) !
Ption dclina donc l'honneur que lui faisait l'Empereur, allguant
qu'il n'avait pas de vocation pour le marriage, et qu'un vieux garon
faisait rarement un bon poux.
XVI. On comprend quel dut tre le dsappointement de l'Empereur.
Nanmoins, cette fois, en sage, il sut dissimuler les sentiments qui l'agi-

(1) Voyez tome i, page 38 du mme ouvrage.
(2) Mlle Joute-Lachenais tait de l'Arcahaye. Laraque, colon, un des plus impla-
cables ennemis des multres, fut son premier amant ; de l'intimit du gnral Dupuy
elle passa dans celle de Ption. Le president Boyer l'pousa la Jamaique, ou elle
mourut, aprs en avoir fait son tour sa concubine pendant les vingt-cinq annes
de son administration.










PETION ET HAITI


talent et respecter les convictions d'un de ses semblables. Mais quand, de
retour Marchand, le bruit lui parvint que Mlle Climne tait enceinte,
il envoya ordre d'arrter Chancy. Cet officer fut mis aux cachots du
Port-au-Prince. Il devait tre escort le lendemain Marchand. Il n'igno-
rait par les tortures et la fin ignominieuse qui l'y attendaient. Il fit deman-
der son gnral une paire de pistolets. Ces armes lui furent envoyes,
et dans la nuit le malheureux neveu de Toussaint-L'Ouverture se fit sauter
la cervelle.
L'Empereur et pu empcher cette catastrophe en unissant sa fille
celui qu'elle aimait. Nissage Saget, en qui il avait confiance, lui avait
vainement conseill ce parti. Mais Toussaint-L'Ouverture n'tait plus !...
Ption venait de donner coup sur coup deux preuves manifestes de
la fermet de son caractre : la premiere, en dclinant l'honneur d'entrer
dans la famille impriale ; la second, en osant envoyer son aide-de-
camp des pistolets. Combien d'autres, cette poque, eussent os mme
avoir l'air de dplaire un souverain aussi redoutable que Dessalines ?
XVII. Celui-ci, de son ct, rveur et soucieux, ne dansait plus depuis
quelque temps. Quand un chef d'Etat ne maintient son autorit que par
la force, il finit lui-mme par perdre la paix de l'me ; l'Empereur savait
bien que sa conduite lui alinait l'opinion des hommes de bien, mais il
ne faisait rien pour gagner le terrain qu'il perdait chaque jour ; entire-
ment livr aux conseils de Mentor, qui avait supplant Boisrond dans son
intimit, il suspectait tous ses anciens lieutenants ; Ption, avec qui il
avait conu le project de l'Indpendance ; Geffrard, qui lui avait ouvert
l'entre du Sud ; Christophe qu'i! avait lev au commandement de son
arme ; Cappois, don't il avait jadis honor le courage, tout lui portait
ombrage ; on augmentait dessein son inquitude. Boisrond lui annona
que Rigaud s'tait vad de France et allait reparatre en Hati. Cette
seule pense le faisait frmir. Il s'imaginait tre dj dpouill de son
autorit. Il ne rva plus que conspirations ; et de fait il en existait une
contre lui : elle tait dans les htels de ses gnraux, dans les casernes
de ses soldats, dans les chaumires de ses sujets ; elle tait partout. La
trame de cette conspiration se trouvait principalement dans les mains
de Geffrard et de Christophe, qui Bruno Blanchet servait d'interm-
diaire.
Mais Geffrard vint mourir le 13 mai 1806 : Hun hun (1)!
s'cria Dessalines, la mort a t plus prompted que moi (2)
Exclamation horrible Et quelle scurit les citoyens pouvaient-ils
attendre sous un prince toujours dispos empiter mme sur le
domaine de la mort naturelle ?
XVIII. On conoit qu'en des circonstances aussi calamiteuses,
Ption dut chercher se faire oublier autant qu'il tait en son pou-
voir. D'ailleurs, il est des temps o il ne faut remplir que le devoir
strict, car les conseils mme les plus dsintresss ne sont-ils pas
alors sujets des interpretations dangereuses pour ceux qui les don-
nent et sans profit pour la chose publique ?
Temps affreux que ceux o l'honnte homme est oblig de refou-
ler dans le for de son me les movements les plus sublimes du patrio-
tisme ; o, condamn gmir, il ne peut exposer au grand jour ce qu'il
juge tre utile au bien de l'Etat et la gloire du prince !
Ption, malade, cette poque, de douleurs rhumatismales (3),

(1) Exclamation qui tait trs familire Dessalines.
(2) C'est tort que dans une des annotations des Mmoires de Toussaint-L'Ouver-
ture, j'ai fait prononcer cette pouvantable oraison sur la tombe de Gabart.
(3) Il avait contract ces douleurs en 1802, dans les montagnes si humides du
Nord. Elles lui avaient empch de faire la march qui entrana l'vacuation du
Cap.


1806












vivait loign plus que jamais des intrigues de la ville et de la cour.
Et de ce que tous les jours il allait pied au Carnage (1), vtu d'un
simple habit bourgeois (2), soutenant sa march l'aide de bquilles,
Boisrond disait qu'il jouait le rle de Sixte-Quint (3). Mais qu'impor-
taient Ption ces insinuations perfides d'un homme don't tout le
monde connaissait la mchancet ?
XIX. Surtout la funeste measure de la verification des titres de pro-
prit ajoutait chaque jour l'impopularit du gouvernement imperial.
Par suite de l'vacuation de l'arme franchise et de la rvoca-
tion de l'dit du Cap, beaucoup de biens-fonds avaient t runis au
domaine public. Beaucoup aussi avaient pass en des mains tierces
titre de legs, de vente ou de donation entre-vifs.
Mais la terreur rpandue parmi les blancs ds la prise d'armes
(les indignes, et surtout depuis la fameuse proclamation du 1"e jan-
vier, n'avait pu laisser aux testateurs, vendeurs et donateurs, la libert
d'esprit ncessaire la morality d'aucun acte civil. D'ailleurs,
une cause de nullit beaucoup plus grave rsultait de l'intention
manifeste des unes ou des autres parties de frustrer l'Etat les for-
tunes territoriales que les vnements accomplish devaient, dans leur
inflexible logique, lui faire revenir de droit.
Or, l'Empereur, n'tant encore connu que sous la denomination
de gouverneur-gnral, avait, le 7 fvrier 1804, ordonn la rentre de
tous les biens de cette origine au domaine public ; et pour parvenir
cette fin si just, les administrateurs n'avaient besoin que de se
rfrer la date des contracts pour maintenir ou rejeter les prtentions;
jamais operation cadastrale n'avait t de si facile execution. Mais,
malheureusement, l'Empereur avait aussi ordonn, par le mme acte,
le renvoi en possession de leurs propres biens des propritaires
indignes qui rsidaient dans les villes et bourgs au moment de la
rentre des armes indpendantes, sans doute parce que ces indi-
gnes taient plus particulirement dtenteurs des domaines que l'Etat
voulait rcuperer. Le renvoi impliquait verification des titres. -
La disposition tait superftative ; elle ouvrait, de plus, le champ
l'arbitraire des bureaux, la complaisance, la connivence et la
vnalit des commis.
Dj cet examen avait soulev un grand mcontentement dans
le Nord et l'Artibonite; il en avait aussi soulev dans l'Ouest ; il devait,
dans le Sud, fair clater e tonnerre.
XX. Enfin, l'Empereur part pour cette dernire province, en con-
tournant la pninsule par Miragoane, aprs avoir visit Jacmel (4).
Partout, sur son passage, il fit brler toutes les coupes de bois de cam-

(1) C'tait pour diriger la construction d'une golette, don't, habile qu'il tait
dans tous les arts, il avait trac lui-mnme le plan et qu'il appela l'Indien. L'lgance
de ce yacht le disputait la finesse de sa march. Il servait transporter au Port-
au-Prince les denres d'une habitation que Ption avait l'Arcahaye. Celui-ci
faisait mouiller d'habitude l'Indien en face de la maison qu'il occupait sur les quais.
Quelquefois, dans les fortes chaleurs, il y passait la nuit pour respirer la rise
bienfaisante du soir. M. Madiou, tome iii, page 260, insinue tort que c'tait pour se
tenir sur ses gardes contre quelque guet-apens de la part de Germain Frre styl
par l'Empereur.
(2) Entre tous les gnraux de l'empire, Ption'fut toujours le plus dbonnaire
et le moins fastueux.
(3) Flix-Franois Perretti, connu sous le nom de Sirte-Quint, s'leva, malgr
la plus base extraction, aux honneurs de la papaut, en feignant des infirmits qui
le foraient prendre bquilles, et qui menaaient de l'emporter chaque instant.
Ce n'est qu'au moment de son intronisation, en 1582, qu'il rejeta au loin ses bquilles,
en s'criant dans l'exaltation de sa joie : Ego sum papa
(4) C'est en passant dans cette ville qu'il ordonna la mort de Thomas Thuat,
ngociant anglais, qu'on lui avait dnonc come entretenant une correspondence avec
le gnral Fcrrand, Santo-Domingo.


1806


LIVRE X










PETION ET HAITI


pche entasss le long des rivages pour l'exportation: c'tait dans
la pense de rappeler les cultivateurs l'exploitation de la canne
sucre et du cafier. Mais ce n'tait pas moins commettre un atten-
tat flagrant contre tous les droits du travail. Cet empereur tait-il
donc le matre des hommes et du sol, pour leur imposer le genre de
culture qu'il convenait sa volont ?
N'en dplaise des ides prconues, si le noir du Sud se livrait
cette poque avec un certain entrain la coupe du campche, c'est que
ce bois tinctorial tait en faveur sur les marchs des Etats-Unis. -
Et encore, n'y avait-il pas des moyens plus moraux pour raviver la
splendeur des anciens domaines coloniaux ? Des droits prohibi-
tifs l'exportation n'eussent-ils pas atteint plus directement et bless
plus mortellement l'industrie qu'on voulait atteindre ?
Le despotisme ne raisonne pas : quand il ne frappe pas l'homme,
il frappe l'euvre. Mais frapper l'un ou l'autre, n'est-ce pas frapper tous
les deux?
C'est travers l'incendie des coupes de bois des malheureux culti-
vateurs du Sud que l'empereur fit son entre Jrmie.
Il avait laiss M. Inginac au Port-au-Prince pour continue la
verification des titres de proprit. Il charge M. Lhrisson de la
mme mission Jrmie.
Un dmon semblait le pousser sa ruine. Toujours irrit sans
savoir de quoi et contre qui, il traversait un jour la place d'Armes de
cette ville, qui ne croyait avoir rien se reprocher. Des citoyens
inoffensifs causaient : rien de plus nature, dans tous les pays, que de
se runir quand le premier magistrat de lEtat se trouve dans la loca-
lit : quand donc, s'cria-t-il, ces conspirateurs se soulveront-
ils (1) ?
XXI. Huit jours s'taient couls Jrmie, huit jours de bals,
de luxures amoureuses et de spoliation. Le 21 aot (2), l'empereur
tait aux Cayes, aprs avoir continue de ruiner les cultivateurs du
Midi de la Pninsule, en faisant brler toutes leurs coupes jusqu'
Torbeck.
Le gnral Moreau, commandant provisoirement la division, s'em-
pressa de le confirmer dans la crainte que Boisrond lui avait suggre
de la prochaine arrive d'Andr Rigaud, et dans celle de la cons-
piration forme par Geffrard et Christophe. Des recherches furent
ordonnes dans les papers de Geffrard. On dit que des mains amies
firent disparatre de ces papers tout ce qui pouvait compromettre
les impliqus.
Il fallait cependant une vengeance, quelle qu'elle ft, Sa Ma-
jest : Elle s'arrta purilement perscuter la mmoire de Geffrard. -
Nagure il avait lev, en passant l'Anse--Veau, de simples guides
de Jean-Louis Franois au rang d'officiers ; ici, aux Caves, il fit ren-
trer comme simples soldats dans la 17" demi-brigade les secrtaires
de Geffrard. Poussant plus loin le poids des iniquits, voyant partout
des ennemis contre lesquels il fallait svir, il dsorganisa la garnison,
en faisant passer sans motif plausible des officers d'un corps o ils
avaient conquis leurs grades, a un autre corps auquel ils taient com-
pltement trangers. Il donna enfin une loi du 16 juin, qui dfen-
dait de btir des guildives sans une permission signe de sa main (3),
une rtroactivit telle, qu'il fit dmolir de ces tablissements qui dataient


(1) M. Madiou, tome ii, page 276.
(2) Ephmrides de M. Bergeaud pre.
(3) Voyez Recueil des lois et actes du gouvernement d'Haiti, tome I, page 133.


1806










LIVRE X


de dix ans (1). Il destitua plusieurs fonctionnaires sans raison apparent.
Il fit examiner les titres de proprit plus rigoureusement encore
qu'ailleurs. Cet examen, la tte duquel il avait plac M. Inginac,
directeur des domaines de l'Ouest, mand tout expressment du Port-
au-Prince, surexcita avec raison l'animadversion publique.
M. Inginac tait de ces hommes infodables tous les systmes:
toujours dispos outrer le zle, il mit une telle rigueur, disons plus,
une telle injustice dans ses operations, que s'il avait pris tche d'ajou-
ter la dpopularisation du gouvernement imperial, il n'et pas mieux
russi.
XXII. L'Empereur quitta le Caves le 8 septembre (2), en crivant
M. Inginac de demander l'exhibition de tous les titres de proprit
relatifs aux maisons, qui avaient t dj remis, pendant son sjour
en cette ville, pour confirmer les propritaires en possession d'icelles.
M. Inginac devait vrifier ceux qui n'avaient pas encore t remis,
s'assurer des vritables propritaires, et les renvoyer en jouissance,
s'il y avait lieu (3).
C'tait jusque-l bien simple et bien clair. Mais le domanier
devait aussi remettre aux domaines de l'Etat les proprits don't
les titres lui eussent paru illgaux. Quelle latitude laisse
un seul homme !
Et comme l'Empereur avait ordonn l'adjudant-gnral Papa-
lier, commandant de l'arrondissement, d'appuyer le vrificateur de
la force des baonnettes et des bouches feu (4), M. Inginac, qui
l'Empereur avait promise le titre de grand-officier de l'empire et de
contrleur-gnral de toutes les operations administrative (5), ne
crut devoir garder dans sa conduite aucune measure, aucune prudence.
Il spolia beaucoup d'habitants don't les titres patrimoniaux avaient
t perdus dans les orages de la revolution, quoique ces habitants
eussent possd jusqu'alors sans interruption et titre non pr-
caire (6).
M. Inginac alla encore plus loin: il anantit ceux des titres
qu'il trouvait irrguliers, quoiqu'ils eussent t la plupart dj sanc-
tionns par l'Empereur (7).
Fallait-il davantage pour porter les hommes du Sud une explo-
sion ? Pourquoi toutes ces measures provocatrices ?... Il y avait
un project affreux si bien combin, que l'Empereur, en remontant dans
l'Ouest et s'arrtant au Petit-Gove, dit Lamarre, qui commandait
la 24" demi-brigade, et don't il connaissait le dvoment sa personnel :
Mon fils, tiens en bon ordre la 24' ; avant longtemps j'aurai besoin
de toi pour descendre dans le Sud, parce que, d'aprs ce que je viens
de leur faire, s'ils ne s'insurgent pas, ils ne sont pas des hommes (8).
XXIII. Le 16 septembre, l'Empereur tait de retour au Port-au-
Prince, continuant soulever l'orage qui devait l'engloutir ; car s'il
n'aimait pas les habitants du Sud, il aimait peu les habitants de

(1) Notes manuscrites sur les vnements qui ont suivi et prcd la mort de
Dessalines, par M. Glzil, alors capitaine quartier-maitre au 13e regiment, mort juge
au tribunal civil des Cayes. Il est permis un gouvernement d'exproprier fin
de demolition, mais moyennant indemnit, comme 'tablit si bien M. Marion, fils
du gnral du mme nom, dans son Eloge historique de Ption. Port-au-Prince, impri-
merie de Mullery, 1856.
(2) Notes prcites de M. Glzil.
(3) Histoire d'Hlati, par M. Madiou, tome in, page 286.
(4) Id. id. id. id.
(5) Id. id. id., page 285.
(6) Notes prcites de M. Glzil.
(7) Histoire d'Hati, par M. Madiou, tome ni, page 294.
(8) Notes prcites de M. Glzil.










PETION ET HAITI


l'Ouest. Il avait prcdemment pass quelques jours Jacmel. L,
il avait congdi neuf cents hommes des 22e et 23e demi-brigades. Il
avait donn ordre l'adjudant-gnral Lacroix (1) de recomplter
ces deux corps et de lui venir prsenter les contrles son retour du
Sud.
Lacroix n'avait pu recruter que six cents hommes, tant la guerre
civil avait largement moissonn la population dans l'arrondissement
de Jacmel Sa liste fut prsente Borno-Dlart. Sur l'observation
qu'elle ne s'levait pas au chiffre prescrit : Comment euss-je pu y
arriver ? rpondit Lacroix. L'arrondissement de Jacmel n'a-t-il pas
t dpeupl sous le rgne de Toussaint ? L'Empereur lui-mme
ne doit pas l'ignorer, puisqu'il commandait cette arme.
Mais Lacroix avait oubli qu'il s'adressait un des tratres qui
avaient honteusement abandonn cette mme place de Jacmel en 1799,
alors qu'elle tait assige par Dessalines. Le propos fut rapport et
envenim par Dlart. L'Empereur se dirige avec rage vers l'adju-
dant-gnral; il clate. Chacun tremble comme pour soi-mme. L'or-
dre est donn de conduire l'adjudant-gnral Marchand, o une
mort certain l'attendait, pour crime de lse-majest Heureuse-
ment qu'entre temps arriva Ption, don't les gnreuses observations
firent convertir, non sans difficult, cet ordre cruel en une dtention
au fort Jacques.
XXIV. Mais moins heureux que Lacroix, qui venait de rencontrer
un intercesseur si gnreux et si spontan, un autre soldat de pre-
mier rang, qui sa bravoure, son audace et ses capacits eussent as-
sign une illustration mme en Europe, devait tomber prochaine-
ment victim du plus infme machiavlisme et des plus odieux soup-
ons. Ce soldat s'appelait Franois Cappois, surnomm par les Fran-
ais la Mort (2), cause des ravages qu'il avait faits dans leurs rangs
en plusieurs rencontres.
Or, le gnral Cappois, alors qu'il commandait l'arrondissement
du Port-de-Paix, luttait de faste et d'autorit avec Christophe, quoi-
qu'il ft sous les ordres de ce dernier, qui commandait le dparte-
ment. Christophe avait conu tant d'ombrage contre cette rivalit,
qu'il avait dnonc son mule l'Empereur comme coupable de plu-
sieurs actes d'insubordination. Sa Majest admirait trop les grands
services que Cappois avait rendus l'Indpendance pour exercer au-
cun svice contre lui. Et l'Empereur, lors de la creation des divisions
militaires, pendant le sjour qu'il fit au Cap, en juillet et aot 1805,
s'tait content de nommer Cappois au commandement de la 2' divi-
sion du Nord, don't le chef-lieu tait le Cap, obligeant ainsi ce gnral,
qu'il avait mand cette occasion prs de sa personnel, rsider
sous l'oeil de son terrible rival.
On prtend que l'Empereur, quoiqu'il venait cette mme poque
de nommer Christophe gnral en chef de son arme, mcontent de
ce mme gnral, qui censurait publiquement et en terms fort ir-
rvrencieux sa passion pour la danse et les femmes, le souponnant
aussi de viser sa ruine, se serait montr plus favorable que d'habi-
tude Cappois, aurait banni ses prventions contre lui et lui aurait
propos d'abattre Christophe (3).

(1) Mort nagure gnral de division en retraite. C'est lui qui, sur les Franais,
avait repris Marigot et le Sale-Trou. C'est encore lui qui, aprs un sige meurtrier,
fit vacuer Jacmel par le gnral Pageot. Guerrier aussi intrpide qu'humain, le
gnral Lacroix sut drober de nombreuses victims la vengeance de Toussaint lors
de la guerre civil.
(2) Voyez Etudes sur l'histoire d'Hati, par M. Ardouin, tome v, page 456, et
Histoire d'Haiti, par M. Madiou, tome ni, page 86.
(3) Histoire d'Hati, tome ni, page 235.


1806












Mais on doit se mettre en garde contre ces imputations de crime
si souvent leves contre l'Empereur. Comment supposed qu'au mo-
ment mme o S. M. levait Christophe la dignit de l'Etat la plus
minente aprs la sienne, et qu'il faisait Cappois un devoir d'habi-
ter la mme ville que Christophe, pour mieux le faire surveiller (car
tout ceci se serait pass peu de jours de distance), comment sup-
poser qu'il et propos Cappois d'organiser l'assassinat de Chris-
tophe, pour recevoir un refus honteux ?
Dessalines, s'il rva alors ce crime, ne pouvait-il pas donner
purement et simplement l'ordre Cappois de s'emparer de a personnel
de Christophe, et, sous prtexte de lse-majest, de le faire conduire
au bord de la mer, sur la place de la Fossette, et de l'y faire fusiller ? -
Cappois n'et sans doute pas hsit, devant un pareil ordre, satis-
faire ses propres et lgitimes ressentiments. Qu'eussent pu entre-
prendre le people et la garnison du Cap ? Rien, car Christophe,
pour l'extrme svrit de son administration, tait redout de tous,
sans tre aim de personnel, et un immense applaudissement et rpondu
sa fin tragique.
Cappois, aussitt aprs le dpart de l'Empereur, sous prtexte
de veiller plus efficacement la suret de la frontire, mais en effet
pour s'loigner de Christophe, se tenait de prfrence au Fort-Libert
ou Laxabon, qui faisaient aussi parties du territoire de son comman-
dement.
Mais quand l'Empereur fut de retour Marchand de son dernier
voyage dans le Sud, Christophe et Cappois vivaient dans une msin-
telligence plus flagrante que jamais ; des propose qui touchaient tou-
jours l'injure taient fidlement rapports a l'un et l'autre par
leurs flatteurs respectifs. Christophe dnona la fin et formellement
Cappois l'Empereur comme tramant centre la sret du trne.
S. M.., qu'on n'avait jamais vue si remplie d'inquitude et si porte
la violence qu' l'poque o nous sommes, envoya ordre de se dfaire
de Cappois. Ce malheureux gnral venait de comprimer Laxa-
bon quelques movements des Espagnols de cette frontire en faveur
des Franais encore maitres de Santo-Domingo, et se dirigeait vers le
Cap, chef-lieu de la division, o il est mme probable qu'il avait t
appel par le gnral en chef, quand, le 8 octobre, il rencontra au
bourg des Fosss-de-Limonade les gnraux Romain. Dartiguenave
et Grard. Ceux-ci le prirent de descendre de sa voiture, sous pr-
texte de se rafrachir. Et Cappois ne l'eut pas sitt fait, qu' sa grande
colre, il se vit entour par un dtachement et dsarm, sans que ses
aides-de-camp Bottex, Placide Lebrun et Belair, et ses guides cher-
chassent le moins du monde s'opposer aux violence don't il tait
l'objet.
Honte ces officers et ces guides !
Cappois, l'infortun Cappois, fut ignominieusement li un arbre, et,
sur l'ordre des sicaires de Christophe, il fut impitoyablement fusill (1) !

(1) J'ai puis la date et les dtails de la mort de Cappois aux Fosss-de-Limonade
mme, de la bouche de plusieurs notabilits de l'endroit, tmoins oculaires des
vnements.
Je ne comprends pas que M. Ardouin (Etudes sur l'histoire d'Haiti, tome vi,
page 362) veuille absolument et contre M. Madiou annoter que Cappois ne fut si
indignement sacrifi qu'aprs la mort de Dessalines. Il rfute mme ces paroles si
claires de Ption: Si vous n'avez pas t directement l'auteur de la mort du gnral
Cappois, qui venait de combattre les Espagnols la frontire, au moins vous en
avez t l'instrument, et certes vous pouviez le sauver. Ption, suivant
M. Ardouin, ne savait pas encore les vraies circonstances de cet assassinate. Mais
M. Ardouin oublie donc qu'un des instruments du crime, Dartiguenave, avait sjourn
assez longtemps au Port-au-Prince depuis la mort de l'Empereur, pour raconter
ses amis les circonstances de ce drame affreux, et que Ption ne pouvait les ignorer.


1806


LIVRE X










PETION ET HAITI


Ce jour-l mme on prenait les armes dans le Sud contre Des-
salines ; et quatorze ans plus tard, jour pour jour, le 8 octobre 1820,
Christophe lui-mme tait rduit se bruler la cervelle, pour se sous-
traire aux fureurs vengeresses du people !
XXV. Les anciens disaient que Jupiter aveuglait ceux qu'il voulait
perdre : l'Empereur, Marchand, commit de nouveaux actes qui dno-
taient une veritable dmence. Une pauvre femme noire vint lui por-
ter plainte des outrages qu'elle avait reus d'un officer suprieur.
Loin de rendre la malheureuse la justice laquelle elle avait droit,
il ordonna qu'elle ft passe par les verges (1). Mais par ce concours
de circonstances que j'ai plusieurs fois remarqu et que j'ai signal
l'attention du lecteur, par ce concours que Dieu mnage souvent et
mystrieusement pour mieux arriver ses fins, il se trouva que l'offi-
cier de garde au palais tait tout justement le fils de la plaignante.
Il fallait ou que cet officer prsidt cette sanglante execution,
ou qu'il la subt lui-mme. L'alternative tait affreuse. Mais le colonel
Marcadieux, present la scne, dclara nergiquement l'Empereur
qu'il allait se dshonorer par un acte doublement odieux. A ce dis-
cours, le tyran rentra dans ses appartements. La bonne femme fut
renvoye chez elle en bnissant le courageux colonel.
A quelques jours de l, le 10 octobre, une discussion fort vive
s'lve entire deux officers, le capitaine Poutu, ancien aide-de-camp
et secrtaire de Rigaud, nouvellement vad de France, et Laurore
Gabart, capitaine la 4' demi-brigade, frre du gnral du mme nom.
Dessalines apparat et ordonne un duel mort entire les deux
officers. Poutu tomba mortellement bless au dixime coup de pis-
tolet, au bruit des applaudissements du tyran !
Aussi on conoit combien, partout, on devait tre impatient du
joug imperial.
XXVI. Mais c'est la ville des Cayes qu'tait rserve la gloire
de porter l'oppresseur le premier coup : Moreau, riche des dpouilles
de Geffrard, se dirigeait vers Tiburon, pour faire recruter la 19' demi-
brigade; Messeroux, commandant militaire et juge de paix (2) du
Port-Salut, se mit la tte d'une trentaine d'habitants, et, le 8 octobre,
il arrta ce gnral au morne Karatas (3). Il le fit conduire sur
l'habitation Taverne. Papalier, commandant de l'arrondissement, envoie
la dcouverte le colonel Wagnac (4) ; mais celui-ci prend parti

M. Ardouin base sa version sur une lettre de Christophe, du 19 octobre, mandant
au Cap les gnraux Romain, Dartiguenave et Toussaint-Brave. Mais de ce que ces
gnraux taient alors dans d'autres villes, s'ensuit-il qu'ils ne se fussent pas trouvs
le 8 octobre aux Fosss-de-Limonade? Et si M. Ardouin avait fait attention qu'au
19 octobre Toussaint-Brave tait qualifi de commandant de la 2* division du Nord
(Histoire d'Hati, tome iii, page 317), poste qu'avait occup Cappois, il n'et certes
pas plac la mort de celui-ci aprs celle de Dessalines.
(Dans notre biographie de Cappoix nous avons longuement discut l'assassinat
de ce gnral. La version de B. Ardouin mettant cet assassinate aprs la mort de
Dessalines, est la vraie. Saint-Rmy a reproduit la version du Nord cristallise
pendant 14 ans de terreur. Madiou a bien fait ressortir qu'aprs l'assassinat de
La copie de lettres de Christophe ne saurait faire foi, en gard aux antcdents si
Cappoix, Christophe fit rpandre la rumeur que c'tait par ordre de Dessalines .
charges de l'assassin, habitu falsifier les documents. F. D.)
(1) Dessalines ignorait sans doute la valeur morale du vieil adage franais :
Si le roi savait !... Adage qui signifie qu'un prince doit tre toujours le protecteur
de ses sujets au lieu d'en tre le perscuteur.
(2) Le cumul des functions civiles et militaires tait assez commun sous le rgne
de Dessalines.
(3) Ce morne est ainsi appel cause de la grande quantit de l'espce d'alos
connue sous la denomination de Karatas qui couvrent la localit. On devrait dire
Karakas, suivant M. Eugne Nau, Flore indienne d'Hait. Appendice l'llistoire des
Caciques, dj cite.
(4) Wagnac (J.-Jacques), noir, n Torbeck en 1759, mourut aux Cayes, don't il
commandait l'arrondissement, le 24 septembre 1815, l'ge de cinquante-six ans.
Il tait alors gnral de division.


1806











avec les insurgs. Le colonel Etienne Mentor, inspecteur aux cultures,
est sabr sans piti pour les vexations qu'il avait jusque-l fait prou-
ver aux habitants (1).
Papalier expdia l'Empereur un courier extraordinaire qui ne
mit que quarante-huit heures pour franchir quatre-vingt-dix lieues,
space entire les Cayes et Marchand. Malgr une telle diligence, l'Em-
pereur tait perdu sans retour. Le colonel Bourdet, de la 13" demi-bri-
gade, se pronona en faveur de l'insurrection ; Francisque, de la 15e,
alors aux Cayes en cong de convalescence, se pronona dans le mme
sens et retourna l'Anse--Veau; enfin, Papalier lui-mme cda
l'entranement gnral. Wagnac fut proclam commandant de la 1'" divi-
sion du Sud, en replacement de Moreau. Arriva alors le gnral
Lafleur, qui avait, Aquin, succd Jean-Louis Franois; il fut
constitu prisonnier.
XXVIL Wagnac, Papalier, Voltaire, Beauregard, Vancol, Racolier,
Jeannette, Roch et Bellefleur-Lacoude se htrent de dcerner le
gouvernement provisoire au gnral Christophe. Ce choix tait com-
mand par l'empire des circonstances ; d'ailleurs, Christophe, en sa
quality de gnral en chef de notre arme, grade auquel 1 avait lev
Dessalines, s'tait toujours attend succeder cet empereur. Il
se croyait, pour ainsi dire, une sorte de droit acquis la direction
du pays ; et c'est pour y parvenir qu'il avait mme nou une cons-
piration avec Geffrard.
On lui adressa donc le message suivant :
Aux Cayes, le 13 octobre 1806.
Les chefs de l'arme du Sud au gnral en chef.
Ils sont donc connus ces secrets pleins d'horreur (2).
Le gnral de brigade Moreau et ses adhrents, dignes satellites
< du tyran, taient les porteurs de ses ordres crits pour exterminer
< la malheureuse classes des anciens libres de toutes les couleurs. Des-
salines, qui leur doit beaucoup, veut maintenant briser l'instrument
don't il s'est en parties servi pour parvenir au fate de la grandeur ;
il a runi au domaine les proprits les plus authentiques ; il a fait
des leves de troupes, il a fait faire des leves d'argent. Tous les
ceurs taient ulcrs ; l'indignation tait son comble. Le people en
masse s'est lev; nous avons tir lpe, et nous ne la remettrons
a dans le fourreau que lorsque vous nous l'ordonnerez.
Nous ne vous cacherons pas, digne gnral en chef, que nous
croons votre indignation au moins gale la ntre, et nous vous
proclamons avec joie et l'unanimit le chef supreme de cette le,
sous quelque denomination qu'il vous plaise de choisir ; tous les
ceurs sont vous; nous jurons devant Dieu de vous tre fidles et
a de mourir pour la libert et pour vous.
Nous ignorons quel est votre sort et votre position ; mais nous esp-
rons que vous combattez en ce moment contre Dessalines ; nous avons
< appris que vous vous tiez empar du trsor du Cap et que vous aviez

(1) Etienne Mentor, ou Etienne Esmangart, du nom de l'habitation don't il avait
t esclave, fut laiss pour mort sur le terrain. Il vcut longtemps encore. C'est un
noir, nomm Bouqui, que j'ai connu soldat dans les guides du gnral Marion, qui
prsida cette dragonnade.
(2) Ce vers doit tre rtabli ainsi :
Les voil donc connus ces secrets pleins d'horreur !
Dans une circonstance non moins solennelle que celle de la prise d'armes qui
nous occupe ici, l'occasion des journes d'octobre 1789, le procureur du roi au
Chtelet dbuta, la barre de l'Assemble national, par la citation du mme vers.
Voyez les Esquisses, par Dulaure, tome i, page 337.


1806


LIVRE X










PETION ET HAITI


pay vos troupes ; nous venons d'en faire autant ; notre trsor
des Caves s'tait trouv grossi par les exactions et les confiscations
ordonnes.
Nous faisons marcher demain les troupes pour le Pont-de-Mira-
gone, en attendant que nous soyons srs des intentions du colonel
Lamarre, qui nous avons crit au Petit-Gove, et qui, certainement,
ne se fera pas prier pour partager notre indignation.
Nous avons aussi crit au gnral de division Grin, en ce moment
au Petit-Trou, pour lui offrir provisoirement le commandement
des deux divisions du Sud. Aquin, l'Anse--Veau, Jacmel, sont
pour vous et pour nous. Nous ne sommes pas encore srs de Jr-
mie, parce qu'il y a l deux partisans du tyran qui ont des pou-
voirs et qui pourraient en abuser (1). Cependant nous devons esp-
rer le contraire ; au reste, le colonel Vancol marchera demain
pour les soumettre ou les persuader au besoin.
Le gnral de brigade Moreau, merchant sur le Cap-Tiburon,
pour excuter une nouvelle Saint-Barthlemy (2), a t arrt dans
la plaine par notre parti ; le gnral de brigade Guillaume Lafleur
est aussi arrt en ville. Nous attendons, gnral en chef, vos ordres
pour l'ensemble de nos operations ; soyez notre protecteur et celui
d'Hati ; nous esprons que bieu bnira la bonne cause.
XXVIII. Deux motifs pourraient peut-tre faire absoudre les con-
jurs des Cayes de laisser Christophe le choix du titre qui lui con-
viendrait, et de lui jurer foi et hommage, sans aucune condition : le
premier de ces motifs serait la ncessit de renverser Dessalines
per fas et nefas ; le second de rallier leur cause Christophe, l'homme
le plus craindre dans la circonstance.
Mais, hlas il faut plaindre tout people qui ne sait abattre une tyran-
nie que pour en crer une autre Ici le spectacle est d'autant plus
douloureux, qu'avant d'avoir renvers le tyran contre lequel on
s'est arm, on songe dj s'en donner un nouveau. Qu'on
n'invoque pas les malheurs des temps; ils ne peuvent jamais, aux
yeux de l'histoire, empcher de condamner un pays o le chef serait
toujours au-dessus des lois. De plus, quoi servirait le gnie attribu
ce chef, si ce gnie devait consister dans la confiscation son profit des
liberts publiques ? Cette hypothse affreuse ne prouverait qu'une
chose, c'est que le people hatien aurait moins que les autres peuples le
droit de changer de matres.
Le message tait parti pour le Cap.
XXIX. Le ministry de la guerre, Grin, que les conjurs appelaient
aux Cayes pour prendre le commandement des deux divisions du
Sud, tait alors livr sur l'habitation Laval, prs de l'Anse--Veau,
un traitement medical. Sourd la voix des conjurs, il se prparait
marcher contre eux avec les grenadiers et les chasseurs des 15'
et 16 demi-brigades. Mais, le 10 octobre, arrive Francisque. Ce colo-
nel runit les sous-officiers de la 15", qu'il commandait ; il les lectrise
par sa parole. Une fois certain du devoment de la demi-brigade, il
se rend Laval. Grin tait table avec un grand nombre d'officiers
et de fonctionnaires. Francisque lui announce publiquement qu'il
est du parti de l'insurrection et l'engage, au nom de l'amour de la
patrie, suivre son example.

(1) Ces deux partisans taient Bazile, colonel de la 18e demi-brigade, et le chef
d'escadron Rn, le premier noir, le second multre. On les arrta sous prtexte de
les conduire aux Cayes pour tre jugs ; mais on les fusilla vers Dame-Marie.
t2) Il est inutile de reliever cette hyperbole : le vritable motif du voyage de
Moreau, je l'ai dj dit, c'tait de faire un recrutement pour la 19' demi-brigade,
laquelle l'Empereur venait d'accorder beaucoup de congs.


1806











Le ministry, redoutant les dsastreux effects de la guerre civil,
blme Francisque de sa tmrit, l'engage renoncer son project
et declare qu'il dfendra de tout son pouvoir le gouvernement de
l'Empereur. Ainsi tout tait perdu, l'insurrection comprime ; les
convives le sentaient: qui pouvait lutter contre l'influence de Grin
sur l'arme du Sud ? Mme veuve Abel, prsente la scne, avait jusque-
l gard le silence ; cour de Geffrard, elle repassait dans son esprit tous
les maux que Dessalines avait occasionns au pays, tous ceux qu'il
allait encore commettre, si l'insurrection ne venait pas triompher ;
elle se lve soudain de table: Gnral, s'crie-t-elle en s'adressant
Grin, si vous ne vous sentez pas le courage de combattre avec
vos frres, donnez-moi votre habit et vos culottes, je marcherai
votre place (1)
XXX. Ici l'effet devenait cause : le ministry se ressouvint alors du
despotisme effrayant qui dvorait le pays, de tout le mal qu'on venait
de commettre aux Cayes, sa ville natale ; il accept le commande-
ment en chef de l'arme du Sud. Le 12, il crivit Christophe ce qui
s'accomplissait; aprs avoir fait une sombre, mais vridique peinture
(le la situation, il disait, en parlant de la constitution : Si le des-
pote de Constantinople l'et faite, elle n'aurait pas t si cruelle;
il existe des lois, et on fusille, on baonnette des hommes pendant
la nuit, sans jugements !
Enfin, ajoutait Grin, si l'on voulait analyser les maux don't le
people est opprim, les bourreaux de France eux-mmes en rougi-
raient. Le people est las, et nul homme de sentiment ne peut exister
sous un pareil gouvernement. On ne meurt qu'une fois, et quicon-
que se laisse avilir mrite de l'tre. Il terminait par reconnaitre
en Christophe le chef du pays, comme on l'avait fait aux Caves.
XXXI. Grin se porta de suite, avec les 15' et 16' demi-brigades,
sur le Pont,de-Miragone, aprs avoir envoy aux Cayes Faubert et
David-Troy, pour voir ce qui s'y passait.
Moreau et Guillaume Lafleur taient dj condamns mort.
David-Troy et Borgella avaient chaleureusement, mais inutilement lev
la voix en faveur de Lafleur, qui seul passa par un simulacre de juge-
ment.
Le 16 octobre, le chef d'escadron Racolier, charge des deux excu-
tions, signifie Lafleur de le suivre au Camp-Grard, o avait t
transfr Moreau. On fait halte au carrefour de Fonfrde. L'infortun
Lafleur voit alors que c'tait pour lui le moment fatal; il peronne
son cheval ; l'escadron l'atteint devant l'habitation Labarire et le
sabre impitoyablement (2) !
Moreau, de son ct, tait table, quand il entendit le son de la
trompette : Allons, mes amis, dit-il ceux qui l'entouraient, tout
e est fini pour moi !... Il fut s'habiller avec tout son luxe habituel.
Arriv au carrefour de Tonya, il se retourna vers Racolier et lui dit
froidement : Ne sommes-nous pas bien ici ? Plus en avant, lui
fut-il rpondu. On parvint sur les derrires de l'habitation Pmerle,
a l'endroit appel la Ravine. Moreau descendit de cheval, crivit au


(1) Grin, come les autres gnraux de l'empire, avait aussi des concubines,
malgr l'austrit des mours don't il se parait. Du reste, madame veuve Abel, que
j'ai beaucoup connue dans ma jeunesse, tait une femme fort courageuse ; elle voya-
geait l'poque o vivait son amant habille en officer, le sabre au ct, le pistolet
a la ceinture.
12) La mre de l'infortun gnral venait d'arriver d'Aouin, pensant pouvoir
lui donner des soins dans l'endroit o elle prsumait qu'on allait le renfermer. Mais
il n'tait rserv sa douleur maternelle de se trouver sur les lieux qu'aprs l'horrible
dragonnade pour recueillir un cadavre et lui donner la spulture.


1806


LIVRE X









PETION ET HAITI


crayon sa femme quelques mots d'adieux et se prsenta de lui-mme
une dcharge de pistolets, qui se fit brle-pourpoint.
Chose tout fait digne de louanges, ce fut Mme veuve Geffrard
qui, malgr les torts de Moreau envers sa famille, fit runir ses dpouilles
et leur fit donner la spulture.
XXXII. Grin, entire temps, s'tait avanc du Pont-de-Miragone
sur le Petit-Gove ; mais par ce nouveau progrs, rien n'tait dit en
faveur de l'insurrection : quelle sera la conduite de Ption qui, com-
mandant depuis le Boucassin jusqu'au Pont-de-Miragone, peut
diriger son gr de nombreuses demi-brigades don't le dvoment
lui est assur ?
Ce gnral avait, ds l'origine, annonc l'Empereur le mouve-
ment des Cayes, don't la nature n'tait pas alors dfinie. Voici ce que
l'Empereur lui avait rpondu :
Au palais imperial de Dessalines, le 13 octobre 1806, an ni de l'Indpendance
d'Haiti et de notre rgne le troisime.
Votre exprs, gnral, arrive l'instant, onze heures ; je l'exp-
a die de suite.
Vous prendrez la quantit de troupes ncessaires dans votre
division, et vous vous rendrez sans dlai aux Cayes ; l rendu, vous agi-
rez avec toute la vigueur possible contre les rebelles qui seront
arms, cultivateurs, soldats, etc. ; si la rebellion est dissipe, vous
arrterez tous les officers de tous grades de la 13" qui ont demand
de l'argent (1) ; vous ferez de mme de tous les officers des autres
corps, s'ils se sont trouvs dans ce cas ; vous n'pargnerez personnel ;
vous ferez arrter les chefs rebelles parmi les cultivateurs ; la
moindre resistance doit tre punie par des coups de fusil.
DESSALINES.
On voit par cette lettre que l'Empereur tait toujours le gnral
chasseur aux ramiers du gouvernement de Leclerc : toujours la mme
haine pour ses concitoyens, soldats ou cultivateurs. Il lui faut donner
des coups de fusil la moindre opposition qu'il rencontre ses vues,
quelles qu'elles fussent, qu'il gouvernt pour les autres ou pour lui-
mme. Et c'est ce mme Ption, qui avait t tmoin des boucheries
exerces Plaisance, qui avait cherch l'arrter dans cette voie de
sang, qu'il ordonnait d'aller couvrir le Sud de carnage et d'pouvante.
Il semblait donc avoir oubli combien le caractre de son ancien
lieutenant se ft peu prt une pareille mission.
XXXIII. Ption, nanmoins, part la reception de l'ordre de l'Em-
pereur, la tte des 11i et 12" demi-brigades, qui se trouvaient au
Port-au-Prince. Il rencontre prs du block-house de Tauzin le gn-
ral Yayou qui, de Logane, avait pouss au Petit-Gove pour couvrir
ce dernier endroit. Yayou lui announce qu'il a eu une conference avec
Grin, mais qu'il n'a voulu prendre aucun parti sans consulter sa
pense.
Yayou tait tout jeune ; crole de la Grande-Rivire du Nord, il
avait, avec les bandes de Sans-Souci, combattu Ption l'poque o
celui-ci march contre le bourg de Dondon ; il s'tait depuis trouv
ses cts au Haut-du-Cap, l'poque plus glorieuse de la guerre de
l'Indpendance. Temoin des actes de moderation du chef de la 13,
pendant ces deux poques, il avait conserv pour lui une estime et
une admiration qui n'avaient fait que s'accroitre, quand il fut envoy


(1) D'abord, le bruit avait couru au Port-au-Prince que ce n'tait que la 13' demi-
brigade qui avait pris les armes aux Cayes pour rclamer l'arrirage de ses soldes.


1806









LIVRE X


par l'Empereur remplacer Cang Logane, sous le commandement
de ce mme Ption.
Ption, aprs avoir entendu Yayou, lui dit : Ma pense ne peut
tre douteuse : j'entre aussi dans l'insurrection ; faites comme moi.
L'Empereur ne nous gouverne-t-il pas comme l'et fait un colon
de la pire espce ? Ainsi, Ption, par sa dfection, portait le der-
nier coup la puissance du colosse. Il avait laisse derrire lui
les 11 et 12, sous les ordres de Germain. Il entra avec Yayou au Petit-
Gove le 15 midi (1) ; accueilli avec enthousiasme par la 24*, il eut
bientt vaincu les hsitations de Lamarre, chef de ce corps (2). Alors
les gnraux Grin et Vaval furent introduits dans la place avec
les 15' et 16'.
Chacun connaissait l'tonnante- activity de l'Empereur ; on se
remit en route pour le Port-au-Prince. Arriv au Grand-Gove, on y
trouva Germain qui attendait les 11i et 12' demi-brigades que Ption
avait laisses en arrire. Ce gnral, suspect par tous, fut arrt et
conduit sous escorted.
Ption, Grin, Yayou et Vaval entrrent au Port-au-Prince le 16,
quatre heures de l'aprs-midi, avec les 11", 12e, 15', 16e, 21" et 24' demi-
brigades, et trois escadrons de dragons. Pendant que Ption mainte-
nait l'ordre public dans la place, Grin se portait sur la grande route
de la Croix-des-Bouquets ; il chelonnait des embuscades du portail
Saint-Joseph l'habitation Drouillard, derrire toutes les haies, tous
les taillis.
XXXIV. L'Empereur, cependant, part de la capital, suivi de Baze-
lais, Mentor, Dupuy, Lger, Borno-Dlart, Boisrond et Marcadieux,
enfin, de son nombreux et brilliant tat-major : Hun hun savez-
vous, dit-il ces officers, que les rvolts jouent gros jeu avec
moi Eh bien je suis rsolu de marcher dans le sang jusqu' Tibu-
ron ; et puisqu'il le faut, je ferai du Sud un dsert o l'on n'entendra
plus mme le chant du coq.
Or, dans ces penses de sang, Dessalines, avec la rapidit de la
foudre, mais aussi avec cette inquitude qui depuis quelque temps
ne l'abandonnait plus, se dirige vers le Port-au-Prince, don't il ignore
la dfection. Il ordonne Saint-Marc, la 4" demi-brigade, qui lui ser-
vait pour ainsi dire de gardes-du-corps, alors commande par Jean-
Louis Longuevalle, de suivre la march. Il arrive sur l'habitation
Labarre, aux environs de l'Arcahaye. Il ordonne au colonel Thomas,
de la 3", de se porter prs du Port-au-Prince, l'endroit appel le
Pont-Rouge, cause de la couleur des garde-fous d'une passerelle jete
en travers du chemin, sur la petite-rivire de Laleux. Il ordonne sur-
tout Gdon, chef du 3' bataillon de cette demi-brigade, de camper
sur ce point jusqu' son arrive, parce que, disait-il, il voulait le
dcouvrir du plus loin qu'il apparaitrait. Mais les soldats tous dvous
Ption, sous lequel ils avaient servi l'Arcahaye et dans le Cul-de-Sac,
pendant la guerre de l'Indpendance, apprirent en chemin ce qui se
passait au Port-au-Prince ; il ne fut pas difficile de les fire entrer succes-
sivement en ville. Quand Thomas et Gdon arrivrent leur tour, ils ne
trouvrent plus sur le pont que Grin, Yayou et Vaval. Force leur fut de
se rendre. Dirigs vers Ption, Thomas fut consign, par rapport


(11 Relation de champagne hatienne contre la tyrannie. Voyez Recueil des lois et
actes du gouvernement d'Hati, tome I, page 161.
(2D Lamarre, sur lequel l'Empereur comptait si fort pour dfendre le trne, avait
t dj gagn l'insurrection par une lettre chaleureuse du chef d'escadron Borgella,
son ancien compagnon d'armes.









PETION ET HAITI


l'hsitation qu'il montrait (1) ; Gdon, au contraire, se pronona
hautement en faveur de l'insurrection.
XXXV. L'alarme tait grande au Port-au-Prince ; il ne fallait rien
moins que la presence de Ption pour rassurer les families. A minuit,
une dputation de cultivateurs fut introduite auprs de ce gnral.
Ces braves gens se rcrirent contre le despotisme de l'Empereur ;
ils demandrent sa mort et celle de Germain. L'Empereur, leur dit
Ption, n'est pas encore dans vos mains, vous ne pouvez savoir ce
qu'on en fera. Le gnral Germain est arrt ; il sera jug. Retour-
nez dans vos campagnes, surveillez les malveillants et les dsor-
ganisateurs. Si nous triomphons dans cette lutte, je vous promets
que nul n'aura le droit de passer ses frres par le supplice des
verges ; l'Hatien ne sera plus que l'esclave de la loi.
Ces pauvres cultivateurs, qui avaient eu surtout souffrir des
bastonnades ordonnes par Germain, se retirrent paisibles de la
ville, promettant de laisser ignorer Dessalines les measures qui taient
prises contre lui. Ils tinrent parole.
XXXVI. Dessalines, enfin, se met en route de l'Arcahaye, sans avoir
reu aucun courier du Port-au-Prince. C'est un cultivateur qu'il
demand des nouvelles du Sud. Il lui fut rpondu qu'on n'en avait rien
entendu dire. Hun hun dit-il, je savais bien que tout ceci fai-
sait plus de bruit qu'il n'en valait. Je parie que Ctes-de-Fer (2)
a dj tout fait rentrer dans l'ordre. Au mme instant, voyant
une grande fume vers le Sud : Hun scria-t-il, mon compare
Ption est l-bas tirer le fusil (3).
Ces diffrents discours n'agissaient que faiblement sur le moral
des officers de son tat-major ; tous consterns, ils ne sentaient
que trop bien que l'empire touchait sa fin, et que leur existence et
leur position taient menaces.
Et d'ailleurs, loin de tirer le fusil pour sauver le trne imperial,
Ption et Grin, apprenant que Dessalines avait ordonn au com-
mandant Gdon de se tenir l'entre du Pont-Rouge, afin d'tre vu
et reconnu du plus loin qu'il et paru, choisissaient un homme de la
mme taille et de la mme corpulence que ce chef de bataillon, lui
faisaient revtir les mmes insignes, c'est--dire un bonnet poil
comme en portait Gdon, et l'envoyaient occuper la place de ce der-
nier.
Tout tait ainsi prpar, quand le 17 octobre, huit heures du
matin, l'Empereur, aprs avoir travers le Cul-de-Sac sans que la
plus lgre indiscrtion de la part des cultivateurs lui et rien rvl,
entra au milieu des embuscades formes par les 3', 15' et 16' demi-
brigades. Il croyait reconnatre Gdon l'endroit assign ; il le louait
de son exactitude. Mais un de ses officers, le colonel Lger, lui
dit qu'il se trompait, que ce n'tait pas Gdon, et qu'au lieu dle la 3',
il croyait voir des troupes du Sud en bataille sur le pont.
Dessalines, cette observation, voulut rtrograder. Alors Grin
cria de former le cercle ; ce commandement, rpt par Yayou et
Vaval, mille baonnettes sortent des deux cts du chemin. Soit que
Grin et donn ordre (le prendre l'Empereur en vie pour lui fair
subir un jugement, comme il le prtendit, soit qu' l'aspect de ce chef
redoutable le courage du soldat comment dfaillir, on se content
(de le cerner sans lui tirer dessus. Mais lui, rappelant toute son nergie
au milieu du danger qui le menaait, il fait feu de ses pistolets, tue

(1) Thomas mourut au Cap le 26 septembre 1827. Il tait alors gnral de brigade,
commandant de cette place.
(2) C'est un sobriquet (:| Essai prcit, page 6.


1806












un soldat, et (le son bton repoussant les baonnettes, il tait sur le
point de sortir des embuscades o il se trouvait engag, quand un
jeune sergent aux grenadiers de la 3' demi-brigade, nomm Garat (1),
abattit son cheval d'un coup de fusil. Les jambes de l'Empereur furent
prises sous l'animal : A mon secours, Charlotin, s'cria-t-il (2).
A ce cri sinistre et douloureux, le brave colonel que nous avons
vu figure si noblement dans les planes du Mirebalais, lors de la guerre
de l'Indpendance, se prcipite de son cheval ; seul, parmi toute l'es-
corte de Empereur, il cherche le dgager. Ce dvoment saisit les
soldats d'admiration, malgr la fougue qui commence s'emparer
d'eux. Toutes les voix crient au colonel de se retire. Mais ce n'est
pas au prix d'une lchet que Charlotin veut sauver sa vie ; il per-
siste dans son honorable, mais terrible mission Alors un feu gen-
ral jette deux cadavres l'un sur l'autre.
O avaient pass Boisrond, Mentor, ces perfides conseillers ? Ils
s'taient enfuis honteusement au Port-au-Prince, sans chercher
dfendre l'homme don't ils avaient contribu causer la mort par
leurs viles adulations. N'est-ce pas l un grand enseignement pour les
potentats qui aiment s'abandonner tout ce qui caresse leurs pas-
sions ?
Marcadieux, au moins, n'avait jamais pouss son souverain au
mal; on l'avait vu, au contraire, empcher ce souverain d'en com-
mettre, en s'armant souvent du language de la vrit. Ce n'est que parmi
des hommes de cette trempe que les chefs d'Etat trouvent de vri-
tables amis au moment du malheur, don't ils ne sont pas plus exempts
que les autres hommes.
XXXVII. Mais, mutilation aussi odieuse qu'inutile le cadavre de
l'Empereur fut hach coups de sabre ; on dit que Yayou lui porta
trois coups de poignard, que Vaval lui dchargea ses pistolets (3). La
responsabilit de ces actes de sauvagerie appartiendrait Grin, don't
l'influence tait assez grande pour faire respecter la saintet de la
mort.
Le cadavre, ainsi mutil, fut tran dans les rues du Port-au-
Prince et expos sur la place d'Armes. Aussitt que Ption fut inform
de cet odieux sacrilege, il ordonna un dtachement de la 11' demi-
brigade de l'enlever et de l'enterrer au cimetire intrieur. Quelque
temps aprs, Mme Inginac lui fit lever une fosse sur laquelle on lit:
Ci-git Dessalines, mort 48 ans.
Tel fut le sort affreux de l'empereur Jean-Jacques Dessalines (4).
N comme Toussaint-L'Ouverture dans les fers de l'esclavage (5), il
marquera dans les fastes de notre histoire come le fondateur de
l'indpendance national (6). Mais n'en dplaise aucin politique,


(1) Mort gnral de division, tout nagure, dans un combat centre les Domi-
nicains.
(2) Ces paroles suprmes servirent longtemps de thme une chanson aussi impie
que populaire, qu'on chantait aux danses du Carabinier, que lui-mme, l'Empereur,
aiiiiit tant.
13) I. Madiou, Histoire d'lHali, tome ii, page 325.
(1) Son veritable nom tait Duclos.
(5) Son dernier maitre s'appelait Dessalines, home noir come lui ; c'est de
ce maitre qu'on lui donna, come c'tait d'usage pour les esclaves, le nom qu'il
rendit historique. Dessalines, le maitre, avant la revolution, exerait, au Ilant-iii-
Cap. le mtier de potier qu'il enseigna au jeune Duclos. Celui-ci parvint au grade
rduit. en 1799, occuper l'humble emploi de concierge du Palais de l'Agence, au
Cap. Quand il fut lev l'empire, il en fit l'intendant de ses palais. O rvolutions !
<(i Dessalines, nanmoins, ne savait ni lire ni crire. Il ne signait que son nom.
Ce fut un malheur pour lui. car cette ignorance des lettres, prjudiciable lui-mnme
et au ipays, le rendait l'objet des sarcasmes frquents de Christophe.


1806


LIVRE X









PETION ET HAITI


on ne dtruit plus les tyrans pour ensuite leur dcerner les honneurs
de l'apothose. Le paganisme, qui admettait la pluralit des dieux,
qui adorait le bien comme le mal, put faire de Romulus, comme de
Caligula, des dieux de plus dans son firmament, sans que nous dus-
sions en faire autant de Dessalines.
Aujourd'hui, la morale publique repose sur de meilleurs prin-
cipes ; les ravageurs dle la terre, aprs avoir fait l'effroi des contem-
porains, resteront ternellement condamns dans la postrit ; l'his-
toire, comme les mnades de l'antiquit, doit poursuivre leur mmoire
de sa verge inexorable, afin d'enseigner aux hommes le chemin des
vertus sociales.
Pourquoi craindrais-je de dire la vrit mes concitoyens ?
Seraient-ils des homes indignes de l'entendre ? L'empereur
Dessalines fut tu parce qu'il tait en contradiction avec les ides
nouvelles, tout comme l'empereur Napolon tomba, plus tard, parce
qu'il avait enchan les peuples. Malgr la corruption gnrale, don't
Dessalines lui-mme donnait l'exemple, tout avait progress autour
de lui ; seul, il tait rest stationnaire (1). Aussi voyez au lendemain
de sa mort, alors qu'on avait peine rassembl ses membres pars
pour leur donner une pieuse sepulture, voyez quelle efflorescence
d'ides gnreuses Le nom de patrie, qu'on ne voit invoquer qu'une
seule fois dans les actes du gouvernement imperial (2), est mis en
honneur ; ceux de libert et d'galit sont dans tous les cours, se trou-
vent avec enthousiasme dans toutes les bouches ; le soldat, le culti-
vateur embrassent rapidement ces saints ides ; chacun comprend
la measure de son droit, de son devoir ; les executions la baionnette
disparaissent de nos lois et de nos mours ; les verges sanglantes sont
abolies ; tout le monde s'lve la hauteur de l'ide sublime de la
fraternity ; sans se connaitre et sans distinction de rang, on se donne
les doux noms de frre, d'oncle, de neveu.
La socit s'est donc compltement mtamorphose : ce change-
ment n'et pas t si radical, si universal, sans une laboration ant-
rieure ; ne faut-il pas que la plante ait germ avant de produire des
feuilles, des fleurs et des fruits ? Dessalines n'avait rien vu de l'vo-
lution de l'esprit public ; mme, il faut le dire, il tait incapable de
rien y voir, car, hors le commandement de son arme, c'tait l'homme
politique le moins apte de son temps.
XXXVIII. Que conclure de sa mort? La gnration actuelle, le
front lev vers le ciel, le ceur rayonnant d'esprance, doit s'avouer
hautement l'hritire des hommes gnreux qui, au Pont-Rouge, su-
rent abattre le tyran : n'est-ce pas partir de ce moment que la masse
commena jouir de la plnitude de ses droits ?
Oui, avouons-nous donc les hritiers de cette revolution mmo-
rable qui amena l'croulement d'un empire que personnel n'et cepen-
dant pas mieux demand que de soutenir, sans le despotisme qui en
fut la base. Les masses noires de nos campagnes surtout, dans l'im-
partialit de leur intelligence, dans les replis de leurs cours, doivent
glorifier cet vnement miraculeux ; plus que les autres, ne souffri-
rent-elles pas du rgime brutal de Dessalines ?

(1) J.-J. Dessalines, plac plus favorablement (que Toussaint-L'Ouverture),
a instruit par l'exprience sur les vrais intrts du people, clair par les flames
des bchers que les Franais avaient allums, pouvait et avait les moyens de faire
ce qu'il aurait voulu de sage et d'utile pour le pays ; mais avec des qualits guer-
rires et un ardent amour pour la patrie, il lui manquait le gnie qui cre le
l islateur, et surtout la sagesse, qui est la premiere vertu des rois.
Qui vient de parler ainsi ? La Gazette Royale d'Haiti, du 17 aot 1816, n 21,
l'article : Coup d'oeil politique sur la situation actuelle du royaume d'lHati !...
(2) Voyez l'acte d'acceptation de la dignit impriale.


1806












XXXIX. Mais le lecteur doit dj se demander ce qu'tait devenu
le gnral Germain, depuis son arrestation au Grand-Gove, Ger-
main don't la svrit touchait la cruaut, et qui s'tait attir la haine
de tous les citoyens, sans distinction de rang.
Or, le dtachement de la 11' demi-brigade venait peine de ru-
nir les dpouilles de l'Empereur et de les ensevelir, que des militaires
du mme corps, et peut-tre ceux-l mmes qui venaient d'accom-
plir ce triste devoir, s'arrtent devant la prison.
Dans les jours d'effervescence populaire, il suffit de la motion
du plus obscur individu pour porter les esprits aux plus extremes
resolutions.
Les soldats envahissent donc la prison, arrachent le gnral de
son cachot, et, dans la cour, prs de la fontaine, le passent impitoyable-
ment au fil de la baonnette, sans que la garde tente d'y mettre aucune
opposition.
Le cadavre fut port ou plutt tran au cimetire et jet dans
un trou creus la hte.
La vengeance populaire venait, hlas de se traduire par un nou-
veau fait bien cruel, mais la perptration duquel chacun s'atten-
dait. Si les rvolutions, dans leur paroxysme dsordonn, dvorent
souvent d'innocentes victims, quel terrible sort ne doivent pas
d'avance se prparer ceux qui provoquent ces rvolutions par le mpris
de leurs semblables, par la cruaut de leurs actes?
Mais ce qui fait honneur aux peuples, mme dans ces instants
o les passions oblitres sment partout du sang et des ruines, c'est
que, dans ces instants terrible, les peuples oublient rarement ce
qu'ils doivent de reconnaissance leurs vritables amis ; et aprs
avoir, d'un ct, assist l'exercice de la vindicte, l'historien, d'un
autre ct, heureux, peut trouver couvrir d'applaudissements les
actes d'amour de ces mmes peuples.
XXXIX. Or, le lendemain du jour don't je viens de clore la page
sanglante, des dtachements tirs de chaque corps de l'arme com-
bine, prcds de Ption et des autres gnraux, se dirigrent vers
une maison situe prs du portail Saint-Joseph. L, par les soins de
l'autorit, avaient t prcieusement recueillies les dpouilles mor-
telles du colonel Marcadieux.
Ces saints dpouilles d'un homme don't la tentative pour sau-
ver la vie de l'Empereur, au pril de la sienne propre sera admire
par les gnrations les plus recules, furent transfres l'glise
paroissiale, au roulement funbre du tambour et au milieu des pleurs
de la population. Un magnifique service fut clbr, et le corps, tou-
jours accompagn avec les honneurs du drapeau national, fut dpos
au cimetire intrieur.
Le temps qui dtruit tout, quand la main de l'homme ne vient
sans cesse rparer ses ravages, la nature qui tend toujours effacer
nos travaux et reprendre son empire, ont dj malheureusement fait
disparatre les vestiges de la glorieuse spulture !
C'est l une honte pour tous les gouvernements qui se sont suc-
cd en Hati, que nous devons sans cesse leur reprocher. Mais
cette heure o, triste, je dplore de ne pas rencontrer la tombe de
Marcadieux pour y dposer ma couronne murale, est-on bien certain
de dcouvrir celle du valeureux Benjamin Og, sur la place d'armes
des Cayes ? Celle de Coutilien Coustard, don't je raconterai bien-
tt le dvoment, dvoment aussi hroque que celui de Marca-
dieux, ne va-t-elle pas bientt disparatre aussi, grce l'impit
de ceux qui sont prposs la garde de nos monuments publics ?
L'histoire qui recueille tout, ce livre ouvert, sur les pages duquel


1806


LIVRE X











60 PETION ET HAITI 1806

s'inscrit, pour l'ternit, tout ce qui honore ou dshonore l'humanit,
exige des nations plus de religion pour leurs morts qu'aujourd'hui
n'en tmoignent les Hatiens.
XL. Mais arrtons ces rflexions, pour nous occuper de la veuve
de l'Empereur. Elle avait appris Marchand l'vnement du 17 octo-
bre; abandonne par les courtisans, elle se rendit aux Gonaves.
Ption, qui professait pour elle presque un culte, et qui elle-mme
avait toujours donn les plus grandes preuves de sympathie, ne l'avait
pas perdue de vue dans le tumulte des dernires agitations. Inquiet
de son sort, proccup de ses embarras et de ses chagrins, il se hta
de lui adresser la lettre suivante :
Au quartier-gnral du Port-au-Prince, le 19 octobre 1806.
Madame,
Toutes les lois de la nature les plus sacres, violes par celui
qui porta le nom de votre poux, la destruction gnrale des vri-
tables dfenseurs de l'Etat, don't l'arrt tait sorti de sa bouche
coupable, l'excs du crime, enfin, a fait courir aux armes tous les
citoyens opprims pour se dlivrer de la tyrannie la plus insup-
portable. Le sacrifice est consomm, et la mmorable journe du 17
avait t fixe par la Providence pour le moment de la vengeance.
Voil, Madame, le tableau raccourci des derniers vnements, et la
fin de celui qui profana le titre qui l'unissait vous.
Quelle, difference de la vertu au crime quel contrast A
peine respirons-nous, aprs la grandeur de nos dangers, qu'en le-
vant nos mains vers l'Essence supreme, votre nom, vos qualits
inestimables, vos peines, votre patience les supporter, tout vient
se retracer nos cours et nous rappeler ce que le devoir, la recon-
naissance, l'admiration nous inspirent pour vous. Consolez-vous,
Madame ; vous tes au milieu d'un people qui consacrerait sa vie
pour votre bonheur : oubliez que vous ftes la femme de Dessalines,
pour devenir l'pouse adoptive de la nation la plus gnreuse, qui
ne connat de haine que contre ces seuls oppresseurs. Vos biens,
vos proprits, tout ce qui vous appartient, ou sur quoi vous avez
quelques droits, est un dpt confi nos soins pour vous le trans-
mettre dans toute son intgrit ; ils sont sous la sauvegarde de
l'amour de vos concitoyens.
C'est au nom de toute l'arme, don't je me glorifie aujourd'hui
d'tre l'interprte, que je vous prie, Madame, d'agrer l'assurance
des sentiments qui l'animent pour vos vertus, et don't les traits
gravs dans tous les ceurs ne pourront jamais s'effacer.
J'ai l'honneur de vous saluer avec respect,
Le gnral commandant la deuxime division de l'Ouest,
(Sign :) PTION (1).

Cette lettre doit tre considre comme un des meilleurs morceaux
d'loquence qui soient sortis d'une plume hatienne. Mais quelques para-
graphes auraient ressembl des outrages, sans les circonstances extraor-
dinaires au milieu desquelles elle fut crite, circonstances qui projetaient
alors sur les esprits quelque chose du caractre lacdmonien ; si,
d'ailleurs, la vnration de Ption pour l'Impratrice n'tait pas un fait
connu de tous, ressortissant tout entire de la lettre mme, malgr ces
paragraphes.


(1) Cette lettre fut imprime la mme poque, au Port-au-Prince, chez Fourcand.



















LIVRE ONZIME

Biographie de Henry Christophe. Lettre de Ption Christophe. Adhsion des
autorits du Nord la Rvolution. Rponse de Christophe Ption. Mission
de Bonnet au Cap. Mort de Boisrond et Mentor. Ouverture de l'Assemble
constituante. Constitution. Formation du Snat. Christophe, president
d'Haiti. Bataille de Sibert. Sige du Port-au-Prince. Marche de Ption
jusqu' Mont-Rouis. Dissidences avec Grin. Rponse de Ption au gnral
Christophe sur les calomnies insres contre lui dans les proclamations des 18
et 24 dcembre 1806. Destitution de Christophe de toutes les functions civiles
et militaires. Christophe, president de l'Etat d'Haiti. Insurrection de Goman.

I. L'homme qui devait recueillir l'hritage de l'Empereur tait
dsign l'avance : les uns le proclamaient, parce qu' lui apparte-
nait l'ide premiere du renversement de Dessalines; les autres, parce
que, gnral en chef de l'arme, il possdait dj le pouvoir excutif,
pouvoir qui, dans les jeunes encore plus que dans les vieilles socits,
concentre attention universelle ; le plus grand nombre, enfin, parce
qu'en lui contestant le commandement, c'et t irriter la violence
qu'on lui connaissait et faire clater un dangereux conflict, qu'il tait
dans la pense des rvolutionnaires d'viter n'importe quel prix:
cet homme, c'tait Henry Christophe.
Henry Christophe, griffe, c'est--dire fils de ngre et de multre,
naquit au quarter des Sauteurs, dans l'le de la Grenade (1), le
( octobre 1767 (2) ; esclave, il tait assujetti un service purement
domestique.
Quand le comte d'Estaing attaqua cette le en 1779, le jeune Chris-
tophe, qui se rendait des Sauteurs au carnage dans le quarter Saint-
Georges, charge d'une commission de son matre, se trouvait la
Gouyave au moment o s'y opra le dbarquement des troupes. Un
officer, qui sa figure plut, lui proposal de le suivre. Il y consentit.
Cet officer l'emmena au Cap, puis au sige de Savannah.
Christophe, incorpor parmi les volontaires don't faisaient parties
Rigaud, Bauvais, Villatte, et tant d'autres noms illustres depuis, fut
donc affranchi de droit. Un autre officer franais, auquel Christophe
s'attacha, le ramena au Cap. Il y exera le mtier de maon. On affirme
que cet officer, qui avait la passion du jeu, y perdit tout ce qu'il
possdait, et ne se fit aucun scrupule de jouer son protg qu'il perdit
aussi. Quoi qu'il en soit, Christophe fut vendu au Cap come esclave
pave, Mlle Minjon, matrese de l'htel de la Couronne. (3) Il devint
bientt, par l'esprit d'ordre don't il tait dou et par l'affection de sa
maitresse, le majordome de l'tablissement. C'est dans cet emploi

l1) D'autres disent Saint-Christophe, colonie anglaise, dans la mer des Carabes '.
(2) Voyez son Almanach royal d'Hati, pour 1817.
(3) Toutes ces prcisions donnes par l'Almanach royal de Christophe sont
sujettes caution, comme tout ce qui mane de Christophe. Etant parti pour les
Etats-Unis comme l'esclave de l'officier franais, il n'a pas pu tre incorpor parmi
les volontaires, il n'avait d'ailleurs que douze ans ; il ne pouvait donc tre affranchi.
En effet, il fut plus tard vendu comme esclave. Il y a l une contradiction flagrante
irrductible. La vrit est que Christophe obtint plus tard son affranchissement
l'aide de ses pargnes. (Note de Dr. F. Dalencour.)
Peuplades aborignes des les du Vent, adonnes l'anthropophagie. Elles ont
disparu come les autres insulaires.











PETION ET HAITI


qu'il apprit, au contact habituel des trangers, juger des hommes
et des closes, parler assez purement le franais, lire et crire (1).
Il tait d'une belle stature ; sa figure et t agrable, s'il n'avait
la tte presque conique. Mme dans la position infime qu'il tenait, il
laissait souvent percer une violence de Daroles et de gestes qui fai-
sait redouter ses relations. Il finit par obtenir son affranchissement
au prix de ses pargnes. Etabli matre boucher au Cap (2), il s'adon-
nait l'achat et la vente des animaux de la parties espagnole ; ce
commerce l'amenait mme souvent aux Cayes.
Ainsi vivait Christophe au moment o clata la revolution fran-
aise ; d'abord, employ dans la marchausse par les colons, il passa
ensuite dans une compagnie d'artilleurs francs, que Sonthonax, cra,
en 1793, sous le commandement d'un nomm Sraphin ; bientt aprs,
il parvint au grade de capitaine aux grenadiers du 2' rgiment, don't
Pierre Michel tait colonel.
Sa conduite, lors de l'affaire du 30 ventse, entire Villate et
Laveaux, lui valut le commandement militaire de la Petite-Anse. Devi-
nant, ds ce moment, la fortune future de Toussaint, il s'attacha
gagner la confiance de ce chef, en ragissant svrement contre l'es-
prit indisciplin des masses.
Julien Raimond, membre de la commission directoriale, charge
de l'administration de l'Agriculture, fut un des premiers dcouvrir
le gnie industrial de Christophe. Lui-mme, homme avant tout d'argent,
il prit ferme une trentaine d'habitations sequestres, et l'associa leur
exploitation. Le commandant de place abrita donc le fermier: les culti-
vateurs, durement fixs aux champs, redonnrent aux plantations la
splendeur des temps passs, et jetrent les bases de la fortune pcuniaire
du noir anglais.
Nomm chef de la deuxime demi-brigade, aprs la mort de Pierre-
Michel, qui fut, peut-tre tort, accus d'avoir voulu prendre les
armes en faveur de Rigaud, lors de la lutte de celui-ci avec Toussaint,
Christophe commandait en mme temps la place du Cap: on frmit
encore des excutions qu'il ordonna dans cette ville. Ces excutions
quoique impunies, le firent appeler par Toussaint l'arme devant
Jacmel. Presque toujours battu par les troupes que commandait
Ption dans cette mme place, il ne se signal dans cette guerre que par
l'gorgement des prisonniers et l'encombrement du puits de l'habi-
tation Og, au moyen de femmes et d'enfants qu'il y fit prcipiter
vivants. D'aprs M. Madiou, Jacmel, cette ville si intressante de l'em-
pire d'Hati, n'et t aujourdhui qu'un monceau de ruines, car, aprs
'vacuation opre par Ption, Christophe allait la faire raser, sans
l'opposition de Dessalines.
Gnral de brigade, l'apparition des Franais, il ne fit rien pour
dfendre la ville du Cap, qu'il commandait. Il ne sut qu'en ordonner
l'embrasement : funeste example qu'il traa aux autres, car le sol-
dat qui tient l'honneur de son pe, ne doit en venir cette extr-
mit qu'aprs avoir essuy quelques attaques, perdu quelques combats.
Honor par le Premier-des-Noirs du commandement du cordon
du Nord, don't le quartier-gnral tait l'habitation Robillard, au
Grand-Boucan, il se dgota bien vite de la vie sans faste et sans
luxe de nos mornes, de la guerre de partisans laquelle nous nous
trouvmes rduits. Il prit le parti honteux d'abandonner son gnral

(1) Ces dtails sont presque tous tirs d'une notice, par M. de Vincent, directeur
des fortifications de Saint-Domingue, don't je dois la communication la bienveillance
de son fils, aujourd'hui une des lumires du conseil d'Etat de France.
(2) Quoique artilleur dans les troupes branches, en 1793, il exerait encore cette
profession.


1806












sa propre fortune, en faisant une soumission intempestive au gn-
ral Leclerc. On aime, en cette circonstance, mettre sa conduite en
parallle avec celle (le Dessalines et de Charles Belair, qui ne se dci-
drent mettre bas les armes que sur les exhortations de Toussaint lui-
mme, et en versant des larmes de rage (1).
Enfin, ne se jetant dans le part de l'indpendance que sur les
sollicitations de Ption, il fut oblig, pour ne pas succomber sous
le poids des inimitis des gens du Nord, de se retire, d'abord dans
le morne de Milot, ensuite aux Gonaves aussitt que ce mme Ption
avait t se rallier Dessalines, la Petite-Rivire.
Malgr le peu de services qu'il rendit dans la guerre de l'ind-
pendance, Dessalines, subissant peut-tre un peu de ce pouvoir qu'un
esprit altier et un verbe haut entrainent presque toujours, le nomma
gnral en chef de son arme : poste culminant d'o Christophe
lana souvent un regard de mpris sur le trne imperial.
Cette grande fortune militaire n'avait pu combler l'ambition de
Christophe. Il ourdit avec Geffrard une insurrection contre l'Empe-
reur, que la mort prmature du gnral du Sud empcha d'clater
l'poque fixe. Alors il fut appel Marchand, d'o il ne serait pas
sorti, si Dupuy, un des secrtaires de Dessalines, ne l'avait avis de ne
pas y venir. Nul doute qu'il n'et t fusill la fin, sans la prise
d'armes qui fit tomber l'Empereur au Pont-Rouge.
Tel tait, dans son pass, l'homme que la force des vnements
imposait au pays. Ption et Grin s'empressrent donc de lui rendre
compete de la catastrophe du 17 octobre et de lui dfrer le gouver-
nement provisoire de la chose publique.
II. Ici commence une correspondence assez volumineuse entire
Ption et Christophe. Cette correspondence va jeter un grand jour
sur la position.
C'est d'abord Ption qui l'ouvre ds le lendemain de la mort de
l'Empereur.
Au quartier-gnral du Port-au-Prince, le 16 octobre 1806 (2).
Le gnral de division Ption, commandant en chef la 2' division de
l'Ouest, Son Excellence le Gnral en chef de l'arme
d'Hati, Henry Christophe.
Gnral,
c Echapps des coups destructeurs que les agents d'un gouverne-
ment ingrat et barbare frappaient sur les habitants de ce pays, nous
avions cru devoir confier les moyens de notre rgnration entire
les mains d'un homme qui, par ses dangers personnel et sa propre
experience, aurait pu avec sagesse fixer le bonheur parmi nous.
Lorsqu'abusant de notre patience, il fora nos volonts, en cou-
vrant sa tte de l'clat du diadme, nous pmes penser qu'au fate
des grandeurs et de la puissance, il aurait reconnu que son pou-
voir tait l'ouvrage de nos mains et le prix de notre courage. Il
paraissait mme s'en tre pntr, et nous esprions qu' l'abri
des lois nous aurions pu jouir dans un tat paisible de tous les sacri-
fices que nous .n'avions cess de faire depuis si longtemps. Quel
en a t le rsultat, gnral ? A peine a-t-il senti son autorit affer-
mie, qu'il a oubli tous ses devoirs et qu'au mpris des droits
sacrs d'un people libre, il a cru qu'il n'y avait de vritable puissance

(1) Voyez Mmoires du gnral Toussaint-L'Ouverture, page 71.
(2) Lisez 18 octobre, la date du 16 n'tant probablement qu'une erreur de copie
ou de typographie.


1806


LIVRE XI











PETION ET HAITI


que celle exerce par le pouvoir le plus despotique et la tyrannie
la plus prononce.
Nos cours ont longtemps gmi, et nous n'avons employ que
la soumission et la docilit pour le ramener aux principles de jus-
tice et de moderation avec lesquels il avait promise de nous gouver-
ner. Son dernier voyage dans la parties du Sud a enfin dvoil ses
projects mme aux yeux les moins clairvoyants, et nous a prouv
qu'il ne nous restait d'autres moyens de conservation pour nous-
mmes, et pour nous opposer aux attaques de l'ennemi extrieur,
que de nous lever en masse si nous voulions viter une destruc-
tion prochaine et rsolue. Ce movement spontan, l'lan de nos
Scoeurs opprims, a produit un effet aussi prompt que celui de l'clair ;
dans peu de jours les divisions du Sud ont t debut; rien ne devait
arrter cette irruption, parce qu'elle tait un movement aussi
just que sacr, celui des droits du citoyen impunment viols!
Nous avons joint nos armes celles de nos frres du Sud. Pntre
des mmes sentiments qu'eux, l'arme s'est porte au Port-au-
Prince dans l'tat le plus admirable et la plus exacte discipline,
en respectant les proprits, sans que le travail de l'agriculture
ait t drang un seul moment, et que le sang ait t vers.
La Providence, qui est infinie dans ses dcrets, s'est plu se
manifester dans une aussi just cause, en conduisant notre oppres-
seur au-devant du sort qui l'attendait, et lui a fait trouver le chti-
ment de ses crimes au pied des remparts d'une ville qu'il venait,
avec des forces, pour inonder du sang de ses semblables, puisque,
pour nous servir de ses dernires expressions, il voulait rgner
dans le sang.
Nous n'aurions pas achev notre ouvrage, gnral, si nous
n'avions pas t pntrs de l'assurance qu'il existe un chef fait pour
commander l'arme avec toute la latitude du pouvoir don't il n'avait
eu jusqu' ce jour que le nom.
C'est au nom de cette arme toujours fidle, obissante, disci-
pline, que nous vous prions, gnral, de prendre les rnes du gou-
vernement, et de nous faire jouir de la plnitude de nos droits, de
la libert pour laquelle nous avons si longtemps combattu, et d'tre
le dpositaire de nos lois, auxquelles nous jurons d'obir puisqu'elles
seront justes.
J'ai l'honneur de vous saluer avec un respectueux attachment.
(Sign) PTION.
Grin, de son ct, crivit Christophe dans le mme sens.
III. Jusque-l, les officers d'tat-major qui avaient suivi Dessalines
n'avaient prouv aucune inquitude. Rpandus parmi les rvolution-
naires, ils s'abandonnaient sans pudeur, surtout M entor, toutes les
dblatrations d'une haine suspect contre la mmoire du dfunt. Et
quand, le 19, les chefs militaires du Sud, Wagnac, Francisque, Bourdet,
Beauregard, Faubert, Verret, David-Troy, arrivrent au Port-au-Prince.
Mentor, payant d'audace, paradant de civisme, fut les voir, comme si
leur camp avait t jamais le sien. Il est prsumer que dans ses
visits, le nouveau convert, pour mieux s'asseoir dans l'opinion, aurait
pch par excs de zle, et que, dvor d'ambition, il aurait aspir
un rle suprieur dans les nouveaux vnements : ce qui aurait dplu
tout le monde.
Boisrond, au contraire de Mentor, sut, dans ces circonstances
difficiles, garder une espce de dignit : vivant l'cart, et comme
pressentant le malheur qui le menaait ainsi que son ami, il n'alla
tendre la main personnel ; il fit mieux, il continue causer de l'Em-


1806











1806 LIVRE XI 65

pereur comme s'il tait encore debout ; jamais on ne surprit, sur ses
lvres, aucun cri de haine contre le vaincu, aucun mot de flatterie
a l'gard des vainqueurs.
IV. Telle tait la conduite de Boisrond et de Mentor, quand, le 21,
Ption runit au gouvernement tous les officers de l'arme du Sud et de
i'Ouest, qu'on appelait alors, comme en 1791, arme combine. Mentor
s'y rendit aussi. Ption leur proposal deux addresses, l'une au people, sous
le titre de Rsistance l'oppression, o taient numrs tous les torts
de l'Empereur. Cette adresse se terminait par l'annonce faite au people,
qu'une constitution sage va bientt fixer les droits et les devoirs de
tous. En attendant le moment o il sera possible d'tablir cette cons-
titution, nous dclarons, ajoutait l'adresse, que l'union, la fraternity et
la bonne amiti, tant la base de notre runion, nous ne dposerons les
armes qu'aprs avoir abattu l'arbre de notre servitude et de notre
avilissement, et plac la tte du gouvernement un homme don't nous
admirons depuis longtemps le courage et les vertus, et qui, comme
nous, tait l'objet des humiliations du tyran.
Enfin cette adresse se terminait ainsi : Le people et l'arme, don't
nous sommes les organes, proclament le gnral Henry Christophe
chef provisoire du gouvernement hatien, en attendant que la consti-
tution, en lui confrant dfinitivement ce titre auguste, en ait dsign
la qualification (1).
La second adresse fut vote Christophe lui-mme :
Gnral,
La tyrannie est abattue avec la tte du tyran. Depuis le 17, nous
sommes enfin libres : example frappant des rvolutions opres par
le machiavlisme, et qui prouve qu'un people longtemps sous le joug,
avant encore sa force, a pu se laisser abuser pendant un temps par
ceux qu'il croyait capable de le fire jouir du fruit de ses efforts,
mais qu'il n'a jamais t possible de l'aveugler sur ses vritables
intrts, puisque des agitations sans cesse renaissantes annonaient
qu'il n'avait pas encore atteint le but qu'il s'tait propos, et au
terme duquel seulement il serait possible de lui faire former le
temple de la guerre !
Les principles que vous avez toujours professs et que vous avez eu
le courage de communiquer aux gnraux dans des temps de barbarie,
o le souffle mme tait interprt et pouvait conduire les ttes les
plus innocentes l'chafaud, ont t le feu lectrique don't la commo-
tion vient de se faire ressentir d'une manire aussi forte, et qui a tout
entrain devant lui jusqu'au moment o Jean-Jacques Dessalines, notre
commun oppresseur, a cess d'tre.
La vengeance est opre, et l'arme n'attend plus que votre presence
pour concourir la formation du pacte social qui doit nous lier, d'une
< constitution, enfin, o chaque citoyen trouve garantie pour sa
personnel et le droit sacr de proprit, mane de la volont gnrale,
non telle que cet acte informed que nous venons de fouler aux pieds,
fait dans le silence du cabinet, l'insu de ceux qui y taient intres-
ss, uniquement calcul pour flatter les caprices d'un seul homme,
contraire par son texte mme aux principles de toute libert.
Si longtemps abuss, nous avons jur de ne pas nous sparer que
nous n'ayons vu proclamer le nouvel acte constitutionnel qui doit nous
rgir, que nous ne l'ayons approuv et jur de l'observer, et que,


(1) M. Madiou advance tort, tome iir, page 317, que l'acte de resistance l'oppres-
sion fut rdig la veille de la mort de Dessalines.


~_ L_










PETION ET HAITI


< semblables (sic) l'usage des anciens guerriers, nous ne vous ayons
reconnu publiquement pour chef du gouvernement et port sur nos
boucliers.
Satisfaites l'impatience de vos braves soldats, gnral, de tout un
people assembly, admirateur de vos vertus, et auquel, seule, manque
votre presence dans ces moments d'allgresse.
Au quartier-gnral du Port-au-Prince, 21 octobre 1806.
Au quartier-gnral du Port-au-Prince, 21 octobre 1806.
(Sign :) ET. GRIN, PTION, YAYOU, VAVAL, gnraux de brigade;
l'adjudant-gnral chef de l'tat-major, BONNET; MARION, VERRET,
LACROIX, E.-V. MENTOR, adjudants-gnraux ; FRANCISQUE, BEAURE-
< GARD, WAGNAC, DIEUDONN, LAMARRE, SANGLAOU, J.-L. MENTOR (1),
BOURDET, TERRIEN, MTELLUS, GDON, colonels; ADAM, CADET,
CANEAUX, BOYER, LEFRANC, LAFONTANT, BORGELLA, LVQUE, DELAU-
4 NAY, GIRAUD, CLERMONT, BORDE, chefs de bataillon; CHERVAIN,
commissaire des guerres, etc.

Ainsi se formulait la pense rvolutionnaire: une constitution et,
jusqu' sa proclamation, le maintien de l'arme sur pied de guerre. Dj,
comme on le voit, commence se traduire la mfiance que Christophe
inspire secrtement ceux-l mmes qui acclament le plus chaleureuse-
ment son nom.
V. Christophe, alors, retir sur l'habitation Milot, o plus tard il fonda
la ville de Sans-Souci, en rminiscence de Frdric le Grand avec lequel
il se plaisait de se mettre en parallle, non loin de la Grande-Riviere,
bourg prs duquel il faisait active les travaux de la citadelle Lafrire,
avait enfin reu la lettre de Ption, l'adresse faite au people et celle
qui lui tait personnelle.
Cet homme superbe fut assez matre de lui-mme pour dissimuler la
joie que lui occasionnaient la mort de l'Empereur et son lvation la
direction provisoire du gouvernement. Il runit, le 23, autour de lui, un
conseil o l'on voit figure les gnraux Romain et Dartiguenave, quelques
employs civils, des membres de la magistrature. Ce conseil, a qui il
communique les dpches, se dclara pntr de reconnaissance pour
le courage et l'nergie que l'arme combine de l'Ouest et du Sud avait
montrs, en crasant la tte de l'hydre qui allait dvorer le pays. Il
fltrissait le dur despotisme, la tyrannie rvoltante de l'Empereur. Il
finissait par proclamer Christophe chef provisoire du gouvernement,
ainsi que l'avaient fait l'Ouest et le Sud.
Christophe sut se faire solliciter par le conseil avant d'adhrer ses
nouvelles functions. Quoique dvor d'une immense ambition, la fusil-
lade du Pont-Rouge retentissait encore trop ses oreilles, pour qu'il ne
sentit pas le besoin de montrer une grande moderation ; les voux de
l'Ouest et du Sud s'taient trop loquemment prononcs pour qu'il ne
chercht pas se rallier, au moins en apparence, la transformation
social. S il savait cacher ses esprances, il savait aussi cacher ses
craintes. Enfin, le jour mme de l'assemble de Milot, il crivit Grin
qu'il approuvait sa conduite, et qu'il allait s'occuper de la convocation
d'une Assemble constituante. Il crivit aussi Ption.


(1) Cet officer n'tait, la mort de l'Empereur, que chef de bataillon la 120 demi-
brigade don't Apollon tait le colonel. Mais celui-ci s'tant montr oppos la rvo-
lution, Mentor fut appel par Ption au commandement de la demi-brigade. Je
ne crois pas qu'il tait parent des deux autres Mentor.


1806











c Au quartier-gnral de Milot, le 23 octobre 1806, an ni de l'Indpendance.
Henry Christophe, gnral en chef de l'arme d'Hati, au gnral
Ption, commandant la deuxime division de l'Ouest.
Mon camarade,
Je m'empresse de rpondre votre lettre du 16 du courant (1) qui
vient de m'tre remise avec les exemplaires de la declaration faite
par les divisions du Sud et la deuxime de l'Ouest.
Les griefs que vous exposez contre la conduite et les actes arbi-
traires don't nous avons t les tmoins et les tristes victims et qui
nous plaaient dans un tat de nullit sous le rgne qui vient de passer,
mritent la plus grande attention pour assurer l'empire des lois dans
< notre pays. Les measures que vous avez prises pour le maintien de
l'ordre, ds qu'elles taient ncessaires, sont sages ; j'ai agi de mme
ici, en ordonnant, en ce moment, que les divisions du Nord, la pre-
mire de l'Ouest, fussent payes et habilles. Faites connatre tous
vos frres d'armes de l'arme du Sud et de l'Ouest, que j'approuve la
bonne conduite qu'ils ont tenue en cette circonstance, puisque l'ordre
n'a pas t trouble, ce qui doit tre toujours la base de notre consti-
tuition.
Le choix qu'ils ont fait de moi en m'appelant la place hono-
rable et pnible du gouvernement, m'impose de grandes obligations.
Personne mieux que vous, mon camarade, ne connait mes principles
et mon dsintressement pour toute espce d'emploi ; il a fallu un
< aussi puissant motif pour me dterminer accepter ce fardeau
norme, avec la persuasion que j'ai que vous concourrez, en votre
particulier, m'aider de vos lumieres lorsque le bien public
l'exigera.
Je m'tends plus au long, par cette occasion, au gnral Grin,
qui j'cris ; je vous prie de vous entendre avec lui, pour mainte-
nir le bon ordre, jusqu' ce que les lois soient dfinitivement orga-
nises, ce qui ne doit pas prouver du retard.
J'ai l'honneur de vous saluer avec consideration,
(Sign) Henry CHRISTOPHE. >
Cette lettre malgr les rticences calcules avec lesquelles est
attaqu le systme imperial, constate un fait capital : les griefs don't
Christophe a t, comme les autres, le tmoin et la triste victim,
l'tat de nullit don't les uns et les autres venaient de sortir. Elle cons-
tate encore la confiance de Christophe en Ption ; l'invocation de
l'assistance de ce dernier dans la nouvelle rorganisation, mme le
ton familiar, cette pithte de mon camarade, qui connait mon dsin-
tressement pour toute espce d'emploi, est l pour prouver que
Christophe accepted pleinement tous les faits accomplish.
Ce gnral va encore plus loin avec Grin :
Pour parvenir, dit-il, l'tablissement d'une Constitution
rgnratrice, il est ncessaire qu'une assemble compose d'hommes
les plus notables, les plus clairs et les plus amis de la
chose (sic), se runissent pour travailler ce grand ouvre. Je vous
dsignerai le temps, le lieu o cette assemble doit se tenir et la
quantit de membres qui doivent y concourir.
VI. Ici, il nous faut raconter la mission de l'adjudant-gnral
Bonnet dans le Nord, et la fin si tragique de Mentor et de Boisrond.
Bonnet, chef de l'tat-major de Ption, charge de porter Chris-

(1) Lisez 18 octobre.


1806


LIVRE XI




*~ , fJ; ?T- ~ -T-


68 PETION ET HAITI 1806

tophe l'adresse de l'arme qui l'levait la dignit de chef provisoire
du gouvernement, de lui exposer toutes les circonstances de la mort
de l'Empereur, de prendre directement ses ordres, et de l'inviter
surtout se rendre au Port-au-Prince, partit par voie de mer le 22,
suivi de beaucoup d'officiers, comme pour donner plus de solennit
la dputation.
Cette dputation tait de la plus haute importance. Elle dbar-
qua au Cap le 26 octobre. Accueillie avec enthousiasme par la popu-
lation, elle se rendit Milot, d'o Bonnet se dirigea vers Laferire,
o se trouvait le gnral en chef. La premiere question de celui-ci fut
relative Boisrond et Mentor. Il s'tonna surtout que Mentor n'et
point t pass par les armes. Il engagea Bonnet d'aller l'attendre au
Cap, o il parut lui-mme le 28 (1). Alors il venait d'apprendre la mort
de Boisrond et de Mentor.
Effectivement, ds le lendemain du dpart de Bonnet, Mentor et
Boisrond furent arrts dans les rues et jets en prison par des offi-
ciers subalternes, incits en ceci par les officers suprieurs du
Sud. Quelques propos insignifiants attribus Mentor sur la mort
(le Germain (2), envenims par la malveillance don't son pass
le rendait l'objet, l'attitude silencieuse de Boisrond, le mystre don't ce
dernier s'enveloppait, tout ajoutait aux suspicions qui planaient sur eux.
Plongs dans un cachot, ils furent rveills au milieu de la nuit
par des cliquetis d'armes, par des vocifrations de soldats. Leur heure
supreme avait sonn Mentor dtourna la face et tomba sous plusieurs
coups de baonnettes reus au dos (3). Boisrond essaya de lutter ;
il lana, avec toute la violence de son caractre, son pot eau et les
bouteilles qui l'entouraient la tte de ses assailants, et tomba
son tour pour ne plus se reliever (4) !
Mais quoi Germain, Boisrond et Mentor ne devaient-ils pas
s'attendre, aprs avoir jou un si dplorable rle sous le gouverne-
ment qu'on venait de renverser ? N'taient-ils pas has par l'arme
et le people ? Favoris de l'Empereur, accuss just raison de suren-
chrir les rigueurs du matre, riches de tous les mauvais penchants, en
butte toutes les imprcations, ils ne laissrent aucun regret a la



(1) Date prcise dans les Rflexions sur le prtendu Snat du Port-au-Prince,
par Chanlatte.
(2) Il aurait dit madame Germain qu'elle trouverait bientt en lui un nouveau
protecteur. Histoire d'Haiti, par M. Madiou, tome iii, page 339.
(3) On croit tort, gnralement dans le Sud, qu'aucun lien de parent n'unissait
ce Mentor l'autre q i fut sabr aux Cayes, la prise d'armes contre Dessalines.
Je suis heureux de pouvoir ici rectifier cette erreur, car les dtails historiques ont
toujours une certain valeur. Or, Sonthonax crivait, le 24 messidor an Iv (12 juil-
let 1796), aux dlgus qu'il avait envoys dans le Sud et qui bouleversrent si
cruellement cette province :
Le capitaine Mentor, l'un de mes aides-de-camp, m'a dit avoir un frre aux
Cayes, qui est dans la gendarmerie, sous le grade de marchal des logis. J'attends
de l'estime particulire que vous avez pour ce jeune officer, don't vous connaissez
e les principles, que son frre ne sera pas oubli dans la rorganisation des corps
militaires et que vous lui procurerez tout l'avancement qu'il mrite par son ancien-
net de service, son patriotism et ses talents personnel.
Voyez, la Bibliothque impriale de France, section des manuscrits, la Corres-
pondance de Sonthonax.
(4) On put lire le lendemain sur le mur du cachot ce quatrain, qui tmoigne de
la force d'me de Boisrond, malgr un barbarisme vident de language :
Humide et froid sjour, fait par et pour le crime,
O le crime en riant immole sa victim !
Que peuvent inspire tes fers et tes barreaux,
Quand un coeur pur y goute un innocent repos ?













socit, pour le bien de laquelle ils n'avaient rien fait d'utile et de
grand (1).
Ption et Grin n'avaient besoin de prononcer aucun arrt de
mort dans ces tristes circonstances, comme on sembla leur en faire
un reproche : l'arrt n'tait-il pas dans la logique des faits, plus
puissante souvent que celle des hommes ?
Nanmoins, dplorons que Germain, Mentor et Boisrond n'eus-
sent pas su garder, dans les actes de leur vie publique, cette modra-
tion toujours utile, quand ce ne serait que lors du revers de la mdaille ;
dplorons surtout que les deux derniers, don't l'esprit avait t
cultiv par l'tude, n'eussent pas compris que l'intelligence n'est rien
sans la morality, et que l'amour de la patrie est insparable de l'amour
de ses concitoyens, ou plutt que ces deux sentiments n'en font qu'un.
En admettant que sous un homme aussi ombrageux que Dessalines,
ils se fussent trouvs dans l'impossibilit de faire ou mme de con-
seiller le bien, pourquoi ne pas rsister au mal, ou tout au moins l'at-
tnuer ,au lieu d'y pousser ou de l'aggraver (2) ?
VII. Enfin, Christophe, rendu au Cap prs de Bonnet, convoqua
au gouvernement les officers suprieurs ; et en leur presence, il com-
mena par reprocher Bonnet de lui avoir scell sciemment la fin
de Boisrond et de Mentor. Ces deux vnements prouvaient, selon
lui, qu'on en voulait aux noirs et aux hommes clairs.
Bonnet, fort de sa conscience, rpliqua que ces vnements
n'avaient pu avoir lieu qu'aprs son dpart, qu'il les ignorait compl-
tement ; qu'en toute hypothse, on n'avait pu mettre mort Mentor
et Boisrond que pour le fait de quelque conspiration contre l'Etat.
On dit que Christophe se plaignit qu'on eut nomm Wagnac gn-
ral de brigade sans sa participation (3) ; qu'il dclara que l'insur-
rection du Sud et de l'Ouest n'tait que le rsultat de l'ambition.
A cette occasion, Bonnet se serait lev et aurait rpondu d'une
voix ferme : 17,000 hommes ont abattu Dessalines au Pont-Rouge ;
si l'ambition les avait anims, ils se seraient prcipits dans le
Nord, et rien n'et pu les empcher de pntrer jusqu'au centre de
la ville du Cap.
Christophe, dconcert cette rponse, se serait lev son
tour et serait entr dans un autre appartement. Mais j'ai bien peur
que l'auteur de ces assertions (4) n'ait ici interverti les rles ; en
effect, Bonnet tait un homme trop habile pour oser tenir un language
si peu mesur, et Christophe tait un home trop altier, trop cat-
gorique, pour le subir sans rpliquer (5).

(1) Je n'ai jamais pu bien savoir quels sont ceux qui poursuivirent la mort de
Mentor et de Boisrond. S'il faut en croire Chanlatte, dans ses Rflerions sur le pr-
tendu Snat du Port-au-Prince, c'et t Blanchet jeune : Sachez, dit-il, qu'il s'indigne
et se repent de n'avoir pas rendu le supplice des Mentor et des Boisrond common
avec les autres aides-de-camp de sa dfunte majest.
(2) Les passions rvolutionnaires sont toujours impitoyables : Alexis Dupuy,
colonel l'tat-major imperial, malgr la sympathie gnrale qu'il inspirait, se trouva
aussi menac dans sa libert et peut-tre dans son existence. Ption l'accueillit dans
sa demeure et le ft partir pour les Gonaives, sur sa golette l'Indien.
(3) On avait tromp Christophe cet gard : on appelait Wagnac gnral dans
le Sud, parce qu'il commandait en chef cette province ; mais il ne fut rellement
lev ce grade que par le Snat, le 25 janvier 1807. Voyez Recueil de M. Linstant,
tome i, page 201.
(4) Histoire d'Hati, par M. Madiou, tome iii, pages 346, 347.
(5) M. Madiou dit, page 319. qu'il tient une parties de ces dtails du gnral
Bonnet lui-mme, qui, en 1841 et 1842, lui racontait avec bont, quoique M. Madiou
fit d'une extreme jeunesse, les vnements politiques auxquels il avait pris part.
L'extrme jeunesse est peu susceptible de mmoire et surtout de discernement ; aussi
celle o se trouvait alors M. Madiou, et qu'il rappelle si loyalement, doit lui mriter
l'indulgence des critiques. Ceux-ci auront seulement dplorer qu'il ait ajout la


1806


LIVRE XI










PETION ET HAITI


Christophe, au contraire, aurait dit Bonnet, suivant le baron
de Prvost:
Vous avez t les premiers montrer aux troupes briser le
frein de la discipline ; lorsque vous voudrez les remettre dans le
t devoir, vous ne le pourrez plus; elles tourneront contre vous-mmes
leurs armes taches par le crime. Pour prolonger votre exis-
tence, vous serez obligs de leur laisser faire tout ce qu'elles vou-
dront. Lorsque les trsors de l'Etat que vous avez dilapids seront
puiss, vous ne pourrez plus les solder. Vous serez contraints
" recourir des moyens extremes, et souffrir les funestes effects de
leur licence. Quant Ption, je le plains; au lieu d'tre le chef,
il n'est que l'esclave et l'instrument de votre faction. Lorsqu'il sera
bien engag et que les choses seront dsespres, vous l'abandonne-
rez, comme vous notamment, Bonnet, avez fait avec le gnral
Villatte, don't vous avez caus la ruine au 30 ventse. En suscitant
la guerre civil, vous serez responsables de tous les malheurs qui
en rsulteront; car l'on sait bien le jour qu'on tire l'pe du four-
reau, mais nul ne peut connatre l'instant o il pourra la ren-
" gainer (1).
Le ton de ce discours cadre parfaitement avec le caractre de
Christophe. Mais il faut convenir que ce chef exagrait grandement
en disant que le frein de la discipline avait t bris, parce qu'un
bataillon de la 20* demi-brigade tait rentr sans ordre du Mireba-
lais au Port-au-Prince ; que les armes du Sud-Ouest taient taches
par le crime, parce que quelques soldats obscurs et isols avaient mis
mort Germain, Mentor et Boisrond ; qu'on avait dilapid les caisses
de l'Etat, parce qu'on avait sold les troupes, ainsi que l'avait fait
Christophe lui-mme dans le Nord-Ouest ; que Ption tait enfin suscep-
tible jamais de se rendre l'instrument d'aucune faction.
Christophe tait encore moins dans le vrai, quand il disait que
Bonnet avait contribu la ruine de Villatte au 30 ventse. Bonnet,
alors chef d'escadron, aide-de-camp de Rigaud, se trouvait au Cap
depuis plus d'un mois, avec Pinchinat, J.-P. Fontaine et Rey-Delmar,
tous charges de dpches pour le Directoire excutif. Ils devaient
s'embarquer sur la corvette la Vnus. Mais quand ils virent que l'orage
allait clater dans cette ville entire le gnral Laveaux et le gnral
Vilatte, trangers tout le conflict, ils obtinrent de Rigaud de faire partir
leurs dpches et de revenir dans le Sud, o ils pensaient se faire nom-
mer dputs au Corps lgislatif, comme ils le furent effectivement,
l'exception de Bonnet, afin de donner plus d'autorit leurs rapports
dans la mre-patrie sur la situation prilleuse de la colonie.
O donc Christophe voyait-il que Bonnet avait abandonn Vil-
latte lors de l'affaire de ventse, puisqu'alors Bonnet tait aux Cayes
et qu'il n'avait pris part aucune machination dans le Nord (2) ?
La sance fut leve, sans doute aprs quelques explications judi-
cieuses, mais calmes et sages, de la part de Bonnet. Le lendemain
celui-ci aurait t rappel au gouvernement. On a bien fait, lui dit
Christophe, d'avoir sacrifi Mentor ; c'tait un grand ambitieux.
Mais je suis forc de condamner ces faits en presence de ces bri-
gands qui m'entourent. Si, par mes paroles, je ne les contenais pas,

parties des dtails donns par Bonnet, parties de details vrais, car le gnral mritait
toute confiance, une autre parties de details essentiellement invraisemblables, pour ne
pas dire controuvs.
(1) Pages 27 et 28 de la Relation des glorieux vnements qui ont port leurs
majests royales sur le trne d'Hati, suivie de l'Histoire du couronnement et du
sacre du roi Henri Ir et de la reine Marie-Louise, par le baron de Prvost, 1811.
(2) Voyez le mme ouvrage, Ption et Hati, tome i, page 263.


1806













ils se livreraient toutes sortes d'excs et tenteraient de m'assassiner.
Hier je n'ai entendu blmer ni vous ni Ption (1).
J'admets cette dernire conversation, moins le dernier paragraphe;
car, aprs avoir proclam devant une assemble solennelle de toutes
les notabilits du Cap, que l'insurrection du Sud-Ouest n'tait que le
rsultat de l'ambition (2), Christophe tait-il un homme chanter
la palinodie vingt-quatre heures aprs ?
Enfin, la mission de Bonnet tait .remplie. Il retourna a.u Port-
au-Prince par terre, non sans quelque inquitude, parce qu'on pr-
tendait que Christophe avait voulu lui faire tendre une embuscade au
Pont-de l'Ester (3).
VIII. Malgr cette dernire particularit vraie ou fausse, le 3 novem-
bre, Christophe convoqua l'Assemble constituante, don't le suffrage
universal devait tre la base, et laquelle chacun tait ligible, quel
que ft le lieu de son domicile. C'tait l montrer un profound res-
pect pour le dogme sacr de la souverainet du people. Il dsigna
cette assemble, comme point de runion et de dlibration, la ville
du Port-au-Prince. C'et t l prouver qu'il n'entendait nullement
en influence les operations, si, alors qu'il apprit que cette ville avait
nomm Ption pour son dput, il n'avait envoy un de ses aides-de-
camp, du nom de Doria, faire confidentiellement part Ption de ses
voeux pour un pouvoir presqu'illimit, Ption, certes, ne pouvait tre
surprise de cette dmarche. Mais, emport comme tous les autres vers
les ides dmocratiques, il dclara Doria : que loin de se prter
de pareilles machinations, s'il se prsentait un citoyen assez auda-
cieux pour border une pareille question, il monterait la tri-
bune pour le combattre; que le people voulait la libert, qu'il le
seconderait de tous ses efforts (4).
Jusque-l, Ption se trouvait dans la raison du droit. S'il avait
jur Christophe d'obir ses lois, puisqu'elles seraient justes, ne
se rservait-il pas, par cela mme, la facult de se refuser tout ce
qui serait attentatoire aux liberts publiques ?
IX. Mais Christophe, on le pense bien, fut choqu hors measure de
la rponse de Ption, car il apparaissait qu'on ne lui savait pas gr
de la moderation qu'il avait jusque-l montre. Habitu, d ailleurs
ne pas voir discuter ses volonts et procder toujours catgorique-
ment, il ne lui fut pas difficile de revtir le vieil homme qu'il avait
laiss, un instant, de ct. C'est ce qui arrivera bientt. En at-
tendant, il voulut se rendre un compete parfait de la situation des
deux divisions du Sud. C'est Dartiguenave, qu'il confia la mission de
parcourir le thtre o dominant Ption et surtout celui o dominant
Grin ; Dartiguenave, ancien adjudant-gnral l'arme du Sud,
vad tout rcemment de la France, lev par Dessalines au grade
de gnral de brigade, et qui restera moins fameux par ses exploits
au camp du Grand-Gove, lors de la guerre civil, que par la mort
de Cappois don't il fut l'instrument servile ; Dartiguenave, enfin,
qui devait lui-mme tomber sous les coups de la politique ombrageuse
du nouveau chef d'Hati.

(1) Histoire d'Hati, tome II, page 348.
(2) Histoire d'Haiti, tome II, page 347.
(3) La mission du gnral Bonnet a t dcrite dans les Souvenirs Historiques
publis par son fils en 1864, donc aprs le livre de Saint-Rmy. La description
donne par celui-ci est peu prs exacte. Ce n'est pas seulement une, mais trois
embuscades ou plutt guet-apens que tendit Christophe Bonnet. Voyez le livre de
Bonnet et le mien La Fondation de la Rpublique d'Hati . F. D.)
(4) Rponse aux libelles sditieux du gnral Christophe, imprime au Port-au-
Prince, en 1807, chez Fourcand ; brochure grand in-8o de treize pages (BIBLIOTHQUE
IMPIRIALE DE FRANCE).


1806


LIVRE XI












PETION ET HAITI


Christophe crivit donc Ption :
Au quartier-gnral de Milot, le 30 octobre 1806.
Henry Christophe, gnral en chef de l'arme d'Hati, S. E. le
gnral de division Ption.
Par le retour de mon aide-de-camp, gnral, j'ai reu votre let-
tre don't il tait porteur. Je suis fch par rapport ... (1) des excs
auxquels sa troupe s'est porte ; mais j'espre que vous arrangerez
tout pour le mieux et que vous vous occuperez sans relche du bon
ordre et de la tranquillit.
Le gnral Dartiguenave est porter de mes ordres ; il est charge
de vous les communiquer. Je vous invite l'assister de vos bons
conseils.
Aussitt que vous pourrez vous rendre auprs de moi, sans
compromettre la sret de la division confie votre commandement,
je vous engage le faire, dsirant beaucoup vous voir et m'entre-
tenir avec vous de vive voix. J'ai beaucoup de choses vous com-
muniquer que je ne peux pas confier au paper.
J'ai l'honneur de vous saluer avec consideration,
(Sign :) Henry CHRISTOPHE.
Port-au-Prince, le 20 dcembre (2) 1806.
Le gnral de division Ption, commandant la deuxime division
de l'Ouest, et membre de l'Assemble constituante, an gnral en
chef Henry Christophe, chef provisoire du Gouvernement.
. J'ai reu, mon gnral, la lettre que vous m'avez crite, et que
le gnral Dartiguenave tait charge de me remettre ; ce gnral
m'a fait part le la mission don't vous l'avez charge pour le Sud, et
m'a communique, d'aprs vos ordres, les instructions don't il est
porteur. Comme par votre lettre vous m'invitez l'aider (le mes
conseils relativement cette mission, j'ai pens qu'il tait de mon
devoir de lui faire connatre le mauvais effect que produirait, dans
ce moment, sa presence dans cette parties; lui-mme en est convenu
et s'est dcid vous faire part (de nos rflexions, et d'attendre ici
vos ordres.
D'aprs la confiance que vous me tmoignez, je dois, mon gn-
ral, vous dire la vrit, et je suis trop ami de mon pays pour ne pas
vous clairer sur une dmarche qui pourrait en trouble le repos.
Le gnral Grin est le premier qui s'est mis la tte de la rvolu-
tion qui nous a dlivrs de la tyrannie; il n'a pas balanc faire
le sacrifice de sa famille (3) expos la frocit de Dessalines, pour
dfendre la cause du people; ce gnral, depuis le commencement
de la revolution, n'a cess de combattre pour la libert don't on
pourrait dire qu'il est le martyr ; dans ce moment mme il se donne
tous les movements possibles pour maintenir l'ordre et la tranquil-

(1) C'est sans dout e e Lamnarre, chef de la 24" demi-brigade, don't il est ici
question : ce corps s'tait presque mis en tat de rebellion contre Yayou. par suite
e dmls de ce colonel avec le gnral. Le gnral Ption parvint apaiser l'effer-
vescence en se transportant Logane et en faisant arrter LaInarre qui fut condamn
deux ans de prison ; des officers, plus compromise, furent excuts mort.
(2) Lisez 10 diembre, la date (lu 20 n'tant probablement qu'une erreur ou de typographie.
(C) ;rin avait en effet sa femme et son fils Saint-Marc, o il faisait sa rsi-
dence depuis sa nomination au ministre de la guerre et de la marine. Il n'tait,
au moment de la cruise du Sud, qu'en cong de traitement. C'est Bonnet qui, son
retour du Cap, lui ramona sa famille.










1806 LIVRE XI 73

lit. En voyant arriver le gnral Dartiguenave, charge d'une mis-
sion particulire et revtu du pouvoir de confrer des commande-
ments, il regardera ncessairement cette dmarche comme une
marque certain du peu de confiance que vous avez en lui, et comme
un dessein form d'avilir son autorit aux yeux de ces mmes
hommes qui se sont volontairement rangs sous son commande-
ment. Les officers qui ont concouru avec ce gnral au renverse-
ment du tyran, croiraient voir un dsavoeu de leur conduite, et la
crainte des suites pourrait les rduire au dsespoir. Il est de mon
devoir de ne pas vous laisser ignorer que l'effervescence n'est pas
tout fait apaise dans cette parties. Tous les esprits sont tendus
vers la constitution, c'est le baume qui seul peut gurir toutes les
plaies que l'inquitude fait naitre : n'est-il pas prudent, mon gn-
ral, que nous attendions ce moment si dsire ? Je vous prie de rfl-
chir vous-mme sur les consequences qui pourraient en driver:
si une dmarche, quoique innocent, tait susceptible d'interprta-
tion, le moindre des rsultats serait de faire perdre au gouverne-
ment la confiance du people. Alors l'harmonie serait dtruite, la
dfiance renatrait, et les progrs du bien seraient retards dans
leur march. Pesez dans votre sagesse, mon gnral, toutes les
raisons que je viens de vous dduire, et je suis persuade que vous
les approuverez ; votre propre gloire exige imprieusement que
vous fassiez le bonheur de vos concitoyens, et vous manqueriez
ce but qui doit vous immortaliser.
J'ai l'honneur de vous saluer respectueusement,
PTION. >>

X. Voil donc la second fois, depuis la mort de l'Empereur, que
Ption se trouve en dsaccord avec le chef provisoire du pays. Il a
dj refus de consacrer, dans la constitution venir, le despotisme
que demandait Christophe ; aujourd'hui, il paralyse une mission
laquelle ce dernier semble attacker une grande importance.
Supposons, au contraire, que Ption et laiss pntrer Dartigue-
nave dans le Sud ; que ce gnral et cherch remplir strictement
sa mission ; qu'en serait-il rsult ? Grin, don't on connait la suscep-
tibilit, l'humeur bouillante, qui, dit-on, avait voulu faire sacrifier
tous les alentours de l'Empereur, qui, depuis l'vnement du Pont-
Rouge, se considrait avec raison comme le principal librateur du
people ; Grin, justement froiss de se trouver supplant par un
officer subalterne, n'et sans doute pas tard s'irriter, clater. Que
de maux rien que cette provision ne fait-elle pas drouler quelques.
jours de l ?
Supposons encore que Ption, parjure sa conscience, parjure
au programme de la revolution, se ft dclar le side de Christophe
et qu'il et cherch seconder sa passion effrne de la domination;
qu'en serait-il rsult ? A part le crime de l'apostasie, quel affreux
avenir rserv aux masses Christophe, simple chef de brigade, ne
faisait-il pas tout redouter de Christophe, Prsident, Roi ou Empe-
reur ? Il est vrai qu'Auguste fit oublier les crimes d'Octave ; mais
combien d'exemples l'histoire nous prsente-t-elle de ces retours vers
le bien ?
Or, Christophe, la reception de la dernire dpche de Ption,
sortit du calme au sein duquel il s'tait jusque-l retranch. D'abord,
le 18 dcembre, il proclama que quelques ambitieux retardent les
operations de l'Assemble constituante pour avoir le temps d'intri-
guer et de se prparer le terrain ; que des missaires se rpandent
dans la premiere division de l'Ouest pour engager les troupes










PETION ET HAITI


< la dsertion; qu'on a persuade aux musicians de la 4e demi-brigade
" de quitter leurs drapeaux et qu'on a souffert que le 3" bataillon de
a la 20" ait abandonn sa garnison du Mirebalais.
Aprs avoir signal ces faits la nation, Christophe rpondit
le lendemain aux conseils que venait de lui donner Ption.
Au quartier-gnral du fort Henry (1), le 19 dcembre 1806,
an ni de l'Indpendance.
Henry Christophe, gnral en chef de l'arme d'Hati (2), S. E. le
gnral de division Ption, commandant la deuxime division
de l'Ouest.
Je viens, gnral, de recevoir vos deux lettres du 9 et du 10 pr-
sent, celle du 9 sans signature.
La premiere m'apprend que le 3' bataillon de la 20' demi-brigade,
en garnison au Mirebalais, a quitt sans ordre son poste pour se
rendre au Port-au-Prince, o vous l'avez fait caserner dans la crainte
qu'il ne se ft rpandu dans les bois, si vous l'eussiez renvoy
son poste.
Il est tonnant, monsieur le gnral, que, connaissant les con-
squences de la dmarche de ce bataillon, vous ne lui ayez pas
prescrit sur-le-champ de retourner son poste, au risque de le
voir se rpandre dans les bois ; vous n'ignorez pas que l'exemple
qu'il vient de donner ne peut que produire les pius funestes effects,
et l'on aurait trouv bien promptement le moyen de le faire sortir
du bois o il se serait rfugi. Je ne puis donc que m'tonner que ce
bataillon soit jusqu' present au Port-au-Prince dans vos casernes.
Votre second lettre relativement la mission du gnral Darti-
guenave que j'ai envoy dans le Sud, m'tonne aussi; je ne pouvais
m'attendre, monsieur le gnral, qu'un officer envoy par le gou-
vernement pt prouver aucune difficult remplir la mission qui
lui tait confie, ni faire perdre au gouvernement la confiance du
people, faire renaitre la defiance, dtruire l'harmonie, et retarder les
progrs du bien. Je dsirerais savoir, et c'est ce don't vous ne m'avez
pas instruit, comment la mission du gnral Dartiguenave peut paratre
au gnral Grin un dessein form d'avilir son autorit aux yeux de
ces hommes qui se sont volontairement rangs sous son commande-
ment.
Le gnral Grin, en se mettant le premier la tte de ceux
qui ont contribu au renversement du gouvernement prcdent,
pouvait-il prtendre la proprit (les deux divisions du Sud ? Esp-
rait-il que ce serait le prix de ses services ?
Le gnral Grin, d'aprs ce qu'il m'a crit, est bien loin de pen-
ser comme vous me le donnez entendre ; il se plaint moi des
intrigues qu'ont employees les factieux pour trouble l'ordre, des
peines qu'il a eues pour rprimer l'ambition des places et la cupi-
dit dans les deux divisions du Sud. Et plt Dieu qu'il y pt parve-
nir Je dsire de tout mon cour qu'il djoue ces gens parti qui
poursuivent les grades et la fortune, et contre lesquels ce gnral
est oblig d'employer des voies de rigueur pour les rprimer.
Je ne puis m'empcher de vous avouer que je dcouvre de plus


(1) Nom que Christophe donna la citadelle Lafrire, aussitt aprs la mort de
l'Empereur.
(2) Il faut remarquer que dans aucune de ces trois lettres de Christophe, il ne
prend la qualification de chef provisoire du gouvernement qui lui avait t dcerne
par la revolution. Ce mot provisoire semble rpugner son ambition ; mais le titre
de gnral en chef de l'arme d'Haiti, voil ce qui lui plait et lui convient.


1806












en plus, monsieur le gnral, le fil de toutes les trames, de toutes
les menes qui ont lieu dans l'Ouest et le Sud. Je n'ai jamais su
tergiverser ; j'aime qu'on me parle ouvertement et qu'on s'explique
catgoriquement. Si vous n'avez pas toujours rflchi en m'crivant
vos lettres, je n'ai jamais manqu de le faire en les recevant.
Les esprits sont, dites-vous, tendus vers la constitution ; je
l'attends aussi avec la plus grande impatience; j'espre qu'elle ne
sera pas uniquement consacre favoriser les intrigants, et leur
donner les moyens d'alimenter leurs passions ; le bonheur de nos
concitoyens sera toujours le but de toutes mes measures et ma
gloire la plus chre ; mais je ne ferai jamais consister cette gloire
favoriser les factieux et contribuer leurs desseins.
J'ai l'honneur de vous saluer,
(Sign :) Henry CHRISTOPHE.
Nul doute que les plaintes de Christophe n'taient fondes ; mais
on doit lui reprocher de n'avoir pas agi, en cette circonstance, avec
toute la dignit don't doit s'entourer le chef mme provisoire d'un
gouvernement, au lieu de prendre le ton de l'aigreur et quasiment
de l'injure vis--vis d'un officer qui lui tait subordonn. Pourquoi ne
pas lui ordonner simplement de contraindre les dserteurs de retourner
leur poste et de laisser Dartiguenave poursuivre sa mission ? C'tait
l le seul moyen de continue maintenir le droit de son ct.
Ption, d'autre part, fut soulev d'indignation lorsqu'il eut pris
lecture de la lettre que lui apporta le gnral Richard. Rflchis-
sant qu'aprs tout, il avait rendu autant de services la patrie que le
gnral Christophe, que ces services lui donnaient droit aux gards
de tous et surtout ceux de ce gnral, qui tait venu, l'aurore de la
guerre de l'Indpendance, mettre au camp d'Hricourt ses jours l'abri
de la vengeance des Franais et des Taccos. Ption rpondit incontinent
aux imputations don't il tait l'objet.
Port-au-Prince, le 24 dcembre 1806.
Le gnral de division Ption, commandant la deuxime division
de l'Ouest, et membre de l'Assemble constituante, au gnral
en chef Henry Christophe, chef provisoire du Gouvernement.
J'ai reu, gnral, votre lettre du 19 courant, laquelle je vais
rpondre.
A l'gard de ce que vous me dites relativement au 3" bataillon
de la 20" demi-brigade (1), j'avais senti aussi toute la consequence
de sa dmarche ; mais je n'ai pas pens que dans les circonstances
o nous sommes, la svrit fut le seul remde auquel il et fall
recourir, et je suis loin de croire qu'elle aurait produit l'effet que
vous prsumez. Dans le passage d'un gouvernement un autre, si
l'on peut s'opposer ce que les lois soient entirement suspendues,
il est difficile qu'elles ne percent une parties de leur force et de leur
nergie.
< Quant la mission du gnral Dartiguenave dans le Sud, je n'ai
fait que me conformer votre lettre don't il tait porteur, et par
laquelle vous m'invitiez l'aider de mes conseils ; et si je me suis
permis de vous faire quelques observations, ce n'est que parce que


(1) Le 3e bataillon de la 20' demi-brigade avait t form par Dessalines, aussitt
aprs la prise du Port-au-Prince sur les Franais, des jeunes gens de cette ville.
Ceux-ci avaient profit de la mort de l'Empereur pour rentrer en masse dans leurs
foyers, o, du reste, ils avaient contribu puissamment au maintien de l'ordre.


1806


LIVRE XI










PETION ET HAITI


vous m'avez autoris cela par plusieurs de vos lettres, entire autres
celle du 23 octobre, o vous vous expliquez ainsi : Personne mieux
que vous, mon cher camarade, ne connat mes principles et mon dsin-
tressement pour toute espce d'emploi ; 11 m'a fallu un aussi
puissant motif pour me dterminer accepter ce fardeau norme,
avec la persuasion que j'ai que vous concourrez, en votre particu-
lier, m'aider de vos lumires lorsque le bien l'exigera.
Connaissant les principles du gnral Grin, je suis persuade,
gnral, qu'il ne regarded pas plus les deux divisions du Sud comme sa
proprit, que je ne regarded celle de l'Ouest comme la mienne : je
pense mme qu'aucun fonctionnaire ne peut avoir une semblable
ide. Le prix des services du gnral Grin, comme le prix des miens,
est la gloire d'avoir reconquis la libert de notre pays. Si nous avions
de l'ambition, aprs la journe du 17 octobre, nous tions les matres
d'y donner un libre course, tandis que notre dmarche au contraire,
a prouv quel est notre dsintressement. Le grade de gnral de divi-
sion que j'occupe en ce moment suffit mon ambition, et je serai
toujours prt m'en dmettre lorsque le bien public l'exigera.
J'ai prouv plus d'une fois que je n'ai jamais connu ni l'intrigue
ni l'ambition ; la voix publique ne laisse aucun doute cet gard ;
c'est pourquoi j'eusse dsir que vous m'eussiez fait connatre quels
sont ceux qui tiennent le fil des trames que vous dites qui s'ourdissent
dans l'Ouest et dans le Sud ; car j'aime aussi que l'on me parle
ouvertement et que l'on s'explique catgoriquement ; alors je pourrais
y rpondre.
L'accusation que vous me faites de ne pas rflchir sur les let-
tres que je vous cris, m'a fait beaucoup rflchir sur la vtre et
sur votre dernire proclamation, et j'y ai vu un acte peu propre
ramener les esprits vers un mme but, je crois devoir vous dire que
j'ai l'habitude aussi de rflchir sur mes actions ; et dans toutes,
je prends pour guides l'opinion publique et l'intrt de mon pays.
Enfin, citoyen gnral, la constitution va paraitre, et je suis
comme vous d'avis qu'elle ne sera point consacre uniquement
favoriser les intrigants, ni leur donner les moyens d'alimenter
leurs passions : le people, en abattant le tyran la journe jamais
mmorable du 17 octobre, n'a pas fait la guerre pour tuer un homme,
mais bien pour dtruire la tyrannie et pour changer la forme d'un
gouvernement qui ne pouvait lui convenir en rien, et tablir sa souve-
rainet ; c'est au moment que cet acte de sa volont supreme devra
recevoir son execution qu'on connatra les ambitieux et les intrigants;
pour moi, je suis prt a dposer ses pieds les pouvoirs que je
reconnais ne tenir que de lui, et soumettre ma volont particulire
la volont gnrale. C'est alors que le people distinguera ses vrais
amis d'avec les ambitieux. Malheur ces derniers !... s'il n'a pas craint
d'abattre la tte de Dessalines, pourra-t-il trembler devant des intri-
gants et des ambitieux subalternes ?
J'ai l'honneur de vous saluer,
(Sign :) PTION.
XI. Cette lettre tait une vritable rupture. Et s'il est vrai que
Christophe avait t l'agresseur, on ne doit pas moins blmer Ption
d'avoir oubli qu'il parlait son chef suprieur, et qu'en consequence,
il devait mieux mesurer son language. Le droit de rcrimination a des
limits qu'il est peu honorable.de franchir. (1)

(1) Nous ne pensions pas qu'en la circonstance on puisse blmer Ption. Si,
comme dit Saint-Rmy, Christophe est l'agresseur, comment peut-on reprocher
Ption d'avoir rpondu du tac au tac ? Si le droit de rcrimination a des limits,


1806











Mais Christophe n'avait pas eu besoin de recevoir cette espce
de cartel pour montrer qu'il n'tait nullement dispos se courber
devant les paroles de libert, d'galit, devant le language dmocra-
tique, enfin, don't le Port-au-Prince retentissait.
Averti par quelques dputs du Nord, et particulirement par
Juste Hugonin (1), du project des constituents de ne laisser au pou-
voir excutif qu'une latitude drisoire, en l'enlaant dans mille entraves,
Christophe se transport au Cap, o, le 24 dcembre, il lana le
premier brandon de la guerre civil.
Ption, disait-il, Bonnet, Boyer, les deux frres Blanchet, Dau-
mec, Lys, Caneaux et quelques autres de leurs infmes complices,
viennent de lever le masque ; ils ont mis au jour leurs projects.
Ils sont en pleine rvolte contre l'autorit ; ils veulent tablir une
constitution qui mettra le pouvoir entire leurs mains, et livrera les
finances et les places leurs dispositions. Le gnral en chef vient
de donner l'ordre de la march pour soutenir vos droits et pour
maintenir votre libert que l'on veut vous ravir. Ces sclrats, une
fois parvenus leurs fins, ne vous laisseront pas seulement la facult
de vous plaindre.
Il faut marcher : notre devoir nous oblige de maintenir l'ordre
et l'excution des lois. Que tous les maux qu'ils ont prpars retom-
bent sur leurs ttes coupables Votre gnral ne veut point tran-
siger avec les ennemis de la liberty ; il ne veut point tergiverser
avec eux.
Il attend de vous, militaires de tous grades, de remplir votre
devoir comme vous l'avez toujours fait ; il compete sur tous les chefs
et officers de corps, et sur leur attention au service. Les factieux
ont lev l'tendard de la rvolte ; il est just qu'ils patient de leurs
fortunes leurs funestes complots. Le pillage de tous les lieux o les
rebelles seront trouvs, vous est abandonn sans restriction (2).
Marchez, et la victoire va couronner la justice de votre cause.
XII. Cependant l'Assemble constituante, compose de soixante-
quatorze dputs, avait ouvert ses sances, le 18 dcembre, dans
l'glise du Port-au-Prince. On remarquait, parmi les dputs du Nord,
Juste Hugonin, Lagroue et Dupuy, trois hommes instruits, mais tous
dvous Christophe. On y remarquait aussi Csar Tlmaque, qui,
maire du Cap, l'arrive de l'expdition franaise, s'tait noblement
dvou au salut de ses administrs : le bon sens de la pense, la sa-
"esse de la parole, la droiture de la conduite, l'avaient fait distinguer
durant toute la revolution. Guillaume Manigat, ancien juge de paix
au Fort-Libert, connu pour l'nergique demonstration avec laquelle
il se signal lors de l'affaire d'Hdouville, n'avait de passion que
pour la libert. Pierre Thimoth (3), ancien officer dmissionnaire
de la 9" demi-brigade, ne brillait par aucune lettre, mais la douceur
de ses moeurs, l'aversion qu'il prouvait la vue des moindres injus-
tices le rendaient cher tous ceux qui le connaissaient. Bruno Blan-
chet tait l'esprit gnralisateur par excellence, tel qu'il en apparat
toujours au moment des transformations sociales. Daumec, l'homme


l'agression tant une faute n'en aurait-elle pas aussi ? L'insulteur aurait-il plus
de droit que l'insult ? C'est le contraire qui est vrai dans tous les pays du monde.
La riposte est de droit natural. L'agresseur a toujours tort. F. D.
(1) Multre ; Christophe le nomma plus tard comte de Richeplaine.
(2) Cette promesse de pillage me rapelle que le 7 fvrier 1843, le gnral Inginac
crivait du Petit-Gove, au commandant Goguette, Logane, propos de la rvo-
lution de cette anne : Le butin des tratres sera la rcompense des vaillants soldats
lie la Rpublique...
(3) Aussi appel Thimoth Aubert ou Thimoth Laventure.


1806


LIVRE XI










PETION ET HAITI


spiritual, orateur aussi grave qu'loquent, et t, par le talent, remarqu
mme sur un thtre plus vaste et plus civilis.
Parmi les dputes de l'Ouest et du Sud, on dsignait avec honneur
Thodat Trichet, don't les connaissances taient vastes en principles
de legislation ; Bonnet, qui devait, la secrtairerie d'Etat, montrer
de rares capacits administrative ; David-Troy, chez qui la gnro-
sit du cour le disputait la vaillance militaire ; Lys, don't la diction
correct captivait les esprits, don't la tournure, toujours martial,
frappait de respect mme ses ennemis ; enfin, Ption, qui une car-
rire militaire sans reproche, et l'on peut ajouter sans peur, assurait
la confiance et l'affection de tous ; orateur qu'aucune fleur de lan-
gage n'enrichissait, mais concis, logique, insinuant, puissant et entra-
nant (1).
XIII. L'Assemble, prside par Csar Tlmaque, doyen d'ge,
procda la verification des pouvoirs. Christophe avait ordonn
I'lection d'un dput par chaque paroisse. Or, en Hati, on ne comp-
tait, cette poque, que 59 paroisses : 35 dans les deux divisions du
Nord et la premiere de l'Ouest (2), 24 dans les deux divisions du Sud
et la deuxime de l'Ouest (3). Mais Ption et Grin, redoutant la majo-
rit acquise, par ce fait, au Nord-Ouest, n'avaient pas recul d'ordon-
ner des lections dans 15 bourgades du Sud-Ouest, quoique ces bour-
gades ne fussent point riges en paroisses (4) ; manouvres indignes
d'hommes forts de leurs droits, qui produisirent frauduleusement,
en faveur du Sud-Ouest, 39 voix, tandis que le Nord-Ouest n'en fournis-
sait que 35 Ces deux chiffres donnaient ainsi 74 dputs au lieu
de 56 (5).
On peut me dire que la nouvelle revolution avait suspend toutes
les lois, mme celle de Dessalines concernant la division territo-
riale (6), et que dans ces instants o s'agitaient les plus graves intrts
de la nation, toutes les divisions devaient tre reprsentes par une
gale quantit de voix ; cette objection et tout au plus autoris
quilibrer les chiffres, mais non fire pencher la balance d'un ct au
dtriment de l'autre (7).

(1) C'est contre tous ces hommes remarquables que Juste Chanlatte public, en
1807, le libelle que j'ai dj cit, sous le titre de : Le prtendu Snat du Port-au-
Prince, libelle don't quelques bons mots et de grossires injures firent la fortune
momentane. Ajoutons que le mme auteur en publia la contre-partie sous le titre de
Christophe, aussitt apres la mort de ce roi, en 1821.
(2) Ouanamainthe, Axabon, Terrier-Rouge, Fort-Libert, Trou, Vallire, Limonade,
Quartier-Morin, Grande-Rivire, Dondon, Marmelade, Petite-Anse, Cap, Plaine-du-Nord,
Acul, Limb, Port-Margot, Borgne, Petit-Saint-Louis, Gros-Morne, Port-de-Paix, Jean-
Rabel, Mle-Saint-Nicolas, Bombarde, Gonaves, Plaisance, Saint-Michel, Saint-Raphal,
Ennery, Saint-Marc, Marchand, Verrettes, Petite-Rivire, Mirebalais, Arcahaye. 35.
(3) Port-au-Prince, Croix-des-Bouquets, Logane, Grand-Gove, Petit-Goave, Saint-
Michel de Miragone, Anse--Veau, Petit-Trou, Corail, Jrmie, Abricots, Cap-Dame-
Marie, Anse-d'Eynaud, Tiburon, Coteaux, Caves, Port-Salut, Torbeck, Cavaillon, Saint-
Louis, Aquin, Jacmel, Baynet, Marigot. 24.
(4) Ctes-de-Fer, Cayes-Jacmel, Sale-Trou, dans l'Ouest ; dans le Sud, Miragone,
Pestel, Petite-Rivire de Dame-Marie, Irois, Trou des Roseaux, Trou-Bonbon, Anse-du-
Clerc ; Anglais, Chardonnires, Port--Piment, Petite-Rivire de Nypes et Baradres.
- 15.
(5) M. Madiou, tome ni, page 364, se trompe quand il dit que Ption et Grin firent
nommer deux dputs par paroisse.
(6) Voyez Recueil gnral des lois et actes dj cit, tome i, page 112. C'est par
la concordance de la loi de Dessalines qui s'y trouve, avec la proclamation de Chris-
tophe, du 14 janvier 1807, (Ambigu, tome xvii, page 434), et la nomenclature des
paroisses figure dans le rapport de Garan-Coulon, tome I, pages 34 et suivantes,
que j'ai reconstitu les 59 paroisses, telles qu'elles se trouvent ici.
(7) M. Ardouin dit tort, tome vi, page 470, que les deux divisions du Sud et
la 2' de l'Ouest avaient nomm 41 dputs, et que les divisions du Nord et la 1r de
l'Ouest en avaient nomm 33.
J'ai pour principal autorit de ma version, Ption lui-mme, qui, dans une


1806










1806


LIVRE XI


Les trente-neuf dputs du Sud-Ouest taient les citoyens : Pierre
Bourjoly Mod, David-Troy, Boyer, Plaisance, B. Sudre, B. Tabu-
teau, D. Rigaud, Malette ain, Jean-Simon, Linstant-Pradine, Aubin,
Orcel, Fonrose Brire, Delaunay, Pinet, Antoine May, Franois Desor-
meau, J. J. Masse, Franois Andr, Rousseau, Charles Daguilh, J. Giraud,
J. B. Masse, Gelle, Martel ain, Voltaire, Depas-Mdina, Fresnel, Magloire-
Ambroise, J. B. Bayard, Lys, Bonnet, Ption, Fquire an, Thodat
Trichet, Louis Leroux, Montbrun (1), Grin, L. Dessalines (2).
Les trente-cinq dputs des deux divisions du Nord et de la
premiere de l'Ouest taient les citoyens: Plage-Varein, Lamothe-
Aigron, Roumage an, Jacques Simon, Lagroue, J. Barlatier, Auguste
Dupuy, J. Isaac, Bonniot, Laviolette, Ptigny fils, Jean-Neptune, Flix
Ferrier, Desgrieux, Manigat, Pierre Timoth, Beaubert, J. L. Larose,
Csar Tlmaque, Daumec, Hyacinthe Datty, Bertrand-Lemoine, Gai-
bois, Nisage Saget, Bruno Blanchet, Blanchet jeune, Bataille, Cincin-
natus Leconte, L. Dpaloir, Boucanier, Juste Hugonin, Almanjor fils,
Lamontagne, Basquiat, Rollin (3).
Vingt-quatre des dputs (4) des trois divisions du Nord-Ouest
protestrent contre le chiffre insolite de 74 membres don't l'Assem-
ble se trouvait compose (5). Mais la majority, laquelle se rallirent


rponse qu'il fit, en 1815, des communications de Christophe dit (*) : 20 dput;'i
du Nord et de la lre division de l'Ouest sur 35 restrent au Port-au-Prince ; a il
les cite mme. Or, en confrant ce chiffre de 35 avec le chiffre total de 74, il est
clair que les divisions du Sud et la 2e de l'Ouest n'en avaient nomm que 39.
(Dans notre livre La Fondation de la Rpublique d'Haiti , nous avons donn
une relation trs minutieuse de cette lutte lectorale que l'on peut trs brivement
rsumer ainsi. A l'poque colonial, la region du Nord ayant t organise avant
la region de l'Ouest et du Sud, l'rection des paroisses se fit un rythme plus
accentu, et il arrival ce fait que la premiere fut pourvue de nombreuses circons-
criptions reconnues administrativement. L'Ouest et le Sud, bien que dvelopps un
peu plus tard, connut rapidement une extension conomique plus grande, et la
population augmenta de la mme faon ; beaucoup de petites bourgades ne furent
pas groupes en paroisses distinctes comme dans le Nord. C'est ce dsquilibre
administratif qui amena le dsquilibre electoral qui fut constat en 1806 au moment
des lections. Il y avait l un danger qui dsavantageait l'Ouest et le Sud. C'tait
aussi une injustice, don't Christophe allait bnficier en faisant lire ses partisans.
Ption contourna ce danger et rtablit l'quilibre en faisant des bourgades du Sud
plus populeuses que celles du Nord, mais non reconnues administrativement, autant
de paroisses qui devaient avoir droit la representation national. Fait qui a son
prcdent dans l'histoire d'Angleterre. Ption n'a rien invent ni innov. Dans les
moments de crise il faut parer au plus press. L'homme d'Etat ne badine pas avec
les vnements quand il s'agit de la Libert et de la Justice. F. D.)
(1) Frre du gnral du mme nom, dport en France par Rigaud, la suite
d'un conflict avec Bauvais.
(2) C'tait l'ancien matre de Dessalines, alors habitant au Port-au-Prince, don't il
avait l'intendance du palais. Je crois qu'il mourut en la mme ville.
(3) M. Madiou, tome II, page 265, dans le mme dnombrement, substitute tort
le nom de Dvalon celui de Depaloir. Il substitute aussi tort le nom de Faubert
celui de Beaubert.
Il n'y eut de ces 74 dputs que Grin et Boucanier lui ne signrent pas l'acte
constitutionnel ; lors de son adoption, le premier tait alors dans le Sud, le second
tait cependant au Port-au-Prince.
(4) M. Ardouin, mme volume de ses Etudes, page 470, accuse tort le chiffre
de 25. Voyez au Recueil gnral des lois et actes, tome I, page 191, l'acte de protes-
tation de ces dputs. Voyez le mme acte dans l'Ambigu, vol. xix, page 415, journal
public Londres par Peltier, o la chancellerie de Christophe faisait rditer tous
ses actes.
(5) Noms de 24 dissidents : Hugonin, Lagroue, Dupuy, Isaac, Dattv, Galbois,
Dpaloir, Jacques Simon, Roumage an, Beaubert, Bonniot, Leconte, Ptigny, Bou-
canier, Bertrand-Lemoine, Almanjor, Thimoth, Lamothe-Aigron, Bataille, Tlmaque,
Larose, Pelage-Varein Ferrier, Desgrieux.
C'est tort que M. Ardouin, page 471, ajoute le nom de L. Dessalines. Voyez le
Recueil et l'Ambigu prcits.
(*) Voyez Rponse du president d'Hati au gnral Prvost, page 11, Port-au-Prince,
de l'imprimerie du gouvernement, 1815.










PETION ET HAITI


onze de leurs mmes (1), vota l'ordre du jour sur cette protestation.
Ce ne fut, nanmoins, que le 27 dcembre, aprs avoir sign l'acte
constitutionnel, que les vingt-quatre dissidents signrent entire eux
et subrepticement un acte de protestation, auquel les onze autres ne
prirent aucune part, comme on devait s'y attendre. Mais, chose
qu'on comprendrait moins si dj on ne connaissait la terreur qu'ins-
pirait Christophe, c'est qu'aprs la bataille de Sibert, des vingt-quatre
dissidents, quinze seulement retournrent dans leurs dpartements, neuf
aimrent mieux rester au Port-au-Prince. Enfin, sur le nombre total des
trente-cinq dputs dissidents ou rallis, vingt n'abandonnrent plus la
Rpublique (2), quinze ne voulurent pas la servir et reprirent le chemin
du Nord (3).
Si, parmi la dputation du Nord-Ouest, que le chef provisoire
du gouvernement avait entendu composer d'hommes sur le dvo-
nient desquels il croyait devoir computer, il avait vu, ds l'ouverture
de la Constituante, s'oprer contre lui une dfection de onze mem-
bres ; si mme quelques jours de l, vingt de ces mmes hommes, -
sur trente-cinq, avaient embrass chaleureusement la cause de la
Revolution, on doit dire que la fraude manifeste qui avait prsid
aux lections diriges par Ption et Grin n'tait plus qu'une grande
honte pratique sans ncessit (4).
Pourquoi d'ailleurs n'avoir pas eu plus de confiance dans le patrio-
tisme des citoyens que le Nord-Ouest devait lire la Constituante ?
Malgr la pression de Christophe, tait-il prsumer qu'ils fussent tous
disposs sacrifier l'ambition d'un seul homme les liberts de leur
pays ?
Je sais qu'on a dit, pour justifier les dplorables measures que
prirent Ption et Grin, que J. Hugonin tait arriv au Port-au-Prince
avec une constitution toute faite, dlibre avec Christophe. Si le
fait tait vrai, il faudrait convenir que Hugonin n'osa jamais en par-
ler ses autres collgues, car dans les diffrents manifestes publis


(1) Daumec, Blanchet ain, Blanchet jeune, Barlatier, Laviolette, Nisasage Saget,
Neptune, Manigat, Lamontagne, Basquiat, Rollin.
(2) Plage-Varein, Simon, Desgrieux, Larose Datty, Lamothe-Aigron, Thimoth,
Tlmaque, 'Bataille, dissidents ; baumec, Blanchet an, Blanchet jeune, Barlatier,
Laviolette, Rollin, Nisage Saget, Neptune, Manigat Lamontagne, Basquiat, rallis.
(3) Hugonin, Lagroue, Roumage an, BeauDert, Leconte, Ptigny, Boucanier, Ber-
trand Lemoine, Almanjor, Bonniot, Ferrier, Dupuy, Isaac, Dpaloir, Galbois.
(4) Je dois fair remarquer que l'acte de protestation des dputs du Nord-Ouest,
dit que l'Assemble, son ouverture, tait compose de 74 membres au lieu de 56 ,
semblant ainsi donner entendre qu'il y avait 56 naroisses au lieu de 59. Mais
j'admets le dernier chiffre, parce que d'une part, Ption parle de 35 dputs pour
le Nord-Ouest, dans sa rponse au gnral Prvost ; de l'autre, Christophe parle de
24 dputs pour le Sud-Ouest, dans sa proclamation du 14 janvier. Qui pouvait
tre mieux inform que ces deux gnraux ?
Et en supposant que l'acte de protestation et bien accentu le nombre de dputs,
il n'y pouvait tre question que de ceux presents la sance d'ouverture ; trois,
tels que Grin et Boucanier, taient absents ou n'avaient pas encore envoy leurs
pouvoirs. lEst-ce une honte de prvoir l'avenir qlui s'aimon~lit si sombre ? Est-ce
une honte d'empcher un malheur pour le people haitien ? Etait-ce une honte de
barrer la route la dictature totalitaire sanguinaire qui finirait par dclencher
l'anarchie et la perte de l'indpendance national come cela eut lieu aprs le
suicide de Christophe. Sans la Rpublique de Ption dirige alors par Boyer, c'en
tait fait de notre indpendance, puisque les gnraux du Nord voulaient perptuer
la monarchie dteste par le people hatien. La catastrophe national fut empche
par la rapidit que mit le Prsident Boyer faire son entre dans la ville du Cap,
exposant ainsi sa vie.
Saint-Rmy parle ainsi aprs coup. Mais pendant l'action tellement confuse, qui
pouvait savoir ce qui allait arriver ? Cet axiome est vrai qui dit qu'il vaut mieux
prvenir que d'avoir rprimer. Alors la repression ou la reaction devient trop
tardive, ce qui et t le cas. La vraie houte et t de manquer de sens politique
et de faire preuve d'une grande navet en manquant d'esprit de decision.) (F. D.)


1806










LIVRE XI


contre le monarque du Nord, on n'et pas manqu certainement d'en
faire mention, de le prciser mme.
XIV. L'Assemble avait enfin ouvert ses sances ; elle nomma
un comit compos de Ption, Csar Tlmaque, David-Troy, Tho-
dat Trichet, Magloire-Ambroise, Bruno Blanchet, Manigat, Bonnet
et Lys, qu'elle charge de rdiger un project de constitution. Ption
fut nomm president de ce comit ; Bruno Blanchet, secrtaire.
Le comit arrta le project de constitution le 26 dcembre. Bruno
Blanchet fut le principal auteur du rapport de ce comit. Le lende-
main, 27, deux heures de l'aprs-midi, la Constituante se runit.
Blanchet jeune en fut nomm president; Almanjor fils et Montbrun
secrtaires.
Une grande affluence stationnait sur la place de l'Intendance prs
de laquelle se trouve l'glise o sigeait l'Assemble ; on tait avide de
savoir quelles taient, enfin, les dispositions de cette constitution, pour
laquelle on avait renvers l'Empereur, et don't la seule ide faisait rugir
Christophe.
Ption prit la parole au milieu de l'attention gnrale (1) :
Pour rendre une revolution utile, dit-il, il faut, aprs s'tre fait
justice d'un tyran, frapper sur la tyrannie, afin de lui ter tous
moyens de se reproduire. Tel a t le veu ainsi que l'objet du peu-
pie en vous nommant pour lui donner une constitution. Charges
par vous, citoyens, de recueillir les principles et les institutions les
plus propres fonder et assurer la libert et le bonheur de no.
concitoyens, nous venons vous prsenter le rsultat de notre tra-
vail.
C'est une vrit incontestable que le meilleur systme de gou-
vernement est celui qui, tant le mieux adapt au caractre et aux
mours du people pour qui il est fait, doit lui procurer la plus grande
some de bonheur, mais il est galement vident et certain qu'il
est des principles communs toute bonne constitution. Le plus essen-
tiel de ces principles est la separation des pouvoirs, puisque
leur concentration dans les mmes mains est ce qui constitute et dfinit
le despotisme. Nous vous proposons donc, citoyens, d'tablir un
Snat don't les membres seront lus, pour cette fois, par l'Assem-
ble constituante, et seront pris l'avenir parmi les fonctionnaires
publics que le people aura dsigns. Ainsi le Snat sera compos
de militaires qui se seront signals par des services rendus a la
patrie, et de citoyens qui, par leurs talents et leurs vertus, auront
mrit la confiance publique. Voyez quels avantages doivent rsul-
ter de cette institution : nos lois ne seront plus l'expression du
caprice et de la volont d'un individu toujours port par ses pas-
sions sparer son intrt particulier d(e l'intrt gnral ; elles seront
l'ouvrage d'hommes intgres et clairs ; elles seront soumises un
examen svre et une discussion publique. Ceux qui les auront
dictes comme snateurs, seront forcs d'y obir comme citoyens.
Le people n'aura plus craindre que l'impt pse sur lui au del
de ce qu'exigent les besoins de l'Etat, parce qu'il aura dans ses repr-
sentants des dfenseurs d'autant plus intresss le garantir cet
gard, que le poids portrait sur eux et leurs families.
C'est par la separation des pouvoirs, citoyens, que les Amricains
sont devenus nombreux et florissants, dans une proportion telle-


(11 M. Madiou, tome ii, page 366, dit tort que ce fut le gnral Bonnet qui donna
lecture du rapport et de l'acte constitutionnel. Voyez le Recueil des lois et actes dj
cit, tome i, page 454.










PETION ET HAITI


ment rapide, que les annales d'aucun people n'offrent un pareil
c example.
La separation des pouvoirs a jet sur l'Angleterre un clat que
n'ont pu ternir les dfauts de son gouvernement.
Nous avons cru devoir vous proposer de composer le Snat de
vingt-quatre membres. Ce corps ne doit pas tre trop nombreux,
c l'expdition des affaires en souffrirait ; il doit l'tre suffisamment,
pour que les lois se trouvent conformes, autant que possible, au
< dsir et la volont du people.
La nomination aux emplois et aux functions de l'Etat que nous
avons attribue au Snat, sera toujours un des articles les plus es-
c sentiels de notre constitution. C'est vouloir pervertir l'esprit pu-
< blic, c'est vouloir prparer l'esclavage de ses concitoyens, que de
reconnatre au pouvoir excutif cette important attribution. Les
c fonctionnaires publics ne doivent point se considrer comme les
< creatures d'un individu; tout doit, au contraire, leur rappeler sans
cesse qu'ils sont les agents ou les dlgus du people ou de ses repr-
sentants. Ainsi donc, en bonne thorie et dans la pratique de
tout gouvernement bien ordonn, le droit de nommer les fonc-
tionnaires publics appartient la puissance legislative.
Vous n'avez point oubli ce que produisit, sous Dessalines,
cette prrogative de nommer aux places, qui fut une de ses usurpa-
tions.
< L'ambition et la cupidit s'emparrent de tous les cours ; des
< hommes, irrprochables jusqu'alors, consentirent, pour obtenir ou
conserver un emploi, se faire les suppts ou les agents de la tyran-
nie ; d'autres devinrent, la volont du tyran, les instruments de sa
frocit.
Tous les chefs, il est vrai, ne ressemblent pas Dessalines;
mais en politique, on doit computer sur les principles et jamais sur
les hommes.
Celui qui est charge de faire des lois pour son pays, carte de
lui toute passion ainsi que toutes affections particulires; le saint
c amour de la patrie remplit son cour tout entier ; le moment pr-
sent n'est point tout pour lui ; son me s'lance dans l'avenir ; il
s'associe aux gnrations qui doivent lui succder, il veut que les
lois politiques et civiles soient en harmonie avec les lois de la nature,
parce qu'il se regarded comme l'organe et le ministry de cette
c providence divine qui a cr l'homme pour qu'il ft heureux dans
tous les temps.
D'ailleurs, citoyens, si nous dlguions au chef du gouverne-
meant une parties seulement du pouvoir lgislatif, au lieu de travail-
ler pour la libert, nous tablirions le despotisme. L'exprience
ne prouve-t-elle pas que le pouvoir lgislatif tend sans cesse au
c relchement, tandis que le pouvoir excutif acquiert sans cesse une
e plus grande extension de force ?
Nous vous proposons, citoyens, qu'aucune some ne sorte du
trsor public sans la signature du secrtaire d'Etat, qui, plac
auprs du Snat, sera toujours prt lui rendre compete de ses opra-
tions. Il est just que le people, don't les contributions forment les
c revenues de l'Etat, soit instruit de l'emploi qui en a t fait ; s'il
c en tait autrement, si, comme dans les monarchies, le trsor pu-
blic devenait le trsor d'un individu, la corruption s'introduirait
jusque dans le Snat. Les hommes tant partout les mmes, ayons
la modestie de croire que nous ne serons pas plus incorruptibles
dans notre Rpublique qu'ils ne le sont ailleurs.


1806











Dans la situation o nous sommes avec les autres gouverne-
ments, il est important de reconnatre au Snat le droit d'entretenir
les relations extrieures, et de conduire les ngociations. Nous
devons rechercher la bienveillance et cultiver l'amiti de tous les
gouvernements; en leur payant les gards et le respect qui leur
sont dus, nous avons droit d'esprer de leur part un retour de pro-
cds nobles et gnreux.
En nous occupant du pouvoir excutif, nous avons pens que
le titre modest de Prsident tait celui qui convenait le mieux
au premier magistrat de la Rpublique. Nous vous proposons qu'il
soit lu pour quatre ans et qu'il puisse tre indfiniment rlu; nous
vous proposons qu'il ait Je commandement de l'arme et qu'il nomme
les commissaires prs les tribunaux.
Ses pouvoirs et ses attributions, qui excdent ceux que pos-
sdait le Directoire excutif de France, rendent important la car-
rire qu'il va parcourir; dj nous entendons la voix du people
qui lui crie :
Nos reprsentants vous ont lu la premiere magistrature de
l'Etat ; ils ont voulu que vous en fussiez le premier citoyen. Hon-
neurs, dignit, fortune, ils ont tout accumul sur votre tte: si
vous le mritez, vous serez toute votre vie environn de l'clat du
commandement, mais contribuez nous rendre heureux; rappelez-
vous qu'il vient un moment o toutes les illusions des hommes
se dissipent, et que lorsque vous serez arriv ce terme o la nature
vous appelle comme tout autre, vous ne trouverez alors de rel
et de consolant que le tmoignage d'une conscience irrprochable,
ainsi que le souvenir des services rendus la patrie.
Dans l'article qui traite de la justice civil, vous trouverez des
dispositions qui garantissent vos proprits, et dans l'article qui
traite de la justice criminelle, vous trouverez des dispositions qui
respirent l'humanit.
En reconnaisant tout citoyen le droit d'mettre et de publier
< ses penses sur les matires du gouvernement, nous faisons de la
libert de la press le palladium de la libert publique.
Gouverns par de tels principles obissant une constitution
qui sera la boussole qui nous empchera de nous garer dans la
route que nous avons suivre, que nous manquera-t-il pour tre
heureux ? Rien, citoyens, si nous savons user des bienfaits de cette
Providence divine qui nous a protgs dans toutes nos entreprises,
< et qui, en nous plaant au centre de cet archipel, sous un ciel hen-
c reux, sur une terre de merveilleuse fertilit, semble nous avoir
destins tre le people le plus fortun de l'univers.
XV. Ption donna ensuite lecture du project de constitution. Ce
project tait prcd d'une declaration de principles qui et fait davan-
tage honneur l'humanit, si ses rdacteurs avaient os procla-
mer l'encontre du systme qu'on venait de renverser, l'aptitude des
blancs, l'exclusion des Franais, la jouissance conditionnelle de
tous les droits de l'homme dans la nouvelle organisation social.
On assure que telle tait la pense du citoyen Bonnet, mais que
Ption combattit cette pense genreuse, en soutenant au sein du
comit, que la plupart des blancs se ressemblaient tant par la cou-
leur de la peau que par les sentiments; qu'ils avaient presque tous
des prjuges contre la race africaine, car, dans leurs colonies, ils
avaient des esclaves noirs et multres ; qu'Hati libre et indpen-
< dante menaait leurs possessions d'Amrique ; qu'ils voyaient avec
inquitude son existence politique; qu'ils travaillaient son anan-


1806


LIVRE XI










PETION ET HAITI


tissement, et qu'ils devaient par consquent tre toujours bannis
de son sein (1). >
J'ai tout lieu de penser que cette version est errone : Ption
avait l'me trop honnete pour confondre injustement les Europens
proprement dits avec les colons. Il y a de ces faits et de ces discours
qu'un crivain ne doit pas admettre aveuglment, surtout quand ces
faits et ces discours sont en contradiction flagrante avec tout le pass
de ceux a qui on les attribue.
Si cette question put un instant soulever des doutes, si Ption fut
pour la negative, c'est que celui-ci avait d'autres motifs plus srieuse-
ment politiques que ceux don't on semble lui faire un puril honneur :
la masse de la population qui et si bien accept la disposition philan-
thropique de Bonnet sous le dernier rgime, n'et pas manque alors,
surtout les multres, car ils furent plus acharns que les noirs dans
leurs prventions contre les blancs, crier la trahison.
Et qui sait si Christophe ne se ft pas servi, malgr ses opinions
personnelles, mais dans l'intrt de sa domination, de l'abrogation
des principles du gouvernement imperial pour avoir un prtexte de
plus a la lgitimation de ses fureurs contre le Sud-Ouest ?
Enfin deux grands pouvoirs se partagent l'administration de la
chose publique : le Snat, compos de vingt-quatre membres, et le
president d'Hati. Au Snat exclusivement appartient le droit de fixer
les dpenses publiques, d'tablir les impts, d'en dterminer la nature,
la quotit, la dure, le mode de perception ; de rgler le commerce
avec l'tranger ; de dclarer la guerre ; de former et d'entretenir l'ar-
me ; de faire les lois ncessaires la sret intrieure, de faire des
traits de paix, d'alliance et de commerce ; de nommer totes les
functions civiles et militaires, l'exception de celles de commissaires
prs les tribunaux ; en un mot, d'exercer l'autorit legislative (2)
inclusivement et dans tous les cas.
Le Snat tait le produit d'une election triple degr. D'abord,
les assembles paroissiales nomment, chacune, un lecteur. Les lec-
teurs se runissent au chef-lieu de leurs dpartements respectifs.
Ils y constituent l'assemble lectorale. Chaque asemble lectorale
nomme douze candidates. La liste de ces candidates est expdie au
Snat, qui y puise son complement. Le Snat, nomm cette fois par
l'Assemble constituante, doit tre renouvel par tiers : un tiers dans
trois ans, un tiers dans six ans, l'autre dans neuf ans. Mais, l'avenir,
le Snat doit tre intgralement renouvel tous les neuf ans. Le Snat
doit s'assembler le premier janvier de chaque anne. Il peut aussi
s'assembler toutes les poques qu'il juge convenables. Les premires
assembles paroissiales et electorales ne pourront tre convoques
que dans le mois de novembre de la troisime anne qui suivra la
publication de la constitution. Si, d'ici cette poque, il y a des
vacances dans le Snat, ce corps pourvoit leur replacement parmi
les membres qui auront compose l'Assemble constituante.
Le pouvoir excutif est dlgu un magistrat qui prend le tire de
President d'Hati. Ce president est nomm pour quatre ans par le
Snat. Il peut tre indfiniment rlu, en raison de sa bonne adminis-
tration. Il pourvoit, d'aprs la loi, la sret intrieure de la Rpu-
blique. Il command les forces de terre et de mer. Il surveille et assure
l'excution des lois dans les tribunaux. Il peut en tout temps et par
crit, faire part au Snat de ses vues pour la prosprit publique; en
ce cas, il donne le plan de ses ides, mais il lui est interdit de les for-

(1) Histoire d'Haiti, par M. Madiou, tome ii, page 366.
(2) Le mot executive et t mieux employ.


1806













muler, en forme de projects de lois. C'est l'Assemble constituante qui
procdera la premiere election la prsidence. Une haute cour de jus-
tice, forme par le Snat et compose de quinze juges au moins, pris
au sort dans les tribunaux de la Rpublique, est l pour juger les sena-
teurs, le Prsident d'Hati, les secretaires d'Etat, en cas de forfeiture.
Enfin, la constitution est sujette revision tous les neuf ans.
XVI. Tel est le mcanisme de la constitution de 1806, qui fut accla-
me unanimement par l'Assemble dans la mme sance ; ne aprs
une tyrannie, elle devait se ressentir de l'exagration des principles ;
ses auteurs, tmoins et victims du rgime prcdent, semblent avoir
redout de confier au premier magistrat de la Rpublique, mme assez
de pouvoir pour faire le bien. S'il est vrai, comme a dit Ption, que le
pouvoir lgislatif tend sans cesse au reldchement, tandis que le pouvoir
excutif acquiert sans cesse une plus grande extension de force, ce
n'tait pas une raison pour annihiler le pouvoir excutif jusqu'
l'absorption : la haine du despotisme d'un seul devrait-elle donner
naissance une oligarchie ?
Et malgr l'assertion du rapporteur du comit de constitution,
que les pouvoirs et les attributions du Prsident d'Hati excdaient
ceux que possdait le Directoire excutif de France, > je dois cons-
tater que le Directoire excutif de France possdait, de plus que le
President d'Hati, la prrogative de nommer les gnraux en chef, les
ministres d'Etat, les receveurs des impositions directed, les prpo-
ss en chef aux rgies des contributions indirectes et l'administra-
tion des domaines nationaux (1).
Il possdait de plus encore le droit d'entretenir les relations
politiques en dehors, de conduire les ngociations, de distribuer
les forces de terre et de mer (2).
La constitution hatienne, au contraire, dfrait ces diffrentes
prrogatives au Snat, don't le rle se trouvait ainsi rehauss au dtri-
ment du pouvoir excutif.
Il n'y avait que le commandement de l'arme qui tait dvolu
ce dernier, tandis qu'il tait refus au Directoire.
Comment donc et en quoi tant les attributions du Prsident d'Hati
pouvaient-elles excder cells que possdait le Directoire excutif de
France ?
Qu'tait-elle en definitive cette constitution pour laquelle on avait
renvers l'Empereur ?
Une euvre de circonstance: ne en serre chaude, dans la proc-
cupation de gouverner populairement, conventionnellement, elle ne
stipulait aucun principle de droit civil. Y fait-on mention de l'or-
ganisation communale, cette mre de la libert individuelle, la plus
prcieuse de toutes les liberts, parce qu'elle vient de la volont de
Dieu et non de celle des hommes ? Y fait-on mention de l'instruction
publique, ce principal vhicule de la morality individuelle et de la
prosperity gnrale ? (3)
XVII. La libert, comme le despotisme, peut avoir de funestes

(1) Voyez les articles 146, 148, 153 et 154 de la constitution de l'an In (1795).
(2) Voyez les articles 329 et suivants de la mme constitution.
(3) Tous ces desiderata que souhaitait Saint-Rmy pouvaient faire l'objet de
lois spciales et furent en effet raliss dans la suite. L'organisation d'un pays
peine clos ne peut pas se faire en un tournemain, c'est une affaire d'organisation
lente et progressive, chaque gouvernement y mettant sa pierre. Ici Saint-R~my parole
en rvolutionnaire impnitent de 1843, revolution qui a chou si piteusement. Aucun
people naissant n'a jamais pourvu tout ds les premires annes de sa formation,
c'est une chose inconnue dans l'histoire universelle. Le vrai progrs est l'oeuvre
du temps : c'est une loi sociologique. A Paris Saint-Rmy ne se rendait pas bien
compete qu'il tait au milieu de deux mille ans de civilisation. (F. D.)


1806


LIVRE XI










PETION ET HAITI


carts. S'il faut, daas un gouvernement d'hommes affranchis d'hier,
laisser l'lment dmocratique le plus grand essor de dveloppe-
ment, il n'est pas moins just d'attribuer a l'autorit executive toute
la latitude ncessaire la conservation de l'ordre social. N'est-il pas
inconsquent de rendre le pouvoir responsible d'actes auxquels il
est tranger ; de le forcer excuter des measures qu'il peut juger inop-
portunes ? car, en raison de ses functions, n'est-il pas plus directe-
ment en rapport avec le people, ne connat-il pas davantage ses
besoins, ses tendances ? Quel premier magistrat d'une rpublique, dis-
posant de la force arme, environn de l'clat du commandement se
contenterait jamais, au milieu du rouage gnral de l'administra-
tion, de l'humble mission d'un donneur d'avis et d'excuteur d'ordres ?
Cette hypothse que voulut raliser la Constituante devait d'au-
tant moins recevoir son application, que nous sommes, notre insu,
franais par les ides et les moeurs ; le bruit du tambour, le son de la
trompette, les habits brods, les parades, les crpitations du fusil,
les dtonations du canon, la fumee et la poussire enfin, ont pour
nous des charmes ravissants, don't pendant longtemps encore le lgis-
lateur tiendra compete. Mais, pour parler plus srieusement, n'tait-
ce pas les baonnettes qui avaient successivement conquis nos droits,
depuis les concordats de 91, la loi du 4 avril, la loi du 16 pluvise, jus-
qu'au manifeste du 1"e janvier 1804, jusqu'enfin au guet-apens du 17 oc-
tobre ? Comment supposed que celui qui en avait la libre disposition
dans le Nord-Ouest et consent se subalterniser devant un parle-
ment ?
Le lgislateur, me dira-t-on, comptait sur un supreme effort
d'abngation patriotique. Mais quelque louange que nous devions
sa pense, comment le lgislateur pouvait-il perdre de vue les pas-
sions, les prjugs, les superstitions de notre tat social, o jusqu'alors
les hommes taient tout, les lois rien ?
Mais, de plus, cette abngation de la part de Christophe, dans un
pareil cas, pouvait-elle tre autre chose qu'une dmission volontaire
du pouvoir qu'il exerait et qu'on lui avait reconnu si solennelle-
ment ? Et cette dmission n'et-elle pas t un acte de suicide moral ?
- Verra-t-on Ption, lui-mme, en 1808, se dmettre de son autorit,
alors que les mmes lgislateurs, qui sont aujourd'hui si anims contre
Christophe, voudront lui imposer leurs volonts et substituer une autre
politique la sienne ?
D'ailleurs, l'homme, avant tout, est un tre passionnel. Jamais il
ne saurait, tout fait, s'effacer de lui-mme, encore moins se sous-
traire lui-mme. L'homme, c'est une autonomie : il faut qu'il se
meuve dans toute son amplitude morale et physique. Quelquefois il
oubliera ses antcdents, soit pour entrer dans la carrire du bien,
don't mille circonstances l'avaient loign, soit pour parcourir celle du
mal o tant de tentations trompeuses l'attirent. Mais l'homme reste
toujours lui-mme, dans son activity relative, dans ses apptences d'am-
bition et d'orgueil.
S'il en est ainsi, Christophe pouvait-il accepter la constitution,
telle qu'elle tait entendue, surtout quand il savait qu'elle tait diri-
ge contre lui ? (1)


(1) Saint-Rmy a commis ici une erreur manifeste, car la Constitution de
Ption n'tait dirige contre personnel. Dans son rapport, Ption a dit franchement
que pour rendre la revolution utile , 11 fallait rapper sur la tyrannie afin de
i 6ter tous moyens de se reproduire . n l'a crit Christophe lui-mme dans
sa lettre du 24 dcembre 180 : ...Le people, en abattant le tyran la journe
jamais mmorable du 17 octobre, n'a pas fait la guerre pour tuer un homme, mais


1806












Non. Un homme de coeur ne consentira jamais, de plein gr,
passer sous les fourches caudines, encore moins un soldat hautain
et violent. (1)
Christophe et pu, dans une autre contre, o le droit est respect,
et s'il l'avait su respecter lui-mme, dclarer l'assemble illgale,
en proclamer la dissolution, et convoquer de nouveaux comices. Mais
ici sa voix n'et pas t entendue au milieu du chaos des passions
rvolutionnaires. Ce n'tait dcidment qu' la lueur du canon que
l'horizon pouvait se dessiner.
Ici, le viens de laisser sous-entendre le mot de guerre civil.
Oui, la guerre civil, mais la condition pour Christophe de vaincre
ses ennemis autant par la grandeur de l'me que par la force des
baonnettes. (2) Mais pour ce que j'avance, loin de moi, membre d'une
communaut compose d'esclaves de la veille, l'ide de blmer nos
premiers lgislateurs d'avoir tent d'lever une barrire d'airain contre
le despotisme, en donnant au people la plus grande some de libert
possible. Je veux seulement tablir que la constitution tait vicie
ds sa naissance par la fraude des lections, et que mme dans ce cas,
si elle avait laiss au pouvoir excutif l'initiative des lois, elle et
retir Christophe tout motif srieux pour justifier sa prise d'armes.
XVIII. Ce gnral avait dit, en parlant des constituents : Ils
ne tiennent que la plume ; moi, je tiens le canif.
Si la constitution, mme en temps normal, reclait le germe mal-
heureux d'une msintelligence entire le lgislatif et l'excutif, qu'en
serait-il alors que la guerre civil allumerait ses torches, et que l'anar-
chie promnerait sa hideuse figure dans tout le corps social ?
Christophe, aprs son appel aux armes, dans lequel il promettait
ses soldats le pillage des proprits du Sud-Ouest, avait agglomr,
Saint-Marc, une arme d'environ 12 mille hommes.
Toujours en homme catgorique, il ne crut, dans cette occurence,
devoir user d'aucun management politique. On a prtendu, et l'on
rpte encore que les constituents, en fixant au Port-au-Prince la capi-
tale de la Rpublique et en faisant Christophe l'obligation d'y venir
prter le serment de fidlit la constitution, avaient eu la pense
de l'immoler aussitt son arrive. Mais j'en appelle la bonne foi : est-
il possible qu'aucun membre de cette assemble et pu vouloir se
souiller par un crime aussi odieux ? Christophe, sans doute, eut lui-
mme cette crainte ; mais combien d'autres fantmes n'assigent
pas ceux que l'ambition dvore !


bien pour dtruire la tyrannie et pour changer la forme d'un gouvernement qui ne
pouvait lui convenir en rien. et tablir sa souverainet.
Saint-Rmy a simplement reproduit une calomnie odieuse sans se donner la
peine de la contrler en la confrontant avec les faits. (F. D.)
(1) Saint-Rmy n'a pas pens qu'il est impossible de faire rien de bon ni de
constructif avec un soldat hautain et violent. La violence n'a jamais servi rien,
sinon faire des choses malheureuses, stupides, comme l'a toujours fait Christophe
pendant quatorze ans, et don't Saint-Rmy a tmoign surabondamment, puisqu'il
l'a clou au pilori de l'histoire. Une Constitution n est pas une oeuvre mmuable,
la legislation volue comme les hommes qui vivent. Est-ce que Ption n'a pas
procd la revision de 1816 ? Saint-Rmy a oubli de remarquer que beaucoup
de choses qu'il rclamait de la Constitution de 1806 y ont t includes. Il est faux
de dire que la Constitution fut une uvre de circonstance, ce fut effectivement une
experience politique et social. C'est mal propose que Saint-Rmy a employ cette
expression qui, d'aprs Littr, signifie une loi faite pour quelque vnement parti-
culier ou fortuit. Tel n'est pas, juridiquement parlant, le cas d'une Constitution
qui rgit la vie d'un people. (F. D.)
(3) Quelle naivet de supposed de la grandeur de l'me chez Christophe !
On comprend que Saint-Rmy et dsir une grande union national. C'tait impos-
sible avec ce soldat hautain et violent selon le mot de Saint-Rmy lui-mme qui
a maintes fois li Christophe au pilori de l'histoire . (F. D.)


1806


LIVRE XI










PETION ET HAITI


XIX. Certes, l'Assemble constituante, remplie de dfiance contre
Christophe, avise, par les proclamations de ce gnral lui-mme, des
dispositions hostiles don't il tait anim, et bien voulu dfrer la
prsidence d'Hati un autre citoyen. Mais elle tait trop engage
par la parole donne : l'acte de l'arme du Sud qui avait reconnu
Christophe chef supreme de l'le, sous quelque denomination qu'il
lui eut plu de choisir, jurant devant Dieu de lui tre toujours fidle,
l'acte intitul Rsistance l'oppression sign au Port-au-Prince qui
l'avait proclam chef provisoire du gouvernement hatien, en atten-
dant que la constitution, en lui dfrant dfinitivement cet auguste
titre, en et dsign la qualification, ne devaient-ils pas conti-
nuer d'tre respects jusqu'au dernier moment ?
L'Assemblee, dans sa sance du 28 dcembre, nomma donc Chris-
tophe Prsident d'Hati ; consignons ici cet acte de la volont natio-
nale :
De la sance du 28 du mois de dcembre de l'an 1806 et le iii de
l'Indpendance d'Hati,
A t extrait ce qui suit :
Le president a invit l'Assemble de nommer au scrutiny le pr-
sident d'Hati.
Les scrutins, dposs, dpouills, aprs avoir vrifi le nombre
des scrutins gal celui des votants, il est rsult que le gnral
Christophe a runi 56 voix, le gnral Paul Romain 14, et le gn-
ral Ption 1 : le gnral Christophe a t proclam Prsident
d'Hati.
Blanchet jeune, president.
Par le president
Montbrun, secrtaire (1).
Ce n'est pas tout : l'Assemble, dans la mme sance, aux terms
de la constitution, procda la nomination des vingt-quatre snateurs
don't voici les noms : Romain, Grin, Ption, Toussaint-Brave, Fresnel,
Tlmaque, Thodat Trichet, Depas-Mdina, Magny, Magloire-Am-
broise, Yayou, Blanchet jeune, Lys, Thimoth, Charrairon, Charles
Daguilh, David-Troy, Bonnet, Daumec, Manigat, Simon, Lamothe-
Aigron, Ferrier et Barlatier.
L'Assemble venait peine de consommer ces deux actes, qu'elle
apprit que Christophe tait en march de Saint-Marc sur l'Arcahaye.
Quelques membres proposrent d'abord d'envoyer une dputation
au devant de lui pour lui notifier son election la prsidence d'Hati,
et l'inviter renvoyer ses troupes au lieu de leurs cantonnements.
D'autres firent observer que le seul dplacement de l'arme du Nord
tait un acte de rebellion ; qu'il fallait aller au devant de Christophe,
non pour ngocier, mais pour le combattre ; que de cette resolution
seule dpendaient la gloire de l'Assemble et le salut de l'Etat.
XX. Ce dernier avis prvalut. Ption fut charge de prendre toutes
les measures ncessaires pour conjurer le danger. La gnrale fut bat-
tue dix heures du soir. La garnison du Port-au-Prince, forte de
3.000 hommes environ, compose des six companies de la 3' demi-
brigade, commandes par Gdon, qui avaient jou un si grand rle
lors de la mort de l'Empereur, de la 11*, commande par Mtellus,
de la 21', commande par Sanglaou, et de quelques companies de
cavalerie commandes par le chef d'escadron Bastien, dfila bientt


(1) Cette pice fut rimprime en 1807, au Cap, chez Roux, imprimeur de lEtat.


1807










1807 LIVRE XI 89

pour se porter la rencontre de l'arme du Nord (1). La sret de
Ia ville resta confie au patriotism des citoyens, la bravoure des
12', 22", et 24" demi-brigades et la vigilance du Snat.
Ption avait pour lieutenants Yayou ,que, peu aprs la mort de
Dessalines, Christophe avait vainement tent de dtacher de la cause
de la revolution ; Bonnet, Blanchet, Papalier et l'intrpide David-
Troy. Il arriva jusqu' l'habitation Simonette, dans le haut de la Source-
Puante. L, il recueillit tous les renseignements qu'il dsirait avoir
sur la march de l'ennemi. Il jugea, avec raison, qu'il pouvait tre
contourn ; en consequence, il ordonna la contre-marche, et vint
s'tablir sur l'habitation Sibert, position qui command les routes de
l'Arcahaye et de la Croix-des-Bouquets.
XXI. Le 31 dcembre, le Snat s'installa sous la prsidence de
Csar-Tlmaque. Jamais assemble dlibrante ne fit un choix plus
dign : Tlmaque possdait un supreme degr le calme de l'intel-
ligence, le courage de l'me qu'il faut au milieu des troubles civils.
Le Snat envoya Lys, un de ses membres, alors chef de bataillon d'artil-
lerie, sonner l'alarme dans le Sud ; puis il se dclara en permanence.
Le mme jour, l'Assemble constituante, ayant termin ses travaux,
fit la clture de ses sances. Ceux de ses membres qui appartenaient
l'arme, allrent rejoindre Ption.
Ce dernier fit dtruire le pont de Sibert, qui se trouvait jet sur
la rivire du Boucan-Brou. Il plaa vis--vis de l'habitation Molart
et en face de l'emplacement du pont le chef de brigade Gdon avec
ses companies de grenadiers et chasseurs de la 3'. Le chef de bri-
gade Mtellus, avec la 11, vint prendre ligne de bataille la droite
de la 3', partir du colombier de Sibert jusqu'au-del de la buttte du
moulin de cette mme habitation, mais en avant des btiments. Le
chef de brigade Sanglaou se plaa avec la 21' la gauche, en arrire
de la 11, vis--vis de la maison principal.
XXII. Ption, ses dispositions prises, mit pied terre et entra
dans la grande case, avec Yayou, Bonnet et David-Troy. Ils s'entrete-
naient de leurs dernires dispositions, quand la garde avance de
la 11' signal l'approche de l'arme du Nord.
On tait au 1er janvier. Quatre heures du matin n'avaient pas
encore sonn. Ption saute de suite cheval. Il se fait prcder sur la
ligne par Yayou, qui il ordonne d'viter tout engagement jusqu'
son arrive.
La 4' demi-brigade, commande par Jean-Louis Boisneuf, tenait
la tte de l'arme du Nord; puis venaient en colonnes serres dans
le grand chemin de l'Arcahaye, les companies de centre de la 3',
les 7", 8', et 14' demi-brigades, etc.
Yayou, parvenu en face de la 4e, commena parlementer avec
Boisneuf. Savary, capitaine aux grenadiers du mme corps, rpondit
que Christophe ne marchait sur le Port-au-Prince que pour y rta-
blir son autorit que mconnaissait le Snat.
Ption parut en ce moment, et interpellant l'adjudant-gnral
Guerrier qui commandait l'avant-garde de l'arme du Nord, il lui
demand o il allait et ce qu'il voulait. Nous marchons sur le Port-
au-Prince, pour rtablir l'autorit du gnrai en chef, qu'on y
mconnnat, lui fut il rpondu.
Ption rpliqua en s'adressant plus particulirement la 4" demi-

(1) M. Madiou, tome ni, pages 374 et 375, fait, dans ces circonstances, jouer
Ption le rle le plus puril. Son incrdulit aurait t vaincue par Bonnet. Il ne
se serait mis en march que le ler janvier deux heures du matin. Ption dut,
au contraire, sortir du Port-au-Prince presqu'en mme temps que Christophe partait
de Saint-Marc. Voyez l'acte du Snat, au Recueil de M. Linstant, page 194.











PETION ET HAITI


brigade dans laquelle il comptait beaucoup d'hommes dvous que
Christophe menaait injustement la Rpublique don't il venait d'tre
nomm le chef. Il parlait encore au milieu de l'attention gnrale,
lorsque Savary couvrit sa voix, en reprochant la mort de l'Empe-
reur aux habitants de l'Ouest et du Sud, et en adressant Ption
personnellement les plus grossires injures.
Yayou, impatient de tous ces propos, donna, par un coup de pis-
tolet, le signal du combat (1). Mtellus ouvrit le feu. Ce feu fut si bien
dirig que l'avant-garde de Christophe fut mise en droute. Savary
fut la premiere victim de cette attaque.
Fils de Charles Savary qui, en 1794, tait la tte de la coalition
de Saint-Marc pour le rtablissement de l'esclavage et qui avait livr
cette ville aux Anglais, celui qu'on venait de tuer, multre comme
son pre, avait chaleureusement combattu dans cette mme ville de
Saint-Marc, avec les Franais, contre l'arme indigne. Il semble que
la destine de cette famille tait de servir toutes les mauvaises causes.
C'est sans doute par rapport ces funestes antcdents que Dessalines
l'avait fait arrter et longer dans les cachots de Lafrire, d'o Chris-
tophe le retira pour le placer dans la 4* demi-brigade.
XXIII. Gdon, s'apercevant alors de la droute de l'avant-garde
de Christophe, invite Mtellus cesser le feu. Alors le courageux colo-
nel, aprs avoir chaleureusement harangu ses soldats, traverse le
batardeau et aborde l'ennemi avec une audace qui ajoute aux dsor-
dres de la fuite. Gdon pursuit les troupes du Nord jusqu'au pont
de la Saline. La route est couverte de morts et de mourants. La 4* seule
a perdu prs de 400 hommes. Mais la reserve, commande par Romain,
rallie les fuyards. Le combat recommence. Gdon, son tour, est obli-
g de replier jusqu' Sibert, sous la protection du chef d'escadron Bas-
tien. Le feu se continue avec un gal acharnement de part et d'autre.
Jusque-l on pourrait dire que l'avantage est du ct de Ption, car
sa reserve n'a pas encore donn, tandis que l'ennemi est harass.
Ce fut en ce moment que le chef de brigade Larose, la tte de la 8,
sans ordre suprieur, tombe dans le bois de Desprez, par le bord de
la mer, et travers un marais, sort sur l'habitation Lerebours, en
traverse le batardeau, position capital, la garde de laquelle avait
t prpos le chef de bataillon Louis Lerebours, et que cet officer
avait tratreusement abandonn (2) avec le 3' bataillon de la 20', fran-
chit la barrire de Sibert et parat l'extrme gauche de la 21. Larose
announce et fait rpter par les soldats qu'il vient se rendre la Rpu-
blique. Ces discours jettent de l'indcision dans la 21.
Ption, qui, par on ne sait quelle raison, n'avait point emmen
d'artillerie sa suite, venait d'envoyer Bonnet en chercher au Port-
au-Prince ; mont sur la butte du moulin de Sibert, il pensait qu'en
definitive, la gloire de la journe allait lui rester, quand il aperoit la 8".
Il voit d'un coup d'oeil qu'il est menac de se trouver entire deux feux.
Il remote cheval, et, pregnant la tte de la 21 en personnel, il la con-
duit au feu. Le premier peloton, au lieu de converger droite et
gauche, anim par l'ardeur du combat, rechargeait les armes, quand

(1) D'autres disent que c'est Ption lui-mme qui tira le coup de pistolet. Je dois
nanmoins dclarer que je tiens ma version d'un grand nombre de traditionnaires,
parmi lesquels je citerai les gnraux Souffrant, Chry Coupet, Dsir et Morisset,
officers et sous-officiers des plus intelligent de l'poque, et que j'ai longtemps
confront leurs relations. Je dois mme au gnral Morisset, alors adjudant-major
la 11 demi-brigade, un croquis autographe du plan de la bataille, que j'ai en ma
possession.
(2) Louis Lerebours, malgr l'vidente indulgence don't il fut alors l'objet de la
part de Ption, ne tenta pas moins, en aot 1815, insurger les montagnards de
Jacmel contre la Rpublique. Arrt et jug, l fut fusill dans la mme ville.


1807












le second peloton fit son feu et jeta sur le carreau plusieurs soldats
du premier. La confusion fut le premier rsultat de cette funeste
imperitie. La demi-brigade replia en dsordre. Dj Magny, avec
trois demi-brigades, avait franchi, son tour, la rivire : tout sem-
blait perdu. Ption ordonna la retraite sur le Port-au-Prince. Bientt
les masses enemies envahissent Sibert ; leur cavalerie, commande
par Barthlemy Miraut, se jette sur le flanc gauche de nos troupes:
la retraite n'est plus qu'un grand dsordre auquel il devient impossible
de remdier.
XXIV. Ption voulait voir l'arme en sret, et pour cela, il s'tait
jusqu'alors tenu le plus prs que possible des troupes du Nord. Il
arriva nfin la Grande-Rivire, sur l'habitation Duvivier. Il avait
ses cts le colonel Bdouet, David-Troy, les capitaines Covin et
Bouzy, et le lieutenant Coutilien-Coustard, quelques autres officers
et quelques guides. Chacun pressait les soldats se rallier, se
reformer. Mais parat une demi-brigade du Nord. Elle oblique son feu
sur le group et plus particulirement sur Ption don't le chapeau
galonn semblait servir de point de mire. Ses officers lui en firent
la remarque. Coutilien le pria cie lui confier ce chapeau, pour le poser,
disait-il, sur le pommeau de sa selle, afin de moins attirer l'attention
de l'ennemi. Alors apparut la cavalerie de Christophe qui charge ino-
pinment le group. Le danger tait pressant. Le group se disperse.
ais l'ennemi, qui avait reconnu Petion, s'attache sa poursuite.
Dj Chry Coupet, un de ses guides, vient d'tre bless. Coutilien,
la vue du pril qui menace le gnral, s'en approche vivement et
lui enlve son chapeau, afin d'attirer sur lui-mme, par un sublime
dvoment, l'attention de l'ennemi et de sauver Ption : l'hroque
Coutilien fut massacre quelques pas de l (1).
XXV. Ption, suivi du colonel Bdouet, du chef d'escadron David-
Troy, des capitaines Covin, Bouzy et de Blanc-Heurleloup, se droba
l'ennemi en pregnant le coude du chemin du chantier de Truitier.
Il gagna Belle-Fontaine ; et, parvenu dix heures du matin au rivage
de la mer, il vit, une assez grande distance, une barque de pcheurs.
Pendant longtemps, lui et ses compagnons firent vainement des signaux
cette barque pour l'engager venir les prendre. Ces signaux restaient
sans rponse. Allons, dit Ption ses compagnons, je connais tous ces
parages, je vous aurai mens en ville avant que l'ennemi y soit.
On cheminait donc dans le sable, quand un caporal de la 21',
nomm Tout-Puissant, qui se trouvait bord de la barque, bless dans
la bataille, reconnut le gnral et fora le pcheur d'atterrir et de le
recueillir avec ses compagnons.
Les chevaux dsells, leur anarchement embarqu, tout le monde
bord, Ption s'empare soudain du gouvernail, et, portant cap sur
la petite baie de Marliany (2), vers le Morne--Bateau, il est bientt
dans le golfe du Port-au-Prince, en serrant le vent, comme l'et fait
un vieux marin lui-mme (3).


(1) Coutilien Coustard, petit-fils natural de M. de Coustard, ancien commandant
d'armes du Port-au-Prince, mort en prison, pendant les brigandages de Borel, naquit
au Port-au-Prince, le 10 janvier 1778. Il n'tait pas aide-de-camp de Ption, comme
on l'a cru gnralement. Officer aux grenadiers de la 4-, il s'tait empress, aprs
la mort de l'Empereur, de venir voir sa famille au Port-au-Prince. Il ne se trouvait
Sibert que volontairement l'tat-major de Ption. On a une intressante notice
de sa mort, par M. Cinna-Marion, publiee aux Cayes. Il serait dsirer que l'auteur
en donnt une nouvelle dition ; la premiere devient de plus en plus rare.
(2) Du nom de Henri Marliany, ancien propritaire de ce lieu, et non Mariani.
(3) Ption avait toujours eu une vocation dtermine pour les arts nautiques.
Enfant, sa plus grande distraction tait de crayonner des scnes navales ; jeune
homme, il allait la chasse et la pche, souvent par mer, soit la Saline, soit au


1807


LIVRE XI










PETION ET HAITI


Ainsi Csar, un jour, opposa aux coups du sort et aux caprices
des vnements, lui et sa fortune !
Arriv devant le Port-au-Prince, on vit tous les navires et toutes
les embarcations qui appareillaient : c'tait le symptme d'une vacua-
tion gnrale. Christophe, dit Ption, peut bien tre aussi intelli-
" gent qu'audacieux ; en ce cas, il serait matre de la place. Allons
Marliany : l, j'appellerai les populations du Sud au secours de celles
de l'Ouest, et nous irons reprendre le Port-au-Prince (1).
XXVI. Christophe, de son ct, poursuivit les fuyards jusqu' l'habi-
tation Drouillard. Alors, mais trop tard, un dtachement de la 12%,
sous les ordres de Chervain, conduisait Ption une pice de 4. Ce dta-
chement rtrograda. Christophe, midi, divisa au Pont-Rouge les
colonnes. Il charge l'adjudant-gnral Guerrier d'attaquer, avec
les 4' et 7', le fort Saint-Joseph; le gnral Pierre Toussaint d'atta-
quer le fort Lacroix avec la 8', la 14' et la 20e. Magny commandait
en chef ces deux colonnes. Jean-Philippe Daux, avec les 3", 5' 6' 9,
10' et 27e, march, sous les ordres de Romain, contre le Fort-National.
Christophe ne gardait par l, son quartier-gnral, que les 1" et
2' demi-brigades, corps dans lesquels il avait le plus de confiance.
XXVII. Pendant que Ption voguait sur la mer, Yayou tait ren-
tr en ville avec Mtellus, Sanglaou et Gdon. Aprs avoir, aid de
Blanchet, fait cesser le pillage qu'on avait commenc, il vola la pri-
son o se trouvait dtenu Lamarre.
Ce dernier chef de la 24', avait, au mois de novembre prcdent
mconnu l'autorit de Yayou, sous les ordres duquel il servait ; il
avait pouss l'insubordination jusqu' la menace. Ption avait t
oblig de se transporter Logane pour apaiser les troubles; il avait
fait arrter et juger Lamarre, qui, condamn deux ans de dtention,
rugissait d'tre inactif en prison au moment o le canon grondait de
nouveau, quand Yayou vint le rendre la libert (2).
Aprs ce beau trait de Yayou, Lamarre court au fort de Lacroix,
o son rgiment se trouvait post. Dmarattes, qui on avait donn
le commandement de ce corps, s'empressa de le lui remettre : ainsi
partout assault de gnrosit en faveur de Lamarre : c'est que tous
connaissaient la vaillance de son pe.
Magloire-Ambroise, Blanchet, Bonnet et Boyer, avaient russi
rallier les dbris de l'arme de Sibert. Yayou se porte au fort Saint-
Joseph avec une compagnie de la 11', commande par le capitaine
Sanon-Fertez, et une autre de la 12', commande par le capitaine
Valentin. Il confie l'artillerie du poste au capitaine Znon, don't
le nom a dj brill ds le commencement de la revolution, et au
capitaine Petit-Brueil, qui avait fait ses premires preuves dans la
compagnie d'artillerie que commandait Ption en 1793. C'est au com-
mandant Frdric qu'il ordonne d'aller occuper, avec le reste de la
12', le fort Dugommier.
XXVIII. Deux heures de l'aprs-midi sonnaient quand Christophe,
qui avait perdu un temps prcieux pour lui, songe mettre ses troupes

Morne--Bateau, soit la Gonve ; chef de ces exercices de plaisir, c'tait lui qui,
de prfrence, gouvernait les canots. Tout rcemment, sous l'Empereur, il avait lui-
mme trac le plan d'une golette et prsid en personnel sa construction.
(1) Je tiens ces particularits de Tout-Puissant lui-mme, que j'ai beaucoup connu
Logane. Il tait nagure lieutenant au 21e regiment ; peut-tre existe-t-il encore,
quoique la mort fasse chaque jour un grand vide parmi nos vtrans.
(2) Le colonel Dieudonn Chariot, commandant de la place du Port-au-Prince et
aide-de-camp de Ption, impliqu dans ces vnements, se fit sauter la cervelle
Logane d'un coup de pistolet. Ption ne l'avait emmen que pour confronter les
parties. Quique, commandant le 3e bataillon de la 24*, pour avoir pris les armes au
Petit-Gove et menac de marcher contre Logane, fut arrt et conduit au Port-au-
Prince o il fut jug, condamn et mis mort.


1807












en movement. La mitraille du fort Saint-Joseph refoule la colonne
commande par Guerrier. Deux fois cet officer gnral, qui ne con-
nut jamais la peur, advance de nouveau; dj il touche de la main
le portail ; un sapeur y porte la hache ; ce sapeur tombe ses cts.
Pierre Toussaint, qui command la colonne de gauche, prouve devant
le fort Lacroix une resistance aussi vive que Guerrier.
Magny ordonne un movement en arrire. C'est lors de ce mouve-
ment que Lamarre s'lance de sa position la tte de la 24". Il tombe
comme la foudre sur la division Magny, la force reculer jusqu'au-
del du morne du Mal-Fini, et la rejette dans le grand chemin, o le
canon de Saint-Joseph la balaie. Lamarre ne cesse de poursuivre cette
division, toujours en l'attaquant par le flanc droit, qu'au pont de
Chancerelle. Il a fait un grand nombre de prisonniers, pris beaucoup
de fusils, sept tambours et deux drapeaux. Pendant qu'il faisait de si
rapides progrs, Isnardi, lieutenant aux grenadiers de la 3e, la tte
de vingt-cinq tirailleurs, attaquait l'ennemi par le flanc gauche. Isnardi,
bless, est obig de rentrer au fort.
Zami Lafontant, chef de bataillon la 22" demi-brigade, sort
son tour hors du portail, s'lance au pas de charge sur la grande
route, tombe sur l'ennemi qui fait sa retraite toujours en dsordre,
ajoute ce dsordre par un feu des plus meurtriers; mais, parvenu
au Pont-Rouge, il reoit une dangereuse blessure. Alors, le bataillon
rtrograde, sans tre poursuivi, et rentre dans la place (1).
La cavalerie n'tait point reste inactive : conduite par les capi-
taines Dsir et Santo, elle avait valeureusement charge l'ennemi
en droute. Il tait quatre heures quand le feu cessa.
XXIX. Presqu' la mme heure, Ption dbarquait Marliany,
deux lieues et demie du Port-au-Prince, au mme endroit o, en 1803,
tait venu atterrir Larose, fuyant la vengeance de Dessalines, Larose,
qu'il avait contribu rhabiliter, et qui tait en ce moment la cause
principal de sa dtresse! Quel rapprochement de circonstances le
sort se plat faire, comme pour se jouer des hommes (2) !
Ce fut un billet crit au crayon par Bdouet, qui annona au
Port-au-Prince le dbarquement de Ption Marliany. Boyer, com-
mandant de la place, s'empressa de lui envoyer un chapeau et des che-
vaux, car Bdouet marquait qu'il tait difficile de se procurer des
montures par rapport aux circonstances de la journe. Les chevaux
parvinrent Ption dans la route qu'il faisait pied, tant il tait impa-
tient de porter son assurance parmi les dfenseurs du Port-au-Prince !


(1) Zami Lafontant, noir ancien libre, naquit au Port-au-Prince vers 1768. Un des
homes les plus remarquables de son poque, il fut, en 1791, nomm lieutenant
d'infanterie la reunion de Digue (*). Il entra naturellement dans la Lgion de
l'Ouest, sa formation, en 1793 (**). Alors la correspondence de Bauvais avec Son-
thonax le cite souvent comme un brave. Au sige de Jarmel, il fixa plus d'une fois
l'attention de Ption. Il fut du petit nombre de ceux miraculeusement oublis et
pargns par Toussaint, aprs le dpart de Rigaud. Il fut, en 1802, un des premiers
se rallier l'insurrection de Lamour-Desrances (***). Fait alors chef de bataillon,
il se montra fort intrpide toutes les attaques de Jacmel. La blessure qu'il reut
au Pont-Rouge et qui le fora se retire du service, arrta son advancement militaire.
Mais nomm snateur sous le president Boyer, il continue encore servir son pays.
Il mourut Jacnel, le 30 dcembre 1836, l'ge de soixante-huit ans.
(2) Larose fut nomm adjudant-gnral, par Christophe en rcompense de son
coup de tte si hard. Mais bientt, effray des cruauts de Christophe, il tenta
l'Arcahaye un movement insurrectionnel en faveur de la Rpublique. Arrt, il fut
pass par les armes.
() Voyez tome I, du mme ouvrage, page 99.
(*) De tous les hommes qui formrent le novau de ce corps clbre et don't la
liste se trouve aux archives impriales de France, il n'existait nagure encore que
le vnrable M. Lemith du Port-au-Prince, qui mourut en 1856.
(*'*) Notes du gnral Lacroix.


LIVRE XI


1807










PETION ET HAITI


Jusque-l, Magloire-Ambroise, Yayou, Bonnet, avaient vainement
cherch rassurer le people sur le sort de Ption. Quand il parut au
portail de Logane, ce fut un immense cri d'allgresse qui se prolongea
jusqu'au fort Saint-Joseph et sur toute la ligne.
Ption visit immdiatement cette ligne. Les soldats l'accueilli-
rent partout au cri de Vive la libert vive Ption I Romain, en ce
moment mme, dbouchait contre le Fort-National. Frdric, qui tenait
la position Dugommier, s'y transport rapidement avec un batail-
lon de la 12'. Attaqu six heures du soir, Frdric se dfendit
avec une rare intrpidit ; deux fois il rejeta Romain hors des rem-
parts. Christophe frappait l un coup dcisif pour s'emparer de cette
position, la plus important pour battre la ville. Aussi envoya-t-il
Magny avec la 8', la 14' et la 20e, renforcer la division Romain. Magny
fut battu son tour. La 3' perdit dans ces diverse attaques le chef
de bataillon Robert Guiton ; un autre chef de bataillon, Michel Cra-
mentie, fut aussi grivement bless. Trois fois la 3' revint l'assaut
pour enlever le corps de ce dernier ; trois fois elle fut repousse.
Cramentie mourut- peu aprs, malgr les soins que lui fit prodiguer
Frdric.
XXX. Christophe, qui ne s'attendait pas, pour me servir d'une parole
de Ption, ce que peut inspire de grand et d'hroque la volont
d'tre libre, ordonna la retraite sur Drouillard.
Cet homme tait compltement redevenu l'homme de 1799 et 1800,
c'est--dire qu'il recommenait les scnes de carnage don't il pou-
vanta cette poque, la ville du Cap et les environs de Jacmel. Il
ordonnait impitoyablement d'gorger les prisonniers qu'il faisait
sur l'arme de la Rpublique. Nos soldats, par reprsailles, commen-
aient commettre les mmes horreurs. Ption, qui savait que plus un
people s'abreuve de sang, plus il s'y habitue, qu'il est de la dignit,
comme de l'intrt de tout bon gouvernement, d'en pargner l'expan-
sion, autant et le plus qu'il est possible ; qu'en un mot, la vie est le
premier des dons de notre Createur (1) , ordonnait, au contraire
de son farouche antagoniste, ses soldats de respecter les jours des
prisonniers, de les lui amener ; il ajoutait, comme gratification, quatre
gourdes par chacun de ces prisonniers. Trait sublime qui doit con-
fondre toute me sensible de la plus religieuse admiration Aussi, en
presence de cette leon de haute morality donne nos soldats par
l'immortel Ption, durant tout le course de cette guerre orageuse, on
n'eut aucun fait de cruaut reprocher aux soldats de la Rpublique.
XXXI. Lys tait arriv aux Cayes. A la simple nouvelle des dan-
gers don't le Port-au-Prince tait menac, la population s'tait trouve
debout. Les 13 et 17e demi-brigades s'taient mises en march. Mal-
gr les pluies et le dbordement de la rivire de Cavaillon (2), elles
arrivrent leur prilleuse destination le 6 janvier. Le lendemain,
Grin lui-mme y faisait son entre.
Christophe, camp Drouillard, s'tait jusque-l content de
faire pleuvoir sur le Port-au-Prince une grle d'obus. Mais, revenue
de son espce de torpeur, la vue des renforts qui taient entrs dans
la place, il ordonna une nouvelle attaque, comme pour rendre sa
retraite moins honteuse. Le 8, ses troupes dfilrent par les derrires du
Fort-National, et vinrent fondre simultanment sur le Poste-Marchand,
la Petite-Coupe et le fort du Gouvernement. Repousses avec une intr-

(1) Voyez tome I, page 72.
(2) Il serait difficile de s'expliquer pourquoi, jusqu' nos jours, on n'a pas
encore jet un pont sur cette riviere, don't le passage est d'une si grande importance
pour les communications politiques du Sud et de l'Ouest.


1807




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs