• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Half Title
 Frontispiece
 Title Page
 Notice biographique sur Joseph...
 Title Page
 Dedication
 Prolegomenes
 Livre premier
 Livre deuxieme
 Livre troisieme
 Livre quatrieme
 Table of Contents














Group Title: Pétion et Haïti
Title: Pétion et Haïti
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076972/00001
 Material Information
Title: Pétion et Haïti étude monographique et historique
Physical Description: 5 t. in 1 : front. ; 25 cm.
Language: French
Creator: Saint-Rény, Joseph, 1816-1858
Dalencour, François, 1880-
Publisher: Librairie Berger-Levrault,
Librairie Berger-Levrault
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1956
Copyright Date: 1956
Edition: 2. éd. / conforme à l'original, précédée d'une notice bographique sur Saint-Rény et annotée par François Dalencour.
 Subjects
Subject: Presidents -- Biography -- Haiti   ( lcsh )
History -- Haiti -- 1804-1844   ( lcsh )
Politics and government -- Haiti -- 1804-1844   ( lcsh )
History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Bibliography: Includes bibliographical references.
Statement of Responsibility: par Saint-Rény.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076972
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AFE6788
oclc - 02228749
alephbibnum - 001062853

Table of Contents
    Half Title
        Half Title
    Frontispiece
        Frontispiece
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Notice biographique sur Joseph Saint-Remy
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
        Page xx
        Page xxi
        Page xxii
    Title Page
        Page 1
        Page 2
    Dedication
        Page 3
        Page 4
    Prolegomenes
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Livre premier
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
    Livre deuxieme
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    Livre troisieme
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
    Livre quatrieme
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
    Table of Contents
        Page 119
        Page 120
Full Text















PTION ET HATI


























































.x. POTION









Ce portrait a t choisi par Saint-Rmy

C'est le portrait official du
President Ption, celui qui a
t fait, de son vivant, par le
peintre franais Barincou pen-
dant son sjour au Port-an-
Prince.











PTION ET HAITI


TUDE

MONOGRAPHIQUE ET HISTORIQUE

PAR

SAINT-RMY
(DES CAYES, HATI)


DEUXIME EDITION
conform l'original,
Prcde d'une notice biographique sur Saint Rmy
et annote par le Docteur Franois DALENCOUR







PARIS
LIBRAIRIE BERGER-LEVRAULT et Cie
229, BOULEVARD SAINT-GERMAIN


1956














&Mit
AMElrCA


















NOTICE BIOGRAPHIQUE
SUR
JOSEPH SAINT-REMY.



La notice biographique est ordinairement un abrg des faits
qui se rapportent la vie d'un personnage : c'est une analyse succincte,
le plus souvent de court tendue ; c'est, en quelque sorte, un petit
genre littraire qui se place ct de la biographie , tude plus
tendue, plus complete, vue d'ensemble de la vie d'une personnalit
politique, scientifique ou littraire. La biographie se rattache la
science ou la discipline, laquelle appartient celui don't on examine
la vie. C'est ce titre que la biographie appartient l'histoire pro-
prement dite et exige la mme mthode. Ici il s'agit d'une simple
notice, c'est--dire d'une analyse sommaire de la vie et de l'oeuvre d un
de nos trois grands premiers historians, Joseph Saint-Rmy, nous rser-
vant de retracer le plus tt que nous pourrons, avec de plus amples
dtails, sa vie et son immense labeur historique, en un mot sa biogra-
phie. Voyons donc ce qu'ont t l'homme et son ouvre.

I. L'HOMME.

Joseph Saint-Rmy est n la Basse-Terre, capital de la Guade-
loupe, le 21 mars 1816. C'tait le premier enfant de l'union lgitime
de Saint-Rmy et de Charlotte, mulatres libres de naissance, domicilis
en cette ville. A cette poque (1816), l'esclavage existait encore dans
les colonies franaises. Le pre Saint-Rmy tait matre menuisier,
trs jeune ; il n'avait que vingt-deux ans, et sa femme, dix-neuf. C'tait
donc un trs jeune mnage.
En ce temps, en 1816, et mme depuis 1806, les deux Constitutions
rpublicaines avaient dispos que les Indiens et les Africains ainsi
que leurs descendants, qui viendraient rsider en Hati, seront d'emble
reconnus comme Hatiens et jouiraient des droits de citoyennet aprs
une anne de residence. Le Prsident Ption avait mme fait publier
une lettre ouverte aux Ngres de l'Amrique, objets de perscutions,
les invitant venir rsider en Hati, et les assurant qu'ils seraient
accueillis bras ouverts. (1)
Comme cette poque, dans toutes les Antilles europennes
l'esclavage tait encore en vigueur, il y eut une migration constant,
nombreuse, des noirs et des multres dans la Rpublique librale et
dmocratique de Ption, o la vraie libert existait sous toutes ses
formes. La Rpublique d'Hati tait devenue une vraie attraction pour
la race noire. Et, cause de la langue, les habitants de race africaine

(1) Cette lettre se trouve en tte d'une dition anglaise de la Constitution de
de 1816 dpose la bibliothque de Columbia University, U.S.A.










II NOTICE BIOGRAPHIQUE

des Antilles franaises affluaient en Hati. C'est dans ces conditions,
sous ces auspices de solidarity racial, que la famille Saint-Rmy laissa
la Guadeloupe, vint s'installer en Hati, et se fixa dans la ville des Cayes.
Hati recueillit ainsi de nombreux artisans de valeur qui lui faisaient
besoin. Avant de se dplacer dfinitivement, il parat que le jeune pre
Saint-Rmy avait fait un prcdent voyage pour se rendre compete des
conditions de vie du milieu hatien.
Il semble que la ville des Cayes ait eu une attirance particulire
pour les noirs et les multres de la Martinique et de la Guadeloupe.
Nous savons que le grand-pre et le pre du Prsident Salomon qui
tait des Cayes taient originaires de la Martinique. Les Saint-Rmy,
de la Guadeloupe, ont suivi le mme courant ; ils ont choisi aussi la
ville des Cayes, Hati, comme leur nouvelle et definitive patrie. Les tra-
ditions disent qu'ils se sont fixs aux Cayes vers la fin du gouvernement
de Ption ou au dbut de celui de Boyer. Le jeune Joseph, notre future
historien, tait alors dans sa toute premiere enfance.
Quelle prcieuse acquisition pour Hati, et par le pre et par le
fils Le pre exera avec advantage sa profession de menuisier et put
ainsi acqurir une certain aisance qui lui permit d'assurer l'ducation
de ses enfants ; il tait probablement aide par sa femme, Charlotte,
qui devait faire un petit commerce, comme toutes les femmes de cette
poque sur tous les points du pays. Le petit Joseph ne manqua donc
de rien, et eut ainsi une enfance .heureuse ; il allait l'cole chez un
instituteur franais, un blanc, nomm Prosper Lemoine qui avait fait
de bonnes tudes au Lyce de Versailles et don't son lve a laiss un
souvenir de gratitude mu.
L'aisance de l'honorable menuisier lui permit d'envoyer le jeune
Joseph Paris pour parfaire son instruction et son education. Aprs
avoir achev ses tudes classiques, Joseph se fit inscrire la Facult de
Droit, don't il devint un tudiant assidu, trs dynamique, ml
toutes les manifestations de la vie universitaire. C'est ainsi qu'en 1838
il fit parties d'une dlgation d'tudiants noirs et multres de Paris
charge de prsenter une mdaille Mr. Isambert, dput et conseiller
la Cour de Cassation, qui avait dfendu la cause de la race noire en
rclamant l'abolition de l'esclavage. Il y avait quelques Hatiens dans
cette dlgation. (1)
Pendant son sjour Paris, tudiant en Droit plein de fougue,
Saint-Rmy s'appropria les ides librales qui fermentaient en France
depuis 1830 et qui devaient aboutir la clbre revolution de 1848. Il
tait alors fatal que Saint-Rmy se laisst prendre dans les remous de
l'agitation politique qui svissait la fin du gouvernement de Boyer et
qui devait avoir des consequences si malheureuses. Comme tous les
jeunes de cette poque, Saint-Rmy, qui n'avait alors que 27 ans, se
laissa entraner par des illusions qui formaient un mirage trompeur,
o il n'y avait que confusion et dception. C'tait un courant irresistible
et violent, plein de sduction, qui emporta ainsi dans l'abme tant de
brillants lements appels collaborer ensemble au bonheur de ce pays.
Comme la plupart de ses jeunes contemporains et amis de la ville des
Cayes, o surgit ce malheur, Saint-Rmy fut projet dans le tumulte,
puis culbut avant mme qu'il comprt le sens de cette tragdie dcon-
certante appele revolution de Praslin ou revolution de 1843 .
On a raison de dire que l'enfer est pav de bonnes intentions.
Nous ne savons pas quel moment, ses tudes de Droit acheves,
Saint-Rmy rentra en Hati. Nous savons qu'il exera aux Cayes la


(1) La Revue des Colonies dirige par C.A. Bissette, anne 1838.










SUR SAINT-REMY


profession d'avocat la fin du gouvernement de Boyer. Il tait alors
connu comme dfenseur public prs le tribunal civil des Cayes; il
signait < Saint-Bmy fils , ce qui fait supposed qu'il avait le mme
prnom que son pre ; il eut aussi signer une protestation du dput
David Saint-Preux adresse au Commissaire du gouvernement du Port-
au-Prince (2). Madiou aussi signait au dbut Thomas Madiou fils .
A en juger par l'ensemble de sa vie, on est port penser que Saint-
Rmy tait d'un temperament vif, imptueux, quelque peu intran-
sigeant, mais gnreux, droit et ides trs liberales. Cette vivacit et
ce libralisme se manifestent visiblement dans ses euvres qu'un style
vif, ferme, pur et classique anime, surtout dans son ouvrage Ption et
Hati et aussi dans sa Vie de Toussaint-L'Ouverture.
Quant son libralisme, il est aussi dynamique que son tem-
prament et pourrait tre parfois un peu plus nuanc, plus tolrant.
Ce petit excs devait provenir de sa sincrit, qui s'chauffe parfois
devant les cruauts de notre milieu, ou quand il redresse vigoureusement
des critiques injustifies. Dans ce dernier cas, c'est le lutteur qui frappe
d'estoc et de taille jusqu' ce qu'il terrasse son adversaire, comme dans
sa polmique avec le directeur des Annales d'Afrique qui contestait
l'authenticit de son dition des Mmoires de Toussaint-L'Ouverture.
Nous avons vainement cherch sa thse la Facult de Droit de
Paris. Quand fut fonde Paris, en 1836, la Revue des Colonies par
un grand martiniquais, C. A. Bissette, Saint-Rmy y collabora acti-
vement. Il y publia quelques posies, une srie d' Esquisses sur les
hommes de lettres d'Hati > et, en 1839, un biographie de Christophe,
gnral hatien >. Saint-Rmy n'avait alors que 23 ans. Ce n'tait qu une
euvre de jeunesse.
A cette mme poque, la Socit Franaise pour l'abolition de
l'esclavage , inspire par l'Abb Grgoire, en 1838 et en 1840, avait mis
au concours un memoire sur les moyens d'extirper les prjugs des
blancs contre la couleur des africains et des sang-mls. S. Linstant,
devenu sous notre second empire baron de Pradines, hellniste dis-
tingu, et Joseph Saint-Rmy, participrent ce concours. Il y eut six
concurrents, et c'est le mmoire n 5, de Linstant qui obtint le prix.
Il fut couronn par cette Socit dans sa sance du 1" juillet 1840,
prside par M. Laisn de Villevque, et le prix fut distribu dans une
sance publique l'Htel de Ville de Paris, prside par M. le Duc de
de Broglie. Le Prsident de la Socit tait Hippolyte Passy, le grand
conomiste, et M. Isambert, dput de la Vendee, conseiller la Cour
de Cassation, le secrtaire S. Linstant publia son mmoire en une
lgante brochure de 170 pages, qui dnote la matrise du jeune avocat
hatien. Le mmoire de Saint-Remy est rest en manuscrit et a t
dpos la Bibliothque du Petit Sminaire Collge Saint-Martial.
C'est dans ce Memoire que S. Linstant, devenu quelques annes
aprs notre plus grand jurisconsulte, annona, dans l'appendice, l'ou-
vrage capital de Saint-Rmy en ces terms: Quant Alexandre
Ption, surnomm le Grand, mort en 1818, president de la Rpublique
d'Hati, un de mes amis, le citoyen Saint-Rmy, des Cayes, aprs avoir
runi grand'peine des documents trs prcieux sur ce beau caractre,
a crit une biographie que sa modestie l'empche jusqu' present de
livrer au public. Esprons qu'il la vaincra bientt, et qu'il fera enfin
connatre au monde entier un des plus grands citoyens don't puisse
s'honorer l'humanit.
Ainsi donc, en 1841, Saint-Rmy avait dj achev la biographie

(2) Cette protestation fut aussi signe par Caminero, dominicain, ancien prsi-
dent de la Chambre des Reprsentants de la Rpublique d'Haiti.










IV NOTICE BIOGRAPHIQUE

de Ption. C'est pendant cette laboration que son enthousiasme admi-
ratif pour Ption le porta, avec la collaboration d'autres tudiants
hatiens, S. Linstant, Durin Mge, rdiger une petition pour rclamer
l'rection d'une statue pdestre Ption sur la place o sont dposs
ses restes et qui porte son nom. La Chambre des Dputs en prit con-
naissance le 3 avril 1838. Il est malheureux que la parcimonie finan-
cire du Prsident Boyer et les exigences du paiement de l'indemnit
franaise l'empchrent de raliser cette ide qui et, cependant, fait
tant de bien au pays et son gouvernement en faisant voir ostensi-
blement qu'il se maintenait dans le culte de son illustre et bien-aim
prdcesseur, comme il l'avait promise, le jour o il prtait serment
comme Prsident d'Hati. Il y a parfois des ides qui semblent tre
des chimres ou des illusions, et qui sont cependant des impon-
drables bien puissants. Un rien attire ou retire l'affection du people.
Vers cette mme poque, les ides librales qui avaient boulevers
la France en 1830 et allaient la secouer plus tard en 1848 avaient tra-
vers l'Atlantique et caus une grande fermentation en Hati. L'historien
ne peut pas ne pas regretter la mort prmature de Ption, don't le
temperament foncirement dmocratique et liberal, conciliant, mod-
rateur et dbonnaire et dissip certain malentendus et vit bien
des malheurs. Malgr son honntet incontestable, son sens de la
measure, sa tolerance, le Prsident Boyer avait un temperament un
peu cassant quelquefois, qui n'allait pas manquer de crer quelque
confusion dans les esprits. Beaucoup de dtails sociaux lui ont ainsi
chapp qui l'eussent encourage des concessions indispensables au
maintien de la paix et qui n'entameraient certainement pas son pres-
tige. C'est son honntet, son esprit d'ordre et d'organisation, sa
parcimonie financire et son grand tact qui lui ont permis de se main-
tenir au pouvoir pendant un quart de sicle dans un pays alors tiraill
par des sentiments si violent et des passions si diverse. C'tait un
tour de force prodigieux dans un pays d'instabilit, d'incertitude et
de fantaisie.
La revolution de 1843 est ainsi venue de ce manque de souplesse
joint au soulvement machiavlique des passions politiques et sociales
par un faux philanthrope. La souplesse n'est pas toujours la faiblesse ;
elle est parfois la meilleure arme des gouvernements dans les moments
de crise ; elle est souvent une soupape de sret et tmoigne de
l'habilet et du jugement des chefs. On comprend que, plein de jeunesse
(27 ans) et fru de libralisme rigide, Saint-Rmy ait t attir par ce
gouffre don't il ne pouvait pas connatre le danger, quand il revint dans
le pays. Nous avons vu qu'il s'tait install d'emble comme dfenseur
public (avocat) prs le tribunal civil des Cayes.

ARRIVE ET SEJOUR DE VICTOR SCHOELCHER EN HAITI.
Saint-Rmv tait peine rentr aux Cayes revenant de son long
sjour Paris, qu'un vnement malheureux s'abattit sur la pauvre
Hati peine naissante et tiraille dj par tant de passions confuses
et dplorables : c'tait l'arrive de l'abolitionniste Victor Schoelcher.
Saint-Rmy qui l'avait connu Paris lui parla avec confiance et le mit
au courant de la vraie situation du pays. Mais d'autres courants four-
voyrent Schoelcher et se servirent de lui pour dverser leurs vieilles
rancunes caches et les rpandre urbi et orbi! Dj prvenu comme
franais et attrist de la perte de Saint-Domingue, Schoelcher saisit
avec empressement cette occasion qui se prsentait lui pour
reprendre l'oeuvre diabolique des colons consistent dsunir les deux.










SUR SAINT-REMY


classes d'hommes qui forment la nation hatienne. Et alors il distilla
avec art ce venin de la division que savaient manier avec leur
frocit coutumire et leur habilet incontestable les pires colons de
Saint-Domingue, tels que Page et Brulley qui disaient au Club Massiac :
Nous commencerons par brouiller les multres avec les ngres: ce
< moyen procurera la destruction total de ces figures rhubarbe .
A peine de retour Paris, Schoelcher publia, en 1842, son voyage
d'tudes dans les Antilles et en Hati sous le titre Colonies trangres
et Hati . Ce livre, par la fausse reputation de son auteur comme
philanthrope, eut un retentissement considerable, tant en Hati qu'
l'tranger. En Hati surtout o il servit d'instrument aux propagandes
politiques les plus malsaines et les plus dissolvantes, en faisant
comprendre, d'accord avec ses interlocuteurs, que tous les malheurs
du people hatien provenaient de l'gosme du Prsident Boyer et des
mulatres comme lui. Comme s'il tait possible, en un tournemain, en
une vingtaine d'annes, de rorganiser comme les pays vieux de
plusieurs sicles, un petit pays o tout avait t dtruit pendant la
guerre de l'indpendance, un pays o tout, tout tait refaire.
Ce livre a t une des causes du renversement du Prsident Boyer,
et de l'anarchie pouvantable qui s'ensuivit. Schoelcher avait repris
l'oeuvre machiavlique des colons et de Darfour. Il russit admirablement
dans cette besogne mchante et criminelle.
Un grand martiniquais, C. A. Bissette, se dressa immdiatement
et fit une vigoureuse riposte o il flagellait Victor Schoelcher d'avoir
t chez un jeune people peine form pour y rveiller des germes de
discorde, de haine et de mort. Ce fut une belle defense du people
hatien. Mais le virus avait t rpandu profusion par le faux phi-
lanthrope aussi machiavlique que les plus abominables colons.
Schoelcher avait suivi le mme sillage que Darfour, mais sur un
thtre plus grand. Il est remarquer qu'immdiatement aprs la rvo-
lution de 1843, pendant l'affreuse anarchie qui en fut la consequence,
il y eut des rumeurs concernant un protectorat franais, rumeurs
don't parla suffisamment le journal hatien Le Manifeste du 7 juillet 1844.
Le nom du consul de France, M. Levasseur, fut mme cit dans cet
imbroglio politique, don't le prtendu philanthrope dut se rjouir. Il y
avait de quoi certainement. On s'explique alors ces vers (1) de Saint-
Rmy Chenet, l'auteur des Chants du Barde :
J'aime, mon cher Chenet, voir contre Schoelcher
S'lancer ardents, vifs, tout le feu de ton vers,
Tous les sons clatants de ta voix si sublime !
Cet aptre d'erreur creusa sans fond l'abme,
O doivent s'engloutir notre espoir et nos voux !
Mais aussi sera-t-il l'horreur de nos neveux !
*

Le coup port par Schoelcher au Prsident Boyer et la classes
des multres eut des repercussions formidable et ceux-ci et celui-l ne
purent mesurer l'ampleur de la blessure qui leur avait t faite; le
dveloppement de graves vnements empchait la rflexion et la
meditation qui eussent permis un redressement. L'indemnit fran-
aise a t le boulet riv aux pieds de la Rpublique d'Hati ; ce fut le
grand handicap du gouvernement de Boyer. On n'a pas toujours


(1) Ecrits huit ans aprs le sjour de Schoelcher en Haiti.









VI NOTICE BIOGRAPHIQUE

compris cette particularit si important. Mais c'tait une dette d'hon-
neur, laquelle nous ne pouvions pas, sans dchoir, nous soustraire,
partir du moment o nous nous tions inscrits si glorieusement
dans l'assemble universelle des nations civilises. Noblesse obligeait...
La civilisation donne des droits majeurs, mais elle impose aussi des
devoirs imprieux, des obligations lmentaires fondamentales aux-
quelles doivent se conformer les socitaires. La proprit est un fait
social lgitime chez tous les peuples qui ont le sens de la libert,
de la justice et de l'honneur. D'autres peuples qui se sont trouvs dans
le mme cas ont rempli ce mme devoir. Et puis, cette indemnit ne
pallie-t-elle pas quelque peu l'horreur des regrettables massacres de
Dessalines ? Ai-je trop dit ?...
Le President Ption, en posant le principle de l'indemnit, et le
President Boyer, en la consacrant comme une dette national, ont, ce me
semble, bien mrit de la Civilisation, de la Justice et de la Dignit
national. La Patrie Hatienne et la Race Noire doivent leur tre recon-
naissantes de les avoir levs cette hauteur sereine de l'Honneur. En
cette circonstance pnible, Ption et Boyer ont fait du people hatien
un grand seigneur...
La fermentation politique tait dj trs avance dans la plupart
des villes du Sud quand Saint-Rmy arriva aux Cayes. Une de ses
premires occupations fut, l'arrive du livre, de rfuter les assertions
perfides de Victor Schoelcher dans quatre lettres la manire incisive
de Paul Louis Courier, qu'il publia dans le journal La Sentinelle de la
Libert, la fin de l'anne 1843. Le Prsident Boyer tait dj parti.
Saint-Rmy se jeta tte baisse dans l'horrible fournaise de Praslin
qui allait le brler. Il devint mme lieutenant-colonel et commandant
dans l'arme populaire du Sud. Attitude qu'on ne saurait blmer,
puisque cette function militaire lui permettait de mieux connatre le
pays par les diverse marches qu'eut faire le nouveau Prsident dans
diverse localits, par example dans le Nord qu'il ne connaissait pas.
C'tait donc, pour un intellectual de sa trempe, une dmarche favorable
Sl'enrichissement de sa personnalit comme citoyen hatien.
Un acte qui honore Saint-Rmy fut sa participation l'mission
Au Dcret accordant une pension Madame Dessalines.
C'est cette poque de tourmente qu'il rdigea cette Proclamation
au nom du Peuple Souverain pour le Gouvernement Provisoire
l'occasion de la rvolte du colonel Dalzon au Fort Alexandre, au Port-
Rpublicain (Port-au-Prince) en faveur d'une reaction prtendue
boyriste, mais c'tait plutt en faveur de Guerrier. Saint-Rmy tait
alors dans la fournaise rvolutionnaire qui flambait furieusement. On
admirait son bel entrain, sa fougue juvenile, et, connaissant sa valeur
intellectuelle et morale, sa sincrit, peut-tre dj le plaignait-on in
petto. Au Port-au-Prince, o il se tenait, le D' J. H. Fresnel, qui l'avait
rencontr, crivit une lettre A E. Heurtelou, rdacteur en chef du
Progrs, o il citait Saint-Rmy parmi les vrais amis de la dmocratie
representative.
La dbcle du gouvernement de Rivire Hrard auquel il s'tait
attach, n'allait pas tarder se manifester, sans que Saint-Rmy, par
son inexprience, sa trop confiance dans les hommes, sa fougue native,
ait vu clair dans l'imbroglio rvolutionnaire qui l'emportait. Il fut
dsaronn par la ralit. Il avait, comme tous ses amis anti-boyristes,
manifest ouvertement contre le Prsident Boyer qu'ils avaient
critique avec une exagration ridicule. Tous ces jeunes gens qui avaient
vocifr contre le gouvernement de Boyer et blm la part trop grande
accorde au militaire ce qui est inexact furent les premiers
prendre des grades levs et porter avec ostentation des paulettes.










SUR SAINT-REMY VI

Il faut regretter qu'Hrard Dumesle et David Saint-Preux sur qui le
people comptait tant eurent cette faiblesse. Nous avons vu que Saint-
Rmy suivit l'entranement gnral.
L'anarchie obligea la plupart des gens senss chercher un homme
don't le pass politique inspirait confiance et pourrait regrouper sans
difficult les citoyens ayant quelque influence. Le gnral Guerrier qui
avait adhr la revolution de Praslin fut choisi pour gouverner le
pays. C'tait dj un homme trs g qui avait la reputation d'tre un
homme de caractre, pour avoir t, avec le gnral Pierre Toussaint,
de taille rsister la bassesse que Christophe exigeait de ses officers
et fonctionnaires. On connat son attitude quand Christophe voulut
le frapper pour avoir donn un peu de repos aux hommes et aux femmes
qui travaillaient au fort Laferriere : Sire, nous n'avons pas combattu
les Franais pour redevenir des esclaves ; si vous me frappez, vous tes
mort , dit Guerrier en dgainant son sabre.
Le choix de Guerrier tait donc le meilleur que l'on pt faire
cette poque. Malheureusement Guerrier ne resta au pouvoir qu'une
anne. Le gnral Pierrot lui succda en avril 1845. Si Saint-Rmy
avait eu plus d'exprience, il et suivi ce movement modrateur. Il
parat qu'il continue se lier au parti de Rivire Hrard qui avait t
conspu et don't le Prsident Pierrot disait qu'il tait pire que Boyer.
Il y eut, parat-il, une conspiration riviriste au Port-au-Prince (1).
Des arrestations furent opres au nombre de 45. Quelques-uns, parmi
lesquels Saint-Rmy, russirent s'vader ; ils taient accuss d'avoir
commis un attentat militaire don't le but tait de changer la forme du
gouvernement, d'exciter les militaires la sdition et de renverser le
President de la Rpublique en provoquant la guerre civil. L'accusation
porte contre Saint-Rmy tait simplement une insubordination envers
le President d'Hati. Quelques dtenus furent heureusement librs,
tandis que d'autres furent fusills la chaude, c'est--dire sans forma-
lit. Aux fugitifs il fut accord un mois pour se rendre la disposition
du gouvernement. Pass ce dlai, ils seraient considrs comme bannis
du territoire, et qu'il serait ordonn de courir sus, si jamais ils y repa-
raissaient. Le jugement eut lieu par un Conseil special militaire.
Saint-Rmy et d'autres vads furent condamns trois mois d'empri-
sonnement.
Le gouvernement ne fut pas satisfait de ce jugement, et un Dcret
prsidentiel du 4 aot 1845 bannit du territoire de la Rpublique le
condamn mort par contumace et les autres condamns trois mois
d'emprisonnement, parmi lesquels Saint-Rmy. Celui-ci qui s'tait
cach fut donc oblig de laisser le pays ; il se rendit Saint-Thomas
(Antille danoise). Depuis la fin de la guerre civil du Sud entire
Toussaint et Rigaud, les exils se rendaient d'abord dans les Antilles
voisines, Jamaque, Saint-Thomas, Cuba, Martinique ou Guadeloupe
avant de se rendre en France. Cette coutume est reste jusqu' present.
Saint-Rmy, fourvoy par le jeu des vnements rvolutionnaires,
resta assez longtemps, jusqu'en mars 1848, Saint-Thomas, dans la vaine
attente d'une reprise du movement riviriste. Il ne sortit de cette ile
qu'un an aprs l'lection de Soulonque qui avait eu lieu le 1" mars 1847.
Il passa par la rade du Port-au-Prince, sans y descendre, parat-il.
C'est bord d'un bateau qu'il crivit une lettre magistrale date du
18 mars 1848 Thomas Madiou fils qui venait de faire paratre le
premier volume de son Histoire d'Hati. Cette lettre est une declaration
de ses principles d'historien, o il numre quelques faiblesses ou des


(1) Madiou. Histoire d'Hati, t. IV, p. 304.










VIII NOTICE BIOGRAPHIQUE

erreurs de Madiou. Il retournait donc Paris aprs avoir sjourn, sans
utility et sans ncessit, Saint-Thomas pendant trois ans exactement.
De ce sjour Paris nous avons peu d'indices. Nous savons
seulement qu'il change plusieurs fois de quarter, tantt la Rue
Sainte-Anne, Rue Saint-Jacques, Rue des Francs-Bourgeois, etc. Nous
savons aussi par son ami, S. Linstant, qu'il avait dja commence la
rdaction de la Vie de Ption et qu'il hsitait la publier, voulant sans
doute crire une biographie complete et bien documente. Il est certain
qu'il se livra ds lors des recherches historiques trs tendues et trs
minutieuses dans les principles bibliothques de Paris ; il crivit aux
ministres de la guerre, des colonies et de la marine pour leur demander
l'autorisation tre admis consulter leurs Archives, et aussi pour les
prier de souscrire ses euvres. De ce ct-l, Saint-Rmy reut tous les
encouragements. Il ne nous a pas laiss savoir s'il obtint aussi du succs
auprs du Prince Napolon, qui il crivit en 1848 pour lui demander
une subvention pour la publication de ses euvres.
Avant ou pendant la revolution de 1843, il s'tait mari, et de cette
union pleine de tendresse mutuelle naquirent deux enfants, don't une
petite fille du nom d'Elvina, qui faisaient le bonheur du couple.
Elvina mourut en mer le 5 dcembre 1847 : ce fut le sujet d'une poesie
poignante du pre. Pendant le sjour Saint-Thomas, avant ce dou-
loureux accident, Saint-Rmy avait reu le livre de Chenet Les
Chants du Barde ; il l'en flicita par une longue posie, laquelle
le destinataire rpondit encore plus longuement.
Il parait que jusqu'en juin 1850, Saint-Rmy vcut en exil Paris.
Ce ne serait qu' cette date qu'il se dcida rentrer en Hati. Il crivit
d'abord la Vie de Toussaint-L'Ouverture qui est ddie Mme Saint-
Rmy, et cette ddicace est date de Paris, le 20 juin 1850. Nous ne
savons pas si sa femme tait originaire des Gonaves ou des Cayes, mais
il est un fait certain que Saint-Rmy a vcu quelque temps aux
Gonaves o il a connu Madame Dessalines. On sait que c'est Madame
Dessalines qui lui a racont la scne de l'entrevue de Ption avec Des-
salines en novembre 1802 sur la place d'armes de la Petite-Rivire-
de-1'Artibonite, scne laquelle elle tait prsente. C'est Madame
Dessalines qui rpta Saint-Rmy les paroles mmorables changes
entire les deux chefs et que d'autres contemporains connaissaient trs
bien. D'autre part, Mme Saint-Rmy est morte aux Gonaves longtemps
aprs son mari, vers 1903 ou 1904, trs ge ; elle tait devenue la
doyenne des Gonaves.
Saint-Rmy exerait alors la profession d'avocat ; il tait avocat
des Cours impriales de l'Ouest et du Sud , jusqu'en 1853. Nous ne
savons pas exactement combien de temps Saint-Rmv resta aux
Gonaves. En 1853, il tait Paris et dposa lui-mme la Bibliothque
National les deux premiers tomes de Ption et Hati. Si au dbut de
son retour Paris, il put vivre assez bien, il parat que plus tard il
vivait plus difficilement. Son exil Saint-Thomas avait peut-tre
puis ses conomies. Pourquoi avait-il laiss la ville des Gonaves, o
il semblait se plaire au sein de sa famille et dans l'exercice de sa pro-
fession ? Le liberal intransigeant de 1843, qui avait critiqu le Prsi-
dent Boyer avec tant d'acrimonie, avait-il eu les yeux dessills par les
brutales ralits du rgime de Soulonque ? Etait-ce pour aboutir cela
qu'il avait gch sa vie, sacrifi sa jeunesse dans l'impuissance des tour-
mentes rvolutionnaires ? Ne valait-il pas mieux conserver Boyer pour
ne pas avoir Soulonque ? Nous aurions eu la solution de cette nigme,
si nous avions pu retrouver son dernier manuscrit probablement perdu :
Coup d'oil sur la Rpublique d'Hati de la revolution de 1843
l'avnement de l'Empire.










SUR SAINT-REMY


Saint-Rmy tait aussi un bon dessinateur. C'est pendant son
sjour aux Gonaves qu'il dessina le plan de cette ville don't l'original
a t perdu. Les derniers moments de sa vie furent consacrs la
publication de son livre capital, Ption et Hati et la rdaction du
dernier que nous venons de mentionner. Cette succession rapide de
tant de travaux si bien documents, toutes ces recherches puisantes
dans les bibliothques de Paris, ont fait dire un publiciste franais :
M. Saint-Rmy semble avoir voulu justifier le proverbe : Travailler
comme un ngre ; soit dit sa gloire ; car sous sa peau bronze on
sent battre un noble coeur, et sous sa plume surgissent des ides toutes
franaises, formules en fort bons terms dans notre propre langue,
qui, grce Dieu, est encore celle de son pays . (1)
Ce travail puisant, joint diverse dceptions dans la vente de
ses ouvrages en Hati et dans d'autres affaires, eut une rpercussion
fcheuse sur sa sant. En juillet 1857 il avait pu faire les frais de la publi-
cation du tome cinquime de Ption et Hati. C'tait le chant du cygne.
Il se trouva dans l'impossibilit d'entreprendre l'impression du tome
sixime et dernier, qui fut saisi par l'imprimeur ou l'diteur et
dpos chez un notaire de Paris. Malgr mes recherches auprs de la
Chambre des Notaires de Paris, je n'ai eu aucun rsultat. Saint-Rmy
ne put survive cette dception pour une euvre laquelle il se
dvouait corps et me. Il n'eut pas le temps de mettre la main cette
histoire spciale de la guerre de l'indpendance , don't la ralisation
lui tenait tellement cour et qu'il considrait comme une noble
tche . (2)
Saint-Rmy est mort Paris le 9 septembre 1858, l'ge de 42 ans,
cinq mois et vingt jours. On ne sait pas si c'est exactement Paris
mme ou en banlieue. La mort de Saint-Rmy passa presqu'inaperue
l'poque, ayant eu lieu peu avant les vnements de 1858 qui
amenerent le renversement de l'empire de Soulonque et tant d'autres
vnements qui proccupaient et absorbaient les esprits en Hati.
Sa vie fut bien court, et son oeuvre vaste.


L'UVRE.

Voici la liste des uvres completes de Saint-Rmy :
1. Diverses posies parses dans les journaux et revues, et don't
nous nous proposons de faire un recueil.
2. Esquisses biographiques sur les hommes de lettres d'Hati.
3. Essai sur Henri Christophe, gnral hatien, 1839.
4. Essai sur le prjug de couleur dans les colonies, 1840, don't
le manuscrit provenant des papers de Linstant Pradines, se trouve
au Petit Sminaire Collge Saint-Martial.
5. Proclamation au nom du Peuple Souverain, 1843.
6. Lettres Victor Schoelcher, au nombre de quatre, publies
dans La Sentinelle de la Libert, en novembre et dcembre 1843.
7. Vie de Toussaint-L'Ouverture, 1850.
8. Mmoires pour servir l'Histoire d'Hati par Boisrond
Tonnerre. Rdition annote, prcde d'une longue Etude historique
et critique. 1851.


(1) Aug. Bernard, in Revue de Parts, 1er juillet 1857.
(2) Ption et Hati, t. III, p. 240.









X NOTICE BIOGRAPHIQUE
9. Mmoires de Toussaint-L'Ouverture. Edition abondamment
annote et prcde d'une belle introduction historique.
10. Ption et Hati. Etude monographique et historique, 5 vol.
de 1853 1857.
11. Coup d'Soil sur la Rpublique d'Hati, depuis la revolution
de 1843 jusqu' l'tablissement de l'empire.
12. Plan de la ville des Gonaves.
Essai sur Henri Christophe, gnral hatien. Cet opuscule de
20 pages grand format parut d'abord, en 1839, dans la Revue des
Colonies de C. A. Bissette, don't Saint-Rmy tait l'ami et le collabo-
rateur. C'est une uvre de jeunesse, o se voit la formation classique
de l'auteur qui n'avait alors que 23 ans. Saint-Rmy a donc dbut dans
l'histoire par la biographie, et il a continue dans cette voie par la
biographie de Toussaint-L'Ouverture. Sa manire se dessine dj :
vivacit, concentration, synthse. En ces 20 pages Saint-Rmy a trac
un portrait exact du gnral Christophe, d'ou de nombreuses particu-
larits secondaires ont t lagues : c'est la manire romaine, le genre
de Tacite. On connat le mot de Voltaire propos des dtails dans
l'expos historique. Voltaire conseillait de ne pas trop s'encombrer de
futiles circonstances : Malheur aux dtails C'est une vermine qui
tue les grands ouvrages , disait-il. Dans la multitude des vnements,
il faut se borner et choisir . Notre auteur s'est donc conform au
prcepte de Voltaire, don't il ne partage pas du reste tous les points de
vue. C'est cette condensation ingnieuse et pittoresque des faits qui
caractrise sa manire et donne une allure romaine son euvre.
Avec ce petit livre on est suffisamment renseign sur les qualits et les
dfauts de Christophe : L'ordre n'tait qu'apparent ; la prosprit
n'tait que factice ; tout le systme devait tomber avec un seul homme...
Quand la voix de tout un people s'lve pour accabler un citoyen, ce
n'est pas sans raison : le bourreau de Jacmel, le transfuge du camp de
Toussaint-L'Ouverture, l'assassin de Roumage jeune, de Saint-Georges,
de Papalier, de Montorsier, de Vilton, de Vernet et de Pierre Toussaint,
doit tre li au pilori de l'histoire >. Ainsi finit cet opuscule qui fait
preuve d'une grande objectivit, Saint-Rmy n'ayant pas manqu de
signaler quelques qualits de Christophe.
Essai sur le prjug de couleur dans les colonies. C'est un
mmoire qui avait particip un concours organis par la Socit
franaise pour l'abolition de l'esclavage. Ce mmoire n'avait pas assez
approfondi le sujet ; celui de Pradines, plus solide, plus document
obtint le prix.
Proclamation. Au nom du Peuple Souverain. Le Gouvernement
Provisoire, au Peuple et l'Arme. Cette pice, rdige par Saint-
Rmy, se compose de quatre longs paragraphes et tmoigne de
l'chauffement gnral des esprits ; elle ne comporte aucune particu-
larit littraire ; c'est la rhtorique banale, ici bien crite, des rvolu-
tion phmres.
Lettres Victor Schoelcher relativement son livre sur Hati. -
Elles tendent rfuter les mille erreurs et quelques-unes des
mille fausses apprciations > de Schoelcher, et faire voir que
Schoelcher avait dfigur l'Histoire d'Hati. Saint-Rmy lui dit:
Pouvions-nous en conscience rester muet, quand vous pervertissiez
toutes les donnes historiques d'Hati, et quand votre livre pouvait
perptuer des erreurs si nombreuses, que leur simple rfutation
pourrait produire un ouvrage dix fois plus volumineux que le vtre .










SUR SAINT-REMY


Ces quatre lettres furent crites avec brio et d'un style incisif, ferme,
mais trs modr en raison de ses liens d'amiti avec le malveillant
abolitionniste. C. A. Bissette a t avec raison plus mordant et plus
vigoureux, car Victor Schoelcher a t peut-tre le publiciste tranger
qui a fait le plus de tort ce pays. Le livre de Schoelcher a aussi fait
beaucoup de tort la France, en ce sens qu'il resemble beaucoup
l'oeuvre d'un colon franais du temps d'Hdouville et de Laveaux. Les
colons Page et Brulley n'eussent pas mieux fait qui voulaient aussi la
destruction des multres. La plume de Schoelcher a t un poignard
empoisonn enfonc dans le sein du people hatien. A constater la
similitude des procds de Schoelcher avec ceux des pires colons de
Saint-Domingue et du journalist africain Darfour, on serait tent de
croire qu'il caressait le rve illusoire sans doute de faire retourner
Hati dans le giron de la domination franaise en ralisant d'abord,
par l'anarchie dissolvante, la destruction de ces figures rhubarbe
selon la formule pittoresque des colons Page et Brulley.
Vie de Toussaint L'Ouverture. Ce livre est un de ceux qui
tmoignent le plus de la manire de Saint-Rmy : condenser la matire
le plus possible, laguer au maximum les dtails qui n'ajoutent rien
la substance du sujet. Cette condensation est faite avec une remar-
quaole agilit de style et de pense, de pondration sentimental et de
rigueur technique. Au lieu de faire des chapitres trs longs o il est
possible de diluer perte de vue la matire historique, Saint-Rmy a
scind son travail en un grand nombre de chapitres courts, pas plus
de deux cinq pages, et il arrive ainsi quatre vingt-trois exactement.
Toutes ces coupures, bien agencies, en rendent la lecture aise et
agrable : le lecteur ne se fatigue pas, il peut s'arrter sa guise pour
reprendre plus tard. C'est un petit chef-d oeuvre littraire et historique
en mme temps : le style est si vif, si brilliant, si fluide, si simple, que
l'auteur resemble un athlete en pleine course.
Ce brio n'tait pas du tout facile, eu gard l'norme documenta-
tiontion utilise par l'auteur qui en a trouv une masse aux Archives
Nationales de France , o le dossier de Saint-Domingue est
extrmement abondant. Tout Toussaint L'Ouverture est l, vivant, avec
sa duplicit, son talent, son ambition dmesure, au milieu d'une socit
colonial dcadente, impuissante par la division interne et l'anarchie
de la mtropole, et bnficiant de tous les travers et de toutes les fautes
accumules par la plupart. Toussaint avait l sous la main tout ce qu'il
fallait pour raliser l'indpendance de son pays. Il n'a pas pu la
raliser, parce que, comme dit Saint-Rmy, il n'a pens qu' lui-mme
seul. Tous les habitants de Saint-Domingue auraient forme un faisceau
autour de lui, s'il avait eu des sentiments plus humans ; mais il a pens,
comme les colons, que la colonie ne pouvait exister qu'en faisant
l'union entire les noirs et les blancs, et en dtruisant les hommes de
couleur.
Ce livre est la meilleure biographie de Toussaint L'Ouverture
il est crit avec une grande sobrit historique, o il n'y a ni faiblesse,
ni violence, ni passion, ni adulation ; il fait belle figure dans la
littrature hatienne ; il n'a pas t dtrn par le livre extravagant
et faible de Gragnon Lacoste, ni par celui apologtique, inexact et colo-
nialiste de Victor Schoelcher, ni non plus par les trois tomes de Pau-
lus Sannon, o manquent l'esprit critique et le brio littraire. Il est
faux de prtendre que ce livre soit une charge. Saint-Rmy a fait
apparatre Toussaint tel qu'il tait, en pleine lumire, avec ses qualits,
ses dfauts et ses fautes ; il va directement l'essentiel et sait retenir
le trait qui fait revivre et dcouvrir son personnage.










XII NOTICE BIOGRAPHIQUE

Mmoires pour servir l'histoire d'Hati par Boisrond Tonnerre.
Saint-Rmy a jug utile, dans un but national, de rditer cet opus-
cule qui, tir un trs petit nombre d'exemplaires, tait devenu trs
rare. Bien qu'ils contiennent beaucoup d'inexactitudes, Saint-Rmy a
pens qu'on pouvait utiliser quelques rvlations prcieuses l'histoire
glorieuse de la liberation national. Il a fait precder cette rdition
d'une longue tude historique et critique qui resume heureusement les
luttes glorieuses qui ont about l'indpendance. Il rappelle aussi
brivement les origins de Boisrond Tonnerre, sa naissance, son
adolescence, et enfin sa vie dsordonne.
Saint-Rmy admet que les Mmoires de Boisrond n'ont pas de
valeur littraire. Mais Boisrond Tonnerre est le premier qui ait song
enregistrer les actes de la lutte que nous avons soutenue contre
l'ambition du vainqueur de l'Europe. C'est l son titre une rimpres-
sion ; c'est l aussi un de ces honorables titres la renomme ;
malheureusement ce genre de titre est rare pour lui. J'eusse de beaucoup
prfr me taire sur un homme qui a t plus funeste qu'utile, mais
l'intrt de la vrit ne le permet .
Puis Saint-Rmy fait le portrait de Boisrond : vaniteux, dlateur
perfide, mauvais conseiller, perscuteur de ses propres concitoyens.
On comprend que ses Mmoires ne pouvaient pas contenir toute la
vrit et qu'ils taient faits surtout pour plaire Dessalines, don't Bois-
rond voulait faire le seul hros de la guerre de l'indpendance.
Manouvre de courtisan qui pouvait brouiller les esprits des jeunes
surtout et accrditer des lgendes fausses.
Saint-Rmy demand alors Boisrond pourquoi et comment a-t-il
pu oublier Cappoix, ce valeureux Cappoix que Christophe fit mourir
si atrocement... C'taient au Nord Cappoix, l'Ouest Ption, et au Sud
Geffrard qui dirigeaient la sainte croisade de l'indpendance national.
Dessalines n'tait donc pas le seul hros de cette guerre. Il sentait bien
plus lui-mme son insuffisance morale. Demandez-le Mme Dessalines,
qui vit encore, cette sainte femme, qui un jour la reconnaissance de
toutes les races lvera une statue ; demandez-le cette sainte femme,
que Christophe outrage sans motif (1), si Dessalines n'avait pas, ds
le dbut de la guerre de l'indpendance, engag, mais vainement,
Ption prendre le commandement gnral de l'arme indigne . (2)
Cette apostrophe catgorique de Saint-Rmy Boisrond explique
tout et montre la faiblesse non seulement littraire, mais historique
surtout, des Mmoires de Boisrond Tonnerre. Saint-Rmy a facility
ainsi la critique de cet opuscule qui, sans cela, cre une grande con-
fusion et la dviation des esprits candides. Il a pu finir ainsi cette
lumineuse introduction historique et critique : ... Ses erreurs
montres, le lecteur peut, sans danger, ouvrir ses oeuvres ; il pourra
alors les discuter : nous nous fions au cour et la justice de nos
concitoyens .
Mmoires de Toussaint L'Ouverture. Saint-Rmy a le mrite
d'avoir, le premier, fait connatre la dernire pense de Toussaint-
L'Ouverture. Ces Mmoires avaient t mentionnes dans l'ouvrage
de l'abb Grgoire sur la littrature des ngres. Ensuite des fragments
avaient paru en 1845 dans le journal La Presse et n'avaient pas attir
attention. De recherches en recherches, Saint-Rmy dcouvrit le


(1) iChristophe, devenu roi, la fora de s'agenouiller devant lui, comme devant
son seigneur et maitre. (Saint-Remy).
(2) Saint-Rmy. Mmoires de Boisrond Tonnerre, p. xVIII XIX.










SUR SAINT-REMY


manuscrit original aux Archives Nationales de France : Je parcourus
avidement et avec une attention religieuse ces longues pages toutes
crites de la main du Premier des Noirs. L'motion que leur examen
me causa se comprendra mieux qu'elle ne peut se dcrire : le souvenir
d'une si haute renomme courbe sous le poids de tant d'infortune
jette l'me dans un abme de rflexions.
Le grand mrite de Saint-Rmy est aussi d'avoir accompagn
cette dition de nombreuses notes biographiques, critiques et politiques
au bas des pages qui facilitent la comprehension du texte qui, sans
cela, ne serait pas facile comprendre. Toutes ces notes donnent un
plein relief aux personnel don't les noms sont cits et laissent l'impres-
sion d'une revue sommaire de l'histoire d'Hati. Tous les ouvrages de
Saint-Rmy sont pourvus de ces renseignements biographiques trs
prcieux qu'on ne trouve pas dans d'autres livres et don't la
connaissance a demand des recherches trs laborieuses. Cette parti-
cularit donne une vie pittoresque aux uvres de Saint-Rmy et les
empchera de vieillir.
Ce livre est ddi Mistress Harriet Beecher Stowe, l'auteur du
clbre roman philosophique La Case de l'Oncle Tom ou Vie des Ngres
aux Etats-Unis, de renomme mondiale. Dans une ddicace vibrant,
Saint-Rmy met l'ouvrage sous son haut patronage. Il est prcd
naturellement d'une tude historique et critique sur l'galit des races
humaines. Cette tude semble avoir t crite peu de temps aprs son
bannissement, puisqu'il y parle de l'exil pnible et rigoureux, autant
que peu mrit que je subis, et don't le souvenir a d sortir de la
mmoire de l'empereur Faustin Ir . Or, la date de la parution de l'ou-
vrage est de 1853, et, la page de couverture, Saint-Rmy donne son
titre avocat aux course impriales de l'Ouest et du Sud . Au verso nous
voyons que l'ouvrage est en vente aux Gonaves, chez l'auteur .
Ce livre a aussi son histoire. A cette poque, il y avait un publi-
ciste, Hippolyte de Saint-Antoine qui dirigeait une petite revue de
propaganda appele Les Annales d'Afrique , o il suivait de prs
les brises tendancieuses de V. Schoelcher et o il ne manquait pas
les occasions de dcocher des flches assez piquantes aux hommes de
couleur. A la parution de ce livre, il lana, dans le numro de septembre-
octobre 1853, sans rime ni raison, une diatribe, o il disait que le
manuscrit... a subi des altrations de style et de pense qui affaiblissent
considrablement la valeur de cette publication. L'auteur a cru sans
doute mieux faire, il s'est tromp .
Ce numro tomba par hasard entire les mains de Saint-Rmy qui y
rpondit avec sa verve mordante coutumire. Il n'eut pas de peine
faire voir de Saint-Antoine qu'il y a deux manuscrits de L'Ouverture :
un autographe et l'autre copi par le gnral Desfourneaux. On
comprend bien le choix de Saint-Rmy, l'autographe. Son contradic-
teur l'ignorait Il lui fait voir que c'est le gnral Desfourneaux qui
a commis une altration. Coup droit bien appliqu. Passant un autre
ordre d'ides, rpondant directement des allusions voiles de son
contradicteur: Assez de philanthropic, monsieur, entire le noir et le
multre; ils savent trop leurs dpens ce que valent les sollicitudes de
leurs amis .
Tout cela est dit d'un ton vif, alerte et brilliant, qui confond l'lve
paresseux et ignorant. Saint-Rmy clouait ainsi le bec de Saint-
Antoine qui ne trouva que cette rplique d'un laconisme ahurissant
qui traduisait sa dconfiture et qu'il mit au bas de la lettre de son
contradicteur : Cette lettre n'empche pas Toussaint L'Ouverture
d'tre ce qu'il est, un grand homme . Qui l'avait jamais contest ?


XIII










XIV NOTICE BIOGRAPHIQUE

Ption et Haiti. Nous voil arriv maintenant l'ouvrage
capital de Saint-Rmy. Par son titre vocateur, ce livre a pos une
nigme, un puzzle tous les auteurs, tant hatiens qu'trangers, qui se
sont plu y voir plutt ou tout bonnement comme D. Vaval (1),
une histoire d'Hati , tandis qu'ils s'attendaient trouver Ption a
chaque page du livre. Le livre est certainement cela, mais il est plus
que cela, plus qu'une simple histoire, c'est une synthse national
concentre dans un homme. Les auteurs n'ont pas bien tudi l'euvre
qui content ces deux conceptions que Saint-Rmy a unies en une
belle synthse historique: Petion concentrant en sa personnel toute
l'histoire d'Hati qui en est empreinte, domine, glorifie et purifie.
Glorifie par des actes audacieux et grandioses, jamais tents avant lui
et don't les principaux sont : l'inauguration de la guerre de l'indpen-
dance national, la foundation de la Rpublique d'Hati et la contri-
bution la liberation de l'Amrique Espagnole qui a fait de lui le
fondateur du Panamricanisme. Aussi Ption est la seule figure
hatienne que Saint-Rmy trouve digne d'tre propose comme modle
la jeunesse hatienne. Car Saint-Rmy est proccup de l'avenir de
cette jeunesse; il dit tous les Hatiens, surtout aux chefs : imitez
Ption.
Voil l'nigme. En voici maintenant le mot, l'explication, d'aprs
Saint-Rmy lui-mme: Aussi Ption, par la grandeur des vues et la
gnrosit des moyens, exera jusqu'au dernier moment et exerce-t-il
encore au-del de la tombe, sur les esprits, un pouvoir qui tient d'un
fanatisme religieux. On aura peine croire jusqu' quel point ce
pouvoir put s'lever. Il tait tel que durant nos rvolutions, au champ
de bataille, comme sous la tente, la tribune et dans le cabinet, aucun
vnement glorieux n'eut lieu, qu'il n'en ait eu sa grande part. Oui, il
savait imposer tous l'empire de ses volonts, rien que parce qu'
ct de lui se trouvaient la sagesse des conseils, l'amour de la patrie
et de l'humanit. Joignez son loquence pleine de modestie et de
bon sens, la majest de son front, le feu martial qui brillait dans ses
yeux ; et comme contrast de cette majest et de ce feu martial, ajoutez
le sourire aimable et plein de bonhomie qui accompagnait ses procds
toujours affables, toujours obligeants, lors mme qu'il ne pouvait ni
donner, ni accorder...
Mais la patrie faisait-elle entendre sa voix ? une mtamorphose
s'oprait tout coup en cet homme tonnant. Tout ce qui se trouvait
autour de lui subissait alors sa loi. Le poste du pril devenait le sien.
Aussi laissa-t-il un si beau modle dans l'art de matriser la confiance
du soldat, que tous les gnraux devraient se tenir pour honors d'entrer
sous ce rapport en comparison avec lui.
Ption ne fut pas seulement un grand capitaine; il fut un grand
homme d'Etat : rflchissant aux succs que Pitt avait obtenus dans
l'administration des finances, frapp du grand nom que ce ministry
avait laiss derrire lui, et merveill de ce qu'aprs la mort de cet
homme clbre, l'Etat se ft vu dans la ncessit de payer ses dettes,
il trouva cette fin si honorable pour un ministry qu'il ne put que per-
sister dans le dsintressement qui l'avait caractris ds le dbut de
sa carrire...
Ption fut encore un grand administrateur, quoique la pnurie
du trsor, au moment de sa mort, l'tat languissant o se trouvaient


(1) D. Vaval. Histoire de la littrature hatienne, p. 182.











SUR SAINT-REMY XV

le commerce et l'agriculture (1), semblent dposer contre ce dernier
titre. Mais si l'on rflchit aux attaques sans cesse renaissantes du
Nord... ; si l'on report ses mditations sur les troubles survenus
tantt Logane, tantt Jacmel, et tantt aux Cayes ; si l'on considre
cette nouvelle Vende, ce cancer politique que Christophe avait su
organiser et alimenter dans la Grande Anse, on se rangera mon
opinion, surtout en se rappelant avec quelle conomie il vcut et dans
quelle pauvret il mourut.
L'assemblage de tant de qualits si minentes fit de Ption presque
un Dieu pour ses concitoyens. Aussi quand il se retira de ce monde,
un cri qui retentit encore aujourd'hui, s'leva du sein de la population
indigne, comme trangre : Il ne fit couler de larmes qu' sa mort!
Ce cri solennel, sublime, intuitif, s'il en fut jamais ; car il est dans
toutes les bouches, sans qu'on sache qui le profra le" premier.
Quelle tombe a jamais t honore d'une plus religieuse, plus
majestueuse pitaphe !... Aussi, jeune, pntr d'admiration pour tout
ce que j'entendais des vertus de Ption, je commenai recueillir des
notes sur sa vie... Ma pense primitive tait de ne livrer au public
qu'une biographie... Telle tait ma pense premiere jusqu'en 1847...
C'est donc l'aide de mes devanciers que j'ai essay de peindre,
sans doute sans talent, mais avec bonne foi, toutes nos clbrits, la
plupart funestes la patrie, funestes eux-mmes. La plus grande
figure morale, qui, mes yeux, resort de tout ce cliquetis d'armes,
de toutes ces hcatombes, auxquelles le lecteur aura assist, c'est sans
contredit Alexandre Ption, qui la postrit confirmera le nom de
GRAND que ses contemporains lui dcernrent...
Mon travail, fruit de longues et consciencieuses recherches, est
destin principalement l'instruction de la jeunesse. Quel plus beau
type national offrir l'imitation de cette jeunesse que Ption?
Voltaire a dit quelque part : Clbrer des hommes tels que le
< cardinal de Richelieu, Louis XIV, un Sguier, un Colbert, un Turenne,
un Cond, c'est dire haute voix : rois, ministres, gnraux venir,
imitez ces grands hommes. Nous devons dire notre tour tous
ceux que le ciel appelle gouverner notre pays : imitez Ption dans
sa charit, son dsintressement, son dvoment, sa grandeur d'me...
C'est donc un fait acquis que le tableau de la vie des grands
hommes peut influer en bien sur l'esprit de ceux qui viennent aprs
eux. Je laisse alors de ct toutes les considerations qui pourraient
m'arrter dans mon dessein ; et le ceur plein d'un religieux patriotism,
j'voque des ombres chres tous pour les dessiner aux yeux de tous.
J'voque surtout Alexandre Ption.
A Madiou qui vient de publier le premier tome de son Histoire
d'Hati en 1848, il crit : ... C'est l'assertion que j'avance ici qui fait
que dans mon travail la figure de ce citoyen, illustre par dessus tous,
domine et plane, comme l'aigle au-dessus des orages, comme l'hermine
bondit de la fange .
Cinq ans plus tard, dans une note des Mmoires de Toussaint-
L'Ouverture Saint-Rmy prcise davantage sa pense scrutatrice et
dit de Ption : Nul ne fut plus grand, avant comme aprs, dans les
fastes de l'Amrique . C'tait la conscration definitive qui claire la
pense de Saint-Rmy en donnant ce titre prophtique et symbolique
son ouvre capital : PTION ET HAiTI.

(1) Les statistiques des voyageurs trangers ont pourtant dmontr que la situa-
tion' conomiue de la Rpublique de Ption tait plus florissante que celle du
royaume de Christophe. Celui-ci, ayant fait des finances publiques sa cassette prive,
tait personnellement plus riche. Voyez Harvey. Sketches of Hayti. (Dr F. Dalencour).


i~f- --------- -- ~---P~L -










XVI NOTICE BIOGRAPHIQUE

Voil le mot de l'nigme, le puzzle dchiffr.
Voyons maintenant ce qu'ont pens les contemporains de Saint-
Rmy. D'abord la Chambre des Reprsentants des Communes, qui,
dans son message du 27 juin 1818, aprs la mort de Ption, constatait
que les fautes mmes de cet homme rvr ont t utiles la patrie .
La Chambre des Reprsentants des Communes en 1837, vingt ans
aprs la mort de Ption, vote un nouveau Rglement et propose de
faire prter le serment sur la Constitution, et devant l'image auguste
d'Alexandre Ption, nous avons exprim un veu : c'est que la vnra-
tion pour le grand homme devienne un culte populaire .
A la sance du 25 septembre 1839 de la Chambre des Reprsen-
tants des Communes, le dput David Saint-Preux disait : L'infini
Hatien, le gnie crateur de la Constitution et de sa revision, l'auguste
Ption don't la mmoire est difie par la reconnaissance rpublicaine...
Heureux mille fois heureux les convictions de la Chambre ne
different en rien des convictions du plus grand des Hatiens!
A la sance du 4 octobre 1839 de la Chambre des Reprsentants,
le dput Baug disait de mme : Je dis que l'immortel et incompa-
rable Ption, ce gnie qui faisait honneur l'humanit, cet Aristide de
son pays, ce fondateur de la Rpublique pensa comme nous... Emule
des peuples qui nous ont ouvert la carrire de la civilisation, l'illustre
Hatien pensait que comprimer la pense tait la fois commettre
un attentat et un sacrilge. Car la pense, ce privilege de l'homme,
lui paraissait un attribut divin .
A la mme sance le dput Imbert disait : Il (le vrai sens
constitutionnel) lve nos ides vers celui qui la vnration publique
a dcern le titre glorieux de Pre de la Patrie!
Le colonel Saladin, commandant la place et la commune d'Azua,
dans sa lettre du 26 octobre 1839, crivait au Prsident Boyer : Quelle
flonie de dire que l'immortel A. Ption tait dictateur temporaire...
Aprs Saint-Rmy et ses contemporains, plus prs de nous, le
snateur Saladin Lamour a expos, d'une manire trs objective par
des faits vcus, la justification de la conduite politique de Ption en
des terms trs explicites qui en dnotent la profonde sincrit ; il a
dmontr que les actes de Ption ont toujours t conformes la
liberty et la justice, et que sa bont, sa moderation et sa tolerance
ainsi que sa charit ont amorti toutes les secousses qui ont boulevers
les premiers temps de la Rpublique. Les plus acharns adversaires
de Ption ont regrett leur attitude hostile et que ses fautes, si c'en
tait, ont t, en dernier resort, utiles la Patrie en fortifiant l'union
national.
Aprs Saladin Lamour, c'est le pote et ducateur, Ch. D. Williams,
s'criant : C'est vous Ption, le Washington, la gloire la plus pure de
la race noire .
C'est le pote Massillon Coicou donnant Ption la plus belle
aurole de gloire :

Rayonne, demi-dieu, toi qui, parmi ces braves
Dont nous nous proclamons l'humble postrit
Sur des droits ternels fondas leur libert.
Brisant partout comme eux la chaine des esclaves,
Ddaigneuse, stoque, au milieu des entraves,
Ton me s'imposa tant de srnit,
Que tous ces vils serpents bavant sur les plus graves
N'ont pas os siffler ton immortalit !...










SUR SAINT-REMY


Devant toi-mme aussi qui refltes sa gloire,
Et qui soutiens ses pas, toute la race noire
T'offrant l'apothose, a genoux, te bnit.

Et la lettre mmorable de Bolivar Ption du 9 octobre 1816:
Votre Excellence possde une facult qui est au-dessus de tous les
empires, celle de la bienfaisance. Elle est presque seule dpositaire de
ce trsor sacr. Il n'y a que le Prsident d'Hati qui gouverne pour le
people, il n'y a que lui qui command ses,gaux. Le reste des poten-
tats, contents de se faire obir, mprisent l'amour qui fait votre gloire...
Elle est donc destine faire oublier la mmoire du grand Washington,
en se frayant une carrire d'autant plus illustre que les obstacles sont
suprieurs tous les moyens... Votre Excellence est au-dessus de son
pays et de son poque... > C'est la plus magnifique glorification que Ption
ait jamais reue. Bolivar a dfinitivement fix un des points les plus
important de l'histoire d'Hati.
Comme on le constate, la plupart de ses contemporains et de ses
successeurs font cause commune avec l'historien Saint-Rmy et placent
Ption au sommet le plus lev du centre de l'histoire d'Hati : c'est
la figure central de notre histoire. C'est le fait indniable qui explique
la raison ou l'nigme du titre prophtique et symbolique donn par
Saint-Rmy son chef-d'oeuvre qui, selon son admirateur et ami,
Berreaux, dans sa touchante lgie, disait ses mnes :
Ption et Hati, dans l'exil enfant
T'a tissu le bandeau de l'Immortalit.
L'nigme du titre ainsi expliqu, il y a lieu maintenant de faire
remarquer que Saint-Rmy n'a pas manqu par ailleurs de signaler
certaines fautes de Ption. Il pousse parfois sa svrit jusqu' l'injus-
tice. Aussi le snateur Saladin Lamour, dans une tude critique publie
dans Le Moniteur du 24 dcembre 1870, a rfut les principles de ses
inexactitudes qui proviennent du manque de documentation crite
dans les premieres annes de notre vie national. De mme nous avons
relev beaucoup d'erreurs d'apprciation de Saint-Rmy ; on les trou-
vera dans nos annotations et dans notre livre La Fondation de la
Rpublique d'Hati. Les svrits excessive et injustes de Saint-Rmy
prouvent qu'il recherchait l'impartialit. C'est une recherche difficile
qui, part la documentation, demand une vision trs leve des
vnements. Il semble aussi que les vnements de Soulouque aient
influ quelque peu sur Saint-Rmy comme elles semblent avoir agi sur
Madiou. B. Ardouin n'a pas connu cette emprise, s'tant spar de ce
gouvernement aprs la fusillade de son frre Cligny. La terreur psy-
chologique du rgne de Soulouque s'tendait au-del du pays.
Saint-Rmy, comme tous les crivains, avoue qu'il a eu des
dboires avec ses livres ; il reconnat qu'il est trop confiant ; il se dit
naf comme un enfant ; il se dfie de l'amiti, aprs avoir subi
certain mcomptes dans la vente : aux Cayes, sa ville adoptive, il ne
put obtenir un rglement onreux qu'aprs d'interminables et pnibles
dmarches ; le prix fut arbitrairement rgl et si bas qu'il n'obtint pas
le cot de l'impression Paris. Au Port-au-Prince, le troisime tome,
si important, fut sequestr dans une halle o il resta prs de deux ans
sans etre expdi dans les autres villes. Il parat mme que des exem-
plaires furent sabots, ou peut-tre dtruits par des insects, ou mme
par des mcontents irrits contre la vrit historique.
C'est que ce troisime volume est la parties capital de cette belle


XVII











euvre et a contribu ruiner dfinitivement certaines lgendes concer-
nant notre guerre de l'indpendance, qui est ainsi brosse et prcise
de main de matre. Dans une argumentation pleine d'exactitude
documentaire qui dferle comme un feu roulant d'artillerie, les lgendes
sont broyes, pulvrises, les cocasseries historiques de Victor Schoel-
cher balayes, les incertitudes calcules de Boisrond Tonnerre
limines, les dfaillances de Madiou claires, il se dgage une atmo-
sphre apaisante et bienfaisante de puret et de vrit, o l'on voit la
personnalit de Ption surgir dans toute sa grandeur comme la figure
central dominant de l'histoire d'Hati, illustre sur tous , le flam-
beau mettant le feu au baril de poudre des vnements de Saint-
Domingue don't la formidable explosion se terminait par I'indvendance
national hatienne.
C'tait faire la part trop belle Ption. On se fcha srieusement;
les choses se gtrent. La malignit accusait Saint-Rmy de vouloir
manifestement populariser, imposer des vrits historiques qui deve-
naient, la longueur du temps, impopulaires, bien que ce ft la
ralit vidente mme. Cette evidence historique offusquait certain
susceptibility qui prouvait un certain orgueil ne pas vouloir la cons-
tater. S'il en tait ainsi, le livre don't la parution s'chelonne sur environ
cinq ans, pouvait connatre l'hostilit et la connut en effet. On alla
mme jusqu' dire dans certain secteurs d'Hati que Saint-Rmy
faisait un mauvais usage des documents trouvs dans les bibliothques
de Paris. On tait l'poque de Soulouque. Or, vivant en exil, dmuni
de moyens matriels rguliers qui pourraient faciliter son existence
physique et adoucir quelque peu sa vie social, Saint-Rmy connut
une priode de dcouragement.
Il y eut alors un certain trouble dans la rigidit de son libralisme;
il laissa glisser, par intermittences, certain aperus qui lnifiaient les
principles qu'il avait poss comme les piliers de son euvre. Le mme
phnomne psychologique se constate chez Madiou, mais d'une manire
beaucoup plus accentue, au point que M. Alexandre Bonneau, qui
se connaissait en matire hatienne eut faire cette rflexion : Nous
reprochons M. Madiou, qui montre dans ses deux premiers volumes
un grand enthousiasme pour la libert, et qui glorifie dans beaucoup
de passages la revolution franaise de 1789, d'avoir, dans son troisime
volume, public sous le rgne de Soulouque, essay la rehabilitation de
cet abominable tyran, Christophe, don't le nom seul, qu'on me passe
cette expression, donne la chair de poule aux partisans les plus ardents
de l'absolutisme . (1) Madiou connaissait bien tous les dessous de la
politique hatienne, tandis que Saint-Rmy tait novice en ce genre.
Il vita spontanment I'ostentation du travers de Madiou. Le terrorism
psychologique du temps de Soulouque s'tendait au-del du pays.
Les embarras matriels et les sentiments de famille competent
beaucoup dans la vie d'un home. Comme tous les crivains Saint-
Rmy s'attachait a son ouvre, come un pre ses enfants. Quels
sacrifices ne ferait un pre pour soigner sa famille, la chair de sa chair !
Il en est de mme de tout ecrivain honnte qui sent en lui le feu sacr
et transmit sa flamme au public.
Or, Saint-Rmy brlait du dsir d'agrandir, d'embellir son ouvre,
par laquelle il se consumait d'amour pour son pays, pour l'ducation
de cette jeunesse don't il avait vu le dsarroi dans la tourmente rvo-
lutionnaire de 1843 jusqu' I'avnement de Soulouque. Les vivres lui


(1) Bonneau. La Littrature franaise en Haiti, in Revue Contemporaine du
15 dcembre 1856.


NOTICE BIOGRAPHIQUE


XVIII










SUR SAINT-REMY


tant presque coups en Hati, il employa donc tous les moyens honntes
pour continue son ouvre. En effet, il la continue avec des moyens
rduits, selon le peu de secours et de concours qu'il recevait. Il s'adressa
mme, en 1848, au Prince Napolon pour lui demander son aide l'labo-
ration de son euvre historique. Nous ne savons pas si cette dmarche
eut du succs ou non.
Ce sont ces particularits qui expliquent que Saint-Rmy, n'ayant
pas de moyens personnel suffisants pour s'imprimer ses frais, n'tant
pas encourage par le public hatien, ne pouvait pas envisager la publi-
cation d'une euvre de longue haleine, comme celles de Madiou et de
Beaubrun Ardouin. Autrement, il et donn plus d'ampleur son ouvre
capital Ption et Hati. Il fut donc oblige de disperser ses travaux
par fragments don't l'impression lui cotait moins, les dpenses tant
espaces par des intervalles d'arrt qui lui permettaient de voir clair
devant lui et de s'orienter avec prudence pour un nouveau dpart. Ce
que nous disons est si vrai que Saint-Rmy n'a pas pu arriver ter-
miner l'oeuvre matresse, don't le sixime et dernier tome ne put jamais
paratre ; il tait pourtant rdig, il fut, parait-il, saisi par un imprimeur
ou dpos chez un notaire. J'ai fait de nombreuses recherches pour le
trouver ; toutes mes dmarches sont restes vaines. Je me suis adress
la Chambre des Notaires de Paris et n'ai eu qu'un rsultat ngatif.
On comprend le mot amer et ironique de Saint-Rmy dans le tome
5', l'avant dernier, la veille d'achever l'oeuvre : I ne faut pas
computer sur le dvouement individual : Dieu merci en Haiti, chacun a
assez s'occuper de ses chevaux et de ses habits... (1). Tous les auteurs
hatiens ont pass par ces difficults, ces transes, ces angoisses, qui
arriveraient faire douter de soi, si l'on ne s'armait de courage, de
patience et mme d'un peu d'illusion qui donne des espoirs, certes
presque toujours dus, mais aide vivre, passer les mauvais
moments... et surtout ne pas dsesprer de notre milieu.
Nous avons connu les mmes transes: chacun de nos ouvrages
nous a cot des sacrifices et des privations, inutiles puisque le but
n'est pas atteint. On n'a qu' voir la premiere dition de mon Prcis
Mthodique d'Histoire d'Haiti pour s'en rendre compete. Un auteur
tranger a mme crit qu'il tait abominablement imprim. Et cepen-
dant pour arriver ce maigre rsultat, que de difficulties et d'angoisses !
Madiou et B. Ardouin ont eu plus de facilits, ayant occup chacun,
diverse functions qui leur ont permis d'assurer matriellement leur
vie. Ils se sont montrs plus prudents dans le ddale de la politique
hatienne. Cette constatation ne fait que rehausser davantage le grand
mrite de Saint-Rmy, don't la vie a t un vrai drame, tant au point
'duevue personnel que politique et social. Il a mrit cet loge d'Alexan-
dre Bonneau : M. Saint-Rmy est recommandable, entire tous les
crivains de son pays, par la nettet, le colors et la rapidit chaleu-
reuse de son style... De tous les prosateurs hatiens, nul plus que
M. Saint-Rmy ne s'est proccup du style; il en a mme beaucoup
trop recherch les effects dans sa Vie de Toussaint-L'Ouverture o les
priodes les plus ambitieuses tranchent souvent sur des phrases d'une
allure fort modest .
Ption et Haiti est, pour nous, jusqu' present, un livre inachev
qui resemble une statue enfouie presqu' demi, et don't le reste du
corps est deviner ; il veille d'autant plus la curiosity qui n'est pas
entirement satisfaite, et c'est l son charme. C'est le hasard qui l'a
voulu ainsi: a-t-il eu raison peut-tre ? La vie change tellement les

(1) Op. cit., t. V, p. 245.










XX NOTICE BIOGRAPHIQUE

hommes Est-ce une raison pour discontinuer chercher l'introuvable
manuscript du tome 6', et celui du Coup-d'eil sur Hati depuis la rvo-
lution de 1843 jusqu' l'avnement de l'Empire ? Je ne le crois pas...
Un aveu pathtique et troublant de Saint-Rmy o se voit l'homme
de cour. Avant d'avoir bien tudi le dossier de la guerre sacrilge entire
Toussaint et Rigaud, il ne pensait pas que les choses taient arrives
ce point effrayant. Et alors il fait cet aveu poignant : Si en com-
menant l'histoire de tant de crimes, j'eusse prevu ce qu'il en coterait
mon coeur, je n'eusse jamais entrepris cette tche. Une seule considra-
tion m'a soutenu dans ce pnible travail, et m'engage le terminer:
c'est que le tableau de nos erreurs, de nos dsastres, de nos crimes, sera
une leon efficace pour nous faire rougir et gmir de nous-mmes et
pour empcher le retour de pareilles fureurs. Soyons dornavant
indissolublement unis. Pour ceci, que faut-il ? Fonder le rgne de la
justice : la gnrosit, la tolerance, devraient peu coter, quand il
s'agit de la civilisation de toute une race que beaucoup croient encore
infrieure aux autres.
Hlas il est malheureux de constater que nous n'avons rien
appris, ni rien oubli. Aprs le rgime sanglant de Toussaint Louver-
ture, nous avons eu les gouvernements de Dessalines, de Christophe,
de Soulouque, de Domingue, de Salomon, de Vilbrun Guillaume Sam...
Devons-nous donc dsesprer ? Non. Aux tres les plus malheureux
Dieu donne l'esprance qui permet, dans l'illusion, d'attendre des jours
meilleurs. Un jour viendra o Dieu fera surgir un homme qui s'inspi-
rera de la conduite magnanime d'Alexandre Ption envers le people
hatien et lvera la race noire au rang des races les plus civilisees.
N'tait-ce pas le voeu de Saint-Rmy qui souhaitait que tous les hatiens
ressemblent Alexandre Ption, surtout ceux que le ciel appelle
gouverner notre pays ?
La noble pense qui a guid Saint-Rmy publier ce livre, c'est
l'ducation de la jeunesse hatienne l'exhortation tous les Hatiens,
particulirement tous les responsables de la chose publique, d'imiter
Ption, de le prendre pour modle, dans sa charity, son dsintres-
sement, son dvouement l'gard du people, sa grandeur d'me, sa
tolerance, sa bont surhumaine, sa sobrit, sa moderation. C'est cette
mme noble pense qui nous a port entreprendre cette rdition du
chef-d'oeuvre de notre grand historien ; c'est cette pense qui nous a
impos, nous aussi, des sacrifices et des privations, des abngations
douloureuses pour mener jusqu'au bout cette tche ingrate. Puissent
nos jeunes concitoyens apprcier la grande et gnreuse inspiration
de Saint-Rmy et croire notre dvouement qui a fait pour nous de
cette rdition un devoir. Et afin d'en faire une oeuvre didactique, nous
la prsentons comme un bloc, les cinq tomes en un seul grand volume
facile consulter et conserver. Servir, tel fut toujours notre idal
qui n'a jamais change.
Cette rdition ne pouvait pas tre ordonne comme la premiere.
Tout en conservant le texte original intgral sans aucune modification,
il a fallu, par quelques notes au bas de la page, adapter certaines
assertions quelques critiques qui ont t formules et qui compltent
la pense de Saint-Rmy. Le snateur Saladin Lamour, dj connu par
deux grandes tudes critiques sur les erreurs de Lepelletier de Saint-
Rmy et sur les Souvenirs Historiques du Gnral Bonnet, a
public aussi une critique de l'oeuvre capital de Saint-Rmy. De mme,
dans notre livre La Fondation de la Rpublique d'Hati , nous avons
fait le mme redressement en ce qui concern l'opinion de Saint-Rmy
sur les lections de 1806. Nous avons condens ces deux redressements
dans des annotations peu tendues que nous avons mises au bas des










SUR SAINT-REMY XXI

pages correspondantes. Pour les distinguer de celles si nombreuses de
Saint-Rmy, j'ai mis entire parentheses mes initiales in fine : (F. D.)
Ainsi il n'y a pas de confusion possible. Ces annotations taient indis-
pensables aprs un sicle, le premier tome ayant t public en 1853,
il y a cent deux ans ; elles rajeunissent, en quelque sorte, et fortifient
l'oeuvre de Saint-Rmy.
Respectueux de sa pense, nous publions son texte sans aucune
retouche, tel qu'il le livra ses diteurs. D'aprs ce qu'il a dit, les deux
premiers tomes ont t publis Paris pendant son absence, sans doute
pendant qu'il tait aux Gonaves. A la fin du tome troisime, il a signal
les omissions et fautes survenues l'impression des deux premiers
tomes . Nous avons d naturellement en tenir compete dans cette
deuxime dition, et insrer toutes ces corrections aux endroits indiqus
par l'auteur. Il faudra toujours regretter la mort prmature de Saint-
Rmy et les circonstances obscures de sa mort, lesquelles n'ont pas
permis de rcuprer ses manuscrits, o se trouvaient, en plus du tome
sixime de Ption et Hati et du Coup d'oeil sur la Rpublique d'Hati
de la revolution de 1843 l'avnement de l'empire, des notes prcieuses
consistent en de nombreux tmoignages consigns par lui de nos person-
nalits les plus marquantes, des tudes spciales et des rcits recueillis
de plusieurs sources. Perte immense pour l'histoire de notre pays !
Ce livre de Saint-Rmy faisait un besoin urgent, tant en Hati
qu' l'tranger. Devenu rarissime et mme introuvable, sauf dans les
bibliothques publiques, il tait demand par les Hatiens et les tran-
gers. Les trangers surtout, connaissant mes travaux d'histoire, ne
cessaient de me rclamer, chaque occasion, une biographie de Ption,
que je leur promettais. Mais pris par d'autres grands travaux, surtout
en mdecine, je renvoie toujours a des temps meilleurs la ralisation
de cette promesse. En attendant que je tienne ma parole, le livre de
Saint-Rmy leur donnera pleine satisfaction. Souhaitons que cette
rdition apporte quelque bien notre pays, comme Saint-Rmy
l'avait dsir, comme moi aussi je le dsire sincrement. Notre pays
a tellement besoin de cette bont surhumaine de l'immortel fondateur
de la Rpublique d'Hati !


D' Franois DALENCOUR.


Paris, 4 octobre 1955.













PTION ET HATI



TUDE

MONOGRAPHIQUE ET HISTORIQUE

PAR


SAINT-RMY
(DES CAYES, HAITI)


TOME PREMIER









PARIS
Chez l'Auteur,
RUE SAINT-JACQUES, 67


1854
La Bibliothque Nationale de Paris a mis au bas de ce
millsime celui de 1853, comme pour faire comprendre
que cet exemplaire est sorti de press en 1853.























M. ISAMBERT
CONSEILLER A LA COUR DE CASSATION DE FRANCE,
ANCIEN DPUT, REPRSENTANT DU PEOPLE,
A LA CONSTITUANTE DE 1848.


A vous, Monsieur, je ddie ce livre, comme un des amis les plus
nobles, les plus dvous de ma race.
Aujourd'hui encore, en l'absence de parlement, votre voix gnreuse
s'lve chaque fois qu'il s'agit de seconder les vues claires du ministry
bienveillant qui dirige la MARINE et les COLONIES (1).
Cette offrande publique est autant une faible marque d'estime per-
sonnelle qu'une dette que l'Afrique et l'Amrique ont contracte envers
vous, et qu'au nom de leurs enfants, j'essaye ici de remplir en ma quality
d'homme noir.
Daignez, Monsieur, croire mon profound respect.

SAINT-REMY.

Paris, le 20 novembre 1853,
an XLrx de l'indpendance d'Haiti.


(1) M. Ducos.




___Z ______














PETION ET HAITI




PROLGOMNES


Hati, plus qu'aucune des les qu'arrosent les mers du Nouveau-
Monde, mrite peut-tre de fixer l'attention du botaniste, du chimiste,
du physician. Et elle n'est pas moins digne des mditations du moraliste,
du philosophy et de l'homme d'tat.
En effet, quelle le de l'Archipel amricain plus fertile, plus riche que
cette terre hatienne que le xvml* sicle, ce sicle de merveilles, appela
la Reine des Antilles ? Quels plus spacieux, quels plus magnifiques ports
d'entrepts pour le commerce des deux mondes ? Quels plus gigantesques
arsenaux, debout le long des plages, au moyen de leur formidable
artillerie, pourraient mieux porter la terreur sur toutes les ctes environ-
nantes, ces immense dbouchs du commerce europen, et inter-
dire tout pavilion tranger les abords de la mer des Antilles et de la
Terre-Ferme ? Jetez un grain dans le sein de cette terre miraculeuse :
sans soin, le germe pousse, et montre bientt son pi d'or. L, un prin-
temps perptuel : c'est une nouvelle Salante. Plongez plus avant le fer ;
vous exhumerez du marbre, du jaspe, de l'or, de l'argent, aprs lesquels
tout le monde court, du fer et du cuivre, qui valent cependant mieux.
L'aspect et la nature du sol annoncent dans bien des localits des
gisements de diamant. Des plants encore inapprcies, peuvent renou-
veler toutes les resources de la science mdicale et donner une autre
direction au progrs des ARTS et MANUFACTURES. Des forts sculaires
ombragent cette ile don't les montagnes offrent les sites les plus pitto-
resques, et don't les vallons prsentent des paysages plus enchanteurs
qu'aucun de ceux que nous admirons sur la terre europenne. Enfin
vingt vingt-cinq millions d'hommes pourraient facilement vivre
l'aise sur cette terre splendid, et faire succder la solitude de la grve,
au silence de la fort, le movement des rames, l'activit de la cogne
et de la charrue. Telle serait Hati, peuple et florissante.
Telle l'aurait voulue sans doute le grand citoyen don't j'entreprends
de publier la vie. En effet, pour parvenir ces heureux resultats, il ne
ngligea aucun moyen ; ayant connu les douleurs de la proscription, il
se hta, aussitt qu'il fut au pouvoir, de rappeler de l'tranger tous ses
concitoyens qui avaient t frapps par les diffrents rgimes prcdents.
On le vit mme pousser la magnanimit jusqu' laisser dbarquer ceux
des ntres qui avaient combattu contre la libert de leur race. On le vit
favoriser l'immigration de tous les noirs et multres qui souffraient de
l'esclavage et des prjugs dans l'archipel amricain. On le vit encore, -
tendant sa sollicitude sur la race blanche, prendre sous sa protection
Bolivar, cet autre librateur, qui, poursuivi par les revers du sort,
repouss de la Jamaque, qui, dans sa dtresse, il tendait les bras, arriva
en Hati o il trouva l'appui qu'il cherchait pour l'mancipation de son
pays. On le vit enfin accueillir Billaud-Varennes, le fameux dput la
CONVENTION NATIONALE, qui, fuyant les reactions de l'Europe, tait venu










6 PROLEGOMENES

demander la rpublique l'hospitalit de son sol libre. C'est qu'il pensait
que pour avoir souffert si cruellement du joug de tant de despotismes
divers, son pays devait, ds qu'il avait reconquis ses droits, devenir
l'asile natural de toutes les victims de la politique.
Aussi Ption, par la grandeur des vues et la gnrosit des moyens,
exera jusqu'au dernier moment et exerce-t-il encore au-del de la tombe,
sur les esprits, un pouvoir qui tient d'un fanatisme religieux. On aura
peine croire jusqu' quel point ce pouvoir put s'lever. Il tait tel que
durant nos rvolutions, au champ de bataille, comme sous la tente, la
tribune et dans le cabinet, aucun vnement glorieux n'eut lieu, qu'il
n'en ait eu sa grande part. Oui, il savait imposer tous l'empire de ses
volonts, rien que parce qu' ct de lui se trouvaient la sagesse des
conseils, l'amour de la patrie et de l'humanit. Joignez son loquence
pleine de modestie et de bon sens, la majest de son front, le feu martial
qui brillait dans ses yeux ; et comme contrast de cette majest et de ce
feu martial, ajoutez le sourire aimable et plein de bonhomie qui accom-
pagnait ses procds toujours affables, toujours obligeants, lors mme
qu'il ne pouvait ni donner, ni accorder. A un flegme imperturbable,
joignez de plus une bont incommensurable. En veut-on une preuve ?
Qu'on me permette de transcrire un fait tel que je l'crivis aussitt que
Segrettier me l'eut racont :
Lorsque Rigaud vint de France essayer aux Cayes la restauration
de son ancienne autorit, j'arborai comme les autres le drapeau scis-
sionnaire.
J'tais Miragone avec bon nombre de boute-feux : ce n'taient
que propos ddaigneux, quolibets, brocards que nous lancions contre
Ption. A table chez Brouard, il m'arriva un jour de dire que le Prsi-
dent Ption tait, mon avis, un pilote si incapable pour la Rpublique,
que je ne lui aurais pas mme confi le commandement d'un bateau
que j'avais.
Des partisans du Prsident lui rapportrent mon discours. Quelque
temps aprs mon bateau se brisa sur les Iles-Turques.
Mais la dbche arrive. Ption rentre dans le sud en pacificateur.
je vins habiter le Port-au-Prince. Notre flotte y conduisit un bateau de
Christophe, qu'elle avait captur. Je course au palais et prie le Prsident
de me le donner pour faire faire le cabotage de Miragone. Je suis
fch, me rpondit-il, que vous vous soyez pris trop tard. Boyer vient
de me le demander. Je lui en ai fait cadeau. Mais propos, ajouta-t-il,
vous en aviez un ; qu'en avez-vous fait ? Je l'ai perdu aux Iles-
Turques. C'est malheureux. Si vous m'en aviez donn le comman-
< dement, vous l'auriez peut-tre encore, tout mauvais timonier que je
sois. Vous souvenez-vous, me dit-il, en riant, des discours qu'on tenait
Miragone, il y a bientt deux ans ?
Je restai confondu entire l'admiration et la honte. Mais Ption, qui
ne fut jamais grand demi, vit mon embarras, change de conver-
station ; et je vis moi-mme qu'il se repentait presque de m'avoir rap-
pel une circonstance douloureuse mon ceur.
Comment par des pareils procds ne pas enchaner l'amour uni-
versel ?
Qui et vu Ption, dans le cercle de la vie prive, l'et cru plutt
propre couler des jours exempts de fatigue et de gloire au sein de
l'indolence et de l'incurie, qu' fournir une carrire aussi orageuse et
aussi brillante que fut la sienne. Mais la patrie faisait-elle entendre sa
voix? une mtamorphose s'oprait tout--coup en cet homme tonnant.
Tout ce qui se trouvait autour de lui subissait alors sa loi. Le poste du
pril devenait le sien. Aussi laissa-t-il un si beau modle dans l'art de










PROLEGOMENES


matriser la confiance du soldat, que tous les gnraux devraient se tenir
pour honors d'entrer sous ce rapport en comparison avec lui.
Ption ne fut pas seulement un grand capitaine ; il fut un grand
homme d'tat : rflchissant aux succs que Pitt avait obtenus dans
l'administration des finances, frapp du grand nom que ce ministry avait
laiss derrire lui, et merveill de ce qu'aprs la mort de cet homme
clbre, l'tat se ft vu dans la ncessit de payer ses dettes, il trouva cette
fin si honorable pour un ministry, qu'il ne put que persister dans le
dsintressement qui l'avait caractris ds le dbut de sa carrire. Il
avait rflchi plus que certain beaux esprits ne le pensent aujourd'hui,
sur le chef-d'oeuvre de Pitt, c'est--dire sur le secret qu'il a eu d'identifier
tellement la fortune des particuliers celle de l'tat, que chacun, sentant
son bien-tre insparable de celui de la patrie, soit toujours prt
devancer ses besoins dans les cas ncessaires. Il parvenait insensiblement
ce but desirable : dj les distributions des terres aux serviteurs de la
Rpublique taient comme les premires assises de son systme cono-
mique.
Ption fut encore un grand administrateur, quoique la pnurie du
trsor, au moment de sa mort, l'tat languissant o se trouvaient le com-
merce et l'agriculture, semblent dposer contre ce dernier titre. Mais
si l'on rflchit aux attaques sans cesse renaissantes du nord, qui l'avaient
empch de faire fleurir le Boucassin, l'Arcahaie, la plaine du Cul-de-
Sac et le Mirebalais; si l'on report ses mditations sur les troubles
survenus tantt Logane, tantt Jacmel, et tantt aux Cayes ; si l'on
considre cette nouvelle Vende, ce cancer politique que Christophe
avait su organiser et alimenter dans la Grande-Anse, on se rangera mon
opinion, surtout en se rappelant avec quelle conomie il vcut et dans
quelle pauvret il mourut.
L'assemblage de tant de qualits si minentes, fit de Ption presque
un Dieu pour ses concitoyens. Aussi quand il se retira de ce monde, un
cri qui retentit encore aujourd'hui, s'leva du sein de la population
indigne, comme trangre : IL NE FIT COULER DE LARMES QU'A SA
MORT Cri solennel, sublime, intuitif, s'il en fut jamais ; car il est dans
toutes les bouches, sans qu'on sache qui le profra le premier.
Quelle tombe a jamais t honore d'une plus religieuse, plus majes-
tueuse pitaphe ? C'est que le Prsident Ption, suivant Billaud-Varennes,
tait le Trajan d'Hati, sans avoir le malheur d'tre prince. Joignant
les qualits de l'me, ajoute-t-il, celles de l'esprit, sage, quitable,
bienfaisant, il rparait les pertes, effaait les dsastres, consolait,
ranimait, encourageait et rendait heureux tout ce qui l'entourait (1). >
Eloge qui fut l'expression d'une profonde conviction, car Billaud-
Varennes tait de ces rpublicains farouches qui ne voient partout que
des despotes et des esclaves (2).

(1) Mmoires de Billaud-Varennes, tome 2, pages 191 et 192. Paris, 1821, chez
Plancher.
(2) Billaud-Varennes dbarqua au Port-au-Prince le 7 janvier 1816. Ption se
trouvait son chateau de Tort. Ce grand homme, pensant que l'ex-conventionnel
avait enfin renonc cette exagration de principles qui occasionna les horribles
massacres de septembre, ne ddaigna pas de se rendre en ville, pour lui assurer lui-
mme sa bienveillante protection. Il le nomma historiographe d'Haiti. Aprs la mort
de Ption, Billaud commena la publication d'un travail o il promettalt de donner
le portrait moral de son bienfaiteur. Ce travail avait pour titre : QUESTION DU
DROIT DES GENS : Les Rpublicains d'Haiti possdent-ils les qualits requires pour
obtenir la ratification de leur indpendance ? par un Observateur philosophy.
Trois feuilles seulement parurent de ce travail. Le president Boyer, qui venait de
succder Ption, s'effaroucha de la violence des opinions de l'auteur. Billaud,
mcontent, partit pour les Etats-Unis ; il revint bientt en Haiti, o il mourut en 1819,
l'ge de 57 ans. Il avait remis des manuscrits Colombel. Cet infortun jeune
homme se rendait en France pour les diter avec ses propres travaux, quand il prit
en 1823 sur le brick le Lniathan.










8 PROLEGOMENES

Me permettra-t-on de rappeler aussi un autre loge que les vertus du
grand homme inspirrent au gnral Frmont, alors commissaire des
guerres ? Frmont clbra une fte sur son habitation Molart que
Ption venait de lui donner au nom de la Rpublique, tant pour la
conduite de son pre durant la premiere guerre civil, que pour la
cooperation don't Frmont lui-mme avait t Lamarre lors de l'expul-
sion des Franais du Petit-Gove. Il avait fait inscrire dans la salle du
banquet cette loquente parole : GRACE A DIEU ET AU PRSIDENT PTION,
associant ainsi le nom du hros qui il devait sa fortune celui de la
Providence, qui couronnait ses travaux (1). C'tait l comme une rmi-
niscence de la lgende que Virgile avait fait inscrire sur le seuil de la
maison de plaisance qu'il tenait de la munificence d'Auguste : DEUS
HnBC OTIA FECIT. Mais, agrandissant le sens de la lgende par laquelle
Frmont tmoignait Ption sa gratitude, l'Hatien ne doit jamais oublier
qu'aprs Dieu, ce sont, pour me servir des expressions de l'amiral Grivel,
a la clbration de la reconnaissance de notre indpendance, le courage
et la sagesse de ce grand homme qui prparrent I'accomplissement de
ce fait mmorable (2).
Aussi, jeune, pntr d'admiration pour tout ce que j'entendais des
vertus de Ption, je commenai recueillir des notes sur sa vie. Beaucoup
de ceux qui se plaisaient tant me raconter ce qu'ils en savaient, dorment
aujourd'hui dans la gnrosit du tombeau. Hlas nagure c'taient
Georges et Glzil ; aujourd'hui c'est Segrettier. Ils furent eux-mmes les
tmoins ou les compagnons de sa gloire. Les noms d'un grand nombre
de mes traditionnaires se trouveront souvent prononcs ct du sien.
Depuis, les annes se sont accumules sur ma tte. Et ml moi-mme
aussi aux vnements de mon pays, j'ai t porte de sentir la diff-
rence qui existe entire notre gnration et celle de nos pres. Il faut avoir
le courage de le dire, nous n'avons en rien advance leurs travaux.
Ma pense primitive tait de ne livrer au public qu'une biographie.
Je voulais reprendre la tche que Colombel s'tait impose, et qu'une
mort prmature et douloureuse enleva avant qu'il l'et accomplie.
Telle tait ma pense jusqu'en 1847, quand un de mes compatriotes,
rempli de bonne volont, riche d'ardeur, M. Madiou, fit paratre son
premier volume de l'Histoire d'Hati. Remarquant alors la quantit
d'erreurs, d'anachronismes don't ce volume fourmillait; voyant surgir
d'autres erreurs dans deux autres volumes du mme travail, je pris
soudain la resolution d'largir le cadre que je m'tais trac, afin de pou-
voir plus au long rtablir la vrit. Je me serais cru quelque culpabilit,
si pensant avoir dire quelque chose d'utile, je m'tais renferm dans
le mutisme. L'hospitalit de la grande nation franaise vint en quelque
sorte, favoriser mon euvre : toutes les archives des diffrents ministres
me furent gnreusement ouvertes. C'est l sans doute encore une
preuve de plus de la force d'un people qui n'a rien redouter que de
lui-mme. Je profitai de cette bienveillance, sans que la dette de
la reconnaissance me pt faire oublier ce que je dois avant tout ma
race, mon pays, moi-mme. Je fus donc plus mme que jamais de
rtablir la sincrit des faits, la justice des blmes et des loges. J'allais
faire imprimer, quand un crivain, M. Ardouin, dj connu par sa
Gographie de l'le d'Hati, entran sans doute, comme moi par 1 amour
de la vrit, est venu publier ses deux premiers volumes intituls:



(1) L'Abeille hatienne, no xx. Port-au-Prince, 1816.
(2) Appendice aux Mmoires de Toussaint-L'Ouverture, par Saint-Rmy, page 56.
Paris, chez Pagnerre, 1853.


* 1










PROLEGOMENES 9

Etudes sur l'Histoire d'Hati (1), o il relve avec un zle tout--fait
louable et infiniment de talents, beaucoup des erreurs de M. Madiou.
Ma tche se trouvait, pour ainsi dire, toute accomplie par M. Ardouin.
Je n'avais gure qu' me replier sur moi-mme et revenir mon plan
primitif. Mais, rflchissant que le champ est vaste, que tous peuvent
indistinctement le fconder de leurs sueurs, je rsolus, malgr ma
faiblesse relative, de donner tel quel le travail que j'avais termin.
Dans ce travail, je n'ai point vis faire de l'esthtique, encore moins
de la grammaire. Quoique plein de respect pour la langue de Bossuet et
de Voltaire, je ne suis pas de ceux qui en veulent plus Boisrond-Ton-
nerre d'avoir outrag l'Acadmie en crant le verbe lugubrer, que d'avoir
outrag l'humanit en provoquant le massacre des blancs. Je crois mme
que l'hatien a le droit d'innover dans la langue franaise, jusqu' lui
donner l'originalit de ses mours, de ses localits ; qu'il a le droit d'in-
nover jusqu'au crolisme, pourvu que le style soit rapide, imag, et
que la pense se laisse d'autant mieux saisir. Ne se trompent-ils pas ceux
qui croient faire quelque chose de durable, en se tranant la remorque
de la littrature franaise, comme on fait en Belgique ? Pourquoi, tout
au contraire, ne ferait-on pas comme aux Etats-Unis, o les meilleurs
crivains sont prcisment ceux qui s'loignent le plus des traces indi-
ques par les classiques de la Grande-Bretagne ?
Un soin surtout que j'ai eu en vue, c'tait de m'abstenir, autant qu'il
n'en tait pas rigoureusement ncessaire, de faire des aximes, des
maximes d'etat. Mais en compensation, j'ai essay de poser ou de rtablir
la vrit matrielle des faits. Est-ce dire pour cela que toute la
vrit se trouve dans mon travail ? Non sans doute ; combien de faits
important resteront encore ignors ou dfigurs, par cela seul que nous
ne devons pas toujours nous en rapporter aux traditions, et que les docu-
ments manquent souvent, soit pour fixer la chronologie des scnes, soit
pour fixer la pense des acteurs. Est-ce dire mme que je ne me sois
pas plus d'une fois tromp ? Non ; car c'est folie que de penser
toujours avoir mieux fait que les autres, de croire qu'aprs soi il n'y a
plus de part pour autrui que le silence et l'admiration. Quant la
mthode, quatre crivains, don't je me dclare le tributaire, quatre pres
de notre histoire national, Toussaint-L'Ouverture, par ses Mmoires,
Boisrond-Tonnerre, par les siens, M. Hrard-Dumesle, par son Voyage
dans le Nord d'Hati, M. Ardouin, par sa Gographie, me devaient nces-
sairement servir de jalons, pour ne pas m'garer dans le dveloppement
des causes de nos rvolutions. Je leur dois mes remercments, d'avoir les
premiers song enregistrer, sinon, suivant moi, toujours avec
exactitude, du moins avec patriotism, les faits mmorables qui se sont
accomplish dans notre pays. On me croira sans peine, mme l'Histoire
d'Hati, par M. Madiou, m'a t quelquefois utile. Tant Snque le philo-
sophe avait raison de dire qu'on apprend toujours quelque chose avec
un livre tel qu'il soit ; et c'est si vrai que grce la publication des trois
volumes de M. Madiou, j'ai pu mieux que je ne l'avais fait jusqu'alors,
envisager certain vnements et certain caractres.
C'est donc l'aide de mes devanciers que j'ai essay de peindre, sans
doute sans talent, mais avec bonne foi, toutes nos clbrits, la plupart
funestes la patrie, funestes eux-mmes. La plus grande figure morale,
qui, mes yeux, resort de tout ce cliquetis d'armes, de toutes ces hca-
tombes, auxquels le lecteur aura assist, c'est sans contredit Alexandre
Ption qui la postrit confirmera le nom de grand que ses contempo-
rains lui dcernrent. Et quand nous avons vu une telle figure, sortir

(1) Etudes sur l'histoire d'Hati, chez Dzobry et Magdeleine. Paris, 1853.










PROLEGOMENES


d'une race abrutie, croitre, grandir, pure de tout excs, toujours magna-
nime dans ses desseins, comme dans les moyens qu'il employait pour les
raliser, nous devons dire hautement que cette race a dans ses entrailles
du cour, dans son cerveau de l'intelligence, dans son me toutes les
aptitudes civilisatrices.
Mon travail, fruit de longues et consciencieuses recherches, est des-
tin principalement l'instruction de la jeunesse. Quel plus beau type
national offrir limitation de cette jeunesse que Ption ?
Voltaire a dit quelque part : Clbrer des hommes tels que le car-
dinal de Richelieu, Louis XIV, un Sguier, un Colbert, un Turenne, un
Cond, c'est dire haute voix : rois, ministres, gnraux venir, imitez
ces grands hommes. Nous devons dire notre tour tous ceux que le
ciel appelle gouverner notre pays : imitez Ption dans sa charity, son
dsintressement, son dvoment, sa grandeur d'me.
Voltaire ajoute encore : Ignore-t-on que le pangyrique de Trajan
anima Antonin la vertu ? Et Marc-Aurle, le premier des empereurs
et des hommes n'avoue-t-il pas dans ses crits l'mulation que lui inspi-
rrent les vertus d'Antonin ? Lorsque Henri IV entendit dans le parle-
ment nommer Louis XII le Pre du people, il se sentit pntr du dsir
de l'imiter et il le surpassa.
C'est donc un fait acquis que le tableau de la vie des grands hommes
peut influer en bien sur l'esprit de ceux qui viennent aprs eux. Je laisse
alors de ct toutes les considerations qui pourraient m'arrter dans mon
dessein ; et, le ceur plein d'un religieux patriotism, j'voque des ombres
chres tous pour les dessiner aux yeux de tous. J'voque surtout
Alexandre Ption.
Raconter la vie d'un homme qui appartient la race Africaine Ceux
qui mettent la passion au-dessus de la vrit, y trouveront redire. Mais
ce n'est pas pour eux que j'cris. Mon livre ne s'adresse qu'aux hommes
de bonne foi. Je ne puis ni ne dois m'inquiter des jugements des
mchants. D'ailleurs, c'est le flambeau de la vrit la main, que j'essaie
d'clairer le ddale de nos discordes civiles et de faire chacun la part
d'loge et de blme, d'estime et de mpris, qui lui est due. Je desire
surtout, et c'est l toute mon ambition, de contribuer, dans la measure de
mes forces, la civilisation des hommes de ma race. Il n'entre pas dans
ma pense de flatter personnel. Ce n'est pas en caressant les passions
populaires, ce n'est pas en sanctifiant d'absurdes prjugs, chose
toujours dangereuse, qu'on relve le monde la hauteur don't est
susceptible sa dignit. Je veux tre just. Aux actions mauvaises, inutiles,
leur sanction pnale, comme aux actions honntes, profitable l'huma-
nit, leur loge et leur glorification. Voil, suivant moi, la tche de l'his-
toire, si l'on veut faire fructifier ses enseignements.


















LIVRE PREMIER.


Naissance d'Alexandre Ption. Son education. Son apprentissage. Etat des
castes Saint-Domingue. Premiers movements rvolutionnaires de la Mtro-
pole. Premires dmarches des affranchis pour obtenir l'galit des droits
politiques. Assemble de Saint-Marc. Dcret du 8 mars 1790. Vincent Og.
Sa prise d'armes et sa mort.

I. Anne-Alexandre, connu sous le nom de Ption, vit le jour au Port-
au-Prince, rue de la Rvolution, alors rue d'Orlans (1), le lundi
2 avril 1770 ; et par un bien heureux augure, ce jour, c'tait l'anniversaire
de la fte de St-Vincent-de-Paule, si clbre pour son dvoment
l'humanit. Il naquit de l'union naturelle de M. Pascal Sabs, blanc, et
de la Dame Ursule, multresse. Quoiqu'il ft quarteron, espce de sang-
mls, don't l'piderme est ordinairement blanc, il vint au monde si noir,
qu'avec ses cheveux lisses on et pu le prendre pour indien. La Dame
Ursule tait dj mre d'une fille du nom de Suzanne, plus connue sous
le diminutif de Sanite, don't le galbe contrastait avec l'bne de son frre.
Ce phnomne de la variation cutane des quarterons se reproduit
souvent. Mais M. Sabs ne s'en rendait pas compete. Aussi prtend-on que
la peau noire du nouveau-n lui fit douter de sa paternit, et qu'il refusa
de lui donner son nom (2). Quoi qu'il en soit, Anne-Alexandre, fort
jeune encore, laissait deviner tout ce qu'il devait tre un jour. Non pas
que son education ft soigne. Qui ignorerait que dans les coles des
colonies, on n'apprenait que bien just lire aux multres et aux noirs ?
Ces hommes ne sont donc que plus dignes d'admiration quand nous les
voyons, de leurs propres efforts, briser toutes les entraves, s'lever et
grandir l'tonnement universal. Alexandre, parmi tant d'autres, mrite
surtout nos hommages. C'tait un de ces enfants privilgis que la nature
prpare pour sa joie, et qu'elle met au monde pour la gloire de sa
puissance. Comme ces figures hors ligne qu'on rencontre d'espace en
space dans la march des temps, pour clairer la route de l'humanit,
- il devait, plus qu'aucun autre, et de lui-mme crotre et monter pour
protester contre l'injustice des prjugs sous le joug desquels le despo-
tisme colonial courba si longtemps la population colore d'Amrique.
Marcellus est n, mais cette fois Marcellus ne mourra pas.
II. Anne-Alexandre n'avait que soixante-un jours, lorsque le 3 juin,
un affreux tremblement de terre vint faire du Port-au-Prince un monceau
de dcombres. A la premiere oscillation, la maison de M. Sabs chancela
et menaa de s'crouler. M. Sabs se saisit de la jeune Suzanne, prend
de l'autre main la dame Ursule, et s'lance dans la rue. Les autres gens
de la maison suivent, perdus, l'exemple du matre. Une tante
d'Alexandre, qui d'ordinaire veillait sur lui, gare, hors d'elle-mme,


(1) La maison dans laquelle Ption vint au monde fut longtemps en ruines. Le
president Boyer, avec l'troitesse de ses vues, voulait faire btir une chapelle sur cet
emplacement. Pourquoi pas plutt un monument sur quelque place publique pour
tmoigner de la reconnaissance national due la mmoire du Pre de la patrie ?
(2) Moins heureux pour Ption que pour beaucoup d'autres de nos clbrits,
je n'ai pu vrifier le fait, parce que les archives de 1770 furent disperses par le
tremblement de terre de la mme anne.










12 PETION ET HAITI

oublie son nourrisson et se prcipite aussi dans la rue. Mais quelques
pas, le souvenir de cet enfant pour lequel elle avait tant de sollicitude
revient sa pense. Aucun danger ne peut arrter son dvoment ; elle
se fraye soudain un passage travers les meubles renverss ; elle est au
berceau de l'enfant, elle l'enlve. Elle regagnait peine la rue, quand
tout le corps du logis, broy par le flau, s'croula avec fracas.
Six ans aprs ce dsastreux vnement, Alexandre fut envoy
l'cole tenue par un nomm Boisgirard, sur la Place de l'Intendance, non
loin de l'glise. Ses progrs furent lents, car c'tait un colier buisson-
nier, gt par sa mre. La guerre de l'Indpendance des Etats-Unis avait
fait runir au Port-au-Prince beaucoup de troupes ; les volutions, les
exercices feu, attiraient chaque jour sur la place du Gouvernement le
jeune enfant; il se passionna tellement pour le bruit du tambour que
ds son rveil il courait aux casernes. Quand on le croyait l'cole, il
faisait le soldat la queue de quelque rgiment. Les soldats en gnral
aiment les enfants. Ceux-ci remarqurent la constant assiduit du petit
Alexandre leurs maneuvres. Ils l'appelaient eux dans les instants de
repos et jouaient avec lui. Bientt l'enfant devint leur ami familiar, et
surtout celui des canonniers, qu'il questionnait sur leur attirail de
guerre. Ces canonniers se plaisaient lui faire rpter l'exercice. Cette
espce d'cole militaire, ou Alexandre passait plus de temps qu' celle
de la Place de l'Intendance, dcida de sa vocation pour l'attaque et la
defense des places. Aussi on peut dire qu' douze ans il tait meilleur
soldat que bon colier, comme si un sentiment intrieur lui et rvel
qu'il fallait bientt en appeler aux armes pour la revendication des
droits civils et politiques de sa race.
III. C'tait le clbre amiral comte d'Estaing, don't la renomme est
encore toute vivante dans les mers d'Amrique, qui devait prendre
bord de son escadre les troupes agglomres tant au Port-au-Prince qu'au
Cap Franais et se porter au secours des Etats-Unis. D'Estaing, aprs
avoir ravag les petites Antilles Anglaises, avait enfin paru sur les ctes
de Saint-Domingue. L, comme en France, les ceurs sympathisaient
ardemment avec la cause des Amricains ; et avec le mme enthousiasme
qu'on avait vu en France la noblesse s'enrler sous les bannires de
Lafayette et de Rochambeau pour voler au secours des compatriotes de
Washington et de Franklin, on vit Saint-Domingue, l'arrivee du comte
d'Estaing, les hommes de couleur au nombre de huit cents, offrir
l'expdition de l'Amiral le concours de leur bravoure dans l'oeuvre de
l'mancipation des provinces de la Nouvelle-Angleterre. Je cite quelques
noms que le lecteur aura occasion de rencontrer dans la march des
vnements : Rigaud, Beauvais, Lambert, Christophe Morney, Villate,
Bleck, Beauregard, Toureaux, Frou, Cang, Chavannes, Martial-Besse,
Lveill, Mars Belley, etc. C'est ainsi que la population colore de Saint-
Domingue allait sur le continent Amricain combattre pour l'affran-
chissement d'un people qui ne lui a tenu cependant aucun compete de
son gnreux dvoment et qui, le danger pass, a oubli si cruellement
que le sang africain s'tait ml au sien pour fconder cette libert qu'il
dnie notre race. Ce movement spontan de nos pres pour voler la
dlivrance des Etats-Unis, cette agglomration extraordinaire d'hommes
de toutes armes, les cris de libert qui retentissaient dans les cours,
exaltaient Alexandre, trop jeune encore pour suivre ses ans dans la
mle.
Enfin les volontaires taient parties ; au bruit du tambour avait succ-
d le silence ordinaire de la rue. Alexandre, dans tout ce brouhaha, avait
compltement oubli le chemin de son cole, ainsi que je l'ai dit ; depuis
il ne se pressait pas d'y retourner. Loin de l, parmi les artilleurs qui
taient rests au Port-au-Prince pour la garde habituelle de la place, le











1770-1782 LIVRE I 13

mauvais colier avait conserv des amis, avec lesquels il allait passer ses
journes, faisant leurs petites courses et mangeant leurs gamelles.
Dame Ursule, comme toutes les mres croles, et de son temps surtout,
avait tant de faiblesse pour son fils qu'elle le grondait peine de ses
coupables escapades. M. Sabs, au contraire, tait son gard d'une
svrit voisine de la brutalit. Cette svrit tenait-elle aux prjugs de
couleur ? Quelques-uns lont dit. Mais qu'taient donc ces prejugs pour
qu'on ait pu les suspecter d'touffer les sentiments de la nature ? C'est
ce que je vais essayer d'expliquer.
IV. On le sait, l'Europen colonisa l'Amrique avec le concours de
l'Africain transport par la traite et asservi brutalement la culture du
sol. Bientt de la cohabitation des blancs et des noires, quelquefois des
noirs et des blanches, sortit une race mixte don't la couleur de la peau
est basane, comme si la nature avait voulu combler le vide que la
destruction des Aborignes de l'Archipel Amricain avait opr dans
l'ensemble de ses ouvres. Race intressante, participant de la race cauca-
sienne et de la race thiopienne, don't elle sort, le multre semble tre
venu au monde comme pour rattacher l'Afrique l'Europe, l'homme noir
l'homme blanc. Cependant son avnement dans la famille humaine ne
fit pas tomber des mains irrites du blanc le fouet don't il lacrait le corps
du noir : on pourrait mme dire que le blanc fut insensible la vue de
son fils; il l'appela mulet (mulato), d'o multre, parce que ce fils sortait
d'un croisement de races, comme l'animal du mme nom. Ainsi ni cet
enfant multre si enjou, si intelligent, ni cette enfant multresse aux
formes si artistiques, ne portrent de joie aux entrailles paternelles ;
condamns suivre la condition de leur mre, ils furent esclaves comme
elle. Que, d'aventure, quelques ngres ou quelques multres parvinssent,
force d'pargne se racheter, ou que le matre les rendt de plein gr
la libert, ils ne jouissaient pour cela d'aucune des prrogatives de cette
libert. Le CODE NOIR (dit de 1685), promulgu sous Louis XIV, voulait
la vrit que LES AFFRANCHIS JOUISSENT DES MMES DROITS, PRIVI-
LGES ET IMMUNITS DON'T JOUISSENT LES BLANCS ; mais des rgle-
ments ministriels infirmrent cette disposition : IL IMPORTAIT, suivant
la lettre du ministry Choiseul, du 10 avril 1770, DE NE PAS AFFAIBLIR
L'TAT D'HUMILIATION ATTACH A L'ESPCE NOIRE DANS QUELQUE DEGR
QU'ELLE SE TROUVT. Telle tait la politique paternelle de la vieille
monarchie l'gard des enfants des Iles. Cette politique outrageait
la raison et prparait l'explosion des plus violentes calamits. Ainsi le
systme colonial foulait aux pieds tous les sentiments de la nature et de
l'humanit. C'est donc de l'esclavage que naquit le monstrueux prjug
contre la couleur du noir et du multre, par suite duquel il suffisait d'tre
ngre ou d'avoir du sang ngre dans les veines, pour tre assimil du
btail et condamn vivre dans l'ilotisme : les progrs du sicle laissent
heureusement chaque jour, loin derrire nous, les dbris des affreuses
institutions coloniales. Avant cinquante ans l'imagination mettra au rang
de fables l'histoire si ensanglante des prjugs auxquels ces institutions
donnrent la sanction lgale. Dans ces temps de lamentable mmoire, on
voyait des blancs, pervertis par le libertinage, se jeter sur leurs jeunes
esclaves comme sur des proies et donner le jour des enfants que les
chanes de la servitude allaient enlacer comme leurs mres infortunes.
Et quand l'aventurier Europen, attir dans les colonies par l'appt du
gain, prenait concubinairement une de ces pauvres femmes de couleur
qui s'tait fait manciper, ou qu'il rachetait lui-mme, c'tait le plus
souvent pour s'en faire une servante et un instrument de lubricit. Les
enfants qui naissaient de ce commerce immonde ne devaient rencontrer
dans la socit qu'un perptuel avilissement. On les disait libres par
drision, car ils n'avaient pas mme le droit de port d'armes (ordon-


i:l











14 PETION ET HAITI

nance du 29 mai 1762). LES BLANCS SEULS ONT CE PRIVILEGE, PARCE
QU'ILS SONT TOUS GAUX, TOUS SOLDATS, TOUS OFFICERS, TOUS NOBLES.
Ils ne pouvaient, quelques services qu'ils rendissent la colonies,
parvenir qu'au grade de sous-officiers dans les milices. L'exercice des
arts libraux leur tait interdit. La profession la plus noble qu'ils pou-
vaient embrasser tait celle de l'orfvrerie. Et Dieu sait si les blancs leur
eussent laiss longtemps l'exercice de ce mtier, sans la profusion de
colifichets don't ils se plaisaient parer leurs concubines Si telle tait
la condition du ngre et du mulatre libres, qu'on se demand quelle
devait tre celle des esclaves.
V. M. Sabs vivait sous le mme toit qu'Ursule, qui, comme les
siennes, enfant perdue, n'avait pas de nom matrimonial et qui, suivant
l'usage de ces temps honteux, bien qu'elle fut libre, s'appelait Ursule
Sabs, tout comme on disait Toussaint Breda. M. Sabs, vieillard origi-
naire de la paroisse Sainte-Croix, Bordeaux, retir du commerce avec
une honnte aisance, s'occupait de jardinage, et dans sa cour, recueillait
suffisamment de lgumes, pour en faire vendre aux marchs publics. Il
tait brusque et violent l'gard du jeune Alexandre ; Suzanne interc-
dait souvent par ses prires et ses larmes ; elle encourait quelquefois
son tour la colre du vieillard. Heureuse nature, cette femme, doue, au
rapport de ceux qui la connurent, de la plus rare beaut, tait encore un
module de tendresse fraternelle.
VI. Alexandre grandissait, pour ainsi dire, livr ses propres impul-
sions. Il savait l'ge de treize ans lire et crire; l se bornait la plus
grande some d'instruction qu'on donnait dans les colonies aux hommes
noirs et jaunes. M. Boisgirard le punit un jour pour une espiglerie ;
c'tait ce que demandait le mauvais colier. Il s'chappa de la classes, et
malgr les prires de sa mre et la colre du pre, il refusa d'y retourner.
Le dsouvrement auquel il se trouva tout--fait abandonn le conduisit
dans les maisons de son voisinage, o la douceur de son caractre le
faisait gnralement aimer et choyer. Cette espce de vagabondage
des enfants est, ce qu'il parat, traditionnelle dans les colonies de
l'Amrique. Une des maisons qu'Alexandre frquentait, lui tait
surtout chre : c'tait celle de M. Guiole, compatriote de M. Sabs et
fabricant de joaillerie. M"m Guiole avait pour le jeune enfant des soins
vritablement maternels ; elle le conseillait et le dirigeait ; elle seule
savait en faire ce qu'on voulait. M" Guiole l'appelait Pitchoun, mot
provenal qui signifie mon petit; les ouvriers de l'atelier en firent Pikion,
Pition et enfin Ption. Ainsi c'est tort que quelques biographies
prtendent qu'Alexandre prit lui-mme le nom de Ption par admiration
pour le fameux maire qui dirigea la ville de Paris l'aurore de la Rvo-
lution (1). Cependant M. Sabs, furieux just titre de ce que son fils ne
retournait pas l'cole, prit le parti d'en faire un forgeron. Ption n'alla
pas longtemps la forge ; de son propre movement il se mit apprendre
l'orfvrerie dans l'atelier de M. Guiole (2). Il tait dj habile ouvrier,
quand son pre fit M. Guiole la command de quelques bijoux. C'tait
aux yeux de Ption une heureuse occasion de gagner les bonnes grces
de son pre, en lui prouvant que, malgr les nuages qui existaient entire
eux, il avait convenablement utilis son temps. Il demand donc
M. Guiole de lui confier le travail. Ce travail tonna le maitre ; il croyait

(1) Je tiens ces details d'un neveu de M. Guiole avec lequel le hasard me mit
en rapport en 1836, Paris. D'autres prtendent que Ption n'est que la contraction
de petilon, significant aussi petit, mon petit.
(2) Un citoyen que les lettres regretteront longtemps, Lauriston-Crisier, tu dans
les dsastreux vnements du 16 avril 1848, pretend dans une notice biographique,
que Ption apprit son mtier chez un M. Jamain. Le neveu de M. Guiole m'affirma
au contraire que c'est chez ce dernier.











1783 LIVRE I 15

la possibility d'une paix entire le pre et le fils, car la trve devait
avoir apais toute colre. Il envoya Ption faire lui-mme la remise des
bijoux. Mais le vieux Bordelais clata en menaces, refusa les bijoux et
ordonna au jeune homme de se retire. Il avait entendu en faire un
forgeron, et non un orfvre : l'intervention d'Ursule, les larmes de
Suzanne, rien ne put flchir le courroux du vieillard.
VII. Ption alors report sa pense aux premiers jours de son enfance.
En remontant la chaine des ans, il se rappela le peu de sollicitude que
son pre lui avait marque, ce refus de lui donner son nom, cette tnacit
ne vouloir faire de lui qu'un grossier forgeron. Alors, le ceur ulcr, il
sortit de la maison paternelle ; et s'il y reparaissait quelquefois, ce n'tait
qu' la drobe pour saluer sa mre bien-aime. Depuis cette rupture,
qu'on dit avoir t definitive entire Ption et son pre, il resserra son
intimit avec les soldats de la garnison. Il avait lou une modest
chambre ; l, on rencontrait toujours quelques sous-officiers. Enthou-
siaste plus que jamais du mtier de la guerre, il ne faisait que les
questioner sur leurs armes diverse. Souvent, prtend-on, on le
surprenait l'cart, esquissant au crayon, tantt, l'attirail de l'artillerie,
tantt, la perspective d'un combat naval. Du reste, il tait dou d'un
got tout particulier pour le dessin, et je sais que jusqu' la fin de sa vie,
il aimait faire mille petites bauches. On prtend encore que depuis
cette poque il prludait aux exercices mathmatiques. Quelques
ouvrages de stratgie lui tombrent sous la main et devinrent sa princi-
pale lecture (1).
De plus, adroit dans tous les exercices du corps, nul n'tait plus
habile que lui l'pe, au sabre, au pistolet et au fusil. Dans les assauts
qu'on donnait le dimanche, chacun admirait son jeu, et surtout sa pres-
tance, car d'une taille assez favorise que ne dfigurait pas un certain
embonpoint, il attirait les regards de tous. Mais quant l'quitation, on
et dit qu'il n'tait pas crole, tant aux courses il tait mal son aise. Et,
quoiqu'aimant beaucoup le cheval, l'aimant jusqu' passer des heures
entires soigner et panser les siens, il ne parvint jamais, mme tardi-
vement, savoir en diriger aucun, qui et quelqu'imptuosite.
VIII. Ption, dix-huit ans, soldat dans les chasseurs de la milice, -
dj maitre de toutes les passions dsordonnes qui flattent, enivrent et
dominant la jeunesse, modest dans ses gots, trouvait dans son mtier
les resources ncessaires son existence et ses plaisirs. Ses plaisirs
taient le bal et la chasse. Conciliateur des diffrends de tous ses amis, il
lui arrivait cependant de se rendre personnelles des querelles d'autrui.
Ainsi par example, un nomm Labastille, qui devint plus tard officer
de gendarmerie, arriv rcemment de France, o il avait fait ses tudes,
tait devenu insupportable aux jeunes gens de couleur du Port-au-Prince
par la morgue de ses manires et le pdantisme de son education. On
s'en tait plaint Ption. Or, dans un bal, Ption reprocha Labastille
ses procds vis--vis des siens ; possdant ds lors au supreme degr
cette ironie fine qui est le partage des natures intelligentes, le multre
inculte des Iles prouva sa supriorit sur le multre lev en Europe. On
en vint un cartel; le duel fut fix au POLYGONE, endroit situ derrire
la maison du Gouvernement. Mais on n'en arriva pas aux mains, car
Labastille, sur les fraternelles remontrances de Ption, sut avouer ses
torts, promit de s'en corriger, et devint, entire tous les jeunes gens de la
ville, un des plus doux et des plus modestes (2).

(1) Manuscrit sans nom d'auteur sorti des archives du palais-national du Port-
au-Prince.
(2) Cette anecdote m'a t raconte par M. Linstant Pradine, compagnon d'enfance
de Ption ; il en a t tmoin.











16 PETION ET HAITI

Les rendez-vous de chasse taient aussi une arne o plus d'une fois,
Ption prluda sa reputation de bravoure. C'tait d'habitude le
dimanche, de grand matin, qu'on se runissait la SALINE, au nord-
ouest de la ville ; l, au mois de septembre les alouettes et les pluviers
abondent. Les blancs du Port-au-Prince allaient aussi chasser dans cet
endroit. Un de ces blancs, nomm Nicolas, jouissait d'une reputation
d'adresse et d'intrpidit peu commune. Avant l'aube, il avait pris son
afft. Ption arriva bientt avec ses camarades. Le blanc, habitu jusque
l voir les multres plier et cder sa volont, enjoint aux nouveaux
venus de ne pas faire le premier coup de feu ; car il se le rservait. Mais
Nicolas ne savait pas quel tait le multre qui, pour ainsi dire, tait le
chef de la troupe laquelle il s'adressait : Je tirerai, lui rpondit
Ption, malgr vous et avant vous, aussitt que je verrai le gibier. Le
gibier parut au mme instant : Ption avait tenu parole. Nicolas ne se
possdait pas de l'action que venait de commettre le jeune indigne ;
c'tait ce qu'on appelait alors : UN MANQUEMENT DE RESPECT AUX BLANCS,
c'est--dire un crime. Aussi ajusta-t-il soudain son fusil sur Ption. Ption
simultanment tire des balles de ses poches, en distribue ses compa-
gnons et tout en rechargeant son arme : Tirez donc, si vous l'osez,
dit-il Nicolas ; et, lui montrant d'autres balles, il ajouta : En voil
ici pour vous, si vous en manquez. Nicolas fut atterr en presence de
l'attitude audacieuse, mais calme du jeune homme. Il se rendit en ville,
promettant de former sa plainte contre le tmraire qui avait os le
dfier. Cette venture fit du bruit ; elle tonna l'aristocratie colonial, et
sans les grandes proccupations politiques de cette poque, elle et attir
la foudre sur la tte du jeune Ption. Quoi qu'il en soit, ce fut l
le premier acte de resistance l'oppression de la part des hommes de
couleur. Cet acte fait dj pressentir le sang-froid et la fermet d'un
grand cour qui n'attend que les vnements pour se montrer (1).
IX. La mort de M. Sabs, dcd 87 ans, le 6 dcembre 1789, vint
encore donner plus de gravit et de poids au caractre de Ption.
Quoique le vieillard ne lui et pas donne son nom sur les fonds de bap-
tme, pas plus peut-tre qu'il ne l'avait donn Suzanne elle-mme,
Ption s'occupa religieusement le faire inhumer avec toute la dcence
que comportait la fortune de la famille. Puis, il porta ses outils au
foyer maternel et y tablit son atelier. A l'abri du besoin, sans tre
riche, il lui fallut travailler plus que jamais pour aider aux charges
de sa mre et pour satisfaire surtout son excessif penchant obli-
ger autrui, car ds cette poque sa bourse tait celle de ses amis.
X. Ption, rentr au foyer domestique, voulut se donner une compa-
gne. Pour la premiere fois il songea au marriage. Entre toutes ces jeunes
et belles multresses, qui, la plupart, hlas n'taient destines qu'
devenir des concubines de blancs, une, morte nagure aux Cayes, made-
moiselle Catherine, fille d'un colon nomm Lebon, lui inspirait une vive
passion, qu'elle partageait elle-mme. Mais on lui object la mdio-
crit de sa fortune. Alors il se dgota pour toujours d'un contract, le
plus important et le plus moral de la vie, sans les calculs de l'ambition,
qui la plupart du temps lui servent de base. C'est ainsi du moins que je
m'explique le long clibat dans lequel Ption vcut et qu'il ne rompit
en quelque sorte que malgr lui et fort tard, persistent nanmoins ne
fire intervenir ni la formule civil, ni l'eau lustrale.
Ption, aprs son chec en amour, don't il ne se plaignit jamais, exer-
ait donc encore son mtier d'orfvre, quand la revolution clata. Mais

(1) Cette venture dj publie par Lauriston Crisier dans sa Biographie
d'Alexandre Ption, se trouve aussi raconte dans les matriaux historiques de feu
le gnral Inginac.
L__













n'allons pas plus loin, et voyons avant tout quelle tait la position des
diverse castes qui habitaient la colonie.
XI. Trois grandes castes habitaient Saint-Domingue comme les autres
colonies franaises : la caste des blancs, la caste des hommes de cou-
leur libres et la caste des esclaves.
La caste des blancs se subdivisait en quatre fractions : la premiere,
matresse des gros emplois administratifs et judiciaires, tait dcore
des ordres de la chevalerie et appartenait gnralement la noblesse;
la second, livre exclusivement aux grandes exploitations rurales,
tait plus particulirement connue sous le nom de grands-planteurs;
la troisime, adonne au ngoce, la pacotille, toutes sortes de petits
trafics, tait appele les pobans (valant peu); enfin, la quatrime et
dernire, les petits blancs, elle se livrait des industries suspects;
orgueilleuse, elle s'irritait de sa position infime, et professait une haine
d'autant plus violent contre la caste de couleur, que celle-ci avait sur
elle l'avantage de quelques biens fonciers.
Les trois premieres fractions se recrutaient gnralement d'Euro-
pens; la dernire se perptuait dans les colonies mmes.
La caste des hommes de couleur se composait de multres et de
noirs, qui jouissaient de la libert par naissance ou par manumission;
elle faisait la petite culture et exerait tous les mtiers manuels. La caste
des esclaves comprenait la masse des ngres et des multres adonns
forcment l'agriculture ou la domesticit. Par la raison que toutes
ces castes avaient des mours, des habitudes, des dispositions d'esprit
particulires, elles devaient avoir et avaient en effet des intrts, des
passions et des tendances diffrentes; elles ne se rapprochaient que
dans une seule chose, c'tait dans la jalousie, dans la haine qu'elles
s'taient voues mutuellement. Les hommes de couleur, traits en parias,
appelaient de tous leurs voux la rforme des abus don't ils taient vic-
times tout en concentrant leur colre et leurs douleurs. Les esclaves,
don't les maux semblaient n'avoir pas de terme, commenaient aussi
rver Un meilleur avenir. Les grands-planteurs, loigns des admi-
nistrations, se montraient impatients du despotisme ministriel, qui
gnait le commerce de leurs manufactures. Les pobans et petits-blancs
aspiraient de leur ct voir s'effacer la distance que le mpris avait
tablie entire eux et les autres blancs.
XII. Tel tait l'tat respectif des populations coloniales, quand le Roi
Louis XVI convoqua les Etats-gnraux. C'tait le moment des ides
gnreuses, des sublimes projects. C'tait l'aurore d'une re nouvelle
pleine de grandes choses. On s'agitait pour renverser l'arbre de la fo-
dalit, pour restreindre la royaut dans de justes limits, pour restau-
rer les finances publiques, pour donner un nouvel lan au commerce et
aux arts, pour rendre, en un mot, l'esprit human sa dignit native.
Au moment de la convocation des Etats-gnraux, il y avait Paris
des grands planteurs de toutes les Iles franaises; c'tait dans cette
opulente cite qu'ils venaient fastueusement dpenser les revenues tirs
des larmes et du sang de leurs pauvres ngres. Avides de participer
aux affaires publiques, ils se htrent d'annoncer par del l'Atlantique,
le movement qui travaillait la mtropole, et donnrent aux colonies
l'ide de nommer, comme les autres provinces de la France, des Dpu-
ts aux Etats-gnraux : Saint-Domingue seulement en nomma dix-
huit. Mais cette nomination se fit sans la participation des hommes de
couleur, en vertu de ce que l'dit de 1685 n'avait jamais reu d'appli-
cation. Les Etats-gnraux ouvrent leurs sances Versailles le 5 mai
1789. Le 17 juin, les dputs du tiers-tat avec une parties de ceux du
clerg se forment en ASSEMBLE NATIONAL CONSTITUANTE. Ctait l
le premier pas vers cette grande unit social qui fait la force de la


LIVRE I


1789











18 PETION ET HAITI

France. La cour s'alarma du movement qui s'oprait ; on parla de dis-
soudre l'assemble. Alors (20 juin), runis au Jeu-de-Paume, sous la
prsidence de Bailly, le tiers-tat et une parties du clerg, firent le ser-
ment de ne pas se sparer que la constitution du royaume et la rgn-
ration publique ne fussent tablies et affermies. Cette attitude met
en moi la cour et ses favors. Le 23 juin le roi lui-mme alla lever la
sance; il dclara tout ce qui avait t fait par le tiers-tat illegal et
inconstitutionnel, et ordonna aux diffrents ordres d'avoir dlibrer
sparment, suivant l'antique usage de la monarchie. Le roi sorti, le
grand-maitre des crmonies, M. Dreux de Brz, ritera ses prescrip-
tions. On hsitait, on frmissait tour tour. Tout coup, Mirabeau
s'lance la tribune : Allez dire votre maitre, s'cria-t-il, en s'adres-
sant M. Dreux de Brz, que nous sommes ici par la volont du
people et que nous n'en sortirons que par la force des bayonnettes.
Avec un pareil acte d'audacieuse nergie, le succs ne pouvait tre
douteux. La noblesse mme vint le 27 siger avec le, tiers-tat. Il n'y
eut plus qu'une seule assemble. La monarchie tait vaincue. Ces v-
nements avaient mis l'opinion publique dans le paroxisme de l'agita-
tion. Les planteurs profitrent de l'tat de confusion o se trouvait
l'assemble pour demander l'admission de leurs dputs. L'assemble
n'en admit nanmoins que six, entr'autres Cocherel, colon des environs
de Port-au-Prince, Raynaud, des Cayes, et Grard, de la Plaine--Jacob.
Les passions se dchanaient de plus en plus. Le chteau de la Bas-
tille fut assig, pris le 14 juillet et ras. Les autres colonies envoyrent
successivement des dputs. L'assemble national les admit, parce
qu'ils vantaient tout haut leur patriotism, et que cette assemble
croyait rencontrer en eux des partisans la cause de la libert.
XIII. Pendant ces vnements, se trouvaient en France quelques hom-
mes de couleur d'un haut mrite. On remarquait surtout Julien Ray-
mond et Vincent Og. Le premier, riche propritaire la Colline
d'Aquin, o il avait vu le jour, dou d'une instruction suprieure, quoi-
qu'il n'et tudi que dans son pays, plein de dvoment au sort des
siens, venu Paris ds 1785, avait prsent au marchal de Castries
des mmoires intressants sur la situation des colonies et les rformes
don't elles avaient besoin (1). Og, n au bourg du Dondon en 1768, lev
Bordeaux, avait appris dans cette ville le mtier d'orfvre. Revenu
dans la colonie, il s'tait livr la speculation des cafs et la paco-
tille avec les capitaines de Bordeaux. Il venait de retourner en France
pour suivre un procs au Conseil du roi relativement un chemin que
les autorits de la colonie avaient fait ouvrir sur ses biens.
Autant Raymond avait le caractre calme, la parole rflchie, autant
Og avait le caractre ardent, la parole vhmente. Ils avaient assist
tous les deux la chute de la Bastille, sous les efforts d'un people ivre
de libert. Ce spectacle leur avait fait plus que jamais songer aux
souffrances de leurs frres des les. Ils avaient vu les Colons siger
l'assemble national; ils pensrent y faire reprsenter aussi les leurs.
Mais comment se runir dans les les, en face de l'orgueilleuse aristo-
cratie blanche ? Ils convoqurent donc les noirs et les multres qui


(1) Raymond (Julien) naquit Aquin en 1743. Il partit pour la France en mai 1784.
Dbarqu Bordeaux, o il rencontra M. de Bellecombe, gouverneur de Saint-Domingue,
qui en arrivait aussi, il se rendit dans le pays d'Aunis o sa femme avait un domaine
et vint Paris la fin 1784 rclamer auprs du marchal de Castries les droits
politiques pour les noirs et les multres libres et l'amlioration du sort des esclaves.
Il fut membre du Directoire colonial Saint-Domingue, membre du conseil des Cinq-
Cents, agent des consuls de la Rpublique Saint-Domingue, membre de l'Institut
de France. Il mourut au Cap le 25 vendmiaire, an X (17 octobre 1801 l'ge de
cinquante-huit ans.












se trouvaient Paris, pour tablir l'instar des colons blancs, qui
avaient form le club-Massiac, un club, sous le nom de club d'Ar-
genson. Ces clubs tiraient leurs noms des htels o ils tenaient leurs
sances. Le club d'Argenson, don't la prsidence fut dcerne M. de
Jolly, avocat au conseil du roi, philantrope don't le dvoment notre
cause fut sublime, prpara le CAHIER DES DOLANCES DES HOMMES DE
COULEUR ET NGRES LIBRES. Ce cahier fut dlibr et rdig dans les
assembles des 3, 8, 12 et 22 septembre; remarquable par sa forme
modre, il ne demandait l'assemble national que de faire dispa-
ratre les odieux prjugs de couleur, en proclamant qu'il ne pouvait
exister dans les colonies que DEUX CLASSES D'HOMMES, CELLES D'HOMMES
LIBRES ET CELLE D'HOMMES QUI SONT NS OU QUI VIVENT DANS L'ESCLA-
VAGE.
C'tait en d'autres terms demander les droits politiques en faveur
des noirs, comme des multres dj libres. Ce cahier demandait aussi
l'amlioration du sort des esclaves. Qu'on ne vienne plus faire un
crime Raymond et Og de n'avoir pas ds lors ptitionn l'man-
cipation gnrale. Incertains de l'mancipation politique de ceux qui
dj taient libres, pourquoi eussent-ils compliqu la question ? Si,
en ce moment o les vnements entranaient toutes les intelligence,
o tous les ceurs s'enflammaient des plus nobles sentiments, les colons
eussent consent reliever les affranchis de l'interdit politique sous
le coup duquel ils taient placs, que de maux ils se fussent pargns !
Nul doute que la reconnaissance des droits politiques des homes de
couleur n'eut amen graduellement l'mancipation gnrale des escla-
ves. Nul doute que la libert se ft assise par la suite dans les colonies,
sans se baigner dans des flots de sang. Og, du moins, le sentait ainsi.
Il fit mme une dmarche privative vers le Club-Massiac, alors prsid
par M. Galiffet, grand-planteur des environs du Cap. Ce fut le 7 sep-
tembre, avant la rdaction definitive du CAHIER DES PLAINTES ET DO-
LANCES, qu'il pronona au Club des blancs la motion suivante:
Messieurs,
Propritaire de biens Saint-Domingue, dpendance du Cap,
< et natif de la mme le, je viens supplier l'Assemble de m'admettre
< ses dlibrations; je n'ai d'autre but que de concourir avec elle
la conservation de nos proprits et de parer aux dsastres qui
nous menacent.
Aprs quelques mots sur le commerce, Og continue :
Pour amener cette heureuse revolution, il ne suffit pas du flam-
beau de la raison ; il fallait que celui de la libert vint mler sa viva-
cit la douceur de l'autre, et que leur runion produist une
lumire uniform, ardente et pure qui, en clairant les esprits, pt
enflammer les cours. Mais, Messieurs, ce mot de libert qu'on ne pro-
nonce pas sans enthousiasme, ce mot qui porte avec lui l'ide de bon-
heur, ne ft-ce que parce qu'il semble nous faire oublier les maux
don't nous souffrons depuis des sicles ; cette libert, le plus grand,
le premier des biens, est-elle faite pour tous les hommes ? Je le crois.
Faut-il la donner tous les hommes? Je le crois encore. Mais
comment faut-il la donner ? Quelles en doivent tre les poques et
les conditions ? Voil pour nous, Messieurs, la plus grande et la plus
important des questions ; elle intresse l'Amrique, l'Afrique, la
France, l'Europe entire ; et c'est principalement cet objet qui m'a
dtermin, Messieurs, vous prier de vouloir bien m'entendre. Si
l'on ne prend les measures les plus promptes, les plus efficaces ; si la
fermet, le courage, la constance ne nous arment tous; si nous ne


1789


LIVRE I










PETION ET HAITI


< runissons pas en faisceau toutes nos lumires, tous nos moyens,
tous nos efforts; si nous sommeillons un instant au bord de
< l'abme, frmissons de notre rveil Voil le sang qui coule voil
nos terres envahies, les objets de notre industries ravags, nos foyers
incendis! Voil nos voisins, nos amis, nos frres, nos enfants
gorgs et mutils Voil l'esclave qui lve l'tendart de la rvolte :
les les ne sont qu'un vaste et funeste embrasement, le commerce
< est ananti, la France reoit une plaie mortelle, et une multitude
d'honntes citoyens sont appauvris, ruins. Nous perdons tout!
Mais, Messieurs, il est temps de prvenir le dsastre (1).
Og termine, en offrant au club la communication d'un plan pour
l'abolition graduelle de l'esclavage. Mais ce plan nous est rest inconnu;
car les colons n'admirent plus Og leurs dlibrations.
On ne peut qu'admirer dans le discours d'Og la faon carre don't
il pose la question colonial et la prescience qu'il avait des vnements
de son pays. A lui revient la gloire d'avoir, avant personnel, formul
rsolument le vou de la liberty gnrale : LA LIBERTE EST FAITE POUR
TOUS ; IL FAUT LA DONNER A TOUS. MAIS COMMENT LA DONNER ? -
Question solennelle, pose par une conscience droite et ferme, la
solution de laquelle les colons pouvaient facilement contribuer avec
un peu de bonne volont. Loin de l, dans leur aveuglement, les colons
contestaient mme les droits de l'homme aux affranchis, ainsi que nous
le verrons.
XIV. Malgr l'insuccs de la dmarche conciliatrice d'Og, le club
d'Argenson dputa deux jours aprs MM. de Joly et Raymond vers les
colons. M. Joly leur donna lecture du discours suivant :
Messieurs,
Les Etats-gnraux ont t convoqus, les citoyens de toutes les
classes y ont t appels. Les reprsentants des colonies y ont t
admis, et dsormais vos liberts, vos droits, vos proprits ne rece-
vront aucune atteinte. Vous les conserverez sous l'empire des lois
que vos reprsentants auront fondes.
Seuls dans la nation entire, livrs l'oubli, vous au mpris
qu'ils ne croient pas avoir mrit, les citoyens de couleur rpandus
dans les colonies, ont t privs des biens, des avantages inappr-
ciables que tous les Franais ont partags.
Dans les colonies, ils n'ont pas t appels aux assembles pri-
< maires.
En France, Paris, ils ont eu la douleur de voir se former
leurs cts, sous leurs yeux des assembles partielles don't l'accs
leur a t interdit. Des dputs l'Assemble national ont t nom-
ms, et les citoyens de couleur n'ont pas concouru leur election.
Des cahiers ont t rdigs, et personnel n'a t appel pour dfendre,
pour stipuler leurs intrts ; enfin, Messieurs, votre assemble s'est
constitute jusqu' ce jour ; et sans la dmarche que leur zle, leur
patriotism, leur attachment inviolable pour vous leur ont inspire,
les citoyens ignoreraient encore votre runion et les avantages qui
peuvent en rsulter.
Il tait temps, Messieurs, de faire cesser une distinction aussi
humiliante ; il tait temps que les citoyens de couleur sortissent enfin
de l'tat passif de dnment et d'abjection dans lequel on a voulu
les tenir.

(1) Og ne rpte si souvent les pronoms nous, nos, que pour mieux disposer sans
doute les Colons en faveur des affranchis.












Ils ont senti ce qu'ils taient ; la declaration des DROITS DE
L'HOMME leur a fait connaitre ce qu'ils valaient, et leurs vues se sont
< portes aussitt, non pas vers la licence et l'insubordination, comme
< on s'est permis de les en accuser, mais vers cette libert prcieuse
" que les lois leur assurent, et qu'ils doivent partager avec vous.
c C'est, Messieurs, dans cette vue que les citoyens de couleur se
sont assembls ; c'est dans ce mme esprit, qu'aprs avoir pes leurs
droits et consult leurs intrts, ils se sont determins porter
l'Assemble national des demands qui ne doivent trouver aucune
a difficult.
Mais avant de recourir leurs juges, avant de porter au Tribu-
nal de la nation les demands lgitimes, qu'ils sont dans le cas de
former, les citoyens de couleur ont pens qu'ils devaient se prsenter
au Tribunal de leurs compatriotes, de leurs frres, de leurs amis;
et ils ont aussitt rsolu de vous adresser une dpufation.
Cette dputation a deux objets important : l'un et l'autre leur
sont galement prcieux.
Le premier consiste vous offrir l'expression de leurs senti-
ments, l'hommage de leur reconnaissance, les voeux les plus sincres
de perptuer, de cimenter d'une manire irrvocable, les liens qui
doivent les unir vous.
Le second, et celii-ci, Messieurs, mrite toute votre attention,
consiste rclamer l'entier, le libre exercise des droits attachs
< la libert. Ce mot seul vous dit tout. Il exprime dans toute leur ten-
due les rclamations que les citoyens de couleur sont enfin dter-
mins former.
Il serait doux pour eux de les voir accueillir avant mme de les
avoir formes ; ils seraient trop heureux de tenir de votre volont,
a ce qu'ils sont en droit de rclamer et d'obtenir par la force mme
a de la loi.
Veuillez donc, Messieurs, jeter sur cette classes infortune des
regards que la nature, la bienfaisance et l'humanit doivent galement
attirer. Rappelez-vous qu'ils sont hommes, libres et citoyens :
n'oubliez pas qu'aux terms d'une des plus anciennes lois de la colo-
nie, de l'edit de 1685, les affranchis doivent jouir de tous les droits
de citoyens ; admettez-les une concurrence qui honorera votre
justice ; arrachez pour jamais les gens de couleur l'esclavage ; et
cet aveu, cette declaration de votre part, enchaneront pour jamais
des coeurs, qui peuvent tre aigris par une injustice, mais que vos refus
a mme ne peuvent aliner.
Le lendemain le club d'Argenson recevait le dclinatoire que
voici :
Paris, 10 septembre 1789.
La Socit ayant examin, Monsieur, le mmoire qui lui a t
lu par vous, pour les gens de couleur libres, a estim qu'une simple
runion de colons, hors de leurs pays, ne pouvant avoir un carac-
tre lgal, il ne lui est pas possible de le discuter. Il lui semble que
les demands qui y sont formules ne peuvent tre que de la comp-
tence d'une assemble colonial rgulirement convoque sur les
lieux.
Nous vous prions d'agrer tous nos remercments, et avons
l'honneur d'tre bien sincrement.
(Sign) de GALIFFET, Prsident.
La morgue la plus insultante accompagna ce refus. Le procs-
verbal de l'une des sances du club porte qu'on a fait entrer le sieur


1789


LIVRE I










22 PETION ET HAITI

< Raymond, et que tous les membres tant assis, il s'est approch du
< bureau (').
XV. Le club d'Argenson se constitua alors sous le titre de COLONS
AMERICAINS, au nombre de quatre-vingts membres. Cette runion
pensa, quoiqu'un peu tard, nommer, comme les colons, des dputs
a l'assemble national. M. de Jolly, malgr ses refus, fut le premier
lu, dans la sance du 22 sptembre ; puis Raymond, Og, Du Souchet
de Saint-Ral, Honor et Fleury. Ces deputs demandrent une audience
l'Assemble national qui couta avec bienveillance leurs rclama-
tions, et qui, par l'organe de son president, promit d'y faire droit.
L'Assemble nomma mme une commission pour vrifier le procs-
verbal de leur nomination. Le rapporteur de cette commission,
M. Grelet de Beauregard, rduisit le chiffre de la dputation au
nombre de trois membres. Mais l'intrigue des colons parvint emp-
cher la lecture du rapport. Et malgr la justice de leur cause, malgr
la proclamation des DROITS DE L'HOMME, la voix des multres et des
noirs se perdit au milieu du grand movement qui agitait la mtro-
pole.
XVI. Dans les colonies, comme dans la mtropole, la revolution
marchait d'un pas rapide. Les blancs formrent Saint-Domingue,
la fin de 1789, et au commencement de 1790, trois assembles sous
le nom D'ASSEMBLES PROVINCIALES : l'une sigeant au Port-au-
Prince, l'autre, au Cap, et la troisime, aux Cayes. Les affranchis
avaient t naturellement exclus de la formation de ces assembles.
Cependant le bruit des chanes qui se brisaient au sein de la mre-
patrie avait rveill en Amrique les gnreux instincts de cette caste,
jusqu'alors comprims par l'injustice et la haine ; elle voulut pti-
tionner l'galit des droits auprs de ces mmes assembles. Mais
l'occasion de l'exercice de cette modest facult, le sang ruissela sous
la main des colons. Au Cap, un multre, nomm Lacombe, fut pendu
le 2 novembre pour avoir demand au nom des siens une place dans
la rgnration. Sa petition commenait par ces mots : Au nom du
pre, du fils et du Saint-Esprit comme pour rappeler aux blancs,
l'origine commune de tous les hommes (2). Au petit-Gove, un blanc,
vnrable vieillard, M. Ferrand de Baudire, juge snchal, eut la tte
tranche par les colons le 19 novembre pour avoir rdig une pareille
petition au nom des affranchis de ce lieu. A Aquin, un multre,
M. Labadie, est accus par les blancs d'avoir une copie de la petition
rdige par M. de Baudire ; son habitation fut cerne dans la nuit du
26 Novembre, et au moment o on allait l'envahir, Labadie ayant paru
sur le seuil de sa porte, trois coups de fusils l'tendirent par terre
avec un de ses esclaves tu a ses cots. Loin d'tre dsarme la vue
du vieillard prt rendre le dernier soupir, la fureur des assassins,
pour prolonger ses tortures, s'avisa de l'attacher la queue de son
propre cheval, pensant que l'animal, effray du cadavre, et pris le
galop ; mais heureusement que l'instinct de l'animal ne rpondit pas
la frocit des barbares, qui s'taient prcipitamment loigns, aprs
leur attentat. Les gens de l'habitation, revenues de la frayeur que leur
avait cause cette aggression nocturne, vinrent dlier le malheureux
Labadie et le rappeler la vie (3). Tant de forfaits ulcraient les ceurs.

(1) Rapport de Garan de Coulon, tome 1, page 106.
(2) Brulley, colon de Saint-Domingue, trouva cette petition incendiaire, parce
qu'elle contenait les mots sacramentels : Au nom du Pre, du Fils et du Saint-Esprit.
Voyez Garan de Coulon, Rapport sur Saint-Domingue.
(3) Le vieillard tremblait ; le danger qu'il avait couru produisit le singulier
effet de lui rendre la fermet et la nettet de sa main. Lettre de Labadie Raymond
du 9 juillet 1792. Voyez la correspondence de Julien Raymond, page 41.












XVII. Une assemble colonial, convoque par les assembles
provinciales, fixa son sige Saint-Marc, ville du Nord-Ouest. Elle
ouvrit ses sances le 15 avril, sous le titre D'ASSEMBLE GNRALE DE
LA PARTIES FRANAISE DE SAINT-DOMINGUE. Comme on le pense bien,
aucun affranchi ne fut appel aux operations lectorales. Chaque
jour, au contraire, cette caste se voyait maltraite ; tous ses droits
taient mconnus; sa correspondence intercepte, et les moindres
confidences de l'amiti imputes crimes ; par suite, nulle scurit.
Bien plus, l'assemble de Saint-Marc dcrta le 20 mai la privation des
droits de citoyen actif aux blancs msallis, c'est--dire ceux qui
taient maris des ngresses ou des multresses.
XVIII. La mtropole ne montrait gure plus de sollicitude pour
le sort des affranchis. Les dputs des colons l'assemble national
dirigeaient toutes les operations de ce corps l'gard des colonies ;
ils touffaient par leurs clameurs calomnieuses la voix de Raymond
et d'Og. L'homme de couleur, traqu dans les les, perscut en
France, n'avait alors d'autre protection que celle de la socit des
AMIS DES NOIRS don't Brissot de Warville fut le fondateur. Cette
socit renfermait dans son sein tout ce que la France comptait de
plus minent en vertus et en talents.
Le sort des affranchis s'aggrava encore par l'tablissement d'un
COMIT COLONIAL au sein de l'assemble constituante. C'est Barnave
qui prsidait ce comit ; cet intrigant, qui n'tait pas sans talents, se
mit la devotion du parti des blancs ; sacrifiant ce parti les droits
de la justice outrage, il fut avec raison accus d'avoir vendu sa
conscience au poids de l'or (1). Le COMIT COLONIAL, SOUS l'influence
de Barnave, ne fut qu'une officine, o la voix prpondrante des plan-
teurs dcida plus d'une fois des graves et pouvantables vnements
qui couvrirent de deuil la terre des Antilles.
XIX. Cependant l'assemble constituante attendait un rapport de
son comit sur. la situation des les et les moyens d'y rtablir le calme.
Barnave prsenta ce rapport, mais sans toucher aux capitals ques-
tions des prjugs. L'assemble, sa demand, rendit le 8 mars, son
premier decret sur les colonies. Ce dcret autorisait chaque colonie
faire connatre son voeu sur la constitution, la legislation et l'admi-
nistration convenables ses habitants. Des instructions royales, rdiges
aussi par Barnave, scelles le 28, dclaraient lecteurs et ligibles aux
assembles coloniales toutes les personnel propritaires on contribuables,
ges de vingt-cinq ans. C'est en vain que le cur d'Ebermenil, l'abb
Grgoire, demand qu'il soit fait mention express des hommes libres
sans distinction de couleur; c'est en vain que Raymond et Og firent
aussi des demands pour obtenir le mme rsultat. L'astucieux Barnave
leur rpond que cette nonciation ferait supposed que les droits des
hommes de couleur taient contestables Les blancs qui se trouvaient
Paris considrrent le dcret et les instructions qui l'accompagnaient
comme le vritable triomphe de leurs privileges sur les absurdes prten-
tions des affranchis. En effet, ces actes furent interprts et toute
l'oligarchie colonial fut d'accord qu'ils ne concernaient pas les hommes
de couleur, parce qu'ils ne s'y trouvaient pas expressment dnomms.
XX. Cette pauvre caste d'hommes de couleur tait donc aux colo-
nies plus que jamais crase sous le poids de la rprobation et des
plus cruelles injustices. Julien Raymond crivait nanmoins ses
principaux frres, en leur recommandant la moderation quand-mme.


(1) Rapport sur Saint-Domingue, par Garan de Coulon, tome 1, page 128.


1790


LIVRE I











24 PETION ET HAITI

Mais cette moderation avait le malheur d'enhardir au mal l'orgueilleuse
aristocratie colonial. Dans le nord de Saint-Domingue, Plaisance,
un multre, nomm Atrel est assassin pour avoir os rclamer d'un
blanc le paiement d'un billet. Le crime reste impuni ; les multres de
l'endroit impassibles. Tant de longanimit ne fut point imite au
Fonds-Parisien, quarter dpendant de la Croix-des-Bouquets. Un des
bestiaux d'un planteur multre M. Desmares (Jacques-Franois), fut
pris dans les champs de l'habitation Pinganeau, alors gre par
un blanc, quoiqu'appartenant une famille de couleur. Desmares paya
sans mot dire la gourde d'amende. A quelque temps de l, un des
bestiaux de l'habitation Pinganeau fut pris aussi dans le jardin
de l'habitation de Desmares, qui exigea que le grant blanc lui payt
son tour l'indemnit lgale. Mais le blanc, qui ne croyait pas la
justice distributive, se prsente en personnel chez M. Desmares ; et
comme il tenait quelques propos injurieux, M. Desmares le renversa
du haut de son perron. Le blanc, tonn de l'action de M. Desmares,
peu habitu d'ailleurs voir de la part des multres de pareils traits
d'nergie, court la Croix-des-Bouquets invoquer la force publique
pour punir l'insolence du multre : un exempt de marchausse fut
envoy de suite pour enqurir des faits. Cet exempt, ayant dit que les
hommes de couleur ne devaient jamais s'carter du respect d aux
blancs, M. Desmares le traita comme il avait fait le grant. Oh pour
le coup le Port-au-Prince s'en mla : un dtachement part de cette
ville. M. Desmares, prvenu temps, gagne la fort avec ses enfants.
Le dtachement, aprs avoir bris tous ses meubles, se transport
dans la maison de son frre, alors absent, et fit prisonniers trois
enfants qu'il y trouva. M. Desmares, averti par un de ses esclaves des
excs auxquels venaient de se porter les blancs, se rapproche de la
maison de son frre ; ces blancs enfonaient une porte. Desmares,
irrit de tant d'actes de violence, atteignit un blanc d'une balle aux
reins. Les blancs lirent les petits enfants et retournrent la Croix-
des-Bouquets. Desmares que vinrent entourer plusieurs hommes de
couleur en armes, notamment les Renaud Desruisseaux et les Poisson,
se transport sur l'habitation Pinganeau, menaant de tout mettre
feu et sang. Force fut aux blancs de restituer les enfants. Cepen-
dant l'agitation ne s'arrte pas l ; un gros dtachement sort de
Port-au-Prince, prcd de pieces de champagne, pour aller punir la
rvolte du Fonds-Parisien. Mais, prvenues de nouveau temps, les
deux families Desmares, celle de Renaud Desruisseaux et de Poisson,
abandonnrent leurs foyers et se dirigrent Neyba, bourgade
espagnole ; dans leur vacuation, elles eurent la douleur de voir le
feu consumer leurs maisons et leurs champs. Le vandalism alla plus
loin ; il porta la flamme dans toutes les habitations du Fonds-Parisien
qui appartenaient aux hommes de couleur. Tels furent les vnements
du 26 avril, au Fonds-Parisien. Ils eurent du retentissement jusqu'en
Europe ; la renomme en avait tant agrandi les proportions, qu'ils
restrent longtemps connus sous le nom de rvolte du Fonds-Parisien.
En presence de ces vnements, l'exaspration des blancs devint
difficile dcrire. L'assemble de Saint-Marc dclara tous les multres
du Fonds-Parisien tratres la Patrie, comme s'il y avait patrie pour
ceux qui on refuse le feu et l'eau ; rebelles aux blancs, comme si les
blancs taient leurs matres, comme si la justice n'tait pas de leur
ct, comme s'ils n'avaient pas obi la plus sainte des lois, celle
de la defense individuelle Leurs biens furent en outre confisqus.
Le comte de Peynier, qui gouvernait la colonie dans ces temps
d'anarchie, ardent royaliste, semblait se proccuper plutt du sort
de la monarchie, alors menace en France, que de couvrir les










LIVRE I


hommes de couleur de la protection des lois. Son attention tait sur-
tout absorbe par les menes de l'assemble de Saint-Marc, qui visit
la proclamation de l'indpendance politique de l'le; et de fait, les
projects de cette assemble n'taient plus l'objet d'aucun doute : le
dcret du 8 mars ne donnait aux assembles coloniales que le droit
d'exprimer leurs veux sur la legislation des miles ; c'tait l'assemble
national faire la loi. Mais l'assemble de Saint-Marc, usurpant la
puissance legislative, donna le 28 mai la colonie une constitution
a son gr, rgenta audacieusement les rapports du pays avec la mtro-
pole ; et, protge par le comit colonial, don't Barnave continuait
diriger les resorts, elle jouit d'une complete impunit pour tous ces
actes d'omnipotence.
SXXI. C'est cette poque qu'un schisme clata entire les blancs,
jusqu'alors si unis pour opprimer les hommes de couleur. En France
les ides rvolutionnaires marchent vite. Le trne, comme l'autel,
tait la veille de s'crouler. Les Europens qui appartenaient aux
administrations se prononcrent dans la colonie en faveur de la
royaut et prirent la denomination de volontaires aux pompons-
blancs; les pobans et les petits-blancs embrassrent le parti de la
revolution, sous la denomination de volontaires aux pompons-rouges,
suivant la couleur de l'insigne qu'ils mettaient leurs chapeaux. Les
grands planteurs furent indiffremment pompons-blancs ou pompons-
rouges, en raison de leurs intrts. Mais gnralement ils mritaient
le nom de parti de l'indpendance, parce qu' la faveur des boulever-
sements de la colonie, ils travaillaient s'affranchir du joug de la
France. Dans ce conflict de rivalits qui divisaient les pompon-blancs
et les pompons-rouges, les hommes de couleur, qui faisaient aussi
parties de la milice, mais par companies exclusivement composes
de noirs et de jaunes, car la loi du prjug ne permettait pas de fusion,
mme sous le drapeau (), avaient la sagesse de garder une parfaite
neutralit ; loigns de toute participation aux affaires publiques, ils
attendaient patiemment des jours meilleurs. Cependant les pompons-
blancs, soit qu'ils se sentissent moins nombreux que les pompons-
rouges et les indpendants, et qu'ils cherchassent se faire des
partisans, soit qu'trangers aux colonies, ils connussent moins les pr-
jugs de l'piderme, se montraient disposs l'amlioration du sort
des affranchis et cherchaient chapter leur confiance. Tel tait l'tat
des factions, quand le colonel Duplessy de Mauduit arriva de France
pour prendre le commandement du rgiment du Port-au-Prince.
XXII. M. de Mauduit, jeune, ardent, avait fait la guerre d'Amrique,
sous le gnral Lafayette ; connu pour ses sentiments royalistes, pour
ses liaisons avec la court, il devint le bras droit du gouvernement et
comme le chef du parti des pompons-blancs. Il comprit toute l'impor-
tance de l'enrlement de la jeunesse de couleur sous les bannires de
la contre-rvolution ; il s'occupa gagner la confiance de cette
jeunesse. C'est Ption qu'ils s'adressa d'abord, parce que ce jeune
indigne exerait une grande influence sur les siens. Mauduit voulut
le voir. Il lui montra le contrast de la conduite des pompons-blancs
avec celle des pompons-rouges : Les premiers ignoraient le honteux
prjug de l'piderme; ils n'avaient jamais manqu de donner leur
protection aux hommes de couleur ; ils taient disposs leur
accorder l'galit des droits, tandis que les pompons-rouges et les
indpendants avaient t de tous temps leurs ennemis ; avec les pom-
pons-blancs, il y avait esprer le rtablissement de la paix, de l'ordre;

(1) Les chasseurs de couleur avaient toujours des officers blancs ; le ngre et le
multre ne parvenaient qu'au grade de sergent.











PETION ET HAITI


avec les pompons-rouges, une violent anarchie; avec les indpen-
dants, une oppression plus terrible que jamais, alors que la main de
la mtropole ne serait plus l pour modrer leurs carts.
M. de Mauduit avait dans toute sa personnel quelque chose de
chevaleresque ; sa parole tait loquente ; il subjugua le jeune Ption,
qui lui promit son dvoment la cause de la royaut : c'est ainsi que
Ption, de la position neutre qu'il avait su jusque-l garder, comme tous
les siens, passa au camp royaliste, en y entrainant une quarantine
d'hommes de son ge. C'tait une tape dans la route rvolutionnaire,
laquelle atteignaient les affranchis. M. de Mauduit fut mme accus
d'avoir voulu en enrler sous le drapeau de son rgiment (1). Sa
conduit le donnait du moins penser. L'appui des nouveaux
pompons-blancs, don't le nombre augmenta considrablement, devait
merveilleusement servir au gouvernement pour menacer l'assemble
de Saint-Marc.
XXIII. Cette assemble allait tre remplace ou confirme par de
nouvelles assembles provinciales, aux terms des instructions du
28 mars don't j'ai dj parl; ces assembles provinciales devaient
concourir tous les propritaires ou contribuables gs de vingt-cinq
ans. Mais les colons, arguant de ce que les affranchis n'taient pas
explicitement dnomms dans le dcret, confirmrent l'assemble, sans
les appeler dans les comices, disposs mme les repousser par la
force. L'assemble de Saint-Marc devint si superbe apres sa confirma-
tion, qu'elle dclara par dcret du 6 juillet cette confirmation surabon-
dante, et prescrivit aux troupes un nouveau serment civique, auquel
tait ajout : FIDLIT A LA PATRIE FRANAISE DE SAINT-DOMINGUE,
aprs les mots : la nation, la loi et au roi. Elle alla plus loin : elle
dcrta le 17 juillet l'ouverture de tous les ports de l'le au commerce
tranger; elle ordonna le 27 la rorganisation des troupes, sous le
nom de Gardes nationals soldes de la parties franaise de Saint-
Domingue. Mais le seul dtachement du rgiment du Port-au-Prince, qui
tenait garnison Saint-Marc, se laissa sduire par la haute paie qu'on
offrait aux gardes nationals et se conforma cet trange dcret. Un
colon des Cayes, le marquis de Cadusch, fut fait colonel du prtendu
rgiment de ces gardes.
XXIV. La march de l'assemble inquitait plus que jamais les
partisans de la France. Aussi le comte de Peynier tint le 29 juillet au
Port-au-Prince un conseil de guerre: ce conseil dcida de dissiper le
comit provincial de l'ouest qui, de tous ceux de la colonie, suivait le
plus les criminals errements de l'assemble de Saint-Marc, et de
marcher ensuite contre cette mme assemble. La nouvelle de cette
determination se rpandit dans la ville ; le comit, dj protg par
deux petites pieces de canon, fit augmenter sa garde de pompons-
rouges et appela sa defense tous les bourgeois. Le colonel de Mauduit,
charge de l'expdition, march dans la nuit la tte de cent hommes
de son rgiment, de vingt-deux volontaires aux pompons-blancs,
hommes de couleur et blancs, parmi lesquels se trouvait Ption ; il
dissipe le comit aprs quelques coups de fusil et de canon. Il avait
perdu dix douze hommes ; le comit trois. On enleva les drapeaux
de la garde national, qui taient dposs dans la salle des sances et
on les porta en triomphe aux casernes. Ption avait reu dans cette
petite affaire ce que le soldat appelle le baptme du feu ; sa contenance
avait fix l'attention du colonel de Mauduit.
XXV. L'assemble de Saint-Marc fut attre du triomphe qu'au

(1) Biographie d'Alexandre Ption, par Lauriston Crisier, Dclaration des citoyens
de Port-au-Prince, du 22 aot 1790. ARCHIVES GNRALES de France, carton 68.












Port-au-Prince venait de reporter le gouvernement ; elle dlibrait
si elle ne devait pas porter son sige aux Cayes, o elle avait de
puissants partisans, quand parut le vaisseau le Lopard. L'quipage
de ce vaisseau s'tait mutin dans la rade du Port-au-Prince ; son
commandant, M. de la Galissonnire, s'tait retir ; le second capitaine,
M. de Santo-Domingo, blanc crole, en avait pris le commandement et
tait parti de Port-au-Prince dans la nuit du 31. Le vaisseau arriva
Saint-Marc au moment o l'assemble avait le plus besoin d'assistance.
On le nomma le Sauveur-des-Franais ; on l'engagea stationner dans
la rade.
XXVI. M. de Peynier, de son ct, ne s'tait pas endormi; mis hors
la loi par l'assemble de Saint-Marc, il avait ordonn de marcher contre
elle. M. de Vincent, commandant de la province du nord, part du Cap,
dans la nuit du 2 au 3 aot, sur la frgate la Vestale, qui doit le dbar-
quer aux Gonaves ; il est la tte de huit cent-quarante hommes,
don't deux cents du rgiment du Cap. M. de la Jarie doit partir du
Port-au-Prince dans la nuit du 5 au 6 avec six cents hommes, don't deux
cents du rgiment de cette ville, deux cents pompons-blancs et deux
cents hommes de couleur, comme auxiliaires. C'est par mer que les
troupes doivent se diriger contre Saint-Marc, et les milices par
terre (1). Pendant cette champagne, sur l'habitation Laffitaud, entire la
Croix-des-Bouquets et lArcahaye, Ption fut nomm sergent dans sa
compagnie de milice (2). La march des deux colonnes effraya
l'assemble ; ses membres, au nombre de quatre-vingt-cinq, ne trou-
vrent de salut que dans la magnanimit de cette mme mtropole
qu'ils avaient tant outrage. Ils s'embarqurent le 8 aot sur le
Lopard, d'o leur rest le nom de Lopardins. Avant de partir, ils
firent une adresse, o ils protestaient de leur attachment la colonie
et de leur soumission aux lois de la mtropole. Cette adresse leur
ramena beaucoup d'esprits : presents, les colons eux-mmes les dtes-
laient ; absents, ils les regrettrent (3). Cette assemble n'en avait
pas t moins criminelle envers la France pour avoir voulu lui ravir
la plus belle de ses colonies, ni moins criminelle envers l'humanit,
pour avoir voulu maintenir l'avilissement de la race de couleur, dans
quelque degr qu'elle se trouvt. L'assemble national rappela aux
Lopardins les outrages don't ils s'taient rendus coupables envers la
mtropole ; mais elle les leur pardonna. Et cependant, enfants ingrats,
ils cherchrent presqu'aussitt livrer la Reine des Antilles, ce beau
fleuron de la couronne de France, l'Angleterre, cette ternelle
ennemie des destins de la mre-patrie.
XXVII. La fuite des Lopardins avait t un veritable triomphe
pour le parti des pompons-blancs. Ce triomphe l'enivra. Il ne se crut
plus oblig de conserver pour les affranchis ces dehors de fraternity
qu'il leur avait jusque-l montrs. Presqu'immdiatement aprs le
retour de Mont-Louis, il exigea que les volontaires noirs et multres
missent une raie jaune leurs pompons pour les distinguer des
volontaires blancs. Et mme bientt, dans plusieurs localits, on
imposa, sans que le gouvernement chercht s'y opposer, aux hommes
de couleur l'obligation d'ajouter au serment civique la formule de
respect aux blancs.
XXVIII. Vincent Og gmissait Paris sur le sort des siens;
lectris par la sublime DCLARATION DES DROITS DE L'HOMME, chacune
des injustices, don't on abreuvait ses frres dans les colonies, le trans-

(1) Lettre d'Hudicourt M. Lopinot, commandant aux Cayes.
(2) Notes recueillies par le gnral Inginac.
(3) Tarb, Rapport sur les Colonies, p. 16.


1790


LIVRE I










28 PETION ET HAITI

portait d'une sainte indignation. Il prit le parti de se rendre Saint-
Domingue, pour rclamer mme par la force des armes l'excution
littrale du dcret bienfaisant du 8 mars. Sa determination fut spon-
tane. Intelligent, il connaissait l'influence qu'exerce aux colonies sur
la population des trois couleurs la vue des insignes militaires; il
acheta du prince de Limbourg une investiture de son ordre de cheva-
lerie, et se fit faire un uniform de colonel. Il avait pris pour devise :
II aime la libert, comme il sait la dfendre. Vivit et ardet. Il fit graver
cette devise au bas de son portrait, qu'il comptait rpandre dans la
colonie (1). Mais comme les princes colons avaient reussi obtenir
du ministry de la marine, M. de la Luzerne, de dfendre aux hommes
de couleur de sortir de France, tant ils redoutaient la propagation
des principles de la revolution, Og ne put partir directement pour
la colonies. Clair comme un blanc, il tait quarteron il prit
le nom de Poissac et partit de Paris le 19 mars. Il resta Londres
quelque temps; dnu d'argent, Clarkson, don't il avait fait la
connaissance Paris chez le general Lafayette (2) lui en donna pour
continue son voyage. Dbarqu Charlestown, la Nouvelle-Angleterre,
le 26 juin, il chercha longtemps le moyen de gagner Saint-Domingue.
Enfin -il s'embarqua sur un navire amricain en destination pour le
Cap. Il approchait de cette terre o son arrive avait t dj annonce
par les colons de Paris. Il voulut se faire dbarquer Monte-Christo,
sur le territoire espagnol ; le capitaine du navire s'y refusa. C'est en
vain qu'Og lui dit qu'il avait eu un duel au Cap, o il avait eu le
malheur de tuer son adversaire, le capitaine persiste dans son refus.
La Providence, qui veillait sur Og, lui rservait sans doute une mort
clatante. Le 24 octobre au matin (3), le navire mouille au Cap. Og
descend. Le bureau de police qui avoisinait le port n'tait pas ouvert ;
Og passe prs des gardes, se rend dans un htel, d'o il envoie chercher
ses malles (4). Il part pour la Grande-Rivire, s'arrte dans la maison
de son ami Chavanne, multre cultivateur du quarter, qui s'tait
signal au sige de Savannah, sous le comte d'Estaing, et qui, de
retour au pays, avait eu la gloire d'tre impliqu dans le procs de
l'immortel Lacombe, et don't l'ardent amour pour la libert tait
connu. L, viennent le joindre environ quinze des siens, noirs et
multres libres. Faut-il appeler la libert les noirs et les multres
qui sont dans l'esclavage ? Faut-il, travers le fer et le feu, proclamer
sur les dbris de la colonie ruine et ensanglante l'mancipation gn-
rale de la race Africaine ? Chavanne opine pour cette determination.
Mais Og a vu en France la perspective du triomphe de la libert du
genre human. Ce triomphe est prochain ; pourquoi le souiller de
sang ? Og voulait donc avant tout obtenir l'galit des droits
politiques entire tous les hommes libres, sans distinction de couleur.
L'abolition de l'esclavage, don't j'ai montr qu'il tait le plus hardi
partisan, devait ncessairement dcouler de ce premier triomphe.
La nouvelle de l'arrive d'Og fut bientt confirme par la dnon-
ciation d'un des siens, Nol Lefort, quarteron libre, qui l'assemble
provincial du Nord dcerna le 28 octobre une mdaille d'or, en
rcompense de son infamie. On a raison de dire qu'il vaut mieux
se fier ses ennemis qu' ses amis ; l'ennemi ne peut pas trahir. Vingt-

(1) Aucune de ces gravures n'est malheureusement parvenue jusqu' nous. Voyez
l'analyse des Dbats, page 96.
(2) Mc Kensie, Notes of Ilrryli.
(:) M. Beaubrun Ardouin dit tort 28 octobre dans sa Gographie d'Hati. Voyez
Interrogatoire d'Og, AICHiivES GNRALES de France.
(4) Interrogatoire susdit.












six dragons viennent pendant la nuit du 26 au 27 pour fouiller la mai-
son de Chavanne ; mais la vue des quinze hommes qui taient en
armes, ils se retirrent.
Og le lendemain 28, ordonna ses frres des environs de se
lever et de procder au dsarmement des blancs. Lui-mme, il se porta
dans les hauteurs de la Grande-Rivire pour oprer ce dsarmement.
Chavanne revenait du Cap, o ses affaires l'avaient appel. Il apprit
en route que sa maison avait t investie la veille, et qu'Og avait
ordonn la leve de boucliers. Il se mit soudain la tte de tout ce
qu'il rencontra d'affranchis, et commena de son ct dsarmer les
colons dans les bas de la Grande-Rivire. Un seul blanc, du nom de
Sicard, ne voulut pas remettre ses armes. Il s'apprtait mme faire
resistance, quand Chavanne le tua d'un coup de fusil. Ce fut l'unique
meurtre commis pendant tout le movement. Le soir, Chavanne ren-
contra Og prs de l'habitation Poisson ; il lui raconta avec douleur
ce qu'il appelait navement le malheur qui lui tait arriv. Og avait
alors prs de trois cents hommes sous ses ordres. Chavanne fut nomm
major-gnral de cette petite arme, charge en mme temps de la
correspondence. Og le lendemain descendit au bourg de la Grande-
Rivire ; quatre heures du matin, il fit enfoncer la porte du Corps-
de-garde pour en enlever les munitions; mais on n'en trouva point.
C'est dans la mme journe qu'on arrta deux dragons du Cap, charges
de paquets pour la municipalit. Ils furent dsarms et mis en prison.
Le cocher du planteur Bullet, ce Jeannot que nous verrons figure plus
tard servait de guides aux dragons. Og lui frappe sur l'paule
en lui annonant la chute future de l'esclavage. Le negre alla nan-
moins rejoindre son maitre. Chavanne fit plusieurs lettres l'assemble
provincial du nord, M. de Vincent, qui commandait la province,
et au comte de Peynier, qui se tenait au Port-au-Prince. Dans ces
lettres, o Chavanne avait mis de son exaltation, Og ne demandait
que l'excution du dcret du 8 mars et des instructions qui l'accompa-
gnaient. Les lettres pour le Cap furent remises aux dragons ; celle
adresse M. Peynier fut confie Joseph Og (1) qui se dirigea de
suite vers le Port-au-Prince avec d'autres lettres pour les hommes
de couleur de l'Ouest et du Sud.
XXIX. L'assemble provincial du Nord, pour toute rponse, mit
la tte d'Og prix pour cinq cents portugaises, et celle de Cha-
vanne prix pour trois cents (2). Elle fit battre la gnrale. M. de Vin-
cent, la tte de huit cents hommes, don't cent grenadiers, cent-
cinquante chasseurs du rgiment du Cap, deux cents grenadiers
patriots, cinquante multres et cinquante ngres de la milice,
cinquante dragons, cinquante gendarmes et sept hommes par chacune
des autres companies, huit pieces de canon, sortit de la ville le soir
pour aller combattre l'insurrection don't l'pouvante avait augment
les proportions.
XXX. Og s'tait port sur l'habitation Poisson. L, pendant tout
le movement qui se passait au Cap, il apprend que les blancs de Don-
don menacent d'enlever sa mre, qui habitat une cafyre voisine
du bourg. La pit filiale le porte aller mettre l'abri les jours si
prcieux de cette mre. C'est en vain que Chavanne veut le suivre ;
Og l'engage rester au camp-Poisson, et part avec cinquante hommes.
Le village de Dondon, plac une demi-marche de la Marmelade et

(1) Og avait quatre frres, Jean-Pierre, Joseph, Jacques dit Jacquot et Couthias.
Ce dernier n'tait la vrit qu'en enfant abandonn, que madame Og avait recueilli
et lev. Og tait le cadet de la famille. Interrogatoire d'Og.
(2) La portugaise vaut quarante francs.


1790


LIVRE I










PETION ET HAITI


du Cap, limitrophe avec la parties espagnole, est situ dans une magni-
fique petite valle qu'arrose la rivire des Vaseux. Cette rivire, qu'on
passe gu dans la saison des chaleurs, devient, lors des pluies, un
torrent d'autant plus inabordable, qu'elle est encaisse entire des
cores. Le village tait en armes ds le commencement des troubles.
Le commandant de la paroisse, M. Lamarans et le maire, M. Latour,
avaient fait placer l'entre du bourg deux pierriers et avaient fait
descendre pour la defense commune tous les colons des environs. Og
pntre au Dondon dans la nuit de cette mme journe du 29 octobre.
Il est accueilli par une vive fusillade et par la petite artillerie. Il tient
tte ; deux blancs tombent morts, quatre autres sont grivement
blesss (1) ; encore un peu d'audace, et le bourg est pris. Mais la bande
se disperse sous la mitraille ; et, prise d'une sorte de terreur panique,
elle se jette dans la rivire des Vaseux, alors haute. Quelques-uns se
noient ; Og lui-mme ne parvient que miraculeusement gagner la
rive oppose. Il rentra au jour chez Poisson, ignorant le sort de sa
mre (2), et dj inquiet de la tournure que prenaient les vnements :
nanmoins, come l'arme du Cap avanait, Og disposa son monde
pour le combat : Ivon, ngre libre, avec vingt multres, a le comman-
dement de l'avant-garde au bas de la savane de l'habitation ; le gros de
la bande se tient en bataille devant la grande case. M. de Vincent,
dirig par des esclaves, se trouva le 31 au matin au milieu du poste
sous les ordres d'Ivon. Inopinment attaqu, il crut avoir affaire des
forces suprieures ; et, craignant d'tre cern, il ordonna la march
en arrire. La mme terreur qui semblait s'tre empare des blancs,
s'empara des hommes de couleur ; mal arms, ayant peu de munitions,
ne voyant pas se lever tous les affranchis, comme ils s'y taient
attends, ils se laissrent aller au dcouragement, chose qui, dans
de pareilles occurrences, est toujours plus funeste que le combat. Ils
ne surent plus s'arrter aucun plan ; ils portaient alternativement
leur camp sur les habitations Lucus, Jourdain et Brochard.
L'assemble provincial venait de retire le commandement
M. de Vincent et l'avait remis M. de Cambefort, colonel du rgiment
du Cap. Ce dernier se mit en march. Les insurgs, loin d'essayer mme
cherchrent leur salut dans la fuite. Dans cette dbandade, Chavanne
et Og se perdirent de vue; enfin le dernier prit le parti, avec vingt-
sept autres, de se rendre aux autorits Espagnoles. Le capitaine
Haragon, qui commandait un poste la frontire, le fit conduire
l'Atalaye, o il retrouva sa mre infortune. De l'Atalaye, Og ful
dirig Ilinche, o son frre Joseph vint le joindre avec la rponse
des affranchis de l'Ouest. Cette rponse, date de Port-au-Prince, por-
tait les signatures de Pinchinat, de Beauvais, de Borno jeune, Bataille, de Labastille, de Daguin et de Drouillard. Elle blmait le ton
hautain avec lequel Chavanne avait crit aux autorits coloniales et
invitait Og une conference au Mirebalais. Fait prisonnier, malgr
le droit des gens, Og fut conduit la Tour vanne, arrt Saint-Jean, alla l'y joindre. Quoique places dans deux
cachots diffrents, ils rclamrent tous deux l'hospitalire protection
du gouvernement espagnol, qui leur fit dfaut.
XXXI. Le coinle de Peynier, fatigue du fardeau si peasant de
administration dle Saint-Domingue, avait envoy sa dmission ia

(1) ID'ilaratiion fiailte nu <:Cap le 4 iioveti llmlre 1790 par Pierre J.rme, hubltallt I o>aflaiai
(2) CoutlilUs aivaiit fait partir Miadaiiiii O) ie siL on li habitation et l'uvait condullte &
Siii -Miguel d









LIVRE I


ministre. Le ministre, dans la prvoyance de sa retraite, avait dj
dsign M. de Blanchelande, pour lui succder avec le titre de lieu-
tenant au gouvernement gnral. M. de Peynier, heureux d'chapper
la responsabilit des vnements qui allaient se drouler, partit donc
de la colonie le 7 novembre 1790 sur la frgate l'Engageante.
XXXII. M. de Blanchelande, comme le comte de Peynier, tait
dvou la monarchie, dispos tout pour aider la contre-rvolu-
tion, que la noblesse mditait en France. Mais il n'avait pas, comme
Peynier, la perspicacit de vue, la rectitude de jugement, la prompti-
tude de determination, le plan d'excution des grandes entreprises, au
milieu des grands vnements.
Le nouveau gouverneur et l'assemble provincial du nord se
htrent de demander l'extradition d'Og et de ses compagnons. Le
16 novembre, la corvette la Favorite, don't le capitaine s'appelait
Ngrier, nom appropri la circonstance, partit pour cette horrible
traite ('). La demand d'extradition tait fonde sur le trait d'Arran-
juez, sign le 3 juin 1777 entire l'Epagne et la France. Ce trait, que
j'ai sous les yeux, ne stipulait pas cependant de causes politiques en
matire d'extradition. Il ne le pouvait pas non plus, moins de violer
tous les principles de droit public proclams depuis la plus haute anti-
quit. Neanmoins don Garcia, ce capitaine-gnral que Toussaint-L'Ou-
verture devait un jour si cruellement mortifier, eut la lchet, malgr
l'opinion contraire de l'assesseur l'audience 'royale, M. Vicente-
Faura (2), de livrer la rage colonial ces victims de la plus sainte des
causes. Et, en attendant sa proie, l'assemble provincial, prside par
un de ces hommes que leurs forfaits ont rendus clbres dans l'histoire
colonial, mais don't il est impossible de poursuivre la biographies,
Cout de Montaraud, avait convoqu toutes les paroisses du nord pour
organiser le tribunal qui devait juger Og.
XXXIII. La sance des paroisses fut ouverte solennellement le
1" dcembre 1790. Cout eut la parole. Voici le rsum de sa harangue :
Vous n'avez choisir qu'entre trois tribunaux : une commission
particulire prsente l'inconvnient de l'illgalit de la forme et de
< l'arbitraire dans l'instruction et le jugement ; le conseil de guerre
a l'inconvnient de traiter en hommes de guerre des sclrats arms
pour notre perte et d'ter leur supplice tout ce qu'il a d'infamant ;
les tribunaux ordinaires ? mais est-ce au tribunal d'appel ou au
tribunal charge d'appel, que doit se porter l'affaire ? Les course
souveraines ont eu en France la connaissance de tous les crimes et
de tout ce qui concern la haute police, exclusivement aux autres
tribunaux. Aussi le parlement de Paris connut-il seul des meutes
occasionnes Paris en 1709 par la famine ; or, le conseil peut
juger (3). Je ne relverai rien de toutes les monstruosits de la doc-
trine le M. Cout de Montaraud. Qu'il me suffise de dire que le sort
d'Og et de ses compagnons se trouve ds lors aux mains du CONSEIL
SUP RIEUR DU CAP, compos des partisans les plus violent des privi-
lges cutans, sans qu'ils pussent computer sur l'appel d'aucun jugement.
XXXIV. La Favorite rentre au Cap le 29 dcembre au matin.
L'assemble provincial envoya une dputation de deux de ses
membres dclarer au capitaine Ngrier qu'il avait bien mrit de la
patrie. Celui des deux colons qui porta la parole s'appelait Grenier.
L'assemble, dit-il, a appris avec non moins de satisfaction tous les
soins que vous avez fait donner aux sclrats sur votre bord pour con-

(1) Le.ttre del Blanchelande au ministry, du 25 novembre 179).
(2) (; ographie de l'lle d'llati, par Beiaubrun Ardouin, p. 178.
(3) Bibliothque de Moreau de Saint-Mry, vol. 18, Archives de la Marine.










32 PETION ET HAITI

server au glaive de nos lois des VICTIMES SI PRCIEUSES ET SI NCES-
SAIRES A LA VENGEANCE PUBLIQUE : elle nous a charges de venir rendre
les honneurs de la patrie celui qui a si bien mrit de la patrie. >
La dputation poussa l'impudeur jusqu' offrir des rcompenses au capi-
taine Ngrier et son quipage. Ils refusrent ces rcompenses. Elle
revint terre au salut de neuf coups de canon et aux cris de vive la
nation I pousss par les pauvres marines qui ne comprenaient rien la
funeste politique don't ils taient les instruments.
XXXV. Og, Chavanne et leurs compagnons, charges de fers,
furent descendus terre, et plongs dans les cachots, au milieu des
hurlements de la population blanche. Point de dtail official sur ces
graves vnements ; on dirait qu'on avait voulu en touffer le souvenir.
L'assemble provincial avait en effet dfendu aux journalists,
a imprimeurs et libraires de la province de composer, vendre, dis-
tribuer et publier aucun crit sur l'insurrection des gens de couleur
et les motifs d'icelle (1).
XXXVI. La nouvelle de la tentative et de la capture d'Og mut la
press franaise. Brissot, qui connaissait la grandeur d'me de ce jeune
homme, ne revenait pas de ce qu'on avait accord son extradition :
Le gouverneur espagnol, dit-il, qui a arrt M. Og et ses compa-
gnons d'infortune, n'est qu'un lche et un sclrat qui a viol toutes
les lois de l'hospitalit; car on ne doit arrter que celui qui comment
un crime nuisible aux intrts du pays o il existe ; et la ligne de
dmarcation des pays est celle o s'arrte la poursuite des crimes.
Mais ici d'ailleurs, le crime reproch M. Og est un acte de vertu,
est un devoir, un saint devoir. Les vainqueurs de la Bastille sont
des hros, et pour le mme acte d'hrosme, M. Og serait livr au
supplice (2) !...
XXXVII. La procedure commena. Og demand des avocats deux
reprises. Le conseil suprieur les lui refusa. Nul ne sait comment ses
compagnons et lui se dfendirent, car rien ne resemble plus un
tribunal d'inquisition que celui qui les condamna. Ce tribunal de sang,
compos de M.M Franois-Etienne Ruotte, Martin Olivier Bocquet de
Trvent, Cout de Montaraud, Grenier, Maillard, de Rochelande et Labo-
rie, le premier president, le dernier procureur-gnral, ordonna qu'ils
fussent passs a la question extraordinaire. Cette odieuse formalit,
invente dans des temps d'ignorance et de barbarie, pour arracher
l'aveu des accuss, fltrie par la philosophie du xviii sicle, venait
cependant d'tre abolie par la loi du 9 octobre 1789. Mais qu'impor-
taient aux prjugs coloniaux les lois bienfaisantes de la mtropole ?
- La question se donnait de plusieurs manires ; tantt, on couchait
et liait le patient sur un trteau et on lui versait jusqu' six pots d'eau
chaude sur le corps nu; tantt, on l'tendait sur un chevalet; l,
li, on faisait souffrir ses pieds et ses mains, au moyen de cordes,
une extension douloureuse ; tantt, on lui mettait aux pieds des bro-
dequins de fer d'un recipient infiniment moindre du volume du
membre ; et force de compression, les pieds finissaient par tre
froisss et broys ; tantt, on attachait le patient sur une chaise en
fer ; on lui faisait prsenter ses jambes nues au feu, en les approchant
par degrs ; tantt, on comprimait les pouces jusqu' en faire jaillir le
sang; tantt, on lui liait les bras par derriere; on lui attachait alors
aux pieds d'normes poids de fer ; puis on enlevait en l'air le corps
par une corde attache aux bras, qu'on tirait par le moyen d'une pou-

(1) Rapport sur les troubles de Saint-Domingue, par Garan de Coulon, vol. 2,
page 61.
(2) Patriote franais, no 525.












lie ; le patient demeurait suspend, pendant que ses membres se dis-
tantaient par les poids aux pieds.
C'est ces supplices, don't la pense glace l'imagination d'pou-
vante, qu'Og et Chavanne furent soumis ; enfin les mdecins et chi-
rurgiens du roi, qui y assistaient, dclarrent qu'ils n'en pouvaient
plus (1).
XXXVIII. Au milieu de ces cruelles tortures, Chavanne, qui tait
dou d'autant de force physique que de force morale, bravait ses bour-
reaux. Og, au contraire, fut pris de dfaillance; sa raison s'gara;
il demand pardon et misricorde. Ds lors il refusa toute nourriture,
cherchant ainsi drober son cadavre des mutilations plus horribles
encore, s'il est permis de le dire. Mais l'infortun comptait sans la
frocit de ses ennemis ; les colons frmirent la pense de voir leur
chapper prmaturment la victim, don't ils se promettaient de savou-
rer l'agonie avec le plus de dlices : l'excution fut ordonne avant
la clture du procs! Ainsi la mort d'Og et de Chavanne fut un
double assassinate, un assassinate aussi illegal qu'odieux. Le conseil
suprieur dcida qu'Og et Chavanne seraient conduits par le bour-
" reau au-devant de la principal porte de l'glise ; l, tte nue et en
" chemise, la corde au cou, genoux et ayant dans leurs mains chacun
" une torche de cire ardente du poids de deux lives, faire amende
" honorable et dclarer haute et intelligible voix, que c'est mcham-
< ment, tmrairement et comme mal aviss qu'ils ont commis les
" crimes don't ils sont convaincus ; qu'ils s'en repentent et en deman-
dent pardon Dieu, au roi et la socit. Ce fait, conduits sur la
< place d'armes, et y avoir les bras, jambes, cuisses et reins rompus
vifs sur un chafaud dress cet effet et mis par l'excuteur des
a hautes-ouvres sur des roues, la face tourne vers le ciel, pour y rester
tant qu'il plaira Dieu leur conserver la vie, leurs ttes coupes et
exposes sur des poteaux.
Sentence, s'crie un noble Anglais, M. Bryan Edwards, dans son
Histoire de Saint-Domingue, sentence laquelle on ne peut penser
sans prouver un mlange d'motion, de honte, de compassion, d'indi-
a nation et d'horreur
XXXIX. Le jour de cette procession si minutieusement et si lugu-
brement dcrite : le 25 fvrier 1791, toutes les troupes taient
sur pied, la population blanche en l'air. Et, tandis que le conseil sup-
rieur et l'assemble provincial prside par Chesnau de la Mgrire (2),
assistaient en corps cette affreuse hcatombe, les noirs et les multres
consterns, renferms ou consigns dans leurs demeures, dvoraient
leurs larmes, leur colre et invoquaient la vengeance du ciel. Ils
gmissaient surtout de ne pouvoir rien pour la dlivrance des deux
hros ; car ils avaient t partiellement dsarms, ds les premiers
jours du mois.
Quand le funbre cortge se fut arrt devant le seuil de l'glise,
Chavanne refusa de s'agenouiller et de demander pardon la nation,
la loi et au roi (3). En quoi donc avait-il outrag la nation, la loi, et
le roi ? Etait-ce un crime que de chercher rcuprer les droits impres-
criptibles que tous les hommes tiennent de la nature ? Bien que ses
membres fussent dj briss par les tortures de la question, il monta

(1) AIRRT du Conseil Suprieur.
(2) In serait plus que difficile de faire la biographie de cette multitude de noms
qui surgissent dans mon travail ; seulement le sang, don't le front de ces hommes
est couvert, les dsignera ternellement aux fltrissures de l'histoire.
(3) Lettre sans signature, date du Cap, 28 fvrier 1791. Bibliographie de Moreau
de Saint-Mry, vol. de septembre 1790 juillet 1791.


1791


LIVRE I










34 PETION ET HAITI

avec fermet sur l'chafaud; et, quand le bourreau lui rompait
coups de massue les bras et les jambes, aucune plainte n'chappa de
cette me nergique, aucun cri de cette mle poitrine ; il profrait
seulement des maldictions contre ses assassins et adressait contre
eux des invocations aux furies vengeresses. Moins fortement organis,
Og versait des larmes, en se dirigeant au lieu de l'excution : si
jeune sortir de la vie sans avoir pu raliser les projects philantropiques
qu'il avait dans le ceur bris surtout par d'affreuses preuves, au-
dessus de ses forces physiques, il avait perdu tout courage, toute rsi-
gnation. La mort de l'un et de l'autre prouve une fois de plus qu'il n'y
a pas plus de progrs sans martyr, qu'il n'y a d'enfantement sans dou-
leur.
XXXX. Ce ne fut que le 5 mars, onze jours aprs ces affreux assas-
sinats, que le conseil suprieur rendit l'infme sentence qu'il avait fait
excuter par anticipation. Alors vingt-un prisonniers, des compagnons
d'Og furent condamns tre pendus (1) ; neuf autres le furent en
effigie (2) et treize envoys aux galres perptuit (3).
Une dlgation charge le conseil suprieur du Port-au-Prince
d'informer contre Pinchinat, Beauvais, Daguin, Borno, Bataille jeune,
Drouillard et Labastille fils ; quelques-uns furent arrts ; les autres,
notamment Beauvais et Pinchinat furent s'abriter dans le Mirebalais.
XXXXI. L'arrive d'Og dans la colonie avait caus une grande
fermentation dans l'esprit de la population affranchie ; dans l'Arti-
bonite et dans le Sud, elle prit les armes. Blanchelande envoya
St. Marc le colonel de Mauduit avec cent quatre-vingts hommes, deux
pieces de canon et dix-sept artilleurs ; Mauduit part du Port-au-Prince
dans la nuit du 9 au 10 novembre (4) et dissipe facilement l'attroupe-
ment qui s'tait form dans les Hauts, l'instigation de Beauvais,
Pinchinat et Daguin.
Le movement du Sud fut mieux combin ; les hommes de cou-
leur s'taient runis le 7 novembre 1790 sur l'habitation d'un des leurs,
le jeune Lon Prou, au quarter de la Ravine-Sche, une dizaine
de lieues de la ville des Cayes, sous la conduite d'Andr Rigaud, des
frres Bleck, de Boury, de Rmarais, de Braquehais et de Faubert.
Andr Rigaud, plus ardent que les autres, tait l'me de cette prise
d'armes ; jeune, lev en France, o il avait appris le mtier d'orfvre ;
ayant servi sous le comte d'Estaing, il connaissait l'art de la guerre
deux blessures reues au sige de Savannah ajoutaient son impor-
tance lgitime (5).

(1) Jacques Og, Hyacinthe Chavanne, Jean-Charles Grgoire, Jean-Franois Miot,
Jean-Franois Tessier, Pierre Joubert ain, Jean-Baptiste Joubert, dit Larivire, tous
quarterons libres ; Jean-Baptiste Grenier, dit Philippot, Alexis Barbaut, Joseph Par-
mentier fils, Jean Picard, Jean-Baptiste Saubat, Moise Angoumard, Pierre Arceau,
Georges Fortier, tous multres libres; Franois Godard, dit Pognon, Jean Longue,
ngres libres ; Franois Pascal, blanc ; Hyacinthe et Toussaint, multres esclaves.
(2) Marc Chavanne, Pierre Maury, Valet, multres libres ; Georges Dumas, Michel
dit Mare Dclain, Franois Dclain, Pierre Godard, Yvon, ngres libres ; Nol Dumor-
tier, dit Dbo, griffe libre.
(3) Alexandre Couthias, Jean-Louis Guizot, Jrme Angoumard, Bernard Briant,
Etienne Froger, dit Trois-calins, Charles Laroque, Jean-Louis Angoumard, Jean-
Baptiste Fortier, Franois Parmentier, multres libres ; Antoine Dumas, Charles
Lafleur, dit Achille, ngres libres ; Joseph Rivire, quarteron libre, et Jean-Baptiste
Lapeyre, dit Azor, griffe libre.
(4) Lettre de Blanchelande au ministry.
S(5) Rigaud (Andr), fils lgitime de M. Rigaud, blanc originaire de la Provence,
huissier a la snchausse de Saint-Louis, et de la dame Rose Bossy, ngresse Arada,
naquit aux Cayes, le 17 janvier 1761. Il mourut dans la mme ville le 18 septembre 1811,
l'ge de cinquante ans, huit mois, un jour. Il tait d'une taille moyenne ; sa figure
tait des plus gracieuses. M. Madiou, tome 1, page 318 de son Histoire d'Hati, semble
croire que Rigaud dissimulait dessein sa chevelure crpue. M. Madiou oublie sans
doute que la perruque tait de mode et que Toussaint s'en affublait aussi.










LIVRE I


L'assemble provincial du Sud fit marcher contre le camp-Prou
le capitaine Duplessy, qui le 13 novembre perdit mme ses canons et
fut battu. C'tait le premier succs que les affranchis remportaient
sur les blancs ; malheureusement il n'en tait pas de mme dans le
Nord et dans 'Artibonite. M. de Blanchelande, cette nouvelle, ordonna
au colonel Mauduit de s'embarquer Saint-Marc et d'aller pacifier les
Cayes. Ce colonel, redoutant de pousser les affranchis au desespoir, se
rendit le 30 novembre, sans aucun appareil militaire, au camp des insur-
gs. Prcd de la reputation de philantropie, don't les pompons-blancs
se paraient, il fut reu avec le respect d au reprsentant du roi ; son
discours nanmoins fut trs arrogant.
Gens de couleur, dit-il, je vous parle au nom de la nation, de la
" loi et du roi ; vous tes gars par de folles prtentions ; vous ne
devez jamais franchir la ligne de dmarcation qui vous spare des
< blancs, vos pres et vos bienfaiteurs; rentrez dans le devoir, car je
" dclare que, si vous ne vous soumettez pas aux conditions favo-
< rables que j'ai obtenues de l'assemble provincial du sud et des
< municipalits, que vous avez offensess; je dclare, dis-je, que je
< vous porte d'une main la paix et de l'autre, la guerre; que je mar-
cherai contre vous ; j'arriverai et vous ferai rentrer dans le devoir (')
Ce discours causa une morne consternation ; et, telle tait la soumis-
sion des affranchis la loi, que ceux qui n'avaient pris les armes que
contre les colons, les dposrent, aussitt qu'ils eurent entendu la voix
d'un agent de la mtropole. Cette reconciliation fut de court dure ;
les hommes de couleur les plus marquants furent arrts dans la nuit
du 25 dcembre, conduits au Port-au-Prince et jets dans les cachots.
Un comit rvolutionnaire commena leur procs.
Ainsi, presqu'en mme temps qu'on arrtait Og et Chavanne sur
le territoire espagnol, on arrtait aussi dans le sud ceux qui avaient
tent de seconder leurs gnreux efforts. Le peu de succs des uns et
des autres dmontre que le moment n'tait pas encore arriv de briser
la verge de fer qui pesait sur nous. D'ailleurs mal arms, dnus de
munitions, nos pres n'avaient pas non plus d'assez longue main
combin leurs movements. Ils se trouvrent partout rduits au silence
le plus dsesprant.


(1) Procs-verbal. Affiches amricaines, 16 dcembre 1790.

















LIVRE DEUXIEME.


Dcret du 15 mai 1791. Assemble colonial. Campement des affranchis sur
l'habitation Digue. Insurrection des esclaves. Combats de Nrette et de
Pernier. Paix de Damiens. Affaire des Suisses. Incendie du Port-au-Prince.
Premire commission civil. Dissolution de la confdration. Loi du
4 avril. Conseil de paix et d'union. Rentre des affranchis au Port-au-Prince.

I. Ption avait suivi la march des vnements, avec ce calme
d'intelligence qui ne l'abandonnait jamais. Il prvoyait le sort qui tait
rserv Og et Chavanne. Il en gmissait, quand il vit conduire au
Port-au-Prince Rigaud et ses compagnons. L'incarcration de ces
hommes, malgr leur foi dans les promesses de ce mme Mauduit, qui
lui avait si souvent vant les bonnes dispositions du parti gouverne-
mental en faveur de sa race, fut pour lui comme un trait de lumire.
Il demeura convaincu qu'il ne restait que la voie des armes pour par-
venir l'galit politique. Il communique ses amis ses ides sur la
situation ; et ds lors, chacun s'isola du colonel Mauduit, c'est--dire
du parti royaliste.
II. Ainsi, tandis que les pompons-rouges croissaient en audace,
les pompons-blancs perdaient l'appui des affranchis. Les pompons-
rouges devinrent bientt si puissants, qu'ils firent trembler l'autorit
mtropolitaine, centre laquelle ils n'attendaient que l'occasion de se
venger de la dispersion du comit et de l'enlvement des drapeaux de
la garde national. Cette occasion se prsenta leurs souhaits. Une
station, longtemps attendue de France, jette l'ancre au Port-au-Prince
le 2 mars : elle portait un bataillon du rgiment de Normandie, un
autre du rgiment d'Artois et un dtachement du corps-royal
d'artillerie. M. de Blanchelande, craignant avec raison l'influence du
parti rvolutionnaire sur les bataillons, ordonne la station de se diri-
ger au Mle. Mais dj des missaires s'taient glisss bord et
avaient dit ces militaires, qui arrivaient avec toute l'ardeur fivreuse
de la mtropole, que si dans cette mtropole, le people tait libre, dans
la colonie il tait opprim ; que le gouvernement perscutait les
patriots. Il n'en fallait pas davantage pour allumer l'incendie. Malgr
leurs officers, quelques soldats descendent terre. On les couvre de
caresses, on les gorge de liqueurs. Leur imagination se monte contre
le gouverneur et M. de Mauduit. Ils retournent bord, promettant de
redescendre le lendemain. En effet, le 3 mars, les bataillons se jettent
dans les chaloupes et prennent terre. Quelques soldats du rgiment du
Port-au-Prince veulent fraterniser ; ils sont repousss, parce qu'ils ont
fait couler le sang des patriots. Ces soldats, gars par les propos les
plus sditieux, se prononcent contre le gouvernement : tout le rgi-
ment, l'exception des officers, est en pleine rvolte ; et le colonel est
gard vue.
III. Ption, ds le commencement de l'meute, avait runi les
miliciens anciens pompons-blancs, comme lui ; sensible encore aux
marques d'estime que lui avait donnes M. de Mauduit, il leur pro-
posa d'aller l'arracher aux mains de la soldatesque effrne. Mais telle
fut la consequence des injustices du parti royaliste l'gard des affran-
chis, que le lendemain au moment d'agir, Ption ne vit ses cts









LIVRE II


qu'un seul de ses camarades. Nanmoins il se rendit sous la galerie du
comit. L, se passait une scne affreuse : une multitude, ivre de
liqueurs que distribuait madame Martin, femme blanche, cabaretire,
prodiguait l'insulte et l'outrage au jeune chevalier qui, l'air calme, le
sourire du mpris sur les lvres, semblait braver la mort ; les soldats,
aussi ivres demandaient que Mauduit se mit genoux et fit amende
honorable au comit; sur le refus du colonel, les sabres se brandissent ;
soudain on entendit : Grce I Grce I C'taient Ption et son ami (1).
Mauduit tomba perc de coups ; son cadavre fut mutil. Madame Mar-
tin, le pistolet a la ceinture, les yeux rouges de vin, se jeta sur le
cadavre encore palpitant et le coutelas la main, elle le dvirilisa (2).
On rapporte qu'un ngre, domestique de l'infortun colonel, rassembla
religieusement les lambeaux pars du corps, leur donna la spulture,
et qu'inconsolable de la mort de son matre, il se brla la cervelle sur
sa fosse.
M. de Blanchelande sortit de cette ville que l'anarchie boulever-
sait ; il se rendit, dans le quarter de la Coupe. Rigaud et les autres
multres, qui dans les cachots attendaient un sort pareil celui d'Og
et de ses compagnons, profitrent de la confusion gnrale et s'enfui-
rent au Mirebalais, o Pinchinat et Beauvais attendaient dans la soli-
tude de meilleurs jours pour leur race (3).
IV. La srie d'atrocits don't la colonie tait le thtre causa en
France une douloureuse sensation ; les horribles excutions du Cap,
surtout, murent l'assemble national. Les membres les plus minents
de ce corps illustre, Lafayette, Grgoire, Ption, Lanjuinais, Siys,
Regnault (de Saint-Jean d'Angely), Roedrer, montrent tour tour
la tribune dans la sance du 12 mai pour proclamer les ternels prin-
cipes du droit natural, en demandant 1 assimilation complete des
affranchis aux colons. Barnave, toujours president du comit colonial,
avait propose d'tablir Saint-Martin, petite le d'Amrique, indivise
entire la Hollande et la France, une espce de congrs de vingt-neuf
membres, pris dans les diverse assembles coloniales, pour prononcer
dfinitivement sur le sort des affranchis. Qui composer, s'cria
Grgoire, ce congrs propos par le comit ? Ceux qui sont juges et
parties ? Vous voulez donc perptuer l'oppression Ces paroles furent
couvertes d'applaudissements. On vit alors monter la tribune un
colon que toutes les probabilits font descendre d'une origine africaine,
homme de talent, qui ne fut pas toujours impartial dans la question
colonial, Moreau de Saint-Mry. Il demand l'ajournement six mois,
afin d'avoir le vou des colons. Regnault (de Saint-Jean d'Angely),
s'oppose cet chappatoire ; il demand que la question soit tranche
par l'assemble elle-mme. On n'a pas dit, continue-t-il, qu'il y a dix-
neuf mille hommes de couleur... Une voix : et quarante mille
blancs alors, s'cria Roedrer, sur les quarante mille blancs il y en
a vingt mille qui seraient noirs en France. Regnault continuant :
ces dix-neuf mille hommes de couleur seraient rduits au dsespoir;
ce qu'on ne vous a pas dit, c'est que l'oppression double la force des
opprims. Si, par une funeste circonstance, vous tes rduits
< mcontenter un parti, il faut que votre decision soit fonde sur
l'quit. Robespierre pronona dans la mme sance ces paroles

(1) Biographie d'Alexandre Ption, par Lauriston Cerisier.
(2) Le gnral Pamphile de Lacroix dit tort, dans ses Mmoires, que Madame Mar-
tin tait multresse.
(3) Quelques-uns prtendent que Pinchinat tait dans les prisons avec Rigaud,
pour sa correspondence avec Og, et que c'est dans ces troubles qu'il s'vada comme
les autres. Il me semble qu'on a pris pour vrai ce qui est vraisemblable.









PETION ET HAITI


qui lui furent tant imputes crime : Prissent les colonies, s'il doit
c vous en coter votre bonheur, votre gloire, votre libert!
L'assemble se souvenait du mal que l'ambiguit des instructions
du mois de mars avait fait Saint-Domingue ; c'est cette ambiguit
que ce pays avait d la boucherie du Cap. Elle rejeta la proposition
du congrs de Saint-Martin. Le club-Massiac, les Lopardins, les
dputs des colonies qui sigaient l'assemble, furent mcontents de
ce que le sort des affranchis n'allait plus dpendre de leurs iniquits ;
ils annoncrent avec tant de certitude les funestes effects de cette dci-
sion, que l'assemble, dans le dcret qu'elle rendit le 15 mai, divisa les
affranchis en categories; elle ne donna les droits de citoyen actif
qu' ceux qui taient ns de pres et mres libres, laissant le sort des
autres au vou libre et spontan des colonies. Elle eut tant de mansu-
tude pour les prjugs coloniaux, qu'elle confirm l'existence des
assembles provinciales, auxquelles cependant aucun homme de couleur
n'avait concouru, et rserva pour l'avenir l'exercice des droits qu'elle
venait d'accorder une portion de cette classes.
V. Nanmoins les colons furent insensibles tant de moderation.
Le Club-Massiac, les quatre-vingt-cinq, les colons en gnral, qui se
trouvaient Paris, laissrent clater leur colre ; la seule pense de
s'attendre voir un jour un ngre ou multre singer leurs cts dans
une assemble colonial leur donna le vertige ; les uns furent
Londres implorer la protection du cabinet britannique ; d'autres par-
tirent pour les les et laissrent chapper dans les ports d'embar-
quement, un emportement qui dcelait de sinistres projects ; les
dputs des colonies l'assemble national s'abstinrent de singer;
le comit colonial dclara qu'il suspendait ses functions, mais il con-
serva sa dangereuse influence sur le ministre pour le paralyser.
Quoique le club-Massiac et pris adroitement ses measures pour emp-
cher le nouveau dcret de parvenir Saint-Domingue, l'effervescence
de l'orgueil colonial n'y fut pas moins son comble. Au Cap, la seule
nouvelle du dcret, beaucoup de blancs arborrent la cocarde blanche,
comme une protestation contre les trois couleurs que la France avait
adoptes ; d'autres arborrent la cocarde noire, comme un signe
visible du deuil de leurs cours ; tous rejetrent la cocarde national.
La paroisse du Gros-Morne clata, et dclara le dcret un parjure natio-
nal et un crime ajout tant d'autres. Dans l'ouest et le sud, la colre
des blancs fut encore plus grande : au Port-au-Prince, on parla de
repousser par la force, le navire qui apporterait le fatal dcret, dt-il
coter aux habitants de cette ville le plus grand et le moins pnible
peut-tre de tous les sacrifices, la mort. Ce fut sous les auspices de cette
fermentation gnrale des esprits, que la second assemble colonial,
forme, comme la prcdente, sans la participation des affranchis,
ouvrit le 2 aot ses seances Logane.
VI. Le volcan allait faire explosion. Dcidment l'autorit natio-
nale tait mconnue, les perscutions contre les noirs et les multres
allaient tre plus que jamais ardentes. Il fallait, puisque la voix de la
mtropole tait impuissante, en appeler aux armes et se rendre justice
soi-mme. Pierre Pinchinat (1) sortit de la retraite o son implica-
tion dans l'affaire d'Og l'avait forc de se rfugier, et runit le 7 aot
les affranchis des quarters des Verrettes, des Arcahayes et du Mireba-

(1) Pinchinat (Pierre) naquit Saint-Marc le 12 juillet 1746, de lgitime marriage
de Jacques Pinchinat, europen, et de Marguerite Dupin, multresse. Il fut lev
Toulouse, ville chre aux belles-lettres. Il mourut Paris, l'infirmerie de la Force,
le 10 pluvise an X (30 janvier 1804), emprisonn sur les rapports calomnieux de
Rochambeau. Il avait sa mort cinquante-huit ans, six mois, dix-huit jours. Il fut
enterr dans la fosse commune au Pre-Lachaise.









LIVRE II


lais, dans le bourg de ce dernier nom. M. de Sorel, pompon-blanc, qui
commandait pour le roi au Mirebalais, sembla encourager cette
runion, ou du moins, il n'y fit aucune objection. Les hommes de cou-
leur ne pouvaient choisir une meilleure position pour formuler leurs
griefs, car le Mirebalais est protg par le fleuve de l'Artibonite, par
les montagnes du territoire Espagnol et celles du Cul-de-sac ; il est de
plus couvert de monticules don't la forme en cnes tronqus simule
et peut servir de vritables fortifications. Il n'y avait donc redouter
dans cette position aucune surprise de la part du gouvernement, ni des
factions coloniales. C'tait l un advantage important pour les affran-
chis ; mais un plus grand advantage, c'tait d'avoir leur tte Pinchi-
nat. A une instruction solide, un style facile, clair, rapide, une
logique irresistible, une loquence pleine de srnit qui ne man-
quait jamais son effet, une longue experience des affaires, une
profonde connaissance de l'histoire et du droit public, Pinchinat joi-
gnait le calme du cour, la puret des intentions, un vritable dsintres-
sement personnel, un ardent amour de l'humanit, un hroque dvo-
ment aux intrts de sa race, un courage qui ne devait jamais se
dmentir. Aussi fut-il d'une commune voix proclam president de la
runion, qui se tint dans l'enceinte mme de l'glise. On forma, sous
le nom de REPRSENTANTS DE LA COMMUNE, un conseil de quarante-
cinq membres (1), auquel on donna la mission de procurer tous les
affranchis de la colonie la jouissance pleine des droits civils et poli-
tiques. Puis, pour ne laisser aucun doute sur la puret des sentiments
qui les animaient, les noirs et les multres libres jurrent en presence
et sous les auspices de l'Etre supreme, qui voit tout et entend tout,
sur l'autel de la patrie et de la libert, de demeurer inviolablement
a fidles la nation, la loi et au roi, de soutenir de toutes leurs
" forces la nouvelle constitution dcrte pour le royaume, et de ver-
ser la dernire goutte de leur sang pour l'excution des dcrets de
l'assemble national sanctionns par le roi (2).
Ce manifeste fut expdi au gnral de Blanchelande, qui seul
reprsentait aux yeux des affranchis l'autorit mtropolitaine. Ils ne
l'envoyrent pas la nouvelle assemble colonial, ni aux assembles
provinciales, qu'ils considraient, avec raison, comme illgales et
inconstitutionnelles.
VII. Pendant que les affranchis organisaient au Mirebalais le
Conseil des reprsentants de la commune, au Port-au-Prince les pom-
pons-rouges tentaient de rallier les plus influents de cette caste,
sous leurs bannires, Les astucieux ils se proclamaient comme les
librateurs de Rigaud, de Bleck, de Boury, tandis que ce n'tait qu'
la confusion qui avait suivi la mort de Mauduit que ces mmes hommes
avaient d leur salut. Ption ne ngligeait rien pour empcher ses
compagnons de se laisser circonvenir par cette intrigue. Il leur rap-
pelait : tous les vnements survenus depuis 1789, l'affaire du


(1) Pierre Pinchinat, Jean-Baptiste Nivard, Jacques Boury, Pierre Favrelle, Jean
Denisart, Jean Bellevue, Andr Michaud, Jacques Bouru, Juste Borno, Alexandre Petit-
Bois, Pierre Rebel, Jean-Jacques Lacroix, Victor Montas fils, Pierre Gapy, Grme
Dubuisson, Franois Coiscaud, Etienne Saljuzan, Victor Saint-Germain, Vincent Bellan-
ton, Jean-Pierre Arnaud, Mathurin Greffin, Jean Ibar, Jean Jacques, Laroche, Ren
Duvivier fils, Charles Borom, Poisson, Michel Guion, Jean-Franois Brise-Tout, Lebon,
Mathieu Daguin, Pierre Brise-Tout, Andr Eloi, Jean-Franois Brise-Tout, Lebon,
Paul Fleuriau, Franois Bellevue, Baron Pierret, Joseph Caya, Toussaint Denisart,
Andr-Joseph Desmares, Laurent Namut, Jean Cazeneuve, Joseph Lebattut pre.
Pierre Blanchard, Guillaume Laracointe et Etienne Bachan.
(2) Procs-verbal de l'Assemble des citoyens de couleur, du dimanche 7 du
mois d'aot 1791.









40 PETION ET HAITI

Fonds-Parisien, les vnements du Sud, l'arrestation de Rigaud et de
ses lieutenants, le supplice d'Og et de Chavanne. Tous les parties ne
nous avaient-ils pas tromps et sacrifis, ou cherch le faire ?
On convint donc de se runir au dehors de la ville. On choisit la
maison de mademoiselle Louise Rasteau, situe derrire celle du gou-
vernement, maison que l'hrosme des sentiments de sa propritaire,
femme de couleur, recommandait la confiance de ses frres. Cette
runion eut lieu le 21 aot dans la nuit ; les conjurs firent le serment
de s'ensevelir sous les ruines de la colonie, plutt que de supporter
plus longtemps le joug odieux du prjug des blancs. Ption,
jusqu'alors si rserv, pouss par une martial impatience, voulut qu'on
procdt immdiatement l'organisation d'un plan de conduit.
Beauvais (1), homme de couleur, et Lambert (2), home noir, furent
proclams gnraux. Ces deux grands citoyens, que l'ge et l'exprience
avaient forms et familiariss avec le mtier des armes, meritaient,
sous tous les rapports, la confiance qu'on leur tmoignait ; tous deux
avaient fait la champagne de Savannach ; de retour dans leur pays,
Beauvais s'tait livr l'enseignement public ; Lambert avait repris son
mtier de charpentier ; tous deux jouissaient de l'estime universelle.
Il est bon de faire ici remarquer que ds le dbut, les multres asso-
cirent les noirs leurs operations ; l'autorit partage entire Beauvais
et Lambert prouve que les uns n'entendaient point isoler leurs intrts
de ceux des autres, comme on ne l'a que trop souvent insinu et mme
public, pour diviser deux classes nes pour vivre et mourir ensemble.
La runion ne pouvait pas et ne devait pas toucher la question de
l'esclavage, qui, cette poque, tait trop neuve pour occuper l'atten-
tion soit des multres, soit des noirs libres. Lambert accept sa nomi-
nation. Il dputa Ption, Ferdinand Deslandes et Caneaux vers Beau-
vais au Mirebalais. Avant de se sparer, on arrta d'aller prendre cam-
pement sur l'habitation Digue la Charbonnire, dans les mornes
qui environment le Port-au-Prince. Ption partit par le Mirebalais;
Beauvais accept avec empressement la place laquelle il venait
d'tre lev ; il prit cong de Pinchinat, descendit avec les dputs
jusqu' la Croix-des-Bouquets, o demeurait sa femme (3), s'y arrta et
promit de se trouver le 23 sur l'habitation Digue.
VIII. Le sort en tait jet. Ce que n'avaient pu obtenir la patience
des opprims, les droits de l'humanit, la voix de la religion, les liens
du sang, les efforts de la philantropie, la volont de l'Assemble
national, les armes allaient le dcider. La jeunesse colore du Port-
au-Prince et des environs allait donc renoncer tout--coup aux douces
affections de la famille, la vie paisible de la cit. Mais une sorte
d'intuition de la destine humaine, les tressaillements soudains de la
libert, levaient l'me de cette jeunesse au-dessus de toute considra-
tion personnelle ; elle ne songea qu' briser le cercle dgradant et
affreux, au milieu duquel le prjug la faisait turner. Cependant le
secret de l'entreprise fut voil par l'arrestation de quelques


(1) Beauvais (Louis-Jacques) naquit au Port-au-Prince vers 1756. Son pre,
M. Beauvais, tait blanc ; sa mre, la dame Agathe, multresse. Il fut lev en France
au college de la Flche. C'est tort que dans ma vie de Toussaint-L'Ouverture j'ai
dit qu'll tait n la Croix-des-Bouquets. II prit dans la submersion d'un navire
qui le conduisait en Angleterre comme prisonnier de guerre le 7 brumaire an IX
19 octobre 1800) l'ge de quarante-quatre ans.
(2) Lambert (Jean-Pierre) naquit la Martinique vers 1728. Il vint jeune Saint-
Domingue. Sans avoir de l'instruction, 11 avait une certain lvation d'ides et de
sentiments, qui commandait le respect mme des blancs. Il mourut au Port-au-Prince
vers 1806, l'ge de soixante-dix ans environ.
(3) Beauvals se maria en 1784 avec Mademoiselle Magdeleine Fortin.











cabrouets, charges de matelas, dans lesquels se trouvaient des armes
et des cartouches qu'on dirigeait Digue. La municipalit redoubla
de surveillance. Les conjurs nanmoins purent s'esquiver de la ville
et se rendre au lieu de la runion.
Ption, avant de rejoindre ses compagnons, alla le 22 aot au soir
dposer ses derniers adieux dans le sein de sa mre. Aucune exhorta-
tion de la bonne Ursule ne put branler sa resolution. Voyant cela, cette
bonne mre ne pensa plus qu' lui donner du linge et quelques mdi-
caments. Couvert de tendres bndictions, le jeune Ption rejoignit
ses camarades et sortit de la ville le 23 avant le jour.
IX. Rigaud, Boury, Bleck et Lambert taient dj rendus sur l'habi-
tation Digue. Ption parut neuf heures du matin. C'tait son
arrive qu'on attendait pour procder la distribution des autres
grades. Ption qui, ainsi que nous l'avons vu, aimait ds son enfance
l'arme de l'artillerie, demand y tre employ ; on le nomme capi-
taine des canonniers. Rigaud fut proclam colonel, Bleck, major ; Cous-
tard, Roubiou, Aubran, Moriette, Baptiste Boyer, Doyon an, Lafon-
tant, Ulysse, Larose, Tessier, Cambre, Valm Cortades, capitaines d'in-
fanterie ; Marc Borno et Borno Dlar, capitaines de cavalerie ; Bor-
gella, lieutenant la mme arme.
Quand toutes les promotions furent faites, Beauvais dploya un
drapeau aux couleurs nationals, et le brandissant, il dit la foule
attentive : Nous prenons les armes pour rclamer nos droits si long-
temps promise, si souvent mconnus. Jurons de les obtenir au pril
* de notre vie ; sur toute chose, que la justice soit constamment notre
< guide. Chacun prta ce serment. Le drapeau fut confi la bra-
voure du capitaine Baptiste Boyer.
C'est ainsi que fut organise cette mmorable insurrection, qui
bientt prit le nom de Confdration. Chaque capitaine fut charge de
former sa compagnie. Cette formation n'tait pas difficile ; car le plus
grand nombre des confdrs, soldats dans les milices, avaient leurs
uniforms et connaissaient dj le maniement des armes.
X. Le bruit de la runion de Digue avait jet l'alarme au Port-au-
Prince ; cette alarme avait bientt succd l'ardeur de combattre.
Ainsi, au lieu de satisfaire aux justes rclamations des affranchis,
l'orgueil colonial qui marchait sa ruine, dploya l'appareil de la
force. Dans la ville, comme dans la champagne, tous les blancs taient
la guerre et pensaient touffer ce movement aussi facilement que
dans le Nord, dans l'Artibonite et dans le Sud. Plusieurs colons runi-
rent leurs voisins ; ils armrent mme des esclaves multres et noirs,
qu'ils savaient les plus dvous leurs personnel. Un de ces colons,
nomm Lespinasse, habitant au Grand-Fonds, se montrait surtout le
plus belliqueux. Il se dirigeait vers le Port-au-Prince, la tte de son
arme, compose de plus d'esclaves que de blancs, quand il rencontra
le 31 aot, Beauvais et Lambert sur l'habitation Nrette. Ces gnraux
ordonnrent au capitaine Doyon de marcher contre cette horde dsor-
donne. A peine Doyon, au bas du Morne de Nrette, eut-il ordonn
le feu, que Lespinasse prit la fuite, abandonnant les siens la colre
des confdrs. Ption, de l'habitation Digue, entendit la fusillade;
impatient, il appelle le capitaine Roubiou ; et tous deux, violent au
theatre du danger ; ils n'y rencontrent plus que des vainqueurs et des
fuyards.
Les blancs avaient donn l'exemple de la leve des esclaves.
Beauvais et Lambert chargrent Ption et Roubiou de rallier ceux qui
avaient combattu Nrette, et qui, comme leurs matres, taient
cachs dans les bois. Ption et Roubiou parcoururent donc les habita-
tions voisines; ils runirent un grand nombre d'esclaves; par la suite,


1791


LIVRE II










PETION ET HAITI


ce nombre monta environ trois cents, qu'on enrla sous la dnomi-
nation de Suisses (1).
X bis. L'chec de Nrette avait augment l'exaspration qui rgnait
au Port-au-Prince ; on y faisait de grands prparatifs de guerre.
Beauvais rsolut d'abandonner le camp de Digue, car dj les
vivres y manquaient; il se porta au Trou-Caman, au pied des
Grands-Bois, proximity du Mirebalais. Trois avantages devaient
rsulter de ce movement : le premier, de trouver dans ces quar-
tiers d'abondantes provisions de bouche ; le second, le plus puissant,
de trouver en cas de revers, l'appui du Conseil des Reprsentants de
la commune; enfin, le troisime, de pouvoir plus facilement diriger
les movements de la plaine du Cul-de-Sac. L'arme se porta sur
l'habitation Mtivier. De l, le 2 septembre elle se dirigeait sur la
Croix-des-Bouquets pour reprendre la grande route; elle longeait l'ha-
bitation Pernier; dj l'avant-garde, commande par le capitaine
Ption, tait loin, quand on apprit qu'il y avait un camp ennemi sur
cette habitation. En effet, l se trouvaient sous le commandement du
capitaine d'Anchon, du 9e rgiment de Normandie, cinq cent gardes
nationaux, des dtachements d'Artois et de Normandie, et deux cents
marines de la station royale et de la marine marchande. Le capitaine
Aubran, qui commandait l'arrire-garde, fit arrter ce movement;
sans attendre l'ordre des gnraux (2), il franchit la barrire et
ordonna de marcher au pas de charge. Le capitaine Ption ordonna
sa compagnie de rebrousser chemin. Un feu terrible l'accueillit :
la tte de ses soldats, il donne l'exemple du plus grand sang-froid et
de la plus rare intrpidit. Nos jeunes hros, qui faisaient pour la
premiere fois l'essai de leurs armes, se battent comme des soldats long-
temps faits la guerre. L'ennemi est oblig d'abandonner la savanne
et de se jeter dans les champs de cannes. On cerne ces champs ; on y
met le feu pour contraindre les fugitifs abandonner leurs retraites.
Le feu se dveloppe soudain avec intensity ; les malheureux colons,
recherchant la lisire des champs, viennent expirer sous les coups des
vainqueurs. Le capitaine d'Anchon, qui, aprs avoir dploy un noble
courage, s'tait aussi rfugi dans les pieces de cannes, treint par la
flamme, vient se constituer le prisonnier de Ption. Frmissant, perdu,
il avait lu sur le front du capitaine indigne la svrit jointe la
gnrosit du guerrier (3). Ption le rassurait sur son sort, quand un
soldat du nom de Momain Dupouille, qui venait de voir tomber ses
cts un de ses parents, lance au malheureux capitaine un coup de feu
qui lui fracasse le bras. Ption, indign : Vous voulez tuer, dit-il,
ce malheureux, et quel fruit attendez-vous de votre honteuse action ?
La honte de n'avoir pas su respecter un homme sans defense ? Je
dclare que mme au pril de mes jours, de pareils excs ne se com-
mettront jamais en ma presence. Je prends ce capitaine sous ma
protection. Et voyant deux autres officers europens, il ajouta :
et ceux-ci (4). Ce seul trait suffirait pour immortaliser un homme.
On aime raconter de pareils actes de magnanimit ; car ils font hon-
neur l'humanit ; aussi celui-ci doit lever l'esprit et appeler des
imitateurs.
(1) M. Madiou, page 77, Ier vol. de son Histoire d'HaIti, se trompe en faisant
remonter la formation des Suisses l'tablissement de la confdration. Il se trompe
encore, quand il dit la page 80 que le nom de suisses fut donn aux esclaves,
par allusion aux Helvtiens qui savaient toujours faire respecter leur indpendance.
Le mot Suisses, dans l'esprit des confdrs, signifiait auxiliaires.
(2) Note du gnral Borgella.
(3) Biographie d'Alexandre Ption, par Lauriston Crisier. C'est tort qu'on y lit
Danchoux ; voyez les diffrents mmoires du 9e rgiment, ARCHIVES GNRALES de France.
(4) Biographie prcite.










LIVRE II


Ption s'tait empar dans ce combat de deux pieces de champagne,
montes sur des cabrouets (1). La victoire avait t complete; 1 arme
du Port-au-Prince perdit trente-trois hommes des troupes patriotiques,
vingt-quatre soldats de la ligne et beaucoup de marines (2); car on
n'avait voulu faire aucun quarter ces derniers, qui la municipalit
avait promise quatre-vingts gourdes par ttes de multres et de noirs,
et qui taient encore munis du sac fatal o ils devaient mettre leurs
sanglants trophes.
Les princes de l'piderme ne s'taient pas attendus un revers
aussi subit et aussi dsastreux ; les uns tremblaient de peur ; les autres
frmissaient de rage ; la crainte de voir les affranchis parvenir l'ga-
lit des droits politiques, leur suggra la criminelle pense de livrer
la colonie aux Anglais ; du Port-au-Prince, ils dputrent la
Jamaque.
Beauvais, aprs le combat, se dirigea au Trou-Caman, qui, ainsi
que je l'ai dj dit, tait le point de destination de l'arme.
XI. Cependant I'ASSEMBLEE COLONIALE, sigeant Logane, aprs
trois jours de dlibration, dcrta le 8 aot, que Saint-Domingue etait
parties intgrante de l'empire franais. Ce dcret n'avait au fond pour
but que de la mettre l'abri de tout soupon de project d'indpendance.
Elle dclara qu' elle seule appartenait le droit de rgler les rapports
politiques et commerciaux de la colonie; c'tait rentrer tortueusement
dans les principles scissionnaires de l'assemble de Saint-Marc ; c'tait
surtout dnier a l'assemble national le droit de prononcer sur le sort
des affranchis. Enfin elle dcrta le 11, qu'elle ajournait au 25, la
rouverture de ses sances dans la ville du Cap. Mais en mme temps
que les affranchis refusaient de s'abandonner la merci de cette
assemble, les esclaves du Nord levaient l'tendart de la rvolte ; et
par une trange coincidence, cette rvolte commena le mme jour, dans
la mme nuit que les affranchis, runis chez la demoiselle Rasteau,
arrtaient leur prise d'armes.
XII. Les esclaves commencrent leurs movements par le pillage
et l'incendie. A la tte de cette population presque savage, don't
l'infortun Og craignait tant le dbordement, et qu'il voulait gra-
duellement amener la libert, nous voyons d'abord apparatre
Bouckman, africain primitivement import la Jamaque, d'ou il fut
conduit Saint-Domingue. Il commena par assassiner son matre,
M. Clment, habitant au Limb, don't il tait le cocher ; et la tte de
l'atelier qu'il avait soulev, il mit le feu l'habitation. Ses principaux
lieutenants taient Jean-Franois et Georges Biassou, le premier cocher
de M. Papillon, et le second raffineur du sucre sur l'habitation Biassou.
Les insurgs n'pargnaient ni le sexe, ni l'enfance. Les uns, munis des
armes de leurs matres qu'ils avaient tus ; le plus grand nombre, de
houes, de lances, de serpes, merchant tous au son lugubre du lambis,
au tintement funbre des cloches des habitations, ils firent en moins
de dix-sept jours, de la riche plaine du Nord, un monceau de ruines,
couvert de cadavres.
XIII. Au milieu de ces scnes de carnage et de dsolation, le cour,
effray, aime admirer la conduite d'un des esclaves de l'habitation
du comte de Brda, situe au Haut-du-Cap. Ce noir, dvou ses
matres, surtout M. Bayon de Libertas, procureur de l'habitation, se
donnait tous les soins pour contenir dans le devoir ses camarades, et
pour empcher l'incendie de gagner cette habitation. Ce noir, don't la

(1) Voitures de charge, tires dans les les par des boeufs ou des mulets.
(2) Archives gnrales, carton 48.










44 PETION ET HAITI

conduite contrastait si grandement avec celle 'des siens, avait nom
Franois-Dominique-Toussaint, sobriquet Fatras-Bton (1), cause de
l'exiguit et de la faiblesse apparent de sa structure. On le connut
plus tard sous le nom de l'Ouverture, a cause de sa hardiesse et des
succs qui couronnrent toujours ses dmarches (2).
XIV. C'est le 23, a la lueur de l'embrasement universal, que
l'assemble colonial rouvrit ses sances au Cap, sous la prsidence
du marquis de Cadusch, le mme que nous avons vu figure l'assemble
de Saint-Marc. Deux jours auparavant, les blancs avaient fait prir
dans cette ville dix-sept multres et noirs libres, sous l'accusation sans
fondement que ces malheureux taient les auteurs de l'insurrection et
sans mme recourir aucun simulacre de procedure.
Le premier acte de l'assemble fut de crer le 25 aot une
COMMISSION PREVOTALE pour juger les prisonniers faits sur les
rvolts. Cette cour prvotale, don't je regrette de n'avoir pas trouv
la composition, couvrit de potences la Place-de-la-Fossette. On n'y
rdigeait aucun jugement. Innocent ou coupable, tout ngre ou multre,
soit libre, soit esclave, qui attirait ses soupons, tait pendu, sans
autre forme de procs qu'un simulacre d'interrogatoire. On n'pargnait
pas dans cette proscription les domestiques mme les plus fidles.
M. de Blanchelande, de son ct, tablit sous les ordres de M. de Fon-
tanges, marchal de camp, commandant aux Cayes, alors en cong sur
ses terres, prs des Gonaves, un cordon de troupes, depuis l'embar-
cadre du Limb jusqu'aux environs du Dondon, pour empcher le
soulvement de se propager dans l'Ouest.
XV. Pendant que l'insurrection dchanait ses cruelles vengeance
dans le Nord, on vit se dvelopper dans l'Ouest un movement bas
sur des principles plus sages, l'gard des affranchis victorieux. Le
combat de Pernier, qui les avait honorablement placs sur le thatre
du monde politique, fut le signal de la dcadence du systme colonial.
Les blancs de la Croix-des-Bouquets se htrent de reconnatre la
lgitimit des droits des confdrs et de leur ouvrir les portes de
leur bourg. La sagesse du capitaine Hanus de Jumcourt (3), comman-
dant gnral des milices du quarter inspira cette heureuse dtermi-
nation. Beauvais descendit donc le 7 septembre des Grands-Bois, la
tte de la confdration don't la force s'levait environ cinq cents
hommes (4). Le bourg de la Croix-des-Bouquets nomma Commissaires
de paix, MM. d'Espinasse, de Lpine, Drouillard jeune, de Jum-
court, Rigogne, Prognand, Turb Lamarre et d'Emmanneville. Les
confdrs nommrent, de leur ct, Beauvais, Rigaud, Daguin fils,
Barthelemy Mdor, Joseph Labastille, Pierre Caf, autrement dit
Coustard, Pierre Pellerin et Desmares, qui, rfugi sur le territoire
espagnol depuis l'affaire du Fonds-Parisien, tait enfin venu se
joindre la confdration. Les commissaires des hommes de couleur

(1) Ces mots en crole signifient un bton si faible qu'on ne puisse pas s'y
appuyer, fatras tant synonyme de fetu.
(2) Toussaint-L'Ouverture (Franois-Dominique), fils de Gaou-Guinou, ngre arada,
qu'on prtend avoir t de sang royal, naquit sur l'habitation Brda, prs du Haut-
du-Cap, le 20 mai 1743. Il mourut dans les cachots du chateau de Joux, prs Besanon,
le 7 floral an XI (27 avril 1803), l'ge de soixante-un ans, moins un mois et
sept jours.
(3) Hanus de Jumcourt, ancien capitaine au regiment d'Auxonne, donna sa dmis-
sion au commencement de 1790 et partit pour Saint-Domingue, oh il avait des terres.
Il fut dput l'assemble de Saint-Marc. Il se retira de cette assemble, quand il vit
qu'elle marchait l'indpendance. Pompon-blanc, comme tout la noblesse, il tait
honor des colons de sa paroisse, comme de la masse des hommes de couleurs. -
Interrogatoire de Jumcourt. ARCHIVES GaNRALES.
(4) Interrogatoire susdit.











LIVRE II


rdigrent immdiatement une capitulation, qu'on intitula concordat
pour manager les amours-propres ; dans ce concordat, les colons
s'engagent excuter le dcret du mois de mars et celui du 15 mai.
L'article XI et dernier portait : autrement la guerre civil I Les commis-
saires blancs se htrent d'crire en regard : la paix.
XVI. Pinchinat, don't les rclamations avaient t sans succs
auprs de M. de Blanchelande, apprit avec un just orgueil les deux
rictoires de Nrette et de Pernier. Jugeant sa presence plus ncessaire
ailleurs, il ferma les sances du Conseil des reprsentants de la
commune, et arriva avec la plupart des membres la Croix-des-Bou-
quets. On lui confia la haute direction des operations, sans qu'il
voult (chose rare chez les multres et les noirs) accepter aucun grade
militaire. Alors le Port-au-Prince songea imiter l'exemple donn par
la paroisse de la Croix-des-Bouquets ; le parti modr prit le dessus
et nomma, sous le titre de Commissaires de la garde national du
Port-au-Prince, des dlgus, qui se rendirent la Croix-des-Bouquets.
Le 11 septembre, un nouveau concordat fut sign entire ces commissaires
et ceux des affranchis. Il fut rdig par Pinchinat sur les mmes bases
que celui de la Croix-des-Bouquets. Il stipulait l'assimilation
" politique des hommes multres et des hommes noirs libres aux
hommes blancs, le renouvellement des assembles provinciales et de
l'assemble colonial ; enfin la rentre prochaine des affranchis au
" sein du Port-au-Prince, d'o les perscutions les avaient contraints
de sortir. Ce premier trait, fait avec la ville du Port-au-Prince
et adopt par plusieurs paroisses du Sud et de l'Artibonite, fut envoy
la sanction du gouverneur. Son execution rencontra de nombreuses
difficults, car deux vaisseaux anglais venaient de mouiller au Port-au-
Prince et l'orgueil colonial avait relev la tte.
XVII. Ption, pendant ces ngociations, avait fait monter ses
canons sur des affts de champagne. Quand il n'tait pas aux dlibra-
tions, il exerait ses compagnons la manoeuvre. Il renoua ses relations
avec M. de Jumcourt, qu'il avait connu sous le colonel de Mauduit.
Ce capitaine, ancien artilleur lui-mme, venait souvent sur la Place-
d'armes, o Ption enseignait ses soldats le service ; il suivait les
progrs de nos jeunes canonniers et rectifiait leurs movements.
Ption eut aussi l'occasion de se lier avec Rigaud, don't il aimait
l'ardeur martial, sans s'en tonner, sans en tre bloui et sans
chercher l'imiter. Il s'attacha plus particulirement, malgr la
difference des ges, Pierre Pinchinat, don't l'ducation faisait un Dieu
parmi les affranchis, et don't le caractre avait plus d'un rapport
avec le sien.
XVIII. Cependant les intrigues du club-Massiac, qui avaient empch
l'envoi official du dcret du 15 mai, finirent par obtenir mieux que
cela, en semant la terreur par des crits perfides qui ne prjugeaient
rien de moins que le trouble et la confusion par del l'Atlantique, la
ruine et l'anantissement du commerce de la mtropole; les chambres
du commerce surtout s'taient mues, agites par des sentiments
divers, car tandis que celle du Hvre manifestait le dsir de voir ce
dcret rapport, celle de Bordeaux en demandait le maintien (1).
L'assemble legislative, au milieu de ces tiraillements, rendit le
24 septembre sur la motion de Barnave, un nouveau dcret qui, en
abrogeant non seulement celui du 15 mai, mais encore celui du 8 mars,
remettait par le fait la merci des assembles coloniales le sort des

(1) La ville de Bordeaux, entire tous les ports de France, se montra toujours bien
dispose en faveur des affranchis. Nous aimons en tmoigner notre reconnaissance
cette belle cit.











PETION ET HAITI


malheureux affranchis. La terreur avait t si habilement rpandue dans
l'assemble que les voix de Ption, de Grgoire et de Robespierre
restrent impuissantes. Et c'est au moment mme o l'assemble sacri-
fiait la justice aux prjugs, rendait arbitres dans la question colonial
ceux qui ne devaient etre considrs que comme parties, que les
vainqueurs de Pernier concluaient avec les quatorze paroisses de l'Ouest
un trait de paix, destin rendre enfin la colonie son ancienne splen-
deur !
De part et d'autre, on s'occupa de nommer des dputs ; les blancs
lurent au Port-au-Prince MM. Caradeux an, Vincendon Dutour,
Catherinot, Cambfranc, Lerembourg pre, Boyer, Dufour et Guieu;
Logane Tiby et Lagroix; au Grand-Gove, d'Arnaud et Dufau; au
Petit-Gove, Dupalis an et Funeyrol; Jacmel, Tavet et Ragon;
au Mirebalais, Leydier et Bardoulx ; la Petite-Rivire, Pivert et
Avril; aux Gonaves, Raboteau et Pongaudin; Saint-Marc, Grasset
et Drouin ; l'Arcahaye, Allenet et d'Oleyres ; la Croix-des-Bouquets,
Lathoison, des Vareux et Hamon de Vaux-Joyeux; toutes ces nomina-
tions furent faites au sige des municipalits. Quant aux affranchis,
loigns de la plupart des villes, ils firent leurs lections la Croix-des-
Bouquets mme pour toutes les communes, l'exception de Saint-Marc,
la Petite-Rivire et les Verrettes, o ils taient tout puissants. Leur
choix porta, pour le Port-au-Prince et la Croix-des-Bouquets, sur
MM. Beauvais, Rigaud, Lambert, Doyon ain, Dgant, Ption, Lillavois,
Barthelemy Mdor, Marc-Borno, Charles Olivier, Poisson an et
Pellerin; pour le Mirebalais, sur Borno an, Etienne Saljuzean,
Alexandre Petit-Bois et Jean-Baptiste Nivard; pour la Petite-Rivire,
sur Ferdinand Deslandes et Lazare Perrodin ; pour l'Arcahaye, sur
Lapointe, Chanlatte fils, Barbancourt, Hugueville, Juste Drouillard,
Sterlein Crplanie et Leblanc ; pour les Verrettes, sur Jean-Baptiste
Jean-Paul, Jean-Jolly, Cyprien Jolly et Charles Lpinard ; pour Saint-
Marc, sur Jean Savary, Jean-Baptiste Dubourg, Augustin Ducla, Jean-
Baptiste Dubourg, Augustin Ducla, Jean-Baptiste Pinson et Franois
Prisse; pour les Gonaves, sur Laquinte de Clavin, Louis de Clavin
et Pierre Coquille. Le 11 octobre, le congrs s'ouvrit sur l'habitation
Goureau, prs du bourg de la Croix-des-Bouquets. Les colons avaient
pour president le fameux Caradeux an; pour secrtaire, M. Dufour ;
les affranchis, pour president, Pinchinat, et pour secrtaire, M. Dubourg.
Le trait fut complt sur l'habitation Damiens le 23 du mme mois ;
la rdaction en fait le plus grand honneur Pinchinat. Cet acte
mmorable, don't Locke et Montesquieu se fussent enorgueillis, suivant
la parole de Brissot (1); qui respire chaque ligne l'amour de la liberty
et de l'ordre, proclamait les droits politiques des noirs et des multres
libres. Il portait que les blancs feraient cause commune avec les
affranchis, et contribueraient de toutes leurs forces l'excution
littrale du dcret du 8 mars et des instructions du roi, sans restric-
tion et sans interprtation... Il promettait l'excution du dcret du
15 mai, quand il serait officiellement connu. Il promettait encore
que les blancs s'engageraient protester contre toutes protestations
et rclamations contraires ce dcret. Il stipulait la convocation
prochaine et l'ouverture des assembles primaires et coloniales pour
tous les citoyens actifs sans distinction de couleur ; la nomination de
dputs noirs et jaunes prs de l'assemble colonial, avec voix
consultative et dlibrative, en attendant la nouvelle assemble ; la
dissolution des municipalits et des assembles provinciales et


(1) Discours, sance du 28 mai 1792.












1791 LIVRE Il 47

coloniales, parce qu'elles n'avaient t formes que par des blancs;
l'inviolabilit du secret des lettres (1) ; car, chose monstrueuse et
infme aucun homme noir ou multre ne pouvait mettre la poste le
moindre panchement de l'amiti, le moindre dtail d'affaires domes-
tiques, que MM. les blancs de la colonie ne se crussent le droit d'en
prendre connaissance. Le trait portait en outre, la libert de la press,
le maintien en armes de la confdration, jusqu' l'excution des dcrets
de l'assemble national; les colons s'engageaient approvisionner en
parties cette arme; les affranchis se rservaient le pouvoir d'aider et
de soutenir tous leurs frres de l'le dans la revendication de leurs
droits. Enfin on devait indemniser les families de Desmarres, de Des-
ruisseaux et de Poisson des pertes que l'affaire du Fonds-Parisien leur
avait causes ; et on vouait l'infamie les bourreaux d'Og et de
Chavanne. Ce glorieux trait fut port au Cap la sanction du gouver-
neur.
XIX. L'arme des confdrs, compose de quinze cents hommes,
parmi lesquels se trouvaient les Suisses, entra solennellement au Port-
au-Prince le samedi 24. Elle fut reue par la municipalit au portail
Saint-Joseph. Cavalerie en tte, artillerie au centre, drapeaux dploys
et tambours battant, cette arme traversa la ville et vint se mettre en
bataille sur la Place de l'Intendance, o dj, se trouvaient la garde
national et toutes les troupes de la garnison (2). Un Te Deum devait
tre chant pour sanctifier cette reconciliation : tout le monde dposa
les armes en faisceaux; on se prpara gravir les marches de l'glise,
situe non loin de l. Caradeux, qui commandait la garde national,
vint prendre le bras Beauvais et Lambert pour ouvrir le cortge;
les officers et les soldats des deux armes suivirent cet example.
Praloto, qui commandait l'artillerie national (3), marchait sous le bras
de Piton qui commandait celle des confdrs (4). Aprs le Te Deum,
Caradeux, qui avait fait prparer un repas aux casernes, s'y dirigea
avec la garde national blanche, en mme temps que la confdration ;
dans l'enthousiasme universal, Caradeux fut proclam commandant-
gnral des gardes nationals de l'Ouest, et Beauvais, commandant en
second. La fte termine, Beauvais et Lambert, la tte des confdrs,
se rendirent au palais du gouvernement, qui tait inhabit depuis la
fuite de Blanchelande au Cap. Ils y tablirent leur quartier-gnral
avec trois cents hommes de garnison. Ces gnraux, loin de partager
avec les blancs la garde de tous les postes et forts de la ville, comme
il avait t convenu au trait de Damiens, se contentrent d'envoyer
Doyon avec deux cents hommes occuper la position de Robin, que, ds
le commencement des troubles, les colons avaient fortifie et don't le
canon bat la ville et la plaine (5).
XX. Chacun semblait oublier le pass et croire un avenir


(1) Lettre de l'Assemble provisoirement administrative de l'Ouest l'assemble
colonial, du 7 octobre 1791.
(2) Lettre prcite.
(3) Praloto tait gnois, matelot bord de la frgate l'Uranie. Il fut dbarqu
au Port-au-Prince, o l'exaltation de ses sentiments rvolutionnaires le fit bien venir
des pompons-rouges. Les colons s'en firent un affid contre les affranchis et contre
le gouvernement, en lui donnant le commandement de l'artillerie de la garde national.
Le people l'appelait mal-peign, tant il tait cynique.
(4) Mmoires historique des commissaires des hommes de couleur l'assemble
national, p. 29.
(5) Le fort Robin, aujourd'hui fort Bazelais, situ au Bel-Air, prs du portail
Saint-Joseph, fut tabli en aot 1791, par ordre de l'assemble provincial de l'Ouest,
pour garantir la ville du Port-au-Prince des attaques probables des hommes de couleur,
qui venaient de camper Digue. Cette position dpendait d'une petite habitation
appartenant un sieur Robin.











48 PETION ET HAITI

meilleur. Alors, dit Andr Rigaud, les hommes de couleur, bons,
< confiants, gnreux, n'ayant aucun soupon de perfidie, ni d'impos-
ture, se laissaient aller cette sincrit qui est l'apanage des grands
< cours (1). Plusieurs jours s'coulrent dans les rjouissances ; beau-
coup de confdrs obtinrent mme de se rendre dans leurs foyers,
au lieu de rester groups jusqu' l'excution complete du concordat.
On devait, aux terms de ce concordat, procder la formation d'une
nouvelle assemble colonial : mais la municipalit, que dirigeait
M. Borgella, ennemi alors des droits de l'homme, devenu, par un
retour honteux, le courtisan le plus vil des hommes noirs, mettait beau-
coup de lenteur dans ses operations.
Le capitaine Ption, camp avec sa compagnie au Fort du gouver-
nement, aujourd'hui fort-Per, parce qu'un gnral du mme nom y fut
enterr, ne voyait pas sans une certain dfiance le peu de zle qu'on
mettait l'excution des conventions. Il demand Beauvais
plusieurs reprises, mais vainement, d'approvisionner son poste d'ar-
tillerie et de munitions (2). Ption semblait tout prvoir et tout
redouter en mme temps de la part des colons. Il avait raison, car
l'assemble colonial, la nouvelle du concordat, dputa tout d'abord
la Jamaque pour livrer la colonie au gouvernement Anglais; et
quand cette assemble apprit que l'assemble legislative avait mis le
malencontreux dcret du 26 septembre, elle se hta, de concert avec
M. de Blanchelande, de prononcer l'annulation du trait de Damiens.
C'tait dchaner de nouveaux orages. C'est alors que les colons
songrent prononcer dfinitivement sur le sort des Suisses. Ils convo-
qurent un conseil le 2 octobre au soir (3) dans un des pavillons de
l'htel de la poste; d'un ct, se trouvaient Caradeux l'an, Caradeux
Lacaille, Breton de la Villandry, de Vincendon Dutour, Dumas, Dufour
et de Lerembourg, maire de la ville ; de l'autre, Pinchinat, Beauvais
et Lambert, Vissire, Rigaud, Boury, Daguin et Ption. Lerembourg
exposa que la presence des Suisses parmi les autres esclaves ne pouvait
tre que d'une dangereuse influence, surtout dans un moment o les
ateliers du Nord taient en pleine insurrection. Il proposal la dporta-
tion de ces malheureux la baie de Mosquitos, sur la cote de Honduras,
dans le Guatmala, en leur donnant des outils aratoires, des grains, du
linge et des provisions de bouche (4). Cette proposition rvolta surtout
Rigaud, Boury, Vissire, Daguin et Ption. Ils en exprimrent hautement
leur indignation. Ption et Daguin dclarrent mme qu'au besoin, ils
sauraient s'opposer cet embarquement par la force des armes ;
leurs yeux, les Suisses n'avaient-ils pas combattu pour leur libert et
ne l'avaient-ils pas conquise ? Rigaud et Ption se retirrent de
l'assemble, laissant aux autres la responsabilit de leur decision.
Lerembourg ne fut pas branl par les menaces de Ption et de
Daguin. Il exposa combien il avait t difficile de parvenir la paix;
que cette paix obtenue, il s'agissait de la cimenter ; que la deportation
des Suisses tait un acte de saine politique ; et que, du reste, en les


(1) Mmoire d'Andr Rigaud, brochure in-folio, imprime aux Cayes en l'an V,
(1797).
(2) Biographie d'Alexandre Ption, par Lauriston Crisier.
(3) Journal intressant sur les affaires de la guerre de couleur. AnCHIVES de
France.
(4) Dj au concordat de la Croix-des-Bouquets du 11 septembre, les colons avaient
tent de faire rentrer les Suisses sur les habitations de leurs matres ; les confdrs
s'y taient refuss ; et sur les instances que les colons mettaient cette clause, Daguin,
en dgainant son pe, avait ordonn de battre la gnrale. Cette demonstration avait
forc les colons renoncer leurs prtentions. Gographie de l'ile d'Hafti, par
Beaubrun Ardouin. Port-au-Prince, 1832.











LIVRE II


pourvoyant de toutes les ncessits de la vie, ils allaient jouir d'une
ibert certain et d'une complete indpendance. Ce language sduisit
Pinchinat, Beauvais et Lambert. La deportation fut arrte par assis
et levs. Rigaud repartit pour le Sud o sa presence tait rclame par
les siens. Daguin et Ption exhalrent sans management l'horreur que
leur inspirait la determination qui venait d'tre prise. Ils se rendirent
parmi les confdrs ; leurs paroles exaltent les ttes ; Il faut, disait
Daguin, des flots de sang I (1) . On se porte au gouvernement. Beauvais
et Lambert entendent les reproches les plus violent ; ils sont consigns
et gards vue (2). L'effervescence est au comble ; les blancs prennent
les armes ; les canons sont prpars pour foudroyer les mutins (3). Ces
demonstrations finirent par intimider les uns; quelques vieux affran-
chis noirs et jaunes, quelques vieillards blancs, vinrent se mler aux
groups forms sur la place du Gouvernement; leur voix acheva
d'apaiser les passions.
Les Suisses furent runis partiellement dans les prisons. On les
embarqua le 28 dans la nuit sur le navire nantais, l'Emmanuel,
capitaine Colmin. Ce navire fut convoy par la brigantine de guerre
la Philippine, bord de laquelle Beauvais et Lambert avaient fait
monter comme commissaires Cadet Chanlatte, Charles Harang, Louis
Bonneau et Barthelemy Richiez.
Les deux navires se perdirent de vue le 4 novembre au matin. Le
capitaine Colmin jeta l'ancre le 10 au soir au vent de la baie de Mosquitos.
Le capitaine d'un bateau anglais et ngrier, mouill non loin de
l'Emmanuel, vint son bord. Il engagea Colmin ne pas oprer la
descent des Suisses, parce que le gouvernement espagnol ne le souffri-
rait pas; il lui ajouta que ses jours mme pouvaient en dpendre.
Colmin leva l'ancre le lendemain ; comme la charte-partie portait qu'en
cas de quelques difficults pour le dbarquement, il allt n'importe
quelle cte l'oprer, pourvu qu'il ne rament pas les Suisses Saint-
Domingue, il jeta le 14 ces infortuns English Key, petit pilot dsert,
appartenant l'Angleterre, avec leurs provisions et rentra au Port-au-
Prince aux premiers jours de dcembre (4).
Le gouverneur de la Jamaque, lord Effingham, fit recueillir ces
Suisses, qui sans doute avaient mrit un sort meilleur, et les expdia
au Cap. L'assemble colonial les fit transfrer au Mle sur un ponton.
L, beaucoup moururent de la petite vrole ; plusieurs furent sacrifis
par les colons. On n'en conserve qu'une vingtaine, don't on fit plus
tard des marines, pour promener le rcit de leurs souffrances, afin
d'exciter l'indignation des esclaves contre les affranchis.
J'ai cru devoir m'tendre sur la deportation des Suisses, parce que
dans la suite nous verrons Sonthonax, Toussaint-L'Ouverture et une
foule d'crivains sans foi, sans loi, se saisir avidement de cet vnement,
dj assez odieux par lui-mme, pour en rejeter toute la responsabilit
sur les multres, et semer ainsi la division entire les enfants d'Hati,
sans vouloir tenir compete que cette deportation fut aussi bien l'oeuvre
des ngres que des mulatres libres, et qu'elle avait embrass des multres
comme des noirs esclaves. Quoi qu'il en soit, le but des colons tait
atteint : ils discrditaient les confdrs dans l'esprit de la masse, qui
pouvait les rendre si redoutables.
XXI. Cependant, obissant au trait conclu sur l'habitation
Damiens, la municipalit avait convoqu les districts du Port-au-

(1) Journal prcit.
(2) Idem.
(3) Idem.
(4) Rapport justificatif du capitaine Colmin. AacRHvEs de Fraaoe.











PETION ET HAITI


Prince, pour la formation de nouvelles assembles primaires. Ces op-
rations marchaient lentement; les esprits taient l'inquitude ; et de
fait, le 21 novembre, la guerre recommena avec plus de violence que
jamais. Scarpin, tambour noir dans la confdration, provoqu par
un blanc de la garde national, nomm Duclos, qui se moquait de lui,
finit par prendre ce blanc au corps et par le dsarmer. Quatre cava-
liers de la marchausse, qui passaient, se saisirent du tambour et le
conduisirent la municipalit. C'tait, comme on voit, beaucoup
d'insolence de la part d'un ngre, que de repousser les insultes d'un
blanc Scarpin n'en fut pas moins livr une cour prvtale et
condamn tre pendu. Beauvais envoya de suite prier la municipalit
de ne pas presser le jugement. Mais on vint bientt lui rapporter que
le malheureux Scarpin venait d'tre pendu une lanterne. L'indigna-
tion fut au comble ; les affranchis runis par groups agitaient les
motions les plus violentes, quand pass cheval sur la place voisine
un canonier blanc, du nom de Cadot, qui appartenait l'artillerie de
Praloto. Valm Cortades, transport et hors de lui-mme la vue de
ce canonnier, l'abattit d'un coup de fusil. Cette nouvelle se rpandit ;
la gnrale fit entendre son lugubre son ; les troupes de ligne rentrrent
dans leurs casernes et prirent les armes ; les confdrs se portrent
leurs postes respectifs. Le commandant de la place, M. Dusaulnois,
accompagn de quelques officers des rgiments d'Artois, de Norman-
die et de l'artillerie royale, vint au gouvernement porter des paroles
de paix. Beauvais rpondit que la violence commise sur Cadot (1)
avait t provoque par le terrible et prompt jugement de Scarpin ;
que, du reste, l'armee qui semblait tre menace de tous cts, se
contenterait de se tenir dans un tat de defensive (2). Cette dpu-
tation n'tait pas encore de retour la municipalit, qu'on vit avancer
Praloto, conduisant l'quipage de son artillerie. Cette artillerie est
monte sous la galerie d'une des maisons, qui bordent au nord la
place du gouvernement. Ption, qui se trouvait son poste derrire le
gouvernement, en laisse le commandement Lys, son lieutenant, et
court au palais demander des ordres. Dj, Caradeux an, la tte de
la garde national, et l'artillerie royale avec deux pieces de canon,
s'avanaient de leurs cts. Beauvais confie la defense du gouvernement
Ption, qui se hte de faire avancer sa compagnie, en place la majeure
parties sur les ailes droite et gauche; le mur de clture sert de rempart
a ces braves jeunes gens. Lui-mme, il prend son poste au plus fort du
danger ; dj sa pice, que ses soldats avaient surnomme la gourmande
est place au seuil du portail.
Beauvais et Lambert, stupfaits, n'taient pas encore revenues de
la lthargie o les avait plongs leur trop grande confiance dans les
promesses des colons, que Pratolo salua le portail de plusieurs coups
de canon boulets et mitrailles. Ption pointe lui-mme et riposte.
Six pices de canon arrivent successivement sur le champ de bataille.
Le combat prend un caractre d'acharnement difficile a dcrire. La
pice de canon de Ption tait brlante; les seaux taient puiss.
Un brave s'crie Ption. Pons se prsente, se dirige hardiment vers la
fontaine qui se trouve vis--vis du gouvernement et autour de laquelle les
balles sifflaient; il remplit ses seaux et revient son poste (3). Le

(1) Cadot ne fut que bless. Beauvais avait ordonn qu'on le transportt dans
une des pieces du Palais, o tous les soins lui furent prodigus.
(2) Rcit de la conspiration du Port-au-Prince, par l'abb Ouvire, AncaivES
GNRALES.
(3) Pons (Charles), n au Port-au-Prince, n'avait alors que 18 ans. Il fut l'orga-
nisation de la Lgion nomm sergent et parvint plus tard au grade de sous-lieutenant.











LIVRE II


combat durait depuis deux heures. Caradeux l'an, la tte de la garden
national, de l'artillerie royale, de la troupe solde et de la cavalerie,
avait sa ligne de bataille paralllement l'tendue du front du gouver-
nement. Les rgiments d'Artois et de Normandie se montraient en
armes au-dessus des murailles de leurs casernes. Tout donnait penser
au capitaine Ption, qu'il ne tarderait pas tre attaqu en flanc par
ces deux corps. Aussi, pendant que les artilleurs et quelques soldats
d'infanterie arrtent et contiennent les assailants, il tourne rapidement
son canon contre les casernes et force les rgiments abandonner la
position et descendre sur la place. L'intrpide Ption fait rouler sa
pice hors du portail, se pose en face de cette masse compact qui
cherche avancer. C'est alors que les boulets et la mitraille viennent
lui manquer. N'importe ; Ption fait nourrir son feu avec des pierres
et des cailloux. Beauvais et Lambert voient qu'il n'y a plus moyen
de continue le combat ; ils ordonnent la retraite sur la Croix-des-
Bouquets, par les jardins du gouvernement et le quarter de la Coupe.
Cette retraite s'effectua dans le plus grand ordre. Beauvais se tenait
l'arrire-garde. La confdration ne laissa dans l'enceinte du gouver-
nement que vingt morts ; elle emporta les blesss. Les blancs avaient
perdu plus de cent hommes (1).
Doyon, qui commandait au Bel-Air, prs duquel Praloto passa pour
se porter contre le gouvernement, l'avait de son ct suivi, l'avait har-
cel et lui avait mme pris un canon. Malheureusement, Taillefer, avec
une compagnie de garde national, tait venu protger la march de
Pratolo; mais il paya de sa vie ce movement; il fut tu prs de
l'glise. Doyon se maintint au Bel-Air toute la nuit et poussa ses
patrouilles fort avant dans la ville. Il ne dsempara, pour aller la
Croix-des-Bouquets, que le lendemain matin, cause des progrs de
l'incendie.
XXII. L'incendie commena simultanment au Morne--Tuf et au
Bel-Air. Allum par les aventuriers europens qui se trouvaient dans
la ville, il se dveloppa avec rapidit. Les blancs, loin de chercher
tout d'abord l'teindre, s'occuprent traquer les affranchis et leurs
amis, que diverse circonstances avaient empchs de se rendre la
Croix-des-Bouquets ou sur les navires de la rade. Le chevalier Duplan,
multre, Pierre Pellerin, ngre, tous deux libres, furent assassins ;
Kercado, juge-snchal, qui venait de se marier et qui devait partir le
lendemain pour la Nouvelle-Angleterre, connu pour son attachment
aux affranchis, ne put obtenir la commisration des bourreaux ; il
tomba perc de coups dans sa propre mason, presque dans les bras
de sa jeune pouse. Les tigres ne respectrent pas mme le sexe ; une
femme, Marie-Rose, noire libre, don't on connaissait les principles lib-
raux, fut impitoyablement massacre, malgr ses supplications, qui
eussent d attendrir ces cours sauvages. Je n'ai pas la force de raconter
la mort de Mme Beaulieu, multresse pleine de jeunesse, de beaut, et
enceinte. Ma main tremble, mon coeur se brise. Oh l'abb Ouvire eut
raison de compare ces massacres ceux de la Saint-Barthelemy,
en leur donnant le nom de la Sainte-Ccile, car c'est le jour de cette
dernire fte que le Port-au-Prince fut souill de tant de violence et
inond de tant de sang.
Dans ce dsordre affreux, les femmes, les enfants cherchaient,
perdus, leur salut dans la fuite. La dame Franoise Papillot se
dirigeait avec sa fille nouvellement marie, et la veille elle-mme
d'tre mre, vers le portail Saint-Joseph ; elles sont rencontres par

(1) Mmoire historique des dernires rvolutions de l'Ouest et du Sud, par les
commissaires des citoyens de couleur de l'Ouest et du Sud. Paris 1792, page 54.











52 PETION ET HAITI

deux gardes nationaux, Larousse et Lamothe, qui, soudain, se prci-
pitent sur elles. Aucune larme ne dsarme les sclrats ; aucune prire
n'arrte leurs bras. La dame Papillot, dj vanouie, couvre nanmoins
de son corps comme d'un rempart, sa jeune et belle enfant, contre
laquelle la rage des bourreaux semble plus particulirement dirige ;
le coup part, la balle traverse la main de la mre, pntre dans le sein
de Mme Beaulieu, qui tombe morte ; et. avec elle tressaillit et frmit
pour la dernire fois le premier gage de bonheur que le ciel avait
donn ses chastes amours !
XXIII. L'pouvante allait croissant ; plus de deux mille affranchis
de tout ge et de tout sexe se portent en foule vers le rivage pour
gagner les embarcations; beaucoup se prcipitent dans l'eau; ils sont
impitoyablement fusills, tandis qu'on pille leurs maisons ; car dans
ces instants d'horreur, les petits blancs se nipprent et se meublrent
aux dpens de leurs victims.
Praloto, surtout, dployait sa rage contre tout ce qui portait la
peau noire ou jaune. Du fort Saint-Joseph, o il tait camp, et d'o
il dirigeait le poignard dans le sein de la ville, l'affreux gnois
aperoit un group d'environ quatre-vingts femmes et enfants qui
cherchaient gagner la Croix-des-Bouquets. Il fait aussitt turner
son artillerie contre ces innocentes creatures ; il allait les faire
mitrailler, quand un europen se dirigea rapidement vers les infortu-
ns et leur fit prendre un sentier dtourn. (1) L'incendie alors prenait
de terrible proportions ; quatre pompes, entoures par les flames,
furent successivement abandonnes la fureur du feu; dans l'espace
de vingt-quatre heures, sept lets, c'est--dire plus des deux tiers de la
ville furent anantis. La municipalit, sous prtexte de protger les
jours des femmes et des enfants, qui n'avaient pu sortir de la ville, les
fit rechercher et dposer dans les prisons royales. Le jeune Lamarre
(Andr-Juste-Borno), qui devint plus tard un si grand gnral,
n'coutant que la gnrosit de son me, avait vol au secours de
plusieurs families plores. Pour rcompense de son dvoment, il fut
aussi incarcr. Un esclave noir, don't je regrette de ne pas avoir le
nom, avait rencontr, de son ct, un group de soixante enfants de
couleur, spars de leurs parents et courant en poussant des cris
lamentables vers la porte de Logane ; touch de compassion, il les
avait conduits sur l'habitation de Mme Volant, blanche, qui longtemps
leur prodigua tous ses soins (2).
Dtournons nos regards de ces scnes de devastation et de carnage
qui, dans les fastes de l'Amrique, perptueront le souvenir de la
Sainte-Ccile, et franchissons les trois lieues qui sparent le Port-au-
Prince de la Croix-des-Bouquets.
XXIV. La confdration avait fait son entre la Croix-des-Bou-
quets le 22 midi. Autant les esprits avaient t modrs aprs la
victoire de Pernier, autant la trahison du Port-au-Prince les exaspra ;
les motions les plus diverse, les plus violentes, s'agitaient. Ption
s'appuyant sur le concours des nombreux renforts d'affranchis, et
mme de blancs, qui taient venus augmenter les rangs de la confdra-
tion, opinait pour que l'on tombt comme la foudre sur le Port-au-
c Prince. Mais la crainte du sort affreux que les colons eussent pu faire
subir aux femmes et aux enfants dtenus dans les prisons, fit rejeter cette
proposition (3).
On jura nanmoins de prendre pour otages tous les blancs que le

(1) Rcit de la conspiration du Port-au-Prince, par l'abb Ouvire.
(2) Mmoire historique des dernires rvolutions de l'Ouest et du Sud, page 61.
(3) Biographie d'Alexandre Ption, par Lauriston Crisier.











LIVRE II


sort des armes avait mis ou mettait au pouvoir de l'arme, sous la
terrible condition d'exercer contre eux des reprsailles, si l'on ne
respectait pas en ville la vie des prisonniers. Pinchinat, qui peu aprs
la deportation des Suisses, tait retourn au Mirebalais, venait de
rejoindre ses frres. Il fit procder une rorganisation srieuse de
l'arme. Elle prit le titre d'ARMEE DES CONFDRS. Beauvais fut nomm
commandant-gnral; Jumcourt, capitaine-gnral. On crivit
toutes les paroisses qui s'taient fait reprsenter au trait de Damiens,
d'acclrer leur contingent de milices sur la Croix-des-Bouquets, et d'y
envoyer de nouveaux commissaires pour aviser aux moyens de rtablir
la paix (1).
Doyon (2) fut envoy avec sa compagnie prendre position sur
l'habitation Turgeau, dans le chemin de la Coupe, don't le canal
fournit de l'eau aux habitants de la ville (3). Ce capitaine fit briser
l'aqueduc de Turgeau, et commena ainsi punir les blancs de leur
odieuse trahison.
XXV. C'est Saint-Louis du Sud que Rigaud apprit les nouvelles
dsastreuses de l'Ouest. Il se dirigeait alors vers la plaine des Cayes,
pour remonter le moral des siens et pour imposer aux colons un trait
pareil celui de Damiens. Son exaspration fut au comble. Et, come
la renomme annonait que Beauvais et Faubert avaient t tus, il
crivit dans toutes les paroisses du Sud, aux affranchis d'avoir se
lever en masse, pour venger leurs frres de l'Ouest. Il enrla tout ce
qu'il put d'hommes de couleur Aquin, Saint-Michel, Miragone, aux
deux Goves, Logane ; et le 23, laissant sa petite arme aux environs
de Byzoton, deux lieues du Port-au-Prince, il tait la Croix-des-
Bouquets (4), o il fut salu avec enthousiasme. Quand il eut appris les
dtails de l'affaire du 21, il attribua la gloire de cette journe au
capitaine Ption. Il le dclara le sauveur des siens et le surnomma le
brave (5). Rigaud, aprs s'tre concert avec Beauvais, retourna
Byzoton, pour commencer de ce ct le sige du Port-au-Prince, tandis
que Beauvais devait s'avancer du ct de l'Ouest.
XXVI. Alors la municipalit du Port-au-Prince, inquite de
l'attitude que prenaient les affranchis, auxquels venaient de se rallier
les pompons-blancs, qui avaient se venger de la mort de Mauduit, et
un grand nombre de colons fatigus des commotions politiques, dputa
Caradeux la Croix-des-Bouquets.
Pinchinat, qui avait t donn la prsidence du conseil,
demand Caradeux que tous les corps constitus du Port-au-Prince
fussent dissous, avant de traiter de la paix; que surtout l'on se
htt de mettre en libert les femmes et les enfants qui taient dtenus
dans les prisons, ainsi qu'un certain nombre d'hommes de couleur
parmi lesquels se trouvait toujours Lamarre. La municipalit
arrte le 25 qu'un dtachement de la garde national escorterait les

(1) Journal de la guerre civil de la province de l'Ouest, par l'abb Ouvire.
(2) Doyon (Jean-Louis) naquit au Port-au-Prince en 1753 ; fils d'un blanc et d'une
ngresse, il fut longtemps connu sous le nom de Bonhomme Dogand ce dernier nom
tait une espce d'anagramme du nom de son pre, une ordonnance ministrielle
venant de dfendre aux multres de porter les noms des blancs. Sa carrire militaire
fut brillante. Il parvint au commandement de la 4- demi-brigade du Sud sa forma-
tion. Son intrpidit lui fit trouver une mort glorieuse l'assaut du camp-Thomas,
dans les hauteurs de Pestel, le 4 ventse an VI (22 fvrier 1798).
(3) Aucune rivire n'arrose la ville du Port-au-Prince ; c'est un aqueduct qui, des
Mornes, y conduit l'eau pour alimenter les fontaines publiques. Tout donne penser
cependant que cette ville renferme quelque rivire souterraine, car non loin de l'arsenal,
quelques toises dans la mer, jaillit une eau limpide et potable.
(4) Journal prcit de l'abb Ouvire.
(5) Mmoire d'Andr Rigaud, imprim aux Cayes, en l'an V (1797) p. 10.











PETION ET HAITI


prisonniers jusqu' la Croix-des-Bouquets. Cette multitude de femmes
et d'enfants, qui avaient assist la ruine de leurs foyers, l'assassinat
de leurs amis et de leurs parents, n'avait chapp que par la protec-
tion de Dieu une boucherie certain. Elle fut accueillie avec des
transports d'motion difficile dcrire. Les cris de ces intressantes
victims montaient jusqu'aux cieux. Les femmes prirent le deuil ; et
pieds nus, elles furent se prosterner au temple du Tout-puissant, pour en
implorer la vengeance.
XXVII. La demand de nouveaux commissaires et de secours avait
t favorablement accueillie dans toutes les communes de l'Artibonite,
de l'Ouest, et dans quelques unes du Sud. Grin (1) arriva bientt avec
les affranchis des Nippes, de l'Anse--Veau et du petit-Trou. On forma
le CONSEIL DE L'ARMEE COMBINE DES CITOYENS DE COULEUR. Pinchinat
en fut encore nomm le president (2). Ls colons l'avaient voulu, ce
conseil fut un vritable tat dans l'tat.
La municipalit, plus effraye que jamais, surtout depuis que
Rigaud venait de camper Martissant, o il levait une redoute, envoya
le 28 une dputation a M. de Grimouard, commandant la station bord
du vaisseau le Bore, pour le prier d'accepter le rle de mdiateur.
M. de Coustard, marchal des camps, commandant de la province, accom-
pagna M. de Grimouard.
L'ARME COMBINE posa le 29 pour ultimatum : 1' le dsarmement
et l'embarquement de l'artillerze national, l'exception de Pratolo
et de son lieutenant Binse, qui devront tre jugs ; 20 dsarmement
et embarquement des gardes nationaux solds ; 3' poursuite des
incendiaires ; 4' remise des forts Saint-Joseph et Bel-Air l'arme
< avec artillerie et munitions ; 5 nouvelle formation de la garde
< national ; 6 nouvelle formation de la municipalit ; 7' annullation
de tous les actes des assembles coloniales ou provinciales ; 8 les
paroisses de l'Ouest doivent envoyer des commissaires charges de
pouvoirs illimits pour rtablir l'ordre, et prier de nouveau le gou-
verneur d'accepter le trait du 19 octobre, et de le faire excuter
dans toute la colonie (3) .
Grimouard dpcha l'ultimatum au Port-au-Prince. La municipa-
lit convoqua tous les corps de la place. Ces corps, don't on demandait
l'embarquement ou la dissolution, rejetrent les propositions, comme
on devait s'y attendre. Mais nonobstant, la cause des affranchis devait
triompher, parce qu'elle tait just. Les communes de Logane, de
Saint-Marc, du Mirebalais, des Verrettes, de l'Arcahaye, avaient renou-
vel leurs concordats. Celle du Mirebalais, qui avait t tmoin de la
moderation du CONSEIL DES REPRSENTANTS DE LA COMMUNE, envoya
mme un contingent de cent blancs. Celle de Logane s'engagea
fournir au corps d'arme de Rigaud des munitions de toute espce (4).
C'est pendant que l'arme combine prparait ainsi tous les
lments du triomphe des DROITS DE L'HOMME, que dbarqua au Cap-
Franais le 28 novembre la commission de pacification si longtemps


(1) Grin (Etienne-Elie), surnomm par les soldats C6te-de-Fer, parce que c'tait
une espce de ceur sans obelle, n aux Cayes le 19 dc. 1757, avait reu de sa famille
une certain education, ce qui lui mrita une grande influence ds l'aurore de la
revolution. Habitant aux Baradaires, et exerant la profession du cabotage, il fut un
de ceux qui, avec Jourdain, refusrent le 1er septembre 1790, de prter le serment de
respect aux blancs, prirent les armes et humilirent par la prise du Petit-Trou l'orgueil
colonial. Il prit general de division en retraite l'Anse--Veau, le 18 janvier 1810,
dans une folle quipe. Il avait alors cinquante-trois ans, un mois, un jour.
(2) Journal de la guerre civil de la province de l'Ouest, par l'abb Ouvire.
(3) ARCHIVES GNRALES de France, carton 67.
(4) Rcit de la conspiration du Port-au-Prince, par M. l'abb Ouvire.











LIVRE II


attendue de la mtropole. Cette commission tait compose de MM. de
Mirbeck, Roume de Saint-Laurent et de Saint-Lger. Elle venait au nom
de la NATION, de la LOI et du ROI, calmer les passions si ardentes de
castes, qui dvoraient la malheureuse Reine des Antilles : mission
difficile.
XXVIII. Roume de St-Laurent vint au monde la Grenade; il
tait consquemment colon. Mais lev en France, nourri de la lecture
des philosophes du xvin* sicle, aprs avoir occup dignement les
hautes functions de conseiller et d'ordonnateur, tant la Grenade
qu' Tabago, il tait revenue en France pour assister de plus prs la
grande transformation qui s'y oprait. Il avait un port superbe, le cour
droit, l'intelligence assez leve pour viter de tomber dans les
exagrations de Marat et de Robespierre, don't il tait un des intimes.
Mais il avait aussi malheureusement cette espce de faiblesse, trs
commune d'ailleurs, de trouver des vertus prcieuses tous ceux qui
nous trouvent des qualits transcendantes. C'est par ce dfaut de
cuirasse, qu'il se laissa prendre au pige par le vieux Toussaint. Et
quand il voulut rompre le pacte, il tait trop tard; car il avait dj
les pieds dans la margelle. Du reste, plein de courage civique, dans les
grands dangers, il savait prsenter sa poitrine dcouvert. Il commit
sans doute beaucoup de fautes dans son administration de Saint-
Domingue : les unes tenaient aux circonstances locales ; les autres
sa mansutude naturelle ; beaucoup la politique de bascule qui
caractrisa la France l'gard de ses colonies.
Mirbeck, comme avocat au conseil d'Etat, et mme avocat distingu,
s'tait fait une clientle parmi les colons, pour lesquels il avait souvent
plaid avec succs en cassation. Moins remarquable que Roume,
possdant moins l'esprit de conciliation, il tait cependant plus
rigoureux observateur de la justice, tout en ayant moins de suite dans
ses vues politiques. En some, europen avant tout, il ne tarda pas
tre pris de dgot au spectacle des atrocits don't l'le tait le thtre.
Saint-Lger tait aussi europen ; mais il avait sjourn Tabago,
o il s'tait li d'amiti avec Roume. Docteur en mdecine et interprte
de la langue Anglaise, il tait devenu, dans cette le, propritaire de
terres et d'esclaves. Il avait l'gal de ses collgues, le sentiment de
l'quit. Mais il manquait, comme eux de la force de volont ncessaire
pour le faire triompher. Il croyait sans doute justes les prtentions des
affranchis l'galit politique ; mais aussi avec un ministre circon-
venu par les colons, il ne sut pas plus que ses collgues, tenir ferme
le gouvernail de la colonie.
Ces commissaires que influence colonial envoyait dans la colonie,
plus ou moins dvous aux intrts de l'aristocratie blanche, essayrent,
il est vrai, d'arrter les colons sur la pente de l'abme. S'ils compo-
srent quelquefois avec leurs prjugs, ils ne savaient pas moins
dplorer leurs actes nfastes. Leur politique par la suite devint plus
droite : c'est quand ils virent qu'ils avaient affaire, d'une part, des
hommes encore timides, mais prts devenir indomptables ; et, d'autre
part, des hommes qui n'avaient de terrible que la morgue aristocra-
tique.
XXIX. La commission, en dbarquant au Cap, fut pouvante du
spectacle des nombreuses potences qui se dressaient sur les places
publiques : la vue d'une multitude de cadavres, flottant dans l'air lui
annona qu'elle venait d'attrir sur une cte sauvage, dvoue aux
sacrifices humans. Elle s'empressa de faire abattre les potences et de
faire inhumer les victims. Aussi fut-elle religieusement salue par
les affranchis, car ils pensaient enfin qu'avec des reprsentants du
roi, ils allaient acqurir cette prcieuse galit de droits politiques,











56 PETION ET HAITI

pour la conqute desquels ils faisaient tant d'efforts. Le conseil
de l'arme combine adressa le 6 dcembre la commission un rcit
succinct des vnements; il finissait par demander le maintien des
principles dvelopps dans les concordats et dans le trait de paix (1).
Cette lettre fut porte au Cap par trois blancs : MM. Chancerelle,
commissaire de Logane, Marescot, du Grand-Gove, et Robert de
Ruotte, du Mirebalais. La commission, primitivement charge de
l'excution du dcret du 15 mai, auquel l'intrigue du club-Massiac
avait fait substituer celui du 24 septembre, (ce dernier remettant le
sort des affranchis aux mains des colons) se trouvait place entire la
loi de son devoir et celle de sa conscience. L'assemble colonial
profitant de l'embarras de la commission, la pria d'engager les conf-
drs reconnatre ses pouvoirs. Elle promettait de rgler l'tat
politique des affranchis de manire satisfaire leurs justes prten-
tions (2). La commission dclara donc aux confdrs que leur tat
dans l'tat tait une monstruosit constitutionnelle et qu'ils devaient
se sparer. C'est le cas de dire ici plus que jamais que la lgalit peut
souvent tuer.
XXX. Rigaud, alors camp Martissant, faisait fortifier cette
position, en mme temps que celle de Byzoton ; il avait sous ses ordres
le capitaine Cambre, don't l'habilet, comme artilleur, tait connue.
La position de Martissant devenait inquitante pour le Port-au-Prince;
car, dj priv des eaux de Turgeau, on ne pouvait plus en aller prendre
Byzoton. On eut recours l'eau malsaine des puits, qui donna
naissance une fivre pidmique. Vingt-cinq trente personnel en
mouraient par jour (3). Pour faire lever le blocus, la municipalit fit
transformer en batterie flottante le bateau-dragueur de la rade (4);
elle fit mettre sur ce bateau plusieurs pieces d'artillerie, don't une de
18, et en donna le commandement un nomm Benjamin Allemand (5).
Le 14 dcembre, Benjamin Allemand, qui avait fait avancer le bateau
ct de la Poudrire et de la maison principal de Martissant,
commena quatre heures du matin le feu sur un rassemblement
d'environ quatre cents personnel, qui se montraient Martissant.
Cambre, de son premier coup de canon, traversa la batterie et blessa
cinq ou six hommes (6). Alors le fort Saint-Clair envoya ses bombes
sur le camp ; le vaisseau le Bore et la frgate la Galathe s'appro-
chrent pour contenir Byzoton. Le feu ne cessa qu' neuf heures et
demie. Rigaud, sans avoir perdu un seul homme, vacua Martissant,
et se porta sur Byzoton, comme position plus important; Le capitaine
Ption, qui, avec M. Jumcourt, fortifiait le camp de la Croix-des-
Bouquets, au bruit de la canonnade, demand aller joindre Rigaud,
part avec ses artilleurs ; et le 15 au matin, il rencontre ce colonel qui
lui donne la direction du campement. Ption leva sur la principal
minence de Byzoton (7) une redoute en terre gazonne; il y plaa

(1) La lettre est signe de Pinchinat, Beauvais, Pierre Caf, Jacques Boury, Papa-
lier, Daguin, Savary, Guillaume Bleck, Marc Borno, Jeanton, Pierre Pellerin, Faurel,
B. Vialet, Coquire Bellevue, J. P. Lebon, B. Dasque, Pierre Bergeron, Lebastille fils,
Beaulieu, N. Grellier, Ption. ARCHIVES GNRALES, carton 1.
(2) Rapport de Roime du 29 janvier 1793, p. 14.
(3) Rvolution de Saint-Domingue, par Benolt. ARCHIVES GNRALES.
(4) C'tait un bateau plat qui servait nettoyer la cale, qu' cette poque come
aujourd'hui, la vase envahissait, en menaant d'en former l'entre au commerce.
(5) C'est tort que Lauriston Crisier dit que Praloto avait le commandment de
cette batterie. Voyez Procs-verbal ou relation du combat de la batteries flottante avec
les brigands de toutes couleurs, camps Byzoton et Martissant. ARCHIVES DE LA
MARINE.
(6) Procs-verbal prcit.
(7) Au lieu o se trouve aujourd'hui le fort du mme nom. Ce fort, commenc











1791 LIVRE II 57

notamment une pice de 18. C'est dans cette batterie que, puissamment
second par ses lieutenants Lys et Dupuche, il exerait la manauvre
ses jeunes artilleurs, en attendant que l'occasion vnt de se mesurer
avec les ennemis de la libert. Cette occasion se prsenta bientt.
La municipalit requit M. de Grimouard de balayer le poste de
Byzoton. Grimouard, qui savait combien tait just la guerre laquelle
on forait les affranchis, qui avait admir leur sagesse et leur
courage, n'eut aucun gard la rquisition. Il avait rsolu de garder
la neutralit. Mais les quipages gagns par les colons, se rvoltrent
contre leurs officers, et commencrent le 16 un feu terrible sur le camp
de Byzoton. Ption sut tenir tte l'orage. La canonnade ne cessa que,
quand il ne resta plus debout de palissades, de remparts, de cahutes,
ni de canons (1). Le Bore perdit trois hommes (2). Rigaud n'eut
dplorer que la mort de Truitier de Vaucresson, qui, comme d'autres
planteurs, s'tait rang sous les bannires de l'arme combine, et du
brave Domingue Santo, noir, qui debout sur les remparts, servait de
mt au pavilion qu'un boulet venait de briser (3). Rigaud abandonna
la position, en tournant au sud par le versant des montagnes de la
Rivire-Froide. Il laissa sur l'habitation Chabert le capitaine Ption,
avec ordre d'y former un nouveau camp et partit pour la Croix-des-
Bouquets, o il eut une grave altercation avec Beauvais, qui, chose
incomprehensible durant toute la canonnade, tait rest l'arme
au bras sur l'habitation Saint-Martin, sans tenter aucune diversion en
faveur de Byzoton.
XXXI. Beauvais qui, ainsi que je l'ai dit, avait servi sous le comte
d'Estaing, ce qui lui avait donn une certain reputation, et qui
s'tait livr l'enseignement au Port-au-Prince, ce qui l'avait
entour d'une grande consideration, tait d'un caractre froid, que les
motions n'agitaient que difficilement. Ses dispositions la prudence,
la temporisation, avaient dj mcontent beaucoup des siens, surtout
Ption, qui, sans tre un exalt, aimait nanmoins frapper fort,
quand il fallait frapper. Aussi Ption s'tait-il ht de l'abandonner
pour aller combattre sous Rigaud, quand celui-ci vint Byzoton.
Rigaud avait aussi fait la guerre aux Etats-Unis ; son influence
tait toute puissante dans le sud ; mais presque nulle dans l'ouest, o
le nom de Beauvais dominant. Son humeur contrastait sous tous les
rapports avec celle de ce dernier : actif, bouillant, les resolutions les
plus tmraires taient celles auxquelles il s'arrtait. Il pensait qu'il
suffisait de vouloir pour pouvoir, tandis que Beauvais tait persuade
qu'il fallait pouvoir pour vouloir.
L'agent Roume croyant faire l'loge de Beauvais disait de lui
< qu'il tait vertueux par temperament (4) ; mais, par le fait, il
condamnait l le caractre de Beauvais. Qu'est-ce que la vertu ? Le
triomphe des bonnes inclinations contre les mauvaises. Puisque la
vertu n'est que le rsultat d'une lutte, l'homme vertueux par tempra-
ment ne saurait tre qu'un homme incomplete.
Rigaud, au contraire, possdait la vritable vertu; car, ardent,
exalt, colre, on ne le vit jamais tremper ses mains dans le sang, ni
commettre aucune mauvaise action ; il savait tre maitre de lui-mme.

sous le proconsulat de Polvrel et de Sonthonax, par Montbrun, parachev par les
Anglais, battait la rade et le grand chemin. Un officer, Jean Marassa, qui y comman-
dait, le fit sauter le 28 juin 1817, pour se venger, dit-on, d'un acte d'injustice. On
l'a rtabli, mais son canon ne bat plus aujourd'hui que la mer.
(1) Grouvel, faits historiques sur Saint-Domingue. Paris, 1814.
(2) Journal du mme vaisseau, ARCHIVES DE LA MARINE.
(3) Manuscrit, sans nom d'auteur, sorti du Palais-National du Port-au-Prince.
(4) Rapport du 29 janvier 1793, page 28.











58 PETION ET HAITI

Tels taient Beauvais et Rigaud ; tels nous les reprsente l'histoire
travers son horizon lointain (1).
XXXII. Ption avait tabli Chabert une batterie de quatre pieces
qu'on avait, force de bras, tranes de Byzoton. Ce point, couvrant
Martissant, Volant-le-Tort et Byzoton, empchait le dbloquement de
la ville, soit que l'ennemi part par la Rivire-Froide, par le Fonds-
Perrier, ou par la grande rivire de Logane.
XXXIII. La commission civil comme je l'ai dit, avait refuse de
consacrer cette espce d'tat dans l'tat qui s'tait tablie la Croix-
des-Bouquets. Apres avoir inutilement tent de pacifier l'pouvantable
insurrection des esclaves, qui bouleversait plus que jamais la province
du nord, elle arrta qu'un de ses membres se rendrait dans l'ouest.
Saint-Lger arriva donc au Port-au-Prince le 29 janvier 1792. Il
se rendit parmi les chefs de l'arme combine. A sa voix, le 4 fvrier,
les eaux furent restitues la ville. Il engage les affranchis
reconnatre le dcret du 24 septembre et l'assemble colonial, leur
promettant que la France, mieux informe, ne tarderait pas donner
une just et lgitime satisfaction leurs voux. La vue du reprsentant
direct du roi avait fait taire bien des vengeances. Beaulieu lui-mme,
encore inconsolable de la mort de sa femme, s'empressa d'crire
Saint-Lger la lettre suivante, dans laquelle nous aimons rencontrer
la tendresse de l'poux et du pre, et le calme stoque du citoyen au
milieu des afflictions publiques :
Monsieur le commissaire national civil, le plus infortun des
hommes est celui qui, dans le sein de sa patrie et les premiers
jours de sa tendresse vit tomber sous les coups des assassins son
pouse, son enfant et sa mre; depuis l'affreux vnement du
21 novembre dernier, chass du Port-au-Prince, avec tant de families
honntes, il ne m'a rest que mes yeux pour pleurer et des forces
pour m'unir aux braves citoyens confdrs de la Croix-des-Bou-
quets. La reputation de votre sagesse, monsieur le commissaire, et
qui gale votre autorit, a suspend ma douleur pour quelques
moments ; rien n'est plus propre l'adoucir, que l'espoir de voir
renatre les jours de la justice et de la raison ; et je croirais trahir
les devoirs de fils, d'poux, et de pre, si je ne vous dnonais un
grand crime et d'illustres sclrats, nomms Larousse et Lamothe.
Le jour des Vpres siciliennes du Port-au-Prince, j'tais absent; je
cherchais au Boucassin une nourrice pour l'enfant que mon pouse
portait dans son sein. Ma belle-mre Franoise Papillot, demeurant
rue Dauphine, fuyait avec sa fille, la dame Beaulieu, mon pouse ;
elle est rencontre par ces deux sclrats arms ; aussitt un premier
coup est dcharg sans effet sur le miserable group; la mere veut
cacher sa fille dans ses bras ; elle implore la clmence que des
parricides n'ont pas; un second coup est tir; et le plomb
meurtrier, que la mme frocit dirige, perce une main de mre,
pntre dans le cour de la fille et teint pour jamais la source de la
vie de mon enfant!
Oh monsieur le commissaire, quelle horrible journe i ma belle-
mre a tran ses pas jusqu'ici; elle n'a le courage de supporter la
vie que pour vous demander justice ; elle unit ses plaintes
l'hommage qu'elle me charge de vous transmettre.
Nous ne demandons la mort de personnel ; mais nous fournissons

(1) M. Madiou, dans son Histoire d'Haiti, nous reprsente souvent Rigaud, comme
jaloux de la gloire de Beauvais. J'ai lieu de pouvoir montrer, comme on le verra,
que c'est faire la part de l'homme trop grande au dernier.











1792 LIVRE II 59

un titre de plus une cause que la raison et l'humanit dfendent
si loquemment; pour moi, je sens que je suis franais, moins par
ceux don't je descends, que par l'horreur des crimes don't je suis la
victim, et par l'assurance o je suis de voir le reprsentant d'une
nation gnreuse contribuer au bonheur d'une classes utile et
nombreuse. Je suis, monsieur le commissaire civil, avec un profound
respect :
(Sign) Pierre-Joseph BEAULIEU.
Croix-des-Bouquets, 5 fvrier 1792.
Cette page, si pleine d'loquence, malgr son incorrection, o
clatent de si nobles sentiments, enorgueillit l'espce humaine ; elle
prouve surtout l'injustice odieuse de la caste blanche, qui refusait si
obstinment de reconnaitre les droits politiques d'une race capable
de tant de gnrosit !
XXXIV. Saint-Lger russit enfin par la persuasion, dissoudre
l'ancienne confdration. La France savait si peu ce qui se passait
dans ses colonies, que cette dissolution livra bientt l'ouest et le sud
la rvolte des esclaves. Les pauvres affranchis, noirs et jaunes, se
retirrent donc de la Croix-des-Bouquets ; ne pouvant, ni n'osant
rentrer dans leurs paroisses, ils se porterent au Mirebalais, dj tmoin
de leur nergie. C'est de ce bourg qu'ils crivirent le 15 fvrier la
commission la triste, mais admirable lettre que je mets sous les yeux
du lecteur.

Mirebalais, 15 fvrier 1792.
Aux commissaires nationaux-civils.
La municipalit de la Croix-des-Bouquets nous a donn commu-
nication de votre lettre du 11 de ce mois. Toujours prts nous
" conformer tout ce que vous nous prescrivez, nous nous retirons,
pleins de reconnaissance des services que nous ont rendus les
habitants de la paroisse de la Croix-des-Bouquets... Les citoyens de
couleur de la ville du Port-au-Prince, dans l"impossibilit de rentrer
dans leurs foyers, et de rester en proie la fureur de leurs ennemis,
vont se retire dans les montagnes ; l ils attendront avec patience
a que la tranquillit soit parfaitement rtablie, avant de songer
leurs proprits.
Indignement trahis par les habitants de cette ville, chasss de
leurs foyers de la manire la plus barbare, assassins, pills,
incendis, ils vont trainer leurs jours infortuns dans des pays, o
ils ne sont pas certain de trouver mme des moyens de subsistence ;
heureux, si la perscution ne les y pursuit pas, et ne les force de
se rfugier dans les montagnes de la parties espagnole (1). Les bois
et les rochers lvent naturellement dans ces climats barbares des
remparts assurs contre l'injustice des hommes, et les antres des
btes froces offrent aux malheureux qu'on perscute des retraites
a plus agrables que le sjour empestifr des villes, o rgnent souve-
rainement le despotisme et l'inhumanit.
Puisse cette retraite volontaire, dtermine par notre obissance
la loi et vos ordres, et laquelle il est impossible de supposed
d'autre motif que le dsir de la paix, ne laisser aucun prtexte la
calomnie de nos ennemis, et devenir pour vous une nouvelle

(1) Dans ces montagnes vivaient cette poque dans une complete indpen-
dance des centaines d'esclaves de la parties franaise. Le gouvernement avait t oblig
mme de traiter avec eux.




- i .5 .--%q. -. T- q ., w


60 PETION ET HAITI

c preuve invincible de la lgitimit des raisons qui nous ont fait agir !
Deans l'impossibilit o sans doute nous nous trouverons dsormais
de vous faire entendre notre faible voix, permettez-nous, messieurs,
de vous adresser une prire. Soyez, nous vous en conjurons, nos
interprtes auprs de l'assemble national et du roi ; apprenez
c tous les Franais que, quoique la mre-patrie ait paru nous repousser
de son sein, nous ne la chrissons pas moins ; dites a la France
c entire que quelque puisse tre le sort qui nous attend dans le
terrible bouleversement qui se prpare, nous n'avons regretter que
de ne pouvoir vivre sous ses lois que nous admirons, et de pouvoir
mourir en combattant pour la defense de ses intrts. (Sign) Pin-
c chinat, Beauvais, Daguin fils, Favrelle, Jrme Dubuisson, Papalier,
Isaac, P. J. Beaulieu, Montas, Bellevue-Mahotire, Aubran, Gillard,
P. Pellerin, A. Lepreste, Borno, Dlart, Marc-Borno, Lamarre Beaug.
XXXV. Un seul confdr resta debout dans l'ouest ; ce fut Ption.
Pendant que Rigaud guerroyait dans la province du sud (1), Ption
runissait Chabert tous les lments de defense pour la lutte qui
devait recommencer ; tout en maintenant la discipline dans les
habitations voisines, il contenait la colre de ses compagnons et
rprimait l'esprit de vengeance. Un prisonnier europen qui eut occa-
sion de le voir dans ce camp, nous apprend qu'aucun insigne ne le
faisait distinguer de ses soldats (2).
Mais Saint-Lger n'avait pas aussitt licenci les affranchis, qu'il
eut sentir combien le maintien de leur organisation pouvait tre
utile au rtablissement de la paix publique ; car les factions anar-
chiques levaient la tte plus impunment que jamais. Un griffe espa-
gnol, Romaine Rivire, propritaire, dans les hauteurs de Logane,
d'une petite plantation cafyere, au lieu appel le Trou-Coffy, situ sur
les limits de Jacmel et de Logane, prs du corail de Brach et des
Citronniers, avait, dans le dbordement des passions, tabli un camp
sur sa terre.
L, se disant inspir de la Sainte-Vierge, pregnant la denomination
de prophtesse, il mlait au culte qu'on doit au crateur l'exercice des
sortilges (3). Il est bon de faire observer qu'encore aujourd'hui dans
les Antilles, beaucoup de gens de toute condition croient la puissance
de la magie surnaturelle et sacrifient l'immonde couleuvre comme au
Dieu de vrit Les ignorants afflurent autour de Romaine ; il les
fanatisa, et en forma une arme avec laquelle il put faire trembler
toutes les campagnes et marcher contre Logane. Saint-Lger sentit
la ncessit de se porter dans cette ville ; mais la municipalit du
Port-au-Prince lui refusa mme une escorted, sous le prtexte qu'elle


(1) Cette province avait t le thtre de grands vnements pendant le sjour
de Rigaud dans l'Ouest. Les affranchis avaient t forcs le 18 fvrier 1792 sur
l'habitation Merci, dans la plaine-du-Fonds, par le colonel Thiballier. Narcisse Roi-
lin, Charles Poulain, avaient dans cette affaire trouv une mort glorieuse. Hyacinthe
Bleck, le plus jeune des frres de celui qui avait t conduit et incarcr au Port-au-
Prince avec Rigaud, Faubert, eut la cuisse casse. On le transport aux Cayes, o
il fut jug, condamn tre brl vif. Cette odieuse sentence, qui rappelle la mort
d'Og et de Chavanne, reut son execution le lendemain sur la place-d'armes. Sur
cette place, comme sur celle du Cap, s'lvera un jour quelque colonne funraire.
(2) Faits historiques sur Saint-Domingue, par Grouvel, pages 33 et 34.
(3) Ce griffe, mari une multresse, a construit une chapelle et un autel, o
il clbre ses mystres sa mode ; il met sa tte dans son tabernacle pour y couter
e les rponses du Saint-Esprit, fait crire des lettres la Sainte-Vierge et les rponses
de la Sainte-Vierge se trouvent le lendemain dans son tabernacle ; il fait ses mdi-
stations et prche le sabre la main, enseigne ses imbciles proslytes une doctrine
d'o ont result les vols, les assassinats, les incendies. Ce sclrat est aussi charlatan,
c il compose des remdes, etc. Rapport de Blouet, cur de Jacmel, du 14 fvrier 1792.











avait besoin de toutes ses forces pour contenir les ateliers de la plaine.
Il s'adressa alors Beauvais, qui lui rallia quatre-vingts des anciens
confdrs, et les lui envoya sous le commandement de Baptiste Boyer.
Ce petit dtachement, aid de quelques marines de la Galathe, mit en
pleine dconfiture l'arme de Romaine qui, le 12 mars avant le jour,
avait surprise Logane ; plus de six cents bandits furent tus ; Romaine
lui-mme ne se sauva que par miracle.
Ption avait entendu du camp de Chabert le grondement du canon.
Il fit mettre sur pied sa petite garnison, et la tte de deux pices de
quatre et de quatorze hommes, il se dirigea au secours de Logane.
Il rencontre quatre heures de l'aprs-midi, devant l'habitation
Lassalle, environ quattre cents autres bandits qui allaient renforcer le
sac de Logane. Il met immdiatement sa petite troupe en bataille et
demand le passage. Ption tait naturellement calme ; mais la vue
d'une grande chose accomplir, il s'animait. Aussi, sa voix, on lui
ouvrit le chemin ; les bandits consentirent mme ne faire aucun
movement qu'ils ne l'eussent perdu de vue (1).
Ption arriva sept heures du soir aux portes de Logane. Le bruit
de la petite pice de canon fit crier aux armes On crut une nouvelle
attaque. Ption fut accueilli coups de canon. Il ordonna ses soldats
de se mettre l'abri des voles ; lui-mme, au milieu de la mitraille
qui se croisait en tous sens, il alla se faire reconnatre. Le ciel venait
videmment de protger ses jours.
Peu aprs le 22 mars, le Trou-Coffy fut cern par deux colonnes,
l'une passant par l'habitation Formy, on crit tort Fourmy, -
l'autre par l'habitation Peyrot. Le camp fut pris et ras ; les femmes
et les enfants de Romaine, faits prisonniers. On ne put jamais savoir
ce qu'tait devenu le sorcier lui-mme.
Saint-Lger, pour rprimer le dsordre qui se rpandait dans les
campagnes, forma, des anciens confdrs qui l'avaient accompagn
et de ceux qui venaient de le joindre, un petit corps de gendarmerie.
Ption et Baptiste Boyer y entrrent leur rang de capitaines (2).
XXXVI. C'est dans cette mme ville de Logane que Ption et Boyer
eurent un duel. Dans une runion, causant de l'affaire de la Sainte-
Ccile, il arriva Ption de dire que si, dans cette affreuse bagarre,
l'infanterie avait mieux second l'artillerie, les affranchis ne se fussent
pas trouvs forcs d'abandonner la ville. Ce propos tait l'expression
de la vrit. Mais il fit rugir Baptiste Boyer, homme du reste emport
et violent.
Il dfendit avec chaleur l'arme laquelle il appartenait et vint
mme menacer Ption de le frapper. A certain moments il y a de
l'hrosme mpriser les outrages. Ption, l'tonnement gnral, resta
impassible aux menaces qui lui taient faites. Mais un duel fut
convenu la carabine. A l'heure convenue, les deux adversaires se
rendirent dans la savane de Dampuce. La reputation des jeunes combat-
tants avait attir des curieux. M. de Villars, commandant pour le roi,
vieillard qui, comme pompon-blanc, se montrait toujours bien dispos
en faveur des affranchis, voulut lui-mme assister au duel. Petion
tait plein de srnit. Boyer au contraire cumait de colre. L'un
tait silencieux, l'autre loquace. Tout--coup, Ption qui avait entendu
et support impassiblement toutes les injures don't il tait l'objet, qui,
aux mauvais procds, n'avait jamais su rpondre que par le sarcasme
du mpris, fixe attentivement Boyer ; et pendant qu'on chargeait les


(1) Biographie d'Alexandre Ption, par Lauriston Crisier.
(2) Notes du gnral Inginae.


1792


LIVRE II










PETION ET HAITI


armes, il dit la foule : Voyez donc, Messieurs, ce capitaine Comme
la colre est un affreux sentiment Combien elle peut enlaidir un
homme A ces simples paroles, le commandant de Villars
reconnut un jeune homme n pour de grandes choses. Il se mit entire
les deux combatants ; et, autant au nom de ses cheveux blancs qu'au
nom de sa position, il russit empcher le duel ; il flicita Ption de
la contenance calme et sage qu'il avait montre :puis, s'adressant de
son ct, la foule : Mes amis, dit-il, voil une noble lecon que vous
a venez de recevoir d'un de vos camarades; il faut en profiter. Ption
est digne de vous servir de modle (1).
XXXVII. Dans la vie de Ption, pas une page o l'on ne rencontre
quelques traits de gnrosit et de grandeur; l'poque o nous
sommes, la municipalit de Logane avait mis au prix de quatre cents
gourdes la tte de Gros-Poisson, multre, le principal lieutenant de
Romaine. Un nomm Lemaire, son ami, dcouvrit sa retraite ;
accueilli avec confiance par Poisson, Lemaire lui plongea le poignard
dans le sein ; et la tte a la main, il alla demander le salaire de son
crime. La nouvelle d'une si grande trahison qu'on n'avait pas encore
souponne possible Saint-Domingue, souleva l'indignation de tous
les habitants de Logane. Ption ordonna ses sulbaternes d'attirer
en sa presence l'homme qui venait de violer les saints lois de
l'amiti et de souiller le seuil de l'hospitalit. Ption le fora resti-
tuer le prix du sang qu'il avait vers ; il le fit ensuite conduire
l'glise par son lieutenant Lys (2), pour demander Dieu pardon de
son crime (2).
XXXVIII. Pendant que Saint-Lger cherchait dans l'Ouest calmer
les passions, Roume et Mirbeck, dans le Nord, cherchaient de leur
ct ramener l'ordre les esclaves et porter les colons se dfaire
quelque peu de leurs affreux prjugs. Ni l'un, ni les autres ne
russirent. Aussi, les commissaires frapps du discrdit o tait
tombe l'autorit executive, voyant le rgne de la justice suspend,
les finances dilapides, l'insubordination des troupes porte au
comble, toutes les lois violes, prirent le parti de se rendre au sein
de la mtropole, pour lui exposer l'tat et les besoins de la colonie (3) .
Mirbeck partit du Cap le 1" Avril. Roume devait le suivre quelques
jours plus tard. Saint-Lger s'embarqua Saint-Marc le 8. Viart,
Antoine Chanlatte, Dubourg et l'abb Ouvire, comme commissaires des
hommes de couleur auprs de l'assemble national, partirent presqu'en
mme temps sur un navire marchand. Des circonstances majeures, la
pense d'arrter le mal, dcidrent Roume renoncer son voyage (4).
XXXIX. Dj la triste nouvelle de la Sainte-Ccile tait parvenue
en France; on attribua avec raison la cause de ce grand dsastre la
rvocation du dcret du 15 mai. L'assemble legislative, qui avait
remplac la constituante, agita de nouveau la question colonial. Tarb,
dans la sance du 2 mars, fit un long rapport sur les malheurs de
Saint-Domingue. Il en rejeta tout l'odieux et la responsabilit sur la


(1) Notes du gnral Segrettier.
(2) Lys (Pierre-Charles), quarteron, n au Port-au-Prince le 22 dcembre 1775,
fut lev en France ; de retour dans la colonie, son extrieur aimable, son air martial,
avaient captiv l'attention de tous les siens, surtout de Ption. Aussi celui-ci au
campement de Digue se l'attacha comme lieutenant. Il mourut gnral de brigade
le 28 novembre 1820, sur le garde-ctes la Mouche, entire les bras de l'Amiral Panayoti,
revenant de la prise de possession du Nord, l'ge de quarante-six ans, moins un
mois et six jours.
(3) Notes du gnral Inginac.
(4) Compte sommaire, par Mirbeck, page 35.











caste blanche. Garan de Coulon, dans cette sance, claira l'assemble
sur l'origine de tous nos troubles. La proraison de son discours mrite
d'tre rapporte : Dclarons, dit-il, que ce dcret, (celui du 24 sep-
< tembre qui mettait le sort des affranchis la merci des assembles
coloniales) est attentatoire la souverainet de la nation ; nous n'y
sommes point soumis, ni comme citoyens, ni comme dputs ; nous
a devons le dtester comme hommes. L'assemble revint donc sur le
dcret que les maneuvres de Barnave lui avaient surprise. Le dcret du
4 avril rtablit celui du 15 mai; c'tait un hommage tardif que la
mtropole rendait au principle des droits de l'homme, d'autant que
ses tergiversations avaient dj caus des maux presqu'irrparables.
Le nouveau dcret, connu sous le nom de loi du 4 avril, portait la
nomination d'une nouvelle commission, l'envoi de troupes, de quelques
deniers, et de plusieurs gnraux.
XL. Depuis le dpart de Saint-Lger et de Mirbeck, la dsorganisa-
tion avait march rapidement ; dans l'Ouest, les esclaves, n'tant plus
contenus par la presence des confdrs, se livraient tous les genres
d'excs. Leur chef, Hyacinthe, s'acquit une terrible clbrit. C'tait
un jeune esclave de l'habitation Ducoudray ; ambitieux, entreprenant,
remuant et despite ; du reste, intelligent et brave ; il faisait mouvoir
son gr toute la plaine du Cul-de-Sac. Il attaqua le 22 mars l'arme
du Port-au-Prince, qui occupait la Croix-des-Bouquets, la battit et la
fora de rentrer dans la ville.
Les blancs de l'Artibonite, sous prtexte de protger leurs pro-
prits, avaient tabli de leur ct un camp sous la direction de Borel,
sur l'habitation du mme nom, au quarter des Verrettes. Borel, membre
de l'assemble colonial, en cong alors, tait connu par sa haine
contre l'galit. Homme ventures, espce de chevalier errant,
dtroussant amis et ennemis. Nous aurons occasion de le faire mieux
connatre plus tard. Les blancs avaient encore un autre camp, celui
de la Saline, d'o le nom de Saliniers ses dfenseurs. Ce dernier camp,
tabli et command par Pierre Dumontellier, ancien chirurgien, alors
major-gnral de la garde national de Saint-Marc, fanatique comme
Borel. Leurs dprdations soulevrent les affranchis qui prirent sou-
dainement les armes, battirent les blancs, le 7 aot, la Petite-Rivire,
firent cent-cinquante prisonniers et allrent camper la Crte--
Pierrot. Enhardis par le succs, ils tombrent le lendemain sur le camp
de Borel lui-mme et s'en emparrent : c'est avec peine que Borel se
porte la Saline, auprs de Dumontellier. Celui-ci, bien que dfendu
par deux forts garnis de dix-huit pieces d'artillerie, lve son camp
le 10 en s'embarquant pour le Mle (1).
Tout tait en armes parmi les affranchis. M. de Fontanges,
pompon-blanc, c'est--dire ami des hommes de couleur, arriva la
Petite-Rivire o, le 14, les affranchis et les blancs signrent par sa
mediation un nouveau concordat sur les mmes bases que ceux de la
Croix-des-Bouquets. Les affranchis mirent en libert les prisonniers
qu'ils avaient faits, la condition qu'on en agirait de mme l'gard
de prs de deux cents noirs et multres libres qu'au Port-de-Paix, on
avait inopinment et prventivement arrts et transfrs sur les
navires en rade. M. de Fontanges venait sans doute de rendre un grand
service la colonie ; mais il restait encore beaucoup faire. Aussi
Pinchinat, qui depuis le licenciement de la confdration vivait dans
la solitude et la douleur dans le canton du Mirebalais, vint mettre la
dernire main et le cachet de son gnie l'acte de pacification. Des


(1) Mmoire de Dumontellier, carton 77. ARCHIVES GNRALES.


1792


LIVRE II









PETION ET HAITI


commissaires furent rgulirement nomms dans les quatre paroisses,
de la dpendance de Saint-Marc, savoir : de la part des blancs, pour
la ville de Saint-Marc, MM. Boub pre et de Coigne ; pour la
Petite-Rivire, MM. de Carn et Gallien de Prval; pour les Verrettes,
MM. Martineau et Prs ; pour les Gonaves, MM. Pongaudin et Lefvre.
De la part des affranchis, Pinchinat et Savary reprsentaient Saint-
Marc ; Jean-Jacques Laplaine et Guiambois, la Petite-Rivire ; Petit-
Bois et Esnard, les Verrettes ; Marie et Derouville cadet, les Gonaves.
Cette commission ouvrit ses sances Saint-Marc, le 18 avril, sous la
prsidence de Pinchinat.
Le concordat du 14 est approuv ; Borel, Dumontellicr, Nougus,
Pifaud, Parent jeune, Marie, Didier jeune et Guillet sont dclars les
principaux auteurs des derniers troubles; il leur est dfendu
d'entrer dans la dpendance de Saint-Marc, avant la constitution
colonial, sous peine d'tre arrts et embarqus pour la France,
pour y tre jugs ; la municipalit des Gonaves est maintenue ; on
en former une nouvelle la Petite- Rivire ; celle des Verrettes,
que les brigandages de Borel avait force de se rfugier la Saline,
retournera son poste : celle de Saint-Marc, qui avait tabli ses sances
la Saline, sera reconstitue. Aucune troupe de ligne ne pourra tenir
garnison dans les quatre paroisses coalises, sans la demand des mu-
nicipalits. Il sera tabli, pour supplier la faiblesse des tribunaux,
un conseil de guerre gnral. Ce conseil se conformera aux dits du
roi sur les conseils de guerre. L'assemble colonial et l'assemble
provincial de l'Ouest seront dnonces la nation et au roi pour
leurs mfaits. Ce trait fut expdi au roi, l'assemble national,
aux assembles de la colonie, au gouverneur, la commission et
toutes les paroisses avec invitation d'y accder.
XLI. Roume, cette fois, approuva la nouvelle organisation des
anciens confdrs. Son sjour dans la colonie lui avait enfin dvoil
la mauvaise foi des colons qui promettaient toujours de fixer l'tat
politique des affranchis, et qui n'en faisaient cependant rien. Voici
la lettre de Roume la coalition ; elle peint trop parfaitement l'tat
de la colonie, pour ne pas la rapporter ici :
Cap, le 9 mai 1792.
J'ai eu l'honneur, Messieurs, de recevoir votre lettre du 26,
accompagne des traits des 14 et 21 du mois dernier.
Les machinations qui ont empch le succs des measures
conciliatoires et constitutionnelles de la commission national civil,
le mpris atroce et ridicule don't on a accompagn les sacrifices
auxquels les confdrs de la Croix-des-Bouquets s'taient empresss
de souscrire, l'usurpation de tous les pouvoirs par l'assemble colo-
niale, la confusion de toutes les autorits secondaires par la nullit
du pouvoir excutif; enfin la manifestation de projects aussi absurdes
que dsastreux, conduisaient la colonie un tel excs de malheur,
qu'il tait douteux que la nation et le roi pussent tre assez promp-
tement avertis par MM. Mirbeck et Saint-Lger, pour sauver les
dbris fumants et sanglants de la colonie de Saint-Domingue. Le
ciel a permis que l'excs du mal ait command le retour de l'ordre ;
et votre sainte union, si elle est adopte, comme j'ose l'esprer, par
toutes les paroisses, assure jamais le bonheur de tous les Franais
de Saint-Domingue.
Permettez, Messieurs, qu'en mon particulier je vous rende
l'hommage le plus paternel. Comme organe de la nation et du roi,
je vous recommande, Messieurs, d'avoir sans cesse devant les yeux
< que votre cause est celle de vingt-cinq millions de Franais, aux-











quels vous devez compete de vos actions ; vous serez dignes d'eux,
dignes de vous mmes, si, ne vous dpartissant jamais des principles
sacrs qui vous ont inspirs, vous vous montrez aussi gnreux que
vous tes courageux; rtablissez et maintenez l'ordre et la tranqui-
lit publique; mais oubliez en mme temps et les injures qu on
vous a faites et tout le mal qu'on se prparait vous faire. Ne
souffrez pas qu'une aussi belle cause que la vtre soit souille par
aucune sclratesse ; soyez non seulement gnreux et courageux,
soyez plus encore, et que la charit pour votre prochain vous rende
agrables ceux mmes qui vous ont le plus outrags.
Ah si Roume avait tenu ce language ds 1791, que de malheurs il
et pargns la colonie Mais il semble que la fatalit veuille que le
bien ne puisse tre engendr qu' la suite de longues calamits.
Plaisance, le Borgne, la Marmelade, le Gros-Morne, Saint-Louis
du Nord et Ennery furent les premires paroisses qui adhrrent au
nouveau trait.
XLII. Les choses en taient l, quand le 12 mai, la frgate
l'Inconstante entra au Cap et donna la premiere nouvelle de la loi du
4 avril. Cette nouvelle jette la consternation parmi les blancs ; la
tristesse se peint sur toutes les figures ; la rage et le dsespoir sont dans
tous les cours ; tout prsage des vnements sinistres, et il sera difficile
de prvoir comment se terminera la crise ; le seul espoir qui leur
reste, c'est le dfaut de sanction du roi. Mais le roi avait donn cette
sanction. Le 28 mai part l'aviso l'Expdition, portant officiellement
la loi bienfaisante d'avril. Les lettres du ministry annonaient l'arrive
prochaine des trois commissaires qui devaient en surveiller l'excu-
tion. La joie des affranchis fut universelle. Alors l'assemble colonial
dclara, mais six heures seulement avant l'entre de l'aviso, et aprs
trois jours de discussions, qu'elle se soumettait d'avance au dcret
du 4 avril.
Rapportons ici, pour donner une ide de l'orgueil en dlire des
membres de cette assemble, un passage de la lettre de ses
commissaires de correspondence (1) ses commissaires en France (2) :
Cap, le 7 juin 1792.
Nous voil donc en mme temps les tristes victims de la dmo-
< cratie et de l'aristocratie Quel parti pouvons-nous prendre ? Nous
" sommes livrs au plus affreux dsespoir. Se soumettre la force
" n'est pas une lchet, mais bien une tyrannie de la part de celui
qui 1 exerce : voil la position cruelle dans laquelle nous nous
" trouvons. Jamais, non jamais, sous l'empire le plus despotique, un
people ne fut trait de la sorte !... Il tait temps que l'assemble
colonial pronont, ainsi qu'elle l'a fait, puisque la declaration
" qui a t arrte, n'a prcd que de six heures le dcret nul et
inconstitutionnel qui est arriv officiellement par l'aviso l'Expdi-
e tion de Brest en vingt-huit jours de traverse. CE DCRET A PORT LE
" POIGNARD DANS LE CUR DE TOUS LES VRAIS COLONS DU CAP, QUI
CONNAISSENT LEUR DROIT ET CE QUI CONVIENT AU PAYS QU'ILS HABITENT ;
" nous ne savons pas l'effet qu'il produira dans les autres parties
" de l'Ouest et du Sud, o il a et envoy officiellement pour y
" tre promulgu; mais nous pensions qu il y sera mal accueilli...
Si tous les habitants avaient et runis d'opinions, nous pensions
" qu'on aurait bien pu s'opposer l'excution de cette funeste loi;
mais la dsunion qui existe aurait augment nos maux... >

(1) Delaval, colon des Cayes, Allain, Chaudrue et Gaudin, du Nord.
(2) Page, Brulley.


1792


LIVRE II









PETION ET HAITI


Cette lettre se comment suffisamment par elle-mme. Il est vrai
que la loi du 4 avril fut mal accueillie dans l'Ouest et le Sud; tel point
que Roume fut bientt oblig de se diriger vers ces deux contres, afin
de mettre la raison l'aristocratie blanche. Il partit avec Blanchelande
le 16 juin sur le vaisseau le Jupiter, portant le cap sur Saint-Marc.
XLIII. L'Artibonite jouissait alors d'un calme parfait, grce
la presence de Pinchinat qui venait d'en mieux rgulariser la position,
en crant le CONSEIL DE PAIX ET D'UNION. Ce conseil, compos de
dputs tricolores, ouvrit ses sances le 30 mai ; et ralisant la pense de
son fondateur, elle s'occupait faire excuter la loi du 4 avril et cica-
triser les plaies de la guerre civil. Savary qui, quoique maire de Saint-
Marc, commandait la force arme, secondait puissamment les vues du
conseil. C'est dans cet tat satisfaisant que Roume et Blanchelande trou-
vrent Saint-Marc, o ils dbarqurent le 23, trois heures de l'aprs-
midi (1). Ils y rencontrrent le fameux Borel, que M. de Grimouard avait
captur la veille, et voici comment: Borel aprs la dbcle de son fort
aux Verrettes, avait t reprendre son sige l'assemble colonial. Mais
le Port-au-Prince n'avait pas voulu laisser ce batailleur dans le repos ; on
l'y avait lu commandant de la garde national en replacement de
Caradeux. Il se rendait donc son nouveau poste, escort par le navire
l'Agathe mont de 20 canons et d'un autre btiment mont de 14 tous
deux charges de gardes solds et de blancs de bonne volont. Il fut
amarin par le Bore et conduit Saint-Marc avec sa flotte.
Blanchelande fit conduire le grand agitateur la gele ; la snchausse
commena l'instruction de son affaire, malgr son inviolabilit qu'il
invoquait fort, comme reprsentant de la colonie (2).
XLIV. Blanchelande n'avait accompagn Roume que pour deman-
der au CONSEIL DE PAIX ET D'UNION quelques forces, afin de mettre en
scurit le cordon de l'Ouest que les esclaves du Nord, taient la
veille de franchir. Son intention tait donc de repartir promptement
pour le Nord. Mais Pinchinat, au nom du conseil, demand qu'au
pralable, le gouverneur fit rentrer les proscrits du Port-au-Prince
dans leurs foyers ; car bien que la loi du 4 aot y ft publie, il
tait impossible d'y faire rentrer et demeurer les expatris, sans les
exposer de nouvelles perfidies, moins de dployer la force
publique contre la ville, d'en expulser les plus dangereux et d'y
placer une important garnison de confdrs.
Il fut rgl que les vaisseaux le Jupiter et le Bore l'un et l'autre
de 74, le navire l'Agathe et quelques petits btiments, ayant leur
bord des expatris de toutes couleurs, en imposeraient au Port-au-
Prince par une force maritime, tandis qu'on rassemblerait au bourg
de la Croix-des-Bouquets, et aux camps Byzoton et Volant, deux
armes de citoyens tricolores de l'Ouest et du Sud, pour en imposer
galement du ct de la terre (3).
Or, Blanchelande fit voile le 22 pour le Port-au-Prince. Le 23,
Roume, escort par un dtachement command par Lapointe, partit
par terre. Ce ne fut qu' la Croix-des-Bouquets qu'il s'embarqua pour
rejoindre Blanchelande, rendu dj en rade. Beauvais tait la Croix-
des-Bouquets, la tte de tous les anciens confdrs qui s'taient
empresss de se rallier lui. Rigaud, mand de la Plaine-du-Fonds,
tait Byzoton, la tte d'une force imposante : tous deux prts
fondre sur la place. Mais la sagesse de Roume empcha d'clater aucun

(1) Rapport de Roume du 28 janvier 1793, page 22.
(2) Lettre du 5 juillet 1792 des commissaires de correspondence aux commissaires
en France.
(3) Rapport de Roume prcit, page 25 et 26.











dsastre. Le 5 juillet, sept heures du matin, les deux armes firent
leur rentre : Blanchelande, accompagn de deux officers municipaux,
fut au portail Saint-Joseph recevoir la colonne de Beauvais, et Roume,
avec deux autres municipaux, au portail de Logane, recevoir celle de
Rigaud (1). La tenue des confdrs tait calme et pleine de dignit.
Comme ils l'avaient promise Roume, aucune rcrimination ne sortit
de leur bouche. Beaulieu mme qui pleurait encore sa femme, avait
donn au commissaire sa parole de ne pas chercher se venger, s'il
rencontrait les meurtriers (2).
Roume fit nanmoins arrter une dizaine de dangereux meneurs,
parmi lesquels l'horrible Pratolo (3). Il fit plus : il embarqua, sur la
demand des confdrs, le 9e rgiment, ci-devant Normandie; le
48 ci-devant d'Artois, devait partir de prs. Il fora les acteurs de la
Sainte-Ccile restituer aux hommes de couleur tous leurs objets
mobiliers qui leur avaient t enlevs dans cette nfaste journe (4).
On songea un instant fondre les anciens confdrs dans la garde
national. Mais l'ide de servir dans les mmes rangs que leurs
ennemis, rpugnait tant aux affranchis, que le gnral Blanchelande
se content d'en former quatre companies soldes don't Lambert fut
nomm capitaine-gnral. Beauvais donna en cette circonstance un
rare example de dsintressement ; il refusa le commandement sup-
rieur de ces companies ; et aprs avoir dsign Lambert, son vieil
et vnrable frre d'armes au choix de Blanchelande, il entra lui-
mme comme simple fusilier dans les grenadiers du mme corps.
Cette milice se donna un conseil d'administration sous le tire de
COMIT MILITAIRE DES CITOYENS DE COULEUR ET NGRES LIBRES, EN
GARNISON AU PORT-AU-PRINCE, don't Daguin fut nomm president, et
Plaisance, secrtaire. Les autres membres taient Beauvais, Bleck,
P. Caff, A. Leprestre, Ption, Remy, Lapommeraye an, Lafon-
tant, Prunier, Boissie, Doyon jeune, Malique, Raoul, Lausi, Jean
Hulysse, Coulon et Lundy (5).
XLIV. Tandis que Roume s'vertuait concilier les esprits dans
l'Ouest, Blanchelande partit pour le Sud. Mal accueilli Jrmie, qui
ne voulut jamais reconnatre la loi du 4 avril, il se dirigea aux Cayes
o cette loi commena tre excute, car on n'y avait fait nulle
difficult de recevoir Rigaud et ses compagnons, et de les caserner.
Blanchelande fit son entre aux Cayes le 23 juillet. Et comme les
esclaves rvolts, sous la conduite d'Armand Brault aux Platons et de
Martial Pmerle au Boucan-Tuffet, promenaient partout, aussi bien que
ceux du Nord, le fer et le feu, l'assemble provincial et la municipa-
lit pressrent tant Blanchelande, qu'il march contre les Platons. Les
troupes ne donnrent pas simultanment; aussi la premiere colonne
fut battue le 6 aot, la second le 7, et la troisime le 8. Blanchelande
perdit dans cette affaire deux cents hommes. Rigaud y avait dploy
sa vaillance. Le malheureux Drenck, capitaine au rgiment de Berwick,
fut fait prisonnier. Sa tte, dcolle et plante au haut d'une pique,


(1) M. Ardouin, dans sa Chronologie d'Haiti, semble tort donner penser qu'on
se serait battu avant d'entrer au Port-au-Prince. Gographie de l'le d'Haiti.
(2) Rapport prcit, page 35.
(3) Praloto fut envoy Saint-Marc sur l'Agathe. A peine le navire y tait-il
mouill que le prvt de la marchausse, Roi de Larange, qui tenait en parties des
pompons-blancs, don't Praloto avait t un ennemi acharn, fut le prendre sous le
prtexte de le conduire la gele. La nuit tait venue ; au milieu des ombres,
Praloto fut assassin et jet dans les flots. Nuit du 9 au 10 juillet.
(4) Rapport prcit.
(5) Lettre dudit comit Roume du 14 septembre 1792.


1792


LIVRE II









PETION ET HAITI


surmonte d'un pavilion blanc tremp dans le sang, glaa Blanchelande
d'pouvante.
Blanchelande, rentr en ville, fut abasourdi des cris, des plaintes
et des reproches immrits de la population blanche. Il repartit le 9
pour l'Ouest, laissant le Sud dans un tat de trouble et de confusion
difficile dcrire.
Tels taient les vnements qui venaient de s'accomplir dans
l'Ouest et dans le Sud de la colonie, quand la nouvelle commission
civil dbarqua au Cap le 17 septembre. Alors finit la pnible, mais
glorieuse mission de Roume. Il s'embarqua au Cap le 5 octobre, et
arriva Marseille le 18 dcembre (1).


(1) Rapport prcit, pages 51 et 52.

















LIVRE TROISIEME.


Portrait de Sonthonax et de Polvrel. Commission intermdiaire. Premier voyage
de Polvrel dans l'Ouest et le Sud. Canonnade du Port-au-Prince. Orga-
nisation de la lgion de l'Ouest. Arrive de Galbaud. Incendie du Cap. -
Affaire du camp Desriveaux. Proclamation de la liberty gnrale. Invasion
anglaise. Coalition de Saint-Marc. Perte du Port-au-Prince. Dpart des
commissaires. Arrestation de Montbrun.

I. La nouvelle commission se composait de MM. Sonthonax, Polv-
rel et Ailhaud. Charge de faire excuter dans toutes ses comsqences
la loi du 4 avril, elle tait accompagne de quatre mille hommes de
garde national, de deux mille hommes de la ligne et de quatre
gnraux. Ces gnraux, c'taient d'Esparbs, d'Hynisdal, de Lasalle
et de Montesquiou de Fesenzac.
Sonthonax, jeune, turbulent, tracassier comme la plupart des
membres de la socit des Jacobins, don't il faisait parties, avait plus
de volont que de persvrance, de colre que d'nergie, d'enttement
que de caractre, de prevention que de discernement. Le cour port
aux choses gnreuses, il tait cependant incapable de les poursuivre,
car la mobilit de son esprit donnait chaque instant une nouvelle
direction sa conduite. Polvrel tait, en tout, le contraire de Son-
thonax; g dj, il avait nanmoins le cour d'un jeune homme ; froid
par temperament, mais nergique dans ses actes, il ne donnait rien
Finconsquence; le corps malade, mais l'intelligence sereine, l'me
forte, n'coutant jamais les passions, toujours guid par la raison, il
voyait autour de lui s'amonceler l'orage, sans s'en mouvoir, et savait
dtourner la foudre prs d'clater. Le premier se laissa circonvenir
par toutes les factions, tout en croyant les diriger; le second les
dirigeait sans laisser voir qu'il les dominant. Aussi le premier laissa-
t-il sur la terre de Saint-Domingue une reputation odieuse, tandis que
l'autre y est encore vnr ; tous les deux taient philantropes, mais
des points de vue diffrents. Sonthonax crut un instant que les noirs
pouvaient se civiliser eux seuls, quand l'exprience de l'histoire
nous enseigne que ce n'est que par le croisement des races que les
peuples progressent. Polvrel, au contraire, travailla pour ramener
tous les cours la fusion et la fraternity ; chaque fois que Polvrel
perdait Sonthonax de vue, c'tait une faute don't la colonie devait avoir
gmir, et quelque chose de tmraire qu'il fallait vallier et adoucir.
Polvrel, au contraire, qu'il ft seul ou avec son college, loin d'agiter
les passions, ramenait la concorde et assurait un meilleur lendemain.
Je ne dirai rien d'Aillaud, car il ne fit que passer sur le thatre de
la colonie ; la violence des chocs politiques auxquels il assistant lui
fit oublier ce qu'il devait lui-mme et la mre-patrie; il repartit
clandestinement. Tels taient les hommes qui furent charges de pacifier
l'infortune reine des Antilles. Quant aux quatre gnraux qui
arrivrent avec la commission, Montesquiou devait prendre le comman-
dement du Sud, d'Hynisdal celui du Nord, de Lassalle, celui de l'Ouest.
D'Esparbs n'tait l que pour prendre le gouvernement gnral en cas
de vacance. Trois hommes qui devaient jouer un rle important
faisaient aussi parties de l'expdition : c'taient Laveaux, lieutenant-











70 PETION ET HAITI

colonel aux dragons d'Orlans (36* rgiment), Desfourneaux, lieu-
tenant-colonel au 3" bataillon du Pas-de-Calais (48e de ligne), et Mont-
brun, multre, commandant aide-de-camp de d'Esparbs. Antoine
Chanlatte et Viart, que nous avons vus dputer en France qui, par leurs
crits, avaient contribu l'obtention du dcret du 4 avril, revinrent
par la mme occasion jouir du bonheur de leurs concitoyens. Dubourg
et l'abb Ouvire restrent dans la mre-patrie.
II. La commission s'installa le 20 septembre dans l'glise du Cap.
Les assembles colonial et provincial, la municipalit, la garde
national, les troupes de ligne, assistaient la solennit. Comme la
pense gnrale tait que cette commission ne venait que pour abolir
l'esclavage, les discours ne roulrent gure que sur cette matire. Le
fougueux d'Augy prsidait alors l'assemble colonial. Btissant l'hypo-
thse de l'mancipation des esclaves, vous ne pourriez, dit-il aux
commissaires, sans joindre l'injustice la plus criante une barbarie
< froce et homicide, vous dispenser de reporter ces esclaves aux lieux
o les ont pris vos FRRES LES EUROPEENS : car enfin nos terres
sont un genre de proprit qui apparemment n'a rien d'incompatible
avec la constitution franaise, et personnel ne peut nous imposer la
loi d'y souffrir des tres que la libert mnerait tout de suite au
vagabondage, au pillage, la devastation et l'assassinat. Ce
discours outrageait du commencement la fin la commission, la mtro-
pole et l'humanit.
Sonthonax se hta de rassurer les esprits sur le but de la mission :
il dclara que jamais l'intention de l'assemble national n'avait t
d'abolir l'esclavage..., et que si cette assemble gare en provoquait
l'abolition, ils (les commissaires) juraient de s'y opposer de tout
leur pouvoir. Polvrel se content de dclarer que le cas chant,
il abdiquait sur le champ toute mission et remettrait la nation
tous les pouvoirs qu'elle lui a confis, plutt que de se rendre complice
d'une erreur aussi funeste la colonie. La commission ne borna
pas l ses protestations ; elle dclara dans sa proclamation du 24 sep-
tembre que l'esclavage est ncessaire la culture et la prosprit
des colonies ; qu'il n'est ni dans les principles, ni dans la volont de
la nation de toucher cet gard aux PROPRITS des colons... Nous
MOURRONS PLUTT QUE DE SOUFFRIR L'EXCUTION D'UN PROJECT ANTI-
POPULAIRE. Cette mme proclamation dclarait en outre que les com-
missaires ne reconnatraient dsormais que deux classes d'hommes
dans la colonie, les libres sans aucune distinction de couleur et les
esclaves.
III. La commission, aprs avoir tranquillis les esprits, entra
nergiquement dans sa carrire administrative. Blanchelande lui fut
dnonc comme contre-rvolutionnaire par ces mmes colons aux pr-
jugs desquels il avait sacrifi Og et ses compagnons ; elle ordonna
le 27 septembre son arrestation et son embarquement sur la frgate la
Prcieuse (1). D'Esparbs fut appel au commandement. Mais, gnral
dvou la cour, on prtend qu' la nouvelle des vnements du
10 aot, il chercha operer un movement contre-rvolutionnaire ; il
fut destitu et forc de s'embarquer. D'Hynisdal le remplaa un instant.
Bientt on lui substitua le jeune Rochambeau qui repouss par les
colons de la Martinique don't il devait prendre le commandement,
tait venu s'abriter au Cap. Au milieu de cette volution de gnraux,
la commission supprima le 12 octobre l'assemble colonial. Cette
assemble, qui restera funbrement clbre dans nos annales, fut rem-

(1) Blanchelande partit le 20 octobre. Il porta sa tte l'chafaud le 15 avril 1793.













place par une autre assemble de douze membres, laquelle on donna
le nom de Commission intermdiaire. Elle devait faire les lois jusqu'
la convocation d'une nouvelle assemble colonial, nomme sous
l'empire de la loi du 4 avril. Il fallait beaucoup de prudence dans
l'accomplissement de cette measure. Aussi vit-on la commission donner
des louanges la factieuse assemble qui, disait la proclamation,
hassait les tyrans et la tyrannie, et qui n'avait t souvent entraine
que par les passions populaires. L'assemble colonial, aprs avoir
donc dsign, aux terms de la proclamation, six de ses membres pour
faire parties de la commission intermdiaire, d'Augy et Gerbier, pour
le Nord, Raboteau et Chotard, pour l'Ouest, de Laval et Couturier des
Flottes, pour le Sud, ferma ses sances le 13 octobre. Boisrond jeune
et Franois Raymond, pour le Sud, Jacques Borno et Pinchinat pour
l'Ouest, Castaing et Latortue pour le Nord, furent appels complter
la nouvelle legislature.
Cette legislature ouvrit ses travaux le 23, sous la prsidence de
Pinchinat : alors une re nouvelle commenait briller pour ma
race ; on atteignait presqu' la prcieuse galit des droits politiques.
IV. Ces actes capitaux n'avaient pas empch les reprsentants de
la Mtropole de chercher comprimer la dsastreuse rvolte des
esclaves dans le Nord. Mais leurs dmarches furent vaines ; les .succs
de l'arme presque nuls. Ils songrent se diviser leur laborieuse mis-
sion : Polvrel et Aillaud partirent le 29 octobre pour le Port-au-Prince,
d'o le dernier se dirigea aux Cayes. Mais dans la traverse, rflchis-
sant aux terrible vnements don't l'le prsentait le spectacle doulou-
reux, voyant l'avenir sous des couleurs plus sombres, Aillaud change
de destination et se rendit en France.
V. Polvrel fut accueilli au Port-au-Prince par les acclamations
de la population colore ; il crut y voir la paix et la concorde. On
avait, il est vrai, rorganis la municipalit; on y avait mme fait
entrer Chanlatte an, multre. Mais il y avait deux gardes nationals ;
celle des blancs, don't Borel qui, paraissant revenir de meilleurs
sentiments et ayant t largi des prisons, avait le commandement
gnral, et celle des affranchis. Polvrel songea amalgamer les deux
corps. La municipalit arrta le 8 dcembre, que les affranchis, appels
alors citoyens du 4 avril, viendraient solennellement dposer dans le
sein de son htel le drapeau qu'ils avaient arbor le 21 aot la
clbre runion de Digue. La crmonie fut fixe au 10 ; ce jour l,
toute la commune tait assemble. Beauvais, qui on avait rendu le
commandement des anciens confdrs, merchant la tte de ses
compagnons, partit du fort-Robin o le corps tait cantonn, traversa
la ville au son du tambour, au milieu de l'attendrissement gnral des
affranchis de toutes couleurs, de tout ge et de tout sexe, et vint se
mettre en bataille devant la municipalit.
Chanlatte fils, plus connu sous le nom de Juste Chanlatte (1),
sortit des rangs ; et, introduit dans le sein de la municipalit, il
annona l'objet de la mission du dtachement. La municipalit don't
M. Borgella tait maire (2) envoya une dputation au devant de Beau-
vais. Ce conscrateur alors si noble de nos liberts, pressant le drapeau
contre son cour, prcd et suivi de guides, pntra, pendant que le
tambour battait aux champs, dans la salle des sances : Messieurs,

(1) Chanlatte jeune, fils de Chanlatte an et neveu d'Antoine Chanlatte, naquit
Jacmel ; il fut lev en Europe. Il parvint sous la monarchie de Christophe au
grade de gnral de brigade, comte de Rosier. Il mourut en 1828.
(2) Borgella, pre du gnral multre du mme nom, tait europen. Il mourut
Bordeaux.


1792


LIVRE III











72 PETION ET HAITI

dit Beauvais, nous venons dposer avec autant de confiance que
d'empressement dans le sein des reprsentants de la commune du
Port-au-Prince, le drapeau sous lequel nous avons prouv de longs
malheurs, sans nanmoins, l'avoir jamais abandonn. Notre attache-
ment et notre fidlit ce drapeau doivent tre un sr garant
de notre conduite venir pour le soutien des drapeaux de la garde
national don't nous faisons parties.
Puissent tous les citoyens que vous reprsentez tre convaincus
de notre dsir ardent de cooprer avec eux au rtablissement d'une
paix qui nous est ncessaire tous, et de notre attachment pour-
suivre tous les ennemis d'une revolution qui doit nous rendre tous
trs heureux.
C'est dans ces sentiments que nous vous apportons notre
bannire .
Le maire rpondit : La municipalit reoit avec loyaut le
drapeau que vous avez demand la permission de dposer dans son
sein ; elle reoit aussi avec plaisir le serment que vous faites, de
mourir pour la petrie, en merchant sous celui qui nous a runis
tous. Nous croyons que les dispositions de valeur et de patriotism
que vous annoncez en ce moment seront constamment soutenues de
cet esprit de confiance qui fera notre force et surtout d'une soumis-
sion entire la loi, si ncessaire pour le maintien de l'ordre et
d'une bonne et exacte discipline.
Le drapeau fut appendu aux votes de l'htel. Le maire, accom-
pagn des officers municipaux et du procureur de la commune,
reconduisit Beauvais ; du haut du perron, il donna aux confdrs
une nouvelle lecture de son discours (1). Alors ceux-ci retournrent
leurs quarters aux cris de vive la libert A partir de cette poque,
ils marchrent avec la garde national. Mais pientt, mcontents d'tre
obligs de servir ct des blancs, surtout sous les ordres de Borel
qui s'tait tant prononc contre eux dans l'Artibonite, les confdrs
s'loignrent insensiblement, se dispersrent et rentrrent chez eux.
Ce qui ne contribua pas peu cet loignement du service public, ce
furent les dgots don't ils furent abreuvs l'instigation des colons
qui, mditant dj de renouveler leurs fureurs, ameutaient les Africains
contre les affranchis. On vit mme un de ces Africains, Cayman, le bien
nomm, poursuivre coups de sabre, des hommes inoffensifs, en poussant
ces horribles cris: Coupez cou, tuez, tuez ; il faut que vous finissiez
aujourd'hui, Messieurs les multres Ces attentats restrent impunis,
malgr la dnonciation qu'en fit la municipalit le vertueux Lambert.
VI. Polvrel tait alors aux Cayes. Aprs-avoir vainement tent de
faire rentrer Jacmel les affranchis, qui en avaient t expluss, il
organisa une nouvelle march contre les Platons. Cette march,
confie au lieutenant-colonel Harty, commandant du 3" bataillon de
l'Aube et de la province, eut tout le succs desirable : le camp des
Platons fut emport le 22 janvier 1793 ; les esclaves ou tus ou dis-
perss. Sans la mauvaise volont des colons, surtout des prtendus
corps populaires, l'insurrection ne pouvait de long-temps lever la tte.
VII Les grands vne, qui s'accomplissaient dans la mtro-
pole n'avaient pas peu augmenter l'nergie naturelle des
deux commissaires. Le t dans la nuit du 9 au 10 aot, vaincu
la royaut. A l'assen ative avait succd la CONVENTION
NATIONALE. La nouvel 'e, qui ds sa premiere sance, le
21 octobre 1792, avait anarchie, le 21 janvier suivant, faisait

(1) Extrait des Registres d( :ipalit du Port-au-Prince. ARCHIVEs de la
marine.











LIVRE III


rouler sur l'chafaud la tte de l'infortun Louis XVI. La nouvelle de
cette catastrophe arriva au Cap le 9 mars par l'Aimable-Dsire de
Bordeaux. Elle causa une douloureuse sensation, surtout parmi les noirs
qui ne comprenaient alors d'autre mode de gouvernement que .le gou-
vernement d'un seul. Les blancs pensaient avec raison, qu'avec les
principles rpublicains, l'esclavage touchait son terme. Aussi, ceux
qui taient Londres s'empressrent-ils ds le 23 janvier de proposer
au gouvernement anglais de lui livrer la colonie.
Dans la colonie le parti de l'indpendance avait relev la tte.
Borel en tait l'me au Port-au-Prince; dj ds le 25 janvier se cou-
vrant du manteau du patriotism, il avait fait incarcrer son major-
gnral M. de Jumcourt et le marchal-de-camp Coustard, commandant
de la province (1), comme des pompons-blancs dvous la royaut.
Il s'tait enfin revtu de l'autorit supreme. Il se sentait si bien
second par la municipalit, qu'il poussa l'audace jusqu' consigner
le gnral Lassalle, parce qu'il le pensait un obstacle ses vues crimi-
nelles. Polvrel et Sonthonax apprirent l'un dans le Sud, l'autre dans
le Nord, la conduite de Borel. Sonthonax suspendit aussitt toute
expedition contre les esclaves ; dlgua une parties de ses pouvoirs
la commission intermdiaire ; et le 27 fvrier au matin il s'embarqua
sur le vaisseau l'America, avec cent hommes d'infanterie. Desfourneaux
et cinquante dragons d'Orlans, devaient le rejoindre par terre Saint-
Marc. Dj Pinchinat tait dans cette dernire ville depuis plusieurs
jours avec la mission de lever en masse tous les affranchis de l'Arti-
bonite. Sonthonax dbarqua le 2 mars ; le 21, Lassalle, qui s'tait vad
du Port-au-Prince, vint s'unir lui. Les rapports de Lassalle ne lui
laissrent plus aucun doute sur les dangers de la situation. Il dclara
ce mme jour, 21 mars, les gardes nationals des quatorze paroisses de
l'Ouest, en rquisition permanent. Les intrts de la France sont
menacs ; les royalistes et les indpendants ont uni leurs forces au
moment d'une guerre trangre ; il faut prvenir les movements
intrieurs. La haine contre les citoyens du 4 avril est son comble ;
Jrmie, on a arm les esclaves contr'eux ; on les a forcs de fuir
avec leurs femmes et leurs enfants. C'est au Port-au-Prince surtout
que se trouve le sige de ces audacieux criminals, o domine avec
fureur cette insolente faction, tant de fois proscrite par les reprsen-
tants du people Franais; couverte encore du sang que ses prten-
tions errones ont fait rpandre; rivale et jamais l'ennemie de
l'ancien gouvernement, calomniant sans cesse la revolution franaise,
etc. >
Polvrel n'avait pas t moins inquiet que Sonthonax des
manoeuvres du Port-au-Prince ; ds le 29, il tait parti des Cayes sur la
frgate la Fine pour s'y rendre : mais en vue de Logane, une barge
d'affranchis lui annona qu'il y avait tout craindre pour lui dans
cette ville. Il porta cap sur Saint-Marc, o il entra le 27 (2). Sonthonax
et Lassalle le reurent au rivage. Ce fut un spectacle attendrissant que
la rencontre des deux dlgus, d'autant plus attendrissant qu'il
s'tait lev des nuages entr'eux l'occasion de la loi du quart de
subvention que Sonthonax avait promulgue dans le Nord, et don't
Polvrel avait dfendu l'excution dans le Sud. Les dangers que courait
la colonie les rapprochrent alors ; ils s'embrassrent avec une lo-
quente motion.
VIII. L'expdition contre le Port-au-Prince fut dfinitivement

(1) Cet infortun vieillard, grand-pre de Coutillien, qui fut tu la bataille de
Silbert, mourut dans sa captivit.
(2) Lettre de Sonthonax Laveaux du mme jour.











PETION ET HAITI


arrte : le gnral Lassalle devait rallier toutes les gardes nationals
de l'Artibonite, de l'Arcahaye, de la Croix-des-Bouquets, et se porter
Drouillard. Beauvais avec toutes les gardes nationals de Miragone,
Petit-Gove, Jacmel, Logane et celles du Port-au-Prince, qui ds les
nouveaux troubles s'taient retires de cette ville, avait ordre de se
porter Byzoton; tandis que l'escadre commande par le contre-
amiral Truguet, et compose de l'Amrica, de la Fine, de la Prcieuse,
de la gabarre la Normande, des bricks l'Exprience et le Cerf,
bloquerait le port. On se mit en march le 3 avril.
IX. Les meneurs de Port-au-Prince prvoyaient cet orage; aussi,
trois mille cultivateurs travaillaient fortifier cette ville (1), quand
l'escadre parut le 4 avril. Cette escadre entra dans la petite rade ; tous
les btiments se retirrent dans la grande. La colonne de gauche,
commande par Lassalle, campa Saint-Martin, au Morne-Pel et
Drouillard o ce gnral tablit son quartier-gnral. Cette colonne
tait compose de cinquante dragons d'Orlans, de cent hommes de la
line, de cinq cents, tant pied qu' cheval des paroisses de Saint-
Marc, des Gonaves, de la Petite-Rivire et des Verrettes; de trois cents
de l'Arcahaye, de deux cents du Mirebalais, de vingt-quatre canonniers.
Ces vingt-quatre canonniers, commands par Ption, conduisaient
quatre pices de canon, don't deux de 4 et deux de 2. Ption tablit
sa batterie sur le Morne-Pel et se disposa canonner le fort-Robin.
Un dtachement de cent hommes, moiti pied, moiti cheval,
command par Desfourneaux, fila, pendant la nuit par la gauche et
alla occuper l'endroit o se trouve aujourd'hui le fort-Alexandre. Ce
dtachement tendit ses vedettes jusqu'au chemin de la Charbonnire.
La colonne de droite, commande par Beauvais, compose de six
cents hommes don't, douze canonniers conduisant une pice de 4,
partit de Logane, appuya sa gauche Byzoton, et tendit sa droite
jusqu'au chemin de la Charbonnire (2).
Dans la journe du 4, les btiments s'embossrent ; la commission
envoya un parlementaire porter ses propositions la municipalit
qui elle accord trois jours pour se dcider. Elle demandait l'intro-
duction de l'arme, la reddition des forts et le dsarmement des habi-
tants (3).
Borel, qui avait mis la ville sur un pied redoutable de defense,
s'opposa toute conciliation : il pouvait avoir sous ses ordres plus de
trois mille hommes, tant de gardes nationaux que d'Africains. Ce
ne fut que le 10 cinq heures du matin que les commissaires fati-
gus de vaines ngociations, ordonnrent le branle-bas. L'Amrica,
emboss devant la partie-sud, l'entre de la Rade des ngriers, devait
battre le fort Saint-Clair; la Fine et la Prcieuse, embosses au
Nord-est, devaient battre le fort Saint-Joseph. A bord de l'Amrica se
trouvaient les commissaires. Au moment o le feu allait commencer,
l'quipage du dernier vaisseau vint dposer aux mains des commis-
saires une petition dans laquelle il leur exposait que, chers la
Patrie, ils avaient des comptes rendre la Convention ; qu'ils ne
devaient pas exposer leurs jours ; qu'ils taient pris de s'embarquer
sur un batiment de service, hors de tout danger. Les commissaires
remercirent l'quipage de sa dmarche; mais ils dclarrent qu'ils
mourraient leur poste. Cette rponse fut acueillie avec de grands
applaudissements et aux cris de vive la national vive la rpublique! (4)

(1) Journal indit prcit.
(2) Ordre gnral de l'arme, ARCHIVES IENRALES.
(3) Rapport de Garan de Coulon, tome 3, page 334.
(4) Journal de bord de l'America, ARCHIVE s NRALLS, carton 52.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs