• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Dedication
 Introduction
 Bibliography
 Sons correspondant à l'alphabet...
 Localisation géographique de langues...
 Nom
 Pronom
 Indefini
 Verbe
 Particules
 Ordes des Mots
 Conclusion
 Table of Contents














Group Title: Le créole haitien : morphologie et syntaxe
Title: Le créole haïtien
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076957/00001
 Material Information
Title: Le créole haïtien morphologie et syntaxe
Physical Description: 180 p. : ; 23 cm.
Language: French
Creator: Comhaire-Sylvain, Suzanne
Publisher: Imprimerie De Meester
L'auteur
Place of Publication: Weteren (Belgique)
Port-au-Prince (Haïti)
Publication Date: 1936
 Subjects
Subject: Creole dialects, French -- Haiti   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Thesis: "Thèse honorée du diplôme de l'École pratique des hautes études à la Sorbonne."
Bibliography: "Bibliographie": p. 13-20.
General Note: At head of title: Suzanne Sylvain.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076957
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000140763
oclc - 26656357
notis - AAQ6898

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Dedication
        Dedication 1
        Dedication 2
    Introduction
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    Bibliography
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Sons correspondant à l'alphabet employé
        Page 21
        Page 22
    Localisation géographique de langues africaines citées dans cette étude
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
    Nom
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
    Pronom
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
    Indefini
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 74
    Verbe
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
    Particules
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
    Ordes des Mots
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
    Conclusion
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
    Table of Contents
        Page 179
        Page 180
Full Text

































IMPRIMERIE DE MEESTER, WETTEREN (BELGIQUE).







SUZANNEl SYLVAIN






LE CREOLE HAITIEN

MORPHOLOGIE ET SYNTAXE





Thise honored du dipldme de I'kcole Pratique des Hautes ftudes d la Sorbonne


WETTEREN (BELGIQUE)
ImPBNmEIB Dz MBSTRBB


PORT-AU-PRINCE (HATn)
CrZ L'AUmBUa


1936









C 7 .5 _
447





























A MA CHtRE MAiTRESSE

MADEMOISELLE LILIAS HAMBURGER

EN TEMOIGNAGE DE MON ADMIRATION

ET DE MA RECONNAISSANCE
















INTRODUCTION.


QUEST CE QUE LE CREOLE HAITIEN?

On appelle creoles en linguistique une s6rie de langues
mixtes n6es, dans les colonies, du contact du blanc, parlant
une langue europ6enne, avec l'indigene ou 1'esclave imports.
Ce terme, qui ne couvrait d'abord que les langues negro-
aryennes, s'est peu A peu g6neralise, si bien qu'on parole
du creole anglais de Chine (pidgin-english), du creole fran-
cais d'Annam, du creole portugais des Indes, etc.
Le creole haitien est la langue populaire et familibre de
la r6publique d'Haiti, I'ancienne colonie frangaise de Saint-
Domingue, don't le francais est rest la langue officielle et
litteraire. Tout Haitien est plus ou moins bilingue. L'Hai-
tien de l'elite, souvent Mlev6 A Paris, parole un francais tres
pur, quelquefois l6g6rement recherche, mais il parle aussi
creole dans l'intimite, il parle creole, en plaisantant, A sa
femme, A ses enfants, A ses amis, il parle creole A ses servi-
teurs et A ses ouvriers. L'homme du people des villes parole
g6neralement creole; cependant, come il a fr6quent6 l'ecole
primaire durant de longues ann6es et qu'il est en contact
perp6tuel avec des gens parlant tant6t creole, tant6t fran-
cais, il peut aussi s'exprimer en francais A l'occasion. Le
paysan, lui, ne parole pas francais ou, s'il est un notable dans
son village, parle un francais affreusement mutil6; en ge-
n6ral, l'adulte ne comprend du francais que quelques
phrases tres simples se rapportant au commerce ou A la
religion. L'enfant de 12 A 14 ans qui se rend encore A l'ecole
rurale possede un petit vocabulaire scolaire qu'il oubliera
plus tard; pour lui, comme pour ses parents, le creole consti-
tuera un jour l'unique moyen d'expression.










COMMENT EST NE LE CRIEOLE HA1TIEN?

Les debuts du creole sont tres obscurs. Le premier texte
connu est la chanson attribute A Duvivier de la Mahautiere
qui a paru en 1757. Cependant, il ne serait pas 6tonnant
qu'A cette 6poque le creole existAt d6jA depuis pros d'un
siecle. Certains mots cr6oles usit6s jusqu'A present, certai-
nes alternances correspondent A une prononciation francaise
dejA archaique vers le milieu du xvnIe siecle, nous permet-
tent d'6mettre cette hypothese. (Cf. < tro bel et # b6l trdp ,
pwes = 6pais < espoes).
A mon avis, le creole haitien est probablement n6 dans
File de la Tortue au course du xvie siecle, du jour ofi un es-
clave negre s'est avis6, pour se faire comprendre du flibustier
francais, son maitre, d'essayer de lui parler dans sa langue.
II y a eu un effort d'ajustement des deux c6t6s, ce qui ex-
plique la formation de notre vocabulaire et 1'extraordinaire
fortune de certain mots se ressemblant phonetiquement dans
la langue du maitre et dans celle de l'esclave. (Cf. va+infinitif,
une des formes du future p6riphrastique francais va+in-
finitif, future 6w6).

ELEMENTS CONSTITUTIFS DU CREOLE HAITIEN.

1. L'indien.

Lorsque les Espagnols d6barquerent en Haiti, en 1492,
1'ile 6tait occup6e par deux tribus indiennes, les Tainos et
les Caraibes. Les Tainos, originaires des bords de l'Or6no-
que, 6taient 6tablis dans le pays probablement depuis le
debut du xive siecle. Ils succ6daient A des aborigines tro-
glodytes, les Siboneys, don't on retrouve les traces dans
nos grottes. L'invasion des Caraibes, 6galement originai-
res des bords de I'Or&noque, avait Wte plus tardive (xve sie-
cle) et de nature moins pacifique. Ils poss6daient deux roy-
aumes sur cinq, A l'6poque de la d6couverte, mais avaient
probablement adopt la langue taino, car les chroniqueurs
ne parent que d'un language commun A toutes les Grandes
Antilles. Reduits en esclavage et extermines en grande parties









par les conqu6rants, les derniers Indiens s'6taient vus rel6-
guer dans le territoire de Boya.
Cependant, on ne peut leur d6nier une certain influence
dans la formation du creole, influence indirecte sur le voca-
bulaire grace aux mots transmis par 1'interm6diaire de l'es-
pagnol ou du francais. [Cf. can't < cannot (francais) < canoe
(caraibe)], influence directed sur le vocabulaire grace aux
relations des Indiens de la reserve avec les n6gres marrons
et des Indiennes de la Tortue avec les flibustiers et les es-
claves. [Cf. iurumu < jurumu (indien) et son doublet i6ddm6 ,
< giraumont (mot francais d'origine indienne d6signant le
meme fruit].
Cette influence s'est peut-etre 6tendue au domaine phon6-
tique. C'est peut-etre A l'indien que nous devons 1'r sourd
qu'on retrouve plus ou moins accentu6 dans certaines pro-
nonciations d6fectueuses de l'espagnol dans toute 1'Am6rique
du Sud, c'est peut-etre A lui que nous devons cette arti-
culation ind6cise de I'y final, tant6t sourde, tant6t sonore,
dans certain mots en -ay, -ey. (Les chroniqueurs 6crivent
tant6t -el, tant6t -ei, tantot -ex = ech, comme terminaison
de certain noms propres indiens.)

2. L'espagnol.

La traite n'a 6te officiellement reconnue et 1'esclavage
consacr6 par la France qu'en 1670. Jusqu'a cette 6poque, les
esclaves des flibustiers de Saint-Domingue 6taient presque tous
enlev6s aux Espagnols; la vogue de la Jamaique come
pourvoyeuse d'esclaves a Wte plus tardive. Plusieurs d'entre
les premiers esclaves 6taient des # ladinos Y de S6ville ou de
Lisbonne, c'est A dire des negres elev&s dans la p6ninsule
et parlant correctement 1'espagnol ou le portugais.
Certains mots d'origine espagnole sont done entries dans
le vocabulaire creole des ses premiers balbutiements, mais
la plupart d'entre eux sont d'emprunt plus recent. Plusieurs
datent de l'occupation de la future r6publique Dominicaine
par la r6publique d'Haiti (1822-1844), d'autres de l'6ta-
blissement en Haiti de nombreux Cubains pratiquant de
petits m6tiers (cordonniers, pAtissiers, etc.), vers la fin du
siccle dernier, d'autres enfin de l'6migration annuelle des










ouvriers agricoles haitiens, vers Cuba et la r6publique Domi-
nicaine, ou encore des rapports des populations frontieres
haitiennes ou dominicaines.

3. L'africain.
Jusqu'au xvIIe siecle, la Compagnie du S6n6gal d6tenait
en fait le monopole du commerce des esclaves; sa rivale
6tait la Compagnie de Guinee. Les esclaves introduits A cette
6poque 6taient principalement des S6n6galais (Wolofs, Man-
dingues), des Dahomeens (Aradas, Nagos, Mines) et des
Congolais. I1 y avait aussi quelques rares negres du Mono-
motapa et de Madagascar.
Telle est la situation constat6e par le Pere Charlevoix
(Histoire de l'Isle Espagnole, 2 vols. in-4 Paris, 1730).
Ce n'est que beaucoup plus tard qu'on recruta surtout des
Congolais, durant les dix dernieres ann6es de la colonisa-
tion, d'apres les rapports des n6griers.
Les dialectes africains se sont tres peu perp6tues en Haiti
parce que les colons, maintenus en veil par les r6voltes fr6-
quentes, avaient soin de choisir des esclaves appartenant A
des tribus diff6rentes. Cependant, des groupements se sont
reforms dans plusieurs cas. M. de la Ronciere cite l'exem-
ple du Pere Boutin qui haranguait les n6gres dans leur lan-
gue (Charles de la Ronciere, Negres et Nigriers, Paris, 1933,
p. 118) et jusqu'A nos jours, certaines chansons vaudouesques
se sont conserves tellement pures que l'une d'entre elles,
consid6rde comme un assemblage informed de syllabes, a pu
etre comprise au Dahomey par les membres d'une sociWte
secrete.
L'apport africain dans le vocabulaire creole est g6enralement
consider comme A peu pros nul. Cependant, j'ai personnelle-
ment relev6 environ 170 mots d'origine africaine ind6nia-
ble et je pense que ce nombre pourrait etre augment de
beaucoup. Dans cette 6tude j'essaie de d6meler l'influence
africaine sur la syntaxe et la morphologie du creole.

4. Le francais.
Le francais a servi et sert encore de base A la formation
de notre vocabulaire: francais dialectal et litteraire au









temps des premiers flibustiers et boucaniers et durant la p6-
riode colonial frangaise, francais litteraire depuis le xixe
siecle.
A la Tortue, les Normands etaient en majority et ils ont
probablement continue a dominer jusqu'au xvme siecle. En
1667, d'Ogeron, premier gouverneur de la colonie, intro-
duisit des Angevins, et son successeur, Ducasse, des Bas-
ques, quelques ann6es plus tard. Parmi les colons du xvine,
on trouvait aussi des Picards et des ( Flamands C'est
sans doute A ces derniers que nous devons les quelques mots
wallons du creole.
Au xvnie siecle, lors de la grande prosperity de Saint-Do-
mingue, toutes les provinces francaises fournirent leur petit
contingent, si bien qu'on retrouve des mots provencaux
on gascons A c6te de terms auvergnats, lorrains ou pi-
cards.
L'influence de certain dialectes s'est aussi 6tendue A la
phon6tique (cf. h>r A l'initiale, comme dans le normand de
Dozul6, Pt Audemer, etc.). Au course de cette 6tude, nous
verrons quelle part il faut attribuer au francais dans la syn-
taxe et la morphologie du creole.


5. L'anglais.

Il y avait des Anglais A la Tortue, parmi les flibustiers.
Le nom meme de flibustier est d'origine anglaise (free-booter).
D'autre part, certaines villes ont Wte plus ou moins longtemps
occupies par les Anglais au xvine siecle, par example, J6r6mie.
Une grande parties des immigres arrives sous le president
Geffrard (en r6ponse A son appel A tous les noirs qui souf-
fraient dans le monde) 6taient Jamaicains ou Americains,
c'est-A-dire de langue anglaise. Enfin, le commerce d'im-
portation a lieu principalement avec les Etats-Unis. Toutes
ces raisons ont contribu6 A enrichir notre vocabulaire d'un
certain nombre de mots anglais. L'occupation ambricaine(1915-
1931) a laiss6 peu de traces parce que, systematiquement,
l'Haitien s'opposait A tout ce qui pouvait ressembler A une
emprise.











SOURCES DE CETTE ETUDE.

Le language analyst est le mien et celui de mon entourage
(parents, amis et serviteurs), c'est a dire d'individus nes
dans la capital ou dans le sud du pays regionn de Nippes
et de Jacmel principalement). Les tournures attributes au
creole du Nord ont Wte fournies par des gens du Sud. Cer-
taines phrases pr&ced6es d'un ont Wte notees sur le champ,
entire 1931 et 1932, comme pr6sentant certaines caract6ris-
tiques qu'il me paraissait necessaire d'6tudier: elles n'en
font pas moins parties du language courant.
Beaucoup de renseignements sur les langues 6w6 m'ont
6t6 fournis directement par le R. P. Aupiais, missionnaire au
Dahomey pendant 23 ans, par Mile Caroline Olympio, m&-
tisse dahom6enne, en pension chez les Dames de St. Maur
(Pau) en 1933 et, surtout, par M. Martin Dossou, inter-
prkte principal du gouvernement francais a Kandi (Dahomey).
Avant de diriger mes recherches vers I'africain, comme
cause des divergences remarqu~es entire la syntaxe du creole
et celle du francais, j'ai 6tudi6 sommairement les langues
indiennes plus ou moins apparentees au taino (pour lequel
on n'a pas eu le temps de faire une grammaire) et les prin-
cipaux dialectes francais. Cette 6tude n'a donn6 qu'un r6-
sultat n6gatif.














1IBLIOGRAPHIE


TEXTES EN CREOLE HAITIEN:

AUBI, Eugene. En Haiti. Planteurs d'autrefois, NMgres d'aujourd'-
hui. Paris, 1910, in-80.
Contient des remarques sur le creole (pp. 36-37) et de
nombreuses expressions et chansonnettes populaires.
AUDAIN, J. J. Proverbes. Port-au-Prince, 1877, 40 pp. in-16.
Contient 1.011 proverbes don't beaucoup de caractre poli-
tique.
CANDIO. Chansons. Imprimees sur feuilles d6tachees. Port-au-
Prince, 1925-30. 25 pp.
CHENET, Edm. Proverbes creoles. Port-au-Prince, sans date. 207
pp. in-8.
Contient 1.456 proverbes avec traduction on equivalent
francais.
Catichisme a l'usage de l'Archidiocese de Port-au-Prince, edition
creole. Fontenay-le-Comte, 1933. 40 pp. in-16.
Conferences des agents agricoles. Archives du Service National de
la Production Agricole et de l'Enseignement Rural. Port-au-
Prince, depuis 1930.
Conferences des agents pour I'eztension de la culture du caft. M&
mes archives, 1926.
Conferences des agents vuterinaires. Memes archives, depuis 1930.
DORET, Fred. Pour amuser nos tout-petits. Port-au-Prince, 1924.
92 pp. in-80.
Recits en creole bases sur les fables de La Fontaine, avec
une introduction de 11 pages sur la prononciation creole.
DORET, Fred. Les premiers pas dans la grammaire. Port-au-Prince,
1925. 152 pp. in-8.
Grammaire frangaise A l'usage des tout-petits r6dig6e en
creole.











DUCOEURJOLLY. Manuel des Habitans de Saint-Domingue. Paris,
1802. 2 vols. in-8.
Vocabulaire francais et creole, dialogues et chansons : t. II,
pp. 283-393.
JANVIER, L. J. Berceuse haitienne. Revue des Traditions Popu-
laires, Vol. I, pp. 21-23. Paris, 1886.
- Zangui. Ibid., p. 107.
La Petite Revue. Port-au-Prince, 1929-34. 6 vols in-8.
Revue mensuelle contenant une fable on un conte creole
par numero.
OP-HEY, H. De Missie van Haiti. Gr. in-8. Contich, Belgique,
1932.
Contient un chapitre intitul6 ( Creoolsch dialect (pp.
126-131) avec un discours du president Salomon (1879-1888),
et de nombreuses expressions populaires dans le texte.
PARSONS, Dr. Elsie C. Spirit Cult in Hayti. Journal de la Soci&-
tU des Americanistes, Paris, 1928.
lItude sur le vaudou contenant plusieurs chansons.
PRICE-MARS, Dr. Ainsi parla l'Oncle.... Compiggne, 1929, in-8
Contient cinq chansons en creole avec musique.
SALNAVE, Th. Chansons. Port-au-Prince.
Imprimees par feuilles d6tach6es. 1925-34. 10 pp.
Saynetes & l'usage des fermes-ecoles. Archives du Service National
de la Production Agricole et de l'Enseignement Rural. Sans
date.
SYLVAIN, Georges. Cric? Crac 246 pp. in-8. Paris, 1901.
Fables creoles en vers sur les themes de La Fontaine,
avec traduction francaise en regard. Remarques lexicologi-
ques et grammaticales, pp. 205-244.
SYLVAIN, Suzanne. Contes chants. Manuscrit, 200 pp. dactylo-
graphites.
Recueil de 125 chansons des mornes et de la ville. En ma-
nuscrit.
VAVAL, Duracine. Histoire de la Litttrature haitienne, in-8. Port-
au-Prince, 1933.
Contient un chapitre sur la litterature creole (pp. 463-474).
et 7 morceaux choisis.












ITUDES LINGUISTIQUES.

Cr6oles frangais:

ADAM, Lucien. Les idiomes nigro-aryens et mal&oaryens. Paris,
1886.
BAISSAC, G. Etude sur le patois mauricien. Nancy, 1880, LvII-233
pp., in-8.
BRUNOT, Ferdinand. Histoire de la langue franCaise, des origins
d 1900. 4e edition revue et augmentee Paris, 1933-35. 8
tomes in-8.
Explication de l'origine et de la formation des parlers fran-
cais-crooles, t. VIIII, fasc. 2, pp. 1117-1147.
COELHO, Ad. Os dialectos romanicos ou neo-latinos na Africa, Asia
e America. Boletim da Sociedade de Geographia de Lis-
boa, 2e s6rie, no 3 (1880), pp. 177-184: Dialectos france-
zes, 6e s6rie, no 12 (1886), pp. 731-748: Dialectos francezes
CORRE, A. Nos Creoles. Paris, 1902. In-8, pp. 251-292, parties lin-
guistique.
DrrcHY, C. K. Les Acadiens louisianais et leur parler. Paris, 1932.
In-8o (d'apres un MSS du Louisiana State Museum, New-
Orleans).
FORTIER, Alcee. Negro-French dialect in Louisiana. Transactions
of the Modern Language Association of America. Vol. I,
1884.
G6BEL-GALDI. Esquisse de la structure grammaticale des patois
francais creoles. Zeitschrift fir franz6sische Sprache und
Literatur, Jena und Leipzig, 1934.
GUILLEMOT, P. Quelques mots a propos du creole. Bulletin de la
Society Polymathique du Morbihan, Vannes, 1930. Proces-
verbaux pp. 22-24.
HOLLY, Edm. La grammaire haitienne Paris, 1931, 61 pp. in-12.
Grammaire 6elmentaire par questions et reponses, concue
d'apres le plan francais et suivie de 41 proverbes creoles avec
leur traduction.
POYEN-BELLISLE, Reni du. Les sons et les formes du creole dans les










Antilles. University de Chicago. Baltimore, Murphy, 1894.
63 pp. in-8.
ltudie les creoles de la Guadeloupe et de la Martinique.
SAINT-QUENTIN, A. de. Introduction lI'histoire de Cayenne. An-
tibes, 1872. (Cr6ole de la Guyane). In-12.
SCHUCIUHRDT, Hugo. Kreolische Studien. Sitzungsberichte d. K. K. A.
W. Wien. Bd. 116 (1888). pp. 227-234: creole francais d'An-
nam.
IDEM. Sur le creole de la Rdunion. (Romania, 1882, pp. 589-593).
THOMAS, I. I. Theory and Practice of creole grammar. Port-of-Spain
(Trinidad), 1869. (Creole de la Trinit6). In-8.

Cr6oles non-frangais.

COELHO, A. Os dialectos romanicos ou neo-latinos na Africa, Asia
e America. Boletim da Sociedade de Geographia de Lisboa.
2e serie, no 3 (1880), pp. 129-196, cr6oles portugais, espagnols
et francais.
- Notas Complementares, 3e s6rie, No 8 (1882), pp. 451-478, cr6oles
portugais et espagnols.
- Notas Supplementares, 6e s6rie, no 12 (1886), pp. 705-755, cr6o-
les portugais espagnols et frangais.
DIHIGO, J. M. El habla popular a travis de la literature cubana.
Habana, El Siglo XX. 1919.
JONG, JOSSELIN DE. Hel huidige negerhollandsch. Teksten en Woor-
denlijst. Verhandelingen K. Akademie van Wetenschappen,
Aid. Letterkunde. Nieuwe Reeks, t. 6, no 1. Amsterdam,
1926.
LELAND, C. G. Pidgin English, Sing-Song, or songs and stories in the
China-English dialect. With a vocabulary. London, 1876,
in-8o.
LENZ, Rodolfo, El Papiamento, la lengua criolla de Curazao, la
gramdtica m ds sencilla. Anales de la Universidad de Chile.
Santiago de Chile, 1926-27.
ORTIZ, F. Los negros curros. Archives del Folklore Cubano, 1928.
SCHUCHARDT, Hugo, Die Sprache der Samarakkaneger in Surinam.
Verh. d. K. Akad. v. Wet. Afd. Letterk., Nieuwe Reeks, t. 14,
no 5. Amsterdam, 1914.









IDEM. Kreolische Studien. Sitz. d. K. K. A. Wien.
1) portugais de S. Thom6, Bd. 101, pp. 889-917 (1882).
2) portugais de Cochim. Bd. 120, pp. 799-816 (1883).
3) portugais de Diu. Bd. 103, pp. 3-18 (1883).
4) espagnol des Philippines. Bd. 105, pp. 111-150 (1884).
5) melandso-anglais, meme tome, pp. 151-161.
6) portugais de Mangalore. Bd. 105, pp. 801-904.
7) portugais d'Annobom. Bd. 116, pp. 193-226 (1888).
9) portugais de Batavia. Bd. 122, pp. 1-255 (1890).
- Beitrage zur Kenntnis der Kreolischen Romanisch. Zeitschr. f.
Rom. Phil. (1888-1889).
a) generalites sur le n6gro-portugais pp. 242-252.
b) negro-portugais de Senigambie, pp. 301-312.
c) n6gro-portugais au Cap-Vert, pp. 312-332.
d) negro-portugais de l'ile du Prince, pp. 463-475.
e) g6neralit6s sur 1'indo-portugais, pp. 478-517.
/) indo-portugais de Mahe, pp. 516-524.
Beitrage zur Kenntnis der Englischen Kreolisch. Englische Stu-
dien.
a) g6ndralites sur les crdoles anglais, Bd. 12, pp. 470-474.
b) anglais de Melanesie, Bd. 13, pp. 158-16.
c) indo-anglais, Bd. 15, pp. 286-305.
West Indian Review. Kingston (Jamaique), 1934-35. (Contes popu-
laires en creoles anglais de la Jamaique et de la Trinite).

Franais.

BEAUVAIS, A. La place des mots. Bordeaux, 1900. 504 pp. in-8.
BRUNOT, Ferdinand, Histoire de la langue frangaise,... voir p. 15.
CORBLET, Abbe Jules. Glossaire du patois picard. Paris, 1851, in-8
(Extrait du t. XI des Memoires de la Societe des Antiquaires
de Picardie).
DARMESTETER, A. Cours de grammaire historique de la langue fran-
Vaise. 20e d. revue et corrigee. Paris, 1905, 1 vol. en 4 part.
in-12.
De la creation actuelle de mots nouveaux dans la langue franfaise
et des lois qui la rigissent. Paris, 1877, 307 pp. in-8.
DAUZAT, A. Morphologie du patois de Vinzelles. 126e fasc. de la Bibl.
de l'Ecole des Hautes ltudes. Paris, 1900, 307. pp.







18

DURET, V. Grammaire savoyarde. Publi6e par E. Koschwitz. Ber-
lin, 1893. petit in-8, carre. xv-91 pp.
ERINGA, S. La proposition infinitive simple et subjective dans la prose
francaise depuis Malherbe. Paris, 1924. 254 pp. in-8.
FAIDIT, H. et VIDAL. Grammaires provenfales, 2e ed. revue par F.
Guessard. Paris, 1858.
GESSNER, E. etude sur l'origine des propositions franFaises. Berlin,
1858, 30 pp. in-40.
GILLIERON ET EDMONT. Atlas linguistique de la France. Paris, 1902-
1910, in-folio. 12 vol. de cartes, 1 vol. de texte et 1 vol. de
tables.
GOUGGENHEIM, G. Les periphrases verbales de la langue francaise.
Paris, 1929, xii-385 pp. in-80.
GUILLAUME, G. Le problkme de l'article et sa solution dans la langue
franfaise. Paris, 1919, 318 pp. in-8.
JAUBERT, Comte. Glossaire du Centre de la France. Paris, 1864.
2 vols. in-80, Paris, 1855-56.
KLINT, Axel. Sur la transitivite du verbe francais. Stockholm, 1879.
LAMOUCHE, Capt. Essai de grammaire languedocienne. Montpellier,
1902, in-16.
LLNDBERG. Les locutions verbales figdes dans la langue francaise.
Diss. Upsal, 1898.
LTrrTR, E. Dictionnaire de la langue francaise et Suppldments.
Paris, 1873-1877. 5 vols. in-4.
MEILLET, A. Sur les effects des changements de langue. Scientia, I. I.
1932.
MISTRAL, Fred. Lou Tresor dou Felibrige. Aix-en-Provence, 1878.
2 vols. in-4.
Moisy, H. Dictionnaire du patois normand. Caen, 1887, 6-cxLvI-
716 pp. in-80.
NYRoP, Kr. Grammaire historique de la langue francaise, 2e ed.
revue et augment6e. Copenhague, 1904-1930, 6 vols. in-8.
POPE, M. K. From Latin to modern French. Phonology and Mor-
phology. Manchester, 1934. xxxix-571 pp. in-8.
ROUJAT, Jules. Grammaire historique des parlers provencaux moder-
nes. Montpellier, 1930-32, 2 vols.
THUROT, Ch. De la prononciation francaise depuis le commencement









du XVIe siecle d'apres les timoignages des grammairiens. Pa-
ris, 1881. 2 vols. in-8o.
VENDRYES, J. Le language, Paris, 1921. xxviwm-439 pp. in-80.
- Milanges linguistiques offers & M. J. Vendryes par ses amis
et ses eil&es. Paris, 1925. vii-392 pp. in-8 (voir Valeur as-
pective de en ) par C. H. Bally, 8 pp.)
WIGAND, A. Formation et flexion du verbe frangais bases sur le latin
d'apres les resultats de la science moderne. Hermannstadt, 1882.
77 pp. in-8.

Africain.

DELAFORGE, Capt. Grammaire et mithode bambara. Paris, 1932.
pp. 202, in-12.
DELAFOSSE, M. La langue mandingue et ses dialectes. Paris, 1929.
xiv-228 pp. in-8.
(Dialectes malink6, bambara et dioula).
- Manuel de la langue agni Paris, 1900, xiv-228 pp. in-8.
- Manuel dahomien. Paris, 1894, pp. 435, in-12.
- Vocabulaire comparatif de plus de 60 langues ou dialectes parlds
a la Cote d'Ivoire. Paris, 1904, Iv-284 pp. in-8.
- Haut-Sinegal. Niger. Les pays, les peuples, les langues, I'his-
toire, les civilisations. Paris, 1912, 3 vols. in-8.
- Esquisse gendrale des langues de l'Afrique et plus particuliere-
ment de l'Afrique francaise. Paris, 1930. 2e Ed. 42 pp. gra-
vures et cartes, in-80.
DELAFOSSE M. et POUTRIN, Dr. Enqurte colonial dans l'Afrique
francaise Occidentale et Equatoriale. Paris, 1930, xxxvi-562 pp.
in-4o, gravures et cartes.
(Pr6c6d6e d'une esquisse des langues de 1'Afrique avec classi-
fication linguistique des diff6rents peuples.
FISCH, R. Grammatik der Dagomba Sprache. Berlin, 1912. (Langue
voltaique).
GADEN, H. Le Poular. Seingal. Paris, 1912-1914, 2 vols. in-80
(Collection de la Revue du monde musulman.)
JACQUOT. Etude sur la langue nago. Lyon, 1880.
MEILLET et COHEN. Les langues du monde. Paris, 1924. xvi-811 pp.
in-80, 18 pl.










MIGEOD, F. W. H. The languages of West Africa. Londres, 1911-
1913. 2 vols. in-8.
- The Mende language. Londres, 1908, 271 pp. in-8.
RAMBAUD, J. B. La langue wolof. Paris, 1903. 106 pp. in-8.
SCHURH, G. Die Sprache der Basa in Kamerun. Hamburg, 1911.
WESTERMANN, Diedrich. Grammatik der Ewe Sprache. Berlin, 1907.
xvi-158 pp.
- Die westliche Sudansprachen. Berlin, 1927, 313 pp. in-8.
- Die Sudansprachen. Hamburg, 1911, vini-222 pp. in-8.
- A short grammar of the Shilluk language. Philadelphia, 1911.
v-75 pp. in-80.
- Gbesela-Yeye. English-Ewe dictionary. Berlin, 1930, vii-347,
pp. in-12.
- Die Sprache der Guang in Togo... Berlin, 1922, pp. 268 in-8o,
- Die Gola Sprache. Hamburg, 1921, vi-178 pp. in-80.
- Die Mossi Sprachengruppe. Anthropos, VIII, 1913.
WOLF. Grammatik der Kpossossprache. Hamburg, 1921 (Anthropos
IV, 1909).
- Grammatik der Kogbbrik5. Anthropos, II, 1907.
(langue Bburnmo-dahomeenne).


















SONS CORRESPONDENT A
L'ALPHABET EMPLOYEE



La phonetique du creole devant faire l'objet d'une etude sEparde
nous ne nous en occuperons pas ici. Cependant les mots ayant etW
notes d'apres leur prononciation et non d'apres leur etymologie
contrairement A l'usage haitien, il est necessaire de donner l'expli-
cation de 1'alphabet employ :

Voyelles.

i = i frangais de fini.
6 = pas de correspondent francais, plus ferm6 que e de tid.
6 = pas de correspondent francais; plus ouvert que e de bel.
a = pas de correspondent francais; plus ouvert que a de natte.
6 = plus ouvert que o de sotte; pas de correspondent francais.
o = equivalent de o francais de mot en moins arrondi.
u = equivalent de ou francais en tres peu arrondi.
ii = equivalent de u francais en moins arrondi.
I = i nasalis6; se rencontre dialectalement en frangais.
S= e ouvert fortement nasalise, beaucoup plus que ain de pain.
d = a ouvert fortement nasalises; pas de correspondent francais.
6 = o moyen fortement nasalis6, beaucoup plus que on de bon.
i = u nasalis6; se rencontre dialectalement en francais.

Demi-voyelles.

w = Equivaut A ou fran ais suivi de voyelle.
w = prononciation sourde de la m6me demi-voyelle.
y = 6quivaut h i francais suivi de voyelle. A l'initiale, possede
une articulation affriquee sans correspondent francais.












Consonnes.

p = p franuais, quelquefois aspire.
b = b francais. V
f = / francais,
v = v francais,
m = m francais ou plus nasal.
t = articulation plus variable qu'en francais; peut 6tre alv6olaire,
dentale et presqu'interdentale, suivant la voyelle qui
la suit.
d = sonore correspondante.
s = s francais.
z = z francais.
n = plus nasal que n francais.
I = 1 francais.
r = pas de correspondent francais; articulation relAch6e de r
s'apparentant A celle de w.
r = pas de correspondent francais; articulation v6laire, plus ou
moins sourde et quelquefois aspiree de r.


= ch francais.
z = francais.
S= pas de correspondent frangais, son tch, corres
ch anglais.
di = pas de correspondent francais; son dj, corresp(
anglais.
ii = gn francais de rHgne.
n = son ng, correspondent A ng de thing en anglais;
respondant francais.
k = c dur francais (cf. casser).
g = g dur francais (cf. gdter).
h = h aspire; se rencontre dialectalement en frangais,


ipondant an

ondant au j


pas de cor-














LOCALISATION GEOGRAPHIQUE
des langues africaines et indiennes
cities au course de cette 6tude.



ABWA. Langue parl6e dans la branch orientale du delta du
Niger.
ADAMPw Dialecte de la region d'Addah a l'embouchure de la
Volta.
ALAGUIAN. Langue parl6e au sud de la lagune Ebrid, a l'ouest
de Petit Bassan, region de Jacqueville.
AGNI. (Sous-groupe et langue). Sous-groupe: division du
group 6burn6o-dahom6en ayant pour langue-type l'a-
gni, langue parl6e au sud de l'abron (langue tchi),
entire l'assaye (langue agni parl6e a l'ouest de la
moyenne Tano) et le fanti (langue tchi des provinces
de Cape East, Elmina, Sekondi et pays a l'arribre) A
l'est, la Comob a l'ouest.
ANGFWEBE. Dialecte ew6 des regions de Misah8he et Kpando.
BALI. Langue parole entire la Volta et les Monts Akposso groupe
6burneo-dahomeen).
BAsA. Langue parl6e de Bafou a Marshall dans la region de Grand
Bassa groupe 6burnmo-liberien).
BumI. Langue parl6e dans la region de Fernando-P6.
BULLOM. Langue parl6e sur la cote de Freetown a Sherbro.
IBURNEO-DAHOMEEN Groupe de 48 langues. Le plus important
par rapport a la formation du creole haltien. Fait suite
A l'ouest le long de la c6te de Guinee au group nig6ro-
cam6rounien. Limit au nord par ce dernier et le group
voltaique, au nord-ouest par le group nig6ro-s6n6galais,
a l'ouest par le group 6burn6o-lib6rien. Possede une
enclave isolde dans le Liberia constitute par la langue
gola.









EFIK. Encore appeal fi, calabar ou moko, langue parole dans
la region de 1'embouchure de la Cross River et depuis
Old Calabar jusqu'au delta du Niger.
wt.. (Sous-groupe et langue). Sous-groupe: division du group
6burn6o-dahom6en ayant pour langue-type 1'ew6, lan-
gue parl6e dans les regions d'Avr6k6t6, Lom6 et Quittah
sur la c6te. Leslangues 6ew sont parl6es sur la c6te entire
les langues tchi A I'ouest et la langue yoruba A 1'est.
FONGBI. Langue 6w6 parl6e au Dahomey dans les regions d'Al-
lada et de Ouida.
FULA. ou POULAR ou PEUL. Langue parl6e par des s6mites
nomades plus ou moins m6tiss6s de S6reres noirs (Peuls,
Toucouleurs, Foulas). Les Peuls sont r6pandus dans
presque toutes les regions du S6n6gal, dans le Soudan
et la Haute Volta, dans le Niger et au nord du Dahomey.
Les Toucouleurs occupent l'emplacement de l'ancien
royaume de Tekrour (Fouta s6n6galais) une parties de la
Mauritanie du Soudan et de la Haute Volta. Les Foulas
habitent le Fouta Djalon.
GAN. Langue 6burn6o-dahom6enne parl6e dans la ville d'Accra
et dans la region, sur la c6te.
GWA. Langue 6burn6o-dahom6enne parl6e dans la region de la
lagune Potou.
HAUSSA. ( Idiome maternel d'une society en parties tres evoluee
est devenu la principal langue d'extension et de civi-
lisation du Soudan Central ) (Les langues du Monde,
par Meillet et Cohen, p. 511). Parl6 par plus de six
millions d'individus depuis les oasis du sud alg6rien
et du sud tripolitain jusqu'au Niger des deux c6t6s
de l'embouchure de la riviere de Sokoto. Langue auxi-
liaire des Touaregs au sud et au sud-est d'Agad6s et
des n6gres des bassins du Bas-Niger, de la B6nou6 et
du Komadougou.
IBO. Langue parl6e sur les deux rives du Niger en aval d'Idah
jusqu'au delta exclus, a l'est jusqu'A la vall6e de la Cross
River.
IGBIRA. Parl sur la rive droite de la riviere Benou6 pros de
son confluent avec le Niger et sur la rive droite du Niger
en aval du meme confluent jusqu'A Idah.








25

IGARA. Parle a l'int6rieur du coude form par la Basse B6nou6
et la rive gauche du Niger.
KANUR. Parle autour du lac Tchad (Nigeria et A. O. F.).
MANDINGUE. Idiome de tres grande extension qui tend A se r6pan-
dre dans toute l'Afrique Occidentale. Langue maternelle
d'environ deux millions et demi d'individus, langue auxi-
liaire de plus de deux millions. Parle de facon continue
depuis le Bani A 1'est jusqu'A la basse Gamble A l'ouest
et depuis le parallele de Nioro au nord jusqu'aux sour-
ces du Niger aux approaches de la fort dense du sud.
Parl6 d'une facon diss6minde dans de nombreuses co-
lonies citadines sur le coude sud de la Volta Noire en
pays bobo et s6noufo, A Bondoukou et aux environs.
MENDE. Langue du group nig6ro-s6negalais parlke A I'ouest de
St-Paul apres la langue val et au sud-ouest des sources
du Niger apres Kono.
NUPt. Langue parl6e dans la region de Bida et sur les deux rives
du Niger depuis les rapides de Boussa jusqu'au confluent
de la BBnoue.
SONGHAY. Langue commercial et politique du nord de la bouche
du Niger. Parle par environ 300.000 individus dans
la vall6e du Niger en amount de Gao inclus jusqu'A
Djenn6 inclus, y compris Tombouctou.
SNOUFO. Sous-groupe de langues nig6ro-camerouniennes, par-
lees de Bani au coude sud de la Volta Noire, par envi-
ron 800.000 individus.
SHILLUCK. Langue parlke sur la rive gauche du Nil Blanc au
nord de Fachoda et sur les deux rives entire Fachoda
et le confluent de Sobat ainsi que plus au sud entire le
Bahr-el-Djebel et le has Omo.
TEMNA. Langue du group senegalo-guinden parlee dans les
vallkes de la Kolente, de la Petite Scarcie et de la Ro-
quette.
TCHI ou Twi. (Sous-groupe et langue). Sous-groupe: division
des langues 6burn6o-dahomeennes ayant pour langue-
type le tchi, langue parl6e dans la region de Coumassie
par les Adansi, les Denkiras, les Amansis, les Achantis
et les Ahafos.








26

WOLOF.-- Parl6 sur le Bas S6n6gal a partir et en aval de Dagana et
au sud jusqu'a Dakar inclus. Tend a devenir la langue
commercial du S6n6gal.
YORUBA. ParlT sur la c6te depuis la riviere B6nin A l'est jusqu'a
l'Ouem6 a I'ouest regionn de Lagos), en arriere vers le
80 de latitude nord et plus A l'ouest au nord du Daho-
mey propre.

CAR.ABE. Langue indienne. Langue maternelle d'une parties des
aborigines d'Haiti et des esclaves indiens imports des
Petites Antilles.
TA-NO. Langue indienne generalement parl6e en Haiti A 1'epoque
de la decouverte.
t-Vi. Langue indienne A vocabulaire apparent au caraibe et
au taino don't les Portugais ont fait la langue commune
(lingua geral) des Indiens du Brdsil.














NOM




SUBSTANTIF.

Le substantif creole peut se presenter sous une forme
d6terminde (simple ou emphatique) et sous une forme in-
d6terminme :
rat = le rat (en general)
diri = le riz (en general)
rat-la = le rat (celui don't je parole)
diri-a = le riz
rat-la-a = le rat (celui don't je parole precis6ment)
diri-la-a = le riz
Sous sa forme ind6termin6e le substantif est invariable
en genre et en nombre.
Gadb rtd pu Zwin = Les gardens sont difficiles A trouver,
les gardiennes etc. (un ou une gardienne en general)
Lb gadb mov6, pitit move = Quand le garden est mauvais
1'enfant est mauvais, quand les gardens etc.
M'reme dive = J'aime le vin
M'rme tut dive Afrds = J'aime tous les vins de France.
Sous sa forme d6terminee le substantif prend la marque
du pluriel en 6changeant le suffixe -la (= a, dl, a) centre
le suffixe -yo:
Bet-la = la bMte don'tt je parole)
bet-yo = les bWtes don'tt je parle)
fdLm-ld = la femme don'tt je parle)
fim-yo = les femmes don'tt je parole)
fi-a = la jeune file don'tt je parle)
fi-yo = les jeunes filles don'tt je parole)
bet-la-a (sg.) bUt-la-yo (pl.)
fam-la-a (sg.) fdm-ld-yo (pl.)










De rares substantifs ont conserve la flexion du francais,
pour indiquer le nombre, mais A c6t6 de la forme fl6chie il y
a toujours la forme invariable r6guliire.
Madam-la = la femme, la dame don'tt il s'agit)
Medam-yo = madam-yo = les dames don'tt il s'agit), ces da-
mes
fiu mus = flu msye = un monsieur
d& ti-mesye = d& ti-muse = deux petits messieurs.
II y a des traces de genre:
1. Les animaux de sexe different se distinguent en ajoutant
au nom de I'animal le mot < mal = mAle, ou < fim6l =
femelle :
mal burik = 1'Ane
fimel burik = 1'Anesse
mal se-a = le chien don'tt je parole)
fim8l s-a = la chienne don'tt je parole)
2. Dans bien des cas, a la difference de sexe correspond
une difference de mots h6rit6s du francais:
n6m = l'homme fam = la femme
k6pe = le compere k6m = la commere
toro = taureau vaS = la vache
gaso = garcon fi = fille
3. Dans d'autres cas, assez rares, le creole a conserve la
flexion du francais:
milat = mulitre milatres = mulatresse
neg = negre neges = negresse
4. Enfin certain mots, par raison d'6tymologie ou d'usage,
sont consid6res comme essentiellement masculins ou feminins
et ne possedent pas d'6quivalent applique A 1'autre sexe:
maku = chat (chatte = fim1l sat)
buk = bouc (chevre = fimel kabrit)
dbkte = docteur
bbk6 = rebouteux
maSan = marchande (marchand = l'homme qui vend: n6m
ki van)
lesivye = blanchisseuse (blanchisseur = I'homme qui lave
et repasse: n6m ki lavW-pase)










kriziny6z = cuisiniere (cuisinier = 1'homme qui cuit le man-
ger: n6m ki kwit ma6)
Le vocatif peut s'indiquer A l'aide du suffixe -o:
Pitit-o = 6 enfant
Maybt-o = H6! Mayotte = 6 Mayotte!
Ti-Des-o, rive kot&-1 = Mercedds, va le trouver I
M6dam-o, pros ti-gut = Mesdames, approchez I
Vy n-mut6-o, m'rayi-u = Viande de mouton, je te hais!
Il y a une trace de flexion devant un g&nitif dans le mot
< ku d6riv6 du frangais de:
Li bam flu ku = Ii m'a donn6 un coup
Li ba-m nui kut rbS = II m'a donn6 un coup de pierre
Grimisi si s6 kut baton = Le remerciement (qu'on donne)
au chien est un coup de baton.
Le rapport d'appartenance s'exprime par juxtaposition:
on fait suivre le substantif d6signant l'objet possWd6 par le
substantif d6signant le possesseur, les particles de d6ter-
mination se placent en dernier lieu. Quand il n'y en a qu'une,
elle se rapporte au possesseur; quand il y en a deux, elles
peuvent se rapporter A l'un ou A l'autre, aux deux si le pos-
sesseur est unique.
Bri mun = le br it des gens
Bri mun-yo = le bruit des gens don'tt il s'agit)
Bri mun-la-yo = le bruit des gens don'tt il s'agit pr6cis6ment)
Zw6t pitit-yo = le ou les jouets des enfants
Zwet pitit-la-yo = le ou les jouets des enfants (d6t. emphat.)
Zwet piti-la-yo = les jouets des ou de l'enfant.
Rad fam-la = Le ou les v6tements de la femme don'tt il s'agit)
Rad fam-yo = le ou les vftements des femmes don'tt il s'agit)
Rad fam-la-yo = les v6tements (d6t.) de la femme (d6t.).
Les autres complements d6terminatifs sont aussi juxta-
poses, mais s'il n'y a qu'une particule de determination,
elle appartient toujours au premier substantif et non au
substantif r6gi.
Kay ialuzi vet-la = La maison aux volets verts
Bwet b6b6-d = la botte de bonbons









Say patat-la = la charge de patates
K6fiti zori-la = la confiture d'oranges
Rad bul rui-la = la robe aux boules rouges
Bwet b6bo-yo = les boites de bonbons
Bwet bob6-la-yo = les boites de bonbons (d6t. emphat.).


FORMATION.


Le creole forme ses substantifs:
1) Par habilitation, c'est A dire qu'il rend aptes A rem-
plir les functions de substantifs certain mots qui appartien-
nent A d'autres parties du discours ou sont usit6s pour d6si-
gner une personnel ou une chose unique dans leur espece:
a. noms propres d6signant une personnel:
flu miSl-morE = un homme a tout faire < Michel Morin
flu s-ibi2 = un mille pattes < Saint Georges
flu buki = un imbecile < Bouqui, h6ros de conte populaire
flu eshl-badyo = un sot < Insel Badio, h6ros de conte popu-
laire.
b. noms propres d6signant une chose:
flu dinaza = un costume tres elegant < M. de Nisard
flu ti-nasi = un costume neuf < Nancy (drap de Nancy)
flu d6mped = une sorcellerie < Don Pedro
flu gbgmagbg = une vulgarity < Gog et Magog
flu madasara = espece d'oiseau < Madame Sarah
Sad&k = pamplemousse < Shaddock, naturaliste
pwesiyad = une espece de fleur < Poincy, gouverneur
ram6n = une plante < Ram6n
mnmawan = une plante < Mama Juana
braba = tissu de coton c. adjectifs :
s6t = sottise < sotte
maleg = plaie < malingre
pares6 = une plante < paresseux
kaprisy&z = une plante < capricieuse.









d. verbes:
krak6 = crachat < cracher
mati = mensonge < mentir
Air6 = allure < d6chirer
mbd6 = morsure < morder (esp.)
kabiSa = sommeil 16ger < cabecear (esp.) = dodeliner de la
tote.
e. particles:
ad66 = la champagne < en-dehors

2. Par derivation.
Le suffixe -6 (-t4 quand le mot est termine par une voyelle)
s'ajoute aux substantifs:
aksy6ne = individu Bnergique < action
lodyase = bavard < lodyas = conversation (fr. audience)
wagat6 = sorcier < wdga = sorcellerie, sortilege (africain:
wanka)
tafyat6 = ivrogne, buveur < tafia.
Le suffixe -t6 s'ajoute aux adjectifs:
b<6 = beauty < belle.
Le suffixe -ad6 s'ajoute A des verbes:
furadb = indiscret < se fourrer
paladb = parleur < parler
vatadb = vantard < se vanter
Le suffixe -ai (= ay) s'ajoute aussi A des verbes:
mak6nai = entrecroisement < makbn6 < mancornar (esp.)
= croiser les comes d'une paire de beufs
dodinai = balancement < dodini < dodeliner
brotay = d6menagement < brot6 = transporter < brouette
k6traz = action en vue de contrarier < k6tr6 = contrarier
< encontre.
ainsi que le suffixe -ma:
d6gr6sma = action de faire perdre de la graisse, de fair
maigrir < d6gr6es < graisse
d6fripma < d6friper, normand = rendre lisse ce qui 6tait
frip6 (d6fripma = action correspondante).
Ces divers suffixes sont d'un emploi tres limits.









3. Par composition.
a. Addition de prefixes, c'est-A-dire de mots qu'on n'em-
ploie jamais isol6ment, qui n'acquierent leur sens que pr6-
poses A d'autres mots.
Le prefixe ti- issu du francais petit ) donne des dimi-
nutifs. II est d'un usage extremement frequent.
ti-pul = poussin
ti-mun = enfant (mun = personnel)
ti-fle = fleurette
ti-kay = maisonnette
ti-kap = petit cerf-volant
ti-rad = petit costume
ti-Sat6 = chansonnette.
On rencontre souvent, dans la nomenclature botanique,
un pr6fixe ti- derive du Fon ati> qui signifie plante:
ti-bom = Mentha arvensis L.
ti-kok6m = Cucumis anguria L.
ti-lalo = Sida acuta Burm
ti-pra-maro = Crotalaria incana L.
ti-lian-Ibo = Echites repens Jacq.
ti-mi-Sadel = Pennisetum glaucum R. Br. (Peut-etre faut-il
donner h < ti-mi ) 1'6tymologie wolof m pity mi = oi-
seau, on entend couramment (piti-mi pour < ti-mi a).
Le mot 4 mama prefix6 a un substantif lui donne une
valeur d'augmentatif:
flu mOma-kay = une 6norme maison.
flu mama-py6-bwa = un arbre immense
nu mama-poto = un poteau gigantesque
flu mama-dybb = une affaire louche de grande envergure
flu mama-tripbt = un tripotier sans-pareil
flu mama-sat = un chat enorme
fu mama-pitit = un enfant gigantesque.
Le pr6fixe m mama- ne doit pas ftre confondu avec le
substantif < mama ) significant < mere ), il y a entire les deux
une difference de ton, la second syllabe du pr6fixe a une
intonation descendante. La modulation de la voix dans










( flu mama Sat pourrait etre figure graphiquement comme
suit :
flu mama sat = une chatte avec des petits

flu mama sat = un chat enorme


Le mot < koken probablement drive du francais 4 co-
quin de quelquefois renforce en (koken-sen (probable-
ment coquin de chine #) pr6fix6 a un substantif lui donne
6galement une valeur d'augmentatif:
flu koken-fim = une femme immense, une g6ante
flu koken-kn-nom = un geant
flu koken-ti-mun = un enfant gigantesque
fiu koken-~n-kbd = une corde immense
flu koken-rat = un rat 6norme.
b) deux substantifs:
r6-zwet = plaisanterie (rond-jouet)
M-burik = une fleur (oeil-bourrique)
lalwUt-tita = impossibility de rester sans parler (luette-tetard)
lag-al6l- = bavard (all-6 = cercle, dah.)
pra-diri = esp6ce de fleurs rouges et blanches (pois-riz,
e pois ) se dit souvent pour haricots rouges)
buS-kabrit = Cassandre (bouche-chevre)
neg-m6n = paysan (negre-morne)
b6lm&-s6ly = une fleur (belle-mere du soleil)
bla-poba = manant de race blanche (blanc-flacon)
zetriy&-negs = un gateau sec (6trier-n6gresse)
mdma-lama = une solanQe (lama = salade, dah).
c. substantif et verbe:
pas-rai = danse peu esth6tique (passer-rage)
ldvi-muri = imprudent (envie de mourir)
Sikane-vwezinai = hareng-saur (chicane le voisinage)
mare-tet = bandeau (cf. francais: serre-tete)
kupe-kol6n = une plante (couper-colonne)
kase-zo = une plante
brize-menai = une plante.










d) substantif et adjectif:
gro-popo = personnage
tet-kalk = homme de peu d'importance (t&te rase)
pw6s6-fri = homme de peu d'importance
ravet-blaS = albinos (ravet = blatte < arab6, taino)
b6dy6 = statue (Bon-Dieu)
kuze-gro-neg = une plante
mayi-buyi = une plante (mais-bouilli)
vaya-gas6 = une plante (vaillant-garcon)
twa-parbl = une plante (trois-paroles)
venkatre = une araign6e venimeuse (24 heures)
twa-d6gut = un poison violent (3 gouttes)
kat-sime = une plante (4 chemins)
6-pet6 = aveugle.
e) substantif et adverbe:
z6bi-dusma = hypocrite (nsumbi = diable, Congo)
zo-duva = une fleur (os-devant).
f) deux verbes:
flu sus6-tren~ = un parasite (sucer-trainer)
flu m6d6-sufl6 = un hypocrite, une hypocrisie (mordre-souf-
fler)
flu l6s-grena = une insouciance (laisser-igrener).
g) verbe et adverbe:
g6ri-vit = une plante.
h) locution adverbiale:
sases = une fleur (sans cesse)
i) phrase complete, cristallisee a une certain 6poque:
flu ti-Zezi-na-po-krab = un sainte-nitouche (un petit Jesus
dans la peau d'un crabe)
flu lage-brid-keb6-k6 = une d6bandade (un lachez la bride
tenez la queue)
flu tp-pe-te-kale = un homme mesquin (un tient le pain tient
le shelling)
flu va-ni-vat = un va-nu-pieds
flu at6-m-b6 = une espece de legume (un maintenant je suis
bon)










flu fu-be-flm = une esp&ce de gateau (un se moque bien
de la femme)
flu md-fu-b = un home negligent, d6sordonn6 (un m'en
fous bien)
sa-pu-sd = une graminee (100 Oo)
karakte-d6z-6m = une 16gumineuse (caract6re des hommes)
z6bi-nd-bwa = une plante (diable dans les bois).
Les substantifs creoles non emprunt6s au francais ou
A une autre langue se forment presque tous par composition.

4. Par emprunt:
a) Le creole a tire la plupart de ses substantifs du fran-
cais (litteraire on dialectal). Au xvie et au xvme si6cles,
l'apport des divers dialectes et patois a 6te considerable.
Depuis l'ind6pendance (1804) c'est surtout le francais litt6-
raire qui a continue A fournir des materiaux.
ruz6 < rouse (= rose, normand)
makriyo < macriau (= maquereau, normand)
kras < crasso (= vilenie, provenCal)
lak6 < laccon (= chaland, poitevin)
twel < toile
dra < drap
tapi < tapis
Il y a quelquefois proth6se d'616ments issues de l'article
francais: z- pour les mots commencant par une voyelle
cristallis6e au pluriel, la ou 1-, quelquefois n-, di- ou dl-, pour
les mots cristallis6s au singulier. Un seul des 616ments, 1-,
est encore plus ou moins vivant, c'est-A-dire, capable de
se combiner A des mots nouveaux.
zanimo < animaux
zo < os
zb~ry < oreilles
zy6 < yeux
zaf6 < affaires
lafyev < fisvre
Idmm < mer
lanwit < nuit
lamori < more










n6m < homme
nam < Ame
n6~1 < 6chelle
diri < riz
dif6 < feu
dive < vin
dlo, glo < eau.
b) Substantifs tires de langues 6trang&res:
lian = liane < liani = spouse (taino). A passe au franCais.
mariguya (fruit) < mariguya = meme fruit (caraibe)
agama = camBleon < agama = cam6l6on (fongb6)
blad = sifflet a vessie < bladder = vessie (anglais)
pby = coq de combat < polo = poulet (espagnol)
gagan = gorge, gosier < garganta = gorge (espagnol).
Quand le substantif est issu d'un mot appartenant A une
autre parties du discours, il peut y avoir prothese de 1- ou la-.
lafw6rad = besoin de sortir < a fuera de = hors de (esp.)
L'emprunt est jusqu'd present le plus f6cond des modes
de formation de nouveaux substantifs.


DISCUSSION

Lors de la formation du creole il y avait en presence d'un
c6te le maitre puissant et redout6 se servant d'un petit
nombre de mots francais, toujours les memes, de l'autre
des esclaves parlant une grande diversity de dialectes afri-
cains, il est done natural que presque tout le vocabulaire
creole ait 6t6 tire du francais. Pour ce qui a trait A la syn-
taxe le cas etait different: il y avait d'une part le francais
simplified qu'employait le colon et de l'autre une multitude
de langues africaines poss6dant a peu de chose pres la meme
structure grammaticale, structure 6galement tres simple.
A propos de ces langues d'Afrique Occidentale M. Migeod
ecrit: < The complete dissimilarity of vocabulary, but uni-
formity of syntax is often most striking and the reason
may perhaps fairly safely be ascribed to the early crystalli-
sation of the mental powers of the black race # (1) (La dissem-

(1) Hugh MIGEOD, The languages of West Africa, London, 1911, p. 192.









balance complete des vocabulaires en face de l'uniformit6
de la syntaxe est souvent des plus frappantes et la raison
de ce fait peut, avec sans doute assez de justesse, etre at-
tribu6e A la cristallisation pr6coce des facultes mentales
de la race noire). Le n6gre a done pu adopter pour s'expri-
mer les grandes lignes de la construction francaise, mais
il a pu 6galement conserver ses vieilles habitudes de s'ex-
primer correspondent A sa facon de sentir et de penser. Nous
examinerons done l'6volution du substantif: a) en partant
d'une base frangaise, b) en partant d'une base africaine.

Base frangaise.
1. Le substantif n'a qu'une forme qui est ind6termin6e.
Supposons un instant que le suffixe -la du creole soit issu
de l'article d6fini f6minin ( la choisi de pr6f6rence A < le
comme 6tant plus sonore. L'article frangais ne possede pas
la valeur d6terminante absolue du suffixe creole, le nom
prec&d6 de l'article peut avoir une signification tout A fait
generale; dans une phrase du genre de ( le chat et le chien
ne s'entendront jamais > il est impossible de traduire < le
chat et le chien > par << at-la ak s&-d on emploiera tou-
jours la forme indetermin6e < gat ak B >. Admetttons main-
tenant que -la soit d'origine adverbiale et derive de I'adver-
be de lieu (lA #, resterait encore A expliquer la forme plu-
rielle ( yo ).
2. Dans la langue parl6e, le substantif francais A de rares
exceptions pros est invariable en nombre : un chat (9a), des
chats (sa); une rose (roz), des roses (roz). On congoit done
fort bien un substantif creole invariable.
3. Quoique le genre soit quelquefois exprimee par des
mots diff6rents en francais, dans la plupart des cas il y a
flexion de la terminaison. Le systeme flexionnel qui a laiss6
en creole de vagues traces a pu disparaitre en raison de sa
complexity.
4. Le rapport d'appartenance s'indique A l'aide d'une
proposition reliant le nom de l'objet poss6d6 A celui de son
possesseur. Les prepositions ( de et A ) n'ont pas Wte con-
serv6es en creole sauf dans des locutions fig6es, cependant
l'ordre des mots 6tant le meme on peut IA encore donner
A la construction une origine francaise. D'ailleurs le vieux









francais a connu la juxtaposition sans particule pour indi-
quer l'appartenance (cf. Hotel-Dieu).
5. Les modes principaux de formation des nouveaux
mots en francais sont la suffixation et la pr6fixation, le creole
ayant a sa disposition le tresor inepuisable du vocabulaire
francais forme peu de nouveaux mots, mais en general il
prefere nettement la composition A la derivation.
6. Le francais forme ses diminutifs au moyen de suffixes.
Le creole emploie un prefixe, mais ce prefixe 6tant derive
de l'adjectif francais ( petit g6neralement pr6fix6 la place
de la particule creole se trouve justifi6e.
7. Le francais forme rarement des augmentatifs; quand
il le fait c'est generalement par suffixation (ex. couteau,
coutelas) le creole pr6fixe aux substantifs certain mots vides
de sens par eux-memes puisqu'ils ne peuvent etre employes
isol6ment.

Base africaine.
Nous ne nous ecarterons pas de I'Afrique Occidentale
equatoriale, region d'ofi 6taient tires les esclaves imports
a St-Domingue.
1. Quand le nom n'est pas invariable, il forme generalement
son pluriel a l'aide du pronom de la troisieme personnel du
pluriel, tantot suffix& comme dans le group mandingue
et dans le group agni, tant6t pr6fix6 comme dans le group
du Bas-Niger. En creole, le suffixe de determination pluriel
-yo est en meme temps le pronom de la troisieme personnel
du pluriel.
2. Dans plusieurs langues le substantif poss6de une for-
me determine et une forme indeterminee, chez les Ewe
par example la particule d6terminante est -la ou -a qui se
place apres le nom, le pluriel s'indique en postposant -wo
pronom de la troisieme personnel du pluriel: ho-la = la
maison, ho-a-wo = les maisons. En creole on dit: kay-la
et kay-la-yo.
3. En Afrique le genre est d'ordinaire present chez les
peuples de pasteurs, or dans la region qui nous int6resse
resident surtout des agriculteurs, la grande majority des
langues est done depourvue de genre grammatical (songhay,
wolof, group mandingue, group 6w6, group s6nufo,









group Bas-Niger, etc.). Nous nous trouvons encore en con-
formit6 avec le creole.
4. Le rapport d'appartenance s'indique g6n6ralement en
juxtaposant le nom du possesseur et celui de I'objet poss6d6
(dans certaines langues parait une proposition). Dans les
langues soudanaises le nom du possesseur vient en premier
lieu, cependant en yoruba, langue parlke au Dahomey com-
me les dialectes 6w6, I'ordre est inverse comme en creole,
M. Westermann voit dans cette inversion l'influence du
hausa (1).
5. Dans la plupart des langues la particule -o est suffix6e
aux noms pour appeler les gens A distance comme en creole.
6. Dans les langues soudanaises on n'utilise pas beaucoup
la derivation pour former de nouveaux mots; au Dahomey
par example, region ofi nous avons trouv6 le plus de points
de contact avec le creole, on se sert surtout de la juxtaposi-
tion des radicaux. La pr6f6rence du creole pour la composi-
tion se trouverait done expliqu6e.
7. L'usage du ton comme outil grammatical existe dans
plusieurs langues du group 6burneo-dahom6en (fon, 6w6,
bali, goua etc.). La distinction entire les deux sens de au moyen du ton est done probablement d'origine africaine.


ADJECTIF QUALIFICATIF

Bien que le creole poss6de grace A sa facility d'adoption
des mots francais une grande quantity d'adjectifs, il n'y
en a qu'un petit nombre qui soient tres usites. Le paysan
ne s'en sert qu'avec parcimonie, par example pour designer
les couleurs, il r6unira sous le terme ( rui # le rouge, le jaune
et le brun, sous le terme < bl6 > le bleu, le vert, le violet. L'hai-
tien cultiv6 parlant ou 6crivant en creole emploie une plus
grande diversity d'adjectifs que I'homme du people, mais
se sert quand meme de beaucoup moins de qualificatifs que
lorsqu'il parle frangais et comme l'homme du people em-
ploie beaucoup plus souvent I'attribut que 1'6pith6te.


(1) D. WESTERMANN, Die Sudansprachen, Hamburg, 1911, p. 48.









Comme le substantif le qualificatif a une forme d6ter-
minee et une forme indetermin6e. La forme determinee ne
s'emploie qu'avec le superlatif relatif ou lorsque le nom ou
le pronom auquel se rapporte le qualificatif est sous-entendu,
elle varie g6neralement au pluriel. La forme indeterminee
est toujours invariable.
nfi gro gato = un gros gAteau
flu vole gro madam = une quantity de grosses dames
Ki gato m'a-pra? Gro-a = Quel gAteau prendrais-je? Le gros
Gro-yo bMl = Les gros sont beaux
M'reme pi-iblbt-la = J'aime la plus joliette (la plus mignonne)
U pito pi-graset-yo = Vous pr6f6rez les plus grassettes.
Au feminin il existe quelques traces de flexion, d6riva-
tion directed du francais, mais a c6te de la forme flfchie la
forme invariable a toujours subsist& :
malere = malheureux, -se malkrez = malheureuse
parese = paresseux, -se paresez = paresseuse
vole = voleur, -se vblez = voleuse
eskadale = bruyant, -te eskadalez = bruyante
serve = serieux, -se seryez = serieuse
visy6 = voleur, -se visyez = voleuse
ialu = jaloux, -se ialuz = jalouse.
La plupart du temps 'adjectif representant les deux genres
est derive d'un masculin francais. Cependant certaines for-
mes viennent du feminin, tant6t parce que le masculin a Wte
fix& dans un autre sens, tantot parce qu'aux yeux du people
le qualificatif s'applique surtout A des sujets f6minins.
flu madam lu = une femme lourde
twel agle = de la toile anglaise
maSan-yo gro = les marchandes sont grosses
kutiryez-la f6 = la couturiere est habile
flu gra ti-fi = une grande fillette
nom-la blag = I'homme est blanc (bla = homme de race
blanche)
ti-bway sa-a bel, sila-a led = ce petit garCon est beau, celui-
la, est laid
swal-la perez = le cheval est peureux (d6t.)
Ala kut sblda-a kut! = Que ce soldat est court!
Sik-la dus = le sucre est doux (d6t.)










La place normal de l'adjectif epithete est apres le sub-
stantif, cependant, certain adjectifs tres usit6s s'emploient
plus couramment avant, on ne les suffixe que pour les met-
tre en relief.
flu sat vol&z = une chatte voleuse
flu rad S96 = un v6tement sec
flu Swal piti = un cheval de petite taille
bagay r6 = des choses rondes
mab o = de la nourriture chaude
flu bo pitit = un bon enfant
flu pitit bo = un bon enfant (meilleur qu'ils n'en ont I'habi-
tude)
flu gro madam = une grosse femme
iiu madam gro = une femme particulibrement grosse.

Tout adjectif peut etre employee verbalement et conjugu6
come un verbe affectif:
Fam-la blag = la femme (dMt.) est blanche
Fam-la tava-blda = la femme (det.) serait blanche
Fain te-bla na Kapa = la femme (ind.) etait blanche au
Paradis
Fam blSd-la = la femme blanche (det.)

Comme nous I'avons deja dit, 1'attribut est d'un usage
plus courant que I'6pith6te, en d'autres terms le qualifi-
catif s'emploie davantage sous la forme verbale que sous
sa forme nominale, < bl correspond plus souvent a << tre
beau a qu' a beau ).
Koden-la gro = la dinde est grosse
sB flu b6t ki-mbg = c'est une bete maigre (qui est maigre)
Ala mun ki-l1d = voilA une personnel laide (qui est laide)
Li we ti-bagay ki-gri k'ape guyd na nw = il voit de petites
choses grises qui grouillent dans le noir (qui sont grises)
M'k6n0 flu mun ki-sdrye = je connais une personnel serieuse
(qui est serieuse)
Pitit-la mat6 = l'enfant est menteur
*Pitit-la k'matb = l'enfant menteur (qui est menteur). Forme
d6terminde.
Pitit matb = l'enfant menteur (en g6ndral).










Le complement de certain adjectifs peut etre prec6de
d'une preposition:
malad ak = malade de
fa6 ak = fache avec
pa kota ak = fach6 contre
k6ta ak = content de (quelqu'un)
m6m ak = semblable A
buk6 ak = fatigue de
itil pu = utile A
6net ak = poli envers
bo pu = bon pour, bon a
pl, pl8 ak = plein de
raysab ak = detestable avec, envers
move ak = mauvais avec.
Pour augmenter ou diminuer la signification d'un adjec-
tif on se sert:
1. du redoublement:
Li bla1-blas = elle est tres blanche
Li blai-bld = elle est blanchdtre
M~i-sa-a dus-dus = cette nourriture est tres sucrde
M6a-sa-a dus-dus = cette nourriture est douceAtre
Sokola-u-la sale-sale = votre chocolate est l6gerement sale
(a un goit saumAtre)
Glo lame sale-sale = L'eau de la mer est tres salee.
Ces deux significations se distinguent par une difference
de ton: dans I'augmentation le premier adjectif est denonc6
sur le ton qu'il aurait sans etre redouble, dans la diminution
sa premiere syllabe est prononc6e sur un ton descendant. Ci-
dessous un essai de representation graphique de la modu-
lation de la voix dans les deux cas:
rS-r6 = tres round r6-r6 = 16gArement rond

pike-pike = tries piquant pike-pike = legerement piquant


2. de divers adverbes:
a) degr6 peu 6lev :
li nwe ti gut = il est un peu noir









li maiie r6 = il est 16grement rond
Ii bwWt6 pe = il est un peu boiteux
li rali ti-kras = il est un peu 6tird.
b) degr6 moyen:
nu radi as6 = vous Rtes suffisamment insolents
nu move diza = nous sommes d6ja mechants, passablement
m6chants.

3. du mot tu qui exprime diverse nuances, en g6n6-
ral diminutives:
Figi-u tu rui = votre figure est presque rouge, un peu rouge,
ddja rouge, tout A fait rouge
Rag-la tu 16g = la regle est un peu longue, ddja longue
N6m sa-a tu rig = cet homme est presque riche, deja riche,
passablement riche
Pitit sa-a tu bel = cette enfant est presque jolie, tout-A-fait
jolie.
On distingue le ( tu # augmentatif du ( tu diminutif par
une difference de ton: le ton est ascendant pour le dimi-
nutif.
Pour former le comparatif de sup6riorit6 on fait suivre
l'adjectif du mot # pas6 d6riv6 du verbe frangais d6-
passer :
U gra pas&-1 = vous etes plus Ag6 que lui
Li rig pass6-m = il est plus riche que moi
nu miyb pas6-m = vous etes mieux que moi
li 16d pas6-u = elle est plus laide que toi (litt.: elle laide
d6passer toi).
On peut aussi placer I'adjectif entire l'adverbe ( pi d6ri-
v6 du francais ( plus ) et le mot # pas6 ce qui donnera
une forme un peu plus emphatique:
U pi grd pas6-1
Li pi rig pas&-m
nu pi miyb pas6-m
li pi 16d pas-u.
Pour exprimer le comparatif d'inf6riorit6 on emploie rare-
ment la tournure # mwis... pas6 *, le plus souvent on rem-










place I'adjectif par son antonyme ou on intervertit les ter-
mes et on emploie les tournures pr6c6dentes:
U pi piti pas6-1 = vous etes plus jeune que lui, vous etes
moins Age que lui
li p6v pas6-m= il est moins riche que moi, il est plus pauvre
que moi
M'pi miy6 pas6-n = vous etes moins bien que moi, je suis
mieux que vous
U 16d pas6-1 = elle est moins laide que toi, tu es plus laide
qu'elle.
Pour former le comparatif d'6galit6:
a) on peut faire suivre 1'adjectif du mot ( taku d drive du
normand ( tant comme ) = autant que :
U kwe I'gra taku mwe? = croyez-vous qu'il soit aussi Ag6
que moi?
Z -u pa kl.rB taku pa-1 = vos yeux ne sont pas aussiluisants
que les siens
Li sevyab taku papa-li = il est aussi serviable que son pere.
b) on peut aussi faire suivre l'adjectif du mot ( k6 a de-
rive du francais ( comme :
li 16d k6 z6bi = elle est aussi laide qu'un revenant
li vbl6z k6 gat = elle aussi voleuse qu'une chatte, comme
une chatte
U pa b6 ko li = tu n'es pas aussi bonne qu'elle.
Le comparatif d'6galit6 auquel on ajoute une negation
sert souvent de comparatif d'inf6riorit6:
U pa rig k6 li = tu n'es pas aussi riche que lui, tu es moins
riche que lui.
Lorsque le verbe ( etre ) constitute le second terme d'une
comparison on l'exprime quelquefois, mais on peut aussi
le sous-entendre et rep6ter l'adjectif, autrement dit se ser-
vir de l'adjectif conjugu6 comme second terme de la com-
paraison :
F6 k6 li ye = fort comme il est
gro ka 1' t6-y6 = gros comme il 6tait
buk6 k6 l'a-ye = fatigue comme elle sera
briga k6 l'briga = brigand comme il est, si brigand qu'il soit










drl k6 l't6-drbl = dr6le comme il 6tait, si dr61e qu'il fit
bada k6 l'a-bdda = chic comme il sera, si chic qu'il doive etre
bobas k6 l'ta-bobas = imbecile comme il aurait 6t6, si
imbecile qu'il eut ete.
Le superlatif relatif s'obtient en pr6fixant ( pi-) ou (ki-
pi a l'adjectif et en le faisant suivre du suffixe de d6ter-
mination <(-la s'il est employ isol6ment; ce suffixe peut
etre simple ou emphatique, singulier ou pluriel:
pi bMl-la-a = la plus belle
pi bMl fam-1l = la plus belle femme
pi bMl farn mwe k6n- = la plus belle femme que je connaisse
pi bBl na fam-yo = la plus belle des femmes don'tt il s'agit)
fam ki-pi b6l-la = la femme la plus belle
pi b6l-la-yo = les plus belles.
On peut aussi faire suivre de ( paseo yotut) (d6passer eux
tous) l'adjectif attribut pr6ced6 on non de # pi :
Mwe ri pas6 yotut = je suis le plus riche
pitit-li gro pas6 yotut = son enfant est le plus gros
Kap-la ki r6 pas6 yotut = le cerf-volant le plus haut
Dus-nu pi b6 pas6 yotut = vos < douces sont les meilleures
(douces = espece de sucreries).
Quand le superlatif au lieu d'exprimer la sup6riorite d'un
possesseur sur les autres possesseurs du meme attribut ex-
prime la sup6riorit6 de I'attribut A un certain moment sur
celle de l'attribut A tous les autres moments chez le meme
possesseur, le suffixe de determination qui lui est applique est
invariable :
*S6 16 fam-sa-a siMe li pi b6l-la = C'est quand cette femme
est habillke qu'elle est le plus belle (quelle atteint
son maximum de beauty)
*S6 lb yo grifie yo pi ld-la = c'est quand ils grimacent un
sourire qu'ils sont le plus laids
*S6 tB iu-sa-yo nu te pi gro-la = c'6tait ces jours-lI que
vous etiez le plus gros
Le superlatif absolu s'exprime:
1. en r6p6tant l'adjectif comme nous l'avons vu pr6-
cedemment:










Li gra-gra = il est trs grand
Nu m6g-meg = vous etes tres maigre.

2. en r6p6tant 1'adjectif pr6ced6 de < flu la second fois:
Li move flu move = il est excessivement mauvais (il est
mauvais d'un mauvais)
M't6 rui flu ruz = j'6tais tres rouge (rouge d'un rouge).
3. en postposant a la phrase 6nonc6e avec l'adjectif au po-
sitif une autre phrase composee des mots < s6 kat ) ou ( ala )
suivis du meme adjectif.
Se kat fr6t6 ti-bway-la fr6t6 = Le petit garcon don'tt nous
parlons) est tres insolent
Se kat dus li dus = Elle est tres douce (ceci quatre douce
elle est douce)
S6 kat mizadb fim sa-a mizadb = cette femme est tres lente
Ala bb fi-a b5 = cette fille est tres bonne, comee elle est
bonne 1).
4. par des adverbes pr6pos6s ou postpos6s a l'adjectif:
li led dpil = elle est extremement laide (elle est laide en pile)
u pwes net = tu es tres 6pais, tres grossier
li f6 rbd = il est extraordinairement fort
yo bye nwe = ils sont bien noirs
nu fin mar6 = nous sommes complktement sauvages.

5. au moyen du mot ( mem postpose:
li bo mem = il est tres bon (cf. francais : il est la bont6 meme)
nu sevyab mem = vous etes tres complaisants
tet-li kal6 mem = sa tote est completement rase.

6. en faisant suivre l'adjectif du mot ( kot on #k6t-
kb auquel on postpose le pronom convenable:
Li vbl6 kot-li = il est tres voleur (il est voleur son compete)
nu pares6 k6t-kb-nu = vous etes paresseux au maximum
(vous 6tes paresseux le compete de votre corps)
yo led kot-yo = ils sont excessivement laids.










FORMATION.

1. Habilitation:

a) Substantifs:
gu = agreable, app6tissant < goit
lostrogo = imbecile < Ostrogoth
nigodem = nigaud < Nicodeme
bbz6 = chic < B6zb, tribu africaine
makwa = peu 616gant < Makwa, tribu africaine
bada = 616gant < banda (esp.) = ruban.
b) Verbes c'est la principal source de formation des
adjectifs non tir6s d'adjectifs francais. Tout verbe peut
Wtre employee comme qualificatif soit actif, soit passif, com-
me attribut ou come 6pithete:
Ala mun 62e6 = voilA une personnel qui se rappelle
se flu mun pale = c'est une personnel bavarde
pitit k6ne = un enfant ruse (qui sait) j
M'pa reme mun baby = je n'aime pas les personnel grognons
Pinga I s6 flu bet m6d6 = Attention I c'est une bete qui mord
flu madam bw6t6 = une femme boiteuse
flu bet v616 = une bete voleuse
kdn6t pare = des canots prepares
flu 9wal mare = un cheval attache
p6fi~t ful6 = un poignet foul
flu mun Sita = une personnel assise
flu pul bate = une poule qui a des plumes sur les pattes
(des bas)
flu kabwet ret6 = une charette arretee
flu savdn bul = une savane brflee.
2. Emprunt:
La plupart des adjectifs creoles sont tir6s d'adjectifs fran-
gais :
b6 < bon
tan < tendre
rui < rouge
bl1 < bleu










fS = frais (temperature) < fratche
fr6 = frais (conservation) < frais.
Cependant quelques mots sont aussi empruntes A des lan-
gues etrangeres:
r&k = bon a etre cueilli < rejo = radicule (espagnol)
r6brt = mal d6velopp6, non comestible
< jojote = cueilli hors de saison (caraibe).
3. Derivation Les drives en -ad6 et en -6 (=t*) que
nous avons vu comme substantifs peuvent aussi etre em-
ployes comme adjectifs:
flu pitit mizadb = un enfant lent
flu nom aksyinA = un homme 6nergique
flu gra-mun wagate = un vieillard qui s'occupe de sorcellerie
flu bet furadb = une bete indiscrete.

3. Composition:
Quelques adjectifs sont aussi forms par composition:
gro-26 = avide < gros yeux
6-fb = fanfaron < yeux forts
26-SS = audacieux < yeux sees
gra-gu = affam6 < grand goit
gra-bada = fastueux < grand + banda = ruban, esp.
gra-Sir6 = fastueux < grand + sir. = allure, creole.


DISCUSSION

Base frangaise.

1. Dans le frangais parl l'adjectif varie rarement en nom-
bre, un francais simplifi6 doit done avoir comme le creole
un adjectif invariable. D'autre part, le francais emploie 1'ar-
ticle dans tous les cas oA le creole emploie son determinant
et l'invariabilit6 de l'article correspond A celle du determinant
dans le cas signal A propos du superlatif relatif.
2. Le genre s'indique g6neralement en francais au moyen
de la flexion. La distinction du genre est A peu pros inexis-
tante en creole pour ce qui a trait A 1'adjectif, notre parler
poss6de au maximum dix adjectifs susceptibles d'etre fle-









chis et encore leur usage n'est pas g6enral, certaines regions
n'en connaissant qu'un ou deux.
3. La phrase nominale n'existant pas en frangais, I'ad-
jectif servant d'attribut est toujours separ6 du substantif
par le verbe etre, il est impossible de dire comme en creole:
je beau, tu laid, il grand (m'bbl, u led, li gra).
4. Le francais familiar possede un redoublement augmen-
tatif, mais il ignore le redoublement diminutif du creole
comme il ignore les changements de sens des mots au moyen
de differences de tons.
5. On peut consid6rer comme une evolution dialectale la
formation du comparatif d'6galite creole A l'aide de < com-
me et de < tant comme ) mais celle du comparatif de supe-
riorit6 A l'aide du verbe < pas6i significant ( d6passer, sur-
passer s'ecarte nettement de toute habitude francaise.
6. Les superlatifs du type < li bel flu b61 l peuvent se
rattacher au francais en supposant le second adjectif em-
ploy6 substantivement (elle est belle d'une beauty). La for-
mation du type < s6 kat b61 li b61l est plus difficile A ex-
pliquer.
7. La principal source de formation d'adjectifs francais
est la derivation. Le verbe donne naissance A des partici-
pes presents ou passes. Les participes passes, le plus sou-
vent semblables A l'infinitif dans la langue parl6e (le con-
jugaison) peuvent s'employer adjectivement comme qualifi-
catifs passifs. Les participes presents, toujours diff6rents
de l'infinitif, s'emploient aussi comme adjectifs (qualifi-
catifs actifs). L'emploi du verbe creole, g6n6ralement issu
d'un infinitif frangais, comme qualificatif passif se con-
goit ais6ment, par confusion avec le participe pass sem-
blable phonetiquement dans la majority des verbes. Celui
du verbe creole comme qualificatif actif est moins facile A
comprendre.


Base africaine.

1. L'adjectif est invariable en genre et en nombre dans
la plupart des langues parlees dans la region qui nous int6-
resse (kanuri, wolof, temn6, yoruba, nup6, ibo, igara, bubi,










twi, etc.) En ew6 comme en creole, il poss6de une forme
d6terminde qui prend la marque du pluriel.
2. Le redoublement diminutif se rencontre aussi en Afri-
que, on ne le signal pas dans les ouvrages sur l'Afrique
Occidentale equatoriale que j'ai lus, mais il existe dans les
Mascareignes comme en Haiti et M. Baissac lui attribue
une origine malgache (1).
3. Nous avons d6jA vu a propos du substantif que l'usage
du ton come outil grammatical existait dans les langues
du group ewe.
4. Le verbe < etre ), trait d'union entire le sujet et l'attribut
est rarement exprime dans les langues africaines, en fait,
dans un grand nombre d'entre elles il n'existe pas. L'adjec-
tif attribut ce conjugue done souvent.
5. Dans toute la region du Bas-Niger, on se sert du verbe
significant # d&passer, surpasser pour former le comparatif
de superiority (6w6 : wu, nupe : gan, igbira : fu, yoruba : ju).
Au Dahomey (dialecte fon) on forme le comparatif d'egalit6e
I'aide du mot < mo significant <( comme >. Le comparatif d'in-
feriorite ne se rencontre pas d'ordinaire, dans les langues
possedant un comparatif de sup6riorit6 on emploie celui-ci
avec une negation ou on change la construction come en
creole.
6. Le superlatif obtenu a l'aide d'un multiplicatif existe
parait-il au Dahomey, mais il n'en est question dans aucune
grammaire, il s'agit probablement de faits isols. M. de
St-Quentin le note a la Guyane sous la forme < d& ) au lieu
de 'haitien kat : a d& fen mo fen (2) = que j'ai faim,
j'ai bien faim (litt.voila deux faims que j'ai). Creole haitien:
se kat gragu m' gragu= litt. ceci quatre affam6, je suis af-
fame.
Les mots ( de & et kat)) ont peut-etre eux-memes une
origine africaine : de veut dire ( un en 6w6, ( a d& fen
mo fen se raminerait done au type ( li bel flu bbl (( Kat
s'emploie couramment en wolof comme particule expletive,


(1) C. BAISSAC, Atude sur le patois crdole mauricien. Nancy, 1880, p. 89.
(2) A. DE Saint-QUENTIN, Conies et Fables (Introduction a l'Histoire de Cayen-
ne). Antibes, 1872, p. 35.









on le traduit par ( done o dans les phrases comme ( bayi
ma kat i =- laisse moi done I ( S kat b6l li b61 correspon-
drait ainsi au francais ( qu'elle est done belle I
7. Les adjectifs africains sont en g6n6ral peu nombreux
et d'un usage plut6t restreint except6 en hausa). Ils pro-
viennent en grande parties des verbes auxquels ils sont tou-
jours 6troitement apparent6s. D'apr6s M. Migeod I'adjectif
africain ( is a product of the verb and in the more primit-
ive languages it has no independent existence # (1) (est un
produit du verbe et dans les langues plus primitives n'a aucune
existence ind6pendante). D'ailleurs de facon g6n6rale dans
les langues africaines qui nous int6ressent on se sert beau-
coup plus de l'attribut ou de 1'adjectif conjugu6 que de
1'6pith6te.


NOM INDtFINI.

Le creole possede quelques noms indefinis. Les plus usit6s
sont:

MUN = on, personnel, quelqu'un, des gens, du monde:
Mun vini? = quelqu'un est-il venu? est-ce qu'on est venu?
Mun vini = on est venu, des gens sont venus
Mun pa vini = personnel n'est venu
Ge mun? = Y a-t-il du monde? quelqu'un est-il la?
Pa ge mun? = II n'y a personnel?
Mun vin kot-u = On est venu aupres de vous
U w6 mun? = vous voyez quelqu'un?
< Mun, peut aussi 6tre employ comme substantif et si-
gnifie < homme dans le sens du < Mensch allemand ou de
l'< homo latin, on le traduira par < personnel ,, (gens #.
M'pa k6n si sd mun osn6 b6t = je ne sais pas si ce sont des
hommes ou des bMtes
Mun sa-a mem = Quant a cette personnel!
Mun yo riv6 b'matW = Les gens don't il s'agit, ces gens sont
arrives ce matin.

(1) Hugh MIGEOD, The languages of West Africa, London, 1913, vol. II,
p. 57.










PNson = personnel:
Pes6n pa w1 -= personnel ne l'a vu
Pes6n pa ret6 na kay = personnel n'est rest a la maison
Pes6n p'ap-s6ti = personnel ne sortira
li pa kut6 pes6n = il n'6coute personnel.
< Ps6n ) est d'un emploi beaucoup plus restreint que
( mun qui tend d'ailleurs A le remplacer: on ne s'en sert
que dans les phrases negatives. Les examples precedents
pourraient s'enoncer tout aussi bien ainsi:
flu mun pa ret6 na kay (litt.: pas une personne...)
fiu mun p'ap-s6ti
li pa kut6 flu mun.
Kisby = quelque chose:
Ba-m kisiy = donnez-moi quelque chose
Kisby di-m m'a-riv6 = quelque chose me dit que j'arriverai
Pbt6 kisby ba-mre = apportez-moi quelque chose
IM'Sie kisby = je pense A quelque chose.

Kis6y peut Rtre pricede de 'article ind6fini flu ,> et du
diminutif ( ti #, on le traduit alors par # chose # ou par < rien .
Ba-m flu ti-kiSby = donnez-moi un rien
Yo te sere fiu b6 ti-kiSby = on avait r6serv6 une bonne chose.

AfiU = rien. Forme emphatique: arye.
Afie pa r6t6-1 = rien ne l'arrete
m'pa ma6i arye = je n'ai rien mang6
Ane pa su kot-mr. = je ne suis responsible de rien (litt.
rien pas sur compete moi)
Nu we kisby? Afii mem = voyez-vous quelque chose? rien
du tout.
Yo = on, quelqu'un
Yo mad6 pu u = on a demand pour toi, quelqu'un a de-
mande....
y'ap-frap6 = on frappe, quelqu'un frappe a la porte
Y'ap vini = on vient, quelqu'un va venir
y'ap rele-u = on vous appelle, quelqu'un vous appelle
yo vin SaS;-1 = on est venu la chercher, quelqu'un est venu
la chercher.










Tut = le tout, tous
M'br6 tut = j'ai bu le tout
Li niSk tut = il a 16ch6 le tout
Tut sir6 = le tout est d6chir6, tous sont dechirds.
Pour 6viter toute ambiguity, on pr6fere souvent dire
< yotut lorsqu'il s'agit d'exprimer la plurality ou se servir
de < tut > comme adjectif dans l'un ou l'autre cas:
Yotut n6ty6 = ils d6tal6rent tous (eux tous)
Tut mun ri = tous rirent (tout le monde a ri)
Tut kay6-a sir6 = le cahier est d6chir6
Tut bagay-la vise = le tout est viss6 (toute la chose est vissee).


FORMATION.

On donne souvent i ( mun I'6tymologie francaise ( mon-
de ,. (cf. 1'6volution s6mantique de homo > on et de I'alle-
mand Man). Elle est parfaitement admissible, cependant
une 6tymologie africaine pourrait aussi 6tre soutenue. A
mon avis la grande extension de ( mun a aux d6pens de
p6son ) provient de 1'existence du mot < mun, dans les
parlers des esclaves. La meme opposition que nous trou-
vons en creole entire ( mun > et ( nm >> (< homo # et ( vir *)
se rencontre dans plusieurs langues africaines, par example
chez les Basa du Cameroun ( mud) = homo, et ( nlom
= vir. Dans les langues du Soudan ( mu, muan # est un
radical qui signifie enfanter, s'accoupler, le mot significant
personnel e se trouve dans un grand nombre de langues
sous les formes ((mo, moho, moko, mon, etc,) quelquefois
sous la forme ( nom >. Dans certaines de ces langues le mot
significant hommeme, personnel* s'emploie aussi dans un
sens ind6fini, par example chez les Basa que nous avons cites
plus haut ( mud ) (qui devient ( veut aussi dire ( on, quelqu'un >.
( Ki6by, nous vient du francais, probablement par con-
fusion entire ( quelque chose > et le normand ( qui chose #
= quelle chose.
( Arye est sans doute une forme dialectale francaise
(cf. normand : erien). La forme gnin ) ou < nient ) issue








54

de ( n6ant ) existe egalement dans plusieurs patois francais
(cf. picard: gningnin = un rien), d'oA notre 5Mfi ).
On peut faire driver yo > du gascon ou de 1'auvergnat
Syo ,) = eux (1). Il est A remarquer que l'espagnol << ellos *
= ils, eux, qui a donn6 (( seyo a Cuba aurait pu donner
, yo en Haiti et que le pronom pluriel u ils, eux se montre
sous le forces wo = o, ye, yo dans les dialectes 6w6.
( Tut vient probablement de l'adjectif frminin ( toute
par diff6renciation d'avec l'adverbe < tu issu de 1'adjectif
masculin.


(1) GIIIaRON ET EDMONT, Atlas linguistique, Carte 525. Yo = Eux dans les
dialectes d'Abzac (Gironde), Merlines (Correze), Ennerat (Puy-de-D6me), Cours
et Lager (Rhone), Davaye (Sa6ne-et-Loire).













PRONOM




DEMONSTRATIF.

ARTICLE.

L'article ou determinant, ou suffixe de determination
est -la au singulier et -yo au pluriel. Lorsqu'un mot est ter-
mine par une voyelle on emploie de preference -a et -yo,
s'il y a diphtongue on maintient -la. Une terminaison na-
sale peut nasaliser le suffixe.
rad-la = le costume don'tt il s'agit)
tab-yo = les tables don'tt il s'agit)
p6-a = le pretre don'tt il s'agit)
fi-yo = les jeunes filles don'tt il s'agit)
fi-u-la = votre fille don'tt il s'agit)
po-a, p6-a = le pont don'tt il s'agit)
p6-u-la, p6-u-la = votre point don'tt il s'agit)
rOt-la, r6t-la = la honte don'tt il s'agit).
Quand on veut insisted sur la determination on emploie
la forme emphatique -la-a (pl. -la-yo) si le mot est termin6
par une consonne. Si le mot est terming par une voyelle
on n'a de forme emphatique qu'au pluriel.
iwdt-la-a = le jouet don'tt il s'agit pr6cis6ment)
ze-la-yo = les ceufs don'tt il s'agit pr6cis6ment)
pe-a-yo, p&-la-yo = les pains don'tt il s'agit pr6cis6ment).
Le determinant peut s'appliquer aux substantifs, aux
adjectifs, aux pronoms, aux infinitifs et aux adverbes.
bet-la = la bWte don'tt il s'agit)
m'ap pra vet-la = je prends le vert
dis-yo puri = les dix sont pourris
pa-m-yo = les miens (precis6ment)










yun-la = 1'unique, le seul
*bwe tafya-a te r6d = on buvait du tafia en grande quantity
(litt. : le boire du tafia 6tait extraordinaire)
atb-a m'rete = alors je m'arretai (au moment don't il s'agit
je m'arretai)
*iodi-a m'vini = je suis venu aujourd'hui meme.
Quand plusieurs mots font parties d'une m6me serie, le
suffixe de determination se place apris le dernier.
twbl-la = la toile
tw6l-ruz-la = la toile rouge
twel-ruz-mwe-f. = ma toile rouge
twel-rui-m'te pbt-vin Kest6-a = la toile rouge que j'avais
rapport ;e de Kingston.

ADJECTIF.

L'adjectif d6monstratif 4 sa-a > = ce, ce... ci, se place
apres le mot auquel il se rapporte, toujours sous la forme
determine il est de genre invariable mais prend la marque
du pluriel.
Burik-sa-a mov6 = cet Ane est mechant, cet ane-ci, est me-
chant
U kwe se bo pitit-sa-yo b = vous ne sauriez croire combien
ces enfants sont bons
Fi sa-a = cette jeune fille, cette jeune fille-ci.
II 6quivaut a un determinant renforc6, aussi peut-on l'em-
ployer dans la plupart des cas ou l'on emploie celui-ci:
bag-sa-a = cette bague, cette bague-ci
bel-sa-a pu mwe = cette belle-ci est a moi
*pa-m sa-a b6 mem = ce mien est tres bon (parmi toutes les
choses de meme nature que je possede, celle-l4 est tres
bonne)
*kuri na bwa sa-a pa pu mwe = ce courir dans les bois n'est
pas pour moi (cette facon de courir dans les bois n'est
pas mon fait)
*krak6 zo sa-yo samay6 S = ces craquer les os ressemblent
aux chiens (ces fagons de faire craquer les os en man-
geant ressemblent aux chiens).
L'adjectif ( sila-a ) (pl. sila-yo) se place egalement apres










le mot auquel il se rapporte. Comme # sa-a il ne possede
pas de forme ind6termin6e. On le traduit g6neralement en
francais par ce... 1a, cette... Ia.
rat sila-a = ce rat-1l
pa-u sila-a rbd = parmi les v6tres celui-lh est incomparable
(ce v6tre-l est extraordinaire)
*maSB su t6t sila-yo b6 net = ces marches tMte en bas sont
bien ex6cut6es (marcher sur la tate ces bons tres).
L adjectif d6monstratif ( mm a est toujours pr6fix6 au
mot auquel il se rapporte, il ne peut par consequent etre
porteur du suffixe de determination come ( sa-a et ( sila-a ,
qui cl6turent toujours une s6rie.
M'vl6 mem bagay-la = je veux la meme chose
Li rWt6 mem kot6 ak mwe = elle habite au meme endroit
que moi
Se mem pitit-yo nu f6k-k6tr6 = ce sont les memes enfants
que nous venons de rencontrer
*Se mem fM-piwUt-la-yo = ce sont les memes pirouettes
(ceci memes faire-des-pirouettes les).

PRONOM

A l'adjectif ( sa-a >> correspond le pronom ( sa a quelque
fois contract en a ). II peut etre determine ou indeter-
mine. D'un usage tris 6tendu il correspond au francais ce-
lui, celle, ce, celui-ci, celle-ci, cela, ceci; ceux, etc. Employee
comme sujet dans une phrase nominal il se presente sous
la forme ( s& par influence du francais ( c'est ,.
Sa-a gu = celui-ci est agreable au goit
U di-l sa = vous lui avez dit cela
Nu r8me sa-yo = vous aimez ceux-ci
Sa ki duva-a = celle qui est devant
Sa m't6 di-u = ce que je vous avais dit
Se madim-la = c'est la femme
Se t6 li = sa tB li = c'6tait lui
s6 pa nu = sa pa nu = ce n'est pas nous
sa t'a u = ce serait toi
a pa li! = n'est-ce pas luil
Dans les rapports d'appartenance on prefere souvent se










servir du possessif au lieu du demonstratif pour insisted
sur la proprift6 :
Sa Mada Mina-a = pa Mada Mina-a = celui de Mme. Minant
Sa k6pe-m-la = pa k6p&-m-la = celui de mon compere.

Suivi du relatif, ( sa ) ind6termin6 a un sens tout A fait
general qu'on rend d'ordinaire en francais par un pluriel.
Sa ki muri pu gr6mesi = ceux qui sont morts en vain
Sa k'rete na bwa = ceux qui vivent dans les bois.

Lorsque ( sa o d6termin6 est suivi du relatif, on emploie
generalement au pluriel le suffixe -la-yo au lieu de -yo, pour
eviter toute confusion possible entire ( yo ) pronom et < yo *
suffixe pluriel:
*Sa k'duva-a-yo = ceux qui sont devant
*Sa k'duva-yo = ceux qui sont devant eux
sa k'fe-m r616-yo = ce qui m'a fait les appeler
.sa k'f6-m rel6-la-yo, *sa-yo k'f6-m r616 = ceux qui m'ont
fait crier
sa k'r6te yo = ce qui les arrete
sa k'rWt-la-yo = ceux qui sont arret6s.

De m6me pour eviter toute confusion entire ( celui ) et
a ce ) on emploie ( mun ki # au lieu de ( sa ki ) de facon cou-
rante pour designer les personnel :
Sa ki rid6-yo = ce qui les aide
Mun ki rid6-yo = celui qui les aide
sa ki trubl6-nu-la = ce qui nous trouble 1l
mun ki trubl6-nu-la = celui qui nous trouble

A l'adjectif < sila-a > correspond le pronom ( sila-a ,. Tou-
jours determine son sens se restreint A : celui-la, celle-la,
ceux-la, celles-lA.
Ba-m sila-a = donnez-moi celui-la
M'pito sila-yo = je prefere celles-lA
Sila-a pi red = celle-l1 est plus raide
LUoe sila-yo k'tr6 IwM ba mwE = allongez-moi ceux-l qui
sont trop loin (litt. : allongez ceux-lA qui sont trop
loin donner moi).

On entend quelquefois un pronom mem-lak correspon-










dant A 1'adjectif << mem mais son emploi est extremement
restreint et se confine au singulier.
Se mem-1l k'vini = c'est le meme qui est venu
nu pary6 su mem-la = nous avons pari6 sur le meme.
G6n6ralement, on pr6f6re employer I'adjectif:
s6 mem mun-la k'vini = c'est la meme personnel qui est venue
nu pary6 su m6m pby-la = nous avons pari6 sur le meme coq.


DISCUSSION

Base francaise

1. L'article d6fini frangais avec lequel on pourrait 6tre
tent6 de confondre notre determinant a une valeur double,
d'apr6s M. Guillaume < l'article le exprime qu'un nom est
r6pandu sur tout un champ de vision, ce champ pouvant
etre large ou 6troit, pr6cis ou vague, particulier ou g6-
neral (1). Si le fond est precis, 6troit, le sera un signe
de determination; si le fond est g6n6ral, infini, le sera un
signe d'ind6termination. Toujours pr6pos6, 1'article fran-
cais ne d6finit jamais un verbe ou un adverbe, il n'est ja-
mais non plus s6par6 du nom auquel il se rapporte par une
s6rie de mots pouvant atteindre les proportions d'une pro-
position subordonn6e. Si le determinant est issu de 1'article
francais il faut lui supposed une evolution assez compliqu6e.
2. Le francais poss6de un syst6me d'adjectifs et pronoms
d6monstratifs tres complex: il peut indiquer par flexion
le nombre et le genre (masculin, f6minin, neutre), au moyen
de particles suffixes la position de 1'objet par rapport A
celui qui parole. Le creole lui, indique la position au moyen
de mots diff6rents, 1'6tat determine ou ind6termin6 du pro-
nom ainsi que le nombre au moyen de suffixes. Le frangais
propose ses adjectifs en tout on en parties (ce rat, ce rat-ci),
le creole les postpose (sauf l meme qui represente proba-



(1) G. GUtLLAuE. Le prob!hrn de l'article et sa solution dans la langue fran-
raise, Paris, 1919, p. 59.










blement une influence frangaise quoique 1'6w6 poss6de aussi
un d6monstratif < nenem > = tel, prefix6).
3. Pour ce qui a trait aux formes elles-m6mes, on peut
voir dans sa > un drive du gCa > frangais et dans sila ,
une contraction de < celui-ld (prononciation normande:
c'li-14). Mem m vient sans contredit du francais mime *
auquel il correspond exactement comme emploi.

Base africaine
1. Dans la region qui nous interesse, I'article quand il
existe est dit < de la nature d'un demonstratif affaibli ,
done nettement determinant. II se place apr6s le nom dans
la majority des langues A article (fula, wolof, mend6, songhay,
bullom, 6w6, gan, etc.). En 6w6, ce suffixe determinant
-la, -a (pl. -wo) peut se placer apr6s les substantifs, les pro-
noms, les adverbes. VoilA quelques examples cites par M.
Westermann dans sa grammaire 6w6 (1) (p. 61):
ati-la = I'arbre (cr.: py6-bwa-la)
nye-la mekpoe = moi je l'ai vu (cr.: mwe-la m'we-1, mwE-
mem-la m'w-1)
egbe-la = aujourd'hui (cr.: 2odi-a)
tete-la = alors (cr.: atb-a).
Cet article 6w6 se place comme le determinant creole
apres le dernier mot d'une s6rie:
ati-la = l'arbre (cr.: py6-bwa-a)
ati-nyui-la = le bel arbre (cr. : b l py6-bwa-a)
ati-nyui-sia-la = ce bel arbre (cr. : bel py6 bwa-sa-a)
amesi va etso-la = celui qui est venu hier (cr. : sa ki vini
ay-a).
2. L'adjectif demonstratif, de meme nature que I'article,
est g6n6ralement postpos6, il a g6n6ralement deux formes
s'opposant pour indiquer la position de l'objet; dans les
rapports d'appartenance le pronom se replace par le pro-
nom possessif; dans les langues oP le d6monstratif varie
en nombre il prend le meme suffixe que l'article. Tous ces
caract6res se retrouvent dans les d6monstratifs cr6oles # sa
et # sila-a .

(1) D. WESTERMANN, Grammatik der Ewve-sprache, Berlin, 1907.










3. Les formes ( sila et ( sa # peuvent aussi s'expliquer
par une origine africaine: en 6w6, I'adjectif d6monstratif
le plus usit6 est # sia (pl.: si-a-wo) qui donne naissance au
pronom ( esi-a ,.

PRONOM PERSONNEL

Les pronoms personnel creoles ne connaissent pas de
distinction de sexe. Ils ont des formes diff6rentes pour le
singulier et le pluriel mais restent identiques quelle que soit
leur function dans la phrase. Sauf u ), et ( z6t chacun
d'eux a une forme longue et une forme contract.
le personnel: sg. mwe, mr6, m'
pl. nu, n'
M'vini b-mate = je suis venue ce matin
Pte&- vini bd-mrF = apportez-le moi
Ba-m sa = donnez-moi cela
Nu kuS6 = nous sommes couches
Li 2wen nu = il nous a trouv6s
Li Sai-n tupatu = il nous a cherch6s partout
N'al kot6-1 = avez-vous Wte aupres de lui.
2e personnel: sg. u
pl. u, nu, zbt, n'
U riv6? = es-tu arrive? 6tes-vous arrives?
M'wb-u = je te vois, je vous vois
Nu rme-1 = I'aimez-vous?
N'ap vini = nous arrivons
M'lav6-nu = je vous ai laves
Li kbk6-n = elle nous a 6corch6s
Zbt fini? = avec-vous fini?
*M'a bul6 zbt = je vous brilerai.
L'emploi de ) zbt pour la deuxieme personnel du pluriel
est localism dans certaines regions du sud d'Haiti particu-
lierement dans les environs des Cayes, il 6vite toute confusion
entire la premiere et la deuxi6me personnel du pluriel.
3e personnel: sg. li, 1'
pl. yo, y', zbt
Li mak6ne = elle est embrouill6e










U S626-1 = vous vous le rappelez
L'rOte = il est arrete
Ret6-1 = arretez-le
Yo buk = ils sont fatigues
Y'a-Sire = ils se dechireront
M'vire-yo = je les ai retournes
*L'a-p6te-1 ba z6t = il le leur apportera.
Cet eniploi de <, z6t come pronom complement de la
troisieme personnel du pluriel est en voie d'extinction; on ne
le rencontre plus que chez certain paysans du Nord. Il est
probablement n6 du besoin de distinguer autrement que
par Flaccent le determinant pluriel du pronom suffix6 dans
les phrases du type # Fam ki rete yo ) (les femmes qui les
arratent, les femmes qui sont arretees). La solution presque
generalement adoptee maintenant est 1'usage du d6termi-
nant emphatique < la-yo, a-yo ,.
Les formes contracts m, n, 1, y sont toujours prffix6es
comme sujets aux formes verbales commencant par une
voyelle; m, n, I peuvent aussi preceder des consonnes
ou etre suffixes comme complements aux formes verbales
terminees par une voyelle. (( U sujet ou complement forme
diphtongue avec la voyelle qui le suit ou qui le pr6cede, I'ac-
cent restant toujours sur la voyelle du verbe la diphtongue
sera ascendante ou descendante.
M'kbn li, m'k6n k6t6 = je sais lire et computer
*Rale-m no = tirez-moi done!
Krit-mre s'u kapab = cuis-moi si tu peux
1W'ap vini? = viens-tu?
M'a bo-u = je t'embrasserai
Si I'pa ret6, rite-1 = s'il n'est pas arrete, arretez-le
*M't6-laSas-li = je l'avais chass6
L'a sal-nu, ti-mun = il vous salira, enfants
N'kab das6 pu-u = nous pouvons danser pour vous
Li pito-n = il nous preftre
L'a-bat-nu = il vous battra
Yo kumas6 brot6, y'a fini = ils out commence A dim6nager,
ils finiront
R1l-yo = appelez-les I
Ii y avait autrefois deux formes sp6ciales # mo et to









pour le nominatif de la le et de la 2e personnel du sin-
gulier, on les retrouve dans les anciens textes et dans cer-
taines chansons ou fables mais elles ont depuis longtemps
disparu de la langue courante. A l'accusatif et aux cas obli-
ques on avait < mwed et mw* et minre ) mais subsiste encore dans la locution
a-mw # = au secours, a moi! l Tw6 n'a pas laiss6 de
traces, le <( u) moderne qui a toujours exists comme pronom
de la deuxieme personnel du singulier a c6te de # to # et de
a twed a fini par les supplanter complement. De la meme
facon < m # tend chaque jour son domaine et bient6t peut
etre 0liminera tout A fait ( mwe comme sujet.

PRONOM NEUTRE.

Le creole se sert quelquefois de ( li dans un sens neutre;
a) dans les locutions de temps:
Ki 16 li y6 = quelle heure est-il?
L'kab diz e = il est peut-etre dix heures
L't1 midi = il 6tait midi
L'ta pu n'alM = il est temps de nous en aller.
b) en replacement de ( cette chose ,, pris dans un sens
vague et ind6fini:
Sa m'di-u ki bo, li b6 = ce que je vous dis qui est bon est bon.
Pa fe sa, I'a mov6 pu-u = ne fais pas cela, ce sera mauvais
pour toi
Si l'b6 pu-u w'a we = vous verrez si ce sera bon pour vous.

PRONOM RBFLECHI.

On forme le pronom r6flchi au moyen des substantifs
k6 #, kadav et ( tMt auxquels on suffixe le pronom
personnel convenable. < Kadav est tres emphatique et d'un
usage restreint. Certains verbes n'admettent que les for-
mes en a k6 ,, d'autres seulement les formes en ( tet ), d'au-
tres enfin tolkrent les unes et les autres.
L'ap-mena k6-l bb isit = elle s'ambne par ici (amine son
corps)
Li tuy6 tet-li = il s'est tu6 (il a tue sa tMte)










Yo reme kadav-vo = ils s'aiment eux-memes (ils aiment
leur corps)
Rale kb-u = retirez-vous (ral tet-u = retirez votre tete)
N'a Sare tet-nu = vous vous ridiculiserez ( kb 6 ne peut
ftre employee)
U bles6 tet-u = vous vous etes blessed vous meme
U blese kb-u = vous vous etes bless vous meme
U blese kadav-u = vous vous etes bless vous meme
M'a prose kb-m ti-gut = je m'approcherai un peu (m'a pros
tet mwe = j'approcherai ma tete)
WAte kb-u = eloignez-vous (wWt6 tet-u = 6tez votre tete)
M'te gade kb-m na glas = je m'6tais regard6e dans un miroir

PRONOM RPCIPROQUE.

Le pronom rkciproque < yun.....16t )> est rarement employee,
d'ailleurs dans les verbes rfciproques le sens reciproque
est souvent contenu dans le verbe, un pronom ne sert qu'A
le mettre en relief.
T6 yun reme 16t = aimez-vous les uns les autres (que l'un
aime l'autre)
Yun grafifii lot = ils s'egratignent mutuellement
Medam-yo, yun pnfi l1t = ces dames se coiffent l'une l'autre
Mun-yo reme = ces gens s'aiment (ou bien: mun-yo, yun
reme Ibt)
*De ti-bet-yo puswiv tut 2une = ces deux petites bMtes se
poursuivent toute la journ6e (de ti-bet-yo, yun puswiv lbt...)
Mun sa-yo sabl6 = ces gens se ressemblent (mun-sayo, yun
sable 16t)

DISCUSSION

Base frangaise.

1. Les pronoms personnel peuvent indiquer le genre(3*
personnel le nombre et la personnel en francais. Ils ont
des formes accentudes et des formes atones, certaines former
particuli6res au sujet, (je, tu, etc.) et d'autres A l'objet (me,
te, etc.) En creole, la premiere et la deuxi6me personnel
sont confondues au pluriel; on peut indiquer le neutre A










la troisieme personnel mais non le feminin, les pronoms
ont une forme longue tant6t accentuee et tant6t atone, une
forme contract toujours atone, qui correspondent A la fois
au sujet et A l'objet. Tous ces caracteres peuvent repr6sen-
ter le point d'aboutissement d'une simplification dans le
systeme francais.
2. Les formes elles-memes correspondent phon6tiquement
aux pronoms accentu6s du francais. Le mwe #, # mr6 > de
la premiere personnel du singulier provient de 1'an-
cien # mwe correspondent a la prononciation de a moi a
au xvIIe siecle. Les formes < u de la 2e personnel et li #
de la 3e correspondent A 1'F ous = vous, et au < li = lui
des boucaniers normands. <( Nu est semblable au fran-
gais, son emploi a la 2e personnel a pu venir du besoin de
distinguer < u # singulier de (( u pluriel. Nous avons vu que
((yo ) venait probablement d'Auvergne ou de Gascogne.
SZ6t #> vient de < vous-autres (cf. espagnol: vosotros =
vous), pour la 2e personnel du pluriel, de ( les autres pour
la 3e. # L6t vient de 1'(( autre s.
3. Le pronom reflechi former a l'aide de # corps ) est fre-
quent en vieux francais (Chanson de Roland, Roman de
Troie, Chroniques de Villehardouin, St.-Alexis, Chansons de
Toile, etc.), mais cet emploi, de a corps devient d6ej rare
A la fin du xive siecle, il est done peu probable que cette
formation nous vienne du francais. Cadave est synony-
me de < corps # en picard. Le pronom r6flechi former a l'aide
de < tate ) est inconnu en francais.

Base africaine.

1. Les pronoms africains de cette region ont souvent une
forme accentu&e et une forme atone; g6neralement A une
ou plusieurs personnel le nominatif differe de l'accusatif.
Cependant, en songhay et dans la plupart des dialectes man-
dingues on ne fait aucune difference de cas. Chez les Ewe
le mot # mi ) repr6sente A la fois la le et la 2e personnel du
pluriel (sujet et objet) comme en creole.
2. Les formes creoles quoique probablement tirees du
frangais en tout ou en parties, ne sont pas sans analogie avec
les formes africaines. Dans tous les dialectes 6we









forme contract de la 1e personnel du singulier, la 3e personnel
du pluriel dans ces m8mes dialectes est represent6e par
a wo, o, yo, ye la 2e personnel du singulier en anfou6gbe et
en adamp6 (dialectes 6ew) est < u >, comme en creole. La
forme ( ni, i >, pour la 3e personnel du singulier existe dans
les dialectes de la C6te d'Ivoire.
3. Dans deaucoup de langues soudanaises le r6fl6chi se
forme a I'aide du mot ( corps #. En wolof on emploie bob
= tote.

POSSESSIF.

ADJECTIF.

Nous avons vu a propos du substantif que le rapport
d'appartenance s'exprimait en faisant suivre le nom de
1'objet possede par celui du possesseur. Si au lieu de dire
( le livre de ma mere par example, je dis < mon livre #,
le possesseur est ( moi au lieu d'etre < ma mere le creole
dira done fort logiquement < liv-mwe Par consequent,
les adjectifs ne sont que des pronoms personnel suffixes.
Papa-m = mon pere (le pere de moi)
mima-u = ta mere
fre-li = son frere
s6-nu = notre, votre sceur
pitit-yo = leur enfant, leurs enfants.
Dans les zones de ( z6t on dirait ( s&-z6t > pour votre
sour (Sud) et ( pitit-z6t-yo ) pour a leurs enfants (Nord).
Dans le Nord on intercale souvent la proposition a
entire le substantif et le pronom:
*nuris a li = sa nourrice
*kanister a nu = notre marmite
*pitit a mwe = mon enfant
Les noms auxquels se rapportent les adjectifs possessifs
peuvent etre sous une forme d6terminee ce qui permet d'ex-
primer l'unite ou la plurality des objets poss6des, le pro-
nom personnel d6signant l'unite ou la plurality des posses-
seurs.









rido-mwC-yo = mes rideaux
liv-u-yo = tes livres
rad-li-yo = ses costumes
bwet-nu-a = notre boite, votre bolte
*kana-zbt-la = votre canard
plim-yo-a = leur plume
plim-yo, plim-zbt-yo = leurs plumes.
Comme lorsqu'il s'agit de verbes, on peut employer apres
un nom termine par une voyelle la forme contract ou la
forme longue des pronoms personnel < mwe, li, nu ,. Le
pronom i u, forme toujours diphtongue avec la voyelle
pric6dente.
mama-m, mama-mwd = ma mere
s&-l, st-li = sa sceur
bale-m-la, bal6-mw-d = mon balai
zwdzo-n-la, zw6zo-nu-a = notre ou votre oiseau
kanari-l-la, kanari-li-a = sa jarre
bat6-u = ton bAton
ra-ra-u-la = ta cr6celle
kay-u-yo = tes cashiers, vos cahiers.

PRONOM.

Pour former les pronoms possessifs on se sert du mot
( pa dans l'Ouest et le sud d'Haiti, du mot (kin dans
le Nord, on les fait suivre du pronom personnel convenable
avec proposition dans le Nord, sans proposition dans le res-
te du pays. (Pa ) vient du frangais ( part ) et signifie part,
portion, propriety; il s'emploie rarement isol6ment. < Kin #
qu'on retrouve en Louisiane sous la forme ( kenne et dans
les anciens textes haitiens sous la forme < quien parait
venir de l'espagnol # quien > = celui qui.
pa-m = le mien, la mienne, les miens, les miennes (ma part,
part de moi)
kin-a-m = le mien, la mienne, les miens, les miennes (ma
chose, ce qui est A moi)
pa-u, pa-1, pa-n, pa-yo.
kin-a-u, kin-a-1, kin-a-nu, kin-a-yo,










Les substantifs a pa et kin ) pouvant etre d6termin6s,
le pronom possessif variera done en nombre:
pa-m-la = le mien
pa-u-yo = les v6tres
pa-l-la = le sien
kin-a-nu-a = le n6tre
pa-yo, -kin-a-yo, kin-a-zbt-yo = les leurs.
A la 3e personnel du pluriel < pa # et < kin sont g&n&-
ralement indetermines. Dans les regions ofi # z6t Y est in-
connu, on tourne quelquefois la difficultM en employant
au lieu du pronom les substantifs, mun = personnel,
bagay c = chose, ou <, bet) = bete.
Quand on veut insisted sur l'idee de proprietY, on em-
ploie quelquefois les formes du pronom pour les formes de
1adjectif :
Gade lada-m = regarded mon argent! (qui est en ma possession)
Laai pa-u? = ton argent? (qui t'appartient)
Nou. la2a pa-1 = non, le sien (1'argent qui lui appartient)
Se pitit-u? = est-ce votre enfant?
Pitit pa-m = c'est mon enfant.


DISCUSSION.

Base frangaise.
La formation du possessif creole 6tant tr6s simple et
tres logique nous pourrons rencontrer des formations ana-
logues dans le francais enfantin : par example le livre de
moi > pour < mon livre ), ou t la chose de moi pour a la mien-
ne ). Seules les formes du type e< mama pa-m -- ma mere,
correspondraient a une evolution d'ailleurs parfaitement ad-
missible.

Base africaine.

D'autre part, dans la majeure parties des langues de l'Afri-
que occidentale 6quatoriale, I'adjectif possessif est indiqu6
par le pronom personnel postpose avec ou sans proposition.
Dans une grande parties de ces langues le pronom est form










au moyen d'un substantif significant portion, part, propriete.
En 6w6, par example, ( mon ami # se dira < ami moi # (ho nye),
( le sien se dira # propriete lui > (to eya) et a celui de mon
pere a se traduira par < pere moi propri6te (fofo nye to).
Le creole est dans ce dernier cas plus logique que 1'6w6,
qui met le nom du possesseur tantit avant, tant6t apres,
il dirait: ( pa papa-m = propriete p&re moi.


RELATIF ET INTERROGATIF.

PRONOM RELATIF.

Le creole ne possede qu'un seul pronom relatif invariable
en genre et en nombre # ki >. Ce pronom ne s'emploie jamais
come complement.
Mwe ki mwe = meme moi (moi qui suis moi)
Fam ki vini w-u la = la femme qui est venue vous voir
Mun ki b6 = ceux qui sont bons
Sa ki riv6-m la tr6 fb = ce qui m'est arrive l4 est trop fort.
Mais:
Fam u t6 vin we-a = la femme que vous 6tiez venu voir
(la femme vous 6tiez venu voir)
Sa m'tW p-a riv6 = ce don't j'avais peur est arrive (cela
j'avais peur est arrive)
*Mun u riv6 ak li-a = la personnel avec qui tu es arrive
(la personnel tu es arrive avec elle)
ime u pro 16 u vini-a = le chemin par lequel tu es venu
(le chemin tu as pris quand tu es venu)

ADJECTIF INTERROGATIF.

Le creole possede 6galement un adjectif interrogatif ( ki
invariable en genre et en nombre.
Ki bb u retB? =of habitez-vous? (de quel c6tB vous habitez ?)
Ki mun li sablk? = h qui ressemble-t-il? (A quelle person-
ne...)
Ki pitit u pito? = quel enfant pr6ferez-vous?
Pu ki kbz m'ta Slte? = pour quelle raison chanterais-je'?











Ki bagay n't'ap pale? = de quoi parlions-nous? (de quelle
chose...).
Kiles ) s'emploie aussi come adjectif intcrrogatif:
Kiles mun li sabl ? auquel (de ses parents) ressemble-t-il?
A quelle esp&ce de personnel ressemble-t-il?
Kiles ti-mun sa yd? = quelle espece d'enfant est-ce?
KilRs bb n'a pra? = laquelle des routes prendrons nous?
Kikls rad w'a metd? = quelle robe. quelle espece de robe,
ou laquelle des robes mettrez-vous?
Kiles kasav ki rete? = laquelle des cassaves reste? quelle
est 1'espece des cassaves qui restent?
I1 est toujours invariable mais le nom auquel il se rapporte
peut etre determin :
Kiles mun-la 1'sabl? = a quelle personnel ressemble-t-il
exactement ?
kiles mun-yo I'sabl6 = auxquels, auquel de ces messieurs
et dames ressemble-t-il?
kiles ti-mun-la u pito? = quel enfant pr6f6rez-vous exac-
tement ?
kiles ti-mun-yo u pito? = lequel, lesquels des enfants pr6f&-
rez-vous ?
*kiles rad-la m'a-mete? = quelle robe mettrai-je au just?
kiles rad-yo m'a mete? = laquelle des robes mettrai-je?

PRONOM INTERROGATIF.

On retrouve des traces de < ki > pronom dans les locu-
tions figees < ki li? > = quel est-il? et < ki u? > = qui ftes
vous?
A 'adjectif ( kiles ) correspond le pronom ( kilis ) qui est
suivi de ki >, au nominatif :
Kiles ki Sita = lequel est assis? laquelle, lesquels, etc.
kiles ki kon li = lequel salt lire? laquelle, lesquels, etc.
kiles ki pi nwe = laquelle est la plus noire?
kiles u zete = laquelle avez-vous jetU?
kiles li pito = lesquels pr6fere-t-il?
ak kiles u rete = avec lequel habitez-vous? chezz lequel tra-
vaillez-vous ?)










na kils u w6 bet = dans lequel voyez-vous des bates?
m'a van-li ba kiles = auquel le vendrai-je? (je vendrai le
donner auquel?)
pu kiles u p6t-l1 = pour lequel I'avez-vous apporte?
Le pronom e kiles peut recevoir le suffixe de d6termi-
nation:
*Kils-la k'Sita? = lequel est assis (quel est celui qui est
assis?)
*kilss-yo k'duve? = lesquels sont devant (quels sont ceux
qui sont devant?)
ak kiles-yo u vini? = quels sont ceux avec lesquels vous
Utes venu?
kilks-la u twn ? = quelle est celle que vous avez trouv ?
Il y a un autre pronom interrogatif ( kisa ) qui comme
( kiles ) est suivi de <( ki ) au nominatif. II se pr6sente gene-
ralement sous une forme indeterminee et invariable, con-
tractee en < sak et ( sa .
Kisa k'vass? = qui s'est avanc6? = *Sak vas6?
kisa k'lime? = qu'est-ce qui est allume? = *Sak lime?
kisa k'rive? = qu'est-ce qui est arrive? = *Sak rive?
kisa k'lave-pase pu-u? = qui lave et repasse pour vous?
kisa u lime? = qu'avez-vous allume? = Sau lime?
kisa u fe? = qu'as-tu fait? = sau f6?
kisa l'lave? = qu'a-t-elle lave? = sa l'lave?
Ak kisa u maie = avec quoi mangez-vous?
na kisa u bwe = dans quoi buvez-vous?
pu kisa u ri = pourquoi riez-vous?
On dit aussi ( puki au lieu de < pu kisa Lorsqu'il
s'agit d'une personnel on prefere generalement employer
( ki mun # au lieu de a kisa au nominatif, cet emploi est
obligatoire a l'accusatif et dans les cas obliques:
kisa k'dase = qui est-ce qui a danse?
ki mun ki dase = qui est-ce qui a dans6?
ki sa k'lave = qui est-ce qui a lave?
ki mun ki lave = qui est-ce qui a lave?
Mais :
ki mun u pfie = qui avez-vous coiffe'"










ak ki mun u mi6 = avec qui avez-vous mang ?
pu ki mun u f6-1 = pour qui l'avez-vous fait?


DISCUSSION.

Base franfaise.

1. Le francais possede un relatif variable en genre et en
nombre a lequel ) et des relatifs invariables (i qui, que, quoi,
don't ), repr6sentant I'un le nominatif en general et les cas
obliques pour les personnel, l'autre l'accusatif, le troisieme
les cas obliques pour les choses et le quatrieme le genitif.
De ce syst&me assez complex le creole n'a retenu que le
qui ) et encore en restreignant son emploi au seul nomi-
natif.
2. Le ( ki ) interrogatif du creole provient peut-6tre non
du ( qui s relatif francais mais d'une prononciation ferm~e
du ( que = quel? normand. On peut 6galement retrou-
ver dans ( qui est-ce )? et dans le ( qui ca ? familiar du
francais, 1'origine de notre kilks # et de notre # kisa .

Base africaine.

1. Les relatifs sont extremement rares en Afrique occi-
dentale. M. Westermann en signal un chez les Ew (( si
(pl. si-wo) (), mais d'apres M. Midgeod les vrais relatifs exis-
teraient seulement en songhay, en hausa, en wolof, et en
temn6, toutes les autres langues en etant d&nuees ou ne
possedant que de pseudo-relatifs (2).
2. Dans plusieurs langues africaines on a un radical ( k-
a l'interrogatif ou au relatif. Chez les Ewe de l'interieur,
par example, on a comme relatif ( kyi a ou < tyi # et comme
interrogatif tyi ) ou ( tye >, les adjectifs interrogatifs sont
postposes sauf dans des locutions fig6es comme ( tye-nu =



(1) D. WESTERMANN, Gramm. der Ewe-sprache, Berlin, 1907, p. 61.
(2) Hugh MIGEOD. The languages of West-Africa, London, 1911, vol. I,
p. 100.










quelle chose ? L'addition du determinant suffix6 au pronom
est courante, elle se retrouve dans tous les dialectes 6w6.


NUMERAL.

Tous les numeraux cardinaux sont d6riv6s du francais:
dis mun = dix personnel
trot solda = trente soldats
de mil gud = deux mille gourdes
twa dola = trois dollars.

Les pronoms peuvent etre d6terminds:
Kat rit6 = quatre sont rests
kat-yo rWt6 = les quatre sont rests
kat-la-yo = les quatre don't il s'agit.

Les numrraux ordinaux sont peu usites, sauf < premy6 ,,
d6zyem # twazyem ) et < denye ,. Les nombres frac-
tionnaires ne s'emploient pas davantage A part < d6mi et ka .
Pr6my6 mun ki riv6 s6 li = la premiere personnel qui arrive
c'est elle
Deny6 mun ki pati sB li = la dernimre personnel qui part
c'est elle
M'd6pdsis twa-ka pyas pu li = j'ai d6pens6 trois quarts de
piastre pour elle
Bd-m d6mi-liv tafya = donnez-moi une demi-livre de tafia.

Des nombres multiplicatifs le creole n'a guere retenu
que < dub > :
*Li pra dub siro = il a pris le double du sirop
Pa-m twa fwa k6 pa-1 = le mien est le triple du sien.

Les nombres distributifs se forment g6neralement par
redoublement :
*yo vini dis-dis = ils sont venus dix par dix
*yo gr6ne yun-yun = ils s'6grenerent un a un
*mun-yo mask d&-d = ces gens marchent deux par deux.












DISCUSSION.

Pour exprimer 1'unit le creole emploie flu quand 'ad-
jectif se rapporte A un nom ou A un infinitif, (( yun quand
ii est employee isolement. Yun et ( flu qu'on retrouve
sous la forme v yon e dans les Antilles Francaises et dans la
Guyane sont particuliers aux creoles americains, dans les
Mascareignes on dit < ene Ces formes existaient chez les
Indiens. les Tupis du Bresil disent encore v yon) et <( afiu
pour < seuil unique ), cependant leur origine francaise est
probable puisqu'on les retrouve en Vende et en Auvergne (1)
(. yon en Normandie).
La num6ration, a part la formation des distributifs
d'origine africaine quasi certain (on la retrouve dans presque
toutes les langues), revele nettement un caractere francais.
Pour dire lheure par example, le creole modifie A peine le
francais :
Ki 1~ l1'y = quelle heure est-il?
yun-e = une heure
a c6te de: flu ak6 = un accon
dez-e = deux heures d6 agama = deux cam616ons
katr-e = quatre heures kat afyo = 4 afios (legumes)
diz-e = dix heures dis ato-m-b6 = 10 atombons
(16gumes)

INDEFINI.

ARTICLE.

Le creole possede un article ind&fini singulier # flu 4 yfi on

(1) GILLIERPON et EDMONT, Atlas lingui.slique, carte 1347. Dans certain pa-
tois de : Charente, Charente-InfCrieure, Vienne, Vendde, Indre, Dordo'ne, Al-
lier, yun = une ;
de Pay-de-Dome, Haute-Loire, Creuse, yuno = une;
de Loire, Ardeche, Cantal, yuna = une;
de Dordogne, Haute-Loire, Ardeche, yfi = un.
(2) Ibid.. carte 1347. fi = un, dans la majority des dialectes du Midi de la
France.










fois masculin et feminin et ses trois formes sont interchan-
geables.
fiu k6ngolo = un congolo (espece d'insecte centipede).
yii krizinyez = une cuisiniere
m'vl~ flu bMl = je veux d'une belle
*s6 ii frapp py6 k'pa fini = c'est un frapper du pied qui
n'en finit pas (on frappe du pied...).

ADJECTIF.

< fiu *, yfi >, < ii u peut aussi etre considered comme adjectif
ind6fini car il est souvent employee dans le sens de < certain,
un certain >.
*ifu rat ki t6 ret6 na di vy6 sayb6d = certain rat qui habi-
tait dans un vieux buffet
*uf iu m't'ap flane bb laba = certain jour oif je flanais par
l-bas.
< K&k ,, ( Sak et < nap6t ki > qu'on rencontre aussi sous
la forme nep6t s'emploient g&niralement avec des sub-
stantifs sous la forme indeterminee:
m'kapab fB kAk kbb = je ferai peut-etre c felques sous
gB kek ta l'pa vini = il y a quelque temps qu'il n'est venu
m'bii ral6 sak mut6 = j'ai ete obligee de tirer chaque mouton
sak 2u m'desdn = Je descends chaque jour
*nepot fli u vie m'a ba-u-li = quelle que soit la fleur que
tu voudras, je te la donnerai
brot6-1 nepbt ki id = apportez-le de n'importe quele facon.
Suivis d'un nom d6termin6 pluriel ils signifient respecti-
vement: quelques-uns des ,, i chacun des # et ( n'importe
lequel des, laquelle des, lesquels des, etc.
M'ramas6 k&k k6b-yo = j'ai ramass6 les quelques sous, ou
bien quelques-uns des sous
U pa w6 kek mun yo = avez-vous vu quelques-uns des gens
don't il s'agit.
*Sak mut6-yo k'muri, n'bul-1 = chacun des moutons qui
meurt nous le brilons
*sak Sal-mre k'Wire, m'26te-1 = chacun de mes chales qui se
dechire, je le jette










nepbt ki tab-yo = n'importe laquelle ou lesquelles des tables
nep6t ki kuto-la-yo = n'importe lequel ou lesquels des cou-
teaux.
( L6t se rapporte a des noms d6termin6s ou ind6termin6s.
II est souvent remplac6 par ( 16zbt au pluriel, sauf dans le
sens de #( d'autres *. Dans ce sens comme dans celui du singulier
( d'autre > on se sert quelquefois d'une autre forme d6t ,.
*M'pa we dbt bagay = je ne vois pas d'autre chose
*Lbt mun t6 dw6 vini = d'autres personnel devraient venir
U gad6 16t bet-la = vous avez regard l'autre bete
*u gad6 lbt bet-yo = vous avez regard les autres betes
u gad6 16zbt b6t-la-yo = vous avez regard les autres b6tes.
< Tut ) peut aussi se rapporter A des noms d6termin6s ou
ind6termin6s. Suivi du d6monstratif <( sa il se pr6sente sous
la forme ( tu ), suivi de ( sa-a > ou de # sila-a > il conserve
son t ).
Tut gro n6g pu Sita = tous les gens important s'assi6ront
*Tut 2wet s6 w,6t kroiSt pa lada = tous les jeux sont des
jeux except les crocs-en-jambes (proverbe)
tut gato-a bul6 = tout le gAteau est brfil6
tut pitit-yo kuri = tous les enfants ont couru
tut kalbas-la-yo kul6 = toutes les calebasses coulent
tut sa-a pa bo = celui-l4 n'est pas bon en entier
tu sa pa bo = tout cela n'est pas bon
U pa kone tu sa ki riv&-m = vous ne savez pas tout ce qui
m'est arrive
u pa k6ne tut sila-yo= vous ne connaissez pas tous ceux-Ia.
K6be ) se pr6sente au nominatif sous la forme ( k6be...
ki comme les interrogatifs relatifs. Lorsqu'on ajoute au
substantif auquel il se rapporte le determinant pluriel le
sens devient ( combien d'entre les ).
K6be mun ki vini? = combien de personnel sont venues?
k6b6 mun yo k'vini = combien de personnel sont venues
parmi celles don't il s'agit?
k6be pitit u geifl = combien d'enfants avez-vous?
k6bU b6t-yo k'mar6 = parmi les betes don'tt il s'agit) com-
bien sont attaches?











PRONOM.

A fiiu correspond le pronom yun = l'un d'entre eux,
l'un.
yun gad6 kay-la... = I'un garde la maison
yun vini = I'un d'entre eux est venu

Suivi du determinant singulier il signifie tre eux, 1'unique, le seul >.
*yun-la k'gita = le seul qui soit assis, celui d'entre eux...
yun-la m'te gfini yo prd-1 = le seul que j'avais on l'a pris.

# Yoyun = aucun d'eux, aucun. II s'emploie dans les
phrases negatives. Suivi du determinant singulier il signifie
, aucun de ceux-IA >.
yoyun pa we = aucun d'eux ne voit
yoyun-la pa we = aucun de ceux-la ne voit
*yoyun pa r6le-m S m6tres = aucun n'est a moi (aucun
d'eux ne m'appelle chore maitresse).

SYoSak # = chacun, chacun d'eux:
*yogak vas6, yo ba yosak d& k6b = chacun d'eux s'avanca
on donna a chacun deux sous
*yoSak pu ral6 S9y-yo = chacun d'eux doit tirer sa chaise.

Yotut = tous, eux tous
yotut S = ils sont tous sees
m'mar6 yotut = je les ai tous attaches.

(( L6t = l'autre, les autres. Comme lorsqu'il est adjec-
tif, s'emploie sous la forme d6termin6e ou indeterminee.
Yun vise 16t kyul6 = l'un advance, I'autre recule
Lb yun ret6 16zbt Ot6 = quand I'un s'arrete les autres s'arre-
tent
16t-la ap-ma6 = I'autre est en train de marcher
lbt-yo pibel = 16z6t-yo pi-bMl = les autres sont plus belles
R616 16z6t-la-yo pu mw6 = appelez les autres pour moi.

Kobe = combien? A l'adjectif k6be correspond le
pronom k6be > qui devient # k6b6 ki au nominatif.









K6be k'g0 da = combien ont des dents?
k6be k'mbde = combien mordent?
u ras k6be = combien en avez-vous arrach ?
k6be u zete = combien en avez-vous jetO?


DISCUSSION

Base frangaise.

1. En francais, l'article ind6fini est un P, f6minin ( une ,
pluriel ( des ). Il est toujours prepos6 au mot auquel il se
rapporte. Les forces du singulier semblables a celles de
'adjectif numeral peuvent 8tre employees pronominale-
ment, precedes ou non de l'article defini, dans ce dernier
cas elles ont un pluriel en -s. En creole, il n'y a pas d'ar-
ticle ind6fini pluriel, il y a une forme unique pour le mascu-
lin et le feminin pour le pronom qui peut prendre le suffixe de determination,
ces deux formes sont les memes que celles de 1'adjectif nu-
meral. L'article est prepos6 comme en francais.
2. Les adjectifs indefinis d&rivent tous du francais, com-
me en francais ils sont proposes aux substantifs.

Base africaine
1. L'article indefini semblable a l'adjectif numeral est
d'apres M. Migeod pratiquement inexistant en Afrique Occi-
dentale Equatoriale (1). Cependant M. Delafosse (Manuel
dahomeen) et M. Westermann (Grammatik der Ewe Sprache)
signalent un de chez les Ewe qui est a la fois adjectif
numeral et article ou adjectif indefini. Cette particule est
toujours postposee. 11 n'y a nulle part d'article ind6fini
pluriel.
2. Les formations comme yoSak = chacun d'eux,
a yotut = tous parmi eux, yoyun = un d'eux, rappel-
lent les formations africaines dans lesquelles l'adjectif in-
defini est toujours postpose.


(1) The languages of West Africa, vol. II, p. 3.












DISCUSSION.

Pour exprimer 1'unit le creole emploie flu quand 'ad-
jectif se rapporte A un nom ou A un infinitif, (( yun quand
ii est employee isolement. Yun et ( flu qu'on retrouve
sous la forme v yon e dans les Antilles Francaises et dans la
Guyane sont particuliers aux creoles americains, dans les
Mascareignes on dit < ene Ces formes existaient chez les
Indiens. les Tupis du Bresil disent encore v yon) et <( afiu
pour < seuil unique ), cependant leur origine francaise est
probable puisqu'on les retrouve en Vende et en Auvergne (1)
(. yon en Normandie).
La num6ration, a part la formation des distributifs
d'origine africaine quasi certain (on la retrouve dans presque
toutes les langues), revele nettement un caractere francais.
Pour dire lheure par example, le creole modifie A peine le
francais :
Ki 1~ l1'y = quelle heure est-il?
yun-e = une heure
a c6te de: flu ak6 = un accon
dez-e = deux heures d6 agama = deux cam616ons
katr-e = quatre heures kat afyo = 4 afios (legumes)
diz-e = dix heures dis ato-m-b6 = 10 atombons
(16gumes)

INDEFINI.

ARTICLE.

Le creole possede un article ind&fini singulier # flu 4 yfi on

(1) GILLIERPON et EDMONT, Atlas lingui.slique, carte 1347. Dans certain pa-
tois de : Charente, Charente-InfCrieure, Vienne, Vendde, Indre, Dordo'ne, Al-
lier, yun = une ;
de Pay-de-Dome, Haute-Loire, Creuse, yuno = une;
de Loire, Ardeche, Cantal, yuna = une;
de Dordogne, Haute-Loire, Ardeche, yfi = un.
(2) Ibid.. carte 1347. fi = un, dans la majority des dialectes du Midi de la
France.













VERBE



Les diverse formes verbales s'obtiennent au moyen de
particles et auxiliaires prefixes au verbe qui est lui-meme
invariable. Ces particles d'origine verbale ou preposition-
nelle et ces auxiliaires en se combinant entire eux donnent
naissance A une multiplicity de temps et d'aspects.

VERBE EMPLOYEE SEUL

Le verbe peut s'employer seul, prec&d ou non de pro-
noms personnel, et prendre diverse valeurs.

Infinitil
A ce titre le verbe servira de:
a) sujet:
*We ak tade pa mem = voir et entendre ne sont pas sem-
blables (proverbe).
*Ru16 na vw6ti pa di mun riA = rouler en voiture ne dit
pas personnel riche (rouler carrosse ne dit pas richesse)
(proverbe)
b) complement d'adjectif:
Li mal pu tire = il est difficile A tirer
M'k6td we-u = je suis content de vous voir.
c) complement de verbe :
M'ap-vin-wd = je viens voir
M'di-li pa iw6 = je lui ai dit de ne pas jouer
L'ap-aprdn mase = elle apprend A marcher.
d) complement de substantif:
Rad pu lave = des vetements A laver
Bagay pu bwe = des choses A boire.










Cependant, quand il s'agit de complements de substan-
tifs ou de verbes on prdfere en general prtposer au verbe
le pronom convenable :

Li le pu n'kuse = il est temps de se coucher (litt. : il heure
pour nous coucher)
Me liv pu nu iete = voici des livres a jeter
Yo fet pu yo sate = ils sont nes pour chanter
N6m-1 pale pu 'ride-u = Ihomme parole pour vous aider.


Substantif


Le verbe peut toujours etre employee substantivement.
En tant que substantif il pourra se presenter sous une forme
determine ou indeterminee. Sous la forme indetermin~e
il se rendra en francais tant6t par 1'infinitif employee sub-
stantivement, tant6t par un veritable substantif.
Goafi meprise kone = Favoir meprise le savoir (proverbe)
Rale menn kase = les tiraillements amenent la casse (pro-
verbe).

Sous la forme determine on ne pourra le rendre en fran-
cais que par un veritable substantif ou par une periphrase:

a) determination pour Plarticle :
Se flu kuri k'pa fini = c'est une course qui n'en finit pas
(litt.: ceci un courir qui ne-pas finir)
Zu befl-a = le jour du bain
Sote-la-yo te rod = les sauts 6taient extraordinaires.

b) determination par un adjectif:
Ma6-sa-a trop pu mwe = cette march d6passe mes forces
(litt. : marcher ce trop pour moi)
*U reme tut brote-sa-yo = vous aimez tous ces d6minage-
ments
*Ki bel pale? quelle belle diction? (litt. : quel beau parler)
*Sire-yo pa mem ak pa-n = leur allure n'est pas comme la
n6tre (dechirer-leur pas meme avec le-n6tre).










A titre de substantif il peut etre qualifi6 et recevoir un
complement d6terminatif:
*F6 flu b6l Sar6 bd-mwd = faites-moi une belle caricature
animee (litt.: faites un beau singer donner moi)
fnu kl6r bada = un eclairage chic (un eclairer chic)
DesM m6dam-yo bMl n6t = la danse de ces dames est tries jolie
M'pa reme s2t6 ti-mun-yo = je n'aime pas le chant de ces
enfants (litt.: je ne-pas aime chanter enfants les).

Le verbe employee substantivement ne perd jamais sa na-
ture verbale. II peut done meme lorsqu'il est determine,
qualifi6 ou complete, etre modified par un adverbe ou avoir
un objet direct ou indirect.
S6 flu kuri 16t-bb k'pa fini = c'est une course de I'autre c6t6
qui ne finit pas
*2u bene-net la = le jour du bain complete (litt.: jour baigner
tout-4-fait le)
*sot6 latura2-la-yo tB rbd = les sauts de hales etaient extraor-
dinaires (litt.: sauter hales les etaient extraordinaires)
Ki travay-pu-mun sa-a? = quelle est cette faqon de tra-
vailler pour les gens?
*flu suk6-kb 16d april = une facon de secouer le corps tres
laide (litt.: un secouer corps laid tres).
Le creole guyanais emploie egalement de facon exten-
sive le verbe comme substantif. D'apres M. de St-Quentin
( on est bien pros de conclure qu'il n'y a de fait qu'un seul
verbe en creole l'auxiliaire charge d'imprimer i un mot uni-
que substantif ou adjectif, l'idee de l'action present, passee
ou future ,) (1).

Qualificatif

Presque tous les verbes peuvent etre employes come
qualificatifs, leur signification est alors soit active, soit pas-
sive, mais dans un cas comme dans l'autre ils n'ont rien qui
les distingue de purs adjectifs.

(1) A. DE SAINT-QUENTIN, Introduction A l'histoire de Cayenne, Antibes
1872.










a) actifs
la Sime glis6 = dans les chemins glissants (glisser)
lu pitit kon u = un enfant savant (ou ruse) (connaitre)
de i6 kl6re = deux yeux luisants (cclairer)
flu bet m6bd = une bate qui mord (mordre)
flu fom bilye = une femme oublieuse (oublier).
b) passifs :
Swal muri = cheval mort
rad krokd = des vWtements accroch6s
liu n6m kap6 = un homme debout
bagay kaSe = une chose cachee
mai2 kwit = repas cuit.

Imperatif

Le verbe peut encore faire function de deuxieme personnel
de l'imperatif :
Pra-m n6! = prends-moi done prenez-moi done!
vini we = viens voir, venez voir 1
rive I = arrivez, arrive I

Formes personnelles

1. Employee dans une proposition principal, le verbe pre-
cede de son sujet indique une action habituelle ou arrive
a son terme, un 6tat habituel ou acquis. Il se rendra en fran-
cais tantit par 1'indicatif present, tant6t par le passe dEfi-
ni on indefini.
M'ma2e = j'ai mang6, je mange (j'ai l'habitude de manger)
m'pa mai6 koden = je ne mange pas de dinde
m'pa maei koden-la = je n'ai pas mang6 la dinde
li vin kot6-m = elle est venue pres de moi
li tuiu vin kot6-m = elle vient toujours pres de moi
m'pa reme-u = je ne vous aime pas
m'tuiu reme-u = je vous ai toujours aimed
m'kone-1 = je le connais
m'k6ne-1 na gage = je l'ai connu dans les combats de coqs
li pa we-m = il ne me voit pas (voir est consid6r6 comme
un etat)









li pa w6-m = il ne m'a pa vu (voir est consid6r6 comme une
action)
li we-m bbdme = il m'a vu sur le quai
m'riv6 lakay = j'arrivai chez moi
li pa m riv6 d&y&-m = il n'arrive jamais apres moi
Lb u pa truv6 kisby, sa u fM? M'SaS = quand vous ne trou-
vez pas quelque chose, que faites-vous? je cherche
U SaS pitit-la = vous avez cherch6 l'enfant.
2. Employ dans une proposition subordonn6e, le verbe
preckd6 de son sujet indique une action qui s'accomplit ou
un 6tat qui s'acquiert, soit dans le passe, soit dans le future,
soit dans le present, sous 1'influence de 1'action indiqu~e
par le verbe de la proposition principal. En frangais on le
rendra par un temps du subjonctif ou de 1'indicatif (ex-
cept6 le plus-que-parfait de ces deux modes et 1'imparfait
de 1'indicatif).

M'pa ta-vl~ 1'riv = je ne voudrais pas qu'il arrive, je ne
voudrais pas qu'il arrivAt
U kw l1'muri? = pensez-vous qu'il soit mort?
FR k6 u vle = faites comme vous voulez, faites comme vous
voudrez
Si 1'kap6 nu p'ap-w6 = s'il se 16ve nous ne verrons pas
Lb 1'Sita n'a-w6 = quand il s'assiera nous verrons
KB m'vas6 m'w6 = d&s que je m'avance je vois, d&s que je
me suis avanc6 j'ai vu
*Sito l'riv6 tut iwet kaba = des qu'il arrive tous les jeux sont
terminus
K5 u maiM I'a-pas6 = des que vous aurez mange cela passera
M'ta .rm l1'k6ne = j'aurais aim6 qu'il sut
Ba-mwe pi-miy6 u iwen = donnez-moi le meilleur que vous
trouverez.

Redoublement

1. Le redoublement du verbe indique en general une in-
tensification de 1'action ou de 1'6tat, quelquefois une r6p6-
tition de 1'action:
M't'a tir.-tire = j'aurais beaucoup tire (plusieurs coups de
fusil)










Li vas-vis6 -- il s'est heaucoup avance
L'a-gaye-gay6 = il s'6tendra 6norm6ment
Nu rive-rive = nous sommes tout-h-fait arrives
Yo te-kp&-kp6 = ils 6taient completement debout (bien
droits).
2. On peut encore augmenter I'intensification en rep6-
tant aussi le sujet auquel on a prefix6 le mot ( wi &:
Nom-la tire wi l'tire = l'homme a beaucoup tire (litt. : hommee
a tir6 oui il a tire)
U riv6 wi u rive = vous etes tout-a-fait arrive.
3. Comme pour iadjectif qualificatif on peut encore se
servir come moven d'intensification des redoublements
avec e se kat ou ala # pr6pos& ou i flu internal :
Se kat kuri m'kuri = j'a beaucoup couru
Se kat Si2e pitit-la te-Sie-u = 1'enfant pensait beaucoup
a vous
Ala ruz6 n'a-ruze-1 = come nous l'arroserons! (voilA arro-
ser nous arroserons le)
M'kal&e- flu kale = je l'ai battu d'importance
L'a-tragle-u flu tragle = il vous 6tranglera de la belle manikre.
4. D'une facon gen&rale, la figure 6tymologique qui con-
siste a complete le verbe par le nom verbal est d'un usage
tres repandu :
*Dbmi ti-domi-u pitit = dors ton petit sommeil, enfant
Li 2ape de bo kut zap = il aboya deux fois tres fort (litt.:
il aboya deux bons coups-de aboiements)
Yo te-sate ti-ate-yo = ils avaient chant leur petite chanson
*Nu kab griie tut grifi--nu = vous pouvez grimacer tant que
vous voudrez (litt. : vous pouvez grimacer toutes vos
grimaces)
M'a-bwe kot bwe-m je boirai mon sa6ul (je boirai compete
boire mon).
5. Dans une proposition principal le verbe employ isoli-
ment peut preceder une forme verbale personnelle simple-
ment pour mettre en relief l'action ou 1'6tat exprim6 par
celle-ci. Alors on lui pr6fixera gen6ralement le d6monstratif
, se >. Quand la proposition est isoile I'emploi de # s6 est
moins frequent.










Kot6 u t&-yO? Sbti m'ts-sbti = oi 6tiez-vous? j'6tais sorti
(litt. : endroit vous 6tiez? sortir j'6tais sorti)
Puki 1'16g k6 sa? RalB u ral6-1 = pourquoi est-il si long? vous
I'avez ftir6
Viy u vir- 116 u t'ap-iw6 ak li = vous I'avez tourn6 en jouant
avec lui (litt. : turner vous avec tourn6 le quand vous
6tiez-en-train-de-jouer avec lui)
*Kfi I'a-ratr6 s6 ma~i I'a-maii = ds qu'il entrera il se mettra
a manger (litt. : comme il entrera cela manger il man-
gera)
Lb m'a-riv6 sB kuS m'a-kuAg = quand j'arriverai je me
mettrai au lit (litt.: quand j'arriverai cela coucher
je me-coucherai).
6. Le verbe employee isol6ment et suivi d'une de ses former
personnelles, quand il est au d6but de la phrase et que la
proposition suivante est une principal, se rend gen6rale-
ment en frangais par une conjunction de temps, les deux
principles juxtaposes du creole devenant en francais un
group : principale-subordonn6e.
River u rive, vin w&-m = dbs que vous arriverez, venez me
voir (litt. : arriver vous ftes-arrive, venez voir moi)
W6 m't-wB-1, m'k6pran = sit6t que je 1'eus vu, je compris
(litt. : voir je I'avais vu, je compris)
*KuSk n'a-kuS dbmi va-pra-nu = a peine serez-vous couches
que le sommeil vous prendra
*Bw6 pitit-yo bw6 n'a-pati = lorsque les enfants auront bu
nous partirons.

FORMES EN # te )

L'addition de ( t& a une forme verbale situe 1'action
dans le passe. Les formes en ( t6B s'emploient toujours
avec un sujet exprim6.

Propositions principles

Le verbe precMde de ( te indique un 6tat ou une action
qui ont Wte habituels, une action qui s'est achevee ou un etat
qui s'est acquis dans le passe.










M't6-maSe-bwnte = je boitais, j'ai boit6
M't6-kuSe ak lafyev = j'etais couch avec la fievre
Li t6-reme b6 bagay = il aimait les bonnes choses
Yo te-bwe rom = ils buvaient du rhum (habituellement)
yo te-bw& r6m-la = ils avaient bu le rhum
Na flu m6ma 1'te-van tut mago-yo = en un instant il eut
vendu toutes les mangues.

Propositions subordonnees

Le verbe pr6c6de de ( t& ) indique une action ou un 6tat
ant&rieur a celui ou a celle qu'exprime le verbe de la proposi-
tion principal. Cet 6tat ou cette action appartient generale-
ment au passe.
U kwe m't6-kut6-u = vous croyez que je vous ai BcoutB
U te-kwe m'te-kute-u = vous croyiez que je vous avais
ecout6
W'a-fM k6 u te-vl6 = vous ferez comme vous vouliez
Fe k6 u t6-vie = faites come vous vouliez
Si l'te-Sita li t'a pi-miy6 pu nu = s'il s'asseyait ce serait
mieux pour nous.

FORvES EN ( a, va, ava

Cette particule situe 1'action ou 1'itat dans le future. (( A)
et a( ava ) s'emploient avec les formes contracts des pro-
noms, e va ~ avec les formes longues. Quand le sujet n'est
pas un pronom, ( a est la forme la plus usit6e apres une
consonne, va ) apris une voyelle. Dans les propositions
principles le verhe pr&cede de cette particule se rend en
frangais par le future simple.
L'a-kabiSa = il sommeillera
Li va-rte- = il s'arretera
M'ava-t6dy6 ku nu = je vous tordrai le cou
Madam-kl va-rig = la femme sera riche
Surit a-ma~i-1 = les souris le mangeront.
Les formes en # ava) sont toujours plus emphatiques
que celles en ((a ).
Dans les propositions subordonn6es le verbe prec6de de










((a >, va #, ou # ava *, se traduit en frangais par le future
simple ou le future anterieur:
L6 l'a-riv6a-ra-r6l6-m = quand il arrivera vous m'appellerez
Sito n'ava-krok6-1, kuri = courez des que vous l'aurez accro-
ch6
*Mun k'a-mati y'ava-n6y6-1 = on noiera celui qui aura menti.

Dans les phrases negatives le future en (a #, ( va *, ( ava s,
est remplac6 par celui en ( ape qui est en m6me temps un
present :
N'p'ap-kabiSa = nous ne sommeillerons pas, nous ne som-
meillons pas
L'p'ap-r6t6 = il ne s'arretera pas, il ne s'arrete pas
Sa ki p'ap-wd p'ap kw = ceux qui n'auront pas vu ne croi-
ront pas, ceux qui ne voient pas ne croient pas
*Mun k'a-mdd6 pad6 yo p'ap-n6ey-1 = celui qui demandera
pardon on ne le noiera pas


FORMES EN ( t'ava, te-va, t'a s.

Cette combinaison marque le conditionnel, formation qui
s'apparente 6troitement A la formation romane du condi-
tionnel, veritable imparfait du future :
j'aimerai = j'aimer-ai = j'ai A aimer
Espagnol: amar6 = amar-he = j'ai a aimer
j'aimerais = j'aimer-(av)ais = j'avais A aimer
Esp.: amaria = amar-habia = j'avais h aimer

Les formes en t6-va sont localisees dans certaines r6-
gions du sud de File, celles en t'ava ) ont tendance A marquer
le conditionnel passe, tendance qui n'a rien d'absolu beau-
coup de gens employant t'a ) pour le present et le pass et
( t'ava ) seulement en cas d'emphase.
U t'a-lag&-m = Tu m'abandonnerais!
M't'ava reme-1 Sita = je l'aurais tant aimed!
N'tU-kw6 u t'a-vini = nous croyions que vous series venu
M't'a-kw u t'ava-vini = j'aurais cru que vous series venu
M't'a muri si m'te-kute-I = je mourrais si je l'ecoutais











FORMES EN ( ap6, ap, pe, apr, apo,.

Les formes en # ap6 i, ( ap < p6 # apr ), une action non arrive a son term, un 6tat non encore at-
teint. <( P6 se rencontre surtout dans certaines regions du
sud du pays, < apo est 6galement dialectal, # apr ne s'em-
ploie qu'avec le verbe < a6 = aller, < ap6 ) n'est pr6fix6 qu'aux
verbes commencant par une consonne, < ap est d'un em-
ploi g6n6ral, et ne comporte que la seule exception du verbe
al6 >.

Dans le present ape + verbe

Propositions principles:
M'ap&-ma2i = je mange, je suis en train de manger, sur le
point de manger, je mangerai
m'ap-k6ne = je suis en train de savoir, je vais savoir, je
saurai
m'ap&-Sbi6 = je cherche A me rappeler, je vais me rappeler,
je me rappellerai
m'ap we = je suis en train de voir, je suis sur le point de
voir, je vais voir, je verrai
m ap6-kuri'= je course, je suis en train de courir, je vais cou-
rir, je courrai
m'p'ap kuri = je ne course pas, etc.

Propositions subordonn6es:
U kw6 I'ap6-muri? = pensez-vous qu'il meure?
Di-m 16 I'ap-vini = dites-moi quand il doit venir, quand il
viendra
W'a-gad6 sizoka l'ap-riv6 = vous regarderez s'il est en train
d'arriver
6W~i kot6 l'ap-r6t6 = rappelez-vous oi il doit s'arreter
Si nu p'ap-kut6, m'a-p6 = si vous n'6coutez pas je me tairai.

Dans le passe t'ape + verbe

L'addition de < t' forme contract de < t6 situe la va-
leur de < ap6 dans le pass. Par consequent < t'ap6 pr6fix6
au verbe indiquera une action qui A un moment pr6cis du










pass n'6tait pas arrive a son terme, un 6tat qui n'6tait
pas encore acquis. Dans les propositions principles on le
rendra en francais par 1'imparfait de l'indicatif presentt
dans le pass) ou une p6riphrase:
M't'ap-tuni 16 u k6tr6-m = je retournais quand nous m'avez
rencontr6; j'6tais en train, sur le point de retourner,
j'allais retourner
Li t'ap-brot 16b mun-yo kwap&-1 = il d6m6nageait quand
ces gens l'ont attrap6, il 6tait en train etc.
Dans les propositions subordonnbes on le rendra par I'im-
parfait de 1'indicatif, le conditionnel futurer dans le passe),
ou une p6riphrase:
K6 u t'ap-vini, li lag6 s9-a = au moment ofi vous veniez il
a lAch6 le chien; quand vous 6tiez sur le point de venir,
quand vous alliez venir...
M't-kwb u t'ap-mar6 b6t-la = je croyais que vous 6tiez
en train d'attacher la bete, que vous attachiez, que
vous attacheriez, que vous auriez attach6...
Li t6-di-u li pa t'ap-buk6 = il vous avait dit qu'il ne se
fatiguerait pas, ne se serait pas fatigue, n'aurait pas
6t6 fatigu6.

Dans le futur av'ap + verbe

Les formes en ( av'ap # sont assez rares. Dans les proposi-
tions subordonn6es on pr6f6re souvent employer une forme
en ( ap6 # avec cette mbme valeur.
Lb w'a-d6sun I'av'ap-mai6 = quand vous descendrez il sera
en train de manger,
Lb w'a-vini m'av'ap-travay = quand vous viendrez je serai
en train de travailler
*W'av'ap-ri 16 m'av'ap-grifi6 = vous serez en train de rire
quand je serai en train de rire jaune
L'av'ap-sat6 16 m'a-riv6 = elle sera en train de chanter
quand j'arriverai
Kui 1'av'ap-tir6 n'a-vase = d&s qu'il sera en train de tirer
nous avancerons
*L6 1'av'ap-nise plat-yo w'a-rel6-m = quand il sera en train
de 16cher les plats vous m'appellerez










*Sito l'av'ap-divir6 n'a-sot6 su li = quand il sera en train
de turner nous sauterons sur lui.


FORMES EN < pu ).

# Pu # communique aux formes verbales une valeur de
future avec une nuance d'obligation qui peut aller jusqu'A
l'ordre.

Futur d partir du present Pu + verbe
*Tut solda pu-vini laplas kuny6-a = les soldats se r6uniront
sur la place d'armes imm6diatement (litt. : tous soldats
pour venir place-d'armes imm6diatement)
Nu tut pu muri = nous devons tous mourir
Tan, li pu-riv6 = attends, il doit arriver, il est sur le point
d'arriver
L6 flu bagay pu riv6... = quand une chose doit arriver..
Si 1'pu-vini di-1 vin tuswit = si elle doit venir, dis-lui de
venir tout de suite
U kwe I'pu-muri? = pensez-vous qu'elle soit sur le point
de mourir, qu'elle doive mourir?

Futur dans le future A + pu + verbe (rare)
*L6 w'a-fos6 na kay-la, n'a-pu-pati diia = quand vous p6n6-
trerez dans la maison, nous serons d6jA sur le point
de partir
*Si m'kuS6 b6ne, m'a-pu-dbmi m6m 2i? = si je me couche
de bonne heure, est-ce que je devrai dormir autant?
(litt.: mem 2a = de la meme fagon).

Futur dans le passe Te + pu + verbe
*M't6-pu-al6 lb l'riv6 = j'6tais sur le point de m'en aller
quand il est arrive
M'te-kw6 m't6-pu-viv ak u = je croyais devoir vivre avec
vous, que je devais vivre avec vous
M'pa t&-kone si I't6-pu-vini = je ne savais pas si elle devait
venir, si elle viendrait
*U pa t&-w6 li t6-pu-al6 lwe ko sa = vous ne prevoyiez pas
qu'elle dft aller si loin.








91

Conditionnel future T'a + pu + verbe
Lb li t'a-pu-tuy&-m, m'av'ale = quand il devrait me tuer,
j'irai
*Li pa t'a-pu-pay6-m, m't'a-van-li tuiu = il devrait ne pas
me payer que je continuerais a lui vendre

FORMES EN < f6k ET 4 fek-rek >.

S(F6k i apporte aux forces verbales une nuance de passe
recent:
M'f6k-riv6 = j'arrive A l'instant, je viens d'arriver
m't6-f6k-vini lb u wb-mw = je venais d'arriver quand
vous m'avez vu
Al apr6 mbs katr-6 I'a-f6k-l6v6 = allez aprbs la messe de
quatre heures il viendra de se lever; il sera tout just levI
Si n'tk-kab-riv6 la tuswit I't'a-f6k-muri = si nous pouvions
arriver 14 tout de suite, il viendrait de mourir.

On ajoute quelquefois A << fek dans certaines parties du
pays le enforcement # r&k # :
*M'f6k-rrk-lav6 = je viens & l'instant de me laver
*Li tk-fek-rek-gita = il venait tout just de s'asseoir

FORMER EN ( s6t .

Comme < fek < sbt donne aux forces verbales une
valeur de passe recent. Si l'on veut insisted sur l'id6e de
proximity du passe on emploiera (( fk-st ,>.
M'sbt-k6nI-l = je viens de le connattre
m'f6k-s6t-k6n-l1 = je viens A l'instant de faire sa connais-
sance
li s6t-rai zbb = il vient d'arracher des herbes
li ras zbb = il a arrach6 des herbes
m't6-fMk-sbt-k6tr6e- = je venais A l'instant de le rencontrer
m'te-k6tr6-1 = je l'avais rencontre
*N'a-sbt-mai6 16 m'a-vini = vous viendrez de manger quand
j'arriverai
*M'di-u li fMk-sbt-riv6 = je vous dis qu'il vient d'arriver A
l'instant.










Au contraire de ( fek ,>, ( sot ) poss6de une vie ind6pendante
comme forme contract du verbe ( s6ti :
* M's6t lakay = je viens de chez moi, je sors de chez moi
m't6-sbti aye = je suis sorti hier
Li sbt-sbti = il vient de sortir
*Li fek-sbt-sbti = il vient de sortir A l'instant.

FORMES EN ( fin)

Toujours directement pr6fix6 au verbe ou a l'auxiliare
qu'il modifie, ( fin ) est usit6 dans les combinaisons de par-
ticules les plus variees. Dans la plupart des cas on peut le
traduire par (tout-A-fait ). I1 met en relief 1'idee d'ac-
complissement integral de faction, de r6alisation total
de I'6tat.

Fin + verbe
U fin-rame pitit-sa-a = tu aimes tout a fait cette enfant
M'fin-pal = j'ai dit (il n'y a pas & revenir iA-dessus)
Li fin-kone tut bagay = il sait tout
*M'pa t'a-vl6 1'fin-kWne sa = je ne voudrais pas qu'il sache
cela completement (dans tous les details).

Ti + fin + verbe
U t6-fin-bwe = vous aviez bu completement, vous aviez
fini de boire
M't-fin-rayi pul = j'avais horreur des poules, je detestais
tout 4 fait les poules
Pitit-o m't6-fin- 6i -u = 6 enfant, je pensais A toi tout le
temps
U te-fin-zw6? = avais-tu fini de jouer?

A + fin + verbe
N'a-fin-we sa m't6-di-n la = vous verrez completement ce
que je vous disais
U kw6 l'a-fin-par ? = pensez-vous qu'il sera tout A fait
pret?










T'a + fin + verbe
Yo t'a-fin-gragu si m'pa t6-ba-yo kasav = ils auraient eu
grand'faim si je ne leur avais pas donn6 de la cassave k
Si mapu-a t&-t6b6 kay-la-yo t'a-fin-kraz6 = si le fromager
tombait les maisons seraient complement ecrasees...

Autres combinaisons
*L6 m't6-f&k-fin-lav6 = quand je venais de me laver
*M'pa t'a-sa-s6t-fin-bo-li pu m'vir6 do-m = je n'aurais pas
pu m'en retourner apres I'avoir tout just embrass6
(litt.: je pas 'pouvais-sortir-finir-embrasser lui pour
je turner dos moi)
*N't'apr'al-fin-m6t6-kuri = nous allions nous mettre A courir
tout A fait
*L't&-kn-n-fin-kal-m = il avait l'habitude de me passer des
racl6es (litt.: il avait-l'habitude tout-a-fait battre moi
*Yo f&k-make-fin-sbt-t6b6 = ils ont failli tomber il y a un
instant (litt. : ils viennent faillir tout-a-fait tomber.
( Sbt-t6b = tomber de quelque part).
SFin) n'est pas usit6 seulement come auxiliaire, il
s'emploie aussi:
1. Comme forme contract du verbe ( fini = finir:
M'fin tu sa u t6 bd-mw6 = j'ai fini tout ce que vous m'aviez
donn6
Li f6k-fin ti-tab-la = il vient de finir la petite table.
2. Comme adverbe:
*S6 flu ti-bway fin radi = c'est un petit garCon tout-a-fait
insolent
*Ki ti-mun fin bosko sa-a? = quel est cet enfant tout-h-fait
bossu?

FORMS EN (m~M )).

Elles indiquent un 6tat ou une action momentanes, att6-
nues, experiment une r6alisation partielle de 1'6tat, un ac-
complissement partiel de l'action.
U t'a-sa mfii-vin kot6-m = vous auriez pu venir un instant
pres de moi









Tale n'a-m~di6-s6ti = nous sortirons un moment tout a
l'heure
Li matin-mati = il a un peu mange
*L'ap-mai&-g6i-kb-l = elle est en train de s'amuser un peu
M'mai-gragu = j'ai un peu faim
M't'a-vild 'maefi-Sita ti-gut = je voudrais qu'il s'assit un
peu un instant
Mafin-pros6 m'di-u kibby = approchez un peu que je vous
dise quelque chose.
Mafie est 6galement usit6 comme adverbe:
*Bagay mafi dus la = la chose legerement sucree
*Se nfi ptad mafi male = c'est une pintade un peu farouche.

FORMES EN ( p6z6 #.

Elles indiquent un enforcement de I'action, son accom-
plissement avec elan, avec entrain.
Li peze-disan su li = il fondit sur lui (litt.: il pesa descendre.
sur lui = descendit avec force)
*Pinga! F'a-peze-rle flu ia pu fB tut mun vini = Attention I
il poussera des cris terrible de facon a faire venir tout
le monde
At6, li peze-dase = alors, il dansa de toute son Ame
Li p6ez-ratr6 na lasal-la = il s'lanca dans le salon (litt.:
il rentra avec force)
*Bug-la te-k6n-peze-rale k6d-la = le gaillard avait I'habitude
de tirer la corde avec force.
<< Pze6 peut s'employer dans le meme sens avec un verbe
sous-entendu :
*Li p6ze pi lwe = il s'en alla plus loin en vitesse (litt.: il avec-
force plus loin)
*At6 li kilmase fM piwet, p&z6, p&z61 = alors il commenqa A
faire des pirouettes et il en fit de plus en plus I
SPez6 ) peut aussi s'employer dans le sens du frangais
( peser a ou dans un sens voisin :
*Bb maSwe n6m-la p&z6 f6 = du c6t6 des mAchoires I'homme
pese lourd (c'est un gros mangeur)
*Li p&ze tet-li su mi-a= il appuya fortement sa t&te centre
le mur.











FORMES EN ( prd .

Elles indiquent une action A ses debuts:
Piti-la fek-prd-tus6 = l'enfant vient de commencer A tousser
Dlo prd-kul6 na-H-li = des larmes commenc6rent A couler
de ses yeux
Mun-yo t6-prd-ri = les gens s'6taient mis A rire
SiS M'ap-pra-kuri = parions, je vais me mettre A courier
*Ag61 Puki m't'a-prd-kras9 = h6las, pourquoi me serais-je mis
A cracher.
( Prda peut s'employer dans le meme sens avec le verbe
sous-entendu :
K6 yo tdd6 fu ti-at6, yo pra = des qu'ils entendent chanter
un peu, ils se mettent A (chanter).
II peut aussi 6tre employ dans le sens du francais.< prendre ,.
M'kon-prd zw6zo na p168 = j'ai I'habitude de prendre des
des oiseaux dans des ( perlins (pieges).


FORMER EN ( mt6 e.

Elles indiquent aussi une action A ses debuts:
Ti-bet-la m.t6-rel1 = la petite b&te se mit a crier
Ra! vbl6 mtn-n6ty6 = ((ra le voleur detala (litt.: vo-
leur se mit-nettoyer = se mit A faire place nette)
Li t6-m6te-mbd6 pitit-la = il s'6tait mis A mordre I'enfant
N'a-met&-rvb6lt = nous commencerons A nous r6volter
M'te-kw6 yo t6-f6k-m6t6-a26a = je croyais qu'ils venaient
de se mettre A charger.
SMete s'emploie aussi comme verbe dans le sens du
frangais mettre ou dans des sens voisins:
M'f&k-m6te de k6b su tab-la = je viens de mettre deux sous
sur la table
L'mWte fiu b6 dyegi pu u = il a ajout6 une bonne prime pour
vous.
Au contraire de a f&k # et de a s6ti a pra s et a mete ne









se combinent g6neralement pas come auxiliaires. (i Pra *
est beaucoup plus energique que ( mt >, on s'en sert de
preference pour indiquer une action qui d6bute avec force.

FORMES EN <(apr'al

Elles indiquent une action ou un 6tat qui n'ont pas en-
core commence.

Apr'al + verbe

Envisage la periode pr6liminaire A l'action ou A l'6tat
dans son d6veloppement A partir du present ou du future:
M'apr'al-6kri = je vais 6crire, je suis en train ou sur le point
d'aller 6crire
L'p'apr'al-d6nE = il ne va pas donner (de fruits), il n'est
pas sur le point de donner ou en train de se preparer a
donner
Si m'prok y'apr'al-gay6 = si j'approche ils vont se disperser
Kai y'a-we-m, y'apr'al-nety6 = d&s qu'ils me verront ils
vont faire place nette
U kw6 m'apr'al-ri ak u = vous croyez que je vais rire avec
vous.

T'+ apr'al + verbe

Envisage la p6riode preliminaire A l'action dans son d6ve-
loppement A partir du passe.
M't'apr'al-m6t6 kap 16 l'k6tr6-m = je me pr6parais A faire
monter un cerf-volant quand il m'a rencontr6
Li di-m yo t'apr-al'vini tet su py6 = il m'a dit qu'ils allaient
se hater d'arriver (litt. : il a dit moi is 6taient entrain
d'aller venir tAte sur pieds)
*U t'apr'al-fin-w6-kU-li = tu allais voir completement son
fond.

Les formes en < t'apr'al indiquent souvent que 1'action
n'a pas about:
M't'apr'al-t6b6 na SimE kabrit-sa-a = j'ftais sur le point de
tomber dans ce sentier de chevres (je ne suis pas tomb6)










N't'apr'al-muri grlgu = nous allions mourir de faim (nous
ne sommes pas morts)
M't'apr'al-ri = j'ftais sur le point de rire (je n'ai pas ri)l
Ti-mun-yo t'apr'al-buk6 = les enfants 6taient sur le point
d'etre fatigues (ils out failli 1'Mtre).

FORMER EN s make6

Elles indiquent que 'action sur le point de s'accomplir
n'a pas about:
M'mak6-tragl6 afbs ri = A force de rire j'ai failli m'dtrangler
M'te-mak6 kwap6-1 = j'avais failli le coincer
*M'f&k-fin-mak6-glis6 = il s'en est fallu de pen que je ne
glisse tout i I'heure (litt.: je viens tout-A-fait faillir
glisser)
Li makd-pra-r6l = il a failli commencer A crier.
<( Mak6 s'emploie aussi comme verbe dans le sens du
francais a manquer ou dans des sens voisins:
U mak6 dis kbb = il te manque dix sous
M'mdk6 ti-b6t-la = j'ai rate la bestiole.

FORMER EN 4 kon )

Elles indiquent une action ou un 6tat habituels:

Dans le present: k6n + verbe (ou forme composee)
M'k6n-vini = j'ai l'habitude de venir
L'kUn-mfii-rid&-m = il a l'habitude de m'aider un peu
L'k6n-iw6 zo isit = il a I'habitude de jouer aux osselets ici
S&-.odi l'k6n-disan lakay = il y a longtemps qu'il a l'habitude
de loger chez moi (litt.: ceci aujourd'hui il sait-des-
cendre a la maison).

Dans le passe: t6 + k6n + verbe
Nu-t&k6n-k6tr6 na bal = nous avions I'habitude de nous
rencontrer au bal
L't6-k6n-f6k-lIv6 16 m'ts-rivd = quand j'arrivais il venait d'or-
dinaire de se lever
*M'o6 rad-li ts-kon-fin-Sir6 = je me rappelle que ses v6te-
ments 6taient d'ordinaire completement d6chir6s.











Conditionnel: t'a+kan + verbe

*M't'a-rme I't'a-kon-ra~e = j'aurais aim6 qu'il eit 1'habitude
de se montrer accommodant sur les prix (litt.: j'au-
rais aimed il aurait-su s'arranger)
*Pito I't'a-k6n-ratre ku lapli ap-farine = mieux vaudrait qu'il
efit 1'habitude de rentrer des qu'il pleuvine (litt. :
plut6t il aurait su rentrer conime pluie tombe-lkgere-
ment).
SKbn ~ a peut passer du sens de avoir I'habitude de )
a celui de <, tre habile a ), < savoir >. Au future les formes
en (< kon o ont generalement ce dernier sens.
Li kbn-maSe = il sait marcher (parlant d'un beb6), il a I'ha-
bitude de marcher (parlant d'un adulte)
Lita m'te-k6n-Sate = autrefois, j'avais habitudee de chan-
ter; autrefois je savais chanter
U t'a-r~me m't'a-kin-kuri = tu aimerais que je sache cou-
rir ou que j'aie habitudee de courir
L'a-kin-li = il saura lire
M'a-kbn-tun = je saurai retourner (je ne me perdrai pas
en route,
< K6n nest pas toujours auxiliaire, il peut repr6senter
la forme contract du verbe < k6ne qu'on traduit en francais
tantot par < savoir ) et tant6t par ( connaitre ).
M'k6n piti-la = je connais I'enfant
Li k6n tu sa u di su-li = il sait tout ce que vous avez dit de
lui
U pa te-kOn riz-li-yo = vous ne connaissiez pas ses ruses.
U pa t'sa-kon sa = vous ne pouviez savoir cela.

FORMES EN tu )

Elle indiquent une action virtuellement accomplie, un 6tat
virtuellement acquis, ou bien une action accomplie de facon
defintive sans qu'on ait a y revenir.
M'tu-made = je n'ai pas encore mange mais c'est comme si je
l'avais fait, ou j'ai mange on n'a plus a s'en occuper
Li t6-tu-kebe petad-la lo bet-la lape = il tenait a peu pres
la pintade quand celle-ci s'6chappa










Li fab-la fiu fwa, d6 fwa, w'a-tu-k6n&-1 = lis la fable une
fois, deux fois, tu la sauras presque
M'pa-t&-kw 16b m't'a-fin-d6riv6 m't'a-tu-riv6 = je ne croyais
pas que lorsque j'aurais tourn6 je serais a peu pres arrive
Pito m't6-tu-r6ta! = mieux vaudrait que je me sois arrWt6
une bonne fois!
Si u pa t'atrav-m, m't'a-tu-ratr6 = si vous ne m'aviez pas
fait obstacle je serais presque rentr6, d6ja rentr6, ren-
tr6 une fois pour toutes
Pra kSy-la w'a tu-9ita = prenez la chaise vous serez assis une
bonne fois
Gade-m, m'tu-vas6 = regardez-moi, je suis a peu pres avance
deja avanc6, tout-a-fait avance
Si I'puswiv m'a-tu-rale kb-m = s'il continue je me retirerai
une fois pour toutes
U tu-kab-suy6 bug-u atW = vous pouvez une fois pour toutes
essuyer votre bouche a terre, en faire votre deuil
*Li te-tu-kon-vini = il avait deja pris l'habitude de venir.

Au chapitre des qualificatifs nous avons dejA vu que ( tu ')
ftait usite comme adverbe pour augmenter ou diminuer la
signification des qualificatifs.


FORMES EN sa

Elles indiquent la capacity ou la probability.

Phrases affirmatives

1. Propositions principles:
Sa est usit6 dans le sens de probability, ( t6-sa a un
sens de capacity dans les phrases optatives, < t'a-sa > a les
deux sens:
M'sa-k6tr-1 = je puis le rencontrer; je le rencontrerai peut-
6tre.
N'sa-wb-1 ti-mun = nous le recontrerons peut-6tre, enfants
Si m't6-sa-v s6 = si je pouvais avancerl
L't'a-sa-vini lb m'pa la = il aurait pu venir quand je ne suis
pas 1a (il aurait ete en son pouvoir de venir ou bien il
viendrait peut-etre)










*.'t'a-sa-valkade si m'pa te su bb-li= il aurait pn flaner si je
nc faisais pas attention A lui (il aurait etW en son pou-
voir ou bien il aurait peut-ftre.....)

2. Propositions subordonnees:
Les former usitecs sont sa >, <, t&-sa >>, t'a-sa ; elles
s'emploient toujours dans le sens de capacity.
M*'2-rele-u 1I u sa-travay = je vous appellerai quand vous
pourrez travailler
*M'te-ris 1l m'te-sa-sate = j'etais riche quand je pouvais
chanter
M'pa t'Si6e m't'a-sa-pra-1 = je ne m'etais pas rappel que
j'aurais pu le prendre.

Phrases negatives

Toujours employee dans le sens de capacity. Les formes
usiees sont < pa sa ,, < pa te-sa ,, < p'ape-sa i et ( pa t'a-sa .
'pa sa-k6tre-1 = je ne puis le rencontrer
Li pa t sa-vse = il ne pouvait pas avancer
L i ap-sa-drivave = il ne pourra pas trainailler
NL pa t sa-valkai c = vous ne pouviez pas flAner
\u pa t'oz : mI pa t a-sa-fin-pra-1 = vous ne vous rappeliez
pas que je n aurais pas pu le prendre en entier

FI- MLS L-N v kapab, kap, kab ,.

e. iorm, ltongue <, kupub est plus emiphatique quc les
c(ju.- auLie:-. ell: pleut se cntracter quelque lois en # ka
imai, piu g i;t-ai;enieiit (eI < kab ) devant une voyelle ou
UI4 conslOlhn bsonorI( et e(I <' kalp devant ulle collsoinle
houir'. ,i KapaL correspond a <' avojr Ja cap1acitc, la per-
n.ii>.SPi. 0i dljoit, i(: jou\ ilj, ei:~ (in 6tat de ,,, il (St bataucoup
plu '-11eiiyqwu qu; < Si ( c(t daiis les phrases negatives indique
J ipapjiL: aj:-a'jiL. 1piudan1, ohn I enploie aussi (Jcel-
q euloui. an-. un s a;ns de probabiilite.
ka ic- voul pouvez Farrachler (vous ful'racherez peut-
etc, vuus avLz la p)erllhlbbi(jo de I arracher, le droit, etc.
1l tW-k;we u tt-kab-l je croyais que vuus pouviez lire
L.I iek-kapab-kyuk- il vient d'avoir pu rcculer




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs