• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Preface
 Introduction
 Le vaudoux primitif
 Le vaudoux actuel
 Considerations generales
 Bibliography
 Table of Contents
 List of Illustrations
 Table analytico-alphabetique
 Table de la bibliographie














Group Title: Republique d'Haiti
Title: Le culte du vaudoux en Haïti: ophiolâtrie et animism
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076941/00003
 Material Information
Title: Le culte du vaudoux en Haïti: ophiolâtrie et animism
Physical Description: v. 3 of 3 : illus., ports., maps. ; 25 cm.
Language: French
Creator: Verschueren, J
Publisher: Imprimerie de Meester
Editions Scaldis
Place of Publication: Wetteren
Publication Date: 1948
 Subjects
Subject: Voodooism   ( lcsh )
Godsdiensten   ( gtt )
Haiti   ( lcsh )
Culture -- Religion -- Government -- Haiti -- 19th Century -- 20th Century
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Bibliography: Bibliography at end of each vol.
General Note: Half-title; each vol. has special t.p. only.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076941
Volume ID: VID00003
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AAN1961
oclc - 01421383
alephbibnum - 000116166
lccn - 49004351

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
    Preface
        Page vii
        Page viii
    Introduction
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
    Le vaudoux primitif
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
    Le vaudoux actuel
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
    Considerations generales
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
    Bibliography
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
    Table of Contents
        Page 413
        Page 414
    List of Illustrations
        Page 415
    Table analytico-alphabetique
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
    Table de la bibliographie
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
Full Text






































LA tRPUBLIQUE D'HATI


-i q


-i
'j


r-










































TOUS DROITS RESERVES


DES PRESSES DE L'IMPRIMERIE DE MEESTER, WETTEREN (BELGIQUE).






J. VERSCHUEREN




LA REPUBLIQUE


D'HAITI







TOME III






WETTEREN
EDITIONS DE MEESTER
1946












TOME III

LE CULTE DU VAUDOUX
EN HATI

Ophioltrie et Animisme


















PREFACE



L'histoire des religions nous montre l'humanit la re-
cherche de Dieu. Malgr tout, le monde surnaturel s'impose.
l'homme. Celui-ci, ne pouvant s'expliquer nombre de faits
qui se passent autour de lui, en est venu croire l'existence
d'tres suprieurs dirigeant les vnements de cette terre, et
il les a.honors de diverse manires.
Aussi n'y a-t-il pas de people qui n'ait une religion. Et tou-
tes les religions mritent consideration, parce qu'elles con-
tiennent au moins quelques parcelles de la vrit. Mais aux
lments respectable se mlent plus d'une fois des erreurs
ainsi que des usages rprhensibles et mme coupables. Il
appartient l'historien impartial de signaler non seulement
les croyances et pratiques religieuses recommandables, mais
aussi celles qui mritent rprobation.
Parmi les diverse religions, le Vaudoux d'Hati attire l'at-
tention par le mystre special qui entoure ce culte, originaire
d'Afrique, et subsistant jusqu' nos jours au milieu d'un cer-
cle de nations chrtiennes, au sein d'un people d'emble ca-
tholique. On s'tonne que ce culte ait maintenu son emprise
sur les masses nonobstant ses mfaits, et sa domination sur
les grands malgr son caractre oppressif.
La nature mystrieuse du Vaudoux fait que les apprcia-
tions portes sur lui sont trs divergentes. Entre les auteurs
trangers, certain, et surtout Seabrook, nous ont reprsent
ce culte comme un mlange d'horreurs et d'absurdits, de
grossirets et de faits stupfiants. Selon d'autres, et telle est
la tendance de Spenser Saint-John et de Craige, le Vaudoux
semble constituer avant tout une suite de forfaits, culminant
dans le cannibalisme endmique.








PREFACE


Si les crivains exotiques font ressortir davantage les om-
bres de cette religion, les auteurs nationaux par contre diri-
gent plutt notre attention vers ses points lumineux: sa co-
hsion, sa forte organisation, ses rites bien ordonns. Rares
sont ceux qui, comme le Dr. J. C. Dorsainvil, reconnaissent le
mal que le Vaudoux fait au pays. En gnral, les auteurs
indignes se partagent en deux categories. Les uns, par
example le Dr. Audain et Dants Bellegarde, tout en pre-
nant la defense du Vaudoux, regrettent cependant que ces
pratiques aient de funestes effects matriels pour les habitants.
D'autres, et Jacques Nicolas Lger avec le Dr. Arthur Holly
sont de ce nombre, se font les apologistes du Vaudoux sur
toute la ligne et ne voient dans ce culte rien de condamnable.
Comment ne pas tre dsorient par ces diverse manires
d'envisager le Vaudoux?
Dans les pages qui suivent nous nous efforcerons de donner
un aperu aussi objectif que possible du Vaudoux hatien, tel
qu'il-tait autrefois et comme il se pratique aujourd'hui. Dans
ce but, nous ne ngligerons aucun fait important, nous ne passe-
rons sous silence aucune objection srieuse. La prsente tude
constitute une synthse des diverse indications fournies par
les auteurs sur le Vaudoux. A ces diffrentes donnes nous
avons ajout les fruits de l'exprience des missionnaires d'Hati.
Si, dans le course de ce travail, il nous arrive de toucher
certaines questions spciales, discutes entire spcialistes,
nous n'avons point l'intention d vouloir les trancher.
Comme cette monographie n'est pas destine qu' des sp-
cialistes, mais aussi tout chercheur de la vrit, nous avons
joint aux diffrents dtails concernant le Vaudoux quelques
comparisons avec des pratiques analogues usites ailleurs,
ainsi que certaines explications qui nous ont sembl utiles.
Les usages indiqus, bien que n'tant pas toujours jugs
identiques ceux du Vaudoux, nous ont paru cependant tre
de ceux qui s'en rapprochent le plus.
En outre, nous faisons suivre ici une introduction qui four-
nira au lecteur, non initi aux choses hatiennes, divers ren-
seignements de nature lui faciliter l'intelligence des pra-
tiques du Vaudoux.


VIII












INTRODUCTION



Au point de jonction de l'Amrique septentrionale et mri-
dionale, dans l'archipel des Antilles, se trouve l'le d'Hati,
qui se partage en deux rpubliques: celle de Santo-Domingo
et celle d'Hati. La premiere est peuple surtout de multres,
la deuxime plutt de noirs. Cette dernire, qui compete trois
millions d'habitants, est deux fois plus peuple que sa voi-
sine, et ne comprend cependant qu'un tiers du territoire de
l'le. Elle est tout fait montagneuse et trs fertile.
Dcouverte en 1492 par Christophe Colomb, l'le d'Hati,
habite par des Indiens de mours douces, fut d'abord colo-
nise par les Espagnols. Au xvine sicle les Franais s'tabli-
rent peu peu dans la parties occidentale, qui devint plus
tard la rpublique d'Hati. Les autochtones n'tant habitus
ni au travail des mines qu'exploitaient les Espagnols, ni au
labeur des champs que cultivaient les Franais, s'teignirent
peu peu. On les remplaa par des esclaves noirs amens
d'Afrique. Ainsi la traite fournit la colonie franaise dite
de Saint-Domingue les bras don't elle avait besoin.
Quoique les noirs fussent plus rsistants que les Indiens,
cependant beaucoup prirent, non seulement pendant le
transport sur les vaisseaux ngriers, mais aussi dans la colonie
par suite des travaux puisants et cause des mauvais trai-
tements infligs par certain matres. Malgr cela ils se mul-
tiplirent rapidement, et par l'arrive de nouvelles carava-
nes et par leur caractre trs prolifique.
Graduellement des ides de libert se firent jour au sein
de la masse africaine, d'abord parmi les affranchis, puis chez
les esclaves. Le movement se propagea avec rapidit au mo-
ment de la Rvolution franaise, qui proclamait partout des
ides de libert. Conduits d'abord par Toussaint Louverture,
puis par Dessalines, les indignes finirent par triompher des
Franais, les expulsrent du pays et proclamrent leur in-
dpendance le 1er janvier 1804.
Hati III. 1.








INTRODUCTION


Malheureusement l'histoire d'Hati libre ne fut que trop
souvent une suite ininterrompue de rvolutions. La plupart
des gouvernants se montrrent des tyrans. Il en rsultait
continuellement des rvoltes que le chef touffait dans le sang,
mais qui finissaient cependant bien des fois par triompher.
Hati fut habituellement une rpublique; cependant elle con-
nut aussi l'empire de Dessalines (Jacques I) et de Soulouque
(Faustin I), ainsi que la royaut de Christophe (Henri I)
dans le Nord.
Le dsordre qui augmentait par suite des rvolutions
amena enfin l'arrive des Amricains, qui occuprent mili-
tairement le pays pendant 19 ans (1915-1934). Cette occupa-
tion, humiliante pour l'orgueil national, fit cependant beau-
coup de bien. Elle assagit les Hatiens; la republique put se
reprendre et s'organiser, grce la paix qui rgnait.
Parmi les meilleurs Prsidents on range: Boyer, Geffrard,
Salomon, Leconte; pendant l'occupation: Borno; aprs le
dpart des Amricains : Stnio Vincent. Des chefs moins
estimables furent entire autres : Salnave, Domingue et Vil-
brun.
Les Hatiens actuels forment un mlange tonnant de
sangs, et constituent une vraie curiosity au point de vue eth-
nique. En effet, ils sont les descendants des diverse tribus
d'Afrique qui furent emmenes en esclavage en Amrique.
La plupart des esclaves vinrent du Congo et de la Guine,
et sous cette dernire denomination il faut comprendre toute
la cte occidentale de l'Afrique depuis le Sngal jusqu'au
Sud-Ouest africain. A cette contre appartiennent donc le
Sngal, les trois Guines (portugaise, franaise, espagnole),
Sierra-Leone, le Libria, la Cte d'Ivoire, la Cte de l'Or, le
Togo, le Dahomey, la Nigria, le Cameroun, le Gabon et
l'Angola.
Ces peuples diffraient grandement par leurs qualits phy-
siques et morales. Ainsi, les Sngalais se distinguaient par
un corps bien fait, une couleur noire fonce et des traits r-
guliers. De plus, ils taient trs fidles et trs discrets. Quant
aux Aradas et Dahomens jaunes de la Cte des Esclaves
(golfe de Guine), ils taient actifs, mais aussi cruels. Des Con-
golais ou Congos (comme on disait alors) les auteurs coloniaux
nous apprennent qu'ils se montraient gais et sociables. Au








INTRODUCTION


contraire, les Mondongues passaient pour les plus mauvais et
les plus corrompus des esclaves.
Le caractre des Hatiens est plutt sensible qu'nergique.
Il suit de l qu'ils sont insouciants, inconstants et susceptibles,
et en .mme temps aimables, gais et hospitaliers.. D'une faon
gnrale on peut dire qu'ils possdent les qualits et les d-
fauts de la jeunesse. En fait d'hommes foncirement mchants,
on ne trouve gure parmi eux que les prtres du Vaudoux et
les sorciers ; par ailleurs, les vices des Hatiens proviennent
plutt de la faiblesse et de l'entranement que d'une mali-
gnit dlibre.
Mais il faut noter ici, que le caractre de l'Hatien, cause
de sa sensibility, est sujet de brusques changements et pr-
sente des contrastes violent. En effet, il peut passer aisment
de l'amabilit la plus cordiale la plus grande cruaut; il est
aussi capable d'une gnreuse serviabilit que de colre et
de vengeance.
Hati forme actuellement une rpublique, gouverne par
un President, assist de cinq Ministres, d'un Snat et d'une
Chambre des Dputs. La langue officielle est le franais, mais
le people parle le crole, dialecte driv du franais.
Pour ce qui regarded l'instruction, elle est assez peu rpan-
due dans les campagnes, de sorte que le nombre des analpha-
btes y est considerable. Mais dans les bourgs et surtout'dans
les grandes villes, on trouve une bonne lite intellectuelle, qui
a frquent colleges et pensionnats, et qui a mme suivi des
course de droit et de thrapeutique, de sorte que les avocats
et les mdecins ne manquent pas. Les littrateurs, en prose
et en posie, ne font pas dfaut non plus.
Comme Hati est un pays favoris par la nature, les pro-
ductions y sont abondantes et varies. La.faune renferme les
animaux domestiques ordinaires, mais ne compete aucune des
btes froces de l'Afrique, si ce n'est quelques camans et des
requins. Dans les bois et les savanes on rencontre beaucoup de
serpents, mais aucun de venimeux. Quant la flore, c'est celle
des pays tropicaux, avec ses qualits de richesse, d'exubrance,
de saveur, de couleurs voyantes. La plupart des habitants
s'adonnent l'agriculture; ils cultivent spcialement le caf,
le coton et la canne sucre.
Ajoutons ce bref aperu sur le pays quelques dtails con-








INTRODUCTION


cernant le point de vue spiritual. Du temps de la colonie
franaise le pays fut vanglis principalement par les Ca-
pucins, les Dominicains et les Jsuites. Mais les missionnaires
taient peu nombreux; les colons ne se montraient pas fa-
vorables l'instruction religieuse des esclaves et leur don-
naient souvent le mauvais example, de sorte que la religion
catholique ne put pntrer bien profondment dans l'me
des noirs, ni remplacer les croyances religieuses qu'ils avaient
puises dans le sein de leurs families et dans le commerce
avec les autres Africains.
Pendant les premiers temps qui suivirent l'indpendance
(1804) le clerg ne comptait que quelques rares prtres scu-
liers, qui de plus n'taient pas organiss en hirarchie rgu-
lire.
Mais en 1860 le concordat conclu avec Rome institua un
archevque Port-au-Prince, capital du pays, et un vque
dans chacun des chefs-lieux de dpartement : le Cap, les Cayes,
les Gonaves, Port-de-Paix. A partir de ce moment les eccl-
siastiques se multiplirent ; ils purent mieux se partager le
travail spiritual et procurer le bien moral des habitants. Ce-
pendant le clerg ne compete encore present qu'environ 200
membres (la plupart des Franais), charges des diffrentes
paroisses de la rpublique, ce qui est insuffisant pour rgnrer
de fond en comble les mours des Hatiens, quoique de grands
progrs aient dj t raliss.
Diverses Congrgations religieuses d'hommes et de femmes
prtent leur concours au clerg sculier, spcialement pour
l'enseignement de la jeunesse.
Le protestantisme, qui ne s'est introduit en Hati qu'aprs
l'indpendance, n'a pas fait beaucoup d'adeptes.
Les considerations qui prcdent font comprendre au lec-
teur, pourquoi Hati est encore adonne en grande parties au
culte africain du Vaudoux (1).


(1) Pour plus de dtails, voir notre premier volume, intitul:
Panorama d'Hati.











PREMIERE PARTIES


LE VAUDOUX PRIMITIF



I

VENERATION DU SERPENT
DANS LE MONDE



Diffusion de l'Ophioltrie.

Le Vaudoux d'Hati consistait primitivement dans le culte
du serpent. En consequence, nous donnerons d'abord quelques
notions sur ce culte en gnral, puis, aprs, avoir recherch
son origine, nous l'tudierons spcialement au Dahomey,
d'o il fut apport en Hati par les esclaves.
La zooltrie a t beaucoup pratique autrefois dans le
monde. En effet, les hommes primitifs avaient le sentiment
que les animaux leur taient suprieurs sous certain rap-
ports, surtout par la force et l'habilet, ce qui amena tout
naturellement leur vnration.
Le serpent leur en imposa spcialement par sa march ra-
pide, effectue sans l'aide de pieds ou d'ailes, par les belles
couleurs de sa peau et la fascination de ses yeux, ainsi que
par les effects fatals de sa morsure ou de son treinte. Comme
il change de peau tous les ans, il est l'image de l'homme qui,
au sortir de la maladie, entire pour ainsi dire dans une nou-
velle vie. tant trs prolifique (1) et se multipliant dans la

(1) Le Pre Labat (d. 't Serstevens, t. I, p. 31) raconte qu'un ser-
pent de 3 m. de long, tu la Martinique, avait dans son venture dix








Ie PARTIES: LE VAUDOUX PRIMITIF


saison des pluies, il fut regard comme une cause de fertilit.
Le souvenir des anctres fut rattach au serpent, vu que cer-
tains d'entre eux frquentent les maisons et les tombes. Cette
vnration fut tendue par concomitance aux crocodiles ou
dragons de l'antiquit, ainsi qu'aux lzards (1).
L'ophioltrie est une des formes les plus anciennes et les
plus rpandues de l'idoltrie. Elle a t trouve chez presque
toutes les nations paennes, en Asie, en Amrique et surtout en
Afrique. De nos jours, on la rencontre encore dans l'Inde an-
glaise, chez beaucoup de peuplades de l'Ocanie et surtout
dans l'Afrique occidentale (2).
Ce culte fut trs populaire aussi parmi les peuples du
monde classique, spcialement en Egypte, of le serpent en-
tourait la tte d'Isis et le sceptre d'Osiris. Par suite, sans
doute, de leur sjour dans cette contre, les Juifs mme y
taient enclins. En effet, zchias, roi de Juda, dut faire
dtruire le serpent d'airain lev par Mose, parce qu'il tait
devenu l'objet d'un culte superstitieux (3).
Quant la Grce, ces mmes reptiles y taient trs honors:
tel le serpent de Dmtr (Crs) Eleusis,le serpent de l'Acro-
pole d'Athnes, qui l'on offrait chaque mois des gteaux de
miel. De plus, la tradition mythologique nous apprend qu'Apol-
lon tua Delphes le serpent Python, et y fonda les jeux py-
thiques en souvenir de sa victoire. Par suite, le serpent devint
le symbol de l'oracle de Delphes, d'autant plus qu' cause de
sa reputation de sagesse, il se vit attribuer le don de prophtie.
On mentionne aussi Lerne l'hydre ou serpent sept ttes,
extermin par Hercule. Ensuite ce reptile tait l'emblme
d'Asclpios (Esculape), dieu de la mdecine, et d'Hygie, sa
fille, desse de la sant. Chez les Grecs, comme chez les Ro-
mains, il armait le fouet des Furies et format leur cheve-
lure. Aussi voit-on apparatre le serpent sur une foule de
monuments de l'antiquit classique ().

oeufs contenant chacun de 13 15 petits. Pour des indications plus
completes sur les livres cits, voir la Bibliographie.
(1) J. HASTINGS, t. XI, p. 399 (Serpent Worship) E. DESRIBES,
p. 178.
(2) SKERTCHLY, p. 465. (3) 4 Reg., 18, 4.
(4) J. HUBY, p. 441 ; J. TEILHARD DE CHARDIN, p. 163 ; CHANTEPIE
DE LA SAUSSAYE, Bd. II, S. 308, 317, 462.








t. VNRATION DU SERPENT DANS LE MONDE


Origine et nature de l'Ophioltrie.

De quelle contre le culte du serpent est-il originaire?
Jusqu'ici les savants admettaient gnralement qu'il re-
posait sur le rcit de la Gense (1) concernant le Paradis ter-
restre. Cette vnration tait d'abord pratique surtout en
Chalde (2); d'o elle se serait rpandue dans tout l'Orient.
Elle' gagna ensuite l'Egypte, o elle jouit d'une grande dif-
fusion. De l, par suite des migrations des peuples et des
relations de commerce, le culte du serpent se propagea, af-
firmait-on, dans toute l'Afrique (3).
Telle tait jusqu'ici l'opinion courante. Mais, ainsi que
l'expose le Pre Williams S.J. (4), aujourd'hui le professeur
Hambly, le spcialiste le plus en vue,. soutient que l'ophio-
ltrie est indigne dans les pays d'Afrique(5). Ceci s'entend
de la vnration du python. Quant aux autres aspects de
ce culte, ils sont probablement d'origine smitique (6).
A present on trouve ce culte surtout l'Orient, dans l'Ou-
ganda; ainsi que sur la cte occidentale, principalement au
Dahomey, dans la Nigria et au Congo. De l'Ouganda il au-
rait t transport dans ces contres. En effet, sous la pres-
sion de tribus hamitiques, surtout des Haoussas, les habitants
de l'Ouganda durent migrer vers l'ouest. Des branches ga-
gnrent le Congo, mais la grande masse se rendit dans le
pays des Achantis (Cte de l'Or), au Dahomey et dans la Ni-
gria. Dans ces rgions on vnre seulement le python, ser-
pent non vnimeux (7).
En gypte on adorait le serpent, parce qu'il tuait les rats,
qui causaient beaucoup de dgts dans les greniers de bl (8).
Dans l'Afrique occidentale le culte a pour fondement, d'aprs
quelques-uns, le fait que le python impressionne par sa taille,


(1) Gen., 3, 1-19.
(2) Cf. Daniel, 14, 22-26. (3) J. HASTINGS, t. XI, p. 401.
(4) WILLIAMS, p. 3.
(5) HAMBLY, p. 74. Quant aux preuves de cette assertion, on les
trouvera dans Hambly, p. 53, 55, 74 ; et Williams, p. 6-11.
(6) HAMBLY, p. 52, 55.
(7) HAMBLY, p. 50, 75 ; WILLIAMS, p. 5, 8, 18.
(8) WILLIAMS, p. 15.








Ie PARTIES: LE VAUDOUX PRIMITIF


sa belle robe et sa douceur (1); selon d'autres, l'ide que sa
morsure protge contre les reptiles venimeux (2).
L'ophioltrie n'adore pas le serpent lui-mme. Elle n'honore
pas non plus directement dans le serpent l'tre Suprme,
mais un esprit, par l'intermdiaire duquel les hommages sont
adresss Dieu (3). Ceci nous est affirm en terms trs clairs
par Hambly. Le python, dit-il (4), incarne un tre surnatu-
rel: le dieu de la guerre, le dieu de l'eau, le protecteur de l'a-
griculture ou la desse de la fcondit .
Quel rapport existe-t-il donc entire cet esprit et le serpent?
Le serpent n'est pas un esprit, mais une sorte de ftiche (5).
Quelquefois, en effect, le reptile est considr comme la de-
meure permanent de l'esprit, et ne forme par consquent
qu'un objet extrieur qui dcle la presence du dieu. En d'au-
tres circonstances on regarded le serpent comme l'incarnation
d'un esprit, savoir la forme sous laquelle le dieu se montre
parfois aux humans. Enfin l'animal peut tre un symbol
ou la representation d'un attribut du dieu (6). Dans la pra-
tique ces diffrentes significations sont malaises distinguer,
et ne sont pas perues d'une manire parfaitement exacte
par les adorateurs du serpent.

L'Ophioltrie au Dahomey.
Parmi les animaux, au dire de Schneider (7), c'est le serpent
qui est le plus honor et sert le plus souvent comme de f-
tiche dans l'Afrique tropical. En effet, il est vnr dans
l'ouest par les Mandingues du Soudan, par de nombreuses
tribus des Ctes de l'Or, des Esclaves et de Benin, ainsi que
par les Bantous (8). On rencontre galement ce culte dans le

(1) WILLIAMS, p. 7; HAMBLY, p. 29 sq.
(2) WILLIAMS, p. 28, 41 ; QUNUM, p. 72. C:oyance errone; il en
est de mme de l'opinion que le python tue les serpents dangereux.
V. WILLIAMS, p. 28.
(3) WILLIAMS, p. 20, 38, 40 n., 49, 51. ZOLLER, Bd. I, S. 54.
(4) HAMBLY, p. 29.
(5) Pour la signification propre du mot ftiche et le genre de culte
que constitute l'ophioltrie, Voy. plus loin : Le Vaudoux en tant que
religion.
(6) WILLIAMS, p. 21, 210 ; HAMBLY, p. 10.
(7) SCHNEIDER, S. 196 ; cf. 165, 154.
(8) Dans l'Afrique quatoriale (Gabon, etc.).








I. VNRATION DU SERPENT DANS LE MONDE


nord de l'Afrique, chez divers peuples du Nil; dans le sud
parmi les Cafres et les Zoulous, ainsi qu'au centre, dans le
Tanganyika.
Le culte du serpent chez les Primitifs de l'Afrique se rap-
porte ordinairement aux anctres, tandis que celui des -
gyptiens repose plutt sur la dification de la nature (1).
Cependant le centre de l'ophioltrie africaine se trouvait
autrefois et est encore aujourd'hui en Guine, dans le royau-
me de Juida (2), lequel avait pour capital Sabi (3). L ce culte
aurait t introduit dans la second moiti du xvIIe sicle,
non du royaume voisin d'Ardra, comme on le prtend com-
munment, mais de l'Ouganda (4). Pour dvelopper leur
commerce d'esclaves, les Dahomens conquirent d'abord
Ardra en 1724, puis en 1727 le royaume limitrophe de Juida,
situ sur la cte, o ils pouvaient plus facilement vendre
leurs esclaves (5).












VUE SUR LA MER.
(Cte d'Hiati).
Ainsi qu'il est arriv d'autres fois dans l'histoire, ils adop-
trent la religion du people vaincu (6) et l'introduisirent Abo-
mey, leur capital; cette adoption facility l'occupation du
pays. Cependant beaucoup d'habitants quittrent la contre,
et ainsi rpandirent galement en d'autres pays leur reli-
gion (7). Pendant la second moiti du xixe sicle, et surtout

(1) SCHNEIDER, S. 162; SCHERTCHLY, p. 465.
(2) Appel Whydah par les Anglais et Fida par les Hollandais.
(3) Aujourd'hui Savi. (4) WILLIAMS, p. 18, 24.
(5) WILLIAMS, p. 23, 30, 57.
(6) DORSAINVIL, V. et M., p. 14-15. (7) WILLIAMS, p. 49.








Ie PARTIES: LE VAUDOUX PRIMITIF


aprs la conqute du Dahomey par la France en 1894, le culte
du serpent diminua en ce pays, par suite du contact avec les
blancs et de l'influence europenne (1).
Moreau de Saint-Mry, l'crivain le plus autoris en ce qui
concern la colonie franaise d'Hati, attribue le Vaudoux
surtout aux Aradas ou Ardras (2). Par l cependant il en-
tend galement, ainsi qu'il l'indique plus haut (3), et les ha-
bitants de Juda ou Juida et ceux du Dahomey (4).
Quelques dtails sur le culte actuel du serpent au Dahomey
nous semblent ici leur place.
A travers tout le pays on trouve des temples ddis Dang-
b, le python ou le bon serpent (5). Mais celui d'Ouidah
(l'ancienne Juida), dj connu de Buffon au xviie sicle,
est le plus clbre (6). C'est une grande hutte en terre glaise,
avec un toit conique de feuilles de palmier. Ce qui relve un
peu cette humble demeure, ce sont les magnifiques arbres
gants, les ficus et les bombax (7), qui la couvrent de leur
ombre (8).
Quant aux serpents qui s'y trouvent, ils ont une longueur.
moyenne de 2 mtres, et sont au nombre de 50 100. Ils y
vivent leur aise :* les uns sont cachs au sommet des murs
ou sur les feuilles sches de la couverture, les autres s'enrou-
lent aux chevrons du toit ou aux branches des arbres voisins.
Car les animaux sont libres de sortir. Ils se prominent tra-
vers la ville, et entrent dans les maisons o ils font la chasse
aux rats. Le soir ils retournent dans leur logis, pour se repa-
tre des aliments qui leur sont rgulirement servis (9).
Si un Dahomen rencontre un serpent sur sa route, il se
prosterne devant lui, le front dans la poussire, et.baise d-
votement la terre (10). Un python est-il entr dans une maison,

(1) WILLIAMS, p. 48.
(2) MOREAU DE SAINT-MRY, t. I, p. 46.
(3) Ibid., p. 29.
(4) Le Pre Labat (d. 't Serstevens, t. I, p. 43) dit de mme qu'on
appelle Aradas les noirs qui viennent des royaumes 'd'Ardra et de
Juida.
(5) Cf. HERSKOVITs, p. 31 : nature vraie de ce culte.
(6) A. LE HRIss, p. 110. (7) Mapou ou fromager.
(8) SKERTCHLY, p. 465; SCHNEIDER, S. 197; KERILLIS, p. 226;
CLARI, p. 204-205, 225.
(9) WILLIAMS, p. 41. (10) WILLIAMS, p. 36, 38, 43.








I. VNRATION DU SERPENT DANS LE MONDE


il faut avertir le fticheur ou prtre, qui viendra le chercher
et le rapportera au temple (1).
Les habitants se garderont bien de faire le moindre mal
ces animaux. Autrefois, si un noir avait frapp ou cras par
mgarde une de ces btes visqueuses, il tait mis mort, et
les Europens qui les tuaient devaient payer au roi une forte
amende (2).
On va prier les serpents dans leur sanctuaire, et on leur
offre des presents, pour obtenir la pluie, une bonne rcolte et
toutes sortes de faveurs (3).
Les prtres et prtresses de Dangb sont trs nombreux et
doivent subir une initiation fort dure.
Le roi du Dahomey vendait annuellement environ 12.000
esclaves, don't 8.000 aux Franais. Ceci nous explique, com-
ment les Dahomens se concentrrent avec leur religion dans
les Antilles (4). En Hati, l'introduction du culte ophidien
eut lieu lors ds grandes conqutes des Dahomens (5).
Quoique les Congolais ou Congos fussent beaucoup plus
nombreux dans la'colonie que les Dahomens, la religion de
ces derniers a obtenu le dessus et l'a gard. Ceci.est attribuable
la forte organistion de ce culte, qui exerait une si grande
influence qu'il donna le branle au movement insurrectionnel,
d'o sortirait la liberty complete des esclaves (6). De plus, les
Dahomens, et surtout les Fons, une de leurs tribus, taient
trs belliqueux et fort intelligent (7). Un connaisseur a fait
d'eux le portrait suivant: Les Djidjis ou Dahomens ont une
certain fiert et un sentiment de dignit que ne possdent
pas les autres indignes du pays; ils ont aussi de la disci-
pline et de la docilit; bien dous physiquement et intellec-
tuellement; travailleurs, quand ils sont bien stimulus, moins
dissimuls, sournois et voleurs que les autres noirs (8).

(1) QUNUM, p. 72; LAFFITTE, p. 125.
(2) WILLIAMS, p. 27 sq. ; citations de Bosman, Atkins, Smith, etc.
(3) E. LAFFITTE, p. 125. (4) WILLIAMS, p. 56.
(5) Ibid., p. 57.
(6) V. infra, propos du Sacrifice Ptro.
(7) J. C. DORSAINVIL, V. et N., p. 166.
(8) GOUVERNEMENT GN., p. 56 ; cf. SKERTCHLY, p. 481.














VENRATION DU SERPENT

EN HAITI



Situation du Vaudoux hatien.

Nous venons de voir en quoi consiste le culte du serpent
en gnral, et comment il se pratique au Dahomey. De ce
pays l'ophioltrie, appele Vaudoux, fut apporte en Hati
par les esclaves qui arrivrent dans la colonie franaise. C'est
ce Vaudoux primitif qu'il nous faut tudier present.
Bien qu'on signal encore des traces nombreuses de ce
culte (du Vaudoux) aux tats-Unis et dans certaines les des
Antilles, dit Aubin (1), il n'y a plus qu'en Hati o son dve-
loppement reste libre. Ailleurs, il se borne l'exploitation de
sortilges au profit de quelques malins, ce que l'on appelle
obeahism dans les colonies anglaises des Antilles (Jamaque,
etc.). L'volution historique de Saint-Domingue est seule
cause de l'exception hatienne. Tandis que, dans les autres
les, le ftichisme tendait, sinon disparatre, du moins se
dissimuler devant l'action du christianisme, appuy par une
domination extrieure (2), l'indpendance d'Hati entranait
la march parallle, voire la confusion des deux croyances .
Dans la parties espagnole de l'le d'Hati ou Dominicanie, ce
culte est peu prs inconnu (3).
Cependant il faut remarquer ici qu'en Hati, il est vrai, on
montre aisment aux profanes des ftes et des danses du
Vaudoux (4). Aussi, pendant les dernires annes, surtout au
moment de l'occupation amricaine, plusieurs trangers ont-ils
pu se renseigner sur bien des pratiques du Vaudoux.

(1) AUBIN, p. 43.
(2) DORSAINVIL, V. et N., p. 47. (3) AUBIN. p. 186.
(4) BONSAL, p. 101 sq., ciL dans Williams, p. 86.








II. VNRATION DU SERPENT EN HATI


Mais il en va tout autrement, quand il s'agit des crmonies
du vrai Vaudoux, consistent dans le culte du serpent, et du
soi-disant Vaudoux ou plutt de la magie vaudouque qui
accompagne certaines pratiques criminelles. Dans ce sens le
Vaudoux est vraiment une secte secrte (1), comme la franc-
maonnerie, et non l'instar des chrtiens se cachant dans les
catacombes (2). Il n'est pas facile de se rendre compete de
cette dernire espce de Vaudoux, car ces rites se clbrent
en cachette, au milieu des bois et ordinairement la nuit.
De plus, le secret le plus strict est gard par rapport ces
pratiques; et en cas de violation, le coupable serait expos
aux vengeances des sectateurs du Vaudoux (3). En de trs
rares circonstances, ainsi que nous ,e raconte Spenser Saint-
John, des trangers ont pu assister subrepticement ces ru-
nions.
Ainsi, en 1869, un prtre de l'Arcahaie obtint de quelques-
uns de ses paroissiens qu'ils le conduisissent dans la fort o
les crmonies avaient lieu. S'tant dguis en paysan et noirci
la figure et les mains, il put voir tout ce qui se passait. La
prtresse, monte sur la cage du serpent, entra en extase et
rpondit aux demands des consultants. On tua un coq blanc
et une chvre, don't le sang servit marquer les assistants. La
crmonie se poursuivit, mais la vue des horreurs don't il
tait tmoin, le prtre poussa un cri, ce qui le trahit. Cepen-
dant il put se sauver avec ses amis, mais dut dans la suite
quitter sa paroisse (4).
Un autre Franais, habitant un des villages du Sud, dit
Spenser (5), assist toutes les crmonies, sans tre dcou-
vert, parce qu'il garda le silence jusqu'au bout. Cependant,
comme le bruit en court, la famille de sa femme, jugeant sa
vie en danger, le fit changer de residence .


(1) DORSAINVIL, V. et M., p. 18.
(2) SEABROOK, engl. ed., p. 31 ; tr. fr., p. 32; cit dans Williams,
p. 97.
(3) WILLIAMS, p. 84; WIRKUS, tr. fr., p. 133 ; EDNA TAFT, p. 200.
Le Dr. J. C. Dorsainvil (V. et N., p. 113) mentionne le mystre pro-
fond, rvl seulement aux grands initis, qui recouvre une bonne
parties du rite vdouique .
(4) SPENSER SAINT-JOHN, tr. fr., p. 185-186. (5) Op. cit., p. 187.








14 le PARTIES: LE VAUDOUX PRIMITIF


Description du Vaudoux proprement dit.

Le mot Vaudoux (1) est emprunt, au dire du Dr. J. C.
Dorsainvil (2) et des africanistes modernes, au dialecte fongb
qui appartient l'w, une des langues parles au Dahomey.
Or, dans le dialecte des Fons, vodou signifie dieu, esprit ; et
aussi : representation ou symbol d'un esprlt. D'aprs Charles
Texier (3) le mot viendrait de houdo-(4), nom que les esclaves
emmens d'Afrique donnaient au serpent non venimeux. Cet
animal tait, en effet, pour eux la figure du dieu. Dans son trs
remarquable ouvrage Life in a Haitian Valley (5), qui ren-
ferme une tude approfondie du Vaudoux, le Docteur J. M.
Herskovits note comme indigne la pronunciation vodoun.
Mais si cette forme est usite au Dahomey, elle ne l'est point
en Hati. Originairement le motVaudoux indiquait un esprit,
mais il est devenu ensuite le terme gnrique du culte. La
premiere signification se rencontre dans Moreau de Saint-
Mry, la deuxime prvaut de nos jours.
Une description trs prcise du culte du Vaudoux, tel qu'il
tait pratiqu dans la colonie franaise de Saint-Domingue,
nous est fournie par Moreau de Saint-Mry (6).
Au dire de cet auteur, le terme Vaudoux dsigne un tre
surnaturel et tout-puissant, don't dependent tous les vne-
ments qui se passent sur la terre, et qu'on honore sous la forme


(1) Nous suivons l'orthographe de Moreau de Saint-Mry, gnrale-
ment adopte en Hati. Le Dr. Dorsainvil crit vdou ; le Dr. Arthur
Holly voudo; en France de nos jours on crit plutt vaudou; en an-
glais on dit : voodoo.
(2) Dr. J. C. DORSAINVIL, V. et N., p. 156; SKERTCHLY (Glossa-
ry), p. 523.
(3) C. TEXIER, p. 202.
(4) Hon dans le dahomen actuel, c'est le boa (QUNUM, p. 28).
Qunum dit, p. 67, que l'tymologie du vocable est perdue, mais que
le mot exprime quelque chose de vnrable. Suivant Herskovits,
Suriname Folk-Lore, p. 750, le vodu c'est le serpent sacr au Dahomey
et dans la Guyane hollandaise; et ce terme drive de vo, qui dsigne
le python au Dahomey.
(5) HERSKOVITS, p. 139.
(6) M. DE SAINT-MRY, t. I, p. 46-48; ciL par Spenser Saint-John,
tr. fr., p. 179 sq. ; Williams, p. 62 sq., etc.








II. VNRATION DU SERPENT EN HATI


d'un serpent non venimeux ou d'une espce de couleuvre.
Celle-ci connat l'avenir aussi bien que le pass et le present,
elle a le pouvoir de gurir les malades et d'accorder toutes
sortes de faveurs. La divinit rend ses oracles par l'interm-
diaire d'un prtre, appel roi, matre ou papa; et plus en-
core -par l'organe de la prtresse, sa femme, nomme reine,
matresse ou maman.
Aux runions, chaque initi met une paire de sandales, et
lie autour de son corps un nombre plus ou moins considerable
de mouchoirs rouges. Le roi porte des mouchoirs plus beaux
et en plus grande quantit, et celui qui ceint son front lui sert
de diadme. La reine, vtue avec un luxe simple, montre aussi
sa prdilection pour la couleur rouge.
Au commencement de la crmonie le prtre et la prtresse
se placent un des bouts de la pice et prs d'une espce d'au-
tel, sur lequel se trouve une caisse, o le serpent est conserv,
et o chaque affili peut le voir travers des barreaux. (D'a-
prs C. Texier, cette cage s'appelle sobagui) (1).
Lorsqu'on a vrifi qu'aucun profane n'a pntr dans
l'enceinte, on commence la crmonie par l'adoration de la
couleuvre, par des protestations d'tre fidle son culte et
soumis tout ce qu'elle prescrira. L'on renouvelle entire les
mains du roi et de la reine le serment du secret, qui est la
base de l'association.
Ensuite le prtre et la prtresse tiennent une allocution,
dans laquelle ils vantent le bonheur qui sera le partage de
quiconque observer fidlement le culte du Vaudoux. En
mme temps ils exhortent leurs auditeurs avoir toujours la
plus grande confiance en eux et les consulter dans toutes les
circonstances importantes de la vie. Puis chacun peut implo-
rer l'une ou l'autre faveur du Vaudoux. Celui-ci veut devenir
riche et puissant, celui-l sollicite le don de plaire une in-
sensible, un autre dsire une prompted gurison, un quatrime
voudrait se venger d'un ennemi.
Aprs chaque demand le roi Vaudoux se recueille, en at-
tendant que l'esprit agisse en lui. Puis il saisit tout--coup la
bote de la couleuvre, la place terre et fait monter.dessus la


(1) Cf. Charles TEXIER, p. 202-212.








Ie PARTIES : LE VAUDOUX PRIMITIF


reine. A peine celle-ci y a-t-elle pris place que, nouvelle py-
thonisse, elle est pntre du dieu, elle s'agite, tout son corps
est dans un tat convulsif, et l'oracle parle par sa bouche.
Tantt elle flatte et promet la flicit, tantt elle tonne et
clate en reproches. Ne consultant que son intrt ou ses ca-
prices, elle dicte des sentences sans appel et prescrit tout ce
qui lui plat. Ses auditeurs ne doutent pas le moins du monde
des plus grandes absurdits, et ne font qu'excuter aveugl-
ment tout ce qui leur est prescrit. Les rponses sont souvent
ambigus, et si elles sont exactes, c'est que la prtresse a pris
ses informations l'avance.
Quand la crmonie est termine, on se forme en cercle et
la couleuvre est remise sur l'autel. C'est le moment o cha-
cun doit lui porter son offrande. Pour ne pas exciter de
jalousie, et aussi pour cacher la valeur total, chaque don doit
tre dpos dans un chapeau recouvert. Ces oblations ser-
vent payer les dpenses de l'assemble, procurer des se-
cours aux membres qui en ont besoin et faire des presents
des personnel influentes, de qui dpend plus ou moins la
prosprit de la secte.
On propose ensuite des plans pour tendre et faire fleurir
la socit. Enfin on fait de nouveau le serment de garder le
secret et d'obir aveuglment, et on jure de mourir plutt
que de parler, et de punir de mort tout tratre. Ce serment est
souvent scell par le sang encore chaud d'une chvre (1).
Quand on compare la vnration du serpent dans le Vau-
doux hatien avec ce mme culte Juida, il faut ncessaire-
ment conclure que l'tre tout-puissant, don't parle Moreau
de Saint-Mry, n'est pas Dieu lui-mme, mais un puissant es-
prit, probablement, dit le Pre Williams (2), un esprit des an-
ctres. Cependant cette vnration avait comme but final
l'tre Suprme. De mme nous lisons dans Peytraud (3)
comme suit: Le nom de Vaudoux est appliqu par les ngres
un tre surnaturel, qu'ils se reprsentent sous la forme
d'une couleuvre . Cette opinion est partage galement par le


(1) Cf. Description abrge dans Mgr. LE Ruzic, p. 134.
(2) WILLIAMS, p. 210.
(3) PEYTRAUD, p. 234.







II. VENERATION DU SERPENT EN HATI


Dr J. C. Dorsainvil (1), d'aprs lequel le serpent est un sym-
bole, et incarne l'esprit du bien, savoir Dambala.
En outre, on peut en trouver une confirmation dans la con-
station gnrale suivante, de Mgr. A. Le Roy, S. Sp. (2) : Nulle
part en Afrique Dieu n'est reprsent sous une forme mat-
rielle quelconque, ni suppos demeurer dans une figure, soit
dans une caverne, soit dans un temple. Dieu n'a pas de ftiche.
L'ide mme de reprsenter un objet matriel comme Dieu,
paratrait extravagant . Le mme tmoignage est rendu
par le Pre M. Briault, S.Sp. (3). En Afrique, dit-il, il exis-
te d'innombrables figurines de terre cuite, d'ivoire, de bois,
qui sont l'image de certain esprits, mais il n'en est aucune
qui soit cense tre l'effigie divine .
Le culte du serpent en Hati nous est attest vers la mme
poque par le naturaliste Descourtilz (4), comme suit. Je vis
adorer, dit-il, devant un gros mapou creus par le temps une
couleuvre qui y faisait sa residence et laquelle, dans l'inter-
valle des prires, on apportait de quoi se nourrir en viande,
poisson, ... et surtout du lait pour se dsaltrer, provisions
que les prtres avaient soin de faire disparatre au premier
moment d'absence des sectateurs, annonant ces offrandes
consommes en leur presence et exigeant leur replacement
par d'autres.
Un movement d'indignation m'ayant saisi, j'eus la har-
diesse de leur annoncer la nullit des pouvoirs de leur ftiche,
en les persuadant qu'un dieu dpendant de la volont et de la
puissance de l'homme n'tait plus un dieu. Murmures! Mais
comme cette poque les ngres taient plus politiquement
soumis aux blancs par les ordres de Toussaint Louverture,
j'osai achever ma tentative, et en leur criant: Voyez quel
est votre dieu, et combien je suis plus fort que lui , j'ajustai
aussitt la couleuvre reploye sur elle-mme, et mon coup
la cribla.
Cris affreux Dsolation universelle Il se fit un silence,
aprs lequel le chef me dit: Matre, qu'avez-vous fait? Le

(1) DORSAINVIL, V. et N., p. 158; V. et M., p. 16.
(2) Mgr. A. LE ROY, p. 182; J. HUBY, p. 63.
(3) Pre M. BRIAULT, p. 98.
(4) E. DESCOURTILZ, p. 135-137.
Hati. III. 2.







Ie PARTIES : LE VAUDOUX PRIMITIF


dieu va vous punir de votre audace; votre fusil est fauss et
l'avenir vous ne pourrez plus tirer avec lui une seule pice
de gibier . Je ris de cette superstition, et pour mieux leur
prouver leur erreur, je tirai devant eux la premiere tourte-
relle qui me passa porte.

L'usage de consulter le serpent pour connatre l'avenir
existe aussi au Dahomey.
Le 21 novembre 1864, je fus tmoin, crit le Pre Bouche (1),
d'une consultation dans le temple (des serpents Ouidah). Un
noir tait venu s'informer si un voyage qu'il entreprenait
Lagos (2) lui rapporterait beaucoup de cauris (3). Il dposa au
milieu de la rotonde (du temple) trois calebasses pleines de
fruits, de farine et d'objets divers; et pria le grand-prtre de
transmettre Danh (ou Dangb, le serpent) ses hommages.
Une vieille prtresse saisit une espce de trpied en bois,
plaa dessus un petit serpent, et se mit l'interroger, pendant
que deux jeunes prtresses tiraient de leurs tam-tams, des sons
sourds et monotones, et que le grand-prtre excutait tout
autour une danse lente et pleine de dignit. Le serpent tantt
se roulait en spirales, tantt se redressait sur sa queue ou en-
tourait les bras de la prtresse. Il est trop jeune, dit celle-ci,
et sa science n'est pas grande; il lui est impossible de rpon-
dre mes questions, et il demand qu'on recoure la sagesse
du serpent venu d'Ardres (Ardra). Et, se levant, elle le glissa
par-dessus le toit dans la case attenant la rotonde. Peu aprs
nous entendmes comme un grognement, et, au milieu d'un
bruit trange et confus, nous distingumes ces mots pro-
noncs en langue djijie (dahomenne) : Pars je serai avec
toi, et ton commerce sera prospre!
Il y a une grande resemblance entire ces predictions et les
coutumes de la Grce antique. L'oracle d'(Apollon ) Del-
phes, dit 0. Hubert (4), tait desservi par une corporation sa-
cerdotale, (qui) cherchait un sens aux mots incohrents pro-
noncs par la pythie en dlire, tandis qu'elle tait assise sur le

(1) Contemporain, dc. 1874; cit dans E. DESRIBES, p. 182.
(2) Dans la Nigria anglaise.
(3) Coquillages servant de monnaie.
(4) J. BRICOURT, t. I, p. 340.







II. VENRATION DU SERPENT EN HATI


trpied d'Apollon, au-dessus de la crevasse bante par o
s'chappaient des vapeurs d'acide carbonique. (Ce clerg) dut
souvent deviner les dsirs secrets des consultants: en cela
aurait consist le principal resort de son influence .


Initiation au Vaudoux proprement dit.

L'acceptation de nouveaux membres dans la secte du Vau-
doux, au temps de la colonie, nous est galement dcrite
par Moreau de Saint-Mry (1), et avait lieu comme suit.
Le prtre trace un grand cercle avec une substance noire
carbonn ou cendres), et y place celui qui doit tre initi.
Puis il lui remet en main un paquet compos d'herbes, de crins,
de morceaux de corne et d'autres objets, don't chacun a une
signification particulire. Le frappant ensuite lgrement
la tte avec une petite palette de bois, il entonne un chant
africain incomprehensible, qui est rpt par toute l'assis-
tance.
Eh eh (2) Bomba, hen hen (3)
Canga bafio t
Canga moun d l
Canga do ki la
Canga li.
Seabrook (4) assure avoir entendu ce chant, avec de lgres
variantes, ces dernires annes dans diffrents temples.
Voici un autre chant africain pour l'initiation, datant ga-
lement de l'poque colonial.
Aia, bombaia, bomb,
Lamma samana quana,
E van vanta,
Vana docki.
Ces paroles, tires de Drouin de Bercy (5), signifieraient:

(1) M. DE SAINT-MRY, t. I, p. 48-49.
(2) Deux sons prononcs trs ouvert.
(3) Deux inflexions sourdes.
(4) SEABROOK, engl. ed., Notes, p. 318.
(5) DROUIN DE BERCY, p. 178 ; cit dans Pierre de Vaissire, p. 179,
note 2 ; dans Seabrook, ibid., p. 319 ; dans Loederer, S. 215.








Ie PARTIES : LE VAUDO UX PRIMITIF


Nous jurons de dtruire les blancs et tout ce qu'ils possdent;
mourons plutt que d'y renoncer.
Selon le tmoignage de divers auteurs (1) on excute dans
les crmonies actuelles du Vaudoux plus d'un chant afri-
cain inintelligible. En Afrique aussi cet usage existe d'une
faon gnrale, ainsi que nous lisons dans Mgr. Le Roy (2) :
Au course des crmonies, offrandes et sacrifices, il y a tou-
jours des prires qui en marquent le but. Ce sont alors gn-
ralement des paroles cabalistiques, des mots et des phrases
obscurs, des allusions difficilement saisir notre esprit
europen, des archasmes enfin qui viennent des ges loin-
tains, don't la signification est-mme perdue, mais que l'on
garde fidlement et qui sont jugs d'autant plus efficaces
qu'on les comprend moins .
Gnralement toute liturgie antique a son idiome sacr.
Il en est ainsi d'une faon spciale pour les fticheurs du Da-
homey. Une langue particulire, inconnue des profanes,
dit l'abb J. Laffitte (3), leur permet de tenir conseil en pu-
blic, sans qu'ils aient craindre qu'une oreille indiscrte re-
cueille leur dlibration. Cette langue diffre essentiellement
de la langue national; et celui des initis qui en donnerait
connaissance, non seulement un tranger, mais encore un
simple croyant, serait puni de mort . Si on en croit M. Qu-
num (4), cette langue serait analogue celle de la tribu d'ori-
gine du ftiche.
Le mme phnomne est signal dans le shintosme japo-
nais. Les prires se transmettent d'ge en ge dans leur lan-
gue archaque... Si de nouvelles prires rituelles sont compo-
ses, c'est dans la mme langue que ces trs anciennes litur-
gies (5).


(1) Dr. DORSAINVIL, V. et N., p. 158; ZoRA HURSTON, p. 144.
(2) Mgr. A. LE ROY, p. 298-299.
(3) J. LAFFITTE, p. 122 ; Dr. DORSAINVIL, V. et N., p. 170. Pour
la Nigria, V. TREMEARNE, Head-Hunters, p. 205; pour la Cte des
Esclaves, V. PIERRE BOUCHE, p. 127. La secte du Kimpasi au
Congo a galement un language special conventionnel (VAN WING,
p. 245).
(4) QUNUM, p. 92; HERSKOVITS, p. 30.
(5) J. HUBY, p. 242.








II. VNRATION DU SERPENT EN HAiTI


Pendant que s'excute donc le chant d'initiation dans le
Vaudoux hatien primitif, le rcipiendaire se met trembler
et danser. C'est ce qui s'appelle monter Vaudoux ; c'est
un signe que la divinit s'empare de lui. (Plus loin, propos
de la possession, nous expliquerons cette expression). S'il ar-
rive par malheur que l'initi, par suite de son excitation, sorte
du cercle, le chant cesse aussitt ; le prtre et la prtresse tour-
nent le dos, pour carter ce mauvais prsage, et le danseur
rentre dans le rond, aprs tre revenue lui. L'initi s'agite de
nouveau, se met boire et en arrive des convulsions telles
que le prtre y met fin, en le touchant lgrement la tte de
sa baguette, ou mme en lui administrant au besoin un bon
coup de fouet.
Ensuit il est conduit l'autel pour jurer, et partir de ce
moment il fait vraiment parties de la secte.

La Danse authentique du Vaudoux.

La vnration du serpent tait presque toujours accompa-
gne de la danse Vaudoux, don't nous empruntons galement
la relation M. de Saint-Mry (1),
Au dbut le prtre met la main ou le pied sur la bote ren-
fermant la couleuvre, et bientt tout son corps est pris de
movements convulsifs. Cette impression, il la communique
la reine, et par elle la commotion gagne toute l'assistance.
Tous commencent s'agiter, ils secouent la parties suprieure
de leur corps, la tte et les paules, comme si leurs membres
allaient se disloquer. Cette motion est la plus forte chez la
prtresse. De temps en temps elle approche du serpent, elle
agite la bote et les grelots don't celle-ci est garnie, ce qui met
le comble son dlire. L'excitation gnrale est encore aug-
mente par l'usage de liqueurs spiritueuses, que les adeptes
emploient copieusement.
Les dfaillances, les pamoisons s'ensuivent chez les uns et
une espce de fureur chez les autres. Mais chez tous il y a un
tremblement nerveux, qu'ils semblent ne pas pouvoir ma-
triser. Ils tournent sans cesse sur eux-mmes, dchirent leurs


(1) M. DE SAINT-MRY, t. I, p. 49-50.








Ie PARTIES : LE VAUDOUX PRIMITIF


vtements et mordent mme dans leur propre chair. Plusieurs,
qui sont privs de leurs sens et qui tombent sur place, sont
transports dans une pice voisine, o ont lieu des scnes de
la plus affreuse dbauche. Enfin, la fatigue y met un terme,
mais auparavant on a eu soin d'indiquer l'poque o la fte
recommencera.








--








DANSE DES NoIRS AU TEMPS DE LA COLONIE.

Un fait trs remarquable et trs bien constat dans ces ru-
nions, ainsi que nous venons de l'indiquer, c'est, dit Moreau
de Saint-Mry (1), cette espce de magntisme, qui porte les
assistants danser jusqu' la perte du sentiment. La prven-
tion est mme si forte cet gard, que des blancs trouvs piant
les mystres de cette secte, et touchs par l'un de ses membres
qui les avait dcouverts, se sont mis quelquefois danser, et
ont consent payer la reine Vaudoux, pour mettre fin ce
chtiment. Cependant, je ne puis m'empcher d'observer,
ajoute l'auteur que nous citons, que jamais aucun homme de
la troupe de police qui a jur la guerre au Vaudoux, n'a senti
la puissance qui force danser, et qui aurait sans doute pr-
serv les danseurs eux-mmes, de la ncessit de prendre la
fuite .
Ce mystrieux culte du Vaudoux n'tait pas sans danger


(1) M. DE SAINT-MRY, t. I, p. 50.









II. VNRATION DU SERPENT EN HATI


pour la colonie, et ne pouvait donc pas tre tolr par les au-
torits; c'est pourquoi, continue le mme auteur, on affected
d'excuter cette danse en public, au bruit des tambours et
avec des battements de mains. On la fait mme suivre d'un
repas, o l'on ne mange que de la volaille (). Mais ce n'est
qu'un calcul. de plus pour chapper la vigilance des magis-
trats, et pour mieux assurer le succs de ces conciliabules
tnbreux, institus non pas tant pour s'amuser, mais surtout
pour assurer la domination des chefs sur les faibles.
Les craintes que concevait ce sujet notre auteur par rap-
port la colonies se sont ralises; car c'est une runion
semblable que les esclaves prirent dfinitivement la rsolu-
tion de chasser les colons du pays (2).


Le Vaudoux Cuba et aux tats-Unis.

Le Vaudoux ou culte du serpent se pratique aussi dans
l'le de Cuba, dans la Guyane hollandaise, au Brsil, ainsi que
dans la Louisiane (3) et la Floride (tats-Unis d'Amrique),
o il fut introduit par les esclaves dahomens transports
dans ces contres (4).
L'existence du Vaudoux Cuba nous est atteste par John-
ston (5), qui ajoute qu'il y est pratiqu par les noirs, tandis
que les multres s'en abstiennent. Un dernier vestige de sor-
cellerie parmi les noirs de Cuba, dit le mme crivain (6),
consiste croire que le sang d'un enfant blanc gurit de cer-
taines maladies graves. Les praticiens qui cherchent pro-
curer ce remde merveilleux sont. appels brujos ou sor-
ciers. Pendant le sjour de Johnston dans l'le, quatre ou
cinq Cubains taient accuss de ce crime La Havane. Ce-
pendant il circle ce sujet beaucoup de bruits qu'on ne peut
ni contrler ni prouver,


(1) Cf. PAUL REBOUX, p. 223; Z. HURSTON, p. 96-97.
(2) V. plus loin, propos du Sacrifice Ptro.
(3) SPENSER ST. JOHN, tr. fr., p. 185, note; WILLIAMS, p. 83.
(4) WILLIAMS, p. 57; HERSKOVITS, p. 19.
(5) JOHNSTON, p. 64; WILLIAMS, p. 82. Cf. AUBIN, p. 44, n. 1.
(6) JOHNSTON, p. 66; WILLIAMS, p. 83.









Ie PARTIES : LE VAUDOUX PRIMITIF


Ensuite, dans Seabrook (1) nous lisons: Un ami noir de
Cuba m'a parl d'une crmonie d'obeahism (sorcellerie),
qu'il avait vue Cuba, et dans laquelle un serpent format
l'objet central. Il disait qu'un gros serpent non venimeux
tait gard dans une grande jarre de terre, sur un autel; que
quelque dix ou quinze noirs formaient une sorte de chane
circulaire sans fin, commenant et finissant au bord de la
cruche, en mettant leurs bras autour des paules l'un de
l'autre; que le serpent tait alors tir de la cruche et amen
ramper sur leurs paules, en faisant le circuit et en retour-
nant la jarre .
Il existe encore d'autres traces du Vaudoux Cuba, d'aprs
ce que nous apprend Aubin (2). Le prtre ou papaloi s'y ap-
pelle guangatero , (3) et opre dans des temples ou centres
de .guangateria , o, sous couleur de danse ou de bienfai-
sance, s'organisent des socits du Vaudoux. Aubin (4) dit
avoir vu, dans la parties orientale, de vritables pristyles ou
sales de danse, ressemblant ceux d'Hati. En effet, les es-
claves franais, venus la suite des migrs de Saint-Domin-
gue, ont conserv leurs crmonies vaudouiques et leurs dan-
ses au son du tambour, dans les deux quarters de Santiago
et de Guantanamo o ils demeurent, et ils n'ont pas de rapport
avec les Noirs espagnols. Cependant il semble que ces pra-
tiques diminuent de nos jours.

Aux tats-Unis les vaudous ou vaudouisants forment parmi
les Noirs une socit secrte, place sous l'invocation d'un
tre tout-puissant, qui a pour symbol une couleuvre, et pour
reprsentant un grand-prtre ou une grande-prtresse don't le
pouvoir est absolu (5). Cette association est donc toute pareille
au Vaudoux hatien primitif.



(1) SEABROOK, engl. ed., Notes, p. 311; WILLIAMS, p. 98.
(2) AUBIN, p. 44, n. 1.
(3) Ce terme est sans aucun doute l'quivalent du mot crole ouan-
gataire, employ souvent par Dorsainvil (V. et M., p. 22, 28 etc.) et
qui signifie : fabriquant d'ouangas (sortilges) ou sorcier.
(4) AUBIN, loc. cit.
(5) Grande Encyclopdie, t. XXXI, p. 553 (Vaudou).








II. VNRATION DU SERPENT EN HATI


D'aprs Mary A. Owen (1), le principal sacrifice de la secte
consiste dans l'immolation d'une petite fille, dite chvre
sans cornes . Quand on ne peut pas s'en procurer, un chevreau
blanc en tient lieu. En dehors de cette victim, qui est im-
mole et mange deux fois par an, on sacrifice aussi des chiens
noirs, des coqs et des poules.
Il y a des prtres et des prtresses rgulirement institus
et s'appelant papaloi et mamanloi, ou par abrviation:
pappy et mammy. Le chef porte le nom de roi (king). La pre-
paration la prtrise comporte plusieurs preuves, que nous
tudierons propos de l'initiation dans le Vaudoux actuel.
Il se pratique dans l'association trois sortes de danses, don't
la premiere et la plus important est la danse du feu. On
l'appelle aussi la danse du Vieux Matre (ou du dmon).
Elle se tient au milieu de l't et au cour de l'hiver, dans un
champ ou un ravin, autour d'un grand feu. Prs de l se
trouve l'autel o le chevreau est immol.
D'aprs ce que rapporte l'auteur que nous suivons, les
prtres jurent que depuis 50 ans aucun enfant n'a t immol.
videmment on ne peut s'appuyer sur l'affirmation de ces
hommes pervers pour nier ces sacrifices horribles, car leur
tmoignage est trop intress. Mais par ailleurs, l'auteur sus-
dit ne donne pas non plus de preuves de son assertion. Il nous
semble qu'il serait bien tonnant que des enfants puissent dis-
paratre ainsi, sans que les autorits s'en aperoivent-et pren-
nent des measures corcitives. Probablement ces sacrifices h i-
deux ne se font que par exception et de trs grands inte r-
valles:
La danse de la lune se pratique au moment o cet astre est
dans son plein. Une grosse pierre forme le centre de la danse;
autour d'elle les participants, se tenant par la main, sautent,
crient et adressent des compliments la lune.
Enfin, la danse du serpent est organise n'importe quel
moment par les propritaires de ces animaux. Les reptiles
sont apports dans des corbeilles dcouvertes, si bien qu'ils
sortent parfois du panier et mordent l'occasion un pied nu.
Mais on tient toujours prt un remde, ce qui suppose que
parmi les serpents il s'en trouve de venimeux.


(1) J. HASTINGS, t. XII, p. 640 (Serpeht worship).









Ie PARTIES: LE VAUDOUX PRIMITIF


Un autre auteur encore, J. L. Wilson (1), nous assure que le
Vaudoux a t conserv par les noirs des tats-Unis, spcia-
lement dans le Sud, quoique sous une forme moins ouverte,
jusqu' ce jour. Et il ajoute: Probablement il ne sera ja-
mais compltement abandonn par eux,/tant qu'ils n'auront
pas fait plus de progrs dans l'ducation et la civilisation
chrtiennes . Puis le mme auteur donne des examples de pra-
tiques superstitieuses usites parmi ces noirs, mais ne se ren-
contrant pas en Hati.


Survivances du Vaudoux hatien primitif.

Le Vaudoux proprement dit, tel qu'il tait l'origine, con-
sistait donc dans l'adoration du serpent. Que reste-t-il encore
de nos jours de ce culte en Hati? Il n'est pas possible de
donner cette question une rponse definitive; ce qui est
facile comprendre, tant donn le secret trs strict qui en-
toure le Vaudoux.
Le Dr. Price Mars (2), crivain hatien, dit: L'adoration
de la couleuvre a t limine du Vaudoux ou relgue tout
fait l'arrire-plan du crmonial. Nous la croyons peu prs
abolie . Pour autant que je sais, atteste l'Amricain
Seabrook (3), on ne garde aujourd'hui nulle part en Hati un
serpent vivant dans une bote ou d'une autre manire sur un
autel du Vaudoux .
Cependant Spenser Saint-John, dans la 2e dition anglaise
de son ouvrage sur Hati (4), dcrit une solennit, o un ser-
pent, enferm dans une caisse, est un objet de vnration.
En voici un court aperu.
Un habitant de la rpublique de Santo-Domingo, qui tait
en relations d'amiti avec des ouvriers hatiens, conduisit en
avril 1886 un tranger blanc (probablement un Amricain)
une runion vaudouique qui avait lieu prs du Cap. Tous


(1) J. L. WILSON, Western Africa; cit par Nassau, p. 275.
(2) PRICE MARS, Ainsi, p. 118 ; V. WILLIAMS, p. 95.
(3) SEABROOK, engl. ed., Notes, p. 311 ; cf. ibid., p. 335.
(4) SPENSER SAINT-JOHN, 2nd engl. ed., p. 203 sq.; cit dans Wil-
liams, p. 75-78.








II. VNRATION DU SERPENT EN HATI


deux avaient revtu des habits de paysan et noirci leur visage
et leurs mains. Pour entrer dans la hutte qui servait de tem-
ple, il fallut donner le mot de passe au garden de la case.
Dans l'unique chambre un grand nombre d'hommes et de
femmes taient runis autour d'une espce de trne en bois,
rig au milieu de la pice. Au trne taient assis, sur des
siges draps de rouge vif, le prtre et la prtresse, habills
de longs vtements de diverse couleurs et portant des pa-
rures fauves. A leurs pieds se trouvait la bote contenant
le serpent sacr , qui allait tre vnr.
Le chant, qui avait dj commenc au moment de l'arrive
des deux visiteurs, fut suivi d'une prire. Puis le prtre, avec
des gestes violent, harangua l'assistance. Il leur inculqua
profondment que, pour obtenir des faveurs spirituelles ou
temporelles, il fallait vnrer la couleuvre et obir sans hsi-
tation ses ordres.
Aprs un autre chant, une danse frntique eut lieu, pen-
dant laquelle les participants se dmenrent tellement qu'ils
en vinrent une. excitation dlirante. Bientt le tumulte fut
son comble; quelques femmes qui semblaient ne plus tre
matresses d'elles-mmes, grimpaient jusque sur les chevrons
du toit, tordant leur corps, sifflant, et s'efforant de toute
manire d'imiter les movements du serpent.
La danse horrible continue encore pendant deux heures,
quand le silence se fit, et chacun vint honorer le serpent et
lui demander des faveurs.
Cette scne est cite par le Pre Williams, qui, en outre
parle de diffrents autels, en Hati, sur lesquels se trouvait,
en guise de tabernacle, une bote contenant une couleuvre (1).
Par ailleurs, une dame respectable et bien leve de la
Jamaque raconta un missionnaire de cette le ce qui suit (2) :
Peu aprs mon arrive en Hati, une femme de mon voisi-
nage, don't le mari, sorcier notoire, venait de mourir, me
rendit visit. Elle tait trs aimable, et quand elle vit mon
oratoire, elle dit: J'ai une chapelle, moi aussi, vous savez;
il faut venir me voir, pour visiter mon oratoire qui sert pour


(1) WILLIAMS, p. 95.
(2) A. J. EMERICK, p. 192 sq. ; cit dans Williams, p. 96.








Ie PARTIES: LE VAUDOUX PRIMITIF


mes services. Mon mari tait un grand magicien, et tout le
haut monde venait le trouver .
Quand je me rendis chez elle, elle me montra une chambre
orne comme une chapelle, o il y avait un autel avec deux
statues et une bote correspondent notre tabernacle. On y
voyait aussi une petite chvre, qui servait pour les. rites sa-
crs et qu'elle habillait des robes les plus prcieuses, ainsi
qu'une barrique o s'entortillait un serpent entour de ru-
bans. Elle me montra quantit de magnifiques presents qu'elle
avait reus de personnel riches, de belles robes pour la chvre,
du vin, des bijoux, etc. Aprs la mort de son mari elle avait
continue son travail.
Enfin, on peut encore citer Bonsal (1), qui parole d'une adora-
tion frquente du serpent ainsi que Froude (2) et Prichard (3),
qui notent que le culte de la couleuvre est encore vivace en
Hati.
Lorsque les enfants de la brousse africaine furent arrachs
d'une manire inhumaine leur patrie et leurs demeures, dit
le Pre Williams (4), ils emportrent naturellement avec eux
leurs pratiques et leur superstitions, qui leur servirent de sou-
venirs chris du pass... Ceux qui avaient pratiqu l'ophio-
ltrie en Afrique avaient un grand advantage sur les autres.
Aprs tout ils paraissaient ne pas avoir perdu leur divinit,
car le python non venimeux (5) attendait leur arrive en Ha-
ti (6). C'tait le seul objet familiar que leur regard rencon-
trt; c'tait l'unique lien avec le pass. Naturellement quel-
ques-uns des prtres et prtresses qui se trouvaient parmi eux,
allaient s'empresser de profiter de cette coincidence.
Cependant d'ordinaire c'est plutt la couleuvre verte
d'une longueur moyenne d'un mtre, qui est l'objet du culte
en Hati, mais les autres reptiles aussi sont vnrs. E n effet,
si les Dahomens croyaient, que la morsure du python les
protgerait contre les serpents venimeux; par contre ils con-


(1) BONSAL, p. 101 ; WILLIAMS, p. 85.
(2) FROUDE, p. 343 ; WILLIAMS, p. 79.
(3) PRICHARD, p. 76 ; WILLIAMS, p. 79.
(4) WILLIAMS, p. 105.
(5) Cf. HAMBLY, p. 59; WILLIAMS, p. 81, n. 30; MERTENS, S. 8-9.
(6) SPENSER, tr. fr., p. 205.







II. VENERATION DU SERPENT EN HATI


statrent en Hati un fait certain et beaucoup plus important :
savoir que la couleuvre tue les serpents dangereux (1).
La plupart des auteurs assignment donc encore un rle im-
portant au culte du serpent en Hati (2). Au dire du Dr. Her-
skovits (3), il est raisonnable de conclure de l, qu' certain
endroits des couleuvres sont vnres et occupent une place
considerable dans les crmonies. En effet, ajoute-t-il, un
prtre de l'Arcahaie, que je rencontrai Mirebalais, m'apprit
qu'il conservait ainsi un serpent dans son temple . Cepen-
dant, de nos jours ce culte ne constitute gnralement pas une
adoration, mais simplement une vnration, car le serpent
n'est plus regard d'habitude comme la .demeure d'un esprit,
mais plutt comme son symbol (4).
De ce qui vient d'tre expos on peut dduire, qu' present
le culte de la couleuvre se pratique en some rarement
dans le pays. Nanmoins il ne faut pas oublier que la socit du
Vaudoux est secrte; qu' ces solennits, ainsi qu'on l'aura
remarqu, on ne se sert ni de tambours ni d'autres instru-
ments de musique, en dehors des grelots attachs la caisse du
serpent; et par suite que ces crmonies, ayant lieu en des
endroits carts, peuvent plus facilement passer inaperues.
Malgr tout, cette vnration ne saurait se prsenter souvent,
autrement elle aurait t note par les Amricains, qui occu-
prent le pays pendant 19 ans (1915-1934), et qui, au moins
au dbut, perscutrent le Vaudoux. Cependant, comme des
coutumes religieuses profondment enracines ne disparais-
sent que lentement, il reste encore de ce culte primitif un


(1) Ceci nous est attest par le Pre Labat, parlant de la Martini-
que (d. 't Serstevens, t: I, p. 31). De fait on ne trouve dans toute
l'le d'Hati aucun serpent venimeux. Aprs cela on comprend que
pour les Hatiens. la couleuvre soit reste le serpent par excellence.
Aussi en crole le mot couleuvre dsigne-t-il n'importe quel serpent.
(2) Parfois la couleuvre est appele maman de l'eau , c---d.
l'incarnation, la demeure de l'esprit des eaux ; et souvent les Ha-
tiens disent qu'on s'expose, en la tuant, mourir au course de l'an-
ne (AUBIN, p. 254).
(3) HERSKOVITS, p. 140.
(4) V. plus loin : Le Vaudoux en tant que religion ; et: Culte de
Dambala. Cf. supra, p. 8.







M0 Ie PARTIES: LE VAUDOUX PRIMITIF

certain respect.pour les couleuvres, que les Hatiens craignent
de tuer (). De plus, on voit souvent le serpent peint ou re-
prsent en bois dans les temples.


(1) BLAIR NILES, p. 181; HERSKOVITS, p. 141.











DEUXIME PARTIES


LE VAUDOUX ACTUEL




I

CULTE HATIEN DES ESPRITS

EN GNRAL



Religion du Dahomey

Le Vaudoux primitif d'Hati, ou culte de la couleuvre,
s'est modifi peu peu, et a volu vers l'animisme ou vn-
ration des esprits. Pour saisir ce dveloppement, ainsi que
la nature du Vaudoux actuel, il est ncessaire de nous ren-
seigner tout d'abord sur la religion du Dahomey. En effet,
l'volution hatienne du Vaudoux plonge ses racines dans les
traditions de cette contre.
Les Dahomens, comme la plupart des peuples de l'Afrique
occidentale, admettent l'existence d'un Dieu unique, Maou,
crateur de l'univers. Mais sa puissance est pour eux incom-
prhensible et inexplique. Ils ne le regardent pas comme
l'auteur du bien et du mal, comme le dispensateur de la sant
et du bonheur, des maladies et des calamits. Voil pourquoi
il n'est reprsent par aucune image (1) et n'a aucun temple
o on le glorifie. On ne le prie pas, et on ne lui offre pas de
sacrifices; son nom n'est prononc que dans quelques ex-
clamations ou invocations (2). C'est que les peuples primitifs,


(1) VAN WING, t. II, p. 35.
(2) Cf. CHANTEPIE DE LA SAUSSAYE, Bd. I, S. 179-182.








Ile PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


sentant leur petitesse, regardent l'Etre supreme comme trop
lev au-dessus d'eux pour s'occuper de leurs affaires ; selon
eux, il ne pense qu' sa propre batitude, l'instar des anciens
rois africains (1). Cependant Maou exerce la justice, car il a
un aide qui note toutes les uvres des hommes, au moyen
d'un bton ; sur l'un des bouts de celui-ci il marque les bonnes
actions, et sur l'autre les mauvaises (2).
Dieu a confi le gouvernement du monde des esprits,
dous de certain pouvoirs et pouvant s'en servir leur gr
pour prsider aux destines humaines (3). Dans l'ide des peu-
ples primitifs, ce ne sont pas proprement parler des inter-
mdiaires, mais plutt des agents libres et indpendants, ca-
pables de faire le mal. Par suite d'un anthropomorphisme gros-
sier, on considre ces esprits comme dous de la personnalit
et de passions humaines (4). Cependant ce ne sont pas des
dieux proprement dits, car ils ne peuvent pas crer, ils ne
sauraient donner la vie (5). Ces esprits sont appels vodoun.
Le noir, se sentant faible et ayant besoin de soutien, aime
avoir ses dieux prs de lui, sous une forme matrielle (6).
Voil pourquoi il a invent les ftiches, (7) qui sont des sculp-
tures de bois ou des figurines de terre. Le ftiche n'est pas le
dieu, mais il est la demeure ou la representation du gnie (8).
Il n'y a gure entire le ftiche et l'idole des Grecs et des Ro-
mains que la seule difference de la perfection artistique de
cette dernire (9). Le ftichisme n'est pas de l'idoltrie au


(1) GOUVERNEMENT GN., p. 95 ; DORSAINVIL, V. et N., p. 32 ;'WIL-
LIAMS, p. 26, 54; SCHNEIDER, S. 21, sq. ; LE HRISS, p. 92 sq., QU-
NUM, p. 65 ; DENNETT, p. 166-168.
(2) SKERTCHLY, p. 461; DORSAINVIL, V. et N., p. ,167 ; V. et Ml.,
p. 11.
(3) Sur le culte des esprits dans la Nigria, cf. MOCKLER-FERRYMAN,
p. 253; au Cameroun, cf. VILBOIS, p. 79-82. V. NASSAU, p. 36-39.
(4) SKERTCHLY, p. 465; GOUVERNEMENT GN., p. 95; LE HRISS,
p. 96; CHANTEPIE DE LA SAUSSAYE, Bd. II, S. 333.
(5) BAUDIN, d. flam., p. 12.
(6) SCHNEIDER, S. 24, 228.
(7) Du portugais feitiao (fetiso), charme, enchantement,. objet
ayant quelque chose de divin ; driv du latin factitius, fabriqu.
(8) V. supra,- p. 8. Cf. l'article Ftichisme dans le DICTION. DE
THOL. CATH., t. V, 1913, col. 2191-2195.
(9) Mgr A. BRos, p. 49, note 1.








I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


sens propre, c.--d. adoration, homage supreme rendu con-
sciemment une creature; on vnre le ftiche, on ne l'adore
pas (1). Cependant beaucoup de personnel ne distinguent pas
entire le ftiche ou l'idole et l'esprit qui l'habite, et voient
dans le ftiche le dieu mme; et par consquent leur hom-
mage est une idoltrie proprement dite (2).
Ces esprits reprsentent les lments physiques du monde,
car le ftichisme est le cylte des forces de la nature. L'homme
des premiers temps tait sans cesse en presence de la nature,
dit Fustel de Coulanges (3). Son regard tait charm par ses
beauts ou bloui par ses grandeurs. Il jouissait de la lu-
mire ; il s'effrayait de la nuit, et quand il voyait revenir la
sainte clart des cieux (4), il prouvait de la reconnaissance.
Sa vie tait dans les mains de la nature; il attendait le nuage
bienfaisant d'o dpendait sa rcolte; il redoutait l'orage
qui pouvait dtruire le travail et l'espoir de toute une anne.
Il sentait tout moment sa faiblesse et l'incomparable force
de ce qui l'entourait. Il prouvait perptuellement un mlange
de vnration, d'amour et de terreur pour cette puissante
nature.
Comme l'homme primitif tait incapable de gnraliser et
d'attribuer toutes ces manifestations un tre unique, il
divinisa chacune des forces naturelles, et anima chaque l-
ment par un esprit, qu'il tcha de se rendre favorable par des
sacrifices. C'est ce que firent non seulement les Noirs de
l'Afrique, mais aussi les Grecs (5), les Romains (6), les Per-
ses (7), les Germains (8), les Celtes (9), les Japonais (10).

Le nombre des ftiches est considerable au Dahomey. En
effet, toute manifestation d'une force de la nature que l'indi-
gne ne peut dfinir, tout phnomne qui dpasse son ima-
gination ou son intelligence, devient pour lui un ftiche ou

(1) Cf. EDNA TAFT, p. 244 ; QUNUM, p. 68.
(2) QUNUM,. p. 66; LAFFITTE, p. 117; TEILHARD DE CHARDIN,
p. 155; DESRIBES, p. 174; SCHNEIDER, S. 170, 194, 227.
(3) F. DE COULANGES, 1. III, ch. 2, le d., p. 148; 22e d., p. 136.
(4) Sophocle.
(5) J. BRICOUT, t. I, p. 310. (6 HUBY, p. 487-488.
(7) HUBY, p. 303. (8) HUBY, p. 584.
(9) HUBY, p. 552 ; BRICOUT, t. I, p. 397. (10) HUBY, p. 202, 217.
Hati. III. 3.








IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


esprit (1). Il en est ainsi galement pour les animaux qui
l'tonnent par leur vigueur ou leur beaut.
On distingue les bons et les mauvais esprits. Quant aux
bons gnies, le noir du Dahomey (comme d'ailleurs tout
Africain) s'en soucie [peu, car, se dit-il, .ils sont obligs
de faire le bien quand mme. Mais il s'inquite des esprits
mauvais, et sa vie se passe les conjurer par des offrandes,
des sacrifices, des expiations (2). Jn effet, les Primitifs,
ne connaissant ni l'origine ni le but de la souffrance, ne sai-
sissent pas le pourquoi des misres de ce monde et n'y voient
pas la permission de la Providence. Ils ne se rendent pas
compete que la terre est un lieu d'preuves, devant leur servir
d'instruction et d'ducation, afin de se prparer au but ter-
nel (3).
Parmi ces esprits ou ftiches du Dahomey se trouve
Dangb, reprsent par le python, don't nous avons dj
tudi le culte (4). D'aprs les voyageurs plus anciens, tels
que Bosman et Skertchly, (5), Dangb est le plus puissant
des dieux. Comme au dire de Herskovits (6), la religion des
Yoroubas (dans la Nigria) est en relation trs troite avec
celle des Dahomens, Dangb correspond probablement
Obatala, qui chez ce people avait une puissance peu prs
illimite pour diriger le -monde, et dominant les autres es-
prits (7). Dangb, dit Paul Hazoum, (s), c'est le python
royal; il est le fils et le mesager de Maou (l'Etre Supr-
me), don't il rpartit les bienfaits entire les humans. Tout cela
nous fait comprendre le pouvoir trs grand attribu au ser-
pent Vaudoux en Hati. Dans les auteurs plus rcents (9)
qui traitent du Dahomey, Dangb est toujours rang, il est


(1) C'est un ftiche dans un sens impropre.
(2) LAFFITTE, p. 120; KERILLIS, p. 173; AUBIN, p. 252.
(3) SCHNEIDER, S. 99, 105.
(4) V. supra, p. 8-11. -Dans, la [Guyane hollandaise, le serpent
sacr ou boa constrictor, s'appelle de mme Dagow (HERSKOVITS,
Suriname Folk-Lore, p. 63-64).
(5) BOSMAN, engl. ed., p. 368, cit par Williams, p. 26. SKERTCH-
LY, p. 466.
(6) HERSKOVITS, p. 29.
(7) BAUDIN, d. flam., p. 13. (8) P. HAZOUM, p. 62, n. 1.
(9) QUNUM, p. 70; GOUVERNETMENT GN., p. 96.








i. CULTE IIATIEN DES ESPRITS EN GNRAL 35

vrai, dans la catgorie des principles divinits, mais il n'oc-
cupe plus la premiere place. C'est un signe que le ftichisme
volue au Dahomey.
Il y a, en effet, une hirarchie parmi ces gnies. Les divini-
ts de premier ordre ou grands dieux reprsentent les princi-
pales forces de la nature. A ce group appartient tout
d'abord, d'aprs l'ordre d'importance admis de nos jours:
Hvioso, le dieu de la foudre, qui est le Jupiter du Panthon
dahomen. On l'appelle encore Chango, ou d'aprs la dno-
mination usite dans son pays d'origine: Sogbo (1). C'est un
roi du Yorouba que l'on divinisa (2). En Hati il est connu
sous le nom de Chango ou de Saugo.
Sakpata est le dieu de la terre et de la variole. Puis vient
Dangb, le bon serpent; ensuite la Mer qui comprend trois
dieux: Hou ou l'ocan, ainsi que Agb (en Hati Agou) et
Agbtoh ou Avlkt, gnies qui president au movement
des vagues (3).
Les divinits de second ordre ont une relation de dpen-
dance ou d'indpendance, de conformit ou d'opposition
aux grands dieux. Les principaux sont: Fa, Legba, Ogoun
et Loco.
Fa (Ifa ou Afa) est le destin ou l'oracle; on le regarded
comme le dieu de la sagesse. Quand on veut connatre l'ave-
nir, entreprendre une affaire important, etc., on va trouver
cet esprit. La consultation se fait au moyen d'une sorte de
chapelet ou de vertbres, de coquillages, etc. ; ou bien par
des traits verticaux placs de diverse manires (4). Ce gnie,
qui vient des Nagos (Nigria) (6) est le porte-parole ou mes-


(1) Le tonnerre est un blier (agbo) qui promne sa fureur dans les
nuages. Voil pourquoi ce dieu a le blier come symbol. Puis,
Sogbo parat tre une contraction de S, Djiso ou Hvioso et d'agbo.
En outre, le bton des fticheurs du tonnerre figure une tte de b-
lier tenant dans sa gueule une hachette, au milieu de laquelle serpente
un clair (LE HRIss, p. 117-118).
(2) BAUDIN, d. flam., p. 115.
(3) QUNUM, p. 70-72; HERSKOVITS, p. 29-31 ; TEILHARD, p. 152-
173; SKERTCHLY, p. 468, 473.
(4) QUNUM, p. 74-77; DORSAINVIL, V. et M., p. 170.
(5) C'est pourquoi les noms donns aux signes dans les consulta-
tions sont nagots.








IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


sager des grands dieux, et comme tel il prvoit le destin (1).
Son interprte se nomme bokonon.
D'aprs Herskovits (2), Legba constitute l'intermdiaire
entire l'homme et les grandes divinits. On le rencontre par-
tout: devant les maisons, au centre des marchs, l'entre
des villages. C'est, dit Qunum (3), une motte de terre jon-
che de plumes de poulet et arrose d'huile de palme. Quel-
ques-uns affectent la forme humaine et ont la bouche dme--
surment bille et des tenues indcentes. Le pouvoir de
Legba est grand : il peut djouer les plans de tous les dieux,
carter les mauvais esprits, procurer des bienfaits et aussi
envoyer de grands malheurs (4). En Hati il joue un grand rle
comme dieu des entries et des carrefours.
Ogoun est regard come le dieu de la guerre, non seule-
ment au Dahomey, mais aussi en Hati et dans la Nigria (5).
Il est le frre de Chango, et son nom vient d'une rivire du
Yorouba, qui se jette dans la mer Lagos (Nigria). Une
barre de fer sert de symbole. cette divinit (6). Pendant les
guerres Ogoun demand du sang human (7).
Enfin, il y a Loco, qui a le pouvoir de gurir les maladies
et spcialement la fivre. Naturellement c'est le patron des
mdecins. Tout grand arbre est considr comme la demeure
de ce dieu, mais spcialement le hun ou fromager (mapou en
Hati) et le loko ou arbre poison, don't les feuilles servent
prparer une dcoction usite comme ordalie pour dcouvrir
les crimes (8). En Hati aussi le dieu Loco est vnr.
Les divinits de troisime ordre sont au service d'une per-
sonne en particulier, comme le dieu des jumeaux, l'ange gar-



(1) LE HRISS, p. 140; CLARI, p. 210-211.
(2) HERSKOVITS, p. 31. (3) QUNUM, p. 76.
(4) SKERTCHLY, p. 449; LAFFITTE, p. 126; SCHNEIDER, S. 115;
LE HRISS, p. 137. (5) HERSKOVITS, p. 316 ; HAZOUM, p. 56, n. 1.
(6) BAUDIN, d. flam., p. 115.
(7) BAUDIN, d. flam., p. 42; TEILHARD DE CHARDIN, p. 159;
DENNETT, p. 195.
(8) SKERTCHLY, p. 467. Le loko ou roco, Chlorophora excelsa,
est le teck d'Afrique, le roi des arbres de la fort. C'est ce qui lui a
valu l'appellation de atinsou, c.--d. arbre mle ou roi; et c'est
cause de cela qu'on l'a honor. (P. HAZOUM, p. 62, n. 3).








I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GENERAL


dien de chacun. A cette classes appartiennent les anctres,
ainsi que les hros ou demi-dieux et surtout les rois difis (1).
Il faut cependant noter qu'il n'y a pas d'unit de culte au
Dahomey. Chacun choisit son protecteur cleste, et en change
quand il lui plat (2).
Il nous suffira pour le moment d'avoir donn ces notions
gnrales concernant la religion dahomenne. Quant aux
diverse particularits concernant les prtres,'les initiations,
les temples, etc., nous en traiterons au fur et measure de no-
tre sujet.

La religion de la plupart des peuples noirs de l'Afrique
est donc le ftichisme, qui est la matrialisation des esprits.
Cependant tous les gnies ne sont pas reprsents par un ob-
jet sensible, et voil une forme plus releve de culte, savoir
l'animisme, qui est galement trs rpandu dans l'Ouest afri-
cain.
Quelle est la nature de ces esprits, dans l'ide des Afri-
cains? Les dieux sont des tres suprieurs, qui possdent
plus de puissance et d'habilet que les autres tres, tout en
ayant des caractres matriels trs prononcs. Ils ressemblent
aux hommes, car ils ont de bonnes et de-mauvaises passions.
En outre, ils ont les mmes ncessits, les mmes besoins
que nous. Il faut donc les nourrir, et voil pourquoi on leur
offre des aliments en sacrifice (3). Il en tait de mme dans
l'antiquit classique. La religion d'Homre, dit le Pre
J. Huby, S.J. (4), c'est l'efflorescence de l'anthropomorphisme.
Les dieux d'Homre sont donc des hommes idaliss (5).
Le noir, remarqu Schneider, (6) se laisse aller facilement
au conteteement de ses inclinations sensibles; rarement il
sacrifiera un plaisir sensible pour une jouissance spirituelle.
Et par contre, sa philosophie de la vie est .toute spirituelle;
elle voit partout des esprits, ... derrire toutes les choses et
tous les vnements qui ne sont pas trs ordinaires.

(1) QUNUM, p.77. (2) Mgr. BOUCHER, p.104; J. LAFFITTE, p.123.
(3) A. BRos, p. 113. Les Hatiens pensent de m-ne (BONNAUD,
p. 185 ; HERSKOVITs, p. 220). (4) HuBY, p. 448-449.
(5) Quant au pouvoir de ces esprits, voir plus loin: Le Vaudoux
en tant que religion verss la fin),
(6) SCHNEIDER, S. 101.








IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


Cependant ces esprits ne sont pas des creations panthisti-
ques, en ce sens que le noir attribuera l'eau, au feu, aux
animaux, etc., une vie plus leve. Mais il croit qu'il y a des
esprits personnel qui peuplent l'univers et qui rglent toutes
choses comme il leur plat. Quelques-uns se cachent dans les
mers, les fleuves, les montagnes, et ne paraissent gure: ce
sont les esprits les plus levs. D'autres s'unissent diffrents
objets, peu prs comme l'me est unie au corps. Voil pour-
quoi on regarded certaines choses comme demeures ou incar-
nations de gnies. L'esprit opre dans tel objet, comme l'me
dans le corps. Mais l'esprit peut s'en sparer et aller habiter
un autre objet (1).
La vie intime du noir se passe dans un changement rapide
de diverse impressions. De mme dans sa vie naturelle le
noir n'est pas tellement frapp par les vnements qui ont
lieu rgulirement dans la nature, mais surtout par les
changements qu'prouve l'ordre rgulier, par les vnements
subits, les contradictions apparentes, les interruptions : clair,
tonnerre, orage, pluie, surtout maladie (2) et mort. Voil ce
qui meut le sentiment rveur de cet enfant de la nature, qui
ne souponne rien des lois cosmiques ; c'est ce qui lui fait
voir en-tout cela l'action des esprits. Au lieu de rflchir sur
les causes de ces vnements, il suppose partout l'influence
de forces surnaturelles (3).
Schneider (4) rsume comme suit la mentality religieuse des
noirs de l'Afrique. Les ides et les usages des Primitifs
prouvent que les noirs aussi font dpendre leur sort, leur
bien-tre particulier et le bien gnral, de la faveur d'tres
suprieurs. Le noir accomplit la volont des puissances
clestes comme une loi sainte et strict, qui domine'la voix
de ses plus fortes passions. Volontiers le Primitif se laisse
aller ses bas instincts ; il veut possder et jouir; mais par
ailleurs il cherche de toute manire connatre la volont
des dieux, et s'y conforme par les plus grands renoncements.


(1) SCHNEIDER, S. 102. Ceci regarded l'animisme, car dans le natu-
risme, l'esprit est insparable de l'objet, par ex. du fleuve, du ro-
cher, etc.
(2) A. RVILLE, t. I, p. 94. (3) SCHNEIDER S. 103-104.
(4) SCHNEIDER, S. 167.







I. CULTE IIATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


Il s'efforce d'apaiser les esprits, mme en s'imposant toutes
sortes de sacrifices ; il content mme leurs caprices les plus
tonnants avec une scrupuleuse fidlit.
De l l'auteur conclut (1), que l'Africain a vraiment le sen-
timent du devoir. Il obit sa conscience, qui, il est vrai,
est dirige par la superstition, mais ne s'en appuie pas moins
sur une croyance religieuse.

Diffrentes espces d'Esprits en Hati.

La religion du Vaudoux dans la colonie franaise de Saint-
Domingue consistait principalement dans la vnration de
la couleuvre, don't nous avons parl. Cependant ce culte
comportait aussi d'autres-pratiques, ainsi que nous voyons
dans le texte suivant de Descourtilz (2), crivant peu d'annes
aprs M. de Saint-Mry.
Ayant beaucoup entendu parler d'une secte appele vaudou
Saint-Domingue et don't les runions avaient lieu sur notre
habitation, j'interrogeai, dit l'auteur, une ngresse intelligence
qui y tait affilie.
Les vaudoux (c.--d. vaudouistes) appartiennent diff-
rentes nations ngres, me dit Finette; leurs runions ils
sourient en se rencontrant, se heurtent avec rudesse, et les'
voil tous deux en crise, les pieds en l'air, hurlant et cumant
comme des btes froces.
tant jeune, je fus introduite un jour dans le cercle. Le
chef de la horde ordonna l'un de ces convulsionnaires de
prendre dans ses mains un carbon allum qui sembla ne pas
le brler; un autre se laissa enlever des lanires de chair
avec des ongles de fer et ne parut pas souffrir.
Dompte (3) (c'est le nom du chef tout-puissant de la horde
fanatique) a, disent-ils, le pouvoir de dcouvrir de ses yeux,
et malgr tout obstacle matriel, tout ce qui se passe, n'im-
porte quelle distance. Les incertains, ceux qui n'ont pas
confiance, sont punis par le poison que Dompte emploie
souvent. D'ailleurs les vaudoux se vengent aussi par la magie.

(1) SCHNEIDER, p. 168. (2) DESCOURTILZ, p. 115-119.
(3) Sans doute Don Pedro, don't nous parlerons plus loin, propos
du Sacrifice Ptro.








IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


La nation hatienne tant compose d'hommes issues de
diverse tribus africaines, emmenes autrefois en esclavage,
la religion du pays est ncessairement un mlange de diverse
pratiques religieuses (1), parmi lesquelles le culte dahomen
du serpent a obtenu la prminence cause de sa forte or-
ganisation.
La fusion de ces divers lments s'est opre peu peu (2).


UNE RENCONTRE DE MISSIONNAIRES D'HATI.
(Quelques Pres Montfortains Jean-Rabel, avec un ami hatien.)


(1) AUBIN, p. 47; WILLIAMS, p. 91, n. ; TROUILLOT, p. 28; E.
TAFT, p. 242-244.
(2) Sur cette fusion, voir HERSKOVITS, p. 292-305.







I, CULTE HAITIEN DES ESPRITS EN GENERAL


D'aprs le Dr. Price Mars (1), l'unification n'tait pas encore
faite en 1760. Il tire cette conclusion d'un document dat
de cette poque et traitant des complots des noirs. Il y est dit,
que tous les esclaves n'adoraient pas les mmes dieux et par
suite se dnonaient l'un l'autre. Ceci avait lieu, quand quel-
qu'un, ayant t en extase au course d'une danse, prtendait
avoir reu d'un esprit l'ordre de commencer quelque entre-
prise.
Cependant, moins de 30 ans plus tard, ajoute le mme au-
teur (2), nous trouvons sous le nom de-Vaudoux une religion,
don't M. de Saint-Mry a t le premier nous donner une
description dtaille et reste clbre.
Le Vaudoux continue voluer. Ncessairement il devait se
modifier et mme se partager en diverse sectes, sous l'impul-
sion de l'un ou l'autre chef exerant une grande influence
sur ses compagnons d'esclavage. Tel fut le cas de Don Pedro
en 1768. Il garda la vnration du serpent, mais le movement
de la danse fut acclr, et la chvre on substitua le porc
comme victim. C'est ce que nous voyons dans la scne du
Bois-Caman (3), o Boukman excita ses compatriotes se
soulever contre les colons (4).
Puis, peu peu le culte de la cauleuvre diminua, sans
doute en consequence des relations de la rpublique d'Hati
avec les nations d'Amrique et d'Europe, come cela eut lieu
au Dahomey. Par suite, la vnration des divers esprits hono-
rs au Dahomey, et ailleurs dans l'Afrique occidentale, prit
une extension toujours plus grande. De nos jours le Vaudoux
hatien consiste principalement dans ce culte des esprits.
C'est donc une vraie mythologie ('), comme chez les Grecs
et les Romains. Ainsi on arrive pratiquement une sorte de
polythisme, consistent surtout dans l'adoration des forces
de la nature.



(1) PRICE MARS, Une tape, p. 113 ; WILLIAMS, p. 89.
(2) PRICE MARs, Une tape, p. 114; WILLIAUS, p. 99.
(3) Scne raconte plus loin, propos du Sacrifice Ptro.
(4) WILLIAMS, p. 105, 210.
(5) AunIN, p. 46, dit que c'est un panthisme, mais ceci n'est pas
exact, d'aprs ce que nous avons vu plus haut, p. 38.







IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


Les dieux ou esprits qu'on vnre en Hati sont en grand
nombre. Dorsainvil (1) donne une liste d'environ 100 noms,
tandis que Herskovits (2) en mentionne peu prs 130. C'est
la tribu des Fons qui a fourni les plus nombreuses et les plus
importantes divinits, entire autres: Dangb ou Dambala,
Legba, Azan, Ada Oueddo, Loco, etc. Des Nagos du Yorou-
ba vinrent Saugo et Ogoun.
Comme on n'invoque pas partout les mmes dieux, et que
le culte d'un dieu dtermin diffre quelquefois d'un temple
l'autre, il est trs difficile de donner un aperu systmatique
de cette matire (3). Cependant on peut distinguer d'une
faon gnrale trois categories d'esprits : 10 les dieux ou purs
esprits, esprits proprement dits; 20 les mes dsincarnes,
savoir les morts, surtout les anciens prtres ; 30 les esprits
des jumeaux (4). Dans la plupart des crmonies on honore
sparment ces trois classes.
Pour ce qui regarded les honneurs rendus aux dieux, il y a,
d'aprs Aubin (5), qui a voyag partout en Hati, deux rites
principaux, don't chacun constitute un culte special: le rite
de Guine et le rite Congo . Dans chaque rite il y a des sub-
divisions, qui correspondent aux diverse tribus de ces pays.
Au rite de Guine se rattachent les branches Arada, Nago et
Ibo. Ce rite reprsente un culte plus doux, qui admet beaucoup
d'esprits du bien. Les subdivisions du rite du Congo, en usage
surtout dans le Sud, sont : Ptro, Caplao (6), Mondongue,
Canga, etc. Dans ce rite les divinits sont plus frquemment
mchantes, ce sont d'habitude des tres impitoyables qui ne
respirent que la vengeance et sont altrs de sang. Ces esprits
sont rputs plus forts, mais aussi plus exigeants.
D'aprs Herskovits (7), qui a tudi le Vaudoux surtout
Mirebalais, les deux rites s'appellent Rada (ou Arada) (8)
et Ptro. Ceci concorde donc peu prs avec la classification
prcdente, o ces noms sont donns des subdivisions.


(1) DORSAINVIL, V. et N., p. 174. (2) HERSKOVITS, p. 310-313.
(3) HERSKOVITS, p. 309. (4) Cf. HERSKOVITS, p. 200.
(5) AUBIN, p. 48-49. (6) Cf. HERSKOVITS, p. 325.
(7) HERSKOVITS, p. 149-150 ; SEABROOK, engl. ed. Notes, p. 317-318.
(8) L'ancien royaume d'Ardra, maintenant la ville d'Allada, au
Dahomey (HERSKOVITS, p. 149, 267, 345).








I CULTE HAITIEN DES ESPRITS EN GNRAL 43

Les esprits sont connus sous la denomination gnrale de
lois , que la plupart des auteurs drivent du franais rois ,
mais qui serait un mot congolais : loa , si on en croit le
Dr. Dorsainvil (1). On les appelle galement: saints, anges,
mystres, invisibles . Quant leur nom propre, ils l'emprun-
tent aux dieux du Dahomey (par ex. Legba, Agou, Loco),
d'anciens rois de l'Afrique (Saugo), ou aux endroits o ils
furent diviniss ou spcialement honors (Dambala), tandis
qu'il y en a mme quelques-uns qui sont d'origine hatienne
(Criminel Ptro). Quelquefois on ajoute devant le nom un des
titres suivants : matre ou matresse, papa ou maman, monsieur
ou madame (2).
Ces lois cependant ne sont pas des dieux proprement dits,
c'est--dire des tres tout-puissants ;ils remplissent la function
d'intermdiaires entire Dieu et les homes, ou mme d'esprits
jouissant d'une certain indpendance, comme chez les peu-
ples primitifs de l'Afrique (3). C'est dans ce sens qu'on doit
prendre le mot dieu dans les pages qui suivent. En effet,
les Hatiens, comme les Dahomens, ne connaissent qu'un seul
tre Suprme. Ils parent souvent du Bon Di , et dans les
ceremonies du Vaudoux on invoque le Grand Matre (4).
Cependant l'Etre Suprme ne constitute pas l'objet direct
de l'adoration; le culte ne s'adresse immdiatement qu'aux
esprits (5).
La residence habituelle des dieux est la Guine. C'est dans
ce pays aussi que retournent les morts. La Guine forme donc
le ciel des vaudouistes, car c'est la patrie des anctres. Ce-
pendant certain dieux prfrent demeurer sur de vieux
arbres, comme Legba et Gud (6). D'autres divinits encore
habitent dans l'eau, tels que Dambala et Azan (7). Quant
Bossu et Simbi, ils sjournent habituellement sur les mon-
tagnes (8).

(1) DORSAINVIL, V. et N., p. 158.
(2) AUBIN, p. 49 ; cit dans WILLIAMS, p. 104.
(3) V. supra, p. 32, 37.
(4) HERSKOVITS, p. 199; DORSAINVIL, V. el N., p. 36; ZORA
HURSTON, p. 153, 168.
(5) PIERRE BOUCHE, p. 109. Cf. supra, p. 8.
(6) V. infra, Vnration des arbres. (7) HERSKOVITS, p. 316.
(8) HERSKOVITS, p. 319.








IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


Parmi les dieux, Dambala, Legba, Ogoun, du rite de Gui-
ne, sont vnrs partout. Dans le rite du Congo on range :
Baron Samedi et Gud. Beaucoup de dieux sont reprsents
par des peintures, et quelques-uns par des symbols (barque,
serpent). Ensuite, chaque esprit a son caractre special et
des attributes qui lui sont propres (1).
Nous allons donner present quelques notions gnrales
concernant les principles divinits, d'aprs les indications
qui nous sont fournies par diffrents auteurs (2), en reservant
pour plus tard des dtails plus circonstancis.
Dambala, le premier des esprits, a comme symbol le ser-
pent ; il est le dieu des sources et s'appelle mat' dio ou
matre de l'eau. Son nom, dit le Dr. J. C. Dorsainvil (3), est
une contraction de Dangb (4) (le dieu dahomen du bien) et
d'Allada, une des principles villes du Dahomey, o le serpent
tait particulirement vnr. Autrefois, ainsi que nous
l'avons vu dans Moreau de Saint-Mry (5), on considrait
plutt le serpent comme le plus grand des esprits, come un
tre pour ainsi dire tout-puissant; maintenant on le regarded
de prfrence come le dieu des sources et des rivires (6).
Pour honorer Dambala, on porte des habits blancs et des
colliers blancs, et on lui offre des poules blanches, du riz, du
lait et des ceufs (7). Avec sa femme Ada Oueddo (8), galement
reprsente par la couleuvre, et don't les couleurs sont le bleu (9)
et le blanc, Dambala forme l'arc-en-ciel, appele arc d'alliance
entire les deux (10). Le serpent, aprs une longue existence sur
terre, monte au ciel, o il devient le mtore en question. L
il ne parat que quand il a besoin de boire, et alors il repose
sa queue sur la terre et plonge sa bouche dans l'eau (11), prs


(1) AUBIN, p. 50; HERSKOVITS, p. 314; DORSAINVIL, V. et N.,
p. 38 ; ZoRA HURSTON, p. 120 ; EDNA TAFT, p. 245.
(2) AUBIN. p. 49-50; HERSKOVITS, p. 314-319, etc.
(3) DORSAINVIL, V. et N., p. 158; V. et M., p. 16.
(4) Cf. supra, p. 34. (5) V. supra p. 14.
(6) AUBIN, p. 49. (7) HERSKOVITS, p. 315.
(8) Ou Oudo. L'orthographe de tous ces noms est trs diverse.
(9) En sa quality d'pouse de Dambala, roi du firmament.
(10) HERSKOVITs, p. 316. En dahomen aydo-houedo signifies: arc-
en-ciel (QUNUM, p. 71 ; P. HAZOUM, p. 40, n. 4).
(11) BAUDIN, engl. ed., p. 45 ; WILLIAMS, p. 55,








I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


de laquelle se trouve Dambala, qui le soutient pour qu'il ne
tombe pas dans la rivire (1). D'aprs une autre tradition,
Ada Oueddo est la femme de Dambala Oueddo, descendant
de Dambala, et constitute avec lui les anctres du genre hu-
main (2).
Aprs Dambala, c'est Legba (3) qui est le dieu le plus en
vogue. Non seulement il est le gnie de la fcondit, mais il
remplit aussi le rle de garden des carrefours, des grande
routes, des entres ou barrires de chaque maison, jardin
ou temple. Quand on clbre une solennit en l'honneur de
quelque dieu, il faut d'abord appeler Legba (4), pour ouvrir
la barrire , et laisser pntrer les esprits dans le temple, afin
de prendre possession de leurs fidles. A cette occasion on
allume un feu ou boucan (5) en son honneur (6). Il sjourne
sur le cirouellier (7), sorte de prunier, et mange une espce
de poule bigarre, appele poule zinga (s).
Comme dieu de la guerre ou Mars hatien on vnre Ogoun (9),
qui est figure cheval, tel un gnral d'arme (10). En son
honneur on prend des vtements rouges ; on lui fait des obla-
tions de coqs rouges et de haricots rouges avec du riz. Il pro-
tge ses fidles contre les balles et contre les blessures causes
par les armes feu. Ogoun forme tout un group de dieux,
qui sont frres entire eux. Parmi ces esprits se distinguent sur-
tout: Ogoun Badagri, Ogoun Batala et Ogoun Balandjo.
Le premier accord le don de prophtie; le deuxime apprend
prparer des bains salutaires; le dernier est le patron des
voyageurs. Parfois on compete Ogoun parmi les divinits
Ptro (11).
Au rite Ptro appartient Baron Samedi (2), le premier

(1) HERSKOVITS, p. 31. (2) AUBIN, p. 50.
(3) HERSKOVITS, p. 160, 314-315; ZORA HURSTON, p. 133-134,
152, etc. (4) ZORA. HURSTON, p. 134, 152.
(5) Boucan, feu prpar par les chasseurs de buffle (boucaniers)
dans la colonie de Saint-Domingue, pour rtir la viande.
(6) HERSKOVITS, p. 160, 180. (7) De l'espagnol ciruelo, prunier.
(8) ZORA HURSTON, p. 153.
(9) Ogoun est un fleuve de la Nigria, et Badagri une ville de ce
pays.(HERSKOVITS, p. 267).
(10) SEABROOK, engl. ed. p. 54; tr. fr., p. 60.
(11) HERSKOVITS, p. 316.
(12) SEABROOK, engl. ed., p. 87; tr. fr. p. 97.








1Ie PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


d'entre eux, qui est vnr spcialement le dernier jour de la
semaine, ainsi que son nom le donne entendre. Il est dou
galement d'un grand pouvoir, car il est le dieu de la mort et
le Matre du cimetire ; il demeure prs de la grande croix
du champ de repos.
En quality d'aide principal et de fossoyeur il a Gud, qui
habite sur le mapou , et qui est si puissant qu'il peut pr-
server ses dvots d'une mort prmature, malgr les ordres
de son chef. Ceci arrive, quand Gud refuse de creuser une
fosse pour quelqu'un (1). Ces deux gnies ont pour couleur le
noir.
Parmi les autres dieux on compete : Saugo, l'esprit de la
foudre, comme au Dahomey ; il a pour symbol le blier (2).
C'est lui qui envoie du ciel des pierres dans le jardin de ses
prtres prfrs. Au Dahomey on dit que la foudre, pour
abattre un arbre, y lance sa hache, qu'elle descend ramasser,
aussitt le but atteint. Quelquefois dans sa precipitation pour
remonter au ciel, elle laisse la hache, que les hommes ramas-
sent pour en faire des grigris ou amulettes (3).
Nous signalerons encore : Badre, l'ole hatien ou gnie
du vent; Agou (4), le Neptune indigne ou dieu de la mer,
figure par une barque'; Ouangol ou le roi d'Angola, dieu de la
terre, etqui pousse une paire de beufs (5). Ensuite il y a Loco,
qui est le protecteur des bois; il fume une pipe et porte un
ventail. Il est un des esprits qui donnent au prtre la sagesse,
ainsi que la connaissance des remdes et des herbes qu'il
faut employer dans les diverse maladies. Il aime beaucoup
le rhum et on lui offre un coq gris. De ces divinits, Badre et
Ouangol appartiennent au rite du Congo; tandis que Saugo,
Agou et Loco sont rattachs tantt au rite de Guine,
tantt au rite du Congo. Il faut noter qu'Agou et Loco vien-
nent du Dahomey, comme nous l'avons dj dit (6).

(1) HERSKOVITS, p. 318; ZonA HunsTON, p. 210-214; CRAIGE,
B. B., p. 81.
(2) HERSKOVITS, p. 281 ; V. supra, p. 35, n. 1.
(3) HAZOUM, p. 58, note 3.
(4) Agou est une ville du Togo sur la Cte des Esclaves (PIERRE
BOUCHE, p. 123).
(5) SEABROOK, engl. ed., p. 55 ; tr.fr. p. 60; AUBIN, p. 49.
(6) V. supra, p. 35, 36, 43.








i. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GENERAL


Mentionnons encore quelques noms de divinits. Dans le
rite Rada on signal: Azan, Golimin, Chad ou Achad,
Agasou (ancien roi du Dahomey), Ezile; dans le rite Ptro :
Bossu, Kita(1), Zandor, Ossange et Simbi, dieu des grottes (2).
On trouvera des dtails plus tendus sur les dieux dans
Herskovits (3), dans Elsie Parsons (4) et dans Dorsainvil (5).
Comme les Hatiens mlent les pratiques catholiques leur
culte africain, ils ont confondu plus ou moins ces faux dieux
avec les Saints du christianisme (6). On se sert des images
sacres pour les mystres du Vaudoux; le Saint et le dieu sont
fts le mme jour. Cependant Zora Hurston (7) fait remar-
quer, que ce n'est pas une identification, mais un simple
rapprochement; c'est dfaut d'autres representations qu'on
se sert des images catholiques.
Ainsi Loco a t compar saint Jean-Baptiste, Ogoun
saint Jacques le Majeur-(8) ; les rois du Congo sont reprsen-
ts par les trois Mages. Saint Patrice, qu'on figure chassant
les serpents d'Irlande, est la personnification de Dambala;
saint Pierre, qui porte les clefs du ciel, doit figure Legba,
le garden des entres (9). Ensuite la desse Herzulie est rap-
pele par sainte Anne, le dieu Ouangol par S. Louis, roi de
France, et Agou par S. Expdit (10).

(1) Kita, prs d'Agou, est une ville du Togo (PIERRE BOUCHE,
p. 123). (2) HERSKOVITS, p. 271.
(3) HERSKOVITS, p. 314-319.
(4) ELSIE PARSONS, Spirit cult, passim.
(5) DORSAINVIL, V. et N., p. 158-160.
(6) AUBIN, p. 50 ; HERSKOVITS, p. 278-280.
(7) ZORA HURSTON, p. 120.
(8) AUBIN, p. 335-336, et SEABROOK, engl. ed., Notes, p. 292-293,
racontent les abus qui eurent lieu ce sujet dans une glise catho-
que ( la Plaine-du-Nord). Cf. BLAIR NILES, p. 53; Mgr. HILLION,
Visites, p. 63-66 (glise et statue de S. Michel).
(9) Pour S. Patrice et S. Pierre, V. WIRKUS, tr.fr., p. 171.
(10) S. Expdit est un martyr d'Armnie, qu'on fte le 19 avril.
Au commencement du xixe sicle, il fut invoqu beaucoup en France,
en Italie et ailleurs pour des affaires urgentes, cause de son nom.
On ne connat aucun dtail de sa vie, si ce n'est sa quality de soldat.
Peut-tre a-t-on fait de lui le patron des marines, parce que pour les
paysans hatiens la navigation est le mode de transport le plus rapide.
S. Michel, archange, terrassant le dmon, est sans doute un autre
sosie d'Ogoun, dieu de la guerre (Cf. DORSAINVIL, V. et M., p. 16).








IIe PARTIES : LE VAUDOUX ACTUEL


Mais dans cette assimilation des dieux aux Saints catho-
liques, il n'y a pas non plus d'unanimit parmi les prtres du
Vaudoux et chez les auteurs. Ainsi dans le Nord, d'aprs ce
que nous assure le Dr. Price Mars (1), c'est Grande Mambo
Batala qui serait reprsente par sainte Anne, tandis qu'Agom-
me Tonnerre serait figure par S. Jean-Baptiste, et Legba
par S. Antoine ermite. En certain endroits Loco est assimil
saint Joseph (2).
Chaque dieu a son chant particulier, qu'on faith entendre, en
dansant, ses solennits; le texte en est extrmement simple
et la mlodie lente, grave et peu varie (3). Les paroles sont
gnralement croles, mais dans les runions trs secrtes on
emploie des terms dahomens. Quant la musique, elle d-
note une origine africaine et a t conserve par tradition.
Voici un spcimen en crole de ces chants (4).

CHANT A LEGBA




Bon O pi pa Le- 1 b'n-'ur i-mnounmoin-yo Bon -

-T




ou con "man non ye --m pe mA1 ue ci, _n man non



our bo n jour pi- pa Le mu La timoiunniin). m .. n eo '

Extrai de Zora Hurston, Tell my Ihorsc (Voodoo Gods). Avec l'autorisation
de l'diteur, Lippincotl Co., Philadelphia.

Probablement il faut lire le texte come suit: < Bonjour,
papa Legba. Bonjour, ti mounes moin yo. Bonjour, papa


(1) PRICE MARS, Ainsi, p. 180. (2) ZORA HURSTON, p. 156.
(3) DORSAINVIL, V. et N., p. 162. (4) ZORA HURSTON, p. 255.








I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GiNRAL


Legba. Bonjour, ti mounes moin yo. Map mand nous,
comment nous y. ,Map mand nous, comment nous y. -
Bonjour, papa Legba. Bonjour, ti mounes moin yo.
Ce qui se traduit ainsi: (Les fidles). Bonjour, papa Legba.
- (Le dieu). Bonjour, mes petits enfants. (Les fidles).
Bonjour, papa Legba. (Le dieu). Bonjour, mes petits
enfants. Je vous demand comment vous allez. Je voudrais
savoir comment vous vous portez. (Les fidles). Bonjour,
papa Legba. (Le dieu). Bonjour, mes petits enfants.
Dans Aubin (1) nous trouvons un autre chant Legba.
Legba nan houmfo' moin (3 fois).
Ou-mmes qui mt chapeaux
Nan Guinin, par soleil pou' moin.
Ce qui signifie: Legba est dans mon temple, ce dieu me
possde, est en moi. Me voici en Guine; vous autres qui por-
tez chapeaux, prservez-moi des ardeurs du soleil qui est si
chaud en ce pays.
Voici encore deux autres chants croles, l'un en l'honneur
de Dambala, l'autre adress Ibo, et rapports par Sea-
brook (2), qui en reproduit galement la musique. Nous croyons
pouvoir restituer les textes comme suit.
Chant Dambala. Dambala Oueddo, h Klmanyan.
Oh! grand merci, Oueddo, oh! Klmanyan. Oh! nan point
jou' m' pas song loi moin. Abobo
Traduction. Dambala Oueddo, h! Klmanyan. Oh!
Merci beaucoup, Oueddo, oh! Klmanyan. Oh! il n'y a pas
de jour que je ne songe mon dieu. Ainsi soit-il!
Chant Ibo. - Ibo, li l. Ibo, li l sang. Ibo, a ou port
pou' moin? Ibo, c moin ou ou.
Traduction. < Ibo, il est temps. Ibo, c'est l'heure du sang.
Ibo, qu'apportez-vous pour moi? Ibo, c'est moi que vous
voyez.
Souvent aussi les dieux prfrent une couleur spciale, qui
sera celle des habits qu'on porte, des drapeaux qu'on agite et
ordinairement des animaux qu'on tue en leur honneur. Ainsi
le blanc est la couleur de Dambala, d'zile et des jumeaux, le
bleu est celle d'Ossange, le blanc et le bleu celles d'Ada Oued-

(1) AUBIN, p. 50. (2) SEABROOK, engl, ed., Notes, p. 302, 318.
Hati. III. 4.








IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


do, le rouge celle d'Ogoun et d'Agou. On se sert de gris pour
vnrer Loco, et de noir pour honorer Baron Samedi, Gud,
Kita, Bossu et autres dieux du rite Ptro. Pour les morts et
le deuil en gnral on emploie le noir ou le blanc (1).
On est tenu d'honorer les dieux avec lesquels on est en rela-
tion, comme c'est le cas par example pour le dieu de la mer en
ce qui regarded les matelots; et quand ce sont des gnies m-
chants, parmi lesquels competent aussi les esprits des anctres
et des morts, on doit les apaiser et conjurer leur funeste in-
fluence par des dons et des sacrifices.
Quant la clbration de ces solennits, elle est rserve
aux prtres du Vaudoux, communment appels papalois ,
peu prs comme les desservants du culte de la couleuvre.
Leur ministre se borne-t-il aux bons lois , on dit qu'ils
servent d'une seule main ; tandis que servir des deux
mains (2) entrane galement le culte des mauvais mystres.
Les bons et les mauvais esprits ne s'accordent pas, ne descen-
dent pas ensemble sur les fidles, et doivent tre logs dans un
appartement special du temple, quand le prtre vnre les
deux classes (3).

Papalois ou Prtres du Vaudoux.

Le culte actuel du Vaudoux n'a pas d'organisation central
ni de grand-prtre commun pour tout le pays (4). Dans chaque
contre le prtre local est le chef de la secte du Vaudoux. Par
l on s'explique aisment qu'il y ait entire les diffrents tem-
ples des variations dans la manire de vnrer les dieux.
Quiconque a tudi quelque peu l'histoire de la liturgie dans
l'glise catholique, par example dans les ouvrages de Dom

(1) HERSKOVITS, p. 144, 216, 315-318.
(2) DORSAINVIL, V. et M., p. 9; HERSKOVITS, p. 223.
(3) AUBIN, p. 51, cit dans WILLIAMS, p. 104; ZORA HURSTON,
p. 160; WIRKUS, tr.fr., p. 133-142.
(4) Contrairement ce que disent SEABROOK, engl. ed., p. 117,
tr.fr. p. 133; WIRKUS, tr.fr. p. 164; CRAIGE, B. B., p. 238; BLAIR
NILES, p. 118 ; HARRY FRANCK, p. 165. Voyez HERSKOVITS, p. 333, n.
27. Au Dahomey cependant il y a un grand fticheur qui rside
Abomey, la capital, et qui est la tte de tous les prtres et pr-
tresses du pays.








I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


Guranger (1), sait combien Rome a de difficults pour main-
tenir l'unit dans les dtails du culte. Il n'y a donc pas
s'tonner qu'il y ait des divergences dans les pratiques du
Vaudoux hatien (2), quoique les grandes lignes aient t con-
serves par la tradition:
Le prtre du Vaudoux, nous dit Aubin (3), connat par hr-
dit ou par l'tude la manire d'honorer les esprits, et pour
cela il a parfois frquent pendant longtemps le service de
temples renomms, comme ceux de Logane ou de l'Arcahaie.
Lentement le papaloi s'lve dans la hirarchie du Vau-
doux, et est enfin institu par la congregation ou par un prtre
devenu trop g (4). D'ordinaire le fils succde au pre (6).
Cependant cet ordre n'est pas toujours de rigueur, non plus
que le fait d'avoir t possd par les esprits. Il n'y a qu'
s'offrir des leons thoriques et pratiques d'un matre, qu' se
faire instruire , dit le Dr. J. C. Dorsainvil (6). Ce dernier nous
assure avoir connu un jeune paysan intelligent et malin, qui
justement se faisait enseigner cet art de dtrousser sans danger
de plus sots que lui.
Quand la clbration solennelle de l'initiation a eu lieu, le
nouveau papaloi se prsente aux fidles. Possd par l'esprit,
il entonne la chanson propre au loi , qui, sa vie durant, sera
le matre-caye (7), le matre-tte , c.--d. le chef de sa
maison et son chef lui-mme, et auquel sera consacr le tem-
ple o il va entrer.
Le papaloi a droit au respect illimit de ses fidles. C'est lui
qui doit dterminer si le dieu agre l'admission d'un candidate
dans la socit ; c'est lui qui prescrit les obligations remplir,
qui accepted les offrandes et les dons, que le dieu attend comme
un hommage qui lui est d (8).
Ordinairement on peut reconnatre les prtres aux boucles

(1) Dom GURANGER, Institutions liturgiques, Paris, 1840-1851,
3 vol.; t. I, p. 127-141 ;426-476; t. II, p. 43, sv.
(2) HERSKOVITS, p. 309, 313, etc. (3) AUBIN, p. 51.
(4) Sur l'installation du nouveau prtre, cf. fin du paragraphe:
Temples du Vaudoux.
(5) DORSAINVIL, V. et M., p. 19; HERSKOVITS, p. 153; CRAIG,
B. B., p. 238; C. C., p. 132; ZoRA HURSTON, p. 144.
(6) DORSAINVIL, V. et N., p. 76; cf. id. V. et M., p. 20.
(7) Prononcez: caille; de mme pour la ville des Cayes (Sud).
(8) M. DE SAINT-MRY, t. I, p. 46.








IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


tresss dans leurs cheveux ('). De plus, ils ont d'habitude la
tte entoure d'un mouchoir rouge et portent un long collier (2)
autour du cou et des paules. Dans l'exercice de ses functions,
le papaloi se trouve souvent en costume civil ordinaire, et
mme parfois nu-pieds. Quelquefois il porte une espce de
soutane ou de manteau, ainsi qu'une tole, attache sur la
poitrine avec des rubans rouges, blancs et bleus. Parfois aussi
il est couvert d'une sorte de mitre (3).






















Extrait de Z. Hurston,, Tell my horse (Voodoo Gods); Lippincott Co.,
Philadelphia. Avec autorisation Copyright by Zora Hurston.
UN PRTRE EN COSTUME OFFICIAL.
(Il tient en main l'asson ou crcelle, ses cts se trouvent deuxporteuses
de drapeaux, et devant lui on voit les trois tambours rituels).

Aux solennitsla prtresse ou femme du prtre est vtue
avec luxe, et porte une charpe ou une ceinture rouges, ou bien
une robe blanche ou de satin rose, garnie de dentelles, une

(1) SPENSER SAINT-JOHN, tr.fr., p. 188; CRAIGE, B. B., p. 121,
256 ; C. C., p. 131.
(2) Ce collier s'appelle peut-tre aussi houngu-v, comme ceux
qui font parties du mobilier de l'autel (Cf. infra).
(3) WIRKUS, tr.fr., p. 164; ZORA HURSTON, p. 150; SEABROOK,
engl. ed., p. 34, 56, 67 ; tr.fr., p. 36, 62, 76 ; CRAIGE, B. B., p. 105.








I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


broche en or son corsage et de magnifiques boucles d'oreil-
les (1).
Les papalois mnent la vie la plus dprave ; mais comme
ils ont beaucoup d'influence et qu'on les craint trs fort, ils
peuvent faire tout ce qui leur plat (2).
La denomination, attribue au prtre du Vaudoux, n'est
pas la mme partout. Le plus souvent, et particulirement
dans les environs de Port-au-Prince (Ouest), on l'appelle
< papaloi (3), c'est--dire pre du dieu, pregnant soin de lui
et de son culte. Ailleurs, notamment dans le Sud, on le nom-
me houngan , ce qui pourtant est plus spcialement le nom
du sorcier (4). Dans ces mmes endroits on appelle gangan
un prtre particulirement clbre. On trouve galement,
surtout dans le Nord (5), la denomination de bocor , qui ce-
pendant s'applique davantage au docteur-feuilles ou empi-
rique. Quant la prtresse elle s'appelle mamanloi ou
quelquefois mambo (6).
Comme la religion catholique est trs mle au culte du
Vaudoux, ainsi que nous l'avons dj vu, il y a ct du
papaloi un pre-savane (7), qui est une sorte de chapelain
ou d'auxiliaire (8), et reprsente soi-disant le ministry catho-

(1) AUBIN, p. 101, 200.
(2) SPENSER SAINT-JOHN, tr.fr., p. 204. D'aprs le Dr. Price Mars,
Une Etape, p. 130; cit dans WILLIAMS, p. 91, n. 48, les prtres mne-
raient une vie d'austrit qui leur vaudrait la grande autorit morale
don't ils jouissent. Cette affirmation est contredite par la reputation
d'immoralit qu'ils ont en Hati, comme en peuvent tmoigner tous
les trangers. Quant leur autorit, elle repose sur la crainte qu'ils
inspirent, comme nous le verrons en traitant de l'influence du Vaudoux.
(3) HERSKOVITS, p. 333, n. 24. D'aprs J. FAINE, p. 319, ce mot
viendrait de l'africain babalaiv, qui dans les langues guino-soudanai-
ses signifie: prtre.
(4) DORSAINVIL, V. et N., p. 75, 121 ; AUBIN, p. 53.
(5) Mgr. KERSUZAN, p. 21; ZORA HURSTON, p. 271.
(6) HERSKOVITS, p. 151. Mambo est un terme africain, de signi-
fication incertaine (HERSKOVITS, p. 268). Cf. AUBIN, p. 99.
(7) HERSKOVITS, p. 157, 272, etc., l'appelle prtre-savanne. C'est
plutt pre-savane qu'on dit en Hati. En crole, prtre se traduit
par Pre. Mme aux prtres sculiers on donne ce titre, vu l'habitude
d'autrefois, o il n'y avait que des religieux vangliser le pays.
(8) Parfois on le compare au sacristain catholique, sans doute
parce qu'il conduit le chant aux processions, aux veilles etc. C'est
plutt une sorte d' assistant (auxiliaire), come on dit aux tats-







IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


lique. Il n'a pas de pouvoir sur les dieux, mais il doit former
le trait d'union entire le catholicisme et le Vaudoux. Aux dif-
frentes ceremonies il excute des chants catholiques, fait
entendre les litanies de la sainte Vierge en latin, et bnit des
maisons et de petits bateaux. Dans les trs grandes solennits,
il lui appartient d'invoquer Dieu et les Saints avant que le
papaloi ne s'adresse aux esprits.

Ajoutons, ici quelques indications concernant les fti-
cheurs ou prtres des idoles au Dahomey.
Selon les ftiches qu'ils desservent, les fticheurs et fti-
cheuses portent un costume special, et forment des categories
diffrentes. Cependant en gnral ils aiment s'habiller en
blanc. Comme insignes ils portent des amulettes, ainsi que
des colliers et des bracelets en verroterie. Afin d'en imposer
au people, ils ne frquentent pas la foule et parent une lan-
gue conventionnelle, connue d'eux seuls. Ils forment par
suite une vritable secte vivant l'cart, et leur nombre est
considerable.
Les prtres ne trahiront point les secrets de leur profession.
S'ils ne redoutent pas le ftiche, ils craignent leurs collgues,
car tout prtre des dieux connat les poisons et la manire
de s'en servir.
Ils sont habiles dans l'art d'exploiter la masse; aussi les
resources ne leur manquent -elles pas. Elles consistent surtout
dans les nombreuses offrandes faites au ftiche, et dans les
sommes que les prtres font payer leurs consultants
l'occasion de maladies ou d'autres ncessits (1).
Le ftichisme, dit Henri de Kerillis, (2) s'impose par la
magie, la ruse et la cruaut de ses prtres, et entretient ses
adeptes dans une atmosphere de peur: peur de tout ce qui
entoure l'homme, peur du surnaturel et de l'imprvu, peur
d'obscures divinits, qui parent sans cesse par l'intermdiaire
des ftiches. Dans cette peur le ftichisme puise une force de
pntration dconcertante .

Unis ; c'est--dire un prtre tranger la paroisse, qui y rend service
en remplaant un vicaire absent ou en prtant son concours l'oc-
casion d'une solennit, etc.
(1) GOUVERNEMENT GN., p. 97; QUNUM, p. 94-95; LE HRIss,
p. 132-133. (2) KERILLIS, p. 177.







I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


Cette mme crainte rgne parmi les sectateurs du Vaudoux,
ainsi que nous le verrons en traitant de l'influence de ce culte.

Initiation au Vaudoux actuel.

En beaucoup d'endroits il n'existe pas d'initiation par de-
grs dans le Vaudoux (1) ; mais dans la plaine du Cul-de-Sac (2)
(prs de Port-au-Prince) (3) et dans le Sud, on suit le crmonial
que nous allons dtailler et qui est indiqu par Dorsainvil (4)
et par Price Mars (5). Comme cette initiation, qui varie selon
les lieux, est secrte, et que les papalois sont particulirement
prudents, elle n'est certainement pas accorde pleine et en-
tire des trangers, quoique Seabrook (6) prtende l'avoir
reue. Aussi ne pouvons-nous nous empcher de sourire,
dit un.auteur hatien, le Dr. J. C. Dorsainvil (7), quand un
tranger affirme avoir t initi aux mystres du Vdou. Sa
candeur n'est alors gale que par la mystification don't il a
t l'objet (8).
Il y a quatre degrs dans l'initiation ou mystagogie : 1o le
laver-tte , qui est une sorte de baptme; 20 la promotion
au degr d'aide du papaloi; 30 la reception de l' asson ou
crcelle, insigne du prtre; 40 la reception des yeux , pour
voir dans l'avenir, ou don de prophtie. Les deux premiers
grades sont plutt symboliques et concernent les simples fi-
dles; les deux derniers confrent un pouvoir et constituent
le papaloi. D'ordinaire ces crmonies se font la Pentecte (9),
jour'de l'initiation chrtienne, c.--d. du baptme des cat-
chumnes, de leur naissance la vie surnaturelle.
Quand quelqu'un est possd pour la premiere fois par
un dieu, on appelle cet esprit bossal (10) (de l'espagnol bozal),

(1) HERSKOVITS, p. 152.
(2) Un cul-de-sac est une baie trs enfonce dans les terres (Au-
BIN, p. 1, n. 1).
(3) D'aprs AUBIN, p. 247, et ZoRA HURSTON, p. 170, le Vaudoux
fleurit surtout l'Arcahaie et Logane. Cf. aussi AUBIN, p. 54.
(4) DORSAINVIL, V. et N., p. 62, 168-169; V. et M., p. 18-19.
(5) P.RICE MARS, Une Etape, p. 172.
(6) SEABROOK, engl. ed., p. 67-69; tr. fr., p. 75-78.
(7) DORSAINVIL, V. et M., p. 18.
(8) Cf. LOEDERER, S. 208. (9) AUBIN, p. 55. Cf. Joan. 3,3-21.
(10) A Saint-Domingue, on appelait ngres bossals s, les esclaves







Ile PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


c.--d. sauvage, non baptis, non consacr. Si on ne veut pas
que ce dieu arrive des moments inopportuns, il faut le faire
baptiser. C'estHerskovits 1) qui nous dcrit cette crmonie,
que nous allons rsumer brivement. Dans Zora Hurston (2)
on trouve une description peu prs semblable.
Pendant trois jours la personnel en question doit se renfer-
mer dans une chambre et reposer sur un lit ou une natte,
couverte de draps frais; tandis que trois costumes doivent
tre sa disposition, don't l'un entirement neuf. Ces habits
seront de la couleur du dieu qui est descendu sur la personnel.
Toute la journe les membres de la famille chantent ou prient
dans une chambre contigu ou hors de la maison; mais la nuit
ils dorment, car ce n'est pas une veille, comme pour les morts.
On excute non seulement les chants spciaux du loi , mais
aussi toutes sortes de cantiques, sous la direction du pre-
savane . De temps en temps on fait, autour de la chambre o
se tient le novice, une procession laquelle on porte des dra-
peaux de la couleur du dieu. De plus, on offre l'esprit un
manger sec , ou offrande sans effusion de sang, savoir une
poule avec du riz; et en mme temps on allume une lampe
huile ou des chandelles blanches.
Le troisime jour le baptme est administr par un prtre
ou une prtresse, qui doivent tre galement possds par un
esprit, car, dit-on, un loi baptise l'autre . A cette occasion,
il y a, comme pour tous les baptmes, un parrain et unemar-
raine. Des feuilles de basilic sont mises macrer dans l'eau
froide parfume. Dans ce liquid le baptiseur plonge ses
mains; puis, pendant qu'on fait entendre des hymnes au dieu
et des cantiques la sainte Vierge Marie, il lave la tte du can-
didat, qui a mis un complete neuf. La possession suit imm-
diatement, et le nouvel initi tombe la reverse, moiti
conscient, pendant que les assistants s'agenouillent et deman-
dent au dieu s'il est satisfait. Quand une rponse affirmative
est venue, tous parent, et l'initi reste dormir dans la cham-
bre durant la nuit.
qui venaient d'arriver d'Afrique, et qui n'taient ni baptiss, ni dres-
ss aux travaux de la colonie. La Croix Bossale est le cimetire prs
de Port-au-Prince, o on les enterrait, s'il venaient mourir (Au-
BIN, p. 54, n. 1). (1) HERSKOVITS, p. 143-145.
(2) ZORA HURSTON, p. 166-167.








I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


Le jour suivant, le nouvel agrg se rend l'oratoire de la
maison, et y salue les personnel qui lui ont prt assistance.
A cette crmonie sont admis garons et filles. Ces derni-
res reoivent alors la denomination de hounsis. Mais comme
ce terme est commun au deuxime degr, on y ajoute le qua-
lificatif de bossales , c.--d. comme nous l'avons vu: inex-
primentes, non consacres (1). Tous ces apprentis forment
une espce d'acolytes au service des dieux (2).

Le deuxime degr, auquel on peut s'lever si on le dsire,
et don't les dtails varient, fait de l'aspirant un aide dans
l'exercice des functions du culte. Si c'est un garon, on l'ap-
pelle alors houngunicon (3) ; si c'est une fille, elle devient
hounsi canzo. La mot canzo signifie chair dans la lan-
gue dahomenne (4) ; la nouvelle denomination semble donc
indiquer qu'on devient hounsi tout de bon et compltement,
ou hounsi en chair et en os. Voici comment on obtient ce
grade, auquel on se prpare par le jene, la pnitence et le
recueillement (5).
Le papaloi se renferme dans une chambre obscure, o il a
un baquet d'eau prs de lui. Pendant ce temps les candidates,
vtus de blanc, sont couchs sur des lits dans un apparte-
ment voisin, et ont galement proximity une cruche d'eau,
pour chapter le mystre , avec lequel le prtre va s'entrete-


(1) ZORA HURSTON, p. 166, 167.
(2) Le laver-tte , dit Herskovits, p. 145, ne constitute nullement
le premier degr dans la hirarchie du Vaudoux, au moins Mire-
balais. Mais, come il l'avoue lui-mme, p. 152, dans cette ville il
n'existe pas d'initiation par degrs. Cependant Zora Hurston,
p. 167, aprs avoir dcrit le laver-tte , affirme que c'est l le pre-
mier grade,constituant les hounsis bossales.Les canzos , ajoute-t-elle,
(cf. p. 271), forment le deuxime degr. Par ailleurs, Price Mars
( Une Etape, p. 172 ; cf. WILLIAMS, p. 92) note aprs la scne du mys-
tre et des cruches d'eau, que les candidates vont se soumettre l'or-
dalie des canzos. Le deuxime grade comprend donc ces deux cr-
monies.
(3) AUBIN, p. 54; HERSKOVITS, p. 153. Le terme hounsi s'emploie
parfois pour les deux sexes. V. le paragraph intitul: Mobilier du
temple tambourss).
(4) DORSAINVIL, V el N., p. 162.
(5) PRICE MARS, Une Etape, p. 172; WILLIAMS, p. 92.








IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


nir. De fait, la congregation qui se trouve hors de la maison
peut entendre, un moment donn, une sorte de conversation
entire le prtre et le dieu qui s'est rendu son appel.
De l'avis du Dr. Price Mars (1), qui nous empruntons
cette description, c'est probablement un effet de ventri-
loquie (2), et toute cette mise en scne constitute une impos-
ture des plus effrontes. C'est pourquoi, dit-il, il faut tant
de tnbres et de solitude pour cette initiation.
Quand les mystres ont enfin pris possession des lus,
ceux-ci sortent en cortge de leur retraite, en portant leurs
cruches sur la tte et l'paule. Ils font le tour de la tonnelle,
o la foule est runie, et prennent ensuite part aux danses
animes qu'on y excute.
Cette solennit admet des variations. D'autres fois, dit
le Dr. Price Mars (3), c'est prs d'une source ou sur le bord
d'une rivire que le prtre construit un oratoire, compos
d'un treillis de roseaux tendus de draps blancs. L les dieux
sont censs tablir leur demeure temporaire. L'officiant, qui
est entr seul, interpelle alors les dieux, que certain morts
servent . Par suite le dieu oblige le dfunt s'entretenir
avec ses parents et amis qui se trouvent dans la congregation,
tenue une distance respectueuse. Ce rite a un caractre
moiti expiatoire, moiti initiateur, et suppose que le prtre
peut transmettre aux vivants le mystre des parents dc-
ds.
Aprs les crmonies que nous venons de dcrire, il reste
aux candidates subir l'preuve judiciaire ou ordalie. Les
postulants, dit Zora Hurston (4), doivent se prparer pendant
sept jours dans le temple. Ils sont habills d'une robe de
nuit blanche, reposent sur un lit de feuilles, et ne prennent
que des fruits, du lait et autres mets semblables. Pendant
ce temps le prtre leur donne diverse instructions, pour les
mettre au courant des functions qu'ils auront remplir.


(1) PRICE MARs, Une Etape, p. 173 ; WILLIAMS, p. 92.
(2) Voir dans WIRKUS (tr. fr., p. 142, 283), deux appartitions
d'esprits, dues galement la ventriloquie. Cf. NASSAU, p. 140.
(3) PRICE MARS, Une Etape, p. 173; WILLIAMS, p. 93.
(4) ZORA HURSTON, p. 167-169. Elle reut elle-mme l'initiation des
canzos, ibid., p. 166.








I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


Le septime jour, qui est celui de la conscration, le houn-
gan allume de la poudre canon dans la main de chaque
candidate. Puis les ordinands doivent, l'exemple du prtre,
retire d'une chaudire d'eau bouillante une petite pierre
ou une pice de monnaie qui y a t jete par le papaloi, et
il faut qu'ils mettent leur pied et leur main gauche dans le
feu qui brle sous.des pots de farine.de mas, pendant qu'ils
dansent tout autour. De plus, les candidates se passent de
main en main des boulettes de ce mas bouilli; mais ils ont
eu soin auparavant de s'oindre les mains d'huile d'olive pour
ne pas se brler.
Tout cela est accompagn de furieux roulements de tam-
bour et de danses frntiques, et l'assemble crie: Albobo!
albobo ce qui indique l'approbation ou l'applaudissement,
et pourrait se traduire par amen ou bravo (1).
Souvent les candidates soutiennent trs bien cette preuve
du feu, ce qui n'est pas tonnant, vu qu'ils se trouvent alors
dans un tat de haute tension nerveuse. En effet, une des
conclusions de la physiologie, de la psychologie et de la pa-
thologie gnrale runies, dit le Dr. J. C. Dorsainvil (2), est
que, dans la plupart des cas, toute surexcitation du syst me
nerveux, intermittent ou continue, entrane une diminution
de la sensibility gnrale. De tout cela l'auteur cit (3) donne
plusieurs examples frappants.
Ainsi, dans les temps passs, on faisait parfois sentir le
feu des condamns, pour les faire se rtracter. Mais cette
preuve laissait indiffrents bon nombre d'entre eux, parce
que leur corps tait insensibilis par la perspective de la
mort qui les attendait.
De mme, au temps de la Rvolution de Saint-Domingue,
Rochambeau faisait rtir petit feu les noirs. Cet expdient,
au lieu d'obtenir le rsultat dsir, c.--d. la soumission, ne
fit que centupler le courage des rvolts.
Cependant en Hati tout le monde ne sort pas indemne de


(1) WIRKUS, tr. fr., p. 303 ; DORSAINVIL, V. et N., p. 161.
(2) DORSAINVIL, V. et N., p. 126.
(3) DORSAINVIL, ibid.. Sur l'insensibilit aux coups pendant
l'initiation chez les Haoussas, voy. TREMEARNE, The Ban, p. 291.








IIe PARTIES : LE VAUDOUX ACTUEL


ces experiences, car, au tmoignage de Dorsainvil (1), plu-
sieurs initis se sont affreusement brl les mains par suite
de ces preuves.
Par ailleurs, il faut noter que ces experiences ne sont pas
non plus toujours exemptes de supercherie, comme nous
l'avons dj indiqu ci-dessus. A ce propos, Virgile raconte
en parlant du mont Soracte, que les prtres d'Apollon y
marchaient nu-pieds sur des charbons ardents; et le mme
fait est rapport par Pline. Mais Varron, moins crdule, af-
firme que ces prtres avaient le secret d'une composition qui
les rendait, pour quelques instants, inaccessibles l'action
du feu. Ensuite Strabon prtend galement que les adora-
teurs de la desse Fronia foulaient sans dommage des b-
chers embrass (2).
On lit encore dans J. B. Salgues (3), que pour s'assurer l'in-
combustibilit (4), on emploie un mlange d'esprit de soufre,
de sel ammoniac, d'essence de romarin et de suc d'oignons.
D'autres essayrent avec succs l'acide sulfureux, l'alun, du
savon tendu sur du sucre en poudre, etc. (5).
L'preuve judiciaire ou jugement de Dieu, qui tombe en
dsutude au Dahomey (6), existe encore chez beaucoup de
Noirs de l'Afrique (7). Quand un crime a t commis, dit


(1) DORSAINVIL, V. et N., p. 62.
(2) VIRG., Aen., XI, 787-788; SILIUs ITALICUS, Punica, V, 175-
181 ; PLIN., Hist. nat., VII, 2, 11 ; STRABO, V, 226. Cf. W. SMITH,
A DictionarU of Greek and Roman Geography, 2 vol. ; London, Mur-
ray, 1873 ; t. II, p. 1023 : Soracte P-ULY-WIssowA, Real-Encyclopddie
der klassischen Altertumswissenschaft, Stuttgart, 1927 ; Bd. III A 1,
S. 1111 : Soracte ; Bd. VIII, 2, S. 1933-1935 : Hirpi Sorani. Bei Ver-
gil vollbringen sie (d.h. die Hirpi oder Priester des Apollo) das Wunder
des Feuerdurchschreitens freti pietate, whrend Varro (bei Serv.,
Aen., XI, 787) wissen wollte, dasz sie ihre Sohlen zum Schutz gegen
das Feuer mit einer gewissen Salbe vorher bestrichen hitten (S. 1934).
- O. LEROY, Les hommes salamandres, p. 49-50, 73-74.
(3) J. B. SALGUES, Des erreurs et des prjugs rpandus dans la so-
cit, 1811.
(4) Cf. incombustibilit, plus loin, sous le titre : Pouvoir du dmon;
Dr. BON, p. 311-318.
(5) HEUZ, p. 101-102.
(6) QUNUM, p. 97-99; LE HRISS, p. 133-137.
(7) M. BrieAULT, p. 139..







I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


Schneider (1), les fticheurs dsignent certaines personnel
comme prsumes coupables du fait, surtout celles qu'ils
hassent ou don't ils convoitent les biens. Les inculps doivent
alors subir une preuve: retire une pierre, un anneau, d'une
chaudire d'huile ou d'eau bouillantes, approcher un fer chaud
de la peau ou de la langue, etc.
Ordinairement on se sert d'une boisson empoisonne, dite
eau rouge. Cette boisson est prpare, dans la plupart des
pays de l'Afrique occidentale, avec l'corce de l'Erytrophlaeum
guinense et s'appelle au Cameroun : Sascha-Wood, aux ctes
du Gabon et d'Ogow: Mbunda, au Loango et au Congo:
M'banda ou N'kassa. Cette potion est mortelle ou narcotique
selon la quantit qu'on prend. Si on ne la vomit pas et qu'on
en prouve des vertiges ou des vanouissements, on est jug
coupable. Les sorciers en prennent aussi; mais, s'tant habi-
tus ce breuvage, ils n'en ressentent pas de mal ou le re-
jettent bientt.
Dans l'Angola, chaque anne des centaines de noirs devien-
nent victims de ces preuves. Ces usages se rencontrent
galement la Cte de l'Or,.au Cameroun, au Congo (2). C'est
surtout l'accusation de sorcellerie qui y donne lieu, particu-
lirement dans l'Afrique mridionale et central.
Au moyen ge l'ordalie tait trs usite en Europe. L'gli-
se, dit E. Vacandard (3), n'a pu empcher certaines infiltra-
tions de coutumes paennes, telles que les ordalies ou juge-
ments de Dieu, l'preuve de l'eau bouillante, etc., de se pro-
duire. Mais avec le temps elle devait finir par liminer ces
restes d'une civilisation infrieure (4).



(1) SCHNEIDER, S. 239-254: dtails abondants sur ce sujet.
(2) Sur l'ordalie au Congo, V. BENNETT, p. 25, 27; VAN WING,
p. 112; Benin, BENNETT, p. 191 ; dans l'Afrique occidentale, NAs-
SAU, p. 118, 122, 242-245; A. BRos, p. 45, n. 2; dans la Nigria,
MOCKLER-FERRYMAN, p. 237; au Cameroun, SCHWARZ, S. 174-176;
la Cte d'Ivoire : CLOZEL ET VILLAMUR, p. 92, 142, 167, 426-429. -
Autres indications : R. ALLIER, p. 75-85 : ordalie en Afrique, Ma-
dagascar surtout, et au Congo ; p. 120-127 : initiation horrible au
Congo, l'initi li un cadavre pendant 30 jours et dpos dans
une fosse couverte de branchage.
(3) J. BRIcouT, t. II, p. 413. (4) Cf. HUBY, p. 1113, n. 1.








IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


L'ordalie n'est pas permise, car c'est une tentation de
Dieu (). On ne peut s'en servir que par une inspiration divine.
Ainsi sainte Cungonde, pouse de saint Henri II, empereur
d'Allemagne, march, dit-on, nu-pieds et cela impunment,
sur du fer embras, pour rfuter l'accusation d'adultre por-
te contre elle (2).
En Hati, les garons houngunicons et les demoiselles
hounsis canzos portent en tatouage (3) la marque distinc-
tive de la socit; (4) ils sont les aides immdiats ou une sorte
de ministres (diacres et diaconesses), qui assistant le papaloi
dans l'accomplissement des diffrentes crmonies. Tandis
que les hounsis canzos sont charges de porter et d'agiter
les drapeaux en l'honneur des esprits, et de chanter les can-
tiques aux dieux; les houngunicons s'occupent de tuer
les animaux destins au sacrifice, de battre les tambours et
de jouer des autres instruments qui accompagnent les dan-
ses (5).

Le troisime degr de l'initiation consiste dans la reception
de 1' asson, sorte de crcelle ou de sonnette, don't nous par-
lerons propos du temple, et don't le prtre se sert pour di-
riger les crmonies. Par l l'initi reoit le pouvoir d'entrer
en relations avec les morts, et surtout avec les prtres d-
funts, ainsi qu'avec les dieux.
Pendant plusieurs mois le sujet demeure dans la maison
du prtre-instructeur, qui lui apprend la langue secrte des
solennits, ce qu'on appelle parler language. Cette langue
a beaucoup de resemblance avec le dialecte fongb, auquel
le Vaudoux a emprunt un certain nombre de mots. Son ma-
tre lui enseigne galement la manire d'ordonner les diverse

(1) V. NOLDIN, t. II, n. 172 c.
(2) RIBET, t. II, p. 653 ; d'aprs les Bollandistes, Acta Sanctorum,
3 martii, t. VII, p. 271, n. 2.
(3) Par le tatouage on se consacre la divinit, car on devient
extrieurement semblable au dieu. (CHANTEPIE DE LA SAUSSAYE,
Bd. I, S. 57).
(4) AUBIN, p. 54, ne parle de tatouage que pour les hounsis canzos;
mais il est probable que cette operation a lieu aussi pour les houngu-
nicons. Les papalois portent sur la poitrine l'image du soleil et du ser-
pent, symbols de Dambala. (CRAIGE, B. .B., p. 221 ; C. C., p. 141).
(5) HERSKOVITS, p. 153, 160.







1. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GENERAL


crmonies, et surtout l'art de tracer les dessins symboliques
aux processions (1). Alors l'ordinand est consacr prtre:
il parl et agit au nom des esprits (2).

Enfin, le quatrime grade ou la prise des yeux permet
l'initi de voir dans l'avenir par le don de prophtie, au-
quel s'ajoute souvent le don de gurir les malades. A ce
moment le candidate tudie plus spcialement les proprits
des plants mdicinales. Alors le prtre est constitu aussi
sorcier ou houngan, et exerce ainsi deux functions qui
sont souvent runies et ont beaucoup de relations entire
elles (3). Par l le sujet reoit la plnitude du sacerdoce au
service des dieux (4).
En terminant, nous devons faire observer que les diff-
rents degrs de l'agrgation, et surtout les deux derniers,
sont accompagns du serment de ne pas trahir les secrets de
la socit. Le candidate jure sur la croix, de ne rien rvler
personnel de ces crmonies mystrieuses (5).

Toutes les religions ont des rites spciaux pour l'initiation.
En Afrique et en Grce, la crmonie consiste dans la
mort symbolique du rcipiendaire, qui ressuscite pour vivre
dsormais de la vie des esprits.
Voici ce qui se faisait dans l'antiquit grco-romaine.
Des jenes, des pnitences prcdaient ( Rome) l'initia-
tion aux mystres d'Isis, dit Andr Baudrillart (6). On s'en-
fermait, on veillait dans son temple. Et quand le corps tait
puis, les nerfs tendus au dernier diapason, la divinit
elle-mme se manifestait aux yeux du nophyte. Alors il
gotait la volupt supreme de l'extase. Des offices rguliers,
des spectacles tranges, tels que des confessions publiques
accompagnes de gestes bizarre, entretenaient l'enthousias-
me... (Ce culte) donna lieu parfois, avec ses ftes nocturnes,
d'intolrables scandals. (7).

(1) DORSAINvIL, V. et N., p. 79.
.(2) DORSAINVIL, V. et N., p. 169.
(3) DORSAINVIL, V. et M., p. 9.
(4) Id., V. et N., p. 169. (5) Id., V. et M., p. 19.
(6) J. BRICOUT, t. I, p. 378.
(7) Sur l'initiation dans le culte d'Isis et d'Osiris, V. HvBY, p. 516-







IIe PARTIES : LE VAUDOUX ACTUEL


Voyons ensuite de quelle faon a lieu au Dahomey l'agr-
gation des prtres dans le ftichisme. Ce sont surtout les
enfants des fticheurs qu'on duque pour succder leurs
parents. En outre d'autres garons et filles, dsigns par les
fticheurs, sont enlevs de gr ou de force leurs families,
mais ils ne deviendront que des aides des prtres.
Tous sont enferms prs des temples dans des sortes de
sminaires ou de couvents. D'ordinaire leur sjour ne s'y
prolonge que pendant quelques mois. Mais pour les classes
privilgies, ayant besoin d'une education plus soigne, il
peut durer plusieurs annes. Alors le nophyte doit appren-
dre une langue nouvelle, inconnue du people, subir des ta-
touages progressifs, et s'exercer aux rites et aux mystres
religieux : danses, chants, conjurations, etc. (1)
Les initis sont aussi soumis l'ordalie, comme en Hati.
En effet, ils doivent subir l'preuve du feu : longer leur main
dans un pot de farine de mas bouillante, et poser leur pied
nu sur les pierres chauffes qui supportent la marmite (2).
Son instruction acheve, le myste retourne dans sa fa-
mille. Le jour de sortie il y a de grandes crmonies, quelque-
fois un simulacre de mort qu'on ressuscite. Rentrs dans le
monde, les nouveaux lus exercent l'un ou l'autre mtier.
Ceux qui sont prtres accomplissent leur ministre aux cr-
monies annuelles et l'occasion des grands vnements. Les
autres ne participent au culte que de temps en temps sur la
demand de quelque fticheur.
L'initiation chez les Nagos (Nigria) est tout fait typique
et prsente plusieurs traits de resemblance avec les coutumes
hatiennes.
Il y a chez eux la conscration, pour toujours, un dieu;
et l'affiliation, par laquelle on est prpos au service d'un


517; Ch. DE LA SAUSSAYE, Bd. II, S. 493; dans le culte de Mithra,
HUBY, p. 525-527; Ch. DE LA SAUSSAYE, Bd. II, S. 497. Concer-
nant les excs dans les crmonies religieuses, voir ce que nous dirons
propos de la danse du Vaudoux actual et de la possession. Sur les
Mystres paens en gnral, cf. CHANTEPIE DE LA SAUSSAYE, Bd. I,
S. 97; et infra: Procession.
(1) KERILLIS, p. 194-195; GOUVERNEMENT GN., p. 97; QUNUM,
p. 92-94. (2) HERSKOVITS, p. 30; LE HRIss, p. 134-136.








I. CULTE HAITIEN DES ESPRITS EN GNRAL


esprit sans quitter la maison paternelle. L'affiliation, comme
la conscration, est une crmonie fort trange, don't la
parties principal consiste consulter le ftiche pour savoir
s'il accepted l'initi.
On se runit dans un bosquet. L, le jeune aspirant est assis
sur le sige ftiche, on lui lave la tte avec une dcoction
de cent une plants et on appelle et invoque l'esprit. Pour ce
faire, les fticheurs gambadent tout autour de lui, crient et
tambourinent d'une manire assourdissante. A la troisime
invocation, le nophyte commence s'agiter, tout son corps
tremble, ses yeux deviennent hagards. Bientt il entire dans
une telle excitation que souvent il faut le tenir ou l'attacher,
pour l'empcher de se faire du mal lui-mme ou d'en causer
aux autres. Alors tous les fticheurs et les personnel prsentes
acclament le dieu en poussant des cris de joie : Oricha :
C'est le ftiche! Oricha gun (1) ! Le ftiche le possde!
Enfin, aprs quelques heures, on retire l'objet ftiche en
contact avec le nophyte, qui aussitt reprend ses sens. Son
tat de surexcitation et de fureur cesse tout coup, pour faire
place l'abattement et une extreme lassitude. Il en est qui
restent alors immobiles et comme morts pendant un temps
assez long (2)
Est-ce suggestion hypnotique ou diabolique? ;dit le Pre
Teilhard de Chardin. (Si toutefois on peut distinguer lgiti-
mement ces deux phnomnes). Toujours est-il que certain
nophytes sont rebelles au ftiche. Le Pre Baudin (3) ra-
conte l'histoire frappante d'un petit chrtien de huit ans, qui
fut assis de force sur le sige ftiche, mais que le dieu ne par-
vint point matriser (4).
Terminons ce sujet par quelques remarques sur l'initiation
au Vaudoux parmi les Noirs des tats-Unis.

(1) Dans ce mot, et dans les autres terms africains, qui se ren-
contrent dans la suite, u se prononce ou. Pour ces vocables, nous
avons suivi l'orthographe des auteurs d'o ils sont tirs.
(2) P. BAUDIN, d. fr., p. 81 ; d. flam., p. 109-110. (3). Ibidem.
(4) J. TEILHARD DE CHARDIN, p. 168-169. Sur l'initiation des
fticheurs dans la Nigria, cf. TREMEARNE, Head-Hunters, p. 205.
Sur le Kimpasi, ou socit secrte du Congo belge, cf. VAN WING,
p. 245 sy. Pour un aperu gnral sur la preparation des aspirants
au sacerdoce ftichiste en Afrique, voyez SCHNEIDER, S. 223-224.
Hati. III. 5.








IIe PARTIES 1 LE VAtDOUX ACTUEL


L'admission la prtrise, dit Mary A. Owen (1), est soumise
bien des preuves. L'aspirant doit endurer la faim, la soif,
un froid et un chaud intense, et s'habituer se priver de
sommeil. Quant sa nourriture, elle consistera en toutes sor-
tes de dtritus et de rebuts. Il aura ensuite exprimenter la
force de diffrents poisons. Les herbes mdicinales et leurs
proprits curatives front l'objet de ses recherches. Par
ailleurs, il devra apprendre fabriquer toute espce d'amu-
lettes et de talismans, et faire des conjurations et des in-
cantations. Enfin, il s'exercera conduire les diffrentes
danses en usage dans la socit.
Comme on le voit, c'est un apprentissage extrmement
rude.


Houmforts ou Temples du Vaudoux.

Le sanctuaire ou temple, o se droulent les solennits du
Vaudoux, s'appelle houmfort, (2) et nousIa t dcrit par
plusieurs auteurs, spcialement par Aubin.(3) et Paul Re-


Photo E. Aubin, En Hati.
UN HOUMFORT OU TEMPLE DES DIEUX.


(1) J. HASTINGS, t. XII, p. 640 (Serpent worship).
(2) Ou bagui, d'aprs Mgr. Kersuzan, p. 5. (3) AUBIN, p. 57.


~-.
.:
'j
* ~~
LC.








i. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


boux (1). D'ordinaire on peut reconnatre ces temples ext-
rieurement aux peintures d'un rouge vif qui ornent les murs
et reprsentent les mystres qui y sont vnrs. Ainsi on y
voit des representations grossires d'hommes, d'animaux, de
barques, etc. Quelquefois une grande croix est plante prs
de la maison du mystre (2). Le sanctuaire est peint par-
fois en vert, pour signifier l'esprance; ou bien en rouge, ce
qui marque la victoire (3).
Beaucoup de grandes maisons la champagne ont un ora-
toire, constituent un difice part ou form d'une chambre
de l'habitation (4). D'aprs Herskovits (5), ces oratoires do-
mestiques s'appellent maisons de servitude . Parfois, pour
les grandes crmonies, on s'en va dans les bois ou dans les
champs, et on btit sous les arbres un sanctuaire d'occasion
ou oratoire improvis, appel niche (6).
Le temple a communment une sorte de pristyle, o le
people prend part aux crmonies et aux danses du Vaudoux.
C'est une vaste pice, avec un sol en terre battue et couverte
d'un toit de paille; de trois cts les murs s'lvent la
hauteur d'un mtre, le quatrime ct est ouvert. Dans ce
vestibule se trouve le poteau-zains ou poteau des esprits,
qui indique la presence des mystres ou dieux, et est orn
de branchages, de fleurs et de cannes sucre. C'est le po-
teau central, par o les esprits descendent sur une runion
et prennent possession de leurs favors.
Le sanctuaire lui-mme est une bonne maison, comme on
en voit la champagne. Souvent la case est partage en deux
chambres, don't l'une est consacre au rite de Guine, et
l'autre au rite du Congo. Au fond de l'appartement se voit
un p (7), sorte d'autel en maonnerie, qui occupe toute la
larger de la chambre. Le soubassement de l'autel est orn


(1) P. REBOUX, p. 221: Cf. DORSAINVIL, V. et N., p. 72 ; HERSKOVITS,
p. 155 ; WIRKUS, engl. ed., p. 178 ; tr.fr., p. 171 et 137 ; SEABROOK,
engl. ed., p. 54-56; tr. fr., p. 59-62.
(2) AUBIN, p. 208. (3) Z. HURSTON, p. 142 ; HERSKOVITS, p. 155.
(4) P. REBOUX, p. 221. (5) HERSKOVITS, p. 155.
(6) Cf. TREMEARNE, The Ban, p. 269-273 : temple des esprits chez
les Haoussas. V. ZORA HURSTON, p. 162.
(7) DORSAINVIL, V. et N., p. 72; AUBIN, p. 58.








IIe PARTIES : LE VAUDOUX ACTUEL


de ceurs et d'toiles en relief ; au-dessus, des draperies pen-
dent du plafond. Parfois il y a plusieurs tables de sacrifice,
destine chacune un dieu particulier.
Sur l'autel se trouve la representation du dieu qu'on y vn-
re, par ex. un petit bateau, emblme d'Agou, ou un serpent
en bois figurant Dambala. Le fond de l'autel est occup par
de nombreuses crutches en terre cuite, qui contiennent les
zains ou esprits recueillis dans le temple. Devant ces vases
se trouvent des bouteilles de vin et de liqueur, puis des plats
de viande, d'oufs, de riz, etc., qui sont prsents aux esprits
en homage. Rien n'est trop prcieux pour les dieux, dit
Edna Taft (1), come on peut le voir par la range de plats
contenant des fruits succulents, des fleurs, et des bouteilles de
fines liqueurs importes, et mme des cigares de La Havane. -
On rencontre aussi sur l'autel des croix, des chandelles
et des sonnettes, ainsi que des colliers, o pendent de petites
idoles et des fltes (2). A tout cela il faut ajouter les crcelles
appeles tchalchas (3) et assons, deux espces de cale-
basses, don't la premiere est remplie de petites pierres ou de
graines et la second de vertbres de couleuvre, et qui sont
emmanches d'une tige. (Parfois l'asson est entour de grains
ou d'osselets). L'officiant agite ces instruments pour diriger
la danse ou appeler les esprits, ainsi qu'il est d'usage gale-
ment en Afrique, selon l'attestation de Mgr. Le Roy (4).
Sur l'autel sont places aussi des assiettes contehant des
pierres tailles ou haches venues des Indiens, (5) et appeles

(1) EDNA TAFT, p. 246.
(2) D'aprs Jules Faine, p. 317, on appelle houngu-v, un grand
collier,-form de petites pierres de formes et de nuances diffrentes,
faisant parties de l'attirail du houmfort.
(3) Cf. SEABROOK, engl. ed., p. 191; tr. fr., p. 219; J. FAINE,
p. 295. Proprement : arbre gousses blondes ; par analogie: crcelle.
(4) Mgr. A. LE ROY, p. 315. Cf. -HERSKOVITS, p. 182 ; ZORA HUR-
STON, p. 150. Le" mot asson vient peut-tre du dahomen assan,
gourde long cou, usite au Dahomey et contenant de petits cailloux
que l'on agite l'intrieur (KERILLIS, p. 197; LE HRISS, p. 184,
n. 1). Le mot assan signifie aussi : castagnettes, en dahomen (Qu-
NUM, p. 158). D'aprs Dorsainvil (V. et N., p. 161), le nom dahomen
de cet instrument, ahw, serait devenu asson. Mais le changement
parat bien considerable.
(5) WIRKUS, tr. fr., p. 171.








I. CULTE HATIEN DES SPRITS EN GNRAL


roches-tonnerre ou baca (1), que Saugo, le dieu de la
foudre, lance du ciel, ce qu'on dit, dans l'enclos de ses pr-
tres favors. Tout cela est tendu sur une nappe, compose
de diverse pieces d'toffe, bizarrement cousues ensemble
et servant de prservatif contre la mauvaise magie (2).
A propos des pierres sacres que nous venons de mention-
ner, notons qu'elles sont honores come tant la demeure
d'un esprit, et qu'on leur attribue une vertu magique. Quand
les Hatiens voient un caillou d'une certain forme et d'une
certain couleur, ils disent qu'il appartient tel ou tel dieu (3).


:. .:..o_.. .. .

... ... . . :, .
.. '.:': :. "


Extrail de Zora Hurston, Tell my liorse (Voodoo Gods), Lippincoll Co.,
Philadelphia. Avec autorisation. Copyright by Life Magazine >.
UN AUTEL DU VAUDOUX.
(Au milieu vers la droite on aperoit un crucifix).

(1) Mgr. KERSUZAN, p. 6. D'aprs Jules Faine, p. 257, ce mot
viendrait de Ybaca, nom donn l'le Vaches (prs des Cayes), par
Oexmelin, historien des flibustiers. Dans cette le on en a trouv une
grande quantit.
(2) Cf. CRAIGE, B. B., p. 104, 126. (3) BLAIR NILES, p. 115.








Ile PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


Ainsi il y a des pierres habites par Dambala, par Agou, par
Ogoun. D'aprs le Dr. Arthur Holly, une pierre rtriangulaire
noire est la demeure de Dambala. Si quelqu'un trouve un
de ces trsors, on l'estime heureux, car, dit-on, il a trouv
un dieu.
Si l'acqureur, lisons-nous dans Zora Hurston (1), a assez
d'argent-pour payer la crmonie, il fait baptiser ou bnir
l'objet selon le rite de l'esprit qui il est ddi; il le d-
pose son oratoire domestique dans un plat blanc, et l'en-
toure d'un trs grand respect. A des poques dtermines on-
baigne la pierre dans l'huile et on lui fait de petites offrandes.
Quelques-unes de ces pierres ont appartenu certaines fa-
milles pendant des gnrations et ne se vendraient aucun
prix. Pour savoir si une pierre est le sjour d'un dieu, il suffit
d'envoyer dessus son souffle. Si elle suinte; elle content un
esprit; sinon, elle est sans valeur .
Les Grecs honoraient galement certaines pierres (2), et
l'arolithe tait regard par eux comme anim de quelque
esprit surnaturel (3).
Pareillement, les Cananens avaient des btyles, c.--d. des
pierres appeles maisons de Dieu : bail-il, (4) qu'on regar-
dait comme contenant la divinit (5).
Chez les peuples primitifs de l'Afrique il y a de mme des
pierres qu'on considre comme des sortes de ftiches, autre-
ment dit, comme habites par un esprit. Dans les animaux
et les plants ces peuples ont vu des forces extraordinaires
qu'ils ont divinises; quant aux pierres, pour eux ce sont
souvent des hommes mchants mtamorphoss. Des mes


(1) ZoRA. HURSTON, p. 139.
(2) 0. HABERT, dans J. Bricout, t. I, p. 310.
(3) HUBY, p. 440. Cf. sur le culte des pierres : CHANTEPIE DE LA
SAUSSAYE, Bd. I, S. 33.
(4) La Bible raconte (Gen., 28, 10-19) que Jacob, se rendant en
Msopotamie, arriva dans un lieu, o il passa la nuit. Il prit une pierre
et en fit son chevet. Puis en songe il vit une chelle qui atteignait
de la terre au ciel et o Dieu se tenait avec les anges. Alors il s'cria :
C'est bien ici la maison de Dieu I Il dressa la pierre pour monument,
versa de l'huile dessus, et appela ce lieu Bthel (maison de Dieu).
(5) Pre DHORME, dans J. Bricout, t. I, p. 183.








I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


spares et des esprits mauvais se trouvent aussi dans les
montagnes, les grottes, les rochers (1).

L'inauguration du temple en Hati et l'installation d'un
nouveau prtre se font solennellement, ainsi que nous lisons
dans Zora Hurston (2). Voici un petit rsum d'une de ces
crmonies, clbre prs de l'Arcahaie.
On commena par l'installation. Le matin, l'officiant refit
l'asson ou crcelle, insigne special du prtre. Cet instrument
se compose, comme nous l'avons vu (3), d'une calebasse en-
toure de grains de collier ou d'osselets de couleuvre. A la
nomination d'un nouveau titulaire, on change la couleur et
la disposition des grains qui enveloppent la gourde, car la
livre de chaque dieu comporte un arrangement special cet
gard. Il en est de mme pour le collier que porte le prtre,
et qui lui est impos solennellement son entre en charge.
A cette occasion le houngan transmet aussi sans doute, s'il
y a lieu, au nouvel lu l'un ou l'autre mystre (4) .
L'aprs-midi eut lieu la ddicace du temple. Celui-ci com-
prenait deux appartements, don't l'un servait pour le rite de
Guine et l'autre pour le rite du Congo. Quand le houmfort et
le pristyle eurent t dcbrs de drapeaux et de feuilles de
palmier dcoupes en forme de dentelle, le conscrateur entra
dans le temple et entonna une sorte de litanie. D'abord on
invoqua les Saints catholiques. Aprs le Grand Pre ter-
nel, vinrent les anges S. Michel, S. Gabriel et S. Raphal,
puis les Saints, surtout ceux qui ont un correspondent parmi
les dieux du Vaudoux. Chaque nom tait rpt trois fois
par la foule, avec addition d'une formule de supplication.
Aprs les Saints catholiques on s'adressa aux esprits vau-
douiques, et en premier lieu Legba, puis Loco, Azan
et aux jumeaux, ainsi qu' beaucoup d'autres, parmi les-
quels se trouvaient Agou, Ersulie ou Ezile, et plusieurs
Ogoun. Le people y rpondait de la mme manire qu'aupa-
ravant.

(1) SCHNEIDER, S. 199-200. Cf. A. BROS, p. 109-110.
(2) Z. HURSTON, p. 149-159.
(3) Supra, p. 68.
(4) Cf. supra, p. 58 infra: Obsques d'un papaloi.








IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


L-dessus le papaloi fit une aspersion d'eau bnite vers les
quatre points cardinaux, ce qui fut imit par les aides imm-
diats du prtre. Pendant que tous chantaient l'hymne Legba
pour faire venir les dieux, le houngan prit de la farine de
mais et dessina terre des lignes symboliques. Au centre de
ce dessin il fit une libation de chacune des boissons consacres
au dieu des entres. Puis il prit un morceau de banane cuite,
quelques grains de mas, une tranche de melon et un bout
de gteau, et les plaa prs du dessin. Elevant ensuite en l'air
deux poules zingas ou bigarres, offrande spciale de Leg-
ba, et invoquant le Grand-Matre (l'Etre Suprme), il les
passa sur la tte des ministres agenouills, et pendant que les
tambours commenaient rsonner, il tua les deux btes et
les dposa sur les lignes mystrieuses.
On vnra aprs cela Azan et les jumeaux, qui le papaloi
immola un pigeon blanc; ainsi que Loco, qui reut un coq
gris avec des libations de rhum. Pendant ce temps les danses
continuaient au son des tambours, et plusieurs assistants
furent possds par Loco.
Tout coup les tambours changrent de rythme, et on se
rendit l'autel d'Ogoun Badagri. Devant cet autel on voyait
des cufs et de la farine de mas, emblmes de la fcondit,
ainsi que des bonbons, du mas grill et des pistaches, avec
du cognac, du vin, etc., et enfin un coq rouge. A ce moment
un combat se fit entire le sabreur ou porte-pe du papaloi
officiant et celui du nouveau prtre, son neveu. Lorsque
l'un des deux allait cder, un homme, entirement habill
de rouge et figurant Ogoun, entra brusquement en scne
pour se mesurer avec le vainqueur. Aucun d'eux ne l'emporta
sur l'autre; aussi bien n'tait-ce qu'un combat simul, un
symbol de l'aide que le dieu de la guerre apporte ses fi-
dles. On immola ensuite le coq qui fut plac devant l'autel.
A cet instant le prtre sortit du temple pour aller saluer les
reposoirs, c.--d. les autels construits autour de certains ar-
bres, demeures des dieux. Cette visit termine, une danse
eut lieu, spcialement en l'honneur d'Ogoun. Des femmes d-
sirant des enfants se prosternrent devant l'homme qui figu-
rait le dieu, et celui-ci dansa avec elles. L'importance donne
Ogoun nous induit conclure que le temple lui tait spcia-








I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


element ddi. Sans doute une bndiction spciale fut rser-
ve l'autel de ce dieu.
On honora ensuite le grand Dambala, qui on prsenta des
boissons douces. Pour qu'il procure aux mnages la paix et
l'affection, on lui prsenta un coq et une poule.
Le dernier esprit qu'on invoqua fut Gud, message des
dieux. Quant au reste de la nuit, on le passa danser et
se rjouir.

Les temples hatiens sont ordinairement de bonnes mai-
sons en bois ou en pierres, et non pas de simples measures
comme celles des campagnards. Au Dahomey il n'en est pas
ainsi, come l'atteste Henri de Kerillis (1). Devant chaque
hutte, dit-il, aux accs du village, au pied des vieux arbres
majestueux, aux carrefours de la brousse, auprs des fon-
taines, au coin d'un champ, un peu partout, on voit de pe-
tites huttes minuscules recouvertes de chaume ou de feuilles
de palmier. Ce sont les demeures des ftiches, abritant leurs
symbols, coupes en terre cuite, statuettes, idoles grossires,
monticules de terre ou de glaise, et pleines des offrandes des
fidles : huile de palme, manioc, mas..., fruits.

Mobilier du Temple.

Aprs avoir dcrit l'aspect extrieur du temple vaudouique
ainsi que l'autel, il nous faut dtailler le mobilier du houm-.
fort.
A terre est place une lampe huile de ricin, ou bien des
moitis de pelures d'oranges, o nage, dans un peu d'huile,
une petite mche allume. Dans un coin on voit les drapeaux
du temple, de soie blanche, rouge ou bleue, sur lesquels par-
fois un bouc ou un serpent sont reprsents en filigrane,
et qui doivent tre bnis (2). En outre, il y a quelquefois dans
le rite de Guine ce qu'on appelle une maison de Dieu (3),


(1) IKEILLIS, p. 175.
(2) Z. HURSTON, p. 160. Quelquefois une inscription y est brode,
par ex., Socit la Fleur de Guine.
(3) AUBIN, p. 201.








IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


qui est un dicule en carton, sorte de lanterne vnitienne,
claire l'intrieur par une chandelle, et o sont dcoups
les noms des dieux vnrs dans le houmfort.
Au temple on garde aussi les trois tambours rituels de
diffrente grandeur, qui servent pour les danses, et qui,
en commenant par le plus grand, s'appellent dans le rite
de Guine ou rite Rada : maman, papa ou second, et boula (1).
Dans le rite du Congo ou rite Ptro ils portent les noms de:
houn, hountor et hountor-gris (2), auxquels on ajoute parfois
un quatrime, encore plus formidable, appel assotor (3).
(Notons ici que les auteurs ne s'accordent pas au sujet des
noms des tambours) (4).
On aura remarqu que dans ces diverse denominations
africaines le mot houn revient souvent. Au Dahomey ce ter-
me est synonyme de vodoun, et signifie donc : dieu ou esprit (5).
Maintenant il est facile, au dire de Herskovits (6), d'expliquer
les mots houngan et hounsi; car gan veut dire: chef, et
par suite le houngan est le matre des dieux ou le sorcier, et le
gangan est un grand chef ou magicien; tandis que si ou asi
se traduit par : femme (7), et par suite la hounsi sera la femme
ou l'aide du dieu (8). Par ailleurs, houn est aussi le nom d'un


(1) D'aprs Seabrook, boula veut dire : petit. Le mot vient de bam-
boula, parce que ce tambour peu volumineux est fait d'un gros bam-
bou. Jules Faine, p. 213, dit que c'est un tambour en forme de petit
.tonneau, battu sans baguettes. Par extension, bamboula veut dire :
danse des noirs en gnral. (2) J. Faine, p. 317, crit :hountor-di.
(3) PRICE-MARS, Ainsi, p. 208. D'aprs Zora Hurston, p. 154,
les tambours Rada sont : hountah, sirgonh et boulatier. Mais ces d-
nominations ne sont peut-tre qu'une variante de houn ou hountor,
second et boula. Cf. AUBIN, p. 61, 100.
(4) Cf. HERSKOVITS, p. 181-182 ; SEABROOK, engl. ed., p. 300-301;
WIRKUS, tr. fr., p. 272; BLAIR NILES, p. 185-189 et Z. HURSTON, p.
238 : description vivante des tambours et du tambourineur. Craige,
B. B., p. 104; et Edna Taft, p. 247, donnent aux tambours du rite
Congo les noms indiqus ci-dessus pour le rite de Guine.
(5) LE HRIss, p. 109, n. 1. (6) HERSKOVITS, p. 268.
(7) SKERTCHLY, p. 522.
(8) Cf. WILLIAMS, p. 47. Autre interpretation :. Le suffixe si veut
dire: sous la dpendance de, d'aprs A. Le Hriss, p. 27, n. 1. Voil
pourquoi le terme hounsi sert parfois pour les deux sexes. (HERSKO-
VITS, p. 183).









I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


tambour (1), ce qui n'est pas tonnant, tant donn, come
nous le verrons tout l'heure, que le tambour est la voix de
l'esprit.
Quant au second membre des mots houngunicon ministrye
masculin), houmfort (temple) et hounior (sorte de tambour),
l-dessus les auteurs ne nous fournissent pas d'explication.
Essayons cependant de les interpreter, sans garantir l'exac-
titude de l'explication propose. Le mot houngunicon est -
crit adjanikon ou unjanikon, par Herskovits (2), et houngani-
kon ou houng nikon par le Dr. J. C. Dorsainvil (3). Il pourrait
donc venir de houngan et de noukoun, yeux (4), et signifier la
lumire, l'espoir ou le premier ministry du prtre. Pour ce
qui concern la second syllabe de'houmfort, on peut la rat-
tacher ho (5), prononc fo, maison, en w. Le houmfort
est donc la maison de l'esprit. Hountor veut dire: tambourin-
neur; la terminaison to indiquant l'agent qui fait l'action (6).
D'aprs Herskovits (7), hountor est le nom donn l'esprit
des tambours. Par consquent, le hountor est un tambour
qui produit de l'effet ou un tambour important.
Ces instruments sont fabriqus de troncs creux de palmiers,
recouverts d'une peau de buf ou de chvre, selon qu'ils
appartiennent au rite de Guine ou au rite du Congo. Le bat-
tement des tambours diffre selon les dieux qu'on invoque,
et il est regard comme la voix des esprits (8). C'est pourquoi
les tambours ont tant d'importance et sont entours de tant
de respect. Telle est galement la raison, pour laquelle ceux
qui sont possds par les esprits, dansent devant les tam-
bours.

(1) Houn signifie aussi: tambour (QuNUM, p. 158).
(2) HERSKOVITS, p. 153, 339.
(3) DORSAINVIL, V. et N., p. 76; V. et M., p. 19.
(4) SKERTCHLY, p. 522 ; QUNUM, p. 30, 32,138,155. Cf. Mati., 6, 22.
(5) WESTERMANN, Wrterbuch, Deutsch-Elve, S. 92 ; Ewe-Deutsch,
S. 239. L'h se pronounce come le ch allemand; l'o est bref comme dans
l'allemand Kost ou le franais poste. D'ordinaire on crit houmfor
avec r, pour lui donner un air franais ; mais les Hatiens ne prononcent
jamais cette lettre dans le corps ou la fin des mots. Nous crivons
houmfort selon l'orthographe la plus usuelle en Hati.
(6) QUNUM, p. 28. (7) HERSKOVITS,- p. 276.
(8) HERSKOVITS, p. 182.








IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


Tout ce qui sert au culte du Vaudoux doit tre consacr
ou inaugur. Ceci est le cas pour le temple, comme nous ve-
nons de voir; c'est ce qu'on doit faire galement pour son
mobilier, et particulirement pour les tambours. Mme la
fabrication de ceux-ci est accompagne de rites sacrs, don't
on trouvera la description dans Herskovits (1).
La bndiction des tambours est faite par le houngan.
Mais si elle a lieu d'une manire trs solennelle, on y ajoute
des crmonies supplmentaires, tires des usages de l'glise
catholique. Ne pouvant videmment computer sur un prtre
catholique, on a recours pour cela au pre-savane, don't
nous avons parl propos des prtres du Vaudoux (2).
Dans la bndiction ou baptme des tambours on retrouve
les grandes lignes du baptme catholique des petits enfants.
Chaque instrument doit tre habill proprement et reoit
un parrain et une marraine.
Le pre-savane asperge les tambours d'eau bnite. S'il n'en
a pas sous la main, un petit garon doit laisser tomber un peu
de sel dans une tasse remplie d'eau, et celle-ci est regarde
comme sanctifie par l-mme. Ensuite le ministry rcite
diverse prires catholiques, comme le Pater, l'Av et le
Credo, entremls d'hymnes chants par l'assistance. Puis
le pre-savane prend un euf, le brise et oint avec le contenu
le haut de chaque tambour.
Le houngan ou prtre des dieux se charge du reste de la
crmonie. Aprs avoir dessin des lines symboliques autour
des instruments, il les couvre d'un voile blanc et y rpand
du mas grill, en agitant de temps en temps sa sonnette.
Chaque tambour reoit le nom d'un Saint catholique, ou
parfois d'un dieu du Vaudoux. Puis le prtre rpand quelques
gouttes d'eau bnite sur les tambours, en disant en crole :
Je te baptise au nom du Pre et du Fils et du Saint-Esprit,
pendant que le parrain et la marraine posent la main sur le
haut du tambour.
Aprs cela, le houngan trace des signes de croix sur les
instruments, place devant chacun un cierge allum et rpand
sur eux de la liqueur.


(1) HERSKOVITS, p. 273-274.


(2) Cf. stipra, p. 53.








I. CULTE HAITIEN DES ESPRITS EN GNRAL


Cependant les dtails de cette inauguration ne sont pas les
mmes partout, ainsi qu'on le constatera en comparant la
description de Herskovits avec celle de Wirkus et de Sea-
brook (1).


Exlrail de: Z. Hurston. Tell my horse (Voodoo Gods), Lippincoll Co.,
Philadelphia. Avec autorisalion. Copyright by Life Magazine.
TAMIBOURS ET TAMBOURINEURS.
Les tambours sont quelquefois accompagns du ncl-
sin, (2) triangle de fer qui, battu, a la proprit d'voquer les
lois. On se sert galement de 1' ogan (3), qui consiste

(1) HERSKOVITS, p. 275-276 ; WIRKUS, engl. ed., p. 288-289 ; tr. fr.,
p. 273-274; SEABROOK, engl. ed., p. 300.
(2) Cf. C. TEXIER, p. 202-212.
(3) HERSKOVITS, p. 182. Ce mot vient sans doute du dahomen gan,








IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


dans la lame d'une houe frappe par un grand clou. Dans le
rite du Congo on y ajoute le mayoyo (1), chssis de bois,
orn de clochettes.
Les murs du temple sont tapisss d'images de pit : S. Mi-
chel, Notre-Dame de Lorette; S. Joseph, S. Roch (2) avec
son chien, etc. Quelquefois une des images est dcloue en
parties et pend la tte en bas. C'est parce que le Saint qu'elle
reprsente a t vainement invoqu; alors on le met en p-
nitence (3). En Afrique on fait encore pire. Quand un dieu
n'exauce pas son client, celui-ci l'injurie, le some de rendre
ce qu'il lui a donn, le dpose de son pidestal ou le relgue
dans un coin (4). Parfois aussi les murs du temple vaudouique
sont dcors de diverse gravures tires de revues illustres
europennes ou amricaines.
La chambre rserve au rite du Congo est ordinairement
moins meuble. L'ornementation consiste la plupart du temps
en quelques chromolithographies reprsentant l'adoration des
Mages. Il y a de plus une petite malle, o se trouve le pa-
quet-Congo, c.--d. le chapeau royal, avec des rubans et des
plumes (5). Craige (6), qui cependant n'est pas toujours trs
exact (7) quand il s'agit de Vaudoux, donne la description sui-
vante d'un paquet-Congo, fabriqu pour lui par un sorcier
hatien et qu'il garde comme un gage de bonheur. C'tait
haut d'environ un pied (30 cm.), dit-il, et fait de soie rouge
et blanche. A.la parties infrieure l'objet tait bomb comme
un vase et s'amincissait en haut la manire d'un col troit.
Des boucles de rubans rouges et noirs lui donnaient un as-
pect agrable, tandis que des colliers de grains brillants et
d'tranges osselets taient attachs au col. Le tout tait cou-


c.--d. gong une ou deux notes, souvent remplac au Dahomey par
une simple bouteille ou un recipient rsonnance. (QUNUM, p. 158).
Quant la voyelle o, elle peut tre prfixe selon les besoins de l'eu-
phonie (QUNUM, p. 28). Cf. JULES FAINE, p. 316: hogan, trian-
gle.
(1) AUBIN., p. 201.
(2) S. Rch reprsente probablement un des dieux gurisseurs:
Ogoun Batala, etc. Sur S. Michel, cf. supra, p. 47, n. 10.
(3) P. REBOUX, p. 222. (4) A. BRos, p. 154.
(5) AUBIN, p. 61. (6) CRAIGE, B. B., p. 286.
(7) HERSKOVITS, p. 332, n. 10.








I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


ronn de plumes rouges et noires, de sorte qu'il avait quand
mme un air trange et quelque peu barbare. Au dedans de
ces paquets, qui ressemblent des poupes, on met, d'aprs
Wirkus (1), un mlange d'herbes et de racines en poudre.

La Procession.

Les crmonies en l'honneur des diffrentes divinits s'ap-
pellent: gombos (2), services, mangers, devoirs, et ont lieu
en plein jour, ordinairement vers le soir. La convocation
ces solennits se fait par les tambours (3), ou encore au moyen
de lambis (4), conques ou coquillages roses perces d'un
trou, dans lesquelles on souffle et don't le son se rpercute
trs loin dans les.montagnes. Aussitt qu'ils,entendent ce
signal bien connu, les Hatiens accourent de toutes parts,
encourages par la perspective de pouvoir manger, boire et
s'amuser volont.
La solennit comprend d'ordinaire une procession, des sa-
crifices et des danses. Voici le crmonial de la procession,
extrait en grande parties d'Aubin (5). Quand tout est prt,
les tambours battent le rassemblement. Le matre de cr-
monie (6), un des houngunicons, ou aides du papaloi, braii-
dit son sabre (7). Les demoiselles hounsis, portant des dra-
peaux et des clochettes, se rangent en ligne derrire le cr-
moniaire, prs de la maison du prtre. Quand la prtresse
parat, le sabre salue, les drapeaux s'inclinent et toute la
congregation se prosterne. La mamanloi, en grand apparat,
s'avance lentement vers le temple, pendant qu'elle s'appuie
sur les paules de deux hommes, et tient dans sa main un
petit chapelet de pierres blanches. Comme elle est sous l'in-


(1) WIRKUS, tr. fr., p. 170.
(2) Mgr KERSUZAN, p. 6 ; on encore : noche bella (espagnol : belle
nuit, rjouissance nocturne); op. cit., ibid.
(3) WIRKUs, tr. fr. p. 152.
(4) CRAIGE, B. B., p. 105, 124; E. TAFT, p. 247.
(5) AUBIN, p. 100-102 : Fte de la maison.
(6) Appel sabreur ou porte-pe.
(7) Ces sabres ou pes, servant tuer des boeufs aux sacrifices,
reoivent une bndiction spciale (ZORA HURSTON, p. 160).







IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


fluence des. mystres , sa dmarche est chancelante ; cha-
que pas elle fait mine de s'affaisser.
Aprs quelques minutes de recueillement dans le temple,
la procession commence. En tte du cortge, des garons
portent des cierges, un crucifix, un encensoir. Puis vient un
blier, un bouc ou quelque autre animal destin au sacrifice;
la bte a les yeux bands et le dos recouvert d'une toile ; cha-
cun de ses arrts signal la presence des. lois . Derrire la
victim s'avance la mamanloi, qui est toujours soutenue par
deux aides, et que suit le people. Un pre-savane chante
pendant ce temps les litanies de la sainte Vierge en latin, ou
des cantiques franais, tels que: Oh! l'auguste Sacrement!
- Je suis chrtien, etc.
Le long du chemin que suit la procession, le papaloi trace
toutes sortes de lignes et de figures cabalistiques, pour appeler
les esprits. Ces dessins, dits verver (1), different pour cha-
que divinit. A cet effet le prtre se sert de deux assiettes,
don't l'une est remplie de mas blanc moulu, et l'autre de cen-
dres grises, appeles farine-Guine . Quelquefois il y a un
troisime plateau, contenant une poudre noire de grains de
caf grills et moulus (2). D'ordinaire les deux premiers plats
suffisent, le dernier s'emploie pour les services Ptro et sur-
tout pour les dieux de la mort, savoir Baron Samedi et
Gud. Dans les services Ptro le prtre trace aussi parfois
les signes symboliques avec un mlange de cendres et de
poudre canon (3).
En Afrique, au dire de Mgr. Le Roy (4), pendant l'initia-
tion de la pubert, la peau noire disparat en tout ou en par-
tie sous une couleur blanche, obtenue avec de la craie dlaye
ou de la farine; c'est la couleur des esprits. (Les esprits sont
blancs). A cette couleur on a ml souvent aussi un peu de
cendre d'os des anctres, qui la sanctifie, et met ainsi les
nouveaux membres de la famille en relation avec les mnes
de leurs parents . Cet usage d'Afrique forme probablement

(1) D'aprs Herskovits, p. 157, 161-162. Cf. AUBIN, p. 55 ; Z. HUR-
STON, p. 153, 160, etc. (2) HERSKOVITS, p. 161.
(3) ZORA HURSTON, p. 177. V. infra: Les baka ou dmons; et
Sacrifices expiatoires.
(4) Mgr. LE ROY, p. 234.








1. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


la base de la coutume hatienne actuelle, et explique le nom
de farine-Guine (1), donn aux cendres. Quant au mas,
il faut noter que c'est l'ambroisie ou nourriture des dieux
hatiens (2). Il est donc tout natural qu'on s'en serve pour les
appeler.
Dorsainvil (3) fait remarquer qu'en Hati le prtre du Vau-
doux n'est nullement prpar par son milieu excuter ces
figures gomtriques et symboliques; et il dit que c'est l
une part vraie de la tradition, un lment qui entire positive-
ment dans son instruction pralable .



















Photo E. Aubin. En Hati.
LE PRTRE TRACE LES LIGNES RITUELLES.

-Dans Seabrook (4) nous trouvons la description suivante,
avec claircissement, d'un de ces dessins cabalistiques. Le
papaloi prit du mas, et traa paralllement l'autel une
ligne droite de trois mtres de long. De chaque ct de ce
trac il dessina d'autres lignes plus courts, tombant perpen-
diculairement sur le grand trait et termines par une sorte

(1) HERSKOVITS, p. 234.
(2) Ibid., p. 157. On pogrrait dire que le rhum est leur nectar, car
c'est la boisson qui leur est offerte le plus souvent.
(3) DORSAINVIL, V. et N., p. 79.
(4) SEABROOK, engl. cd., p. 57 ; tr. fr.,p. 63.
Ha'ti. III. 6.







IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


de fourche. Aux deux extrmits et au milieu de la grande
line il ajouta trois petits cercles qui, de droite gauche, de-
vaient figure la terre, le ciel et la mer. Les lignes fourchues,
relies au grand trait, et don't les points taient tournes
en parties vers l'autel et en parties vers les fidles, reprsen-
taient les sentiers mystrieux, suivis par les esprits.
Dans le cercle figurant la terre, le prtre versa de l'huile,
de la farine et du vin, pendant que le people chantait:
Ouangol mat la t Ouangol est le matre de la terre.
La deuxime circonfrence, qui reprsentait le ciel, fut sanc-
tifie par du rhum et de la cendre, aux chos de -l'hymne
suivant : Dambala, ou mat le ciel : Dambala, vous tes
le seigneur du ciel. Enfin, dans le rond qui symbolisait la
mer, le prtre fit des libations d'eau, et le people chantait :
Papa Agou, li mat lan mer : Quant Papa Agou, il est
le dominateur de la mer (1).
Les mystres de l'antiquit grco-romaine se clbraient
d'une manire analogue aux solennits du Vaudoux. Com-
me lments essentiels, dit le Pre J. Huby, S. J., (2) nous
y retrouvons commhnment des purifications, des sacrifices,
des rvlations de formules sacres, enfin des rites variant
suivant les diffrents mystres . La grande solennit des
mystres d'Eleusis commenait par une longue procession (3).

Le Sacrifice.

A propos de la nature, de l'universalit et de l'importance
du sacrifice, nous trouvons des notions trs prcises dans le
Pre Lonce de Grandmaison, S. J. (4). Tout d'abord il nous
assure qu'il n'y a pas d'instrument plus efficace d'unification
religieuse. C'est une prire pour ainsi dire objective, une


(1) II faut noter le symbolisme parfait de ces libations. Pour les
trois products indiqus, reprsentant la terre fconde, cf. Deul., 7, 13;
Jol, 2, 19, 24. Le rhum.et la cendre ont-quelque chose d'thr.
(2) HUBY, p. 469, n. 1.
(3) HUBY, p. 465-467; CHANTEPIE DE LA SAUSSAYE, Bd. II, S. 369.
Sur les mystres de Mithra, cf. ibid., S. 497-499; HUBY, p. 525-527.
Sur les mystres en gnral, CHm DE LA SAUSSAYE, Bd. I, S. 97.
(4) HUBY., p. 19.








I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


offrande coteuse, ddie la divinit, et soustraite (au
moins partiellement) l'usage human, dtruite, ou dnatu-
re, dans le but de reconnatre le haut domaine de l'Etre
Premier. Aussi le sacrifice se trouve-t-il dans toutes les reli-
gions et toujours leur centre. En effet, il rpond toutes les
aspirations de l'homme vers l'infini: l'hommage dsint-
ress, la prire de demand, l'action de grces, la pro-
pitiation des fautes de toute sorte. tant donn son impor-
tance, le sacrifice n'est jamais laiss la discretion arbitraire
du croyant. Acte minemment social, il a des formes concer-
tes et solennelles, il exige des preparations minutieuses:
separation, continence, jene, purification; et implique des
rites: oblation, chants, immolation, qu'il n'est pas prudent
d'omettre, ni permis de modifier.
Le sacrifice, dit le Pre M. Briault (1), comporte les l-
ments suivants : 10 un don ou un abandon est fait, soit la
divinit, soit un intermdiaire entire elle et l'homme; 20 une
reconnaissance est ainsi faite du souverain domaine de la
divinit ou de la puissance relative de l'intermdiaire; 30 un
espoir est exprim et signifi d'atteindre une communion,
une participation, soit avec la divinit, soit avec la puis-
sance situe entire elle et nous .
Les motifs du sacrifice nous sont expliqus par Mgr. Le
Roy (2): Sentant le besoin de reconnatre sa quality de
vassal, dit-il, le Primitif offrira les prmices de ce qu'il de-
mandera la Nature, il rachtera par le sacrifice d'une parties
la facult d'user du reste, il fera une libation avant de boire
une liqueur fermente,... il aura des rites divers avant de
ramasser une plante mdicinale, de dfricher un coin de
fort.... Voil la raison du sacrifice.
C'est par le sacrifice spcialement que l'homme entretient
des relations avec la divinit. Quand ces rapports se sont
relchs ou ont t dtruits, c'est encore par le sacrifice qu'on
les fortifie ou qu'on les renouvelle (3). La sacrifice replace


(1) P. BRIAULT, p. 147. V. aussi HERV, t. IV, n. 83, 84 : De sacri-
ficio in genere.
(2) Mgr LE ROY, p. 88. (3) Cf. MENZIES, History of Religion,
p. 65, 69; cit par Nassau, p. 94-95. V. aussi PRICE MARS, Ainsi,
p. 144.









IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


le don de soi, et surtout le don du sang; car d'aprs l'opi-
nion des anciens, l'me est dans le sang (1). On offrait le
sang des animaux, au lieu de sa propre vie, en hommage
Dieu.
On distingue l'offrande, savoir une chose qu'on prsente
la divinit dans son tat natural, comme les prmices de
la moisson ; et le sacrifice proprement dit, ou quelque chose
qu'on dtruit, pour le transporter ainsi en quelque sorte
dans le monde invisible, par ex. de l'encens qu'on brle,
un animal qu'on tue (2).
Dans le Vaudoux actuel on trouve d'abord les offrandes,
qu'on appelle: mangers secs (3). La plupart du temps elles
consist-ent en fruits, petits pains, cassave (4), gteaux, mas
grill, avec de la boisson. On les prsente aux dieux dans les
circonstances moins importantes, comme l'attente d'une
naissance, avant le marriage et la fte annuelle des dieux
domestiques. Il n'y a que quelques rares dieux (5), savoir
Legba, en tant que dieu de la fcondit, et Agou, dieu de la
mer, qui se contentent toujours de tels dons, ne comportant
pas de sang vers.
Habituellement, en effet, on offre un sacrifice sanglant.
La victim diffre selon les esprits et selon l'importance de
la crmonie. Dans le rite Rada la victim propre est la


(1) C'tait le cas surtout chez les Juifs. L'me de toute chair,
c'est son sang, dit le Deuteronome (12, 23). C'est sur cette unit de
l'me et du sang que repose la prohibition de manger le sang des ani-
maux (Lev., 7, 26 27 ; 17, 10-14 ; Deul., 12, 23, etc.), defense main-
tenue mme dans le Nouveau Testament pendant quelque temps
(Act., 15, 20, 29 ; 21, 25). A cause de cela, le sang d'un homme assassin
crime vengeance au ciel (Gen. 4, 10; Hebr. 12, -24). Virgile (Enide
IX, 349) exprime galement cette pense. quand il dit d'un mourant:
Purpuream evomit ille animam. Beaucoup de philosophes grecs
et remains ont cherch tablir cette ide scientifiquement (AmRs-
TOTE, FIei YV;i, I, 2; CIcRoN, Tuscul. I, 9; TERTULLIEN, De
anima, XV). D'aprs TROCHON, Archologie biblique, p. 422, n. 11 ;
t. II de la Bible de Lethielleux, Paris, 1887. Cf. Dr. H. BON, Prcis,
p. 145, 306. La philosophie chrtienne enseigne que l'me est spirituel-
le, et qu'elle se trouve dans le corps et dans chacune de ses parties.
(2) HERSKOVITS, p. 175. (3) HERSKOVITS, p..144, 155, 175.
(4) Galette d farine de manioc.
(5) SEABROOK, engl. cd., Notes, p. 295 ; WIRKUS, tr. fr., p. 299.








I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


chvre; dans le rite Ptro c'est le porc. Tandis que les gnies
du rite de Guine demandent des victims blanches, rouges
ou bigarres, ceux du rite Congo exigent des animaux noirs
ou gris. Ainsi on immole un coq blanc et une poule blanche
ou un pigeon blanc en l'honneur de Dambala; un bouc ou
une poule blanche et noire en l'honneur de Legba; un coq
rouge pour Ogoun, une chvre blanche pour Ezile, un blier
pour Saugo, un pigeon blanc pour les jumeaux, un mouton
pour le loi appel saint Jean-Baptiste. Par contre une
chvre noire et une poule noire sont prsentes Baron
Samedi et Gud, un coq gris, Loco, un verrat noir
Bossu. Aux morts on offre des poules blanches, car le blanc
comme le noir est la couleur dur deuil en Hati (1).
Avant de tuer les animaux, on s'assure si les victims pr-
sentes sont agrables aux divinits. Une indication que tel
est bien le cas, se voit dans le fait, que les btes mangent les
feuilles ou les grains de mas qui leur sont prsents (2).
Ensuite les animaux sont lavs, nettoys et mme parfu-
ms par les hounsis . On les couvre de morceaux de toile
ou de pices de vtements; les cornes des chvres sont or-
nes de rubans et mme de chandelles allumes. En effet,
la victim doit tre prsente au dieu dans le meilleur tat,
afin d'tre digne de lui et par consquent de pouvoir lui
plaire (3).
Pendant que la bte est immole par les houngunicons
ou ministres du papaloi, on recueille le sang dans une ga-
melle, baquet en bois de forme oblongue et arrondie. Le
prtre prend des deux mains le recipient, le lve solennelle-
ment vers le ciel et en fait l'oblation aux dieux, en rcitant
une prire (4). Puis le sang, aprs avoir t mlang avec du
tafia (rhum cru), est bu par les assistants (5). Quant la vian-

(1) HERSKOVITS, p. 158, 162, 172, 175, 281. Cf. ZonA HURSTON,
p. 160. Sur la bte du sacrifice chez les Haoussas, V. TREMEARNE, The
Ban, p. 232.
2) HERSKOVITS, p. 158, 162; SEABROOK, engl. ed., p. 60 ; tr.fr., p.
66. Wirkus se demandait pourquoi on prsentait ainsi des feuilles
aux victims avant de les immoler (WIRKUS, tr. fr., p. 165).
(3) HERSKOVITS, p. 162, 165, 175 ; WTIRKUS, tr: fr., p. 164. Chez
les Juifs les victims devaient tre sans dfaut (Lev., 3, 1, 6).
(4) WIRKUS, tr. fr. p. 167.
(5) SPENSER tr. fr., p. 203; WILLIAMS, p. 89.








IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


de qu'on prpare ensuite, on en offre une parties sur l'autel
du dieu.
En gnral, les fidles croient que la divinit ne gote que
l'essence, l'esprit des offrandes, et qu'elle laisse le reste aux
hommes (1). De la victim le gnie prend la bonne odeur
qui monte vers lui, dit Nassau (2), pendant que la parties plus
matrielle est consomme sur terre . Schneider (3) s'exprime
de la mme manire: Le prtre fournit aux dieux de la
nourriture et des boissons, leur abandonnant les lments
invisibles et plus subtiles, et absorbant lui-mme les parties
grossires avec un plaisir non diminu .
Quand la divinit a reulsaJpart, le reste de la victim


Phliolo E. Aubin, En Hati.
LA VICTIM DU SACRIFICE.
(Un blier).


est distribu entire les fidles. Il existe donc vraiment une
communion, une participation au sacrifice, car on mange la
chair et on boit le sang de la victim. De plus, en s'unissant


(1) HERSKOVITS, p. 81; A. Baos, p. 135; NASSAU, p. 56.
(2) NAssAu, p. 95.
(3) SCHNEIDER, S. 220. Cf. NASSAU, p. 94-95, citant Menzies,
History of Religion, p. 69.








I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GNRAL


la victim, on s'unit en quelque sorte au dieu, qui elle
est consacre. C'est ce qu'atteste pareillement Mgr. Le Roy (1),
parlant des peuples primitifs de l'Afrique. Cette offrande,
consacre et sacrifice, dit-il, est ainsi pntre dsormais
d'une vertu surnaturelle. Si on se l'incorpore, si on se l'as-
simile, elle fournira le moyen d'entrer plus intimement en
rapport avec l'Esprit qui l'a touche de son influence ou qui
l'habite, de s'associer lui, de contractor ou de renouveler
avec lui pacte ou alliance. Et voil la communion.
Mgr. A. Bros, propos de la religion des peuples non ci-
viliss, affirme de mme que le fidle a l'intention de s'unir
au dieu, en partageant et en mangeant la mme victim.
Une autre forme de la communion, dit-il encore, (2) consiste
s'assimiler le dieu mme; elle part de cette ide qu'en man-
geant une victim on s'incorpore avec son esprit, ses forces
et ses qualits. Ainsi chez les Carabes on donnait le cour
d'un prisonnier manger au plus brave, et chacun se par-
tageait les autres parties de la victim. La communion,
c'est l'absorption de la divinit qui inspire, qui fortifie, qui
unit sa destine celle du sauvage (3). Et plus loin, le mme
auteur ajoute: (4) S'unir la divinit pour devenir fort de
sa toute-puissance, c'est ce que Jsus a voulu rendre pos-
sible par son sacrifice. Et c'est ce que grossirement le sau-
vage a rv aussi. S. Justin (5) tait lui-mme frapp des rap-
ports entire l'Eucharistie et les mystres de Mithra (6).
En Hati, certaines solennits, par example au sacrifice
Ptro, il se fait une aspersion avec du sang (7), en signe de
purification, avant qu'on prenne part au sacrifice par la
communion. Ceci est en harmonie avec les usages de l'Afrique,
ainsi que nous lisons dans le Pre M. Briault (8). Une ide de

(1) Mgr. LE ROY, dans: HUBY, p. 67.
(2) A. BROS, p. 147. (3) Id., p. 150.
(4) Op. cit., p. 175.
(5) S. JUSTIN, Apologie, 66, 4.
(6) On y participait un repas cultuel de pain avec de l'eau et du
vin, pris en souvenir du dernier repas terrestre de Mithra (CHANTEPIE
DE LA SAUSSAYE, Bd. II, S. 497-499).
(7) SEABROOK, engl. ed., p. 41 ; tr. fr., p. 45; LOEDERER, S. 214;
CRAIGE, B. B., p. 105.
(8) BRIAULT, p. 155.








IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


purification, dit-il, se mle souvent aux sacrifices. L'ablution
des corps, l'aspersion d'eau ou de liquides consacrs garden
le double sens de laver les corps et de purifier les esprits.
Cyril Martindale (1) nous assure de son ct que ces dsirs
de purification et d'expiation, d'union la divinit sont
fonds sur la nature mme de l'homme religieux. Par sa. seule
raison, l'homme se connat dpendant d'un tre suprieur.
Sa conscience lui apprend que cet tre punira le mal et
rcompensera le bien. Voil pourquoi l'homme souill de
fautes dsire se purifier, afin d'obtenir le pardon et la fa-
veur de cette puissance supreme.
Dans le Vaudoux on fait aussi des libations, qui consistent
rpandre, avant de boire, un peu de tafia ou d'une autre
boisson sa gauche, sa droite et trs souvent devant soi,
en l'honneur des esprits. D'habitude les libations s'offrent
au nombre de trois : pour les dieux, les morts et les jumeaux ;
ou, comme disent d'autres, en l'honneur du Pre, du Fils et
du Saint-Esprit (2).
Pendant que toutes ces crmonies s'accomplissent, on pr-
pare un grand festin. Autour de la maison du prtre, des
chaudires de pois (haricots) et riz , d'ignames et de mas
moulu, cuisent sur des feux. On tue un boeuf, une chvre, ou
un pourceau, etc., suivant le nombre des htes.

Terminons ce sujet en faisant quelques rapprochements
avec la Grce tout d'abord. On y honorait les dieux par la
prire, par des offrandes varies... Aux offrandes s'ajoutaient
les sacrifices; sacrifices non sanglants : fruits, gteaux, li-
bations, encens ; sacrifices sanglants de brebis, chvres, porcs,
taureaux, boeufs, etc. Les- animaux blancs taient rservs
aux dieux Olympiens... Aux morts on immolait des ani-
maux noirs (3).
Avant d'tre sacrifi, dit O. Habert (4), l'animal, cou-
ronn de fleurs, tait conduit processionnellement devant



(1) HUBY, p. 531. Cf. Hebr., 9, 13.
(2) HERSKOVITS, p. 209; WIRKUS, tr.fr., p. 138; AUBIN, p. 103.
(3) HUBY, p. 472.
(4) J. BRICOUT, t. I, p. 336-337.








I. CULTE HATIEN DES ESPRITS EN GENERAL


l'autel.... Aprs l'immolation, on prsentait aux dieux les
meilleures parties de la victim, puis les prtres prenaient
leur part, et ensuite les assistants. On faisait aussi des liba-
tions, pour lesquelles on se servait d'eau mielle ou de vin (1).
Voici maintenant quelles sont ce sujet les coutumes ac-
tuelles du Dahomey. Les offrandes en l'honneur des ftiches
sont trs usites. Ainsi on leur prsente des aliments dposs
leurs pieds dans des vases de terre, et de l'huile de palme
que l'on rpand sur leurs statues.
On immole aussi des victims : des poules, des pigeons,
etc., mais non le porc. Cependant les dieux ont leurs prf-
rences, et en gnral les grades divinits exigent aussi de
grande victims. Ainsi Fa dsire des brochets, des canards,
des bliers.
Avant de procder l'immolation, on demand aux dieux
si les victims leur plaisent, par la manire don't tombent
quatre lobes de kola (2). Le sang des animaux sacrifis est
rpandu sur la tte des dieux, pendant que les ministres
chantent.
Quand la victim est prpare, on offre au ftiche la tte,
le collet, les pattes, les ailes, le coeur, le foie ; en un mot, les
meilleures parties. Une heure aprs cette oblation, les dieux
sont censs avoir termin leur repas, et l'offrande est parta-
ge entire toutes les personnel prsentes (3).


La Danse actuelle du Vaudoux.

Le sacrifice est suivi de la danse. Au dire de Mgr. A.
Bros (4) la danse sacre tait dj usite chez les Grecs, et on
la trouve dans les deux Amriques, en Ocanie et dans le
centre africain. Elle est imitative du dieu, ou une manifesta-
tion extrieure de l'adoration, comme l'attitude et les gestes


(1) Pour les Romains, cf. CHANTEPIE DE LA SAUSSAYE, Bd. II,
S. 455.
(2) La noix de kola est un fruit amer, qui sert d'excitant et rem-
place le caf en certain pays d'Afrique.
(3) GOUVERNEMENT GN., p. 96; QUNUM, p. 95-97.
(4) A. BROS, p. 159.








IIe PARTIES: LE VAUDOUX ACTUEL


de la prire; elle est toujours cadence et ordonne comme
un rite religieux.
En Hati donc, la tombe de la nuit, quand tous ont
bien mang et surtout beaucoup bu, a lieu la danse vaudoui-
que en l'honneur des esprits ('),laquelle a beaucoup de ressem-
blance avec la danse du Vaudoux proprement dite, que nous
avons dcrite ci-dessus (2). Quoique la cage avec la couleuvre
manque, les danseurs n'en sont pas moins excits et comme
hors d'eux-mmes.
Il faut ici distinguer deux sortes de danses vaudouiques:
la danse religieuse et la danse social. D'aprs le Dr. Hersko-
vits (3), elles different en ce que la premiere ne s'effectue
qu' l'occasion de crmonies cultuelles, qu'elle est accom-
pagne de possessions et se passe prs d'un oratoire fixe ou
improvis. La deuxime, par contre, se tient pendant une
fte civil, comme celle de l'indpendance (1er janvier), mais
ne comporte pas de possessions et a lieu loin du sanctuaire (4).
Cependant dans l'une comme dans l'autre on emploie le tam-
bour et on fait entendre les mmes chants sacrs. Dans Hers-
kovits (5) on peut voir les noms des diffrentes espces de
danses vaudouiques (yanualou, danses Congo, Martinique,
etc) ().
Dans la danse religieuse du Vaudoux l'orchestre se com-
pose d'ordinaire des trois tambours rituels, battus bien en
cadence et accompagns de battements de mains. Quelquefois
il y a plus de trois tambours, et en outre des fltes, des cor-
nes et d'autres instruments qu'on est all chercher dans le
temple.
La plupart du temps la danse s'effectue dans le pristyle
du temple, qui est spcialement destin cet usage. S'il n'y

(1) AUBIN, p. 55; HERSKOVITS, p. 177-181 ; 189-193, 195; P. RE-
BOUX, p. 215-217; 224-229 ; WILLIAMS, p. 87 ; BLAIR NILES, p. 15-30:
description enthousiaste; LOEDERER, S. 210-216 ; EDNA TAFT, p. 210-
213. (2) Supra, p. 21.
(3) HERSKOVITS, p. 179; cf. ibid., p. 10, 263; WIRKUS, tr.fr., p.
152; LOEDERER, S. 145-158 ; BL. NILES, p. 172.
(4) Cf. LOEDERER, p. 145-158; SEABROOK, engl. ed., p. 219-226;
tr. fr., p. 238-247.
(5) HERKOVITS, p. 263-264.
(6) Sur la calenda et la chica, V. WILLIAMS, p. 60-62.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs