• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Half Title
 Reference
 Acknowledgement
 Le pays
 La mission
 La Republique Dominicaine
 Bibliography
 Table of Contents
 Index














Group Title: Republique d'Haiti
Title: Echos d’Haïti: esquisses et récits
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076941/00002
 Material Information
Title: Echos d’Haïti: esquisses et récits
Physical Description: v. 2 of 3 : illus., ports., maps. ; 25 cm.
Language: French
Creator: Verschueren, J
Publisher: Imprimerie de Meester
Editions Scaldis
Place of Publication: Wetteren
Publication Date: 1948
 Subjects
Subject: Voodooism   ( lcsh )
Godsdiensten   ( gtt )
Haiti   ( lcsh )
Culture -- Religion -- Government -- Economy -- Haiti -- 19th Century -- 20th Century
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Bibliography: Bibliography at end of each vol.
General Note: Half-title; each vol. has special t.p. only.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076941
Volume ID: VID00002
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AAN1961
oclc - 01421383
alephbibnum - 000116166
lccn - 49004351

Table of Contents
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Half Title
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
    Reference
        Page ix
    Acknowledgement
        Page x
    Le pays
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
    La mission
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
    La Republique Dominicaine
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
    Bibliography
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
    Table of Contents
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
    Index
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
Full Text



J. VERSCHUEREN




LA RPUBLIQUE

D'HAITI







TOME II

CHOS D'HAITI


WETTEREN (BELGIQUE)
EDITIONS SCALDIS
24, Rue Hoender


PARIS (VIe)
P. LETHIELLEUX, DITEUR
10, Rue Cassette


1981















LA RPUBLIQUE D'HATI

II









J. VERSCHUEREN


LA RPUBLIQUE D'HATI



TOME I

PANORAMA D'HAITI
Le Pays et la Mission
Grand in-80 (25 x 16 cm), 539 p., 144 illustr.


TOME II

CHOS D'HAITI
Esquisses et Rcits
Grand in-80, 514 p., 163 illustr.


TOME III

LE CULTE DU VAUDOUX EN HAITI
Ophioltrie et Animisme
Grand in-80, 467 p., 25 illustr.

Chaque volume se vend sparment:
broch, 125 fr. belges ou 625 fr. franais;
reli percaline, 175 fr. belges ou 875 fr. franais.
Les trois volumes pris ensemble:
brochs, 350 fr. belges ou 1750 fr. franais;
relis percaline, 500 fr. belges ou 2.500 fr. franais.
En Belgique: DITIONS SCALDIS, 24, rue Hoender,
WETTEREN.
En France: P. LETHIELLEUX, diteur, 10, rue Cassette,
PARIS (VIe).



TOUS DROITS RSERVS
DES PRESSES DE L'IMPRIMERIE DE MEESTER WETTEREN (BELoIQUB)













LA RPUBLIQUE D'HATI

TOME II

CHOS





























NIHIL OBSTAT

Gandae, 20 Februarii 1948
H. VAN GOETHEM, libr. cens,


IMPRIMATUR

Gandae, 21 Februarii 1948.
O. JOLIET, Vie. Capit.









J. VERSCHUEREN





CHOS D'HAITI





ESQUISSES ET RCITS


The loveliness of Haiti is extraordi-
narily out of key with the cruel horror
of its history.
Le charme d'Hati est trangement
en dsaccord avec la cruelle horreur
de son histoire.
(BLAIR NILES, Haiti, p. 148).


WETTEREN (BELGIQUE)
EDITIONS SCALDIS
24, Rue Hoender


PARIS (VIe)
P. LETHIELLEUX, DITEUR
10, Rue Cassette


1948









CHOS D'HAITI




PREFACE


Dans un premier volume, intitul : Panorama d'Hati, nous
avons donn un bref aperu d'Hati comme pays et comme
mission. A cet expos thorique nous ajouterons dans ce
deuxime ouvrage des examples pratiques. Nous voulons, en
effet, complter les diffrents chapitres du livre prcdent, en
faisant ressortir les principaux personnages, vnements, faits
notables, etc. par des descriptions, des croquis et des rcits.
Cette anthologie a donc tout d'abord pour but de parache-
ver le premier volume; et tous ceux qui veulent connatre
Hati d'une manire complete et en mme temps agrable,
liront aprs chaque chapitre du livre en question les esquisses
qui s'y rapportent.
Mais en elle-mme aussi cette euvre nous semble avoir
son utility. En effet, elle peut servir procurer d'une manire
aise les premires notions concernant Hati. Afin de ren-
dre ces ides aussi exactes que possible, nous avons ajout
au commencement ou dans le course de chaque chapitre un
petit prcis de la matire.
Comme c'est surtout l'histoire merveilleuse d'Hati qui at-
tire l'attention, le plus grand nombre de pages sont consa-
cres ce sujet.
Une court bibliographie, renfermant les ouvrages les plus
important et les plus recommandables, termine ce volume,
qui, nous l'esprons, contribuera, comme le prcdent, d-
mentir tous ceux qui discrditent Hati, et assurer ce
pays la bonne place qu'il mrite au milieu des peuples.














REMERCIEMENTS


Nous adressons nos meilleurs remerciements aux missionnai-
res d'Hati, aux religieux et religieuses, qui nous ont fourni
des documents et des informations; ainsi qu'aux auteurs et
diteurs qui nous autorisrent reproduire soit des textes soit
des photographies, et aux autres amis, qui nous ont prt leur
bienveillant concours.
Nous sommes spcialement redevable la direction du maga-
zine new-yorkais Life et la rdaction de la revue La Re-
lve de Port-au-Prince; ainsi qu'aux diteurs des ouvrages
suivants : M. HERSKOVITS, Life in a Haitian Valley, A. Knopf,
New-York; ZORA HURSTON, Tell my Horse (Voodoo Gods),
J. B. Lippincott Company, Philadelphia ; H. FRANCK, Roam-
ing through the West Indies, D. Appleton-Century Company,
New-York; et F. WIRKUS, Le roi blanc de la Gonave, Payot,
Paris.












PREMIERE PARTIES


LE PAYS



I

GEOGRAPHIC



Beauts naturelles d'Hati.

Entre l'Amrique septentrionale et l'Amrique mridionale,
dans le group d'les appeles Antilles, se trouve l'le d'Hati,
qui est partage en deux tats : la rpublique de Santo-Do-
mingo et la rpublique d'Hati.
Cette dernire a environ la superficie de la Bretagne ou de
la Belgique, et compete prs de trois millions d'habitants,
don't la plupart sont des noirs. Hati est un pays tropical, trs
montagneux, o les communications par consquent sont
difficiles; mais cette contre est galement trs fertile, si bien
qu'elle fut appele la Perle des Antilles.
Nous faisons suivre ici quelques descriptions de ce pays
merveilleux, qui prsente non seulement des beauts agra-
bles, mais aussi des splendeurs terrifiantes.

De tout temps la magnifique nature d'Hati a fait l'admi-
ration des visiteurs. Il n'y a pas un seul voyageur, qu'il soit
Franais, Amricain, Anglais ou Allemand, qui ne parle avec
transport de ce pays superbe.
Christophe Colomb, qui dcouvrit l'le en 1492, la dcrit
ainsi: Hati est une merveille avec ses montagnes, ses colli-
nes, ses planes et ses champs. Le sol est merveilleusement
apte pour y planter et y semer, pour y lever toute sorte de
btail, et pour y btir des villes et des villages. Quand on ne








Ie PARTIES: LE PAYS


l'a pas vue, on ne saurait croire quels ports il y a l, ainsi que
de nombreuses rivires, don't plusieurs roulent de l'or.
Le pays s'lve une grande hauteur et est parcouru par
de longues ranges de collins et par des chanes de mon-
tagnes imposantes, des formes les plus bizarre et couvertes
d'arbres gigantesques, qui semblent vouloir atteindre le ciel.
Et je suis sr que ces arbres ne percent jamais leur feuillage,
car je les ai vus aussi verts et aussi beaux en dcembre, qu'ils
le sont en Espagne au mois de mai. Et le long du sentier que
je suivais, j'entendais le rossignol et bien d'autres oiseaux
chanter comme ils le font chez nous en plein t.


. :.. .... -....,. . ... .
^^ ^ it-^ *: t*'.^3

UN COIN IDYLLIQUE.


Il y a de magnifiques forts de pins et de large planes
vertes; il y a du miel et une grande varit de fruits. Hati
est une merveille.
Spenser Saint-John, qui rsida pendant plus de 20 ans en
Hati comme ministry d'Angleterre crit (Hati, tr. fr., p. 18) :
J'ai parcouru presque tout le globe, et je puis dire qu'il n'y
a nulle part une le aussi belle que Saint-Domingue (Hati).
Aucun pays ne possde une plus grande puissance de produc-
tion; aucun, une plus grande varit de sol, de climats et de









I. GOGRAPHIE


products; aucun, une semblable position gographique. Nulle
part les revers des montagnes n'offrent de plus magnifiques
spectacles et ne permettent de crer des sjours d't plus
ravissants et plus sains.
Ces descriptions enthousiastes sont confirmes par l'auteur
hatien Frdric Marcelin, qui crit (Choses hatiennes) : Vil-
les couches au pied d'une mer de saphir, que la brise ondule
incessamment sans trop l'agiter; baies et anses profondes,
que le cannot du promeneur parcourt sans danger, qu'il parte
aux premiers rayons du soleil ou ceux de la lune ; sources,
don't l'eau parfume flatte le palais comme une liqueur ida-
le; forts demi vierges, qui n'ont jamais connu ni fauves
ni carnassiers, ni aucune bte malfaisante, et aux arbres des-
quelles, en toute scurit, vous attachez votre hamac pour
passer la nuit ; sites adorables dans leur grce et leur verdure,
tageant, selon les accidents du sol, au-del du rel, leurs
panaches de palmiers et de cotonniers ; un printemps doux
et tide, aussitt qu'on quite les ctes, s'levant dans les
montagnes, en janvier et fvrier, presque aux piqres d'un
hiver modr ; enfin l'absolue certitude de traverser d'un bout
l'autre l'le enchante, sans une arme sur soi, d'tre le
ft, l'aim, sous l'ajoupa du paysan aussi bien que dans la
maison du planter, voil l'enveloppe corporelle de notre pays
ensoleill.
L'enthousiasme dborde aussi chez Loederer, Amricain
crivant en allemand, et qui parcourut toute la rpublique
en 1930 (Wudu-Feuer auf Haiti, S. 115-116). A cheval je
quittai Port-au-Prince, la capital, et j'arrivai bientt P-
tionville, dans les montagnes. Aprs avoir travers la grande
place devant l'glise, je pris le sentier bois, qui me mena
travers un jardin ferique d'une beaut indescriptible, de sorte
que la ralit semblait se trouver loin derrire moi.
Des oranges poussant sans culture se balanaient autour de
moi; plusieurs, trop mres, tombrent des tendres branches
et roulrent mes pieds comme un agrable don du matin.
Sous moi, dans un ravin, d'innombrables feuilles de bana-
nier, agites par le vent, formaient comme un fleuve limpide,
d'un vert clair, qui se mouvait entire les forts vert fonc.
Au-dessus de moi un oiseau de proie, fier et fort, tendait ses
large ailes au soleil matinal....









Ie PARTIES LE PAYS


A mes cts poussaient des cafiers et de grands arbres.
Je grimpai sur un figuier, don't les branches touchaient pres-
que le sol. Du plus haut point de ce toit de feuillage je jouis
d'une vue magnifique sur la plus bleue de toutes les baies
bleues des Antilles : un panorama, qui ne saurait tre dpass
par les golfes clbres d'Alger ou de Naples. Comme une im-
mense plaque cristalline d'aigue-marine, la mer Carabe s'ten-
dait devant moi, et au premier plan se trouvait l'le de la
Gonave. D'une manire presque pnible pour l'oreille, le son
aigu d'une sirne traversa le profound silence. Un cargo-boat
se dtacha de la jete, coupa comme insensiblement l'azur
de l'eau et sembla disparatre dans l'infini derrire l'hori-
zon.
Ainsi, visiteurs trangers et crivains nationaux s'accor-
dent pour louer la beaut d'Hati. Tous reconnaissent que
de ce pays rayonne un attrait qui, avec un irresistible prestige,
s'empare de chacun, qu'il soit littrateur ou homme d'af-
faires.

Grottes.

Hati se distingue par toutes sortes de beauts naturelles:
beauts terrifiantes, telles que des montagnes escarpes, de
profonds prcipices, des rivires mugissantes ; et beauts agr-
ables: de magnifiques fleurs, des plants gracieuses. ten-
dons-nous un peu ici sur les grottes qu'on rencontre dans les
montagnes.
A deux Km. du bourg du Dondon, dit Moreau de Saint-
Mry (t. I, p. 263-264), le long d'une rivire, dans une valle
troite, profonde et solitaire, se trouve une grotte, appele
vote Minguet, du nom d'un colon franais qui demeurait
dans le voisinage. Son entre ,est un vaste portique, o deux
masses informes sont places comme des gardens ou gnies
tutlaires. Le vestibule, d'abord spacieux, se rtrcit 8 ou
10 M. de l'entre, et forme un passage qui conduit une esp-
ce de sanctuaire, clair par un trou de la vote. Quant ce
sanctuaire, il est divis en trois parties parfaitement distinc-
tes : une large nef entire deux bas-cts, spars d'elle par deux
rangs de stalactites irrgulires, mais places sur une ligne
droite. Quelques-uns de ces piliers ont t travaills, dirait-









I. GOGRAPHIE


on; d'autres ne sont que dgrossis. Plusieurs, auxquels la
goutte ternelle ajoute sans cesse son dpt calcaire, n'ont pas
encore rejoint la vote.
A l'extrmit de la nef on voit des pierres carries, sur
lesquelles sont poses d'autres pierres plates, qui ressemblent
beaucoup aux dolmens bretons. Une semblable disposition
dcle la main de l'homme : ces tables grossires taient des
autels. Il y a aussi des tombeaux creuss dans le roc. Les
cts du temple ont galement dans leur paisseur des re-
traites spacieuses, peut-tre destines aux prtres.


UNE GROTTE A LA TORTUE.

Le temple a 50 M. de long sur une hauteur presque gale,
et 10 M. de large. Chaque anne les caciques ou rois indiens
venaient dans cet endroit la tte de leurs sujets, renouveler
leurs hommages aux dieux de la patrie : le soleil, la lune, le
gnie des eaux, etc.
Dans le bourg du Borgne, sur le chemin de la section (ou ha-
meau) du Petit-Bourg, 5 Km. de la mer, dit le mme au-
teur (t. I, p. 681-682), on aperoit une autre caverne. Elle est


!I-~yrl'i*~s~ 'C ~b~:J~~'
;~o 9e'lUP~2!!
i, ~T;~ I- 1.
,--iSL








Ie PARTIES: LE PAYS


divise en sept votes ou appartements de diffrentes gran-
deurs. La premiere vote, quoique la moins considerable, pour-
rait contenir au moins cent personnel. On y a trouv des osse-
ments humans, des ftiches, des fragments de vaisselle primi-
tive. Au fond de la premiere vote est une ouverture d'un
mtre de haut sur autant de large, d'o l'on sent venir un
vent assez fort, et d'o l'on aperoit une espce de gouffre.
Mais en se tranant par terre on trouve sur la droite de cette
ouverture un passage qui mne une grotte immense perce
la vote, ayant des niches dans le roc, et suivie de cinq autres.
Dans la dernire sont des rochers entrans, au moyen de quel-
ques trous du haut rpondant au revers de la montagne, par
le torrent qui, vraisemblablement parcourt toute la caverne et
aboutit au gouffre voisin de la premiere grotte. On y trouve
des colonies, des pyramides renverses, des stalactites de tou-
tes dimensions. Cet intrieur a quelque chose de sombre et
de majestueux. Ce fut peut-tre le dernier refuge des In-
diens, traqus par les Espagnols (Cf. MGR. HILLION, Visites
pastorales, p. 161-165).

Tremblements de terre.

Un des phnomnes les plus terrifiants qui se prsentent en
Hati, ce sont les tremblements de terre. Ils ont lieu assez fr-
quemment, on peut mme dire, en moyenne une ou deux fois
par an ; mais d'ordinaire ils ne sont pas violent, ni de la mme
force partout, et quelquefois on ne peut s'en rendre compete
que par des instruments spciaux. Quoiqu' Hati n'ait pas
de volcans en action, cependant on admet que le pays est
volcanique en certain endroits ; et c'est un fait, que certaines
cimes, couvertes de vgtation, ont conserv la forme d'un
cratre, par example l'Anse--Veau et Bainet. Ailleurs on
trouve des laves durcies, comme la Bombarde.
Nous dcrirons ici brivement les deux tremblements de
terre les plus violent, qui soient connus dans l'histoire d'Ha-
ti. Le premier eut lieu Port-au-Prince, le jour de la Pente-
cte, 3 juin 1770. Le soir sept heures et un quart, dit
Moreau de Saint-Mry (t. II, p. 418-420), commena la secous-
se, prcde, comme d'ordinaire, par un bruit sourd ou gron-
dement souterrain, appel gouffre. Les deux premiers chocs,








I. GOGRAPHIE


qui se suivirent de trs prs, durrent ensemble au moins 4
minutes. Pendant cette succession de movements d'ondula-
tion de l'est l'ouest et de trpidation violent, la ville entire
de Port-au-Prince fut renverse. Les murs se fendirent et tom-
brent en morceaux, les toits s'effondrrent, tout fut remu
et boulevers.
Comme il avait fait excessivement chaud pendant la journe
et que l'atmosphre avait t accablante, les habitants, ds
le coucher du soleil, taient alls chercher un peu d'air frais,
et faisaient une promenade ou taiert assis sous la galerie de
leurs maisons, d'o ils parent facilement s'lancer dans les
rues. Si la secousse avait eu lieu une heure auparavant, tous
auraient pri sous les ruines de leurs maisons. Malgr cela
prs de deux cents personnel perdirent la vie. Il survint en-
core des chocs plus petits, qui cependant taient assez forts
pour renverser ce qui restait encore debout.
Le jour montra toute l'horreur de cette scne dchirante.
En beaucoup d'endroits le sol tait fendu; des personnel se
trouvaient enterres, quelques-unes encore vivantes, sous les
dbris de leurs demeures ; les montagnes voisines de la ville
taient dgrades et affaisses; des monceaux de dcombres
couvraient toute l'tendue de la ville, o il n'y avait que les
arbres indiquer encore la direction des rues.
Dans le port taient ancrs 43 bateaux franais, qui heu-
reusement n'eurent rien souffrir du tremblement de terre.
C'est l que pendant trois jours on fit du pain pour les sinis-
trs, et toutes les voiles servirent dresser des tentes hors
de la ville. Pendant les quinze jours qui suivirent cette pou-
vantable catastrophe, il y eut encore plus de cent secousses
par jour.
Quoique ce tremblement de terre ft le plus violent Port-
au-Prince, il se fit cependant sentir dans toute l'le. Aux envi-
rons de la capital une rivire disparut compltement sous
terre; et de diffrentes crevasses on vit sortir une eau pleine
de sel et de soufre.

Le tremblement de terre du Cap-Hatien, qui eut lieu le
samedi 7 mai 1842, deux jours aprs la fte de l'Ascension,
ne fut pas moins formidable.
Vers cinq heures et demie de l'aprs-midi, raconte Mgr.








Ie PARTIES: LE PAYS


Hillion (Visites pastorales, p. 314), on entendit comme le bruit
d'un tonnerre souterrain, accompagn de plusieurs secousses
si violentes, qu'en moins de quelques seconds la ville du
Cap fut transforme en un vaste champ de ruines ; tellement
subites, que la plupart des habitants n'eurent le temps ni de
fuir, ni de se dire un supreme adieu. Trois personnel furent


UN GROUP DE LA VILLE.


ensevelies sous les ruines de la cathdrale, et plusieurs mil-
liers (cinq mille, dit-on) sous les dcombres de leurs maisons.
Au moment o la ville s'croulait,le ciel fut tellement obscurci
par les tourbillons de poussire, que l'on aurait dit une nuit
complete. La mer se prcipita sur la ville, jusque dans les
maisons qui bordent le quai, et se retira aussitt, fort heureu-









I. GEOGRAPHIE


segment; mais les commotions, en branlant ses profondeurs,
avaient amen sa surface tant de vase et de dtritus de
toutes sortes que l'eau tait noire dans toute la rade. Le
sol s'entr'ouvrit de toutes parts en longues crevasses, mais
peu large, ayant pour la plupart la direction du nord au sud
et quelquefois croises par des fissures perpendiculaires. Pour
comble d'horreur, on entendait les cris terrible des victims
ensevelies sous les ruines, ou se consumant sous les ardeurs
de l'incendie clatant au milieu des dcombres, pour achever
l'ouvre de destruction.
Affols par la terreur, ceux qui avaient pu fuir passrent
la nuit sur les places publiques. Le Pre Torribio de Mota,
cur de la ville, qui avait quitt la cathdrale quelques minu-
tes avant la catastrophe, et qui allait y rentrer au moment
o l'difice s'croula devant lui, fut sauv par la Providence,
afin qu'il pt offrir tant de malheureux les secours de son
ministre et les consolations de la religion. Aucun signe pr-
curseur ne s'tait manifest pendant la journe. L'air tait
calme, le ciel pur et serein.
Durant toute la nuit, il y eut de frquentes oscillations et
de violentes commotions. Bien plus, les trpidations du sol
se rptrent pendant prs d'un mois. Beaucoup d'autres
endroits encore en prouvrent des dommages.
Des montagnes et de la plaine, raconte Spenser, des ban-
des envahirent la ville du Cap, non pour sauver et aider leurs
malheureux compatriotes, mais pour piller les magasins et
les boutiques. Ils disaient dans leur crole : C bon Di qui
ba nous a : ay t jou' ou, joudi c /ou' -nous. C'est le
bon Dieu qui nous a donn cela : hier c'tait votre jour, au-
jourd'hui c'est le ntre.
Ce sisme fit une telle impression sur les habitants, qu'au-
jourd'hui encore, le 7 mai, on tient une procession de pniten-
ce, laquelle tous tiennent assister, autant que possible.

Cyclones

En dehors des tremblements de terre il y a encore les cy-
clones, qui de temps en temps causent des ravages en Hati.
Ils se produisent seulement en t, du 15 juillet au 15 octobre,
et particulirement sur le rivage mridional. On cite surtout








Ie PARTIES: LE PAYS


ceux de juillet 1808 qui dvasta Port-au-Prince, d'aot 1831
qui dmolit les Cayes, de septembre 1930 qui dtruisit Santo
Domingo, et d'octobre 1935 qui ravagea le Sud et causa
2.000 morts. Voici la description d'un cyclone qui eut lieu
en 1915.
Le mercredi 11 aot les deux Observatoires de Port-au-
Prince, celui des Pres du Saint-Esprit et celui des Frres de
Plormel, recevaient avis du Bureau Mtorologique de Was-
hington, qu'un cyclone s'avanait sur Hati, venant des Iles-
sous-le-Vent (Curaao et environs). Il devait arriver Port-
au-Prince dans la journe du jeudi.
Suivant l'usage, l'Observatoire des Pres du Petit Sminaire-
Collge, lana aussitt des tlgrammes tous les ports,
invitant prendre les precautions ncessaires, pour les ba-
teaux en rade, les barques, etc. Malheureusement ces tl-
grammes ne furent pas expdis par le bureau central, compl-
tement absorb par la transmission des dpches politiques.
(C'tait au commencement de l'Occupation amricaine). Cette
negligence fut la cause de graves dsastres dans les ports,
particulirement de la cte sud : perte de bteaux, de charge-
ments et de trs nombreuses vies humaines.
Ds la soire du mercredi, le vent soufflait avec violence
Port-au-Prince, et les premires averses arrivaient le jeudi
matin vers 7 heures. Bientt le cyclone couvrait la capital,
arrachant les arbres et dcouvrant plusieurs maisons. Tou-
tefois les dgts furent lgers dans la ville, protge par de
hautes chanes de montagnes. Il n'en fut pas ainsi sur ces
montagnes elles-mmes, qui furent littralement balayes par
le sinistre.
La march de l'ouragan porta peu prs de l'est l'ouest,
diminuant d'intensit dans la parties nord de son trajet, mais
causant d'effrayants ravages plus au sud. Certains quarters
furent entirement rass : il n'y resta plus une maison debout,
plus une feuille aux arbres, plus une cerise sur les cafiers.
Quant au nombre de personnel qui prirent dans ce dsastre,
il dpassa le miller.
D'ordinaire c'est le dpartement du Sud et une parties de
l'Ouest, qui ont le plus souffrir des cyclones. Tel fut le cas
en 1915. Les diocses du Cap, de Port-de-Paix et (les Gona-
res n'prouvrent aucun dommage. Dans l'archidiocse de









I. GOGRAPHIE


Port-au-Prince (Ouest) il y eut par endroits des avaries assez
srieuses. A Bainet le presbytre fut demi ruin; la toi-
ture de l'glise fut emporte et les murs fendills; un raz
de mare norme emporta d'un seul coup 150 maisons, et
toutes les chapelles rurales furent dtruites. Au Petit-Goave
l'hospice s'croula, et plus de mille maisons furent crases
dans les mornes. Ce sont surtout les chapelles de la cam-
pagne qui eurent souffrir: elles furent abattues Loga-
ne, Grand-Goave, Marigot, etc.


UN BOURG.
(Au fond l'glise).


Pour toutes ces rgions ce fut la ruine, ce fut la famine.
Depuis deux ans ces campagnes avaient pass par de gran-
des tribulations du fait de la guerre civil, le dnuement tait
devenu l'tat habituel des paysans. Le nouveau cataclysme
s'ajoutant toutes ces misres, les rduisit l'extrmit.
Le diocse des Cayes (Sud) fut encore plus prouv que
l'archidiocse. La capital surtout eut souffrir. La mer
envahit la ville des Cayes sur plus de deux cents mtres en








Ie PARTIES: LE PAYS


profondeur; le vent bouleversa les maisons des autres quar-
tiers, les culbutant parfois- comme des ftus de paille. A la
cathdrale et l'glise du Sacr-Ceur on ne voyait plus ni
toiture, ni charpente, ni fentre. Les coles des Frres et des
Surs furent chavires. Seules, les maisons construites en ci-
ment arm aprs l'incendie de 1911, tels que l'hospice et
l'vch, demeurrent intactes.
Les glises furent dcouvertes Port-Salut, Torbeck, Camp
Perrin, etc. Des dgts important eurent lieu divers pres-
bytres, et un trs grand nombre de chapelles rurales furent
dtruites. Il n'y eut que quelques rares localits, comme
l'Anse--Veau et le Petit-Trou qui furent pargnes.
Quant aux ravags commis par le cyclone dans les cultures,
ils furent sans example : il ne resta plus rien ou presque plus
rien. Dj la misre obligeait les habitants de certain quar-
tiers du diocse migrer Cuba. A ce propos, une golette,
avec 150 migrants, venait de quitter les Cayes quelques
jours avant le cyclone. Elle se perdit corps et biens; seul
un homme fut recueilli en mer, au fond d'un cannot dsem-
par.
Au point de vue religieux, ce fut un dsastre pouvan-
table. Les rsultats d'un travail missionnaire de 30 annes
avaient disparu, et les prtres, tant rduits de moiti par
suite de la guerre europenne, par les dcs et les maladies,
ne purent que trs lentement, aprs la grande guerre, reliever
de pareilles ruines.


(D'aprs le Bulletin religieux, sept. 1915.)















MURS ET COSTUMES



Fidlit des Hatiens.

Chaque homme a ses qualits et ses dfauts. On reproche
aux Hatiens d'tre paresseux et insouciants, ce qui s'ex-
plique par la fertilit du pays. Mais d'un autre ct ils sont
contents de peu, gais, aimables et hospitaliers.
Ils ont un caractre trs sensible, de sorte qu'on peut fa-
cilement les gagner par de bons prcds; mais par contre,
on s'en fait facilement des ennemis, si on les froisse ou les
traite mal.
Pour ce qui est de leurs habitudes, les Hatiens des villes
se conforment aux coutumes des pays d'Europe. Dans les
petits bourgs et la champagne cependant les coutumes sont
plus primitives: la nourriture consiste ordinairement en ba-
nanes, haricots et riz; les habits sont simples, mais dcents;
en fait d'habitations on ne voit gure que des huttes faites de
quatre poteaux, avec des branches entrelaces comme cloi-
sons, et des feuilles de palmiers pour couverture.

On prtend parfois que. les Hatiens sont ingrats. Que ceci
soit arriv parfois,'on ne peut le nier; mais c'est l un fait
que l'on constate partout, et en Hati ce n'est certainement
pas la rgle gnrale. Au contraire, on peut citer de nom-
breux examples de l'attachement et de la fidlit des habi-
tants tous ceux qui se trouvent au-dessus d'eux. Voici
d'abord quelques traits du temps de la colonie franaise,
alors que les Hatiens taient encore esclaves.
Pendant le tremblement de terre dj mentionn, du 3 juin
1770, qui dura jusqu'au 18, dtruisit toute la ville de Port-au-
Prince et tua 200 personnel, Alexandre Ption, multre,
plus tard (1806) Prsident de la rpublique, tait encore
la mamelle. Sa mre, trouble par la frayeur, l'avait aban-








Ie PARTIES: LE PAYS


donn dans sa chambre, endormi dans son berceau. La mal-
heureuse implore du secours, mais personnel n'ose aller cher-
cher l'enfant. Alors la nourrice noire se prcipite au risque
de sa vie dans la maison branlante, et apporte sain et sauf le
petit Alexandre.
Dans les environs d'Auray, crit M. l'abb L. Bonnaud,
missionnaire d'Hati (L'Apostolat en Haii. p. 12), je con-
nais une trs respectable famille, don't les anctres, planteurs
Saint-Domingue, durent leur salut au dvouement vrai-
ment admirable de leurs esclaves qui, avec eux, se rfugirent
et restrent cachs dans une fort proche de la cte, en at-
tendant le passage d'un voilier sauveur faisant route vers la
France. (C'tait au moment de la rvolte des esclaves contre
leurs matres.)
Ces colons, sans doute, avaient su se faire aimer de leurs
scrviteurs, puisque ceux-ci, librs dsormais de toute servi-
tude, les aidrent cependant transporter de leurs habita-
tions lointaines jusqu'au front de mer leur fortune en esp-
ces sonnantes et leur mobilier le plus prcieux; l'or et l'ar-
gent furent entasss dans de petits barils.
Aprs plusieurs jours d'attente dans les bois proximity
du rivage, un voilier fut aperu ; on fit les signaux convenus :
il comprit, s'approcha et prit mouillage. Les prcieux barils
furent embarqus, le reste suivit, les colons firent leurs adieux
ceux qui les avaient si bien servis ; enfin, ils s'embarqurent
destination de la France. Leurs esclaves les avaient sau-
vs. Quelque temps aprs, ils arrivrent sains et saufs dans
leur patrie. (Cf. Ibid., p. 188-193).

Les deux faits suivants se sont passs pendant la rcente
occupation militaire d'Hati par les tats-Unis d'Amrique.
Dans la ville de Hinche, raconte Blair Niles (Black Haiti,
p. 145), se trouvait un Amricain comme commandant des
gendarmes hatiens. C'tait au temps des cacos c'est--
dire des bandits qui attaquaient souvent les postes de police.
L'officier avait comme cuisinire une Hatienne, qui lui t-
moignait un entier dvouement.
Cette servante l'avertit qu'un certain soir les cacos atta-
queraient la maison. Mais, comme il courait toujours des
bruits ce sujet, l'officier n'y prta aucune attention, de








II. MOEURS ET COUTUMES


sorte qu'il se trouva seul, quand la maison fut attaque.
Tout coup il s'aperut que le poste tait cern. Il n'avait
que deux fusils, et pendant qu'il dchargeait l'un, Anna, la
cuisinire, chargeait l'autre et le lui tendait. Ils continu-
rent ainsi tirer et charger pendant plus d'une heure,


TYPES HATIENS.


quand enfin il arriva du secours. Alors les bandits s'empres-
srent de prendre la fuite.
Un deuxime example de la fidlit des Hatiens nous est
prsent parWirkus dans son autobiographie (tr.fr., p. 59-60).
Le lieutenant amricain Moskoff commandait la station de
gendarmerie Mirebalais, district galement expos aux d-
prdations des cacos. Un jour donc il se rendit un poste
situ 15 Km. de distance, avec la paye des gendarmes.
Moskoff tait depuis peu de temps en Hati, ne connaissait
pas les noirs et se mfiait d'eux. Arriv au poste, il ordonna








I PARTIES: LE PAYS


aux gendarmes de s'aligner et de dcharger leurs fusils: ce
qu'ils firent.
Pendant qu'il comptait l'argent sur une table, les bandits
attaqurent la maison. A la premiere vole le lieutenant
reut une balle dans la jambe, de sorte qu'il fut incapable de
se tenir debout. Sans attendre l'ordre de leur chef, les gen-
darmes sautrent d'un bond sur leurs fusils, les chargrent,
se couchrent plat et ouvrirent le feu, en se rangeant au-
tour de l'officier bless. Les assailants, constatant qu'on r-
pondait leur tir et ne voyant aucune chance de conqurir
le poste, se retirrent bientt. Alors quelques militaires ar-
rachrent de ses gonds l'unique porte de la maison et en fi-
rent une civire pour l'officier bless, tandis que les autres
l'entourrent. C'est ainsi qu'ils commencrent leur voyage
de 15 Km. vers Mirebalais.
Les cacos, constatant qu'ils avaient bless l'officier blanc,
ne se tinrent plus de joie. Ils devanaient la colonne en mar-
che, grimpaient sur les arbres, et criaient : Nous vous tue-
rons tous; mais si vous lchez le blanc, nous ne vous ferons
aucun mal. Et les gendarmes de rpondre: Si vous voulez
l'avoir, venez le prendre.
Pendant cinq heures, alors qu'ils n'avaient avanc que de
8 Km., les gendarmes protgrent l'officier, en tenant les
bandits distance. Puis le caporal fut touch; il sentait
qu'il tait bless mortellement; il prescrivit donc ses hom-
mes de courir en avant avec Moskoff, ajoutant qu'il tiendrait
tte, lui, aux brigands jusqu' la mort. C'est ce qu'on, fit.
Le caporal tomba, pendant que ses hommes avanaient avec
Moskoff; mais les cacos rattraprent les soldats. Alors
ceux-ci placrent la civire au milieu d'eux, et s'apprtrent
dfendre le lieutenant jusqu'au dernier homme.
Une patrouille de marines amricains, qui se trouvait
dans le voisinage, tant accourue aux coups de feu, mit les
bandits en droute et amena Moskoff mourant Mirebalais.


(Le dernier rcit est lir de : Paustia Wirkus, Le roi blanc de la
Gonave, avec l'autorisation dle M. Paaol, diteur Paris).








It. MOEBRS EP COtJtUMES


Finesse des Hatiens.

En gnral les montagnards hatiens sont russ et fins, et
plus d'une fois mme dissimuls, ce qu'on ne souponnerait
peut-tre pas. S'ils sont pris en dfaut, ils sauront toujours
se tirer d'affaire par quelque excuse assez vraisemblable.
A ce propos, le Pre Labat (d. 't Serstevens, t. II, p. 58),
crit ce qui suit, en parlant des esclaves noirs des Antiles.
Lorsqu'ils sont trouvs saisis de quelque vol, c'est un
plaisir de voir comme ils font les tonns ; il semble, les
voir et les entendre, qu'ils n'y ont aucune part, et que c'est
un pige qu'on leur a fait pour les faire maltraiter et perdre
de reputation ; et ils le font avec tant de navet qu'il faut
tre habile pour ne s'y pas laisser tromper. Mais quand ils ont
affaire des gens qui les connaissent, leur dernire resource
est de dire que c'est le diable qui les a tromps; et comme le
diable n'est pas toujours l present, ni d'humeur avouer
ce qu'on lui impute, on les fait chtier pour le larcin et pour
le mensonge.
Les Hatiens, et spcialement les petits gamins, sont surtout
habiles attraper les blancs. C'est ainsi qu'ils vendront un
planteur tranger dix bottes d'herbe, et en reprendront deux
en cachette, afin de les lui prsenter une second fois, avec
un sourire naf. Voici un rcit tir de Seabrook (The Magic
Island, p. 232-238; manque dans la trad. fr.), que nous rsu-
mons en quelques lignes, et qui montre de quelle finesse les
paysans hatiens sont capable.
Le Docteur R. Parsons, du service d'hygine amricain
de Port-au-Prince, devait se rendre Cornillon, hameau du
bourg de Grands-Bois, parce que le bruit courait qu'il y r-
gnait une mortality infantile.
Cornillon se trouve une distance considerable, sur de
hautes montagnes, prs de la frontire dominicaine. Le mde-
cin partit donc de grand martin, fit une parties de la route en
motocyclette, puis monta cheval. A travers une sorte de
dsert, et ensuite par un sentier troit de montagne il arriva
enfin le soir trs tard dans la valle de Cornillon, qui avait
l'air fertile et prospre.
Le docteur fut log la gendarmerie, mais il n'entendit rien
llai. II. --- 2.









Ie PARTIES : LE PAYS


de la mortality infantile. Le lendemain, vu l'absence du lieu-
tenant de la gendarmerie, on fit venir le juge de paix. Celui-ci
raconta d'abord que, l'anne prcdente, il tait all trouver
le service medical Port-au-Prince, pour obtenir qu'un dis-
pensaire ft construit Cornillon et qu'on y adjoignt une
infirmire pour soigner les malades.














--,.* --


Photo La Relve revue de Port-au-Prince. Avec autorisation.
UN DISPENSAIRE.

Mais le docteur s'impatientait, parce qu'on ne lui parlait
point de l'pidmie. Alors le juge lui rpondit, que relle-
ment un enfant tait mort l'habitation Saint-Pierre. De-
puis ce moment tous les habitants rsolurent d'en parler au
march, quand ils iraient la capital, de sorte que ce furent
de nombreux infants qui taient dcds. Par cette manire
d'agir les gens voulaient faire venir un mdecin amricain,
pour qu'il se rende personnellement compete de la ncessit
d'un dispensaire en cet endroit.
Le Docteur Parsons s'avoua vaincu, et bientt aprs, le
dispensaire fut bti.
Cette narration mrite d'tre lue dans le texte mme de
Seabrook, qui renferme nombre de dtails fort intressants.









Mi. MOEURS ET COSTUMES 19

Descourtils sauv par Madame Dessalines.

Nous avons montr que les Hatiens possdent beaucoup
de bonnes qualits. Ajoutons enfin qu'ils sont aussi capable
d'hrosme.
Lorsque Dessalines eut proclam l'indpendance d'Hati en
1804, il ordonna de massacrer tous les blancs, hormis les pr-
tres et les mdecins. Ses ordres furent excuts sans retard,
car plus d'un esclave profit de l'occasion pour se venger
des mauvais traitements qu'on lui avait infligs.
Pendant que les cris dchirants des infortuns colons qu'on
immolait remplissaient la ville, deux jeunes Franais se prci-
pitrent dans la chambre de Claire Heureuse, femme de Des-
salines. gars par la terreur de la mort, ils crirent Mada-
me, en grce, sauvez-nous Elle demeura un instant irrso-
lue; mais bientt l'humanit releva son courage, et elle com-
manda: Couchez-vous sous ce lit!
Presque en-mme temps diffrents officers noirs entraient
dans la maison avec Dessalines la tte. Chaque goutte de
sang blanc, disaient-ils, donne une nouvelle vigueur l'ar-
bre de la libert! Appuys contre le lit, ils s'entretenaient
de la situation, quand tout coup un violent ternment
clata dans la chambre. Eh quoi! s'cria Dessalines avec
fureur, y aurait-il un blanc cach ici? Aussitt les officers
regardrent sous le lit et aperurent les deux jeunes gens.
Plusieurs coups de sabre et d'pe eurent bientt perc celui
qui se trouvait le plus la porte des armes diriges contre lui.
L'autre fut arrach avec violence de dessous le lit. Le sa-
bre tait dj lev sur sa tte, lorsque Madame Dessalines
se jeta aux genoux de son mari, et s'cria avec un accent
capable d'attendrir le coeur le plus endurci : Grce I grce l...
Messieurs, demandez grce avec moi C'est un mdecin, ne le
tuez pas, il pourra nous tre utile. Dessalines la repoussa,
et cria: Il mourra Sa femme tomba presque vanoue.
Cependant les officers, mus par ses instances courageu-
ses, joignirent leurs supplications aux siennes. Le jeune Fran-
ais fut sauv : c'tait Descourtilz, le naturaliste, auteur
de la Flore des Antilles.


(D'aprs Thonma3 Madiou).









Ie PARTIE: LE PAYs


Sauvetage hroque sur mer.

Dans l'aprs-midi du 12 aot 1915, jour de l'lection du
President Dartiguenave, un trois-mts amricain, qui prenait
un fort chargement de campche aux Cayes, tait projet
sur un rcif par un ouragan formidable. L'quipage, dsesp-
rant d'en sortir, faisait des signaux de dtresse la terre.
Mais la mer tait tellement dmonte, les vagues montaient
une telle hauteur, que la crainte s'emparait des marines les
plus audacieux. Mme coups d'argent on ne pouvait les
dcider essayer de sauver les naufrags. Alors l'agent du
bateau, en mme temps consul amricain, alla trouver le
chef du bureau du port, pour le prier d'organiser un service
de sauvetage. Mais les matelots refusrent de nouveau.


BARQUES HATIENNES.


L-dessus le consul exposa le cas au commandant de l'ar-
rondissement, qui venait d'arriver sur les lieux. Gnral,
dit-il, l'ouragan qui souffle sur la ville depuis ce matin a
projet le bateau sur un rcif, et la vie de l'quipage est en








II. MOEURS ET COUTUMES


danger. Il est cinq heures, et bientt il fera nuit. J'en ap-
pelle donc votre honneur de soldat et votre humanity.
Allez-vous laisser se perdre toutes ces vies humaines?
Pour toute rponse le commandant se tourna vers le chef du
port : Donnez-moi dix hommes. Les voici. Qu'ils s'em-
barquent Les marines hsitent.
Alors, furieux, le commandant saute dans le cannot, et le
revolver au poing, il ordonne de monter ou il tire. Ce voyant,
les marines se disent: Mort pour mort, peu imported: en
avant Et le commandant, se tenant lui-mme au timon,
mettait le cap sur le navire en dtresse. Et de voir le cannot
dans ses movements fantastiques, tantt s'levant sur des
montagnes de vagues, tantt descendant comme dans un
abme, l'angoisse saisissait les coeurs de tous ceux qui taient
rangs sur le rivage.
Pendant ce temps l'accostage se faisait, et quelques marines
foulaient bientt la terre ferme. Le commandant militaire,
l'arrire de son cannot, assistant calme ce premier sauve-
tage. Aprs ce magnifique succs, les matelots refirent le
prilleux voyage autant de fois qu'il fallait pour sauver tout
l'quipage.
Wilson, Prsident des Etats-Unis d'Amrique, fit officielle-
ment tmoigner la reconnaissance du people amricain aux
sauveurs hroques de tant de vies humaines.

(Extrait du journal Le Nouvelliste de Port-au-Prince).















HISTOIRE



LA GUERRE DE L'INDPENDANCE

1. PREMIERS TROUBLES DANS LA
COLONIE FRANAISE

La socit colonial.

L'le d'Hati, dcouverte par Christophe Colomb en 1492,
fut d'abord colonise par les Espagnols, qui firent tellement
travailler les Indiens dans les mines d'or, que ceux-ci s'tei-
gnirent bientt; ils furent remplacs par des esclaves noirs
amens d'Afrique.
Vers 1630 les Franais commencrent s'tablir dans la
parties occidentale de l'le, appele aussi Saint-Domingue,
d'abord comme pirates, puis comme chasseurs et enfin com-
me cultivateurs. Puisque le sol tait trs fertile, de nombreux
colons arrivrent bientt dans l'le, dans l'espoir d'y faire
fortune en peu de temps.
La socit colonial franaise tait partage en trois clas-
ses. La premiere, c'est--dire la classes des blancs, comprenait
les grands blancs ou fonctionnaires et planteurs, et les petits
blancs ou ngociants et artisans. Puis venait la classes des
affranchis, qui tait compose de multres ou descendants
d'un blanc et d'une noire, ainsi que des noirs qui avaient t
librs de l'esclavage. La plus basse classes tait celle des
esclaves ou des noirs amens d'Afrique. Dans cette socit les
blancs seuls taient les chefs; les affranchis avaient quel-
ques droits concds par leurs anciens matres; mais les
esclaves ne possdaient aucun droit, et taient traits come
des tres sans raison, sur lesquels le matre avait droit de vie
et de mort, et qui n'taient que trop souvent maltraits.
Grce au travail des esclaves la colonie atteignit bientt







III. HISTOIRE. GUERRE DE L'INDPENDANCE


une grande prosprit, eL elle devint comme un paradise ter-
restre. Les planes taient couvertes de magnifiques planta-
tions ; sur les collins s'levaient des demeures luxueuses
pour les planLeurs.Le sucre, le caf, le cacao et l'indigo taient
les principaux products, et la colonie rapportait annuelle-
ment la some de 70 millions de dollars.

. ."



I- 'J :. :.
.-' .'.-._1 .4
i' % 4' i' ,,- ;. .


:, :,. _;- l s y,-_

i








Ie PARTIES : LE PAYS


En 1789 les habitants taient au nombre de 520.000; sa-
voir: 40.000 blancs, 28.000 affranchis. et 452.000 esclaves,
par consquent environ un blanc contre dix esclaves. Un
tiers des esclaves taient ns dans l'le, les autres taient ori-
ginaires de divers pays de l'Afrique. Pendant la deuxime
moiti du xvine sicle 30.000 noirs furent annuellement intro-
duits dans la colonie. Le transport des esclaves tait trs
pnible, de sorte que la huitime parties succombait pendant
le trajet; un tiers mourait dans le courant des trois premires
annes aprs leur arrive.
Pendant que les blancs menaient une vie de plaisir et de
jouissance, les noirs peinaient sans discontinuer. Quand ils
ne voulaient pas travailler, le fouet les y forait. Il se passa
parfois des scnes horribles. Ainsi les historians nous racon-
tent, que le marquis de Caradeux faisait jeter les noirs dans
des fours brlants ou des chaudires bouillantes; que d'autres
faisaient enterrer les esclaves tout vivants et debout, avec la
tte seulement au-dessus de terre, et les laissaient mourir
ainsi. Un certain inspecteur de l'habitation Vaudreuil et
Duras ne sortait jamais sans avoir dans sa poche un mar-
teau et des clous, pour attacker un noir par les oreilles un
poteau ou un arbre, la moindre faute.
Il n'est assurment pas tonnant, que les esclaves fussent
aigris par ces mauvais traitements et qu'ils hassent leurs
matres. A cela s'ajoutait encore la jalousie des affranchis,
qui taient traits comme infrieurs par les blancs. Telles
furent les causes loignes, mais relles, de la guerre de l'ind-
pendance, appele aussi Rvolution de Saint-Domingue.

L'insurrection. Og et Chavannes.

La Grande Rvolution franaise de 1789 trouva de l'cho
non seulement en Europe, mais aussi dans les colonies.
Les mots de libert et d'galit qu'on publiait partout,
la situation embrouille dans la mre patrie, tout cela ne
demeura pas sans effet Saint-Domingue, de sorte que les
affranchis d'abord, et plus tard les esclaves, se rendirent peu
peu compete de la possibility d'amliorer leur triste sort.
L'Assemble Nationale de Paris, conformment au princi-
pe de libert et d'galit de la Rvolution franaise, avait








III. HISTOIRE. GUERRE DE L'INDPENDANCE


public le 28 mars 1790 un dcret, qui accordait tous les
affranchis les droits politiques, et qui par consquent les
mettait peu prs sur le mme pied que les blancs. Lorsque
cette nouvelle fut connue dans la colonie, les autorits prirent
le parti des planteurs, qui naturellement, par pur intrt per-
sonnel, ne voulaient pas accepter un pareil privilege; et ils
refusrent d'excuter le dcret.
Un home de couleur, nomm Og, et son ami noir Cha-
vannes, prirent sur eux de dfendre les droits des affranchis.
Comme ils s'taient adresss vainement par lettre au gou-
verneur de la colonie, ils organisrent une rvolte. Bientt
quatre cents affranchis marchrent sur la ville du Cap, et
une premiere rencontre ils battirent les soldats blancs. Mais
l'arme fut alerte; quinze cents hommes, appuys par l'ar-
tillerie, furent mis en champagne, et russirent enfin disper-
ser les rebelles.



*S.




;i








OG.

Og et Chavannes prirent la fuite dans la parties espagnole
de l'le, mais ils furent bientt faits prisonniers et livrs ensuite
aux autorits franaises.
Au Cap on avait eu peur un moment. Quand la tranquillit
fut revenue, on rsolut de se venger et de donner aux affran-
chis une bonne leon. Og et Chavannes furent condamns
tre rous sur la place d'armes du Cap, la vue de tout le








. Ie PARTIES: LE PAYS


people. De plus, vingt-et-un autres furent pendus, et treize
condamns aux travaux forcs. Les ttes des chefs furent
places sur des piques, le long de la route, comme avertisse-
ment pour les rebelles. Ceci eut lieu le 25 fvrier 1791.
Mais cette execution, bien loin d'atteindre le rsultat dsir,
encourage au contraire les rvolutionnaires dans leur rsis-
tance. Ils choisirent un nouveau chef, le multre Beauvais, qui
prit comme premier lieutenant un noir, appel Lambert. Trois
cents esclaves -se joignirent eux, et ainsi ils battirent les
troupes blanches dans la plaine du Cul-de-Sac, prs de Port-
au-Prince.















CHAVANNES.

L'insurrection commenait gagner de plus en plus du ter-
rain, car les succs remports par les multres encourageaient
les esclaves noirs essayer galement d'obtenir la libert.
Ils tinrent des runions secrtes dans les champs de canne
sucre et ramassrent toutes sortes d'armes.


Boukman.

Alors Boukman, devenu chef des esclaves, rsolut de frap-
per un grand coup. Boukman tait inspecteur et cocher sur
l'habitation Turpin dans le Nord, et par sa haute taille, sa
force et son habilet il avait acquis une grande influence
sur ses compagnons. De plus il tait prtre du Vaudoux, la
religion du Dahomey:








III. HISTOIRE. GUERRE DE L'INDPENDANCE


D'abord il chercha frapper vivement l'imagination de
ses partisans, afin de leur communiquer l'enthousiasme n-
cessaire et d'enlever chez eux toute hesitation. Pendant la
nuit du 14 aot 1791 il runit ses adhrents au milieu d'une fo-
rt appele Bois-Caman, prs du Morne-Rouge (paroisse de
la Plaine-du-Nord). Quelque deux cents noirs s'y trouvaient
ensemble, lorsqu'un formidable orage clata. Des clairs
blouissants traversaient le ciel, couvert de nuages sombres.
Une pluie torrentielle se prcipita, tandis que de fortes rafales
faisaient gmir et craquer les arbres de la fort.
Au milieu de ce spectacle impressionnant, les noirs qui se
tenaient l immobiles et saisis de frayeur, virent apparate
tout coup une vieille ngresse. Son corps entier frissonnait,
et tout en chantant elle tournait sur elle-mme, pendant
qu'elle agitait un grand couteau au-dessus de sa tte. Les
assistants, fascins, regardaient l'apparition avec des yeux
ardents. La prtresse chantait le chant des dieux d'Afrique,
qui viendraient porter secours leurs serviteurs opprims.
Pendant que la tempte continuait faire rage, un pourceau
noir fut introduit dans le cercle des conspirateurs. Rapide
come l'clair, la ngresse rabattit son couteau et atteignit
l'animal la gorge, de sorte qu'il s'affaissa par terre. Le sang
chaud fut recueilli dans un recipient et distribu aux assis-
tants, pendant la rcitation de formules magiques. Tous en
burent et jurrent par leurs dieux, qu'ils sacrifieraient tout,
et leur vie mme, pour conqurir la libert.
Huit jours plus tard la rebellion clata. Le soir 10 heures
on battit le tambour sur l'habitation Turpin, o Boukman
demeurait; ailleurs on recueillit le signal, et peu de temps
aprs on entendit de toutes parts le son du tambour dans le
calme de la nuit.
Tout le Nord tait en insurrection. Des bandes innombra-
bles, armes de couteaux, de btons, de pelles et de pics, pil-
laient les riches possessions des planteurs. Les esclaves se
vengeaient maintenant de deux sicles de souffrances et d'op-
pression, en dtruisant les plantations et en attaquant les
colons.
De tous les cts clatait la lueur de l'incendie. Plusieurs
nuits de suite les blancs des villes et des villages furent dans
les transes cause de cet embrasement immense, qui faisait








Ie PARTIES: LE PAYS


rougeoyer les nuages et clairait, dit-on, jusqu'aux les Bermu-
des. Partout rgnait un silence effrayant, interrompu seule-
ment par le craquement lointain des bois en feu, le ptille-
ment des flames dans la rcolte mrissante et le bruit sourd
des lambis ou coquillages roses, dans lesquels les noirs
soufflaient.
De toutes parts, c'tait le massacre; mme les femmes et
les enfants ne furent pas pargns. Une foule de blancs fu-
rent tirs de leurs cachettes, et tus de la manire la plus
cruelle que les esclaves taient capable d'inventer, ou qu'ils
pouvaient se rappeler de leur propre experience. Le chef Jean-
not par example attachait les colons entire deux planches et
les faisait scier.
Mais au milieu de ce dchanement de fureur, ct de ces
supplies affreux, il y eut aussi des scnes touchantes de d-
vouement et de reconnaissance. Un grand nombre de plan-
teurs, qui avaient trait leurs esclaves avec bont, furent
sauvs par ceux-ci.
Aprs avoir ravag toute la plaine, les esclaves du Nord
marchrent sur la ville du Cap. Mais les autorits franaises,
revenues de leur premiere frayeur, envoyrent l'arme la
rencontre des rebelles et ceux-ci furent battus sans peine.
Boukman, ayant t fait prisonnier, fut jug et condamn,
et sa tte fut fixe un pieu sur la place du march. Alors
les Noirs choisirent comme chefs Jean-Franois et Biassou.

Les Anglais et les Espagnols
envahissent la colonie.

La rebellion se rpandit bientt jusque dans l'Ouest et le
Sud. Sur ces entrefaites les autorits franaises avaient rsolu
d'excuter les dcrets de la mre patrie. Mais de cette faon
ils avaient lutter, non seulement contre les esclaves qui exi-
geaient la libert, et contre les affranchis qui voulaient tre
gals en tout aux blancs, mais aussi contre les planteurs qui
refusaient absolument de reconnatre cette galit. Et comme
la mtropole paraissait favoriser les affranchis, les colons en-
trrent en pourparlers avec les Anglais, pour leur livrer la
colonie.
L'Angleterre sembla tout d'abord ne pas prter l'oreille









lit. HISTOIRE. GUERRE DE L INDEPENDENCE


la proposition des planteurs franais. Mais en 1793 les Anz
glais s'emparrent de plusieurs villes, surtout des ports de
mer, comme : Jrmie, Mle-Saint-Nicolas, Saint-Marc.
De son ct l'Espagne, qui possdait la parties orientale
de Saint-Domingue et esprait de nouveau devenir matresse
de toute l'le, rsolut de prter secours aux esclaves rvolts.
Quand les Franais auraient t chasss ou massacrs, les
Espagnols pensaient profiter des dissensions entire esclaves













Photo Dr. J. C. Dorsainvil et Frres de l'instruction chrtienne,
Manuel d'Histoire d'Haiti.
UN TABLISSEMENT COLONIAL.

et affranchis, pour les remettre tous sous le joug. Les auto-
rits espagnoles avaient su trs habilement gagner les chefs
noirs. En outre ils avaient dj occup plusieurs villes et
bourgs, surtout l'intrieur du pays dans le Nord, comme:
Vallires, Fort-Dauphin, Grande-Rivire, Ouanaminthe, Plai-
sance, Gonaves, Limb, le Borgne.
La colonie se trouvait donc dans une situation extrmement
critique, de sorte qu'en France on commenait s'inquiter au
sujet de Saint-Domingue. Diffrents commissaires y furent
envoys pour y remettre l'ordre et y rtablir l'autorit de la
France. Ceux-ci firent tout leur possible pour faire chouer
les projects criminals des colons et gagner l'amiti des noirs.
L'un d'eux, appel Sonthonax, se trouvait au Cap dans
une position trs embarrassante, car il se voyait d'un ct
menac par les Anglais, et de l'autre par Jean-Franois, chef
des insurgs noirs. Il sut cependant se tirer habilement d'af-








Ie PARTIES: LE PAYS


fire et diviser ses ennemis, en proclamant solennellement
la libert gnrale des esclaves. Ce fait important eut lieu
le 29 aot 1793. Quelques jours aprs, le commissaire Polv-
rel, qui commandait dans l'Ouest et le Sud, prit la mme
measure.
Par cette manceuvre politique la France s'acquit aussitt le
concours de tous les esclaves et affranchis, et surtout du
grand chef noir Toussaint Louverture, qui tait dj entr
au service des Espagnols, mais qui se range alors de nou-
veau sous le drapeau de la France.

2. TOUSSAINT LOUVERTURE

Premires Victoires.

D'aprs le tmoignage de tous les historians de son temps,
Toussaint tait sans contredit un homme extraordinaire, dou
de talents peu communs et fait pour le commandement.
La conduite de ce noir, dit Spenser Saint-John (Hati,
trad. fr., p. 44) a t si remarquable, qu'elle suffirait presque
confondre ceux qui dclarent que le ngre est une creature
infrieure, et qui prtendent qu'il ne peut jamais s'lever jus-
qu'au gnie. Tandis que les autres fondateurs de l'indpen-
dance hatienne furent plus d'une fois entrans par des pas-
sions basses et brutales, Toussaint fut vraiment une grande
figure dans cette guerre.
Toussaint Louverture naquit en 1743 sur l'habitation Brda
prs du.Cap, et tait le petit-fils d'un roi des Aradas, en
Guine. Quoique n faible, il sut endurcir son corps la
fatigue et le fortifier par une volont de fer et un exercise
continue. Il aimait surtout monter cheval. De plus il
avait la passion de la lecture. Dsireux d'apprendre, il profi-
tait de toutes les occasions pour acqurir de nouvelles con-
naissances. C'est ainsi que, son pre tant mdicin, il avait
su se procurer des notions trs tendues sur les plants
mdicinales du pays.
Il devint le cocher et l'homme de confiance de Libertat, g-
.raint d l'habitation Brda, et tait bien vu de tous cause
de son exactitude et de sa fidlit. Lorsqu'en 1791 l'insur-
rection clata dans le nord, il prvint la destruction de la








III. IIISTOIBE. GUERBE DE L'INDE-PENDANCE


maison de son matre, et accompagna celui-ci et sa famille
au Cap, o il les mit en sret, car il sentait bien qu'il tait
impossible d'empcher la rebellion.
Ensuite il se joignit aux insurgs et fut incorpor la
bande de Biassou, o d'abord on l'employa comme mde-
cin cause de sa science des simples. De la sorte il n'tait
pas forc de prendre part aux sauvages excs qui se com-
mettaient autour de lui.

















TOUSSAINT LOUVERTURE.

Il tait premier lieutenant de Biassou, quand en 1793 il
entra au service des Espagnols avec son chef. Aussitt il fut
remarqu par les officers. Ils surent apprcier les riches qua-
lits de cet homme; ils lui apprirent habituer ses soldats
la discipline, et l'initirent l'art de la guerre. Bientt il se
vit la tte d'une petite arme de trois quatre mille noirs,
avec lesquels il remporta souvent des triomphes. Ainsi il
s'empara entire autres du Dondon et des Gonaves.
Comme les autres chefs noirs le rendaient suspect aux au-
torits espagnoles, et que la France avait proclam la libert
des esclaves, il passa en mai 1794 l'arme franaise avec
4.000 noirs.
L'Espagne et l'Angleterre avaient depuis un an dclar
formellement la guerre la France, et voulaient profiter de
la situation irrgulire Saint-Domingue, pour conqurir le








iM >A 1TIE: LE PAYS


pays entier. Mais toute la colonie : blancs, affranchis et es-
claves qui venaient d'tre mis en libert, se runit contre les
ennemis communs, sous la conduite de Toussaint dans le
nord et du multre Rigaud dans le sud. Ils forcrent les as-
saillants se retire de presque totes les positions conquises,
et tendirent l'autorit de la France sur l'le entire. La
mre patrie qui, cause de ses guerres en Europe, ne pouvait
envoyer de troupes en Hati, tmoigna sa reconnaissance pour
les services rendus, en nommant Toussaint et Rigaud gn-
raux de brigade.
En dehors de la grande guerre contre les ennemis extrieurs,
il y avait de temps en temps des bagarres et des dissensions
intestines. L aussi se manifestait la grande influence de
Toussaint, ainsi qu'on le verra dans l'exemple suivant. Un
homme de couleur, nomm Villatte, avait excit les habitants
du Cap se rebeller, pour protester contre des impts trop
levs. Lorsque le gouverneur franais Laveaux se rendit per-
sonnellement dans la ville, pour rduire l'insurrection, il fut
fait prisonnier par les mutins. Toussaint accourut au se-
cours de son suprieur, et eut le bonheur de le dlivrer.
Quels ne durent pas tre les sentiments du commandant en
chef de la colonie, lorsqu'il se vit libr par un ancien esclave!
Aussi en 1798 Toussaint fut-il nomm gnral de division.
Par le trait de Ble (1795) l'Espagne avait reconnu l'au-
torit de la France sur toute l'le, mme sur la parties orien-
tale, qui avait toujours t colonie espagnole. Les Anglais
cependant n'taient pas encore compltement chasss du
pays. Toussaint occupa Mirebalais, Saint-Marc, l'Arcahaie
et Port-au-Prince; par suite les Anglais ne restaient plus
matres que de la grande forteresse du Mle-Saint-Nicolas.
La reddition de cette place, le 31 aot 1798, fut un vrai triom-
phe pour Toussaint. En grande pompe il fut reu par Mait-
land, commandant en chef des Anglais; les troupes britan-
niques lui rendirent les honneurs militaires, et aprs un dner
de gala offert par le commandant, celui-ci lui fit don de
l'argenterie qui avait servi table. Toussaint atteignit alors
l'apoge de sa gloire militaire, puisqu'il reut le titre de
commandant en chef des troupes coloniales.








Ii.. HISTOIRE. GUERRE DE L'INDPENDANCE


Lutte entire Toussaint et Rigaud.

Le gnral noir cependant commenait se considrer de
plus en plus comme seul matre Saint-Domingue;-il crivit
mme. la mtropole que, sous sa responsabilit personnelle,
il garantissait le maintien de l'ordre dans l'le. En France on
s'inquita bientt de ce pouvoir toujours grandissant, et on
envoya le gnral Hdouville comme gouverneur, pour miner
l'influence du chef noir. Dans ce but, Hdouville se servit du
multre Rigaud, qui avait t dsign comme chef du Sud,
peupl en grande parties d'hommes de couleur.
A une reception, o les deux gnraux indignes parurent,
Hdouville traita Toussaint avec mpris, et fut particuli-
rement prvenant pour Rigaud, ce qui naturellement mit le
dsaccord entire eux.
Sous prtexte de rebellion Hdouville avait ordonn le ds-
armement du cinquime rgiment des troupes coloniales, qui
ne se composait que de noirs. Le rgiment refusa de se sou-
mettre, rpandit l'insurrection partout dans le Nord et, for-
tifi par d'autres mutins, march contre le Cap, o Hdouville
se trouvait. Toussaint, qui tait aux Gonaves, accourut en
toute hte et fut acclam par les rvolts son arrive.
Matre des environs du Cap, il menaait de tout massacrer
et de tout dtruire, si Hdouville ne s'embarquait pas imm-
diatement pour la France. Le gouverneur se soumit, et une
foule de blancs, prs de deux mille, quittrent le pays avec lui.
A son dpart le gnral franais crivit Rigaud, qui com-
mandait dans le Sud sous l'autorit de Toussaint, pour l'en-
gager se rvolter contre son chef. Ce fait, en excitant l'am-
bition de Rigaud, ainsi que diffrentes circonstances regretta-
bles, rendaient la guerre civil inevitable entire les partisans
de Toussaint et de Rigaud.
Ce dernier commena par conqurir quelques places, mais
ne sut pas profiter de la victoire. Toussaint au contraire
dployait une activity extraordinaire. Aprs avoir rtabli
la paix dans le Nord-Ouest, il march sur le Sud avec les
gnraux noirs Dessalines et Christophe.
Comme la ville de Jacmel format le centre de la rsis-
tance des multres, cette place fut assige, mais par man-
HIarli. II. 3.









Ie PARTIES: LE PAYS


que d'artillerie suffisante, les noirs ne purent s'en emparer.
Alors ces derniers rsolurent de forcer par la famine les assi-
gs se rendre. La misre fut bientt si grande dans la ville,
que le gnral Beauvais, commandant de la garnison, s'en-
fuit, ce que firent galement ses diffrents successeurs. Alors
le multre Ption, qui servait sous Toussaint, mais sentait


Photo Dr J. C. Dorsainvil et Frres de l'Instruction chrtienne,
Manuel d'Histoire d'Hati.
TOUSSAINT REOIT UNE LETTRE DE FRANCE.

cependant plus de sympathie pour Rigaud et les hommes de
couleur, vint offrir ses services aux assigs, et fut reconnu
comme leur chef.
Les habitants vivaient ce moment de chevaux, de chiens,
de chats et mme d'herbe. Ds le dbut Ption se vit oblig
d'loigner de la ville les femmes, les enfants et les vieillards.








III. HISTOIRE. GUERRE DE L'INDPENDANCE


La garnison, qui avait perdu les deux tiers de son effectif,
ne comptait plus que quinze cents soldats. Depuis novem-
bre 1799 Jacmel tait assig, et en mars 1800 il ne restait
plus que 800 combatants. Aussi Ption quitta-t-il la ville dans
la nuit du 10 au 11, en se frayant un chemin avec ses soldats
travers les armes enemies. Beaucoup furent faits pri-
sonniers ou tus ; quelques centaines arrivrent abattus et
dguenills au Grand Goave.
Toussaint tait donc vainqueur, et Rigaud s'embarqua pour
la France. Lorsqu'en janvier 1801 Toussaint eut de plus
fait son entre triomphale Santo-Domingo, il tait seul
matre de toute l'le.

Administration de Toussaint.

De ces esclaves africains, qui avaient t opprims pen-
dant deux sicles, Toussaint avait fait des soldats, qui bat-
tirent plus d'une fois les Franais, les Anglais et les Espagnols.
Maintenant il allait montrer qu'il tait galement homme
d'tat et administrateur.
Il fit lire comme dputs des fonctionnaires franais, qui
gnaient son ambition, et les envoya ainsi en France. Quant
aux gouverneurs qui contrecarraient ses plans, il sut s'en d-
barrasser, ou bien en les faisant partir pour la mre patrie,
ou bien en les arrtant, de sorte qu'ils se voyaient obligs
d'implorer sa clmence.
Toussaint tait sr qu'il aurait lutter contre Bonaparte.
L'univers retentissait de la gloire et des triomphes de Napo-
lon, et quand le conqurant franais en aurait fini avec
l'Europe, il tournerait certainement ses regards vers Saint-
Domingue. Toussaint devait donc se hter, afin d'tre prt
pour la grande lutte. Quelle entreprise surhumaine pour cet
homme Et avec quelle tnacit il devait tenir les yeux fixs
sur le but atteindre Pendant deux ans il travailla cette
preparation, et montra alors quel magnifique talent d'orga-
nisation il possdait.
Toujours affair, il se trouvait pour ainsi dire partout.
Le sol fertile d'Hati devait produire autant que possible,
et voil pourquoi les fainants taient arrts et punis, car
l'oisivet tait svrement dfendue. La libert, disait le









Ie PARTIES: LE PAYS


commandant en chef, ne peut subsister sans le travail.
Ce n'tait pas l une doctrine agrable annoncer des
esclaves, extnus par les labeurs d'autrefois, puiss par la
guerre rcente; cependant, entrans par l'enthousiasme de
Toussaint, ils se remirent malgr tout l'ouvrage.
Il trouva le temps d'riger des coles et de les inspector
lui-mme, car il ne songeait pas seulement bien duquer sa
gnration, il voulait galement assurer l'avenir de sa race.
Il puisa mme dans la caisse de l'tat l'argent ncessaire
pour envoyer des jeunes gens dans les universits franaises,
afin d'y parfaire leur instruction. Son but tait d'lever son
people au niveau de n'importe quelle autre nation.
Seule la religion catholique tait autorise. Come il crai-
gnait l'influende nfaste des danses et des orgies nocturnes,
toutes les runions du culte du Vaudoux furent prohibes.
Il ne nommait aux offices publics que des personnel hon-
ntes et capable, et donnait mme d'ordinaire la prfrence
un blanc plutt qu' un noir. D'ailleurs en gnral il tait
trs prvenant pour les blancs. Il invitait les planteurs mi-
grs retourner dans la colonie, et leur rendait leurs propri-
ts confisques, Il sut gagner aussi l'amiti du Prsident
Adams des tats-Unis.

Caractre de Toussaint.

Toussaint fit toujours l'admiration de ses amis comme de
ses ennemis. Le gnral franais Pamphile de Lacroix rappor-
te, que nul n'osait l'aborder sans crainte et ne le quittait sans
respect. Il avait une physionomie anime, un air noble et
imposant, dit le colonel H. de Poyen. Trs brave et superbe
cavalier, il avait pratiqu et aim l'quitation ds ses plus
jeunes annes, et ne paraissait jamais fatigu, mme aprs
les plus longues courses. Il ne dormait gure que deux ou
trois heures. Son ambition seule et la jouissance du pouvoir
le soutenaient dans cette vie fatigante; son corps, habitu
aux privations, tait devenu compltement soumis sa vo-
lont.
D'ailleurs, il savait en imposer au people, auquel il se
montrait au milieu d'une garde aussi nombreuse que bril-
lamment vtue et bien arme, et il exerait sur les noirs, fiers








III. HISTOIRE. GUERRE DE L'INDPENDANCE


de voir l'un des leurs mont ce fate, la fascination d'un
prince souverain.
Ses dispositions personnelles ne le cdaient en rien ses
qualits publiques. Dans sa famille il tait tendre pour sa


MONUMENT DE TOUSSAINT LOUVERTURE A PORT-AU-PRINCE

femme et ses enfants. Toujours loyal et fidle sa parole, il
se montra human dans bien des occasions ; il tait plein de
sollicitude pour ses officers et ses soldats, et prvenant pour
les prisonniers. Il ne manqua jamais de protger les femmes
et les enfants fugitifs. En un mot, il mrita vraiment d'tre
appel le Premier des Noirs.
Autant par l'exercice de son autorit que par- son systme
de gouvernement, Toussaint donnait entendre qu'il visit
l'indpendance. Cette intention se montra encore davan-
tage, lorsqu'en mars 1801 il fit voter une constitution locale,
sans avoir consult la mtropole. D'aprs cette constitution,
la France n'avait plus de pouvoir lgislatif sur la colonie, et
Toussaint tait lev la dignit de Gouverneur vie, avec
le droit de designer son successeur.








Ie PARTIES: LE PAYS


3. EXPEDITION DU GNRAL LECLERC

Dfaites des Hatiens.

Aprs avoir assur la paix en Europe, Napolon rsolut
de briser la puissance du chef noir, de reconqurir Hati et de
rtablir l'esclavage. Il envoya dans l'le une arme de 22.000
hommes sur 76 vaisseaux, sous le commandement du gnral
Leclerc. Celui-ci avait reu de Napolon des instructions
tendues et un plan de champagne labor jusque dans les
dtails. On tait tellement sr de la victoire que l'pouse de
Leclerc, Pauline, la propre seur de Bonaparte, accompagna
son mari Saint-Domingue, avec tout ce qu'il fallait pour y
mener une vie luxueuse. Ce fut la plus formidable expedition
colonial que la France et jamais entreprise.
La flotte franaise mouilla dans la rade du Cap le 1r fvrier
1802, et Leclerc somma Christophe, qui commandait le Nord,
de livrer la ville dans les 24 heures. A cette sommation Chris-
tophe fit la rponse digne et courageuse qui suit: Je ne
livrerai pas la ville, tant qu'elle n'aura pas t rduite en
cendres, et mme alors je combattrai les Franais sur les
ruines.
Le 4 fvrier, la tombe de la nuit, les hostilits commen-
crent. Le fort Picolet, qui protge l'entre du port, rpon-
dit l'attaque de la flotte par quelques coups de canon. A ce
moment Christophe donna le signal de la destruction de la
ville, en mettant le feu sa propre maison, la plus belle du
Cap. Presque toute la ville devint la proie des flames, de
sorte que les Franais, lorsqu'ils dbarqurent le lendemain,
ne purent prendre possession que des dcombres encore fu-
mants. Alors le gnral noir se retira dans les montagnes
avec ses soldats.
Christophe n'avait pas fait autre chose qu'excuter les
ordres de Toussaint, commandant en chef des troupes ha-
tiennes. La tactique de Toussaint, en effet, consistait br-
ler les villes, car les Hatiens ne pouvaient certainement pas
s'y dfendre contre les soldats exercs de l'arme franaise.
Puis la rcolte devait tre dtruite dans les planes, afin de
rendre plus difficile l'approvisionnement des troupes de Le-









III. HISTOIRE. GUERRE DE L'INDPENDANCE


clerc. Enfin les noirs se retireraient dans les montagnes, parce
qu'ils y taient en position plus favorable que les Franais,
car ils pouvaient supporter plus longtemps que leurs enne-
mis les privations et la chaleur.
D'aprs ce plan Saint-Marc et les Gonaves furent gale-
ment incendis par Dessalines. A Port-au-Prince cependant
on n'eut pas le temps d'excuter les ordres de Toussaint.
.A ,



















LECLERC.

Leclerc de son ct voulait attaquer toutes les principles
places en mme temps, ce qui fut fait avec le rsultat sou-
hait. C'est ainsi que Port-au-Prince fut pris, malgr l'h-
roque defense de Lamartinire.
Le gnral Maurepas, aprs avoir vaillamment combattu
les Franais Port-de-Paix, se retrancha au fort Trois-Pa-
villons dans les montagnes, quelque distance de la ville,
et rsista quinze jours durant aux attaques reptes des g-
nraux Humbert et Debelle. Mais comme il tait enferm
dans la forteresse et qu'il n'avait aucun moyen d'en sortir,
il finit par se rendre.
En mme temps Toussaint avait runi ses troupes entire les
Gonaves et la Petite-Rivire. La 23 fvrier le gnral Ro-
chambeau vint l'attaquer la R.avine--Couleuvre, dfil








Ie PARTIES: LE PAYS


entire des pentes trs abruptes. Le combat fut acharn et
meurtrier, on lutta presque corps corps. Malgr le courage
extraordinaire des soldats de Toussaint, la victoire resta aux
Franais.

Sige du fort de la Crte--Pierrot.

Comme Leclerc avait pntr les intentions de Toussaint,
il donna l'ordre toutes ses troupes de se concentrer sur les
Cahos, montagnes situes sur la rive droite du fleuve de l'Ar-
tibonite. C'est l en effet que le chef hatien avait runi tous
ses moyens de defense; cet endroit aussi se trouvaient sa
famille et ses principaux lieutenants.
Sur une des collins de la chane des Cahos, au sud-est du
bourg de la Petite-Rivire de l'Artibonite, s'levait le fort de
la Crte--Pierrot. Dessalines fit restaurer en toute hte les
bastions et en fit une forteresse solide. En mars 1802 se trou-
vaient l, outre Dessalines, les chefs Magny, Lamartinire,
Monpoint, Larose, avec une garnison de 1200 noirs.
Bientt les Franais vinrent mettre le sige devant le fort,
et les gnraux Debelle et Devaut parurent avec deux mille
hommes. Debelle se disait que, par une simple charge la
baonnette, il s'emparerait facilement de la place. Les soldats
franais se mirent donc en movement, et sans tirer, ils
grimprent les pentes du fort. Quand ils furent porte, une
dcharge de mitraille les faucha impitoyablement. Debelle
fut grivement bless et trois cents soldats trouvrent la mort.
A quelques jours de l, lisons-nous dans le Manuel d'his-
toire du Dr. J. C. Dorsainvil et des Frres de l'Instruction
chrtienne, le gnral Boudet dployait au pied du fort ses
fiers soldats, vtrans des guerres d'Allemagne et d'Italie.
De la Crte--Pierrot, Dessalines, assis sur un tas de boulets,
contemplait, arm d'une longue-vue, les lignes superbes des
grenadiers franais, quand soudain il se dressa : Nous se-
rons attaqus ce martin, dit-il ses soldats. Que ceux qui
veulent redevenir esclaves des Franais, sortent du fort!
Que ceux au contraire qui veulent vivre en hommes libres,
se rangent autour de moi! Nous mourrons tous pour la
libert cria d'une seule voix la garnison tout entire. Des-
salines alluma une torche, et l'agitant au-dessus d'une caisse









III. HISTOIRE. GUERRE DE L'INDPENDANCE


de munitions, il ajouta: Je vous fais tous sauter, si les
Franais pntrent dans le fort!
A midi l'assaut commena. La Crte--Pierrot, enveloppe
de flames et de fume, repoussa toutes les attaques; la
canonnade, rpercute par les montagnes, donnait l'illusion
de cent combats ayant lieu en mme temps. Leclerc et un
autre gnral furent blesss, et les pertes des Franais mon-
trent sept cents hommes.



eM














Pholo Dr. J. C. Dorsainvil et Frres dg l'Instruction chrtienne,
Manuel d'Histoire d'Hati.
SIGE DE LA CRTE-A-PIERROT.

Comme Leclerc dsesprait de s'emparer de la position par
surprise, il rsolut de l'investir, lorsque le gnral Rocham-
beau arriva avec une nouvelle division. Indign de voir les
Franais arrts par une poigne de noirs, il renouvela la
faute de Debelle et de Boudet, de sorte que trois cents sol-
dats et cinquante officers furent tus.
Alors commena le sige en rgle, et du 22 au 24 mars la
forteresse fut bombarde. De loin les Franais considraient
leur euvre de destruction, lorsque, leur grande surprise,
ils virent sur les remparts de la citadelle une femme, qui en-
courageait les combatants par la parole et par les actes.
C'tait Marie-Jeanne, la compagne de Lamartinire. Le sabre








Ie PARTIES: LE PAYS


au ct, le fusil la main, elle partageait les dangers des
hroques dfenseurs de la Crte--Pierrot.
Bientt les souffrances des assigs furent intolrables. Man-
quant d'eau et de nourriture, pendant qu'il faisait une chaleur
accablante, ils mchaient des balles de plomb, dans l'espoir
d'tancher une soif insatiable. On rsolut donc d'vacuer le
fort. Avec Magny et Lamartinire, la garnison se fraya un
chemin, dans la nuit du 24 mars 1802, travers les lignes
franaises, ne laissant derrire eux que les morts et les bles-
ss. Au dire du gnral franais Pamphile de Lacroix, cette
retraite constitute un des faits d'armes les plus remarquables
de cette guerre hroque.
A la fin de mars 1802 toute la cte de Saint-Domingue et
une large bande de l'intrieur reconnaissaient l'autorit de
Leclerc. Ainsi la premiere rencontre de l'arme hatienne avec
l'expdition franaise aboutit un chec pour les Hatiens.


Mort de Toussaint.

Toussaint continue encore la lutte pendant quelque temps.
Mais comme la soumission de Dessalines et de Christophe, qui
suivit bientt, lui enleva tout espoir de vaincre, il entra en
pourparlers avec Leclerc, qui s'empressa d'accepter ses pro-
positions de paix. Le 6 mai 1802 Toussaint fit son entre
solennelle dans la ville du Cap, au bruit des canons de l'esca-
dre et des forts.
Il profit de la libert de se retire o il lui plairait, pour
s'tablir sur une de ses habitations Ennery, prs des Gona-
ves, pendant que Dessalines et Christophe conservaient leur
rang dans l'arme.
Aprs quelque temps Leclerc crut avoir remarqu que Tous-
saint tait impliqu dans une conspiration contre les Fran-
ais. Il donna donc ordre au gnral Brunet d'arrter le chef
noir. Ceci n'tait pas facile, car la moindre alerte Toussaint
pourrait se rfugier dans les bois et organiser un soulvement
gnral. Brunet imagine donc une ruse, qui ne s'accordait
nullement avec l'honneur militaire.
Un jour Toussaint reut une lettre d'une amabilit extraor-
dinaire, dans laquelle le gnral Brunet lui demandait un









III. HISTOIRE. GUERRE DE L'INDPENDANCE


entretien sur l'habitation George, prs d'Ennery. Il voulait
le consulter, crivait-il, sur diffrentes questions administra-
tives de son district. De plus il serait trs honor, si Madame
Toussaint voulait accompagner son mari, et il offrait mme
d'envoyer ses propres chevaux. Il finissait en disant, que
Toussaint trouverait toujours chez lui la sincrit d'un ami
fidle et d'un honnte home.
Les amis de Toussaint l'avertirent, que la lettre tait per-
fide. Il ne voulut pas le croire, et le hros qui avait chapp
cent fois aux embches de ses ennemis, allait maintenant
tre pris au pige.
A peine tait-il arriv sur place, qu'il fut apprhend (7 juin
1802) et embarqu aux Gonaves. De l on le conduisit au Cap,
puis on le transport sur un autre navire, o il rencontra sa
femme et ses enfants, qui avaient t pareillement arrts. Le
bateau mit la voile, et lorsque Toussaint, debout sur le pont,
vit disparatre lentement ses yeux les ctes de sa chre pa-
trie, qu'il ne reverrait plus jamais, il pronona ces paroles


r._ .. ,. .












Phoio Dr. J. C. Dorsainvil et Frres de l'Instruction chrtienne,
Manuel d'Histoire d'Hati.
TOUSSAINT CAPTIF AU FORT DE JOUX.
prophtiques En me renversant, on n'a abattu Saint-




Domingue que le tronc de l'arbre de la libert des noirs;
il repoussera par les racines, parce qu'elles sont profondes et
nombreuses. >
Arriv en France, il fut enferm en juillet 1802 dans le








Ie PARTIES: LE PAYS


fort froid et humide de Joux, dans le Jura. -Il y tait telle-
ment isol, qu'il n'entendit plus jamais rien de sa famille, ni
des vnements de sa patrie; mme son fidle serviteur Mars
Plaisir ne pouvait pas demeurer avec lui. Plusieurs fois il
crivit Napolon ; mais celui-ci ne lui donna pas de rponse,
il lui envoya seulement un adjudant, pour l'interroger sur
sa politique et lui demander o il avait cach le grand trsor,
don't on le supposait possesseur.
Habitu la chaleur tropical, Toussaint ne pouvait rsis-
ter longtemps sous ce climate glacial. Aussi, le 7 avril 1803,
le trouva-t-on mort dans sa cellule, assis sur une chaise, prs
du feu, la tte appuye contre la chemine. Ainsi s'teignit
sur une terre trangre l'homme le plus gnial de la race
noire, qu'on appelle just titre le Premier des Noirs.
Toussaint Louverture est moins populaire parmi les Ha-
tiens que Dessalines ou Christophe, parce qu'il ne se distin-
gua point par des cruauts extraordinaires, don't le souvenir
demeure vivant dans l'imagination d'un people. De plus, il
ne laissait point agir ses amis leur guise, pour qu'ils pu-
bliassent ses louanges, mais il voulait que les droits de cha-
cun fussent respects.

Toussaint et la Religion.

Quelques historians ont vu dans la fin tragique et en ap-
parence immrite de Toussaint la punition d'une grande faute
de sa vie. Toussaint, dit Mgr. Le Ruzic (Documents..., p. 176),
citant Descourtilz, affect toujours d'honorer grandement la
religion; il rouvrit les glises et rappela les prtres. Il faisait
toujours chanter un Te Deum aprs ses victoires,et ordonnait
ses officers de faire rciter la prire matin et soir aux sol-
dats. Aprs la Messe il commentait quelquefois ses troupes
le sermon du cur, mais il prchait une morale qu'il tait
loin de suivre.
Probablement il ne faut voir dans toutes ces manifesta-
tions que le dsir de frapper l'imagination des foules et de
s'appuyer sur l'glise comme sur une force puissante, ca-
pable d'aider efficacement sa politique. On ne peut pas nier
ses convictions religieuses, mais on est oblig de reconnatre
que sa pit tait bas e, non sur l'humilit, mais sur l'ambi-








111. HISTOIRE. GUERRE DE L'INDEPENDANCE


tion. Dans le fond de son ceur il disait Dieu : Sers-moi
et je te servirai.
Voici un fait difficile expliquer autrement, mme pas par
l'exaspration du moment. A la nouvelle que les Franais
avaient l'avantage sur lui, Toussaint dit au cur des Gona-
ves, en tenant un crucifix en main: Je ne veux plus servir
ce Dieu! Puis l'crasant sous ses pieds, lui-mme de son
bras sacrilge commena incendier l'glise.
Ne pourrait-on pas trouver en tout ceci l'explication de
son sort lamentable, qui resemble beaucoup celui de Na-
polon, galement perscuteur de l'glise?


4. L'INDPENDANCE

Terrorisme de Leclerc.

Toussaint avait disparu, la plupart des gnraux noirs
s'taient soumis, et pourtant il y avait des insurrections sur
diffrents points. Irrit par l, et pour mettre fin une bonne
fois ces movements sditieux, Leclerc institua un rgime
de terreur. Au moindre soupon don't un noir tait l'objet,
il tait fusill, pendu ou jet la mer. Quoique personnel ne
ft jug, des groups de centaines de noirs trouvrent la mort
de di verses manires. On inventa des prisons flottantes, ap-
peles touffoirs, dans lesquelles on asphyxiait les Hatiens,
en y faisant brler du soufre.
Comme Leclerc voulait rtablir l'esclavage, il ordonna ses
gnraux de dsarmer la population. Ceci occasionna beau-
coup de mcontentement et de rvoltes, et de la part de
Leclerc de nouvelles cruauts. C'est pourquoi le commandant
en chef crivait Napolon : Si vous voulez conserver Saint-
Domingue, envoyez-y une nouvelle arme. Quelque dsagra-
ble que soit ma position, je fais des examples terrible, et
puisqu'il ne me reste plus que la terreur, je l'emploie.
La politique sanguinaire de Leclerc fit comprendre aux of-
ficiers indignes, qu'il n'y avait plus de sret pour eux dans
l'arme franaise, car ils n'avaient qu' tre accuss tort
on raison auprs de Leclerc, pour tre aussitt mis mort
de la faon la plus cruelle. Dans la nuit du 13 au 14 octobre









Ie PARTIES : LE PAYS


1802 les multres Ption et Clervaux abandonnrent donc
le camp franais, et se joignirent aux bandes, qui se tenaient
caches dans les montagnes. Quelques jours aprs, les gn-
raux noirs Dessalines et Christophe suivirent leur example.
A partir de ce moment la guerre de liberation commena
dfinitivement. Leclerc aurait dsormais devant lui des of-
ficiers exercs, forms autrefois par les Franais, et qui
avaient acquis beaucoup d'exprience en luttant non seule-
ment jadis contre les Anglais et les Espagnols, mais aussi r-
cemment contre les Franais eux-mmes. Les soldats gale-
ment avaient montr qu'ils taient braves dans la lutte, et
quoique vaincus jusque l, ils mritaient cependant d'tre ad-
mirs pour leur courage en presence des vtrans de l'arme
franaise.
A ce moment dcisif les Hatiens trouvrent une allie
inattendue dans une affreuse pidmie de fivre jaune, qui
anantit presque compltement l'arme franaise. En 1802 et




'i. ,s c








ROCHAMBEAU.

1803 les Franais perdirent par ce flau, ce qu'on dit, 14.000
hommes et 20 gnraux. La maladie fut favorise par les pri-
vations, le climate tropical et par les imprudences que commi-
rent les soldats.
Comme le danger de contagion tait grand au Cap, Mada-
me Leclerc partit pour la petite le de la Tortue. Son mari,en
proie l'inquitude et puis par les fatigues de la guerre,
fut galement atteint par l'affreuse maladie et mourut au
Cap le 2 novembre 1802. (Il serait dcd dans l'le de la








111. HISTOIRE. GLIERIE DE' L'INDIPENDIANCE


Tortue, d'aprs Mgr. Le Ruzic, Documents, p. 183, et le R.
Pre A. Cabon, De la Rvolution..., p. 89. Mais ce dernier,
dans une correspondence prive, reconnat que c'est une er-
reur) .
Avant de mourir, il avait dsign, pour lui succder, le
gnral Rochambeau, qui le dpassait encore en fait de cruau-
t. Celui-ci, en effet, faisait poursuivre et dchirer les noirs
par des dogues, qu'il avait fait venir de Cuba. A l'un de ses
gnraux il crivait : Je vous envoie 28 bull-dogs. Je ne
dois pas vous laisser ignorer, qu'il ne vous sera pass en
compete aucune ration ni dpense pour la nourriture de ces
chiens. Vous devez leur donner des ngres manger. C'est
avec ce monstre que les Hatiens auraient lutter. Est-il
surprenant alors que ce fut une lutte outrance, et que les
Hatiens, aprs avoir conquis leur libert, se montrrentaussi
implacables que leurs adversaires en massacrant tous les
Franais ?

Dessalines, commandant en chef
des Hatiens.

Jusqu'alors les Hatiens avaient t partags en bandes,
qui ne pouvaient avoir en vue que de faire une gurilla, d'at-
taquer partout les plantations et de causer beaucoup d'em-
barras aux Franais. Mais ils taient incapables de conqu-
rir la libert.
Or Leclerc avait propos Dessalines de massacrer lesj mu-
ltres, afin de rduire ainsi la rvolte plus aisment. Bien loin
de se prter ce dessein, Dessalines, le noir, concert au con-
traire avec le multre Ption un entretien, o ils convinrent
de lutter ensemble pour la libert. C'tait dj une grande
garantie pour le triomphe final.
Cependant le pas dcisif vers l'indpendance fut fait, quand
Dessalines fut proclam commandant en chef de toute l'ar-
me hatienne, c'est--dire des noirs et des hommes de cou-
leur. Ption fut le premier qui reconnut Dessalines en cette
quality, et bientt son example fut suivi par les autres chefs.
C'tait un excellent choix. Dessalines possdait un courage
extraordinaire et une grande endurance, ce qu'il avait montr
en d'innombrables combats. Comme chef il savait commu-








10 PA T IE L E, PAY1-S


niquer son enthousiasme ses soldats, et les rendre prts aux
entreprises les plus difficiles. On dit mme qu'il surpassait
Toussaint comme tacticien.
Le mme jour (18 mai 1803), o Dessalines fut nomm g-
nral en chef, fut cr aussi le drapeau hatien. A l'Arca-
haie, o les commandants taient runis, Dessalines dchira
le blanc du pavilion franais, pour signifier par les couleurs
qui restaient : le bleu et le rouge, l'union du noir et du mul-
tre, avec exclusion du blanc.
Rochambeau, don't les troupes taient dcimes et dmora-
lises par l'pouvantable pidmie, rsolut de se retire de
l'intrieur du pays et de se fortifier dans les villes de la cte.
Mais l aussi il fut assig par les Hatiens infatigables, et les
garnisons de Jrmie, des Cayes et de Saint-Marc durent
successivement se rendre.
En septembre 1803 Dessalines, aid par Gabart, Cang et
Ption, vint mettre le sige devant Port-au-Prince. La ville
fut investie de tous cts, de sorte que les assigs ne purent
bientt plus se procurer ni nourriture ni eau. Aprs avoir
rsist pendant trois semaines, le gnral Lavalette, sous la
pression de la population, folle de terreur, dut capituler, et
le 10 octobre l'arme indigne commande par Dessalines
fit son entre dans la ville.


Bataille de Vertires.

Rochambeau ne conservait plus alors que les places du
Cap et du Mle-Saint-Nicolas. En novembre l'arme noire,
au nombre de 30.000 hommes, march sur la ville du Cap.
Pour conqurir plus facilement la place, dit Enlus Robin,
les assigeants devaient tout d'abord se rendre matres de
quelques avant-postes fortifis. Or Vertires tait, par sa po-
sition, un des points les plus difficiles enlever, et sur ce fort
se trouvait Rochambeau avec sa garde. Dessalines donna donc
ordre au gnral Capois, surnomm la Mort, d'aller occuper
la butte de l'habitation Charrier, qui domine Vertires.
Plusieurs fois repouss, Capois, bravant la mort au pre-
mier rang, revenait toujours la charge. Les soldats n'taient
pas moins ardents et courageux que leur chef.








iii. HISTOIRE. GUERRE DE L'INDEPENDANCE


Au plus fort du combat un boulet reverse le cheval d
Capois. Celui-ci tombe, mais se relve aussitt, en criant:
En avant En avant Bravo Bravo crie la garde d'hon-
neur de Rochambeau. Les tambours franais font un roule-
ment; le feu cesse, et soudain apparat devant le regiment
hatien un cavalier franais, avec ce message : Le capitaine-
gnral Rochambeau envoie son admiration l'officier-gn-
ral qui vient de se couvrir de tant de gloire. Le cavalier dis-
parat, et le feu recommence.
Le combat dura jusqu'au soir. Pendant la nuit, sous une
pluie torrentielle, les Franais abandonnrent le fort, qui fut
aussitt occup par les Hatiens. Plus tard, pendant les pour-


















Phiolo Dr. J. C. Dorsainvil et Frres de l'Instruction chrtienne,
Manuel d'Histoire d'Hati.
LA BATAILLE DE VERTIIES.

parlers avec Dessalines, Rochambeau envoya Capois un
beau cheval, en tmoignage de son admiration pour le hros
de Vertires. Dans cette formidable lutte les Hatiens eurent
plus de 3.000 morts et blesss.
Comme Rochambeau comprenait que les noirs taient fer-
mement rsolus vaincre ou mourir, il se retira au Cap, et
y signa la capitulation le 28 novembre 1803.
Au Mle-Saint-Nicolas il restait encore quelques soldats de
l'arme expditionnaire. Ils voulaient d'abord rsister, mais
Hati. II. 4.








Ie PARTIES : LE PAYS


quand ils apprirent ce qui s'tait pass au Cap, ils se rendi-
rent (4 dcembre). A partir de ce moment le drapeau ha-
tien flotta sur toutes les villes de Saint-Domingue. Les Ha-
tiens taient les seuls matres du pays.

La Declaration d'Indpendance.

Le 1r janvier 1804, Dessalines runit tous les chefs aux
Gonaves. Il harangua l'arme, et finit en disant: Jurons
de combattre jusqu'au dernier soupir pour l'indpendance de
notre pays! Et pendant que le canon tonnait, jaillit de
toutes les poitrines le cri mille fois rpt : Nous voulons
vivre libres, ou mourir pour la libert Puis le secrtaire,
Boisrond-Tonnerre, donna lecture de l'Acte de l'Indpendance,
qui se terminait ainsi: Jurons de renoncer jamais la
France, et de mourir plutt que de vivre sous sa domination
Dessalines, le Fondateur de l'Indpendance, fut nomm gou-
verneur-gnral du pays, qui reprit son ancien nom indien
d'Hati (terre haute).
La guerre de l'indpendance d'Hati inaugura la libra-
tion des diffrents pays de l'Amrique central et mridionale,
qui se sparrent peu peu de l'Espagne. Le monde civilis
tout entier a contempl cette lutte avec admiration, car on
ne peut refuser sa sympathie ces noirs, qui furent cruelle-
ment emmens d'Afrique comme esclaves, qui pendant deux
sicles furent oppresss par leurs dominateurs blancs, et qui
conquirent enfin la libert grce leur courage tonnant et
leur nergie indomptable.













DESSALINES
LE FONDATEUR DE L'INDPENDANCE

Le Librateur de la Patrie.

Jean-Jacques Dessalines tait n la Grande-Rivire du
Nord. Il avait une nature tellement violent et fire, qu'il
ne put jamais se rsigner l'esclavage. Aussi fut-il puni
plus d'une fois par ses matres cause de son caractre opi-
nitre, et les traces des chtiments qu'il portait sur son corps,
augmentaient encore sa rancune et sa haine contre les Fran-
ais. Mais les esclaves taient impuissants en face de leurs
matres; la seule chose qu'ils pouvaient faire tait de s'enfuir
dans les bois et les montagnes.
Les 40.000 colons franais d'Hati salurent avec enthou-
siasme la Rvolution franaise de 1789, car le mcontente-
ment rgnait parmi eux. Les
planteurs voulaient qu'une
part leur ft rserve dans le
gouvernement de la colonie.
Quant aux blancs de la classes
infrieure, ouvriers et artisans,
ils aspiraient au partage des
plantations avec les riches.
Pourtant ni les uns ni les au-
tres n'taient plaindre: les
premiers vivaient dans l'opu-
lence, et les seconds n'taient
*''. pas en peine pour trouver des
'. iemplois bien rtribus. Mais
... -.11. 1 ils pensaient qu'un change-
ment de rgime leur permet-
DESSALINES. trait de devenir encore plus ri-
ches et plus influents.
Cependant les blancs n'taient pas les seuls avoir plac
leurs esprances dans la Rvolution franaise. Il y avait
aussi en Hati 28.000 affranchis. La plupart de ceux-ci
taient des hommes de couleur ou multres, don't beaucoup









le PARTIES : LE PAYS


avaient reu leur instruction en France. Leur pre tait un
blanc, qui les avait affranchis leur naissance, ainsi qu'il
faisait souvent pour leur mre noire. Un grand nombre de
ces hommes de couleur taient aussi riches que les colons
blancs et possdaient autant d'esclaves qu'eux. Mais ils n'a-
vaient aucun droit politique, ne pouvaient pas exercer de
function publique ni de profession, et le moindre des blanco
se considrait lui-mme et tait trait comme leur suprieur.
Dans les thtres, les glises et les auberges ils devaient tre
spars des blancs. videmment un tel traitement devait
exciter leurs rcriminations. A la nouvelle de la revolution
en France ils sentirent aussitt qu'une occasion favorable
leur tait offerte, pour obtenir d'tre gals aux blancs.
Seuls les 452.000 esclaves ne se doutrent pas tout d'abord
de ce que la Rvolution pouvait signifier pour eux. tant
asservis depuis trop longtemps, ils ne pensaientgure au droit
qu'ont tous les hommes la libert. Pourtant ils taient les
plus nombreux dans la colonie, et chaque anne de nouveaux
noirs taient amens d'Afrique, car beaucoup mouraient par
suite du travail excessif et des mauvais traitements.
Peu peu cependant un retirement eut lieu d'abord chez
les esclaves abrutis, puis chez les fugitifs cachs dans les bois
et qu'on appelait marrons (de l'espagnol cimarron, fuyard).
Les mots de libert et d'galit sonnrent si souvent leurs
oreilles qu' la longue ces terms impressionnrent leurs
esprits frustes. Au fond de leur tre ils commencrent soup-
onner qu'un effort tait possible, qui les dlivrerait des cha-
nes de la servitude. Une aurore pleine d'espoir se levait
pour eux.
Cependant ce rve fut bientt dissip par les colons in-
digns. Mais alors les esclaves se soulevrent et s'unirent aux
affranchis, pour conqurir la libert et se venger des injus-
tices si longtemps subies.
Dessalines sortit des montagnes. D'abord il combattit sous
les ordres de Toussaint Louverture, et remporta mainte vic-
toire.
Nous avons racont ci-dessus, comment Napolon, pour re-
conqurir Hati, y envoya une forte arme sous les ordres de
Leclerc, comment les Hatiens furent battus, et de quelle ma-








III. HISTOIRE. DESSALINES


nire le fort de la Crte--Pierrot, dfendu par Dessalines, fut
vacu. Pendant le rgime de terreur tabli par Leclerc, les
noirs et les multres s'unirent dfinitivement, et notre hros
fut proclam gnral en chef de l'arme hatienne.
Dessalines tait de petite taille, mais solidement bti, et
avait un caractre trs sensible. Tacticien de grande capa-
cit, il tait de plus d'une bravoure extraordinaire.
Comme nous l'avons vu, la fivre jaune tomba sur l'ar-
me expditionnaire franaise, et les Hatiens en profitrent
pour attaquer les Franais de tous les cts. Aprs s'tre
empar de Port-au-Prince, Dessalines assigea au Cap les res-
tes des Franais, qui se rendirent bientt. Hati tait libre!

Son Gouvernement et sa Mort.

Le 1er janvier 1804 Dessalines proclama solennellement,
sur la place d'armes des Gonaves, l'indpendance d'Hati,
et fut nomm Gouverneur-gnral vie. Pour se venger des
mauvais traitements infligs aux noirs, il ordonna de massa-
crer tous les blancs, except les prtres et les mdecins.
L'ordre fut excut, de nombreux colons furent mis mort
de la faon la plus horrible.
Lorsque Dessalines apprit que Napolon avait t proclam
empereur, il rsolut de porter galement ce titre, sous le nom
de Jacques I (Septembre 1804). Mais il ne voulut pas crer
de noblesse. Je suis le seul noble en Hati, dit-il. Comme
il tait ador par le people, il pouvait agir sa guise.
Il y avait beaucoup faire. Tout d'abord Dessalines
s'occupa de la defense du pays, et fit restaurer les fortifica-
tions, de sorte que son gouvernement prit d'emble un ca-
ractre militaire. Il n'accorda pas beaucoup d'attention
l'instruction publique, mais il prit grand soin de l'agriculture.
Celui qui n'avait ni mtier ni profession devait travailler
dans les champs, et les lois ouvrires taient trs svres.
Il s'effora aussi de procurer des revenues l'tat, par des
prescriptions concernant l'importation et l'exportation.
Aprs quelque temps cependant, l'empereur Dessalines fit
preuve d'une grande cruaut et se mit gaspiller l'argent
du Trsor, de sorte que les soldats ne recevaient plus ni solde
ni ration. Aussi le mcontentement se fit-il jour a.et l,








54 1e PARTIES : LE PAYS

car les Hatiens pensaient qu'ils n'avaient tout de mme pas
lutt si courageusement contre les Franais, pour redevenir
esclaves present. Ainsi on en vint aux conspirations, qui
s'tendirent du Nord l'Ouest, et enfin au Sud.









-*I














STATUE DE DEiSSALINES A POiT-AU-PRINCE.

C'est dans la ville de Marchand, appele plus tard Dessa-
lines, que lui parvint cette nouvelle, qui le transport de
fureur. Je veux, dit-il, que mon cheval marche dans le
sang jusqu' Tiburon Et Tiburon se trouve l'extrmit
du pays! Il croyait un soulvement local ne concernant
que le Sud, et ne doutait nullement de la fidlit de ses
troupes.
Lui-mme il se rendit en toute hte dans le Sud rvolution-
~- , ,
-. ,,s




[i .,
: ;-
STT!i DI' "'iAII : ;>)(.. .-II C~
..,.,- avlecl /achnapl lstadDsa








III. HISTOIRE. DESSALINES


naire. Pendant qu'il chevauchait ainsi de Saint-Marc l'Ar-
cahaie, il ne rencontra personnel qui l'avertt de ce qui se
tramait contre lui.
Il avait envoy en avant dans la direction de Port-au-
Prince six companies, sous le commandement de Thomas et
de Gdon, leur disant que le Sud devait tre change en un
dsert, o on n'entendrait mme plus chanter un coq. Mais
lorsque les deux officers rencontrrent l'arme des rebelles,
commande par Grin et Yayou, ils fraternisrent avec ces
derniers.
Le lendemain matin, 17 octobre 1806, Dessalines se dirigea
avec une vingtaine de soldats fidles de l'Arcahaie Port-au-
Prince, par la large route, borde droite par la mer bleue
et gauche par des collins basses. Ils trouvrent diffrents
voyageurs pied ou cheval qui cependant, aprs avoir t
interrogs, rpondirent qu'il ne s'tait pass rien de particu-
lier Port-au-Prince.
Lorsque Dessalines fut arriv au Pont-Rouge, une petite
distance de la ville, il vit des soldats rangs des deux cts
de la route, et crut que c'taient les troupes qu'il avait en-
voyes en avant. Il continue donc sans dfiance, lorsque
tout coup des broussailles sortirent d'autres soldats qui
l'arrtrent et le cernrent. Dessalines comprit alors qu'il tait
tomb dans une embuscade, et cria : Soldats,ne me recon-
naissez-vous pas? Je suis votre empereur! Alors il saisit
la massue qui pendait la selle de son cheval, et carta les
bayonnettes qui menaaient sa poitrine.
Quoique les officers donnassent l'ordre de tirer, personnel
n'osa faire feu, tellement ils craignaient leur chef. Enfin un
des conjurs tira un coup de fusil qui n'atteignit que le che-
val de l'empereur. Dessalines se dfendit avec acharnement;
mais, la premiere hesitation passe, une dcharge gnrale sui-
vit, et il tomba, cribl de balles.
On vit alors un spectacle affreux. L'empereur fut dpouill
de ses armes et de ses bijoux, et ses habits furent dchirs.
Pour pouvoir s'emparer plus facilement des bagues qu'il por-
tait, on lui coupa les doigts. Yayou, un des officers, le fit
mettre sur des fusils disposs en forme de brancard, et ri-
cana : Qui dirait que ce miserable, il n'y a qu'un quart d'heu-
re, faisait trembler toute Hati?









Ie PARTIES : LE PAYS


Pendant qu'ils continuaient ainsi vers la ville, le cadavre
fut plus d'une fois lapid et battu par les passants. Quand,
un peu plus tard, on le dposa sur la place publique de Port-
au-Prince, il tait mconnaissable, tellement il avait t mal-
trait. Il y demeura longtemps, jusqu' ce que le soir une
folle, nomme Dfile, mt les restes ensanglants de l'empe-
reur dans un sac et les transport au cimetire. L elle se tint
agenouille, jusqu' ce que deux soldats, envoys par le g-
nral Ption, arrivassent pour enterrer le cadavre.
Madame Inginac, veuve d'un des ministres de Dessalines,
fit riger quelques annes plus tard une modest pierre sur
sa tombe, avec cette pitaphe : Ci-gt Dessalincs, mort
48 ans.
Pendant longtemps Dessalines fut oubli. Ce n'est qu'en


L- -i -.---- ----L_ "j_ ~~ ~- I.-~... ;


LE MAUSOLE DE DESSALINES ET DE PTION A POIT-AU-PRINCE.

1892 que le Prsident Hippolyte lui fit dresser un monument
funraire. A l'occasion du centenaire de l'Indpendance, en
1904, une statue de Dessalines vint orner le Champ de
Mars Port-au-Prince. Enfin, le 1er janvier 1928, le Prsi-
dent Borno fit transporter les restes de l'empereur la place








III. HISTOIRE. DESSALINES


de l'Indpendance, dite jusque l place Ption, o le Prsi-
dent de ce nom, le troisime Chef de l'tat hatien, reposait.
On y avait rig un beau mausole, o fut plac un riche
sarcophage avec les dpouilles mortelles des deux hros. Cette
tombe commune accorde aux deux principaux auteurs de
la liberation d'Hati est un symbol de l'union des noirs et
des multres.
Les historians hatiens reconnaissent que le meurtre com-
mis sur l'empereur fut la suite de son caractre violent et au-
toritaire. Mais ils doutent qu'ils eussent obtenu leur ind-
pendance, si Dessalines avait t aussi modr que Tous-
saint ou Ption.
Dessalines, a-t-on dit, ne se distinguait que par la cruaut,
le despotisme et le gaspillage des deniers de l'tat. Mais il
ne faut pas oublier que ces dfauts doivent tre imputs en
grande parties ses aides. Lui-mme aussi tait cruel, mais
quel chef ne le serait pas devenu la vue des atrocits com-
mises par les Franais? Qu'il se montrt mauvais adminis-
trateur, il n'y a l rien d'tonnant, car qu'avait jamais appris
Dessalines en fait de finances, d'instruction, etc., lui qui pou-
vait peine signer son nom ? Quoi qu'il en soit, tout Hatien
aimant sa patrie se souviendra avant tout que Dessalines,
par son nergie extraordinaire, son courage et son ascendant
sur les foules, a t le grand Fondateur de l'indpendance de
son pays.













LE ROI CHRISTOPHE


1. L'HOMME DE FER

Son Rle pendant la Guerre de l'Indpendance.

La vie du roi Christophe est certainement remarquable et
typique sous plus d'un rapport. Ses compatriotes ont appel
ce noir un homme ; il le fut vraiment dans toute la force
du terme. Dans la premiere priode de sa vie il fit preuve
d'une nergie extraordinaire, grce laquelle il leva les
anciens esclaves une hauteur et une civilisation inconnues
avant lui. Pendant la second poque, cette nergie dgnra
en tyrannie. Cependant dans l'une comme dans l'autre il a
prouv qu'il dpassait de loin ses compatriotes et qu'il tait
dou de talents peu communs.
Christophe naquit le 6 octobre 1767 dans l'le alors fran-
aise et maintenant anglaise, de la Grenade aux, Antliles,
d'esclaves noirs d'un colon franais et qui taient probable-
ment d'origine aristocratique. Pendant sa jeunesse Christophe
ne reut ni instruction ni education. A l'ge de douze ans il
s'enfuit et parvint sur un bateau, qui se rendait dans l'le
d'Hati. Le capitaine le vendit au propritaire de l'htel de
la Couronne, au Cap. Comme il plaisait son matre et aux
htes, il gagna beaucoup d'argent, et obtint son affranchisse-
ment l'ge de 20 ans. Il se maria avec Marie-Louise Coi-
david.
D'aprs Vergniaud Leconte (Henri Christophe, p. 1), Chris-
tophe serait n de parents libres, et aurait t plac par eux
bord d'un navire, pour matriser son caractre indompta-
ble. L'auteur affirme que cette naissance libre est prouve,
sans cependant donner de preuves ni indiquer de rfrence
ce sujet.
Lorsqu'clata la guerre de l'indpendance, Christophe se
joignit aux insurgs, et fut nomm sergent par le comman-
dant en chef Toussaint Louverture. Sept ans plus tard nous
le retrouvons comme premier lieutenant de Toussaint et gou-
verneur du Cap.









III. HISTOIRE. LE ROI CHRISTOPHE


Comme Napolon I voulait reconqurir Hati et remettre
les esclaves sous le joug, il envoya Saint-Domingue son
beau-frre, le gnral Leclerc, avec une arme navale de
22.000 hommes. Le 11' fvrier 1802 la flotte mouilla dans la
rade du Cap, et Leclerc somma Christophe de livrer la ville
dans les 24 heures. Le gouverneur refusa, disant qu'il devait
attendre les ordres du commandant en chef Toussaint. Il
ajouta qu'il mettrait le feu la ville, si les Franais osaient
mettre pied terre. Aussitt aprs le dbarquement il ex-
cuta sa menace, en commenant par sa propre maison. La
ville fut presque entirement rduite en cendres, et Christo-
phe se retira dans les montagnes avec ses soldats.


CHIISTOPH-E.
Quoique les noirs se dfendissent avec un courage hro-
que, ils furent battus presque partout. Aprs ses victoires le
commandant franais institua une sorte de terreur, qui porta
les noirs se soulever de nouveau. Les multres se joignirent
eux; ils.trouvrent de plus une forte allie dans la fivre
jaune, qui attaqua l'arme franaise et la dtruisit en grande
parties. Dfaits de tous les cts, les Franais se virent forcs
de battre en retraite toujours davantage, et bientt ils s'em-








Ie PARTIES : LE PAYS


barqurent. Le 1 er janvier 1804 Dessalines proclama solen-
nellement l'indpendance d'Hati. Christophe signa l'acte de
la liberation avec les autres gnraux, et fut de nouveau
nomm gouverneur du Nord.
Les Hatiens taient libres! Mais c'tait une libert
trange. Leur empereur Dessalines se montra homme froce,
et abusa tellement de son pouvoir que le 17 octobre 1806
il fut assassin dans une meute, tout prs de Port-au-Prince.

President du Nord.
Finances et Guerre.

A la capital on convoqua une assemble national, qui
publia une nouvelle constitution, abolit l'empire et tablit la
rpublique. Le 28 dcembre 1806 Christophe fut nomm
President pour quatre ans. Selon la Constitution le Snat
dsignait les ministres, avait le pouvoir lgislatif et le con-
trle de l'arme; de sorte que l'autorit du Prsident tait
trs restreinte. Tout cela ne s'accordait point avec le ca-
ractre ambitieux de Christophe, ni avec la situation du pays,
o il fallait certainement un matre qui d'une main ferme
mt de l'ordre dans les affaires de l'tat.
Christophe march donc sur Port-au-Prince, la tte de
ses troupes. Prs de la capital il attaqua l'arme multre du
Sud, commande par Ption; mais il fut repouss. Deux
jours aprs, il donna l'ordre ses troupes de battre en retraite.
Port-au-Prince, qui, malgr sa premiere victoire, se consid-
rait comme perdu, fut sauv par suite de la grande impa-
tience de Christophe, et choisit Ption comme Prsident de
l'Ouest et du Sud.
Quant Christophe, il retourna dans le Nord, o il fut
galement proclam Prsident au Cap. On rdigea une nou-
velle Constitution, qui le nommait gnralissime des armes
de terre et de mer, et lui reconnaissait le droit de designer
son successeur (17 fvrier 1807). Il gouvernait avec ses mi-
nistres et un Conseil d'tat, avait le droit de faire des pro-
positions de lois au Conseil, et pouvait, sans appel, opposer
son vto toutes les ordonnances dictes par cette assem-
ble. En ralit toute la tche du Conseil consistait donor
faire un rapport sur les dpenses et les recettes de l'tat.








III. HISTOIRE. LE ROI CHRISTOPHE


La religion catholique fut reconnue come religion d'tat,
mais les autres cultes taient aussi admis. Le concubinage,
le divorce et l'idoltrie du Vaudoux taient prohibs; par
contre la loi prescrivait le marriage et l'assistance la Messe.
De plus il tait stipul que les parents ne pouvaient pas
dshriter leurs enfants, et que les ngociants trangers joui-
raient de toute sorte de protection.
Christophe n'avait encore que 40 ans, mais se sentait beau-
coup plus g, par suite de sa vie mouvemente. Aussi tait-
il continuellement tourment par le pressentiment de n'avoir
plus que peu de temps vivre, et ce temps il voulait bien
l'employer. Il possdait, il est vrai, peu d'instruction, n'avait
jamais lu un livre, et savait peine signer son nom; mais il
avait un talent natural pour gouverner. Sous ce rapport il
avait aussi beaucoup appris de Toussaint et de Dessalines ;
il tait dou de la merveilleuse activity du premier et de
l'nergie brutale du second.

Son premier soin fut de procurer de l'argent l'tat, car
cause des longues guerres le pays tait bout de ressour-
ces. Il russit nouer des relations de commerce avec les
tats-Unis d'Amrique et avec diffrents pays d'Europe. Mais
il fallait encore un systme montaire, et c'est la gourde
ou calebasse qui allait le lui fournir.
Les Hatiens, qui venaient d'tre librs, vivaient d'une
faon trs simple. En guise de recipient ils se servaient du
fruit du calebassier, appel gourde. On schait la cale-
basse au soleil, on en retirait les graines et on lui donnait
diverse formes. Christophe, qui savait que les noirs ne pou-
vaient se passer de la calebasse, publia un dcret qui dclarait
toutes les calebasses proprit de l'tat. Les soldats taient
charges de les ramasser et de les emmagasiner. Comme les
Hatiens considraient Christophe comme leur matre, ils ne
firent pas d'opposition. Le Prsident tablit la valeur d'une
calebasse ou gourde un franc.
Quand le caf fut mr, les paysans le portrent en ville.
Christophe l'acheta au course ordinaire du march, mais...
le paya en calebasses. Cette fois-ci encore personnel ne fit
d'objection, present parce qu'ils avaient grand besoin des
calebasses. Quant au caf, Christophe le vendit aux ngo-








1- PARTIE .LE 1-'AS


ciants europens pour de l'or; et ainsi en peu de temps il y
eut une monnaie de mtal en circulation. De nos jours encore
on appelle la monnaie hatienne gourde.

Cependant la paix ne se fit pas avec Ption, Prsident du
Sud, et la guerre civil dura sans interruption pendant trois
ans (1807-1810)..


LE CALEBASSIER ET L'USAGE QU'ON FAIT DE SES FRUITS.

Pour miner l'autorit de Christophe, Ption charge quel-
ques-uns de ses partisans de susciter une rvolte dans le
Nord-Ouest, et en mme temps il attaqua la ville frontire
de Saint-Marc. Port-de-Paix tomba aux mains des insurgs,
et le gnral Lamarre fut envoy par Ption dans cette ville
pour commander les rebelles. Quand Port-de-Paix eut t re-
pris par les troupes de Christophe, Lamarre se maintint dans
les environs, et fut en mme temps appuy par des bateaux
de guerre qui menaaient la cte. Il avait tabli son camp
prs de l'ancienne sucrerie Foache Jean-Rabel, et engagea
cet endroit avec les soldats de Christophe un combat, don't
l'issue demeura douteuse. Puis il se retrancha solidement








iii. I1iSTOIBE. 1. ROI CHRISTOPHE


dans les fortifications du Mle-Saint-Nicolas, et y rsista' pen-
dant longtemps, malgr les violentes attaques des troupes
du Nord. Mais lorsqu'il eut t tu par un boulet (1810),
les insurgs ne tardrent pas se rendre.
Le territoire des deux Prsidents d'Hati ne fut donc gure
modifi. Tandis que Ption gouvernait l'Ouest et le Sud,
Christophe resta matre du Nord, du Nord-Ouest et de l'Ar-
tibonite, jusqu' la ville de Saint-Marc. Comme la France
voyait avec complaisance leurs dissensions, et aurait pu en
profiter, ils furent obligs la fin de cesser leurs querelles.

La Royaut.

Christophe songeait depuis quelque temps se faire pro-
clamer roi. La guerre qu'il eut soutenir contre Ption em-
pcha l'excution immediate de ses plans, mais lui fournit
en mme temps l'occasion de mesurer la force de ses ennemis
et de s'assurer la fidlit de ses sujets. Pendant les trois
ans qu'avait dur cette lutte, le Prsident du Nord acquit
un pouvoir et une influence que personnel ne pouvait lui
contester. Aussi ses officers et ses admirateurs proposrent-
ils ouvertement de lui donner un titre qui ft digne de lui
et qui rpondt ses voeux.
En mars 1811 le Conseil d'tat se runit et nomma Chris-
tophe roi. L'acte tait ainsi conu: Le Prsident Christo-
phe est proclam roi sous le nom d'Henri I. Son titre et ses
droits seront hrditaires dans sa famille, pour les descen-
dants mles lgitimes . Christophe se trouvait Fort-Li-
bert, d'o tait originaire Marie-Louise, son pouse. A cette
occasion, avant mme que la constitution ft promulgue,
on le salua aux cris de : Vive le Roi! Marie-Louise, qui
tait trs populaire cause de sa bont, fut galement ova-
tionne, et partout on entendait des acclamations en son hon-
neiur: Vive la Reine! Quand ils rentrrent le soir au
Cap, des vivats clatrent partout dans la ville.
Aussitt on communique officiellement Christophe, l'ac-
te qui le constituait roi. Les fonctionnaires civils et militai-
res, les commerants tablis sur la place, ses amis et ses
admirateurs vinrent le fliciter et lui offrir leurs hommages.
Christophe mritait ces honneurs. Il avait fait preuve de








1e PARTIES : LE PAYS


bravoure dans main combat. Avec une rapidit extraordi-
naire il savait conduire par les montagnes tout un rgiment.
Depuis plusieurs annes il commandait dans le Nord, et avait
montr d'une manire indubitable qu'il savait gouverner.


LE ROI CHRISTOPHE EN COSTUME DE GALA.
(D'aprs le tableau de Richard Evans, peintre du roi. Cf. V. Leconte,
Henri Christophe, p. 319).

Le couronnement official n'aurait pas lieu dans l'glise
paroissiale du Cap, qui depuis l'incendie de la ville en 1802,
n'avait t restaure que dans la measure ncessaire pourqu'on
y pt faire le service divin. Donc on leva sur le Champ de
Mars une glise provisoire (qui fut dmolie ensuite), don't








III. HISTOIRE. LE ROI CHRISTOPHE


le transept avait une hauteur de 27 mtres et la nef une
longueur de 83 mtres. L'autel tait recouvert de drap d'or;
sous un baldaquin tendu de soie rouge taient placs les
trnes des souverains, et tous les endroits o le roi devait
passer taient garnis de superbes tapis.
A la crmonie le 2 juin 1811, Christophe reut une cou-
ronne d'or sur la tte et un sceptre incrust de bijoux
la main; tandis que Marie-Louise, son pouse, fut cou-
ronne reine et revtue d'un magnifique manteau. La so-
lennit fut prside par Corneille Brelle, Capucin franais,
qui dj auparavant avait couronn Dessalines empereur,
et que Christophe avait nomm archevque de sa propre
autorit.
Pendant la nuit qui suivit le sacre, la ville du Cap tait
spl endidement illumine et orne. Au palais royal il y eut
d'abord une grande representation de gala avec chants et
pices de thtre. Puis vint un somptueux banquet avec
bal, o, selon l'ordre formel du roi, toute difference de
position social tait efface, de sorte que les paysans dan-
saient familirement avec les bourgeois et les nobles. En
outre quelques ngociants anglais et amricains se mlaient
en bons camarades aux petits comme aux grands du royaume.
La fte dura cinq jours pleins, et consista en receptions
auprs du roi Henri et de la reine, en revues de troupes, con-
certs et soires dansantes.

Le Palais de Sans-Souci.

Vers le mme temps on commena la construction du pa-
lais royal, appel Sans-Souci du nom donn par Frd-
ric II de Prusse son chteau de Potsdam. Le palais, qui
tait prt en 1813, fut bti environ 20 Km. du Cap, prs
du bourg de Milot, et fut reli la capital par une route
royale, large de 30 mtres. Plac l'entre d'un vallon,
contre le versant d'une montagne, l'difice offrait une riante
perspective sur la champagne environnante, sur la pointe de
Caracol et la mer au fond. Il occupait une superficie de
8 Ha.
Devant l'entre se trouvait droite la chapelle royale, ro-
tonde de 20 M. de diamtre, avec une vote sphrique. A
Hati. II. 5.









Te PARTIES : LE PAYS


gauche on voyait la caserne des chevau-lgers, qui a t re-
construite et sert actuellement d'glise paroissiale au bourg
de Milot.
Par une double entre, orne de deux couples de piliers
carrs de 7 M. de hauteur et de 3 M. d'paisseur, on arrivait
dans une cour infrieure, entoure d'une forte muraille. La
grille de gauche donnait sur une avenue de 12 M. de large
et de 40 M. de long, qui passait devant le btiment du Conseil
d'tat situ sur la gauche, et aboutissait l'difice princi-






. ; ._" .










Photo Dr. J. C. Dorsainvil et Frres de l'Instruction chrtienne,
Manuel d'Histoire d'Hati.
LE PALAIS DE SANS-SOUCI VERS 1815.

pal. L un escalier conduisait au rez-de-chausse du palais,
qui servait d'entrept aux productions des fabriques roya-
les.
Le palais proprement dit, long de 51 M., large de 25 M.
et haut galement de 25 M., et qui comprenait trois tages,
fut construit en pierres et couvert d'ardoises. On avait con-
duit une source sous le plancher des grandes sales d'appa-
rat du premier tage, pour les tenir fraches. A la faade,
l'eau jaillissait de la clef de vote d'un cintre en marbre;
tombait en rebondissant dans un bassin de forme demi-cir-
culaire, et disparaissait par des canaux artistiques. De cha-
que ct du bassin on voyait un long et lgant escalier
d'honneur, qui conduisait au premier tage.









III. HISTOIRE. LE ROI CHRISTOPHE


Arriv l, on entrait dans un grand vestibule, auquel cor-
respondait une galerie situe la faade de'derrire. Entre
les deux se trouvaient une magnifique salle'du trne et di-
verses autres pices. On rencontrait la mme distribution
au second tage, o le roi avait ses appartements droite
et la reine gauche. En outre on y voyait des sales d'au-
dience, des chambres de bain, des salons de billard et des
sales de banquets. Le troisime tage se composait d'un dme
au milieu, puis droite et gauche de deux pavillons pour
les deux princesses, Amthyste et Athnas.
L'ensemble du palais tait vraiment magnifique, avec ses
portes cintres et ses colonnes en demi-relief. On avait re-
couvert les murs de pltre jaune, qui rflchissait la lumire
du soleil, de sorte que le palais brillait au loin comme l'or.
A l'intrieur l'difice n'tait pas moins attrayant. Les
planchers taient en acajou, quelques-uns mme taient des
parquets de marbre; des tapis prcieux, de splendides ta-
bleaux et de grandes glaces ornaient les murs; il y avait des
fentres vitres, garnies de rideaux de soie. On avait mme
transport au palais une bibliothque d'Europe. Tout cela
faisait de Sans-Souci un glorieux monument, pour la jouis-
sance du souverain noir.
Du ct droit du palais, au niveau du premier tage, on
avait construit une terrasse de 30 M. de large et de 100 M.
de long. Au milieu se dressait un camitier, qui est devenu
aussi clbre en Hati qu'en France le chne de saint Louis
Vincennes. Le roi Christophe (comme le people continuait
l'appeler) avait l'habitude de s'y entretenir avec ses cour-
tisans, et y rendait aussi parfois la justice. Sur la terrasse
se trouvait le palais des Ministres, et tout prs taient
situs les logements du Prince royal Victor, ainsi qu'une im-
primerie parfaitement organise. A droite de ces btiments
une grille conduisait aux beaux jardins, o le roi cultivait
ses fruits favors et la reine ses fleurs odorantes.
Que reste-t-il de nos jours de toute cette splendeur? Le
palais est en grande parties caduc, et tout fait inhabitable;
mais malgr cela les ruines attestent que ce fut jadis une
des demeures les plus lgantes et les plus confortables de
l'Amrique. Les quatre piliers colossaux garden toujours
la principal entre, et le bel escalier d'honneur existe encore








Ie PARTIES :. LE PAYS


en grande parties. Mais le toit du palais s'est effondr, les
murs sont moiti tombs, et le gypse jaune s'est dtach
des parois, o a et l sont fichs des clous, qui portrent
autrefois des tapis et des tableaux. On voit galement en-
core le camitier, avec un sige de pierre autour de son
tronc noueux; mais les fontaines et les canaux sont dess-
chs. Des ruines,... rien que des ruines, dit Blair Niles
(Black Haiti, p. 250), et pourtant d'une majest indescrip-
tible et d'une beaut exquise, comme si elles avaient t la
ralisation du rve d'un home.
Il y a quelques annes seulement, les clbres parterres
de la reine taient encore couverts d'herbe et d'ivraie; des
arbustes et toutes sortes de plants s'levaient sur les murs


~~'~~b'. ;f,:~


RUINES DU PALAIS DE SANS-SOUCI.
(Faade).


moiti-crouls du palais, et dans les grandes sales d'hon-
neur croissaient des rangers et des buissons d'pines. Partout
on heurtait des monceaux de pierres et de chaux. En 1933
le President Vincent fit enlever ces dbris et ces broussailles;


I:=5 .








III. HISTOIRE. LE ROI CHRISTOPHE


et le palais fut nettoy. On ne put le rparer, mais la cha-
pelle fut entirement restaure et solennellement bnite, ainsi
que nous verrons plus loin.

Agriculture et Commerce.

Un mois avant son couronnement, le roi Christophe avait
cr une noblesse. Son fils Victor devint Prince Royal, ses
filles Amthyste et Athnas Princesses Royales. De la pre-
mire promotion faisaient encore parties 7 ducs, 22 comtes,
18 barons et 6 chevaliers. Cette noblesse noire fut ridicu-
lise en Europe, et cependant ce roi ne fit pas autre chose
que ce que, il y a plusieurs sicles, les souverains d'Europe
avaient fait eux-mmes et pour des personnel parfois moins
estimables.
L'tiquette de la cour tait trs strict. Chaque noble devait
paratre dans le costume prescrit, et les places taient r-
gles d'aprs le rang. Les fonctionnaires publics les mieux
vus et les plus levs en dignit taient assis le plus prs
du roi. Or Christophe avait deux amis intimes: Vastey et
Dupuy, qui lui taient trs attachs. Vastey tait un mu-
ltre frle et de petite taille, mais de caractre violent. Par
contre Dupuy, noir trs vigoureux de corps, possdait un
natural doux et agrable. Les premires places aprs Vastey
et Dupuy taient occupes par le comte Prvost et le duc
Richard. Quant au come, multre trs instruit et bien du-
qu, il remplissait la function de Ministre des Relations Ex-
trieures. Le duc Richard, multre lui aussi, avait t nom-
m commandant en chef de l'arme et de la flotte, et gou-
verneur du Cap. 11 ne se trouvait la cour de Christophe
qu'un seul blanc : e docteur Stewart, d'Edimbourg, qui tait
le mdecin du roi et lui tmoignait beaucoup de dvouement.
Christophe institua aussi l'ordre royal et militaire de saint
Henri, comprenant des grands-croix, des commanders, des
officers et des chevaliers. Ces derniers portaient une croix
d'or maille d'azur, six rayons doubles, sur laquell il y
avait d'un ct l'image de saint Henri, avec ces mots en
exergue : Henri fondateur 1811 ; et de l'autre une couronne
de lauriers, avec une toile et la devise: Prix de la valeur.
Le jeudi tait jour d'audience. L'avant-midi tait rser-








Ie PARTIES : LE PAYS


v aux gens du people, qui pouvaient alors venir exposer
leurs plaintes et leurs griefs. Aprs avoir cout avec at-
tention, le roi prononait d'une faon brve et ferme.
A 5 heures de l'aprs-midi venait le tour de la noblesse.
S'il faisait beau, la reception avait lieu sur la terrasse, et en
cas de mauvais temps dans une des sales d'honneur. Les
nobles avaient alors l'occasion de faire connatre au roi leurs
desiderata. Mais ces receptions avaient encore un autre but.
Les dignitaires avaient reu du roi de grandes pices de terre
ferme, et ils devaient avoir soin de les faire fructifier, car
le roi leur en demandait compete.
Christophe avait public pour son people un recueil de lois,
appel Code Henri. D'aprs ces prescriptions tout home
et toute femme d'ge mr taient obligs de travailler. Le
code indiquait l'horaire suivre. Il fallait tre au travail
depuis le lever du soleil jusqu' 8 heures, o on avait une
heure pour djener dans les champs; puis de 9 heures
midi, aprs quoi suivaient deux heures libres; et enfin de
2 heures jusqu'au coucher du soleil. Comme sous les tropi-
ques les jours sont peu prs.gaux aux nuits toute l'anne,
cela faisait une journe ouvrire de 9 heures. Les laboureurs
taient attachs la terre, et recevaient un quart de tous
les products du sol. En cas d'infirmit, le travailleur devait
tre soign aux frais de son matre, et par ailleurs les pro-
pritaires devaient forcer leurs subordonns travailler, car
si, par leur faute, la terre ne rapportait pas assez, ils taient
dgrads au rang d'agriculteurs.
Les paresseux et les mcontents murmuraient de ce qu'ils
appelaient esclavage; et, bien considres, ces institutions
l'taient vraiment. Mais par l propritaires et paysans s'en-
richissaient, et les finances du royaume se trouvaient en ex-
cellent tat. Cependant un pareil rgime ne pouvait tre
de longue dure, parce qu'il ne laissait pas suffisamment de
place la libert et l'initiative prive.

Le roi encourage galement le ngoce, et il parvint mme
se procurer une petite flotte de commerce. Les principaux
ports ouverts au ngoce tranger taient: le Cap, Port-de-
Paix, les Gonaves et Saint-Marc. Dans ces villes s'taient
tablis comme ngociants, des Anglais, des Amricains, des









III. HISTOIRE. LE ROI CHRISTOPHE


Franais, des Hollandais et des Allemands. En l'anne 1807,
il y eut 150 bateaux trangers, charges de caf, de sucre et
d'autres denres, quitter la rade du Cap. ZD'aprsjIMacken-
zie (Notes on I aiti) cette place export pendant le rgne


Photo H. Franck, Roaming through the West Indies. Avec l'autorisation
de l'diteur, D. Appleton-Century Co., New-York.
RUINES DU PALAIS DE SANS-SOUCI.
(Vue latrale).

de Christophe, de 1806 1820: 98.700.000 livres de caf,
29.400.000 livres de sucre, 1.600.000 livres de bois de teinture
1.100.000 livres de cacao, 800.000 livres de coton et une
bonne quantit d'autres products.
Christophe tait lui-mme le plus grand agriculteur et le
principal planteur de son royaume. Le long du chemin qui
conduisait du Cap Milot il possdait deux belles plantations
de canne sucre, qu'il visitait rgulirement. En dehors du
palais de Sans-Souci il avait encore rig de magnifiques
chteaux diffrents endroits : au Cap, Limonade, la
Petite-Rivire de l'Artibonite, etc. Chaque chteau tait en-
tour de vastes terres, qui taient continuellement cultives
et rapportaient sans cesse. Aprs sa mort ces somptueuses









Ie PARTIES : LE PAYS


demeures furent dtruites; quant au chteau de la Petite-
Rivire, il ne fut pas achev sous son rgne. Ce n'est qu'en
1933 que le Prsident Vincent le terminal, afin d'y installer
diffrents services publics.

Instruction.

Le roi tait d'une taille robuste, extraordinairement fort,
et leste dans tous ses movements. Quand il se trouvait seul
avec les membres de sa famille, il aimait causer de sa vie
aventureuse, de ses actes de courage, des dangers auxquels
il avait chapp, de Toussaint et de Leclerc. C'tait un
conteur parfait : les scnes devenaient vivantes, quand il les
dcrivait.
L'amabilit et la bienveillance caractrisaient la reine, qui
aimait beaucoup les jardins isols, situs derrire le palais,
et o elle entretenait des fleurs. Le prince royal, Victor,
avait un natural hautain et opinitre. Quant aux princes-
ses, Amthyste tait ardente, Athnas au contraire plutt
calme; mais toutes deux aimaient beaucoup leurs parents.
Non seulement le roi voulait apprendre son people
travailler, il voulait aussi l'duquer et l'instruire. Il fit venir
d'Angleterre six instituteurs, et en peu de temps cinq coles
surgirent aux endroits les plus important du royaume :
Milot prs du palais, au Cap, Port-de-Paix, aux Gonaves
et Saint-Marc. Des multres et des noirs bien dous furent
forms devenir instituteurs, et bientt les cinq coles comp-
trent plus de 2.000 lves. Au Cap on rigea galement un
college. A la cour de Sans-Souci il se trouvait mme un
corps de musicians, d'acteurs et de peintres, car le culte des
arts y tait en honneur.
Le roi, qui n'avait jamais appris lire ou crire,dployait
pourtant beaucoup de zle pour l'instruction de son people.
Celui qui tait incapable d'tudier, devait se faire agricul-
teur ou apprendre un mtier. Ds qu'un garon avait atteint
l'ge de dix ans, il avait choisir une profession. Le roi
dsignait les matres, et fournissait les outils ou autres instru-
ments ncessaires.
Le baron Vastey avait t depuis longtemps dsign pour
tre le prcepteur du fils du roi, le prince Victor. Depuis









III. HISTOIRE. LE ROI CHRISTOPHE


quelques annes aussi la reine avait dpens beaucoup de
temps et de peine l'instruction de ses deux filles, Amthyste
et Athnas. Mais le savoir de Marie-Louise tait insuffi-
sant pour duquer des princesses royales.
Dupuy, qui avait sjourn Philadelphie, affirmait qu'on
y trouverait des gouvernantes pour elles.. Il fut charge de ce
soin, et russit engager deux dames, sur lesquelles Harvey
nous donne quelques dtails dans ses Sketches of Haiti.
Elles taient d'ge moyen, mais leurs noms ne nous ont pas
t conservs. Tandis que l'une tait grande, maigre et de
caractre violent, l'autre au contraire tait une joyeuse cour-
taude. Comme le voyage de Philadelphie au Cap avait dur
quinze jours, et que la mer avait t trs orageuse, elle arri-
vrent ples et dfaites. De plus elles prouvrent une grande
dception la vue de la ville du Cap, qui se relevait tout


Photo La Relve , revue. Avec autorisation.
LA CHAPELLE DE SANS-SOUCI RESTAURE.


just un peu des ruines, entasses par l'incendie et le pillage.
Plus tard elles racontrent qu'elles n'avaient pu surmonter
qu'avec pine cette premiere impression.
Aprs avoir pass quelque temps au Cap, elles furent con-









Ie PARTIES : LE PAYS


duites au palais par le baron Dupuy dans une voiture luxueuse.
Pendant le voyage Dupuy se montra trs prvenant pour les
dames, et s'informa de diffrentes choses aux tats-Unis,
de sorte que bientt elles se sentirent d'humeur plus gaie.
Le paysage autour d'elles tait ravissant : des valles fertiles
entire des collins vertes, de superbes bananiers, de hauts
palmiers et des fleurs multicolores des deux cts de la route ;
plus loin des noirs chantant gament, tandis qu'ils taient au
travail dans les champs. Et puis tout d'un coup, aprs un
dtour du chemin, le palais parut, tincelant et brilliant
la lumire clatante du soleil. C'tait un spectacle impres-
sionnant.
Les Amricaines furent reues par une aimable multresse,
que Dupuy prsenta comme tant la duchesse de Port-Mar-
got. Celle-ci les conduisit au salon, o elles furent salues
par les courtisans de la manire la plus affable.
A onze heures, aprs avoir pris le caf et s'tre reposes un
peu, elles furent reues la bibliothque par le comte Pr-
vost, ministry de l'Extrieur. Aprs quelques instants la porte
s'ouvrit, et six pages noirs, en livre bleue dore, entrrent,
suivis du roi, qui s'entretint quelques moments avec les in-
stitutrices. Il leur parut grand et distingu, mais en mme
temps courtois et bienveillant.
Puis elles furent conduites dans une grande salle de r-
ception, amnage avec got, o la reine avec le prince et
les princesses arrivrent bientt. La reine se montra trs
aimable, s'informa de leur voyage et de leur sant, et mit
le veu qu'elles pussent travailler longtemps et agrablement
chez elle. Pour ce qui est des princesses, celles-ci firent sur
les Amricaines une impression trs sympathique. Aprs avoir
fait connaissance avec la famille royale, les ladies allrent
luncher avec les courtisans.
Les deux gouvernantes se mirent au travail sans tarder.
Amthyste et Athnas taient des lves dociles et appli-
ques. Elles furent instruites dans toutes les connaissances
utiles et dans les arts d'agrment : le franais, l'anglais, les
mathmatiques, la composition, le dessin, la broderie, etc.;
et elles faisaient de bons progrs, au grand contentement des
institutrices,








III. HISTOIRE. LE ROI CHRISTOPHE


Malgr tout, celles-ci ne se sentaient pas heureuses, quoique
chacun ft serviable et plein d'attentions pour elles. La
reine les affectionnait beaucoup et les invita plus d'une fois
sa table. Mais les dames se trouvaient isoles au milieu
de ce people tranger, et trop lies par l'tiquette de la cour.
Il semble qu'elles n'entendirent jamais parler ni d'excutions
ni de prisons ; ce qui n'est pas tonnant, car elles ne pouvaient
se mouvoir que dans un certain rayon. Pourtant elles re-
marqurent plus d'une fois, que les courtisans chuchotaient
entire eux et cessaient la conversation quand elles appro-
chaient. Comme elles taient pleines d'admiration pour le
roi, elles se demandaient comment il pouvait avoir des enne-
mis. Cependant elles n'ignoraient pas qu'on travaillait la
construction de la citadelle, et pensrent que de l sans doute
venait le mcontement de quelques-uns.
Moins d'une demi-anne aprs, les institutrices retourn-
rent Philadelphie. Comme motif du dpart elles allgurent
l'isolement et la vie de contrainte la cour. Nous gardons
le plus agrable souvenir de notre sjour, dirent-elles, et
elles prirent cong du roi. Il les conduisit lui-mme au Cap
et leur fit ses adieux.


2. LE TYRAN

La Citadelle Laferrire.

Le roi Henri dormait rarement plus de cinq heures, et
n'tait pas un seul moment sans occupation. Tant faire,
disait-il souvent, et si peu de temps! Comme il voulait
raliser normment de choses et qu'il tait lui-mme un
travailleur infatigable et acharn, il exigeait aussi de son
people cette mme ardeur, et devint ainsi un tyran.
Sa Majest se levait de grand matin. Ds l'aube on voyait
le roi descendre le grand escalier et disparatre dans les
broussailles qui couvraient les collins autour du palais. Il
allait alors inspector les travaux en course et n'tait accom-
pagn que d'un page qui portait sa longue-vue de cuivre.
Grce cet instrument Christophe pouvait, du haut d'une
butte, examiner les alentours et surprendre des paysans qui









Ie PARTIES : LE PAYS


fainantaient. De cette faon il lui arrival plus d'une fois
de punir des laboureurs qui taient tout tonns d'avoir t
aperus. Ainsi la longue-vue,dont les noirs ne comprenaient
l'usage qu' demi, valut bientt au roi une renomme d'om-
niprsence.
La politique de Christophe visit s'attacher la plus
puissante nation maritime du monde, qui tait alors l'An-
gleterre, de faire reconnatre son gouvernement par elle et
de l'intresser sa cause, afin de se prmunir ainsi contre


LA CITADELLE LAFERIlrnE (Vue prise d'un avion).


une aggression de la part de la France. Voil pourquoi l'ex-
portation du royaume d'Hati tait destine surtout l'An-
gleterre, qui tait on ne peut plus enchante d'vincer la
France sous ce rapport. Par suite la Grande-Bretagne se
montrait trs prvenante pour Christophe. Des hommes d'tat
anglais, surtout Wilberforce, protagonist de l'abolition de
l'esclavage, lui donnaient des avis utiles et louaient publique-
ment ses ralisations. De nombreux commerants anglais se
fixrent dans le royaume, et le Foreign Office charge mme








fiI. HJISTOIRE. LE ROI (CHRiISTOPIIE


Sir Home Popham, amiral de la flotte des Antilles, de faire
au roi une visit officielle.
De la Jamaque, o tait sa base, l'amiral se rendit donc
au Cap. Christophe lui fit au palais de Sans-Souci une
reception splendid, dcrite par Vandercook (Black Ma-
jesty, p. 140-148). Sir Home fut merveill du luxe qu'il
voyait autour de lui, ainsi que de l'organisation srieuse des
divers services de l'tat. De la sorte les deux grands hom-
mes se vourent mutuellement une vritable estime, qui eut
pour consequence une amiti rciproque.
Lorsque, aprs le grand banquet de gala, ils causaient donc
familirement ensemble, l'amiral raconta la visit qu'il venait
de rendre Ption, Prsident du Sud, et il ajouta : S'il
m'est permis, Sire, d'exprimer franchement mon opinion, je
dois avouer que je trouve vos lois sur le travail imprudentes.
On dit que vos sujets ne sont que des esclaves. Si jamais une
guerre clate, la plupart vous abandonneront pour choisir
le parti de Ption, qui fait preuve de plus de douceur!
Aprs avoir longtemps gard le silence, Christophe exprima
avec vhmence ses sentiments. Ma race a toujours t op-
prime par les blancs, dit-il. Pourquoi avons-nous support
tout cela? Pourquoi nous sommes-nous tu? Parce que nous
ne possdons pas de fiert, parce que nous n'avons rien qui
nous parle d'nergie et de force : comme des monuments, des
palais que nous aurions rigs. C'est cet orgueil national que
je veux fonder, et d'une manire qui soit intelligible pour
des blancs comme pour des noirs. Je veux rendre mon people
conscient de lui-mme, dussent mes leons briser des centaines
de ttes dans mon royaume!
Cette explosion de Christophe nous dvoile le secret de son
gouvernement et de sa tyrannie, des travaux gigantesques du
palais de Sans-Souci et de la citadelle Laferrire. Pourquoi
cette activity extraordinaire? Pourquoi ces constructions
colossales? Christophe lui-mme vient de nous le dire. Son
chancelier et ami, le baron Vastey, qui crivit des livres im-
prims Sans-Souci, nous le rpte. C'tait pour montrer
que les noirs aussi sont capable de raliser quelque chose.
Voil ce que Christophe a, en effect, parfaitement dmontr
par ses ouvres. Malheureusement, cet effort formidable est
rest isol, et n'a pas t continue aprs sa mort.








Ie PARTIES : LE PAYS


L'entretien susmentionn entire le roi Christophe et l'ami-
ral anglais Home Popham nous est rapport par Joseph
Bonnet dans ses Souvenirs historiques. D'aprs V. Leconte
(Op. cit., p. 433) ce rcit ne serait pas historique, parce que,
dit-il, l'amiral n'aurait pas commis l'inconvenance d'mettre
une pareille opinion au sujet du gouvernement du roi. Ce-
pendant cette pense tait trs just, et l'avertissement pou-
vait tre utile Christophe. Pourquoi alors l'amiral aurait-il
d s'abstenir de communiquer son ide son ami le roi? Un
ami peut se permettre pareille libert, surtout quand il s'agit
d'affaires importantes. D'ailleurs, cet entretien est regard
comme vridique par diffrents auteurs, par example
Vandercook et Loederer.

En 1815 la Citadelle devint l'occupation dominant du roi.
Cette forteresse, appele vulgairement Laferrire (c.--d. la
forge), est une construction gigantesque, leve sur le plus
haut sommet du Bonnet--l'vque, derrire le palais de Sans-
Souci, une hauteur de prs de 1000 mtres au-dessus du
niveau de la mer. (La montagne susdite est ainsi appele,
parce qu'elle se compose de deux pics, qui ressemblent aux
points d'une mitre). Christophe avait entrepris la con-
struction de ce fort en janvier 1804, quand il tait comman-
dant du Nord sous le gouverneur-gnral Dessalines. Ce der-
nier, en effet, avait donn l'ordre tous les chefs de provin-
ce, de construire des fortifications dans les montagnes, o,
en cas d'une attaque franaise, ils pourraient se retire, aprs
avoir quitt les villes de la cte. Au commencement de son
rgne Christophe avait eu s'occuper de l'rection de son
palais et de l'avancement de l'agriculture. Mais en 1815,
quand l'tat fut devenu plus riche, il reprit la construction
de la citadelle avec une ardeur inaccoutume.
La population entire fut de corve. Tous les matriaux:
les pierres, la charpente, et plus tard les canons, devaient tre
months par un sentier de montagne pic, 3 heures de dis-
tance du palais; ou bien tirs en haut le long des flancs ver-
ticaux nord de la montagne, le tout de mains d'hommes.
Quand les travailleurs succombaient sous le fardeau, les sol-
dats les relevaient plus d'une fois coups de bton. Mme
les jeunes filles les plus dlicates portaient sur leur tte des
pierres, de la chaux, et plus tard des boulets.








11I. HISTOIRE. LE ROI CHRISTOPHE


Un ingnieur hatien, Henri Barr, avait conu le plan
d'aprs les indications du roi. La forteresse, plus formidable
que la fameuse Tour de Londres, a la forme d'un carr irr-


ENTRE DE LA CITADELLE.


gulier, qui se termine en une pointe formant un gigantesque
peron situ au nord.
D'aprs des calculs trs pre s la citadelle occupe une su-
perficie de 8.000 M2, et le ct sud, qui measure 150 M., est








le PARTIES : LE PAYS


le plus long. Les murs, pais de 2 3 mtres, s'lvent de la
cime du morne une hauteur de 15 30 M., et entourent
une place d'armes de 1200 M2.
Selon Vastey il y avait 300 canons; d'aprs la tradi-
tion ils taient au nombre de 365, autant que de jours dans
l'anne. Il est difficile de savoir le nombre avec precision.
Mais les chiffres prcdents semblent cependant tre exagrs ;
car, au dire de V. Leconte (Op. cit., p. 366), qui a tudi la
citadelle sur place dans tous les dtails, il doit y avoir eu
14 batteries de deux bouches feu au moins et de dix au
plus.
Une grande difficult qu'on avait rsoudre, consistait
se procurer de l'eau potable, car sur ce sommet rocailleux
il n'y avait pas de source. On construisit donc de grandes
citernes pour recueillir l'eau de pluie. Tandis qu'il s'en ren-
contre deux en dehors de la citadelle, prs de l'entre, on en
voit huit dans la forteresse elle-mme, don't quatre taient
caches et quatre autres formaient des bassins dcouverts.
On en avait creus quelques-unes sur la place d'armes,d'au-
tres avaient t maonnes de faon ingnieuse entire et sous
les murailles du fort; mais la position tait telle qu'on pou-
vait facilement s'approvisionner d'eau dans toutes les parties
de l'difice.
Dans la citadelle se trouvaient, divers tages, de grands
magasins de poudre, de boulets, de fusils et de vivres, ainsi
que la trsorerie et des cachots. On y voyait une longue suite
de galleries, munies de meurtrires, o des canons taient. en
position. La citadelle tait assez vaste pour loger une garni-
son de 5.000 hommes. Dans un coin de la cour intrieure
on avait rig un petit palais pour le roi.
Sur le haut de la batterie de la Reine, le point le plus lev
de la citadelle, on jouit d'une vue magnifique sur les alen-
tours, un spectacle, dit Franck (Roaming..., p. 185), qui
est gal par bien peu d'autres sur la terre. Toute Hati
semble clairement visible: l'ocan, les rivires qui serpen-
tent, de hautes montagnes, des valles profondes, une mer
de verdure forment un panorama circulaire, born seulement
par l'horizon sans limits; des huttes chtives au milieu de
petits dfrichements en bas dans la plaine, une douzaine de
grandes et de petites villes : le Cap, Ouanaminthe, etc., mme








III. HISTOIRE. LE ROI CHRISTOPHE


les collins de Santo-Domingo ressortent aussi distinctement
que si elles n'taient loignes que d'un kilomtre environ,
les unes baignes par la lumire clatante du soleil tropical,
d'autres voiles par les grandes ombres des nuages qui glis-
sent lentement travers le paysage.
Du bord de cette terrasse don'tt le toit est maintenant ef-
fondr) les murs descendent sur le flanc perpendiculaire de
la montagne, en face de la ville du Cap : c'est un affreux pr-
cipice d'au moins 300 mtres de profondeur. Les condamns
mort taient ordinairement prcipits du haut de cette plate-
forme. Christophe fit dfiler un jour tout un rgiment sur
le bord de cet abme, pour montrer l'ambassadeur anglais
quelle tait l'obissance et l'intrpidit de ses soldats.
On dit que tous les architects et ingnieurs qui travaill-
rent la construction de la citadelle furent tus par Christo-
phe, pour qu'ils ne trahissent pas les secrets de l'difice.
En tout cas, on ignore ce qu'est devenu Henri Barr, l'au-
teur du plan. Le bruit court que chaque pierre de la cita-
delle cota la vie un home, et que vingt mille personnel
prirent dans cette entreprise gigantesque.
L'historien hatien Beaubrun Ardouin, qui a consign ces
dires, est contredit sur ce point par V. Leconte, qui estime
la chose impossible. Come la construction de la forteresse
dura seize ans, de 1804 1820, dit-il (Op. cit., p. 368), il y
aurait donc eu en moyenne 3 ou 4 homes mourir par
jour, et 104 chaque mois. Quoi qu'il en soit, il est hors de
doute que cette entreprise formidable a d faire de nom-
breuses victims; et de nos jours encore la bouche du peu-
ple dsigne tout effort surhumain, tout ouvrage d'Hercule,
du nom de travail citadelle.
Quel tait le but de cette construction colossale? La cita-
delle devait rpondre plusieurs fins. D'abord il fallait qu'elle
ft un moyen de defense contre les Franais, si par hasard
ils revenaient. Elle servait aussi de protection contre les
ennemis de l'intrieur, les soldats de Ption, Prsident du
Sud. Mais par-dessus tout c'tait le grand geste du roi, le
rve d'un empire objective jamais dans la pierre, un mo-
nument sur lequel les Noirs pouvaient fixer leurs yeux, le
fondement de leur fiert, le signe de leur force.
Hati. II. 6.








Ie PARTIES : LE PAYS


Aprs la mort de Christophe, la citadelle fut compltement
abandonne, de sorte qu'elle n'a jamais servi. Cette norme
construction a t assez bien conserve, quoique le tremble-
ment de terre de 1842 en ait renvers une parties. Les mu-
railles massive faites de gros blocs de pierre carrs sont
encore debout. Des innombrables votes quelques-unes se
sont croules, mais la plupart demeurent en bon tat, et
les couleuvrines se dressent toujours dans les meurtrires.
Avec des efforts
surhumains on a-
vait russi trans-
i' porter ces canons

L il n'est pas ton-
nant que les suc-
cesseurs de Chris-
tophe n'aient pas
Seu le courage de
-'... les loigner. Par-
.."T i tout on voit de
Sgrands monceaux
de boulets. Les
--. escaliers de pierre,
S' qui conduisaient
L -. aux divers tages,
sont endommags.
SQuelques bassins
sont desschs,
d'autres contien-
nent encore main-
D tenant une eau
trs claire.
"Il y a quelques
annes, le ct
nord tait covert
de champignons
TERRASSE SUR LE HAUT DE LA CITADELLE. et d'arbustes, tan-
dis que les autres
flancs n'taient que peu entams par le soleil et la pluie.
Des broussailles croissaient sur la place d'armes; la mousse








III. HISTOIRE. LE ROI CHRISTOPHE


avait tendu un tapis vgtal de velours vert sur les mar-
ches des escaliers. En 1933 le Prsident Vincent fit dblayer
la forteresse; on la dbarrassa des plants parasites et les
murs crevacs furent rpars.
La citadelle est invisible du palais de Sans-Souci. Mais du
Cap on la voit, pose comme un nid d'aigle sur le sommet
de la montagne. Quand, aprs une monte fatigante de 2
heures cheval partir de Milot, on arrive enfin prs de la
forteresse, on demeure d'abord stupfait et muet. Puis, lors-
que l'tonnement initial est pass, on s'crie qu'on n'avait
pas la moindre ide de son tendue, de son aspect grandiose
et de sa robuste beaut. Car, dit Blair Niles (Black Haiti,
p. 297), il y a de la beaut dans toutes ses lignes, dans le
grand peron , dans l'lancement des murailles partant
du sommet de la montagne, dans leur adaptation parfaite
la forme et aux contours du pic, si bien qu'elles semblent en
tre la continuation. Il y a de la beaut dans chaque dtail
de la construction. Celle-ci n'est pas un amas informed de
blocs entasss par des mains grossires, mais une euvre
d'activit magistrate, une merveille de pierres adaptes exac-
tement d'autres pierres, un ensemble de lignes parfaites,
gracieuses et esthtiques. Comment des mains d'esclaves ont-
elles pu raliser ce chef-d'ouvre? Par le gnie et la persv-
rance du roi Christophe, qui voulait riger un monument
don't les Noirs pourraient tre fiers.
De mme que le palais de Sans-Souci est une construc-
tion lgante et gaie, ainsi la citadelle Laferrire est un t-
moignage de force virile et imposante.


Lgendes sur la cruaut de Christophe.

Christophe tait grand, il tait puissant; il gouvernait avec
une main de fer, son nom seul faisait trembler les courtisans.
Christophe, le despite, faisait mouvoir tout son gr; il
n'pargnait mme pas de vie humaine pour excuter ses pro-
jets. Aussi un grand nombre de lgendes circulent-elles con-
cernant sa cruaut. Tous ces dires sont probablement exa-
grs par la voix populaire ; mais il n'en est pas moins certain
que le roi tait un tyran, qui pendant les derrnires annes








Ie PARTIES : LE PAYS


de son rgne voulait terminer toute force, cote que cote,
les travaux entrepris et surtout la citadelle.
tant d'une activity extraordinaire, il dtestait naturelle-
ment la paresse et la negligence. Or un jour il trouva dans la
grande salle de reception du palais le duc Richard, gouver-
neur de la ville du Cap, endormi et habill d'un uniform
chiffonn et souill. Le roi furieux s'arma d'un bton, battit
rudement le duc et lui ordonna de dguerpir. Une autre fois
Richard avait t trs ngligent en s'acquittant d'une im-
portante affaire d'tat. Christophe le condamna alors tra-
vailler la citadelle, trois mois durant, avec les malfaiteurs
vulgaires.
Le roi se tenait un jour sur les murs de la citadelle Lafer-
rire, et regardait par sa lunette d'approche. En bas dans
la valle il remarqua un fermier,qui dormait prs de sa hutte
en torchis. Plusieurs fois dj Christophe lui avait reproch
de faire le paresseux pendant le temps du travail. Une colre
froce enflamma le souverain. Suivez-moi dit-il au capi-
taine d'artillerie, et ils tournrent leurs pas vers une des
galleries o les canons taient en position. Christophe point
lui-mme une des couleuvrines dans la direction du fermier
qui dormait. Le capitaine visa et le silence matinal fut
rompu par le coup tonitruant. Mais l'homme qui dormait
l'ombre de sa hutte ne l'entendit pas; pendant son repos
il tait entr dans l'ternit.
Il n'tait cependant pas le premier qui tomba victim du
despotisme du roi, et ne serait pas non plus le dernier. Un jour
que, selon son habitude, Christophe djeunait avec Romage,
son receveur des domaines, celui-ci s'informa avec beaucoup
d'intrt de sa sant. J'ai mal dormi, dit le roi, j'ai pass
une mauvaise nuit. J'ai rv que je vous tuais : c'est un
avertissement de Dieu. Vous me trompez et me trahissez.
Vous avez trop perdu hier au soir, mon ami, lorsque nous
jouions aux cartes ensemble ; vous avez fait des malversations.
Je vous ferai mettre en prison. Le receveur eut beau d-
montrer son innocence, ce fut inutile; mme les suppli-
cations de sa femme et de ses enfants ne purent toucher le
coeur du despite. Deux mois plus tard le roi permit de le
dlivrer, et l'invita dner chez lui. Christophe leva son
verre et but la sant de son hte, qui tait trs gai.








III. HISTOIRE. LE ROI CHRISTOPHE 85

Mais sa joie fut de court dure; car, avant que le receveur
et devin son intention, Christophe fit un signe sa garde,
et la tte de la victime-roulait terre.
Un autre, qui avait galement veill les soupons de
Christophe, s'en tira mieux. Pendant que le roi faisait une
tourne, il s'arrta dans le bourg de la Petite-Anse, et y fut
reu avec un certain luxe par le chef de l'endroit. Quand
Christophe fut de retour Sans-Souci, il fit venir l'homme
chez lui, et lui demand : Quels appointments recevez-vous
par mois? Je reois tant, Sire, rpondit le fonctionnaire.
Vous m'avez fait une reception qui ne s'accorde pas avec
vos revenues, rprit Christophe. Je vous relve de vos fonc-
tions
De vritables amis, le roi en avait peu. Ceux qui se nom-
maient ses amis, taient pour la plupart des flatteurs, qui
tchaient d'obtenir ses bonnes graces. Ils prvenaient ses
dsirs et lui tmoignaient une soumission servile, parce qu'ils
craignaient ses caprices et son despotisme. Ainsi on raconte
f7 --r --- -- "- -



















UN CHARRETIER DANS LA PLAINE DU CUL-DE-SAC.

qu'un jour Christophe se rendait au Cap, dans son carrosse
de gala, entour de ses officers et de ses gardens. Un cabrouetier







ou charretier avec son vhicule et ses boeufs venaient en sens
.. ,' 'I




-- -, ,




I N
qu'un jour Christophe se rendait au Cap, dans sou carrosse
de gala, entour de ses officers et de ses gardes. Un cabrouetier
ou charretier avec son vhicule et ses boeufs venaient en sens








Ie PARTIES : LE PAYS


contraire. Mcontent, le roi frona les sourcils, lorsqu'il vit
que ni le conducteur ni les animaux ne cherchaient se garer ;
quand tout coup l'homme sauta de son cabrouet, rossa
d'importance un des boeufs et se mit pester contre la bte
en hurlant : H! Ption h! haridelle! laisse passer le
grand roi Ce flatteur de charretier! A son boeuf il avait
donn le nom du Prsident du Sud, le comptiteur de Chris-
tophe l'autorit supreme en Hati, avec lequel le roi vivait
toujours en mauvaise intelligence. Christophe fit approcher
le charretier et lui dit brle-pourpoint : Pourquoi ap-
pelles-tu ton beuf Ption? Eh Sire, rpondit le paysan,
parce que mon beuf est fainant et stupid come Ption.
Si alors je frappe mon animal, il me semble que j'ai affaire
votre plus grand ennemi. Comment? s'cria le roi, tu
oses manquer ainsi de respect mon collgue, chef d'tat
comme moi? Et se tournant vers sa garde, il ajouta:
Qu'on fouette mort cet insolent L'ordre fut excut la
lettre.
Le roi avait la tte prs du bonnet ;voil pourquoi il fallait
tre trs circonspect en sa presence, ainsi qu'il appert du fait
suivant, racont par V. Leconte (p. 349). Pendant la con-
struction du palais de Sans-Souci, Christophe inspectait rgu-
lirement le chantier. A une de ces visits il advint qu'un
jeune apprenti, qui tait occup goudronner les solives,
laissa tomber par mgarde une goutte de goudron sur le
pied du souverain. Christophe, croyant que le mfait tait
intentionnel, entra dans une grande colre et fit fustiger le
jeune homme coups de lines. Le patient s'vanouit sous
les verges, de sorte qu'on le crut mort. Christophe, qu'on
prvint, ordonna de l'enterrer o l'on voudrait. Lorsque
deux soldats le transportrent donc au lieu de la spulture,
ils rencontrrent le gnral Pierrot, devenu plus tard Prsi-
dent de la Rpublique (1845), et qui, tant mari la sour
de la reine, jouissait d'une grande consideration la Cour.
Il fit arrter les porteurs et examine le jeune homme.
Ayant remarqu que le prtendu' dfunt respirait encore,
il ordonna de le transporter l'hpital. Comme les soldats
objectaient que le roi avait command de l'enterrer, Pierrot
reprit : Je vous dis qu'il n'est pas mort ; faites-le soigner








LE ROI CHRISTOPHE


l'hpital! Ils obirent, et leur retour ils en avisrent le
roi, qui fut trs content qu'on n'et pas enterr vivant ce
jeune homme. Celui-ci s'appelait Titon, et vcut encore de
longues annes.
G


I'
u ':ai,,

gCY~.~
j$ c
~'r~ ~


LINES.
(Mle Saint-Nicolas).


Cependant on ne pouvait prvenir toujours les consquen-
ces des colres intempestives du chef. Lorsque Christophe,
n'tant encore que Prsident, assigeait Port-au-Prince, en
1807, il ordonna un jour au colonel Ambroise de bombarder
la ville. Celui-ci se rendit l'arsenal, pour y prendre les
munitions don't il avait besoin; puis il donna au capitaine
Stanislas Desroches, garden du magasin d'artillerie, un reu


III. HISTOIRE.








Ie PARTIES : LE PAYS


pour les provisions de guerre fournies. Mais le colonel fut
repouss par les assigs. Lorsqu'il arriva prs de Christophe,
celui-ci l'accabla de reproches. Excusez-moi, dit le colonel,
ce n'est pas ma faute. Si le capitaine ne m'avait pas refuse
les munitions, j'aurais certainement remport la victoire;
tandis que maintenant je ne pouvais mme pas me dfen-
dre. Furieux, Christophe s'en alla au magasin et s'emporta
violemment contre le capitaine. Insolent, comment avez-
vous os rsister mon ordre? Le colonel avait besoin de
munitions, et vous avez eu l'audace de les lui refuser! -
Cela n'est pas exact, rpondit le capitaine. Veuillez.... Et
il fit un pas vers le bureau, pour prendre le reu. Christophe,
croyant qu'il voulait faire usage d'un des pistolets qui se
trouvaient sur la table, cria aux soldats : Bayonettez cette
canaille Le capitaine tomba perc de coups. Lorsqu'on fit
l'inventaire des effects de l'officier, on trouva le reu dans
le tiroir de la table. Christophe, revenue de son emportement
et regrettant son acte inconsidr, prit sous sa protection les
trois enfants du capitaine.
Mais le roi n'tait pas d'un temperament regretter long-
temps une action quelle qu'elle fit. Tout ce qui le contre-
carrait n'tait que trop souvent vou la mort et la destruc-
tion. Pourquoi ne faites-vous rien? demanda-t-il un grou-
pe de travailleurs, lorsque, inspectant les travaux de la cita-
delle, il les vit tranquillement assis ct d'un norme bloc
de pierre. Se levant, l'un d'eux dit : La pierre est trop
lourde, Sire; nous avons fait tous nos efforts pour la monter
en haut, mais toujours en vain.- Alignez-vous, reprit le
tyran. Et se tournant vers les soldats de sa garde, il ajou-
ta : Fusillez un home sur cinq Peut-tre alors les autres
auront-ils plus de force. Il fut fait come le roi avait or-
donn, et Christophe continue son chemin. Mais quand il
revint plus tard au mme endroit, le bloc y gisait toujours
sans avoir boug de place. Je vous avais command, dit-il
au chef d'quipe, de transporter cette pierre sur la mon-
tagne; mais vous ne m'avez pas obi. C'est impossible,
Sire, dit celui-ci, toute la journe nous y avons travaill, nos
forces... Jetez ce maroufle dans l'abme, dit le despite
sa garde, et faites avec les autres come ce matin. Avec
le courage du dsespoir les survivants se mirent alors au








III. HISTOIRE. LE ROI CHRISTOPHE


travail, et russirent aprs des efforts suprmes monter la
pierre.
Qui aurait jamais os faire la moindre objection contre les
ordres du roi? Un seul mot qui dplt Christophe pouvait
lui coter la vie. A la citadelle il faisait froid, la pluie tombait.
Quelques travailleurs s'taient endormis, fatigus, autour d'un
feu dans un lieu abrit. Le roi les surprit et les rveilla coups
de bton. Il arriva prs de Guerrier, l'un des gnraux char-
gs de conduire les travaux, vtran de la guerre de l'ind-
pendance, plus tard Prsident de la rpublique (1844); il
l'accabla d'injures et voulut le btonner comme les autres.
Mais l'inspecteur, portant la
.- ,'.. ... :.. S '.* _
;: main la poigne de son
pe, se dressa firement et
dit d'un ton rsolu: Sire,
nous avons combattu ensem-
: ,' ble pour la libert de notre
patrie. Et main tenant, qui
frappe Guerrier, sera frapp.
Cetterponse inattendue, fer-
me, arrta la colre du roi.
Il redevint calme et laissa
tomber son bton. Au dia-
ble, canaille! grommela-t-il
entire les dents, et il conti-
nua son chemin. C'tait peut-
-. .. .. tre la premiere fois de sa
... vie qu'il lui arriva de ne pas
LE PRESIDENT GiUERRIER. triompher.

On raconte encore de Guerrier une autre anecdote non
moins caractristique. Christophe tait craint par tout le
monde,. except par Guerrier, qu'on surnommait cause de
cela le brave. Or, le roi avait fait defense ses officers et
dignitaires de venir au palais sur des chevaux talons, don't
le vacarme tait dsagrable. Ayant donc entendu un jour
un hennissement qui l'importunait, il demand tout haut
s'il n'avait pas interdit les abords du palais aux talons.
Le courageux officer rpondit respectueusement : Sire, Guer-
rier seul a le droit d'amener ici un talon.








Ie PARTIES : LE PAYS


Par exception il arrivait aussi parfois d'autres de trou-
Ver grce aux yeux du roi, ainsi qu'on le voit dans le rcit
suivant, rapport, comme le prcdent, -par V. Leconte (p.
274, 350). Durant une de ses visits. la citadelle, o les
travaux allaient bon train, Christophe s'informa d'un pri-
sonnier qui s'y trouvait et qui tait frapp de ccit. Faites-
le venir ici, dit le roi au gouverneur de la citadelle, et que
personnel ne lui rvle ma presence! Le malheureux fut con-
duit sur les lieux, sous un prtexte quelconque. Comme
Christophe prisait ce moment, le prisonnier huma le tabac
et s'cria : Qui donc est en train de prendre ce bon tabac?
Le roi tendit sa tabatire, en faisant signe de lui en donner.
Le pauvre homme en fut si heureux qu'il ne put s'empcher
de dire tout haut : Quel bon tabac Il y a longtemps que
je n'ai eu le bonheur d'en priser de pareil. Ah ce sclrat de
Christophe Sur un signe du roi, on le ramena sa cellule.
Il y a lieu de supposed qu'il n'ignorait pas la presence du
souverain, et que pourtant dans son tat d'infortune il vou-
lait conserver son franc-parler. Christophe savait apprcier
de tels caractres.
Voici encore un autre rcit concernant la tabatire du roi.
On tait occup la construction du palais de Sans-Souci.
Un des pavillons tait achev ; il ne restait plus qu'un cou-
vreur pour finir le toit. Christophe vint examiner les tra-
vaux et s'arrta devant la faade. A un certain moment il
tira sa tabatire, y plongea ses doigts et prit une large prise.
Le matre-couvreur, qui, du haut du toit suivait les mouve-
ments du roi, regardait la tabatire avec des yeux de convoi-
tise. Il tait lui-mme grand amateur de tabac, et present
qu'il y en avait tout prs, il devait s'en passer Aprs avoir
rflchi quelques instants, il descendit de la toiture, et vint
demander humblement une prise au roi. Avance, dit Christo-
phe avec amabilit, prends! Puis, s'adressant aux soldats
qui le suivaient comme toujours, les verges la main, il dit :
S'il a le malheur d'ternuer, battez-le mort! Le cou-
vreur, tremblant, prit une mince prise, mais n'ternua pas.
Prends encore! reprit le roi, et il le fora vider suc-
cessivement toute la tabatire. Mais la peur de la mort fit
faire au couvreur un effort supreme, et il n'ternua pas.
Alors Christophe lui dit : Au diable, canaille! Tu as de la




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs