• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Half Title
 Title Page
 Preface
 Acknowledgement
 La pays
 La mission
 Conclusion
 Bibliography
 Table of Contents
 List of Illustrations
 Index
 Table de la bibliographie
 La Republique Domicaine
 Bibliography
 Tables speciales de l'appendic...














Group Title: Republique d'Haiti
Title: Panorama d’Haïti: le pays et la mission
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076941/00001
 Material Information
Title: Panorama d’Haïti: le pays et la mission
Physical Description: v. 1 of 3 : illus., ports., maps. ; 25 cm.
Language: French
Creator: Verschueren, J
Publisher: Imprimerie de Meester
Editions Scaldis
Place of Publication: Wetteren
Publication Date: 1948
 Subjects
Subject: Voodooism   ( lcsh )
Godsdiensten   ( gtt )
Haiti   ( lcsh )
Culture -- Religion -- Government -- Economy -- Haiti -- 19th Century -- 20th Century
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Bibliography: Bibliography at end of each vol.
General Note: Half-title; each vol. has special t.p. only.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076941
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AAN1961
oclc - 01421383
alephbibnum - 000116166
lccn - 49004351

Table of Contents
    Half Title
        Half Title 1
        Half Title 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
        Title Page 3
        Title Page 4
    Preface
        Preface 1
        Preface 2
        Preface 3
        Preface 4
    Acknowledgement
        Acknowledgement 1
        Acknowledgement 2
    La pays
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 182a
        Page 182b
        Page 182c
        Page 182d
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
    La mission
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 235a
        Page 235b
        Page 235c
        Page 235d
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
    Conclusion
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
    Bibliography
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
    Table of Contents
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
    List of Illustrations
        Page 445
        Page 446
    Index
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
    Table de la bibliographie
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
    La Republique Domicaine
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
        Page 515
        Page 516
        Page 517
        Page 518
        Page 519
        Page 520
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
        Page 525
    Bibliography
        Page 526
        Page 527
        Page 528
        Page 529
        Page 530
    Tables speciales de l'appendice
        Page 531
        Page 532
        Page 533
        Page 534
        Page 535
        Page 536
        Page 537
        Page 538
        Page 539
Full Text











LA RPUBLIQUE D'HATI

I









J. VERSCHUEREN


LA RPUBLIQUE D'HATI



TOME I

PANORAMA D'HATI
Le Pays et la Mission
Grand in-80 (25 x 16 cm), 539 p., 144 illustr.


TOME II

ECHOS D'HAITI
Esquisses et Rcits
Grand in-8o, 514 p., 163 illustr.


TOME III

LE CULTE DU VAUDOUX EN HATI
Ophioltrie et Animisme
Grand in-8, 467 p., 25 illustr.

Chaque volume se vend sparment:
broch, 125 fr. belges ou 625 fr. franais;
reli percaline, 175 fr. belges ou 875 fr. franais.
Les trois volumes pris ensemble:
brochs, 350 fr. belges ou 1750 fr. franais;
relis percaline, 500 fr. belges ou 2.500 fr. franais.
En Belgique: DITIONS SCALDIS, 24, rue Hoender,
WETTEREN.
En France: P. LETHIELLEUX, diteur, 10, rue Cassette,
PARIS (VIe).




TOUS DROITS RSERVS
DES PRESSES DE L'IMPRIMERIE DE MEESTER WETTEREN (BELGIQUE)














LA RPUBLIQUE D'HATI

TOME I

PANORAMA





























NIHIL OBSTAT

Gandae, 28 Martii 1944
P. IOANNES A CRUCE O.C.D. Censor.


IMPRIMATUR

Gandae, 29 Martii 1944
C. CALEWAERT, ViC. Gen.







J. VERSCHUEREN





PANORAMA


D'HAITI





LE PAYS ET LA MISSION



J'ai parcouru presque tout le globe, et
je puis dire qu'il n'y a nulle part une
le aussi belle que Saint-Domingue.
(SPENSER, SAINT-JOHN, Hati
trad. fran., p. 18),


WETTEREN (BELGIQUE)
EDITIONS SCALDIS
?4, 1ue Hoender


PARIS (VIe)
P. LETHIELLEUX, DITEUnl
10, Rue Cassette


1948








LA RPUBLIQUE D'HAITI





PREFACE GENERAL


Hati est pour beaucoup un pays inconnu, et d'autres en
donnent une representation plus ou moins fausse. Comme ce-
pendant elle mrite plusieurs points de vue de retenir l'at-
tention, il nous a sembl opportun de contribuer par la pr-
sente publication faire mieux connatre cette rpublique.
Ce livre s'efforce d'tre scientifique, sans avoir la prtention
de vouloir tre technique sur tous les points. C'est pourquoi
il est destin toutes les personnel instruites, dsireuses d'ap-
prendre, qui il fournit des renseignements gnraux sur
Hati, ainsi que les indications ncessaires pour s'y intresser
davantage ou l'tudier plus fond.
L'ouvrage comprend trois volumes, don't le premier s'inti-
tule: Panorama d'Hati. Il donne un aperu gnral sur
Hati comme pays et comme mission, et en expose le pass
et l'tat actuel.
Dans cette description sommaire il se rencontre des per-
sonnes, des choses et des vnements qui, cause de leur im-
portance ou de leur intrt, mritent d'tre mis davantage en
lumire. Nous avons runi ces croquis dans un second tome,
sous le titre de chos d'Hati.
Comme cette contre a une certain notorit cause du
culte mystrieux du Vaudoux, nous traitons ce sujet d'une
faon plus tendue et plus approfondie dans un troisime
volume.
Puisse donc ce livre contribuer pour sa part carter les
prjugs concernant Hati, et assurer ce pays l'estime et la
sympathie de tous I









PANORAMA D'HATI




PRFACE


L'aperu gnral intitul Panorama d'Haiti a pour but
de montrer qu'au point de vue matriel Hati est un pays bni,
destin une grande prosprit ; et que, sous le rapport
spiritual, elle promet aussi beaucoup pour l'avenir.
Dans la premiere parties nous dcrirons donc le pays. La
gographie, les murs, l'histoire seront passes en revue tour
tour, et seront suivies d'un expos de la situation actuelle
concernant le gouvernement, la civilisation, les productions
et les resources.
Une deuxime parties traitera de la Mission catholique, et
la fera connatre tout d'abord tell qu'elle tait autrefois, et
come elle se trouve aujourd'hui. Aprs avoir examin en-
suite l'opposition que rencontre l'oeuvre missionnaire de la
part de l'idoltrie et de la superstition, nous terminerons par
un tableau de la vie missionnaire, ou des occupations ordi-
naires du prtre en ce pays, et des moyens qu'on emploie
pour hter le progrs de la mission. Une copieuse bibliogra-
phie termine le volume.

NOTE. L'impression de ce tome a t commence en 1944.
Pour le mettre jour, l'auteur a ajout la p. 75 les notices sur
les Prsidents Lescot et Estim; la p. 182 les tableaux par rapport
au commerce actuel d'I-Iati et quant la situation prsente des
Finances de l'tat ; la p. 235, les paragraphes concernant les Pres
Oblats et les Congrgations canadiennes; et la fin, p. 481, un petit
aperu sur la Rpublique dominicaine.














REMERCIEMENTS


Nous adressons nos meilleurs remerciements aux missionnai-
res d'Hati, aux religieux et religieuses, qui nous ont fourni
des documents et des informations; ainsi qu'aux auteurs et
diteurs qui nous autorisrent reproduire soit des textes soit
des photographies, et aux autres amis, qui nous ont prt leur
bienveillant concours.
Nous sommes spcialement redevable' la direction du maga-
zine new-yorkais Life et la rdaction de la revue La Re-
lve de Port-au-Prince; ainsi qu'aux diteurs des ouvrages
suivants : M. HERSKOVITS, Life in a Haitian Valley, A. Knopf,
New-York; ZORA HURSTON, Tell my Horse (Voodoo Gods),
J. B. Lippincott Company, Philadelphia; H. FRANCK, Roam-
ing through the West Indies, D. Appleton-Century Company,
New-York; et F. WIRKUS, Le roi blanc de la Gonave, Payot,
Paris.










PREMIERE PARTIES


LE PAYS




I

GEOGRAPHIC



Topographie.

Tous les voyageurs, anciens et modernes, qui, aprs
Christophe Colomb, ont visit Hati, sont pleins d'enthou-
siasme pour la beauty de cette le tropical, qui est, disent-ils,
un vrai jardin d'Eden.
Cette terre privilgie se trouve dans l'Amrique central,
prs de Cuba et de la Martinique, et appartient au group
d'les appeles Antilles. A la faon d'un arc ces les s'ten-
dent de la Floride (tats-Unis) jusqu' la cte du Vnzula,
et comme en tmoignent leur flore et leur faune, elles taient
autrefois relies entire elles et avec la terre ferme, de manire
former un point entire l'Amrique septentrionale et l'Am-
rique mridionale. Les Grandes Antilles forment un group
de quatre les: Cuba, la Jamaque, Hati et Porto-Rico;
tandis que l'on compete parmi les Petites Antilles : la Gua-
deloupe, la Martinique, la Grenade, Saint-Thomas,la Do-
minique, etc.
Pour indiquer maintenant d'une faon plus prcise encore
la situation de l'le d'Hati, nous ajouterons qu'elle se trouve
entire 17 degrs 36 minutes et 190 58' de latitude nord, et
entire 700 39' et 760 51' de longitude oust du mridien de
Paris. De l'est l'ouest elle a une longueur de 685 Km.,
tandis que sa plus grande larger est de 260 Km. ; sa super-
PaXti. I. 1.








Ie PARTIES : LE PAYS


ficie measure environ 77.250 Km2. Aprs Cuba; Hati est la
plus grande le des Antilles.
Elle est divise en deux rpubliques : Santo-Domingo et
Hati. Les deux tiers, savoir l'est, sont occups par la
rpublique de Santo-Domingo ou Dominicanie, qui compete
une population de 1.300.000 habitants. Dans l'ouest est
situe la rpublique d'Hati, don't nous parlerons dans cet
ouvrage. Elle occupe environ un tiers de la superficie total,
c'est--dire 28.200 Km2, et est par consquent aussi grande
que la Bretagne ou la Belgique. Sa population s'leve prs
de trois millions d'habitants, ce qui fait 106 par Km2 (En
France : 73, en Belgique : 270).


PETITE CARTE D'HATI.







i. GOGRAPHIE


Orographie et Hydrographie.

Le roi Georges III d'Angleterre demand un jour 'un
de ses amiraux de lui donner une ide d'Hati. L'amiral r-
flchit un moment, puis, pregnant une feuille de paper, il la
froissa et la jeta sur une table en disant : Sire, voil Hati
En effet, la plus grande parties de ce pays est occupe
par des. montagnes de toute hauteur et de toute forme ; c'est
pourquoi les Indiens lui donnrent le nom d'Hati ou Terre
Haute.
L'le est parcourue de l'est l'ouest par deux grandes
chanes, qui sont compltement spares l'une de l'autre
par la profonde depression du Cul-de-Sac, prs de Port-au-
Prince, la capital. Cette plaine, o se trouvent deux lacs
d'eau sale, ne s'lve que de 50 m. au-dessus du niveau de
la mer. Elle semble devoir son existence un exhaussement
lent du sol, qui tait autrefois couvert par la mer, de sorte
qu'en ce temps-l l'le etait partage en deux.
Quant la chane septentrionale, appele Cibao, elle se
trouve en grande parties sur territoire dominicain, et atteint
au Loma-Tina 3140 m., ce qui est le point le plus lev dans
l'archipel des Antilles. Avec cette chane sont relis entire
autres en Hati les mornes de Plaisance, qui s'tendent jus-
qu'au Mle-Saint-Nicolas et forment un plateau de 600 m.
de hauteur.
Dans le sud on trouve l'autre chane, celle de Bahoruco,
qui a beaucoup de contreforts, tels que les montagnes de la
Selle, d'une hauteur de 2.700 m., et les montagnes de la
Hotte, hautes de 2.300 m., situes toutes deux sur territoire
hatien.
Toutes ces montagnes se composent de grs et de schistes
de la formation crtace de l'poque tertiaire, mels des
roches ruptives, et sont par consquent d'origine volca-
nique. Elles protgent les planes contre les cyclones, si fr-
quents dans les pays intertropicaux. Leurs sommets sont
couverts'de toutes sortes d'essences de bois prcieuses, telles
que sur les plus hautes cimes : les pins, sur les points moins
levs :l'acajou, le bois de fer, le cdre ; tandis que des plan-
tations de caf, de cacao et de bananes occupent les ver-







Ie PARTIES : LI PAYS


sants. De plus, on y trouve de grandes richesses minrales,
parmi lesquelles les mines d'or des Espagnols dans le Cibao,
mines qui sont present puises, sont restes clbres.
Entre ces mornes s'tendent de large planes, comme
celle de la Vega-Real et celle de Santiago dans la rpublique
dominicaine. Sur le territoire d'Hati on remarque d'abord
la plaine du Nord (2000 Km2), arrose par de nombreux
course d'eau, et o l'on cultive surtout le caf et la canne
sucre. Puis, il faut noter la plaine de l'Artibonite (800 Km2),
traverse par le fleuve auquel elle emprunte son nom. C'est
une des plus riches de l'le, et elle produit surtout du coton,
du riz et du campche.
Prs de Port-au-Prince, la capital, enfin, on voit la
plaine du Cul-de-Sac, longue de 32 Km. et large de.15 Km.
Deux rivires : le Boucan Brou et la Grande-Rivire, coulent
travers cette plaine. Mais leur lit est tellement enfonc,
qu'elles ne peuvent arroser le terrain avoisinant, de sorte
que les Franais, quand Hati faisait encore parties de leurs
possessions, avaient bti des canaux d'irrigation, qui ce-
pendant furent dtruits pendant la guerre de l'indpendance.
Au temps colonial cette contre rapportait 50 millions de
livres de sucre par an. Depuis quelques annes les anciennes
conduites d'eau ont t refaites en grande parties, et la plaine
aura repris bientt son ancienne prosprit.
L'eau ne manque nulle part en Hati. Des flancs des
montagnes de nombreux course d'eau descendent dans les
planes, et comme les mornes sont levs et les pentes sou-
vent abruptes, ces course d'eau se tranforment bientt en
torrents. Pendant la saison pluvieuse ces rivires sont rem-
plies jusqu'au bord, tandis qu'au moment de la scheresse
elles ne forment que de petits ruisseaux, perdus pour ainsi
dire dans de vastes lits pierreux.
Il n'y a qu'un seul grand fleuve, l'Artibonite, qui tra-
verse le pays de l'est l'ouest. Il est long de 320 Km., et est
navigable pour des btiments fond plat sur un tiers de son
parcours. Ensuite, on rencontre prs des Gonaves la ri-
vire de l'Estre, qui a une longueur de 75 Km., et prs de
Port-de-Paix les Trois-Rivires, d'un parcours de 140 Km.
Les principal lac, appel Assu ou tang Saumtre, se
trouve 32 Km. de Port-au-Prince, dans la plaine du Cul-de








I. GOGRAPHIE


Sac. Entour de collins pittoresques, il est situ 20 m.
au-dessous du niveau de la mer, content de l'eau sale et
a le flux et le reflux comme la mer. Sa longueur est de
28 Km., et sa larger de 12 Km.
Il faut encore mentionner dans le sud le lac ou tang
de Miragoane, long de 12 Km. et large de 1 8 Km., avec
un pourtour de 20 Km. Il se trouve une hauteur de 13 m.
et une distance de 6 Km. de la mer, dans laquelle il se
dverse par une troite ouverture. Ces deux lacs renferment
des camans (espce de crocodiles)et de nombreuses tortues.




















LE FLEUVE DE L'ARTIBONITE.

De plus on rencontre dans le Sud quelques lacs qui se sont
forms dans les cratres de volcans teints.
Parmi les les qui appartiennent la rpublique d'Hati,
la Gonave et la Tortue sont les principles. La Gonave se
trouve dans le dpartement de l'Ouest, en face de Port-au-
Prince, la capital de la rpublique. Elle a une longueur de
60 Km. sur une larger de 15 Km., est trs montagneuse et
produit beaueoup de bois durs,tels que l'acajou et l'bne.
La Tortue, ainsi appele, parce que, vue de la mer, l'le
resemble cet animal, est situe dans le dpartement du








Ie PARTIES: LE PAYS


Nord-Ouest, en face de la ville de Port-de-Paix, don't elle
est spare par un canal de 12 Km. de large. Cette le extr-
mement fertile est longue de 36 Km. et large de 8, et est
surtout connue comme sjour des flibustiers d'autrefois,
ce qui en fit le berceau de la colonie franaise de Saint-
Domingue, l'actuelle rpublique d'Hati.


Villes et Bourgs.

Quand on examine la carte d'Hati, on remarque aussitt
que la cte prsente une ligne trs sinueuse. A cause de la
grande tendue de cette ligne de ctes (1100 Km.) et par
suite de la forme spciale du pays, il n'y a aucun point du
territoire qui se trouve une distance de.plus de 80 Km. du
rivage. Ce fait explique qu'Hati a tant de ports et que ses
plus grandes villes sont situes sur la mer.
Port-au-Prince, la capital, qui a 100.000 habitants, et
s'tend le long d'une magnifiqe baie, fut bti selon un plan
dress par les colons franais. Les rues sont large et bien
betonnes, courent paralllement la mer et sont coupes
par d'autres angles droits. Port-au-Prince a vraiment
l'aspect d'une capital. Entre les difices publics la cath-
drale et le palais du Prsident occupent la. premiere place.
Puis mritent d'attirer l'attention : le palais des Ministres,
le palais de justice, le quarter gnral de la Garde, et
beaucoup d'autres, sans parler des nombreuses coles de
toutes sortes. Des hpitaux tout fait modernes, entire
lesquels se distingue l'Hpital gnral, des marchs bien
approvisionns, contribuent grandement au bien-tre des
habitants. Il faut aussi signaler le quarter si anim du
commerce et du port, et comme contrast la region aristo-
cratique, paisible et lgante du centre. Dans le quarter
de.Turgeau, l o la ville commence s'tendre sur les col-
lines, on aperoit de superbes villas, caches au milieu de
palmeraies, de verdure et de fleurs. Ces'rsidences sont spa-
cieuses et d'une structure lgre; elles ont tout le confort
desirable dans un pays tropical.
Le Cap-Hatien (prononcez Ha-s-ssi-in), la deuxime
ville de la rpublique, a connu du temps de la colonie une








I. GOGRAPHIE


telle splendeur qu'on l'appelait le Paris de Saint-Domin-
gue . Pendant la guerre de l'indpendance cependant, et
plus tard par suite du terrible tremblement de terre de 1842,




















PORT-AU-PRINCE. VUE GNRALE.

la ville fut presque entirement detruite, si bien qu'elle
resta longtemps couverte de ruines. Dans la suite elle se
rebtit peu peu, et en ce moment, elle est trs prospre.
Les autres capitals des provinces sont : les Cayes (pro-
noncez: Cailles), ville trs expose aux cyclones et aux
inondations ; les Gonaves, o Dessalines proclama l'ind-
pendance d'Hati le 1er janvier 1804; Port-de-Paix, le
premier endroit de la terre ferme, o les pirates franais
s'tablirent.
Parmi les autres ports important il faut signaler : Saint-
Marc, d'o l'on exporte beaucoup de coton; Jacmel, clbre
par son commerce de caf.
En gnral les villes ont present une apparence agrable
et soigne, contrairement au temps jadis, quand on voyait
partout des monceaux de dcombres, suite d'incendies et de
pillages, qui l'poque revolutionnaire taient l'ordre
du jour. Les bourgs aussi ont t beaucoup embellis les der-








Ie PARTIES : LE PAYS


nires annes, et prsentent un aspect peut-tre pas encore
tout fait propret, mais dans tous les cas beaucoup -moins
nglig qu'autrefois.
Quand on voyage travers la champagne, on est immdia-
tement impressionn par le ravissant panorama qu'on a sous
les yeux. De jolis jardins pleins de fruits savoureux, arross
par de frais ruisseaux; de magnifiques plantations de ca-
fiers, de bananiers, etc., s'etendent perte de vue.
Mais les huttes, parpilles dans ce paradise terrestre, sont
ordinairement pauvres. Par exception on rencontre et l
une maison bien btie, o conduit une alle d'hibiscus
rouges ou de cafiers en fleurs. Partout le sol donne des si-
gnes d'une extraordinaire fertilit, mais les rvolutions, qui
sont heureusement termines present, ont empch les
habitants de tirer tout le profit possible de ces conditions
avantageuses.


Routes et Moyens de communication.

Depuis quelques annes de bonnes routes ont et con-
struites pour relier les villes, de sorte qu'on peut y voyager
aussi en voiture ou en auto. En dehors de ces grandes voies
l'Europen et aussi l'habitant ais d'Hati voyagent ordinai-
rement. cheval. En effet, il n'est pas possible de marcher
longtemps pied, cause de la chaleur ; et les autres moyens
de transport sont inutilisables sur ces routes.
Dans l'interieur du pays les chemins plats,, qui mme
quand il fait sec ne sont pas des meilleurs, se trouvent tre
compltement impraticables pendant la saison des pluies.
En effet, ce ne sont d'ordinaire que des sentiers, tracs sur
un sol terreux ou argileux, et de plus, ils ont t creuss par
les pieds des passants. Comme l'eau coule continuellement
par ces chemins, d'normes trous s'y creusent, quelquefois
en longueur, quelquefois en travers,ce qui forne des fon-
drires trs dangereuses.
Les sentiers dans les terrains accidents s'enlacent ordi-
nairement autour du flanc de la montagne, et sont quelque-
fois si troits, que deux cavaliers n'y peuvent passer de
front. D'un ct on voit un prcipice horrible, de l'autre se








I. GOGRAPHIE


CHEMINS DE MONTAGNE.


dresse la pente abrupte de la montagne. En temps de pluie
ces sentiers sont trs glissants, de sorte que le cheval peut
peine se tenir debout. Si on venait tomber ces endroits,
le danger de mort ne serait pas exclu.
Les rivires galement prsentent maint danger. Comme
en general les points n'existent pas, on traverse la rivire
gu sur des points dtermins, ce qui au moment de fortes
crues prsente de grandes difficults, vu le volume de l'eau
et la force du courant. Cette difficult s'accrot encore du
fait que les lits des rivires se composent souvent de gros
blocs de rocher, que le cheval a bien de la peine' franchir.
Lorsqu'on se plaint un montagnard hatien du mauvais
tat des routes, il vous rpond d'un air imperturbable dans
son franais rudimentaire : Bon Di gt yo : bon Di par
yo : Le bon Dieu les a abmes, c'est lui qui les rparera. ,
Et ainsi, d'une anne l'autre, ils passent tranquillement
par-dessus le mme arbre tomb et pataugent dans les
mmes bourbiers.








Ie PARTIES : LE PAYS


Climat.

Hati, quoiqu'tant un pays tropical et se trouvant la
mme latitude que le Sngal, a cependant un climate suppor-
table, et l'tranger qui prend quelques precautions, peut
s'y acclimater facilement. D'abord, en effet, Hati est place
sous l'action des vents alizs, qui se forment aux Aores et
rglent la temperature dans l'le. Ces vents sont arrts
par les montagnes, se refroidissent leur contact et am-
nent la pluie. Ensuite ces chanes de montagnes prsentent
partout la mme direction parallle, et laissent entire elles
de large spaces, o l'air peut circuler librement. De plus,
la chaleur diminue dj beaucoup, ds qu'on atteint une
altitude de 500 metres.
Les planes sont sillonnes par un grand nombre de ri-
vires et de ruisseaux, qui rpandent dans l'air une humidity
suffisante. La saison des pluies qui dure plus de la moiti
de l'anne, et la riche vegetation, qui est favorise par l'im-
portante quantit d'eau qui tombe, exercent aussi de l'in-
fluence sur la temperature. Ajoutons qu'en Hati rgne
l'galit constant des jours et des nuits, de sorte que l'ha-
bitant ne souffre de la chaleur que de 10 heures du matin
2 heures de l'aprs-midi; la nuit les vents venant des mon-
tagnes causent une agrable fracheur.
Hati est par consquent une contre trs saine; ce n'est
que dans les quelques bas-fonds, o il y a des marais, que
l'air est insalubre.
Dans les planes il fait presque toujours chaud. Pendant
l'hiver le thermomtre l'ombre va de 15 25 degrs centi-
grades; pendant l't' de 25 35. Mais plus on gravit les
montagnes, plus l'air devient frais. A 1000 m., le froid est
pntrant ; plus haut, l'usage du feu s'impose. A Ption-
ville (prononcez : P-ttionville), situe 8 Km. de Port-au-
Prince et une altitude de 400 m., [la temperature a 60 de
moins que dans la capital, et les nuits y sont dlicieuses.
Si on monte encore plus haut, Kenskoff (1300 m.), on n'a
au milieu du jour en t que 240 et le matin 160; les nuits
y sont vraiment fraches. A Furcy (1600 m.), le thermomtre
varie de 80 150 en et.








I. GOGRAPHIE


Dans la capital il fait plus chaud que dans les autres
villes de la cte, parce que la baie est barre par l'le de la
Gonave, qui empche les vents de la mer d'atteindre la ville.
La temperature y oscille entire 240 et 270, et le baromtre y
subit de mme fort peu de changements.
Les prcipitations en Hati sont abondantes et varient
ordinairement de 1400 2000 mm. (France: 700 900 en
moyenne; Paris: 510). Mais la disposition des montagnes
fait que des rgions rgime pluvial lev avoisinent des
contres pauvrement partages (Mirebalais, 2660; Saint-
Marc, 910; Mle: 545). Cependant, nulle part dans le pays
il ne se passe un mois sans qu'il y ait au moins un peu de
pluie.
II n'existe que deux saisons : l't et l'hiver, ou plutt
la saison des scheresses et la saison des pluies: Dans l'Ouest
et le Sud, l't constitute la saison pluvieuse et l'hiver la
saison sche. Dans le Nord et le Nord-Ouest, au contraire,
l't est ordinairement sec : le soleil fltrit et brle les bois
et les champs. Parfois de terrible orages clatent, accom-
pagns de coups de tornerre formidable : en un moment la
champagne et les chemins sont inonds.
Pendant l'hivernage, d'octobre avril, il tombe dans les
mmes rgions des pluies abondantes, qui durent parfois
huit jours de suite,changent les chemins, creux en ruisseaux
et font tellement monter les rivires, qu'elles arrachent des
arbres et des blocs de rocher de leurs.bords et les entranent
la mer.
Un soleil superbe et des pluies abondantes produisent une
vgtation splendid. En Hati tout est vert durant l'anne
entire ; c'est le printemps ternel. La glace et la neige y sont
inconnues, par exception il tombe parfois de la grle.
Cependant Hati est aussi quelquefois un pays effrayant.
Il y passe des cyclones,. qui se forment dans le golfe du Me-
xique, pour se diriger de l vers le sud d'Hati, prs des Cayes
et de Jrmie, o ils ont caus plus d'une fois des dgts
normes. Le pays n'est pas non plus l'abri des tremblements
de terre. Mais, quoiqu'ils aient lieu frquemment, ils sont
en gnral peu violent.








Ie PARTIES: LE PAYS


Beauts naturelles.

Aprs tout ce que nous venons de dire, personnel ne s'ton-
nera de nous entendre conclure que, pour ce qui regarded les
beauts naturelles, Hati est un des pays les plus favoriss
du monde. Des voyageurs qui ont parcouru le globe, tel que
Spenser Saint-John, prtendent qu'il n'y a nulle part une
contre aussi belle qu'Hati; ou bien affirment, comme Sea-
brook, qu'Hati est un paradise terrestre. D'autres, par exem-
ple Aubin, dclarent que dans aucun pays ils ne sjournrent
avec plus de plaisir et ne passrent des jours plus heureux.
Des conomistes, comme Crockaert, n'hsitent pas dire
qu'un attrait irresistible se dgage de ce pays ensoleill.
Et en effet, nulle part on ne trouve une plus grande va-
rit de sols, de climats et de products. Les plants, qui
poussent comme par enchantement, pourvu qu'elles jouis-
sent d'un peu de pluie, croissent toute l'anne, et certain
vgetaux, surtout la canne sucre et les bananiers, donnent
deux ou plusieurs rcoltes par an. Les hautes montagnes,
o la temperature est basse, produisent beaucoup de fruits
des rgions tempres, comme des pommes et des fraises.
Hati a donc t appele just titre une corbeille de fleurs
et de verdure, qui se dresse au-dessus des flots. Celui qui
escalade les montagnes jouit du plus beau spectacle qu'on
puisse s'imaginer. A ses pieds s'tend la mer immense, au-
dessus de sa tte s'arrondit le ciel bleu sans le plus'lger
nuage ; autour de lui il aperoit les collins aux formes bi-
zarres qui se succdent, et o sont pittoresquement accro-
ches et l les huttes des noirs, blotties au milieu d'une
vegetation luxuriante.
Dans les planes les cannes sucre ondulent comme une
mer de verdure; les cafiers et les rangers rpandent leur
suave parfum; les plantations de bananiers et de cotonniers
alternent avec des fleurs de toute nuance, tandis que d'l-
gants palmiers s'agitent au gr du vent et que de puissants
manguiers rpandent leur ombre frache. Et au-dessus de
toutes ces beauts brille le soleil clatant des tropiques,
qui ajoute un nouveau.lustre toutes ces splendeurs.
A ct de ces beauts attirantes, on peut admirer en







i. GEOGRAPHIC


Hati des beauts sauvages non moins remarquables. On
rencontre des forts impntrables, o les cactus s'lvent
trois fois la hauteur d'un homme; des abmes effrayants
d'une profondeur de 1000 mtres, des tangs au sommet des
montagnes, des cataractes dpassant en hauteur celle du
Niagara.
Non seulement Hati possde une abondance de beauts
potiques, elle prsente aussi maint attrait pratique. Nulle


PANORAMA DE LA CTE


part les revers des montagnes n'offrent des vues plus belles
et ne permettent de crer des sjours d't plus ravissants et
plus sains. On en a profit frquemment, entire autres
Turgeau et Ptionville, aux environs de Port-au-Prince,
ainsi que nous l'avons dj signal. De plus, comme le sol
est trs fertile, les vivres ordinaires abondent et se vendent
des prix drisoires. La chaleur contiriuelle dispense gale-
ment l'habitant d'une quantit de precautions qu'on est
oblig de prendre dans un pays froid, et favorite sa sant,
en lui permettant de jouir sans cesse du grand air.


r,-.- -- -o--l~.,ii-~-








i4 Ie PARTIES: LE PAYS

Oui, Hati est vraiment un des plus beaux pays du mon-
de. Les premiers Espagnols qui la virent, la trouvrent aussi
belle que leur patrie, et l'appelrent Espaio la (pr. Espagnola,
latinis en Hispaniola), ou petite Espagne. Et quand Hati
tait une colonie franaise, elle jouissait en outre d'une
prosprit extraordinaire, si bien qu'elle mrita d'tre nom-
me la Perle ou la Reine des Antilles.













MEURS ET COSTUMES



1. CARACTRE.

Origine cle la population.

D'une faon gnrale on peut ramener les habitants
d'Hati trois categories. Le premier et le'plus nombreux
group est celui des noirs. Ordinairement cette catgorie est
dsigne sous le nom de ngres, mais cette appellation,
quoique employe par les Hatiens eux-mmes, est cepen-
dant considre par eux comme une injure dans la bouche
d'un blanc.
Le deuxime group comprend les gens de couleur on
multres, c'est--dire les descendants d'un pre blanc et
d'une mre noire, ou inversement. Ils ont l'piderme d'une
couleur moins fonce que les noirs, et constituent peu prs
un dixime de la population d'Hati. (En Dominicanie les
neuf diximes).,
Enfin, il y a les blancs, qui sont en petit nombre, peut-
tre de 8 10.000. En dehors des missionnaires, ce sont
gnralement des Amricains ou des Franais, qui font le
commerce ou entretiennent des plantations.
Quand on examine la population de plus prs, on remarque
que les Hatiens sont de toutes les teintes, depuis le noir
de jais jusqu'au blanc mat, avec toutes les nuances inter-
mdiaires : rouge, brun, jaune, etc. Ceci est un indice non
douteux de l'origine diverse des habitants, qui taient pri-
mitivement des esclaves africains, transports en Hati
par les colons franais qu'ils expulsrent plus tard du pays.
La plupart de ces esclaves vinrent du Congo et de la
Guine, et sous cette dernire denomination il faut com-
prendre toute la cte occidentale du continent noir, partir
du Sngal jusqu'au Sud-Ouest africain. A cette contre








Ie PARTIES: LE PAYS


appartiennent par consquent les pays qui suivent-: le Sn-
gal, la Gambie, la Sngambie, les trois Guines : portu-
gaise, franaise et espagnole, Sierra Leone, le Libria, la
Cte d'Ivoire, la Cte de l'Or, le Togo, le Dahomey, la
Nigria, le Cameroun, le Gabon, le Congo, l'Angola.
Les Africains introduits en Hati diffraient fortement
par rapport leurs qualits physiques et morales. Ainsi les
Sngalais se distinguaient par un corps bien fait, une cou-
leur noire fonce et des traits rguliers. De plus, la nature
leur avait donn de l'intelligence, de la fidlit et de la dis-
crtion. Par contre, les Aradas jauntres, originaires de la
Cte des Esclaves, tout en tant intelligent et courageux,
se montraient cruels, dissimuls et mchants. Au sujet des
Congolais (ou Congos, comme on disait alors), les crivains
coloniaux nous apprennent qu'ils taient des modles de
gat, de sociabilit et d'activit, de sorte qu'oni les recher-
chait beaucoup comme travailleurs. Les Mondongues au




... ... ..













UN BOURG D'HATI.

contraire avaient la reputation d'tre les plus mauvais et les
plus corrompus des esclaves. Prs des Sngalais habitaient
les Foules, qui avaient une couleur rouge ; et les Bambaras,
les plus grands des noirs de l'Afrique et en mme temps les
plus dpourvus et les plus paresseux.








II. MMURS ET COUTUMES


Les Hatiens actuels sont donc les descendants de ces dif-
frentes tribus, mlanges entire elles et aussi parfois avec
les blancs. Il en est rsult une incroyable interfusion des
sangs, si bien que la population hatienne forme une vraie
curiosity au point de vue ethnographique. Dans l'ouvrage
fundamental de Moreau de Saint-Mry sur la colonie fran-
aise de Saint-Domingue on trouvera la longue liste des
rsultats sortis de ces divers croisements.
Le climate des Antilles, le commerce avec les blancs et
l'influence du catholicisme ont cependant peu peu lev
les Hatiens bien au-dessus du niveau de leurs congnres
africains.

Noirs, Multres et Blancs.

L'tranger qui n'a pas l'habitude de frquenter les noirs,
a assez de peine au commencement pour reconnatre les
Hatiens aux traits de leur visage. On dirait qu'ils se res-
semblent tous, et qu'ils n'ont aucun trait particulier de
physionomie. Peu peu cependant on apprend distinguer
et l'ensemble et les dtails d'un visage noir, et on remarque
que tous les sentiments s'y peignent, .jusqu' la rougeur de
la honte.
Beaucoup d'crivains, entire autres Spenser Saint-John
et Prichard, prtendent que les noirs sont incapables d'oc-
cuper une position indpendante et ne savent pas se gou-
verner, ainsi qu'il resort, disent-ils, de l'histoire-d'Hati.
Mais il imported de ne pas oublier que les Hatiens, il y a
quelque cent ans, n'taient que des esclaves, et que les
pays europens aussi n'ont atteint qu'aprs un long temps
leur tat actuel de civilisation.
Cependant il faut reconnatre que les Hatiens ont fait
peu de progrs jusqu'ici. Le pays a t continuellement le
thtre de rvolutions et de dsordres; mais, aids par les
tats-Unis, les habitants en sont venus apprcier les
bienfaits de la paix. Maintenant donc, aprs le dpart de
l'Occupation amricaine, ils ont une excellent occasion de
prouver leur aptitude au gouvernement autonome, et d'car-
ter les prjugs conus contre eux. C'est ce qu'ils ont dj
commenc faire.
Hati. I. 2.








Ie PARTIES: LE PAYA


D'ordinaire les multres ont plus de poli extrieur et des.
manires plus agrables que les noirs, mais ils sont aussi
plus prtentieux et plus dissimuls. On affirme que les gens
de couleur sont mieux dous que les noirs, et qu'ils entendent
mieux l'art de gouverner, ainsi qu'on le voit, dit-on, chez
Ption, Boyer, Geffrard, Borno, qui sont compts parmi les
meilleurs Prsidents d'Hati. Mais des noirs aussi, tels que
Toussaint Louverture, Dessalines, Christophe, Salomon, ont
fourni des preuves indniables de leurs capacits politiques.
Communment pourtant les noirs sont plus enclins la ty-
rannie que les multres.
Les Hatiens se plaignent souvent de ce qu'aux tats-Unis
la question d'piderme ou prjug de couleur est tellement
prpondrante. En effet, les blancs n'y veulent pas avoir
le moindre contact avec tout ce qui est tant soit peu de sang
ml, et en ceci ils ne font pas de distinction entire les noirs
et les gens de couleur. Or, ce qui parat incroyable, c'est que
les Hatiens tablissent au contraire cette dernire diff-
rence entire eux-mmes, et entretiennent ainsi les mmes pr-
jugs. Noirs et multres ont, en combattant ensemble les
Franais, conquis l'indpendance de leur pays. Mais en
dehors de cette circonstance, ils ne se sont malheureusement
que trop souvent querells. Le multre mprise plus d'une
fois le noir, et par suite le noir hait l'homme de couleur et
se venge de lui, ds qu'il est mme de le faire, ainsi qu'on
l'a vu du temps de l'empereur Soulouque. Si les Hatiens
veulent vraiment travailler l'avancement de leur pays,
il faut. de toute ncessit, que noirs et multres s'estiment
mutuellement et s'entr'aident.
Pour ce qui est des rapports entire les noirs et les blancs,
on peut dire qu'ils sont ordinairement excellent. Les noirs
quelque peu cultivs tmoignent aux blancs de la cordialit
et de la consideration, ce qui leur vaut en retour les marques
d'une vraie sympathie. Les Hatiens ne veulent pas que les
blancs rgissent leur pays. Mais un individu isol de la race
caucasienne sera trait par eux le plus amicalement du mon-
de. Il pourra librement s'occuper de son commerce ou de son
industries, et partout il trouvera du concours et de la bien-
veillance. Tandis que dans son pays il tait peine not,
il exercera en Hati une domination inconteste. Beaucoup








II. MCURS ET COUTUMES


BLANCS, MULiTRES ET NOIRS.
(Chez les Frres Port-de-Paix);


de families distingues dans les villes regardent comme
un grand honneur de pouvoir s'unir par le marriage un
commerant blanc. Voil pourquoi les quelques blancs qui
resident en Hati sont tellement attachs ce pays et sont
poursuivis par la nostalgic, quand ils l'ont quitt.
Pour ce qui est de la classes infrieure des noirs, celle-ci
regarded le blanc comme un tre suprieur. Quand ce der-
nier prend une attitude ferme et rsolue, il en imposera tou-
jours aux noirs.
En avril 1866, raconte Spenser Saint-John, la suite d'une
querelle entire un officer d'un paquebot anglais et quelques
noirs, la populace rsolut de se venger. On s'empara d'un
matelot et on l'attacha un poteau. Une centaine de noirs
furieux et menaants tournament autour de lui, arms de
couteaux. Un ngociant anglais, M. Savage, vint passer
par l, et demand ce qu'il y avait. Quand il l'eut appris
il fendit la foule, parvint prs du matelot et coupa ses liens.
Puis il le reconduisit au bateau, sans tre inquiet par qui
que ce soit.
En temps de revolution, tous ceux qui avaient quelque
chose craindre, c'est--dire ceux qui occupaient un poste








Ie PARTIES: L PAYS


de l'tat, se refugiaient dans les consulats des Puissances
trangres. Dans les bourgs, o il n'y avait pas de repr-
sentants trangers, les presbytres taient considrs comme
consulats. Les pavillons des autres nations, qu'on hissait
dans ces circonstances, inspiraient aux noirs un grand res-
pect, et-non sans raison. Plusieurs fois, en effet, des navires
trangers avaient menac de bombarder la capital, si les
Hatiens refusaient de payer une indemnit pour les domma-
ges causs aux Europens.
Mais si les noirs n'ont rien craindre des blancs, ils le
leur font parfois sentir, ainsi qu'on le verra dans le fait
suivant, racont par Paul Reboux. Trois trangers rentrent
le soir l'htel. Or le couvre-feu est sonn ; on n'a plus le
droit de circuler dans les rues. Une patrouille les rencontre
et les interroge. Le premier disant qu'il est Amricain, on le
laisse aller, car justement un cuirass amricain stationnait
dans la rade. Le second se dclare Franais : on le relche,
car le croiseur franais Cond a paru dernirement Port-au-
Prince. Le dernier parat tre Suisse, et on lui demand si ce
pays a une marine de guerre. Comme il rpond negativement,
on le conduit au poste, pour y passer la nuit.


Vie urbaine et rurale.

Si on veut juger les Hatiens d'une faon quitable, il faut
distinguer entire la vie en ville et la vie la champagne.
Quand on arrive en ville, on ressent une excellent im-
pression. Les rues sont bien entretenues et ont un aspect
trs propre. On rencontre de beaux difices publics : l'eglise,
la mairie, l'hpital, etc. Il y a plusieurs coles de garons
et de filles, et l'enseignement y est trs bon. Dans les villes
l'tranger trouve toutes les commodits en ce qui concern
la nourriture, l'habillement et le logement, et il n'est pas
oblig de renoncer ses habitudes de vie. Les citadins sont
trs civiliss et trs bien duqus.
Mais dans les bourgs et la champagne il en est tout autre-
ment, ce qui ne signifie nullement qu'on se senate transport
en Afrique. Les campagnards ont conserv bien des choses
de la-civilisation franaise, don't ils ont subi profondment








II. MEURS ET COUTUMES


l'influence, quoique leurs anctres ne fussent que.des es-
claves. Cependant, dans les montagnes tout est encore pas-
sablement primitif. Les chemins y sont affreux, les habita-
tions pauvres, la nourriture journalire peu apptissante.
L'ducation et l'instruction des enfants laisse aussi beau-
coup dsirer, et les coles, quand il en existe, sont loin
d'tre excellentes. Les gens sont aussi plus arrirs et un
peu rudes. Mais. grce aux efforts runis de l'tat et de
l'glise, bien des piogrs y ont dj t raliss tant au point
de vue matriel que sous le rapport moral.
La socit hatienne est divise en trois classes, ou pour
parler plus exactement, en deux classes. Le high life
est trs civilis. En effet, les meilleures families envoient
leurs enfants tudier Paris ou New- York, et Port-au-
Prince galement on trouve d'excellents colleges et pen-
sionnats, dirigs par des religieux et religieuses de France.
Aux runions mondaines de la capital, ce qu'on dit,
entire autres l'Htel Bellevue, on se croirait en Europe.
Dames et messieurs, multresses et multres surtout, se dis-
tinguent par leur courtoisie et leur dlicatesse, leurs connais-
sance en fait d'art, de musique et de littrature, leur habi-
let chanter, jouer et danser. Et les Amricains avouent
eux-mmes qu'en tout cela ils sont surpasss par les Hatiens.
Mais peut-tre l'lite s'est-elle trop facilement contente
de ces formes extrieures, sans rechercher suffisamment la
valeur intrinsque, ainsi que le disent des auteurs amri-
cains et comme le reconnaissent mme des Hatiens. De la
sorte, la haute classes n'a pas pu donner au people la direc-
tion ferme que celui-ci tait en droit d'attndre d'elle.
L'lite vit de postes de l'tat, qui cependant, sont peu nom-
breux, et auxquels aspirent presque.tous les lettrs. Il s'en-
suit, que celui qui occupe une place, cherche en tirer le
plus de profit possible, car il craint toujours d'en tre d-
possd par des intrigues ou par d'autres moyens (STNIO
VINCENT, Efforts et Rsultats, 1938).
La classes intermdiaire comprend la bourgeoisie, qui
s'applique au commerce et l'industrie. Comme ces deux
branches d'activit n'ont malheureusement atteint qu'un
dveloppement restreint, la bourgeoisie ne dispose d'ordi-
naire pas de resources abondantes.








Ie PARTIES: LE PAYS


Cependant, une vritable classes moyenne, telle qu'il s'en
trouve dans les autres les des Antilles, n'existe pas en
Hati, et voil pourquoi le,pays est demeur tellement en
retard. En effet, de cette classes intermdiaire dpend en
grande parties le bien-tre de la majority ; car tout en n'e-
xcutant pas de travail matriel, elle se sert de son intel-
ligence pour organiser et conduire des entreprises commer-
ciales ou industrielles. Dans le dernier temps cependant
on remarque des progrs sous ce rapport; les Hatiens
commencent s'appliquer plus que dans le pass aux tudes
professionnelles.
A une grande distance de l'aristocratie et de la bourgeoisie
se voit la masse du people, qui vit surtout d'agriculture.
Non seulement.les paysans ne savent habituellement ni lire


LA HAUTE CLASSES A PORT-AU-PRINCE.
(La famille de M. Richard Widmnaier, president de la Compagnie
lithographique).

ni crire, mais de plus, leurs mthodes et instruments de
travail sont extrmement primitifs, de sorte qu'en gnral
ils mnent une existence indigente. Les besoins restreints







II. MURS ET COSTUMES


cependant, qu'ils prouvent dans ce pays si riche, peuvent
facilement tre satisfaits, mme si la terre a perdu beaucoup
de sa fertilit par la negligence, la scheresse, le dboisement
et autres'causes. Le Prsident Vincent surtout fit beaucoup
pour amliorer la situation de la masse populaire.


Traits caractristiques des Hatiens.

Pour faire mieux comprendre l'histoire d'Hati, ainsi que
le travail des missionnaires, il nous faut faire connatre les
meurs et les coutumes des habitants. Ici cependant nous
avons spcialement en vue le commun du people, les gens
de la champagne, qui dans tout pays garden le genre typique
et les usages particuliers qui intressent le folkloriste. Les
personnel cultives, en effet, par suite de leur education,
ressemblent pour le caractre et les habitudes, aux Euro-
pens et aux Amricains.
Le caractre de l'Hatien est plutt sensible qu'nergique.
De l vient qu'il est insouciant, inconstant et susceptible,
mais aussi aimable, gai et hospitalier. A la jeunesse les
habitants des bourgs et des montagnes ont emprunt
leurs dfauts et leurs qualits. Rarement on en trouve qui
soient foncirement mauvais, car leurs vices proviennent
plutt de la faiblesse et de l'entranement, que d'une
mchancet dlibre.
Au pays d'Hati on rencontre de formidable contrastes,
mais point de milieu : c'est une contre' d'une extraordi-
naire fertilit et d'une vgtation luxuriante, mais aussi de
cyclones dvastateurs et de terrible tremblements de
terre. Le caractre du campagnard hatien se distingue
pareillement par des opposition flagrantes; dans un in-
stant il peut se transporter, pour ainsi dire, de la lumire
la plus clatante l'ombre la plus paisse, passer de l'ama-
bilit la plus cordiale la plus grande cruaut. Il est aussi
port l'enthousiasme, la gnrosit et la serviabilit
qu' la colre, aux querelles et la vengeance. Il drobera
dix centimes, dit Prichard; confiez-lui 10.000 gourdes
pour les porter votre ami 40 Km. de distance, il re-
mettra exactement la some tout entire. Est-il charge







Ie PARTIES: LE PAYS


d'une mission, il vit, il chante un couplet, passe les rivires,
grimpe les montagnes et n'est retenu par rien au monde.
Le lendemain ce sera un faiblard, toute nergie aura dis-
paru.
Pour rsumer les diverse caractristiques des Hatiens,
nous donnons ici le portrait que trace d'eux Mgr. Le Ruzic
(Documents..., p. 232).
L'Hatien, dit-il, a le temperament de tout people jeune.
Il est enthousiaste, mobile, inconstant, pris d'ides gn-
reuses, de mots sonores et de renovation social. Comme les
Gaulois, prompt la colre, agit par la discorde, coura-
geux au combat, il aime les longues et solennelles harangues.
A la conversation ordinaire il mle nombre de proverbes
croles, imags et typiques, don't le sens chappe l'tran-
ger. Rarement livre-t-il le fond de sa pense, toujours en-
toure de longues circonlocutions et de nuances difficiles
saisir. Le ton plus que la parole la fait deviner. Trop
dlicat pour opposer un refus, il se content de dire un oui
qui veut dire non.
Hant par le surnaturel, vivant dans une atmosphere
de merveilleux, il souponne dans le moindre fait des puis-
sances occultes, invisibles,mais relles et agissantes. L'glise
catholique l'attire, avec la magnificence de son culte et la
splendeur de ses crmonies liturgiques. Il comprend qu'elle
possde la vrit, l'admire, en conoit l'ternelle beaut,
et l'embrasse aisment. Respectueux de ses prtres, don't il
reconnat le dvouement, il leur accord son affection et sa
confiance, mais s'en dtourne vite pour un lger froissement
ou une rprimande un peu vive.
Son humeur est fire, ombrageuse et susceptible, avec
quelque dose de foncire vanit. On ne le gagne que par la
bont, et le zle le plus dvorant ne sert rien, s'il n'est
appuy par une patience inaltrable. L'orgueil de la vie et
la concupiscence de la chair l'entranent souvent de gra-
ves dsordres. Au milieu de ses faiblesses et de ses gare-
ments qu'il ne songe pas cacher, il conserve les dehors du
chrtien pratiquant, assisted la messe et aux ftes reli-
gieuses, offre gnreusement son aumne avec le concours
de son influence ou de ses bras. Viennent les glaces de l'ge,
les revers de la fortune ou les angoisses de la maladie, il








II. MEURS ET COUTUMES


'tq-
k ~.-,. -


UNIE -.ILL., A TuUGEAU.


n'aura de tranquillit qu'il n'ait recouvr dans l'Eucharistie
le Dieu de sa jeunesse. Sa resignation dans les souffrances
est tonnante ; en face de la mort il dit simplement : C'est
un devoir , et l'accepte sans murmure.


Dfauts des Hatiens.

Examinons maintenant plus en dtail les principles
particularits du temperament des noirs d'Hati, et tout
d'abord leurs dfauts.
Ce qui frappe avant tout dans le caractre du montagnard
hatien, c'est son insouciance et son indolence. Sous la do-
mination franaise, les esclaves noirs taient forcs de tra-
vailler, et ils travaillaient dur. Aussi l'indpendance, ob-
tenue en 1804, ne signifia-t-elle pas autre chose dans leur
ide que le droit de ne plus travailler. Les Hatiens dtrui-
sirent donc tout, au lieu d'utiliser les exploitations existantes,.
telles que les fabriques de sucre et d'indigo. Aujourd'hui
on voit encore en beaucoup d'endroits des ruines d'anciennes
habitations coloniales, de canaux d'irrigation, etc.


'J'
v -.i-
4~ a~k~








26 Ie PARTIES: LE PAYS

Cette paresse inne des gens de la champagne est encore
favorise par la chaleur tropical et la fertilit du pays.
Les besoins journaliers de l'Hatien sont faciles a satis-
faire sous ce climate, o tout pousse comme par enchante-
ment. En effet, il suffit de nettoyer un peu le terrain, et
de mettre les graines en terre; car la pluie viendra au
temps voulu pour les faire lever et le soleil les fera grandir.
De plus, les cultivateurs hatiens n'ont jamais t beau-
coup encourages travailler. Au contraire, au temps des
rvolutions ils taient pills par les insurgs, leurs champs
et leurs jardins taient saccags et les fruits vols. Pendant
les priodes de paix, souvent ils ne pouvaient vendre leurs
products qu' un prix drisoire, tandis qu'ils devaient
payer cher les articles qu'ils dsiraient ; de sorte qu'ils ne
produisiaient pas plus qu'il n'tait ncessaire pour leur
subsistence, et se refusaient faire un effort qui aurait
profit plus d'autres qu' eux-mmes.
Toutes ces circonstances ont enracin profondment la
paresse dans le caractre de l'Hatien. Il ne lui viendra pas
l'ide de travailler et d'conomiser pour l'avenir. Con-
seillez-le-lui tant que vous voudrez, ce sera peine perdue.
D'ailleurs l'indigence extreme n'existe pour ainsi dire pas
en Hati. La nature y est si gnreuse qu'elle nourrit mme
les fainants ; et quand le besoin se fait pressant, on s'en-
tr'aide. Les malades sans famille, les personnel ges qui
n'ont pas d'enfants, sont soigns par un ami ou une con-
naissance.
Cette indolence des Hatiens nous fait comprendre pour-
quoi le pays a fait si peu de progrs, surtout dans l'agri-
culture et l'industrie.
Cependant l'Hatien est un ouvrier capable et actif,
avec beaucoup de resistance, quand il est bien dirig; ainsi
qu'on l'a vu au percement de l'isthme de Panama et comme
on put le constater encore dernirement dans les champs de
canne sucre de Cuba.

Un autre dfaut qu'on reproche souvent aux Hatiens,
c'est la cleptomanie. Quand il y a un incendie quelque part,
!es voisins accourent parfois de tous les cts non pour
teindre le feu, mais pour emporter le plus possible. Un








II. MURS ET COUTUMES


voilier a-t-il pri le long de l cte, il y en a qui sont aussitt
rendus sur place pour sauver, comme ils disent, tout ce
qu'ils peuvent. Mais ceci arrive galement en d'autres pays.
Une grande difference cependant entire les -Hatiens et
d'autres peuples, c'est que les premiers ne drobent ordinai-
rement que de petites choses (ce qui a lieu assez frquem-
ment), tandis qu'il n'y a point parmi eux de brigands ni de
cambrioleurs ; de sorte qu'on peut voyager, sans le moindre
danger, sur les routes les plus dsertes, et dormir la nuit
avec les fentres grandes ouvertes.
Il arrive donc plus d'une fois que les Hatiens nuisent aux
particuliers ; de plus, autrefois ils volaient aussi l'tat en
mainte circonstance. Ceux qui occupaient un poste official,
surtout la douane, tchaient frquemment de ramasser
le plus d'argent possible, en provision du temps o ils
perdraient leur position. Il tait gnralement admis qu'on
pouvait nuire l'tat, car, disaient-ils, ce qui appartient
l'tat appartient tous les citoyens, et par consquent
chacun peut le prendre.
Les noirs sont dfiants et dissimuls. Au temps de l'es-
clavage ils taient opprims et ne pouvaient manifester
leurs sentiments. Quand donc, encore maintenant, ils
trouvent une occasion pour se venger d'un ennemi, ou
quand ils voient un moyen quelconque d'chapper une
punition, ils ne manqueront pas d'en profiter. Ils sont
donc trs enclins la tromperie et au.mensonge. Dans les
achats par example, il est prudent de ne pas payer plus
de la moiti du prix demand, si on ne veut pas tre vol.
Les campagnards hatiens cachent leur ruse sous une
apparent navet, et viendront, par example, vous vendre
dix bottes d'herbe; ,puis vous en reprendront subreptice-
ment deux ou trois, pour vous les prsenter de nouveau
vendre, avec un sourire bon enfant. L'argent qu'on prte
est perdu; car, ainsi raisonne le noir, cet argent que vous
me prtez, vous n'en avez pas besoin, par consquent, je
ne suis pas tenu vous le rendre.
Quand les Hatiens sont pris en flagrant dlit, ils ne sont
jamais dconcerts, nient sans hsiter, ou trouvent une
excuse. A ce sujet on cite souvent les anecdotes suivantes.
Un noir, accus d'avoir vol un pigeon, nie le fait. On








Ie PARTIES: LE PAYS


le fouille, et on dcouvre le pigeon. Oh voyez donc ce
pigeon, dit-il, il a pris ma chemise pour son colombier !
Oh gad pigeon-l li prend chimise-moin pou' colombier
li Un autre, sur lequel on trouve des patates drobes,
soutient qu'il n'a ramass que des cailloux, et attribue
leur mtamorphose une malice du diable : Adi, mait'
moin, diab' mauvais! m' t prend roches, li fait patates!
lit-il sans broncher.

Les Hatiens sont aussi parfois passablement vaniteux, et
aiment assez faire les important et se glorifier. Pen-
dant les rvolutions, le gnralissime faisait de bruyantes
proclamations au people et l'arme, parlant de batailles


*5a &* ~


MONTAGNARDS HATIENS.


terrible et de victoires clatantes, qui n'avaient cot la
vie personnel, et don't le butin consistait en un tambour
crev ou un vieux cheval abandonn par l'ennemi. Ils
s'imaginent aussi trs vite, qu'ils sont mme de remplir
toutes les functions, ds lors qu'ils savent tant soit peu
lire et crire.
Cette prsomption les rend trs sensibles, et voil pour-








ih. McURS ET COUTUMES


quoi ils se vengent de la moindre offense et ne peuvent
supporter un reproche un peu dur. Pour les gagner, il faut
certainement possder un zle ardent, mais surtout une bon-
t inpuisable et une patience toute preuve. Leurs que-
relles ont galement bien des fois pour cause leur gosme.
En gnral, les campagnards aiment l'ostentation. Les f-
tes, les solennits et les processions leur plaisent beaucoup.
Bien des fois mme,ils attachent plus d'importance l'clat
extrieur qu' la solide ralit ; avant tout ils veulent briller
et parader. Parler en priv et en public d'affaires civiles
et religieuses, voil ce qu'ils font volontiers ; mais excuter
et raliser quelque chose sous ce double rapport, c'est sou-
vent leur demander trop. Beaucoup viennent l'glise pour
se montrer. S'ils n'ont point de beau chapeau, d'habits
lgants, de souliers fins, ils ne viennent point la Messe,
ne communient point ni ne se marient. Pour aller l'cole
les enfants doivent porter des souliers, quoiqu'ils marchent
par ailleurs nu-pieds toute la journe.
Les gens de la champagne sont bruyants et tapageurs,
il n'existe point de plaisir ni d'amusement pour eux sans
tumulte et fracas. A chaque fte il faut qu'ils dansent, avec
accompagnement d'un ou de plusieurs tambours. Ils peu-
vent alors chanter, sauter et se dmener des heures entires
sans se fatiguer. S'il n'y a pas de tambour, ils prennent
un caillou dans chaque main, et les frappent en measure
l'un contre l'autre. D'autres tapent avec un bton sur un
bidon en fer blanc ou une chaudire fle. Il leur faut de la
vie et du bruit, alors ils sont contents et tout va bien.
Cependant, quand on reproche aux Hatiens toutes sortes
de dfauts, on ne doit pas oublier qu'ils ont hrit de leurs
matres franais plusieurs de ces mauvaises qualits, telles
que l'ostentation et l'humeur bruyante, la susceptibility et
le caractre prtentieux (cf. HERSKOVITS, Life..., p. 33-47).


Bonnes qualits.

Mais 'ct de leurs manquements, les Hatiens ont
aussi nombre de bonnes qualits. Ils sont reconnaissants.
et fidles l'gard de tous ceux qui leur font du bien. On








Ie PARTIES : LE -PAYS


raconte bien des traits de l'attachement des esclaves noirs
leurs matres, quand ceux-ci les traitaient bien. Lors du
tremblement de terre qui eut lieu Port-au-Prince en 1770,
dit le Pre Nicolson, une domestique se trouvait seule dans
la maison de son matre, avec un enfant qu'elle gardait.
Pendant que tout le monde abandonnait la ville et fuyait,
cette hroque servante rest la maison, se pencha sur
l'enfant et reut sur son dos les pans de murs qui tombaient.
L'enfant fut conserv, mais l'esclave fut si gravement bles-
se, qu'elle en mourut quelques jours aprs.
De mme que les anciens esclaves taient reconnaissants
envers les bons matres, ainsi les Hatiens actuels tmoignent
le dvouement le plus entier tous ceux qui sont placs
au-dessus d'eux, quand ceux-ci font preuve de douceur et
de bienveillance leur gard. Si on leur fait tant soit peu de
bien, aussitt ils vous aiment beaucoup et montrent le plus
grand attachment votre gard.
Les Hatiens exercent galement une large hospitality.
Quand on va les visiter, ils vous reoivent avec la plus
grande amabilit, vous invitent poliment vous assesoir :
Chita , et vous prsentent une odorante tasse de caf et
des fruits savoureux. S'il survient un visiteur inattendu,
pendant qu'ils sont table, ils l'invitent aussitt partager
leur repas. Est-on surprise en voyage par une averse ou par
la nuit, on trouvera toujours chez eux un logis, du feu pour
scher ses habits, un bon souper, et mme un lit convenable.
Leur plus grand plaisir est de rendre service autrui.
Jamais ils ne demanderont le moindre ddommagement
pour cela : un peu de tabac, une prise, une bonne parole,
et les voil aux anges.
Ils se distinguent aussi par leur politesse et leur prve-
nance. Jamais ils ne vous rencontreront sans vous dire
bonjour. Ils veulent galement qu'on les salue et qu'on soit
aimable avec eux. La courtoisie est pareillement la carac-
tristique de leur commerce mutuel, et ils s'appellent l'un
l'autre : papa ou maman, frre ou sour, cousin ou cousine.
Ils sont gais et communicatifs dans leurs rapports rci-
proques, aiment rire et plaisanter, et accompagnent de
gestes vifs leurs paroles rapides et animes. Quand ils se
trouvent une dizaine ensemble, la jovialit rgne en ma-








II. MEURS ET COUTUMES


tresse, surtout quand, le soir, ils sont en train de dire des
contest ou de proposer des devinettes. Ils possdent un haut
degr la joie de vivre : malgr leur pauvret, ils demeurent
heureux, car ils se contentent de peu. Toute la journe ils
chantent et foltrent, ne se soucient de rien, et jouissent
en plein du beau temps et du gai soleil. Ils ne se laissent pas
aisment abattre par les diverse contarits de la vie, par
l'infortune ou la maladie. La rcolte est-elle manque, la
scheresse et la famine rgnent-elles dans la contre, ils ne
s'en attristent point, mais attendent en toute resignation
des temps meilleurs, et jenent en attendant. Bon Di
bon! disent-ils, tt ou tard le Seigneur viendra bien
notre secours
Avec les noirs, il est assez facile de s'entendre; ils sont
ordinairement bons enfants. Pendant une revolution, ra-
conte Paul Reboux, un Franais fut arrt par une pa-
trouille. Le prisonnier, s'adressant au chef, lui dit : J'al-
lais boire. Vous ne trouvez pas qu'il fait chaud et qu'on a
soif? Comme le commandant, plein de dignit et de sv-


LA JOIE DE VIVRE.








Ie PARTIES: LE PAYS


rit, hsitait encore, le prisonnier avisa l'un des soldats:
L'homme tira la langue et les autres de rire. Alors le chef
aussi se drida, et la cordialit se rpandit.Et on alla boire.
Comme les soldats cheminaient la dbandade,le Franais
leur en fit un reproche. Il les range quatre par quatre, et
leur inculqua le rythme : Un, deux, un, deux... . Dociles
au commandement du prisonnier, les militaires allrent
jusqu' sa maison, o ils furent copieusement traits.
On peut donc dire que le caractre des Hatiens est sym-
pathique, cause de leur franchise et de leur amabilit,
et ainsi ils forment un contrast trs net avec la plupart
des peuples asiatiques, qui sont gnralement plus dissi-
muls et plus revches.

Ordinairement, les noirs ont plutt le courage de la rsi-
gnation que celui de la bravoure. Ils supportent sans se
plaindre les douleurs physiques et les maladies, mais habi-
tuellement ils ne dsirent pas,trouver la mort sur le champ
de bataille, quand ils voient quelque moyen d'y chapper.
Un proverbe hatien dit : Pilt couri pass mouri : Mieux
vaut courir que de mourir. Cependant ils bravent coura-
geusement la mort, quand la mauvaise fortune les amne
sur le terrain de l'excution, ainsi qu'il arrivait souvent
au temps des rvolutions. Les chefs d'tat hatiens taient
de vritables tyrans, qui condamnaient la peine capital
pour le plus lger motif.
Le president Pierrot avait se plaindre d'un de ses em-
ploys, et le fit passer en jugement devant le Snat. Celui-ci
reconnut l'innocence de l'employ, mais le frappa quand
mme de trois mois de prison par gard pour-le Prsident.
La lgret de cette punition mit le chef trs en colre. Tout
coup il se rappela, que la Constitution lui donnait le droit
de commuer les peines. Il se hta d'user de ce droit, et
change la prison en peine de mort (G. d'Alaux).
Voici une anecdote, tire du Pre'Nicolson, qui montre
jusqu'o va chez les Hatiens le mpris de la mort. On al-
lait pendre un esclave noir Port-au-Prince, au temps de la
domination franaise. A peine le bourreau l'eut-il repouss
de l'chelle, que la corde se rompit. Le noir se releva et dit








Il. MdEURS ET COUTUMES


tranquillement au bourreau: Vous voyez, je vous avais
bien dit que cette corde ne valait rien. Vous prtendiez
qu'elle tait assez solide. Comme le bourreau essayait de
renouer la corde, le patient ajouta : Qu'est-ce que vous
faites encore l? Mais c'est du mauvais travail Voici vingt
sous, pour acheter quelque chose de bon. Le bourreau prit
l'argent, se procura une corde, et le condamn se fit pendre
une second fois, sans resistance.
On dirait que la mort ne compete pas en Hati. Peut-tre
est-ce une suite de l'insensibilit des anciens esclaves, arra-
chs leur patrie, leur femme et leurs enfants, et ex-
poss prir de faim, de misre ou d'puisement. Peut-tre
sont-ce les excutions rptes sous les rvolutions. L'Ha-
tien est habitu toujours prvoir la mort, et l'accepte
comme uh sort inevitable.




2. HABITUDES.

Nourriture et Marchs.

Nous allons repasser present les coutumes les plus typi-
ques des Hatiens.
Pour ce qui est des repas et de la nourriture, le citadin
a sa disposition, non seulement les vivres du pays, mais
aussi beaucoup de products trangers, tels que : des pommes
de terre, des carottes, des choux, de la salade etc. Comme
boisson il y a l'excellent caf hatien et du chocolate odorant.
Il est facile aussi de se procurer du vin et de la bire, qu'on
imported en grande quantit de l'tranger.
Quant au montagnard hatien, on peut dire qu'il est
extrmement sobre. Le matin son lever, il se content
d'une tasse de caf. Il fait ensuite vers midi un repas, con-
sistant en mangues, un bout de canne sucre, ou de la
cassave, sorte de galettes faites avec de la farine de manioc.
Pour ce qui est du grand repas, celui-ci a lieu dans l'aprs-
midi vers 4 ou 5 heures.
Le dner se prpare en plein air ou bien sous un petit
Harti, I. 8.








34 Ie PARTIES: LE PAYS

toit couvert de paille. On dispose en forme de triangle trois
cailloux, destins recevoir la chaudire ou un bidon de fer
blanc. Entre les pierres on fait du feu avec des branches de
bois mort. Dans la chaudire on met cuire d'ordinaire un
bon nombre de bananes, des ignames, ou des patates douces.
Le mets favori des Hatiens, ce sont les haricots au riz, ou
pois-et-riz , qu'ils appellent leur plat national. En effet, il
a une couleur bleue-rouge, tant compos de riz non purifi,


-.' -- ` 7


..- ...-IiI


UN MARCH.


bleutre, et de fves rouges, et ainsi il resemble leur
drapeau national. A la champagne on mange rarement du
pain ou de la viande; on y prfre le poisson, surtout le
poisson sal, pour assaisonner le reste. Les Hatiens aiment
aussi les pices, et surtout le piment.
Quand ils ont mang, ils boivent un grand coup d'eau;
mais les jours de fte, ils prennent du tafia ou du rhum,
deux sortes d'eau-de-vie de canne sucre, la premiere dis-
tille plus grossirement, la deuxime plus finement.
Les plus pauvres mangent dans un coui ou demi-cale-
basse, et avec les doigts. Mais les autres, mme la campa-







II. MEURS ET COUTUMES


gne, prennent leur repas dans une assiette en fer maill, et
se servent d'une cuillre ou d'une fourchette. Habituelle-
ment les paysans mettent leur assiette terre ou sur leurs
genoux, et chacun mange dans son coin, sans parler. Ils ne
mangent table que dans des circonstances exceptionnelles,
comme la fte patronale de la paroisse, la premiere Com-
munion de leurs enfants, la visit d'un ami, l'occasion
d'un marriage, etc.

A la champagne, chacun a son jardin de lgumes et de
fruits; dans les villes et les bourgs, on peut se procurer le
ncessaire au march qui se tient d'ordinaire deux fois la
semaine: le mercredi et le samedi. Le march n'est gure
frquent que par les femmes. Les deux jours susdits, on
rencontre ces dernires sur toutes les routes, en longues files,
habilles d'une robe de cotonnade bleue, un mouchoir nou
autour de la tte et coiffes d'un large chapeau. Quelques-
unes sont assises sur une bte de some, charge gauche
et droite de pleins sacs en feuilles de palmier tresses;
mais la plupart vont pied. Elles ne portent pas leurs char-
ges dans leurs mains, mais toujours sur la tte, depuis la
grande cuvette maille remplie de noix de coco, jusqu'
une bouteille ou mme une bote d'allumettes. Avec une
dextrit merveilleuse, elles savent tenir ces objets en qui-
libre, tout en se balanant travers les chemins les plus ra-
boteux, en sautant d'une pierre sur l'autre, et en causant
d'une manire anime avec leurs compagnes.
Ainsi elles parcourent quelquefois des distances de trois
ou quatre heures, pour gagner quelques francs en vendant
leurs provisions des revendeuses, qui les portent plus
loin, d'ordinaire la ville. Le temps et la fatigue ne competent
pas pour elles.
Au march, on voit souvent deux trois cents femmes,
accroupies prs de leurs talages en plein air ou sous un
petit toit de paille. Elles ont toute espce de choses
vendre : des articles domestiques, par example, des balais,
des cordes, des nattes, des corbeilles, des cruche' en terre
cuite; et surtout des comestibles : de la viande de porc,
de chvre, quelquefois du bouf; du lait, du -tafia et du
rhum, du pain blanc, des oufs, des friandises; ainsi que








Ie PARTIES: LE PAYS


les fruits du pays: oranges, bananes, ignames, ananas,
mangues, mas, riz, fves, etc. Chez les revendeuses on
trouve surtout ce qu'on appelle de la quincaillerie, comme
des feuilles de tabac, des allumettes, du savon, des boutons,
de petits miroirs, du fil, des aiguilles, des boules de bleu pour
le blanchissage, etc.
Aux extrmits du march, des chaudrons avec pois-et-
riz , recouverts d'une feuille de bananier, cuisent au feu
pour le repas du jour. Chaque vendeuse doit payer dix cen-
times au percepteur de la commune pour la place qu'elle
occupe au march. Les btes de some : chevaux, nes
et mulets, sont menes dans un grand parc ou prairie,
et pour chaque bte on paie galement dix centimes.
C'est un spectacle fort intressant d'embrasser d'un
coup d'oeil un march, du haut d'une maison ou d'une
lvation voisine. Les habits bleus des femmes constituent
un large fond, sur lequel s'agitent de brillants madras. La
place du march regorge de vie et de movement. Des ache-
teurs et des vendeurs se querellent au sujet de leurs mar-
chandises avec des paroles bruyantes et des gestes violent.
Ici a lieu une conversation aimable, l on s'adresse des in-
vectives et des injures. Le march est devenu le centre o
converge tout ce qui se meut dans le bourg et dans la cam-
pagne environnante.


Habillement.

Les Hatiens des hautes classes sont vtus comme les
Europens, et ils savent s'habiller d'une manire fort l-
gante et trs distingue.
Mais les gens de la champagne font moins d'embarras pour
leur costume.Les jours ordinaires l'ouvrier se content d'une
chemise et d'un pantalon, et va nu-pieds, ou bien, s'il est
plus fortun, il porte une espce de sandales. Il-ajoute cela
un large chapeau, pour s'abriter contre les rayons ardents
du soleil.
Les dimanches et jours de fte, il a gnralement un cos-
tume blanc, compos d'un paletot, d'un gilet et d'un pan-
talon, avec un chapeau de feutre et des souliers. Ces souliers








II. MURS ET COUTUMES


lui occasionnent parfois un peu de tracas. Souvent on voit
des campagnards venir en ville, avec des souliers, qu'ils ne
savent pas porter, parce qu'ils sont trop petits ou trop
grands, ou bien parce qu'ils mettent le soulier droit dans le


HABILLEMENT DES FEMMES.


pied gauche. Les paysans ne sont pas habitus des chaus-
sures, et en empruntent quelquefois une paire pour une
occasion solennelle, comme le baptme d'un bb, un ma-
riage ou un enterrement. Ce n'est qu'en arrivant en ville
ou dans le bourg, que l'on met les souliers. Au dpart les
chaussures reprennent leur place sur les paules ou sur la
tte, et le noir march pieds nus, ce qui lui va beaucoup
mieux et est beaucoup plus sens de sa part dans ces rudes
chemins.
Afin d'avoir l'air plus important ou plus savant, certain








Ie PARTIES: LE PAYS


portent des lunettes avec des verres ordinaires. Les noirs
aiment la toilette et les parures, et tiennent tre habills
aussi bien que possible aux grandes circonstances. Ils met-
tent aussi volontiers leur gloire possder'plusieurs re-
changes ou complete.
Les petits enfants sont habills d'une petite chemise, ou
bien courent la rue en costume d'innocence et ceints d'un
rayon de soleil.
On lave les habits au bord des rivires et des ruisseaux.
Quand elles n'ont pas de savon sous la main, les laveuses
emploient les fruits de l'arbre savon ou une sorte de lines
qui cument. On frappe le linge avec un battoir, puis on
l'tend le long de l'eau, o le soleil le sche en peu de temps.


Maisons.

Dans les villes on trouve de belles maisons, quelquefois
en pierre, plus gnralement en bois, lequel rsiste mieux
aux tremblements de terre. A Turgeau, prs de Port-au-
Prince, on aperoit mme de superbes villas, qui possdent
tout le confort desirable dans un pays chaud, ainsi que nous
l'avons dj dit ci-dessus.
Les maisons bourgeoises s'adaptent la contre. Sous
un climate tropical on a besoin d'air pour se rafrachir. Voil
pourquoi les vitres en verre sont inconnues dans les maisons ;
les fentres forment simplement des ouvertures, qu'on ferme
la nuit avec des volets. La plupart des habitations cepen-
dant ont peu ou point de fentres, mais seulement des
portes, qui restent ouvertes toute la journe. Pour protger
les habitants contre le soleil ardent, la maison est entoure
de tous les cts par une large vranda ouverte ou galerie.
A la champagne on ne trouve que des huttes, don't la con-
struction n'exige gure de temps ni de peine. On coupe
quelques arbres, don't on te les branches et qu'on quarrit,
pour les planter ensuite dans la terre dans la forme d'un
quadrilatre plus ou moins rgulier. Au haut de ces poteaux
on a fait une sorte de fourche, o viennent reposer les tra-
verses, qui runissent les poteaux entire eux, et qui, leur
tour, portent les chevrons du toit.








II. M(URS ET COUTUMES


Aprs avoir amass des feuilles sches de palmier ou de
latanier, ou bien de la paille, pour couvrir la maison, une
dizaine de noirs montent sur les chevrons et les solives du
toit, pendant que d'autres se tiennent en bas pour leur
passer les feuilles. On met une bonne couche de ces longues
et large feuilles, et on les attache aux chevrons avec des
lines. Pendant le travail la gent noire chante et crie de
toutes ses forces, car sans chant le travail n'avancerait pas,
et voil pourquoi il faut aussi de temps en temps un petit
coup d'eau-de-vie.
Aprs (ou quelquefois avant) l'achvement du toit on
prpare des lattes de palmier ou de quinquina, qu'on tresse
l'une dans l'autre dans les intervalles des pieux : c'est le
clissage ou clayonnage. Ces sortes de cloisons sont ensuite
couvertes d'une couche de terre glaise, qu'on blanchit l.
chaux. Le pav se compose de la terre battue.
Une case comprend ordinairement deux chambres: la
premiere sert recevoir le monde et manger, la second
dormir. Dans la premiere pice se trouvent habituellement


-., ; '-. ';



;:IIhi.


UNE HUTTE EN CONSTRUCTION.








Ie PARTIES: LE PAYS


une table avec quelque vaisselle : assiettes, tasses et verres ;
puis deux ou trois chaises et une grande cruche poreuse ou
canari , contenant de l'eau frache. Dans la chambre
.coucher on voit les nattes, en feuilles de bananier tresses,
qui servent dormir. Quelquefois aussi on y trouve un lit,
form de quatre piquets fourchus, fixs en terre, sur lesquels
on a plac des tringles en bois, destines soutenir un ma-
telas bourr d'herbe fine ou de coton. Dans cette mme cham-
bre il y a aussi une espce de malle ou de coffre pour serrer
les habits, car les armoires sont inconnues la champagne.
Les huttes n'ont pas de chemine ; dehors, en plein air, on
fait du feu pour prparer le repas. Le soir, on claire la case
avec une chandelle de cire ou une petite lampe ptrole.
D'aprs Aubin, les maisons des campagnards hatiens
sont meilleures que les taudis des les voisines, faits de dbris
de bidons ptrole et de caisses d'emballage.

Maladies et Remdes.

Les Hatiens vivent assez vieux; on en trouve plus d'une
fois qui ont dpass la centaine. Rarement le noir est srieu-
sement malade, quoiqu'il se le figure souvent. Il souffre
plutt des suites de ses faiblesses ou de ses excs et du peu
de savoir de ceux qui prtendent le gurir. Il peut supporter
normment de choses, ce quoi la vie trs dure qu'il mne
depuis sa jeunesse contribute certainement pour une grande
part.
Les Hatiens aiment beaucoup prendre des remdes.
Pour toutes sortes de maux ils ont un grand nombre de
prescriptions tires d'ordinaire des simples ou plants du
pays. Ils acceptent mme des mdicaments de plusieurs
gurisseurs la fois, et ainsi ils deviennent souvent srieu-
sement malades, aprs avoir t simplement un peu indis-
poss. Aussi, les pharmacies sont-elles trs prospres; on en
trouve dans les villes et les principaux bourgs. Un mdecin
est sr de perdre sa clientle, s'il ne drogue pas abondam-
ment ses malades. Les noirs disent que les mdecins blancs
font prir la plupart de leurs malades par la dite.
Les maladies les plus communes sont les fivres, qu'
dfaut de quinine on gurit par des frictions au tafia (eau-de-








II. MURS ET COUTUMES


UN HAMEAU.


vie de canne sucre), des ths ou tisanes sudorifiques, etc.
Il y a eu dans le pays une pidmie de variole ou petite
vrole en 1882 et en 1920, qui fit beaucoup de victims
parmi la population noire ; tandis que les Europens furent
trs prouvs par la fivre jaune ou mal de Siam pendant les
annes 1879, 1882 et 1896. Cette dernire maladie, si re-
doute, n'a cependant plus reparu depuis dans la contre.
La chaleur tropical occasionne aussi beaucoup de fivres
bilieuses, et pour les viter, il faut prendre rgulirement
des purgatifs ou < mdecines . Dans quelques rares endroits,
situs dans des bas-fonds, on est expos la malaria ou
paludisme. Enfin, beaucoup de maladies sont dues la
mauvaise vie que mnent bon nombre d'Hatiens..
Autrefois il y avait peu de bons docteurs et beaucoup de
charlatans masculins et surtout fminins, pour soigner les
malades. Mais depuis 1915 on a institu un service d'hygine.
De nouveaux hpitaux, hospices et dispensaires ont t con-
struits; les officers sanitaires visitent rgulirement les
bourgs et traitent gratuitement les maladies.








I1 PARTIES : LE PAYS


L'Hatienne.

Ajoutons ici quelques details concernant les dames et
demoiselles noires.
En gnral, on reconnat que, de la nature tropical et
par suite de leur vie sans contrainte, les Hatiennes ont
souvent un extrieur agrable et quelque chose de gracieux
dans les gestes et les movements. L'habitude de ne rien
porter la main, mais toujours sur la tte, leur donne une
dmarche aise et un port bien droit.
Elles sont cependant aussi sujettes quelques dfauts.
En effet, la vanit, qui semble inne chez la plupart des
femmes, se rencontre pareillement chez l'Hatienne. Voil
pourquoi elle est trs afflige de sa court chevelure crpue,
et envie les longues tresses de ses sceurs blanches, qui ce-
pendant de nos jours ne semblent plus gure les apprcier.
Une amie charitable dpense beaucoup de temps. et de pa-
tience pour arranger chaque jour ces cheveux plus ou moins
rebelles.
Un autre sujet de dsolation pour l'Hatienne c'est son
teint un peu sombre ; aussi fait-elle grand usage de poudres
et de parfums. Mais malgr la poudre de riz blanche, la
couleur brune transparat. En Europe on observe actuelle-
ment un phnomne inverse : les blanches y mettent leur
gloire se faire brunir par le soleil sur les plages.
Pour ce qui regarded son caractre, l'Hatienne est com-
munment aussi bavarde que mainte Europenne ou Am-
ricaine ; elle est porte au tripotage , aimant rpter les
racontars sur telle ou telle personnel. Elle a galement une
forte propension au plaisir et la jouissance, et cette ten-
dance est encore fortifie par la chaleur du climate.
Mais il est incontestable que fes Hatiennes possdent
aussi beaucoup d'excellentes qualits. Tout d'abord elles
sont actives, travailleuses et la fois trs gaies. Comme nous
l'avons vu, les longs voyages pour se rendre au march ne
les effraient pas. Allgrement elles portent sur la tte de
lourds paniers de fruits, et en mme temps elles causent,
elles rient et se divertissent.
Leur amabilit et leur serviabilit sont remarquables.








II. M(URS ET COUTUMES


Non seulement elles saluent gentiment tous ceux qu'elles
rencontrent, mais de plus, en presence d'une personnel de
quality, elles front une belle demi-gnuflexion. Plus encore
que les hommes, elles sont empresses rendre service
quand l'occasion se prsente. Le missionnaire trouve en elles
des aides prcieuses pour le chant l'glise, pour les qutes
de la paroisse, ainsi que pour les catchismes et le service
des chapelles.
Quant aux repas, en gnral, l'Hatienne n'a gure d'heu-
res rgulires. Elle mange tous les moments de la journe,
et prfre les gteaux et les friandises aux mets plus sub-
stantiels. Aprs le repas elle nettoie soigneusement ses
dents avec un petit morceau. de bois, appel bois-dent ,
qui sert de brosse pour frotter frquemment l'mail de
ses belles dents blanches. Elle emploie aussi dans ce but des
pelures de fruits ou des feuilles aromatiques.
Dans leur habillement, les dames de Port-au-Prince et
des grandes villes suivent la mode de Paris. A la champagne
les personnel ges portent d'habitude une longue robe
tranante en cotonnade bleue pour les jours ordinaires, et
d'toffe blanche pour les ftes. En voyage on retrousse et on
serre la robe. la taille avec un mouchoir. Autour de la tte
elles enroulent un madras de couleur ou tignon , qu'elles
s'entendent bien arranger, de sorte que les points tom-
bent dans le cou.
Pour ce qui est des demoiselles noires, elles aiment la toi-
lette et entendent l'art de s'habiller ave.c grce, comme le
reconnaissent mme les trangers.
Les dimanches et jours de fte la jeune fille est de prf-
rence en blanc. Alors elle porte un chapeau, des bas blancs
ou d'une autre couleur et dc beaux souliers. Elle dispose
de beaucoup de robes, n'aime pas porter plusieurs fois de
suite la mme et change le plus souvent possible. Les jours
ordinaires, elle se content d'une jupe grossire, porte un
mouchoir autour de la tte et march nu-pieds.








le PARTIES : LE PAYS


La Danse.

Une des grandes passions des noirs, particulirement des
femmes, mais aussi des hommes, c'est la danse. Parmi les
classes leves, dans les salons de Port-au-Prince et des
grandes villes, la danse est la mme qu'en Europe ou en
Amrique.
Mais le people a des danses spciales. L'annonce d'un
bal attire les Hatiens de distances considrables, mme en


--.. ~.:" ~ ni


i


JEUNES FILLES HATIENNES.

pleine nuit. Le son du tambour agit sur eux comme un
charge et leur fait oublier toutes les fatigues de la journe.
Ds qu'ils l'entendent, jeunes et vieux se mettent en route
pour prendre part la sauterie.
La danse la plus commune, aujourd'hui comme autrefois,
c'est la < calinda . Voici comment elle est dcrite par Mo-







II. MEURS ET COSTUMES 45

reau de Saint-Mry (t. I, p. 44). Pour cette danse, les Ha-
tiens se servent de deux tambours, faits de troncs d'arbres
creux, don't une des extrmits est ouverte, tandis que sur
l'autre bout est tendue une peau de mouton ou de chvre.
Le plus petit de ces tambours est appel bamboula, parce que
qu'il est form ordinairement d'un trs gros bambou. Sur
chaque tambour un noir est assis califourchon, qui le frappe
du poignet et des doigts, mais avec lenteur sur l'un et rapi-
dement sur l'autre. A ces instruments on ajoute plusieurs
calebasses, demi remplies de cailloux ou de grains de mas,
et que l'on secoue au moyen du manche qui les traverse,
comme une sorte de hochet. Quand on veut rendre l'orches-
tre encore plus complete, on a recours au banza , espce de
violon grossier quatre cordes, que l'on pince avec les doigts.
La calinda, qui offre peu de varit, consiste en un pas
o chaque pied est tendu et retir successivement, en frap-
pant sur la terre avec precipitation, tantt de la pointe
et tantt du talon. Le danseur tourne sur lui-mme ou au-
tour de sa compagne, qui tourne aussi et change de place,
en agitant les deux bouts d'un mouchoir qu'elle tient la
main. Alternativement, le danseur abaisse et lve les bras,
pendant qu'il garde les coudes prs du corps et le poing
presque ferm. Les danseurs tournent dans un cercle, form
par les assistants. Ceux-ci rglent la measure en battant des
mains, et rpondent en chour aux chansons improvises.
Cette danse est vive et anime, et une measure exacte la rend
trs gracieuse. Habituellement ces danses se tiennent en
plein air.
Les Hatiens ont aussi des danses mauvaises, originaires
d'Afrique, comme nous verrons dans le chapitre consacr
au culte de Vaudoux.


Vie de Famille.

Les hautes classes dans les villes et les gros bourgs tiennent
honneur d'tre marines civilement et religieusement.
Mais la basse classes la champagne bien souvent n'est pas
marie, mais seulement place , comme on dit. Cette
habitude est un reste du temps de l'esclavage, quand les







I PARTIES : LE PAYS


planteurs gostes dfendaient leurs esclaves de se marier,
parce qu'ils n'taient pas libres de vendre les personnel ma-
ries, come ils voulaient. Des personnalits de marque,
telles que les Prsidents Ption et Royer, taient seulement
places .
Ainsi on voit souvent dans les montagnes une grande cour,
entoure de plusieurs habitations. Un patriarche est assis
devant la porte de la principal maison, autour de laquelle
se trouvent les cabanes pour les diverse femmes, qui vivent
en bonne intelligence. Par ces alliances l'agriculteur tend
peu peu son influence et ses domaines ; et .comme le noir
a beaucoup d'enfants et devient assez vieux, ses descendants
se multiplient parfois jusqu' la centaine.
La frquence du concubinage notoire chez les Hatiens
s'explique par l'immoralit qui n'est que trop rpandue, et
qui a pour cause principal la mauvaise education ds en-
fants.
Aussi le plaage a-t-il si profondment pntr dans les
meurs des Hatiens, qu'ils considrent le marriage comme
un privilege des personnel importantes et riches. Cependant,
grce au zle des missionnaires, des progrs rels, quoique
lents, se ralisent sur ce point, mme dans les montagnes.

D'ordinaire, l'Hatien est bon pour ses enfants, et l'Ha-
tienne se montre une excellent mre de famille. Cependant
l'ignorance est grande, et le chiffre de la mortality infantile
monte assez haut. Les bbs, en effet, ne sont pas soigns
trs dlicatement ; berceaux et voitures d'enfants sont in-
-connus, et les pauvres petits, peu ou point vtus, sont ex-
poss toutes les intempries. Pourtant, ils ont encore
moins souffrir en plein air qu' la maison, car les huttes
sont souvent trop troites et trop malpropres pour tre
saines.
Quand les enfants de parents noirs viennent au monde,
ils ont une belle couleur rose, qui cependant peu peu
devient plus fonce, de sorte qu'aprs huit jours, les bbs
sont compltement noirs. Par exception des parents noirs
donnent naissance un rejeton blanc, qu'on appelle albinos,
et qui est d'un blanc ple, avec des yeux rougetres, sup-
portant mal la lumire. Les albinos sont considrs par les








II. M(URS ET COUTUMES


Hatiens comme des descendants des dieux, et sont par
suite traits avec un certain respect et aussi avec crainte,
de sorte qu'on les vite communment et qu'ils vivent so-
litaires. De mme les multres ont quelquefois un enfant,
qui est entirement noir, ce qui constitute par consquent
une grande dception, surtout dans l'lite. Il faut attribuer
probablement ces deux cas l'atavisme ou hrdit de cer-
tains caractres venus des aeux.
La nature a dou les ngrillons d'une imagination riche;
le climate chaud leur donne une grande souplesse, qui n'est


UN GROUP D'ENFANTS.


pas gne par toutes sortes de langes et de bandages, comme
dans les pays froids. Voil pourquoi ils sont d'un natural
vif et remuant; il leur faut de la vie et du movement.
Quoique les parents aiment bien leurs enfants, cependant
ils ne les traitent pas toujours avec douceur, ainsi qu'on le
verra dans l'anecdote suivante, raconte par Spenser Saint-
John. Un Espagnol, qui avait le ceur trs compatissant,








Ie PARTIES : LE PAYS'


parcourait un jour le pays cheval. Son attention fut tout
coup attire par les cris perants d'un enfant. Aprs avoir
regard autour de lui, il vit une Hatienne, qui tenait un
petit garon par le bras et qui le battait avec un manche
balai. Il court elle, et lui dit, en dtournant le coup
avec sa cravache : Ne battez donc pas ainsi cet enfant I
La femme, trs surprise de son intervention, lui rpondit
froidement en crole : Consite, li neg' ; li pas fait li mal.
Consul, ce n'est qu'un ngre, cela ne lui fait pas mal.
L'ducation morale des enfants laisse aussi beaucoup
dsirer; ce qui n'est pas tonnant, quand on sait ce qu'il en
est de la vie conjugale de beaucoup d'Hatiens. Aussi les
enfants ne grandissent-ils que trop souvent comme de vrais
paens dans la libre nature; ils n'apprennent ni prier ni
se bien conduire. Rien ne les retient par consquent sur le
chemin du vice. Les parents ont beau rprimander leurs
enfants, et encore ne le font-ils pas pour des choses srieuses,
comme un vol ou un mensonge, mais bien pour un verre ou
une assiette casss. En tous cas, ils leur donnent le mauvais
example, et alors les belles paroles ne servent de rien.
La mauvaise education que les infants reoivent chez eux,
nous fait comprendre que les missionnaires et les religieux
ont tant de peine l'glise et l'cole, pour faire des Ha-
tiens des chrtiens convaincus.














HISTOIRE



1. PRIODE COLONIAL.

Les Indiens et les Espagnols.

Christophe Colomb, parti d'Espagne avec trois caravelles
et 120 hommes, le 3 aot 1492, arriva le 12 octobre suivant
Guanahani, une des les Lucayes ou Bahama, qu'il appela
San Salvador (maintenant Watling Island). Poursuivant
sa route, il dcouvrit
Cuba, puis le 6 dcem-
bre suivant il aborda
Hati par le nord-ouest, "
et pntra dans une
magnifique baie, qu'il
nomma Mle-Saint-Ni-
colas. Il prit possession n
de l'le au nom du roi .
d'Espagne. Comme il se
croyait arriv aux Indes i
par un autre chemin, il
donna la contre le -
nom d'Indes occidenta-
les, et appela les habi-
tants Indiens. C'taient CHRISTOPHE COLOMB.
des- Arawaks, des sauva-
ges simples et doux, de couleur cuivre, bien faits de corps,
ayant de longs cheveux noirs. Il ne faut pas les confondre
avec les cruels Carabes, habitants des Petites Antilles.
Les indignes appelaient le pays Quisqueya (mre patrie)
et la parties, ouest, o avait dbarqu Colomb, Hati (pays
montagneux).
L'le tait divise en cinq provinces ou royaumes, gou-
verns chacun par un chef ou cacique, qui tait en mme
lHati. I. 4.







Ie PARTIES : LE PAYS


temps grand-prtre. Quant aux habitants, au nombre d'un
million environ, ils vivaient de la chasse, de la pche et d'une
culture primitive de la terre. Ils
S adoraient la nature en gnral,
le soleil, la lune, les sources et
certain arbres.
Une court exploration du
Spays et de magnifiques presents
en or qu'on lui offrit, firent en-
trevoir Colomb la grande ri-
chesse du pays. Il en fut si ravi
S qu'il l'appela unie merceille ,
et qu'il lui donna le nom de pe-
S tite Espagne. La premiere colo-
.- nie du Nouveau Monde fut ta-
CHEF INDIEN. blie dans un fort, o Colomb
mit. une garnison de 40 hom-
mes. Aprs avoir pass deux mois dans l'le, il repartit
pour l'Espagne, pour fire un rapport sur ses dcouvertes.
Les Espagnols rests dans l'le se mirent aussitt com-
mettre des excs. Ils s'emparrent par force des richesses
en or que possdaient les rois du pays. Alors la population
se souleva et massacre toute la garnison. Mais d'autres Es-
pagnols arrivrent bientt, se rpandirent peu peu par
toute l'le et forcrent les Indiens travailler dans les mines
d'or. Comme ces indignes n'taient pas habitus ce dur
travail, et qu'en cas d'indocilit, ils taient souvent mal-
traits ou mme tus, ils s'teignirent bientt. Alors les
Espagnols introduisirent des esclaves noirs d'Afrique,
partir de 1503, pour continue le travail des mines. Les n-
gres taient d'une constitution plus solide et avaient plus
de force de resistance que les Indiens.


La Colonies franaise.

Les Espagnols s'tablirent surtout dans la parties orien-
tale, o ils fondrent une ville, appele Santo-Domingo,
qui donna ensuite son nom toute l'le. Sur le territoire
occidental, qui forme aujourd'hui la rpublique d'Hati, la








III. HISTOIRE


premiere colonie vritable fut fonde par les pirates franais
ou flibustiers (de l'anglais fly-boat ou embarcation l-
gre). Ils s'tablirent vers 1630 dans l'le de la Tortue, au
nord d'Iati. De l ils partaient pour leurs expeditions
maritimes et y rentraient avec leur butin.
Peu peu ces corsaires, fatigus de leurs courses, s'install-
rent dans l'le mme d'Hati, et se livrrent la chasse des
boeufs sauvages. Pour en conserver la viande, ils la fumaient
sur un grand brasier, appel boucan; d'o leur nom de
boucaniers . Plus tard, ces aventuriers, renonant leur
vie errante, se firent habitants ou cultivateurs, et commen-
crent les premires plantations de la colonie. Pendant assez
longtemps la colonie franaise de Saint-Domingue fut gou-
verne par les chefs choisis par les aventuriers eux-mmes.
Parmi eux Le Vasseur surtout demeura clbre.
Le premier gouverneur, nomm officiellement par la
France, fut Bertrand d'Ogeron, qui son arrive dans la
colonie n'y trouva que 400 hommes. Aussitt il prit des
measures pour en augmenter le nombre, et fit venir des femmes
de France, pour engager les colons crer des families. Sous
son administration, la culture du cacao fut introduite dans
l'le, tandis que les Espagnols y avaient dj plant la canne
sucre. D'Ogeron fonda aussi en 1670 la ville du Cap, qui
devint plus tard si prospre qu'on l'appela le Paris de
Saint-Domingue .
Le dveloppement rapide de la colonie franaise excita la
jalousie des Espagnols, et par suite des luttes continuelles
avaient lieu. Enfin, en 1697, le trait de Ryswick mit fin
aux hostilits, en reconnaissant les droits de la France sur
la parties occidentale de l'le.
Le gouvernement de la colonie tait reprsent par un
gouverneur, possdant d'abord les deux comptences mili-
taire et civil, lesquelles cependant furent plus tard dis-
jointes, de sorte que l' intendant fut charge des affaires
administrative. A ct du gouverneur, il y avait le Grand
Conseil, et ensuite les snchausses ou tribunaux dans
les villes du Cap, de Port-de-Paix, de Logane et du Petit
Goave. La justice tait rendue d'aprs les ordonnances du
royaume et les usages de Paris. L'dit de mars 1685, com-
munment appel Code noir , rglait les rapports entire








Ie PARTIES: LE PAYS


matres et esclaves. Pour la defense de la colonie on avait
des troupes, venues en parties de la mre patrie, et en parties
composes d'habitants du pays (blancs et noirs).
La socit colonial tait divise en trois classes. La pre-
mire, savoir la classes des blancs, comprenait les grands
blancs ou fonctionnaires et planteurs, et les petits blancs,
c'est--dire les marchands et les artisans. Puis venait la
classes des affranchis, compose de multres ou descendants
d'un blanc et d'une noire, ainsi que de noirs qui avaient
pu sortir de l'esclavage. La plus basse classes tait celle des
esclaves, c'est--dire des noirs imports d'Afrique. Dans cette
socit, les blancs seuls taient les matres; les affranchis
jouissaient de certain droits octroys par leurs chefs ; mais
les esclaves n'avaient aucun droit et taient traits comme
des tres sans raison, sur lesquels le matre avait droit de vie
et de mort. S'ils ne voulaient pas travailler, le fouet les y
forait. Tous les matres cependant ne maltraitaient pas leurs
esclaves ; plusieurs mme se les attachrent tout jamais
par leur douceur et leur humanity.
C'est grce au travail des esclaves que la colonie franaise
connut bientt une prosprit extraordinaire. Le sucre, le
caf, le cacao et l'indigo, qui taient les principaux products,
rapportaient tellement qu'Hati tait devenue un paradise
terrestre. Les planes taient semes de splendides planta-
tions, les coteaux couverts de superbes maisons de' cam-
pagne; la population blanche, opulente, raffine, menait
une vie de jouissance et de plaisir, comme on en peut mener
seulement dans une colonie prodigieusement riche. En effet,
celle-ci rapportait annuellement la some de 70 millions de
dollars, environ la moiti de la production total des colonies
franaises. La population tait en 1789 de 520.000 mes,
don't 40.000 blancs, 28.000 affranchis et 452.000 esclaves.
La colonie tait si prospre, qu'on l'appelait la Reine des
Antilles.
Il y avait un seul point noir l'horizon : le mcontentement
des esclaves et la haine des multres et des noirs libres
l'gard des blancs.








III. HISTOIRE


La Guerre de l'Indpendance.
Toussaint Louverture.

C'est de l que sortit la guerre de l'Indpendance, appele
aussi Rvolution de Saint-Domingue. En 1790, les affran-
chis, sous l'influence des ides de la Rvolution, franaise
rclamrent des droits gaux ceux des colons franais,
droits qui leur avaient t d'abord promise, puis refuss.
Dans le nord, les forces des affranchis furent dfaites,
et leurs chefs, Og et Chavannes, faits prisonniers et rous
au Cap. Mais dans l'ouest, Port-au-Prince, les affranchis,
conduits par le multre Beauvais, remportrent la victoire
sur les colons. Ce succs encourage les esclaves noirs
entreprendre une rvolte gnrale, ce qui signifiait la des-
truction des plantations et le massacre des blancs. Telle fut
l'origine de la Guerre de la liberation, de cette lutte de
l'oppress contre l'oppresseur.
L'Espagne, qui possdait la parties orientale de Saint-
Domingue, esprant devenir encore une fois seule matresse
de toute l'le, prta son concours aux esclaves rvolts.
Une fois les Franais chasss ou massacrs, les Espagnols
comptaient profiter ds dissensions entire esclaves et af-
franchis, pour les faire rentrer tous
dans l'esclavage.
Mais ce plan choua, parce que
les commissaires franais' Polvrel
et Sonthonax proclamrent solen-
nellement la libert gnrale des
esclaves en 1793. Par cette ma-
nuvre politique, la France obtint
aussitt le concours de tous les
esclaves et affranchis, et surtout
du grand chef noir Toussaint Lou-
verture, qui tait dj entr au
service des Espagnols, mais qui
alors se range de nouveau sous le
drapeau franais.
Toussaint tait vraiment un hom-
me extraordinaire, sortant de la ToussANr LOUVERTURE.








le PARTIES : LE PAYS


foule et comme prdestin pour dominer. Sa conduite fut
si remarquable, qu'elle suffirait presque, dit Spenser Saint-
John, pour confondre ceux qui prtendent que le noir est
une creature infrieure, et qu'il ne peut jamais s'lever
jusqu'au gnie. Tandis que les autres fondateurs de l'in-
dpendance ne se distingurent trop souvent que par des
passions mesquines ou par la cruaut, Toussaint fut vrai-
ment une grande figure de cette guerre terrible.
Il naquit en 1743 sur l'habitation Brda prs du Cap, et
tait le petit-fils d'un roi africain. N chtif, il se fortifia
par un exercise constant et une ferme volont. Il avait
acquis la confiance de son matre, qui le traitait avec bont
et en fit son cocher. Quand l'insurrection se dchana dans
le nord, il empcha la destruction de la proprit de son
matre, don't il envoya la famille au Cap, pour la mettre en
sret, car il comprenait qu'il n'tait pas possible d'arrter
le soulvement. Il alla ensuite se joindre aux rvolts, et
fut d'abord employ l'arme comme mdecin, cause de
sa connaissance des simples ou plants mdicinales du
pays. Ainsi il n'tait pas forc de participer aux sauvages
excs qui se commettaient autour de lui.
L'Angleterre et l'Espagne tant en guerre avec la France,
et comptant sur les conditions anormales existant en Hati,
firent des arrangements pour envahir le pays et le conqurir.
Mais toute la colonie : blancs, affranchis et esclaves rcem-
ment librs, s'unit contre les ennemis communs, sous la
conduite de Toussaint dans le nord et de Rigaud dans le sud.
Ils forcrent les assailants se retire du territoire d'Hati,
et tendirent l'autorit de la France sur toute l'le. Pour les
services rendus, Toussaint et Rigaud furent nomms gn-
raux de brigade. En 1796, Toussaint fut nomm gnral de
division ; et en 1798, aprs sa champagne victorieuse contre
les Anglais, il fut lev au grade de Commandant en chef de
l'arme colonial.
Cependant Toussaint commenait se considrer de plus
en plus comme seul matre Saint-Domingue. Pour le sou-
mettre, les Franais prtrent leur influence au multre
Rigaud qui, avec Ption (prononcez : P-ttion) et Boyer,
galement hommes de couleur, fit une tentative pour re-
prendre le contrle de la colonie. Mais Toussaint, aid par








III. HISTOIRE


les gnraux noirs Dessalines et Christophe, fut victorieux
dans la guerre civil, qui s'ensuivit (1800).
A partir de janvier 1801, quand il entra en triomphe dans
la ville de Santo-Domingo, Toussaint fut le vritable gou-
verneur de la colonie. Il rorganisa toute l'administration;
il tablit des coles, envoya tudier en France des jeunes
gens noirs et multres, forma une arme de 15.000 hommes,
et promulgua un code rural, pour forcer les habitants cul-
tiver la terre. En mars 1801, il fit voter une constitution
locale, en vertu de laquelle la France n'avait plus de pouvoir
lgislatif sur la colonie, et qui proclamait Toussaint gou-
verneur vie avec la facult de se choisir un successeur.


Expedition franaise du gnral Leclerc.

Napolon Bonaparte, ayant assur la paix en Europe,
rsolut de reconqurir Hati et d'y rtablir l'esclavage.
Il envoya donc une arme de 22.000 homes sur 76 vais-
seaux, sous les ordres de son beau-frre, le gnral Leclerc.
Le 1er fvrier 1802, la.flotte franaise arriva devant
le Cap, et Leclerc somma Christophe, qui commandait le
Nord, de livrer la cit dans les 24 heures. Christophe refusa,
menaant de brler la ville, si les Franais dbarquaient.
Ds que le dbarquement eut lieu, il excuta sa menace en
commenant par sa propre maison.
Leclerc partagea ses forces, et attaqua simultanment de
tous les cts la fois. Malgr la defense hroque des Ha-
tiens, un point aprs l'autre tomba entire les mains des Fran-
ais. Les forces de Lamartinire furent dfaites Port-au-
Prince, celles de Maurepas ananties prs de Port-de-Paix;
Toussaint lui-mme fut vaincu la Ravine--Couleuvres,
et aprs un long sige le fameux fort de la Crte--Pierrot,
dfendu par Dessalines, Magny, Lamartinire et sa femme
Marie-Jeanne, fut captur. C'est ainsi qu'choua cette pre-
mire tentative des Hatiens pour obtenir leur indpen-
dance. On doit cependant rendre justice ces anciens escla-
ves pour le courage qu'ils dployrent dans leur lutte contre
les vtrans de l'arme franaise.
Aprs avoir dfait les troupes noires, Leclerc institua un








Ie PARTIES: LE PAYS


rgime de terreur, en faisant faire de nombreuses excutions.
Toussaint s'tait retir sur son habitation d'Ennery, prs
des Gonaves. Leclerc s'empara de lui par ruse, en le faisant
inviter une conference, o il fut fait prisonnier; puis on
l'embarqua pour la France. Arriv sur le bateau, Toussaint
dit: En me renversant on n'a abattu Saint-Domingue
que le tronc de l'arbre de la libert des noirs ; cet arbre re-
poussera, car il a des racines profondes et nombreuses. En
juillet 1802, il fut enferm au fort de Joux, dans les monta-
gnes du Jura, et y mourut le 7 avril 1803.
Toussaint Louverture est moins populaire parmi les Ha-
tiens que Dessalines ou Christophe. En voici la raison.
Toussaint tait just avant tout, et avait un caractr si
noble qu'il reconnaissait des droits gaux tous ses subor-
donns, ne commettait point de cruauts inutiles et ne lais-
sait pas ses amis agir leur guise.
Les cruauts de Leclerc encouragrent les noirs la r-
sistance ;ils se partagrent en plusieurs bandes et commen-
crent une guerre de guerilla, en attaquant partout les
plantations. Mais pour conqurir l'indpendance du pays,
noirs et multrs devaient conclure-une alliance. Ceci eut
lieu en octobre 1802, quand Dessalines et Ption, leurs chefs
respectifs, s'unirent. En mai 1803, ces bandes se rassem-
blrent l'Arcahaie, et y proclamrent solennellement Des-
salines comme Commandant en chef de l'arme hatienne.
Alors la lutte commena tout de bon : ce fut une guerre
d'extermination, un combat sans merci. A ce moment, une
pidmie pouvantable de fivre jaune tomba sur l'arme
franaise et la dtruisit presque compltement. Elle perdit
ainsi, dit-on, 14.000 hommes, et parmi les victims se trou-
vrent Leclerc et 20 de ses gnraux. Les Hatiens saisirent
l'occasion et harcelrent sans rpit les restes affaiblis des
troupes enemies. Les Franais, refouls de toutes parts,
furent forcs de se concentrer au Cap. Enfin, le 28 novembre
1803, Rochambeau, .qui avait succd Leclerc, assig
par 30.000 noirs et priv de tout secours, fut oblig de s'em-
barquer pour l'Europe. Les Hatiens taient libres !








III. HISTOIRE


2. POQUE HAITIENNE.

L'Indpendance d'Hati. Dessalines.

Le 1er janvier 1804, Dessalines runit autour de lui,
aux Gonaves, tous les chefs militaires, et leur fit la lecture
de l'acte de l'indpendance, qui se terminait ainsi : S-
paration de la France pour toujours, et la mort plutt que
de retomber sous son joug. En mme temps, il se fit
proclamer gouverneur vie d'Hati. Pour se venger des
mauvais traitements infligs aux
noirs, il ordonna de tuer tous les
blancs, l'exception des prtres
et des mdecins. L'ordre fut ex-
cut, et de nombreux colons furent
massacrs de la manire la plus
cruelle.
Lorsque Dessalines apprit que
Napolon s'tait fait proclamer
empereur, il se fit donner le mme
titre sous le nom de Jacques I
(septembre 1804). Cependant, il
ne voulut pas crer de noblesse :
Je suis le seul noble d'Hati ,
dit-il. Comme il tait ador par le
people, il pouvait agir son gr.
Il y avait beaucoup faire. Des-
DESSALINES.
salines s'occupa tout d'abord de
la defense du pays, et fit restaurer les forteresses, de sorte
que son gouvernement prit un caractre militaire nette-
ment prononc. Il ne donna gure de soins l'instruction,
mais il s'occupa par contre srieusement de l'agricultu-
re. Celui qui n'avait ni mtier ni profession, devait tra-
vailler dans les champs, et les rglements de culture
taient trs svres. De plus, il s'effora de procurer des
revenues l'tat en promulguant diverse prescriptions con-
cernant l'importation et l'exportation.
Aprs quelque temps, Dessalines se montra d'une grande
cruaut et se mit gaspiller l'argent du Trsor public, de








Ie PARTIES : LE PAYS


sorte que les soldats ne recevaient plus ni solde ni ration.
C et l le mcontentement commena se faire jour, car les
Hatiens pensaient qu'ils n'avaient tout de mme pas com-
battu si vaillamment les Franais pour redevenir esclaves.
Ainsi on en vint des conjurations, qui s'tendirent bien-
tt travers tout le pays.
Pendant que l'empereur tait donc parti dans le Sud,
pour y rprimer la rvolte, les gnraux hostiles se rendirent
matres de Port-au-Prince. A son retour, il tomba dans une
embuscade, et fut tu au Port-Rouge, prs de la capital
(17 octobre 1806).
Les historians hatiens reconnaissent que le meurtre, per-
ptr sur la personnel de l'empereur, fut la suite de son
caractre violent et autoritaire. Mais ils doutent qu'ils eus-
sent obtenu leur indpendance, si Dessalines avait t
aussi modr que Toussaint et Ption.
On a reproch Dessalines sa cruaut et sa mauvaise
administration. Mais ces dfauts doivent tre aussi en grande
parties imputs ses aides et ses ministres. En tout cas, les
Hatiens n'oublieront jamais que Dessalines, par son nergie
extraordinaire, a t le Fondateur de leur indpendance.

Le Roi Christophe.

A la mort de Dessalines, une assemble national, runie
Port-au-Prince, vota une constitution qui abolit l'empire
et fonda la rpublique; mais les pouvoirs du Prsident
taient trs rduits. Christophe, un des hros de l'indpen-
dance et gouverneur du Cap, fut lu Prsident.
Mcontent de voir son autorit restreinte, il march sur
Port-au-Prince, mais ne put s'en emparer, et se retira dans
le Nord, au Cap, o il se fit proclamer Prsident (fvrier
1807), tandis que Ption,tait lu Prsident Port-au-Prince.
En 1811, Christophe se fit donner le titre de roi sous le nom
d'Henri I, et cra aussi une noblesse.
Il avait un temperament violent et cruel, et condamna
mort plus d'un de ses sujets pour des fautes lgres.
Comme il voulait cependant reliever et civiliser son people,
ft-ce par la force, son administration, quoique fonde sur
la tyrannie, fut un gouvernement de progrs. Il entreprit







III. HISTOIRE


les gigantesques travaux de la citadelle Laferrire et du
palais de Sans-Souci, don't les trangers admirent encore
aujourd'hui les ruines. Son arme tait dresse l'euro-
penne, et il apporta des soins particuliers l'agriculture
et l'industrie. De plus, il voulait que chacun apprt un
mtier et st lire et crire.
Christophe tait certainement un home trs remrarqua-
ble, dou d'une indomptable nergie. Malgr bien des atro-
cits commises, il avait acquis sur l'esprit de ses concitoyens
un ascendant don't la trace n'est pas encore efface. Ce-
pendant sa nature despotique ne reculait devant aucun
moyen pour parvenir son but, si bien qu'il s'alina, peu
peu, toutes les affections, mme celle de ses gardes.
Le 15 aot 1820, l'glise de Limonade, le roi fut frapp
d'une attaque d'apoplexie, la suite de laquelle toute une
parties de son corps resta paralyse. Lorsque, peu de jours
aprs, une rvolte clata Saint-Marc et que ses troupes
reurent l'ordre de marcher contre cette ville, ellesse muti-
nrent. Quoique malade, il voulut monter cheval ; mais
il ne le put et dut regagner son appartement. Son courage
ne pouvait supplier ses forces puises.
Christophe, qui voulait transformer son people par tous
les moyens, lui qui tait la terreur de son entourage et de
son royaume, s'aperut cette heure supreme, que ce n'est
point par des cruauts qu'on gagne les ceurs et qu'on affer-
mit sa puissance. Abandonn par ses amis, ha par son
people, et se voyant sur le point de tomber aux mains de
ses ennemis, il prit un pistolet et se brla la cervelle (8 oc-
tobre 1820). Son cadavre fut transport la citadelle et
n'eut pas d'autre tombeau qu'une fosse chaux.


Les presidents Ption et Boyer.

Ption (prononcez: P-ttion) fut lu Prsident en 1807,
lorsque Christophe se fut retir dans le Nord. Le gouverne-
ment de Ption fut tout l'oppos de celui de Christophe :
c'tait la bont et la douceur mmes. Il fit tous ses efforts
pour dvelopper le commerce et rpandre partout les bien-
faits de l'instruction. En distribuant aux officers de l'arme








Ie PARTIES : LE PAYS


les terres du domain natio-
nal, il acquit l'affection du
people. Il accueillit Bolivar,
le librateur du Vnzula,
et l'aida soustraire son
Spays la domination espa-
gnole. A sa mort en 1818, il
laissa cette renomme im-
prissable, de n'avoir fait ver-
ser de larmes qu' son dcs.
Boyer, qui lui succda, gou-
verna le pays pendant 25 ans
(1818-1843). C'tait un mul-
tre instruit, honnte et ner-
gique, qui rtablit l'ordre
PTION. dans les finances, et fit pa-
ratre les codes hatiens. A
la mort de Christophe en 1820, il runit toute la rpublique
sous son autorit. La parties oriental de l'ile, appele Santo-
Domingo, sur laquelle l'Espagne avait reconnu la domination
de la France par le trait de Ble (1795), et qui, la paix
de Paris (1814) fut rendue l'Espagne, tomba au pouvoir
de Boyer, en 1822, et fut annexe Hati. Cependant, elle
s'en dtacha de nouveau sous son successeur Hrard en 1844,
et forma la rpublique indpendante de Santo-Domingo.
En 1825, la France reconnut l'in-
dpendance d'Hati. Le gouverne- M
ment hatien, pour ddommager les
colons de la perte de leurs biens,
s'engagea payer une indemnit
de 150 millions de francs, rduite
plus tard 60.
Boyer tait particulirement bien
dou, mais en mme temps trs or-
gueilleux et trs entt. Dans son
administration autoritaire, il ne
supportait pas la moindre contradic-
tion, ni au parlement, ni au conseil
ministriel, ni dans les journaux. Le
mcontentement s'en accrut d'au- BOY-R.








III. HISTOIRE


tant, et comme il ne pouvait s'extrioriser d'une autre ma-
nire, il se propagea par des soulvements populaires, qui
devenaient toujours plus violent.
Enfin, vaincu par l'arme rvolutionnaire du Sud, Boyer
s'embarqua pour la Jamaque. Son long gouvernement fut
une priode de paix et de prosprit pour le pays.


L'Empereur Soulouque.

Les Hatiens passrent trop rapidement de la dpendance
total la libert complete. Ainsi ils taient mal prpars
pour se gouverner eux-mmes, et se htrent, comme la
jeunesse est coutumire, d'abuser de la libert obtenue. Les
chefs se considraient beaucoup trop comme matres ab-
solus, tandis que le people avait dsappris la soumission et
se trouvait toujours prt seconder les plans de quelque
Srvolutionnaire ambitieux. De la sorte l'histoire d'Hati,
depuis Boyer jusqu' l'intervention amricaine en 1915,
fut une srie ininterrompue de rvolutions, qui amenrent
la dcadence et la misre. Des complots se formaient et
taient touffs dans le sang par le chef rgnant, jusqu' ce
qu'enfin l'insurrection l'emportt et chasst le Prsidnt
pour installer un autre sa place.
Quatre Prsidents: Hrard, Guerrier, Pierrot et Rich,
se succdrent au pouvoir dans l'espace de trois ans, cause
de troubles continues.
Par haine du rgime autocratique de Boyer on lut son
dpart Hrard Rivire, qui ne fut Prsident que de nom.
A cause du gaspillage dans les finances et de la malheureuse
champagne contre la rpublique dominicaine, qui se spara
d'Hati, une meute clata. Elle fora le Prsident s'en
aller, aprs avoir gouvern le pays pendant quatre mois et
quelques jours.
Son successeur fut Guerrier, noir compltement illettr,
g de 87 ans, qui pourtant introduisit de bonnes rformes
et encourage l'instruction publique, mais qui mourut onze
mois plus tard (3 mai 1844 15 avril 1845).
Ensuite arriva Pierrot, noir du Nord, peu prs aussi
g et aussi ignorant que son prdcesseur, et qui ne se sen-








Ie PARTIES : LE PAYS


tait pas l'aise dans les affaires politiques. Quand il voulut
entreprendre une champagne, l'arme se rvolta contre lui,
et il dut se retire, aprs dix mois de gouvernement (f-
vrier 1846).
Quoique Rich, le Prsident suivant, ft galement d'un
ge avanc et sans instruction, il avait cependant beaucoup
de bonne volont. Il choisit des ministres capable et rta-
blit les finances de la rpublique. Mais le 27 fvrier 1847
il vint mourir.

Alors le Snat lut la prsidence Soulouque, noir trs
ignorant, qui, pensait-on, serait un instrument docile entire
.les mains de ses ministres. En cela cependant on se mpre-
nait totalement, car il montra bel et bien qu'il voulait gou-
verner par lui-mme.
Il nomma aux premiers postes de l'arme les noirs les
plus incapables. Comme il craignait l'intelligence des mu-
ltres, qui se moquaient secrtement de lui cause de son
ignorance, il excita contre eux la
haine des noirs. Un jour de ru-
nion au palais, les gardens se mi-
rent tout coup tirer sur les
multres qui taient presents. Pen-
dant le dsordre qui s'ensuivit plu-
sieurs parent s'chapper, mais
d'autres furent maltraits ou tus.
Du palais le massacre passa dans la
ville; ce n'taient partout que
meurtres et. pillages. Les chefs
militaires, qui essayaient de main-
tenir l'ordre, furent fusills come
complices de la prtendue conspi-
ration des hommes de couleur.
SOULOUQUE. Mme les consuls trangers n'-
taient pas capable de saver les
innocents, en intercdant pour eux.
Soulouque fit une champagne contre la rpublique orien-
tale de Santo-Domingo, mais fut honteusement battu.
tant donn que cette rpublique se compose en majeure
parties d'hommes de couleur, il rsolut de se venger sur les









multres d'Hati et ordonna d'exterminer ceux qui res-
taient encore.
Comme tous les chefs noirs ont une tendance au despo-
tisme et tout ce qui s'y apparent, Soulouque.voulut imiter
Dessalines, et se fit proclamer empereur le 26 aot 1.849.
On rdigea naturellement une nouvelle constitution, m-
lange d'institutions rpublicaines et aristocratiques. Pour ne
point indisposer ses gnraux, il cra une noblesse, com-
prenant 4 princes, 59 ducs et une quantit innombrable de
marquis, de comtes et de barons. Le 18 avril 1852, Soulou-
que fut couronn empereur, sous le nom de Faustin I. A
dfaut d'vque, la crmonie fut prside par l'abb
Cessens, cur de Port-au-Prince. L'empereur se montra g-
nreux : il paya sa couronne 50.000 francs, dpensa 750.000
francs pour les ftes du sacre et fut liberal envers la no-
blesse.
Ensuite, il entreprit une second expedition contre les
Dominicains, qui fut encore plus dsastreuse que la pre-
mire. Le people riait de lui et murmurait cause de la di-
lapidation des deniers de l'tat. Il s'en vengea en faisant
fusiller divers citoyens honorables, ce qui fit monter le m-
contentement au paroxysme. Le multre Geffrard en pro-
fita pour proclamer la revolution aux Gonaves en 1859,
et Soulouque, abandonn par ses soldats, dut abdiquer le
15 janvier et s'enfuit la Jamaque.


Le President Geffrard.

Geffrard abolit l'empire et se fit lire Prsident. Conmme il
ne put satisfaire tout le monde, le gnral Prophte orga-
nisa une conspiration, don't la fille de Geffrard, Cora ou ma-
dame Blanfort, devint la victim. Plusieurs parmi les con-
spirateurs furent pris et excuts. D'autres complots se
tramrent, mais ne russirent pas, et les coupables furent
punis de mort. Aux misres causes par ces rvoltes s'ajouta
l'incendie et le pillage. Les Prsident ne pouvant faire face
l'indisposition du people et aux rbellions rptes, dut
s'embarquer pour la Jamaque en 1867.
Geffrard tait un homme trs capable, qui se montra un


111. IHISTOIRE







Ie PARTIES: LE PAYS


des chefs les plus clairs et les plus dvous son pays.
Il s'appliqua particulirement vulgariser l'instruction.


Aussi multiplia-t-il les


W5 ': ... -i., '- ,

GEFFRARD.

un Concordat avec le
religion catholique en


coles primaires ; il rorganisa l'cole
de mdecine et de pharmacie, ain-
si que le lyce Ption ou college
national, et fonda des institute de
droit et de musique. Il envoya
mme des jeunes gens faire leurs
tudes en France aux frais de l'-
tat. Pendant son gouvernement les
Frres de Plormel et les Sours
de Saint-Joseph de Cluny ouvri-
rent leurs premires coles Port-
au-Prince. Geffrard avait come
ministry de l'Instruction publique
lie Dubois, qui, par sa fidle col-
laboration avec le Prsident, fit
faire de grand progrs la civilisa-
tion en Hati.
Sous Geffrard, en 1860, fut sign
Saint-Sige, rglant l'exercice de la
Hati.


Les Prsidents Domingue et Salomon.

Le gouvernement de Salnave, qui succda Geffrard,
fut une suite ininterrompue d'insurrections pendant trois
ans. A la fin la revolution l'emporta, et on fit sauter le .pa-
lais du Prsident. Salnave, qui s'tait enfui, fut pris et
fusill sur les ruines de son palais (1870). Ce noir ignorant,
dbauch et cruel, tait affili la secte du Vaudoux, et
s'entourait des personnel les plus viles.
La prsidence de Nissage-Saget donna quatre ans de paix
Hati (1870-1874). Le pays tait tellement puis par la
guerre civil qu'aucun soulvement n'avait de chance de
succs. A la fin de son mandate, le Prsident rsigna son pou-
voir, ce qu'aucun autre chef d'tat hatien n'a pu faire
avant l'intervention des Amricains.
Domingue, qui fut ensuite lu Prsident, tait un noir







III. HISTOIRE


froce et ignorant, n en Afrique. Il contract Paris un
emprunt de 62.500.000 francs, don't il partagea une parties
avec ses amis.
Comme il tait incapable de tenir les rnes du gouverne-
ment, son neveu Septimus Rameau, qui l'galait en fait de
cruaut, rgna- sa place. Celui-ci, voulant asseoir solidement
son pouvoir et briser toute resistance, fit tuer ses adver-
saires en masse. Il n'est donc pas tonnant que le pays ft
lass et se soulevt. Pour contenter la populace, une ordon-
nance fut promulgue prescrivant d'incendier la capital,
et de massacrer les blancs et les multres. Comme chacun
estima que c'taient les ordres d'un fou, ils ne furent point
excuts. Il ne restait donc Domingue qu' abdiquer. Les
reprsentants de France et d'Espagne escortrent le Pr-
sident et son premier ministry la lgation franaise. Mais
la foule tait si excite que Rameau fut tu dans la rue et
Domingue srieusement bless. Ce fut le pire gouvernement
qu'Hati ait jamais eu (1874-1876), ce quoi contribua
encore le fait que Domingue tait affili au Vaudoux.
La prsidence de Boisrond-Canal fut, sinon glorieuse,
du moins honnte et progressiste.
Mais il ne put satisfaire l'ambi-
tion dmesure des divers parties,
et il y eut et l des dsordres.
Voyant cela, le Prsident, dcou-
rag par les dboires don't l'abreu- -
vaient mme ses amis et ses ai-
des, donna: sa dmission et quitta
le pays. Le people lui tmoigna une
grande sympathie, et l'acclama
encore quand il s'loignait du quai.
Ce fut un des trs bons gouver-
nements d'Hati. Ses adversaires
l'appelaient patate douce , parce
qu' leur avis il administrait la
rpublique d'une main trop molle. 18. ,, lown ,iw une
Mais ils allaient bientt sentir pe-
ser sur eux la main de fer du Pr- DOMINGUE.
sident Salomon.
Ce noir, qui pendant neuf ans (1879-1888) dirigea les des-
Hatti. I. 6.







Ie PARTIES : LE PAYS


tines d'Hati, avait t ministry des finances sous Soulou-
que et avait souvent reprsent son pays l'tranger. Il
tait mari une Franaise, tait trs instruit et d'une
grande probit. Il avait pass 25
ans en exil, et avait conspir plu-
sieurs fois contre divers gouverne-
ments. C'tait un homme d'une
nergie froce. Lorsqu'une insur-
rection clata Saint-Marc, il
s'empara des insurgs et en fit
fusiller 28. Un autre soulvement
eut lieu la capital. Salomon '
touffa la rvolte et le sang coula
flot. Les opulents quarters de ,
la ville furent livrs aux flames
et au pillage, et le gouvernement
dut indemniser les trangers l-
ss. Plus tard, Salomon assigea SALOMON.
et soumit la ville de Miragoane,
o les derniers rebelles s'taient retranchs, sous la con-
duite de Boyer Bazelais. En 1888, Salomon fut rlu pour
sept ans. Il pensait la retraite, tant trs vieux et affaibli
par l'ge, quand la revolution le fora s'embarquer pour
la France.
Salomon s'occupa particulirement des finances :il fonda
la Banque national d'Hati, qui fut charge du service de la
trsorerie, et dlivra Hati de la dette de l'indpendance.
Il fit venir de France une mission militaire et une autre
de professeurs, et relia Hati l'Europe par un cble sous-
marin.


Les Prsidents Hippolyte eftNord Alexis.

Le President suivant fut Lgitime, homme honnte et
bien instruit, qui tait trs modr de caractre et jouissait
de la sympathie gnrale ; mais la guerre civil, qu'il eut
soutenir, l'obligea partir pour l'exil aprs neuf mois de
prsidence.
Sous Hippolyte, son successeur, une nouvelle constitution








III. HISTOIRE


fut vote en 1889 ; elle dura jusqu' l'intervention amricaine.
En ce qui regarded la politique extrieure, Hippolyte fit un
accord avec le Prsident de Santo-Domingo concernant les
frontires des deux pays; mais il refusa de concder aux
Amricains un dpt de carbon au Mle-Saint-Nicolas,
par crainte d'une intervention trangre. Relativement aux
affaires intrieures, le Prsident suivit la mthode de ses
prdcesseurs, et lorsqu'une meute clata, il fit fusiller les
rebelles.
C'est aux travaux publics surtout qu'il accord une at-
tention spciale. Il terminal le palais des cinq ministres,
construisit des bureaux de douane, des points, un march en
fer Port-au-Prince, etc., et rigea un mausole sur la
tombe de Dessalines. Il lui restait encore une anne pour
finir son mandate, lorsque, le 24 mars 1896, il fut foudroy
en pleine rue par une attaque d'apoplexie, au moment o
il quittait la capital pour aller rprimer une revolte Jac-
mel.
Sous le gouvernement de Tirsias Simon Sam, son suc-
cesseur, la misre fut profonde
il, et gnrale; il y eut une crise
financire sans gale dans l'his-
toire du pays. De plus, l'affaire
Liiders, multre d'origine alle-
mande, qui avait t condamn
par les tribunaux hatiens, valut
au pays des humiliations et le
pavement d'une indemnit, im-
poses par les croiseurs alle-
mands. Cependant, quelque es-
poir de renouveau se fit jour,
lorsque le commerce fut encou-
rag par la pose des rails du pre-
mier chemin de fer. Le 13 mai
HIPPOLYTE. 1902, il ne restait Sam que deux
jours pour terminer son mandate, quand il fut chass de son
palais par une meute populaire.
Nord Alexis, un vieux guerrier ignorant du Nord, lui
succda (1902-1908), aprs sept mois de guerre civile.A
peine install au pouvoir, il nomma une commission pour








Ie PARTIES : LE PAYS


contrler la consolidation de la dette publique, qui s'tait
opre sous son prdcesseur. Dans ce procs beaucoup de
personnel distingues et plusieurs employs de la Banque
national furent compromise.
Le 1er janvier 1904 on clbra solennellement aux Gonaves
le centenaire de l'indpendance, auquel cependant les gens
de la champagne ne prirent gure part cause de la misre
gnrale. A cette occasion on
S'-.- rigea Port-au-Prince une
statue de Dessalines, et on
commence la construction de
-. la nouvelle cathdrale, qui fut
N' O A'E- i termine en 1914.
De nouvelles insurrections
pr a dclatrent, lorsque Firmin,
qui aspirait galement au
pouvoir, rentra dans le pays.
Mais les rebelles furent vain-
cus, divers personnages de
marque, come le pote Mas-
sillon Coicou, furent fusills,
et Firmin alla dfinitivement
en exil Saint-Thomas, o
NORD ALEXIS. il mourut en 1911.
Le gouvernement prcdent
avait exagr les emprunts; Nord Alexis multiplia le pa-
pier-monnaie, de sorte que la misre, au lieu de diminuer,
ne fit qu'augmenter parmi le people. Comme le Sud s'tait
soulev centre le gouvernement, le Prsident dut s'embar-
quer pour la Jamaque en dcembre 1908.
Antoine Simon, le nouveau chef rvolutionnaire, quoique
ne manquant pas d'esprit pratique, tait compltement il-
lettr, savait peine un peu de franais et tenait ses dis-
cours en crole. Il fit un accord avec des financiers amricains
contractt Mac-Donald) pour la pose d'.un chemin de fer re-
liant Port-au-Prince au Cap. Comme il rgnait beaucoup
de mcontentement dans le pays, les cacos ou brigands du
Nord se soulevrent et expulsrent le Prsident aprs deux
ans et demi de gouvernement (aot 1911).







III. HISTOIRE


Le President Leconte.

Le chef de la revolution, Leconte, qui fut lu Prsident
le 10 aot 1911, tait, comme Geffrard, un homme de pro-
grs. Quoiqu'il et t condamn dans le fameux procs
de la consolidation, il sut cependant gagner en peu de temps
l'estime et la sympathie de la population par la simplicity
de ses manires et l'honntet scrupuleuse de son adminis-
tration. Il restaura les difices publics, notamment le palais
national, qui tait inachev depuis Salnave, et fit btonner
les rues de Port-au-Prince, en sorte que la capital prit un
aspect vraiment agrable. Aussi quand le secrtaire d'tat
amricain Knox visit Port-au-Prince, il ne cacha pas son
admiration pour la belle apparence de la ville et pour la
magnifique reception qui lui fut faite. De plus, le Prsident
dicta de nouvelles lois _
concernant l'organisation -
de l'arme et des finances,
ainsi que pour la prosp- -,
rit du commerce. -
Au moment o le pays
se sentait revive dans une
atmosphere de relle civi-
lisation, une effroyable ca-
tastrophe. vint anantir ces
belles esprances. Le 8
aot 1912 3 heures du
martin, le palais national -
sautait, et ensevelissait l
sous ses ruines l'infortun [
President et plus de 200
soldats.
Le mme jour Tancrde LEcONTE.
Auguste fut lu Prsident.
L'impression,produite par le beau programme d'administra-
tion de Leconte, demeurait encore vivace dans tous les esprits.
Aussi le nouveau gouvernement ne put-il que s'y conformer
et continue l'oeuvre commence. Mais une maladie maligne
mina peu peu le Prsident, qui expira le 2 mai 1913.








le PARTIES : LE PAYS


Leconte et Tancrde gouvernrent chacun un an, et pro-
current au pays un court intervalle de paix et de progrs.
Mais aprs cet intermde, les rvolutions recommencrent,
et dans les deux annes qui suivirent, on vit quatre Prsi-
dents se succder au pouvoir.
Michel Qreste, excellent avocat, fut lu Prsident aussi-
tt aprs Tancrde. Dou de beaucoup de bonne volont, il
commena retire le papier-monnaie, et tablit les coles
presbytrales la champagne, pour venir au secours des
paysans. Cependant, comme il refusait d'accorder aux cacos
ou rebelles plus de faveurs et d'avantages qu'il n'estimait
quitable, ils se soulevrent contre lui, de sorte qu'il dut
partir pour l'tranger en janvier 1914.
Deux armes rvolutionnaires, celle du Nord et celle des
Gonaves se heurtrent. Comme la second remporta la
victoire, son chef, Oreste Zamor, devint Prsident le 8
fvrier 1914. Le nouvel lu dclara vouloir suivre les traces
de Leconte, mais les insurgs ne lui laissaient pas de repos.
Ce fut sous cette prsidence que les tats-Unis essayrent
pour la premiere fois, d'obtenir le con-
I trle des douanes hatiennes.
L'arme des rebelles du Nord faisait
',de grands progrs, en sorte que le 7
novembre de la mme anne son com-
mandant, Davilmar Thodore, se vit
lev la prsidence. A la mme po-
,I 'l^ que une nouvelle insurrection clata
ti dans le Nord, sous la direction de Vil-
brun Guillaume. Pendant ce temps le
gouvernement tchait de parlementer
avec les tats-Unis, qui proposaient-
VItoujours de contrler les douanes et
VILBRUN.
d'assurer la paix dans le pays.
Mais les rvolutionnaires approchaient de la capital, de
sorte qu'au bout de moins de quatre mois, le bon mais in-
capable Davilmar dut s'enfuir pour cder la place Vilbrun
Guillaume, le nouveau leader de la revolution, qui fut pro-
clam Prsident le 7 mars 1915. De nouveau les Amricains
par l'intermdiaire de Fuller, leur ambassadeur, voulurent
entamer des ngociations avec le Prsident, lui proposant








III. HISTOIRE


de lui donner des conseils par rapport son gouvernement
et de protger le pays contre les ennemis extrieurs et in-
trieurs. Mais les ngociations n'aboutirent pas.
Vilbrun tait un noir d'une frocit hors line. Ses cruauts
ayant ameut le people, il command de massacrer tous les
prisonniers politiques, au nombre de 200. L'ordre fut excut.
Alors le people en fureur demand la mort du Prsident, qui
dut se rfugier la lgation franaise. Cependant rien ne
put empcher la populace de violer cet asile, d'en arracher le
President et de le lyncher dans les rues de Port-au-Prince,
le 27 juillet 1915. Il se passa alors dans la capital des scnes
si pouvantables qu'elles surpassent. toute description.


Intervention amricaine.

Le lendemain, le croiseur amricain Washington, sous les
ordres de l'amiral Caperton, entrait Port-au-Prince, et
dbarquait des marines , qui s'emparrent des forts sans
coup frir. La paix fut assure grce cette intervention, et
le 12 aot, l'Assemble national lut comme Prsident
Sudre Dartiguenave, ancien president du Snat, homme trs
instruit et trs digne, qui n'avait jamais particip aux mou-
vements rvolutionnaires.
Entre les tats-Unis et Hati une convention fut conclue,
qui fut dfinitivement vote par le Snat le 11 novembre
1915, et qui mit fin aux rvolutions priodiques. La conven-
tion tablissait de fait un protectorat
financier et politique des Etats-Unis -
sur Hati. Elle prvoyait la coop- .:
ration amricaine pour les finances i
et l'ordre public, et aussi d'une faon "
secondaire pour l'agriculture, l'hy-
gine et les travaux publics. La poli-
ce indigne fut remplace par une
gendarmerie compose d'Hatiens
sous les ordres d'officiers amricains.
Naturellement il fallait que la con-
stitution de 1889 ft revise et adap-
te la convention. Mais la Chambre DARTIGUENAVE,








Ie PARTIES: LE PAYS


et le Snat refusrent d'approuver les rformes ncessai-
res, particulirement l'abolition de l'article 6, dniant aux
trangers le droit de proprit foncire. Le Prsident se
vit donc oblig de dissoudre les Chambres et de chercher
un autre moyen de validation. Enfin, la nouvelle constitu-
tion d 1918 fut adopte par plbiscite. Elle accord tous
les trangers le droit de proprit, ce qui est une condition
essentielle pour le dveloppement conomique de la contre.
Les politicians gostes des Chambres n'avaient pas voulu
comprendre que le pays, tant rduit la dernire extr-
mit par suite des rvolutions continuelles, ne pouvait se
reliever seul et avait besoin de l'aide trangre. L'opposi-
tion prsente par les Chambres eut pour consequence
qu'elles furent supprimes et remplaces provisoirement
par un Conseil d'tat, compos de 21 membres, qui on
confra le pouvoir lgislatif.
Comme Hati, nonobstant l'intervention des Amricains,
n'avait pas compltement perdu son indpendance, elle
put cependant entrer dans la Socit des Nations ; ce qu'elle
fit en 1920.


Le President Borno.

Dartiguenave tant arriv la fin de son mandate en 1922,
le Conseil d'tat lut sa place Louis Borno, ministry des
Relations extrieures sous le gouvernementprcdent et qui,
__ en cette quality, avait sign la conven-
.: tion avec l'Amrique.
N Port-au-Prince en 1865, il ob-
tint la licence en droit la facult de
Paris. Il avait t ministry d'Hati
Santo-Domingo et plusieurs fois se-
. crtaire d'tat. Littrateur distingu
et habile avocat, il se montra de plus
trs patriote et homme. de progrs.
Avec l'aide des Amricains, il con-
struisit de nouvelles routes ainsi que
-de nouvelles voies ferres, et rigea des
BORNo. hpitaux et autres difices publics.








II. HISTOIRE


L'instruction fut encourage et diverse coles surgi-
rent.
En 1926 il fut rlu pour une nouvelle priode de quatre
ans, et en juillet de cette mme anne il rendit visit au
President Coolidge des tats-Unis. Son gouvernement, qui
traversa des circonstances particulirement difficiles, fut
un grand bien pour le pays.


Le President Vincent.

Dpart des Amricains.

Le 15 mai 1930, le Prsident Borno quitta le pouvoir, et
on dsigna un Prsident provisoire, Eugne Roy, pour con-
voquer les Chambres devant lire le Prsident dfinitif.
En octobre 1930, aux elections pour les Chambres, faites
d'accord avec l'Amrique, 36 dputs et 15 snateurs furent
dsigns par le vote du people, selon la constitution de 1918.
Le 18 novembre de la mme anne, les Chambres procla-
mrent comme Prsident dfinitif pour six ans Stnio Vin-
cent, ardent dfenseur de l'indpendance national, mais
en mme-temps homme modr et sage.
Il naquit Port-au-Prince en 1874, et fut maire de la
capital, o il se rendit populaire par sa bont et les travaux
tiles qu'il fit excuter. En 1910, il se trouvait la Haye
comme charge d'affaires de son pays. Tout en tant avocat
de profession, il fut plusieurs fois nomm ministry, et tait
president du Snat en 1917.
Son but principal comme Prsident de la Rpublique
tait la liberation de la patrie. Par l'accord du 5 aot 1931,
il obtint dj que trois dpartements ministriels que diri-
geaient les Amricains, fussent remis aux Hatiens : les Tra-
vaux publics, le service d'Agriculture et le service d'Hygine.
Il ne restait donc plus aux Amricains que les finances et
la gendarmerie.
En 1932, les Chambres votrent une nouvelle constitution,
en vertu de laquelle le Prsident serait lu pour quatre
ans. Cette constitution fut remplace par une autre en 1935,
aprs le dpart des Amricains. Elle accord au Prsident








Ie PARTIES : LE PAYS


cinq annes de gouvernement et des pouvoirs plus tendus
qu'auparavant, tandis que des privileges plus nombreux
furent concds au people.
Le President tait galement soucieux des intrts co-
nomiques et des progrs matriels de son pays. II fit con-
struire plus de 700 Km. de nouvelles routes, encourage
la culture du caf et du coton, commena irriguer la valle
de l'Artibonite et fit btir pour les ouvriers des habitations
saines la Saline , prs de la capital (Cit Vincent).
Pour exciter le patriotism de ses concitoyens il fit restaurer
en tout ou en parties diffrents monuments historiques,
tels que la citadelle de Christophe et la chapelle de son
palais de Sans-Souci.
Le 7 aot 1933, il conclut avec l'Amrique un nouvel ar-
rangement, qui fixait le dpart de l'Occupation pour la
fin de 1934. Aprs une visit, que
Stnio Vincent rendit Roose-
S velt, Prsident des tats-Unis, en
f avril 1934, ce dpart fut encore
acclr.
Le 1er aot 1934 le colonel
Calixte fut donc install comme
commandant de la gendarmerie,
et le 15 toutes les troupes d'occu-
SI pation s'embarqurent. La lib-
ration tait dsormais accomplie,
et le21 aot on clbra solennelle-
STNIO VINCENT ment la second indpendance par
un Te Deum la cathdrale de
Port-au-Prince et diffrentes crmonies dans la ville.
La popularity du Prsident, dj fonde solidement sur
ses nombreux mrites, sur sa bont pour les pauvres et les
malheureux, s'en accrut d'autant, si bien qu'il fut rlu par
le people pour un second mandate de cinq ans, c'est--dire
jusqu' 1941.








III. HISTOIRE


Le President Lescot.
Au terme du mandate du Prsident Vincent, l'Assemble
national accord ses suffrages Elie Lescot. Celui-ci avait
acquis Port-de-Paix une reputation d'homme affable et
competent. Aprs avoir exerc la function de dput, il
tait en 1919 Commissaire du Gouvernement (procureur de
la Rpublique) prs le tribunal civil de cette cit.
Le President Borno le nomma Ministre de l'Intrieur.
Mais Lescot se laissa griser peu peu par l'ambition. Nomm
Ministre plnipotentiaire Ciudad Trujillo (Santo-Domingo),
puis choisi par le Prsident Vincent pour reprsenter sa
contre Washington, il soigna plutt sa candidature la
prsidence qu'il ne servit les intrts de son gouvernement.
Grce ses intrigues il fut lu Prsident de la Rpublique
le 10 avril 1941 pour une priode
de cinq ans. Trois ans aprs, il fit <,,-
amender la Constitution et s'octroya
sept nouvelles annes de prsidence.
Au lieu de suivre la manire de faire
de son prdcesseur, bienfaiteur in-
signe du people hatien, il se mit au
contraire tyranniser les gens et -
commettre toutes sortes d'excs. Il
perscutait mme les missionnaires
qui prchaient contre la superstition ELIE LESCOT.
et l'immoralit.
Fatigu de ce despotisme, le people organisa clandestine-
ment une revolution pacifique contre le rgime. Le lundi
7 janvier 1946, une grve gnrale clata, embrassant les
administrations publiques, le commerce et mme les coles.
Le President donna l'ordre de tirer sur la foule. Mais la
Garde refusa d'obir, et le 1 janvier les chefs de l'arme obli-
grent le Prsident dmisionner, et le firent partir peu
aprs en avion pour le Canada.

Le President Estim.
De nouvelles Chambres lgislatives furent constitutes. Le
16 aot 1946, l'Assemble national, convoque rgulirement
aux fins d'laborer une autre .Constitution et de donner un
Chef la Nation, lut Monsieur Dumarsais Estim Prsident
de la Rpublique pour une dure de six ans.








Ie PARTIES: LE PAYS


Le nouveau Prsident est un des plus jeunes Chefs d'tat
hatiens, n'tant g que de 44 ans au moment de son lec-
tion. Licenci en droit de la Facult de Port-au-Prince, il est
un des avocats les plus brillants de son pays.
lu en 1930 dput des Verrettes, son lieu de naissance, il
fut dsign peu aprs comme president de l'Assemble, qu'il
dirigea avec competence et brio. Par ses ralisations cla-
tantes comme Ministre de l'ducation national sous le gou-
vernement de Stnio Vincent, il acquit la sympathie admira-
tive de la jeunesse intellectuelle d'Hati. Patriote ardent et
homme du people, il continuera sans nul doute la ligne de
conduite du Prsident Vincent, en se dvouant au bien-tre
de la nation et spcialement de la classes laborieuse. Dj par
la loi du 19 fvrier 1948 il proscrivit les activits communists.
Rsum historique.
Hati a donc connu trois sortes de gouvernements: la
rpublique, forme ordinaire; le royaume de Christophe ou
d'Henri I dans le Nord; l'empire de Dessalines ou de Jac-
ques I, et celui de Soulouque ou de Faustin I.
Il y eut en tout 32 chefs-d'tat, don't 29 Prsidents. De
ces Chefs 19 furent installs par une revolution, et 13 lus
librement. Pour ce qui est de la fin de leur gouvernement,
16 furent bannis, 3 tus par les rvolutionnaires (Dessalines,
Salnave, Vilbrun), 1 prit en dehors du temps rvolution-
naire (Leconte), 1 se suicide (Christophe), 5 moururent d'une
mort naturelle, 5 terminrent le temps de leur prsidence (Nis-
sage-Saget, Dartiguenave, Borno, Roy et Vincent). Le plus
long gouvernement fut celui de Boyer (25 ans), le plus court
celui deDavilmar (moins de 4 mois). Cinq chefs d'tat gou-
vernrent plus de 10 ans, quatorze plus d'un an et moins de
10; trois environ un an; neuf moins d'une anne. La plu-
part, et des meilleurs, comme Leconte, vinrent du Nord.
En gnral, par consquent, l'histoire d'Hati a t un
enchanement de rvolutions, avec tout ce que celles-ci
amnent : destruction, incendies, pillages, misre. L'inter-
vention amricaine a heureusement mis fin tout cela, et
aprs le dpart des Amricains le Prsident Vincent sut main-
tenir cet tat de paix. A present que le pays jouit du repos,
il peut enfin se dvelopper, l'instruction et l'agriculture
peuvent progresser. Par l-mme la religion catholique
aussi, qui pendant tous ces troubles, ne pouvait avancer,
verra s'ouvrir pour elle une nouvelle priode de prosprit.








iii. HISTOIRE


Liste des Chefs d'tat hatiens.

(Tous Prsidents, except les empereurs Dessalines et Sou-
louque, et le roi Christophe).


NOMS


Dessalines
Christophe
Ption
Boyer
Hrard
Guerrier
Pierrot
Rich
Soulouque
Geffrard
Salnave
Nissage-Saget
Domingue
Boisrond-Canal
Salomon
Lgitime
Hippolyte
Tirsias Sam
Nord Alexis
Antoine Simon
Leconte
Tancrde
Michel Oreste
Oreste Zamor
Davilmar
Vilbrun
Dartiguenave
Borno
Eugne Roy
Vincent
Lescot


DuRnE DU
GOUVERNEMENT

1804-1806
1806-1820
1807-1818
1818-1843
dc. 1843-mai 1844
mai 1844 avr. 1845
avr. 1845 mars 1846
mars 1846 fvr. 1847
1847-1859,
1859-1867
1867-1869
1870-1874
1874-1876
1876-1879
1879-1888
1888-1889
1889-1896
.1896-1902
1902-1908
1908-1911
1911-1912
1912-1913
mai 1913 janv. 1914
fvr. oct. 1914
nov. 1914 fvr. 1915
mars juillet 1915
1915-1922
1922 mai 1930
mai nov. 1930
nov. 1930 1941
1941 -


FIN DU
GOUVERNEMENT


Tu la revolution
Suicide
Mort naturelle
Banni par la revolution
Banni par la revolution
Mort naturelle
Banni par la revolution
Mort naturelle
Banni par la revolution
Banni par la revolution
Fusill la revolution
Terme du mandate
Banni par la revolution
Banni par la revolution
Banni par la revolution
Banni par la revolution
Mort naturelle
Dmission la revolution
Banni par la revolution
Banni par la revolution
Tu par une explosion
Mort naturelle
Banni par la revolution
Banni par la revolution
Banni par la revolution
Tu la revolution
Terme du mandate
Terme du mandate
President provisoire
Terme du mandate
















GOUVERNEMENT




La Constitution.

Une nouvelle constitution fut de tout temps la suite
presque ncessaire des rvolutions. Aussi la loi fondamentale
donne au pays par Dessalines fut-elle change onze fois,
avant l'intervention amricaine. La dernire de ces con-
stitutions datait de 1889 et fut rdige sous le Prsident
Hippolyte.
Lorsque les tats-Unis d'Amrique intervinrent en Hati
en juillet 1915 pour assurer-la paix, ils proposrent une
convention au Prsident Dartiguenave. Le 6 octobre 1915
cette convention fut sanctionne par la Chambre hatienne,
et le 26 fvrier 1916 elle fut approuve par le Congrs am-
ricain.
Ce trait tait ncessaire, car les rvolutions continuelles
d'Hati avaient rendu tout progrs impossible. En ralit, la
convention tablissait un protectorat politique et financier
sur Hati. L'arme et la marine (deux bateaux) furent sup-
primes, car les tats-Unis garantissaient l'indpendance du
pays. Toutes les recettes et dpenses de l'tat hatien furent
places sous le contrle des tats-Unis; par contre l'Am-
rique aiderait Hati progresser au .point de vue de l'agri-
culture et du commerce. La convention comprenait seize
articles, don't le dernier stipulait que ce trait tait conclu
pour dix ans, et l'expiration de ce dlai pour dix autres
annes, si les vues et objets de la convention n'taient pas
accomplish. Comme ceci tait prvoir, elle fut prolonge
ds le 28 mars 1917, jusqu'en 1936.
En dehors de l'administration des douanes par les tats-







IV. GOUVERNEMENT


(Photo < La Relve , revue de Port-au-Prince. Avec autorisation).
LA CHAMBRE DES DPUTS.

Unis, cet accord comprenait galement la formation d'une
gendarmerie indigne sous le commandement d'officiers
amricains, ainsi que la nomination de mdecins amricains
pour le service d'hygine, d'ingnieurs amricains pour les
Travaux publics, et de spcialistes des tats-Unis pour
l'agriculture.

La constitution devait naturellement tre adapte la
convention. Mais sur ce point le Prsident Dartiguenave se
heurta une opposition violent des Chambres, de sorte
qu'il fut oblig de dissoudre d'abord le Snat, puis deux
reprises la Chambre des dputs. Enfin, la nouvelle consti-
tution fut vote par plbiscite le 12 juin 1918. Dix ans plus
tard, le 10 janvier 1928, le people ratifia galement treize
amendments cette constitution, surtout concernant la
prolongation du mandate prsidentiel et par rapport la ju-
stice.
Parmi les points principaux de la constitution se trouvait







Ie PARTIES: LE PAYS


tout d'abord le droit de proprit immobilire, qui jusque l
tait refus aux trangers, de crainte qu'ils n'achtent les
meilleures terres. Ce droit fut rgl comme suit dans l'ar-
ticle 5 de la nouvelle constitution : Le droit de proprit
immobilire est accord l'tranger rsidant en Hati et
aux socits formes par des trangers pour les besoins de
leurs demeures, de leurs entreprises agricoles, commercials,
industrielles ou d'enseignement. Ce droit prendra fin dans
une priode de cinq annes aprs que l'tranger aura cess
de rsider dans le pays, ou qu'auront cess les operations de
ces companies.
Cet article tait ncessaire pour assurer le progrs co-
nomique du pays. Quoique Hati soit trs fertile, les habi-
tants taient en ralit pauvres, parce que de grands do-
maines, appartenant des citadins, demeuraient incultes,
tandis que les petites terres n'taient travailles que d'une
manire trs primitive par les gens de la champagne. C'est
pourquoi il tait desirable que les trangers prtent leur
concours aux Hatiens sur ce point.
Une autre nouveaut dans la constitution tait que la
forme du gouvernement serait dsormais non pas militaire,
mais civil. Ensuite, les Chambres, cause de leur opposition
aux rformes exiges par les circonstances, furent suppri-
mes, et remplaces provisoirement par un Conseil d'tat
de 21 membres. Quant au Prsident, celui-ci, d'aprs la con-
stitution, tait lu pour quatre ans, mais ce terme fut pro-
long jusqu' six ans d'aprs un amendment de 1928.
De plus, la peine de mort fut abolie en matire politique,
except pour cause de trahison. Les anciens Prsidents,
peine arrivs au pouvoir,faisaient fusiller tous leurs ennemis
politiques don't ils pouvaient s'emparer, et cela sans aucun
jugement.

Cette constitution fut remplace par une nouvelle en
1932, aprs la suppression du Conseil d'tat et le rtablis-
sement de la Chambre et du Snat. On n'y rencontre pas de
grands changements signaler. La prcdente constitution
avait accord beaucoup de privileges au people, par ex.,
d'lire le magistrat communal ou maire, les dputs et les








IV. GOUVERNEMENT


snateurs. Il n'est pas tonnant que ces privileges aient t
abolish, vu qu'ils taient octroys au dtriment des Chambres.
Par contre, la dure du mandate des reprsentants du people
fut prolonge, le nombre des snateurs augment et l'indem-
nit mensuelle de tous les reprsentants port de 150
250 dollars.
L'Assemble national, compose de la Chambre et du
Snat, n'avait pas seulement le droit de nommer le nouveau
President, mais aussi de modifier la constitution, de sorte
qu'il n'tait plus ncessaire de consulter le people propos
de ces deux points.
Le President serait lu pour six ans, comme autrefois, et
ne pouvait pas tre rlu immdiatement aprs, mais pour-
rait cependant remplir plusieurs fois (et non pas simplement
une fois) cette function. Il ne suffisait pas que son pre ft
Hatien naturalist; il devait tre Hatien de naissance.
D'autres additions dignes d'tre mentionnes regardaient
la libert des cultes, qui ne pouvait signifier l'autorisation


















LE PALAIS DES MINISTRES.

de formes de culte prohibes, comme l'est le Vaudoux; et
enfin l'addition de la fte du Drapeau, le 18 mai, la liste
des ftes nationals.


Hati, I. 6.








Ie PARTIES : LE PAYS


'La constitution de 1932 fut de court dure, car dj en
1935, aprs le dpart des Amricains, une autre fut promul-
gue, laquelle porte davantage le cachet personnel du Pr-
sident Vincent, qui fut un home d'autorit et de grande
popularity. Le pouvoir du Prsident et les privileges du
people y sont considrablement augments, tandis que les
trangers y sont l'objet d'un traitement moins favorable.
Approuve par le suffrage populaire, le 2 juin 1935, la nou-
velle constitution entra en vigueur le jour de sa promulga-
tion, le 17 du mme mois.
D'aprs cette loi fondamentale, le Prsident de la Rpu-
blique nomme 10 des 21 Snateurs (art. 19); il peut non
seulement ajourner, mais aussi dissoudre les Chambres
(art. 20). Dans l'intervalle des sessions du Corps Lgislatif
il fait des dcrets avec l'aide d'un Comit, dsign par les
Chambres et agr par- lui (art. 30).
Quant au people, il doit approuver les changements la
constitution proposs par l'Assemble Nationale (art. 55);
il lit le Prsident de la Rpublique sur une liste de trois
candidates prsente par les Chambres (art. 38). A lui aussi
revient le droit de designer par la voie des suffrages les dpu-
ts de la nation (art. 19).
Par rapport aux trangers cette constitution arrte que
celui qui est devenu citoyen hatien par naturalisation,
doit attendre maintenant dix annes, au lieu de cinq, avant
de pouvoir exercer les droits politiques (art. 5). De plus, la
loi, en ce qui concern l'exercice des droits civils, peut
tablir certaines differences entire les Hatiens d'origine
et les Hatiens par naturalisation (art. 6). Le droit de pro-
prit concd aux trangers, et exprim peu prs dans les
mmes terms que dans la constitution de 1918, prend fin
maintenant dans une priode d'une anne, et non de cinq,
comme auparavant, aprs que l'tranger aura cess de rsi-
der dans le pays, ou que les operations des companies for-
mes par des trangers seront termines (art. 8). Le pro-
pritaire foncier a le devoir de cultiver et d'exploiter le sol
(art. 7).
Les autres clauses concernant le Prsident de la Rpubli-
que, les Chambres, etc., seront tudies plus loin.








IV. GOUVERNEMENT


Tout Hatien mle g de 21 ans accomplish et qui n'a pas
t dclar incapable par la loi, est lecteur (art. 4).
Le 23 juillet 1939, le people vota 20 amendments de
cette constitution, lesquels furent ratifis et promulgus
par l'Assemble Nationale le 8 aot suivant. En gnral,
ces changements rduisent les prrogatives du people, 'et
augmentent les attributions des reprsentants de la nation,
surtout concernant les modifications de la constitution et
l'lection du Prsident de la Rpublique.
Pour ce qui regarded la revision de la constitution, chacune
des deux Chambres ou le Pouvoir Excutif peut prendre
l'initiative. A la fin de la session ordinaire les Chambres se
runissent pour former !'Assemble Nationale, qui statuera
sur la revision propose.
Conformment au texte de la constitution, les changements
dsirs devaient tre soumis l'approbation du people. Mais
les articles 28 et 55 amends donnent ce pouvoir exclusive-
ment l'Assemble Nationale. Quand les Chambres proposent
des amendments de la constitution, elles en avisent le Pou-
voir Excutif, qui a 15 jours pour demander une nouvelle
discussion des corrections souhaites. Aprs cela, l'Assemble
National se runit de nouveau pour statuer sur des sug-
gestions ventuelles; puis un second vote a lieu, qui est
dfinitif.


Le President de la Rpublique et les Ministres.

La forme actuelle du gouvernement d'Hati est la rpu-
blique, o le pouvoir exculif est exerc par un Prsident
et des Ministres (art. 14 et 31).
D'aprs la nouvelle constitution (art. 34), le Prsident
de la Rpublique est lu pour cinq ans, et peut ire rlu
pour un deuxime mandate de cinq ans, mais non pour un
troisime. Pour tre ligible la prsidence, le candidate doit
avoir 40 ans accomplish et tre propritaire de biens fonciers
en Hati ; il faut aussi qu'il soit n d'un pre, qui lui-mme
est Hatien de naissance (art. 32). Pour l'lection du Pr-
sident de la Rpublique, le texte de la constil ution disait








Ie PARTIES: LE PAYS


que l'Assemble Nationale (Chambre et Snat runis) dsi-
gnerait trois candidates parmi les citoyens aspirant cette
function. L'un de ces candidates serait ensuite lu par le
people dans chaque commune -(art. 38).
Mais les amendments de 1939 donnent l'Assemble Na-
tionale le pouvoir d'lire le Prsident. Pour tre lu, le
candidate doit runir les deux tiers des voix. Si au premier
scrutiny aucun candidate n'a obtenu cette majority, on procde


,"- : t- '1-
M u"-,.'
.._ ,: :_.. .. ... _.:. :-


LE PRESIDENT BORNO ET SES MINISTRES EN 1927.
(De gauche droite : Mrs. Camille Lon, ministry des Relations extrieures ; Luc
Borno, chef de cabinet ; Ahel Thard, chef du protocole ; Louis Borno, Prsident
de la Rpublique ; Jos Lanoue, ministry des Travaux publics ; Charles Bouche-
reau, ministry de l'Instruction publique ; Daniel Rivire, aide-de-camp du Prsi-
dent; Arthur Rameau, ministry de la Justice ; Lonce Borno, ministry de l'Intrieur;
Antoine Dufort, secrtaire du Conseil).


un deuxime vote. Au cas o celui-ci ne produit pas de
rsultat dfinitif, on vote sur les trois candidates qui ont
obtenu le plus de suffrages. Si aprs cela la majority exige
n'est pas acquise, le vote est restreint aux deux candidates
qui eurent le plus de voix, et alors une simple majority suffit.








IV. GOUVERNEMENT


Enfin, si mme ce moment il n'y a pas de rsultat dcisif,
le sort dcidera.
Le President entire en function le 15 mai, et reoit un
honoraire mensuel de 2.000 dollars (art. 34). Avant d'entrer
en function, il prte devant l'Assemble Nationale le serment
suivant : Je jure devant Dieu et sur mon honneur, de tra-
vailler au bonheur du people hatien qui m'a confi ses des-
tines, d'administrer fidlement ses intrts et d'y apporter
la fermet et la volont du Chef responsible (art. 33).
Voici quelques-unes des prrogatives du Prsident. Il
nomme et rvoque les ministres et autres employs de l'ad-
ministration gnrale; il dclare la guerre et fait la paix,
avec l'autorisation de l'Assemble Nationale; ngocie les
traits internationaux; a le droit de grce et de commutation
de peine; et accord toute amnistie (art. 35).
En cas de haute trahison ou d'autres crimes commis dans
l'exercice de ses functions, le Prsident devra comparatre
devant un Tribunal special, ainsi que nous verrons propos
de la Justice (art. 14).

Les Ministres ou Secrtaires d'tat sont ordinairement
:au nombre de cinq; ils doivent avoir 30 ans accomplish. et
tre en mme temps propritaires de biens fonciers en Hati.
Le President peut leur adjoindre des Sous-Secrtaires d'tat
(art. 40). Il y a cependant neuf dpartements ministriels;
de sorte que chaque Ministre a ordinairement deux porte-
feuilles. La distribution habituelle est la suivante : Intrieur,
Relations extrieures et Cultes, Travaux publics et Agricul-
ture, Justice et Instruction publique, Finances et Commerce.
L'indemnit mensuelle des Ministres est de 500 dollars,
celle des Sous-Secrtaires est de 300 dollars (art. 41).
Les Secrtaires d'Etat sont respectivement responsables
des actes de leur dpartement ainsi que de l'inexcution des
lois (art. 41), mais non des dcrets signs par le Prsident
et contresigns par eux. D'ailleurs, le Prsident n'est pas
oblig de dbattre avec ses Ministres les measures qu'il prend
dans l'exercice de son pouvoir (cf. art. 35 a).








Ie PARTIES : LE PAYS


Les Chambres.

Le Pouvoir Lgislatif est exerc par une Chambre de 37
Dputs et un Snat de 21 membres, ainsi que par l'Assem-
ble Nationale, compose de la Chambre et du Snat runis
(art. 15 et 27).
Les Dputs sont lus au suffrage universal pour une
priode de quatre ans. Quant aux Snateurs, dix d'entre eux
sont nomms par le Prsident de la Rpublique, et les onze
autres par la Chambre des Dputs, sur deux listes de trois
candidates pour chaque sige. Une de ces listes sera fournie
par. un Collge lectoral et l'autre par le Pouvoir Excutif.
Les Snateurs sont lus pour six ans (art. 19).
Un amendment l'art. 15 stipule que tous les Prsidents
antrieurs de la Rpublique ayant termin leur mandate
prsidentiel, depuis la reconstitution de la Lgislature le
10 novembre 1930, seront membres vie du Snat, avec
pleins droits, et recevront du Trsor public un subside qui-
valent au quart de leur honoraire prsidentiel.
Dputs et Snateurs doivent tre maintenant aussi pro-
pritaires de biens fonciers en Hati (art. 16 et 17 amends).,
Leur indemnit mensuelle est de 250 dollars (art. 23).
Le Corps Lgislatif se runit de plein droit le 15 janvier
de chaque anne, et la session dure trois mois. Le Prsident
de la Rpublique peut ajourner les Chambres, mais non
pendant plus de deux mois,et ceci ne doit arriver qu'une fois
au course de la session (art. 20).
En cas de conflict grave entire les deux Chambres ou entire
les Chambres et le Pouvoir Excutif, le Prsident de la R-
publique a la facult de dissoudre le Corps Lgislatif. De
nouvelles lections doivent alors se faire dans l'espace de
trois mois, et en attendant le Prsident peut prendre des
dcrets qui auront force de lois (art. 20)..
A la clture de chaque session ordinaire, l'Assemble Na-
tionale forme un Comit permanent, compos de onze mem-
bres, don't six Dputs et cinq Snateurs, agrs parle Pr-
sident de la Rpublique, pour assister celui-ci dans la con-
fection des dcrets qui devront tre promulgus pendant
l'intervalle des sessions (art. 30) et qui auront force de lois.







IV. GOUVERNEMENT


Justice.

La Justice est rendue par le Corps judiciaire, rattach
aux divers Tribunaux de la Rpublique (art. 42). La Justice
hatienne d'autrefois n'avait pas bon renom, et ses decisions
Sinspiraient d'ordinaire bien peu de confiance, parce que les
juges n'taient que trop souvent influences par l'argent
ou par la politique. A moins qu'il ne payt largement, l'tran-
ger avait peu de chance de faire valoir ses droits, moins
que, dans des questions plus importantes, la Puissance in-
tresse n'intervnt et n'envoyt un croiseur pour bombarder
la capital. Dansles affaires civiles, la corruption des juges
tait notoire : c'tait la bourse la plus gnreuse qui l'em-
portait ; de sorte que bien des personnel aimaient mieux
subir une injustice que d'affronter un procs. On accusait
en gnral les avocats de connivence et de toutes sortes de
pratiques malhonntes, quoiqu'il y et parmi eux plus d'une
personnel trs estimable.
Depuis quelques annes on peut constater une grande
amlioration sous ce rapport; et pourtant le Prsident Vin-
cent se plaignait encore en 1930 de certain juges de paix
qui sacrifiaient les intrts des particuliers leurs passions,
leur got du lucre et aux sentiments les plus rprouvables.
Les divers Codes d'Hati furent rdigs et promulgus
sous le Prsident Boyer. Successivement parurent : le Code
civil en 1825, le Code de commerce en 1826, le Code pnal,
le Code de procedure civil et le Code d'instruction crimi-
nelle en 1835. On y adjoignit encore le Code rural, compre-
nant les dispositions relatives l'agriculture et aux gens de
la champagne. Au courant des annes, diffrentes modifica-
tions ont t apportes ces livres, particulirement aprs
le trait avec l'Amrique.
Le droit hatien repose sur la legislation colonial fran-
aise. En gnral, les recueils de lois du pays ont t com-
poss d'aprs le modle des Codes de Napolon, avec de
S lgers changements dans la forme et surtout dans la division
de la matire. Comme cependant les conditions sociales de
la rpublique hatienne, rcemment mancipe, ne s'ac-







Ie PARTIES: LE PAYS


cordaient pas toujours avec celles de la France, cette lgis-
lation se trouva plus d'une fais inefficace et ne fut pas tou-
jours observe.
D'aprs l'organisation actuelle de la magistrature, il y a


LE BTIMENTDE LA GARDE D'HATI.


au sommet de l'chelle judiciaire le Tribunal de Cassation,
tabli la capital. Puis venaient, d'aprs les amendments
de la constitution 'de 1918, les Tribunaux d'appel, qui se
trouvaient Port-au-Prince, aux Gonaves et aux Cayes.
Comme ces derniers sont maintenant abolis, la Cour de Cas-
sation en a assum les comptences. Le Tribunal supreme
ne connat donc plus du fond des affaires, except en cas
d'abus de pouvoir (art. 44), ce qui fut rgl par la loi du 23
septembre 1932. A present le Tribunal de Cassation est
devenu une.juridiction de contrle, charge d'une applica-
tion saine de la loi, et de la repression des abus de pouvoir
commis par les juges des tribunaux infrieurs.
A la:Cour de Cassation ressortissent les Tribunaux civils
et les Tribunaux de paix (art. 42). Ces derniers ont des
attributions de commerce et de simple police, et existent




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs