• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Frontispiece
 Title Page
 Preface
 Chapitre premier
 Chapitre II
 Chapitre III
 Chapitre IV
 Chapitre V
 Chapitre VI
 Chapitre VII
 Chapitre VIII
 Chapitre IX
 Chapitre X
 Chapitre XI
 Chapitre XII
 Chapitre XIII
 Chapitre XIV
 Chapitre XV
 Chapitre XVI
 Chapitre XVII
 Chapitre XVIII
 Chapitre XIX
 Chapitre XX
 Chapitre XXI
 Chapitre XXII
 Chapitre XXIII
 Chapitre XXIV
 Chapitre XXV
 Logogryphe-charade
 Table of Contents














Group Title: magie blanche devoilee
Title: La magie blanche dâevoilâee
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076587/00003
 Material Information
Title: La magie blanche dâevoilâee ou explication des tours surprenans qui font depuis peu l'admiration de la capitale & de la province. Avec des râeflexions sur la baguette divinatoire, les automates joueurs d'âechecs, &c., &c.
Series Title: magie blanche devoilee
Physical Description: 4 v. : front. (v. 1, 3, 4 v. 3, music, v. 4 port.) illus., fold. tables. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Decremps, Henri, 1746-1826
Publisher: F.J. Desoer
Place of Publication: Paris etc
Publication Date: 1789-91
 Subjects
Subject: Magic tricks   ( lcsh )
Juggling   ( lcsh )
Jugglers   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par m. Decremps ...
General Note: Vol. 2 has title: Supplâement a La magie blanche dâevoilâee ... t. 2; v. 3: Testament de Jâerome Sharp ... pour servir de complâement a La magie blanche dâevoilâee ... t. 3; v. 4: Codicile de Jâerome Sharp ... pour servir de troisiáeme suite a La magie blanche dâevoilâee. t. 4
General Note: Followed by his Les petites aventures de Jâerome Sharp, which was probably intended as the fifth volume of this work. cf. note on verso of t.-p. in v. 4 and Quâerard, La France littâeraire.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076587
Volume ID: VID00003
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 34939136

Table of Contents
    Frontispiece
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Preface
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
    Chapitre premier
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
    Chapitre II
        Page 5
        Page 6
    Chapitre III
        Page 7
        Page 8
        Page 9
    Chapitre IV
        Page 10
    Chapitre V
        Page 11
        Page 12
        Page 13
    Chapitre VI
        Page 14
        Page 15
    Chapitre VII
        Page 16
        Page 17
    Chapitre VIII
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Chapitre IX
        Page 21
        Page 22
    Chapitre X
        Page 23
        Page 24
    Chapitre XI
        Page 25
        Page 26
    Chapitre XII
        Page 27
        Page 28
    Chapitre XIII
        Page 29
        Page 30
    Chapitre XIV
        Page 31
        Page 32
    Chapitre XV
        Page 33
    Chapitre XVI
        Page 34
        Page 35
    Chapitre XVII
        Page 36
    Chapitre XVIII
        Page 37
        Page 38
    Chapitre XIX
        Page 39
        Page 40
    Chapitre XX
        Page 41
        Page 42
        Page 43
    Chapitre XXI
        Page 44
    Chapitre XXII
        Page 45
        Page 46
    Chapitre XXIII
        Page 47
        Page 48
    Chapitre XXIV
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
    Chapitre XXV
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
    Logogryphe-charade
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
    Table of Contents
        Page 116
        Page 117
        Page 118
Full Text



































gzred a4,vzr n-Yadez naewi une rie
lzazae k.e e mI m rqziarZp&mr
en ckaznt1 aze mutr dm crate de,9 15







~444~.44.464d4~.d4.M..d


SLA


SOv ex
SCap
' AVEc d
les A


I Heu! q
Ut vul









SChez F.

t


MAGIE BLANCHE
DVOIL E,
plication des Tours furprenans qui
t depuis peu l'admiration de la
itale de la Province.
es rflexions fur la Baguette Divinatoire,
utomates joueurs d'checs, &c. &c.


Par M. DECREMPS. -
OU VRAGE orn de zoi Figures.
uas rion nugas, que non miracula fingunt,
gus fallant optataque premia carpant?
Palingin l:
TOME PREMIER.


A PARIS,
Et fe trouve LI GE,
J. DESOER Imprimeur-Libraire, I
Croix d'or, fur le Pont-d'Ifle.
M. DCC. LXXX X.
+~~~ *C3*H-^H-*>H-HH---<*H-


ila


+**



.+-- \&T Il


SII


irLCr~uwri~ ~a


aIc -


SIl



i'tH


iii




i.i
t!



Il


i Il
,tIli


I


4 ..'.- "
^B^"--?*- .*,/( **'.*-
*r c7 *^


































IMMl~Bdgt Evans
''n -,7, 1'9
o- f M Engrest



Muu BIgsy Ean











PRFACE.


SiE plus grand plaifir don't on puifle jouir,
aprs s'tre amuf des objets qui piquent
l curiofit, c'eft de la fatisfaire. C'eft ce
puiffant motif qui nous determine offrir au
Public ce petit Ouvrage: cependant le Lec-
teur ne doit pas efprer, qu'aprs avoir
employ une demi-heure le parcourir, il
faura faire des tours auffi adroitement que
les perfonnes qui en ont acquis la facility par
une habitude de plufieurs annes.
On ne doit pas s'attendre non plus, trou-
ver ici la description minutieufe de toutes
les pices qui peuvent fervir exciter l'ad-
miration & produire l'tonnement.
Des dtails de cette nature ne pourroient
avoir lieu que dans un ouvrage trs-volu-
mineux, & les gravures qu'il faudroit y
ajouter, le rendroieint en mme temps fort
cher.







vj PE FA C .
On fe propofe implement ici de fatisfaire
la curiofit d'un Leteur intelligent, en lui
faifant entrevoir tous les efforts qu'on a fait
jouer pour l'amufer & le fduire. Il eft plus
intreffant qu'on ne penfe, de dvoiler ces
petits myftres certaines perfonnes: quand
une caufe inconnue produit des effects frap-
pans, lefprit human, naturellement port
au merveilleux, attribue fouvent ces effects
une caufe imaginaire. Si celui qui opre
ou qui raconte'ces preftiges, eft un impof-
teur loquent, les efprits foibles adoptent
alors des prjugs pernicieux, & donnent
dans des carts qui paroiffent fabuleux des
tres raifonnables. Nous pourrions en citer
plufieurs examples; mais nous nous conten-
terons de dire ici, que nous avons connu
autrefois un Italien, qui recevoit toutes les
femaines plus de cinquante lettres, dans lef-
quelles la crdule jaloufie, & l'aveugle cu-
pidit le confultoient frieufement fur le
prfent & fur l'avenir.
Au refte, en cherchant dtruire l'illu-
iion des Leteurs, nous tcherons de ne pas







PRE FA CE. vj
nous fire illusion nous-mmes; quelque
clart que nous mettions dans nos explica-
tions, nous nous garderons bien de croire
que nous puiffions clairer le Public, jufqu'au
point de diminuer les plaifirs, en l'loignant
d'un genre de fpeAacle, o la fupercherie
de l'Ateur, & la crdulit du Spetateur,
font galement neffaires, & don't le charge
confifie tous gards dans l'erreur & dans
le menfonge.
i o. Parce que vraifemblablement notre
petit Ouvrage ne fera lu que par un trs-petit
nombre de curieux.
2 0. Parce que, mefure que les efprits
s'clairent, l'induftrie fe replie, & invented de
nouveaux moyens de fduction. Nous inf-
rerons dans ce petit volume, un extrait d'un
plus grand ouvrage, dans lequel on verra
que nous avons des machines de nouvelle
invention, & des Tours tonnans, d'un
nouveau genre, par des moyens totalement
inconnus. Nous donnerons Pexplication de
tous, la rferve d'un feul, fur lequel nous
garderons le fecret, pour ne pas en diminuer
ia i







viij PRFACE.
la valeur. Cependant nous fupplions le Lec-
teur de croire qu'il eft appuy fur des faits
rels, fans tre merveilleux, & de le regar-
der comme un fimple problme phyfique ou
mathmatique, don't nous nous flattons
d'avoir trouv la solution, & que nous pro-
pofons dans la feule vue de piquer la curio-
fit, & d'exercer les efprits (*).
Felix qui potuit rerum cognofcere caufas.
VIRGILE, Georg.

(*) L'Auteur ayant donn, depuis peu, 1'Explication
de ce Tour, on la trouvera la page 85 du Tomc 1.


LA















LA


MAGIE BLANCHE

DVOIL E.



CHAPITRE PREMIER.

Le Grand-Sultan.

C ETTE pice eft connue depuis long-temps
Paris, fous le nom de Petit-Turc favant: c'eft
un automate d'etiviron 15 18 pouces de hau-
teur, tenant dans fa main un petit marteau qui
frappe fur un timbre; d'abord on l'te de deffus
la table o il eft, pour le prfenter diffrentes
perfonnes, & pour faire voir qu'il eft parfaite-
ment ifol; enfuite, l'ayant remis fa plee, le
Tome I. A







2 LA MAGIE BL&NCHi
Machinifle lui demand s'il veut faire un com-
pliment fon Matre: le petit Turc fait figne que
non, en tournant la tte. Un infant aprs, on
lui demand s'il veut faire un compliment la
Compagnie; il baiffe la tte pour dire qu'oui.
Dans ce moment on prfente un jeu de cartes
un des fpeaateurs, pour en faire tirer une au
hafard; &, fans voir cette carte, fans s'appro-
cher de l'automate, on lui ordonne de frapper le
nombre de coups nceffaires pour en exprimer
la valeur. Le petit Turc obit auffi-tt; aprs
quoi on lui demand fi la carte choifie eft un
coeur, un carreau, un pique ou un trfle; &,
mefure qu'on nomme les couleurs, il remue la
tte pour dire oui ou non, & pour donner une
rponfe toujours conforme la vrit. 11 indique
aufli le point qu'on a apport en jetant des ds
non pips; il marque d'avance le point qu'on
apportera d'un second coup de ds.Une perfonne
de la compagnie ayant cach une petite poupe
dans une bote divife en plufieurs comparti-
mens, il marque dans quelle cafe, & quel
numro fe trouve la petite figure; &, pour termi-
ner ce tour d'une manire comique, quand on
lui demand enfin, quel eft le plus amoureug
de la compagnie, il indique ordinairement un
vieillard lunettes; ce qui donne lieu diverfes
plaifanteries.







D VoIL E. 3-

E x P LIC A TI O N.
La table o l'on pofe le petit Turc eft cou-
verte d'un tapis vert, qui cache trois bafcules
ou leviers; ces bafcules peuvent tre mifes en
movement, l'aide de trois fils d'archal, qui,
paffant dans les pieds de la table, vont aboutir
fous le thtre ou derrire une cloifon. La per-
fonne cache, qui fert de Compre, tire ces fils
d'archal, felon le befoin, pour pouffer des pieces
mobiles, caches dans.le pideftal de l'automate,
qui fe terminent fa bafe; c'eft par ce moyen
qu'il donne cette machine divers mouvemens
l'inflant dfir, comme quand on fait fonner
une montre rptition, en pouffant le bouton
de la bote.
Le faifeur de tours tient dans fes mains un
jeu de cartes arranges dans un ordre qu'il fait
par ceur. Pour que les fpectateurs ne foup-
onnent point cet arrangement, il les mle en
apparence; mais dans la ralit, il ne fait que
couper, ce qui ne drange point la combinaifon
du jeu. Lorfqu'il a fait tirer une carte, il coupe
pour la dernire fois, l'endroit de la carte
choifie; par ce moyen, il fait paffer fous le jeu,
la carte quitoit immdiatement fur celle qu'oa
vient de tirer. Alors, regardant le deffous du
jeu, fort adroitement, & d'un clin d'oeil, il con-
Aij


^ri/ \w







LA MAciE BLANIIE


not, fans la voir, la carte que le fpetateur vient
de tirer au hafard. Il interroge le petit Turc
par une question, ddnt les mots, les premires
fyllabes, ou les dernires voyelles, indiquent
au Compre la couleur & la valeur de la carte.
C'eft par un firatagme femblable qu'il fait
favoir au Compre le premier point port par
un coup de ds non pips: l'automate peut indi-
quer facilement, & d'avance, le point qu'on
apportera d'un second coup, parce qu'aux pre-
miers ds non pips, on en fubftitue d'autres
qui ont" le mme point fur toutes les faces.
Comme la perfonne qui on les donne, pour-
roit, en les regardant, s'apercevoir de la fuper-
cherie; pour viter cet inconvnient, on a foin,
non feulement de lui recommander de les tenir
bien cachs dans fes mains, jufqu' ce qu'elle
les jette, mais encore de les laifler trs-peu de
temps fous fes yeux : au lieu de ds qui prfen-
tent la mme face, on en employee auffi de plom-
bs; c'eft--dire, difpofs de manire, que le
centre de gravit nceffite une chance invaria-
ble: &, comme il pourroit prendre envie la
perfonne qui a jet les ds, de les jeter une
feconde fois, foit par hafard ou par foupon, &
que le retour du mme point feroit fufpeaer la
loyaut des ds, on vite ces inconvniens, en
les retirant promptement.







D]SVOILIB .
La bote o l'on a cach la petite poupe,
doit avoir un fond de cuir affez mou, pour qu'en
paffant la main par deffous, on puiffe trouver
au ta&, la cafe o eft la petite figure; & cette
poupe doit avoir les dimnfions nceffaires
pour prefer un peu le fond de la bote, quand
elle eft ferme.


CHAPITRE II.

Le Mouchoir marqu, coupd, d'cir rac-
commode.

D B x perfonnes de la compagnie font prices
d'avancer fur le thtre. On leur met entire les
mains un mouchoir, qu'elles doivent tenir par
les quatre coins; on demand plufieurs autres
mouchoirs la compagnie, &, mefure qu'on
les reoit, on les met dans le premier pour en
faire un paquet. Quand on en a-entaff une
douzaine, les deux perfonnes qui tiennent le
paquet en font tirer un, au hafard, par un
troifime fpeEtateur; ce dernier eft pri d'exa-
miner la marque & le numro, s'il y en a,
& d'en couper un petit coin avec des cifeaux;
d'autres perfonnes peuvent en couper, fi elles
A iij







6 LA MAiIE BLANCHE
le dfirent : aprs quoi, le mouchoir eft tota-
lement dchir & mis en pices. On en raffemble
tous les lambeaux, fur lefquels on jette des dro-
gues ou des liqueurs; on les plie, on les attache
fortement.avec un ruban, pour les rduire
un petit volume, on les met fous un verre qu'on
chauffe avec les mains; enfin, aprs quelques
inftans, on repsend le mouchoir pour le dplier:
toutIemonde reconnot la marque, & le fpefta-
tbur tonn, n'y voit pas la moindre dchirure.

Ex P z L CA TION.

Cette operation, qui a produit une illusion
fi gnrale, eft fort fimple. On eft d'intelligence
avec uneperfonne de la compagnie, qui ayant
deux mouchoirs parfaitement femblables, en
a dj mis un ntre les mains du Compre cach
derrire la toile, & jette l'autre fur le thtre
pour fire le tour. On affecte de mettre celui-
ci fur tous les autres, n faifant le paquet, quoi-
qu'on faffe fmblant de les mler au hafard; la
perfonne laquelle on s'adreffe pour faire tirer
Un mouchoir, prend naturellement celui qui
eft deffus, & fi on voit qu'elle en prenne un
autre, on la prie de les remuer fens deffus
deffous, fous prtexte d'embellir l'opration,
&, aprs avoir remu foi-mme, pour remettre







D VOIL E. 7
par-deffus celui qu'on veut faire prendre, on
s'adreffe quelqu'un moins clairvoyant, don't
la mine announce la bonhommie, & qui, en
mettant la main dans le paquet,de mouchoirs,
y prend tout bonnement le premier venu.
Quand le mouchoir a t dchir & bien pli,
on le met fous un verre, fur une table, auprs
d'une cloifon : l'endroit de la table o il eft
pof, il fe trouve une petite trappe, qui s'ouvre
pour lelaiffer tomber dans un tiroir:le Compre
cach derrire la toile, pafIe fon bras dans
l'intrieur de la table, pour fubftituer un
second mouchoir au premier enfuite il ferme
la trappe, qui, quadrant parfaitement avec le
trou qu'elle bouche, femble ne faire qu'une
feule pice avec le deffus de la table, & trompe
par ce moyen les yeux du fpe&ateur le plus
incrdule & le plus clairvoyant.


CHAPITRE III.

L'Oifeau Artificiel, chantant au comman-
dement de la Compagnie.

C E T Oifeau, perch fur une bouteille, chan-
te,-fans aucun exercise prliminaire, tous les
airs qu'on lui demand, fans en excepter ceux
A iv







8 L1A MAGIE BLANCHE


que des muficiens confomms dans leur art peu-
vent compofer im-promptu devant lui. Il chante
galement bien lorfqu'on le tranfporte d'une'
bouteille l'autre, fur diffrentes tables; le
vent qui fort de fon bec, fouffle une chandelle
pour la rallumer bientt aprs, & cela, lors
nmme qu'il n'eft plus appuy fur fa bouteille
& qu'on letient entire les mains.

Ex PL I C.4 T .o. N,

Derrire la toile, don't une parties couvre la
cloifon, font deux pices de mtal en former
de cnes creux ces cnes, qui ne font pas
gaux entr'eux, fervent de porte-voix au Com-
pre, on pour mieux dire, ce font des chos
qui rflchiffent fa voix vers diffrens points,
comme deux miroirs concaves, de diverfes cour-
bures, renvoyent l'image en de de la glace,
diffrentes diflances. Le Compre, imitant la
voix d'un oifeau, fuit les airs que les muficiens
jouent de mmoire, ou d'aprs la mufique note
qu'on leur fournit. Si l'air qu'on donne eft trop
difficile pour que les muficiens & le Compre
puiffent l'excuter im-promptu, on announce
la compagnie, que, pour rendre le tour plus fur-
prenant, on va commencer jouer un air connu,
& qu'on paffera brufquement l'air en question,
comme pour furprendre l'Oifeau & le mettre







D IVOILfIt. .
dansl'inpoffibilit d'excuter ce quona lui pr
fente; quelques uns des muficiens profitent de
ce moment pour jeter un coup d'oeil rapid fur
la difficult propofe, & ne commencent
l'excuter, qu'aprsl'avoir tudi fuffifamment.
'Le Compre employee les deux diffrens chos,
pour renvoyer fa voix diffrens points, felon
la table & la bouteille o l'Oifeau fe trouve
perch.
L'oifeau a dans fon corps un petit foufflet
double, come celui d'une ferinette, & entire
fes pieds une cheville mobile qui fait jouer le
foufflet; cette cheville, en entrant dans le gou-
lot de la bouteille, s'appuye fur une pice de
bois, qu'on ne peut pas voir, parcel que la bou-
teille eft opaque. Cette pice, pofant vertica-
lement fur le fond mobile de la bouteille, peut
facilement remuer le foufflet, & tre mife en
mbuvement par les bafcules qui font fous le ta-
pis, lrfque le Compre tire les fils d'archal ca-
chs dans les pieds de la table; par ce moyen
on fait remuer le foufflet pour teindre la chan-
delle, & pour prouver au fpe&ateur que les
fons font rellement forms dans le gofier de
l'Oifeau, par le vent qui fort de fon bec. Quand
on prend l'Oifeau dans les mains, on agite foi-
mme le foufflet avec le pouce, & le vent tei-
gnant pareillement la chandelle, persuade la







to LA MA'GIE BLANCHED
compagnie, que l'Oifeau chante indpendam-
ment des machines caches dans la table & der-
rire la cloifon. La chandelle n'tant teinte
que depuis un infant, la mche encore chaude
ne peut fe rapprocher du bec de l'Oifeau fans
fe rallumer, parce qu'on a eu foin d'y mettre
un peu de fleur de foufre, qui produit l'effet
d'une allumette,


CHAPITRE IV.

La Carte danfante.
SN fait tirer une carte quelqu'un; on la
mle avec les autres, & on lui ordonne de paro-
tre fur le mur; elle y parot auffi-tt : enfuite,
avanant mefure qu'on lui en fait le comman-
dement, elle parcourt une ligne incline, en
montant de droite gauche : elle difparot au
haut du mur, pour reparotre un infant aprs,
& parcourir une ligne horizontal, &c. &c.

Ex P L CA TI O N.

Ce tour eft fi simple, que j'aurois pu me dif-
penfer d'en parler. Il confifte d'abord faire tirer
une carte force, qu'on reconnoit au ta&, parce
qu'elle eft plus large; aprs l'avoir mle avec


1







D~ VOIL E. II
les autres on l'enlve du jeu, pour faire voir
enfuite qu'elle n'y eft plus, & l'infiant qu'on
lui command de parotre far le mur, le Com-
pre tire adroitement un fil au bout duquel eft
attache une carte pareille, qui fort de derrire
une glace, un autre fil fortement tendu, & fur
lequel elle peut couler, parce qu'elle y tient
par de trs-petits anneaux de foie, lui prefcrit
la route qu'elle doit tenir, & reffemble cet
gard, fi parva licet componere magnis au c-
ble qui traverfe la Seine, pour diriger le bac
des Invalides, d'une rive l'autre.


CHAPITRE V.

La Carte cloue au mur d'un coup depiflolet.

O N fait tirer une carte, & l'on prie la per-
fonne qui l'a choifie, d'en dchirer un petit
coin, & de le garder pour la reconnotre. On
prend la carte ainfi chancre; on achve de la
dchirer, & on la rduit en cendres. On fait
charger un piftolet o les cendres fe mlent &
fe confondent avec l poudre; au lieu d'une
balle de plomb, on fait mettre dans le canon
un clou marqu par quelqu'un de la compa-
gnie; enfuite on jette le jeu de cartes en l'air,







IL LA MAGIE BEANCHE
on tire un coup de&pifiolet, & la carte brle
fe trouve cloue au. mur. On y rapporte le
morceau dchir qui y quadre parfaitement, &
e clou qui la tient eft reconnu par celui qui l'a
marqu.

Ex P z C T I O .

Quand le faifeur de tours voit qu'on a d-
chir un coin de la carte choifie, il paffe dans
fon cabinet, prend une carte pareille, & y fait
une dchirure femblable. Revenu fur le th-
tre, il demand la carte choifie, la fait paffer
fubtilement fous le jeu, & y fubftitue adroite-
ment celle qu'il vient de prparer, pour la
brler l1 place de la premiere. -
Quand le piftolet eft entirement charge, il
le prend pour la premiere fois, fous prtexte
de montrer comment il faut l'armer, le tirer
& le manier; il profit de cette circonftance
pour ouvrir un trou qui s'y trouve fous le ca-
non, prs de la lumire; c'eft alors, & par ce
moyen, qu'il efcamote le olou, qui, par fon
propre poids, lui tombe dans la main : faifant
enfuite gliffer fur cette overture une efpce
de'virole de fer, il l'affujettit & la fixe dans cet
endroit, pour qu'on ne s'aperoive de rien: dans
ce moment, il prie encore quelqu'un de re.








Di v oI L E. 13
mettre de la poudre & du paper dans le pif-
tolet; il profit, de cet infant pour apporter
la carte & le clou fon Compre : celui-ci la
cloue bien vite fur un morceau de bois carr,
qui fert boucher hermtiquement uo trou
pratiqu dans la cloifon & dans la tapifferie,
mais qu'on ne voit point, parce qu'il eft cou-
vert par un morceau de tapifierie pareille. Par
ce moyen, la carte qu'on vient d'appliquer au
mur ou la cloifon, ne parot point encore;
le morceau de tapifferie qui la couvre eft foi-
blement attach, d'un ct, avec deux pin-
gles, & de l'autre, il tient un fil, don't le
Compre tient un bout dans fa main. Auffi.tt
que ce dernier entend le coup de piffolet, il
tire le fil pour faire paffer rapidement le mor-
ceau de tapifferie derrire une glace : la carte
parot, & comme c'eft la mme qu'on a mar-
que, avec le clou qu'on avoit mis dans le
piftolet, il n'eft pas tonnant que ce tour, dif-
ficile deviner par fa complication, ait obtenu
les applaudiffemens du grand nombre.
Nota. Si quelqu'un fouponne qu'on a efca-
mot le clou dans le piftolet, on protefte con-
tre fes foupons, & on le prie de revenir le
lendemain pour voir le contraire; alors on lui
prfente un piftolet, don't on dmonte toutes les
pieces, pour faire voir qu'il n'y h aucune pr-







14 LA MAGIE BLANCHEx
paration : on le fait charger avec un clou, qu'on
fait marquer par une perfonne d'intelligence,
ou on le montre plufieurs perfonnes, en ou-
bliant deffein de le faire marquer. Dans ce
cas, la carte fe trouve cloue avec un autre
clou; mais, pour perfuader la compagnie que
c'eft le mme, on affure hardiment que le clou
a t remarqu par plufieurs perfonnes, &.on
invite les fpe&ateurs venir le reconnotre.


CHAPITRE VI.

La Carte brle, qu'onfait trouver dans une
Montre.

O N fait tirer une carte au hafard; on de-
mande trois montres la compagnie; on les
fait envelopper par un des fpe&ateurs, dans des
cornets de paper; on les dpofe fur une table,
& on les couvre d'une ferviette; on fait brler
la carte choifie, pour mettre les cendres dans
une bote; bientt aprs on ouvre la bote, &
les cendres n'y font plus. On met les trois mon-
tres fur une affiette; on en fait choifir une par
une perfonne de la compagnie: cette mme per-
fonne ouvre la montre, & trouve d'abord, fous
le verre, un morceau de la carte brle, & dans








D iU VoI~L r5E.


l'intrieur, fous la bote de la montre, une pe-
tite carte reprfentant en miniature celle qu'on
a rduite en cendres.

ExPzzcoT oN.

On connoit d'abord la carte choifie, par l'ar-
rangement du jeu, don't nous avons parl au
Chapitre Ier.
On dpofe les montres, bien enveloppes de
paper, fur la petite trappe don't nous avons
parl Chap. II. Quand on a fait favoir au Com-
pre quelle eft la carte tire, il along le bras
dans l'intrieur de la table pour prendre une
des montres, & y dpofer ce qu'on veut y fire
t trouver; il faut que les montres foient couver-
tes d'une ferviette porte fur des bouteilles,
ou fur d'autres objets femblables, fans quoi on
verroit la main du Compre, ou l'on verroit
remuer la ferviette.
On prfente quelqu'un les trois montres fur
une affiette, en mettant devant lui celle o le
Compre a dpof la carte en miniature, & qu'il
a marque en dchirant un peu l'enveloppe. Si
la perfonne eft rufe, & qu'elle affetee, par ma-
lice, de ne pas prendre la montre la plus pro-
che, on la prie de les bien brouiller ensemble,
fous prtexte d'embellir le tour, & on ufe du







,6 LA MAcIE BLANCHE
firatagme don't nous avons parl au,Chap. IL
Quant au moyen employ pour faire difpa.
rotre dans une bote les cendres de la carte
brle, il confife mettre dans le couvercle
une pice de bois ou de carton, qui le rem-
pliffe exaEtement dans fa longueur & dans fa
larger, & qui puiffe tomber au fond de la botte
quand on la ferme. Cette pice, de bois ou
de carton, tant de la mme couleur que l'in-
trieur de la bote,.forme par l un dou-
ble fond, & cache les cendres aux yeux du
fpe&ateur bloui, qui, dans ce moment, eft
tent de croire que les cendres font forties pour
fe combiner de nouveau, & pour produire
la carte en miniature qu'on trouve dans la
montre.


CHAPITRE VII.

La Pice de Monnoie enferme dans une
Boite, d'o elle fort fans qu'ony touche.


ON prie une perfonne de tenir une bote,
dans laquelle on met, en fa prfence, une pice
de monnoie ou un anneau: on s'loigne de la
perfonne; on la prie de remuer un peu la bote
&







D r r iLo iE; 17
& l'on entend la pice qui ballotte en dedans;
on prie une feconde fois de remuer, & la pice
ne fe fait plus entendre; la troifime fois,
on l'entend encore; mais la quatrime, elle
n'y eft plus, & on la fait trouver dans le fou-
lier d'une perfonne de la compagnie.

ExP CA TI ON.

Il faut avoir une botte faite exprs: nous n
la dcrirons point ici, parce que tous les fai-
feurs de tours en vendent. Celle qui acauf tant
d'admiration Paris & la Cour, ne diffre
des autres que parce qu'elle eit un peu mieux
faite, & qu'elle appartient un homme qui
fait embellir les tours par toute forte de cir-
conftances. Cette bote, ef faite de manire
qu'en la fecouant tout doucement de haut en
bas, elle fait entendre la pice qu'elle renfer-
me: en la fecouant, au contraire, fortement
dans une direction horizontal, un petit effort
qui tombe fur la pice l'empche de fe faire
entendre; ce qui fait croire qu'elle n'y eft plus.
Celui qui fait le tour touche alors la bote,
fous prtexte de montrer la fecouer; & quoi-
qu'elle foit ferme clef, il en tire facilement
la pice, parce qu'il y a une petite fente qui
s'ouvre fecret. profitant du mme infant poug
Tome 1. B1







i8 LA MaG I E .BLAIC 1E II


y mettre une fauffe pice, il laiffe la bote la
mme perfonne, & fait accroire encore que la
pice n'y eft point, ou qu'elle y eft, felon la
manire de fecouer la bote. Enfin, il fait trou-
ver la pice dans le foulier d'une perfonne, foit
parce que cette perfonne eft d'intelligence avec
lui, en lui fourniffant une pice pareille, foit
parce qu'il envoye quelqu'un la gliffer adroi-
tement fur le plancher. Dans ce dernier cas,
on la trouve tout implement par tetre, & l'on
fait accroire la perfonne qu'elle l'a fait tomber,
en tant le pied de fon foulier.



CHAPITRE VIII.

L'Ecriture cache dans une Tabatire, d'o
on la tire, fans la toucher, pour la faire
trouver dans une Bougie.

O N demand une bote quelqu'un de la
compagnie, d'o l'on te le tabac, & on prie
une perfonne d'crire une phrafe, fon gr,
fur un petit morceau de paper; on fait mettre
cet crit dans la bote :~bientt aprs on
le fait tirer par une autre perfonne; on le
fait rduire en cendres, & enfin, on le fait







D 1 v 0ILE. 19
trouver dans une bougie,, au choix d'un des
fpedateurs.

ExPIl CA T ION.

La bote qu'on emprunte ne doit tre ni d'or,
ni d'argent, ni charnire; il faut tout fim-
plement une bote ronde de carton, don't l'in-
trieur foit noirtre, & don't on puiffe enlever
le couvercle. Tandis que le fpeaateur crit la
phrafe qu'on vient de lui demander, on emporte
le couvercle,, comme par diftraAion, dans le
cabinet voifin; on l'applique promptement fur
une feuille de plomb qu'on coupe avec des ci-
feaux pour faire un double fond pareil celui
don't nous avons parl Chap. VI; on le met
dans le couvercle avec un petit paper pli en
quatre, cach par deffous; on revient fur le
thtre, & l'on fait plier le paper qui vient
d'tre crit, comme celui qu'on tient cach dans
le couvercle ; on prie le fpe&ateur de mettre
fon criture dans la tabatire, on la couvre,
& le double fond qui eft dans le couvercle,
tombant dans la bote, cache l'criture, pour
ne laiffer parotre que l'autre paper.
En prenanrt ce dernier pour le brler, le
fpetateur prend le change, & laiffe, fans le
favor, fon criture dans la bote. On le price
Bij







20 LA MAGIE 13LANCInB


alors de mettre ce, faux paper dans un cornet;
de le prfenter la flamme pour le brler, &
de le tenir auparavant une certain distance
pour le faire chauffer-lentement; ce.tte dernire
circonflance n'eft qu'un prtexte pour gagner
du temps. Sur ces entrefaites, le faifeur de tours
emporte dans fon cabinet la bote avec l'cri-
ture; il a une bougie prpare, don't un bout,
pareil ceux des cierges d'glife, a t perc
d'un fer de figure conique; c'eft dans ce cne
creux qu'il met, la hte, l'criture en quef-
tion; il remplit le vide avec un cne de cire,
qu'il fait chauffer un infant pour le bien incor-
porer avec la bougie; il mle cette bougie avec
d'autres, & la fat choifir de prfrence, en em-
ployant la rufe don't nous avons parl Chap. II.
Nota. i. Qu'on fe fert peu prs des mmes
moyens pour fire trouver l'criture dans une
orange; 20, que, pour rendre ce tour plus
tonnant, il faut le faire double, c'eft--dire,
qu'il faut employer en mme temps deux taba-
tires & deux crits, don't l'un foit fourni par
une perfonne d'intelligence. Cette perfonne
ayant fourni d'avance cinq ou fix crits pareils,
on peut prparer cinq fix bougies, & en fire
choifir une en.toute.libert. Cette.circonflance
rend le tprmprefque miraculeux aux yeux des
plus clair-voyans. Si on eft accuf d'tre d'in-







v o I L- 90


telligence, on prouye le contraire en difant,
qu'on a fait le tour avec la tabatire d'un homme
qu'on ne connot point, & qu'on peut en faire
autant vis vis d'une perfonne quelconque.
Si on eft fouponn d'avoir fait un double fond
en important le couvercle, on rpond qu'on
a fait auffi le tour avec un autre couvercle, qu'on
n'a point emport; c'eft par cette complication
& par cette multiplicit de moyens qu'on d-
route les efprits les plus pntrans.

., = :_:iasaa-.-,---- .--,--- ^

CHAPtTRE IX.

Trois Canifs ayant t mis dans un Gobelet
d'argent, I'un des trois faute par terre au
commandement du Spec7ateur.

O N demand trois canifs diffrentes per-
fonnes de la compagnie; on les met dans un
gobelet, fur une table; on fait remarquer que
la table n'a aucune communication avec le gobe-
let, & que, dans, ce dernier, il n'y a aucune
preparation: cependant, l'inftant dfir, celui
des canifs qu'un des fpetateurs a choifi libre-
ment, faute par terre, & les autres reftent
immobiles.
B iij







2,B LA MAGIE BLANCHE

ExP ICAT IO N.

Quand on a pof le gobelet fur la table, on
gliffe au fond un petit cu attach par le milieu
un petit fil de foie noire; ce fil monte perpendi-
culairement jufqu'au plancher, & va aboutir aux
mains du Compre: celui-ci tire le fil l'inflant
dfir, & fait fauter adroitement le canif du
milieu, qui eft le feul appuy fur le petit cu,
les autres touchant immdiatement le fond du
gobelet.
Nota. Si le fpeEateur, par malice ou par
hafard, demandoit qu'on ft fauter un des autres
canifs, on feroit femblant de ne pas entendre
duquel des deux il vient de parler; on toucheroit
alors les deux canifs comme pour les montrer
au doigt, & pour demander fi c'eft le premier
ou le second; on profiteroit du moment pour
appuyer promptement fur le petit cu le feul
canif dfign par le fpe&ateur, & le tour ruf-
firoit comme l'ordinaire; mais on a rarement
befoin de cette reffource, parce qu'il confie
par experience, que la compagnie choifit pref-
que toujours celui du milieu.








D V 0 1 L E.


--i--e5e .

CHAPITRRE X.

La Danfe de l'Euf.

O N apporte trois oufs fur le thtre; on
en met deux fur une table, & le troifime dans
un chapeau; on prie quelqu'un de prter une
petite canne ou une badine; on fait voir qu'il
n'y a fur cette canne aucune preparation, on
la pofe en travers fur le chapeau : dans ce
moment le chapeau tombe par terre, l'oeuf
tient la canne comme s'il toit attach avec
de la glu. L'orcheftre, alors, commence jouer
quelques pieces de mufique, & l'oeuf, comme
s'il toit fenfible l'harmonie, gliffe en tour-
noyant d'un bout l'autre de la canne, & ne ceffe
fes mouvemens, que lorfque la mufique finit.

ExPLICATIOrN.

L'euf eft attach un fil par une petite
cheville qu'on y a fait entrer en long, & qui
fe trouve appuye tranfverfalement fur la fur-
face intrieure de la coque. Le trou qu'on a
fait pour introduire la cheville eft bouch par
un peu de cire blanche.
B iv







24 LA MAGIE BLANCHED
L'autre bout de fil tient l'habit de celui
qui fait le tour, l'aide d'une pingle ploye
en forme de crochet; la canne paffant par
deffous le fil, tout prs de l'oeuf, lui fert de point
d'appui. Auffi-tt que la mufique commence,
le faifeur de tours pouffe la canne, de gauche
droite, ou de droite gauche; alors il femble,
au premier abord, que l'oeufparcourt la canne
dans fa longueur; mais il n'en eft rien, comme
il eft conflamment attach fon fil, fon centre
de gravit refle toujours la mme distance
du crochet qui le retient; c'eft la canne, qui
en gliffant, prfente fucceffivement fes divers
points la firface del'oeuf.
Nota. Pour produire l'illufion, en faifant
accroire la compagnie, que c'ef l'oeuf qui fe
porte lui- mme vers les divers points de la
canne, celui qui fait l'exprience, tourne un
peu fur res talons; par ce moyen, l'oeuf, en
mme temps qu'il piroute, reoit effectivement
un movement de translation aux yeux du
fpedLateur, quoiqu'il relie toujours la mme
difiance du point o il eft accroch.







D V0o I L E.


CHAPITRE XI.

L'Ojeau mort, & refufc it.

CELUI des trois eufs, qu'on vient de faire
danfer le long d'une canne, ayant t caff pour
faire voir qu'il n'y avoit aucune preparation,
on prend les deux autres, qu'on avoit laiffs
fur la table; on en fait choifir un I' com-
pagnie, & on le cafe pour en faire fortir
un ferin vivant. On invite une Dame de la
compagnie prendre .cet oifeau entire fes
mains, & bientt aprs il eft mort. On le re-
prend enfuite pour le mettre un infant fur une
table & fous un verre. Au bout de quelques
minutes, on te le verre, & l'oifeau s'envole.

EXPLIC TI ON.

Il faut vider deux oeufs, prendre la moiti de
la coque de chacun, & rajufier ces deux moi-
tis enfemble, l'aide d'une petite bande de
paper qu'il faut y coller en forme de zone ou
d'quateur. Etant ainfi arranges, elles repr-
fentent un euf, & peuvent contenir un petit
ferin vivant, pourvu qu'on ait ou foin d'y fire







.6 LA MAGIE BLANCHE
un petit trou avec une pingle, pour ne pas
gner fa refpiration.
Dans l'inftant o l'on met cet oifeau entire
les mains de la perfonne qui veut l'accepter,
on l'touffe en le ferrant fortement entire l'in-
dex & le pouce. Enfuite il faut le mettre fous
un verre, fur la trappe don't nous avons parl
Chapitre I, afin que le Compre puiffe en fubf-
tituer un vivant.
Nota. Pour ne pas manquer ce tour, lorfqu'on
donne choifir un des eufs, il faut, s'il n'y a
pas un ferin dans chacun, mettre celui qui con-
tient l'oifeau du ct de la perfonne qui va faire
le choix. Cette perfonne choifira naturellement
le plus proche, parce que, n'ayant encore au-
cune ide du tour qu'on va faire, elle n'a au-
cun intrt, aucune raifon de prendre le plus
loign : toutefois, fi elle choifit ce dernier,
le tour ne fera pas manqu; on caffera cet euf,
en difant : vous voye, Madame, que c'efJ un uf
frais & natural; il en feroit de mme de l'autre, fi
vous l'avie choifi. Voule-vous qu'il y ait dans la
second une fouris, ou un Jerin ? Elle fe dcidera
naturellement pour l'oifeau; cependant, fi elle
demandoit la fouris, il femble d'abord, qu'on
feroit attrap; mais on pourra s'en tirer par
une feconde rufe. On fera la mme question
d'autres Dames&; on recueillera les fuffrages,







DEVOIL. 27
& la majority fe trouvera vraifemblablement
pour le ferin; mais enfin, fi la pluralit des
voix toit pour la fouris, que feroit-on, puif-
qu'on ne peut montrer qu'un oifeau Mon
cher Lecteur, fi aprs ce que nous avons dit,
vous craignez encore de manquer ce tour; fi
votre gnie ne vous fournit aucun moyen, fer-
vez-vous de celui-ci. Faites femblant de ne pas
faire attention ceux qui prfrent le petit
quadrupde, adreffez-vous une des perfonnes
qui veulent un ferin : derhandez s'il le faut
mort, ou vivant; &, pour tre sr de votre
fait, tenez-vous prt l'touffer, en cas de
befoin.


CHAPI TRE XII.

La Tte d'or fautant & danfant dans un
Ferre, pour rpondre diverfes quejiions.
Po u fire voir que cette tte eft bien ifole,
on met quelques cus de fix livres au fond du
verre, & un couvercle par deffus tout; cela
n'empche pas cette tte, qu'on dit tre d'or
maffif, de fauter dans le verre, pour rpondre
par nombres, & par oui, ou non, quelques
questions qu'on lui propofe. Dans ce mme
temps un paquet d'anneaux qu'on voit ct,







28 LA MAGIE BLANCHED

dans un autre verre, fait les mmes move.
mens, comme par fympathie.

Ex f P CATIO N.

A la premiere tte qu'on a fait voir la
compagnie, on en fubftitue une feconde, qu'on
prend fur la table o doit fe faire l'opration.
Cette feconde tte eft attache un fil de foie,
qui, paffant travers la table, va aboutir fous
le thtre, entire les mains du Compre : ce
fil, au lieu d'tre appuy fur le bord du verre,
o le couvercle l'empcheroit de gliffer, paffe
dans une petite fente, don't les bords & l'ex-
trmit font bien liffes & bien polis, afin qu'il
puiffe avoir un jeu facile fans fe caffer.
Nora. Les cus qu'on met au fond du verre,
fous prtexte d'empcher la communication
entire la tte d'or, & les machines qu'on pour-
roit fouponner dans la table, ne font point
tout fait inutiles; car ils fervent de left, &
*empchent le verre de s'incliner, quand on tire
le il.







D VOIL E.


CH APITRE XIII.

Les Anneaux enfils dans un double Ruban.

D A N un grand nombre d'anneaux, fournis
par la compagnie, on fait paffer deux rubans,
dont on donne enfuite les bouts tenir deux
des fpe&ateurs : bientt aprs, fans endom-
mager les rubans, fans faire paffer les anneaux
par aucun des bouts, on les dgage des ru-
bans pour les rendre ceux qui ils appar-
tiennent.

ExP Z.1 O N,

Il y a un ficle qu'Ozanam a imprim, dans
fes Rcrations mathmatiques, la manire de
faire ce tour : il eft connu des joueurs de go-
belets, fous le nom du Chapelet de ma Grand'
Mre, parce qu'au lieu d'anneaux enfils, ils
employment de petites boulettes. Pour le faire
avec fuccs, voici comment il faut s'y prendre.
Mettez d'abord en double un premier ruban,
de manire que fes deux extrmits fe tou-
chent ; faites-en de mme d'un second, aprs
quoi attachez les deux rubans enfemble par le
milieu, avec un fil de la mme couleur : ceci








30 LA MAGIE BLANCHE
tant prpar d'avance, quand vous voudrez
faire le tour, donnez un des fpeaateurs les
deux bouts du premier ruban, & un autre les
deux bouts du second; par ce moyen leurs yeux
front tromps, chacun croira tenir dans fa
main les deux extrmits de deux rubans dif-
frens; mais, il n'en fera rien : car fi, dans
cette position, ils venoient tirer bien fort
pour caffer le fil, les deux rubans fe fpare-
roient & les anneaux tomberoient par terre.
Pour viter cet accident, & pour terminer avec
fuccs, il faut les prier de fe rapprocher l'un
de l'autre, demander chacun un des bouts
qu'ils tiennent, les entrelacer enfemble, comme
pour commencer un noeud, & rendre enfuite
chacun d'eux, celui des bouts que l'autre tenoit
- -- auparavant; par ce moyen, chacun tient alors
les deux extrmits de deux rubans diffrens.
La fupercherie ne peut bientt plus tre aper-
ue; les anneaux qui n'ont jamais t engags
dans le double ruban, font,enlevs bien faci-
lement, Iorfqu'on caffe le fil, & le fpe&ateur
qui les a. cru bien enfils, eft tonn de voir
qu'ils n'y font plus.







D V 0 I L E.


CHAPITRE XIV.

Les Cartes devines les yeux bands.

O N fait tirer fur le thtre un paquet de
cartes, par quelqu'un des premires loges; une
femme vient dans ce moment l'amphitha-
tre, fe fait bander les yeux, pour n'apercevoir
aucun figne, & nomme toutes les cartes qu'on
vient de tirer, fans fe tromper en aucune ma-
nire, fur leur valeur, leur couleur ou leur
nombre.

ExP P I .C T I o N.

Les cartes font arranges comme nous Pa-
vons dit Chap.I. Aufli-tt que le faifeur de tours
en a fait tirer un paquet, il fait fauter la coupe,
pour faire paffer fous le jeu celle qui toit im-
mdiatement fur les cartes choifies; l'ayant
regarde d'un clin d'oil, il en avertit fa fem-
me, dans l'inftant mme qu'il promet de pren-
dre des precautions pour ne lui rien faire con-
notre : il dit qu'il ne parlera pas du tout,
tandis que fa femme nommera les cartes, &
que la perfonne qui les tient doit fe contenter
de les montrer la compagnie, fans ajouter








3Z LA MAGIE BLANCHE
que c'eft une tellecarte, ou une telle autre. C'eft
dans cette dernire phrase qu'il nomme adroi-
tement la carte qui eft deffous; la femme qui
l'entend, & qui fait auflli par ceur l'arrange-
ment du jeu, nomme les cartes qui font
la fuite; c'eft--dire, par example, que fi on
lui fait entendre que la quinzime eft deffous,
elle nomme la i6me, la ilme, &c. Auffi-tt
qu'elle a nomm tout le paquet de cartes, le
mari qui, pendant ce temps-l, n'avoit rien
dit, rompt le filence, & prie la perfonne qui
les avoit choifies, de demander quelles font les
autres qui reftent nommer; la femme eft
avertie par cette question, qu'il ne refle plus
rien, & rpond qu'il n'y en a plus.
Nota. Auffi-tt que le fpe&Eateur a tir le pa-
quet de cartes, il faut le prier ide les bien m-
ler; fans cette precaution, il s'apercevroit qu'on
les lui demand dans le mme ordre o elles
fe trouvent, & il concluroit, avec raifon, que
cet arrangement fert les fire connotre.







CHAPITRE


s'







D ~VO IL E.


CHAPITRE XV.

La Lampe Sympathiuqu

O N met cette lampe fur une table; on s'en
loigne pour fouffler dans un tuyau, fans diri-
ger le vent vers l'endroit o elle fe trouve,
& cependant elle s'teint auffi-tt, comme fi
on fouffloit deffus.

Ex PLICA4 TIO N.

Le chandelier qui porte cette lampe, a dans
fa patte un foufflet, don't le vent eft port
vers la flamme par un petit tuyau. Le Com-
pre en remuant les bafeules caches fous le
tapis, fait jouer le foufflet pour teindre la
lampe l'inftant convenable.
Nota. On pourroit faire cette experience fans
mettre un foufflet dans la patte du chandelier;
il fuffiroit d'y mettre un petit mcanifme qui
feroit noyer la mche dans l'huile, quand on
agiteroit les bafcules caches dans la table;
mais ce dernier moyen doit tre rejet, parce
que la mche fe trouvant imbibe d'huile, on
Tome I. C








34 LA MAGIE BLANCHE
n'auroit pas la facility de la rallumer prom-
ptement, pour rpter l'exprience, en cas de
befoin.


CHAPITRE XVI.

Le Petit Chafeur.

C'E T une figure de la hauteur du petit
Turc, dontlnous avons parl Chapitre I. Elle
tient un arc dans fes mains, avec une flche qui
part l'inftant choifi par la compagnie, pour
fe porter fur un carton plac vis vis, au
haut d'une colonne. Ce carton eft divif en plu-
fieurs cercles numrots, & la flche fe fixe
toujours au numro qu'un des fpe~ateurs a
choifi.
EXP LICATIO N.

L'a&ion du effort qui pouffe la flche, eft
revenue, pour un moment, par une cheville
que le Compre loigne volont, en remuant
les bafcules caches dans la table. Lorfqu'on
pouffe cette cheville, la flche fe porte rapi-
dement vers le carton, comme le chien d'un
pifiolet fe porte vers la batterie, lorfqu'avee
l'index on pouffe la dtente,







DEiVOILE. 3
En pofant Pautomate fur la table, il faut le
placer de manire que la flche foit dirige vers
un des cercles numrots du carton; ce qui
fera d'aitant plus facile, que ce carton fera
moins loign. Pour fair choifir le numro
vers lequel on a point la flche, il faut pr-
fenter un des fpedateurs des cartes numro-
tes, & lui faire choifir adroitement le nombre
en question; ce qui dpend d'une adreffe par-
ticulire, qu'il n'eft gure poflible de peindre
par des mots. Cependant on peut dire en g-
nral, qu'elle confifte, i, mettre par deffous
le jeu, la carte qu'on veut fire choifir; a,; *
la tenir toujours la mme place, quoiqiPor'
mle, ou qu'on faffe"' ftiblarit d mle, ptour
faire croire qu'on n'a aucune carte en vue ;3",
faire fauter la coupe, pour faire paffer cette
carte dans le milieu, l'inftant o' l'on pr-
fente le jeu; 40, fair'e paffer plufieurs cartes
devant les mains du fpe&ateur, pour lui faire
croire qu'il peut choifir indiffremment; 5,
faire paffer ces mmes cartes avec affez de rapi-
dit, pour qu'il n'en puiffefaiiir aucune; 60, en-
fin, lui gliffer adroitement dans fa main la
carte qu'on veut faire prendre dans l'inflant
mme o, pour le tromper, on le prie gracieu-
fement de prendre celle qu'il voudra.


Cij







LA MAGIE BLANCHED


CHAPITRE XVII.

La .Balle:jete:dans. la petite maifon trois
portes, & jbrtant par l'une des tQis vo-
-' loate . :
ExP zz c AT N,.

UlJN tuyau incliti dans lequel la ball roule
eu. defce4dant, a.,dans fa parties infrieure,
des, hauteursniffrentess deux trous qui fe
'erient .par desifoHpapes.,: &z que le Compre
pe,t ou ir pja g j,jt. d-s bafculps.. Ces deux
.ous forment l'ouverture &.l'extrmit de deux
autres tuyaux qui vont aboutir, l'un droite,
I'autre, gauche,, deux portes diffrentes; le
premier tuyau- rpond la, porte du milieu.
Si l'on exige que la balle forte par la porte
qui eft droite, le Compre pouffe une baf-
cule pour ouvrir la premiere foupape que la
balle doit rencontrer en descendant; cette fou-
pape tant ouverte, la balle ne peut paffer dans
cet endroitfans tomber, par fa propre gravity,
dans le fecond tuyau, qui la conduit la porte
qui eft droite.
Si l'on demand que la balle paffe par la porte








DivoILU E. 37
qui ef. gauche, le Compre, l'aide d'une
autrel afcule, ouvre la feconde foupape, & la
ball paffant alors fur la premiere qui eft fer-
me, tombe nceffIlirement dans le troifime
tuyau, qui la conduit ta porte demande;
enfin, fi l'on exige que la balle forte par le
milieu, le Compre n'a rien faire, parce que
la balle y aboutit diretement, en fuivant tou-
jours le premier tuyau, fans pouvoir tomber
dans les deux autres.



CHAPITRE XVIII.

THrI o P r RAs us-Pn A CENSUS, Ou
le Pigeon tue' d'un coup d'Epe donn
fon Ombre ou fon Image.

O N donne ce tour le nom de Thophraf-
tus-Paracelfus, parce qu'on prtend qu'un hom-
me de ce nom tua fon frre en donnant un coup
de poignard fon portrait. Cette anecdote, qui,
fans doute, n'eft point rapporte par les Hif-
toriens contemporains, & moins encore par
des tmoins oculaires, doit tre regarde, fans
contredit, come apocryphe. Quoi qu'il en foit
de cette ide, le tour don't il s'agit, confine
C iij







38 LA MAGIE B LANCH E
attacher le cou d'un pigeon un double rubant
ou un cuir bien tendu & foutenu par deux
colonnes, & dcapiter cet animal fans le
toucher, dans l'inftant o l'on donne un coup
d'pe un pigeon peint fur un carton, on
l'ombre d'un pigeon,

Ex PL aT4 T N.

Les deux rubans, ou le cuir auquel on
attache le pigeon, cache une petite lame d'acier
bien tranchante, dentele ainfi qu'une faucille;
cette lame eft attache un cordon de foie,
qui, paffant entire les deux rubans, & dans
l'une des colonnes, va aboutir entire les mains
du Compre.
Le cou du pigeon doit tre affujetti par des
cordons, ou une efpce d'anneau de foie,
pour qu'il ne puiffe ni avancer ni reculer. Une
feule lumire eft place devant le pigeon, de
faon que fon ombre parot fur une ferviette
tendue 1 ou 15 pouces derrire lui. Si c'eft
en plein jour, alors, c'eft un pigeon peint fur
un carton, qui eft attach la ferviette. Une
affiette blanche eft deffous le pigeon affujetti
au cordon de cuir qui doit avoir deux travers
de doigts de larger. Le pigeon eft lev deux
pieds & demi au deffus de la table. Celui qui







D EVOIL E. 39
fait le tour, pique d'abord avec une pe ou
un petit poignard, l'ombre du pigeon ou fa
reprfentation. Le Compre qui voit le mou-
vement du joueur, bleffe en ce moment le pi-
geon quife dbat, jufqu' ce que le corps tombe
fur l'afflette. Un coup de pied qui fert de final,
avertit le Compre qu'il ne lui refte plus qu'
trancher la tte du pigeon, attend que celui
qui fait le tour, imite les mmes mouvemens
d'un home qui voudroit couper le cou un
pigeon.



CHAPITRE XIX.

Le Bouquet Magique, qui s'panouit au
commandment.

E P LICA T ION.

L FEs branches de ce bouquet peuvent. tre
de paper roul, de fer-blanc, ou de toute au-
tre matire, pourvu qu'elles foient creufes &
vides. Il faut, IO, les percer dans diffrens
points, pour y appliquer de petites maffes de
cire, reprfentant des fleurs & des fruits; 2*, en-
velopper cette cirede taffetas gomm, ou d'une
C iv







4o LA MAGIE BLANCHE
peau bien fine; 39, coller proprement ces en-
veloppes aux branches, de manire qu'elles
femblent en faire parties, ou qu'elles paroiffent
en tre une prolongation; 40, leur donner la
couleur de fleurs & de fruits qu'elles reprfen-
tent; 5, faire chauffer la cire pour la fondre,
& la faire couler dans les branches par la
queue du bouquet.
Aprs cette preparation, fi on pompe l'air
par la queue du bouquet, les enveloppes doi-
vent fe rider, fe fltrir, comme une veffie qu'on
vient de crver; fi on y fouffle, au contraire,
le vent qui fe porte dans les ramifications des
branches, enfle les enveloppes come depetits
ballons aroftatiques, & leur donne par l leur
premiere forme.
Pour faire ce tour, il faut commencer par
tordre & prefer lgrement toutes ces enve-
loppes, & les rendre prefque invifibles, en les
faifant entrer dans les branches du bouquet;
enfuite, il faut pofer le bouquet fur une efpce
de bouteille qui content un petit foufflet, &
don't le fond mobile, mis en movement par
les bafcules de la table, puiffe enfler ces enve-
loppes l'inftant dfir.
Nota. I. Qu'il feroit facile de mettre 'dans
la bouteille un second foufflet, qui, en pompant
l'air donn par le premier, feroit difparotre







D VOILL'E. 4
les fleurs & les fruits. 2. Qu'on a donn
ce tour le nom de Palingnfie, mot driv du
grec, qui exprime une feconde gnration,
parce qu'il confifte crer, pour ainfi dire, de
nouveaux tres aux yeux du fpetateur.
3. Qu'il y a plufieurs autres moyens de faire
ce tour; mais nous croyons qu'il fuffit de don-
ner ici le plus simple, le plus certain, & le
plus frappant.
- : 7 -- ----

CHAPITRE XX

L'Anneau dans un Pifolet, qui fe trouve
enfuite au bec d'une Tourterelle, dans une
Boite qu'on avoit auparavant vifite & ca-
chete.

O N prie quelqu'un de mettre fon anneau
dans un piftolet, qu'on fait charger par un des
fpe&ateurs. On fait voir la compagnie une
caffette vide, qu'on fait former par une troi-
fime perfonne, qui l'attache avec un ruban,
& y pofe fon cachet. Cette caffette eft mife en-
fuite fur une table, que la compagnie ne perd
point de vue. Cependant, aprs avoir tir le
coup de piftolet, quand on ouvre cette bote,







42 LA MAGIE BLANCHED
on y voit une tourterelle qui tient fon bet
le mme anneau qu'on avoit rellement mis
dans l'arme feu.

Ex PZ ICATI oI .

Sous prtexte de montrer manier le piflo-
lot, on le prend pour efcamoter l'Anneau,
comme le Clou don't nous avons parl au Cha-
pitre V. On le porte au Compre, qui le met
auffi-tt au bec d'une tourterelle apprivoife,
& qui, en allongeant fon bras dans l'intrieur
de la table, prs d'une cloifon pour ouvrir la
trappe, don't nous avons parl Chap. 11, porte
cet Oifeau jufque dans la caffette, don't le fond
s'ouvre fecret; le ruban cachet, qui entoure
cette bote, ne peut empcher de l'ouvrir, parce
que l'ouverture ne fe fait que dans la moiti du
fond de la bote, & qu'on a eu bien foin de
ne pas faire avec le ruban un second tour, qui,
croifant le premier, s'oppoferoit. l'introduc-
tion de la tourterelle.
Nous ne donnerons pas ici les moyens de
fire une bote pareille; i, parce qu'il faudroit
de trs-longs difcours pour expliquer obfcur-
ment un effet fimple d'un bouton, d'une couliffe
ou d'une rainure; 2', parce qu'il n'y a pas de
Menuifier, d'bnifle ou de Tablettier, tant







DJVOILo li. 43
foit peu intelligent, qui n'invente ou qui ne
connoifle plufieurs fecrets de cette efpce. Ceux
qui voudront excuter ce tour, pourront donc
confulter l deffus le mme ouvrier, qui fera
charge de confiruire la bote.
Nota. Pour rendre ce tour plus incompr-
henfible ceux qui fouponneroient qu'on a
efcamot l'anneau, il faut le faire de deux ma-
nires : c'eft--dire que, dans le mme infant
qu'on employee le procd que nous venons
d'indiquer, il faut faire charger, par quelqu'un
de la compagnie, un second piflolet, don't on
dmonte auparavant toutes les pieces pour
prouver qu'il n'y a dans le canon aucune ouver-
ture, par o l'on puiffe efcamoter l'anneau. On
ne peut mettre dans ce second piftolet, qu'un
annei fourni par quelqu'un de connivence,
aprs en avoir mis un pareil entire les mains
du Compare, pour le mettre au bec de la tour-
terelle.







44 LA MAGIE BLANCHE


CHAPITRE XXI.

Le Cofre qui s'ouvre volont.

Ex PL c .T ION.

IL y a dans ce coffre une poupe, don't la
carcaffe eft un effort boudin; c'eft-- dire,
un fil d'archal ploy en fpirale; par ce moyen,
la petite figure, quoique plus haute que le cof-
fre, peut s'y tenir de bout quand on le ferme,
parce que fon corps fe refferre & fe raccour-
cit au befoin. Le coffre eft appuy fur les baf-
cules, qui communiquent leurs mouvemens
au pne de la ferrure. Auffi tt que la ache
en eft dgage, le effort don't nous venons de
parler, ne trouvant plus d'autre rfiftance que
le poids du couvercle, le force facilement
fe lever.

L








D V O i L B.


CHAPITRE XXII.

La Carte qui faute en l'air, en fortant du
jeu, fans qu'on la touche.

ON fait tirer une carte, qu'on mle enfuite
avec les autres; on met le jeu dans une efpce
de cuiller carre, qu'on place de bout fur une
bouteille qui lui fert de pideftal, &, l'infiant
dfir par la compagnie, la carte choifie faute
en l'air.

Ex P z I CA T Io N.

Il faut d'abord faire prendre une carte for-
ce, par le moyen dcrit Chapitre XVI, pofer
enfuite le jeu dans la cuiller, de manire que
la carte choifie foit appuye fur une pingle
ploye en forme de crochet. Cette pingle doit
tre attache un fil, qui, montant dans le
jeu entire les cartes, s'appuye fur le bout fu-
prieur de la cuiller, & defcende enfuite fous
le thtre, travers la table. Dans cette dif-
pofition, le Compre ne peut tirer le fil fans
faire monter la carte & le crochet, parce que
le fil coule fur le bord mouff de la cuiller,




<*








46 LA MAGIE BLANCHE
avec prefque aufli peu de frottement, que s'il
y avoit une petite poulie.
Si l'on veut placer les cartes dans la cuiller,
avec affez de promptitude pour que le fpe&a-
teur n'aperoive aucun'prparatif, il ne faut pas
y mettre celles qu'on a montres d'abord la
compagnie : il faut, au contraire, les laiffer
adroitement fur la table, pour y prendre un
second jeu, dans lequel la carte choifie, le fil
& le crochet ont t arrangs d'avance.
Nota. On peut faire fauter fucceffivement plu-
fieurs cartes, pourvu qu'il y ait plufieurs petits
crochets attachs au mme fil, une certain
distance l'un de l'autre.
Il eft un moyen de fire ce tour d'une ma-
nire plus fubtile, qui peut drouter les plus
S grands connoiffeurs, puifqu'on prie les perfon-
nes de s'approcher pour leur faire voir vi-
demment qu'il n'y a ni fil ni crochet; mais,
comme nous n'avons pas dcouvert ce moyen,
& qu'il nous a t confi par l'inventeur, fous
le fceau du fecret, nous ferions dpofitaires in-
fidelles, & nous manquerions furement aux
lois de l'honneur, fi nous lui donnions ici la
publicity.







D VO0L E.


CHAPITRE XXIII.

La Montre pile dans un mortier.

O N prie quelqu'an de la compagnie de pre-
ter une montre, & on la met auffi-tt dans un
mortier: quelques moments aprs, on la fait
brifer coups de pilon par une autre perfon-
ne; on en fait voir les rouages, la fufe, le
effort & le barillet brifs & fracaffs; & en-
fin, aprs quelques minutes, on rend la mon-
tre toute entire fon propritaire, qui la re-
connot.

ExPzLIrc TION.

Aprs tout ce que nous avons dit, il eft fa-
cile de voir qu'il faut mettre le mortier prs
de la trappe don't nous avons parl Chap. II,
& le couvrir d'une ferviette, pour que le
Compre puiffe, fans tre aperu, y fubftituer
une autre montre.
Si on veut ruffir produire l'illufion dans
ce cas-ci, il faut avoir foin de faire mettre
dans le mortier une feconde montre, don't les
aiguilles, les breloques & la boite reffemblent








LA MAGIB BLANCHED


un peu celles de la premiere; ce qui n'ef
pas abfolument bien difficile, foit parce qu'on
peut tre d'intelligence avec, celui qui prte
ce bijou pour un infant, foit parce qu'on peut
s'adreffer tout fimplement quelqu'un qu'on a
eu occasion de voir ailleurs, & don't on a bien
examin la montre quelquesjours auparavant,
pour s'en procurer une peu prs pareille.
Aprs avoir remis tous les morceaux dans
le mortier, il faut les couvrir une fconde
fois d'une fetviette, & amufer un infant la
Compagnie, par quelques rbus, ou par quel-
ques tours nouveaux, pour donner au Com-
pre le temps de ramiffer tous fes dbris, &
de remettre la premiere montre dans le mortier.


Notre premier project toit de terminer ici ce
petit ouvrage; mais la Baguette Divinatoire,
l'Automate joueur d'checs, & quelques au-
tres pices mcaniques, ayant amuf pendant
quelque temps les curieux de la capital, nous
croyons faire plaifir nos Lecteurs, en ajoutant
ici les deux Chapitres fuivans.


CHAPITRE







D VOIL BE. 49



CHAPITRE XXIV.

La Baguette Divinatoire.

O N prfente la Compagnie une douzaine
de botes, & lon prie quelqu'un de mettre
fecrettement dans une un cu de fix livres.
On fait mettre fucceffivement ces boites fur
une table; enfuite, fans les ouvrir & fans les
toucher, on porte fur chacune en particulier
une baguette, qu'on foutient fur les deux index,
&, quand on arrive celle qui content l'cu,
la baguette fe met turner rapidement; ce
qui fait croire plufieurs perfonres, que des
manations mtalliques font la caufe de cette
rotation.

ExPLICATIO N.

Chaque bote doit avoir dans l'intrieur un
double fond mobile, tant foit peu loign du
premier par l'ation d'un foible effort.
Ce double fond preffe le effort, en defcen-
dant d'une demi-ligne, quand il eft charge du
poids de l'cu, & par ce petit movement, il
fait parotre au dehors un trs-petit clou qui
Tome 1. D







5o LA MAGIE BLANCHE
toit auparavant imperceptible; c'eft l'appa-
rition de ce clou qu'on reconnot la prfence
de l'cu dans la bote.
Maintenant, pour enfeigner fair turner
la baguette, foit dans le tour don't nous venons
de parler, foit dans la prtendue dcouverte
des eaux fouterraines, nous allons donner le
moyen de faire foi-mme, ou de faire fair
par un automate, les experiences faites par
ceux qui fe flattent d'avoir la proprit excla-
five de dcouvrir les forces.
i. Ayez une baguette d'ofier, de coudrier,
ou de toute autre matire, pourvu qu'elle foit
d'une groffeur uniform, un peu flexible, bien
ronde & bien police.
2. Qu'elle ait deux pieds de longueur, &
ployez-la, en lui donnant la courbure d'un
cercle qui auroit deux pieds de rayon.
30. Pour la rendre plus pefante, & par con-
fquent plus propre au movement de rotation,
adaptez-y trois viroles de mtal, une dans le
milieu, les deux autres chaque extrmit.
40. Appuyez-la fur vos deux index, fitus
horizontalement, de manire que les deux points
d'appui foient prs des extrmits de la baguette:
vous verrez alors que le milieu fera au deffous
du niveau des deux bouts; mais, en rappro-
chant lentement vos deux index.l'un de l'autre,







DI VOIL E. 5
vous verrez le milieu de la baguette s'lever
peu peu, & les deux bouts front la culbute:
alors, fi vous remettez les deux mains dans la
mme position & la mme difiance qu'aupa-
ravant, la baguette reprendra fa premiere fitua-
tion.
5. C'eft par ce rapprochement & par cet
cartement fucceffif de vos mains, que vous
pourrez acqurir la facility de la faire turner
avec adreffe, tchant toujours de donner vos
mains le moindre movement poffible.
6". .Pour diminuer ce movement de vos
mains, il faut viter les frottemens, en donnant
la baguette trs-peu de diamtre, & en l'ap-
puyant fur la parties de vos doigts qui prfente
le moins de surface.
7o. Le movement de vos mains peut devenir
tout fait infenfible, fi, au lieu d'appuyer
la baguette fur vos doigts, vous la portez fur
deux fils d'archal, un peu arqus, que vous
tiendrez votre main. Ces deux fils d'archal
tant bien ronds & bien polis, les points d'appui
deviendront infiniment petits, & les frottemens
front prefque nuls.
8. Ayant pris l'habitude de faire turner la
baguette par la vibration de vos mains, fi quel-
qu'un s'aperoit de votre movement quand
vous ferez des tours, & fi on s'avife de vous
Dij








51 LA. MAGIE BLANCHR
en faire le reproche, dites comme les fourciers,
que ce font les manations mtalliques, ou les
vapeurs des eaux fouterraines, qui, en faifant
turner la baguette, vous donnent en mme
temps la fivre.
9". Quand on vous propofera de dcouvrir de
l'eau dans quelque champagne, faites hardiment
turner la baguette dans tous les endroits o
vous trouverez du- gazon frais en temps de.
fchereffe, parce que ce font rellement alors
les vapeurs des eaux fouterraines qui entre-
tiennent ce gazon dans fa fracheur.
io'. Quand ce moyen vous manquera, choi-
fiffez toujours de prfrence, l'endroit le plus
profound d'une valle, & faites- y turner la
baguette, en affurant qu'il y a de l'eau, parce
que c'eft l que fe trouve le dpt de toutes les
pluies, que les montagnes voifines ont abforbes.
11i. Vous pouvez faire turner la baguette
dans d'autres endroits, en affignant peu prs
le dgr de profondeur o on peut trouver des
eaux; il y en a prefque par-tout; elles circulent
dans la terre, comme le fang dans nos veines.
Cependant, fi quelquefois il vous arrive de
vous tromper, dites que, dans ce cas particulier,
un courant d'air humide ou de matire le&rique
a produit fur vous le mme effet que les vapeurs.
I". Si, pour vous prouver, on vous con-,








DiVOIL 1. 53
duit fucceflivement fur lesdiffrentes branches
d'un aqueduct, don't vous ne connoiffez point
la dire&ion, faites-vous accompagner par un
homme qui ait le plan de l'aqueduc, & qu'il vous
faffe un petit figne, quand vousen aurez befoin,
pour indiquer chaque branch en particulier.
I3". Si on vous bande les yeux, pour que
vous ne puiffiez pas apercevoir ces fignes, un
feul mot, ou mme un filence affe& de la part
de votre Compre, doivent vous fuffire, pour
vous faire favoir le oui ou le non.
I4.. Que votre Compre vousfaffe qelquelque
fois figne en gliffant du pied, ou en ouvrant
une tabatire, & qu'il affeae ingnieufement
de prendre parti contre vous, afin qu'on le
fouponne moins d'tre votre ami.
15". Il eft plus difficile, quil.ne parot d'abord,
de faire turner la baguette par un automate.
Les mouvemens fpontans d'un homme adroit,
peuvent fuppler chaque infant aux change-
mens que le hafard produit dans la position
de la baguette, qui, fe portant de droite gau-
che, ou de gauche . droite, tomberoit bien-
tt, fi on n'y remdioit, en la. ramenant
chaque infant fa vraie position; m;is les mou-
vemens d'un automate tant neceffairement uni-
formes ou aveuglment varis, ne peuvent rem-
dier,felon lebefoin, ces variations fortuites.
D iij








$4 LA MAGIE BLANCHED
Nous allons applanir cette difficult en fa-
.veur de ceux qui voudroient faire turner la
baguette par une poupe, don't les mains. rece-
vroient un petit mouvement de vibration, par
un movement d'horlogerie.
16". Faites une baguette arque come la
prcdente; mais, au lieu d'tre cylindrique,
quand elle ift redreffe, que ce foit un parai-
llipipde rectangle, & qu'aux deux endroits
qui doivent toucher le point d'appui, elle foit
arrondie & d'un moindre diamtre. En l'ap-
puyant alors fur deux fils d'archal que tiendra
le mannequin, elle ne pourra plus s'carter
droite ni gauche, & les mouvemens unifor-
mes de l'automate pourront continue de la
faire turner.
i7. La baguette tant ainfi confiruite, fi
on rapproche un peu du milieu les deux viroles
qui font aux deux extrmits fans que perfonne
s'en aperoive, le centre de gravit fe trou-
vera change, & perfonne ne pourra la faire tour-
ner, en la foutenant vers les deux points o
elle eft arrondie. On ne pourra pas non plus la
faire turner en l'appuyant dans fes autres
points, parce qu'tant carre, par-tout ailleurs,
les frottemens feroient trop grands, & la vi-
bration des mains trop vifibl.
-i 8. Pour fair turner la baguette entire les







D VVOIt0 E -4 .
mains d'uif poupe, lorfqu'on la- porte fur les
diffrentes branches d'un aqueduct, :ou lorfi
qu'on lui prfente de l'eau ou de l'argent, ,aye
dans vtre poche un aimant cach : qu'piffe
: volont fire lever une dtnte d& fer, &
mettre en jeu le movement d'horlogerie qui
doit produire dans l'automate la vibration de
fes mains :
19*. Pour prodtire un effet femblable- ans
movement d'horlogerie, mettez au pied d lit
poupe un baflin, que voist remplites d'eau i
alors, l'aide'de quelques leviers eachs dsit
corps de l'automate, l'eau qui s'coulerap io'.t
produire dans les mains la vibration nceffaire.
2o0" Pour faire-in mian~euiti qui faffe con-
tinuellement turner la biagirtte, 'ayez fur ie
toit de votre maifon un 'grand btflin,' o la
pluie entretienne foujours 'ure certaitie'qtiat-
tit d'eau; adaptez-y un tuyaU', qui puifle
chaque inflantrn firee cot~le quelques gouttes
aux Pieds ide' liautomate,& par ce nmoye,
vous aurez dans votre baguette, iine efpeee de
movement perptuel :nrius difons-un e'pce,
parce que nous n.e ~rtniW d6'ni pl frmentit
avoir rfofu le fameux"ptoblme de iWani-
que, don't quelqius de~ii' fitVan s'boccUpent
en vain, & que les vrais fVanis ont, dit-on,
abandonn. .
D iv







56 LA MAGIE BLANCHED
io1. Enfin, pour varier ce tour, on peut
fire turner la baguette, en la tenant incline
: l'angle de 45 dgrs; mais nous n'en donne-
rons pas ici le moyen, parce que nousne pr-
tendons pas faire un trait complete de la Ba-
guette divinatoire.
Nota. Il eft facile.de dcouvrir maintenant
l'origine de l'erreur populaire fur la Baguette,
& de voir: comment un fimple tour de paffe-
pife, a pu en impofer tant de monde, depuis
$e ,doquirMe ficle jufqu' nos jours; l'impofture,
V'ignorance & la; crdulit, font les caufes fecon-
d~ires.d'une pareille erreur; mais la principal
caufe eft celle-ci, fi je ne me trompe: la vibration
des mains eft un. movement lent & infenfible,
.&-fe fait en ligne, droite. Le movement de la
baguette eft, au contraire, trs vifible, & en
-mme temps, rapide & circulaire : il parot
impoffible, ap premier aboard, que le second
uiouvement foit un effet du premier. Or, nous
avons.dit ailleurs, que lorfque, des phnomnes
*vifibles &a frappans dependent d'une caufe
,infenfible & inconnue, l'efprit human, tou-
jours perort au.merveilleux, attiibue paturel-
.l4ment ces effects .une caufe chimrique. Voil
,ce qui a fait croire que les vapeurs fouterraines
produifoient,.dnsla baguette fon movement
de rotation. L'erreur ayant une fois jet de








b vo L 0 i 17
profondes racines fur les efprits foibles, ils font
devenus entirement fourds la voix de la raifon;
&, dans un ficle clair, nous avons vu le pr-
jug fe rpandre tous lesjours de plus en plus, par
'induftrie de gens intreffs fa propagation.



CHAPITRE XXV.

Divers Tours anciens & nouveaux, extraits
d'un ouvrage qui n'ejf point encore im-
prim.

Nota. Ce manufcrit, du mnme Auteur, eft in-
titul : Voyages & Aventures de deua Savans, avecs
des rflexions fur les prjugs populaires, fur les
merveilles de la Nature, & les prodiges de l'Art;
par un Diale&ticien.

dvec cette pigraphe.
Qui mores hominum multorum vidit & urbes.
Ho R. de Art. Poet.
L'Auteur, qui raconte l'hiftoire, & M. Hill, fon
compagnon de voyage, aprs avoir efluy un nau-
frage, & plufieurs autres malheurs, arrivent enfin
l'le Bourbon, o ils font accueillis par un Ngocianc
Hollandois, nomm Van Eftin. Celui-ci, aprs avoir
montr aux deux voyageurs une riche bibliothque,
les introduit dans un cabinet d'Hiftoire naturelle, o








58 LA MAGIE BLANCHE
les produ&ions des trois rgnes font claffles dans un
ordre nouveau & trs-fingulier ; ils y agitent des quef-
tions fur les infetes microfcopiques, fur les gnrations
quivoques, fur la variation des animaux, & la mul-
tiplication de leurs efpces, par les differences du
climate & des alimens, ou par le croifement des races;
enfin, ils vont une maifon de champagne, o des
objets nouveaux font offers leur curiofit, comme
il parolt par la relation fuivante.

SEcTIoN PREMIRE.
Orgue jouant de lui-meme, Serpens artificiels,
QO9eaux mcaniques, Automates joueurs
d'checs.

L E lendemain de notre arrive la campa-
gne, M. Van Eftin nous fit voir fon cabinet
de machines; nous entrmes dans unefalle bien
claire par de grandes fentres, pratiques dans
le dme qui la couvroit. Voici, dit M. Van
Eftin, tout ce que j'ai pu raffembler de plus pi-
quant & de plus curieux en mcanique; cepen-
dant nous n'apercevions de tous cts que des
tapifferies fur lefquelles toient prfentes des
machines utiles, telles que des horloges, des
pompes afpirantes ou foulantes, des pompes
feu, des cabeftans, des preffoirs, des moulins
vent, des vis d'Archimde.








D IVOIL IL. 59
Toutes ces pieces ont affurment beaucoup
de valeur, dit en riant M. Hill; elles peuvent
rcrer un infant la vue; mais il parot qu'el-
les ne produiront jamais de grands effects par
leur movement, & qu'elles prouvent plutt ici
l'art du peintre que du mcanicien.
M. Van Eftin rpondit par un coup de fif-
flet : auffi- tt les quatre tapifferies fe lvent
& difparoiffent, la falle s'agrandit, & nos yeux
blouis, voyent ce que l'indufrrie humaine a
invent de plus tonnant; d'un ct, nous
voyons des ferpens qui rampent, des fleurs qui
s'panouiffent, des oifeaux qui chantent; de
l'autre, ce font des cygnes qui agent, des ca-
nards qui mangent & qui digrent, des orgues
jouant d'elles-mmes, des automates jouant du
lavecin.
M. Van Eflin donna un second coup de
fifflet, & tous les mouvemens furent fufpendus:
il vaut mieux, dit-il, que je vous faffe voir
quelques machines en particulier; car, vouloir
tout obferver dans le mme infant, ce feroit le
moyen de ne rien voir. Donnez, ajouta-t-il,
touted votre attention cet orgue, auffi grand,
beaucoup plus parfait, & plus harmonieux que
ceux qu'on voit ordinairement dans les glifes.
Auffi-tt nous entendons une mufique militai-
re, o dominant les hautbois, les tymbales &







6o LA IIAGIE BLANCHED
les trompettes. Bientt aprs, nous entendons
trois voix humaines, auxquelles fuccdent des
cors-de-chaffe, enfuite des airs de flte, de
fifre & de flageolet. Sur la fin, un grand nom-
bre de ces infirumens jouant enfemble, for-
mrent un orcheftre complete; dans le mme
infant, on voyoit, droite & gauche, les
portraits d'Archimde & de Rameau tout rayon-
nans de gloire : des flots de lumire fembloient
fortir de leur tte.
Savez-vous, nous dit M. Van Effin, pour-
quoi,dans ce concert, ily a plus de prcifion dans
la mefure, que dans les concerts ordinaires,
excuts par des muficiens 1 c'eft que ces
infirumens refonnent par une feule & mme
caufe qui les anime. Derrire les tuyaux de
montre, eft un cylindre norme, garni, comme
celui d'une ferinette, de clous qui, paffant
fucceffivement fur le clavier, font baiffer
chaque infant un certain nombre de touches
plus ou moins grand, fuivant le befoin, &
produifent fur elles le mme effet que les doigts
d'un habile organifte. Le cylindre tourne tou-
jours uniformment, parce qu'il eft adapt
un gros tournebroche, don't les rouages part
faitement rguliers, font mis en movement
par l'action toujours gale d'un poids de 80o li-
vres. Deux roues de ce mme tournebroch1Jont







D VO I L il.


employees ouvrir, ou former des regiftres,
tandis que deux autres font aller les foufflets.
Quant la lumire qui parot fottir des por-
traits d'Archimde & de Rameau, c'eft une
illufion; de petits morceaux de verre cylindri-
que, fur lefquels font marqus des pas-de-vis,
font appuys, d'un ct, fur un petit cercle,
qui fert de cadre au portrait, & de l'autre ct,
ils vont aboutir, comme vous voyez, en diver-
geant, un autre grand cercle concentrique,
femblables en cela, aux rais d'une roue qui
divergent en allant du moyeu lajante. Ces petits
cylindres de verre ont leurs extrmits des pi--
vots fur lefquels ils peuvent pirouetter, &, dans
la parties qui touche au petit cercle, ils portent
chacun un petit pignon de fix ailes: une feule roue
dente couronne engrainant dans tous ces
pignons, fait mouvoir dans le mme infant
tous les morceaux de verre, qui, tourns en
vis comme des colonnes torfes, ne peuvent
rouler fur leurs pivots, fans que leur parties la
plus lumineufe change tout infant de pofi-
tion, refpetivement aux yeux du fpeaateur.
C'eft pour cela que la lumire femble les par
courir, en allant du petit cercle au grand,
ou du grand au petit, felon que la roue tourne
de droite gauche, ou de gauche droite.
Cette explication ne peut que parottre obfeure







62 LA MAGIE BLANCH E-
beaucoup de perfonnes, tant caufe de fa brivet,
que par les mots techniques qu'on y employee; mais,
dans un ouvrage de la' nature de celui-ci, itL'eft
gure pofible d'en donner une plus claire; Telle
qu'elle eji, nous la croyons bonne pour les vriais
mdcaniciens, qui doivent nous entendre demi mot,
les autres lecteurs doivent fe contenter, dans ce
cas-ci, comme dans plufieurs autres don't nous
gallons parler, d'entrevoir peu prs la pofibilitd
de la chofe don't il s'agit.
Un infant aprs, nous vmes un canard,
nageant & barbottant dans un 'vafe au milieu
duquel toit un arbre charge de feuilles & de
fruits. Un ferpent fortant du vafe, rampoit au-
tour du tronc, pour monter en ligne fpirale
jufqu'aux branches, o il fe cachoit dans les
feuilles; il toit fuivi d'un second, d'un troifi-
me, & de plufieurs autres, qui parcouroient
toujours le mme efpace, & fe cachoient tous
dans le mme lieu. Ne croyez pas, dit M. Van
Eflin, que les ferpens foient en grand nombre
dans le fond du vafe, il n'y en a que deux en
tout: tandis que l'un monte au dehors, l'autre
defcend dans le tronc, & c'eft ainfi qu'ils paroif-
fent tour tour, pour reprfenter vos yeux
une viprire inpuifable.
Dans une cage voifine, toient deux fe'ins,
don't l'un chantoit la fanfare de St.;Cloud, tan-







D V O-L L. 63
dis que l'autre faifoit l'accompagnement : on
les auroit pris facilement pour des oifeaux
naturels, s'ils avoient t couverts de plumes;
mais l'aitifle, qui, fir ce point, n'avoit pas
voulu fair illusion, avoit form leur corps avec
des coquillages, & leurs yeux avec des pierres
prcieufes; ce qui fit croire M. Hill, qu'une
ferinette cache dans le fond de la cage chantoit
pour eux, & que le movement d'horlogerie
qui la faifoit jouer, remuoit en mme temps
leur bec & leurs ailes, par le moyen de qtel-
ques fils d'archal cachs dans leurs pieds.
Telles toient les ides de M. Hill, lorfque
les deux ferins quittrent la baguette fur la-
quelle'ils toient perchs, pour fauter fur une
autre, & lui prouvrent par l, qu'ils toient
parfaitement dtachs du fond de la cage, &
que, par confquent, ils ne pouvoient fe re-
muer, que par des efforts cachs dans leur
propre corps. Cependant la petiteffe extreme de
leur taille, la varit & la multitude de leurs
mouvemens, qui ne pouvoient tre products que
par une caufe fort complique, ne permettoient
pas de croire que le principle de ce movement
ft renferm dans un fi petit efpace.
M. Van Eftini nous tira de l'embarras, en nous
difant qu'il y avoit encore ici une petite illu-
fion : elle ne confifte pas, dit M. Van Eftin,








64 LA MAGIE BLANCHE
vous perfuader que ces oifeaux font vivans;
car, pour obtenir cet effet, il auroit fallu les cou-
vrir de plumes; mais vous faire croire qu'ils
font parfaitement dtachs du fond de la cage,
quoiqu'ils y foient rellement attachs par des
fils de communication, que vous ne voyez
point, & que vous ne devez pas voir.
Les deux baguettes fur lefquelles ils paroif-
fent alternativement perchs, fe touchent,
comme vous voyez, par une de leurs extr-
mits, & forment un angle d'environ 45 dgrs.
Les ferins font dtachs de ces deux baguet-
tes, & tiennent une troifime, que vous
ne diflinguez point, parce qu'elle femble tou-
jours faire parties de l'une des deux autres;
elle paffe rapidement de la premiere la fe-
conde, une de fes extrmits reftant continuel-
lement attache au fommet de l'angle; tan-
dis que l'autre dcrit un arc de 45 dgrs.
C'eft dans cette troifime baguette, fixe fur un
point, & mobile dans toutes fes autres par-
ties, que font cachs les fils qui mettent le bec &
les ailes en movement : la baguette mobile
paffe l'improvifte d'une position l'autre,
dans un infant o vous tes occup de quel-
qu'autre objet, & quand mme votre atten-
tion ne feroit pas abforbe toute entire par
le chant des oifeaux, ou par le trmouffement
de







DI) i V 0IL LE.


de leurs ailes, cette baguette fe meit avec
tant de rapidit, que vous ne fauriez l'aper-
cevoir dans fon paffage.
Bientt aprs, on nous montra un Auto.
mate jouant aux checs; iT toit femblable i
celui qu'un mcanicien Allemand'a fait voir,
pendant quelque temps Paris & Vienn.een
Autriche, fur lequel un auteur verbeux a com-
pof un gros volume, & don't quelques journa-
lifies trangers ont fait un loge emphatique.
Nous vmes d'abord une figure d'homme,
de grandeur naturelle, habille la Turque,
& affife derrire une commode, fur laquelle
toit plac l'chiquier; toutes les portes de Ta
commode furent ouvertes pendant quelqyes
inftans, pour nous fire voir qu'il n'y avoit
dans l'intrieur que des rouages des leviers,
des cadrans, des efforts. L'automate n'av.oit
pareillement dans fon efornac que des fils de
fer, des cordes & des poulies; le tout fut tran
fur quatre roulettes dans diffrens coins de la
chambre, pour nous prouver que la machine
n'avoit aucune communication avec les appar-
temens voifins. Aprs cette obfervation, il nous
part vident que l'automate ne fe remuoit que
par fes propres refforts ; mais fes mouvemens
nous femblrent bientt tre l'effet des raifon-
nemens les plus profonds & les mieux combi-
Tome E
'* .







46 LI MAG-I BLA NCHi
ns. Il gagnoit prefque toujours la parties cot.
tre les imeilleurs joueurs, & pour cela il eft
c conftant qu'il toit oblig d faire chaque
infant de nouvelles combinaifons, & de pren-
dre quelquefois un chemin trs-irrgulier, pour
furprendre fon'adverfaire dans la march ar-
bitraire qu'il avoit adopte.
M. Hill ne pouvant rendre raifon d'une'
operation fi merveilleufe, pria M. Van Efiri
de lui en donner l'explication. Je veux bien,
rpondit ce dernier, vous donner pour cette
fois-ci le mot de l'nigme, mais condition
que, dans un objet intreffant que j'ai vous'
fire voir, vous n'exigerez point que je dchire
entirement le voile qui couvre mes myftlres.
M. Hill repliqua, que ce qu'il venoit d'ob-
ferver tant, pour ainfi dire, miraculeux, il
n'efproit pasde jamais rien voir de fi admirable.
Vous vous trompez, dit familirement M.
Van Eftin; en phyfique, comnie en hifloire
naturelle, l'effet le plus merveilleux eft toujours
celui que nous voyons pour la premiere fois,
& don't nous ignorons la caufe. Vous ne con-
notrez pas plutt celle qui fait atuellement
l'objet de votre curiofit, qu'elle vous parotra
purile, tandis qu'une autre plus triviale en-
core, mais inconnue, vous fera crier au miracle.
Alors M. Van Eftin nous dit, que l'Auto-






D VOXLME !
mate joueur. d'c4ecs toit mis en movement
par un Nain, habile joueur, cach dans la
commode : vous ne pouvez le voir, continua-
t-il, lorfqu'on ouvre les portes, parcequ'alors
il a ls jamtbes & ls cuiffes caches dans des
cylindres creui qui femblent dftins a porter
des roues & des leviers; le reft de, fon corps
eft dans ce moment hors de la commode, i
fe trouve cach fous les jupons de PlAutoma;
te : quand on a ferm les ports de la c6immo
de, on tourne une manivelefs prtext de
monster les efforts de la miachie, ce qui pro-
duit un bruit affez confidrable feS rbutis
les cliquets que l'on ntenten db'linit fef'tfliin
temps cette experience 'ut air d v4rfe'i
balance & 'd myfire, &J ier tten' au eti
Nain de hanger d lci c& e t i ftre an's
la commode fans tr.e e,tendu.
Tandis qu'on promne la machine de part &c
d'autre fur fes roulettes, pour prouver qu elle
eft bien ifole, le petit Naini fernie la trtppe
par o il a paff; enfuite on lve les jupe'ed
l'Automate; on fait vor jufiue dans fon e-o"
mac,, pour prouver qu'il n'y a aucune iper-
cherie, & le' tout e t'ermtine au grnd .t irfe-
ment des fpe6ateurs, qui attribient de fiiiles
reflorts, ce qui ne etui 0 ir que duin cur-
veau bien organif. '
' :'' ' 'E H "







S L A MAGIE fB ANCHE
Il refle favoir, dit M. Hill, comment le
Naini cachi :an's :a :commode peut connPitr
le jeu de fon adverfaire.
i y a plufieurs moyens, rpondit M. Van
E'fin. i8. On peut mettre dans chaque pice
du'jeu un morceau d fer aimant, & fous
thaque cafe de l'chiquier une petite aiguille
de bottff bien fenfible, afin que, par ton agir
station, etile marqu' la cafe qui vient d'tre
occu e 'ou abaniadone. On peut donner
entalement niis.nuimro, chaque cafe," pour
la diflinguer de routes les autres & exprimer
ce nprumro ; la'perfon"e cache, foit par la
pofition.S. lepnrithre des doigts qu'on lui mon-
tre, fo.6i~ #.#ar opo,ciation de certanis mots,
3 . Pen peurt'a f p. chiquier demi tranfpa-
rent, qui, fervant d deffus la commode,
laiffe l'intrieur dains' l'obfCurit, afin qu'il ne
uiffe tre vu de perlfnne, t qui cependant
-i aiffe entrer afTlz.de lumire pour que le Nain
puifl voir del to6ut ce qife pafle au dehors.
Quant tau mo'en employ pour donner
lrAutomate les mouvemens nceffaire pn voit
ge fon, bras, & le levier intrieur qui le fait
mouvoir, doivent tre confidrs comme un
P atographe, don't .,ge extrmit fe meut en
tout fens pour defl~ er uth tableau en grand,
jtandis qu'on promne l'autre extrmiti pour







V 0OIL 3 X


lui donner ces mmes mouvemens en petite
en lui faifant parcourir les traits d'qn tableau
en miniature.


SECTION II.

Automate jouant de la flte au command.
ment, quoique bien ifold, au milieu d'un
jardin; tnuvelles Tables fur lefquells ch
fait mouvoir des Machines volont, Jaf
bafcules ,fans fil d'archal & fans aimant.

A PR ts dner, on nous prfenta, fi unIe
table, un Automate jouant de 1a flrte; ious
crimes d'abord qu'il y avoit des tuyaux d'or-
gues cachs dans fon eftomac, que les fons ne
provenoient pas de la flte meme, & que l'au-
tomate ne remuoit fes doigts que pour tromper
mos yettx; mais nous fMmes bientt dfabu-
Sfs. On nous fit voir qu'une chandelle allu-
mhe, qu'on approchoit de la bouche de l'auto.
mate, s'teignoit par le vent qui en fortoit;
que la fldte donnQit toujours le mnme ifo
quand on empchoit les doigts de fe remuer,
& que le fon toit plus ou moins aigu, feion
gub le doigt de l'automate, qu'on tenoit lev
E iij








70 LA MAGIE BLANCHE
toit plus ou moins prs de fa bouche :juf-
que l, ce n'toit pas plus merveilleux que
le fameux flteur de Vaucanfon : mais voici
quelque chofe de bien fingulier. M. Van Eftin
nous fit voir douze ariettes fur des feuilles vo-
lantes, & les roula pour les infrer dans autant
d'tuis, qui furent mis dans une efpce de fac
ouvrage. Vous avez remarqu, nous dit-il,
que ces douze ariettes ne fe reffemblent aucu-
nement; vous allez en choifir une au hafard,
.& cependant PAutomate jouera auffi-tt celle
que vous aurez choifie. Je mis la main dans le
fac, & j'en tirai un tui o toit cette ariette
du Marchal ferrant; n J voudrois bien vous
, obdir, maman ,.
M. Van Eflin fit observer, pour la feconde
fois, que la,mofique des autres ariettes toit
diffrente, & que j'aurois pu, par hafard, en
choifir une autre : auffi-tt, notre. grand
tonnement, la machine joua l'air que j'avois
choifi.
M. Hill crut d'abord que ce flteur, come
le joueur d'checs, avoit dans fon corps quel-
que nain cach, qui jouoit volont, felon le
befoin, & nous raconta 'ce propos l'hifoire
d'un muficien, qui, du temps de Louis XIV,
gagna 24 mille livres la foire S.-Germain,
Paris, en faifant voir une pinette qui jouoit







D ivoILiE. 71
au commandement, & dans laquelle il avoit
cach un petit enfant.
M. Van Eflin, pour nous dtromper fur ce
point, nous fit voir l'intrieur de l'automate,
o nous n'apermes que des rouages, des ba-
rillets, des efforts, des foufflets: ce n'eft pas
tout, continue M. Van Eftin; choififfez la
minute ou la feconde laquelle vous voudrez
que la flte commence fe fire entendre, &
elle commencera prcifment dans ce mme
infant. Cette feconde experience ayant com-
plettement ruffi, M. Hill dit, que cet effet
provenoit d'une perfonne cache derrire la
cloifon, que cette perfonne, d'intelligence avec
M. Van Eflin, tiroit l'inftant requis des cor-
dons de renvoi, pour faire avancer ou reculer
un aimant cach dans la table, & que ce mi-
nral, par fon attraction, pouvoit, au gr de
la perfonne cache, faire partir une dtente de
fer, & permettre, par ce moyen, au mouve-
ment d'horlogerie, qui toit l'ame de l'autg-
mate, d'aller fon train l'inftant dfir.
M. Van Eftin nous fit voir que la table n'a-
voit aucune communication avec les chanrbres
voifines, & qu'il n'y avoit aucun aimant na-
turel ou artificial, ni dans la table, ni fur lui.
Il porta auffi-tt la machine au milieu du jar-
din, & revenant fur la porte du falon, qui
E iv







72' LA MAGIE BLANCHE
toit au rez-de-chauffe, il nous pria de venir
auprs de lui, & de fixer encore un autre inf-
tant pour entendre un air de flte notre vo-
lont. Je choifis la trdifime minute, partir
du moment o nous tions. M. Van Eftin prit
fon violon, &, aprs avoir prlud un infant,
il joua le charmant menuet de Zlindor, que
l'automate rpta l'inftant que j'avois choifi.
Je vois bien, dit M. Hill, que ce n'eft point
par l'aimant que la merveille s'opre; mais voici
comme je la conois.
Il cone, par les exprienes de Rameaux,
de Tartini, de d'Alembert, de Rouffeau, &
de Muffchenbroek, que lorfqu'on fait rfon.
ner une corde violon dans un lieu o font
dpofs plufieurs de ces inftruumens, toutes les
cordes qui font tendues l'uniffon de la pre-
mire, font entendre le mme fon, fans qu'on
les touche : cela vient, fans doute, de ce que
Tair agit par les vibrations de la corde tou-
che, produit dans les autres des vibrations
fimilaires & d'une frquence parfaitement gale.
Ce principle une fois bien tabli, je peux fup-
pofer qu'il y a dans l'automate une corde ten-
due l'uniffon de votre chanterelle; dans ce
cas, vous ne pouvez donner celle-ci un grand
coup d'archet, fans produire dans la premiere
un frmiffement affez fenfible pour dplacer







D VO IL E. 73
une dtente, & par ce moyen laiffer partir le
volant qui fert de modrateur au movement
d'horlogerie, cach dans la machine.
Je conviens ,dit M. Van Eftin, que le moyen
don't vous parlez pourroit produire quel-
ques effects. Vous me donnez mme l une ide
que je pourrai appliquer diverfes machines;
mais, pour vous prouver que ce n'eft point l
le moyen que j'employe, je vais rpter l'ex-
prience, fans jouer du violon. Auffi-tt M.
Van Eflin fe content d'avancer fa main vers
l'Automate, pour lui faire figne de jouer; cet
ordre muet fut fuivi d'une prompted obiffance :
nous entendmes un air, qui fut fuivi d'un fe-
cond, & deplufieurs autres, jufqu' ce que nous
primes M. Van Eflin de donner, par fignes,
un ordre contraire.
Nous tions tous dans l'admiration, & M.
Hill dit que l'induflrie humaine n'avoit jamais
rien invent de fi tonnant.
Cependant, repliqua M. Van Eftin, l'effet qui
vous tonne, dpend d'une trs-petite caufe;
& vous cefferez de l'admirer4 quand je vous au-
rai fait connoltre ma fupercherie.
Dans la tte de l'automate, eft un petit fe-
rin, qui, fans tre vu de perfonne, voit tout
ce qui fe prfente travers la matire demi-
tranfparente, qui forme le front de la figure,


~~"~nF~i~FF








74 LA MAGIx BLA.NCHE
& travers le verre qui forme fes yeuxi'le moin-
dre figne de ma part, le fait changer de plac.,
de droite gauche, &-vice verfd. Un exercise
de deux mois a fuffi pour lui donner cette ha-
bitude, &je n'ai pas eu tant de difficult ruffir
fur ce point, que de l'accoutumer faire le mort
au milieu d'une trane de poudre laquelle on
met le feu, & prendre lui-mme une mche
allume pour tirer un coup de canon; c'eft en
changeant ainfi de place qu'il produit dans la
machine l'effet que vous avez attribu aux vi-
brations d'une corde.
Cela fuffit, dit M. Hill, pour expliquer com-
ment l'Automate peut jouer l'inftant dfir,
mais je ne vois pas que le ferin puiffe lui fire
jouer un air choifi au hafard.
Ceci, rpondit M. Van Eftin, eft encore
l'effet d'une fupercherie de ma part. Je vous
ai effe&ivement montr douze ariettes diff-
rentes, mais je les ai miles dans un fac, par-
tag en deux parties-gales, par une tpile qui
femble lui fervir de doublure, la parties du
fac o vous avez mis la main, ne contenoit
aucune de ces ariettes; mais il y avoit leur
place, douze fois la mme ariette, dans douze
tuis diffrens: par ce moyen, il ne m'a pas t
difficile de connotre d'avance, celle que vous
deviez tire du fac, & de monster la machine








D VOILE. 75
pour fairejouer celle-l de prfrence aux autres.
Il eft inutile de dire ici, par quel mcanifme
un automate, une fois mont, peut jouer juf-
qu' trente airs diffrens, & les recommencer
cinq fix fois. Dire que c'eft l'effet d'une
pice de cuivre, prefque tourne comme les
volutes don't l'archite&ure orne les chapiteaux
de l'ordre onique, & laquelle les horlogers
ont donn le nom de limaon, ce feroit affu-
rment donner une explication trs obfcure:
un premier coup d'oeil jet dans l'occafion,
fur une machine de cette efpce, en fera plus
connoitre dans un infant, que je ne pourrois
en dire, dans l'efpace d'un jour.
On nous fit voir enfuite des automates qui
fe remuoient au commandement, des lampes,
qui s't ignoient d'elles-mmes l'inftant dfir,
& d'autres objets femblables. On ne pouvoit pas
dire ici qu'il y avoit dans la table des bafcu-
les,.des,fils d'archal, ou de l'aimant. Aucun de
ces objets ne pouvoit y tre cach, puifque
la table toit de verre, porte fur des pieds de
criftal; on ne pouvoit pas fouponner non
plus qu'il y et un oifeau cach dans ces auto-
mates comme dans le joueur de flte don't nous
avons parl : la plupart de ces machines tant
de corne tranfparente, permettoient au fpe&a-
teur de s'affurr qu'il n'y avoit aucun animal.







76 LA MAGIE BLANCHE
M. Van Eftin nous apprit que fa table
toit, forme de deux glaces parallles, loi-
gnes d'environ une ligne; mais fi unies par
les bords, qu'elles fembloient n'en fire qu'une.
La glace fuprieure avoit dans fon milieu un
petit trou imperceptible, fur lequel on pofoit
les automates. Le vent pouff par le pied de
la table, l'aidt d'un foufflet, paffoit entire les
deux glaces, & fortoit par ce petit trout, o
il faifoit remuer les machines auffi-tt & auffi
long-temps qu'on le dfiroit.

SECTxoN III.
Tour extraordinaire nouvellement invent.

L E lendemain martin, aprs le djener, M.
Van Eftin nous dit, que nous allions vqir un
vritable prodige; & prfentant M. Hill, un
crayon avec un carr de paper fur un porte-
feuille, il lui dit : Je vous prie, Monfieur,
d'crire l deffus telle phrafe que vous jugerez
propos, en Anglois, en Latin, en Hollan-
dois, ou en Franois; employee votre gr
des caractres Grecs, Arabes, ou Allemands,
des fignes Hraldiques ou Hyroglyphiques, je
faurai ce que vous aurez crit, fans le voir;
eachez-vous bien, & ne montrez votre criture







DiVOII ar. 77
i perfonoe, .pour ne.pas fouponner d'tre trahi
par quelqu'un qui pourroit tre d'intelligence
avec moi.
.M. Hill fortit auffi- tt de. la chambre, avec
le crayon, le portefeuille. & le paper, fur
lequel i crivit cette question en Franois :
Vous'molez-votsatotjiours d'n peu de diablerie?
.9fuite, rentrant.dans.,la charmbre, il cacha
cet crit danMs fa poche,, rendit. M. Van Ef-
itn fon crayon &: fo postefeuille, & fe fem-
ma d'accomplir fa. pomefe, en 4evinant ce qui
venoit 4:tre. crit,
Sf jp ne faifois que cela, rpondit M. Van
Eftit,:vous ne regarderiez mnot operation que
come un fimple tour de paffe paffe maiS
comme je vous ai promise de fire un vrai pro-
dige, permettez-maid'y ajp.t"r qualque agt
airconflance; brlez donc le paper fia lequel
vous venez d'crire..i
. M. Hillayant hrl foncrit:, nl Van Ef-
tiq lui montra aufi-tt un autre mocceau de
papier pli en quatre, en difant: Voici, Mon-
fgur, la rponfe la queftion.que voug veneg
d'crire & de brler; cette rponfe et crite
depuis long- temps, parce que j'avois prvu
votre demand. :. ne la lifez pas encore.; con-
tentez-vous de m'entendre dire, dans ce mo-







78 LA MAQIE BL LANCW
ment-ci, que votre question eft compofe de
huit mots, don't le premier eft un monofylla-
be. Je veux que cette rponfe aille trois quart
de lieue d'ici, fans envoyer aucun miflaire;
mettez-y votre feing, avec paraphe, pour pou-
voir la reconnottre; allez-vous-en enfuite au
bout du parc, prenez la clef du pavilion qui ter-
mine la grande alle: quand vous y ferez arriv,
ouvrez le tiroir fuprieur de la commode; l'-
crit que voici s'y trouvera renferm dans une
eaffette, don't voici pareillement la clef.
M. Hill ayant fign & paraph cet crit,
prit les trois clefs du pavilion, du tiroir & de
la caffette, & s'en alloit bien vite chercher la
rponfe au bout du parc, quand M. Van Eftia
l'arrta pour lui parler en ces terms :Vous
pouvez, Monfieur, me donner des furveillans
& mettre des gens aux aguets autour de la
maifon, pour vous affurer que je n'envoye
pertonne; aucune prcaution de votre part ne
peut me faire chouer dans mon entreprife; la
rponfe eft dj arrive fa deftination. Cepen-
dant, fi vous voulez, elle va fortir de la caffetti
pour que vous la trouviez moiti chemin, fous
un arbre; bien plus, elle fera crite de la couleur
que vous allez me demander, & je vous donne
choilir fur les fept couleurs de l'arc-en-ciet:
Je veux; dit M. Hill, aprr avoir rffth







s1v-ozyAii 7 9
un instant, qu'elle refte dans la caffette, & que
les mots foient alternativement crits en rouge
& en violet. Il efproit d'embarraffer M. Vafi
Eftin par cette demand; mais il fe trouva lui
feul dans l'embarras, quand on lui rpondit de
cette manire :- Elle eft prcifment crite
comme vous la demandez; j'avois prvu votre
choix, & je vous prouverai votre retour que
je peux favoir d'avance toutes vos penfes.
Aprs cela, M. Hill court bien vte au bout
du parc; il arrive hors d'haleine, il ouvre
la hte la porte du pavilion, le tiroir de la coim-
mode, & la caffette dans laquelle il ne voit d'a'-
bord qu'une petite boule; il croit que l'opra-
tion eft manque : mais il s'aperoit bientt que
cette boule eft une petite bote ronde ;il ne l'a
pas plutt ouverte, qu'il reconnot le paper Mi'
lequel, peu d'inftans auparavant, il avoil nis
fon feing & fon paraphe : il le dplie avec em-
preffement; il voit une'criture violette, come
il l'avoit demande, & fe troue ravi d'admi-
ration en lifant la rponfe fuivante.
Pourquoi m'accufez-vous d'un peu de diablerie, ,:
Puifque vous ne croyez qu' la Blanche Magie? (*>

(*) M. HiU admettoit le fyfltre de ceux qui penfent
qu'il y a eu autrefois des Sorciers; & qu'il pourroit encot@
y en avoir; rmail qu'il n'y en a point.








8o LA MAGIE BLANCHE


Dans ce moment, il entend frapper troiscoups
la porte; il va pour ouvrir, & ne trouve per-
fonne : un autre, dans pareille circonflance,
auroit pu croire que c'toit un lutin mais il s'i-
magina tout fimplement que c'toit quelqu'un
qui fe cachoit derrire le pavilion pour lui fair
peur. Cependant il en fait rapidement le tour,
& ne dcouvre rien: en rentrant, il eft tonn
de voir que le mur, qui lui avoit paru d'une
blancheur blouiffante, fe trouve' tout coup
peint en camaeu. D'un ct, il voit un tableau
reprfentant des btes farouches, des ttes h-
riffes de ferpens, des lutins de toute efpce.
De l'autre ct, c'eft la tentation de S. Antoine,
o les diablotins font reprfents fous toutes for-
tes de formes. Il rit de voir qu'on a reprfent
le diable avec le corps d'une harpie, la queue
d'un crocodile, les dfenfes d'un fanglier, la tte
d'un cdchon, & le capuchon d'un derviche.
Dans ce moment on frappe trois autres coups
la porte, les volets de la fenrtre,fe ferment
d'eux-mmes; au milieu des tnbres, il voit
briller un petit rayon de lumire, qui ne dure
qu'un infant: il entend dans la chemine deux
coups de piftolet: il penfe d'abord qu'il y a des
voleurs & des affaflins, il craint pour fa vie,
& fon efprlt fe trouble. Une odeur fulfureule
& bitumineufe fe rpand autour de lui; l'air re-
tentit









tentit des bruits les plus effrayans; il croiten-
tendre des loups qui hurlent, ds Chiens qu
aboyent, des ours qui grondent,' s chats qui
miaulent, des taureaux qui beuglent, descg.~g'"
beaux qui croaflent, & des ferpens qui iflegt.
Parmi tous ces cris lugubres, il dit gue4e"'
voix plaintives & gmiffantes. qui annona t
la douleur & le dfefpoir; le filenc. Ifuccde,
mais il eft bientt interrompu par une voix de
tonperre qui fait trembler les vitr.,eai fira
nonant ces mots: ...
Infenf, qui ne crois qu' la Biat ch M4gi "e,
Tremble, voici l'Enfer avec fa Diablerie. --
Auffi-tt il fent deui op trqis fecouffes ,
tremblement de terre; il entend un bruit four
terrain femblable celuide la mer en courroux.,
quand le fifflement des vents & le mugiffemat
des vagues font plir le matelot le plus-inge6-
pide. Au milieu du tonnerre &, des clajr., I
voit paroitre trois fquelettes, qui, en grin.at
les dents, agitent la maffe de leurs os & ,ft
craquer leurs bras, en feeouant des torches al-
lumes don't la ple lueur augmente encore
l'horreur de ce lieu. M. Hill fur le point det f
trouver mal, entend une voix qui lui dit:..
Rajfure-tol, le prefiige eft fini.
Tome I. F







fl LA MiA:Wi C H ANC
.r jal e- )e ifiei les torches s'teighent'
!e q fqtlettes di.f~priffent, & les fentres s'ou-
vtenti':lRiemri f:F a terreur, M,. Hill vou-
":~t ~riteri i uvoir f perfuader lui- httme,
" qi iee qhll' vient de voir & d'entendre, n'eft
-jii Utnge .a une illufion, mais mille cir-
iRnTftafi s s'y opofent. 1l tient encore dans
4'i' main le papiei'qufil a trouv dans la caffer-
.q: .f-feiiemMbe 'yitFe"venn par oune Opra-
'ti in figiiue e c plapier lui donne la rponfe
t iune-queflion qu'il n'a communique -per-
Sfone ai.4a vojix :i e ,qui l'a menac de l'enfer
& de.a diablerie, -.lui a cauf dans l'oreille un
tintoin qui dure encore: le feul fouvenir des
iois fqtleette' & k ltii'& mouvemens, le fit
'f iifoni t;;il' raint 'd voir renouveler tout
iiftfit' cette fcne d'horreur. Voil donc cet
terdile, ,cet efprit frt,' qui attribuoit pref-
4ii toites les merieilles rirgie de la ini
fure. io au gnie des' iti' s, oblig d croire
"nifiaiitant aux deSviisffir .oibcirs,' ~t il u-
ts ; 'aux revnaris Qiund: il eft d retour
Su'logis, on ahve d 'le mettre dans l per-
'"Slit tifh IidifWaiit -tbusa'~1 pas & les divers
thvga hs qW -i t dans da e pavillIon com-
me s'il y avoit eu des tmoins -oculires. On
lui dit qu'il a four en voyant fur la muraille
la figure du diable, qu'il a trmouff au pre-






vol '

mier coup de piftolet, qu'il a recul. au Ae-
cond, & qu'il toit affis tremblant fur un fau-
teuil, quand les trois fquelettes ont difparu.
Croyez-vous, lui dit M. Van Eftin, que j'ai
envoy cette rponfe, feulement au bour du
parc, pour -vous pargner une plus longue
course, & que j'aurois.pnPl'eivoyer auffi faci-
lement trois lieues p!us foin ? .- Je le crois,
dit M; Hill, quelqueiinpfblibilitphyfique que
j'y aperoive, aprs c q l'aivu-, je ne fau-
rois en douter. Neconveiez dit M. Van'.Eftin, que, puifque j'ai le pou-
voir de fire paffer fubtilemen t in crit:dans
une caffett ferme. clef, loigne. de.ris
ou quatre. lieues, je porroaiy; par le- ePme
moyen, envoyer invifiblementr dansgl'eftemac
d'un homme, qui feroit la mme diefanc,
une potion chimique de ma comnpofition j~i
J'en conviens, dit M. Hill. -Or il eft clair,
ajouta M..Van Eftin, qe je peux mettre :dans
cette potion des ratiresigliacileis, des drogues
venimeufes ou arfnicales; donc je peux, par
ce'moyei, envoyer au loin des maladies fi-
vreufes, & refroidir les tempramens les. plus
vigoureux, c'eft--dire, que je peux nouer l'ai-
guillette, donner des malfices, & exercer tou-
tes fortes de fortilges. Ma foi, dit M. Hill, 41
vous pouvez vous vanter de tout cela: auprs
F ij







8:4 LA MAGIE BLANCHE
de moi. Je fuis prt vous en croire fur vo-
tr parole, & je vous difpenfe de me donner
de nouvelles, preuves. Eft -il pofible, s'-
cria, M. Van Eftin, ,q'uun favant foit parvenu
cet; excs de crdulit qui lui fait ajouter foi
tous les eontesiles~plsus abfurds.
M MiUHillayant.ouidire:, que tout ce qu'il avoit
vtu& entendu dans le.pavillon, toit l'effet de
qpelques causfies ~impip&~~ature|les, pria inf-
-tmnent M.,Van Etia#rde lui donner la solution
,de ce problme, lui promettant de lui garder le
fecret, afin quefesmmoyens ne fuffent pas connus
-duwpublic ,&xqu'il pt, dans la fuite, rpter la
Srane experience' aec le mme fuccs.,
-,. 'javois rfolrpondit M. Van Eflin, de
oe e.onfier mon- aeret . -perfonne v cependant
,je, oius promets de vous donner un jour la
-clef de ce logogriphet condition que vous
n'en parlerez point das ,ce pays-ci. Ce que vous
pourrez .en dire,: votre ;retour. en Europe,
ne, parviendra fas :doute jamais aux oreilles
de mes Yvofins, que j'ai intrt de conferver
dans .l'ignorance fur ce point: mais, fi, mes
moyens toient un jour dcouverts, je m'en
confolerois par le plaifir que j'ai eu de prou-
ver dj, par plufieurs experiences ritres,
qu'un fait qui paroit miraculeux bien des gens,
Sn'eft fovent qu'un effet. prfent4. ignorancee



!







D V OIL L B.
par la fupercherie, & que l'inftru&ion fait ordi-
nairement vanouir le merveilleux, en dtrui-
fant notre admiration d'o il s'enfuit, que pour
bien diftinguer une operation vraiment miracu-
leufe, de celle qui ne left point, il faut com-
mencer par bien tudier les lois de la nature,
& les preftiges de l'art. Apprenez donc, ds
a-prfent, que je ne fuis parvenu vous fduire,
que par la runion d'une infinit de caufes
phyfiques & mcaniques, pour lefquelles j'a-
vois fait, votre infu, de grands prparatifs,
& don't l'effet vous a paru magique & femblable
des malfices & des fortilges, parce qu'il
vous a t exagr par un fophifme, o le men-
fonge fe prfentoit fous les dehors de la navet.



EXPLICT ON du Tour eseraordinaire
dcrit dans cette Sec7ion, donne M.
Hill par M. Fan Eflin.

V ous avez d'abord crit une question, en ap-
puyant votre paper fur un portefeuille couvert de
taffetas noir, enduit de fuif & de noir de fume,
dans fa surface intrieure, fous laquelle toit cach
un paper blanc. Vous avez crif fur ce paper, fans
le favoir, parce qu'en gravant vos cara&tres fur le
F iij








86; LA Maain] BLANCHiE


paper extrieur que je vous ai prfent, le crayon
dur don't vous vous tes fervi, a marqu les mmes.
traits fur le paper cach, l'aide du fuif & du
noir de fume don't la furface intrieure du taffetas
toit enduite.

Par ce moyen, quand vous m'avez rendu ce porte-
feuille, c'toit en vain que vous cachiez votre crit;
il m'a t facile de voir, d'un coup d'oeil, dans
1l portefeuille, ce que vous veniez d'crire deux
fois, fans le favoir; & de vous dire que votre question
toit compofe de huit mots.

Quand votre crit a t brl, je vous ai prfent
auffi-tt un paper blanc, pli en quatre, fur lequel
vous avez fign avec paraphe; je vous ai promiis de
lenvoyer au bout du parc, fans aucun miflire, &
je vous difois la vrit; mais, quand Je vous ai afflr
qu'il contenoit la rponfe votre queftiou, c'.toic
avec raifon que je n'ai pas voulu vous permettre de
le dplier, puifqu'il n'y avoit encore rien.

Aprs votre dpart, j'ai crit promptement la r-
ponfe fur ce mme paper, en me fervant d'une
encre rouge & violette pour fatisfaire votre de-
mande : je l'ai mife dans une botte ronde de lige,
que j'ai jete la hte dans un petit tuyau fouter-
rain don't une extrmit va aboutir, au pavilion.
Faifant alors ufage d'un grand foufflet, pour pro-
duire dans ce tuyau un vent imptueux, j'ai pouff
rla boule de lige dans le pavilion, avec toute la
apidit que vous communique des fves ou








D VOIL is.


des pois, quand vous les lance pour tuer des a-
feaux, :ei foufflant dans une farbacane; (i)

En arrivant fa destination, la boule de lidge a
pu tomber dans la cafferte, qui toit alors ouverte,
& enter dans le tiroir fuprieurde la comimooe,
parce que le deflus de cette commode, qui eft mo-
bile fur des charnires come le couvercl d'une
malle, toit dans ce moment appliqu contre le mur.

Dans cette parties du mur aboutit un fecond.tuyau,
don't le vent pouffe fortement le deffls de la com-
mode, qui, tombant par fon propre poids, fait' tom-
ber aufil le couvercle de la cafl~tt',::& pr c:moyen
la fait former .clef.(s) :

Le refte de l'opration fe termine l'aide d'un
-fifceau'de vingt-cinq ou trebt tuyaux,-'dont les ex-
trmits, comme celle des deux premiers don't nous
venons de parler, font cathes, -pour la plupart,
par des eftampes encadres, qui, pendant - un dclo
par un feul anneau, s'loignent du mur dans leur
parties infrieure, pour laiffer paffer le vent quand
on fouffle, & qui fe rapprochent du mur par leur
propre gravit quand on ceffe de fbtoffler.
Le troifime tuyau fert fire partir un movement
d'horlogeri cach dans l'paifleur de la porte dua

(I) L'exprience prouve qu'on peut pouffer ainfi la boule
de lige jufqu' fix lieues.
(2) Pour favoir comment la Caffette & la Commode doi-
vent tre difpofes, voyez laFigure premiere, la page 94.
F iv







L LA MAGIE BLANCHE
pavillon. Ce movement frappe trois coups la
porte, quand on fouffle dans le tuyau, par la itimi
laifon qu'une montre rptition fonne les heures
4uand on poufle le bouton de la botte.
A Paide d'un quatrime tuyau, on fait partir un
tourne-broche, qui fait turner des cylindres fur
lefquelsla tapiferie (O) blanche du pavilion fe roule,
pour difparottre prcipitamment, & peur dcouvrir
la peinture frefque qui reprfente fur le mur des
figures de diables & d'animaux.
Quatre autres tuyaux qui vont aboutir dans les
pmbrafures, fervent, former les volets de la fentre
& de la lucarne en les repouffant violemment loin
du mur.
Le neuvime, tuyau fait partir la dtente d'un
piftolet deux coups, charge avec de la poudre
imbibe d'eau puante, pour rpandre Pentour une
mauvaife odeur.

Douze autres tuyaux fervent de porte-vent des
tuyaux d'orgue, don't le fon aigre & discordant imite
le cri de divers animaux.
Un tuyau d'orgue voix humaine,.s'il eft en-
ferm dans une botte oblongue qui s'ouvre &,fe re-
ferme peu peu quand le tuyau parle, exprime par-


(i) Cette rapinfrfie reffembledonc aux stores que 'on voit
1 la portire des arrofles.








Dv IL]E.. 89
'faitement le miaulement-d'un chat ou le, roulement
de voix d'un enfant la mammelle.
D'autres tuyaux d'orgue, l'aide d'un pifton mo-
bile, produifent lin fon de voix qui paejipar d-
grs- ifnfeibles de 'aigu au grave, & du grave
l'aigu; ce qui tant fait avec une certain prcau-
tion, exprime aflez bien le gmiffement d'une per-
fonne accable de douleurs.
Il eft parfaitement inutile d'expliquer ici par quel
art des tuyaux d'orgue peuvent exprimer le hurle-
ment d'un loup, le croaffement d'un corbeau, le ru-
giffement du lion, le mugiffement des vagues: ces
effects dependent d'une conftrudion particulire, qu'on
pourroit abfolument peindre par des mots, mais qui,
coup fr, ne feroit entendue que par des Fadeurs
d'orgues. D'ailleurs, il n'eft point de tuyau an-
che, un peu difcordant, qui ne puiffe exprimer le
cri d'un animal, pourvu qu'il foit fur le ton n-
ceffaire, &; que l'organifte, ou le cylindre clout qui
en tient lieu, le faf'e parler propos.
J'avertis en pafrant, que, pour produire les fons
les plus effrayans, il faut ajouter ces tuyaux d'or-
gue des pots de terre couverts de parchemin bien
tendu, comme celui d'une caiffe de tambour. Si,
au centre de ce parchemin, on attache un peu de crin
frott de cire, il fuffira de pincer ce crin en glif-
fant d'une certain manire, pour entendre un fon
horrible, capable de faire dreffer les cheveux.
Il n'eft gure poffible de fire entendre ce bruit








90. LA MAGIE BLANCHED
pendant la nuit, dans un Village, fans que les ha-
bitans difent, le lendemain, qu'on a entendu le.loup-
garou.

Une douzaine de pots prpars de cette faon, peu-,
vent, tefinftant qu'on dlire, fire un vacarme ef-;
frayant, au moyen d'une mcanique qui parte d'elle-
mme come un rveil ordinaire, ou qu'on fait partir
i volont en fouffiant dans un tuyaI4.

Le bruit & les clats du tonnerre font imits pai
de fortes timbales, & par des coups violens don-
ns fur un paquet de planches demi-creufes, fuf-
pendues une corde, ou par les moyens employs
l'Opra, &c. &c. (i)

Le pav de l'intrieur du pavilion tant port fur
un grand madrier, qui eft prefque en quilibre fur
une poutre tranfverfale, peut tre mis en mouve-
ment par de trs-petites forces, l'aide d'un, tourne-
broche qu'on fait partir en foufflant dans un .autre
tuya. ...

Ce movement fe faifant fentir fous les pieds d'un
homme dj trs effray, paffe dans fon efprit pour
une fecouffe de tremblement de terre.
Les trois fquelettes font de fimples automates


(1) Nota qu'on peut fupprimer plufieurs tuyaux, pour y
fobftituer des pdales qui, fe remuant infenfiblement dans
le pavilion fous les pas de la perfonne envoye, front partir
divers souvemens d'horlogerie, &c. &c.








D VOI~BE. 91.
cahs dans une armoire, dans l'pai(teur de la mu-
raille. En f&ufflant dans un tuyau, on fait ouvrir
les battans de l'armoire qui les cachent. Le vent
d'un autre tuyau fait partir un briquet, en forme
de piftolet, & allume leurs torches. D'autres tuyaux
fervent faire turner derrire les automates, de pe-
tites ailes de moulin vent, auxquelles eft attach
une roue de rochet, pareille' celle qui fe fait enten-
dre quand on remote une groffe horloge. Le cliquet
qu'on employee ici, eft un levier, qui, en fautapt
d'une dent l'autre, agite fortemet toutes les par-
ties du fquelette, & imite par fon bruit le craque-
ment des os. 1

Un autre tuyau fert de porte-voix, &Tait enten-
dre fortement dans le pavilion, des mots qu'on a
prononcs doucement au chateau. Les paroles qu'on
prononce peuvent, dans le mme infant, paroire fur
la muraille en lettres de feu, l'aide d'un tranfparent
prpar d'avance, derrire lequel on allume des bou-
gies, par le moyen employ pour allumer les toches.
Voici maintenant comment s'ouvrent les fentres.
Dans la parties fuprieure de quelques cylindres creux r
cachs dans le mur, & poefs perpendiculairement prs
des embrafures, font des boulets de plomb, foute-
nus par des confoles; ces boulets pouffis par le vent,
l'aide de quelques autres tuyaux, roulent fur la
confole qui les fourient, tombent dans le cylindre,
entranent dans leur chute une ficelle laquelle ils
font attachs, & l'aide d'une poulie, ils ouvrent
les volets, en les tirant fortement pour les appliquer







z2, LA MAGIE BLANCHE
au mur : () le mme moyen fert former l'armoire
o font les fqueletteq.
Enfin, dans la lucarne qui eft au haut du pavilion,
on a mis une grande glace incline, qui rflchit au de-
hors l'image de la plupart des objets que le pavilion ren-
ferme. C'eft dans cette glace qu'oa peut voir tout
ce qui fe paffe dans le pavilion, fans fortir du Ch-
teau, en faifant toutefois ufage d'une bonne lunette
longue vue.

OBSERVATIONS.
zo. Il eft expdient que la glace foit difpofe de
manire renvoyer l'image des objets qui font dans
le pavilion, non dire&tement au chateau, mais dans
quelqu'endroit voifin, obfcur & de peu d'apparence;
fans quoi la perfonne qui eft dans le pavilion, en levant
la tte par hafard, pourroit voir le Chteau dans la
glace, & fouponner alors le moyen qu'on employee.
20. Le pavilion doit tre fort petit, ou du moins
il doit tr meubl de manire que la perfonne qu'on
y envoye, ait trs-peu d'efpace parcourir; fans
quoi l'on ne pourroit voir dans la glace qu'une parties
du pavilion, & l'on ne feroit pas fr de voir tous les
mouvemens de la perfonne envoye.

(i) La figure 2, place la page 95, exprime ceci plus
clairement que tous les difcours qu'on pourroit fire l
deffus, parce que
Segniks irritant animos demifa per aurem
Qgum qua faunt eculis fubjeta fidelibus...




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs