• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Matter
 Preface
 Table of Contents
 Preambule du testament
 Chapitre premier
 Chapitre II
 Chapitre III














Group Title: magie blanche devoilee
Title: Testament de Jerome Sharp, professeur de physique amusante ... tome troisieme
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076587/00002
 Material Information
Title: Testament de Jerome Sharp, professeur de physique amusante ... tome troisieme
Series Title: Testament de Jerome Sharp, professeur de physique amusante ...
Physical Description: 4 v. : front. (v. 1, 3, 4 v. 3, music, v. 4 port.) illus., fold. tables. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Decremps, Henri, 1746-1826
Publisher: F.J. Desoer
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1789
 Subjects
Subject: Magic tricks   ( lcsh )
Juggling   ( lcsh )
Jugglers   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
General Note: Vol. 2 has title: Supplâement a La magie blanche dâevoilâee ... t. 2; v. 3: Testament de Jâerome Sharp ... pour servir de complâement a La magie blanche dâevoilâee ... t. 3; v. 4: Codicile de Jâerome Sharp ... pour servir de troisiáeme suite a La magie blanche dâevoilâee. t. 4
General Note: Followed by his Les petites aventures de Jâerome Sharp, which was probably intended as the fifth volume of this work. cf. note on verso of t.-p. in v. 4 and Quâerard, La France littâeraire.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076587
Volume ID: VID00002
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 34939136

Table of Contents
    Front Matter
        Page iii
        Page iv
    Preface
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Table of Contents
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
    Preambule du testament
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
    Chapitre premier
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
    Chapitre II
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
    Chapitre III
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
Full Text







TESTAMENT [
SDE JKIOME SHARP,
j Profffeur de Phyfique amufante;
SO l'on trouve, parmi plufieurs Tours de fubtilit,
S qui'on peut excuter fans aucune dpenfe, des
S prceptes &.des examples fur l'Art de faire des I
Chanfons im-promptu;
*Il t Pour fervir de Compldment *
i A LA MAGIE BLANCHE DVOILE;
SPar DECR.EMPs, du Mufde de Paris.
i OUVRAGE orn de roi Figures
S Prodigia exercent : digits hi namque micantes
Attentos fallunt oculos, dum vafcula tradant
S Apta dolis : Fraudem velatam .praopete gefu,
S Virgl & voce juvaut; & ubi pofure lapillum,
Oftendunt volucrem. Stupt ore ignarus hianti 4
Spedator..... ANTI-LUC. Lib. I .
TOME TRO ISIM E.






A PARIS, ,
Et fe trouve Li GE,
Croix d'or, fur le Pont-d'Ifle.

I I M. DCC. EXXXI, X. I


ik.?


I










v. 3






TRADUCTION DE L'PIGRAPHE,

PAR. M. DE BOUGAINFILLE;

ILS font briller aux yeux du people une multitude de prer-
tiges & de fauffes merveilles. La foupleffe & l'agilit de leurs
doigts en impofent aux regards les plus attentifs; des geftes
blouiKans & rapides; beaucoup de paroles, leur baguette;
tout confpire cacher leur fraude; une pierre entire leurs
mains devient un oifeau; le Spectateur ignorant s'tonne & les
admire.









inry Ridgsty EvHl
) August 17, 1948
ibrary et Congres

,., ,.. -:. ..":,-:, i .', ^ .... :-,"











PRFAC E.


Q UAN D le premier Volume de cet
.Ouvrage part, il excita dans la Capitale,
une efpce d'enthoufiafme auquel l'Auteur
ne s'attendoit point; limpofture aux abois,
voulant faire un dernier effort pour prolon-
ger le rgne du menfonge, emprunta le
recours de la calomnie. Des Prneurs fou-
doys par l'envie, aprs avoir dprim
l'Ouvrage recherch du Public, rfolurent
de lui porter le dernier coup, en publiant
.complaifamment un autre Ouvrage, qui
promettoit faftueufement, fur la mme ma-
tire, ds explications plus claires &,plus
vraies, mais dans lequel il n'toit mme pas
question d'expliquer bien ou mal les objets
.annoncs par le titre. Cette rufe, quoique
mal ourdie, produilit quelqu'effet; car il fe
a ij







vi PRFA CE.
trouva des perfonnes, qui, aprs avoir perdu
leur temps lire'le second Ouvrage, renon-
crent la let ure du premier, s'imaginant,
centre toute vraifemblance, que celui don't
le titre toit moins emphatique, devoit tre
le plus faftidieux. Cependant l'Auteur ca-
lomni ne rpondit pas d'abord cette pre-
mire attaque; il prvit que fes Adverfaires
fuccomberoient par leur propre foibleffe,
que la vrit triompheroit un jour d'elle-
mme, & que la raifon reprendroit peu peu
fon empire. Ce temps eft arriv; les rponfes
folides que nous avons donnes dans notre
second Volume, la feule obje&ion qui et
t propofe contre le premier, ont runi
tous les fuffrages, &fontreftes fans replique.
Aprs avoir dvoil au Public les moyens
ignobles de Comprage, don't on s'toit fervi
pour l'tonner, & pour efcamoter, en quel-
que forte, fon admiration, nous avons ex-
pliqu des Tours un peu plus dignes des
honntes gens, en ce qu'ils font fonds fur







PRF ACE vij
des moyens phyfiqes, fur des conmbimoeins
ingnieufes, ou fur de petites: rufes quireui:
niffent l'adreffe des mainscelle de l'efprt.
Les dtails: o nous fommes entrs dais 'Ie
second Volume, fur totes les circonffali i s
auxqulles ilfaflt avoir igaid pour'produire
l'tonnement au plus haut dgrd, prouvent
que nous connoifflon galement la 'thdorie'
& la pratique de Part-dont :inosavis -
voil les principles: nous nie i-tenrd,'iisa'1
par l nfous encenfer ~ois-mmes, &s
vanter de nos petits fuccs; notre but ti1
feulement de faire voirt que l'Ouvrage que
nous avons entrepris fi 'devoit pas nous
parotre au deffus de nos forces. :
EN effet, fi, en compulfat les icr~itess
Anciens & des Modernes, nous avons coim-
menc par nous infiruire de ce qu'on a'ii-
vent dans tous les temps pour tonner les
hommes; fi, aprs avoir invent nous-mni-
mes, nous avons mis en pratique nos inven- '
tions & celles d'autrui pour Famufement de
a iv







viij PRJ F CE.
nos amis; fi nous avons fait un change de
nos connoiffances dans cette- parties avec
cells des principaux Amateurs, que nous
avons vus, tant en France qu'en pays tran-
gers; fi des perfonnes de, la premiere dif-
tin&ion, qui avoient la mme paffion que
nous, ont daign nous crire des pays loin-
tains pour nous honorer de leurs avis &
nop communique leurs ides; & fi, par
nptre correfpondance dans diffrentes par-
ties de lEurope, nous nous fommes trouv
placs comme dans un centre de lumires:
eft-il bien tonnant que nous ayons pu en
rflchir quelques rayons fur nos Conci-
toyens, & que nous ayons entrepris un Ou-
vrage que tout autre auroit pu faire notre
place? Cet Ouvrage n'excite point, il eft
vrai, le mme empreifement que lorfqu'il
part pour la premiere fois, parce que ce
n'eft plus ce premier trait de lumire aperu
par un Voyageur dans les tnbres; mais,
fi l'approbation du Public eft aujourd'hui







PR FA CE.


un peu plus modre, elle doit nois tre
plus agrable, puifque nous ofons croire
qu'elle efi en mme temps plus rflchie,
DES Libraires de Londres, difent, la
tte d'une Tradu&ion qu'ils ont fait fair
de nos deux premiers Volumes, qu'ils les
croyent dignes d'tre prfents la Nation
Angloife. Flatts de ce premier accueil
chez un Peuple clair, nous donnons au-
jourd'hui un troifime Volume, dans le-
quel, pour fatisfaire aux demands qui nous
ont t faites, nous. expliquons principa-
lement des Tours que l'on peut excuter
fans faire aucune dpeife. Nous avons t-
ch, au refle, de rendre nos infiru&tions
utiles & agrables : elles front utiles, fi
elles peuvent bannir certain prjugs, &
dmontrer enfin que les Tours n'ont jamais
rien de merveilleux, puifqu'ils ont tous des
apparences trompeufes, & que par eux on
ne fait jamais ce que l'on femble faire; elles
front agrables, fi, aprs avoir dcrit des







X PR F G CE.
effects d'autant plus frappans, qu'ils paroif-
fent furnaturels, nous parvenons fatisfaire
pleinement la curiofit de nos Leateurs,
& fi nous leur prouvons que chacun peut
facilement obtenir les mmes rfultats, en
fuivant les plus fimples lois de la nature.


. -







xj


TABLE
Des Matires du Tome troifime.


P BA n ULE du Teflament, & Prin-
cipes gnraux, Pag. i
CHAP. PREMIER, o l'on dvoile les
Operations merveilleufes d'une Devinerefe. 12
ARTICLE PREMIER. Logement & Ameuble-
ment de la Devinereffe. Aprs avoir coup &
raccommod des Jarretires j& des Rubans de
plufieurs manires, elle devine lafomme d'ar-
gent qu'un home a dans fa bourfe : non
feulement elle prdit des Aventures & des Ma-
riages, mais encore elle connoit la Virgi-
nit des filles la Fcondit des femmes,
& le Nom des perfonnes prfentes ou ab-
fentes, &c. &c. .
ART. II. Fontaine de Circulation, paradox
& digregfon. 35
A RT. 11I. Explication des Tours don't il eJt
parl dans PArticle Premier de ce Chapitre.
Moyen de faire une petite Figure dcoupe
qui fe remue d'elle-mme fur la main : par
quel art peut-on (en apparence) faire pa.fer
a iij







xj TABLE
invifiblement une Carte d'une botte dans une
autre, Oc. &c.? 51
CHAP. II. 73
ARTICLE PREMIER. Principes particu-
liers pour les Tours de Cartes. 74
SECTION PREMIR.E. Faire fauter la
Coupe des deux mains. Ibid.
SECT. II. Faire fauter la Coupe d'une feule
main. 78
SECT. III. Les faux Mdlanges. 8
SECT. IV. Filer la Carte. 84
SEC T. V. Glifer la Carte. 86
SECT. VI. Enlever la Carte. 87
SECT. VII. Pofer la Carte. 88
A RT. II. Tours de Cartes nouveaux ou nou-
vellement perfectionns. 90
SECTION PREMIRE. Dire d'avance la
Carte que quelqu'un choifira. 91
SEC T. II. Faire tirer une Carte au hafard,
& la faire mler avec les autres par un des
Specateurs pour la faire trouver enfuite
fur le jeu ou dans le milieu, au gr de la
Compagnie. 92
S E T. III. Faire tirer une Carte au hafard ;







DES MATIRES. xiij
& aprs avoir divif le je en quatre paquets,
la faire trouver infailliblement dans celui
que la Compagnie choiflra librement. 96
SECT. IV. Prvoir la Penfe d'un homme,
en mettant d'avance dans le jeu une Carte
choifie au hafard, au rang & au numro que
cet home doit choi/fr un injiant aprs. 99
SEC T. V. Faire tirer des Cartes par diff-
rentes perfonnes; les bien mler ensemble par
diffrens mlanges; montrer enfuite qu'elles
ne font ni defus ni deffous, & les tirer du jeu
d'un coup de main. 102
SECT. VI. Faire tirer une Carte, la mler
avec les autres; & aprs avoir montr qu'elle
n'eft ni deffus, ni defous la faire refer feule
dans la main gauche, en faifant tomber les
autres par terre d'un coup de la main droite. 0o6
SEC T. V II. Faire trouver les quatre Rois
dans le milieu, aprs les avoir fait pofer
fiparment. log
S c T. VIII. Prouver combien il eft imprudent
de jouer de l'Argent la Triomphe avec des
perfonnes don't la probit ejf quivoque. 1x
S E C T. IX. Faire une pareille dmonfiration au
Brelan, en fe donnant Brelan de Rois. 12
S EC T. X. Deviner la Carte penfe. i15
a iv








xiv TABLE
S Ec T. XI. Deviner d'avance celle de quatre
Cartes qu'une perfonne prendra librement. 119
SEC T. XII. Deviner d'avance le Paquet de
cartes qu'une perfonne choifira. 122
SEC T. XIII. Faire tirer des Cartespar quatre
Speclateurs diffrens; les nommer enfuite fans
les avoir vues, & faire qu'une de ces Cartes
fe mtamorphoje fuccelivement en chacune
des autres. 124
S B C T. XIV. Deviner la Penfie d'autrui par
un ancien moyen nouvellementperfe lionn. 129
SEC T. XV. Faire changer un Roi de Cur
en As de Pique, & un As de Pique en Roi
de Cur. 134
SEC T. XVI. Moyen prefque fJr de gagner
un Pari aux cartes, en faifant fortir du
milieu du jeu, avec la pointe d'un couteau,
une Carte que les Speclateurs croyent tre
fous le jeu. 136
S E T. X VII. Faire qu'une Carte choifie par
un premier Speclateur, & mle dans le jeu
par un second, fe trouve la premiere qu'un
troifime Spectateur touchera librement; la
mtamorphofer en une autre Carte au gr d'un
quatridme, & la faire reparo/tre un infant
aprs. I39







DES MATI R.ES. x
SEC T. XVIII. Faire croire qu'on fait avec
une adref'e merveilleufe une operation qu'on
fait fans adrefe, ou qu'on ne fait meme pas
du tout. 143
Avis intdrefant. 1-47
CHAP. III. ART. I. Voyage noclarne ;
terreur panique. 150
A R T. II. Fauffe experience de Magdebourg de
trois manires; deux moyens de manger un
couteau; hifJoira abrge d'un Mangeur de
pierres. 156
AR T. III. Moyen de ddfaire un double Nud
fans le toucher; fair paffer un cu tra-
vers une table; digrejlion intdreffante. 172
ART. IV. Le Courrier invisible; Monorime
de cent cinquante-un vers fur lEmpirifme;
moyen de fe donner de grands Coups de tte
centre une cloifon fans fe faire de mal; par
quel art peut- on imiter le Chant du Roji-
gnol? observations fur qulques Supercheries
en fait d'Hiftoire Naturelle, &c. 194
AR T. V. Exemple & prdceptes fur l'Art de
faire des Chanfons im-promptu. 217
A R T. V I. L'Improvifateur en latin; par quel
Art peut-on faire accroire qu'on a une m-
moire prodigieufe; divers examples de md-
moire artificielle, 50







xvj TABLE DES MATIRES.
Le mot de la Charade ejf O i iN, mineral
qui efj galenent connu fous le nom d'OR-
PIM ENT. d

Fin de la Table du Tome troifime.


TESTAMENT













TESTAMENT
DE
JROME SHARP,
Profeffeur de Phyfique amufante.


PRAMBULE DU TESTAMENT,
ET PRINCIPES GNRAUX.

I E premier Janvier i86, je fouffign J-
rome Sharp (i), natif de Suffolk, domicili
Paris, &c., enrichi par mes voyages dans des
pays o beaucoup ,d'autres fe font ruins; &
parvenu cet ge o l'on ne voyage plus
que dans les efpaces imaginaires, pour y btir
follement des chateaux en Efpagne, toutefois

(I) Sharp, eft ut mot anglois, qui fignifie point, ful.til,
ruft, &c.
Tome II A







X "\ 'T E 'S 'P A.' E T
en bonne fant de corps & d'efprit, mmoire
& jugement, craignant d'tre furpris dans mes
projects par la Parque meurtrire qui ne craint
perfonne,. & que la garden ne peut'arrter aux
barrires du Louvre; & voulant fire connotre
mop intention & ordonnance de dernire vo-
lont, ai fait, crit & nomm mon prfent Tef-
tament olographe, pour tre obferv, felon fa
forme & teneur, dans la difiribution des biens
que j'ai acquis.
Ces biens ne font ni immeubles, ni hr-
ditaires, & cependant ils front tellement pro-
pres mes hritiers, qu'ils ne pourront jamais
en tre privs par retrait-lignager de la part de
mes parents en ligne direte ou collatrale.
Ces biens, quoique mobiliers, comme la
perfonne qui les pofsde, font d'autant plus pr-
cieux, qu'ils font exempts des droits de la
douane, & l'abri des invafions,& des dpr-
dations.
Quoique biens temporels, c font des bnlices
Qui jamais chez Thmis ne payrent d'pices.
Ils ont auffi deux autres qualits particu-
lires qui les'diftinguent des autres biens : la
premiere confifte en ce que, nonobitant le texte
prcis de la Coutume de Paris, qui dit, donner
& retenir ne vaut, on peut les donner fans ceffer








,DE aROMa SHARP. 3
d'en tre propritaire, & mme les livrer au
nouvel acqureur fans en perdre la poffeffion
la feconde, c'eft qu'on ne peut en prendre
poffeffion qu' force de rflexions, de temps &
de patience; quiconque vbudroit s'en faifir
la hte, ne faifiroit que du vent, verba voices
pratereque nihil.
On voit bien que je pretends donner mes
hritiers des inftru&fions & des connoiflfnces;
& fur cela quelques uns d'entr'eux renonceront
peut-tre la fuccefflion, foit parce qu'ils fe
croiront affez riches cet gard fans accepter
ma donation teflamentaire, foit parce qu'ils
regarderont mon prfent comme un bien chi-
mrique: mais je les avertis que la fcience don't
je veux leur faire part, n'eft point auffi flrile
que l'Ontologie, ni auffi commune que l'art de
perfiffler & de parler fans rien dire; c'eft, au
contraire, une fcience fi utile & fi rare, qu'on
pourroit prefque l'appeler la science par excel.
lence, ou l'art de gagner de largent c'eft la
science des Tours, qui, quoique bien naturelle,
produit des effects prefque furnaturels & magi-
ques; c'eft une fcience qui pourroit nuire au
genre human fi elle toit mprife, parce qu'a.
lors elle ne feroit cultive que par des gens mal
intentionns qui auroient plus de facility en
abufer. Elle fera, au contraire, trs-utile dans
Aij







4 E ,S 9 4 ft ENT .
tous les temps, o elle fera en vogue, parce
qu'a.tors elle rappellera aux lois fimples & vraies"
de la natuxr des homes qui ne cherchent que
trop s'ea, rter.,
On verra dans la fuite de ce Tefiament un
grand. nobre, de prceptes qui, en dvoilant
l'art de fduire, mettront mes hritiers l'abri
ide.la, fduuion4 on verra que mes inftrutions
peuvent leur tre utiles dans mille occasions;
cependant je m'empreffe de citer, parmi cent
eKetnples, les trois que voici, dontj'ai t tmoin
il n'y a pas.long-temps.
Premier enemplee : Un Agioteur fit dans une
Compagnic des Tours de cartes, par lefquels
il fembloit connoitre d'avance la penfe d'au-
trui. Ses operations toient accompagnes de
,loquence la pls fPd ifaUte. Un efprit foible,
plaideur de profeWia, tmoin de ces exp-
riepees, conclut de l que l'Agioteur pouvoit
prvoir des .vnemneas plus intreffans; qu'il
pouvoit lire dans le cour des Juges, &c. En
onfquence, il le confulta fur l'iffue d'une af-
faire pineufe, & d'aprs fa rponfe, il s'engagea
imprudemment dans unprocs ruineux, au lieu
de figner une tranfantion di&e par un Avocat
prudent & honnte home.
Second example: Un Empirique, d'autant
plus craindre, qu'on ne fe mtioit point de







DE J1 5it SYrl Pa (
lui (parce qu'il portoit le cftumiii de' Mde-
cin), aprs avoir monftiCheihti ,M-plufiti
perfbnnes de -,fa cdniofiffane, es nmachinss
leriques,. hydrauliques, adoilrtques :&
pneumt atiqtues, teignit come par nmgard,
la feule bougif qui clalrit g -foi apprtelhebt i
Je fais bie>n Pal adio'tdit t ii ,is die 1iaiI rfp
rer mita fElatL allutaht la koabgie aVe le 6oqt
de mtn.:iiji in. itit'rftrs, -dtitd d~foi
index prfntd un fIU lfcfic' i1le~i dn $' di
chandelle : une ,ieiltle"Dae vott alhitret
une bdtigie par un iydtf fi *atttZondia|t(i
conclut de l que cet homnimnivotiides fedth
inconnus toutes lIs 'acilts d:'Mde6ine
trangres o6 nat on Lme e -1tie jotir ,-efl
ilonna'a ct arifiane & 'foat ib r b e f i
traiter d'une maladie imaginaire ;'*& .Em ipti'-
que, au lieu de gurir -i aag~ai'tioD, dtinna
desbreages qui oafilitr'nit fa a fivre. ::
Trotiihi exempe : Une jeune Detnoifelf',
effraye d'n bonge &:fifie d'un terrefr:pa-
nique, la veille de fe marier, 'cftite n'di
Devin fur font mariageni elui-ti ayartt des rai-
Fons d'int rt p6ur eimpcher cet hymen, tale
de faufi es merveilles, augment la terreur de
la jeune perfonne, s nmpare 'de toutes les
facults de fon ame, & l'oblige de fe dvouer
une perptuelle rolitud.
A iij







S. ,TES TA1 E NT
Si les trois perfonnes que je viens de citer
avoient t cohritires d'une fucceffion pa-
reille la .mienne, elles n'auroient point t
dupes; un pareil heritage anroit pargn
chacune une faufle dmarche; le Plaideur n'au-
roit point perdu fon temps & fon procs; la
vieille Dame auroit conferv fon or & fa fant;
& la jeune Demoifelle n'auroit pas eu le mal-
heur de cqagdier fon Amant. Il s'enfuit de l
que les biensdont je prtends difpofer, tendent
naturellement la -confervation des autres
biens, & que par confquent, ils font eux-m-
mes des biens rels.
,,Nota. L'Excuteur-teftamentaire fupprime ici
quelques details peu intrejfans qu'on troupe dans
'original, touchant les biens don't le Teffateur avoit
dj difpofd par donation entre-vifs.
Je done & lgue le premier Chapitre de
mes inflrucions ceux qui, voulant fe mettre
en tat d'amufer leurs amis dans I'occafion,
runiront en eux l'agilit des-mains la fubti-
lit de l'efprit.
Item. Je donne & lgue le second Chapitre
toutes les perfonnes. curieufes qui front capa-
bles d'une tude.rflchie, & qui auront reu
de la nature une main large & des doigts longs.
Item. Je donne & lgue le dernier Chapitre
de mes Leons tout homme qui aura dans








D.- JROME SHARP.


fes mains un peu d'adreffe, & dans-.f tte un
commeilcement de gnie poetique.
Je nomme pour mes hritiers univerfels tous
ceux qui runiront lI'univerfalit des dons &
des talens ci-deffus nomms, c'eft--dire, tous
les gens fenfs, les gens d'efprit & les amis de
la vrit,. qui fe trouveront habiles me fuc-
cder, habiles ad faccedendum :je veux & j'en-
tends que chacun d'eux fe faififfe de la fuccef-
fion toute entire, fans aucun partage, & fans-
fuivre les formalits requires pour les lgataires
univerfels, vu que les biens don't je difpofe ne,
font point fujets aux difpofitions de la Coutume
ou du Droit crit.
SJ'exclus nommment de la fucceffion.les
gens crdules qui croyent tout, les incrdules
qui ne croyent rien, les efprits foibles qui
croyent fans preuve qu'il y a des devins &
des revenans, & certain tudits qui croyent
quelquefois, fur de fauffes preuves, que le
diable avec fes cornes prfide au fabbat, & qu'il
porte un habit de tle double de faence, &c.
Nota..Les critiques bld meront peut- tre fans
tre trop fvres, l'exhrddation portde dans ce
dernier article, parce que exhoeredatio inepta res
eft in perfon extranei. Leg.. Quidam ff. de
Verb. obl. L'diteur foufcrit volontiers leur ob-
fervation, pourvu fu'ils conviennent leur tour
A iv


7 9







TESTAMENT


ue Cela n'empEchie pas la validity di tjPrantent-
Non folent, que abundat vitiaretrliptuuatm
Legs Idui folent 644q f. de Regulia jtis .
Avant de venir t l.dail de -ns i 1dts l'tf
tiom, -je Vait doinner icl due prfltipte gMentaut
qui 'appliquent tout .. pwfret wiheg htltof.rr,
en lifant 'l'Art de, fitelllUflaIl troirf, un*
nIyeti ft de f gm*htit I 'rfir? !-
Sil. iN'avertiffot.,jarait du Tout que Vaud
allez fir, crait qtre le Spe&atteut -PY1vtUI
d l'ffat qee *eluis #4lrlet radird tit'Uit le
teiupg- d'en deviner lia eatlfe,
%O Ay.tbnju'ro amt *e t qu'il l1ta6flblM4
plufleurs moyens de faire le il~ie Touri hfm
que, fi oo et, deVIne un, Vo t1,frei recourir
Un atitfe & vu fe itid te ditnfri#t pD
pirouver qticn n' rie'n devid.
30. Ne fites jamais deux fbii le mme ToUr
la prire d'uh des SpA tet r, ctir irs tcous
manqueriez coitte le premier ptc4ltC qure l
,Viens de donner, ptiifque le Sfse4teWf froi*
prvdnu de l'eflft -que vous voutrdiez 'rduire4
4". Si on vous prie de pter un *Todit i -ne
refufeg jamais dire&erhiet, pyarc que votls
donnfiez alOrs maviif,opirion d *Vb; en
fhifant fouponiner l foiblelfe d edti fioyuens;
mais potir qu'on n'hfflf pffit vou fair 19
mtme demnaiide, ptxmettelz defipter I TIr








D I J'kito M 1 '' SHIARAP. 9
fous une autre formrre &cepndantfaitoesen un
autre qui ait unrappntt dirte OU iudirea avec ce-
lui qu'n vous dinatdde ; aptsqtii voi1r ditez
que 'et1 le trnme Tut, danis lequel vtis em-
ployez le mme Inoyekl prfetit Cus un autitr
pbolht de ivie. '-Ctttrult rie tnan quC jitiaihs de
twoduir fon effet.
eb. Si vous faifiez toujorusr det Tours d'a-
~dri'Pff; Caohift ils dptnein t -tdl.1de I'oigilit
des IniJin l~&Spe&~til-,t Ciitidtiatt de vA4t 1ds

VOiteln dgez oitet etle ffii htb d tfr Tb
d'adreffe, de combinaifon, de collufidi ' de
phyfl~juiii a de :Mt 4w l 'Spe'fatei*it fa
tfvre dribt i thiy,rlt pWqFcjU tamijc'uf -k
tnni detoq qt iiqlil ~ pp;tiieiiietit dese"
'iu~feg d1frpatiate~;: ..
L 8. Qo tCil*IqOe, ttmiW3! 'tbUf6~lrJ ie .tcaif 'irnt 'fliire
't*ttite~ tiiabitlC~tn e & 1hII ifl'I '& icfdtin :de 9oti;e
tPit, qtre vbu &phge: ut w fui1ydn. &-
git-il, par exemple, d'un Tour de -imblnil-
,fu, 'fat't, U y iieu, eblftie s'il dpenidoit
,de lW detfHt ds "dist s f& R au eontritre,
efl iiii Tdtr dddrbte t5 fdi tlbts de patbiire
m~d-fldroit;-
I Si vous Ait eS des Itcurs datfi un itit
terce' totbp f de deutdi;. fbiatfls, ou de geus


i--4
*-~i








10 TE S TAM NT
trop pareffeux pour fe donner la peine de r*
flchir, il n'y aura pas grand inconvnignt
fire indiftin&ement les nouveaux Tours & les
anciens, les fimples & les compliqus ; mais
s'il s'agit d'amufer une grande Affemble, &e
de parotre fur un grand thtre, o il y aura
vraifemblablement des gens inftruits & des. f-
rets de bibliothques, gardez-vous de donner
comme inconnus des Tours expliqus dans des
Livres; & fouvenez-vous qu'il eft abfurde d'in-
tituler un Livre, Recueil de Secrets, parce qu'un
fecret quelconque ceffe de l'tre quand il eft im-
prim.
8. Ne life donc les Livres que pour vous
mettre au pair de vos contemporains, pourr
favoir fi ce que vous inventez a dj t in-
vent par d'autres; fans cette dernire pr-
caution, les gens de gnie prfentent fouvent
comme nouvelles des inventions trs-anciennes,
parce qu'ils ne font pas attention que les ides
don't ils font crateurs, ont pu germer dans d'au-
tres ttes.
90. Si vous ne pouvez rien inventer, quant
au fonds, foyez du moins inventeur quant
la forme, en rajeuniffant les anciens Tours par
des circonflances neuves; & furtout ne finiffez
jamais une fance fans en faire quelqu'un qui,
par fes effects, fa complication & fa nouveaut,







DE JROME SHARP. Il
foit impntrable la perfpicacit des plus
grands connoiffeurs; par ce moyen, ils vous
applaudiront au moins une fois; & leur fuffrage,
quoique modr, entranera la multitude, qui
vous donnera le fien fans rferve.
zo0. Quand vous ferez des Tours dans une
compagnie de gens clairs, gardez-vous bien
de vous attribuer un pouyoir merveilleux &
furnaturel; cette prtention trop exagre,
vous feroit paffer pour un impofteur, & l'on
refuferoit de vous croire dans d'autres cas o
vous pourriez dire la vrit: contentez vous
de faire entendre que l'effet don't il s'agit, d-
pend d'une caufe non commune; l'extraordi-
naire, quoique natural, fera auffi amufant pour
des gens d'efprit, que le merveilleux pour le
vulgaire.
Il. Ne faites jamais un Tour fans avoir
prpar des fubterfuges & des rponfes cap-
tieufes, pour les argument folides qu'on pour-
roit vous oppofer : je dis pour les argument
folides, parce que les obje&ions mal fondes,
n'ont pas befoin d'tre prvues pour tre faciles
rfoudre.
I2. Profitez adroitement de tous les hazards,
& des diffrens dgrs de crdulit qui vous
tomberont pour ainfi dire fous la main. Les ha-
fards favorable fe prfentent fouvent; mais il







12 TESTAMENT
n'y a que les gens d'efprit qui fachent les mettre
profit.
13. Si on vous donne deviner des Tours
don't vous n'avez pas t tmoin, tchez d'en
laguer toutes les circonflances que la renom-
me & la crdulit ont pu y entaffer; mais fi
vous voyez fire in Tour qui vous foit ineo-n
nu, ne cherchez pas le deviner, en fUppofaat
que vous venet de voir des effets rels car,
puifque les Tours confitfent toujurs en des
apparences trompeufes, vous vous earteriez
du but en chercha~nt la ralit. Voil treize Prin-
cipes gnraux, & gardez-voug de croire que
ce nombre puifibe vus porter inalher :
Si de ces treize points vous tirez avaftlage
Me dira-t- on que treite eit d'un mauvais prfage?


CHAPITIE PREMIER.

Oh l'on dvoile les operations merveilanfes
d'une Drvihtzeef.'

Q uo i QU le Teflateut tdonne-les inihc.
tions continues dans ce Chapitre comme trs-
intreffantes pour une infinitt de peribnnes, il
epourra fe trouver des hritiers ou lgataires qti







DE Ji~ OMB SHARP. 13
les regarderont come de pur agrment; ils
penferont peut-tre qu'il eft inutile d'crire con-
tre les Devins, & que perfonne n'eft affez im-
bcille pour les confulter dans ce ficle de lu-
mires : mais on obfervera qu'il eft de fait, au
contraire, que la multitude donne dans cette
erreur, &. que, dans cette multitude, il fe
trouve quelquefois des perfonnes qui, par leur
rang, leur naiffance & leur education, femble-
roient devoir tre exempted de tout prjug:
la rflexion fuivante fuffiroit pour prouver com-
bien les homes aiment le faux & le inerveil-
leux.
On imprime dans tous les pays des Livres
de Chiromancie, des Traits de Magie Noire,
des Secrets admirable, des Interprtations des
fonges, des PrdiSions, &c. Ces Ouvrages fe
vendent quelquefois un prix exorbitant.
Croira-t-on que les Libraires feroient impri-
mer toutes ces rapfodies, s'ils n'en avoient pas
le dbit, & que ce dbit auroit lieu fans la cr-
dulit exceflive des acheteurs ?
D'une autre part, le nombre des gens cr-
dules eft plus grand qu'il ne parot d'abord,
parce que telle perfonne fe vante de ne pas
croire aux Sorciers, qui, frappe d'tonne-
ment au moindre petit phnomne, va conful-
ter le Devin: on pourroit prouver cette vrit








14 TESTAMENT
par mille faits authentiques ; mais on fe cop
tentera de citer ici l'anecdote fuivante.
Chlb toit une jeune veuve, qui, pour fe
mettre la mode & ne pas parotre crdule,
avoit donn dans un excs de crdulit en ado-
ptant toutes les erreurs des prtendus efprits
forts; elle avoit accoutum de dire qu'elle ne
croiroit pas aux revenans, quand mme elle en
verroit une lgion; quoique veuve depuis peu,
elle penfoit dj fe remarier. Un foir, vers
les dix heures, elle toit en conversation avec
fon future, lorfqu'elle entendit du bruit dans fon
grenier; on s'imagine auffi-tt que c'eft un vo-
leur; on y accourt pour l'arrter, mais on eft
tout furpris d'en trouver la porte bien fer-
me clef; cependant on eft bien affur d'a-
voir entendu du bruit dans cet endroit; on
y trouve divers objets drangs & boulever-
fs, mais c'eft en vain qu'on en cherche la
caufe, dj l'on s'imagine que c'eft quelque
lutin ou quelque revenant qui s'eft vad par
l'oeil-de-boeuf, ou par le trou de la ferru-
re; un infant aprs, la lampe eft teinte par
le vent, on nrithe dans les tnbres, & l'on
entend dans un coin une voix effroyable; la
veuve, fur le point de s'vanouir, s'imagine
que c'eft l'ombre de fon mari qui vient lui re-
procher fon infidlit; elle fe rappelle alors les







DE JRO'ME SHARP.


I5 ,


derniers adieux de ce cher poux, lorfqu'une
voix mourante fe fait entendre; c'ft vraiment
la voix & le foupir d'un agonifant; & l'on aper-
oit en mme temps des flots de lumire, qui
difparoiffent enfuite par intervalles. La pauvre
femme ne fait pas que c'eft un chat qui vient
d'tre pris un pige, & qu'il fe meurt; les
tincelles le&riques qui fortent du corps de
l'animal, & le feu de fes yeux rpandent la
confternation & l'effroi. On la tranfporte dans
fon lit, & bientt aprs, les rves les plus
affreux s'emparent de fon imagination; elle
fe rveille en furfaut, mais elle ne peut plus
fe remuer; elle fent un poids norme fur
fon eftomac, fon fang fe glace dans fes vei-
nes; elle eft oppreffe par le cochemar, mais
elle -ne s'en doute point; elle croit que l'ombre
de fon mari la pourfuit par tout pour l'acca-
bler de reproches. Le lendemain, elle va chez
un Devin pour le confulter fur les inconv-
niens de fon second marriage; l, au lieu de lui
deffiller les yux, on l'tonne par des prefliges.
analogues fa position; on lui confeille de ne
pas fe remarier, &, en acquiefant cet avis,
elle renonce au bonheur.
Nota. Quelques uns de mes lecteurs blme-
ront peut-tre la crdulit de cette veuve, parce
qu'ils connoiffent dj la caufe naturelle de fi







46 T e T 4 ?4 Ji IR'T
tpreur; c'ft pourquoi je crois ne pas devoir
oQlttrp Pue circonahnce qui auroit pu les em-
b6p~effer eux-mmes, s'ils avoient t tmpins
4e J''voture. /
La veuve fut avertie, quelques jours aprs,
quetout le dfagrment de fa position povoit
provenir d'un chat pris un pige. Cependant,
tant remonte fon grenier pour s'affurer de
la vrit, elle ne trouva ni pige ni chat; ipsis
ayant aufli-tt ouvert une caffette, o etUe avoit
cach depuislong-temps quelques doubles louis,
elle n'y trouva que des mdailleq carries, noires
& informes, ce qui l'obligea de peafer que fon
or avoit t ainfi ntamorphof, pour l'emp-
ehr de fe remarier. Des Antiquaires, qui
on montra ces mdailles, ne purent connotre
ni en l'honneur de qui, ni quelle poque elles
avoient t frappes. Je prouverai videmment
qu'il eft trs-poflible que ces mdailles n'ayent
pas t faites par des homes; mais je renvoye
cette dmonfiration un autre article, pour
donner le temps de la rfleion Ceux qui ai-
ment deviner euxwm6mes .


ARTICLE E








i' ,'
ARI C..L Pu M iBA.
Logement & Ahmeubletieh de Det ineeifer
Aprcs aYoir couP &- racconm'modid des Jar*
retires & des Rubans de plufieuis t ni~tes
elledevine la Somme d'argent qu'n komm'
a dansfa ourfe : neon feulement elle prdit
des Av. ntes &de Matfgi s~,mais encord
elle coinoit la Jirginirtde sfilles, la Feon.
dite des femmes, & le iVo- des perfonn/ 4
prfe tes ou abjentes &ct &c .

N jour jeus oecaflon de parier: Jn Joaa
lier, qui montroit dans une Compagnie un cridr
tichement garni. Il fit voit, entraiutres bijoux j
une rofe de diamans, qu'on voulut lui acheter
amaisil rpondit qu'il in'avit Ias le droit de,'l
Viendre, & qu'elle appartetioit ~jiie Tirufi di
eartes. On lui demand ce qu'il ehtitldoitpartvni
T2ireufe de cares? c'eft4 dit-il une efpqe d4e:
*entarire, qui fait profeflion de tirer les carte"
pour dire la bone venture. tr1s ce moment
plufieuts perfonnes de, la compagnile dfirrent
faire connoiffance avec cette Devinereffe 4 i
firent ce raifonnement i Cette femme poffd4
une rofe de diamaris qui vaut au moins cent
Tome .Ii






8 T ES T A MNB N
louis (Nota que les diamans toient faux &
ne valoient pas dix cus; mais on les prenoit
pour des diamans de Glconde) par confquent
elle doit avoir d'autres bijoux & des meubles
prcieux t'roportion des diamans; donc elle
a fait fortoae.dans fon tat : d'o il s'enfuit
qu'elle doit:avoir'des, talents fuptieurs.(comme
Aflafprfa ter & la baffejf, gui atcompagnent la
mdndiocrit, n.onduifointpas plufSla fortune que
la mode ie ou la noble flertddes gensA talents Sur
ces raifons,plu4leurs perfonnes rfolurent d'aller
chez la ti'ufe de cartes pour la confulter. Nous
les fuivmes-, M. Hill & moii on pour nous
fire inftruire'de l'avenir; car 'duS'faiions
peu prs quoi nous en tenir fur ce point; mais
pour .voir jiifqu' quel point les hommes peu-
vent draifohtmer & tre'dupss dans certaines
circonflancs. Le: Bijoutier nous conduifit chez
la Pythie, que :nous trouivmes loge dans un
cul-de-faci :au inqiiiie tage'au dffus de
Pentre-fol. Nous vmes dans ce galetas une
vieille dente, au mention de galoche, don't
l'accoutrement & les meubles he rpondoient
pas parfaitenent l'ide qu'on s'et 'tit for-
me d'apr la rof~ de- diiamans. Elle avoit
fait defliner furt'le-mari de fachambre, par un
Peintre la grdffe broffe, des raies rouges &
blanches, qui auroient afez bien reprfent








DE JBROME SHARP. IQ
une tapifferie de toile peinte, fi on avoit pu les
voir de loin. On vooit fur la chemine une
grande glace enpeinture, vis vis laquelle on
avoit, deffin une. pendule avec un cadran
bleu, qui, comme on le penfe bien, marquoit
toujours la mme heure : trois fauffes portes
cloues fur le mur annonoient un appartement
vafte & commode, quoiqu'il n'y et qu'une
chambre; tandis que deux chats maigresprou-
voient, par des miaulemens continues, qu'ils
n'toient pas encore morts de faim. La Sor-
cire, en habit de deuil, nous apprit qu'elle
toit veuve, & que fon mari toit, de fon vi-
vant, Profeffeur de peinture. Nous demand-
mes s'il toit Peintre en miniature, ou Peintre
de batailles: elle nous rpondit qu'il toit Peiri
tre en bAtimensa & que c'toit lui qui avoit
peint les meubles de la chambre o nous
tions.
On nous fit affeoir furides banps autour d'un
tabli de menfiiier, qui fervoitde table. La Ma-
gicienne vo~ant enfuite ;donner un chantillon
de fes talents: tira d'une bote ute demi-aune
de ruban $eurs d'or,j qu'elle fit couper en
plus de vingt morceaux ,& qu'elle mit aufli-
tt dans une autre petite bote ronde & plate
comme un cu -de 6 livres, en difant: Vbus
v voyez .fas doute, Meflieurs que je n'aurois
B ij







10 TEBSTAMBNT
, pas la folie de couper ainfi un ruban prcieux,
n fi je n'tois en tat de le raccommoder fans
qu'il paroiffe avoir t coup ".Un infant
aprs, elle pria quelqu'un de tenir la petite
bote, pour qu'on ne pt pas l'acculer davoir
fubftitu un autre ruban; & nonobftant cette
precaution, le ruban fe trouva tout entier quand
on ouvrit la bote. Cette botte, toit d'une fim-
ple feuille de fer-blanc, &.l'on remarqua bien
qu'elle n'avoit pas de double fond; d'o il s'en-
fuit qu'elle n'toit pas conftruite de manire
cacher un premier ruban coup, pour en fire
paroitre un second tout entier.
Pour prouver qu'elle ne changeoit point le
ruban, la Pythoniffe fit une feconde experience
de la manire fuivante : elle montra un second
ruban qui enfiloit deux pieces de bois, fig. -.




A




Elle tira alternativement les deux extrmits
A & Bi & quand une de ces extrmits toit







DE JROaMn0 SHARP, I r
tire droite ou gauche, l'autre-lia fuivoit
toujours, comme appartenant un feul & mme
ruban: enfuite elle fpara l'un de l'autre les deux
morceaux de bois, comme dans lafig. z,


& coupa le ruban par le milieu, comme dans
lafig. 3.


Cependant, aprs avoir rapproch les deux
morceaux de bois, comme dans la fig. t, elle
tira le ruban tout entier par l'extrmit A,
B iij







A TESTAMENT
& le fpara totalement des morceaux de bois,
f'. 4.








Ne croyez pas, dit- elle., que je me ferve le
ces deux pieces de bois pour. vous fafciner les
yeux : je vais couper une jarretire par le mi-
lieu, en la tenant implement dans mes mains,
fans aucun instrument qui puiffe concourir
vous fire. illufion, & vous verrez toujours te
mme fucc, de -ma part,: alors.elle fit couper
le ruban en deux parties, dont on vit auffi-tt
les quatre bouts. Elle noua enfemble les deux
moitis, don't. elle fit tenir les :trmits par
deux perfonnes pour empcher l fubftitution:
cependant, aprs avoir tenu le nopud un infant
dans fa main, elle le fit difparotre en remet-
tant la jarretire dans fon premier tat. Ici on
la fouponna de n'avoir coup, qu'un petit bout
de la jarretire, & de l'avoir, par ce moyen,
un peu raccourcie ; mais elle eut bientt d-
truit ce foupon, en faifant mefurer la jarre-







S Yf l to iMt i S >'A R P.
fire pour la couper & la raccommoder une fe-
conde fois, & la rendre enfuite datis fa mime
longueur.
Aprs cette quatrime preuve de talent, que
nous exiaminerons de prs ,.dans un Article
part, fur lI fin de ce Chapitre, la Sorcire
commena fOn tirage de cartes, dans lequel
elle dit. des chores tonnantes pour toute la
Compagnie, fans en excepter M. Hill, quoi-
qu'il m'et ditun inftant aiparavant que cette
feimme ne devbit pas -tre bonne Sorcire,
puifqU'elle roit pauvre. lie pronona plus de
deux cents.ptopofitions fur les affaires prfen-
tes, pafles & venir des diffrentes perfonnes
de la Compagnie. Parmi toutes ces affertions,
ily en 'edttun grand nombre de vraies, & l'on
i'eni trouva pas une don't on pt dmontrer la
fauffet. Elle dit un jeune homme qu'il avoit
aim une blonde fort jolie; que cette affaire
lui avoit occafionn des tracafferies; qu'il avoit
eu des rivaux en grand nombre; qu'ils avoient
crit centre lai des lettres anonymes; qu'il avoit
encore d'autres peines effuyer, mais qutil
finiroit par tre heureux. Elle dit M. Hill
une tbonne parties de fes ventures paffes, en
lui en prdifant de nouvelles & de plus fingu.
lires, & en lui difant, fans l'avoir jamais vu
& fans 'avoir connu direaement ou indirefe-
B iv









ment, qu'il avoit dans fon gouwiet une bouf
pleine de louis, parmi lefquels fe trouvoient
trois cus de 6 livres &deux pieces de S4 fols.
Le fab astant ttouv .V mi, M. Hill; tonn,
demand par quelle pn6tration extraordinaire
elle pouvoit qnontFti des chofes fi myftrieu-
fes Ce n'eft point par ma pnrationo, r.pond
dit-elle, que je dvoile les plus grands myftres,
ce font les cartes qu'on tire, won les lois 4
fort, qui i in*truifent detout les pieces de 24
fols font toujours. dgfgnes par les carreaux,
les ous de 6 lv, par les tr~fles, & les louis
par les o.urs or., vous voyeA auffi bien que
mool, ontinua.t-ell en.parlant M. Hill, que
vous avez tir plufieurs cartes au afartP, parmi
lefquolles il y a deux oarreaux, trois trfles
& beaucoup de curs i par confquept voua
devez avoil dans votre bourfe deux pieces
de 24 ibls, trois 4cus de 4 liv. 8; beaucoup de
louis,
Alofs on lui demand fI M. Hill avoit eu
des enfans; elle, rpondit qu'elle onen favoit
rien, 84 que les cartes enen faifoient pas men,
tion, puifqu'il n'toit fortriaoune carCtede l1
quatrime mineure en pique. Cette rgponfe au-
toit pu paroitre un simple prtexte de la vieille,
pour cacher fan ignorance fur des faits don't
ele o'tait point af fore, s fur lefq4es 9n ass







ar= -JoMR SHARP. bf
trit pu facilement la contredire miais on n'o.
foit dans ce moment la fouponner d'incapacit,
cafe de, operationon ingui re -qu'on ~.eDoit
de Voir, & dans laquelle le nombre 'des car-
reaux, des trfles & des coeurs, tirs au ha-
faid correfpondoit fi merveilleufement au
tombre des pieces de 24 fols, des cus :de 6
lives & des oigs cachs dans le gouffet de
M. Hill. .
CependantM. Hill vouintila poufer- bout,
a pria de tirer les cartes une feconde fois, pour
deviner s'il avoit eu des enfans. Puifqu'il faut
vous le dire, rpondit la vieille, l'abfnce comn-
plette de la quatrime mineure en pique prove
que vous n'aves jamais eu les honneurs de la
paternity. Votre prtention eft fauffe, dit MIV
Hill, car ma femme vient d'accoucher. Je le
fais, & je le vois par les cartes, repliqua la
vieille; mais je perfifte dans mes prtentions,
& je foutieds que vous n'aves jamais eu d'ea,
fans.
Cette rponfe adroite & piquante ayant oc,
oafionn quelques clats de rire, qui ne plurent
pas beaucoup M. Hill, on demand la
vieille fi une certain femme de la Compagnie
avoit eu des enfans; la vieille rpondant que
c'toit trs-facile connoitre, tira de fa poche
ppe petitefigure d'enfant, qui ne parqiffoit autreo









chiofe qu'un petty, morceau de .wlin peinte &
dcoup, ig 5 -








Elle pria cette Dame demettre cette dcoupure
fur fa main, enailidifant : Madame, fi vont
'n n'avez point eu d'enfans, cette figure va ref-
,,ter couche & parfaitement imfiobile; mais
,fi vous avez gott, ne fit-e qu'un instant,
,ile bonheur 'tre mre, cet enfant va fe re-
Smuer, fe mettre fur fon fant, exprimer, par
fes mouvemens, la fenfibilit& de vote oetura,
wr& cela en mois d'une minute, fans que per-
n fonne y touche n. n mme temps la vieille
mit une figure pareille fur la main d'une jeuni
FDemoifelle de .la" Compagnie : cette fconde
-figure refta fans movement; mais la premi-~i
frtillant comme une carpe, prift"'quitta pli-
fieurs. fois de fuite la position, qu'oin avoit an-
nonce : fes mouvemens toient fi vifs, qu'etie
feroit tombe par terre, fi on n'avoit penf lt
retenir, 'en la remettant diffrentes fois vers








DE JL ROM E SwHARP. :27
le milieu de la main. La Dame, pour faquelle
on faifoit cette operation, avpua qu'elle avoit
eu des enfans i & la vieille, en oprant ainfi,
runit tous les fuffrages ,, tant par la vrit de
fon affection, que par la fingularit defon ex-
prience.
La mme Dame, furprife plus que perfon-
,ne,.fit de nouvelles questions': n Apprenez-
moi, dit-elle, fi mon mari reviendra bien-
tt de la champagne ,. il reviendra bientdt, r-
,pondit la vieille; fon retour vous caufera le plus
grand plaifir & vous lui direq : MON CHER.
,AMI GEORiGES.... Quoi, repliqua la Dame
en l'interrompant, eft- ce que vous favez fon
nom Sans doute, dit la vieille; car les
, lettres g, e font toujours dfignes par le roi
nde cour & la dame de carreau; & le fept
" de pique & le huit de trfle marquent les let-
Stres o, r : or, vous avez tir les fus dites
, cartes dans l'ordre que je viens d'annoncer,
, par confquent les quatre premires lettres du
, nom de votre mari font g, e, o, r; ce qui me
Sfait, prfumer qu'il s'appelle Georges n. Ce rai-
fonnement part dmonftratif pour deux rai-
fons, 1*, parce, qu'il toit inintelligible, &
qu'une infinit de gens admirent ce qui eft au
deffus de leur intelligence; %, 'parce que la
conclusion annonoit le. vrai nom de Mon-


-.i h~ie








8 T B ST A&M NT
fieur & de Madame Georges & qu'un rai-:
fonnement femble toujours bon aux yeux du
vulgaire, quand il tend prouver une vrit;
comme fi on ae voyoit jamais de faux raifon-
neurs qui cherchent tayer la vrit fur des
fophifmes.
Ce nouveau trait de la part de la Devine-
reffe, joint Ce qu'elle avoit fait M. Hill,
mit dans l'enthoufiafme tous ceux qui favoient
que la vieille n'avoit pas t prvenue de notre
vifite, & que, par confquent, elle n'avoit
pu faire aucune information fur notre compete
pour prparer fes oracles. D'une autre part,
perfonne de la Compagnie n'toit' d'intelligence
avec cette femme pour l'aider 'nous tromper,
& c'toit pour la premiere fois de fa vie qu'elle
nous voyoit. Toutes les circonfiances fem-
bloient donc concourir pour nous faire regar-
der cette vieille comme une prophteffe; &
vos, mon cher Leteur, qui. regarded peut,
tre cette hiftoire comme un conte fait plai-
fir, quoiqu'elle foit vraie dans tous fes points;
que diriez-vous, fi tant all chez une Devi-
nereffe pour rire fes dpens, elle commen-
oit, quoique vous voyant pour la premiere
fois, par dire votre nom & la' foime d'argent
que vous auriez dans vote hourfe? Une pa-
reille fcne, fielle fe paffoit fous vos yeux, vous







DE JAROME SHARP. 19
feroit peut-etre changer d'opinion; & ds ce
moment, croyant aux fortilges, vous feriez
peut-tre un aveu don't vous auriez rougir.
Avant de prendre cong de notre Magicien-
ne, nous lui demandmes quel toit le nom
d'une jeune Demoifelle de la Compagnie que
nous avions amene avec nous; auffi-tt elle
confulta les cartes en les tirant & en les com-
binant fa manire, & finit par nous dire qu'elle
ne-pouvoit pas dcouvrir le nom tout entier,
mais que le nomf' commenoit par une r, &
finiffoit par un e; cependant, ajouta-t-elle, je
ne fais fi mademoifelle s'appelle Rofe, Rai-
monde ou Rofalie. La Demoifelle, qui portoit
ce dernier nom, fut auffifurprife que nous d'une
pareille rponfe; non feulement parce que cette
rponfe, quoiqu'incertaine, touchoit rellement
au but, mais encore parce que l'incertitude &
l'efpce de mfiante avec kaquelle elle toit
prononce', prouvdient l bonne-foi & la bon-
hommie de la perfonne qui nous rporidoit.
Je demandai enfute la vieille' fi j me
marierois avec la mme jeune perfbnie don't
elle venoit de deviner le nom : elle me rpon-
dit qu'elle n'en favoit rien, mais qu'elle alloit
interroger le fort : alors elle mit un roi d
coeur dans une bote, qu'elle me donna, en
me priant de la tenir bien ferre dans ma main







I .. T ESTAMETr
droite: elle mie enfuite la dame de trfle dant
une autre, boite qu'elle donna la Demoifelle,
en la priant de tenir cette bote dans fa hiain-
gauche ; psprsqupi, elle, me :pria de prendre
avec ma ,maip :ggache la droite..de la Demoi-
felle.. Maintenant, dit- elle, ,,egeficulant, &,
en nous lanant _riregard effroyable: ,,je vous
Smagntife par l'influence de Jupiter & de Sa-
nturne; je vous annbnce, que fi le fort doit
Svous fpaer pour' toujours, les deux cartes
Sque je. viens d'enfeimerr refleront chacune
>.dans fa bote.pour exprimer votre fparation
Spar leur loignement : mais fi vous devez
y vous unir fousles lois de l'amour & de l'hy-
Smen, yous allez d'abord fentir dans votre,
,coeur, une palpitation extraprdinaire; & le roi
de coeur, qui' eft dans la main d4e Morfieur,,
,va: fortirp.ifiblement, de fa bote, pour al-
,ler jqindrp~la r dame de. trfle dans la main de
, Miad moipfle., ,eci n'eftpoiqt-unbadinage,
contin'a;,,-eile. ep egardant fix int la jp
p.erfopn e,'&e 1i' ~ii ttant le, pulp : ; Je. ns
dj' que. .vtre, cour palpi &, que lerpi
, de cur efL. dans vtre bote ,. La Demoifell
avpta ,qu'ele .venoit de fentirf, ne:opprefion,,
un affaflment. & pe ba, terteI .4e coeur extraox7
dinaires :&,,n4oi, impatient de lavoir .la vrit
touchant ,u experience fi fingulire, j'ouvris







'DE JgJ1Q.M4 SiUa ..


naibgte,avec ppeipitation, &z jen'iy trouvai
rien, quoiqu'elle n'et pas t ouverte,-depuis
q4fpn.y a; oit mis le roi de cour. Lesdeux cartes
Ce. trouvrent runies dans la bote o la dam
de trfle toit feule un inftant.auparavant. ,
SQuoique cette operation tonnante part tre
'un heureux prfage pour moi s e voulus con-
tredire la vieille fur fa prdiAion, en feignant
d'tre mari, pour lui prouver que je ne pou-
vois pas poufer Mademoifelle Rofalie; mais
elle repliqua qu'elle .toit bien affure;:qte ne l:pouferoi s, as jen premires, iibcs.-:UJn
instant aprs, quelqu'un lui dit' loreille qub
j'tois; clibataire, que je imx'tiso dit mari
pour le feul plaifir de la contredire.. Je m'en
fuis aperue, it-el!e tout bas, & j'aiyolu uik
prdire un vMemeni fcheuxpour, li rendre
la monnoie ,e ,f pi,. ",Au refte, co.tinua-
t-elle tout hautp j'ai non feulemeent,'art de
, prvoir les yvnemens,, mais je pof4ee quel-
, quefois dans nes maips les caufes .me i peu-
, vent les avancer ou les retarder :. Ije la;priai
- de dtruire., s'il toitpoffible, tut:coulp e r-
oit retarder mon bonheur; mais elle me dit que
cette parties de fon talent ne pouvoit re: exer-
ce ni dans tous les temps, ni dans tous les
lieux.
Enfuite on lui demand fi une autre Demoi-







35 :TES TAtE1 t
felW de la Compagnie avoit toujours t biti
fage. La vieille, pour rpondre, ft choifir,
dans un jeu ordinaire, deescartes ur le dos
defqueles on ne voyoit d'abord aucune critu-
re mais:o qn lifoit, aprs les avoir jetes pout
uninftant dans un bocal, une ifponfe trs-ana-
logue. laqueftion propofe la jeune perfonne,
fur la fageffe de laquelle on fifoit des informa.
tions partt enorgueillie de la rponfe favorable
qu'elle obtint d'abord c'ft pourquoi la vieille
pour la:punit de fon orgueil, & fous prtexte
de favor fi les cartes diroient toujours la mme
chofe, fitiparotre fur une aeutre carte une fe.
conde rpo nfe,- ui, en interprtant la premiere
lui donnoit un-fehs tout 'ppbf. Cette feconde
rponfe-humilia la jeune Demoifelle au point
qu'il falluti en;dnner une troifitne pour la con-
foler; 'itaihfi que la vieille donna fucceflive-
mentc fix. rponfes, qui, fans fe 'contredire di'
reetetnnt i arinongoent' le pour & le contre
tounch~ant Ifiagffd l perfonne en question,
& qci' fifole nt par:tre alternativement le cha-
grineti lfa,'trnit" fur' fon front. Voici les fix
rpofifes 'tei "qu'on les lut mflre qu'elles
fortoienm da bocal.



Premire







DE JaROME .$ItR. 33
., Premire Rpon -
L'Amant qui te demand un bonheur attendri,
Par ta fvrit ,fe trouve confondu.

Second R'ponfe.,
Ton Amant, par hafard, fe trouve confondu,
Car je connois ton got pour le fruit dtendu.

Troid me Rpone.
Je connois ton penchant pour le fruit dfendu;
Mais aux foins de Colin tu n'as point rpondu,

Quatrime R fOonrf.
Au fidelle Colin, fi tu n'as rpondu,
A la grappe d'ailleurs tu peux avoir mordu.

Cinquime Repone.
Tu pourrois la grappe avoir un peu mordu;
Mais tu tiens ce bijou que d'autres ont perdu.

Sixime & dernire Rponfe.
Oui, tu tiens ce bijou que d'autres ont perdu;
Du moins tu dois l'avoir, car on te l'a rendu.
Cette dernire rponfe fut donne la jeune
prfonne d'une manire myftrieufe. Elle n'-
toit point, comme les autres, fut une carte
Tome III. C








4 '' i TEs T 'M B' *
jouer, mais ft,"r.6ne fiile d paper o on ne
voyoit que ds,potes de pufiqueformant des airs
connus. Cette feuille, pareille celle qui fert
de Frontifpice ce Volume, court de main en
main fans que pefonne pOt en dchiffrer l'cri-
ture ryftique, except la jeune perfonne qui la
rponfe s'adreffoit, Trelft le pouvioir d mon
, art, dit la vieille, que, quoique cette citure
f, oit indchiffrable aux yeux des hommes les
Plus pntrans, je peux en un infant, & fans
, prononcer un feul mot, 'mettre qui que ce foit
n en tat'de la lire, & d'en faire une paiteille ,.
La Devinereffe, aprs avoir donn., par ces
divers moyens, la plus haute opinion de fes ta-
.lens ou des dons merveilleux qu'on lui croyoit,
fit une infinit d prdifions en vers, auxquel.-
les tout le monde part ajouter foi.
La curiofit du Lefteur ,'touchant les opra-
tions de cette femme, fera pleinement fatisfaite
dans un Article partfur la fin de ce Chapitre.
En attendant, il fuffira d'avertir ici que nous
n'avons donn notre fuffrage *cette prtendue
Magicienne, dans la vifite que nous lui avons
rendue, que parce qu'elle poffdoit au plus haut
dgr l'art de nous fair croire des menfonges.
Sep fit, oblat& rerrm ut dulcedine capti,
Miremur faciles, plauj'lque fequamur amico,
Qui nos decipiaut. AN'TiLUc.







b t-em SUAP.P.


35


*L.R.. *. . I I 6

Fontaine de Circulation, paradox 'di,
grefion.
Fa. RA- des prefiges dont j'avois t t-
noin, je tchai de fire prolonger la fanc
chez la Devinerefle, pour avoir occafi6n de
lui arracher quelques uns de fes fecrets; mais
autant elle toit habile dans l'art de faire illu-
fion, autant elle poffidoit celui d'luder toutes
les'demandes indifertes qu'on pouvoit lui faire
c'eft poutquoi, quand je la priai de me dire
comment elle avoit pu deviner, le nom de Ma-
dame Georges & &e Mademoifelle Rofalie j
elle me rpondit de cette manire : i Croyez-
vous, Monfieur, que je puiffe vous enfeigner
en un infant ce que je n'ai pu apprendre que
par une application continuelle pendant un demi-
ficle' Savez-vous la Phyfique, la Chimiei.
avez-vous tudi la Cabaliftique & l'Aftrolo-
gie avez-vous come moi, vingt ans de
Philofophie dans le VENTREt f (L'expre/flon
ne me paroit pas noble; niais je crois qu'en fidel!.
iftlorien je dois me counter de rapporter Jim-
plement les faits tels qu'ils font, au lieu de les
dguifet fous prtexte de les embellir). Aprs cela,
elle me demand fi je connoiffois la vraie caufa
Cij








36 T E.s'T A lE xT 1
qui fait turner la lune autour de fa terre, &
la terre autour du foleil : je lui rpondis que
,je croyois la cqnnotre : & comme j'entamois
une longue differtation pour lui prouver mes
connoiffances cet gard, elle m'interrompit
pour me demander fi je favois ce qui fait cir.
culer le fang dans nos veines. J'allois lui ex-
pofer fur ce point mon opinion & mes doutes,
Squad elle me montra une machine fort finguli
re, qui exprimoit, quelques gards, la circula-
tion du fang; c'toit un instrument de verre com-
pof de deux boules & ide deux tubes. Voyez la
fig. 6, qui reprfente cet inftrument vu de profile
_* t;







DE J itdMi' lS ARP. 3f
La liqueur defcendoit lentement & infenfi-
blement, par un gros tuyau, de la boule A
la boule B, & remontoit rapidement & vi-
. fiblement de-la boule B la boule A, par un
petit tube tortu & prefque capillaire. Les gout-
tes de la liqueur montante toient fpares en-
tr'elles par de petites bulls d'air, ce qui per-
mettoit de diftinguer plus particulirement leur
movement, qui fe fifoit par petites fecouffes.
Quand on fe fit rcr la vuepai l'infpe&ion d
cette machine, on demand qui & qtoi elle
pouvoit tre utile?
i , rpondit la vieille, elle eft utile t'i
vrir qui P faite, quadd il tro6ve un achteu r
2a, elle lui eft utile fans la vendte, pnif4e, par
ce clef-d'eduere d'indutfrie, il. faith prete de
talens aux yeux de ceux qui peivmnt I'ptoyet
pour' la coriftruion d'antres otvrages moins
difficiles qupique plus nceffaires; 3, elre eft
affez utile, :eu guard d la tnodieit',du: rix
qu'elle cote (i). Si, fans imire perfounri
elle fait plaifir quelqu'un parce que les plai
firs innocens font nceffaires l'hommn il exifit
tant d'hommes don't la ftanteft attaque petits
coups par une multitude de petits dfagtitens,

(i) Les Marchands de baromtres en donnent pour IS
livres.
C iij







38 T E:s TA M i ,T
qj'on leur rend.un frvice rel en falant iUver'
fion leur. ennui;.4, elleeft utile',. ou au moins
elle peut le devenir, fi, en fourniffant inatire.
gux raifonnemens des Mdecins, elle peut, en
leur. dvoilant les lois de la nature, leur fair,
,mieux connotre Plart de gurir; g*, elle eft tile,
fi elle fait voir auxPhyficiens avides de nou-
veauts une efpce: d movement perptuel,
Quant ce dernier point, lui rpondit-on,
vous pouvez le rayer du catalogue.
Pourquoi celaq ,epliqua-t-elle? 'eftil pas
videntque le jet de liqueur qui fefgime dansla
Ipole,infrieure ,uar lieu pendant tout le temps
t yu'i;yaura de la.liqueur; dans la b.ule fup7
rieure qui- fert-d ( rervoir1 or, ~l.y,? a aura
jtopujYFs ,&r perptut, ,puifqpy vous ypyez
que a liqueur remonte d'elle-mme .l'enroit
d'o elle eit parties, que le r fervoii fe remplit
par en-haut ; mefureiqu'il te vide par ea-bas..
On, lui obfervy que:, felon les- lis:der la. na-
ture, un jet d'eau, ne peut jamais remonter.juf-
qu'au rfervoir aufde des frottemens &'de la
'fifance de l'air, &c.
Et qu'auriz-vous me dire, repliqua-,-elle,
fi je vous fouponnois de ne pas.biep onnot-
tre les'lois de la nature que vous citez, ou fi
je me flattois d'avoir trouv le fecret d'viter
les frottemens & la rfiltance de l'air, que vous







DE JAlO.4ME SHgRP. 39
regarded tort come des obstacles invincibles.t.
iais je: ne me flatte, de rien ; daignez feulement
jeter un second coup d'oeilfr la machine ;voyez
un jet qui monte plus .h ut que le rfervoir,
nonobftant yotre thorie; & foqu nez-vous bien
que, la nature, pour :produire des phRnom-
nes ,'attend.pas, qu yous: en coQnoifie 'e-:
plictioe. '
Cette ,rponfe partu, fi, demgnftratiye, q5 eu
perfo.pre neut rien repli~iue. Ce n'eft pas
tonnant; on voyoit la machine pour llpre-
minre-fois ;.la. yieille avpit.euieemps de.pr-
pare1 fesfophifmes,, & nous n'avions pas eu
elui*,ge:r parer .nos rponfes,:' d'ailleurs, elle
avPit p~pjours. foinde. tenir laboule infrieure
enveloppe, q las in q mouchoir ;pour ecaleer
nos,.yeux.la raie caufequp,ppdiifoit l'afcea;
fionI,dela liqueur. Sans cette precaution, o,
fe feroitaperu que la.liqueur, formant le jet
ne got. ga.e eni er dans leuyau capilaire i
qu'l, en tqmhoit .une.,partie 4as;;a boylle i.f-
rie;ue .,qp, cette liqueur xemliffant la bpoul
eY Ui.pgu,. ighaffoit .air., Lmme: plUSY
vygr ri;b ule fuprieure .que qt .air, en min-
tant dans le.,tuyau capillaire., pouffot devant
pi laliquur qui s'y trouvoit engage que cett
lique~ r fmnoptoit .vec d'autant; plus de. facility
vers la boule fuprieure, qu'il, fe formoit dans
C iv







46 T'~ ,fi n M: A s r r
cette dern eune efpcevde e, & que l'air s'y
rarfioit chaque infant par l'coulement de
la liqueur defcendridte; enfin, que la liqueur ne
montoit dans le tuyau capillaire que pace que
la boule infrieure fe remnpliffbit peiu pe, &
que, par confquent, lorfque cette boule feroit
entirement plein, la machine devoit s'arrter;
La vieille faoit bien que fon movement
perptuel ne duroit qu'une demi-heure ; c'eft
pourquoi elle fe hta del'enfermer dans une
armoire. ,
Un jeune home de la Compagnie profit
de cet infitant pour me dire tout bai, que fi
cette, femme avoit dauffl grands taleis-qu'ell
le prtendoit, elle devoit avoir gagn du bien.
La vieille, qui l'entendit, lui repliqua Vive
mient: Jeune-hbainme fans experience coi-
i ment favez-vus que je n'i pa' gagn de bin'
r ne pourrois-je pas avoir fait fortune & l'avoir
S.perdue dans.tun procs9 croyez-svous qu'il
neft impoffibl'de fe ruihrpr lbiefiffaifatice
SEt d'ailleurs,ie pourroit-on pas avoir du bien
comme vous, fans en faire une vaine parade?*
Le jeune home, piqu de cette apoftophei,
lui prfenta fes armoiries, au bas- dfqtrsiHl
on lifoit cette longue devicee : VirtuarproatIruath
ad fidera vecus. Puifque vous tes ;fi -bontie fo
cire, lui dit-il, devinez de quefignifie +celatiW.







DPR JIOME IS - "RP.


Alor je profitai d'un infant de diftra&ion de la
part du jeune home, & j'expliquai, ce latin
Ara vieille pour.la mettre en .tat d'humilier
un Orgueilleux;. La vieille part ne pas m'-
couter, & repliqua de cette manire. o Mon
art e, me done pas le don des langues au
fiprme:dgr.;mais:je vois, fans aucune ma-
gie,. qu'il eXifte uneinfinit de petits tres qui
fecroyent nceffaires, quoiqu'ils doivent leur
exiflence une mildtude d hazards; je vois
qu'iLexifte.deshbinmes glorieux de leur vertu
& de leur naiffance, qui comptentquelquefois,
paami lears-*a~i~~s s ,des:tres auffi mprifs que
mprifables. Savez-yous, Monfieur, continue
la-iieille en-pirlat au jene4homme, ce qu'-
toidn certaitrIde v.os aeux, & dans quelle pro,
feffion vous ~ecraeriez,-s;i ,toit poflible:de
fouiller jufqui'44'dux centime gnration en
montant en lignied'oite .?
n, Lp jeune-h iammeoeiacoutum*-aux calculus g;.
iatogiquews fir .elors ue. obfdrvatlon ing.
iufee: il 4 npefHpdtipofibltei4itdt, de monster
fvhmat;, parce qte*on*emtpt3an ans pour cha-
queg6n,rstigil8~~3 de centsicque vous venez
da fupp&fer , t:i:remateiqi6t au del~ de la iCpiti'ton ptiu-
que, felon les Chronologlftes'r;tMode n'exifl
*a.depits enviro 57866 ang.Mais, ,jouta-s-il,


4x








+Z T T X", ]q I 'R\N T
aprs.avoir rflchi -un. inifant4 vous adMietteo
peut-tre 1'hrfie des Praoianiites ,& deg hdf-
toiresplis anciennes que.leEiniateuque.1... Enr
fuite faifant djautres czje4ure,.,nonbftan
les .rcl*mations de la vieille qi -qilfoit de vains&
efforts pour l'interrampre;iI. dI our s Von cS yezz
peut-tre.le eMo rd nel,,cQno Ie l'a i'v4,k4
il y a djLrii
pripatticienne2J-N, e. feriezrive1bs pas de- 'Pc'e
d'E picure..: o.d'Amiftbte %'vous, cro.yez ,iPbutb
tre comnim latMttie queri:bminoaiientiitdes
finges ,;du, comne .ie; Miaiped*e ovns ci,
ptons des.requinm,& ,;dee

L'a viei eraty r.li ifeaut bigiementilejeu.
ne-ho mmp dude;Jei~s~a~swr~ F_~tialtd*uiia'a
une d ku 'bo w 1blis-
le; ramnena alne B obferva qu'elle n'avoit-,paspiad'&dopter es
fy~~es~d~iames$r~ftu o qd!en

trente;pobr ch;qu DS~~it~ai:mUo dexte

coup' / difr
elle,- veto.l~4~. eme 3eFiers ret~~
f~ui `.terr~-i ~~jkpe clq~i~~~ js pk;s~ ebeaefo~qi i
Sfont 10os9pres, Commun ciri uIt, a u
Le jeuhie-bom 4AYoulo eMdimt*j"- w*







DE J ROME SHARP. 43
:ans lui fournir aucune occasion de mordre ou
de centredire, fon tour, fit alors parade d'une
faon de penfer trs-philofophique, en difant :
Je vois bien, Madame, que ces vachers & ces
porchers font'les tres injuftement mprifs,
dont nous tirons notre origine; mais je ne vois
pas encore oi font ces anctres mprifables don't
vous avez parl.
Vous le faurez, dit-elle, quand je vous aurai
prouv qu'un de vos anctres a commis un crime
norme, & que c'eft peut-tre ce forfait que
vous devez votre existence. Le jeune-Homme,
impatient, la dfia de prouver cette affection. Il
fe croyoit d'autant mieux fond dans fon dfi,
qu'il toit prefque' inconnu en France, tant
originaire d'un pays lointain.
Avant que je vois, prove le, crime .de vos
aeux, rpndit la-vieille, permettez que je vous
fffle en abrg l'hiftoie des miens.
Mon pre, foldat ds l'enfance, dferta d'un
rgitnent, qui prit, quelque temps aprs, dans
un: naufrage en allant aux Indes. Ayant f4it
fortune en pays tranger, mon pre profit
,d'une, amniftie pour rentrer en France, &i con-
trada un marriage, duquel je fuis ne. Vous
voyez aufli bien que moi, que, fi mon pre
p'avoit pas dfert, il auroit pri avec tous fes
camarades, qu'il n'auroit pas pu fe marier, &







44 T STA TAiM E M N
que, par confquent, je dois ma naiffapce au
crime de 'dfertion..... Mon aeul toit Pro-
cureur, & qui plus eft, fort honnte home: il fe
voyoit ruin par la fcondit de fa femme, qui
mettoit ad monde deuxjumeaux tousles ans; c'it
pourquoi ils avoient rfolu de vivre enfembli
comme frre & four. Un jour qu'il toit poufl'
par le diable, & peut-tre par la faim; ii fit
ne fauffe signature pour gagner cinquante mille
livres: dette aubaine lui fit oublier la promeffe
qu'il avoit faite ma grand*mre, & neufmoig
aprs mon pre vint au monde. Vous voyez
maintenant que, fi mon aeul n'avoit pas' t
fauffaire, il auroit vraifemblablement 'ctlt
la convention faite avec fa femme, que moir
pre ne feroit pas n,: & que, par confquent;
mon ptre & moi nious devofns notre xiftence
au crime d faux..... Mon bifaiul toit M1
decin, malheureux & miftabl, parce qu'il
habitoit un pays o les habitansjouiffoient tbu-
jours d'unie bone fant, & mouroient de mnord
fubite. Accabl de chagrin, il tbit un jour fui
le point d'avaler une forte dofe d'opium, lor
que le neveu & l'hritier prfomptif d'un rich
Traitant vint lui offrir une fommernl'cnfidable,
condition que la dofe d'opium feroit donni
l'oncle financier. Enrichi par ce mnoyen, 1l
.Mdecin fe maria, & devint la foucie commiun







D J-JgRQ.ME SHAtP.


de plufieursfamilles. Vous voyez donc que morn
biaeul fut un empoifonneur, & que mon aeul,
mon pre & moi, n'aurions jamais vu le jour,
fi la richefle de mon bifaieul, acquife par l'em-
poifonnement, n'avoit occafionn fon maria-
ge.... Je vous pargne Phiftoire de mon trifaieul,
qui dut.fa naiflance l'adultre & l'affaffinat:
je fupprime celle de mes autres anctres, qui
commirent le viol & l'incefle, & qui ne vcu.
rent que de ftellionat & de parjure.
Maintenant, continue la vieille, convien-
Sdrez-vous avec moi que, fur deux cents hom-
mes pris au hafard, il y en a au moins un qui
a commis une fois en fa vie un de ces crimes
que les Lois puniffent quand ils font connus,'
ou un de ces forfaits qui reftent toujours im-
punis, & qui n'en font pas n\oins dteftables;
tel qu'eft, par example, le menfonge fur des
fits graves & intreffans, l'inattention & la
negligence dans la juflice diftributive, & le
dfaut d'humanit, lorfqu'au lieu d'tre com-
patiffant pour fes femblables, on fe laiffe guider
par l'avarice, l'orgueil & l'gofme?
Il feroit, rpondit le jeune-homme, d'autant
plus facile de trouver un homme coupable fur
deux cents, fi on pouvoit lire dans tous les
ceurs, que l'homme le plus fage pche fou-
vent : Septies enim adet jujius. Proverb. cap.







S46 T S T.AM , t-
24, t. z6. D!ailleurs, ajouta-til, fi le fItir
fonge eft mis au rabngdes crimes, les coupa-
bles ne font pas rares puifque 4'flonle Pfal-
mifte, omnis homo mnndax, P.C 1 ;le crime
d'homicide eft. aufi plus common qu'on ne
penfe, pulifque, necare, videtur, ui denegat ali-
menta. Leg. Necate, ff. de Lib agnofe. En- ua
mot, il y a peu de gens qui piffent dire, 1Ef
in me caritas de corde paro de confcientid bond ,
de fide non fic. I. Tim. I. On crut alors, que
le jeune-hommealloit commencer un Sermon
ou une Jrmiade; mais il n'en dit pas davan-
tage.
H bien, dit la vieille, au lieu de prendre
au hafard.deux cents hommes vivans, parlons
de vos deux cents aeux :je fuppofe qu'ils vous
ayent laiff par crit l'hiftoire dtaille de toute
Ilur conduite, depuis' leur naiffance jufqu'au
jour de leur marriage; vous conviendrez, d'a-
prs ce que vous venez de dire., que, dans une
hiftoire auffi longue, vous trouveriez vraifem-
blablement l'aveu de quelque crime commit
dans des circonftances pareilles celles don't
je viens de parler dans l'hiftoire abrge, de
mes anctres, & que, par confquent, c'eft '
e crime que vous devez votre existence. Vous
voyez maintenant, ajouta la vieille, que fi je
n'ai pas traduit en bon franois votre devife







D Rl jVR.O M , SK.IP R?.


(. VKirnapro amorn &c.), je vous prlave affez
.bie2u4l'elle f'efpas parfaitement .raie ,_&qu'
certain gards :vous:.devriez l'effacer.
J-e vous ent tnds, 4it le jeune-homme,
*Unde fuperb.It homo cujus conception culpa

ilit vou's prOvez'trop ,ajoutalt-il, car, en ap-
pliquant vos raifons chaque homme en parti-
eIlier', on prouveroit que toute la gnration
'atuelle doit for xiftence aux drinies de nos
aeux, & que, par confquent, le Monde n'exif-
teroit point, fi nos anctres avoient t ver-
teteUx.
Vous allez vous -mme trop loin, repliqua
la vieille, parce tiue, fi les crimes qui ont oc-
cafionn l'exiftence d la gnration aauelle n'a-
voient pas eu lieu, les vertus oppofes auroient
produit d'autres hommes, au lieu de ceux qui
exfitnt prfent. Je vous le prouverai par un
feul example. Si mon pre avoit t fidelle fon
Prince, 1l auroit pri fur mer': Les biens don't
il a joui dans la fuite auroient tt ou tard paff
dans les mains d'un clibataire; &, en occa-
fionnant fon marriage, ils auroient donn naif-
fance une'autre famille.
La vieille, en foutenant avec efprit un fyf-
tme qu'elle n'adoptoit pas intrieurement, avoit







T ES- TAM E IRtT


potr but d'humilier le jeune-homme, & d le
rduire au filence: par ce moyen, elle efproit
de pouvoir dbiter les oracles les plus.extraor-
dinaires fans donner lieu. aucune rclamatiQn,
& que, dans toute autre occafion, fon adver-
faire, accoutum l dfaite ,s'avoueroit vaincu
fans livrer le combat. Cependant le jeune-hom-
me, un peu revche, entama une autre que-
relle : Puifque vous tes fi favante/, dit-il, ap-
prenez moi ce qui fe palfe maintenant aux
Antipodes. La vieille toit trop aguerrie pour
fuccomber dans une pareille attaque. Quand
j'aurois, dit-elle, plus de cent bouches, &
que je parlerois pendant dix ans fans difcon-
tinuer, je ne pourrois pas vous dire la centime
parties de ce qu'on faitaux Antipodes'de divers
pays : mais fi vous me demandiez, par exem-
ple, ce qui fe.paffe aux Antipodes de la Nou-
velle-Zlande, je rpondrois que, rion loin ,de
l, je vois un petit homme qui ne peut ruffir
s'en fair accroire dans une Compagnie ref-
pe&able:. Madame, rpondit le jeune-homme,
ce qui.rend cette Compagnie digne de refpe,
eft-ce la prfence d'une vieille SQrcire : Ici
on fut interrompu par M. Hill, qui, voulant
faire- diverfion pour ipaifer une difpute naiffan-
te, demand ce qui fe paffoit dans le voifinage:
Chez nos voifins, dit la vieille, je vois une
jeune






DE 'JaRI OME -S r R Pi A49
jeune femme qui careful fon vieuts mari, & fes
careffes font un menifoge; 'plus loin, ajout.-
't-elle, je vois un Auteur pgiaire cotorfntit
un Trait de Morale & .de Politique, & qui,
nettant icbntibution. Sneq'"& Puffidbrf,
compete cacher adrotment fes lattins 4-prte
q4i'au lieu de' copier d iilt ite page entire
danstiafil Livre, it pille-alteihatiemen'tnme
feiiftifrafe: dahs chcaun. j'n- voisun ift'ti~t
qui cotip6f une Differtation:fiur le moye 'tripler lapiputati6nadf un in -tat fans ui~tUid-
Ster le iimlire des malheureux. Un trdifieihe a
trouv.'le'ftcet d*auigtienter ls revnus.d utR i
'de tIlts'de trois quarts'en arrofantitotss tei-
rains'ariddes pa des niraiicins: pareilIs -.*-'cde
d ,Marly. Je vois ailleuir; cd'tirita-telle, tin
Sculpteur*qtiifait le"buffe d'Urbain Grandier,
.condamn aud fe, contfi.'r'n Mgicien, dans 'in
ficlee o les hommes nitiuntpas foreitrs.
Je vois biiie ait' ibnh, 'dans' tr ib l ,"'itn
pdadrt -~i ir clleu' trii dkie.fl il'd fi;
fes lves le regardent come urr dfPiter
tchnt def f foftraire i fa'dotminatird tyran-
nidie. IIs' rieffrit pas atetenti'on' qeh'lir'ii-i
chancet nceffite fa rigueur, fans 'Iqifltl'is
fe liirerdirdit tous les inatxdefinircnfiPs
p sd' id, e'vdis dans unjardin dicie~ uin
Lyce -d le Mattre' plein, de douceure-d~
Tome JII. D







0 e TT tes oIMEr N
ador de fes Difciplesi fes prceptes fon,'~, u
-ayee docilit i Teodres, toujours motiv.s,
neo.nt.que des avis falutaires; la fageffe guide
.fep pas, la candeur & la frnit l'accompagnent.
.Io7erroit-il tre trop bon, puifqu'il eft affur de
.rgner dans tous les coeurs. .
Je vois ailleus un Plaideur de bonne-foi, qui,,
yu r obtenir julice, fe content, d4expfer les
.,fji.av.ec nairvel & fiiplicit.. Il fuppofe.que les
qois font affez connues de les Juges, fans qu'il
-fbitnceffaire deles iter &,de les commenter. II
.neraintpointla mrauvaife-foi de fon adverfaire:
a'iogrigue d'une jolie femme, qui follicite centre
lui, ne:lui porte aucun ombrage.,Hlas,!fi '-
.loquence, l'intrigue, &. la mauvaife-foi font con-
rte lui,, quoi lui fervira lajuflice de fa caufe?
SJe vois dans pne formillire n. million d'in-
.ff .&es:phmres, qui, luttant fans ceffe contre
leur 4efltrion., s'efforcent par inflinO. de fe
rendre ,ilmortels, mais ,ont la trjfte exigence
ne touche ,cependant qu'un feu point .dansla
fucceqion des temops.
SJe vois, dans une, contre fertile, des ani-
nuX qui lfe foit. multiplis en raifon de la f-
condit du terrain qui les nourrit. Leur multi-
.picationwa aufa famine, mais la famine.a
productt !indpfitte, l'induqdirie rame n.' a-
:hondance. Ces animaux.font au refte fort fin-







)l JiOMB SiHA .l, jt
'guliers s ils ont la fineffe'des rienards, la figure
des finges, 'induftrie ds abeilles la- doudeur
des moutons & le courage des lions. Ils font
des maifons come les caftors & de la toie
comme ls araignes : ils planet dans les airs
comme des aigles fifBent comme des ferfis,
agent comme.des poiffons ,& parent combine'
des perroquets.
Ici la vieille s'arrta pour fire une idfidit
de Tours de cartes, 4ie nous expliquerens dans
tn Article part: :



Explicaton des Tours don't il efJfidd dans
lrArticle premier de ce Chapiitr. M~en de
fire une petite Figure dcoupe p tiife remue
d'elle-mmefur lamain :par quel art p*ut-on
(en apparence) faitepajfJrinvi/~f~ emkit une
Carte d'une bofte dans une autre, .c c?

SA vieille dut fan fuccs, dans la fance
don't je Viens de patler, parties fon induffrie,
parties au hafard. Quatd je' dis au fafaid, je
ne prtends point parler de ce je ne fais quoi
auqiuel les picuriens attribuent la runion des
tomes & la formationde l'univers S & que led
D'ij



5l









Thologiens regaer4ent.ave raifon come use
pre, ,himre : j'enkjnds par ce mo des faits
r-els, & des circonf.tanc, .dont la vieille avoit
adrigtement profi,,, fans; yf donner ieu. par.
Fgi~t;ildiftie, La p Mire fois qu'elle raciom.-
t da.lJa:jarretie. eoup~e, elle ne fit qu'en
hfititeru7-Reragonp4er4af unse autre bote de
la manire que voici:
dtfli-tt qu'elle wut mis ley morceaux de la
prexiftr jar.et eir 4as : e, petite bote, qui ,
comme nous l'avons dit, avpit la- form~ d'un
cu de 6 livres, eelle prit cette bote, qu'elle
zavot lai*'e un feul infant fur la table, & la
tint dans fa,' aib droite, come dans la fig.7.









Dans ce mme temps elle.x qpi t Ieo e bpte.
cache dans la mnime ainentree la naifnlice.
du pouce de l'arnpplai,, ffg 8;, a~s, ne.
vo.yPit.pas cette, fe.ofCde ,.ote,, parcel ; qup,. la
vieille ne tournoit vYrs la Compagnie que le. 4e
hors.de la main, come dans la fig. 7.







DE JSO -'A'S ARP. '3
Aprs ce premier prptaratif, elle tpia'qtIel
qu'un de garder lq~J ..ena44jrivant un demi-
cercle aveC fa mai, ccamme pour prfenter la
bote avecplus-dg olte'e e: c'eft ed dcrivant
ce demi-cele q.P:lk laiffa tobi-errrias fon ta-
blier la preniire ibpe, q1u'el te*it au bout
.des doigts Oiur ne laiJ r pJ btre quela feconde,
que tout leFtnonde prit gPoer la preiire quand
elle fut pifente, coimmedans la g. 9.









Cette fupercherie ruifit avec d'autant plus
de facility S -.ilt t pIo i tl prvu que la
fubftitution roit faite dans et Inflant, parce
qu'on croy*t que le~yi de ftbfiituer con-
f2fioit dans. I conftfuiiot'mm'de la bote.
Le fecqn4, moyen de taccomnioder la jarre-
tire coupbiconfiit di dans la cnfirution des
deux morcetlax de poi eMbploys pour cet effet.
La Devinerefle ,en coupaitin apparence la jar-
D iij








54 T Es TA ME NT:
retire a point ,fig. to,









n'toit point emba rrafle pour la faire parotre
toute entire ,puifque le morceau coup ne faifoit
point parties de la jarretire, qui, au lieu de tra-
verfer diree&ement les morceaux de bois come
le croyoit le Spelateur, les parcouroit dans leur
longueur en fuivant les directions B, D, C.
Quant,aux deux autres moyens de raccom-
moder la jarretire couple, les voici:
i*. Ployez-la come dans la fig. t; tenez-la








DEB JftROM SARP. a
de la main:droite au'point C;de la main gau-.
che au point ,, & faites remarquer que le point
B eft celui,du milieu, & que, par confquent,
fi on la coup, capoMljE i elle. fera partage en
deux parties lga1es.
a2. Quan&vous ferz furle poiipt de la fire
couper, poetezla, un-peu vers vous en l'-
loignant du couteau ou des cifeaux, fous pr-
texte de fair voir que, vous n'avez point dans
les mains une feodde jairetire que vous puif-
fiez fubftitu*" la preifij quand elle fera
couple.
3" Prfei~lt a une fee tndefis en faifant
un movement des deux bras pour la porter
en avant, & faififfez cet infant pour fire
pager le point B dans la main gauche, & le
retenir avec l'annulaire & le petit doigt de
cette main, tandis que les autres doigts de
la meme main continueront de tenir la jarre-
tire au point 4f & que vous faifirez le pint
.P avec .le doigt du milieu & le pouce de la
.main droite..
Si vous fuivez de point en point ce que je
viens de dire, vous.pourrez, aprs une demi-
heure d'exercice, le fire avec affez d'adreffe
pour que le Spetateur croye qu'on lui prfente
couper le point du milieu, quoiqu'on lui
prfente rellement un bout; parce que la jar-
D iv








16 Z T Z tA-M 2 #, T ,;
ratire f -Arouvera atjs, ~ploye .eommiedaas it




-. '-



S. .







On voit dans cette figure que le point B &
le point D ont pris la place l'Pu de l'autre, &
que la fupercherie doit tre cache par les deux
mans qui tiennent foujours la jarretire, l'une
au point C, & l'autre au point A.
S4. Quand'la'jareti're: fera' c6p au point
,D, fi vous abandonnez ce que' vous tneiz
'dans la'main drdite, les deux parties de la jar-
retire feront arranges hntre elles cmme la








DE JihR^KV ?SdlXRP.
.e t r;4cet arrangement deouvrirait au Specr

... * l*










tateur ce q'il faut lui cachek. s'il jiiit vu tel
qu'il e dans la figure t3; mais, en;pofant le'
pouce a.siat~.pi 4,a, Q geibi e come
dans la fig. z4.


Par ce moyen, non feulement le Spectateur








58 TWI'USTA>IlWNT
pead avoir vu couper la jatretire.par le nai
lieu, mais encore j croit p voir clairement -
les deux moitis tles quagrd bouts.
50. Prenant, avec la .main droite les deux
b'outs E, Fde la guse 44, i aut les entrelacer
comme dans laj 55.
6". Achevez d ferrer cetnoeudt en tirant
un bout avecles dents, & l'atre avec lamain
droite, jufqu' de que la jarotire ait la former
de la figars t6'.







.La japirctirusn edans ette.derire~ r e,,
,fera croire au Spe&ateur que vous venez de
.nouer enfemble les deux moitis,, 8 cependAt
il verra relIapen~toute la jarretire dans r a
longueur, l'excption d'un petit bout qui -y
trouve attachtyerle_ mileu par un noeud-tot-
ilant.' :' |
'i. Donnez teiir un dss Speaateurs!le
bout H, k prenat alors le milieu de la jt-.
ftirera-ceift' x mains, faites femblant de
cacher le neud dans la main droite, tandis








DE JiROME SHARP. $9
qu'aveo la main gauche vouale ferez gliffer vers
l'extrmit G.
8". Priez quelqu'un de la Compagnie de pren-
dre le bout G, aprs avoir emport de la main
gauheJe noeudque leSpeCtateuarcroit toujours
cach dans la main droite.
9. Portez le neud dans votre poche, fous
prtexte de prendre un mouchoir ou de la pou-
dre de fympathie vous pouvez' auffi cacher
tout implement l neud dans vote main, que
vous porterez fur le ct, en tenant ngligem-
ment le bras en anfe de panier, &c. &c.
xo1. Avertifez la Compagnie que le Ioeud
qui a t.fait au milieu de la~jarrtire y fera
toujours trs-vifible; mais qu'il eft atuellement
affez ferr pour que la jarretire puifle fervir
comme auparavant.
iz. Priez la Compagnie de redoubler fon
attention, & dans ce moment ouvrez brufque-
ment la main droite, pour faire voir au Spetartur
tonn que vous faites beaucoup plus que vous
ne ,venez de lui promettre, puifque la coupure
& le nud ont totalement difparu, & qu'il n'en
refle aucune trace.
120. Faites mefurer la jarretire, & profitez
de cette occafion pour vous mettre un infant
l'cart, & dnouer le petit bout retranch.
S30. Mettez en double la jarretire qu'on vient








o \ T' TABA1 NsT N
de mefurer, & pofez-la dans a main gauche
avec le petit bout galement double. La. jarrei
tire & le bout doivent tre dansla main comme
dans la fg. t7, & parotre comme dansilaf-l. 8.











14*. Coupez le petit bout par le milieu au
point A; alors la jarretire parotra comme dans
la fig. .4, pag.57, & chacun groira voir les qua-
tre bouts des dux moitis de la jarretire,
j5. Faites tenir comme auparavant les deux
b&uts de la jarretire deux perfonnes diffren-
tes, & faites femblant de garder dans la main
droite les autres bouts que vous avez fait paro-
tre, en donnant, en apparence., un coup de
cifeau par le milieu de la jarretire : efcamotez
ces petits bouts, qui font les deux moitis du
premier bout retranch, comme vous avez
efcamot le neud de lafig. ;6.







D 19 JR9 AM 0 MS 6rA R ri


z6*. Dites la Compagnie que le neud ne
paroitra point cette fois-ci, mais qu'n com-
penfiti6n la jarretire fera raccourcie d trois
pouces.
iP.'Otez la main droite otur frprendre
le Spetateur, en lui faint ioir nao feotlement
qu'il-ne refte aucun noend, mais encore que la
jarretire a toujours fa mme longt.ur'
N jr..i'. Ut' nmes amis venoit d fthire, ce
Tour dans ure Compagnie, Ibrfqu'une Dathe
le pria de rpteri furtne jarretire qu"ll fear-
niroit & qu'elle couperoit elite -inme': -lV,
dame, lui rpondit mon ami, fi j'avoi le ta-
lent de vous amur en jouant de l flte ou du
vioTont, poutriez:-ous exiger raifonnablement
que j'en jouaff galement bien enrraifant tenir
mon instrument par une autre perfbnne Cette
rponft, laquelle on ne s'attendoit point,
rifa fans replique, quoiqu'elle ne ft qu'un
fubterfuge.
-Nota. '. Que ce Tour doit tre imhfdate'-
rient fuivi de quelques autres pour diftiaire
attention des Spee&aetrs, & qu'avant de le
commence par' I' deriier moye, il ft bon.
d donner navement entendi qui'il-confifte
fflrtiituer iune jarretire entire celle qu'on
doit couper en deux parties galese Cette rufe
feroit une raifon de plus pour empcher le


6r







6z T:g-s ME.rI. -
Spetateur de croirequ'on ne coupe qu'un bout;
& come il porteroit alors fon attention s'a-
percevoir d'une fubftitution qui ne doit pa
avoir lieu, il fe trouveroit infailliblement fur-
pris de ne l'avoir point aperue -, & -de voir'un
effet qui femble la fuppofer nceffairement.
Pafonns maintenant aux autres operations de la
Devinereffe. -
Ce-qu'elle dit um jeune-homme ; touchant
fes affaires- de coeur n'toit pas bien diffidile
deviner, puifqu'il ry- a gure de jeunes gens
de 25 ou 3o ans qui n'ayent prouv quelque-
fois les tourmens dlicieux de l'amour, qui,
voltigeant de la blonde la brune, n'ayent t
pris de quelque objet charmant, ou prtendu
tel,: & qui i'ayent eu un certain nombre de ri-
vaux rels, ou imaginaires.
Elle put aufli dire M. Hill une parties de
fes ventures d'une manire gnrale : Quand
un homme a voyag, on peut connotre fort
fouvent -fa premiere conversation, qu'ila t6t
bien loin fans qu'il le dife explicitement : on
peut diftinguer trs-facilemnent par fon coftume,
fon teint s fonaccent & fes expreffions, s'il vient
de 'Efpagne o de la Ruffie; alors, fi on lui
dit qu'il a t dans des pays lointains qu'on
ne dfigae point ,mais qu'on appelle implement
nrridionaux ou feptentrionaux, felon la cou-







DEB RJ,oM fi S HA RP. 6
leur de-foau vifage; & fi on ajoute cela qu'il
ui eft arriv des ventures plus ou moins grt
bees, felon que la beaut de fa taille & de fa
figure paroiffent lui en avoir, donn4 occafiop,
tes rpoofes .peuvent donner lieu de nouvel-
les affertions, que l'on peut dtailler ou rtrac-
Sr. moiti en lesiaterprtant:fe!lople beoin,
Le. propositions fur l'avenir peuvent tre anr
nonces d'une, manire plus; dtaille & moins
gnrique :V lles ne demandent-prefqup aucupe
.cicconfpetion de-,la part du. Devin ou de la
Levinereffe,,.prce qu'il etimpoflible d'en d6-
pontrer fu p,echamp la fauffet...
La vieille .devina le nombre d'cus de 6. li
vres & de pieces, de ,.4 fols. que M. Hill avoit
dans fa bourfe, par un hafard que.voici : Une
de fes voifines, qui lui fervoir de, Commre en
Juilprtant fes fecqrs dans .l'occio., avoit vu
;par hafard M] Hill dans une boutique de Mer-
ciqr, un dentiquat-d'heure avaqnt. qu'il entrt
chez la vieille .;.iM Hill avoit acht4., dans cette
.boutique quelquesnmerceries,. 8pour: les payer
il, avoit tir de fa poche une~ ourfe moitid
-pleipe de louis-: ,a Commre voifine, don't nous
venons de pader,- 'toit aperue, fans fire fem-
,aot de rien, que M.. Hill payait pour 3 ivres
S2 fols de nmarchad4ife, & que : fuaun louis on
Jui repdoit trois, s de 6 livGres & deux.pie-







64 .* T:Ee PA.ME l T.'
ces:de 4fols :.:voyaa t .un -i~ ant:aprs dqud
M. Hilt, e it it: lez l Daovinerffe, elle, p4~
firma que c'toit pour fair tirer tes cartes enm
cinfqenee, ellenvoya ila .8rcire un petit
crit qui 'averfTilffdded ce. qu~w:M Hill avoit
dans fa boirfe -CGefait eft arriv telque je viens
de l' raebhter: ld: Vieille me:'la avou,' & nm'a
lit ed metettmpi que lorfque le'getrfsivenoient
la cnfirlter -pioai l.:prexire foi, :elle les rein
voyoit rdiirmetie focus -prtette d'occtfpa.
,tions importandes&'qiue fai vofite! fivoit alors
fecrettemnt~is'~~i efofr's ren 'oyes pour fi-
voir leur demeure & s'infort~er'ei'fuite de ler
'nom & di eurs affaires. Elle a ajout qu'elle
-nous aroiitgaleenent renvoys' tre artive,
fi elle ifavoit reu par hafardt de la part de
fa voifine, uine inftruion qui Iui 'fuffifoit dans
ce inimoent fir 'nous 'donner la plus hIuteid6
de fes taie dns' PArt des : Devslle m'
-dit enfin qi5ilIe avoit embloy l'efeamotage &
les faun t riges, pouring mttre, cotmme par
hafard, :diis' rie range e; caftes:, duix -ai`-
reaux & troi tr fles parmi beaucoup de course,
"poir nous file'e-oir tpr li q lrraingeiieit
de ces artes exprimoit dupi-cs. de i.4o fs,
tirois c'tde 6.fivres &'le 'giand noinbre: k
'louisque M: Hillavoit darrnsl'bdu fe.- -
La' rpotine q'U i'vieiltl fit i.;HHI ,'in
lui







DE JROME SHARP. 6
lui difant au hafard qu'il n'avoit point d'enfans,
ne pouvoit jamais la mnettre dans l'embarras,
puifqu'on auroit admir la vrit & la jufleffe
de cette rponfe, dans le cas o M. Hill n'au-
roit rellement pas eu d'enfans; & que, dans
le cas contraire, elle pouvoit donner une om.
bre de vraifemblance fa proposition. Elle nWa-
voit qiu fe rappeler la repartie de Benferade
a un Seigneur fouponn d'impuiffance, qui,
pour prouver l'injuftice d'un pareil foupon,
fe vantoit que fa femme venoit d'accoucher
(Monfieur, rpondit Benferade dans cette oc-
cafion, on n'a jamais dout de votre femme).
Telle fut peu prs la rponfe de la vieille
quand M. Hill voulut la contredire, en affurant
qu'il avoit des enfans.
La petite dcoupure mife fur la main d'une
femme pour deviner fi elle toit mre, ou pour
fire croire qu'on pouvoit deviner par ce moyen,
n'toit autre chofe que de la raclure de corner
faite avec un morceau de verre ou un rabot :
cette fubftance animal, quand elle eft mince
comme du paper de ferpente & longue d'un
pouce fur environ fix lignes de large, fe remue
trs-vifiblement fur la main, tant elle eft fenfi-
ble au nouveau dgr de chaleur qui la pn-
tre. On lui done avec les cifeaux & le pinceau
la figure d'un enfant emmaaillot, pour la ren.
Tome III. E







66 TESTAMENT
dre plus myftrieufe & plus analogue la quef-
tion propofe, quand il s'agit de deviner la f-
condit d'une femme. Si c'eft une fille qui pro-
pofe la question, on met fur fa main une figure
de taffetas qui refte parfaitement immobile. Si
on fait, au contraire, que c'eft une femme,
& qu'elle a des enfans, on lui donne la corner
dcoupe don't les mouvemens frappent les
yeux, tandis que la rponfe affirmative tonne
l'efprit par fa jufteffe.
La vieille fut facilement que la Dame qui
tenoit fur fa main la dcoupure de corne toit
mre, & que la jeune fille qui tenoit fur fa main
la dcoupure de taffetas s'appeloit Rofalie, parce
qu'elle avoit trouv dans le billet apport par
fa voifine la note fuivante : s Faites bien atten-
Stion que la Dame au jupon noir efi la mre de
la jeune Demoifelle au ruban bleu. .Pai entendu
nque l'une difoit l'autre, avant d'arriver che\
vOUS: SOUVIENS-TOI, ROSALIE, DE NE PAS
n ME NOMMER, ET DE NE PAS M'APPELER TA
MRE; & l'autre a rpondu, oui, MAMAN .;
On voit par l qu'une precaution prife pour
embarraffer la vieille, a fervi la faire triom-
pher.
La vieille devina par hafard que le mari de
la Mn~me Dame s'appeloit George; mais, dans
cette circonftance trs-fortuite, elle mit beau-








fE JEROME HARir. 61
Coup d'adreffe. Voici comment: on avoit chant
depuis peu, chez elle, une chanfon don't les
verfets finiffent par ce refrain

George, George j
Donne-moi de ton fucre d'orge.

Elle avoit les oreilles & Pimagination fi frap-
pes de ce refrain, qu'elle le rptoit fans ceffe ;
de forte que, quand la Dame au jupon noie
demand fi fon mari reviendroit bieritt de la
champagne, la vieille alloit rpondre, oui, Ma,
dame, & vous lui ditee fon retour: George,
George, donne- moi de ton fucre d'orge : mais,
fe voyant interrompue, & n'ayant pas le temps
de prononcer fon refrain jufqu'au bout, parce
qu'on lui demandoitcomment elle pouvoit con-
notre le nom de M. George, elle comprit auffi-
tt qu'elle avoit prononc le nom de la perfonne
en question j & profit de cette circonftance
pour faire croire qu'elle avoit devin par des
moyens merveilleux & magiques, ou par la
fimple combinaifon des cartes, auxquelles on
fait fignifier tout ce qu'on veut come au fou
des cloches.
Mais, me dira-t-or, fi l'homme en queflion
n'avoit pas eu le nom de George, la vieille fe
feroit r6ellement trompe en lui donnant un
E ij








TESTAM BNT


nom qu'il n'avoit pas: comment auroit-elle fait
pour cacher cette erreur?
SJe rponds qu'il n'y auroit mme pas eu d'er-
reur, parce que la vieille ne prtendoit pas
nommer la perfonne par fon nom; le mot de
George n'toit donc dans fa bouche qu'une faon
de parler, comme quand un Amant dit fa
Maitreffe, qui s'appelle Louife ou Margurite:

Belle Climne,
Terminez ma peine.
Prs de vous, belle Iris,
Sont les jeux & les ris.

En faifant couper le jeu de cartes de la main
gauche, & en joignant cela plufieurs autres
crmonies vaines en apparence, la vieille toit
plus adroite qu'il ne parot d'abord; parce que
les crmonies dans les Tours, quelqu'inutiles
qu'elles paroiffent, frappent toujours les yeux
& l'imagination, partagent attention du Spec-
tateur, fervent, fouvent de moyen pour cacher
des manipulations, & de prtexte pour excufer
des erreurs.
En ne devinant que la premiere & la der-
nire lettres du nom de Rofalie, quoiqu'elle
ft le nom tout entier, c'toit encore de fa part








DE JROME SHARP. 69
un tour d'adreffe, & j'oferois prefque dire un
trait de gnie. Par l'ignorance apparent des
cinq autres lettres, elle fembloit prouver vi-
demment aux Spe&ateurs que les deux lettres
devines n'toient point connues par des moyens
ordinaires, parce que hacun faifoit le raifon-
nement fuivant avec quelque efpce de vrai-
femblance : n Si la vieille favoit le nom entier
de Rofalie, elle le diroit, parce qu'elle cherche
produire, en devinant, la plus grande furprife
poffible: or, elle ne le dit point; donc elle l'igno-
re; par confquent elle n'a pas t avertie fe-
crettementde ce nom-l; donc,fi elle en devine
la premiere & la dernire lettres, ce n'eft point
par des moyens communs; & comme d'ailleurs
elle combine les cartes avec attention & rflexion
en faifant couper de la main gauche, il eft clair,
d'aprs tout ce que nous venons de voir 8c
d'entendre, que les cartes lui fervent dcouvrir
les vrits les plus caches ".

Belle conclusion, & digne de l'exorde!

Pour fire trouver enfemble le roi de coeur
& la dame de trfle, quand il fallut prdire
mon marriage, la Devinereffe employa les bo-
tes double fond de la manire fuivante : elle
E iij








70 TESTAMENT
prfenta d'abord la premiere bote come dans
la fig. r,

'9.






pour faire voir qu'il y avoit dedans un roi de
coeur : elle tenoit dans ce moment dans le cou,
vercle un carr de carton A, qui cacha enfuite
le roi de coeur en tombant au fond de la bote
quand on la ferma; & comme ce carton toit
de la mme couleur que l'intrieur de la bote,
on crut que le roi de coeur en toit forti. En
prfentant la feconde bote de la mme manire
pour fire voir qu'il y avoit une dame de trfle,
la vieille tenoit dans le couvercle un pareil
carton qui cachoit une dame de trfle & un
roi de coeur ce carton tombant au fond de la
bote quand on la ferma, cacha la premiere
dame de trfle, & laiffa parotre la feconde,
qu'on prit pour la premiere, avec le roi de
coeur, qu'on prit pour celui qui avoit difpara
dans la premiere bote.
5i la Demoifelle pour qui on faifoit cette ex-








DE JROME SHARP. 71
prience, a fenti dans ce moment une grande
palpitation de coeur, c'eft qu'elle penfoit une
affaire affez important pour avoir le ceur
agit entire la crainte & l'efprance: l'imagina-
tion & la crdulit ont pu d'ailleurs contribuer
cette crife comme dans les experiences du
magntifme animal.
Les rponfes donnes la jeune perfonne
fur fa conduite paffe, toient, comme on l'a
vu, fufceptibles d'tre interprtes en bien ou
ep mial, de forte que la vieille devoit toujours
parotre avoir raifon. Ces rponfes toient cri-
tes d'avance avec de l'encre fympathique in-
vifible, faite avec du vinaigre diftill & de la
litharge. Pour rendre l'encre vifible, il fuffifoit
de mettre les cartes dans un bocal o on avoit
mis de l'eau, de la chaux vive & de l'orpin.
La feule vapeur de cette composition chimique
fuffifoit pour produire l'effet dfir. Ce qu'il y
avoit de plus frappant dans cette operation,
c'eft que la vieille, fachant fur quelles cartes
toient les rponfes contraires ou favorables,
faifoit toujours tirer celles qu'elle jugeoit pro-
pos, quoique cela part fait au hafard, & cela
par les moyens employs faire choifir une
carte force don't nous parlerons dans un autre
Chapitre.
La vieille donnoit au refle quelques rponfes
E iv








72 T ST A TAMN T
en vers, parce que la pofie, en flattant l'oreille
par fa cadence, a un certain attrait magique
qui concourt fduire l'imagination ; & je ne
fuispoint furpris que, felon la remarque de Van-
Dale, quelques anciens Oracles ayent, perdu
une parties de leur reputation l'poque o ils
ont ceff de parler en vers.
Il eft bien facile de fair de l'criture en mu-
fique quand on fait la lire; & pour lalire, il n'y a
qu' plier lepapier ces trois mots fuffifent, avec
la figure plie qui eft la fin de l'Ouvrage, pour
expliquer la Planche qui fert de Frontifpice.
Les prdi&ions font faciles faire, & l'on
peut, fans crainte d'tre dmenti, dtailler les
vnemens futurs quand on n'en fixe point l'
poque, puifqu'il n'arrivera jamais drinflant o
l'on puiffe vous prouver votre erreur. Si, au
contraire, vous voulez prdire des vnemens
poques fixes, faites-le d'une manire fi g-
nrale que vous ne puifliez jamais avoir tort.
Imitez en cela l'Almanach de Lige, qui dit:
Mort d'un grand perfonnage, tempted fur mer; les
intrigues d'une femme cauferont le malheur d'une
famille; on ddpche des Courriers pour des affai-
res fecrettes; l'Europe eft menace d'une guerre, &c.
Par ce moyen, les perfonnes qui aiment les pr-
diaions fe chargent elles-mmes de lesjuftifier:
fouvent ce qui n'a qu'un fens dans l'intention







DE a JRnOM STARP. 73
du Devin, fe trouve -' avoir deux aprs l'
vnement, & le Sorcier peut fe repofer fur ceux
qu'il trompe, du foin de fauver fon honneur.
Ceci me rappelle ce que dit Fontenelle dans fon
Hiftoire des Oracles : Quand le faux Prophte
Alexandre rpondit Rutilien, qui lui de-
, mandoit quels Prcepteurs il donneroit fon
filsls, qu'il lui donnt Pithagore & Homre;
, il entendit tout implement qu'on lui fit tu-
w dier la Philofophie & les Belles Lettres. Le
-jeune-homme mourut peu de jours aprs, &
l'on reprfentoit Rutilien que fon Prophte
, s'toit bien mpris; mais Rutilien trouvoit avec
beaucoup de fubtilit la mort de fon fils an-
, nonce dans l'Oracle, parce qu'on lui donnoit
* pour Prcepteurs Pithagore & Homre qui
toient morts n.


CHAPITRE II.

O N verra dans ce chapitre, par quels moyens
la vieille part prvoir ou contraindre la pen-
fe de toutes les perfonnes de la Compagnie:
mais je ne parlerai point ici de toutes les ob-
fervations & des repliques qui furent faites
cet gard. Il eft vrai que ces circonitances pour-
roient embellir un rcit; mais une narration








'T iSTAMUN1


furcharge d'acceffoires feroit perdre de vue
l'objet principal, qui fuffit dans ce cas-ci pour
occuper toute l'attention du Le&eur. Le v-
ritable Amateur, avide d'inftruAion, ne doit
donc pas parcourir ceci avec precipitation,
Tanqum canis ad Nilum bibens & fugiens; il
doit, au contraire, rflchir murement fur cha-
que phrafe avant de paffer la fuivante : cet
avis, au refte, ne regarded que les deux Arti-
cles fuivans, qui font en quelque faon les ru-
dimens de l'art, o les principles font numro-
ts comme dans un Livre de Gomtrie. Ces
principles reffemblent ceut dela Mufique &
du Deffin, en ce que l'tude en eft pnible,.
la connoiffance agrable, & l'application dli-
cieufe. C'eft comme uae montagne efcarpe,
ou comme un terrain aride, o il faut paffer
pour arriver dans un jardin rempli de fleurs &
de fruits.

ARTICLE PREMIER.
-Principesparticuliers pour les Tours de Cartes.
SECTION PREM1RE.
Faire fauter la Coupe des deux mains.
POURt fire fauter la coupe des deux mains,
il faut d'abord tenir le jeu dans la main gau-







Du Ji*R9ME SilRP.


che, & le divifer en deux parties gales, en
mettant le petit doigt entire deux, fig. zo.


29. Pofez la main droite fur le jeu de cartes,
en ferrant le paquet infrieur entire le pouce
& le doigt du milieu de cette main. Voyez la
fig. ,i.


Dans cette position, le paquet fuprieur fe
trouve ferr entire le petit doigt de la main gau-
che & les deux doigts annulaire & du milieu
de la mme main.,
3'. En tenant toujours le paquet infrieur
avec la main droite fans ferrer le paquet fu-


75








TESTAM-ENT


prieur avec cette main, tchez de tirer ce
dernier avec la main gauche pour le faire paffer
par deffous leftetaent & fans bruit. Vous trou-
verez de la difficult en commenant; mais
une heure d'exercice par jour pendant une fe-
maine vous donnera cet gard la plus grande
facility. Remarquez qu'immdiatement aprs la
coupe, les paquets peuvent & doivent avoir des
positions diffrentes felon le befoin : i9. Ils
peuvent tre runis & n'en fair qu'un, come
dans la fig. aa.
2. Ils peuvent tre croifs & pofs de biais
l'un fur l'autre, comme dans la fig. .3.
3. Ils peuvent tre fpars, & un dans chaque
main, come dans la fig. 24.
4*. Ils peuvent tre fpars par l'index de la
main droite, &i fe trouver tous deux dans cette
main,fig. z3.







DE JiCROME SA-Rp.


5". Les deux paquets peuvent tre runis
dans la main gauche de manire que les figu-
tes des cartes du paquet infrieur foient tour-
nes vers le ciel. Voyez la fig.aG, en fuppofant







que le paquet A foit entirement covert par
le paquet B, & qu'ils foient tous deux dans la
main gauche comme dans la fig. as.
Il faut s'exercer toutes ces positions pour
en fire l'ufage don't nous parlerons dans l'Ar-
ticle II.








.11 8 S t A 14 % &J


SECTION N IL

Faire fauter la Coupa d'une feule maitti

L ES details o nous allons entrer dans cet
Article pourront ne pas plaire tous les lec-
teurs; mais nous cherchons ici remplir le
vu de ceux qui nous ont demand des Tours
de cartes qui n'ayent t dcrits par aucun Au-
teur, & les plus merveilleux. Or, pour ces
Tours, il faut runir l'adreffe de la main les
autres moyens de fupercherie: il faut donc com-
mencer par peindre cette adreffe & en exprimer
tous les traits.
Pour faire fauter la coupe d'une feule main
il faut d'abord tenir les cartes dans la main gau-
che, come dans lafig. g2; 2o, divifer les car-
tes en deux paquets; ce qu'on fait en ferrant
le paquet fuprieur entire la jointure du pouce
& la parties du mtacarpe, qui rpond la naif-
fance de l'index, & en tenant le paquet inf-
rieur galement ferr entire le mme point du
mtacarpe & la premiere jointure du doigt du
milieu & du doigt annulaire. Dans cette feconde
position, l'index & le petit doigt font les feuls







DE JIROME SHARP. 79
parfaitement libres. Voyez, pour plus de clart,
lafig. .7.







3j. Paffez l'index & le petit doigt fous le
paquet infrieur, pour tenir ce paquet fortement
ferr entire ces deux derniers doigts d'une part,
& le doigt du milieu avec l'annulaire de l'autre
ct,fig. 28.







40 En confervant le pouce dans la mme
position, dployez les quatre autres doigts pour
donner au paquet infrieur la position repr-
fente par la fig. .9.
Dans cette quatrime position, les cartes du
paquet infrieur font renverfes, c'eft--dire,
que les figures font tournes vers le ciel; mais







8o T,-s TAME 't ,
elles font toujours fortement ferres entire l'ir
dex & le petit doigt d'une part, & les deux
doigts du milieu qui font deffous. 5*. Dployes
un peu le pouce pour lcher le paquet fuprieur,
en l'appuyant fur l'index & le petit doigt, &
portez en mme temps fur le pouce le paquet
infrieur. Voyez la fig. 30.

29. o0.
2. o



Dans cette cinquime position, le paquet in-
frieur a dj pris Ieideffus, & les figures des
cartes, dans les deux paquets, font tournes
vers la terre. 6. Otez le pouce d'entre les deux
paquets pour le faire paffer deffus, en pouffant
les deux paquets vers la naiffance du poucee
de manire qu'ils fe trouvent parfaitement l'un
fur l'autre pour n'en fire qu'un, fig. 3t.

3I.


. Dans







DE JiROM9 SHARP. 8i
Dans cette fixime position, les deux paquets
font encore fpars par l'index & le petit doigtli
ie refle donc qu' ter ces deux doigts de leur
place, en les dployant, pour donner la main
& aux cartes la position de la fg. az, page 76.
Nota. Ces dtails m'ont paru nceffaires pour
bien faire entendre mon ide fur un point qui
n'a jamais t expliqu par perfonne; mais ce
feroit une grande erreur de croire qu'il faut
employer autant de temps excuter ce prin-
cipe qu' l'expliquer. Il faut s'y exercer, & le
rduire en pratique jufqu' ce qu'on ait donn
aux doigts, en un feul instant & avec rapidit,
les fix positions que je viens de dcrire, de ma-
nire qu'on puiffe faire fauter la coupe d'unefeule
main au moins vingt fois par minute.

SECTION III.

Lesfaux Mlanges.

SN peut en diftinguer de quatre efpces. La
premiere confifte mler rellement toutes les
cartes, except une qu'on ne perd jamais de
vue : pour cela, il faut d'abord la mettre fur
le jeu, enfuite la.prendre de la main droite en
retenant le refte du jeu dans la main gauche;
& du pouce de cette dernire main, fire glif-
Tome III. F







8i TESTAMEe T
fer dans la main droite, fur la carte de rfer-
ye, cinq fix autres cartes, & fur ces derni-
res, encore cinq fix, & ainfi de fuite jufqu'
ce que toutes les cartes fe trouvent dans la main
-droite. Par ce moyen, la carte rferve fe trou-
vera deffous; & fi, dans cet infant, on remet
tout le jeu dans la main gauche, en retenant
feulement dans la main droite la carte fuprieure,
on pourra faire repaffer fuccefrivement toutes
les cartes de la main gauche dans la main droite,
en pofant alternativement les cartes au deffus
& au deffous de la dite carte fuprieure retenue
dans la main droite, jufqu' ce qu'on foit par-
venu la carte de rferve qu'on mettra deffus
ou deffous felon le befoin & r'occafion.
Le second faux melange confifte prendre
de la main droite la moiti fuprieure du jeu
qu'on tenoit dans la main gauche pour la fire
paffer foui l'autre moiti, en remuant adroi-
tement l'annulaire de la main droite pour fair
gliffer l'es cartes fans en dranger l'ordre. Voyez
lafig.32; & remarquez, i, qu'aprs avoir re-





Q.t








DE -JROME SltARPO


mu les cartes d'un paquet avec l'annulaire de
la main droite, comme nous venons de le dire,
il faut porter fous le jeu la carte A, & deux
ou trois de celles qui la fuivent immdiate-
ment, pour faire femblant d'en laiffer quelques
unes tout fait par deffous, & cependant les
rapporter leur place fous le paquet A: 2.. Que
le paquet A, qui toit d'abord deffous, & qui
eft a&uellement deffus, doit tre pris de la
main droite pour tre remis letement fa pre-
mire place.
Le troifime faux mlange confifte mettre
fir le jeu la carte de deffous, & prendre les
cartes comme le reprfente la main droite de
la fig. a4, page 77; alors on laiffe tomber fur
la table les cinq fix cartes infrieures vers le
point A; on laiffe tomber un autre petit pa-

A. C. E. D. B.

quet au point B, droite; un Itroifime au
point C, & enfin vers le point D toutes les
autres cartes, except la fuprieure, qu'on
porte feule au point E. Dans cet infant, on
met fur la carte E le paquet A, & enfuite les
paquets B, C, D, en employant alternativemeqt
la main gauche & la main droite pour plus de ra-
pidit. Par ce moyen, les cartes femb'ent tre
F ij








84 TESTAMENT
mles, quoiqu'elles ne changent point de place.
Le quatrime faux mlange confifte faire
faster la coupe pour retenir les cartes avec la
main droite, comme le reprfente la fig. 25,
page 77, & divifer la moiti infrieure en
trois autres petits paquets, don't le premier
tombe fur la table vers le point F, le second
droite au point G, & le troifime au point

I.

F. H. G.
H. La moiti fuprieure tant alors pofe au
point I; ft on tranfporte fur cette moiti les
paquets F, G, H, en fuivant le mme ordre
que nous fuivons en les dfignant, & en em!
ployant alterhativement la main gauche & la
main droite pour plus de viteffe, & pour faire
croire qu'on mle au hafard & fans rflexion,
les cartes, fans changer de place, fembleront
fe mler comme dans le cas prcdent.

S ECT ON IV.
Filer la Carte.
Pou R. filer la carte, il faut la tenir entire l'in.
dex & le doigt du milieu de la main droite,







DE JiROME -SHARP. 8R.
& tenir le refte du jeu dans la main gauche
entire l'index & le pouce de cette main. La carte
fuprieure que l'on veut fubfiituer doit tre un
peu avance vers la main droite. Voyez lafig. e3.







Dans cette position ,le doigt atruilie, .l'an-
nulaire & le petit doigt de la main gauche, font
parfaitement libres, & c'eff avec :ces doigt
qu'il faut prendre la carte. quii et dans la main
droite, lorfque celle ci s'approche en un clin
d'oeil de la main gauche pour y prendre la carte
'fuprieure que l'on veut fubftituer.
Auffi-tt aprs cette fubftitution, les mains
& les cartes font comme dans la fg. 34;








mais index de la main gauche qui fpare des
F iij







86 T S.,TAM ENT
autres cartes celle qu'on vient d'apporter, doit
aufli-tt quitter fa place, pour que la main &
les cartes prennent la position de la fig. sz,
pge 76.


SECTI ON V.

Glifer la Carte.

pou gliffer la Carte, il faut, *i, tenir le
je idans la, main droite, & fire voir au Spec-
tateur la carte de deffous, que je foppofe tre
1l'as de carreau; '2, renverfer le jeu fens deffus-
deffous pour fire femblant de prendre. cet as
-de carreau avec un doigt de la main gauche,
fig. 35 i








3r, prendre, au lieu de l'as de carreau, la carte
qui le fuit immdiatement, en.faifatt gliffer cet
as de carreau en arrire avec.l'annulaire & le
petit doigt de la main droite, qu'on :a mouills




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs