• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Table of Contents
 Preface
 Chapitre I
 Chapitre II
 Chapitre III
 Chapitre IV
 Chapitre V














Group Title: magie blanche devoilee
Title: La magie blanche dâevoilâee
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076587/00001
 Material Information
Title: La magie blanche dâevoilâee ou explication des tours surprenans qui font depuis peu l'admiration de la capitale & de la province. Avec des râeflexions sur la baguette divinatoire, les automates joueurs d'âechecs, &c., &c.
Physical Description: 4 v. : front. (v. 1, 3, 4 v. 3, music, v. 4 port.) illus., fold. tables. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Decremps, Henri, 1746-1826
Publisher: F.J. Desoer
Place of Publication: Paris etc
Publication Date: 1789
Copyright Date: 1789
 Subjects
Subject: Magic tricks   ( lcsh )
Juggling   ( lcsh )
Jugglers   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par m. Decremps ...
General Note: Vol. 2 has title: Supplâement a La magie blanche dâevoilâee ... t. 2; v. 3: Testament de Jâerome Sharp ... pour servir de complâement a La magie blanche dâevoilâee ... t. 3; v. 4: Codicile de Jâerome Sharp ... pour servir de troisiáeme suite a La magie blanche dâevoilâee. t. 4
General Note: Followed by his Les petites aventures de Jâerome Sharp, which was probably intended as the fifth volume of this work. cf. note on verso of t.-p. in v. 4 and Quâerard, La France littâeraire.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076587
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 34939136

Table of Contents
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Table of Contents
        Page v
        Page vi
        Page vii
    Preface
        Page viii
    Chapitre I
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
    Chapitre II
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
    Chapitre III
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
    Chapitre IV
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
    Chapitre V
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
Full Text





I SUPPLEMENT
2 A 1A
LA MAGIE BLANCHE
: DVOIL E,
C CONTENANT l'explication de plufieurs Tours
I nouveaux, jous depuis peu Londres. Avec des
clairciffemens fur les artifices desJoueurs de pro-
feflion, les Cadrans fympathiques, le Mouvement
perptuel, les Chevaux favans, les Poupes par-
lantes, les Automates danfans, les Ventriloques,
les Sabots laftiques, &c. &c.
Par M. DECREMPS, du Mufde de Paris.
OUVRAGE orn de oI Figures. I
II eft plus facile de tromper le monde, que de le dtromper.
Lettres de Mylord Cheflerfield ifo Fis.
T TOME SECOND.


I Il


A PARIS,,
Et fe trouve Li GE,
Chez F. J. DESOER, Imprimeur-Libraire, la

M ri. DC C. LXXX X X
jS roi d'orH">-----H- fu le Po 1-'Ifle -. <
.1~~~~~ ~ Il-____ -_ ___s
I t ---- =2^aL2L.2












TABLE
Des Matires du Tome fecond.


C HAPITRE PREMIER. SECT. I Affich
fingulire d'un Faifeurde Tours, o l'on trouve
une premiere efquife des diffrentes branches
de la Jonglerie. Un homme peut fe fire en-
chainer de plufieurs manires, & fe dtacher
adroitement fans rien brifer & fans employer
les moyens qui paroiffnt le plus nceffaires,
SECT. II. Deux moyens diffdrens, l'un ancien,
l'autre nouveau, de fe faire lier les pouces, &
de fe dlier en un infant. MtamorphoJe d'un
Verre en morceaux de paper. Rflexions fur
les faufes theories. Prtention abfurde. Preuve
captieufe de cette prtention, >8
SEC T. III. Divers fcrets pour tirer en appa-
rence des cus d'une bourfe fans l'ouvrir, 30
CHAP. II. SECT. I. Ancienne mthode de
fair le Tour des trois Canifs. Divers moyens
de cacher un Compre, & de fire croire
qu'on n'en a point, lors .rme qu'on en em-
ploye plulieurs, 41
SECT. II. ObjecTion d'un genre fingulier.
Nouvelle mthode de faire fauter un Canif, 55


_ ___








Yj TABLE
SEC T. III. Le Tour des trois Canifs peut
fe faire par tant de moyens diffrens, qu'on
pourroit les multiplier l'infini. Crainte
d'ennuyer le LecTeur, on n'en donne ici que
neuf pour example, 66
Conclujfon de ce Chapitre, I premiere rdponfe
aux DtracTeurs de la Magie Blanche dvoilde, 86
CHAP. III. SECT. I. Obfervationsfur le
Monde Microfcopique, 87
SEC T. II. Prodige arrive fur la cote d'Afri-
que, che un Peuple demi-fauvage, 92
SECT. III. Trois Figures colojfales paro~ISnt
en 'air, descendent terre, & remontent la
prire ou au commandement d'un Sauvage, IoL
S ECT. IV. Les Sauvages font des raifonne-
mens abfurdes : on en faith de plus choquans
dans les pays civilifs. Second rponje aux
Dtrac7eurs de la Magie Blanche, I 12
C IHA P. I V. SEC T. I. Premiere apparence
de Movement Perptuel, I2r
SECT. II. Autre apparence de Mouvement
Perptuel, 24
SE CT. III. Cadrans fympathiques, 127
SECT. IV. Mouche favante, Cheval/avant, 129
SECT. V. L'pagneul Encyclopdife, 131
SEC T. VI. Machine hydraulique exprimant la
circulation dufang dans les veines & les art-
res, 145
SECT. VII. Poupe parlante, 151








DES MATI f ES. vij
SECT. VIII. Voltigeur mcanique, 154
SEC T. IX. vnement fingulier. Le vrai
peut quelquefois n'trepas vraifmblable, I58
SECT. X. Nouvelles Eflampes, 166
CHA P. V. SEC T. I. Coup-d'Sil fur une
Affemble de Joueurs, 17
SECT. II. Le Cocher Efcamoteur. Objerva-
tion fur les Galettes Angloifes, 183
SEc T. III. Tour du Piquet incomprhenfi-
ble nouvellement perfectionn, 189
SEC T. IV. Tour des trois Bijoux rendu plus
/imple & plus merveilleux, 197
SECT. V. Le Devin de la Ville, 206
Lettre Mifs Molly Draper, Ouvrire en
Modes che Mde. Williams, dans le Strand, 215
SECT. VI. Le Cygne ingnieux, 21
S C T. VI I. Experiences nouvelles, & divers
Tours d'quilibre, 221
SECT. VIII. Les Prjugs rgnent fur la terre; le
Charlatanifme les propage hardiment; le vrai
mrite les combat modeflement, 227
Logogriphe, 237
claircifement fur quelques Articles don't on
n'a pas donn Pexplication dans le Suppl-
ment la Magie Blanche, 239
Le mot du Logogriphe eft LoT, rivire de la
haute Guyenne qui fe jette dans la Garonne ,
au deffus de Bordeaux.
Fin de la Table.










AVIS.

LES enthoufiaftes & les amateurs du merveilleux,
qui chriffent Pillufion, font invits ne point lire les
cent premires pages: ils y trouverolent une rponfe
trop victorieufe un fophifme qui leur a plu l'anne
dernire. Les perfonnes judicieufts, qui liront les trois
derniers Chapitres avec quelque attention, convien-
dront fans peine qu'on auroit pu d6dier cet Ouvrage
A LA RAISON; cependant on ne fe diffimule point
qu'il peut s'y tre glifif quelques ngligences, huma-
aum eft errare; maist fi on en except la narration,
qui ferc de cadre aux principles de l'Auteur, il n'y a
pas un feul mot don't il ne puiffe dire fincrement, hoc
mihi violentus VE RI TA TfS anor fuggeffit : on ofe fe
flatter que peu deperfonnes liront jufqu' la fin, fans
acqurir quelques connoiffances utiles. Quant ceux
qui ne lifent que le titre & les Difcours Prliminaires
d'un Ouvrage,ils regarderont peut-trecelui-ci come
une production frivole, & blmeront l'Auteur d'avoir
pris la plume; mais nous les prions de vouloir bien
faire les deux rflexions fuivantes:
Quod jure permittente fit, etiamfi alter noceat,
neque culpa ejl, neque delilupn. Ieg. GRACCHUS.
Cod. ad Leg. jul. de Adult.
Quod enim munus reipublice majus meliufve afferre
poffutius, qum i docemus atque erudimus? i C.


SUPPLEMENT














SUPPLY MENT
A LA
MAGIE BLANCHE
D V O'I L E.

CHAPITRE PREMIER.
SECTION PREMIERE.
Affiche fngulire d'un Faifur de Tours, ou
lon trouve une premiere efquSfe des diff-
rentes branches de la Jonglerie. Un homme
peut fefaire enchatnerdeplufieurs manires4
& fje dtacher adroitement fans rien brifer
&fans employer les moyens qui paroifjnt
les plus nceffaires.
IL y avoit environ trois mois que nous avions
quitt M. Van Effin 'Ifle-Bourbon, & nous
tions arrivs depuis deux jours au Cap de
Tome II.. A


~* T-I-- i-- i- I-- - -~-;ii~L --~4~7








a. ~~.bU .L -. U -1-M N T .
O-nne E~irance, lorfq.e M. Hill lut, au
coin d'une rue, une affiche conue en ,ces ter-
mnes :."
Le fieur Pilferer, natif de la Bohme, Doc-
teur en Pyrotechnie, Profeffeur de Chiroman-
cie, connu dans les Colonies Angloifes fous
l nomnde Crook-Finger'd Jack, venu.dans ce.
pays-ci, pour condefcendre aux fupplications
de plufieurs perfonnes du premier rang, donne
avis au Public, qu'aprs avoir vifit toutes
les Acadmies de l'Europe, pour fe perfel-
tionner dans les Sciences vulgaires, qui font
l'Algbre, la Minralogie, la Trigonomtrie,
l'Hydrodinamique & l'Aftronomie, il a voyag
dans tout le monde favant, & mme chez
les Peuples demi-fauvages, pour fe faire ini-
tier dans les Sciences occultes, myftiques &
tranfcendantes, telles que la Cabaliftique, l'Al-
chimie, la Ncromancie, l'Aftrologie judiciai-
re, la Divination, la Superflition, l'interpr-
tation des Songes, & le Magntifme animal.
C'toit peu pour lui d'avoir tudi dans
trente-deux Univerfits, & d'avoir voyag dans
foixante-quinze Royaumes, o il a confult les
Sorciers du Mogol & les Magicieufes Sa-
moydes; il a fait d'autres voyages autour du
monde, pour feuilleter le grand Livre de la
Nature, depuis les glaces du Nord. & du Pole







A L.A MAG.I B ALNCi E..
auftral, jufqu'aux derts brlans dela Zne-
Torride; il a parcouru les deux hmifphres,
& a (journ dix ans en Afie avec des Saltim-
'banques Indiens, qui lui ont appris l'Art d'a-
paifer la tempte, & de fe fauver aprs un nau-
frage,. en gliffant, fur la furface de la mer,
avec des fabots laftiques (i).,
Il apporte du Tunquin & de la Cochinchine,,
des Talifmans & des Miroirs conftells ppur
reconnotre les voleurs & prvoir l'avenir, fans
employer la mandragore come Agrippa, &
fans rciter l'oraifon de';Salamandres, comme,
le Grand & le Petit Albert. Il peut en un be-
foin endormir le Loup-garou, commander aux
Lutins, arrter les Farfadets & conjurer tous
les Spe6res nopurnes (enfans naturels de l'ima-
fination gu'ils, effrayent pres putatifs du cau-
chemar); il a auffi un moyen infaillible de chaf-
for une efpce de pauvres Diables, qu'on ap-
pelle Parajftes:
Genus iftud D amoniorum no .citur noratolie,
fed jejunio.

(i) Les Salbots laftiques doivent tre de lige, & avoix
environ huit pouces de long fur quatre de large & deux d'-
paiffeur. Voyez au refte la description qui en 'fut doniie
au mois de dcembre 1783, & la r4traftation du moist de Jaii-
-vier fuiivant.
A ij





9








4 S UP L I1 .I ENT
Il a appris, chez les Tartares du Thibet, le
fecret du grand Dalailama, qui S'eft rendu im-
mortel, non comme Voltaire & Montgolfier,
par des produ&ions du gnie, mais en ache-
tant en Sude l'lixir de 'longue vie ; Stras-
bourg, la poudre de Caglioftro; ' Hambourg,
l'or potable du grand Adepte Saint-Germain;
& Stutgard, la Bquille du Pie Barnabas
&l Bton du JSuifErrant, lorfqu'on vit paffer
ces deux Vieillards dans la Capitale du Vittem-
'berg, le in Mai 1684.
En falfant ufage de l'onguent qu'employoit la
Magicienne Candidia pour aller' au Sabbat, il
prouve, par des eipriences multilpies, qu'un
home peut entrer dans le goulot d'une bouteil-
le, fi elle eft affez grande, & thme fe rendre en-
tiremetit Trivifible, comme font quelquefois cer-
tains dbiteius vis'' vis de leurs craiciers.
:a quadiatire du cerle, le inuvement per-
ptuel & la pierre philofophale, 'ne fbt polir
.lui que des jeux d'enfant, qu'il abandonne aux
Phyficiens de la onzime force. A.uila non capit
mufcas.
Il ne fera pointT'exprience du Magntifme
animal fur de' malins finges, ni fur de vieux
renards, parce que ce font des efpces anti-
magntiques; mais, s'il peut fe procurer des
dindons, il fera voir au Public combien il eft


e-.







-A .A MAGIE BLAIiCTE.
facile, en magntifant ces animaux,:deles gueri
de toutes les maladies imaginaires; Von. pourr
voir en mme temps avec quelle adree .il, fait
turner la Baguette Diviaatir ,

Qui, toujours inutile, decouvrr des forces,
Sert au moins quelquefois fair ouvrir des, bourfes,

II fera tousles jours tro l, quatre asp4rjinm
ces, o l'on fera admin" 'oyenanu un. ducat
par perfonne.
Huc ades Batavorun "'g 'dilar t rii u

Il avertit au refte qu'il O, tidi ae g ~ir
du mal aux dents, non i'ommninjesi' enpitqriq
en arrachant la mchoiid ,'iins'par ui nmibyen
auffi certain qu'il eft intir qciicbififte coV-
per la tte; &, pour prouver ute r ette opration
n'eft point dangereufe, & qu'on peut la fire
felon les rgles de l'art, citr; 'ut & jucand, ,
il dcapitera plufieurs aimauxn qu'il reuufcitir,
un infant aprs, felon les piincipes du P. Kir'-
ker, par la PalingnJfig. Il efl fi prfuad 4e
l'efficacit de fes remdes fur l'odontalgie, &
fur toutes les maladies curables ou incurables,
qu'il ne craint point de promettre une fommne
extraordinaire tous les maladies qui, trois
A iij








SU P iLI ME T '
aiols apr tS le traitement, feront ei tat de fe
plaindr.
'Il vend vingt-cinq ducats la pice ( ou pour
dix louis) des yeux'de belette proprement en-
chflls dans des anneaux de fimilor. On fait,
d'aprs Galien, Plin & Paraclfe, que c'eft
un remde fouverain contr l'impui'niice :
3't:u veux prompteiient addouer I'aiguilette,
Porte. ton fptl doigta'aoii droit d'une belette..
. . . enienti occarrite morb k
3riu4pQis ofa!, v..Rz!og PECUNIA PRJMUMg.
L'Auteur de cette affiche, me dit M. Hill,
,proetlcontre, a penf, de grades merveilles
paux. attraperle,,.fots; & na pnipi ll',affete
de fire un peu coipo~pe e.qu'il en. pnfe pour
.btenir le fuffage des gens d'efprit. C'eft vrai-
femblablengent. un 'ho mme qui la dlai eff
tient lieu. de gnie, & qui a le talent die fair
- aes dups, en faiflnt v'aloir des bagatelles par
on loquence t'rompaee ; cepndanrt, aprs
uine pareille annoice, il ne peut'giure s'em-
pcher de faire. q}Jelqu'exprience fingutiire.
ur ces raifons & plufieurs autres., nitus rfd-
Iimes de fatisfaire notre curiofit, en affiftant
f fa premiere reprfentation. Nous trouvimes
une afemble nombreufe dans rune fip tb
Salle de Speacle; & quand l'Ateur parut,







A LA MAGI, ,I BLANCHE. 7,
Qn.fatrfi: :fetisfakit dele .yor,, .qu'il, fit g,ntraj
element ~ppJti. av t y aoir ptonppc6, ue
feul mot. .
Il commena par fire coudre & cachetyr.
fur fes, jqmbes duxx morceaux de drpr, pprtnt
chacun ui, anneau de fer, o il fit,~pipaerunei
chane, omme la reprfente la. figure ~ eit ';,:
Voye la Planche premiere, ci-aprs, pag. t.Les
bouts de la chanealloient ahoutir pu n adpad .
qui tenoit . une colonne.; aprs quoi faqito.u
cher. le.cadenas ,,,&, nS cafferglacha^i ,c;ife,
dtacha e .1Un in tant,.&profitant aui-t p de la
furprife o nous tions, il nous rga.la, d, egt
anecdote. ; . ; :. ;. .. : .
Qip i'toip DrifpRnjier,4eguerge, fc ta
nous di-iavecyun" ai~rde: nivet qui en, impofa
au grand nomrp, ronm!'a yit: enchan a. fond
4'!p4 qgt ,pa ce qp'90 9;aigpait uop>vafipp.
de ma part, tant on toit convainqud4e ,moa
ad reffe t fuhtilifer :i jRhetiers ;rmaisj le
Geolier, qui, dans ce moment, fe croyoit plus
fin que moi, fut bien attrap; car il ne m'eut
pas plutt perdu de vue, que i jitr'ouvai
abfolument libre des fers font il mm'aygit h'ar-
g....* *
Sans doute, lui dit M. -.Hill, en l'inteWom-
pant, qu'on vous avoi:atitt ch dfae -t nie
manire que vous l'tiez ici i n'y a'qu'un if-
A iv





I


I SuP:


P LfMilNT


Al


(I) Cependant il eft bon de foutenir, & mme de pouffer
ui peu la change poui 'iter les frottemens. Pour't bien
conmpendre cette explic.Honh ",- quelqes' auitrs ie&ni
donnerons dans la fuite, il ne fuffiroitpas de lire couramment le
difcours, & de jteer. un .cup-d'_ol rapide fur. l1. figure; il
faut Ijre pofme4t., & pratiquer enfuite pas .pas ce qui eft
annonc. Dans ce cas-ci, il fufit de s'exercer dtacher
at'ciIEaui attichis cdinico dans la figure 3, pag. i..






$-


tafnt;"car fi on vous'Vait enchan' dbtinme un'
Jfrat, Vous auriez eI bien'de la peine vous
dtacher fans employer une lime ou de leau-'
frt.' -
Alors M. Hill nous fit voir que,: pour fe
dtacher dans le cas pripofe, il n'y avoit qu'
prendrele chano A4, le fire paffer dans'lan-
neau B; fig. z, le porter enfuite fur la tte C
&-forfles pieds D, fig. z, ci-aprspag. z';
& qu'aprsCette petite inapultiicW, il-i'yt it
qu'' tirer' un peu fott poi to qe l tchafie'fed-
gagt d''elle-mre "r -'adteat ux attaehs aux

Mais ce moyen de fe dlivrer des fers, con-
tinuaii 1~ filk -I i- t,': frvi que q{id -bn
efl enchani d'dune certaiine faeOnt-, & heruu-
fement, pour la tranquillity publique, ce i'eft
point de cette manire qu'on enchane les farieux
& les 'eorats. q *. ..
De quelque manire qu'on lts enchane;, r-







A LA MAGIE -LANCHE. 1
pondit Pilferer, ils obtiendroient bientt ler
liberty, s'ils poffdoient mon fecret. Alors ilt
s'attacha lui-meme come on attache les Ga-
lriens. Voye lafig. 4, pag. z7. Des Ngocians
franois & anglois furent pris de s'approcher
pour vifiter la chane, & ils convinrent tous
qu'on ne pouvoit pas mieux enchaner les fous de
Bictre & de Bedlam; cependant, aprs s'tre
covert d'un manteau pendant une demi-minute
pour cacher fon operation, come dans l'exp-
rience prcdente, le Profeffeur de Chiromancie
parut entirement dgag come la premiere
fois; profitant alors de l'enthoufiafme de la com-
pagnie pour rfuter M. Hill, il lui adreffa ces
mots:
' Vous voyez, Monfieur, que je me dgage
toujours avec laI mme facility, de quelque
manire que je fois attach; & que vous induifez
l'affemble en erreur, puifque le moyen que vous
indiquez, n'eft poiat celui dont je me fers.
M. Hill alloit lui rpondre qu'On peut pro-
duire le mme effet par diffrerites fupercheries,
& que plufieurs chemins peuvent conduire au
mme but; mais les applaudiffemens qui fuc-
cdrent en faveur du Bohmien, l'admiration
fimule des Compres adroitement difiribus
dans toutes les parties de la Salle, le mpris
qu'ils affe~toient d'avoir pour;l'explication de








10 SUPPL ME NT
M. Hill, qu'on qualifioit d'ignorant, de;pr6
fomptueux, & mme .d'impofteur, enfin .le:,
menaces & d'autres circonftances qu'il eft
inutile de dtailler ici, l'obligrent ne plus,
combattre des erreurs chries, & de dire in-
trieurement:,

Mundus vult decipi, decipiatur.

Cependant je le priai tout bas de me dire .
l'oreille quel toit le moyen employ dans le
fecond cas; il me rpondit que l'arganeau
attach aux jambes & coufu fur un morceau
de drap, toit form d'une pice de fer reploye:
fur elle-mme, de. manire que fes deux extr-
mits fe touchant immdiatement, & s'appuyant
mme l'une fur Vautre, ne prfentoient *1'6eil
aucune overture; cet: arganeau, ajouta M.
Hill, ne diffre que par la grandeur de cee
petits anneaux d'acier qu'on voit quelquefois
au bout des chanes de montre pour y fufi-
pendre des breloques ; un lger effort fuffit
pour en carter les extrmits, quand on veut
en dgager un cachet ou une caffolette,;- &
bientt -aprs fon lafticit. naturelle lui faith
reprendre fa premiere forme; c'eft par ce fei,
cond moyen que le faifeur de. tours a pu fe
dchaner fans employer le procd dont..il
s'toit fervi la promire fois. On. ne s'eft pas


*-ni5~r-- I;r~- r.rn- ---- -Lr--~rrp*-Crrn=iF1i








A LA MAIIE BLAN-CHF. II
apetu 'de cette tricherie, continue M. Hill,
qutand' on a vifit l clhane', ', parce qu'on
ne la fouponnoit pas, & qu'on ne- pouvoit
cherchr un tmoyen don't on n'avoit pas l'ide
das cet infant, ignati nulla cupido; 2', parce
qu'il y a de ces anneaux fi bien faits, qu'il
faudroit un iticrIfope pour apercevoir la pe-
fite fente que laiffent entr'elles les deux extr-
mites rapproches. D'ailleurs l'envie de voir
des chofes non coiiimunes, & l'admiration o
l'on eft dj de ce qu'on a vu prcdemment,
f'ont autant'd'obftacles lufage de la raifon;
ajoutez :a cela, que la fimplicit des moyens
employs pour nous en impofer, eft quelque-
fois un motif de plus pour former les yeux
aux approaches de la vrit: L'amour propre
rodgiroit, & feroit humili de ne voir qu'une
p urilit & des moyens frivoles,'l to il croyoit
avoir remarqu l'empreinte du gnie & des
efforts plus qu'hnumains.
a'Tan:dis qc'Pilferer fe prparoit fair de
iouiveaux tours, je priai la Compagnie de m'-
cuit'er un infant; & fur la permiflion: quej'ob-
tins'de 'parler- je prononai ces "mbts..
"MM., quaWd J-in:homme fait des tours'pour
atnufer le Putblic', s'il n'a pas la folld prten,
tiin de paffer: pour un mrgicien, il eft cenf,
je crois, propofer' fe SpeAateurs des probl-


b








I2 SUPPLEMENT
mes difficiles, & vouloir exciter leur admira-
tion par la facility qu'il a lui-mme de les r-
foudre; les difficults qu'il propofe, & la fo-
lution qu'il en done, n doivent lui obtenir
des applaudiffemens que lorfque fes operations
ne font point porte de tout le monde; il doit
donc tre permis un demi-Savant come moi
de donner une explication de la dernire exp-
rience qu'on vient de faire; l'Affemble ne peut
que gagner en mm'accordant la permiffion que
je follicite; car, fi je me trompe dans les clair-
ciffemens que je vous offre, mes vains efforts
ne front qu'augmenter le triomphe d'un homme
qui prtend faire des chofes incomprhenfibles;
& fi, au contraire, mes obfervations fontjuftes,
claires & prcifes, il fe trouvera oblig par l
de confulter fon gnie, & d'inventer de nou-
velles operations, pour perfectionner un Art
qui ne vous amufe que par fes myftres.
Je ne fais fi ce fut la validit de mes raifons,
ou une fimple curiofit dem'entendre, qui frappa
tout coup les efprits; mais tout le monde,
except les Compres, me donna, d'un com-
mun accord, la permiffion que je demandois.
Alors je propofai l'explication que je tenois
de M. Hill, & je parlai de 'arganeau fendu,
d'o l'on pouvoit facilement dgager un chat-
non, &c.Pilferer commena par rougir ,& puis








a LA MAGIE BLANCHED. 13
il fe fcha. Sa col&e auroit d me convaincre
que je lavois attaqu fur fon foible; mais il m'en
impofa bientt par fa hardieffe. Le bohmien
reprenant fes efprits, fit une longue differtation,
entrelarde de mots Latins, Allemands, Ruf-
fes & Polonois, pour prouver que j'avois tort.
Il finit par obferver qu'on trouve par-tout des
homes qui prtendent expliquer les chores les
plus myflrieufes, quoique leur incapacit foit
gnralement reconnue.
Piqu de Papoftrophe qu'il m'adrffoit indi-
re&ement, je m'emparai des deux arganeaux
qu'il avoit laiffs fur la table, & Je me pr-
parois le faire repentir de fon audace, en
faifant remarquer l'Affemble la petite ou-
verture que j'avois annonce dans ces petits
cercles de fer; mais quelle fut ma furprife, lorf-
qu'aprs l'examen le plus attentif, je m'aper-
us qu'il n'y avoit aucune efpce de fente, &
que perfonne ne put la remarquer, mme avec
un microfcope. Tous les efforts que l'on fit pour
ouvrir ces anneaux s'tant trouv inutiles, je
fus fiffl & menac par le Public, qui refufa d'en-
tendre mes dernires obfervations. Un homme
ayant alors prononc le nom de Pilferer, un
autre s'cria vivat; ce cri fut rpt par toutes
les voix, & il s'enfuivit un applaudiffement g-
nral.


__








14 S.PPLEM,ByENT
D'aprs cette exposition fidelle de faits don't
j'ai t tmoin, quorum pars magna fui n'et-il
pas vrai, mon chr LeEeur,,. que vous oferies
prefque penfer que je me trompois dans mon
explication, & que Pilferer tpit un grand hom-
me ? Gardez-vous cependant dele.croire. Quoi-
que j'euffe expof fidellement la pure vrit, il
trouva le fecret de perfuader que: j'tois daps
l'erreur. Auffi-tt qu'il eut entendu, mon expli-
cation, il vit bien que j'avois raifon; & ce fut l
la vraie caufe de la rougeur qui, dans ce. mo-
ment, part fur fon vifage; mais peuaccou-
tum rougir, il fut tonn lui-mme de fa
foibleffe 6 & reprenant courage, il pronona
finement un'difcours trs-embrouill, pour par-
venir un double but. Le premier toit de faire
croire d'abord qu'il toit dans l'embarras, pour
mieux jouir enfuite de la furprife qu'il mditoit;
le second confiftoit partager, par fon difcpurs,
l'attention des Spe&ateurs pour.pouvoir fubf-
tituer, fans tre aperu, aux deux arganeaux
fendus qu'il avoit laiffs fur la table, deu.au-
tres arganeaux non fendus; ayant,ruffi felon
fes dfirs, il fit croire, par cette nouvelle cir-
conftance, que fes moyens m'toient inconnul.
Cet example, comme cent autres, prouve ce
que nous avons dit dans la prface du premier
Volume, favor, qu' me/fir que les efpritf,'-








A LA MAGIB BLANCIR. 1ff
elairent, l'induflrie f replied & invented de nouveaux
moyens de fdducion.
SM. Hill ayant fait obferver la Compagnie
que les arganeaux prfents en dernier lieu
n'toient pas ceux qu'on avoit attachs aux
jambes, les Spe&tateursles plusjudicieux furent
de fon avis; il y en eut mme quelques uns
qui affurrent les avoir vu efcamoter mais
Pilferer nia hardiment le fait, & propofa de
prouver la fauffet de cette accufation, en fe
faifant attacher avec une corde ou un ruban de
fil, pour qu'on ne pt pas le fouponner de fe
dgager l'aide d'un anneau prpar.
On auroit pu fans doute lui repliquer qu'une
tricherie de plus qu'il alloit employer, ne prou-
veroit point qu'il n'et employ celle don't on
l'accufoit; mais l'emphafe avec laquelle il pro-
mit des chofes plus extraordinaires, infpira la
plus grande confiance, & l'Affemble l'encou-
ragea par de nouveaux applaudiffemens.






e


S6PPL- M EN T










A LA M;AGr] BE AC NE. .



S+ .'A '.'.9~., .






.. .







1-
++ ++ i . '+++ . '-,. .+.



++ + :+ .. . .......
+''; ': r' ~ "







b'




+4
To I... .. ... ..


















Tomo 11. B









i ,

i ; S^c brp-OHM iT Il.

PDeux moyens dfrens, l'un ancient, Pautre
nouveau, defe faire lier les Pouces, & d4e
fe dlier en un infant. Mtamorphofe d'un
Ferre en morceaux de paper. Rflexions
fur lesfaufes Thories. Prtenton abfurde.
Preuve captieufe de cette prtention.

A L o s il fe fit lier fortement les deux pou-
ces avec une jarretire, & faifant couvrir d'un
chapeau fes mains ainfi attaches, il fit voir
auli-t6t fa main droite dgage de la main
gauche, qui feule reffoit fous le chapeau :
verfant enfuite du vin dans un verre, il pro-
nona.ces mots : Quand j'ai les mains bien gar-
rottes je commence toujours par dboucher uns
:outeille pour boire un coup la fantd de celui
qui m'a lid....
Immdiatement aprs avoir bu, il porta gra-
vement fes regards vers le plafond, & part
faifi d'tonnement comme s'il avoit aperu
quelque phnomne trs-fingulier, toute l'Vf-
femble levant alors les yeux, il faifit ce mo-
ment pour jeter en l'air le verre dans lequel il
yenoit de boire ; mais ce verre.parut alors








A LA MAGIE BLANCHE. 19
mtaimophof en paper, car on ne vit defcen.
dre que des morceaux de cares.
On alloit lui fire quelques obfervations fut
cette dernire circonftance lorfque, prfentant
fon voifin fes deux mains bien attaches cbmme
auparavant, il lui dit: Je vous prie, Monfieur,
dnouez bien vte cette jarretire, car mes deux
pouces font tellement ferrs, qu'aprs avoir
fenti la plus vive douleur, je craindrois que la
circulation du fang ne ft arrte, ce qui pour-
roit produire la gangrne, dgnrer en fpha-
cle, & caufer la mort. Les ides de mort & de
gangrne achevant d'abforber attention de la
Compagnie, empchrent de voir le moyen
groffier qu'il venoit d'employer dans ce dernier
tour. Quand on eut dnou la jarretire, fon
empreinte, qui paroiffoit bien marque fur les
deux pouces, caufa cependant la plus grande
furprife, en dmontrant aux plus incrdules
qu'on venoit de dfaire des noeuds bien rels &
bien ferrs; d'ailleurs il n'toit gure poffible de
fuppofer que c'toient des noeuds feints & fimu-
ls, parce que celui qui les avoit faits tant un
peu l'antagonifte du faifeur de tours, ne devoit
pas tre d'intelligence avec lui, & n'toit gure
propre lui fervir de Compre. Ajoutons tout
cela, que la rapidit avec laquelle les trois
derniers tours venoient de fe fucc6der, n'avoit
Bij








.p $1,SU PPL MENT
laiff perfonne le temps de rflchir; c'eft
pourquoi l'amour du merveilleux, & la crdu-
lit p.aturelledes Specateurs auroient pu, dans
ce moment, porter l'admiration fon plus haut
point, quand mme le Thaumaturge auroit mis
dans fes prefliges moins de hardieffe, .& dans
fes difcours un peu moins d'emphafe.
' Aprs avoir reu les louanges les plus exa-
gres, voyant que la perfonne ne propofoit
aucune difficult fur les trois dernires exprien-
ces, il crut que, pour mieux triompher, il devoit
demander des obje&ions; c'eft pourquoi il fit
,cette declaration moiti humble, .moiti gaf-
conne :, Jufqu'ici, Meffieurs, vos bonts m'ont
Saccord les mmes loges que j'ai reus par-
, tout ailleurs; mais ce ne font point de vaines
, louanges que mon cour dfire, ce font des
* confeils, des observations, & votre indulgea-
ce. S'ily a quelqu'un dans la Compagnie qui
,puiffe expliquer ce que je viens d'excuter
"fous vos yeux, qu'il parle hardiment, qu'il
dvoile tout; s'il peut dcouvrir la vrit, je
fuis prt lui rendre hommage par un aveu
nfincre; mais, fi je fuis le feul poffeffeur de
mes fecrets, comme je vous forcerai peut-tre
"d'en convenir, vous n'avez vu jufqu' prfeit
que le commencement de mon petit favoir:
Sceffez donc de m'applaudir, fufpendez votre


C








A LA MAGIE BLN CHE. 2
Admiration, retenez vos loges, e gardez iau
moitis vos applaudiffemns pour les merveilles
que je vous prpare ,,.
M. Hill s'tant alors approch de moi,. me
dit l'oreille : Que penfez-vous detout cecia'
Je crois, lui rpondis-je, qu'on nous fertabinttt
voir les plus petits tours de gibecire; car, poi '
nous fire tout admirer, on vienttde prparef les
efprits en captant notre eftime par ithe apparence
de modeftie, & en xi~oitant t nt'i.iinagfh'taion
par des promeffes hyperboliqetsl t1ii minii-
teur, quand il eftfr-d'avoir ~fil'enthdifiaf-
me, n'offreplus que de petits tootr depaff,-p'ial,
qu'il relve nanmoias par dest difcours em-
phatiques, fenblable cetgatd bJx ,Marchands
de vin de Paris, -qui iorfq'il s's'aieroivent que
les buveurs font enivrs d'un vin.idiocre, leur
en fourniffent du plus mauvais.,iu'ils font alors
paffer pour du Baurgogne6-o dd champagne.
Comme on fe prparoit If de nouvelles
experiences ,M. Hill p~rift fde l'invitation
de Piff erm ia Comipiagnii:'erpT"Ici*~ji4n
duetour gqi venoit d" produire un fi grand efiet.
On .Cmen ce, it 1lt, -ill, pa r.f faite
attached avec.un ruian de fl. le pouce de a
main gauche qta4don, a fait fire un' dout e
noed, on .prend la parties du'ruhan tour4e
vers la main droite; on la fait paffer entire l'ih-


4P"' "r


P









21.. : SUPP L*SME rT
dex & le pouce de cette dernire main pour
prier la mme perfonne de bien lier les deux
pouces ensemble par deux autres neuds; &
dan l'inflant o on lui prfente les deux mains
ainfi rapproches, quatre doigts de -la main
droite s'entrelacent dans cette parties du ruban
qui doit lier le second pouce : par ce moyen,
quelque ferrs que foient les deux neuds qu'on
fait fur ce-dernier, on peut toujours le dga-
ger en lIchant ce qu'on a retenu avec les qua-
tre autres doigts, & qu'on cachoit adroitement
en tenant la main droite dans la main gauche.
Voyeles fig. 65, 7-


- - -- -- -- -- - --~~-~.-1







A LA.M Acs 1 4-a CHB. 3CH
On0 feit que, par le m~ia, oyee ,op P
(onnoer j a main droite fa.prrminre poi
pour qu'elle paroiffe attache la main. gag
che .omwie auparavapt., Quant la mjtaipof-
phoe d4u gobelet, continue M. Hill, c'eft ici le
plus simple & le plus failede :de tousiles,.ttris
d'efcamotage ; on fait ay,e'fras droit detux
.mouvemens l'un vfrs la terre conmm, por
prendre l lan, & l'autre vers le c elc nme
pour jeter le gobelet; on.prite du premier de
ces mouvemens pour lcr le gobelet fur qr.
fervitte qu'on tient fur es genoux,:&'& i
employee le fcond 4 jetet vivement vers le
fo es, miorceaiu. 4 artes qu'on t oit
cacihs dans les deux petits aoigts de l in,
& qu'on avoit pris un diafant avant de er
a bqire, Lorfqu'on fait e feconid mouveiment,
le fpeatur .eft< dj frap des tours prc-
dens, & voyant dans cet intent un tour auquel
il ne s'attetito poiit, i.il 'i f 1Ias tonnant
qu'il'foit' unpeu plsi, cduile cqu' Il'orinaral ;
d'ailleurs, comme il vient de.voir le Verre dans
la main.,du faifeur.de t9urs,, :que fa i~idit
'&es affias 8ans leur afcnifi6 ne Ii i perminet as
'de les diftinguer, il .iroit iaturellement daiis
fa premiere ,iMe, qci'i'ajet g .'rl t ;
nriaai, comnme les carts dfcendent ehni aivec
affez e l enteur pour qu'on ifur' les aieri -
-- --Biv


-- --




rrrrc*--ar -, -P~~


vdoi fftinihlnt, Reft i tupfai de te ipIs
Vir i~Tcendre le dbeft,'& fi ebloui des tnutt
pcdins, qu'il s'imagine naturellemeftit "ie
I ?~'t ft'i pita~rphf en. iorceau d
paperi ,iQ'on ne croye point, ajoitl M. HIf,
'e ag3 t' ici la crdulit du fpeateur : j'ai
6a -idrrS n Littrateur de beaudcot
'r,, f'oouitenir en Pareille ircointance, q"i
oltt vu retlleent monster le gobelet & expli-
quer ce tour Ie a manire fuivante. La pre-
uiire ide, ditot- t qui' e prfente reprit,
'd croire que le gobelet eft chan en paper;
anis come une pareilte metamoirphof et
'!irisi'doiti .isbi dans riaturi,- je pene
e a liiuimieRpeuCt en combinant diverfs
a -anies, rpandr dans l'air des vapeurs qui
rmnt fur nos. yeux une illufion d'optique
ou-de dcroptrl ue, &inous font aperceoir ar
c6 moyenA,d s.morceaux de paper l ou.
ni'y en a peut -re pomt. On vit, crinua
'YI. Hil, que cette tiotrie n'et ,pas for: lu-
min'eufe, & quilT ferbi, iend iffile de la ri -
Cuire en pratique; ele reffembl., lui dis e
alors, celle qu'on a donne 1e nos jours pour
"expliquerpar des "anations le&iques e des
vapeurs arifd mes, utn tour de pafle..p.af.
qu'pn.ait iavicla baguette divinatoire. l. eft
vidint qe de pareilles explications font cal-


L~rSb*I*~L ~Li~tl-1~J-i;..- *PiY~ _Yi~ ~hli-~;~i~aiLC~Hl~u- ~abYS-I r. ~~o. ir', ..,




r__ -


ALA MI ri Ac1 Ttf A C H E. 25
q~~ 'fir rfe di'fcors de Sganaretet, 4ans la
Pice du Mfddci malgrd lui, lorfiq'il explique,'
pa les humeurs. peccantes, comment la fille
fe 'Gronte. ne peut pas parler; on y trouve
des mots qui ne fignifient rien & voil tout,
cabricias arci turan catedamus, c'eft la vraie
raifon pour laquelle votre fille eft muette;
ojabundus nequeis potarium; & voili pourquoi
ls vapeurs font turner la baguette ocus bocus
tempera bonus; "& voil pourquioi un home
pent avoir une dent d'Qr.
Ne croyez pas, dit alors iM. Hill, que ces
f.rtes d'explications foient abfolumet- inutiles
ceux qui les donient. Un galinathias, quel
qud'il foit, en'iinrpoe toujohris quelqi'u'; la
tliorie la plus obfeure trouve' tujours des par-
tifians, parcel. qu'i y 'ades gqaquie- admirent,
qde ce qtLilis'ientnid'et point e's explications
nigmatiquPafs-e:trwee:i- an B ge; elles font
ordinairem t~a pleines,je phqus & de no-
logifme, & tmt metil- filon ,es,qu'une in-
finitde pernies i-wnnt ig.. roirel'Auteur
fur faparole q qiwdeie auntr i action fans fin.
Je ne fai 'fi M. il S cRoyoE oir rduit au
filence le faifeur i~e tours; mais : elui-ci lui re-
pliqua vivement que touted tes observations
toieint fauffes & erones. Jrie p'ei, dit-il,
rfater en dtafi tout ce qu'orr vient 'de dre con-








z6 S VrPPLr M KT
tre moi; mais je m'en vais rpter le dernier
tour, & le dvoiler moi-mme la Compagnie,
pour fire voir qu'on ne connot rien mes op-
rations; aufli-t6t il fe fit lier les deux pouces,
& ouvrant enfuite les deux mains,il les fit exa-
miner de tous cts, pour prouver qu'il n'a-
voit pas retenu, come le prtndoit M.1Hii,
une parties du ruban entire fes doigts. M. Hill
voulut parler pour dvoiler cette nouvelle fu-
percherie ; mais le Jongleur lui coupa la pa-
role, & fit observer lui-mme la Compagnie,
qu'il faifoit ufage de deux rubans, tenant en-
femble par un petit crochet qu'il cachoit adroi-
tement entire le pouce & le mtacarpe de la main
gauche. Ce crochet toitaffez court, pour qu'en
le prefi~nt de l'index de la main droite, on p.t
facilement dgager la main gauche en dfinif
fant les deux rubans. Voyeqla fig. 8.








Ici M. Hill voulut repliquer qu'il connoiffoit
ce dernier maoyen; mais qu'on n'en avoit pas


~~J"-'~c. --. -- --.p ---is~ _~1~~~_~_ __~_ __ _~ ___








A LA MAGIE BLANCHED. 2a
fait ufage dans le premier cas, parce qu'il avoit
vu employer un ruban entier, &c. Mais les fatel-
lites de Pilferer, diftribus dans toutes les par-
ties de la Salle, firent un brouhaha qui emp-
cha M. Hill de fe faire entendre; enfuite on vit
un example frappant de ce penchant natural,
qui nous porte imiter certain mouvemens
qu'on voit dans autrui; car, de mme quele
rire, les pleurs, le baillement, la terreur & les,
convulfions magntiques fe communiquent &
fe propagent quelquefois par imitation, on vit
que les exclamations forces & l'admiration
fimule des Compres, produifirent dans toutes
les ttes chaudes une admiration relle, qui fut
.porte,je ne dis pasjufqu' 'enthoufiafme, mais
jufqu' la folie. Les ttes froides, qui toient en
petit nombre, furent les feules prferves de
la contagion; & l'on dcida, la pluralit des
voix, que M. Hill toit un impofteur, & que
l'incomparable Pilferer toit pour le moins un
trs-grand perfonnage. :
Le Bohmien voyant que Plaffgmble fem-
bloit avoir fur les yeux un yvile pais qui l'em-
pchoit de voir la vrit,, voulat profiter de
Cpt aveuglement pour fair paffer des propo-
fitions abfurdes; il favoit que c'toit l le vrai
moyen d'obtenir, le plus grand sembre 'd fuf-
frages; il toit, fi perfuad de la 'rdulit po-








8 SUP PL M ENT
pulaire, qu'il difoit en lui-mme gua abfurdits
ed melies.
Je vous ai appris, MM., dit-il,'d'un air
grave & naf, que lorfque j'tois prifonnier de
guerre Calcutta (c'toit, s'il m'en fouvient,
le ~y Septembre), je me dlivrai trs-facilement
des fers don't on avoit voulu me charger au
fond d'une prison; celui de vous qui m'a ir-
terrompu dans ma narration, m'a empch de
vous center le plus beau de l'hiftdire ;vous fau
rez donc qu'il n'y avoit pas deux minutes que
j'tois enchaln, & le geolier n'avoit pas encore
achev de verrouiller les portes du cachot, que
je m'tois chapp par le trou de la ferrure.
Ici, un murmure gnral ki fit comprendre
qu'il avoit port les chores un peu trop loin,
& que les efprits se paroiffolent pas difpdfs
l'en croire fur fa parole. Cependant enhardi
par fes premiers fuccs, il ie dfefpra- point
de venir bout de fon entreiJrife, & continue
de cette manire: Je fais, MM., que j'annonce
une chofe incroyable, & qte par le dfirde vous
plaire, je m'expofe au riftie' de paffer pour un
menteuri: mais daignez 'nm"ciuter juf'qi la
fin, &' vouis 'ferez de o~ni a : n eft-ii pds
vrai qu'il fut un temps o Po'rcroyoit quil
toit imipofible de braver 'la fbudre, o l'on
tegardoit'comme tmraires toutes les entrb-








A LA LA MAC ix BLANCHE. 29
prices des favans cet gard: tout cela emp-
chera-t-il qu'il n'y ait bientt autant de manu-
fatures de Paratonnerres, qu'il y a de magafins
de Parapluies D'une autre part, n'a-t-on pas
yu en Europe d'illuftres Acadmiciens prouver
par a + b -f, que l'animal deux pieds & fans
plumes ne pourroit jamais difputer l'aigle
l'empire des airs; que toutes les tentative
cet gard toient uFe fuite naturelle de l'amour
du merveilleux; que les Potes n'avoient donn
des ailes Ddale que.pour amufer l'imagina-
tion, mais que la Fable de l'imprudent Icare
ne pourroit jamais fe ralifer: qu'a-t-il rful
de cette prtendue dmonftration Le gnie
brifant toutes entraves, a paff les bornes que
le calcul vouloit lui prefcrire, & l'heureux
Pilafire, aprs avoir perfe&ionn l'artde Mont-
golfier, obtient aujourd'hui le fuffrage des Rois,
en planant majeflueufement fur les nuages.
Ici Pilferer fut gnralement applaudi; croyez
donc, ajouta-t-il, qu'il n'eft rien d'impoffible
l'homme, qu'un gnie fuprieur peut franchir
toutes les barrires, & vaincre des difficults
,qui paroiffent infurmontables au vulgaire des
Philofophes; & qu'il exifte dans la nature des
moyens fecrets connus des ames privilgies,
l'aide defquels un homme peut.non feulement
paffer travers le trou d'une aiguille, mais


_ __








30 SUPPL MY NT
encore fe rendre tout fait invifible, ce qui
peut tre bien utile dans plufieurs occafions,
foit en politique, foit en amour. Au refte, je
n'exige point qu'on me croye fur ma parole,
j'en appelle l'exprience: Non verbis, fed operi-
bus credit.

SECTION IfI.

Divers secrets pour tirer en apparence descus
d'une Bourfe fans l'ouvrir.

CEs dernires paroles prononces d'un ton
qui porta la perfuafion dans tous les efprits,
firent croire toute l'Affemble qu'on alloit
voir quelque experience tonnante & fublime.
Cette ide trompeufe fut conue avec d'autant
plus de facilit, que dans cette erreur le coeur
toit de moiti: hacun dfiroit dans ce moment
de voir des chofes merveilleufes, & l'on s'ima-
gine toujours facilement ce que l'on dfire.
Un infant aprs, on fut effeCtivement bien
tonn, non pas de voir l'exprience miracu-
leufe qui venoit d'tre annonce, mais de voir
que le grand prometteur, au lieu de tenir fa
parole, ne prfentoit la Compagnie qu'une
purilit. 11 fit voir une bourfe dans laquelle
toient des cus de 6 livres, qu'il faifoit fonner







3
A LA MAGIE BLLACHEB. 3
en fecouant. 11 propofa d'en tire ces cus
fans ouvrir la bourfe, & conclut de l qu'un
homme pouvoit, par le mme moyen, fortir
d'un cachot fans en ouvrir la porte.
Vous voyez, me dit alors en riant M. Hill,
que les operations d'un Faifeur de Tours font
autant d'utiles leons. La dernire qu'on vient
de nous propofer eft pour le moins auffi inf-
trutive & aufi. parlante que la Fable de la
Montagne en travail.
SParturient montes, nafcetur ridicilus mus.
Pilferer comprit que M. Hill Connoiffoit le
Tour don't il s'agiffoit dans ce 'oment, & crai-
gnant qu'il ne l'expliqut, il fe plaignit amre.
ment de ce que certaines perfonnes fembloient
prendre plaifir l'embarraffer. Si ces perfonnes
toient affez inftruites, ajouta t- il finement,
pour enfeigner les vrais principles de mon Art,
je ne pourrois pas en tre fch, puifque leurs
efforts tendroient alors au progrs des lumires;
mais, come on ne voit en elles que de la
prfomption avec un grand fonds d'ignorance,
& des difpofitions propres la conferver, j'ai
d'autant plus de raifon de m'en plaindre, que
leur principal but eft de me rendre odieux &
d'en impofer au Public.
Quelque gratuite & mal fonde que ft cette









accusation, elle fit le .plus grand effet fur- les
efpritsfoibles, 'puifqu'ils crurent'fur fa parole
un hoiinmeqi;i, depuis une heure, ne les amiu-
foit qUe f'ar des menfonges cldais e' i in
infant l'effaim de Compres diferfs danis ie
parterre fit un bourdonnement qui nous oblige
de garder 'le fence. Le Bohnmen :'ffiur pat
le fecours des Tartares qu'il avit foudoys,
continue de cette manire:
Je ne puis, Meffieurs, paffer moi-mme au-
jourd'hui dans le trou d'une aiguille ou dans
le goulot d'une bouteille, parce que je n'ai pas
les fimples qui fervent pour cette experience
vraiment fingulire.
Alors un home de l'amphithatre l'inter-
rompit, en s'criant d'une voix forte, qui an-
nonoit fon mcotenntement : Je fbuponne en
effect que, pour votre experience, il faudroit
des dimples, & que vous ne trouvez pa s en
nous affez de fimplicit; mais fi c'ft des plan-
tes qu'il vous. faut, nommez-les-m'oi, je'les
enverrai qurir chez mon Herborifte. Mori-
fieur, rpondit le Bohmien, avec un air ref-
pe&ueufement hypocrite, la principal de ces
plants s'appelle en Latin Semper viridis; en
Arabe, Eproukeimou; en Anglois, Always green;
en Langue Japonoife, Kariontou; en Etruf-
que, Moskargound. Je n'ai pas befoin de ta
kyrielle,








A LA MAGIE BLANCHE. 33
kyrielle, repliqua la voix forte de amphtha-
tre, nomme la feulement en Hollandois. Le
Bohmien rpondit, qu'tant tranger au Cap
de Bonne-Efprance, il ne pouvoit favoir le
nom des plants en language vulgaire, & que,
d'ailleutis, celle don't il avoit befoin, n'toit
point chez les Herboriftes du voifinage, puif-
qu'on ne la trouvoit que dans les dferts de
l'Arabie. TJe croyez pas, continua-t-il avec au-
dace, que j'invente ceci pour me difpenfer de
faire le Tour que je vous ai promise; il doit
m'en arriver demain par un vaiffeau qui vient
de la Mer Rouge, &, fi elle eft telle que je
l'ai demande, c'eft--dire, fi on l'a cueillie la
veille de la Saint-Jean ,pour qu'elle foit.doue
de toute fa vertu, vous ferez, dans peu de
jours, le tmoin irrcufable de fes merveil-
leux effects. En attendant, je vous prie de vous
contenter du Tour que je viens de vous offrir,
& qui prouve mieux qu'on ne croiroit d'abord
combien il eft facile un homme de paffer
dans le goulot d'une bouteille; en effet, Mef-
fieurs, dit-il, en fecouant les cus dans la mme
bourfe, un homme quelconque eft toujours plus
petit, refpe&ivement au goulot d'une bouteil-
le, que ne l'eft un cu de 6 livres, eu gard
aux pores imperceptible du drap qui forme
cette bourfe: or, je peux faire paffer invifible-
Tome 11. C








'34 SUv P'L1MENT
'ment des cus travers les:pores .de ce draper
donc je pourrai, plus forte raifon, entrer moi-
mme dans une bouteille. Alors il fit manier
cette bourfe par diffrentes perfonnes, & l'on
vit qu'elle toit forme de douze morceaux de
drap,fi bien coufus par-tout, qu'on ne'voyoit
aucune ouverture ; cependant un infant
aprs, en la tenant dans fes mains, qu'il cou-
vroit d'un chapeau, il ta les cus, & fit voir
que la bourfe toit auffi bien ferme qu'aupa-
ravant. M. Hill en examine les coutures, &
n'y vit aucune efpce de fupercherie; une per-
fonne de la Compagnie nous dit qu'il n'y avoit,
dans ce Tour, qu'un peu d'efcamotage; que
Pilferer. avoit mis fubtilement dans fa poche la
premiere bourfe o toient les cus, 'pour y
fubftituer une bourfe vide parfaitement fem-
blable, & que tous les Spectateurs pregnant
celle-ci'pour la.premire, on s'imaginoit natu-
rellement que les cus en toient fortis, quoi-
qu'ils fuffent toujours dans la mme; au refte,
ajouta la mme perfonne en parlant Pilferer,
pour achever de le convaincre par un argu-
ment ad hominem, la premiere bourfe & les
cus font atuellement dans la poche droite de
votre habit; car c'eft l que vous avez port
rapidement la main fous prtexte de prendre de
la poudre de fympathie.








A LA MAGIE BtLACHEiT.


Lta meilleure manir de rfuter cette objec-
tion A toit. pour le Bohmien de faire voir
qu'il n'avoit aucune bourfe dans la poche
droite de fon habit, &: de permettre qu'on y
mt la main; mais il nejdgea pas propos
d'employer cette rponfe., ce qui fit croire
pour un moment qu'il toit pris au trbuchet.
Cependant cet homme,, ptri :de rufes, ne
manqua pas de reffources,,il tendit un pige
qui lui ruffit parfaitement; il luda la difficuh
par une dfaite, que la ;plupart des Spe&ateup s
regardrent: come unpe rponfe .,triomphante:
Il exile, dit-il, un moyen bien fitnple & bien
certain de vous prouver que je, n'efcamore
point la borufe o font les cus; c'eft dy,
fondre de la cire, d'y fair -appofer le cachet
de plufieturs perfonnes & d fire vrifier ces
cachetsavant. .aprs:l'opration.,.ponu dmon-
trer que c'et. la mme bourf, qui fans avoir
aucune ouverture, peut fe.trouvr tanttpleine
&. tantt vide. On accept la -propofition. Pil-
frer paffa pour un moment derrire la toile,
&reparut bientt aprs avec une bourfepleine
d'cs conftruite en apparence comme l-apre-
nmi re; on y-pofa deux cachets; Pilfeter 'la
couvrant d'un,chapeau ~ en tira fuceeffivement
quinze: aus de 6 liv. qu'il jetoit un un fur le
thtre mefure qu'il les toit. Quawd il eut
Sij








SUPPL i M-1 Nt


fini, on vrifia les cachets, & il fut gnrale-
ment reconnu que la bourfe qui toit a&t elle-
ment vide, toit la mme que celle o toient
auparavant les cus.de:6 liv. On fut fi occup
vrifier lep cachets,. qu'on ne porta aucune
attention fur le point effentiel, qui faifoit,
dans 'ce moment, le vrai noud de l'affaire.
Quoique la bourfe reffemblt -extrieurement
celle don't on avoit examin les coutures, elle
en toit cependant'bien diffrente. Une de fes
douze coutures toit faite de faon qu'on pou-
Svoit facilement en carter les .bords: 'quind
,on pinoit le drap pour le tirer d'tne' crtaine
manire, deux: fils diffrens qui -la fotmoient
cdant alors, l'effort ds doigtsi' prfentoient
une efpce de petite grille barreaux parallles,
, travers lefquels on pouvoit faitre :paler-un
cu de 6 liv.::Unie!autie mieanire'&d tirer les
morceauiixde ,drap rapprochoit les'bords de la
couture,. & faifoit difparoitre les fils.
Cette conftruaoion'tnt connue-de beaucoup
de perfonnes, -le fBohmien s'imagina que ce
Tour .ne prodiroit: pas beaucoup de furprife,
& ;qd'it toit icffaire de porter l'attention des
Spetaturs fir un novel objet; il 'en tira par
une rufe nouvelle qui prouve en mme 'temps
combien cet home' toit fcond en reffources,
& combien il toit perfuad de la foibleffe de








A LA MAGIE I EANrCHB. 37
I'efprit human; il parla luigime du moyen
qu'il venoit d'employer; & quoiqu'il s'en ft
rellement. fervi, il fit croire qu'il n'en avoit,
jamais fait ufage : Je fais, dit-il hardiment,:
qu'on vend des livres o l'on explique la ma-
nire de faire des coutures .qu'on peut ouvrir
formerer volont; mais les auteurs de ces
fortes d'ouvrages ne connoiffent point les vrais;
fecrets de mon art' je n'ai jamais employ de
ftratagnies auffi grolliers que ceux qu'ils pr-
tendent enfeigner au Public. Voici, continua-
t-il en montrant une bourfe de tricot, une pice
qu'on ne fouponnera furement pas d'tre mal
coufue, je vais m'en fervir pour faire le mme
Tour; & vous conviendrez bientt que je n'em-
ploye ni les fauffes coutures pour tirer les cus
d'une bourfe, ni les fauffes portes pour fortir
d'une prison; mais, ajouta-t-il, je-fais attention
qu'en excutant le tour, avec, une bourfe que
je fournirai moi-mme, on m'accufera peut-
tre d'y avoir fait quelques prparatifs : qu'on
me fourniffe donc une bourfe telle qu'on jugera
propos; qu'on prfre, fi l'on veut, un bas
de foie ou de laine: quelqu'un en tiendra l'em-
bouchure bien ferre, tandis que j'en tirerai un
cu avec la mme facility que j'aurois fortir
d'une prison. Alors on lui donna un bas de
foie dans lequel il mit un cu. Il en lia forte-
C iij


rrl~---~----~----C*C---L~eC~n~lCILII II


L









38 SuP e MBENT
ment 'elnbouchtiie-, qu'il donna d'ailleurs te-
nir une perforthe de la Compagnie; cepen-
dant l'aygut couvert d'un chapeau, comme il
avoit couvert la bourfe dans les deux tours pr-
cdens, il en tira l'cu, & fit remarquer un
instant aprs qu'il n'avoit pas fait la moindre
ouverture dans le pied du bas o il avoit d'ail-
leurs attach particulirement l'cu en le liant
avec un peu de ficelle. Voyeq la fig. 9.










L'adreffe avec laquelle ce Tour fut excu-
t, & le difcours qui fut prononc en mme
temps, me paroiffoient runir tous les fuffra-
ges, lorfque je m'adreffai M. Hill pour fa-
voir s'il accordoit le fien. J'avoue, me dit-il
froidement, que cet homme eft fort adroit &
trs-fertile en.expdiens; il furpaffe mme tous
fes Confrres par la manire ingnieufe don't il
combine fes Tours pour tayer les plus foibles
par les plus forts; la multiplicit des moyens


I







ii
A LA MAGIE B LAICHE. 39
qu'il employee pour produire des effects qui font
les mmes en apparence,, en impofera toujours
au grand nombre. A mefure qu'on dvoile fes
procds, il en employee un' nouveau pour faire
croire qu'on a mal expliqu fes operations: lorf-
que ce plan lui ruffit, il triomphe en apoftro-
phant fes adverfaires pour entamer une que-
relle; & fi, ds le commencement de la difpute,
celui qui a donn les premires explications fe
dcide garder le filence pour ne pas fe com-
promettre, une certain parties du Public croit
aufli-tt que le Faifeur de Tours a remport
une vi&oire honorable, parce que les Specta-
teurs vulgaires ignorent les raifofs qu'on peut
avpir pour ne pas lutter contre un Efcamo-
teur, & pour lui laiffer, par ce moyen, une
apparence de fupriorit.
Un homme qui toit ct de M. Hill lui
demand alors s'il pourroit bien expliquer le
dernier Tour qu'on venoit de faire trois fois;
M. Hill lui rpondit qu'il n'avoit pas vu faire
trois fois le mme Tour. Excufez-moi, dit le
voifin, puifqu'on a tir trois fois des cus d'une
bourfe ou d'un bas de foie, Pardonnez -moi,
repliqua M. Hill, puifque dans le premier de
ces trois Tours on n'a rien tir de la bourfe,
& qu'on a feulement fubftitu une bourfe vide
une bourfe pleine. Quant l'exprience du
C iv








40 SUPPLEMENT
bas de foie, on n'a pas pu en tirer un cu,
puifqu'il n'y en avoit point. Cependant, dit le
voifin,j'ai vu mettre l'cu de 6 liv, dans le bas de
foie, & quand on a eu attach le bas par l'embou-
chure, l'cu paroiffoit y tre encore par la forme
ronde qu'il donnoit la parties du bas qui lui fer-
voit d'enveloppeJe fais bien, rpondit M. Hill,
qu'on a commenc par mettre l'cu de 6 liv. dans
le bas; mais je fais auffi qu'aprs l'en avoir fait
fortir, en fecouant le bas comme par mgarde
&par diffraction, on s'eft content de faire fem-
blant de l'y remettre, & qu'on y a rellement mis
alors une longue aiguille ploye en rond, qui
donnoit fon envelope la mme forme qu'au-'
roit pu lui donner l'cu de 6 liv. Cette aiguille
ainfi ploye a paff en tournant entire les fils, &
n'y a pas laiff plus de traces de fon paffage que
fi elle avoit t bien droite; fig. to.

IO.






Le Faifeur de Tours laiffant tomber l'cu de
6 lives, qu'il tenoit ferr entire la naiffance du







A LA MAGIE BLANCHED. 41
pouce & celle du petit doigt, a fait voir qu'il
n'y avoit plus rien dans le bas, & tout le monde
a cru & croit encore que l'cu toit forti par
un trou infiniment petit; d'o l'on conclura
peut-tre que le Thaumaturge peut paffer lui-
mme travers le trou d'une ferrure, comme
il s'en eft vant. Cette explication parut trs-
fatisfaifante & trs-judicieufe tous ceux qui
l'entendirent; mais come elle ne fut entendue
que d'une douzaine de perfonnes, le grand nom-
bre fe retira tout merveill, & crut pofitive-
ment que fi Pifferer n'toit pas un peu forcier,
il avoit au moins dcouvert dans la nature de
nouvelles lois inconnues toutes les Acadmies.


CHAPITRE II.
SECTION PREMIERE.
Ancienne mthode defaire le Tour des trois
Canifs. Divers moyens de catcher un Com-
pre, & defaire croire qu'on n'en a point,
lors mme qu'on en employee plufieurs.

Q uEL Q UB temps aprs, Pilferer rpandit
avec profufion, dans toute la Ville, des annon-
ces dans lefquelles il promettoit de faire des tours
diffrens de tous ceux qu'on avoit vus jufqu'a-








SVtPPLM INT


lors; cependant il ne fit que d'anciens Tours,
qu'il avoit annoncs fous des noms inconnus,
pour faire croire qu'ils toient nouveaux, &
don't quelques uns parurent nouvellement in-
vents, parce que l'Agent qu'on employoit,
quoique connu depuis long-temps, toit affez
bien dguif. M. Hill les devina tous, except
une petite experience qui confifte faire fauter
terre un canif qu'on met avec deux autres dans
un gobelet, ou qu'on appuye tout implement
fur fes bords. M. Hill ne dcouvrit point ce
Tour, foit qu'il n'en ft pas affez frapp pour
y donner toute fon attention, foit parce que
dans certain moments il toit fi. pareffeux qu'il
ne vouloit pas fe donner la peine de rflchir,
foit enfin parce que les efprits pntrans, ca-
pables de vaincre de grandes difficults, s'en-
dorment quelquefois, & font arrts par les plus
petits obstacles. Quoi qu'il en foit de la caufe
qui empcha M. Hill de fire ufage de fa pn-
tration ordinaire, il ne faut pas conclure de l
qu'il n'avoit point d'aptitude expliquer les
Tours, parce que, comme le dit fagement le
judicieux Horace dans le Pome dida&tique qui
eft le chef-d'oeuvre de cet crivain, & qu'on
regardera dans tous les ficles comme le code
du bon fens & dela raifon,


- Qandoque bonus dormitat Homerus.








A LA MAGIE BLANCHED. 43
L'illuftre ami de Mcne toit trop clair
pour croire qu'on pouvoit juger un homme par
une feule negligence; bien different cet gard
de quelques Auteurs du troifime ordre, qui pr;
tendent juger d'un Ouvrage entier par une feule
phrafe, & qui, s'rigeant en juges dans une caufe
qui n'eft pas de leur competence, croyent trou-
ver une erreur l o il n'y en a point, & concluent
de cette erreur fuppofe, & non prouve, que
l'Ouvrage entier ne continent que des abfurdits,
& que l'Auteur vaut aufl peu que l'Ouvrage.
M. Hill n'eut pas la patience de paffer vingt-
quatre heures fans fe faire expliquer le Tour
qu'il n'avoit pu deviner; il fut donc trouver
l'Efcamoteur aprs la fance, & celui-ci dvoi-
lant fon fecret pour fix ducats, apprit M. Hill
qu'il falloit gliffer au fond du verre un petit cu
attach un fil, & qu'un Compre tirant un
bout de ce fil l'inftant choifi par la Compagnie,
faifoit fauter celui des canifs qui toit appuy
fur le petit cu.
M. Hill, fch d'avoir pay fi cher un Tour
qu'on excutoit par un moyen auffi ignoble, en
fit des reproches au Bohmien, qui lui rpondit
de cette manire : Qu'importe le moyen don't
je me fers, pourvu que je parvienne mon but,
qui confifte produire le plus grand tonnement
poffible, pour attirer mon Spectacle un grand








44 SuPPLAMENT
concours de monde, & par ce mpyen efcamoter
au Public un grand nombre de ducats. Les vrais
connoiffeurs favent par experience que les pro-
cds les plus groffiers font quelquefois les
meilleurs pour exciter l'admiration, pace que
le fpetateur vulgaire qui voit des effects frap-
pans, ne peut s'imaginer qu'ils puiffent prove-
nir d'une fi simple caufe.
Bientt aprs, M. Hill m'ayant racont ce
qui venoit de fe paffer, &'la dpenfe qu'il avoit
faite pour apprendre le plus petit de tous les
Tours, je lui fis un reproche amical de fon trop
grand empreflment fe fire inftruire d'un fe-
cret qu'il auroit pu dvoiler lui-mme, s'il avoit
voulu fe donner la peine de rflchjr; & j'a-
joutai que, dans tous les cas, j'aurois pu l'inf-
truire moi- mme fur cet article : Quoi! me
dit-il, vous connoiffiez ce Tour h! comment
avez-vous pu deviner qu'il y avoit un com-
pre ? j'avoue que je n'aurois jamais fouponn
qu'on employt un moyen auffi trivial;je lui r-
pondis alors que je ne l'avois pas devin; vous
avez donc pay pour le favoir, me dit-il : je
n'ai pas pay non plus, lui repliquai-je; mais
je l'ai appris par des circonftances favorables
que le hafard m'a procures: 1. Dans une oc-
cafion o on faifoit ce Tour, j'ai vu gliffer un
petit cu au fond du gobelet, ce qui m'a fait








A LA MAGIE BLANCHED. 4'
fotuponner qu'il pouvoit bien y avoir un fil
& un compre : 2o. Ce foupon me rendant
plus attentif & plus clairvoyant, m'a fait en-
trevoir la main du .Compre dans l'inftant o
il tiroit le fil : 3. Un de mes amis qui a vu
la main du Compre en pareille circonftance,
.n'a affur qu'il lui avoit donn un petit coup
de canne fur les doigts pour lai prouver qu'on
l'avoit aperu : 4. Enfin, le Compre qui a
tir lui-mme le fil pendant quatre ans pour
faire ce Tour, eft venu l'autre jour chez moi,
& m'a tout avou fans difficult, foit parce
que ce n'toit pas la peine de me catcher ce
que je favois dj, foit parce qu'il dfiroit que
je fiffe un troc avec lui en l'initiant dans quel-
ques uns de mes fecrets don't il toit curieux.
M. Hill, propritaire d'un Tour qu'il m-
prifoit & qu'il croyoit avoir pay trop cher,
ne fit aucune difficult de l'enfeigner tous
fes amis; la renomme le portant bientt de
bouche en bouche, le publia en peu de temps
dans tous les quarters de la Ville; & les Ci-
toyens en gnral penfrent que la plupart des
Tours qu'on avoit tant admirs chez Pilferer,
fe faifoient comme celui des trois canifs,
l'aide d'un Compre.
Il y avoit dj deux mois que le Bohmien ne
paroiffoit plus; on le croyoit parti, avec d'autant








S u PrP L k EMENT


plus de raifon, que dans fa dernire fiance' l.
avoit ffit fes adieux au Public; cependant il toit
retenu dans le pays par diffrens procs, qui,
heureufement pour lui, venGient de fe civilifer.
On le croyoit dj bien loin lorfqu'il fit affi-
cher qu'il alloit donner encore trois reprfen-
tations de plufieurs Tours inconnus, ajoutant
finement cette promeflf des particularits qui
devoient lui attirer un grand concours de mon-
de; cependant, dans ces nouvelles fances,
il fit peu prs les mmes Tours qu'il avoit
faits jufqu'alors; & quoiqu'il employt un Com-
pre, il fit croire qu'il n'en avoit point par un'
tiffu de rufes doot le Public n'a jamais eu l'ide:
Meffieurs, dit-il avec un air de bonhommie
qui perfuada toute l'Affemble que la vrit
toit fur fes lvres, & la fincrit dans fon ceur;
c'eft tort qu'on a fait courier le bruit que j'ai
un Compre derrire la eloifon. Otant alors de
cette claifon deux morceaux de bois mal clous,
qu'il avoit eu la prcaution'de faire attacher lg-
rement pour avoir plus de facility les arra-
cher:Voyez vous-mmes, continua-t-il avec
fcurit, s'il y a quelqu'un de cach derrire les
planches. Enfuite entrant dans ume efpce d'en-
thoufiafme, & pregnant par le bras trois jeunes
gens qui tolent fur le thtre, il lespria de paffer
derrire la cloifon, & de certifier au Public que








A LA MAGIE BLANCHE. 47
ce Compre don't on parloit tant toit un tre
imaginaire.
Le Public fut bien tromp par leur tmoigna-
ge, car il ne favoit pas que ces trois perfonnes
toient elles-mmes des Compres dguifs, qui,
trouvant leur quatrime Confrre derrire la cloi-
fon, burent avec lui deux bouteilles de vin la
fant des bonnes gens, & s'approchrent alterna-
tivement du trou qu'on venoit de former en arra-
le Public come par une fentre, ils 'amufront
pardes pantomimes & des grimaces, & luicerti-
firint qu'il n'y avit jamais eu de Compres.
te firatagme,auquel on ne s'attendoit point,
forma une efpce de coup de thtre qui en im-
pofa au commun des Speaaateurs, & les gens d'ef-
prit, qui n'en furent point dupes, furent fi con-
tens d'en avoir ri, qu'ils firent femblant de tout
croire, & tmoignrent, en applaudiffant cette
farce, combien ils toient fatisfaits qu'on l'et
invente.
Bientt aprs, le Bohmien boucha d'un mor-
ceau de tapifferie le trou qu'il avoit fait la
eloifon en arrachant un morceau de planche mal
clou, & continue de faire des.Tours qui fup-
pofoient I'aliftance d'un Compre, mais qui,
felon Pilferer, fe faifoient par un fimple mca-
nifme don't il prtenaoit avoir le fecret.









48 SUPPLiMENT
Il mit fur' une table un Automate habill
la Turque, qui, par fes mouvemens, rpon-
doit une infinit de quefiions; mais comme
ces mouvemens toient libres & fpontans,
obifant la voix de quiconque leur comman-
doit; comme on vit d'ailleurs que l'Automate
toit appuy fur une table cloue fur le th-
tre, on penfa avec raifon qu'il y avoit des fils
cachs dans les pieds de la table, & que le
Compre, par leur fecours, agitoit des bafcu-
les pour faire remuer l'Automate felon le be-
foin; quelqu'un en fit la remarque, & Pilferer
donna pour rponfe, qu'en Pruffe, en Alle-
magne, en Pologne, Venife & Naples, il
avoit fait chez diffrens Seigneurs l'exprience
de l'Automate, en le pofant par terre ou fur
une chaife au gr; de la Compagnie. Je ne peux
pas fire aujourd'hui l'exprience de cette ma-
nire, continua-t-il, parce que le mcanifme.
n'eft pas mont pour cela; mais je peux, fi on
l'exige, arracher la table & la dclouer pour
faire voir qu'il n'y a aucun fil d'archal dans fes
pieds. Alors faifant de foibles efforts pour la d-
clouer, il parut ne pas pouvoir en venir bout,
& continuant de tirer la table de manire faire
croire aux efprits les plus difficiles qu'il avoit
envie de la tranfporter ailleurs, il pronona ces
mots : Vou14- vous abfolument gue je l'arrache f
Un








A LA MAGIE BLANCn 49
Un grand nombre de Speaateurs s'cria plu-
fieurs reprifes: Oui, oui, qu'on l'arrache; mais
les Compres difiribus dans le parterre s'cri-
rent en mme temps : Non,: non, qu'elle refJt.
Alors toute l'Affemble fe trouva divif en deux
fa&ions oppofes, don't l'une crioit oui, & l'au-
tre non; & dans cette efpce de combat, qui
dura un demi- quart-d'heure, les Compres,
comme plus obftins, remportrent la vitoire
en criant les derniers.
Pilferer, felon les dfirs, s'en tint leur dci
lion, & donna entendre que c'toit par pure
politeffe; la table & les fils d'archal, cachs dtins
fes pieds, reflrent donc leur place, & l'offre
feule que le Jongleur venoit de faire, d'arra*
cher cette table pour prouver qu'il n'y avoit
point de fil d'archal, paffa pour une preuve
inconteflable qui devoit dmontrer aux plus
incrdules, qu'il n'y avoit ni fil ni Compre.
Aprs ce Tour, on fit l'exprience de la Mon-
tre pile dans un mortier (voy. le Chapitre 23
du premier volume) & comme je m'aperus
qu'on ne faifoit pas la fubftitution l'aide d'un
pilon creux don't on fe fert ordinairement, com-
me, d'ailleurs, Pilferer n'efcamota pas lui-m-
me la montre avec la main, puifqu'il la fit pofer
par autrui, je penfai que la fubftitution s'toit
faite l'aide d'un Compre. Mais le Compre
Tome I., D








50 U- PPL IMENT
ne pouvoit pas, dans ce cas-ci, tre cach der-
rire la cloifon, puifque la table toit ifole au
milieu du thtre, & diflante de. la cloifon d'en-
viron 1 8 pieds: M. Hill s'imagina qu'il y
avoit un autre Compre cach dans le tiroir de
la table; ce qui le confirm dans cette ide, ce
fut la, grandeur du tiroir, qui paroiffoit avoir
les dimensions nceffaires pourcontenirau moins
un enfant de o i1 ans. M. Hill, pour diffiper
ce foupon, pria Pilferer d'ouvrir ce tiroir; mais
celui-ci rpondit qu'il en avoit perdu la clef:
Ne croyez pas, dit-il, qu'il y ait quelqu'un de
cach, car je peux rpter l'exprience par-tout
ailleurs. Auffi-tt il porta le mortier fur une
autre table o il n'y avoit point de tiroir affez
grand pour contenir une perfonne; le Tour
ruffit galement: mais M. Hill fit remarquer
que la table toit fur des roulettes, & qu'avant
de faire le Tour, Pilferer l'avoit pouffe peu
peu comme par mgarde, pour l'approcher de
la cloifon, derrire laquelle il y avoit un Com-
pre, qui dans ce cas-ci, pouvoit avoir fait la
fubftitution la place de celui qui toit cach
dans le tiroir de la premiere table : Vous favez
bien, dit alors le Bohmien, qu'il n'y a pas de
Compre derrire les planches, puifque voil
trois Meffieurs qui certifient n'avoir pu le trou-
ver.








A LA MAGIE BLA#CHE. ft,
En fuppofant, dit M. Hill, qu'ils ayent dit
la vrit pour l'inftant o ils toient derrire
la cloifon, cela ne prouveroit point que le Com-
pre n'y eft pas aauellement, puifqu'il peut y
tre venu depuis cet inftant-l. Paffez derrire
la cloifon, dit Pilferer, pour vous affurer par
vous-mme qu'il n'y eft point. J'aurai beau y
paffer, dit M. Hill; s'il prend la fuite avant
que j'y arrive, je ne le trouverai pas. Paffez-y
toujours, dit le Bohmien, je vais rpter le
Tour fur la mme table; & fi vos foupons
font bien fonds, il faudra bien qu'il revienne.
Cela eft vrai, dit M. Hill, pourvu que cette
fois- ci, vous n'efcamotiez pas vous mme la
montre foit avec la main, foit l'aide d'un
pilon creux. Partez avec confiance, repliqua
Pilferer, en pouffant M. Hill pour le conduire
derrire la cloifon, tandis que vous tcherez
en vain de trouver le Compre derrire les
planches, mille perfonnes veilleront fur moi,
pour vous certifier votre retour que j'ai fait
mon operation, fans tricher en aucune manire.
M. Hill tant paff derrire la cloifon, le
Tour fut excut pour la troifime fois; je d-
pofai moi-mme la montre dans le mortier, que
je couvris d'une ferviette porte fur trois bou-
teilles; bientt aprs je donnai cinq fix coups
de pilon dans le mortier, aprs quoi on n'y
Dij








$2 SuPPLir MEns
trouva que des morceaux de montre brifs &
fracaffs. Je les recouvris de la mme ferviette,
& je les laiffai un infant comme pour leur
donner le temps de revenir leur place, & de
reprendre leur premiere forme, & enfin je tirai
du mortier la montre toute entire telle qu'elle
toit auparavant; Pilferer n'avoit touch ni le
pilon, ni la montre, ni le mortier. Dans ces
circonftances, il n'toit gure poffible d'expli-
quer ce Tour fans fuppofer le fecours d'un
Compre; mais M. Hill nous affura trs-pofi-
tivement, quoiqu'en fouriant, qu'il n'avoit pas
vu de Compre derrire la cloifon. Quand M.
Hill fut revenue auprs de moi, je lui demandai
ce qu'il penfoit de tout ceci: Je penfe, me
rpondit-il, que mes foupons toient bien fon-
ds, & que le Compre exifle derrire les.plan-
ches, quoiqueje ne l'aye pas vu. Comment cela,
lui repliquai-je! C'eft, me dit-il, que la cloifon
derrire laquelle j'ai paff fe trouve double; c'efi.
-dire qu'elle eft compofe de deux cloifons pa-
rallles arranges de manire qu'elles paroiffent
n'en faire qu'une, mais aflez loignes l'une de
l'autre.pour cacher un homme; voil ce qui m'a
empch de voir le Compre. Surpris de cette
rufe don't je n'avois jamais eu l'ide, je paffai
moi-mme derrire les planches pour vrifier le
fait : mais quel fut mon tonnement quand, au








A LA MAGI1 BELANCHE. C.3
lieu de trouver cette double cloifon don't M.
Hill veroit d me parler, Je ne vis qu'une grofle
poutre vertical qui fembloit porter le poids
de tout le plancher fuprieur! Elle touchoit la
cloifon & rfonnoit comme un tonneau vide,
quand on la frappoit, ce qui me fit croire
qu'elle toit compofe de quatre planches
cloues enfemble pour cacher le Compre. Je
courus vers NM. Hill pour lui dire d'abord
qu'il n'y avoit pas de double cloifon; il me
rpondit auffi-tt que la feconde cloifon toit
faite de paper coll fur toile, foutenue par un
chaffis; & qu'tant ainfi trs-portative, le
Compre, en fe retirant, pouvoit l'avoir em-
porte avec lui. Alors je lui parlai de la poutre
creufe que j'avais aperue : Je vois ce que
c'eft, dit M. Hill; c'eft ici le comble de la
rufe, & le plus adroit de tous les artifices;
vous faurez, ajouta-t-il, que dans l'intant
o je ttonnois derrire la cloifon pour d-
couvrir le Compre, il eft venu une femme
(c'toit une Commre) qui m'a pri de re-
garder fans rien toucher, & de ne rien rvler
l'affemble dans le cas o j'apercevrois 'qulque
chofe. Je lui -a promise, :& :e tiens Ma: parole,
en ne parlant la Compagnieidl de la Coridntr,
ni de la cloifon que j'ai aperue. Je penf,'ci-
tinua M. Hill, que par un excs de prudence
D ii









.& d'induitrie,, on avoit faith des prparatifs
pour me faire repentir de mon indifcrtion,
dans le cas o j'aurois manqu ma promeffe,
.er rrvlant le feeret de la Commre & de la
double cloifon, De plus, on auroit peut- tre
:dfir que j'euffe fait cette rvlation la
Compagnie, pour avoir le plaifir de me met-
tre dans l'embarras, & de me faire fiffler par
le Public, en lui faifant voir enfuite qu'il n'y
.avoit ni double cloifon, ni Commre; toute-
fois on s'toit rferv la poutre creufe pour
continuee, : 'infu du Public, de mettre
profit les fecours du Compre, nonobitant les
recherches- que les curieux & les incrdules
pourroient aller fair derrire les planches.
Cependant, coptinua M. Hill, gardons le fe-
,cret que j'ai promise: & jouiffops de la furprife
des Spe&ateurs.
Elle fut grande, cette furprife, quand M.
Hill affura pour d feconde fois qu'il n'avoit
point aperu de Compre. derriere la cloifon:
cependant il reftoit encore des efprits rtifs, qui,
fans pouvoir donner aucune raifon plaufible
de leur, incrdulit, irefufoient leurs fuffrages
Pilfer, 's mais il fit fur la fin une operation
.par laquelle les I1us incrdules devinrent fes
proflytes







a LA AMAGIE BL A'TC II


SECTION II

Objec7ion dun genre fngulier. Nouvelle md-
thode de faire faster un Canif.

-O N a fait courir le bruit, dit le Bohmien,
que je faifois mes tours l'aide d'un Compre:
je vais dmafquer l'impoflure & dmontrer la
fauffet de cette imputation d'une manire bien
vi&orieufe; ce ne fera pas en voqs cachant
les moyens don't je fais ufage, car alors le
myfltre don't mes expriences feroient rev-
tues, vous feroit encore fouponner une fu-
percherie nouvelle dans la manire de cachr
ce Compre-que vous avez ta-nt cour. C'eft
donc en vous dvoilant' moi-mme mes fe-
crets, que je veux dmontrer la futility des
explications qu'on a prtendu, vous donne;
n'attendez pas cependaint que Je vous expl'ue
chaque Tour en particulier, ce feroit riiire
ma fortune que de faire une' r~lation gdn-
raie; mais je vais vous en expliquer un ftl,
& vous jugterez de tous les autres par cet
chantillon;- '
Ab uno difce ones.
D iv








56 SuPPtLAMB NT
Le Tour des trois Canifs, ajouta-t-il, eft
un de ceux qu'on attribue au fecours d'un
Compre. On prtend que c'eft l'aide d'un
fil, d'un.petit cu, & d'une main cache, que je
produis le movement dans cette occasion;
mais un fimple morceau de effort ploy en
cercle, eft le feul agent que j'employe ; je
mets dedans, un morceau de fucre affez gros
Sour tenir le effort ouvert & lui donner pref-
que la forme de la lettre C. J'appuye enfuite
celui des canifs que je veux faire fauter terre
fur l'extrmit de ce effort au fond d'un go-
Sbelet, & j'y verfe de l'eau; bientt aprs le fu-
cre fe fond par la force de l'lment liquid qui
le pntre de toutes parts; le effort jouiffant
alors de fon lafticit, reprend fubitement fa
premiere forme, & donne au canif une petite
fecouffe qui le fait fauter terre.
Le Public ne fit pas attention que cette ex-
prience n'toit pas la mme qu'on avoit faite
les jours prcdens, ppifque, dans l'une, il s'a-
giffoit de faire fauter un canif, prcifment
l'inftant choifi par la .Cimpagnie, ce qui fup-
pofe 'afliftance d'un Compre, & que dans l'au-
treil falloit attendre patiemment que le fucre filt
fondu, fans donner aux Spectateurs le choix de
I'infiant o le canif devoit fauter: nonobftant
,cette difference bien fenfible pour quiconque veut








A LA MAGIE BLANCHE. 57
la voir, la thorie de Pilferer, appuye fur l'e
prience, part fi lumineufe, que tout le monde
en fut fatisfait. Le Faifeur de Tours profit des
applaudiffemens qu'on lui prodigua dans cette
occasion, pour charger des imputations les plus
odieufes les perfonnes qui fe flattoient de con-
notre fes Tours, & qui les avoient rvls au
Public. On crut ds lors fur fa parole tout ce
qu'il dbita, & l'on ne fit pas attention que le
mtier d'un Jongleur fe rduiroit rien, s'il
toit oblig de dire la vrit quand il fait fes
Tours, & quand il parle de fes adverfaires.
Cependant M. Hill, mcontent d'avoir donn
fix ducats pour apprendre de Pilferer que le
Tour des trois canifs fe faifoit l'aide d'un Com-
pre, tandis qu'on pouvoit l'excuter par des
moyens phyfiques, alla trouver le Faifeur de
Tours aprs la fance, pour lui faire des repro-
ches de fa mauvaife-foi. M. Hill, fon arrive
chez Pilferer, fut introduit dans un petit cabinet
qui fervoit d'antichambre: on le pria d'attendre
un infant, parce que le Faifeur de Tours toit
occup dans ce moment parler avec une per-
fonne de diftinEtion. M. Hill entendit dans la
chambre voifine une voix inconnue qui difoit:
Ce n'eft pas de m'avoir vendu votre fecret que
je vous blm; vous tes le propritaire de vos
ides, & vous avez le droit de les vendre qui-








SU PPL i MIE NT


.conque prfre votre favoir fon argent; mais
vous ne fauriez vous laver envers moi de m'a-
voir vendu fix ducats un fecret que vous avez
enfuite divulgu dans toute la Ville pour rien.
Il n'eft pas bien difficile, rpondit le ruf
Bohmien, don't la voix fut auffi-tt reconnue
par M. Hill, de me difculper fur ce point, &
d'obtenir un jugement favorable dans une caufe
o, quoique vous foyez ma Partie adverfe,
je dfire de vous avoir pour Juge. N'eft-il pas
vrai, Monfieur, continue Pilferer ,que puif-
que vous tes venu pour m'acheter mon fecret',
vous me confidriez cet gard comme un hom-
me qui avoit droit de le vendre, c'eft--dire,
comme un Marchand ? Cela eft vrai, dit l'in-
connu. Or, continue Pilferer, je le demand
tout tre raifonnable; un Marchand n'a-t-il pas
le droit incontestable de vendre fa marchandife
l'un & de la donner un autre pour rien'
Cela eft vrai, dit l'inconnu, pour les marchan-
difes ordinaires, parce que la. pice donne,
l'un n'eft pas prcifment la mme que celle
qu'on a vendue un autre; d'oi il s'enfuit qu'on
peut-donner l'un fans.priver l'autre de fon
acquisition: mais il n'en eft pas de mme d'un
fecret qu'on vient de vendre. Le divulguer, c'eft
lui ter fa valeur & fon existence, & l'onne peut
videmment le donner ainfi au Public, qu'en







A LA MAGCIE BLANCHE. 59
le drobant 'acheteur qui l'a pay. En -fup-
pofant, dit le ruf Pilferer, que le fecret don't
il s'agit ait perdu fon existence & fa valeur par
la publicity, je ferois encore exempt de tout
reproche, puifque la nceffit o je me fuis
trouv de le dvoiler pour me dfendre contre
mes adverfaires, doit tre confidre comme
un de ces accident fcheux, imprvus & in-
vitables, qui font perdre l'acheteur la chofe
vendue, fans que le vendeur lui doive pour cela
ni reftitution, ni ddommagement. Au refle,
ajouta Pilferer, je ne fais fi vous approuvez
Smes raifons; mais je peux vous affurer qu'au fond
de mon cour, elles me paroiffent trs-juites,
& que, fous ce point de vue, je fuis au moins
excufable par la puret de mes intentions.....
L'inconnu paroiflfnt peu fatisfait de ces der-
nires raifons, fe retira fans ajouter un feul mot.
M. Hill fut introduit, & dbuta de cette
manire : Je viens vous faire mes reprfenta-
tions fur la petite, convention qui s'eft paffe
entire nous, & vous dire que je fuis un peu
fich non pas de ce que vous avez enfeign
-pour rien au Public le vrai moyen de faire le
STour des trois canifs, mais de ce que vous ne
m'avez enfeign, pour fix ducats, qu'un moyen
ignoble, faux & illufoire. Je ne fais, dit le
Bohmien, ce que vous entendez par un moyen








60 SUPPL M'ENT
ignoble; mais je prfume que la noblefle des
moyens, en quoi qu'elle confide, doit tre re-
garde comme nulle, quand il s'agit de faire
illufion, & qu'on y rufit. Quant ce que
vous appelez moyen faux & illufoire, le fil
tir par un Compre ne mrite pas cette dno-
mination, puifque ce procd produit un plus
grand effet, & puifque je mlen fers prefque
toujours, & que je dois l'employer encore de-
main, quoique j'aye affur aujourd'hui que je
n'en fifois jamais aucun ufage. Vous deviez
au moins, dit M. Hill, m'enfeigner en mme
temps les deux procds que vous connoiffiez;
afin que je puffe, comme vous, les employer tour
a tour, & pour que, dans toutes les occafions
o l'un des deux feroit connu du Public, je
puffe me fervir de l'autre comme d'un retran-
chement favorable contre des adverfaires trop
clairs.
Vous enfeigner deux moyens la fois, dit
Pilferer, je ne le devois pas pour trois raifons: la
premiere, parce que j'ai promise feulement de
vous enfeigner pour fix ducatsle moyen que j'a-
vois employ jufqu'alors, & non celui quej'em-
ployerois dans la fuite, & que j'ai tenu ma pro-
meffe en vous dvoilant le fil & le Compre: la
feconde, parce que, quand nous avons fait note
convention, je ne connoiffois rellement que le







A LA MAGIE BLANCHE. 61
procd que je vous ai enfeign; & fi depuis
ce temps-l j'ai dcouvert une nouvelle m-
thode, je la dois la force de mon gnie, &
je ne crois pas que cela doive m'attirer des
reproches : la troifime enfin, parce que,
dans le cas mme o j'aurois connu le second
moyen, jene vous l'aurois pas enfeign, avec le
premier, pour fix ducats. Je penfe bien, dit
M. Hill, que vous ne m'auriez pas enfeign
pour ce prix les deux moyens enfemble;-mais
vous auriez pu me les montrer fix ducats
chacun. Point du tout, dit Pilferer, les deux
enfemble vous auroient cot au moins cent
ducats. Pourquoi donc auriez-vous exig un
prix auffi exorbitant, dit M. Hill tonn, puif-
que je n'ai pay le premier de ces deux pro-
cds que fix ducats ? C'eft, dit Pilferer, parce
que le second moyen eft infiniment plus
prcieux que le premier; mais il ne doit pas
l'tre davantage, dit M. Hill, puifque vous ne
l'avez pareillement fait payer que fix ducats
la perfonne qui fortoit d'ici quand je fuis entr.
Comment le favez-vous, dit Pilferer en rou-
gifant, eft-ce que vous connoiffez cet homme'
Je ne le connois pas, rpondit M. Hill; mais
comme votre porte toit entr'ouverte, & que j'ai
attend un demi-quart-d'heure dans votre anti-
chambre, j'ai tout entendu fans rien couter.








SU PPL M-E-N T


Ici Pilferer fe trouva un moment dans l'em-
barras; mais il toit trop fin menteur pour y
refer long-temps. Il eft vrai, dit-il, que je lui
ai donn mon fecret pour fix ducats; mais le
cder ce prix, e'toit le donner pour rien,
& mon intention toit rellement de lui en faire
un prfent, parce qu'il m'toit recommand
par un de mes'anis qui j'ai les plus grande
obligation.. A propos, continue le Bohmien,
en ceffant de rougir, & pregnant un air gai,
comme s'il lui toit furvenu une penfe fort
agrable, vous devez favoir que chaque pro-
cd pour fire un Tour eft en lui-mme d'une
valeur modique, parce qu'on trouve toujours
dans la plupart des focits quelque perfonne
claire qui en a connoiffance, & qui, en l'ex-
pliquant 'Affemble, le rend peu prs inu-
tile: mais, quand on a plufleurs mthodes pour
fire la mme experience, elles forment au-
tour du profeffeur une efpce de rempart inex-
pugnable qui le met l'abri de tous les coups.
Attaqu dans un coin, il fe rfugie dans un
autre; pourfuivi dans celui- ci, il paffi un
troifime, & revient au premier; tel qu'on voit
un habile maitre d'efcrime paffer rapidement
de la tierce la quarter, & par la vivacit de
fes mouvemens auffi prompts que la penfe,
employer pour ainfi dire dans le mme inf-








A LA MAGIE BLANCHED. 63
tant toutes les refifurces de fon art; tel un habile
Profeffeur de Phyfique amufante doit fe rendre
invincible, en joignant fon adreffe habituelle la
varit, la multiplicit & la complication de fes
moyens. Les diffrens procds qu'on employee
pour fair ! mme Tour, fe donnent donc une
force mutuelle 'par leur runion; & l'on ne
doit pas tre furpris que deux moyens enfem-
blefoient vendus 15 20 fois plus cher que ne
le feroit chacun fparment. Il en eft, pour ainfi
dire, de ces moyens comme des chevaux de car-
roffe qu'on achte au march; s'ils font dpa-
reills, on peut fe les procurer un prix modi-
que; mais quand on en trouve deux, quatre
ou fix, qui, par l'galit de la taille & l'affor-
timent des couleurs, font propres former un
fuperbe attelage, le prix auquel on les vend
n'a plus d'autres bornes que le luxe ou le caprice
de l'acheteur. Vous voyez donc que deux
Smoyens qui ont t vendus fparment fix du-
cats chacun, peuvent tte vendus ensemble cent
ducats, fans qu'il y ait aucune lfion, & fans
que perfonne puiffe avoir lieu de s'tonner ou
de fe plaindre.
Dans la fuite de cette conversation, M. Hill
remarqua que Pilferer, en plaidant fa caufe,
mloit toujours fes menfonges quelque bonne
vrit qui leur fervoit de paffe-port, & qu'il


__








64 SUPPLMEB NT
fembloit prendre pour modle ces faux-mon-
noyeurs qui ont toujours fur eux de l'argent
de bon aloi pour faire paffer une fauffe pice.
M. Hill paroiffant enfin fatisfait des raifons de
Pilferer, n'infifta pas davantage, & fe content
de lui dire que vraifemblablement il ne feroit
plus le Tour des trois canifs dans cette Ville,
puifque fes deux moyens toient connus. Pilfe-
rer, aprs avoir clat de rire, dit qu'il toit en
tat de faire ce mme Tour tous les jours pendant
un an dans la mme ville, quand mme ils'y trou-
veroit des gens affez.inftruits pour dvoiler tous
les jours fes moyens, parce qu'en donnant le
lendemain un moyen different, il feroit accroire
que l'explication de la veille toit faufle & trom-
peufe. Eft-il poflible, dit M. Hill 1? C'eft mme
trs-facile, repliqua Pilferer : apprenez que pour
fire fauter un canif, je peux employer fuccef-
fivement, l'aiman, la matire le&rique, la fu-
me, le vent, l'eau, le fable, le feu & tous les
lmens cachs & dguifs de mille manires.
Nouveau Prote, je peux parotre tous les jours
fous une forme nouvelle. Comme Ddale, je
veux conftruire un labyrinthe qu'on pourra
nommer plus jufte titre que celui de Crte,
Labor & inextricabills error.
EN IDE.








A LA MAGIE BLANCHE. 61
On ne pourra s'y conduire q' l'aide d'un
fil que je tiendrai. moi feul entire mes mains;
& s'il fe trouve un efprit affez fublime pour
me fuivre dans tous mes dtours, je le forcerai
du moins admirer la fcondit de mon ima-
gination..... Mais je me trompe, ajouta-t-il,
aprs avoir hfit un inftant,je n'ai pas befoin
de faire de fi grands efforts, je connois la cr-
dulit populaire & la foibleffe de l'efprit human,
je ne veux employer de ma vie qu'un fil & un
effort, & je veux faire accroire toute la terre
que je n'employe ni l'un ni l'autre, ou corriger
le proverbe flultorum infinitus eft numeras.
Ce difcours, quoiqu'un peu exag4r, fem-
bloit partir du fond du ceur, & porta la con-
vi&ion dans l'efprit de M. Hill, qui, intrieu-
rement humili de n'avoir rien imagine fur un
Tour qu'on pouvoit dguifer de tant de ma-
nires, rfolut l'inftant d'y rflchir bien frieu-
fement, & s'aperut auffi-tt que, pour faire
fauter un canif, on pouvoit employer la M-
canique, la Chimie, les Evaporations, les
Diffolutions, les Fermentations & tout ce qui
peut produire quelque mouvemept, tant dans
les arts que dans la nature.


Tome II.


L











SE cr oN III.

Le Tour des trois Canifs peut fe faire par tant
de moyens diffrens, qu'on pourroit les mul-
tiplier l'infini. Crainte d'ennuyer le Lec-
teur, on n'en donne ici que neuf pour exem-
ple.

M oIVIoNstL P Hill, de retour chez lui, ne
s'arrta point une vaine thorie :il mit d'a-
bord en pratique, fans tmoins, tous les pro-
cds qu'il imagine pour faire faster un canif,
& donna enfuite une fance o il invita plu-
fieurs perfonnes honntes, & Pilferer aufi. Il
y fit neuf fois le tour des trois canifs, toujours
par un procd different; d'abord il dit que,
pour faire ce Tour, on n'avoit employ jufqu'a-
lors que des moyens indignes d'un Phyficien,
favoir un fil & un fimple reflort. Je vais, dit-il,
appuyer les canifs fur les bords du gobelet, afin
que tout le monde puiffe voir qu'ils ne font ap-
puys, ni fur un effort, ni fur un petit cu tir
par un fil. Ayant enfuite mis fur les bords du
gobelet les trois canifs, il fit fauter par terre,
fans le toucher, celui des trois qu'on avoit
choifi, & l'inflant que l'on le dfira : Je penfe,
dit Pilferer, qu'il y a ici un peu de compra-


I ~.-1 .- *----- -----


. ;SasP LM RN~








A LA MAGI B LA..TCHE. 67
ge! Comment cela fe peut-il, dit M. Hill, puif-
qu'en vous approchant du gobelet, vous ne pou-
,vez voir ni fil, ni petit cu Ce n'eft pas ainfi que
je l'entends, dit Pilferer; il peut y avoir dans
la table, fur laquelle vousi pofez le gobelet,
un aiman cach, mis en movement par un fit
tir par un Compre; dans; ce cas, le fil eft
cach dans les pieds de la table, & je ne peux
l'apercevoir; mais l'aiman, qui, par ce moyen,
s'approche du canif mis en; quilibre fur les
bords du verre, peut trs-bien le mettre en
movement par fon attra&ion & lui faire fire
la culbute: Pilferer avoit devin jiuftle; mais
cela n'empcha pas M. Hill de fire 'croire
pour un moment toute la Compagnie, que
Pilferer s'toit tromp : Vous voyez bien, dit
M. Hill, tant la table de l'endroit o elle
toit, pour la tranfporter au milieu de la cham-
bre, que cette table ne tient rien, & que,
par confquent, il ne peut pas 'y avoir dans
fes pieds un fil tir par un Compre; enfuite
pour perfuader l'affemble que Pilferer toit
dans l'erreur, il rpta la mme operation avec
les mmes circonftances. Tout le monde crut
que Pilferer avoit donn une fauffe explication,
& l'on auroit fans doute perfvr dans cette
erreur, fi Pilferer avoit t oblig de garder
le filence; mais, fur la permifion qu'il obtint
E ij


_ I ____








SUIP.PLtMENT


de parler, on fut bientt dtromp. Mainte-.
nant, dit-il M. Hill, ce n'eft plus le Com-
pre qui a tir le fil, c'eft vous-mme: d'abord,
en tant la table de fa premiere place, vous
avez caff le fil l'endroit o la table touchoit
le plancher, pour ne ~as fire apercevoir ce
fil en le tranant dans la chambre; enfuite.vous
avez approch votre pied de celui de la table:
vous l'avez appuy l'infiqnt requis fur une
bafcule, qui, par fon movement, a fait re-
muer l'aiman cach dans la table.
Nous joignons ici pour plus grande clart
une figure qui doit rendre la chofe palpable;
fig. z;,








Le Faifeur de Tours avec fon pied A, pouffe
la bafcule B, par ce moyen il tire le fil C;
l'aide de la poulie G, il fait turner l'axe E F
fur lequel le fil eft entortill; par ce moyen,
l'aiman H, tourne autour de fon pivot, com-
me l'aiguille d'une montre, & quand il arrive








A LA MAGIE BiAlC HIE. 69
fous le canif I, don't la lame eft en dehors, il
lui fait faire la culbute par fon'attra&ion.
M. Hill, qui avoit prvu qu'on pourroit don-
ner cette explication, ne ft.gure embarrafl,
parce qu'il avoit en mme tenips prpar la r-
ponfe : Je n'ai pas befoin, dit-il, pour fire
fauter un canif, d'avoir de l'aiiman cach dans
une table. Pour vous eirddnni, une preuve fans
replique, je vais mettre le 'anif & le gobelet fur
une chaife, & vous verreI que Ix'p'riene r.uf-
ira come adpai-av~int; if:exti ehfit la'm-
me rcration fur une chdife, & llferer en donna
explication friivante : Vdius aiz, dit-il, choifi
exprs une bhiifd dhibri -& incifine, qui tf'-
toit point propre donner a~i kobelet une affieit,
perpehdiculaire. Vous favie7 ebi'en que, Pi:pj
remdier cet inconvenient, vious feriez oblig
de fire ufage- d'une petite planche que vous
avez pofe fur la chaife, fous le gobelet. Vous
aviez cach, dans l'paiffeur de cette planchie,
le movement d'une groffe montre, qui, pbr-
tant un morceau de fer aimant au boiut d~ine-
aiguille fecondes, l'a fait paffer fous te cani
en moins d'une minute, & a product, par ce
moyein, le mme effet que l'aiman cach- dans'
la table, quand vous le remuez avec votre pied,
l'aide d'une bafcule. M. Hill rpondit, en em-
ployant un autre moyen; &, pour prouver que
E iij


_ ______I









70 SUPPLMaINTa
!'aiman toit inutile dans cette experience, il
employa tout fimplement une table de verre,
porte fur des pieds de criftal; dans ce cas-l,
il eft vident qu'il n'y avoit point d'aiman; mais
la table toit forme de deux glaces parallles,
comme celle don't nous avons parl, Chap. a5
du premier volume. Elle toit adapte & fixe
fur une planche o alloit aboutir un porte-vent
IM. Hill paffant fur une autre planche du par-
quet de fa. chambre, faifoit remuer un foufflet
qui tqit deffous; le vent entrant dans les pieds
4e la table, paffoit entire les deux glaces, &
fortoit par un petit trou fur lequel on avoit
pof un gobelet perc dans le fond, pour donner
paffage au vent. Le canif qu'on vouloit faire
fauter tant en quilibre fur le bord du verre,
s'en alloit au moindre vent; mais les autres
canifs, fixs fur le verre, par des. entailles qui
en ferroient le bord, reftoient parfaitement im-
mobiles.
Nota. i. Le board du verre doit tre plat &
Jarge aumoins d'unedemi-ligne, pour qu'on
puiffe facilement y appuyer le canif qu'on
veut faire fauter; d'un autre ct, ce canif
doit tre marqu d'avance l'endroit qui doit
toucher le bord du verre, pour qu'on puiffe
facilement le mettre en quilibre ds le pre-
mier infant, & fans ttonner. 20. On peut em-


__ __ __ I ____








A LA M 1AG L 4, ;BI : C H C E. 7-1
ployer, fi l'on veut, des eanif 'f :nrnii par la
Compagnie; i mais come is: n'ont point les.
entailles doent nous venons de parier, pour les:
fixer fur le bord du gbelet, on employee alors
un aagre moyen pour..leur donner l'immobi-
lit,neeffaireLe board du ggbeletieft enduit:de,
colte ,.DOc he da.Sdi du eitts.; 5&.dans,
l'inflant oti.on y pofe les deiuxcanifs qu'n .
veut rendre immobiles,, on y paflf le .doig.
qu'on a mouill un infant aupariaant, l'infu
du Spetateur, foit en le potartil la bouche,
pour y mettre un peu de fli ifoit en met-
tant la main dans fa poche, ou o' tient de l'eau
dans une ponge. 30. On peut ai*5 fournir foi,
mme trois canifs, & faireacer e. toute la
Compagnie que ce font. deas c fournis par
elle; pour celb on en, demiafd-df grand nom-
bre ,. po!les: ridet tous. furi aneuta-ublk' ', oti y
inleYidpit~ment les tOisquforn euit faide ifrv3i-
l'expbese. Ch'acu:de ice uqui'oo ourI1 ri;
des canif&.'s'insgioeal aj iru qele iefn. aeti.lfu,
la: tbles i .!que e': aeluiiae ,fon voifin qi~sefEi
appiSti A.fg lf ir4du ,errq edtte ide'ltuidiienti
trs-naturellement, parce que ,.quand, mh~e i
ffppqaferpi ;tpe. ce font, des:.anifsd'ufti ts par
le, Fifepr ,de.Tors, cette. fupottioinferoitea.
e}tmiP4mn trs-id.fuffiaate 'pour' rendte iraifpa
ge. p ince. '. :'
E is


I ~ i-r.i-lli.i:.- -.--.-*~I -~TT--I~R--I.-~-C~i~LC-----i- ---.


..i--- *u








72t SUPPLEMENT
M. Hill, ayant dvoil lui-mme le dernier
procd qu'il venoit d'employer, fe fervit d'un
autre, que toutle monde trouva fort ingnieux,
& qu'il noqs expliqua lui"mme aufl- tt qu'il
l'eut mis en atique; il faut, dit-il', pofer le
canif de mnanire que e. parties la plurs pefante
foit hours du-verre-; &por'faire l'quilibre, any
joiat une longue pingle frifer, foude au'ipoitt
A, avecde la!cire cacheter. Voyeq la fig. sa;








important l'autre extrmit une balle de plomb
B, qufert de contre-poids : on laiffe ngligem-
ment ene chandelle allume fous le point -A du
canif qu'on vestfiire fiuter, ;& la ohaleur fai-
t&talors fondre la cir l'pingleaetranedans
le gobelet, par le plomb Bi laiMM ttibtl le
canif au dehors. .
Aprs cette .explication, M. Hitl remnit le
-canif& l'pingle fur le bord du gobelet, comme
auparavant.: Vous croyez di-il, que c'eft le
feu de la chandelle qui fait fondre la cir; foyez


I i11 I --.---i-;-... - .~








A LA MAGIE BLANCHE. 73
ftr que je n'ai pas befoin de cet agent; il fouffla
auffi-tt la chandelle, & au bout d'une minute
le canif fauta : Pilferer dit M. Hill, qu'en
tant la chandelle, il avoit laiff ngligemment
fur l table trois volumes, fur lefquels le chan-
delier toit appuy auparavant. Ces volumes,
dit Pilferer,'ne font peut-tre des livres qu'en
apparence; au lieu d'avoir t faits l'Imprimerie
& chez le Relieur, ils pourroient bien avoir
reu l'exifteice dans la boutique d'un Ferblan-
tier; ce feroit alors une finiple bote de fer-blane,
formant une lanterne fourde, 'dans laquelle il
y auroit une lampe allume, qui :produitoit l'ef-
fet de la chandelle, .M. Hili, quoiqu'attaqu
par fon foible, :ne futp: pa :encore vaincu; il
uta d'abord les volumes & fev.garda bien de les
montrer de prs .ou -de les'ouvrir, pour en fire
voit les feuillets; enfhite il pofa lui-mme le
canif fur un grand gobelet d'argent, & fans. y
mettre ni plomb ni pingle, & fans approcher
la chandelle, ni;a lanerni fourde, il fit fauter
lecanif pour la feptime fois. Perfonne n'ayant
pu pntrer ce myftre, M. Hill nous dit qu'il
venoit d'emploer. tris fois le mme agent;
& que cette dernire fois au lieude fire ufege
d'une lantern fourde, il avoit mis tout finm-
plement une aampe- dans la patte du gobelet;
qu'un trsspetit morceau de fuif, attach au









/ --II


I~J~








74 S P L M 'N T
bout du canif, commenoit fe fondre par la
plus lgre chaleur, & que la chute de la pre-
mire goutte faifoit perdre au canif fon quilibre
& le laiffoit tomber au dehors. Fig. 13.









M. Hill prit un autre Verre; & aprs avoit
fait remarquer qu'il n'y avoit aucuile lampe il
appuya fur fes.bords le ime -anif,:fansy
ajouter aucune matire capable d'entrreei' fB
fion parla chaleur-; il ne manqua point de fair
observer :qu'il fe mettoit tous :gards dans
l'impoflibilit d'employer aucuai des procds
don't nous avons; parl Jufq~'ici; cependat. il
nous dit que le canif fautedit : la euxite,
troifime ou quatrim minute; felo.nbs dfirai
On choifit la troitme miriutei & le eaniffaftaj
dans ce moment, come -on,'alt drniand i
Pilferer, pout expliquer e "'ouri, eut rercour
- l'aiman qu'il prtendit tre cach dens, ili
-chandelier voifin, & ne .put'iieh imaginritde
plus vraifemblable pour rendre raifon de cette


I








A LA MAGIE BLANCHE. 7$
experience, avec les circonftances qui l'accom-
pagnoient, mais M. Hill le fit bientt dfifter
de fes prtemions, & prouva que le Magntifne
n'y entr0 pour rien, en nous donnant 'expli-
cation que voici. J'ai mis, dit-il, aprs le verre,
un chandelier, de tle qui porte, dans fa parties
A, du fable coulant, qui s'chappe par le trou
B pour defcendre dans la parties C. A mefure
qu'il arrive dans la parties infrieure, le petit
tas augment dans cette parties; & quand il eft
mont jufqu';u trou D, le fable fort du chan-
delier par cette overture; & fombant fur la
lame du canif, lui fait perdre l'quilibre; fig. z4.

14.







Ce fable arrive plus ou moins tard au paffage
D, parce qu'en hauffant ou baiffant le fond E
de deux .ou trois.crans, felon le befoin, la ca-
pacit du creux qui reoit le fable, fe trouve
remplie plutt ou plus tard dans la mme pro-
portion.
Cette explication, bien diffrente de celle


__ __ ___


__








76 SUPPLY eMENT
que Pilferer avoit voulu donner par l'aiman
cach dans le chandelier, attira M. Hill des
applaudiffemens d'autant plus mrits qu'i(ne
faifoit pas fes Tours pour blouir le Peuple
& pour avoir fon argent, mais feulement pour
avoir le plaifir de les dvoiler fes amis, &
de faire voir que l'admiration aveugle qui ne
veut jamis attribuer des effects merveilleux, en
apparence, I uretrs-petite caufe, eit toujours
fille de l'ignorance & de la crdulit.
M. Hill ne voulant pas puifer a matire en
dmontrant tous les moyens porlibles de faire
le mme Tour, fe content de l'excuter pour
la neuvime fois, mais d'une manire qui lui
procura la plus grande fatisfaAion. Il remit un
canif fur le bord d'un verre, dit qu'il tombe-
roit au bout d'une minute, & aprs avoir af-
fur qu'il dfioit le plus ruf de dire le fin
mot, il entr'ouvrit une armoire, o il remua
quelque chofe qu'on ne pouvoit pas bien dif-
tinguer, parce qu'il fembloit vouloir fe cacher.
Cependant Pilferer crut voir une machine lec-
trique; il fe flicita de l'avoir aperue, & s'i-
magina qu' l'aide de quelques C ondui ts ca-
chs derrire la tapifferie, on tetrifoit le canif
pour le faire fauter terre. Ravi d'avoir dcou-
vert un moyen que M. Hill fembloit vouloir
cacher, il s'cria auffi-tt que le canif fut tomb


I







A LA MAGIE BLANCRB 77
terre : C'toit bien la peine d'annoncer comme
incomphhenfible, un Tour que vous faites par
l'lecricit. Par I'lecricit, dit M. Hill, en
faifant femblant d'tre embarraff! Oui, fans
doute, dit Pilferer, ceux qui connoiffent le
fluide lecrique, favent bien que cet agent a,
comme l'aiman, la vertu d'attirer & de repouf.
fer; & ceux qui, fans tre Phyficiens, ont
prouv la commotion dans l'exprience de
Leyde, ou qui ont feulement vu le carrillon
letrique, ne peuvent douter que I'leAricit
n'ait la force de faire tomber un canif mis en
quilibre fur le bord d'un verre. Je fais, rpon-
dit M. Hill, que cela eft poffible; mpais je penfe
que vous ne prtendez pas conclure de la pof-
fibilit la ralit. Je ne prtends pas tirer une
pareille conclusion, repliqua Pilferer; mais aprs
avoir affur que la chofe eft poffible, je fuis
prt parier qu'elle eft relle. Vous rifqueriez
de faire un tel pari, dit M. Hill! vous voyez
bien que je n'ai ni condu&eur ni machine lec-
trique. Les condu&eurs, dit Pilferer, peuvent
tre cachs entire le mur & la tapifferie, & la
machine leArique peut tre dans votre armoire.
M. Hill, faifant encore femblant d'tre em-
barraff, dit qu'il n'y avoit chez lui aucune
machine leArique, & fortit pour un moment
de la chambre, fous prtexte d'aller qurir


J'








78SUPL iM EN T


'quelque chofe. Pilferer profit de loccafion
pour regarder promptement dans l'armoire par
un trou qui fembloit deftin donner de l'air
aux objets qui s'y trouvoient renferms. Il aper-
ut une forme de machine letrique avec tout
fon-appareil, & regagna aufli-tt fa place pour
que,M. Hill ne le fouponnt point d'avoir eu
tant de curiofit. Cependant M. Hill toit dans
l'appartement voifin o il obfervpit tous les
mouyemens de Pilferer l'aide d'un polmof-
cope (les polmofcopes font des miroirs ca-
chs, & difpofs de manire, que par leur fe-
cours on peut voir diffrens objets fans tre
fouponn de les regarder). M. Hill fut bien
fatisfait de voir que Pilferer regardoit dans
l'armoire : il toit mme forti exprs pour lui
en donner le temps & l'occafion, afin qu'il
achevt de fe perfuader ai lui-mme que la ma-
chine learique avoit influ fur le dernier Tour.
L'intention de M. Hill toit d'engager Pilfe-
rer dans un pari confidrable, non pour s'en-
richir fes dpens, car il fe propofoit de lui
rendre l'argent, ou de le donner aux pauvres,
mais feulement pour humilier Pilferer, & jouir
un peu de fa dfaite; car il eft des occasions o,
comme dit la Fontaine,
C'eft un double plaifir de tromper un trompeur.


78








ALA a AGIEB .LAf!Ca. 79
C'eft pour cela que, lorfque Pilferer avoit
parl de l'leAricit, M. Hill avoit rpondu, en
affetant d'hfiter, pour attirer Pilferer dans le
pige, & lui fire croire par cet embarras ap-
parent, qu'il avoit devin jufe. Pilferer, au re-
tour de M. Hill, lui dit : Vous ne voulez donc
pas avouer, Monfieur, que vous avez employ
la machine letrique ? Je ne peux, dit M.
Hill, toujours en hfitant, & mme en plif-
fant, faire un aveu contraire la vrit, dans
la feule vue de vous fire plaifir; mais je parie
cinquante ducats, ajouta M. Hill, que je n'ai
pas employ ce moyen. On vous attraperoit
bien, dit Pilferer, fi on acceptoit le pari. Je fe-
rois fi peu attrap, dit M. Hill, qu'il n'y a rien
dans cette chambre qui puiffe mettre en adion
le fluide learique. Vous comptez donc pour
rien la machine qui eft dans l'armoire --Je
vous ai dit qu'il n'y en avoit aucune. Je ne l'ai
pas vue, dit Pilferer en mettantcinquante ducats
fur la table, mais je perds tout cet argent, s'il
eft vrai qu'il n'y en ait pas-une. Je fuis bien
fr que vous n'avez pas regard dans l'armoire,
dit M. Hill, qui favoit bien le contraire; car,
fi vous y aviez regard, vous fauriez qu'il n'y
a rien. Pilferer crut qu'on prononoit ces der-
nires paroles pour l'empcher de parier; mais
c'toit bien le contraire, car M. Hill ne fei-








8o SUPPLiMENT
gnoit de craindre le pari que pour donner plus
de courage fon adverfaire.
Les conventions de la gageure furent crites
& fignes de part & d'autre; & Pilferer, pour
mieux s'affurer de gagner, y ajouta une feule
condition: c'toit que le pari feroit nul, dans
le cas o il y auroit dans l'armoire quelque paf-
fage cach pour efcamoterla machine & la faire
pafler dans le cabinet voifin. M. Hill ayant
foufcrit cette condition, ouvrit l'armoire, &
fit voir qu'il y avoit tout implement au fond
d'une boite obscure, demi ouverte, un miroir
concave factes, qui rflchiffoit l'image d'un
carton fitu horizontalement fur une tablette
voifine, & qui reprfentoit en peinture dcoupe
une machine leArique don't le plateau verdtre
imitoit la couleur du verre commun.
Cette peinture, vue ainfi dans le miroir,
avoit d'autant mieux imit la ralit aux yeux
de Pilferer prvenu, qu'il n'y avoit jet qu'un
simple coup-d'oeil, & qu'il ne favoit pas qu'on
avoit fait des prparatifs pour lui fire illusion.
L'embarras apparent de M. Hill dans la con-
verfation prcdente, la difficult d'expliquer
le Tour autrement que par l'le&ricit, le t-
moignage de quelques uns des Spetateurs qui
prtendoient avoir vu une machine learique
dans l'armoire; enfin l'illufion d'optique qui
avoit








's. r. h 3., *'" - s i o
avoit fait voir aux yeux e Pilirer une machine
eerSue, l o il, y eavot point, furent
autanit aecironriances qui e. con iirentdains
e ;panneau qu'on lu. fendpitg ,.pour cancer
fpn mcontehtemen t',l ri fmiireniqnt t1
main o de til, eonnite la e act &1 la 4e-
couant w.mianire ainglojf., c.mine pour lui
dnmaaher le br1 ,l,'J it, Ave un fuorite
C ... b.- .. . .
*' gve a:

l' ' '. V ous tes un'lon Sorcier.

SPoNuvous tmogtntr.ra trecnnoifiance d'un
fi beau' mpdipimet ddii:t : Hili, en mettant
dans fa poche :Is' 56 ducats qu'il venoit de
gagnir, je ';teux vb's flmontrer t'agent que j'ai
employ p'oif fair le Tour; j'ai cru, dit Pil-
ferer 'ei l'ittrrompiant, que 'vous alliez me
rtidrees' 5 ducats. Vous les rendre, dit M.
HIll ce feroit vous faire un don, & vous ne
laccepteriez pas de nia part,- ce feroit, dit
Pifferei, hme don'er' feulement une parties de
ce qui m'appartient. Comment donc cela, dit
\ M. Hillf C''e'fti, r'lbnit Pilferer, parce
que j'ai gagn le pari, puifqu'il y avoit rel-
lement dans l'aririoire :ne machine leerique
en pIinture, & que vous ne devez avoir gagn
TomM II. F







$, . Span^ifENr ,
,qu dans le cas-o l'armoire n'auroit contend
de machine le&rique en aucune manire. -
Ibas ce cas dit MN. Hfll, qui avoit prvu
toutes les rtfes de Ia chicane la plus aguerrie,
j'aurtis encore gagn,' parce que le carton
peint que vous ave* vy dans le iiroit ti'eft
pas dans cette rmoire i it eft dans liarmoire
Voifine, & l'image en eft porte fit'r ie'miroir
par tin trou de communication. Le Bolimien
ne pouvant prouver qu'il avoit gagn le pari,
auroit au moins voulu! e rendre nul, en y trou-
vant des quivoques c'eft pourquoi il repliqua
de cette manire : mais caufe de cette com-
munication don't vous. venez de parler, les
deux armoires doivent tre confidrees come
n'en faifant qu'une, & fous ce point de vue,
je peux prtendre avec raifon, qu'il y avoit
.une machine le&rique en peinture dans cette
armoire. Je paffe encore condamnation'l def-
fus, dit M. Hill prenez, fi vous voulez, deux
armoires pour une ou pour la moiti d'une,
peu m'importe; mais vous convien rez au
moins que vous avez perdu le pari, fi on ne
trouve ni dans l'une ni dans l'autre auune
machine lerique, meme en peinture.
M. Hill fit voir dans ce moment un carton
fur lequel on avoit peint une infinit d'objets
entafls fans aucun ordre, favoir dans lemifieu


IP--~PIF~ I~-~~-~-'P4T~fh~i _-Jair;rpr^-~a~-iun~ 5-41-Rlr~rS~~-'







A LA MAGIE B A4.NCHE. 81
une pendule, un group d'enfans, un chat avec
un morceau de lard, un piouhoir & un paquet
le linge; dans les quatre coiis, c'toient une
bouteille, des livrres, des jumelles de bois, du
fil. d'archal, une lunette d'opra, des tuyaux
de cuivre, des jarres, une critoire, un plateau
de vrre, une roue de coutelier, des cylindres
de criftal, un fourcier avec une baguette divi-
natoire, des fabots laftiques & une emchoirg
d'ne.
Je vous demande,.dit M. Hill, fi vous d-
couvrez fur ce carton une machine lerique
n peinture. Tout le monde rpondit que ngn,
Cependant, continue M. Hill, vous poy v
y voir touted les parties d'une .pareille machine,
car cesjarres, cette manivelle, ces fils d'archal,
ce. plateau & ces tuyaux de cuivre en forme-
roient une.avec fon apparel, fi toutes ces pices
toient arranges chacune fa place; mais ces
diffrens morceaux ainfi dplacs, mrient
auffi peu le .nom de inachine lekrique, que
des tas de ruines de pierre ou de charpente
mritent celui d'une maifon; ce font cependant
toutes ces pices dfunies, qui, rflchies par
an miroir concave facettea, prfentent l'image
d'une vritable machine le&rique. Les facttes
font autant de petits miroirs qui reprfeente
chacun fa parties; & leur inclinaifon refpeaive
F ij







84 S PPL ri MENY
eft tell, qu'elles donnent l'image partielli
qui s'y trouv retrfent, la vraie position
qu'elle doit avoir pour paroltre rujie avec les
autres, & former une machine complete, fans
reprfenter l'oeil les objets trangers ¶fites
qu'on y a entre-mls, tels que le fourcier &
la mchoire.
Pilferer ne pouvoit, fans fe rendre ridicule,
donner'le nni de machine le&riqe des
parties parfes pintes fur un carton. Il fentoit
aufi au fond de f'on cour que l'armoire o ce
carton toit plac, n'tdit pas la mrme que celle
o il avoit prterdu trouver une machine lec-
trique; & qu'il s'agiffoit auffi d'une machine
relle & non en peinture, puifqu, felon lui,
elle devoit avoir fervi letrifer un canif.
C'eitpourquoil prit le parti defe tire, & part
nanmoins trs humili d'avoir t vcu par
un simple bourgeois qui ne faifoit fes Tours que
pour amufer fes amis. M. Hill lui rendit les
cinquante ducats, & tli'dit, pour lui pargner
la coinffion de les receVir: Ce n'eft pas vous,
VMonfieur, que je les done, c'eft aux pauvres :
je vous charge d'er fire vous-nime la diftri-
bution, condition toutefois que vous ne fere
point afficher cette aumne. Cette condition eft
nutile, dit Pilfetrr, vous favez bien que je ne
fuis pas un charlatan en fait de bienfaifance.....








A LA MAGIBr BLAzCHB. s8
M L Hillu .O ou)s ond~ doipnt faps nou
enfeigner le derner mroy n qu, avou em
pour fire later le canif.
Le manche du canif eft creux & divi ' en
trois cpmpart pns. Dans l p~eie jai mis
du vifagent qui s'coule parle, trou B. dans
ypar4.. .g. s.
., *








Tant quee mercure peut tre contenu dads
ja partie le caa 'eifee en, iub re parce
ou'alors le' mercure ,fe diiftru avec galit
des deux cts du point d'apppi; mais force
e couley il monte enin ifqu' louverture
D, & pa fl dans la capit . Cette parte
de.venant alorsplus lourde, il n'eftpas tonnant
qui~ee canif chi~nge de place. "

S, -


F iu









0ota de ce at' & 4 pie tMprefnifr I onfel
a mx DI)tacea. : la Mai:e Blanche
dvoddeb -
Le commeoincim t d ce Chi itfr oii
tui exifte didftrnioyens de cacherinConin
pre, & de faire accroire qu'on n'en a ohilori
mme qu'on e plu'A',if _s &!econde parties
dmontre -- emm o ~pirroit multi-
plier, pour a 'i liiti yens de faire
le Tour des rois cafs. Ces dif rens moyens
font donc c me autntv de ro es qui con-
duifent au me but. M~intena1 je demand
tout Leete aisBpttl fi-iO poi roit prouver
qu'un homm aF~pe emin, parce
qu'on en trouvroit un autre different du ien.
Pourroit-on prouver, par exempi e i 'iOu-
vrig hniithul' WdiSde sJ.oyageagr ; nois uinduit
en erreur, quanid il dit qe, pour tle de rit
Londres, on pa r .-alais, D 'ei &Cai"'-
fortery, parce qul pilait certaines 'pe 6u6e
a3 s'embarquer Oftende pour aller danl 'ii
Capitalee e i'Angleferr, en rd itfat i l Ta-
mife Un pareil' O'phifife femble n'Tavii p'ai
befoin de rfutation. Cependant c'eft par un ar-
gument de cette force qu'on voulu fire croire
que PAuteur de la Magie Blanche n'avoit pas
onn le moyen de fire le Tour des trois canifs.








A: L4:SMULU*E 'LL~aA~CHE.
On ~di ol8bisipi~ iirouzc1'hii' ln ehemiuin



amljjrs JEiprtant
comme d'un princpaeid8t'd6hi ,,ot, p a t* *
des eonfqun es enoftpluaafirdes, ;olt-
a jo1t.dfrsimptaeins oeuf~;.-da
tioz: faaa.uii& preuve ~a a Pi;ia;ut'iir r
~ent~d~ zr:a~efu >&~iiuW feu 'uaU'oe~4
mais I'Atrrt a t caF farJIPiblie daie q
patre qu'ilh'aoiU;th pronacncd* pa-trJu-=
geii3gQmp~ns trs-iDt;ditsdfra's la ke~anfe)
&c ~proe~ qt'iIs. ayoieul #bhtaB cbwzs: lglwa %g
menlt un: F. gvand b~~t4k6shfqllU









ObfembIiqons. vir le Mon&I~ 4en duiontroe paf



Iziv


eq *








mur dfl*,e propi-








ffla *0 iwigwi t klyikki & ,dei,# ieria:dans~iz
du houxi,dgrieiS tDoeINdus IaFeresf d es


lante ,'txc lleep m*ai rxnirnenMim p8ino


luf tre'uteu du P de :lA -Luctrce

-i jvc a B ii~inuutd, oUal -jtlr& IPide er:c i~b &St~airu nput oitrne iuiu~idit
dB$iu1rfffarnbdiiiw~rI fac de terio~plerspRin~


Ies~4i fao~ i iat~~r 1jaf1 ea~uL4 I~rmoe ?ll
ce font peut- tre .cesaU~maux qsi~i rendent
lumineufe ~'hOP~fiq~i~ f n iI voit d'une

du houx 4 4u iit~os,~ 4ststs11:goejnes ,de~s
plants ,' ~Id~tS 1a teiince ei animaux, &i no-
Stammet4ai s cj1q4 ivhiag fit 4uaIjegI, L'il-
1uftre Auteur du Pome de l'Anti. Lrzcrce,
d fi~:,l~iant`du'inuxf iIr :~ =f-z?.:,
.jlip~~~~ ~~~ Fl~ ilGi~iPksel~~~bsreisc
~~fi;QiiPrti~~~~~-~'n. ~f!fil(.C%:I dip~rr








A L'A& M* G. I B.l-M & *C.H L. 89
rfie~ws:iniWsde 4*s.animakulest nIagent-
4duith~~lesg0ululedea w:CoWfL0AaJ un V,uL';ld;
o4an4,.Gpnen.dGojvr'ed,. fel Qi4M.Ad Maieziaui
qui font 2 mltonilfOs)$ui.pgtits qu'un.
PIwL4.L Voyez lle D Bft2irnrn. dWJi4 Nas.. de 2M.
f4kimnt de Bomasrj tes Eatrqtigtm pbyfiques du

4p~dinSfe4q s pap2kE 4 Jdazun,~rr,; l Ouvrages

oPo~ir aoosj6lWef, ~e .qui ~etit 4'avtan -
c~t, 1:Z!'R3 ~pK abtiW % 4beer&. avec

p~ifque. invfible silr Wlepofa' fu#r.unvert4
4e,,Bohwre tr-.pur l noussye -fit yoir tra
v.ersiflj itllqrzrcSJjflh11 MWHil qgiregarda
l, prmnier s.'rit gufif-t U: eiit4 ne r-I
,jJi~ 13.~ ap~tq9iF Cir le ;brji dE~iqe urq~ grg1e
.0enjilI0, qui -fep oioWinq ie4% ~e long
gk 'B1pe de diariMtre; f.nfqm-ps hideuij.eft
covert de poil ramaff par petits paqmets icom-
meile. crin d'une -broff; fa nhoire.tAi nP-
!,pm,t' repirfepte . nos yeu; le mureau 4'0rn
taureau qui rumine 9inotre oeil, effray,e-fe4toi.i
dn Ipareil fpe-41*., : bientt-. chficuaxde nlbus
croyant avoir. m l. --w ',. revien m oi ut. steg aid ot '
eneozQ 1fi o-o gtpit vBoirP peitt pogmee '

PiiDRE.,









*M. HUll oulant jetei. unoetroIfimea p-
d'&il/fai,?cet infeue, s'aperut qu'rt f.edon#olt
plus aucun figrdl de vie- foit pacoe qabn~oai '
voit blefl an cooiant 'lebrin d'harrie aved del
cifeaux, f.Ct p;rce qu'ayait quitt le brin d'hetm
be, & s'tant train fur lJ verre ,il te trou'oirt
tduit par cette.,ouvelleiaiir d'tre erd'udi
efpece de lthargie; fon immiobllit permettant
alors de le mieux obferver M Hill aperut
fur fon coipsale. ouveo tinfaes qui s'y' ro-
menoient comtie les poaw fit; certains qiiadru
des. Ces tiress nouvenati por- moi, ,s'ria
M;:,Hill, j les vois pelfie & sits font faits
come les ipoux qui s'engerdrentt foe f'pi-
derme d'un hl~ diculaire, ils doivent avbir fii~pieds 'yant cdha.
cun fix phalanges ou articulatiotas, a-iec de*
griffes aubiut;, pour exmpigPet :lpdill' d l
ihenill, come le pou deFl'hoomm~in mpig
fes cheveux.
Ici M. Hili entra totatement dans: '!erhu-
fiafme & s'cria : Que n'ai-je le gte;le& l4'pe
tience de-Swaimmerdam! Qae d'ai-je de thmil-
leurs microfecpes'& dsyeix plus pntrahtn
j'turderois l'anatomie de cesi moltc~I s organi-
fes, & je- parviendroispeuitre fare Voir un
jour quc.es animalcules que.~vusc:a~ einfini-
ment petits, ont des yeux la tte & du poil







A LA MKA'G 1 AL- CHE. 9R
frt leur corps; quiils ont un ceur, un foie,
des veines, de ,rttes,' & pup*tre d'autres
petits animaux qui nagent dan, leur fang, com-
fne nods en avons dans le n6te.
Je dis alors MIilI: quel4ptiteffe de ces
atomes, quelque inconceivable qu'elle par,
it'dii ini bdans sIyftla de ceui
tii fadmet it'iiv1ifhibitit- de' Ii tmatire
lfnl'in~i~ i ii.n',ntendit 6fint, &6 cOt-
tinu fr'le ni~flt'ton : Je nfi bis par-tout;,
atii, enoiibifeS yeuid dti(dfei'j yil
vois que d lA ~ iti t i et~:.u"~1 fd~dit
lite que il~nergi dah I~ iaaturer -qie- d
varit, quie fi ~i s d& i toutes fesf imr-
velis Je cenh iete`W i mi1p ^d dp1in-
tes, ,& je VO iS' chaqueii planiiOurtitE
inafee prt'CutfrS I y: a d&iaPbres 'quien
ourlifflent de ~ifing ou trente dI~~s:diffre'i-
tes. Le chne feul, felO'M. Ri X itmur,
peut enh levir pluieurs cejitaift~ei.'t yin
cpendant qui pi 'vivrert pasf ts i gtair.
Combien d'dtpces qui dvo6enit' lIe alues ii-
mau combien n'y en li s s la bY>-
r;.dans fe angaansi lioue, ians alr orie
Je -ois qi on d>,1o ivnra tous's,'jts
epces niouve es, qu vrailmembab( neint i
en aura toujours. des mins ecet
connues. DI d1iId. Z at: *"' *
















-ri a a la lignei pu
prodte arVq(% '"' f



g4q cte-,ig'_ - ' 'pou
L1 . ronftLeIaIils
avpn4q.M ttele ap.S Q d e e dan Ioui-
s~a nosug4fpes frurpris; par n ~ptnfe hor-
.rible, q'4j t)9Q~S obligeal de 9uitte. incpeu notre
xpute -~x~ ipprpcIer<4 ;lt ligne. Nous

' .eg &8 pour: viter u
ci i Q..5 f(irQ)1Qi Q ~4d~ e clans1 ~.w


q S fu'il' Yi'f 9 font' hiCf,-
~eedrk qinh4bitabIes: il va toujouru
e.sle .,mefure qifvii' avanqe dansie
1 mis., 4 ct de la 'mer, fq embou-
. e i, .
clwre ~ tr- roi ',,' ce qui- e, t
cwfe q k agateurs ne l'ont-pointaper-
.GJ3, ~ lte a phes, en ot aucune
-iPJitiofl. Ngu vaacions toujour tant pr
pQeoi a qpe Par& i.u nous adl:
etg~ito;~ de
m .,e:mr d ai u
ii;pau, ~ de ~itnous trouverions q
o!d h;11b ..
boureod hbii-parfs4 '' c:n U 9 w








A LA MA IEB a rcHE. 93
V .ies enfin une yafle rade, iqUi necommuni
que avec iOcan que par :i'ln dtoit que
nous venions de parcourir :'ndus dbarqu"mes
d'abord dansi une petite Ile?3iguelques fenu
tiers femblojnt indiguer le ~jour de l'efpce
humaine; mns, n'y trouvant que des traces de
quadrupdes:.;piedsfourchus, nU s changemes
bientt d'avi s, nous crimes: que cette terre
toit abfolument inconnue au genre human.
Plus loin nous'. trouvmes une le, qui,
quoiqu'habite, fembloit avoir t vomie depuis
peu par l'Ocan. On trouv-it par-tout ds co-
quillages, des fquelettes de poiffons, des volcans
teints.
Aprs avoir fait connoiflTance avecfes natu-
rels du ppays, nous vmes, en faifant le tout
de l'le, que la mer, en rongeadt le parties
molles, avoit form de grades excavations, &
quil n'y avofi.q.e ls partieS dures'qui euffedt
rfift aux efforts des vague ~,e qui donniit
la parties mridionale la forme irrgulilre d'une
feuille de chou ir ng par des 'hnilles ; nus
pames 45 jours en lever la carte, & quand
a0us l'emes define, nous remarqumes avec
furprife que la parties feptentrionale avoitpref-
que l figure d'une tte de chien, vue de profile;
les deux oreilles toient eiprinmes par deux
promontoires de mme larger, qui s'ava-







94 Spp9Li ME x .
oient une gale diftance dans la mer; oleil
toit reprfnt' par un lac, la gueule bants
par un olfe, g. 'z.








Nous donnerons l'annde prochaine, des clair.
ifemeps & des rf eioBns fur la former fin ultir
S de csrTTR IsL.. Elle eft dIvife en deux
parties gales par une chane.de montagnes qui
la partagent de left l'oueft. La parties aiuftale
eft arrofe par de grands fleuves qui la rende.ot
trs-fertile & trsepeuple. Les peoples en font
effmins gmiffent fous le joug.du defpo-
tifme & de la fuperftition; dans le nord de llle,
au contraire, on voit un.pays firile, mais don't
les habitansl ont trs-induitriexti.II'y a .que
ques hordes fauvages toujours errantes fur le
bord dela mer, o elles vivent de pche; nias
dans l'intrieur des terres, ce font des peoples
. moiti civilifs, qui connoifent la. plupart
de nos arts utiles, tels que l'agriculture, la
.meinerie, la boulangerie. Ils font idoltreR,




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs