• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Frontispiece
 Title Page
 Prelude
 Téta qui couè li capab' gros con...
 Loup ac Mouton (Le Loup et...
 Conmè la-Cigal ac sò Fronmi (La...
 Loup, ti Cabritt avec manman Cabritt...
 Cochon ac Chien (La Lice et sa...
 Chòguié ac Pott (Le Pot de Terre...
 Loup ac Maconali (Le Loup et la...
 Mouton, Cabritt, Gazel avec Lion...
 Lan-mò Lion (Le Lion devenu...
 Còbeau ac Reinna (Le Corbeau et...
 Péchè ac ti Pouesson (Le Pêcheur...
 Reinna ac Raisin (Le Renard et...
 Ratt-la-vil ac Ratt-en-dèrhò (Le...
 Bourriq qu'apé poté réliq (L'Ane...
 Laig', Macaq, avec pititt Macaq...
 Choual ac Loup (Le Cheval et le...
 Grangosié (Le Héron)
 Loup ac Reinna qu'apé plaidé douvant...
 Captainn ac Majò-Cabritt (Le Berger...
 Bourriq ac ti Chien (L'Ane et le...
 Chassé ac Louss (L'Ours et les...
 Chien qui couè l'onibraj', cé viann...
 Reinna qué-coupé (Le Renard ayant...
 Parol caché nan bouch' fanm (Les...
 Coq, Chatt, avec Souritt (Le Cochet,...
 Chòv'-souritt nan trou-crab (La...
 Chatt, Cochon ac Malfini (L'Aigle,...
 Ti Yett (La Laitière et le Pot...
 Bataill Ratt ac Coulèv (Combat...
 Ranmié ac ti Zouézeaux (L'Hirondelle...
 Travaill té (Le Laboureur et ses...
 Table of Contents






Group Title: Bibliotháeque haèitienne
Title: Cric? Crac!
CITATION PDF VIEWER PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076577/00001
 Material Information
Title: Cric? Crac! Fables de La Fontaine
Series Title: Bibliotháeque haèitienne
Physical Description: 2 p. l., 163, 1 p. : front. (port.) illus. ; 18 cm.
Language: French
Creator: Sylvain, Georges, 1866-1925
La Fontaine, Jean de, 1621-1695
Publisher: En vente ches mme Georges Sylvain
Place of Publication: Port-au-Prince (Haèiti)
Publication Date: 1929
Edition: 2. âed.
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Statement of Responsibility: racontâees par un montagnard haèitien, et transcrites en vers crâeoles par Georges Sylvain.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076577
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 11207379
lccn - 42029683

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( PDF )


Table of Contents
    Frontispiece
        Page i
    Title Page
        Page ii
        Page iii
    Prelude
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
    Téta qui couè li capab' gros con Bef (La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf)
        Page 5
        Page 6
        Page 7
    Loup ac Mouton (Le Loup et l'Agneau)
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    Conmè la-Cigal ac sò Fronmi (La Cigale et la Fourmi)
        Page 13
        Page 14
        Page 15
    Loup, ti Cabritt avec manman Cabritt (Le Loup, la Chèvre et le Chevreau)
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Cochon ac Chien (La Lice et sa compagne)
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    Chòguié ac Pott (Le Pot de Terre et le Pott de fer)
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Loup ac Maconali (Le Loup et la Cigogne)
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
    Mouton, Cabritt, Gazel avec Lion (La Génisse, la Chèvre et la Brebis en société avec le Lion)
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    Lan-mò Lion (Le Lion devenu vieux)
        Page 39
        Page 40
        Page 41
    Còbeau ac Reinna (Le Corbeau et le Renard)
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
    Péchè ac ti Pouesson (Le Pêcheur et le petit Poisson)
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
    Reinna ac Raisin (Le Renard et les Raisins)
        Page 53
        Page 54
        Page 55
    Ratt-la-vil ac Ratt-en-dèrhò (Le Rat de ville et le Rat des champs)
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
    Bourriq qu'apé poté réliq (L'Ane portant des Reliques)
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
    Laig', Macaq, avec pititt Macaq (L'Aigle et le Hibou)
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    Choual ac Loup (Le Cheval et le Loup)
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
    Grangosié (Le Héron)
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
    Loup ac Reinna qu'apé plaidé douvant Choual (Le Loup et le Renard plaidant devant le Cheval)
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
    Captainn ac Majò-Cabritt (Le Berger et la Mer)
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
    Bourriq ac ti Chien (L'Ane et le petit Chien)
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
    Chassé ac Louss (L'Ours et les deux Compagnons)
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
    Chien qui couè l'onibraj', cé viann (Le Chien qui lâche sa proie pour l'ombre)
        Page 106
        Page 107
        Page 108
    Reinna qué-coupé (Le Renard ayant la queue coupée)
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
    Parol caché nan bouch' fanm (Les Femmes et le Secret)
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
    Coq, Chatt, avec Souritt (Le Cochet, le Chat et le Souriceau)
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
    Chòv'-souritt nan trou-crab (La Chauve-Souris et les deux Belettes)
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
    Chatt, Cochon ac Malfini (L'Aigle, la Chatte et la Laie)
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
    Ti Yett (La Laitière et le Pot au Lait)
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
    Bataill Ratt ac Coulèv (Combat des Rats et des Belettes)
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
    Ranmié ac ti Zouézeaux (L'Hirondelle et les petits Oiseaux)
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
    Travaill té (Le Laboureur et ses Enfants)
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
    Table of Contents
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
Full Text










1;'
,: 1


;-;3]
d


~-_:! -;J
i



,
r--.


)2;,'h:


*~ K~>


Georges SYLVAIN






BIBLIOTHtIQUE HAITIENNE






CRIC? CRAC!

FABLES DE LA FONTAINE

RACONTtES PAR UN MONTAGNARD HAiTIEN

et transcrites en vers creoles
PAR
GEORGES SYLVAIN


DEUXIAME EDITION


En Venite
Chez Mme GEORGES SYLVAIN
PORT-AU-PRINCE (Hai'ti

1929














PROI\OGU E


/
Zott toutt, ncg maiit moin, semblV
Moin gain' contt pou mnoin tire
Ba zott. (Qa rh6d'l... Cout6 ben!
Bel contt fait hlIe chagrin.
Lb moin va flni pil,
Zott toutt va dit: c Li bon, vr6! 1
C'est qu' nioun' ~qui tc fait ca a1
Pas t0 gnou v16 sancouquia,
Ni gnou gratu-clcoguie, non!
Hounh! ClId6 yriou mnoun' tout-d'-bon,
Yo t6 rhlVe Lafontainn.
Atb, mon-mainmi prend la-peinn




PROLOGUE




Vous tous, mes mattres, assembci-vous
J'ai des contest a vous center. \
C'est sans pareil! Ecoutez bien \
Beau conto cndort les chagrins.
Quand j'aurai fini de parler.
Tous vous direz: ( C'est beau, vraiment! i
C'est que cclui qui fit cela
N'6tait pas un vulgaire rustaud,
Ni un gratte-chaudibre! Ah! mais non!...
Hounh! C'dtait un homme pour de bon,
Qu'on appelait La Fontaine.
Adonc, moi, j'ai pris la peine







-3 -


Oue nan liv' ca nhonm-li dit,
Pas Bon-Gu6 moin connin li
Pou moin ba zott li tout chaud.
En-nous! 16v4 tett zott rhautl
Si kth zott quimb6 f.a ben,
Zott va vini bon chriquin.
Bou tafia, tomb6 nan bois,
Phdi nanm yo nan danss-loi,
Vblb Ibef qui pas pon yo,
Pass6 lan-nuitt nan jou6 zo.
N'a beau dit moin, c6 m6tie
Pou moun' qui pas p6 Bon-Gu !...
Contt nhonm-lM va fait zott oub
Tout-partout gain lan-misz.
Bon-Gu6 bill, c6 r6t6 prend.
Nan Guinin, nan pays Blancs.
Tout partout c6 gnou souffri,
Comm' si race-lh tM maudit!




Do voir dans les livres ce que cet homme a dit,
(l'est-ce pasun don de Dieu que je sache lire )
Pour vous le servir tout chaud.
Allons! haut les tetes'1
Si vos cceurs garden bien ceci,
Vous deviendrez de bons chr6tiens.
Boire du tafia, se jeter dans lee bois,
Perdre son Ame dans les danses du Vaudoux,
Voler des boeufs qui ne sont pas A soi.
Passer ses nuits A jouer aux des,
Yous aurez beau dire, c'est lH travail
(Propre) A ce troupeau de gens qui ne craignent pas Dite I
Les contest de cet homme vous front voir
Que partout il y a misere.
- Dieu la donne, il faut l'accepter.
En Guinke, au pays des blancs,
Partout, c'est une souffrance,
Comme si cette race 6tait maudite!








-4-

Dabb zott ou Blan qui Blanc
Fait con toutt chriquin xivant.
Baiss6 tOtt zott sans cri6.
A la volontU dd Did -
Con ca, gnou jou, n'a fini
Pas mout6 nan paradise




D lors que vous voyez les blancs eux-mgmes
Faire ce que font tous les humans:
Courbez vos totes, sans \ous plaindre.
- A la Toloni6 de Dieu I -
Ainsi, un jour, finirons-nous
Par monter au Paradis!








-5-


Teta qui coue Ii capab gros con Bef


- Cric
- Crac I
Gnou Teta qui td bb d'leau,
Gnou jou, oue gnou gros Taureau.
Li rh616 canmarad-li:
e Gadd, pari6 m'a vini
( Gros tancou bef cila-la! )
Yo toult prend ri: Coua coual coual
(( On pas gros con gnou zdgu6;
a Conment pou t'a fait gonfle
( Ti cb on, jouq' temps ou t'a
Capab vini gross C.a P?
Li dit: ( Eh ben, main I Gad I
e Zott va oue si c6 pas vr6!
( Moin va riv6 mainm pi loin,


La Grenouille
qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf

Cric P
Crac !
Un t6tard, qui etait au bord de 1'eau,
Vit, un jour, un gros taureau.
II appelle ses compagnons:
( Regardez! gagcons que je deviendrai
(( Gros comme ce bceuf!
Tous se mettent A rire aux 6clats:' (coua! coua! coua l)
( Tu n'as pas la grosseur d'un zdgu6:
a Comment ferais-tu pour gonfler
T Ton petit corps, au point
( De pouvoir atteindre a cette grosseur-ci ? n
11 dit: ( Eh bien, voici! RIegardez:
( Vous verrez si je ne dis pas vrail
S. J'irai meme au delh,








-7-


n Calalou-crab' trangld moin I -
Li commence enfl6 cb:
P6s6 t PWse! Et pi: ( Dit, atb,
( Si moin pas -gros tancou li
n Press'! Gad6 moin ben I ( Bichi I
( Ou trb coutt! Ou t6 doue tann
( Ou mang6 in pd bannann! 1
( Malgre tout Ca zott va dit,
a Moin gangnin trbpp lesprit, pou
A Moin pas ou6 m'ap6 grossi ,...
Lh-mainm- ventt li pAte: b6ouhI
Resp6 m' dou6 la compangni -
Toutt tripp li soti d&rhb,
Et pi, 16 zott ba li t6.
SNg' sott qui vie fait dbct&
Apr' all6 chachi doul...
Si bottin'-lI trb jiss, frE,
Pito-ou r6t6 pie-h-tO I



( Ou qu'un calalou-aux-crabes m'dtrangle I,
11 commence h s'enfler le corps.
Et allez clone! et allez donc! Puis: ( Dites A present
( Si je ne suis pas aussi gros que lui
Presque! Regardez-moi bien! a a Que nenni
( Tu es trop court; tu aurais dA attendre
n D'avoir mang6 quelques bananes. )
( Malgr6 tout ce que vous direz,
a J'ai trop d'intelligence pour
a Ne pas voir que je grossis..... ,
Au mWme moment, son centre 6clate: (B6ouh 1)
Sauf le respect que je dois a la compagnie -
Tons ses boyaux sont projects au dehors:
Sur quoi, les autres lui donnerent tort.

L'ignorant qui veut faire le clerc
Court au-devant de sa douleur:
FrBre, si la bottine est trop just,
Mieux vaut continue & aller pieds nus I








-8-


Loup ac Mouton




Douvant poul' ravett pas janmain
G'ain raison. Grann moin t6 connin
Dit ca souvent: eh! ben, gad6
Si mots lkngteinps pas verit6.

Gnou mouton tout piti, gnou jou,
T'ap6 boui d'leau nan la-rivib.
Nan mainm moment, gnou gros bitt loup
Soti nan bois tou, pou li bouE.
Zott pas janmain ou- bett a-1 P
C6 con gnou chien marron, qui t'a





Le Loup et I'Agneau




a Devant une poule, ravet jamais
N'eut raison. ) Ma grand'mbre avait coutume
De dire souvent cela: eh! bien, voyez
Si les propos d'autrefois ne sont pas veritel

Un tout petit mouton, un jour,
Buvait de 1'eau dans la rivibre.
A.u mgme moment, un enorme loup
Sortit du bois, pour boire aussi.
- Vous n'avez jamais vu cette bet-lh, vous autres
Figurez-vous un chien savage, qui serait








- 9 -


Grossh gnou jeinn ti mAl-bourriq:
Ce nom ii yo bill loup-garou. -
Ath, loup-l, d6pi trois jou
T'ap6 graligou.
S'ou conniin inoun' qui g'ain coliq,
C6 con va figu ii te blainm;
Guiol ii te clich', tancou calf
Qui nan soleil; dents li yo maimin....
Longub gal .. g' li, rouj' passe
Boucan di f16
Et pi, d6vorant pass Va,
Nan point I Lb li oub ti bett-lh
Tout tranquil, tout nocent, nocert,
Pench6 son d'l'eau-IA, pou li bou6,
NMg'-lh troiiv! li si content
Qu6 li fait gnou: An nom di Pa....
Li dit: (( Gr6 m6ci, Boun'-Gu'l i
(Bandit pi mauv6 quality,




De la grosseur d'uh jeune bourriquot
C'est son nom qu'on a donn6 aux loups-garous. -
Et done ce loup, depuis trois jours,
EtAit en fringale.
- Connaissez-vous du inonde en proie a la colique?
Aussi blame 6tait son visage;
Sa gueule Rtait stche, come du cafr
Qui est au soleil; quant B ses dents,
Elles avaient cette longieur 1 Ses yeux edaient plus rouges.
Qn'nn brasier de feu.
Enfin, de plus aide que celui-lM,
11 n'y en a point. Quand il vit le petit animal,
Si tranquille, si candide,
Pench6 sur l'eau, pour y boire,
Le gaillard se trouva content, au point
De faire le signe dle \a Croix.
11 dit: ( Merci, mon Dieu! i)
(Les bandits de la pire espice







- IO -


C6! a qui, tancou moun' .honnett,
Prend nor Bon-Gud pou yo fait jouett.)
Anvant ti mouton-li senti
Vent li selment, loup-lh bondi
Sou roch'-galett yo. ( Tonn I foutt ... n
(Padon, oui I chefs, la-soci6t6 I
Zott connin: moun' qui quimb6 boutt
Autorit6
Pas janmain chich' mots cila yo;
Et loup, nan rag' 16 zannimaux,
Pou pi piti, dou6 ad'jidant.)
Atb, li dit malhor6-lh:
a Moin ou6-tou6, rhadi, insolent,
Sc6l6rat!
( To crach6 nan d'leau m'ap6 boue P
C6 gnou comptt to vini chach6 P
Mouton-lI dit: -- ( Agu6, Mouch6,
Crach6 la ? Qui gen moin t'a fait




Sont ceux qui, comme les gens de bien,
Invoquent le nom de Dieu, pour s'en jouer.)
Avant que I'agnelet n'eft flaird
Seulement son haleine, le loup bondit
Sur les galets. a Tonnerre I F... I :
(Faites excuse, mes maltres et la compagniel
Vous savez: les gens qui d6tiennent un bout
D'autorit6,
Ne sont jamais chiches de ces termes-la,
Et le loup, dans la gent animal,
Dolt etre pour le moins adjudant).
Adonc il dit au malheureux:
- a Je t'ai vu, effront6! insolent I
((Sc6l6rat I
e Tu as crach6 dans 1'eau que je bois P
a C'est une affaire que tu es venu chercher P
Le mouton de dire: ( H6las! Monsieur,
( Cracher l ? Comment I'aurais-je fait ?







- II -


CB on qu'en rhaut, mon-mainm en has... )
4 PPl I l, foinci Et pi, ce pas' a,
4 Pouqui, lott anne, to pbmett
( To pale moin mal ? ) i Moin, Mouch6 P
( Lann6 passe, moins pas tB faitt I )
( Ca vie dit moin menti P Si cd
( Pas tou6, c6 papa toun, ossnon
u Manman tou6, esp4' vacabon P
4 Chef, moin sans manman, sans papa.
( Coument P (( Moin c6 pititt bata. a
( Ah I to ve1 fait meti6 guiol-f I
Gad6 IM ca, non! Qa p'enco
a Fait dent, et pi, V'a p6 mete
a Grand-moun' nan faV' )) a Alh la-peinn
a Qui pou moin jodi-la, Bon Gu61
( Moin pas dit ou angnin, Mouch6 P?
( Nan point Mouch6. icitt ? t Padon,
a General ) a To vini capot




tc Vous Rtes en haut, et moi en has. a
( Silence! scrongnieugnieu I Puis, ce n'est pas ca.
a Pourquoi, I'ann6e dernibre, t'es-tu permits
c( De dire du mal de moi P ) a Moi ? Mors; ur,
a L'annde passe, je n'6tais pas n! :>
a Cela vent dire que j'ai menti ? Si ce n'cst
Toi, c'est ton pere, ou bien
ft Ta mhre, espkce de vagabond I
a Chef, je suis sans' mere, ni plre... ,
a Comment ? ) c( Je suis enfant bAtard. ,
( Ah! tu veux faire le fort-en-gueule P
( Voyez-moi donc cette tgte! Qa n'a pas encore
*a Fait ses dents, et ca tourne
a En derision les gens d'Age 1 a Quel torment
E Est aujourd'hui le mien, 6 mon Dieu I...
a Je ne vous ai rien dit, Monsieur... a
- a 11 n'y a pas de Monsieur ici I)) Pardon,
a General! a a Te voilA devenu couard






12 -

e At6; tann moin ,a LA-mainm, li: Gnan I
Gnou coup-d'dent
Pou ti mouton-la, d6ey tett,
Sou c6tW, la ch6 pi grassett I -
Pb ti bett-lI fait selment: BM6I
Tout-suitt, li tomb6 raid' a th.
Zott cou6 loup-lI laiss4 moceau P
Li prend toutt, et pi, viann con zo,
Val6 li: Floup con gnou gombo.



A present; attends-moi l, Aussit6t: (gnan t)
Un coup de dent
A 1'agnelet, derriere la t6te,
Sur le cot6 14 oh la chair est le plus tendre I
La pauvre petite bete fit seulement: Be I
Tout de suite elle tomba raid morte.
Vous croyez que le loup en laissa un morceau ?
II prit tout, chair et os,
Et (Floup!) l'avala, comme un gombo I






- i3 -


Conme la=Cigal ac So Fronmi




Chant6, faut cou6 c6 bagay' qui
Doux nan la-vi:
Moin connin moun' ca deja fait
Blie mang6.
Atb, c6 Ca mainm qui rive
Gonmb la-Cigal, mois passe:
Conmb t6 sans mang6, sans boub,
SDpi d5 jou;
Sou denid soub-lh, gnou grangou
Mete di f6 nan cb ConmB.
Ouay' Li couri cay' Sb Fronmi,
Gnou vouEsin' li;





La Cigale et la Fourmi




Chanter! 11 faut croire que c'est chose
Douce A la vie
Je connais des gens A qui cela a dejh fait
Oublier le manger.
Et c'est pricisement ce qui advint
A ma commere Cigale, le mois passed.
Ma commere n'avait ni mang6, ni bu,
Depuis deux jours.
Vers le dernier soir, une fringale
Mit en feu le corps de ma comm6re.
Ouai! Elle court chez Sceur Fourmi,
Une voisine & elle,







- j4 -


Frappe: Ch I C6oub c Qui moun' qui IA? P
( C6 moin, vou6sin' I Agu6 Conmb,
< M'apd mouri grangoul On pas
< Gangnin moceau mang6, feill, fle,
c ga li yd, ban moin?... T'en pri, chBi
b Lb mach6-sanm'di va vini,
<, M'a rann on li.
Fronmi, c4 gnou bon canmarad:
Li pas pe janmain rdfis6
Boue avec ou, ri, bambochI,
Fait la-prom'nad;
Main, quant-h-pou long lan-main,
Cd gnou system li pas rainmain.
Sans louvri pott li, li dit: ( CGh,
Comment ou faith comptt on, non, pou
N< A Ihe ca-lh. ou nan grangou? P
( Comment moin fait ?
( M'a pd chants d4pi dE jou




Frappe: Toc I toc! e Qui est la? P
- Moi, voisine! IThas ma commbre,
Je meurs de faim.
N'auriez-vous pas quelque aliment, fenille, fleur -
N'importe quoi, a me donner P... Je vous en supplies I
Au prochain march de samedi,
Je vous le rendrai.
La fourmi, c'est une bonne amie:
Elle ne vous refusera jamais
De boire avec vous, de rire, de faire la noce,
D'aller en promenade;
Mais allonger la main,
C'est un procdde qu'elle n'aime pas.
Sans ouvrir sa porte, elle dit: c Chere,
Comment avcz-vous done fait votre compete, pour
Qu'a cette heure, vous en soyez a avoir faim ? P
( Comment j'ai fait P
Je suis a chanter depuis deux jours







- 1% -


e Pou amate, en rhaut B61M
( Fi don, ma fill'I
c( To pas rhontt vini dit moin ga ?
( Tounain c6td to soti l-
(( Dans6 calin'dal )

Voudsin mill5 passed fanmill'!
C6 con ga moun' longtemps t6 dit;
Main, temps pass pas temps jodi:
A lhb qui 16, pas pal6 a l -
Toutt coucouill' cl6rd pou g6 yo.
Moin pas m6pris6 sibq' Ca-lA:
Main, dit-moin quil-ess' ou pito ?




Pour les amateurs, au haut du Bel-Air. a
( Oh! fi ma fille
Tu n'as pas .honte de venir me dire cela P
Retourne la d'oti tu sors:
Va danger la calinda ,I

Voisin vaut mieux que parent 1
Ainsi disaient les gens d'autrefois;
Mais le temps jadis n'est pas celui d'aujourd'hui.
A present, ne m'en parlez pas -
C'est pour ses yeux que toute luciole luit.
Je ne m6prise pas ce sibcle-ci,
Mais dites-moi lequel vous pr6f6rez







- 16 -


Loup, ti Cabritt avec manman Cabritt




Nan toutt temps, cabritt ac loup,
C6 tancou laitt ac citron:
Gnoun' rhal lott! Si mouton doux,
Cabritt, cd bett qui pas capon:
Au mot: dess I c6n' ... Tir6 zam' bon,
Pare zam' millb. Cout6 oul

Gnou sanm'di, bien a-bon-nhe,
Gnou manriTan-cabritt, qui t6
BWsoin all6 nan mach6,
Rh61e pitit-li:
c Ti Sa.? P






Le Loup, la Chhvre et le Chevreau




De tout temps, cabri et loup,
C'est comme lait et citron:
L'un drteste l'autre. Si le mouton est doux,
Le cahri n'est pas bAte couarde:
Au mot: Deusse! ) un coup de cornel C'est bon de
[savoir tirer des armes;
C'est meilleur de savoir parer les coups. Ecoutez voir:
Un sainedi de fort bonne heure,
Une chbvre, qui avait
lesoin d'aller au march,
Appela son enfant:
a Petite sceur I








- 17 -


T TiP maman I
o M'ap6 sbti:
( Chita 1l, jouq' noin vini.
< Pas m6tA nain ou dbrhb,
I Ni louvri pbtt cay'-la, non
W M'a batt ou, si Ca riv6...
a Ou tend ? P
( Oui, manmanl I
a Bon
N'impott qui moun' qui frappd,
0 Fait corn' si ou-ap6 dbmi.
o Main, si-z'au cas moun'-la dit:
o Satan pdte fiel toutt loupl I
c Ou'a capab louvri ba li ...
i Moin dbrhb: quimb6 cb ou!
Lb li dit Ca, ma conme
Baill cl6 p6tt-lA d6 boti tou;
Rould gnou roch' pa dbye;




- o Plait-il P maman. m
o Je sors.
A Assieds-toi 14, jusqu'h mon retour.
o Ne mets pas le nez dehors,
o Et ne va pas ouvrir la porte de la maison
o Je te battrai, si cela arrive...
o Tu m'entends ? )
O Oui, maman!
a Bien I
Quelle que soit la personnel qui frappe,
a Fais semblant de dormir.
SMais an cas oA elle dirait:
o Le diable pataftole tous les loups!
a Tu pourrais ]ui ouvrir.
a Me voilN parties: gare a toil a
Cela dit, ma commnre
Donne h la porte deux bons tours de cl6,
Pousse par derriere une grosse pierre,










El pi, all6 fait routt li.
Li pas t'enc6 ddvir6
Boutt calfou-la, quand lenn'mi
Tinc-en-tinc paraitt. CWti
Gnou gros loup, qui t6 cach6
DBy6 gnou rag6-piquant,
Pou cout6 Ca l'ap6 dit,
Et veill6 1b li soti.
Scld6rat-l1, tout doussment,
Tout doussment, coll6 li pr6
Trou pott-la, et pi, frapp6:
C6h! c6ouh! Pissonn pas reponn.
C6h I c6h c6ouh I C6 jouett: plssonn I
Quand li ou6 a, con cabritt
Li prend gnou tl voix begu6,
Pou li dit: ( Rhoy'! louvri vitt I
a Louvri pou... lanmou de Did!
a Chi... ti... Sb moin !... Main... gnou loup,


Et se met en route.
Elle n'avait pas encore tourn6
L'angle du carrefour, quand 1'ennemi
(Tinc-en-tinc) apparut sur ses pas. C'6tait
Un gros loup, qui s'6tait tenu cach6
Derriere une haie d'4pines,
Pour 4couter ce.qu'elle disait
Et surveiller le moment de sa sortie.
Le scilerat, tout doucement,
Tout doucement, se colle pres
Du trou de la serrure et frappe:
a Tocl toc! a Personne ne r6pond.
a Toc! toc t toc I Pure plaisanterie: personnel I
Quand il vit cela, comme une chevre
II prit une petite voix chevrotante,
Pour dire: a Ciel ou...vre vite I
a Ouvre pour l'a...mour de Di...eu,
a Ma chore... Petite Sceur Voila un loup


- i8 -







- 19 -


a Qu' ap6 t'... toui6 fanmil' ou I...
a Satan... pdtdfiel toutt loupl a
Ti cabritt-lM, nan kh--li
Dit: ( Nan main revendez, moun'
Pas dou6 rhontt mand6 degui I a
Et pi, pou loup-lh li dit:
a Agu6f ChM Madanm, Man Choun'
Defann, anvant li soti,
a Moin louvri pott pou moun' qui
P Pas gangnin patt blanc con nous.
a C6 pou tett Va, moin big6
a Mand6 oud coul6 patt ou
a Qa pas nui pbssonn, pas yrd ? ,

Fois cila-la, compa Loup
Tounain nan bois sans mang6.




a Qui tue un de tes parents!...
a Que le diable patafiole tous les loups! a
Le chevreau, en lui-m&me,
Se ait: ( D'une revendeuse, on
( Ne doit pas rougir d'exiger du d6gui a.
Et s'adressant au loup:
-- ( Hl6as! ma chore dame, maman Choune
a M'a ddfendu, avant sa sortie,
a D'ouvrir la porte A tous ceux
a Qui n'auraient pas la patte blanche comme la n8tre.
( C'est pourquoi je suis forced
De vous demander A voir la couleur de votre patte.
( Cela ne pent nuire A personnel pas vrai P

Cette fois, compere Loup
S'en retourna dans'les bois, sans manger.







- 21 -


Cochon ac Chien



Nan temps toutt bett tW pald,
T6 g'ain plantt pa respe)
TB g'ain gnou femel cochon.
Zott connin gen cochon bon P
Cila-lI td fait zanmi
Avec gnou femel chien, qui
T6 pretty pou mi bas. Chien-la,
Gnou jou, dit cochon con Ca:
( Moin prd pou moin accouchk,
a Ma conmb, t'en pril soupl6,
W Pemett moin prWte gnou coin
a Nan pac on, pou pititt moin a.
Cochon dit: a ChB, coumenI don P




La Lice et sa Compagne



Au temps otr toutes les bjtes parlaient,
I1 y avait (sauf votre respect).
11 y avait une true.
Vous save comme les tries sont bonnes gens
Celle-ci avait fait amiti6
Avec une chienne, qui
Etait sur le point de mettre has. La chienhe,
Un jour, dit A la true:
- ( Me voilt prs' d'accoucher,
a Ma commr re, je vous en prie, s'il vons platt,
( Permettez-moi d'emprunter un coin
a De votre parc. pour mes enfants ,.
La truie dit: a GhBre, comment donc I









- 22 -


A vott s6vic'! Vini, non I )
Chien vini, chien accouch6;
Toutt pititt chien yo 16v6:
Yo grand. yo fb, yo mad6;
Toutt la jounain yo japp6
Fail bambi nan pac cochon,
Et... mad6 pititt cochon.
Quand cochon-la ou6 tout Ca,
Li rh6ld f6mel chien-la:
a Chl, pititt ou fini grand;
a Yo ca'b alle6 present... ,
a A1 ? All6 qui c6t6 P...
a D'abb, qui mou'n ou pal6 ?
C6 pas moin, moin pas cou6 9a ?
Cochon dit:' Atb, pac-la,
a Li pou moin, ossnon pou o'i
Cd batt pA pou prend rob p I a
Qa a pas gad6 moin To coue
G Cochon capab dit chien: chou


A votre service! Venez-y! a
La chienne vient; la chienne accouche;
Tous les enfants de la chienne se event;
Us sont grands, ils sont forts, ils mordent;
Toute la journ6e ils aboient,
Font ripaille dans' le pare de la true,
Et mordent les enfants de la trifie.
Quand celle-ci vit tout cela,
Elle appela la chienne:
- a Chere, vos enfants ont fini de grandir:
t Ils peuvent partir a present P... a
- a Partir ? Partir ? Et pour oh P
a Mais d'abord,, A qui parlez-vous ?
f Ce n'est pas a moi, je ne le crois pas ?
La truie de dire: ( Pour lors, le pare
( Est-il A moi, on & 'vous P
a C'est hattre le prAtre pour prendre sa robel I
- ( Ceci ne me regarded pas. Tu crois
a Qu'un cochon peut dire i un chien: (( houl I








- f? -


a Eh! ben, mete moin dhrhb:
a N'aou6 quil-ess' qui g'ain tb61
Lb li dit Va, li fait: Houan I
,Gochon oub de range dent.
Ra I cochon mdt6 niti !
Main, chien avec pititt li
Barr6 bett, fait li r6t6.
Yo toutt conmence mbde
PoT' cochon jouq'li mouri.

Parol longtemps tW connin dit:
C C6 bon khe crab'
Qui emp6ch6 li gangnin tett I,
Moin pas dit non; main, Bon-Gu6 maittl
Baton pa pi fb pass sab;
Jodi pou chasse,
Dinmain pou gibi6:
Ln-vi sou la t6,
CU con ca, Ca y6.


SEh I bien, mets-moi dehors:
. Nous veyrons qui de nous deux a tort I ,
Ce disant; elle fait: ~a Houal
La true .oit deux rangees de dents.
(Ah !) Du coup la true detale
Mais la chienne avec ses enfants
Vous barre le chemin a la bAte, la force de s'arriter.
Tous se mettent A mordre
La pauvre truie, jusqu'a ce qu'elle meure.

Un dictord d'autrefois avait coutume de dire:
C'est son bon cceur
t Qui empeche le crabe d'avoir de la ttte .
J ne dis pas non, mais Dieu est le maltre.
Le baton n'est pas plus fort que le sabre;
Aujourd'hui est au chasseur,
Demain au gibier;
La vie sur la terre,
C'et ainsi qu'elle est I




















'=l ~ ~ Sb "O~1~3ile70r~~

L*-




~ ;p.




;..Ll~







r. .-: I'-.j.
Iz-- -r ~ ',






- 25 -


Ch6guiW ac Pott



Atb t0 g'ain gnou chbgui6
Avec gnou ti pott-en-t.
D6pi gnou bon boutt zann6,
Yo 1'ap6 viv' bb di 16,
Sans connin lode la-ri,
Quand, gnou jou, yo r6volte.
Chbgui6-la, qui pi chaud, dit:
( Canmarad, en y6rit6.
( C6 gadd moun' con bourriq,
( Ffmain yo toutt la jounain
( Nan gnou trou, yo pas janmain
( Capab ou6 pEssonn, anniq
a Ratt mouri, crab avec chiq!...




Le Pot de terre et le Pot de fer



Adonc, il y avait une chaudiere
Et un petit pot de terre.
Depuis un bon bout d'ann6es,
Ils vivaient au bord du feu,
Sans connaltre (l'odeur de) la rue,
Quand un jour ils se r6voltbrent.
La chaudiere, plus chaude, dit:
- a Camarade, en vyrit6,
( C'est regarder les gens comme des bourriques,
( Que de les enfermer toute la journde
e Dans un trou, oi jamais
Us ne sauraient voir personnel, sinon
( Des rats morts, des crabes et des chiques






- 26 -


c Tous les d6, en-nous marron I
( Qui Ih6 ? Dinmain. Eh I ben, bon I
Lendinmain, yo profit
LhM maitt y' all6 nan mach6,
Couri: Tip I Tip bb barriM;
(Pas blii
Tous l6s d6 td gangnin pie)
Oub chaj'-zBb ape pass
Sou dos gnou milett; rhEl6
Milett-la: (C Comp I Comp I
Vini ... C8t6 ou-apr'all? P
Nan d'leau. ) ( Ou vlA fait gnou guiob P
a Bon I a li y ? ) (( Chag6 nous
n Nan sac-paill ou: n'a ba ou
Peau bannannI Moin pito cob a.
a Nous pas gangnin ,. (t En-nous, non I -
Rp yo moutW.
Nan chimin,
Sans d6-z-ou trois coup-d'z6pron


( Tous les deux, mettons-nous en fuite. n
- ( Quand? )) (( Demain. a ( Va bien I
Le lendemain, ils mettent a profit
Le temps que leur maitre prend pour aller au march;
Courent (tip! tip!) vers la barriere
(N'oubliez pas
Qu'ils avaient tous deux des pieds),
Voient passer une charret6e d'herbes
Sur le dos d'un mulet, appellent
Le mulet: c( Complre! Compare!
( Arrivez! Oi allez-vous P ,
- A 1'eau. ( Voulez-vous faire un djob? ,
- a Bon I Qu'est-ce que c'est? )) ( Nous charger
a Dans votre havre-sac. Nous vous donnerons
a Des peaux de bananes., a Je pr4fMre des sous. ,
- a Nous n'en avons pas. ( Venez donc! a
Hop! ils montent.
En chemin,
Sans deux ou trois coups d'dperons






- 27 -


Pid chbgui6 ball ventt vou6sin,
Chaq' fois sac-paill-lh souqu6:
(Qa qui fait, 1b yo riv6,
Ventt vou6sin mangnie f~l6,
C6 pott-la m'ap6 pal6, -
Toutt bagay' t'a passe bien.
Yo diann bb la-rivib,
Rentr6 nan d'leau pou baingnain;
Main, con yo contrd, ohogui6
Lagu6 baill' canmarad li
Gnou lott chica.
Pott-la dit:
c Pou lanmou d6 DiM1 zanmi,
a Pin'ga moin, non! ) (c Ah! mon ch6,
o Pas fott moin: c6 la-rivi6
SQu'ap6 voi1 moin sou ou! a
Anvant parol-la fini,
Li: Zouing'! Li: Pim' Li: Gnan! pou
Malhir6-l4.

Que les pieds de la chaudi6re donn6rent au venture du
[voiina.
Chaque fois que le havre-sac vint h Atre secou6,
Ce qui fit qu'a leur arrive,
Le venture du voisin 6tait tant soit peu fg16,
(C'est du pot de terre que je parole)
Tout se serait bien pass.
Ils descendent la rivibre,
Entrent dans l'eau pour se baigner.
Mais d6s qu'ils font rencontre, la chaudiere
LAche a son camarade
Un autre horion.
Le pot dit:
- a Pour I'amour de Dieu. mon ami,
a Prenez done garden a moi! ) a Ah I mon chef,
a II n'y a pas de ma faute, c'est la riviere
a Qui me renvoie sur vous. a
Avant la fin de ces mote,
II1 (fait): Zouingne I Pime Gnan I
A l'infortund.







- 28 -


PrO&mi coup,
Pott-la fait: Kleing.I con moun' qui
Gangnin pomniq'. Dezibm', li
Fait: Kodopi tancou crabiM
Qu'ap' apprann machdabotudt.
Troisibm', li pas fait angnin:
Con ravett qui nan pangnin,
Li could nan fond dl'eau-lh.

Ti-moun', quand moin dit zott: a Pin'ga
e Mdld avec Ca qui pi fb
a Passe zott! n zott press r6ponn:
a Moin gros neg', moin pas p? pbssonn t
Cd mot qui goit nan bouch'; hain, b1
Zott va gangnin quq' cott cass~,
Bisquett foul6,
Et pi zbbby plein macoutt zott,
Qa qu'a pi sott ?
Cd pas 16 moin, grace' a Bon-Gud


Au premier coup,
Le pot -fit: Kleing I come les gens qui
Ont la poitrine malade. Au deuxiBme, il
Fit: Kodop! comme les crabiers
Qui s'essayent A marcher en boltant.
Au troisime, il ne fit rien:
Comme des ravets dans un panier,
11 ooula au fond,de l'eau.

Enfants, quand je vous dis: ( Gardez-vous
De vous frotter a ceux qui sont plus forts
Que vous! Vous vous empressez de rdpondre:
( Je suis un homme; je n'ai peur de personnel. a
Ce sont 1l propose savoureux a la bouche. mais lorsque
Vous aurez quelques c8tes de cassdes,
Votre bisquette refoulde
Et des ulchres plein votre sac,
Qui sera le plus attrap6 ?
Ce ne sera pas moi, graces au ciel .






--- 29 -


Loup ac Maconali




Moin racont6 zott dijh
Gen bett yo rhdlE loup-la,
C6 gnou maurd zannimauj
Plein toutt quality ddfauts:
Vorass, aloufa; rainmain prend
Sans rainmain met6; insolent,
En grand avec ti tett cal6,
Main, toujou pretty pou pass qug,
1U c6 gros bois qu'ap6 pal6.
Con ou tend, pou fini toutt, -
Gnou bett qui vbl6 pass chatt,
Et qui pas connin quimbd ratt 1





Le Loup et la Cigogne




Je vous ai dejh cont6
Gombien cette bWte qu'on appelle loup
Est un mdchant animal,
Plein de toute sorte de d6fauts:
Vorace, insatiable, aimant A prendre,
Mais n'aimant pas & rendre; insolent,
Hardi avec les totes tondues,
Mais toujours prompt a baisser la queue,
A la voix de quelqu'un de poids;
Enfin, figurez-vous
Une bWte plus voleuse qu'un chat
It incapable d'attrapper un rat!







- 30 -


Mauv6 con Ca, c6 d&niW boutt
Zott ohong6 pb' ti mouton
Assassin-la td vald
Tout enti6,
Con gombo qui nan bouillon:
Eh! ben, d6pi jou Ca-la,
Con gnou pinition Bon-Gu6,
Gnou zo mouton t6 rdtd
Nan fond gbj' li. Magr a a
Li pas frangl6; main, c&: ( Quien! I
'C: ( Estibm'l toutt la jounain:
Ou t'a dit gnou moun' toussd.
Gnou vouesin' t'ape passe,
Li prochd: ( Bonjou! compb!
( Comment ca ? (a ou gangnin P?
Loup-lA dit: c Pas capab... QuienI
a Pale... Quien! Quien! Ma commnl...
Quien! Quien Quien!... M'ap6 trangl6I


Mauvais h ce point, c'est le dernier degrdt
Vous avez souvenance de ce pauyre agnelet
Que cet assassin avait aval6
Tout entier,
Comme un gombo dans un bouillon
Ehl bien, depuis ce jour-la.
Comme une punition du ciel,
Un os de mouton dtait- rest
Au fond de sa gorge. Malgrd cela,
II no s''tatl pas' trangl6, mais c'dtait un a Quien ( I
Un a EstiBme I ) toute la journee:
On aurait dit un poitrinaire.
Une voisine passait,
Elle s'approche: (( Bonjour, mon compere
( Comment etes-vous P Qu'avez-vous P ,)
Le loup de dire: a Peux pas... Quien I
a Parler... Quien! QuienI Ma commbre,
( Quien! Quien! Quien! Je m'6trangle!...







- 31 -


a Vouesin', chh t'en pri, soupl6
u Ral4 zo-la nan gbj' moin:
a M'a ba ou... Ca ou' a bbsoin.
Bon I compS: laissd moin ou 1...
Qa g'ain 16 malouq'. En-nousl...
a RWti douett Louvri bouch' oul I
Atb qui bouch' Nbg'-la fait
LI ou6 gnou coquin chin-d'trou:
Laj' con pi, nouE con lenfb.
Vou6sin'-lI tU gnou bon khW.
(CUt6 f~mel macouali)
Li fourr6 Il-dans cou-li,
Qui pas coutt, chach6, fouill6,
P6s6, ral6;
It pi, gnou bon coup, fini
Pas m6t6 dfrhb zo-la
Qui td ball' tout c6 tracas.
Quand li suy6 bien suy6



Ma chore voisine, je vous en supplie,
a Tirez cet os de ma gorge I
Je vous donnerai ce don't vous aurez besoin i
a Bon! mon compare. Laissez-moi voirl...
Q ga m'a I'air mal en point. Allons
c Tenez-vous droit! Ouvrez la bouchel
Et quelle bouche P Notre homee lui fit
Voir un immense trou,
Large comme un puits, noir comme I'enfer.
La voisine Ctait un bon cceur (de femme)
(C'dtait la femelle du macouali.)
Elle fourra la-dedans son cou,
Qui n'est pas court! chercha, touilla,
Appuya, tira
it, tout & coup, finit
Par mettre dehors l'os
Qui donnait toute cette peine.
'Quand elle eut bien essuy6







- 32 -


Toutt tett-li qui t'ap6 sue,
Li dit: ( Travaill-la tB chaud I
a Cila-la c6 gnou maitt zol...
c Ou d6gag6 a present:
Q Ca m6rit6 bon lagentl I
Loup-la prend-ri: Coual Coua I Coua
( Coument to dit mot to la P
a Lagent P Pas fait faC', tend 1
a Connin to chap6 li bell
a To dou6 boul6 gnou chandel,
c( Ou6 cou to soti enti6
a Nan gbj' moin: c6 pr6mi6 fois
a Ca rivl6 To si ingrat
a Qu6 jouq' at5 m' senti m' t'a... a
Lott pas tann pliss pass ga:
Di f6 td nan g6 loup-la.
Li vol6 sou gnou pi6 bois,
Et con Va, toutt comptt caba.




Toute sa t&te qui 6tait en sueur,
Elle dit: ( Chaud travail
u Celui-1h est un maitre os
a Vous voilk d6gag6 & present:
a La chose mrrite bellement de l'argent I
Le loup s'esclaffa de rire:
- a Comment dis-tu ton mot-l P
a Argent ... Pas de plaisanterie, entends-tu P
c Apprends que tu 1'as kchapp6 belle I
c Tu devrais' brutler un cierge
c De voir que ton cou est sorti entier
a De ma gorge. C'est la premiere fois
cc Que cela arrive. Tu es si ingrate
( Que jusqu'en ce moment, je sens que je...
L'autre n'en attendit pas davantage:
Ii y avait du feu dans les yeux du loup;
Elle s'envola sur un arbre,
Et de cette facon, tout r6glement fut termin6.







33- -

Pas compt6 bef va janmain dit
Sayann gr6-mnci.
Aussi tou, 16 mount' con a yo
Nan mauv6 pass, 16 zott pito
Laiss6 yo fait con yo connin
Pou ouWt6 tett yo nan p6trin;
AllA m616, c6 zo pouesson;
Gr6 m6ci chien, c6 coup-d'-baton



Ne comptez pas qu'un bceuf jamais dira
Merci! I une savane.
Aussi, quand ces sortes de gens
Sont dans un mauvais pas, les autres prferent
Les laisser faire come ils peuvent
Pour se tirer dh p6trin;
Vous en 'mler, arite de poison I
Le renmerciement (qu'on donne) au chien, c'est un coup
[de bAton I







- 3 -


Mouton, Cabritt, Gazel avec Lion



Gnou jou, th gangnin gnou lion,
Et pi gnou femel mouton,
Gnou f6mel cabritt, et.pi
Gnou gazel. Gnoun'-d&-yo dil:
< En-nous coupe associd,
a Pou nous toutt ensanm all6
< La-chass I ) Toutt moun' rdponn: a Oui I o
Toutt moun' dit y'a bien content.
--Suiv' moin I Pipiritt chantant,
Bras d'si, bras d'sou, yo pati,
Apr6 yo t6 boue caf6. -
(C6 IhB zott connin all6




La Genisse, la Chevre et la Brebis
en soci6te avec le Lion



Un jour, il y avait un lion,
Puis une brebis,
Une bique, puis.
Une g6nisse. L'un d'entre eux dit:
( Associons-nous,
( Potur aller tous ensemble
SA la chasse I) Chacin de repondre: ( Outl n
De dire qu'on en sera bien aise...
- Suivez-moi! Au pipiri chantant,
Bras dessus, bras dessous, ils partirent,
Aprbs avoir pris leur cafr.
(C'est l'heure oil vous autres avez I'habitude d'aller






- 35 -


Tald poul' zott nan dbmi,
Pou oue si yo gangnin zd.)
ChassB yo, nan gnou moment,
Riv6 c6td gnou 16tang,
Qui td toujou plein gibid;
Main, faut coub La PoussigniB
Te voi'd quiohby' son yo:
Jouq'li t bien ta, yo beau
Fouill4 gnou pil trou nan tM,
Tann pElin nan bois. bb d'leau,
Et sou lisiA grand chimin,
Yo retd chich'. A la fin,
Gnou cochon marron tomb6
Nan mitan plMin gazel,
Qui m6td poussd d6 hel.
LB zott yo dit: a Qa li yd P
Main, prdmi6 moun' qui riv6,
C4 comply lion. Li dit: a PdI




TAter le venture de vos poules, dans leur sommeil,
Pour voir si elles ont des ceufs !)
Les chasseurs. en un moment,
Arriv.rent du c6td d'un Rtang,
Qui Rtait toujours plein de gibier.
Mais il faut croire que la PoussiniBre
Leur avait jetE un sort,
Car jusqu'a ce qu'il fOt bien tard, ils eurent beau
Fouiller un tas de trou dans la terre,
Tendre des lacs dans les bois, au bord de l'eau,
Et jusqu'A la lisibre de la grand'route,
Its restrent bredouille. A la fin,
Un pore sauvage tomba
Au milieu des lacs de la gEnisse,
Qui poussa deux cris.
Les autres de dire: a Qu'est-ce que c'est P n
Mais la premiere personnel qui arriva,
Ce fut compAre Lion. I1 dit: a Silence!






- 36 -


Faut dabb spard bettl I)
La main, avec gnou manchett,
Li coup bett-li en quatt:
Pou chaq' associ6 gnou patt I...
(Oui I nan khb yo, yo t6 cou6
C6 t'a va Ca: Vim ou 1)
Comp6 lion dit yo con ca:
( Doussment, nonl... Qa qui chef zot P a
Yo dit: ( C6 ou: nan point lott. a
( Bon I Eh! ben, tout ca soldats
a Gangnin, a pas pou chef yo P
a Si moin chef, main gnou moceau
a Qui dou6 pou moin: c6 la-loi I a
Li mand6 pou dezibm' fois:
Ca qui gangnin pi gros dents ? a
Fois ca-la, yo d6 selment
R6ponn: ( Ou ) ( Zott pas menti I
a Dabb zott-mainm consent




Faut d'abord partager la bWtel I
Aussit6t, avec une manchette
I1 coupa l'animal en quatre:
Une patte pour chaque associ6
(Oui! en eux-memes ils s'imaginaient
Qu'il en serait ainsi. Allez voir)
Compare Lion leur dit:
- ( Tout beau I Quel est votre chef? ,
U11 dirent: ( C'cst vous, il n'y en a pas d'autre. ,
- a Bon Eh I bien, tout ce que les soldats
n PossEdent, n'est-ce pas h leur chef ?
a Si je suis chef, voici un morceau
a Qui doit Atre A moi: c'est la loi I ,
I1 demand une deuxibme fois:
- a Qui a de plus grosses dents ? P
Cette fois, deux d'entre eux seulement
R1pondirent: a Vous'! ( Vous ne mentez pas.
( DBs lors que vous-menes admettez








- 37 -


( Dents moin pass pou pi gros,
SFalut ba yo pi gros moceau
c Pou yo pas souquE... Atb,
a Dit-moin quil-ess' qui pi f6
I Tcitt.? ) La pB fait gnoun' dit:
Chef, moin ben croub c6 ou, oui Il
A Ah! to t6 cr?... Moin b6soin
( Pou graiss6 fbc-pongnett moin,
c Gnou lott moceau. )
Toutt moun' p4:
Ou t'a tend much' vol6.
Lion dit encb: ( Coutd ben I
Moin pas rainmain enpil train:
a Si gnou moun' assez rhadi
c Pou vini m6te guiol-li
( Sou denid moceau viann-la,
a Vibj' p6t de grainn g6 moin! -
( Li pas pe riv6 pi loin ,




a Que mes dents passent pour plus grosses,
a II faut leur donner une plus grosse part,
a Pour qu'elles ne branlent pas. Maintenant,
a Dites'-moi lequel est le plus fort de nous,
a Ici P La peur fit dire h l'un d'entre eux:
- ( Chef, je crois bien que c'est yous P ,
- ( Ah! tu le crois P... J'ai besoin,
a Pour entretenir la force de mon poignet,
a D'un autre morceau. )
Chacun se tut:
On aurait entendu voler une mouche.
Le Lion dit encore: a Ecoutez bien!
a Je n'aime pas beaucoup de bruit.
a Si quelqu'un est assez hardi
c Pour venir poser sa gueule
a Sur ce dernier morceau de viande,
a Que la Vierge me crave les deux yeux,
( Si je le laisse aller outre ))








3S -

Lb li fini dit tout 9a,
Li prend tous 1ds quatt moceaux,
Mht6 yo nan brissac li,
Et laissd6 a compangni,
Sans gnou zo pou fait bouch' yo.

Prend assbg', c4 prend maitt:
Qa vrd pou moun', qa vr6 pou bett




Quand il eut fini de dire tout ceci,
11 prit les quatre morceaux,
Les mit dans son havresac,
Et laissa la compagnie,
Sans un os pour se faire la bouche.

Prendre un associd, c'est prendre un maitre:
C'est vrai des homes, c'est vrai des b8tesl







- 39 --


Lan-mb Lion




Trois bagay', sou la-tM, pi f6
Passe nous toutt:
CA maladi, vieilless, lan-mbl
Grand con nous y6, ,a yo, c6 bouttl

Gnou lion, qui td pr6 pou mouri,
Td couch sel sou gnou cabann.
A f6c' maling te mang6 li,
Fanmill li, qui td bouqu6 tann,
Prend toutt provision nan ciy'-lh,
Fait paquett; et pi, dit con Ca:
N'allE: tit-h-lh n'a vini1 a





Le Lion devenu vieux




Trois choses ici-bas sont plus fortes
Que nous tous:
La maladie, la vieillesse, la mort.
Si grands que nous soyons, celles-la, c'est notre borne I

Un lion, qui Rtait pros de mourir,
Etait couch seul dafis un lit.
Les ulcdres le d6voraient tant
Que ses parents, fatigues d'attendre,
Prirent toutes les provisions dans la maison,
En flrent paquet et dirent (comme ceci):
( Nous nous en allons: tout a l'heure nous reviendrons.,







- 4o -


Ath, lion-l, nan temps fbC' ii,
Pas td janmain bon pou prochain:
Cd pou ca, li pas td gangnin
Gnou vou6sin pou quimb6 tett li.
Pbv' vie cb! Ca t6 fait la-peinn
Gen, nuitt con jou, li t'apl plain,
Sans boub, sans mange, sans dbmi!
Temps-en-temps, gnou bett t6 vini
Sou vie grand-moun'-lh long nain,
Fait sign', pald fb... A la fin,
Gnou macaq voltig6 sou li,
Et pi, ba li gnou p1 soufflett.
Aprd ca, vini gnou milett,
Qui gad6 guiol li hen, et: Gnan I
Avec gnou grainn coup-d'pi6, m4t6
Ni dent ni machou6 toutt en sang.
Gnou hef vini, cbn' en avant,
Et pi: Doup Doup! p6et dd g6;




Et flone ce lion, au temps de sa force,
Jamais n'avait Wtd bon pour le'prochain;
C'est pourquoi il n'avait pas
Un voisin pour soutenir sa tMte,
Pauvre vieux corps! Qa faisait peine,
Comme nuit et jour il se plaignait,
Sans boire, sans manger, sans dormirl
De temps en temps, une bete venait
Sur le vieillard allonger le nez,
Gesticuler, parler haut... A la fin,
Un singe s'dlanca sur lui,
Et lui donna une paire de soufflets.
Aprbs quoi, vint un mulet,
Qui, regardant bien sa gueule, gnan
D'un seul coup de pied, lui mit
Et dents et mAchoire en sang.
Un bPxuf s'en vint, corne en avant,
Et: Doup! Doup! lui creva les deux yeux.







- 4z -


Gnou loup pot6 gnou moceau nain:
Jouq' chatt qui bill gnou graffignin!...
Pbv mati-la dit: (( Bon-Gu6 maittl
4 La volont dd DiU soit faitt! I
Main, 1b li tend, li-mainm qui
TV command toutt zannimaux, -
Hi Han I bourriq ape vini
Pou caba rag' li tou, li dit:
Non l a tropp'I ) et lZ, dd rang d'leau
Prend could nan trou g6 li yo.
Bourriq proch6, (dit: c( Main pou ou I
Ba li nan ventt gnou coquin' coup...
Lion-li fait: c Hay'1 baissA tett li,
Et pi mouri.

Moun' qui quimb6 autorit6
Pas dou6 bli6
DbniB jou-la, c6 pou Bon-Gu 1



Un loup emporta un morceau de nez.
Meme le chat donna une 6gratignure...
Le pauvre martyr dit: (t Dieu est le maltre!
a La volont6 de Dieu soit faite! 1
Mais lorsqu'il entendit, lui qui
'Commandait tous les animaux,
Hil Han! I'Ane venir
Pour l'exterminer, lui aussi, il. dit:
( Non i c'est tropI a) et alors, deux ruisseaux de larmes
Se prirent a couler des trous de ses yeux.
L'Ane s'approcha, dit: (( Tiens pour toi a
Lui donna au venture un maitre coup.
Le lion fit: (( Ale! > baissa la t8te
Et mourut.

Ceux qui detiennent 1'autoritC
Ne doivent pas oublier
Que le dernier jour est a Dieu











Cobeau ac Reinna




M'apr'all6, jodi-l1,
Fait zott fait connaissance
Avec dd bett-en-France:
Cbbeau el pi Reinna.
Cbbeau-la, c6 gnou zouezeau qui
Toujou seri6 con pain rassi.
Sou mach' li, ou t'a va dit
Jeinn gens qu'ap' 6crit sou la-feil:
Au jiss, connin gnou guiab-en-deill,
Connin li.
Coinp6 Reinna, tout au contre,
CA fanmill chien: Ca vif con 16,





Le Corbeau et le Renard




Je m'en vais aujourd'hui
.Vous faire faire la connaissance
De deux bates de France:
Le Corbeau et le Renard.
Le Corbeau est un oiseau
Toujours grave, comme un pain rassis;
A sa demarche, vous diriez
De ces jeunes gens qui 6crivent dans les gazettes;
Au just, connaitre un diable-en-deuil,
C'est le connaitre.
Compare Renard, bien au contraire,
Est parent du chien: c'est vif comme l'air,


- 4-- -







- 43 -


Qa fin con gnou maitt-poiitt. Pami
Toutt bett qui sou la-tM, c6 li
Qui jou6 rol Ti-Maliss, Bouqui,
C6 bourriq, toutt moun' connin aal -
(Cric P Crac Barr' en rhaut, barr' en bal
Ti-moun' I si yo mand6 pou moin,
Dit moin pi loin I...)

Bon!... DbctO CObeau, grand' m' matin,
T6 mont6 son gnou pid bois-pin
Avec gnou ranch' fronmaj-griyb
Li 6. fail qu' ranmass6 bid'-me.
Mang6 par6,
Zott t'a coue min'-li d6marr61
Li-mainm ? Bichi 1
Moun' con ga t'a pito mouri,
Pass6 yo ri.
Blanc dit: Pliss gnou fronmaj senti,




C'est fin comme un mature d'armes. Parmi
Tous les animanx de la terre, c'est lui
Qui joue le r6le de P'tit-Malice,.- Bouqui,
C'est I'Ane; chacun sait pa! -
(Cric P Crac! ArrAtez par la-haut, arr6tez par en has
Enfants! si on me demand,
Dites que je suis plus loin I...)

Va hien I Docteur Corbeau, de grand martin,
Etait mont6 sur un pin,
Avec une tranche de fromage de gruyere,
Qu'il venait de ramasser sur les quais.
Le repas pret,
Vous croiriez que sa mine se serait ddtendue?
Lui ? Allons donc I
Lesegens de cette sorte aimeraient mieux mourir
Que de rire I
Les blanks disent que plus un fromage a d'odeur,







44 -

Pliss li bon. Qa Cbbeau-lh t6
Dou6 roi fronmaj 1... Pou senti, vr6 -
Li t6 pot6 Ca comptt cb li.
Comp6 Reinna t'ap6 passe,
Li prend selment ven griyb-lh:
Comp6 rdt6;
Li dit: a Foutrou! a et pi, con a
D'leau rnmt6 could nan guiol-li.
Qa li fait P (Cout6, oui ) Cor' si
Li p' encb oue pbssonn, Compf
L6v6 d6 g6-l'en 1M;
Et pi dit: ( Oh I bonjou, Dbct I
( Comment ou y6 ? Corn' (a, mci I...
( Ala bel rhad' dbcth gangnin,
o Sans rdproch'! Ala bagay' fin I
( (a faitt a Paris?
o Mbd-li, digaine li, chir6 li,
( Tout ca pioutt




Meilleur il est. Celui du Corbeau
Devait Mtre le roi des fromages: vraiment, pour l'odeur,
II en avait tout son content.
Compare Renard passait,
II flaira seulement 1'haleine du gruybre;
Mon compere s'arrita;
II dit: a Fichtre! a et du coup,
L'eau en coula dans sa gueule.
Que fit-il P (Ecoutez 1) Corame
S'il n'avait encore vu personnel, mon Comphre
Leva les yeux en l'air
Et dit: a Oh! bonjour! docteur,
(t Comment vous portez-vous Assez bien, merci ...
a VoilA un beau costume qu'a la notre docteur,
( Sans reproche! Voilh quelque chose de fin,
o Cela a Wtr fait h Paris ?
o Mode, fagon, tournure,
a Tout en est chic I







- 45 -


SOui! fois ca-la, c6 cal! toutt ...
c Taill ou si bien faitt tou ... Et pi,
( M'apprann ou misicien
Tout-patout, c6 sou ou yo y6:
a Gen ou bel, gen ou chant bien.
c Lh6 con Ca, bouch' moin big6 p6.
Moin p'encb tend ou chant;
a Main, si pbp-la dit v6rit6,
Disons dit Bon-Gud pas Bon-Gu6
a Laiss6 gnou sel prend toutt pou li.
Toutt temps Reinna ap6 pal6,
(Qa gangnin guiol doug', moun' lesprit)
Dbcth Cabeau fait gnou ti gen
Souqu6 zepol, con pou t'a dit:
a Haiy'! bay! hay y! Oui main, en-d6dans
Trou-nain li commence gonfli.
Pou montr6 li connin chant,
D6ct louvri bec-li grand grand,




c Ah! oui, cette fois, Ca depasse tout!
a Vous avez aussi la taille si bien faite!... Puis,
c J'apprcnds que vous etes musicien.
o Partout on ne s'entretient que de vous:
( Comme vous etes beau, comme vous chantez bien
( Dans ces moments-1N, je suis oblig6 de me taire.
t Je ne vous ai pas encore entendu chanter;
c Mais si le people dit vrai,
a I1 faudrait reconnaltre que Dieu n'est plus le bon Dieu
a Pour laisser un seul prendre ainsi tout pour lui. ,
Tandis que le Renard parlait,
(Cela vous a la gueule douce, ces gens d'esprit!)
Docteur Corbeau avait une facon
De remuer les 6paules, comme pour dire:
(( Ae I ale! a'el I, N'empeche qu'au fond,
Son nez commencait a s'enfler.
Pour montrer qu'il sait chanter,
Notre docteur ouvre tout grand son bec.







- 46 -


Tancou li oue chantt'-lUgliz' fait.
Blip! fronmaj-l& soti tombd.
Li pas g'ain temps riv6 a tA:
Guiol Reinna 16 la, tout pard.
Au vol, li r6tg li; chita
D6 patt li yo sous li;
Et pi, li dit Cbbeau con ca:
a ChU, c6 fag' moin t'ap6 fait, oui I
0t CWte ou janm' connin chant ?
< Voix ou tancou cassrol f616!
Quant-h-pou vid qu6-lan-mori
O Ou' ap6 fait tout c6 grand banda,
a C6 cay' FrB Pie yo piAc6 li!
( Ti fronmaj-la,
C4 va qui td millb sou ou.
cc M!ci! ch toutt moin; gnou lott }ou,
c M'a dit ou goAt li t6 gangninl I
La-mainm, li vir6 dos ba zott,




Comme il a vu faire aux chantres d'dglise.
(Blip ) Le fromage lui sort (du bec) et tombe.
II n'a pas le temps de toucher le sol:
La gueule du Renard 6tait en arrlt.
Au vol, il l'intercepte, asseoit
Ses deux pattes dessus,
Puis dit au Corbeau (ccci):
a Mon cher, je plaisantais, oui-dhl
c Quand as-tu jamais su chanter?
Ta voix a le son d'une casserole f1l1e.
a Quant h ce pietre habit a queue de more,
c Avec lequel tu fais toute cette pose,
c C'est chez FrBre Pierre qu'on en a mis les pieces.
a Ce petit fromage
a Etait ce que tu avais de meilleur sur toi.
c Merci, m'amour! un autre jour,
a Je te dirai quel goOt il avait. -,
Sur quoi, il yous tourna le dos,







-47 -

Et dbct? Cbbeau rdt6 sott.

Tant pis pou moun' qui pas connin
Qa qu'engraissd souc6-trinnih.
Neg' li nan liv', li cou( li fb.
Zhab pas pouss6 nan grand chimin;
C6 lesprit cb qui conduit co I


Et docteur Corbeau resta quinaud.

Tant pis pour ceux qui ignorent
De quoi s'engraissent les parasites I
On sait lire dans les livres: on se croit grand clerc.
L'herbe ne pousse pas sur les routes publiques:
C'est I'esprit qui conduit le corps I







- 48 -


Pich ac ti pouesson



Gnou vie nhonm, gnou bon matin,
T'ap6 fait la-pich!...
Agud la-pech' avec zain:
Cd bon temps li t6 gangnin !
Croupi sou gnou pil' campich',
Tancou ti-moun' qui p6 coup,
Avec gnou chapeau grand bb,
Qui dicann .i jouq' nan cou.
Gnou ti 16vitt, gnou rhalfb,
Bouch' louvri, dos has, li tW
Resp6 pou la-societ -
Pbtr6 gnou gros mhl-macaq 1
Longtemps li r6td con Ca



Le PMcheur et le petit Poisson



Un vicil homme, un beau matin,
Etait a la pnche...
Le pauvrel p&cher a I'harnmeon:
II avait vraiment du bon temps!
Accroupi sur une pile de (bois de) campiche,
Comme un enfant qui a peu-r des coups,
Avec un chapeau ? large bords,
Qui lui descendait jusqu'au cou,
Un petit paletot, un halfort.
La houche ouverte, le dos haissd, il avait,
- Sauf respect a 1; society, -
Tout a fait I'aspect d'un gros singe!
Longtemps il resta ainsi







- 49 -


En faction, sans prend zicaq,
Ensanm li vAl cabicha,
Gnou mal-rein fann nan qu6 li;
Li tB conmenc6 senti
Faibless nan janm, con v1b6
La-Polic' ap6 brbt6
Et qui tend Conmisse
Dit: < Fa;tt son pi6 pBdi tIl
Quand zain-lA metd souque.
Voupl Tonton levd douboutt;
KhB-li batt: Tip! tip! tip ... Toutt
Cb-craz, toutt doul6 caba.
Frm', actionn6, ou pas t'a
Dit c6 mainm moun'.
Li fil6
Lign'-la ti goutt, con pou baill
Lenn'mi-li gabel, laiss6
Cousin pouesson fait bataill




En faction, sans attraper maille.
Comme il allait sommeiller,
Une douleur de reins fondit sur lui.
11 commencait a se sentir
Quelque faiblesse aux jambes, comme ces voleurs
Qu'entrainent les gens de police,
Et qui entendent le Commissaire
Dire: (( Faites perdre terre a ses piedsl ,
Quand I'hameon se mit & s'agiter.
Voup! le vieillard est debout!
Son coeur bat (tipl tip! tipl); toute
Lassitude du corps, toute souffrance s'6teint.
Solide, actif, on n'aurait pas
Dit que ce fft le meme homme.
II fila
Un peu de la ligne, cornme pour donner
Barres A son adversaire, laissa
Le cousin poisson batailler







- o5 -


Avec frb zain; et pi 16
Con dit pbp'-lh pays frett,
Ac gnou ti coup sec sou douett,
Ral tous 16s dB dbrhb.
Atb, a zott ooub bett-lh
Td y6 ? Pas ri! Gnon t6ta,
Gros con gnou z6 mabouya!
Tonton r4t6 bien s6rid;
Cald rhalfb, pou metd
Pouesson. Main, quand lott ou ca,
Li rh6ld: (( a ou' ap6 fait
Con ca, Mouch6 P Ou pas pe,
a Si ou t'a pot6 m'all6,
<( Toutt moun' dit c6 crim'P Gadd
( Gross5 moin! Qui coubouillon
Ou vld fait avec moin ? M'a
( Fini pbdi nan s6b-l1!...
Tann moin vini gros pouesson.




Avec le frlre hamnecon; puis, lorsque,
Selon I'expression populaire, tout se fut refroidi dans la
Avec un coup sec des doigts, [r6gioin
Les tira tous deux hors de 1'eau.
Bien .la bite, que croiriez-vous'
Que ce fut P Ne riez pas... Un titard,
Gros come an couf de mabouya
Le bonhomme garda tout son serieux,
Exhiba son halfort, pour y d6poser
Le poisson. Mais quand 1'autre Vit cela,
11 se r6cria: a Qu'allez-vous faire
o Ainsi, Monsieur Vous ne craignez pas,
( En m'emportant,
o Que tout le monde ne dise: C'est un crime 1 Rcgardez
( Ma grosseur !... Quel court-bouillon
o Voudriez-vous faire de moi P Je
o Me perdrais dans la sauce
a Attendez que je devienne un gros poisson.







- 51 -


a Ou'a bien content, gnou !ott jou,
< Trouv6 moin, nan temps grangou,
a Pou ba ou gnou ti la-vil I
Nhonm-lt dit: ( C6 to piti,
a Main, guiol to fil6 Apprann
a Qa gnou moun' fini quimb6,
a Et pi, qa I'apd couap6,
a C6 dd.
a Alh t'a bon Rete tann
a Mon fi,
a Pouesson pas janmain piti
a Pou frit:
a Lan-mori, c6 viann if

Tonton-lh tB g'ain raison.
Tout Va Bon-Gu6 baill, li bon.
Moin connin d6s papas, qui
Li fanm yo fait gnou ti fi,




a Vous serez bien aise, un autre jour,
, De me retrouver, en temps de disette,
u Pour vous donner un moyen de subsistence! I
L'homme.dit: a Si ton corps est petit,
a Ta gueule est bien affilde. Apprends
a Que ce qu'on tient
Et ce qu'on traque,
, C'est deux 1...
a En voilA une bontd I Attendre P
a Mon gars',
a Le poisson n'est jamais trop petit
a Pour etre frit
a La more, c'est de la chair.

Ce vieux avait raison.
Tout ce que donne le bon Dieu, c'est bon.
Je connais des pEres qui,
Quand leur femme accouche d'une fille,








5a -

Press6 dit:
a Moin t'a pito gnou gapon
P6 bouch' ou: plt-ett, gnou jou,
CG li-mainm qu'a chap6 ou I



S'empressent de dire:
( J'aimerais mieux un gargon! 1
Taisez-vous; peut-6tre qu'un jour
C'est elle qui vous sauvera I






- 68 -


Reinna ac raisin




Si fanm pas rh~ld, y'a toufe:
CA pas fbIt yo, con 9a yo yd.
Main, g'ain dd zh6m, qui pas capab
Pddi d6 cob, rate gnou bab,
Sans toutt la vil-Ia pas connin,
Tant qu'yo rainmain fait train I
Anvant soleil lBv6,
Ce gnou babiv sans rMtd,
Batt pititt, jour6 madanm,
Frapp6 pi6, cass6 chby'; fait.
Toutt moun' nan cay'-1l sans nanm;
Et pi, pou c6r6 Va, boue




Le Renard et les Raisins




Si les femmes ne crient pas, elles 6toufferont.
Ce n'est pas de leur faute: elles sont ainei.
Mais il y a des hommes qui ne sauraient
Perdre deux sous, rater une affaire,
Sans que toute la ville n'en soit informed,
*Tant ils aiment A faire du bruit I
Avant le lever du soleil,
C'est un bougonnage sans arret;
(C'est) battre les enfants, injuries la femme,
Frapper du pied, casser les chaises,
Mettre l'ame A I'envers A tous les gens du logis;
lnfin, brochant sur tout cela, boire







- 54 -


Trois vE rhonm, quatt douett gaill6...
Gacon con Fa, en v6rit4,
Mand6 Bon-Gu6 padon!
Pas m6rit6 pot6 cancon.

Reinna moin t'apd pale zott,
Avant-zhiE lM, pas t6 si sott.
Gnou fois, boug'-la t'ap6 pass
Douvant gnou bel tonnel'raisin:
Li oui d6 grapp pendi4
Tout en IT... Zott tend grapp: main
GrossB chaq' grainn 1... Douss, rhbd pbt 1
Et pi noub! cl6r I -tancou g6
Gnou ti marabout 1 Cas' con pa
Pou macaq pas t'a gros tracas,
Ni pou chatt: main, reinna
Pas bett qui connin mout4 bois.
Li gad6 raisin yol... faith tou'




Trois verres de rhum, de quatre doigts ouverts ...
Des gas comme ceux-lI, en v6rit6,
- Dieu me pardonne -
Ne m6ritent pas de porter culotte.

Le renard, don't je vous parlais
Avant-hier, n'Wtait pas si bfte.
Une fois le gaillard passait
Devant une belle tonnelle de raisin.
II voit deux grappes suspendues
Tout au haut. Et quelles grappes
Chaque grain 6tait de cette grosseurl... Doux an super-
Et pui.s, noirs, brillants, comme les yeux [lWtif
D'un jeune marabout! Un cas de cc genre
N'eut pas Wtl un gros embarras pour un singe,
Ni pour un chat; mais le renard
N'est pas un animal qui sache grimper aux arbres.
II couva des yeux les raisins; fit le tour






- 66 -


Tonnel-lh; vir6 d6, trois fois;
Long nain tout-patout;
Et pi, Ib li oue, boutt pou boutt,
Nan point moien; janm li trb coutt
Pou li fait raisin yo angnin,
Li dit: a( Raisin yett bon pou chinI I
Souqu4 que li; et pi: (( Hounh! a fait
Chimin li, sans gadd deye!

Zott pas pito li con a lh ?
Lb pichon nan daing gnou chriquin,
D'leau nan g6 pas r6mbd. Plaingnin P
Et pou faith qui P Laiss' grainnain,
M6 zanmi: nous gaqon dija!



De la tonnelle; se retourna deux, trois fois,
Allongea partout le nez;
Et quand il vit que, quoi qu'il fit,
11 n'y avait pas moyen; que ses jambes dtaient irop
Pour faire aucun tort aux raisins, courtesys
II dit: ( Du raisin vert I c'est bon pour des chiens i
Secoua sa queue, et (hounh 1) fit
Son chemin sans regarder derriere lui.

Vous ne I'aimez pas mieux ainsi, vous autresP
Quand le guignon est aux flancs d'une creature,
De I'eau dans les yeux ne la gudrira pas. Nous lamenter ?
El pourquoi faire ? Laissons passer le grain
Mes amis, puisque nous sommes des mAles I







- 56 -


Ratt=la=vil ac Ratt=en=derho




Atb, td gangnin, gnou fois,
D6 mAl-ratt, qui t6 ret6
Gnoun' la-vil, lott nan bois:
Bon zanmi yo tous 16s de.
Longtemps ratt yo pas t6 oue,
Quand yo contr6 nan mach6.
a Oh! comment ou y6, compI ?i
c Moin pas la, fr6 moin P M'apa
( D6batt avec lan-mTs!l n
Lb yo fait gnou boutt causS,
Raft-la-vil invite
Comp6-li vini dinain




Le Rat de ville et le Rat des champs



Adonc, il y avait, une fois,
Deux rats, qui habitaient,
L'un la ville, I'autre les bois:
Bons amis tous deux.
De longtemps ces rats ne s'6taient vus,
Quand ils firent rencontre au March6.
- a Oh comment allez-vous, mon compere ?
- ( Je suis encore la, mon frfre, me
Debattant avec la misere. ,
Lorsqu'ils eurent fait un bout de causette,
Le rat de ville invita
Son compere a venir diner,







- 57 -


Glon sanmdi apr6-midi
La-cay' li,
Sans facon: (( Temps-la raid'; main,
c( Nous pas pi mal pass ca.
Avec gnou ti plag' la-Douann,
t Moceau tb pa ci pa lA,
a Nous pas pMdi goit bon viann,
e Ac hon quality di vin...
e Vini, non I Ou' a prend plaisi! I
Magr6 li pas t6 rainmain
Quitt6 cay li la-jounain,
Comply promett I'a vini.
Sanmdi apr6,
Con yo t' apd batt rappel,
Li riv6 vr6.
Comph, pou fait li pi bel,
T6 frapp6 pantalon-souel,
Toud-lamp, zanno. pananma...


Un samedi apres-midi,
Chez lui,
Sans fagons: Les temps sont rudes, mais
a Nous ne nous en portions pas plus mal.
a Avec une petite charge a la dou&ne,
c Un lopin de terre par ci, par la,
a Nous n'avons pas perdu le goAt de la bonne viande
( Et des vins de bonne qualitd...
a Venez donc! Vous aurez di plaisir.
Bien qu'il n'aimat pas
Quitter sa maison dans la journee,
Le compAre promit de venir.
Le samedi d'aprbs,
Comme on battait le rappel,
II arriva vraiment.
Notre sire, pour se faire plus beau,
Avait arbor un pantalon A la swell,
Un tue-lampes, des anneaux, un panama...









(Gen qa te change coulu,
C6 bagay' qui td dou6 lI
DWpi sou temps Lempird).
Pas moins, lb d6 zanmi ye
Fini bo,
Mand6 pou inadanm, pititt,
Ratt-la-vil fait lott rentrd
Nan gnou biffett dtrang6,
Plein toutt quality mangd.
Td gangnin la: gnou soup'-zhuitt,
Avec.ti piment zouezeau;
Tomtom' avec calalou;
Zabocat avec tasso.
Te gangnin gnou platt ragoft
Faitt nan gen ragoft longtemps,
Avec trip'-cabritt, ponm-tW...
Yo rhdld Ca caiman:
CA baggy' bon sans manman I




(A la faCon don't cela avait change de couleur,
C'est choses qui devaient remonter
Au temps de 1'Empereur).
Tant y a que les deux amis
S'Rtant embrass4s,
Ayant pris des nouvelles de leurs femmes, de leurs
Le rat de ville fit entrer l'autre [enfants,
Dans un buffet venant de I'6tranger,
Rempli de toute sorte de mangeaille.
11 y avait 1: une soupe d'huitree,
Avec des piments d'oiseau ;
Du tom-tom avec du calalou;
Des avocats et du tasso.
II y avait un plat de ragoft,
Fait a la faCon des ragoits d'autrefois:
Avec des tripes de cabri, des pomme" de terre...
On appelle cela carman:
C'est d'une bont6 sane pareillel


- 58 -







- 59 -


Pou doucc,
Pas pall cetd gateau,
CAtB patatt nan sirop,
Confiti papay', et pi
Gnou coquin bol pain-di-ri.
Bb machou6, habitant-la
Td gnou boug qui p6s6 fb.
Lb li ou6 tab'-la si gras,
Toutt dent-li soti derhb:
( Foutroul Compe, m'6tonn' pas
a Si moun'la-vil gros con ia I
Ratt-la-vil. pou faith bbzb,
Dit: (( Moin rhontt, en vdritl I
( Jodi, nous pas t.d pard:
a Gnou lott fois, va va mill1b I
Comph mand! li voiT
Chach6 gnou calbass tafia,
Pou dkcoll6 mabouya;




Quant au dessert,
Ne m'en parlez pas! C'dtaient des gAteaux,
C'etaient des patates au sirop,
Des confitures de papaye, enfin
Un mattre bol de painddu-riz.
Du c6t6 des mAchoires, le villageois
Etait un gaillard de solide consistance.
Lorsqu'il vit la table si grass,
Toutes ses dents s'ouvrirent.
- Fichtre! Mon compere, je ne m'1tonne plus
e Que les gens de la ville soient si gros I
Le rat de ville, pour faire de la pose,
Dit: ( Je suis honteux, vraiment!
( Aujourd'hui, nous n'4tions pas prepares.
c Une autre fois, ce sera mieux. a
Son compere le pria d'envoyer
Chercher une calebasse de tafia,
Histoire de deooller le mabouya.






- 60 -


Et pi la, yo commence
MUtiM sans ri sans pale.
Yo td fait qu'attaqu6 soup,
Quand biffett-lh louvri: Baouhl
Ratt yo rentr6 nan trou: Floup!
( Fre, Va li y6 ? ( Pe bouch' ou:
Cd MadanmI Madanm pati,
Yo mangniM prend souff' ti brin:
Long nain
Rentr6, fait de pas, et pi,
Gnou bon coup, fini soti.
Pou loss,, ratt-la-vil-la dit:
C Canmarad, A Ilh qui 16,
a Ce mang6 vitt pou n'all6,
a Anvant gnou lott moun' rivfil
Lott r6ponn:
a Mkci, comp I
c Grangnou moin passe: li Ih6




Aprhs quoi, ils commenchrent
A fare la besogne oh l'on ne rit ni ne parole.
Ils venaient d'attaquer la soupe,
Quand le buffet s'ouvrit: (Baou 1)
Rats de rentrer dans un trou (Floup!)
- FrBre, qu'est-ce que c'est? a Taisez-vous!
C'est notre maitresse!... a La maltresse parties,
Ils soufflbrent un tantinet:
Allongerent le nez,
Rentrbrent, firent deux pas, et
A la fin sortirent tout A fait.
Lors le rat de ville dit:
- a Mon camarade, maintenant
a 11 faut nous d6plcher de manger, pour filer
a Avant qu'une autre personnel n'arrive 1
L'autre rdpondit:
a Merci, mon comperel
a Ma faim est passee. II est l'heure










( Pou moin prend ohimin la-ca' I
a Moin n'oz' mand6 ou qui jou
a Ou' a vini oud zanmi ou.
Cay' moin manqu6 bon bagay':
a Bannann avec lan-mori,
a Cd ia ou pi si trouv6,
u Main, 6tant n'ap6 mang6,
c Ou pas p6 b6soin couril

Plaisi la-pl capab coup,
C6 pas plaisi




( Pour moi de prendre le chemin de la maison I
( Je n'ose vous demander quel jour
a Vous viendrez voir votre ami I...
( Mon logis est d6pourvu de bonnes closes.
, Des bananes et de la more,
, C'est ce que vous 8tes le plus certain d'y trouver
a Mais pendant que nous mangerons,
a Vous n'aurez pas besoin de prendre la fuite.,,


Plaisir que la peur peut entrecouper
N'est pas plaisirl


- 6I 1







- 6-.


Bourriq qu'ap6 pot6 Riliq



Gnou jou, sou dos gnou bourriq'
Qui t6 soti bbd-mb
Pou vini presbyt6,
T6 gangnin gou bouett-rdliq.
(Tancou toutt bon chriquin,
Zott pas capab pas connin
R6liq-la, c6 zo 16-saints,
P6, temps-en-temps, pronminnain
Nan dUs bel bouett-en-b,
Pou fait nous chong6 lan-mb).
Jou ca-la, gapon con fi,
Chantt, TiB-zbd. Enfants'-d'-Mari,





L'Ane portant des Reliques



Un jour, sur le dos d'un Ane,
Qui sortait du rivage de la mer
Pour se rendre au Presbytbre,
Ii y avait une boite de reliques.
(Comme tout bon chrt.ien,
Vous ne pouvez ignorer
Que les reliques, ce sont les os des saints,
Que les prAtres de temps en temps prominent
Dans de belles boites en or,
Pour nous faire penser A la mort).
Ce jour-la done, garcons et filles,
Chantres, Tiers-Ordre, Enfants-de-Marie







- 63 -


Toutt dedd, toutt la-Fabriq,
Qa qui potd vouel sou tett,
Qa qu' ape chant cantiq,
Qa qu' apd passe chaplett,
Td mach6 ddy6 r6liq.
Tout-patout, en rhaut fdnett,
Douvant pott, sou gal6ri,
Et pi sou chaq' b6 la-ri,
Moun' tb douboutt, pou gad6
La-procession d6fil6.
Ath, bourriq, qui oub ga,
M6t6 nan tett li: fett-la,
Cloch', chanted, toutt cd pou li.
A ]a nain bourriq qui louvri I
Mouch6 prend mach6 brbde;
Baill qu6 li gnou pli banda
Tett li con a I Cou li con Ca!
Pid li pas touch tb1...




Toutes les dWdgs, tout le Conseil de Fabrique,
Les unes, avec leurs voiles sur la tete,
Les autres, chantant des cantiques,
Les autres, 6grenant leurs chapelets,
Marchaient derriere les reliques.
Partout, au haut des-fengtres,
Devant les portes, sur les trottoirs,
Et de chaque c6td de la rue,
On se tenait debut, pour regarder
Passer la procession.
Or, l'Ane,i yoyant cela,
Se met en tate que la fete,
Les cloches, les chants, tout est en son honneur.
VoilM que le nez de notre Ane se gonfle I
Notre sire se donne une demarche de dandy,
Fait prendre A sa queue une courbe 16Bgante.
Sa t&te fait cecil son cou fait cela
Ses pieds ne touchent pas terre I...








- 64 -


Sott-l fait, li fait, jouq' temps
Gnou moun'yo, lb Ca pi bel,
OuB li, et pouss6 gnou hel:
a Main! Main! Main Gade coument
a Bourriq-l carre li, non!
( Ala comddi I
( Sou mach'-li, ou pas t'a dit
G Cd li qui Bon-Gu !... Ca bon
< Pou bill bett-14 gnou 16on I
Toutt moun' prend vir6 gad6.
LA, zoreill bourriq l6v&:
Li conmenc6 sbti pb.
Main, quand fouett grainnain sou li,
Tancou d'leau nan temps la-pli,
Canmarad-la big6 oue,
Mainm quand li pot6 r6liq,
Bourriq' c6 toujou bourriq'
Qa fait li r6td tranquil.



L'imbhcile en fait tant et tant
Que, au moment le plus beau, quelqu'un
L'aperCoit, et pousse un cri:
u Oh mais,oh I mais non I voyez done comma
( Cet Ane se carre I
c En voilA une com6diel
( A sa ddmarche, ne diriez-vous pas
v Que c'est lui qui est. le bon Dieu ? Il serait bon
<( De donner a l'animal une leconl I
Et clacun de se retourner.
Du coup, les oreilles de l'Ane se redressent:
II commence a avoir peur.
Mais quand les coups de fouet tomberent en- grole sur
Comme 1'eau en temps de pluie, [son doe,
Notre camarade fut bien forc6 de voir
Que mnme quand il porte reliques,
Un Ane n'est jamais qu'un Ane:
Cela le ddcida A rester coi.








- 65 -


Gon ga, neg' ddzyxr6,
Qui quitt6 mbn' pou la-vil,
Jou la-cay' chef yo trouve
Queq' zo pou souc6,
Coue yo capab m6pris6
Qa qui pi lib passe yo.
Faut ouc gen fal yo gonflW,
Gen oolett yo mont6 rhaut
Pou yo prend gnou coup-d,'-chapeau i...
Pbv' sans-lesprit: c6 pas ou.
C4 cay'-la yo dit bonjou!




De mAme, le jour oi des oisifs,
Ayant quittW les mornes pour la ville,
Trouvent dans la maison d'un homme en place
Quelque os h longer,
Ils se croient le droit de mepriser
Ceux qui sont plus libres qu'eux.
II faut voir comme leur gorge se gone,
Comme leur collet se monte,
Pour recevoir un coup de chapeau ...
Pauvre innocent! Ce n'est pas N toi,
C'est A la maison que T'on dit: Bonjourl








- 66 -


Laig', Macaq, avec pititt Macaq




Nan toutt chriquin qui sou la-to,
Nan point qui pi maig' passe neg';
Nan toutt bett qui vol6 nan 16,
Nan point qui pi fb passed laig'.
Qa qui fait fb6' laig'-l1 sans boutt ?
MangdI
Sac vid' pas c'ab rit6 douboutt,
Pas vrd ?
Eh! ben, avec d6 grainn bannann,
Moceau isalaison, gnou boutt cann,
Trois coups d' tafia,
Nan bataill coq. nan cabicha,





L'Aigle et le Hibou



De tous les mortels qui sont sur la terre,
I1 n'en est point de plus maigre que le n6gre.
De tous les' animaux qui violent dans les airs,
II n'en est point de plus fort que l'aigle.
Qu'est-ce qui donne a l'aigle cette force extraordinaire P
La nourritureI
Sac vide ne peut rester debout,
*Pas vrai
Eh! bien, avec deux bananes,
Un morceau de salaison, un >out de canne (a sucre),
Trois coups de tafia,
Dans les combats de coqs, dans la somnolence







- 67 -


Gnou nbg' va pass la-jounain.
Main, pou laig', qui zoutzeau selment,
Codeinn, poul', ranmi6, zbtolan,
Pas trbp' pou gnou dinain!
CA pou tett Ca, blanc dit nbg' sott...
Parol Ca-lh pas bon pou zott:
Si nous rete lT-dans, n'a rhontt!
En-nous continue tired contt I -

Atb gnou laig' tV bon zanmi
Avec gnou femel macaq, qui
T6 trouv6 enceintt gros ventt.. Li
Te fait sOment janmain, janmain
Long main
Sou pititt macaq.
( Ma conm6,
D'abb c6 moin, laig', qui dit ou,
(f Cou6 moin, non! Ou pas b~soin p .




Un nbgre vous passera la journde.
Mais pour le diner de l'aigle, qui n'est qu'un oiseau,
Dindes, poules, ramiers, ortolans
Ne sont pas de trop I
C'est pourquoi les blancs traitent les nigres d'imbiciles.
- Ces paroles-l ne vous valent rien, a vous autres:
Si nous y persistons, ce sera pour notre hontel
Continuous a center des contest.

Adonc un aigle dtait le bon ami
D'une guenon, qui
Se trouvait enceinte a pleine ceinture. II
Avait jurd de ne jamais
Porter la main
Sur les enfants de la guenon.
,( Ma commrre,
, Du moment que c'est moi. 1'Aigle, qui vous le dis,
c Croyez-m'en. Vous ne devez pas avoir peurI







- s8 -


( Passed pou
F Bait yo di f(, moin mand6 Did
a Rdet gnou s6mainn sans mang6 I
Macaq souqu6 tett li: a Agu61
( Compt, pas press palel Si
Gnou ti moun' yo, nan temps grangou,
a Vini tomb6-en has patt ou:
( Ou'a oue chh fraich', ou'a mang6 lil I
Laig'-la dit: <( Ca pas p6 riv6,
a Si moin connin qui gen y'a y6 .
( Toutt pititt moin bel, yo joli:
( Moin pas dit ou pliss pass a !
Li t6 dit trbp'. QuBq' temps apr6,
Bon-Gu6 rid6 Macaq mi-bas.
Gnoujou, au sou6, S6-1l t'all6
Nan bouq' chach6 moceau mang6,
Quand zanmi li vini pass.
En rhaut gnou chouq-bois, laig'-la oub




( Plutbt que
( De leur faire tort, je demand & Dieu
( De me laisser une semaine sans nourriture In
La guenon secoua la 1ite. ( Allons
( Mon compere, ne vous hAtez pas de parler. Si
Un de mes petits, en temps de fringale,
T Yenait & vous tomber sous la patte,
u A la vue de la chair fraiche, vous le mangeriez. ,
L'aigle dit: ( Cela ne m'arrivera pas,
a Si je sais comment ils seront ).
- ( Tous mes enfants sont beaux, sont jolis;
( Je ne vous en dis pas daavantage. )
Blle en avait dit trop I Quelque temps aprbs,
Dieu aidant, la guenon mit bas.
Un soir que notre matrone 6tait allee
Au bourg chercher un peu de nourriture,
Son ami vint a passer.
Sur une souche, I'aigle vit











Quatt A cinq ti bagAy', tout gris,
Qui t'ap6 gouill: laidd I Lan nou6,
Ca t6 sembl6 gnou bann zombi
CompA laig' dit: ( Bien su, cd pas
Pititt conm6 moin qui con Qa I...
Comp- pas fait ni gnoun' ni d6:
ga te rive jiss IhA soup.
Quatt ti jeinness yo pas t'assez.
Gnoun' apr6 lott li vald yo
Et laiss6 lb anniq gnou zo,
Qui nan bec li soti tomb&.
Lb macaq tounain Ia-cay' li,
Li couA ti-moun' y'ap6 dbmi;
Main, gnou zeclB fait li contr6
Ti zossment-la. ( Rhby'!! mB zanmi I
c Agud, pititt Ague, Bon-Gu I ,
Li mare ventt pou li rhl66;
Baill comte laig' toutt mauv6 noms;




Quatre A cinq petits objets tout gris,
Qui grouillaicnt. VilainsI Dans 1'ombre,
Cela ressemblait A une troupe de fant6mes
Compare I'aigle dit: a Bien str, ce ne Sont pas
Lcs enfants de ma commbre qui sont faits ainsi ,I
CompAre ne fit ni une ni deux;
Cela venait just a 1'heure du souper:
Les quatre mioches ne suffisaient pas.
L'un apres I'autre, il les avala,
Et ne laissa lI qu'un os,
Qui de son bec Rtait tomb6.
Quand la guenon fut rentrde chez elle,
Elle crut que ses enfants dormaient.
Mais un 6clair lui fit rencontrer
Le petit ossement. a HoI mes amis!
( HElas! mes enfants I HOlas! mon Dieu! ,
Elle se lia le venture pour pleurer;
Appela compare l'aigle dfe tous les vilains noras;


- It-









- 70-


(Li jouq' trait li a cochon 1)
PotS plaintt douvant Chef-section
Cont' assassin, sc61erat-l!,
Gen li c6 gnou ci, c4 gnou lM,
Qui pas main respect sBment.
Main, Chef-section gnou BUf pangnol,
Qui longtemps t6 quimb6 1lcol -
Baill macaq to: ( Au jiss, manman,
o Ca ou vl6 nous fait ? Pas ou qui
T6 dit laig' pititt ou joli ?
Laig' mang6 yo, c6 pas fbtt Ii:
a Sou tett yo, toutt moun' t'a tromp6.
a C6 mauve khb ]a-loi pini. a
La-loi pal6, S big6 p6.
C6 pou va tou, parol longtemps
Dit: a Macaq pas janmain trouv6
Pititt li laidd. Macaq selment ...




(Elle alla jusqu'a le traiter de cochon!)
Porta plainte au chef de section
Contre cet assassin,; ce sc616rat,
Qu'il 6tait ceci, qu'il 6tait cela,
Qu'il n'avait pas mrme le respect des serments
Mais le chef de section, un beeuf dominicain,
Oui autrefois avait dirig6 une cole, -
Donna tort A la guenon: a Au just, petite mere,
, Que voulez-vous que nous fassions P N'est-ce pas vous
Q Qui avez dit a l'aigle que vos enfants Rtaient jolis P
1 L'aigle les a mangos: ce n'est pas de sa faute!
SA leur mine. n'importe qui se serait tromp6.
( Ce sont les mauvais sentiments que punit la loi. ,
La loi ayant parle, la commere fut forcee de se taire.
De la vient qu'un vieux proverbe
Dit: a Jamais un singe ne trouvera
Son enfant vilain. ) Un singe seulement P...







- 71 -


Choual ac Loup




Gnou bon martin, douvant jou,
Gnou loup, qui pas t6 soup
Et qui t6 pf mouri grangou,
Sans tann caMf, sans lav6 g6,
Quitt6 cabann
Pou alld chach6 mang6.

RIiv nan gnou grand savann,
Li oue, loin, loin, gnou bett
Qui faith guiol li couri d'leau.
Gras I Gros II
Ni cuiss, ni ventt, ni dos,





Le Cheval etle Loup




Un martin, a l'aube,
Un loup qui n'avait pas soup
Et qui avait peur de mourir de faim,
Sans attendre son cafd, sans se laver les yeux,
Quitta son lit
Pour s'aller chercher a manger.

Arrive dans une grande savane,
11 vit au loin, bien loin, un animal
Qui lui mit I'eau a la bouche.
Gras I Gros I
Cuisses, venture, dos,








- 73 -


Nan'bett-lM, toutt 16 paraitt
Sans zo
Maitt Loup proch6: lott Idvd tett.
Cetd gnou bel choual-zain,
Qui, 16 li oue a qui gangnin.
Louvri Louch'li; bailld; et pi,
Crap Crop! mete mang6 zhWb li.
Nan khe loup-garou-la, li dit:
a Bon viann: c6 suI Main, doussment!
Q Ca pot6 pie avec dent I
Li dit pi fb (c Honn I ,
Crap Crop I Choual pas r6ponn.
( Frk,
( M'apd dit ou bonjoiu P ( Bonjoul I
( Padon, oui! Sans d6rang6 ou,
Ou capab fait moin connin
( Si c6t6-citt m'a trouv6
Grainn medcignin-barachin 9




Dans cette bAte tout paraissait
Sans os.
Maitre loup s'approche: l'autre 1ve la t&te.
C'6tait un beau cheval zain,
QTui, en voyant de quoi il retournait,
duvrit la gueule, bailla, puis
Crapl Crop! se remit A manger son herbe.
En lui-meme, notre loup-garou se dit:
( Bonne chair, assurement! Mais tout douxt
( Cela porte pieds et dents!
II dit plus haut: ( Honneur I
Crap I Crop! Le cheval ne repond pas.
( FrBre,
a Je vous dis bonjour I ( Bonjour! I
- (( Faites excuse I Sans vous d6ranger,
( Ne pourriez-vous pas me faire savoir
Si par ici je ne trouverais pas
a Des graines de mndicinier ?










Cd pou gnou remed press.
u Faut dit ou moin 6 dbct6;
a Moin gudri toutt maladi,
a Tancou moun' longtemps t1 fait:
a Sans phanmaci ni zouti;
u Anniq avec feill pays.
L'absinth' fett-blanch', dByd-dos,
Cann-cannouel, atiyoyo,
Chadron, coulantt, bougeon-cass,
Feill-la-choz', feill pois-Congo,
( Nan point longuent, cataplass,
e The, med'cin', moin pas connin ...
a Main, Va ou' gangnin nan pie P...
( On diraitou' ap6 bou6td.
Montrd moin ma: pas ginnain!
a M'a trait ou sans pay6. ))
Pouloss, Comp6 Choual rdponn:
C6 gnou gros piquant-bayaronn,




G C'est pour un remade qui press.
II taut vous dire que je suis mddecin.
T Je gu6ris toute maladie,
SA la fagon des gens d'autrefois,
( Sans pharmacie, sans outils,
a Rien qu'a-vec les plants du pays:
a Absinthe-tate blanche, ddy&-dos,
C Cann-cannouel, atiyoyo,
a Chardon, coulante, bourgeon de casse,
c Feuilles de sauge, feuilles de pois du Congo,
a I1 n'y a pas d'onguent, de cataplasme,
a De the, de purge, qui me soit inconnu...
a Mais qu'avez-vous au pied P
( On dirait que vous boitez.
Montrez-moi cela sans vous gOner;
a Je vous traiterai gratis. ,
Pour lors. Compare cheval rdpond:
- a C'est une grosse pine de bayahonne


- 13 -








- 74 -


Qu'ap6 lanc6 moin nan talon.
Q Ca dou6 rentr6 fond: gad6 oub! 1
a Avec plaisi! Coument non P
Dbct6 vanc6 pa dby6,
Louvri guiol pou li mbd6.
Choual-l1 tann li prochd prd;
Vise nan mitant machou6,
Et pi: Gnan I ba li gnou coup' d'pi5,
Qui fait toutt dents fdctO grainnain.
Fini ca, li dit Mouch4:
Gnou lott fois, t'a connin:
a Pas chach6, lb to pas mdt61 I



Q Qui me donne des alancements au talon.
a Ce doit t.re entrd profonddment: regardezj ]
c Avec plaisirl Comment done ? a
-Notre docteur s'avance par derriere,
Ouvre sa gueule pour mordre.
Le cheval attend qu'il arrive au plus prbs:
Le vise en pleine mAchoire,
Et (gnan 1) vous lui lAche une ruade,
Qui 4grene toutes les dents du docteur.
Cela fait, il dit au sire:
a Une autre fois, cela -t'apprendra
- A ne pas chercher la oi tu n'as rien deposea!











Grangosi6



Gnou jou, en rhaut
Dd janm coutt li yo,
Tancou jeinn gen
Qui gangnin bon temps,
Grangosid t'a pd pronminnain.
Cou sou c6td, bec en avant,
Pou sembld gnou souc6-trinnin
Moin connin,
Li tW manqud ti brin rhbtb,
Ciga nan houch', linett nan ge,
(a selment Main, gnia pas d' doctt,
Colett Mouchd td respectV.





Le Heron



Un jour, sur
Ses deux courts jambes,
Comme un jeune homme
Qui a du bon temps,
Grandgosier se promenait.
Cou sur le c6td, bec en avant,
Pour ressembler h certain parasite
De ma connaissance,
II lui manquait un pen de taille,
Un cigare & la touche, un lorgnon aux yeux,
Rien que Ca Mais ii n'y a pas de docteur
Que notre sire lie ddpassMt du col.


- 75 -







- 77 -


Gnou pi6 douvant lott, li riv6
Bb la-rivie.
Chal midi td faith qu'tomb6 -
Cd lh6 pouesson quitt6 cay' yo,
Pou vini en rhaut d'leau
Fait gnou ti flann, nag6 sou doe,
Prend fralchU, jou6 lago-lago.
Vr~I Ca t6 fait plaisi
Ou6 gen d'leau-1l t'apd couri
Sou roch' galett yo: prop', cl6,
Avec gnou ti chant tout bel:
( Mouch6, manmzel,
( Vini baingnain! vini boubI
a Gnou bon d'leau, ga sT bon I
( Vini, non! vini, nonl I
Main, grangosid pas t4 sou ga.
La-rivib-1h td plein pouesson.
Li ou6 zangui; li dit: ( Pi ta I




Un pied devant I'autre, il arriva
Au bord de la rivibre.
- La chaleur de midi venait de tomber. -
C'est I'heure oh les poissons quittent leurs maisons
Pour venir 4 fleur d'eau
TlAner un brin, nager sur le dos,
Prendre le frais, jouer a cache-cache.
Vraiment c'Atait plaisir
De voir cette eau courir
Sur les galets, claire, limpide,
Avec un chantonnement joli:
( Monsieur, Mademoiselle I
c Venez vous baignerl venez boire!
( Une honne eau, c'est si bon I
c Venez donc I venez donc I
Mais grandgosier n'dtait pas & cela.
La riviere 6tait remplie de poissong.
II vit des anguilles, et dit: ( Plus tard I,










Pi ta, Ii oue gnou bann pisquett;
Li dit: ( Chiyal I
Gnou lott moment, d6, trois milett
Passed douvant nain faingnant-la,
Li dit toujou: ( Moin pito tann;
a Mange midi p'enco dicann I f
Jouq'atb gnou gr'os mAl-tta,
Nan comptt saut6 yo la, vini
Tomb6 nan zhbb, c0te patt li.
Pass6 pou li baiss6
Cou li ti goutt, li prend babi6:
(( Moin, Grangosi6,
a Ban moin tracas pou gnou t6ta!
S(Qa t'a tout drol!... Non nan point cast I
Lb li dit Va, li souqu6
Ti brin d'leau, qui sou plim' li
T'ap6 tremble;
Monte sou pid li, et pi,




Plus tard, il vit une troupe de pisquettes,
II dit: ( Foin! i
L'instant d'apres, deux. trois mulets
PassBrent sous le nez du fain6ant;
II dit toujours: (( J'aime mieux attendre:
( Le repas de midi n'est pas encore descendu I
Tant y a qu'un 6norme t6tard,
Dans leur jeu de gambades, vint
Tomber dans l'herbe, h c6t6 de ses pattesl
Plut6t que de baisser
Tant soit peu le col, il se rdcria:
a Moi, Grandgosier!
a Me donner du mal pour un t6tard !
a Ce serait bien drble! Non! il n'y a pas de cas!
Cela dit, il secoua
Un peu d'cau qui sur ses plumes
Tremblotait;
Monta sur ses pieds, et


- 78 -








- 79


Pds6 pi loin.
Atb, d6cte, ti-moun' moin.
Pas Wt chong6 dit sere
Mang6 pou IhB li tounain.
Apre gnou bon boutt chirin,
Grangou fait neg'-la rentr6
Nan d'leau, con gnou d6chainnin.
Main, li beau baill cb li bann,
Toutt pouesson td nan cahann:
Gnou cribich' li pas control
Con Ca, pb dbcte
Retd hbbkWk.
A la fin. ca ou coue
Mouch6 big6 ranmass6,
Pou li pas tomb6 faibless ?
Restant gnou vid crab mouri,
Qui pas t. gangnin graiss,
Main qui tU gangnin fronmi.




Se porta plus loin.
Mais notre docteur, mes enfants,
Avait oublid de dire de lui garder
A manger pour I'heure de son retour.
Aprbs un bon bout de chemin,
La faim le fit rentrer
*Dans l'eau comme un forcend;
Mais il eut beau se d6mener,
Tous les poisons etaient au lit.
Pas une 4crevisse il ne rencontra
Ainsi, notre pauvre docteur
Resta bredouille.
A la fin, que croyez-vous
Qu'il fit forced de ramasser,
Pour ne pas tomber de faiblesse ?
Les restes d'un crabe mort,
Qui manquait de.graisse,
Mais ne manquait pas de fourmis.










Li pas prend la-peinn souqu6:
Peau, zo, pouel avec nannan,
Li vald toutt, sans cras6

En pil gros chiriquin xivant,
Qui pas t'a content
Yo rh66l yo grangosid,
Nan pays-nous, rainmain fail,
Tancou zoudzeau-la, m6ti6
Machd sans gad6 dbye.
Pas moins, toutt moun' qui connin,
Dit: Faut travaill la-jounain,
Si nous vld mange & soub;
Qa qu'ap6 tann lh6 soupd,
Pou yo m6td calalou
Nan di 1d,
Couri chang dbmi grangou.



II ne prit pas la peine de secouer:
Peau, os, poil et chair,
II avala le tout, sans l'6craser.

Beaucoup d'entre les humans,
Qui ne seraient pas contents
D'etre appeals grandgosiers,
En notre pays, se plaisent & user,
Come cet oiseau, du systfme
De marcher sans regarder derribre soi.
Pourtant tous les gens d'expdrience
,isent qu'il faut travailler durant la journde,
Si nous voulons manger le soir.
Ceux qui attendent I'heure du souper
Pour mettre leur calalou
Au feu
Courent risque de dormir le venture vide.


- 8o -







- 8t -


Loup ac Reinna
qu'ap6 plaid douvant Choual


Gnou jou, gnou loup td pedi
Gnou moceau tasso-cabritt.
Sans mandd, li dit tout-suitt
CU reinna qui vblb li.
Pbssonn pas press plaid:
Reinna-la tB grand xbl6.
MAti6 li, ctd6 l16v
En douc6
Lan-nuitt, lhB la-lin' couch,
Soud-disant pou prominnain.
Nuitt ca yo, ou t.6 ctain
Tendd train



Le loup et le Renard

plaidant devant le Cheval


Un jour, un loup avait perdu
Un morceau de tasso de cabri.
Sans interroger personnel, il dit immrdiatement
Que c'6tait le renard qui l'avait vol6.
Nul ne se hata de contester:
Car ce renard 6tait un grand voleur.
Son mdtier, c'6tait de se lever
Bien doucement
La nuit, a l'heure oi la lune est couchee,
Sous couleur de se promener.
Ces nuits-la, on etait sOr
D'entendre d-i bruit







- 82 -


C6tW caloj' poul' t6 y6.
Poul' yo td maitt prend rhel6,
Chien yo japp6 sans r6t6,
Toutt ti-moun' bitation-la,
Qui t1 couch nan la-cou,
T6 pi pE bann loup-garou
Pass6 coup.
Aussi tou,
Pou pi piti cabouya,
Yofourr6 tett en has bras
Et ronfl6 con gnou vonvon I
Lhb con 'a, gnou coup-d'cannon
Pas t'a fait nain yo soti.
Atb, quand Madanm 16v6
Pou vini chauff6 caff,
Li ou6 caloj' grand louvri;
Mand6 yo ouiti poul' li:
Toutt fait g6 yo couri d'leau.




Vers les endroits o0 6taient les caloges.
Les poules ava ent beau se mettre A crier,
Les chiens aboyer sans relAche,
Tous les enfants de la ferme
Qui se couchaient dans la cour
Avaient plus peur des bandes de loups-garous
Que des coups.
C'est pourquoi,
A la moindre bagarre,
Ils se fourraient la tate sous le bras
Et ronflaient comme un boutdon.
Dans ces moments-la, un coup de canon
N'euit pas mis leur nez dehors.
Or, quand la dame du lieu se levait
Pour venir chauffer le caf6,
Voyant la caloge grande ouverte,
Elle demandait oh 6taient ses poules.
Tous faisaient rouler des larmes dans leurs yeux,








- 83 -


Pou yo dit yo pas connin I...
Ti-moun'l pas fi6 ou sou yol -
Ds' fois, yo bli6 femain
Pac cabritt-la, lendinmain
Ou tb su opu gnoun' manqu6.
Pou toult moun' cdtd reinna
Qui t6 pot6 bett all6.
Main, loup-lI
T6 rainmain tou, comptt cb li,
Fait lan-nuitt m6ti6 zombi.
Magr6 (a, Mouchd pati
Cay' jij'-d6-p6 ddnonc6
Reinna con pi grand vbl1,
Qui t6 gangnin sou la-t6.
Jij'-d6-pd voi6 chachd
Reinna: li riv6.
Jij' dit:
a Reinna, gadd moin nan g6!




Pour dire qu'ils n'en savaient rien.
- Les petits serviteurs ne vous fiez pas a eux I -
Des lois, ils oubliaient de former
Le parc aux cabris; le lendemain,
On 6tait sftr d'en voir manquer un.
Pour tout le monde c'6tait le renard
Qui avait emport6 la bite.
Mais le loup
Aimait aussi de tout son coaur
Faire, la nuit, le mitier de fant6me.
Malgrd cela, notre sire partit
Chcz le juge de paix ddnoncer
Le renard come le plus grand voleur
Qui fft sir terre.
Le juge de paix envoya chercher
Renard: Renard arrive
Le juge dit.
- ( Renard, regardez-moi dans les yeuxl










( La-loi d6fann ou menti.
C C6 ou qui prend' bagay' loup P..
a Fait sement, si c6 pas ou I
a Moin-mainm, jij' faith crime' con ca ?
a Moin mand6 Di6, si c6 moin,
a Pas pbmett m'alld pi loin
SPass6 douvant pott ou l I
Jij' dit loup-lh: a On tend
a Ca li dit P Prouv6 atb
a C6 li qui fait ou di tb51
Maitt Loup pas t6 p6 pale
(Cdt6 gnou fondd-pouvoub):
Li conmenc6 fait yo oub
a D6pi longtemps, tout-patout,
a V616 t'ap6 rann moun' fou.
( La-coz' tout a P Gnou grainn bett I
R Toutt public tB nonmain li:
a La-Jistiss sel fait corn' si




a La loi vous defend de mentir
( C'est vous qui avez pris le bien du loup ?
a Pr~tez serment, si ce n'est pas vous. )
- a Moil juge, faire un crime semblable ?
( Je demand h Dieu, si c'est moi,
a De ne pas me permettre de d6passer
a Le seuil de votre porte l
Le juge dit au loup: a Vous avez entendu
a Ce qu'il a dit P Prouvez maintenant
a Que c'est lui qui vous a fait du tort. ,
Maltre Loup ne craignait pas de parler
(C'6tait un fond6 de pouvoir):
II commenca par leur faire voir
Que depuis longtemrs, de paftout,
Les voleurs affolaient le monde.
L'auteur de cela ? Un seul animal
Tout le public disait son nom.
Seule, la Justice agissait come si







- 85 -


(c Li ti sans zoreill ni tett.
( La-Jistiss t'ap6 dbmi;
a Li t6 temps pou li 14vbl I
Magr6-jij'-d6-pe-lA t6
Gnou choual-gris, bett qui connin, -
D6 boug-yo t4 ai coquin
Qu6 li dit: ( Tout Ca pas clb I
Bef t'ap6 babiW derhb.
Jij' mand6 li si li cou6
Reinna-l1 t6 gangnin tb.
Frb Bet dodinain tett li:
Yo comprann a vl6 dit oui.
Pouloss jij'-d4-p6-la dit:
c C6 Loup qui gangnin raison P ?
Main, tett FrB Bef reponn: ( Nonl )
Jij' dit: c( Pou caba tout a,
a Reinna v'alld nan prison:
Cd li qui vblb viann-lh.




Elle n'avait ni oreille ni tote.
La Justice 4tait h dormir:
11 6tait temps qu'elle se r6veillAtl
Quoique le juge de paix ce fft
Un cheval gris, bate instruite, -
Lee deux gaillards 6taient si.rus6s
Qu'il dit: ( Tout cela n'est pas clair I
Le Boeuf 4tait en trair de bougonner dehore.
Le juge lui demand s'il pensait
Que le renard eOt tort.
Frbre Boeuf fit balancer sa tate.
On comprit que cela voulait dire: Oui I
Lors le juge de paix dit:
c( Est-ce le loup qui a raison ?
Mais la t&te de FrBre Bceuf rdpondit: c Non I
Le juge dit: ( Pour en finir,
a Renard ira en prison:
( C'est lui qui a vol la viande.







- 86 -


( Quant a pou ou-mainn, Maitt Loup,
( Ou pas p6 dicann,
( Sans pay6 lanmann.
Viann cabritt pas td pou ou! ,

Con choual-15 fini pale,
Toutt bett qui t'ap6 cout6
MWt6 fait bravo pou li:
Toutt trouv6 jijment-lA jiss.
Pouqui ?
M6ti6 nui moun' pas' bail zanmi.
( Quand Tig' la-cay' Ti-MaliC', ,
Con dit parol' longtemps -
a Toutt moun' bien content I ,



( Quant a vous, Maitre Loup,
c Vous ne descendrez pas
, Sans payer I'amende.
La chair d
Quand le cheval eut fini de parler,
Tous les animaux qui 6coutaient
Se mirent a crier bravo.
Tous trouverent que c'6tait bien jug6.
Pourquoi ?
Metier de nuire ne donne pas d'amis.
( Le jour oh le Tigre entire chez P'tit Malice, ,
Comme dit un vieux proverbe,
( Tout le monde est bien content I







- 87 -


Captain ac Maj6dCabritt




Gnou jeinhonm en-bas-la-cott,
Yo tV rhel6 BMnadott,
Qui pas t6 sott
Et qui t6 gangnin conduitt,
Nan travaill, te bill tett li
Gnou bann cabritt:
Toutt rag' trois, toutt bien vini,
Sept macbn' mAl', huit f6mel.
Lb li ouS bett yo si bel,
SLi fail, Ii fait
Jouq' temps' 'ach'td moceau tA
Pou yo, c6td bbd-m6;





Le Berger et la Mer



Un jeune hornme du has de la c6te,
Qu'on appelait Bernadotte,
Qui'n'Rtait pas un sot
Et qui avait de la conduite,
En travaillant, s'dtait donn6
Un troupeau de cabris:
Tous de trois porttes, tous bien venus,
Sept paires de males, huit femelles.
Voyant ces bhtes si belles,
II fit tant
Qu'il rdussit N acheter pour elles
Un lopin de terre, pres du rivage de la mer;







- 88 -


Met6 yo nan pac; et pi,
Rang6 prbp' ti la-vi ii.
Seize bon gen fontainn, bien plein,
Qui chaq' matin,
Ap6 ba on houteill laitt,
Sans compte viann pou mang4
Lt pi pou vann nan Mache,
CB quichby' nan temps diselt!
Cob sou cob, lagent rentr6.
Neg' moin conmenc6 m4te
Chainn-nontt sou c6td, linett,
Chimill avec bouton-manch';
Allb lan-mess 6ds dimanch',
Pou bill khM ti fi tracas;
Ach't6 choual, ach't6 bogui,
Tancou Frb CEna Rincha.
Atb. sans quittV cay' li,
Etant li sou gal6ri




Les mit dans un pare; apris quoi,
II s'arrangea une petite existence bien proprette.
Seize fontaines de la bonne sorte, bien remplies,
Qui, chaque matin,
Vous donnent des bouteilles de lait,
Sans computer de la viande pour vous nourrir
Et pour faire vendre au MarchM,
C'est quelque chose, en temps de disette I
Sou par sou, I'argent entra.
Notre home commenca h arborer
Une chalne de montre au c6td, un lorgnon,
Des' chemises avec des boutons de manchettes;
Alla h la messe, le dimanche,
Pour mettre en peine le coeur des jeunes fllles;
Acheta cheval, acheta buggy,
Comme 1'ami C6na RIchard.
Sans quitter sa maison,
De la galerie







-89-


Ape prend 1I,
Souvent li t6 connin oue
Batiment blancs mdricains
Qui td r6td sou lan-m6,
A la cap', toutt la-jounain,
Profit, con li fait nou6,
Pou dbdbaqud, en soudin'
Caiss savon, barriq farin',
Ac toutt quality bou6sson;
BM, mantgg' ac salaisons;
Gros sacs pois, gros sacs di ri;
Gnou d'leau pou graiss6 chiv6;
Jouq' zhib chkch' pou choual mang6l..
C6 pas triss, nan gnou pays
ZhBb Guinin, avec mai,
Pas mandd pass pouss P...
(G6 oud; main, houch' dit: Pifi'ga
Frf, cass6 feill, couvri Ca I) -




Oft il prenait I'air,
Souvent il avait coutume de voir
Des bateaux des Etats-Unis d'Am6rique,
Qui dtaient rests sur la mer
A la cape, pendant tout le jour,
Profiter des premieres ombres' de la nuit,
Pour ddbarquer, en cachette,
Des caisses de savons, des barils de farine,
Bt des boissons de toute quality;
Du beurre, de la mantfgue et des salaisons;
De gros sacs de pois, de gros sacs de riz;
Une eau pour graisser les cheveux;
MWme de 1'herbe pour nourrir les chevaux
- N'est-ce pas triste, dans un pays
Oh l'herbe de Guinde et le mais
Ne demandent qu'h pousser ? -
(Les yeux voient; mais la bouche dit: garel
Amis, cassez des feuilles, couvrez-moi Ca I)







- 90 -


A fob' machandiz passe
Douvant nain li, tancou ily',
Tett jeinnhonm m6et travail.
Si li t6 vann gnou bon prix
( Bett li yo ? Avec monnain
a ta a bali,
a Li t'a capab fait vini
Gnou chaj'ment viy' m6ricain:
a( Li t'a rich' nan gnou sel coup i )
Qa qui pas dit zott, gnou jou,
Sott-lI l1v6 con gnou fou,
Prend cabritt yo all5 vann,
Et pi, met6 toutt lagent
Li fait, en rhaut batiment ?
Apr6, li big6 apprann
MAtiV tann;
Gad6 nan long'-vi; mach6
Nan Bireau-Pb sans r6td.




A force de voir les marchandises lui passer
Sous le nez, comme chose au pillage,
La tWte de notre jeune homme entra en travail.
S S'il vendait un bon prix
o Ses bates? Avec l'argent
o Quo cela lui donnerait,
a 11 pourrait commander
a Un chargement de provisions americaines:
a II s'enrichirait du coup I a
Qu'est-ce qui ne vous dit pas qu'un jour,
L'imb6cile ne se leva pas, comme un fou,
Prit ses cabris, alla les vendre
Et vous mit tout 1'argent
Qu'il en tira, sur un bateau P
Apres cela, il fut force de faire l'apprentissage
Du m6tier qui consiste a attendre,
A regarder dans les longues-vues, a faire
Au Bureau du Port des pas a n'en plus finir.







- 91 -


Pas' moins, Bon-Gu6 rid6 li
Oncr latiment-lk paraitt,
Gnou sanmdi apr6-midi.
DW loin, Mouch6 rdconnaitt
Signalment Captainn t6 dit
Li t'a alill, lb Ii tounain;
LA-mainm nig-lA m6t6 ri,
Sans pbssonn pas dit angnin.
Bon! La-lin' t6 fait qu' conch4,
LU Ii travOss6 c6t6
Yo t6 pass convention
Pou d6baqu6 provisions
Batiment-lk tU potd.
Cannott vini joinn li Th:
Yo dIhiaqud caiss, barriq,
Mall, pangnin, tout 4a con qa.
ST r6t6 anniq
Gnou voiaj' pou yo t fait,




Cependant, Dieu aidant, il eut la chance
De voir le batiment apparaitre,
Un samedi apris-midi.
De loin, notre .sire reconnalt
Le signalement que le Capitaine avait dit
Qu'il donnerait, h son retour.
Aussit6t il se met h rire,
Sans qife personnel ait rien dit.
Va bien! La lune venait de se coucher,
Quand il traversa du c6td
Oh ils avaient convenu
De ddbarquer les provisions
Que le bAtiment avait apporties.
Des canots yinrent le rencontrer Ih.
Its d6barquerent caisses, barriques,
Mfalles, paniers, et coetera.
11 ne restait plus
Qu'un voyage A faire,










Quand nag' oue, lan nou6,
Quichby' li pas t'apd tann:
Gnou regiment moun' la douann,
Qui prend machandiz, chriquin,
Brot4 toutt couch nan Pb.
Faut pas mande qui mal-qhib
N'honm-l sentiI Lendinmain
Captainn, soubr6ca, matlots,
Pot6 plaintt cay' Consil yo.
L'Etat, pou fait yo pati,
Fbc6 crach6 gros lagent.
Bbnadot, qui pas t6 blanc,
Sel nan rond-lk, r6t6 prend.
To conmenc pa ha li
Gnou d6jl6 macaq, et pi
Quand zo li mand6 padon,
To boucl bett nan prison ...
D6-z-an apr6, li soti,




Quand il apergut, dans l'obscurit6,
Quelque chose auquel il ne s'atlendait pas:
Une quantity de douaniers,
Qti saisirent marchandises et gens,
Et mena le tout coucher au Port.
11 ne faut pas demander quelle angoitse
Eprouva notre hommel Le lendemain,
Capitaine, subrecargue, matelots,
Porterent plainte & leur Consul.
Le Gouvernement, pour les faire partir,
Dut leur cracher une forte some.
Bernadotte, qui n'dtait pas un blanc,
Seul au rond. rest pour recevoir (les coups).
On commenca par lui administer
Une d6gelde de coups de baton; puis,
Quand ses os demandBrent grAce,
On vous enferma en prison l'animal...
Deux ans apres, il en sortit,


- 92 -






-- g3 -


Chech' con t6 qui sans la pli.
Citation li
TO fonn nan main la Jistiss.
Li big mninnain cabouett.
Main,. cto gnou boug' honnett,
Prop', sEri4, sans tous c6s vic'
Caboueti6 connin gangnin:
Rainmain boue, rainmain jourd,
Et pi rainmain d6pens6:
Nan gnou moment, li tounain
Ranmass6 gnou boutt monnain.
Li couri achetd tout suitt
Gnou prrmid macbn' cabritt.

Con longtemps, gnou jou, an soue,
Li t'apr'all6 bbd'-mb,
Quand, bab. pou bab, li contr6
Mainm Captainn-l~. bien press.




Sec comme un terre privde de pluie.
Sa ferme
Avait fondu aux mains des gens de justice.
II fut force de se faire charretier.
Mais c'etait un garcon.civil,
Propre, serieux, sans tons ces vices
Que les chlrretiers out coutume d'avoir:
L'amour de la hoisson, l'amPoir des gros mots
Et I'amour de la d4pensc.
En peu de temps il recomn!enca
A amasser un pen d'argent.
II court acheter sans retard
Urn premiere paire de cabris.

Comme autrefois, un soir
Qu'il s'en allait vcrs le rivage,
II se rencointra, barbe a barbe,
Avec le Immrnc capitaine, fort affair'







- 94 -


Chaud, chaud, blanc-lA mand6 li
Si li pas t'a consent
BrassA gnou lott contrdbann.
Fois Ca 15, dd zhom-la-douann
T' promett rentr6 lh-dans!
C6et lagent
Tout faitt, sans riss, sans tracas.
NRg'-la dit: ~( Mkci, papa!
(f Pou moin, temps conm6' caba
a MEtid m'ap6 fait pas bill
< Gros (c6 vr6I) tancou lott-lh;
( Main, piti piti plein cay'
Avec ti cabritt moin yo,
a a qui pou moin, pou moin nett...
Chatt chaud6 nan d'leau chaud,
a Li p6 d' leau frett I




Le blanc, tbut de go, lui demand
S'il ne consentirait pas
A brasser une autre contrebande.
Cette fois, deux douaniers
Promettaient d'en 6tre.
C'dtait de l'argent
WROalis, sans risques, sans fatigue.
Notre home repondit: ( Merci, mon maitrel
Pour moi, c'en est fini du commerce
c Le metier que je fais ne rapporte pas
c Sans doute autant que l'autre,
a( Maig riens sur riens font une maison pleine.
( Avec mes cabris
( Ce qui m'appartienf, m'appartient d6finitivement.
Chat kchaud6
( Craint I'eau froide ,n










Bourriq ac ti Chien




Gnou jou, cay' gnou nhonm-la-plainn,
T6 gangnin gnou ti chien blanc,
Gnou chien blanc bel sans manmanl
Poubl li yo tW douss con lainn,
Qu6 li douett con r6tap6.
Atb, gnou ibon gen japp6
Sans hel, tancou defense
Qui vie faith jij'-la-vil ou.
BN c0 manteg; patt en 16,
Nain louvri, de g clbrd,
Chien, a-l&, en v6rit6,
TV manqud





L'Ane et le petit Chien




Un jour, chez un homme de la plaine,
11 y avait un petit chien blanc,
- Un chien blanc joli h I'extreme! -
Ses poils 6taient doux comme laine,
Sa queue droite comme un retape.
Avec cela, une bonne facon d'aboyer,
Sans cris, comme les avocats,
Qui veulent faire voir aux juges de la ville
Que du beurre, c'est de la mantigue; patte-en-l'air,
Narine ouverte, deux yeux brillants,
A ce chien-lS, en verite,
I ne manquait


- 95 -






97 -

Anniq la-parol selment.
Main, tou fr moin. c6t'A qui
Nan moun' yo, t'a fait foli
Pou Guianmant.
(C6 nom maitt-li tM ba li)
Toujou prop', toujou paingnin,
Sans gnou pig', toutt bon marg4
TW gangnin:
Bouillon-poul, pintad', la-j'ld.
Pas pb~ Guianmant tM lT-dans.
Guianmant
TV mangnib ild cabicha P
Matlas
Canmarad-la pas t6 loin:
C6t6
Dodin' avec cannapE.
Si li t6 pito couch
A la fraich' ? Pas t6 b6soin




qui la parole, uniquement I
Mais aussi, mes frbres, c'est A qui
PNrmi ce monde eut fait fdes folies
Pour Diamant.
(C'est le nom que son maitre lui avait donaS).
Toujours propre, toujours peign6,
-Sans une puce, tous les bons plats
Qu'il y avait:
Bouillon de poule, pintade, gelee,
N'ayez crainte, Diamant en Rtait.
Diamant
Youlait-il faire un lEgcr some ?
Le matelas
10e notre camarade n'Wtait pas loin:
C'6tait
Dedine ou canape.
S'fl pr6ferait se coucher
Ati frais, on n'avait pas besoin




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs