• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Foreword
 Preface
 Avertissement
 Prelude
 Téta qui couè li capab' gros con...
 Loup ac Mouton (Le Loup et...
 Conmè la-Cigal ac sò Fronmi (La...
 Loup, ti Cabritt avec manman Cabritt...
 Cochon ac Chien (La Lice et sa...
 Chòguié ac Pott (Le Pot de Terre...
 Loup ac Macouali (Le Loup et la...
 Mouton, Cabritt, Gazel avec Lion...
 Lan-mò Lion (Le Lion devenu...
 Còbeau ac Reinna (Le Corbeau et...
 Péchè ac ti Pouesson (Le Pêcheur...
 Reinna ac Raisin (Le Renard et...
 Ratt-la-vil ac Ratt-en-dèrhò (Le...
 Bourriq qu'apé poté réliq (L'Ane...
 Laig', Macaq, avec pititt Macaq...
 Choual ac Loup (Le Cheval et le...
 Grangosié (Le Héron)
 Loup ac Reinna qu'apé plaidé douvant...
 Captainn ac Majò-Cabritt (Le Berger...
 Bourriq ac ti Chien (L'Ane et le...
 Chassé ac Louss (L'Ours et les...
 Chien qui couè l'onibraj', cé viann...
 Reinna qué-coupé (Le Renard ayant...
 Parol caché nan bouch' fanm (Les...
 Coq, Chatt, avec Souritt (Le Cochet,...
 Chòv'-souritt nan trou-crab (La...
 Chatt, Cochon ac Malfini (L'Aigle,...
 Ti Yett (La Laitière et le Pot...
 Bataill Ratt ac Coulèv (Combat...
 Ranmié ac ti Zouézeaux (L'Hirondelle...
 Travaill té (Le Laboureur et ses...
 Notes
 Table of Contents
 Back Cover






Group Title: Bibliotháeque haèitienne
Title: Cric? Crac!
CITATION PDF VIEWER PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076576/00001
 Material Information
Title: Cric? Crac! fables de La Fontaine
Series Title: Bibliotháeque haèitienne
Physical Description: 246, 1 p. : illus. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Sylvain, Georges, 1866-1925
Borno, Louis
La Fontaine, Jean de, 1621-1695
Publisher: Ateliers haèitiens
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1901
 Subjects
Subject: Creole dialects, French -- Texts -- Haiti   ( lcsh )
Fables, Creole -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Statement of Responsibility: racontâees par un montagnard haèitien et transcrites en vers crâeoles, avec une prâeface de Louis Borno, une notice sur le crâeole et des notes âetymologiques de l'auteur.
General Note: Creole text at top of page; French text below.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076576
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 06991790

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Foreword
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Preface
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Avertissement
        Page 19
        Page 20
    Prelude
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    Téta qui couè li capab' gros con Bef (La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf)
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Loup ac Mouton (Le Loup et l'Agneau)
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    Conmè la-Cigal ac sò Fronmi (La Cigale et la Fourmi)
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    Loup, ti Cabritt avec manman Cabritt (Le Loup, la Chèvre et le Chevreau)
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
    Cochon ac Chien (La Lice et sa compagne)
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
    Chòguié ac Pott (Le Pot de Terre et le Pott de fer)
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
    Loup ac Macouali (Le Loup et la Cigogne)
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
    Mouton, Cabritt, Gazel avec Lion (La Génisse, la Chèvre et la Brebis en société avec le Lion)
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    Lan-mò Lion (Le Lion devenu vieux)
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    Còbeau ac Reinna (Le Corbeau et le Renard)
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
    Péchè ac ti Pouesson (Le Pêcheur et le petit Poisson)
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
    Reinna ac Raisin (Le Renard et les Raisins)
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
    Ratt-la-vil ac Ratt-en-dèrhò (Le Rat de ville et le Rat des champs)
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
    Bourriq qu'apé poté réliq (L'Ane portant des Reliques)
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
    Laig', Macaq, avec pititt Macaq (L'Aigle et le Hibou)
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
    Choual ac Loup (Le Cheval et le Loup)
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
    Grangosié (Le Héron)
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
    Loup ac Reinna qu'apé plaidé douvant Choual (Le Loup et le Renard plaidant devant le Cheval)
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
    Captainn ac Majò-Cabritt (Le Berger et la Mer)
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
    Bourriq ac ti Chien (L'Ane et le petit Chien)
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
    Chassé ac Louss (L'Ours et les deux Compagnons)
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
    Chien qui couè l'onibraj', cé viann (Le Chien qui lâche sa proie pour l'ombre)
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
    Reinna qué-coupé (Le Renard ayant la queue coupée)
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
    Parol caché nan bouch' fanm (Les Femmes et le Secret)
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
    Coq, Chatt, avec Souritt (Le Cochet, le Chat et le Souriceau)
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
    Chòv'-souritt nan trou-crab (La Chauve-Souris et les deux Belettes)
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
    Chatt, Cochon ac Malfini (L'Aigle, la Chatte et la Laie)
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
    Ti Yett (La Laitière et le Pot au Lait)
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
    Bataill Ratt ac Coulèv (Combat des Rats et des Belettes)
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
    Ranmié ac ti Zouézeaux (L'Hirondelle et les petits Oiseaux)
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
    Travaill té (Le Laboureur et ses Enfants)
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
    Notes
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
    Table of Contents
        Page 245
        Page 246
    Back Cover
        Page 247
Full Text













CRIC? CRAC !






BIBLIOTHtQUE HAjTIENNE


CRIC? CRAC!


FABLES DE LA FONTAINE

RACONTEES PAR UN MONTAGNARD HA'TIEN

et transcrites en vers crdoles
PAR
GEORGES SYLVAIN


Avec une PREFACE de M. Louis BORNO, une NOTICE sur le creole
et des NOTES TYMOLOGIQUES de l'Auteur.








PARIS
ATELIERS IIA'TIENS, 25, RUE DE L'ARMORIQUE













NOTICE







Le creole est-il une langue ?Est-il un.patois? Aux
temps fabuleux oi des Haitiens pouvdaient, en toute
quietude d'esprit, discuter de philologie, ln'6taitpas
rare d'entendre nos jeunes gens s6ulever cette con-
troverse. Ala v6rit6, l'expression:de'< langue > don't
ils aimaient a se servir allait un peu au' delh de leurs
intentions, car personnel ne contest que le crdole ne
soit un d6riv6 de la langue frangaise, qui a pris nais-
sance et est encore en usage dans certaines colonies,
anciennes ou actuelles de la France (i). Mais peut-on
reconnaitre a cet idiome une originality propre; est-
il pourvu par lui-meme des qualities de force, de fi-
nesse ou d'l66gance, qui lui permettraient de pr6-
tendre h l'honneur des creations litt6raires; en
d'autres terms, dialect ou patois, comment faut-il
d6finir notre language populaire? Ainsi, a mon avis,
se poserait mieux la question.
En fait, les specimens de ce qui pourrait 8tre app el6
la litt6rature creole n'abondent pas chez nous (2). Un

(1) Dans les Antilles anglaises et espagnoles, l'anglais et l'espagnol
corrompus, en usage parmi les gens du people, sont par analogie
baptisms aussi parfois du nom de < patois creoles >.
(2) La difficulty de faire imprimer dans le pays les productions de
nos auteurs explique en parties cette pinurie; d'autres causes encore :
les malheurs publics, incendies, guerres civiles, qui entralnent la des-







NOTICE 0


ou deux recueils deproverbes (i), quelques chansons
glances de ci, de 1l par des journaux ou des revues (2)
des contest, qui de bouche en bouche se transmettent
aux jeunes g6n6rations, d'introuvables saynHtes (3),
ciroquis satiriques de nos travers locaux, des vllit6s
de grammaire et de dictionnaire, qui n'ont jamais
pris consistance au point de donner pr6texte a la
publicity, c'est a peu pres tout le bagage que nous
pouvons revendiquer.
Plus riches sont a cet 6gard la Martinique, la Gua-


truction des biblioth6ques et la perte des papers de famille ; le d6faut
d'encouragement, qui sterilise et qui glace les meilleures volontis; le
climate lui-mnme, qui favorite l'indolence... Avec un peu de bien-etre
materiel et de tranquillity morale, les lettres haitiennes pourraient re-
fleurir et cette belle jeunesse, desireuse d'apprendre, donner la me-
sure de son intelligence. Qui sait ? Nous verrons peut-&tre ces temps-
la, a force de vivre...
MM. Oswald Durand, l'auteur de la chanson populaire de < Chou-
coune >, Massillon Coicou, Petion Pierre-Andrd, se sont affirms
comme des maitres dans l'art d'exprimer les graces et les finesses du
language creole.
(1) Les deux principaux recueils de proverbes creoles que je con-
naisse sont dus, l'un i J.-J. Audain, le doyen de nos journalists mi-
litants, l'autre h feu le general Alibee Fery, qui a eu l'idee, moins
heureuse, de donner une traduction frangaise de quelques contest
creoles, sans le texte original.
(2) Les livres ou les journaux francais qui, dans des etudes consa-
cr6es h la litterature haltienne, se sont hasardes a citer des chansons
creoles, travestissent habituellement notre idiome populaire, au point
de le rendre miconnaissable. C'est grace a eux que le creole, notre
aimable creole, est devenu pour le badaud parisien ce fantaisiste
< parler negre > qui ne resemble pas plus au doux dialecte antileen
que l'anglais des vaudevilles du Palais-Royal ne resemble a la langue
de Shakespeare.
(3) Nos auteurs comiques ont coutume d'entrembler dans leurs
saynetes le frangais et le crdole, pour donner sans doute plus de
verite au dialogue. Mais il y a, dans ce que j'appellerais le dosage des
deux idiomes, une question de tact et de measure, don't on aurait tort
de ne pas tenir compete. Feu Pdtion Faubert, les poetes Tertullien
Guilbaud, Massillon Coicou, Henri Chauvet, Arsene Chevry, V.-E.
Ducasse, se sont exerces dans ce genre avec un certain succes, limit
malheureusement i un cercle restreint de connaisseurs.






NOTICE 7

deloupe, la R6union et meme F'ile Maurice (i), oii
les rbgles du language creole ont 6t6 depuislongtemps
codifies et qui possedent, outre leur repertoire de
mots usuels, des recueils d'oeuvres diverse, offrant
aux curieux de choses litteraires une matiere d'6tude
saisissable.
La preuve des aptitudes artistiques du dialecte
creole est done d6jh faite, sinon par nous, du moins
par quelques-uns de nos congeneres des miles voisines.
Que nous puissions la renouveler a notre advantage,
cela n'est pas douteux. Avec sa collection de voca-
bles, de tours, d'onomatopees, empruntes non seule-
ment au vieux frangais de 1'lle-de-France, mais aux
dialectes normand et picard, au bas-breton, au pro-
vengal, a l'espagnol, a l'anglais, aux idiomes du
centre de 1'Afrique, a la langue des anciens abori-
gines, le creole haitien paralt plus libre, plus souple
et plus vari6 que celui des autres pays de colonisation
frangaise. La bonhomie malicieuse de nos contest et
de nos chansons populaires, leur observation si
exacte et si aiguisee, la fine et saine philosophies
de nos sentences proverbiales, auraient merit6 de
s'exprimer ailleurs que dans des traditions orales,
necessairement incompletes et vouies & de precoces
alterations.
Nous n'6crivons pas assez en creole. Nous ne r6-
flichissons pas que pour clever le people h la con-
ception de l'id6al artistique, pour affiner son esprit,
pour le moraliser en 1'6veillant au sentiment du beau,
il faut commencer par lui parler sa langue. Le fran-
cais pour la plupart d'entre nous n'est qu'une langue
d'6cole, presque une langue d'apparat. Nous n'avons

(i) J'en parole plut6t par oui-dire, ayant lu peu de ces ouvrages.
L'avance prise sur nous par nos voisins est due surtout aux publica-
tions desnmissionnaires catholiques.






NOTICE


jamais fini de l'apprendre. Un paysan haitien est
< avanc6 >, quand il lit couramment en frangais 1'His-
toire Sainte ou Simon de Nantua.: il va rarement
au dell. Mais du creole aucune finesse n'est Btran-
gere au plus inculte habitant de nos mornes. Pour-
quoi nos jeunes litterateurs, en peine de trouver leur
voie, n'exploitent-ils pas davantage cette veine facile
d'originalite ? Il est remarquable que nos auteurs les
plus fades deviennent sans effort interessants, agr6a-
bles, spirituels, sit6t que, abandonnant la defroque
classique, romantique, parnassienne ou d6cadente
don't ils s'6taient imprudemment affubl6s, ils consen-
tent h 8tre eux-memes et a mettre au service de leurs
facult6s d'observation les resources de l'idiome ma-
ternel. Mais c'est de quoi ils ne se sont pas encore
avis6s. J'inclinerais volontiers a penser que le jour
oh, par l'acquis d'un certain nombre d'oeuvres fortes,
le creole aura droit de cit6 dans nos 6coles primaires,
rurales et urbaines, le probl&me de l'instruction po-
pulaire a Haiti sera bien pros d'etre r6solu.



Sous l'empire de ces preoccupations, j'ai eu l'idee
de faire pour notre dialecte creole ce que l'ordonna-
teur Marbot a fait pour celui de la Martinique : une
adaptation des Fables de La Fontaine au tour d'es-
prit et au parler de nos campagnards.
Le creole de la Martinique diff&re autant du creole
d'Haiti que le caract&re, le type de notre population
differe du type martiniquais. Entre tous nos conge-
neres, entire toutes les nations du monde, un grand
fait: la conquete de la liberty et de l'ind6pendance
par un people d'esclaves, nous a, dbs l'abord, comme
marquis d'un trait particulier. De cet effort h6roique
quelque chose subsiste encore dans notre language et







NOTICE 9

dans notre demarche, s'il faut en croire les psycho-
logues, gens avises, comme chacun sait.
Marbot, publiant en 1846 son charmant recueil des
(), suppose un vieux bonhomme de
commander (2), qui, pour moraliser la troupe d'es-
claves don't il a la garde, s'amuse a traduire dans le
language qui leur est familiar < l'ample comedie at
cent actes divers >, oil sourit la grace immortelle de
l'inimitable fabuliste frangais.
Autre est le conteur que j'ai mis en scene : c'est
un campagnard haitien de l'6poque pr6sente,qui apr&s
avoir longtemps habits la ville et s'y 6tre muni de
connaissances assez 6tendues, est remont6, pour n'en
plus redescendre, dans ses mornes originaires, oii il
consacre les heures de sieste a communiquer ce qu'il
sait de la vie et des livres aux bonnes gens de son
voisinage, faisant succ6der pour leur edification le
r6cit des prouesses des < betes de France > la geste
de Bouqui et de Ti-Malice. Bouqui un des heros
de cette sorte d'6pop6e national, analogue au Roman
du Renard, que nous appelons les < Contes creoles >
est la personnification de la bonne Brute, de la
Force inintelligente et cordiale qu'exploite et berne
6ternellement la Ruse, personnifi6e par Ti-Malice.
Par les soirs sans lune, aux heures qui precedent
le couvre-feu, les exploits des deux compagnons,
aussi ins6parables que Don Quichotte et Sancho

(i) Le titre complete de l'ouvrage de Marbot est:
< Les Bambous, Fables de La Fontaine travesties en patois creole
par un vieux commander. > Imprime pour la premiere fois h la
Martinique en 1846, il a 6t6 r66ditd apres la mort de son auteur, en
1869.
(2) Le commander 6tait une sorte de grant, de berger d'esclaves,
charge de conduire et de maintenir au travail le b6tail human confib
a sa garde. Esclave lui-mrme le plus souvent, il cumulait les vices de
la servitude avec ceux de la domesticity et s'attachait h justifier, h force
de fdrociti, la faveur du maltre.






NOTICE IO

Panra, sont la joie des veillees ha'tiennes et d6-
fraient la verve intarissable des serviteurs, petits et.
grands, venus de la montagne ou de la plaine, qu'6-
coute, dans un silence religieux, le cercle des enfants
de la maison, infideles au sommeil.
Ne trouble pas d'un brusque appel, 8 pare ou
mere de famille, leur recueillement naif; laissez-les
se bercer le plus longtemps possible au charme de
ces fictions 16geres : ils ne seront que trop tot aux
prises:avec la brutale r6alit6 La r6alite, c'est, pour
le paysan adulte, la mainmise des autorites sur sa
personnel et sur ses biens : ce sont les corv6es, les
dimes de toute sorte; l'imp6t, qui avilit le prix de
son labeur; le recrutement arbitraire, qui l'enleve A
la terre pour le prostituer h l'oisivet6 des villes et A
tous les vices qu'elle engendre! C'est, pourl'agneau,
pour la cigogne, la f6rocit6, 1'injustice du loup; c'est
pour la truie, la sanglante ingratitude de la lice et
de ses enfants; pour la g6nisse et ses associes, l'avi-
dit6 menaqante du lion!...
A d6faut de leur droit meconnu, toutes ces victi-
mes de la tyrannie des puissants ont un recours as-
sur6 dans l'in6puisable bont6 de Dieu, devant qui
faibles et forts sont 6gaux et qui, par le spectacle de
la misere et de la douleur universelles, nous enseigne
A 6tre patients, modestes et laborieux, et a nous sup-
porter les uns les autres !
GEORGES SYLVAIN.


D6cembre 1898.













COURT PREFACE







Si la seule admiration peut constituer un titre,
i'ai le droit incontestable de presenter au public les
fables crdoles de Georges Sylvain.
De trEs bonne heure, << 'dcriture > creole m'a
charm. Vers 1884, lorsque part Choucoune, jefus
peut-etre le premier a signaler aux applaudisse-
ments cette complaint exquise, si naturelle, si tou-
chante, oil 'observation s'allie a la poesie avec une
grdce si pendtrante. Et teneq, je vibre encore a ce
lointain souvenir, lointain par tant d'annees, loin-
lain surtout par la succession de tant de graves dve-
nements!...
1

Le < crdole > mirite de la part des intellectuals un
peu mieux qu'un haussement d'dpaules; il a droit a
'e'tude. Ce haut et noble esprit quest Armand
Thoby (i) ne dedaigne pas d'y consacrer quelques
loisirs; et ce m'est une joie toujours nouvelle de
l'entendre et de le voir, lui, le penseur puissant qui

(i) La preface est de juillet i899. Le grand Iiailien Armand Thoby mou-
rait moins d'un mois apris.







-- 12 -


a scrutd tous les problems sociaux et politiques,
qui ne s'est pas content defaire le tour de toutes les
graves questions oit se de'bat l'existence national,
mais quiy est entire quiy a vecu, quiy a souffert,-
s'animer, se passionner, s'enthousiasmer dans son
labeur de savant en quite de la constitution d'une
linguistique creole! Et vraiment notre idiome popu-
laire n'estpas indigne d'un telfervent.
Naivetd et profondeur, bonhomie et fine malice,
grdce, douceur, je ne sais quelle mollesse onduleuse,
quelle strange indolence de ddsosse, qui se traine
plutit qu'elle ne march, et qui parfois, dans une
revelation soudaine, se transform en muscles et en
nerfs, en articulations d'acier, en vigueurfarouche,
en sauvage dnergie; tel est le crdole.
Les strangers qui ne l'ont pas diudie et pratique
sefigurent, sur lafoi de quelques chroniqueursplai-
sants, qu'il n'y a la qu'unbegaiement d'enfant, qu'un
language primitif, ridicule, un instrument grossier,
inapte a l'expression des sentiments elevds, bon seu-
lement pour le materialisme des ndcessitds vulgaires,
propre... surtout aux choses qui ne le sont as. Et
ils concluent a l'impossibilitd d'une veritable litte-
rature dans un tel language, non malleable, d'aprds
eux, a l'idee esthdtique, insusceptible du frisson
d'Art, du souci de la Beautd.
Ilfaut avouer qu'ils auraient terriblement raison,
si les Belles-Lettres creoles n'avaient a leur offrir
que nos chansons de Mardi-Gras; certes, alors, je
serais le premier i reconnaitre et a proclamer la
parfaite ignominie, en laforme et aufond, de toute
cette << literature > spe'ciale, de ces Cocoyt, Nathan,
Condo, C6 LUda et autres CGcile, filles naturelles









- et legitimes de la boue, e'lucubrations de cer-
velles porcines, qui, par les jours trop longs de
notre Carnaval propice aux dehanchements sadi-
ques, aux grimaces insolentes, aux laides et ecceu-
rantes nudite's, -s'emparent, en mattresses absolues,
de nos rues et de nos places publiques, rythmant,
aiguillonnant, exasperant l'emportementfrene'tique
des bandes saouldes de bruits, tordues de lubricites.
Aussi bien, personnel s'est-il jamais trompe, au point
d'avoir cherche dans ce genre de production l'ombre
meme d'une preoccupation artistique?
A la verite, la literature creole, c'est-a-dire un
ensemble d'ewuvres diverse composes en creole,
ne s'est pas constitute jusqu'ici. Il y a eu, a diverse
dpoques de notre histoire, quelques tentatives de
formation; mais qu'en est-il rest? Rien, que je
sache; soit que les incendies, frequents dans notre
pays, aient aneanti les quelques euvresproduites,
soit que les hdritiers des auteurs, jugeant en toute
conscience les manuscripts laisses, aient estime pru-
dent... d'imiter les incendies. De la pdriode colo-
niale, nous n'avons,je crois, que la romance de Li-
sette (Lisette quittW la plaine); mais la langue en est
trop douteuse, le crdole d'un alliage trop suspect,
pour mdriter de prendre place dans une sincere an-
thologie de terroir.
En some, la literature crdole, a mon avis, date
d'hier. Il ne me paraft pas excessif de dire que son
vdritable pfre est ce Satyre de talent qui a dcrit
Choucoune et qui, symbol piquant! s'appelle
Oswald, comme un barde auxyeux bleus, aux sub-
tils cheveux d'or, ideal genie des regions de neige
immacule'e, et qui s'appelle Durand, comme le boh'-







- 14 -


mien de Musset et comme un simple bourgeois.
Avant Oswald Durand, nous n'avions rien ou pres-
que rien; du moins, si vous le voulej, ce qui exis-
tait d'wuvres crdoles ne donnait pas le sentiment
precis d'une culture artistique possible, d'une
esthetique crdole. Oswald vint; il fit Choucoune.
Cette piece eut un immense retentissement; ellefixa
l'attention des lettrds, et fut pour eux, c'est
l'impression qui se traduisit alors, comme une
ouverture d'horijons nouveaux. Malheureusement,
Oswald ne poursuivit pas; il se content d'avoir
cred Choucoune, et il se reposa. Je me trompe; il se
remit a dcrire, come auparavant, de la podsie
franCaise. Je n'aurai pas l'injuste hardiesse de prd-
. tendre qu'il eft mieux fait de se reposer; mais je -
pense (et pourquoi ne pas le dire?) qu'il ezt travaille
pour une gloire plus sure, en tous cas, plus origi-
nale, s'il avait voulu entrer lui-mome, ddciddment,
dans la voie qu'il ouvrait. Prepared come il 'e'tait,
il nous ezt donnd, en s'inspirant d'un certain res-
pect de la pudeur, quelque ddlicieuse Mireille, quel-
que rare, delicate, prdcieuse fleur d'art, dozce, tres
douce a respirer, parce qu'il y aurait concentrd
toutes les saves floraisons de nos savanes, oit sa
Muse nomade butina si souvent, tout le charge de
cette poesie naive et touchante, qui est comme l'at-
mosphere naturelle de nos idylles << mrnaises >.
L'wuvre l'a tentd peut-etre II nous a fait cette
trahison de. ne pas l'aborder. Un autre sera plus
brave.







- 15 -


II

Sera-ce Georges Sylvain? Et pourquoi non? il
possede 'ame de I'wuvre; il en a aussi la langue. Ses
fables creoles ne sont-ellespas une radieuse attesta-
tion? Liseq-les toutes; vous y constaterej a quel
point le pojte s'est rendu maitre de la langue, de
.l'instrument, comme il en connait les secrets, les
resorts, les resources; vous y verrej se degager
nettement toute la delicatesse de touche, toute la
puissance d'dmotion, tout le sens de bonhomie sou-
riante et malicieuse, tout le sentiment ,
en un mot tous les traits essentiels qui constituent
le Mistral attendii, I'evocateurfutur du Poome d'a-
mour, d'aurore, de chants, de brises, de parfums,
de grdces, deprintemps, qui hante obstinement mon
reve d'art local...
Je ne me suis pas propose' d'analyser ces fables
par le menu. A quoi bon? Ce serait retarder sans
profit pour le lecteur le plaisir de les savourer. Je
tiens cependant a consigner une remarque.
Sylvain nous dit que ses fables sont ecrites d'apres
Marbot. C'est, a coup sfir, un excjs de probitd.
Ily a une cinquantaine d'anndes,parut en France,
sous la signature de Marbot, un petit volume de
fables de Lafontaine, en creole martiniquais. L'ou-
vrage est rarissime; si vous avej la chance de le
trouver, il vous sera facile de constater que leprin-
cipal me'rite de Marbot, ce qui lui vaut notre recon-
naissance, c'est d'avoir inspire' Georges Sylvain,
l'idde d''crire des fables plus jolies, mieux cgmbi-
ne's, plus vivantes, un peu plus dans la nature in-









time, dans l'essence du genie neg-m6ne. Mais ajou-
ions vite ce n'est pas un reproche que le neg-
m6ne de Sylvain n'est pas le moins du monde un
personnage quelconque; il est bien de son milieu,
cela est certain; mais c'est un bonhomme qui a pio-
chd ses humanities; il connait a laperfection le pa-
tois maternel; mais il se souvient parfois come
.dit la Manoune d'Oswald du < language des
.blancs>>. Il n'a pasfait que de <,
.il les a compris. II a epid les homes et les choses;
il a suivi la politique; il a un peu vdcu la vie mon-
daine; et de tout cela, il a rapport une philosophies
calme et apaisante, haute et profonde, abondante
.en conseils sages, qui descend dans nos misdres,
mnais qui regarded vers le ciel; si bien que, en ecou-
Jant ce nig-m6ne, I'on a, a de certaines minutes, la
tres nette vision de Georges Sylvain lui-meme, en
chair et en os, ayant atteint la quatre-vingtaine,
vitu de coutil bleu, les pieds nus, la tte entoure'e
d'un foulard et recouverte d'un chapeau de paille
.du pays, aux large bords retombants, tirant ses
contest, sur le pas de sa porte, le soir, par un beau
clair de lune, au milieu d'un cercle de braves pay-
sans attentifs, tout l1-bas, dans les hauteurs de
quelque frais Kenscoff.
< Mais certaines farons de s'exprimer, objectera-
t-on, certainesformes de la pensde dufabuliste ha'-
tien, ne rappellent-elles pas la syntaxe franpaise? >
Eh bien! qu'importe? Le creole serait-il doncfige'?
Serait-ce une langue morte? Pas du tout. Le crdole
est susceptible d'dvolution, de de'veloppement; il s'y
opere un travail continue; dans les villes, sous l'in-
fluence du franpais, dans les campagnes, sous l'in-


- 16 -







- 17 -


fluence des villes, notre idiome s'augmente peu a peu
d'expressions et de tours nouveaux. Que Georges
Sylvain et avec quelle moderation! y apporte
sa contribution de lettrd, rien de mieux. La physio-
nomie particuliere, le gdnie propre du crdole n'en
est alte'rd et ddfigure d'aucune manidre, absolument
pas; ily a progres, il n'y a pas deformation; c'est le
meme individu, mais qui devient un peu plus rice.
Plaignel-le done, si vous l'oseT!
Pour ma part, devant Sylvain-Lafontaine, je n'ai
que des dloges a prodiguer.
Notre creole national meritait une place dans
l'Art, dans l'universelle Republique des Lettres.
Oswald I'y avait conduit, Sylvain lui delivre ses let-
tres de grande naturalisation.

Juillet 1899.
LOUIs BORN.













AVERTISSEMENT


La pure prononciation creole ne connait pas le son
des voyelles , et particulierement de l'e
ferm6. En creole, deux, c'est dd; muser, c'est misd;
revendeuse, rdvendeW; coeur, khe; Dieu, Did ou Gud;
un peu, in pd. Dire autrement, c'est franciser sans
profit le creole.
Par contre, le creole, come le vieux franCais, a
tendance a rendre nasal le sonde l'a, del'o, et de l'e,
suivis des consonnes n o i m. Le frangais moderne
prononce long: < compere >, et bref .
Le creole dit < conm >) comme ii dit < conpe >. II
dit <, et non la peine >, <, et
non <; <, et non << Madame >;
< bleinm >, et non < blame >. Quand ii ouvre l'o,
c'est presque toujours par 6lision de r, comme dans
< c6nett > (cornet); < d6mez > (dormeuse). 11 semble,
au demeurant, que la suppression de r, consonne
d'appui, a la fin des syllabes, soit plus conforme a ce
qu'on pourrait appeler le g6nie simpliste du creole,
que la prononciation qui consiste a faire sonner ou
rouler les r. Les campagnards de nos provinces du
Sud et de l'Ouest disent : (mon cher
frbre). Ceux de 1'Artibonite et du Nord : an moin >. Les premiers sont, a mon avis, dans la
bonne tradition creole, celle qui prevaut dans tous







-. 20 -


les pays oi notre gentil dialecte est en honneur.
C'est leur mode de prononciation que nous avons
adopt dans la transcription de ces fables.
Pour figure le son de 1'o ouvert guttural, qui s'ob-
tient par l'apocope de r dans or, nous avons imagine
1'6 (o surmont6 d'un accent grave), analogue hl'omi-
cronn grec.
Les sons de aie, eie, oie, que nous avons emprun-
tes h l'espagnol, et qui ne forment pour nous qu'une
syllabe, sont ici rendus par: ay', ey', oy', avec la pro-
nonciation des 1I mouills espagnols : aille, eille,
oille.
A 1'espagnol, nous avons emprunt6 6galement le fi
qui se prononce comme le gn dans << Espagne >, ou
le nidans <.
Dans les onomatop6es, formies de la combinaison
des voyelles a, o, et du suffixe ou, les diphtongues
oou, aou, ne forment qu'une syllabe.
L'e muet, n'ayant aucune utility dans le language
creole, oill'orthographe se r6duit h l'observation des
regles phoniques, nous n'avons pas cru devoir en em-
barrasser notre 6criture.
Nous avons enfin tach6 de conserver, le plus possi-
ble, aux mots derivds du frangais .leur physionomie
frangaise, mais sans jamais sacrifier l'expression
phonetique a 1'itymologie.


N. B. Le signe i c6te d'un mot creole renvoie aux notes 6ty-
niologiques qui font suite aux fables.
G. S.












PROLOGUE




Zott toutt*, n6g*, maitt moin, sembld*! (I)
Moin gain'*, contt pou moin tir*. (2)
Ba zott*. Ca rh6d'*!... Coutd ben! (3)
Bel contt faitbli6 chagrin.
Lb moin va fini pale*, (4)
Zott toutt va dit: << Li bon, vr! >>
C'est qu' moun'* qui t6 fait 9a la (5)
Pas td gnou vi6 sancouquia *, (6)
Ni gnou gratd-chogui6, non*! (7)
Hofinh* Cted gnou moun' tout-d'-bon, (8)
Yo t6 rh6ld Lafontainn. (9)
At6*, mon-mainm prend la-peinn (10)



PROLOGUE




Vous tons, mes maitres, assemblez-vous!
J'ai des contest a vous counter.
C'est sans pareil! Ecoutez bien!
Beau conte endort les chagrins.
Quand j'aurai fini de parler,
Tous vous direz : < C'est beau, vraiment >
C'est que celui qui fit cela
N'dtait pas un vulgaire rustaud,
Ni un gratte-chaudibre! Ah! mais non !...
Hounh! C'6tait un homme pour debon,
Qu'on appelait La Fontaine.
Adonc, moi, j'ai pris la peine









Oue nan*liv' ga nhonm-la dit, (ii)
Pas Bon-Gue* moin connin li*! (12)
Pou moin ba zott li* tout chaud. (13)
En-nous*! ldv6 tett zott rhaut! (14)
Si khe zott quimb6* ga ben, (15)
Zott va vini bon chriquin. -
Boue tafia, tomb6 nan bois,
Pedi nanm yo nan danss-loi*, (16)
V616 bef qui pas pou yo,
Passe lan-nuitt* nan joud zo, (17)
N'a beau dit moin, cd m6tid
Pou moun' qui pas p6 Bon-Gu6 !...
Contt nhonm-lT va fait zott oue
Tout-partout g'ain lan-mish.
Bon-Gud baill, cd r6t6 prend'. (18)
Nan Guinin*, nan pays Blancs, (19)
Tout partout cd gnou souffri,
Comm' si race-lh td maudit!



De voir dans les livres ce que cet home a dit,
(N'est-ce pas un don de Dieu que je sache lire ?)
Pour vous le servir tout chaud.
Allons! haut les t&tes !
Si vos coeurs garden bien ceci,
Vous deviendrez de bons chr6tiens.
Boire du tafia, se jeter dans les bois,
Perdre son Ame dans les danses du Vaudoux,
Voler des bceufs qui ne sont pas a soi.
Passer ses nuits i jouer aux des,
Vous aurez beau dire, c'est li travail
(Propre) a ce troupeau de gens qui ne craignent pas Dieu!
Les contest de cet homme vous front voir
Que partout il y a misere.
- Dieu la donne, il faut l'accepter*. (18)
En Guinde, au pays des blancs,
Partout, c'est une souffrance,
Comme si cette race etait maudite !







24 -

Dabb zott oue Blanc qui Blanc
Fait con toutt chriquin vivant*: (2I)
Baiss6 thtt zott sans cri *.
A la volontd dd Did*! (22)
Con ga, gnou jou, n'a fini
Pas moutd nan paradise!




D&s lors que vous voyez les blancs eux-mrmes* (20)
Faire ce que font tous les humans:
Courbez vos tetes, sans vous plaindre.
- A la volont6 de Dieu! -
Ainsi, un jour, finirons-nous
Par monter au Paradis !







- 25 -


Teta qui cou6 li capab gros con Bef

- Cric *?
- Crac!
Gnou T6ta qui td bb d'leau,
Gnou jou, oue gnou gros Taureau.
Li rh6ld canmarad-li:
< Gade *! parid m'a vini
< Gros tancou* bef cila-1T! >
Yo toutt prend ri: Coua! coua! coua*!
< Ou pas gros con gnou zegud*;
,< Conment pou t'a fait gonfle
.< Ti c6 ou, jouq'temps ou t'a
< Capab vini gross ga ? >
Li dit: << Eh ben, main*! Gadd!
< Zott va oue si c6 pas vr6 !
< Moin va rivd main pi loin,


La Grenouille
qui veut se faire aussi grosse que le B(euf

-Cric?
- Crac!
Un titard, qui etait au bord de 1'eau,
Vit, un jour, un gros taureau.
II appelle ses.compagnons :
<< Regardez gageons que je deviendrai
< Gros comme ce boeuf! >
Tous se mettent a rire aux cleats : (coua! coua! coua!)
< Tu n'as pas la grosseur d'un eggud :
< Comment ferais-tu pour gonfler
< Ton petit corps, au point
< De pouvoir atteindre a cette grosseur-ci? z
II dit: < Eh! bien, voici! Regardez:
< Vous verrez si je ne dis pas vrai!
<< J'irai meme au delh,



























































La Grcnouille qui veut se fire aussi grosse que le Baflf.






27 -


<< Calalou-crab'* trangli moin! > (6)
Li conmencd enfli c6 :
P6s* PIsd! Et pi: << Dit, atb, (7)
<< Si moin pas gros tancou li
< Press'! Gadd moin ben! '-- < << Ou trb coutt!,Ou td dou6 tann
< Ou mang6 in pe b.'ini.nn! >
< Magrd tout 9a zott va dit,
<< Moin gangnin tr6pp* lesprit, pou (9)
<< Moin pas ou& m'apd grossi >...
La-mainm ventt li p6td: b6oah!
Respe m' doun la compangni! -
Toutt tripp li soti derhb,
Et pi, 16 zott ba li tb.
Nag' sott qui v1l fait dbct6
Apr' all1 chach6 doul6...
Si bottin'-la trb jiss, fr6,
Pito-ou rdt6 pid-a-t6 !




< Ou qu'un calalou-aux-crabes m'dtrangle !
II commence a s'enfler le corps.
Et allez done et allez donc! Puis: < Dites a present
< Si je ne suis pas aussi gros que lui
r Presque Regardez-moi bien >>- << Que nenni!
< Tu es trop court; tu aurais di attendre
< D'avoir mange quelques bananes. >
- << Malgre tout ce que vous direz,
< J'ai trop d'intelligence pour
, Ne pas voir que je grossis..... >
Au meme moment, son venture 6clate : (BBouh !)
- Sauf le respect que je dois a la compagnie -
Tous ses boyaux sont projects au dehors:
Sur quoi, les autres lui donnerent tort.
L'ignorant qui veut faire le clerc
Court au-devant de sa douleur :
Fr6re, si la bottine est trop just,
Mieux vaut continue h aller pieds nus !







- 29 -


Loup ac Mouton





Douvant poul' ravett* pas janmain (I)
G'ain raison. Grann moin* t6 connin (2)
Dit qa souvent: eh ben, gad6
Si mots longtemps pas v6rit6 !

Gnou mouton tout piti, gnou jou,
T'ape bou6 d'leau nan la-rivi6.
Nan mainm moment, gnou gros bitt loup (3)
Soti nan bois tou*, pou li boue. (4)
Zott pas janmain oue bett 9a-l ?
C6 con gnou chien marron*, qui t'a (5)




Le Loup et 1'Agneau





< Devant une poule, ravet jamais
N'eut raison. > Ma grand'mere avait coutume
De dire souvent cela : eh bien, voyez
Si les propos d'autrefois ne sont pas verite !

Un tout petit mouton, un jour,
Buvait de l'eau dans la riviere.
Au m6me moment, un 6norme loup
Sortit du bois, pour boire aussi.
- Vous n'avez jamais vu cette bite-la, vous autres ?
Figurez-vous un chien sauvage, qui serait







30 -


Grosse gnou jeinn ti mAl-bourriq:
C6 nom li yo baill loup-garou*. (6)
Atb, loup-lh, d6pi trois jou
T'ape grangou*. (7)
S'ou* connin moun' qui g'ain coliq, (8)
Ce con 9a figu li te.blainm;
Guiol li t6 chech', tancou caf6
Qui nan soleil; dents li yo mainm...
Longub ga !... g6 li, rouj' passe (9)
Boucan* di f (IO)
Et pi, divorant passe 9a,
Nan point! L6 li oue ti bett-1l
Tout tranquil, tout nocent, nocent*, (II)
Penche sou d'l'eau-l *, pou li bou6, (12)
Neg'-l8 trouv6 li si content
Qu6 li fait gnou : Au nom di P*... (13)
Li dit : < Grd meci*, Boun'-Gu6* > (14)
(Bandit pi mauve quality,



De la grosseur d'un jeune bourriquot !
C'est son nom qu'on a donned a.ux loups-garous. -
Et done ce loup, depuis trois jours,
Etait en fringale.
- Connaissez-vous du monde en proie h la colique ?
Aussi bleme 6tait.son visage;
Sa gueule 6tait seche, comme du cafe
Qui est au soleil; quant a ses dents,
Elles avaient cette longueur! Ses yeux 6taient plus rouges
Qu'un brasier de feu.
Enfin, de plus avide que celui-lk,
11 n'y en a point. Quand il vit le petit animal,
Si tranquille, si candide,
Pench6 sur l'eau, pour y boire,
Le gaillard se trouva content, au point
De faire le signe de la Croix.
II dit: << Merci, mon Dieu! >
(Les bandits de la pire espece







-- 3i -


C6 9a qui, tancou moun' honnett,
Prend nom Bon-Gud pou yo fait jouett.)
Anvant ti mouton-l senti
Vent li selment, loup-la bondi
Sou roch'-galett yo *. < Tonne foutt!... (15)
(Padon, oui! chefs, la-socidtd!
Zott connin : moun' qui quimbb boutt
Autoritd
Pas janmain chich' mots cila yo*; (16)
Et loup, nan ra9' Id zannimaux*, (17)
Pou pi piti, doud* ad'jidant.) (r8)
At6, li dit malhor&*-A : (I9)
Moin ou6 toud*, rhadi, insolent, (20)
Scel1rat!
< To crache nan d'leau m'apd bou ?
C Ce gnou comptt* to vini chachd? > (21)
Mouton-la dit : Agud*, Mouche, (22)
< Crachd l? Qui gen* moin t'a fait? (23)



Sont ceux qui, comme les gens de bien,
Invoquent le nom de Dieu, pour s'en jouer.)
Avant que l'agnelet n'efit flaird
Seulement son haleine, le loup bondit
Sur les galets. << Tonnerre! F...! >
(Faites excuse, mes maitres et la compagnie!
Vous savez :les gens qui detiennent un bout
D'autoritd,
Ne sont jamais chiches de ces termes-la,
Et le loup, dans la gent animal,
Doit &tre pour le moins adjudant.)
Adonc ii dit au malheureux :
-- < Je t'ai vu, effrontd! insolent!
<< Scdldrat!
< Tu as crache dans l'eau que je bois?
< C'est une affaire que tu es venu chercher? >
Le mouton de dire : < H6las! Monsieur,
< Cracher lh? Comment l'aurais-je fait?







- 32 -


<< C ou qu'en rhaut, mon-mainm* en bas... >Y (24)
< P6* l, foinc* Et pi, c6 pas 9a, (25)
< Pouqui, lott anne, to pbmett
< To pald moin mal? > < Moin, Mouchd?
< Lanne passe, moin pas te faitt >
< Ca vld dit moin menti? Si ce
< Pas toue, ce papa toud, ossnon* (26)
<< Manman toud, espe$' vacabon? >
<< Chef, moin sans manman, sans papa*. (27)
< Coument? > < Moin c6 pititt bata. ,
< Ah! to vli fait mdti6 guiol-f6 *! (28)
< Gade Ie 9a, non! Ca p'encb
<< Fait dent, et pi, 9'a p6 mdt6
< Grand-moun'* nan faq'! >i < Al* la-peinn (29)
< Qui pou moin jodi-la, Bon-Gud !
< Moin pas dit ou angnin *, Mouch ? > (30)
<< Nan point Mouch6, icitt? >> << Padon,
< G6ndral > < To vini capon




< Vous 6tes en haut, et moi en bas. >
- < Silence! scrongnieugnieu Puis, ce n'est pas 9a,
< Pourquoi, 1'annde derniere, t'es-tu permis
< De dire du mal de moi? > << Moi? Monsieur,
< L'ann6e passe, je n'6tais pas n6 >
- < Cela veut dire que j'ai menti ? Si ce n'est
Toi, c'est ton pare, ou bien
< Ta mare, espace de vagabond! >
Chef, je suis sans mbre, ni p6re... >
- < Comment? > -<< Je suis enfant bAtard. >
- Ah! tu veux faire le fort-en-gueule?
< Voyez-moi done cette t&te! Ca n'a pas encore
< Fait ses dents, et Ga tourne
En derision les gens d'Age! > < < Est aujourd'hui le mien, 6 mon Dieu!...
< Je ne vous ai rien dit, Monsieur... >
- < I n'y a pas de Monsieur ici > < Pardon,
< Gdndral! > -<< Te voila devenu couard










< At ; tann moin > L-mainm, li: Gnan!
Gnou coup-d'dent
Pou ti mouton-lk, -- dey& tett,
Sou c6te; l1 che pi grassett! -
P6 ti bett-l1 fait selment: B~& !
Tout-suitt, li tombd raid' a t&.
Zott cou6 loup-la laiss6 moceau ?
Li prend toutt, et pi, viann con zo,
Vale li : Floup con gnou gombo *. (31)




< A present; attends-moi > Aussit6t : (gnan!)
Un coup de dent
A 1'agnelet, derriere la tate,
Sur le c6td, 1 oi la chair est le plus tendre
La pauvre petite bete fit seulement : Bi !
Tout de suite elle tomba raide morte..
Vous croyez que le loup en laissa un morceau?
II prit tout, chair et os,
Et (Floup!) 1'avala, comme un gombo .













































n








ii~r~atii :'-i~t


---=;,
a:
~/~6* ~i
..5~~--:'-:,"9"*~-~;j~ii:*C-i
"r
--
1 -


La Ciple et la Fourmi.












Conme la-Cigal ac So Fronmi




Chantd, faut cou ce bagay'* qui (1)
Doux nan la-vi:
Moin connin moun' Blid mangd.
At6, c6 ga mainm qui rivd
Conme la-Cigal, mois passe :
Conmb td sans mangd, sans boub,
D6pi d6 jou;
Sou denid soub-1, gnou grangou
Metd di f6 nan cb Conme.
Ouay' Li couri cay.'* Sb* Fronmi, (2)
Gnou vouesin' li;




La Cigale et la Fourmi




Chanter 11 faut croire que c'est chose
Douce a la vie !
Je connais des gens i qui cela a ddji fait
Oublier le manger.
Et c'est precisdment ce qui advint
A ma commere Cigale, le mois passed.
Ma commbre n'avait ni mangd, ni bu,
Depuis deux jours.
Vers le dernier soir, une fringale
Mit en fen le corps de ma commbre.
Ouai! Elle court chez Sceur Fourmi,
Une voisine a elle,


- ;5








- 36


Frappe : C6h! C6ouh! << Qui moun' qui lh ?
< C6 moin, vouesin'! Ague! Conmb,
< M'ap6 mouri grangou On pas
<< Gangnin moceau mangd, feill, fib,
< Ca li y6*, -- ban moin*?.... T'en pri*, che (3)
< Lb mach6-sanm'di* va vini, (4)
< M'a rann on li. >
Fronmi, ce gnou bon canmarad :
Li pas pe janmain refis6
Boue avec on, ri, bamboch6,
Fait la-prom'nad;
Main, quant-h-pou long lan-main,
C6 gnou system li pas rainmain.
Sans louvripott li, li dit: < Chb,
< Conment on fait comptt ou, non, po u
< A lh6 9a-l, ou nan grangou ? >
-- << Conment moin fait?
< M'a p6 chants depi dd. jou



Frappe : Toc toc -<< Qui est 1l ? >
- << Moi, voisine HMlas ma commbre,
Je meurs de faim.
N'auriez-vous pas quelque aliment, feuille, fleur -
N'importe quoi, A me donner?... Je vous en supplies !
Au prochain march de samedi,
Je vous le rendrai. >>
La fourmi, c'est une bonne amie :
Elle ne vous refusera jamais
De boire avec vous, de rire, de faire la noce,
D'aller en promenade;
Mais allonger la main,
C'est un procdd6 qu'elle n'aime pas.
Sans ouvrir sa porte, elle dit: < Chere,
Comment avez-vous done fait votre compete, pour
Qu'A cette here, vous en soyez a avoir faim? >
< Comment j'ai fait?
Je suis a chanter depuis deux jours







37 -


< Pou amat6, en rhaut B16 (5)
< Fi !don, ma fill'!
< To pas rhontt vini dit moin ga ?
< Tounain c6t6 to soti 1A
< Dans6 calin'da *! > (6)

Vouesin millb pass fanmill'!
Ce con ga moun' longtemps td dit;
Main, temps pass pas temps jodi:
A 1h6 qui 16, pas pal6 9a! -
Toutt coucouill'* cldr6 pou gd yo. (7)
Moin pas mdpris6 sieq' 9a-l :
Main, dit-moin quil-ess'* ou pito* ? (8)



Pour les amateurs, au haut du Bel-Air. >
< Oh! fi! ma fille!
Tu n'as pas honte de venir me dire cela ?
Retourne 1 d'oh tu sors:
Va danser la calinda >

Voisin vaut mieux que parent!
Ainsi disaient les gens d'autrefois;
Mais le temps jadis n'est pas celui d'aujourd'hui.
A present, ne m'en parlez pas -
C'est pour ses yeux que toute luciole luit.
Je ne meprise pas ce sibcle-ci,
Mais dites-moi lequel vous prdferez!























































Le Loup, la Chevre et le Clievrcau.


-:27 Ar-,







- 39


Loup, ti Cabritt avec manman Cabritt




Nan toutt temps, cabritt ac loup,
C6 tancou laitt ac citron :
Gnoun' rhai lott! Si mouton doux,
Cabritt, ce bett qui pas capon :
Au mot : dess*! c6n'!... Tire zam' bon, (i)
Pare zam' millb. Coute ou.!

Gnou sanm'di, bien h-bon-nh&*, (2)
Gnou manman-cabritt, qui td
Besoin alld nan machd,
Rhlde pititt-li :
< Ti S6? >




Le Loup, la Chbvre et le Chevreau



De tout temps, cabri et loup,
C'est comme lait et citron :
L'un deteste 1'autre. Si le mouton est doux,
Le cabri n'est pas b6te couarde :
Au mot: Deusse! > un coup de corner! C'est bon de savoir
[tirer des armes;
C'est meilleur de savoir parer les coups. Ecoutez voir:

Un samedi, de fort bonne heure,
Une ch6vre*, qui avait (3)
Besoin d'aller au march,
Appela son enfant :
< Petite sceur! >







40 -


- << Ti ? maman! >> (4)
<< M'ap6 sbti :
<< Chita* 1, jouq' moin vini. (5)
< Pas mdtd nain ou derhb,
< Ni louvri p6tt cay'-1h, non!
< M'a batt ou, si 9a rivd...
< Ou tend? >
< Oui, manman >
< Bon!
<< N'impott qui moun' qui frapp6,
< Fait corn' si ou-apd dbmi.
< Main, si-z'au cas* moun'-lh dit :(6)
<, Satan flde field* toult loup > (7)
< Ou'a capab louvri ba li!...
< Moin derhb*: quimbd* cb ou > (8)
L6 li dit ga, ma conme
Baill cl6 p6tt-l d6 bon tou;
Rould gnou roch' pa deye;




<< Plait-il? maman. >
Je sors.
< Assieds-toi lh, jusqu'a mon retour.
< Ne mets pas le nez dehors,
< Et ne va pas ouvrir la porte de la maison!
<< Je te battrai, si cela arrive...
< Tu m'entends? >
< Oui, maman! >
< Bien!
< Quelle que soit la personnel qui frappe,
. Fais semblant de dormir.
<< Mais au cas oif elle dirait :
< Le diablepatafiole tons s l loups* (7)
< Tu pourrais lui ouvrir.
<< Me voilh parties: gare a toi! >
Cela dit, ma commbre
Donne A la porte deux bons tours de cl6,
Pousse par derriere une grosse pierre,









Et pi, alley fait routt li.
Li pas t'encb divir (9)
Boutt calfou-1h, quand lenn'mi
Tinc-en-tinc* paraitt. C6td (io)
Gnou gros loup, qui td cache
Dey6 gnou ragd-piquant*, (11)
Pou coutd 9a l'ap6 dit,
Et veill 16 li soti.
Scdelrat-l, tout doussment,
Tout doussment, colle li prd
Trou pott-l, et pi, frapp6 :
C6h! c6ouh Pessonn pas reponn.
C6h c6h! c6ouh! Cd jouett: pessonn!
Quand li oue Ca, con cabritt
Li prend gnou ti voix bdgu6,
Pou li dit : < Rh6y'* louvri vitt! (12)
< Louvri pou... lanmou de Did!
< Che... ti... Sb moin !... Main... gnou loup,



Et se met en route.
Elle n'avait pas encore tourn6
L'angle du carrefour, quand l'ennemi
(Tinc-en-tinc) apparut sur ses pas. C'dtait
Un gros loup, qui s'6tait tenu cache
Derribre une haie d'dpines,
Pour 6couter ce qu'elle disait
Et surveiller le moment de sa sortie.
Le sc6ldrat, tout doucement,
Tout doucement, se colle prds
Du trou de la serrure et frappe:
< Toc toc! > Personne ne repond.
< Toc! toc! toc! > Pure plaisanterie: personnel
Quand il vit cela, comme une chbvre
Ii prit une petite voix chevrotante,
Pour dire: << Ciel! ou...vre vite!
< Ouvre pour l'a...mour de Di...eu,
IV Ma chore... Petite Sceur VoilM un loup







42 -


<< Qu' ap6 t'... toui' fanmil' ou !...
< Satan... pdtdfiel toutt loup >
Ti cabritt-la, nan khe-li
Dit: < Nan main revendiz, moun'
< Pas doud rhontt mande degui *! ( (13)
Et pi, pou loup-la li dit
< Agud! Ch& Madanm, Man Choun'
< D6fann, anvant li soti,
< Moin louvri pott pou moun' qui
<< Pas gangnin patt blanc con nous.
<< Cd pou tett 9a*, moin big6 (14)
<< Mand6 ou6 coule patt on.
<< (a pas nui pbssonn, pas vrd ? >

Fois cila-15, comp& Loup
Tounain nan bois sans mangd.



< Qui tue un de tes parents !...
< Que le diable patafiole tous les loups
Le chevreau, en lui-meme,
Se dit : < D'une revendeuse, on
< Ne doit pas rougir d'.exiger du digui. >
Et s'adressant au loup :
- < H6las ma chere dame, maman Choune
< M'a ddfendu, avant sa sortie,
< D'ouvrir la porte a tons ceux
< Qui n'auraient pas la patte blanche comme la n6tre.
< C'est pourquoi je suis force
< De vous demander a voir la couleur de votre patte.
< Cela ne pent nuire:A personnel, pas vrai? >

Cette fois, compere Loup
S'en retourna dans les bois, sans manger.











Cochon ac Chien



Nan temps toutt bett t6 pald,
T6 g'ain plantt pa respd)
T6 g'ain gnou fdmel cochon.
Zott connin gen cochon bon?
Cila-lk td fait zanmi
Avec gnou fdmel chien, qui
T6 pretty pou mi bas. Chien-l,
Gnou jou, dit cochon con a :
< Moin prd pou moin accouchd,
< Ma conme, t'en pri! soupl6*, (i)
< P&mett moin prdtd gnou coin
< Nan pac ou, pou pititt moin. >
Cochon dit : < Che, coument don ?



La Lice et sa Compagne



Au temps o0 toutes les bktes parlaient,
II y avait (sauf votre respect),
Il y avait une truie.
Vous savez comme les truies sont bonnes gens ?
Celle-ci avait fait amitid
Avec une chienne, qui
Etait sur le point de mettre bas. La chienne,
Un jour, dit i la truie:
- < Me voilh pres d'accoucher,
< Ma commere, je vous en prie, s'il vous plait,
< Permettez-moi d'emprunter un coin
< De votre parc, pour mes enfants. >>
La truie dit : < Chere, comment done!












r ~-


La Lice et sa Compagne.









< A vott sbvig' Vini, non
Chien vini, chien accouch ;
Toutt pititt chien yo leve :
Yo grand, yo f6, yo mbde ;
Toutt la jounain yo jappe,
Fait bambi* nan pac cochon, (2)
Et... mbde pititt cochon.
Quand cochon-l1 ou6 tout 9a,
Li rhe'l femel chien-lh :
< Che, pititt on fini grand ;
< Yo ca'b alley A present.....
-- < A11? All qui c6t ?...
< D'abb, qui moun' ou pale ?
<< C6 pas moin, moin pas cou6 9a ? >
Cochon dit : < At6, pac-1A,
< Li pou moin, ossnon pou oh ?
< C6 batt pi pou prend rob p6* ( (3)
-- < Ca pas gad6 moin! To coue
< Cochon capab dit chien : chou* (4)

A votre service! Venez-y! y
La chienne vient; la chienne accouche;
Tous les enfants de la chienne se lbvent;
Ils sont grands, ils sont forts, ils mordent;
Toute la journde ils aboient,
Font ripaille dans le parc de la true,
Et mordent les enfants de la truie.
Quand celle-ci vit tout cela,
Elle appela la chienne :
- < Chbre, vos enfants ont fini de grandir :
< Ils peuvent partir A present ?... >
- < Partir ? Partir ? Et pour of ?
< Mais d'abord, a qui parlez-vous ?
< Ce n'est pas B moi, je ne le crois pas?
La true de dire : << Pour lors, le parc
< Est-il a moi, ou a vous?
< C'est battre le pr6tre pour prendre sa robe!
- < Ceci ne me regarded pas. Tu crois
<< Qu'un cochon peut dire a un chien : < Chou !')









<< Eh ben, mdtd moin dbrh6 :
<< N'a oue quil-ess' qui g'ain tb >
L6 li dit ga, li fait : Houan !
Cochon oue d6 rang6 dent.
Ra* cochon mdtd ndti* !
Main, chien avec pititt li
Barrd* bett, fait li rdtd.
Yo toutt conmence mbdd
Pov' cochon jouq'li mouri.

Parol longtemps td connin dit:
< Cd bon kh6 crab
< Qui empdche li gangnin tett! >
Moin pas dit non; main, Bon-Gue maitt!
Baton pa pi fb pass sab;
Jodi pou chassd,
Dinmain pou gibi :
La-vi sou la t6,
Cd con 9a, ca yd.


< Eh bien, mets-moi dehors :
5< Nous verrons qui de nous deux a tort! >
Ce disant, elle fait: << Houa >
La true volt deux ranges de dents.
(Ah!) Du coup la true d6tale !
Mais la chienne avec ses enfants
Vous barre le chemin a la bete, la force de s'arreter.
Tous se mettent a mordre
La pauvre true, jusqu'a ce qu'elle meure.

Un dicton d'autrefois avait coutume de dire:
, C'est son bon coeur
< Qui empeche le crabe d'avoir de la t&te. >
Je ne dis pas non, mais Dieu est le maitre.
Le baton n'est pas plus fort que le sabre;
Aujourd'hui est au chasseur,
Demain au gibier;
La vie sur la terre,
SC'est ainsi qu'elle est !







- 47


,Ch6guii ac Pott



At6 td g'ain gnou chbgui (1)
Avec gnou ti p6tt-en-te.
Dipi gnou bon boutt zann6,
Yo t'ap6 viv' bb di f6,
Sans connin lod6 la-ri,
Quand, gnou jou, yo rdvoltd.
Ch6guie-lh, qui pi chaud, dit:
-- < Canmarad, en verite,
< Cd gade moun' con bourriq,
< Femain yo toutt la jounain
< Nan gnou trou, yo pas janmain
,< Capab ou6 pissonn, anniq* (2)
< Ratt mouri, crab avec chiq* ...()



Le Pot de terre et le Pot de fer



Adonc, il y avait une chaudiere
Et un petit pot de terre.
Depuis un bon bout d'anndes,
Ils vivaient au bord du feu,
Sans conniaitre (1'odeur de) la rue,
Quand unjour ils se rdvolterent.
La chaudiere, plus chaude, dit:
- < Camarade, en vdritd,
<< C'est regarder les gens comme des bourriques,
< Que de les enfermer toute la journde
<< Dans un trou, ofi jamais
< Ils ne sauraient voir personnel, sinon
< Des rats morts, des.crabes et des chiques!
















a


Le Pot de terre et le Pot de fer.


=-t'
~ .~a









< Tous l1s dd, en-nous marron >
< Quilhd ? Dinmain. Eh ben, bon
Lendinmain, yo profit
Lh~ maitt y' all nan mache,
Couri : Tip Tip b6 barri ; (4)
(Pas blie
Tous les dd t6 gangnin pie)
Ou6 chaj'-zeb apd passe
Sou dos gnou milett; rh6le
Milett-l : < Comp Compel !
< Vini !... C6td* ou-apr'all ? >> (5)
<< Nan d'leau. < Ou v6i fait gnou guiob* ? (6)
<< Bon 9a li ye? > << Chag6 nous
< Nan sac-paill* ou : n'a ba ou (7)
< Peau bannann! > < Moin pito cob*. > (8)
< Nous pas gangnin. > < En-nous, non -
R6p*! yo moutd. (9)
Nan chimin,
Sans dd-z-ou trois coup-d'zipron

<, Tous les deux, mettons-nous en fuite. >
- < Quand ? >> << Demain. > < Va bien >
Le lendemain, ils mettent i profit
Le temps que leur maitre prend pour aller au march;
Courent (tip tip !) vers la barribre
(N'oubliez pas
Qu'ils avaient tous deux des pieds),
Voient passer une charretde d'herbes
Sur le dos d'un mulet, appellent
Le mulet: << Comppre! Compare!
< Arrivez Oii allez-vous ? >
- < A 1'eau. > < Voulez-vous faire un djob? >
- Bon! Qu'est-ce que c'est? > < Nous charger
< Dans votre havre-sac. Nous vous donnerons
< Des peaux de bananes. ; < Je prdfere des sous. >
- < Nous n'en avons pas. > < Venez donc! >
Hop! ils montent.
En chemin,
Sans deux ou trois coups d'dperons







- 50


Pie ch6guie baill ventt vouesin,
Chaq' fois sac-paill-lT souqu6 :
Ca qui fait, 16 yo rive,
Ventt vou6sin mangnie* f616, (io)
C6 pott-l m'apd pale, -
Toutt bagay' t'a pass bien.
Yo di9ann b6 la-rivi&,
Rentr6 nan d'leau pou baingnain;
Main, con* yo contrd, chogui0 (II)
Lagu6 baill'* canmarad li (1s)
Gnou lott chica *. (i3)
Pott-la dit:
< Pou lanmou de Di6! zanmi,
<< Pifi'ga moin, non -- < Ah mon ch&,
< Pas fott moin : c6 la-rivi6
< Qu'ap6 voi' moin sou ou >
Anvant parol-l8 fini,
Li: Zouing'! Li: Pim'! Li: Gnan*! pou (14)
Malh6rd-15.

Queles pieds de la chaudiere donn8rent au venture du voisin,
Chaque fois que le havre-sac vint h 6tre secoud,
Ce qui fit qu'a leur arrive,
Le venture du voisin etait tant soit peu f61e,
(C'est du pot de terre que je parole)
Tout se serait bien passed.
Ils descendent a la rivibre,
Entrent dans 1'eau pour se baigner.
Mais d6s qu'ils font rencontre, la chaudiere
LAche a son camarade
Un autre horion.
Le pot dit:
- < Pour 1'amour de Dieu, mon ami,
< Prenez done garde a moi! > < Ah mon cher,
< I n'y a pas de ma faute, c'est la riviere
< Qui me renvoie sur vous. >
Avant la fin de ces mots,
II (fait) : Zouingne Pime Gnan !
A 1'infortun6.







- 51


Pr6mi6 coup,
Pott-lB fait: Kleing con moun' qui
Gangnin pomniq'*. Dezibm', li (15)
Fait: Kodop tancou crabi6* (16)
Qu'ap' apprann mach6 bouetd.
Troisibm', li pas fait angnin:
Con ravett qui nan pangnin,
Li could nan fond dl'eau-la.

Ti-moun'*, quand moin dit zott : Pin'ga* (17)
< Mel avec qa qui pi f6
< Passe zott > zott press rdponn:
< Moin gros nag', moin pas p6 pessonn !>
C6 mot qui gofit* nan bouch'; main, lb (i8)
Zott va gangnin qu6q' cott casse,
Bisquett* foul, (19)
Et pi zbb6y'* plein macoutt* zott, (0o)
Ca qu'a pi sott ?
Cd pas 16 moin, graq' a Bon-Gu6 !


Au premier coup,
Le pot fit: Kleing comme les gens qui
Ont la poitrine malade. Au deuxibme, il
Fit : Kodop comme les crabiers
Qui s'essayent a marcher en boitant.
Au troisikme, il ne fit rien:
Comme des ravets dans un panier,
I1 coula au fond de l'eau.

Enfants, quand je vous dis : < Gardez-vous
De vous frotter a ceux qui sont plus forts
Que vous! >> Vous vous empressez de r'pondre:
< Je suis un homme; je n'ai peur de personnel. >
Ce sont Il propos savoureux A la bouche, mais lorsque
Vous aurez quelques c6tes de cassees,
Votre bisquette refoulde
Et des ulchres plein votre sac,
Qui sera le plus attrap ?
Ce ne sera pas moi, graces au ciel!






























































I.e Loup et la Cigogne.











Loup ac Macouali


Moin racont6 zott dij5
Gen bett yo rh61 loup-la,
Cd gnou mauve zannimau,
Plein toutt quality defauts:
Vorass, aloufa*; rainmain prend (i)
Sans rainmain m6td ; insolent, (2)
En grand avec ti tett cal *, (3)
Main, toujou pretty pou passe qud*, (4)
L6 c6 gros bois* qu'ape pale. (5)
Con ou tend, pou fini toutt, -
Gnou bett qui vbl6 passe chatt,
Et qui pas connin quimbe ratt !




Le Loup et la Cicogne




Je vous ai ddjh contd
Combien cette'b6te qu'on appelle loup
Est un mechant animal,
Plein de toute sorte de defauts:
Vorace, insatiable, aimant a prendre,
Mais n'aimant pas a rendre* ; insolent, (2)
Hardi avec les tktes tondues,
Mais toujours prompt a baisser la queue,
A la voix de quelqu'un de poids;
Enfin, figurez-vous
Une bete plus voleuse qu'un chat
Et incapable d'attraper un rat!








54 -


Mauv6 con 9a, c6 denid boutt* (6)
Zott chongd* pb' ti mouton (7)
Assassin-16 te vald
Tout entire,
Con gombo qui nan bouillon:
Eh! ben, depi jou 9a-lh,
Con gnou pinition Bon-Gud,
Gnou zo mouton t6 rtd6
Nan fond g6j' li. Magr6 9a
Li pas trangle; main, cd : < Quien > (8)
C : toutt la jounain:
Ou t'a dit gnou moun' touss6*. (9)
Gnou vouesin' t'ap6 passe,
Li proch6 : -- < Bonjou compel !
< Conment ga*? Ca ou gangnin ? > (1o)
Loup-la dit: < Pas capab... Quien!
< Pale... Quien Quien! Ma conmr !...
< Quien! Quien! Quien!... M'ap6 trangl6!




Mauvais h ce point, c'estle dernier degr* (6)
Vous avez souvenance de ce pauvre agnelet
Que cet assassin avait avald
Tout entier,
Comme un gombo dans un bouillon.
Eh bien, depuis ce jour-la,
Comme une punition du ciel,
Un os de mouton 6tait rest
Au fond de sa gorge. Malgr6 cela,
Ii ne s'dtait pas 6trangld, mais c'etait un < Quien >
Un < Estieme > toute la journde:
On aurait dit un poitrinaire.
Une voisine passait,
Elle s'approche: < < Comment 6tes-vous ? Qu'avez-vous ? >
Le loup de dire: -- < < Parler... Quien! Quien! Ma commbre,
< Quien Quien Quien Je m'dtrangle ...









<< Voudsin', ch6 t'en pri, souple !
< Rald* zo-lh* nan g6j' moin : (1)
< M'a ba ou... 9a ou' a b6soin. >
< Bon! comp : laiss6 moin oud !...
< Ca g'ain 16 malouq'*. En-nous !... (12)
< Rdtd douett! Louvri bouch' ou! >
At6 qui bouch' ? Nbg'-1B fait
Li oue gnou coquin* chin-d'trou: (13)
Laj' con pi, nou6 con lenf6.
Vouesin'-l td gnou bon khb.
(C&t6 fdmel macouali*) (14)
Li fourrd 1l-dans cou-li,
Qui pas coutt, chache, fouilld,
PMs6, ral6;
Et pi, gnou bon coup, fini
Pa mete derh6 zo-1~
Qui td baill tout cd tracas.
Quand li suyd bien suyd* (15)



<< Ma chbre voisine, je vous en supplies,
<< Tirez cet os de ma gorge!
<< Je vous donnerai ce don't vous aurez besoin !
- < Bon! mon compere. Laissez-moi voir !...
<< Qa m'a Fair mal en point. Allons!
,< Tenez-vous droit! Ouvrez la bouche !>
- Et quelle bouche? Notre homme lui fit
Voir un immense trou*, (13)
Large come un puits, noir comme 1'enfer.
La voisine 6tait un bon coeur (de femme)
(C'6tait la femelle du macouali.)
Elle fourra lT-dedans son cou,
- Qui n'est pas court chercha, fouilla,
Appuya, tira
Et, tout g coup, finit
Par mettre dehors l'os
Qui donnait toute cette peine.
Quand elle eut bien essuvy









Toutt tett-li qui t'ap6 su6,
Li dit : < Travaill-lB t6 chaud !
< Cila-l1 cd gnou maitt zo!.....
< Ou degagd a present :
< Ca meritd bon lagent >
Loup-l prend.ri : Coua! Coua! Coua!
< Coument to dit mot to 16 ?
< Lagent? Pas fait fag', tend* (16)
<< Connin to chapd li bel!
< To dou6 boul6 gnou chandel,
<, Oud cou to soti enti6
< Nan g6j' moin : c6 pr6mi6 fois
<, Ca riv6 To si ingrat
< Qu6 jouq' at6 m' senti m' t'a*... ; (I7)
Lott pas tann pliss passe ga :
Di fe te nan ge loup-l1.
Li vole sou gnou pi6 bois,
Et con ga, toutt comptt caba *. (8)



Toute sa tate qui 6tait en sueur,
Elle dit: << Chaud travail!
< Celui-lh est un maitre os !
<< Vous voil. degage A present:
< La chose merite bellement de 1'argent!
Le loup s'esclaffa de rire :
- << Comment dis-tu ton mot-1l ?
< Argent ?... Pas de plaisanterie*, entends-tu? (16)
< Apprends que tu 1'as 6chappd belle!
< Tu devrais brfiler un cierge
< De voir que ton cou est sorti entier
< De ma gorge. C'est la premiere fois
<< Que cela arrive. Tu es si ingrate
< Que jusqu'en ce moment, je sens que je... >
L'autre n'en attendit pas davantage :
Ily avait du feu dans les yeux du loup ;
Elle s'envola sur un arbre,
Et de cette fagon, tout r6glement futtermin6.









Pas compt6 bef va janmain dit
Savann grm-m6ci*. (19)
Aussi tou*, 16 moun' con Ca yo (20)
Nan mauvd pass, 1e zott pito
Laiss6 yo fait con yo connin
Pou ouet6 tett yo nan petrin;
All mI'l, ce zo pouesson*; (21)
Gr6 m'ci chien, ce coup-d'-baton!



Ne comptez pas qu'un bceuf jamais dira
Merci! A une savane.
Aussi, quand ces sortes de gens
Sont dans un mauvais pas, les autres prefdrent
Les laisser faire comme ils peuvent,
Pour se tirer du petrin;
Vous en meler, ar&te de poisson* (21)
Le remercYement (qu'on donne) au chien, c'est un coup
[de baton !


















'I~


La Genisse, la Chevre et la Brebis en society avec le Lion.











Mouton, Cabritt, Gazel avec Lion




Gnou jou, t6 gangnin gnou lion,
Et pi gnou femel mouton,
Gnou fdmel cabritt, et pi
Gnou gazel. Gnoun'-dd-yo dit:
<< En-nous coupe associd*, (i)
< Pou nous toutt ensanm all1
< La-chass > Toutt moun' r'ponn : < Oui! !
Toutt moun' dit y'a bien content.
Suiv' moin! Pipiritt chantant*, (2)
Bras d'si, bras d'sou, yo pati,
Apr6 yo t6 boud caf6. -
(Cd lIh zott connin all1



La G(nisse, la Chbvre et la Brebis

en society avec le Lion



Un jour, il y avait un lion,
Puis une brebis,
Une bique, puis
Une g6nisse. L'un d'entre eux dit:
< Associons-nous,
< Pour aller tous ensemble
< A la chasse! > Chacun de rdpondre : << Oui! >
De dire qu'on en sera bien aise...
- Suivez-moi! Au pipiri chantant*, (2)
Bras dessus, bras dessous, ils partirent,
Apres avoir pris leur cafd.
(C'est l'heure ofi vous autres avez l'habitude d'aller







- 60


Tatd poul' zott nan dbmi,
Pou oun si yo gangnin zd.)
Chass6 yo, nan gnou moment,
Rivd c6td gnou litang,
Qui td toujou plein gibid;
Main, faut cou6 La Poussignii* (3)
T6 void quich6y' sou yo :
Jouq' li td bien ta, yo beau
FouillI gnou pil trou nan t6,
Tann pelin* nan bois, bb d'leau, (4)
Et sou lisib grand chimin,
Yo rdtd ch6ch' *. -A la fin, (5
Gnou cochon marron tomb6
Nan mitan* p6lin gazel, (6)
Qui mdtd poussd dd hel.
Ld zott yo dit : < Ca li yd ? >>
Main, prdmid moun' qui rivd,
Cd comp6 lion. Li dit : << Pd!




TAterle venture de vos poules, dans leur sommeil,
Pour voir si elles ont des coufs !)
Les chasseurs, en un moment,
Arriv6rent du c6td d'un dtang,
Qui dtait toujours plein de gibier.
Mais il faut croire que la Poussiniere
Leur avait jetd un sort,
Car jusqu'a ce qu'il ffit bien tard, ils eurent beau
Fouiller un tas de trous dans la terre,
Tendre des lacs dans les bois, au bord de l'eau,
Et jusqu'h la lisiere de la grand'route,
Ils restbrent bredouille*. A la fin, (5)
Un porch sauvage tomba
Au milieu des lacs de la gdnisse,
Qui poussa deux cris.
Les autres de dire : << Qu'est-ce que c'est ? >
Mais la premiere personnel qui arriva,
Ce fut compere Lion. I1 dit: << Silence !









Faut dabb separ6 bett! >
LA main, avec gnou manchett*, (7)
Li coupd bett-lB en quatt :
Pou chaq' associe gnou patt!...
(Oui! nan kh6 yo, yo td coub
C6 t'a va 9a : Vini ou !)
Comp .lion dit yo con ca:
< Doussment, non!... Ca qui chef zott? >>
Yo dit : < Cd ou : nan point lott. ,
-- < Bon! Eh! ben, tout 9a soldats
< Gangnin, A pas pou chef yo ?
< Si moin chef, main gnou moceau.
< Qui dou6 pou moin : cd la-loi! >>
Li mand6 pou dezimr' fois:
<< Ca qui gangnin pi gros dents ?
Fois ga-l, yo de selment
Reponi : << Ou! > << Zott pas menti!
<, Dabb zott-mainm consent



Faut d'abord partager la b6te!
Aussit6t, avec une manchette
11 coupa l'animal en quatre.:
Une patte pour.chaque associd !
(Oui! en eux-m6mes ils s'imaginaient
Qu'il en serait ainsi. Allez voir!) ,
Compare Lion leur dit :
<< Tout beau! Quel est votre chef? >>
Ils dirent : < C'est vous, il n'y en a pas d'autre.. .
< Bon! Eh bien, tout ce que les soldats
<< Possedent, n'est-ce pas a leur chef?
< Si je suis chef, voici un morceau
< Qui doit 6tre A moi : c'est la loi! .
I1 demand une deuxieme fois :
< Qui a de plus grosses.dents ? .
Cette fois, deux d'entre eux seulement
Repondirent : << Vous! >> << Vous ne mentez pas.
< Des lors que vous-m6mes admettez







62 -


<< Dents moin pass pou pi gros,
< Faut ba yo pi gros moceau
< Pou yo pas souqu6... Atb,
< Dit-moin quil-ess' qui pi f6
< Icitt? > La pe fait gnoun' dit:
- < Chef, moin ben crou6 c6 ou, oui! >
- < Ah! to t6 cr ?... Moin besoin
< Pou graiss6 fb9-pongnett* moin,
< Gnou lott moceau. >
Toutt moun' pd :
Ou t'a tend much' vole.
Lion dit enc6 : < Cout6 ben!
< Moin pas rainmain enpil train* :
< Si gnou moun' assez rhadi
< Pou vini m6te guiol-li
<< Sou d6ni6 moceau viann-l,
< Vibj' pdt6 d6 grainn g6 moin*! -
< Li pas pe rive pi loin! >


<< Que mes dents passent pour plus grosses,
< II faut leur donner une plus grosse part,
<< Pour qu'elles ne branlent pas. Maintenant,
<< Dites-moi lequel est le plus fort de nous,
< Ici? > La peur fit dire a l'un d'entre eux:
- < Chef, je crois bien que c'est vous? ?
- < Ah! tu le crois?... J'ai besoin,
< Pour entretenir la force de mon poignet*,
< D'un autre morceau. .
Chacun se tut :
On aurait entendu voler une mouche.
Le Lion dit encore : < Ecoutez bien !
< Je n'aime pas beaucoup de bruit.
< Si quelqu'un est assez hardi
< Pour venir poser sa gueule
< Sur ce dernier morceau de viande,
<< Que la Vierge me crave les deux yeux,
<< Si je le laisse aller outre! >


(9)






-- 63 -


L6 li tini dit tout 9a,
Li prend tous ls quatt moceaux,
Mete yo nan brissac* li, (12)
Et laiss6 la compangni,
Sans gnou zo pou fait bouch' yo.

Prend ass69'*, c6 prend maitt : (I1)
(a vre pou moun', 9a vr6 pou bett!




Quand il eut fini de dire tout ceci,
II prit les quatre morceaux,
Les mit dans son havresac,
Et laissa la compagnie,
Sans un os pour se faire la bouche.

Prendre un associ6, c'est prendre un maitre :
C'est vrai des hommes, c'est vrai des b6tes !
































































Le Lion devenu vicux.







- 65 --


Lan-mo Lion




Trois bagay', sou la-te*, pi fb (i)
Passe nous toutt:
Cd maladi, vieilless, lan-m6 !
Grand con nous yd, qa yo, cd boutt!

Gnou lion, qui t6 prd pou mouri,
T6 couches sel sou gnou cabann*. (2)
A fb6' maling* td mange li, (3)
Fanmill li, qui t6 bouqud* tann, (4)
Prend toutt provision nan cay'-l1,
Fait paquett; et pi, dit con ga :
<< N'all : tit-A-lh& n'a vini! >




Le Lion devenu vieux




Trois choses ici-bas sont plus fortes
Que nous tous:
La maladie, la vieillesse, la mort.
Si grands que nous soyons, celles-lb, c'est notre borne !

Un lion, qui dtait pris de mourir,
Etait couch seul dans un lit.
Les ulceres le divoraient tant* (3)
Que ses parents, fatigues d'attendre,
Prirent toutes les provisions dans la maison,
En firent paquet et dirent (comme ceci):
< Nous nous en allons : tout a l'heure nous reviendrons. >
5







- 66 --


At6, lion-1a, nan temps f69' li,
Pas t6 janmain bon pou prochain :
C6 pou Ga, li pas t6 gangnin
Gnou vou6sin pou quimb6 tett li.
P6v' vie cb! (;a td fait la-peinn (5)
Gen, nuitt con jou, li t'ap6 plain,
Sans boub, sans mange, sans dbmi!
Temps-en-temps, gnou bett t6 vini
Sou vie grand-moun'-lh long nain,
Fait sign", pal6 f6*... A la fin, (6)
Gnou macaq* voltig6 sou li, (7)
Et pi, ba li gnou p6 soufflett.
Aprd 9a, vini gnou milett,
Qui gad6 guiol li ben, et : Gnan !
Avec gnou grainn* coup-d'pi6, met6 (8)
Ni dent ni machou6 toutt en sang.
Gnou bef vini, cbn' en avant,
Et pi : Doup! Doup! pit6 d6 g6;



Et done ce lion, au temps de sa force,
Jamais n'avait 6t6 bon pour le prochain ;
C'est pourquoi il n'avait pas
Un voisin pour soutenir sa t6te.
Pauvre vieux corps! Qa faisait peine,
Comme nuit et jour il se plaignait,
Sans boire, sans manger, sans dormir!
De temps en temps, une bete venait
Sur le vieillard allonger le nez,
Gesticuler, parler haut*... A la fin, (6)
Un singe s'6lanya sur lui,
Et lui donna une paire de soufflets.
Apr6s quoi, vint un mulet,
Qui, regardant bien sa gueule, gnan !
D'un seulcoup de pied*, lui mit (8)
Et dents et machoire en sang.
Un boeuf s'en vint, come en avant,
Et : Doup! Doup lui creva les deux yeux.








67 -


Gnou loup pot6 gnou moceau nain:
Jouq' chatt qui baill gnou graffignin*!... (9)
P6v mati-l1 dit : < Bon-Gu6 maitt!
< La volonld dd Did soit faitt >
Main, 16 li tend, li-mainm qui
Te conmand6 toutt zannimaux, -
Hi! Han bourriq ape vini
Pou caba rag' li tou, li dit : (io
<~ Non! ga tropp' > et 1, d6 rang d'leau* (11)
Prend coulk nan trou ge li yo.
Bourriq proch6, dit : < Main pou ou*! > (12)
Ba li nan ventt gnou coquin' coup*... (13)
Lion-lh fait: < Hay'! > baiss6 tett li,
Et pi mouri.

Moun' qui quimb6 autorite
Pas doue blie
D&ni6 jou-1a, ce pou Bon-Gud!



Un loup emporta un morceau de nez.
M6me le chat donna une dgratignure...
Le pauvre martyr dit: < < La volonte de Dieu soit faite >
Mais lorsqu'il entendit, lui qui
Commandait tous les animaux,
Hi! Han l'Fne venir
Pour 1'exterminer*, lui aussi, il dit : (1o)
< Non! c'est trop > et alors, deux ruisseaux de larmes
Se prirent a couler des trous de ses yeux.
L'Ane s'approcha, dit: < Tiens pour toi (12)
Lui donna au venture un maitre coup.
Le lion fit : < Ai'e > baissa la t&te
Et mourut.

Ceux qui d6tiennent 1'autorite
Ne doivent pas oublier
Que le dernier jour est A Dieu!



























































Le Corbeau et le Renard.











Cbbeau ac Reinna




M'apr'all6, jodi-lh,
Fait zott fait connaissance
Avec de bett-en-France :
Cbbeau et pi Reinna.
C6beau-lh, ce gnou zou6zeau qui
Toujou sdrid con pain rassi*. (i)
Sou mach' li, ou t'a va dit
Jeinn gens qu'ap' 'crit sou la-feill* : (2)
Au jiss, connin gnou guiab-en-deill*, (3)
Connin li.
Comp6 Reinna, tout au contre,
SC fanmill chien : 9a vif con Ie,




Le Corbeau et le Renard




Je m'en vais aujourd'hui
Vous faire faire la connaissance
De deux bites de France :
Le Corbeau et le Renard.
Le Corbeau est un oiseau
Toujours grave,.comme un pain rassis;
A sa demarche, vous diriez
De ces jeunes gens qui dcrivent dans les gazettes;
Au just, connaitre un diable-en-deuil,
C'est le connaitre.
Compare Renard, bien au contraire,
Est parent du chien : c'est vif comme 1'air,







- 70 -


Ca fin con gnou maitt-pointt*. Pami (4)
Toutt bett qui sou la-t6, c6 li
Qui joud rol Ti-Maliss. Bouqui,
Cd bourriq, toutt moun' connin 9a -
( Cric? Crac! Barr' en rhaut, barr' en bas*! (5)
Ti-moun' si yo mand6 pou moin,
Dit moin pi loin !...)

Bon !... D6cte* Cbbeau, grand' m' matin*, (6)
Te monte sou gnou pi6 bois-pin
Avec gnou tranch' fronmaj-griy6
Li td fait qu' ranmass6 bbd'-me*. (7)
Mange pard*, (8)
Zott t'a cou6 min'-li d6marr6 *! (9)
Li-mainm? Bichi!
Moun' con 9a t'a pito mouri,
Pass6 yo ri.
Blanc dit : Pliss gnou fronmaj senti,




C'est fin comme un maitre d'armes. Parmi
Tons les animaux de la terre, d'est lui
Qui joue le r61e de P'tit-Malice, Bouqui,
C'est l'ane ; chacun sait 9a -
(Cric ? Crac Arretez par 1l-haut, arretez par en bas!
Enfants! si on me demand,
Dites que je suis plus loin !...)

Va bien Docteur Corbeau, de grand matin,
Etait monte sur un pin,
Avec une tranche de fromage de gruyere,
Qu'il venait de ramasser sur les quais.
Le repas pret,
Vous croiriez que sa mine se serait ddtendue?
Lui? Allons donc!
Les gens de cette sorte aimeraient mieux mourir
Que de rire !
Les blancs disent que plus un fromage a d'odeur,









Pliss li bon. Ca Cbbeau-lh td
Doud roi fronmaj!... Pou senti, vrd! -
Li td potd Ca comptt c6 li*. (10)
Compd Reinna t'ap6 passe,
Li prend selment vent* griy-l : (iI)
Compel rtd ;
Li dit : < Foutrou >> et pi, con 9a
D'leau mdtd could nan guiol-li.
Ca li fait? (Cout6, oui!) Cor' si
Li p' encb oun pessonn, Compe
Ldvd dd gd-l'en 16 ;
Et pi dit: < Oh! bonjou, Dbct !
< Conment ou yd? Corn' qa, meci*!... .12)
<< Al bel rhad'* d6cte gangnin, (13)
<< Sans r'proch'! A1i bagay' fin !
< Ca faitt i Paris ?
<< Mbd-li, ddgainn* li, chird* li, (14)
< Tout ga pioutt* (15)



Meilleur il est. Celui du Corbeau
Devait ktre le roi de- fr.m.rn ,c- ,:vraiment, pour l'odeur,
Ii en avait tout son content*. (io)
Compare Renard passait,
I1 flaira seulement l'haleine du gruybre *; ( i)
Mon compere s'arr&ta;
11 dit : << Fichtre > et du coup,
L'eau en coula dans sa gueule.
Qtie fit-il? (Ecoutez !) Comme
S'il n'avait encore vu personnel, mon Compere
Leva les yeux en 1'air
Et dit : < Oh! bonjour docteur,
< Comment vous portez-vous? Assez bien, merci !...
<< Voilh un beau costume qu'a 1l notre docteur,
< Sans reproche Voila quelque chose de fin !
< Cela a dtd fait Paris?
< Mode, fagon, tournure,
< Tout en est chic !







72 -


< Oui! fois 9a-1h,c6 cald* toutt!... (16)
<< Taill ou si bien faitt tou !... Et pi,
<< M'apprann on misicien?
< Tout-patout, c6 sou ou yo y :
<< Gen ou bel, gen ou chant bien.
< Lh& con qa, bouch' moin big6 p6.
<< Moin p'encb tend ou chanted;
<< Main, si pBp-l dit v6rit6,
< Disons dit Bon-Gu6 pas Bon-Gu6
< Laissd gnou sel prend toutt pou li. >
Toutt temps Reinna ape pal6,
(Ca gangnin guiol doug', moun' lesprit)
Dbcte Cbbeau fait gnou ti gen
Souqud zdpol, con pou t'a dit :
< Hay' hay'! hay'*! > Oui main, en- ddans (17)
Trou-nain li conmenc6 gonfld.
Pou montrd li connin chanted,
Dbcte louvri bec-li grand grand,




< Ah! oui, cette fois, Ga ddpasse tout !
< Vous avez aussi la taille si bien faite !... Puis,
< J'apprends que vous ktes musicien.
< Partout on ne s'entretient que de vous:
< Comme vous 6tes beau, comme vous chantez bien !
< Dans ces moments-la, je suis obliged de me taire.
< Je ne vous ai pas encore entendu chanter;
< Mais si le people dit vrai,
< I1 faudrait reconnaitre que Dieu n'est plus le bon Dieu
< Pour laisser un seul prendre ainsi tout pour lui. >
Tandis que le Renard parlait,
(Cela vous a la gueule douce, ces gens d'esprit!)
Docteur Corbeau avait une fa9on
De remuer les dpaules, comite pour dire:
< A'e ae aie > N'empeche qu'au fond,
Son nez commen9ait h s'enfler.
Pour montrer qu'il sait chanter,
Notre docteur ouvre tout grand son bec,







73 -


Tancou li ou6 chantt-14gliz' fait.
Blip! fronmaj-l1 soti tomb6.
Li pas g'ain temps rive a t6 :
Guiol Reinna t6 1a, tout par6.
Au vol, li r6t6 li; chita
D6 patt li yo sou li;
Et pi, li dit Cbbeau con 9a:
< Ch6, c6 fag' moin t'ap6 fait, oui !
< C6td ou janm' connin chants ?
< Voix ou tancou cassrol fle4!
< Quant-h-pou vi6 qud-lan-mori* (18)
< Ou' ape fait tout c6 grand banda *, (19)
< C6 cay' Fre Pie yo pi6ce* li! (20)
< Ti fronmaj-l,
< Cd ga qui t6 mill6 sou ou.
< Meci! ch6 toutt moin*; gnou lott jou, (21)
< M'a dit ou gofit li t6 gangnin! >
La-mainm, li vire dos ba zott,



Comme il a vu faire aux chantres d'eglise.
(Blip !) Le fromage lui sort (du bec) et tombe.
11 n'a pas le temps de toucher le sol :
La gueule du Renard dtait en arret.
Au vol, il 1'intercepte, asseoit
Ses deux pattes dessus,
Puis dit au Corbeau (ceci) :
< Mon cher, je plaisantais, oui-da !
< Quand as-tu jamais su chanter?
< Ta voix a le son d'une casserole f6l1e.
< Quant a ce pietre habit a queue de more,
<< Avec lequel tu fais toute cette pose,
< C'est chez Frere Pierre qu'on en a mis les pieces.
< Ce petit fromage
< Etait ce que tu avais de meilleiir sur toi.
< Merci, m'amour un autre jour,
< Je te dirai quel gofit il avait. >>
Sur quoi, il vous tourna le dos,






S74 ---

Et dbcte C6beau ret6 sott.

Tant pis pou moun' qui pas connin
Qa qu'engraiss6 souc6-trinnin*. (22)
N6g' li nan liv', li cou6 li f6.
ZhBb pas pouss6 nan grand chimin;
C6 lesprit c6 qui conduit cb*! (23)



Et docteur Corbeau resta quinaud.

Tant pis pour ceux qui ignorent
De quoi s'engraissent les parasites !
On sait lire dans les livres : on se croit grand clerc.
L'herbe ne pousse pas sur les routes publiques:
C'est l'esprit qui conduit le corps !










P&chi ac ti pouesson



Gnou vid nhonm, gnou bon matin,
T'ap6 fait la-pech !...
Agud! la-pech' avec zain* : (I)
Cd bon temps li td gangnin!
Croupi sou gnou pil' campnch',
Tancou ti-moun' qui p6 coup,
Avec gnou chapeau grand bb,
Qui digann li jouq' nan cou,
Gnou ti ldvitt, gnou rhalf *, (2)
Bouch' louvri, dos bas, li td
Respd pou la-socidtd -
Pbtrd gnou gros mAl-macaq*! (0)
Longtemps li r6td con qa




Le PMcheur et le petit Poisson



Un vieil homme, un beau matin,
Etait l la piche...
Le pauvre! p&cher A l'hameqon:
I1 avait vraiment du bon temps!
Accroupi sur une pile de (bois de) camp6che,
Comme un enfant qui a peur des coups,
Avec un chapeau a large bords,
Qui lui descendait jusqu'au cou,
Un petit paletot, un halfort,
La bouche ouverte, le dos baissd, ii avait,
- Sauf respect A la socidtd, --
Tout h fait l'aspect d'un gros singe*! (3)
Longtemps il resta ainsi






























































Le P&cheur et le petit Poisson.


-~1?-38~1
'I~ ~LE`a~l

1B~s~


r c-s









En faction, sans prend zicaq*, (4)
Ensanm li vldecabicha *, (5)
Gnou mal-rein fann nan qud li*; (6)
Li t6 conmencd senti
Faibless nan janm, con v6bl
La-Polig' apd br6td* (7)
Et qui tend Conmiss6
Dit : << Faitt son pid p'di te > (8)
Quand zain-lk m6dt souqud.
Voup! Tonton lIv6 douboutt*; (9)
Khe-li batt : Tip! tip tip !... Toutt
C6-craz*, toutt doule caba. (10)
Fem', actionnb*, on pas t'a (Ii)
Dit ce mainm moun'.
Li filed
Lign'-lB ti goutt*, con pou baill (I2)
Lenn'mi-li gabel*, laiss (13)
Cousin pouesson fait bataill



En faction, sans attraper maille.
Comme il allait sommeiller,
Une douleur de reins fondit sur lui*. (6)
II commencait a se sentir
Quelque faiblesse aux jambes, comme ces voleurs
Qu'entrainent les gens de police,
Et qui entendent le Commissaire
Dire : < Faites perdre terre i ses pieds !
Quand 1'hamecon se mit i s'agiter.
Voup le vieillard est debout!
Son cceur bat (tip tip tip !); toute
Lassitude du corps, toute souffrance s'eteint.
Solide, actif, on n'aurait pas
Dit que ce fit le m6me homme.
II fila
Un peu de la ligne, comme pour donner
Barres a son adversaire, laissa
Le cousin poisson batailler







- 78


Avec fr6 zain; et pi 16
Con dit pep'-1l pays frett*, (14)
Ac gnou ti coup sec sou douett,
Ral tous les d6 derh6.
At6, 9a zott cou6 bett-la
T6 y ? Pas ri! Gnou teta,'
Gros con gnou z6 mabouya *! (I5)
Tonton r&t6 bien seri ;
Cal rhalf6, pou mete
Pouesson. Main, quand lott oue 9a,
Li rh16 : << a ou' ape fait
<< Con qa, Mouch6? Ou pas p6,
< Si ou t'a potd m'alld,
< Toutt moun' dit ce crim'? Gad6
< Gross moin Qui coubouillon
< Ou v16 fait avec moin ? M'a
< Fini pedi nan sbg-1!...
< Tann moin vini gros pouesson.



Avec le frere hamegon; puis, lorsque,
Selon 1'expression populaire, tout se fut refroidi dans la region,
Avec un coup sec des doigts,
Les tira tous deux hors de l'eau.
Bien la b&te, que croiriez-vous
Que ce ffit? Ne riez pas... Un t6tard,
Gros comme un ceuf de mabouya!
Le bonhomme garda tout son s6rieux,
Exhiba son halfort, pour y d6poser
Le poisson. Mais quand 1'autre vit cela,
II se recria : << Qu'allez-vous faire
< Ainsi, Monsieur? Vous ne craignez pas,
< En m'emportant,
S< Que tout le monde ne dise: C'est un crime! Regardez
< Ma grosseur!... Quel court-bouillon
< Voudriez-vous fare de moi? Je
<< Me perdrais dans la sauce!
<< Attendez que je devienne un gros poisson.









< Ou' a bien content, gnou lott jou,
< Trouvd moin, nan temps grangou,
<< Pou ba ou gnou ti la-vi* > (16)
Nhonm-la dit: -<< C6 to piti,
< Main, guiol to fil6 Apprann
< Ca gnou moun' fini quimbd,
< Et pi, ga 1'ap6 couap6*, (17)
<< Ce d6.
<< AlI t'a bon Rdt6 tann?
> Mon fi,
< Pouesson pas janmain piti
<< Pou frit:
< Lan-mori, ce viann >

Tonton-la td g'ain raison.
Tout ca Bon-Gu6 baill, li bon.
Moin connin d6s papas, qui
L6 fanm yo fait gnou ti.fi,



< Vous serez bien aise, un autre jour,
< De me retrouver, en temps de disette,
< Pour vous donner un moyen de subsistence !>
L'homme dit: < Si ton corps est petit,
< Ta gueule est bien affil6e. Apprends
< Que ce qu'on tient
<< Et ce qu'on traque,
< C'est deux!...
< En voilh une bont6! Attendre ?
< Mon gars,
<< Le poisson n'est jamais trop petit
< Pour 6tre frit !
< La more, c'est de la chair. >

Ce vieux avait raison.
Tout ce que donne le bon Dieu, c'est bon.
Je connais des pares qui,
Quand leur femme accouche d'une fille,







8o -

Press6 dit:
< Moin t'a pito gnou ga9on0 !
P6 bouch' ou: pdt-ett, gnou jou,
Cd li-mainm qu'a chap6 ou*! (18)


S'empressent de dire:
< J'aimerais mieux un gargon >
Taisez-vous; peut-6tre qu'un jour
C'est elle qui vous sauvera*! (18)












Reinna ac raisin.




Si fanm pas rheld, y'a touf *: (i)
Cd pas fbtt yo, con ga yo yd.
Main, g'ain dd zh6m, qui pas capab
Pedi d6 cob, rate gnou bab *, (2)
Sans toutt la vil-lk pas connin,
Tant qu'yo rainmain fait train !
Anvant soleil lv6,
Cd gnou babid sans rdtd,
Batt pititt, jour6 madanm,
Frapp6 pie, cass6 chey'; fait
Toutt moun' nan cay'-la sans nanm;
Et pi, pou c6r6* 9a, bou6 (3)




Le Renard et les Raisins




Si les femmes ne crient pas, elles 6toufferont.
Ce n'est pas de leur faute : elles sont ainsi.
Mais il y a des hommes qui ne sauraient
Perdre deux sous, rater une affaire,
Sans que toute la ville n'en soit informee,
Tant ils aiment a faire du bruit
Avant le lever du soleil,
C'est un bougonnage sans arr6t;
(C'est) battre les enfants, injuries la femme,
Frapper du pied, casser les chaises,
Mettre l'ame a l'envers a tous les gens du logis;
Enfin, brochant sur tout cela*, boire (3)


- 81 -




























































Le Renard et les Raisins.







- 83


Trois v6 rhonm, quatt douett gaille* !... (4)
Gagon con ga, en veritd,
Mand6 Bon-Gu6 padon!
Pas mdrite potd canyon*. (5)

Reinna* moin t'apd pale zott, (6)
Avant-zhi6 l, pas td si sott.
Gnou fois, boug'-l t'apd pass
Douvant gnou bel tonnel-raisin:
Li ou6 d6 grapp pendid* (7)
Tout en 16... Zott tend grapp: main
Gross chaq' grainn* !... Douss, rhbd p6te! (8)
Et pi nou cldrd! tancou ge
Gnou ti marabout* Cas con 9a (9)
Pou macaq pas t'a gros tracas,
Ni pou chatt: main, reinna
Pas bett qui connin moutd bois.
Li gadd raisin yo !... fait tou'



Trois verres de rhum, de quatre doigts ouverts* !... (4)
Des gas comme ceux-li, en vdrite,
Dieu me pardonne I -
Ne mdritent pas de porter culotte.

Le renard, don't je vous parlais
Avant-hier, n'6tait pas si b6te.
Une fois, le gaillard passait
Devant une belle tonnelle de raisin.
II voit deux grappes suspendues
Tout au haut. Et quelles grappes!
Chaque grain 6tait de cette grosseur!... Doux au superlatif
Et puis, noirs, brillants, comme les yeux
D'un jeune marabout! Un cas de ce genre
N'efit pas 6td un gros embarras pour un singe,
Ni pour un chat; mais le renard
N'est pas un animal qui sache grimper aux arbres.
II couva des yeux les raisins; fit le tour







- 84 -


Tonnel-l1 ; vire d6, trois fois;
Long nain tout-patout;
Et pi, 16 li out, boutt pou boutt*, (io)
Nan point moien; janm li trb coutt
Pou li fait raisin yo angnin*, (1I)
Li dit: < Raisin vett bon pou chin >
Souqud qud li ; et pi: < Hounh > fait
Chimin li, sans gadd ddy& !

Zott pas pito li con 9a la ?
L6 pichon *nan daing* gnou chriquin, (12)
D'leau nan g6 pas rdmed*. Plaingnin ? (13)
Et pou fait qui? Laissd grainnain,
Md zanmi: nous gagon dijh !




De la tonnelle ; se retourna deux, trois fois,
Allongea partout le nez;
Et quand il vit que, quoi qu'il fit,
Ii n'yavaitpas moyen; que ses jambes etaienttrop courts
Pour faire aucun tort aux raisins*, (10)
II dit,:
Secoua sa queue, et (hounh!) fit
Son chemin sans regarder derriere lui.

Vous ne 1'aimez pas mieux ainsi, vous autres ?
Quand le guignon est aux flancs d'une creature,
De l'eau dans les yeux ne la gu6rira pas*. Nous lamenter? (1i)
Et pourquoi faire ? Laissons passer le grain,
Mes amis, puisque nous sommes des males !







85 -


Ratt-la-vil ac Ratt-en-dbrho




At6, te gangnin, gnou fois,
De mAl-ratt, qui td ritd
Gnoun' la-vil, lott nan bois:
Bon zanmi yo tous les dd.
Longtemps ratt yo pas te out,
Quand yo contre nan mach6.
Oh! conment ou y6, compb?
Moin pas lh*, fr6 moin? M'ap6 (i)
< D6batt avec lan-mis6 >
L6 yo fait gnou boutt cause,
Ratt-la-vil invite
Comp6-li vini dinain




,Le Rat de ville et le Rat des champs




Adonc, il y avait, une fois,
Deux rats, qui habitaient,
L'un la ville, I'autre les bois :
Bons amis tous deux.
De longtemps ces rats ne s'etaient vus,
Quand ils firent rencontre au Marchd.
- < Oh! comment allez-vous, mon compere? >
- << Je suis encore 1l*, mon frere, me (,)
Dibattant avec la misbre. >
Lorsqu'ils eurent fait un bout de causette,
Le rat de ville invita
Son compere A venir diner,



























































Le Rat de ville et le Rat dcs champs.







-87 -


Gnou sanmdi aprd-midi
La-cay' li,
Sans fagon : < Temps-lh raid'; main,
< Nous pas pi mal passe 9a.
< Avec gnou ti plaq' la-Douann *, (2)
< Moceau t6 pa ci pa 1A,
< Nous pas pbdi gofit bon viann,
<< Ac bon quality di vin...
<< Vini, non! Ou' a prend plaisi! i>
Magrd li pas t6 rainmain
Quitt6 cay li la-jounain,
Compe promett l'a vini.
Sanmdi aprd,
Con yo t' ap6 batt rappel *, (3)
Li rive vrd.
Compb, pou fait li pi bel,
T6 frapp6 pantalon-souel*, (4)
Tou6-lamp*, zanno*, pananma*... (5)



Un samedi apres-midi,
Chez lui,
Sans fagons : < Les temps sont rudes, mais
< Nous ne nous en portions pas plus mal.
< Avec une petite charge a la douane,
< Un lopin de terre par ci, par 1l,
< Nous n'avons pas perdu le gofit de la bonne viande
< Et des vins de bonne qualite...
< Venez don Vous aurez du plaisir. ,
Bien qu'il n'aimAt pas
Quitter sa maison dans la journ6e,
Le compere promit de venir.
Le samedi d'aprbs,
Comme on battait le rappel,
II arriva vraiment.
Notre sire, pour se faire plus beau,
Avait arbor un pantalon A la swell,
Un tue-lampes, des anneaux, un panama...







- 88 -


(Gen ga t6 change could,
Cd bagay' qui t6 dou6 l1
Dipi sou temps Lempere*). (6)
Pas moins *, 16 de zanmi yo (7)
Fini bo*, (8)
Mand6 pou madanm, pititt*, (9)
Ratt-la-vil fait lott rentr6
Nan gnou biffett strange,
Plein toutt quality mange.
T6 gangnin 1 : gnou soup'-zhuitt,
Avec ti piment zouezeau*; (Io)
Tomtom' avec calalou*; (II)
Zabocat* avec tasso*. (12)
T6 gangnin gnou platt ragout
Faitt nan gen ragofit longtemps,
Avec trip'-cabritt, ponm-t6...
Yo rhIld qa caiman:
Cd bayay' bon sans manman*! (13)




(A la facon don't cela avait change de couleur,
C'est choses qui devaient remonter
Au temps de 1'Empereur).
Tant y a que les deux amis
S'dtant embrassds,
Ayant pris des nouvelles de leurs femmes, de leurs enfants,
Le rat de ville fit entrer l'autre
Dans un buffet venant de 1'dtranger,
Rempli de toute sorte de mangeaille.
II y avait 1A: une soupe d'huitres,
Avec des piments d'oiseau;
Du tom-tom avec du calalou ;
Des avocats et du lasso.
Il y avait un plat de ragouit,
Fait h la fagon des ragofits d'autrefois:
Avec des tripes de cabri, des pommes de terre...
On appelle cela caiman :
C'est d'une bont6 sans pareille* (12)







89 -


Pou douce*, (14)
Pas pali cetd gateau,
Ce6t patatt nan sirop,
Confiti papay'*, et pi ('5)
Gnou coquin bol pain-di-ri*. (16)
B6 machou&, habitant-la* (I7)
T6 gnou boug qui p6sd f6 *. (18)
L6 li ou6 tab'-lA si gras,
Toutt dent-li soti dbrh6 :
< Foutrou! Conipe, m'dtonn' pas
< Si moun'la-vil gros con qa!
Ratt-la-vil, pou fait b6z6*, .(I9)
Dit: << Moin rhontt, en vdrit6 !
< Jodi, nous pas t6 par :
<< Gnou lott fois, ga va millb >
Compel mandd li void
Chache gnou calbass tafia*, (20)
Pou decoll mabouya *; (21)



Quant au dessert*, (13)
Ne m'en parlez pas! C'dtaient des gateaux,
C'dtaient des patates au sirop,
Des confitures de papaye, enfin
Un maitre bol de pain-du-ri{.
Du c6td des machoires, le villageois
Etait un gaillard de solide consistance *. (18)
Lorsqu'il vitla table si grasse,
Toutes ses dents s'ouvrirent.
- < Fichtre! Mon compare, je ne m'6tonne plus
< Que les gens de la ville soient si gros >
Le rat de ville, pour faire de la pose,
Dit: < Je suis honteux, vraiment!
< Aujourd'hui, nous n'dtions pas prepares.
< Une autre fois, ce sera mieux. >
Son compere le pria d'envoyer
Chercher une calebasse de tafia,
Histoire de decoller le mabouya*. (21)









Et pi 16, yo conmence
Miti6 sans ri sans pale.
Yo t6 fait qu'attaqu6 soup,
Quand biffett-l1 louvri : Baouh !
Ratt yo rentre nan trou : Floup!
< Fr6, 9a li y6 ? << P6 bouch' ou :
< Ce Madanm! >> Madanm pati,
Yo mangnie prend souff' ti brin :
Long nain,
Rentre, fait de pas, et pi,
Gnou bon coup, fini soti.
Pou loss*, ratt-la-vil-lI dit : (22)
Canmarad, A lh6 qui 1*, (23)
< C6 mang6 vitt pou n'all,
< Anvant gnou lott moun' rive !
Lott reponn :
< Meci, compel!
< Grangou moin passe : li Ih6




Apres quoi, ils commencerent
A faire la besogne oh I'on ne rit ni ne parole.
11s venaient d'attaquer la soupe,
Quand le buffet s'ouvrit : (Baou!)
Rats de rentrer dans un trou (Floup !)
- << Frere, qu'est-ce que c'est? >>- Taisez-vous !
< C'est notre maitresse !... > La maitresse parties,
Ils soufflerent un tantinet:
Allongerent le nez,
RentrBrent, firent deux pas, et
A la fin sortirent tout h fait.
Lors le rat de ville dit :
- << Mon camarade, maintenant
< II faut nous dip&cher de manger, pour filet
<< Avant qu'une autre personnel n'arrive! >>
L'autre rppondit:
<< Merci, mon compare !
< Ma faim est passee. II est l'heure







- 91 -


Pou moin prend chimin la-cay'!
< Mooin n'oz' mand6 ou qui jou
Ou' a vini ou6 zanmi ou.
< Cay' moin manqud bon bagay':
< Bannann avec lan-mori,
< C6 9a ou pi si touv6,
<< Main, 6tant n'ap6 mange,
Ou pas p6 b6soin couri! ,

Plaisi la-p6 capab coup,
Ce pas plaisi!




< Pour moi de prendre le chemin de la maison!
< Je n'ose vous demander quel jour
< Vous viendrez voir votre ami!...
SMon logis est d6pourvu de bonnes choses.
< Des bananes et de la more,
, C'est ce que vous ktes le plus certain d'y trouver.
' Mais pendant que nous mangerons,
<; Vous n'aurez pas besoin de prendre la fuite. /,

Plaisir que la peur peut entrecouper
N'est pas plaisir !












t7 1







-: - ,- '
,,rw


L'Ane portant des Reliques.







- 93 -


Bourriq qu'ape potW R1iq




Gnou jou, sou dos gnou bourriq,
Qui te soti bbd-me
Pou vini presbytb,
T6 gangnin gou bouett-r6liq.
(Tancou toutt bon chriquin,
Zott pas capab pas connin
Rdliq-la, ce zo 1l-saints,
Pb, temps-en-temps, pronminnain
Nan dUs bel bouett-en-6,
Pou fait nous chonge lan-m6).
Jou 9a-lh, gagon con fi,
Chantt, Ti6-z6d, Enfants'-d'-Mari,




L'Ane portant des Reliques




Un jour, sur le dos d'un ine,
Qui sortait du rivage de la mer
Pour se rendre au PresbytBre,
II y avait une boite de reliques.
(Comme tout bon chritien,
Vous ne pouvez ignorer
Que les reliques, ce sont les os des saints,
Que les pretres de temps en temps prominent
Dans de belles boites en or,
Pour nous faire penser a la mort.)
Ce jour-lU done, gargons et filles,
Chantres, Tiers-Ordre, Enfants-de-Marie









Toutt d6d6 *, toutt la-Fabriq, (i)
Ca qui pot6 vouel sou tett,
Qa qu' ape chants cantiq,
Ca qu' ap6 passe chaplett*, (2)
T6 mache deby reliq.
Tout-patout, en rhaut f6nett,
Douvant pott, sou galdri,
Et pi sou chaq' b6 la-ri,
Moun' t6 douboutt, pou gad6
La-procession ddfild.
Atb, bourriq, qui ou gCa,
Met6 nan tett li : fett-1A,
Cloch', chanted, toutt c6 pou li.
Ala nain bourriq qui louvri!
Mouch6 prend mache brbde* ; (3)
Baill que li gnou pli banda !
Tett li con ga! Cou li con ga !
Pie li pas touched tb !...




Toutes les didds, tout le Conseil de Fabriqie,
Les unes, avec leurs voiles sur la tkte,
Les autres, chantant des cantiques,
Les autres, 6grenant leurs chapelets,
Marchaient derriere les reliques.
Partout, au haut des fenetres,
Devant les portes, sur les trottoirs,
Et de chaque c6te de la rue,
On se tenait debout, pour regarder
Passer la procession.
Or, l'Ane, voyant cela,
Se met en tete que la fate,
Les cloches, les chants, tout est en son honneur.
Voilh que le nez de notre Ane se gonfle !
Notre sire se donne une demarche de dandy,
Fait prendre a sa queue une courbe 6l6gante.
Sa tate fait ceci son cou fait cela !
Ses pieds ne touchent pas terre !...









Sott-la fait, lifait, jouq'temps
Gnou moun'yo, 16 qa pi bel,
Oub li, et pousse gnou hel :
< Main Main! Main! Gade coument
c< Bourriq-l carrd li, non !
< Ala com6di!
< Sou mach'-li, ou pas t'a dit
<< C li qui Bon-Gud !... Ca bon
< Pou bill bett-lh gnou ledon >
Toutt moun'prendvir6 gad6.
LA, zoreill bourriq 1dv6 :
Li conmenc6 s6ti pe.
Main, quand fouett grainnain sou li,
Tancou d'leau nan temps la-pli,
Canmarad-l1 bigd oue,
Mainm quand li potd rdliq,
Bourriq, ce toujou bourriq!
Qa fait li rit6 tranquil.



L'imbicile en fait tant et tant
Que, au moment le plus beau, quelqu'un
L'aper9oit, et pousse un cri :
< Oh mais, oh mais non voyez done comme
G Cet ine se care !
, En voilh une comedie !
<< A sa demarche, ne diriez-vous pas
<< Que c'est lui qui est le bon Dieu? II serait bon
< De donner a 1'animal une legon! >
Et chacun de se retourner.
Du coup, les oreilles de l'Ane se redressent :
II commence a avoir peur.
Mais quandles coups de fouettombbrent en grele surson dos,
Comme 1'eau en temps de pluie,
Notre camarade fut bien force de voir
Que meme quand il porte reliques,
Un ine n'est jamais qu'un ane :
Cela le decida a rester coi.







- 96


Con 9a, nag' ddzdvrd,
Qui quitter mbn' pou la-vil,
Jou la-cay' chef yo trouvd
Queq' zo pou souce,
Cou& yo capab mdprisd
Ca qui pi lib passe yo.
Faut ou6 gen fal* yo gonfle, (4)
Gen colett yo mont6 rhaut
Pou yo prend gnou coup-d'-chapeau !..
P6v' sans-lesprit : cd pas ou,
Cd cay'-1a yo dit bonjou !



De meme, le jour oi des oisifs,
Ayant quittd les mornes pour la ville,
Trouvent dans la maison d'un homme en place
Quelque os a ronger,
Ils se croient le droit de m'priser
Ceux qui sont plus libres qu'eux.
II faut voir comme leur gorge se gonfle,
Comme leur collet se monte,
Pour recevoir un coup de chapeau !..
Pauvre innocent! Ce n'est pas i toi,
C'est a la maison que l'on dit: Bonjour !







- 97


Laig', Macaq, avec pititt Macaq




Nan toutt chriquin qui son la-te,
Nan point qui pi maig' passe n6g';
Nan toutt bett qui vole nan 16,
Nan point qui pi fb passe laig'.
Ca qui fait fb6' laig'-l1 sans boutt ?
Mange!
Sac vid' pas c'ab retd douboutt,
Pas vr ?
Eh ben, avec dd grainn bannann,
Moceau salaison, gnou boutt cann,
Trois coups d' tafia,
Nan bataill coq, nan cabicha,




L'Aigle et le Ilibou




De tous les mortels qui sont sur terre,
Iln'en est point de plus maigre que le negre.
De tous les animaux qui violent dans les airs,
II n'en est point de plus fort que l'aigle.
Qu'est-ce qui donne A l'aigle cette force extraordinaire ?
La nourriture!
Sac vide ne peut rester debout,
Pas vrai ?
Eh bien, avec deux bananes,
Un morceau de salaison, un bout de canne (h sucre),
Trois coups de tafia,
Dans les combats de coqs, dans la somnolence




















,TC :~I,

?s~~~ -.T-"








ViaJ~~~'










r.L Aigic ciIc Hibou








- 99 -


Gnou n6g' va passe la-jounain.
Main, pou laig', qui zou6zeau selment,
Codeinn, poul', ranmi6, z6tolan,
Pas tr6p' pou gnou dinain !
C6 pou tett ga, blanc dit nag' sott...
Parol 9a-l8 pas bon pou zott:
Si nous rdt6 l-dans, n'a rhontt!
En-nous continue tire contt! -

At6 gnou laig' td bon zanmi
Avec gnou fimel macaq, qui
Te trouvd enceintt gros ventt*. Li (i)
T6 fait sement janmain, janmain
Long main
Sou pititt macaq.
< Ma conme,
< D'abb c6 moin, laig', qui dit ou,
< Cou6 moin, non Ou pas b6soin p6 !



Un nigre vous passer la journ6e.
Mais pour le diner de l'aigle, qui n'est qu'un oiseau,
Dindes, poules, ramiers, ortolans
Ne sont pas de trop !
C'est pourquoi les blancs traitent les nBgres d'imb6ciles.
- Ces paroles-lh ne vous valent rien, a vous autres:
Si nous y persistons, ce sera pour notre honte!
Continuons a center des contest.

Adonc un aigle 6tait le bon ami
D'une guenon, qui
Se trouvait enceinte a pleine ceinture. I1
Avaitjurd de ne jamais
Porter la main
Sur les enfants de la guenon.
< Ma commere,
<< Du moment que c'est moi, 1'Aigle, qui vous le dis,
< Croyez-m'en. Vous ne devez pas avoir peur!







-- 100 -


< Passe pou
< Fait yo di tb, moin mande Die
< Rete gnou semainn sans mange'! >
Macaq souque tett li : << Agu !
< Compe, pas press pale Si
(< Gnou ti moun' yo, nan temps grangou*, (2)
< Ou'a oun che fraich', ou'a mange li! >
Laig'-lI dit: --<< Ca pas pe rivd,
< Si moin connin qui gen y'a y >>.
< Toutt pititt moin bel, yo joli:
< Moin pas dit ou pliss pass qa >
Li te dit trbp'. Queq' temps aprd,
Bon-Gue ride* Macaq mi-bas. (3)
Gnou jou, au soue, So-l1 t'allI
Nan bouq' chache moceau mange,
Quand zanmi li vini passe.
En rhaut gnou chouq-bois, laig'-lh oue




< Plut6t que
< De leur faire tort, je demand a Dieu
< De me laisser une semaine sans nourriture >
La guenon secoua la tete. -- < Allons !
< Mon compere, ne vous hAtez pas de parler. Si
< Un de mes petits, en temps de fringale*, (2)
< Venait a vous tomber sous la patte,
q A la vue de la chair fraiche, vous le mangeriez. >
L'aigle dit : < Cela ne m'arrivera pas,
< Si je sais comment ils seront. >
- < Tous mes enfants sont beaux, sont jolis;
< Je ne vous en dis pas davantage. >
Elle eh avait dit trop! Quelque temps apres,
Dieu aidant, la guenon mit bas.
Un soir que notre matrone etait alle
Au bourg chercher un peu de nourriture,
Son ami vint passer.
Sur une souche, l'aigle vit




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs