• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Indications generales
 Du Ministre des Colonies et du...
 Des relations exterieures
 Dispositions generales
 Disposition transitoire
 Table of Contents
 Ouvrages du meme auteur














Title: charte coloniale
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076574/00003
 Material Information
Title: charte coloniale
Physical Description: Book
Publisher: M. Weissenbruch, imprimeur du roi,
Copyright Date: 191019
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076574
Volume ID: VID00003
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: 23429541 - OCLC

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
    Half Title
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Indications generales
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
    Du Ministre des Colonies et du Conseil Colonial
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
    Des relations exterieures
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
    Dispositions generales
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
    Disposition transitoire
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
    Table of Contents
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
    Ouvrages du meme auteur
        Page 437
Full Text







LA


CHARTE COLONIAL





Commentaire de la Loi


sur le Gouvernement du Congo beige

PAR

MICHEL HALEWYCK


DOCTEUR EN DROIT
DOCTEUR EN SCIENCES POLITIQUES ET SOCIALES
DIRECTEUR GENERAL AU MINISTER DES COLONIES



TOME III


BRUXELLES
Soc. AN. M. WEISSENBRUCH, IMPRIMEUR DU ROI
EDITEUl
49, RUE DU POIN9ON, 49

1919






Ii









LA

CHARTE COLONIAL


III









LA




CHARTE COLONIAL





Commentaire de la Lol


sur le Qouvernement du Congo beige

PAR

MICHEL HALEWYCK
DOCTEUR EN DROIT
DOCTEUR EN SCIENCES POLITIQUES ET SOCIALES
DIRECTEUR Ga.NItAL AU MINISTER DES COLONIES



TOME III


BRUXELLES
Soc. AN. M. WEISSENBRUCH, IMPRIMEUR DU ROI
EDITEUR
49, RUE DU POINCON, 49

1919















































olP


It
p
a

r

~Y~f;



















INDICATIONS GENERALES





I. CHANGEMENTS DE LEGISLATION.


Depuis la publication du premier volume du Commentaire, la Charte
Coloniale a 6t6 modifi6e par des lois du 29 mars 1911, du 5 mars et
du 9 d6cembre 1912, et par des arr&t6s-lois du 15 septembre 1915 et
du 14 novembre 1916; elle a 6t6 interpr6t6e par une loi du
13 mai 1912 et par un arrte6-loi du 3 mai 1917 (t). Pendant le temps
de guerre, il a 6t6 d6rog6 A ses dispositions par des actes 16gislatifs
de circonstance que, A raison de leur caract6re passage et special,
nous jugeons superflu d'6num6rer.
Entreprises conform6ment au plan adopt pour les deux premiers
tomes (t), les 6tudes du tome III se rapportent aux articles 23-38 de
la Charte telle qu'elle est actuellement r6dig6e. Nous nous r6servons
de faire paraltre des Subpllments destines a adapter les explications
des diverse parties de 1'ouvrage aux variations de la legislation.


II. RENVOIS AUX DOCUMENTS LEGISLATIFS.


.Pour-faciliter A nos lecteurs l'6tude personnelle des travaux pr6pa-
ratoires, nous avons, en 1910, r6uni en un A/Pendice les documents
l6gislatifs suivants relatifs A la loi du 18 octobre 1908 sur le gouver-
nement du Congo belge : 1'expos6 des motifs, le texte du project pri-


(1) Mon. 1911, p. i852; 1912, p. 1692; 1912, p. 8033; 1916, p. 0oo
1916, p. 649; 1912, p. 3366; 1917, p. 513. B. O. I911, p. 358
1912, p. 269; 1912, p. 1196; 1915, p. 213; 1916, p. 252; 1912, p. 477;
1917, p. 98.
(3) Commentaire, t. 1r, p. xxnII; t. II, p. v.










LA CHARTER COLONIAL


mitif, les rapports des commissions speciales de la Chambre des
Repr6sentants et du S6nat charges de preparer les d6lib6rations des
deux Assembl6es. Ces documents ont 6t6 divis6s en paragraphes
num6rot6s.
En t&te, de l'AP4endice figure le texte de la loi du 18 octobre 1908.
Apres chacun des articles sont mentionn6s les passages des docu-
ments 16gislatifs qui le concernent. Les memes annotations sont
places & la suite des articles A measure de l'insertion de leurs dispo-
sitions dans le Commentaire. Dans ces indications, les numiros ren-
voient aux paragraphes de l'APlendice, les autres chiffres aux pages
des Annales parlementaires.
Les changements introduits depuis 191o dans la Charte Coloniale
nous ont oblige, dans les deuxieme et troisieme volumes, A faire.
suivre chaque article revise de la mention des travaux pr6paratoires
de la loi modificative. Dans ces annotations, comme, d'ailleurs, dans
tout renvoi A des documents parlementaires autres que ceux compris
dans l'Afpendice, les numeros et la pagination cit6s sont, A d6faut
d'une indication contraire, ceux des documents m6mes tels qu'ils ont
Wt6 imprimes par ordre de la Chambre des Repr6sentants ou du
S6nat.

III. ABRVIATIONS.


A. R. ArrWte royal.
Ann. Annales parlementaires.
(Lorsque cette abr6viation n'est pas suivie
d'autres indications, elle signifie : Annales parle-
mentaires de la session extraordinaire de 9go8.)
Ann. Ch. Annales de la Chambre des Repr6sentants.
(Lorsque ces abr6viations ne sont pas suivies
d'autres indications, elles signifient : Annales de
la session extraordinaire de la Chambre des Reprysen-
tants de 1908.)
Ann. S6n. Annales du S6nat.
(Lorsque ces abr6viations ne sont pas suivies
d'autres indications, elles signifient : Annales de
la session extraordinaire du Sinat de Igo8.)
B. 0. Bulletin official (d'apr6s la date):
de 1'Etat Ind6pendant du Congo;
du Congo belge.











INDICATIONS GkNARALES


B. 0. 1908, I.

B. 0. 19o8, II.
C. civ.
C. R. A.



Ch. col.
Circ.
Const.
D6cr.
Doc. Ch.
Doc. S6n.
E. M.

Exp. mot.
Mon.
R.

R. Ch.



R. Ch. Tr.





R. Bi-M.

R. M.





R. Sen.



Rapp.
Regl. Ch.
RKgl. S6n.


Bulletin official de l'Etat Ind6pendant du Congo
de 1908.
Bulletin official du Congo belge de 1908
Code civil.
Compte rendu analytique des s6ances du Conseil
colonial editionn destine aux membres du Con-
seil et A administration de la colonie).
Charte colonial.
Circulaire.
Constitution.
Decret.
Documents de la Chambre des Repr6sentants.
Documents du Senat.
Expose des motifs du project de Charte colonial,
Doc. Ch., 1900-1901, no 281.
Expose des motifs.
Moniteur belge.
Rapport de la commission speciale charge d'exa-
miner le project de Charte colonial.
Rapport de la commission sp6ciale de la Chambre
des Repr6sentants charge d'examiner le project
de Charte colonial, Doc. Ch., 1907-1908, no i5o.
Rapport de la commission speciale de la Chambre
des Repr6septants charge d'examiner les pro:
jets de loi approuvant les Trait6s qui ont r6alis6
le transfer de l'Etat Ind6pendant du Congo A la
'Belgique, Doc. Ch., 1907-1908, no 146.
Recueil bi-mensuel des ordonnances, circulaires,
instructions et ordres de service (Congo belge).
Recueil mensuel (d'apres la date) :
des arretes, circulaires, instructions et ordres de
service (Etat Ind6pendant du Congo);
des ordonnances, circulaires, instructions et
ordres de service (Congo belge).
Rapport de la commission sp6ciale du Senat char-
g6e d'examiner le project de Charte colonial,
Doc. S6n., session extraordinaire 1908, no 12.
Rapport.
Reglement de la Chambre des Repr6sentants.
Reglement du Senat.












VtII LA CHARGE COLONIAL

S. E. Session extraordinaire des Chambres de 1908.
S. O. Session ordinaire des Chambres de 1907-1908.
Les chiffres I et II, places apres des indications
relatives aux travaux parlementaires, signifient:
I. Examen en premiere lecture;
II. Examen en deuxibme lecture.














LA CHARTE COLONIAL



CHAPITRE IV.

Du Ministre des Colonies et du Conseil Colonial.


Le chapitre IV est consacr6 aux institutions nouvelles
6tablies dans la m6tropole pour le gouvernement du
Congo belge.
Au siege de l'administration central, quatre institu-
tions sont normalement appel6es A participer a l'exercice
des attributions du Souverain :
Le Conseil des Ministres;
Le Minist6re des colonies;
Le Ministbre des affaires 6trangeres;
Le Conseil colonial.
Mentionn6 P'article 79 de la Constitution, le Conseil
des Ministres tient son organisation de r6gles tradition-
nelles qui n'ont te reprises dans aucun texte 16gal. Arbitre
de la politique g6n&rale de 1'Etat belge, il interviendra
dans les affaires coloniales lorsque se pr6senteront des
questions d'une gravity primordiale pour la m6tropole
ou pour la colonies.
La mission du D6partement des affaires 6trangeres est
d6termin6e au chapitre V de la loi.
Seuls le Ministere des colonies et le Conseil colonial
sont des rouages nouveaux. Ils sont l'objet, le premier,
des dispositions de l'article 23, le second, des regles des
articles 24-26 de la Charte colonial.


















ARTICLE 23.


Le Ministre des colonies est nomm6 et r6voqu6 par le
Roi. Il fait partie du Conseil des Ministres.
Les articles 86 A 91 de la Constitution belge lui sont
applicables.

DOCUMENTS LEGISLATIFS. E. M., no10 Chambre, R nOS 21, 43;
Ann.,'I, S. E., pp. 681-682; II, p. 788. Senat, R., nos 81, 86, 93,
124; Ann., p. 187.

SOMMAIRE.

339. R6sum6 des travaux preparatoires.
340. L'administrateur qui assisted le Roi dans le gouvernement de la
colonie ne devait pas necessairement 6tre Ministre.
341. En fait, l'on a voulu pour la colonie un Ministre r6gi par le
droit commun de la m6tropole. Cons6quence: ce Ministre
relive directement de la Constitution. Cr6ation du Minist&re
des colonies.
342. L'institution du Ministere des colonies n'a-t-elle pas 6t6 prema-
turee?
343. CaractBre hybride du D6partement des colonies, trait d'union
entire le gouvernement du Congo et celui de la m6tropole.
344. Statut.du Ministre des colonies.
345. De la re'sponsabilite p6nale du Ministre. Peut-on pr6voir
des cas d'application des lois r6pressives congolaises?
346. Attributions du Ministre des colonies.
347. 'Le Ministre a-t-il recueilli les attributions du Secr6taire d'Etat
de l'Etat Ind6pendant du Congo?
348, Un autre Ministre peut ttre charge de l'interim du D6parte-
ment des colonies.
349. Mode de designation du Ministre int6rimaire. Cas oif l'inter-
vention d'un arret6 royal est desirable. Rble du Ministre des
colonies pendant ses voyages d'inspection.










MINISTRY DES COLONIES


COMMENTAIRE.

39. L'article 14 du project deCharte colonial soumis
en 19go aux Chambres b-lges comprenait le texte de
l'article'23 actuel, mais un premier alin6a y instituait le
D6partement des colonies en ces terms expr&s: ( II est
cri6, sur le budget colonial, un Minist6re des colonies.
Les mots ( sur le budget colonial a furent rays lorsque
le cabinet DE TROoz, amendant l'article relatif au regime
budg6taire, proposal de consacrer au traitement du Mi-
nistre des colonies et aux d6penses de administration
central des colonies en Belgique un budget special, a
soumettre annuellement au vote des Chambres conformi-
ment A l'article 115 de la Constitution (1).
Successivement les dispositions cr6ant et r6gissant le
Ministere des colonies furent adopt6es par la commission
sp6ciale de la Chambre des Repr6sentants et, en premiere
lecture, par la Chambre m6me. Mais, lors du second
vote, celle-ci, A la demand de M. RENKIN, Ministre de
la justice, supprima a l'unanimit6 le premier alin6a jug6
inutile.

340. De la Belgique oil il reside,, le Roi gouverne la
colonie avec l'assistance d'un administrateur, comme il y
preside aux destinies de la m6tropole avec le concours
des chefs des divers d6partements minist6riels.
La haute personnalit6 qui assisted le Roi dans le r&gle-
ment des affaires coloniales ne devait pas n6cessairement
avoir le titre et la situation de Ministre. L'article premier
de la Constitution dispose que (( les colonies, possessions
d'outremer ou protectorats que la Belgique peut acqu6rir


(') V. le no I68.









'HAPITRE IV


sont r6gis par des lois particuli6res ,. II appartient a
cette legislation sp6ciale, en faveur de laquelle la Consti-
tution a abdiqu6 (i), de choisir en toute ind6pendance les
rouages de la nouvelle organisation. D1li6e de l'obligation
d'observer les regles constitutionnelles, rien ne l'empeche
de porter son choix sur des institutions 6trangeres au
droit public m6tropolitain. La Charte colonial 6tait done
fondue a charger de administration du Congo belge
quelque haut fonctionnaire jouissant d'un statut special,
tel un secr6taire d'Etat ou, conform6ment A la suggestion
faite au sein de l'une des sections de la Chambre des
Repr6sentants (2), un commissaire du Roi.

341. Les auteurs de la loi colonial prefer6rent ne pas
innover. Et non seulement ils voulurent que le nouvel
assistant de la Couronne revetit la dignity minist6rielle,
mais encore qu'ii fit parties du gouvernement m6tropoli-
tain, trouvat sa place au Conseil des Ministres et fit
soumis aux r6gles du droit commun qui r6git les divers
membres de ce Conseil.
L'intention se manifesta avec precision au course de
1'6laboration de la loi.
On lit dans 1'expos6 des motifs :
a Agent du Souverain, responsible devant les Cham-
bres, il (le Ministre des colonies) doit 6tre nomm6 et
r6voque par le Roi. II sera done un ministry belge charge&
d'une cat6gorie sp6ciale des affaires du pays. A ce titre,
il fera parties du Conseil des Ministres et sera mis sur le
m6me rang que ses collogues. Les dispositions des
articles 86 A 91 de la Constitution doivent des lors lui
etre applicables ("). ,

(i) V. Tome premier, Introduction, pp. Ix-xvII.
(2) D1ib6rations de la 3e section, R. Ch., n 21.
|3) E. M., no 1o.








ININISrRE DES COLONIES


Lorsque la Chambre des Repr"sentants examine en
premiere lecture l'article qui a trait au Ministre des colo-
nies, il y eut entire M. MECHELYNCK, le Ministre de la
justice et le rapporteur de la commission sp6ciale
l'6change de vues suivant:
M. MECHELYNCK. -... Je pense qu'il est de la volont6
de la Chambre et du Gouvernement d'assimiler le Ministre
des colonies aux autres Ministres. Il n'y a aucune distinc-
tion entire eux. Le Ministre des colonies est un Ministre
comme un autre, ses functions pourront meme 6ventuelle-
ment 6tre confides a un autre membre du cabinet.
( M. RENKIN, Ministre de la justice. Nous sommes
parfaitement d'accord.
M. BEGEREM, rapporteur. Le texte dit formelle-
ment que le Ministre des colonies fait parties du cabinet.
a M. RENKIN, Ministre de la justice. Comme tous
les autres Ministres, avec les memes droits et les memes
obligations (1). ,
Enfin, M. SCHOLLAERT, Ministre de l'interieur, rappela
que la commission sp6ciale de la Chambre avait decide
de faire supporter par le tr6sor de lam6tropole les charges
de l'administration central du future D6partement, afin
d'assimiler completement la situation du Ministre des
colonies A celle des autres Ministres belges (2).
Du moment qu'il 6tait appel a devenir une institution
m6tropolitaine, le Minist&re des colonies ne pouvait plus
etre une creation de la loi colonial. La Constitution 6tait
de plein droit applicable. Or, son article 65, qui donne au
chef de l'Etat le droit de nommer et de r6voquer les
Ministres, confere implicitement au Roi, suivant l'inter-
pr6tation traditionnelle, le pouvoir d'arreter le nombre


(i) Ann. Ch., p. 681.
(2) Ann. Ch., p. 682.









OHAPITRE IV


des d6partements minist6riels, de les constituer et de
r6partir leurs attributions (1). Au Roi, et non a la loi, il
appartient d'6tablir les ministries, et seuls les titulaires
des d6partements organisms par la decision royale peuvent
ktre regis par les regles exceptionnelles des articles 81
et 91 de la Constitution,et singer au Conseil des Ministres
que l'article 79 de la meme loi fondamentale investit, dans
des circonstances extraordinaires, des pouvoirs constitu-
tionnels du Souverain. La loi ne fait que pr6supposer la
creation des d6partements minist6riels par le Roi lors-
qu'elle charge-leurs chefs de functions d6terminies.
C'6tait done une erreur du project de Charte colonial
de porter la disposition qui instituait un Minist&re metro-
folitain des colonies. M. RENKIN qui, au nom du Gou-
vernement, d6fendait le project A la Chambre des Repr6-
sentants, le comprit et, lors de la deuxi&me lecture, il
demand et obtint la suppression de la phrase incor-
recte (2).
L'on conserve les autres alineas de l'article 23 :
i Le Ministre des colonies est nomm6 et r6voqu6 par le
Roi. II fait parties du Conseil des Ministres.
s Les articles 86 A 91 de la Constitution belge lui sent
applicables. )
II aurait 6t6 plus rationnel de dicider la radiation de
l'article enter :les dispositions de la Constitution rela-


(1) Dans ce -sens: DE Fooz, Le droit, admizistralif belge, T. Ir,
pp. 62, 63 ; GIRON, Le droit administratif de Ta Belgique, T. Ier, no 84.
(2) Les explications du Ministre, trop succinctes, ne r6v6l6rent sa
pens6e qu'imparfaitement : Cet alinea, dit-il, est inutile, parce qu'il
result 6videmment de la loi qu'il y aura un Ministere des colonies )
(Ann. Ch., p. 788). L'article n'avait pas 6t6 amended aupremier vote.
Des lors, la majority de la Chambre ne pouvait plus le modifier au
course de la deuxieme lecture (R&gl. Ch.,- art. 45). La suppression du
premier alinea ne fut possible que grace A la decision unanime de
tous les mefnbres presents (Ann. Ch., p. 788).









MINISTRE DES COLONIES


tives aux chefs des d6partements ministeriels s'appliquent
de plein droit a tos les ministres de la m6tropole et
ceux-ci composent de plein droit le Cabinet. Aussi ne
reconnaitra-t-on aux dispositions de l'article 23 d'autre
valeur que celle d'un rappel des regles constitution-
nelles (1).
Conform6ment aux principles que nous venons d'expo-
ser, le Ministere des colonies a 6t6 cr66 par un acte du
Roi, un arret6 du 3o octobre 1908 (2).

342. L'article 4 du trait de cession conclu le 28 no-
vembre 1907 entire la Belgique et l'Etat Ind6pendant du
Congo chargeait un arrite du Roi des Belges de d6termi-
ner la date A laquelle la Belgique assumerait i'exercice de
son droit de souverainet6 sur les territoires composant
1'Etat africain. Par application de cette disposition, un
arrete royal du 4 novembre 19o8 a fait choix de la date du
15 novembre 1908 pour la prise de possession du nou-
veau gouvernement et, cons6quemment, pour l'entr6e en
vigueur de la Charte colonial (3). Lorsque celle-ci deviant


(1) Le rapporteur de la commission sp6ciale du S6nat a 6crit A
tort : ( L'article 23 reltd applicables au Ministre des colonies les
articles 86 A 91 de la Constitution (RR. Sen., no 81). Son opinion a
6t6 suivie par M. DE LANNOY dans L'Organisation colonial belge, 1913,
p. 38.
(2) Mon. 1908, p. 6113; B. O. 1908, II, p 88.
(5) La loi beige du 18 avril 1898 (Mon. 1898, p. 1997), les d6crets
congolais du 16 janvier 1886 et du 5 janvier 1899 (B. 0. 1886, p. 22,
1899, p. 19) d6terminent les delais A l'expiration desquels les actes
16gislatifs deviennent obligatoires. Ils permettent au 16gislateur de
prevoir d'autres d6lais. C'est ce que le 16gislateur congolais a fait en
concluant, et le 16gislateur belge en approuvant le trait: c6dant
1'Etat Independant du Congo A la Belgique, trait don't 1'article 4
charge un arret& royal de fixer la date de la mise en vigueur du
regime colonial. L'arrWte a 6t6 sign le 4 novembre 1908 (Mon.
1908, p. 6205; B. O. 1908, II, p. 108).








CIIAPITRE IV


applicable, le Minist6re des colonies existait depuis plus
de deux semaines (1). On se demandera si la creation du
nouveau D6partement n'a pas Wte pr6maturee, si elle se
justifiait, en droit, avant l'instauration du nouveau
regime.
La r6ponse depend de la place que le Minist6re des
colonies est venu occuper dans l'organisation de l'Etat
beige.
Certes, si le D6partement des colonies avait dfi s'6ta-
blir sous l'empire des lois particulihres pr6vues par 1'ar-
ticle premier de la Constitution, il n'aurait pu 6tre fond6
avant que fft devenue op6rante la Charte qui est le prin-
cipe de vie des institutions purement coloniales.
Mais les auteurs de la loi colonial ont voulu que l'exis-
tence du Ministere des colonies fit ind6pendante de leur
oeuvre. Dans leur pens6e, ce Ministere serait, comme les
autres, une institution de la m6tropole, don't la creation
et l'organisation ne releveraient que des r&gles. du droit
commun continues en r6sum6 dans article 65 de la Con-
stitution (2). Or, d'apres ces regles, le Roi est le maitre de
l'heure a laquelle naitra tout Ministere qu'il estime utile
de constituer pour le service de la Nation. Il fait usage de
sa prerogative constitutionnelle sans avoir A rechercher
si telle loi d6termin6e que le nouveau d6partement aura
6ventuellement A appliquer est entr6e en vigueur (3).
L6galement, bien qu'en fait la decision eft 6t6 ind6fen-
dable, il aurait 6t6 loisible au chef du pouvoir ex6cutif de
cr6er un Ministere des colonies plusieurs ann6es avant
l'annexion de 1'Etat Ind6pendant du Congo.
Si le D6partement des colonies a 6t6 valablement insti-


(1) A. R. du 30 octobre 1908, mentionn6 au no 341.

(&) V. le no 341.









MINISTRY DES COLONIES


tu6 A la date du 30 octobre I9o8, il n'a pas eu quality,
cependant, pour intervenir des ce jour dans le gouverne-
ment des territoires c6d6s. Jusqu'au 15 novembre igo8 la
direction des affaires coloniales est rest6e entire les mains
de l'ancienne administration, qui n'allait en 6tre dessaisie
qu'a partir du moment oii, en vertu d'un acte official,
1'Etat belge aurait assume l'exercice de son droit de sou-
verainete sur le pays congolais. Entretemps, le Ministre
des colonies n'a pu s'occuper que de l'organisation int6-
rieure de son d6partement, du choix des fonctionnaires
et des employes de son administration central.

343. Classes parmi les institutions m6tropolitaines, le
D6partement colonial n'en a pas moins recu de la diver-
sit6 de ses attributions un caractere hybride qui le diff6-
rencie des autres D6partements minist6riels : il est a la
fois un rouage du gouvernement de la m6tropole et un
des organismes essentiels du gouvernement de la colorfie.
En la premiere de ces qualit6s, le Ministere des colo-
nies ob6it a la Constitution et A la legislation m6tropoli-
taine. II ordonne ses services centraux, decide et r6alise
ses depenses propres, en justifie, suivant les prescriptions
de la Constitution, des lois et des reglements de la mere-
patrie ('); le haut dignitaire qui en est le chef participe,
dans les conditions pr6vues par la Constitution, A la
direction des affaires de la nation belge; le statut de ses
fonctionnaires et de ses employs se determine d'apres les
principles qui r6gissent la situation administrative du per-
sonnel des autres D6partements ministeriels.


(t) Les provisions de d6penses de administration central du
Ministere des colonies sont l'objet d'un budget mdtropolitain; les
depenses sont payees par le Tr6sor m6tropolitain et contr61es con-
form6ment aux lois financieres de la m6tropole. V. les .n 170, 171,
202.









CHAPITRE IV


Au contraire, dans 1Fex6cution de sa mission habituelle,
administration du Congo belge, le mnme D6partement
n'est plus tributaire des lois promulgu6es pour le terri-
toire europ6en de la Belgique. La Constitution, qui a
abandonn6 a une legislation sp6ciale don't elle s'est desin-
t6ress6e le soin de fixer les modalit6s du gouvernement
des possessions d'outre-mer (1), s'efface alors devant la
Charte colonial. Seules les dispositions de celle-ci, com-
pleties ou appliques par des d6crets et des arr6t6s (2),
reglent l'activit6 du Ministre et les operations de ses
bureaux. Elles permettent, par example, au Ministre de
contresigner des actes 16gislatifs 61abor6s sans l'interven-
tion des Chambres (art. 7), c'ex6cuter un budget de
recettes et de d6penses arrite par la simple decision du
Roi (art. 12), de liquider les d6penses coloniales avant
toute verification de la Cour des Comptes (art. 13).
Par sa double destine, le Ministire des Colonies con-
stitue le trait d'union entire le gouvernement responsible
de la colonies et celui de la m6tropole. Au Conseil des
Ministres, onf il a ses entries, le chef du D6partement
colonial doit, en vertu des regles coutumieres du droit
public, soumettre aux deliberations de ses collogues les
questions particulierement graves qui sont n6es dans le
cercle de ses attributions; aux solutions qu'elles y
regoivent il est tenu ensuite de conformer ses actee. L'in-
tervention simultan6e du Conseil dans les affaires de la
mere-patrie et dans celles de la colonies assure aux deux
gouvernements l'unit6 de direction, en m&me temps


(i) Art, premier. V. Tome premier, Introduction, pp. ix-xvui.
(1) Nous avons expose anterieurement (v. le no 116) comment et
dans quelles limits les dicrets ont un caractere obligatoire sur le ter-
ritoire de la metropole. Evidemment, ces explications concernent
aussi les arretes qui appliquent les d6crets ou, d fortiori, lloi colo-
niale.









MINISTRY DES COLONIES


qu'elle donne todte son effrcacit6 au principle de la solida-
rit6 ministerielle.

344. Le statut du Ministre des colonies, fond non sur
la Charte colonial mais sur le* dispositions g6n6rales de
la Constitution (1), est celui de tous les Ministres belges.
Le chef du Departement colonial est nomm6 et d6mis
come ses collogues, iljouit des names prerogatives que
ceux-ci, dans 1'exercice de ses attributions il encourt les
memes responsabilit6s (2).
L'article 23 rafpelle, par une proposition express, le
texte de Particle 65 et, par un renvoi, les articles 86-91 de-
la Constitution (3).
En vertu de l'article 65, le Ministre des colonies est
nommi et r6voqu6 par le Roi.
Mais l'admission aux functions ministerielles est subor-
donn6e a certaines conditions, l'une positive, les autres
negatives.
D'abord, aux terms de l'article 86 de la Constitution,.
la personnel sur laquelle se porte le choix du Souverain,
doit etre Belge de naissance ou par grande naturalisation.
Dans cette disposition, le mot Belge a 6videmment con-
serve la seule signification que lui attribuait le Congres.
national: ii ne s'applique qu'aux citoyens de la m6tro-
pole (4). Le sujet belge de la colonies ne peut devenir
Ministre sans avoir obtenu la grande naturalisation (5).
En second lieu, l'article 87 de la Constitution interdit
d'appeler au Minist&re les membres de la famille royale,_


(') V, le no 34T.
(2) Dans ce sens, Ann. Ch., pp. 681-682, R. S6n., n0 93..
(3) V. le no 341
(4) La Charte colonial, d'ailleurs, en a decide de meme : v. le.
no 63.
(s) V. les nos 81-83.









CHAPITRE IV


c'est-A-dire, d'apres les travaux pr6paratoires de cet
article, ceux qui ont le droit 6ventuel de succ6der aux
pouvoirs du chef de l'Etat (1).
Enfin, le l6gislateur ordinaire a exclu de la dignity
ministerielle les membres de la Cour des Comptes (2) et
les membres de 1'ordre judiciaire (').
Le Ministre des colonies fait parties du Conseil des
Ministres, l'article 23 de la Charte colonial a soin aussi
de le rappeler. Il exerce, d'autre part, l'importante pr6ro-
gative pr6vue a l'article 88 de la Constitution : dans cha-
cune des Chambres 16gislatives il a son entr6e et il doit y
etre entendu toutes les fois qu'il en fait la demand. Mais
il faut au Ministre &tre membre de la Chambre pour y
avoir voix deliberative.
Par un just retour, chacune des Chambres 16gislatives
a le droit de requ&rir la presence du Ministre (Const.,
art. 88). Ce droit a 6t6 interpr6t6 comme impliquant celui
d'interroger et d'interpeller a toute 6poque le repr6sentant
du pouvoir ex6cutif (4). Le project de Charte primitif ne
permettait aux Chambres d'examiner les actes de l'admi-
nistration colonial que lors du d6p6t de son rapport
annuel; en tout autre temps, l'examen ne pouvait avoir
lieu que du cons'entement du Ministre des colonies
(art. 13). En 1907, le cabinet DE TROOZ supprima ces dis-
positions qui, restreignant les droits du Parlement
a 1'6gard de l'un des Ministres, seraient revenues incon-
stitutionnelles du jour oi il fut d6cid6 que le Minist&re
des colonies serait une institution m6tropolitaine.


(1) Rapport de M. RAIKEM, public dans Exposi des motifs de la Consti-
.tution belge par un docteur en droit [ISIDORE VAN OVERLOOP],
Bruxelles, 1864, p. 601.
(2) Loi du 29 octobre 1846, art. 2.
(3) Loi du 18 juin 1869, art. 175.
(') V. THONISSEN, La Constitution belge annotie, 1879, no 374.









MINISTRY DES COLONIES


Dans l'exercice de ses attributions, le chef du Departe-
ment colonial encourt les memes responsabilit6s que tout
autre Ministre (Const., art. 63). Il les assume notamment
en contresignant les actes du Roi, soit que ces actes se
rattachent au gouvernement de la metropole (Const.,
art. 64), soit qu'ils se rapportent au gouvernement de la
colonie (Ch. col., art. 9).
Les responsabilit6s du Ministre sont l'une judiciaire,.
l'autre politique : elles ont d6ja fait l'objet d'un examen;
general (1)
Pour que ces responsabilites ne soient rendues illu-
soires, la Constitution dispose que l'ordre verbal ou 6crit
du Souverain n'en d6lie pas le Ministre; d'autre part, que
la requite de l'une des Chambres legislatives est la condi-
tion indispensable pour que puisse ktre grfci6 le Ministre
condamn6 par la jurisdiction sp6ciale aux chefs des D6par-
tements minist6riels (art. 89, 91).

345. La responsabilit6 p6nale des Ministres n'a pas-
encore 6te organis6e par la loi comme le prescrit
l'article 90 de la Constitution. Le Congres national s'dtait
attend a quelque retard, et c'est pourquoi il avait 6tabli,
a l'article 134 de la Constitution, un r&glement provisoire
que nous retrouvons en vigueur pr&s de quatre-vingt-dix.
ann6es apres ses d6lib6rations.
D'apr&s ce reglement, la Chambre des Representants
a un pouvoir discr6tionnaire pour accuser les Ministres,
et la Cour de Cassation pour les juger, en caract6risant
le dl6it et en determinant la peine.
La disposition, en tant qu'elle r&gle la procedure des-

(1) V. le no 133. En r6alit6, nous ne nous sommes occupy que-
de la responsabilit6 des actes du gouvernement colonial, auxquels
s'applique l'article 9 de la loi colonial. Mais pour les actes du gou-
vernement m6tropolitain la responsabilit6 n'est pas autre.










CHAPITRE IV


poursuites et la competence, s'applique aussi bien aux
infractions commises par un Ministre dans l'exercice de
ses functions et qu'aucun texte n'a encore d6finies, qu'aux
d61its ordinaires classes et d6crits par la 16gislation
repressive (1).
Au contraire, en tant qu'elle concern la qualification
-du d6lit et la fixation de la peine, elle est restreinte aux
fautes minist6rielles par un deuxieme alin6a de l'ar-
ticle 134, ainsi concu: c( N6anmoins, la peine ne pourra
exc6der celle de la reclusion, sans prejudice des cas expres-
se'ment prevus par les lois fenales. Pour ces cas expres-
sement prevus, le droit commun reprend son empire (2).
Jusqu'oil s'6tend le champ d'action de la regle comprise
dans les derniers mots de l'article 134 ?
II peut arriver au chef du D6partement colonial -
comme, d'ailleurs, a tout autre membre du Conseil. des
Ministres de commettre sur le territoire du Congo
belge quelque infraction punie par les lois repressives de
la colonies. L'hypothese n'est pas th6orique, le Ministre
des colonies est amen6 de temps en temps a entre-
prendre dans la possession colonial des voyages d'ins-
pection. Si, en pareilles circonstances, il s'y rendait
*coupable d'un delit de droit commun, la Cour de Cassa-
tion, r6gulierement saisie, aurait-elle le devoir de lui
appliquer les lois p6nales congolaises ?
La Cour de Cassation n'aurait pas eu a se pr6occuper
*de cette legislation si la loi m6tropolitaine n'6tait inter-
venue.
Lorsque le Congr6s national charge la Cour de
Cassation d'infliger aux Ministres coupables de d6lits

(I) TIELEMANS, Redferloire de l'admninistration et du droil administratif de
la Bdgique, T. viii, 1856, Vo Garantie desfonctionnaires publics, p. rg ;
-THONISSEN, La Constitution belge anno ke, 1.79, no 275.
(2) THONISSEN, o. C., no 282.










MINISTRY DES COLONIES


ordinaires les sanctions pr6vues par les lois peiales, il
n'entendit ividemment par ces derniers terms que la
legislation repressive de la Belgique europ6enne, la seule
qu'a cette 6poque connut la nation. La revision constitu-
tionnelle de 1893 n'eut pas pour effet de donner plus
d'extension a l'expression, car, au lieu d'assimiler les
codes des futures possessions coloniales a ceux de la
mere-patrie, la Constitution reforrmne les placa sous un
regime particulier auquel elle dcida de rester trangere().
Mais la loi de la m6tropole a, en matiere de repression,
un pouvoir presque illimit6. Elle va jusqu'a mettre ses
sanctions au service de 1'autorite qui r6glemente, a frapper
des infractions commises sur le sol de l'6tranger. Elle
pourrait punir directement des d6lits qui ont eu pour
th6etre le territoire africain de l'Etat. Rien ne l'empkche
de s'incorporer, dans telles conditions qu'ellejuge oppor-
tunes, les dispositions p6nales en vigueur sur ce territoire
plac6 sous la mime souverainet6 que le territoire mitro-
politain.
C'est ce qu'a fait la Charte colonial en d6cr6tant par
son article 3o que ( quiconque, poursuivi pour une infrac-
tion commise dans la colonie, sera trouvi en Belgique, y
sera jug- par les tribunaux belges conformemdent d la loi
pe'nalc colonial, mais dans les forces pr6vues par la loi
belge (9) s). La regle a un caractere g6enral : elle s'impose
au respect de la Cour de Cassation come des autres
tribunaux de la m6tropole.
Vainement chercherait-on a soutenir que la Charte


(1) Article premier. V. Tome premier, Introduction, pp. Ix-xvii.
(2) Cette disposition est suivie d'un alin6a ainsiconu :(( Les peines
de servitude penale pr6vues par la loi p6nale colonial sont, suivant
leur duree, remplac6es par des peines d'emprisonnement, de r6clu-
sion ou de travaux forces de m6me dur6e. ) II est comment sous
les ns' 461 et 462; v. aussi le n 476.










CHAPITRE IV


colonial, l6abor6e pour le gouvernement du Congo belge,
n'a pas le caractere d'une loi mntropolitaine et ne rentre
pas, des lors, dans les provisions de l'article 134 de la
Constitution. La Charte ne s'est pas borne A organiser
administration colonial, elle a pris un caractere mixte
en consacrant plusieurs dispositions, notamment dans ses
articles 29-34, a la solution de questions qui concernent
directement la mnre-patrie. Par certaines de ses pres-
criptions elle fait done office de loi m6tropolitaine, et
tel est le cas pour la disposition cite de l'article 3o.
En vain objecterait-on, d'autre part, que l'article 3o ne
permet a la justice mItropolitaine de connaitre d'une
infraction commise au Congo qu'apres un commencement
de poursuites par les autorit6s judiciaires coloniales (1),
et que, celles-ci 6tant priv6es du droit d'intervenir lorsque
le coupable pr6sum6 exerce des functions minist6rielles,
leur abstention a pour consequence force celle de la
jurisdiction m6tropolitaine. Certes, la justice belge n'est
comp6tente pour juger le d6linquant qui a viol6 la loi
congolaise sur le territoire congolais que s'il a 6t6 pour-
suivi avant d'etre trouv6 sur le territoire belge, et comme,
normalement, elle est incapable d'intenter l'action
publique avant ce dernier 6v6nement, les premiers actes
de procedure doivent en principle 6maner de la justice
congolaise. Mais il ne faut pas oublier que l'article 134 de
la Constitution donne A la Chambre des Repr6sentants
un pouvoir discr6tionnaire et g6n6ral pour accuser les
Ministres, que, des lors, toute poursuite engage par elle
centre le chef d'un d6partement minist6riel est ndcessaire-
ment valuable quels que soient le pays et le lieu ou les faits
se sont passes. Il en r6sulte que, lorsqu'un Ministre a
d6linqu6 sur le territoire de la colonies, la Chambre des


(1) V. le n 454.










MINISTRY DES COLONIES


Representants est en droit de le mettre en accusation
avant qu'il soit trouv6 sur le territoire belge. II suffira
qu'ensuite la presence du Ministre soit r6guli&rement
constat6e sur le sol belge pour que la Cour de Cassation
puisse lui infliger les sanctions du code p6nal congolais.
La d6couverte de l'inculp6 sur le territoire belge est,
aux terms du premier alin6a de l'article 3o, une condition
essentielle de l'intervention des tribunaux m6tropolitains
pour l'application de la loi p6nale colonial. II s'ensuit
que si, apres avoir viol6 la legislation congolaise, le
Ministre coupable continue a r6sider sur le territoire de la
colonies ou, sans passer par la Belgique, se r6fugie a
l'6tranger, la Cour de Cassation, la seule jurisdiction com-
petente a son 6gard, sera dans l'impossibilit6 de le juger.
II jouira d'une immunity de fait meme si l'acte delictueux,
puni par le code p6nal m6tropolitain, appartient i la
classes des infractions qui, commises en territoire stranger,
peuvent cependant, en vertu de la loi du 17 avril 1878,
fire l'objet de poursuites en Belgique. La colonies n'est
pas une terre 6trangere, elle fait parties du territoire
national ('). Au surplus, 1'article 3o de la Charte coloriiale
a precisement pour but d'6tablir, pour les rapports de la
colonies et de la mere-patrie en matiere repressive, un
regime different de celui de la loi de 1878 (2).
II appartiendra au 16gislateur m6tropolitain de combler
l'importante lacune que nous venons de constater dans les
dispositions de la Charte colonial, don't les auteurs n'ont
certainement pas song a la situation sp6ciale qui r6sulte
pour les Ministres de l'absence, sur le territoire de la
colonie, d'une cour de justice ayant competence pour con-


(1) V. le n" 4.
(2) Dans ce sens, le discours de M. DE LANTSHEERE, Ann. Ch.,
P. 704.










CHAPITRE IV


naitre de leurs d6lits de droit commun. Quant aux cas de
responsabilit6 minist6rielle proprement dits, la Cour de
Cassation, saisie par l'accusation de la Chambre des
Repr6sentants, a, aux terms de l'article 134 de la Consti-
tution, un pouvoir discr6tionnaire pour les juger, sans
avoir a tenir compete d'aucune loi positive. C'est dire que,
en cette matiere, la competence de la Cour de Cassation
ne peut 6tre influence par la determination du lieu de
l'infraction.

346. Le chef du D6partement colonial participe, au
meme titre que ses collogues (i), aux d6lib6rations du
Conseil des Ministres. En g6n6ral, ces d6lib6rations ont
lieu au sujet d'affaires publiques qui, par leur nature ou
pour des raisons extrins6ques, pr6sentent une gravity
particuli&re, soit pour la m6tropole, soit pour la colonie.
Dans quatre cas seulement l'intervention du Conseil des
Ministres est sp6cialement privue par la Constitution ou
par la loi. C'est d'abord a la mort du Souverain : jusqu'a
la prestation du serment du nouveau monarque ou du
regent, les pouvoirs constitutionnels du Roi sont exerces,
au nom du people belge, par les Ministres r6unis en
conseil (2). C'est ensuite dans l'6ventualit6 oi le Roi se
trouve dans l'impossibilit6 de r6gner : les Ministres sont
charges de faire constater cette impossibility et de con-
voquer imm6diatement les Chambres pour que, r6unies
en une seule assemble, elles pourvoient a la tutelle et a
la r6gence (3). Une troisieme hypothese est celle oil la
Cour des Comptes refuse son visa A une ordonnance de

(i) V. les nOS 341, 343 et 344.
(2) Const., art. 79.- Nous avons montr6 que, pendant l'interregne,
le Conseil des Ministres exerce les attributions royales meme dans
le gouvernement de la colonie, v. le no 124.
(3) Const., art. 82.










MINISTRY DES COLONIES


payment qu'un Ministre a d6livr6e sur le Tr6sor : le
Conseil des Ministres peut decider, sous sa responsabilit6,
qu'il sera passe outre au payment (1). Il reste a noter le
cas oiI le Gouvernement se propose d'expulser de la
m6tropole un stranger qui y compromet la tranquillity
publique : l'arrWte royal qui enjoint le depart doit 6tre
d6lib6r6 en Conseil des Ministres (2).
Consid6r6 s6par6ment, en sa quality de chef du Depar-
tement colonial, le Ministre des Colonies exerce, tant
dans l'administration m6tropolitaine que dans le gouver-
nement du Congo, des attributions analogues a celles de
ses collogues. Dans la direction des affaires coloniales il
en remplit d'autres qui lui forment une competence
exceptionnelle.
Si nous examinons d'abord les attributions qui sont
semblables a celles des autres chefs de d6partement, nous
voyons que, en vertu des principles gen6raux du droit
public m6tropolitain ou des regles de la loi colonial, il
appartient au Ministre des Colonies :
l De contresigner les actes du Roi qui se rapportent
au D6partement colonial ou au gouvernement de la
colonies, abstraction faite des actes qui rel&vent des rela-
tions internationales (3);
20 De presenter au Parlement et d'y d6fendre les projects
d'acte 16gislatif relatifs a la colonies pour lesquels le Gou-


(i) Loi du 29 octobre 1846, organique de la Cour des Comptes,
art. 14.
(2) Loi du 12 f6vrier 1897, surles strangers, art. i1r.
(3) Nous avons expos ant6rieurement (nOs 112, 125 et i32) les
raisons juridiques qui, a notre avis, emp6chent tout autre Ministre
que le chef titulaire ou int6rimaire du D6partement colonial de
contresigner les actes du Roi relatifs aux affaires int6rieures du
gouvernement du Congo belge et, en g6n6ral, d'exercer les attribu-
tions du Ministre des colonies.









('HAPITRE; IV


vernement ou la representation national d6sirent la coop6-
ration des Chambres belges;
3 De preparer, en vue des d6iberations des Chambres,
le budget m6tropolitain du Minist&re des colonies et celui
de la possession colonial ;
4 De r6gler les d6penses qui rel&vent de ces deux
budgets et d'en ordonnancer, directement ou indirectement,
le payment;
5 De dresser annuellement, en vue de l'approbation
du Parlement, les comptes de son administration central
et ceux de la colonies;
60 De procurer 1'ex6cution des lois, d6crets et ordon-
nances, des rglements d'administration publique et autres
arr6t6s qui concernent respectivement administration
central et le gouvernement du Congo belge;
70 Enfin, de donner aux Chambres les explications
demand6es au sujet des petitions qui sont de son resort
et, en g6n6ral, sur les questions qui int6ressent son admi-
nistration central ou la colonies.
Faisant parties de administration metropolitaine, le
Ministre des Colonies est apte, au surplus, a remplacer
int6rimairement, dans les mimes conditions que ses col-
l6gues, tout autre Ministre temporairement empech6 de
s'acquitter de ses functions.
Les attributions du Ministre des colonies qui lui sont
particulieres lui sont venues exclusivement de la Charte
colonial. Elles se rapportent a l'exercice du pouvoir
l6gislatif, a la gestion des finances, aux d6lib6rations du
comity consultatif du Gouvernement.
rt Hors le cas exceptionnel ofu le Parlement intervient,
le chef du D6partement des colonies pourvoit seul avec le
Souverain aux besoins de la legislation colonial. II pro-
pose au Roi les d6crets et les contresigne (art. 7).
20 Les imp6ts cr66s par le gouvernement central sont









MINISTRY DES COLONIES


6tablis par le seul accord du Roi et du Ministre des colo-
nies. Celui-ci, dans le cas oui les Chambres n'ont pas vote
le budget colonial cinq jours avant l'ouverture de l'exer-
cice financier, soumet au Roi les arretes qui fixent les
recettes et allouent a la colonie des credits provisoires.
Au course de l'exercice, il contresigne 6ventuellement les
arret6s qui ordonnent, sous l'empire de la n6cessit6, des
virements budg6taires ou des d6penses suppl6mentaires
urgentes (art. Io et 12).
3 Le Ministre des colonies preside, avec voix dl6ibe-
rative, les seances du Conseil colonial (art. 24).

347. Le Ministre des colonies est venu occuper dans
administration du Congo la place du Secr6taire d'Etat de
l'ancienne monarchie, auquel un d6cret du Roi-Souve-
rain, du I" septembre 1894, avait confi6 la haute direction
du gouvernement central, et qu'il avait charge d'ex6cuter
les decisions et de contresigner les actes du chef de
1'Etat (1).
Ainsi, le Ministre est entr6 en possession des attribu-
tions diverse que les d6crets anterieurs avaient attaches
a la function de son pr6d6cesseur, pour autant que ces
delegations ne soient pas revenues inconciliables avec la
volont6 et les prescriptions de la nouvelle souverainet6.
D'une part, en effet, l'article 36 de la loi colonial a con-
serve aux actes de l'ancien pouvoir leur force obligatoire,
hormis aux dispositions qui sont contraires A la Charte
Scoloniale et qui, pour ce motif, doivent 6tre tenues pour
abrog6es. D'autre part, l'article 22, tout en interdisant la
dld6gation du pouvoir 16gislatif (2), a permis au pouvoir
ex6cutif de d616guer l'exercice de ses droits aux personnel

(1) B. O. 1894, p. 186.
(2) Nous avons d6termin6, sous le no 312, la port6e exacte de
l'interdiction.









CHAPITRE IV


qui lui sont hilrarchiquement subordonn6es, et tell est,.
par rapport au Souverain, la situation du Ministre des
colonies.
Dans le gouvernement de la m6tropole, 6galement, les
chefs des D6partements minist6riels ont retenu, sauf appli-
cation de Particle 138 de la- Constitution belge (i), les
attributions qui appartenaient A leurs devanciers sous des
regimes politiques diff6rents.

348. Dans un autre chapitre, il a 6t6 montr6 que les
attributions du Ministre des colonies ne peuvent pas ktre
morcel6es au profit d'un de ses colleagues (2). Mais le
monopole qui en r6sulte pour le chef du D6partement
colonial nes'oppose pas aux interims, auxquelsilest n6ces-
saire de recourir lorsque 1'absence ou quelque autre cause
empeche temporairement le Ministre titulaire de remplir
sa mission. Le Ministre int6rimaire n'agit pas come chef
de son propre d6partement et avec l'assistance de ses
collaborateurs habituels : c'est, en quelque sorte, un Mi-
nistre des colonies supplant, qui gouverne avec le con-
cours du Conseil colonial, des fonctionnaires des adminis-
trations coloniales central et locale, et qui indique, par
les mentions qui precedent sa signature, en quelle quality
nouvelle il intervient dans l'Etat. Aussi, lorsque la Cham-
bre des Repr6sentants examine les dispositions de 1'ar-
ticle 23, M. MECHELYNCK, le Ministre de la justice et le
rapporteur de la commission sp6ciale furent-ils d'accord
pour reconnaitre la possibility de remplacer le chef du D6-
partement colonial par un autre membre du Cabinet (3).


(1) Texte de l'article : c A computer du jour oi la Constitution sera
executoire, toutesles lois, d6crets, arrites, reglements et autres actes
qui y sont contraires, sont abrog6s. ,
(*) V. les nos 112, 125 et 132.
(s) Ann. Ch., p. 681.








MINISTRY DES COLONIES


349. L'article 29 de la Constitution, qui confie au Roi
le pouvoir ex6cutif, et l'article 65, qui lui attribue la nomi-
nation et la revocation des ministres, lui conferent impli-
citement le droit de determiner quels d6partements les
ministres dirigeront.
Il semble, A premiere vue, qu'un arreti royal soit seul
capable de d6roger a la volont6 du chef de l'Etat telle
qu'elle s'est constitutionnellement manifestee dans l'arrit6
royal de nomination, et qu'un simple accord intervenant
entire les ministres soit impuissant a modifier la r6parti-
tion des functions telle que l'a 6tablie l'acte solennel du
Souverain.
Mais le droit public positif ne se compose pas seule-
ment de dispositions 6crites. Il comprend aussi des r6gles
traditionnelles don't un long et constant usage a fait, du
consentement g6ndral, le complement de la Constitution.
C'est ainsi qu'il est devenu une regle coutumiere du
droit public beige qu'un ministry, temporairement empe-
ch6 d'exercer ses functions, peut, sans qu'un arret6 royal
en decide, se faire remplacer par un de ses collogues.
Cette coutume remote aux premiers temps qui suivirent
la constitution du royaume. Quoi qu'il en ait 6t6 dit ('), la
regle ne distingue pas entire les diverse functions du
ministry empech6. Le college quile supple intervient et
agit m6me si la loi a rattache quelque attribution sp6ciale
au d6partement provisoirement priv6 de son chef. Par
example, le ministry qui dirige int6rimairement le Depar-
tement de la justice exerce l'autorit6 sur les parquets
malgr6 les terms de l'article i5I de la loi d'organisation
judiciaire. Le d6faut d'arrt&:royal est, au point de vue des
prerogatives et de la mission du Souverain, sans impor-
tance pratique, car il est evident que les ministres ne se


(') Pandectes-belges, Vo Inhtrim, no 16.








CIIAPIT'E IV


remplacent que du consentement tacite ou verbal du chef
de l'Etat.
Lorsqu'il fut n6cessaire, en 1909, de donner un sup-
pl6ant au Ministre des colonies s'embarquant pour un
voyage de plus de cinq mois, le Gouvernement se con-
forma, dans le choix du Ministre int6rimaire, a l'ancienne
tradition m6tropolitaine (1). Le pr6c6dent 6tait cr6 ;
vraisemblablement, il fera jurisprudence.
Une g6neralisation serait cependant regrettable, car,
dans l'6ventualit6 o le Ministre quite son department
pour aller inspector la colonies, il peut 6tre d6savantageux
pour la bonne march des affaires qu'il ne soit pas dis-
pos6 par arr&t6 royal des functions de l'absent.
Tant qu'un ministry n'a pas 6t6 remplac6 par la d6ci-
sion solennelle du Roi, il conserve toutes ses attributions
mrme si, en fait, il ne lui est plus possible de les exercer.
En Belgique, la survivance des functions chez le ministry
empech6, auquel le seul consentement d'un collogue a
procure un supplant, est sans inconvenient r6el : l'empe-
chement se produisant sur le territoire administer, il n'est
pas a craindre que le ministry titulaire cherche a inter-
venir dans la direction de son d6partement concurrem-
ment avec le ministry interimaire. Le voulut-il dans
quelque circonstance particulirre, qu'une entente s'6ta-
blirait ais6ment entire les deux conseillers de la Cou-
ronne. Tout autre est l'6tat de choses lorsque le ministry
remplac6 s'en va examiner sur place, dans la colonies, le
fonetionnement de, l'administration qui recoit habituel-
lement son impulsion. Nombreuses, au course de son
voyage, y surgiront les questions a r6gler, et, s'il est rest
competent, il ne r6sistera pas toujours au d6sir de leur


(') Un simple accord entire MM. RENKIN et LIEBAERT attribua au
Ministre des finances l'intkrim du Ministare des colonies.









MINISTRY DES COLONIES 4

donner une solution immediate. Les m&mes objets 6tant
traits a Bruxelles par le ministry qui y gere provisoi-
rement les int6rfts de la colonie, il arrivera que 1'inter-
vention simultan6e des deux hautes autorit6s produira
dans une m6me affaire des measures contradictoires,
sources de difficulties et de complications.
C'est pourquoi il imported que le M'inistre des colonies
voyageant au Congo s'y confine dans une mission
d'inspection, d'enqu6te et de contr6le, remettant ses deci-
sions a plus tard ou, si le temps press, les proposant au
collogue qui, charge de ses attributions, le replace
aupres du Roi. Un arrlt6 du chef du pouvoir ex6cutif,
disposant provisoirement du portefeuille du ministry part
pour 1'Afrique, assurerait l'observation fiddle de ce pro-
gramme.















ARTICLE 24.


II est institu6 un Conseil colonial compose d'un pr6si-
dent et de quatorze conseillers.
Le Ministre des colonies preside le Conseil. Il y a voix
deliberative et, s'il y a partage, prepbondirante. En cas d'ab-
sence on d'empechement, il est remplacd par un vice-prdsident
choisipar le Roi au sein du Conseil (1).
Huit conseillers sont nomm6s par le Roi. Six sont
choisis par les Chambres 16gislatives : trois par le S6nat
et trois par la Chambre des Repr6sentants; ils sont l6us
au scrutiny secret et A la majority absolue des voix.
Un des conseillers nomm6s par le Roi et alternative-
ment un des conseillers nomm6s par la Chambre ou un
des conseillers nomm6s par le S6nat sortent chaque
ann6e. Les conseillers sortent d'apris leurrang d'anciennetde;
ils peuvent dtre renommnns. En cas de vacance, avant l'expi-
ration du term d'un mandate, par dimission, deces on autre-
ment, le nouveau conseiller achive le mandate de celui qu'it
replace (2).


(1) La parties du deuxinme alin6a imprimee en italiques est due a
la loi modificative du 29 mars 1911. Avant 1'intervention de cette
loi, l'alinea ne comprenait que les dispositions suivantes : ( Le
Ministre des colonies preside le Conseil. II y a voix deliberative et,
en cas de partage, pr6pond6rante. S
(2) Une loi du 9 d6cembre 1912 a substitu6 le texte imprim6 en
italiques au texte suivant : ( Les conseillers sortent d'apres leur
rang d'anciennet6; le rang de ceux qui ont 6t6 nommes le m~me
jour est d6termin6 par un tirage au sort. Les conseillers sortants
peuvent Wtre renomm6s. n










CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


Les functions de conseiller et de membre de la
Chambre des Repr6sentants ou du S6nat sont incompa-
tibles.
Les fonctionnaires de administration colonial en
activity de service ne peuvent faire parties du Conseil.

DOCUMENTS LEGISLATIFS. E. M., no II. Chambre, R., no- 44,
45; Ann., I, S. E., pp. 682, 690; II, p 788. Senat, R., n's 94, 95,.
125; Ann., pp. 180-182, 187-190.

LOI MODIFICATIVE DU 29 MARS 1911.
Doc. Ch., 1910-1911, Exp. mot., no 13, p. 2. Rapp., n1 52, p. 3.
- Ann. Ch., 191O-1911, p. 623. Doc. Sin., J91o-191, Rapp., no 34,
p. 2. Ann. Sen., 1910-1911, pp. 208-210.

LOI MODIFICATIVE DU 9 DECEMBRE 1912.
Doc. Sin., 1911-1912, Exp. mot., no 53. Rapp., no 92. Ann.
Sin., 1911-1912, p. 526. Doc. Ch., 191211913, Rapp., n0 34.
Ann. Ch., 1912-1913, pp. 140, 158.

SOMMAIRE.

350. R6sume des travaux pr6paratoires du texte de l'article 24 arrete
par la loi du i8 octobre 1908.
351. R6sume des travaux pr6paratoires des r6gles modificatives arre-
tees par les lois du 29 mars 1911 et du 9 d6cembre 1912.
352. Nkcessit6 du Conseil colonial.
353. Sa composition. Les conseillers sont choisis en majority par le
Souverain, en minority par le Parlement. Motifs de cette solu-
tion.
354. Nombre des membres. Justification. Desideratum de la com-
mission de la Chambre quant A la representation des parties
parlementaires. Les discussions de la Chambre ne lui ont pas
et6 favorables. Raison d'etre de la fixation d'un nombre
pair de conseillers.
355. Les candidates au Conseil colonial ne sont pas soumis a des
conditions d'aptitude. Justification.
356. Incompatibilit6s cr66es par les articles 24 et 32 pour les con--
seillers coloniaux. Raisons d'etre de celles 6tablies par 1'ar-
ticle 24.











CHAPITRE IV


357. L'incompatibilit6 cr66e par l'avant-dernier alinea de l'ar-
ticle 24 ne s'applique pas au Ministre des colonies, titulaire ou
interimaire.
358. Un delai doit-il s'6couler entire la fin du mandate parlementaire
et la nomination de l'ancien senateur ou repr6sentant a un
des si6ges du Conseil colonial? Terme ordinaire du mandate
parlementaire.
359. Les fonctionnaires du Miniskre des colonies ne sont pas
exclus du Conseil par la loi, mais ils ont pu l'6tre par le r6gle-
ment. Y a-t-il actuellement des functions rattachees au gou-
vernement de la m6tropole qui soient une cause d'exclu-
sion ?
360. A quels fonctionnaires de la colonie mime 1'article 24 interdit-il
de faire parties du Conseil?
361. Effets des incompatibilit6s. N6cessit6 d'opter. Modes. Le
conseiller colonial 61u a 1'un des sieges du Parlement est-il tenu
de r6signer ses anciennes functions avant la prestation de ser-
ment?
362. Le conseiller colonial doit-il Mtre de nationality belge, citoyen
belge?
363. Procedure de la nomination et de 1'election. Disposition
inconstitutionnelle et n6anmoins obligatoire. Quid si, dans
une des Chambres, aucun candidate n'obtient la.majorit6 abso-
lue des voix ? Les elections peuvent-elles encore avoir lieu
par bulletin de liste?
364. Les conseillers coloniaux ne sont pas r6vocables. Motifs. -
Leur mandate est limit dans le temps. Justification. Sorties
annuelles. Date des sorties. Les sortants sont re6ligibles.
But.
365. Ordre des sorties. Systemes divers. Controverses. Interven-
tion du 16gislateur. Effet de la loi du 9 decembre 1912. -
Avantages du syst6me qu'elle a adopted.
366. Quel est le rang des conseillers nommes ou lus avant l'entr6e
en vigueur de la loi de 1912 ?
367. Suppression du tirage au sort primitivement etabli pour d6ter-
miner le rang des conseillers choisis le meme jour. Premieres
et seules applications de l'ancienne regle. -- Motif de la sup-
pression. Les retards dans les nominations dils a la guerre
de 1914-1919 n'ont pas nui a l'ancien classement de sortie. Inter-
vention d'une loi de circonstance.









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


368. Pr6sidence du Ministre des colonies, avec voix deliberative et,
en cas de partage, prepond6rante. Justification. Mesure
prise pour 6viter les partages.
369. Originairement, le president n'avait pas de supplant. Inter-
vention de l'arret6 royal organique du Conseil. Controverses. -
Intervention ult6rieure de la loi.
370. Le vice-pr6sident, quand il si6ge, dispose de la voix pr6ponde-
rante du president. Justification.
371. La presence d'un vice-pr6sident n'empeche pas le Ministre des
colonies int6rimaire d'exercer les droits du Ministre titulaire.
372. Les d6penses du Conseil colonial sont A la charge du budget
du Congo belge.
373. II appartient au Roi d'arr&ter le reglement organique du Con-
seil. Principales dispositions du r6glement en vigueur.
374. Organisation des conseils coloniaux dans les Etats strangers.


COMMENTAIRE.

350. Dans le project de Charte primitif, l'organisation
du Conseil colonial 6tait peu complex. Aux terms de
l'article 15, le Conseil se composait de quatre membres
nomm6s et revoques 6ventuellement par le Roi. Is res-
taient en functions pendant quatre ans et un membre sor-
tait chaque ann6e. Deux des conseillers 6taient recrut6s
parmi les personnel ayant exerc6 dans les possessions
coloniales des functions de l'ordre administratif, judi-
ciaire ou militaire, ou y ayant particip6 a- la direction
d'un 6tablissement industrial ou commercial. D'apres
l'article 16, le Conseil 6tait pr6sid6 par le Ministre des.
colonies, qui y avait voix d6lib6rative.
L'examen de ces quelques dispositions, r6unies plus
tard en un seul article, amena M. WOESTE a formuler la
question suivante : ( Le Conseil colonial ne devrait-il
pas 6tre plus nombreux et nomme pour parties par les.
Chambres belges en dehors de leurs membres? )
Apres avoir pris connaissance de la r6ponse du,










CHAPITRE IV


Ministere DE SMET DE NAEYER, qui d6fendit le texte don't
il 6tait l'auteur, la commission sp6ciale de la Chambre
des Repr6sentants commenca par presenter les amende-
ments ci-apres r6sums :
Le Conseil se composer de neuf membres nomm6s
par le Roi dans des series d6termin6es de personnel pr6-
sentant des garanties particuli&res de science et de com-
p6tence. Les membres des Chambres 16gislatives ne pour-
ront faire parties du Conseil. Les conseillers ne seront pas
r6vocables, mais la dur6e de leur mandate se limitera a
neuf ann6es; un membre sortira annuellement; il pourra
etre renommn. La presidence du Conseil appartiendra de
droit au Ministre des colonies, mais celui-ci n'aura pas
voix d6lib6rative.
Le cabinet DE TROOZ ne rejeta pas les propositions,
mais il y apporta deux modifications, l'une permettant la
revocation des conseillers coloniaux par d6cret rendu sur
les conclusions du Conseil des Ministres, l'autre donnant
voix dl6ib6rative au Ministre des colonies appeal A pr6si-
der les s6ances du Conseil colonial.
Saisie de ces nouveaux amendments, la commission
de la Chambre ne parvint pas a former une majority pour
arriter dans leur ensemble les r&gles organisatrices du
college a instituer; elle admit, toutefois, que le Ministre
des colonies le pr6siderait avec voix dl6ib6rative.
C'est dans ces conditions que le Minist&re SCHOLLAERT
soumit A la commission le project suivant de r6glementa-
tion :
Un president et dix conseillers formeront le Conseil
colonial. President de droit, le Ministre des colonies aura
dans le Conseil voix d6lib6rative et, en cas de partage,
pr6pond6rante. Des dix conseillers, six seront nomm6s
par le Roi et quatre par les Chambres 16gislatives, deux
;par chacune d'elles. Le choix des assemblies parlemen-









CONSEIM COLONIAL. ORGANISATION


taires se fera au scrutiny secret et a la majority absolue
des voix. Il ne sera plus impose aux candidates des condi-
tions sp6ciales d'admission, mais les functions de conseil-
ler et de membre de la Chambre des Repr6sentants ou du
S6nat seront incompatible. Alternativement un conseiller
nomm6 par le Roi ou un conseiller nomm6 par les
Chambres sortira chaque ann6e. L'ordre de sortie sera
determine par le rang d'anciennete, le sort fixant le rang
des conseillers nommis le m6me jour. Il sera permits de
renommer les conseillers sortants. Les conseillers nom-
m6s par le Roi pourront etre revoqu6s par d&cret motive,
les autres par un vote au scrutiny secret de l'assembl6c
qui les aura 6lus, mais ce vote ne sera possible que sur la
proposition d'un tiers au moins des membres de l'assem-
bl6e.
La commission de la Chambre ne voulut pas admettre
le droit de revocation, et elle substitua a la r6daction du
Gouvernement cet ensemble de dispositions :
( Il est institu6 un Conseil colonial compose d'un pr6-
sident et de quatorze membres.
Le Ministre des colonies preside le Conseil. II y a
voix d6lib6rative et, en cas de partage, pr6ponderante.
(( Huit conseillers sont nomm6s par le Roi, six par les
Chambres lgislatives : trois par le S6nat et trois par la
Chambre des Repr6sentants. Ils sont l6us au scrutiny
secret et A la majority absolue des voix.
( Alternativement un conseiller nomm6 par le Roi ou
un conseiller nomm6 par les Chambres sort chaque ann6e.
Les conseillers sortent d'apres leur rang d'anciennet6; le
rang de ceux qui ont 6te nomm6s le m6me jour est d6ter-
mine par un tirage au sort. Les conseillers sortants peu-
vent etre renomm6s.
( Les functions de conseiller et de membre de la Cham-
bre des Repr6sentants ou du S6nat sont incompatible.









CIIAPITl'E IV


a( Les fonctionnaires de administration colonial en
activity de service ne peuvent faire parties du Conseil. n
C'est ce texte qu'A la premiere lecture la Chambre des
Repr6sentants finit par adopter, apres que le Ministere y
eut apport6 quelques ambliorations de forme et remplac6
la premiere phrase de l'alinea 4 par la proposition : c Un
des conseillers nomm6s par le Roi et un des conseillers
nomm6s par les Chambres sortent chaque annie. n
Les amendments suivants, dfs A l'initiative parlemen-
taire, avaient kt6, les premiers rejetis, le dernier retire
par ses auteurs :
Amendment de M. Vandervelde. Le Conseil colo-
nial se compose de douze membres nomm6s par les
Chambres legislative : six par le S6nat et six par la
Chambre des Repr6sentants.Ils sont 6lus au scrutiny secret
sous le regime de representation proportionnelle 6tabli
pour les elections 16gislatives.
Amendements de M. Mechelynck. Al. er. I1 est institute
un Conseil colonial compose d'un president et de douze
membres.
Al. 3. Quatre conseillers sont nomm6s par le Roi,
quatre par la Chambre et quatre par le S6nat.
Amendment subsidiaire de MM. Denis et Destrede. -
Al. 3. Six conseillers sont nomm6s par le Roi, huit par les
Chambres lgislatives : quatre par le S6nat et quatre par
la Chambre des Repr6sentants.
Lors de la deuxinme lecture, 1'article flit encore re-
touch&. A la demand de M. MECHELYNCK, la premiere
phrase de l'alinia 4 fut r6dig6e en ces terms : a Un des
conseillers nomm6s par le Roi et alternativement un des
conseillers nomm6s par la Chambre ou un des conseillers
nomm6s par le S6nat sortent chaque ann6e.
Le S6nat refusa de modifier le texte arret6 par la
Chambre. Vainement le baron DE SELYS LONGCHAMPS.









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION,


proposa-t-il de n'attribuer au Roi que la nomination de six
conseillers coloniaux et de faire choisir les huit autres
quatre par le S6nat et quatre par la Chambre des Repr6-
sentants. Vainement M. DEvos voulut-il faire supprimer
de l'alin6a 3 les mots: ( et a la majority absolue des voix s,
ajouter A l'alin6a 5 le membre de phrase : ( mais cette
prohibition de cumul ne s'applique qu'aux membres du
Conseil colonial nomm6s par arr6t6 royal ,.

351. L'article 24 n'est plus ce qu'il 6tait lors de la pro-
mulgation de la loi du 18 octobre 1908 : deux nouveaux
actes 16gislatifs l'ont amend.
Le premier porte la date du 29 mars 1911. II determine
quel est le supplant du president du Conseil colonial
lorsque le Ministre des colonies est absent ou emp6ch6 de
singer.
Par le project de loi qu'il d6posa a la Chambre des
Repr6sentants vers la fin de 191o, le Gouvernement pro-
posa de pourvoir A la suppl6ance en modifiant comme suit
le deuxi6me alin6a de l'article :
( Le Ministre des colonies preside le Conseil. II y a
voix d6lib6rative et, s'il y a partage, pr6pond6rante. En
cas d'abse'nce ou d'emp6chement, il est remplac6 par un
vice-pr6sident choisi par le Roi au sein du Conseil. a
De l'avis conforme de leurs commissions compktentes,
la Chambre et le Senat adopt&rent le texte sans y apporter
aucun changement.
La second loi fut munie de la signature royale le
9 d6cembre 1912.
L'application des r6gles de l'article 24 relatives au
renouvellement du mandate des membres du Conseil co-
lonial avait donn6 lieu A un d6saccord entire le Ministre
des colonies et certain membres du S6nat. Ceux-ci
avaient pr6tendu que le conseiller appel6 A remplacer un










CHAPITRE IV


membre qui serait sorti pr6matur6ment du Conseil par
d6ces, admission ou quelque autre cause, ne pouvait etre
nomm6 que pour continue et terminer le mandate de son
pr6d6cesseur. Le Ministre, au contraire, se pr6valant du
caract&re absolu de la disposition : s les conseillers sor-
tent d'apres leur rang d'anciennet6 s, avait soutenu qu'elle
devait etre respected m~me par rapport au conseiller don't
le pr6d6cesseur n'aurait pas achev6 son terme. Cette
derniere interpretation avait pour consequence de rendre
incertaine et variable la dur6e de tous les mandates de
conseiller indistinctement (').
Se conformant au d6sir de la Haute Assembl6e (s), le
Gouvernement finit par lui soumettre un project de loi qui
modifiait le quatrieme alinea de Particle 24 de maniere a
sauvegarder a l'avenir les conseillers coloniaux contre une
reduction de la dur6e de leurs functions cause par la
sortie avant terme d'un ou de plusieurs de leurs collgues.
Le project supprimait en mime temps, parce qu'elle sem-
blait d6sormais inutile, la r6gle subsidiaire qui prescrivait
un tirage au sort pour la determination du rang des con-
seillers nommes le mime jour.
L'alinea 4, apres cette transformation, 6tait ainsi concu:
( Un des conseillers nomm6s par le Roi et alternati-
vement un des conseillers nommis par la Chambre ou un
des conseillers nomm6s par le S6nat sortent chaque annee.
Les conseillers sortent d'apres leur rang d'anciennet6 ;
ils peuvent etre renomm6s. En cas de vacance, avant


(1) Ann. Sen., 1911-1912, pp. 49-53. La question controversies
fut soumise aux commissions senatoriales r6unies de la justice et des
colonies, qui 6viterent, dans leur rapport, de se prononcer en faveur
del'uneou de 1'autre des deux th6ses. V. Doc. S6n., 1911-1912, no36.
(2) V. le rapport mentionn6 dans la note pr6cedente et le compete
rendu de 1'6change de vues qui se produisit au Senat, Ann. Sen.,
19Z1-1912, pp. 159-16o.









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


l'expiration du terme d'un mandate, par d6mission, d6ces
ou autrement, le nouveau conseiller ach6ve le mandate de
celui qu'il replace. )
C'est sous cette forme que le project recut l'assentiment
des deux Chambres.

352. On l'a dit tres justement, l'importance de la mis-
sion du lgislateur, la gravity des questions qu'il est appel&
r r6soudre exigent, lorsque le pouvoir l6gislatif d'un pays
est confi6 a une personnel unique, le concours et la colla-
boration durables de conseillers capable et expirimen--
t6s (1). Dans les gouvernements modernes les mieux orga-
nis6s, l'on ne se content pas, en pareil cas, de l'inter-
vention unilat6rale d'un ministry, surtout si celui-ci, par le
jeu du regime parlementaire, est expos changer fr6-
quemment. On pr6fire lui adjoindre un comit6 consultatif
permanent, don't les membres divers sont recrut6s avec
soin au point de vue de la connaissance et de la pratique
des affaires, et don't les d6lib6rations sont d'autant plus
6clair6es que son experience s'accroit sans cesse par la
continuity de ses functions (2).
S'inspirant de cet example, les auteurs de la Charte
colonial ont place A c6t6 du Roi, invest par rapport au
Congo de l'attribution legislative, un Conseil colonial de
quinze membres charge de lui donner l'assistance de ses
&tudes et de ses avis.
Notre examen portera imm6diatement sur la composi-
tion et 1'organisation du Conseil colonial, qui sont l'objet
des dispositions de l'article 24. Nous traiterons la ques-
tion des attributions en commentant l'article 25, qui les

(1) Discours prononc6 par le president du Conseil colonial lors de
l'installation du Conseil, C. R. A., 1908-1909, pp. 1-2.
(2) V., aux nos 374 et 394, l'expos6 des legislation 6trang6res rela-
tives aux conseils coloniaux.









CHAPITRE IV


d6finit (i). Enfin, apres avoir expliqu6 les textes de l'ar-
ticle 26, nous serons A m6me de donner au sujet du r6le et
de l'action du Conseil colonial une appreciation d'en-
semble (2).

353. L'article 24 de la loi fait 1'attribution du droit de
choisir les membres du Conseil colonial. Sans computer le
Ministre des colonies appel6 A le pr6sider, le Conseil se
compose de quatorze membres. Huit conseillers sont
nomm6s par le Roi; les six autres sont l6us par les Cham-
bres 16gislatives, trois par le S6nat et trois par la Chambre
des Repr6sentants.
La solution qui a constitu6 le Conseil de deux groups
de personnel, les unes choisies par le Souverain,les autres
par le Parlement, ne semble pas tres logique, A premiere vue.
Le Conseil colonial est un comit6 purement consultatif.
Si le texte mrme des articles 25 et 26 de la Charte ne le
montrait pas clairement, il suffirait pour s'en persuader de
revoir les travaux don't ces articles sont issues. A la Cham-
bre des Repr6sentants comme au S6nat, le Ministre de la
justice, qui y d6fendait au nom du Gouvernement les dis-
positions du project de loi, a rappel6 avec persistence ce
caractere de la nouvelle institution (3), et il 6tait en parfait
accord avec les rapporteurs des commissions sp6ciales
charges par les deux assemblies de faire les 6tudes pr6-
paratoires A leurs d6lib6rations (4). La destin6e du Conseil
6tait done bien d'assister le Roi dans l'exercice de ses
functions legislative et administrative, de lui faciliter sa
tache par des avis s'inspirant A la fois de la science et de-
l'experience des affaires coloniales.

(') V. le no 376.
() V. le no 401.
(3) Ann. Ch., pp. 685, 688; Ann. S6n., pp. 189, 190.
(*) R. Ch., n 44; R. S6n., no 95.










CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


Ne fallait-il pas, dans ces conditions, que le chef du
pouvoir executif recfit seul le droit de nommer les mem-
bres du college consultatif A instituer ? Seul le Gouver-
nement peut appr6cier les collaborations qui lui sont
necessaires et qui lui permettront de prendre en connais-
sance de cause des decisions don't il assumera la pleine
responsabilit6. On ne congoit pas qu'un ministry, respon-
sable de ses actes devant le pays, ait a travailler avec des
fonctionnaires d6pendant d'une autorit6 6trang6re. On ne
comprend pas mieux que le l6gislateur de la colonie,
oblige de rendre compete au Parlement belge, ait A recher-
cher assistance d'un group de personnel qui ne sont ni
nommees, ni revocables par lui (1).
Nous ne pensions pas que les auteurs de 1'article 24 aient
6t6 inconsequents, car, s'ils ont d6cid6 de faire du Conseil
colonial une institution purement consultative, ils ont
voulu, d'autre part, donner A ses consultations mnmes une
double affectation.
Avant tout, les consultations devaient servir a 6clairer
le pouvoir ex6cutif come il vient d'etre expose. Mais, de
plus, elles 6taient destinies A fournir A la representation
national et a la population des renseignements et des
appreciations au sujet de l'exercice de la function 1.gisla-
tive d6l6gu6e au m6me pouvoir.
En vue de mieux atteindre ce dernier r6sultat, 1'on
inscrivit a Particle 25 diverse regles appropri6es. II fut
notamment prescrit au Conseil de r6diger ses avis sur les
d6crets projects, sous la forme de rapports motives, indi-


(') Dans ce sens, la r6ponse du cabinet DE SMET DE NAEYER a une
question formul6e par M. WOESTE au sein de la commission sp6ciale
de la Chambre des Repr6sentants, v. R. Ch., no 45, premiere note.-
A 1'6poque oui cette r6ponse fut donn6e, le project de loi colonial
r6servait au- Roi la- nomination de tous les conseillers coloniaux
(art. 15).










CHAPITRE IV


quant le nombre des opposants et les raisons de leur oppo-
sition. Ordre fut donn6 a l'administration de publier les
rapports en mime temps que les actes 16gislatifs. L'examen
du Conseil fut rendu obligatoire pour les d6crets direc-
tement promulgu6s sous la pression de l'urgence comme
pour les simples projects.
C'est la m6me preoccupation qui a fait introduire dans
le Conseil colonial des membres nomm6s par les assem-
bl6es parlementaires, le 16gislateur ayant estim6 que, en
tant que r6dig6s pour l'information du pays, les avis en
deviendraient plus ind6pendants des influences gouverne-
mentales. Toutefois, pour que l'assistance du Souverain
restat l'oeuvre pr6dominante du Conseil et pour que les
affaires coloniales fussent tenues autant que possible a
l'&cart des luttes des parties, il ne fut admis dans la com-
position du nouveau college consultatif qu'une minority de
repr6sentants du Parlement (1).
Ajoutons que, dans la pens6e de certain des auteurs de
la Charte, les conseillers auraient 6t6 choisis d'apres des
regles autres que.celles qui ont 6t6 adopt6es, si, les Cham-
bres l6gislatives ayant renonc6 A s'attribuer le vote du
budget colonial, le Conseil avait 6t6 appel6, en leurs lieu
et place, A participer au gouvernement du Congo. Nous
lisons A ce sujet dans le rapport de la commission sp6ciale
de la Chambre des Repr6sentants : ( Si .... c'est le Con-
seil qui est invest du pouvoir d'exercer sur la gestion
colonial l'influence qui est refuse aux Chambres, c'est
de celles-ci que doit d6pendre sa composition puisque c'est


(') Telle est la transaction qui intervint entire les membres de la
legislature qui pr6f6raient attribuer au Roi la nomination de tous les
conseillers et ceux qui voulaient en r6server le choix aux Chambres
legislatives, v. les discours de M. WOESTE (Ann. Ch., p. 682)
et du Ministre de la justice (Ann. Ch., p. 685, Ann. S6n., pp. 189-
190).








CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


d'elles, a titre de d6l1gation, qu'il doit tenir ses pou-
voirs (1) .,

354. La determination du nombre des membres du
Conseil colonial ne pouvait etre consid6r6e par les auteurs
de l'article 24 come un objet sans importance. Les fins
assignees au college a creer risquaient d'etre compromises
aussi bien par le choix d'un chiffre trop bas que par celui
d'un chiffre trop lev6.
Composer le Conseil d'un nombre de membres tres
r6duit, c'6tait gener l'ind6pendance de ces quelques titu-
laires, nomm6s en majority par le pouvoir ex6cutif et
appel6s, d'autre part, A appr6cier devant le pays les actes
legislatifs du gouvernement colonial.
Y introduire trop de conseillers, c'6tait diminuer pour le
pouvoir l'efficacit6 de la collaboration de l'institution
appel6e A l'assister. Il est, en effet, d'exp6rience que les
comit6s composes de membres nombreux ne favorisent
pas la bonne et prompted expedition des affaires. Celles-ci
y sont examinees avec moins de soin, car la responsabilite
des decisions prises s'6parpille sur trop de tetes, elle est
pour chaque individuality en raison inverse du nombre
des membres d6liberants. D'autre part, la tAche s'ex6cute
avec plus de retard, car il est difficile de r6unir souvent un
group considerable de personnel. De 1A des entraves
pour l'action gouvernementale, qui doit etre rapide sur des
territoires en pleine organisation (2).
Le nombre de quatorze conseillers, que la legislature a


(I) R. Ch., no 44, v. aussi le no 45, I, et le no 34.
(2) V. aussi, quant aux inconv6nients graves resultant de la fixation
d'un nombre trop considerable de membres, la r6ponse d6jA citee
du cabinet DE SMET DE NAEYER A une question de M. WOESTE,
R. Ch., no 45, premiere note.










CHAPITRE IV


d6finitivement arrkt6, n'expose ni A l'un ni a l'autre des
deux dangers.
Le chiffre 6tait de quatre dans le project de loi primi-
tif (i), mais il 6tait mont6 A dix avant les dernieres d6lib6-
rations de la commission sp6ciale de la Chambre, six
conseillers devant 6tre choisis.par le Roi et deux par
chacune des assemblies 16gislatives. La commission aug-
menta ces deux nombres respectivement de deux et d'une
units, pour permettre, tout en conservant au Souverain
la majority des nominations, d'ouvrir le Conseil colonial A
un d6l6gu6 des parties d'opposition repr6sent6s dans cha-
cune des Chambres. S'il n'y avait pas eu cet amendment,
chacune des assemblies se serait trouv6e place devant
alternative ou d'attribuer la m6me representation aux
parties de la majority et a ceux de la minority, ou de frap-
per ces derniers d'une exclusion total (2).
Jusqu'A present, les intentions de la commission ont 6t6
respect6es invariablement, les groups parlementaires
s'6tant entendus, dans les deux Chambres, pour envoyer
au Conseil colonial deux d61lgu6s de la majority, un de la
minority. La pratique se perp6tuera-t-elle ? II est A remar-
quer que la loi n'a pas r6parti entire les divers parties les
sieges du Conseil don't le Parlement dispose, qu'elle pres-
crit seulement l'6lection des conseillers au scrutiny secret
et A la majority absolue des voix. Aussi bien, les discus-
sions de la Chambre des Repr6sentants qui ont pr6c6d6
l'adoption de article 24 n'ont pas 6t6 favorables au sys-
t6me recommand6 par la commission. Interpell6 par


(i) Il est A remarquer que, dans le syst6me de ce project, tous les
membres du Conseil colonial 6taient nomm6s par le Roi, qu'ils
6taient r6vocables, et que les consultations du Conseil n'6taient
destinies qu'A 6clairer le Gouvernement. D6s lors, il n'importait pas
que les conseillers fussent peu nombreux.
()) R. Ch., no 45, in.









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


M. DESTREE qui lui demandait s'il admettait l'application
des r6gles de la representation proportionnelle au choix
des deux assemblies parlementaires, le Ministre de la
justice, M. RENKIN, r6pondit n6gativement et il ajouta :
( J'imagine, Messieurs, que les Chambres ayant a
designer les membres du Conseil colonial, ne s'occupe-
ront que de la capacity de ces messieurs au point de vue
colonial et que ce ne sont pas les questions de parti qui
guideront leur choix...
( Le Conseil colonial doit etre compose d'hommes
capable, qui auront l'exp6rience des choses coloniales.
11 ne faut pas leur demander s'ils sont socialists ou catho-
liques ou lib6raux, mais s'ils ont les lumieres voulues pour
bien remplir leurs functions. J'aime a croire que lorsque
nous aurons a 6lire des membres du Conseil colonial nous
aurons assez d'esprit gouvernemental pour nous mettre
d'accord sur les noms les plus m6ritants...
( ... Je dis... que je ne veux pas mettre dans le texte
de la loi que les membres du Conseil colonial seront
nomm6s d'apres le system de la representation propor-
tionnelle, parce qu'une telle disposition donnerait A ces
Selections un caractere politique; je pretends... qu'elles
doivent 6tre d6pouill6es de ce caractere. a
M. MONVILLE intervint: a II est certain, affirma-t-il,
que la majority de la Chambre voudra designer un cer-
tain nombre de candidates et reconnaitre a la minority le
droit d'etre repr6sent6e dans le Conseil colonial. a
a Mon cher coll4gue, r6pliqua M. RENKIN, c'est un
des .motifs pour lesquels j'6tais personnellement adver-
saire de l'l6ection des membres du Conseil colonial par
les Chambres. Il faut redouter que cette election soit
domin6e par la politique... Je suis bien d6cid6 a user'de
mon influence pour emppcher ces elections d'avoir un
caractere politique, parce que je trouve que ce serait









CHAPITRE IV


d6sastreux. Je le dis encore une fois : le choix de la
Chambre pour la designation des membres du Conseil
colonial doit etre guid6 uniquement par la capacity et
l'exp6rience des candidates, et nullement par des consid6-
rations politiques... D6clarer qu'on appliquera, pour le
choix des membres du Conseil colonial, le regime appli-
qu6 aux elections politiques, c'est donner A ce choix, si
je puis m'exprimer ainsi, un caract&re 16galement poli-
tique (1). )
Une des preoccupations des r6dacteurs de I'article 24
a 6t6 de composer le Conseil colonial d'un nombre de
conseillers pairs, de telle sorte que le total de leurs voix et
de celle du Ministre des colonies qui preside leurs s6ances
(al. 3) correspondit a un nombre impair. La combinaison
a le but d'empecher que, dans le cas normal de la stance
pl6ni&re, les votes ne s'6quilibrent et que la voix pr6pon-
derante, attribute en cas de partage au president du Con-
seil (al. 3), ne donne trop souvent la decision supreme au
Ministre des colonies.

355. Suivant l'exemple donn6 par les auteurs du project
de loi de 1901 (2), la commission sp6ciale de la Chambre
et, apres elle, le cabinet DE TROOZ avaient commence par
soumettre le choix des membres du Conseil colonial A des
conditions d'aptitude. D'apres leurs propositions, les
conseillers devaient etre nomm6s, au nombre de cinq,
parmi les personnel ayant exerc6 dans le domain colo-
nial de la Belgique des functions de l'ordre administratif,
judiciaire ou militaire, ou y ayant dirig6, pendant dix-
huit mois au moins, un 6tablissement industrial ou com-

(9) Ann. Ch., pp. 685-686.
(2) Art. 15.- La solution adopt6e parole cabinet DE SMET DE NAEYER
a 6t6 d6fendue par lui dans sa r6ponse, d6ji cite, A une question
de M. WOESTE, R. Ch., n0 45, premiere note.









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


mercial. Les autres membres seraient recrut6s parmi les
officers superieurs de 1'armie, les magistrats de la Cour
de cassation et des Cours d'appel, les membres du con-
seil de l'industrie et du commerce, les membres et anciens
membres du corps diplomatique et consulaire, les profes-
seurs d'universit6.
La grande raison d'etre du Conseil colonial, disait-on,
c'est de.faciliter l'ceuvre 16gislative du Roi par des tra-
vaux juridiques et techniques et des avis s'inspirant de
l'exp6rience acquise. Il imported, des lors, de limiter le
choix des membres du Conseil aux personnel pr6sentant
des garanties serieuses au point de vue des capacit6s sp&-
ciales necessaires pour cette collaboration. A cet 6gard,
la premiere designation A faire c'est 6videmment celle de
candidates ayant v6cu parmi les classes dirigeantes de la
colonies, soit en y remplissant des functions officielles, soit
en y pr6sidant a des entreprises industrielles ou commer-
ciales. Ce premier group sera utilement compl6t6 par
des repr6sentants de la science, du droit, de l'arm6e, de
la diplomatic et du monde des affaires. On esp6rait, d'ail-
leurs, en restreignant de la maniere indiqu6e le cercle
des eligibles, pr6venir le favoritisme et l'intervention des
considerations politiques (1).
Apr&s un nouvel examen, l'on estima que ce dernier
r6sultat serait suffisamment atteint par l'int&r6t qu'auraient
les mandants a faire un choix judicieux. L'on craignit,.
d'autre part, qu'une enumeration limitative, difficile a

(') Le d6sir d'6viter 1'immixtion de la politique porta m6me
M. HUYSMANS h recommander de substituer, aux conseillers colo-
niaux destines a etre 6lus par le Parlement, des membres de droit
appartenant A divers corps constitutes, tels que les presidents des
course de justice, le president de la cour des comptes, les recteurs
d'universit6, le president du conseil superieur du commerce et de
1'industrie, etc. La proposition n'eut aucun succ6s, v. Ann. Ch.,-
pp. 687 et 688. V. aussi R. Ch., no 45, I.










CHAPITRE IV


mener a bien, n'exposit a devoir se priver du precieux
concours de personnalit6s; ne rentrant dans aucune des
categories pr6vues, et remarquables cependant par leur
science, leur experience et leurs aptitudes. Aussi, toute
classification finit-elle par 6tre supprim6e et, au lieu d'im-
poser des conditions positives d'l6igibilite, l'on se con-
tenta de cr6er des incompatibilit6s (1).

356. Aux terms de deux des articles de la loi sur le
gouvernement du Congo belge, il y a incompatibility entire
la situation de conseiller colonial et trois especes de man-
dats : ceux de membre de la Chambre des Repr6sentants
ou du S6nat, de fonctionnaire de l'administration colonial
en activity de service, de d6elgu6 du gouvernement,
administrateur ou commissaire r6tribu6 dans une des
soci6t6s par actions qui, comptant 1'Etat au nombre de
leurs actionnaires, poursuivent dans la colonie des entre-
prises a but lucratif.
Etablie par l'article 32, la derniere de ces impossibilit6s
l6gales sera 6tudi6e dans les pages qui le commenteront ().
Les deux autres sont 1'objet des alinias 5 et 6 de l'ar-
ticle 24, et le moment est venu de les examiner.
L'incompatibilit6 qui &carte du Conseil colonial les
membres des Chambres l6gislatives se justified sans peine.
Outre que les preoccupations de la politique active
doivent autant que possible rester 6trang&res aux d6lib6
rations de ce comit6, il faut 6viter que les repr6sentants
et les s6nateurs interviennent dans 1'ceuvre de la 16gisla-
tion colonial A la fois.comme parties et comme juges.
II ne convient pas. que, apres avoir particip6 a l'61abora-
tion du d6cret, ils aient ensuite la faculty de rouvrir le


(i) R. Ch., no 45, iv.
(2) V. les no' 499-503.









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


d6bat au sein des Chambres, d'y 6mettre des critiques et
d'y provoquer des blames, parce que le Gouvernement
n'a pas cru pouvoir partager leur sentiment. Pour le
l6gislateur colonial il en r6sulterait la menace continuelle
de vexations de nature A compliquer inutilement sa tAche
d6jA si ardue.
Pour quelle raison la loi a-t-elle exclu du Conseil les
fonctionnaires de administration colonial en activity de
service? Les travaux pr6paratoires de la Charte ne nous
en donnent pas l'indication. Nous ne pouvons pas admettre
que le but ait 6t6 de premunir le Conseil colonial centre
les influences ou la pression du Gouvernement, plac6 a la
tkte de la hierarchie administrative. Avec cette significa-
tion, la measure aurait dii s'appliquer avant tout aux fonc-
tionnaires des administrations centrales, qui, presents a
Bruxelles et en rapports directs et constants avec les
ministres, sont bien plus exposes A subir l'action enve-
loppante du pouvoir. Or, 1'interdiction de singer au
Conseil colonial concern uniquement les membres du
personnel de l'administration congolaise, que leurs occu-
pations tiennent 6loign6s sur le territoire de la colonie (1).
Il n'est, d&s lors, qu'une explication possible. En cr6ant
l'incompatibilit6, les auteurs de la loi auront voulu emp&-
cher que, rappel6s ou retenus en Europe par suite de leur
nomination au Conseil, des fonctionnaires d'Afrique ne
soient d6tourn6s trop longtemps de l'accomplissement de
leur mission administrative.

357. Un seul des membres des Chambres l6gislatives
n'a pas A se pr6occuper de l'incompatibilit6 6tablie par
l'avant dernier alin6a de l'article 24 : c'est celui qui rem-
plit, en meme temps que son mandate parlementaire, les.


(1) V. le no 359.









CHAPITRE IV


functions de Ministre des colonies. Bien que, de droit,
le chef du D6partement des colonies preside avec voix
d6lib6rative les s6ances du Conseil colonial, il n'est pas
tenu 6ventuellement A renoncer A son siege de s6nateur
-ou de d6put6. Les discussions qui ont pr6c6d6 l'adoption
de l'article 24 sont A ce sujet d6cisives.
Dans les derniers amendments pr6sentes par le Gou-
vernement A la commission speciale de la Chambre des
Repr6sentants, l'article 21 devenu plus tard l'ar-
ticle 24 commencait par la phrase : ( Il est institu6
un Conseil colonial compose d'un president et de dix
conseillers. Au mot conseillers la commission pr6f6ra le
mot membres. Lorsque l'article vint A l'examen de la
Chambre, le Ministre de la justice s'opposa a la substi-
tution :
D'un changement A premiere vue inoffensif, expliqua-t-il,
( il va r6sulter une consequence que la commission n'a
certainement pas voulue.
( Le dernier alin6a de 'article 21 du Gouvernement
est concu comme suit : a Les functions de conseiller et
de membre de la Chambre des Repr6sentants ou du
S6nat sont incompatible.
a Dans le project du Gouvernement, cette disposition
ne peut s'appliquer au Ministre des colonies, president
du Conseil, puisque l'alin6a premier de 1'article 21, en
distinguant dans le Conseil un president et des conseillers,
reserve cette derni6re appellation aux simples membres. a
I1 en est tout autrement dans le project de la commis-
sion,. oui il est dit que le Conseil colonial se compose
d'un president et de quatorze membres. Logiquement,
le mot conseiller devient alors g6n6rique, il s'applique A
toutes les personnel qui font parties du Conseil, soit
comme president, soit comme membres. D6s lors, l'in-
*compatibilit6 6tablie entire le conseiller colonial et le









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


membre de l'une des assemblies l6gislatives vise 6gale-
ment le president du Conseil, c'est-A-dire le Ministre des
colonies.
( Personne ne songe 6videmment a interdire aux
d6put6s et aux senateurs, admis jusqu'A present a prendre
la direction de tous les d6partements minist6riels,
d'exercer les functions de Ministre des colonies.
(( II faut, des lors, ramener le texte de l'alin6a premier
de l'article 21 A sa r6daction primitive (1). )
La Chambre, en se ralliant A I'avis du Gouvernement,
pr6vint toute contestation quant au droit du Ministre des
colonies de cumuler les functions de membre du Par-
lement et de president du Conseil colonial.
Il est a peine besoin d'ajouter que, dans les cas excep-
tionnels ofi le D6partement colonial est dirige par un
Ministre int6rimaire, le privilege attach, non a la
personnel, mais A la charge du Ministre titulaire appar-
tient 6galement au coll&gue appel6 provisoirement A le
remplacer (2).

358. L'article 32, apres avoir d6clar6 incompatible
la situation de membre de l'une des Chambres 16gis.
latives et celle de fonctionnaire salari6, employee salaries,
avocat en titre de l'administration colonial, defend
dans son cinquieme alin6a d'attribuer l'une de ces trois
dernieres qualit6s aux anciens s6nateurs et repr6sentants
tant qu'une ann6e ne s'est pas passe depuis la cessation
de leur mandate parlementaire.
La m&me regle ne complete pas, A l'article 24, la


(1) Ann. Ch., p. 686.
(2) Aussi, M. LIEBAERT, Ministre des finances et membre de la
Chambre des Representants, charge en 1909 de 1'int6rim du Minis-
tire des colonies, pr6sida-t-il le ii mai 1909 une stance du Conseil
colonial, C. R. A., 1908-1909, pp. 289-295.









CHAPITRE IV


disposition qui y prohibe le cumul des functions de-
membre du Conseil colonial et de membre du Parlement.
Elle ne s'applique done pas au s6nateur, au d6put6
d6sireux d'6changer son mandate contre celui de con-
seiller colonial : aucun dl6ai ne doit s'6couler avant sa
nouvelle nomination.
En vain soutiendrait--on que les textes de l'article 32
sont suffisamment large pour supplier au silence de
article 24. Quelque 6tendu que puisse ktre le sens des
mots fonctionnaire salaried de I'administration colonial
employs a l'article 32, il n'est pas possible de recon-
naitre le caract&re de subordination qu'ils experiment aux
membres du Conseil colonial, personnel ind6pendantes
du Gouvernement qui, appel6es A l'assister de leurs avis
et A appr6cier devant le pays ses measures 16gislatives, lui
sont adjointes en parties par le choix du Parlement. Si les
auteurs de la Charte colonial en avaient jug6 autrement,
ils n'auraient pas inscrit A l'article 24 une interdiction de
cumul qui aurait fait double emploi avec celle formul6e
en t&te de l'article 32.
L'on objecterait sans plus de succ6s qu'il se trouve A
l'article 239 du code electoral une disposition g6n6rale
excluant pendant une ann6e des functions salariees par
l'Etat les membres des Chambres qui ont quitt6 leur
siege. Le code electoral a et6 61abor6 pour l'usage de la
m6tropole et son champ d'action est limit par celui de
la legislation colonial, que la Constitution a rendue
entierement ind'pendante des lois de la mere-patrie (1).
Aussi cette legislation dEtermine-t-elle seule, avec leurs
effects, les incompatibilit6s qui s'attachent aux functions
publiques de la colonie.


(1) Article Ier de la Constitution, rappel6 par l'article Ier de la
Charte colonial.










CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


La date de la sortie ordinaire des membres des
Chambres l6gislatives est fix6e par l'article 249 du code
electoral.

359. La defense que le dernier alin6a de l'article 24
adresse au personnel de l'administration colonial ne
concern pas les fonctionnaires du Ministere des colonies,
qui relevent du gouvernement m6tropolitain ('). Les
d6bats de la Chambre des Repr6sentants l'ont clairement
montr6.
Avant le vote de l'article 24, M. HOYOIS demand s'il
n'y aurait pas utility A interdire aussi l'acc6s du Conseil
colonial aux fonctionnaires de l'administration m6tropo-
litaine belge.
Le Ministre de la justice r6pondit :
a Au point de vue des incompatibilit6s, il y a des
motifs pour ne pas admettre dans le Conseil colonial des
fonctionnaires de l'administration colonial. Ces memes
motifs ne s'appliquent pas aux fonctionnaires de la
m6tropole (2). ,
L'absence d'une prohibition 16gislative n'emppche pas
toutefois le Gouvernement, d'apres les principles du droit
administratif m6tropolitain, de cr6er dans ses r6glements
des incompatibilit6s pour les fonctionnaires don't il
accepted la collaboration. L'arr&t6 royal'du 3 novembre
1908, organique du Ministere des colonies (3), avait


(1) V. les nos 341, 342 et 343. V. aussi les discussions du Conseil
colonial, C. R. A. 1908-1909, pp. 13-14, 275, 278.
(2) Ann. Ch., p. 689. A remarquer aussi que le rapport de la
commission sp6ciale du S6nat atraduit le dernier alinea de l'article 24
par les mots : a Les fonctionnaires de la colonies en service actif ne
peuvent 6tre nomm6s membres du Conseil. R. S6n., no 94.
(3) Mon. 1908, pp. 6189 et suiv., B. 0. 1908, n, pp. 89 et suiv.,
art. 17.









CHAPITRE IV


commence par 6tendre aux membres de administration
m6tropolitaine 1'interdiction que la loi a formul6e pour le
personnel colonial. L'arr&t6 royal du 28 juillet 1914 ('), qui
1'a remplac6, ne fait plus comme lui l'application des ( in-
compatibilit6s pr6vues par la loi du 18 octobre 1908 sur
le gouvernement du Congo belge ) aux fonctionnaires et
aux employs de l'administration central, et ainsi il a
6tabli sur ce point l'6galit6 de traitement entire le per-
sonnel du Minist&re des colonies et celui des autres
D6partements minist6riels (2). D6sormais, il n'est plus
aucune des functions rattach6es au gouvernement de la
m6tropole, hormis celles de senateur et de repr6-
sentant, qui constitute pour le titulaire un obstacle a
l'exercice du mandate de conseiller colonial. Dans le
silence de la loi et des r6glements organiques des divers
corps constitutes, les fonctionnaires de la mnre-patrie,
les officers de son arm6e, les avocats de ses admi-
nistrations, ses magistrats mnme peuvent trouver place au
Conseil.
Certes, en ce qui concern les magistrats, nous
relevons, a l'article io3 de la Constitution et A l'ar-
ticle 232 de la loi du 18 juin 1869 sur l'organisation
judiciaire, des r&gles qui interdisent aux juges de
remplir, moyennant rimun6ration, d'autres attributions


(') Mon. 1914, pp. 4883 et suiv., B. O.1914, pp. 869 et suiv. L'art. 22
determine les incompatibilit6s.
(2) Les arr6t6s royaux de 1908 et de 1914 comprennent, article
relatif aux incompatibilit6s, une disposition aux terms de laquelle
les fonctionnaires et les employs ( ne peuvent, sans l'assentiment
du Ministre, occuper aucun mandate public 6lectifn. Cette r6gle, qui
a 6t6 copi6e en 1908 des arret6s organiques des autres D6partements
minist6riels, ne concern que les mandates publics de la m6tropole;
elle n'a aucun rapport avec le mandate des membres du Conseil
colonial choisis par le Parlement.










CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


que celles de leur charge principal (i). Aux terms de
l'article io3 de la Constitution, a aucun juge ne peut
accepter du Gouvernement des functions salariees, A
moins qu'il ne les exerce gratuitement et sauf les cas
d'incompatibilit6 d6termin6s par la loi s. L'article 232
de la loi de 1869 applique le texte constitutionnel en
disposant que a il ne peut 6tre allou6 aux juges pour des
functions A la nomination du Roi aucune indemnity a la
charge du Tr6sor public, autre que les frais de d6pla-
cement (2). ,
Mais les dispositions d'exception, comme celles qui
cr6ent des incompatibilit6s, sont de strict interpretation
et il n'est pas permis d'en 6tendre analogiquement la por-
tee. Elabor6es pour l'usage de la m6tropole, a une 6poque
oiu la Belgique 6tait sans possession colonial, la Constitu-
tion et la loi de 1869 n'ont formula pour les juges la defense
qui vient d'6tre rappel6e, qu'en consideration des seules
functions publiques alors existantes, celles relevant du


(1) Nous ne citons pas l'article 175 de la loi du iS juin 1869, qui
s'adresse A tous les membres de l'ordre judiciaire indistinctement en
disposant que les functions de l'ordrejudiciaire sont incompatibles...
avec toute function retribu6e de l'ordre administratif..., Le mandate
du conseiller colonial ne peut etre consider comme une function
ayant ce dernier caractere, v. le no 358.
(2) Ces articles ne sont pas respects scrupuleusement dans le
gouvernement de la metropole, oui la pratique s'est 6tablie de
nommer des magistrats du si6ge et du parquet membres de commis-
sions administrative et de leur allouer de ce chef des indemnit6s.
Sans doute, la loi peut d6roger a la loi, et les lois budg6taires con-
tiennent des dispositions exceptionnelles destinies A r6gulariser la
situation des membres de l'ordre judiciaire investis d'une second
function r6tribu6e. (V. l'article du budget du Ministere de l'interieur
relatif aux a frais resultant du comite consultatif pour les questions
de legislation et d'administration g6enrale et le texte qui y fait
suite ) Mais la regle prohibitive de la Constitution n'en subsiste pas
moins et le legislateur ordinaire n'a pas le droit d'y apporter des
exceptions.









CHAPITRE IV


gouvernement m6tropolitain. Sans une nouvelle mani-
festation de la volont6 du pouvoir 16gislatif, l'interdiction
ne peut augmenter de puissance effective, elle ne peut se-
rapporter A ces institutions coloniales que la Constitution
a elle-m6me soustraites A son empire pour les placer sous
le regime d'une legislation particuliere radicalement
s6par6e de la 16gislation de la mere-patrie.

36o. Dans le monde de la colonie, A quels fonction-
naires l'article 24 d6fend-il de faire parties du Conseil
colonial?
Comme toute administration, celle du Congo a la
mission de pourvoir A l'ex6cution des lois, de d6cider et
de r6aliser les measures d'int6rkt g6n6ral que la legislation
autorise. Les agents de la puissance publique qui, en
dehors du gouvernement m6tropolitain, collaborent a
cette mission sous l'autorit6 du pouvoir ex6cutif de la
colonie, composent le corps des fonctionnaires de l'admi-
nistration colonial. Pour en faire parties, ils doivent done
satisfaire A deux conditions : celle d'6tre hierarchique-
ment subordonn6s au pouvoir executif disposant librement
du droit de les nommer, de les r6voquer, de les diriger et
de leur appliquer des sanctions ('); celle d'6tre r6tribu6s
par le Tr6sor colonial ou, s'ils exercent gratuitement
leurs attributions, de ne pouvoir 1'6tre 6ventuellement que
par lui (2).
C'est seulement aux membres en activity de service du
corps don't nous venons de determiner la composition,
fonctionnaires civils, officers de la force publique, que

(1) V., pour la definition et les caracteres de la subordination
hi6rarchique, le no 316.
(2) Nous venons de voir que les fonctionnaires du Minist6re des
colonies, qui ont pour caract6ristique d'6tre r6tribu6s par le Tr6sor
m6tropolitain, ne font pas, au regard de la Charte, parties de l'admi-
nistration colonial, no 359.









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


s'applique la disposition prohibitive du dernier alin6a de
1'article 24 (1). Les effects ne peuvent en 6tre 6tendus a
d'autres personnel. ((En matibre d'incompatibilit6s, a ecrit
M. BEGEREM dans son rapport A la Chambre des Repr6-
sentants, le Gouvernement et la commission ont 6t6 d'ac-
cord pour les restreindre le plus possible (2). Les travaux
pr6paratoires de la Charte se rencontrent ainsi avec les
principles gen6raux du droit pour ne permettre que l'inter-
pr6tation rigoureuse et 6troite de la measure d'exception.
Nous concluons que l'incompatibilit6 n'existe ni pour
les fonctionnaires en disponibilit6, ni pour les fonction-
naires retrait6s, qu'elle n'int6resse ni les magistrats du
siege ni ceux du parquet (3), qu'elle est 6trangere aux
ministres des cultes, r6tribu6s ou non par 1'Etat, qu'elle est
sans action sur les membres de la commission permanent
institute pour la protection des indigines. Elle ne con-
cerne les avocats de administration congolaise que dans
le seul cas ou, tenant cette quality d'un acte du pouvoir
et en ayant la clientele permanent, ils reunissent en eux
les caract&res essentiels du fonctionnaire.

361. Les effects de l'incompatibilit6 sont tout differents
de ceux de l'incapacit6. Comme on l'a ecrit, < l'incapacit6
est un obstacle radical a la nomination ou A 1'l6ection.
Elle l'empache de plein droit et la rend meme nulle. Ii ne
depend pas de l'incapable de faire disparaitre cet obstacle.
L'incompatibilit6 n'est qu'un emp&chement relatif; elle
disparait avec la cause qui l'a fait naitre. Celui qui est 6lu
ou nomm6 A des functions incompatible avec celles qu'il

(1) Comp. avec les regles du premier et du troisi6me alin6as de
l'article 32.
(2) R. Ch., n0 45, vi.
(s) Il y a eu ici un oubli du 16gislateur, 1'incompatibilit6 se justi-
fiant pour les magistrats par la m6me raison que pour les fonction-
naires de administration, v. le no 356.









CHAPITRE IV


exerce peut opter entire les deux; il abolit l'emp6chement,
en donnant sa d6mission de son ancienne position pour
accepter la nouvelle ) (1).
La personnel qu'atteint une des incompatibilit6s 6tablies
par l'article 24 est done appel6e a mettre fin a l'embarras
cr66 par sa double nomination, en donnant la pr6f6rence
a l'une des deux missions inconciliables qui lui ont 6t6
d6f6r6es.
La volont6 de l'optant se manifestera d'une maniere
express ou tacite. Le choix se fera express6ment par
une communication adress6e A l'autorit6 don't relivent les
attributions non accept6es ou d6laiss6es, au president du
corps dans lequel il est refuse d'entrer ou don't il est pris
cong6. L'option r6sultera tacitement, soit d'une prestation
de serment si elle est la condition pr6alable de l'exercice
du nouveau mandate, soit, dans le cas contraire, d'un com-
mencement d'ex6cution de ce mandate. Avant d'entrer en
functions, les membres du S6nat et de la Chambre des
Repr6seritants sont tenus de s'engager sous serment A
observer la Constitution (2), les fonctionnaires de la
colonie jurent fid61it6 au Roi et ob6issance aux lois du
Congo beige (3); les membres du Conseil colonial ne
pr6tent pas serment.
Aux terms de l'article 32 de la loi colonial, les candi-
dats aux Chambres 16gislatives, l6us bien qu'ils exercent


(1) Pandectes belges, Vo IncompatibilitY, no 113.
(2) Loi du 20 juillet 183i, art. Ij.
(3) Statut des fonctionnaires et agents de la colonie, A. R. du
27 mars 1912 (B. O. 1912, pp. 325 et suiv.), art. 5. Les fonction-
naires et les agents du Congo belge ont-ils l'obligation de preter
serment ? Non, a notre avis, car un arr6t6 royal n'avait pas quality
pour le leur prescrire. Dans la m6tropole, le serment ne peut 6tre
impose qu'en vertu de la loi, qui en determine la formule (Const.,
art. 127). Or, tout ce qui relive du pouvoir 16gislatif dans la m6re-
patrie en relive 6galement dans la colonie, v. le no II3.









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


des functions que cet article a rendues incompatible avec
le mandate parlementaire, ne sont admis a la formality du
serment qu'apres les avoir r6sign6es. Une disposition
semblable n'ayant pas 6t6 ins6r6e a l'article 24, le
membre du Conseil colonial choisi pour occuper un des
sieges du Parlement pourra diff6rer de mettre fin A ses
anciennes attributions jusqu'a ce que la prestation du ser-
ment prescrit par la loi m6tropolitaine ait entrain6 de
plein droit sa d6ch6ance.

362. La quality de citoyen belge n'est pas requise des
candidates au Conseil colonial, et les strangers eux-m6mes,
si pratiquement l'on ne peut songer s6rieusement a l'6ven-
tualit6 de leur nomination, ne sont pas exclus du Conseil
par une decision du 16gislateur. La Charte, en effet, n'a
pas rendu applicable aux institutions de la colonies la dis-
position de 1'article 6 de la Constitution qui, sauf les
exceptions 6tablies par la loi pour des cas particuliers,
n'admet aux emplois civils et militaires que les personnel
jouissant de la nationality belge en vertu de la 16gislation
m6tropolitaine (L). Les seules functions qu'elle ait r6ser-
v6es aux citoyens de la m6tropole sont celles de gouver-
neur g6n6ral et de vice-gouverneur g6n6ral (2).

363. Les conseillers coloniaux choisis par le Gouverne-
ment sont nomm6s par un arret6 du Roi; ceux qui
tiennent leur mandate des Chambres l6gislatives sont, aux
terms du troisieme alin6a de l'article 24, l6us au scrutiny
secret et a la majority absolue des voix.
La premiere de ces deux regles de procedure parlemen-
taire ne fait que rappeler la disposition finale de l'ar-
ticle 39 de la Constitution. La second, au contraire,

()) V. le n 34.
(2) Art. 21. V. le no 3o8.









CHAPITRE IV


deroge A l'article 38 du pacte fundamental, qui permit
aux Chambres 16gislatives d'appliquer A leurs nomina-
tions et A leurs presentations un regime electoral autre
que celui de la majority absolue.
Les auteurs de la Charte colonial n'6taient pas en
droit de restreindre ainsi l'une des prerogatives des
Chambres. Si la colonies et ses institutions sont, en vertu
de 1'article premier de la Constitution, r6gies par des lois
particulires, la composition et l'organisation du Parle-
ment qui, de concert avec le Roi, arrkte cette 16gislation
sp6ciale, les pouvoirs de ses deux assemblies legislatives,
la maniere don't elles exercent leurs attributions, restent
en toute hypoth6se sous l'empire des prescriptions consti-
tutionnelles. Certes, la disposition critique a recu l'assen-
timent de chacune des Chambres qu'elle interesse,
puisque tour a tour elles 1'ont adopt6e en meme temps que
les autres textes de l'article 24. Mais, pour etre 16gitime,
la decision des Chambres aurait dfi s'inserer dans leurs
rgglements, don't chacune d'elles est maitresse absolue et
qu'a toute 6poque elles peuvent modifier et transformer
par des resolutions unilaterales. En l'inscrivant dans la
loi, elles ont fait d6pendre tout changement ult6rieur de
l'accord des trois d6positaires du pouvoir 16gislatif et, par
lI, elles ont consid6rablement r6duit un droit que la Con-
stitution leur avait A chacune d'elles r6serv6 (').


(1) On objectera peut-6tre que le Congres National lui-meme a
vote, le 30 d6cembre i83o, une loi determinant dans un article
unique par quel mode seraient 6lus le president, les conseillers et
le greffier de la Cour des comptes. Mais cette loi, anterieure d la
Constitution, a ete adopt6e avant la discussion de 1'article 38, oit la
disposition relative aux elections et aux presentations n'a 6t6 intro-
duite qu'I la derniere heure (Exfosi des motifs de la Constitution belge
par un docteur en droit [VAN OVERLOOP], Bruxelles, 1864, p. 36a). La
loi en question doit 6tre tenue pour abrog6e par l'effet combine des
articles 138, 38 et 46 de la Constitution.









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


Malgr6 son caract&re inconstitutionnel, le troisieme
alin6a de 'article 24 devra 6tre respects dans toutes ses
parties. La loi, en effet, est souveraine et, m6me en invo-
quant les raisons les plus graves, aucune autorit6 autre
que le l6gislateur don't elle 6mane n'a le pouvoir d'en
.arr6ter l'ex6cution.
Qu'arrivera-t-il si, dans une des Chambres, aucun des
candidates qui y briguent le siege de conseiller colonial
n'obtient la majority absolue des suffrages (')? La loi ne
r6pond pas A la question, mais ses travaux preparatoires
nous montrent les intentions du 16gislateur, et il faudra
bien s'y conformer 6ventuellement pour se tirer d'une dif-
ficult6 sinon insoluble.
A la Chambre des Repr6sentants, M. DESTREE avait
demand au Ministre de la justice ce qu'il y aurait lieu de
faire dans les cas oi la majority absolue prescrite par l'ar-
ticle 24 n'aurait pas 6t6 atteinte. Le Ministre r6pondit
qu'alors l'on suivrait les r&gles ordinaires (2). Plus tard,
lorsqu'il d6fendit le project de Charte au S6nat, il s'exprima
en terms moins g6n6raux. Apr6s avoir rappel6 d'autres
elections ou presentations des deux assemblies 16gisla-
tives": s Je crois, d6clara-t-il, qu'il faut maintenir la regle
,de droit commun, A savoir que l'Flection se fait, au pre-
mier scrutiny, A la majority absolue et, au ballotage, a la
plurality des suffrages (3).


(1) Le cas peut se presenter meme si, conform6ment au vceu de la
commission sp6ciale de la Chambre des Repr6sentants, les parties
sont d'accord pour 61ire deux candidates du group predominant et
un de la minority. Au sein meme de chaque parti l'entente ne sera
pas toujours complete et des defections plus ou moins nombreuses
se produiront parfois au moment du vote. Nous avons fait remarquer,
au surplus, que les d6bats de la Chambre des Reprisentants n'ont
pas 6t6 favorables a la combinaison de sa commission. V. le no 354.
(2) Ann. Ch., p. 686.
(3) Ann. S6n., p. 189.










CHAPITRE IV


C'6tait donner du droit common un r6sume trop som-
maire. D'apres les r&gles ordinaires suivies dans les deux
assemblies, les choix s'effectuent, en principle, A la majo-
rit6 absolue des voix. Mais A la Chambre, au troisieme
tour de scrutiny, qui est celui de ballotage, la majority
relative suffit, et au S6nat, si au deuxieme tour de scrutiny
personnel n'obtient la majority absolue, un scrutiny de bal-
lotage a lieu entire les deux candidates les plus favoris6s.
Dans l'une comme dans l'autre assemble, en cas de parity
de suffrages, le candidate le plus Ag6 est pr6f6r6 (').
En I9o8, dans les deux Chambres, les premieres l6ec-
tions au Conseil colonial ont eu lieu par bulletin de
liste (2). A l'avenir, il sera n6cessaire de recourir au bul-
letin individual car, par suite de la modification du qua-
trieme alinea de l'article 24, les mandates don't une m6me
Chambre pourrait avoir A disposer A une m6me date ne
seront plus, au moment du vote, de dur6e identique (3).

364. Les derniers amendments soumis par le Gouver-
nement a la commission sp6ciale de la Chambre des
Repr6sentants autorisaient, comme les textes qu'il avait
proposes ant6rieurement, la revocation du mandate des
membres du Conseil colonial. Le droit de prendre la
measure 6tait attribu6 aux auteurs de la nomination, mais
il ne pouvait s'exercer qu'avec certaines garanties (4).
La commission, qui, des le d6but de ses travaux, s'6tait
montr6e hostile a la revocation des conseillers (4), refusa


(1) R6glements de la Chambre des Repr6sentants et du S6nat,
art. 6.
(s) Ann. Sen., 1908-1909, p. 32; Ann. Ch., 1908-1909, p. 199.
(3) V. le no 367, sous lequel nous indiquons cependant le cas extra-
ordinaire cr66 par les 6v6nements de la guerre de 1914-1919, ainsi
que la mani6re don't la difficult a 6t6 r6solue.
(4) V. le no 35o.









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


finalement d'y consentir. Son rapporteur motiva la d6ci-
sion par des considerations qui finirent par rallier l'adh6-
sion du minist&re et de la 16gislature. ( La commission,
exposa-t-il, n'a pas maintenu la measure, la dur6e du
mandate du conseiller 6tant limited et le r61e du Conseil,
dans le syst6me admis, n'6tant que celui d'un comit6
de consultation. Pourquoi enlever aux membres cette
garantie d'ind6pendance et d6roger A une regle qui est
admise pour nos Conseils sup6rieurs de l'industrie, du
commerce et du travail (1)? D
Mais il convenait de fixer un terme a la mission des
conseillers coloniaux. ( Quant a la dur6e du mandate,
lisons-nous plus loin dans le rapport de la commission, il
ne pouvait etre question de faire des nominations a vie.
Toutes les considerations qui rendent possible la suppres-
sion de la revocation, s'insurgent centre semblable sys-
teme qui pourrait conduire au maintien forc6 d'un Conseil
compose en majority d'incapables et d'indignes (2).
Sans nous attarder A l'examen d'une hypoth6se si 6tran-
g6re a nos provisions, nous dirons seulement qu'il peut
etre necessaire A certaines 6poques d'infuser au Conseil
un sang nouveau, de lui assurer la collaboration de per-
sonnes plus comp6tentes pour faire face aux difficulties
d'une situation qui ne s'6tait pas encore pr6sent6e. L'ar-
ticle 24 pourvoit A cette 6ventualit6 en disposant dans son
alin6a 4 que deux membres du Conseil le quittent chaque
annee, l'un nomm6 par le Roi, l'autre 1lu par la Chambre
des Repr6sentants ou par le S6nat. Les mandataires des
Chambres sortent alternativement. En vertu d'un arrt6i
royal du II juin I9Io, la sortie a lieu a la date du 15 d6-
cembre (8).

(') R. Ch., n 45, In.
(2) R. Ch., no 45, v.
(3) B. O.go1910, p. 535.









CHAPITRE IV


L'article 24 permet, au surplus, de renouveler le man-
dat des membres sortants. Ainsi le Conseil, le Souverain
-et le pays ne seront pas empech6s de recueillir les fruits
de l'exp6rience que les conseillers auront acquise au
course de la pratique, parfois longue, des affaires.

365. Dans quel ordre convenait-il de faire cesser
successivement les functions des membres du Conseil
colonial?
Suivant un premier systeme examine a l'6poque de
1'6laboration de la Charte, le rang de sortie devait 6tre
determine par un tirage au sort. La solution avait le
d6faut d'exposer- des conseillers peu favoris6s par la
-chance A subir A des intervalles courts et r6p6tes 1'6preuve
de l'agr6ation royale ou parlementaire.
Le lgislateur de 1908 pr6f6ra done ne recourir au
hasard que subsidiairement, dans les cas oiu il serait diffi-
cile d'user d'un moyen plus rationnel. D'apres le syst6me
qu'il adopta, dans chaque s6rie les conseillers sortaient
dans l'ordre de leur anciennet6; il n'6tait fait appel au
sort que pour fixer le rang de ceux d'entre eux qui
auraient 6t6 nommis le meme jour.
Vers la fin de 1911, a l'occasion du choix de l'un de
ses mandataires au Conseil colonial, le S6nat vit s'elever
entiree certain de ses membres et le Gouvernement le
d6saccord que nous avons d6ja expose (1). Finalement, le
S6nat admit pour l'l6ection en cause l'interpr6tation qui
-donnait a la rigle de la sortie A l'anciennet6 un caractere


(1) V. le no 351. C'est au sein du Conseil colonial m6me que
attention fut appel6e pour la premiere fois sur le problem A
r6soudre. M. DUPRIEZ le signal au course de la stance du 16 d6cem-
bre 1911 (C. R. A., 1911-1912, pp. 97-98). Nous ne rouvrirons pasla
Discussion, qui n'aurait d6sormais qu'un caractere acad6mique, la
difficult6 ayant 6t6 supprim6e par la loi du 9 decembre 1912.










CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


absolu (1), mais les Chambres voterent pour 1'avenir la loi
du 9 d6cembre 1912 qui, modifiant le quatrieme alinea de
l'article 24, apporta au principle le temperament suivant :
( En cas de vacance, avant l'expiration du terme d'un
mandate, par d6mission, d6ces ou autrement, le nouveau
conseiller achieve le mandate de celui qu'il replace. )
La nouvelle disposition a pour effet de sauvegarder les
membres du Conseil colonial centre la reduction de la
dur6e de leurs functions qui, sans une regle de ce genre,
r6sulterait de la sortie pr6matur6e d'autres conseillers.
D6sormais, A moins d'avoir repris un mandate inachev6, les
membres sont assures de remplir sans interruption leur
mission pendant un terme de six ans s'ils sont les 6lus de
l'une des Chambres, pendant un terme de huit ans s'ils ont
6tW nomm6s par le Roi. L'in6galit6 du nombre des deux
especes de conseillers, d'une part, 1'6galit6, d'autre part,
du nombre de conseillers de chaque cat6gorie sortant
annuellement devaient avoir ce r6sultat de donner aux
conseillers d'origine gouvernementale un mandate de plus
longue dur6e.
La proposition de compl6ter dans le sens indiqu6 le


(1) C'Utait l'interpr6tation d6fendue par le Ministre des colonies.
Les commissions que le Senat avait charges d'examiner le diff6-
rend avaient conclu A l'application de la these du Ministre au cas
don't l'assembl6e 6tait saisie,le Gouvernement s'engageant a d6poser
A bref d6lai un project de loi portant que, en cas de d6ces, de d6mis-
sion, de sortie pr6maturee d'un conseiller colonial, son remplagant
ne serait nomm6 que pour achever le mandate interrompu. c Les
reserves les plus expresses et les plus formelles n 6taient faites quant
au sens a donner a l'article 24. (Rapport des commissions de la
justice et des colonies,Doc. S6n., 1911-1912, no 36, pp. 6-7.) Le S6nat
se rallia aux conclusions des commissions (Ann. S6n., 1911-I912,
p. 160).
Onremarquera l'6trangete dela solution adopt6e,qui afait d6pendre
application de laloi non de son interpretation r6gulibre, mais d'un.
veritable march entire les repr6sentants desdeux opinions contraires.










CHAPITRE IV


quatrieme alin6a de l'article 24 est due A l'initiative des
commissions s6natoriales de la justice et des colonies,
que la haute Assembl6e avait charges d'examiner le dif-
f6rend auquel il avait donn6 lieu. A l'adoption de l'amen-
dement elles avaient vu le quadruple advantage : de lib6rer
du caprice des i6vnements la dur6e de la mission de con-
fiance attribute aux membres du Conseil colonial; de les
mettre A l'abri de certain calculs de la politique; d'appli-
quer un usage constant des assemblies d6lib6rantes;
enfin, d'imposer au Gouvernement et A chacune des
Chambres une seule et meme interpretation invariable du
texte controversy (1).

366. La regle que la loi du 9 d6cembre 1912 a ajout6e
au quatri&me alinea de l'article 24 n'6tant pas destine A
r6troagir, il fallait empecher qu'il ne surgit ult6rieure-
ment d'autres contestations au sujet du rang des conseil-
lers nomm6s ou l6us avant l'entr6e en vigueur de la nou-
velle disposition.
Le Gouvernement le comprit, et, lorsqu'il d6posa le
project de la loi de 1912, il fixa dans l'expos6 des motifs
l'interpr6tation qu'attacherait irr6vocablement A l'ancien
texte le vote de l'alin6a revise. ( L'ordre d'anciennet6 des
membres du Conseil colonial, d6clara-t-il, a 6t6 6tabli par
le tirage au sort du o1 d6cembre 1908 et modifi6 par la
nomination de M. Rolin, qui a pris rang apres M. Van-
devin, et l'l6ection de M. Janssens, qui a pris rang apres
M. le baron du Sart de Bouland. Cet ordre devient defi-
nitif puisque, dor6navant, tout conseiller remplagant vien-
dra reprendre le rang du conseiller remplac6 (2). A cette
6poque, MM. ROLIN et JANSSENS 6taient les seuls succes-

(4) Rapport pr6sent6 au S6nat au sujet du differend, Doc. Sen.,
1911-1912, n 36, pp. 5-6.
(2) Doc. Sen., 1911-1912, n' 53, p. 2.









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


seurs de conseillers don't le mandate avait 6t6 interrompu.
Or, en determinant les places respective des deux
membres, l'expos6 des motifs avait applique dans toute
la rigueur du principle la regle du classement par rang
d'anciennet6.
Les commissions comp6tentes du Senat et de la
Chambre des Repr6sentants enregistrerent sans opposi-
tion ni reserve les explications du Gouvernement, elles
conclurent A 1'adoption du project de loi, don't la port6e fut
enfin arr&t6e par le vote des deux assemblies 16gislatives,
6mis sans aucune discussion.

367. La loi du 9 d6cembre 1912 a supprim6 de Far-
ticle 24 la disposition qui faisait d6pendre d'un tirage au
sort le rang des conseillers coloniaux choisis le meme
jour.
La disposition avait 6t6 de grande utility au d6but de
l'existence du Conseil colonial. Par un seul arrt6i le Roi
avait nomm6 tous les conseillers don't le choix apparte-
nait au Gouvernement, et, de leur c6t6, le S6nat et la
Chambre avaient 6lu en une seule stance leurs repr6sen-
tants au Conseil. Des sa constitution, le nouveau comit6
eut done a fixer par trois tirages differents le rang de ses
trois categories de membres. Ces operations terminees, il
fut necessaire de consulter le sort une derniere fois pour
determiner dans quel ordre alterneraient les sorties des
mandataires du Parlement : le group des conseillers 6lus
par le S6nat fut classI le premier (1).
Pendant les ann6es ant6rieures a la mise en vigueur de
la loi de 1912, le rang des membres du Conseil colo-
nial ne fut plus modifi6 que par le replacement de
deux conseillers d6c6d6s. Les noms de leurs succes-


(') C. R. A., I908-I909, p. 6.









CHAPITRE IV


seurs furent inscrits les derniers sur les listes d'ancien-
net6 (i).
Lorsqu'il r6digea le project de la loi du 9 d6cembre 1912,
le Ministre des colonies remarqua que, en cas d'adoption
de la regle propose, le classement des membres du Con-
seil colonial tel qu'il existait a cette 6poque ne serait plus
susceptible de variation. Du moment que le conseiller qui
en replace un autre don't le mandate est inachev6 ne
recoit jamais de titre de nomination que pour la dur6e des
functions de son pr6d6cesseur, il se substitute a celui-ci
dans l'ordre de sortie et il ne se produit pour ses col-
16gues ni advancement ni recul. La disposition de l'ar-
ticle 24 qui prescrivait un tirage au sort pour la d6termi-
nation du rang de certain conseillers coloniaux allait
done perdre sa raison d'etre.
C'est ce que, dans l'expos6 des motifs de son project, le
Gouvernement expliqua au Parlement. < Sans doute,
ajouta-t-il, il pourra arriver, notamment apres des
vacances parlementaires prolong6es, qu'une des assem-
blies l6gislatives ait, le meme jour, a faire choix de deux
conseillers, 1'un destiny A remplacer un membre d6mis-
sionnaire ou d6cMd6, 1'autre un membre sortant par la
cessation normal du mandate. Mais, en pareille hypo-
th6se, la nouvelle regle du replacement d6terminerait la
dur6e respective des deux mandates sans que besoin il y
efit de recourir a un tirage au sort. Dans ce cas, loin
d'etre necessaire, la procedure du tirage au sort risque-
rait d'avoir des consequences peu 6quitables et de d6na-


(4) Il en fut ainsi pour M. RoLIN, nomm6 par le Gouvernement,
qui lui appliqua la th6se d6fendue par le Ministre des colonies au
S6nat. I1 en fut ainsi pour M. JANSSENS, 6lu par le S6nat, qui aurait
df le soumettre a r6election en 1911 s'il lui avait applique la th6se
oppose A celle du Ministre. Les deux decisions ont 6t6 ratifiees par
le 16gislateur, v. le no 366.









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


turer la volont6 du l6gislateur : le tirage pourrait attribuer
A l'ancien conseiller qui vient de sortir r6gulierement
le mandate 6court6 du conseiller d6missionnaire ou
d6c6d6 (1). a
L'avis des commissions comp6tentes des Chambres fut
conforme a celui du Gouvernement ('), et les deux assem-
bl6es voterent la suppression du texte qui aux yeux de
tous 6tait devenu inutile (3).
Dans la suite, les vicissitudes de la guerre dans laquelle
la Belgique a t6i entrain6e ont eu pour consequence
d'empecher pendant plusieurs ann6es le renouvellement
d'un grand nombre de mandates de conseiller colonial don't
le terme 6tait r6gulierement 6chu. L'6ventualit6 n'6tait
pas dans les provisions des auteurs de la loi du 9 d6cem-
bre 1912. Afin d'y parer, une loi de circonstance, pro-
mulgu6e au d6but de 1919, a eu recours A l'exp6dient que
son article unique a prescrit en ces terms :
s Par derogation a l'article 24, alin6a 4, de la loi sur le
gouvernement du Congo belge, la sortie des membres du
Conseil colonial qui 6taient en functions en I914 est repor-
t6e de quatre ann6es (4). )
Ce texte, est-il dit dans l'expos6 des motifs du project
de la loi, ( au point de vue de la dur6e de leurs functions,
place les membres du Conseil colonial, A la fin de 1'an-
n6e 1918, dans la situation oi ils devaient se trouver au
terme de l'ann6e 1914. En vertu de l'article unique du
project de loi, les deux conseillers les plus anciens qui


(1) Doc. Sen., 1911-1912, no 53, p. 2.
(2) Rapport des commissions r6unies de la justice et des colonies
du S6nat, Doc. S6n., 1911-1912, no 92, p. 2. Rapport de la com-
mission sp6ciale de la Chambre des Repr6sentants, Doc. Ch.,
1912-1913, no 34, p. I.
(3) Ann. S6n., 1911-1912, p. 526.-Ann. Ch., 1912-1913,pp. 4o, I58.
(4) Lors de l'impression de cette page, la loi n'6tait pas publi6e.









CHAPITRE IV


6taient appel6s a sortir en 1914, d6poseront leur mandate
en 1918, et l'ordre des sorties continuera ensuite A 6tre
observe les ann6es ult6rieures tel qu'il 6tait arret6 avant
la guerre (1) ,>.

368. Aux terms du deuxieme alin6a de l'article 24, le
Ministre des colonies preside les s6ances du Conseil
colonial, y a voix d6lib6rative et, en cas de partage, pr&-
pond6rante.
Le Gouvernement et le Conseil colonial sont appel6s A
travailler de concert. Ils sont associ6s a la meme oeuvre,
la mission du Conseil consiste A assister le pouvoir exe-
cutif dans 1'6tude des probl6mes d'ordre l6gislatif et admi-
nistratif. II 6tait logique, d6s lors, d'introduire dans le
nouveau college le repr6sentant le mieux qualifi6 du pou-
voir don't l'institution serait l'auxiliaire, et de permettre A
ce repr6sentant et aux membres du college d'examiner en
commun les affaires de la colonies. Mais la dignity du
chef du D6partement colonial s'opposait a ce qu'il inter-
vint dans le Conseil A un autre titre que celui de membre
de droit, invest des attributions de la pr6sidence.
II 6tait irrationnel, lisons-nous d'autre part dans le
rapport de la commission special de la Chambre des
Repr6sentants, de ne pas reconnaitre au Ministre des
colonies la quality de membre de droit. i Interm6diaire,
tout indiqu6 par ses functions, entire le pouvoir ex6cutif
repr6sent6 par le Roi et le Parlement disposant du
budget, sa participation aux travaux du Conseil apparait
comme aussi utile qu'indispensable (2)...
( S'il avait pu exister quelque doute au sujet de la
nicessite d'attribuer -a pr6sidence du Conseil au Ministre


(J) Doc. Ch., 19i8-i919, no 9, p. 2.
(2) R. Ch.,,no 45, I.










CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


des colonies, qui a raison de ses functions est le mieux a
m6me de l'6clairer et de le guider, il aurait 6t6 lev6 par
la decision qui r6duit consid6rablement les attributions
de cet organisme (1).
Pour d6partager les opinions dans les assemblies
d6lib6rantes, un expedient usit6 consiste A donner voix
pr6pond6rante au membre qui preside la stance (2). Le
16gislateur a applique cette solution aux votes du Conseil
colonial. Toutefois, pour 6viter que le ministre-pr6sident
ne fft trop souvent l'arbitre supreme, il fut d6cid6 que le
nombre total des membres du Conseil correspondrait A
un chiffre impair.

369. La Charte, telle qu'elle 6tait sortie des d6bats
parlementaires de 19o8, 'avait n6glig6 de donner au
ministry, president du Conseil colonial, l'assistance
d'un vice-pr6sident ayant quality pour le supplier en cas
d'absence ou de quelque autre emp6chement.
Le Gouvernement, d'abord, para a l'omission en faisant
application du premier alinea de l'article 22, autorisant le
pouvoir ex6cutif A d616guer l'exercice de ses droits aux
personnel qui lui sont hi6rarchiquement subordon-
-nies (3). L'arr6tE royal du 16 novembre 1908, organique

(1) R. Ch., no 45, vii.
(2) V., par example, l'art. 104 de la loi provincial, 1'art. 89 de la
loi communale.
(3) V. les no0 313-316. V. aussi, au sujet du droit de d61egation,
TIELEMANS, Reiertoire de administration et du droit administratif de la
Belgique, t. vi, VO D616gation de pouvoirs, n" 5.
On ne peut contester qu'en pr6sidant les seances du Conseil colo-
nial.le Ministre des Colonies exerce une function qui relive du pou-
voir ex6cutif. Le Conseil colonial n'a pas le pouvoir 16gislatif, attribut
de la souverainet6 qui consiste A arriter d'autoriet des r6gles g6n6rales
obligatoires pour les gouvern6s. Comit6 purement consultatif, il ne
fait que collaborer a la preparation de la loi et donner son avis sur
les questions administrative soumises par le Roi d ses d6ib6rations.
Les deux objets rentrent dans la mission de I'administration,









CHAPITRE IV


du Conseil, charge le secr6taire general du D1partement
des colonies, ou un directeur general d6l6gu6 A cette fin,
d'occuper 6ventuellement le siege de la pr6sidence (1).
Les terms prohibitifs de l'article 22 n'avaient pas
permis de nommer des supplants ind6pendants de
administration (e).
La measure fut 1'objet de controversies A la Chambre
des Repr6sentants et au Conseil colonial meme (3). Ses
adversaires 6mettaient le vceu, irr6alisable a cette
6poque (4), de voir attribuer la vice-pr6sidence du college
Al'un des quatorze conseillers.
Plus tard, le Ministre des colonies prit occasion de la
redaction du project de loi destiny a modifier l'article 22
pour proposer la revision de l'article 24 dans le sens
d6sir6. Actuellement, en vertu de la loi du 29 mars 1911,
le Ministre des colonies est remplac6, le cas 6ch6ant,
par un vice-pr6sident choisi par le Roi au sein du
Conseil.


370. L'article 24 donne au vice-pr6sident du Conseil
colonial la mission de renmplacer le president; en d'autres
mots, en cas d'absence ou d'empechement de celui-ci, la
loi install dans sa function le vice-pr6sident, auquel elle
reconnait par lA-m~me tous les droits et tous les devoirs


() B. 0. 1908, ii, pp. 117 et suiv., art. ier.
(2) V. les n0, 313-316. V. aussi les explications de M. RENKIN
au-Conseil colonial, C. R. A., 1908-1909, p. 13.
(s) Les discussions porterent a la fois sur la lgalit6 et sur l'oppor-
tunit6 de la disposition en question (Ann. Ch., 1908-1909, pp. 116-119;
C. R. A., 1908-1909, pp. 13-14, 273-278). Elles ont perdu leur int6rdt
depuis 1'entr6e en vigueur de la loi du 29 mars 1911.
(4) Dans ce sens, 1'expos6 des motifs du project qui est devenu la
loi du 29 mars 1911 (Doc. Ch., 191o-1911, n0 13, p. 2), le rapport pr6-
sent6 au S6nat (Doc. Sen., 1910-1911, no 34, p. 2), le discours du
rapporteur (Ann. S6n., 191-1911, p. 208).









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


attaches A la charge pr6sidentielle. Partant, lorsque le
vice-pr6sident dirige les travaux du Conseil, il dispose
comme le president de la voix prepond6rante destine a
d6partager les avis.
C'est A just titre que le texte de l'article 24 implique
cette consequence, car la difficulty A laquelle il s'agit de
mettre fin est la m&me, que le siege de la pr6sidence soit
occupy par le Ministre des colonies ou par son supplant.
Dans certain colleges de la m6tropole 6galement, il
arrive que le president ait a d6cider du sort d'une proposi-
tion accueillie par autant de votes hostiles que de votes
favorables. C'est parfois le'cas au sein du college 6che-
vinal et de la d6putation permanent du conseil pro-
vincial (1). En pareille hypothese, les lois communale et
provincial sont interpr6t6es dans ce sens que la voix
pr6pond6rante du bourgmestre ou du gouverneur appar-
tient 6ventuellement a la personnel qui le supple.

371. La presence au Conseil colonial d'un vice-
pr6sident exclut-elle du droit d'y paraitre, d'y diriger
les d6bats, d'y avoir voix dl6ib6rative et, au besoin,
decisive, le Ministre plac6 int6rimairement A la t6te du
D6partement des colonies?
G6neralement, les Ministres int6rimaires exercent les
diverse attributions des Ministres titulaires qu'ils
remplacent (2). En chargeant un membre du Conseil
colonial de supplier, A la pr6sidence, le Ministre des
colonies absent ou empech6, les auteurs du nouveau
texte de l'article 24 n'ont pas voulu deroger aux usages.
D6jA, A l'6poque oui il d6fendit l'arr6t6 royal, contre-
sign6 par lui, qui avait d61lgu6 la pr6sidence du Conseil


(') Loi communale, art. 89; loi provincial, art. 104.
(2) V. le no 349.









CHAPITRE IV


a de hauts fonetionnaires du D6partement colonial,
M. RENKIN laissa entendre a la Chambre des Repr6-
sentants que, dans sa pens6e, les remplacants du Ministre
interviendraient seulement A defaut d'un Ministre int6-
rimaire. ( Je suppose, expliqua-t-il, qu'une longue
absence retienne le titulaire du portefeuille des colonies
6loign6 de son D6partement. Dans ce cas, le Ministre
sera remplac6 par un Ministre int6rimaire que le Roi
d6signera. Mais plagons-nous dans l'hypoth6se oi le
Ministre des colonies est momentanement emp6ch6.
Dans cette 6ventualit6, il est n&cessaire de faire appel a
des personnel hierarchiquement subordonn6es au pouvoir
ex6cutif (1).
Quand il redigea l'expos6 des motifs de la future loi
du 29 mars 1911, le chef du D6partement colonial n'avait
pas change d'avis. Motivant les nouvelles dispositions
destinies a remplacer le deuxi&me alinea de l'article 24,
il 6crivit : a Lorsque le Conseil colonial n'est pas pr6sid6
par le Ministre titulaire ou intdrimaire, il ya int6rt A
confer a l'un des membres du Conseil m6me la direction
de ses d6bats (2). ,-
Cette phrase determine la port6e exacte du texte
revise. Comme, au Parlement, elle ne fit l'objet d'aucune
contradiction, il ne reste qu'A conclure que les Chambres
legislatives ont adh6re & l'interpr6tation fix6e,. avant les
votes, par le Gouvernement.

372. Le Conseil colonial n'est pas, comme le D6par-
tement des colonies, rattach6 A I'administration de la
m6tropole. II est une institution du gouvernement de la
colonie, et, a ce titre, ses d6penses, les indemnit6s dues


(1) Ann. Ch., 1908-1909, p. 117.
(2) Doc. Ch., 19o1-1911, no i3, p. 2.









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


A ses membres sont A la charge du budget du Congo
belge.
A la Chambre des Repr6sentants, en 1908, au course
des discussions relatives A l'article 24, M. CARTON DE
WIART interrogea sur ce point le Ministre de la justice :
( Je voudrais demander A l'honorable Ministre si, comme
pour les autres depenses de administration colonial
central, les frais aflfrents a l'institution du Conseil
colonial seront inscrits au budget m6tropolitain? )
Le Ministre r6pondit : (( Les membres du Conseil
colonial pretent leur concours au pouvoir ex6cutif de la
colonie; par consequent, c'est le budget de la colonie
qui doit supporter leurs traitements (1). ,
Bien que la r6ponse du Ministre ne se rapporte
explicitement qu'd un seul des postes de l'6tat de
d6penses du Conseil, elle vaut par la raison qu'elle indique
pour tous les autres postes 6galement (i).

373. L'article 25 de la Charte presuppose dans deux
de ses alin6as la mise en vigueur d'un reglement orga-
nique du Conseil colonial. Cet acte doit 6maner du Roi
qui, en vertu de l'article 8, pourvoit A l'ex6cution des lois
et des d6crets par voie de reglements et d'arrkt6s. L'ar-
ticle 46 de la Constitution, qui porte que a chaque
Chambre determine, par son reglement, le mode suivant
lequel elle exerce ses attributions n, n'a pas son pareil
dans la loi fondamentale de la colonies.
Le r&glement organique du Conseil colonial a 6t6
etabli par un arr&t6 royal du 16 novembre 1908, com-


(I) Ann. Ch pp. 685, 686.
(') L'intervention du budget de la colonie est rappel6e par l'art. 16
de l'arrWt6 royal organique du Conseil, B. O., 1908, it, pp. II7et
suiv.









CHAPITRE IV


pl6t6 et modifi6 par les arr6t6s royaux des II juin et
II novembre 191o (1).
La loi du 29 mars 1911 a abrog6 tacitement celle des
dispositions du reglement qui concernait le rempla-
cement du president du comity consultatif ("). Les dis-
positions restantes ont principalement pour objet d'orga-
niser le secretariat du Conseil, d'attribuer aux members
une indemnity annuelle et d'en fixer le montant, de
d6terminer la procedure des convocations, de delimiter
la dur6e des divers travaux, de prescrire les conditions
des votations, de fixer la date des sorties annuelles.
Enfin, un des articles d6l6gue le Conseil lui-meme pour
arrater le reglement d'ordre int6rieur (3).

374. Les quatre puissances coloniales voisines de la
Belgique ont tant6t crr des corps consultatils sp6ciaux,
tant6t utilis6 d'anciens conseils de la m6re-patrie pour
assister l'administration central des colonies dans le
gouvernement, soit de toutes leurs possessions d'outre-
mer, soit de certaines d'entre elles.
La France a eu recours a la fois A l'un et a l'autre
systeme. Ses lois appellent A cooperer A la gestion des
affaires coloniales, d'une part, le Conseil d'Etat, don't la
troisieme section traite les questions relatives aux colo-
nies et A la marine, d'autre part, l'institution sp6ciale qui
a recu la denomination de Conseil supe'rieur des Colonies.

(1) B. O., 19oS, n, pp. 117 et suiv.; B. O., 1910, pp. 535 et 761-762.
(2) V. le no 369.
(5) Notons encore que, le I'' avril 19og, quelques repr6sentants ont
soumis a la Chambre une proposition de loi attribuant aux membres
du Conseil colonial l'immunite reconnue aux membres du Parlement
par 1'article 44 de la Constitution. La proposition, qui n'a jamais eu
de suite, ne comportait qu'un seul article, ainsi congu : (( Aucun
membre du Conseil colonial ne peut ktre poursuivi ou recherche A
l'occasion des opinions et votes 6mis par lui dans 1'exercice de ses
functions (Doc. Ch., 1908-1909, n0 36).









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


Le Conseil superieur comprend :
I. Les s6nateurs et d6put6s des colonies.
2. Douze d6lgu6s 6lus pour quatre ans, au suffrage
universal, par les citoyens francais dans les colonies ou
pays de protectorat suivants : Saint-Pierre et Miquelon,
Guin6e francaise, C6te d'Ivoire, Dahomey et d6pendances,
Congo francais, Mayotte et d6pendances, Haut-S6n6gal
et Moyen-Niger, Madagascar et d6pendances, Cambodge,
Annam et Tonkin, Nouvelle-Caledonie, 6tablissements de
l'Oc6anie.
3. Dix-huit membres de droit, appartenant au Conseil
d'Etat et aux diff6rents d6partements minist6riels.
4. Des membres en nombre illimit6 d6sign6s par le
Ministre des colonies A raison de leur competence sp6ciale.
5. Les presidents des Chambres de commerce de Paris,
Lyon, Marseille, Bordeaux, Rouen, Le Havre, Nantes et
Lille.
6. Un d61lgu6 de la Soci6t6 de g6ographie de Paris,
de la Soci6t6 de g6ographie commercial de Paris, de la
Soci6t6 des 6tudes coloniales et maritimes, de laSoci6te de
colonisation et de la Societe acad6mique indo-chinoise.
7. Le directeur g6n6ral de la Caisse de d6p8ts et consi-
gnations, le gouverneur du Cr6dit foncier, le directeur du
Comptoir d'escompte, le directeur de la Banque de l'Indo-
Chine.
Les d6lgu6s des colonies doivent etre citoyens fran-
cais, et ne peuvent occuper ou avoir occupy pendant
les six mois qui ont pri6c6d l'l6ection une function
publique r6tribu6e.
Les s6ances du Conseil sont pr6sid6es par le Ministre
des colonies, qui a deux supplants nomm6s par d6cret (').


(') D6cr. des 19 octobre 1883, 29 mai 1890, 19 septembre 1896,
17 octobre 1896, 20 mai 1904, 28 mai 1905 et 3 fevrier 1906.









CHAPITRE IV


Le nombre excessif des membres du Conseil sup6rieur
a 6t6 une g6ne pour son fonctionnement. Aussi depuis
1891 a-t-il cess6 de se r6unir; actuellement il n'a plus
m6me de bureau.
Pour remidier A l'impuissance de l'institution, un
d6cret du 19 septembre 1896 a form dans son sein une
commission permanent pr6sid6e par le Ministre des colo-
nies et compose, depuis 1899 (1), de trente et un mem-
bres, don't la mission est seulement de d6lib6rer (( sur
toutes les questions int6ressant l'expansion commercial
et industrielle de la France dans ses colonies s.
La r6forme n'a pas donn6 de r6sultats satisfaisants,
Aussi, par une disposition du 12 octobre 19o8, le Ministre
des colonies a-t-il charge une commission speciale d'l6a-
borer un project de revision des dispositions 16gales rela-
tives au Conseil sup6rieur. Jusqu'A present, aucune
suite n'a 6t6 donn6e aux propositions de cette commis-
sion (2).
En Allemagne, administration central des colonies a
re9u, de 1890 19go8, l'assistance d'un Conseil colonial
don't le Chancelier de 1'Erpire nommait tous les mem-
bres. Leur mandate avait, depuis 18g5, une dur6e de
trois ans. Dans les derniers temps, leur nombre 6tait de
quarante, mais le Conseil choisissait dans son sein un
comit6 permanent de sept personnel (3), appele, en dehors
de la session de l'assembl6e g6n6rale, A donner au gouver-
nement des avis 6crits ou oraux. Le Conseil 6tait pr6sid6


(1) V. le d6cr. du Ier juin 1899 qui a augment le nombre des
membres de droit.
(2) V. notamment GIRAULT, Principes de colonisation el de legislation
colonial, t. II, 1907, pp. 206-208, et MoRI, I corpi consultivi dell' Amm1i-
nistrazione coloniale negli Stati d'Eumopa, 1912, pp. 51, 61-77.
S() Ce no.mbre de sept a 6t6 fix. en 1906. Auparavant, le comit6
permanent ne se composait que de trois menbres.









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


par un repr6sentant du pouvoir ex6cutif, qui n'avait pas
voix d6lib6rative (t).
Le Kolonialrat fut supprim6 par un d6cret imperial du
17 fevrier 1908, qui charge le Chancelier de le rem-
placer par des commissions techniques spiciales. Pendant
quelques ann6es, administration colonial se content de
recourir A des commissions techniques temporaires, appe-
lees surtout A s'occuper de questions 6conomiques. Sou-
vent meme elle se borna A prendre l'avis d'associations ou
d'organismes, tel le Kolonial-Wirtschaftliches Komitee,.
cri6s par l'initiative priv6e.
Une ordonnance du Chancelier du 30 juin 1911 6tablit
pros du Ministere des colonies une commission perma-
nente 6conomique qui recut le titre de Stdndige wirtschaft-
liche Kommission der Kolonialverwaltung, et qui, a la veille
de la guerre de 1914-1919, 6tait compose de la maniere
suivante.
Les membres 6taient choisis par le Secretaire d'Etat
pour les colonies parmi les personnel qu'il jugeait comp--
tentes et celles qui lui 6taient proposes, a sa demand,
par les corporations et les associations d'ordre 6cono-
mique. En fait, l'on trouvait dans la commission des
repr6sentants des plus importantes institutions financieres
de l'Etat ainsi que des soci6t6s plus sp6cialement int6res-
sees dans les entreprises coloniales allemandes.
Le nombre des membres de la commission 6tait ind6ter-
mine, mais de l'extension qu'il pouvait prendre aucun
inconvenient s6rieux n'6tait i craindre : il suffisait, en
effet, de la pr6seice de cinq membres pour que la com-
mission pfit d6lib6rer.


(') Decr. imperial et arr6t6 du Chancelier de 1'Empire du io octo-
bre 1890; arr&te du Chancelier de 'Empire du 14 avril r 95; .rggle-
ment du Conseil approuve par le Chancelier.









CHAPITRE IV


Ind6pendamment des fonctionnaires qui 6taient mem-
bres de la commission, le Secr6taire d'Etat pouvait faire
assister aux s6ances, sans qu'ils y eussent voix delib6ra-
tive, tels agents du gouvernement et telles personnel par-
ticulibrement experts qu'il estimait pouvoir 6tre enten-
dus utilement sur quelque matiere en discussion.
Les membres de la commission 6taient nomm6s pour la
dur6e d'une session, qui 6tait de trois ann6es. Leurs fonc-
tions 6taient honorifiques. Toutefois, les membres 6tran-
gers a administration de l'Etat recevaient une indemnity
que fixait le r6glement.
L'assembl6e 6tait pr6sid6e, soit par le Secr6taire d'Etat
.pour les colonies, soit par le supplant d6sign6 par celui-ci
parmi les fonctionnaires du D6partement colonial.
La voix du president 6tait, en cas de partage, pr6pond6-
rante (1).
L'Angleterre s'est abstenue d'organiser des corps con-
sultatifs au si&ge du gouvernement central de ses vastes
possessions coloniales. Elle n'a fait exception que pour
administration de l'Empire des Indes : le Secr6taire
d'Etat pour les Indes qui, de Londres, adresse ses ordres
aux autorites 6tablies en Asie, est assist d'un conseil qui
collabore a ses instructions et qui porte officiellement le
nom de Council of India.
Le Conseil des Indes est compose d'un president et de
dix conseillers au minimum, de quatorze au maximum.
Les conseillers sont nomm6s par le Secr6taire d'Etat
pour les Indes. Neufau moins doivent avoir rendu des
services ou r6sid6 dans l'Empire des Indes pendant dix
ann6es, et depuis qu'ils l'ont quitt6 il ne peut, au jour de
la nomination, s'6tre passe plus de cinq ann6es. Tant qu'il


(') V. notamment VON STENGEL, die Rechtsverhdltnisse der deutschen
Schutzgebiete, 1901, pp. 66-67, et MORI, o. c., pp. 233-251.









CONSEIL COLONIAL. ORGANISATION


n'y a pas dans le Conseil neuf membres qui r6pondent A
ces deux conditions, le choix du gouvernement ne peut se
porter sur des personnel auxquelles elles font d6faut.
Les places du Conseil sont accessible aux sujets des
Indes comme aux citoyens anglais; il a meme 6t6 d6cid6
en 1907 que toujours d6sormais un membre au moins
serait de race indigene. Il y a incompatibility entire le
mandate de conseiller et celui de membre du Parlement.
La dur6e des functions est de sept ans. Les conseillers
sortants ne peuvent etre renomm6s. Exceptionnellement,
leur mandate peut etre prolong de cinq ans pour des rai-
sons sp6ciales d'utilit6 publique, mais alors le Parlement
doit en 8tre inform par un rapport motive du Secr6taire
d'Etat pour les Indes.
Les membres du Conseil des Indes ne sont r6vocables
que pour motif d'indignit6. Toutefois, le Souverain a le
droit de les d6mettre a la demand des deux Chambres
du Parlement.
Les conseillers jouissent d'un traitement annuel de
mille livres sterling.
La pr6sidence du Conseil appartient au Secr6taire
d'Etat pour les Indes, lequel a voix d6lib6rative. Il lui est
loisible de se choisir au sein du Conseil un supplant qu'A
toute 6poque il peut d6mettre de la vice-pr6sidence.
En l'absence d'un president, les conseillers, si6geant vala-
blement au nombre de cinq, peuvent appeler l'un d'entre
eux A diriger les d6bats pour la dur6e de la stance.
La voix du ministry ou du membre qui preside est, en
cas de partage, pr6pond6rante (').
Les Pays-Bas n'ont pas de conseil colonial, mais leur

(4) La plupart de ces regles se trouvent dans les lois suivantes :
21 et 22,Victoria, ch. io6; 32 et 33, Victoria, ch. 79; 7, Edouard VII,
ch. 35.- V. aussi ILBERT, The Government of India, 19o7 (suppl6m. en
19Io et en 1913), pp. 109-o10 et 146-151.









CHAPITRE IV


Conseil d'Etat intervient dans les affaires des possessions
d'outre-mer comme dans celles de la m6tropole, par
application des principles generaux du droit public n6er-
landais. Le Conseil d'Etat est divis6 en autant de sections
qu'il y a de d6partements minist6riels. Il comprend done
une section colonial, oi d6liberent quelques membres
particulierement comp6tents pour traiter les questions
qui relevent de la colonisation.
Le Souverain nomme les membres du Conseil d'Etat (1).
Les conseillers sont au nombre de quinze, don't un
vice-pr6sident. Le Souverain peut completer le Conseil
par la designation de quinze membres extraordinaires,
choisis parmi les personnel qui ont donn6 des preuves de
capacity en matiere de legislation ou d'administration, ou
des preuves de leurs connaissances speciales en matiere
colonial. Les membres du Conseil sont nomm6s pour
*un temps illimit6, mais ils sont toujours r6vocables (2).
Le Conseil d'Etat est pr6sid6 de droit par le Souve-
rain. En fait, le Souverain est toujours remplac6 par le
conseiller qu'il a appel6 A exercer les functions de vice-
pr6sident (3).


(4) Loi fondamentale des Pays-Bas, art. 74.
(1) Loi du 21 d6cembre i86i,art. 2 et 3.
(3) LENTING, Schets van het nederlandsch Staatsbesruur en dat der over-
zeesche Bezittingen, 70 ed., 1908-1912, pp. 136 et suiv.; MORI, I cor/i
consultivi dell'. Amministrazione colonial negli Stati d'Europa, 1912,
pp. 371-372.
















ARTICLE 25.


Le Conseil colonial delibere sur toutes les questions
que lui soumet le Roi.
Sauf le cas d'urgence, le Conseil colonial est consult
sur tous les projects de d6cret. Les projects lui sont soumis
par le Roi; ils sont accompagn6s d'un expos des motifs.
Le Conseil donne son avis, sous forme de rapport
motive, dans le dl6ai fix6 par son r6glement organique.
Le rapport indique le nombre des opposants ainsi que les
motifs de leur opposition.
Si le project de d6cret soumis a la signature du Roi n'est
pas conforme a l'avis du Conseil, le Ministre des colonies
y joint un rapport motive.
Si le Conseil ne s'est pas prononc6 dans le dl6ai fix6
par son reglement, le d6cret peut 6tre rendu sur un rap-
port motive du Ministre des colonies.
Le rapport du Conseil colonial et, 6ventuellement, le
rapport du Ministre des colonies sont publi6s en mime
temps que le d6cret.
Les d6crets rendus en cas d'urgence sont soumis au
Conseil dans les dix jours de leur date; les causes de l'ur-
gence lui sont indiqu6es. Le rapport du Conseil est
public au plus tard un mois apres la communication du
d6cret.

DOCUMENTS LEGISLATIFS. E. M., n1 II. Chambre, R.,:io" 28,
34, 44, 45, 46; Ann.,.I, S. E., pp. 690, 709; II, p. 788. Sinat, R.,
no0 95, 126; Ann., pp. 18owi82, 190..










CHAPITRE IV


SOMMAIRE.

375. R6sum6 des travaux pr6paratoires.
376. Mission purement consultative du Conseil colonial. Justifica-
tion. Utilisation des deliberations du Conseil A l'information
du pays. Suppression de la function consultative du Conseil
superieur du Congo.
377. Consultation obligatoire du Conseil colonial sur les projects de
decret. Documents A lui soumettre. Doivent-ils comprendre
un rapport du gouvernement local?
378. Regime des scrutins et procedure du Conseil colonial lors-
qu'il d6lib6re sur un project de d6cret. R6sultats de ses
travaux.
379. L'avis est emis sous forme de rapport. Prescriptions de la loi.
Indications relatives aux opposants et aux membres qui se
sont abstenus. Procedure destine a arrAter les terms du
rapport.
380. RAgles de concision et d'objectivit6 A suivre dans la confection
du rapport. Ii doit Atre par lui-m&me un document complete.
Est-il permis d'y adjoindre une note de la minority? Me-
sure qui permet d'amender, sous le contr6le du Conseil, le texte
du rapport.
381. Delai fix6 pour la r6daction de l'avis. Sanction. Justification.
Formality de publication en cas d'application de la sanc-
tion.
382. Consequences de la consultation. En cas de d6saccord,
rapport motive du Ministre des colonies. Ce rapport n'est
pas necessaire si le Ministre accepted les amendments du Con-
sell. Il ne suffit pas si le Ministre veut introduire dans le
project des modifications ignorees du Conseil. Exception en
matiere de cessions et de concessions.
383. Documents a publier en memetemps que les d6crets.- Modes.
Les annexes du d6cret ne doivent pas 6tre ins6eres au Moni-
teur belge.
384. Edition d'un compete rendu analytique. Destination. -
Comptes rendus sommaires delivr6s A la press.
385. Exceptionnellement, en cas d'urgence, le Conseil colonial n'est
consult qu'apres la signature du d6cret. Justification. L'ur-
gence peut ne se r6veler que dans la metropole.










CONSEIL COLONIAL. ATTRIBUTIONS


386. Quand l'urgence existe-t-elle? Elle peut'provoquer la signa-
ture du d6cret au course de l'examen du Conseil colonial. Le
Roi decide souverainement de l'urgence, sans que le d6cret ait
A en justifier. Les raisons de l'urgence sont A soumettre A
l'appr6ciation du Conseil.
387. Cas oi l'article 15 s'oppose A l'intervention d'un d6cret rendu
d'urgence. Autre difficulty n6e jadis des dispositions de l'ar-
ticle o1 et actuellement disparue.
388. Garanties contre l'abus du d6cret sign d'urgence.
389. D61ai fix6 pour l'envoi des d6cretsurgents au Conseil colonial.
Commencement de l'examen. Documents A soumettre au
Conseil. Proc6dure des d6lib6rations.
390. Prescriptions qui r6gissent les rapports surles dcrets urgents.
R6gles relatives A la publication. Date extreme de l'accom-
plissement de la formality. Terme r6glementaire de l'examen
du Conseil. Absence de sanction.
391. Le d6cret sign par le Roi lorsque le Conseil colonial est en
retard de d6poser son rapport doit-il etre traits comme un
d6cret rendu d'urgence? Dessaisissement du Conseil.
392. Sanction de l'obligation du Gouvernement de consulter, en
matibre 16gislative, le Conseil colonial.
393. Consultation facultative du Conseil. Justification de la r6gle.
Procedure a suivre. Le rapport du Conseil ne dolt pas
6tre publiC. Objets possibles de la consultation. Comment
le Gouvernement a-t-il use de son droit?
394. Attributions des conseils coloniaux dans les Etats strangers.


COMMENTAIRE.


375. Le project de loi colonial, en 19o0, consacrait aux
attributions du Conseil colonial moins de dispositions
encore qu'a son organisation. L'article 16 se bornait A
formuler ces deux r6gles :
(c Le Conseil colonial dl6ibere sur toutes les questions
que lui soumet le Roi.
(I Les avis du Conseil sont donn6s A la majority absolue
des voix.
M. WOESTE demand si elles 6taient suffisantes : a Le









CHAPITRE IV


Conseil colonial ne devrait-il pas 6tre appel6 a d6lib6rer
sur les projects de loi et A donner son avis, avant que ces
projects de loi ne soient d6finitivement arr6t6s par le Sou-
verain? )
La r6ponse du cabinet DE SMET DE NAEYER, soigneu-
sement motive, fut negative. Elle ne convainquit pas la
commission sp6ciale charge par la Chambre des Repr6-
sentants d'examiner les textes de la Charte projet6e. Aussi
cette commission mit-elle en discussion l'amendement
suivant d'un de ses membres, qui r6pondait mieux A son
sentiment au sujet des futures attributions du Conseil :
H I1 est institu6 un Conseil colonial.
Ce Conseil d6libere sur toutes les questions que lui
soumet le Roi.
a Sauf le cas d'urgence et celui pr6vu A l'article 20 de
-la pr6sente loi, le Conseil colonial est consult sur tous les
projects de d6cret. Ces projects lui sont soumis par le Roi;
ils sont accompagn6s d'u n expos des motifs auquel est
annex, suivant qu'il y a lieu, un rapport justificatif ou un
avis circonstanci6 du gouverneur g6n6ral.
( Les avis du Conseil sont donn6s A la majority absolue
des voix, sous forme de rapports motives. Ces rapports
sont publiCs dans les deux mois, ou, en cas d'urgence,
dans les vingt jours A dater de celui oiu le Conseil aura
6t6 saisi.
( Les d6crets non conformes a l'avis du gouverneur
general ou A celui du Conseil colonial sont publiCs avec un
rapport motive du Ministre des colonies.
(i Les d6crets pris en cas d'urgence sont soumis au
Conseil dans les dix jours de leur date, avec indication du
motif de l'urgence. ,
Avant d'adopter ces dispositions, la commission les
amenda. Des deux cas oi l'article propose dispensait les
projects de d6cret de l'examen pr6alable du Conseil colo-










CONSEIL COLONIAL. ATTRIBUTIONS


nial, elle supprima ( celui prevu A l'article 20 de la pr&-
sente loi . L'exception, qui se rapportait aux projects de
d6cret r6voquant des membres du Conseil, 6tait devenue
sans objet depuis que la commission s'6tait refuse A per-
mettre cette measure de d6ch6ance. D'autre part, la com-
mission d6cida que les rapports r6dig6s par le Conseil
auraient a indiquer le nombre des opposants A 1'avis 6mis
ainsi que les.motifs de leur opposition, et qu'ils seraient
publiCs dans un delai que fixerait le r6glement organique
du Conseil. Enfin, elle prit en consideration l'hypoth6se
oiu le Conseil ne se serait pas prononc6 dans le d6lai fix6
par son reglement et permit, dans ce cas, la signature du
d6cret sur un rapport motive du Ministre des colonies.
Le Gouvernement fut le dernier A modifier les textes. II
pr6senta les divers amendments qui, accepts par la
commission, ont donn6 A l'article relatif aux attributions
du Conseil la r6daction qui lui est rest6e. Sans doute, par
suite d'une faute d'impression, le vote de la Chambre des
Repr6sentants porta d'abord sur un deuxi&me alinea com-
mencant par les mots: u Sauf le cas d'urgence et le cas
prevu a 'article 18..... Mais, par une nouvelle interven-
tion, la Chambre ne tarda pas A faire disparaitre l'erreur
toute materielle qui s'6tait ainsi introduite dans le project
de loi.

376. Dans les pays colonisateurs, les conseils colo-
niaux, les colleges ou les commissions qui en tiennent lieu
sont en general institu6s pour 6mettre des consultations.
Leur function est d'assister le pouvoir ex6cutif par leurs
recherches, leurs 6tudes, les avis que leur dictent la con-
naissance et l'exp6rience des-affaires (1).
Ce fut aussi la mission que les r6dacteurs de la Charte


(4) V. le no 394.










CHAPITRE IV


colonial destinerent au comit6 adjoint par eux au gouver-
nement central du Congo. Auteur du project de loi de
19go, le cabinet DE SMET DE NAEYER exposa A la com-
mission sp6ciale de la deuxieme Chambre les raisons qui
commandaient d'6carter d'autres propositions :
(( Le r6le du Conseil colonial, dans l'6conomie du project
de loi, est purement consultatif. Sa mission est d'aider
dans sa tAche le pouvoir ex6cutif responsible devant le
Parlement de la gestion de la colonie.
Lui donner un autre caractere serait entraver le pou-
voir ex&cutif ou supplanter le Parlement.
( S'il devait toujours etre consult ou si son avis devait
toujours etre suivi, il finirait par attirer A lui toute la
direction 16gislative et administrative. L'ex6cutif serait
expos A des luttes perp6tuelles pour d6fendre sa maniere
de voir, et il cesserait d'etre effectivement responsible
d'une gestion don't la conduite ne lui appartiendrait pas
tout entire.
(( Si le Conseil, d'autre part, avait le caract&re d'une
autorit6 de surveillance, il agirait aux lieu et place du
Parlement, il usurperait son r61e sans toujours se p6n6trer
de la meme larger d'esprit, ni r6fl6ter comme lui l'opi-
nion national dans ses diverse nuances. Par la conti-
nuit6 meme de son action, il serait conduit A transformer
I'exercice d'un contr6le eminent, seul compatible avec la
liberty n&cessaire A une grande administration, en une
immixtion constant qui 6nerverait l'action de l'autorit6.
( I1 imported, par consequent, de laisser au Conseil son
veritable caractere. Ce doit etre un comit6 de travail et
d'assistance A la disposition du pouvoir appel6 A diriger
la colonie... (i) )


(4) R6ponse a une question formulae par M. WOESTE, R. Ch.,
no 45, premiere note.









CONSEIL COLONIAL. ATTRIBUTIONS


Malgr6 les modifications que subit dans la suite le project
primitif, ces considerations resterent pr6dominantes et
elles expliquent la port6e des dispositions actuelles de
l'article 25.
Certes, au course des travaux de la commission sp6ciale
de la Chambre, A une 6poque oi le project mesurait 6troi-
tement l'influence du Parlement dans le gouvernement de
la colonie, plusieurs repr6sentants voulurent composer le
Conseil colonial de d61lgu6s des assemblies l6gislatives,
4tendre ses attributions, lui donner le contr6le des affaires
publiques et mime le faire coop6rer a la confection de la
loi. Mais la commission refusa d6finitivement de s'engager
dans la voie indiqu6e lorsque des amendments du Gou-
vernement eurent invest les Chambres 16gislatives du
droit de discuter et de voter le budget congolais (1).
Sans doute, d'autre part, la Charte finit par rendre la
consultation du Conseil colonial obligatoire pour tous les
actes du l6gislateur ordinaire de la colonie et elle auto-
risa ce college A 6mettre d'office des avis qu'il exprimerait
sous la forme de voeux (2). Mais les dispositions ajout6es
ne modifiaient nullement le caract&re de la function attri-
bute pr6cedemment au Conseil. Aussi, apres les avoir
agr66es, les commissions sp6ciales des deux Chambres
n'en sp6cifierent-elles pas moins dans leurs rapports que
le Conseil colonial serait un corps purement consultatif (3).
Au sein de chacune des assemblies l6gislatives, avant les
votes, le repr6sentant du Ministere confirm leurs d6cla-
rations, d6niant notamment A la nouvelle institution toute
mission de contr6le (4).

(1) V. notamment R. Ch., nos 34 et 44.
(2) Le droit d'6mettre des voeux sera examine dans le commentaire
de l'article 26 qui le formule.
(3) R. Ch., n 44, n 45, II; R. S6n., n 95.
(4) Explications de M. RENKIN, Ministre de la justice, Ann. Ch.,
pp. 685, 688; Ann. S6n., pp. 189-190.








CHAPITRE IV


Tout en limitant le r61e du Conseil colonial A I'assis-
tance du Gouvernement, les auteurs de l'article 25 jug&-
rent qu'il y avait une autre utility, moins directed, a tirer
des changes de vues qui se produiraient entire le comit6
consultatif et le Ministre des colonies. Les notes adress6es
par le Conseil colonial au Gouvernement, les r6ponses de
celui-ci, allaient montrer sous tous leurs aspects les
graves problemes A r6soudre; l'examen de ces documents,
des objections et des r6pliques qu'ils contiendraient,
permettrait de se rendre compete de l'ceuvre du pouvoir,
de v6rifier s'il agissait toujours dans ses decisions au
mieux des vrais inter&ts de la colonies. L'on estima que
tout au moins pour les measures les plus importantes,
celles qui rel&vent de la legislation, l'opinion publique et
le Parlement, juges de la gestion des Ministres, devaient
6tre mis dans la possibility de consulter la documenta-
tion et qu'il conviendrait, d6s lors, de composer celle-ci
avec d'autant plus de soin. L'article 25 prescrivit done :
au Conseil colonial, de r6diger ses avis sur les projects de
d6eret sous forme de rapports motives, indiquant le nom-
bre des opposants et les raisons de leur opposition; au
Ministre des colonies qui n'accepterait pas les conclusions
du Conseil, de remettre au Roi, en meme temps que le
project de d6cret A approuver, un rapport justifiant sa r6so-
lution; au Gouvernement colonial, de publier, avec le
d6cret, le rapport du Conseil et, 6ventuellement, le
rapport ministeriel. L'article charge, d'autre part, le
Conseil de faire sur les d6crets dispenses, pour cause
d'urgence, de la consultation pr6alable, un rapport que le
Gouvernement aurait A soumettre a bref d6lai aux forma-
lit6s de la publication.
N6gligeant provisoirement les vceux don't il est question
A l'article 26, nous 6tudierons successivement les deux
esp6ces de consultations que le Conseil colonial est appeal









CONSEIL COLONIAL. ATTRIBUTIONS


a donner a l'initiative du chef du pouvoir ex6cutif: celles,
obligatoires, qui ont pour objet les projects de d6cret et les
d6crets signs d'urgence; celles, facultatives, qui se
rapportent aux seules affaires qu'il plait au Roi de d6f6rer
au Conseil. Auparavant, nous croyons utile de rappeler
que les dispositions de la Charte relatives aux attributions
du Conseil colonial ont enlev6 au Conseil superieur du
Congo la mission consultative qu'il avait rescue du Sou-
verain de l'Etat Ind6pendant : des declarations tr&~ nettes
ont 6t6 faites a ce sujet au course de 1'6laboration de la loi
colonial (1).

377. En principle, a raison de l'importance particuliere
qui s'attache aux decisions du legislateur, le Conseil
colonial doit 6tre consult par le Roi sur tous les d6crets
projects (art. 25, al. 2).
Le Ministre des colonies fait parvenir au Conseil I'ori-
ginal m6me de l'arr&t6 royal qui charge le chef du Depar-
tement colonial de transmettre le project de d6cret. Il est
tenu d'y joindre un expos des motifs (al. 21. C'est par un
document de ce genre que les Chambres l6gislatives
apprennent les raisons justificatives des regles qu'elles
sont invites a adopter. La communication faite au Con-
seil colonial lui permet de meme de juger de la n6cessit6
ou de l'utilit6 des dispositions que le pouvoir soumet a
son appreciation.
Par une de ses d6lib6rations, la commission sp6ciale
de la Chambre des Repr6sentants avait propose d'obliger
le Gouvernement a annexer a l'expos6 des motifs un rap-
port motive ou un avis circonstanci6 du gouverneur g6n6-
ral de la colonie. Le Ministere obtint, en d6veloppant
diverse considerations, la suppression de l'amendement.


) V. le no 269.









CHAPITRE IV


L'intervention du gouverneur general entrainerait dans
certain cas des retards pr6judiciables Elle serait cepen-
dant inutile si la measure a d6cr6ter 6tait d6jA la conclusion
d'un change de vues complete entire les autorit6s central
et locale. En tout 6tat de cause, la question de la partici-
pation du gouverneur g6n6ral a 1'Flaboration du d6cret
relevait de l'organisation int&rieure de l'administration.
Le Ministre des colonies ne manquerait pas, toutes les
fois qu'il l'estimerait avantageux, de demander ce con-
cours, qui serait 6videmment habituel (1).
L'arr6t6 royal du 28 juillet 1914, qui a donn6 a l'admi-
nistration locale de la colonies un nouveau reglement
organique, a cr6e au Congo un conseil du gouvernement
auquel le gouverneur general, consult par l'autorit6. cen-
trale, peut soumettre A son tour les avant-projets de
d6cret. Quand il le fait, l'avis de ce corps est annex
aux documents adress6s au Ministre des colonies et
joint 6ventuellement au project de d6cret sur lequel le
Conseil colonial est appel& a d6lib6rer (').


378. L'article 25 n'a pas exig6 pour le vote des rCsolu-
tions du Conseil colonial une majority d6termin6e. En
s'abstenant de le faire, il a laiss6 au pouvoir charge d'ar-


(1) Ces considerations ont 6t6 r6sumdes dans le R. Ch., no 46, In.
(2) Art. 18, B. 0., 1914, pp. 909-910. Le rapport au Roi qui
encadre l'arritR porte : c Le project d'arret6 propose de laisser au
Gouvernement colonial une intervention active dans le travail idgis-
latif. ... Le project prdvoit que le gouverneur g6n6ral de la colonie
sera consult sur les avant-projets de loi ou de d6cret. Il pourra
prendre l'avis du conseil de gouvernement (p. 903). La consultation
du gouverneur g6n6ral n'6tant prescrite par aucun des textes de
l'arret6 du 28 juillet 1914, la disposition annonc6e par le rapport au
Roi doit avoir 6td supprimee avant la signature de l'arret6. L'auto-
rit6 central est done encore libre aujourd'hui de ne prendre l'avis
du gouverneur general que lorsqu'elle le juge opportun.









CONSEIL COLONIAL. ATTRIBUTIONS


rter le reglement organique du Conseil la liberty de fixer
le regime de ses scrutins.
Il n'en 6tait pas ainsi dans le project de Charte primitif,
dontj'article 16 disposait : ( Les avis du Conseil sont
donn6s A la majority absolue des voix. Le Gouverne-
ment conseilla A la commission sp&ciale de la Chambre
des Repr6sentants, qui se range A sa maniere de voir, de
supprimer la regle, qu'elle avait commence par maintenir
dans ses amendments :. ( II peut y avoir trois ou quatre
opinions en presence. Le rapport qui doit les relater
toutes, en indiquant le nombre de leurs partisans, fera
suffisamment connaitre l'opinion pr6dominante (1).
L'argument, tel que la commission l'a r6sum6, ne ten-
dait pas a faire prevaloir le system de la majority rela-
tive. D'apres les explications du Gouvernement, l'opinion
collective du Conseil devait encore etre la r6sultante des
opinions particulieres des membres composant la majority
absolue, elle devait correspondre a la pens6e pre'domi-
nante du Conseil. Seulement, pour determiner cette majo-
rit6, il n'6tait plus n&cessaire de recourir A un simple
vote, puis de reliever le nombre des voix affirmatives et
celui des suffrages n6gatifs. Il y avait lieu de confronter
les diverse opinions 6mises, d'en d6gager les apprecia-
tions communes au plus grand nombre des membres du
comit6 consult et de consid6rer ensuite les conclusions
de l'examen come l'avis du Conseil colonial.
Les auteurs du reglement organique (2) profiterent de
l'absence de toute disposition restrictive du l1gislateur
pour en revenir A la solution qu'avait applique le project
de Charte de 19go. C'est que, au moment d'arr6ter les
prescriptions r6glementaires, la raison qui avait entrain6


(') R. Ch., n 46, xv.
(') A. R. du 16 novembre 19o8, B. O., 1908,, pp. 117 et suiv.









CHAPITRE IV


la resolution de la commission de la Chambre ne parut
plus du tout convaincante. L'on se rendit conpte que, en
s'en tenant a rechercher la volont6 pr6dominante du Con-
sell colonial par le rapprochement des divers avis propo-
s6s, on se serait trouv6 aux prises avec une tAche tres
delicate, de nature A cr6er souvent les plus graves
ernbarras. Entre deux opinions extremes, il y a place
pour bien des opinions interm6diaires. A laquelle des
deux extremes faudrait-il 6ventuellement rapporter les
dernieres, comment interpreter exactement dans tous les
cas la pens6e et l'intention de leurs tenants et partisans?
Et si, ce qui semblait la procedure la plus simple et la
plus sfre, le Conseil allait 6tre appeal a examiner les pro-
jets de d6cret article par article, comment ferait-on res-
sortir de votes multiples sur des dispositions isol6es, sur
des amendments et des sous-amendements, les 616ments
du texte transactionnel qui serait cens6 r6pondre a l'avis
du plus grand nombre? Ces considerations furent jug6es
p6remptoires par le Gouvernement, qui, apres avoir
arr&t6, conform6ment aux principles g6n6raux : a Le Con-
seil ne peut prendre de resolution qu'autant que la majo-
rit6 de ses membres se trouve r6unie ,, compl6ta comme
suit la disposition r6glementaire : ( Les decisions sont
prises a la majority absolue des membres presents (1). a
Comment, en substance, le Conseil colonial procede-
t-il pour rendre la consultation qu'il est appel6 a
6mettre?
Apr&s une discussion g6n6rale sur le systeme, les ten-
dances, les principles dispositions du project de d6cret,
les membres passent en revue ses divers articles. Le d6bat
s'ouvre successivcment sur chacun d'eux, suivant son
ordre, et successivement ils sont l'objet d'un -vote. Des


(1) Art. 14 du r.glement organique.









CONSEIL COLONIAL. ATTRIBUTIONS


amendments peuvent 6tre pr6sent6s. La majority decide
s'il y a lieu de les soumettre au Gouvernement. Dans
l'affirmative, avant de passer au vote sur l'ensemble du
project amended, qui doit determiner l'avis du Conseil,.
celui-ci se prononce, si le president le requiert, sur l'ap-
probation du project primitif. Les deliberations terminees,
le president invite les membres qui ont vote contre l'ap-
probation du texte admis par le Gouvernement et ceux
qui se sont abstenus, a indiquer, en vue de la r6daction
du rapport, les motifs de leur opposition ou de leur
abstention (1).
En fait, le Conseil colonial amende fr6quemment le
project de d6cret qu'il est charge d'examiner. II indique
ainsi au Ministre qui le preside de droit a quelles condi-
tions l'acte projete recevrait son approbation. Toujours,
jusqu'A present, l'accord est intervenu entire le pouvoir et
le comite qu'il consulate, souvent il s'est r6alis6 au moment
mnme du vote des amendments. D'apr6s l'usage 6tabli,
les changes de vues peuvent amener la modification des.
textes du project tant que le Conseil n'a pas arret6 d6finiti-
vement les terms de son rapport (2).

379. Le Conseil colonial rend son avis, sous forme de-
rapport motive, dans le d6lai que fixe son reglement orga-
nique. Pour que le 16gislateur ordinaire de la colonie, la
representation national et le pays soient eclaires au sujet de
toutes les opinions 6mises et que possibility leur soit don-,

(1) V. notamment les art. 6, 9 et 12 du r6glement d'ordre interieur
du Conseil colonial. -- Pour des renseignements plus d6taill6s rela-
tifs A la procedure du Conseil, v. les articles 5-12 de ce r6glement.
(2) Il est meme arrive une fois seulement qu'une disposition
de fond votee par le Conseil et admise par le Gouvernement a et6
modifiee par celui-ci apres 1'approbation du rapport; mais le Conseil,
inform, ne s'est pas oppose A la modification, qui a eu pour conse-
quence la retouche du rapport. C. R. A., 1913-1914, p. 55o.









CHAPITRE IV


n6e d'en apprecier la valeur, le rapport doit indiquer le
nombre des membres opposes A l'avis adopt ainsi que les
motifs de leur opposition (art. 25, al. 3). La regle a Wte
jug6e s'appliquer aux membres qui s'abstiennent, cette
attitude pouvant etre dict6e en parties par des consid6ra-
tions hostiles a l'objet de la discussion. C'est pourquoi
l'article 12 du reglement d'ordre int6rieur charge les secr6-
taires de prendre note des motifs des abstentions.
Pour ob6ir aux prescriptions de la loi, le Conseil
nomme dans son sein son rapporteur imm6diatement
apres la d6liberation finale sur le project de decret. Le
project de rapport, r6dig6 dans la langue que choisit son
auteur (1), est lu en stance du Conseil, ce qui permet de
l'amender s'il expose imparfaitement le sentiment du col-
lege, ses propositions, les accords qui sont intervenus, les
raisons de l'hostilit6 desopposants. Finalement, par un vote
sur l'ensemble du document, le Conseil fait sienne l'ceuvre,
6ventuellement corrig6e, du conseiller-rapporteur (2).

38o. Quelles rggles convient-il de suivre dans la con-
fection du rapport?
A l'une des premieres s6ances du Conseil colonial,
quelques mots de son president de droit les ont mises en
evidence : (( L'article 25 de la Charte colonial prescrit
que les raisons favorables ou d6favorables au project de
d6cret soient consign6es dans le rapport, parce que ce
rapport doit permettre A la Chambre d'exercer son con-
tr6le. Le rapport doit done etre un resumed nettement
objectif... (3) a


(9) V. le no 60, of l'on trouvera 6galement d'autres indications au
sujet de la question de l'emploi des langues dans ses rapports avec
aes travaux du Conseil colonial.
l2) V. les art. 13 et 14 du r6glement d'ordre int6rieur du Conseil.
(3) C. R. A., 1908-1909, p. 194.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs