• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Introduction
 Indications generales
 De la situation juridique du Congo...
 Des droits des Belges, des etrangers...
 De l'exercice des pouvoirs
 Errata
 Table of Contents














Title: charte coloniale
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076574/00001
 Material Information
Title: charte coloniale
Physical Description: Book
Publisher: M. Weissenbruch, imprimeur du roi,
Publication Date: 191019
Copyright Date: 191019
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076574
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: 23429541 - OCLC

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
    Half Title
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Introduction
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
        Page xx
        Page xxi
        Page xxii
    Indications generales
        Page xxiii
        Page xxiv
        Page xxv
        Page xxvi
    De la situation juridique du Congo belge
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
    Des droits des Belges, des etrangers et des indigenes
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
    De l'exercice des pouvoirs
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
    Errata
        Page 311
        Page 312
    Table of Contents
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
Full Text








LA




CHARTER COLONIAL





Commentaire de la Loi du 18 octobre 19o8

sur le Gouvernement du Congo beige

PAR

MICHEL HALEWYCK
DOCTEUR EN DROIT
DOCTEUR EN SCIENCES POLITIQUES ET SOCIALES
DIRECTEUR AU MINISTER DES COLONIES


TOME PREMIER












BRUXELLES
M. WEISSENBRUCH, IMPRIMEUR DU ROI
EDITEUR
49, RUE DU POINqON, 49
1910


















LA


CHARTE COLONIAL


I










LA


CHARTE COLONIAL





Commentaire de la Loi du 18 octobre 1908

sur le Gouvernement du Congo beige


PAR

MICHEL HALEWYCK
DOCTEUR EN DROIT
DOCTEUR EN SCIENCES POLITIQUES ET SOCIALES
DIRECTEUR AU MINISTER DES COLONIES


TOME PREMIER












BRUXELLES
M. WEISSENBRUCH, IMPRIMEUR DU ROI
EDITEUR
49, RUE DU POINCON, 49
191I

















INTRODUCTION




Le 7 aout I9ol, M. le comte DE SMET DE NAEYER,
premier Ministre, d6posait sur le bureau de la Chambre
des Repr6sentants le project de loi qui, sous la signature
de tous les membres du Cabinet, etait destiny a organiser
le gouvernement des possessions coloniales de la Bel-
gique (1).
C'6tait au lendemain des devnements qui marquerent
1'6ch6ance du droit de 1'Etat Belge de s'annexer les
territoires de 1'Etat Ind6pendant du Congo. Successi-
vement, le Gouvernement avait demand au Parlement
de surseoir i l'exercice du droit de reprise (2), et des
membres de la Chambre des Repr6sentants, refusant de
se rallier a sa manilre de voir, avaient r6dig6 une propo-
sition de loi comportant l'annexion immediate (3). Les
auteurs de cette proposition avaient fini par la retire, le
Souverain de 1'Etat Ind6pendant ayant fait connaitre que
There propice a l'annexion ne lui paraissait pas venue et


(1) Doc. Ch 1900-1901, do( 110o 2i.
(2) Expose des motifs du project de loi, d6pos6 le 29 mars IgoI,
suspendant le remboursement des sommes prit6es par la Belgique a
1'Etat Inddpendant du Congo, Doc. Ch., 1900-1901, doc. n0 144.
(1) Proposition de loi d6posec le 3o mai 1901 et signee par
MM. BEERNAERT, L. D:. LANTSHEERf, A. DELBEKE, VERHAEGEN et
HEYNEN, Doc. Ch., 1900-1901, annexe II du doc. no 214.











LA CIIARTE COL.ONIAI.E


que, si le Parlement belge votait neanmoins la reprise, Ii
se refuserait a continue administration de ses anciens
territoires pendant la p6riode de temps n6cessaire i l'l1a-
boration de lh Charte colonial (1).
Pour la 16gislature belge il ne restait, dis lors, qu'un
parti a prendre : c'6tait d'arreter, avant de demander a
recueillir la succession de l'Etat Ind6pendant, les regles
fondamentales destinies a r6gir administration de la
future colonie. A cet effet, le Gouvernement s'engagea A
presenter un project de loi avant la cloture de la session en
course (2), et le d6p6t du 7 aout i90o realisa cette pro-
messe.
Le project pr6par6 par le Minist&re ne concernait pas
sp6cialement le Congo, mais il s'appliquait, par une for-
mule gen&rale, aux possessions coloniales de la nation
beige. On ne pouvait, en effet, pr6juger quelle serait la
decision du Parlement au jour encore indktermine oui
devrait se r6soudre le problem de l'annexion.
La Chambre ne fit pas, aux textes qui lui 6taient sou-
mis, un accueil tres empress. Pendant des annies elle
les tint releguis parmi ses archives, d'ou ils ne furent
retires qu'i de rares intervalles pour l'examen des sec-
tions.
Enfin, le 2 mars 9go6, a la suite d'une interpellation, la
resolution fut prise ( de proceder sans retard a l'examen
du project de loi du 7 aout I90o sur le gouvernement des


(I) Rapport pr6sent6 a la Chambre sur le project de loi relatif aux
avances faites par la Belgique a 1'Etat Ind6pendant du Congo,
Doc. Ch., 1900-1901, doc. no 214.
(,) D6clarations de M. le comte DE SMrE DE NAEYER, Ann. Ch.,
1900-1901, pp. 1967 et 1974.










INTRODUCTION


possessions coloniales de la Belgique ) (1). Le 14 de-
cembre de la meme annie, apres un nouveau d6bat, la
Chambre emit encore le vceu que la section central hatit
ses travaux et d6posAt un rapport dans un d6lai rappro-
ch6 (2). Cinq jours plus tard, la section central demandait
et obtenait de s'adjoindre de nouveaux membres et de se
transformer en commission sp6ciale (:).
La commission etait en plein travail, lorsque le 2 mai 1907
un nouveau minister arrival au pouvoir. Dans sa d6clara-
tion aux Chambres, M. DE TROoz, le chef du Cabinet
nouvellement constitute, annonca une resolution impor-
tante.
( Les Chambres, exposa-t-il, sont saisies, depuis 1901,
d'un project de Charte colonial qui est actuellement
soumis a 1'examen d'une commission compose de mem-
bres de la Chambre des Representants.
(( Le Gouvernement a l'intention de proposer la reprise,
par la Belgique, de la colonie africaine.
a Les Chambres pourront ainsi, dans toute la plenitude
de leur liberty, sc prononcer a la fois sur la loi colonial
et sur la question de savoir si l'interet de la Belgique
exige, oui ou non, l'annexion du Congo (4).))
Effectivement, le 28 novembre 1907, l'Etat Beige
concluait avec l'Etat Ind6pendant le trait qui a transf6r6
a la Belgique la souverainet6 des territoires du Congo avec
tons les droits et obligations y attaches. Le 5 mars 1908,

(1) Ann. Ch., 1905 1906, pp. 841 et 845.
(2) Ann. Ch., 1906-1907, pp. 240-241.
(3) Ann. Ch., 1906 1907, p. 249.
() Declaration lue au Senat le 7 mai 1907 (Ann. S6n., 1906-1907,
pp. 15i-i52), et a la Chambre des Repr6sentants le io du mrme mois
(Ann. Ch., 1906-I907, p. 975).










LA C(1AI'RTE COLONI,XLE


apr&s le d6ces de M. DE TROOz auquel M. SCHOLLAERT
succ6da en quality de premier ministry, cette convention
fut compl6t6e par un acte additionnel, supprimant l'insti-
tution congolaise connue sous le nom de Fondation de la
Couronne et r6glant les consequences de la suppression.
A la suite de la signature de ces accords, la commis-
sion sp6ciale de la Chambre modifia le titre et les dispo-
sitions du project de Charte colonial en y substituant aux
mots les possessions coloniales de la Belgique l'expression
plus concrete le Congo belge. C'6tait li, lisons-nous dans
le rapport de M. BEGEREMR la consequence logique et
n6cessaire du vote prochain du traits de reprise (1).
Cependant 1'l6aboration de la loi colonial se pour-
suivait resolument. Le 15 avril 1908, la Chambre des
Repr6sentants aborda, en m me temps que l'examen des
deux traits, la discussion g6n6rale du project que sa com-
mission spiciale venait de lui transmettre apres 1'avoir
notablement amended avec le concours de M. RENKIN,
Ministre de la justice. Interrompus a 1'6poque du renou-
vellement partiel des Chambres, du 6 mai au 19 juin,
ces d6bats m6morables se terminerent le 20 aouit par
le vote des trois projects de loi. Le S6nat leur donna son
adhesion le 9 septembre 1908, et ils furent sanctionn6s et
promulgu6s par le chef de l'Etat le 18 octobre suivant (2).
Il restait A mettre le nouveau regime en vigueur. Aux
terms de Particle 4 du traits de cession, un arret6 royal
avait a determiner le jour auquel la Belgique assumerait
sur les territoires du Congo l'exercice de son droit de


(1) R. Ch., no 23.
(2) Les trois lois ont it6 publi6es au Moniteur belge des 19-20 octo-
bre 1908 et au Bulletin oficiel du Congo belge du 15 novembre 1908.


VIII










INTRODUCTION


souverainet6. Cet arrRt6 fut sign le 4 novembre 19o8 (1).
En execution de ses dispositions, la Belgique a entrepris
le 15 novembre 90o8 le gouvernement du vaste empire
colonial que lui ont acquis le g6nie, la volont6 6nergique
et pers6v6rante et le patriotism 6clair6 du deuxieme de
ses Rois.



La loi qui a donn6 A la colonie du Congo sa charte
fondamentale, a adopted dans une certain measure le prin-
cipe de la division des pouvoirs consacr6 par la Consti-
tution belge, et elle a fait de la souverainet6 un partage
entire l'autorit6 16gislative, 1'autorit6 executive et l'autorit6
judiciaire.
La function 16gislative a kt6. attribute, avec certaines
modalit6s, au chef du pouvoir executif, sous la reserve du
droit des Chambres m6tropolitaines d'intervenir en toute
matiere.
Au Parlement, la constitutionnalit6 de cette d616gation
n'a guere 6te mise en doute. Des publicistes se sont
montr6s plus scrupuleux que le legislateur belge. D'apres
eux, en soumettant les possessions coloniales de la Bel-
gique au regime de lois particulieres, les auteurs de
l'article premier de la Constitution entendaient que toutes
les measures legislatives destinies aux colonies fussent
1'ceuvre des trois branches du pouvoir supreme institute
pour le gouvernement de la mere patrie (2).


(i) L'arret6 a paru au Moniteur beige du 5 novembre 1908 et au
Bulletin offciel du Congo beige du 15 novembre 1908.
(2) V. le Mouvement geographique du 3 novembre 1907 (col. 532) et
du io novembre de la mime ann6e (col. 542).









I.A CIIARIT (COIONIALE


C'6tait confondre avec les actes d'organisation des
colonies les actes intervenant en consequence de l'orga-
nisation adopt6e. Jamais le constituent n'a eu l'intention
de determiner par 1'article premier quelle serait l'autorit6
16gislative des possessions coloniales. Son seul but a 6t6
de soustraire celles-ci a l'empire de la Constitution beige
pour les soumettre a un system de gouvernement special
don't les regles fondamentales seraient arret6es par le
16gislateur m6tropoiitain ordinaire. Ii a voulu dire : ( Les
colonies recoivent, de lois particulieres un regime auquel
la Constitution reste 6trangere; ces lois leur tiennent lieu
de chartes constitutionnelles.
Les travaux pr6paratoires A la revision de l'article
premier sont formels a cet 6gard.
D6ja, avant la revision de la Constitution, la Convention
du 3juillet 1890, qui attribuait a la Belgique le droit de
reprendre le Congo, s'occupait de l'organisation de la
future colonie. La disposition finale de son article 2
stipulait : ( une loi r6glera le regime special sous lequel
les territoires du Congo seront places ) apres l'annexion.
Les terms de cette disposition sont clairs. En droit
public, on entend par regime un syst&me de gouver-
nement, l'ensemble des regles qui president a l'exercice
des pouvoirs. Ainsi, l'alin6a final de 1'article 2 signifiait
qu'une loi unique, une charte donnerait au Congo son
gouvernement particulier, son administration sp6ciale.
La convention fut approuv6e par les Chambres belges
apr&s que M. BEERNAERT, chef du Cabinet, eut soutenu
que l'article 2 ne contenait rien d'inconstitutionnel.
( La Constitution, disait-il, ne defend nullement cette
situation absolument nouvelle d'une Belgique restant ce
qu'elle est et don't les citoyens conserveront tous leurs









INTROD)U'CION


droits, mais ayant au loin une possession subordonnie,
vivant d'un regime inferieur, dans une sorte de vassalit6,
et don't les habitants ne seront, en aucune facon, citoyens
belges, et ne pourront le devenir que dans les conditions
a r6gler par la loi conform6ment aux prescriptions de la
Constitution qui reglent l'indigenat (1) .
En 1892, le Gouvernement belge, d6sireux d'attribuer
le droit electoral a un plus grand nombre de citoyens, se
d6cida a proposer aux Chambres la revision de la Consti-
tution.
C'6tait une occasion d'6carter, par une disposition
express ins6rde dans la loi fondamentale, tout doute au
sujet de la constitutionnalit6 d'une loi qui organiserait un
regime special pour les possessions coloniales de la
Belgique.
Tout en maintenant son ancienne maniere de voir,
M. BEERNAERT voulut rendre toute controversy impos-
sible. II proposal done aux Chambres de soumettre a
revision l'article premier de la Constitution afin que son
texte fut modifi6 ou que l'on introduisit une disposition
nouvelle relative a l'acquisition ou a la foundation 6ven-
tuelle de colonies.
( Ainsi qu'il a 6t6 dit d6ja, d6clarait-il dans l'expos6
des motifs, le Gouvernement estime que l'article premier,
dans sa forme actuelle, ne mettrait pas obstacle a l'expan-
sion de la Belgique au delay des mers. Des colonies ne
feraient pas parties du territoire national et leurs habitants
ne seraient pas nos concitoyens. Mais il s'agit la d'int6rits
de trop haute importance pour qu'il ne soit pas convenable
que la Constitution en regle le principle, et il conviendrait

(') Ann. Ch., session extraordinaire de 1890, p. 112.










LA CIIARTE COLONIAL


que, en terms expr6s, elle abandonnAt a la loi le reglement
des droits civils et politiques des populations qui, en
Afrique, seraient soumises a la domination belge (1). )
M. DE SMET DE NAEYER, faisant rapport a la Chambre
des Reprisentants, abonda tres explicitement dans ce sens.
( Le reglement, dit-il, de tout ce qui concernerait 6ven-
tuellement le regime colonial doit etre abandonnie la
loi. Les Chambres futures auront a d6cider s'il convient
de rattacher la disposition nouvelle a l'article premier de
la Constitution ou s'il est pr6efrable d'en faire 1'objet
d'un article additionnel au titre premier (2). )
Ainsi, au course des pr6liminaires de la revision de
1'article premier, la port6e de celle-ci est express6ment
d6termin6e. Il s'agira de soustraire a l'empire de la Consti-
tution la 16gislation des possessions coloniales. Celles-ci
trouveront dans une loi ordinaire leur charte fondamentale
fixant leur regime, leur r&glement, les principles g6n6raux
de leur organisation. Nulle part il n'est question de
designer des ce moment le l6gislateur ordinaire des
colonies.
Voici commence l'ceuvre de la revision.
Avant que le Gouvernement ait d6pos6 ses projects,
M. HEYNEN propose d'ajouter a 1'article premier une dis-
position finale r6dig6e comme suit :
( En cas d'acquisition ou de foundation de colonies, le
regime de celles-ci sera r6gl par la loi (3). ,

(1) Expos6 des motifs du project de declaration, d6pos6 le 2 f6-
vrier 1892, determinant les articles de la Constitution a reviser. Doc.
Ch., 1891-1892, doc. no 86.
(') Rapport pr6sente A la Chambre sur le project de declaration.
Doc. Ch., 1891-1892, doc. no iI.
(a) S6ance du 26 novembre 1892. Doc. Ch., 1892-1893, doc. no 45.










INTRODUCTION


La commission de revision replace ce texte par la
redaction plus simple de M. WOESTE :
a La loi r6gle, s'il y a lieu, le regime des colonies ('). )
C'est a peu pres la formula si claire de la Convention de
1890. Pas d'6quivoqfle possible : les colonies tiendront
du legislateur ordinaire leur system de gouvernement.
Entretemps, le 31 decembre 1892, le Cabinet a, enfin,
depos6 ses projects de textes constitutionnels. A la formula
de M. WOESTE, il a substitu6 celle qui, dans la suite, a
iti presque int6gralement conservee :
;( Les colonies ou possessions d'outre-mer que la Bel-
gique pourrait acquerir seraient regies par des lois parti-
culieres (2).
En proposant cette redaction, le Ministire avait-il
voulu exprimer une regle diff6rente de celle preconis6e
par M. WOESTE ?
Telle n'6tait pas la pens6e du Gouvernement, comme le
montrent ses commentaires, dans lesquels il invoque
notamment la Convention de 189o.
Justifiant son project a la stance de la Chambre du
II juillet 1893, M. BEERNAERT diclarait :
s Il nous a paru utile de pr6voir l'6ventualiti de I'acqui-
sition de colonies par la Belgique en abandonnant, pour
ce cas, a la loi ordinaire l'organisation d'un regime et
d'un droit special... On connait la convention intervene
entire l'Etat Belge et 1'Etat du Congo, et qui a &t6 approu-
v6e par la loi du 4 aoit 1890... L'article 2 de cette m6me


(1) Rapport pr6sent6 a la Chambre, Doc. Ch., 1892I1893, doc. n0 Ii5.
(2) Lettre adress.e le 31 d6cembre 1892 par M. BEERNAERT au pre-
sident de la commission de la Chambre des Repr6sentants pour la
revision de la Constitution. Doc. Ch., 1892-1893, doc. no 46.


XIII










LIA CI1ARTlE C(OIONIALE


convention porte qu'une loi r6glera le regime special
sous lequel les territoires ainsi annex6s a la Belgique
seraient places. (i)
Au course de la discussion, 1'auteur du project disait
encore, r6pondant a M. FfRON :
Qu'il me soit permis de rappeler qu'il s'agit d'un
point sur lequel nous sommes tous d'accord. En cas d'ac-
quisition d'une colonie, faut-il ou ne faut-il pas que la loi
puisse 6tablir pour les indigenes un regime special ?
Faudrait-il ou non 6tendre i l'Afrique notre regime poli-
tique et notre regime civil ?
( Eh bien, M. F6ron est d'avis, comme le Gouverne-
ment, comme vous tous, Messieurs, que cela ne peut pas
faire de doute. A quoi bon done discuter. (2)
La question est ainsi bien pr6cisee. On ne se preoc-
cupe nullement de faire la designation du pouvoir legis-
latif de la colonies; il s'agit seulement de d6livrer un
blanc-seing au Parlement belge pour qu'il donne a la
colonie tel regime, telle organisation g6n6rale qu'il lui
paraitra le mieux convenir.
D&s avant les deliberations en seance pl6niere de la
Chambre, cette interpretation avait recu l'approbation
express du rapporteur de la commission de revision.
Nous lisons, en effet, dans le rapport de M. ScI-IOL-
LAERT:
Votre commission (( pense, d'accord avec le Gouverne-
ment, qu'il serait bon que la Constitution r6glat le principle
de l'acquisition et de la foundation de colonies. Celles-ci
ne feraient pas parties du territoire national. Ce serait au


(1) Ann. Ch., 1892-1893, p. 1864.
(") Ann. Ch., 1892-1893, p. 1896.


XIV












16gislateur ordinaire de determiner tout ce qui concern
le regime colonial et de fixer les droits civils et politiques
des populations soumises a la domination belge...
La grande majority de votre commission est con-
vaincue qu'il convient que la Constitution abandonne en
terms expr6s au lgislateur ordinaire le reglement du
regime des colonies (1).
S'il subsistait le moindre doute au sujet des intentions
du l6gislateur constituent, toute incertitude s'6vanouirait
a la lecture du rapport pr6sent6 au S6nat au nom de la
commission de revision de cette assemblee. Le document,
signed par M le chevalier DESCAMPS, renferme un passage
ddcisif.
( La loi fondamentale de 1815, dans son article 6o,
6crivait le rapporteur, 6tablissait une regle qu'il convient
egalement de rappeler : La direction szprnme des colonies
et des possessions du royamine dans les autres parties du
monde, afpartienlt exclhsivement an Roi...
a La colonies qui deviendra sans doute dans un avenir
prochain une colonies belge, demeurera encore longtemps
dans une situation comportant des exigences gouverne-
mentales particulieres. Se placant a ce point de vue,
plusieurs membres de la commission eussent desire qu'un
principle analogue A la regle de la loi fondamentale de 1815
fuit inscrit dans la Constitution Mais on a fait observer
que c'tait la plutdt l'ceuvre de la loi sp6ciale a intervenir
et que celle-ci ne manquerait pas de tenir compete de
conditions auxquelles se trouve si intimement li6 l'avenir
prospere de la colonie (2) )

(1) Rapport pr6sente a la Chambre, Doc. Ch., 1892-1893, doc. no 115.
(2) Rapport presented au Senat, Doc. Sen., 1892-1893, doc. no 122.


INTI)I)DUCTION









IA CHARITE COLONIAL


Ainsi, quelques membres de la commission de revision
du S6nat ayant voulu que la Constituante disposit elle-
meme des pouvoirs souverains dans la colonies et qu'elle
les concentitt tous, pouvoir legislatif compris, entire les
mains du Roi, la majority de la commission n'a pas voulu
les suivre : elle a d6cid6 express6ment que l'attribution
des pouvoirs devait ktre l'ceuvre du 16gislateur ordinaire.
On ne pouvait manifester plus clairement le sens que
l'on entendait donner a la nouvelle disposition de l'article
premier. Or, personnel, ni au S6nat, ni A la Chambre -
oi l'article a fait retour pour une modification qui n'est
pas ici en question n'a protest contre I'interpr6tation
de la commission. Et loin de la d6savouer, le chef du
Gouvernement, faisant devant le S6nat le commentaire de
l'article premier, s'est r6f6r6 par deux fois au rapport de
M. le chevalier DESCAMPS (1).
L'interpr6tation donn6e par un pays stranger a une
disposition constitutionnelle identique a celle que nous
6tudions fournit un nouvel argument en faveur de la these
qui a 6t6 adopt6e par le Gouvernement belge.
L'article 64 de la Charte constitutionnelle franchise
de 183o portait: ( Les colonies seront r6gies par des lois
particulieres. On peut le constater, la formule 6tait la
mime que celle reprise a l'article premier de notre Consti-
tution, et ce n'est pas faire une supposition ti6mraire
de penser qu'elle a servi de module aux auteurs du texte
constitutionnel belge.
Quoi qu'il en soit de cette derni6re hypothese il est
int6ressant de noter que le Gouvernement de juillet avait
compris la regle de la Charte dans le meme sens que les

(') Ann. Sen., 1892-1893, p. 487.









INTRODUCTION


r6dacteurs de la loi colonial. Une loi du 24 avril 1833,
propose par lui, tout en reservant au parlement francais
les measures l6gislatives les plus importantes, avait, pour
le surplus, d6f6r6 au Roi et aux autorit6s locales le droit
de l6gif6rer pour la colonie.
Disons, enfin, qu'entre diverse interpretations pos-
sibles, il faut toujours s'arriter a la plus raisonnable, celle
qui a df paraitre la plus rationnelle et la plus pratique au
16gislateur. Or, il est difficile d'admettre que pour la
moindre measure 16gislative a prendre pour une colonies
lointaine, le constituent ait voulu faire fonctionner les
rouages, compliqu6s et lents au travail, de la machine par-
lementaire. Un pays neuf a besoin de lois nombreuses,
importantes et urgentes. Et il faut qu'au gri des expe-
riences l'ceuvre d'une ann6e puisse se modifier ou se
defaire des l'ann6e suivante. Seul le chef du pouvoir
ex6cutif peut l6giferer avec toute la c6lirit6 indispensable
pour faire face aux n6cessit6s qui se rievlent au jour le
jour. On ne concevrait pas que le constituent eft empeche
une attribution de pouvoirs qui a paru aux grandes puis-
sances coloniales la seule solution possible.
Pareille decision aurait 6te d'autant plus inexplicable
que dans certaines circonstances il est de toute necessity
de prendre sur place, dans la colonie meme, des measures
lgislatives commandoes par des n6cessit6s urgentes. Or,
toute d61gation aux autorit6s locales eat eti impossible,
si la Constitution avait donn6 au Parlement le monopole
de la legislation colonial.
A tous 6gards il faut done conclure que le constituent,
en disposant que les colonies belges seraient r6gies par
des lois particulieres, n'a eu d'autre volont6 que de les
soustraire au regime de la Constitution et d'y substituer


XVII










LA CIIARTE COLONIAL


un system de gouvernement labor par le 16gislateur
ordinaire. Les Chambres avaient, des lors, toute liberty
pour confier au Roi la mission de d6cr6ter les lois du
Congo belge. Du moment qu'on la d6livre de ses liens
constitutionnels, qu'on la rend ind6pendante de toute regle
sup6rieure, la 16gislature est investie d'une autorite
absolue, elle devient pouvoir constituent dans ces matieres
abandonnees a sa decision souveraine. Rien ne l'oblige
alors a modeler une organisation nouvelle sur celle que
consacre une loi fondamentale qui ne la lie plus, et elle
peut, a son gr6, cumuler tous les droits dans les memes
mains ou les r6partir entire plusieurs pouvoirs.




D6ja avant d'avoir 6t6 promulgu6e par le Roi, la
Charte colonial a fait l'objet de critiques diverse don't
les principles ont it6 6mises au course de son examen par
le Senat. M. le s6nateur WIENER a reproch6 a la loi
d'etre, d'une part, centralisatrice a l'exces, d'autre part,
lib6rale au point d'en devenir reactionnaire (1).
En ce qui concern le premier de ces griefs, nous
pensions qu'il aurait et6 difficile de l'6viter.
Dirig6 par uri souverain tr&s personnel et tr6s agissant,
l'Etat Ind6pendant du Congo avait concentric Bruxelles
le gouvernement de ses territoires. La capital de la Bel-
gique 6tait le siege du pouvoir 16gislatif. Sans doute,
le gouverneur g6n6ral avait recu le pouvoir de rendre
provisoirement des ordonnances ayant force de loi. Mais
on lui avait donn6 pour instructions de ne faire de ce


(1) Ann. S6n., pp. 178-18o.


XVIII










INTRODUCTION


droit qu'un usage exceptionnel et en en r6firant autant que
possible au pouvoir central. De meme, pour l'exercice du
pouvoir ex6cutif, l'impulsion venait, en toutes matieres,
des dirigeants places dans l'entourage imm6diat du Tr6ne.
Reprenant le gouvernement du Congo, la Belgique
allait se trouver en presence d'une administration locale
deshabituie de prendre initiative rnme de measures
d'une importance secondaire. Lui donner d'embl6e la
responsabilit6 des decisions particulierement graves que
comporte l'exercice du pouvoir ligislatif, transformer
radicalement le system sans preparation et sans transi-
tion, c'eut 6te tenter un essai dangereux, contraire a tous
les enseignements de l'exp6rience et de la science admi-
nistrative.
II faudra que, peu A peu, le Gouvernement belge refasse
l'6ducation de ses fonctionnaires coloniaux, l6argisse et
etende leurs pouvoirs dans la sphere des attributions qui
relevent de l'autorit6 executive, et ce n'est qu'apres une
evolution plus ou moins longue qu'il pourra proposer de
leur confier 1'exercice, dans des limits moins restreintes,
du pouvoir de 16giferer d6tenu actuellement par le Roi.
Beaucoup plus m6rit& est le deuxieme reproche adresse
a la loi sur le gouvernement du Congo belge.
Dans un esprit de reaction centre le regime absolutiste
pratiqu6 par 1'Etat Ind6pendant, les Chambres 16gislatives
ont 6tendu, a l'exces et dans des proportions que ne con-
naissent pas les pays colonisateurs par excellence, l'ing6-
rence directed et indirecte du Parlement dans l'administra-
tion de la colonie. En meme temps, elles entouraient
l'exercice des pouvoirs de garanties limitatives au point
de devenir autant d'entraves pour la bonne expedition des
affaires.









LA CIIARTE COLONIAL


On doit, notamment, a cette politique l'envoi de d6l&-
gu6s des corps repr6sentatifs au Conseil colonial qui
assisted le 16gislateur; l'6tablissement au Congo de deux
administrations parallles, celle du gouverneur g6n6ral et
celle du procureur g6enral; une tutelle parlementaire
6troite dans le reglement des questions financi6res; la
suspension des r6formes fiscales jusqu'apr&s la cl6ture de
chaque ann6e budg6taire; l'obligation de recourir a des
formalit6s compliqu6es pour vendre ou louer une terre de
onze hectares, ou mnme pour attribuer A titre on6reux
quelques m6tres carr6s de terrain a quiconque a d6ja
acquis de l'Etat un bien de 10 hectares.
Cette derniere prescription pr6sente un danger grave.
Elle est de nature a ralentir 1'expansion de la colonie et a
retarder sa mise en valeur, en emp6chant que des transac-
tions faciles et nombreuses y attirent les colons et y favo-
risent leur 6tablissement. Aussi est-il hautement desirable
que le regime des cessions et des concessions des biens
domaniaux ne tarde pas a 6tre radicalement transform
par l'61aboration de la loi sp6ciale que la Charte colonial
pr6voit en t6te de son article 15.
Pour le surplus, comptons sur la moderation des Belges
pour qu'il ne soit pas fait, des regles restrictives du statut
organique du Congo, un usage abusif.
On a dit que I'action des meilleures lois peut 6tre
enray&e si elles correspondent mal a l'itat social auquel
elles sont destinies a s'adapter. Nil leges sine moribus.
Inversement, les qualit6s d'un people peuvent beaucoup
pour att6nuer les d6fauts d'un system th6orique auquel
sont allies les preferences du 16gislateur.
Esp6rons que, grace a l'union f6conde de toutes les
bonnes volont6s, la Belgique r6ussira quand m6me A doter










INTRODUCTION XXI

sa colonie d'une administration digne du renom de la
m6tropole. Elle y arrivera plus ais6ment si ses citoyens
s'accordent a suivre la recommendation que, du seuil
d'une ere nouvelle, le premier Ministre des Colonies leur
a solennellement adress6e :
( Sachons placer la question colonial au-dessus de
nos divisions ordinaires ; qu'elle soit comme un champ
de reserve d'ou soit exclu l'esprit de part et oi 1'esprit
national puisse prendre un plus large et plus libre
essor ('). ,

M. HALEWYCK.



() Discours de M. RENKIN exposant ses projects de r6forme (Ann.
Ch., 1909-1910, p. 352).


















INDICATIONS GENERALES





I. PLAN.


Le commentaire de chaque article comprend
i Un r6sum6 des travaux pr6paratoires;
20 L'examen critique du syst6me adopted;
3 L'etude analytique des diverse regles que le texte consacre;
40 L'expose de leurs effects juridiques et de leurs consequences
pratiques.
Pour les dispositions les plus importantes, le commentaire est
complete par :
50 Un tableau des systdmes suivis dans les colonies 6trangeres.


II. RENVOIS AUX DOCUMENTS LkGISLATIFS.


Pour faciliter au lecteur la consultation des documents 16gislatifs,
nous avons r6uni en un Afpendice 1'expose des motifs de la loi
colonial, le texte du project primitif, et les rapports des commissions
sp6ciales de la Chambre des Representants et du Senat charges de
preparer les ddlib6rations des deux Assemblies.
Ces documents ont dte divis6s en paragraphes num6rotes.
En tete de l'Apendice figure le texte de la loi colonial. Apres
chacun des articles sont mentionnes les passages des documents
legislatifs qui y sont relatifs. Les memes annotations sont placees a
la suite des articles a measure de l'insertion de leurs dispositions
dans le Cotmmentaire.
Dans ces indications, les numer os renvoient aux paragraphes de
l'Affendice, les autres aux pages des Annales parllementaires.
Au course de notre travail, il nous arrive de devoir citer en note
des documents parlementaires autres que ceux compris dans l'APfen-











LA CIIARTE COLONIAL


dice. Dans ces cas, les numdros et la pagination indiqu6s sont ceux
des documents memes tels qu'ils ont et6 imprimes par ordre de la
Chambre des Repr6sentants ou du Senat.


III. ABR'VIATIONS.


A. M.
A. R.
Ann.




Ann. Ch.






Ann. S6n.




B. 0.



C. Nap.
C. R. A.



Ch. col.
Const.
D6cr.
Doc. Ch.
Doc. S6n.
E. M.

E. M. Acte Add.


Arret6 minist6riel.
Arrete royal.
Annales parlementaires.
(Lorsque cette abrdviation n'est pas suivie
d'autres indications, elle signifie : Annales par-
lementaires de la session extraordinaire de i9o8.)
Annales de la Chambre des Repr6sentants.
(Lorsque ces abr6viations ne sont pas suivies
d'autres indications, elles signifient: Annales de la
session extraordinaire de la Chambre des Reprdsentants
de 19o8.)
Annales du Senat.
(Lorsque ces abreviations ne sont pas suivies
d'autres indications, elles signifient : Annales de
la session extraordinaire du Sinat de 19o8.)
Bulletin official (d'apr&s la date) :
de l'Etat Ind6pendant du Congo;
du Congo beige.
Code civil Napol6on.
Compte rendu analytique des s6ances du Conseil
colonial editionn destine aux membres du
Conseil et a administration de la colonie).
Charte colonial.
Constitution.
Decret.
Documents de la Chambre des Repr6sentants.
Documents du Sdnat.
Expos6 des motifs du project de Charte colonial,
Doc. Ch., 1900-1901, n 231.
Expose des motifs du project de loi approuvant
1'Acte additionnel au Trait6 de Cession de 1'Etat
Ind6pendant du Congo a la Belgique, Doc. Ch.,
1907-1908, n0 129.


XXIV











INDICATIONS (;f:NfAZAILES


E. M. Tr. Expos6 des motifs du project de loi approuvant le
Trait6 de Cession de 1'Etat Independant du
Congo a la Belgique, Doc. Ch., 1907-1908, no 28.
L. Loi.
L. fond. Loi fondamentale.
Mon. Moniteur belge.
Ord. Ordonnance.
Ord. adm. Ordonnance administrative.
Ord. 16g. Ordonnance legislative.
Pas. Pasicrisie.
R. Rapport de la commission sp6ciale charge d'exa-
miner le project de Charte colonial.
R. Ch. Rapport de la commission sp6ciale de la Chambre
des Representants charge d'examiner le project
de Charte colonial, Doc. Ch., 1907-1908, n0 i5o.
R. Ch. Tr. Rapport de la commission sp6ciale de la Chambre
des Representants charge d'examiner les pro-
jets de loi approuvant les Trait6s qui ont rdalis6
le transfer de 1'Etat Independant du Congo a la
Belgique, Doc. Ch., 1907-1908, no 146.
R. M. Recueil mensuel (d'apres la date) :
des arret6s, circulaires, instructions et ordres
de service (Etat Independant du Congo);
des ordonnances, circulaires, instructions et
ordres de service (Congo beige).
R. Sen. Rapport de la commission speciale du S6nat char-
g6e d'examiner le project de Charte colonial,
Doc. S6n., session extraordinaire 1908, no 12.
R. Sen. Tr. Rapport de la commission sp6ciale du S6nat char-
g6e d'examiner les projects de loi approuvant les
Traits qui ont r6alis6 le transfer de 1'Etat Inde-
pendant du Congo A la Belgique, Doc. S6n.,
session extraordinaire 1908, no ii.
S. E. Session extraordinaire des Chambres de 1908.
S. O. Session ordinaire des Chambres de 1907-1908.
S6nat. S6natus-consulte.
I. Examen en premiere lecture.
II. Examen en deuxieme lecture.


XXV

















LA CHARTE COLONIAL



CHAPITRE PREMIER

De la situation juridique du Congo beige.



ARTICLE PREMIER.

Le Congo belge a une personnalit6 distinct de celle
de la m6tropole.
II est r6gi par des lois particulieres.
L'actif et le passif de la Belgique et de la colonie
demeurent s6par6s.
En consequence, le service de la rente congolaise
demeure exclusivement a la charge de la colonie, t moins
qu'une loi n'en decide autrement.
DOCUMENTS LEGISLATIFS. E. M., n0 I. Chambre, R., nos 24, 25;
Ann., I, S. O., pp. 1488-1490, 1617-1618, 1721-1723, 1786, 1845,
S. E., pp. 1io, 199, 330-342, 351-379; II, pp. 759-766. Sinat, R.,
nos 64, 65, 76, Ioo, 101; Ann., pp. 3o-31, 86, 116, 153-164.

SOMMAIRE.
I. R6sum6 des travaux pr6paratoires.
2. Raison d'6tre de la personnification de la colonie.
3. Une disposition express de la loi n'6tait pas n6cessaire.
4. Le territoire de la colonie est territoire national.
5. Le Congo ne pourrait 6tre d6membr6 que par la loi. Mais le Roi
peut, par arr6t6, le diviser en circonscriptions administrative.












CIIAPITRE PREMIER


6. Si6ge de administration de la colonie. Ou doit-elle ktre assi-
gnde? Le Milistire des colonies est soumis a un regime dif-
fdrent.
7. Separation des patrimoines de la m6tropole et de la colonies.
Terminologie defectueuse de la loi. Intervention financidre
de la metropole.
8. Le principle du .. c dans les colonies 6trangdres.
9. Le patrimoine de la colonie n'est plus celui de 1'ancien Etat
Independant du Congo.
io. La Belgique est responsible des dettes contracts, avant la
reprise, pour les territoires annexes. Elle interviendra obli-
gatoirement dds que la colonie sera impuissante a faire face a
ces engagements.
II. Objections levees A la Chambre des Repr6sentants centre les
deux propositions pr6c6dentes.
12. Examen des objections. Premiere objection : le trait
d'annexion n'a pas eu cette port6e.
13. Deuxieme objection : le Parlement a pu substituer sa volonte a
celle des hautes parties contractantes.
14. Troisieme objection : la Belgique abandonnant aux territoires
repris l'actif de 1'Etat Ind6pendant, seuls ils ont la charge du
passif de cet Etat.
15. Quatrieme objection : cette dernidre solution a 6et admise par le
Souverain de 1'Etat Ind6pendant qui, comme Roi des Belges, a
sanctioned la Charte colonial.
16. Quelle est la situation aprds les d6lib6rations des Chambres?
17. Modes d'intervention de la m6tropole.
18. Que sont revenues les dettes dues par 1'Etat Ind6pendant du
Congo A la Belgique?
19. La colonie est soumise a des lois particuliires. Justification.
2o. Sort de la legislation ant6rieure A l'annexion.
21. La Constitution et les lois m6tropolitaines ne sont applicables
que moyennant une decision formelle du 16gislateur belge ou
colonial.
22. Nationality des personnel ressortissant au territoire de la colo-
nie. Effets, sur 1'un des deux territoires, des actes juridiques
accomplish sur 1'autre.













COMMENTAIRE.

i. Le chapitre premier de la Charte colonial se com-
pose d'un article unique qui determine la situation juri-
dique du Congo belge et rattache a cette situation diverse
consequences.
L'article ne faisait pas parties du project de loi soumis
aux Chambres 16gislatives en Igo1. Le cabinet DE TROOZ,
en 1907, en proposal les deux premieres dispositions.
II avait donned au premier alin6a la r6daction suivante
( Toute possession colonial de la Belgique a une per-
sonnalit6 juridique distinct de celle de la m6tropole. )
La Commission sp6ciale de la Chambre des Repr6sen-
tants craignit que, par l'emploi du terme juridique, !'insti-
tution parilt ( correspondre uniquement a une conception,
a une creation de droit prive. Le mot personnalite, sans
aucune qualification, expose son rapport, r6pond le
mieux aux preoccupations de la Commission . (1) Le
qualificatif fut done supprim6.
La Commission voulut aussi marquer que l'attribution
de la personnalit6 civil au Congo beige aurait pour con-
sequence la separation absolue de l'actif et du passif de la
Belgique et de la colonie. A cet effet, elle ajouta it Particle
un troisieme alinea ainsi concu
(( L'actif et le passif de la Belgique et de la colonie
demeurent s6par6s. )
Par cette formule, la Commission entendait prevenir les
cr6anciers et les preteurs que la Belgique ne r6pondrait
ni des dettes passes contract6es par 1'Etat Ind6pendant
du Congo, ni des dettes que contracterait i l'avenir la


(1) R. Ch., no 24.


PERISONNALITEI`I JURIDIQUE D 1E LA C (OL.OME










(IIAPITRE PREMIER


nouvelle administration de la colonies, i moins qu'une nou-
velle loi belge n'engageat formellement la m6tropole (1).
D'accord avec la Commission pour d6gager la respon-
sabilit6 de la Belgique a l'6gard des dettes futures, le
Cabinet SCHOLLAERT, li6 par les terms forlnels du traits
de cession conclu avec l'Etat Independant du Congo, ne
pouvait pour les dettes passes admettre la meme solu-
tion. Il en informa la Chambre tout en se ralliant A l'amen-
dement propose qui, de l'avis des organes du Gouverne-
ment, n'etait pas inconciliable avec leur manidre de voir.
Pour carter cette derniere interpretation, M. WOESTE
proposal un texte compl6mentaire qui, combattu par le
Cabinet, fut cependant vot6 et devint le dernier alin6a de
1'article premier.
Avant la discussion en deuxieme lecture, le Gouverne-
ment eut le loisir d'6tudier plus attentivement la nouvelle
disposition et cet examen le convainquit que m6me cet
alinea pouvait recevoir son adhesion sans l'abandon des
principles ant6rieurement defendus. Le service de la rente
congolaise demeure exclusivement A la charge de la
colonies, lisait-on dans l'amendement adopt&, A moins
qu'une loi n'en decide autrement. Or, meme dans le svs-
teme des auteurs du traits, l'intervention financi&re de la
Belgique ne pouvait se concevoir sans loi puisque, en
vertu de l'article 115 de la Constitution, toute d6pense de
l'Etat doit nicessairement 6tre portee au budget. Le
minister convia done la majority a maintenir 1'amende-
ment et, quand le project de loi fut mis en discussion au
S6nat, il demand a la Haute Assemble l'adoption int6-
grale des dispositions arret6es par la Chambre.
Mais le Gouvernement voulut aller plus loin et, des
1'l6aboration de la Charte colonial, obtenir du Parlement


(1) R. Ch., no 25.









PEIRSONNALITl JURII)IQUE DE LA COI)NIE


qu'il reconnut 1'obligation de la Belgique d'indemniser, le
jour o0 il serait n6cessaire, les anciens cr6anciers de 1'Etat
Ind6pendant du Congo. Ii proposal done a la Chambre
d'ajouter a 1'article premier cette disposition suppl6men-
tairc :
( En ce qui concern les engagements financiers de
l'Etat Ind6pendant du Congo vis6s au trait du 28 novem-
bre 1907 et a ses annexes, la responsabilit6 assume par
la Belgique se traduira sous forme d'avances faites par la
m6tropole a la colonies pour en assurer le service en cas
de besoin.
( Ces avances porteront, a charge du budget de la
colonies, un int6ret 6gal a celui des emprunts faits a la
meme ipoque par la Belgique elle-mcme. Elles seront
remboursables sur l'actif de la colonies.
M. WOESTE, soutenant la contrepartie, pr6senta aussi-
t6t cet autre texte :
( Si, en cas de besoin, une loi decide que des avances
seront faites par la Belgique pour le reglement de la rente
congolaise, ces avances porteront a charge du budget de
la colonies un int6rit legal a celui des emprunts faits a la
meme 6poque par la Belgique elle-meme. Elles seront
remboursables sur l'actif de la colonies dans les conditions
a determiner par cette loi.
La Chambre n'accueillit pas le premier des deux amen-
dements et le second fut aussit6t retire par son auteur.
Au Senat, 1'amendement suivant, destiny a devenir le
dernier alin6a de l'article, fut successivement propose et
abandonne :
( Si la Belgique voulait accorder a la colonies des faci-
lit6s financieres, soit en garantissant des emprunts, soit
en comblant les deficits du budget, les resources nices-
sit6es par cette intervention ou toute autre charge finan-
ciere d6coulant de la politique colonial, ne pourront









CHAI'ITRE PREMIER


atteindre ni l'agriculture, ni 1'industrie, ni le commerce
et ne pourront 6tre r6alis6es que par un imp6t direct.
A la seance de la Chambre des Repr6sentants du 22 juil-
let I908, M. RENKIN, ministry de la justice, a donned des
trois premieres dispositions de article premier un com-
mentaire tris d6velopp6 (1). Notre tAche s'en trouvera
facilit6e et souvent, dans les premieres pages qui vont
suivre, il nous suffira de reproduire presque textuellement
l'expos6 du Gouvernement.
Cet expos analyse les deux grandes regles que 1'article
consacre : la premiere qui attribue au Congo belge la per-
sonnalit6 civil et 6tablit, en consequence, une s6para-
tion entire son patrimoine et celui de la m6tropole; la
second qui soumet la colonie A une 16gislation particu-
liere, distinct de la 16gislation de la mbre-patrie.

2. L'article premier a donn6 au Congo belge les attri-
buts de la personnalit6. La colonie 6tait, en effet, appel6e
a subsister de ses propres resources, a en disposer, et a
r6pondre des dettes contracts en son nom. II important,
des lors, de s6parer son patrimoine de celui de la mere
patrie et, pour r6aliser cette separation, de la constituer
en entity juridique distinct, vivant de sa vie propre.
Le 16gislateurbelgen'a fait que suivre l'exemple d'autres
pays. L'exp6rience que les nations ont acquise en matiere
colonial les a amen6es a 6tablir de plus en plus une dis-
tinction entire le patrimoine de la m6tropole et les patri-
moines des colonies. C'est le cas, notamment, pour les
Pays-Bas qui pendant longtemps avaient fait verser une
parties des recettes des Indes n6erlandaises au Tr6sor
m6tropolitain (2).

(i) Ann. Ch., pp. 357-359.
(') M. RENKIN, Ann. Ch., pp. 357-358.









PERSOYNNLITE. JURIDIQUE DE IA COLONLE


3. Ainsiquel'afait remarquer le Ministre de la justice (1),
on peut soutenir avec LAURENT que l'attribution de la
personnalite civil ne requiert pas une declaration express
du legislateur. II arrive le plus souvent que la personnifi-
cation r6sulte de droits conc6d6s don't l'exercice n'est
possible qu'a une personnel civil.
Tel est le cas pour les provinces belges. ( Sous le
royaume des Pays-Bas, la question de savoir si les pro-
vinces formaient une corporation 6tait controvers6e (2).
La Constitution belge et les lois provincial et commu-
nale l'ont r6solue implicitement en mettant les provinces
sur la meme ligne que les communes; les unes et les
autres ont des droits qui impliquent leur incorporation.
C'est, dans l'Ftat actuel de la 16gislation, le seul signe
certain de l'existence des personnel dites civiles (3). ,
Le Congo aussi aurait joui necessairement de la per-
sonnalit6 civil meme si aucun texte de la loi colonial ne
lui en avait fait 1'attribution. Les dispositions de la loi
relatives au pouvoir 16gislatif et au pouvoir ex6cutif, au
budget et aux finances de la colonies ne peuvent 6tre
ex6cut6es que si la colonies poss&de l'individualit6 juri-
dique (4).
Le Gouvernement et les Chambres ont estim6, cepen-
dant, A la suite de M. le professeur DUPRIEZ, qu'il est des
principles fondamentaux que le l6gislateur ne peut affirmer
avec trop de nettet6, et ils ont pensi agir sagement ( en


(i) Ann. Ch., pp. 357-358.
(") Note de LAURENT : Cette question a ete r6solue affirmativement
par la Cour de Cassation de Belgique dans son arrnt du 16 jan-
vier 1863, Pas. 1863, I. 65.
(3) LAURENT, Avant-Projet, T. II, p. 390. V. aussi dans ce sens
les conclusions de FAIDER pr6c6dant l'arrkt de cassation du 16 jan-
vier 1863, Pas. 1863, p. 65.
(4) Contra, SPEYER, Commtwent iO S gouveruerons le Congo, p. 14.










CHAPITRE PREMIER


d6clarant en terms expres qiue la colonie du Congo
constitute une personnalit6 juridique, ayant ses resources
propres et seule responsible de ses dettes et de ses enga-
gements. II est bon, par une affirmation cat6gorique
inscrite en tote de la charte colonial, de pr6venir aussi
bien les tentatives de ceux qui voudraient combler les
deficits du tr6sor belge au moyen des resources du
Congo, que les pr6tentions de ceux qui voudraient faire
retomber sur la Belgique la responsabilit6 des dettes de
la c61onie (1) ).
Dans les 1lgislations &trangeres on cite, comme example
de loi ayant attribu6 express6ment la personnalit6 civil a
une possession colonial, la loi francaise du 19 d6cem-
bre 19oo don't 1'article premier a donn6 a l'Alg6rie l'indi-
vidualit6 juridique.

4. Bien que constituent des personnel distinctes, bien
que soumises A des 16gislations diff6rentes qui ne conferent
aux personnel ni les mimes droits civils, ni les memes
droits politiques, la Belgique et sa colonie n'en constituent
pas moins les parties d'un seul et meme Etat. La terre
congolaise appartient au territoire national de la Belgique
au mnme titre que la terre m6tropolitaine. ( Entre terri-
toire national et territoire stranger il n'y a pas de milieu.
Le territoire national c'est tout l'espace sur lequel chaque
Etat exerce sa souverainet6 (2). )

5. L'immense 6tendue du Congo belge fait songer d&s
a present A partager son territoire, en vue d'en faciliter

(i) DUPRIEZ, A projos du project de carte colonial, pp. 63-64.
(2) Discours de M. RENKIN, Ann. Ch., p. 358. Dans ce sens,
VATTEL, Le Droit des Gens, edition annotee par PRADIER-FODERE,
1863, I, p. 495 ; PRADIER-FODlEE, Traitd de droit international public,
I, no 85 ; CALVO, Le droit international thdorique et fratique, I, p. 145.










PERSONNEL criT .1URI)IQIE DE LA (OI.ONIE


administration, en deux ou m6me plusieurs colonies
places chacune sous l'autorit6 d'un gouverneur gi6nral.
Le jour ou le Gouvernement voudra donner suite a ce
desideratum, il se verra oblige de soumettre la question
aux Chambres par la presentation d'un project de loi. La
Charte colonial, l6aboree par le pouvoir 16gislatif m6tro-
politain, a 6t6, en effet, destin&ie rigir le Congo belge,
c'est-a-dire, pris dans leur ensemble, les territoires c6d6s
a la Belgique par 1'Etat Ind6pendant du Congo. Tout
morcellement de la colonie changerait l'objet de la loi,
multipliant notamment les grands rouages administratifs
que la loi n'a 6tablis que pour le gouvernement d'un seul
pays nomm6ment d6sign6. II en r6sulterait done une
transformation des dispositions votes par la legislature :
or, le ligislateur m&tropolitain a seul quality pour retou-
cher ses actes, les modifier, en 6tendre ou en restreindre
la port6e (1).
La loi devrait intervenir a fortiori pour autoriser la
cession d'une parties de la colonie. L'article 27 de la Charte
colonial, appliquant l'article 68 de la Constitution, fait
de cette intervention une obligation indiscutable.
La division de la colonie en circonscriptions adminis-
tratives n'a pas fait l'objet de measures l6gislatives du Par-
lement belge. Cette matiere se trouve done place dans le
domaine du gouvernement colonial, competent sur tous
les terrains oui la loi lui a laiss6 le champ libre (1).
Le territoire est actuellement divis6 en districts et sub-
divis6 en zones, en secteurs et en postes. Le Roi peut
remanier ces circonscriptions, les supprimer, leur en
substituer d'autres, etablir enfin a l'int6rieur du Congo
toutes les d6limitations qu'il juge favorables a une bonne
administration.


(i) Cf. article 7.









CIIAPITRE PREMIER


Pour prendre ces decisions, le Roi devra-t-il faire usage
de son pouvoir 16gislatif ?
Il semble, a premiere vue, que la r6ponse doive &tre
affirmative. II a 6t6 admis, lors de l'61aboration de la
Charte, que seraient consid6r6es, dans la colonies, comme
relevant de l'attribution legislative toutes les questions
qui, dans la m6tropole, sont de la competence du 1~gisla-
teur (1). Or, en Belgique, il appartient a la loi de modifier
la division en provinces; les subdivisions des provinces
ne peuvent 6tre 6tablies que par la loi; enfin, les limits
des provinces et des communes ne peuvent 6tre changes
ou rectifies qu'en vertu d'un acte 16gislatif (Const., art. I,
2 et 3).
Un examen plus approfondi de la question aboutit
cependant a des conclusions opposes. Si le texte consti-
tutionnel, don't la port6e se trouve encore 6tre pr6cis6e
par les travaux pr6paratoires, parait exiger l'intervention
du 16gislateur pour toute division territorial de la Bel-
gique, l'usage, les traditions ont consacr6 des distinctions
A la faveur desquelles le pouvoir ex6cutif a pu se r6server
la d6limitation de certaines circonscriptions administra-
tives.
Consultant les travaux pr6paratoires de la Constitution,
on constate que le Congres, en exigeant 1'intervention de
la loi pour les dl6imitations des provinces et de leurs sub-
divisions, a eu en vue surtout de prot6ger centre l'arbi-
traire du gouvernement central le pouvoir provincial et le
pouvoir communal, pouvoirs plus ou moins ind6pendants,
jouissant de la personnification civil, aptes A poss6der.
( Les limits de l'Etat, lisons-nous dans le rapport de
M. RAIKEM du 27 janvier 1831, ne doivent pas pouvoir
etre fixes arbitrairement. Les limits des provinces


(1) R. Ch., no 29.









PERSO'NNALP1IE .JUtRIDIQUE Iw, r-A (orfo-NI


offrent un grand interet, surtout dans un Etat ohi il existe
des institutions provinciales. Les limits des communes
pr6sentent un int6r~t majeur, non seulement A cause des
institutions communales, mais encore parce que chaque
commune jouit de droits et de revenues, qui sont une
grande resource pour ses habitants. Le changement de
limits pourrait y porter atteinte, si 1'on ne prenait toutes
les precautions r6clamees par une exacte justice. Et votre
section central a pens6 que 1'intervention du l6gislateur
6tait n6cessaire pour r6gler ces objets (1).
A la lumiere de ce rapport, le but des dispositions con-
stitutionnelles sembla si evident aux divers gouvernements
qui se sont succ6de en Belgique, qu'ils ne tinrent aucun
compete d'autres declarations tres importantes, faites en
sens contraire, en stance pl6niere du Congres.
L'article 2 du project en dl6ib6ration portait : ( les sub-
divisions des provinces, soit pour administration, soit
pour la justice, ne peuvent etre 6tablies que par la loi ,.
Lors de la discussion, le 5 f6vrier 1831, un orateur se
leva pour demander la suppression des mots : ( soit pour
administration, soit pour la justice ,. ( De ces mots,
exposa-t-il, on pourrait induire, en argumentant a contrario,
qu'on ne pourrait pas 6tablir de subdivisions pour d'autres
objets, par example pour la milice. Je propose done cette
r6daction : les subdivisions des provinces ne peuvent 6tre
etablies que par la loi (2).
L'article ainsi modified, fut aussit6t adopt.
II r6sulte des observations 6mises et du vote qui les
suivit que le Congres a voulu interdire au pouvoir ex6-
cutif toute division du territoire pour n'importe quelle


(1) La Constitution belge par un docteur en droit [ISIDORE VAN
OVERLOOP], Bruxelles, 1884, pp. 186-187.
(2) O. c., p. 188.










CIIAPITRE PREMIER


matiere, administrative ou autre : la loi seule 6tait en droit
d'intervenir.
Les divers gouvernements de la Belgique, voyant, sans
doute, que la strict application de la volont6 du Consti-
tuant occasionnerait en pratique des complications et des
formalit6s incessantes, ont fait, assez arbitrairement, une
distinction entire les divisions territoriales -qui int6ressent
l'exercice des droits politiques et civils des citoyens, d'une
part, et celles, d'autre part, qui sont 6tablies uniquement
pour utility6 du pouvoir executif. Ils ont demand au legis-
lateur de fixer les premieres et se sont charges eux-mimes
de crier les seconds.
Pour ne citer que quelques examples, la division en
arrondissements administratifs influe sur les droits 6lec-
toraux des citoyens: aussi, est-elle r6serv6e A la loi. Cer-
taines communes sont subdivis6es en sections ou hameaux
d6tach6s don't les habitants ont un droit commun sur la
propri6t6 ou sur le produit de certain biens (1) : le Gou-
vernement ne pourrait remanier les limits de ces hameaux
car les droits civils de leurs habitants en seraient modi-
fi6s.
Par centre, le pouvoir ex6cutif modifie A son gre les
resorts territoriaux du commandement militaire, de
l'administration des contributions, de l'administration des
postes. C'est que, en ces matieres, la division administra-
tive n'a d'autre but et d'autre port6e que de faciliter l'exer-
cice des attributions gouvernementales.
M. GIRON expose ce system dans les terms sui-
vants :
(( Les provinces et les communes, don't l'existence est
consacr6e par la Constitution elle-mdme, ont des int6rets
r6gionaux ou locaux qui sont repr6sent6s et administres

(1) Loi des io et ii juin 1873, art. ier, et loi communale, art. 149.










PERSONNAIAITE JUIRDIQUE DE LA COLONIE


par des assemblies electives. Elles ont la capacity de
possider et d'acquerir.
(( Les circonscriptions territoriales autres que les pro-
vinces et les communes n'ont ni int6rets propres, ni repre-
sentation, et sont d6nu6es de la personnalit6 civil.
(( Les unes int6ressent 1'exercice des droits politiques
ou civils des citoyens. Citons les districts administratifs
qui sont, en mnme temps, districts electoraux, les can-
tons electoraux, les cantons de milice, les circonscrip-
tions judiciaires. Celles-la ne peuvent 6tre 6tablies ou
modifies que par la legislature ou par le Gouvernement
agissant en vertu d'une d61igation de la 16gislature. Elles
sont r6gies par l'article 2 de la Constitution, qui porte que
les subdivisions des provinces ne peuvent etre 6tablies
que par la loi.
(( Les autres ont simplement pour objet de faciliter et
de r6gulariser l'exercice des functions administrative.
Le Gouvernement a le droit de les 6tablir, de les modi-
fier et de les supprimer A son gr&. L'article 2 de la Cons-
titution ne les concern pas (1). )
Tels sont les principles appliques dans le droit public et
administratif de la Belgique. Se justifient-ils? Nous ne le
pensions pas apres l'examen que nous venons de faire des
travaux pr6paratoires de la Constitution.
Mais les traditions sont la, constantes depuis I83o, et
l'on salt qu'en matiere de droit public les usages jouent
un r6le considerable.
Et si nous consultons les travaux pr6paratoires de la
Charte colonial, nous voyons dans le rapport de
M. BEGEREM que la distinction A& tablir entire les attribu-


(1) Le droit r,i., ..,.' ;' .'de la Belgique, 2e ed., 1885, pp. 33 et 34. -
Dictionnaire de droit administratif et de droit public, 1895, t. Ier, pp. 3oi
et 3o2.










CIIAPITRE PREMIER


tions du pouvoir l6gislatif et celles du pouvoir executif du
gouvernement congolais a 6t6 indiqu6e dans les terms
suivants :
(( Ou est le criterium de la distinction? N'y aurait-il pas
lieu ce qui d'ailleurs a 6t6 fait dans la Constitution
belge de fire l'Hnum6ration de ce que le Roi regle par
d6crets ou par simples arrit6s? Il n'a pas et& donn6 suite
a cette demand par la consideration qu'il existe a ce
sujet une tradition en Belgique, une veritable jurispru-
dence... Pourquoi embarrasser la discussion de subtilit6s
et de distinctions thioriques? L'habitude, la tradition a
r6gl6 cela et la distinction s'est 6tablie sans difficulties et
sans inconv6nients ('). )
Le gouvernement du Congo doit done se conformer a
la jurisprudence beige, comprendre la regle constitutionnelle
d'apres l'interpr6tation belge. Et on le concoit ais6ment :
a peine d'incohirence, un mime Etat ne peut permettre
deux applications divergentes des principles fondamentaux
de sa 16gislation.
Or, d'apres la jurisprudence belge, le pouvoir ex6cutif
a le droit de donner au territoire toutes les divisions
administrative qui n'ont d'autre but que de lui faciliter sa
mission.
Au Congo on ne connait pas d'autres divisions admi-
nistratives : toutes pr6sentent ce mime caract&re d'etre
6tablies uniquement pour faciliter 1'action du pouvoir ex&-
cutif. Il n'y existe ni pouvoir provincial ni pouvoir com-
munal, les droits politiques y sont inconnus, aucune cir-
conscription territorial n'y jouit de la personnalit6 civil,
n'est sujette de droits ou d'obligations; enfin, nulle part
des droits civils ne sent reconnus A un ensemble d'habi-
tants par la raison qu'ils occupent le territoire d'une des

(1) R. Ch., no 29.










PERSONNALITE JURIDIQUE DE LA COLONIES


divisions administrative 6tablies par l'Etat. Le morcelle-
ment du territoire en districts, zones, secteurs et postes
imported au seul pouvoir executif.
Sans doute, en mati&re judiciaire, il appartiendra au
l6gislateur de determiner les resorts des course et tribu-
naux. Sans cela, les justiciables pourraient 6tre 16s6s et
le pouvoir ex6cutif pourrait, porter atteinte, par une voie
indirecte, a l'avant-dernier alin6a de 'article 18 de la
Charte colonial, qui donne aux magistrats de carrier
une inamovibilit6 relative (1). Mais c'est la l'ceuvre du
d6cret d'organisation judiciaire. Il n'y a pas a s'en pr6oc-
cuper a propos de la division administrative du territoire.
Il est vrai encore qu'en Belgique les cantons de milice
sont 6tablis en vertu de la loi. Mais en Belgique le recru-
tement se fait automatiquement, il est l'ex6cution directed
des dispositions de la loi. Au Congo, an contraire, < le
Gouverneur general determine annuellement les districts
ol s'opere la levee ainsi que la proportion a fournir par
chacun, il d6signe 6galement dans chaque district les
localities ou s'op6re la lev6e ainsi que la proportion a
fournir par chacune (2). s Que le pouvoir ex6cutif ait le
droit de modifier a sa volont6 les limits des districts, la
chose est done sans importance au point de vue du ser-



(1) Faudra-t-il aussi l'intervention du legislateur pour determiner
le resort territorial des jurisdictions disciplinaires? Nous ne le pen-
sons pas, car, en Belgique, pareille determination peut d6pendre
d'un acte du pouvoir executif. L'article 114 de la loi du 9 septem-
bre 1897, organique de la garde civique, dispose qu' ( il y a un con-
seil de discipline pour la garde civique d'une commune ou de plu-
sieurs communes r6unies ). Or, en cas de reunion de communes, le
groupement se fait et est modifi6 par arrit6 royal et c'est ainsi une
decision du Gouvernement qui fixe la competence territorial du
conseil.
(2) Art. 3 du d6cret du 3o juillet 1891.









CHAPITRE PREMIER


vice militaire des habitants, puisque le mime pouvoir
ex6cutif est appeal a determiner A son gr6 la lev6e A four-
nir par chaque district. Ainsi il se confirm une fois de
plus que la division administrative du Congo est faite
exclusivement en vue de faciliter l'exercice du pouvoir
ex6cutif.
Nous en arrivons, des lors, a conclure que, dans 1'Ftat
actuel des choses, le pouvoir ex6cutif a competence pour
donner au Congo ses circonscriptions administrative. Le
droit se trouve d'accord avec les n6cessit6s pratiques. II
faut qu'on puisse rapidement remanier la carte du Congo,
modifier ses districts, ses zones, ses secteurs, ses postes
au gr6 du ddveloppement de la civilisation.

6. La Chambre des Repr6sentants s'est prioccup6e du
point de savoir ofl se trouverait le siege de l'administra-
tion du Congo belge. Elle s'est demand6e aussi ouf, 6ven-
tuellement, la colonies devrait etre assignee en justice.
Tous les orateurs qui ont pris la parole sur la premiere
question ont 6t6 d'accord pour reconnaitre que le siege du
gouvernement colonial serait, non au Congo mime, mais
dans la capital du royaume de Belgique, A Bruxelles (1).
Quant aux questions de competence et de procedure
- a d6clar6 le Ministre de la justice elles doivent etre
r6gl6es par les d6crets sur la matiire. La Constitution
belge dit-elle of et devant quels tribunaux on doit assi-
gner l'Etat belge ? Non, ce sont les lois de competence et
de procedure belges qui reglent ce point pour 1'Etat belge,
et ce seront, je pense, les d6crets correspondents qui
r6gleront ce point pour la colonies (2).


(1) Ann. Ch., MM. WAUWERMANS, p. 336, WOESTE, p. 339, BEER-
NAERT, p. 352, RENKIN, p. 357.
(2) Ann. Ch., p. 357.










PIERSONNALIE'J .JRI:DIQt I. D)E LA COLOMIE


Or, la competence des tribunaux a l'egard de l'adminis-
tration congolaise etait deji r6gl6e par l'ordonnance du
6 novembre r9o6, approuvee par decret du 19 d6cembre
de la meme annie. Comme cette ordonnance ne heurte
aucune des dispositions de la Charte, il faut conclude
qu'elle est restee en vigueur (art. 36).
II se fait que tous les articles de l'ordonnance qui int6-
ressent les demandeurs plaidant centre l'Etat ont 6te
copies de la loi beige du 25 mars 1876. L'article 2, par
example, qui content la regle-principe porte, come
Particle 40 de la loi beige, que :
( Les actions centre 1'Etat et centre les autres per-
sonnes civiles seront port6es devant le juge du lieu oi est
6tabli le siege de administration, sans prejudice de l'appli-
cation des dispositions qui suivent.
Toutefois, en matiere fiscal, l'action sera portte devant
le juge du lieu dans le resort duquel est situ6 le bureau
oi la perception doit etre faite. )
Ainsi, il y a harmonie parfaite entire la legislation m&tro-
politaine et la legislation colonial.
Le contraire aurait pu se constater et, en tout cas, des
regles diff6rentes pourraient etre adopt6es dans l'avenir.
On peut supposed, par example, que la loi belge n'appli-
que plus aux propri6t6s de 1'Etat la regle de article 46 :
(( En matiere immobiliere... l'action sera portee devant
le juge de la situation de l'immeuble ) et que, d'autre part,
cette disposition de competence soit conserve intacte
dans la legislation congolaise.
En pareille hypothese, s'il s'agissait d'assigner le gou-
vernement de la colonie pour la revendication d'un droit
immobilier, il faudrait, conformement aux declarations du
Ministre de la justice, determiner la competence territo-
riale d'apres le d6cret congolais et non d'apres la loi belge.
Sans doute, le siege de administration du Congo beige










CIIAPITRE PRIETlERR


se trouve plac6 sur le territoire de la m6tropole, mais il
ne faut pas oublier que la Constitution et, apres elle, la
Charte ont souverainement arrete que la colonies est r6gie
par des lois particulieres (').
Le commentaire de l'article 23 montrera que le minister
des colonies, consider en lui-meme, ind6pendamment de
son action au Congo, n'est pas une institution congolaise
mais constitute, A l'6gal des autres d6partements minist6-
riels belges, un rouage de administration m6tropolitaine.
II en r6sulte que tout litige qui, sans int6resser le gouver-
nement de la colonies, se rapporte A administration
central du minister telle une contestation relative i
des fournitures pour les bureaux du d6partement sera
exclusivement r6gl6 d'apres les dispositions des codes
belges.


7. L'effet pratique de I'attribution de la personnalit6it
la colonies, c'est de lui cr6er un patrimoine. D'apres l'arti-
cle premier, ce patrimoine est s6par6 de celui de la m6tro-
pole : en droit, la Belgique ne b6nificie d'aucune part de
1'actif de la colonies, comme elle n'est tenue de couvrir
aucune part de son passif (2).
Application de ce principle est faite dans la derniere
disposition de l'article. (( En consequence, y lit-on -
le service de la rente congolaise demeure exclusivement A
la charge de la colonies, A moins qu'une loi n'en decide
autrement. )
On remarqueraque, dansl'indication du principecomme
dans celle de l'application, les r6dacteurs du texte ont


(') V., au sujet de l'applicabilit6 des decrets sur le territoire rmtro-
politain, le no 116.
(2) Dans ce sens, les discours de M. RENKIN, Ann. Ch., S. O.,
pp. 1617-1618, S. E. p. 358.










PERSONNAJITfE JURIIQUE DEL LA COLUNIE


employee un terme impropre : (( 1'actif et le passif de la
Belgique et de la colonies demeurent s6par6s... le service
de la rente congolaise denmeure a la charge de la colo-
nie... ) Avant la creation de la personnel colonial, ses
futurs biens et dettes relevaient, d'abord de l'Etat Ind&-
pendant du Congo, plus tard de 1'Etat beige. D6s lors,
au moment d'instaurer un regime nouveau, il 6tait contra-
dictoire de recourir a un verbe qui marque la continua-
tion d'une situation pr6existante.
La separation des patrimoines n'emp6che pas le l6gis-
lateur belge d'user de son pouvoir souverain pour d6ci-
der, dans des circonstances particulieres, de donner A la
colonies une aide financiere ou de garantir ses emprunts. II
a pu le faire pour un Etat stranger, l'Etat Ind6pendant du
Congo; il peut le faire d fortiori pour une possession natio-
nale encore qu'elle soit juridiquement distinct. C'est pour
eviter toute 6quivoque sur ce point que le Gouvernement
a refuse d'inscrire a l'article premier que (( la colonies est
seule tenue des dettes contract6es r6gulierement en son
nom ))... Pareille disposition aurait pu paraitre prohibitive
et exposer la colonies, trop jeune encore pour poss6der un
credit tres solidement assis, a devoir contractor des
emprunts a des conditions onereuses (1). Au contraire, les
derniers mots de l'article avertissent qu'une loi pourrait
apporter A la colonies en d6tresse les secours de la mere
patrie.

8. Dans quelle measure le principle du self-supporting
est-il appliqu6 dans les colonies des quatre puissances voi-
sines de la Belgique?

A. Colonies anglaises. L'Angleterre contribute large-


(1) M. RENKIN, Ann. Ch., p. 358.










CIIAPITRE PREMIER


ment A payer les frais de premier 6tablissement et de pre-
miere organisation de ses administrations coloniales.
Mais des que cette premiere p6riode est passe, la
m6tropole change de system. D6sormais, elle n'inter-
viendra plus d'aucune facon; si la colonies a de mauvaises
finances, il lui appartiendra d'accroitre ses resources par
l'imp6t et par l'emprunt. Les dettes qu'elle contractera
dans ces conditions greveront son seul patrimoine et les
cr6anciers savent que la mere-patrie ne couvre pas ce
passif de sa garantie. La m6tropole elle-mime, si A l'ins-
tar des banques elle prite ses fonds A ses colonies, entend
rester, comme ces institutions financieres, creanciere des
sommes avanc6es et elle aura soin d'exiger l'execution de
toutes les obligations contracties.
Tout ce qui vient d'etre dit s'applique aux colonies de
la Couronne aussi bien qu'aux colonies autonomes.
Un ouvrage public en 1904 (') donne a cet 6gard des
pages instructives.
On y lit notamment
( En face du principle que toutes les recettes appar-
tiennent aux colonies dans lesquelles elles sont percues et
doivent 6tre employees A leur profit exclusif, l'Angleterre
a pos6 cet autre principle que ces colonies doivent, avec
leurs recettes, faire face a toutes leurs d6penses. La
m6tropole n'intervient que dans les debuts, alors que les
colonies naissantes ne sont pas encore pourvues de tous
les organes n6cessaires pour leur assurer une vie ind6-
pendante; elle se charge de tous les frais de premier eta-
blissement. Les subventions accordies pendant cette
premiere p6riode sont, en general, assez importantes, car
on s'efforce de doter la colonies non seulement d'une bonne

(1) A. PERRAUT, Etude sur le regime financier des colonies anglaises,
Paris.










PEII'SONN tLIrli JtRIDIQIE DE I. COlORIE


organisation politique et administrative, mais encore du
premier outillage economique indispensable pour per-
mettre le d6veloppement de la colonisation.
( Des que la colonie commence a sortir de cette pre-
miere periode, la m6tropole l'oblige A contribuer a ses
frais d'entretien jusqu'au jour oui le degr6 de d6veloppe-
ment qu'elle aura atteint lui permettra d'assumer la tota-
lit6 de ces frais...
( Du jour ou elle (la colonies aura assume cette charge
entire, elle ne devra plus computer sur l'aide qui lui 6tait
accord6e auparavant; si ses budgets se cl6turent en defi-
cits, elle devra les combler au moyen de resources pro-
venant d'imp6ts nouveaux ou d'emprunts, si elle veut
entreprendre la construction de travaux publics, elle
devra 6galement recourir a l'emprunt, mais la metropole
ne lui accordera plus aucune subvention (1).
Ainsi, une separation complete est 6tablie entire les
deux dettes publiques, celle de la mere patrie et celle de
la communaut6 colonial. L'une ne vient pas s'ajouter a
l'autre ; chacune a son regime distinct, chacune est
garantie par son patrimoine propre et met seulement en
cause la responsabilit6 de la personnel juridique qui l'a
contracted.

B. Colonies franchises. Jusqu'a la fin du xIxe si&cle,
la France consacrait d'importantes subventions a combler
le deficit budg6taire de ses possessions coloniales.
(( En 9goo dit M. MARTIN dans son 6tude sur le
Budget colonial on en 6tait arrive A cette opinion ferme
qu'il n'6tait pas just que le contribuable mntropolitain
subvint non seulement au pavement de ses propres
d6penses, mais encore a celui d'une parties des d6penses


(1) Pp. 263-264.









CIIAPITRE PREMIER


du contribuable colonial; qu'il fit plus lourdement grev6;
qu'une colonies b6neficiat des recettes d'un Etat autonomy,
tandis qu'elle jouissait en sens inverse de la situation pri-
vil6gi6e du d6partement au point de vue des d6penses (1).
En consequence, 1'article 33 de la loi du 13 avril I90o
mit A la charge des budgets locaux toutes les d6penses
civiles et de gendarmerie. Ainsi prevalait le principle que
les colonies doivent satisfaire A leurs propres d6penses au
moyen de leurs propres resources.
c Il est cependant prevu lit-on dans l'ouvrage de
M. MARTIN que la m6tropole peut accorder des sub-
ventions aux budgets locaux. Mais il resort du principle
pos6 ci-dessus, du rapport Picqui6 et des discussions
parlem'entaires sur la question, que les subventions
doivent d6sormais avoir un caractere exceptionnel. Le
but de leur maintien provisoire a 6t6 de permettre aux
colonies de n'6tre pas prises subitement au dApourvu,
mais les subventions doivent d6croitre progressivement
d'arin6e en ann6e (").
Desormais les colonies ont done a observer exacte-
ment la r&gle du self-supporting. Elles veilleront A 6quili-
brer leur budget par la reduction des d6penses exag6rees,
l'6tablissement d'imp6ts et le recourse A des emprunts don't,
personnel juridiques distinctes de la m6tropole, elles
auront seules a r6pondre.
L'emprunt colonial est absolument distinct des em-
prunts de la m6tropole. Dans les colonies a conseils
g6n6raux, il n'est possible ( qu'A la condition d'etre vot6
par le conseil g6n6ral, mais, a raison des dangers que
pr6sente ce proc6d6 facile de se procurer des resources,
une regle tut6laire exige que la d6lib6ration du conseil


(1) P. 57.
(2) P. 66.









I'ERSONNALITf- JURIDIQUE DE L A (CIOXIE


g6n6ral soit approuvee par un d6cret rendu en la forme
des reglements d'administration publique (D. 20 novem-
bre 1882, art. 53) ('). )
L'id6e que la m6tropole n'a pas a repondre des dettes
contractees par la colonie, apparait clairement lors de la
constitution d'un budget distinct pour l'Alg6rie. Jusqu'en
g9oo, le budget de ce pays a fait parties int6grante du
budget de la mi6tropole. La loi du g9 d6cembre I900
appliqua i l'Alg6rie le principle de l'autonomie financiere.
On trouve, parmi les motifs invoques i l'appui de cette
r6forme, celui du besoin ( de permettre a une Alg6rie,
personnel morale, de contractor pour l'ex6cution de grands
travaux d'interet general un emprunt que l'Etat n'aurait
pas voulu faire pour son compete (2) ).

C. Colonies allemandes. Tant que les colonies alle-
mandes n'eurent pas recu la personnalite juridique, leurs
recettes et leurs d6penses constitu&rent des recettes et des
d6penses de l'empire allemand (3).
La loi du 3o mars 1892 a modified cette situation.
D6sormais, les colonies ont leurs revenues et leurs dettes
propres, distincts des revenues et des dettes de l'empire. Et
pour qu'il n'y ait aucun doute au sujet de (( l'irresponsabilit6
financiere o de la mere patrie en ce qui concern la dette
publique des possessions coloniales, l'article 5 de la loi
declare express6ment que :
( Le patrimoine d'une colonies est seul i repondre des
engagements resultant de son administration. n
Grace A ce texte, dit le baron VON STENGEL, les
colonies devenaient des personnel juridiques, investies


(1) GIRAUL'T, Principes Id COlonisation Ct de legislation coloi ale, 1907, II,
pp. 250-251.
(2) GIRAULT, o. c., III, p. 143.
(i) VON STENGEL, Die Recltsverualtznisse der deutschien Schutzgeiide, p. 91.









CIIAPITRE PREMIIER


de l'autonomie financi6re, capable de poss6der et
d'emprunter (').
Nous trouvons confirmation de cet 6tat de choses dans
la lettre adressee le 20 avril 190o6 par la !6gation belge de
Berlin au Ministre des affaires 6trangeres :
( Ii faut une loi, ccrit le baron GRIEINIL, pour autoriser
les territoires de protectorat (c'est le nom official des
colonies allemandes) a contractor des emprunts on a assu-
mer des garanties, quoique ces emprunts ou ces garanties
n'engagent que l'avoir propre du territoire de protectorat
qu'elles concernent ('). )

D. Indes orientales neerlandaises. Le budget des
Indes neerlandaises est arrit6 chaque annee par la loi ; et,
de mdme, c'est la loi qui autorise les emprunts de ces
possessions coloniales (Art. 3 et 14 de la loi de 1864 sur
la comptabilite des Indes neerlandaises).
Le ligislateur n6erlandais a eu longtemps un intirit
considerable a tablir une confusion entire les finances de
la colonie et celles de la m6tropole. Pendant toute une
p6riodc la gestion financiere des Indes se cl6tura par des
bonis tris important. Pour en recueillir le b6nifice, il
6tait tentant pour les Pays-Bas d'affirmer l'unit6 du patri-
moine m6tropolitain et du patrimoine colonial. Ils ne
r6sisterent pas i la seduction et c'est ainsi que, de 1862 i
1871, la mdtropole retira de administration des Indes
cinquante millions de francs par ann6e. Jc Jusqu'a des
temps assez proches de nous, dit M. LEROY-BEAULIEU,
Java avait 6t6 pour la mere patrie une vache a lait don't
le gouvernement hollandais pressait soigneusement les
mamelles (3). )


(1) O. r p. 92.
(2) R. Ch., Annexes I.
(5) La colonisation chez les frie les mode'rns, p. 293.










P1:RSONN XLI II JIPRIDIQIUE DE' LA CI.N


Depuis 883, la r6volte d'Atjeh aidant, la situation
financiere s'est modified et le budget des Indes n6erlan-
daiscs a cl6ture en deficit.
On songea alors A formuler une regle s6parant les
finances de la m6tropole de celles de scs possessions
d'outre-mer. Sans faire une declaration de principle, la loi
du 29 juin I9o3 dfcida quo d6sormais les Indes neerlan-
daises n'auraient plus a contribuer a payer les depenses
de la m6tropole.
A-t-on, par cette loi, supprime toute solidarity entire les
deux territoires int6resses, de tell sort que, la colonic
ne parvenant plus a faire face a sos engagements, la me-
tropole n'aurait pas a r6pondre de ses emprunts ?
Apres avoir soutenu jadis la these de l'unit6 des patri-
moines, il 6tait difficile aux publicistes des Pays-Bas
d'affirmer actuellement, sans une declaration express de
la loi, la separation financiere absolute dcs deux pays.
Aussi, l'ancicnne theorie a-t-elle conserve des partisans.
D'autres auteurs se prononcent r6solument pour 1'exis-
tencc de deux personnel juridiques a patrimoines distinct
et ind6pendants (I).
La response a la question: ( Les Pays-Bas doivent-ils
intervenir si les Indes n6erlandaises ne peuvent plus fire
face A leurs emprunts ) reste done douteuse. D'aucuns
parent d'une obligation morale, A raison des 6normes
appoints d'argent que jadis les Indes ont fournis A la m6-
tropole.

9 Au lendemain de la reprise du Congo, la colonies nou-
vellement cri6e n'a pas trouv6 dans le patrimoine que la
Belgique venait de lui attribuer tout l'actif et tout le passif


(1) V. notamment KLEINTJES, HIt Slaatsrecht van NedeCrlandsch-Ildie,
II, pp. 170-171.










(IIAPITIRE PREMI ER


de l'ancien Etat Ind6pendant, augments respectivement
de 1'actifet du passif du Domaine de la Couronne (1).
L'actif avait t6i diminue, au profit de la m6tropole, de
tous les immeubles situ6s hors des limits territoriales de
la colonie.
Aucun texte de loi n'a 6tabli cette repartition, mais elle
resulte de declarations faites au course de 1'examen des
traits de reprise et du project de Charte colonial.
Pour les immeubles du Domaine de la Couronne, l'expos6
des motifs du project de loi approuvant l'acte additionnel
au trait de cession a 6nonc6 en terms express que ( les
biens de la foundation situes en Europe et 6num6r6s dans
les annexes sont attribu6s a la Belgique (2).
Des indications analogues faisant defaut relativement a
d'autres immeubles que le Gouvernement de 1'Etat Indi-
pendant poss6dait sur le territoire belge, M. DE LANTS-
I-IEERE signal, dans son rapport sur les projects de loi
approuvant les traits, qu'il r6gnait quelque incertitude au
sujet de la composition future des patrimoines de la Bel-
gique et du Congo. ( I serait desirable, ajouta-t-il, qu'une
declaration du Gouvernement vint faire cesser tout doute
A cet 6gard (3). )
Cet appel fut entendu et dans un discourse, prononc6 a


(1) Par un decret du 23 d6cembre 1901, le Souverain de I'Etat
Ind6pendant du Congo avait donned l'existence aune personnel morale
dCnommee Foudatioa ou Domaine de la Couronine, capable de posseder
et de s'engager, dotee par Lui et destined surtout a subvenir ia des
depenses d'utilit6 publique. Un d6cret du 5 mars 1908 disposa que la
foundation serait supprimee au jour ou la Belgique assumerait 1'exer-
cice du droit de souverainete sur les territoires du Congo et que ses
biens feraient retour au Fondateur pour etre transmis, a quelques
exceptions pres, a l'Etat, en mime temps que le passif du Domaine
de la Couronne.
(2) E. M. Acte Add., p. 3.
(3) R. Ch. Tr., p. 27.









1'ERSOXN XIALE .1URIDI)Q1E DET) LA (OIA)NIE


la Chambre des Repr6sentants le 3 juillet 90o8, M. REN-
KIN, Ministre de la justice, d6clara que, les biens de l'Etat
Ind6pendant du Congo 6tant donn6s come patrimoine a
la colonies, 1 reserve sera faite des immeubles situ6s en
Belgique qui rentreront dans le patrimoine de l'Etat
beige (1) ).
Ainsi, en fin de compete, sont entr6s dans le domaine de
la m6tropole tous les biens immobiliers appartenant en
Belgique soit i 1'Etat du Congo, soit a la Fondation de la
Couronne, et les immeubles acquis par la Fondation dans
le midi de la France et rec6d6s i 1'Etat par le Fondateur.
Par contre, la Belgique a repris la charge d'une parties
des engagements qui, contracts par le Domaine de la
Couronne, devaient normalement s'inscrire au tableau du
passif de la colonies.
En vertu de l'article 3 de l'acte additiolnel du
5 mars 19o8, a l'Etat beige prend a sa charge tout ce qui,
dans les sommes dues par la Fondation de la Couronne ou
dans les engagements pris par elle, int6resse sp6cialement
la Belgique conform6ment a l'annexe III joint a la pr6-
sente Convention a.
Et, aux terms de 1'article 4, ( l'Etat belge se substitute
a la Fondation de la Couronne dans tous ses droits et dans
toutes les obligations assumees par elle pour 1'achbvement
des travaux en course en Belgique et pour les entreprises
ayant fait l'objet d'un contract. Ces divers travaux sont
enumir6s dans 1'annexe V a.
It r6sulte du context de ces dispositions, dans lequel
on oppose la colonies l'Etat belge, que ces deux derniers
mots ont 6dt employs dans le but de designer la m6tro-
pole.

(1) Ann. Ch., p. 199. Dans le meme sens les declarations du
Ministre de l'interieur au Senat, Ann. Sen., p. 161.










CI[APITRE PREMIER


Io. Quclle doit ktre la consequence de la separation des
patrimoines pour les dettes contract6es par l'Etat Inde-
pendant du Congo avant son annexion a la Belgique? La
mctropole reste-t-elle tenue de cette charge, soit directe-
ment en quality de d6bitrice principle, soit indirectement
en quality de caution?
Cette question a donn6 lieu, au sein de la commission
sp6ciale de la Chambre des Representants et au sein de la
Chambre elle-meme, a de longs debats qui ne se sont pas
terminus par la reconnaissance des vrais principles juri-
diques.
Si, au seuil d'une 6re nouvelle, la Belgique pouvait
determiner en toute independence le sort des engagements
financiers futurs de sa colonie, pour le passe elle 6tait
liee par le contract conclu avec l'Etat don't elle avait repris
la succession. C'est a la Jumiere du trait de cession du
28 novembre 1907 que devait se regler l'attribution de la
charge de la dette ancicnne. Qu'ont voulu les hautes par-
ties contractantes qui ont appos6 leurs signatures au bas
de cet acte? C'est dans les stipulations qui ont fait l'objet
du concourse de leurs volont6s, et 1i seulement, qu'il faut
chercher la solution du problme.
Or, a l'article premier du trait nous lisons que ( Sa
Majeste le Roi Souverain declare c6der a la Belgique la
souverainet6 des territoires composant l'Etat Ind6pendant
du Congo avec tous les droits et obligations qui y sont
attaches; l'Etat belge cdelare accepter cette cession ). A
l'article 2 nous voyons que la cession ( coniprend tout
1'avoir immobilier et mobilier de l'Etat Ind6pendant ) et
a l'article 3 que ( d'autre part, la cession comprend tout le
passif et tous les engagements financiers ) du meme Etat.
D'apres ces textes, les objets d6terminds aux articles 2
et 3 font partie de la cession consentie a l'article premier
et, en terms formels, celle-ci est faite a la Belgique et










PIERSON'N LVI. JUR1IDIQEi DLE LA COLONIE


acceptee par elle. Ainsi, le cedant, le cessionnaire et
l'objet de la cession, tous ces ailments du contract, sont
determines d'une facon qui ne laisse place a aucune 6qui-
voque. Au mrme titre que la souverainet6 des territoires,
au meme titre que l'actif de l'Etat Ind6pendant, tout le
passif de celui-ci a &te transmis a 1'Etat belge qui devient
directement responsible de cet ensemble de dettes a
l'6gard des tiers.
C'est la condition a laquelle, depuis de longues ann6es,
la Belgique avait consent & subordonner son droit de
reprise.
Le 3 juillet 89go, elle concluait avec 1'Etat Ind6pendant
du Congo une convention aux terms de laquelle elle
s'engageait a avancer a cet Etat, a titre de pret, une
some de 25 millions payables a des chances s'6chelon-
nant sur une p6riode de dix ann6es. Or, aux terms de
1'article 2 de cette convention, ( six mois apres l'expira-
tion du pr6dit terme de dix ans, 1'Etat belge pourra, s'il le
juge bon, s'annexer l'Etat Ind6pendant du Congo avec
tous les biens, droits et avantages attaches a la souverai-
net6 de cet Etat... mais aussi i charge de reprendre les
obligations du dit Etat envers les tiers (1). ,
Cette clause etait loyalement applique dans le premier
trait& de cession du 9 janvier 1895 don't l'article 3 stipulait,
come l'article 3 du traits de 1907, que la cession com-
prendrait tout le passif et tous les engagements financiers
de l'Etat Ind6pendant (2).
Douze ans plus tard, lorsque les mandataires de l'Etat


(') La Convention a 6te approuv6e par la loi belge du 4 aoft 1890
et par le d6cret congolais du 8 aout 1890.
(2) Le project de loi d6pose a la Chambre des Repr6sentants, le
12 janvier 1895, en vue de 1'approbation de ce trait, fut, dans la suite,
retire par le Gouvernement.












beige et de 1'Etat Indipendant du Congo se pr6parent i
arrtter les terms du trait qui r6alisera enfin le transfer
privu depuis environ quatre lustres, nous voyons que leur
premier soin est de preciser quel sera le sort des dettes de
l'Etat a c6der. C'est par la reconnaissance de la transmis-
sion des charges A la Belgique que debute le rapport
adress6 le 15 novembre 1907 par les mandataires du Gou-
vernement beige au Ministre des affaires 6trangeres :
a D'apre's nos instructions, disent-ils, la convention doit
etre 6tablie a l'instar de celle de 1895, don't le texte et les
annexes seront mis en relation avec les situations actuelles.
( En execution de ce mandate, nous nous sommes mis en
rapport avec les mandataires de I'Etat Independant.
( Le project de convention que nous avons arret6 de
commun accord sp6cifie, surabondamment peut-6tre, les
obligations de 1'Etat Independant que la Belgique, azjour-
d'hui come en 1895, declare fire siennes inte'gralement (1). n
Le traits sign, c'est invariablement dans le sens de
ces memes declarations que le Gouvernement belge 1'in-
terprete de concert avec son cocontractant.
A une question pose le 17 mars 19o8 par M. VANDER-
VELDE, il r6pond que ( la dette de l'Etat Ind6pendant est
et restera distinct de la dette publique belge. Mais 1'Etat
beige, reprenant tout l'actif et tous les engagements
actuels de 1'Etat Ind6pendant, se trouve engage i assurer
le service de la dette ant6rieure a la reprise dans le cas
ou la colonie serait dans 1'impossibilit6 d'y faire face (2)) .
Inlassablement la mome r6ponse est reproduite tout au
long des discussions auxquelles l'article premier de la
Charte colonial donna lieu A la Chambre des Repr6sen-
tants et au S6nat. Les stipulations du trait ne sont,

(1) Doc. Ch., 1907-1908, no 28, p. 26.
(2) R. Ch. Tr., p. 143.


CIIAPITRE PREMIER










lEIESONNALITf: JIT LIDIQUIE, DE LA ( COLON II.


d'ailleurs, pas autrement comprises par l'Etat Ind6pendant
du Congo. A la stance de la Chambre du 19 aout 1908,
le chef du Cabinet beige en fait la declaration solen-
nelle :
(( M. SCHOLLAERT, Ministre de l'int6rieur. Messieurs,
je me lIve a nouveau pour insisted sur la necessity absolue
de prendre une attitude nette et conforme a nos engage-
ments. Lors de la premiere discussion, j'ai insist sur ce
point que l'interpretation donn6e par le gouvernement
beige A la disposition 6tait aussi l'interpr6tation qu'y avait
toujours donnde notre cocontractant. Ce point a det con-
test6 ; j'ai demanded ceux qui le contestaient d'(tablir le
bien-fond6 de leur argumentation. Ils se sont tus. Je puis
d6clarer connaitre de science personnelle l'interpr6tation
du cocontractant, et cette interpretation concorde absolu-
ment avec celle que nous avons d6velopp6e ici (1). )
Ainsi, en fin de compete, quels que soient les documents
que l'on examine, que l'on etudie le texte du trait de
reprise, ses retroactes, ses travaux pr6paratoires ou les
declarations autoris6es produites apres la signature de
l'accord, il apparait clairement A tout esprit non prevenu
que la Belgique a 6t6 charge directement du service des
dettes contract6es par l'ancien Etat Ind6pendant du
Congo.
En fait, d'apres les recommendations du Gouvernement
lui-meme, 1'Etat annex a 6tf transformed en une colonies
dou6e de personnalit6 distinct et ses dettes ont iet rat-
tach6es au patrimoine de ce nouvel etre juridique, l'Etat
belge se r6servant, dans la pens6e du Gouvernement,
d'intervenir en ordre subsidiaire. Des juristes s'en sont


(1) Ann. Ch., p. 764. V. aussi les pp. 378 et 766.
Dans le mrme sens, declarations faites par le Ministre de la justice
au S6nat (Ann. S6n., p. 154).












6mus (1) et, en droit pur, on ne peut m6connaitre que la
Belgique, debitrice principal, n'aurait pas eu le pouvoir
de renvoyer ses cr6anciers a une tierce personnel, se
bornant elle-mnme a intervenir faute d'actif r6alisable.
Mais la measure prise par la Belgique n'a pas 6t6, A pro-
prement parler, la substitution d'un cautionnement a une
obligation principal. En reality, en faisant passer les
dettes dans le patrimoine de la colonie, l'Etat beige n'a
arret6 qu'un r6glement de comptabilite interieure inconnu
des tiers et inoperant A leur regard. Il en r6sulte que si la
colonie cessait ses payments aux anciens cr6anciers de
l'Etat Independant, la m6tropole aurait a intervenir imme-
diatement sans avoir le droit d'invoquer le b6n6fice de
discussion. C'est dans ce sens qu'il faut entendre la
r6ponse faite a la question de M. VANDERVELDL.
En vue de d6montrer que la Belgique 6tait tenue des
dettes de l'ancien Etat du Congo, divers orateurs des
deux Chambres ont invoqu6 les principles g6neraux du
droit international tels que les exposent la doctrine et la
jurisprudence (2). Nous ne les suivrons pas sur ce terrain.
Bien que la plupart des auteurs soient d'avis que toute
annexion d'Etat entraine la reprise des charges affirentes
a.ux territoires annexes, bien que cette these ait l'appui des
decisions judiciaires et la consecration des traits, nous
estimons qu'il n'y avait pas A tenir compete de ces consi-
derations. Les principles g6neraux du droit n'ont a inter-
venir que pour supplier au silence des conventions, deter-
miner, en 1'absence de declarations suffisantes, quelle a

(i) V. notamment les observations de M. WVAUVWERMANS (Ann.
Ch., pp. 336-337).
(2) V. notamment les discours du Ministre de la justice et de
M. MONVILLE a la Chambre, de M. BRAUN au S&nat (Ann. Ch.,pp. 372-
373, 374. Ann. S6n., p. 156). MM. MECHELYNCK et BEERNAERT firent
des citations en sens contraire (Ann. Ch., pp. 339 et 377).


C('lIAP,TRE PREMIER









'I:RSOIN-NLA1''I .JURIDIQUE DE IA (LAONIE


pu etre la volont6 des parties contractantes. La question
de la transmission des dettes ayant et6 r6glee en terms
express par le trait du 28 novembre 1907, tout argument
tir6 de la doctrine generale ne pouvait plus avoir aucune
pertinence. C'est dans la convention meme qu'il fallait
chercher la loi des parties.

II. Tout en approuvant le trait de cession tel que le
Gouvernement le lui soumettait, la Chambre des Repre-
sentants, par une strange contradiction, voulut proclamer
qu'en droit la Belgique ne serait jamais tenue d'intervenir
pour le payment des dettes anterieures a la reprise. Se
rangeant a l'avis imis par sa commission sp6ciale (1), elle
ins6ra a 1'article premier de la Charte colonial le texte
suivant, auquel, au surplus, pouvaient souscrire hatons-
nous de le faire remarquer les adversaires come les
partisans de sa these :
(( L'actif et le passif de la Belgique et de la colonies
demeurent s6par6s.
(( En consequence, le service de la rente congolaise
demeure exclusivement a la charge de la colonies, a moins
qu'une loi n'en decide autrement.
Pour justifier 1'opinion de la Chambre, quatre argu-
ments ont et6 principalement d6veloppds. On a soutenu
que le traits n'avait pas le sens que lui attribuait le Gou-
vernement; qu'A supposed ce sens conforme a la volont6
des parties, encore il 6tait permis au Parlement de substi-
tuer son interpretation a celle des auteurs du traits; qu'au
surplus, il 6tait libre a la Belgique de laisser aux terri-
toires repris leur ancien patrimoine et que, ce patrimoine
recueillant seul tout l'actif de l'Etat Ind6pendant du Congo,
seul aussi il aurait a supporter la charge du passif ; enfin,

(') R. Ch., no 25.










CIIAPITRE PI'IMI IER


que le Souverain absolu de l'Etat Ind6pendant du Congo,
etant appeal come Roi des Belges i sanctionner les dis-
positions de la Charte colonial, sa signature impliquerait
le consentement du cocontractant de l'Etat belge a la
nouvelle interpretation arret6e par les pouvoirs souverains
de la Belgique.

12. Le premier de ces arguments ne manque pas
d'originalit6, et c'est assurement un spectacle peu lanal et
probablement unique dans l'histoire des Parlements que
celui d'une Chambre tenant ce language au negociateur et
au signataire d'un trait soumis A l'approbation du ligis-
lateur :
( Vous etes l'auteur du trait que vous soumettez a ma
ratification et vous l'avez longuement l6abore. Vous
determinez le sens que vous avez attribute a ses dis-
positions et votre cocontractant se declare absolument
d'accord avec vous au sujet de cette interpretation.
Cependant vous vous trompez l'un et l'autre. Bien
qu'etrangere a vos changes de vues, je pretends mieux
que vous connaitre la pens6e qui vous a guides et que vous
avez voulu exprimer.
L'etranget6 de pareille attitude n'a pas arrete les parti-
sans de la th&se de la separation absolue. Et analysant les
diverse dispositions du trait du 28 novembre 1907, ils
ont raisonne de la maniere suivante. Aux terms de
1'article premier, le Roi-Souverain de l'Etat Ind6pendant
declare, en terms expres, ceder i la Belgique la sou-
verainet6 des territoires composant le Congo avec tous les
droits et obligations qui y sont attaches et, egalement en
terms expres, l'Etat belge declare accepter cette cession.
Aux articles 2 et 3, oiu il est fait cession de 1'actif et du
passif de 1'Etat c6d6, il n'y a plus aucune designation du
cessionnaire, preuve 6vidente que les cocontractants ont










1I.U10()NNALIA'tI.1 Iuizm(IUl 1)I., I-k (oyof)I,


voulu r6server la possibility de la creation d'une personnel
distinct, recueillant directement et cet avoir et ces
charges.
Ces considerations ne r6sistent pas a un examen quelque
peu attentif de l'acte du 28 novembre I907 et de ses tra-
vaux preparatoires.
Nous l'avons djiA montri, 1'expos6 des motifs du trait
c'est-a-dire le rapport des mandataires du Gouverne-
ment belge don't les conclusions ont amen6 l'6change des
signatures declare que le project de convention, arrWt6
de comnmun accord, specifie les obligations de l'Etat Ind6-
pendant, acceptles integralcmcent tar la Belgique ('). Et le
texte meme du traits n'est pas moins formel. Si ses articles
2 et 3 ne r6petent pas le nom du cessionnaire qui
reprend l'actif et le passif, c'est que pareille mention 6tait
superflue, l'article Ier dlsignant express6ment le c6dant,
l'Etat Independant du Congo, et le cessionnaire, l'Etat
beige, et les cessions prevues par les articles 2 ct 3 6tant
d6clar6es comprises dans celle que d6crivait de facon aussi
positive l'article Ie'.
La volont6 des cocontractants s'6tait done manifested en
terms clairs. Mais y eut-il eu un manque de precision
dans 1'acte destine a la constater, qu'encore il appartenait
de l'interpr6ter aux signataires de l'accord, et non pas au
pouvoir tiers appeal uniquement a confirmer cet accord ou
Sle rejeter.
En vertu de l'article 68 de la Constitution beige, le Roi
fait les traits et le role du Parlement se borne a leur
donner son assentiment. Or, en droit, l'autorit6 appel6e a
ratifier une convention est impuissante A la modifier, soit
en ajoutant ou en retranchant un texte, soit, ce qui revient
au mnme, en formulant une interpretation distinct de

(1) V. ci-dessus, p. 30.










CIIAPITRE PREMIER


cell des cocontractants. Si des stipulations lui paraissent
inadmissibles, si une interpretation lui parait unacceptable,
elle peut demander de nouvelles n6gociations, mais son
droit s'arrete au refus d'approbation; elle ne dispose que
d'un pouvoir d'ent6rinement.
Ces principles g6neraux trouvent leur application en
matiere de traits internationaux. ( II n'est pas besoin de
dire, enseigne PRADIER-FODERI, que la ratification doit
itre donn6e pleine et entire, qu'elle doit porter sur
1'ensemble de l'acte auquel elle s'applique, ne contenir
aucune reserve, ne modifier en rien le libell6 ou le sens des
articles arrkt6s par les negociateurs, n'introduire aucune
condition, aucun sous-entendu, n'l6iminer ou n'ajouter
aucune stipulation (1). Ces regles qui visent la ratifi-
cation du pouvoir ex6cutif, s'appliquent 6galement a
l'approbation des Chambres l6gislatives.

13. Les considerations qui precedent font justice
dfortiori de cette deuxieme th&se soutenue au sein du
Parlement : ( I1 appartient aux Chambres d'l6aguer du
trait les clauses qui ne peuvent rallier leur assentiment. n
Nous la trouvons formulae dans un discours de M. JAN-
SON :
( Qu'est-ce qu'un trait? C'est une convention. Or, lors-
qu'une convention est faite, on peut toujours d6roger a cer-
tains principles. Admettons meme la these que j'ai l'hon-
neur de combattre. Supposons que l'Etat du Congo nous
dise: Vous payerez toute ma dette, elle deviendra la v6tre.
c Nous avons le droit de dire que nous n'acceptons pas
cette pr6tention, que nous n'admettons pas cette clause.
L'annexion du Congo nous cofte trop cher. Nous
renongons done a l'annexer. Il y a une convention a

(1) Traiti de droit international public, II, n 11o4.










P'ER'SOI\NN riTE JURID)IQUE 1DE LA COLONIES


conclure, mais nous pouvons tres bien dire a ce point de
vue : le trait ne peut etre impliqu6 pour la Belgiquc avec
1'obligation de considered que toute la dette du Congo est
la notre (1).
Non, la Chambre n'avait pas le droit de tenir ce
language. Le concours des volontes des hautes parties
contractantes s'etait former sur le trait soumis i ses
d6lib6rations. Si des stipulations de ce traits lui parais-
saient inadmissibles, la Chambre pouvait soit le rejeter,
soit demander un acte additionnel. Mais la convention
etait indivisible; l'approuver, c'6tait l'admettre dans son
integrity avec le sens attache par ses signataires i
l'ensemble et a chacune de ses dispositions.
Certains membres du Parlement ont insist. Ils ont pr&-
tendu que le vote sur le trait de reprise se pr6sentait dans
des conditions speciales, qu'une solidarity etant 6tablie
entire le traits et le project de Charte colonial, toute dispo-
sition introduite dans ce project pouvait avoir pour resultat
de modifier le sens du trait&. C'est ce que M. BEERNAERT
exprimait lorsqu'il disait : ( La loi est la condition
du trait come le trait est la condition de la loi... Nous
avons soigneusement stipule que les deux choses devaient
marcher du meme pas, qu'il fallait les voter en meme
temps, que l'une etait le complement de l'autre et que,
bien qu'il y eit deux instruments, il n'y a qu'une seule
convention formant un seul et meme ensemble (2). ) Do
son cot6, M. DUPONT a expos au S6nat que la Chambre
n'avait pas pu avoir deux avis different, 'un emis au
moment du vote du trait, l'autre se manifestant au
moment du vote de la loi colonial (:).


(1) Ann. Ch., p. 377.
(2) Ann. Ch., p. 377.
(3j Ann. S6n., p. 163.









CIIAPITRE PREMIER


Toute la question est de savoir si la Chambre pouvait
avoir un avis a elle, une interpretation propre, au moment
de l'approbation du trait. Or, nous l'avons montr6, ce
droit n'appartient jamais au pouvoir qui ratifie. M. BEER-
NAERT a eu beau soutenir qu'il avait 6t6 admis que le trait&
et le project de Charte r6agiraient 1'un sur l'autre : les par-
ties contractantes n'ont jamais marqu6 leur accord au
sujet del'adoption d'une rigle aussi 6trangere aux sciences
juridiques. Bien au contraire, le Gouvernement belge
s'est toujours prevalu des principles g6n6raux du droit
international pour refuser toute modification au traits. On
peut citer A cet 6gard la discussion au sujet de la neces-
site du contreseing minist6riel pourl'affectation des annui-
t6s a pr6lever sur le fonds special de 5o millions (') et le
debat relatif i la proposition de soumettre A une consul-
tation des Chambres les travaux a ex6cuter conform6ment
a l'article 4 de la convention additionnelle (2).
Le seul accord qu'il y ait eu entire le Gouvernement et
le Parlement belge, a port sur la simultan6it6 des deux
discussions, destine A permettre, non la modification du
traits, mais son rejet si le project de Charte ne consacrait
pas un regime de gouvernement jug6 satisfaisant.
La grande erreur de la majority des membres de la
Chambre a 6te de confondre le lraite avec le project de loi
affrozlvant le trait. Celui-ci 6tait en discussion en m6me
temps que le project de Charte colonial, mais les disposi-
tions memes du trait 6taient d6finitivement fixes depuis
le 28 novembre 1907, jour de la signature de cet acte. A
cette date tous ses terms avaient 6et arretis, le sens de
ses stipulations avait &t6 determine par les hautes parties
contractantes. Comme le dit OPI'ENHEIM, le trait existe

('i Ann. Ch., pp. 568 et sv.
() Ann. Ch., pp. 739 et sv.










P1 RSC)ONY. LITE JLIRIDIQUE IDE LA (OLONIE


des le jour oft ses dispositions sont fixees par le concours
des volontes des mandataires des deux Etats. a C'est pour
cette raison qu'un trait ne peut pas etre ratifi6 pour par-
tie, qu'il est impossible de le modifier par l'acte de ratifi-
cation, qu'un traits peut etre ratifi6 tacitement par l'exe-
cution de ses dispositions, qu'un trait est toujours dat6
du jour oul il fut effectivement sign par les mandataires
et non du jour de sa ratification, qu'il n'y a pas de diff6-
rence essentielle entire les traits qui requierent et ceux
qui ne requierent pas ratification (1) .
Immuablement fixed avant l'ouverture des d6bats, le
trait de cession de 1'Etat Ind6pendant du Congo ne pou-
vait etre modifi6, ni dans son texte, ni dans son interpre-
tation, par les dispositions de la Charte colonial.


14. Des membres de la Chambre ont d6velopp6 un troi-
sieme argument. A supposed, ont-ils dit, que le trait ait
le sens que lui attribue le Gouvernement, a supposed que
le trait ainsi interpr6t6 ne soit pas susceptible de modi-
fication, encore appartient-il a la loi de d6gager la m6tro-
pole de toute responsabilit6 du chef des dettes ant6rieures
a 1'annexion. La loi peut laisser a la colonies qui replace


(1) Internafional La',, 190o, pp. 559-560, 553. V. dans le m6me
sens les discours de MM. RENKIN, Ministre de lajustice, (Ann. Ch.,
p. 359) et SCHOLL AERrT, Ministre de linterieur (Ann. Sen., p. 160).
Est-ce a, dire que, apres 1'approbation, le trait devient r6troacti-
vement ..1. i., .- a dater du jour on il a 6t6 signed? Lvidemment
non et il faut eviter de confondre, come 'a fait M. NVWOSTE (Ann.
Ch., p. 372), existence du trait avec sa mise en vigueur. On peut,
sous ce rapport, compare le traits A la loi. Celle-ci existed des le jour
on elle a requ la sanction royale et d6s ce jour ses dispositions sont
definitivement fixees. I1 n'en result pas que la loi doive recevoir une
execution immediate.et il arrivera que ses prescriptions, dans 1'entre
temps intangibles, ne soient mises A execution que de longs mois
apres la sanction.










'IIAPITRE PREMIER


1'ancien Etat le patrimoine appartenant i celui-ci et y
maintenir tout son actif. Mais si la Belgique ne reprend
pas l'actif de l'Etat Ind6pendant du Congo, logiquement
elle n'a pas a se charger de son passif.
Je comprendrais tr6s bien, a dit M. \VOESTE, que si
la Belgique s'6tait annex& l'actif du Congo, elle devrait
dans ce cas egalement s'annexer le passif; les porteurs de
la rente congolaise auraient, par cela meme, un droit
contre la Belgique. Mais du moment ofi l'on consider la
colonies du Congo come constituent une personnalit6
distinct, a ce point que tout l'actif existant, comme tout
le passif, reste la propriit6 de cette personnalit6 distinct,
il est impossible d'admettre qu'en droit l'Etat belge puisse
etre tenu de payer quoi que ce soit a raison des rentes
congolaises existant actuellement (1) 1.
Le raisonnement est fonde sur une iquivoque. Mi.WOESTE
est parti de cette id6e que jamais 1'Etat belge n'a recueilli
le patrimoine de 1'Etat Independant du Congo, ni ses
biens, ni ses obligations, ni ses cr6ances, ni ses dettes.
Mais il n'en est pas ainsi et le long expose qui precede
a montre qu'en vertu des stipulations expresses du trait
de reprise la Belgique a fait sienne l'universalit6 de biens
qui constituait le patrimoine de l'Etat annexed.
Sans doute, apres coup, lorsque les conditions de la
reprise eurent 6t6 arret6es avec le cocontractant, l'Etat
belge trouva pratique d'6tablir une separation entire son
ancien patrimoine et le patrimoine qui constituait l'acces-
soire de sa nouvelle souverainet6. Mais il faisait la une
operation post6rieure i la fusion des patrimoines, poste-
rieure a un accord qui avait fix6 des droits irr6vocables
pour le cocontractant et pour les tiers interesses. Sa d6ci-
sion pouvait etre oppose A de nouveaux cr6anciers, aver-


(1) Ann. Ch., p. 339.










1ERSONNALFIf' JUIlI1DIQUE 1DE IA (COLOTNIE


tis des conditions auxquelles ils allaient contractor. Elle
ne pouvait l'etre aux creanciers anciens don't le titre,
ant6rieur a la separation, se trouvait dans le traits mime
qui a realish la cession.
Ainsi que l'a justement 'ait remarquer M. DE LANTs-
EIEERE, a quoi qu'on dise, on n'dchappera pas a cette
conclusion : la Belgique s'est internationalement engage
a reprondre la dette existante de l'Etat du Congo, et c'est
parce que l'on confond la situation de la Belgique, au
point de vue international, avec la situation de la Bel-
gique, au point de vue de son propre droit public, que des
routes ont pu naitre... II depend assurement de la Bel-
gique d'adopter, pour l'administration int6rieure de la
colonie, telle ou tell disposition qui lui convient. Seule-
ment, ces regles que la Belgique arrete pour la r6parti-
tion de l'actif et du passif de la colonie, ne concernent
qu'elle-meme et ne peuvent deroger aux stipulations inter-
nationales, surtout quand elles interessent des tiers (1).
De quel droit la Belgique d6bitrice dirait-elle aux cr6an-
ciers qu'elle s'est librement donns : 1 Je consens a me
liberer envers vous, mais seulement i concurrence de tell
some determine que je place dans le patrimoine d'une
tierce personnel en vue des payments a fire? n Les arran-
gements d'ordre financier que la Belgique prend avec sa
colonies sont pour ces creanciers une res inter alios acta
qui ne peut leur porter aucun prejudice.
Comme M. BRAUN l'a expose au S6nat, ,( il imported
mediocrement aux porteurs de rente congolaise qu'en
comptabiliti, la Belgique ouvre i sa colonies un credit
distinct et qu'elle 1'erige en personnel civil en d6cretant
son autonomie financiere; cette d6l6gation d'un autre
d6biteur, par le ddbiteur principal, n'op&re pas novation

(1) Ann. Ch., pp. 763-764.










(IIAPITRE PREMIER


si le cr6ancier n'a express6ment d6clari qu'il entendait
dfcharger son d6biteur qui a fait la d6l6gation. Ainsi le
veut l'article 1275 du Code civil, sans distinguer si le
d6biteur est une personnel physique ou une personnel
morale, un Etat ou un particulier s (').
On object que les cr6anciers de l'ancien Etat n'ont
aucun sujet de plainte, qu'ils ont conserve leur ancient
gage si meme celui-ci n'est pas devenu plus important
par l'adjonction au domaine congolais des biens de 1'an-
cienne Fondation de la Couronne.
Consideration inoperante, car, ainsi que l'a 6galement
fait observer M BRAUN, il n'appartient i personnel d'im-
poser a un cr6ancier un d6biteur autre que celui avec
lequel il a contract, offrit-il des suretis 6gales ou meme
superieures (2).
Mais encore l'objection part-elle d'un faux point de vue.
Le patrimoine de l'ancien Etat Independant du Congo ne
constituait plus seul, apres la reprise, le gage des cr6an-
ciers ; tout l'immense patrimoine de l'Etat beige 6tait
devenu la garantie du remboursement de leurs cr6ances,
et cela par le seul fait de l'acceptation des dettes congo-
laises par la Belgique. Supprimer apres coup ce deuxieme
gage, c'6tait enlever aux creanciers, au mepris de tout
droit, des sfiret6s que le trait leur avait fait d6finitive-
ment acqu6rir. Non seulement leurs garanties 6taient
reduites, mais elles etaient diminu6es de la plus impor-
tante d'entre elles.

(') Ann. S6n., p. z55.
2) Ann. S6n., p. 156. On ne peut conclude de cette observation
que le tranfert des dettes congolaises a la Belgique aurait df se fair
avec le consentement des creanciers. Ceux-ci, en effect, ont 6t6 aver-
tis par la convention du 3 juillet 1890 que 1'Etat Ind6pendant du
Congo se r6servait le droit de se substituer 1'Etat beige et cette
convention a ete r6gulierement publi6e au Bulletin C' de i890,
pp. 124 et sv.










P1ERSONNALA11l' .JIUII)IQiL 1)1: LA (COLONII


Est-il exact de dire, comme on l'a fait, que la Belgique
peut en agir a sa guise, que, n'ayant pas conclu d'accord
avec les cr6anciers de l'Etat Ind6pendant du Congo, elle
est libre de leur refuser la garantie de son tr6sor metro-
politain ?
Evidemment non, car, en reality, la Belgique a pris de
formels engagements a l'6gard des creanciers de l'Etat
Ind6pendant. Par la convention conclue avec celui-ci le
3 juillet 1890, la Belgique s'est impose, en cas d'annexion,
de ( reprendre les obligations du dit Etat envers les
S tiers >. Cet accord international fut approuv6 par une loi
belge du 4 aout 18io et un d6cret congolais du 8 aout de
la meme ann6e, et les tiers en furent informs par la
publication des actes au Moniteur bclge et au Bulletin ofq-
ciel de l'Etat IndefendLant du Congo (1). Ainsi, tous ceux
qui contracterent ensuite avec 1'Etat Independant le firent
en tenant compete et en b6n6ficiant des stipulations du
trait : ils acquirent tous un droit conditionnel a etre
rembours6s de leurs avances par l'Etat belge. La condi-
tion se r6alisant, l'6ventualit6 de la reprise du Congo par
la Belgique devenant un fait concrete, aucune consideration
ne pouvait plus dispenser l'Etat belge de l'execution d'en-
gagements arrives a leur 6cheance (2).


I') 3foniteur b'lge du 7 aout S190.- Bulletin de l'EtatIndefendant
du Colngo, 1890, p. 124.
;, On peut se demander si la loi belge du io aofit 1901 n'a pas
mis fin A 1'engagement contract par la Belgique.
Par 1'accord du 3 juillet 189o, 1'Etat belge s'etait engage : verser
A titre de prEt a 1'Etat Independant du Congo 25 millions a payer a
des chances determinees comprises dans un delai de dix annees.
D'apres 1'article 2 de cet accord, < six mois apres l'expiration du pre-
dit terme de dix ans, 1'Etat belge pourra, s'il le juge bon, s'a nnxer
l'Elat Iuideiencdat d Congo avec tons les biens, droils et avanlages attaches c
la soeleraineti de cel Etat, tels qu'ils ont ete reconnus et fix6s, notam-
ment par 1'Acte general de Berlin du 26 fevrier i885 et par l'Acte











CIIAPITRE PREMIER


Qu'importe aux nouveaux cr6anciers de la Belgique si
apres 1'annexion cet Etat s'est d6pouille de l'actif qu'il
venait d'acqu6rir, pour 1'attribuer a une personnel dis-
tincte. Ils ne 1'ont pas demand et ils n'y ont pas consent;
cette operation leur est totalement 6trangere, et les biens
de la Belgique n'en restent pas moins leur gage apres
come avant la separation des patrimoines. Comme 1'a
fait remarquer le Ministre de la justice, ( si la Belgique
est tenue, ce. n'est pas a raison de l'existence d'un actif,
mais a raison de la convention par laquelle elle a repris
la souverainet6 avec les droits et obligations qui y sont



general de Bruxelles et la declaration du 2 juillet i89o; mais aussi a
charge de rreftredre les d .- du dit Elal e'nvers les liers, le Roi-Sou-
verain refusant expressement toute indemnity du chef des sacrifices
personnel qu'il s'est imposes ,.
En 1901, a l'expiration du terme prevu, la Belgique n'a pas fait
usage de son droit d'annexion. Mais, du consentement du Souverain
de 1'Etat Independani, une loi beige du o1 aott I90o a maintenu,
pour un temps illimite, le droit d'annexion de la Belgique. L'article
unique de cette loi est ainsi conau :
( Voulant conserver la faculty, qu'elle tient du Roi-Souverain,
d'annexer 1'Etat Independant du Congo,la Belgique renonce, quant
a present, au remboursement des sommes pretees au dit Etat en
execution de la Convention du 3 juillet I89o, approuvee par la loi du
4 aout suivant et en vertu de la loi du 29 juin 1895, ainsi qu'd la
debition des interets sur les memes sommes.
( Les obligations financiers contracts par 1'Etat Ind6pendant
A raison des actes pr6cit6s no reprendraient leur course que dans le
cas on a partir du moment ou la Belgique renoncerait a la faculty
d'annexion susvisee. )
Le vote de cette loi a, sans aucun doute, mis fin a la Convention
de 189o. C'est bien l'effet que les deux Chambres qui composent le
Parlement belge y ont attache.
Cela est si vrai que la commission de la deuxieme Chambre, au
moment de 1'examen de la loi projetee, posait au Gouvernement la
question suivante :
( Le Gouvernement beige pourrait-il faire connaltre A la section
central pour quels motifs 1'Etat Independant du Congo n'a pas con-











PERSONNAJITP JUIRIDIQUE 1)E ILA COI0\WF


attaches. Qu'elle conserve ou ne conserve pas 1'actif, cela
ne modified pas ses obligations 5 (1).
Au surplus, est-il vrai que la Belgique ait abandonn6 le
patrimoine de la colonies? Assurement non, elle n'a fait
qu'arreter un reglement de comptabilit6 int6rieure, former
de ses biens deux categories soumises i des measures d'ad-
ministration distinctes; mais des uns comme des autres
elle est restee la souveraine dispensatrice. M. BRAUN
l'a clairement expos au Senat :
( La Belgique, a-t-il dit, se borne a constituer une
colonies, une filiale, a laquelle elle concede la jouissance

senti a proroger la Convention de 1890 ou a signer une convention
nouvelle? n, (Doc. Ch., 1900oo-1901, Raffort BEGEREM, Annexe I,
p. 472).
D'autre part, au course de la discussion du S6nat, M. de Smet de
Naeyer, chef du Gouvernement beige, a affirm a deux reprises et
sans rencontrer de contradiction que o le project soumis au S6nat une
fois vot6, la Convention de 1910 aura v6cu ). (Ann. S6n., 1900-1901,
pp. 567 et 581).
I1 n'en est pas moins certain que la loi de 1901 se r6fere a certaines
dispositions de la Convention de 1890 et que celles-ci sont, d6s lors,
d'application avec leur sens originaire.
Le passage suivant du rapport de M. BEGEREMI le montre a con-
h,'ario :
< On a objected : le project de loi ne renouvelle pas la Convention
de 1890 et, sans compensation, on enleve les garanties de cette
Convention a la Belgique.
Dans sa generalite, cette affirmation est inexacte.....
Sans doute, quant au contr6le sur sa gestion, et a la faculty de
contractor des emprunts, 1'Etat Ind6pendant reprend sa liberty.
(Doc. Ch., 1900-1901, Rapport BEGEREM, p. 470).
Donc, pour les autres droits de la Belgique que la loi de 1901
confirm, et notamment pour le droit d'annexion, la loi s'en est r6f&-
r6e aux conditions et modalites de la Convention de 1890. De tell
sorte que nous pouvons conclure que l'annexion du Congo A la Bel-
gique a entraind la transmission, conformement aux terms de cette
convention, de a tous les droits attaches A la souverainet6 de 1'Etat
Ind6pendant et de toutes les obligations qui lui incombaient.
(1) Discours de M. RENKIN, Ann. S&n., p. 154.












de ses provinces 6quatoriales sous certaines charges et
conditions ; mais la proprii6t, avec ses principaux attri-
buts, avec le droit d'ali6ner, d'emprunter, d'hypoth6quer,
d'accorder des concessions, cette propriety elle se la
reserve, malgr6 l'autonomie financiere, malgri la person-
nalite distinct de sa colonie, si bien que si elle la realisait
un jour, suivant l'observation de l'honorable M. Mon-
ville i la Chambre, nul autre qu'elle n'en toucherait le
prix ('). ,

15. Un quatrieme argument a 6et divelopp6 au S6nat
par M. DUPONT, vice-president de cette assemblee. A
l'entendre, la controversy n'aurait plus et6 possible dujour
oul le Roi des Belges aurait sign et promulgu6 la Charte
colonial avec les amendments apport6s par la 16gislature
A 1'article premier de cette loi. En effet, cette signature
et cette promulgation devaient n6cessairement marquer
1'acceptation, par l'Etat Ind6pendant du Congo, des regles
arr&ties par le Parlement belge, car on ne pouvait
concevoir une seule et meme personnel souscrivant a une
solution comme chef de l'Etat belge et, d'autre part, la
repudiant comme Souverain de l'Etat congolais (2).
Cette conclusion serait aujourd'hui exacte, si la sanction
donn6e i la Charte colonial avait eu pour consequence
l'acquiescement du Roi LEOPOLD II a la th6se defendue au
sein de la Chambre des Repr6sentants. Mais il n'en a pas
6t6 ainsi.
Le Gouvernement a eu soin de le faire remarquer au
Sinat, la disposition vote par la Chambre que ( le service
de la rente congolaise demeure exclusivement a la charge
de la colonie, c moins qu'une loi n'en decide autrement


(') Ann. San., p. 156.
(') Ann. Sen., pp. 163-164.


CIAP1ITRIE PREMIER










PER'SONNALIT5. JUID iIQIZ D lE LA COLONIES


pouvait recevoir les suffrages de ceux qui affirmaient la
responsabilit6 financiere de la Belgiquea l'egard des dettes
congolaises anterieures a l'annexion, comm e de ceux qui
d6fendaient la thcorie de la separation radical et absolue
des patrimoines. Les premiers, en effet, 6taient tenus,
come les derniers, i l'observation de cette rigle de
article II5 de la Constitution que ( toutes les recettes et
depenses de 1'Etat doivent etre portees au budget n,
c'est-a-dire, autoris6es parla loi buzdgitaire. Ils savaient que
sans une loi la Belgique ne peut ouvrir a personnel aucun
credit, meme lorsqu'il s'agit d'effectuer une ddpense obliga-
toire, telles les depenses imposes par contract, telle encore
la defense des credits destines it la liste civil du Roi.
C'est en se placant a ce point de vue que le Gouverne-
ment demand au Senat 1'adoption du dernier alinea de
1'article premier. Ecartant les considerations doctrinales
d6velopp6es dans 1'autre Chambre et qui trouvaient au
sein de la Haute Assembl6e de nombreux adversaires, il
convia tous ceux qui voulaient le respect de l'article 115
de la Constitution a voter un texte qui ne pr6jugeait pas
pour l'avenir ('). Sanctionn6 ensuite avec la port6e qui
risulte objectivernent de ses terms, l'article premier de
la Charte colonial n'a pas recu du Souverain de l'Etat
Ind6pendant du Congo d'autre assentiment que celui que
lui avait donn6 le Gouvernement du Roi des Belges (2).

(1) V. les discourse de MM. RENKIN et SCIIOLLAERT (Ann. Sen.,
pp. 154 et 160-161).
(2) Nous terminons ici 1'examen, forcement long, des arguments
developpes, au sein du Parlement, centre les principles defendus par
les auteurs du trait de cession. A ces raisons d'opposition sont
venues s'ajouter des considerations secondaires, parfois fantaisistes,
plus souvent sans pertinence, qui ne relevent plus de 1'etude scienti-
fique do la question. Ainsi, l'on a invoque 1'exemple de la France
r6pudiant, apres la separation des patrimoines, les dettes qu'elle
avait anterieurement contractees en faveur de 1'Algerie : une lecture









CHAPITRE PREMIER


16. La question de la responsabilit6 de la Belgique a
l'6gard des dettes anciennes, examinee et discutee en
theorie, n'a done pas recu jusqu'A present de solution con-
crete et positive. Elle ne pourra en recevoir que le jour
viendra-t-il jamais? oui la colonies 6tant incapable de
fire face aux engagements de l'Etat Ind6pendant du
Congo, les cr6anciers de celui-ci invoqueront le trait de
cession pour r6clamer l'interventionde la mdtropole belge.
II appartiendra alors a la legislature de reconnaitre 1'obli-
gation de la Belgique en mettant A la disposition du Gou-
vernement les credits necessaires au payment de la dette
ou des interdts de la dette. Au besoin les cr6anciers
demanderont aux tribunaux unjugement de condemnation
bas6 sur 1'accord international r6gulierement approuve par
la loi (1)
Sans doute, en refusant les credits, le Parlement pour-
rait se soustraire A l'ex6cution de l'engagement souscrit
et, les jugements n'6tant pas susceptibles d'execution for-
c6e a l'6gard de l'Etat, rendre vaine la condemnation pro-

moins hative de la loi frangaise du 19 ddcembre 1900 a about a des
constatations absolument contraires. (V. le discours de M. SCIIOL-
LAERT, Ann. S6n.. pp. 159-160). Ainsi, d'autre part, on a, a maintes
reprises, fait valoir cette singulibre objection qui a eu finalement
les honneurs du rapport de M. le S6nateur CLAEYS-BoilAIART
(V. no ioo): ( Comment rendre la Belgique responsible pour des
engagements passes auxquels elle n'a pas particip6, alors qu'elle
sera juridiquement degagee de toute responsabilit6 a 1'6gard des
dettes futures de la colonies, resultant de d6penses votes par la
legislature beige? ) Est-il n6cessaire de repondre que le cession-
naire d'une dette la fait sienne par son acceptation bien qu'il n'ait
pas participe A sa creation, et que, d'un autre c6te, quiconque
contract pour l'avenir, peut restreindre ses obligations dans telles
proportions qu'il stipule avant de s'engager? En droit, les deux
series de dettes n'6taient 6videmment pas comparable.
(1) Dans ce sens les discours de M. SCHOLLAERT a la Chambre et au
S6nat (Ann. Ch., p. 765, Ann. S6n., p. 161) etde M. BRAUN au S6nat
(Ann. Sen., p. 157).









PERSONNALI'I JURiIDIQUE DE LA COLOMIE


nonc6e par justice. Mais nous sommes convaincu que la
representation national ne donnera jamais au pays
1'exemple de l'autorit6 la plus haute, la 16gislature, m6con-
naissant une decision judiciaire.
La Belgique ne faillira pas a sa signature. Apres quel-
quesann6es, les discussions de 9go8 b6n6ficierontdu recul
de l'histoire. D6gag6es des obscurit6s que les calculs poli-
tiques et d'autres considerations de circonstances y ont
passagerement introduites, les donnees du problem appa-
raitront objectivement et la solution ne sera plus douteuse
pour aucun esprit impartial.

17. Au course de l'examen du trait de reprise et du pro-
jet de Charte colonial, le Gouvernement a d6clari, a
maintes reprises et d'une facon tres cat6gorique, que le
jour oil la m6tropole serait amen6e a intervenir en faveur
de la colonie, ce ne pourrait etre que par voie d'avances
remboursables ou de garanties donn6es A des emprunts
coloniaux (1).
Ces declarations ne peuvent etre consid6r6es que
comme des provisions; elles ne sont pas interpr6tatives
de l'article premier de la Charte colonial et ne peuvent
lier le lgislateur future. Celui-ci, comme les auteurs de la
Charte, agira dans la plenitude d'une souverainete qui ne
peut recevoir de restrictions que de la Constitution.
Ainsi, par example, s'il le juge opportun, il attribuera a
la possession colonial des subsides avec dispense de tout
remboursement.

18. L'Etat Ind6pendant du Congo avait, par deux fois,
requ de la Belgique des prets d'argent, l'un en execution

(1) Discours du Ministre de lajustice (Ann. Ch., S. O., pp. 1786,
1845, Ann. S6n., S. E., p. 154); du Ministre de l'int6rieur (Ann. Sen.,
S. E., pp. 160-161).










CHAPITRE PREMIER


de la Convention du 3 juillet 1890, l'autre en vertu de la
loi du 9 juin 1895.
Ces anciennes dettes ont sugg.r6 a M. le Repr6sentant
WAUWERMANS les observations suivantes :
<( I1 est tne s6rie de dettes qu'A l'heure actuelle le
Congo a vis-a-vis de la Belgique, il lui doit actuellement
une some de 31.847,376 fr. 12 c., a raison d'avances. Si
la colonie poss&de une personnalit6 absolument distinct,
si les dettes ant6rieures restent 6trangeres A la Belgique,
en vertu de quel principle disparaitra cette dette que le
Congo a vis-a-vis de la Belgique A l'heure actuelle? Elle
ne s'6teindra pas par confusion et le Congo restera d6bi-
teur vis-a-vis de la Belgique de cette some de 31 mil-
lions...
(< Les 31 millions ne devaient pas ftre rembours6s pour
le cas oAi la Belgique reprendrait le Congo et cela 6tait
absolument logique si l'on n'admettait pas la these de la
personnalit6 distinct, mais celle de la confusion des patri-
moines. Nous reprenions actif et passif, nous devenions
en meme temps cr6anciers et d6biteurs, la dette s'6teignait
par confusion.
< Mais du moment que l'on parole de la personnalit6
distinct, alors la confusion ne peut plus s'operer.
(( Dans ce systeme la colonie juridiquement conserve
sa dette (1). ,
De prime abord, les terms du traits de reprise ne per-
mettent pas d'accueillir la th6se de M. WAUWERMANS. On
l'a vu, le traits a fait passer dans le patrimoine de l'Etat
belge l'actif et'le passif de l'Etat Ind6pendant du Congo
et ce n'est qu'ensuite, c'est-a-dire lorsque les dettes pou-
vant exister entire les deux Etats se furent 6teintes par
confusion, que la colonie nouvellement cr66e a 6t6 dot6e


(1) Ann. Ch., p. 337.










PERSONNALITE JURIDIQUE DE LA COLONIES


d'un patrimoine repris presque int6gralement a la souve-
rainet6 disparue.
Mais mame dans l'hypoth&se ou se sont erron6ment pla-
c6s ceux qui ont pr6tendu que jamais le patrimoine de
l'Etat du Congo ne s'etait fondu dans le patrimoine de la
Belgique, les conclusions exposes ci-dessus ne se justi-
fient pas. Le probleme est, en effet, ind6pendant de la
question de la confusion des patrimoines.
Depuis plusieurs ann6es, les dispositions de la conven-
tion-loi du o1 aofut 1901, intervene en cesjours d'6ch6ance
ou la Belgique pouvait r6clamer de l'Etat Independant
la restitution des sommes pr6t6es, ont r6gl le sort des
deux dettes. L'article unique de cet acte est r6dig6 comme
suit :
a Voulant conserver la faculty, qu'elle tient du Roi-Sou-
verain, d'annexer l'Etat Ind6pendant du Congo, la Bel-
gique renonce, quant a present, au remboursement des
sommes pr6t6es au dit Etat en execution de la Convention
du 3 juillet 189o, approuv6e par la loi du 4 aofit suivant
et en vertu de la loi du 9 juin 1895, ainsi qu'a la d6bition
des int6rfts sur les m&mes sommes.
( Les obligations financieres contract6es par 1'ttat
Ind6pendant a raison des actes precit6s ne refren-
draient leur course que dans le cas et a partir du moment
oii la Belgique renoncerait a la faculty d'annexion sus-
visee. )>
Ainsi, par une decision spontan6e de 1'Etat belge, le
droit au remboursement des sommes pr6t6es a pris fin
en Igol. Seule la r6alisation d'une condition suspensive
pouvait lui rendre l'existence, A savoir la renonciation de
la Belgique au droit d'annexer le Congo. Non seulement
cette condition n'a pas 6t6 ex6cut6e, mais l'annexion du
Congo est aujourd'hui un fait accompli. La condition ne
s'est pas r6alis6e et elle n'est plus susceptible de l'etre :










CHAPITRE PREMIER


d6s lors, le droit au remboursement reste 6teint et il l'est
d6finitivement (1).

19. La second des deux regles principles 6tablies par
l'article premier soumet la colonie a une legislation sp&-
ciale, distinct de celle de la m6tropole.
Il est A peine besoin de faire remarquet que les lois d'un
Etat arrive a la civilisation la plus avanc6e ne peuvent
gu6re convenir pour des territoires a peine ouverts a
l'expansion europ6enne et habits par des peuplades
encore barbares.
Aussi, la Constitution belge decide-t-elle, dans son
article Ier revise en 1893, que a les colonies, possessions
d'outre-mer ou protectorats que la Belgique peut acqu6rir
sont r6gis par des lois particulieres... a
Le deuxieme alin6a de l'article ier de la Charte colonial
ne fait qu'appliquer cette disposition constitutionnelle.
La Constitution espagnole du 3o juin 1876 (art. 89), la
Constitution Portugaise du 26 avril 1826 (art. 2) et la Con-
stitution neerlandaise du 30 novembre 1887 (art. Ier et 2)
renferment une regle semblable, et tous les pays colonisa-
teurs appliquent le meme principle tant qu'il s'agit de
colonies don't les populations ne possedent encore qu'un
d6veloppement rudimentaire de civilisation (2).

20. Quel est le sort de la 16gislation ant6rieure a l'an-
nexion ?
II faut mettre l'article premier de la Charte en corre-
lation avec son article 36, aux terms duquel ( les d6crets,
r6glements et autres actes en vigueur dans la colonie con-


(1) Dans le meme sens les observations de M. WOESTE (Ann. Ch.,
p. 339'.
(2) M. RENKIN (Ann. Ch., p. 358).









PERSONNALITE JURIDIQUE DE LA COLONIN


servent leur force obligatoire, sauf les dispositions qui
sont contraires a la pr6sente loi et qui sont abrog6es n.
C'est une regle de justice et de bon sens suivie tant dans
les pays annexes que dans ceux qui changent de regime
politique. L'ancienne 16gislation subsiste en attendant que
le nouveau legislateur ait manifesto sa volont6 par une
publication suffisante (1).

21. En soumettant d'une fa9on absolute les possessions
coloniales au regime des lois particulieres, la Constitution
n'a fait aucune distinction. Elle-meme n'y est pas plus
applicable de plein droit que ne le sont les actes du l6gis-
lateur ordinaire de la metropole. Le rapport de la com-
mission de revision de 1893, commentant le nouvel article
premier de la Constitution, dit expressement qu'il appar-
tient (( au legislateur ordinaire de determiner tout ce qui
concern le regime colonial et de fixer les droits civils et
politiques des populations soumises a la domination
belge ) (2). Pour qu'un texte quelconque, obligatoire en
Belgique, entire en vigueur au Congo, il faut donc qu'une
loi sp6ciale du ligislateur competent l'y rende exdcutoire
par des dispositions expresses etformelles.Conformement
A cette regle, les articles 2, 23 et 27 de la Charte pr6voient
explicitement l'application de diverse dispositions con-
stitutionnelles (3).
Le legislateur ordinaire de la colonie pourrait recourir
a la meme procedure. Ce droit a 6t6 sp6cialement affirmed
par le Ministre de la justice a la suite d'une question
pose par M. MONVILLE. Les explications suivantes furent
changes:
( M. MONVILLE. Vous dites qu'un texte, obligatoire

(1) M. RENKIN (Ann. Ch., p. 358).
(E) E. M., no .
(s) M. RENKIN (Ann. Ch., p. 358).









CHAPITRE PREMIER


en Belgique, ne sera obligatoire au Congo que si le l6gis-
lateur competent en a d6cid6 ainsi.
( Est-ce que vous voulez dire par lA qu'un d6cret peut
rendre obligatoire au Congo une loi d6ja en vigueur en
Belgique, que le 16gislateur belge n'aurait pu rendre
applicable a la colonies ? Est-ce 1I le sens des mots a l1gis-
lateur competent n ?
( M. HOYOIS. C'est clair, d'apres le texte de la
Charte.
( M. MECHELYNCK. Ce ne sera pas la loi qui sera
rendue obligatoire, mais un texte identique.
M. RENKIN, Ministre de la justice. Quand nous
arriverons aux articles qui r6glent le pouvoir 16gislatif,
nous indiquerons quels sont les divers pouvoirs comp&-
tents pour 16gif6rer pour la colonies; mais il est certain
qu'un d6cret pris par le pouvoir 16gislatif colonial peut
rendre obligatoire dans la colonies un texte de loi en
vigueur dans la m6tropole (1).,,

22. Il resterait, pour terminer le commentaire de
1'article premier, a examiner les deux questions suivantes :
Quelle est la nationality des personnel ressortissant au
territoire plac6 sous le regime de la legislation sp6ciale ?
Quels sont, d'autre part, les effects sur l'un des deux
territoires des actes juridiques accomplish sur le second ?
Nous croyons pr6f6rable de traiter le premier de ces
points lors de l'examen de l'article 4 qui a 6tabli des
distinctions parmi les habitants de la colonies et a suscit6
par la divers changes de vues relatifs A la nationality.
Quant A la second question, elle est r6solue par les
trois premiers articles du chapitre VI : nous devons done
provisoirement en r6server l'6tude.

(1) Ann. Ch., p. 358.
















CHAPITRE II.


Des droits des Belges, des strangers et des indigenes.


Les articles 2 a 6 de la Charte colonial reconnaissent
aux Belges, aux strangers et aux indigenes, se trouvant sur
le territoire du Congo, deux esp&ces distinctes de droits :
I. Des droits qui s'imposent au respect du Gouverne-
ment, qui limitent son pouvoir d'intervention, mais ne
l'astreignent a aucun service positif, a aucun devoir
d'assistance directed. Ce sont les droits publics et civils,
r6gl6s aux articles 2, 3 et 4.
2. Des droits qui exigent de l'Etat une cooperation
active, l'aide puissante de ses agents pour assurer aux
b6neficiaires des avantages de progres et de civilisation.
Il s'agit des droits a l'assistance, pr&vus surtout par les
dispositions de 1'article 5. Destinee specialement aux
indigenes, populations incultes auxquelles il faut une
tutelle bienfaisante, la mission protectrice de l'administra-
tion colonial s'6tendra aussi aux entreprises religieuses,
scientifiques et charitable.
Pour emp&cher que la reconnaissance de cette deuxieme
cat6gorie de droits ne reste A 1''tat de vague declaration
sans r6alisation pratique, 'article 6 du project institute une
commission permanent de personnel r6sidant au Congo,
charge de veiller a la protection des indig&nes et A
l'amblioration de leurs conditions morales et mat6rielles
d'existence.

















ARTICLE 2.


Tous les habitants de la colonies jouissent des droits
reconnus par les articles 7, alin6as Ier et 2; 8 A 15, 16,
alinea Ier; 17, alinea Ier; 21, 22 et 24 de la Constitution
belge. Lesvmots ( la loi s mentionn6s dans les articles 7,
alinea 2; 8, 9, o1, II, 17, alinea Ier; et 22 de la Constitution
belge sont remplac6s, en ce qui concern la colonies, par
les mots ( les lois particulieres ou les d6crets s.
Aucune measure ne peut etre prise en matiere de press
que conform6ment aux lois et aux d6crets qui la r6gissent.
Nul ne peut etre contraint de travailler pour le compete
ou au profit de particuliers ou de socii6ts.
Des lois r6gleront, A bref d6lai, en ce qui concern les
indigenes, les droits r6els et lailibert6 individuelle.

DOCUMENTS LEGISLATIFS. Chambre, R., nos 21, 26; Ann., I, S. E.,
pp. 353-356, 379-392, 404-41o, 453-507, 671, 673, 674, 681; II,
pp. 767-768. Sinat, R., nos 64, 66, 67, 73, 75, io3, 1o6, 123; Ann.,
pp. 31, 86-87, 165-171.

SOMMAIRE.

23. Resume des travaux pr6paratoires.
24. Justification g6nerale de l'article 2.
25. L'habitant du Congo belge n'a, dans la colonies, que des droits
Publics et des droits civils. Il n'y a pas des droits folitiques.
26. Ce qu'il faut entendre par droits fublics.
27. Raisons qui firent attribuer les memes droits publics A tous les
habitants de la colonies.
28. Les droits garantis par la Charte ne comprennent pas les liber-
tds de la press*, de reunion et d'association.











DROITS PUBLICS


29. Ces liberties ne r6sultent-elles pas d'autres actes du pouvoir sou-
verain?
30. Ces libert6s sont de droit en l'absence d'une disposition legale.
31. Port6e de la rgle : A Aucune measure ne peut 6tre prise en
matiere de press que conform6ment aux lois et aux d6crets qui
la r6gissent. )
32. Cette regle d6fend-elle intervention d'une ordonnance 16gisla-
tive du gouverneur general?
33. Les libert6s de reunion et d'association peuvent etre restreintes
par une decision de 1'autorite executive.
34. Les dispositions de la Constitution relatives a la nationality, A
1'egalite, a l'admissibilite aux emplois n'ont pas et6 reprises A
Particle 2. Motifs.
35. Les articles constitutionnels seront, le cas echeant, appliques
par des d6crets.
36. Pourquoi la Charte prdvoit-elle, outre l'intervention de d6crets,
celle de lois particulieres ?
37. Texte complete des dispositions constitutionnelles telles que la
Charte les a modifies pour l'usage de la colonies.
38. Ce qu'il faut entendre par liberty individuelle. Consequence pour
les chefferies indigdnes. Pourquoi le dernier alin6a de 1'ar-
ticle 7 de la Constitution n'a-t-il pas dte rendu applicable au
Congo?
39. L'article 9 de la Constitution n'emp&che pas, en matiere r6pres-
sive, 1'application des coutumes indigines. Classification des
indig&nes au point de vue du droit p6nal.
40. Pour quelles raisons, au Congo, le marriage civil ne doit-il pas
precdder le marriage religieux?
41. Le d6cret du 3 juin 19o6, donnant aux missionnaires catho-
liques certain droits en matiere d'6tat-civil, est-il rest en
vigueur?
42. L'enseignement public peut etre organs par des actes du pou-
voir ex6cutif.
43. Consecration formelle de la liberty du travail. Motifs.
44. La disposition garantissant cette liberty ne dispense pas l'auto-
rit6 judiciaire d'assurer 1'execution des obligations regulidrement
contract6es.
45. La liberty du travail et 1'esclavage domestique.
46. Liberty du commerce et liberty de la navigation.










CHAPITRE II


47. L'ordre donn6 aux Chambres belges par la disposition finale de
1'article 2 est une vaine demonstration. Il n'empeche pas l'inter-
vention des d6crets.
48. Les droits publics dans les colonies des puissances 6trang6res.


COMMENTAIRE.

23. Le project de loi d6pos6 le 7 aofit 191o ne ren-
fermait aucune disposition r6glant la situation juridique
des Belges, des strangers et des indigenes se trouvant
dans les possessions coloniales de la Belgique.
La commission de la Chambre y vit une lacune et elle
decida de la combler tant au point de vue des droits
publics qu'au point de vue des droits civils.
A cet effet, un de ses membres pr6senta un nouveau
chapitre compose de dix-sept articles 6numbrant tous les
droits individuals qui semblaient devoir 6tre places sous
la protection sp6ciale du texte de la loi.
Cette longue et diffuse Declaration des Droits de l'homme
blanc et de l'homme de couleur parut superflue A la com-
mission. Elle pref6ra, pour fixer les droits publics, men-
tionner les articles de la Constitution don't il convenait
d'assurer application au Congo; et pour determiner les
droits civils et tous autres droits individuals, inscrire dans
la Charte deux ou trois regles g6n6rales.
Nous n'avons pas a nous occuper ici des dispositions
relatives a la legislation civil qui, comprises originaire-
ment dans l'article qui avait trait aux droits publics, en
ont 6te d6tach6es par la suite pour former un article
distinct.
En premiere lecture, la commission attribua aux Belges
et aux strangers les droits reconnus par les articles 7 A 16
et 21 a 24 de la Constitution belge.
Corrig6e successivement par le Gouvernement et par la









I)ROITS PUBLICS


commission elle-m6me, la proposition primitive avait re9u,
lors du d6p6t du rapport de M. BEGEREM, la r6daction
suivante :
( Tous les habitants de la colonie jouissent des droits
6tablis par les articles 7 ( I et 2) A 16 ( Ier), 21 22 et 24
de la Constitution belge, la mention des lois devant etre
compl6t6e par ou des decrets aux pr6dits articles 9, Io, II
et 22.

(( Des lois r6gleront A brefd6lai, en ce qui les concern
(les indigenes de race africaine, tant de la colonie que des
contr6es voisinesr et les strangers qui leur seront assimil6s
par d6cret), les droits r6els et la liberty individuelle. ,
Au course des discussions de la Chambre, le Gouverne-
ment demand la suppression de cette derni6re dis-
position qui constituait, a son avis, un vceu sans aucune
espece de sanction.
Quant a la premiere parties du texte, il proposal de la
rediger en ces terms :
( Tous les habitants de la colonies jouissent des droits
reconnus par les articles 7, alin6as Ier et 2; 8 A 15, 16,
alin6a Ier; 21 A 24 de la Constitution belge. Les lois de la
m6tropole auxquelles ces articles se r6ferent sont rem-
plac6es par des lois particulieres ou des d6crets. )
Sous une forme diff6rente, la disposition est devenue
l'alin6a Ier de l'article 2 de la loi. Toutefois, l'article 17,
alin6a "er, de la Constitution, relatif la liberty d'enseigne-
ment, fut compris dans l'6num6ration; et l'article 23, con-
cernant l'emploi des langues, en fut supprim6, l'article 3 de
la Charte 6tant sp6cialement consacr6 a ce dernier objet.
L'insistance de certain membres de la Chambre fit
retablir A la fin de l'article 2 un vceu tendant au vote de
measures 16gislatives destinies a sauvegarder les droits
reels et la liberty individuelle des indigenes.










CHAPITRE II


L'assembl6e d6cida encore que nul ne pourrait 6tre
contraint de travailler pour le compete ou au profit de
particuliers ou de societ6s.
Enfin, la Chambre adopta, lors de l'examen de Particle
qui determine les pouvoirs du gouverneur general, un
amendment portant qu' (( aucune measure ne peut etre
prise en matiere de press que conform6ment aux lois et
aux d6crets qui la r6gissent . A la second lecture, on le
joignit aux autres dispositions relatives aux droits publics.
Au course de la premiere discussion de l'article 2, un
amendment plus large avait 6t6 rejet6. II 6tait redig6 en
ces terms : ( La press est libre. Sa liberty ne peut etre
restreinte que dans les cas pr6vus par une loi ou par un
d6cret.
Pour le surplus, les amendments suivants ou n'obtin-
rent pas les suffrages de la majority, ou furent retires par
leurs auteurs :
Amendment de M. Vandervelde. Tous les habitants de
la colonie jouissent des droits 6tablis par les articles 7,
ler et 2, a 16, Ier, 17, Ier, 18, 19, 20, 21, 22 et 24 de
la Constitution belge.
Amendments subsidiaires de M. Destree. To Les Belges
et les strangers 6tablis au Congo jouissent des droits
6tablis par les articles 7, g Ie et 2, A 16, er, 17, Ier,
18, 19, 20, 21, 22 et 24 de la Constitution belge.
2 Les Belges 6tablis au Congo jouissent des droits
6tablis par les articles 7, Ier et 2, a 16, Ier, 17, Ier,
18, 19, 20, 21, 22 et 24 de la Constitution belge.
Amendement de M. Lorand. Les Belges au Congo
jouiront des droits qui leur sont garantis en Belgique par
le titre II de la Constitution.
Les strangers y jouissent des memes droits qu'en Bel-
gique.









DROITS ]UBLICS


Amendement de M. Vandervelde. Nul ne peut 6tre
contraint au travail mime A titre d'imp6t. Les indig6nes
ont le droit de r6colter les products naturels du sol sur les
terres qu'ils occupent, ou sur les terres appartenant au
domaine priv6, aux conditions et aux epoques prevues par
les d6crets et reglements relatifs A la conservation et a la
reconstitution des peuplements.
Amendment de M. Lorand. Les lois, d6crets et regle-
ments auront pour objet de garantir efficacement aux
indig6nes la s6curit6 de leur personnel, de leur famille et
de leurs biens, la libre disposition de leur travail et de son
produit, la liberty individuelle et la jouissance d'une pro-
pri6t6 fonciere suffisante pour assurer leur subsistence.

Amendment de M. Destree. Les terres vacantes appar-
tiennent a l'Etat. La determination des terres vacantes se
fera en tenant compete des droits d'occupation individuals
ou collectifs des indigenes, appr6ci6s au point de vue de
leurs droits, coutumes et besons.
Tout habitant de la colonies pourra, avant cette d6ter-
mination, lors de celle-ci et dix ans apr6s son accomplis-
sement, r6clamer la reconnaissance des droits individuals
ou collectifs des indig6nes, soit contre l'Etat, soit contre
tout tiers concessionnaire ou d6tenteur.

Amendement de M. Denis. Le d6cret du 3 juin 1906,
autorisant a astreindre un contingent de travailleurs a
l'ex6cution de travaux publics pendant une dur6e de cinq
ans, est abroge.
En matiere fiscal, aucune contrainte par voie de
detention ne peut 6tre ordonn6e sans l'intervention de
l'autorit6 judiciaire.

Au S6nat, le texte de l'article 2 ne fit l'objet que d'une
seule.proposition d'amendement. M. le comte GOBLET









CHAPITRE II


D'ALVIELLA demand A l'assembl6e d'ins6rer, apres le
premier alin6a, la disposition suivante :
( Les Belges se trouvant dans la colonies jouissent de
tous les droits garantis par la Constitution.
La proposition ne fut pas accueillie.

24. L'initiative que la commission de la Chambre a
prise, en proposant de r6gler dans la Charte colonial
la situation juridique des habitants de la colonies, est
hautement louable. Aucune incertitude ne devait sub-
sister au sujet des regles fondamentales qui regiraient
les droits et les devoirs des membres du nouveau grou-
pement social.
Sans doute, comme l'a remarqu6 le rapporteur de la
commission (1), dans la legislation de l'Etat Ind6pendant
du Congo, de nombreux d6crets reconnaissaient isol&-
ment certain des droits don't les populations belges
trouvent l'affirmation dans leur Constitution national.
C'est apparemment en consideration de cet 6tat de choses
que les auteurs du project primitif avaient omis dans son
texte toute 6num6ration de droits individuals.
Il important, cependant, d'une part, de fixer ces droits
dans un tableau d'ensemble, determinant avec nettet6 les
conditions g6n6rales de la vie juridique du colon et de
l'indigene; d'autre part, de donner a ces droits la garantie
express de la loi, c'est-a-dire de l'acte solennel qui, n6 du
consentement des trois branches de l'autorit6 la plus
haute de la m6tropole, ne peut 6tre modifi6 que par un
nouveau concours des volont6s des m6mes 16gislateurs.

25. Dans les pays dots d'institutions constitutionnelles
et representatives, la situation juridique du citoyen com-


(1) R. Ch., no 26.










DROITS PUBLICS


prend trois series de droits. On y distingue ses droits
civils, ses droits publics et ses droits politiques (1).
Pour l'habitant du Congo, il ne peut encore itre question
de cette derniere cat6gorie de droits. Apris comme avant
l'annexion, il est rest soumis a un system de gouverne-
ment absolu.
Assurement, l'absolutisme n'est plus exerc6 par une
personnel physique, le fondateur de l'Etat Ind6pendant du
Congo. Mais l'autorit6, pour avoir et6 transmise a une
personnel morale, la nation belge, n'en a pas moins
conserve son ancien caractere. La circonstance qu'actuel-
lement les attributions du gouvernement sont partag6es
entire un Roi constitutionnel et des Chambres d6lib6rantes
n'a pas modifi6 pour la possession colonial son regime
de dependance absolue. Cette r6partition des pouvoirs est
affaire relevant du gouvernement int6rieur dela m6tropole,
qui determine, comme elle le juge convenable, le mode
suivant lequel elle exerce sa souverainet6. Malgri ce
partage, les decisions transmises par la mere patrie s'im-
posent au respect de la colonie sans que ses r6gnicoles ou
les rangerss qui y resident aient a contribuer A ces
measures, a les approuver ou a les r6pudier. C'est cette
absence total de toute participation des personnel gou-
vernies i l'exercice des attributes du gouvernement qui
caracterise le system absolutiste.
Sur une terre don't les populations indigenes sortent a
peine de la barbarie et oiu la population blanche ne se fixe
pas encore, la Charte colonial ne pouvait instaurer
d'autre regime. On ne trouvera done dans les dispositions


(1) Le rapport pr6sent6 par M. CLAEYS-BOOUAERT au S6nat ne
distingue pas toujours nettement entire droits publics et droits poli-
tiques. Cette derniere appellation sert parfois a designer les droits
publics (v. R. S6n., no 66).









CHAPITRE II


des articles 2 et suivants aucune reconnaissance de droits
politiques. La situation juridique de l'habitant du Congo
ne comprend que des droits publics et des droits civils.

26. On peut d6finir les droits publics : un ensemble de
droits se rattachant a la liberty et a l'ind6pendance de la
personnel et a l'inviolabilit6 de la propri6t6 qui, exposes
plus que tous autres aux measures arbitraires du pouvoir,
ont recu dans les chartes constitutionnelles et dans les lois
une consecration sp6ciale et solennelle.
Ces droits ne sont pas les mimes dans tous les pays : le
degr6 de d6veloppement de 1'esprit public, le temperament
national, les moeurs politiques, les tendances du gouver-
nement, la force de son autorit6, sont autant de contin-
gences qui influent sur l'6tendue des garanties constitu-
tionnellement ou l6gislativement proclam6es.

27. Sauf la liberty de la press et la liberty de reunion
et d'association, l'article 2 de la Charte colonial donne a
tous les habitants de la colonie belge les droits publics
don't les Belges ont la jouissance sur le territoire de la
m6tropole.
Les strangers et les indig&nes sont ainsi mis sur le
meme pied que les citoyens de la m6re patrie.
A l'6gard des strangers, il n'6tait pas permis d'en
d6cider autrement car, h6ritiere de l'Etat Independant du
Congo, la Belgique est tenue par les stipulations de l'Acte
g6n6ral de Berlin souscrit par cet Etat. Or, aux terms
de l'article 5 du dit Acte, les strangers, dans le bassin
conventionnel du Congo, ( jouiront indistinctement, pour
la protection de leurs personnel et de leurs biens, l'acqui-
sition et la transmission de leurs propri6t6s mobilieres et
immobilieres, et pour l'exercice des professions, du meme
traitement et des memes droits que les nationaux ,. La










DROITS PUBLICS


formule a et6 r6dig6e en terms suffisamment g6neraux
pour comprendre les droits publics aussi bien que les
droits civils. Au surplus, il est dans les idles r6gnantes de
considerer les garanties de la liberty et de la propriety
comme repondant aux legitimes revendications de la
nature humaine, abstraction faite de la nationality des
personnel. L'assimilation du Belge et de l'6tranger devait,
des lors, se faire en tout 6tat de cause.
La th6orie qui vient d'etre rappel6e conduisait logique-
ment a reconnaitre aux populations noires du Congo tous
les droits publics attributes aux races plus civilisees. D6ja
l'article 6 de l'Acte g6n6ral de Berlin assurait aux indi-
genes du bassin conventionnel la liberty de conscience et
la liberty des cultes. On proposal, au sein de la cominission
de la Chambre, de leur donner toutes les autres garanties
individuelles don't jouiraient les blancs.
Cet amendment souleva des apprehensions. ( Peut-on
soutenir d'une facon absolue ainsi s'exprime une objec-
tion dontle rapport de M. BEGEREM s'est fait l'echo, -
que le regime de l'autorit6 d6sarmee n'entrainera pas des
consequences graves et pr6judiciables, non seulement
pour la Belgique et la colonies, mais meme pour ceux que,
pretendument, on cherche ainsi a favoriser? (1) )
La these opposee fut d6fendue avec chaleur. ( Quelle
raison'y a-t-il, demandaient ses partisans, de ne pas faire
b6n6ficier les indigenes des dispositions de ceux des
articles constitutionnels que la loi maintient en faveur des
Belges et des strangers? II suffit de parcourir ces divers
articles pour se convaincre que mettre sous ce rapport les
indigenes, les Belges et les strangers sur un pied d'6galite
ne peut faire naitre ni inconvenient, ni danger. Pourquoi
refuser au n6gre la garantie de sa liberty individuelle?

(1) R. Ch., no 26, in fine.










CHAPITRE II


Pourquoi lui refuser sans son consentement le droit
de ne pas &tre soustrait A son juge nature? Pourquoi, en
ce qui le concern, une peine pourrait-elle etre 6tablie
sans loi ou d6cret? Quel intirft y a-t-il A ne pas lui
garantir 1'inviolabilit6 de son domicile, etc.? II y a d'autant
moins de motifs de le faire que d6jA la plupart de ces droits
lui sont reconnus en vertu de d6crets existants (1).
Ces considerations parurent d&cisives et, en con-
sequence, l'article 2 de la loi r6serva les mimes droits
publics A tous les habitants de la colonie indistinctement.

28. Les droits publics ainsi garantis ne sont pas tous
ceux que consacre la Constitution belge. Ils ne com-
prennent pas la liberty de la press : on a craint que, dans
des circonstances critiques, elle n'exerqit une action dis-
solvante parmi des populations non arrives a maturity.
D'autre part, la liberty de reunion et celle d'association,
qui, d'ailleurs, aux yeux du Constituant, tenaient des
droits politiques (2), ont 6t6 exclues de l'6numbration : on
a estim6 qu'il aurait &6t p6rilleux d'armer de ces droits un
pays don't les habitants ne sont pas encore gagn6s a la
cause de l'ordre.
a Les lois, a dit le Ministre de la justice, doivent etre
adapt6es A l'Ftat du pays qu'elles r6gissent. C'est un
veritable contresens de vouloir appliquer a un pays
encore barbare un regime qui n'a 6t6 applique a la Bel-
gique qu'apr&s plus de mille ans de civilisation. Il faut
tenir compete des faits. Les proclamations de principles
th6oriques ne servent A rien quand elles vont A l'encontre
des r6alit6s. Il n'est pas possible d'aller plus loin que
nous ne sommes all6s...


(1) R. Ch., no 26, in fine.
(2) V. Belgiquejudiciaire, 1878, pp. 579 et sv.










DROITS PUBLICS


( L'idee du Gouvernement est que, dans un pays neuf,
oui beaucoup de choses restent a organiser, il est neces-
saire que, en certaines occasions exceptionnelles, les repr6-
sentants du pouvoir aient le droit de prendre des measures
que le salut public imposerait a leur prevoyance. Vous
voulez empecher le Gouvernement de disposer de tout
moyen de se d6fendre centre les entreprises de mauvais
gr6 et d'empecher peut-&tre des r6voltes ou des d6sordres.
C'est aller trop loin, et vous commettez une erreur de
point de vue. Vous avez tort d'imaginer que le regime qui
convient a la mere patrie convienne 6galement a un pays
don't l'Ftat peut se compare a peine a celui des pays
europ6ens au ve ou au vie siecle de notre ere (i). n

29. On a pr6tendu que les droits publics refuses aux
habitants de la colonies par la loi sur le Gouvernement du
Congo belge leur avaient 6t6 assures, tout au moins A
certain d'entre eux, par d'autres actes ayant force obli-
gatoire.
Au S6nat, notamment, M. le comte GOBLET D'ALVIELLA
a soutenu que la disposition constitutionnelle ( les colo-
nies, possessions d'outre-mer ou protectorats que la Bel-
gique peut acquirir, sont regis par des lois particulieres a
visit les indigenes et non pas les Belges ktablis au Congo;
que ceux-ci devaient y conserver dans leur int6grit6 tous
les droits publics reconnus par leur loi fondamentale (2).
M. RENKIN r6pondit:
( L'interpr6tation que l'honorable comte Goblet d'Al-
viella donne A l'article premier de la Constitution est, A
mon avis, inexacte. Elle ne cadre ni avec le texte ni avec
l'esprit de cette disposition.


(1) Ann. Sen., p. 166.
(2) Ann. S6n., p. I65.










CHAPITRE II


(( L'article premier dit : a Les colonies, possessions
( d'outre-mer ou protectorats que la Belgique peut acqu6-
a rir sont regis par des lois particulieres.
( Ce sont done les colonies ou protectorats et non les
natifs des colonies ou protectorats qui sont r6gis par des
lois particulieres...
a C'est avec raison que la Constitution s'exprime ainsi.
Les lois doivent etre adapt6es a l'6tat du pays qu'elles
regissent (1). I
Ajoutons que, si la th&se de l'honorable s6nateur avait
ete exacte, elle aurait eu pour consequence de cr6er dans
administration et l'exercice de la justice au Congo des
complications inextricables. La proposition, en effet,
n'est pas susceptible de distinctions. Si les indigines seuls
sont r6gis par les lois particulieres de la colonies, il faut en
conclure que les Belges y restent soumis A l'ensemble des
lois m6tropolitaines. La coexistence d'une legislation
appropriate seulement aux n6cessit6s d'une nation civilis6e
de l'Europe et d'une 16gislation a I'usage des natifs, aurait
about en toutes matieres a des conflicts insolubles et, en
fin de compete, a la d6sorganisation.
D'apres une autre opinion, les trois libert6s passes
sous silence, comme aussi la liberty d'enseignement,
trouvent leur reconnaissance dans les dispositions de
l'article 6 de l'Acte general de Berlin. Cette th6orie, a
vrai dire, n'a ti e6mise qu'au sein de groups parle-
mentaires; elle n'a pas Wte d6fendue dans les sbances
pleni&res des Chambres. Tout au plus, dans une inter-
ruption, M. LORAND a-t-il affirm que la liberty
d'enseignement 6tait garantie A tous par la susdite con-
vention (2).


(1) Ann. Sen., p. 166.
(2) Ann. Ch., p. 385.









DlROITS PIUBICS


Aux terms de l'article 6 de l'Acte, les puissances con-
tractantes ( protegeront et favoriseront sans distinction
de nationalities ni de cultes toutes les institutions et entre-
prises religieuses, scientifiques ou charitable cries et
organisees pour la conservation des populations indi-
genes, I'amelioration de leurs conditions morales et mate-
rielles d'existence, la suppression de l'esclavage et de la
traite des noirs, enfin, celles ( tendant a instruire les indi-
genes et a leur faire comprendre et apprecier les avan-
tages de la civilisation .
L'on a done tenu cet strange raisonnement. L'Etat s'est
oblige a prot6gcr et at favoriser certaines institutions qui
instruisent les indigenes, done il doit 6tablir la liberty
d'enseignement; il s'est engage a patronner certaines
entreprises qui cherchent a amiliorer la situation des
noirs, entreprises qui ne sont possibles qu'a des associa-
tions de personnel, donc le gouvernement doit reconnaitre
la liberty de reunion et d'association; enfin, l'Etat s'est
astreint a donner son appui a certaines ceuvres scienti-
fiques, don't les travaux ne seront utiles et efficaces que
grace a une large publicity, done il doit admettre et res-
pecter la liberty de la press.
Rien de plus artificial que ces conclusions qu'aucun lien
ne rattache a leurs premisses. De ce que l'Etat s'est donned
a charge de prot6ger certaines institutions et certaines asso-
ciations, comment peut-il s'en suivre qu'il soit tenu de les
favoriser toutes et par consequent de leur accorder a toutes
ce minimum de protection qui s'appelle la liberty ? C'est a
des ktablissements d6termin6s, r6pondant aux provisions
de 1'Acte g6niral de Berlin, que doivent aller les faveurs
du Gouvernement. Celui-ci a done a faire pour chaque eta-
blissement une enquete pr6alable, a verifier s'il a pour
objet de remplir la mission bienfaisante, civilisatrice et
moralisatrice que pr6voit l'accord international et qui est









CHAPITRE II


la condition indispensable de l'assistance du pouvoir. Le
syst&me de protection organism par l'Acte gi6nral de Ber-
lin n'a done rien de commun avec le regime des libert6s
publiques qui, fondi par des regles generales s'appliquant
indistinctement a toutes les personnel, exclut tout exa-
men, toute censure preventive.

3o. Si la Charte n'attribue pas aux habitants de la
colonies la liberty de publier par la voie de la press, celle
de se r6unir, celle de s'associer, elle n'oppose cependant
aucun obstacle A la reconnaissance de ces droits.
L'article 2 n'est pas restrictif, il n'assure qu'un minimum
de garanties individuelles. Le lgislateur ordinaire de la
colonies peut compl6ter celles-ci, la declaration en a 6t6
faite a diverse reprises et par le Gouvernement, et par
les rapporteurs des deux commissions parlementaires (').
Bien plus, il r6sulte des explications du Ministre de la
justice que les trois libert6s omises dans l'6numeration de
l'article 2 doivent etre consider6es comme existantes des
a present. Elles sont de droit en l'absence d'une disposi-
tion 16gale: les auteurs de la loi ont seulement voulu
eviter de vinculer le pouvoir au cas oui des circonstances
graves commanderaient des measures pr6ventives.
( Le regime, a d6clar6 M. RENKIN, consistera en ceci :
les libert6s qui ne sont pas inscrites dans la Charte ne
sont pas exclues. Elles peuvent etre riglementees.
( Au cas ou son intervention serait n6cessaire, l'autorit6
aurait le droit d'intervenir... Nous reservons simplement
le cas oi l'ordre public exigerait l'intervention de l'autorit6
et cette intervention n'est possible que dans des limits
qui ne paraitront pas excessive A la Chambre belge,

(1) R. Ch., n 26; R. Sen., n io3; Ann. Ch., pp. 382, 385-386;
Ann. Sen., p. 170.








DROITS PUBLICS


puisqu'elle peut intervenir par voie d'interpellation ou de
16gislation...
( Nous sommes tous bien d'accord que la liberty est la
regle... Il est bien entendu que la liberty est le principle.
Personne ne dit le contraire. Nous disons simplement que
dans un pays neuf le pouvoir doit etre arm6 centre des
eventualit6s don't vous ne semblez pas soupconner 1'impor-
tance (]). )

31. Sans garantir a la press le regime de la liberty,
les auteurs de la Charte ont cependant formula une regle
en sa faveur. ( Aucune measure, lisons-nqus l'article 2 de
la loi, ne peut &tre prise en matiere de press que confor-
m6ment aux lois et aux d6crets qui la r6gissent. )
Telle qu'elle est r6dig6e, cette disposition semble
bizarre et inutile. C'est, en effet, une v6rite banale qu'en
n'importe quelle matiere une measure administrative ne
peut enfreindre l'acte nman6 du 16gislateur. Pour la
rappeler, le dernier alinia de l'article 8 portant que ( les
course et les tribunaux n'appliquent les reglements et les
arrit6s qu'autant qu'ils sont conformes aux lois et aux
dicrets ) suffisait amplement.
Le texte de l'article 2 a cependant une port6e sp6ciale
que revelent les travaux pr6paratoires.
Au course des discussions de la Chambre relatives aux
droits publics, la crainte avait 6t6 exprim6e que la press,
libre, en principle, d'apres les declarations du Ministre de
la justice, ne fait, a un moment donn6, inquiet6e par de
simples actes du pouvoir executif (2).
Pour parer a cette 6ventualit6, M. MECHELYNCK pro-
posa un amendment ainsi concu : ( La press est libre.

(1) Ann. Ch., pp. 385-386.
(2) V. le discours de M. MONVILLE, Ann. Ch., pp. 386-387.









CHAPITRE II


Cette liberty ne peut ktre restreinte que dans les cas
pr6vus par une loi ou par un d6cret (1). ,
Ce texte 6tait clair ; il se passait ais6ment de tout
commentaire. La Chambre refusal de 1'ins6rer dans la loi.
Mais 1'auteur de l'amendement ne se tint pas pour battu,
et, au course de l'examen de l'article qui a trait aux pou-
voirs du gouverneur g6n6ral, il pr6senta le texte qui est
devenu le deuxieme alinea de l'article 2.
M. MECHELYNCK eut soin de faire remarquer que
l'amendement consacrait le principle ( de la disposition
propose lors de la discussion de l'article 2 (2) ,.
De cette declaration il faut tirer cette consequence : en
se ralliant A une redaction ne permettant de prendre des
measures en matiere de press ( que conform6ment aux
lois et aux d6crets qui la regissent la Chambre a entendu,
comme l'auteur de la proposition, n'autoriser des measures
centre la press que dans les cas prevus par une loi ou
par un d6cret. En l'absence d'un acte 16gislatif, le pouvoir
executif sera impuissant A rien entreprendre.

32. On peut se demander si, en pr6sentant son deuxieme
amendment A l'article relatif aux attributions de l'autorit6
locale, M. MECHELYNCK n'est pas all jusqu'A vouloir
d6fendre l'intervention d'une ordonnance legislative du
gouverneur gi6nral. En effet, il ne citait pas ce dernier
acte, tandis qu'il permettait l'action restrictive de la loi et
du d6cret.
Nous estimons qu'il n'a eu d'autre but que d'interdire,
outre les arret6s de l'autorit6 central, les ordonnances
administrative.
L'auteur de l'amendement, nous venons de le voir, a


(1) Ann. Ch., p. 387.
(2) Ann. Ch., p. 674.










I)ROITS PI'BLICS


d6clar6 repr6senter sous une autre forme la r6gle vaine-
ment propose i l'article 2. Or, imm6diatement avant la
presentation de ce texte, il a eu soin de faire remarquer
que 1'acte legislatif pouvait, en cas d'urgence et avec
l'autorisation du Roi, 6maner du gouverneur g6niral (1).
Il est, des lors, 16gitime de supposed qu'en ne visant pas
express6ment dans son texte l'acte du lgislateur excep-
tionnel de la colonie, le redacteur de la proposition a
voulu se conformer a une pratique suivie dans toutes les
autres dispositions de la Charte oii il n'est jamais question
que de la loi et des dicrets.

33. Trois des grandes libert&s reconnues par la Consti-
tution ne sont pas garanties au Congo: la liberty de la
press, les libert6s de reunion et d'association. Nous
venons de voir que l'une d'elles a cependant kt6 entour6e
d'une protection speciale. Pour mettre la press a l'abri
des atteintes du pouvoir ex6cutif, les auteurs de la Charte
ont d6cid6 qu'elle ne pourrait faire l'objet de measures
administrative que dans les limits et les conditions
pr6vues par un acte du 16gislateur. Comme la meme pre-
caution n'a pas 6t6 prise a l'egard des libert6s de reunion
et d'association, il faut conclure a contrario que celles-ci
sont susceptibles d'etre restreintes directement par une
simple decision de 1'autorit6 executive.
Cette difference de traitement s'explique : le danger des
reunions tumultueuses et des groupements hostiles au
pouvoir peut ktre soudain et, pour y parer, il sera neces-
saire parfois de recourir d'urgence A des measures ener-
giques. Les mauvais effects d'une champagne de press se
produisent a plus longue 6ch6ance et, pour les arreter, les
fonctionnaires du district auront tout au moins le temps

(1) Ann. Ch., p. 387.









CIIAPITRE II


de demander au gouverneur general une ordonnance
16gislative.

34. Les articles relatifs A la liberty de la press, aux
libert6s de reunion et d'association ne sont pas les seuls du
Titre II de la Constitution qui ont 6t6 omis dans l'6nume-
ration de 1'article 2 de la Charte colonial.
Les dispositions qui concernent la nationality belge et
ses effects se seraient difficilement adapt6es a la 16gislation
de la colonie : elles n'ont done fait l'objet d'aucune
citation.
D'autre part, il n'y a pas eu de renvoi a l'article 6,
concu comme suit :
t II n'y a dans 1'Etat aucune distinction d'ordres.
( Les Belges sont 6gaux devant la loi; seuls ils sont
admissibles aux emplois civils et militaires, sauf les
exceptions qui peuvent etre 6tablies par une loi pour des
cas particuliers. )
Dans la colonie, la premiere de ces regles n'aurait eu
aucune raison d'etre. En Belgique, elle n'a plus qu'une
importance historique. Les constituents l'avaient formulae
pour &carter la distinction f6odale des trois ordres des
nobles, des villes et des campagnes, repr6sent6s, A
l'6poque hollandaise, dans les 6tats provinciaux (1). La
declaration, utile au lendemain de la revolution, est
devenue superflue dans un Etat acquis aux conceptions
modernes du droit public.
La Constitution, en proclamant que les Belges sont
6gaux devant la loi, n'a pas 6tabli parmi eux l'6galit6
absolue, qui n'existe ni dans la nature, ni dans les institu-
tions juridiques. La Declaration des Droits de l'homme et
du citoyen, a laquelle elle a emprunt6 ce principle, avait eu

(1) TIIONISSEN, La Constitution belge annotie, 1879, no 27.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs