• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Noels de France
 Un poete malgache de langue Francaise...
 Le choix de la France
 La science Francaise depuis la...
 Cezanne et sa posterite
 Ou en est la poesie en France?
 La grasse matinee
 Trois poemes
 La mort des bceufs
 Bon-danseur
 Courrier de France
 Lettres, sciences et arts...
 Chronique
 Back Cover














Title: Conjonction
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076567/00007
 Material Information
Title: Conjonction bulletin de l'Institut franðcais d'Haèiti
Uniform Title: Conjonction (Port-au-Prince, Haiti)
Physical Description: v. : ill., ports. ; 24-28 cm.
Language: French
Creator: Institut franðcais d'Haiti
Publisher: L'Institut
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1946-
Frequency: quarterly[1983-<1995>]
bimonthly[ former 1946-1982]
quarterly
regular
 Subjects
Subject: Civilization -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
Civilization -- Periodicals -- France   ( lcsh )
Civilisation -- Pâeriodiques -- Haèiti   ( rvm )
Civilisation -- Pâeriodiques -- France   ( rvm )
Genre: periodical   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
France
 Notes
Dates or Sequential Designation: No 1 (janv. 1946)-
Numbering Peculiarities: Nos. 2-3 never published. Cf. Union list of serials.
Numbering Peculiarities: Some issues combined.
General Note: "Revue franco-haitienne."
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076567
Volume ID: VID00007
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 03009058
lccn - 52032401
issn - 0304-5757

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
        Front Cover 3
    Table of Contents
        Table of Contents 1
        Table of Contents 2
    Noels de France
        Page 1
        Page 2
        Page 3
    Un poete malgache de langue Francaise Jean-Joseph Rabearivelo
        Page 4
        Page 5
        Page 6
    Le choix de la France
        Page 7
        Page 8
        Page 9
    La science Francaise depuis la guerre
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
    Cezanne et sa posterite
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
    Ou en est la poesie en France?
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    La grasse matinee
        Page 21
        Page 22
    Trois poemes
        Page 23
        Page 24
    La mort des bceufs
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
    Bon-danseur
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    Courrier de France
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
    Lettres, sciences et arts en Haiti
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Une annee au centre d'art
            Page 62
            Page 63
            Page 64
    Chronique
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    Back Cover
        Back Cover
Full Text





ANNEE 1947


CONJOICTION
No. 12

ARTICLES
Albert Mousset, Jean Terrier, P. O. Lapie,
Ren6 Sudre, Leon D6gand, Rene BertelI
POEMES
Henri Michaux, Jacques Pr6vert
CONTEST
Jean F. Brierre, J. B. CinBas
COURIER DE FRANCE
Le Centenaire de I'Ecole d'Athines
Andr6 Gide, Prix Nobel
A propos du Quai Anatole France
Le sieur de Vaugelas
LETTRES, SCIENCES ETA
Les Poetes de la Gr .qse
Roger Mortel et la nanie
Une ann6e au Cen Art a
Quelques Liv e -
CHRONIQ

=I214 BULLETIN DE L'INSTITUT FRANgXI'DS'AITI
PORT-AU-PRINCE
9A? 914


DECEMBRE

















CONJUNCTION
Est le Bulletin de l'Institut Franlais d'Haiti.


SES BUTS

-Diffuser les id6es fondamentales qui caract6risent la pens6e franL
caise vivante.
-Resserrer les liens traditionnels unissant Haiti et la France.
-Apporter une collaboration effective a l'6panouissement de Ia
culture haitienne.
-Rendre compete non seulement des activities de I'Institut Fran-
cais mais encore de l'activit6 intellectuelle d'Haiti.
(CONJONCTION) n'est pas une revue de propaganda. Elle ne
vise A aucune action politique ou confessionnelle. Elle sollicite
la collaboration des auteurs haitiens et strangers.

SON MOT D'ORDRE

Tout faire pour que les homes diff6rents par leur h6r6dit6, l4
milieu g6ographique et social qui les a models, par les disciplines
intellectuelles qui ont form leur pens6e, puissent se connaitre, se
comprendre, et soient mis en measure d'apporter leur contribution
original A 1'l6aboration d'une veritable conscience humaine.














La WESSON HOUSEWARE PRODUCTS

Recommande les products suivants :
ODOR KILL d6sodorisant puissant D D T en poudre a 10%
LIQUID WAX pour plancher et PLASTI SPAR vernis a base de
meubles matiere plastique

Repr6sentant: MAURICE BORNO & CO Port-au-Prince





RHUM BARBANCOURT


Apprecie depuis 1862





Port-au-Prince
Tel. 2756


PHARMACIES SEJOURNE
Fondee en 1864


ETIENNE SEJOURNE
(1864-1889)


FREMY SEJOURNE
(1889-1937)


RAOUL et MAX SEJOURNE
(1937)
LABORATOIRE D'ANALYSES
Laboratoire de preparation d'ampoules sterilisees Port-au-Prince


















SOMMAIRE


I Albert Mousset.- Nodls de France
Jean Terrier.- Un pokte malgache de langue frangaise
P. O. Lapie.- Le choix de la France
Ren6 Sudre.- La science frangaise depuis la guerre
Leon D6gand.- Cdzanne et sa post6ritd
Ren6 Bertel.-- Oil en est la po6sie de France ?
Jacques Pr6vert.- La grasse matinee
Henri Michaux.- Trois poemes
Jean F. Brierre.- La mort des boeufs
J. B. Cin6as.- Bon Danseur


I Courrier de France
Le Centenaire de 1'Ecole d'Athenes
A propos du Quai Anatole France
Andr6 Gide, Prix Nobel . .
Le sieur de Vaugelas, parrain de la lan-
gue frangaise ....

III Lettres, Sciences et Arts en Haiti
Grand'Anse, patrie des poktes
Roger Mortel et la Mythomanie .
Une ann6e au Centre d'Art .
Quelques livres . .


Par Albert Mousset
Par Jules Romains
Par Pierre Descaves

Par Charles Pichon


Par
Par
Par


Paul Verna
Philippe North
Maurice Borno


IV Chronique













Si vous voulez avoir de bonnes lunettes, de bonnes montres,
de beaux bijoux, voyez



RUSSO FRERES
25, rue Roux, Port-au-Prince

Phone 37-14 P. 0. Box 38



Les livres et les manuscrits doivent 6tre envoys
au Directeur de l'Institut Frangais
3, Avenue Charles Summer Port au Prince Haiti
T6Blphone : 5452

ABONNEMENT ANNUEL
(6 numeros) :
En Haiti : 2 dollars
a 1'Etranger : 2 dollars 50
Le Numbro est vendu : 2 gourdes ($ 0,40)

Pour la publicity, qui est strictement limitee,
s'adresser A l'Institut Francais.





Chez ALAIN LARAQUE

vous trouverez a bon march des articles de choix.

Masons Eb6nistes Cordonniers Artisans Chapeliers et Modistes
















Albert Mousset : NOELS DE FRANCE

Entre les Noels nordiques, qui se fetent dans l'intimite du
foyer et garden l'empreinte de traditions payennes, et les Noels
m6ridionaux don't l'allegresse mystique deborde dans la rue, la
France voit dans la Nativit6 une manifestation de foi melee,
surtout en province, au rappel de tres vieilles coutumes.
Les solennit6s religieuses sont des lampadaires d'or suspen-
dus a la vote du temps. Elles interrompent la morne cadence
de la vie quotidienne et font trove ou diversion aux soucis ma-
teriels de l'existence. Jusqu'a la fin du Moyen-Age, dans certai-
nes provinces frangaises, la Provence, 1'Anjou, le comt6 d'Avi-
gnon, le Dauphine, Noel fut le point de depart de l'annee civil.
Les premiers jours de janvier font, en effet, parties, dans la litur-
gie, du cycle de la Nativit6.
I1 faudrait un gros volume pour reunir les legendes et les
traditions folkloriques attaches a la celebration de cette fete,
la plus populaire de toutes celles qui exaltent la piete des fiddles.
L'origine de ces legendes se perd dans la nuit des ages; beaU-
coup d'entre elles appartiennent a un fond commun de l'huma-
nit6 primitive et on en retrouve les variantes dans la plupart des
pays.
En Bretagne, par example, une vieille croyance veut que
les flames du Purgatoire s'6teignent pendant la nuit de Noel
et que les ames errent sur la terre en chantant des cantiques. Les
noy6s eux-memes reparaissent A la surface des mers pour une
court procession. Dans l'arrondissement de Lannion, la monta-
gne de Roc'h Karles passe pour etre la tombe d'une ville jadis
opulente. Tous les sept ans, la legende assure que, durant la
veillee de Noel, la montagne s'entr'ouvre et laisse voir les rues
splendidement illumines de cette cite morte. Elle ressusciterait
s'il se trouvait un homme assez hardi pour s'aventurer dans les
profondeurs de la montagne au premier coup de minuit, et as-
sez agile pour en sortir au moment oi sonne le douzieme coup.
Si Noel a garden, en Bretagne, l'empreinte melancolique de
cette vieille terre brumeuse, en Provence, au contraire, tout est
joie expansive dans la c6elbration de la Nativit6. C'est l'6poque

-1-












ou, sur les marches et les voies publiques, apparaissent les pe-
tits personnages p6tris dans l'argile et peinturlur6s qu'on ap-
pelle des santons. L'origine en remote dit-on a Saint-Fran-
cois d'Assise, don't la mere 6tait Provencale. Peut-6tre sont-ce les
h6ritiers chr6tiens d'une tradition gauloise. Ce sont les families
de la creche de l'Enfant Jesus : les bergers, les rois, la sainte
famille. La ville oi l'on confectionne le plus grand nombre de
ces figurines est Aubagne : dix mille habitants et un million de
santons!
Ce sont les acteurs immobiles et silencieux de la f6te de
No6l. Mais il est, en Provence, d'autres coutumes attachees a
cette fMte : le pain calendal, qui protege le marin centre la tem-
p&te, la rose de Jdricho, don't 1'6panouissement est, ce jour-la,
un signe de prosperity familiale, la bUche de Noel, qui a le tres
singulier privilege de ne point brfiler le linge.
La Provence a son Oberammergau. A Seguret, dans les mon-
tagnes du Comtat, tous les cinq ans environ, une troupe de jeu-
nes gens joue, devant un public entierement paysan, une admi-
rable Pastorale.
Dans le Nord de la France, Noel a gard6 un caractere plus
intime. C'0tait, autrefois, l'occasion de se faire de petits presents :
un poulet, des pains au lait appel6s pains de Noel, des patisse-
ries legeres dites oublies, ou plaisirs. Dans les r6jouissances
publiques on criait Noel! Nol !
Cette f6te a tenu un r6le important dans la naissance du
th6etre. On jouait, sur les places publiques ou devant le par-
vis des 6glises, des saynktes bibliques appelees Noels don't nous
poss6dons beaucoup de specimens; ils constituent le cycle dra-
matique d'une histoire oi tout est merveilleux et cependant hu-
main.
Les Noels parisiens forment aujourd'hui un suggestif com-
promis entire la tradition et le progres. Une foule recueillie se
press dans les 6glises aupres de la creche. Mais, m6me dans les
quarters les plus d6sh6rit6s, cette cr6che est, dans son genre,
une oeuvre d'art. Les imagiers modernes ont entierement re-
nouvel6 sans s'ecarter des donn6es bibliques la figuration
du mystere de la Nativit6, grace A des effects d'eclairage et sur-
tout A une symbolisation du d6cor qui fait une heureuse diver-
sion la banality des cr&ches d'antan.
Un aspect tout different et non moins curieux de Noel a
,Paris, c'est l'habitude qu'ont prise les grands magasins d'exposer
sous leurs vitrines des scenes animees qui sont de v6ritables











chefs d'oeuvre automates. L'un d'eux nous present, cette an-
nee, un cirque, avec des personnages grandeur nature, clowns,
equilibristes, gymnastes. Un autre un dancing ou les valseurs
se tremoussent dans les positions le plus cocasses : l'un d'eux,
les mains au sol et les jambes en l'air, fait valser sa cavalifre
avec ses pieds. Ces caricatures animees ont un succes prodi-
gieux; il faut un veritable service d'ordre pour canaliser la fou-
le qui se bouscule pour les voir. On pretend que ces pantomines
sont destinies a amuser les enfants. En reality, ce sont les gran-
des personnel qui font la foule; devant ces etourdissantes ma-
rionnettes, les Ages et les rires se confondent.


-3-















Jean Terrier: UN POETE MALGACHE
DE LANGUE FRAN(AISE
JEAN-JOSEPH RABEARIVELO
Le 22 juin 1937, dans une humble maison d'une des rues
passantes de Tananarive, un jeune malgache se donnait volon-
tairement la mort. L'6venement en lui-meme constituait d6jA un
fait 6tonnant, le suicide etant a tel point inconceivable aux Mal-
gaches qu'il n'existe pas de mot dans leur langue pour en ex-
primer la notion. Mais, surtout, cet 6v6nement singulier mettait
fin A 1'existence et au drame exceptionnels vecus par le pre-
mier pokte malgache de langue frangaise digne par son oeuvre
et plus encore par son destin de prendre rang dans 1'Histoire
Universelle des Lettres.
L'inquiete adolescence
Rab6arivelo (1) 6tait n6 a Tananarive, le 4 Mars 1901, d'une
famille de race hova et de caste noble, christianisee depuis peu.
Sa mere, veuve toute devouee A ce fils unique, le fit lever dans
les &coles religieuses de la ville jusqu'a 1'Age de treize ans, 6po-
que a laquelle il quitta l'&cole a tout jamais, sans doute pour in-
discipline. De ces etudes ne devaient guere lui rester que des
rudiments de latin. Mais un ebranlement considerable, comme
1'enfance seule en 6prouve, etait d6sormais donn6 A cet avide
esprit. La soif d'apprendre, la faim des nourritures de 1'esprit de-
vaient alors l'absorber pour longtemps. Son adolescence s'6pui-
sa dans une fureur sacree ou il goita tour a tour tous les ali-
ments intellectuals que l'eloignement de sa ville et la barriere
des races lui permirent d'atteindre. Et cela a travers les diffi-
cult6s sans cesse renouvelees de la vie quotidienne qui le vit
successivement secr6taire, dessinateur en dentelles, biblioth6cai-
re, et, finalement, a partir de 1924, correcteur d'imprimerie. II en
emergea avec une connaissance de la langue frangaise poussee
jusqu'a l'affectation, une immense culture qui, pour s'6tre fa-
miliaris6e avec toutes les oeuvres de la litterature, les avait en
quelque sorte rev6cues 1'une apres 1'autre, ce qui explique, tout
au long de son oeuvre, ces reminiscences c6toy6es. On peut dire
de lui qu'il tenta de s'identifier, par un proced6 caract6ristique

(1) On prononce : Rabearivele.

-4-












de la mentality primitive, aux yeux de Levy-Bruhl, a tous les
grands modules romantiques des dernieres generations, depuis
Baudelaire, Verlaine et Rimbaud jusqu'aux deux desesperes qui
lui montrerent le chemin du suicide : Lon Deubel et Rene
Crevel.
Son oeuvre.
Il peut paraitre 6tonnant que ce soit a un article paru dans
une revue polyglotte de Vienne qu'il ait di, en 1923, son pre-
mier succes litt6raire. Il y a dans ce fait, au contraire, un sym-
bole profound qui nous fait toucher a un caractere de Rab6ari-
velo susceptible d'eclairer son destin. Cet homme, litt6ralement
enferm6 dans son ile natale il n'en sortit jamais et dans
ce cadre plus insulaire encore que fut pour lui la participation
a une culture etrangere a sa race, cet emmure pathetique a ten-
te tous les d6paysements possibles, a multiplied les appeals a tous
les continents. On imagine mal, et sans doute de moins en moins,
l'importance que prenait au fil des heures mornes de son exis-
tence un simple evenement comme l'arrivee du courier. I1 sen-
tait alors le monde enfin venir a lui et repondre a son intense
besoin d'amitie. Il eut en France et ailleurs, en Amerique du
Sud et jusqu'au Japon mime, un nombre considerable de cor-
respondants a travers lesquels il interpretait le monde et rece-
vait les sollicitations essentielles a son oeuvre.
Celle-ci, en plus de tres nombreux articles parus dans les
revues et journaux de Madagascar ou de l'Ocean Indien, com-
porte deux pieces de theatre et surtout des recueils de poemes :
<, -Volumes,, ,Presque-songes>,
des pays d'Imerina,. Les premiers, de forme classique, se res-
sentaient nettement de l'influence symboliste qui marqua ses
debuts. Ils firent place peu a peu a des poemes d'apparence plus
libre, ou se degage une note plus personnelle et qui melent cu-
rieusement les thames families a l'Occident et la nostalgic des
mythes et de la terre malgache. C'est dans ces derniers recueils
et surtout dans les retrouves apres sa mort et rests
jusqu'A present inedits que se precise le drame v6cu par Ra-
b6arivelo.
Le drame du pokte.
Il n'y a pas d'exag6ration A pr6tendre qu'un tel drame est
unique dans 1'histoire des Lettres. Le drame social du pokte est
une reality bien connue et complaisamment decrite depuis le
XIXeme siecle, soit que le pokte incompris A la Chatterton soit


-5-












accul6 par la misere au d6sespoir, soit que le Crevel se d6couvre d'une nature radicalement incompatible a-
vec la forme contemporaine de la socifte. Mais il 6tait r6serv6
a Rab6arivelo d'ajouter a ce drame, d6jA en lui-m6me 6touf-
fant, la discorde plus mysterieuse et plus fatale encore qu'entre-
tenait en lui la rencontre de deux civilisations. Car il s'est voulu,
a la fois, largement franqais et profondement malgache. Il donne
parfois ses po&mes pour des traductions des ,hain-teny> mal-
gaches, ces petites pieces rappelant les hai-kai japonais. Et tout
au long de son oeuvre r6sonne la hantise d'un retour a la Terre
natale, l'appel du tombeau malgache qui abritera son r6ve fran-
aais.
En d6peignant longuement son tombeau, ne s'est-il pas d6-
crit lui-meme ?
Tout ici est solitude
Tout ici est vaste orgueil
Et tout y est renoncement
A tout ce qui n'est pas silence
A tout ce qui n'est pas oubli
Dans la desolation des roches.
Ces rocs d6sol6s sur les collins arides, cet 6cho qui se perd,
n'est-ce pas tout Rabearivelo ?
La legon d'un destin.
L'6cho pourtant commence a naitre.
Dans cette Union Frangaise qui s'6veille, rassemblement
de peuples diff6rents dans une vie spirituelle commune, le mes-
sage fulgurant de Rab6arivelo, son cri d6chir6 entire les amours
non plus contradictoires mais compl6mentaires, 6meut mainte-
nant les consciences g6n6reuses. Et ce qui fut pour lui un dra-
me sans issue ne devra plus 6tre pour ceux qui le remplacent
qu'une condition humaine plus complex rendant possibles les
creations plus riches.


-6-















P. O. Lapie (d616gu6 adjoint a I'O.N.U.)
LE CHOIX DE LA FRANCE
C'est sur plusieurs plans que commence a se bAtir l'organi-
sation de la Paix. La troisi6me session de 1'O.N.U. est ouverte.
Les difficult6s que cette institution 6prouve a gouverner le
monde sont grandes. Le nombre des d6elgations a n6anmoins
augment d'une dizaine; les Etats membres 6taient quarante-six
Sl'origine, ils sont aujourd'hui cinquante-cinq. On dit beaucoup
que 1'O.N.U. ne connait pas cette ferveur qui anima les debuts
de la Societe des Nations, mais peut-6tre y avait-il dans cette
ferveur d'autrefois un peu de naivete... On se rend compete au-
jourd'hui, avec l'exp6rience acquise, que le gouvernement du
monde et l'organisation de la paix sont plus difficiles que l'on
ne pouvait imaginer. C'est done par la technicit6 et le travail
des details que l'organisation international pourra peu a peu
rebAtir la Paix.
II est vrai que sur le principle m6me une grande difference
intervient. Le principle de l'organisation international est et
doit etre, fond6 sur la democratic, c'est-a-dire sur l'6galit6 en-
tre tous les peuples. Ainsi, les cinquante-cinq Nations repr6sen-
t6es devraient toutes etre 6gales et, il faut bien le dire, la ten-
dance vers cette egalit6, malgr6 une certain predominance an-
glo-saxonne, etait vigoureuse au sein de l'organisation de Ge-
neve. Or, il n'en est pas ainsi au sein de l'organisation de Lake
Success.
En effet, nous nous trouvons en face de deux grands empi-
res : les Etats-Unis d'Am6rique, d'une part, et la Russie Sovi6-
tique, d'autre part. Des la capitulation allemande on a compris
qu'il n'etait pas possible de voir r6apparaitre ni en Europe cen-
trale, ni en Europe occidentale, des peuples imm6diatement forts :
ils avaient ete, les uns et les autres, trop pi6tin6s par la guerre et
par les occupations nazies. Aussi, beaucoup d'esprits croient-ils
qu'il n'y a pas d'autres solutions pour des pays comme la Fran-
ce et 1'Angleterre, et pour d'autres, que d'adherer a 1'un ou l'au-
tre des grands empires. Cette position n'est pas une position d'es-
poir pour l'avenir de la paix. Aussi, voyons nous de diff6rents
c6t6s des efforts s'accomplir pour rendre a ces peuples une cer-
taine individuality.
Les positions prises par l'Angleterre afin de reprendre la
tate de son economie propre en relation avec les Dominions, sont


-7-











un de ces efforts. La France doit, elle aussi, garder dans ce do-
maine sa liberty entire. Le choix de la France, en effet, doit
etre de tenter de remplir ce qui est son r61e essential dans 1'oc-
cident europcen : celui de pacificateur et, partant de 1'Europe,
arriver A la pacification du monde. Elle a pour cela les forces
de l'esprit; elle doit mettre son imagination au service de la
paix pour dissiper la peur qui, a la suite de cette grande et ter-
rible guerre, continue d'6treindre la race humaine.
Au surplus, pratiquement, elle doit intervenir sur deux
points. Puisque chacun des peuples individuellement n'arrive
pas a reconqu6rir une vigueur &conomique suffisante, il faut 6vi-
demment crier entire les peuples des unions 6conomiques. On a
recemment souligne la declaration commune du gouvernement
franqais et du gouvernement italien exprimant la volont6 d'e-
tudier les conditions auxquelles une union douaniere pourrait
etre conclue entire la France et 1'Italie.
D'autre part, le Danemark, la Norvege et la Suede semblent
desireux de cr6er une union douaniere scandinave. Enfin, la Bel-
gique, les Pays-Bas et le Luxembourg, non contents d'avoir de-
ja mis d'aplomb 1'union appelee -Benelux>, ont pris 1'initiative
de convier tous les pays d'Europe, a 1'exception de 1'Espagne
franquiste, a etudier les possibilities de formation d'une ou plu-
sieurs unions douani&res intereurop6ennes. II y a done 1 un cer-
tain nombre d'efforts li6s a la necessity soulignee par les con-
ferences qui ont suivi la proposition Marshall, d'organiser les
relations entire les Etats sur le plan 6conomique.
Mais 1I n'est point tout 1'aspect de la nouvelle Paix. Ce
n'est pas seulement dans le cadre 6conomique qu'il y a lieu de
s'unir. Il faut aller, sous une forme ou sous une autre, vers une
organisation politique de 1'Europe. A ce propos, la reunion qui
a eu lieu en septembre a Gstaad, en Suisse, de 150 parlementai-
res appartenant a douze pays d'Europe, est assez significati-
ve. Le but de cette conference etait de rechercher les moyens
de constituer une federation europ6enne. La m6thode pr6vue
est d'abord de mobiliser, a travers 1'Europe, des majorit6s parle-
mentaires favorables a cette F6edration et de les organiser, au-
dela de toute politique de parties, en des blocs solides. Ce sont
ces majorities qui, en meme temps, favoriseront une coop6ra-
tion 6conomique de plus en plus 6troite, de fagon a aboutir a
une union economique europeenne. Enfin, une coordination des
activities parlementaires, par une union des Parlements euro-
peens, devrait preparer la creation des Etats-Unis d'Europe.
En effet, ce que ne veulent pas les d6mocrates sinc&res de
1'Europe, c'est bAtir une Europe autour d'un Etat f6d6rateur.


- 8 -











Ils ne veulent pas laisser s'6difier un bloc hostile en face d'un
autre bloc hostile. Ils veulent laisser a chaque pays la possibility
de reprendre a la fois sa vigueur 6conomique et son individuali-
te politique en vue de l'organisation de la Paix.
I1 nous semble que, dans cet effort, la France doit justement
jouer un r6le d'initiative politique. Le pays de la Declaration des
Droits de 1'Homme, doit maintenant prendre la tete du mouve-
ment de Declaration des Peuples. Nous avons dit tout a l'heure
qu'une certain foi r6gnait a la S.D.N.; mais l'institution de Ge-
neve n'etait qu'une soci6et de gouvernements et c'est 1l l'une des
raisons de son 6chec. Ce que l'on aurait voulu en faire a 1'6poque
et ce que l'on n'est pas parvenu a faire, c'etait une society de
peuples; la representation directed des peuples est necessaire afin
que les individus puissent faire entendre leurs voix par-dela les
Chancelleries.
Ainsi, devant les graves problems qui se posent a la Fran-
ce, il y a celui du choix qu'elle doit faire. Doit-elle entrer dans
tel group de puissance ou dans tel autre ? Doit-elle continue
Sn'occuper que sa place, qui n'est pas la plus grande, parmi les
Quatre Grands ? Doit-elle pr6ner les possibilities d'unions doga-
nieres et de parlement europ6en ? Les reponses a ces questions
ne sont pas incompatible les unes avec les autres. En demeu-
rant attachee a 1'O.N.U., en defendant l'id6al d'un parlement fe-
deraliste europeen, en negociant des unions douanieres entire
deux ou plusieurs pays, la France choisit de continue a travail-
ler dans sa ligne de conduite naturelle : le service de la demo-
cratie et le respect de l'independance des peuples.


-.9 -















Ren6 Sudre : LA SCIENCE FRANCAISE
DEPUIS LA GUERRE
Pendant la guerre, la science frangaise fut en quelque sorte
en etat d'asphyxie. Beaucoup de ses chercheurs avaient Wte en-
lev6s par la mobilisation et ils restaient disperses. Les labora-
toires 6taient fermes ou bien ils travaillaient au ralenti avec des
moyens insuffisants, et dans une atmosphere st6rilis6e par la
presence et le contr6le de l'occupant. Enfin, le manque d'infor-
mation sur les travaux strangers, la disparition presque complete
des revues de science pure donnaient aux rares savants qui pou-
vaient continue leurs recherches le sentiment de tAtonner dans
la nuit. Neanmoins, certain r6ussirent A dissimuler A l'ennemi
des decouvertes qui auraient ete utilis6es par lui soit pour la
poursuite de la guerre, soit pour le plus grand profit de l'indus-
trie allemande qui pillait non seulement les tr6sors du pays,
mais ses brevets et ses idees. M. Rene Barth6lemy, par example,
un des artisans frangais du radar, fit faire a la t6elvision un pro-
gres considerable, puisqu'il dota la jeune science de 1'image a
mille lignes au moment meme ou les Americains s'arretaient A
540. De meme M. Leprince-Ringuet avanga ses recherches sur les
rayons cosmiques et fit construire dans les Alpes, A 3.650 m. d'al-
titude, une station, qui est A l'heure actuelle la premiere de 1'Eu-
rope.
La tAche la plus urgente, des la Liberation, 6tait de reorgani-
ser laboratoires et observatoires de science pure et appliquee
en dehors meme de l'Universite don't les besoins rel&vent plus
de l'enseignement que de la recherche. Ce fut l'oeuvre du Cen-
tre National de la Recherche Scientifique qui existait d6jA avant
la guerre mais qui a pris depuis une importance considerable et
qui a l'ambition d'etre un example pour les autres pays. Un
de ses principles les plus revolutionnaires est qu'il n'y a plus de
distinction entire la science theorique et la science pratique ou
industrielle, parce que le savant ne peut plus aujourd'hui se d6-
sinteresser de l'usage qu'on fera de ses recherches. En 1945, le
Centre National, qui comprenait jusque-lA les sciences math6-
matiques, physiques et biologiques, se proposal d'embrasser d6-
sormais le domaine des sciences humaines ou de l'esprit : g6o-
graphie et histoire, archeologie et anthropologie, droit et socio-
logie, linguistique et meme litt6rature. Il conserve la hi6rarchie
qui avait ete 6tablie A sa foundation, a savoir : stagiaire, charge


-10-










de recherches, maitre et directeur pour les savants proprement
dits; agent, aide collaborateur et directeur pour les technicians.
Disposant d'un budget de plus d'un demi-milliard de francs, il
confere des bourses et des allocations qui vont non seulement
a des personnel mais A des etablissements et des publications.
Le Centre National a ainsi sauv6 de la disparition nombre de
revues et de bulletins ou s'enregistre le travail des laboratoires
franqais.
Mais 1l ne s'est pas bornee son action bienfaisante. I1 s'est
preoccup6 de coordonner le travail scientifique en supprimant les
doubles emplois et de creer des laboratoires nouveaux ou d'o-
rienter les anciens vers de nouvelles recherches. Il a, en some,
un droit de regard sur toutes les oeuvres scientifiques du pays,
universitaires ou priv6es, mais il contr6le directement 35 6ta-
blissements, a commencer par ceux de Bellevue qui compren-
nent une station exp6rimentale du Froid, un laboratoire du ma-
gn6tisme (avec le grand 6lectro-aimant de l'Acad6mie des Scien-
ces), des laboratoires de chimie, de biologie, etc... II faut y a-
jouter un Laboratoire d'astrophysique a Paris; et une station
astronomique, a Forcalquier, qui promet d'6tre la mieux 6qui-
pee du Continent; la station de rayons cosmiques de l'Aiguille du
Midi; le Laboratoire de synthese atomique d'Ivry, etc, etc...
Parmi les projects d'une r6alisation plus ou moins prompted, men-
tionnons une grande cite scientifique a Gif, pres de Paris, un Ins-
titut d'optique electronique et un Bateau oc6anographique na-
tional. Ce n'est evidemment que dans quelques annees que tous
ses efforts commenceront a porter leurs fruits.
Comme en tous les pays, c'est la physique atomique qui at-
tire le plus la curiosity des esprits. A cet regard, la France avait,
en 1940, une advance considerable. D'une part, dans le domain
de la mecanique ondulatoire, les travaux de Louis de Broglie
et de son ecole etaient devenus universellement celebres; d'au-
tre part, ceux de Fr6d6ric Joliot et de sa femme Irene Curie,
sur la chimie nucleaire, ne l'6taient pas moins et l'histoire dira
un jour le r6le que ces deux savants ont jou6 dans l'utilisation
de l'energie atomique. Les premiers travaux ont permis un nou-
veau progres recent dans l'optique electronique. On sait que le
microscope a electrons multiple aujourd'hui par quinze et mb-
me par vingt le grossissement du microscope ordinaire. Jus-
qu'a ces derniers temps, on croyait ne pas pouvoir d6passer une
amplification de 100.000. Or, voici que M. Claude Magnan, qui
est sous-directeur du Laboratoire de M. Maurice de Broglie, au
College de France, vient de decupler encore cette puissance en
utilisant, au lieu d'6lectrons, des protons ou noyaux d'hydrog&-


-11-











ne qui sont presque 2.000 fois plus lourds. Si cela ne permet pas
de voir, les atomes, du moins cela va donner la possibility de
prendre l'image des groups mol6culaires dans la measure oh les
projectiles atomiques ne les d6truiront pas.
Dans la chimie nucl6aire, M. Juliot pursuit ses travaux en
vue d'utiliser l'6nergie des -fissions> radioactive. On sait qu'il
dirige le Haut-Commissariat de 1'Energie atomique cr66 par le
gouvernement franqais. Cet organisme official est maintenant
en pleine activity. Il est administr6 par l'ing6nieur Dautry et
comprend quatre commissaires scientifiques : Mme Joliot, MM.
Auger, Perrin et le g6n6ral Dassault. Des physicians, des g6olo-
gues et des biologists composent le personnel de recherches.
L'6quipement fundamental consiste en le grand cyclotron du
College de France, les hautes tensions( jusqu'A 5 millions de
volts) du Laboratoire de synth6se atomique, et les radio-616-
ments naturels de 1'Institut du radium. Ces sources radioacti-
ves sont en quantity tres limit6e et il en faut beaucoup pour fa-
briquer les , 6nergie atomique. Aussi le Haut-Commis-
sariat a-t-il cree un service important de prospection des mi-
n6raux radio-actifs, en particulier de l'uranium. I1 y a de l'u-
ranium et du thorium en France; on en a d6couvert des gise-
ments en Sa6ne-et-loire et dans le Puy-de-DOme. Une 6quipe
de 68 prospecteurs a 6t6 constitute parmi les jeunes g6ologues.
La moiti6 est r6partie en France, l'autre moiti6 dans les ter-
ritoires d'outre-mer, sous la direction de professeurs et de sp6-
cialistes. Ils ont form un grand nombre d'aides et sont munis
des appareils de detection les plus perfectionn6s. Les premiers
r6sultats sont tr6s encourageants. L'exploitation est commen-
c6e dans la region d'Autun. Les ateliers de concentration du
mineral sont presque achev6s. Une usine de purification des
sels d'uranium a Wet installed a la poudrerie du Bouchet.
Un grand terrain a ete acquis aux environs de Paris pour y
construire un centre d'exp6riences. II est pr6vu qu'on construi-
ra deux piles atomiques, l'une A 1'eau lourde, l'autre, dix fois
plus important, au graphite. Il faudra deux ans pour les ache-
ver. Pendant ce temps on 6difiera loin de Paris et des centres
urbains, en pleine champagne, une Centrale d'energie de grande
puissance. I1 n'est point question, et M. Joliot-Curie l'a
fprmellement declare -. de fabriquer des armes atomiques. Le
but du Haut-Commissariat. est -de rattraper l'avance americaj
ne, mais en orientant exclusivement les efforts vers les applica-
tions utiles A l'humanit6. Le gouyernement franqais est donc- a
l'aise pour se soumettre- d!4vance au conr6le international qui
a Wte pr6vu par les Nations unies et le Conseil de s6curit6. M.


-12-












Joliot est d'avis, d'ailleurs, que 1'elimination de l'arme atomi-
que ne peut se faire que dans le cadre du desarmement g6ne-
ral. Nous n'en sommes, helas, pas la, mais il faut se garder du
pessimisme dans un problem ou le sort meme de la civilisation
est en jeu.
Si, dans le domaine physique, les atomes sollicitent le plus
l'attention, dans le domaine biologique, se sont les substances
microbicides (ou comme on dit abiotiques,) du type penicilli-
ne. Le but est de les employer a combattre les maladies irre-
ductibles comme la tuberculose et le cancer. Deux ordres de re-
cherches frangaises sont A signaler a cet regard. D'abord les
travaux du professeur Hollande, de Montpellier, sur la bine-, suc de champignons alpestres qu'on appelle ronds-de-
sorciere,. Dans une communication recent a 1'Acad6mie des
Sciences (28 mai), M. Hollande relate des experiences qui mon-
trent nettement la destruction in vitro du bacille tuberculeux
par un des products qui forment la clitocybine. D'autre part,
l'auteur a deja etabli que cette substance detruit les lesions du
cobaye tuberculeux. Il y a done de ce c6te un grand espoir.
D'un autre c6te, M. Ramon, l'inventeur des anatoxines, e-
tudie depuis de longs mois, a 1'Institut Pasteur de Garches, un
autre abiotique extrait du pelle la -subtiline, tue un grand nombre de virus. Il n'est pas
impossible que tous ces efforts convergents aboutissent quelque
jour a une victoire complete sur les fleaux qui redoublent de
malfaisance, dans l'etat de misere physiologique ofi se trouvent
la plupart des populations du monde.


-13 -
















L6on Degand : CEZANNE ET SA POSTERITE
C6zanne parait aujourd'hui au comble de la gloire posthu-
me. Il est le pare de toute la peinture moderne et, dans la plu-
part des milieux avertis, il serait indecent de mettre en doute
cette paternity. D'autant plus qu'elle est revendiqu6e par la gros-
se majority des peintres eux-memes. Car, en peinture, et en
art, en g6enral, ce sont les enfants qui se cre6ent des parents,
qui les choisissent A leur image, et leur imposent des obligations


Une nature morte de Cezanne.


paternelles don't ces infortunds ancetres seraient peut-6tre fort
embarrasses. Imagine-t-on, en effet, la stupeur de C6zanne, s'il
pouvait contempler les oeuvres de deux families de peintres,
les Cubistes et un grand nombre d'Abstraits, respectivement ses
enfants et ses petits-enfants ?


--14-











Non, Cezanne n'avait pas voulu cela. Et, de meme que cer-
tains Cubistes, aujourd'hui plus que sexag6naires et fiddles aux
decouvertes de leur jeunesse et de leur maturity, ne peuvent
reconnaitre leur part de responsabilite dans les creations exclu-
sivement non-figuratives de leurs cadets, de meme il y a beau-
coup de chances que Cezanne aurait refuse son patronage aux
inventions des Cubistes qui lui vouent un culte.
Quelle etait la situation au moment oi Cezanne se mit en
demeure de poursuivre son demon personnel ?
Les Impressionnistes venaient de proceder a une revolution
radical. Leurs devanciers, les R6alistes, les Naturalistes, vi-
vaient de l'ambition de representer les choses telles qu'elles sont.
J'entends bien qu'ils ne pretendaient pas nous restituer le monde
exterieur dans sa reality metaphysique et absolue, puisque nul
ne peut se vanter de la connaitre, qu'ils se contentaient des ap-
parences, et, meme, d'une certain id6e, conventionnelle et cou-
rante que l'on se fait de ces apparences. De plus, ils n'etaient pas
sans sacrifier a des regles de composition et de convenance pic-
turales, sans quoi il ne saurait 6tre de peinture, meme acad6-
mique. Il n'empeche qu'ils visaient a l'objectivit6 documentaire.
Les Impressionnistes renverserent ce point de vue. Ils pri-
rent nettement le parti de representer les choses telles qu'on
les voit et, se conformant a un precepte en honneur a leur epo-
que, notamment en litterature (voyez le Symbolisme), ils com-
prirent qu'en sugg6rant les choses, on les montre de maniere
beaucoup plus saisissante.
Leur action porta sur la couleur. Ils devinerent qu'en divi-
sant le ton en ses composantes pures, en suggere beaucoup plus
intensement le ton desire, grace au melange optique. Claude
Monet avait aperqu, a Londres, que certain blancs de Consta-
ble ne sont si eclatants que parce qu'ils sont nourris de mille
nuances colonies. Les Impressionnistes s'enivrerent de cette au-
baine, au point d'oublier que le tableau n'est pas seulement
une bouleversante impression chromatique, mais aussi une cons-
truction bien charpent6e et muscle. (Ils n'en produisirent pas
moins des chefs-d'ceuvre, car, en art, il n'est pas d'erreurs de
principle, il n'est que des reussites ou des echecs).
Cezanne prit conscience du caractere invert6bre de la pein-
ture de ses contemporains, et il se fixa le programme suivant:
faire de 1'impressionnisme quelque chose d'aussi durable que
1'art des muses. Ce sont ses propres terms. Comme les Im-
pressionnistes, et contrairement aux habitudes des R6alistes na-
turalistes, il s'en alla cultiver des impressions d'apres nature,


- 15 -











dans la nature, en faisant le mieux possible abstraction des con-
ventions traditionnelles. Fiddle au principle de la peinture claire,
introduit par les Impressionnistes, il r6int6gra cependant les
bruns, que nos r6volutionnaires avaient bannis par haine du bi-
tume r6aliste. Mais, au lieu de porter son attention exclusive-
ment sur les jeux de la lumiere, que traduit la seule couleur, il
s'interessa aussi aux jeux de la forme.
J'ai dit que la revolution des Impressionnistes r6sidait dans
le fait qu'ils d6siraient repr6senter les choses telles qu'on les
voit. A l'objectivite des R6alistes il substituait done la subjec-
tivit6 du peintre, en toute franchise. C6zanne suit leur mot d'or-
dre, puisque, a la subjectivity dans le domaine de la couleur, il
joint la subjectivity dans celui de la forme. A une impression
chromatique il ajoute une impression formelle. Malgr6 cette
difference essentielle, C6zanne est done bel et bien un Impres-
sionniste, mais un Impressionniste plus complete, quoi qu'en aient
dit certain th6oriciens cubistes, enclins A ne voir en Cezanne
que leur initiateur dans la construction des formes et non le
peintre qui choyait sa petite sensationD, c'est-A-dire, sa petite
impression.
Bien qu'il ait parle de tout traiter par la sphere, le c6ne
et le cylindre, du moins en principle, Cezanne visit surtout A
r6v6ler, par sa peinture, les lois g6om6triques qui, lui semblait-il,
r6gissaient ses modules. Ses d6formations et sa perspective
6taient sans doute affectives, comme l'a 6crit Andr6 Lhote, mais
orientees par l'expression fiddle du module qu'il avait sous les
yeux. Et c'est d'un bon Impressionniste que le choix de ses cou-
leurs, pour arbitraire qu'il parfit, ait toujours Wte justifi6 par la
n6cessit6 de reproduire la r6alite des impressions reques et celle
de respecter des lois du chromatisme.
L'art de C6zanne reste done tributaire des injonctions de la
nature et de certaines lois de la physique. Cette limitation, il
nous serait facile, aujourd'hui, de la mettre au compete de la ti-
midit6 de Cezanne. Il nous est cependant indispensable de ne
pas la perdre de vue, car c'est elle qui spare Cezanne de ses
enfants Cubistes et, davantage encore, de ses petits-enfants Abs-
traits.
Cezanne, en se soumettant a sa nait peut-6tre se conformer, mieux que ses predecesseurs R6a-
listes et Impressionnistes, a un certain ordre cosmique, inscrit
dans les natures mortes et les paysages qu'il d6peignait. Du
moins, c'est ce que des commentateurs de son oeuvre tendent a
nous d6montrer. Les Cubistes, au contraire, n'entendirent plus


- 16 -












se conformer qu'a un certain ordre plastique, auquel ils plierent,
sans scrupule, les donn6es de la reality du monde visible. Il y a
un monde entire les deux.
Un monde d'intention, me fera-t-on observer. Cezanne aussi,
en fait, pliait la realite a une volont6 plastique. Sans doute. Mais
C6zanne temp6rait sa passion de la plastique d'un d6sir irre-
pressible d'obeir a la realit&. Or, la situation est totalement in-
vers6e chez les Cubistes, du moins dans leurs oeuvres les plus si-
gnificatives et les plus audacieuses. Et de leur tendance a la
plastique pure, tout un group de peintres a conclu a la possi-
bilit6, a la n6cessit6 d'abandonner tout recours au monde exte-
rieur : ce sont les Abstraits. Avec eux nait une peinture nou-
velle. L'intention 6tait done d6terminante.
On comprend pourquoi Cezanne, 1'Impressionniste, l'homme
qui peignait d'apres nature-, serait plut6t gen6 d'etre 1'an-
cetre de ces peintres qui ne revent que d'inventer, meme s'ils
ne s'entendent pas entire eux.


-17-














Rene BertelM : OU EN EST LA POESIE EN FRANCE ?

Une enquete du journal sur les livres les plus demands en
librairie A Paris concluait recemment : Aucun inter&t chez l'acheteur pour les nouveaut6s po6tiques....
On peut se demander si cette formule a 1'emporte-pikce rend
tout a fait compete de l'un des marchess les plus subtils : celui
des livres de po6sie. Elle vaut pourtant la peine qu'on s'y arrete,
si l'on considere (avec Val6ry) qu'il n'est pas sans interet de
tenir compete de la consommation quand on parole de la produc-
tion, fft-elle de toutes la plus spirituelle.
La poesie frangaise don't les critiques, les 6diteurs, souvent
les po&tes eux-memes, ont proclame un peu bruyamment la are-
naissances pendant quatre ans, dans tant de revues, de journaux
et de plaquettes, serait-elle aujourd'hui brusquement menace
de disaffection ? Crise de po6sie ? Peut-6tre. A vrai dire, si
,,crise> il y a, elle n'est que de mue ou de croissance et r6sulte
avant tout, comme les autres, d'une inflation.
De 1940 a 1944, une vague lyrique suscit6e par quatre ann6es
de luttes, de dangers et d'espoirs, a d6ferle, on le sait, sur la
France. En meme temps, la poesie franqaise, naguere parvenue a
l'extreme pointe de son effervescence et de son emancipation
avec un Claudel, un Fargue, un Max Jacob, un Cocteau, avec
surtout les surrealistes, apres tant de d6bordements audacieux et
magnifiques, rentait sagement dans son lit: ce veloppement d'un sujet, les idles et les sentiments gen6raux,
la rh6torique, voire la prosodie. Brusquement les plus intran-
sigeants des surr6alistes se souvenaient de Victor Hugo, parfois
de Francois Coppee. Les poemes de guerre d'Aragon, d'Eluard,
d'Emmanuel, de Jouve ou de Supervielle temoignent bien de ce
retour a une conception plus traditionnelle de la po6sie. S'il
nous a valu parfois d'admirables reussites dans la measure oi
quelques poktes, parmi les plus grands, ont su faire passer dans
leur chant les 6chos du drame universal tout en restant fiddles
A leurs plus intimes demons (Podsie et Vdritd 42 d'Eluard, La-
byrinthes et Exorcismes de Michaux, Exil de Saint John Perse
en apportent la preuve), il n'en va pas de meme, il faut bien
le dire, pour toute une troupe bruyante de plus ou moins jeunes
poktes don't les titres civiques, les accents genereux et parfois
I'habilet6 ont pu un moment en imposer mais n'ont su pour-
tant empecher que leurs noms ne s'oublient deja. Lieux com-
muns banals, fade rhetorique, mediocres imitations des plus m6-


-18-











diocres morceux d'anthologie artificiellement assaisonnes A la
mode mi-surrealiste, mi-h6roico-sentimental du jour : c'est de
cette poesie que le lecteur frangais est aujourd'hui un peu las.
Les bons sentiments ne suffisent pas, helas, a faire de la bonne
poesie et il est peut-6tre vrai que, comme 1'ecrit tres lucidement,
dans un recent article, Pierre Reverdy : a la barricade et chanter la barricade en mime temps. Il faut
qu'il la chante avant ou apres. Avant, c'est plus prudent; ce
qui revient bien a dire que l'homme est d'autant plus engage
que le poete l'est moins....
Pourtant, alors que s'etablissent des renommees passageres,
quelques sources sont nees ou ont continue a couler dans l'om-
bre, s'enrichissant de toutes les alluvions du temps, mais sans
trouver dans le malheur pr6texte a chantage: un Patrice de
La Tour du Pin qui, dans son dernier recueil Une some de
poesie, pursuit, en de tres beaux vers, l'evocation de son royau-
me merveilleux et inaccessible; un Rene Char, poete venu du
surrealisme, don't la demarche solitaire et si authentique re-
presente sans doute aujourd'hui l'un des signes les plus vala-
bles de la redicouverte d'un language poetique; un Guillevic,
don't la mythologie elementaire si personnelle et l'ecriture tres
dense font de sa po6sie l'une des experiences les plus originales
de ces dernieres annees ; un Jean Follain qui, dans ses tableaux
de petit format, nous inquiete et nous fait rever ; un Raymond
Queneau, acide, fruste et ironique dans ses lourdes complain-
tes picaresques. Un Aime Cesaire qui a su nous rendre, en de
vastes foulees lyriques, sous une forme savante inspiree des
grands symbolistes, l'odeur sauvage de son pays natal.
Ces quelques noms, auxquels il faudrait ajouter ceux de plus
jeunes, permettent d'esperer, avec la fin de l'inflation po6tique,
cette reprise de conscience, cet effort d'approfondissement et de
sincerity qui, jointe au souci de l'invention d'un verbe person-
nel, conditionnent toute creation po6tique.
Mais surtout deux poetes, connus et aims jalousement d'un
petit nombre avant la guerre, ont vu, ces derniers temps, leur
audience et leur renommee grandir de fagon considerable. Je
veux parler d'Henri Michaux et de Jacques Pr6vert.
L'experience du premier est la plus singuli&re et pourtant
la plus significative. On trouve dans ses fables, apparemment si
gratuites, la texture profonde de l'air de notre temps, son cli-
mat affectif le plus exact (La Grande Carabagne, le Pays de la
Magie sont notre pays a tous) ; dans ses poemes, directs, d6pouil-
les, stridents comme un cri, la voix d'un homme aux prises avec
des difficulties, des interdits, des angoisses qui sont les n6tres. Et


-19-











Plume, son h6ros familiar, est une maniere de figure exemplaire.
Un critique pouvait 6crire recemment que 1'ceuvre d'Henri Mi-
chaux apparaissait comme dl'histoire universelle des mythes de
l'homme,.
Cette histoire ou cette epop6e -, nous est cont6e aussi
sur un tout autre ton, mais aussi puissamment authentique, par
Jacques Prevert. Ses enormes cinventaires, qui rapprochent les
choses et les hommes apparemment les plus strangers dans des
rendez-vous a la fois cocasses et tragiques, oui 6clatent en meme
temps 1'invective, l'hilarite et la tendresse, disent un monde in-
juste, absurde et incoherent. Au bout du compete, on y voit luire
comme un espoir de v6rit6 d'une morale naturelle: celle du peu-
ple ou de l'enfant. Par l'ampleur de son registre, la poesie de
Prevert, qui est avant tout un homme de cinema, est peut-etre
aujourd'hui la seule qui puisse toucher un public aussi vaste
et aussi vari6. Le succes recent de son recueil Paroles, don't
quinze mille exemplaires ont ete epuises en quelques semaines,
dit bien qu'il est actuellement le poete populaire francais par
excellence (et qu'on vend encore des livres de poesie a Paris...)
Prevert, Michaux, deux temperaments et deux oeuvres si
diff6rents Pourtant, a y regarder de pres, plus d'un trait com-
mun les unissent. Tous deux parent d'une destruction de la
poesie traditionnelle et, de cette rupture, font jaillir un lyrisme
qui est bien celui d'une epoque deque, en proie aux stagnations
morales et aux tentations du cynisme: un lyrisme Apre, r6a-
liste, plein d'humour. Dans l'ceuvre de l'un et de l'autre, on res-
pire un air tonique, cher a nos poitrines privies d'ozone : celui
de la liberty. L'un et l'autre, loin d'aller chercher leur inspira-
tion dans des recettes scolaires, ont recharge la po6sie fran-
gaise d'un potential nouveau: l'exp6rience du reel, du quoti-
dien, vus par des yeux neufs, epouvantes ou emerveill6s, mais
toujours singulierement pergants et cela sous la forme la
plus spontan6e : celle de 1'anecdote, de la confidence ou du mo-
nologue.
Ces deux poetes, aboutissement d'une longue demarche de
la po6sie frangaise, depuis Baudelaire et Rimbaud, A travers
Apollinaire, Fargue et Eluard, et qu'on pourrait nommer ar6a-
lisme magique>, nous proposent peut-etre la solution de la crise
que nous venons d'6voquer : elle n'est pas plus, cette solution,
dans la synthese hasardeuse de formules anciennes que dans
une d6cantation excessive de la poesie portee aux limits de
l'exp6rience mystique mais dans une prise de conscience A la
fois plus libre, plus ample et plus aigui de l'homme et du monde.
Telle est, d'ailleurs, toute de connaissance, la vraie tradition de
la po6sie et aussi de l'art frangais.

-20-
















Jacques Prevert : LA GRASSE MATINEE

II est terrible
le petit bruit de l'oeuf dur cass6 sur un comptoir d'6tain
il est terrible ce bruit
quand il remue dans la memoire de l'homme qui a faim
elle est terrible aussi la tete de l'homme
la tete de l'homme qui a faim
quand il se regarded e six heures du matin
dans la glace du grand magasin
une t&te couleur de poussiere
ce n'est pourtant pas sa tete qu'il regarded
dans la vitrine de chez Potin
il s'en fout de sa tete d'homme
il n'y pense pas
il songe
il imagine
une autre tete
une tete de veau par example
avec une sauce
au vinaigre
ou une t6te de n'importe quoi qui se mange
et il remue doucement la mdchoire
doucement
et il grince des dents
doucement
car le monde se paye sa t&te
et il ne peut rien centre ce monde
et il a beau rdpiter depuis des jours
ga ne peut pas durer
ca dure
des jours
des nuits, ga dure des jours et des nuits
sans manger
et derriere la vitre ces pdtes
ces bouteilles
ces conserves
poissons morts prot6dgs par des boites
boites protegdes par les flics
flics prot6ges par la crainte
que de barricades pour six malheureuses sardines


-21-













un peu plus loin c'est le bistrot
caf&-creme et croissants chauds
sandwiches
l'homme titube
et dans l'interieur de sa t&te
un brouillard de mots
sardine manger
ceuf dur cafe-creme
cafe arrose rhum
0 franc 70
cafe-crime
cafe-crime arrosd sang
Un homme tres estim6 dans son quarter
a dtRd gorg6 en plein jour
et I'assassin lui a voli
deux francs
soit un cafd arrose
0 franc 70
deux tartines beurrges
0 franc 50 X 2
un franc
et 20 centimes pour le pourboire au gargon
La foule a lynch l'assassin
le vagabond
et tout le monde est reparti
vaquer a ses occupations.

(extrait du journal TERRE DES HOMMES, 24 novembre 1945)


-22-














Henri Michaux : TROIS POEMES (*)
Nausie ou c'est la mort qui vient ?
Rends-toi, mon caeur.
Nous avons assez lutte.
Et que ma vie s'arrete.
On n'a pas td6 des laches,
On a fait ce qu'on a pu.
Oh! mon ame,
Tu pars ou tu restes,
II faut te decider.
Ne me tdte pas ainsi les organes,
Tant6t avec attention, tant6t avec dgarement,
Tu pars ou tu restes,
II faut te ddcider.
Moi je n'en peux plus.
Seigneurs de la Mort
Je ne vous ai ni blasphdmes ni applaudis.
Ayez pitid de moi, voyageur ddjd de tant de voyages sans valises,
Sans maitre non plus, sans richesse et la gloire s'en fut ailleurs,
Vous 6tes puissants assurement et dr6les par dessus tout,
Ayez pitie de cet homme affold qui avant de franchir la barriere
[vous crie d6dj son nom.
Prenez-le au vol,
Qu'il se fasse, s'il se peut, a vos temperaments et a vos moeurs,
Et s'il vous plait de l'aider, aidez-le, je vous prie.
(ECUADOR)

Repos dans le malheur
Le Malheur, mon grand laboureur,
Le Malheur, assois-toi,
Repose-toi,
Reposons-nous un peu toi et moi,
Repose,
Tu me trouves, tu m'6prouves, tu me le prouves,
Je suis ta ruine.

*Ces trois poemes ont etd choisis parmi ceux qui composent l'anthologie
qu'a dressee Rend Bertele, dans le volume de la collection d'hui> consacred Henri Michaux. Editions Pierre Seghers. Paris, 1946.

-23-











Mon grand th6itre, mon havre, mon itre,
Ma cave d'or,
Mon avenir, ma vraie mere, mon horizon,
Dans ta lumidre, dans ton ampleur, dans ton horreur,
Je m'abandonne.
(PLUME precedd de LOINTAIN INTERIEUR)

Un Fragment

Voici qu'est venue I'Epoque dure, plus dure que la dure condition
de l'homme.
Elle est venue l'Epoque.
Je ferai de leurs maisons des lieux de decombre, dit une voix.
Je ferai de leurs vaisseaux qui voguent sur l'eau des pierres qui
coulent rapidement.
Je ferai de leurs families des hordes terrifies.
Je ferai de leurs richesses ce que d'une fourrure font les mites,
n'en laissant que le spectre, lequel tombe en poussiere au
moindre geste.
Je ferai de leur bonheur une sale sponge qu'il faut jeter, et leurs
projects d'autrefois plus comprim6s que le corps de la punaise
persecuteront leurs jours et leurs nuits.
Je ferai planer la mort en verit6 et en rdalit6 et malheur a qui
se trouvera sous ses ailes.
Je culbuterai leurs dieux d'une monstrueuse culbute et dans ses
ddbris dparpilles ils trouveront des dieux qu'ils ne se sa-
vaient pas et don't la perte les fera souffrir encore davantage.
Lugubres, lugubres mois !
Lugubres comme cantonnement inond6 par surprise.
Lugubres comme le blockhaus aperqu tout & coup et trop tard,
trop tard son embrasure mince semblable a un mauvais ceil
pliss6, mais ce qui en sort est autrement pendtrant.
Lugubres comme un croiseur sans escorted a6rienne, le soir, pros
des unites enemies, tandis qu'on entend des bruits dans le
ciel que I'on identified que trop bien quoiqu'encore faibles,
mais ils grossissent si epouvantablement vite, et le croiseur
s'en va, zizaguant comme une phrase maladroite qui ne ren-
contre pas le lit de l'histoire.
Lugubres... et pas finis.
(LABYRINTHES)


-24-















Jean F. Brierre :
J'avais vu des homes mourir sous le chloroforme
des prieres, la lenteur des gestes sacramentels
dessinds dans le reflet des cires. Et dans une
chambre oif l'araignee macabre tissait un silence
lourd, des existences haleter parmi des ombres
agenouillees. Mais je n'avais pas encore vu:

LA MORT DES B(EUFS
De la rumeur du march au betail, le premier descendit ner-
veusement avec un beuglement d'orgueil, une sorte d'ivresse,
une joie de bondir, d'etre libre et de brouter au ras de la colline
l'opulente prairie du ciel. Il fit pirouetter son conducteur, un
paysan sans age, l'obligea a danser, glisser, courir. Puis, ramass6
sur soi comme s'il longeait un couloir menant a de vagues arenes,
il march avec des fr6missements de tout l'6tre, la tete legere-
ment inclinee, pr&t a la lutte.
Mais de nos jours, l'homme a abjur6 l'Apre magnificence des
jeux du cirque oiI le taureau et le banderillo c6toient des abimes
fleuris de mains eperduement exaltees et de cris percants comme
des fleches. II organise des guet-apens que reprouve pourtant le
code d'honneur des betes. Il assassine lhchement sans s'exposer,
depuis que l'evolution lui a donned la position vertical. Il in-
flige une mort malpropre et sans gloire a ses freres de l'espece,
et se pare grotesquement du titre de Roi de la Creation.
Et pourtant le bouveau marque au front par les jougs durs
que porterent ses aieuls attel6s au moulin primitif, avec la nos-
talgie confuse du cirque, le bouveau souple sur ses jarrets ro-
bustes voudrait jouer dangereusement sa vie dans un de ces
spectacles forc6ment beaux et tragiques, jouer sa vie horizon-
tale centre une vie vertical et sous les yeux de n'importe quelle
foule, l'assemblee des arbres suffirait, ou mieux toute cette lignee
de taureaux fiers, solides, durs a la peine, qui broutent mainte-
nant dans son regard un matin de grand soleil comme au-
jourd'hui, force contre force, ruse centre habilete, trouver une
fin choisie devant le rideau pourpre du dernier theatre, apres
avoir plante ses cornes jeunes et lisses comme de l'acajou poli,
effilbes en points d'6toiles, dans la poitrine d'un homme. Et
sentir moins le poignard cruel que, sous le geste clair et vif de


-25-











1'adversaire, ce jaillissement de dentelle amarante au bord de
la blessure.
C'est ce reve d'ardeur et de volupt6 qu'il voudrait proposer
A l'homme, A ces hommes qu'attend une vieillesse equivoque sur
une paillasse puante, Ou l'agonie horrible dans la salle commune
de la prison ou de l'h6pital. Ce reve qu'il exhale peut-6tre comme
un souverain appel dans un beuglement bref et clair comme un
claquement d'6tendard.
Mais il se cabre devant une masse informed a quoi s'atta-
quent de grands coups de machette qui font penser a un abat-
tage d'arbres. Puis il hume dans l'air une odeur chaude, dou-
ceAtre, sale, une odeur de vache qui vale. Une odeur de vie,
1'odeur crue de la cruaut6.
Il est dejA attache. Le bourreau, un visage sans expression,
avec de la lourdeur aux l6vres, se signe avec sa dague. Se met
en garde comme A un combat d'escrime. Menace et vlan' entire
les epaules, le touche just au sommet du cceur. Et du sang jaillit,
en meme temps qu'un cri de souffrance et de r6volte, de haine
et de reproche, comme si le cri et le sang 6taient parties en meme
temps du cceur. Et les bondissements de la bete trahie prominent
au-dessus du sol un large ruban rouge qui lui mouille les sabots,
eclabousse le mufle. Et trace sur la terre grasse des demi-cercles
maladroits, des pat6s a 1'encre rouge. Puis s'6coule en des ruis-
selets que lechent avidement les chiens gras et cruels.
Haletant,. le bouveau titube. Ses yeux grands ouverts lgere-
ment colors de verdure, hantes de la claire beauty des champs;
ses yeux, d'un path6tique attenu6 d'inconscience, s'emplissent
d'un fin brouillard. Les jambes s'ecartent tremblantes. Le bour-
reau le bouscule. Il tombe sur les genoux. A peur de ce contact
avec le sol. Se relieve en proie A une panique indescriptible puis,
sous le poids invincible de ce qui devient lentement un cada-
vre, s'affaise d6finitivement. La bete se raidit en des convulsions
atroces, tandis qu'il lui coule des levres une salive gluante et
verte. Puis se couchant sur le dos, ramassant ses forces ultimes
dans un jet superbe et orgueilleux de la tate en arriere, il plonge
ses comes dans la terre molle, offrant son mufle noir et sale au
soleil ardent, t6moin de ce crime banal et sans art.
Et son regard, un beau regard agrandi d'homme, s'emplit
jusqu'au bord comme un miroir, de l'immensit6 du ciel immacul6.
Essuyant sa dague du revers de la manche, le bourreau
sourit.

Le second, un taureau maigre et patient, avait cette laideur


-26-











innocent des betes, qui confine a la bont6. Etait-il jeune mais
use a des tAches meurtrieres ? Vieux et vid6 d'illusions ?
Son regard globuleux etait came et resigned. Sur des terres
avares, par les 6ets etouffants de chez nous, il a accoutume de
vivre de peu, de quelques herbes sauvages, portant a l'aube des
6pis de gouttes de soleil qui caressent au fond de la gorge sa
vieille soif des vaines patures sur les berges de la Grand'Anse.
On l'y a men- ce matin. Le brouillard descendait le cou-
rant, embarcation fant6me. Et quand il s'est pench6 pour boire,
un mufle est venu a la rencontre du sien, sur un fond de ciel
humide et mobile, un mufle pareil au sien, large et noir qui bu-
-vait en meme temps que lui, de la mime soif, la meme eau.
Un taureau aux grands yeux doux, un frere de chaine sans
doute. Il leve la tote, jouit de l'air frais, du spectacle des files
de paysans descendant la colline voisine toute emaillee de bon-
bongnins puis rencontre a nouveau le fraternel regard. Beugle.
Ecoute de l'autre c6ot de la montagne une voix qui serait l'ombre
de sa voix, lui r6pondre. Et machinalement monte vers la route.
C'est le march au betail. Peut-6tre va-t-il revoir l'appari-
tion des eaux claires et miraculeuses de cette Grand'Anse ou les
pieds rencontrent une boue poisseuse a travers laquelle on de-
vine le ciel ? Ii cherche avidement. Beugle. Parfois il croit en-
tendre la reponse imprecise et lointaine mais le march l'6touffe
rapidement dans sa rumeur chaude et cotonneuse. Des paysans
parent a c6t6 de lui. Le tatent. Va-t-il changer de paturages ? On
1'emmene. II trouve sur un terrain vague le premier bouvillon,
couch, immobile. Un home, par une entaille faite au genou
du cadavre, s'est mis a souffler de tous ses poumons, tandis que
les batons des aides font circuler l'air sous la peau de la bete,
a grands coups drus.
Les hommes, pense le taureau, ont des jeux ridicules et cri-
minels. Puis il promene un regard lent et plein d'attention sur
le ciel moins beau que celui d'a travers le miroir de 1'eau, avec
sa glaqure derriere le mufle miraculeux. Pour quelle chapelle
de champagne les paysans pillent-ils chaque matin la floraison
lumineuse du ciel ? Et tout a coup on lui a cloue le coeur. A quoi ?
Pourquoi ? Contre quoi s'est-il blessed ? L'arbuste auquel il est
attach n'a pas une feuille (peut-6tre pour avoir vu clouer trop
de cceurs de betes ?), pas une pine. Un homme est devant lui
arm6 d'un coutelas rouge. IL a compris: 1'homme et ses jeux cri-
minels. Le sang coule faiblement.
Pas assez vite et vlan' un nouveau coup au meme trou lui
ouvre le coeur. Le sang par saccades s'6vade de sa prison 6troite.


-27-











Le vieux taureau se defend, tire sur le licou qui r6siste. Saute.
Veut mourir, mais pas ici dans cette salet6... en courant en
pleins champs, dans l'odeur enivrante des terres remu6es. Ou
sur l'eau, pres du mufle fraternel. Il tremble, saoul, se heurte A
des obstacles invisibles, et lentement choit de toute sa masse.
Un museau assassin et tout marbr6 de sang le flaire avec crainte.
Le vieux taureau lIve la t&te, voit qu'on am&ne un bouveau frin-
gant qui danse et fait le beau. Oh l'avertir de... mais il ne peut
se lever et tout beuglement est tari dans sa gorge. Il cherche le
ciel avant l'asphyxie complete. Et peut-6tre a-t-il vu un immense
taureau blanc emmitoufl6 d'un nuage, tenant le soleil entire ses
comes, qui fonce sur le marche...
Une paysanne caquete avec un paysan.

Des qu'il se sentit touched a mort par la vulgaire banderille
du tueur, d'un cou sec, le troisieme fit sauter la corde usee, fonga
sur la champagne en des foulees g6antes tombant comme des
bruits de massues sur le sol, se fraya un passage parmi les hautes
herbes, comme un vent d'orage, la queue haute, la tte baiss6e,
dressant les comes, pieges lisses; ecumant de ne rencontrer
ni la vareuse d'un paysan tueur de bates, ni la poitrine molle
d'un de ces laches carnivores au nom d'homme; voulant fuir le
flot de sang qui mouille ses jambes d'une insupportable sensa-
tion de faiblesse. Il saute un obstacle. Tombe. Repart. Retombe.
Se relive. S'alourdit. Ralentit sa course, raclant et ruminant du
sang, des herbes et de la rage. Leve le mufle .Happe une chaude
bouffee de lumiere. Lance un beuglement long comme un blas-
pheme aux hommes et aux dieux. Se retourne. Montre un bou-
quet rouge noue a son cou muscle comme une couronne de de-
rision. Et tombe en plein soleil comme une victim paienne un
jour de sacrifice.
Sur le chemin parcouru par la bete aux abois, toutes les
plants 6taient fleuries de corail. Et quand le tueur vint enlever
le couteau du corps de l'animal, le taureau fixement regardait
devant lui...

Le quatrieme avait flair la grasse et dure odeur du meurtre.
C'6tait une bete magnifique don't en d'autres temps on aurait
fait un dieu. Les comes avaient une grace particuliere dans la
courbe et lui sortaient du front comme un symbol de puissance.
Ses yeux etincelants semblaient s'ouvrir davantage pour assu-
mer le plus large tableau du monde, des yeux d'eaux tranquilles.


-28-












J6sus dut avoir un regard aussi doux. Il fallut trois aides pour
le conduire et l'attacher au-dessus de la terre fumante de sang.
Le bourreau sentit le besoin de caresser l'animal d'une main
fraternelle. Le pelage etait chaud et soyeux et la bete fremissait
toute, sous cette caresse qui finit soudain en cruaut6, a la pointe
du poignard enfonce par traitrise dans la poitrine du dieu. Le
taureau se cabre, et bondissant, brise la corde, offre au soleil
un jeu de sang et se dirige vers le march. Sauve qui peut gene-
ral. Ii reverse tout sur son passage: eventaires, passants, ton-
nelles. Tout. Souille de sang les etalages de toiles, indifferent
aux clameurs de la foule ameut6e:
Lou garou Lou garou Bar6 Bar6 !
qui le suit armee de machettes et de batons. Saute plusieurs obs-
tacles, et descend la route en trombe, provoquant une panique
sans nom parmi les ecoliers, bousculant les files de paysans, de-
corant de corail les cravates des speculateurs et les robes des
infirmieres. Et tournant a gauche, tout a coup, fonce sur la
Grand'Anse.
Sur la berge, un moment il h6site, liserant de rouge l'eau
sale et gonflee. C'est la crue. Mais se sentant poursuivi par la
meute qui descend la colline, r6solument, il se lance vers la mort.
Le courant est d'une violence inaccoutumbe. L'eau rugit d'abord.
Il ferait bon se laisser couler au fil de l'eau, vers quel havre ?
Mais l'instinct de lutte le dresse centre le courant. I1 a l'impres-
sion de trainer les ailes d'un moulin immense. Plonge. Reparait.
L'eau roule un sourd tonnerre. La bete advance en ligne bris6e.
Tout A coup, terre Il monte vers le rivage, lentement, deji pris
par le vertige qui precede la fin et comme un roc se dressait la,
6paule minerale, il s'agenouille, pose la tote, regardant, au dessus
de Moron, le ciel...
En arret sur l'autre berge. Et silencieuse. Et haletante : la
foule.


Le cinquieme respirait par la blessure 6largie deux fois au
couteau. Et chaque expiration langait de la poussiere de sang. La
narine s'ouvrait comme celle d'un cardiaque, la narine inutile
et barbouillee de sang comme le trou que ferait une balle. Puis
la bete expulsa avec un bruit de ruisseau le produit de la der-
nitre digestion.
Devant lui, un enfant accroupi tenait un bol de sang coagul6,
mAchant un air vaudou triste et syncop6. A c6t6, on ouvrait A


-29-












coups de machettes une immense cage thoracique ou des mains
sanglantes cherchaient je ne sais quel secret...
................................................... ...........................
Et comme je m'en allais de ce lieu de cruaut6 froide, je vis,
le pelage fard6 de sang, sa6uls, couches gA et 1A, les uns endor-
mis, d'autres, l'ceil lourd, la paupiere enflee, le museau barbouill6
de rouge, tous marques de l'animalit6 la plus grossiere, des
chiens repus qui cuvaient du sang des taureaux, de taureaux or-
gueilleux et forts tombs sous le couteau de l'homme fratricide.


-30-















J. B. Cin6as : BON-DANSEUR (*)
Le surnom artistique illustre par le succes, popularise par
le clairon trop bruyant de la Renomm6e- subtilement, imper-
ceptiblement, se substitua au nom patronymique, peut-6tre,
un nom baroque de paysan. Le temps complice acheva l'6trange
metamorphose: Bon-Danseur,, seul, survecut; le nom de fa-
mille, le nom de bapt&me depuis longtemps n'6taient m6me plus
des souvenirs : l'interess6, tout le premier, avait aboli de sa me-
moire l'un et l'autre.
Bon-Danseur! Ses admirateurs enthousiastes l'avaient de-
core de ce titre flatteur, destiny a la plus eclatante fortune. Bon-
Danseur et aussi Beau-Danseur et surtout Grand-Danseur. Au
course de sa longue existence, c6dant A son irresistible vocation,
il n'a jamais ete tent6 par d'autres activity ; il n'a connu que
cette singuliere carriere de danseur don't il a su tirer quelque
gloriole et de consolantes bonnes fortunes, a d6faut de fortune,
tout court.
Jeune, il dut 6tre beau. La vieillesse m6me, la triste et im-
placable vieillesse, ne reussit pas a le d6dorer entierement d'un
reste d'6elgance native: grand, svelte, souple, jusque sous les
haillons, il portait encore beau et avait grand air. Sa demarche
tremblotante semblait imiter naturellement le rythme de
la danse et laissait comprendre l'eclat de ses debuts, l'engoue-
ment de la foule, l'admiration de la bande joyeuse et oisive des
bourgs, des petites villes et de tous ces jeunes gens, bons negres,
passionn6s de musique, passionnes de danse, passionn6s de bruit.
Et on comprend qu'il ait et dle cheval favori des -esprits,, en-
core qu'il ne fit jamais surprise, pratiquant au grand jour, par
manque de foi sans doute.
Age d'or des esprits, des danses, des ventures Les esprits
exigeants par plaisir, par malice, par m6chancete, tout le long
de l'annee, reclamaient de leurs d6evts, combles de faveurs ou
en expiation de quelques fautes imaginaires, des sacrifices dis-
pendieux et sans nombre. La vie paysanne s'6coulait en cer6-
monies expiatoires ou propitiatoires. Par d6sceuvrement, par

*Nous devons a l'obligeance de Me. Dantes Bellegarde ce petit mor-
ceau extrait du livre inddit .


-31-











goit, par piet6, par besoin de distraction, par curiosity, tous -
sans distinction de rang social, de fortune et de culture tous,
citadins ou paysans s'6crasaient A ces fetes somptueuses et rui-
neuses. Il en 6tait de c6l6bres : le Vaudou, A l'exemple de 1'Eglise
catholique, consacre certaines fetes d'obligation. Les grands
houmforts de renom r6unissaient des d6vSts, des -pitites-feuil-
les (1) des curieux des regions les plus lointaines du pays.
La seule presence de celui que la Renomm6e devait, dans
la suite, baptiser de Bon-Danseur, assurait le succis d'une de
ces grandes solennit6s. Accabl d'invitations, d'homme du jour
ne savait comment se partager : n'etait-il pas l'artiste a la mode
don't la seule collaboration faisait l'agr6ment de ces fetes ? D'op-
portunes faveurs, d'agr6ables d6licatesses d6cidaient de son
choix: original surenchere oi le dernier mot restait, comme de
just, au plus offrant. Bon-Danseur passait au rang de profes-
sionnel. Le m6tier avait ses avantages...
Bon-Danseur se revela, au dire de ceux qui l'ont connu dans
sa gloire, un revolutionnaire de grande classes. Il ne fouillait,
pas le Vaudou, en lourd prosateur. Il dansait en poete, avec une
grace legere d'oiseau qui s'ebat. seraient meme pas une fleur et il pourrait signer son nom, de la
pointe de ses pieds> : flatteuse appreciation de tous les connais-
seurs, de tous ses admirateurs. Artiste authentique, il retrou-
vait, d'instinct, les gestes, le rythme, le pas, la cadence des
grands artistes de la danse...
Son jeu inspirait les qui, en son honneur lanqaient
leurs couplets les plus ail6s ; sa seule presence enflammait les
mum de resonance et d'expression. Quant aux esprits ils se
disputaient ce beau, cet 6lgant, ce grand danseur, artiste
de leur famille.
Voir Bon-Danseur a l'oeuvre! Par pudeur, tous les autres
danseurs, graduellement, lui laissaient la place libre pour mieux
admirer et prendre leqon. L'artiste dansait, de toute son Ame,
dans un 6tat d'ivresse, comme habit par un dieu. Etait-il sous
l'emprise de l'esprit ? Etait-ce l'ivresse artistique qui inspirait
ses movements gracieux, ses gestes de souveraine elegance, ses
pas admirablement cadences ? On ne saurait le dire. On faisait
cercle, on s'ecrasait, on montait sur les chaises, on s'accrochait
aux branches proches, pour jouir de ce spectacle incomparable.
Vivante f6erie Vision magique !
Infatigable, l'artiste passait d'une danse A une autre danse,

(1) Familiers d'un choumfortb oil I'on a edt traits.


-32-











d'une commune a une autre commune. Il rentrait chez lui, 6cra-
s6 de souvenirs, de dons precieux qui le dispensaient de s'avilir
A un travail manuel. I1 n'en avait pas le loisir ; il n'en 6prou-
vait pas le desir : un artiste n'est pas fait pour les oeuvres ser-
viles et le pauvre mortel s'honore qui rend hommage a ses ta-
lents! La renomm6e de Bon-Danseur franchit bient6t les mites
du Departement ; le theatre de ses succes s'l6argit, s'6tendit au
loin, bien loin ; il aurait fallu que lui fit reparti le don d'ubiquite
pour pouvoir repondre aux appeals pressants, aux sollicitations,
aux supplications humbles des demandeurs.
Des regions plus propices l'enchainerent; il abandonna le
theatre de ses debuts. De temps en temps, l'echo indiscret, a mi-
voix, murmura les nouvelles de l'absent, de ses triomphes 6cla-
tants. Parfois, il daignait demander a la terre natale, quelques
instants de detente ; les memes delires accueillaient ses visits.
Illusion de l'absence : son art avait encore gagn6 !

Les ann6es avaient passe, monotones, vides ou tragiques. La
Mort avait emporte la plupart des contemporains de Bon-Dan-
seur, de ceux qui l'avaient connu a ses debuts ou admire au faite
de sa gloire. Lui-meme n'avait pas ete epargn6 par les atteintes
du Temps. Ses gestes avaient perdu de leur elegance; ses pieds
moins agiles, sa taille moins souple, alourdie, d6ja incline vers
la terre, ne pouvaient plus repondre a l'expression exigeante de
1'Art, cet art, son coeur, son Ame, sa vie. Sa danse appela des
critiques, n'enchanta plus par sa grace legere et finit par d6plaire.
D'autres astres, plus brillants, 6taient lev6s : la Fortune n'ai-
me pas et n'aimera jamais les vieillards. Et puis, la Misere avait
suscit6 d'autres mceurs ; les ,esprits,, tombs en defaveur, ne
recevaient plus les sacrifices somptueux d'antan. O rage o d6-
d6sespoir O vieillesse ennemie Le triomphateur eternel assis-
tait a sa d6ch6ance. Au seuil du tombeau, il dut s'avilir A des be-
sognes indignes, indignes de son talent, indignes de son nom. La
Mort lui refusa la delivrance.
On le vit lui, jadis, si fier obsequieux, solliciter un
petit service, offrir une merchandise insignifiante, pour assou-
vir sa faim. Son nom qu'il marmonnait, comme honteux, n'6veil-
lait plus d'&cho dans le souvenir des hommes. Oh! le martyre
de cet injuste oubli! Car un artiste n'est pas un philosophy: par
nature il est hypersensible, rendant l'Ame a la moindre 6grati-
gnure.
I1 r6daillait, timide, autour des danses sans jamais y en-
trer, sans jamais porter un jugement sur les sambas, les djaou6-
tors, les 6toiles du jour...


-33-











Un soir, un vieux samba *nobla, un chant. Les oreilles de
Bon-Danseur se dresserent, tout son etre tressaillit. Ce chant ?
c'est son chant, son chant favori, le chant compose en son hon-
neur, le chant qui lui valut, aux beaux jours de sa gloire, son
plus 6blouissant triomphe. Le chanteur ? Un revenant, comme
lui, l'un des rares survivants d'un pass mort, de son pass de
gloire, un contemporain, un admirateur, un ami. Le djaou6tor ?
Egalement, un 6quipier, un compagnon de gloire. Par quelle
fantaisie, la vie ironique les avait-elle groups, ce soir, le dan-
seur, le samba, le djaou6tor ? Miraculeuse revanche du Destin !
L'ame de Bon-Danseur s'enfievra de plaisir, de bonheur, de
folie; l'ivresse l'envahit. Le present, le present triste, d'un large
coup d'ailes, fut balaye ; le passe, le pass triomphal l'envelop-
pa, et ses bruits, ses acclamations, ses folies.
Inconscient de son geste, 1'artiste, souleve d'une force in-
connue, irresistible, franchit la barriere avec une souplesse de
jeune fauve, et comme un bolide, fendit la foule des spectateurs.
Alors... alors... il dansa, il dansa, il dansa, s'6ploya, pirouetta,
virevolta, ivre, inspire, infatigable, 6elgant, souple, comme aux
beaux jours de sa jeunesse. Miraculeux accord Le danseur, le
samba, le djaou6tor !
Les applaudissements cr6piterent drus, d6lirants.
Quel est ce revenant ? interrogerent les curieux, au comble
de l'enthousiasme.
Mais... pas possible !... c'est lui !... c'est lui... c'est Bon-
Danseur !
Coumabo Il dut etre merveilleux, au temps de sa jeunesse.
MNme aujourd'hui... c'est un genie.
Les bravos exploserent: Bis !... Bis !... Bravo !... Bravo !...
Port6 sur les ailes du succes, I'artiste tenta de faire plaisir
A la foule, de se faire plaisir A lui-meme, de retrouver sa jeu-
nesse, de s'enivrer encore une fois, une derniere fois, du vin capi-
teux du triomphe, de s'6tourdir de l'encens des ovations popu-
laires.
H1las !... H61as Trahi par ses forces, il s'affaissa lamenta-
blement. Les spectateurs les plus proches, les derniers admira-
teurs secoururent sa d6tresse, just A temps. Le vieillard pre-
somptueux venait d'exhaler les derniers restes d'une ardeur qui
s'eteint-, d'une ardeur d6eja teinte...
A pas lents, le visage embu6 de sueur, les yeux ternes, perl6s
de larmes, suffocant de sanglots, il laissa sa danse, sa derniere
danse. Il avait compris: c'6tait son chant du cygne.
Bon-Danseur s'envelit dans la retraite, une sombre retraite
- antichambre du tombeau qui refusait obstinement de s'ouvrir
pour sa d6livrance.
















II

COURIER DE FRANCE


Le Centenaire de 1'Ecole d'Athenes
Par Albert Mousset.
Pendant tout le mois d'octobre se tint, A l'Ecole des Beaux-Arts de Pa-
ris, une exposition, par l'image, des principles decouvertes de l'Ecole fran-
gaise d'Athenes, qui f&te cette annee son centenaire.
C'est l'illustration d'une des plus belles r6alisations de l'archeologie fran-
gaise.
La Grace fut toujours, pour celle-ci, une terre de predilection. En 1723,
un savant frangais, Montfaucon, entreprend des feuilles A Olympie : ses tra-
vaux seront repris en 1787 et en 1829.
En 1812, le General Donzelot fait d6gager les ruines du temple d'Artemis,
A Corfou.
En 1838, l'architecte frangais Laurent organise l'exploration de Delphes.
La reconnaissance des richesses monumentales de la Grace antique 6tait
done dejA une tradition de la science frangaise lorsque fut fondue l'Ecole
d'Athenes, realisant un project 6bauche vers 1800 par l'architecte Jacques
Guillaume Legrand et recommand6 au gouvernement de Louis-Philippe par
le c6elbre critique Sainte-Beuve et par le baron Liscatery, ministry de Fran-
ce A Ath6nes.
C'est le 22 Mars 1847 que les premiers eleves de l'Ecole debarquerent au
Piree. On leur donna le surnom de rent, au debut, leur mission comme une oeuvre de propagation de la cul-
ture frangaise par 1'enseignement. Mais, A partir de 1873, l'6cole se specia-
lise dans les travaux de prospection arch6ologique. Elle degage les ruines
de Delos, mettant A jour l'ensemble des ruines le plus varied qui existed sur
le sol hellenique, depuis le temps oii les Atheniens < terdisant d'y naitre ou d'y mourir, jusqu'A l'6panouissement, au deuxieme
si&cle avant Jesus-Christ, d'une ville bourgeoise don't les vestiges 6voquent
Pompei ou Timgad.
Puis, l'Ecole d'Athenes entreprit, de 1892 A 1903, le d6gagement de Del-
phes. Il fallut deloger entierement le village et le reconstruire un peu plus
loin. On devine que la population opposa A cette operation une Apre resis-
tance bien qu'elle dft y gagner des conditions de salubrite et de comfort
superieures A celles qu'elle abandonnait. Le Parlement frangais affect A cette
expropriation un credit de 750.000 francs. Ces sacrifices etaient amplement
justifies. Le site de Delphes, c'est A la fois l'histoire et la legende de la Gri-


-35-














ce, , a dit un de ses plus illustres
visiteurs, M. Edouard Herriot. Ici, le travail de l'Ecole d'Athenes a 6t6 v6-
ritablement exhaustif : il a fait Amerger du sol toute une civilisation; a la
la profusion d'oeuvres d'art, de temples, de monuments votifs aujourd'hui
mis A jour, sont venus s'ajouter pres de cinq mille textes 6pigraphiques don't
il est superflu de souligner l'importance historique.
Au bilan du Centenaire s'inscrivent bien d'autres campagnes de fouilles
arch6ologiques non moins fecondes: 1'exploration du sanctuaire de Ptoion,
oi l'oracle prophdtisait au nom d'Apollon; celle de 'ile de Gla, qui a mis au
jour une residence royale aussi imposante que celle de Mycenes; celle de
l'ile de Thasos, oui vecut Hippocrate ; celle du Palais de Mallia, en Crete orien-
tale, contemporain des premiers palais de Cnossos et de Phaostos...
I1 y a, dans cette presence de la France savante sur le sol hell6nique,
quelque chose de plus que la curiosity scientifique et la passion de l'histoi-
re. L'ceuvre de 1'Ecole d'Athenes, c'est un hommage a la civilisation don't la
France s'honore d'avoir gard6 les traits essentiels. De ce petit coin de terre
perdu A l'extremite de 1'Europe est venue une legon d'humanisme qui im-
pregne aujourd'hui encore la spirituality frangaise. Des l'age du bronze, la
civilisation hellinique s'infiltre vers les pays d'Occident. Ses colonies la
repandent sur toutes les cotes m6diterran6ennes. Elle p6netre de la vall6e du
P8 dans celle du Danube et gagne, par l, les provinces orientales de la
Gaule. Les invasions barbares ne fermerent pas l'Occident A cette bienfai-
sante influence, qui se ranima au contact de la romanit6 et des formes d'art
et de pens6e venues de Byzance. L'Adriatique mit les deux mondes en com-
munication : Eginhardt prit A Spalate, dans le Palais de Diocletien, le plan
de la residence princiere qu'il construisit pour Charlemagne A Aix-la-Cha-
pelle; le sanctuaire qu'il y eleva n'est qu'une copie simplifiee de l'eglise by-
zantine Saint Vital de Ravenne. Charlemagne lui-meme s'inspirait de la
tradition grecque en se faisant couronner et en favorisant la renaissance qui
porte son nom. Et la grande Renaissance frangaise du seizieme siecle n'ont
pas d'autre origine. S'il faut chercher quelque part le principle actif de cette
fermentation d'iddes nouvelles qui transform 1'art, la litterature, la scien-
ce et la philosophies, c'est dans 1'humanisme qu'on le trouve. Or l'humanis-
me commence lorsque les Grecs de Constantinople et de Salonique appren-
nent aux lettres italiens du Quattrocento A lire les manuscrits de Platon et
d'Aristote, que P6trarque et Boccace collectionnaient sans les comprendre.
Il n'y a guere, dans la langue frangaise, d'expression pour traduire le mon-
de de l'abstraction, de la science ou de la technique, don't l'6tymologie ne
soit pas grecque.
Heritiere et debitrice de l'hellenisme, la France se devait d'en honorer
les temoins et d'assurer leur survive. Vue sous cette perspective, l'ceuvre de
1'Ecole frangaise d'Ath&nes n'offre pas seulement 1'6clat d'une incomparable
r6alisation scientifique. Elle est aussi un acte de gratitude A l'6gard d'un
pays qui fut, avec le christianisme, le berceau de la vie spirituelle de la Fran-
ce.


- 36-
















A propos du Quai Anatole France

Par Jules Romains
de I'Academie Frangaise

Nous avons, le Dimanche 26 Octobre, inaugure A Paris le Quai Anatole
France. Il est, comme on le sait, magnifiquement situ6, puisqu'il se substitute
A l'ancienne premiere moiti6 du Quai d'Orsay, et qu'ainsi il prolonge le Quai
Voltaire jusqu'au Pont de la Concorde, ayant en face de lui, de l'autre c8te
de la Seine, 1'extremit6 du Louvre et le Jardin des Tuileries. L'on peut done
dire que Paris n'a pas 6et ingrat envers Anatole France, mais il a 6t6 tardif.
Deux au moins des orateurs en ont fait la remarque; et l'un de ces deux-
l1 (qui repr6sentait l'Acad6mie Francaise A la ceremonie, et qui est le signa-
taire de ces lignes) a cru pouvoir Atablir un lien entire ce retard et les con-
ditions g6nerales qu'a traverses notre epoque. En effet des gloires beaucoup
moins certaines, beaucoup moins profond6ment enracinees dans le public,
francais ou international, et A qui Paris lui-meme devait beaucoup moins,
ont recu de lui un pareil hommage d&s le lendemain mame de leur mort,
alors qu'Anatole France fut condamn6 A l'attendre pres d'un quart de siccle.
Et il ne suffit pas, en la circonstance, d'invoquer des raisons purement litte-
raires, les variations du goft.
Il est bien vrai qu'Anatole France avait v6cu fort longtemps, et produit
jusque dans sa vieillesse. Sa renommbe datait de loin. Elle avait, des la fin
du dix-neuvieme siecle, d6borde tres largement les frontieres de 1'l6ite culti-
vee, ainsi que les frontieres nationals. Ses lecteurs 6taient innombrables.
L'on n'ignore pas que la gent litteraire finit par supporter impatiemment des
sup6riorites aussi 6clatantes et aussi constamment heureuses. Les rivaux guet-
tent le declin d'un succes qui les offusque. Les nouveaux critiques se font
les griffes et essayent de gagner une reputation en s'attaquant (procade vieux
comme le monde) non A des 6crivains obscurs mais A des gloires consacr6es.
Les jeunes g6enrations, dans leur d6sir bien natural de se faire une place et
de procurer un spaceae vitals a des formes plus ou moins inedites de sensi-
bilite et d'expression, s'en prennent aux obstacles les plus consid6rables qui
sont justement ces memes gloires consacrees. Il etait done inevitable que dans
la derniere parties de sa vie et dans les annees qui suivirent sa mort, Anatole
France fft l'objet d'un assault convergent. Les optimistes vous diront mAme
que c'est ainsi que se manifesto la vitality de la pens6e et specialement de la
litterature. Ne faut-il pas que chaque 6poque, que chaque generation, ait ses
tendances, ses goits, ses passions A elle, voire ses injustices ? Comment s'affir-
merait-elle, si elle ne niait pas ? Et que sera-t-elle port6e A nier, sinon les


-37-











supremes affirmations de l'Age anterieur ? De tels remous de la gloire n'ont
au fond rien d'injurieux. Les plus beaux g6nies en ont et6 victims. Regardez
Hugo.
Les pessimistes ou du moins ceux qui se m6fient un tantinet de la
nature humaine nous front pourtant observer que les critiques, les jeunes
generations, et la gent litt6raire en g6enral montrent une curieuse tolerance
A 1'Agard de certaines gloires; et qu'en regardant les choses de pres on s'aper-
goit que les dites gloires presentent en commun cette particularity de ne pas
etre entries profond6ment dans le public, ou, pour parler franc, de ne pas
s'Stre accompagnees d'un veritable succes, d'une vaste et sincere adhesion des
contemporains en g6ndral. c cyniques, que si les livres d'Anatole France, tout en demeurant exactement
les memes, ne s'6taient pas vendus, que s'ils n'avaient pas eu des lecteurs et
des admirateurs fervents dans toutes les classes de la society et dans tous les
coins de la planete, beaucoup de ceux que les Am6ricains appellent les
> eussent continue A les trouver excellents>.
Que le d6faut de zele pour la m6moire d'Anatole France ait eu en parties
ses origins dans ces vieux resorts de la mesquinerie humaine, nous ne le
contestons pas. Mais d'autres forces, plus speciales a notre temps, ont jou6.
Elles ont joue consciemment chez les uns, inconsciemment chez un plus
grand nombre.
Quand on verra notre premiere moitie de siecle avec assez de recul si
du moins la civilisation, et avec elle l'histoire, ne perissent pas tragiquement
d'ici lA l'on se convaincra qu'elle a etd domin6e par une tentative 6pou-
vantable de regression, tentative qui a failli de bien pres etre victorieuse, et
qui malgre les apparences est loin d'avoir ete definitivement vaincue.
Cette tentative avait pour objet d'effacel un travail de plus de trois
siecles. Travail que le mot d'humanisme resume assez bien, et qui tendait a
instituer peu a peu sur terre le regne de la liberty liberty de penser et de
vivre de la raison harmonieuse, de la bienveillance; qui du meme coup
cherchait a l6iminer la violence, la ferocity, les passions obscures, 1'injustice
appuyde sur la force et le mensonge. C'etaient toutes ces divinites sombres
et sanglantes que les forces de regression se proposaient de remettre en
honneur.
Le principal empechement A la reussite de l'entreprise, c'etait l'intelli-
gence, et le credit accord par l'homme moderne A l'intelligence. D'ol la ne-
cessite de discr6diter d'abord l'intelligence, et ceux qui la representaient avec
le plus d'Aclat.

Rappelez-vous cette foison d'essais, de livres, d'articles, de doctrines phi-
losophiques, de dissertations autour de la science, don't nous avons Wet acca-
bl6s depuis 1900, et qui, dans leurs contradictions et leurs incoh6rences, ne
s'accordaient que sur un point: d6noncer l'in'elligence, les m6faits de l'in-


-38 -













telligence, sa st6rilit6, sa vertu de dessechement, son caractere d'outil super-
ficiel, son incomprehension de la vie, etc... (certaines des vues de Bergson
6taient ainsi utilis6es A des fins que Bergson lui-mgme d6savouait). Avant
de livrer la terre aux , ne fallait-il pas abat-
tre Ath6na, la Protectrice, la deesse de la Priere sur 1'Acropole ?
Or l'un des moments les plus furieux de cet ouragan id6ologique (6troi-
tement conjoint a un ouragan historique de premiere grandeur) s'est plac6
aux environs de la mort d'Anatcle France. Cel6brer et perp6tuer la gloire et
1'influence de cet homme, de toutes les valeurs qu'il repr6sentait, n'Atait plus
de saison. Un temps, promise aux miseres et aux demences, et d6ja gagn6 par
elles, ne d6sirait pas, sans meme s'en rendre compete, que cette haute lumiere
vint gener la conjuration des t6ndbres.
Je ne suis pas sfir que les maisons du ciel, pour parler le vieux language
des astrologues, soient d6barrassees des influences mal6fiques. (Je crains
meme qu'il ne s'en faille de beaucoup). Mais il nous plait de voir, sans gros-
sir les choses, dans l'inauguration du Quai Anatole France un signe favorable.


-39-















Andre Gide, Prix Nobel
Par Pierre Descaves.
C'est un grand honneur et qui rejaillit sur les Lettres frangaises: Andre
Gide a obtenu le Prix Nobel de litterature. La gloire international qui s'atta-
che A cette haute et supreme recompense trouve un auteur chevronn6 et que

_~ ~ --. -_fi


cent 6tudes ou essais ont tented, depuis un quart de si&cle, de situer, d'expli-
quer, de d6finir.
A l'occasion d'une mise au point,, publiee l'an dernier par M. Paul Ar-
chambault, Humanite d'Andrd Gide, on a pu dire que l'auteur des Faux-Mon-
nayeurs avait d6ja < rature frangaise, car sa cmktamorphose> s'achevait sous nos yeux. Comme pour


-40-












CEdipe, comme pour Th6sbe, comme pour tant de heros qui lui sont families
et chers, on pouvait se demander, selon une formula qui ne manque pas
d'humour, s'il avait ete un homme ? M. Paul Archambault, qui posait la ques-
tion, repondait par l'affirmative.
Oui, Andre Gide a bien Ate un home. La critique l'a suivi pas A pas,
s'obligeant a des revisions successives; elle se demand du moins s'il est temps
de dresser un bilan de l'oeuvre, sinon de la vie. En parlant de son Th6sde.,
paru en Octobre 1946, le grand ecrivain indiquait, dans la dedicace, qu'il
s'agissait < final de sa production. On fait remarquer que, depuis une dizaine d'annees,
son oeuvre ne s'est volontairement enrichie que de notes, attestant les scru-
pules d'un cr6ateur toujours soucieux de la perfection A donner A sa pensee.
Ecrire la vie d'Andr6 Gide serait, d'ailleurs, une operation hasardeuse, en-
core que son journal de 1.300 pages de la collection de la Pliade, complete
par les pages ecrites de septembre 1939 a mai 1942, constitute un document
decisif. Mais, la seule etude de ses ouvrages n'eclaire pas, de valuable lumiere,
une des plus hautes figures de notre temps.
L'attentive lecture de Si le Grain ne meurt d6livre 1'enfance et l'adoles-
cence de 1'ecrivain et complete les notions que l'on peut tirer des premiers
travaux et singulierement des Cahiers d'Andrd Walter le livre des 20 ans -
dis lors, se situe la grande crise de jeunesse : l'opposition entire le comporte-
ment natural et les exigences du Christ. Telle est la lutte avec 1'Ange, qui
se termine par la d6route de l'Ange. Son chant de victoire vient ensuite; ce
sont Les Nourritures Terrestres. Victoire precaire car il n'a pu vaincre l'ange
qu'en proclamant son propre angelisme. Les oeuvres de la periode suivante
manifestent une duality interieure permanent. Le ecrira Le
Prom6th4e mal enchaind et 1'Immoraliste ; et ce qui, de l'ange, subsistait, in-
vaincu, passera dans La Porte Etroite. Un accord des contraires sera tent6
dans L'Enfant Prodigue. Et voila enfin l'homme libre, qui marque les points
et engendre le Lafcadio des Caves du Vatican.
On ne saurait toutefois jamais demeurer en repos avec un tel tempera-
ment. Vers la quarante-cinquime ann6e, 1'Ange du Midi (et non le D6mon
de Minuit!) va visitor Andre Gide, a la faveur de circonstances qui tiennent
aux conversions de ses amis, Dupouey et Henry Gheon. C'est un deuxieme
conflict avec 1'Ange. En sortira Numqua et tu... La victoire, cette fois, est plus
complete. Elle sonne, comme un d6fi, dans Corydon. Le fruit de cette second
crise sera la tentative de Gide de faire un roman: Les Faux Monnayeurs.
Parvenu a une rayonnante notoriety litteraire, quelle sera alors le rl1e, la
mission de l'Acrivain ? II pretera, sans h6siter, sa grande voix aux victimse>
de ce monde. Comme le dit si justement, dans son essai, M. Archambault,
parmi ces , il en est quatre qui l'ont particulierement int6ress :
le criminal, la femme, l'indigene colonial, le prol6taire. Justes definitions puis-
que l'on peut ranger en quatre categories les livres de l'ecrivain, entree dans


-41-











le siecle; Souvenirs de Cour d'Assises et la collection Ne jugez pas!, L'Ecole
des Femmes et ses succ6danes; les souvenirs de voyage en Afrique Equato-
riale; des textes de sympathie avant le retirement et des notes sur 1'U.R.SS.
A la suite de cette p6riode, l'ecrivain entend se confirmer dans un < nisme de pointe> et ce seront Oedipe et les Nouvelles Nourritures. Puis vint
encore Thesde, une suite de dialogues, un trait A la matiere des oeuvres de
jeunesse, un traits sur l'art de purifier la terre de ses monstres et de ses
Dieux et le bonheur d'y etre parvenu.

Au gr6 de cette production vari6e, de langue et de style chatoyants, se
d6gagent quelques id6es cardinals: la sincerity, le bonheur, le d6passement;
ce sont les positions les plus constantes ou les recherches les plus tetues que
l'on peut d6gager de toute la carriere d'un home qui n'a jamais voulu etre
un homme de lettres mais un penseur en marge>, un animateur. Pour
obtenir un conseil ou recueillir un avis, combien de jeunes gens n'ont-ils pas
pris le chemin de la rue Vaneau, oA dans un clair appartement, AndrB Gide
se confine lorsqu'il sejourne A Paris; car il a toujours 6et un voyageur intr6-
pide, 6prouvant pour le soleil une veritable passion.

On lui dit beaucoup d'amis, mais peu d'intimes. Grand a ete son cha-
grin de perdre Paul Valery. II lui reste Roger Martin du Gard, qui, comme
lui, fut Prix Nobel, il y a dix ans. Et qu'on ne le croie pas sur de hautes
positions de domination, A l'image d'un pour album de photogra-
phies: l'homme est simple, cordial, et volontiers jovial. A soixante-dix-huit
ans, il se d6place encore pour une de quarter, out un lui a 6t6 signaled.
C'est un causeur etincelant, apte A toutes les syntheses. Et A la sienne
propre. Avec quelle bonhomie n'expose-t-il pas comment se manifesta l'obs-
curite tenace attache A son oeuvre jusqu'A la quarantine et comment celle-
ci revint en France par le canal de la Suisse protestante! Sa clairvoyance
1'amena n6cessairement A etre un guide; et son role, dans la foundation, l'o-
rientation et le succes de la Nouvelle Revue Frangaise fut decisif. Ainsi s'est-
il revel6, non seulement homme de pens6e, mais homme d'action.
Pourtant devenu le plus notable &moraliste> de l'heure presente, il est
demeur6 jusqu'ici qu'A lui d'entrer A l'Acad6mie Frangaise, depuis la Liberation. I1 l'a refuse.
C'est pourquoi il apparait, pour le grand public, isole et lointain, m6connu
et glorieux. Il y a une maniere de malentendu qui a pese sur Gide et qui a
trompe l'opinion a son 6gard. Etat de fait, dfi autant a l'indiff6rence du pu-
blic pour toute oeuvre litteraire difficile qu'a l'attitude naturellement altiere
d'un auteur de caractere farouche et de nature tellement complex.
Son influence cependant a Bt6 et est considerable. L'oeuvre de Gide ouvre
le mystere angoissant des espacesv pascaliens infinis; avec lui le problem
metaphysique est entree dans la vie de chaque jour. Les difficulties morales


-42 -













auxquelles se heurtent ses personnages (ou lui-meme derriere eux, ou lui-
msme seul), c'est en function de Dieu et jamais vis-a-vis de la Societ6 qu'il
cherchera a les resoudre. Gide a institu6 et renouvel6 le passionnant et in6-
puisable d6bat essential entire 1'individu et 1'Fternit6, l'4crivain inclinant dans
la plupart de ses livres A donner toute 1'importance a l'individu, par r6ac-
tion contre une orthodoxie religieuse mal interpretee; dans d'autres livres,
come nous 1'avons indiqu6, au contraire, l'individu faisait le sacrifice de
lui-meme. Pour atteindre une f6licit6 hors du temps, enfin, dans la parties
terminal de son couvre, le h6ros recherche un 6quilibre qui ne se d6robe
plus.


-43-


















Le sieur de Vaugelas

Parrain de la Langue Francaise
Par Charles Pichon.

C'est A la fin de l'ann6e 1647 il y a just trois cents ans que parais-
saient, A Paris, les Remarques sur la Langue Frangaise du Sieur de Vaugelas.
L'ouvrage tient surtout sa c6elbrit6 d'un vers des Femmes savantes de
Molibre, ou la p6dante Philaminte gronde sa servante Martine d'avoir offense
son oreille :
Par l'improprietd d'un mot sauvage et bas
Qu'en terms ddcisifs condamne Vaugelas.
Et sans doute Philaminte avait tort de demander A une fille de chambre
un purisme d'acad6micien. Mais le fait est que tous les auteurs du regne de
Louis XIV se sont conforms, religieusement, aux avis de Vaugelas. Corneille,
en 6ditant ses pieces, les 6mondait des expressions que les Remarques avaient
condamnees. Son jeune rival, Racine, pensait de m&me sur ce point, car il
emportait les Remarques A Uzes, afin de conserver en province l'le6gance de
son style. Boileau lui-mime, Boileau, le Grand-juge de la Republique des
Lettres, tranchait les cas douteux par r6efrence aux Remarques... Qu'etaient-
ce done que ces Remarques qui s'imposaient de la sorte aux plus grands et
aussi, il va de soi, A la foule des petits? Et encore, qui 6tait ce Vaugelas,
don't la Langue frangaise a retenu le nom a travers les siecles, sinon comme
le nom d'un pere, du moins comme celui d'un tuteur et parrain ?
*
*

A y regarder de pres, ce legislateur 6tait un timide et un malchanceux.
Pellisson, qui le voyait souvent A l'Acad6mie, nous le depeint comme home agr6able, bien fait de corps et d'esprit, de belle taille; il avait les
yeux et les cheveux noirs, le visage bien rempli et bien color. I1 6tait fort
d6vot, civil et respectueux jusqu'a l'exces, particulierement envers les dames,
pour lesquelles il avait une extreme v6enration. Il craignait toujours d'offen-
ser quelqu'un, et, le plus souvent, il n'osait pour cette raison prendre part
dans les questions que l'on mettait en dispute (c'est-a-dire en discussion)>.
Le fait est que Vaugelas aimait s'habiller en homme du monde, voire en
home de guerre, mais qu'il ne se r6solvait jamais A r6pondre par oui ou
par non.
La vie, d'ailleurs, ne contribuait point A le rendre hard. Savoyard et
ami de Saint Frangois de Sales, qui lui donna de pr6cieux examples de style


-44-


































































Vaugelas.


-45-












et une excellent m6thode: <, Vaugelas v6cut, assez
mal, d'une pension de Richelieu, pension intermittent et don't il pallia les
eclipses par des besognes policinres sans beauty. II efit m&me l'id6e de vivre
d'une loterie... Il fr6quenta l'HOtel de Rambouillet. oii les Pr6cieuses r6a-
gissaient contre le language cru et ml16 qu'avaient qdopte les homes, A pra-
tiquer, pendant pres d'un siecle, la vie grossiere grossire et internatio-
nale des camps. Chaque soir, l'observateur timide, a part soi, notait les
expressions entendues: le bon et le mauvais usage. Puis il fut Blu A l'Aca-
d6mie et, comme il s'y sp6cialisa pour la preparation du Dictionnaire, qui
etait la grande tAche assignee par Richelieu, il continue de noter, en marge
du future Dictionnaire, le bon et le mauvais usage, mais relev&, cette fois-ci,
parmi ses confreres de l'Acad6mie.
Or, il advint que 1'elaboration du Dictionnaire se prolongea: la premiere
edition ne devait paraitre qu'en 1694. Vaugelas prit le parti, sans plus attendre,
de publier ses cahiers de notes, qui ne pr6tendaient rien moins qu'A 6tre un
code: tout just un proces-verbal et oui la chose imprim6e ne laissait point
paraitre cet accent savoyard don't il n'6tait jamais parvenu a se d6barrasser.
M&me, dans ce proces-verbal, il prit soin de s'abriter derriere l'autorit6 d'au-
trui: le bon usage 6tait, dit-il, ola favon de parler de la parties la plus saine
de la Cour>.

L'admirable, c'est que ce timide exutoire d'un demi-rat6 provincialisant
se m6tamorphosa aussitot en Livre sacr6, en Prikaze No 1, en Loi du Sinai.
II n'y a que les petits r6les, parfois, pour bouleverser l'Histoire.




A vrai dire, le bouleversement s'explique aussi par d'autres facteurs que
la personnel du sieur de Vaugelas. Tout d'abord, apris le bouillonnement de
la Renaissance, le moft du language retombait, tendait a se decanter, A pren-
dre toute sa force et tout son bouquet: Vaugelas a 6te le maitre de chai qui
s'est rencontr6 A propos et qui fait l'op6ration que l'6volution linguistique
appelait. Ce n'est d'ailleurs pas un mince merite que d'en avoir accompli
le travail honnetement.

En second lieu, sur le plan social et politique, la g6n6ration litt6raire qui
allait le trouver pour maitre de ses vingt ans est la g4n6ration qui refl&te,
qui s'enorgueillit de r6fleter la pompe, la noblesse, la majesty de l'ordre nou-
veau instaur6 par le Roi-Soleil. Malherbe a legif6re en grande part pour la
po6sie: il faut un l6gislateur de la prose prononciation, orthographe, for-
mes, syntaxes, et, de ce chef, les Remarques journalieres et d6cousues de
Vaugelas apportant le bon usage de la Cour, se voient aussit6t adopt6es par
cette jeune Cour qui accompagne, au plaisir ou sous l'armure, la gloire nou-
velle du jeune Roi, comme par les 6crivains, ses compagnons d'Age, qui se
donnent pour l'honneur de l'accroitre ou de la c6lebrer.


- 46 -













C'est lI le fort et le faible de l'oeuvre de Vaugelas : il a codifi6 pour des
siecles et centre son attente (car il ne pensait pas noter l'usage pour plus
de vingt-cinq ou trente ans) la langue litt6raire que nous parlons et surtout
que nous 6crivons encore aujourd'hui. Or, c'est une langue de salon, de ca-
binet, voire parfois de bibliotheque, plus que de paysans ou de dockers. Vau-
gelas nous emmene fort loin du . Mais, du m6me
coup, dans cette distillation raffin6e et limpide, quasi sans changement de
Racine A Val6ry, il a enferm6 de singulieres puissances de purete, d'6nergie,
de dur6e. La langue sortie des Remarques est un alcohol absolu auquel chaque
nouvel 6crivain peut confier, pour les siicles, le parfum de sa personnel ou
l'ar8me de son g6nie.



















LETTRES, SCIENCES ET ARTS

EN HAITI



Grand'Anse, Patrie des Poktes.
Par Paul Verna.
cJe te salue de toute ma ferveur, 0 Jdermie
la belle! toi l'unique, la privilgide... toi qui
crois A la poesie comme & la mort.>
C. Werleigh
L'empreinte la plus forte que regoivent les hommes est certainement celle
de la contr6e dans laquelle ils sont appeles A vivre... Isol6e du reste de l'ile,
face A un mer aux ,vagues d'argent,,, sous un ciel d'opale nuance de re-
flets roses. bercee par les melodies plaintives des toulines dans les rades ou
par la voix dolente des marines, vite emportee par le vent du Nord, Jre6mie,
chef-lieu de l'arrondisement de la Grand'Anse, invite ses habitants au reve,
A la melancolie et A la po6sie. Depuis pres d'un siecle, ses fils competent parmi
les meilleurs poetes d'Haiti.
Pour avoir vu naitre en 1762 le g6enral Alexandre Davy Dumas, sur-
nomm6 1'Horatius Cocds du Tyrol, pere d'Alexandre Dumas, l'inepuisable
romancier et grand'pere du c6elbre dramaturge de la Dame aux Carmelias,
Jeremie avait dejA une place dans l'histoire de la litterature. Si elle ne de-
vint pas un lieu de pelerinage A l'instar de ces villes de France qui donnent
naissance aux grands 6crivains, il semble par centre qu'une certain gloi-
re devait s'attacher A son nom et qu'elle 6tait destinee a devenir l'asile des
poktes, une petite Athenes perdue dans la mer des Antilles, un coin de re-
ve faisant face aux Babels des deux Ameriques.
Quinze ans apres notre Ind6pendance, la muse haitienne debuta par
1'imitation des -mythes ressass6s du Directoire et de l'Empire., Les premiers
lettr6s d'Haiti qui avaient eu le bonheur de faire leurs 6tudes A Paris n'e-
chapperent pas A l'epoque : la periphrase, l'abus des terms abstraits, le
bric A brac mythologique et l'emphase contemporaine. fleurirent alors dans
notre jeune litterature. Mais les j6r6miens dotes d'une nature melancoli-
que et d'une grande sensibility ne semblaient pas goiter fortement les odes
et 6pitres de nos premiers versificateurs. Ne voulant nullement se mettre A


-48-











la remorque des Boileau, Jean Baptiste Rousseau et Delille, comme leurs
compatriotes de l'Ouest et du Nord, ils ne produisent rien. Plus tard, sous
l'influence des M6ditations et des Orientales, le Romantisme voit ses pre-
mieres fleurs s'epanouir en Haiti dans les vers d'Ignace Nau, de Pierre Fau-
bert, de Coriolan Ardouin... seule la Grand'Anse semble sourde aux voix
d'outre-mer qui celbrent l'amour, chantent la nature et pleurent sur les souf-
frances du cceur. Son silence est une 6nigme, car on sait partout que plusieurs
de ses fils ont une Ame de poAte. Mais, l'inevitable arriva.
L'honneur d'ouvrir le cycle des poktes de la Grand'Anse fut reserve au
general Alibee Fery. Suspendant aux murs de sa maison les armes don't il
venait de se servir pour defendre la libertA, il prit la plume pour exprimer sa
joie de revoir son ,humble Jeremie, ses bons parents, sa tendre amie" ou
pour chanter le Trou-Bonbon, -ce joli bourg qui reve au pied d'un morne
solitaire.,

Quatre ans avant la publication des ESSAIS LITTERAIRES (1876) d'Alib~e
Fery, Jeremie voyait naitre l'un de nos plus grands poktes, Etzer Vilaire. ,Ne
de parents protestants, familiarise tres tSt avec le sombre lyrisme biblique,
fecond et puissant, 16vite des autels romantiques, parnassien et symboliste,
E. Vilaire est un cerebral, un philosophy, un penseur dit Louis Morpeau.
Dans les ANNEES TENDRES, on sent dejA passer la melancolie, le dcsespoir.
Analysant ses angoisses morales, voulant percer l'enigme de la vie, Etzer Vi-
laire navigue entire Lord Byron .gentleman-vampiren et Alfrel de Vigny,
philosophy pessimiste. Ses POEMES DE LA MORT renferment les plus belles
pages de notre litterature; les ,Dix Hommes Noirs. qui sont ,les vaincus de
la vie, les desenchantes, le cri de toute une generation., *Homo- et ,Tris-
tesses Ultimes, figureraient avec succes dans n'importe quelle anthologie.
.Descendu dans le fond d6sole du gouffre interieur., le pokte ne trouve, he-
las que doute, remords, ddsespoir. Ma vie, dit-il, c'est l'insomnie au sein d'une
6ternelle nuit... Parfois, il nous confie son reve:

J'entends comme un bourdon d'orgues aeriennes
Un murmure exhale d'un lointain paradis...
Son ame en proie a la douleur rest fermee aux joies terrestres, mime a
celles de 1'amour :

Ah! quand hier, tu t'es penchee, 6 pauvre femme
Sur mon coeur en ruine oui la mort a passe,
Sais tu dans quel neant, sur quel marbre glac6
Dans quel abime noir tembait ta tete en flamme ?
Alors, il recherche le came, la s6ernit6 :

Je voudrais loin du monde en un froid monastere...
Ecouler dans l'oubli mes derniers lendemains
Choir dans 1'ombre et, vivant, habiter le mystere...
Les NOUVEAUX POEMES, couronnes par 1'Acad6mie Frangaise, devaient


-49-











complete I'oeuvre po4tique d'Etzer Vilaire. Philosophe, l'auteur des -Dix
Hommes Noirs, 6tait aussi artiste; voyez la richesse de sa palette :
L'aurore allait sourire et de celestes roses
D'un or pale et leger d6coraient l'horizon...
Dans le limpide azur, une ombre transparent,
Vapeur d'opale errait...
Lie d'amiti4 avec Etzer Vilaire, Edmond Laforest, come l'auteur de POEMES
DE LA MORT, nous a laiss6 une euvre po6tique imposante. Tour a tour
pessimiste, reveur, exalt6, on sent passer dans ses vers la brise m6lancolique
qui bercera tous les pobtes de la Grand'Anse. Qu'il evoque les grands bois,
les fleurs mortes, la nuit, ou qu'il c6l6bre sa joie, ses d6sirs ou ses regrets,
ses images restent impr6gn6es d'une profonde tristesse :
Qu'il est beau le soir, au teint pale...
Qui porte le deuil des beaux soleils couchants...
Maitre des images nocturnes, dans la 16geret6 du ciel de J4r&mie, Edmond
Laforest, auteur des POEMES MELANCOLIQUES, de CENDRES ET FLAM-
MES, est aussi le ciseleur des SONNETS MEDAILLONS ou se revele le fer-
vent disciple du creole H&redia. Et quand vint l'occupation americaine en
1915, Edmond Laforest sut trouver des accents que Jean Brierre nous fera
reentendre plus 6mouvants dans le Drame de Marchaterre. Indigne, le poete
patriote composait son ,Thr&ne pour Haitin :
Pardon, males aieux au silence severe
Pardon, sol d'oi jadis une sublime guerre
Langa la liberty, cavale en fier chanfrein
Crkte-A-Pierrot, sommet que 1'H6roisme 6treint!

A peine la voix d'Edmond Laforest s'6tait-elle eteinte que de cette yville
alti&re de Jeremie aux flots toujours bleus et agitesn se firent entendre les
chants de Jean Joseph Vilaire, de Timoth6e Paret, de Nerva Lataillade, de
Georges Lescouflair et de Walter Sansaricq.

Frere cadet d'Etzer Vilaire, notaire de profession, Jean Joseph Vilaire,
entire la redaction d'un contract et la dict6e d'un testament par acte public,
sut se reserver une oasis. Se souvenant des jolis poemes ou areytos que les
prAtres indiens chantaient jadis A la mort des caciques, Jean Joseph Vilaire
composer ses SONNETS INDIENS. Quand il parole de l'6tang de Speback
oi furent engloutis de pauvres esclaves, il se demand terrific :
Quelle voix dolt avoir le vent bergant les crimes
Sur les eaux de 1'6tang A l'heure de minuit ?
A I'AUBE et aux SONNETS AUX PALMISTES qui ont la meme grace
et la meme harmonie que leur sceur indienne, s'ajoutent encore les SONNETS
HEROIQUES... Jean Joseph Vilaire par l'ampleur de son oeuvre n'a rien A
envier A son frere Etzer.


--50














En Novembre 1912, la revue haYtienne L'ESSOR, qui accordait dans ses
rubriques une grande place a la litterature, declarait sous la signature de
son directeur: nNous ne voulons que des vers a la Lamartine et a la Hugo-.
Pourtant, quelques mois plus tard, Timoth6e Paret, .faisant siennes les li-
cences et liberties prosodiques admises par 1'Art des Vers d'Auguste Dor-
chain,, publiait 1'AME VIBRANTE. Et c'est toute la beauty des paysages j6-
r6miens, tous les parfums des fleurs, le came ou le tumulte des vagues...
J'aspire 6mu, l'Ame des roses
Sur qui les pleurs de l'arrosoir brillent encore.
Voyant passer des papillons:
Je me demand oil vont ces milliers de p6tales...
Fleur rare close au came provincial, Timoth6e Paret ne cesse de rep6ter son
amour pour Jeremie:
Et je veux la chanter, cette fire cite...
Ce lieu que je cheris, doux coin qui m'a vu naltre.
Georges Lescouflair n6 en 1882, ne donna son SIMPLE ALBUM qu'en
1926. Nos critiques litteraires a propos de ces posies, au tour delicat et fin,
impalpables meme ont toujours 6voqu6 le Sully Prud'homme des VAINES
TENDRESSES. Que le reve lui verse un philtre qui l'enivre, qu'il pleure sur
.les cceurs qui saignent comme des roses. ou qu'il soit obsde6 par le souve-
nir d'auciennes amours, ne nous 6tonnons pas: Georges Lescouflair est de
Jer6mie.
Les bosquets, les fleurs, les ruisseaux, la solitude des forts, le ciel 6toil6
suffisaient pour riveiller la sensibility des premiers poktes de la Grand'Anse.
Ils avaient su la faire passer dans leurs vers en chantant l'amour en pei-
gnant nos sites merveilleux. Lamartine, Vigny et a leur suite Her6dia et
Sully Prud'homme avaient 6te leurs premiers maitres; ils avaient march sur
les routes traces par le Romantisme, le Parnasse et le Symbolisme naissant.
Mais en France, a la fin du XIXe siecle et dans les premieres ann6es du
XXAme, sous l'influence de Verlaine et de Mallarm6, de nouvelles 6coles
po6tiques langaient leurs manifestes. Favoris6 par le sort, Emile Roumer,
abandonnant quelque temps Jeremie a son ciel trop bleu, devait, come
E. Vilaire et Ed. Laforest, partir pour 1'Europe. A Manchester et a Paris, 11
s'initia a la litt6rature et a la po6sie modernes. Age seulement de vingt deux
ans, il publia en 1925 ses POEMES D'HAITI ET DE FRANCE, feux d'artifice
qui 6clatent en gerbes lumineuses dans le ciel noir de l'Atlantique.
...Fantaisiste come le b6arnais Jean Paul Toulet, Roumer a aussi ses
Contrerimes, charges d'exotisme et o& passent le ciel pisan, les femmes
d'Italie, les rosiers d'Heaton Moor, une chanson cosaque de Vladimir et la
blanche Edith, fille des lourds Saxons. Parfois ses chansons atteignent au
rythme, A la legerete maligne, enfantine et bondissante des Ballades de Paul
Fort. En lisant son ISABELLA, on se demand si Roumer n'aurait pas subi
l'influence de Rimbaud et suivi nonchalamment ses bateaux ivres pendant
une saison en erifer:


-51-













Je te couvre des yeux, de ces yeux de pirate
Dont mes peres voyaient Carthagene ou Surate...
Je suis le rejeton des ,hors-la-loi. superbes
Qui dormaient sur les points, roul6s dans leurs cabans.
Ailleurs, 6galant peut-6tre les d6lires du ,vagabond genial., il s'6crie:
J'ai fait ce r&ve impur de me baigner de sang...
J'ai plant mon couteau dans les torses bronzes
Humant le chaud parfum des batailles f6roces.
Baudelairien quand il parole des femmes, gofitant fortement Nerval et Verlaine,
le jeune auteur, bien qu'ouvert A toutes les influences de la poesie moderne,
restera pourtant pokte de la Grand'Anse: ses vers seront impregnes de me-
lancolie :
Non je n'ai rien, mais c'est mon coeur qui me fait mal
Mon coeur d'enfant,... Souffrir, sentir sourdre normal
De sa poitrine un gros sanglot qui chante, rauque
Comme mauvaise en la nuit d'encre, la mer glauque.
Emile Roumer a 6clipse les plus grands noms de notre litt6rature. II occupe
parmi les poAtes nes apres 1900 la place la plus enviable: la premiere. Ses
FPOEMES D'HAITI ET DE LA FRANCE. ouvraient la voie A toute une
pl6iade de jeunes poates : les sonneurs de glas, qui se sont plus A cueillir sur
toute chose ce que Ste Beuve appelait la fleur du d6senchantement.
Et voici l'ombre d'un jeune home mort vingt et un ans, don't la
court vie ne fut qu'une ,symphonie de douleurs, ; fils de poate, Robert La-
taillade est ce jeune homme. ,Que perisse jusqu'au souvenir de la joie, mais
que tant de souffrance ne tombe pas en vain dans le n6ant came, avec
Gide, Jean Brierre. Et l'ceuvre de Robert Lataillade est recueillie dans 1'URNE
CLOSE. Qu'il Avoque ses premieres amours, ses premieres joies (helas! en
a-t-il eu ?), qu'il chante le soir brilliant en fluide oripeaun c'est un choeur
s6pulcral qui rapond A sa voix; qu'il peigne le tableau d'Hikato c'est une
effrayante hallucination qui lui announce sa mort...
Pour perpetuer le souvenir de ce grand pokte de vingt et un ans, toute
une veillee musical se fera autour de L'URNE CLOSE. La Collection des
Amis de Robert Lataillade publiera tour A tour le TAMBOURIN VOILE, les
CHANSONS SECRETES, et RESONANCES qui exprimeront en des accents
tristes, morbides, mystiques meme:
Tout ce que 1'existence a d'intime et d'amer.
Roland Chassagne, Jean Brierre et Fernand Martineau, gris6s par le
parfum des fleurs fan6es qui s'exhale sur les dalles froides des necropoles
seront les chantres de cette collection. A vingt ans, Jean Brierre rencontra
la gloire sur sa route. Poete patriote come Edmond Laforest, son DRAME
DE MARCHATERRE, traverse par les ombres de pauvres paysans, que do-
mine une lourde croix de bois et oi passent tous les frissons de la liberty,
restera l'un des plus beaux monuments de notre litterature national. Jean


-52-













Brierre est lyrique aussi et aime se souvenir des paysages jeremiens, des
plages desertes o0i souffle le vent du Nord, chanter ses amours d6funtes au
rythme interminable des glas. Des CHANSONS SECRETES ,oi il y a des
froissements de charpie, A ses derniers poAmes, la muse de Jean Brierre con-
serve la meme tendresse nostalgique. Admird et choy6 par notre jeunesse,
peut-6tre Jean Brierre sera-t-il le mage de notre g6enration?
Si, dans les poemes de Brierre, ruissellent des larmes qui se croient se-
cretes, les sanglots eclatent dans l'ceuvre de Roland Chassagne. En posant
ses doigts sur son TAMBOURIN VOILE (de crepe noir), l'artiste qui en-
treprend de nous chanter son adolescence, son cceur meurtri, ses inqui6tudes,
nous prevent:
C'est un livre adolescent et triste
C'est un recueil de pleurs
Tout un long soir verses...
Recueil de perles, pechees une nuit oi ,la lune s'6tait voile la face' dans les
flots argent6s de la mer j6ermienne...
Fernand Martineau, lui, est plus le chantre de l'amour, des souvenirs, des
airs du soir que celui de la douleur. Ses RESONANOES nous apportent le
parfum des plus belles fleurs closes dans la magnificence des paysages jere
miens. Ses vers aussi beaux que les .ceillets de Bordes, les jasmins de la
Voldrogue ou les coquillages de la Pointe atteignent parfois a une fraicheur,
A une grace jusque 1l in6gale :
J'ai rve6 que j'etais dans le
Plus beau jardin du monde
Un soir ou la lune 6tait bleue
Et chaque rose blonde.
Regnor Bernard pour avoir assist A la veill6e musical autour de ]'URNE
CLOSE a senti vibrer en lui, tristes, les derniers glas de l'adolescence qu'il
capte dans LE SOUVENIR DEMEURE. La muse qui le visit est une .in-
connue v6tue de noir. qui passe le front pench6 et le visage baign6 de larmes
a l'ombre des forces centenaires de la Grand'Anse.

Et voici que de Corail, survolant ,les lots d'6meraude qui l'entourent
comme une ceinture de perles,, nous parviennent les premiers chants de
Ren6 Belance. Magnifiant les beaut6s de sa province natale, de Pestel, des
Roseaux, de Jre6mie, l'auteur de SURVIVANCES sait communiquer A ses
vers il'enivrement des paysages contemples. et retrouver la sensibilitA des
derniers rAveurs de la Grand'Anse.
,Ma po6sie A moi, 6crivait Ducas Hippolyte, mort A vingt-quatre ans en
1868, c'est la po6sie des pleurs parce que je suis malheureux, c'est la poesie
des souvenirs parce que fus heureux un temps, c'est la poesie de l'amour
parce que j'ai vingt ans,. Chacun des poetes du c6nacle Lataillade pourrait
faire sien cet aveu. Sonneurs de glas, ils surent tous exprimer en des vers

-53-












d'une grande sinc6rit6 l'6ternelle trag6die de l'amour, de la souffrance et de
la mort qui, depuis les Ages antiques se joue dans le coeur human.
Comment ne pas citer encore MORSURES de Dantes C6dras et les
FLEURS DES BOUGES d'Antoine Dupoux. Si le dernier poeme de Fleurs
des Bouges, Thabor, 6tait de Verlaine, le Verlaine de SAGESSES il y
a beau temps qu'on le trouverait admirable! Po6te m6connu, Antoine Du-
poux, s'il persevere dans la voie oi il a pos6 de si beaux jalons, rencontrera
un jour le succes...
Mais les derniers poetes de la Grand'Anse ne se sont pas born6s aux seuls
themes qui repandent la joie ou le deuil, percent l'amoureux d6eu dans ses
nuits sans sommeil, pleines de g6missements et de larmes. Leur po6sie, vi-
vante, navigue toujours: Jean Brierre se laisse griser par le grand souffle
de liberty et de d6mocratie, Ren6 Bl6ance, don't la renomm6e a d6ja traverse
les mers, suit les courants de l'humanisme nouveau, Regnor Bernard appelle
.la fin des exploitations s6culairesn et Hamilton Garoute, apr6s Aim6 CUsaire
et Magloire StAude dans les Antilles, aborde le surr6alisme avec ses JETS
LUCIDES. Engag6 A la liberation de 1'Atre, Garoute part A la d6couverte des
nprofondeurs. et les Jets qu'il en tire, pour Atre lucides n'en sont pas moins
d'une sensibility fr6missante:
CGel, ciel
Un brin d'azur
Puisque je vais sombrer...
Une anthologie des poetes de la Grand'Anse existe. DressBe par des mains
d'artiste, elle dort malheureusement dans les limbes de 1'in6dit. Si la mode
6tait encore des gravures embl6matiques qu'on voit au frontispice des vieux
livres, il faudrait placer A la premiere page de cette anthologie la reproduc-
tion d'un tableau oi les Dix Hommes Noirs chevauchent sur leur monture
blanche, vers une magnifique contr6e baign6e par les dernieres lumieres du
jour; pres de la route qui y conduirait, on lirait tels ces mots qui vous
accueillaient autrefois aux portes des villes: .Etranger, toi qui passes ici,
recueille ton Ame! Tu p6netres dans la capital de la po6sie, dans la patrie
des po6tes,.


-54-
















Roger Mortel et la Mythomanie.

Par Philippe North.

On peut faire toutes les critiques du monde A la petite brochure ou M.
Mortel vient de r6unir trois essais sur .La Mythomanie social en Haiti., (1)-
et je ne vais pas y manquer, mais ces critiques memes et ces reproches seront
precisement le signe que M. Mortel a su exciter la curiosity et retenir l'atten-
tion. Je relive des erreurs, des maladresse et des fautes de language dans ce
livre et tout cela m'irrite. Mais je m'en rejouis: s'il me peine de constater
telle ou telle imperfection, c'est sans doute qu'il s'agit d'un ouvrage interes-
sant don't les d6fauts n'agacent que parcequ'ils en diminuent le prix. II m'en-
nuie de faire une tache A ma cravate quand ma cravate est de bonne qua-
lite, et que je tiens A elle. Sinon je la jette et n'y pense plus.
Je me sens autorise, apres cela, A dire des essais de M. Mortel tout le
mal que j'en pense: c'est que je sais pouvoir ensuite en faire 1'6loge!
Ce qui me choque avant tout dans ce livre, c'est la langue qu'on y parle.
D'abord les barbarismes abondent (2). Secundo, M. Mortel a une tendance -
ficheuse dans un travail scientifique A user de terms empruntes A la lan-
gue...familibre (3). Enfin et surtout je constate, par mon example, que le pre-
mier reflexe du lecteur, meme un peu initie, d&s qu'il a lu trois ou quatre
pages du livre, est de se precipiter sur un dictionnaire, de fagon A traduire
avec les mots de tout le monde un texte qui semble parfois ecrit dans une
langue 6trangere. C'est 1A un d6faut grave: il me parait tres dangereux
que les gens qui ont quelque chose A dire, le fassent dans une langue qui
interdit l'acc&s de leur pens6e a la tres grosse majority de leurs lecteurs 6ven-
tuels. Entendons-nous bien: je ne veux pas dire que les poites doivent parler
come la comtesse de Noailles et les penseurs. come Andr6 Maurois.
'La forme sort du fond comme la chaleur du feut dit Flaubert; une pensee
n'est pas separable de son expression, et il est tout A fait normal qu'une pen-
see difficile s'exprime dans un language ardu, vers ou prose. Personnellement,
j'aime que la difficult d'une piece de Mallarm6 ou d'un sonnet de Valery
soit come une defense du poeme, une pudeur qui les d6robe A la grossi6-
ret6 commune; plus generalement, j'aime assez me casser la tAte A propos de
mes lectures, mais seulement quand la difficulty est pour ainsi dire exig6e
par le genre litteraire qu'on cultive. Les philosophes, eux aussi, parent une

(1) Imprimerie du College Vertieres. Port-au-Prince 1947.
(2) M. Mortel dcrit: ii s'dvidente que, pour: il est evident que, j'eus
l'opportunite de, pour : j'eus l'occasion de; mortality pour d6ecs; basique (!)
pour : de base, etc...
(3) crever, patelin, dare-dare, etc...

-55-












langue A eux, et les medecins. Pour les philosophes, il serait un peu long de
donner les raisons de leur hermetisme. Pour les medecins, je suppose que,
entire autres choses, leur charabia trouve sa raison dans la psychologie, comme
leur bonnet point jadis: il s'agit toujours d'impressionner le patient, de le
persuader qu'il se confie A un homme d'une espbce different de la sienne,
infiniment savante et puissante, de chapter sa confiance et de favoriser ainsi
la guerison. Si je dis a mon medecin: .j'ai mal A la tete, et qu'il me repond
gravement ,vous souffrez done de cephal6ee, je me sens deja beaucoup
mieux!... Le medecin me trompe mais je l'excuse parceque je sais que son
vocabulaire est un des resorts de son prestige et que son prestige est n6-
cessaire. Mais quand M. Mortel dit complexe diogmoidienn pour tendance
A la persecution,, comme le mot diogmoidien outre qu'il est horrible -
ne recouvre absolument rien de plus que le mot persecution, M. Mortel me
trompe et je ne puis l'excuser. Bien au contraire, je reflechis sur cette strange
yolont6 d'employer des mots barbares (1) et je me dis que ce pourrait Atre
le signe que M. Mortel n'est pas tres sfir de sa science. Ce sont les nou-
veaux riches surtcut qui sont a cheval sur l'etiquette. Je me rappelle qu'A
mes examens, c'est quand j'ignorais tout de la question que j'etais le plus
bavard. Je remarque aussi que ce sont les laches qui discourent sur le cou-
rage. J'observe encore que les tristesses trop voyantes ne sont pas les plus
authentiques, et je conclus que l'on doit se mefier des signs ext6rieurs. On
prouve le movement en merchant, on prouve son savoir par ses idees, et
non par 1'Anoncd inintelligible des choses simple.
Je reproche done A M. Motel de m'obliger A prendre mon dictionnaire,
et comme, le plus souvent, les mots que j'y cherche ne s'y trouvent pas, j'ai
le choix entire: reprocher au dictionnaire d'etre incomplete, ou en vouloir A
M. Mortel de parler une langue qui lui est propre. On me dira qu'il a mis
un glossaire A la fin de son ouvrage, a l'usage des ignorants. Oui, seulement
quand je vois que M. Mortel consider le mot .ph6nom6nologie comme uri
pur et simple synonyme du mot *.tude,,, je me demand quelle foi je puis
ajouter aux autres definitions Et, encore une fois, pourquoi user de terms
don't il faut donner la traduction! Comment M. Mortel n'a-t-il pas vu que
sa maniore de faire 6tait en contradiction avec son dessein ? M. Mortel, et il
faut l'en feliciter sans reserves, s'est propose de determiner les causes d'uri
comportement extremement repandu en Haiti: le comportement mythoma-
niaque, de fagon A fournir au gouvernement et aux 6ducateurs haitiens les
donndes d'un probl6me capital: le problem de la mentality ha'tienne, qu'il
faut A toutes forces reformer parcequ'elle est defectueuse (p. 62). La pensee
de M. Mortel est done une pens6e .engag6en, comme on dit, c'est-A-dire

(1) Un example entire cent autres. Au lieu de dire: le tdeldiol se prd-
sente sous deux formes: la forine b6nigne et la forme maligne, M. Mortel
ecrit: total du phdnomene (!). Total dpanouissement qui possede un caractere di-
chotomique, parceque recdlant deux facettes de l'entitd psycho-sociale que
nous dtudions, c'est-&-dire les phases bdnigne et, maligne.>> (p. 36).

-56-













qu'elle n'est pas gratuite, purement speculative, mais au contraire, toute
orient6e vers l'action. M. Mortel a decide d'agir sur son milieu et de l'am6-
liorer, de connaitre pour reformer. On peut dire d'ailleurs au passage que tous
tes sociologues en sont 1 : de mime que je pense a mes dents quand j'ai
mal aux dents; de meme un homme devient sociologue quand 1'6tat social oi
il vit est ressenti par lui comme d6fectueux: il sent qu'il doit trouver un
rem6de, done decrire d'abord le mal et en determiner les causes. Toute etude
sociologique est toujours un peu un produit social (l'effet d'un 6tat social
v6cu comme mauvais par un sociologue), par consequent, aussi, une socio-
therapeutique (1). D6s lors, quand on se propose express6ment, comme M.
Mortel, d'agir sur son milieu, de convaincre certain hommes de leurs de
fauts, et d'en persuader d'autres, que ces travers doivent 6tre corrig6s au
plus tot, il faut prendre les moyens d'etre convaincant et ne pas parler chi
nois. Si, M. Mortel, vous expliquez la tendance haitienne A medire du voi-
sin, en disant: les Haitiens ont et6 esclaves, et leur ressentiment ne pou-
vant exploser par des actes, prit l'habitude de se traduire en parole; les
Haitiens sont pauvres, done avides, mais leur avidit6, 6tant souvent d6gue,
se transform en rancceur, en haine pour les rares privilegies, tout le
monde vous comprendra. Si vous dites: ,Le pauperisme ambiant s'est re-
fract6 a travers le subconscient de nos compatriotes. Et, come toute re-
fraction est un changement de direction, l'introjection de ce paup6risme s'a-
nalyse, A meme le milieu psychique, comme une deviation. D6viation affec-
tee d'un caractere ideo-affectif... etc (p. 44), si vous dites cela, vos lecteurs
fermeront votre livre et iront au cinema.
Ce sera tres dommage, pour eux, et ils perdront beaucoup... car le livre
de M. Mortel est d'un grand int6ret.
Son premier merite c'est d'exister: il y a depuis quelques semaines, un
ouvrage qui parole de la mentality des Haitiens, autrement que par allusion,
un livre oi l'on a isol6 un des aspects de cette mentality: l'aspect mytho-
maniaque, en s'efforgant de deceler les causes de cette ,tendance plus ou
moins volontaire et consciente, au mensonge et a la creation de fables ima-
ginaires,,, qui caract6rise la mentality haitienne. Quand bien meme M. Mor-
tel aurait commis toutes les erreurs et les maladresses possibles (ce qui n'est
absolument pas le cas), il faudrait lui savoir un gr6 infini d'avoir eu l'idke
de cette 6tude et de ne pas l'avoir lIch6e, de s'Otre courageusement mis au
travail et d'avoir couch sur le paper le r6sultat de ses observations, de ses
lectures et de ses meditations.
M. Mortel, apres avoir mis en evidence, par des faits et des examples, la
tendance haitienne A la fabulation et pose la ,tartuferie come le d6nomi-
nateur commun des relations sociales de la communaute haitienne, en donne
immediatement les raisons. La tendance A la dissimulation s'explique, d'une
part, par des contingencies historiques (le mensonge fut une ruse, une r6ac-

(1) Cf. Jules Monnerot: >. Paris.
Gallimard 1946.


-57-














tion de defense de l'esclave dominguois), d'autre part et surtout, par des
faits d'ordre ethnographique: le .pharisaisme social. est le prolongement
d'un certain nombre de croyances ancestrales anachroniques qui, par example,
poussent l'Haitien a cacher son Age, son nom de baptAme, etc... par crainte
des sortileges. Quant a la tendance a inventer des mythes, elle est caracte-
ristique de ce qu'on nomme ,la mentality primitive,, (p. 5 A 15)
Ici, une remarque s'impose. M. Mortel, A plusieurs reprises, affirme la
permanence, dans la mentality haitienne, de ce qu'il nomme: dla primitivit6
africaine, (p. 46). S'abritant sous l'autorite du Dr. Louis Mars (p. 39), il
advance que l'europ6anisation est seulement ici de surface, de sorte que la
mythomanie haitienne sera pour lui un des aspects d'une mentality don't le
caractere .primitif. se r6vele dans bien d'autres ph6nomenes: .ouangas,
amulettes, tabous, etc... (p. 30-40). Des lors, ,Haiti est-elle une collectivite
primitive?, (p. 38). I1 est certain que la mythomanie, dit M. Mortel, est en
Europe ,ordinairement consid6ere comme une caracteristique passagere de
la conscience enfantine encore au stade de sa spontaneity mythique. (p. 37).
Or, en Haiti, l'habitude de mentir et de fabuler. est un fait constant de la
conduite adulte, de sorte que ce qui ,outre-mer... relAverait d'un trouble pa-
thologique, est plutot ,sous notre vote ensoleillee, un comportement quo-
tidien, social). (p. 11) Devra-t-on en conclure que les Haitiens sont des ma-
lades ou des enfants ? M. Mortel, tres judicieusement, conclut que les re-
marques qu'il vient de faire prouvent simplement que les categories euro-
peennes valent seulement pour les Europeens et part en guerre contre l'er-
reur du XVIIIe siecle qui fut de croire a une nature humaine identique par-
tout et toujours (p. 10). Ce n'est pas nous qui irions le contredire Je risque
cependant une petite remarque; non que je ne sois pas d'accord! Bien au
contraire, je suis beaucoup trop d'accord! Tout le monde est beaucoup trop
d'accord! Chacun, aujourd'hui, pense, avec M. Mortel, que dl'animal social
d'Aristote ne peut 6tre lumineusement compris, qu'analysA A travers le prisme
de sa civilisation sp6cifique. (p. 28). Et c'est pourquoi il n'6tait peut-etre pas
necessaire de montrer sur ses grands chevaux, de parler de misee au point
necessaire, et de se laisser aller A ce petit morceau de bravoure contre
.l'ethnocentrisme des clercs europ6ens, qui parasitent bien des travaux scien-
tifiques, (p. 28) Il y a dAja quelqu'un qui a protest contre la conception eu-
rop6enne qui bornait la psychologie A l'etude de .l'homme blanc, adulte et
civilise.. I1 s'appelait Ribot. Seulement, lui, il a dit cela il y a quelques an-
nees dBjA! Et aujourd'hui tout le monde est parfaitement convaincu. II suf
fisait done de rappeler avec measure une v6rite acquise, ayant fait justice de
quelques prejuges dejA anciens. Comme dit Henri Michaux, il n'est pas ne-
cessaire de se mettre en bras de chemise pour rompre une allumette.
Je reviens A la mythomanie. S'il n'y a pas de nature humaine mais des
hommes que les circonstances historiques et sociologiques modifient, il va
falloir chercher dans le pass et dans le milieu actuel les causes d6terminantes
de la mentality mythomaniaque. M. Mortel trouve essentiellement deux fac-


-58-












teurs d'explication: l'esclavage de jadis et le paup6risme d'aujourd'hui. Ces
histoires extraordinaires que l'on nous raconte A chaque instant sont bien
souvent des -boniments utilitaires.. Les Haitiens vivent dans un 6tat ,d'ina-
nition partielle chronique,. Il faut manger. Pour manger, il faut de !'argent.
Pour avoir de l'argent, il faut ,taper) quelque dupe et pour que la dupe se
laisse faire, il faut inventer une fable qui provoquera sa piti6. (p. 15 A 20).
On recourra au besoin a quelque subterfuge physique. Car les Haitiens savent
aussi mentir avec leur corps et simulent parfaitement la claudication, l'apho-
nie, la fievre, etc... Cette ,fabulation somatique, est le prolongement dans
le temps d'une sorte de ,mecanisme de defense, de l'esclave dominguois qui
devait affectedr un comportement impose par le fouet" alors qu'il conservait
latentes, profondes, les ,habitudes sociales africaines,. Ainsi, s'est developpee
une .l6asticit6 mental, tout A fait remarquable, que l'Haitien ne manque
pas de mettre A profit aujourd'hui. (p. 25 A 31)

Mais il y a plus, et c'est A ce niveau que l'analyse de M. Mortel va le
plus profond6ment: la mythomanie haitienne est aussi et surtout un ph6no-
mene de compensation. L'Haitien est un homme qui se sent inf6rieur. II
souffre d'un complex, herite de l'esclavage. .L'esclavage... a separ6 brusque-
ment les negres d'Amdrique de leurs cultures ancestrales africaines.... J'au-
rais aim6 que M. Mortel tirAt parti de cette remarque d'Alain Locke, qu'il
cite, et montrAt la genese du sentiment d'inf6riorit6, d'ins4curit6, a partir de
cet arrachement de l'esclave par rapport A son group africain. I1 y avait la
une belle analyse sociologique A faire pour suggerer la d6tresse d'un individu
imbrique dans un group qui maintient ses membres dans une cohesion forte,
d'un homme .engrene6 dans une society qui lui dicte ses croyances et ses
conduites, ot tous les chemins sont traces, oii 1'on vit une solidarity de tous
les instants, d'un homme A qui, brusquement, on enleve tous ses soutions. Ce
qu'il y a de plus dramatique dans la traite des negres, c'est peut-6tre cela,
cette angoisse qui a df saisir des hommes que l'on changeait d'univers, cette
peur affreuse de gens que l'on depouillait totalement parce qu'en les arra-
chant A leur milieu, A leur entourage, on brisait cette connivence avec le
monde, dans laquelle ils vivaient, cette espece de familiarity avec tout, cette
assurance inconsciente que donne l'appartenance A un group. La traite a
fait des negres des hommes seuls, des hommes sans society, et c'est 1l sans
doute l'origine profonde du complex d'inferioritd, ,d'insuffisance social. que
les Haitiens ont herite de leurs ancetres et qui explique cette tendance hai-
tienne que l'on observe, A imiter et meme A mimer l'individu ou la culture
estimes suprrieurs (p. 21).

Que l'on ajoute A cela l'extreme d6nuement du people haitien, la diffi-
cult6 de la vie haitienne, la misere permanent, les aspirations toujours dB-
gues, les deconvenues continuelles et l'on comprendra, nous dit M. Mortel
que des hommes naturellement tres motifs, tres orgueilleux .reagissant en
recusant la r6alit6 par trop brutale.. On comprendra nles hableries mondai-
nes, les mystifications gastronomiques, les fumisteries donjuanesques, et les


-59-













papotages m6galomaniaques... : le d6sir de paraitre est la compensation du
sentiment d'inf6riorit6. (p. 25).
Ceci pos6, M. Mortel passe A 1'6tude d'un ph6nomene plus particulier:
le ,T616dioln. Ce mot designe dles recits et informations, ici partiellement vrais
et la totalement faux, qui a travers la society haitienne s'accr6ditent sous le
signe de l'impersonnalit6, (p. 33) : le t6eldiol c'est le domaine des *on-dit",
(yo di'm, en creole). Quelle est l'origine du t6l6diol; quels facteurs histori-
ques, raciaux, sociologiques, expliquent la forme umaligne2 qu'il peut pren-
dre (le d6nigrement du voisin est aussi un trait frappant de la mentality haY-
tienne); comment rendre compete de la credulit6 g6ndrale, telles sont les
questions auxquelles M. Mortel tente de repondre dans son deuxieme cha-
pitre. L'6tude du acouri., dans le troisieme essai est pour l'auteur une occa-
sion de reliever le caractnre pernicieux de ces fables stupidement terrifiantes
que l'on conte aux enfants, et don't l'effet est de crier un complexe irra-
tionnel d'impresionnabilit6 apeur6ee terrain propice pour ces paniques
collectives d6clench6es souvent par les rumeurs alarmistes du t6l6diol.
Sur tout cela, M. Mortel abonde en indications precieuses Il est regretta-
ble que ce ne soient souvent que des indications. Au fond, ce que je critique
dans .La mythomanie social en Haiti* de M. Mortel, c'est ce que je criti-
quais, il y a quelques mois et ici meme, dans De1bats sur le creole et le
Folklore, de M. C. F. Pressoir : la dispersion de l'int6ret sur un trop grand
nombre de sujets. Ce qu'on gagne en 6tendue, on le perd toujours en pro-
fondeur. M. Mortel avait le choix : ou bien porter toute son attention sur
un probleme precis, delimit6, et 1'6tudier exhaustivement; ou bien faire un
essai philosophico-litteraire sur la mentality haitienne. Les pages que M.
Mortel consacre au .couri., par example, ne forment pas un essai, mais plu-
t8t un plan d'etudes. Les fables que 1'on raconte aux enfants leur font une
ame apeuree et le vodou entretient chez l'adulte cette disposition A la crain-
te, dit M. Mortel. Bon. Parlez nous de ces fables. Parlez nous des croyances
vodouesques dans leur rapport avec la psychologie du grand nombre. Ce que
vous dites en quelques lignes, c'est la matiere d'un chapitre de 20 pages. Vous
parlez de l'affectivit6 proprement africaine, de l'impressionnabilit6 des noirs,
de leur apprehension A l'6gard de la nuit et vous citez l'opinion de tel ou tel.
Je me moque de l'opinion de tel ou tel. Sur quoi se fonde cette opinion?
Quelles sont les observations, les statistiques, les experiences qui prouvent
que les noirs ont une ,affectivit&e particulibrement forte? R6fl6chissez
sur l'impressionnabilite, lisez des traits de caracterologie, m6ditez sur la
nature de 1'6motion. Voyez les theories recentes, demandez-vous si l'6motion
n'est pas pr6cisement le signe d'un bouleversement tel que la conscience
4mue crie un monde nouveau, oi les rapports objectifs et rationnels n'ont
plus course (1) et voyez si, justement, il n'y a pas une relation entire l'impres-


(1) Cf. Sartre: tions,. Paris. Hermann. 1939.


-60-














sionnabilit6 de certain groups et leur vision d'un monde .pr6scientifique.,
un peu magique, oi tout est en rapport avec tout etc. etc... Vous retrou-
vez alors la question de l'europ6anisation de surface, en Haiti. Sugg6rez plus
habilement, si toutefois vous ne voulez pas en faire votre sujet d'6tude ex-
clusif, cette originality d'un peupie ot l'on trouve des gens qui, le matin
travaillent A .decalaminer. les huit cylindres du moteur d'une Cadillac der-
nier module, et le soir sont possedes par Papa-Gued6 au son des tambours
vodouesques. Vous parlez, au passage des courin declenches par la vue d'une
auto, qui est soupgonn6e de rafter les hommes la nuit, ,l'auto-tigre !
C'est un symbol don't vous ne soulignez pas assez la port6e... etc. etc...
il y avait 10 ouvrages A ecrire, sp6ciaux, techniques, scientifiques, sur chacun
des problems que vous effleurez! Mais vous comptiez n'en ccrire qu'un.
I1 ne pouvait etre scientifique, objectif (cela supposerait 6crites les dix
monographies!). Il fallait alors qu'il fut d'allure rbsolument philosophique,
et peut-etre meme litteraire. De quoi s'agit-il dans cet ouvrage, en definitive ?
Je ne suis pas sir que M. Mortel ait 6te trbs fixed. II parole dans son intro-
duction des anthropologues psychologues, d'une ,psycho-pathologie so-
ciale, de .psychanalyse ethnique, d'ethnologie et de ,psycho-sociologie..
Tout cela n'est pas synonyme! Je pense, quant A moi, que M. Mortel n'a
pas su opter entire ce qu'il nomme la psycho-sociologie, qui a pour but d' .6-
tudier les faits psychiques en connexion avec la society, et la psychanalyse
ethnique qui veut ,anatomiser la mentality d'une communaut6 donn6e,. La
psycho-sociologie est du domaine de la science. L'ouvrage de M. Maurice
Halbwachs sur ,Les cadres sociaux de la memoiren est un livre de psycho-
sociologie, au sens ou l'entend M. Mortel. La psychanalyse ethnique serait
plut8t une branch de la philosophies, illustr4e par le Keyserling de ,Psycha-
nalyse de l'Am6rique., par example. Ou M. Mortel nous donnait des chiffres,
des courbes, des bilans d'enquetes; ou il nous proposait dans une langue
aimable un ensemble d'id6es personnelles, form6es par la meditation ap-
profondie d'un certain nombre de problAmes (dans le detail desquels il n'y
avait pas A entrer), ensemble d'id6es assez judicieusement agencies pour
emporter la conviction du lecteur. Savant ou penseur I1 faut choisir.
On conclura peut-etre de ce long article que je juge pr6matur6e la publi-
cation d'un livre par M. Mortel. Non. Ecrire un livre a oblige M. Mortel
A une mise au point tres profitable pour lui d'abord, pour les gens cu-
rieux, ensuite. Seulement il ne faudrait pas que M. Mortel pensat que c'est
fini et qu'il peut se reposer. Tout commence au contraire. M. Mortel a essa-
yA de mettre un peu d'ordre dans ce qu'il pensait. Il s'agit maintenant d'y
voir clair et de decider : savant ou philosophy; dix ans d'enquetes ou dix
ans de meditations. C'est etre bien exigeant, mais tant pis pour M. Mortel
s'il a commis l'imprudence de se faire connaitre! Ce sont toujours les meil-
leurs l66ves a qui l'on demand les plus serieux efforts. Nous mettons tous
nos espoirs en Roger Mortel.


-61-













Une annee au Centre d'Art.
Par Maurice Borno.

L'Ann6e 1947 a 6t6 pour l'Institution fondue en 1944, par Mr. Dewitt Pe-
ters, l'une des plus f6condes en realisations, en d6pit des acrobaties admi-
nistratives suscit6es par une 6conomie trop etriquee.
A 1'instar de ces nombreuses v6egtations haitiennes, le Centre d'Art s'est
nourri d'espace plus que de terre; sa floraison n'en est pas moins abon-
dante. Ce qui est a craindre, c'est que ces fleurs ne pflissent et ne se fanent.
Une Institution de l'envergure de celle-lA, il semble qu'on ne le comprend
pas ne peut se soutenir de reconnaissance international et de litt4rature
4logieuse sans l'apport de facteurs nationaux plus positifs.
Au course de l'ann6e qui finit, plus de 200 oeuvres d'art ont quitt4 le sol
haitien pour aller aviver de leurs tonalit6s ensoleill6es, les Galeries pari-
siennes et am6ricaines.
L'Admiration suscit6e a l'ext6rieur par les products de l'ceuvre, autant
que par l'ceuvre elle-meme, n'a pas cependant su soulever en Haiti, un in-
t6r6t plus vif en faveur de l'art pictural, s'il faut se baser, pour juger, sur
la fr6quentation des Galeries par le public. Elle a plut6t d4termin6 un int6-
rMt g6n6ral en faveur de 1'Art, un certain courant de sympathie artistique.
C'est appreciable, mais c'est minime.
Nos statistiques enregistrent de nombreux articles venant du dehors con-
tre tres peu de l'interieur ; 100 ventes aux strangers contre 5 aux Haitiens.
A l'exception de Philippe Thoby-Marcelin, J. B. Cin6as, Marc Verne, Ro-
ger Dorsinville et Fraeniel, pas un intellectual haitien qui exprime, par une
critique ou un t6moignage sous forme po6tique ou prosaique, les impres-
sions qu'il a pu recevoir des multiples expositions de Peinture, de Dessins
et de Sculpture.
Le Centre d'Art aurait-il fait faillite dans son rayonnement en Haiti ?
Si les ains semblent indiff6rents au movement, l'on s'en voudrait de
le dire des jeunes. Il est m&me int6ressant de noter que ces apports nou-
veaux viennent, en majority, du people, de la Facultd de Mddecine et de
1'Ecole du G6nie.
Dans le but d'ajouter A 1'embellissement de la Capitale et de promouvoir
dans le Public, le prestige que conf&re la protection d'un immeuble somp-
tueux, le Comit6 d'Administration assisted de Messieurs: Robert Baussan, ar-
chitecte, Roger Dorsinville, Leonce Borno, F61ix Diambois, Lucien Hibbert,
Joseph Nadal et Jamil Assali, membres du Comit6 de construction, a pro-
jet6 d'6difier un local et un mus6e d'Art.
Nous croyons savoir qu'une prochaine decision legislative autorisera la
prise de possession du terrain sollicit6 pour de telles fins.
Il resort des lemons recueillies des trois annees d'existenbe du Centre
d'Art, que 1'avenir de cette Institution ne sera assure qu'autant que le Gou-
vernement Haitien, faute d'autres protecteurs, l'assurera en lui tendant une
main plus g6n6reuse.
-62 -















Quelques Livres *
Clement Coicou: ,LES REFLETS.
(Imprimerie C. Beaubrun Port-au-Prince)
On ne fera pas a Monsieur Coicou le reproche d'exploiter l'actualit6. A
une 6poque ci de ncmbreux poetes nient les marites des ragles tradition-
nelles et proclament le vers libre, l'auteur de .,Reflets. retourne A la proso-
die ancienne. C'est un recueil de sonnets qu'il nous donne aujourd'hui, nous
r6servant pour plus tard des po&mes piques et lyriques: .Les Labours..
Monsieur Coicou fait revivre dans ses vers certaines gloires du pass et
6voque les tableaux et paysages qui lui sont chers. Sa po6sie se berce au
rythme de solides alexandrins don't la beauty parfois nous 6meut. Si Mon-
sieur Coicou n'atteint pas la maitrise d'Edmond Laforest, 1'heureux ciseleur
des Sonnets Medaillons du dix-neuvimme siecleo, son inspiration n'en est pas
moins celle d'un pokte, d'un vrai qui a toute notre admiration et m6rite celle
de tous ses confr&res. P. V.
Ren6 BBlance : .POUR CELEBRER L'ABSENCE.
L'auteur de Survivances,, qui s'est impose depuis quelques temps d6jA,
a l'attention du public, vient de lancer la deuxi&me edition de *Pour c6l6brer
I'Absencen. C'est un mince petit recueil de dix po&mes ou plut6t un poeme
en dix parties. La po6sie de B6lance est assez moderne. Des vers libres, mais
d'un rythme sfr ofi passent des expressions et des etats d'Ame 6troitement
voisins du surrealisme.
Il se d6gage de ces po6mes un long appel, qui exprime avec une grande
richesse de suggestions, l'incertitude, l'inqui6tude. les angoisses du present:
J'attends la voix qui pardonne ou meprise...
Toutes mes joies sont ameres
Les gestes, vains, devant l'inepuisable...
Ailleurs :
Je suis le confluent de voix mill6naires
De toutes celles que brflait l'attente
De ferveur promise...
Balance retient ses cris et ses g6missements, mais c'est pour mieux mo
duler une plainte brvve, une chanson don't 1'accent et la musique nous trou-
blent pour longtemps:
Quelle que soit la sentence
Edictee par ta foi,
Me voici, envelopp6 du manteau de silice...
P. V.

*Les auteurs sont pries d'adresser directement a I'Institut Frangais, les
ouvrages don't ils desirent faire rendre compete dans cette rubrique.

Ba -












Dantis Bellegarde: ,ECRIVAINS HAITIENS..
(Soci6t6 d'6ditions et de librairie Port-au-Prince 1947)
Plus que nulle part ailleurs, les anthologies sont necessaires en un pays oi
les ceuvres sont presque toujours tirees A peu d'exemplaires et, par suite, ra-
pidement 6puisBes. Or, depuis 1904, aucun recueil tres abondant de textes
d'auteurs haitiens n'avait paru ici. M. Dantes Bellegarde a eu l'heureuse
id6e de combler cette lacune. Dans cet ouvrage, le premier d'une snrie qui
doit en comporter trois, il nous presente des pages de quarante auteurs eche-
lonn6s des premiers jours de l'Ind6pendance jusqu'a 1'Apoque contemporaine.
Les plus nombreux, de beaucoup, sont des historians ou des sociologues,
non par suite d'une preference ou d'un parti pris de l'auteur mais parce que,
parmi les prosateurs de ce pays, rares sont ceux qui ont consacre leur ta-
lent A des oeuvres de pure fiction. M. Bellegarde a cependant su 6viter la
monotonie, grace A une tres habile disposition des textes cites, disposition
qui n'est pas servilement soumise A l'ordre chronologique.
La preface et la notice biographique outre qu'elles fourmillent de ren-
seignements precis que le lecteur moyen serait bien embarrassA de trouver
ailleurs, nous done de prccieux et trop brefs apergus qui nous font re
gretter que l'auteur ait modestement choisi le r6le d'un guide discret plut8t
que celui d'un critique litteraire. J. A.

ENVOIS D'AUTEURS:
.LA LUTTE CONTRE LA FOLIE., du docteur Louis Mars; MA
BOHEME., de Marc-Pierre Sals ; .FLAMMES., de Carlos Saint-Louis;-
,LA SAINTETE FRANCHISE., du P. Foisset.
Nous donnerons dans notre prochain numero le compte-rendu critique
de ces ouvrages.


-64-
















IV

CHRONIQUE


A la Legation
LE 11 NOVEMBRE.-
A 1'occasion du 11 novembre, une messe a laquelle assisterent Son Excel-
lence M. Chayet, ministry de France, M. Daumas, consul, et Madame Dau-
mas, de nombreux frangais et de nombreux haitiens amis de la France, a
ete cel6bree a la chapelle du Seminaire College St-Martial, pour honorer
la m6moire des morts des deux guerres.

SEJOUR DE M. BARBIER.-
M. Henri Barbier, conseiller commercial en residence A la Havane a
quitt6 Port au-Prince le mardi 22 decembre apris un sejour de deux semai-
nes dans la capital, oii il a pris des contacts utiles avec les autorit6s hai-
tiennes et les commergants frangais r6sidant en Haiti.

A 1'Institut
INAUGURATION DE L'ECOLE NORMAL
SUPERIEURE.-
Le 31 octobre 1947, en presence de Son Excellence M. Dumarsais Esti-
me, President de la Republique, eut lieu, A la Faculte de Droit, 1'inaugura-
tion solennelle de l'Ecole Normale Superieure.
Dans 1'important discours qu'il prononga A cette occasion, M. Saint-Lot,
Secr4taire d'Etat A 1'Education Nationale, souligna le rl1e de l'Institut Fran-
gais :
.Nous apprecions la collaboration qu'a apportee et qu'apportera 1'Institut
Frangais au fonctionnement d'une oeuvre don't la fin superieure est le per-
fectionnement des aptitudes intellectuelles. L'Institut Frangais continue l'es-
prit des grandes Ecoles Frangaises qui font rayonner A l'etranger les qua-
lites d'harmonie, de measure et d'equilibre du g6nie d'un people attache au
bulte de la pensee libre, et qui a apporte A niotre civilisation du XXAme siecle
quelques-uns de ses 1eements les plus fondamentaux, les plus indestructi-
bles et les plus humans. Au nom du Departement de l'Education Nationale,
je tiens A remercler 1'Institut de cette cooperation a la base de laquelle se
trouve un meme ideal: travailler au progr&s des connaissances humaines et












les placer dans un climate de s6curit4 et de dignity qui redonne A l'esprit sa
souverainet6 et lui garantisse son pouvoir cr6ateur.

LES xMARDIS RADIODIFFUSES>.-
Voici le programme complete des conferences publiques prononc6es A
1'Institut Frangais, au course du ler trimestre de l'ann6e scolaire 1947-48 :
Le 14 octobre : cA travers 1'Indochinee, par M. Charles Robequain, pro-
fesseur A la Sorbonne.
Le 21 octobre : , par M. Charles Robequain.
Le 8 d6cembre : De la Resistance A la Reconstruction>>, par M. Andre
Philip, Ancien Ministre.
Le 16 d6cembre : , par M. Yves Colle. pr o-
fesseur A 1'Institut Frangais.
A l'issue de ces conferences, des films documentaires appartenant A ]a fil-
motheque de l'Institut Frangais, ont 6t6 projects :

Hommage A Bizetb
<.

SEJOUR DU PROFESSEUR ROBEQUAIN-
Ainsi que nous l'avons indiqu6 dans notre dernier numero, M. Charles
Robequain, Professeur de G6ographie des Pays tropicaux A la Sorbonne
a quitt6 Port-au-Prince A la fin du mois d'octobre. II avait tenu a prendre
la parole non seulement A l'Institut Frangais, mais encore A l'Alliance Fran-
gaise de Port-au-Prince et A la Soci6et Haitienne d'Histoire et de Geogra-
phie. Bien que l'ann6e scolaire ne ffit pas commence, le Professeur Ro-
bequain fut partout f@te par des auditoires nombreux et sympathiques. II
lui a 6t6 possible de visitor les principaux centres touristiques de la R6-
publique et, avec M. Colle, comme cicerone, il se rendit dans le Nord, puis
dans les principles villes de la presqu'ile du Sud. Ainsi le Professeur de G6o-
graphie tropical A la Sorbonne aura fait ample moisson d'images et d'en-
quotes dans la seule Republique de langue frangaise de l'Amerique Cen-
trale, et se souviendra longtemps de son passage.

VISIT DE M. ANDRE PHILIP,
ANCIEN MINISTRE.-
Pour la premiere fois depuis la foundation de 1'Institut Frangais, une
haute personnalit6 du monde politique, hier encore au pouvoir, a pris la
parole dans notre Etablissement. Se liberant pour quelques heures de ses
charges de chef de la D6elgation frangaise A la Conference Internationale de
la Havane, M. Andr6 Philip est arrive en avion A Port-au-Prince le liman-


-66 -














che 7 decembre, pour repartir le surlendemain. Il a 6t6 l'h6te de Son Ex-
cellence M. Maurice Chayet, Ministre de France. Le 8 au soir, il montait sur
l'estrade de notre salle de conference remplie par une foule tres nombreuse
ot l'on remarquait plusieurs ministres en exercise, ainsi que plusieurs Mem-
bres du Corps Diplomatique, don't : Mgr. Paccini, Nonce Apostolique, S.
Ex. M. H. Tittmann, Ambassadeur des Etats-Unis, S. Ex. M. Benavides, Mi-
nistre du P6rou etc., etc...
Le discours de M. Philip fut A maintes reprises coupe par des arplau-
dissements enthousiastes, homage A ses exceptionnelles qualit6s d'orateur.
La soiree fut une brillante manifestation de sympathie a 1'6gard de la France.
L'ancien Ministre de 1'Economie Nationale fut prbsente au public hai-
tien par M. S. B. Lando en ces terms :
est, ce soir, un Mardi> tout-A-fait exceptionnel.
D'abord parce que c'est un lundi; ensuite et surtout, parce que la per-
sonnalit6 du conferencier lui prate le plus grand eclat.
Celui que j'ai le grand honneur de vous presenter, quoique jeune et
en pleine vigueur, comme vous pouvez le constater, appartient A la gran-
de histoire.
M. Andre Philip, ancien et future Ministre, preside actuellement notre
Delegation A la Conference Internationale de la Havane. Obeissant A l'appel
irresistible qui a toujours attire et attirera toujours les Frangais vers votre
le, il a bien voulu arracher quelques heures A un emploi du temps tres
charge pour venir saluer Son Exc. M. Dumarsais Estime, President de la
Republique, et pour parler de la France devant votre attentif et bienveil-
lant auditoire.
De l'homme politique, resistant de la premiere heure, ouvrier de la Li-
beration aux c6tes du General de Gaulle qu'il a rejoint, au p6ril de sa vie,
en pleine occupation allemande, pourquoi vous parlerais-je ? L'histoire,
je viens de le dire, l'a dejA accapar6. Une histoire passionnante qui s'est
faite dans le sang et les larmes, dans la douleur et la gloire, au battement du
cceur de tous les homes rests libres.
Quant au grand universitaire, A 1'6crivain, A celui qui est un des meil-
leurs th6oriciens que nous comptions dans le domaine de 1'6conomie, th6o-
ricien que les responsabilites du pouvoir ont, depuis de longues annees, con-
traint A une fructueuse confrontation des id6es avec les faits, celui-la, la
causerie de ce soir le fera mieux valoir qu'une encombrante et inutile dis-
sertation du profane que je suis.
L'Institut Frangais est aussi fier qu'impatient de passer, sans la retarder
ni Faffaiblir, la parole A un hote si illustre.
Veuillez done 6couter tout de suite M. AndrB Philip, ancien Ministre,
Chef de la D1eegation frangaise A la Conference de la Havane, qui a pris


-67-














pour theme de sa causerie ces mots : De la resistance a la reconstruc-
tions.

LES TOURNEES DE CONFERENCES
EN PROVINCE.-
Grace A deux weekend& passes en province par M. Lando, Directeur de
l'Institut Frangais, et ses collogues MM. Martin et North (A Jacmel les 22
et 23 novembre, A J6ermie les 6 et 7 decembre), toutes les villes impor-
tantes de la R4publique auront entendu des conferences, echo de nos port-au-princiens.
L'accueil r6serv6 aux professeurs frangais par les autorit6s et le public
fut chaleureux, comme d'ordinaire. A Jer6mie, deux films furent projects, A
la satisfaction g6enrale :
cHommage A Bizet,
.

LA BIBLIOTHEQUE DE L'INSTITUT
FRANgAIS.-
La bibliotheque de l'Institut Frangais vient de s'enrichir de plus de cent
volumes. II s'agit d'ouvrages scolaires, indispensables instruments de tra-
vail des 6tudiants, tels que: traits math6matiques, physiques, chimiques
ou biologiques, 6tudes historiques et sociologiques, textes philosophiques
etc... aussi bien que de nouveautes : poemes d'Aragon, de Prevert, romans
de Camus etc...

LES COURSE DE M. LANDO.-
Retard6 par sa Mission Culturelle A Paris qui ne l'a lib6er que fin oc-
tobre et par une rentr6e universitaire particulibrement chargee du fait de
la mise en train de 1'Ecole Normale Superieure, M. Lando agre4g de 1'U-
niversite, directeur de l'Institut Frangais ne reprendra ses course qu'en
Janvier.
Les matieres et 1'Horaire de son enseignement seront les suivants :
Frangais : L'Ecole Romantique Frangaise; les mardis de 6
A 7 heures p.m., A 1'Institut Frangais.
Grec :La Republique de Platon. Expos6 general et
explication de quelques passages en langue ori-
ginale; les jeudis de 6 A 7 heures p.m., A 1'Institut
Frangais.
Linguistique Gendrale :Notions de Linguistique G6n4rale avec applica-
tion A l'etude du creole d'Haiti; les vendredis de
6 a 7 heures p.m., A 1'Institut Frangais.
Ces course qui commenceront A la rentr6e de Janvier, seront destines
tant aux 4tudiants qu'aux auditeurs libres.


-68-














































































IMP. HENRI DESCHAMPS




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs