• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Un poete Franco-Senegalais, Leopold...
 Haiti trait d'union entre la France...
 La part du hasard dans la...
 La poesie lyrique Haitienne
 Les derniers solitaires
 Plaidoyer pour la province
 Pour l'unite spirituelle de...
 L'existentialisme
 Lettres science et arts en...
 Chronique














Title: Conjonction
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076567/00006
 Material Information
Title: Conjonction bulletin de l'Institut franðcais d'Haèiti
Uniform Title: Conjonction (Port-au-Prince, Haiti)
Physical Description: v. : ill., ports. ; 24-28 cm.
Language: French
Creator: Institut franðcais d'Haiti
Publisher: L'Institut
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1946-
Frequency: quarterly[1983-<1995>]
bimonthly[ former 1946-1982]
quarterly
regular
 Subjects
Subject: Civilization -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
Civilization -- Periodicals -- France   ( lcsh )
Civilisation -- Pâeriodiques -- Haèiti   ( rvm )
Civilisation -- Pâeriodiques -- France   ( rvm )
Genre: periodical   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
France
 Notes
Dates or Sequential Designation: No 1 (janv. 1946)-
Numbering Peculiarities: Nos. 2-3 never published. Cf. Union list of serials.
Numbering Peculiarities: Some issues combined.
General Note: "Revue franco-haitienne."
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076567
Volume ID: VID00006
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 03009058
lccn - 52032401
issn - 0304-5757

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Page 1
    Table of Contents
        Page 2
    Un poete Franco-Senegalais, Leopold Sedar Senghor
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
    Haiti trait d'union entre la France et l'Amerique
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    La part du hasard dans la decouverte
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    La poesie lyrique Haitienne
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
    Les derniers solitaires
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Plaidoyer pour la province
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    Pour l'unite spirituelle de l'Europe
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
    L'existentialisme
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
    Lettres science et arts en Haiti
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    Chronique
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
Full Text




















Nos. 10-il



SOMMAIRE

I. Jean Terrier: UN POETE FRANCO-SENEGALAIS, LEO-
POLD SEDAR SENGUOR.
Dantis Bellegards: HAITI, TRAIT D'UNION ENTIRE LA
FRANCE ET L'AMERIQUE.
Louis de Broglie: LA PART DU HASARD DANS LA DE-
COUVERTN.
Dominique Hippolyte : LA POESIE LYRVQUE IIAITTENNE.
Maurice Bedel: LES DERNIERS SOLITAIRES.
Adrien Martin: PLAIDOYER POUR LA PROVINCE.
Julien Benda: POUR L'UNITE SPIRITUELLE DE L'EURO-
PE.
Phlippe North: L'EXISTENTIALISME.
H. LETTRES. SCIENCES ET ARTS EN HAITI.
Haiti i I'Exposition du Livre amiricain.
Livres et Revues,
Contribution & la musique vodouesqie.
Au Centre d'Art: La gravure itallenne d4u-
Jourd'hul.
III. CHRONIQUE.
A la L6gation.
A 1'Ipatltut.

** --- --------------------

I7. BULLETIN DE L'INTITT FRANCAIS D'AITI
mati polr OT-AW-PRINCE



x '
r, '. ,- ,,

















CONJUNCTION

Est le Bulletin de I'Institut Francais d'Haiti



SES BUTS


Diffuser les idWes fondamentales qui caracterisent la pensed fransaiso
vivante.
- Resserrer les liens traditionnels unissant Haiti et la Frarice.
-Apporter une collaboration effective a I'epanouissement de la culture
haitienne.
- Rendre compete non seulement des activities de l'Institut Francais mais
encore de l'activite intellectuelle d'Haiti.
CONJONCTION n'est pas une revue de propaganda. Elle ne Vte a
aucune action politique ou confessionnelle. Elle sollicite la collabora-
tion des auteurs haitiens et strangers.


SON MOT D'ORDRE


Tout faire pour que les homes different par leur heredite, le milieu
geographique et social qui les a models. par les disciplines intellcctuelles
qui ont former leur pensee, puissent se connaitre, se comprendre, et soient
mis en measure d'apporter leur contribution original a l'elaboration d'une
veritable conscience humaine.








Les lives et les manuscrits doivent 6tre envoys
au Directeur de l'Institut Francais
3, Avenue Charles Summer Port-au-Prince Haiti
Telephone : 5452

ABONNEMENT ANNUEL
(6 numeros):

En Haiti: 2 dollars
a l'Etranger: 2 dollars 50
Le Numero est vendu : 2 gourdes ($ 0.40)

Pour la publicity, qui est strictement limitee,
s'adresser a l'Institut Francais.







SOM M A I R E

. Jean Terrier: UN POETE FRANCO-SENEGALAIS. LEO-
POLD SEDAR SENGHOR.
Dantes Zellegarde: HAITI, TRAIT D'UNION ENTIRE LA
FRANCE ET L'AMERIQUE.
Louis de Broglie: LA PART DU HASARD DANS LA DE-
COUVERTE.
Dominique Hippolyte: LA POESIE LYRIQUE HAITIENNE.
Maurice Bedel: LES DERNIERS SOLITAIRES.
Adrien Martin: PLAIDOYER POUR LA PROVINCE.
Julien Benda : POUR L'UNITE SPIRITUELLE DE L'EURO-
PE.
Philippe North: L'EXISTENTIALISME.
II. LETTRES, SCIENCES ET ARTS EN HAITI.
Haiti a l'Exposition du Livre americain.
Livres et Revues.
Contribution a la musique vodouesque.
Au Centre d'Art: La gravure italienne d'au-
jourd'hui.
III. CHRONIQUE.
A la L6gation.
A l'Institut.


__









Jean Terrier: UN POETE FRANCO-SENEGALAIS
LEOPOLD SEDAR SENGHOR

Jean Terrier est ne en 1909. Apres des 6tudes classiques
qu'il poussa jusqu'a la philosophies et les mathematiques sp6ciales,
Jean Terrier fut tour a tour professeur de Francais et de Scien-
ces, et officer d'lnfanterie coloniale. II s'est tr6s vite passionne pour
les realit6s coloniales, plus particulibrement africaines. Au course
de deux s6jours en Afrlque Occidentale, il s'est attache 1'etude des
pays et des etres. II a surtout aborde les problems de la numera-
tion et de l'crientation, chez les Soudanais, des societies secretes et
des scarifications faciales.
En 1939-1940. il prit part a la champagne de France dans une di-
vision senegalaise et finit la guerre comme adjoint a I'Attache Mili-
taire en Chine. II est actuellement Directeur litteraire du journal
o Climats ), hebdomadaire specialist dans les questions coloniales.
publiera, dans son prochain numerc, un se-
cond article de Jean Terrier. Consacre a Rabearivelo, poete malga-
che de langue frangaise, cet article prolongera, en que!que sorte
celui qu'on va lire : l'un et I'autre mettent en lurmi6ee l'apport de
1'Union franchise a la litterature franchise contemporaine.

Le 10 Mai, en l'H6tel de Massa, les << Amis des Lettres >
6taient convi6s a entendre une conference original: il s'agissait
d'un entretien sur < La Poesie N6gro-Africaine >. Le conferencier
ftait Leopold Sedar Senghor, un nom aux sonorities 6tranges, hier
encore inconnu ou presque, bien qu'il fit a la fois d&put6 du Sene-
gal, agr6g6 de grammaire, et poete serere de langue franchise: II y
avait l plus qu'un symbol; on y prcssentait, pour plusieurs raisons,
tout un 6v6nement litt6raire.
C'6tait tout d'abord la premiere fois que Paris donnait une au-
dience de cet ordre a un 6crivain d'Outre-Mer. On a vite fait de
d6nombrer jusqu'a present les 6crivains francais de quelque repu-
tation issues des terres de 1'Union Francaise. Citons Jean Amrouche,
Mouloudji, Cesaire, Jules Monnerot, Rene Maran, Boris Vian, Pham
Van Ky, et parmi les morts r6cents : Rabearivelo, Phan Quouyn.
Encore, Monnerot est-il plus sociologue que litterateur, Mouloudji


-3-







plus acteur que romancier et Amrouche parait-il se consacrer sur-
tout disormais a la revue < L'Arche > don't il est le redacteur en
chef.
C'etait aussi la premiere fois que Paris accueillait un intellec-
tIel eminent d'Afrique Occidentale. Dans les noms precedemment
cit6s, on reconnait un Kabyle, un Malgache, deux Annamites, plu-
sieurs Martiniquais. Il y a encore plus significatif. Car, parmi les
races qui constituent la mosaique ethnique qu'est 1'Afrique Occi-
dentale Francaise, le rameau ser~re n'avait encore rien apporte de
notable dans le domaine des arts et de la pensee. Jusqu'ici, c'6tait
du Dahomey que semblaient nous venir les plus belles promesses.
En ce pays riche, aux hommes 6veill6s, des 6crivains comme Dim
Delcbson, Paul Hajoum6 et Martin Vinakpons ont acquis deja une
renommee locale. Dans les promotions annuelles des instituteurs et
medecins indigenes d'Afrique Occidentale, les Dahom6ens se tail-
lent traditionnellement la part du lion. Le Senegal faisait plut6t
jusqu'ici figure de parent pauvre. Pays d6sole, qui semble ferm6
sur son secret, il apparait plus inabordable que bien d'autres re-
gions africaines. Ainsi, le S6n6galais Senghor est-il v6ritablement
un cas dans un cas.


Une enfance africaine

L'homme a maintenant quarante ans, 6tant n6 en 1906. Joal, son
pays natal, est un ancien comptoir portugais dans cette region du lit-
tcral Atlantique, qu'on appelle au Senegal d'un norn d6ja poetique :
la Petite C6te. II a gard6 le charme vetuste de ces postes du temps
d:es Iles, allongeant sur la mer leur verandahs rouillees et leurs chau-
mes saccag6s d'orages. Ce cadre precis est d6ej entr6 dans la litt6ra-
ture car c'est non loin de la que Andre Demaison avait situ6 son
Tropique. Ses parents etaient 6tablis 14 en commercants. Senghor
se rappelle certaines c6r6monies fetichistes auxquelles participaien:
ses grand-meres. Catholique, il devait commencer ses 6tudes tout
pres de Joal, h la Mission de N'Gasobil. Il connut 1l les longues
heures studieuses, l'initiation au monde d'Occident, les jeux, et ces


-4-








chants en latin si myst6rieux don't les negrillons d6formaient les
mots pour les rapprocher d'expressions sereres. On voit tout ce qu'un
coeur artiste pouvait gagner a ces rencontres de symbols, A ces lut-
tes t6enbreuses de mythes qu'on devine encore a l'arri6re-plan des
poemes de Senghor. Fera-t-il un jour revivre pour nous cette am-
biance charge de po6sie? On le souhaite pour 1'Union Francaise,
afin que le monde sache par lui que les < Vertes Collines d'Afrique >
ont aussi leurs < Verts paturages >.
A Dakar, par la suite, Senghor poursuivit ses 6tudes secondai-
res. Apres quoi il vint a Paris, passa en 1935 son agr6gation de grara-
maire, devint professeur au Lycee Marcellin Berthelot. II devait
ecrire a l'epoque un chapitre important du recueil de la collection
Presences intitule L'Homme de Couleur. Mobilis6 en 1939, prison -
nier, il retrouva son post et fut nomm6 professeur de langues Ouolof
et s6erre a l'Ecole Nationale de la France d'Outre-Mer, cependant
qu'il se faisait elire depute du Senegal. Tout r6cemment, il publiait
ses Chants d'Ombre, aux Editions du Seuil.

Au deld du Surrealisme

Qu'apporte done de si precieux, pour une po6sie franchise r6no-
vee, cet homme d'Afrique?
La personnel de Senghor est d'abord un cas heureux de confluen-
ce de cultures. Car s'il n'a renonce en rien a totes les attaches qui le
relient emotivement a sa race, ii s'est fait parall6lement un esprit
franqais, s'est baign6 dans les eaux gr6co-latines, tout comme un jeu-
ne provincial fervent de vie intellectuelle. De sorte qu'on a vu ce
paradoxe, lors d'une stance a l'Assembl6e Constituante: le S6n6ga-
lais Senghor corrigeant les fautes de grammaire dans les textes pr6-
sent6s par ses colleagues francais! On verra peut-&tre bien autre cho-
se... Mais revenons a la poesie.
Le grand movement de l'autre apres-guerre que fut le surr6alis-
me connait actuellement son d6clin. On en dresse le hilan, on ecrit
deja son histoire. Deux des plus grands noms parmi ses premiers
initi6s, Aragon et Eluard, ont reni6 leurs anciennes professions de


-5-







































































-6-








foi. A c6t6 d'eux, des poktes comme Henri Michaux et Tristan Tzara
n'atteignent pas le public, itant engages dans la voie sans issue de
Fherm6tisme. Mais il est un fait indeniable : on n'ecrira plus apres
le surr6alisme come avant. C'est le s:gne auquel on reconnait un
grand movement litteraire. Nous garderons de lui, en definitive,
sa foi dans les proprietes du hasard, son goft pour l'insclite, son en-
thousiasme a se fier aux images de rencontre. Mais ce ne sont la,
malgre tout, que des trouvailles secondaires, puisqu'elles ne portent
que sur les elements du poeme, non point sur le poeme lui-m~me.
L'image est indispensable, certes; elle est lice au d6roulement des
symbols. Mais nous ne sommes pas la au coeur du probl&me, a
I'echelle de l'ceuvre elle-mEme. Ce sens de la totality a 6te perdu.
La symbolisation ne se fait plus a I'echelle du tout C'est ici qu'inter-
vient un ecrivain comme Senghor.

Emotion et Rythme

Il est temps de se poser la plus simple question: que deman-
dons-nous a un poeme? Ce que les hommes ont toujours demand i
l'art depuis que le vent chante dans les arbres a l'entrse des caverns:
nous communiquer une motion, nous fire entrer dans le monde
qui d6borde le quotidien, participer au dclat cosmique, a la dialec-
tique de l'6ternelle decouverte. Or, nous sommes 1a sur le terrain
m6me de l'homme africain, et Senghor, apirs L6vy-Bruhl, nous le
rappelle : Ii nous dit meme : < L'6motion est n6gre, comme la raison,
hell&ne>. L'6motion court le monde africain. On pourrait presque
dire que le Noir pense 6motivement.
Toute oeuvre d'art, sous peine de s'intellectualiser et de se
couper de toute s6ve, doit traduire une motion. Mais cela ne suffit
point. Cette motion ne peut rester personnelle, elle doit nous ^tre
communiquee. V6rit6e elmentaire qu'il est bon de rappeler a une
6poque oi la tentation de l'herm6tisme conserve encore de son
vieux prestige. Et c'est par le rythme qu'il impose A son ceuvre que
l'6motion de l'artiste devient n6tre, qu'elle passe en nous pour aller
6veiller nos resonances profondes. Nous prenons l'accord et nous


-7-








voici communiquant avec ce qui nous d6passe. Cela aussi, Senghor
I'a dit dans son premier 6crit : < Le rythme agit sur ce qu'il y a de
moins intellectual en nous, despotiquement, pour nous faire p6ne-
trer dans la spirituality de l'objet; et cette attitude d'abandon qui
est n6tre est elle-meme rythmique ,.
Rehabilitation de l'6motion et revalorisation du rythme : voila
le message de Senghor. Et il en fourni dans (Chants d'Ombre>
la premiere demonstration. Ces derniers nous paraissent plus par-
ticulierement intdressants a deux points de vue.
D'abord par le son qu'ils rendent et qu'il faut bien qualifier
de virgilien. Comme Virgile a integr6 la sensibility grecque dans le
monde latin, on voit apparaitre ici, en des tours sp6cifiquement
francais, les paysages, les gens et les vocables s6erres. Ces derniers
surtout avec leur sonorit6 d6sol6e, seche et rauque, contribuent au
d(paysement.
Et puis, nous sommes bien ici dans le domaine de 1'6motion, de
1'accord au monde. Les souvenirs d'enfance, la nostalgic d'une cer-
taine Afrique, I'amour, autant de sentiments 6elmentaires que nous
partageons d'embl6e, sans le secours de l'analyse. Le rythme porte
1'emotion et l'emotion suscite le rythme. La 6tait la formule d'un
art don't il etait temps qu'elle nous fit restitu6e.

La Nouvelle Renaissance
Une telle formule est riche d'avenir. Car il n'y a pas de raison
que toutes les families ethniques qui constituent l'Union Francaise
n'apportent pas, elles aussi, par leurs representants les plus quali-
fi6s, leur contribution a une litt6rature frangaise elargie. Ce sera Il
la Nouvelle Renaissance. I1 se trouve que, dans deux ans, on fe-
tera le quatrieme centenaire du Manifeste de du Bellay. Coinciden-
ce lourde de suggestions. Les ecrivains de 1'Union Franqaise peu-
vent des maintenant participer A Defense et Illustration du Domaine
Francais. A la d6couverte des Anciens, doit correspondre, pour no-
tre 6poque, un (< plerinage aux sources >, un retour a 1'6motion pri-
mitive, sans laquelle l'ceuvre ne se constitute pas. Alors, mais alors


-8-









seulement, routes les d6couvertes du surr6alisme pourront y etre
int6grees.
L6opold S6dar Senghor est le premier parmi ces hommes nou-
veaux.


-9-







bantes Bellegarde: HAITI, TRAIT D'UNION ENTIRE
LA FRANCE ET L'AMERIQUE

C'est dans le domaine intellectual que les progrbs ont 6t6 parti-
culibrement remarquables en Haiti. Les colons francais n'avaient
pas cr6e d'ecoles a Saint-Domingue: il n'en existait done pas une
seule au ler janvier 1804, date de la proclamation de l'ind6pendance
national. Aujourd'hui, la R6publique d'Haiti en possede plus de
deux mille donnant I'enseignement gratuit a tous les degr6s, primai-
re, secondaire, supirieur, professionnel (agricole et industrial). Elle
a en grande parties adopted les programmes francais, et les jeunes
gens sortis de ses 6coles secondaires entrent sans effort dans les clas-
ses correspondantes des lycees de France. Le gouvernement fran-
cais a officiellement reconnu l'excellence de l'enseignement haitien
en accordant aux certificates de fin d'6tudes secondaires classiques de-
livr6s en Haiti l'equivalence avec les dipl6mes du baccalaur6at pour
l'admission aux grandes 6coles (1).
Cette culture intellectuelle est aussi maintenue parmi le people
haitien par 1'action d'un clergy nombreux de pretres francais et i'en-
seignement bienfaisant de cinq congregations catholiques qui diri-
gent des 6coles importantes dans toutes les regions du pays. Il faut
igalement noter que des communaut6s protestantes quelques-unes
affiliees aux Eglises des Etats-Unis entretiennent un certain nom-
bre d'6tablissements dans les villes et dans les campagnes. Ces 6coles
catholiques et ces 6tablissements protestants restent soumis aux lois
haitiennes et sont ouverts a tous, sans distinction de religion.
La listed des Haitiens qui ce sont distingu6s dans les lettres,
dans les arts, dans la science, est deja longue. Dans tous les domai-
nes de l'activit6 intellectuelle, le people haitien a fait preuve de ses
qualities non seulement d'assimilation mais d'invention.
En 1806, l'Academie francaise rendit un eloquent hommage au
m6rite des 6crivains haitiens en accordant l'un de ses prix a un re-
cueil de morceaux choisis de leurs oeuvres de po6sie et de prose. A

(1) Journal Officiel frangais, 26 octobre 1931.


- 10-








cette occasion, son secr6taire perpetuel, Gaston Boissier, adressa salut lointain aux Haitiens rests fiddles a la culture franchise>.
L'hommage de l'Acad6mie fut en quelque sorte la reconnaissance of-
ficielle de la litt6rature haitienne autonomy comme une
de la culture francaise.



Litt6rature autonome: telle est expression qui convent pour
caract6riser la production litteraire haitienne au course de plus d'un
si&cle d'existence national.
La plupart des auteurs haitiens se sont inspires de la lutte hB-
roique de l'independance ou se sont consacr6s a debrouiller nos ori-
gines historiques et a etudier des plans d'organisation politique. C'est
pourquoi le group des historians, sociologues, essayistes, est parti-
culibrement imposant: il comporte des noms qui m6riteraient d'&tre
mieux connus a 1'etranger. Jusqu'a ces derniers temps, peu de poe-
tes ou de romanciers avaient cherche leur inspiration dans le folk-
lore haitien, comme le fit le musicien Justin Elie qui a puise dans
les chants populaires la matiere de ses admirables compositions: un
movement tres int6ressant se dessine dans ce sens. La plupart de
nos pontes sont descendus en eux-m&mes et nous ont racont6 leurs
peines et joies intimes. Qulqus-uns, tel M. Etzer Vilaire don't les
oeuvres poetiques ont 6t6 couronn6es par l'Acad6mie franchise, ont
abord6 souvent avec succes ces grands themes 6ternels, l'amour, la
mort, la destined humaine, la patrie, Dieu, qui sont les mEmes pour
les po&tes de tous les pays. Le roman haitien pr6sente quelques
specimens remarquables. L'absence de theatres reguliers est un obs-
tacle a la production dramatique: ce genre est cependant represen-
te par des 6crivains notables qui ont peint quelquefois de fagon heu-
reuse les aspects tragiques ou comiques de la vie haitienne. II faut
noter que, faute de maisons d'edition, beaucoup d'oeuvres de valeur
restent en portefeuille ou se percent.
On ne doit pas s'6tonner que dans l'expression de leurs senti-
ments et de leurs pens6es les 6crivains haitiens aient subi l'influence
de leurs modules frangais et sacrifi6 bien souvent A des modes litth-


- 11 -








raires passageres. Quelque-uns ont pu n6anmoins se digager de ces
influences et faire oeuvre original.
Come le constatait, il y a cent dix ans, un historien haitien
Emile Nau, il existe nie africain qui constitute le caractere haitien, quelque chose qui
nous fait moins francais que l'am6ricain n'est anglais>.
C'est ce quelque chose>>, cet special, qui donne aux
oeuvres haitiennes leur resonance caracteristique, meme lorsque l'au-
teur, se souvenant qu'il est citoyen de l'humanit6, aborde
les hauts sujets don't s'alimente la litt6rature universelle. Sans as-
signer A leur effort des limits trop 6troites, on souhaiterait pourtant
que nos ecrivains missent plus d'attention a observer le milieu oil
ils vivent milieu physique, milieu social et que l'on trouvAt
plus souvent refl6t6es dans leurs oeuvres les beauties naturelles de
notre pays et la psychologie particuliere de son people. C'est de
cette maniere que la litt6rature haitienne peut avoir une significa-
tion vraiment national et contribuer a l'enrichissement de la cultu-
re humaine.

Observant la position g6ographique d'Haiti au centre de l'im-
mense Am6rique, just en face du canal de Panama, et la voyant
entour6e de pays de langues anglaise, espagnole et portugaise, quel-
ques personnel ont d6plore la fatalit6 historique>> qui nous a im-
pose le francais comme instrument de la pens6e. Heureuse fatality,
- i laquelle Haiti doit sa physionomie original au milieu des au-
tres r6publiques americaines et qui lui permet, en lui donnant un
sentiment plus vif de sa personnalite comme nation ind6pendante,
d'6tre un trait-d'union intellectual entire la France et 1'Am6rique.
Au Congres des Nations Am6ricaines, r6uni a Paris en 1939
sous les auspices du Comit6 France-Am6rique, je presentai une com-
munication que j'avais justement intitul6e: Haiti, trait-d'union en-
tre la France et 1'Am6rique. J'y disais que la r6publique haitienne,
tout en restant fermement attache A son ind6pendance politique,
peut et doit devenir, avec le liberal concours de la France et la colla-
boration cordiale de ses sceurs am6ricaines de langue anglaise, espa-


-12-








gnole et portugaise, un intense foyer de culture franchise don't le ra-
yonnement bienfaisant s'6tndrait a toute l'Am6rique.
Depuis l'adoption, par la Conference de Buenos-Aires, de la
fameuse convention du 23 decembre 1936 sur la cooperation intel-
lectuelle, une active collaboration dans le domaine cultural s'est
organisee entire les pays d'Am6rique. Les Etats-Unis ont pris la tete
du movement et apportent a Haiti, depuis quelque temps, un con-
cours des plus appr6ciables.
La France me parait particulierement int6ressee A ce mouve-
ment de cooperation intellectuelle. En mettant les Haitiens en me-
sure de r6pondre sur ce point a leurs obligations interambricaines,
elle sert sa propre influence.
Puisque le system d'education de la Republique d'Haiti est
a peu pres caique sur celui de la France, que les methodes pedago-
giques frangaises sont en honneur dans les ecoles haitiennes, il de-
vient urgent pour la France d'6tablir la plus 6troite collaboration
avec Haiti, de maniere que celle-ci puisse profiter des progres ac-
complis en matibre d'enseignement, d'art ou de science, et soit ainsi
mise en measure d'en faire profiter les autres pays d'Amerique.
Dans ma communication de 1939, j'indiquais quelques-uns des
moyens qui permettraient a la France de fortifier cette sorte de ( gistrature>intellectuelle qu'elle exerce en Haiti: lo. encourager la
creation a Port-au-Prince d'une grande bibliotheque francaise; 20. or-
ganiser p6riodiquement en Haiti une exposition du Livre et de l'Art
francais; 3o. cr6er des bourses dans les Universit6s ou dans les 6co-
les techniques frangaises en faveur d'etudiants haitiens; 4o. faciliter
l'envoi de professeurs, specialistes ou technicians, qui pourraient 6tre
affects a l'enseignement ou a des recherches d6termin6es (p6dago-
gie, m6decine, biologie, ethnographie, musique, peinture, architectu-
re, sculpture, etc.); 5o. encourager la publication et la diffusion du
Livre Haitien en France; 60. favoriser l'organisation de croisiere,
avec un itin6raire comprenant des escales en Haiti (Port-au-Prince,
Cap-Haitien oiu les tourists pourraient visiter la fameuse Citadelle
Laferriere); 7o. encourager des tournees th6Btrales ou musicales
d'artistes francais de valeur, qui, en organisant des saisons r6gulie-


- 13-







res, attireraient la clientele des pays du Bassin des Caraibes; 80. ob-
tenir des libraires ou 6diteurs qu'ils fassent aux ecoles haitiennes,
sous forme de specimens, le service de leurs nouveaut6s (manuels,
livrets, cartes, traits d'enseignement, etc.)
Par 1'execution d'un tel programme, Haiti deviendra un v6rita-
ble centre de culture frangaise oiu afflueront les 6tudiants de toute
1'Am6rique, et elle aura r6alis6 le vceu de Michelet qui voyait en
elle la du Nouveau Monde.


-14-








Prince Louis de Broglie, de 1'Acad6mie frangaise :
LA PART DU HASARD DANS LA DECOUVERTE



Au mois d'Octobre dernier, un grand anniversaire a 6te celebr: a
Paris, car un demi-siecle s'etait 6coule depuis la decouverte de la
Radioactivity par Henri Becquerel en 1896. L'historique de ce
grand evenement, qui a ete plus d'une fois fait en detail, montre !e
r6le que le hasard joue souvent dans le travail des savants. C'est, en
effet, en cherchant un phenomene qui n'existe pas que Henri Bec-
querel est parvenu a la grande d6couverte qui a illustre son nom.
Henri Becquerel etait, comme l'avaient etc avant lui son pere kt
son grand'pere, un specialiste des phenomenes de fluorescence et de
phosphorescence. Il s'interessait particulierement aux propriet6s que
possedent dans ce domaine certain composes de 1'Uranium. Or. a
la fin de l'annee 1895, la d6couverte des Rayons X par Roentgen
avait vivement excite la curiosity du monde savant. Dans les pre-
mi&res experiences de Roentgen, les Rayons X obtenus 6taient emis
par la paroi meme d'une ampoule en verre que venaient frapper des
rayons cathodiques, paroi que ces chocs rendaient phosphorescence.
A la suite d'une conversation qu'il eit alors sur ce sujet avec Henri
Poincar6, Henri Becquerel pensa que peut-etre la phosphorescence
6tait li6e intimement a 1'6mission des Rayons X et qu'il y avait
lieu de rechercher si les corps phosphorescents ordinaires, rendus
phosphorescents par une exposition a la lumi&re n'6mettaient pas
des Rayons X. Ainsi guide par une id6e qui devait finalement se
reveler fausse, l'habile physician se mit a rechercher une hypoth6-
tique emission de Rayons X par des sels d'Uranium devenus phos-
phorescents a la suite d'une exposition a la lumiere du soleil. II
exposait done au soleil des lames recouvertes d'une couche de sels
d'Uranium, puis enveloppant ces lames dans du paper noir, il les
enfermait dans une boite au contact d'une plaque photographique,
esp6rant qu'une radiation penetrante s'6chappant du corps phos-
phorescent et traversant le paper noir viendrait signaler sa pr6sen-


- 15-







ce en impressionnant la plaque. II eut, en effet, bient6t la joie de
constater que le ph6nomene prevu existait r6ellement et que les
sels d'Uranium apres leur insolation emettaient une radiation sus-
ceptible de traverser l'enveloppe de paper noir. Cette decouverte
communique a l'Acad6mie des Scinces le 24 F6vrier 1896 sem-
blait bien apporter une confirmation complete de l'id6e, cependant
inexacte, qui avait guid6 Becquerel dans ses recherches. Elle de-
montrait l'existence d'un rayonnement inconnu 6mis par l'Uranium,
mais dans la pens6e de Becquerel elle montrait aussi que l'6mis-
sion de ce rayonnement r6sultait de l'action de la lumiere sur les
sels d'Uranium et etait par suite li6e a la phosphorescence de ces
sels.
Mais voici oui le hasard intervint tres heureusement pour mon-
trer A 1'illustre savant qu'il se trompait dans l'interpr6tation du phe-
nomene observe et pour lui en r6v6ler la veritable nature. Becque-
rel avait prepare, pour pouvoir r6p6ter ses experiences, quelques
boites contenant, au voisinage d'une plaque photographique, des
lames recouvertes de sels uraniques et envelopp6es de paper noir.
Mais, comme en ces jours d'hiver, le soleil refusait de se montrer,
il avait, en attendant son retour, enferm6 ces boites dans un tiroir.
Or le dimanche ler Mars 1896, le soleil ayant reparu, Becquerel se
disposa A recommencer ses ssais, mais auparavant il eut, admira-
ble scrupule de savant consciencieux, I'idee de v6rifier si rien ne
s'6tait pass pendant le s6jour des plaques dans le tiroir et si celles-
ci n'avaient ete aucunement impressionnees par suite du voisinage
des sels d'Uranium.
Et voil& qu'A son grand 6tonnement, il s'apergoit que les pla-
ques ont 6t6 impressionn6es comme dans les experiences ant6rieu-
res, bien que cette fois les sels uraniques n'aient point 6et soumis
A l'action pr6alable du soleil et n'aient par suite point 6et en 6tat
de phosphorescence. Une seule explication restait possible : 'Ura-
nium 6mettait continuellement, et sans qu'aucune exposition a la
lumiere fit pour cela n6cessaire, des radiations pen6trantes d'une
nature jusque-la inconnue et qui devaient bient6t se r6veler som-
me toutos diff6rontes de celles des Rayons X. Ce fait fut d0ment


-16 -









constat6 dans la communication qu'Henri Becquerel fit le lende-
main 2 Mars a l'Academie des Sciences : il etablissait pour la pre-
miere fois l'existence de la Radioactivite et le grand physician, don't
les rccherches avaient tout d'abord et6 orientees par une id6e inexac-
te, parvenait ainsi a une magnifique decouverte.
Nous n'insisterons pas ici sur les consequences proches ou loin-
taines de la decouverte de la Radioactivit6, bient6t 6tendue par
celle du Radium par Pierre et Marie Curie. Tout le monde sait
aujourd'hui que ces consequences sont et seront immense. Mais
je voulais tirer des circonstances de la decouverte de Becquerel quel-
ques remarques sur le role du hasard dans le progress scientifique.
I1 est certain que le hasard joue souvent un role important
dans les decouvertes. Nous venons d'en rappeler un example me-
morable : si Henri Becquerel n'avait pas eu l'idee, en apparence
fortuite, de d6velopper les plaques qui, rest6es dans l'obscurite d'un
tiroir, n'auraient pas dfi, suivant ses provisions, se trouver impres-
sionnees, la grande d6couverte de la Radioactivit6 s'en serait sans
doute trouv6e au moins retard6e. Neanmoins, il ne faut pas exage-
rer cette part du hasard dans la d6couverte : ces accidents heureux
n'arrivent qu'a ceux qui le meritent. a ceux qui, par un effort pro-
longe, sont d6ja parvenus au bord de la decouverte, a ceux qui,
ayant consacre leur vie a l'6tude d'une science et connaissant a fond
les donn6es du prolleme qu'ils etudient. sont tout prepares a saisir
la solution cherchee quand, par quelque hasard, elle s'offre soudai-
nement a eux. Quelque cause fortuite fait tomber le fruit qui pen-
dait a l'arbre, mais c'est parce que ce fruit avait lentement mairi
et etait d6ej sur le point de se detacher. Si Henri Becquerel. le
ler Mars 1896, parvint par suite d'une veritable chance a deceler
l'activit6 radiante de l'Uranium, c'est parce qu'une vie de travail
prolongeant dailleurs celles de son pere et de son grand'pere, lui
avait permis d'entreprendre les recherches qu'il poursuivait alors,
c'est que son esprit p6entrant et sa vigilance d'experimentateur cons-
ciencieux l'avaient amen6 a effectuer au moment decisif ce develop-
pement de plaque qui, en ecartant les fausses idees pr6concues, a-
vait lev6 les voiles don't s'enveloppait la v6rite cache.


- 17-







Ainsi c'est parfois le hasard qui semble semer la graine don't
ortira le progres d6cisif, mais cette graine ne peut germer que si
elle tombe sur un terrain que le travail et le talent ont rendu apte
a la faire mfirir.









Dominique Hippolyte: LA POESIE LYRIQUE
HAITIENNE (Extraits) (*)



Notre pays est ne a l'ind6pendance au debut du 19' siecle. A
ce moment-la les poetes haitiens Dupr6, Milscent, Chanlatte, Ro-
mane, Dumesle, rimaient des chansons patriotiques, des 6pitres en
vers pseudo-classiques. Pour la plupart, leurs po&mes 6taient des
jardins peuples de dieux mythologiques.
En France, quelques vingt ans plus tard, Lamartine rapportait
de Milly ses m6lancoliques Meditations pleines de fievres qui
le portaient h la goire. Alfred de Vigny, dans ses Poemes, 6tait
le philosophy exprimant la d6tresse de son ame solitaire et posant
la pierre de l'Ecole Symboliste. Par la puissance du verbe, la sono-
rit6 du vers et l'6clat des peintures, Victor Hugo mettait au diapa-
son le coeur et fascinait l'imagination.
En Haiti, h cette 6poque-la. une pleiade de jeunes poetes h
I'Ame sensible, ayant entendu ces grandes voix d'outre-mer, murmu-
rerent leurs chagrins et peignirent les paysages tropicaux en des
vers qui n'avaient rien de la rigidity de l'alexandrin classique.
Coriolan Ardouin, mort a vingt-trois ans, a laisse des po&mes
ou l'on entend <>.
Ignace Nau, touch par la verdoyante nature tropical, trem-
pa sa plume dans son cceur ulc6r6 pour 6crire des vers reellement
inspires.
Pierre Faubert modula tout uniment des chansons d'amour a
une captivante n6gresse, en vers faconnes de main d'habile ouvrier.
Rassurez-vous. Pour parler de poesie lyrique, je suis remonte
au temps jadis, A l'Ind6pendance d'Haiti. Il serait trop long de
presenter tous les poetes, de cette epoque a nos jours, qui ont lais-
se leur nom dans notre litterature. Ceux qui vont illustrer notre
these sont plus rapproch6s de nous : ce sont des contemporains.

(*) Conference radiodiffusee prononcee A I'Institut Frangais le
10 Juin 1947 par M" DominiqueHippolyte.


- 19-









Aucun theme lyrique n'a laiss6 indifferents nos poetes. Tous
les grands sentiments humans les ont inspires. Voulez-vous juger
de leur reaction en presence de la Nature? Il n'est pas 6tonnant que
celle-ci soit leur theme lyrique favori. Vous le savez deja; nous ha-
bitons dans la mer des Antilles, dure>>, selon 1'heureuse expression de Louis Morpeau. Tous les par-
fums des planes et des bois, toute la vision eblouissante de notre
flore tropical, et, comme un invisible orchestra, toutes les chansons
du vent dans les ramures, tout le murmure des vagues sur les pla-
ges aux sables ktincelants, se retrouvent dans les poemes lyriques
haitiens.
Oswald Durand, notre barde national, surnommI le Mistral
d'Haiti. poete boheme, apres avoir delaisse sa muse, Virginie Sam-
peur, s'en va dans les champs, a Bizoton-les-Bains, et comme un
paien, il adore tout dans la nature en s'ecriant:

Je ne connais que nos mornes
Ou se penchent les bananiers,
Nos cieux, nos horizons sans bornes,
Nos bois, nos z6phyrs printaniers...

D'autres fois, il s'arr&te
Sur le rivage oi la brise
Tord et brise
Les rameaux des raisiniers
Ou les merles font bruire
De leur rire
L'6ventail des lataniers ...

Tout dans la nature, l'enivre et l'inspire. Son disciple, Constantin
Mayard, est un 6picurien. II penetre aussi dans la nature. Insatia-
ble, il y cherche ce qu'il est difficile d'y trouver:
Las, anxieux, je m'enquiers; la reponse niaise
Que tous font est: >


- 20 -








Plus haut je vais toujours dans le midi qui pese...
Trouverai-je jamais les roses qu'il me faut?

Isnardin Vieux, lui, voudrait tout le temps,
...courir le desert, les landes et les steppes,
Les savanes en fleurs...

Le consciencieu;: artiste j6ermien, Nerva Lataillade, devant la mer.
ecoute
...ce que la vague
Chante plaintivement sur un rythme leger.

Dans un passage, Vaval aime ecouter la chanson des oiseaux et res-
pirer les parfums des qu6enpiers fleuris et des rangers verts.

Emile Roumer note les sons et les couleurs
Parmi la floraison orgueilleuse des lys.
le fauve ecoulement des nopals magnifiques.

Georges Lescouflair aime la nature surtout dans ses menus details;
il 'aime dans le parfum des tubereuses qui le fait rever d'amour.

Christian Werleigh le poete national capois, lorsqu'il 6tait fatigue
d'instruire les enfants et d'evoquer l'or;bre fcnr.dable d C-- ri;3t phe,
allait rever au soleil couchant.

Et c'est la Nature qui, comme un palimpseste, revele tout le fond
human: Justinien Ricot, portant dans ses veines le sang de quelque
vieux colon venu de Nantes qui fut musicien et de quelque siffleur
de serpent du Dahomey, Justinien Ricot adore la musique, mais
quelle musique?
Je n'aime pas Chopin, je n'aime pas Mozart,
Les chants du rossignol ont plus de symphonie.

Une autre manifestation d'hre6dit6 complex rev616e par la Nature,


-21-







Seymour Pradel se trouve A la champagne. Une c6remonie dans un
houmfort l'inspire et il 6crit des vers 6vocateurs des mysteres de 1'A-
frique. On a l'impression tres nette que son ancetre noir venait du
Congo. Et le meme Pradel, en des vers d'une tendresse racinienne
chante. Clytemnestre
Pres de I'autel sanglant out meurt Iphig6nie.
G'est a croire que son ancetre blanc 6tait venu de la Grkce avec
Panayotti.

Timothee Paret a senti qu'il portait une ame vibrant en admi-
rant
Bananiers ruisselants de lunaire blancheur.

Edgard Numa est a la fois un peintre a la palette charge de cou-
leurs vives et un musicien aux cymbales 6clatantes. Ecoutez et
voyez:
Dans le silence enorme et solennel des Eaux,
Des planes et des bois, 6clate la fanfare
Altiere des coqs. L'ombre fuit et s'effare
Comme un sombre coursier qui fume des naseaux.

En exil, Christian Regulus a la nostalgia des lieux oiu il v6cut:
Ce soir, je me souviens de paysages vagues...
Je vous revois, Furcy, Bizoton, Cotte-Plage...

Madame Ida Faubert est une lyre naturelle, c'est la muse des jar-
dins. Elle module harmonieusement des vers. Et ses vers, quand
c'est le matin et le printemps, sont legers et dansants comme une
flamme au vent:
Au profound de l'all6e
Les qu6enpiers en fleurs
R6pandent une odeur
Legere et vanill6e...
Quand c'est le soir et 1'6t6, les vers sont longs et chantants:
II fait doux au jardin out s'effeuillent les roses...


- 22--








La nature endormie est douce infiniment...
L'amandier du jardin frissonne au vent qui passe...
Parfois, un coin de nature, un paysage, obsede un poete et il ne de-
vient tranquille que lorsqu'il 1'a chant. Cela est arrive a Madame
Cl6ante Desgraves Valcin, avec Furcy.
Je reviendrai toujours 6 Furcy quand 1'Ete
De son manteau de feu recouvre notre ville;
Vous vous habillerez de fleurs pour me feter,
Et sous vos pins chantants. j'ecrirai des idylles.

La Nature tropical est exigeante; il faut la chanter. Et de fait tous
ncs poetes en ont chanted les aspects s6duisants...


-23-







Maurice Bedel: LES DERNIERS SOLITAIRES


Un jour que je visitais un de mes amis dans une province de
l'Ouest, le Poitou, il m'offrit d'aller voir le forgeron de son village.
C'etait au creux d'un vallon plant de vergers; on apercevait de loin
le clocher autour duquel etaient disposes une trentaine de maisons
don't la plus vaste 6tait l'ecole. Le forgeron. sa forge, son enclume,
et ses fers a forger occupaient les restes encore solides d'une ancienne
abbaye don't on reconnaissait quelques morceaux de votte d'ogive,
queques feuillages de chapiteaux et par ci par la un debris de statue
ou de b6nitier.
Nous trouvames le maitre de ces lieux, non pas occupy a frapper
d'un lourd marteau le fer rouge sur l'enclume, mais assis dans son
jardin sous une tonnelle fleurie de capucines et de volubilis. Un cra-
yon a la main, un paper sur les genoux, il 6crivait. Il nous expliqua
qu'il composait un poeme pour c6lbrer le prochain marriage d'une
jeune fille du village.
J'appris que ce forgeron aux fortes epaules, aux mains toutes
brul6es par les escarbilles du feu de forge, 6tait poete pour noces,
pour naissances, pour distributions de prix et pour fetes agricoles,
qu'il jouait de la flfte dans la fanfare municipal, qu'il collection-
nait avec amour les reliques du pass, les vieilles pieces de mon-
naie, les pierres taillees de l'Age neolithique, et plus particluiere-
ment les clous des demeures anciennes, de ces clous admirables que,
dans les temps oiu l'ouvrier marquait les moindres objets de son ge-
nie particulier, on n'h6sitait pas a forger avec art avant de les en-
foncer pour des siecles dans l'6paisseur des poutres.
Nous passAmes avec ce dilettante une heure fort agreable, nous
entretenant d'arch6ologie, de numismatique, de musique et de litte-
rature. Nous efimes une vive discussion sur les m6rites compares
de Corneille et de Racine pendant que roucoulaient du haut d'un
toit voisin de lourds pigeons fort occup6s de plaire A leurs pigeonnes.
Nous fiumes interrompus par un cultivateur qui venait l1 pour faire
renouveler la ferrure de son cheval et nous nous 6loignames, mon


S24 -








ami et mol, en poursuivant nos disputes litt6raires tandis que re-
tentissait d6ej sur l'enclume sonore le marteau du poete.
Ce type d'artisan est fort r6pandu dans nos campagnes. Nous a-
vons toujours eu des boulangers poetes, des menuisiers sculpteurs.
Le peintres en batiment sont tous chanteurs; ils badigeonnent les
murs en lancant aux echos du chantier les airs de Carmen, de Faust
ou de Manon qui ont leurs preferences. Dans le classement des va-
leurs artistiques nous avons du introduire une cat6gorie nouvelle et
qui n'est pas la moins nombreuse, celle des <.
Elle group des maqons, des 6piciers, des cultivateurs, des employes
qui, le dimanche, vont faire de la peinture en autodidactes, sans
6tre passes par aucune cole. Je ne dis pas qu'il y ait beaucoup de
Courbet, de Corot ou de Manet parmi eux, mais il faut bien conve-
nir que l'un d'eux a atteint une notori6t6 considerable: il 6tait doua-
nier, il peignait le dimanche, puis il peignit quand il fut a la retraite:
il fut le douanier Rousseau.
Autant de types farouchement individualistes, ne demandant
appui ou conseil a personnel, travaillant dans leur coin, en silence,
et gofitant les joies profondes de ceux qui possedent ou croient pos-
seder une richesse qu'ils ne doivent qu'a eux-memes. Artisans de
village, vignerons, ouvriers retraites, petits rentiers, commerqants, ils
sont innombrables a marquer leur personnalite par un talent qui n'a
point de rapport avec leur profession; ils ont des caracteres com-
muns, ils sont un peu philosophes, ils sont frondeurs, ils se defient
des lois et des decrets, ils n'acceptent l'opinion des autres qu'apres
discussion et r6flexion; ils sont prudents, raisonnables, economes et
foncierement attaches a leurs biens, si modest que soit ce qu'ils
possedent.
Ils ne goutent guere les plaisirs collectifs, se r6unissent rare-
ment pour c6elbrer quelque fete par des banquets et des musiques.
Chacun a sa maison, chacun son bout de jardin et chacun se fait de
la vie une id6e qui n'est qu'a lui seul.
De ces solitaires du travail manuel ou de l'activit6 commercial
on pourrait rapprocher certain savants perdus dans les recherches
de la science, botanistes, min6ralogistes, conchyliologues... J'avais un


-25 --












































































Le douanier Rousseau peint par lui-m&me.





-26-


~ ~S~n

'.7~

r






r.;(
.; r ~i~








oncle qui s'illustra, jusque dans ces dernibres annees, par des travaux
entomologiques qui donnerent un grand eclat a son nom dans une
branch de cette science ou brillerent Linne, Fabricius et Latreille.
Il etait savant en insects comme Louis de Broglie et Jean Thibaud
sont savants en atomes, comme les astronomers du Mount Wilson
sont savants en nebuleuses, bref un homme de grand savoir. II par-
tagea sa vie, pendant plus de cinquante ans, entire son appartement
proche de l'Odeon et les provinces de France ou il chcrchait au
cceur des fleurs, sous les mousses. sous les pierres ou dans l'aubier
des arbres morts les betes qui lui donnerent la celebrite.
Je ne veux parler ici que de son logement. II occupait le cin-
quieme 6tage d'un immeuble parisien vieux de deux cents ans envi-
ron. N'y entrait pas qui voulait. Si l'on n'avait pas pris soin de de-
mander audience, c'est en vain qu'on pouvait agiter le cordon de Ia
sonnette. Si l'on etait introduit, on se trouvait aussit6t dans un chaos
de livres et de brochures qui, de piece en piece, formaient des talus
et des barricades qu'on ne franchissait pas aisement. On decouvrait
parmi les rayons charges de bulletins, d'annales, de revues et de ca-
talogues entomologiques, les collections meme de ce savant logees
dans de vastes vitrines et sur les sieges, fauteuils, chaises et canapes
de l'appartement. Aussi ne pouvait-on s'asseoir, a moins de s'am-
nager un siege au moyen d'une pile de gros livres.
Sa chambre a coucher, mon oncle la partageait avec les betes qui
faisaient l'objet de ses etudes et qui etaient fixees par de fines ipin-
gles dans des cartons a fond de liege: il y avait la des centaines d,
milliers d'insectes. Le lit etait encombre de vetements et de cha-
peaux car les armoires et les placards etaient, eux aussi, reserves aux
collections; la table a ecrire debordait de materiel entomologique. de
papers de toutes sortes, si bien que mon oncle, assis sur l'extr&me
bord d'une chaise oiu s'empilaient d'autres brochures, en etait reduit
a se servir de ses genoux come d'un pupitre et a y composer les
ouvrages qui le portaient si haut dans l'estime du monde de la scien-
ce. Sur la fin de sa vie, je l'ai vu aller r6diger le texte de ses savantes
communications dans la loge de sa concierge, seul refuge ou il trou-
vat un coin de table pour ecrire.


-27 -







Tel etait 1'interieur d'un homme de savoir ii y a une vingtaine
d'annees; il rappelait ces laboratoires 6troits et incommodes oiu un
Claude Bernard menait jadis ses admirables decouvertes physiolo-
giques, o6i un Branly mettait au point son radioconducteur ou co-
h6reur sans lequel la telegraphie sans fil n'eft peut-6tre jamais exis-
te. C'est un signe bien curieux de la persistence du Frangais dans
son individ-ualisme, que l'on puisse voir en plein XXeme siecle et
en plein Paris un savant notoire qui est chass6 de son propre loge-
ment par les elements m6mes de ses recherches scientifiques.
C'est aussi une preuve de la sourde et obstinee resistance que le
Francais oppose a tout ce qui l'invite a se donner A l'esprit de lectivisation dans lequel I'humanit6 d'aujourd'hui se pr6cipite.
Est-ce un bien? Est-ce un mal? L'avenir le dira.


. 23








Adrien Martin: PLAIDOYER POUR LA PROVINCE

(Extraits) (*)

Il est une figure de rhetorique que les grammairiens, dans leur
language quelque peu pedant, appellent metonymie, et qui consiste a
prendre la parties pour signe du tout. Par example, le jeune homme
qui s'en va, v&tu de son costume le plus sobrement 6elgant et stric-
tement gante de peau, demander cla main> de celle qu'il aime, fait
usage, le plus souvent sans le savoir, tel Monsieur Jourdain compo-
sant de la prose, d'une m6tonoymie. C'est de cette figure que relieve
une tournure si fr6quente dans les conversations de ce pays qu'elle
n'a peut-6tre jamais particulierement attire votre attention. Je suis
pourtant certain que vous avez maintes fois entendu dans des salons
de Port-au-Prince ou des Cayes, du Cap ou de Jacmel des phrases
de ce genre: <(Ma cousine Ida a pris hier l'avion pour New-York ou:
(Ma Tante Mayotte va partir pour Paris>. Or vous appreniez le
plus souvent au course de la meme conversation, que la destination
reelle de la cousine Ida etait Sacramento ou Mobile, et que la Tan-
te Mayotte, a son arrive en France, devrait partager son temps en-
tre St-Omer et Tarascon sur Ariege. Une telle facon de s'exprimer
suppose le raisonnement suivant: New-York est la metropole, sinon
politique, du moins economique et intellectuelle des Etats-Unis,
c'est la plus vaste et la plus brillante des viles des 48 Etats, son
nom peut done valablement designer la grande r6publique' arn6ri-
caine; ou encore: je pense France>>. pourquoi ne dirais-je point
puisque c'est en cette ville que se r6sument et la grandeur
et la grfce du pays tout entier, en elle que confluent les courants
spirituels venus de tous les points du territoire? L'emploi de cette
m6tonymie ne signifie done pas autre chose que la reconnaissance
implicite de 1'ecrasante sup6riorit6 de la capital sur la province.
Cette sup6riorite, malgr6 mon d6pit de n'6tre ne ni parisien ni

(*) Conference radiodiffus6e prononcee a l'Institut Francais le
17 Juin 1947 par M. Adrien Martin, professeur de Lettres a i'Insti-
tut.


-29-







port-au-princien, malgr6 mon desir de conquerir la sympathie de
ceux de mes auditeurs qui ont vu le jour aux Gonaives ou a St--Die,
a Carpentras ou a J6remie, je ne tenterai pas de la nier, je m'incli-
ne respectueusment devant elle.
Je voudrais pourtant ce soir, devant votre bienveillant tribunal,
essayer de plaider la cause de la Province, de cette malheureuse
Province tant de fois raillee. si souvent meconnue, parce que si sou-
vent inconnue.
Le prejuge defavorable a tout ce qui n'est pas de la capital
n'est certes pas un fait recent dans l'histoire de nos moeurs, puisque
nous trouvons deja sous la plume de Jean de Meung, le f6cond poete
du 13' siecle, cette precaution, je ne dirai pas oratoire, mais po6tique:
<...Si m'excuse de mon language
Rude. malotru et sauvage
Car ne ne suis pas de Paris.)
Mais c'est au 17' siecle, age heroique de la centralisation, qu'il
s'cxprime le plus souvent et le plus directement. Beaucoup des meil-
Icurs 6crivains de ce temps(faut-il citer, au hasard, La Rochefoucauld,
Boileau, La Bruyere. Moliere, Madame de Sevigne, Malebranche?)
sont nes parisiens; et c'est dans la capital que la plupart des au-
tres recurent I'essentiel de leur formation intellectuelle, et si aucun
d'eux ne renie ouvertement ses origins provinciales, bien rares ceux
qui songent a s'en prevaloir. Car selon les propres terms du Pere
Bonhours: traint-et d'embarrasse, et, sans computer le mauvais accent, quelque
chose d'irregulier et de peu poli dans le language > Pascal raille (les
reines de village>; vous connaissez le facheux tableau que La Bruye-
re brosse de la petite ville, et quand Boileau offre un sujet d'obser-
vation aux auteurs comiques, il leur dit:

La Ville avec une majuscule, la seule. Quant a la Province, il ne
la mentionne meme pas. Moliere n'a pas suivi son conseil a la lettre
puisqu'il a ris, ou d- Versailles, mais les images qu'il a rapportees ne sont certes
pas flatteuses pour ma pauvre client. Cathos et Madelon, les gro-


--30 -








tesques heroines des sont bien entendu des provincia-
les, ces < qui font les rench6ries. Sganarelle, de Paris>. n'est cocu qu'en imagination, tandis que l'infortune du
provincial Georges Dandin ne sera que trop rielle. Et M. de Pour-
ceaugnac, , cs'il a envie de se marier, que
n'6pouse-t-il une limosine et ne laisse-t-il en repos les chr6tiens?
Quant a la Comtesse d'Escarbagnas, adont la sottise, tous les jours,
ne fait que croitre et embellir>. il va sans dire qu'elle ne saurait
etre originaire des bords de la Seine. et que seul un pays aussi per-
du qu'Angouleme etait digne de lui donner le jour.
Madame de Sevigne elle-mme, qui pcurt"n ~.t 1.' f0t- i-'s rn-
sible au charge de cerlair,s paysages, au pittoresque de lelle sci'nl
champetrc, partageait le didain de ses contenporains. C'est p:.si,
qu'apres avoir vu a Vitre, elle ecrit ces mots: Je
fus a la com6die. Ce fut <> qui me it pleurer plus de
six larmes. C'est assez pour ur.e troupe de Province.>
Au course des si&cles suivants. l'entree d'abord timide, puis de
plus en plus envahissante du theme de la Nature dans nos lettres,
la vogue grandissante du roman champetre, puis du roman paysan,
le success de Mistral et des felibres, la facility toujours plus grande
des moyens de communication. les progress cl'une propaganda tou-
ristique souvent habile, le passage dans les mceurs parisiennes des
vacances a la mer ou a la montagne, la place pr6pond6rante qu'oc-
cuperent dans les conseils de la III RepSblique des provinciaux de
grand talent, contribuerent a affaiblir ce prejug6, ou du moins a en
rendre 1'expression moins aggressive et a le releguer peu a peu du
domaine de la litterature dans celui de la conversation courante.
Mais cela ne signifie pas que la Province soit aujourd'hui tout
a fait rehabilitee. Il n'est pour s'en convaincre que d'6couter le Pa-
risien moyen, que d'examiner son comportement d&s qu'il a perdu
de vue le faite de la Tour Eiffel. J'appelle parisien moyen le mon-
sieur qui a oublie que son pere est ne a Aurillac et sa mere a Va-
lenciennes, qui prononce je avec trois 1 et les carottes>, avec plusieurs accents circonflexes, qui se nourrit, ou
plut6t helas! se nourrissait exclusivement de biftecks saignants et


--31-







de pommes de terre frites, qui n'ignore pas l'existence du Mus6e du
Louvre et de la Bibliotheque Ste-Genevieve parce qu'il conseille
souvent a son fils de s'y rendre le jeudi au lieu de faire la queue A
la porte d'un cinema, qui connait la Comedie Francaise pour y avoir
un soir accompagne sa vieille tante de Cambrai. qui se sent deso-
rient6 et comme en pays strangers d&s qu'il a franchi les limits de
son quarter, mais qui n'ignore rien de la vie de ses proches voisins
de la rue des Annelets et de la Place des Fetes, qui chaque soir dans
le mime petit cafe de la Rue de Crimee, suppute avec ses habituels
partenaires de belotte les chances qu'a le citoyen Touchard de bat-
tre le camarade Duroc aux prochaines elections municipales com-
plementaires du 19" arrondissement. Si vous tentiez de demontrer
a cet homme qu'aucune difference fondamentale ne distingue sa vie
de celle d'un habitant de Bordeaux et qu'il n'a aucune raison vala-
ble de se targuer d'une superiority quelconque sur un Lyonnais ou
un Lillois, il ne tenterait pas de refuter votre propos, mais prendrait
cong6 de vous au plus vite. non sans vous jeter a la d6rob6e ce
regard empreint a la fois d'inqui6tude et de commiseration qu'on
reserve aux h6retiques n6gEteurs des v6rites fondamentales, et aux
candidates a la camisole de force.
Quant aux parisiens cultiv6s, ils ont certes une vision moins
simpliste et moins naive des choses. Presque tous se disent et se
croient sinc6rement affranchis de tout complex de sup6riorit6.
Beaucoup le sont en fait. Je soupgonne toutefois qu'assez ra-
res sont ceux qui se livreraient avec une parfaite ser6nit6 au scalpel
d'un chirurgien qui aurait conquis ses grades a Strasbourg ou a
Montpellier ou qui confieraient volontiers 1'6ducation de leurs en-
fants a un precepteur qui n'aurait jamais fr6quent6 la Sorbonne;
plus rares encore ceux que les necessit6s de la vie contraindraient
a s'installer en Province sans qu'ils se crussent exiles dans ce que
les ecrivains du grand siecle appellent , et nos contem-
porains, moins 6elgamment, <>. Ont-ils tort, ont-ils raison?
C'est un debat ou je ne saurais m'engager puisque j'y serais a la
fois juge et parties. Au reste je me suis promise de n'&tre ce soir
qu'avocat. Que ce mot, surtout, ne vous fasse pas redouter un dis-


-32 -









cours en trois points avec exposition, division et confirmation. Je
vous inviterai seulement, pour obtenir de vous un verdict favora-
ble, a m'accompagner par la pens6e dans un voyage a l'itineraire
fantaisiste et aux detours capricieux a travers quelques contrees du
doux pays de France.

A travers une plaine si fertile en betteraves que l'on ne peut
comprendre comment tant de francais sont encore condamnes a la
saccharine, nous atteignons la vall6e du Loing don't nous suivrons
les meandres jusqu'a Montargis. Quittons la grand'rue qui, avec
ses pompes a essence, ses <, ses magasins < a l'instar
de Paris>, n'est que la forme citadine de la route national, pour
nous engager a pied dans une fraiche ruelle don't les paves inegaux
ne peuvent contenir l'opiniAtre poussee de quelques touffes d'herbe.
Plusieurs des maisons qui la bordent competent pres de six cents
ans d'existence, leur facade a je ne sais quoi d'austere et d'avenant
a la fois, comme le visage d'une vieille femme don't le coeur est rest
jeune. Si le diable boiteux, renouvelant son sortilege, en soulevait
pour nous les toits moussus, quelles lecons de sagesse ne pourrions-
nous tirer de la contemplation de ces existences provinciales au ryth-
me lent, a la f6conde monotonie. Ici il nous serait donned de suivre
le patient travail de l'artisan, 6ebniste ou potier d'etain, fiddle d6-
positaire d'une tradition s6culaire, toujours epris d'une perfection
lentement mCirie. La. nous surprendrions la meditation de l'intellec-
tuel. du notaire qui consacre ses loisirs a traduire Virgile ou a anno-
ter Theocrite, ou du vieux m6decin qui, entire deux prescriptions,
met la derniere main au troisieme tome de son et religieuse de la province du Gatinais.> Il n'est que trop facile de
railler ces savants modestes que sont les erudits locaux, mais, outre
que leurs travaux ne sont pas toujours aussi inutiles que le pensent
les esprits superficiels, il faut leur savoir un gr6 infini de maintenir
chez nous le goiit de la recherche d6sint6ress6e. Cependant nous ne
pouvons nous attarder davantage en si docte compagnie. il nous
faut quitter Montargis, non sans avoir fait emplette d'une boite de
ces exquises pralines don't le nom est aussi inseparable de celui de


-33-








eette ville que le nougat de celui de Montelimai. Obliquant vers
1'est, nous traverserons l'Yonne, nous nous baignerons dans la Cure
qui conserve la fraicheur de son Morvan natal et, apres nous etre
recueillis un instant dans la merveilleuse nef de l'Abbaye romane
de V6zelay, nous arriverons a la Sa6ne par Pouilly, Gevrey, Cham-
bertin, Vougeot, Nuits St-Georges, Beaune -- (I1 y a une ironies
cruelle a evoquer cette parties de notre itineraire devant le tradition-
nel et lugubre verre d'eau du conferencier). Apres avoir longtemps
roule entire des c6teaux charges d'autres vignobles un peu moins
illustres, ceux du Miconais et du Beaujolais, et la lente riviere don't
Cesar a dit qu'on ne peut discerner dans quel sens elle coule, nous
apercevons, emergeant d'une brume doree la silhouette des seuls
gratte-ciel>> don't puisse s'enorgueillir la France et celle de force
tours, fleches et clochetons gothiques, nous sommes a Lyon, l'une des
principles tapes de notre zig-zaguant voyage.
Lyon partage avec ses habitants le rare privilege d'exciter la
verve maligne, a la fois des parisiens contempteurs de la province
et des habitants des autres regions de France. C'est, nous dira-t-on,
une cite de brouillards et de pluies, de rues etroites, de course humi-
des, sombres et malodorantes, peuplee de marchands avares, inhos-
pitaliers, hypocrites et bigots et de petits clercs aussi besogneux
qu'arrogants. N'est-ce pas a un Lyonnais que songe imm6diatement
Marcel Pagnol, lorsqu'il a besoin pour une de ses comedies d'un per-
so-nage ridiciu'e et antipathique, destine a servir de >
a lairmabies provencaux? Cette peu enviable reputation, les lyon-
n, is eu.-minrnces ont fortement contribu6 a la repandre. Une sorte
de pudeur ombirageuse, et la crainte du ridicule leur interdisent de
fair 'l6oge de ieor petite patrie, mais celle-ci tie:t dans leur vie et
dans leur rnse une telle place qu'ils ne peuvent se r6soudre a
la passer sous silence et qu'ils pref&rent, selon le mot du moraliste,
on dire du mal que de n'en point parler. Comme les autres francais,
plus encore peut-etre ils sont afflig6s du travers qui consiste a in-
sister plus volontiers sur leurs vices et leurs ridicules que sur leurs
vertus, et il leur arrive sur le plan national la meme m6saventure
qu'A 1'ensemble de leurs compatriotes sur le plan international: on


-34-










les prend sur ce point beaucoup plus au pied de la lettre qu'il ne
le souhaiteraient.

C'est a Lyon encore qu'une famille, animee par l'amour desin-
teress6 de l'art dramatique a cree, enrichi et maintenu pendant trois
g6n6rations, un genre de spectacle extremement original: le Guignol
lyonnais. Reprenant pour les assouplir les proc6des du theatre ita-
lien a personnages sterotypes, les Mourguet ont cree avec Guignol,
Madelon, Gnafron et quelques autres des types qui incarnent le
vieux lyonnais. particulierement l'ouvrier en soie de la Croix Rousse,
le fameux <, don't le language est si savoureux, don't l'esprit
d'independance a donned si souvent du fil a retordre aux autorit6s
constitutes et don't la profonde sagesse, s'exprimant sous le voile
d'une sentencieuse ironie, est une des formes les plus sympathiques
de l'esprit gaulois. L'art de l'imprimerie que Sebastien Gryphe avait,
dans cette ville, des le premier tiers du 16" siecle, porter a un point
proche de la perfection n'y a pas non plus degenere. Tous les visi-
teurs qui ont vu l'hiver dernier l'Exposition du Livre Lyonnais, ont
6te surprise comme moi de l'abondance, de la richesse et de la variety
des editions qui ont pu sortir des presses en uri an malgre les diffi-
cult6s actuelles. L'exemple de cette ville example qui n'est d'ail-
leurs pas unique, prouve done que l'on peut rencontrer, en dehors et
loin de la capital, de rayonnants foyers de vie intellcctuelle. Je ne
voudrais pas toutefois vous laisser l'impression que toute l'activit6
des riverains des deux fleuves est tourn6e vers les choses de l'esprit.
Le rl1e capital que joue dans la vie lyonnaise la Foire qui depuis
1917 n'a jamais cess6 en d6pit des pires catastrophes internatio-
nales d'attirer des foules considerable dans son immense palais,
suffirait a prouver le contraire. Et je ne saurais mieux marquer le
double caractere de la civilisation de cette ville qu'en vous citant ce
passage d'un discours de son maire, Edouard Herriot: <<...Lyon, gui-
de par ses rus6s 6chevins, lie son avenir a celui de son egoce et, dans
le temps meme oii les armies ferraillent en Italie, organise ses foires,
les defend, install sur les rives de ses fleuves les pacotilles emprun-
tees a toutes les nations connues et tisse un filet serr6 de relations


-35 -








c6nmerciales qui saura retenir le profit. Et, autour de sa du change,, don't le nom est a lui seul un symbol, notre cite inven-
te ces usages qui ont faqonn6 le monde moderne: le change lui-m&me,
la compensation des monnaies, les formes diverse du cr6dit.... La
ville de Lyon, a certaines dates, offre ce double spectacle, ou plu-
t6t cet assemblage d'une liberty commercial qui se traduit par ses
foires magnifiques, et d'une liberty de pens6e qui attire sur les bords
du Rh6ne, avec des strangers tels que Machiavel ou Erasme, des
6crivains comme Dolet ou Desp6riers, comme Marot ou Rabelais.
Ce <, actuellement expose la bibliotheque national,
que je regardais recemment avec une attention curieuse et jalouse,
ce sont les foires de Lyon qui l'ont donned a la France et au monde.>
Une autre domaine bien lyonnais oi l'on peut, je crois, retrouver
cette alliance du materiel et du spiritual est celui de la gastronomie.
Certes, pour donner a la bonne chere une part aussi important de
ses preoccupations qu'on le fait chez nous, il faut, pour parler comme
un personnage de Moliere < tiere> et' une profonde tendresse pour c. Mais pour
porter la cuisine A la hauteur d'un art (j'allais dire d'un culte), pour
concevoir et ex6cuter des chefs-d'ceuvre comme on en peut d6gus-
ter, non seulement chez deux ou trois restaurateurs qui ont conquis
une renomm6e mondiale, mais encore chez beaucoup de leurs con-
freres, connus seulement des inities, et pourtant a peine moins dou6s,
ou meme chez de simples maitresses de maison, ne faut-il pas avoir,
avec une imagination hardie, un sens d6licat des proportions et de
l'harmonie, une sensibility infaillible aux plus subtiles nuances du
goCit, une longue patience, en un mot une maniere de g6nie? Si vous
jetez les yeux sur une carte des productions agricoles de la France
vous constaterez que Lyon occupe une place privil6gi6e. A dix
lieues au nord de la ville commence la plaine de Bresse qui engrais-
se les meilleures volailles du monde (la chair des poulardes de cet-
te region est en effet beaucoup plus savoureuse et plus juteuse que
celle des Chapons du Mans). Plus pres encore ce sont les 6tangs
des Dombes oui l'on p6che la carpe et la tanche, sur les bords des-
quels viennent s'abattre des bandes de canards sauvages et de sar-


-36-








celles. A peine plus loin, vers le nord-ouest, s'etendent les grasses
prairies du Charolais don't les bceufs et les veaux fournissent la vian-
de la plus recherche jusque sur les tables de Paris et de Londres,
don't les vaches gonflent leurs mamelles d'un lait particulibrement
cremeux. A l'est le Dauphin6e elve les porcs et press l'huile de
noix, la Savoie produit un beurre excellent et toute une game d'o-
dorants fromages... Telle est la matiere d'elite a partir de laquelle
s'elabore tant de merveilles: Le poulet a la crEme, onctueux et 16-
ger, <, le saucisson de Lyon
avec ses petits lardons carries comme autant de fenetres ouvertes
dans la density d'un mur rouge brique, i'opulent cervelas truffle, la
quenelle, et surtout, supreme orgueil des cordons bleus lyonnais, le
gratin de queue d'6crevisse et la poularde demi-deuil. Je crois avoir
epuis6 toutes mes reserves de lyrisme et ne me sens plus capable
de vous parler dignement des vins qui arroseront ces mets. Les di-
recteurs de conscience affirment avec raison je crois, que le rneil-
leur moyen de ne pas succomber a la tentation est de fuir au plus
vite, quittons done ces lieux oui notre foie d'habitants des tropiques
risque fort de compromettre definitivement son salut.

Dans les pays d'aspect si divers que nous venons d'embrasser du
regard, quelle varifte aussi de moeurs, de patois, d'accents, de gouits,
de costumes, d'habitats. Voudrions-nous chercher les caracteres
communs aux enfants de toutes ces provinces, nous n'en trouverions
je crois, que deux: d'abord le fait qu'ils confondent dans un meme
amour leur petite et leur grande patrie, ensuite le fait que, tous ont
a la fois les pieds bien attaches au sol et les yeux levis vers les 6toi-
les. Les r6cents 6evnements ont apport6 au premier trait une con-
firmation si glorieuse et si tragique en m&me temps qu'il serait pres-
que indecent d'insister sur ce point. Le second, je l'illustrerai ainsi:
la ville oiu nous nous sommes si longuement attard6s naguere a don-
n6 naissance, a trois siecles d'intervalle, a Louise Lab6, auteur selon
Faguet < et A la Mere
Filloux virtuose du tournebroche et commerqante avis6e. Tandis que
dans la cite qui s'6tend presentement a nos pieds, Clermont-Ferrand,

-37-






un m&me homme de g6nie a construit la premiere machine a calculer
et compose la a(priere pour le bon usage des maladies.>
Au moment ou notre circuit s'acheve, in6vitablement s'imposent
a notre memoire ces vers de Louis Aragon, si vrais dans leur 6mou-
vante simplicity.

Je vous salue ma France aux yeux de tourterelle
Jamais trop mon tourment, mon amour jamais trop,
Ma France, mon ancienne et nouvelle querelle
Sol sem6 de h6ros, ciel plein de passereaux.

Je vous salue, ma France oiu les vents se calm6rent,
Ma France de toujours que la geographie
Ouvre come une vanne aux souffles de ]a mer.
Pour que 1'oiseau du large y vienne et se confie

Je vous salue ma France oiu l'oiseau de passage
De Lille a Roncevaux, de Brest au Mt Cenis
Pour la premiere fois a fait 1'apprentissage
De ce qu'il peut coCiter d'abandonner un nid.

Patrie egalement a la colombe ou 1'aigle
De l'audace et du chant doublement habit6e
Je vous salue ma France ou les bl6s et les seigles
Murissent au soleil de la diversity.


- 38-









Julien Benda: POUR L'UNITE SPIRITUELLE
DE L'EUROPE

L'unification d'Etats divers peut s'envisager sous deux aspects
distincts: sous l'aspect politique, sous 1'aspect spiritual. Elle peut
consister dans une unite d'administration, de legislation, de system
monetaire, d'attitude cfficielle envers 1'6tranger, ou dans une unite
de sentiments, d':v cti:. morales, d'idiaux, de conceptions philo-
scphiques.
Ces deux aspects ne se commandant nullement l'un I'autre.
L'histoire est remplie d'unites politiques qui ne pr6senterent en rien
1'unite spirituelle: i'Empire remain, i'Empire carolingien, 1'Empire
turco--ongol, ie Saint-Empire germanique, '11r _-;re austro-hongrois.
,-...:. .: certain groups ont connu une communaut6 spi-
rituelle alors que leurs parties donnent le spectacle incessant d'entre-
ddchirements politiques: le monde hellenique, la Gaule avant la con-
quete romaine, les cantons suisses du Moyen-Age, les petites r6pu-
bliques italiennes de la Renaissance.
L'unit6 politique du continent europ6en ou plus exactement
Cconornique. sous la pression de n6cessites materielles me semble
appelee a une realisation certain, peut-etre assez proche. Quoi que
pretende le dogme socialo-marxiste, qui veut que I'6conomique trai-
ne mecaniquement le spiritual, elle n'en entrainera nullement 1'unite
spirituelle. Celle-ci forme un prolirre c:1 o;', don't la resolution es-
capitale pour la reelle solidity de l'alliage; problem qui ne regarded
pas les hommes d'Etat, mais les 6ducateurs.

Comment l'6ducateur travaillera-t-il a l'unit6 spirituelle de l'Eu-
rope?
Je propose trois moyens:
lo) Une r6forme dans l'enseignement de 1'histoire, exactement
dans l'echelle de valeurs que le maitre proposera a la jeunesse: qu'au
lieu d'exalter ceux qui firent des nations, les rois de France, Bis-
marck, Cavour, il glorifie, qu'elles qu'aient 6t6 leurs fautes, ceux qui
ont essay de faire 1'Europe, et qui 1'ont essay, non pas au profit de


-39-









leur nation, comme devait le faire Hitler apres d'autres, mais qui ont
tent d'en former une f6d6ration, comme 6minemment les papes du
Moyen-Age; qu'en particulier, a propos du conflict du XIVeme siecle
entire la papaute et la royaute frangaise; ils cessent d'applaudir la
defaite de l'Eglise devant l'id6e national, incarn6e par Philippe-le-
Bel, mais regrettent, tout en montrant les erreurs de Rome, tout en
expliquant la fatality historique de son 6chec, que ce ne soit pas l'ins-
titution universaliste qui ait triomphe.
Il faut nous attendre a ce que ce renversement soit difficile si
nous observons combien l'ancienne echelle de valeurs subsiste chez
les meilleurs, lesquels visiblement ne prennent pas conscience de sa
malfaisance. Un example saisissant est celui de Renan qui, si acquis
pourtant a la paix, benit (Marc-Aurele, XXXIII) l'heure oi le Pape
et 1'Empereur se brouillerent, (ouvrant, dit-il, la porte encore plus
grande aux nationalities et ne voit pas que c'est exactement par cet-
te ( que sont passees a plein les souverainetes nationals, sour-
ce de toute l'anarchie europeenne depuis la fin de 1'Empire remain.
2o.) Une champagne en faveur d'une langue europ6enne, j'en-
tends qui se superpose, bien entendu sans les d6truire, aux langues
des diff6rentes nations, comme le Francais s'est superpose au picard
et au provencal, l'Anglais au gallois et a l'6cossais; une langue que les
enfants apprendraient en meme temps que celle de leur pays, com-
me dans beaucoup de families de l'Europe appartenant au monde
cultive, les enfants apprirent pendant longtemps le francais en m6me
temps que leur langue national.
Quelle sera cette langue? Je propose le frangais, quite, bien en-
tendu, a en admettre une autre si on me la montre plus apte au but
vise ici. Je le propose a cause d'un caractere que les pires ennemis
de la France lui ont reconnu, d'ailleurs souvent pour l'en disquali-
fier (voir les romantiques allemands); a savoir sa rationality, c'est-a-
dire la faculty qu'il a, en vertu de ce caractere ce jugement est
d'un Allemand du XVIIIeme siecle < vari6t6 d'hommes un terrain d'entente et de rencontre>>. Ce qu'un
autre stranger exprimait en d6clarant que la langue franqaise < plus faite pour les sciences que pour les arts'> (Ces citations son*


-40 --









empruntees d'une etude de F. Baldensperger sur ce sujet). Ce mot
me conduit a la troisieme attitude que l'6ducateur devra adopter
pour crier une unite spirituelle parmi les Europ6ens.
30) Conferer la pr6searce a la science sur la litt6rature, car la
science est universelle tandis que la litt6rature est national; plus
generalement. a la parties intellectuelle de l'Ame humaine, laquelle
est commune a tous les hommes, sur la parties emotionnelle, qui est
essentiellement personnelle. C'est ce qu'exprime Renan quand il
ecrit. dans ses Feuilles detachees: < charme, poesie, amusement... peut revetir une forme locale; mais la
science est unique comme l'esprit humann>.
Ici. distinguons deux litteratures:
Il existe une litt6rature qui ne differe de la science que par un
souci de bonheur verbal que n'ont pas la plupart des savants, qu'ils
n'ont pas a avoir en tant que savants, alors qu'elle relieve tres pro-
prement de la science par sa recherche de la v6rite, ses affirmations
appuyEes sur des faits, ses conclusions fond6es sur le raisonnement.
Une telle litt6rature s'est vue particulierement en France et s'y est
manifestee par une tradition qui, commence avec Saint-Evremond,
s'y pursuit par des oeuvres comme I'Esprit des Lois, I'Essai sur les
mceurs, le Contrat social, s'6panouit au XIXeme si&cle avec des ou-
vrages come les Origines du christianisme de Renan, la Philoso-
phie de l'art de Taine, le Port-Royal de Sainte-Beuve, on peut dire
les Donnees imm6diates de la conscience de Bergson. Je citerai en-
core une autre litterature qui, par-dessus la beauty de la forme, me
parait reliever de la science, c'est la literature franchise du XVII'
siecle avec son souci primordial, eminent chez Racine, d'une pein-
ture objective et exacte du coeur human. De telles litt6ratures ne
s'opposent nullement a la science et ont comme elle un caractbre
universal. Elles appartiennent a tous les hommes; et, de fait, les
ceuvres d'un Voltaire, d'un Rousseau, d'un Taine, d'un Renan, d'un
Sainte-Beuve, d'un Fustel de Coulanges, tres peu deform6es par les
traductions precis6ment parce qu'elles sont des ceuvres de pensee,
font l'union de toute l'Europe cultiv6e, comme un th6oreme de g6o-
metrie ou une verit6 de la physique.


-- -









Mais il est une autre litterature au fond, la seule vraie (litte-
ra, la lettre) qui considere les mots, non pas pour la pensee qu'ils
enoncent, mais en eux-mEmes, pour leur sonority pour leur aspect
graphique, dit recemment Claude!, pour ce qu'ils evoquent par
cette sonority, bref pour des vertus qu'ils ne possedent que dans
leur langue, et done en tant qu'ils sont intraduisibles (cas eminent
de la po6sie). Une tell conception a pris de nos jours une cons-
cience suraigue. vers avec des mots, non avec des idees>, proclame Mallarm6. < se-toi conduire par les mots, comme Chopin par les notes)>, enseigne
Gide. <, affiche Valery. Or, une telle
litterature est essentiellement, quoi qu'elle developpe, de nature na-
tionale et il est evident que, si nous voulons career un esprit super-
national, ce n'est pas elle que nous devrons presenter comme supre-
me valeur, mais la literature de tonality scientifique don't je viens
de parler et, mieux encore, la science elle-mnme, laquelle, encore
une fois, transcende essentiellement les frontiers. Au surplus, le
fait suivant est significatif: quand les nations veulent s'affirmer dans
leur personnalit6 mental irreductible, dans ce qui les oppose a cel-
le des autres, ce qu'elles brandissent, c'est leurs litterateurs et tout
particulirrement leurs poktes, et non pas leurs savants, don't elles
savent que les oeuvres temoignent au contraire d'une resemblance,
d'une unite entire les nations. Rien prouve-t-il mieux que les hom-
mes ont le sentiment profound de opposition que je marque ici entire
la litt6rature et la science?
Inutile de dire si cette invitation a placer l'esprit de science au-
dessus du litteraire fera bondir les litterateurs. Plus gen6ralement,
ne nous cachons pas que l'unification de l'Europe rencontrera l'hos-
tilit6 des temperaments artistiques, lesquels ont, par essence le culte
du particulier et l'horreur de l'universel (1). <
(1) Voir, dans les Memoires d'outre-tombe, le lamento de Chateau-
briand: ,Que serait une society universelle, qui n'aurait point de pays
particulier? Qu'en resulterait-il pour ses mceurs, ses sciences, ses arts, sa
poesie? Et Michelet: la nationality, la patrie, c'est toujours la vie du
monde. Elle morte, tout serait mort Le Peuple 3eme parties" (Cela tou-
tefois, est 6crit pour protester centre I'6tranglement de la Pologne en
1846).
-42-










dit un de leurs mandataires les plus qualifies (Valery) que ce qui
est assez grossier pour I'etre>. Rappelons-nous toutefois que l'uni-
fication des nations par-dessus les particularismes provinciaux ren-
contra jadis le meme adversaire (2). Souhaitons qu'il soit battu en-
core une fois.


(2) I1 est incarne dans le Siegfried de Giraudoux. par ce poete des plai-
nes de I'Oder qui pleure la saveur des petites principautes allemandes
d'autrefois. maudit le bcotisme de ce Bismarck avec son rateau unifica-
teur.


_ n3 __









Philippe North: L'EXISTENTIALISME
(Extraits) (*)

On pourrait dire que l'existentialisme est la philosophie de tou-
jours : celle de tous les philosophes, de tous les temps et de tous
les pays. Je ne vois pas en effet que la philosophies puisse jamais
etre autre chose que la synthese, aussi harmonieuse que possible, des
reponses qu'on aura donn6es aux different problems que nous pose
l'existence; de sorte que, par definition, toute philosophie est a la
fois intellectualiste en ce qu'elle doit mettre en ordre les solutions
decouvertes, lier en un systeme les rapports degag6s, et existen-
tialiste: en ce que ce systeme, ce monde ideal reconstruit par l'intel-
ligence, n'est la, que pour nous rendre plus clair le monde familiar
dans lequel nous vivons. Je mesurerai, precis6ment la valeur d'une
philosophie a l'harmonie qu'elle pr6sentera avec mon experience,
avec 1'existence que je vis et que la mission de toute philosophies est
de rejoindre ou d'approcher du plus pres qu'il est possible.
Mais ceci n'est qu'un jeu et il faut bien admettre que le mot
< existentialisme > a ete cr6e pour quelque chose. Qu'est-ce que ce
quelque chose? Voila ce qu'il faudra parvenir a saisir. Le problem
n'est pas de donner une definition de dictionnaire du mot existen-
tialisme, parce que cette definition n'6claire rien :
est la commune etiquette de certaines philosophies allemandes, rus-
ses et frangaises d'apres la guerre de 1914. Le probl&me est de sa-
voir pourquoi cette etiquette a ete donnee a ces philosophies, le pro-
bl&me est d'isoler ce qu'ells ont de commun, qui fait leur originality.
N'est-ce pas parce qu'elles privil6gient la consideration de
1'existence telle qu'elle est v6cue par le philosophy? Dit autrement,
une philosophies est-elle existentialiste quand l'exp6rience concrete
prend chez elle le pas sur l'abstration th6orique?
I1 convient ici de s'arrkter un peu. Deux attitudes opposes
peuvent 6tre prises par le penseur, en face du r6el, parce qu'il y a

(*) Conference radiodiffus6e prononc6e a l'Institut Frangais le
24 Juin 1947 par M. Philippe North, professeur de philosophies a
l'Institut.


- 44 -










deux sortes d'hommes : les syst6matiques et les autres, ceux don't.
la passion est de mettre de l'ordre, d'administrer, et ceux qui, sou-
cieux de ne point violenter le reel, en l'integrant dans les cadres de
leur raison, savent que l'on n'unifie jamais qu'aux depens de l'infinit6
du monde et qu'il faut simplifier, mutiler le r6el si l'on doit le syste-
matiser. En face des administrateurs, les explorateurs. Pour prendre
une autre m6taphore, je dirai qu'il y a l'alpinisme et la promenade.
II faut choisir, semble-t-il, de monter, pour voir les grandes lignes
du paysage, mais c'est s'eloigner du reel, ou de d6ambuler a tra-
vers les choses, voir tout et dans les details, mais n'y rien com-
prendre. Or, le philosophy refuse de choisir. C'est a1 le drame de
sa condition: 6tre perp6tuellement expose a deux tentations qu'il
doit toujours surmonter. Le philosophy est cet homme infatigable
qui s'61&ve constamment et constamment aussi redescend dans le
reel pour y verifier la justesse de son dessin d'ensemble. Le philosophy
est cet ambitieux qui n'a pas renonc6e a tre Dieu tel qu'on se plait A
l'imaginer : si proche et si lointain a la fois qu'il voit chaque chose,
- et toutes les choses. Dans toute grande philosophie se devine ce
va et vient constant de l'analyse a la synthese, cet aller et retour
perp6tuel du concrete a l'abstrait, ce movement continue par quoi
le philosophy s'efforce d'atteindre a la fois ces deux valeurs anta-
gonistes : l'ordre et l'infinit6.
Mais cet id6al 6ternellement propose a 1'ardeur des philosophes
est inaccessible, si bien qu'in6vitablement, les uns sacrifieront plus
l 1'abstraction. les autres a I'existence. D'un c6t6 Spinoza, de l'autre
Maine de Biran. Ainsi la tendance intellectualiste et la tendance
existentialiste sont de tous les temps parce qu'elles sont toutes deux
l'expression de deux types de temperament et d'intelligence.

On peut maintenant r6pondre a la question : certes, les philo-
sophes d'aujourd'hui sont du c6t6 des Saint Augustin, des Pascal,
des Maine de Biran et le gouit renouvel6 de notre 6poque pour ces
penseurs est significatif. Mais enfin, I'existentialisme a une date.
II faut done qu'il soit autre chose et plus que l'expression d'un choix
propose aux philosophes tout au long de l'histoire de la philosophie.


- 45 -










La tendance existentielle d'une doctrine ne suffit pas a faire de son
auteur un existentialiste. L'existentiellisme, pourrait-on dire de fa-
qon assez barbare, est de toujours, 1'existentialisme n'est que d'aujour-
d'hui.
Cela n'empeche pas qu'il ait son origine dans le passe. L'origi-
ne de l'existentialisme, c'est l'oeuvre de Soeren Kierkegaard (1813-
1855). Cette oeuvre exerce depuis assez longtemps une influence
puissante sur la pensee allemande et depuis peu sur la pens6e fran-
gaise : elle n'a guere penetr6 chez nous, qu'apres 1920. C'est sans
doute, comme on l'a remarqu6, que Pascal est notre Kierkegaard,
et qu'ainsi, notre familiarity plus ancienne avec les angoisses, les
scrupules et les dechirements de conscience explique le retard que
ncus avons mis a decouvrir le penseur danois.
Kierkegaard est a peu pres a 1'existentialisme ce qu'Auguste
Comte est a la sociologie : on peut s'amuser a chercher des precur-
seurs, mais 1'existentialisme commence vraiment a Kierkegaard
comme la sociologie a Comte. Viennent ensuite les realisateurs:
en Allemagne, Martin Heidegger, Karl Jaspers, Max Scheler, etc...;
en Russie, Soloviev, Berdiaeff, Chestov; en France, Gabriel Marcel,
catholique, don't la pensee se rattache directement a celle de Jaspers,
et Jean-Paul Sartre, qui doit a Heidegger ses theses les plus essen-
tielles ou les plus existentielles, comme on voudra...

Mais, j'y reviens, les bases, c'est Kierkegaard qui les a jetees;
les themes, c'est lui qui les a lances. Il ne faudrait pas croire cepen-
dant a une filiation pure et simple et que les philosophies existen-
tielles d'aujourd'hui procedent en ligne droite de la philosophies de
Kierkegaard. D'abord parce que Kierkegaard n'est pas un philoso-
phe. L'oeuvre de Kierkegaard est celle d'un chritien protestant con-
tre la philosophie en general, qui detourne l'homme du seul probl&-
me important, le problem religieux : savoir oiu va l'homme et d'oui
il vient et contre la philosophie de Hegel en particulier, qui intellec-
tualise le reel au point de le deduire par la dialectique (alors que
l'existence se laisse d6crire mais non recomposer) et qui, par example,
fait du christianisme l'objet d'une speculation theorique (alors que,








ce qui compete, c'est seulement de d6cider si l'on est chr6tien ou non).
L'originalit6 de Kierkegaard est pr6cisement qu'il retient seulement
de la philosophie une dialectique permettant de la discr6diter; ainsi
par example, la connaissance ne sera plus chez lui le fait du sujet
anonyme de la philosophie traditionnelle; la connaissance sera le
fait de 1'existant, c'est-a-dire d'un moi vivant et concrete, unique et
dat6, qui decrira l'existence telle qu'il l'eprouve.
Second, il n'y a pas de Kierkegaard a l'existentialisme actuel
une filiation pure et simple parce que, si la philosophie d'aujourdhui
procede d'une protestation religieuse centre la philosophie, elle pro-
cede aussi d'une doctrine philosophique : celle de l'Allemand Hus-
serl. Nouveau paradoxe, cette philosophie d'allure romantique, si
d&fiante a 1'egard de la raison, si eloignee de l'abstraction, cette phi-
losophie qui attend souvent la connaissance de l'abandon du moi A
certain <, a son origine aussi dans la doc-
trine d'un pur logicien. I1 ne peut etre question d'entrer dans les
details. Il suffira de dire que la ph6nom6nologie, ( descriptive des faits v6cus de pensee et de connaissance>), qui res-
tait un rationalisme chez Husserl, s'est infl6chie vers l'existentialis-
me chez Heidegger, son disciple.
Mais, ces precautions prises et ces precisions donnees, il faut
repeter que, I'atmosphbre existentialiste, c'est Kierkegaard qui l'a
cre6e; c'est cette atmosphere que l'on respire aujourd'hui. Dans la
doctrine de Sartre et dans celle de Marcel, par example, quoi de
commun? Je serais bien empech6 de l'analyser : Sartre professe un
ath6isme militant, Marcel est r6solument chr6tien et pourtant, ils
sont tous les deux du m6me c6t6 (meme les freres ennemis garden
un air de famille...) II y a entire les philosophies d'aujourd'hui cette
mine ind6finissable resemblance qu'ont entire elles les oeuvres d'un
m&me artiste. On dit: c'est existentialiste comme on dit: c'est du
Beethoven. Or, ce n'est peut-6tre pas tant l'identit6 de la technique
ou le rappel voile de certain themes qui fait la parents d'une valse
et d'une symphonie de Beethoven, mais plut6t quelque chose de
plus profound et d'assez insaisissable : un certain ideal vers lequel on
tend, un fond de preoccupations identiques, quelque chose en som-


- 47-








me qu'on ressent mieux qu'on ne le pense. Plus qu'il ne recouvre
des pens6es, le mot > est charge de certaines r6sonan-
ces affectives. C'est que l'existentialisme n'est a aucun degr6 un en-
semble de theses qu'on pourrait abstraire de philosophies donn6es.
L'existentialisme est au contraire quelque chose qui sous-tend tou-
tes les doctrines particulieres, comme la source de vie qui les
anime...

Je ne puis done determiner avec precision l'existentialisme. Je
peux seulement tenter de faire pressentir cette maniere particulibre
de poser les probl&mes, cette fagon kierkegaardienne de philosopher
qui est l'existentialisme et qui fait qu'entre les existentialistes les
plus opposes, le dialogue est toujours facile.

Les philosophes proposent a notre admiration un joli monde,
transparent a 1'intelligence: voici les lois de association des idles,
voici le mecanisme de la perception, voici 1'essence de la matibre,
voici le grand principle animant toutes les choses et tous les ftres
etc... etc. Tout s'explique: que voulez-vous de plus? Que l'on me
parole de moi, des angoisses que j'ai et que je voudrais surmonter,
des contradictions qui me d6chirent et que je voudrais r6soudre...
Le monde don't les philosophes nous parent est un monde fictif,
parce que c'est un monde sans homme, une pure objectivity. On a
l6imin6 du monde la presence de l'homme, on a video les choses de
leur existence; il est rest des abstractions qu'on a liees de maniere a
obtenir le system d'un monde qui est sans opacite, sans spontan6it6,
sans singularity c'est-a-dire d'un monde faux parce que d6sincarne.
Tel est le monde de Hegel...

C'est alors que s'6leve la voix de Kierkegaard, rappelant aux
philosophes que l'esprit connaissant est aussi un esprit existant, ce
qu'ils avaient oublie.- Vous n'avez pu faire de systeme qu'en esca-
motant l'existence, en la sacrifiant: de quel droit? Qu'est-ce que ces
theories qui pretendent s'appliquer a tous et toujours? C'est tel moi,
existant ici et maintenant que telle question d6chire: c'est ici et main-







tenant que ce moi et lui seul doit r6pondre. II n'y a pas la v6rite,
universelle, impersonnelle, objective; il y a ma v6rite: ce qui de-
noue les problems qui ne se posent qu'a moi, ce qui r6soud des dif-
ficult6s qui me sont propres. Le problbme de la mort n'est pas un
problem; la mort ne me concern pas; le problem c'est: je vais
mourir. tout de m6me le moins de difference possible avec 6tre un homme>>.
Etre un homme et non un produit artificial, un robot, un pantin
sans ame, etre un homme avec de vrais yeux et non des yeux de
verre, de vrais cheveux et non des cheveux de paillasson, etre un
homme, non une chose...
La plupart des hommes s'appuient sur des systems. appartien-
nent a des 6glises, a des parties, ils consomment leur vie dans de
menus travaux de surface, (Heidegger), absorbs par
une existence de fourmis, et ils meurent sans s'6tre 6veilles. Ils vi-
vent avec l'univers dans une espece de familiarity rassur6e, leurs ha-
bitudes leur masquent l'6tranget6 fondamentale des etres et des cho-
ss, ils ne s'6tonnent pas, ne s'angoissent pas, ne posent pas de ques-
tions, toutes leurs pens6es se d6tachent sur ce fond commun: < tout naturel> (Jaspers, Marcel): < en plein mystere (1). Ce sont des laches, ils ont d6tourn6 la tete
pour ne pas voir le tragique de la vie, ils ont d6missionn6 de l'exis-
tence; ce qu'ils sont, d'odi ils viennent et ou ils vont, ils refusent de
s'y interesser, ils ont choisi de dormir, ils ont opt6 pour la mort, ce
sont des Salauds (Sartre).
L'existentialisme force l'homme a prendre conscience de sa la-
chete. L'existentialisme arrache l'homme aux systems sur lesquels
il se repose, il le tire de ce sommeil paisible que donne l'appartenan-
ce a une orthodoxie quelconque, il le fait sortir de force des refuges oi
il s'est installed pour fuir l'angoisse qui 1c prendrait s'il etait face a fa-
ce avec son existence. il le force a s'etonner, il le place devant le
vide, il lui r6apprend le vertige, il le secoue comme un prunier jusqu'a
ce qu'il se reveille, il lui d6molit ses fauteuils, il lui brise ses reves,

(1) Francis Ponge.


--49--







- pour qu'enfin se leve un homme authentique, lucide, seul, sans ar-
mes devant l'existence, que celles qu'ii se sera forgoes, bref, un hom-
me existant, aux prises avec les problems qui d6ej lui sautent a la
gorge...



Cet appel a la lucidity est le premier moment de toute philoso-
phie existentielle; il n'y a point d'existentialisme qui n'oblige d'abord,
explicitement ou implicitement, a une conversion par laquelle l'hom-
me se detachera, au moins mentalement, de ses <
pour chercher une vie plus profonde, plus silencieuse et atteindre a
ce que Kierkegaard nomme >: Gabriel Marcel nous
invite au <>, c'est-a-dire a reprendre la direction de
notre vie qui s'eparpille dans les choses; Jaspers exhorte l'homme a
> du monde du divertissement, au sens pascalien; Sar-
tre, enfin, affirme que toute vie authentique commence par le re-
noncement a l'esprit de s6rieux, c'est-a-dire par un certain mepris
des orthodoxies, un certain dedain des positions acquises une fois
pour toutes et une certain defiance a l'6gard de cette belle assu-
rance de beaucoup, qui n'est en definitive que paresse d'esprit, stag-
nation intellectuelle, indisponibilite A l'inquietude, somnolence. On
a beaucoup reproche a Sartre son propos, sans bien voir peut-etre
que c'est seulement pour atteindre a un serieux plus difficile qu'on
raille le serieux des bourgeois; l'existentialisme, d'une part ne nous
attaque dans nos retranchements que pour nous forcer, comme je
l'ai dit, a decouvrir en nous-mEmes l'angoisse, en notre existence le
pathetique et, d'autre part, la disponibilit6 existentielle n'est que le
moyen d'un attachment ult6rieur qu'elle preface. L'existentialisme
n'est pas un renoncement au monde; bien au contraire toutes les
philosophies existentielles et celles de Sartre en particulier, loin d'in-
viter au retrait dans la tour d'ivoire, commandent la presence au
monde, le choix et I'action par quoi notre liberty se r6alise. L'exis-
tentialisme n'a jamais prEch6 le dilettantisme et la place que tient
la notion d'engagement dans la pens6e contemporaine est assez signi-
ficative: on veut que la definition meme de l'homme soit en ques-


-50-








tion dans ses actes, aussi nous lance-t-on tout entiers dans l'aventure
temporelle...

Il est difficile apres cela d'accuser l'existentialisme d'etre une
admission au monde; avec l'existentialisme au contraire, la philoso-
phie s'approche de In vie come jamais encore; l'exemple de Sartre,
a la fois professeur, romancier, auteur dramatique et bient6t metteur
en scene le montre assez bien. La philosophies se democratise. Le
philosophy cesse d'etre le pretre d'un culte esoterique; il nous parole
de ce qui nous touche du plus pres, de ce que nous pouvons compren-
dre (meme s'il le fait encore de facon souvent inintelligible, comme
il arrive precisement chez Sartre!). La philcsophie est desormais
l'affaire d'un moi, deroulant dans le temps une meditation personnel-
le, inseparable de son existence meme: il n'y a plus de difference
entire vivre et philosopher.
C'est ainsi qu'on verra un existentialiste, comme Gabriel Marcel
intituler une oeuvre <(Journal m6taphysique>. Rien peut-etre ne
situe mieux i'existentialisme qu'une telle expression : la presence et
la proximity des grands problems est ici si vivement ressentie. que
la metaphysique se concoit natureilement sous la forme d'une recher-
che fievreuse et ind6finiment reprise. Cette formule, qui montre I'im-
portance que l'on donne a la metaphysique, 1'actualite, I'urgence
qu'on lui reconnait, a l'avantage, en outre, de marquer egalement le
peu d'estime oiu 'existentialisme tient la raison. Dans la perspective
rationaliste, !a conscience est devant un monde objet de spectacle,
que l'on peut systematiser du dehors. Dans la perspective existen-
tialiste, la conscience est dans le monde, sans jamais pouvoir pren-
dre de recul et l'attitude objective ne vaut pas: plus nous accedons
a la reality, plus il se r6evle qu'elle est quelque chose d'opaque, quel-
que chose qu'on ne peut mettre en system; de sorte que la connais-
sance apparaitra ici comme une sorte de participation intime avec
l'etre non foint comme un spectacle, mais comme une epreuve. et
toujours a affronter de nouveau. Pour un rationaliste, la nmtaphysi
que est une science qu'il est absurde de voulbir recommencer, une
fois achevees les demonstrations qu'elle comporte: Descartes, con-








vaincu lui aussi de l'importance de la m6taphysique, avertit la prin-
cesse Elisabeth que, fois en sa vie, les principles de la M6taphysique..., il serait trbs nuisi-
ble d'occuper souvent son entendement a les m6diter.>, Mais, pour
l'existentialisme, la m6taphysique est une histoire, non une science.
Une philosophie, hier, c'6tait un system, qu'on pouvait r6duire
Sun ensemble d'id6es, s'agencant selon un plan justiciable d'une con-
naissance objective.
Une philosophie, aujourd'hui, c'est un itin6raire qu'il faut refai-
re avec I'auteur, parce que les idees qui s'y d6ploient ne sont plus
que les expressions d'une experience premiere a laquelle il faut parti-
ciper.
Une philosophies, aujourd'hui, ne s'apprecie plus que subjective-
ment parce qu'elle est elle-mEme l'ceuvre d'un sujet, c'est-a-dire non
d'un homme ideal, reduit a sa seule raison et qui formerait l'idee des
choses telles qu'elles sont en soi, mais d'un homme reel, concrete, qui
philosophy avec toute son Ame, comme dit Bergson, parce qu'il est
convaincu que le reel a une epaisseur que la seule intelligence ne
peut vaincre et juge en consequence plus fructueux d'6prouver l'exis-
tence que de former des id6es sur l'existence.
Un philosophie, aujourd'hui, est l'celvre d'un moi qui.pr6tend
seulement dire du monde l'impression qu'il en recoit et raconter
une experience qu'un contact 6motionnel avec l'6tre ne cesse d'en-
richir.

Je dois me borner la. Je ne puis comee je l'aurais aim6, dire
quelques mots de l'originale philosophies de l'absurde que defend
Albert Camus; je ne puis mEme d6velopper certain des themes, com-
me la mort, la liberty, la mauvaise foi, I'autre, qui reviennent fr6-
quemment sous les plumes existentialistes: il me faudrait entrer dans
le detail des doctrines particulieres et je me le suis interdit. J'ai vou-
lu seulement, apres avoir dit ce que, selon moi, l'existentialisme n'6tait
pas (l'existentialisme n'est ni la philosophies de Sartre, ni la philoso-
phie tout court; 1'existentialisme n'est ni une tendance 6ternelle dans
la philosophies, ni l'expression d'une reaction date, mais cyclique


- 52-








centre la philosophies des choses ou des idles), j'ai voulu seulement
montrer la naissance de 1'existentialisme chez Kierkegaard, sugge-
rer en quoi consistait le point de vue existentiel et d6gager brieve-
ment la signification de toutes ces philosophies nouvelles, qui sont
des philosophies dans l'histoire, en les opposant aux rationalismes,
qui sont des philosophies dans l'6ternel. En tout cela, j'ai peut-&tre
et6 un peu obscur, mais je m'estimerais tres heureux si, du moins,
j'avais pu vous faire sentir qu'avec l'existentialisme, la passion, de-
sormais, est entree dans la philosophies et que le voeu de Chestov a
ete exauc6: les philosophes d'aujourd'hui pensent dans les categories
dans lesquelles ils vivent.


-53-











LETTRES, SCIENCES ET ARTS EN HAITI (*)


A. Bervin: HAITI A L'EXPOSITION DU LIVRE
AMERICAIN
(Extrait du Bulletin of the Pan American Union.)
II faut etre ne et avoir ete eleven dans Ie ,parler franais, disait
Theodore de Banville, pour s'en servir en artiste, surtout en po"te. J2 '--
saurais affirmer si mes cornpatriotes repondent aux conditions formulees
par l'cminent parnassien, mais je peux rappeler tout de mLme I'opinion
flatteuse de 1'Amiral Grout, ancien directeur de I'Ecole naval Francaise,
qui vanta avec tant de chaleur les sites et paysages d'Haiti et assurait
aux Haitiens 'qu'ils parlaient le pur francais de 1'Ile do France..
Nes juridiquement Haitiens, its sont indiscutablement Francais par
le coeur et par I'esprit. Pendant plus d'un siecle de vie national ils l'ont
prouve dans toutes leurs manifestations intellectuelles, a la tribune des
Chambres, dans les debuts des tribunaux. dans la press et surtout dans
leurs productions litteraires. C'est Joseph L6dier et Paul Hazard qui af-
tirmaient que la literature haitienne etait fille de la literature franchise.
Les ceuvres litteraires haitiennes eurent plus d'une fois les honneurs
de l'Academie Francaise et de la Maison de Moli6re. Ce ful la consecra-
tion solennelle des travaux de 1'esprit haitien qui, a just titre. se recla-
ne des disciplines morales et spirituelles franchises. Et dernie-
rcment encore, a la suite du Concours Interanmricain de 1944, par le
rucces du Canape-Vert des freres Thoby-Marcelin, la literature haitien-
ne recevait les palmes d ttout un continent.
Cette ann6e elle vient prendre rang au sein de la prodigieuse pro-
duction des trois Amiriques exposee dans les salons de 1'Union Panamd-
ricaine.
Vingt-et-une nations participent a 1'Exposition du Livre Am6ricain
organisee par les soins de la Bibliothbque Christophe Colomb. Telle une
immense symphonie qui partirait d'un bout a l'autre de l'h6misphere
pour cClebrer ls gloires ambricaines, cette exposition s'eleve comme un
hommage collectif a la pens6e, A 1'ame et au ceur des elites du Nouveau-
Monde. Elle n'est done pas un concourse, encore moins une rivalite. C'est
un hymne de foi et de paix entonn6 dans la Maison de la Paix, en faveur

(*) Les auteurs sont pri6s d'adresser directement a I'Institut
Franqais, les ouvrages don't ils desirent faire rendre compete dans cet-
te rubrique.


-54-








des Arts, des Sciences et des Lettres, tels qu'ils se manifestent avec leur
originality propre, chez les different peuples d'un continent qui aspire
lui-meme a la paix et a la concorde. Cette Exposition est un chant d'alle-
gresse en l'honneur des travailleurs de I'esprit.
Chaque pays, en toute simplicity, expose les ouvrages parus dans le
cycle des derniers douze mois. On n'y observe aucune preference, aucu-
ne presence.
Neanmoins, si quelqu'un s'avisait d'etablir quand m6me une ordon-
nance ou une priority quelconque le premier rang reviendrait assuri-
ment, apres les Etats-Unis, a la Republique de 1'Argentine. Ses editions
soignees rev\lent bien le degree de progres de ce pays : gravure, typogra-
phie et reliure, trois tapes apparentes des travaux d'impression qui, au
fond, en comportent plus d'une centaine, sont trois aspects de goflt et
de raffinement qui forment le success des maisons d'editions, la fierte des
ecrivains et le plaisir du public. L'industrie du Livre argentin fait hon-
neur a l'orgueil proverbial des Argentins.
Mais, si le degree de civilisation des peuples d'Amerique devait s'eta-
blir par un bareme d'appreciation quelconque et qu'on voulut s'arreter
aux oeuvres d'editions, il est certain que la quality des livres pr6sent6s
attesterait de la solidity et de i'ampleur de leur pensee et les placerait
a des positions enviables dans la classification des Etats. Car, les beaux
lives du Mexique et du Costa-Rica, n'eclipsent pas ceux de Cuba, du
Br6sil et des autres pays autour de la ,table rondeo de 1'exposition con-
tinentale.
Toutefois, il est bon de se rappeler que ce n'est pas un concourse qui
est ouvert au Palais des Nations Am6ricaines et qu'il est inutile d'insister
lia-dessus. Soucieuse de respecter les susceptibilities nationals la Maison
evite soigneusement l'ordre des forces et du nombre pour planer au-
dessus de contingencies et rayonner dans touted la beauty de son interpl'-
tation symbolique.
Haiti elle m6me se signal par son apport cultural.
Une mason d'editions. Henri Deschamps, y a cooper. Des auteurs
contemporains viennent prendre rang a c6te de leurs devanciers et col-
legues anglo-latino-americains.
L'Histoire haitienne, avc les noms fulgurants de Toussaint-Louver-
ture et de Jean-Jacques Dessalines, honors depuis longtemps dans le
marbre de la galerie des homes c6elbres d'Amerique, s'etale aux pre-
mieres tables de l'Exposition. M. Timoleon Brutus la present avec beau-
coup de ferveur patriotique aux generations 6tonnees, avec L'Homme
d'Airain et la Rancon du Genie. Jacques Roumain, gloire trop t6t eteinte
d'une generation d'hommes de lettres et de sciences, a trouve immediate-
ment sa place avec son immortel Gouverneurs de la Rosee. M. Kleber


-55-








G. Jacob y participe avec sa substantielle etude ethnologique sur L'IInlt-
me Haitien, Madame Madeleine G. Sylvain-Bouchereau present une
excellent etude sur Les Origines Historiques de la Femme Haitienne,
son statut 6conomique, social et politique.
Les Editions Henri Deschamps exposent une belle collection d'o.i-
vrages de textes en usage dans les ecoles haitiennes, la Charte des Na-
tions Unies, du Gendral Nemours, Les Nostalgies de San Francisco, de
GOrard de Catalogne, un recueil de contest populaires reunis sous le titre
Le Jacot de Madame Ciceron, de Gaston Theard et une piece de theatre,
Barriere, de Roger Dorsinville.
La Society d'Editions et de Librairie de Port-au-Prince a produit La
Vie Incroyable d'Alcius, du Dr Rodolphe Charmant, histoire r6ellement
,incroyable d'un personnage fantastique. n6 sur la terre brfllante et
explosive d'une ville meridionale d'Haiti, 6voluant au milieu d'un grou-
pe de conspirateurs. Un livre si etourdissant d'aventures et d'evenements,
de perils et de p6ripeties, A la maniere d'Arsene Lupin, sur terre, sur mer,
en France, en Haiti, en prison, a la Chambre des deput6s,, qu'a la fin de
sa lecture le lecteur demeure sid6er et se demand, en definitive, si le
pauvre Alcius, coutumier des ventures extraordinaires n'a pas di avoir
des d6mle6s quelconques jusque dans le ciel... avec les anges et les
seraphins.
La Collection ,,La Vie Violente" present de son c6te en edition -ori-
ginale" A 1'Imprimerie de I'Etat : Gerbe de Sang, d'un poete qui connut
a vingt ans les miseres de la prison, pour avoir d6fendu avec toute son
ardeur juvenile trois belles choses: ses idees, ses amis et la d6mocratie.
Trois choses immortelles sur lesquelles, semble-t-il, 1'6mouvant poete pa-
rait etre devenu profond6ment desabus6e si l'on comprend bien le ton
desenchante des poimes qu'il offre a la meditation de la society contem-
poraine. En effet. M. Rene Depestre confesse a ses lecteurs, A la pre-
miere page de son ouvrage, qu'il ne croit pas en la morale, ni en la jus-
tice, ni en l'enfer; qu'il ne croit pas davantage dans les fleurs, ni dans la
raison. ,Pourri le monde, dit-il, pourrie la vie, pourrie toute chose.-
Cependant, il semble que ce grand po)te don't le souffle est admira-
ble cela" reprdsente en quelque sorte une experience.ratee et qu'il y aurait
lieu de tenter a nouveau... puisqu'il nous propose de ,recommencer, le
monde avec nos seules resources. Naturellement il ne dit pas lesquelles,
acceptons-en 1'augure puisque c'est un disciple de Musset qui connut la
douleur, qui nous en convie.
Comme on le voit, les poetes d'aujourd'hui come ceux d'hier sont
les magiciens du verbe Ils batissent les cit6s futures ou detruisent les
cites modernes avec la puissance el la beauty des expressions, ils blas-


-56-








phement ou louent les dieux et la soci6te. m6prisent ou embellissent les
institutions a leur gre, selon les 6poques, leur temperament ou leurs ten-
dances particulieres: ils voient tout en rose ou tout en noir. selon l'angle
sous lequel ils sont places dans l'immense et 6ternel debat human. Mais,
qu'importent leurs inclinations. confondons-les tous dans le language des
dieux, qu'ils chantent les joies et les detresses des homes.
Fort heureusement que tous les poetes haftiens ne s'abreuvent pas
a la m6me coupe des 'amertumes desesperantes de M. Depestre et que
le sourire nous revient en ecoutant "La Melodie Chantante des Vagues
de M. Ernest Bennett, la confidence delicate des Heures Intimes de M.
Pierre Carri6 et de jouir enfin, avec la Colibri Haitienne, de la delicieu-
se et magnifique Legende des Fleurs... L6gende de tous les temps,
de tous les pays' Legende eternelle! Apres les lyriques voila
les ecrivains a these. M. Morisseau-Leroy present a la discussion Recolte;
M. Charles F. Pressoir: Les Debats sur le Creole et le Folklore; M. Henri
Ch. Rosemond: un melodrame en anglais Haiti our Neighbor; M. Colbert
Bonhomme: Les Origines et LeCons d'une Revolution profonde et pacifi-
que; et M. Arsene Pompee: Haiti devant les Problhmes Interamericains.
Au demeurant, Haiti a 1'Exposition du Livre Americain reste dans
la ligne de ses traditions culturelles. Au d6but du dix-neuvieme siecle,
aux accents vibrant de La Marseillaise, cet hymne de gloire et de cultu-
re, elle prit sa liberty. En 1804. en effet. elle revoquait violemment la
politique colonial de la France, mais s'attachait a sa culture. En un cy-
cle de 100 ans, c'est-a-dire ,en 1904, des immortels en habit vert tenaient
1eegamment sur les fonts baptismaux de 1'Academie Francaise deux filles
jumelles de la literature haitienne: Les (Euvres en Prose et en Vers
de 101 ecrivains de 1'Ile Enchanteresse pour les presenter a l'admiration
du monde. Ces jumelles ont grand depuis, elles se sont epanouies au
soleil des tropiques, en grace et en beauty; eiles se sont multiplies a
l'enchantement general, A telle enseigne que le S6nateur Henri Be-
ranger pouvait s'6crier au tri-centenaire des Antilles francaises devant
la plus haute intellectuality franchise r6unie a Port-au-Prince pour la
circonstance: ,Haiti! c'est le phare avanc6 de la latinit6 en Am6rique!,
Mais, Haiti n'a pas entendu evoluer seule ni dans les champs de la
liberty ni dans ceux de la culture. L'Histoire est 1l pour en attester.
En 1816, elle aida genereusement Simon Bolivar a conquerir l'inde-
pendance de 1'Amerique du Sud, en lui fournissant non seulement des
armes et des munitions, mais aussi une press d'imprimerie, qui se trou-
ve actuellement au Mus6e National de Caracas, pour assurer la double
victoire du Libertador, par les armes et par la culture, et clever ainsi
les peuples lib6res a la dignity humaine, par la diffusion de la lumiere
et de la verite.


-- 57-










La participation haltienne a 1'Exposition prove la vitality de ce
petit people des Antilles, qui ne demeure indifferent a aucun mou-
vement devolution et de civilisation touchant les Nations de 1'H6mis-
phere Occidental: mais Haiti entend surtout garder sa personnalit6 pro-
pre au milieu des deux grands courants culturels d'Amerique, harmoni-
sant et confondant au besoin ses ideaux avec ceux du continent, selon
le voeur meme du Panam6ricanisme. (*)

(*) L'auteur a modestement omis de mentionner dans cet article son
propre livre: Louis-Edouard Pouget, qui a figure l'Exposition et qui
done aussi du lustre a la production litteraire d'Haiti.- L'EDITEUR.


DEUX HAITIENS A L'EXPOSITION DU LIVRE AMERICAIN

A gauche: M. Raymond Lavelanet. Envoye special d'Haiti a
1'Assembl6e Interamdricaine de Bibliothecaires de Washington;
a droite: M. Antoine Bervin, charge de la Section Francaise de
]'Union Panamericaine et auteur de cet essai.


-58 -


r~ s~r~w 'r
%-









LIVRES ET REVUES




Regnor C. Bernard: (Imp. Telhomme,
Port-au-Prince, 1945)

cLe Souvenir demeure du meme poete avait une fraicheur d'adoles-
cence et un rythme de priere aux dieux et a l'amour. Negre> marque
un progress sensible et est certainement une tape de revolution du poete.
II a delaisse le grand vers don't il connait parfaitement la technique. Il
lui- faut d'autres nombres pour contenir son exaltation et ses revendi-
cations:

,un chant timide de tambour essaie encor parfois
d'elever
jusqu'aux etoiles
la nostalgic profonde des Transplant6s d'Afrique,

II vit parfois dans un climate d'apocalypse:

,Je poserai mon poing sur la table
et vous rentrerez dans le silence comme des ombres...

I1 y a des socles qui crouleront
Quand je chanterai ma chanson souveraine

Je suis encore le volcan qui saluera
d'une musique dangereuse et belle
la fin du lourd cauchemar,
l'appel de la relieve.

Il appelle la fin des exploitations seculaires et atteint a une force
d'expression et a un lyrisme qui laissent percer en lui un grand poete.
J. F. B.

Antoine Poitevien:
(Imp. du College Vertieres, Port-de-Paix, Haiti, 1946)
C'est un mince recueil de cinq poemes 6piques qui c6lebrent la ges-
te haitienne.
J. F. B.


-59-








Marcel Dauphin:
(Imp. Telhomme, Port-au-Prince, 1940)
L'auteur a de la sensibility, mais manque de technique. II pourrait
eviter beaucoup de banalites s'il dominant son vers. C'est un livre de
jeunesse parseme de r6elles beaut6s.
J. F. B.

M. A. Lubin: (
(Imp. du Commerce, Port-au-Prince)
M. Lubin a consacre une interessante etude a 1'Enseignement Hal-
tien. Avec une impartiale lucidity il en denonce les faiblesses et les in-
suffisances. C'est dans des conditions historiques et economiques defa-
vorables que l'auteur trouve avec raison selon moi la cause de
ces imperfections. Nous ne saurions reprocher A M. Lubin d'avoir, com-
me il le signal lui-m6me, faith une ceuvre ,purement negative Mais
il nous est permis de souhaiter qu'il donne ses soins a une autre etude
plus positive qui suggrrerait des remrdes, esquisserait des methodes.
A. M.

Dr Catts Pressoir:
(Imp. du Ccll6ge Verti6res, Port-au-Prince, 1943 131 pages,
1 carte, illustrations, 1 annexe bibliographique.)

Nos lecteurs trouveront sans doute qu'il est un peu tard pour rendre
compete d'un livre paru a la fin de l'annee 1943. Notre revue, pourtant
a moins de-deux annres d'existence et, voulant faire mention des prin-
cipaux ouvrages haitiens publiCs depuis la guerre, elle ne peut passer sous
silence le remarquable ouvrage du Dr Catts Pressoir.
I1 s'agit en effet de la premiere tentative faite en Haiti pour 6crire
un manuel de g6ologie a 1'usage du public cultive comme a l'usage des
etudiants des enseignements secondaire et superieur. L'auteur etudie
successivement les diverse branches de la g6ologie general, s'efforcant
toujours de choisir ses examples en Haiti et de donner A son expos
une allure didactique qui correspond au but poursuivi. Des illustration
et une esquisse geologique de 'ile, facilitent la lecture de l'ouvrage. C'est
une bibliographie considerable que le Dr Catts Pressoir a dfi dApouiller
syst6matiquement et avec esprit critique, pour reussir a presenter une
aussi remarquable synthese des principals donnees gdologiques recen-
tes! Le cAte pratique n'est jamais neglige et la determination usuelle des
roches et fossiles a retenu attention de 1'auteur. Peut-6tre eut-il 6t6
preferable, dans un livre destiny a 1'enseignement, d'utiliser la m6thode
deductive de preference a la methode inductive: le contenu du premier


-60 -









chapitre aurait pu ainsi constituer le theme du dernier? Mais cette cri-
tique est secondaire et l'ouvrage, d'une r6elle valeur scientifique, me
parait devoir jouer un r6le non negligeable. II est souvent fait allusion
a l'exploitation des resources du sous-sol haitien, au captage de nou-
velles sources, aux grands travaux etc... Les recherches et l'exploitation
methodiques en ce domaine exigent la collaboration de g6ologues, d'in-
genieurs geologues et ceux-ci doivent connaitre parfaitement leur mi-
tier. Or la geologie n'a pas dans 1'enseignement haitien la place qu'elle
merite; les programmes de l'enseignement secondaire en particulier ne
comportent pas cette discipline. Le manque de manuels seul pouvait
justifier une semblable lacune qui est comblee par 1'ouvrage du Dr Pres-
soir. Les jeunes Haitiens peuvent aujourd'hui beneficier dans les ly-
cees et colleges des principles connaissances de geologie general; ain-
si pourront s'eveiller des vocations... C'est sans aucun doute un des ob-
jectifs que l'auteur s'est fixes en redigeant un manuel, desormais clas-
sique, pour l'enseignement de la geologie d'Haiti.
J. B.

Bulletin de la Commune de Port-au-Prince
(Imp. de l'Etat Port-au-Prince)

Conjonction a recu le Bulletin de la Commune de Port-au-Prince.
Outre des statistiques et des tableaux de budgets, documents utiles mais
d'une lecture aride, ctte brochure continent des etudes vivantes et d'a-
gr6ables illustrations. L'ensemble donne un fiddle apercu de la vie mu-
nicipale de la Capitale. *Conjonction' remercie vivement de cet envoi,
M. le Magistrat Communal de Port-au-Prince et ses collaborateurs.

Revue de la Societe Haitienne d'Histoire
et de Geographie

Dans le numero 65 de la Revue de la Societe Haitienne d'Histoire
et de Geographie, un article que M. Jacques Butterlin, professeur a
l'Institut Francais d'Haiti, a intitule: -A propos de la g ologie d'Haiti,
resume en quelques pages 1'historique des recherches g6ologiques en
Haiti, donne une 6tude de la region de Port-au-Prince (accompagn6e
d'une carte au 1/45.000), de la region du Cap-Haitien et propose une
bibliographies sommaire ds ouvrages contenant des indications sur la
geologie de la Ripublique d'Haiti.
Dans le m&me num6ro, on lit la traduction du premier chapitre d'un
remarquable ouvrage du Dr Rayford W. Logan, professeur A l'univer-
sit6 Howard: "Les relations diplomatiques des Etats-Unis avec Haiti


-61-









(1776-1891).. L'auteur y analyse les activities diplomatiques des fututs
Etats-Unis, de l'Angleterre et de la France dans les Antilles avant 1791
et se livre a une 6tude critique des nombreux documents publics sur ce
sujet.
Nous felicitons les membres de la Soci6te Haitienne d'Histoire et de
Geographie pour la remarquable tenue de leur revue, qui fournit, de
maniere objective, aux chercheurs Haitiens et strangers, des documents
originaux sur la R6publique d'Haiti.


Requs:
Bulletin du Bureau d'Ethnologie. Aya Bombd. Th6mis.


- 52 -







Werner A. Jaegerhuber, professeur de musique:

CONTRIBUTION A LA MUSIQUE VODOUESQUE



CIBAO c'est une chanson qui illustre l'une des plus belles legen-
des vodouesques inspire par la chaine de montagnes du mime nom,
qui forme 1'armature cntrale de I'ile. Sur ses crimes, au sommet le plus
eleve, est place la demeure merveilleuse de Loleo ou Erzulie deesse
de fecondite femme de Legbas.
Cibao c'est la chanson du pelerin don't les ,tentations de jeu-
nesse ont avorte et don't les amours en cendres au vent se sont
6parpill6es consume par l'ideal et obs6d, tel Tannhauser a l'appel
du Venusberg. C'est une march ascensionnelle 6perdue, de I'homme


I t'-


I I i "


~t~T~-r0


kmiPa~eeL IIQ 4'- 0a-!AA 1M4~ 'V?~, I'-o
I r I r~


<^ ] I" t /^ ^^ .'- ^ i '- !- .- ,c ^

'k k t N -P F

t --- f'^E.~~~ ~ ~ ~ M,- V__________ 1 f ^


-63-


\x 44 A& 0^ PX
L otf


1


I


117 C k 1 1









qui veut se perdre sans idee de retour et qui veut jouir des charges de
la d6esse, regal du divin Legbas, fait de la plus pure beauty et puis
mourir avec la joie du h6ros de Rostand dans la "Princesse Lointaine.
C'est la poursuite du sanctuaire inaccessible aux profanes, brilliant com-
me un miroir des anges oh tout se metamorphose en id6alites; aussi, m-
roir ardent ou l'on s'enflamme et oh l'on se consume.
C'est un chant d'invocation vodouesque solennel, pompeux et res-
plendissant de joie interieure; le motif d'Erzulie avec ses notes de 1'ac-
cord parfait (voir le Voudou Haitien. Dr Ls. Maximilien); le triple ap-
pel comme dans un sanctus, qui announce l'approche des lieux mystsrieux
et sacr6s ou la sainte cohabitation pour le profane est mortelle -
(Oua-mouri oui). Cette musique primitive est d'une splendeur 6tonnante
par la hauteur de expression et par la richesse des sentiments profonds.
Sa structure rappelle la grandeur d'un Handel. Et son rythme large est
celui du cortege royal qui s'avance vers le sanctuaire. Alors le chanteur
prolonge la note sur la derniere lettre du mot -Cibao qui se repercute
d'une facon mystique dans les hautes vallees et les gorges profondes.








Au Centre d'Art: LA GRAVURE ITALIENNE

D'AUJOURD'HUI




Ayant une longue tradition, un passe qui compete certain des plus
grands noms de l'art, Rembrandt et Durer notamment, la gravure con-
nait en nos jours des heures de renouveau. Elle est liee aux arts du
livre. Mere de l'imprimerie avec les incunables, elle a survecu a l'inven-
tion des caracteres mobiles par Gutenberg en restant un moyen d'illus-
tration.
L'histoire de la gravure est inseparable de celle de la gravure ita-
lienne. En 1452 le Florentin Maso Finiguera crea la gravure en creux,
dite gravure a l'epargne par opposition A la gravure en relief. Les mai-
tres de 1'6poque, Mantegna, Baldini, Pollaieulo, adopterent le nouveau
proced6, firent valoir ses resources. Les travaux de Matteo Pasti sont
rests cel&bres dans les annales de l'edition; il fut I'illustrateur d'un
ouvrage consider come le premier livre parfaitement illustre et 'un
des meilleurs par son ornamentation du genre italien; genre que les
travaux de Colonna, de Raimondi situhrent A son apogee lors du Quan-
trocento.
Une Tradition ayant d'aussi brillantes attaches se devait d'avoir en
nos jours bien des continuateurs. Une remarquable selection des tra-
vaux de certain d'entre eux vient pour la premiere fois visitor notre
capital. C'est vingt-cinq gravures, oeuvre de cent dix artistes formant
ce temoignage de la gravure italienne d'aujourd'hui.
Une telle abundance dans le nombre des exposants offre quelques
inconvenients. Juger des qualities d'un graveur sur une seule de ses
oeuvres est chose delicate; elle 1'est davantage si cette oeuvre a de nom-
breux voisins don't le temperament, le style, le format s'opposent par-
fois d'une mani&re trop frequente. Un choix de travaux moins restreints
individuellement eut ete preferable.
Groupant des xilographies, des eaux fortes, quelques lithographies,
1'exposition present dans son ensemble un caractere qui reflete l'em-
preinte du passe. Cette empreinte se fait sentir dans les sujets, leur mode
d'interpr6tation. Le charme s6culaire des cites italiennes, la noblesse
des architectures, la grandeur des sujets religieux, semblent Mtre
le plus souvent la source d'inspiration des intdress6s. Sereine, pitto-
resque, tranquille, parfois dramatique, leur vision dvoque avec mesu-
re, gofit, conscience le visage d'aujourd'hui des belles choses d'autrefois.
L'Aprete de nos temps, ses effects sur les Etres et les Choses sollicite rare-


-65-









ment le talent des graveurs italiens; la r6alite qu'ils interpretent est ge-
nerdlement aimable, attrayante.
Ls graveurs italiens ont une tres belle technique. Ils usent avec
maestria des divers resources de leur art. Leur facture delicate, minu-
tieuse dans les eaux fortes se fait vigoureuse, plus ample, plus contras-
tee en ses effects pour les xilographies. Un dessin pr6cis, un m6tier qui
fuit les negligences, un style sans bavure, sont les qualit6s accuses par
la plupart des exposants. Ces qualit6s auront pour les artistes haitiens
s'adonnant A la gravure la valeur d'un enseignement En son genre 1'Ex-
position est l'une des meilleures qui nous ait visits.
L. PRICE.









III

CHRONIQUE




A LA LEGATION

LE 14 JUILLET -

Le lundi 14 Juillet, a occasion de la Fete Nationale franqaise, S. E.
M. Maurice Chayet. Ministre de France, et Madame Chayet ont donn6,
en leur residence du Manoir des Lauriers, une reception a laquelle etaient
convi6s les Francais et les amis de notre pays.
De hauts fonctionnaires haitiens, les Membres du Corps Diplomati-
que et consulaire, des repr6sentants de l'Arnee d'Haiti, du Clerge, de
1'Universit6 et de la Presse, 1'elite intellectuelle et mondaine de Port-
au-Prince honoraient cette reunion de leur presence, manifestant ainsi,
en ce glorieux anniversaire, leur sympathie pour la France et 1'ideal de
liberty qui l'anime.
Au course de cette fete particulierement reussie, s'est deroulee une
simple et 6mouvante ceremonies. Au nom du Gouvernement francais, le
Ministre de France a decor de la croix de Chevalier de la L6gion d'Hon-
neur, pour services rendus a la Cause de la France Combattante, MM.
Picoulet et Fatton. M. Fatton a recu egalement la Medaille de la Resis-
tance. A cette occasion, S. E. M. Maurice Chayet prononca 1'allocution
que voici :

Mes chers compatriotes,

Je suis heureux que la celebration de notre f6te national, qui nous
reunit ici en ce jour, m'offre l'occasion de remettre en votre presence a
deux d'entre nous les insignes de distinctions honorifiques que le Gou-
vernement de la Republique leur a recemment conferees. II s'agit de
MMI. Ferdinand Fatton et Charles Picoulet, respectivement ancien
President et Vice-President du Comite de la France Libre de Port-au-
Prince.
Ces deux citoyens francais vont recevoir dans quelques instants, de
mes mains, la Croix de Chevalier de la L6gion d'honneur, qui leur a ete
attribute par le Gouvernement de la Republique sur ma proposition ex-
presse.
A cette haute recompense pour les services qu'ils ont rendus tous


-67-









deux a la France pendant les annees d'6preuve de la derniere guerre
s'ajoute, en ce qui concern M. Fatton, la M6daille de la R6sistance
qu'il m'est particuli&rement agr6able, en ma quality d'ancien membre des
Forces francaises combattantes, de lui remettre le jour meme ou nous
cel6brons notre f&te national qui est elle aussi, ne 1'oublions pas, une
fete de la Liberation.
Le Gouvernement de la R&publique, en conferant aux anciens Pr6-
sident et Vice-President du Comit6 de la France Libre la Croix de Che-
valier de la Legion d'honneur a voulu, par un geste symbolique, hono-
rer dans la personnel des deux chefs de cette organisation patriotique,
tous les Frangais qui dans le temps meme oi il paraissait le plus compro-
mis, ont refuse de douter du destin glorieux de leur Patrie.
Nos epreuves n'ont malheureusement pas pris fin avec la guerre et
il nous reste beaucoup d'efforts a faire pour remettre de l'ordre dans no-
tre maison. Cette tache peut paraitre moins grandiose que celle qui avait
pour objet de chasser l'envahisseur de notre territoire, mais elle n'est pas
moins necessaire.
Le courage qui permet de mourir pour son pays est certes grand et
admirable; il est, de plus, indispensable en temps de guerre, mais l'obscur
devouement, plus modest en apparence, qui consiste a travailler tous les
jours en silence pour la grandeur et la prosperity de son pays n'est ni
moins utile, ni moins m6ritoire que la valeur d6pens6e dans les combats.
La France a besoin maintenant d'hommes ponders, senses et labo-
rieux. Elle a surtout besoin, plus que jamais, de l'union de tous ses en-
fants. Ii se peut fort bien que ceux-ci, pour 6viter des malheurs encore
plus grands que ceux qui les ont frappes il y a sept ans, aient a se mettre
d'accord un jour prochain, sur un programme don't la r6alisation et le suc-
ces depende de la bonne volont6 de tous. I1 serait vain, en effet, d'esperer
ce success si chacun de nous n'6tait pret a apporter sa contribution a 1'oeu-
vre commune, quels que soient les sacrifices que cette contribution puisse
entrainer.
N'oublions pas que ce jour-la comme tant d'autres jours fatidiques
de notre histoire, c'est sous les plis du drapeau tricolore qui nous reunit
aujourd'hui, que nous nous retrouverons tous, coude a coude, une fois de
plus.

REORGANISATION DE L'ALLIANCE FRANqAISE
DE PORT-AU-PRINCE -

Le 14 Juillet 1947, s'est tenue 1'Assembl6e G6ndrale de l'Alliance
Francaise de Port-au-Prince. M. 1'Ambassadeur Dant&s Bellegarde, dele-
gu6 general, ouvrit la stance. S. E. M. Maurice Chayet, Ministre de


-68-









France et President d'Honneur de 1'Association, transmit A 1'Assembl6e
les voeux que le Gouvernement Francais avait tenu A adresser A la sec-
tion reorganisee de 1'Alliance Francaise de Port-au-Prince. M. Dantes
Bellegarde donna ensuite lecture d'une lettre oui M. Marc Blancpain, se-
cr6taire g6n6ral de 1'Alliance Franaise de Paris, approve les status de
la section locale et t6moigne sa vive satisfaction de la voir r6organis6e.
Apres l'adoption definitive des nouveaux status, 1'Assembl6e proc6da a
1'1ection du nouveau Conseil d'Administration, ainsi compose:

Me. Dominique Hippolyte, president.
M. Henri Lousteau, vice-president.
M. Adrien Martin, secretaire general.
M. Ferdinand Fatton, tresorier.
Mesdames Marc Malval, Paul Rey;
Messieurs Dant&s Bellegarde, Rodolphe Charmant, Pierre Eth6art,
R. P. Foisset, Luc Grimard, Christian Laporte, Pasteur Ruben Marc,
T. C. F. Romuald, Juvigny Vaugues, Membres.

PASSAGE DU COMMANDANT ROUVELLOU

Le commandant Rouvellou, Attach6 militaire, naval et de 1'air aupres
de la L6gation de France, a sejourn6 a Port-au-Prince, dans le courant
du mois d'Aouft.

DEPART DE M. CALABRESE -

Le 24 Aofit, Monsieur Joseph Calabrese qui exercait les functions de
Consul de France en Haiti a quitter Port-au-Prince, a destination de Los-
Angel&s, accompagne de Madame Calabrese et de ses enfants. Monsieur
Calabr&se qui avait gagne la sympathie de tous les Franqais d'Haiti est
parti rejoindre son nouveau poste au milieu des regrets de ses nombreux
amis.

ARRIVE DE M. DAUMAS -

Le 7 Septembre, A 10 heures 30, est arrive A Port-au-Prince, M. Ray-
mond Daumas accompagne de Madame Daumas et de ses enfants.
Membre du Comite Central des Forces Francaises Libres en Turquie,
M. Daumas est entr6 au service du Minist&re des Affaires Etrangeres le
ler Septembre 1944. Vice-Consul Percepteur a la Nouvelle-Orleans, il
remplira les functions de son grade et celles de secr6taire archiviste aupres
de la L6gation de France en Haiti.


-69-









A L'INSTITUT

LES EXAMENS A L'INSTITUT

Ont 6te regus au Certificat d'Etudes Sup6rieures de langues et litte-
ratures francaise et latine A la session de Juillet 1947:
M. J. Thomas,
Mile A. Chatelain,
Mile L. Carrie (Francais seulement)
Ont 6et recus au Certificat d'Etudes Sup6rieures d'Histoire et de G6o-
graphie, pour la lere annie:
Mile A. Chatelain,
pour la second annee
M. M. Chandler,
M. R. Dorsaint.
L'Institut Francais adresse toutes ses felicitations aux laur6ats,

SUCCESS DES BOURSIERS A PARIS

L'Institut Francais n'a encore reCu de nouvelles que de trois des bour-
siers de 1'annee scolaire 1946-1947: Messieurs Romain, Gaillard et Pradel
Pompilius.
Tous trois ont te6 brillamment recus A leurs examens. M. Jean-
Baptiste Romain, au certificate d'etudes sup4rieures d'ethnologie, M. Ro-
ger Gaillard, aux certificates d'4tudes superieures de litterature franchise et
de psychologie, M. Pompilius A la licence d'enseignement.
L'Institut Francais leur adresse toutes ses felicitations.

LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRAN(QAIS
POUR L'ANNEE SCOLAIRE 1947-1948 -

Voici la liste des candidates heureux a qui la Direction Generale des
Relations Culturelles a decide d'accorder une bourse d'6tudes pour l'annee
scolaire 1947-1948:
M. Roger Gaillard bourse cd perfectionnement renouvel6e
pour un an.
Mlle Liliane Carri6 bourse de formation de deux ans A la Fa-
culte des Lettres de Paris, en vue de la preparation de la licence es-
lettres.
M. Massillon Coicou bourse de formation de deux ans A la
Faculty de Droit de Paris, en vue de la preparation du doctorate en droit.
M. Jean P6reira bourse de perfectionnement d'un an A la Fa-


-70-









cult6 des Sciences d'Aix, Marseille ou de Montepllier en vile de la pre-
paration du certificate de chimie general.
M. Abel Westerband bourse de perfectionnement d'un an
i 1'Ecole des Ponts et Chaussees en quality d'auditeur libre.
M. Victor Pierre-Louis bourse de perfectionnement d'un an
a la Faculte des Sciences de Paris pour la preparation du certificate de
math6matiques generales.
Dr Vergniaud Pean bourse de perfectionnement d'un an a la
Faculty de medecine d'Aix. Marseille, ou de Montpellier en vue d'6tudes
specialisees d'histo-pathologie.
L'Institut Francais felicite ces boursiers et leur souhaite, apres un
heureux voyage, une annee de travail fructueux.

CREATION D'UNE ECOLE NORMAL SUPERIEURE -

Le Moniteur du ler Septembre 1947 a public la loi qui cree une Ecole
Normale Superieure destinee a former les cadres des Enseignements pu-
bliques secondaire et superieur en Haiti. Voici quelques precisions sur
I'organisation de cette Ecole.
Trois annees d'etudes ont ete prevues:
une annee pr6paratoire,
deux annees consacrees a la preparation du Certificat d'Etudes Sup6-
rieures de Lettres et de Sciences et du Certificat d'aptitude a 1'Enseigne-
ment Secondaire dans une des sections suivantes: Lettres, Sciences Socia-
les, Philosophie, Langues vivantes. Math6matiques et Physique, Chimie
et Sciences Naturelles.
Les eleves sont internes (boursiers de l'Etat) ou externes.
L'Institut Francais doit fournir en tout ou en parties le personnel en-
seignant de cette Grande Ecole qui ouvrira ses portes des le mois d'Oc-
tobre 1947. Le concours des bourses pour 1'annee pr6paratoire aura lieu
a partir du 7 Octobre prochain.
Desormais, la formation et le recrutement des professeurs haitiens,
s'etabliront sur une base legale. C'est 1A un 6venement d'une importance
extreme, aboutissement d'une longue series d'efforts accomplish des avant
cette guerre par des personnalit6s haitiennes et francaises, parmi les-
quelles il faut citer, dans l'ordre chronologique, Son Excellence M. Dumar-
sais Estim6. en quality de Secretaire d'Etat a l'Education Nationale puis
de Chef de 1'Etat, M. A. Denjoy, professeur a la Sorbonne, membre de
1'Academie des Sciences, M. le Professeur Paul Montel, ancien doyen de
la Faculty des Sciences de Paris, membre de l'Academie des Sciences, Me.
Abel L6ger, Ministre Plenipotentiaire d'Haiti A Paris de 1938 a 1941, M. le
Doyen L. Hibbert, Son Excellence M. Raymond Doret, le Dr M. Armand,


- 71 -









Son Excellence M. Maurice Chayet, le Docteur Mabille, M. Simon B. Lan-
do, Son Excellence M. Emile Saint-Lot, qui a eu l'honneur et le merite de
concevoir et de presenter la loi portant creation de 1'Ecole Normale Su-
p6rieur, et les Chambres L&gislatives haltiennes enfin, qui ont bien voulu
voter la loi presentee.

LES ENSEIGNEMENTS DES PROFESSEURS
DE L'INSTITUT FRANQAIS POUR
L'ANNEE SCOLAIRE 1947-1948 -

En attendant de pouvoir publier un horaire definitif, Conjonction
donne A ses lecteurs un aperqu des course quie front les Professeurs
de 1'Institut Francais, durant 1'annee scolaire 1947-48.

M. Martin .,
Francais
La doctrine classique : La Bruyere. Boileau, Fe-
nelon.
La sensibility dans la litterature francaise au
18e. siecle: Marivaux, Nivelle de la Chaussee, ab-
be Provost, Diderot, Rousseau, Bernardin de St-
Pierre.
Montaigne (Les Essais)
Vigny (Les Destin6es)
-Grammaire historique du francais.
Latin
Tite-Live (Histoires)
Virgile (Georgiques)
Tacite (Annales)
Horace (Epitre aux Pisons)
M. North
Philosophie
Le probleme de l'homme: conscience, liberty,
-existence,.
Les grandes theories morales dans l'antiquit6
et dans les temps modernes.
La psychologie experimentale et le problem
de l'intelligence.
La psychologie experimental et le probl6me
de la memoire.
Le problem de la perception.


-72-









Ethnologie -
Le probleme de la race.
Homo faber et Homo politics.
Sociologie
L'effort sociologique francais.
Les structures sociales
M. Colle
Histoire
Histoire romaine des origins a la chute de la
Republique.
Les invasions barbares et la chute de l'Empire
remain.
Les debuts de 1'Europe medi6vale.
La formation des grands Etats d'Occident.
L'eveil des nationalities et le movement libe-
ral (1815-1848)
La naissance des democraties et l'6conomie capi-
taliste (1848-1860)
Geographie
Geographie physique et climatologie
Mexique, Amerique Centrale, Antilles
Geographie de la circulation.
M. Brille
Math6matiques
Programme non encore 6tabli.
Physique
Programme non encore 6tabli.
M. Butterlin
Chimie
Chimie organique general.
Les carbures d'hydrog6ne.
Les grandes functions de la chimie organique.
Zoologie
Les grandes divisions du rigne animal.
Esquisse d'embryologie descriptive et d'embryo-
logie causale.
Physiologie
La sexuality.
L'heredite et I'evolution.
Les glandes a secretion interne.


- 73 -









Botanique
Caracteres generaux et classification des Phan6-
rogames, des Angiospermes, des Dicotyledones.
Geologie
Origine et constitution du Globe terrestre.
Elements de cristallographie.
Les Mineraux des Roches.
Les rches 6ruptives.
Pr6histoire
Les methodes g6nerales.
Les methodes particulieres au Quartenaire.
Les industries humaines.
Les hommes prehistoriques.

INSCRIPTIONS ET RZINSCRIPTIONS
AUX FACULTES DE LETTRES ET DE SCIENCES -

Nous rappelons aux 6tudiants qui desirent suivre les course professes
a l'Institut Francais et se presenter aux examens de fin d'annde, qu'ils
doivent s'inscrire pour l'enseignement de leur choix au Secr6tariat de la
Faculty des Sciences (Ecole Polytechnique).
Les laureats de la premiere ann6e du Certificat d'Etudes Superieures
qui desirent se presenter a la second annee doivent s'inscrire 6galement,
ainsi que les futures candidates au concours de 1'Ecole Normale Sup6rieure
qui desirent suivre en quality d'externes les course de l'Annee Prepara-
toire.
Le Secretariat de la Faculte des Sciences sera ouvert pour les ins-
criptions a partir du lundi 13 Octobre.


EXPOSITION DES <(REVUES MEDICALES FRANCAICES>>-

Le 27 et 28 Juin 1947, le Dr Louis Mars a organism une exposition des
diff6rentes -Revues M6dicales que poss&de actuellement 1'Institut Fran-
cais. Inauguree par le Docteur Leon Moise, Administrateur de 1'H6pital
General, assist du Dr Louis Mars, Inspecteur General des H6pitaux et
des Asiles, cette exposition, qui a eu lieu dans une des sales du Service
d'Administration de 1'H6pital G6enral, a ete fort appr6ciee dans le mi-
lieu medical du Service d'Hygiene.
Les visiteurs ont 6te nombreux et les medecins ont 6te tres heureux de
pouvoir feuilleter les diff6rentes revues franchises qu'ils aimaient bien
recevoir avant cette dernibre guerre.


- 74 -









SEJOUR EN FRANCE DU DIRECTEUR
DE L'INSTITUT FRANCAIS -

Monsieur S. B. Lando, Directeur de l'Institut Francais, et Madame
Lando, qui avaient quite Port-au-Prince le 13 Juillet pour passer en
France des vacances bien gagnees, seront de retour dans la Capitale dans
la second quinzaine d'Octobre.
Nous savons que Monsieur Lando a profit de son sejour a Paris
pour traiter de diverse questions interessant les relations culturelles de
la France et d'Haiti. II amene avec lui plusieurs caisses de livres des-
tines a la bibliotheque de 1'Institut Francais, qui viendront enrichir uti-
lement la collection des instruments de travail indispensables aux etu-
diants de 1'Institut.

HEUREUSE NAISSANCE -

Nous sommes heureux de feliciter Madame Butterlin et Monsieur
Butterlin, professeur de Sciences a 1'Institut Francais d'Haiti, pour la
naissance de leur fils Gerard, n6 a Port-au-Prince, le 26 Septembre 1947.

DEPART DE Mme AICHEN -

Le Samedi 4 Octobre. Mme I. Aichen. la devouee secretaire de Con-
jonction, est parties de Bowen Field, a destination de New-York. De
nombreux amis avaient tenu a l'accompagner a l'a6rodrome. Nous a-
dressons A Mme I. Aiehen, tous nos souhaits de bon voyage, esperant
qu'elle reviendra bientot mettre son divouement et son zele au service
de notre bulletin.
LE PROFESSEUR ROBEQUAIN
A PORT-AU-PRINCE -

Rdpondant a l'invitation de l'Institut Francais d'Haiti, Monsieur
Charles Robequain, Agreg6 de l'Universite, docteur es-lettres, professeur
de Geographie des pays tropicaux a la Sorbonne, a prevu un sejour a
Port-au-Prince du 10 au 25 Octobre. Le Professeur Robequain, qui vient
de la Martinique, ol il a compl6et sa documentation sur la Geographie
des pays tropicaux, prononcera en Haiti plusieurs conferences, tant pour
1'Institut Francais que pour 1'Alliance Francaise de Port-au-Prince et la
Society Haitienne d'Histoire et de Geographie.
Voici le titre de quelques-unes de ces conferences:
A travers I'Indochine
Panorama de la Malaisie
Unite et diversity tropical.


- 75-










La WESSON HOUSEWARE PRODUCTS
Recommande les products suivants:


ODOR KILL desodorisant
puissant
LIQUID WAX pour plan-
cher et meubles


D D T en poudre a 10 o/o
PLASTI SPAR vernis a ba-
se de matilre plastique


Repr6sentant: MAURICE BORNO & Co. Port-au-Prince


PHARMACIE SEJOURNE
Fondee en 1864


ETIENNE SEJOURNE
(1864-1889)


FREMY SEJOURNE
(1889-1937)


RAOUL et MAX SEJOURNE
(1937)

LABORATOIRE D'ANALYSE
Laboratoire de preparation d'arpoules sterilisees Port-au-Prince


RHUM BARBANCOURT



AppiYcie depuis 1862


Port-au-Prince
T61.: 2756


--


---







A chaque usage convient une quality du

"RHUM TROPICAL"
RHUM *
RHUM *
RHUM ** **
Reserve Tropicale
Proprietaire: RENE AUDAIN
Rue Macajou Gd. Rue.
Port-au-Prince. Tel. 37-47




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs