• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Half Title
 Table of Contents
 Remarques generales sur le dictionaire...
 Observations sur quelques signes...
 Quelques textes egyptiens: Empruntes...
 Quelques mots sur la vie et les...
 Les variations de la doctrine osiriaque...
 Sur quelques inscriptions du temps...
 Section
 The expedition of Pharaoh Shishak...
 Di un' iscrizione inedita del regno...
 On some early alphabetic signs...














Title: Actes du huitieme Congres international des orientalistes, tenu en 1889 a Stockholm et a Christiania ...
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076222/00004
 Material Information
Title: Actes du huitieme Congres international des orientalistes, tenu en 1889 a Stockholm et a Christiania ...
Physical Description: Book
Publisher: E.J. Brill,
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076222
Volume ID: VID00004
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: 15552572 - OCLC

Table of Contents
    Half Title
        Half Title 1
        Half Title 2
    Table of Contents
        Main 1
        Main 2
    Remarques generales sur le dictionaire hieroglyphique
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    Observations sur quelques signes et groupes hieroglyphiques
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
    Quelques textes egyptiens: Empruntes a des monuments, conserves au musee de Stockholm
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
    Quelques mots sur la vie et les ceuvres de l'illustre orientaliste suedois J. D. Akerblad
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    Les variations de la doctrine osiriaque depuis l'age des pyramides jusqu'a l'epoque romaine
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
    Sur quelques inscriptions du temps d'Amenemhait 1 au Ouady Hammamat
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
    Section
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
    The expedition of Pharaoh Shishak against Palestine, and especially against Jerusalem
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
    Di un' iscrizione inedita del regno di Amenofi I
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
    On some early alphabetic signs recently discovered in the Fayum
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
Full Text













III.

SECTION AFRICAINE.















Table des matibres


de la


Quatribme Partie.





III.

Section africaine.
Pages.
Remarques g6n6rales sur le dictionnaire hi6roglyphique ainsi que sur
la maniere don't a 1'Atat actuel de la science il faut le dresser, par
KARL PIEHL . . . . . 1
Observations sur quelques signes et groups hieroglyphiques, par
KARL PIEHL . . . . . .. 25
Quelques textes 6gyptiens empruntes a des monuments, conserves an
MusBe de Stockholm, par KARL PIEHL. . . . . 43
Quelques mots sur la vie et les ceuvres de l'illustre orientaliste
suedois J.- D.- Akerblad, par KARL PIEHL . . . . 57
Les Variations de la doctrine osiriaque depuis l'hge des pyramides
jusqu'a 1'6poque romaine, par FELIX ROBIOU.. . . . 67
Sur quelques inscriptions du temps d'Amenemhhit Ier au Ouady
Hammamat, par G. MASPERO . . . . . ... .147
De l'articulation des mots 6gyptiens, a propos de la question d'un
alphabet conventionnel de transcription, par OLLIVIER BEAUREGARD. 163
The expedition of Pharaoh Shishak against Palestine, and especially
against Jerusalem. By ALEXANDER DEDEKIND. . . . 191
Di un' iscrizione inedita del regno di Amenofi I. Nota di ERNESTO
SCHIAPARELLI . ... . . . . . . 201
On some early Alphabetic Signs recently discovered in the Fayfm.
By AMELIA B. EDWARDS . . .. . . . . 209










IV.

Section de 1'Asie central et de 1'Extrmme Orient.
Pages.
Die Streitfrage der chinesischen Philosophen iiber die menschliche
Natur. Von TETSUSIRb INOUYv. . .. . . 1
The Shui-yang or Watersheep in Chinese accounts from Western
Asia and The Agnus Scythicus or Vegetable lamb of the European
medieval travellers. By GUSTAV SCHLEGEL. .... . . 17
Le Si-ming, Trait6 philosophique de Tchang-tze, avec un double
commentaire, traduit pour la premiere fois, par C. DE HARLEZ 33
The Landtax in China. A description of its origin and development
together with the nature and incidences of the present levy. Col-
lected from the most reliable Chinese sources. By I. M. DAAE. 53
On the Geographical Distribution of the Turki Branch of the Ural-
Altaic Family of Languages. By ROBERT NEEDHAM CUST. . 87
Pidgin-English und sein Verhiltniss zu anderen Mischsprachen. Von
CHARLES G. LELAND . . . . . . . . 97



V.

Section de la Malaisie et de la Polyn&sie.

QueIques communications au sujet du Livre des Merveilles de 1'Inde
(Lx.4l .LAst. .L3;) par P. A. VAN DER LITH. . . 1
The tale of the Tortoise and the Monkey. By H. KERN. .. 15
Un chapitre de la grammaire malaise, par ARISTIDE MARRE . 21
Un mot sur la langue javanaise, par ARISTIDE MARRE . .. 29
Uber die linguistische Stellung der australischen Sprachen. Von
HANS SCHNORR VON CAROLSFELD .. . . .. . . 37




Fautes a corriger.
Section IV.

Page 56, ligne 4: born lisez borne
61, ,, 6: additional ,, additional


















Remarques gen6rales

sur le


dictionnaire hieroglyphique

ainsi que sur la manibre don't a l'6tat actuel de la science
il faut le dresser

par

KARL PIEHL.


VIIIe Congres international des Orientalistes. Section africaine.

















Remarques g6nerales sur le dictionnaire
hieroglyphique ainsi quo sur la maniere don't a I'6tat actual de
la science il faut le dresser.





Messieurs,

Parmi les diff6rentes disciplines de la science 6gyptologique,
celle qui embrasse la lexicographie est l'une des plus appr6ci6es,
A en juger du nombre des publications qui jusqu'ici ont trait
du vocabulaire hi6roglyphique. Depuis 1'6poque de Champol-
lion, don't la mort pr6matur6e l'a empAch6 de donner A son
dictionnaire hi6roglyphique le cachet de precision et de pro-
fondeur qu'on aurait droit d'attendre de la part de l'immortel
fondateur de notre science, jusqu'A present of nous 6crivons
1'an de grace 1889, nous avons vu paraitre un nombre con-
siderable de dictionnaires, consacr6s parties a toute la litt6rature
hieroglyphique et hibratique de l'antiquit6, parties & des docu-
ments et A des morceaux sp6ciaux de cette litt6rature. L'ar-
deur, pour ainsi dire f6brile, de cette production ne doit point
6tonner quiconque salt 1'6norme importance pour l'histoire de
l'lgypte et des Egyptiens d'une vraie intelligence des inscrip-
tions hieroglyphiques, intelligence qui doit 6tre basee sur une
entente exacte des sens originaires et d6riv6s de chaque mot
6gyptien. Car, quelle confusion des id6es historiques, les plus
6l6mentaires, ne result pas quelquefois de la fausse interpre-
tation d'un seul petit mot? Les Goodwin, les Chabas, les
Brugsch, par leurs 6crits, ont du vous enseigner, mieux que
je ne pourrais le faire ici, la v6rit6 profonde de cette assertion.









Karl Piehl.


Si d'abord nous passons en revue les vocabulaires ou plu-
t6t INDEX traitant d'un morceau litt6raire particulier, comme
le Glossaire que CHABAs a annex A son magnifique ouvrage
sur le Papyrus magique Harris, I'Index alphabe'tique de tows les
mots du Livre des morts de M. LIEBLEIN, Ie Dictionnaire du Pa-
S.....' Harris No. 1 etc., etc., on peut dire, sur la foi de la
critique, qu'en g6n1ral ces publications ont Wtd tr6s utiles A
la science et que les erreurs qui occasionellement s'y rencon-
trent, la plupart des fois, sont caract6ristiques A 1'6tat qui
r6gnait en 1'6gyptologie, lors de leur apparition. Qu'on ne croie
pas du rest que la composition d'un dictionnaire ou index,
renfermant les vocables d'un document special, si petit que fit
ce document, soit une tAche commode, et qu'on ne la regarded
point comme l'affaire d'un d6butant, surtout lorsqu'il s'agit de
monuments aussi difficiles a d6chiffrer que le sont bien souvent
les papyrus hi6ratiques. On a vu dernierement un commengant
border 1'6tude du Papyrus Prisse, le livre don't CHABAS (1870)
a dit: ,,La plupart des maximes qu'il renferme demeurent pour
moi peu pres lettres closes 1)". Je ne parlerai pas de la tra-
duction qui la ou elle ne repose pas uniquement sur celle
de M. LAUTH est un amalgame confus des interpretations
qu'ont livr6es M. M. BRauscH, CHABAs, DiMICHEN et LAUTH
de plusieurs parties du Papyrus Prisse. Mais regardez ,,1'Index
des mots contenus dans le Papyrus Prisse" et les renvois qu'y
fait notre commenqant! Vous rencontrerez des mots, comme
^ Q avec la remarque qu'ici ,,nous retrouvons le

qui souvent s'ajoute A 1'article pluriel pour former ou

Sv"S alors que tout le monde sait, que le -- 7 final des
papyrus hi6ratiques de l'6poque a laquelle appartient le Papy-
rus Prisse, souvent est A transcrire par les trois barres per-
pendiculaires Ill; l'expression J s se traduit par ,,Osi-
ris, dieu aux deux crocodiles", l'auteur ignorant la belle d6couverte
de M. NAVILLE [Zeitschrift, 1882, page 190]; est donn6


1) Zeitschrift fuir agyptisc/e Sprache, 1870, page 84.








Remarques generales sur le dictionnaire hi6roglyphique etc.


comme un mot spare, que notrelexicographe corrige en parce

qu'il ne sait pas couper ine phrase [cfr. 0 u Bauesoci,

Wirterbuc/,, V. p. 18]; le vieux mot A l ,,boucher, former"

de l'expression tres commune a 6t6 transcript

f '); 1)le group connu a t transcript
S [Prisse V, 4] par notre commenqant; la forme -
(qui ne se trouve nulle part dans la litt6rature 6gyptienne) est
dite exister au Pap. Prisse, comme un mot; le substantif ,,frre",
en agyptien % notre commengant le cite sous la forme de

[j ',; le trks-frequent f1 bba sellerlle" etc., il le trans-
crit de la manirre suivante: ) [ a A la place de
g!], group qu'en lettres modernes il rend par awt bestialityite");
1'expression 1 E] ,- ,,il n'y a pas de
AIIV\M A 1 1 -.-a O
place pour la mauvaise humeur" a ete couple de faqon a creer
un mot, jusqu'ici inconnu, l -L [ma;ison? place?]; le mot

6 a 6t6 lu desert, malgr6 les preuves definitives qu'a
donn6es BRUGSCH en faveur de la lecture Sesert; la combinaison
de signes I I a 6t6 designee par notre debutant comme ,,pronom
pluriel de la 3e personnel p. e. dans le mobt
S>- t _1 11
et d'autres; expression formee par

le verbe Ot a t renforgant, par le suffixe possessif a
et la marque de relation fournit aotre d6butant un mot
SM A, jusqu'ici ignore dans la science; du pronom


1) Cette transcription est originairement due A M. MASPERO (voir PIERRET, Foca-
bulaire Hidroglyphique, page 436).









6 Karl Pithl.

interrogatif -- la proposition notre d6butant forme

une proposition ,,a, avec, d'aprbs", qui n'existe nulle
part [il ne faut point confondre avec celle-lA la proposition com-
pos6e 0 qui est fort commune]; la phrase tres claire

et tres nette que voici: v \ don't le

sens ,,ses oreilles, recueillis, 6coutent" ne pr6sente pas la moindre
difficult a quiconque salt un peu 1'6gyptien, a port notre d6-
butant A forger un mot nouveau, tres curieux, l j K,

o0 est ,,la terminaison du mot (oreilles ) accompagn6e

du d6terminatif". Le signe qui dans la phrase, ci-dessus
cite, se trouve ,,au milieu du mot" (oreilles toujours), n'a rien
d'embarassant selon notre savant, car il cite d'autres examples
en faveur d'une pareille disposition. Heureusement pour la forme
de 1'6gyptologie qu'embrasse 1'6cole de Champollion, les quel-
ques examples qu'A ce propos cite le sus-dit savant, sont fautifs.
Mais vestigia terrent!
Comme vous le voyez, Messieurs, par les examples qui pr6-
cedent, ,1'Index des mots contenus dans le Papyrus Prisse",
n'est pas de ces ouvrages qu'on puisse regarder comme un
gain a notre science et on n'est pas blamer, en exprimant
de l'6tonnement qu'un pareil travail ait pu paratre dans une
publication aussi important et m6ritoire, que la Bibliotl&que
de l'Ecole des Hautes Etudes. A coup sir, ce n'est pas de la
sorte que l'on fait prosp6rer 1'6gyptologie, et si d'un c6t6 il
faut encourager les d6butants qui s'imposent le travail vraiment
scientifique et les pines qui lui sont inseparables, de l'autre
c6t6 il est absolument n6cessaire d'6carter ceux qui s'ingBrent
dans les travaux de la science, sans en avoir la competence.
Si, d'apres ce que nous venons de faire remarquer, la tache
impose au savant qui veut composer un dictionnaire ou
index traitant d'un morceau litt6raire A part, n'est pas des
plus simples, on m'accordera, que le travail de compulser tout
ce qui est accessible de la litt6rature 6gyptienne est un but
encore plus difficile a atteindre, que le savant qui prendra a








Remarques gdn6rales sur le dictionnaire hi4roglyphique etc.


tache d'op6rer tout de bon cette derniere besogne, doit avoir
une connaissance rare de la litt6rature des anciens Egyptiens,
jointe A une 6nergie in6branlable, a une m6thode solide et s6-
rieuse. Nous avons plusieurs dictionnaires qui visent A la litt6-
rature hi6roglyphique et hi6ratique en son entier, quoique -
vous le savez, Messieurs tous, A l'exception d'un seul, soient
plus ou moins m6diocres. Le Dictionnaire kieroglyp/ique et de-
motique de HEINRICH BRUGSCH est trop connu pour que j'aie be-
soin d'en parler longuement. C'est un ouvrage, empreint d'une
erudition extraordinaire, d'une m6thode sure et ferme, d'une
penetration et d'une finesse de conception sans pair. Qu'il s'y
trouvent quelquefois des inexactitudes de detail, c'est li une
chose incontestable et inevitable, lorsqu'il s'agit d'une science
en progres quotidien; mais l'auteur, par ses renvois conscien-
cieux, donne au lecteur, la plupart du temps, les moyens de
le contr6ler et au besoin de le corriger, tout en enseignant,
par des examples nombreux et choisis, les vraies acceptions des
mots, d'une faqon qu'aucun autre dictionnaire 6gyptien ne fait.
Le dictionnaire de Brugsch est le seul dictionnaire vraiment
scientifique que nous ayons pour 1'6gyptien, et grace aux ex-
plications nettes, precises et en meme temps approfondies que
nous fournit dans cet ouvrage le grand savant allemand, nous
pouvons actuellement entrevoir les principaux d6veloppements
don't la racine 6gyptienne est susceptible.
Le ,,Dictionnary" de BIRCH qui a paru simultan6ment avec
le grand ouvrage de Brugsch, n'est guere qu'un index hi6ro-
glyphique, en beaucoup de points tres pr6cieux, il est vrai,
mais qui n6anmoins manque du caractere scientifique et m6tho-
dique, don't a besoin le dictionnaire 6gyptien. C'est un assem-
blage, un peu confus, de mote hi6roglyphiques, souvent fort
bien expliqu6s, qui d'ailleurs est devenu presque de trop, apres
l'apparition du grand ouvrage de Brugsch. Toutefois, il faut
accorder a l'ouvrage de Birch une certain originality, ce qui
fait, qu'il doit toujours computer comme un anneau de valeur
dans la chaine de l'histoire de la lexicographie 6gyptienne.
Plusieurs ann6es apres l'apparition des dictionnaires de Birch
et de Brugsch, M. P. PIERRET, conservateur au Musee 6gyptien
du Louvre, (1875) publia un ,,Vocabulaire hiiroglyphique", oi
l'anteur, selon ses propres paroles, ,,a condense la substance des









Karl Piehl.


dictionnaires de M. Brugsch et de M. Birch, du Livre des Rois de
M. Lepsius, de la Geographie de M. Brugsch, en la prdsentant
sous la forme la plus commode pour la rapidity des recherches."
De l'aveu de M. Pierret, son vocabulaire est un resume des
ouvrages lexicographiques de ses deux devanciers, joint A des
extraits de deux autres ouvrages, renfermant des noms royaux
et des designations de notions g6ographiques. On croirait done
ici avoir affaire A une oeuvre, d6pourvue d'originalite, et cer-
tainement l'auteur aurait tres bien fait d'observer le plan qu'il
s'est trace, lui-meme. Par malheur, M. Pierret s'est 6cart6 de
son project originaire et a inser6 dans son ,,Vocabulaire HiBro-
glyphique" une s6rie de mots nouveaux, don't un tres grand
nombre, la plupart fruit de ses propres recherches, n'ont aucune
reality. J'ai note une bonne centaine de ces mots louches, in-
troduits ou adopts par M.. Pierret, qui demandent & Atre effa-
ces au plus vite possible. Dans une note annexee A ce memoire,
je donne une liste de 100 vocables qui selon moi doivent Atre
retranches du ,,Vocabulaire hieroglyphique".
Heureusement pour notre science, Brugsch-Pacha bient6t verss
1880) a pu commencer la publication d'un supplement A son
grand Dictionnaire HiBroglyphique. Ce supplement a considera-
blement ajout6 A nos connaissances, par un depouillement pres-
que complete de touted la litterature 6gyptologique qui avait
paru depuis la mise sous press du Hieroglyjpkisck-.DemotiscIes
Wirterbuch, en 1867. Grace au sus-dit supplement, la science
s'est avanc6e A pas de geant, un grand nombre de mots, jus-
que la mal saisis, ont eu leur explication definitive, des lois
nouvelles, portant sur la formation des racines egyptiennes,
sur la morphologie de la langue, ont 6t6 decouvertes ou
6tablies.
Mais la science ddploie chaque jour une activity incessante.
Ce qui Btait neuf et vrai hier, souvent aujourd'hui a perdu sa
fraicheur et meme sa v6rite, c'est l1 un fait qui se produit
sur tous les terrains du savoir human. Le dictionnaire hiero-
glyphique et le supplement du dictionnaire hieroglyphique qui
tous les deux sont dis A la vaste erudition de M. Brugsch,
6taient completement terminus au debut de 1'an 1882, et deja,
l'annee d'apres, par la publication successive des textes des
pyramides de Memphis, l'on a vu surgir toute une nouvelle









Remarques generales sur le dictionnaire hi6roglyphique etc.


litt6rature don't jusque lA on n'avait aucune id6e '). Cette litt6-
rature 61argissant considerablement nos connaissances de la langue
de la plus ancienne 6poque historique de 1'Egypte, a du rendre
l'admirable ouvrage de Brugsch surann6 sur plusieurs points,
tous aucunement des points de detail. Cette circonstance et l'ac-
cumulation de nouveaux mat6riaux, appartenant A d'autres perio-
des de l'ancien 6gyptien, montraient bient6t, qu'il y avait un
vide A remplir entire 1'6tat actuel de la science et celui, represents
par les 7 volumes de Brugsch. Ce dernier sans doute a di s'en
.apercevoir, mais d'autres travaux l'ont probablement empAch6
de poursuivre une tAche don't la mise en oeuvre aurait obvi6
A beaucoup d'ennuis.
Sur ces entrefaites, un jeune 6gyptologue, M. SIMEONE LEVI,
a entrepris de d6pouiller les textes des pyramides et une parties
de la nouvelle litt6rature 6gyptologique, traitant d'autres 6po-
ques de la langue 6gyptienne. A l'aide de ces mat6riaux, M.
Levi s'est cru en 6tat de composer un travail, bAti du rest
sur les donn6es des ouvrages lexicographiques de BRaUscH, de
BIRcH et de PIERRET; ce qu'il a aussi fait. Comme vous le voyez,
Messieurs, M. LEVI en cela a suivi l'exemple qu'a pr&ch6 M.
PIERRET par son Vocabulaire. Toutefois, si M. LEVI a donni un
ouvrage bien plus volumineux que son module, il a consid6rable-
ment augment le nombre des mots non-existants; car a ceux
qui s'en trouvaient chez Pierret, le nouveau lexicologue a ajout6
une jolie s6rie, de son propre cru.
L'aspect ext6rieur de l'ouvrage, intitul6 Vocabolario Gerogli
ico, est des plus saississants; quand on en appr6cie le volume,
on se sent tent6 A 6tablir une comparison p. ex. avec les li-
vres 6normes de ZOEGA. Mais cette tentation est vite reduite a
sa just measure, lorsqu'on a examine au point de vue scienti-
fique le contenu du Vocabolario Geroglifico. Car 1'auteur de cet
ouvrage non seulement surench6rit sur son mo'dele M. PIE RET,
comme introducteur de mots douteux, mais il franchit toutes
les bornes de la modestie, quand, au d6but du 7iRme volume
de son livre, il nous avertit que son Vocabulaire maintenant
constitute e le dictionnaire et ii frasario complete (!) de tout ce
que l'on connait actuellement des textes hi6roglyphiques et
1) II faut se rappeler que des extraits de ces textes avaient Wt6 publics en 1881,
quelqne temps avant la terminaison definitive du Dictionnaire de Brugsch.









Karl Piehl.


hieratiques 6gyptiens". Pour refuter cette assertion hardie, il
suffit d'6tudier n'importe laquelle des sources que cite M. LEVI
au debut de son ouvrage; car alors on constate de suite, que
notre lexicologue nous mane A 1'erreur par sa forfanterie.
La verit6 est que la plupart des ouvrages nombreux qu'6nu-
mere M. LEVI comme sources de son Vocabolario, il ne les cite
que de second main, d'oi il s'ensuit d'un c6t6 qu'en general
il saute ce qui dans ces ouvrages a Wt6 omis par ses devanciers
de la lexicographie 6gyptienne, de 1'autre c6t6 que les erreurs
de renvois qui tell fois se rencontrent chez ces derniers, se re-
trouvent exactement copies par M. LEVI. L'apparence d'une
erudition extraordinaire qui de prime abord parait caract6riser
le Vocabolario Geroglifico, se montre done bient6t comme fausse.
Quiconque a eu 1'occasion de feuilleter 1'ouvrage avant d'en
examiner la liste des sources, se sera d'ailleurs vite convaincu
du manque de competence de 1'auteur, quant a la tAche qu'il
s'est proposee. Rien qu'un regard superficiel suffira a prouver
A 1'6gyptologue exerc6 qu'il y a un grand nombre de fautes,
plus ou moins graves, dans cet 6norme bouquin.
Mes paroles vous paraissant sans doute un peu s6veres, Mes-
sieurs, vous Ates parfaitement dans le droit de me demander
des preuves de la justice de mon jugement. Vous en aurez. Je
choisirai quelques examples, particulirement frappants.

Le signe ,, employ dans le r61e de ,

,., feminin du pronom d6monstratif, a la valeur phon6tique
de tef, tefi, comme le dit fort bien M. BtvuscH. M. Levi cite
Brugsch, mais confere a ce propose A notre signe la valeur de
twi qui jusqu'ici est rest6e inconnue. La vraie lecture du

mot qui, autrefois transcrit (,,blanchis-
seurs, fouleurs"), nous a 6t6 conserve par le papyrus d'Orbiney
et d'autres documents hirratiques, c'est

ce qu'ont prouv6 1'un independamment de l'autre M. M. NAVILLE
et MABPEno. Les Etudes Agyptiennes et la Zeitscgrift (1882) oA
cette dccouverte a 6t6 d6posee, se voient dans la listed des sour-
ces de M. LEVI, mais cela ne 1'empeche pas de maintenir I'an-








Remarques g6n6rales sur le dictionnaire hidroglyphique etc. 11

cienne lecture un-ti [II, 25]. Un texte de

Stockholm donne la phrase suivante '

,ce que, en 1880 [Recueil de Vieweg), III, page 31]j'avais
traduit ,,Point n'y manquent de bones paroles", en renvoyant
A 1'expression que voici y 0 V i U <
emprunt6e A un texte, qu'avait public voN BERGMANN. La pre-
cipitation avec laquelle le jeune lexicographe a fait ses extraits,
ne lui a pas permis d'observer le dupplicata de vON BERGMANN,
et comme il ne parait pas connaitre, par sa propre experience,
l'6quation il a daign6 m'attribuer un mot nouveau

- 1 neteb(?) ,,parlare", don't je decline formellement toute
responsabilit6. Le Papyrus d'Orbiney fournit (page 19) un
mot ,,passer, se rendre a, arriver a", que

vous devez, tous, connaitre. M. LEVI le defigure, en le pr6sen-
tant sous la forme de I ( ubai, ,,passare, com-
piere". L'6poque ptol6maique offre comme variante du group
'o1 wub, la forme 1 qui 6videmment doit aussi se .trans-
crire nub. M. LEVI lit la sus-dite variante aasem et la rapproche de
1 o~ -- locution, compose de la preposition
et du pronom-suffixe ~, signifie ,,avec lui" ou ,,elle", ,,sur
lui" ou ,,elle", ,,de meme" etc. M. LEvI, coupant mal une
phrase des textes de Pepi I (ligne 399), attribute A notre locu-
tion le sens de ,,6tre rendu prospere". Ce dernier sens avait
W6t conf6r6 par M. MAsPERo au verbe 6gyptien qui precede
Q P du passage cit4e P9
est donn6 par M. LEVI come un mot
entier, significant ,gli antenati". Comme source de cette these,
M. MABPERo a W6t cite. Ce dernier n6anmoins est hors de cause.









Karl Piehl.


Car le passage, d'oi a 6t0 extrait le nouveau group [Mariette,
Abydos, I, 51, 30], montre bien que M. MASPERO a lu et

S I, c'est-A-dire deux mots ind6pendants, au lieu d'un

seul. Le mot tr6s-fr6quent ,,sujet", Unterthan, M.

LEVI le lit aussi t *, alleguant en faveur de cette lecture
l'autorit6 d'ERMAN. Ce dernier savant se trouve probablement
quelque pen gen6 de figure comme d6fenseur d'une cause qu'il
n'a jamais soutenue. La phrase a' -r, qui 6videm-
ment signifie arriverer au port en barque", M. LEVI en cela
suivant 1'exemple de M. U. BOURIANT en fait tout un mot
qu'il transcrit mnt-m-ua et traduit ,,il disco solare nella barca".
Le sus-dit M. U. BOURIANT a fourni a M. LEVI un autre group,
1'antith6se pour ainsi dire de celui que nous venons de citer,

a savoir I /-- queo nous transcrivons ut-m-,da (tout en le

corrigeant!) et qui doit se traduire par departrt en bateau".
M. M. BounIANT et LEVI lisent kz-t-m-ua et traduisent ,,le disque
solaire dans la barque".
Le caractere d6finitif qu'en beaucoup de cas, le dictionnaire
comporte et doit comporter, M. LEVI souvent fait de son mieux
pour le lui 6ter. P. ex. le group qui d6signe la ville

de Thebes, se lit iast ou ust, lecture qu'adopte notre lexico-
logue [II, 90] ce qui ne 1'empeche pas de recommander aussi
les lectures zam-t ou uasem-t(?) pour le meme mot [V, 79].
Mais de deux choses, l'une: ou il faut lire ias-t, ou il faut
fire zam-t, resp. uasem-t; admettre les deux a la fois, c'est in-
troduire la caprice comme r6gle dans la science. Le mot
negre & j P \\ a Wte lu nehesi [LEVI, III, 183],

mais la variant r \ 1 que nous en trouvons quelque
fois, a 6t6 transcrit hesi par le m6me lexicologue, et ainsi de
suite.
L'arrangement des mots du Vocabolario Geroglifioo n'est pas








Remarques gindrales sur le dictionnaire hieroglyphique etc.


celui d'un dictionnaire scientifique, car l'auteur, en cette cir-
constance, tient compete de chaque lettre, pour rendre le nombre

des articles aussi grand que possible. Ainsi, le mot b ,,grand"

a une place A soi, sa forme feminine S une autre, quelques

pages plus loin. Les factitifs se retrouvent presque toujours
sous la lettre P, quoique le plus commode eit 6t6 de les mettre

sous les racines simples, etc. De cette maniere, 1'unit6 des mots
et des groups de mots se perd; la difficult d'embrasser d'un
coup d'oeil ce qui appartient A une cat6gorie d6finie, s'aug-
mente notablement. Le Dictionnaire de BvUGscH entire les mains
de M. LEvi a 6te transform et d6form6 en un index. Done,
non seulement au point de vue du detail, mais quant aux prin-
cipes g6n6raux, le Focabolario Geroglifico de M. LBvi d6note
un pas en arriere, par rapport a 1'6tat de la science lors de sa
publication. Je pourrais d'ailleurs 6numbrer des masses d'exem-
ples, montrant que le Vocabolario Geroglhico, li ofi il ne copie
litt6ralement le Dictionnaire de BUGBscI, est un ouvrage man-
qu6, mais je ne dois pas trop empieter sur votre temps. Il
suffit de renvoyer a une longue liste de mots, tous non-existants
que j'ai extraits du travail de M. LEVI et annexes a cette com-
munication. Tous les mots de cette liste sont dris A M. LEVI.
Ce qui, par suite de la trop grande hate et du manque d'ex-
perience n6cessaire de M. Levi, a Ute gAt6, reste done tonjours
a faire, j'entends complete le dictionnaire par le fonds de mots,
d6couverts apres l'impression du supplement du Dictionnaire de
Brugsch. Dans l'int6rAt de notre science, je n'h6site pas A for-
muler la proposition ou au moins le d6sir, que M. Brugsch
se soumette, lui-meme, A cette tAche, peu commode, que per-
sonne, mieux que lui, ne saurait remplir.
Ce qui precede a di vous faire voir, Messieurs, qu'A mon
avis il n'y a pas de dictionnaire, vraiment scientifique, de
l'6gyptien, A l'exception de ,,Hieroglyphisch-Demotisches Wbr-
terbuch" de BRascnH. Quand il s'agit du Vocabulaire hi6rogly-
phique de l'avenir, c'est done de cet excellent ouvrage qu'il
faut partir.
Maintenant, doit-on toujours, en 1'6tat actuel de notre science,








Karl Piehl.


defendre le principle d'6tablir un dictionnaire de 1'ensemble de
la litt6rature 6gyptienne? Ou faut-il 1'abandonner pour le mo-
ment et le remettre A un avenir, peut-Atre fort Bloign6, en
pr6f6rant de faire d'abord des dictionnaires r6latifs a chaque
p6riode litt6raire s6par6e? Je crois que non. I1 est vrai que
tant que l'on n'est pas completement renseign6 sur 1'ensemble
des mots qui caract6risent les phases diff6rentes de 1'6gyptien,
on est expos A commettre des erreurs, quelquefois tres graves,
dans la redaction et la disposition d'un dictionnaire, compre-
nant toutes les 6poques de la langue. Toutefois, le travail de
la science consiste non seulement dans la recherche du detail,
il remote aussi, A chaque moment, au tout. C'est la reunion
des deux precedes qui fait le travail vraiment scientifique, c'est
elle qui constitute la bonne m6thode scientiflque. Si nous voulons
atteindre A ce but, ne craignons done pas de commettre par-
fois une erreur! Elle nous conduit souvent vers le terme, d'ou
s'entrevoit tout d'un coup la v6rit6.
Disons alors, tout en relevant pour 1'6gyptien l'importance
indiscutable de dictionnaires relatifs a des documents sp6ciaux
ou a des periodes litt6raires s6parees, et la n6cessit6 absolue
d'en faire dans le plus vaste d6gr6, que nous soutenons 6ner-
giquement la these, suivant laquelle 1'6tat actuel de notre science
non seulement comporte, mais exige la composition d'un dic-
tionnaire, comprenant tous lee mots de la langue, 6crite en
hi6roglyphes. Ce dictionnaire doit reposer essentiellement sur
le materiel et les principles qui ferment le fondement du dic-
tionnaire de BuGedCH, quoi qu'il y ait a introduire un nombre
de modifications dans le programme, que s'est trac6 le grand
savant allemand, quand il a compose son ouvrage.
Quelle serait done la substance des principles, d'apres les-
quels le future dictionnaire doit se dresser? Voici comment j'ai
cru devoir les formuler:
1. Chaque vocable doit former un tout, o- soient consignees
les formes principles de ce vocable. Ces former qui doivent
Utre arrangees, suivant l'ordre chronologique, representent les
phases diverse qu'a subies le vocable en question, pendant (I)
l'ancien empire, (II) le moyen empire, (III) le novel empire, (IV)
les states, (V) l'epoque gre'o-romaine, c'est-A-dire pendant les dif-
f6rentes 6poques de l'histoire de la langue 6gyptienne.








Remarques g6nfrales sur le dictionnaire hidroglyphique etc.


2. Un mot n'appartient qu'A l'6poque oh il se rencontre
dans la langue courante, 6crite. Tel mot, conserve dans des
6crits qui sont des copies de documents, appartenant a une
6poque ant6rieure, ne rourra figure pour une 6poque post6-
rieure, si d'autres former en sont connues pour cette derniere
6poque.
3. Tous les vocables qui d6rivent d'une meme racine, se
placent sous cette derniere, de maniere A ce que la racine (ou
le radical) s'imprime avec des lettres majuscules, les vocables
derives avec des lettres que nous pourrions nommer des lettres
moyennes. Dans les subdivisions des vocables suivant les formes,
employees A chaque p6riode litteraire, il faut admettre des let-
tres minuscules pour reproduire chaque forme s6paree.
40. Les lettres initiales ,, ,- P, ,
s'il n'y a preuve du contraire, sont A regarder comme des 616-
ments formatifs; on doit done faire abstraction d'elles, pour la
disposition des vocables. De meme, quant aux lettres. finales
k O ~ I. Pour l'arrangement des d6riv6s
sous un vocable commun, on doit d'ailleurs observer le tableau
des formes diverse de la racine 6gyptienne, 6tabli par M.
Brugsch A la preface du ,,Hieroglyphisch-Demotisches W6ter-
buch".
5. Les vocables qui se sont diff6rencies j'emploie ici un
terme inconnu en 6gyptologie d'une meme racine, se placent
sous leurs lettres respective. P. ex. des deux former @ j et

A d'une meme racine primaire, l'une se place sous la lettre

@, l'autre sous celle de A. De meme pour L I par rapport A

Setc. O'est que, A l'etat actuel de nos connaissances, il est

impossible de d6cider, si j est ant6rieur A A j, Z a

@ ou vice versa. II est vrai que la .pysiologie des ons, la
plupart du temps, doit nous guider pour des questions de cet
ordre, mais l'analogie 6tant une force tout aussi ancienne que








Karl Piehl.


lee lois phon6tiques, on peut Atre mis en erreur, en ne tenant
compete que de ces dernikres. Pour faciliter la recherche des
racines qui se sont diff6renci6es, l'une de l'autre, il faut don-
ner des renvois, partout oi cela est n6cessaire.
6. Les vocables doivent se suivre selon un ordre de lettres
fixe. A cet 6gard, 1'ordre, adopt par Brugsch, me semble tout
aussi bon que n'importe lequel.
Voilh en peu de mots, selon nous, les principles A suivre
pour la composition du vocabulaire future qui sera le digne
successeur de celui de Brugsch. Evidemment il y a a ajouter
beaucoup de points de detail que je n'ai pu indiquer en ce
lieu. Celui qui prendra en tAche le future dictionnaire, saura
les trouver, lui-meme. Voici un petit specimen de l'arrangement
qui serait l'application des principles qui actuellement me pa-
raissent devoir presider a la composition du Dictionnaire hi6-
roglyphique. Le temps me manquant pour dresser la s6rie
complete des vocables rels, appartenant A un meme group,
je me bornerai a donner une espece de formulaire, oui figurent
des mots et des groups imaginaires. Je choisis a cet effet une
racine qui n'a pas W6t relev6e en ancien 6gyptien.

,,soulever, hausser" etc.;forme diferenciee (voir sous ).

,,soulever, provoquer". I .........

(sens modifi6); II (sens); III . .

IV --; V .

^ ,,pi6destal". I --; II --; III
(sens); IV --; V --
o_ ] ,,balance". I --; II n-]; III

S ; IV --; V I

,,faire soulever". I --; II --; III [ 2

; IV III; V .








Remarques gin6rales sur le dictionnaire hidroglyphique etc. 17

S,,battre, malmener". I --; II --; III

.; IV --; V --

;- ,,charrue". 1 0; II -- ; III--;
IV -- V --
'> ,,labourer (la terre)". Io
--H-
II --; III > ,,6craser"; IV --; V --

S ,,levier". I --; II --; III -- ; IV

z:; V ; etc., etc., etc.
En arrangeant le vocabulaire hieroglyphique d'apres les prin-
cipes que je viens d'exposer et d'illustrer par un example,
nous pourrons plus facilement embrasser d'un coup d'oeil le
fonds de mots de 1'6gyptien. Nous aurons de cette maniere pour
cette langue un dictionnaire, A la fois historique et etymologique
qui nous permettra de juger avec plus de competence, qu'on
ne le. fait actuellement, des questions si souvent mises sur le
tapis, concernant l'origine de la langue 6gyptienne, la relation
(voir meme la parents) qu'il y a entire elle d'un c6t6, et les
langues s6mitiques et indo-europeennes de l'autre, le r6le des
igyptiens dans le monde primitif, etc. Il est vrai que person-
nellement, je ne crois que fort peu a la possibility de reculer
les investigations, vraiment scientifiques, au delA de 1'6poque
historique, mais la science du language nous vaut chaque jour
tant de surprises qu'elle pourrait bien aussi nous ouvrir les
portes des temps pr6historiques. L'issue des efforts qu'elle a
dejA tents vers ce dernier but, nous donne le droit d'6sp6rer
qu'elle nous reserve pour l'avenir des d6couvertes qu'au moment
present, nous regarderions peut-etre avec le mAme air de doute
que les hommes du siecle passe auraient manifesto par rapport
aux problemes qui de nos jours out 6t6 resolus par le t6l6graphe
et le telephone.


VIIIe CongrBs international des Orientalistes. Section africaine.







Karl Piehl.


Ainnexe NST. 1
contenant 100 vocables qui se voient a tort dans le Vocabu-
laire HiBroglyphique de M. Pierret et qui ont 6t6 adopts par
cet auteur en dehors des mots 6gyptiens qu'il a extraits des
ouvrages de Brugsch et de Birch:

-K\- I aa ku, nom un-pa, demeure de
d'une classes d'employs. l'existence.
Sa }ap, computer. u ti, bl.

S \\ ah poids. urn, mout.

Suu, lumire. J q lame tranchant, arme
0 1 P apUu, m6tal. en fer.
V a pt, allaiter. I ba, Apro.
V a_- o peka, titre sacerdolal?
S ps, so prosterner. L
Q- O < ptf, oies.
S o Arkebemro. u
HMraclee. A 0 mafqata, vase,
q = akt, liqueur. bouteille.

41n Q ita, pernicieux, nma? impur,
mechant. incirconcis?
<---:: ()a mart, misere.
/ f Q ami, scell6 fait avec de mart, misire.
l'argile. maten, moyen.
, C a mu, titre. er tombeau.
mer ~tombeau.
-aI fL cOeb, offrande que mesu, (Pap. Abbot,
les rois pr6sentaient. II, 15) dommage.
S aq, tombeau. maspu, aliments pro-
i?" B visions.
T l ub-hi-n? ce qui est vision
evident pour. matu,priv6 de,manquant.
evident pour. Q S








Remarques gendrales sur le dictionnaire hidroglyphique etc.


S -~ a met, prononcer.

matis8a en hesu, d aocixo-sKiho .
A 4 nau, poign6e.

/ 7 I nebt, os, muscles ?

SI I efaui cou-
rants, directions.

I .L nJefri, lyre.

- ] na/tet, forme, proportion,
dimension.

F V 11 n eha'u, voeux.
-I E demeure, apparte-
ment.
S nehemu, pousser
des cris de douleur.

\\ neXui, malheur, ca-
tastrophe.
AAAA\
9 Li .i neti, graver.

oD Tnesurta, feu,
flamme.

x X ineqen, combattre.

SI I \ neki, taureau,
maria.
=, st-,-ra.

NnVVAtua, sui
t= ntua, ,je suis".


0 nau, axe d'une porte.
O I ran het, antilope blanche.

o 3 rehen, parait designer
une offrande.
SI r rehen, tr6sorerie.
I C-
= re--t, entablement, ar-
chitrave ?

S~ ~ Il a, pr6ceptes, ordres.

Fh | au, monceau.

f i ji hari, nom d'Isis et
de Nephthys.

r 'A ( f, has, opprobre,
scandal.
dan, souffle de la vie?

A Ihaq, exultare gaudio.

V \\ Lhai, utique, sane.

S a A 1., se lamenter.

S .u, voeu?, volont6 [mal-
gr6 le texte d'Una].
/ haap, fouet.

S[I \ At.-A hesmi, gauche.

t \\ eiib, hyene.

o h at, place, endroit.

b H h et'us, stle.








20 Karl

=,. Xa, raser.

O %apu, cise16, d6cor6.

0 Xen, cfr. ugrne in-
firmus.

h zeent, Atre bouch6.

I sab, of. j lumibre.

S-i san, (ghteau) alimenter.

1 I asasama? abr6viation de

S4I [ bourdonner.

I No Smexpu, vertus.

SE smersa, coAC- scientia.

S .E seent, rechercher, re-
cherche.

1P 1~ Ps-ke, illustrer,
s'illustrer.
I se, enfanter.

0 szep, espece d'autel A
parfums.
Sses, embellir, forme
causative de C..
Sr se8, bourse.

Sse en, cfr. Cany lactare,
nutrire, se lit au dessus d'un
home qui trait.


Piehl.

8 stetma faisceau.

steS, charmer, r6jouir.

pti ? ennemi.

S t inu, rassembler.

terhui, serviteurs?

Stest, sceptre.

s= n te u, artisan,
artiste.
9 IteZ, reprimer.

A ii W tebh, former.
Step, coffret.

Sr tmahu, construire.

S tmak, trancher.

,- ti-hu, don d'aliments.

: D T I tatau, vents.

SQ f et(pu, aviron ou
gouvernail.

t 'a, aridit6 desse-
chement.

: aft, travail.

pa, ancetre, ancien.
n








Remarques generales sur le dictionnaire hidroglyphique etc.


Annexe Nl. 2
renfermant 94 mots hi6roglyphiques qui, introduits par M. Levi
dans son Vocabolario Geroglifico, n'ont pas 6t6 extraits des ou-
vrages lexicographiques de Brugsch et de Birch et doivent


6tre effaces du dictionnaire.

S--, ames-t, il pugno, la
poignee.

g (R fi an, maesta.

0 ~iS auumer, gloriflcare,
lodare.

0 z : amuar.
,[ et ai, augusto.

Ij l asmet, morto.

S A akha, tomba.
U c '7 ada, cocodrillo.
S ) I apro, ebreo.
O I
S at, district.

S aq, le labbra.
Qc) 'a.
uu-t, eau croupie.

SII m u6 a -a, compierre
o passare un period di
tempo.
@( 7 uu, la pina del soffb.

S uaun-ti, blanchisseurs.

I wuser, I'anno.


Sn -c_ uth, porte.

SL P ^I As, covare.

asem var. de .

o ba, equiv. a ba, ferro.
o o
i \\ j baui, ,,a stand hol-
ding a vase".
0 7 B T fennu, verme.

x maeuS esser un
lavoratore.
_ I j mab, ,,a kind ofwase".

S= ma-hu, op. ma-her, var. di

M ma-zr.


ma-he-neshu-am-nc, nome di
un Dio.
S"-. W mdnenhe, ,,la corde
de halage".
Smear, confine, limited.

S<- mer-hat, tomba.

S.D meheq, misura.

I ,^. n-u, var. di I n0 .








22 Karl

( nu, patrimonio.

S~ ~a, fanciullo, enfant.

S ff ~en (?) raggiare.

^ 'J nernes, un negro.

T J nezeb (?)

Q roriug, flusso scolo.

S ru, filo.

-, z8 se, pietra.

Ssut, ispettore.

SQ sa8 op. suasem.

Ssem(?) odorare, odore.

S^ Rsem u, modellare.

seneg () distruggere.

\\ I \\ 11
YVW\ q II sentit i-m, vasi.

ZI U ser, offerta?
S=== seT sera.
set (opp. Au?), il dio Terra.

SS eta(?) titolo di Horo.

C N Q sed, proclamare.

iC Q sedef-it, ascia.
SO sedeg ?

8s ek, serrare.


Piehl.


STseXen-hon titolo.

M III sexet, erbe.
n g_ esqt, husbandman.

sesta, oriented.

0 eta, designazione della
lOa ora del giorno.
r-- s'exen, fanciullo.

f lu pronome.

Stem, sistro.
0
tes-t, coppa.

Si ted, parole.

l teza, inscrizione.

SAer aa, incli-
nare profondamente il capo.
= [ (?) dersa(?), giovane toro.

Soo za, ferro.

I A zdfanea, dattero.

Szau, pillars, pre-
doni.
S zam-t, opp. uasem-t (?), Tebe.

zes, Unterthan, soggetto.

V ", n ', i proprietarii.

Q 4 ha-her.








Remarques gendrales sur le dictionnaire hieroglyphique etc.


Q IP here, Wtre rendu prospere.

S1 ) ^ tes, la dea della terra
Hes.
SP~~" ihesi, il paese dei negri.

8 Lhestem, approvizionare.

dA ^ !$qu, nell' espr. -j- zl
am-qu, the nostrils.
S-- gasmo, lato.

" rgeB, cry or call.

S ao, la vedova.

x s emti-w, i morti.

O forraccia.

o var. di


.^ forma equiv. al.



rw n q C essere paralizzato.



a = i var. di aC
terminere.
a:N -g nome di una bar-

ca sacra.
S^ s~6k-ui, il dio Doppio Co-
codrillo.
I r- ,_ hz-t-m-ud, nome di
una barca sacra.

S I femina, donna.

9 N la melma.
~~1" fww'l 1 iVwM w



















Observations

sur


quelunes signs et gropes hieroglyphiques

par


KARL PIEHL.


















Observations sur quelques signes et groups hieroglyphiques.


1. (o.
Ce signe qui se rencontre surtout pendant l'ancien empire
et sur des monuments sites, provenant des environs de l'an-
cienne ville de Memphis, repr6sente une bouche d'ow sort de
la alive ou de la 6ave. Dans le dessin de notre signe, nous
pouvons constater la meme confusion quant A l'emploi de deux
proc6d6s opposes, que p. ex. les 6gyptiens ont manifested pour
la representation du corps human. Les parties de ce dernier qui
se pretaient mieux A 6tre vues de face, on les dessinait de
face, celles qui s'en appr6ciaient mieux dans le profile, on les
dessinait de profile. Dans le cas present, c'est 6videmment la
bouche qui a 6t6 trace de face, l'humeur qui en sort a 6t6
repr6sent6e pour ainsi dire de profile. La v6rite de cette these
resort du fait que nous rencontrons comme variant de notre
signed d'autres hi6roglyphes qui repr6sentent exactement la
meme chose. Ainsi, le long texte de la pyramid du roi Pepi I
nous offre, A la ligne 125, 1'expression suivante:


ce que, conform6ment aux vues de l'6diteur de ce texte, je
traduis de la maniAre que voici: ,,6cume sortie de la bouche
d'Hor, salive sortie de la bouche de Set". Ici le signe (<
qui accompagne le group ei ,,humeur qui sort de la bouche",
doit designer la meme chose que le signe d determinant le
group aset, autre mot qui d6note une humeur, sortant de la
meme parties du corps human. Une variante qui bien plus
souvent que l'hieroglyphe sus-dit se rencontre la place du








Karl Piehl.


signe ( c'est le signe o qui represente aussi une bouche
d'o- coule de la alive. 11 est int6ressant de constater, que dans
le dessin de ce dernier signe, on a vu le tout de profile. Voici
quelques examples qui montrent bien que o doit 6tre regard
comme variante de ( E [8sarcophage d'Horhotep, 1. 158] =
S (<= ibidd., 1. 153]
El7j [BRUsoCH, WYrterb6uck]

0 pyramide de Teta, 1.11]

j1 [BRBusca, 1.] = (z z. [Pepi I., 1. 661]

O -a P [BruGsoH, 1. 1.] = (0 [Unas, 1. 15, 16]
etc. etc.
Jusqu'ici, on n'a pas A ma connaissance d6termin6 la lecture
du signe qui nous occupe, quand il apparait comme hieroglyphe
phone'ique. En 6tudiant la s6rie de mots, oI le signe (<
s'emploie comme d6terminatif, nous remarquons avec un certain
6tonnement, que la plupart de ces mots contiennent des con-
sonnes chuintantes, sifflantes ou dentales, c'est-A-dire des sons qui
ressemblent grandement a ceux que 1'homme produit, quand il
crache ou il bave, action qui est repr6sent6e par le signe ( .

Voici une serie de mots de cet ordre: l (< j (< ,
1J^ 1 (-



i (^^ ^ etc.; ils appartiennent, tous, A 1'ancien on au moyen
empire. Maintenant, on peut questionner: Laquelle de ces va-
leurs est applicable au signe (<=>, quand il apparait comme
hi6roglyphe phon6tique? Aucune, c'est notre r6ponse.
Le nombre de groups oi nous rencontrons le signe ( ,
comme hiMroglyphe phon6tique, est d'ailleurs fort resteint. Je
n'en connais a la v6rit6 qu'un seul, A savoir ( var. (v,
qui se voit aux textes des mastabas de l'ancien empire comme








Observations sur quelqies signes et groups higroglyphiques.


a ceux de la pyramid du pharaon Ounas, et pendant les temps
posterieurs se rencontre de preference dans les listes d'offrandes.
Les textes d'Ounas contiennent deux examples du sus-dit group,
tous les deux identiques de forme. L'un et l'autre se trouvant
au milieu d'une serie d'expressions A alliteration, il est A sup-
poser qu'ils renferment des traces de l'emploi de la meme figure
de diction. Je donne maintenant le passage sus-mentionn6 des
textes d'Ounas don't la teneur 1) est celle-ci:


ce qu'a traduit M. MABPERO de la maniere suivante: ,,Osiri
Ounas, on te present l'oeil d'Hor, pour que tu le portes A ta
bouche Jeter un gdteau et une mesuree de boisson". Cette tra-
duction me paralt admissible, si l'on en except la fin: ,Jeter
un gateau et une measure de boisson"; car le group (f-:
representant selon nous un seul mot, il faut y voir on un
verbe en infinitif, ou un substantif, mais nullement une phrase
entire.
En comparant les phrases A alliteration qui precedent on sui-
vent le passage que, emprunt6 aux textes d'Ounas, nous venons
d'examiner, nous sommes tout naturellement portes A rapprocher
du verbe en ce qui concern le dit passage. En
observant du rest que les mots A alliteration, sus-mentionn6s,
presentent entire eux une tres forte resemblance, p. ex.
1 par rapport (1. 8) par rapport p r
(1. 85); par rapport a (1. 102), etc., etc., on

ne serait peut-Atre pas trop hardi, en assignant a des

textes d'Ounas la valour de on Cette supposition,
qui ne trouve pas d'appui formel par les textes des pyramides,
est corroboree et prouvee par les variantes d'un titre de fonc-
tionnaire, conservees par un monument qui date de 1'epoque
saite. Un homme qui s'intitule une fois a j

1) Comme nous l'avons dit plus haut, cette expression se voit dans deux endroits
des textes d'Ounas, h savoir ligne 87 et ligne 103.








Karl Piehl.


(O, regoit une autre fois la qualification de = N f = (Q )

Les deux expressions 6tant des variations du meme titre, (<>
6quivaut n6cessairement a --a i.

Le titre de fonctionnaire s 7 ^ (o ,

relev6 par MA IETTE (Mastalas, pag. 229), suivant les remar-
ques qui pr6cedent, se transcrit mer set nebt nt ab suten.
Le sens en est 6videmment ,pr6pos6 A tous les lieux de l'of-
frande pharaonique".
Pour le sens originaire de la racine a ,
je me content a renvoyer aux remarques judicieuses de M. LE
PABG RENOUF [Proceedings of the Soc. of Biblical Archaeology,
1885, page 102]. Comme corollaire des remarques qui prece-
dent, on pout regarder la these que j'6mets maintenant, A savoir
que (0< et sont originairement le m6me signe et mot
qui par une raison quelconque s'est fendu en deux mots, ce
qui a amen6 une ,Differenzierung" du vocable ancient -a .
La variant i des deux montre d6jA un d6veloppement ma-
t6riel, tres considerable, par rapport A celui, caract6ris6 par la
seule existence de (0< et de s$ pour rendre 1'id6e de ,pu-
rification". L'eau alors au moins en bonne parties a pris
le r6le de la salive, comme moyen prophylactique ou magique.
Nous voyons par ce petit example, de quelle utility sont
les variantes des signs hi6roglyphiques, quand il s'agit de
rechercher les moeurs des Ages pr6historiques.
2. CR
Ce signed qui, sur les monuments, ant6rieurs aux basses 6po-
ques, figure surtout comme symbol au sommet des steles
fun6raires, joue dans les textes ptol6maiques tres souvent le
r6le d'hi6roglyphe phonetique. Ni les dictionnaires, ni les gram-

1) LEPSIUS, Denkmiler, III, 277, b & f. Cfr. MARIETTE, Monumeuts di-
vers, 96 D: ib. C: AA ( .
I R n 0 1 -V R 0*








Observations snr quelques signes et groups hi6roglyphiques.


maires ne donnant des indications des valeurs phonetiques de
notre signed, je prends la liberty d'en communiquer une, queje
crois avoir d6couverte, tout en reconnaissant que de futures
recherches pourront amener la trouvaille d'autres encore que
cell, relev6 par moi. Les examples que j'ai not6s, renfermant
un C phon6tique, lui conferent tous, la valeur du group
ancient '. Voici les dits examples:



,le cr6ateur des Atres, ce qui sort de sa bouche s'effectue de
suite" 1).

2) C C ,,il t'apporte le pays de

Hethet ainsi que ses products" 2).

3) eW "2w us ils le voient, le sit-

schou qui sort de 1'horizon c6leste" 3).
4) Hathor s'appelle une fois c ,,celle

qui sort dans le commencement avec son pare" 4), expression
qui a pour variant:

5) Qf e f l "= celle qui sort dans
le commencement avec son pere Nou." 5).

6) Horus d'Edfou s'appelle


1) LEPSIus, Desnkmdler, IV, 76, b.
2) DiimICHEN, Hist. Inschr., II, 49. Cfr. MARIETTr, Denddrah, I, 50, b:


8) Texte que j'ai copies & Edfou [Salle E, paroi de gauche. Inscription horizontal,
trace au-dessus du soubassement]. La transcription sit-schou doit peut-Atre se rem-
placer par celle de ab-scAou.
4) DiiMICHEN, Kalender-lnschriften, 54, 6.
5) DiimICHEN, Bazgesch. des Dend. Tempels, VIII, 3:

S expression presque identique A I'autre.








Karl Piehl.


f-- (0: ,,Horus d'Edfou, dieu grand, seigneur du ciel, le szt-
sckou, qui sort de l'horizon". 1)
Les examples donn6s suffisent pleinement A d6montrer l'6qua-
tion -A QH, que nous avons propose au d6but
de cette note. I1 faut du rest faire remarquer que nous ren-
controns quelquefois ) le disque A deux ailes ;z', dans le
r6le du disque a une aile, c'est-a-dire comme syllabique, ayant
la valeur de -, "-=.
Maintenant, comment faut-il transcrire en lettres latines le
signe que nous avons relev6 comme variante de l'ancien
etc. ? J'avoue que, sur ce point, je ne suis point tout-A-fait ren-
seign6. Nous savons que les signs hieroglyphiques qui ont
une valour phon6tique, se terminant en Z' r, tres souvent
entrent dans des mots 6gyptiens, oi il n'y a pas de r. Comparez:

N E variante de i d
^^ ^^ A c6te de
@ variante de

variant de A c6t6 de

variante de I_ a_\_ Mn nar6otis,

etc. etc.
Vis-a-vis de 1'explication de ces examples et d'autres du meme
ordre, on a jusqu'ici gard6 la plus grande reserve. On les a not6s,
mais l'on n'a su les expliquer. Vous me permettrez sans doute
d'enoncer une hypothese qui tout dernierement s'est present6e
A mon esprit et qui peut-Atre sera trouv6e digne de figure -
au moins comme un moyen provisoire d'6lucider la question
fort difficile qui nous occupy. Vous save probablement que
sur le terrain p. ex. des langues indo-europ6ennes, nous avons
une s6rie de lettres qui s'emploient tant6t come voyelles,

1) DiiMICHEN, empelinschrifte, I, 99. Comparez <'Z|

-A c la maniere don't s'ecrit en general la m8me l1gende.
2) LEPSIms, Denkm ler, IV, 76, e.- DE RouG~, Inscriptions d'Edfou pl. 88, etc.








Observations sur quelques signed et groups higroglyphiques.


tant6t comme consonnes. A ce nombre de lettres appartient entire
autres r comparez p. ex. l'allemand saber, A c6t6 de saubere;
dans le premier cas, le r est voyelle, dans le second il est
consonne]. Pourquoi 1'6gyptien n'aurait-il pas eu des represen-
tants de cette classes de lettres qui se retrouvent dans toute
sorte de langues? Mais si cette supposition, ce que je crois,
est acceptable, nous devons a prior nous attendre ce que
1'6gyptien ait trait de manieres diff6rentes p. ex. la consonne
r et la voyelle r. Or, comme nous savons que les 6gyptiens
supprimaient dans leur 6criture plus on moins r6gulierement
les autres voyelles, il est tres probable qu'ils aient agi de la
meme maniere par rapport a la voyelle r. De cette facon s'ex-
pliquerait done 73 pe-ses, par rapport A < etc. De cette
fagon, on en arriverait peut-6tre A une explication, .vraiment
scientifique, de la chute du r final d'une longue serie de mots
qui ont en copte encore des doubles A r final. Dans 1'un cas,
le r serait 6videmment voyelle, dans l'autre consonne. A ce
propose, on pourrait peut-8tre aussi expliquer le 0 on u qui

termine une serie de mots 6gyptiens, comme

0 a etc. 1) et don't les correspondents coptes (quand il y en
a) manquent de n final, comme pr6sentant la meme particula-
rit6, mais ici relative A la ]ettre n. Que diriez-vous, si j'appli-
quais la meme th6orie A la lettre U de mots come <

S= i (parallelement a ,

A c6t6 de y A cobt de ?1 Cela serait
une preuve de l'existence en 6gyptien de lois, rappellant cells
don't on s'est servi chez les peuples indo-europ6ens dans le trai-
tement de ce que, a l'exemple des adeptes de la philologie
comparee, on appelle la nasalis sonans.
La petite aberration que je me suis permits de faire de la

1) Cfr (Tta, 278) = (Merenra, 323) =

on (Sarcophage de Padupep), tons les trois des variations d'un meme mot.
VIIle CongrBs international des Orientalistes. Section africaine. 3








Karl Piehl.


matikre, n'est peut-6tre pas sans int6rAt pour la science, et
i'invite instamment ceux qui parmi les confreres s'adonnent parti-
culierement A la phonologie 6gyptienne, d'examiner A fond mon
hypothlse, don't par suite de manque de temps n6cessaire, je
n'ai pas encore pu p6n6trer les pour et les centre.
Finalement pour en revenir au signe hi6roglyphique qui de-
vait nous occuper, je ferai observer, que la vraie transcription
de Cip est peut-etre pe, ce qui nous amine A la regarder
come emprunt6e au group 1 ,,voler, s'envoler", qui
peut avoir plusieurs d6terminatifs, entire autre aussi celui du
disque solaire ail6. Le signe n, ayant 1l'6poque ptol6maique
tant6t la valeur per, tant6t celle de pe, rien d'6tonnant A ce que
ait pu le remplacer dans ce dernier r6le. Mais s'il faut
encore attribuer A notre signe la lecture per (A r final),
cela me paratt actuellement impossible a d6cider.
3. (.
Ce signe, comme tout le monde sait, possede la valeur de ou, A
partir du novel empire jusqu'aux dernieres 6poques de la civi-
lisation 6gyptienne. Mais nous pouvons lui assigner une autre
valeur encore, et cette valeur n'ayant pas 6t6 reconnue jusqu'A
present, je prends la liberty de l'indiquer A cette occasion, en
ajoutant des preuves qui me paraissent d6finitivement resoudre
la question.
Rappelons d'abord que la nouvelle valeur semble entierement
limited a 1'6poque ptol6maique. M. BRUa SOH, l'infatigable explo-
rateur des monuments de cette 6poque, d6jA il y a huit ans 1)
a fait remarquer, que les textes de Dend6ra, d'Edfou et d'au-
tres temples, datant des basses 6poques, renferment des exem-
ples, oh le signed Q par erreur de la part du lapidaire a Wt6
employ A la place de a, ayant la valeur de . A cet 6gard,
le Nestor de notre science cite les examples que voici:
,,construire", aupres de ( : honorerer", au
ieu de p ;; ,x.,,composer", au lieu de n x;
S ,,aride", au lieu de ( .

1) Hieroglyphisch-Demotiscees W rterhuch, V, pages 308, 309; VII, page 1014, etc








Observations sur quelques signes et groups hieroglyphiques.


Tout en reconnaissant la parfaite exactitude de l'id6e sur la-
quelle repose l'observation de M. Brugsch: j'entends la icessitd de
suzstituer la lettre s a celle de ou des examples cites, pour oblteir
des mots vraiment egyptiens, je ne puis nullement croire A l'op-
portunit6 de la measure qu'a employee le grand savant allemand,
pour mettre A contribution son id6e. I1 est vrai que les lapi-
daires 6gyptiens sont excessivement n6gligents, quoique, A mon
avis, ceux de l'6poque ptolemaique soient tout aussi conscien-
cieux que p. ex. ceux du moyen empire. Mais dans le cas pr6-
sent, ce qui resemble A une erreur a 6t6 applique sur les
monuments avec une telle constance, dans une tell 6tendue
qu'il est absolument impossible de chercher dans 1'ignorance et
l'inadvertance des lapidaires 6gyptiens l'explication du ph6nomene
en question. Autant vaudrait poser l'arbitraire come principle
du systeme d'6criture des ,gyptiens, ce don't il ne peut Ctre
question.
En effet, le nombre des cas ou pour les groups tout-A-l'heure
cit6s, nous recontrons les formes x,, est
fort considerable; A mon avis, on les trouve, A Edfou et A
Dendera, au moins aussi sounvent que les former | 6 X, I [

, I I, voire m'me, plus souvent que ceux-la, par la rai-
son que le lapidaire n'a pas 1'habitude de tracer la plume
d'autruche P sur un plan carr6, comme on le faith pour le
signed Q.
Selon mon opinion, il faut done attribuer au signed Q des
groups cites la valeur de la lettre .. Cela me paralt r6sulter
non seulement de la r6gularit6 avee laquelle, pour les-susdits
groups, le signe Q entire dans les functions habituelles de
celui de S, mais il est en outre prouv6 par d'autres cir-
constances. En premier lieu, nous ne connaissons pas un seul
example oi le signed @ replace celui de quand ce der-
nier apparait, ayant la valeur de m, valeur qui aussi est com-
mune A 1'6poque ptol6maique. Si nous admettions avec M.
BaBuGsc que ( est fautif pour il serait strange qu'il fit
Sayant la valeur de , qui seul eUt ce correspondent in-









Karl Piehl.


opportun. En second lieu, nous sommes en measure de citer, A
cot6 des groups, mentionn6s par M. BRUGsoH, plusieurs autres
qui aussi contiennent le signe ( a1 ou nous devons nous at-
tendre A trouver la lettre J.
Je vais maintenant passer en revue les mots nouveaux, of
j'ai relev6 la lettre ( ayant la valeur de S.
1) Q. BRuGson [Hierogl.-Dem. WIrerbucd I, p. 164]
lit aw et rapproche du mot ,,trone d'un arbre
colonne". Une comparison, faite entire les trois citations sui-
vantes:


b) --o-

C) T --- 1

montre 1) surabondamment la n6cessit6 de lire notre group
aJ, non pas au. Pour plus amples preuves, je renvoie A MA-
RIETTE, -Denddrak passimm].
2) BrBGsOu [Hierogl.-Dem. Wrterbuch, V, p. 178]
lit a~ et traduit ,,mit later Stimme sprechen oder lesen, reci-
tiren". C'est lM exactement le sens du mot si fre-
quent A toutes les 6poques. Les examples que cite M. Brugsch,
renfermant au, prdviennent d'Edfou et de Dend6ra et se retrou-
vent entire autre dans un document [BBnuGsB Drei Festka-
lender] qui emploie indiff6remment les formes [. VII,
11] et 7 [IV, 22] d'un meme mot. Je n'h6site done
point a lire notre group a5, en renvoyant au mot 7 ,
tout-A-1'heure examine.
3) \\ P= [BRv GSCH, Hierogl.-Dem. Wdrterb., IV, 1174 et VII,
1013] ,Finsterniss", ne se lit pas sni, mais plutbt semi. Compare
P~XF, [BRnusoC, 1. 1., IV. p. 1310]. La forme -\
provient de l'ile de Philee.
1) a = DiiICHEN, Baug. des Dend.-Tempels, 36, 14; b = DiMICHEN, 1. ., 16,
23; c = ibid., 22. ,,Le petit gargon" de b devait avoir une plume d'autruche a la main.








Observations sur quelques signes et groups hi6roglyphiques.


S4) [BtTson, 1. 1., VI, 722, sub voce ]e0 ,,sich
biegen", provenant d'un texte d'Edfou, doit se lire non pas
uf, mais gef. Compare ( I (1. 1., 916) et '

5) = T emur, ,,Mitternacht". [BTTUGSCO, 1. 1., II,
607]. Co mot, evidemment, est le mgme que
maleru, ,,Abend, Abendzeit" [t. 1., 615, 616].
Apres les remarques qui precedent, on doit Atre d'accord avec
nous que le signed Q de 1'6poque ptol6maique quelquefois r6elle-
ment a la valour de 8. Comment expliquer cette lecture? Rien
de plus simple, je crois. (, come nom de nombre, signifie
100 et alors se lit W C'est la lettre initial de
ce dernier group qui a 6t6 adopt6e comme valeur de notre
signed, a une 6poque ou l'on excellait dans application du
systeme, dit acrologique. L'usage de fair des calembourgs, des
jeux d'alliteration sur les noms de nombre, cet usage, tres fr6-
quent a l'6poque ptol6maique, a pu contribuer A faciliter aux
chiffres 6gyptiens la transition a la valeur de lettres. De cette
maniere, nous comprenons done que le signed Q a pu adopter
la valeur de la lettre '.


BRUGson [W'rterbuck, V, 83] donne cette combinaison de
lettres come un seul mot qui selon lui est variante du

I I tres frequent. Le savant auteur ne cite qu'un
seul passage oi d'apres lui se trouve le group en question.
C'est dans les Hieroglyphiscke Insckriften de voN BRBMAnNN, pl.
41 ). Voici la teneur de ce passage: z
S) j } = ce que je traduis: ,,a vie (ou vive!),
le bon dieu, prince de Fekher, celui qui gaspille (?) les revenues,
provenant de Bau-kem". On pourrait A la rigueur consider
) o de cet example come un mot et alors traduire: ,,prince
de Fekher et des tributes de Bacukem".
1) BauGSCH mentionne la planche 39, evidemment par erreur.








Karl Piehl.


Mais une pareille acception 'n'est point admissible pour d'au-
tres examples qu'en tres grand nombre, nous avons ramasses
de la combinaison de signs qui fait le sujet de ce paragraph.
Nous en avons relev6, oI le signe initial ) est accompagne
d'un t, c, servant de marquer le fAminin du participe present,
P.ex. V Q ) lI I I i ,
I III ,,Celle qui ouvre ce pays-ci en harmonie, cell qui
gaspille (?) les products des quatre coins du ciel" 1). De
meme, nous avons rencontr6 des cas, oA le signed ) de notre
group est suivi d'un pronom suffixe, indiquant un temps ver-
bal,p.ex. ) I I I I = I @, oI le d6but signifie
,,tu gaspilles (?) les products" 2). I1 n'y a done pas moyen
de douter, que la combinaison de signes que nous 6tudions, ne
doive se couper de la sort ) +
L'expression ) j est tres commune 3) dans les inscriptions
d'Edfou et de Dendera. Ainsi p. ex. la publication que nous
devons A Mariette sur Dend6ra, m'a-t-elle fourni plus de 20
examples, renfermant notre expression. De l'autre c6t6, je n'ai
nulle part rencontr6 le signed ), ayant de la valeur verbal,
si j'excepte la combinaison de signs ) j . Cette dernimre
est done en quelque maniere A regarder comme une expression
fixe ou un clicAj, pour employer un term, emprunt6 a un
autre domaine que celui du language. Or, les expressions de
cette espece competent parmi les plus difficiles comme explica-
tion, que le linguiste puisse border. Cette circonstance doit me
servir d'excuse, si dans la suite, je ne r6ussis pas A r6soudre
le problkme qui est en d6bat.
Dans les lignes pr6c6dentes, j'ai rendu le mot par ,gas-
piller", tout en indiquant par un point d'interrogation, que cette
traduction prete A des doutes. En effet, nous avons ramass6 des

1) MARIETTE, Denddrah, II, 62.
2) Ibid, IV, 28, b.
3) La variant ) s'en voit MARIETTE, Denderah, II, 66.
!Ill








Observations sur quelques signes et groups hidroglyphiques.


expressions, datant de 1'6poque ptol6maique, oI le mot /
cheb, ,,gaspiller, d6penser" [,,verringern, lostrennen, einziehen",
BRnGscc Wdrterb., VI, 907] semble remplacer le signed ) dans
son emploi comme membre de la combinaison de signs) .
En voici des examples:
a) e ) o< L < (sic) ,,celui qui
d6pense les products, jusqu'aux rayons du soleil" 1), expression
qui doit se compare a la suivante:
S(sic) s2) et peut-6tre aussi A celle-ci: -

^ F^ 3);
b) n V ,,Einzieher der Einkiinfte [oder
Abl6ser der Produkte] des Nomos Aphroditopolites-Antoeopoli-
tes" [BRUGsCH, 1. 1. page 907], comparable A l'expression que
voici: n 4)'

c) ,c elui qui gaspille les
tributes qui proviennent de l'6tranger et de Temeh" 6), phrase qui
doit 6tre rapproch6e de celle-ci: ^ = 6 );

d) Jt j richer e en
merveilles, celui qui gaspille les revenues, rappor.t6s des pays
Asiatiques", 7), expression qui rappelle de tres pres la suivante:

[la suite est incertaine] 8); etc. etc.

1) MARimarr Dendirah, III, 72, c.
2) Ibidem, II, 74.
3) LEprsms, Denkmailr, IV, 52.
4) MARIETTE, Dendirah, II, 40, a.
5) LEPsms, Dnkmiler, IV, 63, c.
6) MARIETTE, Denddrak, III, 21, v.
7) PIEL, Inscriptions hkiroglypkiques, 22.
8) MARIETTE, loo. laud., I 50, a.







Karl Piehl.


On m'accordera, j'espkre, que ces dernieres quatre series
d'exemples appuient fortement la supposition que les mots
) et sont des synonymes. Peut-6tre m6me, grace a cette
observation, sont-ils A consid6rer comme des variantes du m6me
mot hi6roglyphique, dira-t-on? Pour ma part, j'h6site a le
croire, bien que je pourrais citer des raisons un peu facti-
ces, il est vrai en faveur de cette opinion. Mais quelle est
done la lecture du signed ) du group ) j ? Parmi les dif-
f6rentes valeurs de 1'hi6roglyphe repr6sentant ,le croissant de
la lune", A savoir I, i , I L et meme I 1), il
n'y a aucune qui convienne dans le cas present. En rappelant
ce que j'ai dit auparavant sur les cliche' du language et leur
particularity d'exiger des moyens extraordinaires pour 6tre ex-
pliqu6s d'une maniere satisfaisante, je ferai remarquer qu'on
pourrait ici penser A la lecture b6 qui a 1'6poque ptol6maique
est conf6r6e au signe D, don't la variante ) d6jA a 6t6 note
par BRTuGBs. I1 est vrai que cette variante par le dit savant
a 6t6 d6sign6e comme et~iopienne, mais les textes ptol6maiques
de l'Igypte la connaissent n6anmoins. Voir p. ex. la forme
1 1 I ) I [MARIETTE, bendearah, III, 50, i] du mot qui
s'6erit plus souvent D <-r- on 2- [WY~rterb., VI,
926]; on la forme j ( [LEPSBIU Denkm., IV, 67, d] dumot
qui plus souvent s'6crit D ) [Wiirterb., V, 414] ou n
Done, le signed ) peut fort bien Wtre une variant sgyptienne de
l'hieroglyphe frequent D. En consultant les passages de texte
que voici:

1) L'expression m ne se lit pas ahdi, comme le pense M. BRUGSCH
[ Wirterbuch, I, page 108], mais plut8t An hi, et dolt etre regarded comme com;
posee. Cfr. les variantes que nous en connaissons, p. ex. ) [MARIMETE,
Deandrah, II, 50 k] et tj I J ) [ib., III, 83]. Cfr. aussi le group inddpen-
dant l I I [DIiiMiCHE, Baug., 69, a.]








Observations sur quelques signed et groups higroglyphiques.


a) J [ ] J ",,un excellent
mur en fer, derriere l'Egypte" 1);
b) 8 T ai ,, j'ai 6t6 un hommebien
m6rit6, ayant I'affection de tout le monde" ));


,,Horus..... le grand par majesty = le trs beau, A
la vue de qui tout le monde se r6jouit" 3),
nous sommes A meme de constater que tant le signed D) que sa va-
riante rare), come hi6roglyphes phon6tiques quelquefois ont la
valeur de ba. Or, si nous admettons la lecture ba pour le signed dis-
cut6 ) du group compose que nous avons pris pour sujet
d'6tude, nous sommes tres naturellement amen6, pour en ex-
pliquer le sens, A penser on bien au verbe ,,erhaben sein",
don't voN BERGMANN avec sa finesse habituelle a determine la
signification4, ou bien au verbe j ^ i l
,,aufhacken".
De ces deux verbes, le second offre des particularit6s qui
me font croire que c'est lui qui doit r6soudre l'6nigme qui nous
embarasse. C'est que le verbe a exactement
les m6mes d6terminatifs que le mot e Xeb, que nous
avons relev6 ci-avant comme synonyme de ), a savoir la houe
et le bras armed. D'ailleurs les deux verbes j i
et paraissent tous les deux signifier originairement
,,aufhacken".
Quant aux sens d6riv6s ,,verringern, verkleinern" etc. dumot
j ils n'ont pas jusqu'ici 6t6 relev6s pour le group

1) LEPSIUS, Denkmaler, IV, 67, d.
2) La stable Harris, 1. 7. Voir PIEHL dans la Zeitsahrift, 1886, p. 82, 83.
3) LEPSIUS, Denkmaler, IV, 62, c.
4) Der Sarkophag des Pan cemisis, II, page 17.








42 K a r Pie h1, Observations sur quelques signed et gropes hidroglyphiques.

j ,- mais il se pourrait fort bien que le mot
ba ait eu, lui aussi, ces sens d6riv6s, quoique l'on aurait pre-
fer6 introduire une nouvelle forme d'6criture (A savoir ))pour
donner plus de relief aux nouveaux sens.
En r6sum6, le mot 6 qui originairement signifie ,,auf-
hacken", doit bient6t avoir adopt les sens d6riv6s de ,,amoindrir,
detruire"; mais tandis que, pour rendre le sens originaire, on
a conserve 1'ancienne forme et varr., on a
en recourse a une nouvelle forme d'ecriture ) pour repre
senter les sens d6riv6s du mot en question. Voila comment je
crois devoir expliquer l'une des crux interpretum du syllabaire
hieroglyphique.
Mon explication, dans ce cas, n'est que provisoire. II va sans
dire que j'y renoncerai avec plaisir, si quelqu'un de vous, Mes-
sieurs, en a une meilleure A proposer. C'est en vous invitant
a vous prononcer sur ce sujet, que je termine mes courtesy ob-
servations.


NOTE ADDITIONNELLE. Pendant l'impression de ce m6-
moire je me souviens de connaitre quatre examples de plus de
l'emploi du signe @ dans la valeur de sch. Ce sont: ,,com-
mencer, d6buter" [DiMICHi N, Baugesc icte, 50, 57, etc.;
MARIETTE, benderah, II, 63]; f ,,rebelle, atre rebelle"
[NAVILIE, Mythe d'Horus, pl. 17, 1. 7]; LQ ji ,,f6ntre"
[PIEHL, Iscriptions Hiedroglyphiques, Seconde Serie, pl. XXV,
4]; ,,joi" [M-AIBTTB, Denderah, III, 81].

















Qnelques textes kgyptiens

empruntes a des monuments, conserves
an Musee de Stockholm,
par

KARL PIEHL.


















Quelques textes 6gyptiens

emprunt6s h des monuments, conserves au Mushe
de Stockholm.



Dans plusieurs m6moires, parus a de diff6rentes 6poques,
j'ai eu l'honneur d'attirer attention des 6gyptologues sur les
tr6sors de monuments 6gyptiens que renferme notre ,,Mus6e
National". Le magnifique sarcophage de la princess Taperit 1),
les deux pi6destaux en basalte noir, converts de textes tres
curieux, relatifs A l'ancienne ville de Thmuis et au culte du
b6lier, principal divinity de cette locality 2), les canopes sans
pair du tr6sorier Uah-ab-ra-m-chI 3), ainsi que plusieurs .steles
fun6raires vous ont du fair voir, que le goft de l'ancienne
Egypte n'a pas fait d6faut parmi mes compatriotes, et que
notre collection de monuments 6gyptiens est bien plus consid6ra-
ble qu'on n'aurait eu droit de le presumer, s6par6s comme nous
sommes de la vall6e du Nil par des milliers de kilometres.
Aujourd'hui, je solliciterai la permission de vous entretenir
de quelques monuments, plus minces de notre collection. C'est
que les monuments en question ne pr6sentent pas tout-a-fait le
meme int6ret que les sus-mentionn6s, parties comme ils sont,
pour la plupart, dans un tres mauvais 6tat de conservation,
parties puisque les inscriptions en offrent des particularit6s, moins
attrayantes. Toutefois, il y a un certain nombre d'observati-

1) PIEHL, Petites taudes tgyptoloqiques, pages 82, 33 et la Zeilschrift, Vol.
XXVIII, page 10
2) Recueil de VIEWEG, 111, pages 27-32. Les observations que vient d'4mettre
le savant danois, M. USSING, ont fait voir, que la ville, designee par les 4gypto-
logues sous le nom de Mendbs, a Wt4 situde sur l'emplacement de l'ancien Thmuis.
3) PIEHL, Inscriplions Hidroglyphqques, pl. 14.








Karl Piehl.


ons auxquelles ils donnent lieu. Cela en justifie pleinement la
publication.
N. 1. Fragment de statue en basalte, datant de ancientn em-
pire. La personnel que repr6sente la statue est assise, v6tue
d'un pagne court, stri6 qui, attach autour de la taille au
moyen d'une ceinture, lui serre les hanches et retombe un peu
au-dessus des genoux. Les bras du d6funt, serr6s centre le
tronc, reposent sur les jambes, la main gauche 6tant aplatie
centre le genou gauche, tandis que la main droite, A poing
ferm6, laisse retomber la bandelette traditionelle sur le genou
droit, centre lequel elle appuie. Le siege est en forme de
cube, au dossier 16gerement saillant. Toute la parties sup6-
rieure de la statue, qui, avant la destruction qu'elle a subie,
a dui computer comme une fort jolie piece, a 6t6 enlev6e, de
sorte qu'il n'en reste actuellement que les jambes et le tronc
jusqu'a mi-corps. Tous les c6t6s du siege sont couverts d'in-
scriptions, en parties tres mutil6es. Les voici, se succ6dant autour
du monument:
a. (sur le devant du siege, A droite des jambes de la statue):


b. (sur le devant du siege, A gauche des jambes de la statue):


c. (sur le c6t6 gauche du siege): l b L -

2 O
V T -C- -E]-


d. (le derriere du si ge): <=>



AM L[ 1 .a L


e. (le c6t6 droit du siege): 1 Q A ^
2 rn 1r 3 1
^ I I I T 1- Mj ~aA r7 L ^Z T ___








Quelques textes 4gyptiens.


Un monument, appartenant a la meme famille de particu-
lers, nous est probablement conserve dans la stele de Boulaq,
don't LIEBLEIN (Dictionnaire de noms) donne la g6n6alogie sous
le num6ro 363. La restitution [fZ que nous avons cru de-
voir faire devant le nom propre Y doit peut-6tre
se remplacer par la suivante: [ MI Alors .otepui serait ou
bien la fille ou bien la femme, ou peut-etre meme la mare de
notre Abu.

N. 2. Fragment de statue en basalte, re'resentant un Aomme
accroupi, les bras croise et reposant sur les genoux. Sur la par-
tie de la robe qui couvre les jambes, se volt tracee en lignes
horizontales 1'inscription suivante:










Ce que je traduis de la manire que voici: ,,Tout ce qui ap-
parait sur 1'autel d'Osiris, dieu grand, qui reside A .a-cheb,
(est destiny) pour le ka du prince h6ritier, prophbte en chef
de IHorschef, roi des deux terres, prophte de Sebek de la
ville de Grocodilopolis, proph6te d'Anubis, proph~te d'Hatlhor,
maltresse d'Aphroditopolis, prince h6ritier, grand par la puis-
sance (qu'il exerce), Pe-tu-hseta, fils de Ack-sc&kesakek, just de
voix, n6 de la dame Tau-tau 1), just de voix".
Notre text renferme que1ques particularit s qui m ritent


1) M. LIEB LwE (Katalog ovfer egypt. fornlemnigar, page 36, no 81) a real
l les noms propres, ddsignant le phre et la mbre da difant. En consultant le Dio-
tionnaire que je t rolypiques (N 1026) du mme savant, on voitce qu'il s'est
adessi tromp a sjet roi du nom deu dfunt li-rres, prophe.








Karl Piehl.


des remarques speciales. Le titre n que nous avons tra-
duit par ,,prophete en chef" content une faute 6vidente: le
signe trace par deux fois, n'en doit s'y trouver qu'une
seule. Le signe v qui accompagne le mot ,,Crocodi-
lopolis", est probablement A regarder comme une variante dn
signe I qui quelquefois determine ce nom de ville [cfr. NA-
VILLE dans le Recueil de VIEWBG, I, page 110]. O'est 1& 6vi-
demment le mAme signe que M. Go-ENIISCOHEF vient d'6tudier
[Recueil de VIEWEG, XI, page 98]. Notre passage de texte mon-
tre bien qu'il doit Atre lu schet. Je me demand d'ailleurs, s'il
ne faut pas consid4rer le signe initial du titre de fonctionnaire
ou (oU 6 ) -- [Zeitsckrift, 1873, page 74,
et passim] come une variante, mal tracee, de 1'hi6roglyphe
que repr6sente notre monument de Stockholm sous la forme
de Ce dernier se rencontre dans un autre titre de fone-
tionnaire, appartenant aux plus anciennes dynasties, A savoir
celui de T Y, a moins qu'ici le second signe ne soit une
variante de celui qui se transcrit -au. Notre texte offre la
singularity de r6p6ter deux fois l'expression = dans
les titres d'un meme personnage. La second fois, cette ex-
pression est suivie des paroles qui probable-
ment donnent une variante de sens du tres frequent '
Le nom propre de la mere du d6funt se lit peut-
Atre plut6t f q @ Taf-taf.
AuprAs du bras gauche de la statue, il y a des traces d'un
nom pharaonique, malheureusement effac6. La forme de 1'ex-
pression ouh il se voit <= ainsi que les
autres particularit6s de notre monument nous amenent A de-
signer comme 1'6poque de son execution, celle des Saites.
N. 3. Fragment de statue agenouill6e, don't les bras sou-
tiennent un naos, renfermant une statuette d'Osiris.
La bordure du naos a Osiris porte, a droite et A gauche de
l'image du dieu, une ligne hi6roglyphique vertical, don't, par
malheur, le debut a disparu.








Quelqnes textes 6gyptiens. 49

La ligne de gauche est celle-ci: v

S [ sic1

La ligne de droite est la suivante: i [I I M [E]



Le derriere du monument donne en deux lignes verticales,
fortement endommag6es au commencement et a la fin, le petit
texte que voici:







Les signed hi6roglyphiques du monument qui nous occupe,
sent tres gauchement trac6s. Du reste, il parait, qu'il y en a
plusieurs erreurs dans la disposition. Si j'ai bien comprise le
fonds de nos textes, le d6funt .... .m (?), selon eux, a eu
pour pere le nomm6 Pima et pour mere ,,la dame, sup6-
rieure des tisserandes 1) de la mason du nord Nebu". De meme
que nos textes connaissent une i y n
S=!n ? ,,sup i-
a d'autres qui mentionnent la ,, super
eure des tisserandes de la mason du sud" [VON BElRGMANN,
Zeitscrift, 1882, page 38]. La corporation des tisserandes de
Sas, divis6e en deux classes, cell de la maison du nord, et
celle de la mason du sud, se nommait come un tout

L t[Ba uGse Dictionnaire Hie'roglypique,
VI, page 953], variant: @ I [tombeau de
Chamhat de Scheikh-abd-el-G-ourna].
Le monument appartient.a 1'6poque saite.

No. 4. Fragment de statue agenouille'e qui soutient u naos a

1) De ce titre M. LIEBLEIN (Katalog, p. 37, No 84) fait un nom propre de
femme Her-chet (!)
VIlIe Congres international des Orientalistes. Section africaine. 4








Karl Piehl.


Osiris. Le dossier en continent une inscription de deux lignes,
mutilees au d6but et A la fin, don't voici la teneur:

rl J^J Q > s "






ce qui signifie: ,,Le dieu de ville du pr6pos6 a la demeure de
l'int6rieur, pr6pos6 A la maison de la deesse des bandelettes(?),
chef et grand ami des soldats, qui remplit de joie le coeur du
pharaon partout oX il va, intendant de (tous) les travaux (du
pharaon) orn, just de voix, maitre de la b6atitude qui le
protege lorsque son ka est devant lui (le d6funt), c'est Ani.
L'intendant de place Holi".
L'expression : o i que nous avons rendue par
,,pr6pos6 a la maison de la d6esse des bandelettes", ne m'est
connue par aucun autre texte. Les inscriptions 6gyptiennes nous
fournissent le nom d'une deesse qui 6tait cns6e
procurer aux d6funts les moyens n6cessaires a leurs costumes
funebres. Est-ce que le ta de notre texte serait une abreviation
du nom de la d6esse en question? Ou faut-il corriger en
S= n en reservant A l'image de la femme, portant a
chaque main une bandelette, la valeur d'un mot ind6pendant?
[Comparez d'ailleurs la racine cS: _]. La forme
/I W"f~ =1 - fl
de duel < 0 -du mot qui en general s'6crit \\
ou a g doit etre note. Ou faut-il la regarder

comme un singulier en .
Le monument que nous venons de discuter, se -distingue par
la beauty extraordinaire des inscriptions qui le couvrent. Par
l$, il doit Atre attribu6 a 1'6poque site, ce qui est corrobor6
par l'existence sur le dossier de la formula don't nous avons si
souvent parole, dans nos ouvrages anterieurs 1).
1) Zeitsckrift, 1879, page 147; Recueil de VIEWEG, VII, p. 74 et suiv.; IX,
page 191 et suiv. etc. etc.








Qnelqaes textes 6gyptiens.


N0 . Couvercle de caisse de momie d'assez grades dimensions.
I1 a 6t6 peint en couleurs bariolees, fort 6clatantes, toutefois dans
un style don't je ne connais pas d'autres specimens. Ainsi p. ex.
le disque solaire, represent tout au-dessous de la tate sculptee
du couvercle, a les ailes peintes en bleu.
Deux lignes d'hi6roglyphes courent, au-dessous du pectoral,
le long du monument. Ces hi6roglyphes, qui sont points et en
parties dor6s, ont 6t6 traces sur une 6chelle de grandeur qui
paralt exag6r6e, lorsqu'il. s'agit d'un monument en bois. Car
pour ce dernier materiel, les 6gyptiens aimaient a rapetisser
les caracteres d'6criture, proc6de tres natural, les hi6roglyphes
de grande dimensions 6tant plus appropri6s A Atre grave s
sur les monuments. Voici l'inscription du couvercle de caisse
qui nous occupe:






Ce qui signifie: ,,... prince des dieux. C'est R oa-Hor-ckuti qui
parle. Qu'il donne des offrandes et des provisions A l'Osiris, le
prophete d'Amon OSORKON, fils du premier prophete d'Amon
SOHEBCHONK" 1).
Les deux signs qui forment le debut du petit texte, sont
& peu pres illisibles et actuellement, je ne sais comment les
rendre. La g6n6alogie du monument montre que nous avons
ici affaire A des membres de la famille royale que nous con-
naissons sous le nom des Bubastides. Je serais d'ailleurs port
a croire que notre couvercle de caisse provienne, sinon du
Delta, de la province de Fajoum oi des membres de la XXIIe dy-
nastie paraissent avoir exerc6 une domination de plus on moins
grande duree. Car pour la Haute-]gypte, je ne connais aucun
specimen du style, dans lequel notre monument a Wt6 peint et
d6core.
Comme on peut le voir, c'est une piece trbs important que
le monument, que nous venons d'6tudier.

1) Voir LIEBLEIN, Die agypt. Denkmiler in St. Petersburg etc., page 56 et suiv.,
oh nous retrouvons les mgmes personnages.








Karl Piehl.


N. 6. Fragment de statue agenouill6e qui support un naos
A Osiris. Sur le dossier, on lit en deux lignes verticales, mu-
til6es par le haut et par le bas, le texte que voici:








Les montants du naos portent les bouts de textes que voici:






b. (celui de gauche): f m ] 7


Grace g ce document, nous pouvons augmenter d'une nouvelle
g6ndalogie le nombre que nous en connaissons dbj. Malheureu-
sement, la premiere lettre du nom de la m~re du d6funt reste
incertaine, malgr6 tous les efforts que j'aifaits pour la lire. Faut-il
peut-~tre lire a 4 ? Compared des noms comme

etc. datant de 1'6poque des Sal-
tes qui est aussi cell du monument don't nous venons de re-
produire les inscriptions 1).

1) La manibre dont s'dcrit ici le nom du p1 re du d6funt, savoir 1 ,
AIAC t ) 10/10




















me porte h modifier sla transcription Henktaes que, il y a une dizaine d'annies,
j'avais propose pour le nom propre F i [Zeitcsdkrft, 1879, page
147]. Les denu noms ne sent en rpalite qu'un seil et doivent se transcrire HIen-at
r. dos, Le dtermintif de notre no a our variant
b celui de gauche): d ]rminatif





















qui souvent change avec I. M. n LIEBLEN (Katpalo etc. p. 87, dn 88) lit n tort
Henta le nom en question.
Henta le noma en question.








Quelques textes 6gyptiens.


No. 7. Fragment de statue qui represent un home debut. Sur
le dossier, on lit en deux lignes verticales le texte que voici:


~~ 81- h ~ ~~&-A



C s~, --0-Z77


Traduction: ,,0 ..... qui aime le dieu grand, tout pretre,
tout prophete, quiconque sort et entire dans le temple, 6tant
protecteur de cette statue, qu'il dise: que mon nom soit dura-
ble par mes actions, comme aupres du dieu grand, seigneur du
cie]. J'ai Wte un d6vot........ J'ai fait la justice A la mat-
tresse d'elle, j'ai satisfait les d6sirs de la d6esse Neith, moi,
le franc et le sage, A la figure reposee, au cceur just, le tr6-
sorier Psemiek, fils du sacrificateur" .......
La parties soulign6e de la traduction est purement conjectu-
rale; d'ailleurs le texte etant mutil6 en cet endroit, il est pos-
sible que la vraie restitution doit donner un sens tout different
du sus-dit. Le signe --, tres rare, est peut-Atre une former
exceptionelle de la negation -A et -.- peut-etre A lire
man, variant de A Le reste du dit passage est douteux. -
L'expression Z me semble Atre une variant de sens du plus
freqnent e cfr. PIEHL, Zeitschrift, 1887, page 20: -z

S L'expression justse de coeur"
a 6t6 tracee de maniere que le signe occupe la place libre
apres le signe Q du group qui pr6cede. De pareilles inversions
de lettres ne pr6sentent rien d'insolite, dans le style lapidaire
des 6gyptiens.
Le monument date de 1'6poque de la XXYIe dynastie.

No. 8. Fragment de statue, representant un homme debout qui
tient devant lui un image d'Osiris. 11 n'y a pas de naos.


o AWO








Karl Piehl.


Sur le dossier, i y a deux lignes verticales d'hi6roglyphes,
don't les debuts et les fins ont 6t6 enlev6s. Voici la teneur de
ces textes:

L 1 a X A






Traduction: ,,Le dieu de la ville de .... Psemtek qui donne
sa protection ) lorsque son image est devant le d6funt, don't
les jambes ne marchent pas et le coeur ne bouge pas, c'est An,
just de voix".
(I dit): Je place mes bras derriere toi, seigneur de 1'6ter-
nit6, j'embrasse tes perfections. Tu m'accordes d'etre parmi tes
bienheureux (a jamais)".
Notre texte est fort instructif pour 1'6tude d'un passage, bien
connu, des textes de la statue de Ut'a-korresent du Vatican.
En voici la teneur: 5
Vl I LJ w I


W C ] ^ za ce qu'actuellement je traduirai: ,,0
Osiris, seigneur de 1'6ternit6, le m6decin en chef Ut'ahorresent
a mis ses bras derriere toi pour prot6ger ton ka. Que lui soient
faites toutes sortes d'actes pieux, comme il exerce la protec-
tion derriere toi, A jamais".
Ici 1'expression Li doit Atre rapprochee de a (I)
SJ d z i= du texte de Stockholm. Il faut done 6car-
ter la supposition cat6gorique que I du texte du Vatican
est une designation du naos que soutient le d6funt. La nou-
velle acception que je propose pour la fin du texte du Va-
tican m'a 6te inspire par le passage que voici L a n ue-


1) J'ai modifiM un pen l'acception que j'ai soutenue pour la formale en question.








Quelques textes 6gyptiens.


< P s de la stele 4017 du Louvre. 8elon moi, le d6termi-
natif f du mot du texte d' U ahorresent est abusif.
C'est 1& une hypothsse, il est vrai; mais grammaticalement,
elle peut fort bien se d6fendre 1).
Des deux c6tBs du pilier qui forme le dossier de la statue,
il y a de petits textes, malheureusement tres mutil6s:

a. (celui de gauche): L V L I B f l



m I

6. (celui de droite): '



1) On pourrait aussi tradaire la fin de ce passage, de la sort: ,comme il exerce
la protection derriere ton naos, A jamais".
2) Toutes les inscriptions que nous venons de passer en revue, ont tde copies a
la main, sans l'aide d'estampages d'aucune sorte.

















Quelques mots

sur la vie et les (euvres
de

l'illustre orientaliste suedois J.-D.-Akerblad

par

KARL PIEHL.


















Quelques mots sur la vie et les euvres de 1'illustre orientaliste

suedois J.-D.-Akerblad ').
(a propos de la d6couverte d'une parties de ses papers posthumes.)




Messieurs,

Ceux d'entre vous qui ont eu le bonheur d'assister A la
IVi6me Session de notre Congres, se souviennent assur6ment
avec des sentiments de vive joie mel6e peut-6tre de regret -
des journ6es m6morables qu'ils ont passes dans la plus belle
ville de 1'Italie, ,Firenze la bella", oi la nature et les habi-
tants ont offert aux savants ,,forestieri" une hospitality don't
rarement on a vu 1'6gal. En vous reportant par 1'imagination
a ce temps, a jamais disparu, vous verrez surgir 1'un apres
l'autre ces beaux palais qui font l'orgueil de Florence et oi
vous avez eu vos reunions et vos fetes, vous verrez apparaitre
les figures sympathiques de savants que vous aviez appris A
estimer et v6n6rer, don't h6las, nombre a d6ja pay6 le tribute
a la nature. Les Mickele Amari, les Theodore Benfey, les
Frangois Lenormant don't a Florence vous avez applaudi les
paroles, ont depuis termin6 une vie, riche en labeurs et suc-


1) Cette communication etait originairement destinde B Stre lue B la stance gd-
ndrale de totes les sections. Des obstacles de force majeure ayant empAchU la mise
en oeuvre de notre intention B cet dgard, la section 6gyptienne a bien voulu en
ecouter la lecture. Cette lecture a td illustree par la production des documents
originaux, qu'avait laissds Akerblad & Rome, que M. Fabiani avait acquis et que
l'auteur de cette communication a retrouves et achetes pour le compete de la Biblio-
thbque Royale de Stockholm. Parmi ces pibees, figurait aussi l'exemplaire do texte
de Rosette, sur lequel A. avait travaill6 et qui portait toujours les notes en crayon
qu'il avait ins6rdes, par-ci par-la, dans le corps meme du texte.








Karl Piehl.


ces o- 1'Orient et les civilisations orientales avaient eu leur
part l6gitime; et d'autres savants, lesquels, moins connus,
mais non moins enthousiasm6s A nos 6tudes communes, vous
rencontriez A nos reunions dans la ville aux bords de 1'Arno,
ont suivi la mmme voie qui conduit aux parages qu'6claire le
soleil non eclipse de 1'6ternit6.
ENRICO FABIANI est le nom de l'un de ces savants dent les
faits n'iront peut-6tre pas A la post6rit6, mais qui m6rite tou-
jours vos sympathies de par le zsle infatigable qu'il a d6ploy6
dans ses 6tudes orientales. Membre du clerg6 remain, il avait,
comme beaucoup d'autres membres de cette corporation distin-
guee, un gout inn6 pour la science, et des sa jeunesse il la
cultivait avec success. Avant tout, les langues s6mitiques fai-
saient sa preoccupation constant et, de bonne heure, il s'adon-
nait aussi A 1'egyptologie, science que bien des personnel pen-
chent A regarder comme annexe a la science biblique. Pendant
ses 6tudes 6gyptologiques, Fabiani chez un ami rencontra des
pieces, relatives aux jours de jeunesse de la science de Cham-
pollion. Ce n'6tait rien de moins que les papers du su6dois
AKERBLAD oU comme nous disons Akerblad un home qui a
jou6 un r6le tr6s saillant dans les 6tudes orientales des premie-
res vingt ann6es de notre si6cle et qui avec un succAs tout
particulier a approfondi la science relative a l'igypte ancienne.
Fabiani acquit les papers d'Akerblad et les soumit A un
examen minutieux. 11 m'en fit connaitre l'existence A 1'une des
reunions des 6gyptologues, pendant la session de Florence. Peu
de temps apres, il me montrait les dits documents quand nous
nous 6tions retrouv6s, A la ville 6ternelle.
Dix ans s'6taient passes que je me trouvais de nouveau A
Rome. Fabiani 6tait mort, mais grAce A des investigations per-
sonelles, aid6 puissamment par un savant italien, M. 0. Ma-
rucchi, je r6ussis a d6couvrir un des membres de sa famille,
sceur du defunt, dans les mains de laquelle avait 6t6 d6pos6e
la succession litt6raire du chanoine d6eced. Une pile de docu-
ments 6crits, de plusieurs metres de profondeur, voilA ce qu'il
fallait fouiller patiemment pour acquerir de la certitude, quant
S1l'existence de la depouille litt6raire de mon compatriote. Au
bout de quelques heures, j'avais trouv -ce que je cherchais.
Les papers d'Akerblad avaient 6t6 disperses parmi les manu-








Quelques mots sur la vie et les ceuvres de J.-D.-Akerblad.


scrits de Fabiani, mais A ce qu'il paraissait, ils 6taient bien
conserves. Au moins, je n'ai manque d'aucune des pieces que
je me rappellais avoir vu dix ans auparavant. Par le moyen
d'une some tres modique, j'ai pu acqu6rir les papers d'Aker-
blad pour la Bibliotheque Royale de Stockholm, oA actuellement
ils se conservent.
J'ai cru devoir rendre hommage a la m6moire d'un savant
stranger qui a port tant d'int6ret et tant de soins aux souve-
nirs d'une des c6lebrit6s scientifiques de ma patrie, c'est pour-
quoi j'ai attire votre attention sur le d6funt canonico Enrico
Fabiani. Si, A la meme fois, j'ai 6voqu6 le souvenir de la qua-
trieme Session de votre Congres qui m'a procure 1'occasion
d'aborder le chanoine dec6de, j'ai agi conform6ment aux lois
de la reconnaissance, cette reunion de savants sous le ciel
rayonnant d'Italie m'ayant fourni quelques-uns des moments,
les plus d6licieux, de ma vie.
La d6couverte ou plut6t l'acquisition des papers posthumes
d'Akerblad a permis de v6rifier plusieurs assertions, 6noncees
par ses biographies et par lui-meme dans ses 6crits. Vous m'au-
toriserez sans doute d'exposer brievement la vie d'Akerblad, en
pregnant acted de la source que je viens de mentionner, come
d'une s6rie d'autres pieces, relatives au c6lebre orientaliste su6-
dois. Ce que je vous offre n'est qu'une page d6tach6e d'un
ouvrage de longue haleine qu'un jour ou l'autre j'espere mener
A bien.
Jokha David Akerblad naquit a Stockholm, le 6 Mai 1763.
Son pare, miroitier de profession, jouait d'une modest aisance
qui lui permettait de donner A son fils une education soignee.
A l'age de 15 ans, le jeune Akerblad s'immatricula dans le
registre de l'universit6 d'Upsal of il devint membre de la na-
tion de Vestrogothie. Apres quatre ann6es de s6jour A 1'univer-
sit6, pendant lesquelles il s'adonnait surtout A 1'6tude des lan-
gues classiques et orientales, il rentra dans sa ville natale.
Une requite, faite par lui a l'effet d'etre admis dans le service
du ministere des affaires 6trangBres, fut accord6e, et en 1783
Akerblad partit pour Constantinople. Pendant vingt ans cons6-
cutifs, Akerblad restait maintenant attache notre ministAre
des affaires 6trangeres, occupant diffirents postes 1l'6tranger,
d'abord et tres longtemps a Constantinople, puis a Paris, en-








Karl Piehl.


suite A la Haye, et enfin pour la second fois A Paris. Si l'on
except quelques courts intervalles ob il revit la patrie, il pas-
sait le reste de ce long temps entiArement 1l'6tranger. Son ser-
vice lui laissant beaucoup de loisirs, il se mit de bonne heure
A reprendre ses 6tudes de predilection. Outre le turc qu'il de-
vait connaltre A fonds, remplissant assez longtemps les fonc-
tions de dragoman A notre ambassade de Constantinople, il
s'abandonnait A la lecture du grec, comme A celle de l'arabe
et d'autres idiomes s6mitiques. Des voyages, entrepris par in-
tervalles dans les vastes possessions de 1'Empire turc lui per-
mirent d'affermir par la pratique les connaissances qu'il avait
acquises comme explorateur en chambre.
Toutefois, il ne bornait pas son attention aux langues vi-
vantes; il s'attachait tout particulierement A ramasser les traces
de l'antiquit6 qu'il rencontra, chemin faisant, en cela r6unis-
sant la methode du philologue A cell de l'antiquaire. Une
ample moisson d'inscriptions grecques et autres, s'accumulait
de cette maniAre dans les cashiers du jeune savant, lesquels
aussi se remplissaient de notes et d'observations, relatives aux
mceurs des peuples et aux caractAres distinctifs des pays qu'il
visitait. Beaucoup de ces observations d6notent une maturity de
jugement et d'exp6rience que l'on rencontre fort rarement chez
les tourists de nos jours, qui n6anmoins sont guid6s par les
Badeker, les Murrays, les Isambert, etc. et qui par consequent
puisent, A pleines mains, de sources d'informations, auxquelles
le voyageur du sickle pass n'avait pas d'6quivalents.
Afin do se rendre maitre, autant que possible, de la langue
franqaise, la langue des diplomats, Akerblad, de bonne heure,
avait pris 1'habitude de r6diger son journal et ses notes en
cette langue, et il arrivait A Acrire ce bel idiome d'une ma-
nibre qui plus tard, lorsqu'il commengait A publier, 6veillait
l'admiration des savants franqais. 1 serait d'ailleurs fort a d6-
sirer que les nombreuses inscriptions grecques, copies par
Akerblad pendant ses voyages en Asie Mineure, en Syrie. en
Egypte et en GrAce, fussent examines par des personnel com-
p6tentes; probablement, l'archdologie classique tirerait grand
profit d'un pareil examen.
Les observations, qu'6mettait Akerblad au sujet des langues,
les plus distinctes, annoncent partout un esprit de critique,








Quelques mots sur la vie et les aeuvres de J.-D.-Akerblad.


fort l6ev6. Quand il s6journe en Egypte, le dialect arabe du
Delta lui fournit l'occasion de remarques, a la fois vraies et
frappantes. Lorsqu'en Grace, il 6tudie l'albanais, langue que
nous savons maintenant appartenir A la branch indo-europ6enne,
il se declare nettement hors d'6tat d'en determiner les rapports
de parents, modestie que l'on ne retrouve pas souvent chez
celui don't le jugement est r6clam6. Arrive aux terms de la
vieillesse, il aborde la question de l'origine du basque, et pour
se mettre bien au courant de cette tache ardue, il commence
1'6tude de l'espagnol et du portugais, qu'auparavant, il ne
connaissait presque pas. C'est partout le meme esprit investi-
gateur qui vent p6n6trer partout et qui, pour arriver au but,
affronte les pines et les difficulties les plus rudes.
Malgr6 les loisirs que lui laissait sa position, Akerblad se
bornait fort longtemps A accumuler des mat6riaux et des no-
tes. C'est qu'il 6tait d'une tres grande modestie, quality que
lui attribuent unanimement les savants de son commerce, si
j'excepte le Dr. Young seul, qui vers les dernikres ann6es de
la vie de l'illustre su6dois entamait une discussion avec lui,
o0I le c61kbre anglais ne se montre guere A son advantage. Aker-
blad avait presque 40 ans, quand il fit paraitre son Inscrip-
tionis phoenicia oxoniensis interpretation, opuscule qui ,,obtint
d'unanimes suffrages" de personnel competentes et que plus
tard, GEsBNIUs, le profound connaisseur de la langue ph6ni-
cienne, mentionna avec vive approbation. La meme annee qu'ap-
parut ce petit ouvrage qui donnait la plus haute id6e des ap-
titudes de notre compatriot comme d6chiffreur, il publia sa
c6 lbre ,Lettre sur 1'Inscription 6gyptienne de Rosette, adressee
a M. Silvestre de Sacy", ouvrage qui a value a Akerblad le
nom du ,,premier 6gyptologue". De par une analyse d6taill6e
du texte d6motique de la pierre de Rosette, Akerblad r6ussit
A dresser un alphabet demotique qui se montre encore comme
exact sur la plupart des points. Nous n'avons pas A rendre
compete des erreurs qui empechaient Akerblad de trouver la
v6rit6 entire, ni A reliever les modifications qu'il apportait
plus tard a son alphabet. Toujours est-il tres remarquable que,
grace A la methode qu'a applique Akerblad dans son travail
sur le texte d6motique de Rosette, Young l'a pu designer
come le matitre de Champollion; designation qui est caract6-








Karl Piehl.


ristique, le dit savant anglais ne montrant pas en g4n6ral de
dispositions de flatter notre compatriot.
Vers cette 6poque on peu apres, Akerblad donna sa demis-
sion d'un service qui n'avait d'ailleurs que fort peu d'agr6ments
a offrir A un homme qui, comme lui, n'6tait pas noble. I1 alla
bient6t s'6tablir en Italie qui devint sa second patrie. La, il
s'adonnait exclusivement a la science, encourage et aid6 par
quelques m6c6nats d'une haute naissance.
En publiant la lettre sur le texte d6motique de la pierre de
Rosette, Akerblad avait d6jh p6n6tr6 fort loin dans la connais-
sance de la langue copte on n6o-6gyptienne, langue qu'il 6tu-
diait pendant les dernieres ann6es de sa vie avec une tres grande
assiduit6, comme nous le prove entire autre 1'existence dans
ces papers posthumes d'un dictionnaire sahidique, 6crit par lui-
mgme sur des fiches de petites dimensions. Un t6moin, bien
capable de juger de la competence du coptologue su6dois -
j'entends ETIENNE QUATREMERE lui confire ,,un rang distin-
gu6 parmi le petit nombre de savants qui ont su v6ritablement
la langue Copte".
Les papers d'Akerblad nous montrent qu'il embrassait I'ar-
cheologie copte avec autant d'int6ret qu'il consacrait h la
langue des 6gyptiens chr6tiens. II paralt que, entire autre, il
pr6parait un ouvrage sur la g6ographie copte, matiere qui au
commencement de notre siocle n'6tait que fort imparfaitement
connue.
Abstraction faite de quelques brochures, consacr6es h des
inscriptions runiques et grecques, d'une notice sur une inscrip-
tion ph6nicienne, d'une s6rie de notes arch6ologiques, ins6r6es
dans le Voyage dans la Troade de Lechevalier on parues ailleurs,
nous pouvons pr6tendre n'avoir rien oubli6 de ce qui m6rite
d'etre 6num6r6, de la succession litt6raire du c6l1bre orienta-
liste. On dira probablement que Akerblad a d6ploy6 une activity
bien mince comme 6crivain scientifique. Mais ici se pose, comme
toujours dans des questions de cet ordre, la regle inexorable:
Non multa, sed multum. Devant l'application rigoureuse de cette
rAgle, la m6moire d'Akerblad ne risque rien.
Akerblad est mort A Rome en 1819. C'est pros de la pyra-
mide de Sestius que (pour employer le language des construe-
teurs des pyramides de la vall6e du Nil) le premier 6gypto-









Qaelques mots sur la vie et les cauvres de J.-D.-Akerblad.


logue a eu ,,sa maison pour 1'Pternit6"; c'est 1l que des amis
de sa science lui ont 6rig6 une modest pierre tombale don't
l'inscription raconte :
Memorime Joann David Ackerblad, Sueci ovi. Obiit Rome A. D.
VI Kal. Febr. CIDLOCCCXIX. Ne viri inter exteros varia doe-
trina illustris sepulcrum sorum incuria titulo careret, positum
A. MDCCCXXIV.

VoilA, brievement retraces, la vie et les oeuvres de J.-D.-
AKERBLAD. Si j'ai pris la liberty de vous les rappeler, Mes-
sieurs, c'est comme une espece d'introduction A l'examen des
papers d'Akerblad. Ces papers, grace a l'obligeance du Bi-
blioth6caire en chef de la BibliothBque Royale, j'ai 1'honneur
de vous les montrer ici. Vous avez done dans vos mains des
documents du plus haut int6rct scientifique. Je n'ai pas besoin
de vous faire remarquer lequel de ces documents m6rite avant
tout votre attention, car vous le savez, vous-memes. L'original
des recherches, faites par Akerblad sur le texte demotique de
Rosette, c'est la source meme de notre science, la pierre fon-
damentale de 1'6gyptologie.


VIlle CongrBs international des Orientalistes. Section africaine.


















Les Variations de la doctrine osiriaque

depuis I'ige des pyramides jusqu'a l1'poque romaine
par

FELIX ROBIOU.


















Les Variations de la doctrine osiriaque depuis 1'ge des

pyramids jusqu'l 1l'poque romaine.


Premiere parties.

I. Expose de la question et plan de ces recherches.

Le pr6jug6, r6pandu par les Grecs, d'une immobility absolue
dans les arts, mceurs, coutumes et croyances de 1'ancienne
Rgypte n'est plus aujourd'hui soutenu, dans sa rigueur, par
aucun orientaliste; mais il est bien difficile d'effacer complete-
ment les traces d'une erreur, surtout quand elle continent une
part notable de v6rit6; et il est tres vrai que l'esprit de tradi-
tion a 6t6 fort puissant chez ce people; il est tres vrai mmme
qu'en matiere de religion il l'a 6t6 assez sur les bords du Nil,
pour maintenir la persistence d'un dogme, parallklement au
d6veloppement d'une croyance diff6rente ou mgme contraire,
sans que ni le people, ni meme, parait-il, les 6coles sacerdota-
les s'en soient mis en pine et aient fait effort pour effacer la
contradiction.
Nulle part ce fait n'est plus certain que dans l'histoire de
la doctrine osiriaque; nulle part il n'a produit des effects plus
facheux pour la critique scientifique. La longue dur6e de cer-
tains enseignements a conduit souvent des 6gyptologues, et meme
des plus 6minents, A cette opinion qu'il est permis d'employer
sans distinction des textes d'6poques et d'6coles tres diff6rentes,
pour constituer et represented l'ensemble de la doctrine.
I1 y a plus de dix ans d6jA que j'ai cru reconnattre la trace
de cette habitude inconsciente dans certaines pages de l'un des
travaux les plus remarquables de 1'6cole franqaise: Le Mythe Osi-








F6lix Robiou.


rien, de M. Lefebure '); mais aujourd'hui je voudrais border
la question tout entire, en ce qui concern Osiris et sa famille.
Je n'ai point decouvert ni traduit de textes nouveaux; mais
les travaux de M. Lef6bure lui-meme, de M. Brugsch, et
d'autres savants, ont livr6 A la science un d6pouillement de textes
assez 6tendus, pour que le classement chronologique et logique
de ces documents permette de tirer les consequences qu'il s'agit
de determiner ici. D'autre part, la question d'origines est deve-
nue, on peut le dire, abordable pour la premiere fois, depuis
que M. Maspero a public et traduit les grands textes religieux
de la Ve et de la VIe dynastie. J'ai d6ej fait usage de quelques
pages de cette publication, non encore totalement achevee, quand
j'ai cherch6 A resoudre, dans le Recueil que public le savant
6gyptologue, la question des H6rouscha; mais aujourd'hui il
nous faut suivre ces vieux 6crits et classer rigoureusement, par
ordre chronologique, les resultats qu'ils nous fournissent, car
nous allons voir que les variations commencent a se produire
d'une dynastie a 1'autre, meme pendant 1'ancien empire.
Nous rapprocherons ensuite les r6sultats obtenus de ceux
que fournit A la science 1'examen du Per-em-hrou, oper6 A ce
point de vue; et nous nous demanderons si de cette comparai-
son il no r6sulterait pas quelque lumiere sur la question, bien
obscure, de la composition premiere de ce livre. Nous passerons
ensuite aux textes religieux des premieres dynasties thebaines
pour y suivre, s'il est possible, la march ou le stationnement
des doctrines pr6alablement reconnues; puis nous examinerons,
mais rapidement, car la question n'est pas nouvelle, ce qu'il
faut penser de l'influence des Hyksos sur la doctrine relative
au dieu Set.
Ayant ainsi Btabli, s'il est possible, le point de depart etles
premiers d6veloppements historiques de ce mythe, nous n'aurons
plus qu'A accomplir la tache longue, mais relativement facile,
de le suivre d'age en Age, pendant la dur6e du nouvel em-
pire, puis aux temps saitiques, A 1'6poque mac6donienne et sous
1'empire remain. Nous aurons A chercher, dans le classement
chronologique de textes clairs et d6cisifs, appartenant A ces

1) Voyez mon article intituld: Les doctrines religieuses de l'ancienne Egypte, dans
la Revue des questions historiques, no d'Octobre 1878, et sp6cialement le VII.








Les Variations de la doctrine osiriaque depuis 1'Age des pyramides. 71

diff6rentes periodes, la trace des doctrines ant6rieurement dater-
min6es, 1'influence possible des doctrines 6trangeres, enfin le
d6veloppement ou 1'alt6ration plus ou moins spontan6s des doc-
trines nationals, leur contradiction ou leur accord une mme
6poque; et par suite il ne nous sera pas, je 1'espere, trop malaise
de r6pondre A cette question: comment cette s6rie de textes a
pu aboutir a l'ceuvre de Plutarque Sur Isis et Osiris.



IL Les textes de la IVe et de la Ve dynastie.

A. Temps des grades pyramides.

,,Le mythe propre de Horus", dit M. Edouard Meyer 1) ,,est
peu coherent avec celui d'Osiris, et, A l'origine, il en 6tait
completement s6par6". II peut y avoir quelque exag6ration dans
ces lignes, mais elles experiment une r6alit6 de grande impor-
tance, et nous allons en trouver l'application dans toute 1'Ptude
de la premiere p6riode. Au temps de la IVe et de la Ve dynas-
tie, Horus eclipse, en quelque sorte, Osiris. Celui-ci est connu,
sans doute, et 1'assimilation ou plut6t l'identification du d6funt
avec lui, qui fut un dogme permanent en Egypte, se trouve
indiqu6e dans l'inscription, court et mutilee d'ailleurs, du cer-
cueil de Menkaoura; come Osiris, ce roi est dit enfant6 par
Nut, la d6esse c6leste 2); mais on n'en parole guere alors qu'au
sujet du dernier terme de 1'existence humaine. Le Pharaon vivant
est sans doute revetu d'une splendeur divine; mais ce n'est
pas A Osiris qu'il est assimil6. La mare royale, 1'6pouse du roi,
est dite: celle qui voit son Horus, 1'amie, la familiere de Horus
terrestre, en meme temps qu'elle est pretresse de Horus, peut-
6tre pretresse de son Horus, consid6r6 dans ce texte comme d6-
funt. O'est ainsi que la femme ou plut6t la veuve de Khafra
est qualifi6e sur son tombeau 3). Ailleurs c'est certainement le roi
r6gnant lui-meme que concern le texte: il y est qualifi6 de

1) Set-Typhon, eine religionsgeschichtliche Studie, 1875, p. 19.
2) Voy. Charles Lenormant, Eclaircissements sur le cercueil du roi memvkite
Mycerinus, traduits de 1'anglais (de M. Birch), et E. de Rougd ubi infra.
8) Voy. E. de Rouge, Mdmoire sur les monuments des six premieres dynasties,
pages 57-59; cf. p. 45.








Felix Robiou.


vivant Horus; ce titre est d6jA donn6e Khoufou 1), et par con-
sequent est anterieur au regne de Khafra. Notons, en meme
temps, que, si le Pharaon est d6sign6, sur la meme st6le,
comme fils d'lsis-Hataor, mere divine 2), aucun texte de la IVe dy-
nastie, A ma connaissance du moins, ne pr6sente Osiris comme
6tant le pare de Horus. Ceci peut sugg6rer une interpretation
curieuse. On sait, en effect, que, dans lee triades 6gyptiennes, la
mere est considered, en r6alit6 ou en apparence, comme la divi-
nite primitive, et que le grand dieu est dit, A ThBbes du moins,
mari de sa mere, parce que le pare est, suivant le principle
dominant de la thlologie 6gyptienne, identifi6 A son fils; par
suite le Horus-Pharaon serait consid6r6 comme n'ayant rdelle-
ment pas de pere. A Sais ce caractre de ]a d6esse 6tait meme
plus explicit; cependant il ne faut pas oublier que le mythe
de Sais n'est guere connu que par des documents d'6poque re-
lativement recent. II pourrait done 6tre t6m6raire d'appliquer
cette observation au temps don't nous parlons, d'autant plus
quo M. de Rouge soupqonne 3) le texte de la stile en question
d'avoir 6t6 refait A une 6poque ult6rieure; il le soupqonne
d'apres son style meme et conform6ment A d'autres examples.
Mais nous en savons assez ddjA pour reconnaitre que, si l'anti-
quite de cette mention d'Isis, come mere de Khoufou, peut
etre suspect, cell de Horus ne 1'est pas.
Dans tous lee cas, cet effacement d'Osiris n'est encore qu'une
lacune, apparent ou vraie, dans les donn6es de la mythologie
que l'on peut, si l'on veut, appeler classique, c'est-A-dire de
cell de Plutarque; mais voici une expression dogmatique qui
emporte une contradiction formelle avec celle-ci. L'6pouse de
Khafra ne voit pas seulement son Horus; elle voit Horus-Sel,
ces deux noms etant repr6sent6s par les animaux symboliques
usit6s pour cela A routes les 6poques: 1'6pervier et le quadru-
pede carnassier au long museau (l'oryx); cette formula se lit ici
deux fois, A droite et gauche d'une fausse porte decouverte
dans le tombeau de la reine 4). Grammaticalement on pent tra-
duire Horus et Set, l'usage de la conjunction et n'6tant pas
obligatoire en 6gyptien; mais ici cette traduction ne serait pas


1) Loco laud., p. 46.
3) Ibid., p. 46; of. 49.


2) Ibid., p. 47.
4) Ibid., p. 58-59.








Les Variations de la doctrine osiriaque depuis l'Age des pyramids.


admissible: la reine n'avait pas deux 6poux, repr6sentant chacun
une divinity rival. I1 est done bien difficile, pour ne pas
dire impossible, de ne pas voir, dans ces deux noms, deux
designations d'un personnage unique, et de ne pas admettre
que, pour les Egyptiens du temps de la IVe dynastie, Horus
et Set 6taient le d6doublement d'un m6me etre.
Cette conclusion n'est ni appuyde ni d6mentie par les petits
textes de la Ve dynastie qui figurent dans le M6moire de M.
de Roug6; nous n'y retrouvons ni le nom de Horus ni celui
de Set. Nous les retrouverons tout a l'heure dans un monument
d'une bien autre importance; mais auparavant il convient de
se demander ce que signifient ces appellations et ces symbols.
La figure de 1'6pervier, qui rappelle l'id6e d'un vol rapid,
peut repr6senter celle de la puissance divine, s'exerqant en un
instant d'un lieu A 1'autre; mais, pour l'oreille, les consonnes
H R repr6sentent en 6gyptien les id6es de ciel, sup6riorit6, do-
mination; Hor c'est done 1'6tre puissant par excellence, la puis-
sance c6leste, le Zeus des bords du Nil, le Zeus d'avant les
divagations po6tiques. D'autre part, fabuleux ou non, l'animal
qui repr6sente Set, passait pour plus puissant que le lion; c'est
done la puissance que repr6sentent essentiellement ces deux d6-
nominations; quant A la racine verbale ST elle a la quadruple
signification de tisser, envelopper, detruire et saisir. La premiere
peut representer ici le r6le du d6miurge, la second rappelle
le Varouna v6dique, les deux derninres reviennent a l'id6e de
puissance, mais avec l'ide6 de puissance redoutable. Pour qui
connalt les habitudes du style hi6ratique de 1'Egypte, il n'y a
rien d'invraisemblable a ce que ces id6es diverse, mais non
contradictoires, comme nous le verrons en revenant sur la troi-
sinme, aient 6t6 r6unies dans la conception du dieu Set. Ajou-
tons ici que la second peut Atre rapprochee de la quality d'etre
c6leste, reconnue comme appartenant a Horus et d6sign6e par
son nom. La vote c6leste paralt envelopper la terre; elle con-
tient d'ailleurs les dons inappr6ciables de la lumidre et des eaux,
comme le rappelle M. Bergaigne en examinant le sens reel et
complete du nom de Varouna ').
Mais pourquoi ce d6doublement, Hor-Set? Est-ce d6ja pour


1) La religion vidique, T. III, p. 118.








Felix Robiou.


exprimer la domination dans le monde du Nord et dans celui
du Sud, parall6lisme qui tient une si grande place dans les
doctrines cosmologiques des temps post6rieurs? M. Ed. Meyer
est fort enclin a le penser, cependant il ajoute que peut-etre
ce double symbol, s'il peut exprimer la puissance royale exerc6e
dans la Basse et la Haute Egypte, rappelle tout A la fois la puis-
sance bienfaisante et la puissance redoubtable des rois 1). A mon
tour, je demanderai pourquoi l'on bornerait cette explication A
l'exercice de la souverainet6 terrestre, et pourquoi ces noms
diving n'exprimeraient pas la puissance bienfaisante et la justice
severe de la divinity. C'est ce qu'6claircira peut-Atre l'examen
des textes d&veloppes de l'ancien empire. Nous devrons d6buter
par ceux de la pyramid du roi Ounas, don't la place historique
appartient aux derniers temps de la Ve dynastie. Abordons les
done A cette here: ayant sans cesse A citer la traduction de
M. Maspero j'adopterai ici sa vocalisation Hor et Sit. Je repro-
duirai litt6ralement cette traduction, sauf les cas assez rares oi
proposerai une variante de sens.

B. La pyramid du roi Ounas.

L'assimilation du r6le de Hor A celui de Sit, on la combi-
naison fraternelle de leur action est, A cette 6poque comme sons
la dynastie precedente, le principle dominant, pour ne rien dire de
plus; rien n'indique v6ritablement un dualisme primitif. Comme
il s'agit de combattre une opinion tres r6pandue et tres enra-
cin6e avant la d6couverte assez r6cente de ces textes, je ne
craindrai pas d'accumuler les preuves. La publication de ce mo-
nument a 6t6 faite dans les volumes III et IV du Recueil frangais.
On y trouve d'abord cette invocation de former plus ou moins
magique, qui devait, dans le rite du temps, Atre rep6t6e qua-
tre fois: ,,C'est la salive de Her, le parfum; c'est la salive de
Sit, le parfum; c'est ce qui affermit le cceur des deux Her,
le parfum", c'est-A-dire que le parfum employ dans la cere-
monie fun6raire don't parole l'auteur du morceau est invest
par cette formule des propri6t6s de la salive divine. ,,Tu es
(Osiris-Ounas) purifi6 de nitre, et Hor est purifi6 de nitre";


1) Ed. Meyer, Set-2 ypho, p. 31-32.








Les Variations de la doctrine osiriaque depuis l'Age des pyramides.


et la mIme formula est r6p6t6e, en changeant successivement
le nom de Hor en ceux de Sit, Thot et Sop 1).
Il est evident que ces noms mythologiques ne sont nulle-
ment opposes l'un a l'autre, et que l'expression ,,les deux
Hor" represente Hor et Sit; dans ces textes encore, 1'6per-
vier et l'oryx en sont la representation graphique, et les deux
Hor sont repr6sent6s par deux 6perviers; ce symbol divin pent
done exprimer Sit, comme il repr6sente Hor. Plus loin 2) on
identified, on tout au moins on assimile le sentiment que ces
dieux inspirent aux mortels. ,,0eil de Hor 3), done qu'elles se
courbent pour cet Ounas, les deux terres 4) qui se plaisent A
se courber devant Her; donne qu'elles aient la terreur respec-
tueuse d'Ounas, les deux terres qui se plaisent A avoir la ter-
reur respectueuse 5) de Sit". Ainsi on r6clame pour le roi absorb
en Osiris les sentiments qui appartiennent a 1'un on a 1'autre
des deux 6tres divins on plut6t de 1'otre divin sous les deux
denominations, mais avec la nuance, soupnonn6e plus haut,
indiquee ici, de Sit exprimant un attribut qui inspire une cer-
taine crainte.
Beaucoup plus loin 6) nous trouvons accumul6es diverse
formules ot Hor et Sit sont rapproches de diverse fagons, tou-
tes assez obscures, mais oh l'idee d'une opposition entire eux
ne se pre'sente pas.
Nous voyons m6me, dans 1'un des textes de la mnme pyra-
mide qui sont reproduits au volume IV du Recueil, que la vie
et la mort n'etaient point regards, dans la philosophie reli-
gieuse de 1'6poque, comme essentiellement opposes l'une A
l'autre, puisqu'il est dit:
La vie ne se peut distinguer (serekhou) de (l'Osirien) Ounas,
La mort ne se peut distinguer d'Ounas,
formulas qui sont peut-etre lies dans la pens6e de leur auteur
par la suivante:
La crainte (Set pour Seete) ne se peut distinguer d'Ounas 7).

1) Voy. p. 182 du IIIe Volume. Cf. p. 181: ,,Hor va avec son double, Sit va avec
son double- (avec son Ka). Cf. p. 188.
2) P. 188. 3) Formule mythologique plus frqquente que claire.
4) Celle du Nord et celle du Sud. 5) Neraou, respect, terreur.
6) P. 204; voy. aussi p. 219. 7) Vol. IV, p. 58.








Fdlix Robiou.


Ounas divinis6 possede done ce triple attribut: il dispose de la
vie et de la mort, il dolt inspire la crainte, mais il n'est
point pour cela pr6sent6 come un Atre pervers. ,Hor et
Sit se sont saisis de la main d'Ounas et l'attirent au eiel inf6-
rieur" 1). Ainsi tous deux president A son passage d'un monde
S1l'autre, et ils y president de concert.
Dans un autre texte de la meme pyramid, on lit: ,,Ounas
se o1ve, c'est Hor; Ounas s'assied, c'est Sit" 2). ,Les domaines
de Hor, les domaines de Sit, les champes d'Ailou t'adorent" 3).
Et encore: ,,Salut a toi, Hor, dans les domaines de Hor; salut
a toi, Sit, dans les domaines de Sit" 4): le parall6lisme est
manifest, et il est manifesto aussi que ce n'est pas un parall6-
lisme d'opposition. I1 est bien clair que Hor et Sit n'6taient
nullement consid6res alors comme repr6sentant le bien et le
mal, la lumiere et les t6n6bres, pas plus que 1'6t6 et l'hiver,
ce qui d'ailleurs serait parfaitement impossible sous le climate
de l'Egypte, oh il ne peut jamais Atre question d'une saison
froide et de la mort de la nature 5).
Que l'opposition morale ait 6t6 plus tard repr6sent6e par ces
deux symbols, cela est certain; que celle de la lumiere et
des t6nebres y ait 6t6 introduite par analogie symbolique, je
ne le nierai pas; mais qu'elles soient originaires, c'est ce qu'il
est disormais impossible de soutenir.
Cependant nous avons reconnu que l'on peut, en certain
endroits, reconnattre, meme alors, une diversity d'aspects dans
ces conceptions d'un meme etre; il faut pousser jusqu'au
bout l'examen de cette question, en y faisant entrer les textes
o- opposition a paru plus accentu6e, et d'abord quelques lig-
nes comprises dans les longues compositions de cette m6me
pyramid d'Ounas. On y lit (dans la traduction de M. Mas-
pero): ,,Osiris-Ounas, on te donne l'oeil de Hor, qui plaide avec
Sit"P ). Et ailleurs: ,Lui, c'est Hor, qui a ordonn6 ce qu'on

1) Ibid. Cette 4troite union de la vie et de la mort se retrouve dans les
mystbres de la Grace.
2) Ibid., p. 71. 3) ibid., p. 72. 4) lbid., p. 73.
5) C'est 'idee qn'exprime 6nergiquement M. Lepage Renouf (Lectures on the
origin and growth of religion, as illustrated by the religion of ancient Egypt p. 113):
I do not think Osiris will be spoken of as dead throughout an egyptian winter by
any one who has had any experience of that delightful season.
6) Recueil, Vol. II, p. 185.








Les Variations de la doctrine osiriaque depuis l'&ge des pyramides.


dolt faire pour son pere, le maltre des nues, et, quand il mB-
dite sur ce qui lui a 4t6 dit, Sit tremble" 1). C'est bien peu,
et c'est quelque peu obscur: regardons y de plus pres.
Les mots rendus par: il plaide avee Sit sont: hapt ma sit ou
hapt em a sit 2). Hap ne peut signifier plaider que par deriva-
tion: le sens premier est lier, juger, prescrire, (lier par une sen-
tence ou par une prescription), et 1'affixe t parait indiquer la
forme substantive; ma, employ comme preposition, signifie
a, par, pour, auprs avec, h cause des). La traduction: ,,Le
jugement est rendu avec Sit", n'est done nullement impossi-
ble; si au contraire on lit hapt em a sit, a 6tant represent
par le bras, on pent traduire: ,Le jugement ou la sentence est
dans la main de Sit", (il en est 1'ex6cuteur). II n'y aurait,
dans les deux cas, aucune opposition entire F'action de Sit et
celle de 1'Feil de Hor.
Quant A 1'autre passage, o i il est question du tremblement
de Sit, le texte porte: Asek amkhk kerou en ef aset Sit. Astet
ou astiti a bien le sens de trembler (astot, crainte, dans le
poeme de Pentaour); mais voici ce qu'on lit dans la meme
pyramid, au sujet d'Ounas qui est transform en Osiris et
identifi6 avec Hor 4): Ounas done le mal et detruit le mal (IV,
p. 51): Ounas a eu peur (IV, p. 53, et aussi 58; v. supra).
I1 faut s'accoutumer a des contradictions quand on 6tudie la
doctrine 6gyptienne; mais, quand 1'auteur parole ainsi du roi
divinis6, on ne voit pas que le petit membre de phrase don't
nous parlons implique une opposition radical entire Hor et Sit.
Remarquons, en m6me temps, cet antique example d'Osiris et
de Hor fondus dans un meme personnage human.
Maintenant nous devons border, au sujet de ces textes, une
autre question qui rentre essentiellement dans celle des trans-
formations de la doctrine osiriaque. Nous avons vu que
nulle part (du moins a ma connaissance) les inscriptions de la


1) Vol. IV, p. 44. A la place de 1'opervier (Hor) le texte imprimn porte an
aigle; c'est peat-6tre une fate d'impression.
2) M O
8) Voy. le Yocabulaire de Pierret, p. 189-190.
4) Voy. Recueil, Vol. IV, p. 51, 52, 71, 73; of. III, p. 180, 181, 199, 200,
203, 218, et IV, p. 46, oh il est appeld dieu grand.








Felix Robiou.


IVe dynastie ne nous signalent Osiris comme pere de Hor,
mais au temps o0 nous sommes arrives, c'est-a-dire A la fin
de la Ve dynastie, le mythe commence A se dessiner.
Jusqu'ici Osiris ne nous avait encore apparu que comme la
divinity dans laquelle le d6funt est absorb, sans que nous
pussions dire comment ce dieu des morts 6tait conqu; mainte-
nant on nous dit qu'Ounas divinis6 a pour pere le soleil, d6-
signe sous les noms ici de Ra '), 1l de Toum2), qui est
done dejA un nom on surnom de Ra 3).
Osiris lui-meme est d6sign6 comme pere de Hor. Le texte
dit, en effect, en parlant d'Osiris, qu'il naligue", son fils Hor
A c6t6 de lui4), (mot i mot: vers ses doigts); .... ,,Hor, fils
d'Osiris, a proclam6 Ounas dieu du nome de Hor, a pro-
clame louange a lui-meme, fils de Hathor") 5). Et plus loin, on
lit ,,Ounas est Hor, Ounas est venu derriere son pere, Ounas
est venu derriere Osiris" 6). Je ne peux cependant indiquer
cette derniere citation qu'avec une certain reserve, 1'6pervier
se trouvant remplac6 par la caille (ou omis apres la caille) dans
l'impression du texte; on y lit Ounas pou, Ounas existe.
Ainsi Osiris est d6sign6 maintenant comme fils du soleil,
dans la barque duquel il figure, et il est pare de Hor, dieu
dominateur et celeste; notons d'ailleurs que, si les textes
peu nombreux que nous poss6dons de la IVe dynasties n'6non-
gaient point ces doctrines, ils ne les niaient pas non plus. Rien
ne prouve done que le dieu des morts n'eft pas, des son ori-
gine, le caractere divin dans un sens plus general. Mais
d'autre part nous voyons se dessiner, A la fin de la Ve dynas-
tie, le detail strange qui tiendra une si grande place dans sa
16gende. ,Les maux d'Ounas (c'est-A-dire d'Osiris) sont ane-
antis par l'op6ration des deux couveuses" 7). I1 est done gueri par
la fomentation magique d'Isis et de Nephthys, car si le scribe


1) Becueil, Vol. III, p. 196, 202.
2) Ibid., III p. 203, 206, 209, 212; of. IV, 59.
3) Jbid., III, p. 204, 206.
4) Vol. IV, p. 70 pour la traduction, p. 69 pour le texte.
5) Mdme page du texte (ligne 574): cette ligne, sauf les deux derniers rots,
est oublide dans la traduction.
6) Ibid., p. 74.
7) Iid., Vol. IV, p. 51; of. Vol. III, p. 208, 209, 210, 211 et Vol. IV, p. 68.









Les Variations de la doctrine osiriaque depuis l'Age des pyramides. 79

de la pyramid d'Ounas se content de proc6der par allusion,
ia tradition ne permet pas d'en m6connaltre le sens. Mais nulle
part on ne nous fait entendre alors qu'Osiris ait succomb6
sous les criminelles embfches de Set-Typhon. Set d'ailleurs est
ici qualifi6 non pas de frere d'Osiris, mais de frere de Thot,
dans le passage meme 1) oh il est question des pleurs d'Isis
et de Nephthys 2). Enfin Osiris est dit fils d'Isis 3) et non, come
plus tard, son frere et son 6poux. Les 616ments du mythe com-
mencent A se produire; il est en formation, mais il n'est pas
form 4).


C. Le manuscrit de Ptah-hotep.

Que nous dira maintenant A ce sujet le fameux manuscript
de Ptah-hotep, don't la r6daction est A peu pros contemporaine
du regne d'Ounas, puisquelle est date du regne d'Assa 6), son
pr6d6cesseur immndiat?
On a fait remarquer depuis longtemps que le principle de
l'unit6 divine y est exprim6 non par la simple identification
r6ciproque de divers types divins, mais par l'emploi kabituel
du terme dieu, sans aucune qualification mythologique, terme
que nous trouvons avec un emploi semblable dans un opuscule
plus ancien encore, puisqu'il date de la fin de la IIIe dynastie,
savoir le fragment de Kaqimna, 61eve a la dignity de prefet
au commencement du regne de Sn6frou, comme il le dit lui-
meme. Mais les noms mythologiques et une allusion possible A
celui d'Osiris ne sont pas absolument bannis du manuscrit de
Ptah-hotep; il faut, avant d'aller plus loin, rechercher ce qu'ils
y signifient.
I1 imported d'abord de compare la port6e des deux ordres


1) IDid., III, p. 208.
2) Ibid., IV, p. 70.
3) Nous venons de voir qu'il eat appelA fils de Hathor. Ce sont deux noms d'un
6tre unique.
4) La mention frequente d'Anoubis on sa representation dans les Mastabas de cette
4poque (nos. 39, 40, 41, 47, 48, 52, 59, 60, 6 65) n'est nulle part accompagnee,
ce me semble, de l'indication d'une parents avec Osiris.
5) Assa Tat-ka-ra, le TanchdrBs de Mandthon; voy. la p. 75 du M6moire cite
de M. de Rouge.








Felix Robiou.


de passages. Ceux (au nombre de douze) dent les terms sont
purement monoth6istes 1) representent ce qu'on peut appeler la
tkeodicee de Ptah-hotep: ils experiment, en effet, des assertions
relatives a la croyance en Dieu comme providence de l'ordre
physique et moral, comme direction et sanction de la morale
individuelle et social, sp6cialement des devoirs de la famille.
Quelques uns de ces textes sont d'une grande beauty, par exem-
ple: ,,Ne mets pas la crainte chez les homes (ou) Dieu (te)
combattra" 2); de meme il dit: ,,Je saurai retire a moi (cette
richesse). Qu'on ne mette pas la crainte chez les hommes voila
la volont6 de Dieu" (VI). ,,(L'homme) maitre de son ame 3) est
superieur a ceux que Dieu a combl6s de ses dons" (XIV). -
,,Si tu es grand apres avoir 6t6 petit . .. tu (n')es devenu (que)
l'intendant des biens de Dieu" 4) (XXX). ,Certes un bon
fils est un des does de Dieu, (un fils) faisant mieux qu'il ne
lui eat dit" 5) (XLIV).
Ici tout est net, tout exprime la relation entire des etres vi-
vants et connus. Voici maintenant les passages qui ont une
forme plus on moins mythologique.
Le premier comprend une invocation de l'auteur, afflig6 des
maux de la vieillesse, au ,,dieu aux deux crocodiles". L'ex-
pression est bizarre; en voici une explication, donnde en note
par M. Virey, d'apres M. Chabas: ,Le dieu est Osiris, comme
le montre la 43e invocation du chapitre 142 du Todten-
buch: Osiris, dieu aux deux crocodiles. On peut se deman-
der pourquoi, parmi les nombreuses denominations d'Osiris,
Ptah-hotep a choisi celle-l. Mais, dans un article de la Zeit-
schrift (1868, page 101), M. Chabas 6tudiant les steles de Horus



1) Voy. dans l'ddition de M. Virey (Bibl. de l'Ecole des Hautes Atudes, fascicule
70) les S. II, VI, IX, X (2 fois), XII, XIV, XXII, XXVI, XXX, XXX1X, XLIV.
2) An-ek ari her tena em retou khesef outer. Ici et dans la suite du passage,
je traduirais plut6t tena par division que par erainte.
3) Ouer hati, grand de eceur. Cf. la note 3 de la page 56, indiquant I'opposition
avec l'asservissement a la passion qui est exprimd ensuite.
4) Kheper en ek mer sopton nouter. Factus es prcefectus donis divinis: la traduc-
tion est littdrale. Ptah-hotep emploie ici le mot mer, qui, suivi de 1'ideogramme de
la locality, repr6sente le titre de sa propre fonction.
5) Se nofre en taon nouter ra haou her 'ad da-t-ou en ef. Filius bonus e donis
dei, (qui) agit prmecepta supra dictum ipsi.








Les Variations de la doctrine osiriaque depais 1'Age des pyramids. 81

sur les crocodiles et observant que ce dieu est nomme: le vieilli
qui se rajeunit a son keure, le vieillard qui redevient enfant,
rappelle notre passage du papyrus Prisse, of Ptah-hotep invoque
centre les maux de la vieillesse le secours du dieu aux deux
crocodiles". Ce dieu est ici Osiris, et il est Horus sur les steles;
mais l'identification du pare avec le fils ne peat jamais faire
difficult dans les doctrines religieuses de 1'ancienne EIgypte.
Rien ne prouve d'ailleurs que le nom present A la pensee de
l'auteur du manuscrit ce ne fit pas Horus, denomination ordi-
naire de l'etre souverain A cette 6poque.
Aucune des steles, don't nous venons de parler n'est, dans
l'opinion de M. Chabas, ant6rieure A la XXVIe dynastie; mais
cela ne veut pas dire que le sens g6n6ral de l'invocation de
Ptah-hotep soit different de ceux des formulas qui y sont inscri-
tes, en tant que destinies A 6loigner un malheur; sur les ste-
les, le r6dacteur croit formuler un charme destiny A combattre
des accidents et sp6cialement l'attaque des crocodiles et autres
reptiles. Le sens mystique de Horus comme dieu renaissant est
exprim6, dans ces figures, par la double tote d'enfant et de
vieillard, places sur un corps juvenile, tandisque, dans notre
texte, le mythe n'est repr6sent6 que par une 6pithete A la-
quelle rien n'empeche de reconnattre un sens purement m6ta-
phorique; mais il est certain que les m6taphores ont jou6 un
grand rble dans la formation des mythes; aussi pouvons nous
reconnaitre, dans notre manuscrit, le point de depart du mythe
que les steles exprimerent. Mais l'ensemble de notre premier pa-
ragraphe est une plainte m6lancolique des peines de la vieillesse,
plainte accompagn6e de la crainte de ne pas obtenir credit pour
les sages conseils que l'auteur veut donner a la jeunesse, pour
les conseils ,,entendus des dieux".
Ptah-hotep invoque Osiris aux deux crocodiles pour donner
efficacit6 a ses paroles. ,La majesty de ce dieu dit: Instruis le
dans la parole d'autrefois: c'est elle qui fait le m6rite des en-
fants des grands". Mais ici encore c'est, sous un nom qui fut
appliqu6e Osiris, la puissance supreme, protectrice de l'ordre
moral, que Ptah-hotep implore. II attribute A des 6tres surnatu-
rels multiples la revelation A la terre des sages preceptes don't
il se fait l'6cho; mais il est logiquement bien difficile de don-
ner aux Neterou de cette phrase le mmme sens explicit qu'au
VITIe CongrBs international des Orientalistes. Section africaine. 6









F6lix Robiou.


Neter des autres passages. C'est l'occasion de se rappeler 1'6tude
faite sur ce mot par M. Lepage-Renouf (zbi supra, p. 93-
99), etude don't la conclusion est que son sens propre est puis-
sant comee celui de El chez les H6breux). On trouve done
dans notre texte l'opposition entire le puissant par excellence,
le tout puissant, et les puissants.
Nous avons ainsi expliqu6 le second des passages annonces;
il est compris dans le meme paragraphe que le premier. Dans
le cinquieme et le quarante-deuxieme, on trouve exprim6s des
noms appartenant A la mythologie 6gyptienne: mais ce sont
encore ceux d'Osiris et de Hor: voici en quels terms: ,,Grande
est la justice, invariable et assure; elle n'a pas W6t trouble
depuis le temps d'Osiris" (V.) '). ,,Un fils qui 6coute est come
un suivant d'Horus; il est heureux apres avoir 6cout6 (XLII.) ).
Dans le premier de ces deux textes, Maa, n'ayant pas de
'd6terminatif, parait repr6senter, non la d6esse de ce nom,
mais la vertu de justice, et la presence de 1'animal typhonien,
plac6 comme d6terminatif a la suite de khennt, ne peut etre
qu'un signe phone, car sans cela le mot A mot paralt impos-
sible. La traduction tout A fait litt6rale de la second parties
de la phrase signifie, ce me semble, que l'essence de la justice
est d'etre immuable et que son regne sur la terre, c'est la
prolongation du rggne antique d'Osiris, lorsque la divinity com-
muniquait avec les humans, comme Dieu dans le paradise ter-
restre. Le nom d'Osiris n'emporte done pas n6cessairement ici une
id6e mythologique. Quant aux serviteurs ou suivants de Hor,
parmi lesquels on comprend le fils docile, ce terme a eu plus
tard une signification A peu pres mythologique; mais en lui-
m6me et dans le sens 6tymologique des mots, qui doit etre le
plus ancien, il signifie: celui qui march dans la voie de l'Etre
supreme (v. supra). Entendus ainsi, ces passages sont en ac-
cord avec les passages nombreux du meme opuscule of 1'auteur
parole de la divinity comme nous pourrions en parler; entendus

1) Ouer Maa-t-ouah I'a-t an khennt-es-t'er ek ra Osiri. Magna institia, sistens,
stabilis; non discors ea ab alia (??) die Osiridis. Je ne comprends pas ici l'emploi
du mot ek; peat etre t'erek est-il une forme archaique de la proposition t'er.
2) Se Sotemon em hes Hor.
Filias auditionum in forma sequentis Horum. Le sens de la conjunction em dana
les locutions telles que celle-lk est tr6s connu et fort usit6, mais il n'a d'dquivalent
ni en frangais, ni en latin, ni en grec.









Les Variations de la doctrine osiriaque depuis 1'Age des pyramides. 83

autrement ils sont en contradiction avec eux. La contradiction
se rencontre souvent, nous le verrons surabondamment, dans
les textes religieux de 1'Egypte; mais on ne doit pas la sup-
poser la oi elle ne se manifest pas, surtout dans un 6crit
don't la matiire est aussi peu compliqu6e que l'est celle du n6tre.



III. Les textes monumentaux de la VIe dynastie.

A. La pyramid de Teti.

VoilA oh l'o n en tait a la fin de la Ve dynastie, dite d'ile-
phantine, mais don't les monuments sont dans la plain de
Memphis, ville oi sans doute elle avait fix6 sa residence. Nous
ne connaissons point d'6evnement politique qui ait amen6 le
passage de la Ve dynastie a la Vie; mais un fait de grande
importance se produit vers cette 6poque dans l'histoire de la
doctrine osiriaque et du culte Osirien, en meme temps que les
textes se multiplient avec rapidity.
Ceux que nous a livr6s, dans ces dernieres ann6es, l'explora-
tion de la pyramid de Teti, et que M. Maspero a aussi publi6s
et traduits, dans son Recueil semi-p6riodique, contiennent sans
doute des traditions appartenant aux dynasties pr6c6dentes. Les
parall6lisme de Hor et de Set y est encore exprime; mais le
r6be hostile du dernier est affirm6 aussi, es il l'est bien plus
que l'assimilation des deux r6les. Constatons d'abord les deux
faits; nous en aborderons ensuite 1'explication.
Les passages oi assimilation est maintenue sont rares et som-
maires dans la pyramid de Teti 1), tandis que l'auteur ou les
auteurs des textes nouveaux s'arretent avec une sorte de com-
plaisance sur 1'exposition de la doctrine nouvelle 2). Nous allons
1'aborder sans nous arreter au principle d6ej bien connu et fr6-
quemment exprim6 ici de 1'identification du roi d6funt avec
Osiris3), identification que le texte entier du Per em hrou nous

1) On les trouve aux pages 6, 17, 22 du Ve Volume do Recueiil.
2) Ibid., p. 19, 20, 21; of. 22, 36, 38, 39, 46-47, 58.
3) Ibid., p. 12, 19, 20, 21, 33, 36, 87. Nout est sa mare, et divers passages
nous montrent Isis et Nephthys dans les m8mes rapports avee le roi qu'avec l'Osi-
ris de la 16gende, p. 19, 20, 33; of. 87, 53, 57.









FMlix Robiou.


montrera 6tendue aux oroyances de toute la population 6gyp-
tienne. Ici d'ailleurs, comme dans la pyramid d'Ounas, le roi
est mis en rapport avec RA, place dans la barque de RA, plu-
t6t qu'identifi6 avec RA lui-m nme. Osiris n'est done pas le soleil 1).
Mais, dans deux des passages auxquels je renvoie ici, se trou-
vent des expressions inattendues, qu'il est bon de reliever, et
qui, mieux peut-etre que les figures peu intelligibles du style
des pyramides, mieux que ses allusions fr6quentes a des mythes
autrement inconnus, repr6sentes par des personnages obscurs
comme on en trouve 1l un assez grand nombre, nous permettront
d'entrevoir la formation de la mythologie definitive.
,Teti court autour du ciel, comme Ra; Teti circle Atravers
le ciel, comme Thot" (p. 12). ,Salut A toi, R .... Teti
te voit, quand tu sors en forme de Tkot, guidant la barque de
RA (p. 57)". Rd est done assmild h Tot, et par suite la divi-
nit6 de RA est 1'exercice de la sagesse divine dans 1'ordre cos-
mique, comme nous allons voir Thot l'exercer dans l'ordre
moral. M. Grebaut a propose de voir dans les divinit6s 6gyp-
tiennes plut6t des r6les que des attributes; il me semble voir
ici l'un et l'autre. Revenons A la famille d'Osiris ou A ce qui
d6sormais sera sa famille.
Hor est fils d'Osiris; il defend son pere (net'en-ef atef2); le
mot net' on t net'en peut m ome signifier implement 4onorer;
bien qu'il ne reveille qu'indirectement cette id6e; mais, pres-
qu'aussit6t apres, on lit ces mots: ,,O Osiris Teti, Hor est
venu t'enserrer dans ses bras, et il a fait que Thot mit en de-
route pour toi les suivants de Sit; il te les a amen6s prisonniers,
et il a repoussed) le ceur de Sit, car il est plus fort quelui" ),
mot A mot prescribens grande pre illo; le mot I indi-
que la communication d'une pens6e et non un acte materiel.




1) Ibid., p. 12, 33, 53, 54, 58; of. 59.
2) Ibid., p. 19; voy. aussi p. 37, oi cependant la formule est plus obscure: Net'-
ef tou em ran-ef Hor se en net' atef. On pourrait traduire: ,il est honor en
son nom de Hor, fils du defenseur de son pere".
3) On mis en pieces, seem.
4) Dans ces deux endroits, Set est Aerit en tontes lettres (consonnes), sans 1'ani-
mal typhonien, mais avec le determinatif de la pierre.








Les Variations de la doctrine osiriaque depuis l'Age des pyramids.


Hor aime l'Osiris-Teti (p. 33-34); il l'a d6fendu et perp6tuel-
lement defendu (p. 19-20, 351); il voit en lui son pAre (maa
Hor atef em ek) (p. 38); mais cependant il est pere de Teti
(outtou atef, proclam6 prre) (p. 18) bien que celui-ci soit son
pere, en quality d'Osiris; et ailleurs (p. 24) le pere de Teti,
c'est Toum, dieu solaire. Teti, en effect, natt et rajeunit dans
la parties oriental du ciel, la oh les dieux s'enfantent eux-
momes (B., p. 26, traduction; p. 27, texte).
Ce language ne se comprendrait pas si le texte 6tait isol6;
mais cette paternity r6ciproque est si bien d'accord avec la
th6ologie 6gyptienne des temps ulttrieurs qu'elle ne doit ni
embarrasser ni surprendre: le soleil levant, que l'on verra
durant tant de siecles assimil4 a Horus, est le fils du soleil
couchant, du soleil nocturne, assimil6 a Osiris, et il sera a
son tour consider comme le pAre du soleil que le suivra ). Aussi
je ne vois pas de raison pour nier le sens donn6 par M. Mas-
pero (p. 24) aux mots: at en Teti Toum em kaki-ou: pere de
Teti, Toum dans les tinebres '), sens qui exige qu'on reconnaisse
dans at une orthographe abr6g6e du mot atef, au lieu de lui
donner le sons d'enfant. Au fond, que l'on traduise de l'une ou
de l'auire maniere, la pens6e finale sera la meme: iis'agit tou-
jours d'un dieu qui renatt en se donnant a lui-meme la vie a
l'horizon oriental, mais par voie d'enfantement (mes) et non
dans le sens de la formula m4taphysique k/beper t'es-ef. Une
autre conclusion a tirer de ces passages, c'est le caractAre solaire
affirm dans la famille d'Osiris, sans pour cela nier la place
d'Osiris lui-m.ine dans le monde infernal: ne 1'oublions pas.
Du rest Hor n'a pas cess6 d'Atre, sous son propre nom, le
dieu souverain (p. 35, 38): ,,Hor t'a done les dieux (pour)
qu'ils te suivent (et) que tu sois leur maitre". ,,Hor t'a
donn6 les dieux . pour qu'ils illuminent ta face." Osiris, son
pAre, resemble un peu, dans la pyramid de Teti, au vieux
Laerte dans l'Odyss6e. Ce n'est pas Osiris qui juge Teti pour
se l'assimiler, c'est Hor avec les dieux (p. 33, peut-Atre les
42 assesseurs infernaux) qui le juge; il 1'a mis dans le cceur


1) An t'at-en, sans jamais cesser; mot A mot: ne s'est pas immobilis6,
2) Voy. Brugsch, Bel. u. Mythol. der alten Aeg., p. 618.
3) Toum est le soleil couchant ou couch,









F6lix Robion.


des dieux qui out rendu un jugement favorable (p. 34). Osiris
est vivant sans doute, mais il n'est pas du tout clair qu'il
n'ait point pass par la mort, puisque son double, Teti, ,,natt
et rajeunit dans la parties oriental du ciel". Hor est dieu sou-
verain, mais il a d6sormais un ennemi acharn6. Une nouvelle
cole, une nouvelle tradition vient de se former; serrons en de
pres les t6moignages, dans les textes d6signes plus haut.
On nous a dit (Vol. V., p. 6) que Hor aime Teti et Sit aime
Teti; que Teti est venu parler aux regions de Hor, aux regions
de Sit, aux regions d'Osiris (p. 17-18 du texte, p. 17 dela tra-
duction); RA est adore dans les domaines de Sit, comme dans
les domaines de Hor (p. 22)1). La tradition du parall6lisme n'est
done pas absolument bannie de cette tombe royale de la nou-
velle dynastie; mais nous gallons voir combien pr6vaut la doc-
trine opposes, 6nonc6e avec plus de clart6 et dans un de ces
passages memes oh la premiere est vaguement rappel6e.
Nous avons vu d6ja les suivants de Sit mis en d6route par
Thot, d'apres la volont6 de Hor, et le cceur de Sit repouss6 (ou
6cras6) (p. 19). ,,Hor a frapp6 (net'er-en) Sit", continue le lexte
un peu plus loin (p. 20); ,,il te 1'a jet6 sous toi2) . Hor a
ordonn6 qu'on le juge en son cceur; . il a donn6 que tu le
frappes de ta main lorsqu'il lutte avec toi" 3). ,,Hor a ar-
rache son ceil A Sit et il te l'a donn6 .... Hor s'est introduit
en ton cceur", en ton nom de Khontamenii ), et c'est Hor qui
te defend de ce que Sit fait centre toi (p. 21; cf. p. 22). L'auteur
continue d'6crire le nom de Sit par 1 ; l'animal, dit plus
tard typhonien, exprimait done la puissance et non la perversite,
puisqu'on parait 6viter de le repr6senter, quand Sit devient
un 6tre hostile 5). ,Hor a mis tes ennemis a tes pieds et tu

1) Remarquons que dans ces trois passages encore Sit est crit sans

l'animal typhonien, et que, dans le troisieme, Hor est derit Ajoutons
que M. Brugsch (Rel. u. Myth., p. 556) allegue un texte de la Vie dynasties, d'apres
lequel un arbitrage de Qeb on Seb adjugea la basse Agypte a Hor et la haute Set,
qui n'est point represents lI comme un etre mauvais.
2) Den-ef en-ek su. On pourrait tradnire: il a separd de toi.
3) Em nehap-ef em aa-ek: in repellendo eum in brachio too.
4) (Celui qui eat) dans l'interieur de l'Amenti, c'est-&-dire l'Osiris infernal.
5) Cependant le mannscrit de l'opuscule de Ptah-hotep en a fait un ddterminatif
de l'idee de trouble; mais on croit que notre copie date du moyen empire.









Les Variations de la doctrine osiriaque depnis l'Age des pyramides


vis" (p. 38). Et en parlant A un serpent, sans doute infer-
nal: ,,Si le bras de Teti te frappe, tu ne vis plus ..... Hor
t'a renvers6 A terre et tu ne vis plus; Sit t'a retourne, et tu
te tiens debut" 1). Vers la fin du texte reproduit ici (p. 58-59),
nous voyons que Sit ignore un mal fait A Teti.

B. La pyramid de Pepi.

11 ne s'agit point d'une opinion personnelle, d'une doctrine
transitoire, dans la grave innovation qui vient d'etre signaled: les
conclusions A tirer des textes inscrits dans la pyramid de Pepi I
sont les memes. On y trouve, non moins manifest, le double
courant de traditions nettement contradictoires, en apparence au
moins, sur les rapports de Hor avec Osiris, contradictoires en
r6alit6 sur les rapports de Hor avec Set. De plus, le roi d6funt
est toujours identifi6 avec Osiris2), quoiqu'il soit en m~me temps
Hor3); et Hor est fils d'Osiris4); c'est toujours l'identification
du fils divin avec son pere. Ailleurs Pepi vogue sur l'abime
avec Osiris, ce qui n'empeche pas qu'il soit A la fois Seb, Osiris
et Hor 5). Ailleurs enfin, il est Thot ); il faut done ici encore
6tendre aux divers grands dieux le principle de identification
qui tient une si grande place dans la literature sacr6e de l'igypte
et qui est la seule signification intelligible de l'henotheisme.
Naturellement Nout est la mare de Pepi7); mais on lit, non
loin de lI 8), que les meres de Pepi sont cells de Hor. Ces meres
ne peuvent Wtre qu' Isis et Nephthys, les deux couveuses don't
il a 6tW question d6ej, c'est-a-dire cells qui, en ranimant
Osiris, donnent par ce fait naissance A Horg). La 16gende d'Osi-
ris s'obstine A se constituer. Pepi est dit (VIII, 99) fils d'Osiris
et de Nout, qui est la mare d'Osiris: c'est une esquisse de la
th6orie des triades. RA est nettement distingu6 de Pepi-Osiris,

1) P. 46-47 de la traduction, p. 47 sub init. du texte. Je. n'ose donner en mon
propre nom le sens des deux derniers membres de phrase; le dernier verbe parait
mgme precedd de la negation.
2) Vol. V, p. 159, 160, 163, 183; cf. p. 186, 189 et VIII p. 91.
3) Vol. V, p. 195 et VIII, p. 89.
4) Vol. V, p. 168. 5) P. 182, 183.
6) Vol. VII, p. 168, et par deux fois.
7) Vol.-V, p. 160. 8) Ibid., p. 163.
9) Cf. V, p. 160; VII, p. 149, 158; VIII,; p. 93; cf. p. 99, 103-104.









Felix Robiou.


comme i l'btait de ses pr6d6cesseurs1). C'est lui qui confere au
roi d6funt une 6ternelle dure e).
Quant a la second parties des constatations annonc6es, nous
voyons de nombreux passages, bien plus nombreux que chez
Teti, oi Hor et Sit sont rapproch6s par assimilation 3). Dans deux
autres morceaux4), c'est d'Osiris que Sit se trouve ainsi rap-
proch6, mais ce que l'on dit du pare, nous le savons mainte-
nant, on peut le dire du fils. On croira peut-etre que c'est
un retour qui s'opere vers l'ancienne doctrine; mais les textes
contraires ne sont ni moins explicites ni moins nombreux5). Je
me bornerai A retracer les plus frappants.
,O Pepi... tu t'6tablis dans tes domaines de Hor, tu par-
cours tes domaines de Sit" (V, 163). Si la traduction est litt6-
rale, il semble qu'on revienne A ce d6doublement qui peut re-
pr6senter la puissance divine et royale dans le Nord et dans le
Midi, d'apres le language mystique du temps de la IVe dynastie;
mais, en indiquant cet aperqu, je dois ajouter que, pour moi, la
phrase de original est obscure; je me borne A appeler sur elle
attention de mes mattres. I1 n'en est pas de meme celle-ci:
,,Tu vas et Hor va; tu parles et Sit parle" (p. 168). (Sit est
toujours 6crit 9 ) ,,... Hor (t')a fait entrer; le ccur de Sit
a fraternis6 (sen sen) pour toi (fait fraterniser avec toi) le
grand venerable de On". (p. 169). Et, ce qui est bien autre-
ment significatif encore, Hor est purifie, come Sit se purife
lui-meme, avec la salive de Sit (p. 177)6).
Voici maintenant quelques uns des textes of 1'hostilit6 est
6noncee: Nout protege l'Osiris Pepi centre Sit (p. 165). Hor
a veill6 debout centre Sit (p. 167). ,,Pepi... a lance l'ow-
ragan par son rugissement centre Sit". (VII, 157)7). ,,L'eil de
Hor... a jet6 Pepi sur Sit en cette place oi ils se battent (p. 169). -

1) Vol. V, p. 168, 171; cf. p. 185, 194, 197; VII, 149; VIII, 97--98.
2) Vol. V, p. 160, fin.
3) Ibid., p. 163, 168, 169, 174, 177, 190-191.
4) Ibid., p. 187, 192.
5) Ibid., p. 165, 167, 192 (bis); VII, p. 157 (ici les deux doctrines contradictoires),
168 (bis), 169; cf. p. 171 et V, 196; enfin VIII, p. 91.
6) Ari-et Set ar-ef, uab Set am-ef: Set a fait pour lui, Set purifie en lui.
7) Et le scribe vient de dire: ,La vaillance de Pepi est la vaillance de Sit d'Om-
bos.... Hor porter Miriri (surnom de Pepi); Sit le soulrve",








Les Variations de la doctrine osiriaque depuis 1'Age des pyramides. 89

,,Lorsque Sit combat (?L ), ce Pepi dMfend Osiris contre lui
jusquA l'aube, et lorsque Hor l'emporte, c'est ce Miriri lui-
meme qui defend son prre Osiris" (VIII, 91)1).
La contradiction est flagrante et obstin6e. Nous la retrouve-
rons permanent dans l'histoire religieuse de l'kgypte, et il
Btait fort important d'en determiner l'origine. Mais comment
a-t-elle pu s'introduire et se maintenir? Il est peu de problbmes
plus curieux dans 1'6tude des religions antiques. Nous ne som-
mes pas ici en GrAce, ou la couleur pobtique d'une conception
suffisait pour la faire admettre; en Egypte les esprits 6taient
bien plus s6rieux et l'enseignement bien plus dogmatique. La
contradiction, l'absurdit6 pure ne pent surgir spontan6ment et
brusquement dans 1'esprit human; surtout pour obtenir une
adhesion g6nrrale et durable, il faut qu'elle ait W6t d'abord
l'expression inexacte d'une idee, si non just, du moins intel-
ligible.
Or, je l'ai dit ) dans mon article sur les HBrouscha, en
m'inspirant de la belle etude de M. Bergaigne sur les dieux
souveraiis cd Veda: ,,Que peut signifier originairement cette
lutte entire les deux branches de la dynastie divine, lutte qui,
a des Bpoques plus r6centes se dessine en un veritable dualisme,
tout en laissant la victoire definitive au Principe bienfaisant?...
C'est que les attributes de bont6 et de justice, appartenant a la
divinity et comprenant les idbes de recompense et de chatiment
se traduisirent parfois dans le language par cells de bienfai-
sance et d'hostilit6, soit a 1'6gard de 1'homme, soit entire les
personnifications mythologiques". Hor et Set, A la fois d6dou-
blement l'un de l'autre et luttant l'un contre l'autre, ont d^,
a l'origine, reprbsenter une idee complete plut6t que des id6es
contradictoires; mais, aprbs quelques gbenrations, la valeur mB-
taphysique du mythe disparut des esprits, on du moins de la
plupart des esprits; un mythe grossier pr6valut et on le crut
immemorial. La lutte avait pu n'6tre d'abord qu'une expression


1) Voy. la meme doctrine dans la pyramid de Miriri (Recueil, XI, p. 1 et 3)
et la doctrine oppose ibidd., p. 27, 28).
2) Dans le Beceil de M. Maspero, Xe vol., p. 207. Cet article, In a 'Acaddmie
des Inscriptions le 13 avril 1888, est resume dans le Bulletin de l'Acad6mie, aux
pages 95-96 de l'annde.









Felix Robiou.


m6taphorique, comme quand nous disons que la mis6ricorde de
dieu arrete, en telle ou tell occasion, tel ou tel effet de sa
justice. Mais les denominations personnelles donn6es A des attri-
buts ou a des actes devaient produire et produisirent une
mythologie incoh6rente. La MoTpx, volont6 de Zeus dans Ho-
mere, comme il r6sulte de l'examen scrupuleux de tous les
passages de 1'Iliade ou ce mot est employ, fut plus tard la
Destinde sup6rieure au souverain des dieux 1).



IV. Abydos sous 'ancien empire.

L'origine du Per-em-krou.
On ne saurait croire que des textes bizarre, enferm6s pour
toujours dans les cavit6s d'un monument fun6raire, aient pro-
duit dans l'esprit de la nation 6gyptienne l'effet puissant don't
l'histoire rend t6moignage. Mais, des le temps de la VIe dy-
nastie, cette doctrine fut mise en possession, du moins partielle,
d'un puissant et durable instrument de propaganda: c'est ce qu'il
s'agit maintenant d'exposer et d'6claircir.
Deux passages du texte de Pepi seront la transition naturelle
aux recherches que nous allons border: ,, Tu remotes le Nil",
dit le pretre A l'Osirien 2), ,,tu traverses Abydos en barque, tu ouvres
la porte du ciel vers 1'horizon, et les dieux jubilent A ton
arrivee. ,,Tu es celui qui est grand dans le nome Thinite" S).
Abydos et son nome 6taient le centre du culte d'Osiris; ils
sont nomm6s ici par la premiere fois dans nos textes. Sans
doute les deux premieres dynasties de Man4thon portent le nom
de thinites. Que ]a place donn6e, dans la religion 6gyptienne,
au nom d'Osiris, que quelques 616ments de son mythe remontent
jusque 1I, cela n'est pas impossible; mais ni le nom d'Abydos,

1) Voyez surtout la splendid dissertation de M. Augustin Christ, Schicksal
and Gottheit bei Homer, 1877. Me sera-t-il permis d'ajouter que j'ai repris cette
question en detail dans mon course de 1881, et que je suis arrive au mgme rd-
sultat!
2) Recueil, Vol. V, p. 168.
8) lbid., p. 180. Ce nome est celui d'Abydos; This en 6tait 1'antique m4tropole.
Sur l'entree abydenienne dans 1'autre monde, voy. Maspcro, Guide au Muse de Bou,
laz, p. 29-81.








Les Variations de la doctrine osiriaque depuis l'Age des pyramides. 91

ni le mythe strange dent nous 6tudions la formation n'a laisse
nulle part de trace certain avant le temps auquel nous sommes
arrives. C'est precisement de la VIe dynastie que sent dates les
monuments les plus anciens d'Abydos; ils on sent dates en grand
nombre; ce sent des monuments fun6raires, et le culte d'Osiris
s'y montre de toutes parts.
Rien, il est vrai, ne concern Set dans les steles abyd6niennes
de ce temps-14. C'est Osiris lui-meme, et non son fils ou son
frere Hor qui est adore comme dieu souverain dans la cite; mais
les steles commemoratives des d6funts devenus Osiriens ) ne
touchent pas aux details du mythe. Anubis y parait, seul ou
avec Osiris, mais sans explication de son origine, de mome
que dans les pyramids, oi du rest il n'est nomm6 que rare-
ment, et aussi dans les mastabas, oi nous l'avons vu bien des
fois rappel au temps de la Ve dynastie, mais oi il figure
tres rarement sous la VIe 2). Ce n'est done pas la lutte de deux
freres que nous apercevons ici; nous y reviendrons bient6t;
mais en ce moment il s'agit de reconnaltre ce qu'est 1 Osiris
et qu'elles consequences on en dolt tirer.
En acceptant le nom d'Osiris come celui du dieu supreme,
repr6sent6 par celui de. Hor dans les pyramids de Memphis ),
les Abyd6niens et les igyptiens post6rieurs, que nous gallons
voir forms A leur cole, adoptent-ils un dogme nouveau? Que
veut dire ce nom d' Osiris?
On sait qu'il n'est jamais 6crit en caracteres alphab6tiques,
mais par un ceil surmontant un sie'e ou tro'ne, (Ese ou Ise,
employee aussi pour 6crire le nom d'Isis); le tr6ne est quelque-
fois remplac6 par un lit fmnebre, A cause du r6le de dieu des
morts qu'a toujours eu ce personnage, quoiqu'il no 1'ait pas
exerc6 exclusivement.
Dans son 6tude sur le mythe osirien (p. 135-136; cf. p. 140-
142, 146), M. Lef6bure conclut de cette orthographe qu'Osiris est
I'espace of se meurt le soleil; il fait remarquer (p. 144) qu'il

1) Voy. le volume de M. Mariette intitule Monuments d'Abydos (1880), chap. II,
Styles. Anoubis est charge de transmettre au defunt les viandes fundraires qui le
nourrissent; voy. pour cette dynastie, les nos. 524, 530, 532, 536, 543 du volume.
2) Voy. les nos. 401, 417 de la grande publication de ces monuments.
3) Je dis dans lea pyramides" et non -dans la cite' de Memphis, oi l'on sait
que le grand dieu portait le nom de Ptah.









Felix Robiou.


existed un texte oi l'ceil est remplac6 par l'ut'a. Mais, comme
il ajoute que ce texte est de tres basse 6poque, je ne puis
admettre qu'il soit possible d'en rien conclure au sujet des
temps antiques. C'est aussi a une 6poque bien 6loign6e de la
VIe dynasties, savoir au milieu du nouvel empire, que M.
Brugsch1) a trouv6 les variantes oi l'ceil est remplac6
par le signed conventionnel du soleil 0; encore ne puis-je
m'empecher de soupqonner qu'il y a la une faute de lapicide
ou un proc6d6 d'abr6viation. C'est seulement dans une in-
scription ptoldmawque de Philae que M. Brugsch signal une
6tymologie 6nonc6e par les Egyptiens eux-m6mes et expliquant
le nom d'Osiris par la puissance (bienfaisante) du soleil Usr-
'ra). Usr, quelquefois 6crit Us 3), repr6sente assur6ment
l'id6e de puissance; mais son orthographe, en ce cas, est inva-
riable, c'est le sceptre I et non le si6ge. II me paralt done
plus natural de s'en tenir A 1'interpr6tation directed et ordinaire des
deux signed du group: le side de la vue ou le siege de l'action,
puisque, dans la langue courante, 1'ceil s'emploie pour ar,
fair, et que iri c'est la prunelle de l'ceil. La vocalisation par
les deux i est incontestable pour 1'epoque grecque; mais ce
qu'elle 6tait deux on trois mille ans auparavant, qui peut
le savoir? Du rest que l'idee de Fue ou celle d'action soit la
plus ancienne, ou bien encore, ce qui n'est pas invraisemblable
en Agypte, qu'on ait voulu les r6unir, le nom d'Osiris doit
repr6senter l'id4e de Providence.
Mais, je le repute, les steles d'Abydos qui remontent A
l'ancien empire ne donnent aucun detail sur le mythe osirien.
Seulement je crois qu'on peut trouver ailleurs des indications
de grande importance sur le plus ancien enseignement d'Aby-
dos et r6soudre, en parties, du meme coup, une question jus-
qu'ici bien obscure. Qu'on me pardonne ma hardiesse! Quand
je n'aurais fait qu'appeler l'attention de la critique sur une
vue nouvelle, je pourrais me flatter de l'avoir service.
Cette question est celle de la formation premiere du Per-em-
hro *4). Ce livre doit Atre d'origine abydenienne, puisqu'il re-
1) Religion und Mythol. der alten Aegypter, p. 81.
2) Ibid., p. 81-82. 3) Ibid., p. 83.
4) Je conserve la forme 4gyptienne, n'osant me decider entire lee deux traductions:
sortir du jour et sortir au jour.









Les Variations de la doctrine osiriaque depuis l'Fge des pyramides.


pose tout enter sur la doctrine osiriaque: abyd6nienne et non
pas en g6n6ral thinite, car cette doctrine y affected une forme
et s'inspire d'un esprit que ne connaissaient pas, nous l'avons
vu, les premieres dynasties memphites, lesquelles ne sont pas
anterieures aux dynasties regnant A This; tout au plus en fu-
rent elles contemporaines. Le Per-em-hrou n'est pas memphite,
puisque, comme l'a fait observer M. Ed. Meyer 1), Ptah y
est nomm6 rarement 2). Il est vrai qu'il ne l'est pas davantage
dans les textes des pyramids, mais ce que repr6sentent ceux-
ci ce n'est point une doctrine cosmogonique; on n'y reconnait,
avec le cycle d'Osiris, que Ra, Toum et Thot, et de plus des
figures qui n'ont point pris place dans la grande mythologie
6gyptienne, et qui ne sont peut-etre que les expressions varies
d'un language figure. Ces memes dieux: Osiris, Ra-Toum et
Thot, dominant exclusivement dans le Per-em-hrou lui-meme,
ainsi que le fait observer M. Meyer, qui reconnalt ainsi, dans
sa formation, l'action commune des sanctuaires d'Abydos, d'He-
liopolis et d'Hermopolis, tandis que Thebes et son cycle y sont
ignores ). En effet les chapitres CLXII, CLXIII et CLXV ne
competent pas quand il s'agit de reconnaitre des textes antiques.
Chonsou et Mentou ne sont nommes qu'une fois, et M. Meyer
fait remarquer qu'aucune locality au sud d'Abydos n'est men-
tionn6e dans l'ouvrage entier. Sa r6daction est done anterieure
aux deux periodes th6baines, mais elle est d'un temps ol do-
minait le culte d'Osiris; or, sauf les deux Tatou (Busiris et
MendBs), situ6s dans la basse Egypte et qui n'ont jamais exerc6
un r6le dominant, ni dans la religion ni surtout dans l'empire,
il ne nous reste, comme ville osirienne par excellence, que
cell d'Abydos. Abydos est surtout la ville d'Osiris comme dieu
de l'autre monde, puisqu'elle est le vestibule de celui-ci. Aby-
dos n'existe que depuis le temps ou se produisit la transforma-
1) Set-Typhon, p. 9.
2) Le d6funt est absorbed en lui (chap. LXXXII, Titre et ligne 5), comme il 'est en
Osiris, et Ptah lni-meme est identifi6 & Osiris en tant que maltre de la vie (CXLII.
a. 15). C'est 1 une acclimatation a Memphis de la doctrine osiriaque.
3) On lit, il est vrai, au chap. XVII, 1. 91: Seta-u ar-u em ta among ran-a,
ce que M. Pierret traduit: ,mysterieux de formes par la grace d'Ammon est mon
nom". Mais among n'a pas de d6terminatif et pent bien 6tre pris ici avec son sens
propre, celui d'un adjectif correlatif an mot Seta. Quant & 1'Ammon, dieu de
ma ville, du chap. XXIII, il ne pent se rapporter qu'au propridtaire du Todtenbuch,
c'est a-dire du celebre exemplaire de Turin.








Felix Robiou.


tion dogmatique sur laquelle nous nous sommes arrkt6s, c'est-
a-dire l'opposition acharn6e des deux freres; le Per-em-/rou con-
tient des preuves rep6t6es de cette transformation comme d6ja
effectu6e; et, de meme que les pyramides de Teti et de Pepi,
il t6moigne du maintien parallele et contradictoire de la tradition
ant6rieure et de la doctrine dualiste, tout au moins en appa-
rence. N'est il pas vraisemblable que ces contradictions etranges
ont Wt6, A cette 6poque, fixes dans la tradition A la fois sacer-
dotale et populaire par la r6daction des chapitres les plus anciens
du Per-em-hrou? C'est done l'existence de la double doctrine
dans ces vieux textes qu'il imported d'6tablir a cette heure.
Ii est vrai, nous ne poss6dons de cet 6crit aucun exemplaire,
m6me des plus r6duits, qui remote plus haut que le temps du
moyen empire, plus haut que la XIe dynastie, la premiere th6baine.
Mais il parait que le temps 6coul6 depuis la fin de la VIe jus-
qu'au temps ofi les derniers rois de la XIe r6unirent toute
l'gypte sous leur domination n'est pas bien considerable, et
il est d6sormais certain que ce fut une 6poque de d6membrement
ou d'anarchie, peut-&tre d'invasion 6trangBre 1); cette p6riode n'a
laiss6 ni souvenir d'6v6nements politiques connus avec precision 2),
ni trace considerable dans 1'histoire des arts, ni documents reli-
gieux que 1'on puisse lui attribuer, parmi les innombrables
monuments de l'ancienne Egypte. I1 est done hours de toute
vraisemblance que telle soit la vraie date de cette composition,
d'autant plus qu'a Abydos meme on ne signal pas une stale
comme appartenant avec certitude A cette 6poque. C'est done
plut6t A la fin de l'ancien empire qu'aux premiers si6cles du
moyen empire qu'il convient de rapporter les chapitres du Per-
em-nrou qui seront reconnus pour les plus anciens.
Mais quels sont-ils? Commenqons par rappeler que pas un
manuscrit sur papyrus, ant6rieur au nouvel empire, n'en
content aucune parties. Nous en sommes r6duits aux morceaux
inscrits sur quelques sarcophages et aux indications provenant
du texte de certain passages, en tres petit nombre d'ailleurs.


1) Sur ce point, voyez Maspero: Mdmoires publies par les membres de la mission
arciologique frangaise au Caire, second fascicule, et mon article snr les Hdrouscha,
cit6 plus haut.
2) Sauf la lutte entire le centre et le sud don't parent des inscriptions de Siout.









Les Variations de la doctrine osiriaque depuis l'age des pyramides.


Mais il serait fort imprudent de conclure de la que ces chapi-
tres seuls sont tres antiques. C'est de 1'ensemble du livre que
nous pouvons conclure qu'il est ant6rieur aux periodes th6baines
ainsi que nous venons de le voir.



V. Textes du moyen empire.

Trois chapitres fort important du Per-em-hrou, le XVIIe (en par-
tie), le XVIIIe et le LXIVe, avec un certain nombre de chapitres
courts et de bien moindre importance sont en notre possession dans
des exemplaires traces A une 6poque reculee du moyen empire 1).
Le premier noyau du XVIIe, le chapitre dogmatique et mystique par
excellence, avait 6t6 inscrit sur les sarcophages de la reine Men-
touhotep et, avec d'autres textes en grand nombre, sur le sarco-
phage d'une reine Noum-nofer-hat. La le d6funt identifi6 avec
Osiris, et par consequent Osiris lui-meme, puisqu'il s'agit d'une
existence divine, est identifi6 avec Toum et avec Ra (Aelt. T.,
p. 27). I1 y est dit existant par lui-meme (Kheper t'esef, p. 28);
il est le seigneur de tons les dieux, auquel personnel parmi les
dieux no peut s'opposer (p. 29). I1 y a eu un combat des dieux
(p. 30). Osiris est le grand Bennou (le phoenix) qui est dans
On (Hl1iopolis) (p. 31). 11 est le toujours et I'eternite ibidd).
Ainsi, au temps du moyen empire, Osiris est reconnu par
une dynastie the'baine comme dieu solaire et comme dieu su-
preme, A la puissance duquel on ne peut compare celle d'aucun
dieu. 11 est 6ternel, et c'est lui que represented le Bennou, c'est-
A-dire la vive expression de la renaissance. Mais s'il renawt,
est-ce uniquement parce que le soleil, sa forme materielle
on son image, parait mourir et renaitre chaque jour? on parce
que lui-meme a momentanement succomb6 dans le combat des
dieux? Le texte ne le dit pas express6ment; il ne dit pas meme
si Osiris a 6t6 engage dans ce combat. Mais il permet peut-
6tre de le conclure dans le passage que voici (p. 32.) ,Je suis


1) Voy. Lepsius, Aelteste Texte des Todtenbuchs; Goodwin, Zeitschrift d'aoit
1866 et Guieysse, Rituel funeraire igyptien, chapitre LXIV.
8) Voyez, sur ce mythe, l'article magistral et difinitif de M. Wiedemann, dans
la Zeitschrift de 1878.









Felix Robiou.


Khem, dans son apparition, A qui deux plumes sont places
sur la tete. Qu'est-ce? ses deux plumes? (C'est) Horus defenseur
de son pare", (Net -tef-ef). Net', avec le d6terminatif de la force,
veut certainement dire quelque chose de plus qu'honorer 1).
Les mots qui sont ici places A titre de commentaire sont, on
le voit, fort antiques, puisqu'on les formulait deja sous la
XIe dynastie; et il est fort possible qu'ils appartinssent d6eja
la r6daction original elle-meme, comme 6claircissement in-
dispensable de la formula pui les pr6ecde. La encore nous rencon-
trons, mais sous une forme tres sommaire, un element du mythe
que nous connaissons par Plutarque, mais qui, disons le tout
de suite avec M. Brugsch, ne se trouve racont' nulle part dans
les textes antiques 2).
Le chapitre XVIII, inscrit, comme ceux don't je vais parler
tout A l'heure, dans un monument de cette 6poque 3), est un peu
plus explicit. Nous y trouvons jusqu'a onze fois la formule:
,, Thot qui fais itre v&rite 4) la parole d'Osiris contre ses
ennemis, fais 6tre v6rit6 la parole de l'Osiris N. contre ses
ennemis". Ces ennemis ce sont apparemment les compagnons de
Set, d6sign6s deux fois dans ce meme chapitre. Horus y porte
aussi le titre d'heritier d' Osiris; cela s'accorde avec le mythe;
mais comment Osiris lui-meme, don't la puissance 6tait incom-
parable dans le chapitre XVII, est-il, A cette meme 6poque,
le protege, l'oblig6 de Thot? Sommes-nous ici en presence
de traditions contraires? on bien Thot serait-il une sorte d'ab-
straction, la sagesse d'Osiris lui-meme? Ce que nous avons vu
plus haut de ce dieu et d'autres textes encore, mais posterieurs 5),
parait favorable A la second explication.
Ici nous voyons Set pr6sent6 comme un etre hostile; au cha-
pitre XXIII6), on lit: ,,Set delie l'entrave de Toum, ma bouche

1) Hor est repr4sente ici non par 1'6pervier, mais par la variant de la route Y= ,
son homonyme. M. Lepsius fait observer (note 48) qu'on en trouve d'autres examples.
2) ,Le r6eit de la mort d'Osiris ne se trouve nulle part dans les inscriptions.
(Brugsch, Rel. und Mythol., p. 616).
8) Comme je vais 1'expliquer A propos du chapitre LX[V.
4) C'est-h-dire qui rend efficace; c'est une formule connue.
5) Voy. ce que j'en ai dit dans le Musion d'avril 1887. Au chapitre XXXI, 9,
Horns detruit l'opposition faite h Thot.
6) Je continue, suivant 1'usage, A donner a ces morceaux le numdro qu'ils portent
dans le Per-em-hrou de Turin, le Todtenbuec de M. Lepsius.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs