• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Front Matter
 Title Page
 Dedication
 Preface
 I
 II
 III
 IV
 V
 VII
 VIII
 Back Cover






Group Title: La Montagne Ensorcelée
Title: La montagne ensorcellé
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00076087/00001
 Material Information
Title: La montagne ensorcellé
Series Title: Collection indigéne
Physical Description: 115 p. : ; 16 cm.
Language: French
Creator: Roumain, Jacques, 1907-1944
Publisher: Impr. E. Chassaing
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 1931]
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: preface du Dr. Price Mars.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00076087
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000142460
oclc - 24405126
notis - AAQ8620

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Title Page
        Title Page
    Front Matter
        Front Matter
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Dedication
        Dedication
    Preface
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
    I
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
    II
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
    III
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
    IV
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    V
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
    VII
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
    VIII
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
    Back Cover
        Page 117
Full Text















































A I

















LA MONTAGNE ENSORCELEE

RECIT PAYSAN















Copyrigt by Jacques. Roumain
Tous droits reserves





















DU MEME AUTEUR:
La Proie et I'Ombre, Contes (6puis6)
Les Fantoches

EN PREPARATION:
Poesie Afro-Americaine
Conscience Raciale (essai)







JACQUES ROUMAIN


LA MONTAGNE ENSORCELEE

PREFACE DU Dr. PRICE MARS









COLLECTION INDIGENE
1931




















II a &t6 tir6 de cet ouvrage vingt-cinq exem-
plaires numerotes de I A XXV, 6dites aux noms
des amis de 1'auteur, et constituent 1'6dition ori-
ginale.






















A MA FEMME












PREFACE


Je rends grdce aux dieux qui ont lev6
I'interdit don't ils parerent le mystere de
leur culte et qui ont ainsi permits d la cu-
riosite des profanes d'en faire des objets
d'art. C'est cet etat d'esprit qui nous vaut
aujourd'hui CELEE>> de Jacques Roumain. Le jeune
romancier d6daignant les sujets tant de fois
traits des adulteres mondains, des paria-
des de concupiscence, des mascarades politi-
ques dans lesquels s'attarde trop beatement
notre litterature, a e'oque en quelques bel-
les pages la vie pittoresque et dramatique
de nos.paysans. De cette vie, il a merveit-
leusement mis en relief ce qui en faith le
charge et l'horreur: la croyance.
La croyance? Mais elle jugute toute l'ac-
tivite humane, et, plus l'homme est pros
de la nature, j'entends, plus il vit dans un








LA MONTAGNE ENSORCELEE


certain itat primitif, plus il est tributaire
de la masse incoordonn6e et irrepressible de
son affectivite. Ce qui distingue cet hon-
me Id, en quelque milieu qu'il vive, du
type intellectualism et affranchi, c'est son
incapacity provisoire ou definitive de dis-
tinguer dans le deroulement des phenome-
nes naturels les classes ele6mentaires qui en
expliquent le micanisme; c'est sa soumis-
sion passive d ce qu'it croit etre l'inevita-
ble, c'est sa resignation muette a ce qui lui
semble etre l'inexorable. Son esprit rebelle
SIl'inquidtude critique est inapte d soup-
conner la part de determinisme bio-physi-
que que. content le complex de la vie.
Des lors, sa logique rationnelle etant frap-
pee d'infirmite, il se fige avec complaisance
dans les mailles denses du Mystkre don't il
se sent enveloppe de toutes parts.
Le primitif est presqu'obligatoirement
mystique.
Mais ce qui donne une saveur particu-
liNre au mysticisme du paysan ha'tien,







LA MONTAGNE ENSORCELEE


c'est la confusion qui s'est 6tablie entire les
mysteres de la Religion chretienne don't
l'enseignement formel et incomplete n'a pe-
netre son dme que tres superficiellement et
les mysteres de I'Animisme Africain, don't
les traditions orales lui ont ete transmises
par 6soterisme. D'une fagon ingenue, il
amalgam et concilie les deux modes de
croyance etant certain d'ailleurs que la sin-
cerite de sa piete enters la divinity, de quel-
que nature que soit celle-ci, est un homma-
ge a la toute puissance de l'Inconnaissable.
Et ce mysticisme donne sa tonality par-
ticulikre aux manifestations les plus diver-
ses de l'existence paysanne.
La terre est elle infeconde parce que la
sdcheresse a etd implacable au course de I'an-
nee? La maladie et la mort ont-elles attris-
te et endeuille telles families? Le betail a-
t-il tde ddcime par quelque 6pid6mie? Les
causes apparentes de ces divers phenom6-
nes peuvent .tre facilement demontrees. On
pourrait meme, au besoin, pour certain









12 LA MONTAGNE ENSORCELEE


d'entr'eux, les soumettre a l'evidence expe-
rimentale. Qu'importe. Le primitif etant
impermeable a l'experience report au deld
de la cause apparent I'intervention des
forces myst6rieuses qui sont la raison d'etre
des choses. On congoit combien un tel
etat d'esprit peut etre le mobile des actions
les plus inattendues, combien les modalit6s
de l'existence alourdies de telles contraintes
peuvent provoquer le choc des malenten-
dus et l'agression sournoise des vengeances
sanglantes. Telle est la genkse psycholo-
gique du drame don't Jacques Roumain
avec un art probe et vigoureux donne la
texture dans la Montagne ensorcelte.
C'est la note emouvante de nouveaute
que la jeune litterature apporte dans l'ana-
lyse de notre milieu que cette preoccupa-
tion de se servir des possibilities de ce milieu
pour laborer l'oeuvre d'art. Ainsi nos jeu-
nes crivains s'ingenient d creer une esthd-
tique haitienne don't ils assemblent les ele-
ments avec une hardiesse une decision et







LA MONTAGNE ENSORCELEE 13

une fiert devant lesquelles je m'incline
humblement. Jacques Roumain est l'un
des promoters de ce splendid mouve-
ment. Sa seulement un 6chantillon de son talent d'e-
crivain, c'est la vision certain d'un psy-
chologue qui salt penetrer par de Id notre
demarche habituelle le resort cach6 de nos
actions secretes.
Lisez ce livre. Vous serez subjugu6 par
le pathetique du recit de la premiere d la
derniere page. N'est-ce pas Id V'indication
qu'il est fait de main d'ouvrier. C'est de
quoi je suis heureux de rendre timoignage.

Dr. PRICE-MARS









LA MONTAGNE ENSORCELEE
RECIT PAYSAN
PAR
JACQUES ROUMAIN

I
La case trapue, bien assise a meme le
sol rougeitre et ceinturee a sa base d'une
balustrade, s'appuie sur un horizon de
mornes sombres. Le sentier qui y mine,
luisant comme une peau de couleuvre
abandonnie, s'arrfte brusquement au haut
d'une pente d'herbe de Guinee et se jette
en tremplin vers le ciel transparent.
Un petit champ borde le sentier: des
4pis de mais lissent leurs barbes rousses
dans de longs cols flexibles de feuilles ver-
tes. A cette heure tendre d'apres-midi, le
vent joue sur les flfites des proches bam-
bous.
Le came est grand et s'augmente des
vastes cercles de silence que trace un malfi-








16 LA MONTAGNE ENSORCELEE


ni dans l'azur; d'une voix de femme qui
chantonne a l'interieur de la maison et du
bruit sourd, rigulier, d'un pilon 6crasant
des grains.
Le village domine cette solitude. Agrip-
pe au flanc de la montagne les huttes rap-
prochent leurs tftes de chaume et guettent
toute la vie d'en bas. Le village est pau-
vre. La terre crayeuse se craquele comme
l'6corce, entr'ouvre des levres avides: le
village a soif. La secheresse dure depuis
des jours et des jours, brile la r6colte de
petit mil. Le betail maigrit et pousse de
longs meuglements douloureux.
Aujourd'hui, les hommes sont rentres
des champs pour le repas du soir. Dans
chaque cabane, les femmes s'affairent au-
tour des chaudrons. Seuls les enfants crient
au dehors en jouant dans la poussikre. Les
hommes sont muets. La fatigue 6crase
l'esprit autant que le corps. Et la main
noire qui se porte au front moite de sueur







LA MONTAGNE ENSORCELEE


est pesante de tout le rude labeur quoti-
dien, sous le soleil tropical.
Desilus, lui, est assis sous les goyaviers.
Il se repait de leurs derniers fruits: les uns *
verts comme des citrons pendent encore
aux branches, les autres trop mfirs, jon-
chent le sol, 6crasis, et embaument 1'air
d'une pourriture sucree.
Les jeunes gens noirs ne sont plus res-
pectueux: ils disent que Desilus a 1'esprit
derange, mais les anciens ne sont pas de
cet avis.
Ainsi Tonton Jean qui est mort 1'annhe
derniere, et qui avait connu les blancs fran-
ais maitres de ce pays d'Haiti, repetait
souvent que Desilus savait beaucoup de
choses. Houng!
Quand le jour incline vers le crepuscule,
Desilus aime A s'6loigner des hommes. Ac-
croupi ou couch sous un arbre, il tient
d'interminables soliloques en grattant de
ses vieux doigts crochus une sorte de gui-








18 LA MONTAGNE ENSORCELEE


tare a deux cordes compose d'un batonnet
de bois d'agave fich6 dans un fer-blanc.
Maringouins ping'ga zombis, ping'ga
zombis (')
Voici ce qui faith rire ces jeunes negres:
Les sots, ils ont la tate remplie de vent!
Ils se croient malins quand ils se moquent,
et c'est le vent qui leur sort par la bouche.
Desilus expulse dedaigneusement A tra-
vers la broussaille grise de sa barbe une
bouffee de sa bonne petite pipe.
Maringouins ping'ga zombis, zanzam-
zam, zim, zim, zimzim
Savent-ils seulement, he savent-ils seule-
ment qui coasse la nuit dans la mate, sous
la lune jaune? les crapauds? Bichi! II se
rappelle lui Desilus avoir vu qui. II y a
tris longtemps le General Alexis, Tonton
Nord, 6tait President a cette 6poque. Il
revenait tard dans la nuit, d'une coupe de
camp1che au Bois Caiman. En passant pres
de la mare, ii s'arrfte pour puiser un peu
(') Maringouins prenez garde aux revenants.







LA MONTAGNE ENSORCELEE


d'eau, quand... Ay! il en tremble encore:
cinq petits bakas (') noirs comme l'enfer,
avec des yeux de braise, 6taient assis dans
l'herbe. La tfte levee vers la lune, ils imi-
taient les crapauds et gobaient des lucioles.
En verite, en verite. Croyez-moi si vous
voulez.
Maringouins ping'ga zombis.
-D'ailleurs il ne faith de mal A person-
ne. Tirer sur les cordes bourdonnantes,
voilA qui est bien inoffensif, et qui lui per-
met de faire ces chansons, qu'ils appr6cient
bien, les sots, les soirs de danse. Telle
celle-ci: < le> (2). Par example il y a des instru-
ments plus dangereux. Le tambour vau-
dou! Ah, il ne faut pas bftiser avec ga.
Quand Ti Malh6, vous le frappe du doigt
comme ga, et comme ga, alors se reveillent
sous la peau de cabrit, ceux don't il n'est
(') Gnomes tris redoutables de la demonologie
vaudou.
(2) Belle nigresse, je vous aime beaucoup.








20 LA MONTAGNE ENSORCELEE


pas prudent de prononcer trop souvent le
nom. Alors vous voyez hommes et fem-
mes, tout a coup tomber A terre en hurlant,
car ILS sont entris dans leurs corps et
crient par leurs poitrines et ne les quittent
que la face dans la poussiere, sans mot et
sans movement.
La nuit 4tait venue. Desilus se leva. La
mare luisait au bas du morne comme un
ceil malefique. II ne fait pas bon rester tard
dehors, par certaines nuits.
Surtout, avec celle-la, grommela-t-il,
en se tournant vers la case trapue de Pla-
cinette oii une fenitre s'6clairait a vif, sur
la nuit.
Les paysans se reunissaient ce soir 1l
chez Dorneval don't le fils se mourait. Les
veillees sont bien agreables: pour alimenter
la palabre et combattre le sommeil, on
vous sert du tafia et du cafe chaud.
Sous la tonnelle, les hommes ont pris
siege sur des bancs et des caisses renversees.
Une chandelle plantee sur une table 6claire







LA MONTAGNE ENSORCELEE


le cercle des visages obscurs. Plus loin sont
les enfants. Quand le vent bouscule la lu-
mitre, de rapides ombres jaunes pricisent
furtivement leur group grouillant.
Desilus se glisse de leur c6te. II est aim6
d'eux a cause de ses contest et de ses devinet-
tes. DejA la marmaille se bouscule du cou-
de, car pour ecouter des histoires il faut se
mettre a l'aise: le mention dans le creux de
la main, la bouche large ouverte et les yeux
aussi attentifs que les oreilles.
Cric?
Crac!
Mouin 1a. quimbi m'? (')
L'ombrage!
Cric?
Mais une plainte profonde dans la case
arrfte toute reponse. Un bruit confus de
paroles, de sanglots etrangles.
C'est 1 ce moment l1, que Balletroy, le
chef de section, penitra sous la tonnelle.
(') Je suis la: attrape-moi?-L'ombre!








22 LA MONTAGNE ENSORCELEE


Honneur.
Respect, repondirent, tous en chbeur.
On lui fit place.
Comment ca?
Dorneval posa son gobelet avec force sur
la table. Son visage etait impassible com-
me taille dans un bloc de marbre noir:
Les femmes commencent a pleurer.
Mais le gobelet grelottait sur la table.
-Avant hier, il Itait en bonne sant6.
Et en ce moment, il est couches, le venture
dur et rond comme une calebasse et son
ame s'en va.
Le silence se fit 6pais.
On entendit distinctement Desilus, qui
disait A voix extremement basse:
- Je vais vous raconter l'histoire de Bou-
qui et de sa grand'maman...
Tonnerre! cria soudain Dorilas.
C'6tait un paysan haut et large redout6
pour sa vigueur. Ses bras 6taient sembla-
bles a des troncs noueux.
Ses yeux colkriques s'injectaient souvent







LA MONTAGNE ENSORCELEE


de sang. On le surnommait Dorilas G&-
Rouge:
--Malediction sur nous! Nos enfants
et nos bftes crevent, et la recolte ne vaudra
rien. La semaine passee je rencontre mon
compere Manasse a la Croix des Pins.
Nous causons, nous causons: Mon compe-
re, Manasse, je lui dis, j'aurais besoin d'un
taureau pour ma vache.
Au march de Thomonde, les tau-
reaux sont forts et gras, compare Dorilas.
Le lendemain matin avant le lever
d. soleil, je prends trois cents piastres et
me voila parti, dans la rosee...
Alors Bouqui dit a sa grand'maman:
Un bain de feuille-corossol, c'est bon pour
la fi&vre. Je vais te bailler un bain bien
chaud.
Bon; Bouqui met sa grand'maman dans
une barrique et commence a verser de 1'eau
bouillante.
Grand' dit: Bouqui mon che, c'est un








24 LA MONTAGNE ENSORCELEE


peu trop chaud. Bouqui dit: 1I docti 1I
racommande.
Mais les enfants remarquent qu'ils con-
naissent dejA le conte et protestent vive-
ment.
D6silus se gratte le crfne:
Cric?
Crac!
Passez lI, passez 1l n'a rencontre?
Ceinturon.
Rond com'boule longue com'grand
chemin (')
Bobine de fil!
Tout rond, sans fond?
Bague!
Dorilas, de son c6te, pursuit son recit.
Ses phrases prennent des chemins de tra-
verses et s'arrftent aux carrefours de tous:
les details:
Donc, je retourne de Thomonde avec
mon taureau noir. Je march derriere lui;

(') Rond comme une boule, longue comme le
grand chemin.








LA MONTAGNE ENSORCELEE


je regarded ses jambes: pas trop grosses, pas
trop fines; ses comes courbees comme des
serpettes. Je suis content. Je dis dans ma
tOte: Dorilas, quel nom, tu veux lui don-
ner? La Rage est un joli nom. Sur toute
la route, je pense: Ca c'est un taureau tout
de bon, un taureau serieux.
II faut que j'envoie un panier de patates
et d'ignames a mon compare Manasse:
c'est un bon compare.
Bon; j'arrive ici. De Thomonde a la
case, il y a trois jours de march dans les
roches des mornes. Je dis: deux jourP, la
bete prendra du repos. Je 1'amnarre a une
corde longue pour qu'elle mange loin et
tout autour.
Le lendemain matin, Sor6lise ma fem-
me, vient:
Dorilas le taureau a cass6 la corde.
Je prends une autre corde pour aller. le
lasser. J'arrive sur la butte derriere chez
Myrtil: Je vois le taureau qui sort de la
mare a Placinette.








LA MONTAGNE ENSORCELEE


-Placinette? interrogea le chef de sec-
tion.
Mais personnel ne lui repondit.
Je vais, et je le -ramene.
Dans l'apris midi, ma femme vient:
Dorilas, le. taureau est couch a terre;
oui.
Je sors voir. Son venture &tait gonfl6 et
sa langue pendait, couverte de mouches
bleues. II 6tait deja mort. Que la Vierge
Altagrice. me crive les yeux si je mens.
'Qni entendit dans la case une femme qui
gemissait.
Ay, 'Saint Jacques Le Majeur, Saint
Jean de la Croix, papa St Jean!
Dorneval repoussa sa chaise.
SAina, cria-t-il d'une voix sans tim-
bre, qu'y a-t-il?
Lentement; il se dirigea vers la porte,
l'ouvrit. Tous les regards se tournirent
vers lui.
Rien, fit-il.: '
Et il rentra dans le cercle.







LA MONTAGNE ENSORCELEE


Aurel, un jeune paysan, 6lanc6 comme
un palmier, s'essuya le front du revers de
la main, et se.hasarda:
II y a de mauvaises planes: le tau-
reau en a peut 8tre mange.
Hh, h6, ricana Dorilas, le vent souffle
dans la savane: les herbes remuent tu ne
vois pas le vent, done il n'y a pas de vent.
Que veux-tu dire? demand Aurel
avec defi et inqui6tude.
Dorilas se leva et frappa le sol de son
baton, avec violence:
La mare est verte comme une soupe
de pois-congo. Elle sent mauvais...
Et avec effort:
...elle est comme empoisonnie.
Tous se taisaient, mais on entendait les
respirations oppressees.
--Placinette a. du bien, .fit Baptiste,
d'iin ton douceureux, en se caressant la
barbiche.
Ep- d'autres temps, personnel ne s'en fut
ftonne: Baptiste etait connu pour sa cupi-









28 LA MONTAGNE ENSORCELEE


dit6 et avait eu une chicane avec Placinette,
a propos de terres.
Les hommes tressaillirent.
Assez plaisant6! intervint le chef de
section.
Oui, tu mens, cria Aurel en s'adres-
sant a Baptiste.
Quoi, qu'est-ce que j'ai dit?
Tu mens.
Qu'est-ce que j'ai dit? rep6ta Bap-
tiste avec innocence.
Aurel se rassit, confus.
Chacun se rencogna dans l'ombre.
Si ton petit garcon meurt cette nuit,
fit Balletroy, tu viendras me l'annoncer:
J'irai prevenir Jean-Marie.
- Merci, murmura Dornival.
Enfin la pluie...
Les gouttes lourdes et presses, tambou-
rinaient sur la tonnelle. Une chauve-s6u-
ris qui faisait voile dans la nuit, se heurta
a un des poteaux, s'abattit, se redressa, dis-
parut.








LA MONTAGNE ENSORCELEE


Soudain un 6clair l1zarda le ciel de haut
en bas. II y eut comme une avalanche de
montagnes fracassees.
Ce fut la debandade, hommes et enfants
miles.
Sur ses jambes cagneuses, Dorilas se ha-
tait.
Tonton D6silus, tonton Desilus?
Une petite fille, les yeux brillants com-
me I'onyx, te tirait par sa vareuse.
Cric?
Crac! repondit Desilus, impatient.
La katar fait tarr, I'an Guinain ten-
de. (')
L'orage.
Et tous deux s'enfuirent dans la nuit et
la boue.


(0) La katar fait tarr, et on 1'entend jusqu'en
Guin.e.








LA MONTAGNE ENSORCELEE


II

De freles fumes s'6lTvent des chaumie-
res. L'aube est venue avec le chant des
coqs, grise et froide. Les mornes violets
s'6veillent au mugissement doux des con-
ques marines.
Toute naissance est tristesse: la nuit ch-
de au jour en lui abandonnant sa m6lan-
colie lasse, et au fond des vallkes, ses bru-
mes loqueteuses et sales.
Le soleil, quand il surgit derriere les
montagnes jette une joie fausse et trop
&clatante: un rire rouge et force.
Car pour l'homme de la terre le jour
qui point, n'est que .la certitude de longues
heures pinibles, d'une lutte apre, dans la
chaleur torride, avec la glibe rebelle.
Les paysannes, I pied ou a bourrique
descendent les sentiers &troits, allant porter
au march lointain, les products du sol,
quelques volailles, du lait.







LA MONTAGNE ENSORCELEE


Une allure balance, les porte vite par
les chemins pierreux ou fangeux: la nuit
tombante les ramenera, dans le meme ordre
immuable, l'une derriere I'autre, tel que
nos ancftres marchaient dans la grande fo-
rft africaine.
Elles reviendront plus lentes, la fatigue
aux genoux et soutenant d'une main lour-
de, leur petit enfant, attache a leurs 6pau-
les.
Les hommes eux se dirigent vers les
champs de patates et d'ignames. Ils vont
dans le jeune matin, d'un pas agile et puis-
sant, q.i prend possession de la terre.
L'air n'est .encore que lumiere et frai-
cheur. Les poumons s'emplissent bien. Et
l'on commence le sarclage ou le defrichage.
en improvisant une chanson que rythme
le bruit.sec de la machette.
Certains jardins sont collks au flanc des
ravins: A pic. Le paysan se suspend a une
corde, pour bcher. De loin on ne distin-








32 LA MONTAGNE ENSORCELEE


gue pas cet homme tenace, luttant corps A
corps avec la nature.
Desilus ne travaille pas aux champs;
Desilus n'a pas de champs. Il en avait un:
Baptiste l'a pris, c'est une bien vieille his-
toire, n'en parlons plus.
Sur le seuil de sa case, il tresse des cha-
peaux de paille: voill son metier...
... Et se parole a mi-voix.
Un chapeau, deux chapeaux, trois
chapeaux: ca fait trois piastres. II pourra
s'acheter une douzaine de feuilles de tabac
et une chemise bleue avec des boutons
blancs.
Apres il voudrait bien se reposer. Ses
vievx os sont endoloris depuis la pluie de
la veille. Il est courbatur6 jusqu'a la
moelle, mais pour vivre, il faut travailler;
c'est l'existence. Est-ce que les blancs tra-
vaillent aussi? D6ja en Guinee le negre
haitien peinait et le blanc le menait. Il
y a cent ans on les avait foutu A la mer
a coups de fusil dans le cul. Mais les voici







LA MONTAGNE ENSORCELEE


revenues, ces fils de chiens de blancs ame-
ricains.
Un jour A Mirebalais, il est entr6 a 1'E-
glise. LA, il a vu: la Sainte-Vierge blan-
che, St. Joseph blanc, St. Pierre blanc:
houng! si le nigre souffre comme ga, est-ce
que tu ne crois pas que le bon Dieu est
blanc et qu'il a du prejug6 de couleur?
Les mains inactives, Desilus devient
songeur.
He compare!
C'est Balletroy qui de la route le while.
Bonjou chef.
Dornival a besoin de toi pour aider
A laver le cadavre. Horatius Pierre-An-
toine vient de mourir.
Pauvre diable.
Puis sentencieux, avec tristesse.
C'est gros noms qui tu6 ti chiens. (')
Fais vite; moi je vais chercher Jean-
Marie.
Dansla case se present comme harengs

(') Les grands noms tuent les petits chiens.








LA MONTAGNE ENSORCELEE


sai.ts, les commutes du voisinage, et jacas-
sent, et pleurent, et se lamentent.
La mere dort affaissee sur une chaise:
les larmes ont trace des sillons huileux sur
son visage.
Dehors on entered un bruit de planches
cloues avec rage; c'est Dorn6val qui tra-
vaille au cercueil de son fils.
Quatre bougies aux coins d'une table
noire mal rabot&e et chancelante, des ima-
ges saints multicolores, des fleurs pous-
siereuses dans des timbales en aluminium,
attendant le cadavre.
Un peu d'encens brfile, mais plus forte
est 1 odeur de sueur et de decomposition.
La chaleur monte; chaque nouveau visiteur
I'alimente a la maniere d'une bfiche jete
dans un boucan; Les mouches violent,
nombreuses et grasses. Une des femmes en
preserve le front et la bouche ouverte de la
dormeuse avec un vieux journal.
Dans I'autre piece, sparee par une cloi-
son de jonc, sont les laveurs des morts.







LA MONTAGNE ENSORCELEE


La voix de Desilus:
Maintenant tournez-le... comme ga,
oui comme ga...
L'eau clapote
Les femmes soupirent plus fort:
-Ay! Jesus, ay, cher papa!
L'eau clapote.
Et dans la cour, Dorneval scie, frappe,
cloue, comme un forcen6. Des enfants sont
ranges en silence autour de lui. Ils lui pas-
sent le marteau ou les. clous: il les prend
sans mot dire, sans regarder.
II doit 8tre l'heure de midi. Le soleil
est haut dans le ciel desert. Tout est im-
mobile, les arbres, le morne betail, sauf ce
group de paysans qui revient pesamment,
la houe sur 1'6paule.
Ils vont chez Dorrival, car Dorneval est
un homme de bien, un homme qui respect
son prochain, un bon chritien qui est dans
le malheur, qui a perdu son enfant, son
premier garcon qui n'avait pas meme trois
ans.








LA MONTAGNE ENSORCELEE


Dorneval, compere?
II se retourne, passe sa manche sur sa
figure, depose son outil.
L'un apres l'autre, ils lui serrent la
main.
Supportez, oui Frere!
Bon Dieu, va souteni'ou.
C'est la vie, comp&, courage.
A tous la meme r6ponse, d'une voix
gale, lointaine:
Merci, oui, Merci.
On apporte une dame-jeanne et des
verres. Chacun, avant de boire, verse un
peu de tafia sur le sol: pour ceux qui sont
morts, pour ceux qui reposent dans la terre
profonde.
Le cercueil est prft. II le remet aux en-
fants.
Portez ga.
Que dire? Dorneval est muet.
Les autres regardent leurs sandales, pi6-
tinent sur place.







LA MONTAGNE ENSORCELEE


Une vieille s'amene en clopinant.
Tout est pare, oui.
Le petit cadavre est 1A entire les bougies
fumeuses. Un crucifix de cuivre ouvre ses
bras sur sa poitrine. La tfte noire se deta-
che avec nettet6 str le linge blanc. Les l1-
vres sont gonflees et dcolorees. Les mains
ramenees sur le venture ont pris une teinte
cendree; la paume est rose pile. On sera
oblige de faire l'enterrement le jour meme.
Mauvaise odeur. II faut chasser les mou-
ches.
Les hommes se sont arrftes au pas de la
porte. Ils font de gauches signes de croix:
Au nom du PK, et du Fils et du
Saint Esprit, si soit-il.
La mere se reveille. Elle regarded d'abord
toute 6garee, puis pleure bruyamment.
Les plaintes deviennent aigues.
Une grosse commire se fait place a coups
de coude.
Ah chi, laiss6'm aide ou crier
Et hurle en arrachant son madras:








LA MONTAGNE ENSORCELEE


Pitite mouin, pitite mouin, ah la
passage. (')
Est-ce: que Balletroy a ht6 chercher
'Jean-Marie? demand Dorn6val.
Oui il est all, repond Desilus.
(Jean-Marie est le pare savane.
Dans les campagnes haitiennes reculees, la
oi il n'y a ni gglise, ni curd, le prftre savane
est souvent un ancien sacristain de village,
qui exerce un sacerdoce benivole et lucratif.
Jean-Marie, habitat le bourg le plus
proche et comme il n'y existait point de
chapelle, il'officiait a domicile.)
Tout le village est sous la tonnelle; les
hommes, taciturnes, boivent du clairin;
tassees a part, les femmes soupirent, pleur-
nichaillent, et font aller leurs langues.
Desilus titube, il penche comme un ar-
bre rabougri sous le vent. II a des yeux
touges de bouc lubrique.
Et pourquoi pleurer? C'est un petit
ange qui est -mort. Arrache tes cheveux,
(') Mon petit, mon petit, ah misere!








+A. MONTAGNE ENSORCELTE


ma ch re, : puisque tu veux luiiporter mal-
heur. Lorsqu'il arrivera chez Ie Seigneur
Bon Dieu, le.Seigneur Bon Pieu lui dira:
Allez vous en, petit diable on cr.ie apres toi
sur la terre; on n'est pas content .que tu es
au ciel.
Alors, il faut rire. La vie est un gri-
gnin-dents.. (') Est-ce que vous. avez deja
vu ca?
I1 se jette A quatre pattes sur le sol.
Haha. Crapaud se. fiance. II dit:
femme, viens icitte.
.Et D6silus, .mime de tout le, corps, Cra-
paud faisant I'amour.
I1 est bien amusant, ce vieil homme
scandalevx, mais aujourd'hui on n'a pas
Ie cceur a. rire.-La rcolte sera-t-elle
bonne? Pleuvra-t-il encore? Chacun a
son souci, qui lui coud la bouche, qui lui
met des plis au front et l'inquidtude dans
l'ime.
Un galop de cheval qui devient de plus
(') La yie est un eclat de rire.








40 LA MONTAGNE ENSORCELEE


en plus fort comme si un tambour arrivait
en courant.
Et voici Balletroy et Jean-Marie.
SHonneur
Respect!
Ils mettent pied a terre.
Bonjou'pe! Bonjou'pe!
Vitu d'un vieux pardessus noir, une
maniere de soutane, coiff6 d'un melon 1
reflects verts, le long personnage salue les
gropes avec une dignity onctueuse et p6-
netre dans la case.
Tout le monde se lIve, la mere exceptee,
qui regarded fixement son enfant a travers
le brouillard de ses larmes.
Jean-Marie, tire de sa poche son parois-
sien et ses lunettes cerclhes d'acier. Le voici
prft: le livre tendu plus haut que la tOte
incline en arriire, car ses verres ont ten-
dance a glisser sur son riez plat et large.
De profondis clamavi ad te Domine:
Domine, exaudi. 'ocem meam. Fiant au-
res tuae intendentes in vocem deprecationis







LA MONTAGNE ENSORCELEE


mae. Si iniquitates obsereateris Domine:
Domine, quis sustinebit.
Bouche bhe, Dsilu.s admire: Ce Jean-
Marie, quand mrme, est un grand negre.
...sporavit anima mea in Domino. A
custodia matutina usque ad noctem speres
Israel in Domino.
La voix de Jean-Marie enfle majestueu-
sement:
-... ex omnibus iniquitatibus ejus.
Oui foutre! Commabo! Cclate Desi-
lus avec enthousiasme
--Paix la, macaque! crie Jean-Marie
furieux.
,.. Requiem aeternam dona eis, Domi-
Et lux perpetua lucea eis. Requiescant in
pace. Amen.

OREMUS
Fidelium, Deus, omnium conditor et
redemptor, animabus famutorum famula-
rumque tuarum remissionnem...
Entend-elle, la mere, les paroles 6tran-








LX A'AltkrAGNE EPSORCELtE


ges, qtiupsalmhiodi-cet home long et noir
comme une ombre?'
-La dcduletarest un autre monde ou elle
se'le'tt Vetim le et sourde a toiut-ce qui i'est
as'dee'piet cadavre, cette chair de sa chair,
fietae'h6ed''el'e 'cormme' u'n fruit pourri de
1'arbre.
":Edf-i 'virdiiment mort? Pas plus tard
qu'avant hier, il jouait dans la poissikre
avec leg autrcs, avec ceux qiui sont encore
vivants. "
Un cri tendrement bless 'inmo'te de ses
entrailles, un sanglot patient, qui ne veut
pas finir, qui toujours recommence, mouil-
14 de larmes, brflla de larmes. Et pourquoi
y a-t-il ces bougies autour de lui, ces fleurs
ces feuilles? Oh, il y a de puissants sorciers
qui guerissent les ehfants malades, avec des
feuilles, avec des feuilles cueillies dans la
savane,'dans-les nuits mauvaises. Oi. est le
sorcier, oii est le hougan qui gufrira son
enfant?"' : : ':







LA MONTAGNE ENSORCELEE


-...piis supplicationibus consequantur:
Qui vivis et regnas Deus...
Que dit cet homme noir? Que chante-
t-il? Non, non, ce n'est pas ca. Voici ce
qu'il faut chanter:
Feuilles ho, feuilles, vini sauv6 mouin
dans mise mouin y&.
Pitite mouin malade, ma alley caille hou-
gan
Paix, Anna, paix!
Pitite mouin malade, m'all caille hou-
gan.
Si ou bon hougan, vini sauver dans
mise mouin y6 (I)
... in pace Amen.
La mere hurle a la mort.
Jean-Marie la contemple de ses yeux
papillotants en s'6pongeant le front d'un
foulard rouge.
Dorn6val mon fi, f6m& 16 cercueil.
(') Oh feuilles, feuilles, venez me sauver de
ma misere. Mon enfant est,malade, j'ai Wet
chez le sorcier. 0, si tu es un bon sorcier.
sauve-moi de la misere oi je suis.








44 LA MONTAGNE ENSORCELEE


Les mains massive de Dorneval vissent
le co.vercle. La lueur des bougies module
sa face figee, aux lvres cimenties si dure-
ment, qu'aux machoires gonflees la peau
est plus claire.
Au-dessus des sanglots et des gemisse-
ments, monte le nasillement solennel du
pere-savane:
Dies irae, dies illa, solvet saeclum in
favilla, teste David cum Sibylla.
Peu A peu les corps balancent, les tftes
oscillent et suivent la courbe du chant.
Tandis que Jean-Marie, ouvre ses bras
grandement, comme des membranes.
LA, derriere ces lumitres tremblantes,
adosse a l'obscurit6, il resemble a une
6norme chauve-souris prfte a prendre son
vol.
Non stupebit et natural Cum resurget
creature
L'odeur de la mort est telle une 6treinte
autour d'eux, mais ils ne la sentent pas,
prisonniers de la magie que composent la







LA MONTAGNE ENSORCELEE 45

douleur, ce jeu d'ombres fantomatiques sur
les murs, l'alcool, les paroles mysterieuses,
la fatigue.
Huis ergo parce, Deus, Pie Jesu, Do-
mine, Dona eis requiem. Amen.

Et voici, tout est fini: une femme ha-
garde crie interminablement; des hommes
se hitent, courbes sur une boite; des tor-
ches de r6sine s'allument, et vers le cime-
tiere de champagne aux tombes humbles et
basses comme des pauvresses agenouillies,
vont dans le vent et la nuit, d'un pas lourd
et en silence, Dorilas, Aurel et Dorneval.








LA MONTAGNE ENSORCELEE


III

Un homme march vite dans la nuit;
s'il y avait lune, cette lune claire qui blan-
chit a ia chaux les mornes, ruisselle sur les
bananriers, coule sur les sentiers comme une
eau sur les galets, s'il y avait lune, belle
lune, tu pourrais voir cet homme qui va
si vite, qu'il semble a chaque enjambee sau-
ter par dessus un fosse.
Mais le ciel est a l'image du monde ter-
reux, montagneux, solidified et ce n'est pas
ce morceau de verre de lune vitreux, 6gar6
dans une crevasse de nuages, qui te mon-
trerait quoi que ce soit.
Et tu ignorerais toujours, le nom et le
visage de l'homme, s'il ne passait tout
just devant la fenktre de Placinette, et ne
s'arrftait devant, pour crier au dedans.
Grace, c'est Aurel, moi-meme Aurel.
Car c'est Aurel, le jeune negre 6lanc6
comme un palmier qui frappe a la porte de






LA MONTAGNE ENSORCELEE


Placinette, et Grace, son amoureuse, vient
lui ouvrir, Grace la fille Placinette.
Et tous deux sont en. presence mainte-
nant dans la case et se tiennent par la main,
et ne peuvent se parler.
Mais a la fin, il faut bien qu'Aurel dise
qu'il est venu ce soir parce qu'il a rencontre
la mere au bourg et lui a dit comme ga.
Bonjour Placinette.
Et de causer en causer, elle lui a expliqu6
qu'elle passerait la nuit au,bourg, pour r6-
gler une affaire de grand matin. Et lui,
Aurel, lui a dit:. Alors, adieu; et est re-
monti chez lui tout de suite et puis a &6t
a 1'enterrement du gargon de Dornival, et
puis.
Qui est-ce?... Ah oui, elle avait en-
tendu les cris.
Mais elle ne 1'6coute point, le regarded, le
trouve beau et sourit..
Et lui aussi trouve belles ses.levres mau-
ve-caimitte, ses dents plus &clatantes que
des grains de grenade, et beaux, ses yeux







48 LA MONTAGNE ENSORCELEE


profonds comme une onde nocturne, et
beau, tout en elle: le mouchoir blanc qui
serre ses cheveux, sa robe bleue, ses bagues.
II l'attire a lui: ay, ga c'est une negresse,
souple, dure, et lisse comme une liane, et
elle glisse de ses bras, et rit, moqueuse.
Mais il la reprend centre lui, et la main-
tient dans ses bras forts.
Oh, Grace, Grace chbre.
II ne la retient plus, mais elle ne peut
pas s'en aller, toute fondue en lui, les yeux
fermis, et comme emport&e tres loin, sur
une vague berceuse, avec lui, dans ses bras.
Regarde, je suis un homme serieux;
ce n'est pas la honte que je veux t'apporter.
J'ai et6 A Cerca-la-Source mardi pass, voir
mon oncle Saint-Fort. II a dit: mon fi, 16
marriage est ine belle institution. Mais re-
garde donc!
Et en effet, il a dans sa main une lettre
et c'est une lettre de demand en marriage,
elle le sait, parce qu'il y a la-dessus des
fleurs rouges, un cceur avec une fliche et






LA MONTAGNE ENSORCELEE


tout autour de la feuille une dentelle de
-papier.
J'ai dit a tonton Saint-Fort donne-
moi la lettre pour la montrer a elle seule,
pour qu'elle voie que je ne bftise pas; apres
tu I'apporteras a la mere.
Grice ne sait pas lire et Aurel non plus;
c'est dommage, les paroles de la lettre
6taient tris jolies:
A Madame Placinette Lejour.
Nous avons l'honneur de prendre la plu-
me pour vous souhaiter le bonjour ainsi
que votre respectable famille, dans le but,
Madame, d'apres notre humanity chritien
et en intelligence des honnrtes gens tout en
remplissant un devoir d'honnect6. Nous
venons au devant de vous, avec tendresse,
joie, sagesse, respect et satisfaction tout en
vous demandant la main de votre fille Ma-
demoiselle Grice Lejour, que notre jeune
garcon nommi Aurel Aurelien aimait ten-
drement, don't il nous a lu ses pensees tout
en voulant crier une famille avec la tienne,







LA MONTAGNE ENSORCELEE


car ce devoir est 'Phumble aveu des gens
civilises: Alors Madame, nous, comme ses
gouvernants, nous lui temoignons avec
courage, et nous vous assurons que nous
serons responsables de tout ce qui arrive
et nous vous assurons que notre gargon est
un.enfant tris sage, docile, et remplit de
respect, obeissant envers les grandss ainsi
que pour les petits, et pretendant d'acquit-
ter avec honnect6, avec fidelity, notre de-
voir, en vertu, Madame de:ce grand timoi-
gnage que nous vous proposons tout en
demandant a Dieu de leur proteger pour
nous afin qu'un jour de temoigner cette
pareille satisfaction, demandant la gloire,
le respect et la science, l'union et la.perse-
verance. En attendant de vous une bonne
reponse afin de savoir notre diligence.
Et vous saluent d'un profound et d'une
sublime amiti6.
Fortune .Saint-Fort, son oncle.
Bienaim6 Pierre, son parrain.
Maintenant, il y a un silence vaste et







LA MONTAGNE ENSORCELEE


bon autour d'eux, un silence oii on.est bien
et au chaud, comme dans un lit, et ils sa-
vent que rien ne peut desormais les separer
et qu'ils n'ont point besoin de se le dire,
car le silence les unit comme un bandeau.
Ou plut6t, oui, ils voudraient parler,
mais le silence pise A leurs poitrines et ils
ne peuvent que respirer profondement,
longuement.
Aurel a pris sa main et cela aussi, ah,
comme cela est doux, seulement une an-
goisse intolerable monte a sa gorge, une
peur exquise, une faiblesse soudaine, parce
que sa main est telle une proie fragile dans
celle d'Aurel et que la main d'Aurel trem-
ble A son tour, lui si fort.
Ce n'est pas elle qui a pench6 vers lui,
re n'est pas lui non plus et pourtant la joue
d'Aurel est centre la joue de Grace, frai-
che comme la nuit, et ils sont l'un centre
1'autre et leurs levres se touchent.
Elle voudrait se defendre, crier, mais ses
bras n'ont de vigueur que pour 6treindre








52 LA MONTAGNE ENSORCELEE

Aurel et sa bouche fond sur sa bouche, et
ses seins palpitent sous sa main, et leurs
points sont dures comme des bales et c'est
un delice.
Elle descend un abime vertigineux qui
se creuse en elle, un fleuve qui puise sa
source dans sa chair: elle ne salt oii elle
va, elle est emportee dans la nuit de ses
paupieres scelles.
Elle est 6tendue sur le sol et son corps
brile; sa nudity d6couverte est caress6e et
sa chair secrete pinetree douloureusement.







LA MONTAGNE ENSORCELEE


IV

Le village a pris un visage de tristesse
bourrue: depuis une semaine la pluie tom-
be sans arrft. La terre fume jusqu'au ciel
bas et noir; on dirait la vapeur qui monte
vers le couvercle soulev6 d'une marmite.
La terre assoiff&e a bu a sati&te et n'en
peut plus; elle a degorge son trop plein et
une vomissure de boue la couvre.
Les champs et les arbres sont couches a
plat sous la rafale, immobiles.
Le vent a des griffes acer&es pour arra-
cher les feuilles et les jeter en tourbillon-
nant dans les flaques oii coassent les cra-
pauds.
Chacun est enferm6 chez soi sous le toit
de chaume qui bredouille invariablement
la meme chanson monotone et enrhumee.
Les hommes michent le tuyau de leurs
pipes. Quelquefois ils se livent et marchent








LA MONTAGNE ENSORCELEE


de long en large dans la case comme des
btes anxieuses.
Et la recolte?
Quand ils ouvrent la porte, ils ont just
le temps d'apercevoir un quarter de pay-
sage blafard englue dans les fils de la pluie:
un souffle violent les repousse a l'interieur.
II y en a peu qui se risquent au dehors,
dans la bourrasque.
Pourtant, en ce moment, il y a un hom-
me qui frappe a la case de Placinette, et qui
crie son nom au travers de la porte.
Placinette, c'est Balletroy.
Qui moune qui la?
Balletroy, Placinette est tres vieille; elle est a l'Fge
ou les os s'effritent sous le poids de la vie,
a l'age ofi le regard pr6occupe d'un proche
destin, se fixe continuellement sur la terre
impatiente.
Son visage est blet et.jaune; elle regarded
Balletroy du coin de l'ceil et de bas en







LA MONTAGNE ENSORCELEE


haut, avec des rides mefiantes aux coins de
ses livres calleuses.
De son madras s'6chappent des cheveux
crepus et gris, comme poussiereux.
Comment ga, Placinette?
Bien, oui, merci.
Ils sont assis 1'un en face de l'autre. Les
yeux de Placinette, a l'ombre des cils rap-
proch6s filtrent une lumiere inquiete.
Balletroy semble gen6, tourne et retour-
ne son chapeau mouill entire ses doigts.
La chaumiere est couverte de t6le, la
pluie tape sur le toit avec des doigts de fer.
Placinette, je suis venu, pour une
affaire important. Ld-bas les choses ne
vont pas bien, non...
Sa pens6e s'enfuit. Avant de venir, il
avait copieusement rumin6 ce qu'il fallait
dire.
Ses phrases s'alignaient devant lui com-
me des objets bien ranges sur une table:
telle, telle, telle chose. Maintenant les mots








LA MONTAGNE ENSORCELEE


s'embrouillent dans son cerveau, pele-
mEle, et il ne peut plus les ordonner.
Placinette a un petit rire hoqueteux:
Alors, ils veulent que je prfte de I'ar-
gent.
Non, non, c'est pas ga.
Sa voix s'arrfte, s'enroue et prend un
elan penible:
Le garCon de Dorneval est mort.
Hoho, je ne savais pas ca, P6vre pi-
tite. Oui, c'est la saison du paludisme.
Et Balletroy, sans la regarder:
Bon, voici: le taureau de Dorilas est
mort aussi, alorsse il faut que je parole
franc. La recolte est gate, Placinetteo apris
la secheresse, la pluie, la pluie toute la
sainte journee.
Les hommes sont la, enfermis: ils ne
peuvent pas travailler; ca c'est mauvais
qu'un homme reste les bras croises: sa tfte
travaille.
Et puis tu es comme une etrangeret
n'es jamais avec les autres.







LA MONTAGNE ENSORCELEE


Ils sont dans la misere, leur tate tra-
vaille, alors ils cherchent ils cherchent
un coupable. Tu les connais, Placinette,
c'est un monde ignorant, mais il faut
prendre des precautions avec eux.
II s'est essouffl6 a parler. II s'arrkte pour
happer de 1'air:
Je te dis: je dois parler franc, tu as
une mauvaise reputation.
Les yeux fermis, les mains jointes sur
les genoux, Placinette semble dormir.
Il y a des hommes dangereux. Dori-
las, son sang est chaud et il.est aveugle
quand il se met en colkre. Baptiste, a
c'est un mauvais chritien, il te halt pour
cette affaire de terre, mais j'ai peur de Dor-
neva1, depuis que son gargon est au cime-
tiere il ne parole plus. Quand tu lui parles,
il dit oui, oui, comme s'il n'entendait pas.
Hein, alors la coupable, c'est moi-
meme?
Elle avait saute de sa chaise avec une
souplesse stupffiante.








58 LA MONTAGNE ENSORCELEE


Ses yeux flamboyaient.
Toi-meme,, ils disent fit Balle-
troy.
-. Chiens, saloperies! cria-t-elle.
Soudain elle se rassit, recroquevillie et
tremblante.
Balletroy, mon cher, c'est pas vrai,
non.
.- ......... ..... ..... .. .... ........ -
Oh, ils sont a me pers&cuter depuis
des annees. Ils disent que je:suis une 6tran-
gere; est-ce que je ne me suis pas. mariee
deux fois avec leurs pareils. C'est la faute
du Bon Dieu, c'est pas ma faute s'ils sont
morts.
Is savent. que tu connais les feuilles
qui gu.rissent; ils pensent: celle qui peut
faire le bien, peut faire le mal, ils pensent:
les demons 4taient autrefois de bons anges.
Placinette eut un rire strident, qui laissa
toute sa face impassible, sauf les rides au-
tour de sa bouche noire.
Ils croient ga, les:imbeciles.







LA MONTAGNE ENSORCELEE


Son rire s'acheva en un gloussement fr6-
nftique.
A nouveau, elle se leva, et trottina
6trangement excitee, dans la chambre.
Eh bien, moi, je te dis, Balletroy': le
Bon Dieu et le Diable, c'est comme le bras
et la main.
Femme, ne blaspheme pas.
C'est toi-meme Balletroy qui blas-
pheme, quand tu dis du mal du diable;
car en verit6, le Diable avec Dieu c'est une
seule personnel, comme 1 ph, 1 fi, et 1I
Saint Esprit.
Placinette, fit Balletroy a voix basse,
paix, la folie est dans ta bouche.
Elle s'arrita devant lui, ironique et mau-
vaise.
Je vais te poser une question, mon
cher.
Dis, murmura Balletroy.
Bon je vais te poser une question.
Balletroy, tu es un bon catholique; tu ne
laisses jamais passer Piques sans descendre








60 LA MONTAGNE ENSORCELEE


a la ville pour communier: tu vas prendre
le corps de not' Seigneur; est-ce que ga
t'empeche de faire ton petit manger mar-
rassa? (,)
H&h6! Pourtant le prftre blanc te dit:
<1l vaudou est un piche, 16 bon Dieu du
vaudou, c'est le diable, si tu sers Dambal-
lah, Legba ou Erzili (2) l'enfer t'attend>.
Hehe!
Le ricanement de Placinette tissait une
angoisse insupportable autour de Balletroy.
C'est pas la meme chose, articula-t-il
avec effort.
Il avait envie de s'en aller, il 6touffait
entire les murs 6troits et c'6tait intolerable,
cette Placinette qui tournait dans la pice
comme une araignee.
Tu n'as pas repondu, compere.
II se leva pour partir.
Tu n'as pas repondu non, rep6ta
Placinette durement.
(') Repas rituel vaudou.
(2) Esprits vaudous (Damballah est le dieu-
couleuvre).







LA MONTAGNE ENSORCELEE


II se rassit.
Pourquoi es-tu press? Attends, la
pluie va finir peut ftre.
La pluie ne va pas finir.
Pourquoi avait-il dit, cette sotte phrase?
II ne savait; il y avait en lui un desarroi
singulier comme si sa langue n'obbissait
plus a sa pensee et ses gestes a sa volonte.
Placinette inscrivait dans la piece, des
cercles de pas menus et sautillants. A la fin
elle s'arr&ta devant lui st il fut ftonn6 de
voir ses yeux tristes et pleins de larmes.
Balletroy, il y a beaucoup de choses,
on ne peut pas les comprendre. Je vois
que tu viens en ami, c'est pour ga que je
veux te raconter...
Occena Tithomme, c'etait mon papa. II
6tait habitant a Plaisance, dans la section
Ravine Trompette, c'6tait un gros cultiva-
teur de cafe.
Moi, je te dis, Balletroy, il n'y avait pas
beaucoup de- monde, bon comme lui.








62 LA MONTAGNE ENSORCELEE


Malgr6 ga, personnel ne 1'aimait; on le
respectait, mais on 6vitait sa porte a la
tombee de la nuit.
C'6tait aussi, un homme religieux et il
y avait des images saints partout dans sa
case.
II vivait en tranquillity jusqu'au jour
- adid, Balletroy il y a des mystires, oui
- jusqu'au jour oii ga le prenait.
Un matin, tu le vois se lever et ses yeux
sont tout dr61es. II dit:
mon venture me fait mal?>
Chaque fois c'6tait les memes paroles.
Et puis il commence a pleurer et tu ne peux
pas le consoler: Je ferai bouillir un petit
thb de coton-violette pour toi>>? Il dit:
non; ? II secoue toujours
la tfte"
II reste toute la journee A se retourner
sur son lit, a se plaindre et I dire: pour qui me tourmentez-vous, pour qui,
pour qui.>>







LA MONTAGNE ENSORCELEE


Mais ce n'eset pas deiOtoi: qu'il parole,
non! ',,- : .
Si tu lui prisente un chapelet, ofille por-
trait de la Vierge; il tombe a terre, et, il
crie comme si on l'assassinait a coups de
machette. '
II passe comme ga toute la journee.
Le lendemain, il se reveille et il est cal-
me come .si rien n'etait arriv&. Seule-
ment, il rit tout le temps dans sa barbe en
se frottant les mains. Et puis il parole, il
parole, un language que tu ne peux pas com-
prendre, un language qui te donne-froid,
comme quand tu traverses un bois, la nuit.
Tout le voisinage sait ce qu'il y a. Et
tu vois venir des la brune, une bande de
gens.
II s'enferme avec chacun d'eux et tu
peux entendre:
Tithomme, papa, j'ai un voisin qui
est ennuyant.
Bon, et apres.








LA MONTAGNE ENSORCELEE


Occena, cher. C'est une priere, fais
quelque chose centre lui.
Hohohoho!
Tithomme est content, il dit:
Main, main, prends!
Et 1'homme s'en va avec une bouteille
cache dans sa vareuse.
Un autre vient et parole a l'oreille d'Oc-
cena et tu entends Occena rire et tu as
peur.
Mais si quelqu'un vient:
Occena, je suis malade, la froidure
m'a rendu malade dans le dos. Donne-
moi quelque chose.
II entire en colere, et il crie:
va faire ton chemin, vite, cochon, bourri-
que!>
Quelques jours aprns tu apprends, un
tel est mort, une telle est malade et on pre-
pare deja le cercueil pour elle.
Balletroy la regardait avec des yeux d6-







LA MONTAGNE ENSORCELEE


sdrbitis, sa bouche s'ouvrait et se fermait
comme si l'air lui manquait.
Elle continuait, les yeux perdus:
Un jour, les soldats sont venus le
prendre, c'etait au temps du general Davil-
mar; on l'a amarr6 centre un arbre et les
fusils talentt centre sa poitrine...
II pleurait beaucoup: faute>. Ils ont tire trois fois sur lui.
Placinette se tut, mais elle tournait tou-
jours en rond dans la chambre.
I1 semblait a Balletroy que ses pas tres-
saient une corde qui se resserrait de plus en
plus autour de sa gorge.
Arr&te, femme.
Elle vit son visage glace et tressaillit.
Balletroy, non, je jure, je ne suis pas
comme ca, non, moi.
II ne repondit pas; ses mains tremblaient
violemment.
Balletroy, c'est moi-meme qui jure,
par Saint Joseph et Saint Jean, je ne suis
pas comme ca, tu peux me croire.








66 LA MONTAGNE ENSORCELEE


II repondit seulement: protege> et gagna la porte.
Eh bien dis moi, pourquoi es-tu ve-
nu, en ami, me parler, me prevenir, me
proteger? Pourquoi ne me detestes-tu pas
comme les autres, Balletroy?
II l~cha le crochet de la porte, march
lentement, tfte baissee vers sa chaise et se
laissant tomber:
--Pour Grace, mouin r'ainmain li>. (')


(') Pour Grice je l'aiine.








LA MONTAGNE ENSORCELEE


Le ciel a ti6 lave a grande eau; des nua-
ges subsistent encore, mais. noys- dans
l'azur comme du linge lessive dans de I'in-
digo.
Les ravins ont 6puis6 leur fureur d'eau
vaseuse et ouvrent aux flancs des mornes,
des rires blancs et nets.
Les paysans ne voient point cette pein-
ture neuve sur la face de la terre: la recolte
git sur le sol, melee A la. boue, perdue..
Effeuills,. les arbres, et brises: ils eten-
dent au matin, ensoleill leurs .squelettes
cartels par le vent.
Les paysans ont tress6 pendant leur ri-
clusion, des paniers,.des sacs de paille et des
chapeaux; en rognant sur le manger, ils
arriveront bien, jusqu'A la saison nouvelle.
Le malheur devient vite une habitude. risi-
gnee.
.Et la faim, ils la connaissent, la salope;








LA MONTAGNE ENSORCELEE


ce n'est pas la premiere fois qu'ils bouclent
leur ceinture contre la peau de leur venture.
Mais, il pise quelque chose de plus sub-
til sr.r le village, une terreur bizarre, une
angoisse qui s'avoue quand les meres gar-
dent leurs petits dans les plis de leurs cara-
cos, qui se precise quand les hommes se reu-
nissant pour causer, demeurent tout a coup
sans mot dire, ou jettent avec colkre leurs
pipes loin d'eux.
Josaphat le fils de Charit6 qui se trouve
en mal d'enfant n'est-il pas accouru, tout
essouffl6, a la case de Desilus qui tapotait
son tambour, pour lui dire de cesser, parce
que ga rendait sa mrre inquiete?
Le cheval de Baptiste, ne l'a-t-on pas
decouvert a une demie-lieue de son curie?
D'abord on l'avait cru emport6 par le tor-
rent, mais il n'y avait trace de blessures sur
lui, seulement sa langue pendait hors de sa
gueule, verte et mince comme une feuille
de malanga.
Seuls Balletroy et Aurel essaient de dis-








LA MONTAGNE ENSORCELEE


siper par des paroles conciliantes cette
atmosphere empoisonnie, mais on se mefie
d'eux et quand ils viennent a une de ces
palabres mysterieuses qui se tiennent main-
tenant plusieurs fois par jour, ils ne ren-
contrent que des figures hostiles et tacitur-
nes.
Mime Desilus, le simple, complete. Le -
vent avait pris sa case aux cheveux et arra-
che par touffes la toiture de chaume.
Le voici done expose au froid humide
de la nuit! Eh bien, tout ga: Horatius
mort, les bftes crevies, la recolte devastee,
c'est pas natural.
Ses rhumatismes exaspirent sa mauvaise
humeur.
Desilus fou, Desilus innocent?
C'est bon, mais lui, il sait qu'il y a plus
de sagesse dans les poils de sa barbe que
dans leurs tktes a eux.
II irait le leur dire.
Et Desilus est alley, mais arrive sous la
tonnelle de Baptiste, il n'avait pas os6 par-








LA MONTAGNE ENSORCELEE


ler, aussi renferm6 dans sa timidity qu'un
lambi dans sa coquille. Et quel n'a &t6
son 6tonnement! Baptiste qui 1'a toujours
meprisi, cet habitant riche, ce grand don,
le voil qui le prend par le bras et 1'intro-
duit dans le cercle...
Desilus, compere, prends une chaise.
... Tomate verte! qui ai.rait jamais pu
croire pareille chose!.
Et Dorilas 1'interpelle i, sa voix qui
ne sort pas de sa bouche, mais gronde dans
1'6norme caverne de sa poitrine:
-Parle Desilus, dis-nous, toi, ce que
tu penses de l'affaire.
Quelle affaire? murmure Desilus.
Ah, ne fais pas l'animal, tu entends,
tu sais quelle affaire, cette misire qui nous
est tombee sur la thte comme une roche.
Tu veux parler de ton taureau noir?
Et de mon cheval aussi, siffla Bap-
tiste.
Desilus regard Dorneval; lui, ne disait
rien.








LA MONTAGNE ENSORCELEE .

Disilus se frotte doucement la main
centre la cuisse, c'est ainsi qu'il r6flichit;.
Je ne suis pas un home claire,
non; mais il y ,a des choses que je connais.
L'autre jour Dorilas a dit a Aurel:
puisque tu ne vois pas ce qui remue les
feuilles et les herbes.
On dit que Dorilas est sot, moi je ne
crois pas...
Qui a dit. a? gueula Dorilas.
Disihls rattrapa a coups de salive les
mots qui 6taient sur ses livres..
II se tut honteux.
Laissez parler, intervint quelqu'un.
Alors je voulais dire, depuis que je
suis jeune, je pense: il y a des choses que
1'homme ne peut pas saisir avec sa tete,
comme un morceau de cassave avec la
main.
Je ne sais pas lire dans les livres, mais,
j'ai. 6tudie, oui.








72 LA MONTAGNE ENSORCELEE


Sa voix avait pris une assurance extraor-
dinaire.
Est-ce que vous avez dejA vu le vent,
he? Moi, j'ai vu le vent, en verit6, je 1'ai
vu, comme je vous vois.
II y a longtemps de qa: je passais avec
mon neveu Origine sous le figuier maudit
qui est pris de la maison de Placinette. Il
y avait grand vent cette nuit la. Tout
d'un coup je regarded et je dis:
Neveu, qu'est ce que tu vois la haut
dans les branches.
II lIve la tfte:
Rien, non, tonton
Je lui dis:
Neveu, tu ne vois pas une grosse fi-
gure avec une bouche ouverte avec des yeux
de flamme?
II rit:
Tonton Disilus, tu as trop bu au-
jourd'hui? C'est les 6toiles qui brillent.
Mais moi, je savais ce que je savais. Plu-








LA MONTAGNE ENSORCELEE


sieurs fois apres, j'ai rencontrI le vent face
a face.
A la meme place? interrogea Bap-
tiste.
-Non, un autre jour, je l'ai vu qui
passait sur une eau, une autre fois, dans
la savane, sur les bayahondes.
Bon, pour vous repondre, je dis: si un
taureau est mort, et un cheval aussi, et le
gargon A Dorneval, la cause, c'est peut-
Itre la maladie, mais ga peut-ftre aussi
quelque chose de cache, que nous ne pou-
vons pas savoir.
Mais il y a des hougans (i), ce sont des
negres forts, eux savent.
Les paysans admiraient que Desilus 6vi-
demment fo., put posseder une aussi gran-
de sagesse.
Que le tonnerre m'ecrase, s'6cria Do-
rilas, il est plus intelligent que nous. Tu
l'entends dire un tas de choses sans queue
ni tfte et le conseil qu'il te donne c'est la

(I) Prktres-sorciers de la religion-vaudou.








74 LA MONTAGNE ENSORCELEE


verite m~me. C'est comme un homme qui
prend un chemin ditourn6; toi, tu marches
dans la bonne route toute droite, mais il
arrive avant toi.
S- Nous irons done consulter Cenove,
c'est plus qu'un hougan, plus qu'un papa-
loi ('), c'est un pape.
Cenove? protest Baptiste. Eh non
Est-ce que tu as l'esprit 6gar6: Placinette
et lui, c'est compere et commere, dos et
chemise!
Alorsse, il faudra aller jusqu'a Ma-
maye, La habite Cyrus, ce n'est pas un
petit bonhomme non plus, non.
Balletroy ignorait ce qui se tramait; il
sentait bien qu'une inquietude grandissante
s'emparait du village: au sortir de certaines
reunions oil ds son arrive tous se tai-
saient obstinement, il avait bien pens6 par-
f6is; a aller au bourg, prevenir les autori-
tes, mais basta, tout s'arrangerait dis
que les homines retourneraient aux champs.
'Et Aurel?


(') Sorcier.







LA MONTAGNE ENSORCELEE


Chaque nuit, Grace le rejoint sous le
mapou.
A l'heure choisie, le sejour de leurs
amours, s'isole dans.le silence.
Rien ne le trouble; tout repose: le vent
est assoupi dans les branchages et la cou-
leuvre lovee sous les feuilles mortes.
Leur case, c'est l'ombre mauve, leur lit,
la terre odorante.
Comme il l'aime! Rien n'6gale son par-
fum de lavande, de sueur, et d'ambre,.et
qu'il est bon, de la tenir toute chavirde
centre soi, la corbeille de ses bras offrant
les fruits tres doux de son corps.
Comme elle I'aime! Il n'est de chain
plus tendre que la caresse de sa main pour
la river a lui, esclave de son desir, maitresse
de son plaisir.
Ils ne. se quittent. que tard quand la
fraicheur de l'aube proche passe sur la terre
engourdie et faith frissonner les herbes:
Adieu, Grace.
Aldrs, adiet. Aurel.
Ils se parentt point tristes, certain que
la nuit suivante leur appartiendra.








76 LA MONTAGNE ENSORCELEE


VI

Les hommes sont retournes aux champs.
Ils travaillent dans 1'apres-midi brfilante.
Tout ce qui les entoure est accabl6, en-
dormi. On ne voit du soleil que le blanc
de 1'ceil, dans le ciel metallique.
L'6clat des houes blesse le regard comme
une echarde.
Un enfant grimpe en courant le sentier
rocailleux; de loin tu dirais une fourmi
sur un brin de paille; c'est Chiquitte, le
fils a Cheri Lazare.
II a l'air bien press; le voila qui d6vale
maintenant vers le champ de son phre en
se flanquant des coups de talons dans le
derriere.
Le phre est en train de deblayer son
champ de mais: les longues feuilles emm&-
lkes luisent sur le sol comme des machettes
brisees.







LA MONTAGNE ENSORCELEE


-Papa, papa?
Eh bien, mon fi, qu'est ce qu'il y a?
Maman m'a dit de courir vite te dire
comme ga que ti-frere Pierrelien va mourir.
Hein, pitite, que dis-tu a1?
II est couch et il vomit, il vomit
tout le temps; il va mourir, oui, papa.
Altidor, Dumarc6, Helve, Myrtil?
Hooh?
Dorilas, Baptiste, Dorn6val?
Plait-il?
II les hMle tous en se tournant vers eux,
et tous redressent leurs dos courbes sur la
terre et se tournent vers lui.
Placide, Monfiston, Sylla?
Hooh?
Is ramassent hitivement leurs outils s'a-
menent a longues enjambees.
Les voici reunis et se pressant les uns
centre les autres.
Parle, dit Lazare a son garcon.
L'enfant debite rapidement son recit.
Ti-frere Pierrelien, ce matin, il n'6-








LA. MONTAGNE ENSORCELEE


tait pas malade, et a l'heure qu'il est il vo-
mit en pile, en pile ('). Maman dit qu'il
va mourir.
Vous entendez?
De stupeur, le mufle de Dorilas pendait
comme une boite ouverte.
Mishricorde, soupira Helve, pour-
quoi Dieu est-il meconterit de nois pau-
vres negres.
Dorneval fie disait rien. Brusquement
il se detacha du group et prit le chemin
du village.
Tous le suivirent.
Lummna, la femme de Lazare hurlait:
A mouh, mes amis, a moue, a moui!
Comme si des ennemis s'acharnaient sur
elle.
L'enfant 6tait couches sur. une sorte de
creche, toute salie de bave.verdftre.
Les .larmes .creusaient des, cicatrices gri-
ses sur ses joues.
(i) Beaucoup.







LA MONTAGNE ENSORCELEE


Helv le protestant le regard et. dit dou-
loureusement: les yeux se consiment>.
Mais Dorneval se baissa vers le malade
et decouvrit son venture mfir comme une
courage. Un strange sourire, une dechirure
des lIvres tandis que le regard demeu-
rait fixe, sans lumiere-fit grimacer sa face.
Placinette, dit-il, simplement.
Non, fit une voix forte.
Et Balletroy pin.tra dans la chambre.
II les toisa avec une colere dominatrice.
Dorneval leva la tite vers lui, mais on eut
dit qu'il ne voyait pas, que ses yeux pour-
suivaient a travers le chef de section, une
image sur la cloison.
Vous ftes la, continue Balletroy, a
parler comme des vieilles femmes, a babil-
ler pour rien.
Qu'est-ce qu'il y a? Repondez. Le gar-
con de Dorneval est mort et Pierr6lien est
malade. Pourquoi vous montez-vous la
tfte? Ignorants! Vous n'avez jamais enten-







LA MONTAGNE ENSORCELEE


du parler de fievre intestinale? Les enfants
mangent n'importe quoi, des mangos
pleins de vers, de la viande qui n'est plus
bonne, voila tout.
Et puis, qui a le droit de se plaindre?
Dorn6val et Lazare. Vous, que foutez-vous
icitte? Oh, je sais ce que vous avez: 1'ava-
rice vous ronge le cceur comme un chance;
vous voulez d6couvrir un responsible,
parce que la recolte est mauvaise, parce que
toi, Baptiste, tu as perdu ton cheval, toi,
Dorilas, parce que ton taureau a creve.
Ils voulurent protester.
Non, paix, fermez vos gueules. Et
puis, sortez, baillez-moi de l'air ou je vous
arrfte sur l'heure.
Lumena chire, il ne faut pas les ecouter,
Pierrelien va guerir. Ne crie pas comme
ga: ce n'est pas un remide. Donne-lui
quelque chose pour lui laver le venture et
ce sera fini.
Vous memes, dehors!








LA MONTAGNE ENSORCELEE


Ils obeirent, la tete rentrie dans les
6paules comme si du vent soufflait. Seul
Helve se retourna et dit gravement:
Mais Ie bonheu' n'est pas pour 1~ mr-
chant, et ii ne prolongera point ses jours,
pas plusse qu6 l'ombre, parce qu'il n'a pas
de la crainte d&vant Die.
--Je te dis: sors! cria Balletroy. Ne
me rends pas enrag6 ou sans ga je fais une
gel&e avec ta tete d'her&tique.
Seulement dans la cour, leur group se
reform, et quand Balletroy passa, ils gro-
gnerent sourdement, comme des chiens
prsts a mordre.
--Attention! menaga-t-il. A la moin-
dre bftise, je fous la main sur vous.
Mais le soir un evenement extraordi-
naire se produisit. Hommes et femmes
talentt assembles pour la veillie, quand
arriva Desilus; il 6tait saoul et tanguait
comme un voilier par mauvais temps.
Il s'arr&ta au beau milieu de la tonnelle,
se balanga de droite et de gauche, ho-
queta...







LA MONTAGNE ENSORCELEE


On riait.
-Hanhan, cria-t-il, vous riez! Alorsse
Desilus est fou.
Oui, oui.
Et les rires de reprendre de plus belle.
Mais voici qu'a son tour Desilus se met
a rire et le dedans de sa bouche est noir
comme un four on voit la flamme de la
langue qui remue toute rouge et ce n'est
pas une voix qui sort de l1, mais quelque
chose d'autre, quelque chose d'autre, je
vous dis: c'est la verit6. Myrtil qui Itait
present racontait apres: < c'6tait un petit diable qui tombait a terre
et te courait sus et grimpait sur toi.>
Tous tressaillirent et Choute la femme
de Sylla qui riait de toute son 6norme poi-
trine, se tut subitement.
Maintenant, plie en deux, les bras ecar-
tis du corps, Desilus tournait en rond en
les .apostrophant: < H1!< Et chaque fois ils se rejetaient en
arriere comme si une ball les frappait.







LA MONTAGNE ENSORCELEE


DDsilus est fou, ahah! mais regardez-
les donc, c'est sur leur tfte quest la folie;
"oui, une petite puce qui les d6mange depuis
quinze jours, dep.is que le gargon de Dor-
neval est au cimetiere, et ils se tortillent et
se tourmentent et se grattent 1'ame jus-
qu'au sang.
II les devisagea d'un air vainqueur.
Et pourtant Desilus, lui, sait, lui
seul sait, parce qu'il est un nigre-l'esprit,
un nigre qui voit plus loin que Antoine
Langommier (i) lui-meme.
Qui a tu6 Horatius Pierre Antoine? La
fiivre? Ouais, bande de nombrils. Qui a
p&it le fiel au taureau de Dorilas? la ma-
ladie? ouais, ouais, negres sots!
Vous avez envoy Damocles chez le
hougan, pourquoi, qui vous avez donn6
le conseil, qui,.qui? Moi, Desilus Borome.
Heh!
Et c'tait inutile!


(') Ligendaire clair-voyant haitien.







84 LA MONTAGNE ENSORCELEE


II les regard en dessous, la figure plisshe
par une joie demente:
Je vais vous dire, puisque -
A ce moment Balletroy se tailla bruta-
lement une brkche dans les rangs serris et
march sur Desilus.
Si tu ouvres la gueule encore, je t'ar-
rite.
Mais Dorilas, Myrtil, Sylla et Dornival
1'entourerent.
Tu le laisseras parler.
Que la foudre me fende en deux, tu
ne 1'empkcheras pas de dire ce qu'il a a dire.
La main de Dorilas fremissait sur le
manche de son couteau.
C'est bon grommela Balletroy.
II fallait aller prevenir Placinette tout
de suite. Trouant le mur des corps il gagna
la sortie et se mit A courier A travers champ.
Desilus demeura un instant, hb&te6.
Dorilas le secoua par les 6paules.
Continue tout de suite.
Un doigt sur les lIvres, comme s'il allait







LA MONTAGNE ENSORCELEE


faire une confidence, Desilus recommenga:
Placinette, ah, la femme terrible, Oh,
oh, ooh! Mes amis &coutez bien, oui, mais,
baillez-moi un grog, avant.
On lui ppporta un godet de tafia qu'il
vida d'urin trait.
Le sang de Desilus est fr&te, il lui
faut une bonne boisson pour le r&chauffer.
Desilus est vieux, c'est pour ga qu'il con-
nait plus de choses que vous autres.
Dorilas, la force de l'homme n'est pas
dans ses music non, Baptiste, compere, la
ruse non plus n'est rien, elle te donne seu-
lement une t&te plate de chien malingreux.
Si ce n'est pas vrai, dites a Desilus, don't
les bras sont faibles, et la tete sans malice,
d'oil vous viennent vos malheurs!
Bon, je vous parlais de Placinette. Une
maitresse femme, ah, pour ca une negresse
qui peut te faire voir bleu quand c'est
rouge, qui peut te rouler dans les plis de
ses menteries comme un enfant dans des
draps.








LA MONTAGNE ENSORCELEE


Placinette? Ah, demand au Bon Dieu
la grace de n'ftre. jamais en affaire avec
elle.
Alorsse, vous -tes pass souvent devant
sa maison et vous n'avez rien remarque?
Vous n'avez pas vu le chemi'- qui passe
devant sa porte?
Le chemin n'a ni commencement, ni fin.
Oui comme je vous dis. II va du pied du
mapou a la pente d'herbe-Guinme. Et vous
n'avez pas remarque sa forme?. II ne va
pas tout droit, non. I1 court comme une
couleuvre.
II jeta un, regard apeur6 derriere lui.
Alorsse, la i'uit, Hein! tu crois que
c'est toujours un chemin? Eh,. du tout, du
tout. Vous n'avez jamais entendu dire
qu'on.peut .amarrer un esprit, le mettre
dans les chaines: ii faut seulement riciter
les paroles pour ca. Eh bien, la nuit, en-
tendez oui, le .chemin, c'est une couleuvre
et il attend qu'un petit enfant arrive et
crapp, il te 1'ttouffe, ou, viennent a boire







LA MONTAGNE ENSORCELEE


de l'eau a la mare, un boeuf, un cheval et
crapp, crapp il te 1'etrangle.
Oh Damballah, Damballah ho!
Pourquoi avait-il prononc6 ces mots!
Et quelle voix extraordinairement aiguE:
elle vous faisait mal jusqu'aux os.
Myrtil, me racontait, c'est une autre
histoire, mais a ne fait rien qu'il se
trouvait, une fois, a Leogine. La habitat
une femme nommie Julia: tout le monde
disait que c'6tait un loup-garou. Un beau
jour Julia meurt et on l'emmene au cime-
tiere. On traverse la ville avec le corps.
Au moment oiu le cercueil arrive dans la
Grand'Rue, une femme se met a courir en
hurlant, et alors, ga &t6 comme si un grand
vent passait sur les gens, toutes les femmes
tombaient A terre en se debattant: tu
aurais dit des poules qu'on vient de sai-
gner, et les'enfants s'enfuyaient a toutes
jambes, en pleurarit, sans savoir pourquoi.
Or doic voici ce qui advint ce soir li.-
On vit, Choute, s'avancer vers D6silus.







88 LA MONTAGNE ENSORCELEE


Les yeux clos, et raide comme un piquet.
Damballah, Damballah, fit-elle, tres
bas. Oh Damballah, papa!
Elle langa ses deux bras en croix, d'un
movement brusque; elle tremblait comme
une feuille et ses lIvres 6taient agities d'un
b6gaiement muet.
Elle demeura ainsi quelques seconds,
puis murmura.
Damballah, Damballah!
Sur un ton suppliant torture.
Et soudain avec une force qui la projeta
vers en haut, comme si sa voix arrachait sa
gorge a son corps, avec un elan irresistible
qui la vira sur elle-meme, sans que ses
jambes bougeassent de telle fagon par le
ciel, je ne mens pas de telle facon que
son buste fut tordu comme un trongon de
couleuvre, elle cria:
Damballah-aah!
Ou plut6t non, elle n'avait point cri6 ce
nom, mais sa bouche l'avait dessine si vi-
siblement que tous 1'entendirent, et fremi-








LA MONTAGNE ENSORCELEE


rent et sentirent une peur glaciale ruisseler
dans leur dos, car la bouche de Choute etait
devenue mince et pointue encore une
fois, je prends Dieu a timoin, la fausset6
n'est pas dans mes paroles oui, mince
et pointue comme la gueule d'une cou-
leuvre, et elle s'ouvrait et se refermait et
aucun son n'en sortait, ainsi que cela se
pass quand le Seigneur Bon Dieu maudit
le Reptile au Paradis terrestre.
Ils la regardaient, dans un silence plein
de terreur, n'osant lui porter secours,
n'osant affronter le dieu qui la poss6dait.
Pendant ce temps, Balletroy atteignait
le mapou, et sautait A pieds joints dans le
sentier, quand une voix dans l'ombre, I'in-
terpella:
Qui va la?
Balletroy
-Eh, comment ga? C'est Aurel.
Un bruit de feuilles froissees, une fuite
rapide dans les halliers.
Quelque bte a df casser sa corde, re-








LA MONTAGNE ENSORCELEE


marqua Balletroy sondant la nuit. Pourvu
que ce ne soit pas ma jument baie, c'est
bien la son habitude, elle ne peut pas tenir
en place.
Aurel 6clata de rire:
-.Je ne crois pas que c'est ta genisse.
-- Et pourquoi-pas? Comment peux-tu
savoir? Mais dis-moi que.fais-tu ici pa-
reille heure.. Avec tes airs de Ti-J6sus, tu
es un cpquin de vagabond. Oh je com-
prends ga: les filles aujourd'hui sont
chaudes comme des carets. Et .peine,
leurs t6ets ronds, elles ont un amoureux.
Quahd meme, elles vont plus vite. que les
tortues!
Satisfait de -son bon mot, Balletroy,
frappa l'6paule d'Aurel d'une main jo-
yeuse. Et Aurel lui remit le coup, amicale-
ment..
Ils restirent .ainsi,. ;mi-enlaces et sou-
riants: .
Bon; demand Balletroy; dis-m'
nom a li?..








LA MONTAGNE ENSORCELEE


Aurel se balangait dans son 6treinte,
come un poulain entravW et ne pouvait se
d&cider.
--Balletroy, c'est un secret, oui; mais
tu es un ami.
Tu connais Grace, la fille .Placinette;
mon cher, pas plus tard que le mois pro-
chain, je me marie avec elle.
Tout a l'heure, nous &tions ensemble,
tu as cru que c'&tait ta jument. Ah, ah,
c'est pour ga que je rials.
La main de Balletroy s'alourdit ainsi
qu'une massue sur I'6paule d'Aurel et il
respire comme un soufflet de forge.
--Hein que dis-tu! fait Aurel.
Moi, h6, heb6, rien. Grace, je la
connais. C'est une belle fille.
II tapote 1'epaule d'Aurel et rit d'un rire
rangeg.
Mon che, cette fille, c'est du piment,
quand tu la vois, l'eau te vient a la bouche,
du piment je te dis.
La main a quitt6 l'epaule d'Aurel:
-De quel c6te vas-tu?
Et toi-mame?








92 LA MONTAGNE ENSORCELEE

Moi je rentre. Adieu, je te laisse.
II fit un geste de la main et dit encore:
Adieu! mais Aurel le rappela.
Balletroy, compere, je te demand un
service.
II lui remit la main sur 1'epaule avec une
tendresse rude.
Balletroy, est-ce que tu veux ftre
mon parrain de noces?
Aurel, rppondit Balletroy grave-
ment; non, je ne peux pas.
Et pourqvoi? Ah non, tu ne feras
pas ca. J'en avais parlk a Grace, elle 6tait
content. Elle disait: tu fais bien; Balle-
troy est un homme age, un homme im-
portant, c'est un bon tonton.
Balletroy eut un rire court et saccad6.
Grace a dit ca? ah la petite negresse!
Li bien gentille.
Tu accepted?
Bon, mais oui. Je te dis merci.
Adieu.
Et d'un bond il s'enfonca dans l'ombre.








LA MONTAGNE ENSORCELEE


Tout 6tait rentr6 dans 1'ordre chez La-
zare: la veill6e suivait son course; c'6tait
toujours les memes lamentations, entre-
coupies de rires, et de large rasades de
tafia. Desilus ronflait dans un coin. On
avait emport6 Choute, chez elle.
Mais quand Balletroy fit irruption sous
la tonnelle, tous les hommes 6taient reunis
autour d'une table et 6coutaient Dorilas,
don't les bras gigantesques appuyaient les
paroles de gestes vbhements dans l'air,
comme s'il frappait un ennemi.
Ils se retourn&rent vers lui et furent 6ton-
nis de son masque avide et cruel.
Et ils furent encore plus etonnes, quand
abattant sa main sur la table sonore, il
leur dit d'une voix rauque:
II faut en finir avec cette chienne de
Placinette. Demain, nous allons regler son
compete, a ce loup-garou.
Et tous detournaient la tfte en silence,
car le regard de Balletroy, les brfilait
comme un fer rouge.








94 LA MONTAGNE ENSORGELEE


VII

Dorilas dit:
Allons tout de suite; nous lui ferons
sortir les malefices du corps a coups de
baton.
II s'appuyait des deux poings sur la
table, et la. table gemissait .comme un
homme qui ploie les genoux sous un trop
lourd fardeau.
Helve dit:
Et tu mourras come ceux qui
tombent perches de coups...
Baptiste dit:
-.C'est dangereux, attendons la nuit: si
le Juge de Paix et les.gendarmes viennent,
ils, seront embarrasses: la nuit n'a .pas de
z'yeux, n'a pas d'oreilles,
Mais Myrtil protest:
.- La. nuit? Eh non! La nuit est encore
plus dangereuse. que le jour,.. .e Juge de
Paix et les gendarmes. ;.








LA MONTAGNE ENSORCELEE


Tu as peur, Myrtil, dit Balletroy en
se mordant les livres. Des rides soucieuses
creusaient son front.
Sir, nots ne pouvons pas aller chez
elle comme qa sans raison. Depuis plu-
sieurs mois elle n'a pas mis les pieds icitte.
Dornival ne disait rien. Dorilas allait
et venait en jurant. Balletroy rflichissait.
A la fin, Baptiste insinua rageusement:
II n'y a rien a faire. Nous :nous d6-
ciderons quand Placinette sera assez hardie
pour venir nous provoquer.
Nous provoquer, nous-memes, jus-
qu'icitte? Baptiste, comph: pas bftisez.
Mais Balletroy s'6tait lev6, le visage d6-
tendu et presque joyeux.
--Non; hein? C'est pas possible, elle
Placinette?
Le"bon Dieu, lui-mkme ne le permettrait
pas.
Tous acquiesgaient a grand renfort de
gestes et de jurons:
Que la Vierge me crive les yeux!








96 LA MONTAGNE ENSORCELEE

Foutre tonnerre!
Placinette, nous provoquer? Ah la
saloprie!
Aucun des habitants du monde n'au-
rait cri qud l'adversai', que l'ennemi entre-
rait dans les portes de Jjrisalem.
Helve! fit Balletroy avec impatience
tn es toujours 1l pour dire des bMtises.
Et imperieusement:
Attendez-moi. Restez lh. Je vais
arranger 1'affaire.
Mais de quel c6te cours-tu comme
a?
Il r6pondit avec un rire qui les d&con-
certa:
ne vous regarded pas!
Tous les hommes du village 6taient la,
sauf Sylla descendu au bourg et qui serait
bient6t de retour; Desilus, en mal-macaque
(I) et Aurel qui avait mend sa vache a la
saillie, 1-bas au haut du morne.
Et tandis qu'ils s'6chauffaient dans la
(') Qui avait mal aux cheveux.








LA MONTAGNE ENSORCELEE


discussion et le tafia, Balletroy pour n'ftre
point vu faisait un detour, a travers les
halliers et arrivait chez Placinette. Il la
trouva raccommodant une vieille robe,
comme elle fripie, avec de longues rides:
ses dechirures, une chose morte entire ses
doigts maigres aux ongles mauves de ca-
davre.
Elle ressemblait de plus en plus a une
araignee, tissant son piege minutieusement.
Tire toujours sur tes fils, pensait
Balletroy, je ne suis pas la mouche que tu
attraperas.
Placinette, je viens, pour te dire que
tu es en danger. Je t'avais prevenue: ce
monde est mont6 centre toi. Qu'est-ce que
mes oreilles n'ont pas entendu: ils t'ap-
pellent loup-garou! Ils sont en colere ah
Placinette, en col&re, oui! II y a de mauvais
sujets parmi eux.
Placinette leva sur lui un regard opaque
derriere lequel sa pens&e se cachait comme
une bMte aux aguets.







LA MONTAGNE ENSORCELEE


Et qu'est-ce qu'ils veulent?
--Qu'est-ce qu'ils veulent? eh bien
pour le moment, ils parent beaucoup, mais
on ne peut pis savoir ce qui sortira de ce
palabres.. En tous cas .
-- Balletroy, laissez m' dire: tu ne con-
S nais pas ton rl1e. Pourquoi n'as-tu pas
arrft6 ces brigands; pourquoi n'as-tu pas
fait ton rapport aux autorit6s du bourg.
Arrete? Mais ils ne font que parler,
parler, parler. Les paroles ne sont pas
;des armes, elles n'ont jamais tu6 per-
sonne. C'est seulement une menace. Quant
Saux autorites, je les ai vues et le lieutenant
aussi, le lieutenant Gros-Claude. II a dit
come ca: appelez-moi le Juge de Paix et
quand le Juge de Paix est venu, ils ont
S caus6 longtemps A l'oreille. A la fin, il m'a
S dit: apris demain mercredi, quand tu viendras
Sfaire ton rapport: Je fais arr8ter toute cette
bande de ouangateurs, tous ces sorciers, ces
f: outre faiseurs de capelatas et makandals a








LA MONTAGNE ENSORCELEE


commencer par Placinette. J'ai de mauvais
renseignements sur elle.>> Oui, comme ga
qu'il a parl6.
L'ouvrage tomba des mains de Placi-
nette, et ses yeux ne dissimulaient plus son
angoisse.
Elle dit faiblement:
Arrter moi? Mais qu'est-ce que J'ai
fait, Balletroy, qu'est-ce que j'ai fait?
Oh rien, je suis stir, mais le lieute-
nant est un. homme brutal. Tu le connais,
li boui en pile ('), et puis ce n'est pas un
homme de l'endroit, il ne nous aime pas.
D'ailleurs il y a un moyen, Placinette, si
tu ver.x, nous arrangerons tout ga.
T'en prie, Balletroy, fit-elle sup-
pliante, t'en prie, fais ga pou'mou&.
Balletroy jouit un moment de son
triomphe; il savourait sa vengeance a venir
comme on hume un plat.
Bon voilA ce que tu dois faire. Ce
monde t'accuse, pourquoi? parce que tu ne
(1) II boit beaucoup.








LA MONTAGNE ENSORCELEE


viens jamais les voir, tu vis comme si tu
n'etais pas leurs pareils.
C'est ce que Dorneval lui-meme me di-
salt ce matin. II disait aussi:
rait que ce n'est pas une femme mechante,
que c'est une femme comme routes les
autres.> Et Dorilas faisait: oui, oui; et
Helve faisait oui, oui; et Ch6ri Lazare di-
sait qui sait gr.rir les maladies, elle pourrait
gu6rir Pierr6lien.
Tu vois, Placinette, c'est facile, le bourg
est a dix minutes de cheval. Je pourrais
aller annoncer que tout est fini, que tout va
bien, que c'6tait seulement un petit compete
a rggler, et que ga et6 rggl6 et qu'il n'y a pas
lieu de poursuivre comme dit Johannis,
le Juge de Paix.
Tu crois Balletroy?
Eh, mais c'est pour a que je suis
venu. Dorilas, Dorn6val, Baptiste tous ils
t'attendent. C'est pour ainsi dire une com-
mission qu'ils m'ont donnie pour toi.







LA MONTAGNE ENSORCELEE 101

Seulement, je te priviens une derniere
fois: si tu ne veux pas faire, comme je
t'explique, je ne suis pas responsible de ce
qui peut t'arriver.
Placinette ramassa la robe, se rassit et
saisit son aiguille, mais au bout d'un mo-
ment, elle se mit a clopiner dans la piece.
Alors, adieu, fit Balletroy.
Attends done compere.
Et pourquoi ga? Tant pis pour toi!
Elle lui prit la main:
Je viendrai, Balletroy cher, mais tu
seras la?
--Stir, comment non! j'irai apris au
bourg, quand tout sera fini, quand tout
sera arrange. Merci Placinette, tu as 6cout6
mes conseils, tu as bien fait.







102 LA MONTAGNE ENSORCELEE


VIII

Lazare deposa la dame-jeanne:
Eh bien, Balletroy?
Le chef de section s'essuya la figure. II
avait couru.
Une goutte de clairin, je sue.
Ils l'interrogeaient des yeux, ils n'osaient
plus prononcer le nom de Placinette. Eux-
memes ne savaient pourquoi.
Balletroy but, fit claquer les lIvres, se
carra dans sa chaise. Ses dents luisaient.
Eh bien Balletroy?
Ii se balangait lentement, les examinant
du coin de l'ceil: son regard entire les pau-
pieres plisshes d&cochait une lueur mince
de stylet.
Et pourquoi ris-tu? demand Dorilas
d'un ton rogue.
Moi, je ne ris pas, mais je suis con-
tent. Nous allons attraper Placinette
comme un poisson dans une nasse.







LA MONTAGNE ENSORCELEE


-Et comment ca?
Tu es impatientant, oui, compere,
Dorilas. Trop pressed pas fait jou'l'ouvri
('). Doucement, doucement ou sans ca:
adio! je ne dis plus rien.
Tu es saoul deja, c'est mauvais pour toi,
ton sang est trop chaud.
(Mauvais pour toi, mais bon pour Pla-
cinette, ricana-t-il int6rieurement) .
Enfin voila ce que vous devez faire.
Vous allez rester ici bien tranquilles.
Vous verrez, ce que vous verrez.
II se leva:
A tout a l'heure, je vais a la case.
Vous memes, restez icitte, tous: sans ga la
combinaison est gate.
Mais Balletroy.
Non, je te dis. C'est moi qui sais.
Restez'icitte. Chitta!
Quand il se fut eloign6, Altidor dit:
Balletroy ne me fait pas confiance du
(i) Litteralement: d'etre trop press, n'amene
pas le jour.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs