• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Dedication
 Preface
 Livre I
 Table of Contents
 Errata














Group Title: Physikalische Beschreibung der Argentinischen Republik.
Title: Description physique de la Râepublique Argentine d'apráes des observations personelles et âetrangáeres
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00075973/00001
 Material Information
Title: Description physique de la Râepublique Argentine d'apráes des observations personelles et âetrangáeres
Uniform Title: Physikalische Beschreibung der Argentinischen Republik
Physical Description: 4 v. : fold. map. ; 24 cm.
Language: French
Creator: Burmeister, Hermann, 1807-1892
Maupas, E ( Emile ), d. 1916 ( tr )
Daireaux, Emile, 1843-1916 ( tr )
Publisher: F. Savy
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1876-86
 Subjects
Subject: Zoology -- Argentina   ( lcsh )
Moths   ( lcsh )
Butterflies   ( lcsh )
Argentina   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par le Dr H. Burmeister ...
General Note: The atlas of the German edition section 2, Mammifáeres, contains matter not in the French edition.
General Note: Vol. 1: Traduite de l'allemand par E. Maupas; v. 2-3: Traduite de l'allemand avec le concours de E. Daireaux ...
 Record Information
Bibliographic ID: UF00075973
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 17299564
lccn - f 01001942

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Dedication
        Page v
        Page vi
    Preface
        Page vii
        Page viii
    Livre I
        Page 1
        Avant-propos
            Page 1
            Page 2
        Juan Diaz de solis decouvre le Rio de la Plata
            Page 3
            Page 4
            Page 5
            Page 6
        Seconde expedition commandee par Sebastian Cabot
            Page 7
            Page 8
            Page 9
            Page 10
            Page 11
            Page 12
            Page 13
            Page 14
        Troisieme expedition commandee par Pedro de Mendoza
            Page 15
            Page 16
            Page 17
            Page 18
            Page 19
            Page 20
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
            Page 27
        Fondation de la colonie espagnole au Paraguay
            Page 28
            Page 29
            Page 30
            Page 31
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
            Page 37
            Page 38
            Page 39
            Page 40
        Alvaro Nunez Cabeza de Vaca, gouverneur du Paraguay
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
            Page 51
            Page 52
            Page 53
        Administration de Domingo Martinez Irala
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
            Page 62
            Page 63
            Page 64
            Page 65
        Evenements depusi la mort d'Irala jusqu'a celle de De Garay
            Page 82
            Page 83
        Événements depuis la mort d'Irala jusqua celle de De Garay
            Page 66
            Page 67
            Page 68
            Page 69
            Page 70
            Page 71
            Page 72
            Page 73
            Page 74
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
            Page 79
            Page 80
            Page 81
        Colonisation des provinces interieures
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 93
            Page 94
            Page 95
            Page 96
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
        Colonisation de la province de Cuyo
            Page 103
            Page 104
            Page 105
            Page 106
            Page 107
        Conclusion
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
        Notes du premier livre
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
            Page 119
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 129
            Page 130
            Page 131
            Page 132
            Page 133
            Page 134
            Page 135
            Page 136
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
            Page 145
            Page 146
        Livre II
            Page 147
            Etendue Et Limites
                Page 147
                Page 148
                Page 149
                Page 150
                Page 151
            Configuration et nature du sol
                Page 152
                Page 153
                Page 154
                Page 155
                Page 156
            La plaine argentine. Pampas, forets, salines.
                Page 157
                Page 158
                Page 159
                Page 160
                Page 161
                Page 162
                Page 163
                Page 164
                Page 165
                Page 166
                Page 167
                Page 168
                Page 169
                Page 170
                Page 171
                Page 172
                Page 173
                Page 174
                Page 175
                Page 176
                Page 177
                Page 178
                Page 179
                Page 180
            Les cordilleres et leurs annexes
                Page 181
                Page 182
                Page 183
                Page 184
                Page 185
                Page 186
                Page 187
                Page 188
                Page 189
                Page 190
                Page 191
                Page 192
                Page 193
                Page 194
                Page 195
                Page 196
                Page 197
                Page 198
                Page 199
                Page 200
                Page 201
                Page 202
                Page 203
                Page 204
                Page 205
                Page 206
                Page 207
                Page 208
                Page 209
                Page 210
                Page 211
                Page 212
            La sierra famatina
                Page 213
                Page 214
            Montagnes annexes des cordilleres
                Page 215
                Page 216
                Page 217
                Page 218
                Page 219
            Systeme d'aconquija
                Page 220
                Page 221
                Page 222
                Page 223
                Page 224
                Page 225
                Page 226
                Page 227
                Page 228
                Page 229
            Montagnes de la frontiere septentrionale
                Page 230
                Page 231
                Page 232
                Page 233
            Systeme orographique central
                Page 234
                Page 235
                Page 236
                Page 237
                Page 238
                Page 239
            Les sierras de la pampa sud-est
                Page 240
                Page 241
                Page 242
            Le rio de la plata et son bassin
                Page 243
                Page 244
                Page 245
                Page 246
                Page 247
                Page 248
                Page 249
                Page 250
                Page 251
                Page 252
                Page 253
                Page 254
                Page 255
                Page 256
                Page 257
                Page 258
                Page 259
                Page 260
                Page 261
                Page 262
                Page 263
                Page 264
                Page 265
                Page 266
                Page 267
                Page 268
                Page 269
                Page 270
                Page 271
                Page 272
                Page 273
                Page 274
                Page 275
                Page 276
                Page 277
                Page 278
                Page 279
                Page 280
                Page 281
                Page 282
                Page 283
                Page 284
                Page 285
                Page 286
                Page 287
            Systeme hydrographique central de la sierra de cordova
                Page 288
                Page 289
                Page 290
                Page 291
                Page 292
                Page 293
                Page 294
                Page 295
            Rivieres des cordilleres dont le cours s'asseche
                Page 296
                Page 297
                Page 298
                Page 299
                Page 300
                Page 301
                Page 302
                Page 303
                Page 304
                Page 305
                Page 306
            Les fleuves de patagonie
                Page 307
                Page 308
                Page 309
                Page 310
            Les cours d'eau de la pampa du sud-est
                Page 311
                Page 312
                Page 313
                Page 314
                Page 315
                Page 316
            La mesopotamie Argentine
                Page 317
                Page 318
                Page 319
                Page 320
            Divisions politiques et population
                Page 321
                Page 322
                Page 323
                Page 324
                Page 325
                Page 326
                Page 327
                Page 328
                Page 329
                Page 330
                Page 331
                Page 332
                Page 333
                Page 334
                Page 335
                Page 336
                Page 337
                Page 338
                Page 339
                Page 340
                Page 341
                Page 342
                Page 343
                Page 344
                Page 345
                Page 346
                Page 347
                Page 348
                Page 349
                Page 350
            Superfice des provinces et de la republique
                Page 351
                Page 352
                Page 353
                Page 354
                Page 355
                Page 356
                Page 357
                Page 358
                Page 359
                Page 360
            Notes du second livre
                Page 361
                Page 362
                Page 363
                Page 364
                Page 365
                Page 366
                Page 367
                Page 368
                Page 369
                Page 370
                Page 371
                Page 372
                Page 373
                Page 374
                Page 375
                Page 376
                Page 377
                Page 378
                Page 379
                Page 380
                Page 381
                Page 382
                Page 383
                Page 384
                Page 385
                Page 386
                Page 387
                Page 388
                Page 389
                Page 390
    Table of Contents
        Page 391
        Page 392
    Errata
        Page 393
Full Text
















DESCRIPTION PHYSIQUE
DE LA

REPUBLIQUE ARGENTINE

I



























































PAlIS IDEPRIMUIXI D E. NAIlTINET, RUE MgNON. 'I.










DESCRIPTIION PHYSIQUE

DE LA



REPUBLIQUE ARGENTINE

D'APIRIS DES OBSERVATIONS PERSONNELLES ET ETRANGERES


P.AR

LE Dr H~IURMEISTER
Directeur dn Museo Publico de Buenos-Ayres
Membre correspondent des Academies des sciences de Berlin, St-Petersbourg, Turin,
Washington ct de l'Universit de Santiago du Chili, etc., etc., etc.


TRA DUI T E E L A LLE MAND P A

E. MAUPAS
Ancien 61cre de l'Ecole des charges, conservateur-adjoint de la Bibliotheque-Musee d'Alger.





TOME I.

Contenant 1'histoire de la dkcouvcrte et la g'ographie dii pays.






PARIS

LIBRAIRIE F. SAVY
;7, BOULEVARD SAINT-GERMAIN, 77
Pris la rue IHautefeuille
1876
Tnoo- drcils rsE rvfds.


UNIVERSITY OF FLOHIDA Lia1UEl

















A MONSIEUR


DOMINGO FAUSTINO SARMIENTO

QUATRIEME PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ARGENTINE

PENDANT LES ANNEES .1868-187.4




MON


PROTECTEUR ET EXCELLENT AMI


JE DEDIE RESPECTUEUSEMENT

CE PREMIER VOLUME DE MON OUVRAGE

EN TEMOIGNAGE DE MA RECONNAISSANCE

POUR IES ENCOURAGEMENTS QUE J'EN Al SOUVENT nECIS.




















PREFACE.




L'ouvrage don't j'offre le commencement au public dans ce
premier volume est le r6sultat d'6tudes poursuivies pendantvingt
ann6es, et pourra seulement paraitre successivement A cause de
l'Utendue du sujet trait.
Le premier volume achev6 et le second qui suivra prochaine-
ment forment pour ainsi direl'introduction des parties suivantes.
L'un et l'autre vont etre consacr6sa d6crire dans leurs traits g6nd-
raux les caracteres physiques de la ripublique Argentine, afin
de mettre le lectcur en 6tat de se fair une id6e d'ensemble sur
le thoAtre don't les details seront consigns dans les autres
volumes. Le but que je me propose 6tant fix6, on comprend de
soi-meme que ni la description geographique ni la description
geologique du pays no pouvaient 6tre trait6es specialement. Je
n'ai pas a fournir un tlrait de gcographie de la rIpublique
Argentine, et encore moins une description de sa richesse mind-
ralogique; mais it me suffira de faire connaltre dans leurs g6n6-
ralit6s le sol, ct le milieu dans lequel vivent ou out v6cu dans les
temps prehistoriques les animaux et les plants qui seront
6tudi6s sp6cialement dans les volumes suivants. L'ouvrage sera
surtout consacr6 a ces deux regnes, et son but est de donner un
tableau des diversit6s organiques de ces deux groups, tableau
qui commencera par le regne animal.








PRIEFACE.


Le rIgne v6g6lal ot la description g6ologique du sol de la
rdpublique ont 6td confi6s A de jeunes savants qui publieront
leurs divers travaux sous leur nom personnel, comme parties de
l'euvre total. L'ex6cution de ce plan a besoin de travaux prc-
liminaires, et pour le moment il n'est pas possible de donner
aucune indication sur l'6poque oi pai'aitront los volumes con-
sacrbs A la botanique et a la geologie, et qu'elle pourra 6tre leur
dtendue.
Un atlas grand in-folio' pour touts les parties sera ajout6 a
l'ouvrage. On y donnera des vues caract6ristiques des diff6rentes
contr6es du pays, des cartes, des plans ct des coupes g6ologiques,
ainsi que les forms nouvelles de plants et d'animaux.
L'ouvrage entier parait aux frais du gouvernement national,
en allemand et en fiancais. L'administration qui s'est retire il
y a peu de temps a toujours montr6 le plus grand cmpressement
A l'autcur, ct m6rite ainsi A just titre la reconnaissance que la
d6dicace du premier volume a tAch6 d'exprimer.
Le second volume, contenant la climatologic et P'esquisse g6o-
logique, suivra dans quelques mois.



Bucnos-Ayrcs, 15 janvier 1' .


i1. BURMEISTER.












DESCRIPTION PHYSIQUE

DE LA


REPUBLIQUE ARGENTINE




LIVRE PREMIER

Ilistoire de la d6converte et des conniniencements
de la colonisation dun pays,
DE 1516 A 1596.



AVANT-PROPOS.

On a utilis6, dans l'expos6 historique qui suit, tous les ancions
m6moircs tant soit pcu connus existantici. II en cst plusieurs qui
bien certainement ne se trouvent qu'A Buenos-Ayres. Mais, en r6-
sum6, les materiaux utiles sont peu nombreux, car les 6crivains
r6cents ont tout emprunt6 a leurs devanciers.
Parmi les sources les plus anciennes, deux meritent une men-
tion special. 1ls front la base de notre expose. Ce sont :
Historia argentina, par RuyDiaz de Guzman. Compose en 1682,
cet ouvrage n'a 6tW imprim6 qu'cn 1835, A Buenos-Ayres, dans la
Coleccion de documents history, del Rio de la Plata, etc.,
tome I, in-4, de Pedro de Angelis. I est Ie r6sultat des observations
personnelles de l'auteur, n6 en 1554 A l'Assomption. Les r6cits
des premiers debuts de la colonisation lui ont Wte donnas par ses
REP. ARG. -I. I












DESCRIPTION PHYSIQUE

DE LA


REPUBLIQUE ARGENTINE




LIVRE PREMIER

Ilistoire de la d6converte et des conniniencements
de la colonisation dun pays,
DE 1516 A 1596.



AVANT-PROPOS.

On a utilis6, dans l'expos6 historique qui suit, tous les ancions
m6moircs tant soit pcu connus existantici. II en cst plusieurs qui
bien certainement ne se trouvent qu'A Buenos-Ayres. Mais, en r6-
sum6, les materiaux utiles sont peu nombreux, car les 6crivains
r6cents ont tout emprunt6 a leurs devanciers.
Parmi les sources les plus anciennes, deux meritent une men-
tion special. 1ls front la base de notre expose. Ce sont :
Historia argentina, par RuyDiaz de Guzman. Compose en 1682,
cet ouvrage n'a 6tW imprim6 qu'cn 1835, A Buenos-Ayres, dans la
Coleccion de documents history, del Rio de la Plata, etc.,
tome I, in-4, de Pedro de Angelis. I est Ie r6sultat des observations
personnelles de l'auteur, n6 en 1554 A l'Assomption. Les r6cits
des premiers debuts de la colonisation lui ont Wte donnas par ses
REP. ARG. -I. I








2 AVANT-PROPOS.
aieux et amis. Malheureusement il p6che par de nombreuses
erreurs de souvenir et par les appreciations partiales de l'autour
et de sa famille.
Une autre source important est le r6cit des aventurcs au Rio
de la Plata d'Ulrich Schmidt de Straubing, publi6d Francfort
sur le Mein en 1567. Soldat, il avait accompagn6 D. Pedro de
Mendoza en 1535 ct revint dans sa patrie en 1554. (Euvre d'un
temoin oculaire, son livre a une grande valeur; mais un simple
soldat voit tous les kv6nenents de sa situation subalterne et se
perd souvent dans des suppositions erron6es. Les erreurs de
m6moire sont fr6quentes chez lui aussi. Le livre a 6t6 traduit on
latin et en espagnol et reproduit par Pedro de Angelis. Les deux
traductions contiennent de nombrouses lacunes et contre-sens.
Parmi les 6crivains modernes il faut citer Fl6ix de Azara.
Nous lui devons la premiere histoire de la colonisation du Rio de
la Plata puis6e aux sources. Ellefaitpartie do son r6cit de voyage,
public en francais, en 4 volumes, A Paris, 1809. Azara fut mem-
bre de la commission de d6limitation des possessions espagnoles
et portugaises. II vint A Buenos-Ayres en 1781 et ne quitta le pays
qu'en 1801. Durant ce temps il 6tudia avec un zBle infatigable et
le plus grand succes les animaux supdrieurs du pays, touten
s'occupant derechercheshistoriques. Revenu en Espagne, ii con-
sulta dans les archives les documents les plus anciens utiles A son
histoire. I1 composa ainsi un grand ouvrage qui part aprBs sa mort:


Description 6 historic delParaguay y del Rio de La Plata,
obra postuma, publicada por D. Agustin de Azara, bajo
la direction de D. Bas. Seb. de Castellanos de Losada.
2 tomos. Madrid, 1847, in-8.

11 a mis A profit les memoires les plus anciens sur son sujet.
Malheureusement ce pricieux ouvrage ne parle nullement des
provinces septentrionales et occidentales de la Republique; ces
regions ayant Wte colonis6es par le Perou et le Chili.
La meilleure source pour ces parties du territoire de la Plata








EXPEDITION DE JUAN DIAZ DE SOLIS. 3
est le travail du doyen do la cath6drale de Cordova, Do. Gregorio
Funes, qui, sous le titre:

Ensayo de la historic civil del Paraguay, Buenos-Ayres y
Tucuman. Tomos I-III, 1816-18, in-8,

6crivit unc precieuse histoire du pays. I1 so servit des archives
des couvents et 6glises de Cordova qu'Azara n'avait pas pu con-
sulter. Mais son oeuvre, 6crite avec une rhetorique pompeuse, est
entache6 de vues 6troites et cl6ricales, qui entrainent souvent l'au-
teur A contredire avec ardeur les jugements ind6pendants d'Azara.
Ces ouvrages sont les sources auxquelles tous les historians des
pays de la Plata ont puis6, et jusqu'A ce moment ils constituent
les meilleurs travaux sur la matibre. Its forment aussi la base de
notre expos, tout eny conservantpartout notre jugementpropre.
Nous n'avons rien A dire des r6cits post6rieurs: ils ne contiennent
prcsque rien qui ne soit dejA dans Azara et Funes. Ajoutons
seulement que.le travail de D. Luis Dominguez, arrive aujourd'hui
A sa siximme edition, est un livre don't il faut recommander la
lecture A la jeunesse pour son instruction historique.

I

JUAN DIAZ DE SOLIS DECOUVRE LE RIO DE LA PLATA.
1515-1516.

L'histoire du pays A la description physique duquel notre
couvre sera consacrco mentionne Juan Diaz de Solis comme
l'Europ6en qui le premier toucha le sol du Rio de la Plata, en
l'ann6e 1516. Nous le considerons done comme le d6couvreur.
Cependant on affirmed' que des marines portugais inconnus ont di
visitor avant lui 'embouchure du Rid de la Plata. Jusqu'A ce
jour personnel n'a pu prouver ces anciennes explorations avec.
certitude ; mais, comme les Pottugais occupaient le Bresil
depuis quatre annbes deja, il n'y a rion d'improbable A ce qu'ils
aient 6tendu leur navigation jusqu'A embouchure de la Plata.








4 EXPEDITION DE JUAN DIAZ DE SOLIS.
Solis etait un vieux et habile marin. I1 avait visit 2 sous des
chefs cdlebres les cbtes orientales de l'Am6rique m6ridionale ct,
apris avoir surmont6 beaucoup de difficulties, il avait etW plac6 A
la tote des entreprises maritimes de 1'Espagne avec le titre de
Piloto mayor. II obtint cette charge honorable imm6diatemcnt
apres la mort du c6l6bre et illustre Amerigo Vespucci 3, preuve
du grand cas que l'on faisait en Espagne de ses facult6s ot de son
experience. En 1514 il recut de la couronne d'Espagne la com-
mission de rechercherau sud de PAmerique un passage A l'ouest.
Cctte expedition lui fut confine parce qu'il avait dejh navigu6 dans
ccs parages sous des chefs portugais et parce qu'on avait rcconnu
la fausset6 des accusations l1ev6es anterieurement contre lui par
Pinzon 4. 11 semble que l'existence d'un passage au sud fut une
tradition courant parmi les navigateurs, longtemps avant sa v6ri-
table decouverte. Magellan lui-meme raconte qu'avant son voyage
en 1520, dans lequel il d6couvrit le passage qui porte son nom,
il avait vu chez le roi de Portugal une carte sur laquelle un pas-
sage au sud du continent 6tait clairement indiqlu5. Ces r6cits
slimulaient constamment la couronne d'Espagne a de nouvelles
entreprises dans Pespoir de trouver ce passage. Maltresse des
Moluques, elle esp6rait par cette voie l'ouest abr6ger consid6ra-
blement les longues traverses de la route oriental, surlout
depuis que, par la d6couverte en septembr 1513 de l'oc6an Paci-
fique par Nunez de Balbao, on savait qu'A l'ouest de I'Am6rique
se trouvait une mer ouverte. II 6tait difficile d'esp6rcr un sem-
blable passage au nord, comme l'avaient suffisamment prouv6 les
expeditions de Pinzon et Iloyeda, auxquelles Vespucci prit part,
ainsi que cclles des Portugais sous la direction de Cabral ct Coclho.
-On dirigeait done les efforts d'autant plus volontiers vers le sud
que la rumeurcourante affirmait A l'avance l'existence du passage.
L'exp6dition fut d6cid6e sous 1'empire de ces circonstances et
Solis recut des instructions 6 pour son execution. On lui pres-
crivait de fair voile avec trois navires pour atteindre A l'oucst
l'isthme du Darien ,alors nommB Castilla de Oro, ensuite de gou-
verner au sud et de remonter jusqu'a la ligne. de demarcation








ARRIVEE AU RIO DE LA PLATA.
fixde avec la couronne de Portugal pour ses nouvelles posses-
sions. On lui intcrdisait sous peine de:mort, d'aborder sur la
territoire portugais.
Le 8 octobre 1515 Solis quitta le petit port de Lepe au nord-
ouest de Cadix (IIerrera, Dec. II, p. 11). Avec ses trois navires,
don't un grand do soixante tonnes et deux petits de trente tonnes,
il atteignit heureusement la rade de Santa-Cruz, dans 1'ile de
TUneriffe, d'oi il gouverna A l'ouest jusqu'a ce qu'il ffit en vue du
cap St-Roch. I1 longer la c6te du Br6sil vers le sud, double le
cap St-Augustin, puis le Cabo Frio au voisinage de la bale de Rio
de Janeiro, atteignit le cap Cananca par 25 3' de L. S., locality
souvent signal6e a cette 6poque, et enfin aborda a 1'Isla da Plata,
qu'il place dans le voisinage de la Bahia de los Perdidas par 27
de L. S. '. Apris plusieurs descentes A terre, toujours en se
dirigeant vers le sud, il atteignit une ile appel6e Saint-S6bastien
et dans son voisinage trois autres miles plus petites, aujourd'hui
les miles de los Lobos, par 35" de L. S. Au-dessous de ces miles il
p6nitra dans un golfe, que d'apres le jour de sa decouverte il
nomma Puerto de N. S. de la Candelaria. Apres s'6tro convaincu
que cette contrde so trouvait on dehors de la ligne do drmar-
cation, il en prit possession pour la couronne d'Espagne avec les
formalites accoutumdes.
On ne salt pas reconnaltre avec certitude 'ile Saint-Sebastien ;
mais les lies de Lobos, ou des Phoques portent aujourd'hui le
inme nom, d'oi il r6sulte que la Bahia de N. S. do la Candelaria
devait 6tre le golfe do Maldonado, don't l'extr6mit6 sud est situ6e
par 340 54' 25" de L. S. De Solis ne s'arreta point A1, mais,
continuant do suivre la cbte, il arriva bientot A l'embouchure du
Rio do la Plata. 11 lui donna le nom do Mar Dulcc, parce qu'A son
aspect trouble ct a son goft il avait reconnu qu'clle n'appartcnait
plus A l'Oc6an. S'avancant dans cotte mer d'cau douce il ren-
contra bient6t une nouvelle petite ile par 300 40', a c6t6 de
laquelle il jeta l'ancre. Solis passa sur un de ses petits navires,
afin de pouvoir examiner la c6te do plus pris. I1 suivit ainsi le
rivage jusqu'A cc qu'il a lpi. 1l des huttes et bionltt upres les








MORT DE SOLIS.


indigenes eux-mcmes. Ceux-ci manifest6rent un profound 6ton-
nement A l'approche du navire et commencerent a brandir leurs
armes d'un air menagant. Solis interpr6ta ces menaces des sau-
vages Charruas, qui habitaient alors le rivage oriental, comme
une invitation A debarquer. II descendit dans son cannot et alla
imprudemment A terre avec peu d'hommes; mais salu6 aussit6t
par une d6charge de fleches tirees d'un fourr6 voisin il fut tu6
avec huit de ses compagnons. I1 tomba, ainsi que son facteur
Marquina, le payeur Alarcon et six hommes de l'6quipage. Les
autres s'enfuirent vers le cannot, abandonnant les cadavres sur le
rivage oi ils 6taient 6tendus. Les indigenes se pricipiterent sans
tarder sur eux, leur couperent la tAte et les entrainerent avec
eux. On fit feu du navire sur eux et les mit en fuite avec les pro-
jectiles'. Le th6Atre de ces Mvenements, arrives en 1516 n'est
pas connu avec certitude. Cependant la plupart des 6crivains le
placent sur la c6te du Banda oriental, en face de file actuelle de
Martin Garcia, par 340 41' de L. S. .
L'6quipage semble avoir Et6 fortement trouble par la mort de
son chef, et I'on se resolut a abandonner sur-le-champ un pays
peupl6 d'habitants aussi sauvages. Le navire sur lequel Solis
s'ktait avanc6 dans le fleuve retourna promptement aupr6s des
deux autres et leur apprit le triste 6vnnement. Dans une assem-
blee gendrale, on decida de retourner en Espagne. Le premier
pilot, Franz de I orres, fut nomm6 chef de l'expedition, et peu
de jours apres on s'bloigna du Rio de la Plata.
A pine 6taient-ils rentrbs dans 1'Ocean qu'un des petits navires
so perdit avec tout son 6quipage. Les deux autres atteignirent
heureusement la Bahia de los Innocentes y prirent un char-
gement de cinq cent quinze quintaux trois arrobes et une livre
de bois du Br6sil, et, sans fair d'autre perte, ils rentr6rent en
Espagne le 4 septembre 1516 avec soixante-six peaux de phoques
qui avaiont 6t6 tu6s auparavant aux miles de los Lobos.
Telle fut l'issue de la premiere expedition au Rio de la Plata,
assez triste pout en detourner d'autres de semblables entreprises.
Mais 1'6lan vers les ventures audacieuses 6tait alors si grand en







S. CABOT EST NOMIIE ( PILOT MAYOR ). 7
Espagne, que ces pronostics d6courageants furent pen 6cout6s.
On jetait des yeux d'envie sur les heureux qui revenaient de ces
expeditions charges do gloire et de tresors et l'on ne donnait qu'un
coup d'ceil distrait sur les infortun6s, en beaucoup plus grand
nombre; qui avaient d6ja trouv6 leur fin sur les memes routes.
Une second et peu apres une troisibme grande expedition re-
produisirent bient6t les memes avertissements, sans qu'on leur
accordAt plus d'attention.



II
SECOND EXPIEITION AU RIO BE LA PLATA SOUS LA DIRECTION
DE SEBASTIEN CABOT.
1527-1530.

La mort violent de Solis semble avoir Wte suivie d'un temps
d'arr&t dans les entreprises des Espagnols au sud. D'ailleurs,
leur attention 6tait surtout dirigee sur les possessions de l'Am6-
rique central, ofi les progres de Cortes et de Balbao attiraient
tous les regards. Les r6cits des compagnons de Solis sur les nou-
velles regions d6couvertes dans l'Am6rique du Sud ne durent
done trouver que des auditeurs preoccup6s ailleurs. On voulut
cependant honorer le souvenir de ce navigateur malheureux, car
les contr6es decouvertes par lui portent le nom de Tierra de Solis
sur les cartes contemporaines "'
II fallut nommer un nouveau Piloto mayor;mais comme il ne se
trouvait aucun individu apte en Espagne, on alla en chercher un
au dehors (*). Sebastien Cabot, alors au service de l'Angleterre,
se present comme l'homme qu'il fallait pour cet emploi. II fut
nomm6 en 1518 et rentra ainsi au service de 1'Espagne. 11 s'y etait
d6ji engage une premiere fois en 1512, mais l'avait abandonn6
un peu plus tard ". Le 6 septembre 1522, quatre ans apris sa
nomination, arrival en Espagne la nouvelle de l'heureuse d6cou-
(*) Voir la lettre du roi A I'eveque Fonseco publike par Navarette dann
Coleccion, etc., t. III, p. 307,








DEPART DE CABOT.


verte par Magellan du passage occidental si longtemps cherch&6
Le navire Victoria, le seui survivant de l'expedition, rapporta
sous la conduit de S6bastien de Elcano la confirmation (vid.
Navarrete loc. cit., t. IV, p. 3) de la decouverte ainsi que celle de
la mort du chef et d'une grande parties de l'quipage. Cet heureux
couronnement des efforts faits par les Espagnols et la rivalit6
perp6tuelle des Portugais ne firent qu'accroitre l'ardeur a de
nouvelles d6couvertes. Beaucoup d'habitants riches de S6ville
offrirent leur aide au gouvernement s'il voulait organiser une
nouvelle grande expedition dans la meme direction (Herrera,
Decad. III, 259). Mais le moment n'6tait pas favorable. Le roi
d'Espagne venait, le 20 mai 1520, de quitter son royaume pour
monter sur le tr6ne imperial sous le nom de Charles-Quint. De
plus, le soul6vement suscit6 par Juan de Padilla, qui 4clata peu
apres le depart du roi et qui ne put 6tre r6prim6 que par la
bataille de Villalar (23 avril 1521), paralysa les entreprises de la
Couronne don't le gouvernement, dirig6 par des conseillers fla-
mands, n'6tait pas aim6 dans le pays. La situation s'ameliora
lorsque Charles-Quint revint en Espagne en 1522 et prit lui-
meme la direction des affaires. Une nouvelle grande expedition
aux Moluques fut d6cid6e. Elle partit le 24 juillet 1525 sous le
commandement de Fr. Garcia de Loaysa et dut prendre sa direc-
tion par le d6troit de Magellan pour en reconnaitre la viability.
En outre une autre entreprise analogue A laquelle plusieurs
maisons de commerce de S6ville prirent part, fut 6quipbe sous la
conduite de Cabot. Cette expedition sortit le 3 avril 1526 du
port de Lepe.
Les apprets de ce voyage furent faits assez A la hate. Les com-
merrants pr6cipitaient le depart, et Cabot eut bient6t remarqu6
que, jalous6 par les Espagnols en sa quality d'6tranger, on ne
cherchait qu'a entraver ses preparatifs. I1 s'efforca done de son
cote de mettre a la voile aussitot que possible, cc qu'il fit avant
d'avoir complete son 6quipement. Comme ses pr6d6cesseurs, il
se dirigea d'abord vers les Canaries d'of il gouverna vers les
c6tes du Bresil et les atteignit dans le voisinage du cap Augustin.








ARRIVE DE CABOT AU RIO DE LA PLATA. 9
Alors il longer la c6te au sud jusqu'A I'ile S. Catharina, oui il
aborda apres avoir pcrdu son grand navire. Ce malliur achcva
de lui enlever la confiance de son 6quipage, qui 6tait d6ja md-
content des faibles rations quotidiennes. On l'accusait d'6goisme ct
d'inhabilet6, et bint6tla repugnance A obir A l'autorit6 d'un 6tran-
gcr se changeaen une r6volte ouverte. Cabot comprimal'6meute par
sa conduite 6norgique, en faisant deposer quclques-uns des me-
neurs sur uno lie d6serte. 11 continue sa route au sud avec les
autres 2. C'est alors qu'il semble avoir acquis la conviction de
l'impossibilit6 de r6ussir A traverser l'immense Ocean avec un
6quipage toujours mecontent et l'Nquipement insuffisant de ses
navires. Do nouveaux matolots, qui depuis 1'exp6dition de Solis
6taient rests dans l'ile Catharina ct s'6taiont embauch6s pour
son expedition, lui promircnt la d6couverto de beaucoup d'or et
d'argent et le decid6rent A p6nctrer dans le large estuaire du Rio,
de laPlata, od il jtal'ancre aupres de l'ile de S. Gabriel, ainsi
appel6e du jour de son arrive (6 avril 1527). I1 so trouvait A peu
pros au point de la colonic de S. Sacramento actuelle. Apris
examen des lieux, il no trouva pas la place bonne pour y fonder
un ctablissement. I1 remit A la voile, d6passa l'ile Martin Garcia
dans le Rio Uruguay don't il remonta le course jusqu'a Punta
Gorba. Ayant trouv6 la un point d'abordage commode au
confluent des rivieres, il y construisit un petit fort qu'il appela
S. Salvador 3"
Pendant la construction du fort, Cabot envoya un officer, Juan
Alvarez Ramon, avec le plus petit des navires on amount du fleuvo
pour explorer le pays. Apres une navigation de trois jours, colui-
ci perdit son navire au milieu d'uno tempete dans le voisinage de
deux grades iles. L'6quipage fut force de gagner la terre avccdo
petits canots et de revenir A pied le long du rivage. Dans ce tra-
jet les Espagnols rencontr6rent les indigenes nomm6s Yaras
(Charruas), qui les attaquerent. Ramon succomba avec plusieurs
de ses gens. Les autres purent arriver en cannot au fort on course
do construction.
Cabot, en face de l'hostilit6 des Indiens ct sur rapport le d6fa-








10 II REMOTE LE 1IO PARANA.
vorable des rentrants, voyant qu'il 6tait difficile d'esperer une
heureuse r6ussite dans cette region se d6cida A abandonner la
rive nord du fleuve et A passer sur cell du sud. I1 laissa done A
S. Salvador le plus grand de ses navires encore existants et s'en-
gagea avec la Caravela et la Brigantina dans le principal bras
meridional du Parana, appel6 aujourd'hui le Rio de las Palmas4.
II arriva, en remontant le courant, dans la region (A Zarate) oui
les berges s'616vent A l'approche du fleuve, et en continuant de les
longer il p6n6tra bientit dans ce vaste et large course d'eau (A
S. Pedro). Celui-ci conserve encore longtemps une rive 6lev6e au
sud, tandis que de large miles basses ferment sa rive au nord.
Plus loin les deux rives changent d'aspect; les hauteurs s'abaissent
au sud A l'embouchure du Rio Carcaraial, tandis que le sol se
relive au nord A Punta Gorba, un pen au sud de Diamante, jus-
qu'aupres du fleuve. Cabot fit halted ici pres de la rive m6ridio-
nale, p6n6tra dans la large embouchure du Carcarafial, dans t1
bras du ParanA qui vient de Santa F6 et y fonda un second fort,
S. Espiritus (ou Espiritu santo). Cette region porte encore le
nom de Rincon de Gaboto 5.
Les Indiens de cette contr6e se nommaient Caracaras; plus
tard, il apparaissent sous le nom de Timbos. Ils 6taient d'un
caractWre doux et bien different des Charruas du Banda oriental,
Co fut le principal motif qui ddcida Cabot dans le choix de la po-
sition d'un ktablissement. Pendant qu'il 6tait ainsi occupy, ii
envoya un de ses navires a S. Salvador pour y faire connaitre
sa situation, II exp6dia en mAme temps en Espagne quelques
morceaux d'argent que 'on avait obtenu par change des Indiens
6tablis A S. Espiritus. Ils devaient Atre presents au roi avec
une relation, afin de justifier ainsi le changement de direction
adopt ". Ses deux envoys 6taiont I'Anglais Georg Barlow, qui,
a moiti6 son compatriot, lui 6tait fiddle et d6voue, et 1'Espagnol
Hernando Caldoron, payeur de l'expedition, 6galement home
de confiance et sans ambition personnelle. Tous deux parvinrent
heureusement en Espagne et furent presents au roi le 15 octo-
bre 1527 Tolede,








EXPLORATION DU 1110 PARAGUAY.


Les morceaux d'argent et quelques objets de parure en or que
les Indiens portent excitBrent aussitot l'avidit6 des Espagnols.
Comme d'apris -le dire des sauvages, ils tiraient ces m6taux de
l'interieur au nord-ouest, Cabot envoya dans cette direction un
certain CUsar et quatre Espagnols, avec commission d'6tudier les
resources du pays et de reconnaltre la provenance de l'argent.
Apris 'achiveinent du fort de St-Esprit, il se remit lui-
mime en route vers le nord, en remontant le course du fleuve. 11
laissa au fort un officer, Gregorio Caro, comme commandant
avec soixante soldats. Les deux navires qui restaient encore parti-
rent pour cette excursion le 23 d6cembre '1527. On choisit le bras
lateral du fleuve (ui s'ouvre dans le Carcarafial, prEs du fort, et
s'appelle Rio de Carunda. I1 se detache du course principal beau-
coup plus au nord et se relief avec une autre arttre analogue, le
Rio Colastine. Ce fut par cette voie que l'on atteignit pour la pre-
mibre fois le grand bras du Parand. AprBs une navigation de
120 lieues au milieu de nombreuses difficulties, on arriva au
point de jonction du Rio Parana avec le Rio Paraguay (27 16'). Le
premier 6tant le plus large, Cabot le choisit pour s'y engager. II
le remonta jusqu'A l'ile Apip6 (59" 40' A l'ouest do Paris). Arrive
en cet endroit, les Indiens 1'informbrent qu'il rencontrerait beau-
coup d'obstacles A la continuation de son voyage on amont du
fleuve h cause des rapids, des ocueils et dos cascades, IUs lui
apprirent aussi, h son 6tonnement, qu'un nouveau naviro avait
p6n6tr6 depuis peu dans 1'estuaire du Rio de la Plata, nouvello
qui lour 6tait d6ej parvenue par terre. I se decida alors au re-
tour et arrival de nouveau, le 28 mars 1528, devant l'embouchuro
du Paraguay oi it s'engagea. Peu au-dessus du confluent avee le
Parana ii rencontra un grand affluent venant de l'ouest, quo les
Indiens nommerent Lepeti (aujourd'hui Rio Vermejo). En cet
endroit de nombreuses barques charges d'Indions essayerent de
lui barrer le passage ". Cabot fit descendre dans un cannot un
officer, Michael Rifas, avec vingt soldats, pour s'entondre avoc
les Indiens. Ils se laiss6rent attire A terre par ceux-ci et front
aussitbt attaqi6s et mis en deroute dans les 6pais fourris du ri-








12 OIIGINE DU NOM DU RIO DE LA PLATA.
vage. Rifas tomba avec quinze soldats, deux furent fits prison-
niers1 ct trois seulement regagnErent cl navire. Ces Indiens,
qui se nommaicnt Agazes, devinrent encore plus audacieux. Ils
attaquirent le navire, mais furent repouss6s A coups de canon et
de fusils ct Cabot put continue son voyage. Mais depuis ce mo-
ment on cut A subir des attaques continuelles. Cabot se decida
done au retour, apres avoir probablement atteint le r6trecissement
sous le 250 33' et reconnu des obstacles encore plus grands que
ceux surmont6s jusqu'alors.
Le retour so fit heureusement et sans difficult sErieuse. On
repassa bientot au confluent des deux grands fleuves et continue
de descendre. Alors on apercut, A l'6tonnement general, un na-
vire remontant le courant et en le rejoignant on reconnut le navire
deja annonc6 par les Indiens do I'ile Apip6. I1 6tait sous la con-
duite do Diego Garcia". Cette rencontre ne pouvait etre agreable
A Cabot; car il n'oubliait pas qu'il n'avait pas W6t cnvoy5 pour
explorer le Rio de la Plata, mais pour une expedition aux Molu-
ques. II avait modifi6 le but de sa propre autorit6 et tromp6 ainsi
les csp6rances des negociants de SBville, qui avaient contribu6
aux frais de l'entreprise. Ces r6flexions le porterent sans doute a
faire un accueil amical aux nouveaux venus et a les inviter A re-
venir avec lui A S. Espiritus pour s'y entendre sur la conti-
nuation de I'entreprise. Diego Garcia accept la proposition;
mais il vit bient6t que son d6sir de continue le voyage avec la
direction dans ses mains et en obWissant aux ordres qu'il avait
rccus d'explorer seulle Rio de la Plata no strait jamais agr66 par
Cabot. 11 so d6cida done A retourner en Espagne pour y fair son
rapport. Cabot, a la suite de cette decision, se trouva dans un
assez grand embarras. Dans cos circonstances, il pensa quo c
mieux 6tait d'attendre le r6sultat de son envoi on Espagne et de
rester tant bien que mal avec son 6quipage A S. Espiritus.
Nous savons deji que les envoys de Cabot, grace a l'argent
qu'ils apportaient, furent bien recus par le roi h Tolide ot que
dans l'esp6rance de tirer de lA encore plus d'argent, il leur promit
son appui pour la continuation do l'entreprise. C'est sans doute A la








EVINEMENTS APRES LE PnETOUR DE CABOT. 13
vive impression que ce pou d'argent fit sur Charles-Quint et son
entourage qu'est dfi le nom de Rio de la Plata, donn6 au grand
fleuve sur les rives duquel on 1'avait trouv6. I1 ne semble pas que
Cabot lui-mime so soit scrvi do cc nom; car on ne le rencontre
pas encore sur la carte de 1529.
Pendant deux ann6es presque completes Cabot attendit vaine-
ment A S. Espiritus l'arrivie des secours promise. Enfin il se
d6cida au retour et l'ex6cuta avoc son grand navire stationnc6
l'embouchure. II revint en Espagne20, oi il arriva en 1530. Avec
l'insuccis complete de son expedition, il ne devait plus inspire
confiance i personnel pour de nouvelles entreprises. 11 le sentit
bien lui-m6me et reconnut que sa position en Espagne n'6tait
plus tenable. II donna sa d6mission et rentra au service du roi
d'Angleterre, Edouard VI. It y mourut probablement en 1557 21
La colonies de S. Espiritus se maintint quelque temps dans
un 6tat prosprre. On vivait on relations amicales avec les Indiens,
lorsqu'un 6vinement imprevu vint mettre fin A l'existence paisi-
ble des Espagnols"2. Un chef indien, du nom de layor6, s'6prit
d'amour de la femme d'un officer espagnol et resolut do s'en
emparer par la force. II attendit le moment oi une troupe do
quarante soldats, sous la conduit de Ruy Diaz Morquera, 6tait
sortie pour aller se ravitailler au loin et tomba sur les quelques
personnel demeurees dans te fort, les massacre presque toutes.ct
enleva la jeune femme. MAais comme elle refusal 6nergiquement
de r6pondre A ses d6sirs, il la tuaaussi avoc son maria. Les Indiens
attaqu6rent Morquera et ses soldats A leur retour. Ils se d6fendi-
rent couragousement ct se retireront dans le petit navire quo
Cabot leur avait laiss6. Ils descendirent le fleuve et arrivercnt
heureusement au Br6sil, d'of ils revinrent au Rio de la Plata
avec le navire que Gonzalo do Mendoza y conduisit en 1536 avec
des objets de ravitaillement.
AprEs le retour de Cabot et la destruction de l'tablissement
fond6 par lui A S. Espiritus, il nous rested encore a raconter les
ventures de Ctsar et ses quatre compagnons envoys par Cabot
pour explorer l'int6rieur avec ordre do se diriger au nord-ouest.







FIN DE L'EXPEDITION.


Ils devaient revenir au bout de trois mois; mais on ne los vit
pas rentrer pendant les deux ann6es que Cabot resta encore dans
le pays. Cesar reparut A S. Espiritus seulement apris une
absence de trois ans et y apprit le depart de Cabot et la ruine des
Espagnols laiss6s par lui. Il se d6cida A p6n6trer de nouveau A
I'int6rieur en suivant la meme route. Ce qu'il y avait vu avait plus
d'attrait pour lui que le Rio Parana et Espiritu Santo. Si nous en
croyons les ricits de Cesar, tels que Guzman les reproduit ', dans
son premier voyage il s'6tait arrWt6 dans les planes fertiles de
1'int6rieur de la Bolivic, A peu pros dans la region de Santa-Cruz
de la Sierra ou Cochamba, chez des Indiens avec lesquels il v6cut
en bonne intelligence. II avait suivi la route, d6jA utilis6e par les
Indiens et tris-viable, par Tucuman, Jujuy et Tarija. Cette route
6tait le chemin d'6tapes des troupes des Incas. I1 entendit parlor
de la richesse du Perou (1528-30), non encore conquis24. II re-
tourna dans les mimes regions A son second voyage en 1531.
N'ayant point de bates de transport, il ne pouvait avancer que
lentement et rentra en Bolivie au moment de la chute de l'cm-
pire des Incas. A cotte nouvelle, il so mit en route pour le P6rou,
traversa les Cordillbres et rejoignit ses compatriots qui s'etaient
dejA avanc6s jusque dans la region de Cuzco. II fut le premier
Europ6en qui, parti du Rio dela Plata, traverse 1'AmBrique m6ri-
dionale jusque sur le rivage de l'ocean Pacifique au P6rou et put
arriver A Lima par ce chemin.
La second expedition au Rio de la Plata se terminal done aussi
malheureusement qu la premiere. Le pays du fleuve de l'argent,
apres ces tentatives, ne semblait guere propre a attirer de son cote
l'esprit d'entreprise et de conqukte des Espagnols, excit6 alors au
plus hatit degr6 par les succes de Cortez au Mexique et par les
debuts aiudacieux de Pizarre au P6rou. Mais la passion des aven-
tures une fois 6veill6e, l'habitude des caracteres entreprenants
de n6gliger les fatigues et les dangers des uns pour ne voir que
les succ6s des autres ne laissa pas durer beaucoup ce temps
d'arrit, et bient6t une troisimme grande expedition reprit la route
abandonnee sans succes par les navires de Cabot.












TROISIEME EXPEDITION AU RIO DE LA PLATA SOUS LA CONDUIT
DE D. PEDRO DE MENDOZA.
1535-1537.

Lcs nouvelles des succ6s incroyables de Pizarre qui arrivirent
en Espagne en 15314 6murent au plus haut degr6 les populations
de l'Europe presque entire. Tout le monde s'int6ressa A des
Wv6nements aussi inouis, et beaucoup s'empresserent de s'offrir
pour des expeditions semblables. Riches et pauvres, grands et
petits, vinrent a l'envie fair offre de leurs navires au gouverne-
ment. Au milieu de ces circonstances le nom du fleuve argenti-
fire rdsonnait agr6ablement aupres de nombreuses oreilles.Si l'on
ne devait pas recueillir de grands tresors imm6diatement sur ses
rives, il serait au moins facile, croyait-on, do s'y avancer vers le
Perou et do s'y approprier une parties des gisements aurif6res que
ce richer pays renfermait. Tel 6tait le principal mobile qui sti-
mulait les promoters de nouvelles expeditions.
D. Pedro de Mendoza, seigneur d'un haut rang et tris-con-
sid6r6 A la court comme membre d'une des premieres families
d'Espagne, se mit sur les rangs. II se recommandait encore par la
part qu'il avait prise A la guerre de peu de duroc sous Ic connd-
table de Bourbon en Italie, bien que, d'apris les on dit, il se fit
enrichi par des proc6dds d'une d6licatesse douteuse au pillage de
Rome. 11 proposal au gouvernement de fair A son propre compto
une expedition au Rio de la Plata dans le but d'y ouvrir une route
directed vers le Perou. I demandait a 6tre le soul chef et le titre de
lieutenant du roi dans la nouvelle colonie, avec un traitement
annual de 2 000 ducats pris sur ses revenues et soumis A la rcte-
nue du cinquieme habitual en favaur de l'Etat. Le gouvernement
n'hesita pas h accepter ces propositions. Un arrangement (asiento)
par 6crit fut conclu avec Mendoza dans lequel, avec le titre d'A-
delantado, on lui donnait administration de tous les pays i con-
qubrir. Mendoza, de son c6td, s'engageailt a r6unir mille hommes








16 INTERVENTION DES NEGOCIANTS ALLEMANDS.
bien 6quip6s, A les entretenir pendant une ann6e et A emmener
avec lui des eccl6siastiques pour convertir sur-le-champ les
Indiens au christianisme. On leur recommandait do les traitor
avec douceur. Ccttc derni6re obligation, imposee A la rcquete
particuli6re de Charles-Quint, prouve combien 1'cmpercur avait
A coeur les progres du christianisme dans ses Etats et combien, A
cet 6gard, il ressemblait a sa grand'mBre Isabelle, surnomm6e la
Catholique, qui s'inqui6tait d'une maniere touted particuliere du
salut de l'Ame des Indiens. Cependant l'ardeur de faire des con-
versions d6g6nara bientbt alors, comme plus tard sous Philippe II,
en une persecution indigne. Les pauvres Indiens avaient v6cu
beaucoup plus heureux dans leurs croyances payennes, que lors-
qu'ils se furent faitbaptiser. Le despotisme orgueilleux des Espa-
gnols n'admettait que l'humble soumission d'esclaves A laquelle
les Indiens baptisms eux-mimes furent bientbt reduits.
Lorsque le traits conclu par Mendoza avec le government
fut rendu public, un si grand nombre d'hommes accoururent A
lui, qu'au lieu des mille hommes stipul6s, ii put constituer une
troupe de deux mille cinq cents individus choisis et en renvoyer un
nombre 6gal. L'Adelantado, dGbord6 par une tell affluence, se
hata de se mettre en route pour 6chapper A de nouvelles deman-
des. II quitta Seville le 24 aout 1534, accompagn6 de ses officers
ct leva l'ancre le 1"' septembre dans le port de Saint-Lucar.
Parmi les navires, il s'en trouvait un 6quip6 par les n6gociants
d'Augsbourg, Jacob Welser et Sebastien Neidhart, pour aller
commerce au Rio de la Plata avec Henri Peine comme leur
facteur. L'equipage de ce navire se composait d'Allemands et de
Flamands enr6l6s par ces n6gociants. A la premiere nationality
appartenait un certain Ulrich Schmidt de Straubingen, en Bavibre,
qui s'6tait laiss6 enr6ler comme soldat, afin d'aller voir par lui-
meme les merveilles du nouveau monde. It resta vingt ans dans
le pays, et 6crivit A son retour, en 1554, une relation de ses aven-
tures, qui est le plus ancien document historique sur ces contrCes
et comme description par un t6moin oculaire a une grande impor-
tance pour leur connaissance ". La grande importance commercial







REUNION AUX CANARIES. 17
d'Augsbourg A cette 6poque ot la predilection de l'empereur
pour cette ville expliquent facilement la part que les nogociants
allemands prirent A l'exp6dition. Ce ful sans doute pendant
les frequents sejours quo Charles-Quint fit A Augsbourg, ou les
Fugger lui servaicnt de banquiers, qu'il accord cette permission
aux riches nogociants nomm6s plus haut, de meme que dans l'ex-
p6dition de Cabot, ceux de S6ville y avaient itW admis A leur
propre compete. On sait que les Welser et plus tard les Fugger
firent de semblables entreprises, et une colonie allemande, leur
propri6dt, exista longtemps au VWnezuela. Elle etait admipistr6e
.par des fonctionnaires allemands. Elle ne fut rachetEe par l'lItat
aux Fugger que plus tard, lorsque la couronne d'Espagne sortit
de la maison royale d'Autriche6.
Pouss6e par un vent favorable, la flotille arriva bient6t aux lies
Canaries, oi, comme do coutume, on fit une longue halted pour y
compl6ter l'organisation qui n'avait encore 6dt fixie que dans ses
traits g6n6raux. Mendoza, qui 6tait devant TUneriffe, r6unit tous
ses officers, lour recommanda la plus grande attention dans lour
service, la traverse de l'Ocean htant expose A de nombreux perils,
et d6signa les personnel A qui on devait ob6ir en cas de malheur.
II choisit pour premier commandant au-dessous de lui Juan Oso-
rio, officer de m6rite, qui avait-fait la champagne d'Italie A cot6 de
lui et que les soldats respectaientbeaucoup. Le frHre de Mendoza,
Diego,, futnomm6 amiralde laflotte, et vice-amiral Juan de Ayolas
(ou Oyolas, come d'autres 6crivains le nomment), l'ami particu-
lier de l'delantado. Le procurateur royal fut Franz de Alvarado ct
Juan de Carabajal son subordonn6. Guzman d6signe encore cin-
quante officers de l'exp6dition, qui presque tous appartenaient aux
families les plus consid6rables du pays. Nous nous contenterons
de citer seulement les noms de ceux qui joueront un r6le dans le
course de l'histoirc. Avant tout autre, il faut nommer Domingo Mar-
tinez de Yrala (ou Irala), Biscayen de naissance et le veritable fonda-
teur de la.colonic do ]a Plata; ensuite, deux parents de Mendoza,
D. Gonzalo et D. Francisco de Mendoza, qui avait 6 1 intendant de
la maison du frere du roi, plus tard I'empereur Ferdinand. Juan
REP. ARG. I. 2







18 VENTURE DU NAVIRE ALLEMAND.
de Caceres accompagnait l'exp6dition comme payeur du roi et
avait son frere Philipp avec lui; Carlos de Guevara comme facteur
de la couronne etNuiez de Silva Atitre d'alcade des etablissements
A fonder. Le fire de lait de l'empereur, Carlos Dubrin, s'y trou-
vait aussi, et parmi les strangers, on doit signaler en premiere
line Fernando Centurion, G6nois et ancien capitaine de mer sous
AndrB Doria; apres lui, le Flamand Simon Jacques de Ramua.
Le navire sur lequel se trouvait Schmidt etait stationn6 devant
l'ile Palma avec deux autres, sept 6taicnt devant Gomara et le reste
avec Mendoza A TUnBriffe. Durant le s6jour, qui dura quatre
semaines, les Allemands eurent une petite venture qui menaca
de se terminer s6rieusement. Un parent de l'Adelantado, D.. Jorge
de Mendoza, s'etait rendu sur le navire allemand, peut-6tre A
titre de surveillant. Pendant ces quatre semaines, il noua une
intrigue d'amour avec la fille d'un des principaux habitants de
File Palma, persuade la jeune fille de I'accompagner et la nuit
avant le depart l'emmena secrtement sur le navire. Cet enl6ve-
ment ayant Wt6 connu A terre et Mendoza se refusant A rendre son
amante, le navire regut des borddes d'artillerie qui tu6rent un
homme et empkch6rent le depart. Ileureusement qu'un grand
navire espagnol avec cent cinquante hommes se trouvait dans le
port de Palma. Le capitaine s'interposa et I'on envoya chercher
l'Adelanlado. Aides du gouverneur des Canaries, ils apaiserent
le pare de la jeune fille et D. Jorge Mendoza se d6clara prft A
l'Npouser et A rester avec elle A Palma. L'exp6dition continue sa
route seulement apres qu'on cut accompli le marriage avec beau-
coup de pompe".
Des Canaries ont fit voile vers les miles du Cap-Vert, o6i la flotille
se rassembla do nouveau. Le navire de Schmidt aborda A Saint-
Iago et s'y ravitailla do vivres frais. Il raconte qu'elle est habit6e
par des negres ct-appartient au Portugal. De la on gouverna obli-
quement A travers 1'0cean et touch A une ile inhabited, qui doit
etre 'ile actuelle de Fernando Norunha2'. Apres deux mois, on
atteignit la baie de Rio de Janeiro (Nhiteroy), of l'on s6journa
quatorze jours. L'Adelantado etait malade; il souffrait d'une








MEURTRE D'OSORIO A RIO DE JANEIRO


goutte violent et d6sira se reposer quelque temps a terre. Schmidt
raconte avec details les circonstances de cette navigation" et parole
d'une ile'comme du point d'att6rissage. Mais il y en a plusieurs
dans la baie; peut-6tre tait-cela grande ile duGouverneur, situe ,
plus A l'intirieur que la capital actuelle du Brdsil.
II leur arriva ici un ev6nement malheureux, qui fut interprEt5
comme un pr6sage de mauvaise augure pour 1'exp6dition. Pendant
l'arrit, Mendoza avait d6signE Juan de Osorio pour le remplacer,
afin de se soigner plus tranquillement. II est probable que l'affec-
tion gen@rale don't jouissait cet officer excita la jalousie des autres
officers, qui surent 6veiller la defiance de Mendoza. 11 ordonna
d'arr&ter Osorio. Celui-ci se soumit, mhis laissa 6chappcr son
micontentement en paroles un peu vives centre l'Adelantado.
Ce dernier s'cmporta, prononga des imprecations control Osorio
et probablement dit devant les d6nonciateurs : ( Je voudrais
&tre d6barrass6 de ce traitre. Cc fut un ordre pour eux. Quatre
d'entre eux, Juan Ayolas, Juan Salazar, Jorge Lugan et Lazaro
Salazar, se prkcipiterent sur Osorio et le tuerent avec leurs
poignards. Mendoza fit exposer publiquement son cadavre, en
le d6nongant comme un traitre, avec la menace de traiter ainsi
tous ceux qui tenteraient de meconnaitre son autoritE. Mais l'opi-
nion g6n6rale condamna ce meurtre, et tousles soldats regretterent
la mort de ce chef courageux et just. Plusieurs des officers
strangers A l'affaire exprimerent ouvertement leur m6contente-
ment et parlErent d'abandonner l'exp6dition pour se mettre en
siaret6 contre un traitement aussi injuste3.
I1 faut encore dire que, durant cet 6dvnement, tout le personnel
de l'exp6dition n'6tait pas rassembl6 aupres de Mendoza. Une
petite parties, s6par6e des autres par une tempite, s'6tait rendue
directement au Rio de la Plata,sous la direction de l'amiral Diego
de Mendoza. Peut-6tre 6tait-ce A dessein, parce qu'il n'6tait pas
satisfait de la direction de son frere.
La menace de plusieurs officiets d'abandonner l'expedition
determine 'Adelantado A reprendre son voyage promptement.
I1 mit bient6t A la voile, longea la c6te vers le sud, passa devant








20 ARRIVE AU 1110 DE LA PLATA.
la Laguna de los Patos et devant le cap Sa-Maria, p6n6tra dans
l'embouchure du Rio de la Plata ct vint jeter l'ancre A F'ile Saint-
Gabriel, od il trouva son frHre avec les autres navires. Lorsquc
celui-ci apprit Ie mcurtre d'Osorio, il manifest tres-vivement sa
disapprobation, ct comme par une sort de pressentiment de cc
qui dcvait arriver, il prononca les paroles suivantos : a Plaise a
Dieu que la mort de cet home ne soit pas la cause de notre perte
A tous. ))
Aussittt arrives, chefs ct soldats d6barquerent en grand nombre,
mais ils ne trouverent qu'un village de sauvages Charruas, qui so
montrerent peu empress6s ct n'avaient comme aliments quo des
poissons et la chair des'animaux tuds a la chasse. Us 6laient en-
tibrement nus; les femmes scules portaient un morceau d'etoffe
de coton enrould, qui descendait de la ceinturcjusqu'aux genoux.
On estima cette population sauvage a deux miles individus.
Mendoza reconnut bientbt qu'il n'avait rien a espdrer de ces
gens. Il ordonna done de so rembarquer pour passer sur l'autre
cit6 du fleuve. Schmidt estime sa larger en ce point assez
exactoment A huit lieues. L'Adelantado envoya en avant un cannot
sous la conduit de son beau-frire, D. Sancho del Campo, pour
trouver un point d'att6rissage. Celui-ci s'6lanca a terre en s'6criant:
que buenos aires son los de este suelo, d'od est venu le nom de
la ville de Buenos-Ayres. II revint annoncer que la contree 6tait
plate, l'air doux,-le pays ouvert et bion appropri6 pour y fonder
un 6tablissement. Mendoza ordonna le d6barquement, non pas
sur le rivage 6l1v6 od se trouve actuellement Buenos-Ayres, mais
un peu plus au sud dans le voisinage de l'embouchure du Iia-
chuelo, 1h ou s'6tcnd la plane centre Barracas et Buenos-Ayres.
On d6barqua en mime temps que les hommes et les arms
soixante-douze chevaux, talons ct juments3.
On s'occupa aussit6t de baraquements pour les soldats, et le
3 f6vricr 1535, Mendoza posa solennelloment la premiere pierre
d'un fort de forme carr1e (400 pieds de cot6), avoc ramparts ct
foss6s. I1 s'y fit construire pour lui-mmme une grande maison en
briques cuites, don't la matirre fut empruntde au sol argileux des








COMBAT AVEC LES QUEIIANDIS. 2t
bcrges l1evecs du fleuve. 11 appela son 6tablissement Sa-Maria de
Buenos-Ayres. Les baraques furent couvertes avec do la paille
formee avec les jones du ruisseau voisin, et l'on tira le bois des
fourr6s do sales qui bordaient les rives. I1 n'y avait ni fort, ni
pierre dans la contrpe pour y construire plus solidement. On ne
voyait de fort qu'' une distance considerable an nord.
Schmidt, don't les indications, en quality do t6moin oculaire,
sont pr6ferables a toutes autres, raconte qu'on trouva pris du point
de debarquement un village d'Indions, avec environ trois mille
habitants. Ils se nommaient Carendis ou plus exactement Que-
randis. Ils marchaient nus comme les Charruas, les femmes seules
portant par devant un court tablier. Ils n'usaient d'autre nourri-
ture que du poisson et la chair do leur gibier. Ils faisaient de
longues courses pour se pourvoir (jusqu'A 30 lieues), et manquant
souvent d'eau, ils buvaient sur Ie sol le sang dcsanimaux tu6s,
parmi Icsquels ii est question de cerfs. Ils utilisaient aussi pour
calmer leur soif le sue d'une racine quc Schmidt appelle cards
(chardon).
Pendant quatorze jours, les Indiens vinront cchanger avoc les
Espagnols les provisions alimentaires qu'ils avaient, puis ils so
retirerent et ne revinrent plus, chassis sans doitte par la conduite
arrogant dos strangers et par les exigences sans nombre qu'on
voulait leur imposer. L'Adelantado cnvoya auprcs des Indiens le
juge Juan Pavon32 avc. deux soldats, pour aller chercher des
vivres. Mais its n'obtinrent rien ct furent meme chassis par les
Querandis ot un d'entre eux bless. Cotte nouvelle excita la col6re
des Espagnols. Mendoza r6solut de chatier s6virementles Indions
et dans ce but envoya son frore Diego avec trente cavaliers bicn
arms et trois cents lansquenets pour attaquer les Indiens dans
leur village, enlever tous les vivres et y construire un petit fort.
Schmidt, qui prit part A cette expedition, no cite aucun personnage
d'importance, mais donne briovement le r6sultat. Les Indiens
6taient A peu pr6s au nombre do quatre miles hommes. Ils so
defendirent courageusement ct abandonn6rcnt la place. Diego
Mendoza, six cavaliers et vingt hommes avaient 6tW frapp6s mor-








TRISTE SITUATION DES ESPAGNOLS.


tcllcment, beaucoup 6taient bless6s grievement. Guzman est au
contraire trbs-long dans la description du combat. 11 nomme les
chefs et les morts, place le th6etre du combat dans un bas-fond
marecageux, au milieu duquel serpentait un petit fleuve don't les
Indiens avaient d6fendu l'approche. Les Indiens 6.taient'armes
d'arcs, de fliches et d'6pieux munis de points en fer. En outre,
ils avaient encore dos lassos, armes tres-dangereuses pour les
Espagnols. Ils les maniaient avec une grande habilet6, inquietant
surtout les chevaux, leur enlagant les jambes ct faisant tomber A
terre bete et cavalier. C'est de cette facon que Mendoza et les
autres officers pcrdirent la vie 3. Enfin, dit Schmidt, les ennemis
s'enfuirent, nous p6netrames dans le village, mais on n'y trouva
que de la viande, du poisson desseche, don't la graisse et ]e corps
Etaientr6duits en poudre qu'on pourraitappeler farine de poisson34;
en outre de nombreuses peaux de martre et de couleuvre, les-
quelles sont tres-communes dans le pays. On laissa une garnison
dans le village des Querandis. On pichaavec les filets des Indiens,
afin de se procurer des vivres pour tout le monde. Mais les por-
tions etaient petites; chaque soldat recevait seulement un poisson
tous les trois jours. Celui qui, dit naivement Schmidt, voulait
manger plus, pouvait s'en aller pecher lui-meme35.
L'Adelantado fut tr&s-decourage par la perte de son frere et
d'autres braves officers. Le chagrin et le mauvais regime
accrurent les souffrances de sa goutte, surtout lorsque quelques
jours plus tard on trouva un autre officer, le capitaine Medrano,
assassin dans son lit. C'6tait un des diffamateurs d'Osorio et il
6tait coupable de sa mort. On no r6ussit pas h decouvrir l'au-
teur du crime, prot6g6 par le mauvais vouloir g6enral. Mendoza
se montra craintifm&me en face des Indiens. II fit renforcer I'en-
ceinte du camp qui 6tait en mauvais 6tat. D'aprcs Schmidt, on
d6truisait un jour ce qu'on avait v1ev6 le precedent. La maison
de briques construite pour l'Adelantado ne devait pas non plus
Utre 6l1gante ; il manquaient de tous les mat6riaux necessaires,
de chaux et de bois de construction. Afin de pourvoir plus ais6-
ment aux besoins de la situation, Mendoza divisa son armee








EXPfiDITIONS EN AMONrT Dl FLEUVE.


en deux troupes, don't l'une devait ex6cutor lcs travaux pendant
que l'autre veillerait au ravitaillement et a la protection de
tous.
Les poissons devenaient chaque jour plus rares devant le grand
nombre d'hommes a nourrir. On dut encore diminuer les rations
et chaque homme ne recut plus que six onces de farine par jour.
La famine poussa a user de toutes sorts de moyens pour se pro-
curer des vivres. Trois Espagnols ayant tu6 s6cretoment un cle-
val, furent condamnEs iA tre pendus par le juge Ruiz Galan,
homme dur et gen6ralement detcst.. Mais, dans la nuit m(me de
l'ex6cution, trois autres allerent .dipouiller les parties charnues
des membres des cadavres et s'en nourrirent. Un autre d6vora
son frere d6ji mort de faim. Les chiens, rats et chats des navires
furent avidement d6vores. Tous les serpents, tortues et oiseaux
que l'on pouvait prendre servaiont 'r la nourriture. Le cuir des
armes et des chaussures lui-meme ne fut pas epargn6. La peste
6clata au milieu de ces affam6s et ceux qui avaient kchapp ha- la
faim moururent de.maladie. Dejh la moiti6 des 2,500 hommes
emmenes par Pedro de Mendoza au Rio de la Plata avaient
succomb6 sous le coup de ces misores.
Cette situation ne pouvait se prolonger plus longtemps et on
chercha des moyons pour y remedier. Plusieurs expeditions
furent organishes pour aller chercher des vivres. Une, sous la
conduite de Juan de Ayolas, devait remonter le Parand et
nouer des relations avec les populations Mloign es. Une second
devait, dans le mem but, explorer les lies voisines entire les em-
bouchures duParand; une troisieme enfin, sous Gonzalo de Men-
doza, fair voile pour le Br6sil afin do s'yapprovisionner. Schmidt
se trouvait dans la second troupe. Ils passerent dans les
iles avec quatre petits navires chacun do quarante homes
d'equipage, plusieurs canots et des yoles. Is y rencontrbrent une
nombreuse population et plusieurs 6tablissements Indiens36
Mais A l'approche desnavires les hommes prenaient lafuite A l'in-
t6rieur, important avec eux ce qu'ils avaient ou brdlant ce qu'ils
ne pouvaieut importer. La detresse s'accrut peu a pen sur les








24 ATTAQUE DES INDIENS.
navires comme a terre. Chaque home no recut plus que trois
demi-onces par jour et la faim eut bient6t fait p6rir la. moiti6 des
tquipages, ainsi que Schmidt nous le raconte en temoin oculaire.
On dut songer au retour et rentrer au campementles mains videos
comme on 6tait part ". La vue du petit nombre des rentrants
accrut le decouragement et bientbt on en arriva au d6sespoir le
plus complete.
Cependant la situation d6sesp6r6e des Espagnols n'6tait plus
un mystere pour les Indiens. Ils formcrent le project de leur
aneantissement complete et les tribus voisines y prirent part. On
r6solut d'attaquer le fort et de massacrer tous les Espagnols. Schmidt
nous decrit l'attaque Elle cut lieu un mois apres son retour de
la dernirre expedition, et 1'on vit s'avancer une arm6e forte de
23,000 hommes. Quatre peuplades, les Querandis, Bartenes,
Charruas et Timbos s'6taient coalises dans ce but. Mais Azara
pense que tout cela est exag6r6 et que tous les Charruas qui. ha-
bitaient sur I'autre cot6 du fleuve no poss6daient pas de canots
pour le traverser. Ceci est vraisemblable, car aucun 6crivain n'a
parl6 de barques et de leur emploi par les Indiens. Les Timbos
6galement, qui habitaient dans le haut Parani, sur le tcrritoire
actuel de Rosario et remontaient loin au nord 6taient trop 6loi-
gn6s pour venir en aide aux Querandis. Ces derniers seuls, avec
leurs voisins des lies du Parand, les Guaranis, menErent l'attaque.
Ils ne pouvaient pas 6tre 23,000 hommes, car, a cc moment,
10,000 assailants auraient form une troupe plus que suffisante
centre les Espagnols. L'attaque eut lieu le jour de la Saint-Jean
(24 juin) de l'annee 4535. Elle 6choua compl6tement, les Indiens
manquant de moyens pour escalader desretranchements bien d6-
fendus. Les plus courageux s'approch6rent jusque dans le fosse
au pied du mur et tacherent d'atteindre les Espagnols avec lours
longues piques, tandis que d'autres d6cochaient sur les barra-
quements des flches enflammees et y d6tcrminercnt un incen-
die. Mais ils ne purent p6nmtrer dans l'enceinte. Les d6charges
do mousqueterie en tuerent beaucoup devant les foss6s et la
grosse artillerie des navires faisait feu au milieu des masses. Les








MENDOZA PART CHEZ LES TIMBOS. 25
Indiens attaqubrent aussi les navires et ils parvinrent i en incen-
dier quatre des plus rapproch6s du rivage en leur lancant
des flNches cnflamm6es. Les 6quipages se sauvbrcnt avoc
peine sur les plus grands stationn6s plus loin. Avec leurs ca-
nons ils 6loignerent les Indiens et firent de si grands ravages par-
mi eux, qu'ils so retirerent et abandonnerent l'assaut. Les Espa-
gnols perdirent dans cette affaire un enseigne et trente soldats.
Si les Indiens avaient eu plus depersev6rance ct bloqu6 les Espa-
gnols, ils les auraient probablement 6puis6s et vaincus.
On ne pouvait plus songer A rester en cot cndroit funeste; on
so pr6para au depart. Djia Mendoza songcait A retourner en Es-
pagne et faisait ses preparatifs, lorsque Avolas revint de son ex-
p6dition dans le haut Parana et apporta l'licureuse nouvelle.que
l habitaient des pouplades amies, les Timbos, avec lesquels on
pourrait nouer des relations pacifiques. Ccci d6tcrmina l'Adelan-
tado.A renoncer au retour ot A aller chez les Timbos. I1 ordonna
de tout pr6parerpour le depart. II voulut auparavant passer une
revue de sa troupe et constata que des 2,500 hommes partisavcc
lui il ne lui restait plus que 500 soldats affaiblis et 6puises par la
faim. 11 laissa 160 hommes sous le commandement de Juan
Romero, parties sur les grands navires stations dans le flouve,
parties dans le fort sous les ordres de Frantz Ruiz Galan et Nufio
de Silva. II divisa les 400 autres en deux troupes et envoya en
avant une moiti6 sur les navires les plus l6gers, sous la direction de
Juan de Ayolas, pour arriver chez les Timbos aussit6t que possible.
11 suivit lui-mtme avoc l'autre moiti6, ne s'avancant que lente-
ment, affaiss6 sous la douleur. Cinquante homes perirent
encore d'6puisement par suite do la famine pendant ce voyage.
Les Timbos htaient ces memes Indiens chez qui Cabot s'6tait
d6ja fix6 cinq ans auparavan t et avait fond6 le fort S. Espiritus
Ils appartonaient A la grande famille des Guaranis 3, qui habitat
la rive occidental et m6ridionale du Rio Paranm et poss6dait un
caractere plus doux ct moins belliqueux. Ayolas A sa premiere
rencontre avec eux reconnut aussit6t leurs bonnes qualit6s. II
laissa le capitaine Alvarado avec 100 hommes pour preparer








26 ARRIV1UE CIIEZ LES TIMBOS.
I'arriv6e de l'Adolantado avec toute l'arm6e pendant que lui-
mAme revenait sur ses pas apporter cette bonne nouvelle. Tout
le monde 6tait joyeux lorsqu'on cut atteint le nouveau post. Don
Pedro de Mendoza, afin de seller l'amiti6 avec le cacique Chara-
Guazu, qui etait venu le recevoir en cannot, lui fit present d'uno
chemise, d'un bonnet rouge, d'une houe et de quelques autres
bagatelles. II nomma l'Ftablissement A fonder Corpus Christi,
nom que les soldats changerent en Buena Esperanza. Les
Timbos marchaient compl6tcment nus, les femmes seules portaient
un tablier court; tous, jeunes et vieux, avaient un aspect egale-
ment laid. Ils se pergaient le nez et fixaicnt dans les trous de pe-
tites pierres bleues ou blanches faconn6es en forme d'6toile. Ils
ne viyaient que de chasse et de peche, pour laquelle ils allaient
dans les lies voisines sur des canots qui pouvaient porter jusqu'a
seize hommes. Beaucoup d'entre eux, au nombre de 400
environ, vinrent A 4 miles au devant des Espagnols dans ces ca-
nots, mais la plus grande parties de la peuplade, que Schmidt
estime A 15,000 hommes en 6tat de porter les armes, se
tint A distance.
On ne sait pas exactement oi le nouvel ktablissement futplace.
II est probable qu'il n'etait pas loin de l'ancien fort de Cabot, bion
que, chose remarquable, ni Schmidt ni aucun autre 6crivain n'en
dit mot. Cependant, d'apres Schmidt, il etait distant de 84 lieues
du fort de Buenos-Ayres et le voyage prit deux mois, ce qui nous
place A peu pris dans la region du Corunda. II reste toujours
etonnant qu'il ne soit fait aucune mention de Cabot et de son fort,
lequel avait sans doute 6t d6truit par les Timbos. Azara fixe
l'endroit A 5 miles au sud du Corunda (Hist. d. Parag. II. 33),
ce qui serait un peu plus au Nord que le fort de Cabot 3.
Suivant Schmidt, 1'6tablissement de Corpus Christi ou Buena
Esperanza dura quatre ans, de 1535 A 1539, comme station des
Espagnols. Cette derniere ann6e, l'arrogance des conquerants.
croissant tous les jours amena encore leur perte.. Is 6taient
d'abord tout joyeux du nouveau s6jour. On s'installa du mieux
possible pour vivre paisiblement. Mais, le regret de voir ses








MORT DE MENDOZA. 27
espdrances d~nues d'atteindre promptement le pays de l'or, le
Perou, et de no pouvoir recolter d'argent sur le fleuve, rendit
bienttt'l'Adelantado A sa mauvaise humeur. Sa'gouttele tourmen-
tait sans repos. Il se d6cida A retourner en Europe et A laisser la
conduit de 1'exp6dition a Juan de Ayolas qui poss6dait toute sa
confiance. Dans ce dessein, il lui donna son pouvoir completavec
des instructions secretes ", pour continue les decouvertes. Il lui
prescrivait de remonter le fleuve et de choisir le point le plus con-
venablepour pnetrer par terre au Pdrou; arrive lI, d'y conclure avee
Almagro un arrangement do partage des conquttes avec d6doma-
gements convenables et de faire parvenir le traits A l'Adelantado
en Espagne. Accompagn6 de 50 hommes, il retourna A Buenos-
Ayres sur deux petits navires pour s'y embarquer.
Arrive ici, Mendoza ne trouva en vie que la moiti6 des 160
hommes qui y etaient rests, encore ressemblaient-ils plus a des
squelettes qu'a des hommes vivants. Ce spectacle d6tcrmina
l'Adelantado A se hater; mais, pendant qlu'il faisait ses pr6paratifs
do depart, Gonzalo de Mendoza rentra de sa mission au Br6sil
avec des vivres frais et les Espagnols qui avaient kchapp6 A la
ruine du fort San Espiritus et s'6taientr6fugidsau Bresil avec Mor-
quera. Cette circonstance remonta si bien le courage des explora-
teurs, que l'Adelantado abandonna son dessein de retour. 11 en-
voya aussit6t, sous la conduit de Juan Salazar etGonzalo de Men-
doza, des approvisionnements A CorpusChristi, avec de nouvelles
instructions plus ditaill6es pour Ayolas (A zara. Hist. del Parag.
II. 35.) et sembla avoir oubli6 ses souffrances. Mais aussit6t apres
son depart, il fut repris de son mal et forc6 de rentrer. I1 donna
le commandment sur lc Rio de la Plata au juge Franz Ruiz Ga-
lan et s'embarqua pour l'Espagne sur deux navires pauvre-
ment 6quip6s. Des vents contraires ralentirent la traversee.
La famine se fit sentir en mer et Mendoza se vit force de faire
tuer son chien favori pour en manger la chair. Peu de temps
apres, il fut pris d'un aces de foliefurieuse don't il mourut au
bout de deuxjours. Ceux qui, comme lui, avaient mange de la
chair du chien, tomberent dans le meme 6tat et en moururent.








28 AYOLAS BEMONTE LE FLEUtVE.
Les deux navires arriverent en Espagne A la fin de l'annke
1537. Ils n'apportaient avoc eux rien autro quo le testament de
Mendoza, dans lequel il conjurait le government de coritinuer
son entreprise et d'envoyer promptement des secours i la colonic
du Rio de la Plata.
Ici finit la grande expedition. Elle coita la vie A plus de 2,000
Espagnols ct autres Europ6ens, ne laissant dans le pays qu'une
petite troupe d'hommes 6prouves et contraints par la n6cessit6 de
continue l'entreprise avec leurs propres rcssourccs. En- dehors
de l'equipage qui accompagnait Mendoza A son retour, personnel
ne revint en Espagne, except cependant un on deux autres indi-
vidus d'une constitution hercul6ennc comme Schmidt, qui, grAce
a son vigoureux temp6ramen t t sa prudence, put 6chapper A
toutes les misires. Le r6cit que les premiers revenues firent con-
tenant la description do leurs malheurs lamentables n'6tait pas de
nature A encourager personnel A sejeter de nouveau dans des en-
treprises si follement audacicuses.




IV
FOUNDATION DE LA COLONIES ESPAGNOLE AU PARAGUAY.
1536- 1540.

L'expedition en amount du fleuve sous la conduit d'Ayolas, que
don Pedro de Mendoza avait ordonnde avant son depart deCorpus
Christi, ne mit A la voile qu'assez tard. Tous les apprkts se firent
avec precaution et on tint une reunion consultative de tous les
officers. Ayolas passa on revue tout son monde et trouva qu'avoc
les derniers arrives de Buenos-Ayres, 550 homes 6taient encore
presents. Ii en laissa 450 dans le fort sous Ic commandement de
Franz de Alvarado. Les 400 autres l'accompagnerent avec les
meilleurs officers. Parmi cux se trouvait Schmidt, A qui nous de-
vons la relation de 1'exp6dition. Tout le monde fut enmbarqu6 sur
huit petits navires, brigantins, canots a voiles et yolos. Apris







REaCIT DU VOYAGE. 29
4 licues de chemin on arriva chez les Corundas, oi on s6journa-
deuxjours pour compl6ter les approvisionnements de vivres. On
n'y trouva que do la viande, les Indiens no connaissant et n'usant
d'aucun autro aliment. Ils donnerent come guides aux Espa-
gnols deux Carios faits prisonniers par eux. Vinrent cnsuite les
Calchaquis. Ils habitaient pres d'un grand lac sur la rive gauche
(6videmment la Laguna Setubal pres de Santa-F6). Uls ne poss6-
daient non plus aucune cspbce de vivrcs. On s6journa quatre
jours entiers chez eux.
On fut ensuite doux semaines sans rencontrcr aucune peuplade
indienne. Le dix-huitimoe jour seulement on en vit de nouveau
a 67 licues des precedents. Ils habitaielit sur la rive droite
(orienlale) du fleuve ct se nommaient MAacurend s. D'aprcs Azara
lur veritable nom est QuiloasAs et ils 6taient fix6s pris de Cayesta.
Par leur aspect comme par lour alimentation compose exclusi-
vement do chair animal, ils rosscmblaient aux populations pre-
c6dcntes; mais leur idiome 6tait un peu different. On s6journa
quatre jours en cet endroit. Les Espagnols y turentun grand ser-
pent (probablement le Boa aquatica). Schmidt estime avec exa-
gdration sa longuour a 25 pieds et son 6paissour 6galoe cello
d'un homme. 11 pretend l'avoir mesure lui-meme. Les Indiens
qui redoutaient beaucoup cet animal, le nommaient Quiriy6.
Do cc point on parcourut en quatro jours 10 lieues jusque chez
les Tucaqu6s. Cost ainsi qu'Azara interprete le nom tout A fail.
inintelligible donn6 par Schmidt. Cette peuplade de petite taille ct
assez obese ne portait aucune espice de vtecment et no se nour-
rissait aussi que do poisson et de viande. Azara place le si6ge de
leur residence dans les forts de olocorotA. L'expddition s'arrela
seulement un jour chez cux ct on arrival ensuite chcz les Mapenis
(Abipones), qui habitaient la rive occidental et formaient une
peuplade nombreuse ot guerriibr. MIont6s dans lours canots ils
reCurent les Espagnols a coups de fliches 4'. Alais lorsque les
Europeens repondirent avoc leurs arms a feu et eurent tu6 plu-
sieurs Indiens, ils se retirrrent dans les terres. Les Espagnols les
poursuivirent, mais sans r6sultat. Le village, situ6 A une lieue du







30 LES CARIOS APPORTENT DES ALIMENTS VEGETAUX.
fleuve, 6tait proteg6 par un lac et on ne put I'attaquer. Los Es-
pagnols brilerecnt tous les canots don't ils purent s'emparer.
Schmidt estime A 95 lieues la distance entire cette tribu et les
Tucaqu6s. Ils devaient done habiter assez loin dans le Gran Chaco
actuel.
En continuant toujours au Nord on arriva au confluent du Rio
Parana et du Rio Paraguay, et, comme ses instructions lui pres-
crivaient d'aller au Nord-Ouest, Ayolas s'engagea dans lc dernior.
On y rencontra ]a nation des Curumobas (Mocobis). Ils accueil-
lirent amicalement les Espagnols et leur offrirent le premier ali-
ment v6getal, la moelle des siliques de l'Algarroba (Prosopis dul-
cis), dontils faisaientaussi du vin. D'une haute taille, les hommes
portaient des plumes de perroquet fixes dans les ailes du nez;
les femmes so peignaient desbandes blues sur les joues ct avaicnt
un tablier do coton. Ils 6taient 6loign6s de 40 lieues des Abi-
pones.
Apres un court trajet de 35 lieues l'exp6dition atteignit l'cm-
bouchure d'un grand fleuve qui vient de l'ouest des montagnes
des Tuchkami (Tucuman?), ct prend le nom de Jepedi (Ypita).
La peuplade des Agazes habitat sur ses rives. Montes sur leurs
canots ils tenterent de barrer le passage aux Espagnols, comme
ils l'avaient fait A Cabot. Apres avoir combattu courageusement
et avoir tu6 15 soldats ils furent contraints A la retraite. On les
poursuivit A terre, mais sans leur rien prendre, car ils s'enfuirent
promptement a l'interieur avec cc qu'ils poss6daicnt et lcurs fa-
milies.
La continuation du voyage en amount du fleuve conduisit,
50 lieues plus loin, l'expedition chez les Carios. Pourla premiere
fois les Espagnols trouverent chez des Indiens des plants cultivees,
A savoir du mais, du mandiocca ot des batates, ainsi quo la bois-
son pr6par~e avec la moelle de l'algarroba, substance que Schmidt
prit pour du miel 4. En outre des animaux domestiques, des
moutons aussi grands que des mulcts, despoules et desoies: l'oie
turque sauvage qui est' encore aujourd'hui commune dans tout le
pays du Parana. Semblables aux prec6dents, les habitants mar-







SOUMIISSION DES CAIIIOS. 31
chaient entierement nus et portaient dans un trou perc6 dans la
l1vre un stylet de pierre, de couleur jaune ct de l'6paisseur d'un
tuyau de plume. Schmidt pretend qu'ils mangeaient leurs prison-
niers apres les avoir longtemps engraiss6s afin deles rendremeil-
lours; mais nous aimons mieux croire Azara et ne voir l1 qu'une
calomnie. Toutefois cette coutume existe, dit-on, chez d'autres
sauvages du Bresil, peu distant de l1. Les Carios habitaient un
village bien d6fendu, entour6 de trappes, appel6 Lambar6 ct situ6
sous le 25 21' 50" de L. S. Ils rccurent les Espagnols A coups de
flches, lorsque apres etre descendus A terre sous la conduite
d'Ayolas, ils se pr6sent6rent pour faire des changes avcc eux.
Un combat assez vif commenca aussit6t; mais les armes A feu des
Espagnols le firont promptement turner, au dEsavantage des sau-
vages. Ils s'enfuirent dans leur village et Ie d6fendirent pendant
trois jours. La sup6riorite militaire des Europ6ens l'emporta encore
ici et les assailants p6n6trerent dans la place apres avoir perdu
seize des leurs. Ceci se passait le jour de l'Assomption, 45 aofit
'1536 43
Apres avoir ainsi constat6 la sup6riorit6 des Espagnols, les
Carios se d6cid6rent A abandonner la resistance. On se disposa a
fonder un 6tablissement et on commenga par construire, avec
l'aide des Indiens, une grande maison fortifi6e, situde un peu au
nord du theatre du combat, par 25' 4i' 44". Ayolas et ses officers
y habitcrent, tandis que les soldats s'install6rent autour dans des
baraques. Ce petit fort fut le commencement de la ville de
l'Assomption qui a pris son nom du jour oAf eut lieu le combat
des Espagnols avec les Carios. A partir do ce moment les Indiens,
convaincus de plus en plus de la sup6riorit6 des Europeens, se,
pret6rent do bonne grace A leur rendre toutes sorts de services
et conclurent une union intime avcc eux en leur offrant et leur
c6dant lours filles. Chaque soldat cut A son service doux femmes,
les chefs trois et plus et Ayolas sept, don't la plus agee avait A peu
pris 18 ans.
Afin do s'attacher ses nouveaux amis, Ayolas promit aux Carios
de les venger de leurs ennemis, les Agazes, qui avaient commis


-1







32 DI~PAIlT D'AYOLAS POUR LE PEllOU.
quelques hostilit6s contre les Espagnols. 11 concert avec cux une
expedition militaire contre ces derniers, A laquelle les Carios pri-
rent part avec cnthousiasme. 8000 Carios bien arms descendi-
rent le fleuve avoc 300 Espagnols commands par Ayolas, pour
aller cliercher les Agazes et les battre. On arriva de nuit sur leur
territoire et attendit prudemment jusqu'au premier jour. On
tomba alors sur les habitants du village encore A moiti6 endormis
et tua tout que l'on put atteindre, jeunes et vioux. Quelques-uns,
qui s'6taient enfuis dans les fourrEs voisins, demandbrent grace
et rccurent leur pardon. Le roi avait express6ment recommand6
A tois les chefs de l'cxpedition d'6pargner ceux qui se soumet-
traient, de pardonner aux revolt6s et de ne les chAtier qu'aprcs
une troisimeo dfecction. On devait dans ce cas les condamner A
l'esclavage.
Apres cc massacre commis sans raison, simplement pour mon-
trer sa force, Ayolas revint A l'Assomption avec ses gens. II y
resta six mois tranquille, occupy A l'achevement de son installation.
I1 pensa alors A mettre a execution la mission d'ouvrir une route
vers le P6rou et s'appreta A la remplir. I1 6quipa 5 petits navires
avec 300 soldats et remonta le fleuve avec les meilleurs officers
ct de nombreux Carios en.qualitL de serviteurs. 11 descendait de
temps A autre A terre pour se procurer des vivres frais chez les
peuplades riveraines. Schmidt qui prit part A cette campagne les
nomme et comme de coutume, d6crit son voyage sans faire de
remarqucs int6ressantes. Les populations de la rive oriental,
prbs de laquelle on resta, so montrerent amicales et donnrent cc
qu'elles avaientpour contenterles Espagnols. Ontrouva (par21 "22')
une haute montagne isol6e, le Pan de Azucar actual, que l'on
baptisa du nom de Monte de San Fernando, mais que les indigines
appelaicnt Itapucu-Guazu (grande montagne). Aprs s'Utreavanc6
encore d'une faible distance (jusqu'au 21' 5 de L. S.), on fonda,
pres d'un Mlargissement en forme de lac des rives du fleuve, une
station sous le nom de Pucrte de Candelaria. Ayolas y laissa lcs
deux meilleurs navircs avec 50 homes sous le commandment
de Domingo Martinez de Irala, ivec ordre d'altendre cinq mois son








IL EST MASSACREI PAR LES INDIENS.


retour. Les trois autres navires furent d6fruits et leurs matiriaux
encore utilisables employes A l'installation de la station. Lui-meme
so mit en route vers le nord-ouest et quitta le nouveau poste le
12 fivricr 1537 avec 250 Espagnols et 300 Indiens. Schmidt resta
sous le commandement de Irala et 6chappa ainsi au dcstin do cette
lamentable expEdition, don't un seul serviteur indien revint ".
Au lieu des cinqmois prescrits, Irala attendit pendant six mois
rdvolus. Les vivrcs et les munitions commencerent alors i lui
manquer ct il sevit forc6 de retourner A l'Assomption.Il fit encore
une tentative pour avoir des nouvelles de son chef on remontant
le fleuve sur.une grande longueur. 1I demand aux populations
riveraines des nouvelles des Espagnols; mais personnel ne sut ou
ne voulut lui en donner. Enfin, au point le plus 6loign6 de son
voyage, il laissa une inscription commemorative de sa venue et
retourna sur ses pas. La nouvelle station de Candelaria fut aban-
donnde. Los Indiens de la contrie n'avaient voulu nouer aucune
relation amicale; leur caract6ro 6tait loin d'etre aussi traitable et
conciliant que celui des Carios de I'Assomption. On savait qu'on
se referait promptement chez coux-ci des privations du voyage.
Tandis qu'hlala attendait i Puerto de Candelaria le retour
d'Ayolas, Juan Salazar y arriva avec doux navires encore assez t6t
apris le depart d'Ayolas pour lui transmettre la nouvelle de sa
nomination au post de capitaine g6n6ral de l'expedition par
l'Adelantado, du retour en Europe de ce dernier, ainsi que les
instructions secretes et autres ordrcs. Sur I'ordre do Mendoza,
Salazar, ainsi quo nous le savons (p. 27), 6tait parti de Buenos-
Ayresavec Gonzalo de Mendoza et avait inspect toutes les stations
sir son chemin jusqu'h l'Assomption. II laissa ici Gonzalo de
Mendoza et continue seul son voyage pour aller trouver Ayolas.
II ne rencontra plus qu'Irala dans 1e port de Candelaria, lui remit
ses ordres et papers et revint at 'Assomption pour y d6lib6rer
avec les autres officers. Ici, il fut frappd de l'existence agrdable
des Espagnols, qui contrastait avec les mis6res de Buenos-Ayres,
comme le purgatoire avec le paradise. 11 so fit un devoir d'en in-
former ses compagnons de misere de Buenos-Ayres. Il remit le
REP. ARG. 3








34 Fit. It. GALAN VIENT A L'ASSOMPTION.
commandment des trotipes de i'Assomption a Gonzalo de Mon-
doza et prit le chemin de l'embouchure do la Plata afin de trans-
mettre ces informations au juge Franz Ruiz Galan. Celui-ci avait
Wt6 nommn commandant de la station de Buenos-Ayres par
l'Adelantado avant son depart, ct en cas de mort d'Ayolas dovait
lui succ6der.
La description que Salazar ct ses soldats fircnt de la vio dcs
Espagnols au Paraguay part si all6chante A tous ceux de Buenos-
Ayres, que Ruiz Galan se d6cida A y partir. 11 d6signa Juan Orlega
pour le remplacer, quitta la station do 1'cmbouchure de la Plata
et arriva A l'Assomption avant qu'lrala fitt encore revenue do
son s6jour A Puerto de Candelaria. Galan, se consid6rant comme
investi par l'Adelantado de l'hdritage d'Ayolas, lo recut comme
son subordonn6. Mais Irala refusa d'obtir, affirmant quo la mort
d'Ayolas devait d'abord 6tre d6montr6e avant qu'il ptt devenir
capitaine g6n6ral. Galan le fit enchainer et traiter comme rebclle.
Les murmures dos officers et des soldats a la vue de co traitement
d6tcrminerent Galan,. qui 6tait peu aim6, A remettro Irala on li-
bcrt6 avec la condition de retourner A Puerto de Candelaria pour
y attendre de nouveau Ayolas 4. Ainsi fut fait, ct cc fut pendant
cc second s6jour qu'il recut la nouvelle certain de la mort d'Ayolas
par e1 retour do son serviteur A la station.
Galan rcconnut hientit qu'il lui serait difficile de prondre uno
position solide A l'Assomption. II se d6cida done a retourner A
Buenos-Ayres pour y attended les secours qui, solon touted vrai-
semblance, arriveraient prochainement d'Europe, si cela n'6tait
d6jA fait. En passant la station de Corpus Christi chez les Timbos,
it n'y trouva plus les Espagnols et les Indions dans leurs bonnes
relations d'autrefois. Sur les suggestions de son greffier Pedro
Fernandez et d'un pretre Juan Pabon, le capitaine Alvarado, com-
mandant du fort, avait mis A mort le Cacique etcaus6 un soulAvc-
ment g6n6ral des Indiens. Galan ommena les coupables avec lui
a Buenos-Ayres, changca la garrison ct donna le commandment
de l'6tablissement a Antonio de Mendoza. Mais les Indiens ne
montrerent plus le meme empressement amical et commencerent








IALA, EST EIU GOUVERNEUlI. 35
des machinations hostiles. Un Cacique so pr6scnta come un
transfuge qui abandonnait ses compatriots et demandaa e trerccu
dans lc fort avec sa famille. En r'alit& c'6tait un cspion. Lcs In-
diens bloquercnt Ie fort ct Antonio de Mendoza ayant succomb6
dans unc sortie, les survivants abandonnerent l'dtablissement sur
deux navires qui leur 6taient venus de Buenos-Ayres. Les Timbos
d6truisirent tout sans tarder .
Quelque temps apris Ic depart de Galan de 1'Assomption, Irala
y rentra avec la nouvclle certain do la mort d'Ayolas ot de ses
compagnons. La colonic, ainsi que nous l'avons vu plus haut,
ltait gouvernde par Gonzalo de Mondoza, a qui Galan avait remis
ses pleins pouvoirs. Lorsque la mort d'Ayolas fut connue, la colonic
no so consid6ra plus come oblige d'oblir aux ordres de Galan.
On convoqua une assemble g6nrale des officers et des soldats,
ct le 15 aofit 4538 on Mlut comme commandant sup6ricur Domingo
Martinez Irala. Celui-ci accept la nouvelle function et se d6cida
A se rendre A Buenos-Ayres pour y aller chercher tous les autres
Espagnols ct donner A son autorit6 une confirmation indispensable
en la faisant reconnaitre de tous. I1 se mit en route sur quatre bri-
gantins avec 200 soldats, parmi lsquels so trouvait Schmidt, etar-
riva A Corpus Christi avant que le complot dos Indiens eot encore
MclatW. 1 rccommanda au nouveau chef, Antonio de Mendoza, de
so conduire avec la plus grande douceur, pour gagner la con-
fiance dos Indiens, lui laissa quclques-uns do ses hommcs, parmi
lesquels Schmidt, et continue son voyage vers Buenos-Ayres.
Mais le coup domain pr6midit6 fut mis A execution bient6t apris
et amena la catastrophe don't nous avons dit quclques mots dans
les pages prec6dentes '
Lorsqu'Irala arriva A Buenos-Ayres avec ses compagnons, ii y
trouva tout dans le plus triste 6tat. Les Espagnols 6taient tenus
dans un veritable blocus, soit par des bandes d'Indiens, soit par
des betes f6roces, de grands felins, qu'ils appelaient des tigres
(Felis onca) et qui les empechaient do sortir du camp pendant la
nuit. 11 fallait la protection des soldats pour vaqucr aux occupa-
tions les plus journaliros. Tout le monde 6tait si affaibli et








36 ARRIVE DE NOUVEAUX EMIGRANTS.
6puis6 par le manque de bons vivres, qu'on avait A pine la force
de se ravitailler.
Quelques jours apres l'entree A Buenos-Ayres des arrivants de
Corpus Christi, on apprit qu'Alonzo de Cabrera, un des quelques
Espagnols survivants, qui avaient accompagn6 Mendoza A son
retour, venait d'aborder a Sa-Catharina avec deux grands navircs
richement charges ct destin6s A Bucnos-Ayres ". Ony expedia sur-
le-champ un navire, sous la conduit de Gonzalo de Mendoza,
pour presser l'arriv6e des secours. Ils arriverent cnfin, et deux
cents nouveaux migrants qui d6barquerent relev6rent beaucoup le
courage des habitants de Buenos-Ayres. Avant que les approvi-
sionnements fussent consommes, on tint une assemble g6n6-
rale dans laquelle il fut d6cid6 presque a l'unanimit6 qu'il fallait
suivre les propositions d'Irala, abandonner l'Ftablisscment du
Rio de la Plata et 6migrer hu Paraguay avec le materiel de guerre
et tout cc que l'on pourrait importer. On mit ceci A execution
vers la fin de 1'ann6e 4538.
Lorsque tous les Espagnols furent r6unis A l'Assomption, un
conflict s'eleva bient6t sur la question de savoir auquel des offi-
ciers sup6ricurs, qui pr6tendaient A la supr6matic, clle devait
revenir r6gulierement. Irala avait Wte elu gouverneur de la colo-
nic a l'Assomption, mais il n'avait repu aucune investiture de la
seule personnel qui put lui donner l'autorit6 superieure, 1'Ade-
lantado D. Pedro de Mendoza. I1 avait simplement et6 d6sign6
par Ayolas pour le remplacer, tandis que le juge Franz Ruiz
Galan avait W6t institu6 gouverneur de Buenos-Ayres par l'Adc-
lantado lui-meme. Les troupes du fort Corpus Christi kfusaient
d'ob6ir A eelui-ci, parce qu'Ayolas seul avait 6et leur chef su-
preme. Quelques-uns des soldats do l'expedition de Cabot reve-
nus du Brisil avec Alonzo de Cabrera voulaient se ranger sous les
ordres d'Irala. Les officers sup6rieurs de chacun de cos parties
pr6tendaient au posted de capitaine general. Comme ces discus-
sions menapaient de devenir serieuses, Cabrera fit connaitre un
edit royal du 12 septembre 4537 A Valladolid, dans lequcl on
conferait A la colonies, en cas de mort du chef nomme par Pedro







ADMINISTRATION D'IRALA.


de Mendoza, le droit de se choisir elle-meme uin gouverneur. Ce
cas 6tant r6alis6 depuis longtemps, d'un accord unanime on fit
usage du droit accord, ct A la majority on Blut Domingo Martinez
Irala. C'Utait l'officier le plus aim6 des soldats et beaucoup, sinon
tous, le reconnaissaient comme le plus capable. La premiere
election d'Irala du 15 aofit 1538 se trouva done confirmed.
Le premier acte du nouveau gouverneur fut une revue g6n6-
rale des hommes encore existants. II s'en trouva A peine six cents
de compl6tement valides. Plus do trois mille avaient d6ja trouv6
la mort sur les rives du Rio de la Plata et de ses affluents, en y
comprenant les premieres expeditions et les derniers arrivages.
Son autorit6 bien reconnue, Irala s'occupa de la foundation
d'une ville et de la construction des edifices publics les plus in-
dispensables. Jusque-lI la ville de l'Assomption n'6tait compose
que de la maison fortifiEe et des baraques dispersees A l'cntour.
On traca des rues et des places publiques on commcnca la con-
struction d'une 6glise et d'une maison de ville (cabildo). Les
officers sup6rieurs recurent des lots de terre pour les engager a
y construire des maisons. Irala donna le bon example, et en qua-
lit6 de gouverneur il entreprit pour lui la construction d'une
grande et riche maison. Les autres officers l'imiterent A l'envi.
On voit encore aujourd'hui quelques-unes de ces vicilles maisons
solidement construites et qui ont dur6 depuis les premiers jours
de l'Assomption. Les Indiens aidbrent beaucoup les ouvriers
espagnols dans tous ces travaux. Comme ils n'6taient pas tris-
fatigants ils remplirent leur tache avec zble et souvent mbme
avec dext6rit6. 1I fallut bient6t aussi s'occuper des besoins de la
religion, car Cabrera avait, sur l'ordre expres de Charles-Quint,
cmmen6 avec lui quelques moines franciscains qui dcvaient en-
seigner la religion chr6tienne aux Indiens5s. Aid6 par eux, Irala
institua des 6coles pour les indigines, plus particuli6remont pour
ceux qui 6taient issues du commerce des Espagnols avec les
femmes indiennes. D'apris les lois coloniales, ces enfants 6taient
hommes libres etjouissaient des mimes droits que les Espagnols
de sang pur. Ils ne parlaient gubre cependant que la langue de








38 UNIONS DES ESPAGNOLS AVEC LES INDIGENES,
leurs mares, Ie guarani, qui devint la languc des 6coles et bien-
tbt aussi la langue vulgaire des gens du people. Elle s'est conser-
v6e ainsi jusqu'A nos jours. Ce fut seulement en 1872 quc le
gouvernement 61u aprcs la chute du dictateur Lopez, interdit la
langue guarani dans les 6coles. L'union des Espagnols avec les
femmes indiennes donna A ces derniBrcs une grande influence,
non-seulement sur les Espagnols, mais encore sur leurs proprcs
compatriotes, qui se consid6raient comme honors par cos allian-
ces. Peu A peu il s'6tablit une sorte de regime patriarcal entire
les Europ6ens ct les Indiens, qui reconnurent que I'homme blanc
est sup6rieur a I'homme brun et est pour ainsi dire pr6destin6
par la nature A la domination.
Malgr6 ces relations paisibles, l'ancienne haine centre les
Espagnols resta enracinde chez une grande parties des Indiens..
Ils voyaient avec irritation leur domination s'6tendre dans le pays
et'se promettaient en silence de s'en ddlivrer lors d'une occasion
favorable. Beaucoup de families indiennes, qui n'avaient nou6
aucune alliance avec les Espagnols, se retirerent dans les countries
les plus 6loign6es A l'interieur et men6rent, suivant les anciens
usages, une existence ind6pendante dans les forts don't le pays
6tait couvert. D'autres, qui avaient d6ji reou le bapteme et s'6-
taient laiss6 convertir au christianisme, soit par force, soit par
indifference naturelle, formerent des communaut6s dans le voi-
sinage des Espagnols, des villages appelds Reductions, avec des
chefs pris parmi eux. C'est ainsi qu'apr6sla conquete de Lambare
le village indien Yta fut fond6 par les survivants dans le voisinage
de l'ancien fort et que des communaut6s chr6tiennes se grouperent
autour de l'Assomption. Des relations secretes existaient entire
toutes ces communauts ; elles s'6tendaient jusqu't l'int6rieur, en
sorte que les tribus sauvages 6taient instruites de ce qui se pas-
sait chez les Espagnols. Lorsque Irala, voulant tenir en haleine
ses soldats et ttendre les limits de sa domination sur les indige-
nes, entreprit une expedition contre les Yaperis fix6s loin de 15,
pour les chatier de la part qu'ils avaient di prendre au d6sastre
d'Ayolas, et emmena avec lui loin de l'Assomption une grande







COMPLOT DES INDIENS. 39
parties des Espagnols, les Indions pensbrent A se soulever. Mais le
soulivement rest A l'Ntat de project. Les Yaperis 6tant d'anciens
ennemis des Carios, ceux-ci preterent leur concours A l'exp6di-
tion, qui ne servit qu'A accroitre la puissance des Espagnols. En
march on visit plusieurs tribus amies, les Ibitirucuys, les Tibi-
cuaris et les Modos, afin de leur prouver par les yeux la puissance
cspagnole. Ces tribus de la grande famille Guarani 6taient juste-
ment cells qui pensaient a la r6volte. Elles comprirent que le
temps n'6tait pas encore venu.
Une demi-ann6e s'6coula encore jusqu'A cc que ce moment ffit
arrive. Les Indiens attendirent que l'effet de l'exp6dition se fit
effac6, bien que leur assujettissement ne fit que s'accroitre et
qu'ils eussent A supporter des traitements tres-durs de ces rudes
soldats espagnols, qui s'abandonnaient au plaisir d'exercer leurs
caprices tyranniques. Ils se vengeaient ainsi sur les Indiens de la
rigoureuse subordination dans laquelle eux-memes 6taient tenus
par leurs chefs, et assez souvent les pauvres Indiens 6taient obli-
g6s d'avoir recourse A ces derniers. Les fetes de PAques 1539 arri-
v6rent et les Carios voulurent en profiter pour mcttre a execution
leurs plans. Is se trouverent A l'Assomption au nombre d'environ
huit mille hommes, sous le pr6texte de prendre part a la fete. Le
complot devait ktre mis A execution dans la nuit du vendredi
saint. IIeureusement le plan fut d6couvert quelques heures avant
le moment fix6 par une Indienne, fille d'un Cacique, qui vivait
dans la maison du capitaine Juan Salazar et A laquelle un jeune
Indien portait une grande affection. II la conjura de s'enfuir avec
lui. Comme elle lui en demandait avec instance la raison, il lui
raconta le secret. Elle lui promit d'ob6ir le soir A son d6sir,
mais se rendit sur-le-champ aupris de son maitre et lui commu-
niqua ce qu'elle avait appris. Celui-ci en fit part aussit6t au gou-
verneur; on battit le rappel g6n6ral et en une demi-heure les
chefs de la conjuration furent arrct6s 5'. Convaincus de leur
crime, on les pendit A l'heure mEme oib le complot devait
6clater.
Cette conduite fit une profonde impression sur les Indiens. Ils







FUSION DES RACES.


ne pouvaient comprendre comment leur secret avait 6tW connu
des Espagnols et admirent que les blancs 6taient en possession
de pouvoirs surnaturels qui leur permettaient de voirjusque
dans le cccur de leurs ennemis. Ils se firent surtout une idWe
exalt6e.de l'intelligence et de la justice du gouverneur, ct apartir
de ce moment ob6irent volontiers A ses ordres. AprBs ces Mv6ne-
ments ils montrerent encore plus d'empressement a donner leurs
sours et leurs filles aux Espagnols, et se considererent comme
allies avec eux, lorsque l'usage fut 6tabli de designer ces relations
de famille par le nom de beau-frere (cunado). Cette soumission
est un trait dominant du caractere des Carios et il se manifesto
encore plus fortement chez les femmes que chez les homes. 11
se fit ainsi peu A peu une fusion complete entire les basses classes
de la colonies, fusion qui ne fit que tendre A se reserrer de plus en
plus A measure que les nombreux m6tis, qui en resulterent, de-
vinrent plus Ag6s. Les officers efix-memes et les hauts fonction-
naires, en 1'absence d'autres femmes, se virent contraints A des
unions de cette sorte. Comme le gouverneur lui-meme en donna
le bon (?) example 51, le melange des races fut bient6t si g6enral
qu'on n'en connut et n'en distingua pas d'autre.
Ce rapport entire les blancs et les gens de couleur s'est con-
serve le meme jusqu'A nos jours et a donn6 aux quelques families
blanches de sang pur une preponderance considerable au Para-
guay. Elle s'est manifest6e dans l'oppression inouie du pays par
des individus tels que Franzia et les membres de la 'amille Lopez.
Aucune autre colonies espagnole de l'Amerique meridionale n'est
devenue, comme le Paraguay, aussi compl6tement la propri6t6
d'un seul homme. La derniere guerre centre le jeune Lopez, qui
pensait s6rieusement A fonder dans sa famille une dynastic her6-
ditaire, a encore prouv6 asscz clairement la soumission du people
envers ses chefs. Ses soldats allaient au combat pour lui avec un
vrai m6pris de la mort, et bien que chaque jour et presqu'h cha-
que heure, ils fussent temoins des explosions de sa fircur sau-
vage, centre laquelle sa sceur elle-meme et sa mere n'6taient pas
en siretd ils ne l'abandonn6rent pas, mais l'accompagnerent jus-







ALVARO NUNEZ CABEZA DE VACA. 41
qu'A la fin, lorsque depuis longtemps dejh tout espoir de success
6tait perdu. Do la vient que les serviteurs paraguayens jouissent
de la meilleure reputation. Les homes sont tres-estim6s comme
palefreniers, chasseurs et mergers. Ils se contcntent de peu et
travaillent plus qu'un Europ6en dans le meme emploi. On vante
chez les femmes une certain grace naturelle et un abandon de
leur personnel a celui A qui elles se sont donnies, qui va jusqu'h
leur faire supporter l'oubli du c6t6 de l'liomme et les tient atta-
ch6cs A leur affection aussi longtemps que possible.


V
ALVARO NUNEZ CABEZA DE VACA DEVIENT GOUVERNEUR
DU PARAGUAY. 1540-1544.

Durant que ces v6nnements se passaient au Rio dc la Plata et
au Rio Paraguay, on vit reparaltre en Espagne un homme que
l'on croyait disparu depuis longtemps ct don't les ventures d6-
passaient tout ce que les Espagnols avaient encore connu dans
leur.- expeditions on Am6rique. II pr6tendit avoir droit A des
secours de 1'Ftat, et comme on reconnut la l6gitimit6 de ses pr6-
tentions, on lui donna le gouvernement vacant de la nouvelle
colonie au Paraguay, parce que dans le r6cit de ses aventures il
avait prouv6 qu'il connaissait les Indiens. Cet usage de l'adminis-
tration d'cnvoyer dans les colonies 6loignees des individus aux-
quels on voulait du bien, ou que l'on d6sirait 6loigner pour se
d6barrasser de leurs r6clamations, sans s'inqui6ter des besoins
r~els de la colonies et des droits des ancicns venus, amena ici,
comme cela 6tait d6jA arrive par l'envoi de Pedraria A Castilla de
Oro, de nombreuses difficultEs ot finit par la ruine de l'autoriti
de la couronne.
Cet homme 6tait Alvaro Nufiez Cabeza de Vaca, appcl6 ainsi
d'aprcs la famille de sa mre. I1 etaitnd A- Xeres de la Frontrera et
descendait de D. Pedro de Vera, qui avait d6couvcrt les lies
Canaries pour la couronne d'Espagne. En recompense, on lui en







.42 DEPAIRT DE CABEZA DE VACA.
donna lc government. Ily d6pensa tout son avoir et se vit force,
lorsqu'il revint de son post, de laisser ses deux fils en gage a ses
cr6anciors. Le gouverhement ne libEra qu'assez tard les enfants
sur les instances du prre qui demeura longtemps en prison pour
dettes. Notre Alvaro Nuiiez 6tait fils de l'ainW. Comme son
grand-p6re, enflammi6 d'ardeur pour les expeditions maritimes,
il accompagna avoc le titre de payeur Panfilo de Narvaez, dans son
voyage A la Floride, .5 la conquete de ce pays, au nom duquel so
rattachaient des traditions fabuleuse. Mais il tomba, avec le reste
de cette malheureuse expedition, entire les mains des Indiens,
qui n'accordbrent la vie qu'A lui et A trois autres personnel,
parmi lesquels son domestique noir. Alvaro Nufiez sut, princi-
palement par ses connaissances m6dicales, si bien se faire respec-
ter de ces Indiens, qu'ils en firentleur Cacique et lui laissbrent la
pleine liberty de ses movements. I1 fonda la-dessus son plan
pour 6chapper A cette prison princiere. Accompagn6 de deux
serviteurs, il partit a pied vers 1'ouest, et apres mille difficult6s
il arriva A Mexico, d'od il revint en Espagne. Dix annecs entiercs
s'6taient 6coulees pendant sa captivity chez les Indiens et son
p6rilleux voyage.
En Espagne, il apprit l'issue de 1'exp6dition de Mendoza, don't
los tristes details venaient d'etre confirms par Philippe de
Caceres. II so presenta pour y tenter uno nouvelle entreprise A
ses frais si la couronne voulait le laisser partir aux mcmes condi-
tions stipul6es avec D. Pedro de Mendoza. On accept ses offres ct
nomma Alvaro Nufiez Cabeza de Vaca Adelantado de l'exp6dition
et gouverneur de la colonies.
Les pr6paratifs de toute sort qu'une entreprise de cotte nature
exigeait, surtout A cotte 6poque, retarderent le depart jusqu'au
2 novembre 1540. A cotte date, cinq navires avcc quatre cents
homes et quarante-cinq chevaux sortiront du port de S. Lucar.
On visit les Canaries toucha aux miles du cap Vert et, retard
par les calmes plats de la zone 6quatoriale, on arriva assez tard
au Brisil, dans le voisinage du cap Augustin (70 de L. S.). De la
on continue la route le long de la cote jusqu'A Sa Catharina (280







IL PREND LA ROUTE .DE TERRE. 43
de L. S.), oA l'on arriva A la fin do mars. Le manque de provisions
obligea l'Adelantado A y dcmeurer iongtemps, et ildut mem en-
voyer deux navires chercher des vivres dans les environs, parce
qu'il n'en existait pas suffisamment dans l'ile. Mais les deux na-
vires furent jets A la cbte par une tempkte et 1'cquipage put A
peine so sauver sur les canots. Cotte circonstance d6cida Alvaro
Nuinez A abandonner son voyage au Rio de la Plata par mer ot A
s'y rendre par terre avec les plus dispos de ses hommes. C'6tait
un veritable coup d'audace, qui ne pouvait naltre que dans la
cervelle d'un aventurier do son espEce. Son premier voyage A
pied accompli seul lui faisait paraitre pen difficile A traverser
cette 6tendne, en apparence tres-courte et seulement de 8 degr6s
de longitude. 11 commenca par passer en revue son personnel
et trouva un total de sept cents individus, y compris les 6qui-
pages des navires, plusieurs femmes ct enfants. II les divisa en
deux troupes et envoya au Rio de la Plata les trois navires avec
leurs 6quipages, les femmes, les enfants et les soldals les moins
robustes, sons la conduite de Philippe de Caceres. Avec doux
cent cinquante hommes 6prouv6s ct vingt chevaux, il so mit en
march A travers le pays vers le Paraguay, un an apres son de-
part d'Europe le 2 novembre 1541. Ses apprAts furent executes
avec beaucoup de prudence et de connaissance des bosoins de la
vie indienne. II ordonna d'emporter une forge portative, invita
chaque soldat A se charger, en outre de son materiel, de quatre
livrcs de for brut, pour en faire des points de fliche et de lance
destinies aux Indiens. On esp6rait obtenir ainsi des vivres en
change de ces ustensiles, don't les sauvages, enfants des forts,
ont toujours besoin.
Parmi les hommes qui accompagnerent i'Adelantado dans ce
voyage, se trouvait Alonzo Riquelme dde Guzman, p&re de l'his-
lorion que nous avons dejA mentionn6. Dans son Historia Argen-
tina, le fils nomme environ trente personnel de families distin-
gu6es, qui prirent part A l'exp6dition et don't plusieurs jouerent
un r6le important 5. Mais le principal r6le dans le voyage appar-
tient A deux Espagnols, anciens compagnons de l'exp6dition de







44 MARCIIE A. TRAVERS LE BRESIL.
D. Pedro de Mendoza. Ils avaient dC s'enfuir secretement de la
colonies de Buenos-Ayres, parce qu'A 1'6poque de la famine ils
avaient mange un camarade mort. Ces deux hommes connais-
saientla langue desIndiens etsavaient par leur propre experience
qu'il fallait pen computer sur le Rio de la Plata. Leurs rccits confir-
mirent encore l'Adelantado dans son project de voyage par terre.
Alvaro Nunez envoya A terre son facteur, Pedro de Orantes, et
quelques hommes afin de reconnaltre la meilleure voice a suivre.
11 revint avec la nouvelle que les Indiens situ6s au nord-ouest
6taient de mceurs paisibles et ne s'opposeraient pas a la march.
L'Adelantado se mit enfin en route le jour anniversaire de son
depart d'Europe, 2 novembre 1544. Afin de transporter une
parties des bagages en cannot, il remonta la valley du Rio Ita-
pucu. Au bout de dix-neufjours, on atteignit le pied de la chain
de montagnes du littoral qui spare les terres intlrieures de la
zone maritime 6troite et couverte de forts. Les grandes forces
des pentes et les gorges r6tr6cies des ruisseaux qui en descendent
oppos6rent de grandes difficulties. Cependant, on atteignit au bout
de dix jours la crate des hauteurs et l'on se trouva sur des pentes
douces inclinees A l'ouest, appel6es La Tatua. Elles se rattachent
A la valley du Rio Iguazu ou Curitiba, qui est le dernier grand af-
fluent du Rio ParanA dans cette contree. On arriva en cet endroit
le 2 d6cembre. Les Indiens de cette contr6e, don't on rencontrait
les villages de temps en temps, se montrbrent hospitaliers. Ils
apportaient pour les changer des aliments, des fruits, des 16-
gumes et des volailles.
La vue des chevaux des Espagnols leur causa une grande sur-
prise, parce qu'ils n'avaient jamais vu d'animaux d'aussi grande
taille. Ils leur offrirent aussi des volailles A manger, mais comme
les chevaux les d6daign6rent, tandis qu'ils d6voraient avidement
le mais, les Indiens se moqu6rent de leur sottise. Alvaro Nufiez,
apris avoir constat6 que ces contr6es n'avaient jamais ('te foul6es
par un pied europeen en prit possession pour la couronne
d'Espagne avec les formalit6s accoutum6es et baptisa le pays du
nom de sa famille, Vera.








DIFFICULTIES 1)U VOYAGE.


Apris un voyage de quatorze jours a travers ces contres, l'ex-
p6dition attoignit le rivage du Rio Iguazu. On en descendit le
course et fut oblige do le traverser trois fois. D'aprEs les obser-
vations des pilots qui faisaient parties de l'exp6dition, on se
trouva le 24 dccmbre 1541 par 950 30' de L. S. 54. Ce jour-l, on
rencontra un Indien baptis6 du Paraguay et on le prit pour guide.
Apres six jours de march, l'exp6dition arriva au Rio Atibahiba,
oi I'on trouva des Indiens qui parlaient le Guarani, langue des
indigenes du Paraguay. On restaplusieurs jours chez eux et l'on s'en
fit promptement des amis avec les points de lance et de fliche de
fer. La route mena de la au Rio Ubuy, autre affluent du Curitiba.
Pendant cette parties du trajet 1'expedition traversa do grandes
forts dans lesquelles croissait la conifere du Br6sil (Araucaria
brasiliensis), don't les soldats mangbrent les graines. La dernicre
parties du voyage qui vint ensuite ful d'autant plus difficile qu'on
traverse une contree maricageuse plant6e de grands bambous
tres-touffus (Tacuari), parmi lesquels on ne put qu'A grand'peine
se frayer une route. 11 n'existait plus de villages, les vivres se
trouv6rentbientt 6puis6s. Avec la faim ils eurent encore a souffrir
d'essaims innombrables de moustiques. Its se nourrirent de
grosses larves"5 do la longueur d'un doigt, qui vivaient dans les
debris de bambous tombs A terre, .d'oiseaux, surtout de perro-
quets, et de poissons pris dans le flouve. Enfin, le convoi atteignit
le Rio Pequiri, le 14 janvier '1542, oi l'on trouva de nouveau des
villages indiens, dans lesquels ils se refirent de leurs misbres.
Le 31 janvier, l'exp6dition traversa le fleuve, et aprcs une march
peu longue arriva de nouveau sur les rives du Rio Iguazu ou
Curitiba. On y trouva de nombreux canots ct un village indien.
Alvaro Nufiez y embarqua les plus fatigues de ses hommes; mais
les cascades qui barrent la dernibre parties du course de cette ri-
vibre l'arreterent. II fallut tirer les canots A terre et les remettre
Sl'eau au-dessous des chutes. L'Adelantado lui-meme rest a terre
ot suivit la rivibre jusqu'l son embouchure dans le Parana, que
l'on atteignit vingt jours apres le passage du Pequiri.
Les Indiens de l'embouchuro parurent d'abord vouloir se mon-








46 \AlRIVE E AU PARAGUAY.
trer hostiles. lais des qu'on cut fait quelques presents aux Ca-
ciques, ils devinrent tris-empress6s venir n aide auxEspagnols.
Ils leur aidcrcnt A traverser le fleuve et pretlrent des canots pour
embarquer les hommes les plus fatigues qui, sous la conduit do
Nuflo de Chaves, durent deseendre le Paranat pour remonter en-
suite le Paraguay et arriver a l'Assomption sans plus de fatigues.
Lo passage diflicile du Parana se fit assez licureusement avcc la
perte d'un seul homme le seul de tout le voyage. Au delh, on
remonta le course du Rio Monday ct l'on atteignit la ligne de s6pa-
ration des caux du Parana ct du Paraguay, la Sierra Ibiticuru,
don't les forces 6paisses opposErcnt encore quelques difficulties
A la marcle. Au delA, on rencontra les premiers Indiens sachant
l'cspagnol. D'apris Guzman, ils accuillirent les voyageurs avec
des manifestations de plaisir. Ils accompagnArent la troupe jus-
qu'au village d'Arecay, ofi l'Adelantado fit halte et d6pecha un
message A l'Assomption pour y annoncer son arrive. Irala lui
cnvoya sur-le-champ des compliments par les capitaines Juan do
Ortega, Alonzo Cabrera et Juan Salazar, qui durent reconnaltre
l'autorit6 du nouvel Adelantado. Celui-ci les recut amicalement
et les renvoya biontBt A l'Assomption pour y preparer son arri-
v6e. Domingo Irala, accompagne des principaux de la ville, s'avanca
A la rencontre du nouveau gouverneur, ct Ie 11 mars 1542, A neuf
heures du martin, au milieu des acclamations do la population, il
introduisit Alvaro Nufiez Cabeza de Yaca dans la capital do son
gouvernement 56
Ce difficile voyage s'acheva done d'une faCon assez heurcuse
et avec des pertes insignifiantes 5'. Mais cc bon d6but no fut nul-
lemcntle commencement d'un avenir aussi favorable pour l'Ade-
lantado. Bient6t apparurent A l'horizon de gros nuages qui peu a
peu s'entasserent sur sa tito et bient6t obscurcirent completement
le ciel brilliant de sa destinee, ainsi que nous le verrons par la suite
du recit.
Le premier soin du nouveau gouverneur fut de fire reconnaitre
son autorit6. Dans ce but, il fit venir tousles officicrs de la colonic,
leur pr6scnta lc brevet royal at tous les autres documents concor-








EXPEDITION D'IIALA AU NOIU-OIUEST.


nant sa nomination, lour fit prkter sermont do fid6litd, Ics chargca
d'cn informer leurs troupes et d'obtenir leur acquiescement. Aus-
sit6t apris cet acte solonncl, il ordonna A Diego de Abreu de des-
cendre le fleuve pour allcr recevoir les homes envoys par
navires h Buenos-Ayres ct eIs conduire al'Assomption. Abreu ren-
contra les naviros dans le voisinage de Corricntes actual, mais cn
assez triste 6tat. Los equipages avaient souffert de la disette,
6taient amaigris et on partic maladies. On so hilta d'attoindre
1'Assomption pour s'y r6parer le plus t6t possible. Le chef du dd-
tachement, le regidor (*) Philipp de Cacercs, cut une altercation
avcc le gouverneur, trcs-irrit6 en voyant to mauvais dtat des arri-
vants. Alvaro Nuiiez refusa de le reconnaltre comme regidor,
parce qu'il ne put presenter sa patented royale, pr6tcndant l'avoir
perdue en route. Lorsquc les hommes furent debarqu6s et sc
furcnt repos6s pendant quelques jours, le gouverneur command
une revue g6n6rale dans laquelle l'effectif s'6lova h huit cents
hommes, d'apres Schmidt (4,800 d'apr6s Guzman). Apres la re-
vue, il confirm tous les officers dans leur grade et nomma
Domingo Martinez Irala son Maestro do campo, c'cst-h-dire com-
mandant sup6rieur des troupes.
Le nouveau gouverneur pr6para cnsuite uno expedition pour
remonter le fleuvc. Comme D. Pedro de Mendoza, il donna comme
instruction d'ouvrir une route directed avec Ic Pdrou. II en remit
1'cxcution A Irala, lui donna trois brigantins et quatro-vingts
soldats, auxquels Irala ajouta huit cents Guaranis du village
d'Ypane parmi lesquels se trouvait leur cacique Aracar6. Irala
s'avanga jusqu'A un endroit appele alors las Piedras partitas, au-
jourd'hui Peiias hcrmosas, par 22 2/1', et y fit halted. De ce point
il envoya les Indiens, sons la conduite do leur cacique a l'ouest
dans les terres, afin d'explorer la contr6e, pendant que lui-mmec
continuait A remonter le fleuve avec ses Espagnols. D'apres lcs
indications d'Azara (Hist. d. Paraguay, II, 79), il dut s'avancer
jusqu'au Puerto de los Reyes, par 47o 75' de L. S., c'est-a-dire

(') En espagnol regidor signifie litt6ralcuent :'i.;1. ll; mais ddisignt
habittiellemcilt tll magistrate qui occupe une chlai'ge au noin du roi.








48 REVOLTE DES INDIENS.
jusqu'aux grands markcages de Xarayes, dans Ie Matto Grosso ac-
tuel, A la limited de la Bolivie. De cc point, il p6n6tra A quatrejours
de march A l'int6rieur avec ses hommes et regut IA, par un mes-
sager envoy par le gouverneur, l'ordre de fair pendre le cacique
Aracar6 pour avoir rebrouss6 chemin avec ses gens, par crainte
des peuplades enemies de l'int@rieur. Irala revint sur-le-champ
pour ob6ir A cet ordre, Ie mit A execution et se rcndit A l'Assomp-
tion, oui un grand incendie avait r6duit plusieurs maisons en
cendres (3 f6vrier 1543). Les seules informations qu'il rapportait
au gouverneur so bornaient A la connaissance de l'existence do
plusieurs grandes peuplades, don't il faudrait traverser le terri-
toire avec des dangers continues pour communiquer avec le
P6rou.
Ces nouvelles persuad6rent Alvaro Nufiez qu'il devait se mettre
lui-m6me en route, s'il voulait reussir quelque chose dans cette
entreprise. II ordonna de preparer une second expedition com-
posse de neuf brigantins. Gonzalo de Mendoza et Antonio de
Cabrera regurent ordre de partir en avant avec trois brigantins.
Ils devaient faire apporter par les Indiens de grandes provisions
de vivres au point oi l'exp6dition commencerait son voyage par
terre, ce qui permettrait de s'avancer sans retards. Mais l'entre-
prise fut retarded par un soulvement general des Indiens
d'Ypan6, Garambard et AtyrA, que l'execution du cacique Aracare
avait fortement irrit6s. Le gouverneur fut contraint d'envoyer
Irala pour 6touffer la r6volte en faisant rentrer dans l'ob6issance
le pare du pendu, nomm6 Tambar6, et de chAtier les Indiens don't
le project avait Wte d'attaquer, apris le depart du gouvernour, la
ville de 1'Assomption de tous c6tes et de l'an6antir. Ileureusement
le complot avait encore Wt6 d6nonc6 A l'avance. Irala ex6cuta cet
ordre avec succ6s; il livra une bataille sanglante aux Indiens e1
24 juillet 1543, dans laquelle il perdit seize hommes et forca
Tambare A demander grace en faisant une complete soumission
aux Espagnols.
Apres cette affaire, le gouverneur reprit son project de voyage
et se mit en route le 8 septembre. 1 partit A la tate de cinq cents








CAUEZA DE VACA SE MET EN ROUTE. 49
Espagnols et deux mille Indiens months sur dix brigantins.et
centvingt canots. Juan Salazar, qui avait gagn6 touted sa confiance,
fut laiss6 i la tWte des trois cents restants. On attaqua d'abord,
dans le voisinage de l'ancien havre de Candelaria, les Payaguas
sur la rive occidentale du fleuve. Ils firent peu de resistance et
s'enfuirent dans les forts. En continuant de remonter le fleuve,
on arriva bientot chez la grande nation des Guasarap6s, qui occu-
paient, sous le 20 de L. S., un territoire de 120 lieues et ensuite
dans la Bolivie actuelle, chez les Saracosis ou Jarais qui poss6-
d4aientla region de Puerto de los Reyes (A peu pris sous le 18 de
L. S.). Ils marchaient nus et les femmes portaient une petite
pierre, les hommes une grosse cheville de bois, dans un trou
perc6 dans la lvre inf6rieure. Ce port 6tant le dernier, le gou-
verneur ordonna de continue A remonter Ie Paraguay par terre.
II laissa en station aupres des navires, Juan Romero avec cent
cinquante soldats et dix-huit cavaliers ,et le 26 novembre 1543 il
se mit en route avec le reste de sa troupe. Mais ii s'aperput bien-
tbt que les officers, mecontents de cette expedition au milieu de
contr6es inhospitalieres et marecageuses, faisaient mal leur ser-
vice et excitaient de mauvaises dispositions chez les soldats. Avoc
la conflance dansl'entreprise disparut aussi la sant6 des homes;
beaucoup se plaignirent de leurs fatigues et se d6clarerent inca-
pables de continue le voyage. Apres une march de dix-huitjours,
Alvaro Nuicz sevit force de s'arreter. Ii essaya encore d'envoyerplus
loin Franz de Rivero avec quelques hommes do cceur. Celui-ci
6tant revenue aprcs quelques jours en distant qu'une grande nation
lui refusait le passage, il le renvoya une second fois avec une
troupe plus forte et revint lui-mmme sur ses pas a la station de
Puerto de los Reyes, sur le Rio Paraguay.
Schmidt, qui accompagnait Rivero, raconte avec beaucoup do
details les incidents de cette expedition. I1 cite cinq nations, les
Orejones, Acaras, Xarayes, Paresis et les Urteses, quo l'on visit
les unes apres les autres avant d'arriver chez les derniers, qui
6taient situes le plus au nord. Alors il fallut rebrousser chemin,
parce quo les vivres manquerent. Los Urtcses paraissent avoir
REP. ARG. I.








DETOUR A L'ASSOMPTION.


habits sur le Rio-Jaura, un des derniers affluents occidentaux du
Rio-Paraguay, et le point jusqu'oi Rivero p6n6tra devait 6tre situ6
dans le voisinage de la petite ville actuelle de Sa-Maria (A peu
prbs 160 de L. S.). Schmidt raconte en effet que Rivero pinetra
avec son cannot dans un affluent, lorsqu'il arriva chez les Urteses.
Ensuite on march a pied, mais on eut bient6t i souffrir d'une
grande disette, le pays 6tanit desert. Les homes se nourrirent
surtout de fruits, de racines et d'oiseaux. On resta trente jours
dans cette contree, au milieu de fondriercs et de markcages, dans
lesquels on avait souvent de l'eau jusqu'a la ceinture. Cependant
on se trouvait encore recompens6 par l'Nchange que les soldats
purent faire de bagatelles, tells que couteaux, clous, miroirs, etc.,
avec les nombreux objets d'or et d'argent que les Indiens portaient
en parure. Le 30 janvier 1544, Rivero revint sur ses pas et rejoi-
gnit par le meme chemin le point de stationnement du gouverneur
sur le Rio-Paraguay.II le trouva malade, en proie a des fiUvrcs
altcrnantes ct trbs-mecontent de la longue absence de son envoy.
11 le mit aux arrets et s'empara de tous les objets pr6cieux rap-
portes par les soldats. Cette conduite souleva un si grand macon-
tentement, qu'Alvaro Nuiiez se vit force, pour l'apaiser, de
remettre Rivero en liberty et de rendre les objets confisqu6s.
Dans ces circonstances, il devenait impossible de rester l plus
longtemps ou de p6n6trer plus en avant. Le gouverneur se decida
done A revenir et apprit seulement A l'Assomption les details de
la march de Rivero et de ses compagnons5'.
Les r4cits des soldats qui avaient accompagn6 Rivero et leurs
objets en or excit6rent la cupidity g6nerale et le d6sir de faire
une nouvelle tentative yers les contrees du nord-ouest. L'Adelan-
tado, remis de sa maladie, avait repu un rapport circonstancid de
Rivero, ainsi que le plan d'une second expedition pour s'ouvrir
une route jusqu'au Perou. Cependant beaucoup murmuraient
contre les services difficiles que le gouverneur exigeait d'eux, et
les officers 6taient particuliirement m6contents de so voir troubles
dans la vie agreable qu'ils avaient mende jusque-l1. Un mconterl-
tement marqu6 commenga A remplacer l'ancien accord et 1'irrita-







MECONTENTEMENT DES COLONS 51
tion g6n6rale centre Alvaro Nufiez s'accrut de jour en jour. 11
voulut aussi s'immiscer dans ]a vie prive6 des Espagnols, et
s'efforga surtout de faire cesser leur habitude de vivre avoc plu-
sieurs femmes et de traiter les homes en esclaves; mais il fut
tres-imprudent de toucher ce point le plus sensible des conqu6-
rants espagnols. En outre, les officers, qui jusque-lA avaient
v6cu entire eux et avec leurs soldats d'egaux A 6gaux, furent requis
de se conformer A une s6vere discipline militaire et d'ob6ir minu-
tieusement A toutes sorts de reglements et aux fonctionnaires
civils. I1 tomba bientot aussi en disaccord avec ceux-ci, en parti-
culier avec le payeur, qui I'irrita le plus fortement. 11 n6gligea
aussi de suivre l'usage accoutum6 de r6unir en conseil g6nral les
officers sup6rieurs et les fonctionnaires de la couronne dans les
occasions importantes. I1 donna des ordres 6manant de sa volont6
seule et irrita fortement centre lui les petits et les grands. Bientot
I'opinion generale consid6ra Alvaro Nuiiez comme un home dur,
orgueilleux, qui n'entendrait jamais rien A l'administration d'une
colonie, parce qu'il n'y avait jamais 6tW revktu d'un grade 61ev6
ou n'en avait jamais connu do tel. Tout ce qu'il faisait ne devait
aboutir qu'A gAter l'existence de tous et A les trouble dans leurs
douces habitudes. Dbs lors tout le monde lui fit obstacle dans ses
entreprises et s'efforca de lui Wtre d6sagr6able en toute occasion
possible.
Dans do pareilles circonstances, il 6tait facile de pr6voir que la
second expedition ne r6ussirait pas mieux que la pr6cedente.
Mais elle*put encore s'organiser, le mauvais vouloir g6n6ral ne
faisant encore que riaitre. Cabeza de Yaca 6quipa quatre brigan-
tins, six grandes barques et plus de deux cents canots pour lc
transport do ses troupes. 11 s'cmbarqua avec cent cinquante
Espagnols et environ deuxmille Indiens. Comme la premiro fois,
on remonta le fleuve A la voile et A la rame jusqu'au Puerto do los
Reyes. Le gouvcrneur y fut de nouveau pris par la fiUvre et s'y
arrnta apres avoir command aux navires et A la plupart des sol-
dats do continue A remonter le fleuvo. On arriva d'abord A la
grande lie qui divise le fleuve en deux bras sous Ic 18 etle 190 de









52 NOUVELLE EXPl'DITION AU NO1D-OUEST.
L. S. Elle 6tait habitle par les Orejones, grande et nombreuse
nation, don't les individus petits et d'apparence ch6tive, suivant
Schmidt, no d6passent pas cinquante ans, A cause de l'insalubrit6
de leur climate. On y resta deux mois, attendant le course de la
maladie du gouverneur. Schmidt raconte que ce fut 1A que pour
la premiere fois il revit l'6toile polaire dans la Petite-Ourse,
perdue de vue depuis qu'il avait depass6 au sud les lies du Cap-
Vert. Bien qu'on ne fut pas mal chez les Orejones, le gouverneur,
dans sa mauvaise humeur, ordonna cependant, sous le plus futile
pritexte, d'attaquer les Indiens et d'en massacrer le plus possible.
Schmidtlui-meme blame cet acted comme sans cause et inhumain.
La plupart des hommes furent tues, oeuvre dontles Carios surtout
so chargerent; les femmes et les enfants furent mis en esclavage,
transports au Paraguay et distribute dans les villages (Azara,
hist. d. Parag., I, 196). Pendant ce temps, le d6tachement de
l'expedition envoy iA la d6couverte 6tait revenue sans risultat
aucun. La grande chaleur, la vie au milieu de maracages oi des
millions de moustiques ne laissaient aucun repos, la mauvaise
nourriture, quifaisait naitre des maladies, le decouragement etle
m6contntetement des hommes, los attaques de fikvre intermit-
tentes qui tourmentaient sans cesse le gouverneur, toutes ces
causes le forcerent pour la second fois a renoncer A sa march
vers le Perou et A songer au retour. On envoya encore quelques
d6tachements en expedition chez les Indiens riverains du fleuve.
Elles so terminerent comme d'habitude par le meurtre et le
pillage; mais le gouverneur ne put se delivrer ni de sa maladie,
ni de son humour sombre, croissante. Le chagrin de voir ses
esperances trompics s'ajoutait A ses souffrances corporelles, et
en se sentant abandonn6 par tous ses amis et partisans, il se laissa
aller A un profound d6couragement. Schmidt et Guzman racontent
encore quelques particularitis sur l'exp6dition et donnent les noms
des chefs qui commanderent les razzias. Mais nous n'avons guere
envie de reproduire ses ricits, car ils aboutissent uniquement A
prouver que le seul r6sultat de ces expeditions etait le massacre
inutile des Indiens, risultat don't les soldats eux-memes avaient







DEPOSITION DU GOUVERNEUR. 53
honte. Schmidt avoue sans d6guisement le traitement fait aux
Orejones, qu'il nomme Surucosis. II no rougit pas de raconter
qu'on en tua trois mille, brfla leur village et emmena en escla-
vage environ deux cents femmes et enfants.
On est bient6t fatigue de raconter ces scenes de carnage,
accomplices le plus souvent sans aucune n6cessitt et qui 6taient
revenues une habitude chez les soldats. I1 est incroyable que les
Espagnols, qui par la reunion de leur pays avec l'empire d'Alle-
magne tenaient la premiere place parmi les nations europ6ennes
et dans leur bigotisme religieux se donnaient pour le people le
plus chrdtien, aient pu se croire appel6s A de semblables immo-
lations et avec leur f6roce prosclytisme en arriver A s'imaginer
qu'ils faisaient tout cela en l'honneur de Dicu et de la religion
chretienne. Comment pouvait-on admettre que des homes traits
aussi cruellement que les Indiens ajouteraient la moindre foi dans
la religion de leurs bourreaux. Ne devaient-ils pas plut6t mipriser
les pretres hypocrites, qui leur promettaient une vie sup6rieure,
et cependant vivaient en bonne intelligence avec de pareils
monstres. Jamais on n'a abus6 de la religion d'une facon aussi
execrable que les Espagnols t la d6couverte de l'Am6rique. Jamais
il n'a exist de conqu6rants plus impitoyables et de plus mauvais
chretiens (A l'exception peut-6tre des sectateurs vaudois et hugue-
nots) que ne l'6taient ceux qui porterent en Am6riqne les premiers
enseignements de cette doctrine si douce et si humaine. Car
christianisme et humanity sont synonymes, ou en d'autres terms
le vWritable esprit religieux ne va pas sans l'humanit6.
Cette second expedition de Cabeza de Vaca fut sa derniEre en-
treprise comme gouverneur. A son arrive i l'Assomption, 8 avril
4544", il 6tait si faible, qu'il pouvait A pine se mouvoir. Cetetat
dura quatorze jours, durant lesquels il ne put quitter sa chambre.
Les m6contents profiterent de cet 6tat d'immobilite et d'impuis-
sance du gouverneur, et trois d'entre eux, le payeur Alonzo do
Cabrera, son ennemi principal, le secr6taire du gouvernement
Franz de Mendoza et un certain Garcia Venogas, penetrerent,
durnt la nuit du 26 avril, avec deux cents hommes arms dans









54 CABIZA DE VACA EST RENVOYE EN ESPAGNE.
sa demeure et le firent prisonnier. On l'enf'rma dans une prison
solid, oi on le retint comme un malfaiteur jusqu'a ce qu'on ceti
achev6 la construction d'un navire destiny A le transporter en
Espagne, pour lc remettre aux mains du roi avec les plaintes de
la colonie. Dix mois se passerent ainsi, pendant lesquels Cabeza
de Vaca v6cut dans une rigoureuse sequestration sous la garden do
ses ennemis. Lorsqu'une nuit on le tira enfin de sa prison pour
le conduire au navire, il s'6cria plusieurs fois qu'il nommait Juan
Salazar pour successeur au gouvernement; mais on l'embarqua
sans l'6couter et le navire partit aussit6t, important ses accusa-
teurs, qui continu6rent a le traitor comme un prisonnier s.



VI
ADMINISTRATION DE DOMINGO MARTINEZ IRALA
1544 1557.

L'omprisonncment arbitraire du gouverneur Cabeza de Vaca
jeta la pomme de la discord dans la colonies du Rio-Paraguay et
en arreta pour longtemps le d6veloppement paisible. Une partio
des officers et soldats lui resta fiddle, accusa de trahison sea
adversaires en se consid6rant comme repr6sentant du bon droit,
Les rixes entire les deux parties devinrent si fr6quentes, que beau-
coup d'habitants n'osaient plus sortir seuls dans les rues, oi ils
auraiont 6t6 exposes A 6tre attaqu6s et massacres par leurs adver-
saires. Les conjures 6taient les plus nombreux et opprimaient leurs
adversaires. I1 y eut plusieurs veritables combats dans les rues.
Les Indiens voyaient tout cola avec une joie secrte et formerent
bient6t le plan d'un nouveau soul6vement g6n6ral qui 6clata un
peu plus tard.
Afin de hEgitimer et regulariser leur conduite, les conjures et
leurs partisans choisirent, lelendemain de l'incarceration du gou-
verneur 16gitime, Domingo Martinez Irala pour gouverneur et le
proclam6rent chef de la colonie. Irala n'6tait pas present A cc








IBIALA EST CIlOISI P0111 GOUVERNEUR.


moment; Cabeza de Vaca, peu de temps avant sa deposition,
l'avait envoy en expedition centre les Carios d'Acay encore
insoumis, qui lui donn6rent beaucoup A fire. Schmidt faisait
parties de l'cxpedition et en donne un rEcit d6taill,6 Irala partit
avec trois cent cinquante soldats et arriva vers le soir pres du
th6itre de ses operations. On demeura tranquille pendant la nuit,
cache dans les fourris, et attaqua les ennemis le lendemain A
sept heures. Le combat fut s6rieux, car les Espagnols y perdirent
dix hommes. II fallut assieger le village fortifi6 des Indiens, situ6
dans le voisinage du grand lac Ypacarai (aujourd'hui Aregua). Cc
si6ge dura trois jours et on massacre tout, hommes, femmes et
enfants. Beaucoup d'Espagnols furent blesses. II fallut encore
s'emparer d'un secondvillage mieux fortified, appel6 Acaraiba, sur
l'emplacement de Tobati actuel, au delay des hauteurs qui limitent
le lac au nord-est. Irala y fit halte pour attendre des renforts de
l'Assomption, ofi il avait envoy ses blesses. Les Espagnols s'em-
parerent du village ct forccrent le cacique Tabard A la soumission.
Alors Irala 6tant tomb6 malade, on dut rebrousser chemin. Il se
fit porter en litiere et ses soldats pillerent tout cc qui se trouva
sur leur route. C'est A ce retour qu'il appritles kv6nements de l'As-
somption, l'emprisonnement de Cabeza de Vaca et son election6'.
A son arrive, Irala 6tait encore malade et se tint loign( de
touts les affaires. 11 blilma dans ses paroles la conduit des con-
jures, mais ne fit rien contre oux et ne repoussa pas leur choix.
II fit des appeals A la tranquillity et A la concorde, et plus tard,
lorsque les hostilities et les rixes continuerent, il prit de rigou-
reuses measures pour en arreter le course. II se vit bient&t force A
une second expedition centre le cacique Tabare. I1 remonta par
eau le fleuve jusqu'A l'embouchure du Rio-Jeguy (A peu pris sous
le 240 de L. S.), pourattaquer Ilieruquizaba, residence du cacique.
II s'empara de lui apres un combat s6rieux et l'obligea A se sou-
mettre une second fois. Les Yapirus, qui vivaient en hostilities
avec les tribus du nord et qui accompagnaient Irala, rapporterent
environ mille tetes couples A leurs ennemis. On se content de
tuer les hommes en laissant la vie aux femmes et aux enfants.







56 IIONNE ADMINISTRATION I)'IRALA.
Apres cette expedition, tous les membres de la nation des Carios
se trouv6rent soumis et elle fut le dernier combat livr6 centre
elle. Depuis lors, il n'6clata plus aucun soul6vement contre la
domination espagnole dans cette contr6e et la conqutte du Para-
guay peut Wtre consideree comme achev6e. On r6partit les Indiens
dans des villages surveill6s (Reductions), dans lesquels on les
tenait dans une demie (Mityos) ou dans une complete (Yanaconas)
d6pendance, suivant le degr6 de leur soumission. Ces villages
furent attribu6s, soit au fisc, soit A certain officers sup6rieurs,
soit aussi A l'6glise, qui en dispos6rent comme de vassaux ou de
serfs, suivant le sort reserve A chacun d'eux. Ces partages prirent
le nom de repartimentos. Le revenue (encomiendas) de chaque
lot appartenait A celui qui l'avait regu, mais seulement A titre
viager62.
Lorsqu' Irala fut revenue do cette second expedition et eut ainsi
assure la tranquillity de la colonies au dehors, il s'appliqua s6rieu-
sement A son organisation int6rieure. II chercha d'abord A ar-
ranger les rivalitis ot hostilit6s qui duraient encore entire les
officers, et le 22 septembre 1545 il publia une ordonnance s6v6re
pour y mettre fin par la force '". I1 y r6glait aussi les rapports
des soldats avec les Indiens. Depuis le commencement de l'annee
1546, un meilleur esprit rcgna dans la colonies et on commenga a
s'occupcr des affaires autres que les expeditions guerrieres. Le
gouverneur donna surtout son attention A la construction de la
ville et A l'6tablissement des villages et propri6t6s particulieres
dans les environs. Son but 6tait de faire naitre agriculture et
l'1eevage des bestiaux, industries encore inconnues, qui devaicnt
fournir des resources assurees A la colonies. II ne d6pouilla ce-
pendant jamais entierement la nature gucrrikre du conquerant.
II pensait tonjours A l'ex6cution du vieux project de se frayer une
route du Paraguay au PNrou ot commenca les preparatifs au com-
mencement do l'ann6e 1548. L'expedition se trouva prite on
aoit. Irala la conduisitcomme on avait fait des pr6c6dentes, mais
avec plus de prudence. II arriva jusqu'aux limits du territoire
peruvien, mais n'en retire aucun antre benOfice que d'etre venu








IRALA VA AU PEROU. 57
jusque 1M, car le vice-roi ne lui permit pas de p6netrer sur son
territoire.
Dans cette expedition, Schmidt suivit encore son chef, qui parait
lui avoir accord une confiance particuliere, sans doute en sa
quality de non Espagnol. Le r6cit qu'il nous donne de ce voyage,
est tr6s-circonstarci6. Mais nous n'en donnerons qu'un court
extrait, parce qu'il n'a qu'un rapport Mloign6 avec notre histoire.
D'aprBs Schmidt, Irala se mit en route avec ses soldats et de
nombreux Indiens comme serviteurs et aides. Une moiti6 6tait
embarqu6e, I'autre moitie, en parties monte a cheval, marchait
a terre. On se dirigea ainsi vers le nord jusqu'au Pan de Azucar
(21' 23' de L. S.), ofi on obliqua vers l'ouest, aprbs avoir laiss6
50 homes A la garde des navires. Le voyage s'accomplit heu-
reusement. On visit plusieurs peuplades indiennes, telles que
les Abayas, Guanas, Maigenos, Carcocios, etc. Puis on traversa
un grand fleuve, le Rio Guapay et atteignit enfin la frontiere du
P6rou. Alors Irala fit halte et envoya des messagers au vice-roi
D. Pedro de la Gasca, pour l'informer de son arrivee. Mais celui-
ci lui fit r6pondre qu'il ne pouvait pas entrer dans le pays avec
ses gens, de crainte que la presence des nouveaux arrives ne vint
rejeter dans des nouveaux troubles la colonies, A peine calmee A
la suite de la chute de Gonzalo Pizarre. 11 lui command de re-
tourner au Paraguay et d'y attendre ses ordres, qu'il lui ferait
parvenir en meme temps que la nomination d'un nouveau gou-
verneur. Irala revint sur ses pas avec cette r6ponse assez decou-
rageante et rentra A la fin de 1549 A l'Assomption, tout aussi
m6content que Cabeza de Vaca au retour de son inutile ex-
pddition.
Lorsqu'Irala fut arrive A I'Assomption et voulut entrer dans
la ville, il en trouva les portes ferm6es et s'apergut que la colonies
menacait de se dissoudre. Des s6ditieux s'6taient empares du
gouvernement et repoussaient l'autorit6 d'Irala, comme ils l'a-
vaient dejA fait de cell de Cabeza de Vaca. Irala occupatoutes les
avenues, tint la ville bloqude et lui coupa les vivres. Bient6t
beaucoup de transfuges passerent dans son camp et abandonn&-








58 REVOLUTION A L'ASSOMPTION.
rent les r6volt6s. Ces derniers, voyant la fin de leur domination
usurpee, se retirerent secr6tement avec cinquante soldats qui leur
6taient rests fiddles, et Irala put rentrer sans difficult6s dans la
ville pour en r6prendre le gouvernement.
En peu de mots voici les causes qui avaient amen6 ces 6vene-
ments. Avant son depart pour le P6rou, Irala avait laisse l'admi-
nistrition a Franz de Mendoza, cavalier de haut rang, ancicn page
prcs de Ferdinand, frbre de Charles-Quint. Irala n'6tant pas en-
core revenuaprbs une annie r6volue, Mendoza reunit lesofficiers
et les principaux fontionnaircs civils. I1 leur representa qu'Irala
avait sans doute succomb6, comme Ayolas, et ne reviendrait pas,
et leur proposal de le nommer gouverneur A sa place. Mais Diego
de Abreu et ses partisans lui fit opposition parce qu'il 6tait en
hostility declare avec Mendoza. On admit cependant comme
certain la mort d'Irala et donnant suite A la proposition de Men-
doza on 6lut Abreu comme gouverneur. Les deux pretendants
armerent leurs partisans; mais les troupes plus nombreuses
d'Abreu 6crusbrent leursadversaires. Mendoza fut fait prisonnier,
accuse de rebellion contre l'aiitorit6 lgale et execute publique-
ment sur la place de 1'Assomption. Abreu se conduisit comme
un veritable gouverneur jusqu'au moment oi l'arriv6e d'Irala le
renversa comme nous l'avons racont6. II s'enfuit de la ville avec
ses partisans dans les forces au nord-est et y mena une veritable
existence de brigand. Appel6 par Irala a se soumettre, il refusal
pour lui-meme; mais plusieurs de ses compagnons, parmi les-
quels les officers Ortiz de Vergara et Alonzo Riquelme de Guz-
man, pare de l'historiographe, acceptrrent le pardon offer, et
plus tard se reconcilikrent si compl6tement avec Irala qu'il leur
donna deux de ses filles en marriage. Irala envoya contre Abreu et
les autres un d6tachement conduit par Escaso. Ils surprirent les
r6voltes dans leurs huttes au milieu de la foibt et les mirent
a mort.
Avant ces derniers 6v6nements, A l'6poque oui Irala tenait blo-
quie la ville de l'Assomption, il fut rejoint par Nuflo de Chaves,
qu'il avait laiss6 derriere lui A titre d'envoy6 aupres du vice-roi








N. DE CHAVES AMENE LES PREMIElRES CHEVRES. 59
du P6rou, D. Pedro de la Gasca. 11 rapportait un refus d6finitif.
Mais ce qui 6tait plus int6ressant pour la colonie, il 6tait accom-
pagn6 de 6 cavaliers et 40 soldats et ramenait quelques chivres
destinies A l'elevage. Elles furent la souche d'une nombreuse
posterite, don't les descendants peuplent encore aujourd'hui le
Pataguay. Chaves, homme astucieux et intrigant, 6pousa la
fille de Franz de Mendoza et exigea la punition des meurtriers de
son beau-pare. Irala la lui promit ct la fit ex6cuter en envoyant
Escaso et ses soldats.
Pcu de temps apres la rebellion d'Abreu et de ses compagnons,
Ulrich Schmidt, auquel nous avons tant emprunt6 dans notre
recit des ev6nements, quitta la colonie de Paraguay et retourna
en Europe, oi il arriva au commencement de l'annee 1554. II
partit par terre en traversant le Br6sil. 11 quitta l'Assomption le
26 dicembre 1552, le jour saint Etienne, descendit le Paraguay
jusqu'a sajonction avec le Parand, remonta cette riviere jusqu'aux
limits des possessions portugaises au Rio Jaguy (?), et de l1 con-
tinua son voyage A pied par le pays des Tupis et de plusieurs autres
peuplades jusqu'a la cote au cap Saint-Vincent (241 de L. S.), oi il
arriva le 13 juin 1553 (jour saint Antoine). Ruy Diaz Melgarejo, un
des compagnons d'Abrou, qui s'6tait enfui avec lui dans les forts,
mais avait 6chapp6 aux poursuites avec trois autres Espagnols,
sc joignit A Schmidt, sur le Rio PanarA. Accompagnes de quel-
ques Indiens, ils s'ouvrirent une route A travers les deserts. Les
Espagnols resterent au Bresil, Schmidt continue son voyage. 11
s'embarqua sur un navire allemand et emporta avec lui plusieurs
rapports d'Irala au roi d'Espagne, dans lesquels il faisait le recit
des derniers evenements survenus dans la colonie 4. I1 les remit
A Seville au chef de administration colonial dans la Casa de las
Indias
Lorsque les troubles, quo la rivalit6 des officers sup6rieurs
avaient fait naitre ici, comme dans toutes les autres colonies es-
pagnoles, furent apais6s, le Paraguay jouit de la tranquillity pen-
dant quelque temps. Irala futreconnu gouverneur sans contestation
et s'efforca de meriter la confiance general par de bones insti-








EXP1RDITION AU DELA DlU PJO-PAIANA.


tuitions. De temps A autre il fit encore quelques petites campagnes
contre les Indiens, mais il encourage aussi tris-s6rieusement
ses compatriotes A se liver A des travaux pacifiques, favorisa
agriculture et se montra pressant pour l'accomplissement de
marriages r6guliers avec les femmes indiennes. II voulait cr6er
une g6n6ration l6gitime et faire disparaitre l'ancienne habitude,
conserve par les simples soldats, d'avoir plusieurs concubines.
Durant ce temps de tranquillity il vint a l'Assomption quel-
ques Indiens de la grande famille des Guaranis, qui habitaient au
delA du Rio ParanA A I'est dans une province nomm6e Guayra.
Ils demandaient assistance contre leurs anciens ennemis, les
Tupis, situdsplus au nord. Afin d'6tendre son autorit6 dans cette
direction, Irala les reCut amicalement, 6quipa une troupe et par-
tit avec eux dans leur pays. I1 Iraversa Ie Rio Parana un peu au
dessous de la grande cascade (Salto de Guaira, 24 de L. S.). De
la il remonta le fleuve jusque chez les Tupis, dans la region du
Salto de Ayembi. 11 leur livra une bataille, gagn6e aisement et
les foraa A promettre de ne plus attaquer les Guaranis. De lA,
Irala envoya Juan de Molina en Espagne parole Br6sil avec des
rapports pour le roi. Lui-meme revint avec ses gens par une
autre route. Mais il 6prouva beaucoup de difficulties dans cette
march A travers des forkts 6paisses et sans routes. II fallut tra-
verser plusieurs rapides du ParanA, qui rendaient impossible la
navigation sur radeaux ou canots. Au-dessous de la grande ca-
taracte il se s6para des malades et des hommes affaiblis apres les
avoir embarquis sur le Parana, sous la direction d'Alonzo de
Encina. Lui-meme revint A ]'Assomption par la route directed.
Pendant cette march, il apprit d'Indiens qui habitaient dans le
sud sur le ParanA, qu'une nouvelle expedition espagnole venait
d'entrer dans l'embouchure de La Plata.
Avant de continue notro histoire et celle de cette expedition,
il nous faut parlerici d'un episode dela colonisation, qui eutpour
rEsultat d'introduire au Paraguay le betail si utile et si necessaire.
Nous avons A remonter A l'dpoque du retour en Europe du gou-
verneur depos6, Cabeza de Vaca. II Btait accompagn6 et gurd6









ARIUVEIE DE NOUVEAUX COLONS D'ESPAGNE. 61
par plusieurs officers superieurs charges de justifier les Wvcne-
ments. Il s'en trouvait aussi d'autres du parti adverse, qu'on
avail 6loign6s de crainte do les voir susciter des troubles dans la
colonic. Au nombre do ces derniers ctait Juan de Salazar, un
des principaux partisans du gouverneur et d6sign6 par celui-ci
comme son successeur au dernier moment. Le proc6s lui fut d6-
favorable, la couronne reconnut justified sa deposition et lui
.nomma pour succcsseur Juan de Sanabria. Mais celui-ci mourut
avant les pr@paratifs. Son fils Diego voulut continue l'cnti-eprisc,
mais ne se trouva pas on Mlat de subvenir aux frais n6cessaires.
Alors Juan de Salazar, qu'il avait rccommand6 A plusieurs de ses
amis, hauts fonctionnaires de la cour, regut la permission do
prendre part Adl'xp6dition. Avec son experience acquiso, il enprit
la direction et persuade A la veuve de Sanabria do 1'accompagner
avec ses deux filles Maria et Mencia ainsi que plusieurs autrcs
s"igneurs ot dames do la noblesse espagnole. La traverse ne fut
pas heureuse; on 6prouva plusieurs avaries et bien qu'on ect
djiA atteint la Laguna de losPatos (31' deL. S.), le naufrage d'un
navire arrdta touted l'cxp6dition. Une partic des voyageurs, parmi
losquels les dames, so s6para des autres, rcvint sur ses pas sous
la conduit de Hernando do Trejo ot vint border A l'ile de San-
Francisco sur la c6to du Br6sil, o6 elle voulait fonder une colo-
nic. On obeissait ainsi aux prescriptions memes du roi qui voulait
assurer des communications plus faciles avec le Paraguay. Mais
on y tomba bient6t dans une grande miserc. Les dames surtout
eurent i souffrir d'un manque absolu do tout comfort europien.
On se ddcida done A gagner l'Assomption par terre comme l'avait
fait Cabeza do Vaca. On ex6cula le project avec de grandes souf-
frances, qui rotombbrent surtout sur les dames; mais cnfin on
arrival Ai 'Assomption o4 l'on fut tres-mal reou. Irala fit empri-
sonner Hernando do Trojo qui avait 6pous6 Dona-Mencia. I1 lui
reprochait do n'avoir pas montir assez d'6nergic a ex6cuter lordre
du roi de fonder une colonies i San-Francisco.
SLa second moiti6 de l'cxpedition, sous la conduit deJuan de
Salazar, remonta encore plus au noM d A Saint-Vincent et v trouva








62 IRALA ETABLIT UNE COLONIE SUR LE RIO-PARANA.
Ruy Diaz Melgarejo qui, fugitif A la suite de la r6volte d'Abreu,
6tait venu l1 avec Schmidt et y vivaitavec les sauvagesTupis. Los
nouveaux venus se mirent sous sa direction et passerent deux
annies tant bien que mal, jusqu'A I'arrivee d'un navire, com-
mand6 par un gentilhomme, du nom de Becerra, qui voulait faire
des decouvertes pour son proprc compete. II avait emmen6 avec
lui ses deux filles Elvira ot Isabella, pour le soutenir dans son
entreprise ou du moins l'encourager par leur presence. Melgarejo
demand la main d'Elvira et l'obtint. On v6cut la dans l'isole-
ment jusqu'A ce qu'il devint insupportable A tout le monde.
Alors cette moiti6 de l'exp6dition prit A son tour la route du Pa-
raguay par terre sous la conduit de Melgarejo. Plusieurs cava-
liers, entire autres deux Portugais, Cipio etVincente de Goes, s'y
joignirent. Ces derniers, gens prevoyants et habilcs sp6culateurs,
emmenrrent avec eux sept totes b6tail. Ils les confierent A un
serviteur du nom de Gacte, avec promesse de lui laisser une des
6 vaches, s'il les amcnait toutes saints ot.sauves au Paraguay. I1
r6ussit. Hommes et animaux arriverent tous A l'Assomption en
1555. De ces 7 tetcs drive la nombreuse post6rite de beaux
bestiaux qui peupla bient6t les plains du Paraguay.
Apres l'arrivee de ces deux convois, Irala, voyant sa colonies
fortement accrue et cmbellie par la presence charmante de dames
espagnoles, so decida A lui donner plus d'dtendue et A se con-
former do son c6te au souhait de la couronne d'ouvrir une com-
munication directed avec l'Oc6an. D6termin6 par les fr6quentcs
hostilities dans lesquelles les Guaranis au delay du ParanA l'cntrai-
naient avec les Indiens voisins, et guide par le d6sir de devancer
les Portugais qui s'avangaient do plus en plus vers le sud et do
leur opposer une digue, il d6cida l'installation d'une colonic sur
la rive orientale du Rio ParanA, dans le voisinage do la grande
cascade. Il charge de l'ex6cution son beau-filsFranz dcVergara,
en 1555, peu apres l'arriv6e du second convoi. Celui-cipritavec
lui des ouvriers et des soldats en nombre suffisant et fonda, A
l'embouchure du Rio Pcquiri dans Ic Rio Parana, au dcssus du
Salto de Guayra, une ville qu'il appela Ontiveres du nomn de son








ARRIVEE DU PREMIER EVEQUE A L'ASSOMPTION. 63
pays d'originc. Mais Irala rappela Vcrgara pcu apres A l'Assomp-
tion et la nouvelle colonies fut abandonn6e l'annce suivante.
Nous revenons dans notre r6cit A l'arrivie d'Espagne de la
nouvelle expedition don't la venue avait Wte annonc6e au gouver-
neur Irala par des Indiens A son retour de La Guayra. Elle etait
compose de trois navires, sous la conduite du procureur royal
Martin OruB, un des compagnons de Nufiez Cabeza de Vaca, lors
de son retour en Europe. II avait re.u mission de Cabrera de
veiller sur le prisonnier. Entre autres immigrants, il amenait le
premier 6v0que: Pedro Fernandez de la Torre, avec son cortige
de pretres 6. Par une imitation presomptueuse du Christ, celui-ci
entra A l'Assomption le jour des Rameaux 't555. Irala le recut
solennellement, des larmes de joie dans les yeux et lui'baisa la
main. Orue apportait en outre A Irala sa confirmation par le roi
de gouverneur de la colonic. Le lendemain, Irala r6unit tous les
officers, soldats et principaux habitants de 1'Assomption et leur
annonca ces grandes nouvelles.
Le premier acte d'Irala, apres avoir recu sa nomination offi-
cielle, fut d'organiser regulierement le regime int6rieur dela co-
lonie. II distribua les Indiens soumis dans quatre cents enco-
miendas "6 et en donna une ou plusieurs Achaque officer, suivant
son rang, operation dans laquelle il reussit difficilement A satis-
faire tout le monde. II r6digea un reglcment precis, d'apres lequel
les maitres devaient r6glcr leurs rapports avecleurs subordonn6s
et qui lcur prescrivait un traitement human. I1 institua de nou-
velles 6coles pour les enfants de ces gens et s'efforea avant tout
de r6glementer les relations des gens de couleur et des blancs,
de fiaon A ompechcr tout acte d'oppression de la part des der-
niers et A organiser la soci6te melangie, don't se composait la
colonies, d'une manibre satisfaisante et equitable pour tous. Irala
prit 0es meilleures measures pour atteindre ce r6sultat.
Aprbs avoir ainsi rogle les affaires int6rieures de la colonies,
Irala tourna de nouveau ses regards en dehors. Il 6tait surtout
preoccup6 par I'idWe de fonder un nouvel 6tablissement sur la
rive oriental du Rio-ParanA, afin d'6tablir une communication








64 REVOLTE DE LA COLONIES DU RIO-PARANA.
plus prompted et plus commode avec la mere patrie. II y envoya
done une nouvelle expedition, sous les ordres de son second beau-
fils, Pedro de Segura, et lui prescrivit en meme temps de s'empa-
rer des derniers 6chappes de la r6volte d'Abreu. et de les mettre
hors d'6tat de nuire. Ils habitaient dans les forces entire le Rio-
Paraguay et le Rio-Parand et enlevaient toute s6curitM aux com-
munications avec l'Assomption. Segura trouva le reste des indi-
vidus de la colonies d'Ontiv6res en grande agitation. Commands
par un certain Nicolas Colman, d'origine anglaise, ils lui refuse-
rent Ie passage du fleuve et l'attaqubrent meme de nuit dans son
camp, en sorte qu'il se vit forc6 de retourner A l'Assomption.
Quoique tres-mecontent de cet insucces dans son plan, Irala ne
put pas envoyer une second expedition. II donna ordre A Segura
de se rendre A l'embouchure de la Plata, avec des depeches pour
Ic roi. Elles devaient Wtre emportdes par un navire arrive d'Es-
pagne depuis peu, sous la conduite de Estevan de Vergara et qui
se disposait A partir. Segura revint promptement A l'Assomption,
ramenant avec lui plusieurs cavaliers, entire autres D. Geronymo
Acosta et ses deux filles. L'une de celles-ci avait 6pous6 Philipp
de Caceres et venait avec lui au Rio de la Plata. On n'a pas oubli6
cct officer, qui 6tait rCgidor sous Cabeza de Vaca et avait et6 un
des principaux auteurs de sa chute. 11 avait atteint son but de
punir son ancien chef et il- revenait maintenant sur le th6etre
de ses premieres actions.
Irala s'eflorpa d'installer aussi bien que possible dans la colo-
nie les gentilshommes nouvellement arrives et reprit son prqjet
de coloniser la province de La Guayra, au delA du Rio-Parana. II
confia cette operation A Nuflo de Chaves, don't il avait reconnu
1'6nergie, et lui recommandaavec instance de chAticrles revolts.
Celui-ci justifia entierement cette confiance, retablit prompte-
ment l'ordre dans l'6tablissement et assujettit tous les Indiens de
la famille Guarani. II s'avanca loin A l'est, jusque sur le territoire
portugais, oi il remporta une chaude bataille sur les Tupis ct
revint avec un succ6s complete et pouvant annoncer qu'il avait
rendu la tranquillity et solidement fond6 la colonic de La Guayra.







3IOIT D'IRALA. 65
Cctte heureuse rbussite d6termina Irala h toujours tenir ses hom-
mes occup6s h do nouvelles expeditions analogues, afin qu'ils
fussent toujours prets A 6tre mobilis6s. Il en pr6para deux et
donna le commandement de l'une A Ruy Diaz Melgarejo et de la
second de nouveau a Nuflo de Chaves. I1 envoya la premiere A
l'cst dans la Guayra, la second au nord dans la region de
Xcrayes.
Lorsque Melgarejo fut arrive A Ontiveres, il ne trouva pas con-
venable l'endroit oul'on avait plac6laville. II d6cida de la repor-
ter plus au nord, A l'embouchure du Rio-Pcquiri dans le Rio-
Parana et y fonda, en 1557, une ville qu'il appela Ciudad-Roal.
Mais cot endroit n'ktait pas micux appropri6 pour en fair un
centre de population. Los habitants furent tous attaqu6s des
fires intermittentes, causees par l'atmosphbre, tenue constam-
ment humide par les doux fleuves. Beaucoup y moururent et lcs
autres abandonn6rent la place. Elle se d6poupla de plus en
plus, jusqu'A ce qu'enfin les derniers habitants furent transports
par Al. Rig. de Guzman, dans sa nouvelle ville de Xeres.
Nuflo de Chaves avait Wt6 charge de coloniser les Xarayes;
mais il lui parut plus important d'6tablir une communication
avoc le P6rou, oi il avait d6jA vccu. Peu aprbs son depart de
l'Assomption, il apprit la mort d'Irala et ne se crut plus oblige
d'ob6ir A ses instructions. Son expedition n'amena aucun r6sultat
avantageux pour la colonies du Paraguay; nous en renverrons
done le recit aux notes".
Ainsi que nous venons de le dire, le gouverneur Domingo Marti-
nez Irala mourut des suites d'un refroidissement, peu de temps
aprcs le depart de Nuflo de Chaves.II s'6tait rendu au village indien
Yta pour y presser les ouvriers occupies a confectionner la char-
pente d'une chapelle. Ily fut pris d'une violent diarrh6e, qui no
voulut point cdder aux moyens accoutum6s. Le vieillard, ag6 do
soixante-dix ans, s'affaissa promptement et se vit forc6 do se fair
rapporter a I'Assomption sur une litiere. II mourut au bout de
quelques jours, au commencement de l'ann6e 1557. On ne con-
nait ni le jour de sa naissance ni celui de sa mort. Tout le monde
IILr. ARG. I. 5








GRANDE DEFAITE DES INDIENS.


habitaient les peuplades Guaranis, qui avaient leurs principals
residences sur les lies entire les nombreux bras du Rio Parand ct
vivaient depuis longtemps en relations amicales avec les Espagnols,
sans leur 6tre assujettis; au sud et i l'ouest, les Querandis, peuple
tris-sauvage et beliiqueux, qui dirigea les attaques centre -D. Pe-
dro de Mendoza et detruisit son premier 6tablissement. Depuis
lors, les Querandis ne s'6taient trouv6s qu'accidentellemcnt en
contact avec les Espagnols. Appr6ciant avecnettet6 cette situation,
De Garay, dans la distribution des b6ndfices, dirigoa d'abord ses
regards vers le nord et donna A ses compagnons touted la c6te du
Rio de la Plata, jusqu'A l'embouchure du Rio de Lujan. I1 en
constitua quatre-vingts encomiendas de diverse 6tendues, qui
embrassaient le territoire actual des villages de Belgrano, San
Isidro, San Fernando et Las Conchas. La moiti6 nord de ces
terrains 6tait alors assez boisee et fut d6sign6e par le nom de
Grande-Forkt (Monte-Grande, comme dit le people, au lieu de
Selva-Grande; cette denomination pour les forts devint g6nerale
dans tout le pays). Les Indiens qui vivaient sur ces terrains furent
attributes aux propri6taires des bendfices (encomiendas), et do
leur melange avec les Espagnols sortit la population particulibre
A cette region, les Gauchos. Mais les Querandis n'6taient pas si
soumis. Ils virent avec peine s'6lever les nouveaux 6tablissements
sur leur sol et causerent des difficulties aux Espagnols par leurs
incursions. Dovenus possesseurs de chevaux, ils se rendaicnt
beaucoup plus terribles7. Ces attaques centre de petites troupes
isol6es d'Espagnols devenant plus fr6quentes, De Garay se r6solut
d'an6antir les Querandis d'une seule fois. II reunit ses soldats en
aussi grand nombre que possible et march avec sa petite arm6e
au sud-ouest centre l'ennemi. II les rencontra dans le voisinage
d'une lagune de laquelle sort un ruisseau, leRiachuelo, et leur infli-
gea une defaite si complete, que la contree porte encore aujour-
d'hui le nom de Laguna du Carnage (Laguna de la Matanza).
Depuis cette correction, les Indiens se retirerent des environs de
Buenos-Ayres plus au sud et ne vinrent plus g6ner les Espagnols
dans l'occupation de la contrde.








DE GARAY EST MASSACRE PAR DES INDIESS.


De Garay fut arrach6 A ces travaux d'installation par une r6volto
A Sa F6, oui les m6tis s'6taient soulev6s contre les. Espagnols do
sang pur. Ils 6taient appuyds par une parties de la population de
la province voisine de Cordova, qui se croyait offense par la
decision, cite plus haut, renduc on audience royale a Charcas et
attribuant Sa F6 au gouvernement du Paraguay. Lear project 6tait
de s'emparer du pays. Mais De Garay, qui se rendit promptement
a Sa F6, comprima la rovolte et revint A Buenos-Ayres avec des
renforts, pour augmenter le nombre des habitants. Dans le mmme
but, il se decida A y transporter la colonies de San Salvador,
place dans un endroit defavorable. Ii en amena tous les habitants
A Buenos-Ayres, organisa administration de la colonie et choisit
pour son premier alcade Rodrigo Ortiz Zarate, parent du goii-
verneur d6funt. II lui confia ensuite la direction de la jeune ville.
I1 se remit lui-meme en route en 1584 et remonta le fleuve pour
affermir par sa presence personnelle la situation des affairs A
Sa F6 et a l'Assomption. Suivant son habitude, il passait les nuits
A terre et non sur le fleuve. I1 6tait ainsi descendu a Punta Gorda,
endroit oi commence la berge l6ev6e sur la rive nord, dans le
voisinage de la petite ville actuelle de Diamante. Il y fut massacre
dans la nuit, pendant son sommcil, avcc trente-neuf de ses compa-
gnons, par les Minuanos encore insoumis et habitants primitifs
d'Entrerios. Ils n'appartenaient pas aux tribus Guaranis et avaient
quelque parent avec los Charruas. Le rest de son cscorte so
rendit a Sa F6 et ensuite A l'Assomption, oi elle annonca le triste
Mvenement.
Avec la mort de De Garay, la colonies perdit Ie dernier homme
actif et z61e pour son bien. Il ne so trouva plus personnel d'une
grande capacity pour en prendre la direction et travailler avcc
d6sint6ressement A son veritable progres. Ici, comme dans toutes
les autres colonies de l'Am6rique du Sud, l'ambition et l'int6ret
personnel devinrent les principaux moteurs des Espagnols. Juan
de Torres Vera y Aragon, qui, d'apris ol testament de Zarate,
se consid6rait comme gouverneur, 6tait encore au PNrou et y dis-
cutait avec le vice-roi sur ses pretendus droits. II r'ussit a la fin









66 SON ROLE CONSIDERABLE.
pleura sa mort, car il 6tait g6n6ralement respected et, cc qui dit
beaucoup en faveur do son caractere, il n'avait aucun ennemi
personnel parmi ses compagnons. La colonic du Paraguay lui
doit sinon sa foundation premiere, au moins sa solid et definitive
installation. Ce fut grace A sa prominence personnelle qu'il put
6touffer les germes de rivalit6 entire les divers officers sup6rieurs
et les faire turner au profit g6enral. S'il avait beaucoup des
defauts qui caract6risent tous les conqu6rants espagnols de cette
6poque, d'un autre cot6 il traita les Indiens beaucoup plus hu-
mainement que Pizarre et Cortez lui-meme, et par son example
les sujets conquis furent traits plus 6quitablement qu'on ne le
faisait alors chez les Espagnols. Aussi Azara le place-t-il avec
raison A cBt6 de ces heureux conqu6rants et pense que, si son nom
n'est pas devenu populaire comme les leurs, il faut en rechercher
la raison dans le fait qu'il n'existait pas au Paraguay de florissants
royaumes common ceux que Cortez et Pizarre renversbrent si
rapidement".





VII
SUITE DES IEVENEMENTS AU PARAGUAY DEPUIS LA MORT D'IIALA
JUSQU'A LA MORT DE DE GARAY.
1558- 1584.

La mort d'Irala pr6cipita la colonie dans des troubles analo-
gues A ceux qui avaient suivi l'emprisonnement de Cabeza de
Vaca. I1 n'existait aucune personnalit6 pour prendre la succession
d'Irala. Les mimes rivalit6s entire officers sup6rieurs reparurent,
comme elles so montrent partout oi la pr66minence personnelle
d'un homme ne ant pas retenir les subordonnes dans les limits
n6cessaires de la moderation.
A son lit de mort, Irala avait d6sign6 son gendre Gonzalo de
Mendoza come son successeur. Les officers presents respecte-









ORTIZ DE VEIIGAIlA DEVIENT GOUVERNEULI. 67
rent ses dernieres volontcs, parce que Gonzalo 6tait un homme
g6ndralement estim6 et aim6 de tous. Il commenr- ,.r informer
les deux absents, Mlelgarejo et Chaves, do la moio L: ;;;Juvernour
et do sa nomination et les requit de le reconnaitro. Melgarejo le
fit, mais Chaves s'y refusa. Il continue i marcher vers le P6rou
pour son propro compete et so fit reconnaitre par lo vice-roi
come conquErant ind6pendant, ainsi que nous Ie racontons dans
Sla note 67.
L'administration de Gonzalo de Mendoza ne dura qu'une demi-
annie. 11 tomba malade en juillet 1558 et mourut au bout de peu
de jours. Nous n'avons A signaler pendant cc temps qu'une r6-
volte des Agazes, qu'il r6prima promptement en envoyant Garcia
Mlorquera contre oux.
On choisit pour gouverneur un autre gendre d'Irala, D. Franz
Ortiz de Vergara. II 6tait venu au Paraguay avec Cabeza de Vaca,
ct plus tard avait pris part A l'entreprise d'Abrou. En vcrtu d'un
mandate royal, 1'Eveque le confirm et le consacra. D'abord, tout
demeura tranquille, mais quelque temps apris, les Xarayes au
nord du Paraguay se soulev6rent sous la conduit de doux enfants
6nergiques du cacique Curupirati. On les appelait Paul et Nazaro
et ils entretinrent pendant deux ans une guerre contre les Espa-
gnols, dans laquelle les succes furent partag6s, mais finalement
so terminal par l'assujettisscment des Indiens. Le 3 mai 1560 lcs
Espagnols rcmporterent uno victoire complete, et rdpartircnt les
Xarayes, comme les Guaranis au Paraguay, dans des reductions
comme encomiendas pour leurs maitres. Une autre revolte des In-
diens de la Guayra, oi Ruy-Diaz Melgarejo commandait toujours,
se terminal de m~im. La guerre dura ainsi doux ans et fut pour
Alonzo Riquelme de Guzman, pere de I'historiographo et qua-
trieme gendre d'Irala, une occasion de se distinguer". Le gou-
verneur, son beau-frere, l'avait envoy au secours de Melgarejo,
ct en l'annee 1562 il rentra a l'Assomption en h6ros victoricux.
Apris ces succes, la paix regna partout dans la colonic. Ver-
gara forma le project d'envoyer urle ambassade en Espagne pour
y porter au roi un rapport sur la situation du Paraguay et en









68 NUFLO DE CHAVES REVIENT DUL PEROU.
obtenir la confirmation de son titre de gouverneur: II choisit pour
porteur son vieil ami Mlelgarejo, avec lequel il avait pris part A la
r6volte d'Abreu, et d6signa Alonzo Riquelme de Guzman pour le
remplacer ai la Guayra. Melgarejo vint i l'Assomption avec sa
famille en 1563, afin de se preparer A son voyage en Espagne.
Mais il dut attendre longtemps, car le navire qui devait le trans-
porter etait encore en construction, et lorsqu'il fut achev6 et prct
a'mettre A la voile sur le fleuve, il fut cnti6roment consume par
un incendie allumr la nuit. On soupconna que le feu avait 6td mis A
dessein, niais sans pouvoir le prouver". II fallut renoncer A
l'ambassade, surtout lorsqu'un nouveau soul6vement des Indiens
cut 6clat6 au nord du Paraguay. Le foyer de la r6volte 6tait cette
fois plus A 1'est, dans la region du Rio Yaguarci, qui se jette dans
le Parana centree ~1 et 22 de lat. sud). Le gouverneur 6quipa
trois corps de troupe centre eux. 11 so mit A la tkte du premier,
donna le second A Melgarejo et le troisibme a Segura. On s'a-
vanca par le sud, 1'ouest et le nord vers le pays en r6volte, et les
trois colonies, en se r6unissant sur le course sup6rieur de la ri-
vi6rc nomm6e, r6tablirent promplement la tranquillity dans le
pays.
Peu apr6s la fin de cette expedition, Nuflo de Chaves vint A
l'Assomption, accompagn6 do nombreux amis arms, pour em-
mener sa famille et ses biens dans sa province. 11 ne pouvait
gu6re attendre un bon accueil, d'abord parce qu'il avait d6sob6i
A son mandate et avait fond6 pour lui-meme une colonies; ensuite
parce quo, en sa quality de gendre de Franz de Mendoza ex6cut6
publiquement, il avait pouss6 Irala h exercer des poursuites con-
tre les partisans d'Abreu et que le parti des poursuivis se trou-
vait maintenant en possession du pouvoir et de la force. Dans
ces circonstances il chercha h so gagner 1'6vque de la Torre, qui
vcnait do bannir Melgarejo pour le meurtre d'un pr6tre. Il maria
son beau-frere Diego de Mendoza avec sa nice et mit ainsi fin
aux vicilles inimiti6s. Chaves raconta tant de merveilles de ses
nouvelles possessions et des richesses du P@rou, que l'6v0que et
le gouverneur furent curieux de les voir par eux-m6mes. 11









LE GOUVERNEUR ET L'EVEQUE VONT AU PEROU. 69
devint bient6t intime avec le gouverneur et lui pcrsuada d'aller
au PNrou pour se fire confirmer dans son gouvernement par le
vice-roi. L'6veque se rallia A cc project et se d6clara prEt A accom-
pagncr le gouverneur. Le voyage fut done decide, et I'on en poussa
les apprets jusqu'au 8 septembre 1564 ofi l'on put enfin so mettre
on route. Cent vingt Espagnols, parmi lesquels plusieurs des
premiers cavaliers, remonterent le fleuve accompagnes de leurs
serviteurs indions sur vingt et un petits navires. Nuflo de Chaves
les accompagnait avec son escorted pour guide. Elle demeura A
terre et eut le soin de veiller A reconnaltre les meilleurs endroits
de halte. On arrival ainsi jusqu'A l'embouchure du Rio Mbotetey
(aujourd'hui Rio Mondego ou Miranda, 49 26' de lat. sud), pros
de la Laguna Guato (ou Guano). Chaves persuade aux Indiens de
cctte contr6e de l'accompagner en grand nombre pour venir
habiter dans son gouvernement. 11 est facile de comprendre que
cette conduit ne plut guere au gouverneur du Paraguay, qui ]a
consider comme un rapt commis sur son territoire. Aussi on ne
tarda pas A se quereller et Chaves se s6para des autres, sous le
pretexte d'aller veiller aux apprets pour recevoir les voyageurs
dans son government, mais en r6alit6 pour donner l'ordre de
retenir le gouverneur et l'6v&que durant que lui-meme se ren-
drait A Lima y prendre les ordres du vice-roi. Il gagna h sa cause
ce dernier, en faisant valoir los services rendus par lui A son fils,
qui 6tait devenu gouverneur du Chili. II recut du vice-roi la
promesse d'etre nomm6 gouverneur des provinces qu'il avait
administrees jusqu'A ce jour pour son fils. Pendant ce temps,
Vergara arrival seul a Lima, sans l'6vque. II y fut mal rec.u par
le vice-roi, qui le blama durement d'avoir quitt6 sofr gouverne-
ment sans la permission du roi. II lui reprocha, en outre, d'avoir
oubli5 ses devoirs de fonctionnaire ct d'avoir nui par son voyage
au progres de sa province, en entrainant A sa suite tant de gens
utiles ailleurs. Le vice-roi le d6posa et le retint A Lima, afin de
l'envoyer en Espagne pour y 6tre jug6. Telle fut la triste fin du
gouvernement de D. Franz Diego Vergara. Pendant cela, 1'6veque
6tait Chuquisaca, oA il atlendait le retour de Vergara. An lieu









70 NOUVELLE RlEVOLTE A A GUAYRA.
de cela, il rccut avis de sa deposition ct de la nomination d'un
nouveau gouverncur, don't il pouvait attendre I'arriv6e pour
retourner avec lui au Paraguay. Le vice-roi nomma pour nou-
veau gouverncur Juan Ortiz de Zarate et lui permit de se rendre
d'abord en Espagne pour y obtenir les conditions stipulies par
lui pour la prise de possession du gouvernemcnt du Paraguay.
Durant le voyage du gouverneur Vergara, la colonies du Para-
guay ne jouit pas du repos n6cessaire A son progrcs. Les colons de
la Guayra, qui s'6taient d6jA r6volt6s une fois, se revolterent une
second fois contre Guzman, sous la conduite d'un certain Esca-
lero, comme ils s'6taient r6volt6s contre Pedro de Segura. On
avait trouv6 dans cette province quelques grosses calc6doines don't
la cavity 6tait tapiss6e de brillants cristaux de quartz et d'am6-
thyste. Elles sont assez communes dans le Rio Paraguay et
attirent encore aujourd'hui l'attention des immigrants. On crut
ces pierres tres-pr6cieuses et l'on r6solut d'aller en Espagne pour
les y vendre cher. Guzman voulut s'y opposer, peut-6tre parce quo
lui-meme croyait la trouvaille tres-pr6cieuse et voulait la retenir
pour le fisc. Les colons, conduits par Escalero, se r6volterent
contre lui et le r6duisirent A envoyer demander aide A l'Assomp-
tion. Le vice-gouverneur, don Juan Ortega, envoya Melgarejo au
secours de Guzman. Mais Melgarejo, qui voyait avec d6plaisir Guz-
man A la place que lui-meme avait occupee, prit le parti des re-
belles et forga Guzman A aller A l'Assomption pour y justifier sa
conduite. Ce voyage ne fut pas simplement un outrage pour
Guzman, mais encore plein de dangers, car Melgarejo, homme
violent et m6chant, d'apres les dires de l'historiographe Guzman,
avait excite contre lui les Indiens pour le faire tuer par eux.
Guzman put cependant arriver A l'Assomption. Apres lui arriva
aussi son ancien rival, Philipp de Caceres, qu'il devait d6tester
d'une fagon sp6ciale en sa quality deneveudu gouverneur depose,
Cabeza de Vaca. II venait comme remplacant du nouveau gouver-
neur Ortiz de Zarate, qui l'avait charge d'administrer le Paraguay
durant son voyage en Espagne. Non-sculement Guzman justifia
ses actes aupris de lui, mais encore il se r6concilia avec Caceres









J. ORTIZ DE ZARATE EST NOMMA GOUVERNEUR.


qui le renvoya A la Guayra et rappela Melgarejo, qui, en sa qua-
lit6 de frire de Vergara, devait 6tre son ennemi natural. Caceres
dcvait gouverner le Paraguay pendant que Vergara 6taitprisonnier
A Lima et que Zarate allait en Espagne pour y prendre possession
do son titre dans les conditions stipulees par lui. Mais leur plan
6choua et les conduisit tous deux A leur ruine.
Jean Ortiz de Zarate etait un homme devenu promptement
riche au Perou. A ce titre il jouissait d'une grande influence,
mais se faisait illusion sur les conditions qu'il voulait imposer A
son acceptation du gouvernement du Paraguay ". Contre la pro-
messe que ce gouvernement lui appartiendrait jusqu'a la troi-
simme generation, il s'engagea A d6penser 24000 ducats A l'am6-
lioration de la colonie en installant, dans un delai de trois ans, au
Paraguay 200 families de cultivateurs et d'artisans espagnols,
avoc 4000 totes de betail, 500 chevaux et 500 chevres, offres
qui par le fait 6taient inex6cutables. Comme nous l'avons dit, il
partit en Espagne et designa pour le remplacer Philipp de
Caceres, qui 6tait venu a Chuquisaca A la suite du gouverneur
Vergara et de l'6veque de La Torre. C'est 1 qu'il avait fait
connaissance de Zarate et tram6 avec lui et quelques autres le
plan de la deposition de Vergara. Lorsqu'ils eurent rdussi, Cace-
res fut charge d'administrer le Paraguay jusqu'a 1'arriv6e du
nouveau gouverneur et revint avec 1'6veque de La Torre et le
reste de l'expedition apres une absence detroisans (1567). Lors-
qu'on fut arrive A la station des navires pres de la Laguna Gato,
Caceres fit embarquer l'ev&que et sa suite. Lui-meme prit la
route do terre en suivant le fleuve et cut dans cette march, le
42 novembre, une chaude affaire avec les Indiens, qui voulaient
lui barrier la route. Apres les avoir battus on continue sans obs-
tacle le voyage vers l'Assomption, o0i l'on arriva au commence-
ment de l'ann6e 4568.
II se forma aussitot deux parties qui se firent une guerre vio-
lento comme au temps de 1'emprisonnement de Cabeza do Vaca,
auquel Caceres avait eu une grande part. Les uns prirentle parti
du gouverneur d6pos6 Vergara et se recruterent surtout parmi








72 R11VOLTE CONTRE CACERES.
les ancions amis de Cabeza. Los autres se rallierent autour de
Caceres; ces derniers ktaient ses anciens compagnons et com-
plices. L'6v&que de La Torre et tout Ie clergy, quirendaitCaceres
responsible des humiliations et des souffrances don't leur supe-
rieur avait 6te abreuv6 durant le voyage, se joignirent a ses ad-
versaires. Melgarejo, frere de Vergara, se mit A leur tate. II etait
encore A la Guayra, ofi il fut d6posi par Caceres et remplac6 par
Guzman, ainsi que nous l'avons dejA dit. Mais Melgarejo refusal
d'obiir. II laissa Guzmanentrer sur son territoire, le fit prisonnier
et leva ouvertement le drapeau de la r6volte centre Caceres;
mais celui-ci n'6tait plus A l'Assomption ; il 6tait parti pour l'em-
bouchure de la Plata pour y recevoir le gouverneur Zarate ou au
moins lui choisir un bon lieu de d6barquement. I1 revint apres
en avoir cru trouver un A F'ile San Gabriel. Il y laissa une bou-
teille bouchbe avec des dUpeches et une inscription comme signed
de reconnaissance. Il reprit ensuite la route de l'Assomption.
En y entrant il trouva la moiti6 de la population en revolte et
y apprit la rebellion de Melgarejo. II reconnut qu'il n'itait pas en
6tat de resister a ces deux attaques et retourna sur-le-champ A la
Plata pour y attendre l'arriv6e du gouverneur et profiter des ren-
forts qu'il ameneraitpour r6primer ia s6dition.MaisCaceres devait
encore se voir frustr6 dans ses esp6rances. Le nouveau gouver-
neur tardait A arriver. II so vitforci, s'il ne voulait pas abandonner
toute la colonies A ses ennemis,' de revenir A l'Assomption avec la
petite troupe de ses fiddles pour y tenir tele aux revoltis. II s'en-
toura d'une garde du corps de 50 hommes arms, sans lesquels il
ne sortait plus. Ils l'accompagnaient mnme Ala messe, oi il se
rendait r6gulibrement. Ses ennemis l'attaqubrent dans une do
ses sorties; Franz del Campo s'empara de sa personnel et l'enferma
dans le couvent des moines mendiants. On le soumit A une garden
rigoureuse, enchaind et attachI a un gros bloc, qui ne lui per-
mettait pas de changer de place. Cacores, qui avait W6t le princi-
pal promoter de la ruine de Cabeza de Vaca, subit la meme
mauvaise destinee.
Martin Suarez de Toledo, que Caceres avait d6sign6 pour le









JUAN DE GARlAY.


remplacer pendant ses deux voyages A l'embouchure de la Plata
et qui avait vecu en assez bonne intelligence avec ses compa-
triotes, voulut maintenant proc6der A l'Mlection d'un gouver-
neur. Une assemble g6n6rale convoqu6e par lui lui donna sim-
plement le titre de lieutenant-gendral du gouvernour absent,
Juan Ortiz de Zarate. It destitua de nouveau Mlelgarejo de son
post de la Guayra. Celui-ci c6da, quitta la Guayra, remit son
emploi A Guzman qu'il tenait prisonnier, et se rendit A l'Assomp-
tion pour se justifier. I1 fit la paix avec Martin Suarez.
Vers cetteepoque apparait pour la premiere fois dans notre
histoire le nom de Juan de Garay, A qui la colonie dutautant qu'A
Irala, et qui seul, parmi les officers ses contemporains, parait
n'avoir jamais oubli6 le bien public pour son int6ret personnel.
Suarez l'cnvoya fonder une station sur le fleuve oit les navires
trouveraient, en remontant ou descendant, un lieu de refuge et de
secours dans la n6cessit6. Comme Irala, De Garay 6tait de laBiscaye
(Vizcaino, comme disentlesEspagnols), et s'6tait attach A son com-
patriotclegouvernourZarate, originaire de la meme province. Ce-
lui-ci, de son c6t6, luiaccordaituneconfiancetouteparticuli re 2.
Ce fut sans doute A titre d'homme de confiance qu'il fut attached
Philipp de Caceres, lorsque celui-ci partit du P6rou pour y aller
preparer 1'arrivie du gouvernenr et le remplacer. Un autre na-
vire fut exp6di6 en meme temps pour transporter le prisonnier
Caceres en Espagne. Melgarejo s'offrit spontan6ment A 6tre le
commandant du navire pour se venger sur Caceres de sa destitu-
tion ". L'6vQque de La Torre lui-mcme voulut faire le voyage
pour aller appuyer de son autorit6 aupres de la Couronne les
plaintes contre Caceres, qu'il poursuivait d'une haine infatigable
depuis l'expedition du Perou. En outre des homes et des vivres
n6cessaires, Do Garay ommena encoredu betail qu'il fit descendre
le long de la rive oriental du Rio ParanA. II suivit ensuite lc
prisonnier Caceres avec son petit navire pour lui servir de gar-
dien. On arriva ainsi jusqu'aux limits do la province actuelle
d'Entrerios. De Garay s'arrita ici et laissa MIelgarejo continue
son voyage avec son prisonnier. II transport ensuite son monde









74 FOUNDATION DE SANTA FE.
et son bEtail au delA du fleuve et commenca, A l'abri do la rive
orientale, sur un petit affluent du Parana, a peu prbs sous le 310
de L. S. la foundation d'une ville, le 25 novembre 1573, et la
baptisa du nom de Sa F6 de la Vera Cruz. Elle Mtait situ6e A l'en-
droit ofi sotrouve aujourd'hui Cayesta ". L'autre navire, comman-
dU par Melgarejo, avec Caceres et 1'veWque de La Torre, sortit
sans difficulties de l'embouchure de la Plata et longea les c6tes
du B3rsil jusqu'A S. Vincent, oiu Melgarejo avaitv6cuauparavantet
fait la connaissance de safemme (p. (2). On s'yarrtaqelquequ temps
pour se procurer des vivres frais et l'on fit descendre A terre le pri-
sonnier afin de ne pas le perdre de vue. L'6veque lui-meme d6-
barqua pour se reposer. Caceres trouva moyen de se lier avec
quelques Portugais et les persuade de le mettre en liberty. I1
r6ussit. On empicha Molgarejo de continue le voyage avec le pri-
sonnier et le fora A rester chez ses ancions amis, ct Cacers dut
continue seul son voyage en Espagne pour s'y presenter en
homme libre. En sevoyantainsi trait, 1'eveque mourut d'effroi et
de chagrin. Caceres se rendit en Espagne avec le navire, justifia
entibrement ses actes et fut acquitt6 de toutes les plaintes.
Pendant ce temps, Juan Ortiz de Zarate avait achev6 en Espagne
tous les pr6paratifs pr6alables A son entree en possession de son
gouvernement, et le 47 octobre 4572 il partit de San Lucar. I1
emmenait avec lui 100 noirs des deux sexes, les premiers esclaves
n6gres qui arriverent au Rio de la Plata. La traverse6 fut des
plus malheureuses. Un des navires, s6par6 des autres par latem-
pete, arriva au cap S. Vincent le 10 mars 1573. Il y trouva Mel-
garejo avec quelques fiddles qui n'avaient pas voulu l'abandonner.
Ils reprirent tous ensemble la route du Rio de la Plata. Le gros
de l'escadre, apr6s de nombreuses perip6ties, atteignit l'ile Sa.
Catharina. Elle avait perdu 300 individus, hommes, femmes ct
infants. A partir de lI, le voyage se continue hcureusement; on
arrival sans nouvelles pertes dans la vaste embouchure du fleuve
etjeta l'ancre A F'ile S. Gabriel, ofi l'on trouva les instructions de
Caceres dans une bouteille enterr6e au pied d'une grande croix.
Le gouverneur, se conformant auxindications de Caceres, voulut









J, ORTIZ DE ZARATE ARRIVE A LA PLATA. 75
fonder uno station dans cette lie. II en fit commencer les apprets
et d6barqua des hommeset des barraques dans ce but. Lorsque
les Charruas de la contr6evirent ces pr6paratifs, ils concertrrent
avec leurs compatriots une attaque g6nerale contreles Espagnols.
Ils tomberent en grand nombre sur les d6barqu6s ct tubrent dans
le combat deux officers sup6rieurs et 80 soldats. Cet 6v6nement
fit abandonner a Zarate son project. I1 rembarqua toutson monde
et le materiel ct voulut passer sur 1'autre cot6 du fleuvepour voir
s'il n'y serait pas plus heureux. Un cacique des Guaranis, qui ha-
bitaient les les plates, entire les bras de 1'embouchure du Pa-
rani, vint alors l'avertir que des 6tablissements espagnols cxis-
taient plus haut sur le fleuve et que De Garay 6tait occup6 a la
foundation de Sa F6. Cette nouvelle fit grand plaisir A Zarate. 11
envoya sur-le-champ par le meme cacique une lettre h Do Garay,
avoc pribre de venir Ic trouver avec autant de vivres qu'il en
pourrait amener. En meme temps il le nommait chef des nou-
veaux 6tablissements.
Do Garay, occupy en ce moment par l'arriv6e dos Espagnols de
1'exp6dition de Cabrera, ne put pas quitter la station. Ii exp6dia
cependant tous les vivres disponibles dans le has fleuve pour ra-
vitailler Zarate e, command a Hieronymus Luis Cabrera,occup6
en ce moment A la foundation, dans l'int6rieur du pays, de la ville
de Cordova, de se retire hors de son territoire qui s'Etendait
jusqu'a l'embouchure du Rio Carcaraiial. Il l'avertissait en meme
temps de l'arrivie du gouverneur Zarate et de sa nomination
comme chef des 'tablissements dans cette region du Rio Pa-
rana.
Cabrcra, determine parl'arriv6e du nouveau gouverneurZarate,
ob6it pour le moment, mais il d6posa a la cour de justice (au-
diencia) tenue A Charcas une plainte contre De Garay, l'accusant
d'avoir empiWt6 sur son territoire. Mais la cour jugea l'affaire a
son detriment et attribua tout le rivage du Rio Parand au gou-
vernement du Paraguay, en renfermant Cabrera dans l'int6rieur,
comme relevant du gouvernement de Tucuman.
Avant que les secours de De Garay fussent arrives, le gouver-









76 ZABATE VIENT A SAN SALVADOR.
neur Zarate fit une second halte A l'ile Martin Garcia pour y
attendre l'envoi de De Garay. I1 y fut rejoint par le navire qui ra-
menait Melgarejo de St.-Vincent au Rio de la Plata et qui apportait
quelques provisions de bouche. Zarate et ses compagnons accueil-
lirent avec plaisir ce secours et surtout l'arriv6e d'un homme
aussi familier avec le pays que l'6tait Melgarejo. Le gouverneur
le charge aussit6t d'aller en avant et de se procurer des vivres
oi il pourrait. Melgarejo remonta le ParanA et rencontra son
beau-frere De Garay dans les environs de l'ancien fort S. Espi-
ritus. L'ancien ressentiment au sujet du meurtre de sa femme fut
mis de c6t6 et on fit le possible pour subvenir aux besoins du
gouverneur, pr6s duquel Melgarejo retourna. II le trouva tres-
m6content; une tempete lui avait d6truit deux navires. Cet endroit
fut done jug6 impropre A installation d'un 6tablissement et
Zarate charge Melgarejo de chercher une meilleure place sur le
Rio Uruguay. On informa aussi De Garay de cette decision. I1
regut le message sur le Rio ParanA don't ii descendait lentement
le course, rassemblant des vivres de tous c6tes. I1 remit les navires
charges au message pour les conduire au gouverneur, qui les
attendait A l'ile Martin Garcia et remonta lui-meme dans le Rio
Uruguay, pour y aider Melgarejo dans sa mission. II le trouva a
l'embouchure du Rio S. Salvador o i Cabot avait dEjA construit un
fort (p. 9), apres avoir repouss6 les violentes attaques des Char-
ruas, qui faisaient payer aux Espagnols chaque pied de terrain
au prix d'un combat. De Garay et ses homes aid6rent A recons-
truire le fort de Cabot, et lorsqu'il fut rendu A peu pres habitable
il alla chercher le gouverneur pour le lui remettre. Zarate vint
promptement, trouva l'emplacement favorable et prit possession
du pays au nom de la couronne d'Espagne en le baptisant du nom
de Biscaya. II nomma aussit6t un alcade et des regidores pour la
nouvelle ville de S. Salvador. II 6leva son ami De Garay au grade
de lIeutenant-gen6ral pour tout le government et 1'envoya n
l'Assomption pour y annoncer son arrivee et y fire connaitre sa
nouvelle dignitL.
De Garay partit avec Melgarejo ct rassembla en route autant de








SON ENTREE A L'ASSOMPTION. 77
vivres que possible pour les envoycr A S. Salvador par Melgarejo.
Malgr6 cola la disette se fit bient6t sentir dans cette ville. On
souffrit de faim comme autrefois avec D. Pedro de Mendoza, et des
murmures s'6leverent centre le gouverneur qui assistant immobile
a cos souffrances. llcureusement il arriva un envoi de De Garay,
et le gouverneur ne pouvant plus rien tier de la contr6e so d6-
cida a partir pour le Paraguay. II so mit en route avec e1 gros de
sa troupe et arrival A l'Assomption en octobre 1575.
11 commenpa son administration par un acte tres-imprudent,
qui souleva aussit6ttoute la colonies centre lui. Le22 octobre 1575
il promulgua un decret dans lequel il 'd6clara de nulle valeur
toutes les measures administrative de Martin Suarez de Toledo et
dcstitua de leur emploi tous les fonctionnaires nomm6s par lui,
pr6tendant qu'il avait outrepass6 ses droits en les nommant. 11
blessa toute la colonies par ce d6cret. Tout le monde s'6loigna du
gouverneur, etbient6t il se trouva cntierement isol6 au milieu de
gens ouvertement mal intentionnes a son 6gard. Cette situation pro-
duisitune reaction tres-p6nible sur Zarate,il s'irrita en silence contre
lui-mmme et contre son entourage, tomba malade et mourut avant
la fin de l'ann6e 1575, en se croyant empoisonn6 par ses ennemis
(Azara, Hist. d. Parag., II, 199). En voyant sa fin approcher, il
fit promptement son testament et d6signa pour son unique hUri-
tibre sa fille Johanna qui 6tait encore A Chuquisaca; pour ex6-
cuteurs testamentaires ses amis Martin Dutre et Juan De Garay, ct
son ncveu Diego Ortiz de Zarate y Mendieta comme vice-gouver-
neur. Celui-ci confirm De Garay dans son emploi de lieutenant-
g6n6ral et voulut toucher A l'organisation existante avec peu de
prudence. I1 s'alina si bien par cette conduite Martin Durd, que
son oncle avait plac6 A c6t6 de lui comme conseiller qu'il dit
bient6t l'6loigner.
De Garay, qui avait aussi A craindre de la part du vice-gouver-
neur de semblables eclats de despotisme aveugle se rendit' A
Chuquisaca, comme tuteur de Johanna, fille de Zarate, pour lui
annoncer la mort de son pere. II envoya Franz Sierra A Sa F6
pour le remplacer et administer la province. Lorsqu'il fut arrive









78 IIIVOLTE A SANTA FE.
A Chuquisaca, il trouva Johanna fiancee A un certain Juan de
Torres Vera y Arragon, assesseur (regidor) de la cour supreme,
qui se considerait d6jA comme future gouverneur du Paraguay. On
pr6parait d6jA le marriage, lorsque De Garay reut ordre du vice-
roi do Lima do se rendre aupris de lui pour confieer avec lui et
choisir un mari pour Johanna. Celle-ci se d6cida a so maricr sans
retard; le marriage fut c616br6 et le nouveau gouverneur Torres
Vera confirm De Garay dans toutes ses dignitis. De Garay, pr6-
voyant qu'il n'avait rien de bon A attendre du vice-roi irrit6, re-
partit aussit6t pour le Paraguay et continue son voyage sans
obeir a un ordre apport6 par un message d'avoir A so rendre A
Lima. Le vice-roi tourna alors sa col6re centre les nouveaux
mariEs et les manda A Lima.
Durant ces Mvenements le vice-gouverneur du Paraguay, Zarate
y Mendieta, s'itait rendu A Sa F6 pour inspector la province. I1
so trouva aussit6t en discussion avec Franz Sierra au sujet de sa
maniEre d'administrer et le fit mettre en prison. Mais la popu-
lation de Sa F6 prit le parti du prisonnier et forca Mendieta A le
remettre en liberty. Franz Sierra, non satisfait, se mit A la tete
des m6contents s'empara du vice-gouverneur et le dirigea sur
l'Espagne, ou il n'arriva pas, car il fut massacre en route par les
Indiens de la c6te du BrIsil.
De Garay E6ant revenue A l'Assomption y apprit le depart du
vice-gouverneur pour Sa F6 et s'y rendit lui-meme. I1 ne l'y
trouva plus, mais apprit sa deposition et son embarquement pour
l'Espagne. A ces nouvelles et on sa quality de lieutenant-g6n6ral
du gouverneur Torres Vera, il revint A l'Assomption pour y
prendre en main I'administration de tout le pays. II prit pour
principal but de faire progresser les parties les plus Bloign6es do
la colonies, et dans ce dessein il renvoya do nouveau Melgarejo dans
son ancienne province de La Guayra, ofi Alonzo Riquelme de
Guzman repr6sentait toujours le pouvoir. II le chargeait de fonder
de nouveaux villages ct villes au delay du territoire d6dj colonis6.
Melgarejo s'y rendit vers la fin de-1576 et fonda une ville nommde
Villa Rica del Espiritu Santo; mais elle no prit jamais grande im-








NOUVELLES FOUNDATIONS A LA GlAYRA. 79
portance. Les Espagnols ne furent pas heureux avec lours essais
sur la rive oricntale du Rio Parand. 11s 6chou6rent tous ou ne
surv6curcnt quo mis6rablcment jusqu'en l'annie 1610, oi les
jesuitcs vinrent dans cette contric et v fonderent les c6l5bres
Missions, qui resterent en lour possession jusqu'a la suppression
de l'ordre (1766), et depuis lors sont en decadence. Cependant
leurs possessions 6taient situ6es beaucoup plus au sud, entree le
Rio Parand et le Rio Uruguay, oA ces deux grands fleuves so rap-
prochent le plus (27-280 de L. S.), tandis queles essais dontnous
parlons se firent au nord du Rio Tacuary, dans le voisinage de la
grande cascade ot des rapids du Rio Parand (24-25o de L. S.) Ces
etablissements furent tous perdus pendant la guerre avec le Por-
tugal et so trouvent aujourd'hui au pouvoir du Bresil, ainsi que
les autres colonies des Espagnols situdes plus au nord sur le Rio
Paraguay.
Peu do temps apres le depart de Melgarejo pour la Guayra, lcs
Indiens du nord du village de Guambar6 tent6rent un soulevemont
sous la conduit de deux fanatiques, Oberu et Guirar6, qui per-
suaderent A leurs compatriotes d'abandonner les Espagnols et
lcurs etablissements et les forcerent Ase retire avec eux dans les
forces. De Garay prit rapidement ses measures pour couper court
A des projects aussi dangereux. Accompagn6 d'une bonne escorted,
il remonta le Rio Paraguay jusqu'A I'embouchure du Rio Jujuy ct
pindtra dans cette rivibre aussi loin que ses navires purent re-
monter. De IA il s'avanca au nord par terre, d6fit les Indiens dans
plusieurs combats, assujettit plusieurs tribus encore insoumises,
les repartit comme les autres en oncomiendas et les obligea A la
vie sddentaire. Ces Indiens lui parl6rcnt d'un grand fleuve A l'est,
qui commence par trois bras et coule dans un sens oppose au Rio
ParanA. I1 s'agissait du Rio Yacuari, qui forma plus tard la limited
entree les possessions portugaises etespagnoles. De Garay y 6tablit
quolques colonies de villages indiens organisms en encomiondas,
pour ouvrir des relations avoc la Guayra. A son retour A l'As-
somption, il envoya encore Melgarejo pour soumcttre la couronne
d'Espagne les districts les plus septentrionaux du Paraguay. Mel-








80 DE GARAY FONDE BUENOS-AYIES.
garejo arriva dans la contr6e au commencement de 1580 ct jeta
sur le bord du Rio Mbotetey (ou B ondego) les foundations d'une
ville qu'il appela Santiago de Xcres (au nord du 20 de L. S.)
Mais elle eut Ie mnme destin que les autres; elle ne prit jamais
un grand essor et fut plus tard annexde par les Portugais a lcurs
possessions. Aujourd'hui il no reste plus aucune trace de ces villes.
De Garay eut un meilleur succcs dans l'attention qu'il donna
aux parties mCridionales de son government. Les cruclles
6preuves de Zarate, t son arrive dans 1'embouchure de la Plata,
1'avaicnt convaincu qu'il 6tait n6cessaire avant toute chose d'offrir
un lieu de d6barquement sOr et un sejour agr6able aux arrivants
d'Espagne. II resolut done d'en fonder un. I1 avait vu combien lcs
homes 6taient 6puis6s apris la longue Iravers6e de 1'OcMan avec
une nourriture peu abondante ou mime mauvaise, et combien il
etait difficile de leur fournir des vivres frais tant qu'on n'aurait
pas de lieu d'entrep6t pour les emmagasiner A I'embouchure de
la Plata. Ces considerations le d6terminbrent A reprendre Ic pre-
mier project de D. Pedro de Mendoza et a tenter pour la second
fois la foundation de Buenos-Ayres. II choisit soixante Espagnols de
sa troupe, gens 6prouv6s et 6nergiques les mit sous la conduite
do son fils et les charge de conduire du b6tail par terre lc long
de la rive orientale dufleuve, come lui-mime avait d6ej fait lors
de la foundation de Sa F6. Pendant cela il se porta par navire a
Sa F6 pour y veiller aux pr6paratifs n6cessaires. De Garay arriva
A Buenos-Ayres avec son convoi le jour de la Sainte-Trinit6 (26 mai
1580) et debarqua aussitbt pour s'occuper des premieres dispo-
sitions. On choisit un emplacement un peu plus au nord, sur les
berges 6lev6es, et l'on dressa, A I'endroit o0i est actuellement le pa-
lais du gouvernement, un mat 6lev6 avec l'tendard royal pour servir
de ralliement aux trainards. Le I'l juin on posa en grande solen-
nit6 la premiere pierre d'un edifice, on traca les rues et les places
publiques et 'on distribua les lots de terre aux cavaliers ct soldats
qui ltaient presents. De Garay choisit saint Martin pour patron et,
comme Mendoza, donna A la place le nom de Puerto de Sa Maria
de Buenos-Ayres. On reserva des emplacements pour la cath6-









IMPORTANCE DE CETTE VILLE. 81
drale, la maison de ville (cabildo) ct les couvcnts des Franciscains
et des Dominicains, ainsi que pour le gouverneur, qui choisit
I'angle oi se trouve actuellement le grand th6tre colon. On rd-
digea un proc6s-verbal de tous cos acts et on Ic d6posa dans les
archives de la maison de ville de la nouvelle foundation5 .
La restauration de la ville do Buenos-Ayres fut une idWe trWs-
heureuse de De Garay et prouve mieux que tous ses autres actes
avec quelle vue just il appr6ciait la situation de la colonies ct
combien il 6tait plus preoccup6 du bien g6n6ral que de son int6-
rkt personnel. Buenos-Ayres devint promptement le premier port
des Espagnols sur la c6te oriental de l'Amerique du Sud, et elle
conservera toujours son importance commercial de premier
ordre, par sa situation A l'embouchure des deux plus grands course
d'eau quo posside la moiti6 m6ridionale du nouveau monde. Le
Rio de la Plata est l'artEre naturelle de toutes les contr6es int6-
rieures de co grand continent au sud du Tropique et la route
trace par la nature par laquelle leur progris materiel et moral
a pass jusqu'ici et passer encore A l'avcnir.
II n'est pas n6cessaire de nous Ctendre plus longuoment sur lcs
debuts et le rapid d6veloppement de Buenos-Ayres. Ces details
appartionnent aux histoires locales. Contentons-nous de fire re-
marquer que par la foundation et l'accroissement gradual de cotte
ville, la colonisation de l'Mlat actual de la Plata so trouva assure
et quo, par l'augmentation rapide de sa population intelligent
venue de toutes les parties de l'Europe, elle est devenue le centre
do civilisation pour le pays entier. Depuis qu'on cut appris A
connaitro la veritable civilisation A Buenos-Ayres, il devint impos-
sibie pour les habitants de l'intiricur de persister dans l'ancienno
manibre do vivre A demi indienne. A partir de cette 6poque com-
menga la veritable conqubte du pays A la haute culture, et le dvoe-
loppement de cette conception liberale de l'organisation social
qui amena plus tard la defection des colonies espagnoles de leur
mmre-palrio et do son esprit 6troit.
Lo lecteur doit so rappeler qu'il existait dans les environs de
Buenos-Ayres deux families trbs-distinctes d'Indiens. Au nord
REP. ARG.--. 6








FOUNDATION DE CORRIENTES.


a so fair reconnaitre ct cnvoya en avant a l'Assomption son neveu
Juan de Torres Navarette, avec le titre de lieutenant general.
Lui-meme y arriva vers la fin de l'ann6e 1587, trois ans apres la
mort de Do Garay. L'unique acte d'importance que nous avons a
rapporter comme fait durable dc son administration, est la fonda-
tion de la ville de Corrientes, commence le 3 avril 1588, au-
dessous du confluent du Paraguay avec le Parana, et continue
sous la direction de son neveu le lieutenant g6n6ral". Peu de
temps apres, d6courag6 par les nombreuses et constantes tra-
casseries que lui suscitaient les premiers arrives des habitants du
pays et plus particulibrement les officers superieurs, il so d6cida
Sso d6mettre de son emploi de gouverneur et A retourner en
Espagne".
Nous terminons ici notre histoire de la d6couverte et du com-
mencement de la colonisation du pays du Rio de la Plata et de ses
deuxaffluents, le Rio ParanA etle Rio Paraguay. Nous consacrerons
le chapitre suivant a l'histoire de la colonisation du pays int6rieur
de la RBpublique Argentine actuelle, jusqu'h la mime 6poque oAi
nous venons de nous arreter, et nous nous contenterons de quel-
ques considerations succinctes sur les temps post6rieurs pour
compl6ter notre parties historique".




VIII
COLONISATION DES PROVINCES INTERIEURES DE LA
REPUBLIQUE ARGENTINE.
1542-1585.

On doit a Diego de Almagro les premieres notions sur les vastes
6tendues situ6es au nord du Prou, en descendant jusque vers le
Chili.En 1536 il parlit de Cuzko ct ex6cuta sa curieuse excursion,
qui ne lui rapporta que des miseres et des malheurs. Pouss6, soit
par des illusions chim6riqucs, soit par Pizarre qui voulait 1'6loi-
gner du PWrou, il se lanca dans cette entreprise aventureuse et la









EXPEDITION D'ALMAGRO AU CHILI. 85
poursuivit jusqu'a la fin avec une tenacit6 gale a l'irrEflexion
qu'il avait apportie A la commencer. Apr~s avoir fait ses pr6pa-
ratifs, il partit de Cuzl'o avec cinq cents Espagnols et environ
quinze mille Indiens, suivit la grande route des Incas, qui menait
de la Bolivie dans les provinces septentrionales de la Republique
Argentine et est encore aujourd'huila principal voie de commu-
nication entire les deux pays. II arrival dans les localities actuelles de
Tupiza, Jujuy et Salta, dans la vallee du Rio Guaclipas, qui coule
du sud-ouest au nord-est, et en remonta le course jusqu'A l'embou-
chure du Rio de Sa Maria, par 25055' de L. S. II fut attaqu6 dans
cc trajet par la nation belliqueuse des Calchaquis, qui lui tuercnt
son cheval sous lui. Almagro demeura victorieux et poursuivit sa
march par la vall6e du Rio Sa Maria, jusqu'A ce qu'il fut arrive
dans le desert absolument sterile du Campo del Arenal, au pied
des Cordilleres. I1 franchit la montagne par la Quebrada dc San
Francisco (') et atteignit le sommet des Cordill6res pres du Cerro
de San Francisco, traversa en suivant la meme direction a l'ouest
jusqu'a la Quebrada de Juncal et descendit par la Quebrada de
Paipote, pour venir deboucher dans la region de C6piapo. II fit
halted quelque temps en cet endroit chez les Indiens, pour laisser
ses gens se refaire de leurs fatigues, et exp6dia vers le sud un
officer avec quelques hommes reconnaltre le pays. Ils descendi-
rent jusqu'au Rio Maule (350 20' de L. S.) et Almagro les suivit
jusqu'a Coquimbo (300 de L. S.). Les Indiens quil'accompagnaient
ne voulurent pas s'avancer plus loin, parce qu'ils 6taient arrives
aux limits du royaume des Incas et que les sauvages Araucaniens,
qui habitaient plus loin au sud, etaient tris-mal fames. L'officier
revint et raconta que tout Ie pays au sud 6tait desert et sterile et
qu'on ne voyait aucune trace des m6taux nobles chez les habi-
tants. Les soldats demanderent A rebrousser chemin et Almagro
se vit forc6 de revenir. Lui-mime marcha en avant avec quelques
compagnons et prit la route directed le long de la cote, par le
desert d'Atacama; mais la disctte se fit sentir si vivemcnt dans cc
(*) Voyez la carte du second volume de mon Reise durch die la Plata
Staaten.








86 DIEGO ROJAS PENETRE AU NORD.
difficile voyage, quo les deux tiers do ses compagnons perirent de
faim ct d'epuisement. Los malheurcux Indiens furent les plus
6prouv6s, et A peine si un quart d'entre et'x en revint; les Espa-
gnols perdirent cent cinquante-six hommes et quarante chevaux '.
La triste issue de cette expedition arrctales projects de nouvelles
expeditions de ce -cWt6. Peu apres le retour d'Almagro, la discorde
6clata entire lui et Pizarre, degin6ra bientbt en guerre ouverte, et
apres diverse alternatives de succes se terminal par la mise A mort
du premier (juillet 1538). Apres cet acte de violence, Pizarre
jouit de quelque tranquillity. I1 en profit pour preparer de nou-
velles entreprises, peut-6tre aussi pour donner de l'occupation A
ses officers avides de movement, et en 4540 il envoya son capi-
taine Pedro de Valdivia sur les traces d'Almagro, pour soumettre
les provinces m6ridionales du royaume des Incas. On sait que le
mcurtre de Pizarre, commis par les amis d'Almagro A peu pres
unc annie plus tard (26 juin 1541), 1'6lvation de son fils au
gouvernement du P6rou ct la guerre qu'il eut a soutenir centre le
gouverneur 1lgitime Vaca de Castro envoy d'Espagne, rendirent
impossible toute expedition au dehors, jusqu'A la bataille de
Chupas (16 septembre 1542), qui conduisit le fils a une fin sem-
blable A cell du pero.
Apris ce denouement favorable pour le nouveau gouverneur,
il chercha autant que possible A se d6barrasser des anciens officers
turbulents, qui s'6taient d6dj compldtement habitues a une exis-
tence continuelle de combats. II donna A plusieurs la permission
de tenter des entreprises de conqutte, afin de les tcnir Bloign6s
de la capital et de les occuper.
Diego Rojas fut un des officers charges de ces entreprises. I1
dcvait occuper et soumettre completement la region au sud de
Charcas, dans le voisinage de laquelle on avait decouvert depuis
peu (1540) de riches mines d'argent, qui amenkrent la foundation
de la ville do la Plata. I1 so mit en route avec quelques amis, tels
que Philipp Gutierrez, Franz de Mendoza, Peter Ileredia et trois
cents soldats. I1 suivit la meme route au sud par laquelle Almagro
6tait all au Chili et arrival chez les Calchaquis, qui voulurent lui








NUNEZ DE PRADO OCCUPE LA REGION DE TUCUMAN. 87
resister comme ils l'avaient fait avec Almagro. Rojas fut tuW dans
ce combat contre ces belliqueux Indiens, et comme de coutume
ses compagnons so disputbrent son h6ritago. Gutierrez se s6para
des deux autres ot s'enfuit avec quelques hommes en se dirigeant
vers le sud-ouest pour 6chapper A Mendoza qui voulait l'arreter.
Les autres priront la route du sud-est et traverserent toute la
contr6e dcpuis Salta jusqu'au Carcarahial et par consequent pas-
scrent dans la region des localit6s actuelles deTucuman, Santiago
del Estero ot Cordova. Pendant cc trajet, on apprit des Indiens de
la province de Cordova nomm6s Comechingones, qu'il existait
d6j une colonies espagnole au Paraguay. On se remit en.marche
en remontant le Parana et l'on trouva une croix au pied de laquelle
Irala avait ddpos6 une notice sur son expedition, apres avoir
abandonn6 la colonies de Buenos-Ayres. Mendoza voulait se ren-
dre au Paraguay; mais les soldats s'y refusrrent et massacr6rent
leur chef qui persistait dans son dessein. Ils retourn&rent alors
sur leurs pas et allErent rejoindre Heredia demeure en arribre.
Celui-ci les ramona au gouverneur La Gasca, alors occupy A r6-
primer la r6volte de Gonzalo Pizarre.
Lorsque cette guerre fut termin6e en 1548 et quo le dernior
Pizarro fut tomb6 sous la hachc, Ie gouvcrnour La Gasca trouva
bon d'imitcr la conduit do son pr6d6cessour Yaca de Castro et
d'envoyer les officers les plus remnants A la conquite des con-
tr6es Mloign6es.. Dtermine par les r6cits de IIeredia ou do scs
compagnons sur la beauty des contrces parcourues par cux, il
charge Nufiez de Prado d'en faire la conquete. Cclui-ci se mit on
route en 1550 avcc quatre-vingts Espagnols et do nombroux P6-
ruvicn:. II arriva d'abord sur le tcrritoire des Chiqilanos et on-
suite des Chichas, qui habitaient entire los villas actuelles de
Tarija et Jujuy. Continuant sa march A travers la control monta-
gneuse de Salta, il descendit cnfin dans la plain de Tucuman et
y rencontra les Calchaquis sous la conduit de lour c6l6bre chef
Tucumanao. Nufiez de Prado r6ussit A les repoussor et fonda, au
pied de la montagne 6lev6e d'Aconquija, une ville qu'il appela
Barco de la Sierra, du nom du lieu d'origine du gouverneur. Elle








ARRIVE DE FRANZ AGUIRRE.


Etait place pris du Rio de Escoba (ou Escava, tete de Rio Ma-
rapa), dans la region du village actual de Naranja Esquina. II fut
trouble dans cette occupation par Franz de Villagran qui, part
du Pdrou, conduisait une troupe do renfort A son chef Peter do
Valdivia. Les deux chefs se querellercnt aussitbt, on en vint aux
mains, Prado fut fait prisonnier et contraint de so soumettre au
gouvernement du Chili. Lorsque Villagran fut arrivC pres de
Valdivia et F'cut instruit do sa conquIte, celui-ci envoya son fa-
meux lieutenant general. Franz Aguirre a Barco, pour prondre
l'administration de cotte nouvelle province.Aguirre, homme dur,
ignorant et grossier, so plaisait a tourmenter ses subordonn6s.
II se conduisit ici suivant ses habitudes. II mit d'abord Nuiiez de
Prado dans les chains et l'envoya prisonnior au Chili, pour le
faire juger par Valdivia. Mais Prado reussit A lui 6chapper et
accusa son pers6cuteur d'avoir usurp6 le pays qui lui avait 6td
donn6. Comme on laissa Aguirre tranquille, il gouverna A sa
manibre et souleva contre lui les belliqueux Calchaquis. Ils l'as-
si6dgrent dans Barco, et comme ils 6taient tres-nombreux, ils le
forcerent A s'6chapper de la place avec ses hommes dans une sor-
tie d6sesp6rie. II se dirigea au sud-est et, pendant que les Cal-
chaquis d6truisaient Barco, il parvint dans la contree du Rio
Dulce, of est actuellement Santiago del Estero. II y fonda en 1552
une nouvelle ville qu'il baptisa du meme nom que la capital du
Chili, en y ajoutant del Estero, parce que la contr6e A l'cntour
est plate, basso ct expose aux inondations du fleuve, qui change
fr6quemment son lit. II soumit quarante mille Indiens des envi-
rons, les organisa en reductions et en distribua los encomiendas
A ses officers. Mais les Indiens, encourages par l'excmple des
Calchaquis, l'assi6gerent A leur tour et tinront la jeune ville si
bien bloqu6e, qu'Aguirre se vit encore force de l'abandonner et
do prendre la route du Chili pour y demander des renforts.
Le moment 6tait des plus d6favorables pour une semblable
demand. Les Araucaniens, pleins d'audace et d'intrdpidit6,
avaient faith Valdivia prisonnier en 1553, et un de leurs chefs
l'avait massacre pendant qu'on traitait de son change. Dans ces








ZUIITA DEVIENT CAPITAINE DE SANTIAGO DEL ESTERO. 89
circonstances, son successeur momentan6, Franz de Villagran,
d6clara ne pouvoir se passer d'aucun do ses hommes. 11 garda
Aguirre aupres de lui pour user de son aide et abandonna la
colonie de Santiago del Estero A Juan Gregorio Bazan, qui y tenait
garnison avec quelques hommes. Enfin, Aguirre envoya en '1557
une petite troupe de renfort, sous la conduit de son neveu
Rodrigo. Mais.celui-ci ne put conserver aucune autorit6 sur les
vieux soldats; il fut d6pos6 par les partisans de Prado, et le vice-
gouverneur Villagran se vit forc6 d'y envoyer Miguel Ardiles pour
y r6tablir l'ordre. Pendant ce temps, le veritable gouverneur
Garcia IIyrtado de Mendoza, fils du vice-roi du PBrou Andreas
lyrtado de Mendoza, marquis de Caneta, arriva en 1558 au
Chili ct nomma Juan Perez de Zurita capitaine de la province
de Santiago del Estero. C'6tait un home actif et capable, au-
dessus des basses jalousies de la plupart de ses compatriots, et
pr6occup6 avant tout d'assurer son territoire contre les attaques
des Calchaquis toujours menacants ct toujours insoumis. I1 fonda
sur la frontiere de son territoire trois nouveaux centres de r6sis-
tance pour les Espagnols. II donna A l'un d'eux le nom de Lon-
don en l'honneur de la jeune reine Marie Tudor, quo Philippe II
avait 6pous6e peu auparavant (1554), et a toute la contre6 envi-
ronnante celui de Nouvelle-Angleterre: inspiration assez peu
heureuse, car il serait difficile de trouver un pays plus desol6 et
plus miserable que celui auquel ii donnait ce nom. Zurita s'ef-
forqa d'ktablir des relations amicales avec les Calchaquis. II con-
clut la paix avec eux et soumit les habitants de la vall6c de Cata-
marca, qu'il placa dans des reductions, deposant ainsi parmi eux
les premiers germes de la civilisation.
A cette 6poque (1560) un nouveau vice-roi, Diego Lopez de
Zuniga, comte de Nieva, fut nomm6 au Perou. C'Utait un principle
de la couronne d'Espagne de ne jamais laisser longtemps un haut
fonctionnaire dans son emploi, de peur qu'il ne prit trop forte-
ment racine dans le pays gouvern6 par lui et ne fit defection. Le
nouveau vice-roi pensa qu'il 6tait n6cessaire do s6parer du Chili
une province aussi 6loign6e de la capital que l'etait Santiago del








90 INSTITUTION DU GOUVERNEMENT DE TUCUMAN.
Estero. 1 la s6para de son territoire et institua pour elle et pour
les contrees plus au nord un gouvernement ind6pendant, que
l'on appela Tucuman, nom cmprunt6 au chef des Calchaquis
Tucumanao, ou au nom de Tucma, par Icquel les Indiens desi-
gnaient le pays meme. Zurita fut nomm6 gouverneur de ce nou-
vcau government. Mlais les habitants de London se r6volt6rent.
Ils se plaignirent desr6glements rigoureux dGcretes par le gou-
verneur pour punir les violence commises contre les Indiens et
demanderent A demeurer attaches au Chili. Ils envoyerent secr6-
tement des messagers et firent des offres au gouverneur Franz de
Villagran. Zurita, de son c6te, occupa la ville et fit d6capiter
comme rebelles quelques-uns des habitants les plus influents.
Le m6contentement n'en devint que plus vif. Villagran profit
des plaintes de cruaut6 61ev6es contre Zurita pour le d6poser et
envoya avec des troupes Gregorio Castaieda pour r6tablir la
tranquillity. L'animosit6 g6n6rale centre Zurita 6tait monte si
haut, que le gouvernement se vit force de l'Eloigner de la pro-
vince et de nommer Castaieda gouverneur A sa place.
Castafieda irrita aussi les habitants par sa duret6 et ses regle-
ments s6veres. Il eut bient6t tout le monde centre lui, particu-
librement les Calchaquis, qui avaient 6t6 habitues A un meilleur
traitement par les lois impartiales de Zurita, cause du soulve-
ment des colons espagnols contre lui. Les Calchaquis, profitantde
l'absence de Castafieda, sorti avec une troupe pour aller fonder
sur l'emplacement ou dans le voisinage de Jujuy une ville nom-
m6e Nieva du nom du vice-roi, se revoltrcnt en 1561 contre les
Espagnols, sous la conduit de leur nouveau cacique Juan. Le
soulevement devint general, car les Diaguitas, qui habitaient la
vallie de Catamarca et 6taient d6jA distribu6s en reductions,
y prirent part aussi. L'armee reunie des Indiens so precipita sur
les trois villes fond6es par Zurita etles d6truisit presque complk-
tement. Une heureuse bataille, livree aux Indiens par les deux
officers Nicolas Carrazo et Jilian Sadefio, sauva les Espagnols.
La d6faite des Indiens fut complete et ils demanderent la paix.
Leur chef Juan fut fait prisonnier sur le champ de bataille. Cas-








GUERRE AVEC LES CALCHAQUIS. 91
tahieda, do rctour de son expedition, lui rendit la libcrt6 par un
mouvcment de gen6rosit[ que les Indiens ne comprirent pas. Ils
so pr6parerent silencieusement A une nouvelle attaque et A pren-
dre leur revanche. La revolte 6clata pendant Ic voyage de deux
officers espagnols, Damian Bernal et Julian Sadefio, qu'ils massa-
crercnt avcc leur cscorte. Castaiieda, qui put 6chapper avoc son
arm6e, so trouva bloqu6 dans une 6troite vallEe et fit 6gorger les
prisonnicrs qu'il avait pour intimider ses ennemis. Mais ce spec-
tacle enflamma de colere les Calchaquis; ils se precipiterent de
tous cbt6s avec tant de fureur sur les Espagnols, que Castaiieda
fut trop heureux de pouvoir leur 6chapper apres de grandes pertes
et de se retire avec ses debris vers les ruins de London. Les
Calchaquis l'y poursuivirent et l'envelopp6rent compl6tement.
II regut un petit renfort; mais dans cette triste situation, il re-
connut qu'il ne pouvait plus tenir longtemps. II se d6cida A s'ou-
vrir un passage ct 6 cherchcr un autre lieu de defense. On forma
une colonne d'attaque avec tous les hommes, on placa les femmes
etles enfants au milieu et l'on march A l'ennemi, qui so dispersa et
laissa tomber aux mains des Espagnols une fille du cacique Juan.
Pendant que les Espagnols ex6cutaient leur sortie de London, les
Calchaquis attaqu6rent la ville de Cordova et la detruisirent si
compl6tement qu'il n'en est rien rest debout. Dans ccs circon-
stances, Castanieda jugea le plus raisonnable de faire la paix avec
les Indions. II fit des avances au cacique Juan. Les Calchaquis
devaient payer un tribute annual et leur liberty personnelle leur
serait assure. Juan accept sous la condition que sa fille lui se-
rait rendue. Mais lorsqu'il l'eut pros lui il continue le siege de
Cordova, et les habitants ayant voulu s'enfuir pendant une nuit
sombre il tomba sur eux ot les tua presque tous. IIernanda
Mcjia seul 6chappa ainsi que six soldats, avec lesquels ii put se
faire jour.
La guerre se continue entire les Indiens et les Espagnols pen-
dant toute l'annEe 1562, avec des succes varies dos deux c6tes.
La petite troupe des Espagnols 6tait 6videmment trop faible pour
dompter d'une fagon durable une nation aussi belliqueuse que les




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs