• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Table of Contents
 Half Title
 V.C.J.
 Foreword
 De Saint-Quentin a Cuenca
 A Cuenca
 De Cuenca a Quito; de Quito a Porto...
 A Porto Viejo
 A Bahia, sous la rectorat du R....
 Le commencements de mon rector...
 Du 16 fevr. 1892 a la fin...
 1893
 1894 jusqu'au premier oct.
 D'octobre 1894 au 12 juin 1895
 Du 12 juin 1895 au 1 janvier...
 Nos derniers mois a Bahia
 Epiloque
 Appendice














Title: Souvenirs de l'Equateur (1888-1896)
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00075945/00001
 Material Information
Title: Souvenirs de l'Equateur (1888-1896)
Physical Description: iii, 336 p. : illus., map, plan, ports. ; 20 cm.
Language: Italian
Creator: Grison, Gabriel, 1860-1942
Publisher: Imprimâe par la Direction de la Revue "Il Regno del Sacro Cuore di Gesáu"
Place of Publication: Roma
Publication Date: 1931
 Subjects
Subject: Missions -- Ecuador   ( lcsh )
Missions -- Congo (Democratic Republic)   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00075945
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 39276260

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Table of Contents
        Table of Contents 1
        Table of Contents 2
    Half Title
        Half Title
    V.C.J.
        Page i
        Page ii
        Page iii
    Foreword
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
    De Saint-Quentin a Cuenca
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
    A Cuenca
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
    De Cuenca a Quito; de Quito a Porto Viejo
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
    A Porto Viejo
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
    A Bahia, sous la rectorat du R. P. Irenee
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
    Le commencements de mon rectorat
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
    Du 16 fevr. 1892 a la fin de l'annee
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
    1893
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
    1894 jusqu'au premier oct.
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
    D'octobre 1894 au 12 juin 1895
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
    Du 12 juin 1895 au 1 janvier 1896
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
    Nos derniers mois a Bahia
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
    Epiloque
        Page 317
        Page 318
    Appendice
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
Full Text





SOUVENIRS


DE L'EQUATEUR
par

Mgr. GABRIEL GRISON S. C. J. Vic. Ap.
STANLEY-FALLS
(Congo Beige)







ADVENIL I, TVWM
REGNVM


BV
3625. ,
.C6 14OME-9.i 9 ,
G751
1931





















r^ii
' V-




TVr


Mons. Gabriel Grison S. C. J. Vic. Ap.







Mgr. GABRIEL GRISON S.C. J.
VICAIRE APOSTOLIQUE DE STANLEY-FALLS
CONGO BELGE






Souvenirs de 1'Equateur



(1888-1896)















Imprim6 par la Direction de la Revue:
II Regno del Sacro Cuore di Ges ,,
ROMA VIALE MAZZINI, 32 ROMA
























Facultatem facimus ut typis mandetur.



Datum Romae, die 14 Martii 1931.



P. J. L. PHILIPPE

Praep. Gen.


o La Cardinal Ferraii S. A. I, Tipografia Via Garmanico, 136 ROMA















TABLE DES MATIERES



PAG.

A VANT-PROPOS . . . 1

CIIAPITRE I.

De Saint-Quentin Cuenica . . 7

CHAPITRE 11.

A Cuenca ... .......... .27

CHAPITRE III.

De Cuenca A Quito; de Quito a Porto-Viejo 53

CHAPITRE IV.

A Porto-Viejo . .... . .89

CHAPITRE V

A Balhia, sous le rectorat du R. P. Iir6ne 113

CHAPITRE VI.

Leos comunencerments de mon re'ctorat ... .. .137

CHAPITRE VII:

Du 16 f6er, 1892 a la fin de 1'annee ... 163










VI -


CHAPITRE VIII.

1893 . . ..

CHAPITRE IX.

1894 jus'qu'au l.er oct. .

CHAPITRE X.

D'olc~dbre 1894 au 12 juin 1896 .

,CHAPITRE XI.

iDu 12 juln 1895 au 1.rer janvier 1896 .

S CHAPITRE XII.

Nos dernoere mode a Balhia ..

IEPILOGUE . .

APPENDICE . .


PAG.


. 189



. 13



. 245



. 271



. 393

.31

319



















SOUVENIRS DE L'EQUATEUR















V. c. J.


La mission de l'Equateur, si vite ditruite,
apres de cruelles 6preuves, par la perse-
cution maconnique, est une des plus belles
pages de l'histoire des Pretres du Coeur
de Jesus. Fiddle a son but d'etendre le RMgne
du S. Coeur dans les ames et la Societe, la
jeune Congregation. qui avait a peine dix
ans d'existence, s'en va au large pour en-
treprendre une oeuvre apostolique dans ce
pays nouveau qu'un vaillant chef d'Etat ve-
nait de consacrer au Divin Coeur. C'est
que le Fondateur des Pretres du Sacre-Coeur,
le Tres Rve'rend Pare Dehon, a toujburs su
oser et personnel ne dira aujourd'hui que sa
confiance, toute surnaturelle, a 4te vaine. II
avait d'ailleurs l'esprit trop large et le coeur







- II -


trop apostolique, pou: se disinteresser des
oeuvres apostoliques, meme au loin. Lui-meme,
note, dans ses souvenirs de college, a Haze-
brouck, que l'ideal missionnaire lui parais-
sait etre, un instant, la voie vers. laquelle
il devait orienter son ime. Ne devenant pas
missionnaire, le Pare Dehon sera, par
contre, le Pare de nombreux ap6tres par
sa Congregation. II n'a jamais cesse d'affir-
mer, en effect, que les missions lointaines en-
traient, chez lui au moins, dans le but de
l'Institut. qu'il venait de fonder et nous pou-
vons bien dire que, sur ce point, il n'a jamais
varied dans ses idees.
Lorsque l'auteur de ce livre, le vaillant
Eveque des Falls, qui compete aujourd'hui
43 annres d'apostolat, fut sollicite par un
ami fiddle, de se joindre aux Pratres du Sa-
cre-Coeur de Saint-Quentin, et fit valoir ses
d4sirs d'etre missionnaire, le Pare Dehon
s'empressa de calmer ses doutes en lui 4cri-
vant, en 1883, qu'il pensait fonder bient6t
une oeuvre apostolique. Il tint parole. Quatre
ans aprIs, le Pare Grison fit voile vers l'Equa-







- III -


teur. II en revint, force par la persecution ;
il partit de nouveau, un an plus tard, cette
fois, pour ne plus revenir. Le Congo Belge
venait de trouver en lui un des ses premiers
missionnaires. Avec quelle reconnaissance,
te Pare Dehon parlait de cette .magnifique
mission qui, pourtant, lui avait coite tant de
sacrifices !
La premiere idge de l'apostolat lointain
avait donc port de beaux fruits, malgre un
echec fatal. L'essai de l'Equateur 4tait, dans
le plan de la Providence, comme l'aurore d'un
apostolat plus vaste et plus fecond au centre
de l'Afrique. Digitus Dei est hic. Les Pretres
du Sacre-Coeur de Saint-Quentin sont acquis
d6sormais at l'id6e missionnaire grace au coeur
ardent de leur Fondateur et au courage intrg-
pide d'un ouvrier de la premiere heure. Puis-
sent les jeunes religieux qui liront les pages
de Monseigneur Grison y puiser la lumiere
et le courage pour marcher sur les pas
de leurs anciens Ce sera la plus belle rH-
compense que se puisse imagine l'auteur.
I. PH.
















SOUVENIRS DE L'EQUATEUR



Avant-propos

En 1887, au temps de Paques, un jeune pr6-
tre de talent qui siegeait au S6nat de-Quito, M.
l'abb6 Matovelle, apprenait, dans un pieux jour-
nal, I'existence de notre Congr6gation.
Je pense que ce pieux journal 6tait la revue,
publihe en ce temips-ld a Paray-le-Monial, sous
le haut patronage du baron de Sarachaga et du
comte d'Alcantara et qui 6tait intitulee (( Les Fas-
tes Eucharistiques ,.
Or, M. Matovelle avait fond6 lui-meme a Cuen-
ca l'Institut des ,( Oblats du divin amour ,, don't
le but 6tait presque identique au n6tre. II lai
vint la pens6e d'unir sa Congr4gation. a la n6tre.
S'adressa-t-il a la direction des Fastes Eucha-
ristiques pour entrer en relation avec notre v6ner6
fondateur? Je le suppose, car je sais que le baron
de Sarachaga et le comte d'Alcantara, celui-ci


I_ __ _









surtout, servirent de trait-d'union entire les deux
Sup6rieurs.
Quoi qu'il en soit, le 21 f6vrier 1888, M. l'abb6
Matovelle envoyait a notre T. B. Pbre son adh6-
sion a la fusion de nos Ideux soci6t6s et a PAques,
le T. R. P. Dehon se rendait a Paris pour s'entre-
tenir de ce sujet avec le ministry pl6nipotentiaire
de 1'Equateur, Antonio Flores, qui allait devenir
President de cette r6publique.
En ce moment-ld, I'Equateur attirait les re-
gards des catholiques du monde entier. Un home
de g6nie l'avait porter, en quelques ann6es, au faite
de la prosp6rit6 et l'avait dot6 d'une constitution
admirable, fondue sur la loi 6ternelle et sur 1'E-
vangile. Cet homme, c'6tait Garcia Moreno, que
l"histoire placera a cote de Charlemagne et de
Saint Louis; car ii comprit, comme ces grands
hommes, que les nations appartiennent au Christ
et que leur bonheur et leur gloire dependent de
leur soumission aux lois de son empire.
Sa fibre devise 6tait: (Liberte pour tous et
pour tout, except pour le mal et les malfaiteurs ,.
Il combattit ardemment la F. -. M. '., car il vo-
yait en elle, et avec raison, I'une des forces les
plus odieuses de la cit6 du mal. Celle-ci lui voua
une haine mortelle et le 6 acfit 1875, Garcia Mo-
reno tombait frapp6 par le poignard de la secte et
martyr du Droit ohr6tien.







-3-m

1I mourut a I'heure mime oi. il se rendait A la
Chambre pour y lire le d6cret qui consacrait son
pays au divin Coeur de J6sus (1) et sa derniere
parole fut ce cri sublime qu'il jeta h la face de
ses assassins: (( Dios no muere ), Dieu ne meurt
pas.
L'Equateur, livr6 A la secte, retombait aussitOt
dans l'anarchie r6volutionnaire, mais, en 1883, le
miserable gouvernement de Ventimille 6tait ren-
vers6 sous le coup de l'indignation populaire et
il semblait qu'avec celui de Caamafio, la r6pu-
blique allait rentrer dans la voie glorieuse que lui
avait traces Garcia Moreno.
Le 21 f6vrier 1884, la Chambre votail l'6rec-
tion d'un temple national dedi6 au Sacr6 Coeur
pour proclamer, disait M. Matovelle, la royaut6
social de J6sus-Christ et, deux ans plus tard, le 21
juin 1886, l'arehev6que de Quito ouvrait, dans la
Oapitale, un Congres euchariistique auquel assis-
taient les chefs de la nation et de nombreux d616-
gu6s des autres r6puibliques sud-americaines.
Peut-Atre les pages qui suivront nous laisse-
ront-elles entrevoir pourquoi se sont 6vanouies los

(1) Aujourd'hui, T'on peut voir exlpos6 aux Ga-
leriees Vaticanes ice tres pr6cieux document. I1 fut
porter & Rome et remiss tres solennellement a LAon
XII par Antonio Flores. 'C'est une relique toute
couverte du sang du Pr6si'dent martyr.








-4-


esperanoes que faisaient naitre ces glorieux Bv6-
nements.
Quoi qu'il en soit, le T. B. P. Dehon et M. 1'ab-
bU Matovelle s'6tant mis d'accord pour unir leurs
Congregations, le premier d6signa deux de ses re-
ligieux (1) pour aller prendre, 1'un, a Cuenca, la
direction du noviciat des ( Oblats du Divin A-
mour ), 1'autre, a Azugues, celle de leur cole
apostolique.
C'6tait la premiere fois que notre Congr6gation
envoyait des missionnaires d 1'6tranger. Ils s'em-
barquerent le 10 novembre 1888 a Saint-Nazaire.
Comme l'histoire de cette mission est peu con-
nue des membres de notre Congregation, notre Su-
p6rieur Gen6ral (2) m'a pride de recueillir mes sou-
venirs et de les publier. C'est ce que je viens essay-
er de fire. Malheureusement, je n'ai, ici, ni la col-
lection de notre premiere revue ( Le Regne du S.
C. ) ou nos lettres ont Wte publiees ni les documents
qui pourraient m'etre utiles. [Je u'ai sous la main
que les lettres 6crites par moi a mes parents, con-
servdes par eux et que j'ai retrouvees en ces der-
niers temps pendant mon sejour en Europe (1925)],
et quefques lettres conserves par notre T. B. Pere


(1) Les Phres Ir6n6e Blanc et Gabriel Grison.
(2) ILe T. R. P. Philippe. 6lu Sup&rieur G6ndral
des Prftres du Sacre-Cceur, le 20 janv. 1926, i Rome.








-5-

et retrouv6es dans les papers du R. P. Jeanroy d&
sainte m6mdire.
I1 ne s'agit done que de simples souvenirs, qui
cependant pourraient peut-Atre servir un jour A
celui qui, mieux outili'6 et moins occupy, tenterait
d'6crire 1'histoire complete de cette premiere mis-
sion.
A board du (( Thisville le 13 fivrier 1926.














CHAPITRE I.


Depart
De Saint Quentin A Cuenca.


(10 Nov.-15 D6c. 1888).

Comme nous 6tions les premiers missionnaires
que note Congrga'tion ;envoyai't i4 '6trangr,
notre depart revetit une certain solennit6: le
T. B. PKre voulut que nous allions fair nos
adieux Sittard oit j'avais fait mon noviciat deux
ans auparavant, ,et, a St. Quentin, la veille de no-
tre deport, i; y eut, A 1'Institution St. Jean, une ce-
r6monie don't la semaine religieuse de Soissons
rendit compete en ces termes:
( Nous avons assist r6cemment A une c6r6-
monie qui nous a vivement impressionn6s et don't
ne parent qu'avec attendrissement tous ceux qui
en ont 6tW t6moins.
(( Deux prktres du Sacr6 Coeur, les RR. PP.
Blanc et Grison partaient pour l'Equateur, ofi ils
vont, munis de la b6n6diction du Souverain Pon-








-8-


tife, fonder une maison de leur ordre et propager
leurs oeuvres. A 1'heure solennelle des adieux,
leurs confrBres avaient Wte convi6s' A un salt c6-
16br6 A la chapelle de I'Institution St. Jean et
auquel salsistaidnt touis les 616vs et tous iles
professeurs.
(( M. I'Abb6 Dehon, 6mu comme un pere qui
va quitter pour toujours, peut-Atre, des fils ten-
drement aims, adressa A I'assemble une tou-
chante exhortation qui a fait verser bien des lar-
mes.
i En commentant le texte d'Isaie ( Mittam ex
eis qui salvati fuerint ad genes in mare, ad
insulas longe, et annuntiabunt gloriam meam
gentibus ), il mit en pleine lumiere deux pensses
principles: la grandeur du sacrifice des deux
missionnaires ed la legon de ifoi et de courage qu'ils
donnent.
(( Ds que ce discours eut pris fin, les deux
h6ros de cette fete memorable gravirent le palier
de l'autel et IA, chacun de leurs confreres, A l'ex-
emp:le du v6n6rd Sup6rieur vint baiser leurs pieds.
( I1 est impossible d'exprimer l'impression que
produisit cet acte de foi et d'humilit6 sur la nom-
breuse et sympathique assistance; elle laissera
dans bien des Ames profond6ment remu6es, un
im'p6rissable et salutaire souvenir. Nous en avons







-9-


un sir grant dans les appreciations qu'i] nous a
6t6 donn6 de recueillir.
(Le salut fut donn6 par le P. Blanc (1) as-
sist6 du P. Grison et apres la benediction, chacun
se retira en silence; essuyant les larmes qu'il 6tait
impossible de retenir (jeudi 7 Nov.).
Notre T. B. PBre voulut nous faire I'honneur
de nous accompagner jusqu'a Paris (8 Nov.) et
mime consentit, sur nos ,vives instances, a venir
avec nous jusqu'ht St. Nazaire (9 Nov.). Nous de-
vions nous y emibarquer le lendemain 10 Nov.
qui 6tait un samedi.
Ce jour-l4, dans la matin6e, il nous fit visitor
les environs de la ville oiu l'on trouve de vieux
monuments celtiques, souvenirs des Druides; puis
apr~ s diner, il nouis donna une derni're b6n6dic-
tion et nous conduisit au port.
Notre paquebot ( la France 6tait ancr6 assez
loin en mer et invisible de il'endroit oit nous
6tions; un petit vapeur nous y conduisit. Long-
temps je verrai notre Bon PBre debout sur la
jetee du port s'avangant aussi loin qu'il le pou-
vait pour nous voir un instant de plus, nous sui-
vant du regard et nous encourageant par son
bon sourire.
Un sentiment ind6finissable remplissait mon
Ame: je me sentals a I'un des plus beaux moments
(11) Le P. Blanc 6tait le Sup6rieur.








-10-


de ma vie. Ce jour lI 6tait depuis si longtemps
I'objet de mes ddsirs! Je sentais que Faction de
graces, surtout envers la T. S. Vierge, devait etre
la note dominant de ma vie.
A un tournant du port, I'aimable et douce vi-
sion disparut et nous avions devant nous le b.
teau qui allait nous transporter au delh des mers.
Quelques minutes plus tard, nous en gravis-
sions 1'6chelle de board et nous y prenions posses-
sion de notre cabinet oi nous nous jetions. a genoux
pour r6citer un magnificat d'actions de grAces.
Nous avions redout6 une compagnie plus on
moins genante, mais Notre Seigneur nous traita
en enfanis gates. Nous flames logs ensemble et
seuls d'abord. Plus tard, l'on nous donna pour
compagnon un vieux Pere du St. Esprit; le P.
Francois, vieux routier de missionnaire qui avai'
fait deux fois le tour de l'Afrique et quatre ou
cinq fois le voyage que nous faisions. I1 avait une
chapelle et nous efames le grand bonheur de c&-
16brer la Ste Messe A peu pris tons les jours et
pour nous seuls. Sur le pont nous faisions la con-
naissance de nos confreres, car nous Rtions. 7
pretres A board, mhis tous devaient nous quitter
a la Guadeloupe ou a la Martinique.
Soit A cause d'un chargement trop consid6ra-
ble, soit A cause du temps qui 6tait mauvais, nous
quittames le port seulement le dimanche h 11 h.








- 11 -


du soir. Le lendemain matin, quand je sautais en
has de mon lit, il me semblait que le plancher de
ma cabine se d6robait sous mes pieds et il m'itait
difficile de me tenir debout sans m'appuyer. Le
Golfe sans Atre en fureur, comme il arrive sou-
vent, 6tait un peu d6mont6. Je me hAtais de mon-
ter sur Ic pont pour m'habituer au movement du
navire et respirer I'air frais du martin.
Quel spectacle grandiose que celui de la mer
quand on la voit pour la premiere fois! Partout
I'oc6an avec ses vagues ardoisees, verdAtres,
quelquefois azur6es ou couvertes d'6cume blan-
che comme la neige. Nous dansions sur la pointe
des vagues, les flots se soulevaient, se creusaient.
blanchissaient et se pr6cipitaient contre le navire.
Parfois, apres un movement brusque de roulis,
la vague balayait le pont; mais le spectacle 6tait
magnifique ( Mirabiles elationes maris ). En fait
de mal de mer, je n'6prouvais qu'un malaise qui
se traduisait par un vague mal de t6te et qui
dura quelques jours. Depui's, je n'ai jamais res-
senti le mal de mer, mais combien d'autres sont
plus mal partag6s!
Le 16 (vendredi) nous passions au milieu des
Aqores et les plus beaux panoramas se d6roulai-
ent sous mes yeux: le plus imposant 6tait celui
de I'ile du Pic don't la cime neigeuse se dressait
devant nous A 3200 m. d'altitude. Des nuages at-








- 12 -


taches au iflane de la montagne et l'entourant
leommse d'une ceinture, laissaient merger, au des-
sus de leur masse, la cime blanche du mont qui
brillait aux rayons du soleil dans un beau diel,
tandis qu'au dessotus s'l6tendaient, sur une pente
adioucie, des champs cultiv6s, des bois et des vil-
lages.
Le 21 (Pr6sentation de la Ste Vierge) nous
traversions la line des Tropiques: l'hiver s'6tait
enfui, I'horizon s'6tait agrandi, I'oc6an avait per-
du sa teinte ardois6e pour devenir bleu fonc6, le
ciel 6tait profound et son azur plein de lumibre.
Les levers et couchers du soleil dans, la mer des
Antilles sont d'une indescriptible beauty.
Le 23, dans l'aprbs-midi, mnous arrivions
a Pointe a Pitre, capital de la Guadeloupe: le
navire arbore tous ses pavilions, le canon tone
et nous nous arretons, c'est la premiere fois de-
puis que nous avons quitt6 la France.
Une nu6e d'emrbarcations, montees par des
noirs, arrivent au bateau; nous avons cinq heures
d'arrEt et nous voulons en profiter. A peine l'6-
chelle de d6barquement est-elle fixee qu'elle est
envahie par les noirs qui se disputent nos per-
sonnes. Nous sommes envahis et il est impossible
de faire un pas en avant: (( PNre, M. l'Abb6, M.
le Cure, mon Pere, venez par ici, par ici, ma
barque est la meilleure ,. (( Mais, crie le P. Fran-







-13-


Cois, j'ai retenu la barque d'Henri et tous 4
crier en choeur (( 'est moi qui suis Henri ,. En-
fin, nous voici a terre foulant pour la premiere
fois ce sol d'Am6rique, du pays of nous envoie
la divine Providence.
Le premier aspect de Pointe-a-Pitre est euro-
p6en, mais sa population est presqu'entierement
noire. Nous passons au milieu du march of nous
admirons les beaux fruits des tropiques: une nd-
gresse remplit nos poches de pommes de Cythere
et une autre nous, done des oranges. Nous nous
tendons a l'eglise pour y saluer Notre Seigneur,
puis nous parcourons la ville et meme nous faisons
un bout de promenade dans la champagne. La v6g6-
tation y est splendid: bananiers, cocotiers, cac-
tus giants, lauriers roses, rangers, partout une
luxuriante verdure. Nous rentrons le soir au na-
vire, 6merveill6s de ce que nous avons vu.
Le lendemain, 24 Nov., nous 6tions A la Marti-
nique. Une 6pid6mie de petite v6role, qui regnail
dans 1'ile, ne nous permit pas de descendre a ter-
re, car si nous l'avions fait, nous aurions W6t mis
en quarantine dans les autres ports.
Des montagnes d6chirees en tout sens, de gra-
cieux ceteaux, des rochers basaltiques que l'on
aurait pris pour des ranges de colonnes, d'im-
menses champs de cannes a sucre, une veg6tation
extraordinairement puissante, tels 6taient alors








-14-


les environs de Saint-Pierre. Je dis (( talent ,
car, depiuis, une soudaine ct terrible eruption
volcanique du mont PelM a d6truit la ville et a
dfc changer I'aspect de la contr6e.
Des paysages semblables, unissant toujours la
grandeur a la grace, se d6roulaient sous nos
yeux jusqu'a Fort.de France, ouf nous nous ari,-
tames 24 heures pour y prendre du carbon ---
journ6e itrs fatigante, car la chaleur 6tait atroce
et les passages. ne pouvant quitter le navire y
avaient pour touted distraction les evolutions d'une
douzaine de n6grillons qui .s'6battaient dans 1'eau
autour du vapeur attendant les sous qu'on leur y
jetait et qu'ils ai'aient recueillir en plongeant.
C'est a la Guadeloupe et a la Martinique que
nos Confreres nous quittaient; le P. Franqois prit
de suite un bateau qui l'attendait a Fort de France
prit a partir pour laGuyane et nous restimes seuls
pretres a board.
Enfin le 30 Nov. vers 3 h. nous arrivions a Co-
lon. C'etait, en ce temps la, une ville cosmopolite
ofu se croisaient toutes les races; I'europ6en y cou-
doyait dans les rues le noir et le chinois. C'6tait
I'6poque la plus active des travaux du Canal de
Panama. Nous demandons le chemin qui conduit
a l'6glise de la ville et nous arrivons devant un
misirab le btiment, entour6 d'un marais qu'il
faut traverser sur une planche pour en atteindre









la porte d'ailleurs ferm6e. Nous ne voulons pas
croire que cette triste mason soit 1'4glise et nous
nous 6loignons. Du haut d'un balcony, un Mon-
sieur, qui a vu notre em'barras, crie en espagnol
a un agent qui se trouvait 1a: ( Conduisez-Ies chez
les soeurs francaises ,. Celui-ci, en effet, nous
guide jusqu'aux confines de son territoire et nous
remet entire les mains d'un college lequel nous
rend le meme service et c'est ainsi que d'agents
de police en agents de police, nous arrivons h la
maison des bonnes soeurs de St. Vincent de Paul
trop heureuses de nous offrir leur chapelle pour
y c6lbrer la Sainte Messe le lendemain.
En retournant au navire, nous rencontrons
une procession de noirs masques et affubl6s de
costumes les plus originaux: robes blanches, ver-
tes, jaunes; figures grimacantes, colifichets de
toute sorte, coiffure de plumes des anciens ca-
raibes; tout ce monde danse, saute et joue une
com6die bouffonne en pleine rue; survient le tram-
way de Panama. Le m6canicien tient en main une
canule qu'il dirige gravement sur la foule des
acteurs. Ceux-ci fuient dans toutes les directions
pour 6viter cette douche. Le spectacle vaut la
peine d'etre vu.
Le lendemain nous allions c6l6brcr chez les
bonnes soeurs et moi je fetais, ce jour 14, le ein-










quibme anniversaire de ma premiere messe; c'6-
tait un samedi comme il y avait cinq ans.
Ces saints religieuses ~laient vraiment mar-
tyres de leur charity, car le climate de Colon est
terrible: sur cinq compagnes, venues de France,
depuis deux ans, elles en avaient deja pendu trois.
Deux heures plus tard, apres avoir fait nos
adieux A ( la France, nous motions en chemin
de fer pour traverser l'isthme de Panama: Fo-
rats vierges, v6g6tation puissante et sauvage, ma-
r6cages fangeux d'oii s'elevent des vapeurs mal-
saines et nauseabondes, cg et lI quelques huttes,
quelques villages de noirs, tel est l'isthme.
Les chantiers du canal y 6taient en pleine
activity. Nous apercevions des groups de travail-
leurs oiu quelques europeens dirigeaient des
escouades de noirs, de mulatres et de chinois.
A Panama, oi6 nonus arrivions verse 11 heures,
nous trouvions. au port le steamer anglais qui al-
lait nous conduire A Guayaquil: a 3 h. nous
6tions A bord, mais non sans avoir trim pour re-
trouver nos bagages.
Le port de Panama passe pour I'un des plus
beaux du monde et j'entendais dire autour de
moi qu'il rappelait celui de Constantinople. La
ville est construite en amphitheatre sur la courbe
graecieuse qui limited en cet endroit le Pacifique:
L'on sait que ce nom de Pacifique fut donni &


- 16 -







-17-


cet oc6an par ,Balboa lorsqu'arriv6 au sommet de
la CordillBre, il d6couvrit l'immensit6 paisible.
Emerveill6, il s'~oria: (( mer, que tes eaux sont
pacifiques ,.
Le 5 D6c., des l'aube, nous nous rapprochions
de la cote et nous entrions dans le Guayas. Des
miles d'une incomparable verdure, des forts vier-
ges don't les arbres ressemblent a des colonnades
616v6es sur le board du fleuve; gC et 1A du c6t6 de
l'ocean des eclaircies sur la mer interrompant
la fort et formant de petites planes oii parais-
sent croitre des oranges; de I'autre c6t4, dans la
brulme matinale, parfois une apparition rapide
de la masse des CordillBres, telle est l'avenue qui
pendant 3 h. conduit de la mer au port. Puis,
lout A coup l'horizon s'agrandit, les forts s'dloi-
gnent et voici, sur un fond d'une incomparable
beauty, Guayaquil ( la perle du Pacifique ): nous
la saluons avec transport, nous sommes a l'Equa-
teur.

Il avait Wt6 convenu que M. Matovelle enver-
rait quelqu'un A Guayaquil pour nous y recevoir.
Or tous les passagers qui devaient descendre dans
cette ville avaient dejA quittt le bateau et per-
sonne ne venait nous prendre. Las d'attendre,
nous descendons A notre tour; mais quelle n'est
pas notre inqui6tude?







-18-


Bagages gander, ignorance de 1'espagnol,
absence de voitures, personnel pour s'occuper de
nous, personnel pour nous comprendre. La situa-
tion devient ennuyeuse. Le P. Irenee se decide A
entrer dans un h8tel voisin pour s'y procurer de
la monnaie 6quatolienne et moi j'essaie, sans
grand sueobs, de me d6brouiller avec la douane
quand tout coup quelqu'un m'interpelle en fran-
gais. Enfin la Providence venait A notre secours.
Le bon P. Baudelet, lazariste, le seul pritre
frangais de Guayaquil, apprenant notre arrive
par la rumeur publique et croyant que sa Congr-
gation lui envoyait du secours, s'6tait empress
d'aocourir. C'est lui qui venait de m'interpeller.
De suite il nous tira d'embarras, nous conduisit
chez lui, et t6legraphia A M. Matovelle pour lui
annoncer notre arrive.
Ce bon P:re nous donna tous les renseigne-
ments nbcessaires, nous fit acheter ce qu'il fal-
lait pour notre voyage de Cuenca et fut, en tout,
notre ange garden. La piet6 et la r6gularit6 de ce
saint pretre furent pour nous un grand sujet d'6-
dification; il 6tait seul, mais il faisait sonner
tous les exercices, comme s'il eit vecu au milieu
.d'une grande communaut6, et, A table, un vieux
serviteur lui faisait la lecture pour lui tout seul.
En ce temps lA, Guayaquil 6tait une grande
ville pour le pays, 35 A 40.000 ames, mais comme








--19-


A Colon et A Paxiama, pas de propret6 dans les
rues, pas d'industrie. Tout ce que l'on y vendait
venait d'Europe ou des Etats-Unis. Toutefois la
ville paraissait en voie de transformation et, de
touis c6t6s l'on y voyait con'struire de nouvelles
maisons tres l16gantes. Les constructions 6taient
vastes, mais toutes en bois, A cause des tremble-
ments de terre tres frequents dans ce pays.
Ne relevant pas de r6ponse au tel6gramme du
P. Baudelet, nous primes la resolution d'aller
seuls A Cuenca et nous quittAmes Guayaquil 1&
jour de 1'Immacule Conception A minuit sur un
petit bateau qui faisait le service entire cette ville
et Naranjal oa commengait I'ascension de la
Cordil'lre.
Ici, je dois mentionner un fait qui gAta un
peu notre voyage. A certain indices, A certaines
remarques et surtout A certaines paroles, le P.
Ir6nbe s'6tait persuade, que nous 6tions surveil-
16s par les agents de la F.'. M.'., il alla meme
jusqu'A m'affirmer, sur ce petit bateau qui nous
conduisait A Naranjal, qu'il avait entendu, pen-
dant que je dormais sur un banc, une conversa-
tion oui il avait W6t dit que 1'on nous ferait dispa-
raitre ce jour-la, sinon A la premiere tape dans
la montagne.
Je lui fis remarquer qu'il ne comprenait pas
assez l'espagnol pour suivre une conversation et







-20-


puis la chose me paraissait si invraisembla'ble!
Mais il m'opposait des affirmations si prciises
que je ne laissais pas d'etre influence, d'autant
plus qu'il 6tait nion sup6rieur, et, qu'en fait, nous
avions fait 'Panama certain rencontre tres
strange don't je n'ai pas voulu parler.
Le bateau nous d6posa vers 9 h. du matin sur
une plage d6serte oi nous devions attendre des
dhevaux pour gagner Naranjal. Peu A peu, nos
compagnons de voyage .virent arriver les leurs
et nous finimes par rester seuls pendant 6 mor-
telles heures qui devinrent des heures d'angoisse.
Enfin, nos ehevaux arriverent vers 4 h. et nous
pilmes continue notre voyage. Pendant deux
heures, nous chevauchons sans encombre dans une
plaine admirable au milieu des bananiers, des
oranges, des caf6iers, des icacaoyers et vers 6 h.
nous arrivons A Naranjal oA nous logeons chez
le Cure de l'endroit, A qui nous avait recommends
une lettre du P. Baudelet.
11 fallut y passer deux jours en d'intermina-
bles discussions pour louer guide et montures.
Enfin nous voici prets A faire I'assaut de la Cor-
dillbre: un grand panama sur la tete, un ample
manteau de caoutehouc qui envelope Itout le
corps laissant les bras libres (poncho de agua), des
bottles armies d'6normes 6perons, voila le costu-










me obligatoire pour voyager a cheval dans les
Andes.
iNous partons a midi; vers i h. nous rencon-
trons un premier ( tambo ), c'est le nom que l'on
donne aux humbles abris qui, a l'Equateur, ser-
vent d'h6teIlenie au voyageur. Notre guide des-
cend de cheval et nous invite A l'imiter. Mais
le pere IrWnBe qui croit plus que jamais au dan-
ger don't j'ai parl6 et qui veut dejouer le plan
de nos ennemis supposes, continue sa route. Le
guide, m6content, refuse de nous suivre et nous
laisse partir seuls.
Nous marchons une here et demie encore et,
montant toujours, nous arrivons a une clairiere
au milieu de laquelle nous voyons une maison
d'honnite apparence. Nous mettons pied a terre.
Un home A la figure sympathique s'avance vers
nous. Le pere essaia de lui expliquer notre &itua-
tion, mais nous avons devant nous un lettr6 et la
conversation, commence p6niblement en mauvais
espagnol, se ponsuit en latin. Ce brave home (un
propri6taire de hacienda sans doute) connait M.
Matovelle; il nous declare que nos craintes sont
chim6riques, ce que je pensais bien et qu'en tout
cas, dhez lui, nous sommes en sfiret, car, pour
nous atteindre, ii faudrait !ui passer sir le corps.
Tout cela tranquillise le P. Irenee et nous permit
de jouir en paix d'in spectacle merveilleux. Nous


-11 -








-22-


sommes A 1200 m. d'altitude environ; au-dessous
de nous les 6clairs sillonnent les nuages attaches
au flanc de la montagne, mille 6chos nous renvoi-
ent les grondements du tonnerre. Au delA des limi-
tes sombres de 'orage et au pied de, la montagne,
1a-bas, du cote de I'ouest, la plane du Naranjal
6olairbe par les derniers rayons du soleil qui,
bienloin sur l'ookan, se, couche dans sa gloire.
'Le lendemain nous partons ide bonne heure et
nous rentrons bient6t sous le d6me des grands
bois. La fort 6quatoriale tapisse, jusqu'a 2000 m.
d'altitude environ, le versant occidental des Andes.
Cette fort, elle, est indescriptible: des arbres ma-
gnifiques qui se melent, s'entrelacent, croissent
les uns sur les autres, des lines qui atteignent les
plus hauts sommets pour descendre en draperies
de verdure et remonter encore en formant des ara-
besques fantastiques; des plants parasites g6an-
tes qui font apparaitre les feuillages les plus di-
vers sur un meme tronc; au milieu de ces abimes
de verdure, des oiseaux de toutes couleurs, des
reptiles, des milliers d'inseletes de toute forme,
une vie intense.
AprBs 9 h. de march nous rencontrons une
pauvre cabane. Nous 6tions fatigues, aller plus
loin, c'ktait nous exposer A passer la nuit A la be!le
Wtoile, nous n'avions aucun renseignement sur le
chemrin.








-23--


Bref, nous mettons pied a terre et nous nous
pr6sentons.
Tout d'abord ncus effrayons ces braves gens,
ils nous disent qu'ils n'ont point de place pour
nous recevoir. ( Chargez-vous de nos chevaux, et
nous nous tirerons d'affaire ,. a Pouvez-vous
nous donner quelque chose a manger? N <(Non,.
- ( Donnez-nous, du moins, un peu de lait et de
caf6 ,
Ici 1'on ist a peu pris sfir de trouver toujours
.du cafe. 11 pousse spontannment dans les bois.
On nous apporte du lait. Vraiment, je n'en a-
vais jamais bu d'aussi bon; puis une tasse de caf6.
, Mais nous jn'avons pas de sucre ,", disaient ces
pauvres gens. La verite, c'est qu'ils n'osaient pas
nous presenter leur sucre, car nous avons trouve
que le cafe 6tait d6licieusement sucre. Tout eela
se passait devant la porte, iii1 le seuil de la caba-
ne. Peu A peu, il'on se familiarise, les petits gar-
cons, les petites filles se montrent et viennent nous
baiser la main en nous disant: ( Lou6 soit Jesus-
Christ, petits Pares ,.
La cuisine 6tait le seul appartement de toute la
famille et il n'y avait pas moyen assur6ment de
coucher A l'int6rieur. Nous tendons une natte de
jonc sur le pas de la porte, nous prenons les selles
de nos chevaux pour nous servir d'oreillers, I'on
forme une sorte de paravent avec une autre natte








-24-


pour nous preserver centre l'air froid de ,la nuit et
nous essayons de dormir.
Il y avait A 30 m. de nous un affreux ravin au
fond duquel roulait un torrent don't le bruit res-
semblait i celui d'un train en march.


Aspects caraet6ristiques des Andes: le mont Quilindha, 4100 m.
A ses pieds on apergoit le petit et tranquille lac homonyme.


Le lendemain matin, apres la tasse de cafe r6-
glementaire, nous remontions A dheval.
Au doel de la fort commence la region des ar-
bustes a fleurs 6tincelantes et des hautes herbes,
nous traversons des halliers de pluchias giants;
plus haut encore c'est la prairie, puis au delA,









-25-


I'herbe rabougrie des (( paramos' et enfin les ci-
mes d6nuiudes et noircies de la cr6te des Andes.
Tantot nous mentions pendant des heures au mi-
lieu de rochers abrupts, tant6t nous descendions


Aspects carat6ristiques des Andes: la Narine du Diable, 1900 m.
Un minuscule chemin de fer en parcourt des flancs. Sa construc-
tion remote h la fin du sidcle dernier, elle est 1'oeuvre du
President E'loy Alfaro tristement c6l1bre qui fut le chef du
lib6railisine 6luatorien. Ce chenrin de fer unit la capital Quito A
Guayaquil, port principal de la R6publique.

an fond des ravins, nous longions des precipices off
roulent avec fracas des torrents qui tombent du
sommet des montagnes. Vers 2 h. de l'apres-midi,
nous frandhissions le .sommet de la Cordill're
pour descendre vers les plateaux qui s'etendent


Fi~ ~----~-`--




,.k "

'C
*i .. ~








- 26 -


entre les deux chaines des Andes et of habite la
plus grande parties ide la population 6quatorienne.
Lh-bas dans la plaine du Naranjal nous 6touffions,
1'on grelotte sur ces hauteurs. Nous avions admi-
r la grandeur du Tout:Puissant dans I'immensit6
de l'ocean, nous 'a dmnirions encore davantage
dans ces gigantesques et silencieuses montagnes.
Nous passdmes la nuit de ce troisimne jour dans
un vaste hangar qui abritait djah plusieurs carava-
nes. Notre guide avait fini par nous rejoindre. Le
quatrieme jour, dans la matin6e nous trouvions ena
fin une rcute semblable A nos routes europ6ennes.
C'est celle que Garcia Moreno avait commence et
qui devait relier Cuenca A Guayaquil. Si ce grand
homme avait v6cu quelques ann6es encore, il au-
rait transform 1l'Equateur et en aurait fait le
pays le plus prospire de i'Am6rique du Sud. Pris
de Cuenca, cette route devient une magnifique ave-
nue bordee de rosiers giants hauts de 6 metres et
tout couverts de roses, et de jardins don't les mure
sont tapissss de geraniums qui croissent spontane-
ment entrt les pierres. Enfin le 15 d6c. vers midi
nous arrivions au term de notre voyage. A notre
entree dans la ville, nous rencontrons les Peres de
M. Matovelle qui, au dernier moment prevenus ic
notre arrive, Mtaient aocourus pour nous recevoir.
Ils nous accueillent avec une bont6 et une affec-
tion touchantes.
















CHAPITRE II.


A Cuenca


(15 d6c. 1888-15 juillet 1889).

S6nateur, orateur eloquent, pretre pieux et
z6L6, M. Matovelle jovissait d'un grand prestige
aupris de ses compatriotes. NaguBre encore, sa
parole avait 6tW assez puissante pour ainener les
Chambres A d6clarer que l'Equateur ne prendrait
aucune part officielle A l'Exposition internatio-
nale du 1889 parce que celle-ci, centenaire de la re-
volution franchise, 6tait la glorification d'idees
subversives et antichr6tiennes.
II venait de fonder la petite Congr6gation des
.Oblats du Divin Amour. Celle-ci avait d6jA deux
maisons: l'une & Cuenca ob residait M. Matovelle
avec deux pretres (PP. Corral et Bravo) et quel-
ques novices; I'autre A Azoguis don't la paroisse
avait 6t6 confine A deux religieux du Nouvel Ins-
titut.










Malgr6 les apparences d'un aimable accueil,
il nous 6tait permis de nous demander si M. Mato-
velle ne regrettait pas sa d4marche aupres de no-
tre Suphrieur G6ndral et s'il 6tait satisfait de
notre arrive, car, malgr6 ce qui avait Wt, convene
personnel n'"6tait venu nous attendre A Guayaquil,
- et, de plus, nous n'avions regu aucune r6ponse
au t6l6gramme envoy par le P. Baudelet pour
nous annoncer il est vrai qu'6 lI'Equateur les
t6l6gramme's restent parfois en route.
Le jour meme de notre arrive', nous dfimes
sans doute faire une visit A 1'Ev6que de Cuenca,
car, des le lendemain, nous recevions la sienne,
puis celle du Supriieur de son s6minaire et de
plusieurs autres personnel. Le Sup6rieur du SBmi-
naire 6tait venu accompagn6 de ses jeunes s6mi-
naristes. Cuenca 6tait en ce temps l une ville de
30.000 ames: elle est placee a 2600 m. d'altitude
au milieu des montagnes sur l'un des plateaux
qui s6parent les deux chains des Andes et sous un
ciel qui etait sans doute celui du Paradis Ter-
restre.
Quand je dis une ville, ii ne faudrait pas .-
voquer I'id6e de nos cites europ6ennes. A Guaya-
quil, A Naranjail, les maisons sont en planches
immense avec de grades ouvertures sans vitre,
a cause de la cha'ekur qui y regne toute l'ann&e- A
Naranjal nous avons vu un syst,6me de construc-


-28-









. tions plus simple encore: une dizaine de perches
sont fich6s en terre; A 4 m. du sol, un plancher,
souvent de bambou, est attalbh ; ceis perches; les
murs sont en planches de bam'bou et, sur le tout, il
y a un toit en feuilles de bananiers. L'on monte A
ces appartements avec une 6chelle. A Cuenca, les
maisons sont en terre battue, foulbe, moule et
s6ch6e dans un encadrement en bois d'un me-
tre de large que l'on monte peu i peu jusqu'a la
hauteur voulue. Ces maisoris sont construites pour
tenir contre les tremblements de terre. Evidem-
ments, elles sont sans stages et on les blanchit A la
chaux.
Les rues de la ville sont 6troites, ordinairement
paves et souvent avec un ruisseau au milieu.
La maison oA nous ffimes regus Rtait assez
grande; elle format un vaste carr6 autour d'un
jardin interieur rempli de fleurs. A c6t6 de la
maison et y attenant, la chapelle grande come
une 6glise do paroisse et d'ailfleurs ouverte au pub-
blic; puis un grand champ de luzerne qui, au be-
soin, devait servir aux constructions futures. (Voir
ci joint le plan que j'ai fait en ce temps l).
Voici ce que j'6crivais a mes parents en leur
envoyant le plan de notre maison: ( Je vous trace
ces lines dans ma petite chambre qui a bien
2m. 50 de long sur 2 m. de large; un bureau sur
lequel sont 6pars quelques livres, une chaise, un








-30-


lit, une table de nuit, voilh tout I'ameublenent.
J'ai devant moi ma petite statue de N. D. de Lour-
des, une image du Sacr6 Coeur, iuie de S. Joseph
et un crucifix qui m'a 6tW donn6 au depart par la
Superieure de nos Soeurs; ma fenetre est ouverte
sur ce petit jandin int6rieur don't j'ai parl6. II a
la forme d'une ktoile sem&e de gazon, les entre-
rayons forment de petits jardinets qui appartien-
nent A chacun de nous et oii nous cultivons les
fleurs que nous aimons davantage. Le mien est
une priere A la Sainte-Vierge, 6crite avec des pa-
querettes, des myosotis et des jacinthes. J'ai plan-
t6 en bordure des rosiers, des geraniums et des
oeillets. Vous pouvez voir d'ici toutes ces jolies
fleurs qui commencent h donner. C'est ici que je
me surprends A rover le soir A la vue de ce beau
ciel de l'Equateur qui n'a rien de comparable. Je
regarded ces belles 6toiles et je pense qu'elles ont
pass sur vos tites, il y a dejA 6 h. ma;s un peu
inclinees A l'horizon. Ici elles ont un Mclat extraor-
dinaire. L'autre jour, rentrant dan's ma Chanibre
le soir, j'6tais 6tonn6 d'y voir si dlair, alors qu'il
n'y avait pas de lune. C',ltait Venus qui brillait
par la vitre, sa lurmiere est si vive qu'elle donne
de l'ombre aux objets... ,.
Quelque temps aprbs notre arrive, I'on cele-
bra A ,Cuenca ce que l'on appelle lA-bAs !e ju-
bile ) mais il s'agissait simplement des 40 heures.












.PIlANTA DELLA CASA DI CVENCA

(REPVBBLICA
UELL:EQVAT'PE) / I : I1,;1 12 11 6 6 I


.. -LEGGfNDA-


9 Corrlaco/o d r/creaz
9 .y'ce#oro
l a /S-^ianu'evd Po'rt
'3 -B/ t/otca
/4-/ 8 Corrado/ o
/5 G /ar,-d ,,.' P-or/
16-17-CJnze aPe/ /Oair
9-ClPpe//c1 cosrIn


2&o 2j-Jta,,2edP 'Fd.4
/5 -Td~P~//d~"roY'*nA'owZ/
25 P7-C2'rr'doo
/8- ~69,/da, 0/

29- .VestSol
5*~j- Cba'jd/i


Plan de la maison d e uenca: 15 jardin interieur en former d'6-
toile, a- h jardin des PBres; c. jardin du P. Gabriel.


/- Etrf/dr
2- Cor,-e
5 -Ingret>o
4 Cor-r/oo/o
5- Camere .

X- Corf/ge
7 Cc,,-,








--32-


Le Saint-Sacrement rest expos pendant 4 jours
dans chacune des 6glises de la ville, chaque 6gii-
se ayant cet honneur A son tour. Cette exposi-
tion solennelle dura 6 semaines. (Or au conimen-
cement de janvier (1889) ce ifut le tour de la notre.
J'avais vu Lourdes, a Paris, a Sittard des actes
de foi splendides, mais je n'avais pa's encore va
ce que je vis alors a Cuenca. Notre Seigneur pa-
raissait Rtre vraiment le Roi de ce people.
Sans doute notre 6glise n'itait pas belle, ses
murs 6taient pauvres, la construction n'en n'6tait
pas .artistique; mais, pendant 4 jours, les gens du
quarter travaillbrent a la transformer en une sorte
de paradise. Le choeur tout entier 6tait un massif
de fleurs au milieu desquellcs apparaissait le St.
Sacrement dans une gloire malgnifique. Depuis
les premiers degres de l'autel jusqu'a la voile.
tout 6tait fleur, or et flamme. On brilait les par-
fums les plus suaves qui se melant a ceux des
fleurs, remplissaient I'6glise de senteurs d6licieu-
ses. A chaque instant l'on apportait de nouvelles
fleurs. Les lys, les giroflees, les jainthes, les ro-
ses, les geraniums brillaient devant le St. Sacre-
ment. Jamais l'6clat de nos premieres commu-
nions n'a depass6 la splendeur des fetes telles que
je les ai -vu c6l6brer a Cuenca. Des guirlandes,
des teintureg blanches et or d6coraient gracieose-







-33-


meant 1'4glise remplie du matin au soir par un
people nombreux d6bordant d'amour et de foi.
Que les fetes chretiennes sont belles quand on
kes c616bre comme elles doivent I'etre! C'est le
ciel sur la terre.
L'on peut se demander pourquoi ce people, qui
cst si catholique, ne songe pas aux pauvres sau-
vages qui sont a c8t6 de lui sur le versant des
Andes orii.lale-. Parce qu'i, n'a pas, dans u as-
sez haut degr6, l'esprit de sacrifice qui convien-
drait A sa foi. Ce qui fait qu'il ne sait pas letter
centre la tyrannie de l'esprit r6volutionnaire ni
mime centre celle de ses passions. Et c'est ainsi
qu'au milieu de demonstrations aussi puissantes
et aussi merveilleuses que celle don't je viens de
parler, I'on i)eut trouver un d6reglement de moeurs
bien peu compatible avec une foi d'apparence
aussi vive.
La r6flexion que je vien de faire est g6nrale:
elle tombe sur le people 6quatorien tout entier.
Toutes les villes de l'Equateur sont loin de res-
sembler a Cuenca que l'on appeilait Cuenca la
Sainte.
L'espagnol n'est pas une langue difficile pour
un frangais; aussi dans un milieu oi personnel
ne parlait notre langue nous fimes bien vite en 6-
tat de comprendre nos confreres et de nous en fai-
re comprendre. Je me souviens que j'ai commence







-34-


A entendre les confessions pour la fete de la Pu-
rification de la S.te Vierge le 2 f6vrier.
Nous 6tions venus pour un but bien precis: la
fusion de nos Congr6gations. Or M. Matovelle nous
apprit de suite qu'il s'agissait de fonder une mai-
son a Quito, d'y accepter la charge de construi-
.re la basilique national qui devait' tre, dans la
Capital, le signe de la consecration de la Repu-
blique au Sacr6 Coeur. II dut faire connaitre ce
project sans tarder i notre Sup6rieur G6onral, car,
dBs le 14 mars, colui-,ci.me d6signait pour cette
foundation avec le P. S6bastien, le F. Anschaire et
le P. Benoit qu'il allait nous envoyer. II promet-
tait un autre pare qui resterait d Cuenca avec le
Pere Ir6nke. II ne le nommait pas parce qu'il vou-
lait causer une d6licieuse surprise a ce dernier:
il s'agissait de son propre frere, le P. Bruno.
Peut-Rtre est-il utile de dire ici un mot sur la
g6ographie g6nerale de l'Equateur. Ce pays est
divis6 en trois zones tres distinctes qui sont loin
de se ressembler: la plaine du littoral oi le cli-
mat est g6nkralement trbs sec, mais tropical; les
hauts plateaux de l'int6rieur oii rigne un prin-
temps 6ternel et la Province de "'orient qui des-
cend des Andes orientales jusqu'au Br6si'l. Cel-
le-ci est, en grande parties, recouverte par une
fort impenetrable ou vivent des Indienis sauva-
ges qui ont 6chappB a toute domination, m~me








-35-


a celle des Incas; du pied des Andes A la fron-
tibre, le climate de cette parties de l'Equateur,
d'ailleurs assez peu connue, cst chaud et humide.
Ces trois zones sont s6parees par ]a double
chaine des Andes qui parcourt tout le pays du
Sud au Nord sur deux lignes parallbles relies de
temps en temps par des 6chelons qu'il faut fran-
chir pour passer id'un plateau A l'autre. Grace A
ces montagnes qui s'6lvent jusqu'aux neiges Bter-
nelles, la r6publique de l'Equateur jouit de tous
les climats du monide. Le matin vous pouvez er-
rer A travers les forces vierges sous ides omibrages
impen6trables ou a travers de magnifiques prai-
ries arrosoes par de nombreux course d'eaux (prov.
de los Rios); le lendemain au soir, vous serez
dans les neiges ct dans les glaces, un vent froid
vous coupera la figure, vous traverserez d'6pais
brouillards dans la desolation des terres polai-
res. Les quatre saisons et lcs cinq zones du monde
sont echelonn:es sur le versant des Andes et, en
2 jours, I'on peut se croire transport du Sen,-
gal au Groenland. Ici, ce qui fait la difference du
climate, ce ne sont pas les'saisons, mais unique-
ment 1'l66vation du lieu au dessus de la mer et
le climate que ipossede un endroit quelconque, en
raison de son altitude, il le possede toujours sans
aucun changement.
L'on cultive, dans la plane du littoral, le ca-








- 36-


cao, le cafe, le coton, la canne A sucre, le tabac;
I'on y trouve le caoutchouc, I'ivoire v6g6tal, des
arbres pr6cieux pour leur bois ou pour leurs par-
fumrs. Sur les. plateaux, I'on cultive le mals, la
pomme de terre, le bl6, 'orge, leis haricots et nos
arbres fruitiers europ6ens, mais leurs fruits n'ont
pa's la saveur deis n8tres. Des essais ont t6W faits,
parait-il, dans les environs de Cunenca, pour y
planter la vigne: ils n'ont pas reussi; mais peut-
6tre s'y est-on mal pris.
La population 6quatorienne est form6e par les
descendants des colons espagnols qui vinrent dans
ce pays aprbs la d6couverte de l'Am6rique et par
les Indiens qui en sont les indigenes. Les premiers
sont de beaucoup les moins nombreux, mais l'auto-
rite. le commerce et I'industrie leur appartiennent;
l'indien vit tranquillement danis'son village, sans
s'occuper de politique et sans ambition.
Le long du littoral l'on trouve aussi un certain
nombre de noirs, descendants des anciens esolaves
imports d'Afrique.
A cote de ces races bien distinctes, il en existe
une autre qui provient du melange des premieres
et don't les individus sont appeals cholos.
L'Europ6en habite la ville de la c6te et les pla-
teaux de l'int6rieur. Les indiens sont peu nombreux
me semble-t-il sur le littoral, mais sont les seuls
habitants de la province orientale. L'indien qui







-37-


vit sur les bords de la mer est de taille moyenne,
assez faible de constitution, mais courageux. A
Cuenca il a une couleur plus foncee, les traits sont
grossiers, les cheveux noirs et 6pais et I'ajpect mB-
lancolique. Les indiens de 1'iOrient sont de beaux
homes au regard sauvage et defiant, ils sont A
peu pros nus et tatoues. J'avais, en ce moment-la,
le desir le plus vif d'aller les convertir.
Les environs de Cuenca offrent des panoramas
plutot s6veres, le sol en est boulevers6, comme un,
peu partout a l'interieur, A cause du voisinage des
vo:lcans. Douze cimes 6ternellement couvertes de
neige jalonnent les deux chaines dels Andes; vingt-
deux le sont de temps en temps et sept sont cou-
ronn6es de volcans; de lh, la fr6quence des trem-
blements de terre.
Au commencement de mars, nous edmes l'oc-
casion d'ex'p6rimenter ce qu'etaient ces derniers.
Une nuit, nous nous 6veillons brusquement, les
murs s'agitent, les tuiles dansent, les gens crient,
les .ohiens hurlent, puis tout rentre dans le si-
lence. Nous en fimes quittes pour la peur, mais
ils ne sont pas toujours aussi inoffl'iif.s.
Le 19 mars, le P. Ir6nde prit la direction du
noviciat; quelque temps apres nous efmes 1'oc-
casion de voir comment l'on c6l6brait la Semaine
Ste. a Cuenca. Je recours d une lettre que j'ecri-
vais en ce temps-la:







-38-


( Apris avoir c61ebre fraternellement Ja CGne
je suis sorti dans 1'aprbs-midi, pour faire la visit


Inliens avec leur ponche. esp)ce die
blouse sans manmhes.

des reposoirs avec nos PNres et nos jeunes gens,
Les rues nous offrent un spectacle tres idifiant,


`
,~

.1. :.
Fr1

~tD'








-39-


mais assez curieux pour des yeux europ6ens:
Eliles sont remplies de monde; 1'on va, I'on vient,
l'on se croise ai chaque pas par petits groups
de 3, 4, ou 5 personnel. Tous gatdent le si-
lence ou rIcitent le chapelet A mi-voix. Ils sont
endimanches: les Blancs A J'Europ6enne, les In-
diens avec leur poncho. (C'est, si je ne l'ai pas
dit, une espkce de blouse sans manches, au mi-
lieu de laquelle on passe la tAte et qui envelope
tout le corps jusqu'aux genoux dans de tres am-
ples plis).
Nous 6tions trois; j'aurais bien voulu fire
mes reflexions, mais nous 6tions .forcement obli-
g6s de garder le silence pour fair come tout
le monde. Nous traversons cette animation silen-
cieuse et nous faisons nos visits. Beaucoup de
monde dans les 6glises: I'on entire, l'on sort,
mais dans un grand recueillement. Nous ren-
controns un d6tachement de soldats qui font les
memes visits sous la conduite d'un officer. Ils
r6presentent assez bien: veston et pantalons gris-
bleu, k6pi bleu-noir avec raie rouge. Plus loin,
nouvelle rencontre, c'est unle procession assez
longue uniqueinent compose d'hommes et r6ci-
tant le chapelet haute voix. C'est sans doute
quelque conference de St. Vincent de Paul.
'Les rep6soirs sont dans le goft du pays. Beau-
.ujup de papier dora, argent6, des couleurs mb-








- 40 -


talliques 6tincelantes, des brillants. Le goAt 6qua-
torien est peut Utre un peu gat6 par le soleil: il
lui faut des couleurs 6clatantes dans les d6cors,
des sons. bruyants, quelque chose de th6atral en
musique et de I'anis dans son pain. NManmoins,
grace sans doute aux religieuses frangaises qui
tiennent les 6coles, il y a, h Cuenca, des mains
d6licates qui travaillent finement et de fait, les
personnel qui s'6taient occupies de notre repo-
soir I'avait tres bien compos.' C'etait le plus beau
de la ville. Le fond est blanc, or et azur, le Ta-
bernacle est trbs Blev6 surmont6 d'un dome que
la croix couronne. Deux anges agenoui'les sur des
colonnes gracieusement disposes Ai droite et a
gauche dcartent un voile de pourpre pour lais-
ser entrevoir la porte du tabernacle, blanche avec
un Sacri Coeur sculptU au milieu et des rayons
d'or. Au deuxibme plan, suspendus dans les airs,
les ailes 6tendues, deux cherubins 6cartent d'au-
tres tentures cadrant admirablement avec les pre-
Smibres, blanches avec des franges d'or et nou6es
au sommet dans un bouquet de fleurs. Ici lorsqu'il
s'agit du culte du T. S. Sacrement I'on ne cal-
cule pas. Nous avons toujours 6 lampes allumfes
devant le tabernacle dans le sanctuaire.
,Mais revenons au jeudi saint. Le soir, apras
l'office des t6n6bres que j'avais eu l'honneur de
presider, I'on 6teint les lampes, on entonne le mi-








- 41-


serere et tous de se donner la discipline dans
l'obscurite la plus complete, les homes 6tant
places d'un c6tW et les femmes de l'autre. J'Ftais
stupdfait.


A la fin d'avril, sans attendre les PRres que
nous avait annonces notre SupBrieur Genhral, M.
Matovelle prit le chemin de Quito pour y aller pr6-
parer la nouvelle foundation. Le voyage de Quito
dure 8 jours A travers un pays indescriptible et
je me rejouissais de le fair. Je ne le fis pas, lu
moins en ce moment IA. !Le P. Ir6nde se plaignant
de maux de tWte que lui donnait sa classes de theo-
Io:e (c'est la raison donnee par M. Motovelle A
notre PNre G6neral pour expliquer cette substitu-
tion) je pris la classes et le noviciat et le P. Irbnde
partit A Quito avec le P. S6bastien, le F. Anschaire
et le F. Benbit. Ceux-ei, arrives vers la mi-Mai A
Cuenca, n'Y resterent que quelque jours. Le P.
Bruno, venu avec oux pour 6tre ,e conmpagnon de
son frere, fut le mien; il devait prendrc la direc-
tion de 1'6cole apostolique dIs que celle-ci serait
construite. Si j'ai bon souvenir, il y avait un em-
bryon d'6cole apostolique A Azugues, mais M. Ma-
tove'l'e pensait A en faire venir les &lves A Cuen-
ca dbs que leur logement serait pret.
Faut-il donner ici un detail qui montre le re-















































Le pire Gabriel Grison avec quelques 6tudiants h Cuenca.


~~:'


'?-
~ '
*. .r..- I
ri
I~







- 43-


vers de la m6daille, je veux dire le c6td obscur des
populations au milieu desquelles nous 6tions ve-
nus nous 6tablir? Po.urquoi pas? 1'historien doit
la v6rit6 A ses lecteurs.
Afin de faciliter aux nouveaux venus le vo-
yage qui 'nous avait WtA si difficile, nous avions
envoy Ai Naranjal deux hommes, sept ou 8
chevaux, deis montures, des v mtements de voyage
et tout ce qu'il fallait pour escalader les Andes.
Huit jours plus tard, nos deux hommes nous
revenaient avec armes et bagages, mais sans leurs
chevaux et surtout sans nos voyageurs.
Ils nous expliquerent que des soldats ayant be-
soin de chevaux pour leurs transports leur
avaient enlevO les leurs et que jugeant qu'il 6tait
inutile d6sormais d'aller plus loin, ils 6taient
revenues. Vous penserez peut-etre qu'ils songerent
a nous remettre une partie de la some qu'ils
avaient reCue pour le voyage. Mais non, apres
avoir dine, ils s'en allerent aussi tranquilles que
si tout etait dans l'ordre. Put-on retrouver kes
chevaux? je ne m'en souviens pas, mais ce don't
je me souviens, c'est qu'on nous fit entendre qu'll
6tait inutile de s'adresser A la justice; car nous
n'en sortirions pas.
Quant aux miliciens, la loi 'de leur recrute-
ment est d'une simplicitM remarquable. Un beau
jour, quand le. besoin s'en fait sentir, les soldats








-44-


se r6pandent dans la campague, ils s'emparent
de tous les jeunes gens qui leur tombent sous la
main et voilA nos homes envoys sous les dra-
peaux jusqu'au jour oi ils auront 1'occasion de
s'6vader, car le temps du service ,st illimit6. -
Mais fermons cette parenthese. A peine arrive A
Quito, M. Matovelle y faisait, le 11 mai, avec l'Ar-
cheveque de cette Capitale, Mg Odofiez un con-
trat solennel don't I'objet 6tait la construction de
la Basilique national, vouhe par le Gouverne-
ment, l'Episcopat et le people 6quatorien, au Sa-
cr6 Coeur de J6sus pour lui rendre, en leur nom,
un culte perp6tuel de reparation, de reconnaissan-
:ce et d'amour.
Cette oeuvre 6tait confide I'Institut des
Oblats du Sacr6 Coeur auquel 1'Archeveque don-
nait la chapelle de Belen pour y commencer pro-
visoirement les exercises de ce culte (art. 1.).
L'article 4, indiquait le nombre et les qualit6s
des religieux qui devaient former la future mai-
.son. Us devaient Wtre au moins dix et tous pretres
vertueux et distingu6s.
L'article 5, pourvoyait aux frais d'entretien
des religieux et A ceux de la construction de leur
mason.
L'article 6, indiquait et donnait le terrain ou
I'on 6difierait la Basilique.
L'article 9, spqcifiait que, s'il s'6levait des ,dif-








-45-


ficultes, elle seraient arranges avec le Superieur
de la maison de Quito, sans qu'il y efit obligation
de recourir au Superieur General de la Congr6-
gation.
Nos Peres, des leur arrive A Quito, se mi-
rent rssolument a l'oeuvre et I'on creusa de suite
un grand puits pour connaitre quelle 6tait la na-
ture du terrain conc6de. Le fr. Anschaire, qui 6tait
architectt, avait apporte avec lui des gravures qui
reprisentaient lpresque toutes les basiliques' de
l'Europe. Ceux qui les virent Rtaient d'accord
pour d6sirer un monument dans le genre de 1'E-
glise de Cologne!...
Nbtre Supbrieur G6neral avait sans doute an-
nonc6 a l'Archeveque de Quito et au President
de la Republique l'envoi de ses religieux. Tous
deux lui repondirent a la date du premier juin.
L'Areheveque l'entretenait du contract qu'il avait
fait avec 'M. Matovelle et le priait d'envoyer un
personnel plus considerable. II manifestait le d6sir
que 1'6dification de la Basilique commengAt le 20
juin, deuxime centenaire de I'une des plus gran-
des manifestations du Sacr6 Coeur.
Le President f6licitait notre Pere General et
se f6licitait de voir cette oeuvre entreprise sous
sa pr6sidence, mais, dans la derniere phrase de
sa lettre, i 'lui faistait remarquer que, pour le mo-
ment, le Gouvernement 6tait sans resources.








-46-


Le jour meme oit Mgr. Ordones voulait, semble-
t-il, poser la premiere pierre de la Basilique, j'eus
le bonheur d'inaugurer a Cuenca la nouvelle cha,
pelle du noviciat et d'en b6nir le Tabernacle.
C'6tait le second qu'il m'6tait donn6 d'ouvrir a
Notre Seigneur.
Nous n'avions pas tard6 a remarquer que le
but des religieux de M. Matovelle ,n'tait pas tout
A fait le notre. IUs s'intitulaient les Oblats du
divin amour et de fait leur fete patronale 6tait la
Pentec8te. Cette ann6e-lI, iUs la c6l6brrent so-
lennellement selon leur coutume et selon ia cou-
tume 6quatorienne par une neuvaine de messes.
Notre fWte patronale, a nous, &tait celle du Sa-
cr6 Coeur.
Cependant depu'is inotre arriPve ils aqaient
change leur nom en celui d'Oblats du Sacr6
Coeur; c'est le titre official que prend I'lnstitut
dans le contract don't j'ai parl plus haut.
Notre VMnWr6 P. G6n6ral nous avait recom-
mand~ d'Atre large, de ne pas vouloir imposer
nos petites pratiques de mason, mais de nous
en tenir a I'essentiel. Aussi nous contentions-nous
,d'observer et de marquer silencieusement les dif-
f6rences : nous pensions que le temps, la charity et
l'esprit d'union feraient le rest.
Les jeunes gens qui m'6taient confines 6taient
bons et pieux, mais quelques uns avaient une








- 47 -


tendance mystique qui me semblait exageree.
Tous les matins, je Ieur faisais une classes .de
th.ologie ,. tous les soirs une conference et nous
suivions paisiblement. les exercises du noviciat.
Nous sortions toutes les semaines et ils me fai-
saient voir les environs de la ville. Il y a, A une
dizaine de kilom. au sud.de Cuenca un endroit ap-
pele Bafios (Bains), ce sont des sources thermales
calcaires ct tris chaudes disposees sur une courbe
r6guliire d'environ 500 m. Peu a peu le calcaire
qu'elles d6posent a form une colline haute de
30 a 40 mitres id'ofi maintenant sortent les sour-
ces qui primitivement 6taient a fleur de terre.
Sur le fait die ia prelssion des couches sup6rieu-
res, cells qui touchent le sol se sont transiformkes
en marire blanc, ueine de rouge, a cause de ]'o-
xiide de fer du terrain sujacent qui s'y elst ml'&.
Je crois que cette transformation; faite sous l'ac-
tion d'imie cause purement mecanique, est un fait
remarquable.
Vers ce temps-li nous allames, le P. Bruno
et moi, visitor notre maison, d'Azugues don't le
P. Ariaga 6tait superieur .n meme temps qu'il
6tait cur6 de la ville.
Cependant des 6vinements graves survenaient
coup sur coup a Quito. Nous ignorions, du moins
j'ignorais, que les PNres d'une Congr6gation
egaliment d6dice au Sacr6 Coeur de J6sus, kta-








-48-


blis dans cette ville depuis quelque temps, avaient
Wte charges, eux aussi et en vertu d'un contract
avec l'Archev&que de la construction de la Basili-
que. Is ne s'en 6taient jamais occupies, regar-
dant sans doute et non sans raison, la chose com-
me impossible. Quoiqu'il en soit, lorsqu'ils eurent
connaissance de ce qui s'6ta!i pass ils durent fai-
re entendre une protestation ambre, ou peut-&tre
en appeler au St. Siege. En ce moment-lA, precise-
ment, un nouveau Nonce arrivait A Quito et il
avait voyage en compagnie d'un Pere de la dite
Congregation, envoy en quality de visiteur de
la Communaut6de Quito.
De suite il demand A l'Archeveque des expli-
cations sur ce qui s'etait pass. Celui-ci r6pondit
que les religieux en question n'ayant jamais song
A leurs engagements, il s'6tait cru le droit de s'a-
dresser A d'autres. Le Nonce lui fit remarquer
que le terme fix6 pour remplii' ces engagements
n'6tait pas encore expire ( Alors, Excellence,
j'ai eu tort? s'6cria l'Archeveque. (Je
le pense r6pondit le Nonce.
Une heure apres, l'Archeveque annoncait A M.
Matovelle que leur contract n'existait plus. ,Celui-ci
appelait de suite le P. Irne6e et lui declarait que
l'oeuvre de la Basilique nous Rtant ietiree, nous
n'avions plus qu'A nous separer et, laissant nos







--40 -


P'Ires a Belen, il reprit sans tarder le chemin de
Cuenca.
Cependant le R. P. Corrad recevait d Cuenca
un tel6gramme qui nous appelait A Quito. Comme
d6jA l'on avait change une destination qui m'a-
vait 6tW donn6e par notre P. G6neral, j'avais pro-
mis a celui-ci de ne pas .quitter mon poste sans
un ordre de s,a part. D'ai'leuns, j'apprenais pres-
qu'aussitot le prochain retour de M. Matovelle et
je resolus de l'attendre. Bient6t une lettre du P.
Irn&be nous apprenait ce qui s'6tait pass et nous
appelait & Quito. Deux ou trois jouns plus tand,
le 12 juillet, si j'ai bon souvenir, M. Matovelle
lui meme nous arrivait a la nuit close.
Je lui fis remnaquer que nous n'6tions pas ve-
nus d l'Equateur pour y construire la Basilique
nationale, project que nous ignorions absolument,
mais pour y faire la fusion de nos Instituts. Il
me rppQndit que cette fusion n'6tait pas possible.
Pendant trois jours, j'essayai de r6parer l'irr6pa-
rable, Je lui faisais remarquer que, sans savoir
tout ce qui s'6tait pass a Quito, je ne voyais pas
qu'il fut impossible de s'entendre; que la Provi-
dence nous rendait un grand service en nous enle-
vant l'oeuvre de la Basilique (1) et, qu'en tout cas,

(1) La Basilique de.Quito est encore a construire
et les religieux dont nous avons parl6 nous ont rendu
un inimen'se service en revendiquant leuirs droits.










cette question n'entrait pas en ligne de compete
pour une rupture; Je me heurtais A une volont6
bien arretee: il me r6p6tait que nous n'6tions pas
faits l'un pour I'autre et que la fusion 6tait im-
possible.
II avait sans doute raison, pour une chose
qu'il ne m'a pas dite, que nous savions et don't
je ne puis parler encore.
11 est possible aussi que le oaractre froid et un
peu defiant du P. Ir6nBe l'ait mal impressionn6.
Peut-ktre encore craignait-il de perdre son auto-
rite aupris des siens. J'ai sous les yeux une let-
tre int6ressante adress&e A notre SupBrieur G&-
n6ral par l'un de ses amis, 6quatorien de nation,
qui habitat Santiago (Chili). M. l'abb6 Villafuerte
6crivait, A la date d'u 24 mai de cette meme ann6e,
A notre T. B. P,6re pour lui proposer la fonda-
tion d'un noviciat a ,Santiago mnme: il se char-
geait de tous les frais de construction et d'entre-
tien du personnel et lui promettait d'8tre le pre-
mier novice de cette maison. Mais, ajoutait-il,
(apres lui avoir demand six pores et six fr6res):
je vous 6cris seulement pour vous demander vo-
tre b6n6diction et non pour m'entendre avec vo-
tre Reverence au sujet de cette foundation, car je
n'ignore pas que la voie l1gale pour aboutir, est
que tout se fasse par M. Matovel'e. Ce bon pr6-
tre m'6crivit plus tard A Bahia, mais alors il n'6-








-51-


tait plus question de M. Matovelle. Je lus cette let-
tre en ohaire aux gens de Ba'hia et je leur dis que,
par amour pour ,ux, je refusaiis les magnifiques
propositions qui m'rtaient faites.
Dirai-je ici que nous n'avons pas trouve au-
prbs de certain religieux frangais qui habitaient
Cuenca l'a'ppui et le conseil que nous sollicitions
d'eux? Nous fines seulis A boire notre calice.
Le lundi, 15 juillet, nous quittions Cuenca A
trois h. de 1'apres midi, le PNre Bruno et moi,
pour aller rejoindre nos confreres qui nous at-
tendaient A Quito. I1 m'6tait p6nible de me s6-
parer de ces chers jeunes gens auxquels je m'6tais
attach. Mais la vie id'un religieux du S. Coeur
vou6 A la reparation doit etre une mort continuel-
le aux choses de la terre. Laissons-nous conduire
humiblement et aveugl6ment par la main toute
maternelle de la Divine Providence dans la voice
du saint abandon.
















CHAPITRE III.


De Cuenca A Quito;
de Quito A Porto Viejo


(15 Juillet-18 Sept. 1889).

La nuit nous surprit en route; A chaque ins-
tant des lucioles tragant devant nous leurs sillons
de feu nous tiraient de. notre rAverie. Nous arri-
vaimes A Azogues A 8 h. du soir.
Quand le P. Ariaga apprit ce qui venait de
se passer, il ne voulut pas y croire, mais il fal-
lait bien se rendre A l',vidence.
Alons il nous pria de rester quelques jours a
Azogues pour lui donner le temps de faire une
derniere dImarche aupr6s de M. Matovelle.
Nous 6tions presses de rejoindre nos phres et
il nous en cofitait de paraitre manifester un trop
grand d6sir de renouer des liens si brutalement
rompus. Cependant, pour qu'on ne put rien nous







-54-


reprodher et aussi par 6gard pour la bonne volon-
te du Cure d'Azogues, nous eumes 1'humilitM d'ac-
c6der a son d6sir et d'attendre les effects de sa
demarche. Des le lendemain martin, il prenait le
ohemin de Cuenca; ill nous revint le 18 au soir,
apr6s avoir 6chou6 dans sa g6n6reuse tentative.
Le lendemain 19, un vendredi, nous continuions
notre voyage vers Quito. Le voyage, la lettre
ci-jointe, adress6e A mes parents, le raconte jour
par jour:
Vendredi, 19 juilleit. -II y a aujourd'hui trois
ans, A cette meme heure, je vous quittais, je vous
vois encore sur le quai de la gare de L6rouville
suivant du regard le train qui m'emportait. Com-
me aujourd'hui, la separation 6tait dou'loureuse,
mais j'ai lu ce matin m6me, comme il y a trois
ans, que celui qui laissera son pere, sa mire, les
siens pour Jesus recevra ici-bas le centuple de
ce qu'il a abandonn6 et aprbs, la vie 6ternelle.
Nous sortons d'Azogues A 9 h.; le bon P. Ariaga
sup6rieur de la maison nous accompagne. Pen-
dant une heure, nous cheminons silencieusement
sur le bord du Rio de Bibian entire deux monta-
gnes. A la sortie de Bibian, le P. Ariaga nous
fait ses adieux. Puisse Notre Seigneur b6nir ce
bon Pbre qui a W6t si aimable envers nous.
Un chemin plein de cailloux et de roaches, de
troupeaux de moutons gard6s par de petites In-








-55-


diennes qui filent en chantant, de tous c6t6s des
cimes de 3000 m. que nous dominons du milieu
d'un plateau verdoyant. Le Cogitambo qui pros


Republique de 1'Equateur


d'Azogues nous paraissait toucher le ciel ne nous
semble plus qu'un rocher qui domine un peu les










anilres. CA et IA, de petits lacs solitaires reflktaht
le beau eiel, des montagnes, des bouquets d'arbres,
des fleurs inconnues, des arbustes qui tiennent du
chardon et du rosier; erfin, devant nous, des ci-
mes grises, noires, dlnud6es et tristes. C'est 1A-
haut qu'il faudra grimper A cheval. Les condors
sont les rois de ces hauteurs, ils planet sur nos
tOtes. Nouvelles figures d'Indiens plus sauvages,
aux yeux Btincelaints, avec de grands cheveux qui
leur retombent sur les 6paules; il sont habilles de
peaux de moutons.
Nous dinons A 3500 m. d'altitude au pied
d'une roche sur un ,gazon rabougri en face des
cimes s6veres et sombres du Kourinkinga. II fait
froid comme A la Toussaint.
(Qu'il me soit permis d'ouvrir ici une paren-
these qui n'est pas dans ma lettre: Apres le d6-
part du P. Ariaga, dis que nous nous retrouvAmes
seuls, le P. Bruno et moi, une veritable r6volu-
tion se fit dans notre esprit; iil nous sembla que
nous sortions d'un cauchemar; nos tristesses s'6-
vanouirent et en un instant une gait6 folle s'em-
para de nous. Nous redevenions nous-memes: les
fils d'un people noble et fier, sup6rieurs A la si-
tuation qui nous 4tait impose, A tout ce qui nous
entourait et capable d'entreprendre ce qu'il plai-
rait A Dicu de nous demander. Etait-ce de la
pr6somption; de l'orgueil'? Je ne sais pas, mais je


-56-








--57-


me souviens que nous eimes tous les ideux la sensa-
tion du prisonnier qui vient de recouvrer sa liber-
t et nous ne pensames plus qu'd jouir en paix du
merveilleux voyage que nous accordait la Provi-
dence. Je ferme ici la parenthise et je rouvre mon
journal.
Sur le soir, aspres avoir chevauch6 toute l'a-
pres-midi au milieu de ces sommets d6soles, nous
descendons un peu pour passer le torrent de S. Pe-
dro, puis cdui de Siilante ofu l'un de nos Peres a
failli se noyer, il ya un mois, en allant a Quito. Son
cheval a perdu pied et a Wte emport4 par les eaux
sur 1'aspace de 100 m. laissant fort heureusement
son cavalier se d6battre aupres d'une roche qui
dominant les flots. Nous le passons sans peine et
nous arrivons a Cogitambo, petite maisonnette de
terre A laquelle est jointe un hangar et une sorte
de grange. L'on case les b6t.s dans le hangar et
nous nous logeons dans la grange oif nous passons
la nuit enroul6s dans nos couvertures de voyage.
Samedi 20. Journ6e affreuse: nous sommes
rests 11 h. A cheval dans la neige par un temps
6pouvantable. Nous sortons de Cogitambo A 5
h. et demie aprbs avoir fait, pendant la nuit, une
forte provision de puces et pris, avant de par-
tir, une tasse de th6. La pluie tombe fine et froi-
de, nous nous enveloppons dans nos imperma'bles
et nous continuous l'ascension de l'Azuay. C'est








-58-


le nom de la montagne, I'un des echelons qui r6u-
nit les deux chaines des Andes. Apr6s quelques
instants la neige suoode a la pluie. Point de che-
mins, ce sont des rochers jets p1le-m6le les uns
sur les autres. Trois fois ma pauvre bhte recule
devant 1'obstacle; c'est une 6chelle de granite
couverte de neige qu'il,s'agit de monter. Enfin nous
arrivons au sommet. Jusque la, le vent nous avait
fouett6s de cot6, maintenant il nous frappe en plei-
ne figure avec une telle violence que nos chevaux
ont de la peine a se tenir debout; il nous en-
voie une neige fine, glac6e, ce sont des aiguilles de
glace, nous sommes gel6s et nos lEvres se ger-
cent. Nous avangons lentement, la tkte baiissee,
enroul6s dans nos manteaux. A midi, impossible de
descendre de cheval pour diner, nous prenons un
morceau de pain dans nos sacs de voyage et nous
le mangeons en continuant A marcher. (Les bonnes
soeurs d'Azogues qui les ont remplis, sur I'ordre
du P. Ariaga, ont eu soin de ne nous preparer que
de brioches et des gateaux). Vers 4 h. nous com-
me'ngons a descendre; peu a peu le vent et la neige
disparaissent; -la pente est rapide et court au
milieu de precipices et de rochers magnifiques.
L'on croirait voir les ruines de vieilles cath&drales
amoncel6es les unes sur le autres. Enfin vers 6 h.
nous arrivons A un village appel6 Ghoupaya; nous








-59-


sommes transis,' la neige a p6n6tr6 dans mes bot-
tes et mes has sont tremp6s.
Bonne journ6e pour le paradise, mais bien 6tran-
ge pour des gens qui voyagent sous I'Equateur.
Dimanche 21 Nous c6l6brons la Sainte Mes-
se de grand matin. La pluie tombe fine et serrie
et notre guide nous fait remarquer que c'est un
temps pour rester en route. Mais l'on ne fait
pas ce que l'on desire quand l'on est chez des
strangers. (Nous aurions pu assurement, et mime
di nous reposer ce jour-la surtout aprts la jour-
n6e affreuse de la veille. Si nous ne le fimes pas,
c'est sans doute que l'accueil que nous regimes
ne nous le permettait pas). Nous laissons dire no
tre guide et nous montons a cheval. Apris une de-
mi-heure, la pluie cesse. Pendant deux heures
nous longeons de grands precipices an milieu de
magnifiques quarters de marbre ou de quartz de
toutes couleurs, mais ofi le blanc domine. Puis
nous recommengons une nouvelle ascension. Spec-
tacle assez singulier dans un pays equatorial,
nous comptons douze cimes couvertes de neige;
(juillet et aoit sont les mois les plus froids de l'an-
n6e dans ces hauts parages) le vent est froid; nous
voyageons tout le reste du jour sur un vaste pla-
teau covert de jones 6pais, A 30 m. ide la neige
(c'est-a-dire que la neige commengait a 30 m. au
dessus de 1'endroit oh nous voyagions).








-60-


Lundi 22 Nous nous sommes arrkt&s hier
dans un petit village appele Palmyra. C'est la
pauvret6 meme, mais l'on nous y a regus avec la
plus grande cordiality. A 6 h. nous sommes A che-
val, nous traversons une plaine sterile, sablonneu-
se, battue par les vents. Heureusement il a plu la
nuit, sans cela, nous aurions mang6 de la pous-
siere. Au deld, nous rencontrons un petit indien
qui garde un troupeau de vaches dans une prairie;
nous lui demandons un peu de lait; la maman, que
nous n'avions pas vue, se pr6sente aussit6t et nous
offre une calebasse de lait tout chaud et delicieux.
Nous donnons une image a l'enfant don't le visage
devient radieux.
Tout A coup notre guide se retourne: <( Le
Sangay nous dit-il, en indiquant I'Orient. Du mi-
lieu des sommets les plus eleves, ce roi des vol-
cans se d6ta'che en lines magnifiques sur I'azur
du ciel, portant jusqu'd 5328 m. sa cime blanche.
C'est un grand c6ne de neige don't l'aspect est
spiendide. A Cuenca, c'est-A-dire, A 40 lieues de
distance, nous entendions ses explosions formida-
bles. Cette montagne tremble toujours.
Deux heures plus tard, nous' voyageons dans
un corridor 6troit form par des rochers qui nous
masquaient la vue; nous en sortons et tout A coup
nous apparait le g6ant des Andes, le Chimborazo.
A sa vue nous n'avons pu reprimer un cri d'admi-








- 61 -


ration. C'est aprbs 1'Himalaya l'une des plus hau-
tes montagnes du monde. Les neiges 6terelles s'6-
1')vent jusqu'd 6530 m.; demain nous voyagerons
sur les flancs de cette c616bre montagne. II est


Le mont Chimrazo dans la ehafne des Andes don't I'altitude
est de 6310 m.; il fut considered pendant longtemps come la
plus haute montagne du globe.

midi, la chaleur est forte, nous arrivons a un vil-
lage appeal Golumba ou nous dinons dans une ri-
ohe ( hacienda ) don't nous avons rencontr6 le
proprietaire tout A l'heure. Malgr6 la politesse de
son accueil, cet homme ne nous plait pas: il est
trop orgueilleux et plein de m6pris pour les In-










diemns. Le soir, apres un chemin plut6t monotone
nous arrivons a Caabamba.
Mardi, 23 Caabamiba est au pied du Chim-
horazo; nous en sortons A 6 heures et nous com-
mengons A serpenter les flancs de Ja montagne.
Le soleil vient de se lever; devant nous, dans un


Pw W.F
41


Le mont Carilhuairazo, 4150 in.
ciel d'un bleu ineffable, le blanco Cihimborazo avec
ses trois crimes, ses contrefoi ts, ses gorges caver-
neuses, ses valleys sombres, ses neiges 6tincelan-
tes, sa masse imposante et majestueuse. A cit6
de lui, le Carirhuiraso 6galement covert d'une
neige 6ternelle.


pp








-63-


A notre droite, I -bas, a 1'orient, au milieu
d'une fort de cimes qui semblent pousser les unes
sur les autres, s'6l6vent I'Altar et le Tungura'hua,
I'un a 5404, l'autre A 5087, tous deux couverts de
neiges 6ternelles. Le Tungurahua est un volcan pa-
reil au Sangay mails moins violent; 1'Altar est ainsi


Le mont Tunguragua 5087 m.


nomm6 parce qu'il a la forme d'un autel. Des mas-
~es sombres, envelopp6es d'une brume brillante,
lui servent de base; au dessus, une nappe de neige
entire deux supenbes colonnes blanches; derriere,
des nuages qui font croire que 1'autel est entour6-
d'encensoirs. Ondinairement, ces hauts sommets








-64-


se cachent dans les nuages; mais aujourd'hui nous
les avons vus pendant 3 heures, puis ils se sont
voiles de nuages. Ils isont bien l'image des Ames
61lev6es qui sont les sommets de la terre, toujours
paisibles, toujours immacules, mais presque tou-


Le month Cerro Altar, 4140 m.


jours voil6es par 1',preuve. Ces grades Ames, les
Ames des .saints, s'l616vent au-dessus de 1'agitation
de la terre et portent jusqu'au ciel I'6clat de leur
innocence. Je me surprenais au milieu de ces r6-
flexions et je m'estimais trop 'heureux de voir ces
grands spectacles, les plus merveilleux qu'il soit
donn= A 1'homme de contempler.







--4a5 -

Nous laissons Riobamba a notre droite et nous
gallons jusqu'A Ambato. J.'6prouve des douleurs
aigqBs 4dan, les genoux et deux fois, je dois des-
cendre de cheval et m'arreter. C'est l'effet du froid
d(e, l'Azuay. Bon gr6 mal gr6, il faut aller jusqu'a
1'6tape ofi nous arrivons 7 Il, du soir haiass's
de fatigue.
Mercredi 24 Aujourd'hui,. nous avons suivi
i,:n clitemin presque europ6en, le soleil. tait bri-.
lant et; nous avons aval6 beaucoup de poussiere.:
STalleau! Un.indien enyeloppant son petit, ane dans
son manteau et :le portant avec: tenidresse, sur son
dos.. Nous; arrivons, A. Latacunga d'assez bone.
heure et nous. allons-demander l'hospitalit6 aux
SPres Dominicains qui ont une.maison dans cette
Sv'l'le. ,Ie. Pere: Siuprieur (un Italien):nous fait Flac-.
o ueil le plus.: charmant et nous oblige, a, nous- re-
poser.le jourtsuivant. Nous veillons ensemble jus-
qu'a 11 h. et le .lndemain nous avons le plaisir
de voir arriver le F. Anschaire, envoy au devant
de nous, par. nos pares inquiets de notre retard.
Ceci venait de ce que nous nous 6tions .un peu
attardes,d Cuenca et A Azoguas pour essayer de
raccommoder les pots.cass6s. Je suis alley visitor les
Soeurs de Charit6 qui ont une maison a Lata-
cunga. En ecoutant leur Sup6rieure, je reconnais
l'accent lprrain; elle est en effet de'Damvillers,
un bourg de l4 Meuse. Deja nous avions eu le plai-

5








-66-


sir de rencontrer des compatriotes parmi les bon-
nes Sceurs de Cuenca et d'Azogues.
Latacunga est construite en pierre ponce. Cel-
le-ci est si 1~6gre, bien que trWs solide, qu'il n'y a
rien a craindre quand meme un tremblement de
terre 6branlerait les maisons.


Le mont Cotopaxi, 5800 m. grand volcano de I'Am6rique m6ridio-
nale Ohatne orientale au Sud-sud-Est de Quito.

Vendredi 26 A 6 h. nous sommes A cheval,
nous courons, toute la matinie, sur les pentes du
Cotopaxi, superbe volcan de 5994 m., aujourd'hui
tout A fait paisible mais terrible dans ses col-
res. II y a 4 ans seulement, il a desol6 toutes les
populations environnantes et couvert de ruines le










pays qui l'entoure. J'ai vu des blocs de deux et
trois mille kilog. qu'il avait lances A quatre ou
cinq lieues. Pendant quatre heures, nous voya-
geons au milieu de debris volcaniques, de laves et
de monceaux de cendre. A certain endroits, celle-
ci atteint deux mntres. En face du Cotopaxi, de
l'autre cMt6 de la route, se dresse l'"Iniliza (5303
mItres) 6galement covert de neige. Le chemin
est beau et nos chevaux filent a touted vitesse. Le
soir nous arrivons A Machechi qui est la derniere
tape et of les hotels laissent un peu A desirer.
mais c'est, du moins, plus confortabile qu'a
1'A zuay .
Samedi 27 Enfin nous arrivons A Quito.
Quelle joie de nous retrouver en famille etde pou-
voir nous console de tous nos ennuis!



L'abandon total dans lequel M. Matovelle a-
vait laiss6 nos Peres fut s9ivrement jug6 par I'o-
pinion publique A' Quito et nuisit sans doute A sa
reputation. De suite, le Gouvernement offrit au P.
Ir6n6e plusieurs colleges au choix, entire autres ce-
lui d'Ambato et celdui de Guayaquil. Le Pbre r6-
pondit avec raison qu'il lui 6tait impossible de
prendre aucun engagement sans en avoir r6f6r6 da-
bord A notre Supdrieur General et I'avoir mis au


- 67 -









courant .de la situation. 11 aurait fallu lui t6l6gra-
phier., mais le Pere 6tait si pauvre qu'il dtt se
-contenter de 'lui 6crire, le prix d'un t6l6gramme
dpa'ssant,,ses moyens. Comm e.il fallait a peu
pres un mois a sa lettre pour arriver en France,
nous avions quelques loisirs pour visiter Quito
et ses environs (Nous restions charges de la cha-
pdlle de Belen et nous habitions une maison
en bois tres agr6able et un peu a l'6cart au
nord de la ville).
Quito est 1'une des villas les plus Blev6es du
monde; elle est situee a 3000 m. d'altitude, sous
l'Equateur, au pied du versant oriental du Pi-
chincha et, comme Cuenca, sur les plateaux qui
s6parent les deux chaines de la Cordill'Bre. Aux
yeux des Equatoriens, leur capital est une ville
merveilleuse et je l'ai entenidu appeler ( Cara
de Dios i (1). Evidemment, elle prend un aspect
plus humble pour des Europ6ens, mais. son cli-
mat est delicieux, c'est celui d'un 6ternel prin-
temps. Cependant le matin et le soir, il fait assez
frais.
La veritable merveille de Quito, c'est le. Pi-
chincha don't la cime s'61 ve a 4787 m. et qui est
couronn6c par un volcan don't le cratere, fort
heureusement pour la ville, s'ouvre sur le versant
occidental, un peu au dessous du sommet de la
(1') Visage de Dieu.








-69-


moitagne. Personne n'ignore que Garcia Moreno
y descendit entr'autres raisons, pour s'habituer
au danger Et de fait, cette desoente, possible seu-
lement du cote de Quito, est perilleuse, si peril-


Quito: Parque Indipendencia. O'est l'endroit oa Garcia MORENO
a 6t0 assassins; A droite la Chambre des D6put6s.

leuse que Mg. Sohumacher, qui, lui aussi, 1'avait
faite, disait qu'il refuserait I'absolution A qui
voudrait la tenter.
Or, nous avions lu, je ne sais plus dans quel
ouvrage, qu'en tournant la montagne, l'on trou-
vait un ruisseau don't la source 6tait situee au
fond du cratere lui-meme et qu'en remontant ce
ruisseau, I'on pourrait y entrer de plain-pied.








-70-


Nous voulimes savoir ce qu'il en 6tait et nous
primes la resolution de passer sur le versant occi-


Quito: I'Eglise des PNres J4suites.

dental de la montagne, de recheroher ce ruisseau
et de le remonter jusqu'au cratbre.
En consequence, dans les premiers jours








-71-


aofit, le P. IrWn6e, le P. Bruno, un Monsieur de
Quito qui voulut nous accompagner et moi, nous
nous mimes en champagne et nous alldmes coucher
dans un petit hameau situ6 sur la montagne. Le
lendemain matin, apres avoir c6lbr6 la sainte
messe, nous primes une tasse de caifW: tout de
suite, chacun fait la meme r6flexion: (c'est de
l'eau savonn6e ) et en effet notre h6te, pour ne
pas Wtre oblige d'aller chercher de l'eau trop loin
avait pris, pour preparer le cafe, celle qui avait
servi d nos ablutions matinales.
Nous suivons un sentier qui court tantOt entire
de hautes broussailles, tantOt entire des rochers
surplombants, ceux-ci formant un corridor si
6troit que si deux voyageurs viennent A s'y ren-
contrer, ce qui fut notre cas, I'un ides deux doit
battle en retraite.
Peu A peu nous tournons la montagne pour
passer sur le versant occidental. Monter, descen-
dre, remonter, redescendre encore a travers les
bois, les hautes herbes, au milieu des precipices,
tel est le chemin. Cependant nous gagnons en
hauteur.. Chose strange, tandis que du cote de
Quito les cimes sont d6nud6es et s6veres, de l'autre
c6te elles sont, A la meme altitude, couvertes d'u-
ne v6getation puissante. L'air chaud et humide qui
monte de la c6te est sans doute la cause de ce
ph6nomene, car, en regle g6n6rale, a. 4000 m. sous








'-72-

I'Equateur, 1a vegetation est plutot iabougrie.
Tous les jours, des vagues du PacifiqUe sirchaiif-
f6es par .un soleil brdl'ant, s'6Mlvent des vapeurs
qui sont arrethe's par les montagnes; eOle conti-
huent A s',lever et dans I'apris midi, atteignent
les plus hautes cimes sous la forme de brouillards
6pais qui tombent en pluie fine. Cet arrosage qub-
tidien'fertilise ces hauteurs et les revet d'une ve-
g6tation strange: ce sont des arbres tordus, ,char-
g9s de parasites giants, aux feuillages bizarreS,
des fourr&s imipntitrables forms par des lines
enchevAtrees; il_ y a l' 'des.mousses de tout genre,
des fougeres, des plants grasses A large feuilles
et des lierres de toute sorte. Un arbre tombe n'a
pu arriver au sol, .retenu par les lines qui l'en-
lacent, il reste IA suspend, portant tout un 6tage
de parasites qui forment avee ces lines des la-
byrinthes, des arcades et des grottes de verdure.
Nous montons toujours et nous suivods une
cite b6rd6e de precipices don't le brouillard ne
permet pas dd voir le fond; nous avons I'illusion
de voyager entire deux oceans. Survient uh en-
drdit un peu marecageux et les guides nous crient
de nous mettre sur nos gardes. Nous marchibis
en file indienne; le cheval du P. Bruno qui me
pr&cedait, hesite, s'arrete, s'emnbourbe; le mien,
impatient, veut passed, il met un pied dans le vide',
tombe et nous restois suspendus, cheval et cava-









- 73-


d


r. 0.
r- 1.4-k


Aspects caraictristiques de la 'Ohaine
des Andes: le month Cotacachi avec
ses sommets superbes qui se reflet-
tent dans le tranquille laic Ouicocha
au moins cinq fois plus grand que le
lac d'Albano. (Roma).








-74-


lier, au-dessus d'un abime don't le brouilland mas-
quait la profondeur.
Pourquoi n'avons-nous pas roul6 au fond
'tous les deux, car de l'avis de tous ceux qui
6taient 14, la chute 6tait mortelle? Cependant je
ne me rendais pas compete du danger et je sentais
seulement le poids du cheval qui m'6crasait la
jambe sur la paroi du rocher. Les Indiens qui
nous servaient de guides et des serviteurs accou-
rent, ils coupent des lines qui tapissaient le
sommet du precipice, attachment fortement la tote
et les pieds du cheval, puis les uns tenant ces
lines, les autres essaient de me degager. Hs par-
viennent a soulever un peu le cheval et m'arra-
chent au danger. Je dis: ( m'arrachent ) car ma
botte resta prise dans l'6trier. Pour rentrer en
sa possession, il fallait digager la sell, mais
c'6.tait celle-ci qui, avec ses crampons de cuivre,
pris dans le's lines, nous avaient retenus sur le
board de I'abime. Dis qu'on 1'eut enlev6e, le pau-
vre cheval qui n'avait plus d'appui, fut emiport6
dans le vide, ceux qui le tenaient par la tOte et
par les pieds, 1'ayant lich dans la crainte d'etre
emport&s avec lui.
C'est la Ste Vierge qui m'a sauv6; ce jour
1 6etait le 10 aoit, un samedi. Trois ans aupara-
vant, t ce meme jour et A cette m6me here, j'a-
vais le bonheur d'etre regu dans notre soci6te par








-75-


notre Tres Bon Pere, sous le nom et la protection
de l'archange cher a Marie, 3 la suite d'une gra-
ce que m'avait faite Notre Dame du Sacr6 Cceur
et don't il strait trop long de parler ici.
Nous trouvAmes un peu plus haut une espla-
nade oa nous pouvions camper. Nous y fimes un
bon feu et nous y restames car je souffrais un peu
de ma chute. Nous y ,passames la nuit, a la belle
Wtoile, enroules dans nos couvertures de voyage.
Le lendemain je pouvais remonter a cheval, car
nous en avions pris plusieurs de rechange; mais
apres 6, h. de march, I'ascension de la monta-
gne devenait si raide que nos montures ne pou-
vaient plus nous servir. Nous les laissames lh
sous la garde d'un Indien et, arms de bAtons,
nous aidant des pieds et des mains, nous essa-
ydmes d'escalader le dernier contrefort du volcan.
Vingt fois, j'ai jur6 que je n'irais pas plus
loin, la douleur que j'6prouvais encore dans la
jambe, la rarefaction de l'air (nous 6tions a 4700
m. environ), la fatigue m'arretaient a chaque
pas; un peu avant d'arriver au but, l'acide ,sul-
furoux, qui filtrait a travers les murailles du cra-
tire, nous incommodait.
Enfin apros deux heures d'efforts, nous arri-
vons au sommet. Impossible de nous y tenir de-
bout a cause de son angle trop aigu et du vertige
qui nous prendrait en presence de cet abime b6ant.








-76 -

Couch6s sur le rocher, nous regardons le fond du
cratbre. Le sol en est sablonneux et pierreux, il
est parsem6 de blocs jaunes que nous supposons
Atre du soufre. Nous y remarquon's 7 gouffres qui
sont les chemin6es du volcan et don't I'ouverture
nous semble avoir 4 m. de large environ; nous en-
tendons des grondements souterrains et une r6-
miniscense classique me faith penser A la descent
d'Enee aux enfers. Cependant nous ne percevons
plus cette odeur suffocante de l'acide sulfureux
qui nous incommodait tout-A-l'heure, cent metres
plus bas.
Le cratere est d6fenidu par des rochers qui,
presque partout, surplombent et don't I'aspect est
apocalyptique. II forme une ellipse don't les 2'dia-
metres ont environ 150 et 200 m. A I'endroit o0f
nous sommes, il peut avoir de- 100 A 120 m. de
profondeur. Nous aurions bien voulu descendre
au fond, mais pour cela il nous aurait fall des
cordes de pareille longueur et nous n'en avions
pas. Autrement, la chose n'6tait pas possible, car
le rocher qui nous portait 6tait surplombant; im-
possible aussi de faire le tour du crathre, car ses
contreforts sont s6par6s par des abimes.
Nous avons remarque6 du c6tB de Quito, 1'en-
droit of Garcia Moreno et Mg. Schumacher ont dfi
passer pour op6rer leur descent, car s'ils n'ont








-77 -

pas pass A cet endroit, nous ne voyons pas par
o, ils ont pu passer.
Quoi qu'il en soit, nous constatAmes l'inanite
de, la 1gende du ruisseau don't j'ai parl6 au com-
mencement. Nous vimes seulement, dans une d-


Le mont Iliniza,


2305 m. Volcan de I'Equateur dans la chalne
des Andes.


pression du terrain entire tes chem e6es, iun fla-
que d'eau qui provenait de la dernmire pluie.
Ce jour-ld, le temps 6tait clair et le spectacle
don't nous jouissons sur ce point Mlev6 de la Cor-
dillre 6tait f6erique. En nous retournant pour
commencer la descent, nous avions sous les yeux








-78-


en face de nous, les immense forts qui s'&ten-
dent jusqu'h l'oc6an, la gradation splendid de
la chaine occidentale de la Cordillbre don't les
gorges profondes 6taient tachetbes de nuages at-
tach6s ga et a1 au flanc de 'a montagne; A notre
droite, les grades cimes couvertes de neige dIu
Cotopaxi, de 'Ili'nize, de 1'Antisana, Cayambe,
giants des Andes. Tout celA ,6tait grand et su-
blime.
Satisfaits de notre expedition, nous reprimes
le chemin de Quito o4 nous rentrimes deux ou
trois jours plus tard. Nous-y faisions un peu de
ministbre dans notre chapelle de Belen et parfois
dan's les environs, car je me souviens d'avoir RtA
appel6 pour aller faire un' marriage (( in extremis ,
A 4 lieues de la ville.
Enfin, le t61lgramme attend nous arrival : i
ne contenait que ces simples mots: (( Allez vous
mettre h la disposition de 1'Ev&que de Porto-
Viejo ,.
Lorsque Garcia Moreno parvint a la souverai-
ne magistra'ture, il avait une notion tres exact
de ce qu'est, par essence, 1'Etat chr6tien, celle
qu'en avaient eue avant lui Charlemagne, et St
Louis. Ce grand homme avait lu plusieurs fois
1'ouvrage b6n6dictin de Rorbacher; il connaissait
admirablement 1'histoire de 1'Eglise et il savait
que l'union parfaite du sacerdoce et de 1'empire








-79-


est, peur un people, le source de tous le biens,
comme leur d6sunion ou leur opposition est la


Le mont Oayambo 5800 m. Volean dans
la chatne orientale des Andes A 65 Kil.
SN. E. de Quito un plus au nord de 1'E-
quateur.
source de tous les maux. Jetant un regard sur le
clergy -quatorien et ne trouvant pas celui-ci A







-80-


la hauteur de l'id6al qu'il s'etait form du pretre,
il s'adressa directement a Pie IX, lui proposal.
certaines measures de r6forme immediate et lui
demand des pi'tres d'61ite pour assurer l'ave-
nir religieux de son pays.
Parmi les homes de haute valeur qui furent
envoys i 1'Equateur A la suite de cette requate,
figurait au premier rang le R. P.. Shumacher,
charge de creer et d'organiser, un, petit et un
grand S6minaire a Quito. C'itait 1'actuel Eveque
de Porto-Viejo, A qui nous envoyait notre v6n6r6
Superieur G6n6ral.
'N6 dans les environs de Cologne, en cette pro-
vince du Rhin o0i le catholicisme esti si; vivant, il
6tait entr6 tout jeune dans une Congregation fran-
gaise, celle des Lazaristes et il 6tait professeur
d'Ecriture Sainte au Grand S6minaire de Mont-
pellier, lorsque ses superieurs l'envoyerent A l'E-
quateur. pour y, seconder les projects de Garcia
Moreno.
II btit d'abord un petit Sominaire qu'il peupla
d'une jeunesse studieuse, puis un grand Semi-
naire oi il donna A ces jeunes gens la formation
exig6e par le Concile de Trente.de ceux que Dieu
appelle au grand honneur du sacerdoce.
De tres haute intelligence, d'une indomptable
6nergie, d'une culture universelle, cet homme
s'imposait au respect et A l'admiration de tous.








- 81 -


Aussi, quand le St. Siege, vers 1884, detacha
du vaste diocese de Guyaquil les provinces mari-
times de Manabi et d'Esmeraldas pour en former
un nouveau diocese, le R. P. Schumacher, bien
qu'6tranger et malgr6 une resistance opinidtre,
fut nomm6 Eveque de Porto-Viejo (1).
C'Rtait une vocation au martyre, car les pro-
vinces maritimes de l'Equateur 6taient gangre-
n6es par un liberalisme aussi stupid qu'odieux et
par la Franc-Magonnerie qui y r6gnait en mal-
tresse.
Mgr. Schumacher le savait et ce fut sans doute
I'une des raison qui lui firent refuser la mitre
qu'on lui offrait; mais il 6tait religieux et il dut
obeir.
En arrivant A Maiiia.i, il n'y trouva, a part
une tres heureuse exception, que quelques mal-
heureux ,pretres, plus ou moins ambulants et in-
dignes de leur sacerdoce. Aussi son premier acte
episcopal fut-il de les interdire. L'un d'eux re-
vint a des sentiments plus dignes de s,a vocation
et conserve sa paroisse. L'exception A laquelle je
faisais allusion tout i 1'heure concernait un v-

(1) L'on avait tout d'abord nomm6, pour le nou-
veau isige, un prrtre guayaquilenien qui ne vint
jamais h Porto-Viejo, et qui, effray6 des rapports
que lui envoyait son vicaire general, *se hata de'pre-
senter ea admission.








- 82 -


n6rable pretre, originaire du pays mme, M. l'ab-
bU Loor don't I'Eveque fit son Vicaire g6enral.
Un jeune pretre de Quito, de noble famille,
form, par Mgr. Schumacher lui-meme, avait eu le
courage des renoncements n6cessaires et 6tait ve-
nu avec lui se d6vouer au people de Manabi. C'U-
tait M. l'abbl Gomez de la Torre, son secrtaire.
Ce jeune pretre et Mg. Loor, tel 6tait le clergy
don't l'Eveque pouvait disposer quand il vint pren.
dre possession de son sibge.
Mgr. Schumacher n'6tait pas home a se de-
courager. Ce qu'il avait fait a Quito, il le referait
A Porto-Viejo. II commenca done a se construire
une residence, car il n'en n'avait pas, mais sur
le plan des s6minaires qu'il avait 6difies dans la
Capital. Malheureusement la jeunesse de Manabi
n'6tait pas celle de Quito ou de Cuenca et il 6tait
peu probable que 1'EBvque trouvdt chez elle les
vocations n6cessaires.
Aussi s'empressa-t-il d'en aller chercher ail-
leurs, dans sa patrie d'abord, puis en Espagne et
aux Etats-Unis. C'est ainsi qu'il put commencer
son S6minaire avec des jeunes gens qu'il avait
determines a le suivre, donner des curds aux pa-
'roisses les plus importantes, fonder des ecoles A
la' tte desquelles il mit les Soeurs de St. Vincent
de Paul et des b6n6dictines, un, college a Bahia
qu'il confia aux BUnddictins de NewrYork, et un








- 83 -


centre de missions populaires avec des capucins
espagnols (Mgr. parlait indiff6remment I'allemand,
le frangais, 1'anglais et I'espagnol).
Mais cela ne suffisait pas encore a son zBle et
en 1889, quatre ans apris avoir pris possession
de son siege, il crtt n6cessaire de faire un second
appel aux vocations europ6ennes et dans ce but
envoya en Europe un de ses jeunes pretrcs, M.
1'aibb Videnz. Or oelui--oi ise trouvait prctis-
ment dans notre maison de Luxembourg, quand
la lettre du P. Ir6nee vint y rejoindre notre Su-
perieur General. L'on devine ce qui s'y pass et
pourquoi nous regfimes, par t616gramme, 1'ordre
d'aller nous mettre A la disposition de 1'EvMque
de Port-Viejo. DIs que les gens de Belen, appri-
rent cette nouvelle, ils nous donnbrent les t6moi-
gnages les plus touchants du regret que leur cau-
sait notre depart et de l'affection qu'ils nous
avaient vou6e. Ils nous fournirent avec abundance
tout ce qui 6tait n6cessaire au voyage, n6ces-
saire n'est pas assez dire, car ils nous don-
n6rent meme des cache-nez pour nous preserver
du froid de la montagne et nous trouvdmes parmi
les vivres don't ils avaient rempli nos sacs de
voyage une bouteille de lacryma-christi Quae-
rite primum regnum Dei cherchez d'abord le Tr-
gne de Dieu et tout le reste vous sera donn6 par
surcroit. Combien de fois n'ai-je vu les effects de








- 84-


cette promesse d'u bon Maitre; aussi, je ne me suis
jamais trop occupy de la question materielle et
1'aimable Providence m'a fait voir que je n'avais
pas tort.
Nous sortimes de Quito le 28 aofit pour re-
prendre le chemin de Cuenca-du moins pendant


Haut plateau d'Ambato et Latacunga. Route parcourue par nos
Pkres quand ils allbrent a Quito.
A tapes: Machachi, Latacunga, Ambato, Caa-
bamba. A cet endroit, il y a un embranchement
vers Guaranda, c'est le chemin de Guayaquil, ce-
lui que nous devions suivre.
,Guaranda est une petite ville construite sur les
premiers sommets du versant occidental de la pre-








- 85 -


mi,'re chaine des Andes. Nous y demandAmes I'ho-
spitalit6 aux FrBres de la Doctrine chretienne
qui, en ce temps-la,' y avaient un etablissement
prospire. LA-haut, I'on jouit d'un climate euro-
p6en, mais le soir nous. 6tions rentr6s sons les
tropiques. De Guaranda a Balsobamba, c'est-a-
dire pendant 12 ou 13 heures, 1'on descend, par-
fois sur une pente extremement rude, le versant
occidental de le Cordil'lbre; a mi-chemin l'on re-
trouve la grande fort 6quatoriale avec son ma-
gnifique palmier royal qui s'6lve au-dessus des
arbres les plus hauts autant que ceux-ci s'61-
vent au dessius du sol. Le ,soir, a 7 h. nous 6tions
encore a cheval, il Rtait nuit complete (1) et I'at-
mosphbre etait embaum6e de senteurs d6licieuses
don't nous ignorions la cause. Quelques minutes
plus tard, nous arrivions a Balsabamba situee au
pied des Andes a l'extr6mite de la plaine de Gua-
yas. Le lendemain matin nous vimes la source des
parfums saves que nous avions respir6s la veille.
C'Utait un bois d'orangers plant a l'entr6e du
bourg et don't, a d6jeuner, nous savourons, les
fruits exquis. Cette journee-lh, nous traversAmes
la plaine don't j'ai parl tout-a-l'heure, tantit sous


(1) Souis 1'iEquaiteuir le jour commence a 6 h. du
matin et finit a 6 h. du soir sans aurore et sans
car6puscule, *ou h peu prbs.








- 86 -


I'ombre des grands bois, tantot au milieu des
champs de bananiers. J'avais le malheur d'avoir
un mulet pour monture. Le mulet est excellent
pour faire 1'ascension des montagnes, car son
pied est sir, mais, en plaine, il est fatigant; aus-
si, le soir de cette journ6e-lh je jurais que, de ma
vie, je ne monterais plus de mulet.
Le lendemain, a Bodegas, nous nous embarqui_
ons sur le Guayas que nous descendions, escorts
d'une troupe d'immenses crocodiles, jusqu'h Gua-
yaquil ofi nous 6tions le soir du 4 septembre.
Nous y restimes 11 jours chez le bon PNre
Baudelet pour y attendre le vapeur qui devait
nous conduire A Manabi. Enfin le 15 A 8 h. du
matin, nous etions tous Ab board du << Quito petit
paquebot anglais de la P. S. N. C. (2) qui faisait

(2) Pacific Steam Navigation Company. Mais
les ipassagers de langue espagnole traduisaient au-
trement leis initiales de ces imots que l'on trouvait
A board partout: Pequefia sera nnuesta comida: nous
jejeneroins A board; Peiquefios seran nuestros camna-
roles: Nous y iserons mal log6s. Ce A q.uoi les
angilais iiposstaiient: Pasajeros son iunca contents:
Les passages ne sont jamais contents et je ne
sais pas qui ajoutait, des anglais ou des espagnols:
Picaros sin nulla comnparacion: villains bougres au
.d6~l de toute comparison. En r6alit6 ces bateaux
anglais 6taient magni'fiques et les passengers y 6ta-
ient tres bien soignes: ils n'avaient qu'un d6faut,
c'est d'8tre tres here. N'ayant pas de concurrent,
ils en profitaient.








- 87 -


le service de la c6te pour l'Equateur et la Colom-
bie et le lendemain A 4 hi. du soir nous arrivions
A Manta oi Mgr. Schumacher avait envoy A notre
rencontre son secr6taire M. Gomez de la Torre et
un s6minariste. Ces Messieurs durent venir nous
chercher .en barque car le bateau s'arreta a 600 m.
de la rive. Nous constations sur cette barque que
nous avions d6jh essay A peu pros tous les mo-
des de transport lorsque nos rameurs s'arrkt&-
rent. Nous leur demandions pourquoi, mais,
avant d'avoir eu le temps de recevoir leurs expli-
cations, nous nous voyons entourSs par cinq on
six solides gaillards qui nous enltvent dans leurs
bras, albsolument comme font les papas qui ne
veulent pas que leurs petits enfants se mouillent
les pieds et nous sommes d6pos6s sur le sable du
rivage. M. l'a'bb Gomez de la Torre avait eu la
provenance de nous fair preparer A gofiter et de
nous amener des chevaux sells qui nous atten-
daient.
Nous goftons, nous ramassons la hate quel-
ques coquillages sur le rivage et nous voilA galo-
pant pendant 2 heures jusqu'A Monte Christi oif
nous arrivons vers 9 h. 1/2 du soir. Le lende-
main, vers midi, nous Rtions A Porto-Viejo oit Mon-
seigneur nous recevait'A bras ouverts et oil ses
s6minaristes nous donnaient une s6r6nade.
















CHAPITRE IV.


A Porto-Viejo


Monseigneur avait une douzaine de s6mina-
ristes, tous europ&ns qui logeaient chez lui. Des
qu'il apprit notre prochaine arrive, il acheta une
ferme qui se trouvait h 3 kil. de lh vers l'Est,
I'amenagea rapidement y envoya ces memes s6-
minaristes avec leurs deux professeurs qui 6ta-
lent des PNres de la Congr. de Steyl et nous
donna leur place.
Nous nous installames done l'Av&ch1. C'6tait
une grande et belle maison de'30 m. de long., 14
de large avec un 6tage et une aile d'une vingtaine
de mitres. De large verandas r6gnaient tout au-
tour. Construite en planclhes, elle 6tait une mer-
veille pour le pays. L'etage 6tait r6serv6 aux ha-
bitations, la parties inferieure aux classes, au r6-
fectoire et A la chapelle.
Les' sminaristes vivaient ,ensemble et nous








- 90 -


dimes nous improvviser des chambres. Ce qui fut
vite fait. Nous fixames des lattes perpendiculai-
rement au plancher, nous cloudmes sur ces lattes
une belle 6toffe blanche et en un tour de main,
nous avions chacun notre petite cellule; un grand
rideau rouge courant sur une code nous ser-
vant de porte. Les douceurs du printemps de
Cuenda s'6taient evanouies, nous avions sur nos
thtes un ciel de plomb, nous respirions une at-
mdsiphere embraste et, presque toute la journee,
des gouttes de sueur perlaient sur nos fronts. Mais
l'on s'habittie si vite au climate des Tropiques!
Depuis Monta jusiqu'A Porto-Viejo, la terre est
d6sol6c et offre, aux yeux du voyageur 6tonn6, a
peu pris le mmme spectacle que chez nous au coeur
de I'hiver. La s6ciheresse d6pouille les arbres de
leur feuillage et fait p6rir toute verdure. Cela dure
jusqu'A 'la saison des pluies qui commence en
decembre ou janvier et finit en mars. Mais, A une
journ6e de Porto-Viejo, vers l'Est, le pays change
d'aspect et la vegetation puissante des Tropiques
y reprend son empire.
Cette s6cheresse qui r6gne sur la cote jusqu'a
la line 6quatoriale a sans doute pour cause le
voisinage du courant de Humbold. Celui-ci vient
des regions froides du Sud, long les rivages,
mais A l'Equateur il se tourne brusquement en
angle droit vers I'Ouest et, d6s qu'il n'6pousse




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs