• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Prelude
 La preuve cartographique Angla...
 La preuve cartographique du...
 Conclusion
 Note supplementaire
 Table of Contents














Group Title: Frontieres du Bresil et de la Guyane Anglaise
Title: [Frontières du Brésil et de la Guyane Anglaise]
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00075419/00003
 Material Information
Title: Frontières du Brésil et de la Guyane Anglaise Second mémoire ..
Physical Description: 3 v. in 2 : col. plates, maps (part. fold.) ; 28 cm.
Language: English
Creator: Brazil
Nabuco, Joaquim, 1849-1910
Publisher: A Lahure
Place of Publication: Paris
Publication Date: [1903]
 Subjects
Subject: Boundaries -- Brazil -- Guyana   ( lcsh )
Boundaries -- Guyana -- Brazil   ( lcsh )
Genre: federal government publication   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: présenté à Rome le 26 septembre 1903 par Joaquim Nabuco, envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire du Brésil en mission spéciale auprès de Sa Majesté le roi d'Italie.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00075419
Volume ID: VID00003
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000128035
oclc - 23886960
notis - AAP4029

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Half Title 1
        Half Title 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Prelude
        Prelude 1
        Prelude 2
    La preuve cartographique Anglaise
        Page 1
        Observations generales
            Page 2
            Page 3
            Geographie physique
                Page 4
                Page 5
                Page 6
                Page 7
                Page 8
                Page 9
                Page 10
                Page 11
            Frontieres
                Page 12
                Page 13
                Page 14
                Page 15
                Page 16
                Page 17
                Page 18
                Page 19
                Page 20
        Notes sur les cartes annexees au present memoire (memoire Anglais)
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
            Page 27
            Page 28
            Page 29
            Page 30
            Page 31
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
            Page 37
            Page 38
            Page 39
            Page 40
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 44a
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
    La preuve cartographique du Bresil
        Page 51
        L'Atlas Bresilien
            Page 51
            Page 52
            Page 53
            Page 54
            Page 55
            Page 56
        Carte des XVIe et XVIIe siecles et de la premiere partie du XVIIIe siecle
            Page 57
            Page 58
        Cartes de hortsman et de la condamine
            Page 59
            Page 60
            Page 61
            Page 62
        Cartes de d'Anville et de Vangundy
            Page 63
            Page 64
            Page 65
            Page 66
            Page 67
        Cartes Hollandaises
            Page 68
            Page 69
            Page 70
            Page 71
            Page 72
            Page 72a
            Page 72b
            Page 72c
        Cartes Anglaises depuis l'occupation Anglaise d'Essequibo jusqu'a schomburgk
            Page 73
            Page 74
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
            Page 79
            Page 80
        Cartes diverses
            Page 81
            Page 82
        Cartes Portugaises, Bresiliennes, et Espagnoles
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 93
            Page 94
            Page 95
            Page 96
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
            Page 103
            Page 104
    Conclusion
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
    Note supplementaire
        Page 109
        Page 110
        Heneman
            Page 111
            Page 112
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
    Table of Contents
        Page 119
        Page 120
Full Text








SECOND MEMOIRE
VOL. III



LA


PREUVE CARTOGRAPHIQUE


PRISENTE A ROME LE 26 SEPTEMBRE 1903

PAR
JOAQUIM NABUCO
ENVOTi EXTRAORDISAIRK ET MINISTRB PLiNIPOTENTIAIRE DU BRO II.El
EN MISSION SPiCIALE AFPRA DE SA *AJESTE LB ROI D'ITALIE










PARIS
A. LAHURE, IMPRIMEUR-EDITEUR
9, RUE DE FLURL'S, 9




















FRONTIERES DU BRESIL

ET

DE LA GUYANE ANGLAISE

QI'ETION i MSI; A I.'ARBIITHA1

DE
S. M. LE ROI D'ITALIE





SECOND MEMOIRE
BRHSILIEN









SECOND MEMOIR
VOL. III



LA


PREUVE CARTOGRAPHIQUE


PRESENT: ,A 1HO\E LE 26 SEI'TEMIMBE 1903



JOAQUIM NABUCO
F. Iif. F.\TitIoRINolllNlRE ET MINAITlE ILE IIPlE.]tlMHIIF IU: Blr.hll
'N Mi-lls'i s Pl!l.liL U iiE ll. %\ lJE.TE I.E RiF Ii'ITAl.I.


PARIS
A. LA\IIlIIE, IMPRIMEUIt-EDII'TEUR
9, HIt E IE FI.EI S. 9


















AVANT-PROPOS




Nous doninons av silivantes :

1. Lai coimparaison d(es lines dt lit'inlIemll i ld Sclh11i)i-
burgk sur li care aclielle.

2. I'in fragimiit ide la earle te Ileonciiman. rtiluil i Irehlielle
tic cvlle tdI Ilarlsinck, pour oniiiitretr que cttlle carte i'est ]as
ailn'r chose iie celle eit IIarlsinck dressec i un1e t;chelle' cnvi-
rou sept fois plus grande. Nous la donnons dtlacithr pouinr
pouvoir Olre appliqut"e' sur la ;arte Ilaurlsinck hi lh page 51 de
inolre All.Is.

5. La carte intliltlh'< A delineation f lithe roune of .llessrs. Si-
mon andl Sirlema iand Dr Illncock. etc. (Tra'n'' du voyag tde
MM. Simoin le Sirlemia et din Il Hlaiinck. eih.), apparle-
nant il la Royal IGeographical Society ile I.ondres tel doui I a
reproductionii nous a t'' obtligeami nt ipermise.













LA

PREUVE CARTOGRAPHIQUE






CHAPITRE I

La Preuve Cartographique Anglaise.


Sous Ie titre (( Cartes geographiques ,, lc Mdmoire Anglais
discute, dans le chapitre X, la valeur des documents geogra-
phiques pour la decision des questions de limits et fait la
description des cartes de son Atlas, (( les series, dit-il (hormis
celles des deux expeditions portugaises de 1781 et de 1787), qui
doivent arriter l'attention de Sa Majest le Iloi d'ltalie ,. Nous
avonsdonn6 i ce chapitrele titre de Preuve Cartographique An-
glaise,mais il est, de fail, la demonstration qu'il n'exisle aucune
preuve de cette nature presentbe par I'Angleterre. Except
uine carte hollandaise, sans date, copide de celle de Ilartsinck
par lleneman, et sur laquelle se trouve track une ligne de
fronti-re fantastique entire la Guyane hollandaise et la (Guvane
espagnole, interessant cependant aussi la Guyane portugaise,
le M6moire Anglais n'a produit aucun document favorable it
sa prLtention. Les cartes de son Atlas, il semble ne les avoir
presentees que pour les rejeter lui-mime. Si 1'on met de c6td














Ic trace sans aiitorit6 ni explications de Ileneman, les caries
rtdnics dans l'Atlas Anglais on restent compl-tement neutres
dans cce litige, on bien se prononcent en faveur du litre br6-
silien.
Nous gallons souneltre cctte partic du Mlemoirc Anglais i
la il-ince analyse que tous Ies autres chapitres. On verra que,
sans preuves i fournir. la partic adverse Irouve le i,(le de la
carlographie sans importance en des litigcs semblables i celui-
ci. Nous pensions, au coniraire, peut- lre i cause de l'abondancc
de prcvves de celte nature que nous avons prsentifes, que les
artss sont quelquelois les documents on les tinoignages con-
leiiiporains les plus decisils quant aux questions de fronti*res.
Nous allows cependani, comnme jusqu'ici, donner Iv text
inii c dii MFi-oire Anglais pour miuiix l'accompagner. Nons
en reproduirons les divisions.




Observations gen6rales.

PI'A,.E Ij.-1)li. -- Ein disculant les (rontires d'u telr-
riloire qui a it' l'objet de prtcentions opposes de la part de
deux nations limitrophes, il convienl, pour 6claircir les ques-
tions en litige, d'examiner les cartes du territoire dispute, soil
publics soil ini;dites, que l'on a de temps en temps construi-
tes. Cet 6claircissement peul ktre envisage de deux diffirents
points de vue.
(( On peut ciler les cares pour fair ressortir les idees
qiu'avaient les contemporains au sujet de la geographie du ter-
riloire, cl pour prouver I'existence on 1'absence de certaines
villes, villages, on postes; ou on peut les considerer du point
de vue des fronlires qui s'y trouvent marquees.
Egalement dans I'un et ldas I'autre cas il faut se garder


LA HIM % E CARTOGRAIIIIIQ1 E












1A PREM CA TORALl41 ~;.~ci*iun E'i


d'attacher de 1'autorit6 A une carte toute scule. Car, en exami-
nant les cares, il est peut-etre encore plus ncressaire qu'en
examinant les documents de toute autre espkce, d'en etudier
et d'en v6rifier I'histoire complete avant d'y attribuer le
moindre caractere d6cisif. Ceci est vrai, en ce qui conccrne
les details geographiques; et surtout, quand il s'agit de lignes
indiquant des frontieres. Ces lines sont d'autant plus sujettes
i erreur que les g6ographes ont souvent manqud de connais-
sances suflisantes pour servir de base a leurs conclusions.
,< L'habitude des cartographcs de se copier I'un 1'autre esl
la cause de difficulties additionnelles qui se presentent quand
on examine les preuves cartographiques; le manque de systime
dans le choix des cares A copier y ajoute encore. Les alias
contiennent souvent des cartes differences du meme ierritoire
qui en donnent des representations tout a faith difflrentes, sur-
tout en ce qui concern la demarcation des frontieres. Cela se
fait remarquer surtout dans les atlas publi6s vers la fin du dix-
huitieme et le commencement du dix-neuvi6me si6cle.
,, Dans les chapitres prec6dents, il a eti question, parfois,
d'une ou deux cartes qui ont etW cities comme preuves de cer-
tains points d'histoire. II conviendra maintenant de fire un
resum, sommaire de I'histoire cartographique de 1'Am6rique
du Sud, en tant qu'elle s'applique au territoire que se dis-
putent la Grande-Bretagne et le Bri-sil, afin de mettre hors de
la consideration de l'Arbitre toute carte dont il ne soit pas dd-
montri qu'elle possede en elle-m6me un certain degri d'auto-
rit6.
C, Ces caries seront examines, d'abord du point de vue de
la g6ographie physique, ensuite par rapport aux frontieres qui
s'v trouvent marquess. -

I. Nous pouvous souscrire i tout ce qui est dit dans ce
passage. Lorsqu'il s'agit d'une question quelconquc de carto-
graphie, surtout dans la partic politique, parini des ccntaines
de cartes qu'on pourra consulter, on n'en trouvera que deux
ou trois qui aient un caractere original, bien i elles; toutes les
autres ne seront que de simple copies. La routine de la
reproduction micanique est porlde A un tel point que les











IA PREEVE CARTOGIIAPIIIQI E


editions successives d'une carte qui a acquis une certain
reputation non sculinment conservent, pendant longtemps,
la date du premier lirage, mais encore reproduisent les erreurs
djiA corrigdes sur d'autres cartes et parfois les divisions poli-
tiques d'une 6poque bien antdrieure.


(i) Geographie physique.

PAGES 1(i-157. ,( II est presque superflu de discuter
la representation de 1'Amazone qu'on trouve dans les cartes du
scizicme siecle. Elle est fondue sur les descriptions de la
d6couverte du lieuve par Orellana, et c'est une oeuvre d'ima-
gination pure et simple. 11 suflit de faire remarquer que dans
les cares de l'Amerique du Sud publiees entire 1560 et 1600
se trouvent ine Amazone et un Itio N6gro merveilleux, qui
n'ont qu'une faible resemblance A la realitd et qui forment
des traits saillants dans la parties septentrionale de la carte. La
publication, en 1599, de la carte de la Guyane prcparee par
IIondius, base sur la relation de Raleigh, tourna attention
des geographes i une nouvelle chaine d'id6es, qui avaient leur
centre dans le lac fabuleux de Parima. Pendant presque un
siecle i partir de cette 6poque, i moins de quelques rares
exceptions, I'Amazone est comprimbe dans un space plus petit
que dans les cartes les plus anciennes, et la Guyane, avec son
lac de Parima, devient la region principal dans la parties
septentrionale de la carte.
La premiere carte de 1'Amazone A laquelle on puisse
attribuer la quality de document historique est celle dessinke
parole pilote qui avait accompagn6 Teixeira dans son expedition
de Parai a Quito et de retour on 1659. Mais cette carte a trop
le caractlre d'une esquisse pour meriter plus qu'une attention
passagere.
Les oeuvres des auteurs tels que Sanson et Delisle sont
pleines de fausse gdographie. La carte de l'Amerique du Sud
r6dig6e par Nicolas Sanson et publi6e en 1650 est meilleure.
tout consid6ri, en ce qui concern le Rio Negro, que les
uuvres de son successeur Delisle, qui revint A des iddes plus











LA PREUIE CARTOGRAPIIIQI-E


fantastiques. La plupart des cartes de cette periode montrent
des caricatures grotesques d'une circonstance qui existe reel-
lement, c'est-A-dire qu'il y a communication par eau entire
1'Amazone et l'Orinoque. Dans ces cartes, le Rio Negro a g6ne-
ralement l'apparence d'une rivi"re court et large joignant
les deux grands fleuves. Mais aucune d'entre elles ne fait voir
le Rio Branco, car cette riviire, comme il a t61 d(montri dans
un chapitre precedent, n'6tait connue de personnel except les
commergants hollandaise ,

2. DWs que d'Acufia, aprbs le voyage de Pedro Teixeira,
rivela l'existence d'une branch du Negro par laquelle les
communications avec la c6te 6taient possibles, les cartes out
commence A bifurquer le Rio Negro, et la bifurcation orien-
tale correspondait certainement au Rio Branco, quoique lc
trac. en fAt toujours imaginaire, base sculement sur les
donndes de d'Acufia. Nous ne reviendrons pas ici sur la discus-
sion de la pretendue connaissance que les commerCants hollan-
dais avaient du Rio Branco au xvnu siecle. On n'en trouve pas
trace sur les cartes hollandaises, pas plus que dans aucun docu-
ment hollandais connu jusqu'a present.

PA;E .17. La carte de 1'Amazone la plus ancienne a
laquelle on puisse attacher de l'importance dans cette discus-
sion est celle du Pire Fritz, faite en 1691 et publide sur une
petite 6chelle A Quito en 1707. Pour ce qui se rapport au
fleuve principal, cette carte est d6cid6ment une addition A la
connaissance geographique, et on peut la citer avec confiance
pour prouver ce que connaissaient Fritz et d'autres jusqu'en
1691, et ce qu'on avait ajout6 A ces connaissances entire (i91
et 1707. Elle indique qu'en ces temps, les geographes, du
moins, n'avaient qu'une connaissance tres I 6mentaire du
Rio Negro, et que l'existence du Rio Branco Mtait encore
inconnue'. .

5. Dans les cartes du Pere Fritz, de 1691 et de 1707, la











1A i'itEi'E C ABTOG;1APHIfQiE


branch orientale du Rio Negro, au hord oriental de laquelle
il place les Caripunas, repr6sente certainement le Rio Branco,
anquiel d'Acuiia (1641) avait fait allusion et que dtji' il recla-
niait alors que l',n fortifiat. Cf. Pren,. Mtnm. Bri's., p. iO.

P';.Es :17-)1S. C Ce n'est qu'cn 1745 que les geogra-
liies out obtenu des mnateriaux pour remanier la cartographie
de cctte region. lians cetle annde, le fameux la Condamine lit
son voyage en descendant I'Amazone A la fin de la mission
scientilique don't I'avait charge 'Acad6mie francaise. Au course
ide ce voyage, il obtint ties renseignements qui firent une rdvo-
lition dans la cartographic de celte parties de 1'Amerique du
Sud. La priniipale partir de res renseignements Ini fut fournic
par Nicolas llortsnan, qui avait Wt un employ de la Compa-
gnie hollandaise des Indes Occideiitales, ct qui lui donna son
plan original de la route qu'il avait suivie en venant de l'Essd-
quibo. Cette carte, joint i ce que llorstman constata par &crit,
permirent de faire une description du course de I'Essdeuiho et
du llupununi, qui est absolument exact dans ses principaux
tdtails, et qui lit connaitre la communication qui existed par
le Lac Amucu entire ces deux rivieres et les course d'eau qui se
jettent dans le Rio Branco et, par constquent, dans I'Amazone.
,, La Condamine mit tous ces renseignements it la disposi-
tion de D'Anville, et celui-ci les a incorpores dans la carte du
course de I'Amazone qu'il a pr6parde en 17ti. pour la Relation
abrtgde d'un Voyage faith dans l'Int6rieur de l'Amdrique Mtiri-
dionale de la Condamine, et aussi dans sa grande carte de
I'A.imrique Meridionale, don't la premiere edition part en 17 iS.
L'emuvre de D'Anville lit6poque dans la g6ographie et dans
la cartographic. II ileva l'61tude de ces deux sciences i un niveau
it la fois nouveau et supdrieir. 11 est g6ndralement reconni, et
avcc raison, qu'il faut attachcrla plus grande importance a scs
repr6sentalions de l'aspect physique d'une contri-e, et on peut
dire que sa carte de I'Amtrique Mhridionale est presque la sculc
autoritft qu'on puisse consulter au sujet de la geographie de 'e
continent, jusqu'au commencement du dix-neuvi~ine siecle.
les plans lev6s plus r6cemment ont prouve que D'Anville, en
adoptant les renseignements foiirnis par llorstman au snijel du
territoire dlont il est question, donna dans sa carte ine idee











IA PREIVE CARTOCRAPUIQUIE


remarquablement exacte du portage par la Pirara et des com-
municalions qui existent entre les rivieres dans ces parades.
Cependant, la direction qu'il donna i la Pirara et au Maho est
fausse, et son plan du Takutu manque absolument de propor-
tion, parce qu'il ne possedait aucuns renseigneiients quanl
aux distances, et ne disposait d'aucunes observations trigono-
metriques. Quant i la delin6ation des frontieres, il sera de-
montre plus tard que I'Anville n'avail pas sous la main les
matlriaux nicessaires Ai une representation exact des divisions
politiques de la parties septentrionale de I'Amtrique du Sud'. '


4. I'importance politique de ces lignes plusou moins arbi-
traires de g6ographes emninents, comme celle de d'Anville. pent
paraitre inexplicable; mais ces traces etant tires it travers des
territoires encore incoinnus entire deux nations limiilroplihs.
surtoul s'ils snivent des fronlires inaturelles on le parlage des
eaux, revetent quelquefois le caractlre de bornes scientili(qies.
I-quivalent i des sentences d'tqiiitt geographique. et sonl
accepts par tous les inhtresses commne ne lesant le drloi d'an-
cun. Quand, cependant, ils portent atleinte ;' une prIltention
excessive quelconque, ils south accueillis aver recoinnaiss;Ianct
par la parties la plus favorisce. don't ils devieinnent dorenavaiil
la prevention i I'abri de la celehril; el de l'iinplarialiil d(u 11111
dii geography. C'est ce qui est arrive avec la line de d'Aiville
ponr la Ilollande, centre I'Espagne, dans le bassin de I'Esse-
quibo. Cette ligne est devenue le titre principal hollandais
jusqu'i la cession de la Colonie it la 'Grande-Bretagne. e c'est,
on petit le dire, grace i elle qu'un si6cle et denii plus tard.
celle-ci gagnera sa cause contre la lieputilique de Venezuela,
hlritiire de la prltention espagnole extlri-ne que ce giogr;aplhe
detruisit entierement d&s le milieu du xviin siecle. Le trace
arlitraire du savant fraCnais a ainsi tenii lieu pour la Holllande,











LA PREI'VE CARTOGRAPHIQIIE


i la fois, de dkcouverte, d'occupation et de conquete dans ces
regions 6loigntes de la c6te.
La premiere condition, pourtant, pour assurer le succes
de tels arbitrages gdographiques (nous allons employer le
pass car ils n'elaient possibles qu'au temps oi les territoires
inconnus du Continent Am;ricain n'elaient pas tous reven-
diques par les dilfirentes Puissances Amnricaines), ,tait qu'il
n'v eat pas encore de droils d'finitivement 6tablis dans Ie ter-
ritoire parlag6. et, i plus forte raison, de droits que la nation
qui les possedait fiut prete i revendiquer par la force des armes,
commie lc Portugal revendiqua contre 1'Espagne, devant l'in-
difference de la liollande, Ic bassin entier du Rio Branco.
Pour toutes ces raisons, il faut bien dislinguer I'inter-
vention de d'Anville de celle de Schomburgk. Historique-
ment, la premiere fut opportune; la second fut ddplacde. Ce
sont deux interventions totalement difl'rentes. En effet :

1 La ligne de d'Anville fut accepted come une liberalite
par la IIollande, et pour cette raison peut 6tre invoqu~e centre
elle, tandis que la line de Schomburgk a ktC rejetee coumme
unne usurpation par Ic Bresil et ne peut done pas etre invoqum-e
centre lui;
2' La ligne de d'Anville comhla les aspirations des Hollan-
dais dans 1'Amnrique du Sud, tout en respectant le tire por-
tugais dejis existent; la ligne de Schomburgk. au contraire, fnit
un trouble, une tentative d'expulsion scientilique, suivie de
I'invasion h main arm6e du lerritoire, possede par le Bresil,
qu'elle adjugeait I'Ar.gleterre;
5 La ligne de d'Anville est une premiere ligne, tandis que
la line de Schombiurgk se superpose d'abord i la ligne de











LA PREI'VE CARTOGRAPIIQU0E


d'Anville, grAce i laquelle la Guyane Anglaise acquit son titre
dfinitif sur 1'Essequibo, puis A la reconnaissance par le Con-
gres d'Amiens, don't la Hollande el I'Angleterre faisaient partic,
de la souverainelt portugaise traditionnelle sur ces territoires,
et, en dernier lieu, i toutes les cartes officielles de cette parties
de I'Am6rique Portugaise, tells que la carte des PlInipoten-
liaires de 1749, en ce qui a trait aux terres situdes entire Ie
Cotingo et Ie Mlahi, et les cartes des Commissaires royanx
de 1781 et de 1787, en ce qui a trait i la ltoalilh d i terriloirc
actuellieient en litige, ainsi qu'i tonte la eartograophie euro-
pCenNe hollandaise, anglaise, franqaise, espaginol ou portn-
gaise aranit son iirenition.
4 La ligne de d'Anville 6tait la sentence imparliale d'ui
savant europ6en qui ne visit qu'ia la perfection de la science
geographique; la line de Schomburgk est la proposition.
naturellenent er parte. d'un pretendant aux Iravaux de dtniar-
cation de la Guvane Anglaise, lequel entrait aussiltt. par cc
move, an service e e la nation favorisee.

P.AGCr 1.8-159. ~ La plupart des cartes de 1'Amdrique
du Sud ridigees avant 1780, environ, et encore bien d'autres
de date plus ricente, suivent Didier Robert de Vaugondy (qui
adopta la geographie de D'Anville pour cette region et qui
adhere i la premiere edition de la carte de D'Anville) on la
second edition de D'Anville lui-meme. Mais il existe une sirie
de cartes dressees pendant les dernieres ann6es du dix-hui-
tieme siicle par des giographes fran:'ais et anglais, qui ne sont
qu'une veritable caricature de cette contree. Elles tirent leur
origine de la carte espagnole de Juan de la Cruz Cailo y Olme-
dilla, qui est belle, mais profondement inexacte. Cette carte a
Mti supprimnie pour des raisons politiques, mais trop tard pour
I'empkcher d'attirer I'attention des geographes, et elle a enf'ant
deux series de cartes inexactes. Preminrement, W. Faden fit
acquisition des esquisses de Cano v Olmedilla, qui passerent











IA PREUVE CAIRTOGRAI'HlQIE


d'entre ses mains a celles d'Aaron Arrowsmith, et elles servi-
rent evidemnent de base aux caries de 1'Ambrique dui Sud el
de Colombia Prima publides par celni-ci et son lils. En second
lieu, un exemplaire de la carte de Caiio y Olmedilla tomba
centre les mains de N. Buache, Celui-ci explique dans une note
sur la carte sptcialeeiint d6voude A cette region, qu'il avail
jijg6 bon de reproduire et d'indiquer d'une faCon permanent
le detail qu'il avail pris de la carte supprimiie. 11 s'ensuivil que
la geographie correcle de D'Anville lut oublice pendant quelque
temps, ct que les cares qui datent de la derniire parties du
dix-huitibme siecle rejethrent la connaissance de ce Ie parties
de i'Amerique du Sud dans le pays de la fable". ,

i. Les cartes don't il est question dans ce passage ont
certes, conime du rest presque toutes les cartes, bien des
imperfections geographiques, mais cela n'enleve rien t I'ini-
portance de leur htmoignage quant i la non existence d'une
prevention hollandaise sur le bassin du Rio Branco.


PI'A: 1.9. Bient6t aprvs la publication de ces cartes
erronees, les Portugais s'inslruisirent pour la premiere fois au
sujet de la cartographie du Rio Branco et de ses al'lluents, au
imoyen des cartes ol'icielles de Antonio Pires da Silva Pontes,
ingenicur geographe qui visit la region en 17S1, et Jos6
Simoens de Carvalho, qui 6tait Ie geographe attache l'exp6-
dition du Colonel Manoel da Gama Lobo de Almada". Le Gou-
vernement portugais n'a pas publii- ccs renseignements, mais
lorsque le cil'bre voyageur, Baron de Ilumboldt, dans les pre-
mil-res ann:-e du dix-neuvieme sibcle, comnmenca ses reclerches
au sujet des affluents de I'Amazone, on mit ces cares A sa dis-
position. Ilumboldt et Lapie, geographe francais, ont corrig6 les
erreurs de Cairo Olmnedilla et retabli la delin6ation correcle
de D)'Anville'.

6. La partic cartographique du MCmoire Anglais a dti,
comme on le voit, 6crite sans la connaissance des cares des
explorateurs portugais du xvut sickle.











LA PREI VE C:AHToGRAPIIQUE


7. C'est des travaux des astronomers et ing6nieurs portu-
gais du xvII' siecle que les cares frangaises ont tire toutes leurs
nouvelles donnees, qui resteront definitives. sur le bassin (d
Rio Branco. Encore en 1847, dans la carte qu'il lit pour l'ou-
vrag e e Richard Schomburgk, Heixen in Brilisrih Guiana,
Mahlmann dit qu'il cut recours, grace i I'obligeance de Ilenr
possesseur, M1. Lapie dei Paris, aux plans originaix dressed's. il
avail dtji soixante ans. par le WI A. P. da Silva P'ontes et I'in-
g6nieur (apilaine II. F. de Almeida Serra (voir linmboldl,
Voyafe, V. p. IXS.). .a care Mahlmann ie 18X7 est donnee
dans I'Allas A.glais dn litige Anglo-V6nuzuelien, p. 40, aver Ia
date de I 4f4i. Mahimann lui-mime la date de 1847. M.ime dale
aussi dans le premier Atlas VaneznI;lien, p. 87, an noni de
Schomburglh. Nous avons vu que Mahlinann luii-mame, dans sa
carte de 1857 (Atlas Brrisilion, p. 74). adopted la limited du Rlpn-
uniii. II n'a fail, sur roete carte pour le livre de Richard Schom-
burgk, que tracer les lignes des pretlentions de l'Angleterre et
d(u IlBrsil selon les renseignmenwts tie Sir Rober' Schombubrgk.


I AGE I.M>. Les seules cares depuis cette fepoque qui
montrent un progres dans 1'exactitude tie la relprsentation du
territoire don't it est question sont cells de I'explorateur Robert
Schomburgk, qui a, plus lard, ttc; au service du Gonvernement
de la Grande-lreaigne comnme Coinmissaire'-

8. Schoniburgk n'a rien ajoutil aux travaux des explo-
raleurs portugais sur le bassin du Rio Branco qui puisse servir
de tire aux Anglais stir aucune riviere de ve bassin. Les
belles cares portugaises que nous avons reproduites dans
notre Atlas peuvent soutenir la comparison avec les siennes
et sont d'un demi-sibrle plus anciennes.











LA PHREIVE CARTOGRAPHIQIE


PAGE 159. -- c Depuis 1850, tous les gtographes de renom
ont base leurs travaux relatifs A cette region sur ceux de Sir
II. Schomburgk'. ,

9. Voir A ce sujet ce que nous disons plus loin.

PAGES 159-160 -< On pretend que certaines cartes du
territoire en litige auraient etC dressees par des officers bresi-
liens a une date plus rdcente que celle de Schomburgk, mais
il est certain que ces officers n'avaient jamais visited ce terri-
toire et que, par consequent, leurs cartes ne repr6sentent aucu-
nement les r6sultats d une reconnaissance inddpendante'".

10. Nous avons montr6 dans le premier volume de ce
Mcmoire que le Gouvernement Anglais faith aux Membres de la
Commission bresilienne de Limites avec le Venezuela une impu-
tation qui n'est pas fondle. L'objet de leur Mission n'Mtait pas
de dresser la carte du territoire en litige avec 1'Anglelerre,
mais do tracer la ligne frontiere avec le Venezuela. ils ont,
pour leur carte, recouru aux donnees g6ographiqies et astro-
nomiques dejAi tables avant eux, come Schomburgk I'avait
aussi fail pour ses cares.


(b) Frontibres.

PACE 160. < Pour la question des frontibres, on pent
citer une carte comme preuve :
I. De l'opinion g6n6rale au sujet de la fronti6re;
2. lies pr6tentions levies par une nation quelconque.
,, Mais dans l'un et l'autre cas il est necessaire d'examiner
avec soin jusqu'A quel point on peut se permettre d'attribuer
de l'importance A une carte.
<, Une carte peut jouir d'une grande reputation relative-
ment A la deliniation des details physiques, mais il ne s'ensuit











LA PREIUVE C.ARTOG;tAPHlIQtE


point necessairement qu'elle doive inspire une aussi grande
confiance relativement a une question de frontiere.
< La grande carte de D'Anville, qui part en 1748, est la
premiere qui represente assez clairement les frontieres poli-
tiquest. ,

11. Nous avons dcja parli de la carte de d'Anville, et nous
y reviendrons plus loin.


PICE 160. Mais nous n'avons aucune connaissance
des renseignements sur lesquels D'Anville a base les limits
qu'il a traces. On ne saurait, par consequent, attacher une
grande importance A ces limits dans le cas o6 elles se trouvent
en disaccord avecdes faits historiques bien ktablis. La decision
rendue par I'Arbilre dans I'allaire de la frontiere entire la
Grande-Bretagne et le Venezuela a demontr6 que la frontiere
occidentale, telle que I'a design6e D'Anville, n'etait tout au
plus qu'un trace approximatif de la ligne de partage des eaux
qui s'ecoulent d'un cl6t vers l'Orenoque et de l'autre c6t4 vers
i'Essequibo. II est positif que sa frontire meridionale ne s'ac-
cordait i la reality ni sous le rapport de la geographic ni sous
celui de l'histoire. II existe, en el'et, entire la representation
par D'Anville de la frontiere occidentale, et celle de la frontiere
mdridionale, cette grande difference, que la premiere s'accorde
a pen prbs A l'occupation europeenne telle qu'elle avail ktl
accomplie A cette 6poque, tandis que la second est en disac-
cord complete avec les faits". ,

12. CGla veut dire que la ligne d'Anville est bonne dans
la partie qui favorite la pr6tention anglaise et mauvaise
dans celle qui la contredit. Ainsi, cette care avait de la
valeur dans le litige anglo-venlzulien, oti elle a 6tC la plus
grande difficulty qu'ait rencontree la pretention espagnole i
I'Essequibo. et elle n'en a pas dans ce lilige, parce qu'elle
sanctionne d'une maniere absolue le titre portugais. Nous
pouvons dire qu'elle est tout aussi bien un titre historique pour











LA IE( VE CARTOGRAPHIQUE


notre cause qu'elle I'a etC pour la cause hollandaise dans
le litige anglo-v6ndzuelien et que, dans les deux cas, sa valeur
est la mtme: on ne peut la diviser en deux parties, I'une
en accord et I'autre en disaccord aver I'occupation euro-
peenne i l'dpoque oi elle a etd dressee. Si elle Mtait en
desaccord avec l'occupation hollandaise, dans sa parties miri-
dionale, comment se fait-il que les Hollandais ne I'aient pas
remarque? que Storm, que la Compagnie et que les Etats C;6ni-
raux eux-memes en lonent I'exactitude? que tous les geogra-
phes hlidoall iss la copient? Nous nous sommes deji occupy
plusieurs fois de la valeur polilique de cette carte qui a rem-u
la sanction la plus absolue de routes les autorites hollandaises
et fut adopt6e par elles comme un arbitrage plus que satisfai-
sant de l'extension du territoire hollandaise dans I'Amrique
du Sud.

P.ES 160-1t;I. M6me ceux qui out adoptl la geogra-
phic de D'Anville ont divis4 l'Am6rique du Sud en plusieurs
manieres fort dillerentes. La carte qu'ont dress6e les Espagnols
et les Portugais pour servir de base au traitW de 1750, suit la
cartographie de D'Anville en ce qui concern le territoire en
litige, mais elle prouve qu'on ne songeait m6me pas i pretendre
que 1'occupation des Portugais se serait Itendue, i cette 6poqiue.
jusqu'i la region d6marqu6e par D'Anville". .
15. Au sujet de cette care, qui est un titre porlugais
irricusable, voir plus loin.

I'AGE I(il. ( Robert de Vaugondy, geographe du Itoi
dr France, qui avait une certain renommee, et qui a aussi
suivi la geographie de D'Anville, a cependant trac6 des fron-
ti6res tout a fait difflrentes. Ces lignes, tout ambiguesqu'elles
sont, appuient en g6n6ral les revendications de la Grande-
Bretagne en cette aifaire". ,











IA IIHEU E CAIITORIAPHI'IIIQII E


14. La carte de Vaugondy ne trace pas de limits entire
les dill'renles Guvanes dans I'intericur. II serait impossible
d'en lirer le moindre tLmoignage en faveur des revendications
anglaises. Si de Vaugondy a eu quelque intention de tracer
une limited dans sa carte, et si cette intentiiin peut rtre
dNchill're, la region du (Contestd semblerait pluti'it roster dans
Ie domaine porlmgais. Voir ce que nous disons plus loiin sur
cette carte.

I'Ae IHil. On peut appliquer la mciine critique aux
cares dressees au commencement du dix-neuvi6iine sikcle par
curtains autres guographes franAis, tels que Bonne et Lapie.
Elles representent des prelentions liran aisvs ii im vaste terri-
loire, lesquelles la sentence arbitrale de Berne a definitive-
meni rejetees: et le terriloire, dont il est maintenail question,
y est assigned quelquefois a I'Espagne, quclquelois au Portugal.
et jamais aux Ilollandais. Ces cares n'6taient fond(;es sur
aucuns renseignietents qiii auraient pu juslilier cetle attribu-
tion dans I'un ou dans I'autre cas; elles ne s'accordent pas
entire elles. et ii a dtd demontrtn dans lc present Mlemoire
qu'elles sont en desaccord avec la reality' .

S13. La confusion dans les caries du commenceienit dii
sicle p|rovient surtout de la ligne du trait d'Amiens, laquelle
implique. de la part de I'Europe. la reconnaissance que les
territoires voisins du Rio Branco, au nord de la line dii
Traittl, apparlenaient au Portugal. Voir I'argunent tir6 du
trail d'Amiens dans le I'Preier .llr;moire Brr;silie,, p. ,5ti.
, La logique du trait d'Amiens, y disons-nous, est celle des
cares francaises de cetle period, comnme la cart e .alpie
de 1812, dans lesquelles la Guyane Fran'aise s'etend jusqu'au
llupununi, embrassant ainsi le Iau- Essequibo. Le territoire,
il faut le remarquer, a et l cdd it la France par le Portugal











LA I'IIEUVE CAIITOGRAPIIIQUE


seulement, les autres nations elant A 'peine des timoins et
des grants, ce qui est une preuve 6vidente qu'aucune ne pre-
sumait qu'il puit y avoir li une autre souverainetl que la
souverainct portugaise. Le fail que les plus remarquables
cartographes anglais ont interprWtl les effects des Traites du
Portugal avec la France dans le meme sens que les carto-
graphes fran'ais, montre pleinement que tell a Wt l'interpr6-
tation de l'Angleterre dans ce Congres, i savoir : que, pour
elle, dans le territoire ainsi adjugi it la France, il n'y avail au-
cune possession hollandaise, ni aucun droit autre que celui du
Portugal. El en nole : <, La preuve que le sens du Trait6
(l'Amiens on des Traites du Portugal avec la France, celui de
lladajoz, djit cite, et celui de Madrid, 29 septembre 1801, a
dik celui-li, est donnje d'une nmaninre frappante par la seule
cartograplic tie I'6pdoqu : le meimc terriloire, avant le Trait6,
est ligure come 6tant portligais; sous l'action du Trailt,
coimme ktant francais, et aprbs I'annulation du Traild, come
6tant tie nouveau portugais, sans qu'auicun facteur soit inter-
venu except le Trait6 mmine e la ligne d'Anville se conservant
toujours lixe. La carte de La lRochette, Colombia Prima, 1807,
met la Guyane Francaise entire les Guyanes Portugaise et
lHollandaise, les versants de l'Essequibo, avec la region de
Macuxis, etant places dans le territoire qu'elle dit avoir 4tW
c6&d i la France par le Portugal. ,

PAGE 161 Dans le meme sii'cle, mais un peu plus
tard, parurent certaines cartes, don't celle de l'Am6rique du
Sud par Vivien(1825) est peut-ktre la premiere, o6 la frontiere
entire la Guyane brilannique et la Guyane portugaise, c'est-a-
dire le Brdsil, est trace le long de la line de partage des
eaux, qui s'y trouve represent6e par une grande chalne de
montagnes absolument imaginaire". ,











LA PREIVE CARTO(G(RIAPiIQI3UE


16. L'historique fait par le MWimoire Anglais de l; carto-
graphic interessant Ic Territoire ContestW present de grades
lacunes. Nous en signalcrons ici ine qui nous parait impor-
tante. Un grand nombre de cartes anterieures a cclle de Vivien
donnent la line de partage. Entre beaucoup d'aatres, nous
pouvons citer, en les pregnant seulement dans nolre Atlas:
Requefia, 1796, p. 55. Carta Corogralica de la Republica de
Colombia, 1810, p. 61 (qui est la source de plusieurs cartes
anglaises et franaises); A. Arrowsmith, 1811, p. 62; A. Arrow-
smith, 1817, p. 64; Sidney Hall, 1820, p. 65; Bru6, 1821,
p. 66.


PA.E 161. < Pendant environ un demi-sikcle on ne
trouve plus que delx lignes-fronti'res diffirentes sur les cartes
de cette region. L'une est la fausse line de partage des eaux
don't ii vient d'etre question et qui a etd adopt6e dans toutes
les cartes bresiliennes; I'autre est la line de la Cotinga et du
Takuti, proposee par Schomburgk, et adoptee graduellement,
depuis 1840, par presque tous les geographes exceptI ceux qui
appartiennent au Br'sil'7.

17. On saute ici par-dessus un nombre considerable
d'annies. En effect, la line du Cotingo et du Tacutli, c'est-i-
dire la ligue Schomburgk, ne commence sa carrier qu'en
1840, et le biemoire Anglais nous avait laisses A l'a;nne 1825.
Nous pourrions signaler dans cet inlervalle in bien plus grand
nombre de cartes contraires A la prilention anglaise; elles le
sont presque toutes, et celles qui ne le sont pas restent neu-
tres, mais nous nous contenterons de citer, seulement dans
notre Atlas : Humboldt, 1826 editionn francaise 1825), p. 67;
J. Arrowsmith, 1832, p. 70, qui donne exactement la frontiere
r6clambe par le Bresil; Bru6, 1854, p. 71, qui donne au Br6sil











LA PIiEi %E' CAIITO(.IIA I'lIfIQWE


le bassin superieur de I'E;sseq(iibo depuis le liilununi ; Mont-
,omery Marlin, 185 p. 72. qui doinne la line rdclanme par
le BrIisil ; Mablmainn. 1i.57, p. 74, de imnime; Duvolena), 183)9,
p. 7t, uii done la line de partage; Arrowsmith, IS59.
p. 76, carte anglaise parlicliilenlcenilt etudide, qui done la
line rehulaine par Ic Bresil: Codazzi, 18401, p. 77, quli porte
notre limile au conilluent ilii liipiulmui.
Ce snil ceescares qui iionlr'enlI 'ttal de la carlograplic
le la region an moment que survint Schliiiburgk vt qine la
possession immni'oriale u li i'dsil fI ul suspeindue par I'Accord
de neiltr'alisa.ioni. I'IE cc qu(i concerned' I'adoplion gradliclle
de la line Schonlurgk par tolls les g;'ograplls. fxcpti:
reuix qui lapparliennent an Iir'sil, quoiqie I'adoplion de la
lignet de ha prtllntlion angllIise pieimluil Ir flilil' par dts
igg'ail)h!('s I;lrangers ii'all'eclte pas notrl droil (voir cclle dis-
clssion plus loin), nolls rieiiiar'qierolls ici que des savants
c(lliiile Ki|p)ert, vonl Martins, leclus, I.evasseur, ainsi (Iqu'un
granlid onimbrlle d''anilres aUilers, ii'onlt pas adopt' le trac'
Schonihiiurgk.


I'AG:s 1I61-li2 1 11 n'y qu'n i1 petit iiomlbre die caries
qui pIuissent servir de preuves ii I'appini des rclaiInalions miises
en avant dans le cas actual par I'une el I'autre des deux parties.
11 v a une carte hollandaise le plan des fruonlires entri
la C(iiine hollandaise et espagilole dressue Ipar van lleneimali
- qui est d'iiie importance considerable dalns la question en
litige. Cette carte il'a jamais t6 piiblice. Elle prove claire-
ment iiusqu'ai quel point les llollandais 6taient pr6ts, vers la fin
du dix-huiti'ine siicle, i soutenir leirs preelnlions vers lesud.
Elle appiiie d'nne nianiire d(linitive les revendications hollan-
daises vis-i-vis des prilentlions ties Eslpagnols el des I'ortlgais,
et elle sier sonmise ia un exallmie dtaillt dalls les notes qli'on
trouvera i la lin du prlsenl chapitre". )











LA PI'BLUii: CAROGAIIT iI.~1IIIQ


18. Le Memoire Anglais reduit, de fait, ii une seule les
caries it l'appui dle I'occupation hollandaise du I(ontcsl'.
Mettant de c6te les travaux de Schomburgk, qui out crde la
prtlenlion anglaise, et qui ne pevent ire t in prJcedent. his-
torique pour elle, la prcive carlographique anglaise sc
risunim ainsi dans cetle carte de Ileneman. Le Idimoignage de
toutes les aiutres cartes en notre faveur, le Mdinoire A.nglais
I;chiera de l'annuler, mais il ne pourra invoquer, de son citul.
come iin t6moignage positif, que celui die Ileneman.
Nonts avons d&ji doinn les raisonsqui empiiipchent d'atlacier
aicune importance i cette piice. Nous l'analyserons de nouvean
plus loin, i l'endroit oi la discussion en est rentiise dans lc
passage ci-dessiis.


I'AC.E Ifi. 1c II faudrait natureellment attached une
importance gale ii toute carte semblable qui anrait une ten-
dance favorable i la prevention portugaise; nais il parait
qlu'aucune carte de cette nature ie content tin trac6 de fron-
tibre contemporain". ,

19. Le MImoire Anglais prtlend qu'aucine autre carte
semblable i celle de Ileneman ne content un tract contlclm-
porain de froiiliHre qui puisse rtlre oppose ia celui-l.i ei faveur
de la pr6tentioni portugaise. Nous supposons qu'il s'agit dans
cc passage de caries hollandaise. II nous sullit de dire que,
outre la carte de d'Anville, qui a recu la sanction publiquc
des autoritls de la Colonie, de la Compagnie et des Pays-l;as
quant i son trac6 de I'ltendie du territoire hollandaise dans
I'Amirique du Slid, touted la serie des caries hollandaises de
quelque valeur cst contraire i la prltcntion anglaise. La carl,
cilce de Ileneman, qui a centre elle une atcre carte du mtu'me











LA I'REUVE CARTOGIIAPIIIQIE


lleneman, ne pent certainement pas Wtre opposee aux cartes
de d'Anville, de Van Bercheyck, de Tirion, de Bouchenroeder,
et aux nombreuses reproductions de d'Anville dans les Atlas
hollandais du xviw siecle. On pent dire de la cartographic
hollandaise qu'elle est uanimie centre la pr6tention anglaise.

PACE; 162. << De meme, on peut citer les cartes de Sir
II. Schomburgk coinme preuves des revendications britanni-
ques, lesquelles la carte du Dr. Hancock sert aussi A appuyer
d'une maniere tant soit pen dilffrente". .

20. Les cartes de Schombuirgk sont cerles t des preuves des
revendications britanniques ,, elles en sont mime, on peut le
dire, l'instrument; par centre, nous ne pouvons pas decouvrir
en quoi la carte du D' Hancock ser iA appuyer ces pr6tentions,
quoiqu'il soit admis plus haut qu'elle le fasse < d'une maniere
tant soit peu diflfrente u. II n'y a rien dans le croquis de Ilan-
cock, don't l'original n'est pas reproduil, qui fasse la moindre
allusion i une pretention anglaise au territoire revendiqu6
depuis par Sclomburgk. Nous savons que l'expedition anglaise
de 1811 au Rupununi, i laquelle appartient cette piece, ne
viola point la frontiere du Bresil, mais au contraire la reconnut
formellement. Le trac6 de la rout e de expeditionn, tel qu'on
le voit dans la copie de celte inmme care du D' Hancock que
nous reproduisons plus loin, ainsi que ses Notes 6crites en 1827
et pihblides dans I'Anneze du Memioire Angl. 11, p. I, conlirme
cnti6reelnnt le ricit faith dans les documents portugais.











LA PRtEI~'E I:AITE I;APIIIIJI( E;


II
SNotes sur les Cartes annexes an Present M6moire.
(.l6emoire Anglais.)

PAE. 162. 11 appert de ce qui a Rt6 dit plus haut qu'on
ne pent baser aucun argument sir une carte lpar elle-mntme".
Soutenir que la ligne que revendique la Grande-Bretagne soit
la vraie parce que toutes les cares modernes I'ont adopted, cc
serait aussi injuste que de conclure que la ligne indiqiine par
D'Anville decide la question parce que It'Anville 6tait le plus
grand gFographe" de son 6poque'. 11 est parfaitement inutile
d'accumuler carte sur carte pour elucider la question, parce
qu'il y en a fort peu qui 1'Mclaircissent rdellement". ,

21. Nous avons soulign6 les mots par elle-imdm pour bien
marquer la portte exact de la proposition. Nous comprenons
que cette proposition signifie que les cares, pour ntre des
preuves en matiere de limits, doivent 'tre, pour ainsi dire.
la transcription d'un titre juridiqie tel que l'occupation ou
1'exploration par ine des deux Parties, I'assentiment de
l'autre, I'accord entire les deux, etc. Nous pritendons, en effet.
qu'on peut baser un argument sur des cares telles que la
carte de d'Anville. on la carte des Plinipotentiaires de 1750,
ou l'une quelconque des cartes des explorateurs portugais.

22. Non pas parce que d'.\nville Mtait le plus grand gdo-
graphe de son 6poque, quoique cela doive computer, surtout
vu que d'Anville reproduit dans son trace, d'une part, les ren-
seignements qu'il avail eus de La Condamine, done des auto-
rites de ParAi, et d'autres sources portugaises, d'autre part,
ceux 6manant des sources hollandaises; mais parce que sa











LA I'REIUE CARIITOGRAP'IIQUE


carte a Wtc adoptle ofliciclleient par ie Gouverneur d'Esse-
quibo, par la Compagnie el ses Chambres, et par les Etats
G6ndraux. Sur la reconnaissance oflicielle par la Compagnie
des limits traces par d'Anville et sur I'autoritt6 de sa carte
pour les lollanldais, compare ce qui est dit dans le Premier
.Ilimoire IIr-silien etque nous reproduisons plus loin.

23. 11 n'y a pas de similitude entire les deux cas ligures
ci-dessus. L'argument tire de la sanction donn6e au trace de
d'Anville par les autoritis hollandaise et par les gdographes
hollandais du temps que la Colonie Mtait hollandaise, et par
les gtographes anglais alors et apris qu'elle fut c6dde i la
Grande-Bretagne jusqu'A I'intervention de Sclioniburgk. est,
quant aux droits te la Ilollande et de la Grandc-Brelagne qui
lui succ6da sur le territoire en litige, un argument nugatif
Idlcisif. Au contraire, I'algument lirf de l'adoption de la ligne
Schonmburgk par les cartes modernes n'a aucune portie histo-
rique. Nous avons discutV ce point iA la page 1i6 du Premier
.Iemoire IBresilien et nous nos oU y referons. Mille cares qui.
sans 6tre des cares br6siliennes, reproduiraient la line de
Schomburgk, ne seraient que des ziros places i la gauche de
I'uniti Scliomburgk. Nous involuons, come autant d'argu-
ments en noire faveur, les cartes hollandaises et anglaises qui
ont adople la line d'Anville, parce qu'elles sent hlollanhises
ou tiUijlaiss et representent I'assentiment de la Ilollande et de
la Grande-Bretagne i celte ligne. 11 faudrail trouver une
carte ou des cares br6siliennes autorisdes adoptant la line
Schoinbuirgk pour que I'argumenlation oppose posstei;t I' qui-
valent de notre preuve. La reproduction de la ligne Schon-
burgk stir des cares ktrangeres, quel que soil leur nombre,














ne sera jaiiiais tin inidjice dvi I'asseniliiientl dii Brt'sil i' elte

vIles lie pir)Iie't~ Irien e CII hvcii deC la jireIteillion aiglai'.e, d10111
vites mit adoite .i lig' qiiuiatl I' conilit (1il dcij~i siisvit-.
Nolls poilrriois I11011tr r ijue' t 'lqiiyes-i les des caries
I ran'' ies tes plus imotflno'tiis d'auiotmnllini ite copiclil pa's
et't'ie igne Ml (fie i"ne, longteiii ps api'ts ISMii). dies caries
atiglaises. des pIii' i'elinmrqalutes, tie I1iuetldaieit pas ; iiais
Iloits iine vovt(,its pais ia niittssi te die CLettre c( po1iiin t'ii e lulls
girinue ilvitleiie. Le' Iail, e'sl ijut les deiN iiationis, 'I piiiit' la
Iigiic Sciomimiiiigk ('IaiI-'Ile iri s.tipmulaoiint Ia iit'ttrali-
,alion (III Ieririoirt' colilet1 jilsIti'all regttiiivitl tnielitit des
ITIiilih'l' l es gtogi'ahes hailgers (lii out irpittil !ait ligice
SclitdiiigA. et, adIopht, aiiisi hi lti'tlentioil anglaiist. uitoil faith,



L.'e'qtlicatioui d~e lejir jtrov(cedt', es bie simpijle : A avahei soims
II's veux It'! cat ilsaitghiist's tui !i linteititio mg-ilaii-we csl timc2e



it'staieiit, uioctoiiies. Nmims I'avotls eii~j (fit tlaii, le Premier
41;muoire' Ifrcxiir:'m .. IA pI'tmle t'a iiogiphiope es! pjispihellI
ttlilioil' jtlieive hlisloriqitii sujujuleiiieiitaire, oiii skiisdliai'e -'
ct'lle des dtociiviiinls. pour I le-iiiilrer I'exisleiice oit I'ai'irio-
rill' e itt.h IItre1lehtiohi tie' ]liiie oil de1 F'aitire ties par'ties ell Iiliigc,
elt la iitui-e~istenitt oui Ia potsh'.1ilittii de do ah preh'iil ion Colil-
Ir-air~e. IA' ttiillit, 'iail elatiti. if ii) a phlis ptlace. )) tii mls01
tt'i~Ittis noirI'( jpt'istt Ilus vbair eli laismdi aul I'renur .lI-
,moire IBresi~en tin errabiumn), pour /~iwinrrenlioni ties qv1o-
!w(1phus. ,A par'i~r (liil let lllomeif'f I. hs caries qui aditplen t la


1A PREVVE CARTOGRAIIIIII)l E











LA PREI'VE C.IRTOGlIAPItIQUIE


ligne i laquelle pretend un des contestants, deviennent, sur
ce point, de simples sentences ex parte, en anticipation de
I'accord direct entire les parties on bien de la sentence arbi-
trale, i moins que leurs auteurs, ignorant 1'existence du conflict,
n e tl ranchent sans s'cn douter. (Prem. MJlm. Brds., p. 416.)

24. Le nombre des copies ne signifies rien par lui-mCme.
Pour qu'il soit tenu compete, dans la decision d'un litige. du
onmbre de cartes qui adoptent la me"me ligne, il faut que ces
cartes precedent d'un des deux pays inliresses, on qu'elles en
aient recu la sanction. Ainsi, si toutes les cartes bri;siliinnes,
on le plus grand nombre, ou les plus importantes, avaient
adopt la ligne Scliomburgk, ce serait une prisomption que
le Bresil aurait reconnu la pr6tention anglaise. Quand toutes
les cartes anglaises adoptent cette ligne, c'est la preuve que
cette line repr6sente la prdtention de I'Anglelerre. Mais le
grand nombre des cartes ktrangires qui reproduisent la line
de la prItention anglaise come ~Ianti ddjA la frontire n'West
qu'une copies du travail trouv- tout fail dans la meilleure care
moderne de la Guyane Anglaise, puisque ce ne peut tlre la
provision de I'accord ou de la sentence finale. Ainsi, de mime
que la presque iuniformit6 des cares anglaises, depuis Schom-
bnrgk, dmnontre i elle seule que la ligne de celui-ci est
revenue la prelcntion anglaise depuis 1840, I'uniformitl des
caries anglaises anterieures et des anciennes cares hollan-
daises suffit h prouverqu'une prdtention semblable n'a jamais
cxistl avant Schomburgk.

PAI.E 162. Le G;ouvernement de la Grande-Bretagne
soulicnt que les cartes qui se trouvent arrangees dans l'atlas
qui accompagne ce Memoire sont les setles (hormis celles des











LA PREIUVE CAIITOIGHA 'llIIQI E


deux expeditions portugaises de 1781 et de 1787) qui doivent
arreter attention de Sa MajestI le Roi d'llalie'"; et il se pro-
pose de faire quelques observations sur chacune d'elles". ,

23. Nous reniarquerons lout d'abord, qu'on ne trouve
pas dans I'Allas Anglais plusieturs cartes que I'Anghlterre a
cru devoir inscirer dans son Alias pour le litige avec Vene-
zueela el qui ont tout an moins la mnme importance pour ce
litige. entire autres, pour ne parlor que des principles, la
carli def Storm van 's Gravesande (1719), la carte du Capi-
taiiie Thompson (1783). la earle de Laurie et Whittle, la carle
de< Bouchenroeder.
Nous ajouterons ensuite que le circle dans lequel I,
Mimoire Anglais veut ciirconscrire la pruve earcalograplique
nous parait trop '6troit, quoique I'Atlas Anglais, t lui seul,
suflise pour la dlmonslrition de notre droit. En effet, en
excliiant les carIes Schomburgk et cells dressees spo'cialement
pour cet Arbitrage, une scule des cartes presentees par I'An-
gleterre appuie sa prtlention. et cell-IA est la carte de liene-
man; routes les autres, ou bien reslent neutres comme les
carts de llorlsman, de Vaugondy, de Ilartsinck, de llancock, ou
lui sonl contraires et excluent de la parties hollandaise on
anglaise la region en lilige, et, parmi riles, sans computer les
cartes portugaises, celles de d'Anville et d'Arrowsmiitl altri-
buent le territoire au Brdsil.
Nous pretendons, au conlraire du M6moire Anglais, que
toute la cartographie historique de la region et m0me, i un
autre point de vue, ia cartographie contemporaine, inturessent
cc litige. Celle-ci montre en effect que, aujourd'hui in'nme,
I'Angleterre n'a pas, dans I'intlrieur de sa Guyane, plus d'l6a-
blissements que les Hollandais n'y en ont laisse en amount des













cataracts dc l'Essequibo, c'est-a-dire qu'elle n'en a aucun.
Le Mciioire Anglais comprend heureusement, parni les
caries qui lui semblndln miriler d'eitre examinl6es par I'Arbilre,
cells des explorations portugaises d(I xvii" si6cle. Ellcs
di-niontrent, en llfel, quec Ies relv6s des rivieres fails par
Schombirgk ein I1842, qiielnue valcur qu'ils aieit, ont eii poulr
aire in lerritoire djia expilolre, d'une maniere tout aussi com-
pilie et scientilique, plus de soixanle ans avant lui, par les
astronoincs ct geographes porlugais.

-'6. I'Angleterre dlollne ldans son Allas, outi'e les caries
sp6cialeeniiti dresses ip0or son Minioire el les caries Schoill-
iburgk, colles qui siivent. Nwos mnarqiuons d'lin aslt(rique cells
q(IIe inoUS avons aiissi rIeprodiites dans iolrn Allas et la urial
de Hlancock, dmiII nous reprodilisons dalls c' voilniiiiien ntaillr


16I91. Plre Samnluel Frilz.
1707. I'bre Saiuiel Friilz.
171it. Ilorlsilall.
17T. I'Anville.
17t-17511. Carlte qui a servi aux Pldniipotentiaires de
Sa Majesti Tr',s-'idi'le pour nIgocier Ie
Traihl de L invites du 15 janvier 175"1.
17.)i0. Storm van 's (ravesande, lris Esseqmibe ed Deme-
11 ry.
17.i<. Itobirt die Vaugondy.
17711. Ilartsinck.
1774-177.'. Ribeiro de Samnpaio, Citria Geogniphliric dlx
Capilant is do Grdo Patrm e rito .egro.
1775. Juan de la Cruz.


h.\ 11'HEI \E .lAltT"I(IltPIIII. E











LA PIEIiE C(.\ATOGIIAPIIlIi)I


1778. Ribciro de Sampaio, .llappa dia Americ' Me.lli-
dinial para f'lzer rcomprehceder I rerdadevir,
siliran 'd, dlio /r Itrnc.c.
1801 (?). Van Ileneman, Schels Kafirle ruan ide Li,mil
Itssm'Ihv lie hl Kil6,ini, Spoiilscl ril v iv ,der-
lndslxch GijIna.
18412. Hislop.
'1811. John lancock.
182. John Arrowsmith.

I P.wE 162-165). I. P.ARE SAM.-EI. FRITZ. I fiI. ./011ff
(Geripriliira del nio .IlIaranon i Amazonas. Manuscrite.
< Loe iere Fritz etait un .hisuiit' Cspagnol quli, on sa qiialitb
tie missionnaire -clhz les Indiens, a oxplori' I'Ainazone clI
beaucoup do ses al'llents en descendant dc Qiuito jtisqut'il I''ni-
bouchure du Ilio Ntro, vers la poriode entre 1681) etl 1727. La
td6p'chc qui est imprinn;e dans l'Anlcexe au present MWnmoire
constate que son activity excilaitla in Iliance dIs I'ortuigais.
La carte reprodiiite ici esl la earli original de FIrilz,
manuiscrite. qui fut acquise on 17 13 par M. la (Coiidamine (voir
le .Ia urnal du voyage fait par ordre du Rtoi, ele., p, p. 192).
et par Ini d'posveo dans la Ilibliothbqueii di Itoi. lile so trove
aiijourd'hii fi Paris dans la Ilibliollih6iu Nalionale.
u On pout dire que cotte carte est uni premier essai do
dresser une carte de 1'Amiazone d'une fa(;on scienliiique ct
exact, d'apres les renseignements reeneillis an sujct de ce
lieinve et de ses affluents par Fritz et les homines qu'il avail
rencontr6s. Elle ne continent aucune indication du Rio Branco
qui, A cette 6poque, dtait inconnu aux Espagnols et aux Portu-
gais.
C (;ette carte pretend signaler les forts qiii exislaienti cotte
epoque. Les forts portugais ia ar;i et i CiiUip);i y sont lmarquls.
La carte forme done une preuve qu'en It91 ii n'v avait pas
encore de fort i I'emniouchure diu Rio N6gro'-. ,

27. I)ans la care du P'rre Fritz, la rivire i A cole de laquelle











LA I'IIEIIE CARIITO;IIAP'HIQUE


il place les Caripunas correspond au Rio Branco. 11 n'existe
pas un seul document hollandais contemporain qui fasse
soupconner la connaissance du Rio iranco.

PAc. 16(5. 2. PADItE SAMUEI FIIIITZ. 1707. El Gran
Ilio Maraiion o Amazonas.
(( Cette carte est r&digee d'apr6s l'impression original de
la susdite carte de Fritz, que nous venons de d6crire : elle a
dti gravee i Quito soit d'apris le manuscril original, soit d'apr6s
un exemplaire double. Elle a dtd mise i jour, car elle designe
le nouveau fort 6tabli a l'embouchure du Rio Nfgro. Elle est
presentde i I'Arbitre i l'appui des documents 6crits qui
deinontrent la date de la construction du fort". ,

28. 11 imported peu de savoir i quelle 6poque exactement
le fort du Rio Negro a WtB conslruit, puisque, dis le milieu
du xvne siecle, le Rio Negro commenca a 'tre frdquent6 par les
Portugais et qu'il fur domino par Pedro da Costa Favella,
officer de ( la lotte de Quito ,, c'est-i-dire de I'expddition de
Pedro Teixeira. IKjiA, en 16i95, Antonio de Miranda (Ann.
Prem. M.m. Bres., III, p. 9) remarquait : ( Les terres com-
prises entire cette ville et le Rio Negro sont si continuellement
sillonndes par les Blanes qui, d'ici, vont y faire leur n6goce,
que je m'abstiendrai, pour ne pas fatiguer Votre Seigneurie,
de fournir des indications concernant les villages situes sur
cette route, et je m'en tiendrai i celles qui se rapportent aux
terres en amount du Rio Negro', jusqu'au point extreme oi
je suis parvenu. ,

1. II a ti, Iraduil dans nos 110 I iumeniits i auxi 'I s IIs Iu lutl Itio Negro ,.
('esl ne imipropriili' de Iraduction quii n'ia pas i'-ti' rl'pkte danis It Mimnioire
miiin. Miranda ne remoiit le Rioi Negro que jusqu'i la rivii'e des Anavi-
cenas.











LA I'BEH AE (CAiTO(GI1.\PIIIQUE


PAGES 165-164. a 5. NICOLAS IIORSTMAN. 1740 (?). -
Carte de la Route de .11. .icolos Horstman, de Ilio Esquibe 4 Ilio
NVegro.
( L'6bauche original (a) et I'esquisse plus avanc6e faite
pour la Condamine en France (b) out kt6 reproduites toutes les
deux dans I'atlas. La copie autographe faite par D'Anville. qui
se trouve dans les Archives du Minisl6re des Allaires Etran-
g6res it Paris, n'a pas 6tC reproduite. Elle offre, toutleois,
une resemblance gen6rale si grande it la second des deux
cares qui sont reproduites que l'on est port i croire que
celle-ci a t61 copi6e sur I'aulre.
La carte et les rapports de Ilorstman ont ikt ampleinent
discutes dans les chapitres pr6c6dents du present Mlemoire.
Non seulement 6claircissent-ils un episode tres important de
I'occupation hollandaise de la zone en litige, mais ils nous
Iont voir de quelle source D'Anville a tired ses mat6riaux pour
la representation de cette ri;gion dans sa grande carte de
I'Amdrique .Mlridionale de 1748"9.

29. Sur la carte de Horstman, voir plus loin.

PACE 16i. .4. J. A. It. D'ANVILLE. 174S. .AnIft'qiie
1Wril i'o le.
( La carte reproduite dans Iatlas est la premiere Mdition de
cette grande carte. Celte edition est tris rare aujourd'hui. 11 y
en a deux exemplaires au Mus6e britannique, et an moins deux
i Paris.
,, Le principal int6rkt que cette carte offre pour la question
en litige, c'est qu'elle est la premiere carte de I'Am6rique du
Sud qui repr6sente avec assez de precision le course ge:n6ral du
Hio Branco el des a'lluents de son course supericur, la commu-
nication entire le Mahu et le Iupununi par la Pirara, et le Lac
Amucu. Elle Mlait. en effel, pendant bien des annces, la seule
care qui est quelque poids dans la discussion des details phy-
siques de cette parlie dl I'Amnrique du Sud. Tons ces rensci-
gncmenls avaient 6td fournis de premiere main par la Conda-
mine, qui les avail recueillis du Commissaire hollandais
Ilorstman.
II est impossible d'attacher la mime importance i la











LA NI'BVEI (;AITO;IIAPIRIIIE


reprCsentation que content cette carle de la frontiere de la
Guyane hollandaise; aucuns details ne nous sont parvenus qui
montrent sur quelle base resale celte representation, ni pour-
quoi la frontlire est trace ainsi. La line qui spare les pos-
sessions de la Ilollandte te cells du Portugal ne correspond it
auicune division geographique, ct clle est en disaccord avec les
faits historiques"'.

50. Les Hollandais du xvini siecle connaissaient certaine-
ment mieux que nous la situation de leur Colonic. La carte de
d'Anville est un document polilique d'une lelle importance que,
sans vlle, on ne pourrait 6crire I'histoire de la prlention hol-
landaise dans l'Essequibo. C'est cette carte, d'ot' toutes les
autres caries hollandaise ont ket copies, qui a definitivemnent
donn6 gain de cause sur I'Essequibo i la Ilollande et it la Grande-
Ilretagne qui lui a succedd. Elle ne saurait Otre un document
dc celte port6e dans sa parties septentrionale et n'en avoir
aucune dans sa parties mrridionale, itre bonne centre I'Espagne
et mauvaise en faveur du Portugal, alors que sa liimite enulire
a 4t6 acceptde, on pent dire avec soulagement et reconnais-
sance, par la Conipagnie come si c'eilt t6 tine notvelle charter
bien dfinic, et par les Etats ;eneraux comnie un certilicat
curopCen de I'etendne des possessions hollandaises dans la
Guiane. Le Mtimoire Anglais croit que d'Anville a Iraced sa
line sans aiicun rcnseignemenit. Tel n'est pas I'avis de
Storm : c Le trac3 de nos frontires, dit-il, montre aussi qu'il
a 6e bien infornic: ran foeder hund, d'une bonne source.
(I)ireclcur G(nt:ral i la Compagnie, 9 septembre 1758.)

PI'A.;s 1it- I(. --, 5. CARTE IIISPA.i-PORTI;AlSE. 17 9-a0.
- ('art1 i9eographiir de que se scrrii o linistro Pienipoteiariatr
lde S. .lliagexlstd F'ideli.siima para aj.iistr o Tratado de Limites no
A1 erica .Meridional tassignado em 15 Janeiro (eI 175).













II exisle beaucoup d'exenplaires de cllte c;rle. II s'en
Irouvc quatre exemplaircs signs ldans le a Archivo del .inis-
tcrio de Estado ia Madrid. Toulc es cs cares sotl pareilles.
Elles dillhrent ine' de I'autre sleniient anl point de vue dii
plus on moins de soin avec lequiil clls sont colorices. I.'un des
exemplaires qui se trove a Madrid a Ies cursco lani soit ipe
dilllerentes. 1les couleurs indi Ilibciro de Siiampaio dans son llela;;io ne se troiuviit dans
ancun des cxcnplaires qui onl d1t e;iimin('s. C;'sl peiut-tlre
encore un exemplle d'errciir ie citalion de sa parl.

31. Voici ce que dit Ilibeiro de Sampaio (. |nn. Irem.
.11cm. ID'rs., IV, p. 5'7) :

El pour prouver que les Espagnols mI recoiinn les
liiitles constitutes par la ligne dt faie,il suf'lit de pir-senter la
carte pubtldc chez celle nation, en I'ainnii 7 P', sons Ic titre
suivant: a Carte des confines du lKresil ct des I'irrs dc la (Con-
ronne d'Espagne dans l'Aminriqiic Mdridionale. l.a partic occn-
pee par les Portugais cst tie couleur blanche, la pa;lric occ(tult'
par lcs Espagnols cst coloritc en rose. n Ilans et'cle care, It
lo IBranco on PaIrime et ses dtpcindances sont dt coulcnur
blanche, 'e qii indiqne. scion la 1tgende de lia c;rl.e I'occii-
pation portugaise. Et, en outre, il y a une line de pointill, quii
marque la ligne de failed cominone division des nI'i rii'rcs. C'
documents, iirovei'ant dts Espagnols eux-miiines, semiible devoir
fair omlbcer tous les doutcs quant i, I'arguinitil I'on suir ls
Iraites. ,

Ilibeiro de Sampaio, conime on Ie voil, citait ine carte oi'
le colors in'tlait pas le nllme quie dans cells qui ont servi anx
negocialions du Trait6, mais si I'on metl jant, oh il di blnr.
on aura la description exacle des indicalions donnies pa"r hI
colors difllrent snr I'cxemiplaire tie nous avons reproduit


IA IIIIEIIE CARTOGRAIIIIIIII E.











LA PIIEUVE CARTOGRAPIIIQUE


dans notre Atlas et sur la copie du Mus6e Britannique repro-
duite dans l'Atlas anglais.

'AG;E 165. Cette carte est d'un dessin grossier; mais
les details, en tant qu'ils se rapportent au pays don't il est
question, sont 6videmment tires de la carte de l'Amerique Meri-
dionale par D'Anville, qu'on avait deji generalement reconnue
commune l'autorite principal en cette matiere.
La principal importance de cette carte, au point de vuc
du present MNmoire, consist en ce qu'elle pretend indiquer
jusqu'A quel point le Portugal et l'Espagne avaient reellement
occupy la parties septcntrionale de l'Ambrique du Sud". ,

32. En 1749. 11 n'est pas ndcessaire de rep6ter que les
Hollandais resilient encore dans leur poste bien en aral dui
Siparuniet n'osaient pas s'aventurer plus haut sur l'Essequibo.
En 1755, trois colons qui se hasardaient i remonter le fleuve
c pour essayer d'6tablir quelque commerce avec les Portugais
de I'Amazone etaient tues par les Mapissanoes. (Directeur
GBneral a la Compagnie, 20 octobre 17'5.)

PA.E ifi5. La couleur jaune qui repr6sente l'occupa-
tion porlugaise arrive approximativement au < Maho" ,. Cetle
pr6tention des Portugais ment inal fondIe. 11 a 6tL d&montre dans les chapitres prcd-
dents de ce M-mnoire que le Portugal n'avait i cette epoquc
aucune connaissance des regions situees au deli de I'embou-
chure du Rio Branco. Mais il faut remarquer que, malgr6 son
desir evident d'exalter ses pr6tenlions A cette epoque, le Gou-
verneenet portugais ne pretendait i aucun territoire sur la
rive droite du Takutu. Bref, en tenant compete de I'absence de
tout dGlail sur la carte, et I'absence 6tablic d'information chez
les Portugais, il resort qu'i cette dale ils n'6levaient aucunes
prItentions A la zone en litige. ,

55. On pcut voir qu'elle n'arrive pas approximative-











LA I'iEI VE CARTIIOGRAI'lli iE .55

ment D au Mah~i; que tout le territoire entire le Parime
(Uraricoera, Haut Rio Branco) el le Mahbi a la leinte portu-
gaise. 11 est vrai, d'un autre cUil, que la teinte de cette occu-
pation s'arrile, quat d la rice mi)ridionale du Taculii, an 'con-
fluent de cette riviere avec le Iarime. Cela ne vent pas dire
qu'il n'v avait pas de pr6tention portugaise sur la region, mais
seulement que I'on ignorait encore en Europe I'.tendue exact
de I'occupation portugaise ll'ective du Taculi. lDu rest,
I'occupalion de la rive droile jusqu'au Mahi'i implique le do-
maine du course de la riviere principal tout an nnoins jisqu'a
I'eilbouchure de I'aflluent. La proposition ci-dessus: que la
carte du Traili montre bien que a< le (louvernmiient Porti-
gais ne pr6tendait i aucun territoire sur la rive droite dii
Tacii ,,, est coiitraire i L'evideince du document, puisque le
lerritoire entire le conlluent du Parime et le confluent du Mali't
est sur la rire droite du Tacutl6.
Cetle teinte portugaise, en 1749, dans la region entire le
Parima et le Mahi, a certainement rapport i l'exp'dition de
1710, laquelle a parcourn et domine ce territoire. Avant 1749,
Ic contr6le portugais de la region avait e6t rendu compel par
les Troupes de Ilachat. Voir notainient deux documents iin-
portants : e llapport di I;ouvcerneur du Maranhito dii 11 sep-
tembre 175i1 (Ann. Prem. .Mim. Bris. III, p. 6I0) el la lettre du
Commander d'Essequiho i la Compagnie dii 7 decembre 17Iti
(Ann. Sec. .Mtm. Bres., III, p. 118).

PAGE 165. << 6. LAURE.Z STORM VAN GRAVESAINDE. 171!.
IRio E.nequebe el Demerary.
<< Celle esquisse parail avoir ete file par le Gouverneur
hollandais, plus ou mnoins de inmmoire, lors de sa visit it
ZMlande en 1750. C'est au commencement de cette annec qu'il











LA 111IiEI YECARITO;IIAP!IQUE


avait donnt l'ordre pour la transplantation d'Ariiida i une
position plus en amount. et la <, Nouvelle Arinda se trouve
indiquie sur cette cart"'.

54. Le poste restera plusieurs annees encore i l'cndroit
oii il est indique dans la grande carte de Storm, que nous
avons donnte. c'est-a-dire en aval du Siparuni, dans le voisi-
nage ties chutes Tuasinck tes cartes actuelles. L'~6ablissement
de cc meme poste prs nii conlluent du Rupntinnni n'Iaura lieu
que lorsque le Tacutia et Ic Mahi auront dlejai tt dominds,
d'abord par les Troupes de Ilaclat, ensuile par I'expIdition
mililaire die 171( (A.\goslinho DIiniz).
Outre la care de van 's Gravesande de 1749, ious Irouvons
dans les autres cartes hollandaises ou anglaises anciellnes :
La petile carte espagnole de 1750 copiCe et augmennt6e par
Storm. Le poste est place au mtnme endroit, i peu pros,
mais in nouveau poste est indique, toujours sur la rive droite,
au conluiient du Rupununi. Nonts savons que le post de I'Esse-
quibo n'v W tait pas 'i cetle poque; c'est i peine I'indicalion
de I'eidroil oi il devait tlre transfer.

Thirion, 17(7. N'en parole pas.
llartsinck, 1770. 11 le place sur la rive gauche, plus en
aval, a egale distance du conllient du Ciiuyuni et de celui du
Siparuni (en aval de l'Arassari (Potaro), 10' saut, 5' 10'Nord.)
lleniiman, 1776i. Place Arinda. come Ilartsinck, en
aval de '.\rassari (Potaro actuel), au pied de la 8' clule.
(Captain Thompson, 1781. N'en parole pas.
Bouchenroeder, 1798. Place .rinda, come Ilartsinck
et Ilenenan, plutot plus en aval, i itO kil. seulement de
Bartika Grove; ii n'indique rien au confluent ni de l'Arassari











LA PREI'VE CATGAIITHIIAIiIIVE


(Potaro) ni du Siparuni, ni du Itupununi. (II I'appelle ancien
post Arinda.)
Commandant Ilislop, 18112. N'indique pas de posted.

PA.;ES I (5-i66. ( 11 constate lui-m.me qu'il avait
doinn une carte de cette nature aux directeurs pendant la
period de son conger. Cette carte est bien grossibre, et iele
content beaticoup de details inexacts, mais on verra (que sur
un point situd au delia du Ilupiunni et vers I'Anazone les iiots
suivants se trouvent 6crils : Jusqu'a ce point viennent les
marchands de 'Esseqiiibo n, et la position assigned ia la
nation des Manoas (Magnouws) se trove tn pen plus loin que
cc point. Cette nation 6tait etablie sur le Rio Ntegro i I'6poque
en question, ainsi qu'il a etC demontre dans le present
M~moire"'. ,

3;3. Le point est a l'est du Rlupununi, enlre le Rupununi
et I'Essequibo. La carte elle-minme s'intitule Rios Essequcbe ed
Demerary; elle ne s'occupe pas dii bassin de l'Amazone.
(omine la grande rarie de Storm (celle-ci n'a quc des indica-
tions mises par Storm, c'est une care espagnole), les caries
ollicielles de la Colonie, oil il n'esl mmem pas question d'e-
tendre les limits de sa charte i tout I'iiilrieur inconnu de
I'Essequibo. opposent un obstacle invincible i l'ftfort tendant
a convertir la pretention anglaise de 1840 en pretenlion hol-
landaise.

PA.;E 161.. 7. DII llOBERT DlE VAUGONDY. 1750. -
Amrique leridioale.
< (:ette carte est rcproduile ici comme la premiere et la
plus autorilative (d'iie st;ri e ecartes frantaises don't les
auteurs out adopt la geographic de D'Anville sans accepter
ses lignes-frontieres"'.
36. Sur cette carte, voir ce que nous disons plus loin.











LA I'REIVE CAITOGRAPHII E


PA(;E l6. 8. JACOB IAN HARTSINCK. 1770. Caart
van Guiana.
Les llollandais n'ont guere public de carte authoritative tie
la Guyane autre que celle-ci. et, par cela seul, elle m6rite
d'6tre reproduite. Elle esl fondue, pour la plupart, sur une
ancienne carte de la colonie qui parait avoir disparu, mais qiii
se trouvait autrefois dans la Chambre du Conscil de la Compa-
gnie des Indes Occidentales i Middelburg. En ce qui concern,
cependant, la region don't ii s'agit i present, cette carte se base
(ainsi que l'auteur le fail observer dans le texle de son
ouvrage) sur les travaux de D'Anville et de la Condamine, e.'esl-
i-dire sur les faits conslat&s par Ilorslman.
Quant aux frontitres. les lignes en sont difficiles i suivre,
mais la carte semble revendiquer, comme apparlenant aux
Hollandais on ih leur zone d'influence, un territoire consid6-
rable i I'interieur, qui est indique par deux lines ponetuees.
Ce territoire s'dlendrait de la c6te vers le Rio Negro sails
limits definies. Celle interpretation de la carte s'accorde avec
le texte de I'ruvre de Hartsinck, d'apres lequel le fort du Rio
Negro aurait 6t. la possession portugaise la plus lointaine sur
les bords de 1'Amazone, et la Guyane portugaise ne se serait
Mtendue que jusqu'au Rio Negro. Cette opinion est gan6rale-
ment en accord avec les limiles actuelles de 1'occupation por-
tugaise i cette lpoque"-.

37. Nous n'acceplons pas retle interpretation ,, di la
carte de Ilarisinck. La ligne poinlille qui va jusqu'au Ilio
Negro n'est pas deslitiine it slparer, dans tult son parcours, la
Guyale Espagnole de la Guyaiie lilllandaise. Iiein qu'it la
nitiiere donl sont places les nons des diff;rcnles Guyanes, on
voit qu'au delay d'unit crltaine Iongitude, les Guyanes separees
par la line qui courl jusqu'ai Rio Negro sont la Guyane Por-
tugaise el la Guyane Espagnole. Quant it I'argument que la
G;iyane Porlugaise ne se serail, d'apres Ilarlsinck, elendue que
jusqu'au IRio Negro, nous trouvons que le Rio Iranco avec le
Tacutiu sont, au contraire, decrils dans Ic clapitre de Hart.-











1A 1I'I11EUVE C:ARTIOE;ItAPII1t.t E


sinck intitiuhi: < iDescription des d6couvertes et des possessions
des Portugais (Breschrijriin ran Guiana, pp. W.i, et sui-
vantes) :
Le Ilio Negro, nu Iliviere Noire, a (.t6 navigunI par les
Portugais depuis tun siiecle; ils v Ibonl iune trailed ilmporlanlte
d'esclaves. II a Ilojours un dtlachement de la garnison de
I'arni aux bords de cette riviire pour mainilenir les nations
indiennes 'n i(tat d'obeissanee et pour protlger la traile per-
mrise dlans ces regions par les lois porltgaises. Ils vy ,o an-
nuellement line petite armnie volant, appel(' la band de
rachats ,. qui. te leimps in temps, pin'itre plus loin dans 1'iintl;-
rieur.... Environ dix-niel' licuvs an-dessus de I'imboucliure de
la Rivii're Noire, on trouvr uine riviire iipiirlainte qui s'yjette
par trois bras, environ ii quatr' livmis el deiice I'uni de I'aitre.
mais le pIremieir iras est Ih plus grand et il Ibrme le vrai
courant de la rivibre appelee par les Poriiugais Itio Branco, on
riviere blanichl, et quie les Ilolla nilais appellent Pariiia. Son
rcoirs est presqiu du nord an suil, et sa source se Iroive a
environ .5" lal. sept. A une dislaine d'un degre de I'Elqiatenr
elle reIoil les eanlx de ih riviere Tanlii'l vellnani de 1'est el par
laquelle on peut passer danis la rivie lre de I'Essequebo.... .
Et il lernine : Sinr ce, je linis celle description pour passer iI
celle des d(couvertes Ce del's possessions des N'erlandais en
Guvane. ,
L'interlprtation de celle carte, si l'on veut supplier par
des arguments aux lignes qui s'y IrouvenI, serait ainsi plutil
favorable aulx Portugais conlme celle de ilellin, don't Ilarlsinck
s'est inspire. II faut reiiarquer que. dans le lilige avec le
Venezuela, l'interpretation des linites de cette carte donnte
par I'Angleterre est tout A fail dillbirente de celle qu'elle en












LA I'IIEIVE CABTOGRA.IIII)ITU


donne dans ce litige. En effet, nous trouvons dans Ic Vol. VII
de I'Appendice au British Case, p. 359, la description sui-
vante : << La ligne pointille graves commence aux sources
de la rivi&re Waini et court Sud-sud-ouest, i travers le course
supdrieur du Yuruari et du Cuyuini, jusqu'aux sources de la
riviere Parimia. Dc li, ii seiible que l'intention a 6te de la
fair descendre par lc Mahli et le Tacut6 jusqu' ti des montagles
o6 le Rupununi a apparemment sa source. ,
La carte de Hartsinek nte peut tre, ainsi, invoquee i I'appui
de la pritention anglaise actuelle.


PA;E 167. << 9. RlirEinO iE SAMP.AI. 177 -7.'. Caria
geografica los Capilanias do Gram Pari e Rio .Negro.
Cette carte est celle qui se trouve annexde au IDiario a
de Ribeiro de Sampaio. Elle n'a probablement pas Wtd rddigde
par lui-meme, mais elle prouve que Sampaio n'avait aucune
connaissance du Rio lBranco avant que i'affaire Leclerc eft
attire son attention sur ce fleuve. La carte n'indique pas la
moindre trace d'une occupation portugaise de ce Ileuve cetle
6poque". ,

58. C'est on simple croquis, sans aucune pr6tention i un
travail geographique complete. Le Rio Branco y est indique. II
i'y avait pas d'autres 6tablissements sur le Rio Brancoque des
factoreries pour la peche des tortures. La rivii'e Mtait contrilbe
par les expj'ditions envoyees de Barcellos. Les lHollandais, dans
leurs documents les plus sirieux, n'ont jamais donned que les
riviires les plus rapprochlies de la c6te. (Voir Storm, Berchleyck,
Ilarlsinek, Bouclenroeder.)

I'AGE 167. 1ll. DE LA CRUcz CASO Y OI.ME.I.LA. 177'. -
Mapa geogrifiro de America leridional.











LA PlIiEtiE CA OtT' WHAIIPill, FE


,, Nous reproduisons une parlie tic cette carte belle inais
inexacte, uniquement pour mnonlrer i I'Arbiire la source d'in
grand nombre de cartes erromu'es qui out paru pendant les
derniitres anndes du dix-huitiime siecle". ,

53. La carte de Juan de la Cruz represcnte I'cxtr'mne
prevention espagnole. C'est ainsi, encore, une carte (ie Ie
Milmoire Anglais produit dans son Atlas pour la rejeter.


PAlE 167. -- c II. aII.aII I, DE SIAM'PAI. 177. .1lpI (d(
America .Meridimnal . piara fzer romprehedmer . a
rerdadeir, rilIII;tu o ... ilo Rio BraIno.
S(:'est la carte annexde i la ,a lelaatiio,, tie Sampaio. Sa
geographie erronde fait voir qu'it celte 'poqiue les Portugais
i'avaient encore anicine connaissance des regions que lha carte
pretend reprnsenter. :Clle-ci est surtout intt:ressante parce
qu'elle indique les situations relatives des premiers talblisse-
ments nmissionnaires sur le haut IRio Branco'". ,

.((. Nous le repeltons, Ilibeiro tic Samipaio n''-lait pas
un geographe. Quelles que soient les impelrfclions dte sa carte,
elle est un litre portugais At ajouler i la a, Ielation ,, qu'elle
;acompagne.

PAI;ES 167-(i8. I 12. C. VAN IIENEM.N. 01 ().-
Schels Kaart runi de Linite lusschlen hel Kiiningl. Spamerlh e,
.Vederlandsch Gujana.
(t Cette carte n'a jamais tIl publiie. Elle est, cependanl,
d'une certain importance ai poini ti e vie de la question en
litige; car Van lleneman etait ol'licicllemient an service de la
Compagnie Iiollandaise des Indes Occidentales, en qualil tide
artographe, e, d'apris la legende, la carte parait avoir form
annexe i un rapport qui traitait probablement des frontiires.
On n'a pas redssi, jusqu'ici, i dtcouvrir ce rapport.
,, La date de la care est diflicile i dtermniner. Le profes-













seur Ilurr a constant, avec justice, qu'elle ne pouvail pas tilre
anteriei;re a 1776, mais son idWe qu'elle serait de date postt-
rieure i 1781 parait plus discitable. line conparaison soi-
gneuse de tous les renseignements don't nous disposons i cc
sujet permit de constater avec assez de precision que la date
de la carte n'est pas anterieure ih 1796. II est bien probable
qu'elle a t4te dressed pour servir d'aide aux negociations qui
out about au trait d'Amiens.
SL'examen de la carte fail ressortir nettement le faith que
le dessin resemble beaucoup i celui de la carte de Ilartsinck.
Autant que les deux cares representent le mime terriloire,
l'une et I'autre indiquent les mimes dMtails, emploient la
meme orthographie et contiennent meme les mtmes erreurs.
lie deux choses l'une: on la care tie van Ileneman est copi6e
stir celle de lHartsinck ain d'y indiquer les frontieres, ou
totes les deux ont MtC copies str un m6me original.
11 est clair que les lignes colorites de la carte de van
lieneman doivent indiquer les limites occidental et mtridio-
nale de la colonies hollandaise. Le point d'intersection de ces
lignes se conlond avec les sources du I( Paruma, ) et la ligne
m6ridionale, apris avoir traverse; le Branco et le Takutu tres
pen en amount de leur jonction, se dirige vers les sources du
dernier de ces fleuves. Cela devient clair, si on rel6ve les
angles pour appliquer la fronlifre mdridionale i la carte de
Ilartsinck. Evidemment la carte de Van Ileneman revendique,
come hollandaise, non seuleient toute la zone en lilige, mais
encore une grande parties du territoire situ6 i I'ouest". ,

11. Sur cette carte de lelneman, voir ce qui a t16 dit aupa-
ravant et ce que nous disons plus loin. C't st la seule carte que
Ie M6moire Anglais ait pu dtconlvrir A I'appui de sa pretiention.
Pour Ie mioiment, nous ferons seule'ment remarquer que celte
carte a (ttt, produite par I'Augleterre dans It litige avec le
Venezuela aivc la date de 1770, landis que, mainltnant, elle
la date e d ISltI dubitativtneenlt, il cst vrai. Le p|aragraphle que
nous rdpitons ci-dessous montre combien cette second date
est incertaine : t Le professeur Burr a constat6 avec justice


LA IIIIEVVE CARTOGIM-11101-F













qu'elle nc pouvait pas tre anterieure i 177fi, mais son idet
qu'elle serait de date posterieure (antifrienre) it 171XI parail
plus discutalle. Aprcs cette remarque, Ie Mtemoire continue :
( Une comparison soigneuse de tIos les renscigncments don't
nois disposons i cve sujet permit tde constater avre. asscz ie
precision que la dale de la care n'est pas ant6rieure ii 17!li ,.
Nous avons ainsi les quatre intherprttalions anglaises q iii
suivent de la date dcette e c;lrlc depnis icqu'ell a et(; pr't'seilt'e :e
I", elle est de 1770; 2". vile n'est pas anterieure it 177l; 5". il
est discutable qu'elle soil antlrieure i 17<81; i". on Ipe't
affirmer avec precision qu'elle n'esl pas ant6rieure c 17!ti. II
v a pourlant encore une aitre date : II est bien prolbable
qu'elle a tt( dressde pour servir d'aide aux negociations qui
out about au Trai d d'Amiens n, cc qui hl report iA I'annie
I ,01i .
II11 e nous semble pas que cette carte soit postlrieure i la
date de 177t;, que nous avons adoptde dans notre Allas d'alprts
I'antorit;i dt Professeur LIincioln lirr tie la Commission An.\;-
ricaine, lequiel a i'tudi' dt'ne I'aonii approlindlie et scientiliqui
les archives hollandaises str cctte question. En ll'et, le WMe-
moire Anglais, lui-imdne, fail ressortir que cette ca rle tde
Ilenelnan n'est qu'nn agrandissement grossier, moins la .Illir
rani Pariuma, tie la carte te Ilartsinck. \ Autalt que les deux
cares repr'seinlent le name lerriloire. I'une et I'autre
indiquent I's minmes di'lails, emploient la nii'nie orthographl
et contiennent minme les mrnies erreirs. De deux choses I'une:
ou la carte de van lieicman est copite sir celle de Ilartsinck
alin d'y indiquer les Ironlieres, on toutes les deux out kti
copiees str un mimiie original. Dans ces deux hypotheses.
on ne s'expliquc pas que la carte de Ileneman ait une date


LA 1111E.1 VE CARTNAIA1,111,11T,











LA PRI'il~VE CAIITOGRlAIIIIII)E


bien floigi'de de cclle de Ilarlsinck, car Ileneman n'aurait pas
copi| llartsinck plus de trenle ans apres.
On esl iiin'Ie port iL atlribuer cette care de lleneman,
qui est une simple reproduction du travail d'un autre, une
date antdrieure i cell de son autre carte de 1776 (on 177.)
que nous avons aussi donnuce. En ciiel, on ne comprend pas
qu'apri-s avoir faith cette idcriiire carte, laquelle est 11u docu-
ment de quelque valeur propre, quoique piisant beancoup
dans d'Anville, il se soit abaiss; A copier Ilartsinck d'une
maniere aussi servile.

PACEs 16S-1 !. 1.1. CoL.oNrL. lhsz.oP. I 0S2. Churl of,/
Guyanai. r.. E. .shoring the ronn'ction belwreetn the two gretl
ri'ers A malon aind (hrr'otro.
t Celce carte est celle q iii tail revise ent An. leterre par le
(Iiomm;ilandnl britannique des Colonies nouvelleienti con-
quises. Elle esl evideinment line copies de celle de Ilartsinck;
I'apparence et les contours se resseimblent presque comple-
temeni, et c*tte resemblance s'applique mrnme a certaines
eprreul rs dlo Iloilc laI tilre.
Cette carte lait enter dans la Govane hollandaise ulne
parties scelement de la zone revcndiqu'e aujourd'liii par la
Grande-lr;laigne; mais la plus grande partic en est reprj'-
sentiie, i ce qnu'il parait, come n'appartenant ni aux lol-
lanidis ni aux Iortugais. Ilien n'indique sur quels mait;riaux
sont fondees les divisions territoriales. (n se souviendra,
copenidanl, qn'en 1 XO, c'est-i-dire deux ans apris la date de
la remise de celle carte, le Gouverneur britannique, en fai-
sant la premiere description de la I'ronltire minridionale de la
colonii. I'a decrite come ( des fIbrMs inexplorees et le Ileuve
dte 'Amiiazone. )

12. (e;tte carte est lii document de la plus haute impor-
lance In faveuir dt notre titre. La limitle de la Guvane Ilollan-
daise v est clairementi tradee par le Rupununi. 11 imporle pen













LA PIIEF.IY CA iITOGRA I'llIIIQ[ E


(if! sla1ivijr si I#! IN-6ritire util dviii v~ f-sI aftt lmil h I'Espiagie fill
aIi PI'o~inlul. L' seiil iliititi a (* ~slijet 4-st i pal. It (olon0i1-s (11i.
cjeiindaiil, Iiortrait Ila (do1iitiation esplagtlloI, f11 (.111 i'ili'iiiitl
sin tolit le IbassiI dii Rio Nerno. ,imais ju5squl'' suir li rive intiri-
dijoital' de' I Aillia7.iie. Mais pile ci' soit*a Il':Spalgii' oilt .ii Po)1111-
gal. (pie le' CoiavertieirAn .glais ail r cnn qte ce territoiref apjiar-
tenaiat. lIiiiiortani, pour ce litige, C'esl (IIIavec soni aitiorite'
iilfivielle, ii le place' en deliors des fiontii-'res de ia Guvani' II.41-
Iaiida(ise. Cetlle carte dloniie Ia roiite die Bainat;i. ce (fUl 1110111ii *
lie le voyag' dii porle-drapCau portugais. du Par;i jusq i itI lellP-
rara, panit tine vnriltaljle do-cotverte aux attloril hs de la I oluiiiic(
Le .1 iiioirc Anglais vinipti alit',mier lUimiiinssioti vausC~e par
ce' (lociltietil (eii lIii oplpliosawl Ies tdiservaliiiis rn'ciicvillics, en


2. tUjllisioii suiivainte dans Ie' filcrlu nitCloiinel ioinl-Clair Iiiutiitie Nell
(jlt' Iv volagt (it' Ilritaa lait 5 son tpohule. qyiwriaiiii ans api-.s. la stlol,
1.Inlli-welwe 1111( Illi resttBl danls V`Essequibo ilc ('I1 'Olllie communical fin1.1111-4. Ie sy
Ii~me de ve('( Ileme-( et ce~lui de (Amarllzone.
I.A a tInallii-mie diiite tou rajiide, app~et*It 3lroiitiit. s~lv'ui iicli'i
lout troil vti ti ol' Iiautet'ur d'cenvirn 24) pittls. Fi IInil'i o homiiniiit' ut' decoil-
Iciir Iki' il. tlaus noiore' vaiju. nfi fioriia ijue soni plawe lii avail ravotiiit (Ijil.
il aiitit e ;tris cinquanite anis. ii avail cuvilli sili r~ ritcliti uni itiliier
pIorlugais. tl i v Mta il venul cn caitot. avlalnt tdiM ii 'ttJ I,' pai ll Son gouvlrnellc
A tre' pas avecr 1111 eaulcu pour It, gol'.cint'u l Ilverne hiIlain is de iilinim. nii
Somliitliir di' dea condujte Ihuinaint' de celhi-ci envlelrs 1' fijuipagi' l(ui vais-
St'aii qili avail nlauffragi. Sur hi Oleti de' Suriniami. MalIhiclllust'invia.le-Itpetit
ranot de Iuttifirier a'tait tW- jmus~s avev unt ht' ll ttiot' ul,iit par ie~ couattiri
contrc re' roclitr 4111 titus reuxl q111 kiacomiipigniew iili tiilnt. i lt hAI ii'toiic
liii lit conljecture'r ique cet'te rjvit're, ahilii qht'In 1'rti-oqut'. ont Ictir soufltt
ilans It, % isiil-ig du -rand huto Negro, (1ui Couli' ;Ii lriaci- Ie Ilri'Sil. tftriiaii
pa ces ai"'-rCs principjales unii' ci ll1111 li icat ion colirle it tlave'rs celraill s
parlics de' cc ptrodigiiux continenliiit. Residence in tIe WIestt Indie.. Lt. Col.
T. S. SI-Clair, Londi-cs. 185t.











LA I'IIE VF CcAIITOIGRAIbIIIQIE


1804, par in (;ouverneur de la Barbade, decrivant la frontiire
de la Colonie. an sud, comme 'tanlt des 'or6ts inexplori-es ct l
fleuve de I'Amazone n; mais il i'y a rien, dans le vague de cos
expressions sans porlte, qui poissc diminuer I'imporlance
d'un document aussi d6itaiilli el pecrsoInel q(ce la carte de
Ilislop. 11 faut remarquer quie la limited dtcrite combine formtne
par des Ilorts inixpllor'cs 'e I'Amazonc est la liniile sud et
non la limile onest, vt quc Ic nouveau document par Iequcl Ic
Mmnioire Anglais vetl ell'acer l'imprvssion de la carte ldui Com-
mandant Ilislop est encore plus contraire i la prttlcntion anglaise,
car I'tcleidiie de la Colonic d'Essequibo et i)emnrary y cst de-
crito ainsi: (, La Colonic d'Essequibo et Iemerary est sitiue
entire le 6(' et Ic 7 degrd de lat. N. et centre It 57' e Ie 59W de
long. de Londres, dans cotle parties de I'Aim-riquc du Sud con-
inII sois le noiii ie G(iiano Hollandaise ). Le hassin de I'Ama-
zone i'dlait. sur a11unie care, iiclus dans la Gnuane Ilollan-
daisc. I.e (" dcgre de lal. N. Iraverse I'Essequilo au milieu des
calairactls el le I.c) degrt' de long. de (recnwich coiupe le
Itipmniiuni I l'est du Mont Annai, laissant ainsi hors de la
iiuyane hollandaise I' comrs presque center d cetlte riviire. Ces
limits, comparccs cells dii (IICommandant Ilislop, soni ainsi
entiiremenit (ldfavorables la lpri'lcntion anglaise, de fa:on
q(iu la chainm de preoivos officielles en noire laveur, dmanant
dirccliieent de Goiiverneurs Anglais. n'est pas interromlpni
par cc rapport du Lieiutnanit l-;oiuvcrnor Myers au (Comic de
Camnden, mais cn est au contraire renforcee d'un anncau.

PAGE 9Ii!. .14 HANCOCK. I 0. Chart of the inte-
rior of British Guiana.
I'original de la carte nintionnoe dans la petition du









Volume III. page 4.
2e Memoire


Ile. A r'
IAD-

4-c4li t ~ `;I.
















































-,m 6 Ad~~ Z f,



9a











L.A l'KEIVE C.ARTOGRA'lll1QUE


Dr. lancock n'a pu etre trouve, mais il parait qii'il on existe
trois copies. La premiere, au point de vue de la date, parait
etre la petite carte qui porte cc titre : Descriltiou de It roite
de Messieurs Simon et Sirtema et du Dr. IlHamolk '. et qiii se
trouve dans la collection de la Socidet ovale de (; ographlii i
I.ondres. Un second exemplaire est vividemmenit une collie file
par Joshua Bryant en 1828 ct recopiee par C. Baker ii I855 :
cette copie sc trouve dans les archives du Siiriniildainli de la
Ville de (Georgetown. Le troisii~me exemplaire est ii ne coli
faite par un nommi6 lainsford. Elle est marlquie en crayon
des mols : (, Intlrieur du docleir lancock ,. Elle se Irouve
d&poste au dlepartement du greflier de Georgetown,. I.cs trois
copies out Wt1 soigneusement compares. II v a des dill';reiices
curielises mais pei importantes, dues surloutl i des variations
de copiste, inais il n'est gukre douteux que ces copies ne rvpr&-
sentent correctement I'original qii'on n'a pas pa u dtlcoiivrir.
I'inli;rtt principal que prdsenle ce cro(uiis, Ires ii'coe-
plet d'ailleurs, c'est qu'il content un certain noimlibre de ilnlails
relatifs an territoire (iii s'teend jusqu';i la Cotin ga (apielk(,e
Sur nma) el au Takutn (appech Tokolo). mais qie rien n'est
indiqii an deli de cc territoire, i exceptionn dii Fort tie Shio
Joachlim. :'est aussi la premiebre carte qiii indi|que la Pyra-
iiide, on la loche d'Atairaipu (appelee Torilporo) viC I'ecdroit
o6 demeurait Malianarwa'. )


i.3. La carte de Hancock ne jette aucune Inmiire stir
la qulistion des limiiles ou de I'6tend le la Colonie ii I'lapoqiiue
de I'exp6dition de 1s11. Nous donnons la iplus aniieniie iles
copies Ide cette carte iiientionnees ci-desstIs: ( ell. qiii se lrouive
dans la collection ide la Itoval t(eograpllical Societly Ole L.mindrs
et que nous avons tel autorises a reproduire. On y voit Ih Irace
de la route suivie par I'Expedition. Le chiel Indien chez quii
elle se rendail, Mahanarawa, habilait l I'esl dn I nllllllli,
pris (u liiCidlari'i (iQuitaroA). A I'niest du lulnuini, l I, Il)' aiicock
Ie ses coimpagiions ne solt allies que jusqu'an village indivil.
village des Caritiinas, dit 1'inlfornalioiin ti( C.oniiiandant du











LA PIREIVE CAt ITO4RA;III'IIQIF.


Forl S. Joaquimi. En apprenant par le detachemen porlugais
que la juridiclion portugaise s'ktendait jusqu'au Rupununi, ils
revinrien aussiltl i Iuiir campement au board de celte riviere.


PAGES 1(i-170. I. 5. JOhN ARitOWSMiTI. 1832. Co-
lo,,bia.
SC;etle carte n'a point d'autorilt officielle. Aussi ignorons-
nous pour quelles raisons Arrowsiitlha trace la fironliire de la
faion indiquie sur la carte. Cependant, la carte a un certain
intdret, el cela pour deux raisons. D'abord c'est lne des
meilleures representations de ce massif de montages qui,
d'apres les idt;cs erron(-es des xplorateurs bresiliens, indi-
quait sur beaucoup de cartes une line de partage des eaux
saillante et bien inarqu6e entire le Takutu et le tupiinuni. En
second lieu, c'est u1n bon example tire des cartes auxquelles
Schomburgk a fait allusion dans ses premiers rapporls en
commrenlant I'opinion erron6e qui indique le Rupununi
come la frontirre de la G(uyane britannique". ,

it. C'est encore tine care anglaise que Ie G;onvernement
Anglais no produit que pour la rejeter. Ies cares d'Arrowsmnilh,
quelques defaults qu'on piiisse leur Irouver aujoiird'hui. sont
certainemient les plus aulorisees de la cartographie anglaise i
Icur tpoqtue. C'est iune care entiereicnt favorable A la prilcn-
tion br6silienne dans ce lilige.


I'AGES 17-171. I 16. loBERT ScInOMUuitCK. 1859. -
Sketch map of British Guiana to explain a .a emoir on its bounda-
ries.
Les principaux details de celte carte sont le restillat d'ex-
plorations 'ailes par Schoniburgk pour le couple de la Soci6et
lmoale de (t-ographic, ct avant qu'il ftl nomim Commissaire
par le (Gouvernement brilannique. C'est le commencement de
la geographic exacle de la zone en litige. Elle ne manque pas
d'erreurs le Guidiwau, par example, y parait come













affluent du Takutn; mais les details essenliels en sont exacts.
S11 faut reinarquer que dans cette care Schombiirgk
indique d6ijh la line de la Cotinga et di Takutu coiiimme la fron-
tiere convenable ie la Guyane brilannique dans cette region.

17. IIOIIEIT ScHO~lMBURGK. 1810. Mal? o"f G(iMutjt to
illustri te lhe route of rt. H. Schlmoburgqk, Esq.
Celle carle est joint au recit du dernier voyage enirepris
par Sclhomnblrgk pour le compile tie la Societel I)oval. tde (Gio-
graphiei cnlr e Ie mois d'octobre de Is37 et Ic moisr de mai de
s185). 'cexploraleuir a rddige cette carte avec tons Ics soins,
d'apr&s son h;llittlde. It1 indiquie par des lines enitreeou-
p6es, etc.. les parties du pays qu'il n'a pas visilees personnel-
lenient. II (ant recoil.iitre que celle carte est exacle pour ce
qui concern Ic lerritoire qu'il a lui-nimme Iravers".

IX. HonBEIIT SC:llnMiu;l. 1< 442. Skletch map of the lirer
Takutu.
SICeltte carle a 0t6 dressed lorsque Schonlimrgk elail entrt
en ronctions coiummle Cominissaire charge de la dvdmarcation de
la frontiere. CI'est la premiere et la scule carte stipar ie de cell
riviire, don't ii a faith h cette epoque la premii re reconnais-
sance complete.

S19. lIonEiIT Sc:llOMnunl. I S44. MiapI of British Guiaa.
Cette granle cartede la Guiiane brilanniqiie a M6i dressed
avec I'intention de repr6senter les details physigques de la
Colonic entibrec. C'est le rtsultal delinitil' des travaux de
Schomburngk coinmie explorateur iindt'pendant et comnie C;om-
missaire. Elle est la prreiire care te la Colonie qui soit diigii
de conliance; on a parfois dout6 de I'exactiitde des positions
qui s'y trouvent marques, niais les observations les plus
recentes onl presque tonjours diiiontre qlu'elles sont exactes
dans tous les cas oi Scliounirgk les avail lixe's liii-ni we.
Elle n'a aucun intlvrlt pour la question de f'ronli er. mais il
est n6cessaire de la reproduire. parce que c'est la carte qui
porte jusqu'I nos jours le plus d'autorite pour la region reven-
dique par le Br6sil.


LA i1HEEI VY CA 11TOGRA PHIM EI i











LA I'PIIEVE CARITOGIRAPI'IIQUE


,, 20. RIC:AlD ScHOMBun.R gravee par Mahlmann). 184(. -
Karte ron British Guiana nebst dem Qlellande des Parima (Iio
Branco) and Orinoco.
< Cette carte est reproduile parce qu'elle est une represen-
lation ind6pendante du resultat ddlinitif des observations
faitcs par Schomburgk, et qui a cu une grande influence sur
les gcographes qui sont venus apres lui". ,

45. Nous ne diminuerons par aucune reserve les eloges
d6cernds au nom de la science i Sir Robert Schomburgk, de
qui lumboldt appriciait tant les qualitls d'explorateur. Nous
I'erons seulement remarquer que. quoique ses cares aient
dclairci bien des points de la gdographie de la (;uvane Anglaise,
eiles n'ont pas pI avancer bea;coup celle du territoire en
litige, iuisqiu'elles soIt venues aprbs les Iravaux carlographiques
des exploratelrs portuigais, i la grande valeur desquels le inmme
lumboldt a tant de oIis rendu hoinmage. Bien d'autres savants
strangers, avant on aprbs Schonuburgk, out fait des releves de
riviires on donned la description de tribus indigenes du Bresil;
mais aucune des nationsdont ils 6taient originaires, la Grande-
Breligne enlre antres, n'a rtclaime, ii ce litre, purement scien-
tilique, la possession de la region explore. Ians le cas de
Sclhomburgk, lnne tell revendication serait encore plus diflicile
ii juslilier, niemne i litre scientilique, car ses explorations n'ont
ajonte que des dMtails, come il en reste beaucoup i ajouter
et conime il en sera encore ajoult, dans I'avenir, par chaque
voyageur, A la gdographie de la region don't les astronomers
porltgais dr.sstrent officiellement les plans en 1781 et en
17,7. Nou. lavons produit les cartes et les rapports des explo-
rateurs portugais; mais le simple tableau que nous impriimions
ci-dessous montre que Schomburgk. come savant et astro-














LA PBEUVE I(TOG;IAPIIIQUE


nome, a W6t, en cc qui concern la region en litige, entierenient

devanc6 de plus d'un demi-sie6le.

Ce sont les observations faites en 1787 par Simioes tie

Carvalho concernant le Rio Branco et ses affluents. Le mInridien

est celui de l'ile de Fer :


RIO BRANCH:
Barcellos . . .
Carvoeiro . . .
Iesqueiro de1 I'Expdlitio .
Carmo. ...........
Embouchure de I'Uanaau .
Endroit ilu ldiner du 4 f irier..
:;oncei:i o . .
S. Filippe velho, ou carhoira..
Emblouchure idu Mariiiani .
Forteresse de S. Joaquinl .


UANAUAU:
Son embonchure . .
Endroit du diner du 20 juillet
Endroit du (liner du 30 juillet

TACUTi :
Embouchure du Surumni. ..
Endroit du II juin, la unit..
Endroit du diner du 14 juin

SARAUR :
Endroit du 16 juin, I la nuil.
E;achoeiras des Ubis. ..
Endroit oil nous avonls tl' surl I
rive du Rupunuri. ....


LONGITI I)E

51" 4.12'
313" 52'







51i" 56'


I.LTITUDE:

0" :,' II" ..
I" 28' .
0" 22' .
II" 18' 30" I1.
i0" I6' B.
I" .13' 20" B.
2" I' B.
I" 1' 50" 11.
2" 57' II.
5" I' II.


. . II" :1 B.
. . o > l" B.
. . I, 19' 2l" B.


. . 3" '
. . 3 3'
. 317" 56' 3" .1'


3SIX" Bi'


SURUM :
Embouchure du Surunni . . .
Endroit du diner du 2S juin . . .
Endroit du diner du 27 jin . . .
Endroit du diner du 29 juin . . .
Embouchurede I'igarape Ananri.
routepourla Serrades:risaux. . .
Point sur la rive de 'igarapi,
pris de la Serra des Cristux. . .


. 3" I10'
. 3" 7'

2" >5'


3" 25'
3" 39'
5" 51'


5" 35'


II.
II.
II.


II.
30" II.

29" 11.


B.
41" II.
It.

50" B.


53 50' 45" B. .


X %1VATItJN'

.N. E. 6", Ill'











N. 1." 4W'









N. -E. .40o'


4
















LONGITBfUDE
URARIQUERA:
Endroit de la nuit lu 26 mars .. .....
Embouchure lu Paiine . . .
Embouchure du Majari . . .
Embouchure dlu Cauarapuru . . .
Cachoeira dlas Cordas .. 1. 53'
Endroit ldu 14 avril la nuil . . .
Embouchure du Marac . . .

URARICAPARi :
Embouchure de I'Traricapar. . .
Santa Roza. .. ........
Dans la vali;e de I'lnondation. I 21'
CARATIRIMANI:
Embouchure du (aralirimani. . .
Eln roit du 20 aoi t, i la nuit . .
Porto ilas Cordas, le 2.' . 31"
:achoeira Irapuir . . .
Ainarrage de la Roca dIu Iaraua-
nas. le I seplembre. . . .


LATITCDES

30 i1'
50 29'

5o 31'
.o 28' 20"
3" 22'


3" 47'
4," 3'


t" 21i'

I" II'
I" 29'

I" 46'


B.
IB.
50" B.


B. . .
B. . .
B. . .
II. .. .

B. .-E. P" 4I' ,


importancene ies travaux des astronomies portugais du
xMii' siccle cst bien signalle dans l'extrait du Bulletin du
Baron de Fnrussac de 1851, reproduit dans les Annexes A ce
MWmoire (tome II, p. 177).
L'ensemble de ces travaux, si nous pouvions les reproduire

pour toutes les regions qu'ils comprenneii, donnerait 1'idie
d'un effort gigantesque de la part du petit royaume europeen

pour 6treindre par tous les moyens de la conquete, de I'explo-
ralion et du droil, son immense Empire americain. Pour le
harder et le serrer de si pres, il lui a fallu abandonner en
grande parties I'Afrique, qu'autrement il aurait de nmme ani-
mbe i jamais de son souffle. Si l'on compare ces travaux dans
le Rio Branco et le terriloire contest par la Grande-Bretagne
a ce que les autoritls hollandaises savaient de la meme region.
il n'est pas besoin d'autres reclerches pour savoir I qui la
possession et la domination en appartenaient.


LA PREFVE CA RTOGRA I'll IQFE


VARIATIONSs






















CHAPITHE II


La Preuve Cartographique du Br6sil.





I
L'Atlas Bresilien.

Nous mieltrons maintenaiit en face de la preuve cartogra-
phique anglaise, r6duite exclusivement ih uni des cartes de
Ileneman, la preuve cartographique bresilienne telle qu'elle
resort de notre Atlas. Nous I'avions dljih exposc-e dans le Pre-
umier Mtnoire Brisilien: nous la complitons maintenant par la.
description des cartes. Nous rappellerons, tout d'abord, que le
Bresil a invoqu6 coinme faisant parties de sa preuve carlogra-
phique dans ce litige, outre l'Atlas annexed ie son Prm'ier M.:-
moire, les Atlas et les Memoires respect's products dans les deux
derniers arbitrages intiressant la (uyaue, savoir : celui entire
la Grande-Bretagne et le Venezuela el celui entire Ie Bresil et la
France, ainsi que les travaux de la commissionn noinniec par






















CHAPITHE II


La Preuve Cartographique du Br6sil.





I
L'Atlas Bresilien.

Nous mieltrons maintenaiit en face de la preuve cartogra-
phique anglaise, r6duite exclusivement ih uni des cartes de
Ileneman, la preuve cartographique bresilienne telle qu'elle
resort de notre Atlas. Nous I'avions dljih exposc-e dans le Pre-
umier Mtnoire Brisilien: nous la complitons maintenant par la.
description des cartes. Nous rappellerons, tout d'abord, que le
Bresil a invoqu6 coinme faisant parties de sa preuve carlogra-
phique dans ce litige, outre l'Atlas annexed ie son Prm'ier M.:-
moire, les Atlas et les Memoires respect's products dans les deux
derniers arbitrages intiressant la (uyaue, savoir : celui entire
la Grande-Bretagne et le Venezuela el celui entire Ie Bresil et la
France, ainsi que les travaux de la commissionn noinniec par













IA I'IEIUVE CARTOGRAPHIQUE


Ic President des Etats-Unis pour examiner les titres vendzu&-
lieIns.


5. Voici les tires tie ces dillh;renis Atlas.
Litige enlre I'Angleterre el le Venezuela -
( Atlas to accompany the Case presented on the part of the Gorernment
of Her Britannic Majesty to the Arbitral Tribunal between Great Britain and
the United Slates of Venezuela, constituted under the provisions of a Treatl
ratified on June 14." 1)97. Compiled under the sunerrision of Major Grant,
in the Intelliqence division of the War Office. Major Gen. Sir John Ardayh.
Director of Military Intelligence. ) Lo.ndon. 189X.
Outre cel Atlas. qui iaccoiilmgnnil son premier Mtniioire, la (Grandie-Blre-
lagne pIisenta ;Iussi aver le second Mi iiioilre quelquel s caries don't la suleI
initress;an re lilige esl hi care d Ilenlii'man avc la line des limits.
T The Case of the United States of Ieneruela before the Tribunal of
Arbitration to conrene at Paris under the Prorisions of the Treatyl between
the United Slates of Venezuela and Her lritannic Vlajesty signed at Washing-
Ion. February 2, 1897. Volume ., Appendi.r, Atlas. Ialtiiiiore, 1898.
( The Counter-Case o/f the United States of Venezuela, etc. Volume i.
.ppendix, Atlas. Iailliniiire. I89X.
Les AlaIs Vi'nizui'liiens siln, it quel(ues cartes ipris, l; reproduction tie
!'Atl;s de lh Commission Amenricaine. La collection des caries historiques du
I'rofesseur Burr dans ce dernier Atlas. reproduites dans le second Atlas Ve-
inzuiien,. faites pour lmontrer 'occupation europhienne dans la region de
I'Oriloqune et de I'Essequilio, est la d nionstration graplique du desert
absolu qui sdparail li sphere portugaise de I'aibrllissienllet d'Essequibo, si
I'on exceptele pletit abri du garde auquel ,n donnait Ie nomi de post Arinda.
ilevi d'abord en naval du Siparuni dans les environs de 1756, ensuile trans-
portl prl~s du Itupununi et abandonni vers 1790.
Voici le titr de eIAtlas Amnrlicain : Maps of the Orinoco-Essequibo
region, South America. compiled for the Commission appointed by the Pre-
sident of the United States to investigate and report upon the true divisional
line between the Republic of Venezuela and British Guiana. Washington.
1897.

Litige entre la France et le Il6sil :
( Atlas contenant nn choir de Carles anterieures an Traild conclu it












LA P'IEfVE CARTIi(ICAPIIIQI E


L'ensemble de ces atlas el dte cs Iravaux reprl'siint lha
totalitW de la cartographie connue de la Guyane.

Voici la listed des cartes qui ont t-; reproduites dans noire
Atlas. Cetle lisle ne conprend pas les caries qui onlut ( dressIres
specialement pour eel arbitrage. O)utre les cares, nous avonis
donn6 en fute-simile Ie journal de route de llorlsman.


Carte espagnole anonnme du xvi sii-cle. vers lamicl.
1587. Ortelius.
1:98. llondius.
1640. Joiao Teixeira.
1650. Sanson ld'Ahleville.
1705. Guillaume dc 1'sle.
S1707. 1're Samuel Frilz.
174.5.- llortsman.
174,'. La Condamine.
1748. IDAnville.
1749. Carte avant servi aux plinilipolentiaires du Irail i
des limiles entire I P'orlugal et I'Espagnc.
1749. Storm van's Gravesande.
1750 (?) Id.

I'recht le I I arril 1715 enitre I Portu qal et la Fratre. .Inne.re a1 .l'eniire
prisentP par les Ilals-Lnis du IBrlsil an Gouvernement de la Conufedlraliio
SiLsse, Arbitre chlisii selon les slipulations idu Trait/ conclu it Iio lde Janeir,
le 10 arril 1897 entire le Itrsil el la France. PaI'ris, 1899.
(i Second Memoire prisento; par les lals-Unis iu IBresil an Gourernr-
ment de la Conl'deratinn Suisse, etc. Tomen VI. Atlas. Paris. I X18t.
(( Memoire contenant I'e.rpos ties Idroils tie la France dans la question
des frontieres de la IGuyane Francaise el du flresil soumiise it l'arbitrae du
Goiurernement die la Confederation Suisse. Allas. n I'aris.











LA I'REIVE CARTON HIIAPHII)IQ


1750. De Vaugondy.
175. Carte de la Province de Maranh;io de la Com-
pagnie de J1sus.
17.19. Van Bercheyck.
1755 verss). Carte 'rancaise manuscrite.
17(io verss). D'Anville.
17fi0. I'Anville.
17415. Bellin. Carte genirale de la GIiuanc.
1765. Bellin. Carte de i la G uyane portugaise.
1767. Isaac Tirion.
1770. Ilartsinck.
1771. Bonne.
177:i. Ribeiro de Sampaio.
177:. verss). Carte des Etablissements portugais di Rio
Negro.
1775. Felippe Sturm. Mappa do Rio Branco.
1775. Felippe Siurm.
177(i. Gronfeld.
1771( verss). Ileneman.
1776. lleneman.
1778. Ribeiro de Sampaio. Carta da regiao do Rio
Branco da America portugueza.
177S. Luis de Surville.
17719 verss). Borrador topographico.
171l. Thompson.
Silva Pontes et Ricardo Franco d'Almeida Serra.
Carte des explorations portugaises de 1781 dans
le Conteslit actuel (2 feuilles).
1787. -- amia Lobo de Almada. Carte des explorations
porlugaises dans le Contest6 acluel (5 feuilles).











LA PREUVE CARTIHOR\PH'lIQIE :>

1787. J. Simbes de Carvalho.
1789. J. Joaquim Victorio da Costa.
1794. Kitchin.
179 Kitchin.
1796. Requefia.
1797. J. Joaquim Victorio da Costa.
1798. Houchenroeder.
1798 (1801 ?). Silva Ponies, Nova Lusitania (2 fciilles).
1802. Commandant Hislop.
1X801 verss). Carta topographical das Provincias do Pari
e Rio Negro (2 feuilles).
1810. Carta corografica de la republican de Colombia.
1811. A. Arrowsmith.
1815. Seraphim Jose Lopes.
1817. A. Arrowsmith.
1820. Sidney Hall.
1821. Bru6.
1826. Humboldl.
1827. Hillhouse.
1829. Lapie.
1832. J. Arrowsmith.
1834. Brue.
1854. Montgomery Martin.
1854. Montgomery Martin.
1857. Mahlmann.
1859. Duvotenay.
1859. Arrowsmith.
1840. Codazzi.
1842. Hadlield.
Gardner.











LA PIEIVVE CARTOG;APHIQI:E


Commission br6silienne de 1845.
1849. Kiepert.
1855 verss). Von Martius.
1857. De La Rochette. Colombia Prima.
1865. Milliet de Saint-Adolphe.
1868. Candido Mendes de Almeida.
1884. Coudreau.
1884. Coudreau.
1884. Coudreau.
1884. Commission brItsilienne de demarcation des li-
mites du lBrtsil avec le Venezuela.
19111. Sant'Anna Nery ct Bern. Iamos.

Pour expliquer d'une facon sommaire la composition de
notre Atlas ct la nature de la preuve qu'il apporte it notre
cause, nous avons group ces cartes dans le Premier JImoire
de la maniire suivante :

1. Cartes des xvI e( xvii sicles et de la premiere parties
du xvn' siecle;
II. Caries de Ilorlsman et de La Condamine;
III. Carte de d'Anville (nous joindrons, dans cetle
aiialyse, la carte de Vaugondy i celle de Id'Anville);
IV. Cartes hollandaises;
V. Cartes anglaises;
VI, Cartes 6lrangeres;
VII. Caries portugaises, bresiliennes et espagnoles.












LA PREUVE CARTOGRAPHIQUE


II

Cartes des XVI et XVIP si6cles
et de la premiere parties du XVIII siecle.


Au premier group appartiennent les cartes suivantes:
Anonyme espagnole du xvi siicle', d'Orteliis', de Ilondius',
de Joiio Teixeira', de Sanson td'Abblvillec, de G;uillaiume de
I'lsle" rt du I',re Samuel Fritz'".


i. Publii.e dans Cartas de India, Madrid, 1577. Donin' pour 11ioii'er
que di'jil au xve siki'le. les Espagnols avaient connaissan'e (II p;issage' Vn'ire
I'Essequilmn el I'A;mazone, hien que l;a earte indique plutlt qu Ie trIajet se
faisait non pas dans la region du Rio Branco, mais dans cille tdil T'roilnlhes.
Toulte l geiographie de I'inlihirieur est cependant inilginair'.
a. Olrlelius, 1587. Repromluction dans rette parlic de l :I cIarel det 157(1.
Mdiltw plusieurs aulres fois. lIonn;e pour iiontrer conlllmenil, sanls autres
renseignementls que ceux du voyage d'Orellana. IIo reprlsenlait dji', dans
des cartes di xvi sii' leic. I,' Rio Negro comine s' divisanl dans la C(-rilbana enl
plusieurs branches don't I'une se rapprocliail des Ill'uves ilde la CAte.
6l. Ilondius. 1598. Ionnn4ie pour nionitrelr Is liclions do' la g;ographie
dte I'ipoque dans la ri.gion de la G;uyane, la croyance :11 li I'a iirilna. on
Toponowini, et ii la ville de MIanoa.
7. Joio Teixeira, ItiOl. (arte manluscrite de sn A.llas exislani iI la
Ilibliolhique Nationale de Paris, donniIe pour melltre en h1 liiire la conqun'ite
de I'Ainazone par les Portugais. Sur cctte carlte sont indiquts. coinllnl nolus
I'avos dit, que'lues-uns des forts pris par les Porlugais aux llollandais ailsi
que la ville de Itelenl i' divers forts et villages porlugais.
8. Sanson d'Abbeville, 1t;:,O. Donnee pour miontrer unie ides lignes-
types de la carlographie de la Guyane. faisant une region spkeiale, inconlue,
sans propri;laire, du Ierriloire oil se trouve Il lac Parinia. qu'il aplpelle
Guiana, s'itendant an deli de I'Aniazone, faisant parlie tie la Terire Ferine,
et siparre de la C6te, oh il place les Carailes.
9. De I'lsle, 1703. Donnie pour iontre'r iune nouvelle division coinune












LA PREUVE CARTOGRAPMIQUE


On peut, en ce qui a trait au litige actuel, laisser de c6tW
les cartes du xvl" siecle et du xvwe siecle, except pour prouver
que cette parties de la Guyane etait entierement inconnue. Nous
avons d'abord les cares que nous avons appeals < pr6histo-
riques ,. Tout ir.t6ressantes qu'elles soient pour montrer
I'ignorance et la credulite qui rignaient au sujet de la Cari-
hana, on de Paria, ou de la Terre-Ferme, ou de la ces cartes, quant au territoire limitrophe de la vall6e de 1'Esse-
quibo, ne suggirent qu'une id6e, c'estqu'il est tout entier terra
incognita. La distinction entire Guiana ct Caribana n'indique
pas ine difference de spheres politiques, mais de regions on
zones geographiques, auxquelles on supposait des caractbres
distincis, notamment, dans la second de ces regions, I'exis-
tence des tribus Caraibes. Italeigh, Jodocus Hondius, De Bry,
Hulsius, Guill. Blaeu, Laet, II. Hondius representent cette
pnriode. Avec Sanson, en 46.50, commence une autre phase,
encore d'ignorance scientifique de la region, mais de tentatives
pour la delimiter au moyen de lines, toutes cependant imagi-
naires. (Cf. Prem. .kn. BrOs., p). 405-404.) a Personne ne
croit plus en Europe, 6crit Humboldt, aux richesses de la


cell de Sanson, egalement gi'-graphique et 11011 politique. Cette carte est
di-jA faite sous I'inspiration du P. Acufa et du voyage de Pedro Teixeira. Le
Rio Negro v figure tout enlier dans le svsltme portugais de I'nmazone, dans
une section intwrieure appel6e Pays des Amazones, separ'e par une ligne
du Bresil, a nommi ci-devant T'rre de Sainte Croix s.
10. P. Samuel Fritz, 1707. Carte intilulle : s El Gran Rio Marafon ou
Amazones. a Donne& pour montrer I'occupation portugaise de 'Aimazone t1
sa fortification et aussi quelque progrks dans la connaissance du Rio Negro,
o6 figurent d6ji le village des Tarumas et le Fort da Barra et la localisaltion
des Caripunas A I'est de son bras oriental.











LA P'REIVE CARTOGR.AlPllIQUTE


Guyane et it l'empire tdu grand Patili. La ville de Manoa et ses
palais converts dte lames d'or massif ont disparu depuis long-
temps; mais l'appareil geographiquc servant d'ornement i la
fable du Dorado, ce lac Parime qui. semblable au lac de Mexico,
refl6tait I'image de tant l't-difices somptueux, a etd religieuse-
ment conserve par les geographes. (Voy. au.r R1q. Eq. VII1.
452.) Les lignes imaginaires des cartographes primitifs font
part e de l'appareil geographique n, don't parole Humboldt.
La tradition de de ces lignes sera plus difficile it eliminer de
la carlographie die la Guyane que celle du lac Parimc.
I,es caries du I'ilre Frilz et de Joao Teixeira compleni
cependant anl noiibre des litres porltgais: la premiere, parcel
tlu'elle montlr dejia l'occlipalion portugaise dlI Rio Negro, ce
qui crrcait un droit sur son bassin aussi parfait que le droil des
llollandai au bassin de I'Essoquibo par la construction du fort
de Kijkoveral ; la second, parcel qu'elle consulate I'expulsion des
Ilollandais die 'estuaire de l'Aimazone, ofi ils s'tlaienil fortilies.
par les Portugais, ce lqui dic'-ida de la possession portugaist
exclusive (1ii cIours dii flenive jusqu'aux limnites tde la C(:oroiniii
d'Espagne.

III

Cartes de Hortsman et de La Condamine.

Danrs le second group, nous donnons la carte de Iiortsman",

II. Nous I'avons reproduite en ifa-simile(le I'original ii la Ihibliothlque
Nalionale de Paris, le(quel porte, en ecriture different, ce tilre : (( Carte de
la route de M. Nicolas lorstman, ehirurgien, natural de Ilildesein. suffra-
gant de Cologne. de Rio Esquihe Ilio Negro quii e'nre dans nl Riv. des
Amazones. a












LA PIEVVE C(ARTOGRAPHIIQrF


accompagnde de son journal de route", ct la carte de la
Condamine"'.
Nous regrettons qu'il n'existe pas de documents, semblables
i ceux de IIlortsman. dti voyage que lit avant lui, en sens con-
traire, par cette ni'me route, le Portugais Silva Rosa qui le ren-
seigna, d'apris ce que relate Hartsinck". Ilortsman ne lit que


12. Nous avons reproduit e' journal, ein lifc-simile de I'original iA li
mtinie' Ilibliothbque, avec la note suivanlt peu.-t'ltr ie e la main de La Conda-
imine: s Exlrait du Journal de Nicolas Ilorstman, chirurgien de Hildesein (en
WVestphalie), vetnu de Rito Esquivo, sur la cler de Sirinam, an Pari'i par la
Iivi. Noire. tcril en itiauvais portuguais et de sa main. L.e hlilre que
Ilortsman dotna i son teril est : u Jornada quei liz an sonliado Lago ide
Pariinm, oin de i(rio. no anno dei' 175!9 ). Voyage queje fix an Lac de I'arima.
on de ilOr. dons 'annee 1759.
1I. a Ca(rle diu i ours du Maragnon ou:de la grande rivii re tdes Ana-
zones, fdans sa parlie navigable depuis Jaein de Itrancamoros jusqu'ai son
Emblouchure et qui Oiprl'end In Proviiice die Ouilo et la C:ht d le hla Guiane
depuis Iv Cap de Nord jusiqu'ii Esseiquebel. l.ev'e en 17i1 et 1744 el assujellie
aux oliservatiiins Aslronomiqiues par M. tie La Condliamine tit- I'Ac. d1. des
.S .... o. 17Vil .
I I. Nous avons cite lUartsinck dans le Irremier .leJmoire, p. 559. 11 dii
dans sa lDescriplion de la Guyane : t IDe niltre Colloie on pett nalIer par I'in-
tcrieiur jusque dans II fleive e ls A.niazones, par lesdites rivi res on lacs.
Ceci a iti, prouvil par le noiniim Manoel da Silva Iosa, dectie ii v a quelques
annieis iA Esseqiuebe et plus loin : ( Carllortsman s'6tait born' i mnionter Ie
miine course quie Manoel du Silva IHosa avail descendu et i.rolballenmet'
s''ltait fait instruire p ar ce Portugais. a Voici re qui'o trouve it ce sujet dans
ulne publication anglaise. I:ous ignorons oil cette dale de 17 '5 a tti' Irouvi-e,
Hlartsinck dit sculemeint que Silva llosa avail fIail ce voyage avant llortsman:
11 En 175.', Silva de Rosa, un Portugais, ddcouvrit un passage de
I'.\mazone i I'Essequibo. Ce I'ortugais avail et. secrtlaire pariiculier du
vice-roi du Br6sil. mais. avant tui utn noble en duel. il se sauva, suivi de
quelques niegres, dans un cannot: en traversant les rivii-res et les criques sur
son passage, il atteignil enlin les branches supirieures de I'Essequibo.











IA PREUVE CAiITOGR.PI'1110 E


rdduire i un croquis des connaissances que, pour lout le terri-
toire du Rio Branco, les Portugais avaient cues, les unes avant
lui et d'autres en iiieme temps que lui, son voyage et I'expldi-
tion de Francisco Xavier de Andrade tlant de la inIme annie,
1740.
Nous noussoiiimes occups du voyage de IIortsimaii dlais le
Premier Mhtinoire et aussi dans le tome II du Second lminmoire:
.otes sur ln parltie hixlorique di .WImlrire Aniilais. ('e ful La Con-
damine qui r6vt'la aux geographles enropeens, grace a Ilorts-
man, le Irac6 du Rio Branco, riviere, i celte 6poque, tout
entire porlugaise, et ce fut encore lui qui, grace aux Troupes
de Rachat, r6vela la communication du Rio Negro avec I't)r-
noque. Le Le Rio Negro, nous dit-il dans sa Relation (Ielation
,lbr 'ee dl'itn Voyage fail dans I'iniilrieiir de l'Amiuriiqu Mlridio-
nale), esl Ir6quenti par les Portugais depuis plus d'un siecle.
et ils v font un grand commerce d'esclaves. n Comiinm nous
I'avons dit, les Portugais ie traliquaient pas en esclaves en
dehors des domaines portugais, et se livraient a ce tralic par
les Troupes de Rachat, sous l'etendard royal. La Condamine lui-
mime le mentionne : y 11 a continuellement un detachement



liuall re inls aIpri-s. Nicolas Ilorlsiail; n. Ini'decill. fut eiivoyt I)l Iar (le coni l;idaln
pour faire des dfcouvertes dais I'intlcrieur. II avail un hIateaul e quatr i
lhouiies allrranchis; avant iti' lii' a vec tie Ilosa, il suivit la route qu iia.ail
prise cc dernierl jusqu'it I'.\Arazone oil ii s'ar;'rt;a i I Parai. et. lii. il v'enldi soi
hateau awv c les honlnucs libres. Ilenconlrant M. ide li Ciondaiine, I-rtl i indiildu
sans principles lui lit un faux recit de son voyage, uile celui-ci public. Tout
cela fut attest par les quatre lihoinies qui. s'tanit sauv~is de I'Paa, relour-
ii'rent ii Essequibo par la route de liosa. La (G;Iuane anglaiseaprs quit:i.e
ans tie liberate par ut1 proprietaire, traduit de I'anylais par I. FELIx RIVi-Ri.
(fIerle colonial, fevrier et mars 1854)











LA PREUVE CARTOGRAPIIIIUE


de la garnison du Para, camp sur ses bords pour tenir en
respect les nations indiennes qui I'habitent et pour favoriser
le commerce des esclaves, dans les limits prescrites par les
lois du Portugal, et tous lesans ce camp volant, A qui on donne
le nom de Troupe de Rachat, pen6tre plus avant dans les terres.,,
Le camp volant etait, A I'poque de La Condamine, en possession
dii Rio Branco et de ses affluents. Pour La Condamine, Ic
Iio Negro et son systeme fluvial appartenaient au Portugal.
Outre les Troupes de Rachat, tout ce territoire etait parcouru
par les ManAos, < une nation belliqueuse, dit-il en se rdferant
au P. Fritz, redoutee de tous ses voisins et qui a a longtemps
resistd aux armes des Portugais, don't, A present, elle est amie,.
11 les a rencontr-s dans les Missions du Rio Negro, don't il dit :
, Toute la parties decouverte des bords du Rio Negro est peupl6e
de Missions portugaises. des memes religieux du Mont Carmel
que nous avions rencontr6s en descendant I'Amazone, depuis
que nous avions laiss6 lesMissions espagnoles, La Condamine
lie trace pas de limits; mais, comme d'Anville a dressed sa carte
de cette region d'apr's les materiaux qu'il lui avait fournis et
les renseignements qu'il lui avait communiques, il n'est pas
douteux que l'idee de La Condamine sur la souverainete des
Portugais dans la region du Rio Branco n'ait kt exprimne par
d'Auville.











LA PIIEI VIE CAITO4,IIAP1IIII E


IV

Cartes de d'Anville et de Vaugondy.


Sur d'Anville" el comment sa carte deviant la carte ol'icielle
tie la Compaghlie et ful reproduite par les cartographes hollan-
dais, nous ne pouvons que reproduire ici ce qui a etc dit dans
Ic Premier .Mllmoire Brisilien:


(( Bien que la carte de d'Anville soit de 1748, c'est stulement
dix ans plus tard qu'elle arrive aux mains de van's (ravesande.
Le 9 septembre 17t58, ii la recommande aux Iirerteurs de< la
Compagnie en disant qu'elle a (te dressee avec le plus grand
soin, ct il ajoute: << Le trace de nos limits miontre aussi que
le compilateur a ;4 te Ires bien informine (British Case.
Appendix, II, I 44.) Storm invoquail cette carte i I'appui de son
affirmation que Ie post du Cuyuni se trouvait en dedans d( la
frontiere hollandaise. C'est d'Anville qui vient dissiper Ie done
o6 tons etaient plonges; c'est pour cela que, I'un apres I'autre,
non sculcment Storm, mais aussi la Direction de la Compagnic
en llollande, des qu'ils onl connaissance de cetle carte qui


I:i. Nuts dolum on. la pr.n ierr i'-iliiion de dl'A ille,iktlit'lle: c L'.Imr-
ripl e ,teridionnle, public' sous les auspices de Mgr lc due d'O rleans, Pre-
mier Prince du Sang, par le Sr. d'Anville. MD(CCXLVII I, la second de 17;i1
ct un manuscrit preparaloire de celle-ci. La carte que nous reproduisons arwe
le lac I'arime porte, a la difference des autres, entire le Xingi et e Madeira.
(i la source du Paraguay entire ) et 6 degres de latitude a.










LA PIEUVE CARTOGRAPHIQUE


leur donnait presque tout le bassin de I'Essequibo, en font
leur titre principal, le complement de la Charte de la Compa-
gnie. Le 25 mai 1759, les Directeurs demandent des explica-
tions a Storm sur la carte annoncee: < Nous d6sirerions aussi
recevoir une description plus sp6ciale de la carte de l'Am6rique
de M. d'Anville, i laquelle vous en appelez, parce que ce
monsieur a public beaucotip de cartes traitant de cc Continent
et nous n'avons pu trouver encore en aucune de cells que
nous avons vues la trace de ce que vous dites. (Ibid., p. 174.)
Storm repond le 1" septembre 1759: ( La carte de l'Amurique
du Sud de M. d'Anville i laquelle j'ai fait allusion me fut
envoyde l'annde derniere, sur ma demand, par le professeur
actuellement Rector Magnificus Allamand de Leyde, par
I'Es.equibo Wel'aeren. et c'etait, i cette 6'poque, la derniere de
I'auleur. Les frontieres des nations 6tablies sur cette cMte de
la Guyane y sont indiquies d'une facon distincle. J'en ai retu
deux exemplaires, mais j'ai envoy, pour la second fois, l'un
d'eux a I'Oriioque, par le Burgher capitaine Miels Andries
Schutz, qui y alla, comme dilegue, trailer la restitution des
esclaves fugitifs. (Ibid., p. 180.) Comme on le voit, Storm se
sert de la carte de d'Anville aupres des autorit6s espagnoles
come si clle constituait un trace autlentique de la frontiere
hollandaise. Et le 2 mai 1760: ,, Qjuoique je ne doute pas que
vos Seigneuries n'aient, i cette heure, re'u la carte dresske
par M. d'Anville, j'ai copii, pour plus de clarti, la parties de
cetle carte qui a trait i nos possessions.... (Ibid.,p. 185.) Cette
copies, oiu il a marqu6 les diffdrents postes de la Compagnie,
parmi lesquels celui d'Arinda, il 1'envoie i a la mme date aux
Directeurs. En septembre suivant, les Directeurs n'avaient pas
recu la copiede Storm. En novembre 1761, ils l'ont cependant











LA I'ItMEl E aAiTi iiRAl'iilQI


en leur possession et I'en remercient avec effusion. (( L'exirait
de la carte de M. d'Anville que vousavez enrichie de l'indication
du poste en question et de beaucoup d'autres lieix, notus plail
beaucoup. Nous ne imanquerons pas, it I'occasion, d'en f'aire
l'usage necessaire dans 1'affaire de la rivibre Cuyuni, que nous
ne perdons nullement de vue. (American Report, 11,
p. 593). En 176i2, il y est de nouveau fail allusion. C'est
Storm qui tcrit le 19 fivrier: .I'ai vu aver plaisir (iue vos
Seigneuries se montrent salislailes de la carte d'Anville. Clethe
carte est non sulee ntlen ln Ineilleure, mais la seule qui
done v6ritableientc et exactemnent le detail de cctte c)te;
c'est pour cela que je n'ai cess; de faire des ellorts pour l'ob-
tenir; je I'avais vue dans la possession de Son Altesse S6erenis-
sime, qui cut la honi tie nde i laisser voir quand elle I'Iu
publide en 1751. (Ibid., p. 211.)
SL.a ligne-d'Anville, ainsi accephtee par le ( overneiiret par
les Direcleirs. est Iprsentee ofliciellement i 1'Espagne conmmne
la pre;lentioni hollandaise. On a vi que Storm avait faith de
inenin aupres des autoritis espagnoles de I'Orenoque, pourii son
propre coniple et avant que les Directeurs I'ussenti ini'ornites Ide
cette carte. On peiit refuser a cette initiative locale le cara;-
t're de pr6lentiion nalionale. bien qu'indirccte, et inmie ide
pretention de la Comlpagnie. Mais on ne peul contester ni 1'un
ni I'autre dc ces carlactres Ai la Ifemoiratnre des reprelsentanlls
du Prince d Orange el des Directenrs de la Compagnie au (Gon-
vernement Espagnol, appronvee par les Etals (G;neraux en
seance du 2 aoiit 1769, et dans laquelle la carte de di'Anville
cst recominiande en ces lermes: Conme on pent le voir dans
les cartes existantes de ces regions, parliculiremniit dans
celle de M. d'Anville, qui i cause de son exactitude est con-











LA PREI'VE CAIRTO(GiAPI'IQUE


sid6r6e comme 1'une des meilleures.... (Prem. Mm. Bris.,
p. 547.)
Et ensuite :
( La ligne-d'Anville, comme nous le montrerons dans la
preuve cartographiquc, devint aussit6t la ligne consacree de
presque tous les geographes de cette 6poque, notainment des
g00ographes anglais. En Angleterre, on lit inmmdiatement
une reproduction de celte carte (South America, by the Sieur
d'Anille, improved by Mr. Bolton) suivie de plusieurs autres.
Mais, pour I'argument que nous cherchons i (-tablir de 1'as-
sentiment hollandais, ce qui imported c'est la cartographic
hollandaise mime. Les anciennes cares hollandaise, sans
parler de cells de Storm, avant qu'il ne coninit la line de
d'Anville, susceptible d'iclaircir la question des liinites, ne
sont pas tris nombreuses. Cependant celles qui existent soul
d'accord et suflisent pour demlontrer I'unifornmit. Ce sont
celles de van Berchevck, en 1759 (Caerte van de ririer Deme-
rary, Amsterdam, 1759), ct d'lsaac Tirion, en 1707 (Kaart ran
geheel Guajana of de Wilden-Kust, Amsterdam, 1767). Laurens
Lodewyk van Bercheyck, neveu ct gendre de Storm, a servi
dans la Guyane, et sa carte, imprimne aux frais de la Com-
pagnic, a un caractere official.
Que les idees de van Bercheyck, de Storm van's Grave-
sande, tie la Compagnie, des Etats-Generaux et du prince
d'Orange, soient rest6es celles que d'Anville leur avait four-
nies par sa carte, il est impossible d'en douter en presence de
leur temoignage A tous. Pas un seul document ayant I'appro-
bation de la Compagnie n'a encore Mt6 d6couvert, qui vienne
contrarier avec de plus grandes exigences la solution ainsi
tlablie. Tout manuscript que l'on rencontre, comme le dessin











LA PRIiFII CAITOCG.IIAI'II(IE


de lleneman (Schets kanrt ran die Limite tusschen het kiininyil.
Spaansch en Neederlansch Gujaina op de Vaste Kiist rn Zuijd
America), d'ailleurs de dale, de motifs et d'ohjets inconiius,
qui porte plus loin l'exlension des colonies, doit Oire consi-
der6 come une simple suggestion individuelle, non accep-
tue par la Compagnic. D'un autre cll'e, on nie doit pas presu-
mer le recul ou l'abandon de cette line dans les carte-
hollandaises autorisies come celle de Ilouchenroeder: (Carte
generale et parliculiPre de la colonie d'Essequebe et Denerarir,
Amsterdam, 1798), qui ne s'etendent pasjusqu'al elle.
adoption forlnelle par la Comipagnie de la tronilibre
tracee dans la carter de d'Anville explique enti6e'iiient toite
I'attitude des Ilollandais de I'Essequibo quant it la region frd-
qucntie par les Portugais ih 'ouest du Rupununi.... (Prenm.
Mim. fBres. p. 551).

La carte de Vangondy s'inspire, quiiant I l( uiyaine Portu-
gaise, aux intmes sources que celle de d'Anville, mais nt
done pas la limited des possessions portugaises".


16(. Roberl de Vaugomln, 1750'. V;augmndly vient apris 'Anv.ilille el
met i profit, danis sa carte, les i11,nienls iournis par La Condaline, matis
sa contribution i la carltographlici de lia Iuane sn e holrne i un' line gi'o-
graiphiquei renfer'iiinnt Is trois Guyains, II Hollandaise, la Fra.n;aise et la
I'orlugaise, dans une division appeli'e a (;uiane # separet de la Terre Fri mne.
La limrite dle celery region part te I'enibouchure dle I'Or'inoque, descent d ilns
une direction nord-sud pour rencontrer le Iiait IHi, Negr>o i I" Sud et d'e la,
furliant unl angle, se dirige de I'ourst A I'est jusqu'a rernontrer Il bras
gauche tie I'Amazone, au-dessus de I'ile de Maraj6. (Cetl lintile n'a (qu'tin
caractire pur'enimet gi'ographique, quoiqiue. sur queliqueis cartes anglaiies
qui I'ont reproduite, elle apparaisse colorii' e t faioni a donner I'illusion d'uin
division politique. En dedans de la Guiane ainsi sitparee de la Terre Fermne, il












LA IPIIEIU If; CA RIIU RA 'll QUE


V

Cartes Hollandaises.

Nous comptons, d'abord, dans celle serie, la carte de Storm
de 1749.
Cette care a 6et dressed pour obi'ir aux recommendations
de la Compagnie. Le lerritoire de la Compagnie i'y coinprend,
en amount du Siparuni, que le bassin de cette riviire: il n'v
est done pas question de depasser le Rupununi. Ignorant la
carte de d'Anville, Storm n'osait pas porter loin les prdtentions
de la Compagnie dans I'Esscquilo mInme. Cette carte relihle
ses hesitations, que nous avons signals, au sujet des limits
de la Colonic.
L'autre carte, que nois tdonnons sons le nom de Slorlm avec


1 m'exisle aniclltn division enlr It'ls te'rit.ires des difTre'ntells nations. l.es
indica;lionis ( Hollandoise n et Fr ancroise ) sont graves en travers. sur la
ciitl. I'idilcati.in l Po'rtugaise hiorizonia.lerent, un peu plus has el en con-
nllii;;ni tit' I'iintbti'itr. Aucun signe n ile loiltre i' qui ppl irlielt la rlegionl
oi est figuiin're It i, Iintranco d'apris iLa ICondanine. II semble, 'rveliendall.,
Ique I'iniisriptioin i I'ortug; isi' ) a dih pIIl"' ilanis Ie voisinage de lin lilgn
ii'ridioiiale pour co(iiIpridre aussi In parties deis doiiainis poriingis ail
sud, die 11InIne que I'iniscription u Pan ( l'ar) est placi;e dalns hl region ilui
Ilant Ilio Negro et de ses comninicat ions avec Itlrbeiuilui. I', s die I; iiote :
(( Les I'oritugais ont reniiiit en 17 t dei la IIt. de IAi.nazone daniis I'Oriniique
par It. Negro Cttie iniiornimtion iiianiiit anssi de I.a Condanine. Bii'ii pie,
par I'examen de la cartie, In region dui Conliste parai.:-' dipeiihdre de Ia
Gulynpe I'rluigaise et dtl I'Espiagnoeh, ildoni ne petit' tranchel. Il dernii-re
Ihllre de ( Terre Ferme ,, Iraveise In lignle di silparalion de Ila ( (ui;lne i,,
--linUS lin bil;sroiis an cun argument sur le trac de Vaugondy, iqui est pit-
inient gIogrnaphique et non politiquoe.











1A l'tiEI'VE CARiTOGRAPiu I'l-i1iE


la (late de 17.10?, est copite sur une carte espagnole ldon
parole la correspondence de Storm. Cette carte conlient tes
erreurs geographiques que les IHollandais n'a.raiciil pas pu
cominettre, comme de faire tdu Siparuni un affluent de la rive
droile de l'Essequibo. 11 est possible imrnme, par la situation
d'Arinda, qu'on ne s'est rtsolu nqe beaucoup plus lard
a transporter dans le voisinage du hipulnunii, (qu ce'te
carte soil une copie. de date poslhrieure, de la carte espagnole
que Storm remit i la Compagnie le 2 jiiin 1751). L'intiril de
cette care consist en ce qu'elle place le lac Parima, d'oi sortent
le Cuyuni. Ie Mazaruni et une at re riviere Al toiineye, beucoup
eni dedans des limits hollandaise, an nord du confluent dii
Iliupununi. Cela montre que les Ilollandais. en ordonnant les
exp~iditions an lac Parima, ;taienl dans la croyance qiie celiii
ci se trouivait dans leur territoire,on tout no; Inoiiis 'lail li ni-
Irophe des possessions espagnoles tie I'Ordnoque., mais non
dans la direction du Rio Branco, qui ltait la sud. Dans cette
earte, le Iupiniuni, un pen a.-dessus de la parties trai'ce, ien-
contre la clhaine de ionltagnes qui spare la region de la CIolo-
uic des terres des Manaos el d'autres nations inicoinlles'".
Nous doniinons tgalement la carte tde Ilartsinck : ('Carl ran
Guianat, insere dans la I, Description de la ;Guyane on Cote
Sauvage de I'Aiirique nimridionale, etc., par Jan Jacob Hart-
sinck, Archiviste ct lnefIrondaire du Noble et Puissant Collge
te l'Anirault, h Amsterdam. liartsinck, I'historien de la
Companies, suit le trave dte Blellii, dans sa Descrriptioi gjeogra-
phiqu tie Ia Guiyane (Paris, 171i5), entire la (Guyane Ilollandaise
d'un c6t1, et les Guyanes Espagnole et FranCaise tie 'aitre:

17. Rios Essequebe el Demiierary, 17.ll.













L.A I'REIUVE CARTOGRAPIIQIUE


mais, dans I'espace enlre la Guyane Portugaise et la Guyane
Ihollandaise, ii n'y a pas de frontibres. On peut cependant
ddduire la'pensee de Ilartsinck du chapitre de son livre, Les
Decouvertes el Possessions des Portugais ,, oi figure la region
du Rio Branco comprenant le Tacuti'".
Outre ces cares, nous donnons celles de van lIercheyck',
deTirion'", de lleneman (deux cares) et de Bouchenroeder".


18. Le (a Rio Negro, ou Itivi-re Noire, a itw navigue par les Portugais
depuis un siecle; ils y font une traite important d'esclaves. II y a toujours
un d4taclement de la garnison de Para aux abords de cette rivi're. pour
maintenir les nations indiennes en Itat d'obhissance et pour protieger la
trailed permise dans ces rIgions par les lois portugaises. Annuellement ils y
ont une petite airmiie volante appelikr la Troupe des Ilachats n. |qui d1i
temps en temps pIentre plus loin dans I'interieur.... Environ dix-neuf lieues
au-dessus de I'embouchure de la Itivibre Noire on trouve une riviere inrpor-
'ante qui s'y jette par Irois bras, iA environ quatre lieucs el deice l'un de
I'autre, mais le premier bras est le plus grand et il forme le vrai courant
de la riviire appel e par les Portugais Rio Branco. on Ilivire IBlanche, el ique
les Hollandais appellent Pariima. Son course esl presque du nord au sud, et
sa source se trouve a environ 3' lal. sept.; a une distance d'un degr die
I'iquateur elle recoit les eaux tde la riviire Tacutil venant de I'est et par
laquelle on peut passer dais la riviere d'Essequibo.... i El ii terinine :
(t Avec quoi je finis retle description pour passer A cell des dbcouvertes
et des possessions des Necrlandais en ;uvane. a (Dans le clapitre Description
des Derourerles et des Possessions des 'ortugais. Beschriring van Guiana,
p. 198 et suiv.)
19. Voici, en francais, le titre en entier de la carte e van Bercheyck :
a Carte du fleuve Demerary, autrefois Immenary, situp sur la cMte septen-
Irionale de I'Ainrique du Sud. dans la latitude borale de i degrees et
40 minutes, ainnte 1759. Aux Nobles et Tris Hespectables Seigneurs....
(Suiveni les noms de divers seigneurs de la Noble et Privilgie Compagnie
des Indes Occidentales de la clhambre de Zelande, etc.) est tri-s rtvetrencieu-
sement d6diee cette carte du fleuve Demerary par, de Leurs Tres Nobles et
Tris Respectables Seigneuries, I'obbissant et tres humble serviteur, Laurens













1.A I'IEIVE 11ARTOGdtAt'iIQiIE


(( De Storm, en 1749, A Bouchenroeder, en 1798, avons-
nous dit dans le Premier .JImoire Brisilien. il n'existe ancune
carte hollandaise connuejusqu'a ce jour qui pr6tende i la region


Lodwijk van liercheyrk. I) Dans cette grande care, se trouve le plan
(carton) de la Colonie donini dans notre alias, ofi est reproduite la line ide
d'Anville. L'importance politique de celle care est. connie nous I'avoiis
dlit, dans le caractlre official de van IlerrheIek, neveu lie Storm. En 1761.
Ia clambre de Zlande ordonne le pavement de la gravure de la care et
exprine son remerciernent A l'auteur, van Berchevck lant. de plus. nonmriiI
Ciommandiur de llDemerary. (Netslcher, Geschiedenis ran de Kolonin Esse-
qntebf, Iemerary en Berhire, p.38S.) La ligne adoplie par van llercheyck est
lalign -d'Anville: le Coutesti actuel figure tout enter en territoire bri'silien.
I2. Voici Ie titlre de la carte ie Tirion : a Carte de toute la Guviane oil
C(tlte savage, et ties Indes Occidtentales Espagnoles, dansl I'extri-mniit' septen-
trionale de I'Anmi'rijque Miridionale, a A msterdam. par J. Tirion d dans
Hisloire nrtuelle in PIat prtrsenl de l'Aineriique. er. AmIsterdanm, 1767. Vol. II,
p. 6i. Celle carte. comine celle ide van Berchevck, adopted la ligne-
d'Anville.
21. ; Carle (;inbrale et Particulire de In Colonie il'Essequeble 1l
Ileierarie situt'e dans la Guiane. en An.mnrique, rirdigfe et dldii e au Coiniti'
des Colonies t I'ossessions de la Itipubiliqu e Batavr en Aini'rique, et i la
cltte de G;uini-e. par le Major F. von Iiliuche'nroeder. 1798. ) IDans la carte de
louchenroeder, la Colonie s''tend seulemnent jus lajonction du Itupununi. Le posted Ariinda. avec indication (dans la grande
carte) de Ancien Posite Arinda, ce qui ne peut n dti'signer que I'eniplareneiint
prinitif, figure, non plus dans la proximitlt du Rupununi. ni nmme dans
celle du Siparuni, mais beaucoup plus bas sur I'Essequiho. II n'y a pas. dans
les documents et les temoignages de '1"poque, le plus liger veslige d'iun
senmblable diplacenment. Le posted n'a pas ttit clianigt' du Rupununi ;iu 1as-
Essequibo; il a disparu. Nous posst!dons, entire aultrs documents, le voyage
de Barata, en 17119, par cetle route. lies anniees avant celui-ci et jusqu'a nos
jours, aucun etablisseient n'a plus existtr entire le Fort S. Joaquini et
I'estuaire de I'Essequibo. Vers 17911 d~eja, Ia premiere station aprf-s S.
Joaquimn, sur la route de Demerara, est le fort Zelande. A I'entrit de I'Es-
sequibo.










LA IIEI'VE CARTO;RAPIIIQE


en litige, ou qui ddpasse la ligne de d'Anville, si ce n'est une
carte de Heneman de date inconnue entire 1770 et 1776. ,
Nous avons ainsi pour nous l'unanimit6 de la cartographic
hollandaise, que cette seule carte de Ileneman ne saurait briser.
Nous avons djiA ktudi6 cette carte. Elle n'est qu'une repro-
duction de celle de Hartsinck, agrandie plusieurs obis. Nous
avons donned deux cartes de Heneman. Sur la second, la line
frontiire qu'on voit partant de la cete est la ligne-d'Anville.
D'un autre c6te, la ligneN.-O.-S.-E. qui. dans la premiere carte,
part de la source de la rivibre Paruma, separant la Guyane
Hollandaise de la Guyane Portugaise, suit presque la mnnime
direction que la ligne de d'Anville passant par le coude du
Iliupnuni. Ainsi, avec res deux sections de la premiere et de
la second carte de Heneman (nous disons premiere et second
par rapport A notre Atlas, mais la date de la premiere carte
est, come nous I'avons vu, tres incertaine), nous avons la
ligne-d'Anville; la difference contre nous provient seulement
del ce que le sommet de I'angle a etc deplacd de 5 degres de
longitude vers l'ouest. Ce d6placement a 6te faith pour gagner du
territoire sur l'Espagne, et la consequence a ete qu'un grand
tIrritoire a forcement k6t aussi enlevw an Brbsil.
La carte, en effect, est une carte de limits avec 1'Espagne :
SEibauche de la carte des limits entire la Royale Guyane
Espagnole el la Guyane Hlollandaise dans le continent de
1'Amirique du Sud. n La ligne de Heneman est une ligne
qu'il suffit de tracer sur une carte moderne pour que I'on soil
dispense d'en I'aire toute autre critique. Nous pourrions nous
horner it la confrontation, dans la carte ci-jointe, de cette
ligne avec la ligne Schomburgk. Elle rest condamnee par la
sentence arbitrale dans le litige entire la Grande-Bretagne et
























La Carte Heneman
r~duite A I'6chelle de la Carte Hartsinck
de I'Atlas Br6silien
(page 31)
pour 6tre place sur celle-ci






























If /. /// p ",.2' .


.woS I 3 -6


s7 1


CARTE HENEMAN COMPARE A LA CARTE HARTSINCK_ 1770
plaew ce cam4 J=r la carte IHartsinek de I Atlas BanwienI. l_ r.


3to


311111111 1111111111111~ 1111111llllllml llllllllllllml (Illunllml 111llllllm11 nnnlnm


21Me/valwire.


v


1Jo yl Ri2 ~1 JIG w 3sb




2.!Afobwim.


VoI III











LA I'IIEUVE CAiITIM;RAPHIIIQIJE


le Venezuela. C'est, du reste, un dessin qui n'a jamais eti pu-
bli6, auquel il n'est fait aucune reference dans les documents
de la Compagnie. 11 est en contradiction avec une autre carte
du meme auteur, celle-lh de quelque valeur propre. C'est un
simple agrandissement d'un caique pris sur la carte de IIart-
sinck, comme on le v6riliera niieux en appliquant sur la
carte de llartsinck de notre Atlas, p. 51, la reduction que
nous avons faith fire du dessin de lleneman, avec une
line de limits trace de mani're A comprendre le lac Parimne,
si par hasard son existence 6tait demontrie dans cette region.
Une carte d6nute ainsi de toute autorit6 propre el de touted
sanction officielle ne saurait ktre oppose i la tradition uni-
formel de la cartographie hollandaise".


VI

Cartes anglaises depuis l'occupation anglaise d'Essequibo
jusqu'a Schomburgk.

Dans cette classes, nous donnons quelques-unes des princi-
pales cartes anglaises depuis la premiere occupation de la
Colonie d'Essequibo par la Grande-Bretagne, en 1781, jusqu'en
1840, 6poque a laquelle surgit la ligne Schomburgk come
pr6tention formelle de la Grande-Bretagne.
Les caries anglaises anterieures A l'occupation appartiennent

22. Sur Ileneman. voir le tomie II de ce Mrimoire. p. 123. Nous don-
nons i la fin du prescnt volume (p. Ill) le passage du Rapport du Profes-
seur George Lincoln Burr relatif A Ileneman. On verra que. s'il dit que In
carte ne pouvait pas (tre antilrieure 177i, il dit aussi qu'elle devait ~re an-
terieure 7a 171X,e trWs probablement 1778. Prem. Mem. Bres., pp. 407-09).













LA PREUVE CARTOiGRAPHIIQUE


encore A la categorie des cartes 6trang6res non reconnues
par aucune des parties, reconnaissance qui, seule, pourtait
donner de la valeur politique a une carte 6trang6re. C'est
ainsi, par example, que I'adoption par la Hollande de la ligne-
d'Anville fait de la carte o~ elle est tracee un document de
la plus haute port~e en notre faveur, dans cette question,
come il I'a Wte en faveur de la Grande-Bretagne pour le
bassin de 1'Essequibo dans le litige avec le Venezuela, tout
en 6tant une carte etrangere'". D'ailleurs, les cartes anglaises


25. Cependant les cartes anglaises antkrieures i I'occupation ne man-
quent pas d'interit pour cette question meme :
10, Parce qu'elles montrent, la Grande-Bretagne etant I'allike et la
garante du Portugal, jusqu'oii s'etendait la garantie anglaise en faveur
de celui-ci dans I'Amirique du Sud; 2". parce que la conviction anglaise
quant i la souverainet6 de ces regions s'est formte par ces cartes, d'accord
avec la conviction hollandaise, de sorte que, en recevantla Colonie des mains
de la Ilollande, la Grande-Bretagne la recut avec les limits courantes dans
la cartographic des deux nations.
Nous nos referons, quant h c tion anglaise actuelle, aux Atlas citis et aux cares suivantes (les principles
sont des reproductions de la carte de d'Anville) :
South America. By the Sieur d'Anrille, improved by Mr. Bolton, 1755.
A General Map of North America drawn by the late John Rocque,
London, 1762. Ligne-d'Anville.
South America. From Mr. d'Anville. Printed for Robert Sayer, 1775.
Jeffreys, T.
De la Rochette, Caribbee Islands and Guiana, 1770.
Thomas Kitchin, 1779.
C. Dilly et G. Robinson. 1785. Ligne-d'Anville.
T. Stackhouse. 1785. Ligne-d'Anville.
D'Anville et Sayer, Map of South America, 2* edition de la belle copies
de 1775. 1787.
William Faden America. 1788. Ligne-d'Anville.












LA I'REJVE CARTOGRAPHIQIE


d'avant I'occupation nous sont aussi uniformement favorables
que celles d'apris. L'influence de d'Anville pr6vaut parmi Ies
g6ographes anglais, et, plus tard, celle de Juan de la Cruz,
toutes deux contraires A la pretention anglaise actuelle centre
nous.
Si nous ne reproduisons que quelques-unes de ces cares,
nous faisons cependant n6tres, comme nous l'avons dtji dit,
I'Atlas present par la Grande-Bretagne dans le litige avec Ic
Venezuela, les deux Atlas du Venezuela et ceux du Brcsil et
de la France, que nous avons donnes comme references. Nous
croons cependant suffisanles, pour prouver l'uniformit6, les
cares que nous pr6sentons; elles comprennent les grandes
cares anglaises et quclques cares de lives speciaux de l;
plus grande autorit6 sur l'iistoire du Bresil ou stir les Colo-
nies anglaises ct sur la gEographie de la Guyane.
Sans une exception que nous puissions mentionner sans
restrictions, les cares anglaises anciennes placent le Contest6
actual en dehors de la zone hollandaise. 11 n'y a pas i fire de
restriction pour les caries oi il est attribute, en tout ou en
parties, soil A I'Espagne, comme en difflrentes cares inspirees
de celles de Juan de la Cruz, soit i la France, come dans
les cares qui repioduisent la ligne du Traite d'Amiens.
L'unanimile se fait sur le point que nous tenons i prouver,
a savoir: que le territoire en litige a toujours eti repute par

A Map o' South America, published under the patronage of the Duke nt
Orleans by Mons. d'Anville, drawn and engraved for J. Harrison, 1791.
a La carte de d'Anville, dit une communication officielle anglaise faite
au Parlement, a wte adoplie non seulement par Sobreviela. mais aussi par
d'autres g6ographes de I'Espagne, de la Grande-Brelagne et d'autres pays. a
Preliminary Statement, Venezuela, no 1, 1896, p. 41.











LA PREUVE CARTO(GIAI'IIITE


1'Angleterre comme n'appartenant pas a la Colonie d'Essequibo.
S'il 6tail espagnol, comme le faisait Juan de la Cruz, ou portu-
gais, comme le faisait d'Anville,c'6tait une question A d6cider,
comme elle le ful, entire l'Espagne et le Portugal. Quant A la
ligne d'Amiens, elle corrobore encore davantage ce que nous
affirmons. La region accrue A la France par force de ce traitW
lui a dte c6dde par le Portugal, ce qui est, comme nous
I'avons d6montre, une preuve nouvelle de notre tire. La line
d'Amiens jeta une grande confusion dans les caries de
1'dpoque, mais au plus grand prejudice de la Guyane hollan-
daise. 11 est A remarquer que la Grande-Bretagne avail d6ej
alors, par deux fois, occupy 1'Essequibo et poss6dait une con-
naissance directed de l'6tendue du litre hollandais. Cependant,
depuis Amiens, les cartes anglaises les plus importantes,
comme la Colombia Prima de La Rochette, ramenArent les
limits de la Guyane hollandaise bien A 1'est de la ligne d'An-
ville en s'inspirant des cartes francaises de 1'Empire.
Les cartes anglaises que nous donnons sont :

1. La carte du Capitaine Thompson que nous avons d6ej
cite comme 6tant la carte oflicielle de la premiere occu-
pation anglaise de 1'Essequibo. C'est la carte de S. D. de La
Rochette, d'apres les observations du Captain Edward Thomp-
son, de 1785. L'inscription New Andalusia or Prorince of
Guyana court en travers de la rivi6re Rupununi. Le Contest6
actuel n'y figure pas; il est en dchors de la parties hollandaise
extreme.

2. Thomas Kitchin. South America with its several divi-
sions according to the Possessions of the European Nations, by











LA PBEUVE'CTABTOUGfl'IIQ[E


Thomas Kitchin, !Hydrographer to His Majesty. Published by
Laurie and Whittle, 1794. La limited coupe le IHupununi; le
Pirara, le MahiA, le lac Amaci et le bassin du haut Rupununi
restent dans le territoire du Bresil.


5. Kitchin. La carte qui est continue dans l'Histoire de
l'Amirique, de Robertson, 1795. C'est une des cartes que nous
donnons come tirant leur plus grande autorit6 des livres
speciaux et de grande reputation qu'elles accompagnent.


4. La carte dite du Commandant, Commnandat's Map, de
1802. C'est la m6me carte que nous avons citee come la
carte officielle de la second occupation anglaise de l'Esse-
quibo, remise par le Commandant Hislop i son gouvernement.
La Guyane Hollandaise y est s6parce par le Rupununi des ter-
ritoires du Rio Negro; A travers ceux-ci, est trace la route
parcourue par Barata, de Stabroek au Pari, o Route of a Portu-
guese Officer in 1800 and his return. .


5. La grande carte de A. Arrowsmith : Outlines of the
Physical and Political Dirisions of South America delineated by
A. Arrowsmith, partly from scarce and original documents
published before the year 1806, but principally from manus-
cript Maps and Surveys made between theyears 1771 and 180li.
Corrected from accurate astronomical observations to 1810.
Published 4' of January 1811 by A. Arrowsmith. Cette
carte donne au Bresil toutes les eaux du Rio Branco et, entire
le Br6sil et la Guyane Hollandaise, elle met une handed de terre
espagnole, confornnimenl aux idees de Juan de la Cruz.










LA PREUVE CARTOGRAPHIQUE


6. Une autre carte de Arrowsmith dans l'Histoire du Bresil
de Southey, tirant encore plus d'autorite de ce livre. Elle
donne le partage des eaux come limited Nord du BrIsil.
Southey possedait une proronde connaissance de l'histoire et
de la geographie de toute l'Ambrique du Sud, et des titres du
Portugal sur cette region. Son grand ouvrage, a lui seul, serait
une justification de ces titres.

7. Une carte des Provinces Unies et Ind6pendantes du
Venezuela et de la Nouvelle-Grenade, 6galement dans un livre
special, la Statistical, Commercial and Political Description of
Venezuela, Trinidad, Margarita and Tobago, from the French of
Mr. Lavaysse, London, 1820, pour montrer l'uniformite des
l66ments et des informations qui servent de base A la carto-
graphie anglaise anterieure A Schomburgk.

8. Bien que francaise, nous classons dans cette s6rie la
carte de Bru6 qui accompagne l'Mdition anglaise de l'ouvrage
de Humboldt: < Voyage aux Rgqious Equinoxiales (Personal
Narrative of Travels to the Equinoctial Regions of the N'ew Con-
tinent ,), publiC en 1826.
La line Nord du Bresil suit le partage des eaux entire le
Rio Branco et les affluents de l'Or6noque jusqu'au Rupununi.
Aucune restriction n'est faite par 1'6diteur anglais. C'est
encore une des cartes inser6es dans des livres sp6ciaux de
grande autoritl ou s'instruisait I'esprit public anglais et que
nous donnons pour inontrer qu'une semblable pr6tentiou
etait ignoree non seulement des homes d'Elat Anglais et des
Gouverneurs de la Guyane, mais des explorateurs, des guo-
graphes, des historians, des dconomistes de la Colonie.










LA PIEUVE CAIRTOGRAPIHIQUE


9. W. Hillhouse, autorite sur l'interieur de la Guyane
Anglaise: a Map of British Guiana, Demerary 1827. La care
coupe le Mazaruni, I'Essequibo et le Demerary, sans s'etendre
aux regions des savanes. Cette carte montre qu'on ne fondail
encore, en 1827, dans la Guyane Anglaise, aucune prevention
sur le territoire en litige.

10. John Arrowsmith: < Tracing of a part of a map of
Colombia.... 1852. La limited suit la chain Pacaraima et le
mont Ucucuamo, qui la prolonge, A l'est, jusqu'au code du
Rupununi, ensuite le course de cette riviere jusqu'A sa nais-
sance et de 16, la ligne de partage des eaux par la chain de
Acaray. C'est la limited i laquelle le Bresil pretend.

Ii et 12. Deux cartes, I'une des Antilles (West India
Islands and Adjacent Coast), et I'autre sp6ciale de la Guyane
Anglaise (Guayana) inserdes dans l'Histoire des Colonies Brilan-
niques de Montgomery Martin. La limited est parla ligne de par-
lage des eaux, et puis par le Iupununi. Le territoire contcst6
reste par consequent dans la Guyane Portugaise. Cette ligne
est celle que r6clame le Bresil. Ces cartes tirent une autorite
special de l'ouvrage don't elles font parties. Le traitA anglais
le plus autoris6 de son temps sur les Colonies Britanniques,
tel que fut I'ouvrage de Monigomery Martin, ne donnerait
pas cette frontibre a la Guyane Anglaise si cette Colonie avail
eu quelque titre on pretenlion sur le Contesteactuel. L'ouvrage
represente, en effet, la plus extreme pr6tention anglaise et son
zile est digne de sa devise : Far as the breeze can bear, the
billows foam, Survey our Empire! a En ce temps-li, la preten-
tion bresilienne 6tait figure, comme on le voit encore dans le











LA PIIEIVE CARTOGRAPIIIO[E


Sketch Map de Schomburgk (British Atlas, p. 43). par la line de
partage des eaux, le Burro-Burro, le Siparuni et l'Essequibo; la
ligne du Rupununi devait done paraitre tine expansion consi-
derable pour la Guyane Anglaise.

13. cc South America from original Documents including
the Survey by the Officers of H. M. Ships c< Adventure and
,c Beagle dedicated to Captain R. Fitz Roy. R.N. by John Arrow-
smith. 1842. 2" edition de la carte de 1859. La limited est
par le partage des eaux jusqu'au coude du Rupununi, le course
de celui-ci juisqu'a sa source, de nouveau le partage des eaux,
c'est-A-dire la line que le Bresil dfrend.

14. J. Iladield. Crown Surveyor. Map of British Guiana,
Georgetown, 1858. Cette carte n'a pas de limits, compre-
nant d'ailleurs le bassin du Rupununi et du Tacutl jusqu'a
S. Joaquim. Cela montre que, me'me pendant les premieres
Vxpeditions de Schomburgk, aucune pritention anglaise sur
le territoire en litige ne s'dtait encore rIvelle.

15. Gardner. C'est tine carte entierement favorable au
Bresil.

16. (Colombia Prima de la Rochette. Nous donnons
l'6dition de 1857, mais elle reprDsente bien 1'esprit de la carte,
le mnme dans toutes ses Iditions, en ce qui concern la pre-
tention anglaise actuelle. Come les editions anterieures, eile
content cette mention ; propos de la Guyane lHollandaise.
<, Guyana has been corrected from a map of the Colony of Suri-
nam surveyed by order of Governor von Bottenberg M. S., and











LA PIIEUVE CARTO(GRAPIIIQUE


from the edited map of Berbice, Demerary and Essequebo,
surveyed by Bouchenroeder. Cette grande carte, dans touts
ses editions, A savoir: celles de 1807, 1818, 1825, 1840 (dans
cette derniere le lac Amuci est compris dans le territoire du
Bresil), 1850 et 1857, est entierement d6favorable t la pritentioni
anglaise. Toutes ces editions laissent dans le territoire porlu-
gais une parties plus on moins grande du Contest6 actuel el, si
clles en attribuent quelque parties i I'Espagne,ce fait est sans
portee quant i leur temoignage sur le point que nous 6tablis-
sons : que ce territoire n'a jamais 6td consider hollandais
ni anglais par les grands cartographes anglais tels que les
Arrowsmith on de la Rochette et ses successeurs.


VII
Cartes diverse.

Nous reproduisons ici ce que nous avons (lit au sujcl de
('clle classes dans le Premier M.lnoire Irhsilien en y aijoulant
en notes les litres des caries cities :
Nous conilp'enonIs dans cctte classes dillffrenils caries
tlrangl'rs non reconnic s piar acii'ine des parties doni les
lilres sonl envelopplds darns ce litige. Nous les donnons pour
monlrer : 1) les iddes couranles dans la cartographie euro-
p6enne au sujet de la division politique de la Guyane (Bellin et
Bonne)"; b) les travaux francais pour la region dii Rio Branco,


24. La carte genirale de Bellin, don't llarlsinck s'esl inspire, C Carte
de la Guyane a, ne trace pas de linmites ientre la (;uiyne Hollandaise et le Iio
Negro, la Iegende Guiane Bollandoise court i la haluteur du Silarona. Ma.s.












LA PREUVE CARTOGRAPHIQUE


fails sur les cartes portugaises du xvnel siecle, que le come de
Linhares avait fournies, et inspires dans cette parties par
Alexandre de Humboldt (Brue et Lapie)"; c) l'opinion des
cartographes du continent, conform a cell des Anglais, hi
l1'poque des explorations de Schomburgk (Mahllmann, Duvote-
nay)' et la resistance A l'innovalion de Sclomburgk meme en
Allemagne (Kiepert)"; d) l'exploralion du Bresil par des natu-
ralisles et des ethnographes strangers, sans iie de lels voyages
scientifiques, excepid dans le eas de Schomiirgk, se soient
transforms en litres politiqucs (Marlius)"; e) cnlin les explo-


dans la carte spiciale Guiane Portugaise a figure lout le bassin du Taculi.
v compris celui du Mah6l et les sources du Rupununi.
Bonne, en 1771, done la ligne d'Anville. C'est une ldes cares qui
montrent combien cette ligne s'est g6niwralisie dans la carlographie.
2.". Brue, 1821. Limiles: line de partage des caux. C'est une des cartes
qui tmnoignent de la connaissance des travaux cartographiques portugais.
Lapie, 1829. Le Ilaut-Essequibo, le Rupununi, le bassin du Tacuti
sont dans le terriloire du Bresil. Lapie, comme on I'a vu, a ktudi6 ces
travaux.
Brui, 1854. Le Territoire Contesti, le bassin du Rupununi et celui du
Haut-Esscquibo resent dans le terriloire )brisilien.
26i. Malinianln, Kare von America, Berlin, 1857. Le bassin du Tacutil
reste dans le terriloire du Bresil. La liniite est par le parlage des eaux jus-
qu'au coude du Rupununi, le course de celui-ci jusqu'i sa source el, de
nouveau, la ligne de partage ies eaux.
IDuvotenay, Amerique Meridionale, 1859. Tout le bassin du Tacutu,
el mrme une grande parties de celui de 1'Essequibo, soul dans le territoire du
Br6sil.
27. Kiepert, Sid America, Institut geographique de Weimar, 1849.
Le territoire contest reste dans le territoire du Br6sil.
28. Tabula yeographica Brasilize el Terrarum adjacentium exhibens
Ilinera Botanicorum, de Martius. Limites : la chaine Tumucumaque, le
thalweg du Itupununi jusqu'au coude, et la line de partage des eaux. Les











LA PREIVE CARTOGRAI'IllQ'E


rations les plus recent de la region a laquelle apparlienil Ie
Territoire Contestd ct, pour une parties de cetle region, les pre-
miires qui miritent ce nom (Coudreau)", exploralions sur
lesquelles, dans Ic course de cc lilige, 1nous allll'los soIIuveIn ii
revenir, el qui out servi a I'dtablissLemenit de notrc carte.


VIII

Cartes portugaises, br6siliennes et espagnoles.

Les cartes que nous comprenons dans cette classes sont
les suivantes :

1. La Carte du Trait6 des Limites de 175.0, reproduite
d'apris I'cxemplaire des Archives du Ministere des Affaires
Etrangires de France, Carte des con/ins du Brrsil avec lex terres
de la couronne d'Espagne dans I'Amirique IMeridionale. L'exem-
plaire est celui don't s'est servi le Ministre PI'nipotentiaire de


bassins dt Tacutii et du Mahli sont par consequent dans le territoire brisi-
lien. Cette carte conitent I'itineraire des voyages de Velltso (1780-t9(.
Alexandre de Ilumboldt (17119-1804), La;ngsdorff (1805, 1811, 1829), Esrhi-
wege (1810-1821). Sellow (1815-1829), Prince Maximilien (1815-1817).
A. de Sl-Ililaire (1816-1822), Spix et Martius (1817-1820), Mikan et Schlil
(1817-1818), Thad. Haenke (1790-1817), Pohl (1817-1821), Natterer (1817-
1852), P6ppig (1827-1852). Sclhonmburgk (18.55-1859), Gardner (1841-!8 tfi.
Prince Adalbert (1842-1845). Castelnau et Weddel (1845-1848), Rob. Spruce
(1849). Alcide d'Orbigny !,1826-1855), ltuiz et Pavon (1778-1788).
29. Coudreau, 1884. Carte di la region des sources de I'Essequibo, du
llupununi et du Taculi.: carte des Fazendas du hio lBranco; care diu Iin
IBranco, pour Ietude de la region du Rio Branco et du Territoire Coitlest
que Coudreau porte au deli du trace actuel de transaction.











LA IIIITJYE CARTOGRIIA'IIIQUE


Sa MajestW Tres Fidele et que l'on croyait perdu A la suite du
tremblement de terre de Lisbonne. Deux teintes, I'une jaune et
I'autre rose, indiquent ce qui se Irouvait occupy respective-
ment par les Portugais et par les Espagnols, ce qui n'etait
pas occupy i cette 6poque n'etant pas colori6. La ligne coloriec
de limits s'ktend jusqu'ii l'espace qui spare les sources du
Mah6 du bassin de l'()rInoque. La couleur portugaise com-
prend tout le territoire jusqu'au Malhi; les territoires o6 se
trouvent la rivi6re Pirara et le lac Amuc6 sont laisses en blanc.
Celte carte n'ajoute rien an Traite; mais elle est une preuve
que, jusqu'A la rive droile du Mah6, le territoire 6tait, iA cette
'poque, occup' par les Portugais de miani're it empielhcr toute
pr6tention espagnole.

2. Carte des Missions de la Compagnie de Jesus dans Ih
Grand Pari, Mappa Vice prorinrci Societalis Jesu Marayinonii
AnIto MDCCLIII concininata ,,. Ians cette carte, le Rio Branco,
le Tacutii et le lac Amucii se trouvent dans la Province brdsi-
lienne de la Compagnie. La reproduction en est faite d'apres
une copie de la carte existant dans la Bibliotheque d'Evora,
en Portugal. Elle a ddjia kt publite dans le livre O Jesuitax
no Grao Pard de J. Liucio de Azevedo.

3. Un manuscript de la bibliothequie de Porto, contempo-
rain du Journal de Ribeiro de Sampaio, servant A illustrer la
description faite par lui du Rio Negro ct I'6tat de la Capitai-
nerie entire 171i5 et 1774.

i. Divers I'ocuments qui datent de I'-poque de I'invasion
espagnole sont les premieres cartes porlugaises du Ilio












LA PREITE (CAITOI lCHAPUlllIE


Branco et de ses affluents : deux cartes du capitaine Philippe
Sturm, copies par le sergent-major Gronfeld, line aiitre que
Joio Pereira Caldas fit fair au Par;i. ce un croquis mianuscrit
de I'auditeur Ribeiro de Sampaio, accompagnant sa depeche
oflicielle du 27 mars 177.' (Ann. Premn. .11 i. Irds., Ill, p. 10ll)
reproduit de l'original conserve iA la Bibliothique du Par;i.

.5. ,, Carte dte I'Amrique nimridionale depuis 10 de lat. N.
jusqu'ia ~ de lat. S. pour faire comprendre completenent
la veritable situation topographique et hydrographique du
Rio Branco de l'Amiurique portugaise et ies localities nouvel-
lement dalblics dans la niime annle 1778. Ce(lle arte, par
sa date ainsi que par la composition de son titre ,< Rio Branco
de I'Am;'rique portugaise ,, est celle qui accompagna a la Ila-
tion hiitorico-fieo.graphique dte deRibeiro de Sampaio. Dans cette
carte, les indications des quatre ;uyanes. la portugaise. la
franchise, la hollandaise et I'espagnole, sont places sur la
c6te, la region du Ilio Branco, dlotl on dressait la carte, conli-
nant avec elles et de I'aulre c6te avec la Nouvelle-Grenade. Les
rivieres Pirarara ", ( Maho ,, ct (, Taculu ) apparlienncnt iI
cette region. Nous avons vu, par la Itelation de Ilibeiro ie
Sampaio, que la frontiire 6tait, pour li., formnie par les
versants.

6. Carte manuscrite de Antonio Pires ct licardo Franco
correspondent aux explorations de ces Cominissaires lRovaux
en 1781. Leurs explorations out dji etel ainalystes dans Ie
Premier Menoire, et nous en avons donn6 le Journal et les
different rapports officials. Nous reproduisons cette care
d'apres 1'exemplaire signed par les auteurs, et qui se trove











LA PHEUVE CARTOGRAPIIIQUE


A la Bibliotheque Nationale de Paris, mais nous en possedons
d'autres copies. Le titre de la carte est : Plan geographique
du Rio Branco et des rivieres Uraricapara, Majari, Parime,
Tacuti et Mahui, qui s'y jettent. () est notee la grande chain
de montagnes qui spare l'Orenoque de l'Amazone et d'of des-
cendent lesdites rivi6res. Sont 6galement notes les commu-
nications an Levant avec la colonies de Suriname par le fleuve
Repunuri. Et au Couchant avec la Caribana espagnole par la
montagne Pacarahina et la riviere Parauamusi, jusqu'i
S. Vicente, lev6 par ordre du tris illustre et excellent Senhor
Joio Pereira Caldas, gouverneur et capitaine general breveth
des Capitaineries de Matto Grosso et Cuyab;'i, et Commissaire
GUn6ral des Ddmarcations de Limites pour la parties du Nord.
Par Antonio Pires da Silva Pontes, docteur en math6matiques,
et Ricardo Franco d'Almeida Serra, capitaine du g6~nie. Cette
carte content plusieurs notes. Parmi celles qui se rapportent
au territoire contest nous relevons celles-ci:

a) < Cette riviere (le Mahu), en amount de l'lgarapi Yurara,
court entire de hautes montagnes. La rachoeira Urueburi qui
est I'endroit jusqu'o6 nous sommes arrives, est d'un acces
difficile. On met trois jours i la franchir; la riviere se divise
alors en quatre bras, le principal se dirige vers le couchant;
on passe encore cinq jours dans les montagnes pour arriver A
des planes oi ilsaboutissent tous, formant degrandsmarais. ,
b) < D6monstration ou notion du terrain que forment les
sources des rivieres Iepunuri et Ana6au, d'apres les rensei-
gnements fournis par les Indiens qui y habitent.
daru, on met quatre jours pour arriver au confluent du Repu-











LA PREUVE C ARTOG.BAPI'IIIQIF


nuri. I)e l'embouchure du Cuidari jusqu'au lieu (lit Porto,
cinq jours de voyage. Et de Portojusqu'i I'lgarape Tauaricu1ri,
on met encore deuxjours. ,
c) (C N. I. La ligne pointillde de carmin indique le cheiiii
que nous avons fait par terre jusqu'au liepunuri; le signed
marque le commencement des marais lorsqu'ils se jettent au
couchant dans le Rio Branco par le Pirara et au levant dans Ic
Repunuri par I'lgarape Tauaricur'i. "
d) La riviibre Tacutia n'a ete vue que jusqu'ii 1'endroit
ou elle est figure par deux lines parallles, et sa continua-
tion est ltablic d'apr6s les renseignements obtenus d'indiens
connaissant la contr&e, lesquels dissent qu'on met, de la forte-
resse de S. Joaquim jusqu'a ce qu'on rencontre ia nouveau le
Tacuth, un jour et demi, et que trois jours et demi apres, on
arrive au Repunuri, en merchant toujours vers le levant. C'est
par cette route qu'a desert le caporal Miguel Arcangelo. ),
e) N. It. La riviere Anatiau est d'une grande 6tendue et
on v navigue avec diflicullt i cause te ses noinbreuses
cachoeiras; elle aboutit i des montagnes qui formnit dgaleiient
les sources de la rivibre Repunuri, d'apris les renseigneients
des indig6nes qui y habitent.,,
[) c Ces grades el spacieuses prairies sont formnees d'une
grande variety d'herbes, les plus propres i I'Elevage du betail
de toute espkce, et enrichies de noiibreuses mines de sel
gemme ou montanum, excellent pour la nourriture de ces
mmnes aitnmaux.
Parlant de cette carte qu'il n'avait pas reconnue combine
etant celle de Iicardo Franco et d'Antonio Pires, le Conseil
d'Etat, dans son Avis du 2X septembre X184,, dit : ( Le terrain
baign6 par les caux de l'Uraricapara, depuis ses sources, par




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs