• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Foreword
 La geographie et l'ethnographi...
 Introduction historique
 Occupation et administration par...
 Mouvement des Portugais vers le...
 Tentative faite par le Bresil pour...
 Expose final
 Conclusion
 Post-scriptum
 Table of Contents
 Back Cover














Group Title: Frontieres du Bresil et de la Guyane Anglaise
Title: [Frontières du Brésil et de la Guyane Anglaise]
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00075419/00002
 Material Information
Title: Frontières du Brésil et de la Guyane Anglaise Second mémoire ..
Physical Description: 3 v. in 2 : col. plates, maps (part. fold.) ; 28 cm.
Language: English
Creator: Brazil
Nabuco, Joaquim, 1849-1910
Publisher: A Lahure
Place of Publication: Paris
Publication Date: [1903]
 Subjects
Subject: Boundaries -- Brazil -- Guyana   ( lcsh )
Boundaries -- Guyana -- Brazil   ( lcsh )
Genre: federal government publication   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: présenté à Rome le 26 septembre 1903 par Joaquim Nabuco, envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire du Brésil en mission spéciale auprès de Sa Majesté le roi d'Italie.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00075419
Volume ID: VID00002
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000128035
oclc - 23886960
notis - AAP4029

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Half Title
        Page iii
        Page iv
    Title Page
        Page v
        Page vi
    Foreword
        Page vii
        Page viii
    La geographie et l'ethnographie
        Page 1
        La geographie
            Page 1
            Page 2
            Page 3
            Page 4
            Page 5
            Page 6
            Page 7
            Page 8
            Page 9
            Page 10
            Page 11
            Page 12
            Page 13
            Page 14
            Page 15
            Page 16
            Page 17
            Page 18
        L'ethnographie
            Page 19
            Page 20
    Introduction historique
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
    Occupation et administration par les Hollandais
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 46a
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 84a
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
    Mouvement des Portugais vers le territoire en litige
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 170a
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
    Tentative faite par le Bresil pour reclamer la zone
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
    Expose final
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
    Conclusion
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
    Post-scriptum
        Page 255
        Page 256
    Table of Contents
        Page 257
    Back Cover
        Page 258
Full Text
.,~"t ~~R~Ts,~a ~ `;l~'-'Fr~~~~i Pt


SECOND MeMOIRE

VOL. II




NOTES
SUR LA


PARTIES HISTORIC I:


PREMIER MIEMOIRE ANGLAIS


I'HtSESNT'T tA ROME .E 26 SEPTEMBRE 1903

PAR
JOAQUIM NABUCO
ENVIOTK EIStORDWIAIUl ET NUIISTBR PULeIPOTEITIAImF. DC BRK!IL
LN MISSIO.1 SWCIALK AUPIs B SA N ESTE LE ROI DITSLIE


PARIS
A. LAHURE, IMPRIMEUR-EDITEUR
9, RUE DE FLEURUS, 9























FRONTIERES DU BRESIL

ET

DE LA GUYANE ANGLAISE

QUESTION SOMIS I A I. ARBITRAGE
DE
S. M. LE ROI D'ITALIE





SECOND MEMOIRE
BREIL IEN











SECOND MEMOIRE

VOL. 11




NOTES
SUR LA


PARTIES HISTORIQLE
DOI

PREMIER MIEMOIRE ANGIAIS


I'IPtESENTE A HOME LE 26 SEPTEMBRE 1903

PAR
JOAQUIM NABUCO
ENV'OTE EXTRORIIINIRK FT 1 INISTRE PLMIPOTENTIAIRE Dr BRIISIL
EN MISSION SPF:CIII.E UIPRis DE S5 MJlUSTI LE O101 D'IT.AIE


PARIS
A. LAHURE, IMPRIMEUR-EDITEUR
9, RUE DE FLEURUS, 9


















AVANT-PROPOS





Nous doninons avec cc Second Volume :

1. Une carte de la route suivie par les deux corps de l'expe-
dition de Francisco Xavier d'Andrade en 1740, avec I'analyse
de I'itineraire ligure pour cette expedition dans la carte '. de
I'Atlas Anglais. Dans notre carte, est aussi signah6 Ie lerriloire
i l'onest din Malim considered connme plantt sous I'o(cupation
elective des Portugais dans la carte ollicielle des negocialeurs
du Traite de 1750, entire I'Espagne et le Portugal. Eigalemenit
le chemin suivi par llortsman la mtme ann6e que I'expidition
de Francisco Xavier d'Andrade, sans que I'on ait pu verifier
si avant ou aprbs elle, et, en sens inverse, du voyage du Por-
tugais Manoel da Silva losa qui, selon Hartsinck, le renseigna
et fut le decouvreur de la communication entire le Itupununi
et le Pirara.

2. Une care de la route qu'auraient prise les esclaves don't
il est question dans la communication du Commandeur d'Es-
sequibo i la Compagnie en juin 1706, pour s'enfuir vers les
savanes du Cuyuni. Cette carte montre aussi 1'Essequibo barre












AVANT-PROPOS


par trente-neufcataractesentre le confluent du Cuyuni et celui
du Rupununi.


5. Une carte du voyage de Jansse en 1769, pour Ltre
compare i I'ilindraire trac6 dans la inreie carte 5 de I'Atlas
Anglais, donnanm aussi la route suivie par Illortsman jusqu'a
la mine de crislal.










Les nuinmros el les litres ldoiniis onl.r clhapilr e xsonl les m)inie
que rceI.r dei Ia parties (di .Mi',oire .Itnglis nnalysde dans ces Notes.


IUn











NOTES

SUR LA PARTIES IIISTORIQUE
DU


PREMIER MIEMOIRE


ANGL.IS


CHAPITRE I

La G6ographie et I'Ethnographie.



Le chapitre I du M4moire Anglais est intitulu ,< La G6ogra-
phie et L'Ethnographie ,. Nous signalerons a peine quelques
passages de ce chapitre sur lesquels ont 6tE construites des
theories spdciales affectant I'histoire de la region, on qui sont
destines a servir de base A l'interprleation de certain docu-
ments hollandais ou portugais.


a) La G6ographie.

PAGE 7. La riviere qui se trouve inscrite sur la plupart
des cartes modernes sous le nom de Mahu s'appelle proprement
Ireng, ce qui est le seul nom de cette riviere que connaissent











NOTES

SUR LA PARTIES IIISTORIQUE
DU


PREMIER MIEMOIRE


ANGL.IS


CHAPITRE I

La G6ographie et I'Ethnographie.



Le chapitre I du M4moire Anglais est intitulu ,< La G6ogra-
phie et L'Ethnographie ,. Nous signalerons a peine quelques
passages de ce chapitre sur lesquels ont 6tE construites des
theories spdciales affectant I'histoire de la region, on qui sont
destines a servir de base A l'interprleation de certain docu-
ments hollandais ou portugais.


a) La G6ographie.

PAGE 7. La riviere qui se trouve inscrite sur la plupart
des cartes modernes sous le nom de Mahu s'appelle proprement
Ireng, ce qui est le seul nom de cette riviere que connaissent











NOTES HISTORIQUES


les Indiens'. Ce nom ne se rencontre qu'une seule fois dans
les documents de date ant6rieure A l'dpoque de Schomburgk.
Avant la reconnaissance faite par cet explorateur, cette rivibre
dtait, en effet, presque inconnue'. -

1. DWs qu'elle fut connue, elle cut le nom de Mahi, Mah6
dans les croquis de Ilortsman.
La theorie expose dans le Memoire Anglais est que le
( Mahi )) des Indiens d'autrefois seraitle Tacutl actuel, surtout
dans la parties qui s'6tend de sa jonction avec le Mahi~ jusqu'A
son embouchure, le Mahu actuel 6tant leur Ireng. Nous trou-
vons ce nom d'lrene donn6 au Tacutl dans Alexandre Rodrigues
Ferreira, mais nous ne 'avons pas rencontr uine seule fois
dans les documents hollandais. Le Mahi de Hortsman ou le
Mah6 de nos cartes, leur aurait dtW, selon cetle theorie, in-
connu. Nous reviendrons sur cette question aux points o6 elle
aurait quclque portIe pour ce litige.

2. Elle avait Wt6 explore au delA du 4* degrA N. par les
astronomers et ing6nieurs militaires portugais d6s 1781 (voir
dans notre Atlas, cartes 45, 48, 49, 50), les seuls qui I'aient
remontec. Sur 1'exploration du Mahu, par les Portugais, voir
notamment Ann. Prem. Mfm. Bris., III, pp. 179-181, 187,
257.


PAGE 8. Le Sawari-au-uru, don't il est faith mention
dans les documents annexes au present Memoire, parcourt la
parties meridionale de la zone. 11 sort du Mont Saeraeri. En se
dirigeant vers le nord, il va se jeter dans le Takutu du c6td
est. En suivant le course de ce fleuve on peut passer du
Takutu au Rupununi au moyen d'un petit affluent de ce der-
nier et d'un portage'. )











NOTES HISTORIQUES


3. Ce futl'exploration portugaise de Manoel da Gama. en
1787, qui fit connaitre cette communication entire le Tacuti et
le Rupununi par l'igarape Saraur6.



PAGE 8. cc Le Rupununi, qui prend sa source non loin
du Takutu, suit aussi la direction nord pour quelque dis-
tance. Puis il se dirige a l'est pour se joindre a l'Essdquibo,
don't il est l'aflluent le plus important. 11 convienl ici de
distinguer les diff6rentes formes que prend le nom de Ru-
pununi dans les documents annexes au present Memoire.
Voici une note interessante 6crite A cc sujet par Sir R. Schom-
burgk :
a Le Rupunoony s'appelle aussi Rupunuwini, Rupunury, Rupo-
noony; les Macousi I'appellent ainsi; les Caraibes dissent Opununv,
parce qu'ils trouvent difficile la prononciation de la lettre R. .
a La forme la plus ancienne de ce nom propre quc l'on
rencontre dans les archives hollandaises est celle oi la pre-
miere syllabe manque', ce qui s'explique parfaitement par ce
d6faut de prononciation qu'avaient les Caraibes, les plus
anciens allies des Hollandais parmi les Indiens. L'origine de
la forme espagnole a Apanoni -, qui se trouve dans les docu-
ments qui seront citds plus tard, s'explique de la mime
maniore. 11 est plus difficile d'indiquer comment la dernibre
syllabe ny ou a ni a Wet parfois transform6e en ry ou
c ri n, mais la diflicultd de reproduire par dcrit les mots des
tribus sauvages est bien connue. L'expdrience physiologique
ktablit que ce changement s'opore assez facilement. La forme
espagnole Arupumuri on Aripamuri, don't on trouve quel-
ques examples, se drive trbs facilement de la forme Rupu-
nuri'. Y


4. Nous discuterons plus loin cette homonymie de Penony
et Rupununi, qui, dans le Memoire Anglais, sert de base a
toute une thdorie historique sur la penetration des Ilollandais
dans le Rupununi des le xvin si6cle.











NOTES IIISTORIQUES


5. Nous avons bien des reserves A faire sur les hypotheses
tant geographiques qu'ethnographiques, don't le Memoire
Anglais cst rempli, quelque ing6nieuses qu'elles soienl. L'au-
teur s'est trop laiss6 guider par cc sens que Humboldt appelle
iun certain tact tlymolojique. 11 n'y a rien de plus dangereux en
6tymologie que la resemblance des sons. On trouvera dans cc
Memoire d'autres examples aussi capricicux de cette phond-
tique indienne, tels que Caleko-Canaku, Shawhanns-Uap-
chianas.



PACE 10. < La ligne de parlage est, au faith, trWs difficile
ii determiner sur le terrain avec assez de precision pour per-
mettre de la reconnaitre facilement, et I'on ne rencontre dans
tout cc pays aucune ligne-fronti6re naturelle avant d'arriver A
celle de la Cotinga et du Takutu'. ,

6. On rencontre certainement plus prs de la line du par-
tage des cauz la fronti6re naturelle du Mahi et du Rupu-
nuni.


IAGE 10. ,c La parties septentrionale est limil6e dans
son ensemble par le course sup6rieur de la Cotinga, qui c6toie
les montagnes de Str6kong, et par la chaine des Pacaraima,
proprement dite, qui quite la rive de la Cotinga au parallle
du 4' 20' de latitude nord et, en se dirigeant vers Ic sud-est,
atteint le Rupununi tout pr&s de son affluent le Bononi, apres
avoir franchi I'lreng (Mahu) dans la parties inferieure de son
course. On peut dire que la contree ainsi indiqude a le carac-
tere g-neral d'une savane montagneuse, que parsimcnt des
6tendues bois6es; celles-ci de proche en proche se confondent
avec les forkts qui entourent les sources du Massaruni, du
Potaro, et du Siparuni. Bien que cette region soit arrosee par











NOTES IIISTORIQUES


un fleuve qui se decharge dans le bassin de 1'Amazone, il est
difficile de la separer de la region forestiir de d la Guyane bri-
tannique'. ,,

7. Dc la nime manibre, on pourrait dire que la region
forestiere de la Guyane Britannique se confond avec la grande
fort dte 1'Or6noquc ou de I'Amazonc, et la Guyaine Britanniique
pourrail ainsi s'dtendre jusqu'aux Andes, on bien tie pas
exister.


I'PA.U II. c L'autre parties de la zone n'est qu'uine simple
savane, entrecotipde seulement par les montagnes de Canaku,
qui la Iraversent presque compl6temett i un certain point
dans la direction de 1'est a l'ouesl. (elle savane est un pays
relativetnent plat, qui s'ilcend sans iiterruplion dtpiis les
lords du Ilupununi jusqu'i reux de la Colinga et dii Takliin.
II n'y a point ie trails saillants qui distinguent la parlie
orienlale te la pa tiie occidentale. Quelques passages tires des
6crils des voyageurs en renom, et qui seuls ont rdellementi
explore ce pays, serviront d'illustralion tie cc qui vient d'etre
exposed. ,

8. (ette idte sur la savane forme le pendant de I'itde
pr6cidente sur la fort. De meme quIe le lerritoire monta-
gneux entire le Cotingo et la chain de Pacaraima est un pro-
longement de la fort de I'Essequibo, les savanes du Ilio Branco
sont aussi un prolongement de celles du Ilupununi. Le ter-
ritoire de la Guyane Anglaise s'6tendrait ainsi, d'apris la divi-
sion geographique naturelle, jusqu'aux confines de ITraricoera.
C'est une question, on peut le dire, de point de vue, scion que
l'on est plac6 A I'est ou bien a I'ouest. Si I'on est Ah 'est, la re-
gion limitrophe sera un prolongement natural de la Guyane
Anglaise; A l'onest, elle le sera du Bresil. La nature peti bien


;--- -- ----~~- --











NOTES IIISTORIQUES


avoir tracA la division politique des deux pays; le point est de
savoir si son 6criture doit Wtre lue de gauche A droite, comme
1'anglais ou le porlugais, ou bien de droite A gauche, comme
l'hebreu.

9. Ce sont des voyageurs du milieu et de la fin du xix' siecle.
Les Portugais avaient dress des cares de cette region depuis
le xvu'e.


PAGE 15. << Un des chapitres suivants aura pour objet
de prouver Ic fait historique, que les Hollandais avaient
depuis longtemps explore ct utilis6 non seulement la contrie
en litige, mais aussi une grande parlie du terrain situ6 plus
au sud, et cela A une 6poque oA les Portugais ignoraient
encore l'existence du Rio Branco'".

10. En faisant 1'analyse delaille de ce chapitre, nous mon-
trerons que pas un seul faith n'est Rtabli a l'appui de cette
proposition. Pour le moment, nous ne consid6rcrons que la
tlhorie des (( facteurs geographiques ,.


PAGE 15. c, Les fails memes de l'histoire furent amenes,
sans aucun doute, par les facleurs gographiques. Si l'on
ktudie soigncusement ct en eiix-mimes ces facteurs, on trove
quC 1It course des irvenements a d6pendu de ceux-ci.
<, L'examen d'une carte (quelconque de 1'Amerique du Sud
fera voir que la distance entire le centre de la zone en litige et
le confluent dii Rio N6gro avec 1'Amazone est deux fois plus
grande que celle qui spare Ie centre de la zone de 1'embou-
chure de l'Essequibo, et beaucoup plus de deux fois plus
grande que cell qui le spare du Fort Kijkoveral, premier
siege de I'administration hollandaise. La distance entire le
centre de la zone ct le conlluent du Rio Branco avec le Rio
Ndgro est de moiti6 plus grande que celle qui s'interpose entire











NOTES IllSTORIQUES


le mAme point et I'embouchure de l'Essiquibo. Ainsi, quana
meme les Portugais seraient parties de I'embouchure du Iio
Branco pr6cisement au moment oi les Hollandais parlaicnt de
Kijkoveral, ils auraient eu un space beaucoup plus grand il
franchir avant de gagner les savanes en question. Au fait, les
Hollandais avaient commence i explorer l'int6rieur du pays
longtemps avant que les Portugais ne se missent a I'uuvre, et
ils avaient dti pousses en avant par le genie qu'ils avaient
pour le commerce". ,


11. La distance relative n'est pas une donn6e don't on puisse
faire etat en ecrivant I'histoire de la colonisation, ni ancienne
ni moderne, laquelle a depend de beaucoup d'autres fac-
teurs ,. Le voisinage est encore aujourd'hui, pour la colonisa-
tion comme pour le commerce, un facteur secondaire.
La colonisation meme de la Guyane hollandaise, du bassin
de 1'Essequibo, n'a pas ob6i i une telle r6gle. Le Mmoire
Anglais faith de la colonisation de l'intdrieur de la Guyane une
course ou certainement aurait gagn6 celui qui aurait demeur6
le plus pros et serait parti le premier. Rien de semblable n'est
arrive pour aucune parties de cette immense region. Les endroits
les plus rapproch6s de la c6te restent encore aujourd'hui enti&-
rement intacts. Le M6moire Anglais suppose un courant irrd-
sistible et continue entire Kijkoveral et le Rio Branco. II
n'existait pas plus au xvu" et an xvmw siecle qu'il n'existe
aujourd'hui. II fallait alors come aujourd'hui, i des indi-
vidus isolds, vaincre des difficulties immense pour arriver des
bouches de I'Essequibo au territoire en litige. II n'y a pas de
commerce r6gulier dans de telles conditions. La Compagnie
n'exploitait que ce qui pouvait lui laisser quelque benefice. II
ne faut jamais oublier cette difference essentielle entire I'ac-
tion d'un gouvernement ambitieux de terriloires et celle d'une











NOTES HISTORIQUES


compagnie djih ruinee. Avec les Portugais, il ne s'agit pas de
faits isolds, mais d'une < conquete ,, les Portugais appe-
laient ainsi Icurs domaines d'outre-mer, que 1'Etat tachait
de s'assurer par tous les moyens i sa disposition en sacrifiant
bien des existences et de grosses sommes. Les Troupes de
Rachat ont lieu aux frais du Gouvernement et, oit elles ont WId,
restent des missions ou bien s'6tablissent des communications
rcgulieres el frlqucntes avec le siege de la Capitainerie. Nous
discutons ici la thliorie a priori des ,( facteurs gdographiques ,.
Nous verrons qu'en r6alit, ces routes << naturelles ne furent
jamais cells que les Hlollandais suivirent, et que leur com-
merce ne s'est jamais etendu jusqu'au bassin amazonien.


PA<;: 1i. Or. tous les voyageurs admettent nqu'en
remontant I'Ess6quibo, on passe naturellement dans le Iupu-
nuni lorsqu'on arrive au confluent de ces deux fleuves". ,

12. Nous ne doutons pas que la navigation par le Rupununi
ne soit plus facile que par I'Essequibo en amount de leur jonc-
tion, et m6me qu'on n'6prouve une sensation de liberty en
sortant de la fort continuelle; la diflicultt, cependant, est
d'arriver an lHupununi miime. Nous pourrions faire de nom-
breuses citations, mais celle qui suit, du livre du Rev. W. II.
Brett, The Indian Tribes of Guiana, sera suffisante.
S1 Pour se rendre exaclement compile des difficultls natu-
relles de cette cntreprise (il s'agit de la mission Youd), il faut
consider que la distance i traverser de Georgetown A Pirara
est d'environ 5100 miles, i travers un pays presque desert, et
que le course de I'Essequibo est interrompu par les chutes et
les rapides dangereux de l'ltaballi, de Waraputa et nombre











NOTES IISTORIQUES


d'autrcs qui, avec le fort courant qu'on rencontre ailleurs,
font de la monte de ce fleuve, une entreprise tres laborieuse
et d'une durie de plusieurs semaines. En pregnant en conside-
ration ces obstacles et ces dangers, d'autres encore, et en
outre I'isolement complete d'un tel post, on pourra se fair
une idte just du zele du missionnaire qui s'importa pen de
tout cela en accomplissant son devoir. Apres un court mais
dur labour, il est all jouir di repos 6ternel: mais son example
reste pour les autres qui d6sirent obeir au grand comman-
dement : Allez et enseignez routes les nations. ,
Et en note :
a Ces chutes et ces rapides ont non seulement empchli
l'Essequibo d'atteindre l'importance commercial que lui au-
raient assuric autrement sa grande elendue et la comnmunica-
lion parlielle des tributaires de son course supericur avec les
rivicres du Br6sil, umais encore n'ont permis qu' tin nombre
restreint de voyageurs de contempler ce paysage enchan-
teur ) qui avait rempli l'Ame de l'enthousiaste Waterlon
, d'une joie d6bordanle et fait vagabonder son imagination
A travers les domains fabuleux des ftes ,. Pour franchir ces
obstacles opposes i la navigation, il faut, en certain endroits,
porter ou trainer les canots par terre le long de la cataracte.
Ailleurs, on met i profit les remous que l'on trouve an pied
des Cnormes roclhers qui obstruent le courant. Les indiens
passent d'un rocher A I'autre a guC, en saulant ou A la nage ct,
an moven d'un cAble, talent le canot, A travers 1'eau bonillon-
nante, d'un endroit tranquille A un autre, tandis que le bar-
reur, toujours sur son bane, auquel parfois il se lait allacher,
s'efforce, avec sa large pagaie, de diriger quelque peu sa course.
Le mugissement de l'eau rejaillissant en lots d'6cume sur les











NOTES IIISTORIQUES


rochers qui 1'entourent rend cette operation aussi impression-
nante qu'elle est difficile. Encore plus impressionnante et
plus dangereuse est la tAche de descendre ces rapides. Le
salut de tous depend alors de leur sang-froid absolu, de l'ac-
cord parfait entire l'homme A la proue et celui an gouvernail,
de leur promptitude i prendre des decisions instantaneous.
On maintient le cannot bien au milieu du courant, un des
meilleurs homes de I'equipage i genoux a la proue, I'eil
alerle ct la pagaie toute pr'te, tandis que le rest de l'equipage
emploie toute sa force A lui imprimer une march rapid en
avant. Lance ainsi i toute vitesse, il arrive au board de la cata-
ractc, et, plongeant de l'avant, traverse le ressac au has en pro-
jelant une nappe d'eau de chaque c6t(, I'equipage seul restant
visible. Si tout se passe bien, le cannot remote sur l'6cume,
obAit aux pagaies qui lii impriment sa direction A l'avant et
A I'arriere ct danse sur les vagues boiillonnantes tandis que
I'6quipage pousse un cri de joie et triomphe de son success.
11 n'en est malheureusement pas toujours ainsi. Si I'embar-
cation est trop chargee ou mal dirigee i l'avant ou A l'arriire,
le danger est tr6s grand. Des families entiieres, mime d'ln-
diens, se noient quclquefois, et I'on gardera longlemps dans
la Province le p6nible souvenir du lamentable accident dans
lequel, en septembre 1866, le (apilaine Beresford, gendre du
Gouverneur et quatre de ses compagnons, avec deux hommes
de I'dquipage, perdirent la vie en franchissant les chutes
inf6rieures du Masaruni. ,


I'PAE 15. a Barringlon Brown, aussi bien que Richard
Schomburgk, a bien depeint le sentiment de joie avec lequel
on accueillit cette perspective ouverte apres le voyage inter-











NOTES IIISTORIQUES


minable A travers la fort; et il est facile de s'imaginer que ce
sentiment seul ait suffi pour amener les premiers commer-
cants hollandais A renonter le Iupununi alin de gagner la
region des savanes'. ,


15. Pourtant voici ce que dit Sir Robert Schomburgk:

< Les rives du Rupunoony, A quelques exceptions pr6s, sont
aussi st6riles que les savanes adjacentes; elles sont formtes
d'une argile ocreuse, et il paralt que m6me les inondations
annuelles ne les amendment pas.... N6anmoins, nous saluimes
avec joie l'apparition des eaux noiratres de l'Essequibo: come
nous godtAmes leur fraicheur! En veritc, nous 6tions per-
suades qu'elles itaient plus salubres que celles du blanc Ilupu-
noony. La vegetation, sur les rives, 6tait plus luxuriante; la
larger du fleuve d6passait 350 yards; sa direction 'tait bien
plus directed et on n'y rencontrait aucun de ces brusques
meandres comme ceux que forme le Rupunoony. (Journal of
the Royal Geographical Society, vol. VI, p. 2165.)

Voici, d'un autre c6te, comment im Thurn d6crit le voyage
par le Rupununi:

,, Le premier jour de notre navigation, nous voyageAmes
longlemps et A une vitesse raisonnable; mais, d6s le second
jour, les bancs de sable commenc6rent i nous retarder; et dis
lors, ils augmenterent tellement en 6tendue et en nombre,
recouverts souvent d'A peine un ou deux pouces d'eau et s'6ten-
dant sur toute la larger de la riviere, qu'ils nous empechaient
serieusement d'avancer. Nos grands canols, pesamment char-
g6s, ne pouvaient passer par-dessus en flottant. Parfois, tout
ce que nous pouvions faire, c'6tait de leur faire franchir ces











NOTES IIISTORIQUES


obstacles en employant toute notre force A les trainer comme
si c'eit eti sur la terre ferme. Plus souvent, il nous fallait
creuser un chenal avec les pagaies. Nous dimes, une fois,
attendre six heures tandis qu'on creusait un chenal dans un
bane de sable d'au moins trois cents yards de larger; et de
celte faion, en cerlaines occasions, nous n'avanvimes pas de
plus de mille yards dans une journey. Ces liures d'attente
6taient rendues presque insupporlables par la grande quantity
de petites mouches noires kaboori, appel6es au Br6sil pium
(simuliim). De I'Allantique A I'embouchure du Iloopoonooni, le
pays est complement exempt de ces terrible petits suceurs
de sang; mais ils abondent sur cette riviere, ainsi que g6ndra-
lement dans l'ouest, spCcialement sur les course d'eau di sys-
tome amazonien. Dis qu'ils se posent quelque part sur le corps,
la peau se soulcve et forme une petite cloque ronde, pleine de
sang, Iris douloureuse et bien insupportable. Le corps nu des
Indiens, donl les mains ktaient occupies a pagayer, et qui, par
consdquent, ne pouvaient chasser ces insects, etait tellement
mordu par cux qu'il etait parfois difficile d'y d6couvrir un
endroit de peau indemne. Partout oi ces insecles se trouvent,
ils sont bien plus insupportables que les moustiques qui, bien
que r6pandis en abondance siir tout le littoral, ne se trouvent
pas dans I'iniitrieurdes terres,en dehors de quelques localities.
< Nous nous trainAmes ainsi pendant quelque temps; nais
nous faisions graduellement, chaque jour, de moins en moins
de progres. Le travail de creuser dans le sable et de trainer
les canols A grand effort commenca A produire son effect sur
les Indiens, qui se fatiguaient et se dicourageaient. Nous man-
quions, une autre fois, de pain de cassave, qui est presque
essential pour les maintenir en bonne sante, et plusieurs qui,











NOTES IIISTORIQUES


comme presque tous lcs Indiens, itaient gras et luisants,
devinrent tout i coup, et dans le courant de seulement un on
deux jours, tellement maigres qu'ils semblaient rdluits i la
peau et aux os. L'un apres I'autre, pour cause de maladic, de
d6couragement ou de paresse, nos gens refuscrent de travail-
ler (im Thurn, Amonw, th IIndians of' Guiana, p. 27).
Pendant la saison des pluies, la plain, dit-il, change, mais
alors il est difficile de trouver suffisamment de terrain sec oi
camper: < Seuls, les arbres 6mergeant de la plain d'eau,
signalent I'endroit oi 6taient les bords de la rivire (Ibid.,
p. 27).
11 n'v a aucune trace que (( des commergants hollandaise
aient remont6 le Rupununi afin de gagner la region des
savanes ,, comme nous le verrons par la suite.

PAGE: 15. Les lettres de Storm prouvent que c'Mtait
leur route regulibre. C'est lui qui elablit le poste d'Arinda "i
1'embouchure du Iupununi, precisement parce que cc Ilcuve
6tait la route directed des commerants. Dans son prccieux
traits sur les poses hollandaise, Storm, aprcs avoir decrit en
detail le course du Rupununi, declare qu'i quelques journees
en amount d'Arinda, I'Ess6quibo n'avait pas encore WtL explore.
parce que personnel n'avait pris cette direction ". ,

14. ... La route directed, dit-il (22 juin 1750, Ann. Sec.
Mdim. BrDs., III, p. 121), des tribus qui descendent de l'Ore-
noque et du Corentyn et qui traverscnt le pays pour y faire le
commerce ou la guerre. ) 11 ne s'agit pas de la route directed du
commerce hollandaise, encore moins du commerce hollandaise
vers le Rio Branco et I'Amazone. Schomburgk semble avoir
devin6 ces communications entire I'Ortnoque et le Corentyn.
i travers le Rupununi, quand, decrivant le sentier du Coren-











NOTES HISTORIQUES


tyn A l'Essequibo qui 6tait encore, de son temps, appcl6 ,, la
route des esclaves n, il dit: ( Les Caraibes, ce fleau des tribus
moins guerrieres, s'6tablirent, A partir de Surinam, le long du
llupunoony et, par une autre route terrestre tres frequentee,
entretinrent des rapports avec les Caraibes du Caroni et de
l'Orenoque. (Journal of the Roy. Geogr. Soc., 184.5, p. 97.)
Du rest, Storm, dans sa carte de 1750 (voir I'Allas accom-
pagnant le Premier .Ilmoire Brsilieii), design le point jusqu'o6
il pretend iqiu'arrivaient les commerants hollandais dans Ic
Itipununi et la direction qu'ils prenaient A l'est et non A
l'ouest de cette rivirre, a sa jonction avec l'Essequibo.


Pf;: 15. La savane 6tait done le ddboucht natural
pour les premiers commercants hollandais, et, apres I'avoir
acquise, les lHollaidais talent libres des'6tendre vers lesud". "

Ii Le d6bouchW natural suppose un commerce. Lequel?
Voici ce qu'en 1727, 26 seplembre, le Commandeur d'Esse-
quibo disait i la Compagnie sur le commerce de l'Essequibo:
Jec me suis aussi enquis avec soin du genre de commerce
qu'on y pourrait faire avec les Indiens, et n'ai jusqu'A present
pu en udcouvrir d'autre qu'un pen de baume qu'on en rapporte,
et parfois quelques esclaves rouges. Dans ce but, deux crIoles
remont6rent la riviere l'an dernier sculement, et, apr6s une
absence de sept ou huit mois, ils n'en rapport6rent que tr6s
peu. Le seul b6nEfice que cette Colonie retire de la riviere
Essequibo consist en ce que cette derniere est trls poisson-
neuse, et re.oit en consequence la visit annuclle de la Com-
pagnie et des colons particuliers, dans le but du salage. A cet
effet, on a de nouveau pr6pard deux bateaux pour Vos Seigneu-











NOTES HIlSTORIOUES


ries, et ils seront priMs i partir pour le mois d'octobre. Je ne
vois aucun benefice pour Vos Seigneuries i envoyer un homme
remonter la riviere, car je ne puis rien decouvrir de la nation
sauvage. ,

I'PAE 15. L Ies Espagnols, aussi bien que les Portu-
gais, avouent que les Hollandais poussaient leur activilh jus-
qu'aux boards du Ilio Negro nimme, et, si leur frontiire avait
tC lfixee an milieu du dix-huitibme sikcle, ils auraient pu
fairevaloir efectivement des droils sur lcs regions situies Iien
au sud du I'o t de Saio Joachim d'aujourd'hui et s'tltendant au
moins jusqu'aux rivicres de Macajahi el de Guidiw\va. Cela sera
d6montri dans le course de ce Mbmoire'". ,

16. La fronticre a ktc fixe au milieu du xviu' sikcle pour
les Hollandais par la carte de d'Anville, accepted officielle-
ment par la Compagnie et les Elats GnCeraux. La Ilollande n'a
jamais pr6tendu que des operations de commerce, clandes-
tines et non enregistrees, faites de proche en proche par des
tribus Iudiennes, constituassent des acles de souverainett .
S'il en etait ainsi, une hache hollandaise passant de main en
main parmi les Indiens, aurait acquis i la Hlollande tous les ter-
ritoires ot elle aurail ie troquie. C'est, en effet, I'article d'ori-
gine hollandaise qui est quelquefois signal et non le HIollandais
lui-m6me. Nous discutons ailleurs ce titre par des operations
de commerce ambulantes, casuelles et apocryphes, dans des
regions ou i des dates inditermindes, par des agents inconnus.
La Ilollande n'a jamais all6gun un pareil titre, ni aucun autre,
et a toujours reconnu la souverainete portugaise sur les bassins
du Ilio Branco et du Ilio Negro.

PAGE 15. c D'autre part, les Portugais ignoraient I'exis-











NOTES IIISTORIQUES


tence du Maiu et du Takutu mime pendant la derniere parties
du dix-huitiime siccle. Cela s'explique facilement si l'on se
rend complex de la distance considerable qu'ils avaient A
franchir avant de pouvoir enter dans le Rio Branco et d'en
remonter le course inferieur jusqu'au point od les grandes
cataracles de ce Ileuve entravent la navigation. Or, ce point
cst situp bien en aval du confluent du Takutu'7. n


17. Le Tacutli et son bassin, qui comprend le Mahtt,
furent connus des Portugais bien avant de l'ktre des llollan-
dais. Dans la Carte des n6gociateurs du trait de 1750, le ter-
ritoire jusqu'au Mahli figure, en 1749, come ttant dcdj occupy
par les Portugais. En 1775, ils fortifilrent I'emboichure du
Tacutu.


P.;E 16. < 11 n'est pas sans iutiir-t de citer 1'opinion
dtcid'e de deux explorateurs consciencieux le Colonel
Manoel (aama Lobo de Almada et Sir Robert lHermann Schom-
burgk qui ont examine la grographie de la zone en ques-
tion avec A pen pr,s le mt'me rdsultat. La maniire don't le
Colonel portugais envisageait officiellement la question de la
frontiire se trouve expose dans le paragraphe suivant, tire de
son rapport, faith en 1788 :
lie lout cela, il rsisulle qiue, de imn'ime q!ue la cordilll're qui long
|l haul tde cette frontibire est un jalon ialiurel. slpaorant les versants
de l'inroqluce des versants dll Rio Branco. qu'il faut niicessaireiment
frainchir pour 6tablir ici une communication des possessions cspa-
gnioles aux possessions portugaises, de mIi'ne tout le district situpl
entree Ie Mlahl, le Takutu, et Ic Rupununi. est dans cette rIgion un
space q|i jalonne naturellement la communication des possessions
hollandaises et portugaises". .


18. On ne saurait se meprendre sur le sens de ces lignes
du Colonel Manoel da Gama. Ce qui est dit dans ce passage c'est











NOTES IIISTOIIIil ES


que cette parties du territoire portugais entre le Mahti, le Ta-
cutii et le Itupununi 6tait le terrain par oni pouvaient avoir
lieu les entrees des lollandais, de meme que celles des Espa-
gnols n'auraient pu se produire qu'A travers la chaine de Paca-
raima. II indique ce district comme Rtant celui i surveiller du
cd61 des lHollandais. Nous avons donned le rapport et la carte de
l'exploration de Manoel da Gama. Nous rectilions de nouveau,
plus loin, l'usage que le N6moire Anglais pretend fire de cetle
citation. L'autorit. de Manoel da Gama est decisive sur la pos-
session du territoire en litige par les Portugais d&s le xvmi
si6cle.


IPA;E I1 Lorsqu'en juillet INX59 Schoinmburgk, dans
sa quality d'explorateur et de g~ographe, exprima son opinion
au sujet de la fronliere i la suite des explorations qu'il avail
faites dans ce district, sans mission oflicielle, il insist d'abord
sur l'importance de fire conformer les limits de la (Guane
britannique aux fronlicres naturelles: puis il indiqua en dl(;ail
la ligne que ces fronlieres devraiint suivre selon les informa-
lions don't il disposait alors. Pour ce qui concern le district
dont il s'agil maintenant, il dtclara que la ligne de partage
devail commencer it la source de la Cotinga; longer la rive
gauche de ce flenve don'tt la parties iinil'rieure a 4e16 designte
par Sclomburgk come le Zuruinlu i cette occasion), en se
dirigeant vers le sud; et suivre ensuile la Cotinga jusqu'aI
Takutu, pour remonter enfin le Takutu jusqu'A sa source'" ,.

19. Ici il y a une important reserve i fair. Aprls avoir
dit dans le document cite ci-dessus (Rapport du 1i6, o, dui
"'., juillet 1859) que la fronti6re devrait se diriger le long de
la rive gauche du Cotingo jusqu'i son confluent avec la riviere
Surum6 et par celle-ci jusqu'a sa jonction avec le Tacutii et le
long du Taculit jusqu'a ses sources (- de cette facon, c'est nous










NOTES IlSTORIQUES


qui soulignons ici comme plus loin, la Grande-Brelagne assu-
rero sa domination sur res rasxes savanes aliquelles le Portugal,
lorisu'il possdxail Ie BrAsil, altachait une si grande importance ,).
il ajoute : Si ce poini est contest par les Bresiliens, en all&-
guant que la riviere Takutu regoit la riviere Mahu, venant du
nord-est, avant la riviere Xuruma, et qu'en consequence le
principle de la formation d'une frontiere au moyen de divisions
naturelles est violet, et que les n6gociations soient impuis-
santes a amener le Gouvernement Brisilien h consentir I cette
ligne, soil par cession on autrement, alors seulement on devra
insisted sur la division A partir de la source du Cotingo dans la
direction du S. E. S. ou S. S. E. vers la source inconnue du
Mahu en suivant cette derniere riviere jusqu'A sa jonction avec
le Takutu. Comme on le voit, la frontiire par le Cotingo 6tait
pour Schomburgk une pr6tention extreme, qui ne pourrait
Otre obtenue que par cession ou nutremtent, et destinee A mas-
quer I, la division naturelle par le Mah6.


'PAE 16(. 1c I1 est evident que Schomburgk, en cet
cndroit, adopted commc frontiere la ligne fluviale, celle-ci
constituent la meilleure frontiere naturelle a proximity du vcr-
sant compatible avec les revendications des Hollandais et des
Anglais. 11 donne tacitement a entendre qu'une ligne de par-
tage qui ne possede aucun point saillant n'a aucune valeur
come frontiere international. Apres avoir fortement et
i plusieurs reprises insist sur la ligne de partage des eaux,
Schomburgk l'ecarte en ce qui concern cette region". ,


20. Cc passage a C6t choisi entire beaucoup d'autres pour
montrer combien est grande, m6me aujourd'hui, I'autorite de
Schomburgk pour les d6fenseursde la pretention anglaise. Tout











NOTES IIISTORIQUES


cc qui lend i augmenter cette autorite aide n6cessairement -i
cette pr6tention. En ell'et, la frontiire demandee par eux n'cst
pas, comme celle que nous demandons, une ligne historique;
elle n'est pas une ligne hollandai.-e, la line d'un trait, d'une
declaration, ou d'un acre quelconque du Gouvernement Ilol-
landais, ou nimme de la Compagnie des Indes Occidentales:
elle est sculement la line Schoimburgk, c'est-iA-dire, quand
mnme Schomburgk aurait le pouvoir d'uu Alexandre VI, une
ligne du milieu du xix" sitcle, partageant entire le Ilrisil et
I'Angleterre non pas des territoires i dicouvrir ou r6cemimeit
d6couverts, commune la Bulle Iner raclern, mnais des territoires
sous la juridiction porlugaise ddja depuis cent ans.




I,) L'Ethnographie.


Dans la sons-division b) du clapilre I, intitulte (( L'Elhno-
graphie (pages 17-IS), Ic Mumoire Anglais s'occupe des tri-
bus de la Guyane Centrale, dans la parties concernant ce litige.
Nous n'entrerons pas dans la discussion scientilique telle que Ie
classement des Indiens de la Guyane en quatre groups cl leur
subdivision en families. Pour cc qui a trait aux fails histo-
riques, tels que l'habitat actuel des races du ContestW on leurs
migrations dans le pass, nous nous r6dfrons aux documents
portugais, surtout a la Description dit Rio Branco par Manoel
da Gama. Le Memoire Anglais pretend que le nom Caripu-
nas design, dans quelques documents portugais, les Caraibes,
dans d'autres les Arecunas, cette derniere confusion ;Ilant











20 NOTES IIISTORIQUES

faite notamment par le Colonel Manoel da Gama. Ces hypo-
theses sont 6mises cependant, il faut le dire, sous forme, pour
peu que ce soit, dubitative. Nous rappcllerons qu'en tout cas,
Manoel da Gama localise les Caripunas a l'ouest du Rupu-
nuni dans les chaines les plus orienlales de la Cordillere ,
c'est-i-dire vers le Mont Annay.


















CHAPITRE II


Introduction historique.


PACE 19. (( Les Hollandais entr6rent dans la Guyane par
la c)te septentrionale, ayant fond6 leur colonie sur I'Essiquibo
avant 1625. Les Portugais, qui, a cette 6poque, etaient sujets
de la (ouronne d'Espagne, p6entrerent dans cc pays par la
voie de 1'Amazonc. lls s'6tablirent solidement sur ce fleuve en
162i', apres avoir d6truit les ktablissements forms anttrieu-
rement par les Hollandais sur le Ilio Felipe et A Carupii, pros
de I'embouchure de I'Amazone".
S11I suffil de faire allusion, en passant, A l'occupation par
les llollandais de la parties la plus florissante du Bresil, occupa-
tion qu'on peut dire avoir durn de l6i32 a 16.i Cet dvenement
ne concern pas directement le chapitre de I'histoire des deux
nations qui traite de la question en litige". La Guvane n'avait,
en effect, A cette epoque, aucune relation avec le Bllrsil. Si les
lHollandais qui prirent part a la lutte dans le IBresil 6taient en
communication avoc ceux qui s'occupaient a developper la
colonies de l'Esstquibo, ces communications doivent avoir ettl
tres rares". ,

21. Voir sur l'expulsion des Hollandais de l'Amazone par
les Portugais, pp. 50 et 46-i8 du Premier .llmonire Brsilien, el
pp. 50-1i du meme .ll~oiire, I'argument que nous basons sur
cette expulsion. Nous y disons: ( Si nous donnons ici les preuves
de cette conqukte, c'est pour montrer, ou pour demontrer :
1" que la prise de possession, par le Portugal, de l'Amazone au
Ilio Branco, s'est I'aite par 6tapcs, avec une base d'operations











NOTES IIISTORIQIES


toujours proche, et par exclusion de tout concurrent; "2 que le
Portugal n'aurait pas permits I'ktablissement des Ilollandais
sur le Rio Branco aprcs les avoir expulsts de l'Amazone. Nous
voulons etablir l'iduie i laquelle obeissait l'etfort des Portugais
quant i I'acquisition et i la defense de leur territoire. Pour
bicn eludier la question du Rio Branco, il convient de recher-
cher comment aurait agi le Portugal si les choses s'y "4taient
passes d'une facon dilldrente de celle que le Brisil aflirme
ktre la seule conforme it l'histoire, c'est-i-dire si les Ilollandais
v avaient fait quelque tentative d'6tablissemenl come sur le
Xingfi. L'importance que le Portugal aurait attache i ce faith
resort de celle q('il a tonjoiirs attache i des fails semblables
dans les autres regions qu'il attribuait i sa Coiironne. On peut
calculer cc qu'airait et1 son attitude, au cas d'une invasion
hollandaise dans la region actuellement en litige, d'aprbs I'ef-
fort qu'il depensa dans la conqu'te et la possession du systlme
amazoiien tout entier en dehors des domaines de l'Espagne.
Personnel lie pensera, pour pen qu'il ait dtudi6 celte histoire,
que le Br6sil aurait adinis en silence I'intrusion des lfollandais
en ancun point du bassin de l'Amazone. Les habitants dii Parai,
qui coururent it la defense du Maranhito, lorsqu'il fill occupy
par la Ilollande avec toutes ses resources, n'auraient pas
reculh sur le Ilio Branco, s'il s'6tait agi d'un faith plus sdrieux
(que la presence des deux ou trois acheteurs de la Compagnie
qui, de loin en loin, y p6nutraient pour trafiquer secr6tement
avec les Indicns.
c L'occupation portugaise de 1'Amazone, par I'expulsion
ia main armnc d(e tous les strangers, principalement des Hol-
landais, par la prise et la destruction de leurs forts, la capture
et ln dispersion de leurs forces, et l'incendie de leurs emlar-











NOTES IIISTOIIIQUES


cations, occupation qui, d6s le xvii" sikcle, s'l6endit au delay
de l'embouchure du Rio-Negro, don't le Branco est tributaire,
est le premier titre que le Br6sil present a la possession de
celui-ci. Ce titre a l61 amplement d6montrW. ,

22. Nous pensions que l'histoire de 1'expulsion des Ilollan-
dais du Brdsil jette. au contraire, une grande lumibre sur ce
litige. Nous l'avons resume, dans ses lignes principles, dans
le Premier Mrmoire Brnsilien, pp. 561-579. En effet, la Compa-
gnie des Indes Occidentales sortait ruinee de cette guerre et ne
disposant plus ni de resources propres ni du soutien des Etats-
GUndraux pour engager une nouvelle lutte avec Ie lBrsil i cause
des territoires de I'Amazone qui, certes, n'entraient pas dans
la sphere de son octroi. Depuis la perte qu'elle avait faite,
du Bresil, dit un livre imprim6 iA Londres aux I'rais de
la Compagnie : La Iichesse tie la Hollande, 177$, ses affairs
etaient si fort d6chues, qu'elle ne payait plus ni dividend, ni
interet, ni capital des sommes qu'on lui avait avancees. IDjih.
en 1667, on avait song( iA vendre les effects ie la Compagnie cl
I'octroi don't elle jouissait, et iA faire servir le produit A payer
ses deltes; mais ce project n'eut pas lieu. Cependant se voyant,
apr6s cela, press d'acquitter les cent mille Risdaalers qu'elle
devait i la Compagnie d'Afrique de Suede, les ltats n6goci-
rent pour elle cette some, et se firent assurer le rembourse-
ment par les eliets de la Compagnie. Le traits qui fut faith en
1669 avec le Portugal, et qui lui donna des avantages assez
considerables pour le commerce du sel, ne fut qu'un faible
moyen pour sa conservation. Charge d'une dette de six mil-
lions, sans moyens pour s'en acquitter, sans esperance d'en
pouvoir trouver, il fut r6solu, en 1674, de I'aneantir, et d'en











1oTES HISTOlllIUES


6riger une nouvelle, i laquelle les ftats accorderent un octroi
pour vingt-cinq annecs, i commencer par l'ann6e 167(i. ,
Cette second Compagnie ne fut pas plus lieureuse que la pre-
miere et, en 1791, elle Mtait dissoute apres une existence
languissante de plus d'un siCcle ,.

25. Le Rev. (eorge Edmundson, dans I'article < Les Hol-
landais dans la Guiane occidentale de la Enmlish Histo.rial
lereiew, cit6 plus loin par le MWmoire Anglais, pretend au con-
traire que l'insucces de la tentative hollandaise au Ilrtsil a
cause une migration nombreuse de llollandais vers les An-
tilles, un grand noimbre de Juifs de Pernambuco Mtant deji
allies, apres le depart de Maurice de Nassau, fonder ine colonies
hollandaise ii Surinam. II y avait parmi les fugitifs des sol-
dats, des coiimmercants et des planters. On peut dire qu'en
tout temps, ceux-li, d'une seule voix, se seraient prononces
centre toute tentative nouvelle d'invasion des domaines portu-
galis.

P.A;E 19. A Avant 16;59 des commercants hollandais de
l'Essquiiibo avaient dtjit p6n6trl' jusqu'aux savanes situses au
deli dii Itupununi et du Ilio Iranco". ,


24. Aucun faith n'a tl ci6te a l'appui de cette affirmation.


I'.;E: 19. Pendant le reste du si6cle, les llollandais
exploiltrent reigulireiment le pays'"; mais les Portugais ne
relournerent A la junction du Iio Negro que peu de temps avant
1694'. C nte ul que cinquante ans plus lard qu'ils remon-
tterent le Ilio Branco A une distance considerable". Et encore
qiiarante anss'6ecoul-rent avant qu'ils n'eussent acquis lespre-











N)TES IIISTORIQUES


miers renseignements du territoire don't il est maintenant
question'. ,
,, Des deux chapitres du present Mtemoire qui suivent, Iin
contiendra 1'histoire de la colonisation et de I'administration
de la part des Hollandais de la zone el du territoire avoisinant;
I'autre decrira la march tardive de l'occupation portugaise
sur les bords de l'Amazone, jusqu'i' I'epoque oi lehs Portugais
talentt enfin parvenus aux approaches de la zone en litige, ce
qui rendit possible la dispute don't i! s'agit a present'".
Puisque les Hollandais ont dcouvert et exploit la zone"
bien des ann6es avant que l'exislence n'en liit connue par les
Portugais, il ronviendra de commencer par le r6cit dctaille
des &v6nemenls qui ont amenc' la domination hollandaise sur
ce territoire. ,

2i'. Cela vent dire pendant le reste du xvni sikcle. Aucun
fait, non plus, ne pourra ktre citdh I'appui de cette proposition.
I.e lerritoire Mlait entiirement inconnu aux Hollandais au xvii
si6cle. 11 suffit de regarder n'importe quelle carte hollandaise
de I'epoque pour voir que l'interieur de la Guyane 6tait pour
eux entii'rement terra inrconitla oi n'existait que la grande
masse du lac Parime avec Manoa ou I'El-Dorado sur ses boards.

26. Cela nous aminerait A l'anni(e 174.. Nous avons
montr6 que, dis le commencement du xviI" siicle, Francisco
Ferreira avait remont leh Rio Branco dans tout son parcours.

27. Ce serait done en 1785. A cette date, le territoire en
litige avait kte explore en entier par les Portugais, c'est-i-dire
que les Portugais avaient fait ce que Schomburgk ne fera qu'en
1842. En 1775, I'embouchure du Tacul6i tait fortifiBe par eux,
ce qui veut dire qu'ils avaient Ie domaine enter de son bassin,
iauquel appartlinnent le Cotingo, le .Mahu, le Pirara, Ic
Sarauru.











NOTES IIISTORIQIES


28. II n'y a jamais eu de dispute entire le Portugal et la
Hollande, ni m6me entire le Portugal, ou le Bresil, et la
Grande-Bretagne jusqu'a I'annee 1841, quand cette pr6tention
hollandaise posthume a Wt e6mise pour la premiere fois.
29. ls ne l'ont ni d6couverte, ni exploitee. Elle leur est
restee eutierement inconnue jusqu'a ce que les Portugais, en
maitrisant ses tribus, i'aient rendue accessible i des voyageurs
rangersr. Toute tentative hollandaise pour pinetrer dans cette
region a echoue. Le territoire n'a ete domino que par les Por-
tugais au moyen de leurs Troupes de Rachat, ensuite par la
fortification du Tacutu, par les expeditions militaires dans tout
le rayon du fort. II a 6te declare domaine de la Couronne de
Portugal par ine serie d'actes qui 6manaient directement de
celle-ci. Pas une seule fois, la Hollande n'a manifesto la
moindre intention de dispute a cette Couronne ses possessions
du bassin du Rio Branco.
















CHAlNT{E. III


Occupation et Administration
par les Hollandais.


P..(: II sera bon de conslater d'abord que- les
archives de la Compagnie hollandaise des Indes Occidentales
qui sont parvenues jusqu'A nos jours ne se rapportent qu'A
une petite parties des alfaires conduites par les colons hollan-
dais. II a Wtd demontr6 dernibrement, par un argument lucide
public dans la ,.English Historical Review" qu'on ne s'est
pas suffisamment rendu compete, jusqu'ici, de l'importance du
commerce independant, ni du nombre de commercants par-
ticuliers qui existaient pendant les premieres annies de la
colonies de l'Ess6quibo. Pour dire vrai, c'etait g6ndralement la
hardiessedes commert:ants indtpendants qui ouvrit le chemin
a l'int6rieur de la colonies, et les rares allusions i ces com-
mercants, qu'on trouve dans les rapports ofliciels de la Compa-
gnie hollandaise des Indes Occidentales, ne donnent qu'une
idWe faible de leur activity et de leur succ6s"'. Ces rapports
s'occupent principalement de 1'action des employs de la Com-
pagnie. Ils ne font allusion A un district parliculier que dans le
cas od celui-ci a etC l'objet imm6diat des operations de la
Compagnie, ou bien que la Compagnie s'est trouv6e oblige i
intervenir et A organiser administration de commerce dans
le district en question. La Compagnie ne s'occupe ordinai-
rement pas de tout ce que font les commercants particuliers
et a ambulants ,. Les reclamations que contiennent les
archives espagnoles et portugaises donnent une meilleure
idWe de l'activit6 de ces commercants particuliers"'.

50. Nous presentons avec ce Memoire un exemplaire de la
livraison d'octobre 19111 de la English Historical Iterie oil se











NOTES IIISTORILIES


trouve le tres int6ressant article don't il est ici question. On
verra qu'il fail mention de ces colons A une immense distance
du territoire en litige.

51. Ces commnercants parliculiers, de nationalitW ainsi que
de vasselage politique inconnus, don't les noms ne sont pas
doinns, non plus que les endroits oi ils commerCaient, et
don't on ignore quelle nation ou quel inthret ils servaient,
seraient ainsi, surlout des contrebandiers qui meconnaissaient
les droils de la C(ompagnie. Certes, de tels individus ne pou-
vaient pas acqudrir des territoires pour elle. Du reste, celle-ci
plantt une Compagnie a charge, son lerritoire ne pouvait en
aucun cas s'tlendre an deli de I'Essequibo sans un novel
octroi des Etals-;6dneraux.
Si la portIe de I'argument anglais est que ccs marchands
ambulants acqueraient di territoire parlout oii ils penetraient,
non pas pour la Compagnie, mais pour la Ilollande elle-m6me,
nous dirons qu'il n'existe pas de trace dans les annales de la
llollande d'une juridiction hollandaise dans la (uyane diverse
de celle de la Compagnie des Indes Occidentales pendant tout
le temps que celle-ci a exists, c'est-A-dire jusqu'en 1792. A
moins qu'on ne prtlende que ces acquisitions, effet de petites
operations de commerce clandestines, sans temps ni lieu dd-
termiines, datent de l'cxtinction de la Compagnie, environ un
sitcle et demi apres que de tels faits se seraient passes, il faut
admetire une tde es deux hypotheses juridiques : ou bien qu'il
existait en ( uyane, simultanement avee l'octroi de la Com-
pagnie, une autre zone hollandaise acquise par des conmer-
Cants parliculiers qui ne d6pendaient pas de la Compagnie,
zone ou jurisdiction, comme nous I'avons dit, entierement











NOTES HISTORIQUES


inconnue jusqu'ici; ou bien que, par le fail de leurs opera-
lions errantes, ces marchands, de nom, d'origine, d'poquie,
de commerce, de district et de clientele absolumcnt ignores,
augmentaient par leur simple trajet le territoire de la Com-
pagnie an deli de sa charter, tout en violent son privilege.
1I n'existe, dans I'etat actuel des connaisances historiqucs
sur ces regions, aucun moyen d'elucider ln question de savoir
si ce commerce, impossible i reconstituer aujoiird'hui quant
a la nature, a I'importance et i la Irtquence de sos opdralions,
i son rayon d'tcndne dans I'intlricur et ia ses itineraires, an
nombre et i la nationality de ses agents, pourrait scrvir de
titre plut6t i la Colonie d'Essequibo, c'est-A-dire i la rlaranido-
Ilretagne, qni en est le cessionnaire, qu'i la Colonic de Sri-
nami, c'est-i-dire, i la Hollande qui se 1'est r6serv6e.
Cela, bien entendu, ion supposant, contre touted vraiseni-
blance, qu'une pareille 1egende puisse 'tre un imonent oppo-
sec au course ulterieur de I'histoire. Ie tels vestiges, nous le
relplons, prehisloriques out tt, e en ll'etf, elcac6s par l'occupa-
tion politique et par I'exercice de la souverainete portugaise.
Mettons cependant de c6l tout cc qui est arrive depuis, c'est-
a-dire la prise de( possession intentionnelle effective par les
I'ortugais, et considBrons seulement I'liistoire des explorateurs.
des commercants particuliers, des missionnaires avec leurs
agents indiens. Si I'on pouvail peser de tcls imlpondarables
juridiques que, par example, la trace de possession ou de
domaine que peuvent contenir des actes comme I'interne-
ment dans un pays inconnu d'un commerant isole ou
6gare, qui cherche an hasard i, vendre on i acleter, nous ne
doutons pas que I'd1lment portugais ne soil reconnu de beau-
coup le plus important de tous parmi cette espkce d'acqu6-











NOTES IIISTORIQOES


reurs de territoire involontaires et inconscients. Nous n'avons
pas le moyen de refaire I'histoire de ces operations primitives,
mais aucune nation ne s'est avanc6e plus loin dans l'interieur
des terres don't elle annexail les approaches que le Portugal dans
l'Amdrique du Sud ct en Afrique. On dirait les Portugais plus
aptes que les races curopcennes septentrionales, telle que la
race hollandaise, i endurer les travaux et les privations de
ces expeditions. II n'y a rien de comparable, par example, aux
expMditions des Paulistes jusqu'aux boards de I'Amazone. On en
a (lit : C'est a peu pros come si I'Europe 6tant couverte de
forts sans chemins tracts, un habitani de la France se fravait
une roule jusqu'au centre de la Sibirie. (Cf. Brixil, par Ferdi-
nand Denis, p. 186i). Quant i des traces, il en reste certaine-
nient davantage de la pintlration des Iortugais dans lout
l'immense int6rieur de l'Amazonie que des Iiollandais au-
dessus des cataracts de l'Essequibo. Nous n'avons pas tenu
compete cependant de ce genre d'argument, d'aprbs lequel nous
pourrions r6clamer une grande parties du bassin de I'Esse-
quibo, et le Portugal aurait le droit de revendiquer I'Afrique
presque entire, car partout, i- travers l'interieur, on y a
retrouv6 la tradition de ses explorateurs et de ses traliquants.
52. Les documents hollandais sont come les lives d'une
muaison de commerce. C'est la correspondence de la Comipa-
gnie. Tout ce qu'ils ne mentionnent pas, et qui reste ainsi
hours de la comptabiliti de celle-ci, peut etre consider matiere
entiiLrement etrangere aux droits, aux inttrkts, ou aux vues de
la Compagnie.

P'.:E 21. Avant 1659, les llollandais avaient dejh
decouvert la voie qui menait de I'intdrieur de leur colonie i
1'Amazone.










NOTES IIISTORIQUES


Un extrait tir6 de l'oeuvre du Pore d'Acuiia, et qui se trouve
cit6 dans l'annexe, m6rite une 6tude attentive. Malgr6 la con-
fusion de sa gdographie, il d6montre clairement que les Indiens
de 1'Amazone recevaient de la merchandise des Hollandais
6tablis sur le Rio Dolce ancientn nom de l'Ess6quibo) par une
voie int6rieure qui conduisait du Rio Negro i un fleuve qui
6tait, sans doute, 1'Ess6quibo". .

33. D'Acuiia ne dit pas que les liollandais venaient de
l'intdrieur de leur colonies a l'Amazone. I1 les laisse entiere-
ment sur la c6te. 11 ne dit pas. non plus, que les Indiens de
l'Amazone recevaient des articles hollandais par une voie
interieure qui conduisait du Rio Negro i I'Essequibo. II dit
d'abord (voir la citation faite par le M'mioire Anglais dans
I'Annexe, vol. I. p. 2 et 3) en ptarlant d(i lIasiruri (Urubi),
qu'on trouvait chez les nations d'Indiens qui I'habitaient des
articles qu'ils achetaient A d'autres nations plus voisines de la
mer i qui ils talentt donnas par des hommes blancs habitant
la cile,qu'il croyait 'tre les Hollandais. 11 dit ensuite, en par-
lant du Rio Negro, que les Guaranaquazanas sont les premiers
habitants d'une branch de cette rivi6re par laquelle elle se
joint au Rio Grande, i I'embouchure duquel sont les Hollandais.
Le PIre d'Aculia 6crivit sa relation peu d'annies apr6s
l'expulsion des lHollandais de 1'estuaire de l'Amazoiie, parti-
culi6rement des bords du Xingli, par les Portugais. II n'est pas
extraordinaire que des articles hollandais soient parvenus i
l'embouchure de l'Urubi, de proche en proche, par les tribus
indiennes echelonnees sur les deux rives dte 'Amazone.

PAGE 22. 11 y a un passage dans l'(uuvre inttressante
sur la Guyane 6crite par le major Scott, qui confirm l'anti-
quite de ce commerce. Celui-ci parle des
a deux plus grands voyageurs cluititiens qui aient jamais exisit dans











NOTES HISTOItIJQES


la Guyane. Le premier etait un nommir Matteson.... Le second lHen-
dricson, de nationaliitl suisse. qui avait 6t0 au service des n-gocianls
hollandais dans cecte parlic du monde dans la quality d'agent chez
les Indiens de I'interienr de la iGuane. Tous les deux deviirent Ics
prisonniers de I'auteur lors de son voyage en Guyane en If66..
Ce recit faith remonter l'origine de cc commerce a


3f.. Celtt reference serait contraire au titre anglais dans la
partic qui a trait A Matteson. II faut, .i cause de cela, la repro-
duire iintegralement, le passage que nous soulignons ayant kt6
omis dans I'argument ci-dessus : Ces renseignements m'ont
Wet donniis par les deux plus grands voyageurs chr6tiens quii
aient jamais existih dans la Guyane. Le premier 6tait un
nomm6 Matteson, n; 4 Gand. qui pendant rinmt-deux atis tt it
mern pour I'Espagne, de la rille de Stiint-ThomW. .unr I'Or(noque.
tint commerce arer les YShihnes, Sepoyes el tOcowryes, don't les habi-
tations restent d 200 lieues de Saiint-Thomin, an Sud-Ottest iris des
.Jlntanlies du Soleil oit il existe de ,raindes richesses. ,
Sans entrer dans I'examen de ce t6Lmoignage, il est evident
qu'il ne prolite pas A la Grande-Bretagne. Si cc commerce de
vingt-deux ans pour le compete de l'Espagne a reellement com-
mence en 1658, le 16moignage profile au contraire au Portu-
gal, don't la Couroine dtait alors unie A celle d'Espagne. On
ne peut pas savoir o6 ce commerce se faisait ni quelles sont
ces Montagues du Soleil. Nous nous perdons dans la mythologie
indiennie.

PAGE '22. C'est presque exactement la date donnee par
le P6re d'Acufia. Scott indique, en outre, avec precision les
regions oni se faisait ce commerce. II donne la description sui-
vante de ces Indiens de l'interieur de la Guvane :
Les Occowycs, les Shawhauns, et les Semicorals sont des grades











NOTES HISTORIQUES


nations puissantes qui habitent I'int6rieur de la Guvane soil sous
I'equateur. soit dans les lalitudes sud. Personne nest parvenu it Ihs
connailrc assez pour se faire une idee de leur nombre. niais il elt
bien certain qu'ils halitent nit pays tr6s fertile et immense, s'tlen-
dant depuis les im1nla1gnes di soleil i I'ouesl el at nourd. jusitqu'at
Rio Ni-gro. sitni' a )lii miles de distance an sud et it Iest. inobl
Ileuve tjui se jette dans A.\mazone. ICes indiv'nis se troivrent en 1at lde
guerrc pIermanent acce cerllaiines nations qui lhabitent les isles lId
I'Amazone. ct ils sont sou ent to Iurinintes par les rustes C(ariiln.'s qiii
ptnbetrent dans les vills die lers enlnetnis an moment que les Ihabi-
tants sont occupi;s aillenrs. elt hIr portentl bealnicoup de pr'-ju(dice.
Voilit ce que j'ai it dire des idigiins' d,

35. Le Mmnioiire Anglais dit que Scott indique acc prici-
sion les regions ofi se faiisaii ce commerce. I'ersonnne i )pour-
rait tracer sur une care gb'ographique moderne l'habital ties
Occowyes, des Shawlhins, des Semicorals, < soit sous I'dqua-
leur, soil danii' ls latitudes sdl, ), ct dans <( un pays tres
fertile et immense s'etcndant depuis les Montagnes du Soleil i.
I'Oues ct e an Nord jusqu'aui Iio Negro sitti~ i 51)0 miles de dis-
tance au Sud et a l'Est. En tout cas, il n'est pas question de la
route td I'Essequibo.

P'.AE .22. Les operations auxquelles nous venons de
faire allusion sont irobableme'nt cells ile ronmmer'ra nt ind'pen-
dlants(". Le premier voyage, en amount de 1'Essdquibo et jusqu'it
la zone en litige, don't nous ayons line description precise,
parait avoir t~C ol'liciel. i;e fut sans doute en lliti2, ou i peu
pr6s, que le (;ouverneur G(;rnlewegln, condlnit par le api-
taine Matleson, remionta I'Esstquibo. come le dtdcrit le Major
Scott, jusqu'in un point situt i" une distance de 500 nilles du
fort Kijkoveral; c'est-i-dire jusqu'it nul point situe non seu-
lement en amount du Rupununi, mais au deli dlu Iio Branco:
car en admettant que I'expidition n'ait pas penttrd, come
le constate Scott, jusqu'a un endroit situe i 25 lieues pros
de l'Amazone, sa description met hors de doute qu'elle s'avanca
vers ce fleuve.
Evidemment le but de l'expedition etait de s'assurer











NOTES HISTORIQUES


s'il y avait des mincraux ou d'autres resources a I'interieur.
( II n'existe aucune mention contemporaine de source
hollandaise de cette expedition...." ,,

36. C'est nous qui avons soulign. Rien, dans cc com-
merce 16gendaire, ne peti, en eflet, tLre precise.
37. 11 faut reproduire cetle reference pour examiner la
manicre don't le M-moire Anglais s'en sert :
La sixieme colonic fut entreprise par un capitaine
Grnomweagle, un llollandais, qui avait servi les Espagnols
dans l'OreIoqiie..\yant apprisqu'une compagnie de marchands
de ZIlandei avait auparavant entrepris un voyage en ;uyane et
essayvt d'y creer un e6ablissemenit, il d6serta tdu service de
I'Espalne et s'oll'rit i son propre pays, ses services Mtant
accepts. II partit alors de Zilande, I'annec I1616, avec deux
navircs ct line galiote, et ful Ic premier holnme qui s'6tablit
en Guvane comptant avec le bon vouloir des naturels, don't il
comprit parfaitement la nature. II construisit un fort dans
une ile A 50 lieues de 1'embouchure du fleuve Disseekeeb, en
face de deux branches de cette riviere Iaiiense. Pendant tout.
son gouvernement, la colonic Ileurit; il maintint un grand
commerce avec les Espagnols an moyen des Indiens en grand
secret; il fut un grand ami de routes les nouvelles colonies de
chretiens, i quelque nation qu'elles appartinssent.... 11 est
mort en 1664, ii l'age de quatre-vingt-trois ans, laissant une
grosse fortune, apr&s avoir Wtt gouverneur de la colonies pen-
dant quarante-huit ans. n
Puis, dans un autre document:
SII est certain qu'il existe de l'or, de l'argent et des 6me-
raudes dans beaucoup de pays sur I'Amazone, ou voisins,











NOTES HISTORIQUES


comme chez les Swanes (S Shawhanns, dit une note du 1limoire
Anglais, don't parole I';uteur dans le docnient prdeedent; cc
sont 6videmment les Uapichianas. n II n'y a d'auire donnie
pour celte conclusion que la resseiiiblance qu'on pourrail
ddcouvrir entire lessnoms Swanes, ot bien Shawhanns et Uapi-
chianas), pros des sources de la riviire Noire, empalpa, el la
riviereCarupa, toutes detx f;ineuses pour 'or et pour I'argent,
pr6s de la source dans les monlagnes Yagiare, I'icore et Para-
gache, a Inoins que nous ne niettions de c6th tons les ren-
seignements donins par les nations qui en out fail des
changes avec les Franiais, les Ilollandais et les Espagnols.
Le capitaine Matleson, aver fill Espagnols de San-Thomie e(
ilO Indiens vassaox des Espagnols, miarcha quatre-vinrgts jours
i, I'est et i l'est-sud-esi, parties en pirogce, mais la plus grande
parties i pidil, jusqcu'ii re qui'ils arriverent a uine colonic d'ln-
diens situee dans unie jolie plain non loin d'un grand la elI
td'nie ipissante chain de miontagines oil its portirenlt ine
quantiit d'or, el traliquierent avec les Indiens pour des vases
et des arnies dl'argent, et le capitaiie l;attesoti avait plisieurs
mnieraudes qu'il avail apporties de li. II etait d'avis (u'ils
n'Wtaient pas i plus de '0 lieues de la source de lhessekebe.
Ceci ;tai en I'an lii'55 et 1661. Son engagement avec I'Espagne
Mlant lini, il alla i Dessekebe (qui est un grand fleuve an nord
de la (uvane iA 9 degr6s de latitude), vers les llollandais, el
avec un capitaine Groonweegle, gouverneur de cette cololie,
qui volontiers se joignit a lui, ils entreprirent un voyage it
I'endroit oi il avait dte avec les Espagnols; ils allerent julu'i'
!00 lieues du fort dans la direction du sud-sud-est, mais il sur-
vint une difficult entire les Caraibes qui les accompagnaient
et les nations an milieu desquelles ils avaient a passer. Etant











NOTES IIISTORIQUES


seulement 14 Hollandais et 400 Caraibes. ils n'oserent pas
avancer, laissant derrire eux une nation ennemie, et revinrent
sur leurs pas. L'endroit d'oI ils apportlrent de 'or et des
6meraudes n'etait pas A plus de 25 lieues du Grand Amazone,
6tant A 50 minutes de latitude Nord. ,
Le Rio Branco n'est pas A 100 lieues du fort dans la direc-
tion Sud-Sud-Est. Le meme endroit ne pouvait pas gtre i
25 lieues de l'Amazone et a 50 lieues de la source de I'Esse-
quibo.

PAGE 25.. ... et il n'y a qu'une seule allusion dans
les archives hollandaises de date anterieure aux dernieres
annmes di siecle qu'on puisse ratlacher au commerce du
haut Ess6quibo et des regions situdes au delay" ,

58. La reference, i la page 6( de I'Annexe, est celle-ci : a la
fin du mois dernier, tous les vieux negres out did envoys par
moi dans leurs endroits respectifs, le Mazaruni, le Repununi,
le Cuyuni, et I'Essequibo, afin de nous procurer de 1'annatto,
letter-wood, des hamacs, etc. n C'est une communication du
Commandeur a la Compagnie des Indes, en date du 20 octobre
1679. Dans ce paragraph, le HRupununi doit etre une inter-
pr6lation du Iraducteiur anglais. LE NON QUI DOIT SE TROUVER DANS
'ORniGINAL EST PENONY. NOus pretendons que le Ilupununi qui
figure dans cette depche n'est pas I'aflluent de I'Essequibo.
Nous prteendons qu'a cette 6poque le Rupununi de nos caries
6tait entierement inconnu. Le nom Rupununi, par lequel
Keymis, un siecle auparavant, avait d6sign6 le lac Parime,
in'tait pas donn6 A l'affluent de l'Essequibo.
II 6tait impossible que le Itupununi fiit, en 1679 ou
en 1699, connu de la Compagnie et un de ses centres de corn-











NOTES HISTORIOQIES


merce et que les instructions qui suivent fussent expedites
parelle le i" mai 1714 : < Comme nousavons vu et remarqu6 sur
diffnrentes cartes que dans la riviere Ysekepe se trouve situde
une riviere, ou courant, qui traverse I'int6rieur et s'6tend
sans obstacles jusqu'au lac Parimb, appel6 aussi Rupowini,
trWs renomm6 pour ses riches gisements d'or, non loin duquel
se trouve situee la ville presumbe de Manoa, ou El-Dorado, ou
Cite Dorde.... nous pensions que l'on pourrait tenter un essai
ou experience pour descendre ladite rivicre. (Cf. Prem. .lem.
Bris., p. 556, et voir Ann. Sec. k1m. Bris., III, p. 106.)
II tait impossible que le Rupununi 'it i la lin du xvii sib-
cle, ce centre de commerce et que, en 1727 (le 26i septem-
bre), le Commandeur put 6crire en ces terms a la Com-
pagnie : ,( Je me suis aussi enquis avec soin du genre de
commerce qu'on y pourrait fire avec les Indiens (dans
1'Essequibo) et n'ai jusqu'i present pu en dtcouvrir d'autre
qu'un peu de baume qu'on en rapporte, et parfois quelques
esclaves rouges. Dans ce but, deux creoles remonterent la
riviere I'an dernier seulement, et, apres une absence de sept
ou huit mois, ils n'en rapportbrent que tris peu. Le seul
benufice que cette Colonie retire de la riviire Essequibo con-
siste en ce que cette derniere est trbs poissonneuse, et recoit
en consequence la visit annuelle de la Compagnie et des
colons particuliers, dans le but du salage. A cet ell'et, on a
de nouveau prepare deux bateaux pour Yos Seigneuries, et ils
seront prets A partir au mois d'octobre. Je ne vois aucun
bin6lice pour Vos Seigneuries A envoyer un homme remonter
la rivibre, carje ne puis rien decouvrir de la nation sauvage. ,
II .tait impossible que le Rupununi f6t le centre du com-
merce hollandais dans I'interieur de la Guyane depuis 1679,











NOTES HISTORIQUES


et meme auparavant, et que Storm van's Gravesande 6crivit
seulementle 19 juin 1750 :
a J'ai donnt ordre de transf6rer le poste d'Arinda sur
1'Essequibo i quatre journies plus haut, au ruisseau Rupununi,
sur la route directed des tribusqui descendent de l'Orenoque et
du Corentyn et qui traversent le pays pour y faire le commerce
ou la guerre. > Ce n'est que bien des annees apres cet ordre
que les Hollandais se rapprocheront de la region du Rupununi.


PAGE 53. ., Toutefois, certaines allusions faites en 1687,
en 1695 et en 1697 au developpement du commerce hollandais
avec les Indiens du Rio Negro, et qu'on rencontre par-ci par-
IA dans des rapports portugais, d6montrent que les Hollandais
s'0taient t ablis dans ces regions d'une manibre permanente.

59. Le M6moire Anglais se rflfre ici i trois documents
portugais. II faut considerer ces references s6parement.
La premiere est un rapport par Gomes Freire de Andrade,
en 1(87. II y est dit que les strangers penbtrent par l'Oreno-
que jusque dans le Madeira, et que le Rio Negro 6tait trbs fr-
quent6 par eux. 11 propose d'y envoyer des missions. Le Madeira,
aussi bien que le Rio Negro, oi cette contrebande se serait
faite, elaient des domaines portugais, et la souverainet6 porlu-
gaise n'a certainement pas et6 ai'ectee par elle.
La second est le rapport de Miranda, de 1695, que nous
avons produit (Prem. .J1Mi. BrIs., pp. 103-105) comme un titre
de possession portugaise et de conltrle portugais exclusif du
Rio Negro. Miranda arrive A l'embouchure de la rivibre deg
Anavicenas, et voici ce qu'il ecrit :
Apres deux jours de voyage en amount de ladite riviere,
je parvins i 1'embouchure de celle des Anavicenas, d'oi je fis











NOTES IIISTORIQUES


appeler le chef de cette nation, avec qui j'ai converse, ainsi
qu'avec d'autres chefs du voisinage, de la part de Votre Sei-
gneurie; je les ai entretenus de l'obligation qu'ils avaient,
comme sujets de Sa Majeste, de fournir des provisions etl'aide
de leurs fils aux blancs qui, de la ville, viendraient A leurs
terres pour en retire les products, et de qui ils recevraient
premierement le prix de leurs salaires et des farines qu'ils leur
fourniraient. Ils me r6pondirent que cela ne souffrait aucun
doute et qu'ils 6taient heireux de recevoir de si bonnes assu-
rances de la part de Votre Seigneurie; qu'i 1'gard du service
du fortin, ils agissaient, ainsi que je le demandais, fournis-
sant des provisions et pretant leurs fils. Je recommandai A tous
tie ne pas se mettre en guerre avec les villages don't les habi-
tants sont nos amis, car ils sont, comme eux, des sujets de Sa
MajestI, et il n'Wtait pas just d'ollenser, en leur portant prdju-
dice, les Indiens que Votre Seigneurie faith instruire. Ils me
promireit d'obeir, disant qu'ils desiraient vivre en paix avec
tous. Aprbs avoir parcoiru ces villages oi je me suis arretd
plusieurs jours, je me suis informn si des Castillans ou des
strangers parcouraient ces localities pour y faire du commerce
avec eux. A ce sujet, ils me rdpondirent quejamais ils n'avaient
vu de Castillans, el qu'ils ignoraient si des gens se fortifiaient
dans les villages des Cambebas, situds a une tell distance des
leursqu'il leur 6tait impossible de le savoir; mais etant entr6
parfois dans les cabanes de ces Indiens, je vis des objets d'ori--
gine 6trangbre, tels que des outils, des couteaux et autres arti-
cles de ce genre. En les interrogeant pour savoir d'o6 leur parve-
naient ces objets, j'appris d'eux que les strangers les leur ap-
portaient par les sources de leur riviire; que ces gens venaient
faire du commerce avec leurs comperes, et d'apres leurs con-











NOTES HISTORIQUES


mentions avec ces mrmes Indiens, ils leur cedaient ces objets,
que les Indiens prdfiraient aux nOtres, parce qu'ils 6taient
bien meilleurs; aussi ne veulent-ils aucune de nos marchan-
dises et ne font-ils aucun cas du peu qu'ils en ont. Je leur fis
observer que Votre Seigneurie ne voulait pas que les sujets de
Sa Majcst6, don't le devoir est d'obeir i ses lois et i ses ordres,
et c'(tait leur cas, fissent du commerce avec les strangers
qu'on supposait etre des IIollandais. lUs me promirent de s'abs-
tenir; mais il me semble que jamais ils ne renonceront i ces
advantages. A moins qu'on ne les y oblige par d'autres moyens;
car, puisqu'ils trouvent les marchandises etrangeres meil-
leures que les n6tres, ils se tiendront toujours A celles qu'ils
preferent; et, si l'on ne s'oppose A ce commerce par d'autres
moyens, il est impossible d'empclher la continuation de ces
rapports qui nous portent un grand prejudice.
La souverainett portugaise ne pouvait etre mieux affirmbe
que par de tels ordres et un tel language.
La troisibme reference e'st la depche du Gouverneur du
Maranhiio au lRoi, du 26 juillet l1197. C'est un document dans
les nimmes conditionss que le precedent et qui a Wttl galement
pr6sente par nous comme un titre portugais (Pren. SMhn. Bres.,
pp. 10S-I 1.)

PAGE 25. < De meme, les extraits tiris di journal du
fort de Kijkoveral pour la periode de 1699 it 1701 prouvent
incontestablement que le commerce avait son centre dans le
district du Rupununi.
<< Le texte complete de ce journal int6ressant, qui demontre
qu'en 1700 le commerce hollandais avec l'intdrieur dtait dji,
parfaitement organist, n'est pas compris dans I'Ainnexe au
present Mtmoire, mais on le trouvera imprim6 en forme com-
plhte aux pp. 47 a 158 de I'Annexe au Contre-M6moire britan-











NOTES HISTORIQUES


nique dans l'affaire de la fronti6re v6nkzudlienne, don't une
copie a Wtt remise i sa Majest6 l'Arbitre pour le cas oi il desi-
rerait le consulter.
,( Les extraits tires de cejournal, et qui se trouvent annexes
an present Memoire, contiennent non seulement des allusions
au haut Essequibo, mais aussi deux allusions au Peniny, qiii
est d6sign6 comme le centre du commerce de leinituires d'oriane,
de provisions, etc., avec les indigenes. (r, le Penion c'est le
HRpununi, et cette rivibre sert de noin gnt';ral ii loute la rt'-
gion des savanes, ainsi que le demontre I'extrail en date de
1706 cite i la page li du vol. I, de I'A\nnexc. C'esl iin des
documents qui jette une vive lumi6re sur I'histoire contem-
poraine au moyen d'allusions files aux v6iieinents ordinaires
et journaliers. 11 done uine impression frappante de la Iami-
liarit6 des Hollandais avec Ie Hupununi et avec les savanes
situees au delay de ce course d'eaun".

0O. Toute cette parties de I'argumentation anglaise repose
sur la donnee, que nous avons soulignice : Or le Penony
'est le Rupununi ,.
Si le Penony 6tait le Rupununi, nous admettrions volon-
tiers ,, la familiarity des tHollandaix avec le Rupununi et arer les
saranes sitnes an deld de ce cormrs d'ean ,, et nous admeltrions
aussi que ,, les e.traits tires du journal dii f/rt de Kijk'rerial
poIu In pdriode de 161f9 d 1701 prevent incontestablement qe
le commerce arait son centre dans le district du Rupmuuni. Mlais
le Penony don't il est question dans les documents cites dans
le passage ci-dessus, les seuls, des documents publics, o6 il
soit cit6, ,'est pas le Rnuunutni. Pourquoi le Penony serait-il le
Rupununi? Nous avons vu comment le MImoire Anglais
explique cette identity de nom. Nous reproduisons ici ce passage
ant6rieur ou ii en est question : 1II convient ici de distinguer
les diff6rentes formes que prend le nom de Rupununi dans les
documents annexes au present M6moire. Voici une note inti-











NOTES IISTORIOUES


ressante 6crite h ce sujet par Sir R. Schomburgk : c Le Rupu-
noony s'appelle aussi Rupunuwini, Rupunury, Ruponoony; les
Macousi l'appellent ainsi; les Cnraibes dissent Opununy, parce
qu'ils trouvent difficile la prnooncition de la letire R. La forme
la plus ancienne de ce nom propre que l'on rencontre dans
les archives hollandaises est celle oi la premiere syllabe
manque, ce qui s'explique parfaitement par ce defaut de pro-
nonciation qu'avaient les Caraibes, les plus anciens allies des
Hollandais parmi les Indiens. L'origine de la forme espagnole
, Apanoni qui se trouve dans les documents qui seront
cites plus tard, s'explique de la meme maniere. II est plus
difficile d'indiquer comment la derniere syllabe f ny ) ou
( ni a MtC parfois transformed en (( ry n ou (( ri mais la
difficult de reproduire par 6crit les mots des tribus sauvages
est bien connue. L'expirience physiologique 6tablit que ce
changement s'opi-re assez facilement. La forme espagnole Aru-
pumuri ou Aripamuri, don't on trouve quelques exemples, se
derive tres facilement de la forme Rupunuri.
Les Caraibes ne pronont:aient pas Rupunuri, ne prononcant
pas la lettre R; ils disaient done Pununi, ou Penony; le Penony
est done le Rupununi. Mais avant d'arriver au Rupununi, ou
Rupunuri, de I'Essequibo, nous trouvons sur les cartes de la
Guyane Anglaise le Puruni, affluent du Mazaruni. Si Rupununi
ou Rupunuri, come la riviere est indilffreminent appelee, a
pu se convertir en Penony par la suppression de la premiere
syllabe, Puruni aurait pu etre convert plus facilement encore
en Penoni, puisque, pour cela, il n'etait besoin d'aucune sup-
pression. Au point de vue de la phon6lique, Puruni ou Pununi
(la difficult qu'eprouvaient les Caraibes A prononcer I'R
dans le mot Puruni devait etre gale a celle qu'ils avaient i le











NOTES HISTORIQUES


prononcer dans le mot Rupunuri; la forme caraibe de Puruni
6tait done Pununi ou Penoni, si ces deux formes sont gales)
est certes plus pris de Puruni que de Rupununi.
Etudions maintenant la question an point de vue de la
situation geographique d'aprbs les documents. Les documents
cites sont au nombre de sept et se trouvent aux pages 6, 12, 13
et 14 des Annexes an Memoire Anglais, vol. 1. Dans le pre-
mier, on ne trouve pas le mot Penony, mais le propre nom
Rupununi. C'est le document de 1679 auquel nous avons faith
allusion. Nous croyons, nous l'avons dtja dit, qute dans ce cas il
y a une interpretation, el non wune copie du documents. Nous avons
deja soutenu que le Rupununi on Rupunuri de cette piece, si
ce nom s'v trouve vraiment (il est oiseux de chercher Ai ta-
blir de difference entire les deux formes de ce nom) ne pouvait
etre le Rupununi d'anjourd'hui, mais le Puruni. II faut dire,
avant tout, que I'on rencontre Irs souvenit le mrme nomn donned
a diffTrents fleuves indiens; celui de Mejou on Mahfi, sans aller
plus loin dans cette region, est donn6 i un affluent du Tacuth
et i un affluent du Cuyuni. Entre ce dernier nomi elt C;iiuviini,
affluent de I'Essequibo, il est difficile de dislinguer.
Dans le premier document, de 1679, le Commiandeur parole
de Mazaruni, Hupununi (?, d'apr6s nous il a di dire Pentony),
Cuyuni et Essequebe comme les poses respectifs des quatre
vieux nigres que la Compagnie employait an commerce avec
les Indiens te I'intlrieur. 11 faut done rechercher oui ces noirs
etaient envoys d'ordinaire. C'est ce que les autres documents
vont nous montrer d'une fa;on indubitable. D'ailleurs, I'ordre
o6 ces noms sont cites indique djij assez qu'il n'est pas ques-
tion du Rupununi dans le Haut-Essequibo : ii ne serait pas
mentionn6 avant celui-ci et avant le Cuyuni. Nous avons mou-











NOTES HISTORIQUES


trW qu'en 1714 le Rupununi de 1'Essequibo n'etait pas connu
par la Compagnie; ce ne sera qu'en 1750, apres la carte de
d'Anville et les revelations de llortsman, qu'il sera question du
Rupununi de 1'Essequibo dans un document olficiel hollandaise.
Nous passons au journal du Fort Kijkoveral (Ann. M nm.
Ang., I, p. 12). Nous trouvons dans ce document que le ngre
Louis &tail envoyv dans le Ilaut-Essequibo pour saler du pois-
son. Le 20 novembre 1699, un autre, Jan lloecke, en arrive et
rapport environ deux barils de poisson salh. Un troisieme,
Lieven, a qui avait WtC envoyv i Penoenij ,, revient le 6 f6vrier
1700 avec trois paquets de provisions, 27 paniers de pain,
27 pains de teinture de rocou et rien de plus. Le 22 octobre,
un autre noir, Lourens, part avec des articles de commerce
aussi pour Penoenij. Si Penony 6tait le Rupununi, on ne distin-
guerait pas entire ces expeditions au Ilaut-Essequibo et les
expeditions au Rupununi, car, jusqu'i la lin, le district sera
le meme. Avec le Puruni et le Mazaruni, quoique le premier
f t on affluent du second, ii n'en Mtait pas de meme, car on
allait au Puruni par terre sans remonter le Mazaruni. Cela sera
mieux -clairci par tin autre document. Mais ce que les noirs
apportaient de Penony suflit pour montrer qu'ils n'etaient pas
envoys an Rupununi: on n'enverrait pasau Rupununi pour en
rapporter des paniers de farine. Les trois documents suivants
montrent que ce qu'on envoyait chercher t Penony c'tait de
la teinture de rocou; or, si cette teinture venait par 1'Esse-
quibo et faisait l'objet d'un commerce suivi, le Commandeur
ne dirait pas (26 septembre 1727) : le seul b6nefice que cette
Colonies retire de la rivi6re Essequibo consiste en ce que cette
rivibre est tres poissonneuse et recoit annuellement la visit
de la Compagnie et des colons dans le but de salage. ,











NOTES HISTORIQUES


Reste seulement le dernier document (Ann. .11m. Anql., I,
p. 14). Celui-ci est la clef des aitres et les explique tons. Le
Memoire Anglais ine reproduit q(iu'nn court extrait de cette
d6epeche; mais, dans I'Appendice an Mllmoire Anglais pour le
litige avec le Venezuela, nous en trouvons une autre partic qui
aide beaucoup i en comprendre la topographie. Voici la depeche
lelle qu'elle a Wte donn6e par l'Anigleterre dans l'Arbitrage
Anglo-V6n6zu.lien : I, F 't Kijkoreral. Je dois aussi informer
Vos Seigneuries que, le 2X avril dernier, treize jeunes negres
creoles que j'avais employes comme colporteurs de la Compa-
gnie, et d'autres falcons, sesont enfuis au-dessus des chutes du
Cayuni, emmenant avec eux deux de leurs femmes. J'ai done
envoy a leur poursuite le sergent avec une embarcation bien
Equipie; mais il a trouveqii'il tait impossiblede parveniri les
apercevoir h cause des noinbreux passages qii existent dans les
chutes et entire les iles. II est cependant all6 au-dessous de la
grande chute, et la, lesCaraibes lui dirent que les creoles y
avaient WtL et avaient annonce qu'ils 6taient obliges de se rendre
dans les terres du haut de la riviere pour y couper des madriers
commeje le leur avais command et qu'ils avaient I'intention
de redescendre dans quatorze jours. Je les ai envoys aussi
rapidement que possible A la cte pour ramener les trois vieux
peres de ces creoles qui y etaient occup6s a saler du poisson,
bien que ce ne fit pas la saison. Ils arriverent bientOt et furent
tres peines de ce que je leur appris de leurs enfants.... ,
Comme on le voit, des esclaves de la Compagnie s'6taient
enfuis au delay des cataractes du Cuyuni dans les derniers jours
d'avril, le 28. Le Commandeur expddie apres eux le sergent
sur un bateau, mais il ne peut pas les poursuivre et retourne au
fort. Le Commandeur envoie alors quelqu'un a la c6te atusi











NOTES HISTORIQUES


rile que possible, pour chercher les vieux peres des jeunes noirs
figitifs et les amenerau fort. Its y arrivent et deux sont envoys
aprls leurs enfanis pour tAcher de les ramener; ils sont accom-
pagnhs par un home libre, nomm6 Pietersen, qui connaissait
bien la route qu'ils avaient prise. II n'est pas dit quand ils sont
parties; mais, vii les indications prtcedentes, les esclaves s'etant
enfuis Ie 2S avril, une expedition ayant t~t envoy e apres eux
jusqu'A la grande chute du Ciyuni, ayant dii relourner au fort
et quelqu'un ayant Wt1 envoy a la c6te pour chercher les vieux
neigres, le depart de Pietersen n'a pu guere avoir lieu avant le
milieu de mai. Le 12juin, il 4tait de retour, racoutant qu'il
avait trouv6 quatre des esclaves orerland, allant par lerre, in
Penoeny (c'est la Iraduction anglaise), qui voulaient gagner la
savane, ,, les aulres avaient 6tI plus haut encore dans le
Cuiuni, aussi vers la savane ". Les vieux Sam et bane
allaient encore A leur recherche. ,
Si maintenant on regarded la carte, on verra que le Penony,
don't il est question, pouvait atre le Puruni, affluent du Maza-
ruii, nais non le Rupununi; que la savane don't il est parli
etait la savane du Cuyuni et non la savane du Iupununi. II
serait impossible en effet que les noirs eussent pris en inmme
temps la direction du haut Cuyuni et du haut Essequibo on du
Ilupununi; impossible qu'ils fussent poursuivis en nmme temps
et par les mimes personnel dans ces deux directions; impos-
sible qu'ils eussent atteint le Itupununi par terre, orerland, et
que, parties le 28 avril, ils y fussent rencontres par quelqu'un
qui, le 12 juin, se trouvait de retour au fort. 'e sont routes
des impossibilites matkrielles absolues. Ils ne pouvaient pas,
en meme temps, chercher a gagner la savane du Rupununi et
la savane du Cuyuni.



















Wfh. II ;plte 46


-rt


EVASION o' ESCLAVES
1706
M IAomwr suut-pa s Esdaser

twabr wi6v Is o&uW di. rf u6

d adm d. Zrup

w i Svanwt
C^ vow I


.?. I Ifmovire.











NOTES HISTORIQUES


Penony n'est done pas, dans cc document qui explique les
autres, le Rupununi. Les plantations hollandaise occupaient,
a cette epoque, outre la rive gauche du Mazaruni en aval des
chutes, la pointe de I'isthme entire le Mazaruni et le Cuyuni;
les esclaves de la plantation de la Compagnie sur le Mazaruni
pouvaient ainsi arriver par terre jusqu'au bassin du Puruni
pour gagner ensuite le Cuyuni. 11 serait absurde de vouloir
passer au Cuyuni par le Riupuiuni. Les employes de la Coom-
pagnie frquenlaient, en ifls5, les savanes des Pariacotos.,< Ne-
gro traders in 11,53 and onwards are mentioned as periodically
visiting the Pariacot savannah. (Briish Case, Venezuela Ques-
tion, p. I i.) I.es archives de la CIompnagnie des Indes Occiden-
tales nontrent qu'en 1705( (I'epoque en question) elle avail uni
posted dans la savane dii Cuyiiii, it iiie distance de six semuaines
de navigation dii fort Kijkoveral. I. (Ibid.) I.e conlinerce dit la
leiinlire de rocon edail dants le Maz;arni et dans Ile liuiiii :
, En I66li, on parle d'lin dt'pot de rocou fait sir le Mazaruni el
en u iil, d'nn autre sur le Cinyluni. (lid., p. xl.) C'etail par
le Cuvniii que se faisait Ie coiiImmerce die chevaux avec la Gulyanle
Espagnole. l.a route du Cuiyni elail celle qu'en gtntral les
esclaves prenaient pour s'enfuir.
II resle ainsi hors de doute que la region appeli"e Penony
dans les documents cites n'appartient pas an bassii du Rluu-
nuni. Toutecette parties de l'argumenitation ainglise, constriite
sur I'identitl du Penony et du IRupununi, par suite d'une simi-
litnde de noms, reste done privde de son unique fonde-
ment ('). insignificant t commerce hollandais dans le lpuii-


(') Aussi tard que 1818 nous rencontrons dans un lableau ofliciel des
Indiens (App. Mem. Angl., 1, 221) a Epang, Poolony. Comma, Corinig.












NOTES IIISTORIQUES


nuni et ses savanes se bornera a la traite des esclaves,
mais il n'a certainement pas commence avant que le poste
d'Arinda ait Wt6 transf&r6 dans le voisinage de la jonction de
cette riviereavec l'Essequibo; c'est done i une date postdrieure
i 17615, quand les Portugais avaient deja le control ellfectil
de tout le bassin dii Rio Branco.

I'APE 2i. ()I troiivera indiquees dans la carte No 5
de I'Atlas annex ih ce MI'moire les routes suivies toujours i
cette epoque par les commercants hollandais voyageant de
leur colonies pour arriver au Rio NIgro etles autres affluents
tie l'Amazone". ,

4 1. Ces routes, come ces voyages, south entierement ima-
ginaires.

IAAE ~2. a II parait qu'en 1714 la Compagnie hollan-
daise des IndesUccidentales s'est d&cidee a ne pas rester con-
tente des resullats oblenus par ses agents, qui se triivent con-
signd's dans le journall de Kijkoveral". Elle lit done in nouvel
ell'ort pour dtablir sa juridiclion firmelle sur la r-gion loin-
taine situbce i I'interienr et au deli des sources de I'Essequibo
et du Rupuiiini. Leur depkche secrbte qui traite de ce sujet,
fait allusion ia une expedition pr6ecdente, qui est sans doute
celle de Grcenewegen don't ii a dejia d4t question. On garda le
secret dans celte inatiire prohablenent parce que la Compagnie
craignait les ell'orls que pourraient fair les commervanls ihnd-l
pendants i I'inlerieur pour anticiper 1'expedition, et pour
susciter des obstacles i cause de la diminution de leurs hbii:-
lices qui en resulterail. Aiicune description des risultats de celle
ex'Mdilimi ne nous est mprrenue';.... .

I'oo4111y el '1ilon\. Masseriiny. I'ar It I'iPrunii l le liapport de Ila C n111111is-
sion Aii-mricaine, el l' .Carluni. son principal alfluent, on passe du Mazaruni
au Cuyuni. La distance du Cuuni anu course supirieur du Carluni esi d'en-
viron lb miilles et dans cclte region ii a tun sentier ai travers Ia liiidl.
Brown el La.iking descendirent en 186I8 le Carluni et le Puruni.











NOTES IIISTOIIIQLES


42. Nous avons vu que ces rdsultats n'atteignaient ni
le Ilaut-Essequibo ni Ic Iupuniuni.

43. ('est nous qui avons soulignd. Nous avons ('tudift dans
le Premier Jllmoirc IrBr ilien (pp. 5.14:i-5,8) cc projrt d'cxpl'-
dition ia a recherche du lac Dorf. 11 ne fait iqIe d6iiionlrer
1'enti6rc ignorance oi 6taienl les autoritt's hollandaise de la
geographic de la Colonic.

PI'A;E 24. -- ... mais il existed des preuves d'-cisives fque
le conimmerce des Iollandais sur Ic Rio lrhanco. etl inlme plus
loin au sud, tlail considerable en ces temps. L'exlrail qui suit
est tired d'unl mimoire r'tdlig en 1719 par Ic Conseil Rllal i
Lisbonne, et qui cile les paroles de Berredo, le ;ouverncur
bien connu :
SI.e fltl du Rio NiTgro, rivicire qui s'dcoule ldans l'.AiIazonie... dlans
sa ipsition iactlelle, ii'st Iqu'Iune calirge sur 1' In'-sor de VoItre
Mlajeslt. parce qu'il laisse libre Inil le coinilierce aux Ilollanldais qui
s'engageptc dans ce tralic avec la plus grande fIicilil; en se servant
ties Indiiens qui leur soul siijels el iquii en elreliennrlli t die fri'qlentes
relations arve les nitres. Ie prjjutlice qui enl resulle 11111 scll lellinit
i ilos ii6n1lices. mais aussi if la l sc rlit; de la Capilainiileice I'esl-h-
dire. le Ila ranhliti j e(t notoire. pa;rce qu'ils l'ournissentl Iolles sorries
ite ilalrclhaln ises et loulies espicv's d'arliies aver grande Iacilil.... I.e
Capitlaine idu Iort 0ia qui lierredo. 'lanii exacl de son ililelligence. avail vcontli... la Itichel iiportante de dvouivrir
toules Ics approaches an Ilio Branco. dolt les eaiu s'i'Colilent idals le
Ilio Nigro) lii avail envoyv son rapport et lii avail mandi' qi:. pour
exticuler lidecnleint les ordres dii Gollverli'llr'i, il '-;Lait en poursuile
d'un grand convoi tde marclianilise hollatidaise (dslin:i an coiniieirce
avec nos indiens de la triul de Mlanoas, qui halIile pres des sources
de cc Ileuve.
Cet extrait conlient la premiere allusion de la part d'un
Portugais au Ilio Branco. I.es mols a ce Ileuve it la lin de
l'extrait signilient le Iio Negro Ileuve don't s'occupait prin-
cipalement I'auleur, et sur les bords duquel demiluraient Ie
plus grand nombre d'Indiens manoas.
I Berredo conscille ensuite la Iransplanlation du fort. qii
existail alors i la Barra do Ilio Nigro, i~ uine distance de vingl











NOTES IIISTORIQUES


journees en amount du fleuve et au deli du course du Yavapiri,
jusqu'iA ( la riviere des llollandais ,. 11 est clair, d'apres la
description, que celle rivibre est le Rio Branco". ,

44. Le document cit6 ci-dessus est un des tires de 1'occu-
pation portugaise. Nous 1'avons analyst dans le Premier Md-
moire Brisilife, pp. 115-116. 11 doit ktre lu en entier. 11 est
tout i fail inexact que Berredo appelle le Rio Branco la
riviere des lHollandais ,. II dit que la rcdoule devrait 6tre
ltablic dans le furo de Javaperi (tout pros de I'enbouchure du
Iio Branco) pour empikcher complNtement les coninunica-
lions avec les llollandais, dotl Ie leave estl rinit jours de
royaje iudril lieu. Le Menoire Anglais repelera plus loin,
p. 52, cette meprise evidente. Pourtant, dans le mime passage,
il dit que le (;oiverneur ( proposal de transporter le fort de
Iarra do Rio Negro A un point en amount du Yavapiri, c'est-i-
dire, en efelt, i I'embouchure du Rio Branco. Si la riviere
des llollandais retail, d'apres Berredo, i cinjt jours de royale
d'un point que le Miemoire Anglais dit c eire, en efflt, I'em-
bouclure du Rio Branco, (p. ~I), la ( rivi;re des llollandais
Sne pouvait itre le Rio Branco.
Un Gouverneur du 1Maranhilo n'appellerait pas le Rio Branco
.< riviere des llollandais ,. Le fort que le Roi, en 1719, irdonna
de construire pour la defense et la police de cette region, 6tait
alors appele la nouvelle forteresse du Rio Branco. ,


PAI;.: 2. A cette epoque, el pendant bien des anntes
apr.s, les Portugais se prdoccupaient uniquement de la sdcu-
rilt du Rio Ndgro : ils ne pensaient presque pas au Rio Branco,
et, si toutefois ils y pensaient, ce fleuve 6tait, i leur idWe, un
course d'eau hollandais formant le debouche du commerce
hollandais qui provenait des savanes situdes au nord"'. ,











NOTES HISTORIQUES


fIi. Tout en ne niant point qu'un certain commerce d'ar-
ticles hollantlais ait 6tC faith parfois par des Indien: du bassin
Amazonien et qie les intermediaires aient fait ou achlet dans
le Rio Negro des eselaves qu'ils allaient vendre aux Ilollan-
dais, nous pr6tendons qu'il n'y a dans les documents aucuiine
tradition d'un commerce direct ou indirect des Ilollandais
d'Esscquibo avec les regions reclamdes par les Portugais
coimme appartenant ii leur Couironne. Ce commerce, si on peut
donner ce nonm i ces operations nomades, aussi rares que for-
tuiles, aura en lieu, s'il a rdellement cxislt, entire les Indiens
du Rio Negro ct les Indiens Hollandais de Surinam et non pas
d'Essequibo. Les communications (indirecles, il n'est pas
neccssaire de le dire) que l'on supposait par le Trombetas,
par le Javaperi. par I'Urubfi (voir Premier M3moire Br(f Ibilirn,
pp. 155 et suivantes). par le Rio Branco, et d'autres riviires,
telles qle le Vatiini (voir Ann. Sec. M.m. Bris., III, p. 55),
auraient eu lieu avec des tribus en communication prdetenlue
avec Surinam. I.e pere Samuel Fritz dit dans sa carte de 169.1
que les Indiens des sources du Rio Negro commer;iient arec
les IFrainfis. D'apr's ce que Albuquerque a appris au Rio Negro
(Letlie dii 26 juillet 1697, 1Ann. Prem.. .1km. Iri s., Ill. IS),
, les Ilollandais venaient fire commerce avec les Indiens en
remontant I'Orinoque, qui est au-dessous de tayenne, et en
penetranti ensuite par une mnarche de quel(ues jours par lerre,
jusqu'il celle parties de l'Amazone ". Tous ces itinr;aires sont
supposds. Nous avons ddjh i ediiti longueentiet dans le premier
volume de cc Second M6mioire Fargument base sur ce prc -
tendu commerce Iollandais .....

PAGE 25. L'allusion que I'on vient de fire aux












NTI'ES IIISTORII(I ES


Ma;ioas (Ies Magnouws, Maganouts des liollandais) nous conduit
i 1111 episodee dans les relations ies Iollandais avec les Indiens
di bassin de I'A.mazonedont l'histoire est assez obscure, c'esl-
il-dire I'tpisode du Chef Ajuricaba et sa delaite par les Porll-
gais. I)u c6tl portigais nous avons un rdcit assez ddlailli de
i'alliance d'Ajuricaba avec les Hollandais; le Ineilleur rdsuin
de cetle hisloire se Irouve dans le a Diario de Ribeiro de
Sampaio, don't une grande parlie est imprim6e dans l'Annexe
au present Meinoire. Voici le passage en question :
S.\juricaba i t ait de la Irilb des Mlanolns. don't il Mlail en eflil I'un
des l irels les plus pmissanls. L.a iiiture l'aait doiil d'(o esprit brave.
inir'ipide. ei Inarlial. II avail coiiclu ine alliance avrc rls Ilol nladais
de la (iIv1ane. ; wci lesquicls il faisait I (coiiniiicrce par li voice du Ilio
Iltr lco. (l oit ii a ci(t i q eslion plus hail. I. commerce (lait prii il|m-
Ilciniilt on esclaves. car il iavait r;dinit les Iiniiens de nos villages
[i l',tal d'esclavage en Iaisant des razzias sur eiix. I1 navigllail sur Ie
Ilio N;gro a;vcr la plus gprainde liberty el il arliorait Ic driapeauii hollhn-
dais sur ses piroguis, tie sort iu'il etail redouti- parlout (coliim Ic
Il;an des ildiens It des blancs"'. ,


Wi. Nous avons iludin cel ,plisode dans le Premier .Mln,,oire
Ilrc.xilie,, pp. 119-1 "9, et nous avons demontre par les docu-
ments hollanldais qie jamais pareille alliance n'avait exists.
I.Ls colons tlu Iar;i disaient (iie les ManAos 6laient des
allies des Ilollandais pour qie la guerre contre cix 'ilt auto-
riste el qu'ils fusseint reduits en esclavage; tell est l'origine
de la tradition qui est rested de cette alliance, et don't Iibeiro
tie Saniaio s'est inspire. Nous avons vu quee Ie lecteur du
Colli-ge des J;-suites de Par;i ne croyait pas i celle alliance. 11
etait la plus grande aiitoritl en cette matiere. Nous donnons
maintenance, avec cc Second M6moire, un document port:igais
de 1751 oil le rocureur g6ndral des Ordres 6met I'avis que
Ajuricaba aurait did poursuivi sans qu'il e'it fourni aucull prd-
texle ii cetle poursuile. Parlant de Cubiaba, i qui I'on vou-
lait aussi declarer la guerre, il dit : On jugcait Guajuricaba














egalemente d6etrnli iin la e pirre, cc (liii i'e~s pais anlihclii-
quemennt piroiv. II ppe lle lonlcs cos gucires gucirrcs
ionltenses -, ct demanded quc I'Audilicr a qiii les lient poUr
jusles -, soit pini. Voir aussi (Ann. .li. ..Any/.. I. p. 56. ) re
iue disaient Ics autorit's piIringaises on 17)57 sur I'iinju !ice
de la guerre failc an Manaios. Voir anssi sur Ajuricalla lI Ihs
.lanaos ce qui a dija It1h dit datns ce Sccoitd M1i.noire, vol. I.
p. 2SI).

PI'.Es 2:,-211. M I)u cA6 hIollandais noIs ii'ivons qtint
I'lisloire d(. malentendn entr lot's Ill:lndais l Its Man:iioas. vl
I'allusion i ulne anicieinn amlili que(i Storm van 's ( iravesaid. e
fail. de passage, dans son m6moire sur les Iposl, en d;cri-
vailnt l district de I'lssequibo de la colonies :
S1.; ilailiaiIn Iomibrl. sc die's M~;Inu;is. app;l 'lhs ici Magl, ,,inI .n Ihailil
lia Iparlie siiunriceiure die l l l;, ;lA\, aantI son siig- sur Ii s Imhlrds di
flenve. aI ne grandiiile li' hmir i n ;i ontil ir re point. L.rs 11,ini.s iiIn
lori riedoiili's tl ls ianires nations. I u lll-iii 1s iln Co iii:landantl I I f 11,4 1. i .
ils oiti l '* *hissis. intairilelr s. tl n;iin .s d'iiii n l'ii i si Iliflii iil i
si iiiladlroiter q(ui Is enroll's f.ils l our i nl, iri r ill n rIe lati iuii ;
nilx 1init ('hliuti( jii*l' ii'i i -- III htrue '. li. i|i le I la pailrt i Ide l n tion
ialriiibe d II est evident, par le fail in'ine (i'.Ajuriicaba, don't le
point d'appui 6lait snr le IHio Nlgro. avail subi I'infilince
hollandaise et avail arbord' le drapean liollanahiis, coimbiell.
iiinlll it co tt pt6riode recule, f'iiilltien'cv hollandaise .s'lIait
tilendlut. Ies Porlugais comnlnllliclrielt bienlit il a s'apere.voir
que I'ailiance dlai line meniace ii lenrs jeunes 6lablissemiients
sir lI Rio Negro. I'cldailt i'aiitiu' 17' ., ii pnait qu'ils s'll 'r-
c(tentil de gagner curtains sons-chel' des Mla lno.s, el, ph:s iard,
ils essayvreiil die l'rsiiader Ajuricaba Iiii-indi'ie ii deve ir siijet
porlugais. Ajuricala ccpelndanil se jonail lies Porlillngis. W'a-
lhord ii lii seoiblant Id' lre lcir aiii, ol. ensuile, il s'cilmpra de
la jplus granll e parlie dio Ie Icnrs maircandises, so inoqua ide
leurs Irollipes et atlaquIa ouverlnient les villages dte le'rs
iiiisSioinnaires. (:let cIt; de cliosos semlle avoir dur,- deltxl oil
Irois ans, imais en 17'1i on 1727 le GCiverneur die la P'roviiice


NITES IIISTOIIQIUIES











IOTES lISTORIOUES


de Maranhao envova une expedition special, qui amena la
df'aite et la prise du grand Indien.
,, Cette difaite d'Ajuricaba, et sa mort qui s'ensuivit, don-
iirent aux I'ortugais, pour la prenmiere Ibis, une prise solide
sur le course inflrieurdu Rio Negro, et repousserent l'inlluence
hollandaise vers le Ilio Branco". ,

47. Quand nous avons prdsentc le Premier M.imoire Brd-
silien nous ne connaissions pas d'aulres documents hollandaise
avant trait aux Manaos i l'Npoquc d'Ajuricaba que ceux qui
se trouvent imprimis dans Ic Memoire Anglais sur la ques-
lion dcs fronticres avec Ic Venezuela. Nous posstdons aussi
maintenant Ics documents produils par I'Angletcrre pour ce
lilige. Ils sont iiiprimsi aux pages 19, 20, 21 et 25 du vol. I
de I'Ais.re an Mmnioire Anglais.
Voici I'hisloire que ces nouveaux documents racontenl.
II v a d'abord les deux documents de 1722 avant trait i
I'achat d'esclaves indiens renus des Portugais par I'Essequibo.
On verra qu'en 1722 la Compagnic cr:ni des dif[icrllt;s au com-
merce d'esclaves par I'Essequibo, Ie scul commerce qu'on y
nil. pour protBger celui de I'Orinoque. Ce document suflirait
A d6lruirc I allegation anldricure du 1Memoire Anglais que,
vers 1700, il exislait un commerce hollandais rdgulier au
liRuinuni. On n'allail mi.me pas "i l'Esscquibo bien en amount
des calaractes, on attendait que les esclaves fussent amends
par les Indiens. Voici ces deux documents de 1"22 :
La Comr polilique, Essequlmbo, d la Coupagnie des Indes orci-
dentlles, le 20 f[:rrier 1722. (Extrait). Dans Ic courant du
mois de septemnbre de 1'annde dcrniere la veuve La Tombe
reicut en change cinq eslaves rouges qui 6taient venus des
1'ortugais dans Ic laut-Essequibo. Nous avons soutenu qu'ils
6taient passiblcs de la confiscation, d'abord parce qu'il











NOTES IIISTORIQI'ES


ne doit pas Mire permis aux colons de recevoir en 6chiange des
esclaves venus du llaut-Essequibo, car cela finirait par placer
Vos Seigneuries dans une position tr6s d6savantageuse puis-
qu'on peut acheter ccs esclaves bien meilleur marchW que dans
l'Orenoque, oii les frais de voyage augmentent beaucoup le
prix, et deuxiemement, parce qu'elle a gard6 les esclaves pen-
dant environ ine quinzaine sans les d6clarer, contrairement
a la proclamation dans laquelle il est dit que les colons de
cel e Colonie doiven dans les huit jours, d6clarer leurs esclaves
i l'Office, sous peine de conliscalion; inais MM. Buisson el
Thicrens sembl6rent ktre d'opinion difflrente, et nous ne vou-
litmes pas decider la question avant d'avoir recu les ordrcs de
Vos Honneurs. ,
i.rltrit d'u nt livre lr magyaxi de la Comnpagnie des Indes
(ccidentales tetn an Forl Kijkoveral. ( Ie 7 juiillet 1722. -
Pour une femme esclave des environs de l'Amazone:
6 gralldes haches puolies; 5 yards de Ihaile Ibl;nllhe d'Osna-
1i grands eonilu rels molis; libuck
I coullenalx; -' lives del perlis de verre' :
2 pairs de cisea'ux; I.i11 aigrl'-s
1 miroir en verre; '2 rarnets dl',pingles:
1 nlirnir in l'lainl ; I cllapeall. n

Nous avons ensuite trois documents indiits de 1725 et
de 172.
Le premier, la depeche des autorihts de la Colonieii la Compa-
gnie, en date du 4 oclobre 1725), raconlte qe les Mannos avaient
descendu l'Essequibo jusqu'aux plantations en meniciant la
Colonies. Ils disaient qu'ils venaient pour coninercer; iais,
en route pour le fort, escorts par les canots hollandais, les
Indiens se jcterent A I'eau et s'enfuirenL par la fort. lis ne











NNTEKS IIISTORIQUES


furent pas retrouv6s. Les auloritts ret(urenl ensuite avis par les
Accuways el les Caraibes que i les Maganouls 6taient rtunis en
grand nonbre sur une rivicre au-dessus des chutes avec cin-
quante pirogues divisces en deux flollilles, une de Irente,
I'autre de ving t cmbarcations, n el elles se ruiiirent pour
dicider quells precautions prendre pour sauvegarder la
Colonic. Le 17 septcmbre, M1. Thierens partit pour Oosler-
beck (la plantation jusqu'oi plartagea les gens sur deux canots, leur donnant, d'accord avec
le Comi mandeur, des instructions ia suivre et leur recommnan-
dant, an cas o6 ils se trouveraient en nombre insunfisant, de
ne pas s'exposer. mais de relourner aussi vile que possible i
(toslerbeck.
Voici, d'aill-urs, le document entiicr : C Li ('our poliiquie,
E.urequiho, 4i hi Coimpayie dslies Imhles ()vridentolah, le I ortobre
1725. (Extrail). Dans la nuit du 8 an !ti9u mine mois (sep-
tciiere), e1 second soussign6 (Ic Secrciairc IGelskerke) recylt
avis du bateau-vigic qui surveillc les chutes de l'Essequibo
que la nation Maganout desccndait la riviire el, i cll nol-
velle, il lit iimmidliatemcni tirer du fort deux gros coups de
canon d'alarme e envoia urne embareation au premier sous-
signh (he CominanIdur) pour Iransieltre la nouvelle it Son
llonneur. Lclui-ci vint i Cartabo vers une lheure de l'aprfs-
Inidi du 9 du nmIenc mois et il filt rsolu que nous irions
ensemble, vers qualre heures de I'aprcs-imidi, i Bartica. point
o6 nous arri6ines vers le soir ct oft nous trouvames plu-
siiiurs colons. Nous y fimes inforints par le Directeur van
Iloorn que lc Consciller Thlierens C iait parti i ()osterbeek, par
cau. le ilatill, de hoinne lhelre, et Pieler la Ilivirre nous inon-
Ira un billet du CIonseiller Buisson par leuel il nous donnait











NOTES IISTORIIQIES


i entendre qu'il ne vicndrail que si l'alarme se relnouvelait.
Cela nous causa quelque miconlentement, car il avail i-6 con-
vcnu, i une reunion prccddcnte, iqe nous continhierions a
ddlibCrer en cet endroit avec Ics aultrs au sujcl de la sculrilh
de celle Colonic. Nous r6solfeics cepcndant de nous rendre
ensemble it a la lanalion d'Oosterbeck o6 nous arri aies april's
ininuit et oi nous trouvinies pliisicrs colons cl aiissi trois
cmbarcations replies de Maganouts. M.. Buissoin irriva ia
Oosterbeck environ ine bonne licure apris nous. Dl's Ic
nmalin du litndemain, 10 septcnmbre, les chefs de la susdile
nation Maganout furcnl iiterroges par lc mnoy'n d'intirprlcs,
cl tons les efforts furent fails pour dGcouvrir quc(lles ci;licent
leurs inenlcions; mais i fult impossible de rien lircr d'cux,
si cc n'est qu'ils t;icentl vIenus poulr coillmmercer a;ve nous. et
il flit r6solii que !e premier soussigne les cmliiiniirail ;i Car-
iabo, les y garderail cinq ou six jours en les Irailant en amis
cl qui'enlre iemps une embarcalion strait envoy-c aiix chutes
pour savoir s'il y avail d'aulrcs gcns de coli nalion cii roiue.
A qualre hleures environ de I'apr's-midi chacun rcgagna son
habitation.
Le prenicr soissign6 lit parlir les trois canols de Maga-
iiots en commandant de Ics placer cnlre deux emilarcalions
de Volre lionneur, cc qui fil fait ; mais obliig(s par le coi-
rant de sc tenir prIs du bord, ous les Maganouls saiulrcnt
de leurs canols dans 1'cau, environ une diiii-lieurc aprbs avoir
quitl Ooselrbeck. ct s'ciifuirent dans les bois. Nous fiines plin-
sicurs leiilatives pour les rattraper, mais cc fitl en vain ct
nos homes ne parvinrcnt i capture qu'iin jutinc garvon.
Nous retournaimes alors it Oosterbeek avec Ie Conseiller Biis-oqi
ct d'autres colons pour prdvenir tons ccux qui dccicer;aicn











NOTES IIISTORIQUES


dans ces parages de se lenir sur leurs gardes et pour envoyer
a la poursuite des fugitifs, don't huit esclaves seulement furent
captures: quatre par le Direcleur d'Ooslerbeek, trois par le
forgeron Barent IIoutwmes et un par une negresse affranchie
de la mnime plantation. De retour ih Cartabo, il fut d6cide d'en-
voyer aux clutes, le dimanche martin, 12 septembre, un clhr-
tien dans tine embarcalion armee avec des vivrcs pour un mois
alin de surveiller les inouvniments de celle nation et de fire
bonne iarde, de sore que nous fussions avisis de leur arrive
en lemps tile. Le 13 septembre, le premier soussign6 repartit
pour Bonnesieke e la c'te. Dans la soiree du 15 du minme mois,
lc second sonssignu reculavis que les lils de Jochem Maximiliaen,
qui avaient tie aux chutes pour le salage. tlaient de retour et
que des Accuways et des Caraibes les avaient avertis que les
Maganouts ataient r6unis en trhs grand nombre sur un ruisseau
au-dessus des chutes oi ils avaient cinquanle embareations
divisces en deux llollilles, I'une de Irente et I'autre de vingt
canols. S'6lant assure que M1. Thicrens 6lait revenue ce me'me
soir d'Oosterbeek, il alla le trouver au milieu de la nuit avec
Ic Clonseillcr ct Iirccteur Condron pour examiner quelles
autres precautions on pourrail prendre pour la s6curilde cettle
Colonies. M. Thierens l'informa alorsque les colons enverraient
deux canots i I' ine des chutes situtes le plus haut dans 'Es-
scquiibo avec dix ou douze malis de cc Ileuve et trois clhrielins.
C't~ait dans le voisinage de cette chute que se Ironvait le n6gre
Jaco(, appartenant ii la plantation Ilooghen Iroogh et les
sailurs des planlations De Twee Agataas et Ooslerbeek, avec
les gens qui les avaient accompagn6s et ilsavaient demanded de
I'aide pour repousser, si possible, les Maganouts qui devaient
passer par li. A cctle.in, M. Thierens demand quelquesIndiens











NOTES IIISTORII'ES


et quatre fusilss avec de la poudre et des balles, ce qui Ini
fil livre en lemps convene. Inform do cc qui preitde. It
premier soussign6 revint i Cartabo le 16 scplembrc. Le 17,
M. Thierens partit pour Ooslerbcck, partagea son monde eon're
les deux cmbarcations, c, d'acord avec ce qui avait tl6d eon-
venu avec Ic Commandeur, leur donna les instructions sur cc
qu'ils avaient A fair; ct, dans le cas oif ils so jugeraient
en trop petit nombre, ils devaient ne pas s'exposer et revenir
aussi vite que possible A Oosltebeck. ,
L'impression que la noinvell de celle descent des Manaos
cause aux dircteeurs de la Compagnie en Hlollande est un sen-
timent d'alarme pour Ic sort de la Colonie. Nous le tronvons
bien exprimn dans lenr diepcche du 6 janvier 1724 :
SCoimpaiunie des hides (kcildentalles au ('ovnaninldeuitr el a Ilt
Comr d'Essevquibo, ie i janrier 17- 2. (Extrait). Yous appron-
vons les inesures de defense que vous avez prises centre la
nation Maganout et nous avions espere que celte affaire no
causerait pas d'ennuis; mais par votre dernire lettre susdite,
nous apprenons aver surprise que cllte nation a eCn 'audace
de descendre. Nous aurions cependant delsird recevoir de vous
n11 rapport ui pen plus circonslancie sur ret ev6nement. Vous
dites, it la v6rilt, que vous avez capture; trois emibarcations
replies de Maganouts, iais vous In'xpliquaez pas ide quelle
ianicre, si, par example, ils s'Mlaient permis des actes d'los-
lilitl ou s'ils ont 6t relenus apres s'.Itre presenles en amis, ni
combien ils dlaiint, ni s'ils etaient armi's. Vous ne dies pas,
non plus, un senl inol de cc qui s'est pass, relativemenl it cette
menace d'invasion, du 17 septembre au I octobre, date de votre
letire, et nous ignorons tout A faith, par consequent, si nous
devons craindic ces gens ou les aimer. Entre temps, il nous












NOTES IlISTORIQIES


faut vous approuver d'avoir trail vos prisonniers en amis.
Nous attendons par la premiere occasion line relation d6laille
de cette allfile, qui nous apprendra en minmec temps quelle a
dl6 la veritable cause de l'expddilion de ecs gens, ce qu'on
leur donna, en 1722, en change (tes prisonniers qu'ils ont
vendus i cette 6poque sur le Ilcuve et si alors, on dans d'anlres
occasions, qiiehlu'un les a iialtraits ou tromnips. 11 nous a
sembll6, en cifet, extraordinaire 'qu'ils aient enlrepris une
paircillc expedition sans y avoir q uelque raison, fondue ou non.

( II y a quelliu leimps que nous vous avons 6cril d'enlre-
prendre une cxpd'dition dans l'inhlrieur alin de (dcouvrir si
I'on v pent trouver queleli part des nindraux on d'aulres
I'ruits ct produils nalurels; nmais nos n'avons jaunais appris
quel a 'ti6 Ie resultat. Nous desirons savoir uiiels peuvenit Oire
les niotifs de cell omission. ,
Les aulorilds d'Essequibo rdpondent le ~i juin suivant en
donnani d'anitres explications sur I'incident: i Autant que
nous l'avons pu savoir, informcnl-elles, les Maganouts scraient
veFIII pour traliquer en esclaves; ils i'ont pas commis le
imoindre acle hostile, quoique, scion certain informants, ils
cussent apiiaravant menac6 de venir nous tuer et nous
manger. Mais nous vinies Iien, i la faron don't ils Mlaienl i(quii-
pis, iqu'ils 'aiiraient pas lId' en inesure de Ie fare.
Se Irouvani au milieu de lant dechr e liens arms, ils pri-
rent peur, sclon loule probability, et n coniprenant pas nos
inlerpriles qui leur demandaient poiirqioi ils avaient enlev6
dies csr.l;ves a;ppartenanl i la Comipagnie, ils se jletrent hours
td Ileurs canots april's leur deparl d'Oosterlbek et s'ei'ruireint
dans Ics hois Ce scra, plus lard, le miWne iiouvement d'Ajuri-











NOTES IIISTOHIQUES


caba: inais enchainu commune il l'Mlait, il se nova dans le Ilcuve.
, I es deux chefs el la plusgrande parties delerssuivas sui ount ip
rcgagner clur pays. n Une vsclave restait aux mains des llol-
landais,laquelle avail son prix pour lec rhefdes Maganouls ia qui
lile avait lie donnte par son fr-'re,lc chef d la nation Badou"n.
I1I a tn detail retnir : les Ilollandais promellent de la
faire rcmettre i celui-ci, pour pacilier les Maganouts, au Ber-
bicc on an Corcntyn, pr6s de Sirinam. Cela montre les coin-
miinications tis Manaos avec les Indiens de Surinamn, landis
qu'ils dlaient les eninemis acharnds de ceux d'Essequibo.
Coimme ces documents le ddilonlrcnt, il n'cxisinil pas
d'alliance entre Ics Mlanaos et les Hollandais A l'epoique oil les
Poritigais leIr lircntl a guerre sous Ie prclexle de cell
alliance. Deux autres docmllienls de la IIinIme ainne 1724I'j, mais
que nous connaissions d6jic mionitrent que, au lieu d alliance,
il y avail, de la part de la Hlollandc, la resolution id les exlcr-
incr e. Ils avaient, selon les proces-verbanx de la Cour poli-
tiue (Id'ssequibo. I1i aoi'il 1721, {Arbitration iilth the' I tnied
Slates of I iezutelat, Appendlirl In, the ('txs on behalf /o' the Gor','rn-
Infnt of lier Britannir .IMjesty, II, p. 2) tiu en combat tons Ics
Caraibes ct Aka~lois qu'ils avaiclnt p; ils avaicnt vendu dans
d'autres pays ceux lqu'ilsavaient faits prisonniers ec ils manires-
taient I'intcntion << de venir tuer Ies clirrdicis el ddtruire cetle
;olonic i la premiere occasion. .
C'est alors que les autorites d'Essequibo decident de Ics
antianlir stir leIr terriloire, oi' I'on disait qu'ils s'dlaicnl I'lablis
aprbs s'6trc emparis des plantations de manioc ties Caraibes.
Voici I'ordre par Iequel leurs lites sont miss i prix:
IProcs-rterbtl de Ia ('our Politivque, Essxiqu'ibo, 5 .xlu'slbre 172 i.
c Apres avoir invoque le tnom de Dieu, le Coimimandeur Lau-











NOTES HISTOIllQUES


rens d'Heere lit savoir i la Cour que, d'apris des rapports recus,
la nation Maganout tuait tous ceux qui lui tombaient entire les
mains dans la region du Haut-Essequibo, et qu'elle 6tait en
train de chasser toutes les autres nations nos amies. Son lion-
neur mainiint qu'il Mtait de la plus grande nCcessit6, pour la
protection de la Colonie entire, d'extirper et d'annihiler ces
rebelles, si cela ,tait possible. I.a Cour, apr6s deliberation sur
cc point, fut d'avis uianime d'ordonner i Jan Balisle, le chef
de pose i I'Vtablissement de commerce de la Compagnie, A
Wacquepo, de remonler la riviere vers le commencement du
mois suivant (diccmlbre) avec line force aussi considerable
d'lndiens qu'il pourra rassembler, tous bien arms d'arcs ct de
cclihes et des munitions de guerre necessaires, ct de lui
ordonner de plus, de la part du Commandeir et de la Cour, de
marcher centre lesdits Maganouts, et de tuer ou de faire
prisonniers tous ceux qu'il pourrait Irouver h la condition
de recevoir lui t ses ihommes deux grandes hackles pour cla-
que tele, et, pour chaquc esclave pris et amend ici, sa valeur
iionltaire en vente publique. Rnsolu et conclu en nolre
Couir. "

'P.~a.: miiime cinq ans plus lard, I'activil des Ilollandais dans l'initc-
rieur et minme sur les boards de la haute Amazone". -

i.8. Le document cite dit : c Les Ilollandais de Surinam
pdnitrent dans Fintirieur du pays jusqu'au Napo, qui, de ce
cilt-l, spare les domaines de Votre Majest6 de ceux d'Espa-
gne. On dlait toujours dans la crainte ie ces entries des
lollandais de Surinam, des Espagnols de l'Orinoque et des
Franpais de Cayenne dans les domaines de la Couronne portu-











NOTES HISTORIQUES


gaise. Pour arriver jusqu'au Napo, si des llollandais s'y solt
vraimentjamais rendus, ils doivent atrc entries par I'Amiazone
meme.


PA;E 26. c En 1751, pour obeir a une instruction des
autorites hollandaises en Europe, on envova Jacobus van der
Burg avec ordre de remonler I'Essdquibo, d'avancer aussi loin
que possible, el d'inaugurer le commerce avec les indigbnes.
Son premier voyage cchoua iL cause de l'6tat pei favorable
dans lequel il trouvait le Ileuve; mais I'ann6e suivante il lit
un sejour prolonged parini les Indiens, et 6videnmment dans les
savanes situees au deli du Iupununi". En 173i, ii avail d(lji
reussi i[ envoyer regiilii'rement it la c6te des livraisons de
Icinlure d'oriane, et un posted avait etd labli dans le but
ouvertement avoue d'tdendre le commerce de la Compagnie
jusqu'i I'Amazone, ainsi que celui des commercants indtpen-
dants s'y etait dejit- tendu". ,

19). Rien ne Ie fait presumer. On n'a aucune idde de la
direction qu'aura prise Van der Burg. (ni dit seulemiint iu'il
a et6 en amount des chutes et (document de 175., i dtcemibre.
App. to British ('a.s, boundary with Vi'e ':. Vol. II, p. '21) 1q 'il
a 6ti employed i crt-r on post de commerce, handel ilat:,
pour la Compagnie, siir I'Essequibo. Le posle auquel il est 'ait
allusion dans le paragraph ci-dessus restera, pendant ;u
moins trcnte ans encore, bien au-dessous du Siparuni.
30. a Pour etendre le commerce tie la Compagnie hi travers
ces regions, si possible jusqu'a I'Amazone. On n'avait alors
aucune ide de la situation de l'Amazone par rapport Li I'Esse-
quibo. Cela ne d6montre pas cependant la disposition d'arriver
Sl'Amazone, encore moins de s'en emparer. On n'aurait pu Ie
faire a si pen de frais. L'idde, c'etait de faire, de proche en
proche, par 1'entremise du post, le commerce avec les tribus











NOTES IllSTOIIQUES


se succdant dans I'iintricur jusqu'i I'Amazone. L'elfort se
resuncra, cependant, jusqu'i 1I'extinction de la Compagnie,
dans la crl-ation de cc post d'un ii deux gardens ctabli,
d'abord, bicn en aval de I'embouchure du Siparuni et, qucl-
que trente ans aprls, Iransportd en aval de la jonction avwc
le lRupi ini.

P'u.; 27. < A partir du commencement de 1737, cc
pose ligiure rIguliirement sur le registry de contr6le de la
Compa;gnie, cl avant cinq ans il y est inscrit sous le nom dis-
linctifd'Arinda. Quoique ce pose ne fit probablement pas
silu6 d'abord plus haul quc 1'cmboichure du Siparuni, cetle
silualion commandail sulfisamment le resle de I'Essdquibo"'
ct diu Ilupuiuni, et elle 3lait assez convenable pourjustifier le
chloix faith de cet endroit premiercment pour l'klablissement
d'un post commercial d'importance"'. ,

SI. Si un poste d'un ou deux gardens, bien au-dcssous
du Siparuni, commandait sulfisamment <, le resle de l'Esscquibo
et du (Ic) lupiinuni ,, le Fort S. Joaquim, qiii est unulablissc-
ment militaire, avec une garnison, pouvait pritcdre ia com-
imanider, lout au moins, jusqu'au Ilupununi.
32. A.\uun c;mmmerce n'dtait fail par cc pose, qui sera
supp ini it la lin du siccleiacaus de son inulliilt.

I'AI; 51.. Dans tous les cas, le r6sulta le plus impor-
tant dii voyage de Ilorstman c'est qu'il renseigna Ics Portugais
pour la premiere fois sur le course du Ilio Branco, et leur
suggcra ainsi la possibililC de s'avanccr Ic long de cc flcuv'e.

3. ,Le Mimoire Anglais, pp. 27-50, s'occupe de l'exp6-
dition de llorlsman.. Nous avons 6Wtudit cetle exp6dilion, pp.
553-5i( l du I'renier .llemoire Brisilien. Nous nous v rfi'rons
done. Avant Ilortsman, le Portugais Manoel da Silva losa avait











NOTES IIISTORIQUES


fait, d'apres llartsinck, le mtme voyage en sells contraire,
naviguant sur le Mahi, le Rupununi et I'Esscquibo. Dans un
article sur la Guyane Anglaise, traduit id I'anglais dans la
Berue Colonile, par M. FMlix Niviere et imprimj en volume ii
part, on fixe la date de ce voyage i I'an 1733. (, En 1735, da
Silva Rosa, un Portugais, d6couvrit un passage ie l'Ainazone
a 1'Esscquibo. C('est cc que dit Ilartsinck don't ce renseignc-
mnent est pris: En partant de note Colonie et en se dirigeant
vers I'intiricur, on peut, par ces rivimres et lacs, arriver au
fleuve des Amazones. Cela a ttc prouve par un nomm6 Manoel
da Silva Rosa, d6cMdd, il y a quelques annies, i Essequibo. ,
Et plus loin: Uls (les quatre creoles qui accompagnaient
llortsman) raconterent qu'en faisant la relation de son voyage
i M1. de La Condamiic, Ilortsman avait beaucoup inenti i ce
savant, car il s'Mtait borne i remonter le m6me course que
Manoel da Silva Rosa avail descend, et probablement s'ttait
faith instruire par ce Portugais. (, (Ieschrijriin vitt Guittaa,
Amsterdam. 1770, pp. *2il, 2(i7.) Nous avons vu que cc f'ut
un Indien qui s'Vtait enfui du village portugais d'Aracari qui.
en route, Iiii signal Ic chemin du Tacutti'. Ilortsman, on
peut dire, profit deux fois ainsi pour son voyage de rensei-
gnenents d'origine portugaise, comnin il en prolila depuis
pour son croquis.
Iien avant llortsman, cependant, les prairies du Rio Branco
ttaient friqucntes par les traliquants portugais el dtbji en 17I!I,
la fortification de la riviire pour la defense et la police de
tout son course jusqu'i ses sources tlait proposCe par le Conseil
d'Outre-Mer et recevait I'approlation du roi. (Cf. Prem. .Ilm.
Bres. p. 113.)
liortsman, du reste, passa par cette region l'annre mrome











NOTES IIISTORIQIES


de expeditionn de Francisco Xavier d'Andrade qui en prit
possession definitive.

PAI.F 50. (, I1 y a meme raison de croire que Ilorstman
lii-mmie ait accompagn6 les Portugais dans les expeditions
qu'ils faisaient pour enlever des esclaves du Iio Bianco, si
l'on pent reposer conliance dans le bruit qui courait parmi
cerlains mineurs que Ic Gouvernement hollandais avait envoys
ves !e haut Essdquibo i la recherche ie mineraux. 11 n'existe
qu'une seule reference i cet ancient effort que lirent les llol-
landais pour chercher des miniraux sur le haut Essdquibo. 11
est clair, d'aprcs la d6pche du Coimmandeur, que les miniurs
dlaient vraiment dans la zone (iqi est l'objet de la prsente
dispute, et que probablement ils avaient penitre beaucoup
plus loin. I1 est permis de deduire cela en premier lieu de la
description des montagnes de (c Calikko >, qui laisse peu de
doute qu'ils avaient pIn6trW jusqu'i la chain des months
Canaku, et, en second lieu, de I'allusion faite aux Portugais
qui dtaicnt i cette 6poque tr6s 6loignes tes rgions avoisinant
la zone". Vers cette e'poque on envoya Tollenaer pour exa-
miner la question de la pyramid silu&e dans une autre partic
de l'interieur et prIs du llupununi". ,

54. 11 n'y a rien (dans le document cit6 sur quoi l'on
puisse baser cette conjecture qu'ils sont arrives A la chlaine
(uano-Quano. Le Memoire semnble decouvrir une resemblance
entre inonts Calliko et months Canaku. Ilorlsman dit en racon-
tant sa visit i une mine de cristal dans le bassin du Sipa-
runi: i < Apris avoir franchi quatre autres cachoeiras, je pasiai
dans la riviere Sibaroma que je remontai dans un petit cannot
pendant t1 jours, plus 4 jours par terre, pour voir si I'on ne
trouvait pas des saphirs ou des dmeraudes inmls au crystal
que les Ilollandais appellent calecco; mais je n'ai rien trouv6
d'autre avec ledit calecco., Sur la carte de Ilorlsman, la mine
de cristal est situee sur la rive droite du Siparuni; c'est li que












NOTES IIISTORIQUES


d'Anville l'a indiquee d'aprcs lui, et tous ensuile d'aprts d'An-
ville. Come on le voit, calecco, on calikko, venit simple, ent
dire crislal.
Le Mdmoire Anglais diduit aussi qu'ils sont allies jus-
qu'a;ux Monts Qu ano Quano (Canaku) ) de I'allusion faite
anx Portugais. liqi (;aient en e ma noient Ir'6s cloignes
de la region avoisin;ant I; zone. La d'pclhe citic par le
Mi6moire dil que les nations indiennes qui habitent ce district
n'avaient pas permis aux iinne rsde s'approcher sans beaucoup
de difficult6s, Itrrilii'es qu'ellcs Mtaient par les manivais traile-
ments que Ietar avaient inlligbs les Portugais du voisinage ,, et
que les nations indiennes alaient toutes en guerre non seule-
menii enlre elles, mais aussi avc les Portugais, qui faisaient
contiinellemeni des incursions centre elles et les enlevaient. ,
11 n'y a rien 1A qui signilie que les Portugais dlaient A cette
epoque Iri's dloign6s de la zone oti des miners pr6tendent 6tre
all6s. :e document prouve, au contraire, qu'ils avaient le
contrlde tie la region o6 ces llollandais ne s'e~aient hasardds
qu'a grands risques.

55. Ces pyranides semblent se reproduire. Ainsi, dans sa
letire du 1; avril 17ti6, le Directeur gind'ral -crit I la Co pa-
gnie que, en 17I0, uin nulAhtre Pieler Tollinacer avait i't
envoyv voir la haute pyramid de pierre sur le Inipnuniii el
itait mort pen de temps apr-s, cette nmort ni faisant qu'ang-
mentcr les terreurs de la superstition i I'rgard de celle 1non-
tagne, el ii ajoute que Ice conseiller Pypersberg, en descen-
dant le Massaruni, qu'il avail remoni6 a la poursuite de ses
esclaves fugilils, avait distinclement vu aussi, stir sa droite, et
a peu prCs dans la mime direction, une autre pyramid tres












.NOTES IIISTORIOl'ES


I'-lrvv6. 1 nI plint done i;as citr question de la pyramlide
naturelle d'Alaraipn.

I'.(;F 31. AprW-s ces incidents Ic Coinmandeuir fuit con-
vaincii que son Posle d'Arinda devai elre sitlutd un endroit
plus rapprocl6 d(li centre du commerce inlerieuir, et la mt'ime
annll'i, en 173i1, il donna des ordres n6cessaires pour le fair
Iriiasplanter plus enl aont i I'emllouclure (du Ilupuni ni. On
verra plus lard que I' d6placement d'Arinda n'a pu s'accomplir
qlu'en parlie en cc moment"'. PIrobablement on cr6a d'abord
iune vspkce de post subordoinn6", les conditions in'cant ias
Iivorables i un id(pl;aceiient permanent. )

6U. En 171;:, (13 lao6l) Ic post n'avail pas encore 6lt
Iranisporl- vers le Riiniiiinni. (Lettre du directed r it la Compa-
gnic.) On le sait pas precisement quand ii I'a 6tc.

J7. Cette conjecture n'estbasie sur aucune trace.

PIA;E. 51. L',-tendue du commerce iollandais dans la
rf;ion voisine au lio Branco, et la n6cessilt qui avail surgi
ld'tallir I'aitorit6 tie la Compagnie sir les commiercants, sc
voiieit dans i e1 tlire d'un missionnaire portugais. dale( du
"25 juin. 17.:lI, dont il vant la pIine de citer 1'extrail suivant :
,, .A\ ,nois d'aivril j'eiivo iyi .i Iio llraiiic o S 'astiaoc n dls Sailn os
Va;ilenit awvl c deIs ilinlils origi lires iidu iliagi sitili" aix hontrs de cc
Ileiive qui li a1iielul lnt;'essaires pour eil rr -i pouirirlra rs aver les
idigiiv's el poi r les amiiner i s'iltablir dlans les villages don't la
ii Iulationl avaitl li diiliini e par I't pid6,inii il0 la rolugeole.
U IIsi arrivi-rent ant pays des I'aravilliha;n s. silu dla s I'ill'.rivuir.
i doiinze joi irm11 s I' n l ano l i du l io l ra. oiii cl ils en'lt renc l l ii pour-
i)parl rs a ve. l chll f (iin ilia 'g ilnoi lln IPal dair qiii I'rollll ta lc irs
pariiles: ilais ils lirviilt obliges iallieildre, pairce qi 'il di -siiail c1111-
uiiiiiuii e' avI c d'auiires clheu s qit ui ,laiieit ses alliIs. el leur retom-
maiii ilr Idl ve i ir: el apris ique lnous iii. es l .lliendlii q alilre joiirs, nie
trolley de I lllandais a lir a. (illiillspo 'ef de trois planes. iinq noi1 s, et
nil iiinon 'rie rconisil;rablelh diallii's inldiens: cuiix-ci c(m inme'i-icre'lt i
tirer sur lots getns. qui s i deiidlirent l Ic iieux u'iiils punre' t, el
qiloiqlue persuonnc lie I ile lute. ni blhIss'. cuI iiicidniil nous lit gnraail
torl. pace que les ni oveaux Indiens qui divaienit venir nous joii dre












NOTES llISTOIIIQUES


s'cnieiircnt. Qjantd on demnitila attx Ilolland;iis pourpq o iu slaieit
venoils. its re-poniielui('1 (itts 41-laivt v('ilius iii 'C ilE pool. e(de.
esc a v's a ii l Iile li i I '( iiiioul Se il b ia t aver (IlliviIlly)e(1
essayycrau t (t s'% onpposer. Ces loll a d a is %ei ia (iti IFES1IIi vo. *it I4v
lollatl1dais ono till Fuort t des plainitatios. ts ItI! vivilli'viil 41iIS lIIntrv
lerrilitire iteo litrsiloii le~ flcite vs! jtleitl. var alors his plauites qlllt
siibuiii'tgnvs (il is peoe'ti'i v ptsw'i 4-11 balvati: rIais ceula letit. vsI
tInpossille; (Ittitiv l I'caoit ast sluSe. Itiree (ipi' la rtiiu' pal. Ia'rre e'
11011 setilleitiut tri's lotigit'. Illais alissi tri!s ila liel.'ervi. Je SAS pi te
Ics Ilollatidaus CII6veii Iiilt grand )itoitilIrI' de per-
Soitnes do ItBin Bratien. sevlilalait thdis on les ttu-ittmin' el sI pro-
cuiraen hi s nut o'es pal,' eel flt ge (et Si tilii liC I's em u he llae pasi(
retn ll llel icr II s dcv jeniu I in ii ie ittlit liia iesdI I ein Illag',e dn
a Ce ptassage i es qttiimit seul pIarmi jiltisicties (pmi udu'
iiioili'eiit que his llollatidais a;tivitjct I'laialulitde dle V11(iilrer a:
title gt'ande dislanceen cii;al (Ii1 Rlio Bra~nco p01l.11' I mitvel' (111
commintercc c tids eselaves; ii pri'oiive' ai illeirs (pIle e's Coln-
mier'i.atils iitdeteidaniis ide Ia Ilollaii4lC agussauivill ieti cava-
licre'iicit. 11 paai (jtilt vcts li tilniti t-poijiic us Sootulir t'i~es
cit enilit avc les Maioasns:;

i't. Nouts aions dout tu. cc dore i ii I, pa iii Ics tilrcs por-
toga us. (Prem .J1kat. fit,'s. p. 11i7.) C'cst en elfel l' infIoemaiiia
d'ill missuonnaire plorl'iuais relalauit 1'cntrc`e dants Ic tleenloire
de in a;oironie d'miic n expeil ii tdi Ira lipianils d'eselaves potl*
faire (it bltilii. ., Les Ilollanidais vieiinc nt du ticuve IEsfiimii oil
Icur nation possi'tle iun fort ci qticlqites hanmeIIau x. C: WI'Cst qtt't
*c('poq ue die la cruc des ent x quills peur'rrii i ,, i' s' roire, hrrji-
toir'. Ils l cv ienodrontI Iictiilt' les mnaitrcs Iii Ioin Negro, Si oni
ne Ics em pte-dc pas de reloun ice. ) Ce doctumcnl a. en cifelr
une suie : Ic secnidi ordre royal dIe rortilict' Ic le 10io Branie.
romme on pciii Ie oir, 11011 SCelementl daIls n oll ic Prcimicr
M-moiure (pps. I.19 et stiva tes), mais phma is loin, a I a page 111:It
1It'tiioirc At"lais. Ics lesrites de Ilaclhat avaico ii t a boliicts;
di]i temps iCllcs exislaicut, dii Ie GotIverv (Cc'. PI',m,,
mci,,. P *x., 1. I 1)9. oil ite se livrit I pas I dIe semntllables Ira lies.











NOTES HISTORIQUES


(Otre la fortification du Rio Branco, trois membres, entire
autres le Marquis President du Conseil d'Outre-mer, ( sug-
girent qu'on fasse des reprtsentalions au Ministre de lHollande
alin de faire cesser les incursions des sujets de celte UIepu-
blique dans les domaines royaux de Sa Majest. ,,
Come on le voit, le Portugal tenait ces territoires comme
siens par la voix de ses repr6sentants autoris6s : le Roi, ses
Ministres, lc Conseil d'Outre-Mer, lesGouverneurs du Maranhiao.
Jiisiu'ici le M6moire Anglais n'a pu citer un siul document oil
la Ilollande les considrAtl aussi comme elant i elle. II n'en
citera aicimn jusqu'at lain de la domination hollandaise,
come il n'en citera, non plus, aucun 6tabli au nori de
I'Angleterre avant I'intervention de Schomburgk, c'est-t-dire
jusqu'cn 1840.

PAGIE 52. cc Tous ces incidents eurent pour rdsultat que
1'aulorit6 du garden du poste d'Arinda dans la zone actuelle-
ment en litige et au deli devint plus directed. La depeche du
Dirccteur-C6ndral datic du 20 octobre, 17.'5, qui parole du
commerce avcc les Portugais le long de I'Amazone, prouve que
lorsqu'un conllit avec les Uapichianas meinai:ai Icl commerce,
Sil prit ls measures necessaires pour protcger non seuilenent
les commliercanis, mais aussi les Caraibes et Is Macuchis bien
disposes, cn en voyant ine expdilion sous les ordres du
garden du pose d'Arinda".

39. Nous nous bornerons A reproduire Ie document cite
plus haut par Il M'-moire Anglais. II suflit pour montrer que
les olllandais n'6'taient pas m-me maitres de leur territoire et
que leu rs premiers commercants qui vouilrent ptnldtrer dans
les regions voisines de I'Amazone firent menaces par leslndiens.
a Le lirecteur" yn:ral, Essequibo, i Ia ('ompagnie des Indes
kcridentales (20 Orcobre 1755). J.-L. Marcand, Poivet et











NOTES IIISTORIQUES


Watys, trois de nos habitants, etant allis jusqu'i I'Essequibo,
avec l'intention d'etlahlir quclque commerce avec les Porligais
le long de 1'Amazone, ont 't(- ti-s d'une facon sanguinaire par
la nation appelec Mapissanoe, sans avoir donn6 le moindre
motif A ce crime. Ce n'cst pas la premiere fois que ccs Indiens
ont agi ainsi, car I'impunit6 les rend de jour en jour plus
audacicux et ils osent dire ouvertement qu'ils traiteront ainsi
tons les blanes qui leur tomberont centre les mains, parce que
ceux-ci ne sont pas ds hoiinmes et ne se vengent pas.
(. Combine il est m'ccssairc de prendre des measures it ce
siijet, j'ai ordonne in MBshak, le chef de post, de s'enqudrir
avec soin de leurs villages, de leur nombre et de leur force,
de s'assurcr du chemin et de tout exactemnent, car j'ai l'inln-
tion (avec l'approbation de Vos Ilonneurs) de les attaquer
ensuite avec i'aide des Caribs, qii sont venus ollrir leurs ser-
vices a cet ell'e, et de les chasser dans l'interieur, loin de la
riviiere Essequibo, pour que nous puissions avoir libre passage.
Cela aura lieu d'aulant plus facilement qu'ils out aussi assas-
sinI des Caribs et des Macusis, leurs plus proches voisins, qui
accompagnaient lesdits trafiquants. Je prends la liberal de
prier Vos Ilonneurs de bien vouloir me fair l'lIonneur de
m'envoyer le plus t6t possible votre rescrit iA cel guard. ,,
En 17M1 le chef du poste Arinda rapportait que les Maga-
nouts avaient tii un commercant, appele Piter Lons. (Premier
.MlDmoire Brisili'n, p. 126i.)

PAI;G 52. Pendant les annies qui suivenl. I'histoire des
savanes sur le haul Rio Branco ne parole que idu commerce cl de
I'iiifueiice des Ilollandais, qui continuaient sans interruption.
et Joni l'ilcendue est constamment admise dans les dteplches
oflicielles des Portugais et des Espagnols.












NOTES IIISTORIQUES


Par exemple. Ie (ouvlerneur du Maranhbio ecrit A son frrrc,
le Secretaire d'Etat i Lisbonne, au niois de juillet 1755, come
il suit :
Les Iollallnlais nious inlfslcenl l ecl pJll'ellnt dans les vastes planes
qui exislten dans ctlle rFgioin nIon seolcment par le Rio lBranro. mais
par tolls le's cll ii'eau iqui se jellent dans ce Ilenve, et qui s';;lhin-
dent bin loin vi ers le nird: car de tons ces flucvcs j'ai reiin des rap-
polrls iqui les Ilhllandi;ais on inlroduit duties outils en ler. qui passent
dte Iri s mi;ins dans rcux d la gratdle nation des Caraibes appealss
Maduacas n'i crs licux). Ce.'ll Irilb IIe st' coniten pas d'infester notre
froiitir.e, mais elle s'avalnce jusqu'i I Or6noque pour allaquer I's
grands villages civilisi's. o illc a ro'minis d'innomlnables outrages". ,

60. Le's ideis portigaises 6laient encore en ce temps
toules ctnlraires i I'enlrde d'tlran;igers dans les domaines de
la Couronne. i.e moindre article hollandais don't on d6non.ait
I'exislience eilire les maiill de nos lndiens donnait lieu i des
soiipons sans nIiini'imb de la part des autorit6s; on voit dans
Ic passage cilh' die Francisco Xavier de Mendonca qu'il ne con-
siddrail 'e ominn lire (que c(OIini lille con reban de, et que ce
in'taiont pas les Hlollandais eux-nm'mes qu'on soupeonnait
d'introduirt ces articles, mais les Caraibes, ou Maduacais.
Cetlt trilbi. disail-il, nous inlieste come elle infeste I'OrH-
noqlie. Le Goiiivern'iiir recevait dijia alors, come il est dit,
des rapports d' lonie lhs s rivif'res se ddversant dans le Rio
lranco. Ce passage est d(lehcli(' d'un document qui montre la
souvcrainvi it' orltugaise d(jit enti('re siur cette rHgion, qui
avail 'ih' co'vertic ell Capiltainerie.

I'AI.s 32-55. l)e niimec. un dies Pr6fets des Missions
esp;agn.ols sihtices loin de cette rcigion rapport come il suit
nll 17 8 :
II ilm'esl impossible de fire I''mniiitration de totes les nations
que poursuivent ls Carailbs avec I'objet de les asservir. Les trihus les
ills g;nit'.raellllenil connues parmi cells qIi demeurent sur nos fron.














ticlrcs sont les Barinagotos, les Maos. les Macos, Amariuoltos. les
Carmaracolos. et les .Af.ios. Paravinas. (,iaicas. etc. Po'iir arriver a
ces nations. les lollandais et les CaraieTs i'elonl tetll I'Essc|iilibo 4tn
bateau pendant 20 licues jusqn'i'l n endriioitl t ils onil 1uihli tilu posit:
puis ils siil ollignes. i, caiise d'luine grande caltraclt, tie Irailler Ie
haalenu par voice it Io l trr. IIs ronitlilient cersuiite lentr Ila tiln itli. p11iir1
co anionl. se dirige ai droile I'.\ripaimnri: ils I'ronvent qulllq'us Inginces.
apr's avoir l;aviglu I'.\ripainiirli an.ssi Inin tqiie impossible. It apli's
avoir l fail u ni l porlage d'ienviroin llu11' ,leili-lieiue. et piisiqle It lelhive
tie Maill sot tie ladilel I agune,. ils I il'dsceidteniit pour arriver ain Itio
Nti'l'o. En descendant l etl Ic Iio Ntgr'o el en tionaiiili ii ga inche ils
arrivetn i I'Animazio, e.l ien reml onIanit le aIlt ne Ihloe el etln Iotunant
it droite ils enltrent daiis I'llro'qiii e|ti "'. *

61. Cel itinl-raire esl lout litlil', lbasn- i; pinen stir la
connaissance (|i'on avait ih;jii rn 17',It d'iun por111 ag1 enlre le'
Iliipunutii et l IP irara. I,'ili' qlie les Hlollandais descelndlient
jusql'id I'Anmazone, le remonitaienit et eiiltrainii dil ls l'On'lioqine
suflit i inoiitTl r hI varactnre enilitremiient fantastique d(I 'etlle
information. Ilans ('e passage. Ie d'erniilr pos' i hlollandais est
encore en aval dtls crlllcs dlv I'lssequilio, i '20 li,'ues Ile son
llllblouchurl.

I'PAE 550. < En 17(i" le ;oiuverneunr Id la province dlu Iio
Negro 6cril ainsi au sujet des Paravilh'inos qui deioniiraient sur
le Hio tlranco :
A Cet vr-nenlient in'a fail tonlsidirerr la raison pour lhulnlelle tres
Paravillianos pissi-'dtlll lile cerlainle tquianliti d ';arines. tit ponlldre. r t
de balles: il est e*vildeiit que Is iololandais les armeiint, soit ipoi' des
raisons ide cInommer', soit pour dI'aiilrs raisins: et (liquni piq 'l '1 soil.
il est tolljolirs iertlainl qui'il iious est inuisibic e d vir lins voisins
indiens a'rm's et prenti( I'lhabihtude de venir neverr pinir les vihdre
Ics Iriibus sijeltes it Sa Maje;sl. Tres Fidile"'.

62. Nous avons reprolduit cc doculnUlent (A.mn. I'mre. .llMu.
Ir's., Ill, p. 91). C'est encore un titre portugais. CI n'est
pas une dlpt'che d(i Gouveriieur ildI Rio Negro, munis d'in ifnle-


NOTES IllSTORIQERS












NOTES IlISTORIQUES


tionnaire de la Capitainerie du Rio Negro. Le Provedor Pereira
da Costa v demand la fortification el la colonisation du Rio
Branco pour empicher que les Indiens habitani le voisinage de
nos Mtablissements du Rio Negro rie rcoivent des arms des
mains des agents hollandais. De celte maniere, on evilerait des
diffdrends senblables it celui que le Portugal eut avec la France
en 1(82.

P.AiE Inc depi pche du Directeur-Gen6ral, dat('e du
2-2 fi'vrier, 17I5( (et qui est plus facile ii comprendre si on la
lit du point du vue du ,, Trailt sur les Posies don't il scra
question plus tard), indique clairement que jusqu'en 176'2 le
coiinwerce hollandais dans les savanes avait Wt abandonni.
pour l;i pnlpart aux comnicryants independants, et que la
Comnpagnie s'v interposait, ainsi que nous l'avons fait remar-
quer, plut6t pour surveiller ce commerce que pour y prendre
part". ,
6(5. 11 faut remarquer que le post Arinda 6tait encore bien
au-dessous du Siparuni ; malgrt cela, le Iirecteur-G6nilral dit
qu'on ii'; que fort peu de renseignements sur cc post, meagre
knlioled.l, commie le Mlmoire Anglais traduit.

P'.%;E 34. Vers la mnie "poque, les Manoas firent des
ouverlures pour renouer leur ancienne alliance avec les llol-
landais; Ic Directeur-GUniral hollandais eltait dispose ii leur
donner bon accuvil, quoiqu'il lii l6t ni;cessaire d'agir avec
Iprecauiiion, i cause e la jalousie des Caraibes. Voici ce qu'il
civill i ce sujet :
.l';i faith savoir aix chefs des Maanons par 1'intermnidiairv des
PIarlihawaens. leurs aimis. qu'ils seraient les bienvenusel que nous leuur
I'rrions blon acc'ueil: je leir doinai I'avis. cependant, que. pour ne
pas donllier d'oilbrage. ils ne devraienl pas descendre la riviLre en
trop grand l iioiilre, mnais qle leurs clihl's. lots tie I'lrrivie au post,
devrainit se ineltre sons I'escorlc du garden on de son adjoint,
tandis que les autlres v allcidraicnt: je leir assurai que les Caraibes
n'oseraient pa~s leur Iluire anssi longtlemps qu'ils se trouvcraient sous
cette escorted. 11 me tarde de savoir le resultat de cette demarche"'.











NOTES ISTORIQUES


64. Ce qu'il sait sur les Manoas, il le sail par un Portugais
du Bresil, Torres Bandeira, ayant Wtc mon hole ici pendant plusieurs semaines, dit-il dans
cette meme depkche, au sujet de cette nation et du grand
advantage que les Portugais ont retire d'elle ,.

PAGE 5. I1 est nCcessaire de lire avec soin le <' Traitl
sur les Postes afin de se faire une idIe exact de la position
des llollandais en 1764 dans la zone en litige. 'Tot Ie Traitl
est intdrcssant, parce qu'il explique Ic systmme adopl)t pI;r les
Hollandais pour gouverner et adiiiinistrr les parties eloignies
de leur colonie; mais il est supcrllu d'en citer plus que la
parties qui traite d'Arinda et de la zone en litige"": ,

63. Suit une longue citation du rapport; les donnees en
sont presque toutes tirees de d'Anville. Le paragraph supprim6
est peut-Mtre le plus intressant de tous :
<< A une bonne distance en amount du fleuve, sur les rives
de celii-ci, demeure la nation populeuse des Manoas, qu'on
appelle ici Magnouws, tres redoul6e des autres nations, el qui,
an temps de I'ex-Commandeur de Ileere, fut si injusteinent et
si puirilement chasse, maltrait6e et alien6e de nous pour tou-
jours, de sore que les efforts qui ont itc faits pour entrer en
communication avec elle sont rests jusqu'ici sans r6sultat, -
ruse politique don't on aurait cru incapable la nation caraibe. Les
Portugais du Brdsil doivent i cette nation la dGcouvert e e 'or
et des diamants. J'ai beaucoup entendu dire et beaucoup lu i
ce sujet, mais le fait m'a W6t confirim6 par M. del Torres de
Bandeyra, le second personnage au Bresil, qui vint se longer
chez moi il y a quelques ann6es, lors de sa fuite du IBr6sil, i la
suite d'une dispute avec l'Nvcque de Pernambouc.
II est maintenant facile de comprendre de quelle impor-











NOTES IIISTORIIOUlES


lance deviendra co pose si I'on on conlic la direction i des
gens senss el silrs... i .
Ie post Arilna Mait lonjours an-dessous de 1'embouchure
du Siparnnii... < non loin an-dessus de la station, deux antres
riviri's, 1a Silb rouiinai l Ic ltililie l i n, conime il est i di ans
Ic' nnt11'me rapport.

P'.;E 56i. Ct (le extrait done un11 rsumi concis et I'rap-
pant des principaux fits q(ii mnil t(' exposes dans cette parlic
d Ii prsenl chapilre: c'est-'i-dire. qii e lc lipmnuni -lait la
role ordinaire des commernm:anls"' (i qe les Iiollandais fai-
siiiciil 1i11 ns;age coistlanl du passage qui onenait an Rio Branco
el a1 Iliio Negro. Less cilalions qui ipr'cddc t il Irailint des Ma;noas
el de liir d(sir de rniioner leurs anciennes relations avec les
lollanldais, ct aussi des Missiionl Iri-s ('ligoin'es ies Portntgais,
dowl les conmmer'ants hollandais avaient (;videnimmnt connais-
S;llCe"' -

(66. 1 y est dit que ce passageexisle,ce qui elait si par d'Ain-
vilic et par Torres Bandeira, mais non pas que les commer-
anils s'en servaient. II v est dit. an conlraire, qu Ie le commer-
r*ant ambiulant Jan Stock avail vn les missions des Portugais,
mais n'avil pas Pos( s'en approcher par peur des traliquants
indieis. Qiioi(le les Troupes de Ilachat I'nssent abolics, ties
VNxpddiilions particulicres sc faisaient tonjours par des gens
qui avaiinl pris part amx anciennes expeditions oflicielles,
s'allriulanl dans le d6serl et hors dc loiile sanction li'gale la
intmie juridiclion que les expeditions riigulieres de I'lIat ; ce
scir l ne de ces '< missions que Stock aura vne.
(67. Des Missions tr6s cloignees; mais, i'tanmoins, ties Mis-
sions dans I' voisinage de 1'Esscquibo on du Inlupununi.

Ii'.;: 7. Les instructions que Ie Gouverneur hollan-











.NTES IIISTORIIOIES


dais avail donlnIes an gardienii d post (d'Arindai, et iqi (:vi-
dminlent ont dI' corrig-es vers celle ipoqic. mnirilent alssi
unii attention particlliire. Sans computer ses frictions secon-
daires, et oflicier dlait chargti de garder la paix parini les
Indiens, d'arr~ler Ious les strangers iquii auraient pindler' ilans
ia :otne d'iii/Iu iree hollanIhlise"~ et de surveiller tons les com-
emrctants. II est i riemarqiler lique cioux-ri ';taiellt teniils di s1
illniir d'n(li passport, qu'ils devaient prI'sent'ir an garlien dle
post. L.'Article X des instiucliins esl fort signilical'if. II ,dl'elnd
nellenienlt aux conmmeranls independants de remonlerr I'Eiss'd-
quibo, et fail passer Ie commerce par Ie iuilinnuni, la voice
ordinaire tiinanl aux savaines qui perinettait de sirveiller cle
CllIIIIIClle'r plus facile'iiiien ".

681. I:est nous qui avons soulign. La Compagnie ne con-
naiss;il pas de zone d'inillence hollandaise. Elle ne sesonciait
que des liinites de sa cliarte dans I'Essequibo miine.
69. Le DIirecetur-(iindral ne fermail pas l'Essequibo 'e
n'ouvrait pas le Itupununi pour fire passer par celle deriieire
rivire Ic commerce hollandais. 11 d(feindait aux particuliers
Ie commerce dans l'Essequibo, de peur, conmne ii esl dil ldans
plusieurs docunients el ripelth dans cclui-ci nmime. (jiqu I's
colmniii'rl:;ils particuliers, par leur imavaise cotnduit habi-
tuelle, ne nuisissent al coinmerce et a l'amilie q(li'il voulail
nouer aver les tribus dil llntl-Elssquibo, les Tarounias ct
autres, parnli lesquclles les Magnows.
I craignait (Coiiimandeir ii la Coimpagnic,le 10 ja nvicr 17.,ll
que la conduit d'individus lels que Jan Stock ne viil i pro-
voqier une guerre aver les Indiens, ce qui aurail t('lt la r'lin
de la Colonie. La Comnpagnie 'tait liune allaire coliimercialc,
presque priv6c. La fnite des esclaves ou la guerre avec les In-
diens sont soiivetl cilhes dans les documents ofliciels coiiiint'
des incidents qui poourraient amener tne ruined total. II in












NOTES IUISTORIQES


faut pas penser qu'on se trouve, A cette 6poque, en face d'une
nation avec ine politique national superieure A l'intirkt du mo-
ment; on a simplement devant soi une entreprise particuliere.
Cc qu'on peut induire de ces instructions c'est plutot que
le Directur--;dnlral se d(sinteressait du Rupununi que la
ligne de d'Anville, qu'il tenait come la limile de la Colonic,
coupait i line certain distance de son embouchure; il ne se
prtoccupait, piour la Compaqnie, quc de 1'Essequibo mrrme que
celie ligne, djij alors officielle, laissait dans la zone de la
Colonie. Pour bien comprendre cette discussion, il faut regar-
der la petite care espagnole, copies par Storm, de 17.50 oi
environ (Atlas accompagnant le Prem. Mn:m. Bris., p. 21). On
y voit, A la jonction dui Iupununi avec 1'Essequibo, cette indi-
cation en hollandais : ( jusqu'ici viennent les cominercants
d'Essequibo ,. L'idde d'un commerce suivi d'Esscquibo avec les
savanes du lio Branco n'entre pas dans les idees de l'6poque,
il n'existait pas plus alors qu'aujourd'hui ; on ne peut, sans
anachronisme, priter a des instructions hollandaise de 1764
la mi6me portle politique que si elles avaient 6te redigees par
Scelihoburgk.


PI'AG 57. ,, Vers cette epoque Storm avait I'intention de
reconslruire le post i un point situe encore plus en anont du
Ilenve, oun bien d'etablir un autre poste asscz loin en amount
pour qu'il flil possible ie recevoir des rapports detailles de
tous les miioivements que font nos voisins de l'interieur0. ,,

70. Nous ferons remarquer qu'il n'est pas question, dans
cette depeche du Directeur-Gdn6ral du 28 decembre 1761, du
Itipununi, mais bien de I'Essequibo, et que les voisins de 'in-
tirieur auxquels il y est faith allusion ne sont pas les Portugais











NOTES IIISTORIQUES


du Rio Branco, mais les Frangais de Cayenne. Cc project de
Storm n'a WtC pourtant qu'une intention tres passagere.


PAGE 57. L'influence que le tiouverinemiit hIlilandalis
exercait sur les Inliens habitant la zone, sc vilt clairiiienit cn
1765, lorsqu'une guerre entire les Maciclhis et Ies Ialichi;nnas
derangeail le commerce di district di I1uplmnuni. M;allre
I'ininiitid qui existait entire ces deux tribus, routes les deux
accueillirent avec empressement la proposition du gardicn
d'Arinda de venir chez elles. Presquc an minme temps il y cut
une illustration du pouvoir qu'cxer:ait le garden dans la
parties de la colonies avoisinant le post : la presence inimine de
ses officers subordonn6s sullit pour garder la paix entire les
Caraibes et les Accouais sir I'Ess6quibo mrmc. I.es demarches
qu'il lit dans ce but relard6rent le rhangement de la localilt
du posee. "

7 1. Leposte tait encore au-dcssousdu Siparuni. I.esM 1cuxis
et les Uapixanas avaient arriet le Poshloudcr d'Arinda dans
le Rupununi m6lne et I'avaient empche de remionter la
rivibre; ensuite ils lui dirent qu'il pouvait passer sans craintc.
II est toujours question du Bas-Iupununi, i sa jonction avec
1'Essequibo. II faut remarquer que la situation du post de
I'Esscquibo, A l'embouchure du Rupununi, ne voulait pas dire
1'exploration decette riviere; le Siparuni n'avait pas etd explore
tout le temps que le post etait restI en aval de son embou-
chure. Ce poste n'avait que deux on trois honimcs qui ne pou-
vaient s'absenler sans qu'il cessat d'exisler et sans risquer que
les communications par l'Essequibo fussent intercepldes par les
Indiens Dans ce nmnime document, le Iosthouder dit qu'il
serait dangereux alors (17(6) de transporter le poste plus haut
dans I'Essequibo, vers le Rupununi, i cause de la rivalilt
entire les Caraibes et les Acaways; a s'il le faisait, les commu-











NOTES IIISTOIIIQUES


nicalions par la riviere deviendraient dangereuses, sinon
impossible ,.


PI. ; 37. L'influence hollandaise sur les Indiens de
l'inltricur 6lait si complete que le commandant avait faith un
arrangement avec eux d'aprbs lequcl tout stranger qui se Irou-
vail i I'inlcricur devait etre arrn't el d6porlh scion ses instruc-
tions". Vers la lin de 1766, la presence d'une patrouille
portugaisv peu nombreuse dans les parages du ( Maho ,.
c'esl-a-dire, di Takiitu' (videmment la palroiille d'Agostinho
Diniz. dont il sera question dans le chapilre suivant), fut rap-
portic aux aulorilts hollanidises, qui envoybrent tout de suite
un clef araibe pour prendre des informations:'. .

72. Ceci ne regarded pas le territoire conleste, mais l'inti-
ricur de la colonies.
75. 11 n'y a pas de raison pour prdtendre que le Mahti
don't il est question dans cc document soil le Tacutii et non
pas Ie Mlahli mime. 11 faut remarquer qu'il est dit dans ce
iiumin document qu'il y avait six grands canots des Porlu-
gais in le lek r1tn Purima, au confluent du Parima, ct que les
genis 61,icnt allies surdes pelites embarcationsjusqu'a la pointe
du ruisscau Aurora et du Maliii. ILe Yimnoire Anglais traduit
in de Irk ran PI'rrini in the Lake (?) of Parima ,, tandis que
ce ninnic passage est traduit dans I'annexe au Mimoire Anglais
dans la question avec le Venezuela in the outlet of Parima ,,.
Cominme on le voil, Ic rapport du Posthouder d'Arinda signal
deux endroils dillfrents oei se troivaient les canots porlugais
de cell expedition.

74. c'expddilion du Sous-Lieutenant Agostinho Diniz en
1766i don'tt nous nous sommes occupis dans le Premier .lW-
moire Ilruisilien, pp. 142-145, et aussi pp. 16i5-165), est un











NOTES IIISTORIIIES


titre d'occupation portugaise du Contesit actual. Diniz, avec
ses embarcations ct ses hoinmes, avait remonl Ile Rio Iranco,
le Tacuthl et Ie Maiat, par ordre du iouverneur du Ilio Negro
et dans 1'exercice de la jurisdiction portugaise, Ic territoire
de cette Capitainerie comprenant Ie Rio Iranco et tout son
iassin. Les llollandais n'ont pas pens6 a i itervenir, et n'oit
pas faith la moindre remiontrancc. S'ils out cnvoy6 qiieliiie
Indien pour les rcnseigner sur les mouveincens ti I'exp'dition
porlugaise, cc fut ccrtaincinent dans la crainic qu'cllie nc
pnilrati dans le territoire dic la Colonic. On ne trouve pa;s.
dans tons les documents hollaudais, la moindre plainle an1
sujet de l'occupation portugaise du Tacuili, du .Mahli', dui I'irara
et de l'isthmel entire Ic Taculti et Ic lupuiiuni. Nous avolns
inontlr- que, pour eux, tout Ic territoire i l'oucst die la ligic
d'Anville n'appartenait pas i la Colonie.

'AI.E .S. Unc allusion au coiImImcrcc holl;nlais s iiI I
llupununi provcnant d'unc source espagiiile iim'rie un111 a;llu-
sion pass;agirc. Illc se troive ic p. S7 tli vol. 1 dle l'Ainna' .

7i1. II es dlit dans cc document espagnol qii'uii iiigre ct
un Indiin itaiclnt arriv6sdans la Mission de Cavalilapi des Capiu-
cins, portcurs d'un passport du liouverlneur d'Essequibo,
distant qu'ils allaient rccouvrer d'anciennes detles dians la
rivicre Apanoni, ce qui, d'aprts les inlcrprblcs, dil le docii-
ment, comprenait aussi la Iraitedicsd'esclavcs L'Apanoni, don't
il est question dans cc documnicl tde 17i(!, itail-ce Ic llipiuini
de 1'Essequibo? Le mimein noir, v cst-il dit, tlait arrive; I'ann;lli
priecdcien ii lai Mission de Cavallapi el i acipati avcc uni pas-
seport disant qu'il sc rcndait i lh. Mission de Canapo it la rechecr-
che d'csclavcs fugitifs. II avait 6d, d'apris son propre aveii.











NOTES IIISTORIQUES


employed pendant trois ans i acheter des esclaves pour les Ca-
raibes. Ses embarcations 6taient arrives pleines d'articles de
commerce qu'il avait donnas aux Indiens pour qu'ils lui livras-
sent de jeunes Indiens come esclaves; il avait une quantity
(Ide frs pour les enchainer. C'Utait Ia, dit le document, les det-
tes qu'il allait rccouvrer. L'attaque des Caraibes 6tait combine
contre les Cuenicolos, qui restaient dans la frontiere sud des
Missions des Capucins et 4 au nord de la rivi;!re Apanoni ,.
Ce n'est certainement pas la region du Ilupununi de I'Esse-
quibo. On n'aurait pas donn6 un passport pour le Rupununi
i des individus qui, comme celui-li, 6taient employs habi-
tuellement dans la region du Cuyuni et avaient coutume de
trafiquer chez les Indiens appartenant plus ou moins a la
jurisdiction des Capucins catalans. Quelle 6Lait cette riviere
Apanoni? Nous l'ignorons. Si l'on regarded les cartes d'Olmedilla
el de Surville, on trouve la chaine de Rinocotes et les Barina-
cotos et la cercania de Ilinocotte tr6s voisins des sources du
(armen, Ie Puruni des lollandais. La corruption de Puruni ou
Pununi en Apanoni est plus facile i expliquer, comme nous
l'avons fait voir, que celle de Rupuruni ou IRupununi.

I'.;E. 8X. a I.cs documents de 176!1, et surtout la
depeche de Storm date le 5 juin, contiennent un r6cit detaill6
d'une expedition hollandaise qui, partant d'Arinda, remontait
le Riupununi, pour visiter la mine de cristal site dans le
pays ties Uapichianas. Ce rccit est trfs clair et m6rite con-
liance. Le voyage ennuyeux parole IKupununi an temps de l'eau
basse ressemble exaclement i celui que decrit im Thurn plus
d'un siCcle plus tard. La description du passage, d'abord at
Iravers le pays des Macuchis, et ensuite par celui des Uapi-
chiianas, s'accorde compl6tement avec la position geographique
de ces deux peuplades. D'apres le r6cit, les Uapichianas
tiemeuraient prbs de la mine de crystal sur les deux boards











NOTES IIISTOIllQUES


du Maho ,. Cette circonstance, jointe A la description de la
riviire fournie par le garden du poste, prouve que cette mine
de cristal dlait situe- dans la chaine de Canaku (Calikko), et
que le MIaho du gardien est en clfet le Takutu. L'allusion que
fait Storm dans cetle dlepche i la carte de d'Anville fait con-
fusion avec la description du garden, mais ses observations
prouvent qu'il ne faisait pasallusion h 'lreng (Mahu). Lechemin
suivi a cette occasion par le garden du poste est indique en
Ileu sur la carte No. .' de I'Atlas". .


76. Jansse, dit Storm, remonta le 1lupununi ct, cn deux
mois, arrival dans le pays des Macuxis, en s'arrtlant piisieurs
jours de suite chez les dillfrentes nations et ne faisant quc
qualre miles par jour. Vos Seigneuries ne doivent pas
croire que cc soil un si long voyage. En arrivant chez les
Macuxis, il loua tn iiterpri.te pour l'accompagner clihz les
Wapissanes, ( nation qui habite pris des Mines de crystal des
deux cotes du Maho et la mme qui, quinze ou seize ans aupa-
ravant, verss 1735 ou 1754) avait tuW Louis Marcan ct tdux
autres blancs ., II v rencontra aussi la nation des I'aravianes,
qui avaicnt Wte cliass&s de l'Essequibo,dit Storm, par les cruau-
tLs ties Caraibes.
11 n'y a dans ces donnees rien qui justilie I'interprelation
que Jansse soit all jusqu'i la Serra Quano-Quano (Canaku) oi
se trouverait la mine de cristal. ,, Le voyage ennuycux par le
lhupununi au temps de l'eau basse resemble exactement i cvelui
que dicrit im Thurn ,: c'est lit un des eleiients de I'interprd-
tation anglaise, mais ce voyage est le mime pour aller au
Mall qu'au Tacutu.
Le second element de l'interpr';tation anglaise est I'liabitat
des tribus cities par le garden du post; mais, d'apr6s G;aila
Lobo, aussi bien les Macuxis que les Uapixanas 6taient sur la











NOTES IIISTORIF'lES


route du MahI'i, vcnant du Rupununi. II n'y a que les Paravia-
nas qu'il place cnlr e Ic Tacuti'i c le Ilupiununi, cn disant tou-
tefois a habitent aujourd'huli n; mais ces nations 6taient toules
nomnadcs, et Storm nmnie dit quc les c P'arhavianes ) (s'agit-il
des I'arlahans tld llorlsman, sur la route de la mine de cristal?)
avaiinl 6migr. de I'Essequibo; elles vivaient en guerres ct en
expeditions cu ntinuelles et la savane leur ltait Loute ouverte. 11
fimut renarquer que I'identification des tribes indiennes par
des voyageurs de passage, se hasardant parmi clles sans inter-
priles comipdtenls, a forcement un caraclcre bien conjectural.
L.c Iroisiiime et dernier element de I'inlerprdtation, c'est
I'idenlilL des niontagnes de Calekko avec la Serra Canakn.
Le i6moire Anglais induit cette idenlilt de la ressemblance,
qui ne nous semble pas frappante, des deux mots.On ne Irouve
pas ce non de Canaku dans les documents, ni hollandais, ni
porlugais; mais c'est un nom on une deformalion de nom indi-
gene, tandis que kIlekko, comme nous venons de le voir, esl
le noin que les lHollandais donnaient au cristal.
Montagne de Calecco veut done implement dire monlagim
oii mine de crislal appel calecco. I)'un aulre cote, Schomiburgk
dit que les Brdsiliens donneiit i celle claine le nom de Serra
ConIocou, qui signilic b)oisee ,, en opposition h IPacaraima,
qui signifie ,, dniiudde ,, tandis que les indigbnes appellent les
dill'rents chainons Mapure, Touroo ct Mapiri'e (Journ of the
Iliy. Geog. Soc.. (1836) VI, p. 2i0). L'idenilifcation l ymolo-
gique de Calikko et Canaku est done diflicile a admneltre.
Toute la tradition de la ( Mline de C:ristal ,, est contraire
a colle localisation entire le Taculi ct le Itupununi. La Serra
dos Crystaes des Portugais est place dans la care de Sim6cs
de Carvalho (1787, p. 49 de l'Atlas Bresilien) entire lc Mahti




















2IfSem/oir. ILI. II paqe 83


EXPEDITIONN i JANSSE


euursr dAwne dor~


S. -.











NOTES IITUoII ll. 'ES


e Icl Surumni Les Indiens avaiclt dit i Alexandre Ilodrigues
Ferreira et ain Commandant Idu Forl quc Ics Ilolluandis y
avaient fail des fouilles quelques anneics an'paravanii. I.es
Iortugais 6taient alors mailrcs du terriloire, et ces quo hlques
cnltr6s d'agenis hollandaise accoimpagniis de Caraibes pour
fire des esclaves tlaieint cliideslines i cause de la sulrveil-
lance du lor. \Apl's lout cc qui vielnt d'(lre cxpos,, nouns
n'avons pas besoin d'ajolcer que la Iirw Indue 'role de .lansst
sur la carte iI" 5 de I'Allas Anglais st une constructlionti Ile
inaginaire.
Nous avons analyst' ctclt exptdilion de .ianisse dains le
Premier l.Ilnoire IBrksilie, pp. 35) el suivanilhs. I.e rcil qui
ni est fail par Ics Ilhlandais prove le toittrilr h qule les P'or-
itigais avaient du Clo iites; aclitel, ni ;in avant la ] Irtilicaliout
d(u Tacutei. oie la mine ftYt situlce aIs o'usl dii Malmni ln iieti
dans la Sirra de Oiaiino-Qiiano. le postlionder hlllandais aura.
de touen far i, tlt arnttt6 avant de pinti'lrei dians lia rI',giion
par la miinti' nation indienne qui avait lIti Louis de M.arcani ct
deux autres agens hollanidais dans la craiiilte, a cause des
I'irtugais qui comimelraienl avec leurs voisins. d'avoir dii
comnierce avec des 6t'trangers, tic sera que quanid les P'or-
ungais auront fortilid Ie Taculia el, par leurs expdlitlionis inili-
taires repjites parties du Fort S. .haiiquinI, assnjelli lhs Irilis
savages, jusque-lia ii guerres coniiiniuelles eilre eliles, quei
des agents lillandais pourront set hasairder dans ce rteriloire
sans s'exposer an Inmime sort qei Louis Mlarcain 't ses conli-
pagnons.

PIAI.E 511. (C' riapf)irt lit 6iiiiiiinent lut d'iiipression
siir le Directeur-Glinraiil qui'il ordonina i Janisse tie Iaire de











NOTES IIISTORIOQES


nouvelles expeditions au pays des Iapichianas afin de passer
au deli du Takutu (ou du Maho. come il 1'appelait) ct d'arri-
ver aux indigines voisins, qu'on croyait les Manoas".

77. Sur cc point, voici ccquc nous disions dans le Premier
VJmoire Brisilien, pp. 2.-2.'8 :

Les documents hollandais ne dissent rien de la scconde
expedition quc le directeur avail reconmmande ii Jansse de faire
dans le but d'obltnir i l'amiable des Uapixanas la permission
de traverser le Malih et d'aller visiter les tribus voisincs. En
raison du soin avec lequel tout 6tait enregistrd dans la corres-
pondance de la Compagnie, cc silence est une preuve suffi-
sante qu'elle n'a pas Wtd entreprise. Par les instructions qu'il
cmportait lorsqu'il arrival pr6s du lahii, on voit qu'il Mtail i la
recherche d'6meraudes. (( Vous cherchez autre chose que du
crystal ,, lui auraient dit les Indiens, i cc qu'il raconle, mais
vons no trouverez pas cela ici, mais chez nos voisins, de
I'auitre dcte du Maltni, quii vendent ces pierrcs anx Portugais. ,
11 tlur rdpondit : ( Jo suis pret i les payer moi aussi; je ne
veux ricn pour rien, ct je vais y aller. Mais ils l'en dissua-
dircnt en lui distant que c'etaient de m-chantcs gens, qui le
tucraient. et qu'cux-m1Imess ls lui procurcraient cc qu'il
d6sirait.
( Aninm6 de l'espoir de trouvcr des richesses, il n'est pas
impossible que l'agent hollandaise ail reussi ensuite i pcnetrer
chez los Indiens du Maihti, vassaux du Portugal, ou que ceux-ci
aient fait des fouilles pour lui dans les mines de crislal. .e
fail, en soi-minOme, n'a aucune portle, etant un fail clandeslin,
isold, d'ordre priv,, et pratiqut' par tous dans la conviction
que ces Indicns etaient cn rapport avec les Portugais. Ce n'6tait











NOTES IIISTORIQ(EES


pas ainsi qu'Alexandre Rodrigues Ferreira, et avec Ini, le
Commandant du fort pInetraient dans ces montagnes; mais
d'une faIon bien different, dans l'exercice de la jurisdiction
terriloriale, au nom du Roi. Cc ne scra pas ainsi, non plus,
que le Colonel Manoel da Gaina, it la t6te de son escorted, y sera
recu. .

Et nous donnions, en note, la citation d'Alexandre Rodrigues
Ferreira :
<, Dans les montagnes, quelques Chefs Iapexanas vinrent
nous visiter et nous faire des cadeaux de leirs beijis (ce sont
des galettes plates de farine de maniba). Entre autres, vinrent
tout expri-s a notre rencontre le Chef Lyoni et les abalisados
Payacari et Minociua. Ce chef nous accompagna, au retour,
jusqu'au port d'embarquement, apris avoir promise au Com-
miandant qu'il viendrait, avec tout son mionde, s'6tablir dans
les villages rtceimmenl fondes. Le Commandant saisit avec beau-
coup d'a-propos I'occasion pour. les charger de dire aux autres
Indiens de bien penser A la reconnaissance qu'ils devaient i
Sa lajest6, qui les faisait visitor par nous autres, avec mission
de lui fair savoir l'elat dans lequel ils vivaient et les misires
qu'ils avaient i supporter dans les fordls... n


PAI : 5.I. L'incident le plus frappant de celte ptriode
de l'histoire du Itio lBranco c'esl-i-dire I'expulsion des
Espagnols qui s'tdaient introduits dans les vallcs des aflluents
superieurs, et la foundation du Fort de Sio Joaquiiii appar-
tient au coti portugais de l'histoirv. C'cst le garden du poste
hollandais d'Arinda qui en etait la cause, inais eel incident
n'embarrassait point les relations des Iollandais avec le district
et n'avait aucune influence directed sur elles. 11 apparlient
done au prochain chapitre du present m6moire'. ,











N l'ES IIISTOIIIQIES


78. L'expulsion, en 1775. par Ics Porlugais, des Espagnols
qui avaienl envalhi Ic Tacutii, le Malhti et le Pirara, sans quc la
Comipagnie pensilt de son c616 i les expulser, ni qu'elic ait
jamais fail la moindre rvnonlrance quant a l'occupation por-
Ingaise mililaire ct permancnIc du bassin du Tacuiti jusqu'au
lupununii, qui s'en est suivie, puisque, an contraire, elle a
doinn des ordrcs pour qu'clle l'i rcspedLec et qu'clle a sup-
prim Icl posted Arinda pen d'annPes aprrs, montre que la
liollandc n'avait aucunv prevention a ces lerriloires. On peut
dire quc, dans ces conditions. I'expiilsion des Espagnols du
oiintcst, actucl, par les Iortugais, cn 1775, cst le I'it derisif.
quant ii la sonivcrainet6i d toice cetic region. Nous I'avons
longuemenlt tludi6i sous Ious ses aspects poliliques dans le Pre-
,,iier M;moire Ilr.silliei, pp. ll5- 1 -i, 351-555 et 52-5 1i.

I'..;r ill. Vers la lin de I'auniic 177i, Ic sergent porlu-
gais Miclhel Arcanjolo ct ses trois compaginons d6scrterent du
fort de i So Joaquimn cl sc r-fuiigirenI en te rritoire hollandais.
(On les Iraila ni violateurs de ce terriloire, et, confl'orm'iiient
aux ordres du ( coiiiitanldanl tll Ic poste, ils furentl clivoys au
Iort de Zeclandia, d'ofi on les dl6orla ensuite en EiEurope". "

79. En marge diu iiioire .nglais, rftrcence est faite au
document page 12 il dtu volume I de I'Annexe.
Miguiil Archanjo avail descric (l, avoc trois camarades,
avail descenfdu I' Iliipununi juspui'ai pose .\rinda, ofl il s'dlait
livrie. 11 n'v% a li auciine julridiclion en territoire porlugais.
iills son inilrrogtloire par les aiiloritLs de la Colonie, lors-
(q 'il liii fli't demand( s'il n'avail pas ren'u d'instruclioiis stiu Ic
point jiisqui'o6 il pouvail aller dan;s Is rontibres pour caplu-
rer des Indicns, il repondit : ()ui, jusqu'au Ilupunni. n
(IDoc. vil;' ci-dessus).











NOTES IIISTOIIIUIES


'P.A;E I). Lorsque le garden Leclair (ou Leclerc) avail
manque de se presenter pendant longtlenps, le Dlirecteiir-
G iiUral de la colonies hollandaise le trail en ddsrllier. et
nomma un autre i sa place. Le message que Leclair envova
plus tard au IDirecteur-Giindral et sa proposition d'etablir Iun
commerce direct avec Ics Portugais n'curent aucin rsuiltat,
aulant que l'on en pent juger d'aprb s es archives". ,

80. Cc Leclair est Ic garden du post Arinda qui est allh
porter aux Iortugais du Itio Negro la nouvelle de I'rablisse-
iient des Espagnols sur les bords de l'Uraricoera.
Le document hollandais du 25 janvier 177i;, auqucl le
Mmoire Anglais se rfti're, est tris inlihressant. Nous en laisons
plus loin uni autre extrait; ici, nous en reproduisons seiilc-
ment la parties qui a Irait h Leclair. On y voil comeiiinit les Por-
tugais traitaient les Indiens, I'igiorance des aiioritLds hollai-
daises, encore en 1771i, i l'Lard de la region limilroilhe., cl la
confession que les Indiens avaient aidW les 'Portugais ii classer
les Espagnols dii Contcsti actuel. Nous soulignons ccile der-
nire allusion. On verra que Storm trailed ce conllit c(iiImm
ii'intressant en rien la Colonic: <( Fridler, en descendant, ime
dit qu'il avait appris par les Indiens que ledit Lvclair avail
pass aiix Espagnols, ct pour cela je l'inscrivis conine ddser-
teur sur le livre menlionin ci-dessus. Mais, il v a environ
deux semaines, des Indiens, qui me dirniit qu'ils dlciiciiraincii
pres des frontiires portugaises, vinlre!t Ime raplporlcr iui'ils
avaient descindu la riviere expressement pour i'ailpporiir tlil
message d'un nomnimi Ieclair, qui ltait aclucllement parnii l's
I'ortugais et qui les avait envoy'-s s'inflormer si on lui permnel-
Irait de venir avee quellues gens de la nation porluigaise, au-
quel cas il expliquerait sa longuc absence; il oll'rait dl nois
procurer un commerce lucrali'avec les I'ortugais.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs