• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Prelude
 Errata
 Jusqu'a la neutralisation...
 Le territoire conteste sous le...
 La pretention Anglaise devant...
 Coup d'oeil general sur les deux...
 Notes supplementaires
 Table of Contents














Group Title: Frontieres du Bresil et de la Guyane Anglaise
Title: [Frontières du Brésil et de la Guyane Anglaise]
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00075419/00001
 Material Information
Title: Frontières du Brésil et de la Guyane Anglaise Second mémoire ..
Physical Description: 3 v. in 2 : col. plates, maps (part. fold.) ; 28 cm.
Language: English
Creator: Brazil
Nabuco, Joaquim, 1849-1910
Publisher: A Lahure
Place of Publication: Paris
Publication Date: [1903]
 Subjects
Subject: Boundaries -- Brazil -- Guyana   ( lcsh )
Boundaries -- Guyana -- Brazil   ( lcsh )
Genre: federal government publication   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: présenté à Rome le 26 septembre 1903 par Joaquim Nabuco, envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire du Brésil en mission spéciale auprès de Sa Majesté le roi d'Italie.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00075419
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000128035
oclc - 23886960
notis - AAP4029

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Prelude
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
    Errata
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
    Jusqu'a la neutralisation du territoire
        Page 1
        L'Evolution de Schomburgk
            Page 1
            Page 2
            Page 3
            Page 4
            Page 5
            Page 6
            Page 7
            La mission youd a pirara
                Page 8
                Page 9
                Page 10
                Page 11
                Page 12
            Attitude des autorites bresiliennes
                Page 13
                Page 14
                Page 15
            Youd abandonne le rupununi
                Page 16
                Page 17
                Page 18
                Page 19
            La fondation d'une mission protestante a pirara, premier moyen politique dont se sert schomburgk
                Page 20
                Page 20a
                Page 21
                Page 22
            L'appel de schomburgk en faveur des aborigenes, son second moyen
                Page 23
                Page 24
                Page 25
            La proposition de delimiter les frontieres, accueil qu'elle recoit en 1838
                Page 26
                Page 27
                Page 28
            La nouvelle attitude de schomburgk en 1839, son rapport a light
                Page 29
                Page 30
            Analyse du rapport de schomburgk: La partie historique
                Page 31
                Page 32
                Page 33
                Page 34
                Page 35
                Page 36
                Page 37
                Page 38
                Page 39
                Page 40
                Page 41
                Page 42
                Page 43
                Page 44
                Page 45
            Suite de l'analyse du rapport de schomburgk: La justification de sa ligne
                Page 46
                Page 47
                Page 48
                Page 49
                Page 50
                Page 51
                Page 52
                Page 53
                Page 54
                Page 55
                Page 56
                Page 57
                Page 58
            Comment il trace sa ligne
                Page 59
                Page 60
                Page 61
            La ligne schomburgk adoptee a Georgetown et a Londres
                Page 62
                Page 63
                Page 64
            Crichton envoye en commission a pirara
                Page 65
                Page 66
                Page 67
                Page 68
            La question du betail bresilien dans les savanes
                Page 69
                Page 70
                Page 71
                Page 72
            Premieres communications entre les deux gouvernements au sujet de la pretention anglaise. Note d'aureliano du 24 mars 1841
                Page 73
                Page 74
                Page 75
                Page 76
                Page 77
                Page 78
            Note d'aureliano du 8 janvier 1842
                Page 79
                Page 80
                Page 81
                Page 82
                Page 83
                Page 84
                Page 85
                Page 86
                Page 87
                Page 88
                Page 89
                Page 90
        L'invasion et la neutralisation du territoire
            Page 91
        L'Expedition Anglaise contre Pirara. L'occupation de Pirara. Protestation de Atuorites Bresiliennes
            Page 91
            Page 92
            Page 93
            Page 94
            Page 95
            Page 96
            Page 97
            Page 98
            Instructions donnees a l'expedition de pirara
                Page 99
                Page 100
                Page 101
            L'insucces de youd
                Page 102
                Page 103
                Page 104
                Page 105
            La questino des bornes placees par schomburgk
                Page 106
                Page 107
                Page 108
                Page 109
                Page 110
                Page 111
                Page 112
                Page 113
                Page 114
                Page 115
            La neutralisation du territoire conteste
                Page 116
                Page 117
                Page 118
                Page 119
                Page 120
                Page 121
                Page 122
        Declaration officielle des pretentions anglaises (1843)
            Page 123
            La mission arauho Ribeiro a Londres
                Page 123
                Page 124
                Page 125
                Page 126
                Page 127
                Page 128
                Page 129
                Page 130
                Page 131
                Page 132
                Page 133
                Page 134
                Page 135
                Page 136
            Fixation de la pretention anglaise par le mahu
                Page 137
                Page 138
                Page 139
                Page 140
        Conclusion
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
            Page 145
            Page 146
            Reclamations Anglaises et Bresiliennes
                Page 150
                Page 151
                Page 152
    Le territoire conteste sous le regime de la neutralisation
        Page 147
        La situation est la meme depuis l'Accord. Un rapport du condeil d'Etat du Bresil.
            Page 147
            Page 148
            Page 149
            Negociations diplomatiques
                Page 153
                Page 154
                Page 154a
                Page 155
            Projet de concessions Anglaises dans le territoire en litige. Potestation du Bresil
                Page 156
                Page 157
                Page 158
                Page 159
                Page 160
            Les interets bresiliens a l'est du tacutu
                Page 161
            Le Bresil ne base aucune pretention sur les changements suvenus dans le conteste pendant la neutralisation
                Page 162
                Page 163
                Page 164
                Page 165
                Page 166
            L'attitude du Bresil definie des 1842
                Page 167
                Page 168
                Page 169
                Page 170
        Analyse du chapitre VI du premier memoire Anglais
            Page 171
            La theorie du memoire Anglais
                Page 172
            L'effet sur les Indiens du territoire de la reconnaissance executee par schomburgk
                Page 173
                Page 174
                Page 175
                Page 176
                Page 177
            L'autorite de schomburgk
                Page 178
            La situation jusqu'en 1860
                Page 179
                Page 180
                Page 181
                Page 182
            Commercants Britanniques dans la zone
                Page 183
                Page 184
                Page 185
                Page 186
            Contradiction a signaler
                Page 187
                Page 188
                Page 189
                Page 190
            Comparaison des elements et des interets anglais dans le conteste avec les elements et les interets Bresiliens
                Page 191
                Page 192
                Page 193
                Page 194
                Page 195
            Tableau des proprietes sur les deux rives du tacutu
                Page 196
                Page 197
                Page 198
                Page 199
                Page 200
                Page 201
                Page 202
                Page 203
                Page 204
                Page 204a
            Explorateurs anglais dans le territoire conteste
                Page 205
                Page 206
                Page 207
            Le temoignage de Brown
                Page 208
                Page 209
                Page 210
                Page 211
                Page 212
            Le temoignage de Thurn
                Page 213
                Page 214
                Page 215
                Page 216
                Page 217
                Page 218
                Page 219
                Page 220
                Page 221
                Page 222
                Page 223
                Page 224
                Page 225
            Le memoire Anglais et la commission Bresilienne de 1883
                Page 226
                Page 227
                Page 228
                Page 229
                Page 230
                Page 231
            Le temoignage de la commission
                Page 232
                Page 233
                Page 234
                Page 235
                Page 236
                Page 237
            Le president de la province d'Amazonas visite le conteste en 1888. Reclamations Anglaises.
                Page 238
            L'agent Anglais Mc Turk dans le territoire conteste. Rapport de son premier voyage.
                Page 239
                Page 240
                Page 241
                Page 242
                Page 243
                Page 244
                Page 245
                Page 246
            Reclamation Anglaise contre la presence du betail Bresilien a l'est du Tacutu
                Page 247
                Page 248
            Reclamation Bresilienne contre l'attitude du commissaire Mc Turk
                Page 249
                Page 250
                Page 251
                Page 252
                Page 253
            Second voyage de m. Mc Turk an Tacutu. Nouvelle reclamation du gouvernement Bresilien
                Page 254
                Page 255
                Page 256
                Page 257
                Page 258
                Page 259
                Page 260
                Page 261
            Solution de l'incident Mc Turk
                Page 262
            Conclusions du chapitre VI du memoire Anglais
                Page 263
                Page 264
        Conclusion
            Page 265
            Page 266
    La pretention Anglaise devant l'arbitre
        Page 267
        La charpente du Memoire Anglais
            La titre historique hollandais
                Page 267
                Page 268
                Page 269
                Page 270
                Page 271
                La theorie juridique de la decouverte et du commerce hollandais avec les sauvages
                    Page 272
                    Page 273
                    Page 274
                    Page 275
                    Page 276
                    Page 277
                    Page 278
                    Page 279
                    Page 280
                    Page 281
                    Page 282
                    Page 283
                La decouverte a ete Portugaise
                    Page 284
                La seconde assise de la pretention Anglaise
                    Page 285
                    Page 286
                    Page 287
                    Page 288
                    Page 288a
        La question des indigenes
            Page 289
            Le sort des Indiens garanti par le Traite d'Arbitrage
                Page 289
            La premiere attitude de l'Angletter a leur egard
                Page 290
                Page 291
            Le principe invoque par le Bresil des 1842
                Page 292
                Page 293
                Page 294
                Page 295
                Page 296
                Page 297
            Les despositions d'Indiens devant l'autorite Anglaise
                Page 298
                Page 299
                Page 300
                Page 301
                Page 302
                Page 303
            Deux passages du memoire Anglais
                Page 304
                Page 305
                Page 306
            Quel serait le sort des Indiens sous la domination Bresilienne
                Page 307
                Page 308
                Page 309
                Page 310
            Deux predicitons
                Page 311
                Page 312
                Page 313
                Page 314
        Le partage des eaux
            Page 315
            Le principe et son application a ce Litige
                Page 315
                Page 316
                Page 317
                Page 318
                Page 319
                Page 320
                Page 321
            Un apercu des titres Bresiliens
                Page 322
                Page 323
                Page 324
                Page 325
                Page 326
        La justification Anglaise
            Page 327
            Page 328
    Coup d'oeil general sur les deux memoires Bresiliens
        Page 329
        Page 330
    Notes supplementaires
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
    Table of Contents
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
Full Text



















FRONTIERES DU BRESIL
ET

DE LA GUYANE ANGLAISE


QUESTION SOUMISE A L'ARBITRAGE
SD
S. M. LE ROI D'ITALIE


SECOND MEMOIRE
BRESILIEN











SECOND MEMOIR

VOL. 1



LA


PREVENTION ANGLAISE


IPEISENT'VE A HOMlE IE 26 SEPTEMIIIHE 1903

PA ll
JOAQUIM NABUCO
EM~\l E KXMTRllIDINAlI|[E ET INI1111ME I'L.".11ITENTI.AIRI E IIU KlH SII.
liEi ISIllON SPI IAt. E AUPRI~. DE St MIIEST I: 1101 IIIT.ILIE










PARIS
A. LAHURE. IMPRIMEUR-EDITEUR
9, RUE DE FLELHIS, 9

















AVANT-PROPOS





Ce Second Memoire se compose de trois volumes detach6s,
intitules : le premier :
La Pretention Anglaise;

le second :
Notes sir la Partir Hisloriqne du Premi r .IMnioire Anglais;

le troisieime :
La Preure Cnrtographique.

Les deux derniers volumes s'occupent de la period anlm--
rieure i 1840, piriode qui a ett traitde dans le Premier Me-
moire; ils en sont ainsi la corroboration; le premier volume
est l'histoire de la Pretention Anglaise, depuis ses origins,
vers 1858, jusqu'i sa juslilication devant 1'Arbitre en liPvrier
1905.

Ces trois volumes d'dtude el de discussion sont accom-
pagn6s de trois volumes de documents ou Annexes, les deux
premiers correspondent au tome I de cc Memoire et le troi-
sieme au tome II.











AVANT-PROPOS


Lc Premier M6moire Anglais est reproduit textuellement,
et comment dans cc Second M6moir e d la maniere sui-
vante :
Les chapitres VI et VII, dans le tome I;
Les chapitres I, II, Ill, IV et XI (Expose final), dans le
tome II;
Le chapitre X, dans le tome III.
Le chapitre V, ,< Tentatives faites par le Br6sil pour recla-
mer la zone )), tant ie ri'cit des m6mes fits exposes dans ce
premier volume, nous n'avons pas trouv6 necessaire de le com-
menter de la mnme maniere, non plus que le chapitre VIII,
< Negociations diplomatiques ,, qui n'aflecte en rien les points
en controversy. Quant au chapitre IX, Discussion de la doc-
trie de ela ligne de parllage des eaux ,, nous en avons faith, dans
ce premier volume, une ltude gncrale qui nous a paru sufli-
sante, mais nous nous r6servons ie le discuter i nouveau dans
le Troisiime Memoire.

Nous croyons de cette fal'on n'avoir omis de reproduire
et d'analyser aucun des paragraphes du Premier M6moire
Anglais auxquels il nous fallait opposer une contestation ou
une reserve quelconque. Nous avons dt adopter ce proced6
come le seul entiirement satisfaisant pour saisir tous les
details de 1'argumentation adverse.
En reproduisant le MNmoire Anglais, nous avons conserve
sa maniire d'ecrire les nons des rivieres, des montagnes, des
tribus, des indigenes, etc. II y aura ainsi quelquefois, entire le
texte cite et le commenlaire, un ldsaccord typographique que
nous tenions a expliquer d'avance.
Nous donnons aussi l'original portugais du Premier M6-











AVANT-PROPOS


moire, don't I'impression n'dtait pas encore termiine ;in mo-
ment ofi expira le delai pour le presenter. Ce volume se trou-
vant imprinm, nous avons cru devoir le prodl'ire, quoique
tardivement, afin que sa publication reste, en tout temps,
bien expliquee.
Quant i ce Second M1moire, I'ltroitesse du temps nous a
oblige de l'6crire en parties directement en francais, de maniire
que nous n'avons pas d'edition portugaise ii en presenler.
comme il n'y en aura pas, non plus, pour le Troisieme doni le
delai sera encore plus court.

On trouvera dans ce premier volume deux gravures repr&-
sentant, I'une le village de Iirara au temps de i'expedition
anglaise de 1842, et I'autre, un Indien Macuxi pare pour la
danse. La premiere est extradite du livre Twelve Views in the
Interior o/' Guyana, don't le texte est de Sir llobert H. Schom-
burgk. La second est reproduite du livre Amlong the Indians
of Guiana, de Everard F. im Thurn.

Outre ces deux illustrations, nous donnons une carte com-
parative des deux cares prdsentees par le Gouvernement de
Sa Majesti Britannique au Tribunal Arbitral de Paris en 1898
et it Sa Majestd le Iloi d'ltalie en 1905.
Nous donnons aussi une petite carte des Fazendas Natio-
nales brlsiliennes du Rio Branco.




















ERRATA

POUR LE PREMIER MEMOIIIE








Nous appelons I'attention sur les corrections suivantes i
faire au texte francais du Premier MWmoire quoiquc les erreurs
que nous signalons ressortent facilement du context de Fargu-
ment ou du document oii on les rencontre :

Page 22, 22e ligne.
Au hen de : rive du Rupununi,
Lire : rive gauche du Iupununi.

Page 59, note.

Au lieu de: D'Aculia, Ibid., et Rodrigues n,
Lire : a D'Acufia, Ibid., cit6 par Rodriguez o.

Page 62, note.
Au lieu de: Devonitia.
Lire : Devoritia.

Page 64, derniere ligne
Au lieu de: 1645,
Lire : 1745.













ERRATA POUR LE PREMIER MEMOIRE


Pages 95 et 96, note 59.

Au lieu de: 25 avril 1767, el de : 18 mai 1767,
Lire: 25 avril 1777, et 18 mai 1777.


Page 148, 8" ligne.

An lie de : for't des Paravilhanes,
Lire : sertao des Paravillianes.

Page 1 o1, note.

Au lieu de : ils annoncent.
Lire : ils v renoncent.

Page 163, 11" ligne

Au lieu de : 21 juin 1765,
Lire : 27 juin 1765.

Page 207, 22e ligne de la note 109.

Au lien de : La ri-ponse de Martinlo de Mello e Castro,
Lire : La ruponse de Marlinho de Mello e Castro (7 juillet 1785).

Page 265, 5e ligne.

Au lieu de : Iorlt.
Lire : I'rloresse.

Page 275. note 154 A.

Au lieu de: et le village primitif de S. Felippe,
Lire : el le village, prbs de la Forteresse, destine a remplaeer !e vil-
lage primitif de S. Felippe.

Page 278, 4e ligne.

An lien de : Iio Negro,
Lire : Rio Branco.













ERRATA POUR LE PREMIER MEMOIRE


Page 524, 28e line.

Au lieu de: Ireize mois,
Lire : trois mois.

Page 555, 14.e ligne.

Au lieu de : reunion en villages,
Lire : reunion des Indiens (! villages.

Page 560, note 241

Au lieu de : Manuel da Silva.
Lire : Manoel da Silva Rosa.


Page 561, 5' ligne.

Au lieu de: en 1764,
Lire : (doc. hollandais cite de 1764).


Page 586.

La cialion doit i'tre ferm'n'e i1 la troisiime line, alribs 17835, et non ii Ia
sixieme.

Page 588, 12' ligne.

An lieu de: Hislop (1782),
Lire : Ilislop (1802).

Page 596, note 279, *V ligne.

Au lieu de: Voir note 5,
Lire: Voir note 281.

Page 408, 25e ligne.

Au lieu de : tine grande parties de I'Or6noque,
Lire : une grande parties du bassin de I'Orinoque.













PREVENTION ANGLAISE




LIVRE I
JUSQU'A LA NEUTRALISATION
DU TERRITOIRE


CHAPITRE I
L'Origine et la Formation
de la Pretention anglaise.


I
L'Uvolution de Schomburgk.

L'opinion de Schomburgk, de 1855 A 1858,quant la souve-
rainet6 sur le contest actuel, a AtW exposee dans notre premier
Memoire (pp. 512-331). Son attitude, pendant cette premiere
periode, a t6 un homage au droit du Brsil. D'ailleurs, comme
nous 1'avons montr6, Lord Palmerston, en juin 1857, sur les
instances de la Royal Geographical Society, avait demanded
la Ligation du Brisil A Londres un passport pour Schomburgk
en disant que l'objet de sa mission 4tait ( simplement de faire













PREVENTION ANGLAISE




LIVRE I
JUSQU'A LA NEUTRALISATION
DU TERRITOIRE


CHAPITRE I
L'Origine et la Formation
de la Pretention anglaise.


I
L'Uvolution de Schomburgk.

L'opinion de Schomburgk, de 1855 A 1858,quant la souve-
rainet6 sur le contest actuel, a AtW exposee dans notre premier
Memoire (pp. 512-331). Son attitude, pendant cette premiere
periode, a t6 un homage au droit du Brsil. D'ailleurs, comme
nous 1'avons montr6, Lord Palmerston, en juin 1857, sur les
instances de la Royal Geographical Society, avait demanded
la Ligation du Brisil A Londres un passport pour Schomburgk
en disant que l'objet de sa mission 4tait ( simplement de faire












LA PRETENITION ANGLAISE


des d6couvertes g6ographiques dans le territoire inexplore qui
forme la frontiere des domainesbritanniquesetbr6siliens dans
1'Amerique du Sud D'. Tout ce que Schomburgk pourrait faire
se trouvaitainsi,pour le Br6sil, covert par la garantie de Lord
Palmerston. La mission don't on 1'avait charge 6tait toute scien-
tifique, comme 1'avait Wte celle d'Alexandre de Humboldt, don't
il avait a complete les travaux sur la geographie de la
Guyane'.

1. Voici la teneur de la note verbale de Lord Palmerston :
a Lord Palmerston presente ses compliments i M. Galvao et a I'lionneur
de l'informer que M. Schomburgk, qui se trouve en ce moment en voyage
dans la Guyane Anglaise, avec une commission de la Royal Geographical
Society, va prochder A 1'exploration de la chaine de montagnes qui forme la
ligne de partage des eaux des bassins de r'Amazone et de I'Essequibo et que,
dans ce but, il aura probablement besoin de traverser parfois la frontiere
Ibrsilienne. Lord Palmerston demand A M. Galvao un passport pour
M. Schomburgk et, en mdme temps, que M. Galvao fasse donner les ordres
necessaires du ParA A la forteresse de S. Joaquim, proche des sources du
Rio Branco, pour autoriser M. Schomburgk A continue ses explorations dans
cette region. Comme le but de M. Schomburgk est simplement de fire des
decouvertes g6ographiques dans le territoire inexplore qui forme la fron-
tiere des domaines britanniques et bresiliens dans I'Amerique du Sud,
Lord Palmerston croit qu'il n'y aura. de la part de M. Galvao. aucune
objection a cette demand. a (Prem. Mem. Bris., p. 520.)
2. Ces instructions disaient : a L'expidition a deux buts distincts :
PremiBrement, Atudier completement la g6ographie physique et astrono-
mique de l'intdrieur de la Guyane anglaise; secondement, relier les connais-
sances ainsi acquises avec celles de M. Humboldt sur le Haut-Orenoque. La
second de ces entreprises ne doit pas Wtre commence avant que la pre-
miere soit achevee; et les deux ensemble doivent occuper une periode de
trois ans A partir du moment de votre depart de Georgetown pour la pour-
suite de votre mission. a (Journal of the Royal Geographical Society. Vol. VI,
1856, p. 7. Prem. Mlm. Brds., page 513. Nous donnons ces Instructions
dans Ie Ie' vol. p. 219 des Annexes de ce Second Memoire












LA PIRETENTlEN AN(LAISE


Sur la demand de son Ministre A Londres, le Gouvernement
de Rio de Janeiro, tout en ne se montrant pas absolument ras-
sure" envoie aux autorites du Para l'ordre de bien accueillir
A la frontiere le recommand6 de Lord Palmerston, et, en
avril 1838, le Gendral Andrea, President du Para, ecrivait offi-
ciellement au Ministre des Affaires etrangcres que Schomburgk
trouverait toute protection et toute securitV'. Le retour de
Schomburgk A Pirara ne laissait pas de provoquer quelque
soupcon. Sans douter de la sincerity de Lord Palmerston quand



5. Le Ministre de la Justice et des Cultes au President de la Province du
Pari : a Notre Ministre plenipotentiaire pris la Cour de Londres nous a com-
muniqufi qu'i la demand de Lord Palmerston qui rcclamait un passport
pour M. Sclomburgk, lequel, employee par la Sociitt Royale de Gdographic
A certaines Mludes dans la Guyane Anglaise, aurait peut-4tre a traverser la
frontiire bresilienne, il avait adresse a Votre Excellence une recommanda-
tion en faveur de ce voyageur; mais, comme il peut arriver que, sous ce
pritexte, celui-ci passe nos frontibres dans d'autres intentions, le IRgent,
au nom de 1'Empereur, ordonne que Votre Excellence, sans lui career des
embarrass, prenne toutefois routes les measures qui lui paraltront convena-
bles pour ktre toujours au fait de la conduite du susdit voyageur... a.
(Cf. Ann. Sec. Mem. Bre6., I, p. 29).
4. Le Pr6sident de la Province du Pari au Ministre des Affaires Etran-
geres: a Ds quej'en ai eu 'occasion. j'ai donn6 les ordres necessaires pour
que toute protection soit accorded A M. Schomburgk aussit6t qu'il se presen-
tera A nos frontizres; et, A cause de quelques rebelles, de ceux qui ont tte
refoules vers d'autres localities, qui pourraient se trouver A des endroits que
ce g6ographe voudrait examiner, j'ai ordonne de le protiger, mtme i main
armue, afin de lui donner toute la securitO don't il doit jouir. Par la copie
incluse d'une note de service du Commandant de I'ExpIdition de I'Amazone,
Votre Excellence connaitra tout ce que je dis et que deux auti es voyageurs
de la meme nation, qui, il y a quelque temps, apparurent vers ce ctOl de
notre frontitre, ont tLt bien accueillis et n'ont rencontr uucun obstacle. a
(Ann. Sec. Merm. Bre., 1, p. 29).











LA P11TENTION ANGLAISE


il disait que le voyage 6tait uniquement scientilique', le Gou-
vernement Br6silien craignait que cette exploration ne donnAt
naissance A des pretentions sur notre territoire. Ce gouverne-
ment savait que Schomburgk s'6tait trouv6 A Pirara, en 1855,
en compagnie du Commandant du Fort S. Joaquim, qui l'y
avait emmen6, et que, dans son rapport, il avait reconnu que
l'Annay et le Rupununi 6taient gendralement considers
comme la ligne de division de la Guyane Anglaise; il avait
vu qu'il etait restW dans le village d'Annay afin de ne pas sortir
de la zone britannique, et sa fahon d'agir envers le Bresil,
dans cette premiere exploration, n'avait donned prise A aucun
reproche de notre part. Malgre cela, sa r6apparition dans ce
territoire, semblait reveler quelque preoccupation de frontiere.
Mais de telles relations d'amiti6 et de camaraderie s'itablis-
sent aussit6t entire lui et les autoritls du Fort que la mefiance
brdsilienne s'6vanouit bien vite. De la part du Bresil, on lui
offre une hospitality simple et frugale, il est vrai, come
les pauvres rcssources de la zone le permettaient, mais pleine
et entire don't, plus d'une fois, il a, lui-mnme, rendu t.moi-
gnage'. Encore en I$58, comme nous l'avons montr6 (Prem.


5. D'ailleurs Schomburgk done hientdt tort A Lord Palmerston en
pregnant possession des sources de I'Essequibo an noin de la Grande-
Brelagne.
6. a Cette reception de la part d'un gouvernement que nous savions
Atre alors tout occupy h reprimer une insurrection durant depuis plus de
cinq ans, et qui, par consequent, ne pouvait pr'ter que peu d'attention A des
matibres scientifiques, a d&pass tout ce que j'avais pu prAvoir dans mes
moments de plus grand espoir et je me sens vOritablement reconnaissant de
la bonte et de la courtoisie don't on a faith preuve envers moi. a (Journal
of the Royal Geographical Society. Cf. Prem. MAlm. Bres., p. 525.) La












LA PRETENT1ON AIGLASE


Mem. Brhs., pp. 528-529), Schomburgk, 6crivant du Fort
S. Joaquiin, defendait une ligne de limits qui, d'une favon
generale, est la meme que celle que le Bresil revendique au-
jourd'hui. Nous allons maintenant suivre 1'6volution des idWes
et de I'attitude de Schomburgk de mani6rc A prouver notre
proposition que cette evolution est le centre et la circonference
du litige actuel. (Ibid.p. 527.) Elle a eu trois tapes : 1855-56,
oi il reconnait Ic droit du Br6sil; 1837-1858, oi, tout en le
reconnaissant encore A l'ouest du partage des eaux et du Rupu-
nuni, il songe A crier autour de Pirara une situation qui pour-
rait peut-Mtre se resoudre par une acquisition territorial
anglaise; 1859-1842, oi il concoit la pr6tention anglaise ac-
tuelle, lui prepare les voices et 1'installe sur le terrain.
On peut dire que, des qu'il entreprit sa troisieme exp6di-
tion dans l'inttrieur de la Guyane Anglaise, Schomburgk se


meme hospitality, rappelle-t-il (Prem. .nm. Bres., ibid.). a WtA offerte a
Waterton, a Gullirer et a Smitlh; il aurait pu ajouter d'autres noms, tels que
ceux du Capitaine Simon, du Docteur Hancock, et du Lieutenant-Colonel Van
Sirtema.
Icrivant du Fort S. Joaquim au Gouverneur Light, le 18 seplembre 1838,
il dit aussi: v Auxapprochesde la saisondes pluies, au commencementde cette
ann&e, j'ai faith cloix de la forteresse brisilienne de Sao Joaquim, sur le Rio
Branco (lat. 305' 46" N. long. 60 3' 0.) pour nos quarters d'hiver et je
ne saurais trop louer les civilites don't nous avons W6t l'objet de la part des
autoriths br6siliennes. Le Gouverneur Civil et Militaire du Haut-Amazone, a
Manaos, avait deilgub M. Pedro Ayres pour souhaiter la bienvenue A I'expA-
dition, A son arrivee A la frontiere bresilienne, et pour lui procurer I'aide et
I'assistance don't elle pourrait avoir besoin et que les conditions et la posi-
tion iloign6e du fort permettraient de fournir. Apris une saison pluvieuse
prolong6e, il semble que I'[te tropical soit enfin venu et j'ai achevk de
prendre mes dispositions pour quitter le Fort S. Joaquim le 20 courant. *
(Ann. Sec. Mem. Bres., I, p. 59).











LA PRETENTION ANGLAISE


sentait predestine a 6tre le modeleur de la Colonie et qu'il
desirait donner A son dessin le plus d'ampleur possible.
L'imagination, qui est chez lui la faculty caracL6ristique, I'y
poussait autant que son propre intfrct, comme on le verra
dans la suite. L'6tat d'esprit de Schomburgk par rapport a ces
territoires, en 1858, se manifeste bien clairement dans sa
lettre du 25 aost a Sir Thomas Fowell Buxton (Ann. Sec. M3m.
Brrs., I., p. 52), lettre qu'il termine en disant : c En tout
cas, le partage des eaux entire les rivibres tributaires de 1'Esse-
quibo, d'une part, et de l'Amazone, de l'autre, constituerait la
frontiere la plus naturelle ,. Cet 6tat d'esprit peut se definir
ainsi: pour lui, qui n'a pas idWe des explorations des geo-
graphes et des astronomers portugais du xvm" si6cle, qui ne sait
rien de 'action r6guliere exerc6e par les autoritds portu-
gaises sur l'isthme entire le Tacuti et le Rupununi, Ia oA il ne
se trouve pas de traces de colonisation europdenne (certes il ne
les rencontre pas a l'est du Fort comme il ne les avait pas
rencontrees, non plus, dans tout l'interieur de la Guyane
anglaise), le territoire, A moins que les Portugais ne puissent
presenter des titres anciens, appartient au premier occupant,
et ce premier occupant, ce peut bien avoir WtC dejA lui-meme.
a Dans l'etat actuel d'incertitude, quand l'on ne sait pas jus-
lu'o6 s'6tendent les frontieres du Br6sil, on ne peut appeler
vraiment bresiliennes que les regions don't les Portugais, et
plus tard les Br6siliens, ont pris reellement possession. On
ignore tout a fait que leurs possessions se soient 6tendues A
l'est du Fort S. Joaquim et, dans ce cas, le drapeau de la
Grande-Bretagne a flottW avant le pavilion bresilien a Pirara.
Nous 1'avons hiss6 avec tous les honneurs que nous avons pu,
lors du dernier anniversaire de Sa MajestW, sur la place du











LA PRETENTION ANGLAISE


village. Dans cette incertitude, je fis des remontrances, etc. ,
(Lettre A Buxton). C'est dans cet 6tat de receptivit6, ou plultt
dans cette disposition d'acquirir, que se trouve son esprit au
moment oA il tiche de construire sa ligne, c'est-A-dire la base
du contract de demarcation qu'il allait proposer a la Colonie.
11 ne fait pas acte encore de prise de possession du Pirara, du
Mahi, du Tacut6, comme il le fera plus tard, et comme il
l'avait djiA fait pour les sources de 1'Essequibo, seulement
parce qu'il ignore s'il existe des titres portugais et quelle se-
rait I'attitude de 1'Angleterre. Dans ce doute, il continue de
proclamer que le partage des eaux et le Rupununi sont la fron-
titre, the ,most natural boundary. II n'est pas certain de l'6tendue
exact de l'ancienne occupation portugaise. C'est la question
qu'il faudra resoudre; mais, jusqu'od il serait impossible au
Br6sil de demontrer son titre, le territoire deviendrait anglais
par le fait seul de son passage. 11 ne lui vient pas i l'idee de
r6clamer, comme on le fait aujourd'hui, l'incorporation a la
Guyane Anglaise de territoires du Rio Branco en se basant
sur des titres hollandais du xvn" siecle, alors que cette region
6tait encore du domain du merveilleux. II pense a baser sa
prttention, s'il n'existe point d'occupation portugaise ant6-
rieure, sur la premiere possession, sur le principle du res
nullius. Son doute vient, comme nous l'avons dit, de ce qu'il
ignore I'autre c6te de la question et qu'il a conscience de
s'avancer, en matiere d'histoire, sur un terrain qui lui est
inconnu; d'autre part, il ne sait pas, non plus, si la Metropole
1'encouragera dans ce plan de revendiquer comme anglais,
pour ce qui concernait les limits avec le Bresil, tout ce qui
serait en dehors de la ligne des anciens ktablissements por-
tugais, alors que 1'Angleterre n'en poss6dait aucun au delay,











SLA I'RWTENTION ANGLAISE


presque, de l'embouchure de 1'Essequibo. Au debut, en 4855
el en 1856, lors de sa premiere expedition, il n'avait Ate qu'un
explorateur scientifique; maintenant il commence a s'identifier
avec la Guyane Anglaise. avec l'Empirc Britannique et, i
measure qu'il se rend. compete de sa nouvelle destinee, son
ambition grandit d'etre un des cr6ateurs de cet Empire, i
la fagon de Raleigh et sur le terrain meme de celui-ci. C'est A
cette phase de sa carriere qu'apparait le missionnaire Youd.


II

La Mission Youd & Pirara.

Ce ne fut probablement pas Schomburgk qui inspira A Youd
l'id6e de convertir les Macuxis, bien que, d'apr6s ce qu'il a
6crit lui-meme et d'aprbs le recit de son frere Richard Schom-
burgk, il ait encourage l'etablissement d'une mission a Pirara.
Avant Schomburgk, en 1852, M. Armstrong, laissant Youd
pour le remplacer a la tote de la mission de Bartica, avait
remont6 1'Essequibo a pour s'assurer de la situation exacte de
la tribu d'lndiens, qui est la plus nombreuse et la plus puis-
sante, la nation Macoosie ,. (Rev. Strong A d'Urban, Ann. Sec.
MIm. BrOs., II., p. 169.) Youd, selon son biographe Veness
(Ten years of Mission Life in British Guiana), n'avait jamais
oublie le recit d'Armstrong, et son d6sir de fire des proselytes
parmi les Indiens, son d6vouement pour ceux-ci, manifesto
pendant sa course mais fervente carri6re de missionnaire,
suffisent i expliquer son internement dans le territoire des
Macuxis; mais le choix de Pirara comme siege de la mission












LA PRETENMTIN AINGLAISE


futle resultat des conseils de Schomburgk'. Quelques Indiens,
Bleves A Bartica, s'occuperent des prdparatifs, dans le petit
village, pour l'arriv6e de Youd. L'endroit 6tait une dependance
du Fort S. Joaquim. Les ordres envoy-s pour la reception de
Schomburgk avaient 6t1 expedi6s de Rio de Janeiro le 2 sep-
tembre 1857. La garnison du Fort du Tacuti 6tait bien faible
A cette epoque, i cause de la guerre civil qui ravageait, depuis
plusieurs annees, la Province de Para jusqu'aux frontieres.


7. a Dans une conversation avec le Lord Ev~que de la Barbade, au
retour de ma premiere expedition, je pris la liberty de recommander parli-
culiirement Pirara comme siege d'une mission, non seulement en raison de
sa salubritd, mais parce que c'est comme une position central entire les mon-
tagnes de Canuku et de Pacaraima, habitles, les unes et les autres, par les
Indiens Macuxi et Wapishana. P (Schomburgk a T. F. Buxton, 25 aofit 1838.
Ann. Sec. iem. Bres., I, p. 52.) Richard Schomburgk dit aussi, dans
son livre, Reisei in Britisch Guiana, que Youd avait fondi la station de
Pirara encourage par son frtre.
II est curieux de compare cette information A ce qu'il dit lui-meme
dans la Relation de son premier voyage, Journal of the Royal Geographical
Society, Vol. VI, 1856, pp. 281 et 282 : # Si I'on me demandait : Est-ce que
la region qui avoisine les rives de la riviere Rupunoony est propice A la
colonisation, je rnpondrais sans hisiter : Non !... Les savanes sont en
grande parties privies d'eau, et. quand on y en trouve, elle n'est que trop
souvent nuisible A la sante..... Lorsque nous traversAmes les savanes de
Pirara, la chaleur de I'atmosphkre provoqua une soif presque impossible a
supporter et nous nous abreuvAmes copieusement au ruisseau Pirarara et
aussi A quelques mares; le resultat fut une dysenterie qui prit des propor-
tions alarmantes. En vingt heures, je devins moi-mAme si faible que les
Indiens durent me transporter dans un hamac de Pirarara au Rupunoony....
Le pays est loin d'etre aussi salubre qu'on I'a suppose.... Qu'est-ce qui peut
done, demandera-t-on apres avoir lu les observations ci-dessus, avoir induit
les Indiens, ces simples enfants de la nature, a choisir une telle region pour
y demeurer? C'est ce que je leur ai souvent demanded moi-meme sans avoir
jamais pu obtenir une reponse qui me satisflt. a











LA PRATENTION ANGLAISE


Pour ces quelques gens qui vivaient dans l'ignorance de ce
qui se passait au dehors, la recommendation de bien accueillir
I'explorateur anglais 6tait un passport et un droit de sdjour
pour tout anglais qui viendrait avec lui de Demerara'. Et meme,
dans la situation ofi se trouvait la frontibre, I'arriv6e A Pirara
de quelques strangers appartenant A une nation amie comme
l'Angleterre ne pouvait 6tre qu'un motif de satisfaction. C'est
ainsi qu'au debut la venue de Youd, presque en meme temps
que celle de Schomburgk, ne provoque aucune mefiance au
Fort; c'6taient seulement de nouveaux h6tes qui arrivaient.
Schomburgk arrive A Pirara le 21 mars 1858 et Youd, le
15 mai suivant. Le 6 juin, le premier informait le Comman-
dant du Fort qu'ils 6taient tous deux prets A quitter le village
pour venir passer i S. Joaquim la saison des pluies. Cet avis
impliquait une invitation prealable. En effet, le message de
Schomburgk rencontrait en chemin le Commandant qui venait
A Pirara, porteur d'une lettre par laquelle le Capitaine Ambro-
sio Ayres, Commandant du Haut-Amazone, a Manaos, accor-
dait, dans les terms les plus flatteurs, la permission requise
pour qu'ils pussent se ioger au Fort pendant la saison des
pluies ,'. En rapprochant les dates, on voit que, d6s l'arriv6e
de Schomburgk, le Commandant du Fort avait demand l'auto-


8. La mission religieuse se confondait avec la mission scientifique.
Voir A ce sujet la d6peche de Ambrosio Ayres du 1" aout 1858. AprAs avoir
annonce I'dtablissement de la Mission et la pression exercee sur les Indiens
br6siliens, ii ajoute : Us sont diriges par un Ministre protestant qui prend
le titre de Directeur des Missions, et dernierement est arrive une commis-
sion d'hommes de science (doutores) de la mAme nation envoys par la
SociWtA de G6ographie de Londres ,. (Ann. Sec. Men. Bris., I, p. 30).
9. Journ. of the Royal Geog. Soc., vol. X, p. 179.











LA PRUTENTION ANGLAISE


risation, qui 6tait necessaire, delui offrir l'hospitalite pendant
plusieurs mois et qu'il lui avait annonce son invitation. Le
50 juin, Schomburgk et Youd, que le Commandant 6tait all1
chercher A Pirara, s'installaient dans le Fort. Voici ce que
Schomburgk lui-m6me dit dans son Voyage : < 27 juin. Nous
quittAmes Pirara en compagnie de M. Youd sous I'escorte du
Commandant, M. Gato, et nous arrivAmes a S. Joaquim dans
l'apres-midi du 50. M. Pedro Ayres nous recut avec routes
sortes de civilites et nous offrit ses services pour 1'accomplis-
sement de nos projects. Deux maisons confortables, en dehors
de Fort, furent mises A notre disposition pour notre logement
aussi longtemps que nous pourrions le juger utile. Cette rtcep-
tion de la part d'un Gouvernement que nous savions tout
absorb alors par la repression d'une insurrection qui durait
depuis plus de cinq ans et auquel manquait, par consequent,
le loisir de s'occuper des recherches scientifiques, depassait
tout ce que j'avais pu esperer dans mes moments de plus
grande confiance et je suis reellelnent reconnaissant de la
bienveillance et de la courtoisie don't on a use envers moi'. ,
Le recit de Schomburgk montre qu'en 1858 il n'avait
encore assume aucune attitude adverse A la possession ou se
trouvait le Bresil, mais 1'antagonisme devait n6cessairement
resulter de la situation qu'il avait creee en persuadant A Youd
de s'6tablir A Pirara. Sa lettre a Buxton indique qu'A ce mo-
ment (25 aoit) il forme d6ja des plans; mais sa solution est
encore la ligne du partage des eaux et le Rupununi. On peut
admettre que le titre portugais sur le bassin du Pirara, mais
seulement sur ce bassin, Mtait dja, en 1858, rcpresent6 comme

10. Journ. of the Royal Geog. Soc., vol. X, p. 179.











LA PRETENTION ANGLAISE


douteux aussi bien par lui que par Youd. c Quant i votre
assertion, .crit Youd au Capitaine Leal, que je me trouve en
territoire bresilien, je ne saurais guere vous dire grand'chose,
ktantdonn6 qu'il s'agit d'une question des plus douteuses"... ,;
aucun d'eux ne suggerait cependant qu'il existAt un titre an-
glais. S'il venait Ai tre prouvd que le Bresil n'avait pas ante-
rieurement un droit parfait au territoire habit par les tribus
que Youd projetait de convertir, on pourrait alors, par le
protectorat de ces Indiens, crdcr un titre anglais. Mais cela
d6pendait de la M6tropole. D'ailleurs Youd representait sa ten-
tative comme purement religieuse : Du reste, 6crit-il A Leal,
je n'ai rien A voir dans ces questions ni dans quoi que ce soit
d'un caract6re politique, et je n'en aurais meme point parlA si
vous ne m'aviez faith observer que j'6tais sur le territoire bre-
silien. Mais, quel que soit le resultat de vos recherches,
j'espere qu'il me sera toujours permis de pricher I'lvangile
de Notre-Seigneur Jesus-Christ i ces pauvres Ames abandon-
nees"... ,. Chez les Macuxis de Pirara, cependant, qui jus-
qu'alors n'avaient connu d'autre domination que celle du
Fort S. Joaquim, la presence d'un missionnaire protestant, en
relations avec la Mission de Bartica,devait provoquer des ques-
tions de toutes sortes don't il etait impossible que le conflict
territorial ne surgit pas. 11 y avait en en'et incompatibility a
ce que des missionnaires de religions et de nations difflrentes
se trouvassent ensemble dans un meme village d'lndiens, se les
disputant chacun pour son eglise, et par suite pour son pays.
En effet, le prosdlytisme religieux et le proselytisme politique
ne pouvaient que se confondre dis qu'il s'agissait de tribus
II. Ann. Sec. Mem. Bris., I, p. 44.
12. Ibid.











LA I'RMTENTI0N ANGLAISE


sauvages habitant des frontieres qui n'6taient pas encore
marquees.


III
Attitude des Autorit6s Br6siliennes.

DWs le 1"e aobt 1858, le Commandant Militaire MaNnaos,
Ambrosio Ayres, avait inform le Commandant de I'expedition
de 1'Amazone, a Santarem, que les Anglais avaient ," tabli des
missions sur le Rio Branco, bien en de>i de la ligne de par-
tage, missions qui ont pour but de catechiser des Indienb de
diverse nations ,, et il ajoutait : a lesquels ont toujours WtC
considIres come appartenant au territoire brisilien: tant est
qu'ils etaient employes au fort de la riviere, o ils refusent de
servir aujourd'hui'" .II 1'avise aussi de I'arrivte de l'exp'dition
de la Royal Geographical Society. 11 avait envoy le Capitaine
de police Leal verifier si les missions 6taient en territoire
bresilien, avec ordre, dans ce cas, d'en avertir les intercssbs.
Schomburgk Mtait parti de S. Joaquim en septembre. C'est
Youd que rencontre Leal, et c'est A celui-ci que Ie missionnaire
kcrit le 6 novembre pour dire qu'il 6tait venu uniquement dans
un but tout religieux : < A cette fin, et A cette seule fin, je suis
autorise par Son Excellence M. le Gouverncurde la Guyane Bri-
tannique A venir parmi les Macuxis et les tribus d'lndiens, en
suivant le course des deux riviCres susdites Repunuri et Esse-
quibo n". Youd emet aussi, dans cette lettre, ses idles sur les


15. Ann. Sec. Mem. Bres., I, p. 50.
14. Ibid., I, p. 44.











LA PR11TENTVON ANGLAISE


limits; il est d'opinion que, dans le doute, on prenne le lac
Amuc'i come point central d'oii 'on tracerait une ligne allant
jusqu'aux sources du Ilupununi et de l'Essequibo au sud et i
celles du Mazaruni au nord, ( qui certainement est la limited
la plus naturelle ",'. En mars 1840, ne s'inspirant que de
Schomburgk et 6voluant avec lui, il voudra avancer davantage
la frontiere anglaise, et il dira : ,, La division la plus naturelle
serait de prendre la source de l'Essequibo quant A la latitude
et les rivieres Maou et Takuti' pour la longitude ".
II 6taii impossible que cette nouvelle attitude de loud n'in-
spirit pas aux autoritis du Pari l'idde qu'il s'agissait d'etablir,
daiis le rayon de la jurisdiction bresilienne, un centre hostile en
vue d'agressions futures. On se representait ses travaux, m~me
si tell n'6lait pas son intention, comme devant ttre les prdli-
minaires d'une occupation anglaise de Pirara. Aussi l'interven-
lion de ces aulorites se produit d&s que I'agitation commence.
C'est, d'abord, le Commandant Militaire de l'Amazone A Santa-
rem, qui l'avise, le 14 novembre 1838, qu'il s'6tait 6tabli en
territoire brisilien'". Puis vient I'ordre du General Andrea,
President du Pari, du 22 novemnbre 1858, pour qu'il soit intim6
an missionnaire d'avoir a se retirer en dedans des limits des
possessions anglaises. En consequence de ces ordres, Youd ful
invite A ne pas revenir a Pirara que, d'ailleurs, il avait deji
quilt6 pour s'ktablir dans la Mission qu'il s'occupait i crer sur
la rive droite du Rupununi, ii I'endroit appele Curuil ou Urui.
En novembre 1858, la situation resultant de la presence de
Youd et de ses travaux se trove bieni dcrite dans le rapport du

15. .nn. Sec. Mem. Bres., I. p. tt.
Ii. Ann. Mem. .Angl., II, p. 1ll.
17. .Inn. Sec. Merm. Bres., 1, p. 17.











LA PRETENTION ANGLAISE


Capitaine Pedro Ayres. (Ann. Sec. Mifm. Bris., I, p. 4-i. Le
Ministre Youd, dit-il, ne trouvant, dans le Bas-Essequibo,
quc des Indiens convertis, franchit les limits de la Guyane
Anglaise et vint s'6tablir i Pirara oft il y avait un petit village
d'lndiens Macuxis. II 6rigea en cet endroit unc chlapelle el
une cole et parvint A grouper diverse tribes voisinus, si bien
que le village compete aujourd'hui plus de cinq cents habitants,
et la Mission faith journellement de nouveaux proselytes parmi
les Indiens des nations Macuxi, Atorai, Caripuna et Uapixana qui
habitent la parties occidentale du fleuve Ilupunury, par conse-
quent en territoire br6silien. Les descentes (desrinentox) d('lin-
diens faites dernierement du c6te des montagnes de Quano-
Quano ont aid6 le missionnaire dans son ktablissement, attend
que ceux qui avaient pris la fuite se sont reunis dans ce
nouveau village ofi, par suile des agissements du missionnaire
et de quelques malfaiteurs qui ont d6serte nos frontieres et
sont aujourd'hui les interpretes et les 6missaires de la Mission,
ils sont devenus dangereux pour nous, comme ils l'oin proiuv
en s'armant d'armes i fteu A I'occasion du bruit qu'on avail
repaudu d'une nouvelle descent. ,
En presence de ces faits et de la perturbation criie, le Pre-
sident du Pari jugea n6cessaire de maintenir lin d6tachement
dans le village macuxi. Pirara avait toujours ;'lt sons la d(pen-
dance du Fort; mais, comme il n'y avait jamais eu de prkten-
tion contraire de la part de la Hollande, ni depuis de I'Angle-
terre, il n'existait, jusque-li, aucun motif d'y conserver un
poste permanent. En mWme temps, pour empt-cherque les
Macuxis de Pirara, ditjA baptis6s dans la religion catholique, ",

18. Ann. Sec. ern. Brd., 1, p. 26.











LA PRETENTION ANGLAISE


comme la famille de l'influent tuxaua Claudio, ne fussent
attires dans la mission protestante, ou que Youd n'engageAt
pour le service de cette mission des Indiens qui avaient jus-
qu'alors dependu de la forteresse, un missionnaire catholique
fut envoy dans le village. Le choix tomba sur le Frere Jose
dos Santos Innocentes.


IV
Youd abandonne le Rupununi.

Cependant I'antagonisme entire le Fort et Youd ne pouvait
pas cesser avec le depart de celui-ci pour CuruA. 11 ne ferait
qu'operer d'un peu plus loin sur les memes Indiens. Le Com-
mandant br6silien arriverait A se plaindre directement au
Gouverneur de la Guyane Anglaise des abus pratiqu6s par
Youd", et de son c6te le Missionnaire protestant en appellerait
au meme Gouverneur pour qu'il le garantit en protegeant les
Indiens qui viendraient se joindre A lui'.
II aurait WtC preferable, A tous les points de vue, que les
deux missions eussent pu se maintenir; elles seraient peut-6tre
arrives ainsi A marquer la vraie frontiere des deux pays.
Malheureusement, la mission anglaise, comme nous l'avons
ddji dit, cherchait a attirer les Indiens de l'isthme du Tacutii
et du Rupununi que le Birsil avait toujours consider comme
territoire lui appartenant. Youd avait bien rev6le ses inten-
tions quand il sollicita du Gouverneur Light la permission


19. Ann. Mem. Angl., II, p. i8.
20. Ibid,, II, p. 15.












LA 1Ill TENTION AN;LAISE


( d'6tablir une mission sur la rive orientale du Itupununi, pris
des rapides Urua, par 53 26' de lat. N. et 58" 40' de long. 0. et
d'y grouper tous les Indiens Macusie, Wapishana, Attoric, Ta-
ruma et Wie-Wie qui se dt'cideraient i s'6tablir dans cette
mission (6 mars 1839. Ann. Mim. Anl., 11, 1, 2), lui de-
mandant, en mmie temps, s'il prottgerait les Indiens qui
viendraient a la mission anglaise soit de Pirara, soit de la
savane voisine, entire les chaines des Monts Canuku (Quano-
quano) et des Monts Pacaraima (lbid.). De son cet'-, Leal accu-
sait Youd d'armer les !ndiens contre les autoritls br6siliennes.
de les detourner (du service du Fort qu'ils avaient toujours
faith, de donner asile aux d6serteurs et d'abattre le betail des
fazendas nationals du Bresil" (Youd A Light, 14 octobre X185
et 4 avril 1840, Ann. M,,r. Angl. II, pp, 15 et 2~-. Leal it Light,
lbid. p. IS.)


21. 11 y a dans la dEffiise de Youd I'admlission in plus coii|lll e dle 1n ins-
session ainsi que de la jurisdiction bri-siliennes i P'irara, quland ii s*y trouv;a
SL.e (Commnnandan du Fort S. Joaquiin. irit-il i Light en se jusliliant, ni'
tint conipagnie pendant utine se miaine anu mins de juin I 5S.: ail mois d'or-
tobre, le Capilaine Leal et sa ronulpagnic piassbrent avec mai niire seimin :ii:
depuis. M. Pedro Ayres. (qu j'ai renconllri' i Pirara, est restli avice nis pen-
danit enviroll deux mois. Certaiailnement, si j'avais agi contre les ai' trith's lir'-
silienieis. elIls n'aunraient appirehliendlc il y a longtlenps ani lieu lde vi \r aw e
inoi nll terines ainicaux ou apparemllentl ll Itnllne intelligi'r,.n I)teux oill
trois jours apr' s que le Capilaine Leal nIi'e'u quiitlt,, en Iloevmlibr 1859X. pour
continue son voyage I'nembouchure Ide la riviere Siparooni. qui se jette
dans I'Essequibo, je quiitai Pirara pour I'inti'rieur et. depuis. r'e n''esi qiu
Ihien rarement que j'ai it6 dans le voisinage de cette localilt. (Youd ia
Gouverneuir Light, 14 oclobre H1!5. Ann. Meri. Angl., II, p. I1).)
L'autorilt brtisiliennie iltait ainsi toujours priselt '; elle le surveillait, elle
avait le coltrAile parfait de tout le district, contrilc qll il recolnuaissiil lui-
mrnme.











LA I-IIETENTION ANGLAISE


Stir ces enrefaites Youd abandonna le ilupununi. 11 serait
impossible d'6tablir sur les seuls documents que nousconnais-
sons le vrai mobile auquel il a obbi en se retirant. II avait Wth
invite, Ie I" ffvrier 1840, par Santoslnnocentes 6 venirle voir
i Pirara, oi il rencontra aussi le Capitaine Leal. A la premiere
entrevue, d'apris ce que rapport Youd (Youd i Light, Ann.
Mieii. Anyl., II, p. 19), le PKre lui dit que, jusqu'A ce que les
deux gouvernements fussent arrives i un accord, il (Youd)
pouvait rester a enseigner les Indiens de la rive orientale du
lupununi et que lui, Frere Jos(', enseignerait ceux de la rive
occidentale tie la meme rivifre ,. Ce n'est que le second jour
que le Religieux declare avoir I'autorisation du President du
Pard die lui intimer de se retirer de la locality ou il 6tait. Youd
rtpond qu'il ne partirait qu'apr6s en avoir recu I'ordre par
6crit du Commandant du Fort. Cet ordre, Leal dit alors qu'il le
lui enverrait dis qu'il serait de retour i sa mission, ne croyant
pas correct de Ie lui remettre i Pirara mnme i cause de leur
amitiC ,. Le 29 f';vrier, Leal lui rend visit i Curui, mais
n'apporte pas I'ordre en question ; tout au moins le journal de
Youd no le mentionne pas. Hs causent, il est vrai, d'apres ce
mime journal, du voyage que Youd allait fair A Georgetown el
Leal lui aurait dit qu'il lui fallait prendre i Pirara un permis
pour les Indiensqu'il emnineerait avec lui. a Entre-temps, dit
Dalton (Hisittryof Britisx Guiana, 1855, vol. II, p. 155) le Comitl
de la Church Missionary Society etait mis au courant des details
de I'all'aire et ordonnai it M. Youd de se retire complement
de la localitJ qui faisait l'objel de la discussion et, en coiisit-


22. Veness dit la m6nme chose : a M. Youd avant inlorinn la Church Mis-
sionary Society en Angleterre des interruptions don't ses travaux avaient











LA IPR1TENTION ANGLAISE


quence, il descendit le fleuve Essequibo jusqu'aux rapides
Waraputa." En effet, la pression exercee par les autoritls
bresiliennes sur les Indiens de I'isthme (sinon meme le peu
d'inter't qu'avaient pour ceux-ci les conferences de Youd
auxquelles ils ne comprenaient rien), avait fini par arriter
I'afflueice des auditeurs sauvages, laquelle l'avait un moment
encourage. (( Le resultat fut, Acrit son biographe Veness, que
I'assistance diminua peu A peu jusqu'A cc qu'enlin il lui falllt
pleurer sur une 6glise et une &cole abandonnves. ), Un coup
terrible I'avait frappe dans l'intervalle (51 decembre 1859), le
dec&s de Mrs. Youd, sa femme et I'auxiliaire devonue de son
oeuvre. On soupconna qu'elle avail Mt6 empoisonnee par un de
ses Indiens. Ce malheur fut probablement la cause de son
depart de Curi"'. Youd reparaltra encore dans notre frontibre
A la suite de I'exptdition militaire anglaise, venue plus tard
pour le retablir dans sa premiere Mission; mais, il ne sera
alors que la victim du role qu'il avait joue. L'aide qu'il
devait prater i Schomburgk dans la preparation de la prteen-
lion anglaise avait eu son plein effet lorsqu'il avait kt expulse
de Pirara et qu'il s'etait retire du Rupununi.


souffert, reCut I'ordre de choisir une autre locality en dehors du territoire
contest;i. s
25. Ecrivant le 26 juin 1840 A lord Russell, le Gouverneur Light dit :
a Quoique les Portugais, ou plut6t les Brsiliens, russent 6tt retires de
Pirara, M. Youd pensa qu'il iMait plus prudent de quitter cette parties du
pays. % (Ann. Mem. Angl., II, p. 15.) 11 n'y eut done pas d'expulsionde Curua.











LA I'BETENTION ANGLAISE


V
La foundation d'une Mission Protestante a Pirara, premier
moyen politique don't se sert Schomburgk.

En 18,5-185(3 Schomburgk avait reconnu que la frontiere
du Bresil avec la Guyane Anglaise 6tait former par I'Annay
et le Rupununii,etjusqu'en 1858 ii ne connaitra que cette ligne,
la me me que le Br6sil defend aujourd'hui. En parcourant ses
rapports, on vcrra cependant que pour lui, qui prJlendait etu-
dier la question, pour ainsi dire, dans la nature et au seul point
de vue des convenances de 1'Angleterre, cetle region, parce
qu'elle 6tait deserte et inoccupee, lui semblait susceptible
d'etre contested. II n'est pas necessaire d'ajouter que toute
reclamation anglaise, soit centre Ie lBrsil, soit contre le Vene-
zuela, impliquait dans sa pensee I'acquisition de faith, et mtme,
avec Ie temps, de droil. C'dlait ii touted sa conception de la
frontiere. Prussien de naissance, d'dducation litt'raire et de
vasselage politique, I'interit qu'il avait dans ce project ne pou-
vait pas 6tre exclusivement la plus grande expansion colonial
de l'Angleterre ; cc devait tire aussi le contract don't il s se n-
tait en possession pour lever eI trac6 de la Guyane Anglaise.
Or, proposer A la Colonic, en dehors du bassin de I'Essequilo.
des territoiresen la possession et sous l'action directed du Bresil,
c'etail lui proposer un conllit qu'elle ne pouvait susciter sans
I'approbation de la Metropole. S'il avait exist des titres histo-
riques, la question ;urait pu ktre soulev6e de government i
gouvernemient sans qu'il fat besoin d'un acte de violence; mais,
en l'absence total de titres de cette nature, il fallail crier








\ I 1, p. .


2 IIQllmij .


fr


PIRARA ET LI LAC AMUCU
Site de I' Dorado.


planchl e tirie ,e Iluvran.- Twel I..- s thI, i,,t-o, ro of *>/*11 ,,,
from dplrllrl/s by .Vr. (.11 .I.E.s IIENTI,-Y. Y ,after snk'.h' '.1 A.' l.,I
the expel io N rri d I S Ion lu ,t. se Iye l.. .ll, ,,, (ll.. y.e Ia l., .
press by Rlobert II. Schonlburyk. eq. .onIre-,. A.ckcrlntlln t C IAl.


/ ,


:-;* s-**j|


*- -* .- -












LA I'H TNTIO.4 A.~N.L.USE


un titre par I'occupation et par ies manteuvres auprns des tri-
bus indigenes dans le territoire qu'il serait avanlagenx d'an-
nexer, et alors le project imipliquait I'emploi de la force de la part
de la Grande-Bretagne. Avant tout, par consequent, il fallait
crder, dans le territoire convoittl, une situation qui put, an
bcsoin, entrainer cette occupation, miais qui I'entrainiat de
faCton qu'elle fil appuiyee par I'opinion pullique, taut de la
Colonie que de la Mitropole. C'est ;insi ique Sclionimbrgk fllt
amend i conseiller Pirara pour si(ge tie la Mission protlstante
cliez les Macuxis, lorsqu'il entendit parlor de I'ancion project de
M. Armstrong. II lui sembla que I'irara Mtait, par sa situation.
la cl naturelle de la savane qu'il visit i. acquit rir pour la
Cuyane Anglaise, avec tout son stock de Il4tail dtltji cr'<' par
les Portugais depuis le xvin- siecle "


24. Iol.o-s do ma prreniibre visit. j'aivis ressenti une pr'dillctiont pour
Pirara. non seulement i'i ause lie I'imnhilrt'l histiriqiue quii s'\ ralltalait, inais
atssi a cause id sa situation pittore'sque enlre les ldiux chain's dtI> IInil;I-
gnes de I'acarainima ct d(e (anuku. et surtoul i cause do Ina hienvei' illanlt Imhi
pilaliiti' de ses halitaints aux mao'rs primiltives. II n'ta il done pas tloninaint
(iqu jr Ie choisisse. en parties, pour inels quartilers (I'lhiver q4iIand je rI'-;sliiIs
dl rester ldans I'inttrieur lie la (;Guane pendant Ili saison pIlviceuse lde IX8.
Jo n'ali pas regrette monl sijour ; Piraran. bion I(u'il llit 'tI troubhli par la
naladie, car ii mi'a fourni d'amplehs occasions d'augmenter lines de&ouvertes
nii hisloire nalurelle et d'ftudier le caractire 'et les imm(urs des Iniliiens
Macusi, cotle race iintnressante don't j'etais I'11h6i. Combien dt foi!s suis-je
resti; assis aupris die res trois paillielrs. que1 nous voyons dans ItI dessin
reprlSt'enlant uine fiainille Macusi. tandis (iu,' nos regards s,! perdaient par
dell le village d'une architeclurle bigarr;'c el Ie lac enchl;nteur pu1rsemnl
t'iles verdoyantes, jusqu'A ce qu'ils fussent arretes par la chlaine de lmont;-
gnes recouveries ide vapeurs bleusAtres et pa les jeux itd rcfraclionis extraor-
dinaires sur un sol conlplterlent expose a Ioloul I''arion du soleiles tis ropi-
ques! Le course du Malhi. rivi-re qui s'echappe de la liaine ide











LA PRfTFNTION ANGLAISE


L'Utablissement d'une mission anglaise A Pirara etait, en
effect, un coup politique et un coup de maitre. Pour com-
mencer, il lui fallait invoquer son caractire exclusivement
religieux; autrement les autorites brIsiliennes de S. Joaquim,
maitresses de Pirara, ne I'auraient pas tol6r6e; mais, par
la nature meme des choses, elle devait devenir, si on la
tolrait, un centre de prosllytisme anglais parmi les Indiens,
un trait de separation religieuse qui ferait passer la ligne de
division des deux pays bien en dedans du territoire brdsilien.
Pour que la mission pAt jeter ses premieres racines, le con-
cours brksilien 6tait toutefois ntcessaire; A cet effet, comme
nous 1'avons vu, Schomburgk, a peine Youd est-il arrive,
I'emmine aussiti't a S. Joaquim oi ils se logent pendant
des mois. Hl6tes du Commandant, traits avec distinction par


inontagnes, A une distance de Pirara de vingt miles, entire les montagnes
aux sommels points de Cucuy6, un peu sur la droite de notre group de
Macusis, et la colline tabulaire de Tupanagh6, ktait alors indiqug par une
buie blanchAtre qui semblait letter au-dessus des arbres qui bordaient ses
rives; ou vraiment le mirage donnait friquemment une tell illusion de
I'eau que I'on pouvait s'imaginer que la riviire elhl-mAme Atait suspendue
en l'air et coulait au sommet des arbres. ) (Schomburgk, Twelve t iewsin the
interior of Guiana, p. 9.)
II y a dans cette page, sauf le tableau, lequel se trouve ailleurs,du betail
brrsilien transport dans les plains bordant le Berbice et le Demerara,
tous les elements de la premiere vision de Schomburgk sur les destinies
de la Guyane Anglaise, dans les savanes du Rio Branco. ( Les vastes savanes
oil se trouve situd Pirara, ajoute-t-il, sont limitees : au nord, par les
Monts Pacaraima; au sud, par les Monts Canuku et Carawaimi ; A 'est, par les
Pnaisses forts de I'Essequibo et des montagnes isolies; enfin 6 I'ouest, par
les Monts du Mocajahi et par des rameaux de la chaine Parima. D'aprs un
calcul superficial, elles couvrent un space de quatorze mille quatre cents
miles cars. v











LA POt:TENTION ANGLAIRE


toutes les autorit6s de la fronti6re, bien connus des Indiens
qui fr6quentaient le Fort, tout deux, Schomburgk come
Youd, ne pouvaient Mtre considers par ceux-ci que come
des allies du Brisil.

VI
L'appel de Schomburgk en faveur des Aborigenes,
son second moyen.

C'est dans ces conditions que se produit sous ses yeux un
incident qui devait fournir i Schomburgk son second moven
de preparer I'opinion, dans la Colonie et la Mcltrpole, en fa-
veur de ses projects et qui allait, en minme temps, lii crder son
r6le pour 1'avenir. Des Indiens fuirnt surprise et attaquds dans
leur 6tablissement,d'ailleursen territoire qii'il reconnutcomnme
bresilien, et, pr6tend-il, reduits en esclavage. Ce faith, qu'il
reproduit dans tout ce qu'il -crit, dans la Relation de ~so Troi-
siomnie Exlp ition, dans la Description of British (Gtiuinvn el dans
Twelve Views in tih Interior of British GunitIan, ainsi que dans
sa lettre i Sir Thomas Fowell Buxton, a d;ljtl j et udi par
nous (Prem. Mimn. Bris., pp. 352- ct suiv.). L'attaque rapporthe
par Schomburgk contre les Indiens IUpixanas et Atorais,
sous pr6texte de recrutement pour la marine, la capture de
femmes et d'enfants qui s'ensuivit, n'itaient pas imputables
aux autorites brIsiliennes. On 6tait au pire moment de la guerre
civil, et les auteurs de l'attentat 6taient des Indiens Macuxis.
Nous avons la lettre de Schomburgk i Buxton : Sur ces
entrefaites, la troupe de recrutement avait accru ses forces
en engageant un capitaine Macuxi, avec un certain nombre
de ses gens, 6lablis en terriloire bresilien. 11 reconnait lui-












LA RETENTION ANi.LAISI


m6me l'innocence des autoril6s br6siliennes dans l'intimiti
desquelles il vivait: < Je ne pretends pas que les autorites su-
prieures sont au courant de ces agissemnents si honteux et si
inhumains. ) (Letire citee.) Et encore : J'ai communique ces
faits it M.Ayres,qui m'a repondu que, depuis I'arrivde del'exp&-
dilion, il n'y avait pris aucun intrlrt, ni direct, ni indirect;
il avait peine i croire le recit de ces atrocities. Je fis venir
n6annioins un interpr6te, et ses reponses a diverse questions
qu'il lui posa d6montrerent la v'rit6. (Journal of the Roy.
Geof. Soc., X., 1840.) Pour Pedro Ayres, I'attentat avail 6ti un
incident de la traite clandestine des esclaves tell qu'elle itait
laite alors par les Indiens. (( II tail d'opinion que les ofliciers
subalternes souhaitaient le recrutement d'lndiens pour la
marine afin d'avoir le pretexlt de s'emparer des gens de tout
Age ei de vendre i leurs allis ceux qui n'itaient pas bons pour
le service. ) (Ibid.) Devant une alrocil de cette nature, com-
mise en territoire bresilien indiscute c'esl-i'-dire en violation
de nos lois les plus anciennes por la protection et la libert-
des Indiens, bien qu'elle flt due i la cruault et it la cupidild
des sauvages eux-mimes, nous ne pouvons, come pour la
traite des esclaves africains, que nous voiler la face; mais, i-
remuer ainsi le passe, mnme recent, il n'est pas de nation
colonial qui n'ait ii faire de nimme".


2.'. Toute conduit reprochine aux uns pourrOil I'Mlre aussi aux autres.
Schoilnlurgk. par exemiiple'. cril iin dliploirant la dispersion de I.l Mission ide
Pirara : ( Mon seul devoir est de raploulrr Ie fait que la chapelle a 6ti' con-
vrlice en caserne et q(u' 1i'difiee oii onnt lr jeties Ies proemi'res sentences du
christiainisnue au milieul des Indiens qui vivaient dans les tlei-res de 1'igno-
rance est devtnu le Ithlitre de discourse obsciiies et de diebauches noc-
lurnes. ) (Journal of the Roy. Geoy. Soc.. X, 266.) Ia force armnie anglaise












LA I'ItgTENTIiN ANIGLAISE


Ce fait fut n6anmoins d'un advantage considerable pour
Schomburgk : il l'investit d'une mission devant l'opinion
publique de I'Angleterre, lui donna une conscience nouvelle,
un grand interet moral ta veiller, sans parler de I'inltrit de
I'expansion territorial qui lui servait d(ls lors i fasciner li
Colonie et, dans ce double intrMl extdrieur, par la force de sa
nature imaginative, disparaissait pour lui-meme I'intir~t per-
sonnel qui avait donn6 naissance i tout son plan. DIs que le
fait se product, il saisit les consequences qui devaient en r'sul-
ter pour le developpement de I'a'uvre de Yoid : <( Cttie cir-
constance, ecrit-il i Buxton, le patron des grandes causes phi-
lanthropiques, favorisera sans doute la Mission de Pirara, et
si ties 6missaircs 6taient envoys parmi les tribus 6parses,
celles-ci repondraient A I'invitation qui leir serail faile de
s'dtablir autour du missionnaire. ( (Llttre ritde.) Que la < des-
cente n nit eii pour effet de rHunir it Pirara un grand nombre
d'lndiens et de crier pour Youd un role de protectcer, en
le placant ainsi, pour la premiere fois, en antagonisme
avec l'autoritd bresilienne, le Capitaine Pedro Ayres nous
Ic dit dans le rapport dtlj cit : Les ixts'detle d'lndieiis
faites dernicrement du ctiltt des montagnes de Quano-Quano


rl;lablit Youtd dans sa chapelle qluelques annles april's. Voici ce que dilit iu
tdes hlistoriens dte Ia (;uyane Anglaise : a a chapelle' el I't-iilice de li Mis-
sion firent rindlus ii un usage prolitable, nollmbre dI'lIndielns s' ,nriuill'rnil
dans le voisinage, nmais les nlutirs inlnorales des soldats rui'i'nrellil li cails
tie la rligion i t la 1 ichli dti pauvre miissionaiire sembla dii sespl;.ri)r. il. G.
Dalton. History of British Guiana, vol. II, pp. I. -I1. I.) Voir aussi Richard
Schoinburgk, Iteisen in Britisrh G;uinina,. 1, li : Ils Indiens adresst'rent
des plaintes excessivement si'rieulses il M. Youd. l.rllrs f1niiiiIns et leulrs lilies
n'ousient plus soe llonilrer an dehors de leuirs cabaneus ), ele.











LA PRETENTION ANGLAISE


ont aide le missionnaire dans son dtablissement, attend que
ceux qui avaient pris la fuite se sont rdunis dans ce nouveau
village oil, par suite des agissements du missionnaire et de
quelques malfaiteurs qui ont desert6 nos fronti6res, et sont
aujourd'hui les 6missaires et les interprktes de la Mission, ils
sont devenus dangereux pour nous.... ,
La lettre de Schomburgk a Buxton est transmise par lui
officiellement par 1'entremise du Gouverneur de Demerara
(dUpeche de Schomburgk i Light du 18 septembre 1858, Ann.
Sec. M3nt. Brs.., I., p. 59) qui la fait sienne (depeche de Light a
Lord Glenelgdu 17 decembre 1838, ibid. p. 50) et, ainsi revetue
de l'autoritedu Gouverneur de la Colonie, elle est pr6sent6e par
le Gouvernement au Parlement. DWs lors, la question de la
protection des Indiens de Pirara etail cr6e par Schomburgk".


VII
La proposition de delimiter les frontieres,
accueil qu'elle reWoit en 1838.

II accompagnait sa lettre de l'offre de ses services pour la
delimitation des frontieres de la Guyane Anglaise : en effect,


26. ( Schomburgk avait exploili, pour soulever cette question de limiles,
leS sentiments philanthropiques du people anglais en disant que les BrBsi-
liens, encore en 1859, brillaient des villageset faisaient la chasse aux Indiens
pour les reduire en esclavage. Les expeditions don't il parole avaient pour but
de recruter des hommes pour i'armie ou d'arreter des criminals. II est tris
probable que des actes de violence aient it* souvent pratiques par les agents
recruteurs ou par la police, mais Schomburgk les a certainement exagress
outre measure. Du reste, ces expeditions elles-memes prouvent que le Rrdsil












LA PRETENTION ANCLAISE


Schomburgk disait Light: a Je serai heureux de communiquer
A Votre Excellence tous les details ayant rapport A ces descenles
(descimentos), et comme, tOt ou tard, les circonstances peuvent
exiger que les limits de la Guyane Britannique soient fixWes et
determinees, je tiens aux ordres de Votre Excellence, si elle
les juge utiles, toutes les informations que j'ai recueillies
pendant les trois dernibres annees que j'ai passees h explorer
la Guyane". Light fait bon accueil a I'idge de prot6ger lcs

exerCait des actes de souverainetO dans l'isthme form par les riviires
Tacutit et Rupununi. ,'execution 6nergique des lois du 6 juin 17:.5 et
du 8 mai 17.58, ridigees par le .arquis die Pombal, avait supprime I'escla-
vage des Indiens au Bresil, tandis que dans la Colonie d'Essequibo, jusqu'a
la conquate anglaise, les Hollandais continuaient i acheter aux Carailes
les prisonniers qu'ils faisaient aux autres tribus indig.nes. Les documents
hollandais que le gouvernement britanniquc a faith traduire et publier der-
nierement parent i chaquc instant des s red slaves n employees dans les plan-
tations d'Essequibo et Demerary. L'~euvre humnanitaire des religieux portu-
gais et des autorites locales est visible encore aujourd'hui dans le bassin de
I'Amazone et surtout dans la region du Rio Negro et du Rio Branco oi plus
de 70 pour 100 de la population civilisee se compose d'lndiens. Par contre.
dans plusieurs colonies europiennes, comnme I'a observe un ikcrivain anglais
(Sir Charles Iilke, Greater Britain. A Record of Travel.... Londres. pp. 85
et 549), les races indigines out et6 andanlies ou disparaissent peu A pen.
Ces contrastes permettent d'estimer A leur just valeur les imputations du
voyageur allemand. # Memoire du baron de Rio Branco, p. 45.
27. Ann. iMe. Angl., Ill, p. 48. Igalement dans le rapport ecrit pour la
Royal Geographical Society en septembre 1858. Conime ce rapport n'a ;t,
imprimni dans le Journal de la Geographical Sociely que deux ans apris,
nous ignorons s'il a kt6 envoyv alors tel qu'il a paru. Ians ce rapport, aprls
avoir dit que son intervention aupris de Pedro Ayres avait pr servi Ia Mis-
sion anglaise d'une attaque semblable : a la Mission anglaise conLmencante
a kth sauviee el peut enseigner aux Indiens que
Where Britain's power is felt
Mankind will feel her blessings too n.












LA PRtfTENTIlN ANGLAISE


Indiens que l'on reprdsentait comme teant menaces et ayant
recouru A la protection anglaise; mais, pour lui, il ne s'agit
pas encore de les proteger en s'appropriant le territoire ofi
resident ces tribus : le moyen A employer, c'6tait d'en appeler
au Gouvernement du Brdsil, ( aux confines duquel se Irouvait
dtablie la Mission anglaise ,; quant aux limits, ce n'dtait pas
ai Schomburgk a les suggdrer". Le 9 janvier 1859, Light 6crit
A la Mitropole sur la n('ccssit6 de tracer une ligne en dedans



SchonIlnirgk insinue son project de lever la carte ldet la (uvane Anglaise :
(I Puisse bient6t arriver Ie moment o lis linitels de la riche et productive
Colonic' del l (ivaiune lBritannique seront ditermineiiis par des travaux topo-
graphiques ordoni',s par Ie Gouvernemeint! Alors seilement la paix el Ie
honhiliur purrront *tre garantis it ceux qui s''llablissent du c6tL anglais de
SI' ronlire. i) (Journal of the Roy. Geog.. Sociely, X, p. 190). Le sieninlent
philanlhropique fut ainsi le premier vyhicuile de sa proposition de contractor
avec I, Gouvierncenent de la Colonie la dt'erininalion de ses rronli res e' I's
lravaux ltopographiques ncessaires it ret ifftl.
S2. a Voire Seigneurie sai I qu'A Pirar-n, suir la rivi're du mii'ime noin,
aux conlins dui Br6sil, ipar 50 59' ld latilude. so Itroluve un miissiiinnaire
nioniiind Youd, envovi par la llChurch Missionary Society. leiquel. parait-il, a
rdini environ 200 Indiens aulour de li:i ceux-ci conimnen;aient dji it ac-
qubilir queliues rudiments de civilisation. L'itablissieene fut menac6 par
des troupes de IlBrsiliens armbis, sous prilexte de recruler des homnines
pour la marine bri;silienne, miais en rialit', pour on fire des esclaves. I.e
dralnpeiu brilannique el I'inilrvention tie M. Schloilimurgk hs ont sauvi-s;
mais relii-ci signalle d'aulreis dtpri'dations qui pronuvent ll I'ividence iqu res
oppresseuirs snit deisbandis cl qune noire Mission n'est passuffisainaent pro-
*9gie'. Je prlendrai sur moi d'icrire au IW-sideui Britannique iA Iio de Janeiro
afin (iu'il exerce son influence en faveir tie cette Mission. Notre droit sur les
lieux 'tant contiestl, vu que nos limiles sembleni ni''Ire pas bien d-finies,
on no devrait pas laisser i tun particular le soin de suggi'rer ilu'il convient
dei dlterniiner ces liinites, nmais celte suggestion devrait 6 maner de qui de
droit. (Light ii Lord Gleneig, 17 d&c. 1858. Ann. Sec. Mem. fres., 1.. p. ,'1.)










LA I'RCTENTIIN ANGLAISE


de laquelle les aborigines qui rcclameraient la protection
anglaise pourraient se refugier en toute security (Ann. Sec.
MAm. Bres., I. p. 51). En r6ponse t ces deux d6lches, le
12 mars 1859, Lord Normanby, apres avoir approuv6 l'idt~e ti
rdclamer au Gouvernement tie Rio de Janeiro toute protection
pour l'etablissement de Pirara, ajoute quant aux limiles: En
ce qui concern la question de frontiere que vous declarez ktre
indilterminee, je ne crois pas qu'il soit possible d'entamer
aucune n6gociation avec Ie (ouvernement Bresilien i ce sujet,
sans un rapport complete de vous, concernanl les limits mnd-
ridionales de la Colonie, appuy6 sur des preuves et tes eclair-
cissements qui peuvent ire fires dies archives de la Colonic
on que des person es y rnsidant seraient i ianto e de fornir.
11 serait it desircr qu'un rapport de cette nature ftt prepare ct
transmis par vous en Angleterre. ,


VIII
La nouvelle attitude de Schomburgk en 1839.
son Rapport a Light.

Schomburgk, enlre-temps. i-tail, en seplembre 1X85. part
de S. Joaquim pour son long voyage par I'Ordnoque et le Ilio
Negro. Quand il revient i Pirara, l'annde suivante, il apprend
que Youd avail 6Wt somm6 de quitter le village. II part en juin
pour Georgetown sous l'impression de cet incident qui favorite
son project d'Mtendre aussi loin qne possible le territoire de
cctte Guyane Anglaise devenue I cercle de sa vie. de ses tra-
vanx et de son itilitW scientilique, apris ces longs voyages d'ex-
ploration, don't les privations, I'anxi6t;, I'cffort soutennu, e












LA I'RETENTION ANGLAISE


l'isolemcnt intirieur, laissent sur ceux qui s'y vouent la mar-
que inellacable du pays. La nouvelle qu'il emportait, lorsqu'il
se pr6parait A descendre l'Essequibo, 4tait certes le meilleur
encouragement pour lui. II avait, par sa lettre a Buxton, remu6
le vif intdret qui existait alors en Angleterre en faveur des
aborigines de toutes les races; en dknoncant maintenant
1'expulsion de Youd, il remuerait I'int&r&t missionnaire pro-
testant, encore plus puissant. Appuy6 sur ces deux facteurs
considerables de l'opinion publique anglaise, il ne lui restait,
pour triompher, qu'h devoiler aux autoritds de la Colonie les
immense avantages de 1'extension qu'il lui destinait. C'est cc
qu'il fait dans son Rapport du 16 juillet 1839 ".
Le Rapport ou Memorandum Schomburgk de 1859, I'6lC-
ment au sein duquel va naitre et se former la present question,
aussi bien la source d'od elle jaillit que le lit oi elle devra
couler jusqu'a la fin, est tout entier une improvisation autour
d'un trace de circonstance, la divination d'un explorateur, d'un
naturaliste Atranger fournissant, en un moment, A la Grande-
Bretagne la configuration de son territoire dans le continent
dc 1'Amerique du Sud, toute prAte et achevde, en ne tenant
compete que des advantages resultant pour elle d'un tel croquis.


21). Le rapport de Schomiburgk fur d'abord public en 1840 avec la date
du Pr juillel. Le Mrmoire Anglais dit cependant que la date, sur l'original,
est le Ic. La d6pc.lhe h laquelle Light le joint est du 15. 11 est probable que
c'est la premiere date qui est exacte. Dix jours paraissent bien courts pour
que Schomburgk ait pu, dans ce delai, construire et justifier une ligne de
limits aussi etendue, partant de l'embouchure de I'Or6noque pour aller
rejoindre celle du Corentyne A travers I'inturieur de la Guyane, mais il
fullait au moins quelques jours au Gouverneur pour prendre connaissance,
mwme imparfaitement, du project qu'il recommandait.











LA PRETENTION ANGLAISE


C'est ainsi une methode tout h fait difllrente du lent procede
historique par lequel se modelent d'habitude les contours des
ltats. Ce n'est mime pas un Anglais qui se substitute ainsi a
toute la tradition de la Colonie, c'est un stranger. Cette cir-
constance explique, A elle seule, le defaut de precedents de sa
ligne.


IX

Analyse du Rapport de Schombargk:
la parties historique.

Cette piece Rtant 1'6lement on principle primordial de tout
ce litige, nous devons la reproduire in extenso. En comparant
an Memorandum Schomburgk de 1859 celui de la Ltgation
Anglaise i Rio de Janeiro du 20 ftvrier 1841, lequel, pour la
premiere fois, announce, sans bien la dyfinir, la pr6tention
anglaise, et sera, jusqu'aux notes du 22 avril 1 97 et du 21 mai
1898, le seul expose de cette pretention, on remarquera que le
second n'est qu'une copie litterale du premier. Aussi nous
pouvons dire que nous allons les analyser ensemble.
Voici le rapport de Schomburgk a Light :

s De retour A la capital, aprbs mon voyage dans I'intrrieur de In
Colonies, je consider de mon devoir d'apprendre A VoIre Excellence Gouvernement brasilien miaintient un avant-poste dans le village maeusi de
Pirara, que ce Gouvernement revendique come faisint parlie de son ter-
ritoire, et qu'en consequence, le Commandant du laut et Bas Amnazone, Ie
Lieutenant-Colonel Joaquim Jozi, Luiz de Souza, a ordonne au ltevi'rend
M. Youd, missionnaire dklegu6 de la Church Missionary Society de Londres,
de se retire de Pirara et de csser d'enseigner noire religion et notre
langue aux Indiens dans son voisinage.












LA PRETENTION ANGLAISE


<4 Pirara, le plus grand village indien que j'aie rencontr6 pendant ines
voyages dans l'intirieur de la Guyane, est situe sur le lac Anucu, par
5" 58' 1/2 de latitude Nord, et 590 IG' de longitude Ouest, et il est habit par
des Indiens Macusis. line des tribus les plus diligentes et les plus dociles
de la Guyane Anglaise. Ileaucoup tde ces Indiens. en consequence des visits
qn'ils ont rfites i la Colonic et des efforts de la part des missionnaires i la
Poinle de Bartika, ont appris les rudiments de notre religion, et cette con-
naissance superficielle a 6veill en eux Ie dsir de devenir chretiens, et cc
qui le prove, c'est qu'ils out invite le i1 verend M. Youd At s'6tablir parrmi
eux et out proinis lde lui bAtir line chapelle et une mason d'lhabitation. A
;ioni arrivire A Pirara, au mois de mars 185I j'ai trouvi ces bAtiments ter-
iines, et pen apries, le li'virend M. Youd a commence Ai exercer son minis-
lere sacred. avec toute apparence de succis.
On devail s'attendre a ce que le Gouvernement Bresilien reclAt avis dli
I'`ablissement de celtte Mission, et vers Ia fin de I'anni'e derniire, un certain
Capitaine Leal, des (( policies n on gardes nationaux, fut charges par Il
(ouvernement du district it Manaos, de se rendre l Pirara et de fair un
rapport sur la nature de celte Mission, el aussi tde firer la frontitre pro-
bable entire la Guyane Anglaise et la Guyane Itr6silienne. Vu son manque de
connaissances en matiires geiographiques, ret individu, sans vouloir
dienigrer ceux qui I' ;vaient envoy, n'ltait pas dii lout apte a remplir les
devoirs qui lui itaient illmposis. Sans connaissance des sciences mathmna-
tiques et astronomiques. il se hasait seulement sur des rapporls oraux qu'on
lui avail coinmnuniquins avant son depart pour rette expedition, et I'inlention
qu'il avait ti se rendre i I'embouclure du Mazaruni (riviire qui se jette
dans I'Essequiho i moins de .O0 miles de son embouchure et de 701 miles
de la capital de la Guyane Anglaise) pour y planter la borne de la frontiire
brinsilienne, est tellerment absurde qu'elle ne minrite pas qu'on s'v arrtlte
plus longtemps. Bien iqu'A la suite d'une conversation avec le l1iverend
M. Youd, il vit lui-mtine clairement I'absurdilt de ses intentions et qu'il
abandonnAt son dessein, il se rendit cependant h I'embouchure du Siparuni
et y clercha avec ardeur le poteau qui, selon lui, y avait etc plant, jadis
par la Commission Ilresilienne des Frontii-res. entire 1780 et 175H. Ayant
enlin decouvert un arbre don Icl tissue ligneux avail ete pourri par I'action
du temps, i I' enroncis par hasird. il declara que c'itaient les restes de l'ancien poteau-
froutielre, et hien que ses compagnons eux-memes attirassent son attention












LA III9TENTION ANGLAISE


sur le fait que ce soi-disanl poteau de frontiere avait de grandes et fortes
racines, ce qui n'aurait pu ttre le cas s'il y avail Wte place par la main des
hommes, et montrait au contraire qu'il avait dA etre plant* en terre pendant
des siecles, cela n'eut aueune importance aux yeux du zMl Capitaine Leal,
qui emporta une parties du cceur de I'arbre pour preuve tie sa reussite.
Plus tard, et au commencement de I'anne courante, le Lieutenant-C:olonel
Joaquim Joze Luiz de Souza, Commandant du Ilaut et Ilas Amazone, charge
le Lieutenant Pedro Ayres de se rendre, accompagnd d'un detacleineo.: du
ET bataillon des gardes nationaux, qui se composait d'un sergent, d'un
cadet et de six homines, i Pirara, et d'en prendre possession. Je les y
tronvai, A mon retour i Pirara, all inois de mai dernier.
a Le Lieutenant Pedro Ayres fut autoris6 i remettre une dptchle
oflicielle au Itvv6rend M1. Youd, lui ordonnant de se retire de Pirara el
I'accusant d'avoir soustrait cinq cents Macusis au Gouvernenlent Inp.rial
Bresilien et de leur avoir enseigne la langue et la religion anglaises. En
consequence de cet ordre, M. Youd se rendit sur la rive droite de la rivier'.
Rupumuni, oil il fnda une nouvelle Mission. dans le voisinage e la cata-
racte de Curowato Ito; et quand j'ai quittW Pirara, au mois de juin dernier,
Ie dltacliementL sous Ies ordres du Lieutenant Ayres detail tiujours en pos-
session de cc village et attendait de nouveaux ordres de son (Gouvertneenl.
Ces faits sont arrives A ma connaissance personnelle, et ii me rest maint'-
nant a signaler I'empietement conmis par le tGouverneinent Iresilieu sur Ie
terriloire de Sa Majest6 Britannique.... a


(C'est la premii're fois que Schomburgk reclaiec pour I'Anglc-
terrc It territoire de Pirara qu'il connaissait d6s IX55, quand
il y re'ut I'hospitalit6 de I'atlorit bresilienne de la frontiere.

11 ... Lorsque ~clata la guerre de 1805, apreis la restitution de la Colonic
de la ,;i yane Hollandaise aux IIollandais par Ie Irail[ d'Amiens, cetle colonies
fut de nouveau reprise par I'Anglelerre, et par un article addilionnel i i ine
Convention signee A Londres le 15 aofit I51. Demerara, Essequibo et
Berbice furent finaleimenit cedAs A la Grande Itretagne. L'Empire Britannique
acquit done la Guyane avec les mtmes droits aux limits de ses frontii'res,
tels que les possedaienl les Hollandais avant la cession i la lGrande Brelagne
par trait1.... a











LA PRETENTION ANGLAISE


C'est un postulat auquel le Brdsil n'oppose rien, car c'est
aussi une de ses propositions : le titre anglais s'6tend jusqu'od
pouvait s'6tendre le titre hollandais. Nous avons montr6 dans
le Premier Memoire que la Hollande a toujours reconnu que
le territoire reclame aujourd'hui par l'Angleterre itait en
dehors des limites'de la Colonie d'Essequibo. La Hollande n'a
jamais rien pretendu A l'ouest de la ligne d'Anville. Ce que la
lHollande a acquis, et m6me ce que la Hollande a pr6tendu,
nous admettons que ce soit anglais; mais, par centre, nous
revendiquons ce que la Hollande n'a ni acquis ni prilendu dans
les territoires tenus pour portugais depuis le xv~I sickle
jusqu'i la revelation de Schomburgk, lequel n'dtait, d'ailleurs,
ni anglais, ni hollandais.
La Section des Affaires litrangeres de l'ancien Conseil d'Eltat
de I'Empire, dans sa consultation du 28 septembre 1854,
r6pondait ainsi A cette remarque de Schomburgk :
La Grande-Bretagne a pris possession d'un territoire
don't les limits meridionales n'avaient jamais Wt fTixees et
don't l'intlrieur n'avail jamais Wt explore et posscdd par la
Ilollande. Cette Puissance n'avait jamais exerce d'actes
possessoires a 1'est de la riviere Rupunuri, en deit des
versants meridionaux de la claine Pacaraima. Une possession
que la Hollande n'avait pas ne pouvait ,tre transmise a 1'An-
gleterre. ,

v ... Bien qu'une convention ait Wt- conclue entire la France et la
Hollande, d'une part, et la France et le Portugal, d'autre part, au sujet de
leurs frontibres, il n'est pas A ma connaissance qu'un tel accord soil inler-
venu entire le Gouvernement Ilollandais ete I Porlugais antirieurement a la
cession des Colonies de Demerara, d'Essequibo et de Berbice A la Grande
Bretagne....










LA PRITENTI0N ANCLAISE


Le fait qu'il n'y a pas eu de convention de limits entire le
Portugal et la Hollande n'affecte ni le droit portugais ni le droit
hollandais, jusqu'oi' ils se seraient 6tendus.
< Cela ne fait pas de doute et n'a jamais Wt contest par
personnel, disent Ies memes Conseillers d'Etat (document cit6
ci-dessus). II n'y a pas de traits, mais ce n'est pas seulement
d'eux que decoule le droit, et celui-ci ne peut se fonder sur
le simple fait de la non-existence d'un traits. En l'absence de
cclui-ci, il y a le droit qui resulte de la decouverte. de l'explo-
ration et de la possession. L'Angleterre n'allgue mcme pas ces
droits hollandais, c'est-i-dire les siens, et le lBrsil en a,
comme l'on verra plus tard. ,
D'un autre c6t4, il a dt r6pondu a cet argument:
La negotiation d'un traits de ce genre n'est pas indispen-
sable quand il n'y a pas disaccord entire les parties interes-
sees au sujet de leurs frontiires. 11 est encore aujourd'hui des
Etats qui n'ont jamais signed avec quelques-uns de leursvoisins
de conventions sp6ciales a cc sujet sans que leurs fronti&res
puissent, de ce faith, Wtre considdreies comme indeterminees ou
indecises. La longue possession et le consentement mutuel,
manifesto par I'absence de convention, suffisent et ont la
mrme force que les conventions 6crites. Ainsi, il n'existe pas
de trait entire le Br6sil et la Ilollande concernant leurs fron-
tiires en Guyane, mais les deux pays sont parfaitement
d'accord sur ce que, de la source du Maroni A celle du Coren-
tyne, leurs possessions s'arretent A la ligne de partage des
eaux dans la clalne de Tumucumaque. 11 n'y a jamais eu de
divergence d'opinion i cc sujet entire les deux gouvernements,
ainsi que l'a rappel6 une note hollandaise recent. (Mdmoire
du baron de Rio Branco, pp. j7, 58.)











LA I'PRTENTION ANGLAISE


I ... Vers le milieu du xvum sickle, les Hollandais avaient porter leurs
avant-postes plusloin auSud du confluent du lupununi, la latitude de 5050'
N.; le site de ce poste m'a tct signal pendant mon voyage avec lesCaraibes
en 1853 (Journal de la Royal Geographical Society, vol. VI, p. 265).... %

Le site signalM par Sclomburgk 6tait sur l'Essequibo
mnme, a peu de distance du confluent du Rupununi. Le
poste, dit-il, avait pour objet d'emp6cher les Caraibes de faire
le traffic des esclaves; il serait plus exact de dire qu'il 6tait
plut6tdestind A maintenir en faveur de la Compagnie le mono-
pole de cette trait. C'Utait A pcu pr.s le site du post Arinda
quand il fut transport dans le voisinage du Rupununi. Nous
avons vu que cc post n'intervint jamais dans l'action des
Portugais, mais la respecla toujours comme s'exerpant bien au
delh de la pretention de la Colonie. L'existence de cette sta-
tion, avec un on deux gardens an plus, sur le fleuve Esse-
quibo, n'est certes pas un litre de possession ou d'influence
dans le Iassin de l'Amazone.

i ... 11 fut fortifie en vuc des incursions des Caraibes en t 775. ainsi que
le rapport Don Antonio Santos, qui y pass A cette l)poque avec son ami
Nicholas Itodriguez, dans son voyage d'Angustura A Grand Parid (voyez A. de
llumboldt : Sur quelgues points important de la geographic de la Guiana,
p. 25 et 538).... w

Encore que cc fait n'affecte pas la question en litige, nous
dirons que Antonio Santos et Nicolao Iodriguez n'ont jamais
6tC dans l'Essequibo, d'apris Humboldt lui-mIme. Cela est tla-
bli dans le Mimoire du baron de Rio Branco, pp. 77 et 78. Nous
ne savons rien d'exact sur Antonio Santos (voir note A, p. 553),
inais les documents des archives de S6ville nous apprenncnt
que Nicolao Rodriguez a regu deux commissions du ;ouverneur
de la Guyane. D'abord il fut envoy par le Rio Branco, A la suite












LA IPRETETION ANGLAISE


des 6venements de 1775, pour porter la note du Gouverneur
espagnol aux autorites Portugaises, et nous savons que c'est lui
qui A son retour A Guayana, en mai 1777, a dtconseille l'envoi
d'une second expedition en renseignant les autoritis de 1'Or6-
noque slir les resources don't la Capitainerie du Rio N':gro
disposait pour sa defense. (Cf. Prem 1em. BrOs., p. 95, note.
II faudra corriger deux fois dans cette note la date 17ti7, mise
an lieu de 1777. Dans le texte portugais du Mmnioire la date a
kt6 donnte correctement). Ensuite, en juillet suivant, il fut
envoy pour observer l'ltat de l'ttablissement portugais du
Tacutu avec ordre de retourner par le lac Parime. Nous don-
nons ses instructions plus loin, note II, p. 5.5. Son journal,
vu par Iumboldt, s'arrkte au confluent du Mahil (Tacutil) el
du Rio Branco. 1I n'aura pas ainsi tlepasse le Fort S. Joaquim.
P ... Plus lard il v cut un posit semblable, appel' Arinda, A quelques
miles au sud du confluent de la rivire Siparuni. de I'Essequilo, et Ie site
en est encore connu des lhabitants alges dun IkNs-Essequibo....

C'est le mWme poste encore d(place dans le voisinage du
Rupununi. II n'a pas exist, en m~me temps, deux postes hol-
landais sur 1'Essequibo.
( ... Ces deux execiplhs, donc, prouvent clairemenl existence ide posies
iollandais au delA de la riviire Siparuni A Ilemblouchure de laquelle le
(Gpilaine Leal s'imagina avoirdcouvert les resles d'un ancient potea.u-frontiire
bresilien, et altestent le droit de Sa Majestil Britannique A ce territoire....

11 ne s'agit pas lh du territoire contestW, le Bresil ne reven-
diquant pas la limited du Siparuni. Le Capitaine Leal avait pris
h tort pour le Siparuni, le Sip6", nom que les Portugais,

30. Voir Ann. Sec. Mem. Bret.. I. p. 47. Pour le Lieutenant-Colonel
Souza, les limits passent par la chaine des Monts Pacaraima et la riviere













LA PRBTENTI01N ANGLAISE


d'apres les Indiens, donnerent primitivement A l'Essequibo,
au-dessus du confluent du Rupununi. Les Portugais, cependant,
ne pr6tendaient pas tout le course du Rupununi jusqu'A son
entree dans 1'Essequibo, bien que, dominant cetle riviere,
comme ils la dominaient, sur une grande Atendue, ils eussent
pu presenter un meilleur titre A sa possession entire que ceux
de Schomburgk au Tacuti, au Mahu et au Cotingo.

Rupununi, I'ancienne borne devant se trouver dans le voisinage du Mont
Annay. C'est l'opinion du Capitaine Pedro Ayres. Ambrosio Ayres avait dit
qu'elle se trouvait A l'embouchure du Sip6 (c'est la meme idWe que le
GUintral Andrea, Ibid., 50), que le Capitaine Leal prend pour le Siparuni.
Cela explique 1'erreur, laquelle n'a rien d'extraordinaire clez un homme qui
ne pouvait avoir aucune connaissance des explorations geographiques des
Portugais au xvin sikcle, surtout lorsqu'il s'agissait de noms indigines que
lien peu de personnel seulement ne confondent pas. Les indications
btaient A peu pri-s exactes, sauf I'interpr6tation de Leal du Siparuni pour Ie
Sip6. Elles donnaient, en effet, comme frontieres la chaine des Pacaraima,
le Mont Annai et le Rupununi. Le Sip6 d'Ambrosio Ayres et du General
Andrea 6tait en effect I'Essequibo, le meme Sip6 de A. Ricardo Franco et de
Silva Pontes. Cf. Ann. Prem. Mim. Bres., Doc. de orig. poring., 19 juil-
let 1781 : L La riviere Repununi qui se diverse dans I'Ocean, sur la c6te
de Suriname et prend, apres avoir recu la riviere Cypo ou Cybhu, le nom
d'Excequebe.... a Ces astronomers donnaient, comme I'on voit, le Haut-
Essequibo come affluent au Rupununi. L'embouchure du Sip6 6tait ainsi
Ic confluent de l'Essequibo et du Rupununi, ce qui, dans le renseignement
donn6 A Leal, veut dire la limited par le Rupununi, et non pas par le Siparuni.
a Schomburgk a retrouv6, en decembre 1857, ce nom indigene de SipA,
dit le baron de Rio Branco dans son Memoire, lorsque, sans autorisation du
Gouvernement Britannique, il a pris possession des sources de I'Essequibo.
Les Tarumas, dit-il, appellent le Haut-Essequibo Coatiang-Kityon; les Macussis
et les Caraibes, Sipou. Schomburgk, Description de la Guyane Anglaise,
Londres, 1840, page it. Coudreau, plus r6cemment, en 1884, a trouve
encore ce nom, Sipo-uA (riviire Sip6) qu'il 6crit Tchipe-OuA. (Coudreau,
Voyage a travers les Guyanes et I'Amazonie, Paris, 1887, pp. 347 et 548.) a
Avant Schomburgk le Ir Hancock I'avait aussi retrouvO : M. de Britton












LA PRETENTION ANCGLAISE


a ... J'ai, en outre, plantI le pavilion royal de la Grande-Bretagne aux
sources de l'Essequibo par 00 41' de latitude Nord, et j'ai pris possession de
ces regions au nom de Sa Majest* Britannique.... a

Ce serait la preuve qu'avant 1857 la Grande-Bretagne ne
supposait pas avoir droit A tout le cours de I'Essequibo et
qu'il n'existait pas, mnme lI, de domination hollandaise. L'acte
de Schomburgk n'avait, d'ailleurs, aucune portee : il ne
pouvait prendre possession d'aucun territoire, puisque, come
l'avait dit Lord Palmerston, il avait 6td charge, par la Soci&te
Royale de GCographie, d'une mission purement scientilique et
qu'il Mtait un Itranger et un simple particulier, a pri-
rate individual, comme l'Ferit, Ie 17 decembre 1858 (Loc. rit.),
le Gouverneur Light au Colonial Office, A qui il n'appartenait
pas de definir les limits de la Colonie : ( the suggestion to
define those limits ought not to be left to a private individual. a
Si le titre anglais sur les !erritoires du llaut-Essequibo ne s'ap-
puyait que sur le passage de Schomburgk, il n'aurait aucune
base en droit et ne representerait pas la tradition hollandaise.
a ... L'article VIII du Traiti d'Utrecht et 'article CVII du Congris de
Vienne font allusion aux limits entire le Brisil et la Guyane Fran;aise; mais
je n'ai pas connaissance qu'il ail jamais exists, une convention entire le Bresil
et la Guyane Hollandaise. Ces limits sont absolument indeterminies et la
pretention du Gouvernement Bresilien de les porter jusqu'au confluent de la
riviere Siparuni et de I'Essequibo semble ne s'appuyer que sur la suppo-
sition que, entire 1780 et 1785, Jose Victorio da Costa et Jose Simies de
Carvalho, charges a cette 6poque d'Wtudes astronomiques relativement aux


est un homime entreprenant et je se-ais inquiet pour lui dt le voir renionter
toutes les chutes du Sepo (c'est le nonm caraibe, et le plus convenable de
I'Essequibo) au moment de sa crue. a (Notes pour un voyage, dates du
18 mai 1827. Ann. Mem. Angl., vol. II, p. i.) a Le plus convenable a doit
eire une allusion au sens de cip6, en portugais, plants grimpantes des forkls.












LA I'RETENTION ANGLAISE


limits, ont pu planter une borne-frontiere. Ces tludes furent continues de
1787 i 1794i par Antonio Pires da Silva Pontes Leme, capitaine de la marine
portugaise, et Ricardo Franco d'Almeida Serra, capitaine du genie. Dans les
derniers temps, ils s'occupirent de l'ktude du Rio Branco et du territoire
du nord A I'est de cette riviere et parvinrent au lac Amuci, sur les boards
duquel est situi le village Macusi de Pirara.... )
Comme on Ic voit, Schornburgk avait I'idWe la plus impar-
faite des explorations scientifiques portugaises dans le terri-
toire contest(-. Nous en avons fait I'historique et produit les
relations et les cares dans le Premier MAmoire Brrsilien. La
premiere expedition, en 1781, fllt celle de Ricardo Franco et
de Silva Ponies, laquelle explore le Tacutil, le Mahlit, le Pirara,
jusqu'i la rive du Rupununi. La second fut celle d'Alexandre
Rodrigues Ferreira, en 178(, laquelle reconnut aussi le Tacuti,
le Cotingo (Surumir), le Malhi et Ie Pirara. La troisiime,
en 1787. du Colonel Manoel da Gama Lobo aid6 par Ic D' Si-
m6es de Carvalho et I'ing6nieur Eusebio Antonio de Ribeiros,
explore aussi le Tacutml, le Surumi, le Mah6, le Pirara, le
Riupununi, c'est-A-dire tout le terriloire actuellement en litige.

4 ... Pour des motifs politiques, les Br6siliens onl, depuis le commence-
ment du xir siecle, manifestW le plus vif int6relt la possession des savanes
situees A I'est (d Rio Branco (voyez Ilumboldt, Str quelques points impor-
tans, etc., p. 2."); et, qu'ils dbsirent maintenant 6tendre leurs domaines
au delay du lac Amuci au nord et A I'est, c'est chose tris 6videnle. Leur
d&sir d'assigner une limited A la Guyane iritannique par le move d'un viri-
table empielenent sur le territoire de cette Colonie est 6videmment li' i
leur crainte de perdre ces prairies, a la possession desquelles its n'ont pas
plus droit qu'aucune autre nation.
a II est possible que la Commission des Limites, sous la direction de
Ponies Leme et d'Alneida Serra, ait visil~ le lac Amuc6i et declare que leurs
limits 4taient le Rupununi et la chain de montagnes que les geographes
connaissent sous le nom de Sierra Pacaraima, mais ils n'avaient, pour cela,
ni le consentement du Cabinet Britannique ni celui de la France.












Lk INTENTION AI.LAIRE


s En 1781, les Colonies d'Essequibo el, de Demerara furent places sous
la protection de la Grande-Bretagne; en 1785, les Francais s'empariorent
temporairement de tous les itablissements hollandais, lesquels, en 1796, se
rendirent aux forces britanniques sois le commandement de Sir Ralph Aber-
crombie; et apris avoir (tit rendus aux Hollandais par le trait d'Amiens.
en 1802, ils furent de nouveau repris par I'Angleterre. lorstiue calan la
guerre de 1805, puis ctdits dfinitivement il cet empire par un article addi-
tionnel de la Convention signed i Londres le tC atoit 1t4I. 'Cett revue
retrospective prove que, dans I'intervalle oi so placent les operations de
dimnarcation des Brisiliens, la Colonie titait au pouvoir Ide la Grande-lre-
lagne, de la France et de la Hollande. el aucun commissaire de ces (Grandes
Puissances n'assistait A ces operations pour donner leur consentemenilt :ux
pritentions extraordinaire de la Commnission Brrsilienne des Linmites qui
s'*tlait nomm&e elle-mtIme el ne reprtsentait qu'une des parties.... )>

I.es commissions portugaises de liniites ne se nommnrent
pas elles-muemes, come ce ful pricishment le cas de Schom-
Ibrgk. C'(laient des commissions d'ttudes en vte du moment
oft il v anurait i fair la demarcation et aussi pour qu'on p'it
prendre des measures centre 1'cntlrL dans le territoire portu-
gais des trafiquants d'esclaves hollandais et d'autres intrus
strangers. Nous avons reproduit, dans I, Premier Mimoire Brn-
silien, les instructions donnjes i ces expeditions qui 'Iaieint
officielles, el non particulii'res, come cells de Sclionburgk
jusqu'en 1842: ce n'est qu'apres 1840 qu'il devicen commis-
saire royal. Outre I'inexactitude des dates, dans ce paragraph
comme dans tout le Memorandum, ni la France ni I'Angleterre
n'tlaient int6ressees dans les explorations portugaises, parce
que pendant tout le temps que ces explorations durbrent (pre-
minre expedition, f5vrier 1781; deuxibme et troisibme exptdi-
tions, 1786 et 1787), la Colonie de I'Essequibo t1tait au pouvoir
de la Ilollande. Des explorations officielles comme celles-lii,
dans des territoires considers et traits comme domains de











LA P119TENTION ANGLAISE


la Couronne, faites sous la protection d'escortes militaires et
ayant pour base d'operations un fort voisin, it 1'embouchure
de la riviire principal, come 6tait le Fort S. Joaquim sur
la rive du Tacut6, sont un signe d'occupation et de possession
indiscutees. Nous ferons, dans la suite, la confrontation juri-
dique de ces tires avec ccux que le MWmoire Anglais pretend
tirer d'explorations trWs recentes du Contest6 sous le regime de
I'Accord de 1842, c'est-a-dire de la neutralisation du territoire,
agree par les deux parties. Le droit serait trop capricieux si
ces travaux et ces explorations des Portugais, pendant le
xvin sibcle, qui ont cause l1'admiration de Humboldt, ne
constituaient pas un titre de possession, tandis que, plus de
cinquante ans plus tard, un voyageur allemand, charge par
une association privee d'une exploration purement scientilique,
aurait pu acqucrir de plus vastes regions pour la Grande-
Brelagne en clouant le drapeau anglais ia un arbre, aux sources
de l'Essequibo. NManmoins, d'apri's Schomburgk, ainsi que
d'apres la Legation Anglaise a Rio de Janeiro, ce dernier titre
serait valide et suffisant.
( ... J'ai encore tL inform que le Commandant de 1'expmdition qui,
envoyet par le (ouvernement Colonial de la Guyane Britannique, pitnetra
en 1810 dans I'interieur afin de faire une enquAte sur les querelles entire
les Iribus indigenes, lit planter un poteau-fronltibre A Pirara.... ,

Nous avons dej donn6 tousles details de I'expedition de 1811
(Prem. Mim. Br:s., pp. 297-510). 11 ne se passa rien de sem-
blable. Le Commissaire Simon et ses compagnons, le IY Han-
cock et Van Sirtema, ont reconnu que le Rupununi 6tait la
limited de la jurisdiction anglaise; ils n'ont pas revendiqu6 la
possession de Pirara, ofi ils n'all6rent que sous la conduite de
l'escorte portugaise de S. Joaquim. Voici ce que dit le Com-











LA PR(TEMIVlON ANGLAISE


mandant du fort: c Simon prit cong6 le 25. Je le fis courtoise-
ment accompagner, jusqu'au bord du Rupununi, par un mili-
taire et quatre Indiens (Pren. M3m. BrKs., p. 506). (( Le
depart s'est effectu6 de la maniere suivante : j'cnvoyai, pour
les accompagner, le soldat Fernando da Costa avec trois ramours
et deux Indiens, pour qu'en arrivant A Pira-ar;dra, ils pussent
immediatement gagner la rive du Rupununi et que li, avec le
premier arbre de sumauma ou de tapereba qu'ils trouveraient
assez grand, on leur construisit une embarcation suffisante
pour les ramener, en descendant la riviire, jusqu'i lcurs
foyers. J'envoyai, d'avance, se poster i Pira-arira, Pedro Fer-
reira Mariz Sarmento, avec ses compagnons composant le post
d'observation du Tacuti ; d'ici, je fis accompagner les Anglais
par le soldat Allfonso Jose Gato, avec 1'equipage necessaire, et
lui donnai l'ordre, lorsqu'ils arriviraient au port de debarque-
ment oit se trouvait Sarnento, de faire deposer A terre les
bagages des Anglais et de les confer A Pedro Ferreira, puis de
revenir lui-meme ici avec le grand bateau de l'equipage. C'est
cc qu'il fit, et ii se presentait devant moi, au fort, le 50 mai.
Hancock, lui-meme, 6crit vers 1840: I'n soldat, qui nous
escorta entre Pirara et le fort, avait Wte, etc.... (Ann. Mem.
Angl., II, p. 54). L'allegation ci-dessus n'a d'autre fondement
que le dire de Schomburgk : cc Je fus informed n. Par qui? Cette
borne de Pirara de Schomburgk vaut la borne du Siparuni de
Leal.
a ... D'egale importance est la determination de la frontibre occidental.
don't les limits n'ont jamais eti fixes. et cette question ririte la plus
grande attention, A cause de l'importance de 1'embouchure de I'Or.noque au
point de vue politique. Tandis qu'ils possadaient la Colonie. les Hollandais
itendirent leurs plantations de sucre et de coton au delay de la riviire
Pomaroon. Ils ne reconnaissaient ni I'enbouchure du Pomaroon ni celle












LA PRfTENTION ANGLAISE


du Moroco,oi i.lait Rtabli un fort militaire, come limits de leur territoire.
a Ils occupaient mmme les berges orientales de la petite riviere Parima
avant que les Anglais, en 1666, enssent dktruit le Fort de New-Zealand ou
New-Middleburg, et ils considPraient que cet avant-poste mililaire marquait
la limited de leur territoire .A I'ouest.... )

11 ne le prouve pas. Ce n'btaient pas des poses militaires.
Nous avons dejiA dit cc qu'6taient ces posies (Cf. Preim. Mim.
IIr:s., p. 559). La Compagnie des Indes, par une de ses
Chambres, nous les decrit ainsi elle-meme : (, En vertu de cette
possession, les plaignants ont toujours consid6r6 la susdite
riviere Cajoeni comme un domain de cette Republique, et ont
bAti, en consequence, sur l'une de ses rives, ce qu'on appelle
un pose, c'est-i-dire une case en bois qu'ils faisaient garder,
comme plusieurs autres de la Compagnie, par un garden, un
aide-gardien et quelques esclaves. Les bouches A feu que,
d'apres le dire des Indiens i Schomburgk (Journal of the Roy.
G(;og. Society, VI, p. 2(35, note), le frere de Mahanarva avait
emportles du poste pour les transporter plus au sud, Mtaient
sans doute des objets d'une autre nature. Schomburgk lui-
meme parole de 1'exageration de Mahanarva, caractlristique de
I'impressionnabilitd mental du sauvage. Le renseignement
relatif aux canons transports an village de Caraiba du Illaut-
Essequibo semble valoir celui que Mahanarva, d'apres Schom-
burgk, aurait donned au sujet des Tarumas, qu'ils 6taient am-
phibies, et vivaient dans des cavernes sons l'eau (Journal of
the Roy. Geofi. Society, XV, p. 5.).
... Quand les etablissements elaient possdds par les Iavs-Bas, les ter-
ritoires actuels de Demerara et d'Essequibo etaient divisks en Colonies de
Pomaroon, d'Essequibo et de Demerara (voyez Hartsinck, Beschryving van
Guiana, Amsterdam, 1770, vol. I, p. 257.) Comme la premiere de ces colo-
nies Clait la possession la plus occidentale et format la frontiere avec la











LA I'I9TENTION ANISGLAISE


Guyane Espagnole, ses limits ilaient considerees s'etendre de la I'ointe
llarima, ii I'embouchure de I'lOrinoque, par 8" i' de latitude N. et 600 (i' de
longitude 0., dans une direction O.-S.-0., jusqu'i I'embouchure de la
riviere Amacura, suivant le Cafit Cuyuni, depuis son confluent avec i'Ama-
cura, jusqu'A sa source, d'oi l'on supposait qu'elles continuaient par une
line se dirigeant au S.-S.-E. vers la riviere Cuyuni, amiuent de I'Essequibo,
et ensuite dans la direction du sud vers le Massaruni.... .

II y a li, h peine, une affirmation de Schomburgk, sans la
moindre preuve i I'appui, et contredite par 1'histoire de la
Colonie d'Essequibo, par la Charte meme de la Compagnic et
les archives de celle-ci, ainsi que par toute la cartographic
hollandaise, sans qu'il soit besoin d'invoquer les documents
portugais.
lei se termine la parties historique du MCniorandum.
Come on le voil, il n'a pas produit le moindre fail de posses-
sion on de prelention de la Ilollande au territoire qu'il allail
nous contester. Sa proposition preliminaire : I'Einpire Britan-
nique acquit la Guyane avec les siumes droits aux limits de
ses frontieres tels que les possedaient les llollandais avant la
cession i la Grande-Bretagne par traitte n'a pas de second
premisse qui la rattache i la prevention anglaise. II n'en
pourrait re autrement. La Ilollande de Storm van's G rave-
sande, de la Compagnie des Indes Occidentales et du trait
d'Amiens n'avait connu que la ligne d'Anville, ne s'etait
souciee que de la possession de 1'Essequibo. La ligne de
Schomburgk se present done come un fait historique de
generation sponlanee, sans germe anterieur d'aucune espce'1.

51. On lit dans le Vemoire Angylais : Schonburgk n'avait pas une
connaissance complete de tous les faits que nous venons d'exposer aux
chapitres precedents du present Mnimoire. Aussi ne pouvait-il apprecier a
sa just valeur le bien 'ondr des reclamations qu'il avait mises en avant. II












LA PRPTENTION ANGLAISE


X

Suite de 1'Analyse du Rapport de Schomburgk :
la justification de sa ligne.

Le Memorandum continue ainsi :

a ... Ces limits de noire territoire 6taient contestees par les Espagnols.
Quand ils possadaient les colonies de I'Ambrique Meridionale, ils revendi-
quaient les rives des riviires Moroco et Pomaroon. Ils pretendaient que leurs
limiles s'etendaient de ce point, A travers les savanes, dans lesquelles s'Wl8-
tent, bien en vue, quelques petils rochers de granit, d'abord au S.-O., puis
au S.-E., vers le confluent de la riviere Cuyuni et du Massaruni, traversant
alors cette riviere et s'6tendant le long de la rive occidentale de l'Essequibo
jusqu'A la Pointe o6i la CordillBre de Pacaraima livre passage au Rupununi
(voyez A. de Humboldt, Personal Narrative, trad. anglaise, vol. V, p. 155).
(( S'il fallait que la Grande-Bretagne consentit A admettre come limits
de son territoire, celles qui ont Wte fixWes par les Commissions Br'siliennes
de demarcation ot revendiquees par la Rdpublique du Venezuela, elle per-
drait non seulement le Mazaruni et les regions A l'ouest de l'Essequibo, oi
j'ai d&ja prouvi que les Hollandais possedaient des postes militaires, mais


avait n6anmoins conu- une idee remarquablement just des droits qu'il
revendiquait pour 1'Angleterre et il y a intfrct A constater que la ligne fron-
tiire propose par Schomburgk s'accorde presque exactement avec les fails
historiques qui viennent d'etre exposes. a (Miem. Angl., p. 85). Cette theorie,
c'est que Schomburgk a devinu les faits historiques decouverts depuis dans
les archives hollandaises et portugaises avec lesquels sa ligne devait s'ac-
corder a presque exactement ). II est plus exact de dire que les faits histo-
riques seront tailles de faCon h s'accorder plus ou moins exactement avec la
ligne Cotingo-Taculii; en tout cas, le MWmoire Anglais lui-mmme reconnait
que la line Schomburgk a Wte coneue et adoptee, sans que lui (done
encore moins personnel autre) put appricier i sa just valeur le bien fonle
des reclamation qu'il avail mises en avanl.












LA PRETENTION ANGLAISE


encore tout droit A Il chalne de montagnes connue sur les cartes sous le
nom de Sierra Pacaraima.
a C'est sans doute par suite de l'etat ind6termin6 de la frontiere orien-
tale que la RIpublique du Venezuela a recemment exprim6 le dhsir, par
I'organe de son Gouvernement, la Gazelle officielle, public & Caracas, que
cette question fAt rAglee a l'amiable: et quand je me trouvais i San-Carlos,
on m'a assure qu'ayant appris qu'une expedition d'exploration, sous la
direction de la SocietL Royale de Geographie de Londres, parcourait alors
la Guyane, le Gouvernement du Venezuela avait expriml le desir de profiter,
pour ce reglement, d'un moment si favorable.
( Notre frontiire orientale a iti plus clairement definie : la rivi-.re
Corentyn a etc considdree comme formant la limited, et, bien qu'on dise que
les Hollandais revendiquent Devil's Creek, A l'ouest de la rivii're Corentyn, le
faith meme que les plantations de sucre de I'ttablissement de Berbice s'eten-
daient, pendant le siecle dernier, jusqu'A la rive occidentale de la Corentyn,
est d&cisif. NManmoins, il n'existe pas de convention pour corroborer cette
limited reconnue tacitement, et il n'est pas non plus decide si les iles de la
riviire Corentyn appartiennent A la Guyane Anglaise ou a Surinam. Pour le
present, elles sont revendiques par cette dernibre colonie.
a Dans I'etat de choses actuel, notre frontiere du sud et du sud-ouest est
de la plus grande importance, et I'intervention du Gouvernement de Sa MajestO
Britannique dans le but d'empacher les Bresiliens d'empitler sur un terri-
toire qui a 4ti au pouvoir de cette Colonie depuis la foundation de ses pre-
miers Atablissements, est absolument necessaire. Cet empiitement de la part
des Brdsiliens est analogue a l'imposition d'une limited A sa convenance qu'un
conquerant obligerait un people vaincu i accepter, et constitute, sans aucun
doute, une pr6tention fort extraordinaire. Je vais maintenant continue en
faisant quelques observations sur ce qui, A mon avis, parait former les fron-
tieres naturelles de la Colonie de la Guyane Anglaise.
a Le point le plus important dans la demarcation d'un territoire. est
d'en fixer le principle avec le plus de precision et de certitude possible et de
formuler les limits d'une facon si precise et si specifique que toute contes-
tation entire les nations voisines soit empAchee dans l'avenir. L'adoption de
lignes imaginaires, telles, par example, qu'un m&ridien aslronomique, ou
an parall6le, a toujours cet inconvenient que, dans les contestations futures,
on ne peut arriver A un accord que par la r6eptition d'observations astrono-
miques, tandis que, si I'on suit les limits que la nature a 6tablies au moyen












LA PRETENTION ANGLAISE


de ses rivicres et de ses montagnes, ces dernieres formant fr6quemment la
ligne de partage des caux des rivieres qui coulent dans des directions dilTe-
rentes, aucune discussion ne peut s'6lever, car it suffit d'observer avec une
boussole dans quelle direction coulent les eaux du torrent adjacent; I'esprit
le noins cultive en est capable.
Je n'ai aucun doute sur la possibility de fixer les limites de la Guyane
Anglaise, A I'exception d'un seul point, de conformitN absolute avec les fron-
tilrres naturelles.
( Ainsi, pregnant I'embouchure de la riviere Ilarima come point de depart,
la ligne de demarcation devrait se diriger vers I'embouchure de la riviere
Amacura, afin de pouvoir s'assurer I'importance politique qui s'attachera
toujours i l'embouclure de I'Orenoque, et afin d'empecler les vagabonds de
s'ichapper dans la Itipublique du Venezuela, De Ih, elle gagnerail l'embou-
clure de son tributaire, le ruisseau ou Cario Cuyuni par8o 25' de latitude N.,
et suivrait cc dernier jusqu'a ses sources, assurant A la Guyane Anglaise le
conltrle des voices faciles de communication par can que forment des anses
et des canaux (Esteros y Cailos) entire la riviire Pomeroon et I'Orenoque.
Pendant la saison des pluies, des pirogues et des embarcations venant de la
riviire Morocco, et qui ne calent pas plus de quatre A cinq pieds, peuvent.
retirement par voie de navigation interieure, atteindre l'Orenoque vis-i-vis
la pointe nord-est de I'ile Imataca. En 6tablissant un posted I'embouchure du
;aiio Itaslna, on command la communication directed entire Ie course d'eau
Cuvuni et celui du Carlo Arature. A partir des sources (inconnues)du Cuyuni,
les limits de la Guyane Anglaise devraient traverser la chaine de monta-
gnes d'lmataca dans la direction du sud-sud-est, versia riviere Parawayauru,
en continuant jusqu'au confluent de cette derniire et du Cuyuni. (Un post
hollandais ftait autrefois etabli vis-A-vis du Caiio Tupuro (voir Humboldt,
Personal Narrative, vol. VI, p. 156). A partir du Cuyuni, on devrait suivre
les terrains levis qui s6parent ses amuents de ceux du Mazaruni, jusqu'a
cette singuliire chaine de montagnes, don't la plus haute est noinmee
Roraina par les Indiens; ii se joignent les frontitres naturelles de la Guyane
Anglaise, de la Itrpublique du Venezuela et du Brisil. L'extremith oriental
de Roraima se trouve, d'apres nies observations, ii .5 9' 57" de latitude N.;
le group de monlagnes s'etend de 1i, sur une distance de vingt-quatre miles,
vers Irutebuk, dans la direction du sud-est et du nord-ouest. A leur extre-
mite sud, c'est-A-dire au lioraima proprement dit, se trouve la source du
Colingo ou riviere Cristaes des Portugais (qui diverse en dernier lieu ses












LA PIClTENTION ANILAISE


eaux dans I'Amazone et forme la frontii-re bresilienne). Ilivers course d'enu
coulent des pentes septentrionales de ces niontagnes, se jettent dans le
Mazaruni el forment ainsi la frontiere b.itannique.
a La riviere Caco, un des plus grands affluents du IIaut-Mazaruni, a ses
sources sur le versant septentrional du Mont Irutebuk. Les course d'eau des
versants du sud sont des afluents de la riviere Caroni qu'ils formnent parleur
reunion, et celle-ci est tributaire de I'Orenoque. Ces montagnes, de forma-
tion greiseuse et d'une hauleur moyenn e e 6 000 pieds au-dessus (lu niveau
de la mer. soul de grande importance au point de vu ti de nos frontiires.
Notre ligne de division devrait se diriger du mnont Irutleuk. soit de la source
de la Caco, vers la source de la riviire Colingo, d'oi I'on pourra la tracer
dans la direction du sud, Ie long de la rive gauche de celte rivitre, jusqiu ;
son confluent aver la rivi.re Xurunt; lui faisani suivre ensuile la rive
gauche du Xurumaa jusqSu'a sa jonction avec Ie Takutu par 5 22 I 2' de lati-
tude N. et .,90" i' de longitude 0., i environ 21 milles au S.-O. 3/5, 0. du
fort Brksilien de S. Joaquini du Ilio Braneo (qui. d'npres imes observations.
se trouve par 5" I 6i" de latitude N. et ;60" 5" de lohnitude 0).. du miridien
de (Gren 'ich). En prolonigeant la laigne le long du Taikulu, en renlionltanl de
sa jonclion avec le Xurinma vers ses sources, Ia Glrainde-llrela;gne assurera sa
domination sur ces \asles savanes auxquelles le Portugal. lorsqu'il possiedail
Ie Itr'sil. attacltail une si grande importance. Si ce point est contest par les
IDr'siliens en alleguant que In riviire Takutu reioi la riviibre Maihu, venant
du nord-est, avant la riviere Xuruma et qu'en consiquenc'e le principle de
nl formation d'une ftrontii're a;u oven de divisions naturelles est \i0li'. tt
que les nggocialions soient impuissautes a amener Ie G;ouverntement Bresi-
lien a consentir A celte ligne soit par cession ou autrement, alors, seule-
ment, on devra insister sur la division, i partir de la source du (totingo.
dans la direction du S.-E.-S. ou S.-S.-E. vers la source inconnue idu Mahlu.
en suivant cette derniire riviiere jusqu'i sa jonction avec Ie Takutu, par
3 350' 48" de latitude N.. el, dei ii, le long de la rive droite de la riviire
Takutu, jusqu'Ai ses sources. L'ndoption de n'importe quelle autre ligne
exclura la Grande-Bretagne de toute ingerence dans la savane I I'ouest du
Rupununi et lui enlivera la Sierra Conocou at un district hien people. .u
point de vue de la sicurit dei n'importe quel connnerce qui pourrait. plus
lard, 6tre tabli aver la Province de Para et la Ripublique du PHroi. la ligne
qui suit le Cotingo, de sa source s sa jonclion avec le Takutu. est la plus i
d&sirer.












LA IPIRTENTION ANGLUISE


(( Les sources du Takulu ne sont connues que des tribus indigines. Je les
suppose ; o 410' de latitude N. A partir d'ici, la ligne de demarcation devrail
courir le long des terrains tilevis qui divisent les riviires qui se jettent dans
I'Essequibo de cells qui s'ir'oulent dans le Itio lranco et qui ont leur source
sur le versant occidental tde la Sierra Yanina des cartes. Parmi les tributaires
du Rio lBranco, I'Anava oil Guanahan est le plus important. D'apr&s les ren-
seignenments que j'ai requs quand j',tais dans le llaut-Essequibo, j'avais
conclu que ses sources etaient ia 10 20' te latitude N. Si cette supposition
est exacte, notre ligne de partage s'etendrail dans la direction du S.-E., vers
les sources de I'Essequibo (dans la Sierra Acaray des geographes), et, de II,
vers la source de la riviere Corentyn. le long de la chaine de montagnes qui
spare les rivibres se jetant dans I'Amiazone de cells qui s'icoulent dans
le fleuve Essequibo. En ktablissant cette demiarcation, la ;uyaneA Anglaise
lixera d'une facon permanent sa frontii-re du sud et comprendra dans son
territoire les regions fertiles qui sont si remarquables de la Sierra Acaray, et
que j'ai eu I'occasion d'appricier tandis que j'explorais le Ileuve Essequibo
jusqu'a sa source en 1857 et 1838. Comme le course du Corentyn, depuis sa
source jusqu'i ce qu'il se jette dans I'Atlantique, forme la frontieire de I'est
de la Guyane Anglaise, il n'y a qu'A determiner si c'est la rive oriental ou
la rive occidentale qui doit former notre limited.
( ID'apres les remarques et les propositions ci-dessus. les frontieres de
la Guyane Anglaise seraient :
(( 1 Frontiire de I'Est. line des rives de la rivii-re Corentvn, depuis
son embouchure, Ai 61 de latitude N., jusqu'i sa source.
(( 2 Fronti're du Sutl. De la source du Corenlyn jusqu'a la source
dle li rivii're Takutu, le long tie la chaine de montagnes qui stpi 'are les course
d'eau tributaires de I'.\mazone. du Rio Negro et du Itio Iranco lde ceux du
Corentyn et de I'Essequibo.
( 53" Frontiere e I'OuesL lie la source tie la riviere Takutu, le long
de sa rive droite, jusqu'a la jonction tie la riviere Xurunia des Portugais, A la
source de la riviere Cristaes o(i Cotingo, par :; 9' 30'" de latitude N., sur Ie
versant septentrional des monts Rloraima, a la source du Caco, suivant ensuite,
de c'e point, dans la direction du nord, la line de partage des eaux entire
les riviires qui se jeltent dants le Mazaruni et les afuents du Cuyuni, vers
le Itinacotto, traversant la rivi're Cuvuni A I'embouchure des ruisseaux
Aruarua et Parawaviuri, et s'ttendant dans la direction du nord, A travers la
Sierra linataca. jusqi'/ la; source de la rivi're Cuyuni, suivant cette riviere












LA PRWIFTENTION ANGLAISE


jusqu'h sa jonction avec la rivibre Amacuro jusqu'i I'embouchure (de cette
derniere, A I'estuaire de i'Ori noque.
( 4" La frontii-re du Nord est dt(ehrntin.e par I'oc'an Allantique, depiis
f'embouchure deI la riviirr Amacuro, pr'-s dit Punlla nBarimia, jnsqui'i I'nii-
bouchure de la rivirre Corenily. Un coup d'aWil jeti sur In enarl de I'Amin-
rique du Sld suffit pour montrer les advantages que la Grande-BIretagne
peut esp.rer retirer de I'Alablissement tie ces frontiires. Le croquis de carte
ci-joint, bien quei plusicurs ide ses parties so basent sur ties suppositions,
montre quela In uyan Anglinis a une tendue lit, 76 i0tMI milles carries. com-
prenant des terrains d'une extr6ne fertiliti' ot des montagnes dont on n'a
jamais bien explore les richesses. Dans un rapport que j'ai u I'lionneiur de
mettre sous les yeux du predicesseur de Votre Excellence, fell Sir James
Carmichlael Smyth. an mois d'aoAt 1857, j'ai faith une description de la
uyaine Anglaise. basre sur nmes observations personnelles au course de mon
expedition dans I'intiricur. Je tne perniets de souniettre it l'exanmen ide Votre
Ex ellence uine' cipie (mnarqute A) du dernier cliapitre; et je ne puis in'etim-
ptlcher de fire reinarquer tous les advantages qui re1sulteraient pour le hien
public si l'on faisait connaihre, coimmie is devraient I'ltre. ces grands arbres
pri'cieux qui abondent dans res regions fertiles et qui fournissenlt du bois de
tous degr',s de density,. tie pesanteur spicitique et de durf"e, quality's qui
sont de la plus grande importance pour I'architecture naval.
(i Dans un Minmoire que j'ai adressi atux Tri's llonorables Lords Comnmis-
saires du Conseil de FAAnmirauit, et don't je remets inclus copies (marqui'ie i,
j'ai attire; leur attention suri la valeur des arbres de hauti futaie qui se
trouvent en quantites inttpuisables dans les forts de I'inti'rieur. et qui sont
particulibrenient propres aux constructions navales.
(i Je nme perets d'atlirer respectueusenent I'aittention du iouivernement
die Sa Majest'. str les tlendues de terrain situit-s enitre I tI Ie .'o' der,'I;
de latitude N., qui me paraissent trirs propres ;i la coloiisatiion. Noil setnlh-
ment ces regions miontagneuses sont les plus riches, quant au terrain dis-
ponible, mais ellcs contiennent des arbres nombreux : btbeerus. sirnaalallys
et moras. Un pose rt'abli i I'endroit oil la premiere reintlre roclieuse tra-
verse la rivitre Ilerbice, dans le voisinage du pose Calaracte. i *..0' ide
latitude N., olTre tous les advantages possibles quannt I' emplacemient, ,u
sol et au climnat. Je suis absolument persuade& que c'est un des endroits les
plus salubres do la Colonie; il n'est situ A qu'i 1910 nillies dtie la c'te et est
d'un access facile, Ai n'importe quell 6poque de I'ann&e, par la rivivre Iler-












LA P4IJTENTION ANGLAISE


bice. Les bMilnents qui ont un tirant d'eau de huit i neuf pieds peuvent
s'en approcher a quatre-vingts imilles, i I'endroit o6 se trouve actuellement
une scierie nonmmue Maracca. 'Pendant la saison des pluics, la rivi-re est
navigable jusqu'au posle par des hitiinnts de plus forte calaison et ldie est
accessible, ii toutes les trpoques, h des bachots ne calant que de quatre A
cinq pieds.
(( Les inesures prises tlerniirenient par le Gouvernement Brsilien et son
occupation de Pirara prouvent qu'il a I'intention de contester notre droit A
la rive occidentale du llupununi. Votre Excellence connait le fait qu'un
imissionnaire de la Clurch Missionarv Society, le Ievi-,rend M. Youd, avait
commnenci scs Iravaux iri. avec toules les apparences des meilleuis resul-
tats, ce dort je puis nic porter garaint, car j''tais I Pirara lorsqu'il y est
arrive,. II y enseigna les premiers rudiments de notre bienfaisante religion
i trois on quatre cents Indiens plongi's jusqu'alors dans les tini'bres du
pagianisme ct de Ila vie sauvage. J'ai constate les premiers rsiitllalts dti son
nhbeur et observe les progres qu'enfants et adults faisaient avant que le
G;ouverineent IBrisiliien lui ordonnal de se retire et lui difendit de conti-
nuer ses enscigplnements a;ux Indins,. tqu'il reclanlait coninle sujets. Le pre-
mier ;ais de celle inesure tie la part du Gouverlencent BriMsilien provoqua
chez ces pauvirs Indiens une grande consternation. r'rivi-s tie leur mission-
naire, qu'ils avaient appris i hionorer el A respecter, e ct onnaissant la cou-
tnllli qii 'a I~ iil I' (;. ,vi'rln'imeinit Ilri'silie'i d'eIvoyvr i lur pounrsuite des
o I tsciienlltos nilu expeditions pour l; capture d'esel;avs. usage horrible
et barlibare io1t ils vieniulit d'avoir un e'xemple, il s s'eil'uirent dais Ies
niontag'nes.
4 Si I'oin i\il tIranisformner ien sujetls iuiles les Indiens qui lhabitent ces
i'igions. I'inCLer'litde d' nlotre firctiiire doit attirer 'allteotion particuliire
du (;ouverren ent de Sa Majesir. Britannique. Ces Indiens in'ont souvent
demand; o6 ils lpourraient s'itabllir pour se nmeltre sois la protection bri-
tannique'. inais je' 'ai pu leur donner de rdponse dtlinitive en l''tat d'in-
ct''litude actual. Terrifiirs par Irs menaces des ltresiliens et leur defense ti
priler' I'oreillr aux enseigenemcnts du missionnaire. ils errent dans des
r'lreailes colrnnes ld'c'ux sculs el des fauves de la forMl. et Ie Iravail de civi-
lisation, commenclci avec die si ielles chances de succi-s, a nialheureusemient
itd arr -l; .
1 II laut esptirer que des jours plus heureux luiront pour ces niiserables
Indiens si nigligils, jadis seuis propriliaires du sol qui est maintenance













LA PITEUNTION .ANGLAISE


occupy par des nations civilisees; ii no faut pas di-sesperer de les voir ui
jour amen6s au sein de la civilisation, s'il plait anil ouvernement de St.
Majeste d'assurer, dans sa sagesse, et de fixer. d'nne fa;con certain. le
frontieres de la Guyane Anglaise el. une lois ce bul desirable alltint, d'en-
voyer de z61is minsistres de la religion instruire Ies habitalins de notre terri-
toire et les preparer i la vie civilisie.
a Bien que la terreur des Bri-siliens eprouv&e par les Indiens n'ait pas
de homes, ils sont encore tellemnent attachis aux lieux dit leur naissance et
a ces territoires, qu'ils savent par tradition avoir appartenu i leurs ancelres
pendant des sikcles, que tout effort pour les amener Ai s''lablir dans nos
regions des ciles resterait, quant Ai present, infructueux. D'apris nl con-
naissance que j'ai acquise des Indiens. je suis feriimemnt persuadi' qu'en
envoyant parmi eux des missionnaires qui ,laudieront leur caiarlrre et ltur
inanire de vivre, on parviendra plus lard il les civiliser suflisamnllent pour
en faire de bons ouvriers et des sujets uliles.
a II devient Ivitdent qu'en s'assuranl les savanes silut:es entire Ie Rlupu-
nuni. le Takulu el le Colingo ou Xurunia. nl Colonie aura le coutrble itd ha
navigation inl'rieure qui pourra s'ilendre jusqu'a I'lcet'an Paciliqule el qui
comprend les riches provinces situies I le ong de I'Aiazone et ide ses affluents
I'Ucavali et I'lluallaga, et de I'autre r6tl. celles qui son situties le long du
Rio Negro el de I'Olriinoque. L'uniquc portage par voie de terre est sitlui
entire le Mahu et It Iupunumni et leurs afiluents, les ruisseaux I'irar; el
Qualtata. qui s'approchent si ipros I'un de I'fantre pendant la season des
pluies que, pendant nia dernibre expedition. j'ai transporle du Pirara
jusqu'au Quattata. par un portage td'environ un denmi-mnille. les canots
avec lesquels j'avais navigui sur I'(frinoqutte. It Negro et le Branco. (:
ruisseau Quattata finil par se jeler dans I'Essequibo (par I'Awaricuru et le
Riupununi).
i Si nous mellons de c6ftl les avanlages i tirer d'llne conmnlnication
fluviale aussi tuendue. le Rupununi offre encore une particulariit impor-
tanti qui rend desirable de le compirendre dans Ie terriloire trilannique.
II content en grades quanlill-s un dtes plus gros poissons d'eau douce,
I'arapiema ou pirarucu. poisson qui. ii I'~at frais ou sal&. est d'une grande
resource pour la nourriture d'uI grand nomlbre d'habitants du Rio Negro
et de I'Amazone. Si I'on exploilait, pendant Ia saison seche. les regions
poissonneuses du Ilupununi, on pourrait obtenir du poisson en ablondance
pour la consoumnaation inlerieure et, quelquefois aussi. pour un commerce













IA Plt9TENTION ANGLAISE


avec la cle. Tout essai d'Rtablir des p.tcheries, dans les circonstances
actuellcs, serail complMlement infructueux, a cause de la jalousie des
Bresiliens.
( L'es deductions que je tire des circonstances diverse sur lesquelles
j'ai essay d'altirer I'attenlion de Votre Excellence sont qu'il est pralique de
tracer et de marquer les limites de la Guyane Anglaise selon un systlme de
divisions naturelles, et que les limites ainsi dMfinies sont en parfaite con-
cordance avec les droits de Sa Majesti Britannique iA toute I'utendue de ce
territoire.
pation de Iirara par les Itrlsiliens doit causer parmi les Indiens qui habi-
talent ces regions, et Ie mal qui est fail i la cause de la civilisation, comn-
imen.ie' sons de si bons augures, on doilt demander au dRtachemnent de
troupes Ilrisiliennes qui occupe Pirara de se retire, ct cet endroit doil 9tre
dlclare terrain neutre jusqu'a ce que la direction de la ligne de drniarcation
soil dtermtiniie.
(i Qu'une recommendation pressante soil envoy6e an (ouvernement de
la Mltropole signalant la necessiti urgent de determiner les limits de la
Guivane Anglaise par le moyen d'operations lopographiques confines a une
Commission specialement nonmmie iA c eet eet t autoris'e A 6riger tout le
long de cette ligne de partage, aux points les plus remarquables, des con-
slructions tells que la destruction n'en soil pas A craindre, soit par les
intenmperies des saisons, soil par des actes de violence, et. pour plus de
stretl. ces points devraient Mre determines avoc precision au inoven
d'observations astronomiques.
(i Que. connlne, dans I'avenir, la demarcation serail insuffisamment
garanice si I'on tracait les limniles de la Guyane Anglaise d'aprbs des
conclusions e.r pirle, on devrait fairle Ie ncessaire pour obtenir Ie consen-
tenment el l: cooperation de la Ilollande, du IBrtsil el de la Ri.publique du
Venezuela ~ la nomination d'une Commission de demiarcation et, afin
ld'viter tout retard risuiltant des nWigocialions, on devrait proposer les
points extremes de ns limits tels qu'ils sont indiques aux pages 17 et 18
de ce nrpport,
4 Si cette proposition est agree. les operations topographiques peu-
vent conmmencer immediatement.
a J'ai I'honneur. etc. Georgetown, Ie 16 juillet 1859.
-OBs n I. Scsouorae a .











IA I'I PTENTION .U;LAISE


Ce qui est i remarquer d'abord dans ce document, c'cst la
rapidity avec laquelle il a etW faith. Schombuirgk arrive it Deme-
rara le 20 juin et, d6s le 1" ou le 16 juillet suivant (il y a deux
versions sur la date du M6morandum). I'expose de son systtme
de limits ,iour ItouI la GIyante Ain.laise se trouvait entire les
mains du Gouverneur. Quant au document en lui-meme, il est
ridig6 comme un prospectus de limits; c'est I'expose d'une
affaire de grand advantage pour la Guyane Anglaise et don't il
serait charge. Nous signalons i peine, ronime' ,I fiiail, I'intert!
personnel qu'avait Schomhburgk i cc project. Cel inl6rtlt person-
nel peut ne pas avoir cu d'inlluence sur la conception de sa
Troisiime Ligne; mais, come Schomburgk est I'autorit6 prin-
cipale en cettecause, nous avons le droit d'invooquer la suspicion
naturelle qu'il encourt. Qu'il ne suive d'antre regle, dans ses
limits, que celle du plus grand intlr1M anglais, on vient de
le voir el nous allons encore le noter dans la suite ; que plus
seraient vastes les perspectives qu'il ouvrirait i la Guyane
Anglaise, avec fenergie, I'insistance, presque la coaction de
sa maniire, plus grandes seraient les chances de voir son
project accept : tout cela est manifeste et prouv; par le fait
meme que cc project a M6t adopted sans examen (en elfet, pr6-
sente le 16 juillet, il recevait, le meme jour, la sanction du
Gouverneur, bien qu'il s'agit d'un vaste systlme de frontieres);
qu'il desirat ardemment, comme 1'emploi presque force de
sa carriere scientifique, apres les ann6es passes dans la
Guyane Anglaise, dresser la carte definitive et complete de
cette colonies, cela resort de ses suggestions constantes et
rep.tes. Nous pretendons que cet enchainement de fails
constitute une suspicion, tant en droit qu'en science histo-
rique. centre sa ligne offiriell de e1839. A celte suspicion











LA PRfiTENTION ANiGLAISE


concourt encore l'existence deses declarations ant6rieures con-
tradictoires, c'est-i-dire celles de 1855 i 1858, alorsqu'il n'~lait
qu'un explorateur scientifique et avail ainsi toute la liberal de
son jugement. Dans de telles conditions, une lignede limits
trace par lui, sans reference i des fails anterieurssurlesquels
elle ptt se baser, est i peine le point de depart d'une preten-
lion neuve don't ii doit 6tre considered comme l'auteur.
Nous avons dit que ses limits sont toutes d6fendues par
les avantages intuitifs qu'elles offrent ih la Colonie. Ainsi, pour
commencer, prenons les limits qu'il propose avec le Vene-
zuela et qui doivent retrouver l'embouchure de l'Amacuru
, afin de pouvoir s'assurer l'importance politique qui s'alta-
chera toujours a l'embouchure de I'Orenoque, etc. ) Dans cc
passage de son M~6morandum, on verra que des course d'eau
peuvent Olre altribuis a la Grande-Bretagne jusqu'i leurs
sources inconnues. Je considbre, dit-il plus tard, que Sa
Majestic a un droit incontestable f tout terriloire (c'est nous
qui soulignons). A travers lequet coulent des rivieres qui se
deversent dans le fleuve Essequibo, soil directement soil par
d'autres course d'eau. 25 janvier 1845. (Ann. .Mim. Aug., III,
p. 157.) C'est ce principle qu'il applique i Il'Augleterre. 11 est
absolu, comme on le voit, indCpendant de toute exploration,
puisque les affluents de 1'Essequibo pas meme 1'Essequibo
avant Schomburgk n'avaient jamais lid explores dans leur
plus grand parcours, et qu'il est absurde de prdtendre que ce
soil lui, quant i I'Essequibo lui-mnme, qui ait donned ce droit A
la ;rande-Bretagne, et non pas la Convention de Londres du
15 aoft 1814. Quant an BrIsil, il ne lui reconnait aucun droit
auTacuti', fortilii par les Portugais. ni i ses affluentsexplords
scientifiquement par eux, dbs le xvin' siccle. 06 qu'il arrive,











LA PR1TENTION ANGLAISE


lui stranger, simple particulier, le titre perpttuel de la
Grande-Bretagne s'6tablit immediatemenl. L, oi' out t6, bien
avant lui, les astronomers, les ingenieurs, les chefs militaires
portugais, les commandants du Fort S. Joaquim, aucun effet
juridique n'en est r6sult6; lui seul parait avoir le privilege
de faire naitre le droit partout oit il passe.
Le syslume qu'il recommande est celui des divisions natu-
relies; mais il commence par proposer la limile par le Cotingo,
tout en confessant que, dans ce cas, cc n'est pas la frontibre
naturelle, attend qu'i l'est, du Cotingo il y a un autre course
d'eau du bassin amazonien, le Mahii. La division naturelle, ce
n'est pas non plus, devons-nous ajouter, la line Mahi-Tacutli,
mais bien la ligne Mahi-llupununi, parce qie, si f'on prend le
Rupununi.la parties que gagne le Bresil (5150 kil. c.) est bien
moindre que relle qu'il perd avec la division par le alnahi
(13700 kil. c.). La ligne Mahi'i-Rupununi reprsente, dans le
sy'stime du partage des eaux, line perte pour le Brtsil de
8550 kilomilres carries sacrili6s au principle des frontiires natu-
relies; la ligne Mlahi-Taculii reprisenterait un sacrifice de
1. 550 kilometres carrds. La line Colingo-Tacutii, cependant,
comme Schomburgk lii-mtine I'annonce, est la violation du
principle meme des divisions naturelles, et non pas senlement
une violation de 1'equit6 dans I'application de ce principle,
comme I'aurait td la ligne Mahl'i-Tacutii.
Cependant il juslilie lout par le plus grand advantage anglais.
La frontiere par le Colingo est celle qui convient le mieux it la
securitW de toute espice de commerce avec la Province du
Para. Bien des annres aprls, quand le Gouvernement Anglais,
en formulant definitivement, pour la premiere fois, la pr6ten-
tion de la Grande-Bretagne, proposera la frontiere du Mahii, et












LA PRITENTI0N ANGLAISE'


non cell du Cotingo, Schomburgk invoquera un autre argu-
ment (Schomburgk i Lord Stanley, le 26 decembre 1844): a Si
un traitI delinitil' est base sur la proposition de Votre Seigneu-
rie de reconnailtre le Takuli' et le Mahiu comme rivi6res fron-
tieres entire le Br6sil et la Guyane Anglaise, le village de Pirara
et une portion des savanes seront dans les limits du terri-
toire brilannique et un des buts i d6sirer sera atteint, non
seulement au point de vue politique, mais aussi pour le bien
des Indiens. Mais il y a une autre raison qui me donne la har-
diesse de recommander, en toute soumission, i la decision de
Votre Seigneurie de ne pas devier vers I'est de cette ligne, c'est
que la structure geologique de ce territoire resemble d'une
relle fa:on A celle de Villa Rica, dans Minas Geraes, qu'on
estime "tre le district le plus riche du Br6sil en metaux pr6-
cieus, que, par analogie, on pourrait considerer ces regions
avec iintdrPt. Parmi les specimens geologiques que j'ai rappor-
tCs des rivibres Takuti' et Cotinga, se trouve l'itacolumite,
qui forme les plus riches mines dans Minas Geraes ; et j'ai
trouv6, prks de la rivibre Cotinga, un conglomerat qui ressem-
ble de trfs pr6s is la matrice du diamant du Brisil. Je ne pr&-
tends pas qu'on puisse dire avec certitude que ces regions
contiennent de l'or en quantity on des diamants A cause de la
presence d'un roc semblable i celui qui content ces pierres
pri'cieuses A Minas Geraes; mais, puisque Votre Seigneurie a
deji, propose de prendre les rivii-res Takuli' et Mahi' comme
ligne provisoire, la structure geologique du district adjacent a
leurs rives pourrait e'Ire une raison additionnelle de ne pas
d6vier vers l'est de ces riviires, si le rbglement de cette ques-
tion venait it dire de nouveau discut6. ((Ant. ( Ser.. .W .Br&s.,
I. p. 156.)











LA I'IETEITION ANII.AIAE


La frontiire par le Tacutii, il la justifie par la raison que
c'est le seul moyen pour l'Angleterre d'avoir le domain des
savanes ia oustt du Rupununi et de disposer d'un district hien
peuple come on pensait que l'itaient les Monts Quano-
Quano. Alors s'ouvrent ces perspectives illimitles, o6 se plait
le genie de Schomburgk : d II devient evident qu'en s'assurant
les savanes situdes centre le Rupununi et le Cotingo ou Xuruma,
la Colonie aura le contr6le de la navigation interieure qui
pourra s'ktendre jusqu'i I'oc6an Pacifique et qui comprend
les riches provinces le long de I'Amazone ct de ses affluents,
I'Ucayali et l'lluallaga, et, de l'aulre c6to, cellos qui sont
situtes le long du Rio Negro et de I'Ordnoque". 11 n'oublie pas
m'me, pour la possession exclusive du RIupununi, I'avantage
des grades p'cheries qu'il serait impossible de crccr, i; cause
de la jalousie du Bresil, s'il est aussi riverain.


XI

Comment il trace sa ligne.

C'elaient lI, come I'on voit, des arguments pour I'ap-
propriation de territoires sans maitre. le telles raisons ne
peuvent, en droit, remnplacer les titres historiques, que
Schomburgk n'a pu donner. En efTet, dans son rapport impro-
vis6 en peu de jours, il montre qu'il ignore complktement les


52. 11 ouvre, dans un de ses rapports, la perspective de la communication
intlrieure de Demerara non seulement avec Quito, Cuzco. Lima ie I'ocan
Pacifique, Bogota, mais aussi avec Buenos-Ayres par Ie Paraguay. (Ann.
Mem. Angl.. III, p. 82.)












LA PRETENTION ANLAISE


antecedents de la question. 11 ne l'avait 6tudide que dans la
nature,et les renseignements que pouvaient lui fournir ia fort
vierge ou bienles savanes de la Guyane etaient nuls; quant aux
traditions qu'il aurait song parfois a recueillir aupres des
Indiens, elles ne pouvaient routes etre que confuses, apocry-
phes, et fausses. La relation de ses voyages a travers le Contest6
actuel intlresse le naturalist, le geographe, I'ethnologiste;
I'historien, lui, n'y trouve que, de temps A autre, quelque
creation de Schomburgk lui-mnme". Quand il trace sa ligne

55. Pour donner une idee de I'imagination historique de Sclomburgk, ii
suffit de mentionner I'usage qiu'il ilit d'une citation du I'. d'Acuina et d'une
autre de Robert Southecy. Au course de son voyage, ii rencontre un chemin
conduisant du Corentyne A I'Essequibo et aussitat il ,ecrit dans son journal :
a L'ancienneti de cette voice de communication la rendait tr's interes-
sante pour moi. Elle devait dejA etre connue au xvir siicle. Tout au moins
d'Acufi; Itrouva en 1659, chez qiueblues Indiens, dans Ie voisinage du Itio
Negro, des instruments en rer lels que des hachetles, des serpes, des con-
teaux, etl., et, en se renseignant, ii apprit ilu'ils les avaient recus des gens
qui habiltient le pays Ie plus prbs de la iner el qui avaient les cheveux
blonds, et d'.Aciuia supposa qu'ils disignaient ainsi les lollandais. Parlant
d'Ajuiricaba. I'un des plus puissants Caciques des Maniu os, qui vivait vers 1720,
Ie IDocteur Southey remarque qu'il fit alliance avec les Ilollandais d'Esse-
quibo. avec lesquels ii fit des changes par la voie du Ilio Branco. Ies
erianges. de son ciptt, consistaient en esclaves. Alin de les ollenir (Ies
esclaves), il arbora le drapeau hollandais, icumia le Rio Negro et capture
tous les Indiens sur lesquels il put meltre la main. II n'y eut qu'un petit
nombre de ces eselaves i qui I'on fit descendre I'Essequibo; la plupart
irunent emmieneis a Surinam par le sentier qui, de la haite Primoss. conduit,
en traversant la riviire Berbice, an Corentyne, course d'eau qu'il rejointl la
cataracte oei nous fumes submergies, et ce sentier porte encore, chez les
Indiens le nom de Senlier des Esclares ou Tuari Yemori. C'est probable-
ment Ie mmne chemin que D)om Francisco Jose IRodrigues Barata suivit A
deux diffrentes reprises pour se rendre de I'Amazone i Surinam, en mission
de son Gouvernement, en 1795. ) (Journal o' the llot. ;eon. Soc., XV. p. 96.)












LA P'BETENITION AN(LAISE


de 1859, les archives hollandaises et portugaises lui elaient
6galement inconnues; ii ignore les iddes des Hollandais sur
I'etendue de Icur colonie ainsi que lihistoire de I'occupation
portugaise; il ne soupconne pas la masse des documents exclu-
sivement portugais, ainsi que de la contre-preuve hollandaise
et anglaise, que le Bresil pouvait invoquer. 11 n'avait pas
rencontre d'ltablissement curopden it 1'est du Fort S. Joaquim,
done c'*lait li que s'arrelait I'occupation portugaise: il
imported peu qu'avec ce principle, 1'Ntendue de la Guyane
Anglaise d(tpasse i peine l'embouchure de 1'Essequibo. A partir
de cc fort, tout le territoire qui se trouve it 'est et au nord
peut etre partag6, et I'Angleterre n'a qu'i y tracer la ligne qui
lui sera la plus avantageuse. C'est ainsi qu'il proceda. 11 eit RtC
d'ailleurs impossible de construire une line historiq.e, une
ligne tie droil d'une lelle itendue, en dix ou mme en vingt

Nous avons ici un example caract'.'risliqnn de de nl aniire de Schlominlrgk.
et nous pourrions. en cilrr d'iauires senlblablds : dle Ee qiu'il a In dalns
.Acuila et dlas Soullthe l (Ie la riencontre d'un sentier ii conclut aussil6t
que c'itil par li que passaienl les niarclhands d'esclaves dis le xvi'S sir'le;
il croit pouvoir affirmer que des expeditions diTermninees suiiirent c clhenin.
Quantl i Iarala, nous possi'dons son journal et nous savons que lui n'a pas
pass' par li. Quanl anx Manaos. il parnit iiu'ils avaient des rapports avee
les Irilus de Surinamn, mais quant an sentier. nous n'en savons rien.
II raut dire que cet ilin'rair'e iiinagini par Schoimburgk ditruit par la base
la pretenlion acluelle de I'Anigleterre qui se fonde sur Ic comnlmerce prinlitil'
des llollandais avec le Rio Negro et Ie Rio Branco. I'apri's S~homllurgk, la
plus grande parli de e e commerce se faisait avec Surinan et non avec Esse-
quibo; par I'Essequio ne passait qu'un Iris petit nombre de ces scElaves,
ce qui revient in dire que le titre hollandais an Itio Branco. qui pourrait par
hasard driver de ces itineraires tout probleninaiques et prehistoriques tde
traliquants caraibes, ou, quand il s'agit d'Europiens. de nationality incon-
nue et voyageant pour leur propre couple, ce tire appartiendrait A la
llollande, qui detient encore Surinam, et non i lan Grande-Bretagne.











LA PIIRTENTION ANCLAISE


jours. II aurait el1 encore plus impossible, pour le Gouverne-
ment de la Colonie, de la v6rifier on ne sail si en quinze jours,
si en un jour, autant qn'on pent s'assurer aujourd'hui des
dales v6ritables du Memorandum de Schomburgk et de la
dCpche du Gouverneur Light i laquelle il fut joint.


XII

La ligne Schomburgk adoptee & Georgetown et a Londres.

Ce qcu l'on sail, c'est que Light faith siennes toutes les sug-
gestions de Sclomburgk et indiquc celui-ci i la MItropole pour
ex6cuter la demarcation qu'il avail propose. Dc Londres on
avait denand6, pour pouvoir n6gocicr avec Ic Gouvernemnt
de Ilio de Janeiro, un expose des limits de la iuyane Anglaise
avec les preuves qui existeraient dans les archives de la Colo-
nie ou que pourraient fournir d'anciens habitants (Doc. rite,
Normanby i Light, lc 1! mars 1859). iLe onverneur de la
Guyane n'avait pas pu r6pondre en I'absence de Schomburgk;
il s'agissail, en ellet, d'iune pretention qui ne pouvait etre
exposee et justfiie que par la seule personnel( qui la connilt
encore; mais, ids son arrive, Schomiburgk fournissait aussit6t
le document preliminaire demand. Je ferai observer, dira
Light, qu'il n'y a pas, dans les archives de la Colonie, de docu-
mienis avant rapport aux limits occidentales ou m6ridionales
de la Guyane Anglaise. ) (Atn. Ser. .11m. Bri;., I, p. 55.) 11 y
avail certainement des documents anglais (sans parler des
documents hollandais), lels que la carte de Thompson, celle
d'llislop, le rapport du Capilaine Simon, le Memorandum
d'Urban, du I octobre 1827; ce qu'il n'y avail pas, c'6taient











LA PRETENTION ANGLAISE


des documents appuyant la pretention qu'il s'agissait de crier.
11 faut remarquer que l'opinion de Crichton, i laquelle se rIflrv
le Gouverneur comme s'accordant avec celle de Schomnburgk,
se rapport i la frontiere v6nizudlienne, seule region qu'il
connit en parties, et qui fait l'objet de ses rapports d'avril et
de juin de cette mme ann6e (Appendix to the Iritish Case,
British Guiana Ioundary, VI, pp. 75 et 77).
De mime qu'il avait Wt( adopt en entier par Ic GonVlernellii
de Demerara, de m me le rapport de Schomburgk rec:oil it
Londres la sanction la plus complete tant du Colonial Oflice que
du Foreign Office. Le IX mars 1840, Lord Palmerston proposait
A Lord John Russell le plan suivant pour niettre en pratique les
iddes de Schomburgk : que l'on dressat un plan de la (iuyane
Anglaise d'apr's les limits qu'il avait d6crites et qu'i cette
carte ffit joint un nm6moire decrivant en detail les accidents
naturels qui delinissent et constituent ces limites; qie des
exemplaires de la carte et du m6moire fussent livrs aux IGou-
vernements du Venezuela, du Bresil et des Pays-Bas coimmnc un
expos de la pretention anglaise. Qu'entre tenmps des cominis-
saires anglais fussent envoys pour Mlever des born's sur le ter-
rain alin de signaler d'une maniire permanent la ligne re-
vendi(quie par la Grande-Btretagne. 11 resterait alors i, clacunl
des troisGouvernenents ci-dessus mentionnes a pri'senter toule
objection qu'il pourrait avoir A soulevercontre ces limitations
et i exposer les raisons sur lesquelles de tells olbjeclions
pourraient itre foind6es, et le (;ouvernenment de Sa Majesld
ferait alors telle roponse qui pourrait lui paraitre oiiveinable
et just. (Ann. Sec. Mt/m. Bris., I, p. 6i9.) En nieine temps
Lord Palmerston recommandait qu'on exigeitt la retraite dui
detachement brisilien de Pirara.











LA I'RETENTION ANGLAISE


Le 25 avril,le Ministre des Colonies, Lord JohnRussell,trans-
mettait au Gouverneur Light la Note de Lord Palmerston
pour qu'il procedat de conformity, et quant a l'intimalion au
d6tachement br6silien, il disait : Je suis inform( par
M. Schomburgk qu'il a re!:u avis que le d6tachement bresilien
a ktC retire de Pirara pour le moment. S'il n'y retourne pas,
vous n'aurez aucun motif d'agir selon les vues de Lord Pal-
merston i ce sujet. Mais vous voudrez bien vous inspire de
leur esprit it l'gard de toute occupation militaire ou de toute
aggression centre les Indiens en dect de la line qui est consi-
dcrBe, sur la carte de M. Schomburgk, come limilant la colo-
nie place sous volre gouvernement. (Ibid. I. p. 70.)
C'cst a cette date et dans cc document que, pour la pre-
mirel fois,le Gouvernementde la Grande-Bretagne adople pour
la protection des (c tribuis ind6pendantes la ligne de Schonm-
burgk, the line which is assiwued in .11. Srhotbiiurk's iman, a
bo idinxj the Colony. Mais ce document n'a pas hl caractlre d'une
communication aux Gonverncmenis intfresses. II elait mjime
conditionnel, dependant d'abord de la v6rilication, encore par
une commission i la tete de laquelle strait Sclomburgk liii-
mrinme, dui course des fronliires indiquies. II faut dire cepen-
dant que celte carte de la t(uyane qu'on devait dresser, scion
Lord Palmcrston, apres les travaux prtparatoires, d'apres les
limits que Schomlurgk avail decrites (on se souvient qu'il en
avait ddcrit deux pour le Br6sil, le Cotingo ou bien le Mahie) et
qu'on dcvait liver aux Gouvernements du Venezuela, diu tresil
et des Pays-Bas comme un exposed de la pr6tention anglaise, n'a
jamais tel livrce, ct n'a 6tc publi6e, si c'est a carte en ques-
tion, qu'en 1886.
A la suite de cette resolution, le 28 novcmbre suivant, Lord











LA I'IIETENTION ANGLAISE


Palmerston envoyait i la Lagation Anglaise il Rio de Janeiro
1'ordre de comnuniquerau Gouvernement Brcsilien la decision
prise : .J'ai A vous charger d'informer le Ministre des Alfaires
Etrang6res du Bresil que Sa Majest6 a confer6't i M. Robert
II. Schomburgk une commission I'autorisant i lever le plan de
la frontiere et i jalonner la ligne de division entire la Guiyane
Britannique et le BrIsil; el vous declarerez que le Gouvcrneur
de la Guyane Britannique a re'u des instructions lui ordonnant
de s'opposer A tout empiktement sur Pirara on sur les terri-
toires voisins de la frontiire qui jusqu'A present ont ~li occu-
pes par des tribus independantes. (Ann. .Ilm. Ang/l, 11, p. 25.)
11 est necessaire de remarquer cette expression, tribes irldpen-
dantes; c'est la premiere forme de la pr6tcntion anglaise : le
territoire appartenait i des tribes independantes ,, a les terri-
toires raisins de la frontiere ,. Cetle thlorie, aujourd'hui it
peine subsidiaire, on de rechange pour le cas oi cell de I'an-
cienne possession hollandaise ne serait pas admise, etait alors
la principal conception du titre anglais.


Ill
Crichton envoy en commission & Pirara.

En fevrier IMil, le Gouverneur de Demerara recevait, par
1'entremise de Schomburgk, djiA alors Commissaire Royal, avis
du maintien i Pirara du detachement bresilien que, par
erreur, il avait cru en avoir kli relird, et, faisant usage de ses
instructions, il y envoyait I'lnspecteur Gen6ral de Police, Wil-
liam Crichton, s'entcndre avec les autorit6s bresilicnncs de la
frontiere pour qu'elles abandonnasscnt immn diatement le vil-











LA I'flITENTIWI ANGLAISN


large. Crichlon Rtait porter d'une lettre du Gouverneur au
Commandant bresilien de la frontibre, lettre qui commengait
ainsi: ( Sans formuler aucune opinion quant aux droits rela-
tifs des (ouvernements de la Grande-Bretagne et du Br6sil sur
Pirara ou sur les territoires limitrophes de la Guyane jusqu'ici
occup6s par des tribus independantes d'lndiens, j'ai a vous
informer qu'il est necessaire, pour la satisfaction de mon Gou-
vernement, que Pirara, autrefois occupy par un missionnaire
anglais, qui a Wtl force de s'en retire par le Commandant bre-
silien du Fort S. Joaquim, soit inmmdiatement abandonn6 ,
(A:nn. Sec. Mim. Bris., I, p. 71). Cette lettre finissait en exigeant
cet c abandon par les sujets br6siliens ,, et (C qu'aucun empie-
tement ne soit fait sur les limits jusqu'ici inddfinies de cette
province ,. (Ibid.) 11 6tait difficile au Br6sil d'6viter des empiW-
tements sur des limits non definies. lUne antre expression est
aussi A noter ; parlant encore des tribus independantes, il
ajoute un nouveau titre : ( les tribus ind6pendantes d'lndiens
qui reclament la protection de la (rande-Bretagne (Ibid.).
C'etait 1'6bauche d'un protectorat parlequel commencerait I'oc-
cupation anglaise,s'6tendant d'apris le mime principe,de tribu
en tribu, tant qu'il y aurait des Indiens qu'on pourrait repre-
senter comme ayant besoin du patronage anglais et le desirant.
Crichton etait accompagn6 d'un officer anglais, le Lieute-
nant lackett, qui pourraitavoir I'occasion, dit le Gouverneur,
d'acquerir quelques notions de la locality pour le cas oil il
viendrait a surgir des difticultls. En effect, c'est le Lieutenant
Hackett qui, plus tard, fournira le plan de I'attaque, quand
sera resolue l'occupation militaire de Pirara.
Crichton arrive a Pirara le 5 mars 1841 et fait au Frere
lose dos Santos Innocentes, qu'il rencontre i la Mission, puis












LA IPRUTENTION XiNGLAISE


au Capitaine Leal, venu de S. Joaquim, I'intimation don't il
6tait charge. L'un comme l'autre repondent que 1'6vacuation
ne depend pas d'eux, mais des autorites superieures auxquelles
ils vont transmettre la sommation revue et don't ils iattendronl
les instructions pour s'y conformer"'. En attendant, le Capi-
taine Leal d6cidait de conserver A Pirara un dltachement de
dix hommes de police avec un sergent". L'expedition an-



54. Crichton i Leal etau Frire Jose dosSantos Innocentes (Ann. Sec. Mem.
Bres., I., p. 75), 16 mars 1841 : i J'ai I'honneur de vous accuser reception
de votre communication d'hier, par laquelle vous me faites savoir que vous
transmettrez ma d&peche de la mWme date A votre Gouvernement par les
ordres duquel vous devez Otre guide au sujet de votre position actuelle dans
Ie village de Pirara. ,
35. Le Capitaine Leal au President de la Province de ParA, 20 mars
1841.... 4 A cette meme occasion, le Commandant m'a dit que son Gouver-
nemenl I'avait envoy en cctte localitW pour voir et examiner Ie lerriloire
que M. Schomburgk dit appartenir a Demerara, et qu'il ne disait rien parcel
que c'Atait un terrain neutre; mais que, de la part de son Gouvernement.
il donnait quatre mois pour decider cette question, et que si au bout de ce
temps, on ne se prnsentait pas A Demerara pour en ophrer la demarcation,
enx, Anglais, la lixeraient de leur c6t0, el, quant A imoi, je n'ai aucun
doute i ce sujet, car je connais ces Anglais. II me dit, en outre. que s'ils
ne rcussissaient pas, la fin serait une guerre; i quoi je rnpondis que je ne
pouvais I'accepter puisque je n'etais qu'un simple commandant, mais que
je la felais quand mes superieurs me l'ordonneraient. II trouva bonne ma
ruponse et me tendit la main en me disant de ne rien craindre. car, en
I'absence du missionnaire, aucun autre ne s'introduirait Pirari, puisque
cette affaire restait affect e au Gouvernement du Para et A celni de Demerara.
Malgre tout, j'y conserve un detachenent de dix homes de police avec un
sous-officier. Au moment du depart, il me remil un paper qui traite i-gale-
nment du missionnaire, et je renmets aussi ce paper a Votre Excellence qui
sera mieux informie par le missionnaire, lequel va trailer de viv, voix cette
affaire si delicate (An4n. Sec. Min.. Bres., I, p. 74). ,i











LA I'I TELNT4lIN ANGLAISE


glaise revenait satisfaite de l'accueil qui lui availt It faitl". 11
est bon de rcmarquer que Frei Jos6 nte commandait pas i Pi-
rara, comme le dit Crichton; il n'avait ni autorit6 militaire ni
aucun titre pour trailer la question de limites, laquelle, come
le rapport Crichlon, a ;'16 traitee entire eux.
I)'ailleurs, la limited que ce dernier defendait devant le
Missionnaire 6tait la condaiination la plus absolue de la ligne
Sclomburgk qui, pour la Colonie, tlait encore une nouveaut :
<- Pour prevenir le retour de desagrminents de cette sore et
pour assurer la paix de la frontibre sur uine base permanence,
on devrait adopter et fixer entire les deux pays la ligne de fron-
tibre ddsigiie par la nature come la vraie ligne de division,
c'est-h-dire les chaines de montagnes qui separent les eauix
coulant vers l'oct;an Atlanlique du Nord des eaux qui coulent,
au sil. vers le bassin de I'Amazone et certaines rivieres on
course d'eau aix endroits oil les montagnes finissent ou sont
coupees par la savane, comme dans le cas de la prairie de
Pirara. (Rapport de Crichton d LiIlht, le 10 avril 1841, Ann.
.lim. Angl., II, p. 52.) Cette ligne Crichlon, de I'hoinme qui,
de son temps, connaissait le mieux I'interieur de la Guyane
Anglaise, rdvCle bien quelle aurait tdI la pr6teition de la
;oloiiie anglaise sans i'intervention de Schomburgk.

50. Je nie Ipx cepenIldat pas paitir pour Georgetown sans expriimer
en min nol 11 spcialiemenl el aussi en celui de mu111 coiiipagnon dans ci c
mission, Ic Lieutenlani J. Ilacketl, idu 70' regiment d'infiiterie de Sa Majest.,
combienli nous sommeis reconnlaissa lits au RBvkrend Pbre I)on Joseph dos
Santos lnnocenies pour ses sins personnel et sa bon.l' i nous procurer
lout Iv conform possible pendant notre sbjour, et aussi pour la courtoisie
envers nIou d(i Doni Antonio dc Ii' lris ieal depuis son arrive au village. o
((richltn 'i Leal el i Santos Innocentes. le 16 mars IX1. .Ann. Ser. Mem.
Ifrs., I. p. 71.)











LA PIFiTENTION ANGL.AIE


XIV
La question du betail br6silien dans les savanes.

11 faut signaler un passage de la conversation entire Crich-
ton, Leal et Frei Jose, bien qu'aucun d'eux n'eit autorit6 pour
traiter la question de limits. Nous aurons plus lard i. appeler
de nouveau I'attention sur ce qui fut dit dans cel entretini a;I
siijet du betail des fazendas nationals bresiliennes, errant
dans les savanes i I'ouest du Ilupununi:
SA celte enlrevue, il fut question du b6tail originairemeiit
cdhapp6 des fermes royales d'Mlevage de la Couronne de Por-
tugal, situies stir le Rio Branco et qui avaienit 6tC partiellement
ablandonnees et presque entierement n;gligees pendant les
troubles de la revolution et de la guerre civil an IRrsil. lIela-
tivement i ce betail, votre informant se born done it remar-
quer qu'on en tiendrait compete dans les inLgociations dejii enta-
mtes, et par consequent pendantes, entire les deux gouivernc-
ments. Le Commandant et le Religieux lirent valoir, an sujet du
betail, que, s'ils 6vacuaient le village, celui-ci pourrait l tr
ensuite occupy come poste anglais et qu'on pourrait alors
pr6tendre aussi que le (ouvrneinent Br6silien avail ced; ses
droits sur le belail, droits qui lui avaient toujours appartenu.
bien qu'il n'efit pas occupy le village, coinme post, avant le
mois de fivrier 1840, quand, dit-il, il fut constraint de le fire
pour sa propre defense, attend que le missionnaire Youd
s'6tait avance dans le territoire br6silien aussi loin que le Fort
S. Joaquim et que li il avait pinitr- de force dans 1'6glise
pour y preacher, s'inmmistant encore d'autres favons dans les











LA PRCTE.Tli)N ANGLAISE


affaires des tribus indiennes qui, en tout et pour tout, se sont
fixees en dedans de la frontiere indiscutee du Brisil. A la pre-
mibre de ces observations, c'est-A-dire l'occupation de Pirara
comme poste anglais. 1'auteur de ce rapport ripondit que
ses instructions ne lui permettaient pas de rien dire de positif
a ce sujet, mais que, sans exprimer autre chose que son opi-
nion personnelle, il ne faisait aucune difficulty de d6clarer
qu'il n'Mlait pas vraisemblable que la locality ffit occupbe
comme poste britannique avant qu'il eilt tC definitivement
decidd, a la suite des travaux topographiques qu'on allait
entreprendre et des negociations actuellement pendantes, an-
quel des deux gouvernements elle devrait dorenavant appar-
tenir; et que, si l'on doit adopter la limited naturelle comme la
vraie ligne de demarcation entire les deux puissances, il ne
pouvait y avoir aucun doute que Pirara et une vaste 6tendue
au delA, dans la direction du sud et de l'ouest, seraient recon-
nus come appartenant A la Guyane Anglaise. Votre informant
d(tclara aussi que le Gouvernement Brdsilien ne pouvait avoir
aucune pr6tention bien fondue a la prairie de Pirara, seule-
ment parce que quelques bestiaux s'etaient 6chappes de ses
fermes du Rio Branco, alors qu'il n'avait jamais fait aucune
tentative pour I'occuper avant le mois de fevrier 1840, quand
il avait expuls6, par la force, le missionnaire Youd. Qu'on sait
tres bien que cc betail est, A present, a l'etat savage et que le
nombre en est tout A fait incertain. La simple occupation des
pAturages d'un pays par un troupeau de betail errant et
I'accroissement de ce betail ne peuvent conferer le droit de
possession du sol au proprietaire du troupeau, meme en
supposant, pour un instant, que sa pr6tention au b6tail soit
admise, et plus specialement dans le cas present, alors que le











LA PRPTENTION ANGLAISE


district en question avail WtA occupy auparavant comme post
hollandais et que la Grande-Bretagne, ayant succedd aux pos-
sessions de la Hollande par droit de conqu6te, a maintenant
un titre A chaque pouce du terrain, soit dMtenu, soit reven-
diqu6 par cette Puissance dans la Guyane, A la seule excep-
tion de la parties qui en est connue sous le nom de Colonie
de Surinam.

< Le Commandant observa alors qu'il serait difficile a la
Grande-Bretagne d'envoyer des troupes A Pirara, au cas d'une
contestation au sujet de ce territoire. A cette observation,
votre informant r6pliqua que le Gouvernement de Sa Majesli
avait deux falcons de procder qui, I'une ou I'autre, seraient
effective pour atteindre le but propose. Dans le premier cas,
oni enverrait de Demerara un petit dltachement mililaire
prendre possession de la place et s'y maintenir. Ces troupes
pourraient facilement Mtre sur les lieux dans un mois, A
computer du jour qu'elles quitteraient Demerara. Le second
moyen, qui serait egalement effectif si le Gouvernement Br6:si-
lien d6cidait de perseverer dans cet empietement sur la Guyane
Anglaise, ce serait d'envoyer une parties de la fotte de Sa Ma-
jeste bloquer les ports du Bresil, ce qui convaincrait bien vite
le Gouvernement de la folie de perseverer dans une telle ligne
de conduite envers la Grande-Bretagne. Mais, si la puissance
de la Grande-Bretagne esl considerable, il en est de m'me de
sa patience. Elle prefTrerait done 6tablir ses justes droits suir
Pirara par des moyens pacifiques plutdt que par un acte d'hos-
tilit6 ouverte don't, n6anmoins, elle n'a rien a redouter. Le
Commandant fut parfaitement d'accord avec votre informant
sur la veritA de ces remarques, mais il ajouta que, vu la nature











LA PREVENTION ANGLAISE


positive de ses instructions de maintenir le poste dans le
village de Pirara, il ne pouvait consentir A I'tvacuer sans
qu'une d6monstralion de voire informant et de ses gens 1'en
expulsAt de force. Que, cependant, ii expedierait A son Gouver-
nement, sans aucun retard, la substance de ce qui s'Atait
pass( entire nous, en meme temps que toute declaration pre-
cise que votre informant pourrait lui adresser, I lui-meme et
au religieux, sa conduit future dependant naturellement des
ordres qu'il recevrait en reponse. ,
11 faut comprendre la phrase du Capitaine Leal que le vil-
lage de Pirara n'avait ltt occupy qu'en fevrier 1840, comme
significant que ce fut seulement i cette date qu'on jugea neces-
saire, pour les raisons qu'il donne, d'y avoir un detachement
fixe. Le village ktait auparavant une simple d6pendance du
Fort; on y venait fr6quemment de S. Joaquim, et c'lait de li
que sortaient les (( vaqueiros et les Qquipes de service. Pour
le reste, ce qui resort de cette conversation, c'est le droit du
Bresil sur ces savanes par la possession du betail", et I'in-
certitude de Crichton, c'est-A-dire des autoriths de la Guvane,
i l'igard du droit de l'Angleterre; c'est la conviction de Crich-
ton que les limits devaient 6tre les frontitres naturelles, sur


07. Leal a Light, Ann. 1em. Angl.. II, p. 18. Janvier3,1840. ( Je prends
la liberty% d'inforner Votre Excellence qu'en celte occasion la conduite de
M. Joseph Bento a bIl honteuse et celle du RBv. Youd ne l'a pas Wth moins A
cause des ordres qu'ils ont donnas de tuer el de dAtruire le bWtail qui palt en
ce moment dans les savanes (de la tribu des Macosie) propriktt de Sa MajestO
Imperiale. )
Youd confessait qu'il avail faitabattre quelques teles de bilail en 858,
mais ii disait qu'il avail paye le raqueiro qui les gardait. (Youd a Light.
avril 18441, I bid., p. 20.)











LA PRETENTION A iGLAISE


la base de la division des deux bassins, et l'espoir que le Bresil
renoncerait A ses possessions devant la toute-puissance de la
Grande-Bretagne.


XV
Premieres Communications entire les deux Gouvernements
an sujet de la pretention anglaise. Note d'Aureliano
du 24 mars 1841.

Le 28 novembre de l'annee precedente (18401), come nous
I'avons vu, le Foreign Office avait charge la Legation Anglaise
A Rio de Janeiro d'annoncer au Gouvernement BrIsilien la
nomination de Schomburgk pour proceder la demarcation
de la Guyane Anglaise, ainsi que l'ordre transmis au Gouver-
neur de la Colonie de resister t tout empietement du Bresil
a Pirara ou dans les territoires limitrophes occupts par des
tribus ind6pendantes. Cette communication fut faite par
M. Ouseley dans une Note du 20 fivrier 1841, accompagn~e
d'un Memorandum qui, dans la parties relative a la pr6tention
anglaise, Rtait, comme nous I'avons dit, une simple copie du
rapport de Schomburgk de 18.9.
A I'exception des cinq paragraphes concernant Youd et sa
retraite de Curui, et communiquant les decisions prises par
le Gouvernement de S. M. Britannique, le M6morandum du
20 f6vrier 1841 ne content pas une seule ligne qui ne soit
empruntee A Schomburgk. II est ainsi inutile de le reproduire,
malgr6 son importance dans ce debat. C'est, en effet, la pre-
miere piece diplomatique, publique mfme, oft se soit rivelee
la pretention anglaise au contestA actuel, ou plus exactement











LA PR9TENTI0N ANGLAISE


aux territoires jusqu'au Mahu et au Tacuti. Le fait que le
Memorandum de la Legation Anglaise est une copie littlrale
de l'eiivre de Schomburgk suffit il demontrer qu'i celui-ci
appartient non seulement la conception du nouveau titre,
mais encore la mani6re de le presenter et de le justifier".
Ine expression du Memorandum Anglais d6finit bien 1'h6sita-
lion du Foreign Office : < Les frontieres les plus probables de
la Province de la Guyane Britannique semblent etre, A l'ouest,
les rivieres Anaua et Takutu. ". Les frontibres les plus pro-



58. Ce qui n'est pas de Sclomburgk. c'est la geographic du Mkmo-
randum. II suflit, en effet. d'en signaler les singulariths par des ilaliques :
a Le Pr6sident du Pari. a si peu connaissance de la gAographie de cette
Guyane que, dans son adresse i 1'Assemblke Provinciale, il indique la
riviere Pirara come se jetant dans le Rupununi (c'est-A-dire qu'elle coule
SI' est), tandis qu'en reality elle se jette dans la riviere de Mahu, un des
premiers affluents de l'Orenoque. e Cela dans le meme paragraphe oi I'on
s'itlonne de I'ignorance du Preisident du ParA. Et encore : a La Mission
de Pirara est decidement britannique, s'6tendant en realite i l'ouest
aussi bien que les riviires Takutu et Malh, tout cela etant des savanes
arros'-es par des Iributaires de I'Essequibo a. Comme on le voit, la prkten-
lion anglaise formulie dans ce document va jusqu'au Tacuti et au Mali, non
jusqu'au Cotingo. Que dire pourtant de cet argument que les savanes doivent
etre anglaises, parce qu'elles sont arrosdes par des tributaires de I'Esse-
quibo? Le Pirara, le Tacutui et le Mahu sont des rivieres amazoniennes.
59. 11 n'est pas facile d'interpriter le veritable nom de la premiere
riviirre. Dans le M~moire Anglais, ce nom est accompagn6 d'un point d'inter-
rogation. L'AnauA ne formant pas une ligne de limits avec le Tacutu et les
sources de 1'Essequibo, on a do dcrire par erreur Anaua au lieu de Mahli.
La mention du Mahit et du Tacuth, imm6diatement aprbs, come limits
de la Mission de Pirara, rend en effect plus probable qu'il s'agissait du
Mahfi. II n'y a aucun document du Gouvernement anglais jusqu'en 1845,
quand il trace sa pr6tention definitive par le MahiA, qui soit favorable A la prt-
tention extreme du Cotingo.











LA PR9TENTION ANGLAISE


babies! On ne pourrait mieux exprimer l'incertitude, le doute,
le tatonnement du Gouvernement Anglais lorsqu'il dut fouler
pour la premiere fois le terrain choisi par Schomburgk. 11
echut A Aureliano Coutinho (depuis vicomte de Sepetiba), Mi-
nistre des Affaires Etrangeres du Brbsil, de repondre au Memo-
randum de la Legation Anglaise. I1 le fit en date du 24 mars
suivant. L'attitude anglaise, entierement imprevue, avait for-
tement surprise le Gouvernement Bresilien; pourtant les terms
de la Note d'Aureliano decelent le calme le plus parfait, c'est-
i-dire la plus parfaite confiance dans notre droit. Les Notes
d'Aureliano Coutinho dans cette affaire doivent etre lues en
entier. Dans un litige comme celui-ci, il faut chercher dans
les documents contemporains la fagon don't le conflict a pris
naissance et s'est continue entire les parties jusqu'au denoue-
ment. II est d'une grande importance, dans un pareil debat,
comme indication du droit, de suivre, dans 1'expression de cha-
cun des intrress.s, le degr6 el la march de sa conviction
intime, car la conscience du droit est, dans beaucoup de cas,
son principal element. La surprise devant l'attaque, la promp-
titude i la repousser, la si rete immediate des moyens de defense,
la moderation et le came confiant dans la justice. I'unanimit6
du sentiment national bless, sont autant d'indices de l'inten-
site de cette conviction. Nous sommes heureux de pouvoir,
soixante ans apr6s, encadrer telles quelles dans notre texte,
les Notes d'Aureliano Coutinho: en elfet, quoique soudaine,
la defense du Bresil centre cette premiere atteinte i son droit,
rest encore aujourd'hui, dans ces Notes, juridiquement
impeccable :
a Le SoussignO, Membre du Conseil de Sa Majeste 1'Ernpereur, Ministre et
Secrdtaire d'Etat des Affaires Etrangtres,a l'honneur d'accuser reception de la












LA PREVENTION ANGLAISE


Note que lui a adresske, Ie 20 du mois dernier, M. W. G. Ouseley, Chargei
d'Affaires de Sa Majeste Britannique, ainsi que du Memorandum qui
I'accompagnait.
e La diversity des objets que ces deux documents comprennent est telle-
ment grande et it s'y trouve des questions qui exigent de si profondes
investigations avant d'etre substantiellement discutees, que le Soussign6,
bien que ne d6sirant pas garder un silence prolonged, n'est en measure, pour
le moment, que de presenter quelques observations qui. espere-t-il, tout en
Rtant necessaires A la defense des inlerlts du BrMsil, satisferont, en meime
temps, le Gouvernement de Sa Majeste Britannique.
( On ne pourra certes s'etonner qu'il existe des incertitudes sur les
limits du Nouveau Monde, lorsque l'on sait bien que, m~me en Europe, ii y
a des Etats qui, malgrl une discussion de deux si'les, n'ont pas encore
reussi a obtenir la ixation definitive de leurs frontieres. El, cependant,
1'tendue de semblables operations en Europe ,tait toujours comparative-
mient restreinte el les gouvernements respectifs avaient sons la main tout
ce qui pouvait faciliter les travaux de demarcation.
a Malgre des difficulties plus importantes, qui tlaient 6videntes, l'Espagne
el Ie Portugal s'6taient dejA, au milieu du siecle passe, mis d'accord pour
I'envoi de commissaires avec mission de rectifier les limits de leurs posses-
sions dans l'Amerique MWridionale: et I'article 22 du Trait6 de 1750, dejA
tres explicit A ce sujet, ajoutait que lesdits commissaires, h measure qu'ils
exploreraient toute la fronliire, determineraient, dans la forme la plus
exact, les terrains par oif derail passer la line de denarcation (d'accord
avec les termes du meme trait),. en plafaant des homes dans les endroils qui
leur paraitraient conrenables.
4 L'/objet des articles 12, 13, 15 du Traitl de 1777 etait identique et,
par consequent, se trouvent suffisamment expliquis les travaux de demar-
cation auxquels se rfiIre le memorandum et qui n'elaient consequem-
ment, d'aucune facon, unilatdraux, ni arbitraires. Une line de division
fut done fixee: et les deux traits, qui viennent d'etre cites, la prescrivent,
autant que possible, avant sa verification sur le territoire; dans les deux
traiteis on stipule que (( cette ligne doit suivre la direction des montagnes
qui s'teendent entire l'Orknoque et I'Amazone. )
( M. de Humboldt (Nouvelles Annales des Voyages, p. 173), au thmoi-
gnage duquel M. Ouseley semble se rtf'rer avec confiance, et qui a eu tant
de movens d'obtenir des renseignements authentiques, dit dans le texte












LA I'RETENTION ANCLAISE


cities dans le MWmorandum a que le Rupunuri et le village d'Annay sont
reconnus aujourd'hui comme formant, dans ces contrees deserts, la limited
politique entire les territoires anglais et bresiliens a, et, A propos d'une
partic de terrain cultivi auprirs des montagnes I'acaraima, il ajoute que ce
terrain depend du Pari (p. 161).
a Dans la carte de d'Anville, corrigie et publide en 1786 par Scllramlell,
on indique la limited bresilienne au sommet d'un triangle form par le lac
Amacit et par les rivii-res Rupunuri et Igaraph.
a Dans la grande carte de I'Amirique meridionale d'Arrowsmith (1810),
le lac Amacil ce la riviirre Pir;ira (ou PirarAira) se trouvent places dans les
limits du Brusil.
a D)ans la carte publiie par Lapie en 1814, la limited Iritsiliennne est
place encore plus an nord.
(t Enfin, dans la tris nouvelle carte de I'Amnirique miridionale publiier
en 1859 par MM. BruB et Piquet, la chaine Pacaraima est indiqute connme
limited.
a Bien plus, M. Schomburgk lui-mWme fait remarquer qu'un point v.ul-
minant de cette chain de imontagnes (Ie Itoraima) a( est de la plus grande
importance pour la determination des limits de la i;uvane Anglaise
(Description of British Guyana, p. 5.)
a Et, en effet, si nous considtrons la direction de ces montagnes, la hau-
teur du mont IRoraima, qui. selon M. Schomnburgk, s''1ive it 75011 pieds
au-dessus du niveau de la iner, la division qu'il forme entire les eanx qui
coulent d'un c6ti' vers I'Orknoque et I'Essequibo, et de i'autre vers I'Ama-
zone, et la proximity comparative de trois phinoinmnes geologiques si
naturels, come la pyramide naturelle d' ( Ataraipit a. au sud, les trois
piliers gigantesques de granite du mnont a Taquiare a, au nord. et la colonne
( Pouracipiapa a, que le nitine voyageur aflirime ressembler i un tronc
d'arbre ebranchi!, et qui est situee sur une petite eminence voisine des
montagnes I'acaraima, on ne pouvait sinrement trouver une linmite plus facile
i determiner et i reconnaitre, ou qui pitt aussi bien justifier le principle
fnonci dans les Traitls de 1750 et 1777: que, pour obtenir le but disirt.
les commissaires ne devaient pas a reparar al poco mis o menos del terreno.
que quede it una o otra Corona a (considirer le plus ou moins de terrain qui
kcherrait A I'une ou I'autre Couronne) (article 9 du Trait6 de 1750 et 12 de
celui de 1777).
a En outre, les considerations les plus Mlevkes de justice et de digniti-












LA PREVENTION ANGLAISE


s'opposent A cc qu'on fasse quelque modification a cette frontiere sans
entente prealable avec les Elats contigus; et le Gouvernement de Sa Majestl
Britannique sait bien qu'entre autres, une discussion de limits entire le
Bresil et la France est encore pendante, et il ne voudra certainement pas
que se complique davantage cette affaire oii, probablement, sa voix aura
encore un grande importance.
a Le Soussigne s'en tiendra 16, parce qu'il lui semble pr6maturi de
donner un plus ample d6veloppement A cette discussion; et, passant aux
diffirents sujets des communications de M. Ouseley qui exigent une
rponse immediate, il peut seulement exprimer le regret qu'il 6prouve de
se trouver dans la meme incertitude que M. le Charge d'Affaires d'Angle-
terre sur I'Mtat actuel des choses au Pirara; mais le Soussign6 ne doute
pas que, selon les ordres que l'on a expMdias au Pr6sident de la Province
du Para, et qui lui ont etc reiteres, non seulement les Indiens ne seront
pas inqui6tis, mais que inme on previendra avec soin toute esp6ce de
dispute ou collision, aussi bien avec les sujets de Sa MajestI la Reine de
la Grande-Bretagne qu'avec les personnel qui jouissent de sa haute pro-
tection.
(( En ce qui concern M. Youd ou tout autre missionnaire anglais, le
Gouvernement de Sa Majeste Britannique, don't le liberalisme en matiire
de principles religieux n'a jamais WtA moins douteux que depuis quelques
anni-es, ne trouvera sflrement aucun inconvenient A ce que des prtres catho-
liques s'emploient rgalement dans I'oeuvre rOiritoire de la civilisation et de
la conversion. Ce qui est inconteslablement essential pour les deux Gou-
vernements c'est que les travaux apostoliques ne produisent que des fruits
bien venus, et le Soussigni n'hAsite pas A assurer qu'aucun d6Ilgue de
Sa Majestic l'Empereur n'osera, sans encourir une s6vere responsibility.
manquer an devoir d'empAcher qu'aueun abus n'en rdsulte.
a M. Ouseley communiquant que le Gouvernement de Sa Majeste Britan-
nique avait I'intention de transmettre aux lItats intBresses dans la deinar-
cation de la Guyane anglaise la carte et le M6moire explicatif qu'il a fait
organiser, le Soussigne s'abstiendra de fair aucune observation relative-
ment I la commission confine a M. Schomburgk; non seulement parcel que,
de ce faith, on ne deduit que le desir de faciliter un arrangement amiable
entire les nations limitrophes, mais encore parce que, avec toute raison,
il conclul de I'opinion dmise dans le Mlmorandum annex A la note du
20 fevrier, que les travaux que I'on va executer seront simplelment consi-












LA PRETE4TION ANGLAISE


d&ris par le Gouvernement de Sa Majeste Britannique conime une investi-
gation faite ex parole sur un terrain qu'il considere come litigieux.
I Le SoussignA est parfaitement convaincu que, dans les negotiations qui
doivent suivre, les dispositions aussi amiables que celles qui ont toujours
animg le Gouvernement Imperial dans ses relations avec la Grande-Bretagne,
sufliront pour que la question, que les parties co-interessbes doivent
rrsoudre en commun, soit terminee A leur mutuelle satisfaction.
@ Le Br6sil est assez vaste pour ne pas avoir besoin de nouvelles acqui-
sitions territoriales; ii atteindra, avec le secours de la Providence, le destin
qui lui est rCserve, et, comme il s'elforcera d'etre toujours, par la rectitude
et la moderation de sa politique, digne de I'aide du Tout-Puissant, ii doit
computer qu'il conservera d'une faCon permanent les plus intimes rapports
avec la Grande-Bretagne.
a Le Gouvernement Imperial sachant, en outre, combien il peut avoir
conliance dans la justice et la bienveillance de Sa Majeste Britannique, ne
saurait craindre, un seul moment, que la Puissance qui garantit une parties
de ses possessions pensAt A les restreindre d'un autre c6tWe.
a S'appuyant sur cette conviction et en vue des considerations exposees
ci-dessus, le Gouvernement de Sa MajestB l'Empereur se plait A attribuer
implement la discussion actuelle A un de ces incidents de frontiire si
frequents mime entire des pays plus peuplks et plus voisins du centre poli-
tique des I9tats auxquels ils appartiennent; et, animi! des sentiments les
plus conciliants, il nourrit 1'espoir bien fonde que cette question secondaire
se terminera dis que pourra se produire 1'effel attend des ordres expedis
A ce sujet. o


XVI

Note d'Aureliano du 8 janvier 1842.

Cependant, le 10 d6cembre 1841, le Ministre Anglais a Rio
de Janeiro transmettait au Gouvernement Imperial un resume
du rapport pr6sente par Crichton au Gouverneur de la Guyane
Anglaise, lors de son retour de Pirara; rapport que le M6moire
Anglais public maintenant dans son integrity.










LA PMTENTION ANGUlISE


Le fait de la communication de ce document au Gouver-
nement Irlrsilien par la Legation Anglaise ne saurait passer
inapervu. En effet, la Legation Anglaise transmet au (ouver-
nement du Bresil, sans un mot d'attenuation, la declaration
de Crichton Ai Leal au sujet des limits : Afin d'assurer
la paix de la frontiere sur une base permanent, les limits
que la nature avait indiqudes comme la veritable ligne
devraient Wtre considertes i I'avenir comme formant la sepa-
ration entire les possessions de la Couronne Anglaise et celles
appartenant au Bresil. Puis M. Crichton passa i dtfinir cette
limited naturelle... ,) Nous avons vu quelle 6tait la limited natu-
relle sugger6e par Crichton : <, La ligne de division indiqude
par la nature come la veritable ligne doit etre adoptee et
Mtablie par les deux nations, i savoir: les chaines de monta-
gnes qui s6parent les eaux qui coulent vers I'ocean Atlantique
des eaux qui coulent, au sud, vers le bassin de 1'Amazone,
et cerLaines rivieres ou petits course d'eau, on les montagnes
terminent ou sont interrompues par des savanes, comme dans
le cas de la plaine de Pirara. ,
Nous considerons cette communication faite sans aucune
reserve au couvernement Br6silien, du language tenu par le
Commissaire Anglais, comme equivalent a la proposition de
la line que I'on peut appeler ligne-Crichton, c'est-i-dire la
ligne des divisions naturelles les plus rapproch6es du partage
des eaux.
D'un autre c6te, la Note anglaise faisait dire i Crichton :
,... L'occupation de Pirara par le Br6sil 6tait un empiktement
bona fide sur la (;uyane Anglaise, mais que, de mime que le
pouvoir de la Grande-Bretagne est 6tendu, ainsi I'est son
indulgence; qu'elle pr6f6rerait 6tablir son just droit par des











LA I'-MTENTIUN AN(.LAISE


moyens pacifiques plulut que par un acre d'hostilile ouverte
don't, cependant, elle n'aurait rien A craindre; et qu'il serait
done agreable A Sa Majest6 que l'on piil lobtenir du pose br&si-
lien de se retire de Pirara, sans que la Grande-Bretagne I'At
amen6e i ces measures 6nergiques auxquelles, si I'occupation
de Pirara persistait, elle aurail le regret sincere d'avoir vcen-
tuellement A recourir. (Ann. Sec. Mdm. Bris., I, p. 110.)
Nous avons vu la menace de Crichton A Leal, que I'Angle-
terre avail deux moyens de resoudre cette question : L l'un
serait de faire partir des troupes de Demerara, I'autre, de fire
le blocus des ports du Bresil, ce qui convaincrait vite son Gou-
vernement de la folie qu'il i avail i perseverer dans une lelle
line de conduit envers la Grande-Bretagne. Tout n la
laissant dans.la houiche de Criclton, la Lgation A.nglaise, dis
qu'elle repilail direclemient an G(ouvernement un1e tell
menace, la faisait sienne. Elle equivalait dteji it l'ciploi tie
la force contre la possession imialnmoriale don't Ie Bresil
6tait invesli.
Encore une Ibis, Aureliano (outinho cut a repondre, an
nom du Bresil et il le lit par sa Note du 8 janvier 18i2.
Nous aurons a revenir sur cette piece diplomatique de la
plus grande importance. L,':tude de cette question se trouve
maintenant dijh assez avanc6e pour que nous puissions I'in-
serer dans ce Memoire, sans autres explications.

Le Soussign6. Membre du Conseil de Sa Majesti I'Emipereur. Ministre
et Secrtaire d'Etal des AlTaires Etrangores. a 'lonneur d'accuser reception
de la Note qui lui a ti, adressee, le 10 mai dernier, par M. II. Ilamilton,
Envoyi Extraordinaire el Ministre IPlnipotentiaire de Sa Majesld lBrilan-
nique, lui remettant I'intimation faite par M. Crichlon. le I1 mars prItc'-
dent, aux D1lBgues de Sa Majestl Impiriale sur le Ilaut-Amazone, et lui












LA PRETENTION ANGLAISE


annonq.ant que le touvernement de Sa Majestr Iritannique, par suite des
renseignements dudit commissaire, avait ordonn6 qu'un detachement de
troupes anglaises flit envoys au Pirara.
# Pour expliquer la p6nible impression produite surle Soussigno par une
telle notification, il suflirait de citer la premiere Note adress6e au Ministlre
Imperial sur cc sujet, et la rcponse que Ie Soussign6 lui donna alors. Cette
Note de M. W. G. Ouselev. datee du 20 f6vrier IX1t, et accompagnWe d'un
Memorandum explicatif, proposait d'entamer une n6gociation pouria fixation
definitive des limits de la Guyane Anglaise avec le IBresil et annonTait que
le Gouvernement Britannique avait envoy a cette parties limitrophe des deux
possessions un commissaire (M. Schomburgk) pour reconnaltre le terrain et
dresser un, carte base sur les travaux respectifs de recherche, laquelle,
conjointement avec 1'exposition des tires de propriWtl de 1'Angleterre, serait
communique au Gouvernement de Sa Majes li' 'Epereur, ainsi qu'ia celui
des Pavs-las et i celui du Venezuela; en attendant, on demandait au Gou-
vernement Inmpirial d'exp dier des ordres aux autorites brisiliennes de la
frontiire pour empecher qu'on fit des invasions dans le Piarar ou dans le
territoire occupy par des tribus indiennes, jusqu'alors ind6pendantes.
s Ce Memorandum contenait un resume succinct des different faits con-
cernant les vicissitudes politiques subies par les colonies hollandaises du
continent americain depuis 17 I jusqu'i I'6poque ol elles furent ceddes it la
Grande-Bretagne; des tentatives faites par leurs anciens possesseurs, pour
s'&tendre vers le sud et vers l'ouest; des travaux de demarcation execut&s
par ordre du Gouvernement Portugais; et, enfin, ldes discussions qui se sont
Mlevees derniirement entire le Gouverneur de la GuyaneAnglaise et lesAuto-
rites de la frontier brtsilienne, non seulement sur la question territorial,
mais aussi A propos des mauvais traitements infligis par les Ilresiliens aux
tribus indiennes qui rdclamnrent la protection de la Grande-Irelagne et qui
sont consid'rees. dans le M6morandum, conmme des tribus indipendanles.
a Toutes ces assertions etaient non seulement presenties sans aucun docu-
ment pour les prouver et plut6t comme un r6cit historique, mais ellesman-
quaient encore de precision, et 6taient, en consequence, si peu convaincantes
que MI. Ouseley lui-minme, en plus d'un endroit. manifest ses doutes et ses
incortitudes.
a Le Soussign surprise par cette Note et ce MIuorandum. n'ayant pas la
prt'tention de possaider, dis lors, le faisceau de renseignements ni-cessaires
pour former unjugement delinitif sur la question qui 6tait suscitee au Gou-













LA PRIETENTION ANGLAISE


vernement Imperial, mais so promettant de les recueillir sans perle itd ltlnips.
se latte nianmoins que, dans la r ,ponse qu'il donna, le 24 mars, i, la Note
de M. 0luseley, il s'appuvait sur une conviction des plus profondes et ties
plus solides du droit du Itr1sil, et demontrait, en mome temps. la justice. la
moderation et la rectitude de la conduit. toujours invariable. d(u Cabinet
hImpirial envers celui de Sa Majestl Ilritannique.
D Ihans cette response. le Soussigne disait que. considirant cette question
comme un de ces incidents de rrontire, si frequents entire Etats limitroples,
et en attendant la carte et I'expose que le (ouvernement Britannique lui
annoncait, il ne se refusait nullement A entamer la negociation propose; et
il se bornail. pour le moment. A observer que s'il n'existait. come I'aflir-
mail le M6morandum. ancun traitW entire les anciens fitats (en6raux de
llollande et le Portugal relativement A Icurs possessions limitrophes respec-
lives. il v avait toutefois, entire I'Espagne et le Portugal, deux traits (ceux
de 1750 et de 1777), comprenant des clauses qu'on ne pouvait ni ne devait
perdre de vue dans la question actuelle en en face des pretentions que I'An-
gleterre semblait mainlenant avoir en m~connaissant les limits naturelles
recoiunandees par ces trait's.
Le Soussign6 ajoulait que, s'il s'agissait de niarquer une frontiire
indi(que par la nature, c'ktait la chaine de niontagnes connue sous le norm
de I'acarainma qui correspondait parfaitement a ce but et se trouvait d'accord
avec la lettre et i'esprit de ces traits, attend que lesdites monlagnes. con-
formimentaux caries geographiquies, tant anciennes que mnodernes. cities
par le Soussign,. de d'Anville. d'Arrowsnmith, de Lapie, de I1rue et I'iquet, et
selon les meilleures descriptions, separent les rivibres qui vont a I'llrnioque
de cells qui confluent avec I'Amazone; et attend que cette (letarration est
vraiment une application du principle consacr' par ces memes lrailts de
17.I1 et 1777 : que la ligne de la frontibre doit Otre trace, autant que pos-
sible. cers le nord. en suirant la direction des montagnes qui s'etendent entire
I'Orenoque et l'Amazone.
a Le Soussigne- a remarqub ensuite, quoique seulement en passant puis-
qu'il ne considtrail pas encore opportune une discussion plus approfondie,
que, sur ces cartes publiies en 1786, 1I10, 1814 et 1853!, ladite chain de
nountagnes est indiquee comme la limiile du Isr-sil. et c'estl n territoire br,-
silien que se trouvent situbs le lac .macu et la riviire 'Pirra ou I'irarara.
a II a encore faith observer que M. de Humboldt, qui a eu lanl dte moves
d'oblenir des renseignements exacts et A qui M. (luseley. dans son Memo-












IA I'AIITENTION ANGLAISE


randuml, paraissait se rlefrer avec conliance, a lui-mdme Acrit dans son
ouvrage cite dans le M6morandum (Nouvelles Annales des Voyages, p. 161),
en parlant d'une parlie de terrain cultiv! aupris des miontagnes Pacaraima :
( que ce terrain esl sous la d'pendance du Pari a., ajoutant (p. 173) a que
le Ilupunury et le village d'.nnay south reconnus aujourd'hui come for-
iiiant, dans res contrees deserves, Ia limited politique entire les territoires
anglais el brt'siliens. ,
v Le Soussignt a encore Iail remarquer que M. Schomnburgk don'tt les
observations et les assertions vagues, publies Londres, semblent avoir i6l
d'un lel poids dans I'eslimalion du Gouvernemenl Brilannique qu'il le nomma
couinissaire pour ces explorations et ces delimitations, et qu'elles lui lirent
meltre en doute Ie droit du Ilrhsil. sans n~ime I'avoir entendu) M. Schonm-
burgk, lui-nii',m, a dit dans sa Description of British Guiana (p. 5) (( qu'un
point culminant de celte chaine de monlagnes est de la plus grande impor-
tance pour la di lermination des limits de la (Guyane Anglaise 1,. Le Soussi-
gnu a enlin inform M. le Chlarg' d'AIlaires de Sa Majeste Ihrilannique que le
G(ouvernement Imperial, loujours animt du dlesir de terminer i I'amiable
loute question qui pourrait survenir avec son inlime alli;', el plein de con-
liance danls la justice el la moderation de la Grande-lretagne, d'aulant plus
que cette Puissance tiait mindiatrice et garante pour une autre parties de la
frontiere bresilienne, avait dtjia ordonne A ses Delguis de ne donner aucun
motif de plainte aux tribus d'lndiens qui pourraient l re sous la protection
de Sa Majesle Itritannique, eId de mnaintenir I'etat de choses exislant en con-
servant la nmeilleure entente avec les Aulorilis britanniques de Demerara.
Cette promesse a 6t0 tenue par le Gouvernement Inmprial A partir du
6 mars, c'est-i-dire plus de quinze jours avant la r6ponse donnee A M. Ouse-
ley par le Soussign6, qui ne connait aucun faith qui puisse permettre de
douter du rigoureux accomplissement des ordres expMdibs dans lesens indi-
quP ci-dessus.
a Cependant un mois ne s'Mtait pas encore 6coul6 depuis la Note de M. Ou-
seley que dejA le Commissaire Anglais, M. Crichton, se trouvait 1 Pirara et
tachait, par intimidation et menaces de guerre, de ditourner les Autoril6s
bresiliennes de la ligne de leurs devoirs. M. Hamilton n'ignore pas qu'un
mois n'est pas un temps suflisant pour fire le voyage de cette capital aux
rives du lii Branco; les ordres expedids le 6 mars arriverent au Pard le
6( mai, et,de celte ville au Fort S. Joaquim,il y a une distance de 258lieues
de 20 au degrd, distance gale A celle qui spare la ville de Paria de Deme-













LA PR1TENTIOS AN'GLASE


rara. II ne serait done pas 6tonnant que les intentions du ;ouvernement
Imperial ne fussent pas encore connues lorsque M. William Crichton arrival
A Pirara, et ce fut certainement un bonleur qu'il limilat son zile it s'exprimer
d'une favon comminatoire.
SC'est cependant avec regret que le Soussigne remarque que I' Gouver
nement de Sa Majesti Itritannique, apris avoir jug;i convenahle sans doute
i cause de I'expulsion du missionnaire Youd et des assertions de M. Schom-
burgk de fixer definitivement les limits de la frontiire de la (iuyane, en
considerant incertaines cells qui ont eti, toujoursreconnues jusqu'A present,
et independanles les tribus d'lndiens qui habitent le territoire de Pirara et
qui rtclament la protection brilannique; et apris avoir demand an G(onver-
nement Imperial de faire retirer de ce territoire toule apparence de forire.
jusqu'iz ce que celle question ftl definitivement riglee. selon I'expression de
M. I)useley dans sa Note precithe, a ni-annioins ordonne que ces mi-ines
lieux fussent occupbs par un dietachemienl de forces anglaises! El cela sans
attendre que les ordres expdi.,s aux dlhguks du Gouverrnement linpirial
eussent pu leu parvenir. Ce 'est pas avee moins de surprise que It Soussi-
gn6 remarque que M. Hamilton, en lui faisant la susdite communication, ne
fait aucune mention de la riponse donnle par le Soussigni a In prenlii're
Note adressie au Gouivernenent de mS Majeste Impi'riale sur ce sujet. Dans
cetle reponse ce Gouvernement lne se refusait pas, d'ailleurs, A la discussion
du droit non plus qu'i entamer une n gocialion pour la di'marcation Ili.lini-
live des limits.
a Et, qunique le Soussigni! ne trouve pas encore opportune cette discus-
sion, il ne peut cependani s'enmpcher de fire quelues remarques, dains la
persuasion qu'elles ami-neront cett alreaire la iarche r&guliere don't elle
parait s'Mloigner beaucoup.
i I.e droit de tla rande-Bretagne au terriloire en question esl tellement
Incertain, n'ayant pour base, ce qu'i pil parai que les assertions deM.Srthonl-
burgk, que les Autoritis britanniques de Demerara, elles-mlnes. lonu en
accomplissant les ordres de leur Gouvernement, ineltent ce droit en dole.
Le Gouverneur Ginral de la Guyane Anglaise,envovant i Pirara M. W\illiiam
Crichton et tin autre ofTicier pour sonmmer le missionnaire brisilien el le
Commandant du Fort S. Joaquim d'6vacuer le territoire de Pirara, s'adresse
aux Autorites brnsiliennes dans les lermes suivants : a Sans formuler aulcune
opinion sur les pretenlions du Gouvernement Anglais et dn Gouverinement
Bresilien au territoire de Pirara. qui confine (bordering) A la Guyane Iritan-













LA PR1TENTION ANGLAISE


nique, jusqu'ici occupy par des tribus d'lndiens indbpendants, il est nkces-
saire, pour la satisfaction de mon Gouvernement, que le Iirara, auparavant
occupy par un missionnaire anglais, qui en a ili expulsW par le Commnandant
de S. Joaquim, soil immediatement abandoned par les 3ritsiliens, et dans ce
bul. j'ai donned des instructions A M. William Crichton, Inspecteur G'neral
de celle Colonie. a
a Ce language et ie faith que ledit Gouverneur n'a adresse aucune recla-
mation aux Autorili's bri-siliennes contre 1'expulsion du missionnaire Youd,
prouvent bien que, connaissant le terrain, il avait et a encore conscience du
droit du Brisil an lerritoire en question, ou du moins qu'il considere tri-s
douteux celui de la Grande-Bretagne.
a Le missionnaire bresilien et le Commandant du Fort S. Joaquim, en
faisant part de cet 6venement au President du Para, rapportent dans leurs
communications officielles que cet Inspecteur de police avail dit i qu'il allait
examiner les terrains que M. Schomhburgk dit appartenir i Demernra et que
lui. Inspecteur, croyail etre des terrains neutrex: que son Gouvernenment
avait accord quatre mois pour di-cider la question, et que si. dans ret
space de temps, personnel ne venait au nom du Br'sil, h Dlemerara, assisted
ib la demnarcation, les Anglais y proc6deraient a eux seuls.
a Dans la communication faite par ledit M. Cricllon an Commandant
du Fort S. Joaquim, il assure a avoir recu ordre de fire comprendre aux
Autorilds br6siliennes de cette frontiere que, pendant les travaux de la
demarcation commenc'-e par ordre de Sa MajestO Brilannique, pour lixer
les limits de la Guvane et les negociations en cours i ce stsjel entire le
Gouvernement Anglais et le (;ouvernement Brsilien, il ne permnettra A celui-
ci aucun empietement sur le Pirara; et qu'il a recu des instructions pour
s'opposer a ce que ce terrain soil occupy, except par les Indiens indepen-
dants, jusqu'A cc que l'on ait determine par la demarcation et les n gocia-
lions auquel des Gouvernements respectifs ii doit appartenir ,; et M. Crichton
ajoute, a que de semblables instructions ont iet communiques par I'Envoyd
de Sa Majest6 Britannique Rio de Janeiro au Ministre des Affaires Etran-
gAres du Bresil a.
a Le Consul de Sa Majeste Britannique au Para, dans une communication
officielle adressee au President de cette province, le 17 aoft 1840, faisant
allusion aux measures prises par cette Pr6sidence d'expulser du Pirara le
Missionnaire Youd, declare aroir fait lout ce qua eail en son pouroar pour
que ledit Youd se retired de cet endroil; il nie qu'il soit appuy6 par quelque




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs