• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Half Title
 Title Page
 Table of Contents
 List of Illustrations
 Chapitre I: Découverte de l'ile...
 Chapitre II: Fondation et raffermissement...
 Chapitre III: La législation économique...
 Chapitre IV: La main-dæúvre à la...
 Chapitre V: La main-dæúvre à la...
 Chapitre VI: Le régime économique...
 Chapitre VII: L'agriculture et...
 Chapitre VIII: Le problème commercial...
 Chapitre IX: Le problème monétaire...
 Chapitre X: La condition matérielle...
 Chapitre XI: L'affranchissement...
 Chapitre XII: Les conséquences...
 Appendice
 Explications et notice bibliog...
 Auteurs contemporains des...
 Auteurs modernes
 Journaux
 Advertising














Group Title: Bibliotheque historique
Title: Histoire de la Guadeloupe sous l'ancien régime, 1635-1789
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00075389/00001
 Material Information
Title: Histoire de la Guadeloupe sous l'ancien régime, 1635-1789
Series Title: Bibliothèque historique
Physical Description: 400 p. : plates, map. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Satineau, Maurice, 1891-
Publisher: Payot
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1928
 Subjects
Subject: History -- Guadeloupe   ( lcsh )
Economic conditions -- Guadeloupe   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Bibliography: Bibliography: p. 386-400.
General Note: On cover: Bibliothèque coloniale.
General Note: "Corrections supplémentaires de l'auteur après le tirage": 1 leaf inserted.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00075389
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000141650
oclc - 23366418
notis - AAQ7799

Table of Contents
    Half Title
        Half Title 1
        Half Title 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Table of Contents
        Table of Contents
    List of Illustrations
        List of Illustrations
    Chapitre I: Découverte de l'ile et tentatives de colonisation espagnole et Francaise (1493-1635)
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    Chapitre II: Fondation et raffermissement de la colonie par les Francais (1635-1642)
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 32a
        Page 33
    Chapitre III: La législation économique de la Guadeloupe ou étude du pacte colonia
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
    Chapitre IV: La main-dæúvre à la Guadeloupe sous l'acien régime
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 64a
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
    Chapitre V: La main-dæúvre à la Guadeloupe sous l'acien régime (fin)
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
    Chapitre VI: Le régime économique de la Guadeloupe, l'agriculture et l'industrie sous l'ancien régime
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 112a
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
    Chapitre VII: L'agriculture et l'industrie à la Guadeloupe sous l'ancien régime
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 160a
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
    Chapitre VIII: Le problème commercial à la Guadeloupe sous l'ancien régime
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 208a
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
    Chapitre IX: Le problème monétaire à la Guadeloupe sous l'ancien régime
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 256a
        Page 257
    Chapitre X: La condition matérielle et morale des esclaves à la Guadeloupe
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 304a
        Page 305
        Page 306
        Page 307
    Chapitre XI: L'affranchissement des esclaves, la condition des affranchis à la Guadeloupe sous l'ancien régime
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 352a
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
    Chapitre XII: Les conséquences économiques et sociales de régime servile à la Guadeloupe
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
    Appendice
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
    Explications et notice bibliographiques
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
    Auteurs contemporains des faits
        Page 393
        Page 394
    Auteurs modernes
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
    Journaux
        Page 400
    Advertising
        Advertising
Full Text












HISTOIRE

DE LA GUADELOUPE
SOUS L'ANCIEN REGIME
1635-1789






BIBLIOTHQQUE HISTORIQUE

MAURICE SATINYAU, -
Ancien elive dipl6me de 1'Ecole des Hauts--E des



HISTOIRE

DE LA GUADELOUPE

SOUS L'ANCIEN REGIME
1635-1789













PAYOT, PARIS
106, BOULEVARD ST-GERMAIN
1928
Tous droils riscrds























AM"UCA












































Tous droits de traduction, de reproduction et d'adaptation reserves pour tous pays
Copyright 1928, by PATOT, Paris.

















TABLE DES MATIERES





CHAPITRE I. D6couverte de ille et tentative de colonisation
espagnole et frangaise (1493-1635)......................... 1
CHAPITRE II. Fondation et raffermissement de la colonie par
les Frangais (1635-1642) ................................. 17
CHAPITRE III. La legislation 6conomique de la Guadeloupe ou
etude du pacte colonial................................... 34
CHAPITRE IV. La main-d'ceuvre a la Guadeloupe sous l'ancien
regime ............................................... 58
CHAPITRE V. La main-d'ceuvre a la Guadeloupe sons l'ancien
regime (fin) .......... ............................... 94
CHAPITRE VI. Le regime economique de la Guadeloupe, l'agri-
culture et l'industrie sous l'ancien regime.................... 110
CHAPITRE VII. L'agriculture et l'industrie a la Guadeloupe
sous l'ancien regime ................................... 137
CHAPITRE VIII. Le probl6me commercial a la Guadeloupe
sous l'ancien regime ................................... 173
CHAPITRE IX. Le probl6me mon6taire a la Guadeloupe sons
l'ancien regime ..................................... 224
CHAPITRE X. La condition materielle et morale des esclaves a la
Guadeloupe ............................................ 258
CHAPITRE XI. L'affranchissement des esclaves, la condition
desaffranchis a la Guadeloupe sous l'ancien regime........... 308
CHAPITRE XII. Les consequences 6conomiques et sociales du
regime servile k la Guadeloupe........................... 361
A PPENDICE .............................................. 379
Explications et notice bibliographiques................... 386
Auteurs contemporains des faits ......................... 393
Auteurs modernes ...................................... 395
Journaux ........................................... 400


















TABLE DES ILLUSTRATIONS





Carte de la Guadeloupe, sans nom d'auteur, sans date, mais d'en-
viron 1767............... .. ............................... 33
Les premiers habitants de la Guadeloupe : Femme et homme
caraibe ................................................ 65
1 :ne e habitation sucriere a la fin du xvIIe siecle, d'apres Labat. 113
La vie sur une habitation :Les esclaves pr6parent le tahac et
< ratissent a le manioc n6cessaire a l'alimentation .......... 161
Les moulins qui fonctionnaient a la Guadeloupe sous l'Ancien
Regime ................. ...................... ....... 209
Une indigoterie sous 1'Ancien Regime ....................... 257
Les esclaves a ejambent a le tabac.......................... 305
Un village caraibe. ........... ......................... 305
Groupe d'esclaves preparant le manioc ..................... 353
I.e chassis d'un moulin a sucre au temps de Labat ............ 353


















CHAPITRE PREMIER


DECOUVERTE DE L'ILE ET TENTATIVES
DE COLONISATION ESPAGNOLE ET FRANCHISE
(1493-1635)



I. D6couverte de 1'Ple de Karukdra par Christophe Colomb en 1493
et dtymologie du nom de Guadeloupe.- Colomb revint visiter 1'Ple en
1496 ; il eut maille a partir avec les Caraibes et ne fonda aucun eta-
blissement. Diverses tentatives de colonisation espagnole -
L'6tablissement des Frangais a Saint-Christophe et la foundation de
la Guadeloupe. De 1'Olive a Saint-Christophe. II veut fonder
une nouvelle colonie et va visiter les lies, accompagn6 d'un Frangais
nomm6 Guillaume d'Orange. D'Orange est renvoy6 en mission
dans les fles. De l'Olive, rentrd en France, obtient de Richelieu
une commission pour coloniser la Guadeloupe et associe un nomm6
du Plessis a son entreprise.
II. Tous deux passent un contract avec les Seigneurs de la Compagnie
des Iles d'Am6rique, au nombre desquelles est la Guadeloupe. -
Dispositions gdnerales du contract. Ils passent egalement un contract
avec les marchands de la ville de Dieppe. De 1'Olive et du Plessis
font leurs pr6paratifs de depart: ils enr6lent des engages. La co-
lonie part de Dieppe le 25 mai 1635 ; elle s'arrete a la Martinique le
25 juin 1635.



I


L'lle que les aborigines appelaient Karukdra, et que les
EuropBens ont baptis6e Guadeloupe, fut ddcouverte par
Christophe Colomb le 4 novembre 1493, lors de son second
voyage en Amerique (1).

(1) Justin Winsor, Christopher Colombus (1890), p. 268.
Evolution de la Guadeloupe 1








1)COU-VERTE DE L'ILE ET TENTATIVE


Du Tertre ecrit qu'il y a diverse versions sur 1'6tymologie
du nom qui a 6t6 donn6 a la colonie : Au dire de quelques
vieux voyageurs, les Europ6ens l'ont appelee < Guadeloupe A
cause de la beauty et de la bont6 de ses eaux a. Ce nom pro-
viendrait d'un proverbe common des Espagnols qui, pour
exprimer une chose excellent, lui donnent le nom d'un ancien
et fameux auteur appel6 Lopez ; de sorte que l'Agua de Lopez
signifie ceci : (< Les meilleures eaux qui se puissent trouver ).
Et, en effect, toutes les flottes d'Espagne, en allant aux Indes,
etaient obliges par arrit du Conseil G6n6ral des Indes de
prendre des eaux dans cette ile (Guadeloupe) et 1'ont toujours
fait jusqou' ce qu'elle ait ete habitee par les Frangais. Quelques
auteurs disent, et peut-Ctre plus vraisemblablement, que les
Espagnols l'ont ainsi nommie A raison de sa resemblance
avec les montagnes de Notre-Dame de la Guadeloupe en
Espagne (1).
Cette derniere 4tymologie est sans doute plus exacte que
la premiere. C'est d'ailleurs ce qu'affirme Justin Winsor dans
son ouvrage : Christopher Colombus (1890) compose en ma-
jeure parties des manuscrits de Colomb. Colomb se souvint,
dit Winsor, qu'il avait promise aux Moines de Notre-Dame de
Guadeloupe, en Estramadure, de placer le nom dans une region
du Nouveau Monde, il donna done A cette ile le nom de Gua-
deloupe (2).
Justin Winsor rapporte que 1'exptdition dabarqua a la
Guadeloupe le 5 novembre 1493. Les patrouilles d'explora-
tion trouvirent, abandonn6, le premier village; mais il Pavait
Wt6 si hAtivement que quelques jeunes enfants avaient 6t0
laisses sur place. Une distribution de clochettes leur fut faite
pour gagner la sympathie des parents A leur retour. Les pa-
trouilles trouv6rent une place entouree de maisons rectan-
gulaires faites de troncs et de branchages entrelaces et cou-
vertes de palme. IIs visit6rent ces maisons et observ-rent, A
I'entr6e de 1'une d'elles, des serpents sculpts dans le bois ; ils


(1) Du Tertre, Hisloire naturelle des Antilles habities par les Franpais. Idi-
tion de 1667-1671, t. II, pages 10 et 11.
(2) Justin Winsor, Christopher Colombus (1890), page 268.








DE COLONISATION ESPAGNOLE ET FRANgAISE


trouverent des hamacs, des callebasses, des poteries, des cranes
servant comme ustensiles de manage, des tissus de cotton, des
arcs et des fliches & pointe d'os. Enfin, le village 6tait pourvu
de volailles qui ressemblaient & des oie', 'd s-perroquets
apprivois6s, des ananas. L'exp6dition leva 1'ancre et partit
pour Cuba le 10 novembre 1493 (1).
Christophe Colomb revint visitor 1'ile en avril 1496, mais
n"y fonda aucun 6tablissement.
Si en 1493, les naturels s'6taient enfuis devant l'expedition
de Christophe Colomb, ils 'accueillirent au contraire fort
mal en 1496.
Cette mauvaise humeur des Caraibes avait Wt cause par
les cruelles vexations que les Espagnols 6tablis a Saint-
Domingue avaient fait subir aux naturels de cette lie. La soif
de 1'or portait ses fruits : les r6cits des luxures, des rapines et
de 1'avarice des blanks 6tablis & Saint-Dominique 6taient
colport6s d'ile en ile par les Caraibes, veritables nomades,
qui avaient une haine tenace a l'6gard des Europsens.
Dans une s6rie d'articles publics en 1825 dans la Gazette
Officielle de la Guadeloupe, et qui semblent avoir W6t6 crits
d'apres le manuscrit de Colomb ou de ses contemporains, if
est dit que d6s que la flottille commander par Colomb aborda
sur les e6tes de I'ile, des femmes armies d'arcs et de fleches
se pr6sent6rent en nombre sur le rivage pour empicher le
debarquement des Espagnols.
L'hostilit de ces e amazones > ne d6tourna point Colomb
de son but. Mais comme la mer 6tait trbs agitee et que les
chaloupes ne pouvaient approcher sans danger, il ordonna
& deux Indiens de 1'Nquipage de se jeter & P'eau pour caller
annoncer aux intrepides guerrieres qu'il ne voulait pas leur
nuire, et qu'il ne sollicitait d'elles que des vivres en change
de presents. Les Indiens accomplirent leur mission, mais ne
d6sarmerent point ces femmes qui r6pondirent que les Espa-
gnols n'avaient qu'& se rendre de I'autre c6t6 de l'ile ouh se
trouvaient leurs maris et leurs provisions.
Colomb et ses hommes s'y rendirent : ils y furent accueillis


(1) Justin Winsor, Christopher Colombus (1890), page 268.








DECOUVERTE DE L'ILE ET TENTATIVES


(( par une grele de flkches empoisonnees ) lancees par les Ca-
raibes. L'exp&dition repoussa lattaque a coups < d'arque-
buse et de canon ) et put alors p6netrer dans l'int6rieur de
l'ile ; les navigateurs prirent celle-ci pour un continent et y
( trouv6rent une grande quantity de gros perroquets, de la
cire,du miel, du sirop de mais et une certain quantity de
cassave pour faire du pain ) (1).
L'exp6dition sejourna dans Pile pendant neuf jours, puis
retourna en Espagne.
Peu de temps apres, les Caraibes des Antilles constitu6rent
une ligue don't ils 6tablirent le siege A la Guadeloupe. Les Ca-
raibes de la Martinique et des autres miles voisines porterent
leurs incursions et leurs ravages dans les possessions espa-
gnoles des iles Hispaniola et San-Juan de Bautista ou Borri-
gon (2). I1 est evident que cette entente des naturels des
Antilles constituait un veritable danger pour les possessions
espagnoles ; et c'est pour la fair disparaitre que Juan Ponce
de Leon, nomm6 Gouverneur de Borignon en 1512, d'accord
avec le gouvernement espagnol, prit la resolution de fonder
une colonie a la Guadeloupe. Cette premiere tentative de
colonisation n'eut point de success ; il fut meme impossible A
Ponce de p6netrer dans l'int6rieur de l'ile.
II avait aborde sur les c6tes de la Guadeloupe en decembre
1522. Pour se mettre en contact avec les naturels de Pile,
il ( fit descendre plusieurs de ses gens pour prendre du bois
et de Peau, et des femmes pour laver le linge de P1quipage ).
Les Caraibes, en nombre, ( tomberent sur eux, tuerent la
plupart des homes, enleverent les femmes et se dirigerent
vers I'exp6dition ); apres une lutte terrible, celle-ci, vaincue,
prit la pleine mer et toucha Pile Saint-Jean. Juan Ponce
tomba malade et abandonna le commandement de 1'expe-
dition au Capitaine Zuniga qui partit vers la c6te de Terre-
Ferme (3).
L'6chec de Ponce refroidit l'activit6 des aventuriers espa-

(1) Office Colonial, Gazette officielle de la Guadeloupe, annee 1825. Voir articles
sur la foundation de la Guadeloupe.
(2) C'est cette ile qu'on a appelee plus tard Porto-Rico.
(3) Gazette officielle de la Guadeloupe de 1825. Lacour et tous ceux qui l'ont








DE COLONISATION ESPAGNOLE ET FRANgAISE


gnols pendant quelques ann6es. Cependant, le Gouverne-
ment espagnol qui attachait une grande importance
a la prise de possession de l'ile pour y cr6er un grand port
auquel les navires qui allaient aux Indes feraient escale,
tenta A nouveau, en 1575, sous la direction d'un certain Anto-
nio Serrano, un essai de colonisation. C'est le gouverneur
d'Haiti, l'Amiral Diego Colomb, fils du c61ebre navigateur,
qui avait octroy6 en 1520 a Antonio Serrano la permission
de peupler l'ile de < Karuk6ra a. II 6tait stipul6 que le Gouver-
neur de la Colonie a fonder aurait en meme temps A diriger,
comme dependances de la Guadeloupe, les lies voisines de la
Martinique, de la Dominique, de la D6sirade, de l'Antigoa,
Montserrat et la Barbade.
L'entreprise de Serrano ne fut pas plus heureuse que la
precedente : les indigenes s'opposerent a la prise de posses-
sion de l'ile et c'est en vain que l'Espagne invoqua une bulle
du Souverain Pontife qui lui octroyait le Nouveau-Monde;
ses pr6tentions politiques n'en pr6valurent pas davantage.
Le c6lebre navigateur Drake, dans son second voyage de
circumnavigation, passa A la Guadeloupe le 18 octobre 1595.
Son escadre jeta (('ancre sur les c8tes orientales de la Guade-
loupe, dans la Basse-Terre. Dans cette ile, oi l'on n'apergoit
que des animaux sauvages, loups, faucons, pelicans, et pas un
Ntre human, Drake fit de Peau et abattit d'un coup de feu
une ch6vre. Des frigates espagnoles qui le decouvrirent au
mouillage donn6rent imm6diatement Palarme A Porto-
Rico )) (1).
Drake, comme on le pense bien, n'eut jamais l'id6e de colo-
niser la Guadeloupe.
Les intentions du gouvernement espagnol sur la Guade-
loupe persist6rent quelque temps encore : C'est ainsi qu'en


copi6 pr6tendent qu'en 1523, Francois Ier envoya une expedition de missionnaires
A la Guadeloupe r pour essayer de civiliser et de convertir les populations sau-
vages mais ces religieux eurent le mime sort que Ponce de Leon. Ceux qui
avancent cette assertion ne donnent aucune reifrence et nous n'avons trouv6
aucun document a ce sujet.
(1) Charles de la Ronciere, Un atlas inconnu de la dernidre expedition de Drake
(1909), p. 4.







D]COUVERTE DE L'ILE ET TEN4TATIVES


1603, six Dominicains espagnols, qui se rendaient aux Phi-
lippines, reQurent I'ordre du gouvernement de Madrid de
passer a la Guadeloupe et de gagner les Caraibes; ils furent
massacres. En 1604, des religieux qui allaient en Chine et au
Japon reQurent 6galement 1'ordre de d6barquer dans l'ile de
Karuk6ra; ils furent tues h coup de flbche par les indig6nes (1).
Ce serait une erreur de croire que l'Espagne n'attachait
point une r6elle importance a la prise de la Guadeloupe, et
que ces diff6rentes missions avaient seulement pour but de
convertir les Caraibes a la religion chritienne. Loin de 14 :
c'6tait la m6thode de colonisation espagnole, celle, d'ailleurs,
a P'aide de laquelle le gouvernement de Madrid put s'emparer
de Saint-Domingue, de Saint-Thomas, du Mexique, etc...
Quoi qu'il en soit, devant l'hostilit6 des indig6nes, les con-
voitises espagnoles s'apais6rent et la Guadeloupe fut oubliee
pendant pres d'une trentaine d'ann6es. Mais Pl'tablissement
des Francais a Saint-Christophe devait active le zdle des
Europeens et hater la colonisation. En 1634, d'Esnambuc,
gouverneur de Saint-Christophe, se trouvant & Pl'troit dans
sa colonie, demandait a Richelieu l'autorisation de trans-
porter le siege de son gouvernement a la Guadeloupe qu'il
considerait comme la plus important des iles h coloniser.

L'ile de Karukera 6tait done d6couverte par Christophe
Colomb depuis pres d'un sickle et demi, lorsqu'en 1633 de
lOlive (2), alors lieutenant de d'Esnambuc, concut le project
d'y 6tablir le si6ge des 6tablissements frangais dans les An-
tilles.
Pour r6aliser ce project, il entreprit avec son adjoint, un
Frangais nomm6 Guillaume d'Orange, un voyage d'6tudes dans
les miles non encore occupies, aux fins de se renseigner sur leurs
diff6rentes productions et commodities. N6anmoins, peu de
temps apris, et bien qu'il eit acquis au course de son voyage
une parfaite connaissance de ces miles, pour compl6ter ses

(1) Gazette opicielle de la Guadeloupe, annie 1825, p. 3.
(2) Charles LiBnard, 6cuyer, seigneur de 1'Olive, etait n6 & Chinon en Tou-
raine. II avait une trentaine d'ann6es quand il alla a la Guadeloupe. II quittait
1'armee royale oi il comptait seize ans de service.







DE COLONIS-ATION ESYPAGNOLE BT FRABqAISE


informations il acheta un flibot grande pirogue monte
gncralement par des flibustiers-- sur lequel il mit Guillaume
d'Orange et quelques autres de ses amis, avec ordre d'6tudier
exactement les miles de la Dominique, de la Martinique et de la
Guadeloupe et de lui faire un rapport circonstanci6 sur celle
qu'ils jugeraient la plus propre a 1'etablissement d'une colonie.
D'Orange Btait (fort experiments en ces sortes d'affaires ) ;
il entreprit done, par mer et par terre, un voyage de d6cou-
vertes qui comportait autant de difficulties materielles que de
dangers. II lui fallut penetrer dans diverse regions incon-
nues, escalader des montagnes, traverser des forces, sous la
menace continuelle d'etre surprise et massacre par les Caraibes
que les guerres de Saint-Christophe avaient rendus ombra-
geux et agressifs. Guillaume d'Orange, connaissant leurs
usages, etait le seul homme qui pit affronter avec quelques
chances de succes d'aussi perilleuses ventures. L'entreprise
se terminal tout a son honneur et, quand il eut consider les
miles avec tout le soin possible, il rapporta que la Guadeloupe
lui semblait la plus facile et la plus commode a habiter (1).


II

Avec l'autorisation de d'Esnambuc, de I'Olive, quand il
fut en possession de ces divers renseignements, et acoompagn6
de son ami d'Orange, vint en France demander A la Compa-
gnie de Saint-Christophe l'autorisation de coloniser la Gua-
deloupe. Ils arriv6rent A Dieppe vers la fin de l'annee 1634.
Quelques jours apres leur debarquement, le hasard voulut
qu'ils rencontrassent, dans le port de Dieppe, Jean du Plessis,
sieur d'Assonville; ce brave gentilhomme qui avait fait
parties de l'expedition de M. de Cussac, 6tait un des fondateurs
de Saint-Christophe, ( un avocat d'un bon esprit et d'une
humeur grandement douce ) ; il s'appretait A partir pour
Saint-Christophe avec un certain nombre ( d'engag6s et des
marchandises ,.

(1) Du Tertre, Histoire genirale de l'etablissement des Colonies franFaises dans
les 4lilles de l'Amerique (1667-1671), t. I, p. 65.







DECOUVERTE DE L'ILE ET TENTATIVE


De l'Olive parla de la Guadeloupe avec tant d'enthou-
siasme que du Plessis s'offrit a prendre part a 1'entreprise et
a a tre le compagnon de sa fortune ). De l'Olive accept ; ils
partirent ensemble pour Paris.
C'6tait le moment oii le Cardinal de Richelieu preparait la
transformation de la Compagnie de Saint-Christophe en
6tendant son champ d'activit6 et en la nommant Compagnie
des lies de l'Amirique. II avait confie la redaction du nouveau
project a Francois Fouquet, riche amateur breton, membre
du Conseil de la Marine et du Commerce, et qui n'est autre
que le pare du fameux surintendant. C'est dans l'hotel de
Francois Fouquet, rue de Jouy quarterr de 1'Arsenal), que
le bureau de la Compagnie tint la plus grande parties de ses
reunions, et c'est lI, d'habitude, et exceptionnellement dans
le Palais du Cardinal, que de l'Olive et du Plessis durent se
rendre pour exposer et faire agreer leur project (1).
Une premiere reunion fut tenue en janvier 1635. L'Assem-
blee se reunit a nouveau le 7 f6vrier suivant, et a la suite de
cette reunion un des associ6s, Jacques Berruyer, 6cuyer, sieur
de Manselmont, redigea un rapport tres favorable sur le pro-
jet de colonisation de de 1'Olive et du Plessis.
Le 14 fevrier, par devant notaires, dans le Palais du Cardi-
nal, rue Saint-Honor6, 6tait passe entire Richelieu, au nom
du Roi, et le representant des associes, l'acte de l'amplia-
tion de la Compagnie des lies de l'Am6rique.
II n'est pas sans int6rUt de donner une analyse sommaire
de important contract sign avec la Compagnie, qui devait
pr6sider a la foundation de la Guadeloupe. Ce document com-
prend 18 articles :
La Compagnie, tout en poursuivant la colonisation de
Saint-Christophe, aura le droit de s'6tablir dans les iles, non
encore occupies par un prince chr6tien, entire les 10e et 20e de-
gras de la ligne 6quinoxiale.
Les associ6s prennent l'engagement de convertir les sau-
vages a la religion catholique, apostolique et romaine. En
consequence, deux ou trois pretres seront envoys et entre-
(1)|Du Tertre, Histoire gMndrale de l'tablissement des Colonies franaaises, etc.,
t. I, p. 66.







DE COLONISATION ESPAGNOLE ET FRANgAISE


tenus A leurs frais dans chaque colonie. Ils construiront des
6glises qu'ils devront munir de tout ce qui est indispensable a
la pratique du culte (vases sacres, ornements religieux, etc...).
En vingt annees, la Compagnie devra introduire, dans les
iles, au moins quatre mille personnel des deux sexes. Dans
ce nombre, 6taient compris les Frangais dejA installs A Saint-
Christophe.
Tous les colons doivent naturellement Utre frangais et
catholiques.
Pour indemniser les fondateurs de leurs d6penses de pre-
mier 6tablissement, le roi leur concede d perpetuity les miles qu'ils
habiteront ou front habiter. Le contract accord aux associes
certaines prerogatives d'ordre militaire, maritime et commer-
cial, mais a la charge de conserver et r6pandre la foi reli-
gieuse et de preter hommage. Le roi se reservait le droit de
nommer le Gouverneur g6enral et les officers de justice sou-
veraine, pour toutes les miles.
Les associ6s pourront fortifier les places, construire des
forts, etablir des comptoirs partout ofi besoin sera ; fondre
des canons et des boulets, forger des armes, fabriquer de la
poudre et des munitions; placer tels capitaines et gens de
guerre qu'il leur conviendra, dans les places fortes et sur les
vaisseaux. Ils pourront distribuer des terres entire eux ou &
ceux qui habitent les miles, avec reserve de droits et de devoirs.
Pendant vingt ans, aucun Francais ne pourra trafiquer
dans les iles sans le consentement de la Compagnie, sous
peine de confiscation des vaisseaux et des marchandises au
profit de la Soci6et d6nommee, comme il a ete dit plus haut :
< Compagnie des Iles de 1'Am6rique ,.
Les descendants des Colons frangais et les sauvages con-
vertis au catholicisme seront r6put6s frangais et seront, comme
tels, capable de toutes charges, emplois et honneurs.
Les gentilshommes associ6s ne perdront rien de leur no-
blesse, ni de leurs immunit6s et prerogatives nobiliaires.
Les ouvriers qui auront passe six annees dans les miles auront
le droit d'etre, en province, maitres de chef-d'oeuvre et d'ou-
vrir des boutiques. Pour jouir des memes droits A Paris, un
sejour de dix ans dans la colonie sera necessaire.







DECOUVEB.TE DE L'ILE ET TENTATIVES


Le contract comporte enfin certaines clauses de dich6ance:
il y est dit, par example, qu'en cas de guerre qui empeche la
Compagnie d'ex~cuter ses engagements, les associes perdront
le b6nefice de leurs privileges, et que le roi aura la faculty de
designer d'autres personnel pouvant disposer des terres de la
colonie, et y trafiquer librement.
Sa Majest6 pourra, en tous temps, exp6dier partout oi il
sera necessaire des ordres pour assurer executionon du contract.
Tel fut, dans ses grandes lignes,l'acte sign le 12 fPvrier
1635 par le Cardinal de Richelieu, Berruyer, Gabriel Guer-
reau et Pierre Pargue ; ces deux derniers exergant les fonc-
tions de notaires au Chatelet. 11 fut confirm par lettres pa-
tentes du roi, donnees a Senlis, et contresign6es par Claude
de Bouthilier de Chavigny (1).
La Compagnie autorisa certain Capitaines de navires A
trafiquer dans les lies, a charge, toutefois, d'y transporter
gratuitement trois personnel pour son service, et de lui rap-
porter sans fret ( jusqu'a la onzieme parties de leur charge ),
les marchandises qui lui appartenaient. Cette combinaison,
qui etait due a l'ingniositB du Cardinal de Richelieu, tendait
a alleger les charges de la Compagnie, A lui 6viter les risques
des armements, A att6nuer en meme temps ce qu'il y avait
d'excessif et de dangereux, au point de vue commercial, dans
le privilege exclusif de la Societe ; elle tendait enfin a encou-
rager du meme coup les voyages au long course, la produc-
tion colonial, et A decider les habitants des miles frangaises A
ne pas livrer, sauf le cas de n6cessitA absolue, leurs mar-
chandises aux nations 6trangeres.

La Compagnie, ainsi reorganisee, entendit, dans son assem-
blee du 13 fevrier, la lecture du contract passe entire elle, de
!'Olive et du Plessis, et en adopta les dispositions generales.
Cette piece fut signee, d'une part par Jacques Berruyer, man-
dataire des associes, et d'autre part, par de l'Olive et du
Plessis. Elle stipulait que ces deux Capitaines, qui recurent
leurs commissions le 7 mars 1635, auraient conjointement,

(1) Du Tertre, Histoire ginerale des Antilles (1667-1671), t. I,p.46 et suivantes,







DE COLONISATION ESPAGNOLE ET FRANUAISE


pendant dix ans, le commandement de la colonies a crier, et
que, au cas ou, par leurs soins, deux miles seraieit colonis6es,
chacun d'eux prendrait, apres entente, et assurerait seul le
gouvernement de chacune de ces miles.
La Compagnie devait verser aux contractants deux mille
livres, acheter pour trois mille livres d'armes, et abandonner
a de I'Olive et du Plessis le dixisme des droits coloniaux per-
gus a son profit.
De leur c8te, de l'Olive et du Plessis s'engagerent a trans-
porter, dans les trois mois, deux cents homes a la Guade-
loupe, a la Martinique ou a la Dominique, ha tablir dans l'ile
choisie quatre pretres ou religieux, a construire un fort la
premiere annie de 1'etablissement, et un autre fort au cours
de la second annie. Dans une p6riode de dix ans, ils devaient,
enfin, faire passer dans les lies huit cents homes, non com-
pris les femmes et les enfants (1).
Richelieu, on 1'a vu, avait a coeur, non seulement le salut
des Frangais qui s'en allaient pour coloniser ; mais encore le
developpement commercial de la colonies qui devait aider au
rayonnement de la metropole. II pensait enfin a la conversion
au catholicisme des Caraibes qui, dans ces contrees, vivaient
dans un 6tat de o f6tichisme absolu, sans moeurs, sans foi et
sans loi >. C'est dans cette intention et sur 1'ordre du Cardinal,
que Frangois Fouquet demand au PBre Carre, prieur du
noviciat general des dominicains a Paris, de lui designer
quatre religieux pour la mission de la Guadeloupe. Ce digni-
taire accept et porta son choix sur les R. R. P. P. Pierre
PBlican, docteur en Sorbonne, Raymond Breton, bachelier
de la meme faculty, Bruchy et Pierre Gryphon. Richelieu
sollicita du Pape les pouvoirs n6cessaires pour ces pretres, et
Urbain VIII les accord par un Bref qui, en reconnaissant
1'6tablissement aux Antilles des sujets du roi de France, abro-
geait tacitement la Bulle d'Alexandre VI en faveur des Espa-
gnols (2). Les religieux regurent quatre cents livres pour leur
voyage de Paris a Dieppe et l'achat d'ornements et de livres.

(1) Du Tertre, Etablissement des Frangais aux Antilles de l'Amerique, t. I, p. 67-
(2) Biblioth6que Nationale, Mission frangaise (d6partement des manuscrits)
registre no 24974 non pagin6.







DECOUVERTE DE L'ILE ET TENTATIVES


Un sieur Mesnier fut nomm6 6crivain. II avait pour mission
de consid6rer ce qui se passerait pendant le voyage et d'en
faire des m6moires. La Compagnie designa enfin Henry
Thireuil comme receveur des droits dans la nouvelle colonie,
Luc Meusnier comme redacteur des actes publics, et Henry
Valery comme adjoint. Ces trois fonctionnaires de la Compa-
gnie regurent pour instructions de noter le jour du depart de
Dieppe, la route, le jour de 'arrivee dans l'ile, la prise de
possession < avec le consentement des Sauvages leur nombre
de Pun et de Pautre sexes, de porter sur un registry, les noms,
ages, lieu de naissance des Frangais, les noms des navires,
Pltat des armes, des munitions, des magasins qui seront
construits ; d'indiquer les marchandises de Pile, les vivres,
de dire s'il y a du poisson, de la tortue, d'indiquer les terres
distributes et a distribuer.
Ils auront charge de fire travailler le cotton, le sucre, la
casse, et permettront la culture de 700 a 900 livres de tabac
par an et par habitant. Les droits de la Compagnie seront,
par leurs soins, percus r6gulierement sur les colons (1).
Malgre tous les soins qu'ils avaient donnis a Porganisation
de la colonie nouvelle, de l'Olive et du Plessis n'6taient pas,
certes, sans envisager Pavenir avec quelque inquietude. II
leur apparaissait trop clairement, en effet, que les moyens
pecuniaires don't ils disposaient 6taient insuffisants : le seul
achat de quatre pieces de canon de Breteuil, de cent mous-
quets, de cent piques et de cent corps de cuirasse, avait
absorb a lui seul, en effet, plus de quinze cents livres. Un
concours financier 6tait done indispensable, et c'est a cet
effet qu'un contract fut sign devant Manisser et Bury a Dieppe,
entire les Directeurs Isaac Martin de Maunoy et Jacques Ber-
ruyer, marchands, d'une part, et d'autre part, Salomon
Faulcon, agissant pour lui et comme mandataire d'Alexandre
Sores, Receveur du Cardinal de Richelieu, Mathieu Dela-
mare, Jacques Miel le Jeune, Jacques Faulcon le Jeune et
Jacques Simon, sieur de la Heure, associes de de POlive et
du Plessis.


(1) Biblioth6que Nationale, Mission francaise, registre no 24975.







DE COLONISATION ESPAGNOLE ET FRANgAISE


Aux terms de cet accord qui n'int6ressait pas seulement
la Guadeloupe, mais l'ensemble des miles, les marchands s'en-
gageaient a faire passer en six ans, a leurs frais, deux mille
cinq cents Francais catholiques, non compris les femmes et
les enfants.
Pendant le meme laps de temps, la Compagnie aban-
donnait aux marchands son privilege commercial, et les
autorisait a percevoir chaque ann6e, aux lies, outre les droits
qu'elle prelevait pour son propre compete, sur chacun de leurs
hommes, vingt livres de petun ou de coton (1).

Pendant les six mois qu'il passa en France, de 1'Olive fit
un sejour a Chinon, sa ville natale, et se maria.
A la suite de ce marriage, le prestige que donnait a de l'Olive
sa quality de gouverneur, 1'idee d'habiter un pays ravissant,
la perspective d'y jouer un r61e de premier plan et d'y faire
fortune en peu de temps d6ciderent les freres de de l'Olive -
Jean Philibert, conseiller du roi au bailliage de Chinon, Charles
Philibert, 6cuyer, et sieur de la Grange, a associer leur sort
au sien et A s'embarquer pour les miles. II en fut de meme
pour sa niece Madeleine Huguet et son neveu Etienne
Huguet (2).
De l'Olive quite alors sa ville natale, revient a Paris avec
sa famille, procede dans la capital, en compagnie de du
Plessis, A un dernier reglement de ses affaires avec la Com-
pagnie, et retourne ensuite a Dieppe avec du Plessis (3).
Les Capitaines, de concert avec les n6gociants, leurs asso-
cies, donn6rent activement leurs soins aux pr6paratifs de
1'exp6dition et A l'armement des vaisseaux ; le tout 6tait
termine au commencement du mois de mai 1635. On avait
lev6, en effet, les engages sur lesquels il 6tait indispensable
d'exercer une surveillance incessante pour les emp&cher,
apres la signature du contract qui les liait pour trois ans vis-
A-vis de la Compagnie, de se raviser et de ( s'6chapper avant


(1) Du Tertre, Histoire ginerale des Antilles (1667-1671), t. I, p. 69.
(2) BibliothBque Nationale, Mission francaise, registre no 24975.
(3) Du Tertre, t. I, p. 33.








DECOUVERTE DE L'ILE ET TENTATIVE


d'etre embarques ) (1) Guillaume d'Orange et les Capitaines
avaient pein6 dans cette tAche ; car il faut bien s'imaginer
qu'A c6te de braves paysans et d'honnetes petits bourgeois,
dans ces foules recruties (( grands frais on rencontrait
beaucoup de soldats d6serteurs ou d'anciens condamn6s qui
dissimulaient leurs antec6dents et qui 6taient capable des
pires m6faits (2).
Les emigrants arrivaient les uns apris les autres ; d'abord
les families aisles qui voyageaient a leurs frais, puis les reli-
gieux dominicains qui, avant de partir, venaient de faire une
retraite A Bellemesnil ; ils confesserent et firent communier
toute la colonie qu'une c6remonie solennelle r6unit le jour de
l'Ascension en P6glise Saint-Jacques, au course de laquelle le
Pare Pl6ican prononga un sermon (3).
Le 25 mai 1635, les Gouverneurs et leurs families, Guillaume
d'Orange, deux religieux et quatre cents passagers s'embar-
querent sur le navire du Capitaine Fel; cinquante autres
personnel qui composaient le reste de la colonies prirent place
dans un petit vaisseau command par le Capitaine David
Michel. Les ancres furent levies et les deux vaisseaux firent
voile vers la haute mer (4).
Ce fut, au dire de Du Puis Mathias qui faisait parties du
convoi, une traversee des plus agr6ables : ( Jamais naviga-
tion ne fut plus heureuse, jamais la mer ne fut plus belle, le
vent 6tait grand sans pourtant Wtre orageux et les ondes
m6diocrement enfltes n'arr&taient pas le vaisseau mais le
faisaient couler plus doucement ) (5).
Les colons debarquerent la Martiniquele 25 juin 1635, c'est-
a-dire un mois exactement apres leur depart de Dieppe (6).


(1) Du Tertre, t. I, p. 99.
(2) Biblioth6que national, Relation de 'ile de Grenade, acquisitions franaaises
no 9424.
(3) Bibliothique Nationale, Mission f~amaaise, regisire no 24974, Relation de 'ile
de la Guadeloupe par les Missionnaires dominicains a leur general en 1647 (manus-
crit).
(4) Du Tertre, t. I, p. 99.
(5) Du Puis Mathias, Relation de lFiabuissement d',ne colonie francaise en
Vile de la Guadeloupe (1647), p. 6 (sic).
(6) Du Tertre, t. I, p. 75.







DE COLONISA'TIOi4 ESPAGNOLE ET FRANAISE


On s'est demand souvent les raisons qui ont repouss6
1'exp6dition a mettre le cap sur la Martinique, et les histo-
riens, semble-t-il, se sont perdus en vaines conjectures a ce
sujet.
Du Tertre 6crit A ce propose : ( Nos deux Capitaines se voyant
arrives a l'une des trois iles sp6cifiees dans leur commission,
resolurent de s'y arreter et d'y 6tablir la colonies ). Nous re-
grettons de ne pouvoir partager P'opinion du c68lbre histo-
rien des Antilles, car il resort d'une relation de 1638, qui
semble 6maner de de I'Olive lui-meme, que les colons allerent
( appliquer contre un arbre, au milieu de Pi'le de la Marti-
nique, a quarante lieues de la susdite (Guadeloupe) (1) un grand
6cusson portant les armes de France, pour t6moigner la pos-
session qu'ils en prenaient au nom du Roi ) (2). D'autre part.
un document de 1647 don't Pautorite est d'autant plus grande
qu'il analyse le recit d'un des missionnaires, le Pere Raymond
Breton, appuie ce point de vue. Les religieux ( arriv6rent a la
Martinique oiu ils arborerent la croix, attach6rent les armes
du Roi et chanterent le Te Deum devant les Caraibes (3) "-
Du rapprochement de ces textes, il ne r6sulte pas que de
l'Olive ait eu Pintention, sans motif apparent, d'abandonner
son project de colonisation de la Guadeloupe, mais plut6t
qu'il s'est born A visitor la Martinique et A prendre posses-
sion au nom du roi. D'ailleurs, la question avait ete r6solue
en faveur de la Guadeloupe, A la suite des voyages que de
P'Olive avait fait entreprendre a Guillaume d'Orange pour
arreter, apres mfir examen, son choix d6finitif.
Les Capitaines firent debarquer tous leurs passagers pour
les rendre temoins de la prise de possession solennelle de la
Martinique. Le Pere Pelican chanta Phymne Vexilla Regis
prodeunt et plant ensuite la croix au pied de laquelle furent
fixees les armes de France. On entonna enfin le Te Deum
qu'accompagnait le son de Partillerie des vaisseaux. Quelques

(1) Gazette de France, ann6e 1638, p. 89 A 92 : les exploits et logements des Fran-
Vais dans 'ile de la Guadeloupe.
(2) Gazette de France, annee 1638, p. 92.
(3) Biblioth6que Nationale, Mission franaaise, (d6partement des manuscrits)
registre no 29974.








16 DtCOUVERTE DE L'ILE ET TENTATIVES

indigenes assisterent a la ceremonie et imiterent de leur
mieux les faits et gestes des Francais.
Le sejour dans 1'ile fut tres court. Les Frangais la visiterent
curieusement, mais la trouv6rent si montagneuse, si hich6e de
precipices et de ravins, qu'ils reprirent aussit6t la mer pour
la Guadeloupe (1).

(1) Du Tertre, Ptablissement des Franfais aux Antilles de l'Amerique, t. I,
p. 76.

















CHAPITRE II


FOUNDATION ET RAFFERMISSEMENT DE LA
COLONIE PAR LES FRANCAIS
(1635-1642)




I. Les Frangais debarquent a la Guadeloupe. Prise de possession
du pays. Le centre de colonisation choisi par l'exp6dition est tres
mauvais. De l'Olive et du Plessis ne s'entendent pas. Difficultis
de la colonie naissante : disette et 6pidemie, devouement des religieux:
rapports de la colonie avec les Caraibes. De l'Olive s'inqui6te et
songe a s'emparer des territoires caraibes ; du Plessis s'y oppose. -
De 1'Olive va, a Saint-Christophe, consulter d'Esnambuc qui s'y
oppose 6galement.
II. Mort de du Plessis. De l'Olive, seul gouverneur hesite a faire
la guerre aux Caraibes. Larcins des Caraibes ; de l'Olive veut
6tablir la colonie dans un autre quarter. Des carbets caraibes incen-
dies. Guerre avec les Caraibes; Famine et mortality effrayantes.
III. La colonie est presque abandonnee par la Compagnie des lies
et par Richelieu. Aubert nomm6 gouverneur. Paix avec les
Caraibes. Raffermissement de la colonie. Nouvelles tentatives
de peuplement : elements divers de sa population : aventuriers,
nobles, bourgeois, engages volontaires ou forces. Conclusion : La
foundation de la Guadeloupe est due au genie colonisateur de Frangais.




I


L'exp6dition toucha la Guadeloupe le 28 juin 1635. Elle
d6barqua h la Pointe Marechal appel6e aujourd'hui la Pointe
Alligre. C'est 1A que de 1'Olive et du Plessis choisirent leur
habitation et partagerent les engages, les vivres et les mu-
nitions.
Evolution de la Guadeloupe 2







FOUNDATION ET RAFFERMISSEMENT


Le lendemain, eurent lieu la ceremonie de la plantation
de la croix par les missionnaires et le d6ploiement du fanion
royal. On entonna le Vexilla Regis et le Te Deum accompagn6s
de salves d'artillerie.
Pour cette solennit6, les religieux batirent en toute hate
une petite chapelle de roseaux, y dresserent un autel et c6le-
brirent la sainte messe.
Cependant, le lieu etait particulierement mal choisi par les
colons ; car ceLte parties de l'ile (( se trouvait tellement d6serte
et inhabitable par la fr6quence des montagnes et rochers,
qu'ils furent constraints, deux jours apres, de s'avancer vers
une autre partie de la meme ile appelee la Bande du Nord.
Ce nouvel endroit ne valait pas mieux. Ce n'6tait en effet
autre chose qu'un bois de haute futaie continuelle au-dessous
duquel est un taillis assez 6pais (1).
Que pouvaient les colons, meme les plus actifs et les mieux
intentionn6s, dans ce nouveau centre de colonisation ? Rien,
ou presque rien.
La premiere cause de l'insucces de la colonisation residait,
semble-t-il, dans ce fait que l'exp6dition etait dirigee par
deux chefs don't la puissance et les prerogatives etaient 6gales.
Or, l'autorit e6gale et simultanee de de i'Olive et du Plessis
devait necessairement occasionner, a breve chance, A la Gua-
deloupe, des r6sultats aussi n6fastes que ceux qui s'6taient
products h Saint-Christophe, dans des conditions analogues.
Du Plessis passait pour un ( bon avocat, d'un bon esprit
et d'une humeur grandement douce ). II avait connaissance
des belles lettres; c'6tait un ( gentilhomme fort craignant Dieu,
gendreux, affable et liberal ) ; mais qui ne poss6dait aucune
des qualities qui sont indispensables pour entreprendre une
ceuvre de colonisation (2).
Cependant, il aurait pu vivre en bonne intelligence avec de
1'Olive, si celui-ci, ( soldat tres courageux, dou6 de quelque

(1) Du Tertre, Atablissement des Franrais aux Antilles de l'Amerique, t. 1, p. 77.
Gazette de France, ann6e 1638. Les exploits et logement des Francais dans 'ile
de la Guadeloupe, p. 89.
(2) Bibliothbque Nationale, Mission franpaise, (d6partement des manuscrits),
registre no 24974 non paging.







DE LA COLONIE PAR LES FRANCAIS


bont6 naturelle >, n'avait Wte d'une cr6dulit6 decevante au
point que, sans le moindre effort de rhetorique, on l'amenait
a modifier compl6tement sa maniere de voir et a faire tout
ce que son interlocuteur voulait ou attendait de lui, meme
dans les affaires d'importance capital.
Au demeurant, ces deux hommes, I'un soldat, 1'autre avo-
cat, 6tant d'humeur oppose, ne devaient pas 6tre longtemps
ensemble sans avoir quelques diff6rends. En fait, les difficul-
tes qui commencerent au course du voyage s'aggrav6rent lors
du d6barquement a I'occasion du partage des vivres, des
hommes et du materiel (1).
Les deux Gouverneurs s'install6rent chacun stir le bord
d'une rivi6re a trois port6es de mousquet 1'un de l'autre. De
1'Olive fit construire un petit fort qu'il nomma Saint-Pierre
et les PP. Pl1ican et de Lacroix 6leverent une petite cha-
pelle qu'ils baptis6rent du nom de Notre-Dame du Rosaire.
Du Plessis, de son c8t6, s'6tablit avec les PP. Nicolas Bres-
chet et Raymond Breton qui 6rig6rent un oratoire en l'hon-
neur de Saint-Hyacinthe (2).

L'installation de la colonies 6tant achev6e, on commence
le d6frichement du pays qui s'op6ra dans de bonnes condi-
tions, jusqu'au moment ou deux fl6aux terrible, la famine
et une 6pid6mie d'une grande violence decimerent les colons.
Soit par suite du refus du pilote, soit par la negligence des
deux chefs, les vaisseaux n'avaient pas fait escale, comme
on le leur avait conseill6, a 1'lle de la Barbade, habit6e par les
Anglais, oif ils eussent achet6, a peu de frais, les vivres et les
semences qui leur 6taient absolument indispensables. C'est
pourquoi, a peine deux mois apr6s leur arrive dans 1'ile, ils
eurent consomm6 toutes les provisions qu'ils avaient appor-
tees et se trouv6rent compl6tement d6pourvus dans un pays
qui leur 6tait enti6rement inconnu, couvert de grands pal6-
tuviers, de raisiniers aux large feuilles, de sabliers 6normes,

(1) Du Puis Mathias, etablissement d'une colonie francaise dans I'ile del a Gua-
deloupe, (1647), p. 7.
(2) Biblioth6que Nationale, Mission franfaise departmentt des manuscrits),
registre no 24974.







FOUNDATION ET RAFFERMISSEMENT


de cocotiers sauvages, de roseaux et de bambous de toutes
sortes, au milieu de toute cette inextricable barriere de lines
et de hautes herbes qui constituent le type le plus classique
du paysage des regions tropicales ; ils s'y troiverent sans
avoir ni manioc, ni patates, ni pois, ni feves pour semer.
Les provisions 6puisees, les Capitaines se virent obliges de
supprimer la livre de pates qu'ils donnaient tous les jours A
leurs hommes, et de leur permettre d'aller sur les anses ((tour-
ner des tortues ,, qu'ils leur avaient d6fendu d'abord de man-
ger a cause des maux de venture qu'elles leur avaient causes.
Ces pauvres affames qui ne pouvaient s'empicher d'en man-
ger sans discretion ressentirent bient6t les effects funestes de
leur mauvaise alimentation : plusieurs moururent, d'autres
devinrent si maigres et si d6charnes qu'ils ressemblaient
plutot a des squelettes qu'A des corps anim6s (1).
C'est le 15 juillet 163, au course de ces terrible difficulties,
que de l'Olive et du Plessis resolurent d'aller a Saint-Chris-
tophe pour y chercher quelques vivres et des plants en atten-
dans les secours qu'on avait promise de leur envoyer de France.
Mais les deux chefs revinrent le 4 aofit comme ils etaient parties,
et, la disette continuant, il fallut bient6t r6duire a nouveau la
livre de pates, qui n'etait d6ej pas meme service tous les jours,
a cinq onces. De plus, on ne faisait la distribution qu'a ceux
qui justifiaient avoir travaille jusqu'd midi. Pour comble de
malheur, le 12 septembre 1635, arriva un navire qui apporta
140 engages et tres peu de vivres. Les nouveaux arrivants
ne firent qu'aggraver une situation deja fort lamentable.
Toute la colonie etait r6duite au d6sespoir. Les religieux
firent plus que leur devoir. Non seulement, ils se privaient
de nourriture pour assister les affam6s, mais encore, ils pas-
sBrent tout leur temps A consoler ceux qui 6taient trop decou-
rages, a empkcher certain de se pr6cipiter dans la mer, et a
arracher les cordes des mains de ceux qui voulaient se pendre.
Tous ceux, qui, pouss6s par la faim, malgre les defenses les
plus rigoureuses, d6robaient quelques vivres, etaient chaties
comme criminals. Quelques-uns furent attaches au carcan,


(1) Du Tertre, t. IT, p. 78.







DE LA COLONIE PAR LES FRANgAIS


d'autres furent fouettes et d'autres furent marques sur
'6paule de la fleur de lys. Certains se r6fugibrent chez les
Caraibes ofi ils trouverent de quoi manger (1).
Au milieu de ces p6rils, les Capitaines ne devaient cepen-
dant pas perdre de vue le but de leur mission qui 6tait la colo-
nisation de l'ile, et, se conformant, en effet, aux ordres qu'ils
avaient regus, ils employerent tous leurs soins A gagner l'af-
fection des Caraibes. Ceux-ci ob6issaient a plusieurs chefs
don't Pun, nomm6 Yance, 6tait venu, accompagn6 de vingt
de ses amis, reconnaitre les Frangais (2).
De l'Olive, fort adroit, lui fit entendre en parties par gestes
et par quelques mots de leur langue don't il avait une vague
connaissance, mais principalement par des presents qu'il lui
fit montrer de loin, qu'il voulait vivre en paix et en bonne
intelligence avec lui (3). Les religieux, toujours d6voues a la
cause de la paix, et songeant de leur c6te l' euvre de prose-
lytisme don't le Cardinal les avait charges, employbrent la
mime rh6torique a a leur persuader qu'il fallait quitter les
malins esprits qu'ils adoraient, pour servir le vrai Dieu ), et
que leur veritable bonheur serait d'etre places sous la tutelle du
roi a TrBs-Chrestien a plut6t que d'avoir a subir la tyrannie de
tant de divers chefs qui les laissaient esclaves des Espagnols.
II faut croire que les religieux et le capitaine furent per-
suasifs, puisque le chef sauvage trouva leurs raisons si con-
vaincantes et leurs presents si agr6ables, qu'il envoya une
parties de sa suite vers leur Pirogue chercher des a patates, des
gouyaves, des concombres, des bananes, des ananas a don't
il fit cadeau aux Frangais. En retour, ceux-ci les trait6rent
fort convenablement et leur donnerent des ( rafraichissements
qui 6taient rests en leurs vaisseaux r ; les sauvages trouv6rent
ces boissons si bonnes et en burent une si grande quantity
qu'ils en demeur6rent tous ivres (4).

(1) Du Tertre, t. II, p. 79, t. I, p. 80.
(2) Gazette de France, Exploits et logement des Frangais dans I'ile de la Gua-
deloupe, p. 89.
(3) Ces presents furent : du cristal, des miroirs, couteaux, serpes, peignes,
sifflets, aiguilles, dpingles et autres bagatelles.
(4) Gazette de France, Exploits et logement des Franfais dans 'ile de la Gua-
deloupe, p. 90.








FOUNDATION ET RAFFERMISSEMENT


A la suite de cette heureuse entrevue, la colonie naissante
rep t r6gulibrement des secours des Caraibes. Ceux-ci confiants
et pacifiques, ne se doutaient pas qu'on voulait leur declarer
Ia guerre; ils visitaient fr~quemment les Francais, et chaque
fois, leIrs pirogues 6taient remplies de tortues, de 16zards,
de cochons, de poissons, de cassaves, de patates, de volailles
et de fruits de routes sortes don't leurs quarters abondaient (1).

De l'Olive, temperament imp6tueux et avide de gloire,
ripugnait a une plnetration pacifique de File, et supportait
malaisnrment les rapports amicaux que les colons entrete-
naient avec les (araibes ; alors qu'il 6tait n6cessaire de s'attirer
la sympathie des indigenes pour developper la colonisation,
et malgr6 les immense services qu'il avait deja recus et qu'il
pouvait encore attendre de la genkrosit6 des tribus, il nour-
rissait 'id.e de s'approprier, par la force, leurs quarters.
Dans cette intention, il tAchait d'exciter l'animosit6 des
colons centre les sauvages ; il se plaignait de leurs frNquentes
visits qui n'avaient, selon lui, d'autre objectif que la cons-
tatation des forces de la colonies pour I'attaquer le moment
venu.
Dans son humleur guerriere, il pretendait qu'aucune colonie
ne s'etait 6tablie dans les Antilles sans qu'elle n'efit Wte atta-
quee par les Caraibes qui voyaient toujours, avec hostility, des
strangers s'6tablir dans leurs pays. Aussi le Gouverneur fit-il
maltraiter sans motif quelques Caraibes, et d6molir trois
de leurs pirogues. Cet incident causa un m6contentement
general dans les tribus. Versatiles et ombrageux, les Caraibes
ne vinrent plus visitor la colonie ; alors la disette devint si
grande ( qu'on mangea les chiens, les chats et les rats comme
de friends morceaux..., On a vu quelques colons ( brouter
I1herbe, d'autres manger les excrements de leurs camarades,
apres s'~tre remplis des leurs ; on a mime suppose qu'un
certain jeune homme de Dieppe a mang6 de la chair d'un
sien compagnon ; car il lui avait coupe le bras avant de Pen-

(1) Gazette de France, Les exploits et logement des Franfais dans i'le de la
Guadeloupe, p. 91.







DE LA COLONIE PAR LES FRANCAIS


terrer. De plus l'on vit souvent la terre des fosses oii nos
Pares avaient enterr6 les morts toute bouleversee le ma-
tin, avec beaucoup d'apparence qu'on les avait fouillees
pour d6terrer les corps, et pour en couper quelques membres
pour vivres ) (1).
A la dysenterie cause par la trop grande absorption de
tortues fraiches, se joignit une maladie inflammatoire que
certain colons avaient contractee, d'ailleurs, au course de la
traverse; car, sur le navire, les viandes etaient toutes pour-
ries et les Capitaines avaient embarqu6 si peu de cidre qu'au
milieu du voyage, tous les passagers furent contraints de
mettre la moitie d'eau de mer dans leur portion de cidre.
Ce melange causa une si grande alteration a tous les passa-
gers et une chaleur d'entrailles si violent, que nombre d'entre
eux en moururent. Cependant, il fallait, malgr6 tout, que les
survivants continuassent le travail d'6tablissement de la
colonie, car sans defrichement, les plantations et les semailles
6taient impossible, et, les secours attendus de France n'arri-
vant pas, on eft perdu ainsi pour l'avenir tout espoir d'ali-
mentation.
Affaiblis par la misbre et par la faim, violemment surex-
cites, les engages survivants, qui restaient d'ailleurs en petit
nombre, se refusaient au travail, et partout, dans le quarter
de du Plessis comme dans celui de de I'Olive, les ( comman-
deurs ) qui presidaient aux d.frichements, surexcit6s eux-
memes, les traitaient plus mal que des esclaves. II les pous-
saient au travail a( coups de baton et de hallebardes ), si bien
que quelques-uns d'entre eux qui avaient Wt6 captifs en Bar-
barie, maudissaient l'heure qu'ils en 6taient sortis. Certains,
au grand scandal des religieux, invoquerent publiquement
le (( Diable ), voulurent se donner a lui pourvu qu'il les repor-
tAt en France, et plusieurs d'entre eux moururent avec < ces
paroles execrables en la bouche (2).

Seuls, au milieu de toutes ces calamites, les religieux ne

(1) Du Tertre, ltablissement des Franfais aux Antilles de l'Amerique (1667-
1671), t. I, p. 80.
(2) Du Tertre, t. I, p. 81.








FOUNDATION ET RAFFERMISSEMENT


s'abandonnaient pas au d6sespoir et continuaient donner
l'exemple du plus inlassable devouement. Non seulement
ils soignaient les malades et relevaient le moral des colons
decourag6s, mais encore, ils construisaient eux-memes leurs
cases, et, pour cela, allaient chercher leur bois sur leurs 6paules
a plus d'une grande demi-lieue dans la montagne (1).
Ils se r6unissaient chaque soir pour chanter les litanies de
Notre-Dame et r6citer les chapelets. Les dames de famille
qui avaient accompagn6 l'expedition etaient leurs mules en
charitM.
Du Plessis, don't la douceur naturelle et la grande bont6
etaient soumises a une rude 6preuve, souffrait de toutes ces
miseres et se d6solait dans son impuissance a ne pouvoir y
remedier ; mais de 'POlive, de son c6te, ne s'en inquietait pas
moins. Toutefois, il trouvait dans son courage de soldat la
force d'Ame necessaire pour sortir par quelque moyen efficace
de cette lamentable situation. Il lui 6tait particulierement
pnnible de voir, les uns aprBs les autres, ses gens mourir de
faim sur une terre ingrate, alors que, tout A c6te, des quar-
tiers heureux etaient aux mains des indigenes. La situation
empirait d'ailleurs tons les jours ; des colons mouraient jour-
nellement, et ceux qui restaient, sans vivres, sans espoir de
secours, abattus par le desespoir, min6s par la fievre et la
maladie, ne pouvaient resister bien longtemps.
De l'Olive songea a realiser sa premiere idee et pensa qu'en
faisant la guerre aux Caraibes il pourrait s'approprier leurs
vivres et leurs territoires, et assurer ainsi le triomphe de
1'entreprise compromise.
Pour sauver ses hommes de la faim, il songeait done a la
guerre. Mais, d'une part, les instructions qu'il avait revues
a son depart de France lui enjoignaient de demeurer toujours
sur la defensive et de ne pas declarer la guerre aux indigenes,
pour quelque cause qu'il advint. D'autre part, une decision
aussi important ne pouvait 6videmment Utre prise sans le
consentement explicit de du Plessis. De l'Olive fit done part
de ses preoccupations a son coassocie, et il est facile de penser


(1) Du Tertre, t. I, p. 82.







DE LA COLONIE PAR LES FRANCAIS


qu'il n'eit pas plut8t parl6 de guerre que ce brave gentil-
homme lui t6moigna qu'il ne pouvait y consentir et qu'il
aimerait mieux p6rir avec tous ses hommes, que de se sauver
par un moyen si injuste et si contraire aux ordres du roi et
des Seigneurs de la Compagnie (1).
Le refus de du Plessis arrita la tentative de de 1'Olive, mais
ne change pas tout a fait sa resolution. Le Gouverneur pa-
tienta pendant quelque temps. Mais la situation empirant
chaque jour et aucune issue n'apparaissant dans cet 6tat de
choses que ni la Compagnie ni Richelieu n'avaient pr6vu, il
r6solut de se rendre a Saint-Christophe ( pour sonder d'Es-
nambuc et pour teacher de 1'engager dans son entreprise a (2).
D'Esnambuc, apres avoir montr6 les inconvenients
qui pouvaient en resulter, s'opposa avec energie, A toute
entreprise guerriere centre les indigenes. Ii menaga meme
d'6crire au roi le peu de cas que de 1'Olive se proposait de
faire de ses instructions.

II

Pendant 1'absence de de 1'Olive, du Plessis tomba malade
d'un aces de melancolie, maladie causee, A n'en pas douter,
tant par la mort d'une grande parties de ses travailleurs, que
par 1'abandon des survivants, qui se retir6rent presque tous
chez de l'Olive don't 1'energie les attirait. Son etat fut encore
aggrav6 par le danger que court sa femme. Atteinte d'une
fi6vre violent au moment de ses couches, elle faillit mourir.
Du Plessis qui I'aimait tendrement en fut profond6ment 6mu
et mourut le 4 d6cembre 1635.
Peu de temps apres la mort de du Plessis, sa femme et ses
six enfants quitterent la Guadeloupe pour se rendre a Saint-
Christophe, d'oil ils rentrerent ensuite en France (3).
De l'Olive apprit la mort de son coll6gue dans les premiers

(1) Du Tertre, t. I, p. 82.
(2) Du Tertre, t. I, p. 82 et 83. M. de l'Olive employait tout le revenue de I'ha-
bitation qu'il avait a Saint-Christophe a faire subsister la colonie de la Guade-
loupe.
(3) Du Tertre, t. II, p. 83.







FOUNDATION ET RAFFERMISSEMENT


jours de janvier 1636 et rentra aussit6t a la Guadeloupe. I1 se
charge du peu de monde de du Plessis et resta seul gouver-
neur ; mais comme ses collaborateurs continuaient a mourir,
il prit la resolution d'abandonner cette terre ingrate et d'habi-
ter un autre quarter (1).
On peut legitimement se demander si dans sa pensee,
cette resolution impliquait la nicessit6 de declarer la guerre
aux Caraibes.
C'est le Pere Raymond Breton, temoin oculaire de ces
important 6venements, qui nous met sur la voie de la v6rit6:
f Sur ces entrefaites, raconte-t-il, deux gens de la mission
revinrent gros et gras de chez les sauvages, et voyant qu'il
ne faisait pas si bon parmi leurs freres, prirent la resolution
d'y retourner ; on crut qu'ils trahissaient et n'etaient venus
que pour donner avis aux sauvages de ce qui se passait. Il
s'en fallut de peu qu'on ne les tuAt. Des sauvages vinrent qui
furent pris pour des espions et ne furent sauv6s que par le
P. Raymond et M. de l'Olive n (2).
Et ainsi, il apparait comme n'4tant pas douteux que de
fOlive, pouss6 par la misere, voulait, cofite que coite, decla-
rer la guerre aux sauvages ; mais que cependant, devant les
arguments pressants de du Plessis et de d'Esnambuc, il etait
revenue sur sa decision premiere et en arrivait a consid6rer
que la guerre avec les Caraibes serait une vWritable entrave
a la civilisation (3).
Cependant, si le gouverneur, a son corps defendant
d'ailleurs, etait anime d'intentions pacifiques, il ne semble
pas qu'il en fit de meme au camp des Caraibes. Ceux-ci
affectaient une certain reserve, prelude de l'ouverture
des hostilit6s. Certaines circonstances vinrent bient6t
confirmer les souppons des colons. Souvent, en effet, les
hostilities des Caraibes d6butaient par des larcins ; de
l'Olive le savait tres bien par ce qui s'etait passe a Saint-
Christophe. Or, des sauvages s'appropriirent un ( lit de coton )

(1) Bibl. Nat., Mission franfaise, registre no 24974. Manuscrits du PBre
Raymond Breton.
(2) Bibl. Nat., Mission franaaise, registre no 24974.
(3) Bibliotheque Nationale, Mission frangaise, registre no 24974.








DE LA COLONIE PAR LES FRAN(AIS


et abandonn6rent aux colons un cochon, des figures et des
bananes. ( C'6tait, comme le fait justement observer du
Tertre, plus que le lit ne valait... naanmoins ce fut l'unique
pr6texte don't on colora le dessein de cette guerre qui a cofit6
tant de sang aux uns et aux autres ) (1).
De l'Olive fit savoir aux pillards que, faute de restitution,
il leur declarerait la guerre. Ceu -ci, naturellement, ne resti-
tuerent point. Le 26 janvier 136 le Gouverneur ex6cutant
sa menace, commence ses represailles. II fait poursuivre une
pirogue caraibe qu'il croyait charge de maraudeurs. La
pirogue s'6chappe. De l'Olive se fache. II donne 1'ordre A
quelques-uns de ses soldats d'explorer la parties sous le vent
de la Guadeloupe proprement dite, pour reconnaitre I'empla-
cement des carbets (2) des caraibes et en faire sortir les Fran-
gais qui avaient abandonn6 la colonies et que l'on considerait
comme des traitres. Les sauvages firent bon accueil aux sol-
dats frangais et remirent sans difficult les fugitifs.
De l'Olive, cependant, h6sitait encore a declarer la guerre.
II 6tait retenu par les conseils du Pare Raymond Breton qui
lui rappelait sans cesse l'intention formelle du roi et des
Seigneurs de la Compagnie de maintenir la paix avec les
Caraibes. Mais il avait d'autre part a calmer les inqui6tudes
ou les impatiences de ceux qui craignaient la famine ou qui
voulaient guerroyer ( tas de gens perdus et sans ame ou
< brouillons qui l'obs6daient continuellement ) (3).

Il existait done un parti compose d'el6ments heteroclites
et turbulents qui poussait a la guerre, tant pour ne pas mou-
rir de faim que pour assurer la security de l'ile et le d6veloppe-
ment de la colonisation qui etaient, parait-il, compromise par
les Caraibes.

(1) Du Tertre, ttablissement des Frangais aux Antilles de l'Amirique, t. I, p. 84.
Voir aussi La Gazette de France, ann6e 1638, pp.89 A 92. Les sauvages emporterent
a leurs lits de coton et autre bagage D et < exercerent les vols et pilleries sur les
chasseurs et picheurs de l'Olive D.
(2) On d6signait ainsi les camps de retranchement dans lesquels les Caraibes
d6posaient leurs provisions et se retranchaient en cas d'attaque. Le fort royal
fut construit sur I'emplacement d'un carbet.
(3) Bibl. Nat., Mission franvaise, registre no 24974; Gazette de France,
Exploits et Logement des Frangais, etc., p. 91 ; Du Tertre, t. I, p. 85.







FONDATION ET RAFFERMISSEMENT


Le Gouverneur persistait encore dans ses hesitations quand,
le 29 janvier 1636, a l'insu du Pere Raymond retenu aupres des
malades, il s'embarqua avec quelques habitants belliqueux
pour aller chercher des terrains plus facilement cultivables.
Arrive dans la nuit au sud de l'ile, a l'endroit meme ofi fut
OlevW peu de temps apres le Fort Royal, de 1'Olive apergut
des flames. C'6tait un incendie qui devorait les carbets et
les plantations des Caraibes. Les sauvages s'etaient enfuis
et n'avaient laiss6 que le vieux chef Yance avec trois de ses
fils.
De I'Olive croit que cette devastation est le prelude d'une
guerre prochaine des naturels. II d6barque avec ses soldats
et march vers Yance. II garantit a celui-ci qu'il peut appro-
cher sans danger ainsi que ses enfants. Le chef s'avance, on
s'en empare, et alors se ddroule une scene qui prouve a quel
point le Gouverneur, a la fois inquiet et hesitant, cherche a
s'6clairer sur les intentions des Caraibes. De I'Olive reproche
au vieillard de vouloir faire egorger toute la colonie. Trouble
par les 6nergiques denegations du vieux chef sauvage, et pour
eviter toute m6prise relativement aux intentions des Caraibes,
il command au chef d'envoyer un de ses fils arreter les femmes
qui se trouvaient a cent pas du camp ; car les Caraibes, en cas
de guerre, Bloignaient toujours leurs femmes. Si celles-ci
revenaient, on se serait m6pris sur leurs intentions; si, au
contraire, elles s'eloignaient, ce serait un signe certain d'hos-
tilit6.
Le vieillard obit aussit6t. Mais celui qui fut envoy, au
lieu de ramener les femmes, les fit avancer vers un endroit
qu'il appelait ( la case du Borgne ) et s'enfuit avec elles (1).
L'6preuve parut concluante a de l'Olive : il ne lui semblait
plus douteux que les Caraibes avaient des sentiments d'hos-
tilit6 a l'egard de la colonie et que la guerre etait fatale. Irrit6
il fit ligoter le vieillard et le fit transporter dans la chaloupe
avec celui de ses fils qui 6tait rest (2). On poignarda d'abord
ce malheureux, puis ces ( gens perdus ) s'acharnerent sur le

(1) Du Tertre, etablissement des Frangais, etc..., t. I, p. 86.
(2) 11 avait quatre fils : 'un s'enfuit avec les femmes. On tua le second en pr6-
sence du pere ; les deux autres trouv6rent le moyen de s'echapper.








DE LA COLONIE PAR LES FRANgAIS


pere, lui enfoncerent ( cinq ou six coups d'6pee et de couteau
dans 1'estomac et dans le venture ), ils le jeterent, lie, la tete
en bas, dans la mer, et l'achev6rent a coups d'aviron (1).
La guerre 6clata done entire la colonie naissante et les Ca-
raibes. Il est superflu d'entrer dans les details de cette guerre.
Signalons simplement qu'elle fut marquee par une s6rie d'es-
carmouches et d'embuscades, et que sauvages et colons riva-
liserent de traitrise et de cruaute.
Nous avons vu pr6cedemment que les Caraibes avaient
d6truit toutes leurs plantations. Aussi, les colons ne tar-
derent-ils pas a souffrir de la plus grande famine. Pour se
procurer de quoi manger, de l'Olive divisa ses hommes en
deux groups qu'il envoyait chaque semaine sur la cote
rechercher des tortues. Mais les Caraibes, toujours aux aguets,
dresserent aux Frangais de continuelles embuscades. Quatre-
vingts hommes p6rirent ainsi. Les colons qui survivaient
durent s'enfermer dans le petit fort qu'ils avaient construit
peu de temps apres leur arrivee, et n'en purent sortir que
tres rarement (2).
La colonie decim6e, assiegee, 6tait reduite a la plus affreuse
misere. On vit certain colons manger de ( l'onguent de chi-
rurgiens, du cuir de baudriers a qu'ils faisaient bouillir afin de
le r6duire en colle.
Cette guerre atroce dura plus de cinq ans. Quelques enga-
ges arriv6rent, malgre tout; mais on comprend que les hosti-
lit6s ne pouvaient que compromettre la colonisation. Tou-
jours sous les armes, dans l'apprehension constant d'etre
surprise par les Caraibes, les colons laissaient leurs propri6tks
en friche.
Il s'ensuivit, pour comble de malheur, une mortality quasi-
g6nerale occasionnee par une 6pid6mie appelee dans 1'ile le
coup de barre. La maladie causait a ceux qui en 6taient
atteints un mal de tete fort violent, accompagn6 d'un batte-
ment d'arthres aux tempes et d'une grande difficult de res-
pirer, avec lassitude et douleur dans les membres, comme si

(1) Du Tertre, t. I, p. 86.
(2) BibliothBque Nationale, Mission franpaise, registre n" 24974; Du Tertre,
t.I, p. 86.








FOUNDATION ET RAFFERMISSEMENT


l'on avait 6t6 battu de coups de barre. Elle frappait tous les
habitants, mais particulierement ceux qui defrichaient les
terres, a cause des vapeurs v6n6neuses qu'elles exhalaient.
Ce fut le coup de grace pour la colonies : 'ile etait alors decri6e
partout. Richelieu, mecontent que de l'Olive eit m6connu
ses instructions en attaquant les indigenes, d6savoua sa poli-
tique. Bien que de l'Olive fft maintenu dans ses functions,
son prestige etait diminue, car il avait perdu la confiance de
la Compagnie qui ne Papprovisionnait que tres irreguli6rement.
Et, quand par hasard parvenait une cargaison de provisions,
les vivres e6aient tout avaries. Les engages qui entendaient
dire tant de mal de la Guadeloupe refusaient d'y aller. Lasse
de donner sans recevoir, la Compagnie des Iles abandonna la
colonie A son sort et laissa a d'Esnanbuc le soin de la ravi-
tailler (1).


III

Cette situation lamentable n'avait que trop dur6. L'heure
des decisions definitives etait venue. II fallait r6soudre, a
breve 6cheance, le douloureux dilemme : ou bien abandonner
la colonie, ou bien trouver de nouveaux moyens financiers
pour la mettre en valeur.
Or, dans le meme temps, de l'Olive perdit la vue et se trouva
de par son 6tat maladif de plus en plus incapable d'exercer
les difficiles functions de gouverneur de la Guadeloupe (2).

(1) Bibliothaque Nationale, Mission frangaise, registre no 24974; dans le mime
sens, Du Tertre, t. I, p. 81 et suivantes ; Rochefort, Histoire naturelle, etc., p. 283-
(2) De l'Olive tomba malade et fut contraint d'aller a F'ile des Ni6ves pour
chercher dans les bains salutaires de cette ile le recouvrement de sa sant6. Le
regime auquel de 1'Olive s'6tait astreint n'ameliora pas sa sant6, il r6solut de
quitter les NiBves et d'aller a Saint-Christophe, dans son habitation, pour y
reprendre des forces. Mais comme il n'avait pas le droit d'abandonner son ile
sans autorisation du gouverneur general, en arrivant a Saint-Christophe il se
constitua prisonnier. Son 6tat de sante ne permit point au gouverneur general
de le traiter comme tel ; d6sespir6, de l'Olive ccrivait & Fouquet une lettre oil il
lui disait notamment : a Mes incommodites m'ayant contraint d'aller prendre les
bains aux Ni6ves, j'6tais venu trouver M. de Poincy pour lui demander deux
choses : la premiere, un secours de quelques hommes pour maintenir mon lie
contre les incursions des sauvages qui, depuis peu, avaient tu6 quelques habi-
tants qui, sans ordre,s'6taient imprudemment trop acartBs, et non seulement i







DE LA COLONIE PAR LES FRANAIS


D'Esnambuc etait mort. M. de Poincy qui lui succ6dait au
gouvernement de Saint-Christophe s'employa A expedier
dans l'ile tout ce qui etait necessaire a la subsistence des
colons, de sorte que, si la Guadeloupe ne doit pas son 6ta-
blissement h cet illustre gouverneur, elle lui est au moins
redevable de sa conservation. Mais si M. de Poincy pouvait
ravitailler facilement la colonie, il ne pouvait donner a la
direction interieure Pimpulsion qui lui 6tait n6cessaire. Un
nouveau chef etait indispensable. C'est alors que l'on confia
le gouvernement de l'ile au Capitaine Aubert qui avait rendu,
a Saint-Christophe, de signals services.
Aubert preta serment de fidl6ite entire les mains du Gou-
verneur general de Poincy et entra en functions le 20 octobre
1640. II fut regu dans la coionie par des acclamations enthou-
siastes et unanimes. En pregnant la direction de cette ile qui,
au dire de Rochefort, ( 6tait la plus d6solee de toutes les colo-
nies d'Amerique ), le nouveau chef estima qu'une entente
avec les Caraibes etait une measure de salut public qui s'impo-
sait en premier lieu. I1 s'employa de son mieux a rBduire
1'hostilit6 des Caraibes et parvint, des la fin de 1'ann6e 1640,
a conclure la paix avec les populations indigenes (1). Alors
s'ouvrit pour la colonie une ere nouvelle. II devait apparaitre
qu'apres la mediocre experience de de 1'Olive, le moment etait
venu de faire entrer, resolument, la colonisation dans une voie
rationnelle qui assurat h l'ile un avenir de paisible f6condit6.
Le nouveau gouverneur s'y employa activement. I1 exhorta
les colons, en leur rappelant les malheurs r6cents, a se livrer
aux cultures de premiere n6cessit6. Le petit nombre d'habi-
tants Bchapp6s a la guerre, a la famine et a la mis6re, 6tait
notoirement insuffisant pour assurer le d6veloppement de la
colonie. Aussi le nouveau gouverneur, en meme temps qu'il

empecha ceux qui avaient bonne volont6 d'y aller,mais moi-meme d'y retourner D.
Dans cette meme lettre, il disait qu'il a se jette aux pieds des seigneurs de la
Compagnie n auxquels il exposait les services qu'il avait rendus, les dangers qu'il
avait maintes fois courus, et il terminait en demandant un lieutenant qui d6pende
de lui D ou une recompense. Mais la Compagnie ne tint pas compete de ses
suppliques. II resta sur ses propri6tes de Saint-Christophe et Aubert le remplaga
dans ses functions de gouverneur de la Guadeloupe. Du Tertre, t. I, p. 145.
(1) Rochefort, Histoire naturelle des Antilles (1664), p. 293.








FOUNDATION ET RAFFERMISSEMENT


s'efforgait d'6tablir I'ordre, ne perdait pas de vue que le
peuplement rapide est une autre condition essentielle de
progress.
Au lendemain meme de son installation, la paix n'6tait pas
encore sign6e avec les Caraibes, qu'il apportait deja tous ses
soins a la solution de ce problkme capital et s'inquietait des
moyens propres a grossir l'effectif des colons.
Ses efforts furent d'ailleurs seconds par la Compagnie et
les marchands. Non contents, en effet, d'organiser en faveur
de la Guadeloupe une habile reclame, la Compagnie des iles
et les marchands de Dieppe, sur les indications d'Aubert,
offrirent des conditions particulierement avantageuses aux
personnel qui voulaient partir pour la Guadeloupe. Elles
6taient entierement defrayees depuis le moment ofi elles
quittaient leur residence dans la m6tropole, jusqu'a celui oi
elles s'installaient dans la colonie. Des concessions gratuites
et d'une bonne 6tendue etaient accordees aux gentilshommes
et personnel de quality. Les ouvriers (1) recevaient une por-
tion de terre d'au moins cent pas de large sur mille de lon-
gueur. On leur donnait en outre, jusqu'a ce qu'ils eussent
fait une premiere recolte, une trentaine de pintes de farine de
manioc par tUte et par mois, une quantity raisonnable de
bceuf sale, de cassave, sans computer les poissons de toutes
sortes et le gibier qu'ils pouvaient librement se procurer. Enfin
des facilities sp6ciales 6taient accordees 6galement aux gens
de condition moyenne pour le paiement des marchandises don't
ils pouvaient avoir besoin ou pour les sommes qu'ils avaient
a engager a l'occasion de 1'exploitation de leurs habitations.
Ces perspectives nouvelles et particulierement allechantes
modifierent l'etat de l'opinion dans la m6tropole, et deci-
derent certaines personnel a aller chercher fortune a la Gua-
deloupe.
A la fin de l'ann6e 1641, un premier convoi de 70 conces-
sionnaires et engages etait rassemble et quittait le port de
Dieppe.

(1) Arch. Nat. Col. F3 18. Historique de la Guadeloupe. Memoires sur les pre-
miers colons. Il s'agit ici, non des engages, mais des ouvriers < specialists D tels
que : charpentiers, magons, terrassiers.











\J


LIs


hPaN~


CARTE )E LA GUADELOTTPE
sans nom d'auteur, sans date, mais d'environ 1767.
Archives du Minisl/re des Colonies. -- Fonds du DJ dt des Fortifications des Colonies.
GUADELOUPE N 79.


r

";ri1.
It,

n c.-;i
LIII ~I


ai ", "







DE LA COLONIE PAR LES FRANgAIS


En mars 1642, un vaisseau affret6 par les marchands de
cette ville fit voile pour la colonie, porteur d'un nouveau
convoi d'engages et de colons (1). Si l'on ajoute A ces emi-
grants des matelots deserteurs de la marine marchande, des
officers de marine fatigues de courir les hasards de la mer, des
Hollandais avides d'entreprise, quelques colons de Saint-
Christophe, un certain nombre de families de 1'Herault et de
la Normandie, A qui on avait parle de la Guadeloupe comme
d'un pays ofi l'on peut faire fortune en peu de temps (2), on
se trouve alors en presence d'une petite society capable de
vivre par ses propres moyens, d'inspirer la confiance, et de
repondre par suite aux espoirs qu'elle avait fait naitre chez
les marchands de Dieppe, la Compagnie des Iles et le Cardi-
nal de Richelieu.
Lacour et Pardon, qui ont 6crit I'histoire de la Guadeloupe
ont un peu n6glige celle de sa foundation. C'est sans doute ce
qui les amena A conclure que la colonie avait progress rapi-
dement et avec facility. Nous avons montr6 combien, au con-
traire, fut lent, p6nible, difficile, l'tablissement des colons
frangais A la Guadeloupe.
Quand de l'Olive et ses associes, dans les premiers mois
de l'annee 1635, quittaient le port de Dieppe, ils ne voguaient
pas vers un riant eldorado. Cinq ann6es d'6preuves de toutes
sortes, de d6tresses, d'affreuses miseres, le prouvent sura-
bondamment. Qu'il y ait a constater certain 6v6nements
regrettables, certaines violence indefendables, il n'en reste
pas moins vrai que c'est grace a la volont6 inflexible, aux
qualities remarquables d'energie et d'endurance, A 1'esprit de
sacrifice et d'abn6gation, en un mot au g6nie colonisateur
des premiers colons, que la Guadeloupe est devenue une terre
frangaise.
Les premieres assises 6taient jetees, et, apres 1642, la v6ri-
table colonisation commenga.

(1) Arch. Nat. Col. C' Al, Correspondance generale de la Guadeloupe.Note sur
les engages.
(2) Margry, Belain d'Esnambuc et les Normands aux Antilles (1865), p. 7 et
suivantes.


Evolution de la Guadeloupe

















CHAPITRE III


LA LEGISLATION ECONOMIQUE
DE LA GUADELOUPE
OU ETUDE DU PACTE COLONIAL



I. Interet d'une etude approfondie de la legislation economique de
la Guadeloupe avant l'6tude de son histoire economique. L'idie
d'un pacte colonial a son origine dans les doctrines mercantile. -
L'ordonnance de 1627 et la declaration du Cardinal de Richelieu
du 24 novembre 1634, premieres pierres apportoes a P'ddiflce du pacte
colonial, L'evolution du pacte colonial de Mazarin a Colbert (1642-
1683).
II. Le pacte colonial jusqu'h la fin de 1'Ancien R6gime: L'ordonnance
de 1698 maintient les prohibitions dans toute leur rigueur, Les
lettres patentes d'avril 1717 instaurent un regime de liberty rela-
tive ; cells d'octobre 1727 renouvellent les dispositions rigoureuses
du pact colonial, mais constituent neanmoins de notables attd-
nuations.
III. L'arret du Conseil d'eItat de 1763 adoucit sensiblement le regime
colonial. Mais le Memoire du roi du 25 janvier 1765 maintient le
pacte colonial dans son int6grit6. Le system economique de 'An-
cien R6gime est combattu avec acharnement par les planteurs de la
Guadeloupe; Louis XVI lui prepare le coup de grace dans son ordon-
nance de 1784. Conclusion ; Les quatre dispositions fondamen-
tales du pacte.



I



L'6tude d'un pacte colonial s'6tendant a touts les colonies
pourrait apparaitre de prime abord, au lecteur non averti,
comme celle d'une question g6n6rale qui ne rentre pas direc-
tement dans le cadre de notre sujets.







OU ETUDE DU PACTE COLONIAL


On conviendra vite qu'il n'en est rien, bien au contraire
puisque, come nous le verrons, c'est presque exclusive-
ment sur le pacte colonial que reposait, sous PAncien Regime,
toute l'6conomie gne6rale de la Guadeloupe.
D'ailleurs tous les auteurs qui, a des titres divers, ont eu
a traiter des questions coloniales, ont 6te amenes par la force
des choses A d6finir, A caract6riser, a apprecier le pacte colo-
nial, d'autant mieux que le regime economique des colonies
a donn6 lieu a des discussions et a des controversies passion-
nees. Les questions de principle qu'il a posees ont Wt6, suivant
les circonstances de temps et de lieu, dans la pratique, tres
diversement r6solues ; nous nous bornerons, quant a present,
a d6gager dans une large synthese les idWes g6enrales de la
multiplicity des documents officials qui constituent le pacte
colonial, afin que le lecteur puisse se former une opinion
raisonnee et sur les conceptions 6conomiques en matiere colo-
niale des hommes d'ttat de l'Ancien Regime et sur le d6ve-
loppement de la Guadeloupe au xvie et xvmle siecles.
Si, comme nous le verrons, le regime de main-d'oeuvre
ainsi que le rattachement, pendant plus d'un siecle, de la Gua-
deloupe au Gouvernement de la Martinique, ne furent pas de
nature a acce6lrer Pessor de la colonie, il faut, semble-t-il
admettre, d'autre part, que le pacte colonial ne fut pas sans
entrainer 6galement, de son cote, des repercussions profondes
et le plus souvent fAcheuses sur le developpement econo-
mique et commercial de la Guadeloupe.
On a dit que les lois de navigation et les lois commercials
qui furent le pacte colonial de l'Angleterre (il y a toute une
serie de lois qui se compl6tent), contribuerent dans une large
measure a l'essor economique des colonies anglaises. S'il n'en
fut pas de meme pour les colonies frangaises des Antilles et
en particulier pour la Guadeloupe; si, des circonstances de
temps et de lieu restant identiques, une meme legislation
ne produisit pas les memes effects, il convient de s'attacher A
discerner les causes profondes de cette difference en apparence
paradoxale. II 6tait en faith impossible a P'Angleterre d'exercer
un control vigilant et efficace sur ses vastes possessions amn-
ricaines. D'autre part, les colonies britanniques du continent








36 LEGISLATION CONOMIQUE DE LA GUADELOUPE

ambricain, en raison de la variWt6 de leurs richesses naturelles,
pouvaient, non seulement se passer du concours de la mere
patrie, mais encore se livrer avantageusement h diverse
industries, notamment A Pindustrie de la construction des
navires qui fut, de bonne heure, la grande source de revenues
pour Boston et Philadelphie (1).
Il est vrai qu'un grand nombre de products ne pouvaient
etre exports ou imports sans passer par 1'Angleterre (ce qui
fut la cause d'une immense contrebande qui suppl6a aux
imperfections du pacte colonial) ; cependant, les colonies
anglaises purent, malgre tout, exporter leurs products a
l'tranger et en importer les denr6es don't elles avaient besoin.
La Guadeloupe etait dans une situation tout a fait diffe-
rente : peu etendue, 6troitement surveill6e par les agents de
lautorit6 royale pour tout ce qui touche a ses relations
commercials avec l'tranger, elle ne put 6tablir aucune autre
industries important que celle de la fabrication du sucre. Dans
l'incapacit6 oii elle se trouvait de construire de gros navires
marchands, elle restait, en fait, dans la d6pendance absolue
de la France m6tropolitaine qui, en principle, devait lui ache-
ter la totality de ses products et lui expedier quelques denrees,
des machines, des instruments aratoires et la main-d'ceuvre
necessaire a la mise en valeur de ses exploitations.

Le pacte colonial (2) peut, dans ses principles g6neraux, se
r6sumer de la maniere suivante : Le march colonial est ouvert
exclusivement a la France pour toute sa production et, par
r6ciprocit6, les products coloniaux sont r6serv6s entierement

(1) On peut se faire une id6e exacte du d6veloppement de l'industrie naval
dans les colonies anglaises du Continent americain en lisant dans son ouvrage
De la puissance amiricaine, t. II, p. 232, les developpements que lui consacre
Guillaume Telle Poussin.
(2) Quand, dans la premiere moiti6 du xvIe siecle, la France fonda ses pre-
mieres colonies, le pacte colonial etait d6ja en vigueur dans tous les ttats qui
l'avaient devancee dans les entreprises coloniales, c'est-&-dire en Espagne, au
Portugal, en Hollande. L'Angleterre qui devait etre au xixe siecle la patrie d)
libre Bchange et de l'autonomie colonial suivait a cette 6poque, dans ses colo-
nies americaines, la m6me politique prohibitive ; on en trouve les premieres et
importantes manifestations dans le fameux a acte de navigation V vot6 en 1651 par
le Parlement britannique.








OU ETUDE DU PACTE COLONIAL


au march frangais et doivent etre transports exclusive-
ment par la marine national. Ils ne peuvent Wtre manufac-
tures dans la colonie oil on ne peut cr6er aucune industries (1)
similaire A celle de la m6tropole. Enfin, les navires charges du
transport des denr6es coloniales ne doivent faire retour que
dans le port d'oi ils 6taient parties.
Cette conception 6conomique naquit des theories mercan-
tiles propag6es en Europe des le xvie siecle et rigoureusement
appliquees en France sons Colbert dans la second moiti6 du
xvIIe siecle.
Vendre beaucoup et acheter peu est, selon les theories mer-
cantiles relatives A la balance commercial, la regle supreme
d'une bonne politique 6conomique. L'6tranger ne doit fournir
que les matieres premieres strictement indispensables P'in-
dustrie national ; on ne lui cedera que le moins possible
celles qui sont produites par le sol national et on tAchera de
lui vendre la plus grande quantity des products manufactures
par industriese national, en fermant par contre, au moyen de
tarifs prohibitifs, l'importation de ses propres products manu-
factures. Si, en fin d'ann6e, un ttat a vendu plus qu'il n'a
achete, la balance du commerce est en sa faveur, car on pre-
sume que Pexcedent entire en numeraire et s'ajoute A son
revenue, Por et l'argent 6tant considers comme le signe et la
measure des richesses. Au contraire, s'il a achete plus qu'il n'a
vendu, sa richesse est proportionnellement diminu6e (2).
Il est facile de constater la grande utility des colonies dans
une telle conception de la politique commercial. Dans le cas
meme oil, comme la Guadeloupe, elles ne poss6deraient pas
de mines d'or, elles pouvaient tout de meme contribuer &
augmenter la richesse national puisque, d'apres les theories
mercantiles, les deux conditions essentielles de la balance
commercial sont le vil prix de la matiere premiere et l'ampli-
tude des d6bouch6s. Or, en raison de la difference des climats,
(1) Dans le chapitre relatif a 1'industrie, nous 6tudierons les differentes measures
qui furent prises contre les raffineries coloniales.
(2) Voir Child, Traitd sur le commerce, etc... (1754), p. 312; Dubois, Pricis de
l'histoire des doctrines iconomiques, p. 233. La thdorie de la balance du commerce
fut propagee, au xvile et au xvize siecles, surtout par les 6conomistes anglais au
premier rang desquels se trouvent Mun, Child et Cotillon.








38 LEGISLATION ECONOMIQUE DE LA GUADELOUPE

chaque colonie envoie precis6ment a la m6tropole des ma-
ti6res premieres A bon march que le sol de celle-ci produi-
rait difficilement ou a un prix elevw, si bien que l'on peut dire
sans exag6ration que ( sans les denr6es coloniales il n'y aurait
pas eu de systeme colonial (1).
D'autre part, la raret6 des denrees exotiques, alors fort
recherch6es en Europe, jointe Pl'6loignement de la colonie,
font que la vente des products coloniaux manufactures pro-
cure d'6normes b6n6fices a l'industrie national. A partir
du moment ofi la colonie se d6veloppe, ses besoins s'accroissent
et elle contribute a l'enrichissement de la m6tropole ; elle est
la fiddle et n6cessaire client du commerce national et Pun
des facteurs les plus important de l'essor des industries
mitropolitaines, A la condition express, toutefois, de l'emp6-
cher d'acheter les matieres de fabrication 6trangere.
II n'est pas surprenant, d6s lors, qu'une telle th6orie de la
richesse national aboutisse, en fait, A un monopole exclusi-
vement 6goiste, determine la France a poss6der des Colonies
pour elle seule et a s'assurer de leurs denrees.
Telle est, a grands traits, lorigine de ce regime juridico-
kconomique connu sous le nom de pacte colonial qui fut appli-
qu6 par Pancienne monarchie A toutes les colonies frangaises.
Si le pacte colonial, dans son ensemble, est le r6sultat du
developpement logique des idees mercantiles, il serait erron6
de croire cependant qu'il sortit tout d'une piece des bureaux
du Grand Cardinal ou de Colbert. II a, au contraire, suivi un
long processus ; il s'est exprim6 et d6gag6 par une lente evo-
lution marquee par un grand nombre d'Edits, d'Arr6ts du
Conseil, de r6glements royaux compris entire 'ordonnance
du 14 mai 1627 (premiere pierre apport6e a P'difice de la
prohibition) et lordonnance du 24 novembre 1784, dernier
acte de l'ancienne monarchie sur le regime 6conomique des
colonies et particuli6rement la Guadeloupe.
La rggle fondamentale de la politique de Richelieu et de
Colbert fut de faire reposer toute la politique colonial -sur
I'existence des Compagnies, don't les chartes furent precis6-

(1) Leroy Beaulieu, La colonisation chez les peoples modernes ('1874), p. 184.







OU fTUDE DtY PACTE COLONIAL


ment toujours congues dans l'esprit du pacte colonial. DBs
1627, une ordonnance c61lbre, connue sous le nom de Code
Michaud, vient determiner la condition juridique de creation
et de fonctionnement des companies de colonisation.
Cette ordonnance peut, A certain 6gards, Utre considered
comme un vWritable (( acte de navigation ,. Elle attribuait en
effet, A la marine francaise, le monopole des exportations de
la m6tropole, elle assurait aux armateurs la protection du
gouvernement, en d6cidant que les vaisseaux marchands
seraient convoys par des navires de guerre ; elle autorisait
enfin les repr6sailles contre les actes de piraterie et les mau-
vais traitements exerc6s sur les marchands et les mate-
lots (1).
Mais, des leur foundation, les Compagnies de colonisation,
qui ne travaillaient bien entendu que dans leur int6ret, vou-
laient vendre les marchandises d'Europe A un prix exorbi-
tant et acheter a vil prix toutes les denrees coloniales. Dans
la plupart des miles, et a Saint-Christophe notamment, il en
r6sulta que 'oeuvre de la colonisation fut dbs son debut gra-
vement compromise (2), si bien que, Ie 25 novembre 1634, le
Cardinal de Richelieu prit A Rueil, une declaration compl6-
tant le Code Michaud (1627). Dans cette declaration, le Cardi-
nal faisait, en effet < tres expresses inhibitions et defenses a
toutes personnel de quelque condition et quality qu'elles
fussent d'aller envoyer ou faire passer expr6s, en I'ile de
Saint-Christophe, aucuns vaisseaux pour y prendre et ache-
ter petun et coton du crfi dudit pays, sans Pautorisation de
la Compagnie ou des directeurs d'icelle, A peine de confisca-
tion des marchandises et des vaisseaux ) (3). Les prescriptions
du Cardinal ne furent cependant pas excutees, et les habi-
tants de Saint-Christophe, offenses d'un tel procedd, prirent


(1) Isambert, Recueil des anciennes lois franaises, t. XVI, pp. 329 a 337.
(2) Caillet, Administration de la France sous le Ministere de Richelieu(1860),
t. II, p. 108. II s'agit de la Compagnie de Saint-Christophe transformee en 1635 en
Compagnie des ties d'Am6rique.
(3) Cet important document se trouve dans les Melanges Colbert, & la Biblio-
theque Nationale, vol. CXV, p. 1055. Du Tertre est le seul historien des Antilles
qui l'ait cit6. Voir 1re edition de l'Histoire gendrale des Antilles (1654), t. I, p. 44.







40 LEGISLATION ECONOMIQUE DE LA GUADELOUPE

la resolution de ne rien envoyer en France et de faire trans-
porter toutes leurs denrbes en Hollande (1).
Jusqu'L la fin du Ministere de Richelieu, c'est-h-dire
l'poque ofi commenga la mise en valeur de la Guadeloupe,
qui fut une p6riode de tatonnements, le pacte colonial appa-
rait, mais s'impose difficilement. C'est l'poque a laquelle
les planteurs s'insurgent contre les debuts de la politique
mercantile qui, si elle procurait certain avantages a la me-
tropole, ne tendait pas moins A paralyser l'essor des colo-
nies naissantes qui ne pouvaient se d6velopper et remplir
leur mission Bconomique que si elles jouissaient d'une cer-
taine ind6pendance commercial.

De 1642 ~ 1660, Mazarin sembla se d6sint6resser de la
politique colonial, puisqu'il ne prit aucun reglement sur le
regime 6conomique des iles. Si, d'une part, l'on peut expli-
quer dans une certain measure cette abstention de Pautorit6
royale par'les difficulties politiques int6rieures de la Regence
et par la guerre etrangere, il faut remarquer aussi, d'autre
part, que les Antilles frangaises furent, pendant cette p6riode,
administrees par la Compagnie des miles don't les chartes furent
toujours congues dans l'esprit du pacte colonial, et aussi parce
qu'apres la dissolution, en 1649, de cette Compagnie, chacune
de ces colonies appartenait a un propri6taire qui, veritable
seigneur, avait la libre reglementation du commerce colonial.
Aussi, comme nous le verrons, de 1642 a 1664, la Guadeloupe
fit presque tout son commerce avec la Hollande, et bien que
sa mise en valeur fut recente (elle datait de 22 ans), elle ne
connfit pas moins une certain prosperity (2).
Cette liberty commercial fut sans lendemain et l'arrivee de
Colbert aux affaires en 1661 marqua un retour offensif vers
la politique rigoureuse du pacte colonial. Colbert fut essen-

(1) Du Tertre, edition de 1654, t. I, p. 44.
(2) Il en fut de meme du commerce des colonies frangaises du continent am6-
ricain, et on a fait justement observer que a c'6tait sous pavilion anglais et hollan-
dais que nos denrees coloniales entraient dans nos ports, et que le march des
fourrures du Canada qui aurait dfi tre & Rouen et a La Rochelle, 6tait & Londres
et a Amsterdam D. Pigeonneau, Histoire du commerce de la France (1889), t. I,
p. 491.








OU ETUDE DU PACTE COLONIAL


tiellement mercantiliste. Tous ses efforts tendaient vers l'Nta-
blissement d'une balance commercial favorable par suite d'un
d6veloppement considerable du commerce et de l'industrie ;
il se refusait 6nergiquement A partager avec les puissances
6trangeres les d6bouch6s privil6gi6s qu'offraient, a notre
commerce, les possessions coloniales. L'exclusion de l'6tran-
ger fut le principle directeur de son syst6me 6conomique a
l'6gard des colonies; il entend pratiquer cette exclusion de
la maniere la plus absolue (1).
Colbert, don't Pambition 6tait de doter la France d'un
magnifique domaine colonial, ne croyait pas a l'avenir de ces
petites associations municipales et provinciales qu'avaient
Wte les Compagnies de colonisation de Henri IV et de Riche-
lieu. Instruit par 1'exp6rience heureuse de nos voisins anglais
et hollandais, aussi bien que par nos propres 6checs, il crut
assurer l'avenir colonial de la France par l'tablissement de
deux grandes Compagnies nationals qui devaient se parta-
ger l'empire du monde : I fonda en 1664 la Compagnie des
Indes Occidentales et la Compagnies de Indes Orientales.

Le regime prohibitif trouvait, malgre tout, une g6ne a son
developpement dans la survivance des Compagnies pr6cit6es.
Quoique la Compagnie des Indes repr6sentAt esprit du pacte
colonial, aucune mention prohibitive du commerce stranger
ne se trouvait inscrite dans 'PEdit de Constitution. Soit
d'ailleurs que les Administrateurs eussent interpret ce si-
lence comme un droit, soit, d'autre part, qu'avec le plus r6el
d6sir de se soumettre a la volont6 toute puissante du roi, ils
fussent places dans l'impossibilit6 d'exercer une surveillance


(1) e La maxime d'exclure les strangers, 6crivait Colbert au gouverneur des
lies d'Am6rique, veut que tout vaisseau stranger ou frangais charge de marchan-
dises prises en pays strangers, meme dans les ties voisines, abordant ou naviguant
aux environs des ties, sera confisqu6 et sa confiscation partag6e suivant 1'ordon-
nance du roi ; et en cas que les diff6rentes circonstances donnent lieu a quelques
doutes, il faut toujours les expliquer centre les strangers, sauf aux maltres ou
propri6taires des vaisseaux & se venir plaindre au roi.
Document cit6 par Clement dans Histoire de Colbert et de son administration
(1784), t. I, p. 513.








42 LEGISLATION ECONOMIQUE DE LA GUADELOUPE

efficace sur d'aussi vastes etendues de pays (1), il n'en est pas
moins vrai que le commerce stranger le commerce hollan-
dais en particulier put se faire tout de mrme a la Guade-
loupe de 1664 a 1674. La s6rie d'arrets et d'ordonnances (2)
qui se present durant cette periode est, par elle-meme et a
dcfaut d'autres preuves, particulikrement eloquente.
Certains ont cru trouver, avec quelque apparence de rai-
son d'ailleurs, dans cette inexecution des volontes royales,
une des causes principles, sinon essentielles, de la brusque
dissolution en 1674, de la Compagnie des Indes Occidentales
a laquelle sa charte constitutive garantissait cependant un
privilege de 40 ans.
La Compagnie dissoute et les territoires conc6dds ayant
fait retour a la Couronne, la royaut6 rentrait dans son double
pouvoir legislatif et executif et ne connaissait des lors aucune
limitation a l'exercice de sa souverainet6. Elle devenait seule
maitresse pour imprimer aux Antilles l'impulsion nouvelle
qu'elle desirait, et assurer le respect des nombreux textes
pr6c6demment enum&res et qui, apris avoir Wtg codifies,
furent aussitot aggravis par de nouvelles sanctions p6nales (3).
Sous Colbert, on vit la tendance A la prohibition se stabi-
liser, puis s'accroitre et enfin s'exagerer. C'est ainsi que le
7 mai 1680, au nom du roi, le Ministre 6crivait la lettre sui-
vante au comte de BlInac, Gouverneur general des miles : ( Je
vous r6pete encore qu'en ce point d'empkcher le commerce
stranger consiste le principal de votre application, et que
vous ne pouvez me rendre un service plus utile, ni qui me
soit plus agreable, parce qu'il n'y a que la multiplicity des
vaisseaux de mes sujets qui iront dans les iles, a l'exclusion
des EStrangers, qui puisse augmenter le nombre des habitants

(1) Le domain de la compagnie 6tait en effet des plus 6tendus. II comprenait
tous les pays de Ia Terre-Ferme de 1'Amerique depuis la riviere des Amazones
jusqu'a celle de l'Or6noque, les Antilles, le Canada, I'Acadie, I'lle de Terre-Neuve
et les autres miles de Terre-Ferme, depuis le nord du Canada jusqu'a la Virginie
et la Floride ; enfin l'ensemble de la C6te d'Afrique, depuis le Cap Vert jusqu'au
Cap de Bonne-Esperance. Voir l'Edit constitutif de la Compagnie des Indes occiden-
tales, dans Ballet. La Guadeloupe, t. I, pp. 35 a 48.
(2) Arch. Nat., Col. C8 A. 10. Voir Ordonnances sur le Commerce.
(3) Arch. Nat., Col. C8 A. 10. Voir I'Ordonnance du 11 septembre 167.








01U TUDE DUI PACE COLONIAL


des iles, et faire profiter mes sujets de tout le commerce qui
peut s'y faire ). Enfin, Colbert informed le Gouverneur gen&-
ral que attitude qu'il devait observer A l'gard du commerce
stranger consistait & empecher ( qu'aucun vaisseau stranger
n'aborde aux rades des lies, et en cas que, centre les defenses
qui ont et6 faites et qui sont publiques, aucuns vaisseaux y
abordent, vous devez leur envoyer ordre d'en partir sur le
champ, et s'ils demeurent, vous devez les faire arreter et
laisser ensuite faire les procedures et prononcer la confisca-
tion et la vente par le Conseil souverain dans les formes ordi-
naires ) (1).
Mais le Ministre mourut en 1683 sans avoir -u donner au
pacte colonial le d6veloppement qu'il desirait: ce fut P'oeuvre
du xvIme siecle.

II

Au course de la guerre de la Ligue d'Augsbourg (1689-1697)
les liens de la prohibition se relfch6rent par suite des 6vene-
ments et le commerce stranger se developpa dans les
Antilles (2). Le roi Btait a pine delivr6 des soucis de la guerre
que, sur les suggestions des administrateurs des miles du vent (3)
par un nouvel edit (20 aoit 1698) il imprimait une nouvelle
vigueur au regime des prohibitions en 6tendant et en aggra-
vant les sanctions (4). Si I'on complete cet important docu-
ment par les Lettres patentes en forme d'8dit du mois d'oc-

(1) Lettre du roi au Comte de Bl1nac ecrite de Fontainebleau le 16 mai 1680.
Archives Nationales, Col. F3 248, p. 243. Voir 6galement Ballet. La Guadeloupe,
t. III, p. 13.
(2) Arch. Nat., Col. C' A. 5. Dans une petition du 4 juin 1698 adressee au roi par
les planteurs de la Guadeloupe, ceux-ci r6clament la liberty commercial don't
ils avaient b6n6fici6 ( pendant la derniere guerre .
(3) Dans une lettre du 31 mai 1698, 1'Intendant Robert conseillait au Roi de
rappeler aux habitants ses intentions sur le Commerce stranger parce qu'il avait
appris a indirectement que depuis la Paix les habitants et les marchands faisaient
entrer dans cette fle quantity de marchandises 6trang6res de toutes sortes sans
qu'il fit possible d'en avoir la preuve... D Arch. Nat., Col. Cs A. 10.
(4) La confiscation des bAtiments et des marchandises, l'amende,Ia prison et les
galres, en cas de recidive, 6taient prononcees centre le Capitaine et ceux qui
auraient facility la consommation du dl6it. Voir Arch. Nat. Col. FS 236. Recueil
des lois particulijres a la Guadeloupe, p. 211.








44 LEGISLATION ECONOMIQUE DE LA GUADELOUPE

tobre 1727 (1), don't il sera parle plus loin, on peut mesurer
les efforts de la royaut6 en vue de l'6tablissement d'un regime
economique de prohibition absolue.
Ces deux documents sont en effet les plus important de
ceux que l'ancienne monarchie a consacr6s au Commerce
colonial ; ceux qui posent le plus completement le system
du double monopole ; mais aussi ceux qui, par la meme,
cl6turent une p6riode 6conomique qui reste a proprement
parler I'Age d'or du regime prohibitif.
L'introduction de ce regime n'allait pas sans provoquer
de multiples reclamations emanant des planteurs de la Guade-
loupe et des autres iles, devant lesquelles la royaut6 h6sita
ai rendre les prohibitions completes et absolues.
Des considerations d'int6ret general ne furent pas 6tran-
geres a la decision royale. Au debut du xviue siecle, au mo-
ment of le champ de l'activit6 economique mondiale s'6tend,
of la doctrine du mercantilisme est universellement repan-
due, of Law par son fameux syst6me vient d'apporter des
modifications profondes dans l'conomie national, of enfin
la civilisation et meme le confort aux miles se d6veloppent,
il eft et6 difficile, en effect, de ne pas apporter quelques excep-
tions a la rigueur du systeme traditionnel. DNs le milieu de
1716, le regent nomma une commission chargee de preparer
un remaniement general de toutes les anciennes ordonnances
prises sur le commerce colonial. C'est des travaux de cette
commission que sortirent les Lettres Patentes du mois d'avril
1717 qui instituerent aux Antilles un regime de liberty rela-
tive (2).
Aux terms des dispositions nouvelles, les armements pour
les Antilles et autres colonies frangaises se faisaient desor-
mais dans les ports de Calais, Dieppe, le Havre, Rouen, Hon-


(1) Durand-Molard, t. I, pp. 289 A 306. Voir le texte des lettres patentes du Roi
en forme d'Edit, concernant le commerce stranger aux fles et colonies de l'Amerique.
Ce document est sans date ; on lit seulement a la fin : Donn6es a Fontainebleau
au mois d'octobre 1727, sign6es Louis, et plus bas par le Roi, Phelypeaux. On
confond A tort ce document avec le Memoire du Roi du 28 octobre 1727 qui
concern seulement le commerce des fles avec les Espagnols.
(2) Ballet, La Guadeloupe, t. III, p. 22.







OU ETUDE DU PACTE COLONIAL


fleur, Saint-MAlo, Morlaix, Brest, Nantes, la Rochelle, Bor-
deaux, Bayonne et Cette.
Les marchands frangais prenaient 1'engagement au siege
de l'Amiraut6 de faire revenir leurs vaisseaux directement
dans le port d'ofi ils 6taient parties ; sauf le cas de relache
forcee par suite d'accidents impr6vus qu'ils devaient alors
justifier par un proces-verbal. Les n6gociants qui contreve-
naient A ces dispositions 6taient condamnes a 10.000 livres
d'amende.
Les denrees et marchandises frangaises et 6trangbres que
l'on expediait aux Antilles b6neficiaient d'une faveur spe-
ciale. Toutefois, celles qui provenaient d'un port du royaume
A un autre port, de Bordeaux a Rouen par example, devaient
etre entreposees au port d'embarquement pour les colonies.
Elles ne pouvaient etre embarqu6es de bord a bord, sous
peine de confiscation et de 1.000 livres d'amende.
En ce qui concern les marchandises et denrees du royaume,
comme la vaisselle de porcelaine, d'argent, ou d'autres ou-
vrages d'orfevrerie, les vins,les eaux-de-vie de Guyenne ou
d'autres provinces que I'on exportait aux colonies, elles
6taient exemptes d'entr6e et de sortie. On accordait cette
faveur, non seulement aux marchandises qui provenaient
des provinces des cinq grosses fermes, mais encore A cells
qui provenaient des provinces r6put6es etrang6res. Ces den-
r6es et marchandises destinies aux Colonies beneficiaient
6galement de l'exemption des droits locaux d'une province
a une autre et de tous droits au profit du roi, A l'exception des
( droits unis d6pendants de la ferme g6nnrale des Aides et
Domaines ).
Quant aux denrees et marchandises, rdellement etrangires,
qui 6taient destinies aux Antilles, elles comprenaient g6n6-
ralement cells don't la consommation avait 6tW autoris6e
dans la metropole. On y classait meme celles de Marseille et
de Dunkerque, r6put6es alors fermes 6trang6res. Elles ne
payaient que les droits d'entr6e au premier bureau par of
elles avaient p6netre dans le royaume et sortaient du pays pour
etre transportees aux miles sans payer d'autres droits.
Les Lettres-Patentes de 1717 interdisaient d'une fagon







46 LEGISLATION ECONOMIQUE DE LA GUADELOUPE

absolue aux armateurs de charger pour les Antilles les mar-
chandises 6trangeres don't Pentree et la consommation se
trouvaient interdites dans le royaume. D'ailleurs, en cas
d'inobservation de cette r6gle, les Officiers d'Amiraute con-
fisquaient les marchandises et denrees introduites en fraude,
et condamnaient les contrevenants a 3000 livres d'amende.
Les Redacteurs des Lettres Patentes furent cependant
obliges d'apporter une derogation au principle prohibitif des
marchandises etrang6res. C'est ainsi qu'ils permirent aux
n6gociants de la m6tropole de faire entrer en franchise dans
les ports sus-indiqu6s, pour etre ensuite exp6die aux colonies,
le bceuf sal6 alors indispensable h la nourriture des popula-
tions antillaises, mais don't la consommation n'6tait pas auto-
risee dans le royaume.
Ces Lettres-Patentes accordaient aussi certaines faveurs
aux products coloniaux ; ceux-ci, a leur arrive dans la m6tro-
pole, 6taient entrepos6s dans les ports de Calais, Dieppe, Le
Havre, Rouen, Honfleur, La Rochelle, Bordeaux, Bayonne
ou Cette. S'ils etaient destines a l'tranger, ils 6taient exempts
des droits d'entree et de sortie, meme des droits du fermier
du Domaine de P'Occident. Ils n'acquittaient que les trois
pour cent dfis a la ferme g6nerale des a Aides du Domaine ),
et d'autre part, les marchands 6taient tout de mmme tenus a
ce que leurs navires fissent retour au port de depart.
Enfin, les Lettres Patentes de 1717 d6fendaient les products
des Antilles centre la concurrence des denrees coloniales
importees par l'tranger puisque les taxes existant sur les
sucres strangers pouvaient, par example, Wtre perques indiff6-
remment partout, sans aucun 6gard aux franchises parti-
culieres hors le cas de r6exportation dans les ports de Bayonne
et de Marseille (1).
Ces Lettres Patentes, nous le verrons sp6cialement pour
la Guadeloupe, faciliterent considerablement l'essor des
Antilles et accomplirent une revolution bienfaisante, dans

(1) Cet important document don't nous avons analyst les dispositions princi-
pales (art. 1, 2, 5, 10, 11, 12, 15, 22) se compose de 31 articles. II est public dans
plusieurs ouvrages : voir notamment Ballet, La Guadeloupe, t. III, pp. 22 & 27;
Chambon, Le Commerce de l'Amerique par Marseille (1765), pp. 18 A 26,







OU ETUDE DU PACTE COLONIAL


les rapports des colonies et de la Metropole. Cependant, si
liberales qu'elles paraissent pour 1'epoque, et si fructueuse
que fut leur application, elles 6taient loin d'instaurer un regime
de liberty absolue. ( Elles eussent 6videmment produit les
meilleurs effects, come le fait observer Raynal, si elles avaient
g6neralis6 dans la M6tropole le commerce des Antilles qui
restait toujours concentr6 dans quelques villes maritimes et
si, par consequent, les navires marchands avaient Wte affran-
chis de I'obligation de faire retour dans le port d'ofi ils 6taient
parties ) (1).

Toutes les dispositions prises par l'ancienne royaut6 pour
favoriser le commerce national et le prot6ger centre les tra-
fiquants strangers eussent Wte d6fendables si, d'une part, la
m6tropole avait dispose d'un tonnage suffisant pour entre-
tenir de fr6quentes relations avec les Antilles et si, d'autre
part, en ce qui concern particulierement la Guadeloupe,
celle-ci n'avait pas ete administrativement attache au Gou-
vernement de la Martinique.
De 1717 a 1727, la Guadeloupe vit se desserrer les liens
6troits du pacte et elle beneficia d'un regime de demi liberty
qui contribua largement A son evolution economique.
On aurait tort, cependant, de croire que les errements
anciens aient Wt6 abandonn6s et que le Colbertisme ait radi-
calement disparu. Bien au contraire, on rencontre pendant
cette periode de nombreux actes qui, sans avoir un carac-
tare reglementaire specifiquement colonial, n'en accusent
pas moins les tendances 6conomiques de l'epoque. Par
example, I'ordonnance du 26 novembre 1719 permet d'appli-
quer les galeres perp6tuelles aux nationaux (2) et aux plan-
teurs des miles coupables de faire du commerce stranger sans

(1) Raynal, Histoire philosophique et politique des dtablissements des Francais
dans les deux Indes, t. II, p. 56.
(2) II est a remarquer que pendant 1'Ancien RBgime, la France n'a jamais
cess6 de faire du commerce avec l'6tranger, mais les n6gociants du royaume ne
pouvaient se livrer a ce commerce sans I'autorisation du roi. Car il y avait beau-
coup de marchandises 6trangBres don't l'entree dans le royaume 6tait prohibee.
C'est pourquoi on condamnait aux galeres et on consid6rait comme pirates ceux
qui trafiquaient sans permission avec l'etranger.








48 LEGISLATION ECONOMIQUE DE LA GUADELOUPE

autorisation, et le reglement du 23 juillet 1720 permet aux
sujets de Sa Majest6 de faire la course sur les vaisseaux et
batiments de mer qui se livraient au commerce stranger
sans I'assentiment du roi, et dispose que ce p4wei~ soit A
l'avenir ins6r6 dans les Commissions des Lettres de marque
delivrees par 1'Amiral (1).
Toutes ces measures prohibitives ne constituaient pas, ce-
pendant, une serieuse et decisive entrave au commerce 6tran-
ger. Si la Guadeloupe entreposait toute sa production a la
Martinique, ainsi que nous le verrons dans le chapitre relatif
au commerce, et s'y procurait les denrees don't elle avait
besoin, elle n'avait pas vu, malgre tout, compl6tement s'Bloi-
gner de son port les navires strangers qui se livraient au traffic
dans les fles.
Aussi le comte de Moyencourt, alors Gouverneur de la
Guadeloupe ferma-t-il les yeux sur le commerce stranger qui
fournissait a l'alimentation publique et aux exploitations
agricoles la plupart des objets de premiere n6cessit6 ; notam-
ment la more, le riz, le bceuf sale, le lard, le saindoux, le
beurre, etc... les pioches, les coutelas, les houes et divers appa-
reils de sucreries qu'apportaient les navires hoilandais et
anglais.
Ce sage administrateur fut bient6t soupponn6 de favoriser
le commerce stranger. Dans une lettre du 23 juillet 1726, le
Ministre de la Marine le lui reproche en ces terms : (< I1 parait
qu'il y a eu 24 navires strangers qui ont traits pendant l'ann6e
1725 a la Guadeloupe par permission, et que leur chargement
h l'exception de 100 barils de boeuf sal6, 25 barils de lard,
quelques fromages, biscuit, chandelle et bougie, n'6tait com-
pose que de chevaux, mulets, bois a bAtir, planches, essentes,
merrains et menus combustibles >. Et le Ministre ajoutait :
<< Je me contenteroi de vous expliquer que le roi m'a ordonn6
de vous d6fendre de sa part de donner a l'avenir s6par6ment
ny en commun, aucune permission de traite pour quelque
cause ny sous quelque pr6texte que ce soit aux bAtiments

(1) Arch. Nat., Col. F3 236. Recueil des lois particulieres a la Guadeloupe et
ependances, pp. 250 et 833.








OU ETUDE DU PACTE COLONIAL


strangers qui sont charges de marchandises, negres, bceuf
sal6 et farine, ny m6me souffrir qu'ils ne mouillent dans les
ports et rades de Pile... parce que le commerce doit Utre
reserve aux n6gociants du royaume seulement, lesquels
fourniront abondamment les miles de ces denr6es et marchan-
dises lorsqu'ils seront certain qu'elles ne front point de
commerce avec les 6trangers... ).
Cependant, dans une lettre 6crite a la meme date, le Mi-
nistre disait au Gouverneur : ((A l'6gard des batiments 6tran-
gers qui n'apporteront que des chevaux, mulets, bois a bitir,
essentes, merrains et menus combustibles que les vaisseaux
de France ne chargent point, Sa Majest6 trouvera bon en
faveur du besoin indispensable que les habitants ont de ces
especes, que vous leur permettiez la traite a la Basse-Terre
et sous vos yeux... ) (1)
Bien que le Gouverneur de Moyencourt fft menace d'une
( punition s6vere ) il ne prit aucune measure contre le commerce
stranger qu'il savait mieux que quiconque indispensable a
l'essor de la Colonie. Aussi les commissionnaires de la Marti-
nique, qui avaient tout int6r6t b ce que la Guadeloupe man-
quit de marchandises, pour la ravitailler a des prix exorbi-
tants, 6crivirent-ils au roi de nombreuses lettres de plaintes
contre l'Administration du Gouverneur (2).
Ce furent les plaintes reiterees dans lesquelles on signalait
le a commerce considerable ) que le comte de Moyencourt
tolerait de la part des strangers qui devaient non seulement
determiner le rappel du Gouverneur, mais encore inspire les
Lettres Patentes en forme d'itdit du mois d'octobre 1727,
aux terms desquelles toutes les dispositions d6suetes du
pacte colonial 6taient rappel6es et remises en vigueur.
Dans l'expos6 des motifs de ces Lettres Patentes, le roi
constate que les efforts que la M6tropole a d6ployes jusque-
li tendent a assurer la s6curit6 des Antilles et a augmenter
(1) Arch. Nat., Col. FS 224. Code de la Guadeloupe. Voir lettres du Ministre
au Gouverneur de Moyencourt, 23 juillet 1723.
(2) Arch. Nat., Col. C8, Code de la Martinique. Voir Petition des negociants de
Saint-Pierre au Roi.Septembre 1725, janvier 1726, novembre 1726, mai 1727.
Voir 6galement Boyer-Peyreleau, Les Antilles fran(.aises particulilremcnt la Gua-
deloupe (1825), t. II, p. 296.
Evolution de la Guadeloupe 4








50 LEGISLATION ECONOMIQUE DE LA GUADELOUPE

la navigation et le commerce national. Or, les vues du Gouver-
nement royal ont eu le suce6s qu'il pouvait raisonnablement
en attendre. Les iles sont considerablement augment6es ; elles
peiivent soutenir une navigation et un commerce conside-
rables par la consommation et le debit des esclaves, par les den-
rnes et marchandises que leur apportent par la marine natio-
nale et aussi par les chargements des sucres, cacaos, cotons,
indigo, etc... qu:e les navires frangais prennent en change.
Maais le Gouvernement royal a 6te informed qu'on tolere un
commerce frauduleux qui est pr6judiciable aux int6rets de
la M~Atropole parce qu'il diminue la navigation et le commerce
de la France et deviendra d'une dangereuse consequence au
maintien des colonies. I1 est done necessaire ( de fixer par une
loi certain des precautions suffisantes pour faire cesser le
commerce frauduleux, et des peines s6veres contre ceux qui
tomberont dans la contravention ) (1).
Ces Lettres Patentes comportaient malgre tout deux dis-
positions d'un liberalisme relatif :
1o L'importation dans la colonie, des viandes salBes d'Ir,
lande par des navires frangais charges dans les ports de France-
est autorisbe (art. Ier)
20 L'exportation des sucres de toutes especes, a I'excep-
tion des sucres bruts, de la Guadeloupe et des autres iles, est
autorisee pour tous les ports d'Espagne par navires frangais
(art. 2).


III


C'est dans le M2moire du roi du 18 avril 1763, pour servir
d'instruction genrale aux Gouverneurs et Intendants des Colo-
nies que lon trouve la second derogation au regime prohi.
bitif et que la second pierre fut arrachde a 1'edifice du pacte
colonial.
Le m6moire du 18 avril 1763 (2) en inaugurant un syst6me

(1) Durand-Molard, Code de la Martinique (1807), t. I, pp. 289 A 307.
(2) Du':and-Molard, Code de la Martinique (1807), t. II, p. 191.







OU ETUDE DU PACTE COLONIAL


mixte marque en effet une tape decisive dans la voie de la
liberty commercial.
D'une part, il autorise la Guadeloupe et les autres colonies
frangaises a se fournir de bois de construction a la Nouvelle
Angleterre et au Canada, mime lorsq-ue celui-ci eut passe
sous la domination anglaise ; d'autre part, il lui permet, par
rkciprocit6, d'exporter dans ces memes pays certaines mar-
chandises, comme les sirops et les tafias don't elle abondait
et (C qui, come le dit le Memoire, ne peuvent 6tre qu'une
pure perte pour les colons ou prejudicier a la sante des sol-
dats ).
Les Administrateurs s'empresserent de profiter de ces nou-
veaux avantages, et parfois mime de les ktendre ; ceux de
la Guadeloupe, sans tenir compete ni du texte ni de P'esprit
du Memoire, permirent a d'autres pays que ceux inumr r6s
dans le M6moire de trafiquer dans la Colonie (1).
Aussi, en pleine periode d'execution du systeme mixte
interviennent, le 25 janvier 1765, les c61lbres instructions du
roi aux Gouverneurs et Intendants de la Guadeloupe et de
la Martinique qui, revenant aux anciens errements, procla-
maient a nouveau la prohibition absolue.
Nulle part, ailleurs, la conception economique de !'ancienne
monarchie ne fut plus nettement formulae : c'est une sorte
de profession de foi du gouvernement royal en matiere colo-
niale. Aussi, jugerons-nous utile d'en donner in extenso ses
principles dispositions : <( Les colonies, y est-il dit, fondees
par les diverse puissances de l'Europe, ont toutes WtB eta-
blies pour PIutilit de leurs metropoles ; mais pour se servir
utilement des choses, il faut les connaitre; et ces ttablisse-
ments occup6s d'abord au hasard, forms ensuite sans con-
naissance de leur veritable utility sont encore aujourd'hui,
apres un siecle de possession, tres imparfaitement connus,
ou peut-~tre meme tout a fait ignores par la plupart de ceux
qui Jes possedent. De JA, i1 est arrive que les principles colo-
nies anglaises out Bte plus tiles a elles-awkmes gqu'a leur

(1) C'est ainsi que de 1763 A 1765,1e Gouverneur d'alors, le comte de Nolivos
permit aux navires anglais, hollandais et a ceux des colonies de 1'Amerique, de
trafiquer librement danm la Colonie.







52 LEGISLATION ECONOMIQUE DE LA GUADELOUPE

metropole; que celles des Espagnols n'ont servi qu'a I'ac-
croissement des Puissances etrangeres ; et si la France, seule,
a mieux profit de ses Itablissements en Amerique, il est
peut-6tre just d'avouer qu'elle ne doit cet advantage qu'a
I'heureuse quality d'un sol que sa nature conduisait invin-
ciblement a sa plus utile destination.
Les Anglais 6tablis dans l'Am6rique septentrionale
n'avaient a offrir a la Vieille Angleterre que des denrees sem-
blables d celles du sol principal : mais, entire deux sexes sem-
blables, la nature n'a mis ni fecondit6, ni subordination. La
Nouvelle Angleterre avait, aussi bien que la m6tropole, le
blWe qui appartiennent la force et la richesse ; elle avait,
mieux que la metropole, la peche qui fonde la puissance mari-
time ; elle avait, mieux que la metropole, les bois de construc-
tion, le brai, le goudron, et une infinite d'objets qu'elle lui
fournit.
L'Angleterre ne pouvait done avoir qu'un commerce passif
avec ses Colonies, qui, merchant avec rapidity vers leur gran-
deur future, ne servaient et ne servent encore la m6tropole
que pour arriver a l'independance.
L'erreur de l'Espagne, dans usage qu'elle a fait de ses
colonies, touchait de plus pres a la manifestation du mal que
sa m6prise devait n6cessairement operer ; des richesses vaines
qu'elle puisait dans les mines du Nouveau-Monde lui don-
nerent des esp6rances vaines : elle abandonna le travail, prin-
cipe unique de la puissance, parce qu'il est l'unique source
de toute population et de toute richesse ; son inertie accrut
le travail stranger qui fournissait a ses besoins ; elle s'est
depeuplee, et elle est de ce fait devenue, par son or meme,
tributaire des nations qu'elle avait cru dominer.
Les mines du Br6sil n'ont pas mieux servi le Portugal;
tromp6 avec 1'Espagne, il ne recoit l'or de ces mines que pour
le distribuer au travail de l'Ptranger qui l'approvisionne
et parce que l'Angleterre fournit, presque uniquement, a la
consommation de ce people, le Portugal n'est plus dans la
reality qu'une colonies anglaise, d'autant plus utile a la Grande
Bretagne que, sans en avoir les charges, elle en recoit tout
l'office qu'une m6tropole peut attendre de sa Colonie.








OU ETUDE DU PACTE COLONIAL


< Telle est, en effet, la veritable utility des Colonies, elles
n'ont dfi etre institutes que pour op6rer la consommation
et le debouche des products de la metropole, parce que la
measure de la consommation est la measure du travail; parce
que la measure du travail est ceile de la population et de la
richesse, et que la puissance d'un etat n'est que le resultat
du nombre et de la richesse de ses habitants.
De cette destination des Colonies, suivent trois conse-
quences qui renferment toute la science de ces Etablisse-
ments.
La premiere de ces consequences est que ce serait se trom-
per 6trangement, que de consid6rer nos colonies comme des
Provinces de France, s6parees seulement par la mer, du sol
national. Elles different autant des Provinces que le moyen
differe de la fin : elles ne sont absolument que des 6tablisse-
ments de commerce ; et pour rendre cette v6rite sensible, il
suffit d'observer que, dans le Royaume, administration ne
tend a obtenir une plus grande consommation qu'en faveur
du sol national ; et que, dans les colonies au contraire, elle
n'affectionne le sol que dans la vue de la consommation qu'il
opere. Cette consommation est l'objet unique de l'Etablisse-
ment, qu'il faudrait plutOt abandonner, s'il cessait de remplir
cette destination.
La second consequence est que plus les colonies different
de leur m6tropole par leurs productions, plus elles sont par-
faites, puisque ce n'est que par cette difference qu'elles ont
de l'aptitude a leur destination, et telles sont les colonies des
miles Antilles : elles n'ont aucun des objets de commerce, elles
en ont d'autres qui nous manquent et que nous ne saurions
avoir.
La troisieme v6rit6, qui fait la destination des colonies,
est qu'elles doivent etre tenues dans le plus grand etat de richesse
possible, et sous la loi de la plus austere prohibition en faetur
de la Metropole. Sans l'opulence, elles n'atteindront point a
leur fin ; sans la prohibition, ce serait encore pis : elles man-
queraient 6galement leur destination, et ce serait au profit
des nations rivals. ,
Pour adoucir les terms rigoureux de ses instructions, le








54 LEGISLATION ECONOMIQUE DE LA GUADELOUPE

roi ajoutait : I1 faut cependant observer qu'il peut y avoir
des circonstances oiL la richesse et la prohibition qu'il faut
rdunir dans les Colonies seraient dans un 6tat d'incompati-
bilit6, et, alors, la loi de la prohibition, toute essentielle qu'elle
est, doit n6anmoins c6der ) (1).
Ces instructions ne devaient pas atteindre le but poursuivi
et elles n'aggraverent point la situation de la Guadeloupe : il
est en effet des necessit6s economiques qu'il n'est pas donn6
aux lois d'arreter. Les gouverneurs des miles ne tinrent pas
compete des ordres contradictoires et ils continuerent d'appli-
quer dans l'esprit le plus large le memoire de 1763. Et ainsi,
les instructions royales,si fermes qu'elles puissent paraitre,
resterent lettre more et le regime d6sastreux des prohibi-
tions apparut de plus en plus comme un regime p6rim6.
On alla plus loin. A la suite d'incessantes reclamations des
colons de la Guadeloupe et de la Martinique, au sujet de la
main-d'oeuvre, le roi, par la lettre du 16 decembre 1765, per-
mit aux bAtiments strangers venant directement des C6tes
d'Afrique avec des cargaisons d'au moins 180 noirs, d'abor-
der dans le port principal de chacune de ces miles et d'y debar-
quer leur chargement en change de sirops et de tafias (2).


Les necessites economiques, les multiples reclamations des
planteurs et le developpement des idAes lib6rales repandues
a la fin de l'ancien regime avaient mine peu a peu les der-
niers supports d'un edifice chancelant et don't l'ecroulement
devait ktre complete dans la grande transformation 6cono-
mique et social provoqude par la Revolution frangaise.
Ce fut Louis XVI qui porta au pacte colonial un coup mor-


(1) Durand-Mo!ard, Code de la Martinique, t. II, pp. 342 A 362. Memoire du Roi
pour servir d'Instructions au sieur comte d'Envery, Marechal de camp, gouver-
neur, Lieutenant general, et au sieur de Pernier, Intendant de la Martinique.Voir
le texte complete de cet important document que nous regrettons ne pas pouvoir
reproduire en entier.
(2) Durand-Molard. Code de la Martinique (1807), t. II, p. 432. Voir lettre du
rui, portant permission aux vaisseaux strangers de s'approcher a une lieue de
colonies francaises. Document ecrit h Versailles, le 16 decembre 1765, signed Louis;
t phli his. p ar le roi, le Duc de Choiseul.








OU ETUDE DU PACTE COLONIAL


tel quand il prit le c616bre arret du 30 aoit 1784 (1), dernier
acte de Pancienne monarchie sur la legislation 6conomique
des Antilles.
Dans le preambule de l'arrkt, le roi reconnait qu'il ( avait
Wt6 n6cessaire de temp6rer successivement la rigueur primi-
tive des Lettres Patentes du mois d'octobre 1727, don't les
dispositions 6cartent absolument l'etranger du commerce
des colonies, et que, pour maintenir dans un just 6quilibre
des int6trts qui doivent se favoriser naturellement, il avait
fallu en diff6rents temps, apporter des modifications a la
s6v6rite des r6glements prohibitifs ,. Aussi consid6re-t-il que
de nouveaux adoucissements pour concilier l'accroissement
des cultures de ses possessions d'Am6rique avec Pextension
du commerce g6n6ral de la France, sont necessaires.
L'arr6t de 1784 autorise en effet les colonies des Antilles
et en particulier la Guadeloupe, A commerce avec l'Ptranger,
pour les categories de denrees sp6cialement d6termin6es, a
la condition toutefois que les vaisseaux strangers fussent de
60 tonneaux au moins : Ces batiments pouvaient introduire
des bois de toute espece, meme de teinture, du carbon de
terre, des animaux et bestiaux vivants de toute nature, de
bceuf sal6. Il leur 6tait d6fendu d'apporter de more, de pore
et de poisson sales, mais ils pouvaient introduire de 16gumes,
de cuirs verts en poil ou tann6s, de pelleteries, de r6sine ou
de goudron. Ces bateaux n'abordaient pas dans les rades de
l'ile, mais devaient se rendre dans des ports d'entrep6ts (2)
d6sign6s a cet effet. Enfin, ces navires strangers arrives a
vide dans les entrepots, pouvaient prendre des chargements
de sirops et de tafias.
Cette revolution etait 6videmment incomplete, mais elle
ne marquait pas moins un pas d6cisif vers le regime de
liberty commercial absolue si necessaire au d6veloppe-
ment Bconomique de la Guadeloupe. On laccueillit dans l'ile

(1) Durand-Molard, Code de la Martinique (1807), t. III, p. 589. Voir arrgt du
Conseil d'etat du 30 aout 1784 concernant le commerce stranger dans les colo-
nies frangaises de l'Am6rique.
(2) Il y avait un entrepot A Pointe-a-Pitre, pour la Guadeloupe et d6pen-
dances.








56 LEGISLATION fCONOMIQUE DE LA GUADELOUPE

avec beaucoup de joie. Il n'en fut pas de meme dans la m6tro-
pole ofu les negociants adress6rent une petition (1) au roi en
lui demandant de rapporter une measure qui, suivant eux,
allait ruiner le commerce de France.
Le Gouvernement charge alors le Bureau de la Balance
du commerce des colonies frangaises, de dresser un 6tat com-
paratif des changes entire les annees 1784 et 1786, ce qui
permit de constater un exc6dent de 785.000 livres en 1786
et de conclure, a la confusion des reclamants, que ( les ttats
d'Europe accroissent la richesse territorial de nos Colonies
par la consommation des denrees des iles a (2).

En resume, les actes que nous venons d'analyser consti-
tuent, sous l'ancien regime, la charte 6conomique des Colo-
nies en general, de la Guadeloupe en particulier. Le com-
merce guadeloupeen fut done r6gi jusqu'A la veille de la R6vo-
lution par les quatre dispositions fondamentales suivantes
auxquelles on n'avait fait subir que d'insignifiantes modifica-
tions de detail, mais qui, a cause des incessantes r6clamations
des planteurs, ne furent jamais rigoureusement appliques :
10 Reserve exclusive, au profit de la Metropole, du droit
d'approvisionnement de la Guadeloupe pour tous les objets
qui sont indispensables a la vie des colons ;
20 Interdiction pour la Colonie de vendre ses products A
d'autres pays qu'A la M6tropole ;
30 Defense a la Colonie de creer des industries locales pour
manufacturer elle-meme ses propres products ;
40 Reserve exclusive au profit du tonnage m6tropolitain
du transport de tous les objets exports de la Colonie dans
la M6tropole ou dans les autres colonies, ou reciproquement
de la M6tropole dans la Colonie.


(1) P6tition au roi, des Negociants de France interess6s au commerce des tles
d'Am6rique, pp. 1 20.
(2) Arch. Nat., Col. F3 139, pp. 85 et suivantes. Extrait du M6moire du Bureau
de la Balance du Commerce des Colonies fra raises de l'Am6rique. Pour I'ann6e
1787, 1'exportation du royaume dans les eiatoolonies des Antilles (Guadeloupe
Martinique, Tabago, Saint-Domingue) s'6elve a 73.767.000 livres et l'importa-
tion de ces colonies en France atteint le chiffre de 185.047.000 livres.







OU ETUDE DU PACTE COLONIAL


La politique colonial de la royaut6 etait ainsi dominee
par des principles d'une grande simplicity; elle reposait, en
dehors de quelques considerations d'int6rit politique, sur
les motifs du plus 616mentaire mais du plus absolu des pro-
tectionnismes, A savoir :
10 Procurer aux products du sol et de l'industrie de la
M6tropole des d6bouches constamment ouverts et ind6pen-
dants de la mobility du commerce stranger;
26 Assurer aux products m6tropolitains des d6bouch6s A
l'abri de toute concurrence 6trangBre ;
30 Obtenir par voie d'6change et sans exportation de nu-
meraire les denrees que le sol metropolitan ne produisait
pas, mais qui 6taient cependant necessaires A la consomma-
tion national ; prot6ger ainsi le commerce national en le
d6barrassant de l'obligation de s'approvisionner a l'6tran-
ger ;
40 Preparer la maitrise des mers en donnant d'abord de
1'emploi a la navigation national et aux industries qui s'y
rattachent.
Il y avait ainsi r6ciprocit6 d'obligations entire la M6tropole
et la Guadeloupe; celle-ci etait, en fait, like par un contract
synallagmatique et, bien qu'elle restAt tacite, la convention
n'en 6tait pas moins obligatoire pour les parties contrac-
tantes.
Tels sont, dans leur ensemble, l'origine, les dispositions
essentielles et' Pesprit general, le d6veloppement et 1'6volu-
tion du pacte colonial.
Au course de l'histoire 6conomique de la Guadeloupe, nous
verrons les repercussions le plus souvent facheuses du pacte
de la politique mercantile, sur 'essor economique de la colo-
nie.



















CHAPITRE IV


LA MAIN-D'CEUVRE A LA GUADELOUPE
SOUS L'ANCIEN REGIME




I.- Les caract6res g6enraux des diff6rentes categories de main-d'ceuvre.
La main-d'oeuvre autochtone : elle comprenait des Caraibes, des
Brasiliens, des Arouagues. Certains attribuent l'inutilisation de
la main-d'ceuvre autochtone au respect de la liberty individuelle des
indigenes. Textes relatifs a l'asservissement et a la liberty des
autochtones. La veritable cause de 'inutilisation de la main-
d'oeuvre indigene est que les autochtones ne voulurent jamais se plier
au regime de 1'esclavage.
II. La main-d'ocuvre blanche pendant la periode qui s'6tend de 1642
a 1674. Les engages trente-six mois. Recrutement et conditions
du contract des engages.- Leur situation mat6rielle.- Le marronnage
des engages maltrait6s. Mesures prises pour r6primer le marron-
nage. II arrive tries peu d'engages dans la colonies. L'arr6t du
Conseil d'ttat de 1670 encourage les engagements en fixant la durde
de l'engagement h 18 mois. Les autorit6s s'inquietent de l'accroisse-
ment des noirs et de la diminution des engages. Le matelotage ou
society des engages lib6res.
III. Le pays de la traite : La traite se faisait principalement en Afrique
Occidentale oi des comptoirs furent etablis au S6engal, a la cote
de Sierra-Leone, a la C6te d'Or, dans le royaume du Juda, a la c6te
d'Angola. Les principles vari6tis de negres emmenes aux miles et
qui forment la population de la Guadeloupe : Senegalais, Ouolofs,
Foules, Mandingues, Bambaras, Quiambas, negres de la Cote d'Or,
Ibos et Mocos, Congolais, Negres d'Angola, Negres Mozambiques. -
Recruternent des esclaves. Leur prix. Les origins de la traite.
La traite francaise ne fut organisee a la Guadeloupe qu'a partir
de 1664. Moyens proposes et employes pour se procurer des esclaves.
IV. L'arrivie de Colbert aux affaires va modifier les pratiques suivies
jusque-la. L'organisation de la traite par Colbert. Application
des principles du pacte colonial au recrutement de la main-d'oeuvre
servile. Crise de main-d'ceuvre. Creation de la Compagnie des
Indes Occidentales en 1664. Celle-ci echoue dans ses entreprises. -
Les bitiments royaux se livrent a la traite. Creation de nouvelles
Companies charges de faire la traite aux ties. La crise de main-
d'oeuvre n'est pas conjuree. Quelques colons demandent au roi la
permission d'aller se pourvoir d'esclaves en Afrique. Le roi refuse.
Conclusion : La traite et la colonisation de la Guadeloupe.








SOUS L'ANCIEN REGIME


I

Le problem de la main-d'oeuvre a toujours domino l'his-
toire economique de la Guadeloupe. Sous l'Ancien Regime,
il conditionnait en effet toute la politique 6conomique et
social et d6terminait en grande parties l'essor ou la regres-
sion de la colonie.
La main-d'oeuvre dans les miles et particulierement a la
Guadeloupe, jusqu'au milieu du xvIIIe siecle, comprenait
deux 6elments fort different : la main-d'oeuvre blanche con-
nue sous le nom ( d'engages d'une part ; la main-d'oeuvre
esclave d'autre part. Celle-ci est composee des noirs imports
d'Afrique, des noirs nes h la Guadeloupe, et des m6tis on mu-
latres issues du marriage ou du libertinage des blancs et des
noirs. Cependant on ne peut etudier ces deux categories de
main-d'oeuvre sans examiner rapidement la main-d'oeuvre
autochtone (1) et rechercher la raison pour laquelle elle ne
fut pas rationnellement utilis.e.

Du Tertre, au XVIIle trait de son histoire gen6rale des
Antilles, indique, avec quelques details, les 6elments don't se
composait la main-d'oeuvre autochtone, c'est-a-dire la main-
d'oeuvre que l'on recrutait en AmBrique, et expose l'utili-
sation de ces indigenes. Ceux-ci comprenaient des Caraibes,
des Brasiliens et des Arouagues.
Outre les Caraibes naturels de la Guadeloupe, on rencontre,
dit Du Tertre, deux sortes de sausages, originaires de 1'Ame-
rique, que l'on essaie d'utiliser dans les Antilles. On d6signe
les uns sous le nom de brasiliens et les autres sous celui
d'arouagues, naturels de la terre ferme. Ils sont les ennemis
mortels des caraibes, qui lear font d'ailleurs une guerre san-
glante ; aussi, c'est des mains de ces derniers qu'on les achete

(1) Vers 1750, la main-d'oeuvre autochtone qui n'avait jou6 aucun rOle dans
le d6veloppement economique de 1'ile disparait a peu pros compl6tement. A la
mrme 6poque 1'institution des engages qui avait donn6 quelques bons r6sultats
avait 6galement disparu: les esclaves restaient, et it en fut ainsi jusqu'a la fin de
l'Ancien Regime, la seule categorie de travailleurs.







LA MAIN-D'(EUVRE A LA GUADELOUPE


le plus souvent. Au course de leurs expeditions, ils s'en em-
parent d'un grand nombre et ( apres avoir assouvi leur rage
sur quelqu'un de ces malheureux, et l'avoir boucan6 et devor6
dans un vin general, ils reservent ordinairement les femmes
pour s'en servir aussi bien a leurs plaisirs qu'd leur manage,
et vendent les hommes et les jeunes gargons prisonniers aux
Frangais, Hollandais et Anglais, selon l'amiti6 ou le com-
merce qu'ils entretiennent avec ces nations ) (1).
D'autres circonstances amenaient des brasiliens et des
arouagues a la Guadeloupe. Au course de la guerre, don't nous
parlerons plus loin, que les Hollandais firent aux Portugais
du Br6sil de 1654 A 1657, les aventuriers nderlandais redui-
saient en esclavage tous les indigenes hrasiliens qu'ils ren-
contraient soit a la phche, soit sur le continent. La majority
de ces indigenes 6taient libres ; mais les Hollandais pr6ten-
daient que leur parfaite intelligence avec les Portugais les
rendait leurs ennemis et leur donnait droit de leur ravir la
liberty et de les vendre comme esclaves a la Guadeloupe et
dans les autres miles. Aussi, pendant la p6riode precitee, les
vaisseaux hollandais pass6rent-ils souvent a la Guadeloupe
pour changer les indigenes du Bresil contre du bois verd on
toutes autres denrees coloniales (2).
Le traffic des indigenes persiste jusqu'a la fin du xviie siecle.
Dans une interessante relation de voyage, le Pere Labat,
l'un des principaux colons de la Guadeloupe, nous dit : ( II
arrive que nos barques, qui vont traiter a I'ile de la Margue-
rite et aux bouches de la riviere d'Orenoque, prennent en
troc de leurs marchandises des Indiens qu'ils nous ap-
portent ) (3).

Lorsque le Gouverneur Aubert eut affermi son autorite
sur la Guadeloupe et signed, en 1642, la paix avec les Caraibes,
beaucoup d'indigenes abandonn6rent le pays et se refugierent
h la Dominique et a Saint-Vincent, iles situies non loin de


(1) Du Tertre, Histoire gendrale des Antilles (1667-1671), t. II, p. 484.
(2) Du Tertre, Histoire gendrale des Antilles, t. II, p. 484.
(3) Labat, Voyage aux Hles d'Amdrique (1696), t. II, p. 138.







SOUS L'ANCIEN REGIME


la Guadeloupe et alors inexplorees par les EuropBens (1). Il
en resta cependant un certain nombre qui peuplerent sur-
tout la Grande-Terre encore inhabit6e par les Frangais.
Les besoins de main-d'oeuvre amen6rent des colons a
employer les indig6nes dans leurs exploitations agricoles
naissantes. L'exp6rience fut peu favorable; et il apparut
tout de suite que la main-d'oeuvre autochtone pouvait diffi-
cilement Utre employee d'une maniere intensive et ration-
nelle pour la colonisation.
Certains ont attribu6 son inutilisation au respect de la
liberty individuelle : les aborigines auraient ete consid6r6s
par les planteurs comme des egaux.
La v6rit6 semble tout autre : le respect de la liberty indi-
viduelle ne fut point la principal entrave a 1'utilisation et
surtout a Passervissement des indigenes. En effet, dbs le
xvie sikcle, et pour les possessions espagnoles, la question
du respect de la liberty des autochtones avait fait l'objet
d'amples controversies. En 1525, ne voyons-nous pas le gou-
vernement espagnol prendre une ordonnance aux terms de
laquelle il declarait esclaves tous les indigenes du Nouveau-
Monde ? Il est vrai qu'il att6nuait la rigueur du principle en
ajoutant qu'on devait les utiliser comme main-d'oeuvre libre
si de ( leur bon gr6 quittant leurs erreurs grossieres et supers-
titions damnables, ils voulussent devenir chr6tiens ) (2).
Nous persisterons cependant a penser, avec Du Tertre
et Labat, que ce furent des raisons toutes diff6rentes,
principalement la resistance indomptable des autochtones
qui empicherent les colons de les reduire en esclavage. Du
Tertre cite lexemple du Gouverneur de Montserrat, colo-
nie anglaise non loin de la Guadeloupe, qui recourut en vain
aux moyens les plus horribles. Non seulement il avait faith
enchainer les indigenes les plus rebelles au regime servile,
mais encore il leur avait fait crever les yeux. Vaines tortures :

(1) Voir introduction, chapitre deuxieme.
(2) Moreau de Jonn6s, Recherches statistiques sur l'esclavage colonial et sur les
moyens de le supprimer (1842), p. 3. Voir 6galement Gomara (Fr. Lopez de), His-
toire generale des Indes Occidentales. Traduction frangaise par Martin Fum6e
(1569), p. 25.








LA MAIS-D (EUVRE A LA GUADELOUPE


les farouches indigenes preferaient se laisser mourir de tris-
tesse et de faim plutat que de travailler. (( Ce qui, pouisuit
Du Tertre, ayant Wte reconnu par nos Frangas, ils ont mieux
aimn les tuer, apres les avoir pris, ou les garder pour en faire
des changes avec ceux qu'ils nous avaient enlev6s, que de
tenter inutilement de les r6duire a l'esclavage (1).))
La facon m6me don't vivaient les autochtones etait en effect
inconciliable avec le regime servile, et on comprend ais&-
ment qu'ils aient prefer la mort a l'esclavage. On trouve
dans Du Tertre d'int6ressants renseignements sur leur ma-
nikre de vivre :
Le matin, dGs le reveil, hommes et femmes vont se baigner
a la riviere. Au retour du bain, les femmes apprktent le dejeu-
ner et allument dans la (( case ) un grand feu autour duquel
tous les hommes s'assoient en rond pour se rechauffer. La,
certain s'entretiennent de leurs amis ; d'autres jouent de la
flite, de sorte qu'ils ((remuent tous ou la langue ou les doigts ).
Apres le repas, quelques-uns vont a la pkche (2), ou a la
chasse ; d'autres s'occupent de la construction des pirogues,
qu'ils terminent apres plusieurs annees, parce qu'ils n'y tra-
vaillent qu'une ou deux heures par jour.
D'une maniere g6enrale, les autochtones font en commun
presque tous leurs travaux. Quand 1'un d'eux veut d6fricher
un terrain pour se livrer a l'agriculture, il reunit plusieurs
voisins pour abattre les bois (3) et en une ( bourrade qui leur
durera parfois deux ou trois heures, ils vous jettent cent pas
de bois en carre par terre en confusion, et puis s'en vont boire
et ivrogner tout le reste du jour, et bien souvent pendant
toute la nuit I. Ils emploient le reste de la journie a se faire
peigner et peindre au roucou par leurs femmes, puis a jouer
de la flfte et a rover.


(1) Du Tertre, Histoire gendrale des Antilles, etc., Idition de 1667-1671, t. V,
p. 485.
(2) Is pichaient a la ligne avec l'ecaille de tortue faionnee en bap egon; ce-
pendant beaucoup tuaient les poissons a coup de flMches et plongeaient aussitot
pour les prendre.
(3) Ils avaient des haches en pierre desquelles ils se servaient meme longtemps
apres I'arrivee des Frangais.







SOUS L'ANCIEN REGIME


Quant A la jeunesse, elle s'exerce a tirer de l'arc, ils sont si
adroits dans cet art qu'ils tuent les oiseaux en plein vol.
C'est aux femmes qu'incombe toute la besogne ; celles qui
resent dans ia (( case ) font des lits de coton ; elles mettent
autant de temps pour executer ce travail que les homes
pour construire leurs pirogues. Elles s'occupent egalement a
exprimer des huiles de copahue et de palmiste pour graisser
la tite de leurs maris. D'autres s'adonnent aux travaux agri-
coles : elles labourent la terre au moyen d'un gros (( baton
point a qui est come un pieu, car elles ne se servent jamais
de houes. Elles plantent les vivres (manioc, patates, couscous,
ignames, etc...); elles font la rdcolte et composent le oiiycou (1),
boisson qui leur est indispensable, surtout dans leurs grande
reunions. Du Tertre observe que (( ce serait une infamie a un
homme d'avoir touched le travail d'une femme ). Ainsi, toute
l'occupation des caraibes, arouagues et brasiliens est <(plutbt
un divertissement necessaire sans lequel la vie, mime la plus
douce, serait aussi insupportable qu'un p6nible travail. Ils
passent leur vie dans une grande oisivet6, ils ne mettent la
main A Poeuvre que par la ti6deur et l'ennui... a (2).
Caraibes, arouagues, brasiliens, avaient la meme aversion
du travail servile. Le Pire Labat qui essaya de les utiliser
dans les travaux agricoles dit < qu'ils ne font que ce qu'ils
veulent, quand ils veulent et come ils veulent a (3).
(1) Du Tertre dit que les sauvages font des assemblies c qu'ils appellent oiiycou,
et, depuis la fr6quentation des Francais, in. Ce sont des rejouissances communes
dans lesquelles hommes, femmes et enfants s'enivrent comme des porcs avec du
oiiycou qu'ils boivent par exc6s sans rien manger. Toutes ces Assembl6es ont plu-
sieurs motifs diffvrents, car ils les font quand ils ont 1'idee de faire la guerre, lorsque
les hommes sont dechiquet6s avec les dents d'agouti, apres 1'accouchement de
leurs femmes ; quand on coupe la premiere fois les cheveux de leurs enfants;
quand les peres font leurs fils soldats, ou qu'ils les mettent au nombre de ceux qui
sont capable d'aller a la guerre. Ils font encore des vins lorsqu'ils veulent mettre
un cannot A la mer, lequel a WtB fait de nouveau dans les montagnes, car pour lors ils
appellent tous leurs voisins, lesquels apres avoir travaille pendant quelques heures,
boivent tout le reste du jour. Enfin lorsqu'ils veulent abattre un nouveau jardin
ou faire une nouvelle habitation... Ces vins, oiycou, ou d6bauches, constituent
toutes leurs rejouissances ; ils sont accompagnes de chants, danses, etc...
Du Tertre, Histoire gendrale des Antilles, t. II, pp. 386 et 387.
(2) Du Tertre, Histoire generale des Antilles, edition 1667-1671, t. II, pp. 356,
381, 382, 383.
(3) Labat, Voyage aux iies de l'lAmirique (16G), t. II, p. 138.







LA MAIN-D (EUVRE A LA GUADELOUPE


Pour obtenir quelque chose d'eux, il fallait les occuper a
des travaux qu'ils consid6raient plut6t come un divertisse-
ment que comme une peine impose par la servitude, et les
traiter come s'ils 6taient completement libres ; car plus on
leur t6moignait de la douceur et de la familiarity, plus on
pouvait en tirer quelques services. Cependant, il y a des tra-
vaux pour l'execution desquels ils avaient une grande repul-
sion : ils ne voulaient a aucun prix sarcler les jardins, b6cher
la terre, dejamber le tabac, parce qu'ils consid6raient ces
travaux comme la besogne des esclaves. On avait fini cepen-
dant par 6tudier leurs inclinations et connaitre les travaux
qui leur plaisaient (1). Les arouagues, par example ( mer-
veilleusement manigats a suivant un mot caraibe qui veut
dire intelligent, (( fort liberties, stupides et gens a qui il ne
faut rien dire et qu'il faut laisser faire tout a leur volont6 ) (2),
6taient extraordinairement dou6s pour la pkche et pour la
chasse. Ils 6taient tres recherch6s par les gouverneurs, les
officers et les planteurs.
Les femmes brasiliennes tres laborieuses, fort adroites,
v6ritables tr6sors des families, travaillaient dans la colonies
en quality de domestiques et de nourrices (3).

Tout ce monde, de 1670 a 1700, figurait sur la listed des recen-
sements de la Guadeloupe a c6te des negres et n6gresses,
mulAtres et mulatresses esclaves, sous la denomination de
( sauvages et sauvageresses a esclaves (4). Apres 1730, et a
la suite d'interventions royales, sur les 6tats de recensement
on les d6nomme sauvagesses et sauvages libres portant
armes (5). Mais avec le d6veloppement de la traite, les colons
extermin6rent les derniers autochtones et n'en import6rent
plus de la Terre-Ferme.
Cependant le roi, a la foundation de la colonies, avait tent6

(1) Du Tertre, Histoire gienrale des Antilles, edition de 1667-1671, t. II, p. 486.
(2) Bouton, Relation de l'6tablissement des Frangais depuis l'an 1635 en I'ile de la
Martinique (1640), p. 52.
(3) Du Tertre, Histoire gingrale des Antilles, t. II, p. 486.
(4) Du Tertre, t. II, P. 483.
(5) Arch. Colonials, Marine ct Colonies, carton no 40.





.FImme Caraa/H- Jcs Iruib's i/e
T' Amciire B .'
'A Brenlt. "B FTcrr R /..b C CGIIF
D Eire' id Bi dveiluir .


I.ES 'REMIERS HABITANTS D1E LA GUAD)ELOUTPE : II MMIE ET HO-MMI: I'A ATEiI


plF~







SOUS L'ANCIEN REGIME


de r6glementer avec precision la condition juridique des
caraibes et des autres indigenes des miles. En effet, dans Par-
ticle 11 du contract pass par de l'Olive et du Plessis avec la
Compagnie des miles d'Am6rique, dans Particle 13 de Pl'dit
de mars 1642, dans Particle 35 de Fl'dit des 28 mai et 11 juin
1664 portant constitution de la Compagnie des Indes Orien-
tales, il est dit : a Les descendants des Frangais habitues des
dites isles et les sauvages qui seront convertis a la religion
chretienne et front profession, seront census et reput6s natu-
rels frangais, capable de toutes charges, honneurs, succes-
sions, donations, ainsi que les originaires et regnicoles, sans
ktre tenus de prendre lettres de declaration ou de natura-
lite ). II etait fait defense express de vendre comme esclave
aucun habitant originaire du pays, et mmme d'en faire traffic
sous peine de la vie (1). )
Malgr6 tout, les dispositions legislatives concernant la
main-d'oeuvre autochtone resterent lettre morte : d'une part,
Caraibes, Arouagues et Brasiliens, par amour de la liberty, ne se
pliirent jamais au regime de lesclavage ; ils ne jouerent, par
consequent, qu'un r61e insignificant dans Phistoire 6cono-
mique de lile. D'autre part, les colons se refuserent toujours
a consid6rer comme leurs 6gaux les autochtones qu'ils massa-
crrrent le plus souvent (2).


II

Les colons ne pouvant utiliser comme ils l'auraient voulu
la main-d'oeuvre autochtone, firent appel a des ouvriers et a
des agriculteurs francais pour la mise en valeur de la colonies.
On designait sous le nom d'engages cette cat6gorie de person-
nel.
L'origine des engages se trouve dans le contract que de POlive

(1) Moreau de Saint-MWry, Lois et constitutions des colonies franvaises,t. I, pp. 54
a 100.
(2) Thibault de Chanvalon, qui fit un voyage A la Martinique en 1751, donne du
reste un r6cit curieux de 1'extermination des autochtones par les colons. Voyage d
la Martinique, p. 38.
Evolution de la Guadeloupe 5








LA MAIN-D'(EUVRE A LA GUADELOUPE


et Du Plessis passerent avec la Compagnie des lies et les
marchands de Dieppe. Nous avons montr6, dans notre intro-
duction, quel r6le h6roique jouerent les engages lors de la
foundation de la colonies. Leur influence, plut6t militaire qu'6co-
nomique, tendait plus a la conquete du pays qu'A sa mise en
valeur ; c'est surtout dans la pdriode de 1642 a 1674 que le
d6vouement et l'esprit d'initiative des engages assurerent le
d6veloppement economique de Pile.
Dans un document du xvlue siecle, on a defini assez heu-
reusement les engages (( des personnel qui se soumettaient
par devant les lieutenants des sieges d'Amiraut6 ou, en leur
absence, par devant les juges des lieux, de demeurer trois ans
avec les representants de la Compagnie, ou ceux qui auraient
pouvoir d'eux, pour servir sous leur commandement. Les
frais du passage et Pesp6rance de devenir proprietaire de
terre etaient le prix de ces engagements ) (1).
La plupart des ouvriers agricoles etaient done des Fran-
gais qui se rendaient dans la colonies pour le compete d'autrui :
les colons n'auraient pu, en effet, recruter autrement leur

(1) Archives Nationales, Code de la Guadeloupe, Colonies F3 236, p. 281. Voyez
definition des engages. La coutume des engages existait 6galement dans les iles
anglaises. Dutel Dumont, dans sa tres interessante histoire des Antilles Anglaises,
nous dit qu'outre les esclaves, les Barbadiens avaient des blancs A leur service.
a Ces derniers, dit-il, sont de deux sorts ; les uns se louent pour un certain prix
don't ils conviennent. Ils achetent les autres, soit que ces derniers se soient vendus
eux-memes en Angleterre, en Ecosse ou en Irlande pour trois ou quatre ans, soit
qu'ils aient BtW condamn6s, dans 1'un ou l'autre de ces trois royaumes, A 6tre trans-
portes pour crimes capitaux. ( Dans les 25 dernieres ann6es du xvie siecle,par
suite du d6veloppement de la traite, les colons de la Barbade ne voulaient pas se
servir de ces sortes de gens ; mais par suite des maladies et des guerres qui d6ci-
merent la population de l'ile et rendirent les n6gres rares, ils se virent forces de les
employer. L'auteur constate que nombre d'engag6s (< trouv6rent dans leur chAti-
ment I'occasion d'une grande fortune ; car apros avoir rempli leur temps d'es-
clavage, ils devenaient propri6taires de grandes exploitations.Op. cit. pp. 13 et 14.
A partir du xvnje siccle, avec l'accroissement de la population servile, les colons
de la Barbade, pour se prot6ger contre les soulivements 6ventuels des esclaves,
durent revenir au systmme des engages. Ceux-ci devinrent nombreux. Mais, nous
dit le PNre Labat, il n'y faudrait pas beaucoup computer dans une occasion, parce
que la plus grande parties sont de pauvres Irlandais enleves par la force ou par sur-
prise, qui g6missent dans une dure servitude de sept ou de cinq ans au moins,
qu'on leur fait recommencer quand elle est finie,sous des prttextes don't les maltres
ont une provision toute prate. ) Labat, Nouveaux voyages aux lies d'Amerique
(1722), p. 47.








SOUS L'ANCIEN REGIME


personnel agricole ; ils ne disposaient pas de 1'argent n6ces-
saire pour payer convenablement leurs ouvriers. D'autre
part, la Compagnie des Iles, en principle, autorisait le depart
aux miles seulement pour les personnel qui s'engageaient expli-
citement et par contract, a demeurer dans la colonie au service
d'un planteur, pendant au moins trois ann6es consecutives.
Mais cette regle n'etait rigide qu'en apparence : on l'appli-
quait plus ou moins rigoureusement. Aussi, A c6t6 des engages,
rencontrait-on des tiers, terrassiers, perruquiers) qui 6taient autoris6s a entrer
librement dans la colonie s'ils pouvaient payer leur passage (1).
Au debut de la colonisation de la Guadeloupe (de 1635 a
1650), les engages 6taient attires aux iles par les r6cits fan-
tasmagoriques qu'on leur faisait sur ces contr6es oi l'on pou-
vait s'enrichir en peu de temps. Ces recits, par leur nouveautO,
seduisaient beaucoup de gens et les d6terminaient A partir
pour les Antilles. En fait, les engages constituaient une
veritable branch de commerce pour les marchands de
Dieppe, du Havre, de Saint-Malo, de Brest et de La Rochelle.
Jusqu'en 1670, la plupart des Frangais arrives A la Guade-
loupe venaient en effect de ce qu'on appelait les cotes du
Ponant, c'est-a-dire les c6tes baign6es par I'oc6an, par oppo-
sition aux c6tes du Levant, baign6es par la M6diterran6e. Les
villes pr6cit6es furent les principaux ports d'embarqvement.
Marseille fournit peu ou point d'engag6s et de colons. Marseille
ne se servait A cette 6poque que de gal6res ; celles-ci ne sor-
taient pas de la Mediterranke et comme~eaient seulement
avec 1'Orient. Les provinces de I'int6rieur et de 1'Est de la
France fournirent 6galement tres peu de main-d'oeuvre aux
miles. Cependant, parmi les colons et engages qui d6barquerent
A la Guadeloupe et dans les autres iles, du Tertre note beau-
coup de noms de Parisiens ; malgre tout, on s'accorde A recon-
naitre que ce furent les Normands, les Bretons et les Gascons

(1) Arch. Nat., Corresp. Gendrale de la Guadeloupe, Col. C7 A. I. Notes sur les
engages 1649. Arch.Nat., Corresp. Guad., Col. C' A. I.Dans une lettre de mars 1656,
Houel conseille au roi de faire recruter les engages dans l'int6rieur du royaume;
car depuis quelques anunes, disait-il, on n'avait d6barqu6 dans la colonie que des
gens rencontr6s dans les ports ; ils ne sont guBre aptes au travail agricole.








LA 2IAIN-D'CEUVRE A LA GUADELOUPE


qui fournirent le plus fort contingent d'engages et de colons
a la Guadeloupe (1).
Les engages 6taient volontaires ou forces. Les engages
volontaires etaient les homes sans resources, les domes-
tiques sans place, les compagnons sans travail ou d6gofit6s
de ne pouvoir devenir maitres, les paysans las de corv6es et
auxquels on avait donned I'assurance d'une propriety leur
appartenant en propre apris leur liberation, enfin des femmes
qui, ne trouvant ( aucun parti dans le royaumet) s'expatriaient,
assurees de se faire une bonne situation dans les iles (2).
Parmi les engages forces on rencontrait un ramassis h6et-
roclite de vagabonds, de fraudeurs, de fils de families desh6-
rites, de (( jeunes gens qui sont tombs dans les 6garements de
jeunesse et s'amusent a faineanter dans le royaume, au lieu
de travailler ,, que le gouvernement royal faisait diriger d'of-
fice sur les Antilles. On y trouvait encore trop souvent, soit
des enfants, soit des hommes que les capitaines de navires
faisaient prendre a toute main dans les ports et qu'ils li-
vraient aux planteurs centre une prime de mille a douze cent
livres de tabac (3).

(1) Rufz, Elude statistiquc de la Martinique (1852), t. I, p. 136. Voir 6galement
Margry, p. 1 et suivantes, Belain d'Esnambuc et les Normands aux Antilles.
(2) Arch. Nat., Correspondance gdndrale, Col. C7 A. I. Memoire sur les engagds,
avril 1650, sans signature.
(3) Du Tertre, Histoire ginirale des Antilles, t. I, p. 82.
Le traffic des enfants provoqua la protestation de M. de Poincy, gouverneur
general de la Martinique. II 6crivit en 1640 aux Seigneurs de la Compagnie des
iles d'Amerique pour attirer leur attention sur cet abominable commerce et
leur conseiller de faire poursuivre un certain Jonas, capitaine de navire, qui avait
amen6 200 enfants comme engages a la Barbade, colonies anglaise.
( Un nomme Jonas et Lantery. son frere, dit M. de Poincy, ont attrap6 par
leurs artifices deux cents jeunes hommes frangais, entire lesquels il y en a de bonne
maison, qu'ils ont entretenu l'espace de trois mois a Saint-Servan proche de Saint-
Malo, et les ont engages pour 5, 6 et 7 ans, a raison de 900 livres de cotton piece, et
ce, en l'ile de la Barboude (?), Barbade.
( Pour parvenir plus facilement A leur detestable dessein, ils fretterent un navire
qui leur appartenait, et au capitaine Gibaut de Gresnay ou Gersay, et autres mar-
chands du m~me lieu ; apres ledit Lantery s'accommoda avec le capitaine et entra
pour marchand dans ledit navire, qui fut charge de diverse marchandises et de
ces pauvres brebis qu'ils ont menees a la boucherie du corps et de 1'Ame. Dieu a
deja puni ledit Lantery par la mort qu'il lui a envoyee en chemin en s'en retour-
nant. n'ayant pas voulu qu'il ait joui d'un si injuste profit. Ceux qui ont apport6
ces nouvelles dissent que c'itait bien la chose la plus deplorable que i'on saurait








SOUS L'ANCIEN REGIME


Quels sont, maintenant, les caracteres essentiels du contract
qui liait I'engag6 A son maitre ?
Dans tous les documents officials de la premiere moiti6
du xvIIe siecle, lettres de gouverneurs, lettres royales, etc.,
il est rappel6 d'une fagon express que les capitaines de
navires doivent signer avec les engages et par devant notaire,
un contract aux terms duquel ceux-ci s'engagent A travailler
chez un planteur pendant une periode de trois ans ; d'oui
le sobriquet de trente-six mois qu'on leur avait donn6 aux
iles.
On pourrait croire que, par suite des dispositions regle-
mentaires imperatives, les contracts d'engagement n'aient
pu se former que par un acte ecrit ; il n'en fut rien et la cou-
tume, comme dans la m6tropole, supplee a la loi ecrite. C'etait,
nous dit du Tertre, < une loi inviolable et fondamentale, dans
les miles, que ceux qui y passent au depens d'un autre, soit
hommes, soit femmes, soit garcons, soit filles, sont obliges
de servir trois ans, a commencer du jour qu'ils mettent pied
a terre dans l*le, ceux qui ont pay6 leur passage. I1 n'est pas
besoin d'en passer contract, et on n'est pas moins engage sans
ecriture qu'avec tous les contracts de notaire de France (1).
Rochefort fait la meme constatation :
< II y en a, dit-il, qui s'imaginent que pour ne s'Utre pas
obliges par ecrit a leurs maitres, des la France, ils ne sont pas
engages lorsqu'ils se rendent dans les miles. Mais ils se trompent
fort en cela. Car lors qu'ils se produisent devant un gouver-
neur, pour se plaindre de ce qu'on les a embarques par force,
ou pour representer qu'ils ne sont pas obliges par ecrit, on les


dire, de voir ces pauvres enfants A leur d6barquement. Je ne pense pas qu'il y ait
rien au monde, tant barbare soit-il, qu'il se pht commettre une action si inhu-
maine. Si Dieu laisse quelque temps ce Jonas impuni, il m6riterait bien d'etre
chdti6 par les hommes et contraint de racheter ces innocents. Si I'tle de la Bar-
boude eut Wte sous I'autorit6 du G6enral des Anglais, ou qu'il fuit ami du gouver-
neur de cette lie, mais il n'est pas dans 1'6tendue de son gouvernement, et
d'ailleurs ils sont ennemis irreconciliables, je les aurais r6clames et me fais fort que
je saurais faire faire justice... Tous ces pauvres enfants y sont morts. g
Document cite par E. Rufz dans etudes Statistiques et historiques sur la popula-
tion de la Martinique (1850), t. I, pp. 116 et 117.
(1) Du Tertre, Histoire gidnrale des Antilles et edition de 1667-1671, t. II,'p. 454.








LA MAIN-D'(EUVRE A LA GUADELOUPE


condamne a servir trois ans celui qui a paye leur passage on
tel autre qu'il plaira a leur maitre (1) >.
Comme on le voit, le maitre jouit, pendant toute la dur6e
du contract, d'un veritable droit de propriet6 sur 1'engag6. II
peut vendre celui-ci a qui bon lui semble ; le nouveau maitre
avant evidemment de semblables prerogatives, il n'est pas
rare que des engages changent sept ou huit fois de maitre
au course de leurs trois ans d'engagement (2).
Les quelques femmes et jeunes filles qui partaient comme
cngagees etaient assujetties a la meme rigle que les hommes
et les garcons ; toutefois, elles jouissaient d'une sorte de pri-
vilege que P'usage avait 6tabli : a savoir que les maitres et les
maitresses ne pouvaient pas les retenir quand elles etaient
demandies en marriage. Comme elles etaient beaucoup moins
nombreuses, elle n'etaient pas soumises aux memes rigueurs
que les hommes, et elles pouvaient assez facilement se rache-
ter en 6pousant un colon qui remboursait alors a leur maitre
le prix qu'elles lui avaient cofit6. On les employait genera-
lement comme cuisinieres, m6nageres ou gardiennes d'en-
fants (3).
I1 est stipule dans le contract d'engagement que P'engag6
regoit a Plexpiration du service une propriet6 qui lui appar-
tient en propre, d'une superficie maxima de 500 pas de large
sur 1.000 de hauteur.
Si 'engage s'en allait aux miles avec le 16gitime d6sir d'acc6-
der a la propri6t6, il 6tait natural d'autre part que son contract
luii assurAt un pecule qui lui permettait de subsister quelques
mois apres sa sortie de service, d'oi la question de salaire des
engages. Cette question fut des plus discutees. A l'origine, les
engages eux-memes ne s'occupaient pas de la question de
salaire, contents, sans doute, de trouver une vie meilleure
dans ce nouvel Eldorado.
Du Tertre ne parole point de la question de salaire ; cepen-
dant, elle dut 6tre posse des son temps, car Rochefort attire

(1) Rochefort, Histoire naturelle et morale des miles Antilles Franfaises de l'Am6-
rique (1658), pp. 379 et 380.
(2) Du Tertre, t. II, p. 454.
(:") ll f'I'1i'( .11, l (p. 41i. 55.








SOUS L'ANCIEN REGIME


attention des engages sur cette question. Si le maitre, dit
Rochefort, n'a promise pour salaire h son serviteur que 1'ordi-
naire des iles, il n'est oblige a lui donner pendant tous ces
trois ans, que trois cents lives de tabac ; ce qui n'est pas
grand'chose pour s'entretenir de linge et d'habits. Car ce
maitre ne lui fournit chose quelconque pour son entretien, que
la simple nourriture. Mais celui qui, des la France, promet de
donner plus de trois cents livres de tabac a celui qui entire
a son service, est oblige a les lui fournir exactement, lui en
efit-il promise mille. C'est pourquoi il est avantageux a ces
pauvres engages ne de pas s'en aller aux miles sans bien faire
leur march avant que de s'embarquer (1). )
Aux terms du contract d'engagement, le maitre devait
loger convenablement l'engag6. Comme les ouvriers 6taient
rares, celui-ci construisait lui-meme sa case. Celle-ci, comme
celles que l'on rencontre de nos jours dans la champagne
antillaise, 6tait entour6e de roseaux, couverte de feuilles de
canne, de latanier ou de palmiste. Elle avait peu ou point de
mobilier. Aussi, le plus grand nombre d'engages manquaient
de ( hamac ) pour dormir et devaient se reposer sur des nattes
de jone.
Leur nourriture consistait en quatre (( pots ) de farine de
manioc par semaine, cinq livres de boeuf sale et divers autres
legumes : tels que, patates, ignames, maderes, couscous, etc...
Le vin, fort rare et tres cher, etait compens6 par une quantity
raisonnable de maby ou oilycou (2), sorte de boisson don't les
colons apprirent la fabrication des autochtones.
L'engag6 6tait simplement vWtu; sa garde-robe se compo-
sait ordinairement de deux grands chapeaux de paille, deux
costumes de drill, sorte d'etoffe grise hollandaise, trois gilets de

(1) Rochefort, Histoire naturelle et morale des miles Antilles de l'Amerique (1658),
p. 320.
(2) Du Tertre dit que dans beaucoup de cases on consomme une boisson qu'on
appelle le vesou et qu'il trouve excellent. On la fait au moyen d'un a petit moulin
a bras oh l'on brise des cannes de sucre, puis ayant mis cela dans des vaisseaux
on la laisse bouillir pendant deux ou trois jours, comme on fait le oiiycou, cette
boisson 6tant rassise est d6licieuse au gott et aussi bonne que de la limonade,
except qu'6tant plus chaude, elle est beaucoup plus saine a cause du pays ), Op.
cil., t. II, p. 458.








LA MAIN-D'(EUVRE A LA GUADELOUPE


flanelle, une paire de bottes ou de grosses galoches de cuir (1).
Les clauses du contract d'engagement furent g6neralement
mal appliquees. Cet 6tat de choses provoqua de nombreux
litiges. Aussi, afin d'6viter les r6clamations des engages, les
gouverneurs intervinrent a maintes reprises aupres du pou-
voir central pour lui conseiller de faire strictement appliquer
aux capitaines de navires qui se rendaient aux Antilles la
defense d'embarquer des engages qui n'avaient ni discut6, ni
sign leur contract. Les gouverneurs estimaient en outre que,
lorsque l'engag6 ne savait ni lire ni 6crire, ce qui 6tait tres fre-
quent, les conditions du contract devaient etre discutees par
celui-ci, ecrites et lues en sa presence par un notaire, et signees
par deux tCmoins. Ceux-ci devaient etre choisis, autant que
possible, parmi les equipages du navire (2).
Mais ces suggestions fort raisonnables ne furent suivies
d'aucun effet, le recrutement resta aussi d6fectueux pendant
toute la duree de l'institution.
Telle quelle, l'institution des engages donna de bons r6sul-
tats. Elle n'allait pas certes sans quelques inconvenients.
Mais ce n'est que plus tard, et en partie par la duret6 des
maitres, que nous assisterons a la disparition graduelle d'un
recrutement qui avait eu l'avantage de procurer aux premiers
colons une main-d'ceuvre exp6riment6e. Les nouveaux 6mi-
grants, grace au contract des ( 36 mois ) acqu6raient en effect
au course de leur stage dans la colonie, avec 1'endurance phy-
sique, les connaissances pratiques indispensables a de bons
colons.
La rapacity naturelle des colons, le peu de prix qu'on atta-
chait alors A la vie humaine, l'absence de contr6le et la juxta-
position dans des conditions juridiques identiques de l'6elment
engage et de 1'element servile contribuerent au rapide declin
de cette excellent institution : celle des engages.
Dans la correspondence ganerale de la Guadeloupe et de
la Martinique, nous trouvons de nombreux renseignements


(1) Arch. Nat., Col. C7 A. I. Notes sur les engages.
(2) Arch. Nat., Col. C' A. I. Lettre de Houel a Colbert, mai 1658-juin 1666. Lettres
de Hinselin au Roi, avri! 1663.








SOUS L'ANCIEN REGIME


sur la fagon don't les planteurs se conduisaient a l'6gard de
leurs engages.
< On a vu ces maistres desnaturez, dit par example Pin-
tendant Robert, obliger leurs engages A travaller au delay
de leurs forces et les y contraindre en les chargeant de coups
continuellement sans meme leur fournir des aliments suffisants
pour les sustenter. Les maistres faisant beaucoup moins de
cas d'un engage que d'un noir esclave, et se mettant bien
moins en peine de la mort d'un engage que de celle d'un
esclave parce qu'ils percent plus a l'un qu' P'autre... (1). >>

Les engages ne subissaient pas toujours avec une r6signa-
tion toute chretienne les mauvais traitements don't ils 6taient
trop gen6ralement accablAs. Les exces et s6vices des maitres
provoquaient, a maintes reprises, des protestations violentes
et meme des revoltes. C'est ainsi qu'en 1660, les torqueurs de
la Martinique, c'est-h-dire les ouvriers qui pr6paraient le
tabac, se revolterent et un grand nombre d'entre eux s'ex-
patrierent dans les colonies anglaises et espagnoles.
Cette r6volte ne se limita pas a la Martinique ; elle eut sa
repercussion A la Guadeloupe. Dans une lettre datee de 1662,
Houel, seigneur de la Guadeloupe, demand de nouveaux
engages a la Cour et souligne, pour justifier sa demand,
< que le movement de la Martinique en a fait fuir de chez
nous plus d'une dizaine (2). >
Les engages tentaient de se soustraire aux services en se
sauvant dans la montagne ou en gagnant les miles anglaises a
bord des vaisseaux hollandais qui venaient trafiquer dans la
colonie.
On qualifiait alors de < Marrons ) ceux qui, ne pouvant s'ex-
patrier, se r6fugiaient dans la montagne ; ils etaient chaque

(1) Arch. Nat., Col. C8 A. 10, p. 477, Memoires sur les engages (1698). Il y avait
autrefois, dit Du Tertre, des maitres si cruels qu'on dtait oblige de leur d6fendre
d'acheter des engages. A la Guadeloupe en particulier, un colon en enterre sur son
habitation plus de cinquante qu'il avait fait mourir a force de les avoir fait tra-
vailler, et pour ne pas les avoir assists dans leurs maladies. L'auteur ajoute que
a cette duret6 vient sans doute de ce qu'ils ne les ont que pour trois ans, ce qui fait
qu'ils ont plus de soin d'6pargner leurs n6gres .
(2) Lettres de Houel au Roi, mai 1662, Arch. Nat., col. C7 A. I.








LA MAIN-D'

jour plus nombreux, mais ils restaient a proximity de leurs
maitres qui en vinrent h organiser contre eux de veritables
battues. Des reglements locaux intervinrent pour reprimer
le marronage; tout engage surprise en rupture de contract devait
rembourser a son maitre les quatre ecus de prise que celui-
ci payait aux capteurs, et voyait son engagement prolonged
d'une duree de six mois.
( Certains mauvais garnements ) ne se contentaient pas
d'abandonner le travail agricole, mais ils entrainaient avec
eux les esclaves qui, par suite de la d6couverte de la fabri-
cation du sucre, formaient deja un contingent assez impor-
tant de la main-d'oeuvre. C'est alors qu'un rgglement de de
Tracy intervint en 1664 (1) pour les punir, dit le texte, o d'avoir
debauch6 les negresses ). Ils recevaient 20 coups de liane pour
la premiere fois, 40 en cas de r6cidive, 50, et la fleur de lys a
la joue pour la troisieme escapade. D'autre part, ce reglement
defendait aux engages d'abandonner le service de leurs maitres
avant l'expiration de leur contract, sous peine de perdre leurs
gages acquis. Car jusqu'd ce reglement, les engages ramen6s
du marronage b6neficiaient des gages qu'ils avaient anterieu-
rement acquis. Tres severe, ainsi qu'on peut le voir, a 1'egard
des engages, le reglement n'oubliait pas les maitres qui exer-

(1) Dessalles, Histoire gdnerale des Antilles (1845-1847), p. 190. A la meme
epoque le pouvoir central edictait un reglement fort severe pour les engages de
Cayenne. II ne semble pas que ce reglement ait 6et applique ni & la Guadeloupe,
ni a la Martinique, car on ne trouve aucune trace de son application. Sa Majest6,
y est-il dit, etant informed qu'il est d6sert6 dans ces derniers temps quelques sol-
dats,engages et noirs de la Colonie de Cayenne, qui ont 6t6 s6duits par des arti-
fices des Anglais de Surinam, et voulant empicher la suite de ce d6sordre qui por-
terait un prejudice considerable a ladite colonie, s'il n'y etait pourvu, Sa Majest6
fait tres expresses inhibitions a tous soldats, engages et noirs de l'ile de Cayenne
et Terre-Ferme de 1'Am6rique meridionale de sa domination, d'en sortir pour aller
s'6tablir chez les nations voisines sans sa permission, a peine contre les dits soldats
et meme contre les soldats qui se seront fait habitants, d'etre condamn6s aux ga-
16res perpetuelles, et contre les engages d'avoir pour la premiere fois les oreilles
coupes et d'etre marquis d'une fleur de lys sur l'dpaule, s'ils ont etd en fuite pendant
un mois, a computer du jour que leur maitre les aura denonc6s en justice, d'apoir le
larret coupe et autre marque d'une fleur de lys d l'epaule en cas de recidive, et la troi-
sieme fois, d'etre punis de mort. R Moreau de Saint-M6ry, Bibliotheque des Archives
nationals, Collection manuscrite T. I. P. 193. Ce document est cit6 par Rufz,
Etudes statistiques et historiques sur la population de la Martinique (1850), t. I,
p. 121.








SOUS L'ANCIEN REGIME


caient des sevices sur leurs engages et qui faisaient travailler
ceux-ci d'une maniere excessive. Aussi des peines severes
6taient 6dictees, dans le cas of l'on relevait contre les mattres
des preuves suffisantes, et le Gouverneur pouvait dBlier len-
gag6 de son contract (1).
Au cas of intervenait cette resiliation, 1'engag6 ainsi liber6
recevait le montant de son salaire jusqu'au jour ou il quittait
]e service de son maitre. Le r6glement imposait a chaque
maitre le soin de soigner l'engag6 qui tombait malade a son
service.
Les obligations des engages avaient Wet soigneusement
d6termin6es ; nous en citerons les principles : Les engages
commencent a travailler un quart d'heure apris le lever du
soleil, et quittent l'atelier un quart d'heure apres le coucher
du soleil. Ils avaient deux heures de relAche par jour (y com-
pris le temps necessaire pour fumer un bout de petun ). Ils
ne pouvaient circuler hors de l'habitation que munis de billets
de leurs maitres. Les Capitaines de navires ne pouvaient,
sans y etre autorises, les recevoir a leur bord, les patrons des
barques ne pouvaient les prendre a leur service, les habitants
de la champagne chez lesquels le commandant militaire du
( Quarter a (2) surprenait un engage sans billet, etaient punis
de 300 livres d'amende, don't le tiers revenait au maitre de
lengag6 ; enfin, les colons ne pouvaient s'enlever mutuelle-
ment leurs engages par des offres de salaires plus 6lev6s, sous
peine de payer au maitre de cet engage une amende de
10 livres tournois par chaque jour de d6tournement (3).

On pourrait croire que le reglement minutieusement 6tabli,
durement sanctioned, aurait pour consequence d'attacher,
sans esprit de r6volte et sans espoir d'6vasion, l'engag6 son
maitre. Il n'en fut rien.

(1) Arch. Nat., Col. C7 A. I, Code de la Guadeloupe. Reglement du 12 mars 1668
sur la Police des engages.
(2) On ddsignait sous le nom de ( Quartiers les divisions administrative dans
la Colonie correspondent, en fait, aux cantons actuels, et groupant sous 1'autoritw
d'un agent militaire on commandant trois ou quatre paroisses.
(3) Arch. Nat., Col. C7 A. I, voir proces intent par un sieur Desjardin contre un
sieur Duport, au sujet d'un enlvement d'engag6.







LA MAIN-D'CEUVRE A LA GUADELOUPE


Les engages continuerent, comme par le pass, a deserter
la maison de leurs maitres. D'autres complications naissaient:
les lib6res qui se livraient a la petite culture 6taient en meme
temps de petits artisans; ils devenaient tres exigeants pour
le taux de leurs salaires. Par suite des reclamations des anciens
engages, les pouvoirs locaux rendirent le reglement du 2 mars
1660. Ce reglement regularisait la situation des ouvriers de
toutes sortes, mais plus particulierement des magons et des
charpentiers, a cause de la hausse de leurs salaires et de leur
insolence.
Aux terms de ce rBglement, la nourriture et le salaire des
anciens engages furent rgglks de la maniere suivante : six
livres et demie de cassave (1), sept livres de viande, moiti6
bceuf, moiti6 lard, une pinte d'eau-de-vie et vingt livres de
petun par semaine (2) ; on leur interdit de faire les mutins
ou de proferer aucune insolence aux planteurs; au cas
ofl ils n'observeraient pas ces prescriptions, les colons pou-
vaient (( les chatier come leur gens de travail (3) a c'est-
a-dire comme les esclaves. Quant aux anciens engages qui
travaillaient sur les habitations, leur salaire fut fix6 a 80 livres
de tabac. On leur interdisait de repliquer a leurs employers,
et d'abandonner les travaux commences avant que ceux-ci
fussent completement acheves. Les travaux qui, par la faute
des engages, 6taient defectueux et pr6sentaient des malfagons,
devaient Wtre r6pares a leurs depens (4).
Le nouveau r6glement ne fut pas mieux, ni plus longtemps
observe que les precedents. Engages et anciens engages ne
voulaient plus se soumettre aux exigences des maitres, et,
d'autre part, le d6veloppement de la culture de la canne a
sucre avait eu pour consequence d'accroitre la main-d'ceuvre
servile et de diminuer le nombre des engagements.

(1) Galette tenant lieu de pain, que les habitants font encore de nos jours avec
la farine de manioc.
(2) Dessalles, Histoire generale des Antilles, t. II, p. 60.
(3) Dessalles, t. II, p. 159. Cependant un sieur M6nard de la Guadeloupe fut
condamni a une amende de 300 livres de tabac pour avoir donn6 plus de 5 coups
de fouet a un de ses anciens engages qui exergait chez lui le m6tier de charron.
Arch. Nat., Col. F3 221 (extrait du Tribunal souverain de la Guadeloupe 1665).
(4) Dessalles, Histoire generale des Antilles, t. II, p. 70.








SOUS L'ANCIEN REGDIE


Le contract d'engagement est done en definitive un acte
de forme original placant 1'engag6 dans une situation juri-
dique qui se rapproche en fait singulierement de celle de
l'esclave.
La resemblance est que, comme ce dernier, il subissait les
plus durs traitements de la part de ses maitres. Ni l'un ni
l'autre ne disposaient librement de leurs loisirs. Les diff6-
rences 6taient que 1'engag6 avait tous les droits qui n'6taient
pas incompatible avec le pouvoir du maitre sur sa personnel,
et que ses obligations prenaient fin par l'arriv6e du terme ou
par le rachat.
L'arrivee du terme etait naturellement le mode d'extinc-
tion le plus frequent des contracts d'engagement. Cependant,
beaucoup d'engag6s se r6dimaient de leur engagement par le
rachat. En pareille hypothese, soit par son industries, soit par
l'aide p6cuniaire de sa famille, de ses amis ou de genereux
bienfaiteurs, l'engag6 r6unissait la some n6cessaire a l'achat
d'un autre engage. Le Gouverneur contraignait alors le maitre
a accepter la substitution a la condition, toutefois, que le
terme de I'engagement du remplacant fl6t an moins aussi
6loign6 que le sien.
En general, les maitres acceptaient de bonne grace cette
substitution a laquelle ils trouvaient leur compete ; lorsque -
ce qui 6tait frequent le substituant 6tait nouvellement
arrive, ils le faisaient quelquefois servir pendant les trois ans,
bien que le substitu6 n'efit plus qu'une annie a achever (1).
Enfin, les maitres, qui s'accommodaient fort mal des exi-
gences des artisans et qui subissaient leurs insolences avec
quelque impatience, pour se passer de leurs services, plackrent
en apprentissage, chez les artisans libres, de jeunes esclaves,
pour former dans 'avenir la p6piniere des artisans et des
ouvriers agricoles (2).

(1) Du Tertre, t. II, p. 454.
(2) Arch. Nat., Col. C7 A. I, Lettre du Gouverneur au Roi 1667. Dans le meme
ordre d'idees, Du Tertre dit a qu'il y a presentement beaucoup de cases h la Gua-
deloupe oiL on fait apprendre les n6gres a torquer). 11 ajoute que a M. Houel avait
un coutelier et il lui avait donn6 de ses n6gres pour apprentis, comme il avait fait
aux charrons et a tous les artisans qui travaillaient chez lui pour avoir des ou-
vriers A la discretion ,. Du Tertre, t. II, pp. 469-470.








Lk AIAIN-D!QW\VRE A L, GUADELOUPE1L


Cette situation n'etait pas tres favorablement envisage
dans la m6tropole et c'est ainsi que le Gouvernement royal,
pour favoriser 1'accroissement de la population blanche dans
les iles, reduisit par un arrit du Conseil d'Etat du 28 f6vrier
1670, la duree de l'engagement a dix-huit mois.
Dans l'esprit de son auteur, Colbert, c'6tait la un moyen
efficace d'accdlerer les engagements qui etaient arrites a par
le decouragement qu'inspirait aux sujets de sa Majeste la
trop longue dur6e de cette servitude o (1). L'attente royale
fut vaine et cette measure ne fut qu'un palliatif impuissant A
enrayer une crise definitive ; on ne trouvait plus d'engag6s.
C'est ainsi que dans une lettre adressee au roi en decembre
1670, le Gouverneur constate que ( la diminution de l'enga-
gement ne semble pas pousser les engages vers la colonie, oil
il n'en est entr6 aucun depuis le mois de janvier ) et oil cepen-
dant ( les negres augmentent ) (2). DBs cette 6poque, la popu-
lation servile avait en effect d6pass6 la population blanche.
Celle-ci n'atteignait pas 3.083 blancs, alors qu'on comptait
deja 4.267 noirs et 47 m6tis (3).
Cette situation n'allait qu'en empirant ; elle inqui6tait
beaucoup les pouvoirs locaux et les vieux colons qui, malgr6
tout, etaient attaches a Finstitution des engages. Aussi, en
janvier 1673, le Gouverneur Du Lion kcrivait au roi une
longue lettre dans laquelle il le priait de faire passer des enga-
ges dans la colonie parce que (( leur nombre diminue tous les
jours sans qu'il se r6tabiisse par aucun moyen. Les vieux
habitants qui craignent les r6voltes des esclaves disent souvent
que leur nombre est dejA trop grand a proportion de celuy des
europeens, qu'il est plus expedient d'augmenter le nombre
de ces derniers que celuy des autres, lesquels, depuis quelque
temps, sont dans une telle licence sous pretexte de manque-
ments de nourriture, que jusqu'ici, les chAtiments ne les ont
pas contenus... ) Il faisait remarquer que les esclaves embar-

(1) Durand Molard, Arret du Conseil d'Etat du Roi du 28 f1or. 1670, p. 12.
(2) Arch. Nat., Col. F' A. I, Lettre de du Lion au Roi. Voir 6galement Papiers
du Margry B. N., no 9328, fol. 21.
(3) Voir tableau du d6nombrement de la Guadeloupe. Annie 1671,Arch. Colo-
niales, G. I. 469.







SOUS L'ANCIEN RkGIMt


rassent beaucoup les Anglais a la Barbade, < qu'il est plus A
propos, quant A present, de fortifier la colonie par des Fran-
gois engages et il suggerait lid' e de rendre une ordonnance
par laquelle il contraindrait les planteurs d'avoir un nombre
d'engag6s proportionnel a celui de leur esclaves et a 1'etendue
de leurs proprietes (1).

Quels qu'aient 6tW les resultats du regime institute par
Richelieu, et les caracteres de 1'6volution de ce regime, il n'est
pas douteux, tout consider, que les engages jouerent un
role capital dans la periode de l'histoire de la Guadeloupe
qui s'6tend de 1635 a 1674. On peut dire sans craindre d'etre
contredit (2) qu'ils furent la cheville ouvriere de la mise en
valeur de la Colonie.
Au moment de leur sortie de service, ils s'adonnaient gen6-
ralement A agriculture puisqu'une propriety 6tait mise A
leur disposition par le gouverneur de la colonie. Alors ils s'as-
sociaient A deux et formaient, ainsi, une sorte de society com-
muniste, don't on trouve des traces jusque vers 1668 et qu'on
appelait aux lies, le matelotage (3).
Les co-associes mettaient en commun tout ce qu'ils pos-
sBdaient on tout ce don't ils pouvaient 6ventuellement dispo-
ser. Is avaient, dans la case, m6me autorit6 sur les serviteurs
communs. Si au course du contract l'un des membres venait

(1) Arch. Nationales, Col. C7 A. 2. Annees 1671-1673. Correspondence gendrale.
Lettre de Du Lion au Roi.
(2) Nous trouvons dans Rambaud la confirmation de notre assertion. Bien que
l'auteur de l'Histoire de la Civilisation Frangaise n'approfondisse pas la question
des engages, il n'en constate pas moins qu'au xvnle si6cle, nos Antilles, apres l'ex.
termination des caraibes, se trouverent peupl6es uniquement de blancs... Lors-
qu'aux anciennes cultures succida, vers la fin du xvIIe siicle (?) celle de la canne
A sucre, une grosse revolution 6conomique et social s'6pora. Cette culture ne peut
s'executer que sur de vastes spaces, et elle exige plus de travail que n'en pent
fournir un EuropBen sous ce climate. Alors, d'une part, les petites propri6tes dispa-
rurent ; d'autre part, on introduisit les esclaves negres. Alfred Rambaud, His-
toire de la Civilisation franFaise (1894), t. II, pp. 255-256.
(3) Arch. Nat., Col. C7 A. I. Dans une Iettre au Roi en date du 4 mai 1667, le
Gouverneur Du Lion observe que la soci&t6 a Le Matelotage ) existe toujours a la
Guadeloupe. Du Tertre dit 6galement que o toutes les meilleures families qui sont
aujourd'hui dans 1'lle ont commence comme cela ). Du Tertre, Histoire general
des Antilles, edition de 16G7-1G71, t. II, p. 153.







LA MAIN-D (EUVRE A LA GUADELO)UPE


a mourir, le survivant demeurait l'unique possesseur de tous
les biens de 'association et ce, au prejudice des heritiers du
defunt. La society se dissolvait de gre a gre, un tiers membre
pouvait ftre admis aux memes conditions dans le sein de la
communaute. Le societaire qui contractait marriage pouvait,
soit quitter la soci6t6, soit y demeurer avec son spouse. Dans
le premier cas, on proc6dait par expertise a Pestimation de
tous les biens de la communaut6 et chaque societaire rece-
vait sa part (1). Dans le second cas le plus frequent la
society se continuait sans modifications: les int6rets, Phabi-
tude et aussi lamitie qui liaient les ( matelots ) s'opposaient
le plus souvent a la dissolution de la Societe et celui qui n'etait
pas mari6 continuait de demeurer avec son matelot. II en
resultait quelques incidents tragi-comiques occasionnes,
aux dires de Du Tertre, par (( l'indiscr6tion des matelots ou
l'imprudence des femmes ,. Cet 6tat de choses obligea sou-
vent les gouverneurs a d6fendre aux matelots d'habiter la
mime case apres le marriage de 'un d'eux, et mnme a empe-
cher, au nom de lordre public et des bonnes moeurs,la cons-
titution des socikt6s de matelots (2).
En definitive, les engages affranchis des liens de la servi-
tude se partagerent le sol de la Colonie et donn6rent, les pre-
miers, une sbrieuse impul-sion t 'essor agricole, industrial
et commercial de la Gu.adeloupe.

III

Si les engages 6taient indispensables pour assurer a la Gua-
deloupe son premier ddveloppement, ils n'6taient point aux
yeux des colons et du pouvoir central la seule main-d'oeuvre
qui puit contribuer a la mise en valeur de la colonies. Aussi,
paralldlement l'institution des engages, vit-on Pesclavage
apparaitre et se d6velopper.

(1) Du Tertre fait remarquer que ,c ces separations qui seraient en France des
sources intarissables de proc6s se font sans bruit et sans querelle ,. Op. cit., t. II,
p. 453.
(2) Arch. Nat., Col. C7, A. I, Notes sur la vie des engages aux gles. Voir Du
Tertre, t. II, p. 453.







SOUS L'ANCIEN REGIME


Nous sortirions du cadre de notre ouvrage en faisant une
6tude minutieuse de la traite des noirs qui,jusqu'en 1830,
procura a la Guadeloupe la main-d'oeuvre servile. Cependant,
nous voudrions indiquer a grands traits les regions du conti-
nent africain oii se pratiquait la traite, comment se recru-
talent les esclaves et a quel prix, enfin les origins et le d6ve-
loppement de la traite dans les Antilles, et sp6cialement a la
Guadeloupe.
Les negres qui ont ete exports aux Antilles sous I'Ancien
Regime et qui forment aujourd'hui la majority de la popu-
lation de la Guadeloupe, ont 6te recrut6s en Afrique Occi-
dentale. Ceci est 6tabli par un document official du 18 no-
vembre 1785, qui content un long expose du recrutement des
esclaves, et dans lequel il est dit que des comptoirs europ6ens
furent 6tablis sur toutes les c6tes de I'Afrique Occidentale.
La traite frangaise se faisait principalement au S6n6gal, a
Sierra-Leone, a la Cote d'Or, depuis le cap des Trois-Pointes
jusqu'au cap Formose, dans la Guin6e Septentrionale d6sign6e
alors sous le nom de C8te des Esclaves, ou encore sous celui
de royaume du Juda, enfin sur la cote d'Angola dans la Gui-
nee MWridionale (1).
Ainsi la population de la Guadeloupe se compose des S6n&-
galais, des Ouolofs, des Foules, des Mandingues, des Bam-
baras; des Quimbas, des Negres de la C6te d'Or d6nomm6s
Ibos et Mtcos, des Negres du Congo, d'Angola et de Mozam-
bique.
Comment on recrutait les esclaves ?
Dans les instructions royales precitees, on lit que dans
beaucoup de cas (( la traite se fait sans descendre A terre, sur
les navires dans les rivieres nombreuses qui se jettent dans la
mer ). C'6tait le meilleur moyen de permettre aux n6griers
de se retire lorsqu'il y avait contestation avec les vendeurs.
Cependant, le plus souvent, les n6griers sont obliges de rester
plusieurs jours sur la c6te pour attendre les arrivages d'es-
claves qui de courtier en courtier, venaient parfois de I'int6-
rieur, de regions fort eloign6es. Ces courtiers 6taient pour la
(1) Arch. Nat., Col. F3 72. Voir m6moire du 18 novembre 1785 remis par le Roi
au Chevalier de Boufflers nomm6 gouverneur du S6nBgal.
Evolution de la Guadeloupe 6







LA. MAIN-D'(EUVRE A LA GU4DELOUPE


plupart des indigenes qui se livraient au commerce d'es-
claves (1).
Les esclaves recrutes a l'int&rieur etaient conduits a la c6te
de la maniere suivante : on mettait au cou de chaque femme
et de chaque homme une fourche de bois, le manche s'atta-
chait sur 1'.paule de celui qui pr6cedait. Un conducteur tenait
I'extr6mit6 de la fourche du premier. Pendant la nuit, on atta-
chait les bras de chaque captif au manche de la fourche.
Diverses precautions etaient prises pour empecher les
captifs de s'6vader pendant le trajet.
Walkenaer, dans son Voyage de Pruneau de Pommegorge
en Negritie (1763-1765) rapporte, par example, qu'une caravan
de 2 a 300 captifs doit marcher trente jours avant d'arriver
a la c6te. Les esclaves sont enchain6s par bandes de 4 a 12 ;
ils sont, en outre, contraints it porter un poids de 40 a 50 livres
pour que la fatigue les empkche de s'enfuir (2).
Lorsque les indigenes de la c6te avaient des esclaves a
vendre, ils prevenaient les n6griers en allumant un grand feu.
Les Capitaines de navires se dirigeaient alors vers la c6te oh
ils apercevaient la fumee, descendaient et annongaient leur
intention de fire la traite au son d'un tambour appel6 gou-
jon (3). Ils ne pouvaient cependant conclure aucun march
d'esclaves sans acquitter, au pr6alable, les ( droits du roi ),
c'est-a-dire une sorte de redevance au roitelet de la region (4).
Les droits du roi r6sultaient des costumes 6tablies par les
roitelets des que les Europdens commencerent a faire la
traite ; ils variaient d'ailleurs suivant la region (5).
Par example, dans la region de Juda, il fallait ( payer au
roi des Dahomets la valeur de 19 captifs pour un navire 4
trois mats, et de 14 pour ceux A deux mats ). Le roi offrait,
en retour, trois petites n6grittes, c'est-a-dire des enfants

(1) Arch. Nat., Col. F3 72, Mdmoire remis au Chevalier de Boufflers. Voir aiyssi
Arch. Nat., Col. F3 128, Documents relatifs aux interrogatoires de Weuses et de
Knox.
(2) Op. cit., t. V, p. 28-29. Cet ouvrage n'a Wte public qu'en 1789.
(3) Arch. Nat., Col. F3 61, De l'ordre et des usages sur la c6te d'Afrique.
(4) Arch. Nat., Col. F3 128, voir interrogatoire de Weuves.
(5) Arch. Nat,, Col. F3 61, Instructions pour le commerce de la Cdte d'Or d'aprds
un oyageur (17 83).







SOUS L'ANCIEN REGIME


qui n'ont pas atteint l'ge de 10 ans, pour un navire a trois
mats, et deux pour un navire a deux mats (1).
Pendant tout PAncien Regime, ces coutumes font I'objet
de vives critiques de la part du pouvoir central. A diverse
reprises, il conseille aux n6griers de ne pas se laisser exploiter
par les rois negres qui 616vent continuellement lea droits sur
le commerce des esclaves (2).
Comme toute merchandise, le prix des esclaves 6tait su-
bordonn6 a leur quality. On vendait les esclaves par lots.
Chaque lot comprenait des femmes, des hommes, des jeunes
et des vieux, meme des enfants, et l'on d6terminait le prix
moyen d'un captif.
On d6nommait ( pieces d'Inde ) les esclaves de quality
sup6rieure. Cette expression est couramment employee aux
miles pendant tout 1'Ancien Regime : l'Encyclopedie mitho-
dique en donne d'ailleurs une definition tres. original : K On
appelle negre piece d'Inde un homme ou une femme, depuis
quinze ans jusqu'a vingt-cinq ou trente ans au plus, qui est
sain, bien fait, point boiteux et avec toutes ses dents. Il faut
3 enfants au-dessus de dix ans jusqu'a quinze pour fair
deux pieces et deux au-dessus de cinq ans jusqu'a dix ans
pour faire une piece. Les vieillards et les malades se reduisent
aux trois quarts ) (3).
Le prix des esclaves se soldait gne6ralement en marchan-
dises d'Europe, et suivant des tarifs qui variaient parfois
d'une region a l'autre. Voici, d'apres Labat, le tarif ktabli
dans la region de la Cote d'Or pour acheter un esclave

Un grand macaton avec chalne (petite bolte carrie).
Ambre jaune (pour parfums) ............... 3 lives
Balles de mousquet ...................... 100
Corail rouge .............................. 9 onces
Couteaux de Hollande ................... 240

(1) Arch. Nat., Col. F3 61, Instructions pour le commerce de la Cote d'Qr d'apres
un voyageur (1783).
(2) Arch. Nat., Col. B. 38, p. 549. Voir dans cet ordre d'id6es les instructions dn
Conseil de la Marine au sieur Bouchet, directeur du Fort et Comptoir de Juda,
10 octobre 1716.
(3) Encyclopidie methodique. Voir Commerce III, 1783, article N6gres, p. 321
et suivantes.








LA MAIN-D' EUVRE A LA GUADELOUPE


Tambours..............................
Echarpes de taffetas A ranges ............
Drap ecarlate ... ..........................
E au-de-vie ...............................
B arres de fer .............................
Fusils communs ..........................
Fusil garni de cuivre jaune ................
t pices ...................................
Iris de Florence...........................
Laine ecarlate............................
Pistolets .................................
Papier....................................
Etoffes rouges et jaunes...................
Petits bassins de cuivre...................
Quintin (sorte de toile fine) ................
Calicot de 5 aunes et denied ...............
Grains de verre, petits et gros de 1000 au rang.


2
4
4 aunes
100 pintes
30
2
1
4 livres
4 livres
30 livres
3 paires
12 rames
30 aunes
30
6 pieces
5 pieces
5 rangs (1)


Quand on sait qu'un esclave se vendait aux iles entire 800
et 2.000 livres coloniales, on voit que le traffic 6tait fructueux
et que les companies qui achetaient les esclaves avec les
objets figurant au tableau ci-dessus, retiraient d'importants
binifice,.

Comme chacun sait, l'introduction des esclaves en Amerique
fut l'oeuvre des gouvernements espagnol et portugais qui com-
mencerent a coloniser le Nouveau-Monde (2), et lorsque la
France s'etablit a la Guadeloupe en l'annee 1635, le commerce
des noirs existait dans les miles depuis plus d'un sikcle. Les
Frangais n'eurent qu'h suivre les traces de leurs devanciers.
Le Gouvernement royal s'abstint de toute intervention pen-
dant pros d'un demi-siccle ; il faut arriver a 1669 pour voir
se constituer, sous l'influence de Colbert, la premiere Compa-
gnie charge officiellement de la traite aux miles pour le compete
de la France. On aurait tort de croire cependant que jusque-lh
les colons n'employerent aucune main-d'oeuvre servile.
DBs 1638, par suite du refus des autochtones de se laisser
asservir, et des difficultPs d'acclimatation des engages, le besoin

(1) P. Labat, (Jean-Baptiste), Nouwelle relation de l'Afrique Occidentale (1728),
t. II, p. 354, t. IV, p. 233 et suivantes.
(2) Voir Herrera, Las Casas, traduction de Llorente, p. 406-407.








SOUS L'ANCIEN REGIME


d'esclaves se faisait sentir ; de I'Olive, gouverneur fonda-
teur de la Guadeloupe obtint de la Compagnie des iles l'auto-
risation de se pourvoir d'esclaves au Cap Vert (1). Cette auto-
risation ne fut suivie d'aucun effet ; le manque de navires et
les vicissitudes multiples de la foundation de la colonie empe-
ch6rent le gouverneur de se livrer directement A la traite des
noirs.
La colonie avait un tel besoin de main-d'oeuvre que d'au-
cuns n'h6siterent pas a envisager les solutions les plus
extremes. C'est ainsi qu'au mois de d6cembre 1639, de Poincy,
lieutenant g6n6ral du roi aux miles, proposal de vendre aux
Anglais les immeubles que les Frangais poss6daient A Saint-
Christophe et de transporter a la Guadeloupe, en vue de son
d6veloppement, tous les habitants et les esclaves de cette
ile (2).
Cette proposition ne fut pas adopt6e.
Le ler mai 1643, un certain capitaine Montabalar, de Rouen,
obtint de la Compagnie des iles une exemption de droits pour
plus de trente hommes a titre d'encouragement aux fins
d'aller croiser avec un navire de guerre au passage d'Angola,
a la Neuve Espagne, prendre des navires espagnols charges
d'esclaves et les porter a la Martinique et a la Guadeloupe
S(qui n'en avait que tres peu a (3).
Le 7 juillet de la meme ann6e, 1'assembl6e g6n6rale de la

(1) Du Tertre, Histoire gendrale des Antilles, t. II, p. 201.
(2) Plusieurs auteurs commettent a ce sujet quelques inexactitudes. De l'avis
de Treyer il est difficile d'indiquer les commencements de la traite frangaise aux
iles, et l'auteur se refuse a pr6ciser une date. Atudes statistiques sur l'esclavage colo-
nial, p. 1.Un autre auteur a avanc6 que l'origine de la traite francaise dans les
miles se trouve dans les lettres patentes du 24 juin 1633 qui accordaient A une
soci6et commercial de Rouen et de Dieppe la permission de trafiquer seule pen-
dant dix ans a Sen6gal, Cap-Vert et Gambie. Pigeonneau, op. cit., t. II, p. 441.
Malgr6 nos minutieuses recherches, nous ne trouvons dans les archives de la
Guadeloupe aucune lettre patente accordant privilege pour la traite des noirs aux
iles, ni de documents relatifs 6 1'introduction, par cette soci6et, des noirs a la Gua-
deloupe et a la Martinique. De meme Cochin qui pretend que la traite frangaise
a fonctionnait reguli6remnent aux iles en 1650 a et Voltaire qui affirme que la pre-
miere concession pour la traite des noirs est de 1672, commettent, croyons-nous,
des inexactitudes.
(3) Arch. Nat., Col. F3 221, p. 57. (Extrait de la deliberation de l'assemblee
de la Cie des lies d'Amerique).







LA MAIN-D'(EUVRE A LA GUADELOUPE


Compagnie des miles, pour 6tre agr6able aux planteurs et per-
mettre le d6veloppement rapide de la Guadeloupe, donne
son approbation A un march d'esclaves, conclu par le Gou-
verneur Aubert avec le sieur Gage, capitaine anglais (1). Lo
7 octobre suivant, I'Assembl~e generale autorise un emprunt
de 8.000 livres destinies a payer le prix de 40 esclaves intro-
duits dans la colonies par uncertain Durant, capitaine de navire
hollandais (2). Enfin, le 8 mai 1647, Houel, gouverneur-s6n6-
chal de P'ile 6crit une longue lettre au roi pour exposer la
situation precaire dans laquelle se trouve la colonies. Celle-ci
regoit bien quelques engages, mais ils sont insuffisants, peu
resistants pour la culture de la canne a sucre ; incapables de
s'acclimater et de se faire a la nourriture des miles. II faudrait,
constate-t-il, que les ( trente six mois ) soient seconds et
mime remplac6s en parties par des esclaves; ceux-ci contri-
buent largement a l'essor de la Barbade, colonies anglaise.
Or, depuis deux ans qu'il est dans la colonies, il n'est pas A
sa connaissance qu'un navire frangais ait introduit un seul
esclave; les quelques-uns venus par hasard dans lile, par
voie hollandaise, sont vendus a des prix exorbitants, et les
colons meme aises ne peuvent les acheter. II conclut en disant
que pour la consolidation et extension de la colonies, il est
indispensable que;le roi oblige les Capitaines marchands A
aller chercher des esclaves directement sur la c6te d'Afrique (3).
Cette proposition ne fut pas s6rieusement examinee. Maza-
rin, preoccup6 par les complications de lapolitiqueeurop6enne,
se d6sint6ressait completement de la main-d'oeuvre colonial.
Aussi, les colons durent-ils s'efforcer de resoudre la question
par leurs propres moyens.
Ils passerent des marches avec les trafiquants strangers,
Jes Hollandais principalement, aux terms desquels ils echan-
geaient les noirs centre les denrees coloniales : tabac, coton,
indigo, gingembre, sucre, etc... De cette manibre, jusqu'a
1664, la Guadeloupe put se procurer avec quelque facility,

(1) Du Tertre, Histoire generale des Antilles, t. II, p. 146.
(2) Arch. Nat., Col. F3 221, p. 197, Code de la Guadeloupe.
(8) Arch. Nat., Col. C7 A. I, Correspondance gendrale de la Guadeloupe. Lettre
du Gouverneur au roi.







SOUS L'ANCIEN RI'OIME:


une parties de la main-d'oeuvre servile indispensable aux
exploitations agricoles et industrielles.
D'autre part, les planteurs tenterent de se procurer des
esclaves en armant a leurs frais de grandes barques et en se
livrant dans la mer des Antilles a la chasse des n6griers anglais
et espagnols. Ces barques, montees par d'anciens trente-six
mois, v6ritables ( flibustiers ), abordaient A coups de hache,
A coups de lance et a coups de pique, les plus gros navires;
souvent victorieux, les colons capturerent, non seulement
des esclaves, mais encore les bAtiments qui leur servirent a
de nouveaux exploits.

IV

L'arrivee de Colbert aux affaires en 1661 modifie de fond
en comble les pratiques suivies jusque-l par les colons de la
Guadeloupe pour se procurer leur main-d'ceuvre de couleur.
Le nouveau ministry va faire de la traite un commerce
rgglement6 qui, desormais, fonctionnera avec l'autorisation
et sous la haute protection du roi.
Dans l'esprit de Colbert, il s'agissait non seulement d'asso-
cier 6troitement lescolonies a la mtropole par une nouvelle
politique, mais encore et surtout d'assurer dans le monde a
notre marine et a notre commerce une place pr6pondErante,
et de leur permettre de soutenir avantageusement la concur-
rence du pavilion hollandais. Sous l'empire de ces idWes, il fit
promulguer l'Ndit du 28 mars 1664 portant constitution de
la Compagnie des Indes Occidentales (1), a laquelle il con-
c6dait le monopole exclusif de tout le commerce dans les lies
et terres fermes de l'Amerique.
Cet 6dit, bien qu'il n'en fasse pas mention, laisse sous-
entendre que le monopole de la Compagnie concessionnaire
s'6tendant a la main-d'oeuvre, les Hollandais ne pourront
done plus, d6sormais, se livrer au traffic des noirs dans les
Antilles frangaises.

(1) Dans le chapitre relatif au commerce, nous 6tudierons d'une maniere d6-
taill6e la politique 6conomique suivie a la Guadeloupe par la Compagnie des
Indes Occidentales.







LA MAIk--D (EUVRE A LA GUADELOUPE


D'ailleurs, la volont6 royale ne tarda pas a se manifester
clairement. C'est ainsi que dans les lettres adressees par Col-
bert h Du Lion, il 6tait interdit au gouverneur de la Guade-
loupe de permettre aux navires strangers de d6barquer des
esclaves dans la colonie ; on exhortait a la patience les plan-
teurs, en attendant 'intervention du gouvernement royal (1).
C'6tait l'application du ( pacte colonial au recrutement de
la main-d'oeuvre servile.
Le gouverneur et lintendant de la Guadeloupe intervinrent
vainement aupris du pouvoir central pour demander I'entree,
par bateaux strangers, des esclaves dans la colonie. Ils eurent
beau representer au Ministre que les habitants souffriront
beaucoup par la defense du commerce avec les strangers qui
leur portaient des chevaux et des n6gres, bien si precieux en
ce pays, que sans cela on ne peut ni defricher la terre ni re-
cueillir ce qu'elle rapporte (2). Rien ne fait fl6chir Pentete-
ment du Ministre et la colonie connait a nouveau une terrible
crise de main-d'oeuvre.

Apres la dissolution de la Compagnie des iles Occidentales,
en 1674, se forma la premiere Compagnie charge officielle-
ment de faire la traite aux iles ; ce fut la Compagnie d'Afrique
ou du Senegal d6finitivement constitute en juin 1679 (3).
Cependant, elle eut une existence officielle des le 25 mars 1669,
6poque oif un arrit du Conseil d'Etat l'autorise a commerce
a la C6te d'Afrique ( tant en marchandises qu'en negres, a
Exclusion de tous autres (4) ). Pendant huit ans, la Compa-
gnie devait fournir annuellement 2.000 esclaves aux miles de
la Martinique, la Guadeloupe, Marie-Galante, Saint-Martin,
Saint-Christophe, la Grenade, Sainte-Croix,Cayenne, la Tortue,
Saint-Domingue, ainsi que les autres iles et terre ferme de
l'Amerique ; elle ne tint pas ses engagements et elle trans-

(1) Arch. Nat., Col. C7 A2, Lettres de Colbert a Du Lion, mai, juin, aoflt 1668.
(2) Arch. Nat., col. C7 A2, Lettres de Du Lion et Bosson d Colbert, juin 1667,
mai 1668, juillet 1669.
(3) Arch. Nat. Col. F3 18, Code de la Guadeloupe. Voir acLe constitutif de la
Compagnie. Voir egalement Moreau de Saint-M6ry, Lois ct Constitutions des
colonies franraises, t. I, p. 314.
(4) Moreau de Saint-M6ry, Lois et Constitutions, etc., t. I, p. 314.








SOUS L ANCIENT REGIME


porta si peu d'esclaves que les colons n'eurent pas le moyen
de cultiver leurs domaines et durent recourir en fraude a la
traite etrangbre (1). Apres une existence de cinq annees, un
arret du Conseil d']itat du 12 septembre 1684 consacrait son
impuissance en revoquant son privilege. C'est alors que les
administrateurs de la Guadeloupe et de la Martinique, emus
par les dol6ances des planteurs, demanderent a nouveau au
roi l'autorisation de recourir A la traite 6trang6re. Le roi per-
s6v6rant dans application du pacte colonial refusa et cr6a la
Compagnie de Guin6e (2), chargee de fournir annuellement
2.000 (3) esclaves & chacune de nos colonies antillaises. Elle
avait le monopole de la traite et un privilege d'une duree de
20 ans. La nouvelle Compagnie ne donna pas plus de satisfac-
tion que ses devancieres et les planteurs continuerent a
envoyer des petitions au roi et a demander l'autorisation
d'acheter des esclaves des mains des Hollandais et des Anglais.
Le roi qui voulait mettre un terme a la ( disette des negres e
prit alors la decision d'envoyer un de ses vaisseaux au Cap-
Vert chercher des esclaves et les vendre aux colons pour son
propre compete (4). Cette solution ne donna pas de brillants
resultats. Les esclaves introduits a la Guadeloupe par les
vaisseaux royaux resterent toujours insuffisants pour les
besoins croissants des exploitations agricoles et industrielles,
et ne rem6dierent point A la crise de la main-d'oeuvre.
La Guadeloupe ne recut des esclaves, toujours en nombre
insuffisant d'ailleurs, mais assez r6gulierement, que vers la
fin du xvle siecle. A partir de cette 6poque, plusieurs grandes
Companies se constituerent. Ce furent, notamment, la Com-
pagnie royale du SBnegal, Cap-Vert et C6tes d'Afrique (1696)


(1) Moreau de Saint-M6ry, op. cit., t. I, p. 400.
(2) Moreau de Saint-Mery, t. I, p. 409.
(3) A ce sujet, le ler mai 1685, le Roi demand A de B16nac et Begon, gouver-
neur g6enral et intendant des lies, si le nombre de 2.000 n6gres n'est pas exa
gerB ; 6tant donn6 qu' un n6gre piece d'Inde, c'est-a-dire robuste, vaut au moins
aux miles 6 milliers de sucre ; ce serait sur ce pied, pour 2.000 negres, 12 millions,
et ainsi, quand il s'en ferait aux Iles 20 millions qui est la plus grande quantity
qui s'y puisse faire, il n'en resterait plus aux habitants que 8 millions pour leur
subsistence et celle de leur famille ,. Voir Arch. Nat., colonies B., 11, p. 83.
(4) Arch. Nat., Col. B. 12 (M6moire du roi du 30 septembre), p. 15.








L~ .IXD (E-YRE A LA GiUADELOUPE


celle de Saint-Domingue (1698); celle de l'Assiente(1) (1701);
celle des Indes (1717) ; enfin la Compagnie de la Guyane
franchise fondee en 1771 et une nouvelle Compagnie du S6ne-
gal constitute en 1786 (2).

Ii est pour le moins curieux de constater l'impuissance de
l'autorit6 royale a procurer d la Guadeloupe la main-d'oeuvre
n6cessaire A sa mise en valeur.
La Guadeloiupe n'eit unee main-d'ceuvre suffisante que de
1759 a 1763, sous l'occupation anglaise (3). Mais lorsqu'elle
fut rendue a la France, au trait de Paris, les Anglais emme-
nerent tous les esclaves que les colons frangais n'avaient pu
leur racheter, et la colonies tomba A nouveau dans une
effroyable crise de main-d'couvre. Aussi, le 25 aoft 1765, ren-
controns-nous des soumissions 6manant de particuliers qui
offrent au roi ( l'introduction et le replacement des esclaves
a la Guadeloupe >. La colonies, disent les intiressBs, peuti faci-
lement occuper plus de 120.000 esclaves, tandis qu'elle n'en
a que 40.000. Or, depuis la signature de la paix,le commerce
francais n'a vendu que 675 esclaves, A 15 et 1600 livres pikce.
Les petitionnaires offrent de fournir des esclaves ( d'Inde a
c'est-h-dire des esclaves robustes et capable d'executer les
plus durs travaux, a 1400 livres par tOte. Ils s'engagent en
outre a payer 30 livres par tite au domain du roi (4). La
proposition ne fut pas prise en consideration par le roi qui
craignait, en l'adoptant, de permettre aux planteurs de faire
la traite concurremment avec les companies autoris6es, et, le
13 ao-tt 1785, le Ministre adresse une lettre au Gouverneur

(1) Assiente ou Assiento, veui dire g.n6ralement un contract passe pour four-
nitures. Historiquenent, il designe d'une manibre sp6ciale les traits conclus par
1'Espagne pour permettre le monopole de la traite des negres dans ses posses-
sions d'Amerique, avec la Flandre en 1577, avec Genes en 1650, avec le Portugal
en 1696, avec la Compagnie franchise de Guinde en 1707, enfin avec l'Angleterre
en 1775.
(2) Voir Dessales, Histoire general des Antilles, t. II, p. 472 et suivantes.
Moreau de Saint-MTry, t. I, p. 546.
(3) Pendant les quatre annees d'occupation les Anglais introduisirent 25.000
esciaves dans la colonie qui fut portee de ce fait a un haut degr6 de prospirite.
Arch. Nat., col. F3 237, Code de la Guadeloupe. Memoires de Parmentier.
(4) Arch. Nat., col. F3 228, Code de la Guadeloupe, p. 163.









SOUS L'ANCIEN REGIME


general, 'invitant a empicher les batiments des iles frangaises
d'aller chercher des esclaves en Afrique (1).
II serait fastidieux d'enumbrer tous les documents pars
relatifs A la question de la main-d'oeuvre servile A la Guade-
loupe. Ils reviennent sans cesse sur la necessity d'empicher
par tous les moyens la traite 6trangere, et de ranimer la traite
francaise. Celle-ci, cependant, ne put jamais satisfaire aux
demands des planters, et la crise de la main-d'oeuvre rest
a la Guadeloupe une maladie end6mique. Nous nous sommes
born6s a citer les examples les plus caract6ristiques, ceux qui
mettent le mieux en lumiere les difficulties multiples qu'eprou-
v6rent sous 1'Ancien Regime les colons dans le recrutement
de la main-d'oeuvre servile.
Telles furent, dans ses grandes lignes, organisation et
1'evolution de la traite a la Guadeloupe jusqu'au d6cret du
4 f6vrier 1794, par lequel la Convention Nationale abolissait
l'esclavage dans les colonies (2).

(1) Arch. Nat., col. F3 232, Code de la Guadeloupe, p. 833.
(2) Les deux premieres assemblies revolutionnaires n'abolirent pointle regime
servile ; elles ne poserent meme pas la question de l'abolition de l'esclavage.
L'Assembl6e constituante se borna a agiter la question des droits politiques des
homes de couleur libres. En 1792, la legislative supprima, en principle, la prime
que le gouvernement de l'Ancien Regime avait accord6e aux n6griers. L'escla-
vage ne fut aboli que le 16 pluvikse, an II (4 fevrier 1794) par la Convention.
Dans le discours qu'il prononga a cette occasion, a la Convention Nationale,
Danton reconnait d'ailleurs le tort des deux premieres assemblies qui s'6taient
d6sint6ress6es de l'abolition de l'esclavage. < Repr6sentants du Peuple frangais,
dit-il, jusqu'ici nous n'avions d6cr6t la liberty qu'en egoistes et pour nous
seuls. Mais aujourd'hui, nous proclamons a la face de l'Univers, et les g6nera-
tions futures trouveront leur gloire dans ce decret, nous proclamons la liberty
universelle La Convention Nationale a fait son devoir A. Quelques membres
de l'Assemblee voulurent envoyer imm6diatement une escadre apporter la
bonne nouvelle aux Antilles. Danton ne crut pas cette methode rationnelle ; il
fit observer qu'" il existe entire l'esclavage et la liberty un passage d6licat et
difficile a franchir. On vous propose d'envoyer sur-le-champ un aviso pour faire
connaitre la loi bienfaisante que vous avez rendue : je m'y oppose et je de-
mande le renvoi de cette proposition au Comit6 de Salut Public qui vous pre-
sentera ses vues ; mais que le rapport soit fait promptement et qu'on lance la
liberty sur les colonies avec les moyens de la faire fructifier... Ses vues furent
revenues et la r6daction suivante fut adoptee: a La Convention Nationale declare
abolir 1'esclavage des n6gres dans toutes les colonies. En consequence, elle decrete
que les hommes, sans distinction de couleur, domicilies dans les colonies, sont
citoyens frangais et jouiront de tous les droits assures par la Constitution.
Renvoie au Comite de Saint Public pour lui faire incessamment un rapport








LA MAIN-D'(EUVRE A LA GUADELOUPE


La conclusion qui se d6gage de cette etude est que si, depuis
la foundation de la Guadeloupe, la traite n'6tait pas organis6e
dans l'ile par l'autorit6 royale, celle-ci la tol6ra et la favorisa
par tous les moyens. Elle s'en attribua la r6glementation
parce qu'elle craignait, en autorisant les planteurs a faire
appel a P'tranger, que le commerce des products coloniaux
ne ffit, en fraude, soustrait au pacte colonial.
II faut convenir que si les Compagnies et les armateurs ne
fournirent jamais la main-d'oeuvre don't les planteurs avaient
besoin, la cause en est, d'une part, nous le verrons plus loin,
dans les difficulties inoules 6prouvees par les creanciers fran-
gais pour se faire payer, aggrav6es par la raret6 du numeraire,
obligeant les armateurs a n'accepter que les denr6es exotiques
en paiement. D'autre part, les traitants n'envisageaient dans
ce commerce que leurs int&erts ; ils voulaient raaliser de gros
b6nefices; aussi, eurent-ils soin de ne jamais fournir les esclaves
en abondance et purent-ils maintenir, grace a l'absence de
concurrence, la main-d'oeuvre noire a un tarif extremement
OlevW.
On s'explique aisement combien fut lent et p6nible le d6ve-
loppement 6conomique de la Guadeloupe par suite de ce
systeme prohibitif qui obligeait les planteurs a n'acheter
qu'aux nationaux et les esclaves n6cessaires a leurs exploi-
tations et les marchandises indispensables a la nourriture
des travailleurs.
Pendant tout l'Ancien Regime, on paralysa les efforts des
colons ; si la Guadeloupe connut une ere de grande prospe-
rit6 dans la second moiti6 du xvinie sikcle, il n'en est pas moins
vrai que sous le regime de 1'esclavage et du pacte colonial la
prosp6rite de l'ile resta toujours factice. En s'appuyant exclu-
sivement sur le systeme inhumain de l'asservissement des
hommes de couleur, et sur le jeu de la balance commercial,
on ne pouvait assurer a la colonie la stability social et 1'essor


sur les measures a prendre de 1'execution du decret L'(Euvre de la Convention
fut detruite par le Consulat qui retablit l'esclavage par la loi du 30 floral, an X
(20 mars 1802). Le regime servile fut d6finitivement supprimn par le gouverne-
ment provisoire le 3 avril 1848, Choix de Rapports et Discours, t. XIV, p. 428.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs