• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Lettre du Président de la République...
 Résponse du secrétaire d'Etat des...
 Faits généraux
 Réclamations et litiges diplom...
 Questions diverses
 Traités et conventions
 Conventione internationales
 Mouvement diplomatique et...
 Lois et réglements
 Points speciaux
 Pièces annexes
 Table of Contents






Group Title: Rapport de M. Louis Born, : secretaire d'Etat des relations exterieures a S.E. Monsieur le president de la Republique d'Haiti. Tome 1. Negociations diverses, reclamations et litiges diplomatiques. 1916.
Title: Rapport de M. Louis Borno
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00075388/00001
 Material Information
Title: Rapport de M. Louis Borno secrétaire d'État des relations extérieures à S. E. Monsieur le président de la République d'Haïti
Physical Description: 505 p. : forms. ; 26 cm.
Language: French
Creator: Haiti -- Département des affaires étrangères
Borno, Louis, 1865-1942
Publisher: Impr. nationale
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1918
 Subjects
Subject: Foreign relations -- Haiti   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
federal government publication   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Bibliography: Bibliography: 1st prelim. page.
General Note: No more published.
Statement of Responsibility: Tome 1. Négociations diverses, réclamations et litiges diplomatiques. 1916.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00075388
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000126765
oclc - 23366377
notis - AAP2747

Table of Contents
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Lettre du Président de la République au Secrétaire d'Etat des relatioons extérieures
        Page 1
    Résponse du secrétaire d'Etat des relations extérieures
        Page 2
    Faits généraux
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
    Réclamations et litiges diplomatiques
        Page 9
    Questions diverses
        Page 10
        Page 11
    Traités et conventions
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Conventione internationales
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
    Mouvement diplomatique et consulaire
        Page 26
    Lois et réglements
        Page 27
    Points speciaux
        Page 27
        Page 28
    Pièces annexes
        Page 29
        Annexe 1
            Page 29
            Page 30
            Page 31
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
        Annexe 2
            Page 36
        Annexe 3
            Page 37
            Page 38
            Page 39
            Page 40
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
        Annexe 4
            Page 48
            Page 49
            Page 50
            Page 51
            Page 52
            Page 53
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
            Page 62
            Page 63
            Page 64
            Page 65
            Page 66
            Page 67
            Page 68
        Annexe 5
            Page 69
            Page 70
            Page 71
            Page 72
            Page 73
            Page 74
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
            Page 79
            Page 80
            Page 81
        Annexe 6
            Page 82
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 93
            Page 94
            Page 95
            Page 96
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
            Page 103
            Page 104
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
            Page 119
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 129
            Page 130
            Page 131
            Page 132
            Page 133
            Page 134
            Page 135
            Page 136
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
            Page 145
            Page 146
            Page 147
            Page 148
            Page 149
            Page 150
            Page 151
            Page 152
            Page 153
            Page 154
            Page 155
            Page 156
            Page 157
            Page 158
            Page 159
            Page 160
            Page 161
            Page 162
            Page 163
            Page 164
            Page 165
            Page 166
            Page 167
            Page 168
            Page 169
            Page 170
            Page 171
            Page 172
            Page 173
            Page 174
            Page 175
            Page 176
            Page 177
            Page 178
            Page 179
            Page 180
            Page 181
            Page 182
            Page 183
            Page 184
            Page 185
            Page 186
            Page 187
        Annexe 7
            Page 188
            Page 189
            Page 190
        Annexe 8
            Page 191
            Page 192
            Page 193
            Page 194
            Page 195
            Page 196
            Page 197
            Page 198
            Page 199
            Page 200
            Page 201
            Page 202
            Page 203
            Page 204
            Page 205
            Page 206
            Page 207
            Page 208
            Page 209
            Page 210
            Page 211
            Page 212
        Annexe 9
            Page 213
            Page 214
            Page 215
            Page 216
            Page 217
        Annexe 12
            Page 244
            Page 245
            Page 246
            Page 247
            Page 248
            Page 249
        Annexe 11
            Page 239
            Page 240
            Page 241
            Page 242
            Page 243
            Annexe 10
                Page 218
                Page 219
                Page 220
                Page 221
                Page 222
                Page 223
                Page 224
                Page 225
                Page 226
                Page 227
                Page 228
                Page 229
                Page 230
                Page 231
                Page 232
                Page 233
                Page 234
                Page 235
                Page 236
                Page 237
                Page 238
        Annexe 13
            Page 250
            Page 251
            Page 252
            Page 253
            Page 254
            Page 255
            Page 256
            Page 257
            Page 258
            Page 259
            Page 260
            Page 261
            Page 262
            Page 263
            Page 264
            Page 265
            Page 266
            Page 267
            Page 268
            Page 269
            Page 270
            Page 271
            Page 272
            Page 273
            Page 274
            Page 275
            Page 276
            Page 277
            Page 278
            Page 279
        Annexe 14
            Page 280
            Page 281
            Page 282
            Page 283
            Page 284
            Page 285
            Page 286
            Page 287
            Page 288
            Page 289
            Page 290
            Page 291
            Page 292
            Page 293
            Page 294
            Page 295
            Page 296
            Page 297
            Page 298
            Page 299
            Page 300
            Page 301
            Page 302
            Page 303
            Page 304
        Annexe 15
            Page 305
            Page 306
            Page 307
        Annexe 16
            Page 308
            Page 309
            Page 310
            Page 311
            Page 312
        Annexe 17
            Page 313
            Page 314
            Page 315
            Page 316
            Page 317
            Page 318
        Annexe 18
            Page 319
            Page 320
            Page 321
            Page 322
            Page 323
            Page 324
            Page 325
            Page 326
            Page 327
            Page 328
        Annexe 19
            Page 329
            Page 330
            Page 331
            Page 332
            Page 333
            Page 334
            Page 335
            Page 336
            Page 337
            Page 338
            Page 339
            Page 340
            Page 341
            Page 342
            Page 343
            Page 344
            Page 345
        Annexe 20
            Page 346
            Page 347
            Page 348
            Page 349
            Page 350
        Annexe 21
            Page 351
            Page 352
            Page 353
            Page 354
            Page 355
            Page 356
            Page 357
            Page 358
            Page 359
            Page 360
            Page 361
        Annexe 22
            Page 362
            Page 363
            Page 364
            Page 365
            Page 366
            Page 367
            Page 368
            Page 369
            Page 370
            Page 371
            Page 372
            Page 373
            Page 374
            Page 375
            Page 376
            Page 377
            Page 378
            Page 379
            Page 380
            Page 381
            Page 382
            Page 383
        Annexe 23
            Page 384
            Page 385
            Page 386
            Page 387
            Page 388
            Page 389
        Annexe 24
            Page 390
            Page 391
            Page 392
            Page 393
            Page 394
            Page 395
            Page 396
            Page 397
            Page 398
            Page 399
            Page 400
            Page 401
        Annexe 25
            Page 402
            Page 403
        Annexe 26
            Page 404
            Page 405
            Page 406
            Page 407
            Page 408
        Annexe 27
            Page 409
            Page 410
            Page 411
            Page 412
            Page 413
            Page 414
            Page 415
        Annexe 28
            Page 416
            Page 417
            Page 418
            Page 419
            Page 420
            Page 421
            Page 422
            Page 423
            Page 424
            Page 425
            Page 426
            Page 427
            Page 428
            Page 429
            Page 430
        Annexe 29
            Page 431
            Page 432
        Annexe 30
            Page 433
            Page 434
            Page 435
            Page 436
            Page 437
            Page 438
            Page 439
            Page 440
            Page 441
            Page 442
            Page 443
            Page 444
            Page 445
            Page 446
            Page 447
            Page 448
            Page 449
            Page 450
            Page 451
        Annexe 31
            Page 452
            Page 453
            Page 454
            Page 455
            Page 456
            Page 457
            Page 458
            Page 459
            Page 460
            Page 461
            Page 462
            Page 463
            Page 464
            Page 465
            Page 466
            Page 467
            Page 468
            Page 469
            Page 470
            Page 471
            Page 472
            Page 473
            Page 474
            Page 475
            Page 476
            Page 477
            Page 478
            Page 479
            Page 480
            Page 481
        Annexe 32
            Page 482
            Page 483
            Page 484
            Page 485
            Page 486
            Page 487
            Page 488
            Page 489
            Page 490
            Page 491
            Page 492
            Page 493
        Annexe 33
            Page 494
            Page 495
            Page 496
    Table of Contents
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
Full Text




RAPPORT

DE

M. LOUIS BORNO
SECRETAIRE D'ETAT DES RELATIONS EXTERIEURES

A S. E. MONSIEUR
LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE D'HAITI.
-3o /~/ I o
TOME ler

liiociations livrses
RMclamations et litiges iiplomatiques

1918








PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE NATIONAL DIRECTEUR, EDGARD CHENET,
1918









1 .







LIBERTI EGALITE: F'RATEnNITE

IUEPULBLIQUE D'llATI.


SECTION

N" Port-au-Prince, le 7 Septembre 1916.


DARTIGUENAVE

PRESIDENT DE LA REIPUBLIQUE.

Au Secrleaire d'Elat des Relations Erltirieures.


Monsieur Ic Secretaire d'Elal,

En vue de me permetire de me rendre un comnpei exact de la silualion
gAnirale des affairs de la l1epublique, elde de eerminer, en parfaile connais-
sance de cause, les inesures (u'il y a lieu d'arreler en commune pour la r6or-
ganisation rationnelle de l'Adiministration Publique. il est iincessaire que.
clacun des Secretaires d'Elal me pr6sente un expose ddlaill6 de I'Mlal el des
besoins des divers services de son Departement, avec les recommendations
qu'il croit devoir fire pour la bonne miarche des dils services.
En consequence, je viens vous demander tde vouloir bien m'envoyer, le
plus t6t possible, apres le 30 de cc mois, un rapport circenstanciZ, une sorte
'e bilan de volre NDparlement, en porlant vote attention sur les points sui-
ants sur lesquels je desire tire parliculirement renseign6, ou que je crois
devoir Olre iunidiatlement envisages, en vue de solution prochaine.
RELATIONS EXTi EIEUltES
-- L'organisation nouvelle qu'il y a lieu de fair e de la reprssentlaion
diplomatique el consulaire de la l1epublique, eu raison des conditions nou-
velles de notre diplomatic, et les intlrlts poliliques el coninerciaux auxquels
-il y a lieu de pourvoir en tenant comnpte des aspirations le6ilimes du people
et des resources restrcintls doni le Gouvernement pourra disposer d ici
quelque temps encore;








-L II


2 Les questions pendantes avec les C ouvcrnemniens tiArrangers el les
tolulions linoposers cn n de de le r liquiiilatin ;
3, Les trails:; et aulres accords ilnernalionaux auxqucls ii y a lieu de
recommander I'adhl sion de la f li blique: .......................




Dans I'allcnle de volre proclhaine r6ponte, je vous renouvelle, Monsieur
Ic Secrtaire d'Elal, I'assurance de ma considiralion distingu.e.

DAR IIGUENAVE.





REPUBLIQUE D'HAITI.



SECRI'TAIRERIE D 'ITAT
DES Polt-au-Prince, le 17 Oclobre 1916

RELATIONS EXTERIEURES



M3aisieur le P'ri6sidcnl,

.l'ai I'honneur de renielire e it VIre Excellence, sous ce covert, le rapport
q e'lle a bien voulu mc dinm unlcr sur la situation et la nmrche du Dpar-
Iicment des Releaion Exltericures.
.Ic saisis avec plaisir cotte ois iion de presenter i Votre Excellence,
Monsieur le I'resident, I'assurance e e ins sentiments de respect et de
dtlvouemenl.
Louis BORN.
A Son Excellence Monsieur le PriCident
de la Rhipublique.

Palais National.


- A- -














RAPPORT

A MONSIEUR LE PRISIDEN DE LA REPUBLlOUE



I

FAITS GENI RAUX.

A) NEGOCIATION AVEC LES ETATS-UNIS D'AMIRIQUE.

( LE MODUS VIVENDI.-- LA CONVENTION. )

Vers la fin de 1914, le Gouvernement Americain notifia nu
Gouvernement d'Ha'ti, don't le Chef 6tait alors Monsieur 1)A-
VITMAR THlODORE, qu'il 6tait dispose reconnaitre celui-ci
aussit6t qu'une commission hailienne aurait signC a Washing-
ton < des protocoles satisfaisants relatifs a diverses questions
ddlermin6es et, en premiere ligne, une Conv\ntioii douaniere
avec les Etats-Unis sur le modele de la Convention donii-
nicaine ( Voir annexe 1 )
Le 15 D6cembre 1914, le Gauvernement THEODORE, par 1'or-
gane de Monsieur Louis BonNo, Secrdtaire d'Etat des Relatione
Ext6rieures, repoussa cette Convention douaniere dans les
terms suivants :
< Le Gouvernement de la Republiquc d'Haiti croirait man.
Squer a tons ses devoirs envers la Grande Republique des
< Etats-Unis et envers son Gouvernement, si elle laissait sub-
( sister dans 1'esprit de celui-ci le moindre doute sur son irrC-
a vocable intention de n'accepter aucun contrOle de 1'Admi-
nistration haitienne par une Puissance Etrangere.

< Les conditions essentielles du project de Convention
< do,'anicre comportent Fintervention d'une Puissance Etran-
( gere dans I'Administration national, ce qui constituerait une
atteinte h la souverainct6 et a l'ind6pendance de la Repu-


~~








-4-


( blique d'Haiti et serait incompatible avcc les principles fon-
a damentaux de notre Constitulion.
E Icl 19 I)cecmbre, la L.gation des E:ats-Unis porlait ce qui
suit a la connaissance du Secrelaire d'Etat des Relations
Extlrieurcs :
a En exprimant son hon vouloir de fire en Haiti ce qui
a s'cst fait a Santo-)omingo, le Gouvernement des Etats-Unis
6 lait anime entieremcnt par un disir dsintercss& de donner
a assistance.
SYVotre Excellence m'ayant encore dit que c'6tait une im-
a possibility pour le Gouvernement Haitien de consider cetce
Sp)roposition,mon Gouvernement n'insiste pas ) ( Voir Expo-
s0 de la Situation gnerale de la Rlpullique- annCe 1915. )
En exposant sur la situation, A la tribune de la Chambre
ies Dlputt3s, Ie programme du Gouvernement, le Secrdtaire
d'Elat des Relations Exterieures avait afnirmi hautement lcs
droits de la Nation haitienne. Mais il avail ajout6 :
Ra li)pelons-nous ce)elndant que ces droits ne seront vWri-
tablement it l'abri de tout peril extkrieur que si nous ces.
sons enfin deles compromettre par nos ddsordres intlrieurs.
a La politique extiricure doit trouverson appui dans la po-
litique intricure. Si nous ne voulons pas bannir de nos
0 coeurs nos vieilles rancunes,nos vicux dissentiments; si nous
a ne voulons pas en linir avec nos vicilles querelles; si nous
e ne sacrilions pas lout cela it lintLrdt supirieur de la Repu-
a Illique, nous aurons lient6t perdu tout litre an respect de
nos droils de people libre ct independent. )
leux mnois aprs, Ic (Gouvernement T'ImODOnE lait renvcrse
par uine revolution, e Ile G6nural Vluii, ux GUIILAUME SANM 6ait
clu it la IPrsidence. Immnidiatelmnt arriverent de Washington,
en mission .fficieuse, ilMM. FoLm ct SnI'ri. AxcolmpagnIs du
Ministry des Etats-lnis, Monsieur BAl.LY IBLANCIAIII),i ils fu-
rent rlcus an IPalais National et ssaybrent de reprendre la
conversation arrctie en l)cembre 1914. Ils n'avaient pas de
i)leins p)ouvoirs. Aucune negociation n'eut lieu, et deux on
trois jours al)res l'entrevue, la Commission s'cmbarqua pour
les Etals-Unis. ( Voir annexe 2 )
Mais bientol, en Mai, le Gouvernement Americain delcgnait
it Port-au-lP'inet. Monsieur IPAUt' FIuti..iunJufor,i'a itire d'Envo-
ye Extraordinaire, avec la mission spqciale de ne reconnaitre
otficiellement le Gouvernement Viiw.n'N G'Iu.AcME que si
crlui-ci acceln)ait de signer le project de convention n que Mon-
sieur FRi.EI.i ait charge de lui piisenter. (Ce project faMsait
du Ministre des Eltas-Unis a Port-au-Prince Ic (Conseiller offi-
ciel et obligatoire du Gouvernement Haitien, ct garantissait ii
laiti le contours des Etats-Unis pour la protection de son








- 5-


irdpi'cndance ct In suppression de la guerre civil. Apris exn-
n'.cn de cc project, le G(ouverneCment Ilailien remit anu l)dlgui
nmiricain un conlre-projet formulant les conditions nuxquelles
il tlait possible d'accepter assistance des Etals-Unis. Monsieur
Fli'.Li: .In. proposal dfs modifications doni quclqucs-uncs Ifu
rent acceptles, puis brusquement, partit de Port-au-Prince
(Voir annexes 3. )
C'Mtait au debut dtu iois de Juin 191.5; la gucrre civil faisnit
rage dans le Nord. Le 2 Juin, le Secretaire d'Etat BYAx navi-
sait notre Ministre it Washington qu'il avait recu du( Cap-IIai-
tien un tle6gramme oil il 6tail question d'une demonstration
faile par les rebelles devant le Consulat des Elals-Unis et de
leur menace e broiler la ville s'ils taient obliges de I'evaculer
o Ordre avait itl donned, disait le Secreluire d'llat, d'envover li
un o deux navies de nirs de g erre. II l ful plus question dI Il mins-
sion FULLEIt Les evenements politi(iues suivi'rent leur coiurs (t
aloutirent aux joinrnies it jamais 'ndfasles des 27 el 28 Juillet
Les troupes amCricaincs delarqmluirnt alors sur le terriloirc
d'llaiti, occupirent les principals villes, assiurirent l'ordre et
rendircut possible it l'Assembhle Nalionale l'dlection conslitu-
tionnelle du President de la IIpulbli(iue. 1)
Le Gouverncment etait i pine constiltud (fue la Legation des
Etals-Unis lui pr6sentait un project de Convention. ( ILe Pays.
s suivant les termes de la Proclamation du 29 Aofit dernier
( du Prisident de a Rdpublique, clait en proic i l'anarchie la
plus effroyable, les villes et les campagnes des )dparlemenisl
d du Nord, du Nord-Ouest, de I'Artoionite et (d'une grande par-
< tie de l'Ouest avaient 0tc ravages et ensanglantles par une
< sdrie, presque ininterrompue, de guerres civiles; i'angoisse,
< la desolation, la misire talent partout Enl moins de quatre
a ans, sept Chefs d'Etat s'6taient succiee nu Pouvoir. Le der-
a nier, VuairLuN (;GUILAUtME, venait d'dtre violeminent arrachU
a dela Legation de France et sacrifice dans la rue par la colerc
c( aveugle et l)arbare d'ine foule qu'avait exaspirde l'hica-
a tombe inexpiable de la prison de I'ort-anu-Prince
( L'intervention amrnicaine mit fin it cc scandal. Et la
a mnme Assembl6le Nationale qui, sous la pIression de la force
a vicloricuse, avait ratilit trois coups d'deat en 6lisant successi-
( vement trois Chefs derdvolution, cetle mlme Assemblke Na-
a(tionale, agissant pour la premiere fois, dans sa pleine et en-
a tire liberal, appela a la Premirre Magistralure le S6nateur
< DAIFTIGUENAVE
< 11 6tait important d'assurer d6sormais it la Idpublique rui-
anee et saign6o l'ordre, lapaix, la security, un Gouvernement

1) Voir Joniteur du 4 Septembre 1915, No. 60.








- 6--


(stable,toutes lesconditions, en un mit, indispensable au ira-
a vail,A la vic normal, indispensables an bien-iere et i la pros-
( p6rit6 des citovens. Et 1:l prcuvc clait faite, d6finitivemcnt fai-
SIte,del'impuissance radicaledesdi rigean Is nationaux ttropdivi-
( ses entire uix, it procurer an Pays ces conditionselmientaires )
Apres des negociations laboricuses la Convention fut signed
le 16 Septembre 1915. Ratitke par Ie 1Prsident de la Rlplibli-
que, clle fut soumise hi la Chambre et au Senat qui la sanc-
tionnirent successivement les ( Octol)e ct 11 Novembre 191:i
en sc rlf6rant au commenlaire interprlatif coelcnu ldans Ic
rapport present it la Chamibre des I)p1)uts ( Voir annexes 4.)
La loi de sanction et le commintairc inlerprdtatif furcnt
transmis au (outvernemcnt des Etals-Lnis. Et, en attendant la
sanction du Senat americain et I'echancge des ratifications, un
a Modus Vivendi ) fut signed le 29 Novembre imettant en vi-
gueur, provisoiremcnt, Finstrumenlt dipllomintiquc du 16 Sep-
tembre, sons reserve de la procedure d'application A regler
entire Ic D)parlement d Etat et une Commission ha tienne qui
devait tre nommie i cet effect.
Le Gouvernement sc hiAla de former cette Commission et de
lui donner les plains pouvoirs nCcessaires. El'e etait composCe
de Messieurs Solon M~lnos, Elnvovy Extraordinaire ct Ministre
1PlInipotentiaire it Washington, icerre Hudicourl, ancicn )616-
gue dlu Gouvernemcnt it la Conferenc e dla IIave et Auguste
Magloire, Administralter des Finances de Port-au-Prlince, avec,
comme Secritaircs, Messieurs Leon )Dijean, chef de bureau an
DIpartemcnt des relations Extcricures, et Edg. Laroche, comp-
table au 1Dpartement des Finances.
Au commencement du mois dc .uin 1916, la Commission
n'avait pu rtaliser outre un projectt de transaction avec la Ban-
(luC Nationale, que les dcux accords suivants : celui fixant les
salaires du Consciller financier, du Ieceveur Gne6ral et du
Rlccevcur (G6nral adjoint ( Fevrier 1916 ) ; celui relatif i la
Gendarmeric ( 8 FIvricr 1916 ) ( Voir annexes 5. )
Le (Gonvernement estima que le sejour des Commissaires A
Washington ne piouvait lurer davantagc. II mit done fin a leur
mission Ic 9 .uin ; ct Ic Minist'e d'H-alli i WaVshington fut in-
vesli de tons ls )oluvoirs de la Commission el charge de pour-
suivrc les n6gociations. ( Voir annexe 6. )
D)ans 'inlervallc, Ic S( nat am.ricain avant sanclion.n6 la
(:onv~ention, 6l cclingne de; ritliic:tions av'ait Nlo effectuit ( (
Mlai 1916. ) La Convention cntra par cc fait n pleine vignucr.
( Voir annexes -. )








-7 -


U. ) LE MODUS VIVENDI.

Le Modus Vivendi stipulait la mise en execution provisoire
de la Convention. S'il y avait &6l donni suite, conform6ment
aux pressantes r6clamations du Gouverneient Haililc; si, il v
a dix mois, le Conseiller financier, le Receveur G6neral et 1'1n-
genicur avaient 0t6 nomm6s, il est permis d'affirmer que le
cour des 6v6neenits eut 6td, probablement, tout autre qu'il
n'a td6. ( Voir annexes 7. )
La situation financiere de la R6publique aurait 616 fixe ; et
nous serious pcut-6tre, en cc moment, en pleine r6alisation
d'un programme de r6organisation financiere et administrative
Aucune suite ne fut donn6e au Modus Vivendi. Les services
civil devaient 6tre restilu6s A 1'autorit6 14gale; un engagement
formel avait 61 sign A cet 6gard. lais comment le Gouver-
nement pouvait-il recevoir ces services sans les moyens pecu-
niaires que l'Occupation y consacrait? Avec quelles re;sour-
ces efit-il pu continue les travaux entrepris et maintenir
l'arm6ed'ouvriers employee A ces travaux? .. I es resources
avant 6t6 refuses au Gouvernement, les choses durent res-
ter en 1'Mtat.
C. ) LA CONVENTION.
11 avait 0t6 entendu entire les deux Gouvernements que les
details de 1'ex6cution de I'acte diplomat;que du 16 Septemlbre
1915 ainsi que les differenls existent avec la Banque Nationale
de la RIpublique d'Haili et la Compagnic Nationale des Che-
mins de Fsr seraient regl6s par des accords sp6ciaux entire le
DUparlement d'Etat et une Commission haitienne d616gu6e A
cet effet. Entre autres points, et d'une maniere particuliere,
ces accords devaient determiner :
1 1'etendue des fonctions du Receveur Genral ; son mode
d'action pour ( recouvrer, recevoir et appliquer > ; ses pou-
voirs quantA I'administration proprement dite des douanes;
2 l'organisation et le fonctionnement de la Gendarmerie.
La Commission commence ses travaux vers le milieu de
DIcembre 1915. An d6but du mois de Juin 1916, ainsi qu'il a
Wel dit plus haut, elle n'avait pu aboulir qu'i preparer un ac-
cord sur la gendarmerie, A fixer les salaires du Conseiller Fi-
nancier, du Receveur-Gendral et du Receveur-Gi6nral adjoint,
et A conclude une transaction avec Ia Banque Nationale de la
Republique d'lalti. ( Voir annexes 5. )
Le Gouvcrncmecnt jugea, dans un but 6conomique, qu'il con-
venait de meltre fin A sa mission et de charger la LCgation
d'Haiti h Washington de poursuivre et d'achever la titcli
commencec.








-8-


C'est Ai ce moment lque Ic I)3piirlcemiut d'Etal prtsenla A
notre Legation uin nouveau I rojet d'accord sur la (;endiurmerie,
comportant un article II qui piacait sous la direction et le con-
trioe te la Gendarmerie les services d'hygiene, des phares, les
posies, les tIligraphes et les travaux pul!ics. Apres tn change
de vue centre les deux (i )uvernemenwts, l'article II fut supprimn
d'uii common accord, et I'acle sur la (endarmerie flt I)icnl6t
sign par Monsieur I1. Linsing et Monsieur S. Menos, ( voir
annexes 5 piece C ) ainsi qu'un accord special sur les 16-
logralphes ct tilOphones, accord qui,- cc service relevant
diu D)parlemenit dcs Travaux pul)!ics,-- les rattachait A Ini di-
rection du Bureau tie 1'Iingenicur prIvu A l'arliclc XIII tde la
Convention ( Voir annexes 8. )
Mais une difdculte nouvelle ne tarda plas A se presenter.
Sur la proposition du lI'rsident des Etats-Unis, le Prisident
d'l:taii avait nommn:
Mr. AnalsoN T. R1I ', connmmCe C(onsei !': Financier,
Mr. A.\It'M s, come lecev\eur-G(1nfral,
Mr E. (G. ()IOIm.I, conmmeC Ingenieulr,
Mr. MATHEIWS comime Sous-Heceveur-(;iniral.
Ces fonctionnaires fIrent installs A leurs imporlanles fonc-
lions. 1L Ilienl6t sc posa la question des nominations dans
les douaines tie la Il)publique.
D)ans l'opinion de Messieurs RIcA.N el MAUMIT', ces nomiina-
lions devaicnt se fire, d'apris la convention sur la proposi-
lion du 'Pr6sidcnt des Elals-Unis. Dans opinion du (Gover-
neient, elles relevaient du choix exclusif du Prisidentd'Haili,
les seuls fonctionnaires sujets A proposition ctant crux du
lBureau dui cceveur, bureau de perception ct de paiemcnt
distinct dil service dounnicr proprement dit.
Cclle divergence de vues qui, d'aillcurs, n'1tnit pas nou-
velle et don't Ie (Gouverncnient avail attend la solution tie la
mission de nos (oinunissaircs, cause in temnps d'ar'ret dans la
nomination diu personnel tes dot:anes. ( Voir Annexes 9. )

( I) ) SERVICES CIVIILS
( TRAVAUX P'rnics etc.)

L'cciipation, dts les premiers jours, s'dtait altribud Icl ser-
vice de la voirie, les t-vauix de reparalion des rues, cerlains
Iravaiux publlics, le service hospilalier.
Ces services divers. reclaon'ms par Ie (Gouvernemeln, dc-
vaicent lui tIre remis lors de la signature du Modus Vivendi.
Mais cell rcnise fil ajoirnee, coimne il a eil dtit plus liaiil.
I!'. Convention Olant entire en vigueur par I'echange des








--9--

ratifications, les services civils no pouvaient continue a 6lre
administres par 1 Occupation.
Des dispositions sont prises pour en operer le retour i 'au-
toritc national ( Voir Annexes 10. )
Le D)partement des Tr:avaux publics ct cclui des Finances
sp6cialement intiress6s exposcrowt les details

II

II(CLAMATIONSET LITIGES DIP LOMATIQUES
A. ) AFFAIRES ALLEMANDES.

Le 1: Mai 1913 un protocole d'arbitrage fut sign en-
tre la I lipblique d'Haiti et I'Empire d'Allemagne par lequrl
les llautes Parlies Contractantes convenient de sonmettre A
1'Arbilrage toules les r6clamations pendants centre clles. I.e
Tribunal arbitral constitui en vertu de ce compromise, avail A
statuer sur uine quinzaine d'affaires environ Mais il n'v cut
que 7 r6claniants a soutenir leurs pr6tentions, les autresayant
renonc6 A poursuivre Le montant des reclamations s'dlevant
ensemble A Or P. 433.779,72 ct t gourdes 124.427,96, fut reduit
a Or P. 21.000 ct A G. 53.078,14 Les difficulties do toIs ordrcs
auxquelles le Gouvernement a 6tW canstamment en butte ne
lui ont pas permis jusqu'ici d'ex6cuter les sentences arbitrales.
( Voir Annexes 11 )

B.) AFFAIRS FRANCHISES.

Un compromise analogue fut sign Ie 2-1 Septembre 1913
pour 'examien des r6clainations franchises. Los discussions
commienCerent, mais furent interrompuies par suite tie la (de-
mission du President du Tribunal. ( Voir Annexes 12 ) Ulld-
rieurement, un asscz grand nombre de rclamation:s ont &t6
pr6sentees par la Legation de France Elles feront, ainsi que
cells des autres Legations, I'objet du protocole preva l'arti-
cle XII de la Conventiou. Des n6gociations se pourusivent a
cette fin.
C.) LITIGE DOMINICO-IIAITIEN.
La question de la validil6 des Convenli',ns lialliano-do-
minicaines de 1895 cl 1898 soul\ e par le Gouvei ncment de
la Hipublique Dominicaine, allend encore une solution defi-
nitive. ( Voir Annexes 13 )
En vue d'y aboutir, les G tlvernements d'Haiti et -d la 11-








- 10. -


publique Dominicainc, ayant accept les bons offices du Gon-
vernement dcs Etats-'nis, s'taient mis d'accord pour conficr
a dcs dele6gues spfciaux les pleins pouvoirs nCcessaires i la-
conclusion d'une Convention d'un arbitrage. Les nCgociations
ouvertes Ai Washington ont ite contraries par les evcnements
politiques survenus tant6t en laiti, tant6t dans la R6publique
Dominicaine.II faut espirer qu'elles seront bient6t reprises et
aboutironttiun rCsullat satisfaisant pour les parties int6resscs.
Le departmentt ne perd pas !e vue cetle dlicale question
ct garden 'cespoir de fire triompher les droils de I'Etat d'(Hati.
Aussi voulant s'assurer de tous les moeyns susceptibles d'6ta-
1)lir le l)ien fontde de nos droits, il jugean on on 19)14 de con-
fier i une Commission le soin de recueillir tous les 6elments
propres A elucider lIaffaire des Frontieres et la question de
validity des Conventions indi(iuies
Les travaux de la Commission opt td suspendus ht cause
de la mort de son Iyr'sident, Mr. D. Jean-Joseph. II est ur-
gent qu'ils soient repris.

D.) LIT1GES SPECIAUX.

Des deux litiges don't la solution avait e,6 confide Ai la Com-
mission de Washington, l'un, -celui relatif i la Banque Na-
tionale de la Iepublii(jeC dllaiti, a fairt 'objet d'une tran-
,aclion qui a Cte :,igni e le 10 Juillet 1916 et don't l leIcxte a ae
public au JOURNAL. ():OFiv~:1C du27 Septembre l16, No 73.(Voir
Annexes 5.) L'autre, relatif 'ila Compagnic Nationale de Che-
mins de For, est en voie dle rglement. ( Voir Annexes 11. )

III

QUESTIONS DIVERSE
A ) GUEPRR1E EUROPEENNE

1. La presence d'un navire de guerre francais, ( Le Des-
caries dansla trade (1' Port-au-lPrince, anu ins d'Aoft 1915,
donna lieu hi une plainto de la part de la Lgation d'Allema-
gne. Mais, avant mninm d'avoir requ la communication de S.
Ex. M le I)r 'PEInl, Envove Extraordinaire et Ministre Pl6ni-
potenliaire de S. M3. I'Emperecur d'Allemagne, le I)parlenment
avait deja fait notifier au Commandant du navire de guerre
qu'il devrait partir dans les 21 heures, confornimment Ai 'arti-
cle XIII de la Convention conclude i laI Have ( sur les droils
ct devoirs des Iuissances neutres en cas de guerre maritime ),
( Voir Annexe 51, ) et declare, en m6me temps it la L6gation








-- 11 -


de France que le Gouvernement IaIitien entendait des main-
tenant d.gager sa responsabilitl quant aux suites que la vio-
lation de la Convention pouvait entrainer.
Le Gouvernement ne pouvait fire mieux en 1', ecurence,
n'etant tenu d'agir que dans la measure des ovens don't it
dispose, ) suivant les termnis ftormels de l'art. 23 de la mtnie
Convention.
Dans la suite le Gouveranem2 at cut 6g ilem ant A protester
contre un dlharquement de inaris franc-ais nu Cap, dnbar-
quement qui, sans envisager d'autres consideratiois, cons-
tituait une violation de article 11 de la (Cnvention conclude
a la H.iye concernant <( les droits et dev:iir.s des Paissances
et personnel neutres en cas de guerre sur terre (Voir
Annexe 46. )
2. Parmi les difficulties soulev6cs par les measures de
rigueur adopt6es par les Puissances belligrantes an prejudice
des neutres, il en est une que des circonstances de force ma-
jeure n'ont pas permit de solutionner jusqu'i p sent et qu'il
imported cependant de noter ici: c'est celle relat ve i Ia trains-
mis'ion des de6pches t6lcgraphiques d'Etat chiffrces on co-
d6es.
A la suite du rcfus de la C(cmpagnie francaise des Ciillcs
telegraplliques de transmettre les telegramnmes chitffrs que le
Gouverneinent lIaiticn avail adress6s cin Europe a ses ReprC-
sentants, le I)lpartem ntll dut f:cimu!ler des reserves auprs tie
la Com pagnie quaint aux pr ijdices (qu'il )u)vait en subir.
Mais la Compagnie se hata de nous fair savoir que ces mesu-
res de restriction imanaient, non pas d'clle-mnem, mais du
Government franqais qui avait decide, d'accord avec le
Gouvernement anglais, de n'accepter sur son lerritoire que les
tiligra mines du .Ialon. de fIlllie, de l'Espagne. du Portugal,
de la Grece, de la iRoumanie dans des conditions dererminces
et indiqubes au bureau de Berne.
Nos d6marches ne parent n:ius fire oltenir li banafice de
1'exception aux regl.e r6gissant I'emploi du chiffre en temps
de guerre.
B ) IECIRUTEM1ENT DU CLERIGE
Donnant suite a des communications du D)partement des
Culles, le Deparlement des Relations Extericures a entrepris
des denarches aupris de l'Inlernoncialure du Sainl-Siege a
Port-au-Prince pour remidicr i Ia grave situation cree par
la diminution notal)le du nombhre de nos pr'-res.
La question est de savoir par quels move is, il fault parve-
nir A combler les vides causes par linisuf.isaiice le notre
clerg6 francais, en attendant que celui-ci soit en measure de se








- 12 --


compllier et d'assurerle foncliona mecn' niccssaire du minis-
tere sac-re.
Le )Dpartement attend de connaitre les vucs de la Sccr6-
taircrie d'Etat du Saint-Siege 'i (ui sa Grandeur Monscigneur
CmHllfI,-nix, Inlernonce apostolique, s'est empress6 de soumet-
tre la question

C ) L1O DE 1903 lIELATIVE AUX SYlilENS

I'application d( ctcte loi a r6ccmment donned lieu a des
observations de la part des Legations tie France, d'Angleterre
et des Etats-Unis. Le )Dpartement, autoris6 par le Conscil
des Secretaires d'Etat, a 6le amneni a convenir avec clles,
( qu'en allendant qu'une loi interpretative de l'art. cer soit
a voic par les C(hambres, le (;ouvernement adimettra sur le
a territoire national, sans distinction d'origine, tout stranger
En cc qui a trait aux Syriens qui auraient quitt6 le pays
pour y revenir revetus d'unc nationality ltrangere, t il a 66
( entendu qu le le(iouvernement verifiera si la naluralisation
a s'est effectuie dans le but ide turner la loi de 1903. (voir
Annexe 15. )

IV

T'iciAIT'lES ET CONVENTIONS

1. ALLEiMAGNE

a ).- La Convention commercial signee le 29.Inillet1908,
ratific e 31 .luillet et sanctionnec les I et 18 Aoilt 1908, est
encore en vigueur. ( voir Annexe 16 ).
1) ). La Convention conccrnant l1'change des colis-postaux
sans declaration de valour, signie Ic 12 Avril 1912, ratified,
le 30 du mime mois et sanctionnec les 8 et 17 Aofit 1912, est
(galcmcnl en vigueur (Voir Annexe 17 )

2. ANGLETERltlE

a ) CONVENTION IOSTA.L

Vers le mois d'Avril 1913, Ic Gouverrement de Sa Majestc
BritanniqIe nous prolposa, par I intermindiaire de sa Legation
i Pol't-au-Princc, un project tie conventionn postal.
A prs avis du Conscil des Secrleaires d'Etat, le Dlparle-










ment pr6senta un contre-projet. Les pourparlers durerent jus-
qu'an mois de lecembre 1913. Depuis aucune suite n'a etc
donnee la question.
b). TILITA ) DOE COMMEINCE ET DE NAVIGATION
Au mois de DI)cembre 1933, conform6ment aux instruc-
tions du Marquis de LANSDOWNE, Monsieur LUCIEN JER6ME,
ACrING Consul Gnneral de Sa Majesle Britannique, presenta
ni project de trait de paix, de commerce ct do navigation
que MI. FTILRE, alors titulaire de ce Departement, soumit au
au Gouvernement. Le Secretaire d'Etat engagea des conversa-
tions A la suite desquelles certaines modifications furent ap-
portees au texte primitif.
Interrompues i ce moment, et renouecs en 1933, ces n6-
gociations n'ont pas eu de suite.
Lc 7 Mars 191(i, I. KOIIAN, Charge d'Affaires ad. int de Sa
Majesli Britannique, transmit au Dp1artement un nouveau
project, sur lequel le Gouvernement sera bient6t appeal A sta-
ther
C). TRAITIE D'EXTRADiTION.
Le trails d'extradition conclu en 1871 cst toujours en
vigueur. ( voir Annexe 18 (1).

3. I1ELGIQUE
a). --- TRAITEi DE COMMERCE ET I)AMI'IIE

I)epuis 1'annce 190)3, le Consulat de Sa Majest6 le Roi des
Pclges a engage des pourparlers avec le I)partement en vue
de la conclusion d'un Trait dte commerce et d'amitiC. Tour a
tour reprises et abandonnies, lcsn6gociations,jusqu'it laveille
du grand conflict Eurcp6en, n'avaient pas about A un accord
definitif. En riponse A la derniire communication du Gou-
vernement Belge nous transmettant en Mars1914, la liste des
categories d'articles pour lesqrels le Gouvernement du Roi
dt(sirerait obtenir dcs reductions de droils de douane, le De-
par cement d6clara qu'il lerait connailre son opinion en temips
I ppo tun.

(I) En 1907,fut conclue avec I'Anglelerre une Convention sur la nationa-
liHl Elle ful ralifi6e et sanctionnee par les pouvoirs publics des deux pays.
Mais en 1909, le Gouvernement haitien admit, sur la demand du Gouver-
nement de S. M. Brilannique que la Convention sur la nalionalitc cessait
d'exister.
Normalement une measure 16gislalive serait ntcessaire a cet igard (Voir
annexe 19.)


- 13 --







- 14 -


1)), TBAITiE 1D'I ::T A) ITION,

En 1913, le Gouvernement Hei lge I'rtsentait a notre Charg6
(l'A\ff;irs en Bclgique Ie texte d'tn pro.et de Traite d'Extra-
dition. Le l)iparlcment, aprcs 1un examnl.' allentif, crut devoir
proposer un contre-projet. Les &v6nemniis quisuivirent bien-
16t ni'ont pas permis de continue les n6gociations cntam6es
sur c tle question. 1)

4. lilIESIL

TRA\IT9 I)'ARBITRAGE

l)sirant aulant que possible consacrtr notre adhesion au
principle Iicnfaisant de l'arbitrage et l'dlendre A tous les Ertls
avec lesquels nous soinmes en rapport, le D)partement n'a
ras hisild f accueillir favorablement les ouveriures faites au
sujet de la conclusion d'un traiilt d'arbitrage avec le Br6sil.
Signi en 1910, il a et6 ralilie, promulgu6 et public depuis.
( Voir Annexe 20 ).
5. CUBA

TRAIT9E EXTRADITION, DE COMMERCE ET DIARBITRAGE

Des n6gociations sont actuellement pendantes entire la Rd-
pullique de Cula et la IRpubl)lique d'Haiti pour la conclusion
d'un Traiit dTExtradilion, d'un Trait6 d'Arbitrage et d'un
Traitd de Conmmerce
Le Conscil des Secrc-laires ld'Eat, en sa stance du 13 Mars
1913, a accept le project de Traite d'Extradition; mais aucune
suite n'a et6 donnee A cette decision

6. ItEPIBLIQUE, DOMINICAINE

a ). TRAITnI D'EXTRADITION

Le 11 Octobre 1909, il fut sign ( ad referendum ) a Santo
)omingo par Monsieur .1. LIZAIRE ct Monsieur EmILIO C. Jot
ImiE-, un Traite d'Extradition entire la Rdpublique d'Haiti c
la 11Republique D)ominicaine Ce trait fut soumis A la sanct

1 ) En VL e de coiltrilbuer hi la ripressi:i des crimes, cominis hours de son
terriloire, le Go vernecmeni haialien a fail vo'er une loi sur I'extradilion (tin
r6glemenle la procdllure tie I'extradililn en I'absence muilme d'un Irailt.
( oir Annexe 19 bis.







- 15 -


tion du S6nat Doniinicain qui y porta des modifications ique
le Gouvernemnent laitien n'a pas cru devoir accepted. )Depuis,
les pourparlers n'ont pas 61t repris. ( Voir Annexe 21. )

b). TRAITIES EN VIGUEUR.

1.- Les relations Dominico-Haitiennes sont rigies par les
stipulations du TraitL de 1874, sauf en cc qui concern le
Commerce, la Navigation ct l'Extradition ; les clause. relati-
ves a ces trois objets ne devaient durer que vingt-cinq ans ;
elles ont cess6 de s'aplliquer depuis l'annie 1900. ( Voir An-
iexe 22. )
Un Modus Vivendi, relatif aux voyages des Dominicains et
Haitiens par les frontibres, a 6tC sign le 20 Mai 1910 ( Voir
Annexe 23. )
2.- En 1895, fut conclude une Convention en vue de sou-
mettre i l'arbitrage du Souverain Pontife l'interprelation de
l'article 4 du 'rait( de 1874. Des difficullts Ctant survenue sur
l'6tendue des pouvoirs accords i l'arbitre, les deux Parties
Contractantes se sont cntendues pour y donner une solution;
d'ot la Convention de 1898. Celle derniire Convention a en
un commencement d'execution : une parties .des valeurs pr&-
vues a titre de dedominagement en faveur du Gouvernement
l)ominicain lui fut versee ; la Commission-mixte, appel6e a
fair la delimitation, fut institute et ses travaux commenc&-
rent. Mais la mort du President HE:cREAUx arreta l'excuntion
complete de cette Convention. Depuis, une question priijudi-
cielle a l6t soulev6e On a contest i Santo-Domingo la vali-
dit6 de ces deux Conventions.
SNous avons dit plus haut que les n6gociations ouvertes A
Washington en vue de r6gler par l'arbilrage la nouvelle diffi-
cultC, out 6td contrariees plar les evenements poliliques des
deux pays. (Voir Annexes 13 )

7. ETATS-UNIS D'AMERIQUE

a ) -- TRAIT: DE PAIX. -
Le I)partement des Relations Ext6ricures a eun disculer
avec la L6gation des Etats-Unis d'Amirique i Port-au-Prince,
au course de l'ann6e 1914, un project de trait avant pour ob-
jet de soumettre a une Commission d'investigation, avant une
declaration de guerre, tout differcnd ponvant surgir enlre
Haiti et les Etats-Unis, de quclque nature qu'il soit, que la
voie diplomatique aura 6ti impuissante ai r6gler.
La Commission d'investigation qu'il instilue differe de la







- 16 -


Commission d'enqu~te international, pr6vue par la Convein-
lion de la Have, et par ses attrib:'tions, et par sa competence
et par son mode de fonclionemIIntl L'cxamen et le rapport
de celte commission, A laquelle les parties s'engagent A sou-
meltre tous litiges, n'obligent en priicipe aucune d'elles, et
cclles-ci se r6servent le droit de recourir A une action indd-
)pendaile rpris la premise du rapport
Le but poursuivi est d'assurer par un moyen nouveau le
triomph e de la paix international ; le project de trails garan-
tit une p6riode de r6flexion et d'examen pendant laquelle 'o-
pinion publique qui a si souvent command la guerre sons
I empire des passions, aura une plus claire comprehension
des faits, en meme temps que les parties litigantes pourront
avoir une vision plus nette des points en discussion.
Ce project difftre de la Convention d'arbitrage qui existed d(jA
entire les deux Etats (1909) en ce que il y est fait abstraction
des questions touchant A l'Ind6pendance, A i'honneur et aux
interets vitaux.
I1 ne rest plus pour le Gouvernement amnricain qu'a donner
son avis sur l'addition proposCe A 1'article 4 par le Gouverne-
ment Haitien relativemcnt a la composition de la Commissicn
d'investigation.

b).)- TRIAITi, D'AMITIE. C(oM.MlCE ET N MVIGATION-TlAITE Di'UXTIADITION..

Au mois de Mai 1901, par l'intermddiaire de noire Legation
a Washington, le Gouivernement d'Haiti d6nonca le Trait6 de
1864. Par suite de cclte dinonciation, les clauses de ce Trait6
devaient cesser d'obliger les dcux Pays le 7 Mai 1905. Le Gou-
vernement Haitien proposala un nouveau Trait6 d'Amiti6, de
Commerce et de Naviga ion ninsi qu'un project de Convention
pour I'extradition dcs criminals fugitifs.
L'accord se fit sur le second project qui, sanctionn6 par nos
Chambres en Juin 1905, est encore en vigueur (Voir annexe 24.)
Mais des circonstances divcrses n'ont pas permis aux n6go-
ciations d'aboulir a un accord definitif str les clauses du pro-
jet de Triait de Commerce transmis au D6partement d'Etat.
'outefois, au mois d'Aofit 1908, sur la demand du Gouver-
ncmenl des Etats-Unis qui faisait observer que la plupart des
produits agricoles haitiens ne payaleiit pas de taxes douani6-
res aux Etats-Unis ou en payaient de trWs minimes, une r6duc-
tion de 25 o/o pour les cordages et de 1/3 o/o pour la biere sur
l'ensemble des droils principaux de douane, reduction accor-
dte A l'Alleiagne en vertu de la Couvention du 29 Juillet 1908,
fut vote par le Corps 1.gislatif an profit des cordages et de
la biere de provenance'amnricaine. ( Voir annexe 25. )







- 17 -


C.- TRAITS EN VIG'ECUR.---

1.- Unc Convcnlion,concluc a Washinglon le 7. anvier 1909,
fail de l'arbirage le regime olbligaloire entire les deux Pays
pour la solution des dilffrcnds d'or(re juridique, susceptible
de naitre entire eux, exception faite des cas initrcssant I'hon-
neur, l'indCpendance et la dignity national. (Voir annexe 26 )
C'est en vertu de celte Convention que fut soumis an Dc-
partement, camme rcsultat de ndgociations anterieures, un
project de protocol r-glant la procedure proposed pour le
riglement'd es r6clamations pendants.
2.- Oulre la Convention d'arbitrage du 7 Janvier 1909,
sont encore en vigueur le TraiLt d'Extradition conclu en 1904
( annexe 24), le Trait6 sur Ia naturalization du 22 Mars 1902
Voir annexe 27. ) Et la Convention sur Ics colis-postaux de
1910. (Voirannexe 28 )
3.- Le 16 Septembre 1915 fll signed A Port-au-Prince une
Convention qui assure A la ie6publique d'Haiti la cooperation
des Etats-Unis pour la restauration de ses finances, pour son
developpement dconomique et pour le maintien de la s6curilt
publique.
II en a Wtd plus haul question. ( Voir annexes 4. )

8. FRANCE.

1.-- Le Traith de paix perp6tuelle et d'amitid constant si-
gnC A Port-au-Prince le 12 F6vrier 1838 entire Haiti et la France
et dAlment ratifi6, est encore en vigueur ( Voir annexe 29 )
2. La Convention commercial signCe A Port-au-Prince le
30 Janvier 1907 pour trois ans, ralifie et sanctionnte le 18 Juin
de la meme annee, est aussi en vigueur. (Voir annexe W0. )
3.- II en est de m6me.de la Convention Postale signee le
3 Juillet 1912, sanctionn6 le 17 Aoit 1912 qui, a la difference
de la pr)c6dente, est obligatoire inddfinimient. (Voir annexe 31.)
4.- En r6ponse au Gouvcrnement Francais qui, le 20 Jan-
vier 1913, nous denianda d'adhdrer an Trait de Protectorat
franco-marocain sign A Fez le 30 Mars 1912, le Gouvernement
Haitien d6clara prendre acte de ce Traite.

9.- ITALIE.
CONVENTION COMMERCIAL.
En 1910, le Gouvernement de Sa Majeste le Roi d'ltalie sou-
mit au Gouverneinent Haitien un proict de Irait de commerce
t de navigation qui resta A l'tude jusqu'en l'annCe 1912.






- 18 -


A cette 6poque les propositions furent r6ilries. Le Conseil
des Sec rllaires d'Elat docida, s!ir le rapp ort des Ministres com-
pllenlts,d'en u mer les neg. ciaiti oas.J lsqui'en 1913,elles n'avaient
pas about.
Vers le m3is de Janvier lill comnme les Chambres Italiennes
menacaient de suspend Ie le trailement de faveur accord aux
delires hIa tieines, S. Ex AIr Ic (Conle de Ilaybaudi-Massiglia,
Envov6 Extraordinairc et Ministre Plrnipotentiaire de S. M.
le Ioi d Italie, demand an ID)parlement d'accorder aux pro-
duits italiens le mnme Iraitement, en attendant la conclusion
du trailed. Le Corps Legislatif pouvant scul accordcr un sem-
blablc privilege, le Gouvernement ne put que prometlre de
presenter un project dans cc sens
Dans la suite, les conversations furent reprises, ct les contrc-
propositions hailiennes soumises au Gouvernement Italien.
L'accord se fit, ct le texte de la Con mention fur d6finitivement
arrite.
M' Le Comte de Haybaudi-Massiglia, muni de pleins pouvoirs
speciaux, sign la Convention le 10 F6vrier 1915.
Cette Convention a 6te soumise i la sanction des Chaimbres.
( Voir annexe 32. )
10.- PAYS-BAS.
TIAITE rDE COMMERCE ET DE NAVIGATION.

A la date du 17 Juin 1910, le Consulat des Pays-Bas h Port-
au-Prince portrait i la connaissance du Departement queSa Ma-
jcst6 la Reine des Pays-Bas desirait n6gocier un trait de coni-
merce et de navigation par lequel les parties se garantiraient
reciproquement le traitement de la nation la plus favoris6e
d'une manierc g6norale. A la suite de cette communication, le
D6partement, apros avoir soumis la proposition au Conseil
des Secretaires d'Etat qui autorisa les n6gociations, recut du
Consulat des Pays-Has un p)rojet de trails.
Des pourparlers s'eng.agerent entire le I)partcmcnt du Com-
merce, celui des Relations Ext6rieures ct le consulate int6ress6.
lls dur6rent jusqu'au mois de F6vrier 1913, date it laquelle
le Dc[partement du(l Commerce, il qui avait 6t6 transmise la
derniere d(li)eche du Consulat de' Pays-Bas demandant la
conclusion delinitive, fit savoir que, vu la n6ccssit de rema-
nier le tariff douanier, ii y avait lieu de surscoir.

11.- PEIISE.
TRAIT D'AMITIE ET DE COMMERCE.

Un traits d'amili et de commerce ente la Rcpublique d'Haiti








a Perse a 6t6 sign h Washington le 18 Mars 1902 par Son
cellence le G6neral Isaac Khan Mogahamed Doolel, Envo-
Extraordinaire et Ministre rl-enipotentiaire f Washington el
nsieur J.N. L6gcr, Repr6sentant du Gouvernement Haitien.
:e Irait6 n'a pas ete jusqu'ici soumis a la sanction des
amb-es. (Voir annexe 33 )


V.

CONVENTIONS GENERALES

( CONGRESS ET CONFERENCES)

1. CONFi-RENIE DE LA II\YEi DE 1899.

e 13 Juin 1907, la R1publique d'Haiti a adh6r6 & la Conven.
Sour le Rgglement pacifique des Conflits internationaux
lbe le 29 Juillet 1899 A la Haye, lors de la tire. conference
la Paix.
2. CONFERENCE DE MEXICO DE 1902.

n I'ann6e 1902 il y eut a Mexico une conference, dite 2e.
frence Pan-ambricaine, i laquelle Monsieur J. N. LUger
rsenta le Gouvernement d'Haiti.
es Resolutions et Recommandations y furent votes et lea
ventions et traits suivants signs :

Convention sur l'exercice des professions libtrales;
( voir annexe 34 ) ;
Convention pour la protection des oeuvres littlraires v'
et artistiques; ( voir annexe 35. )
Convention sur 1'6change de publications officielles.
scientifiques, littlraires et industrielles ; (voir annexe
36 )
Convention pour la formation des codes de Droits In- /
international public et priv6 ; ( voir annexe 37 )
Trailed d'extradition et de protection centre l'anarchis- v/
me ( voir annexe ;8; )
Traite sur les brevets d'invention, dessins et modules
industries et marques de commerce et de fabrique
(voir annexe 39);
Traite sur les r6clamltions pour dommages et pr6ju- \,
dices p6cuniaires ( vir annexe 40. )


- 19 -






- 20 -


(Ces instruni .'is diploimi itiiq;ls o l pais etc pr',' itcs A
anctioll (Idu Corps Legislatil'.

3. (O NI( R l i'i E 1) I;I; l > !'; ,l .\ '. !lIIIl) 19 '. ) .
A la Confl'rence de Ilio-de-.laleiro, dile 3e. Conference Pan-
aniM ricaine, (q i eat lieu en ll )i);l, il fut adopted, Cntre autres
Conventions, celle ldu 23 Ao:i.' 193) privoyant (iiiu'unic (Com-
iiission (Ie .luriscolsulles sc riclirilit )pour I )prei)irer un pro-
jet tie (ode die )roit international prive et un autre (de )roit
Inlernation.al public, destinds A rIgler Ics relations entire les
nations de I'Amnrique Ccs projects dcvronlt tre sonmis aux
GCouverncment interessds un an au moins avant la C(onf6rence
of ils devront eire disputes.
La Ilepubllique d'lla.Li n'a pas parliciped- la 32 Confdrence
pan-aiiericaine.
Au mois de .anvier dernier, Monsieur le Ministre des Aflai-
res Etrangires du IBresil, a nunom de son Gouivernement, in-
vita le Gouvernement d'llaiti it adherer A la Convention de
190i sur la Codilication du Droit International et A I'acte ad-
ditionnel de 1912 en verlu duquel les membres du Conseil de
I)ireclion de l'Union Pan-amiricaine adopterent la proposition
faite par le 3Brsil tendanl permelltre I cha(que Gouivernement
d'envoyer ai la Commission des .lurisconsulles, deux dd(dguds
au lieu d'un scul, chaque pays ne devant avoir qu'un vole.
Le D)parlement attend, avant d'y adhlecr,qu'il-nit recci Ics
documents officials v relatifs.

4. CONGRESS DE ROME.
A la date du 26 Mai 193i,Monsieur Ru'ffy, ancin Consciller
Fedlral Suisse, Direcleur du liureau International de 1 Union
Postale Universelle, sign ii Rome, come DI)6gu6 d'Halti,
la Convention dile Conven!ion de RIome, revisant clle de 1897
signde au Congres Postal Universel tie Washington, auquel le
Goiuvernement avait pris part
Celte convention de 1897 a iel sanctionn6e par nos Chambres
en Octobre 1901 (voir annexe L1.) Mais la convention de 1906
n'a pas iel encore pr,'sentee aux Chambres legislatives. ( voir
annexe 41 bis. )
,. CONFEIIIRNCIE D)E LA IIAYE' 1907.
Sont actuillcment en vigueur los 13 Conventions et la de-
claration sign''es a la lave Ie 18 Oclobre 1907, a nom de la
IHepublique Id'Haili, par Messieurs Pierre Hudicourt, D Jn -
Joselph et J. N. LUger, deligues du Gouvernement :









- 21 -


1.- Convention pour le r6glement pacifiquc des conflils in-
ternationaux (voir annexe 42) ;
2.-- Convention concerning la limitation de 1'emploi de la
force pour le recouvremenct tie testt contractuelles ( voir
annexe 43);
3.- Convenlnion relative it 'ouverture dols hoslilits (voir
annexe 44 ;
4 Convention concernant les lois ct coutumes de la guerre
sur terre (voir annexe 45);
5.- Convention concernant les droils et devois des Puis-
ances et des Pays neutres en cas de guerre sur terre (Voir
annexe 46);
6.- Convention relative au rOgime des navires de commer-
e ennemis au debut des hostilits ( oir annexe 47);
7.- Convention relative i la translformation des navires de
ominmerc enl htiiment de guerre (Voir annexe 48);
8.-- Convenlion relative it la pose des mines sous-mariles
utomatiques de contact (Voir annexe 49 )
9.- Convention concernant le bombardment par des forces
avales en temps guerre (Voir annexe 50);
10 Convention pour l'adaptation A la guerre maritime
es principles de la Convention de GenvCe ( Voir annexe 51);
11.- Convention relative i certaincs restrictions A Iexercice
u droit de capture dans la gucrre maritime (Voir annexe 52);
12.- Convention relative i l'tablissemcnt d'une Cour Inter-
ationalc des prises (Voir annexed 53) ;
13.-- Convention concernant les droits ct devoirs des Puis-
nces neutres en cas d e uerre marilin:e ( Voir annexe 54 );
14.- Declaration relative i l'interdiction de lancer dcs pro-
ctiles ct des explosifs du liaut dcs gallons (Voir annexe 55).
La publication de ccs Conventions sanctionnics par nos
ambres, so pursuit acluellement.

6.- CONIFLEI'ENCE INTERNATiONALE NAVAL.E DE IONDI)IES.
( Dcembre 1908 Fivrier 1909 ).

ur l'invitation du Forcing-Oflice, les deleguis des g:andes
issances de 'Europe, ceux du Japon ct des Etals Unis so
nirent ien Con'frence it ,Londres, en rue de determiner les
neipes de Droit International que Fart 7 de la Convention
La Hayc, relative it l'tahlissementl d'une Cour IntCrnationale
Prises, faisait obligation d'applli(lquir par la dite (our, it
aut de stipulations c:mnventionnelles applicable aux litiges
lrnationaux.
1. fut sign( une d6claralion dire ( declaration naval de









- 22 -


Londres > A laquelle la Republiquc d'laili a donn6 son adhe-
sion conform6ment A 1'art. 70 ( Voir annexe 56),

7.- CONFERENCE DE BERLIN (1908).
Le 13 Novembre 1938, les Plenipotentiaires de la plupart
des Puissances de l'Europe reunis A Berlin signerent une
Convention r6visant la Convention de Berne de 1886, et deux
actes additionnels v relatifs. Elle a 6t ratifiee le 7 Mai 1910.
La R1publique d'Haiti qui depuis 1886 fait parlie de I'Union
International pour la protection des ceuvres litt6raires ct ni-
tisliques, y a donna son adhesion (Voir annexe 57).

8.- CONFERENCE DE LA IIAYE (19:0) .
D)u 23 juin 1910 au 25 juillct 1910 se rcuniil A a Have IIi
Conference pour 6tudier I'unification des raglcs de Droit III-
ternational relatives A la lettre de change
La R1publique d'Haiti y prit part avant p3ur del6gui Mi *
Georges Sylvain. La Conference vota deux avant-projels, I'lur
portant sur une Convention relative 1'Unification du c Dro i
relatif la lettre de change ct au billet A ordre > et I'autre soi
une (( loi uniform relative h la leltre de change et au billl I
ordre > A presenter aux Chambres Lc'gislatives de chaqu.
Pays (Voir annexe 58)

9.- CONFERENCE DE BUENOS-AYRES (1910.)
Celte Conf6rence, dite 41 Conf~rence Pan-AmCricainc, cii'
lieun BRuenos-Ayres; Monsieur Constantin Fouchard y ru.
prCsenta la RCpublique d'Haili. II sign au nom du Couvcr
nement, outre diverse resolutions, des Conventions sur :
1.- La proprie61 littlraire ct artistique (Voir annexe 59);
2.- Les R1clamations pecuniaires (Voir annexe 60);
3.-- Les Inventions, patents, dessins et modules industries
(Voir annexe 61);
4.- Les marques de fabriques (Voir annexe 62).
Ccs Conventions ne sont pas encore sanctionn6es.

10.- CONVENTION SANITAIRE INTERNATIONAL.

Le 17 Janvier 1912, ii fll teniu A Paris une Conference sI.
nitaire Internationale A laquclle Monsieur le Doctcur CassCus
prit part come I)66gn6 du Couvernement d'Haili.
A\ux terules de I'arlicle 160 de la Convenlion signde, les ra.









- 23 -


tifications doivent 6tre dCposdes A Paris aussiltt que fire sc
ponur'ra
Le but de celte Convention c t do mcllrc cclle du 3 DI-
cembra 1903 en harmonic avec les donnies nouvelles de la
science et de l'experience prophylacliques, d'Mlablir une rCglc-
mentalion international relative a la fievre jaune et d'(tendre
autant que possible le champ d'application des principles qui
ont inspire la riglementation sanitaire international. Elle
met A la charge des Etats signataires l'obligation de prendre
certaines measures d'hygiine dans les cas de peste, de cholera
et de fiUvre june, constatis sur leur territoire.
Au mois d'Avril 1913, la Lgation de France A Port-au-Prince
demand an Gouvernement de ratifier cetle Convention et de
la fire sanctioiner par les Chambres (Voir annexes 63.)

1!.- CONFERENCE DE BERLIN (Octobrc /112).

Sur l'invitation du Gouvernement Imperial allemand une
Conference, pour r6gler les expositions internationales, a eu
lieu A Berlin, au mois d'Octolre 1912.
Un accord intervint sur la classification des diff6rentes ex-
positions, la limitation du nombre des grades expositions
ge6nrales, les principes de l'organ'sation et la dur6e des ex-
positions, l'installation des lDparlements Mirangers, la compo-
sition et le mode de proc6der des jurys, ainsi que la distri-
bution des prix, les moyens de combattre les expositions
fictives et le traffic des rlcompenses d'exposilions.
A la date du 6 Janvier 1913, la Legation d'Allemagne en
nous transmettant, d'ordre de son Gouvernement, les exem-
plaires de la Convention et du protocol, demand notre
adhesion, en faisant remarquer, sous reserve d'une commu-
nication ult6rieure, que les puissances signataires n'avaient
pas encore ratifi6 l'accord et que l'envoi des documents pou-
vait 6tre consid6r6 comnme une notification provisoire.

12.- CONFERENCE INTERNATIONAL DE BERLIN.

La Legation d'Allemagne, A la date du 6 Novembre 1912,
informa le D)parlemint que la Convention radiotelegraphique
international du 3 Novembre 1906, avec l'cngagement addi-
tionnel, avait Wt ratiliCe par l'Allemagne et par la plupart
des autres parties contractantes, .t demand l'adhesion du
Gouvernement IHlieon A la ldite Convention.
Les documents avant etC remis apres cette communication,
la demand fut soumise au Conseil le 16 Janvier 1912 et ajour-
ne, en attendant d'autres renseignements nCcessaires.








- 24 -


13.- CONFERENCE INTERNATIONAL DE L'OPIUM (1913).
.Le Gouvcarieinent d'H fiti a adh6rt, le 21 Aoilt 1912, a la
C nvetiiion Interiiatio:'ale de I'Opium du 23 Janvier 1912.
C'est Monsieur le I)r Rib)ul de Pescay qui fut design pour
signer cetle Convention.
Sur I'invitation du (Gouvernenmnt Royal des Pays-Bas, Ic
G(:'vernement d'Haiti represents par Monsieur St6nio Vincent,
alors Charge d'Affaires A la Ilaye, prit part a la 2e Conf6rence
q:ii cut lieu le 9 Juillet 1913 pour examiner la possibility de
deposer les acles de ratification de la Convention du 23 Jan-
vier, et A la 3:' (C':iren3 (q'.i s'e;t r6 iiie le 15 Juin 191 en
vue de sa mise en vigucur (Voir annexe 64.)

i i.-CONFEliENrCE! INTEIRNATiONAL.E E ST.'I'ITIQUE COMMERCI\LE.
CONGiRiES DIVERS (1913).
La Conference de statisiique cut lieu A Bruxelles; Monsieur
le I) lliboul de 'escay y r]pr6senta la Republique d'Haiti. La
Convention sign6c n'a pas encore etL ratifi6e (Voir annexes 65.)
Au course de l'annee 1913, Monsieur le D' Riboul de Pescay
reprcsenta egalement Ic Gouvernement d'Haiti aux Congres
suivants :

1. Congres des Cercles de Fermiercs du 11 au 15 Juin tenu
A Gand;
2 Congrt6s de l'enscignement manager du 15 au 19 Juin 1913
a Gand;
3. Congres des Associations internationals du 15 an 18
Juin 1913, A Gand;
4. Congr6s de la protection de I'enfance du 23 au 26 Juil-
let 1913, a (;ard ;
5. Congris de sauvetage et de Secours publics du 13 an 18
Aofit 1913;
6 Congres de l'Education morale tenu en Aoilt 19 3 h La
Have ;
7. Congris des Bains populaires et scolaires

Des rapports ont etl adressts au DWpart-ment des Rela-
lions Extlricures sur les rsultats de ces Cong j s.

15.- CONFERENCE S lENTIFIQU: PAN-AM!,RCIN!E ( 195-1916. )

II s'cst lncu i Washiinglon, dti 28 I)cembre 1915 an 8 Jan-
vit r 1916. Ie 2c Con!gres scientilique Pan-arnmricain.
- Au-cours des dilffrcntes sessions qui current lieu, de noni-








25 -

hrcux m,6moires furent d;6pass par les d6 lgues am6ricains,
distribuCs dans les sections suivantes :

1.- Antropologic ;
2.-' Astronomie ;
3 Agriculture et Fordts;
4.- Education ;
5.- Droit public ct international, Jurisprudence;
6 G6nie;
7.- Mines et M1tallurgie
8.- Hygiene publique et Science medical ;
9. Transports, commerce, finances, imp6ts.
Monsieur Eberle Firmin et le Doclcur Charles Mathon y re-
priscntirent le Gouvernement d'Haiti.
Le rapport qu'ils out adresse au I)D;parlemcnt sur le 5
Congris Scientilique scra bienltt public, en minme temps
que leur note sur la Conf6rence de T'61lgraphic sans Iil, Con-
ftrence incident i laquelle le (;ouvernement des Etats-Unis
avait convi6 les Gouvernements des Pays de I'Amerique la-
tine (Voir annexes 66 ).

16. CONFERiENCE INANCIIliE PAN-AMEI~lCAINE (4916. )

La Republique d'Haiti a 6galcment pris part a la Conf6rence
Financiere Pan-Americaine qui cut lieu A Buenos-Aires du 3
au 15 Avril 1916, pour Mtudicr les moyens de rnaliser entire
les Amcriques, I'uniformit6 de hlgislation commercial.
Le programme des travaux comportait les malires sui-
vantes:
1.- Transport,
2.- Augmentation des facilitls de Banque, extension de
credit, financement d'entreprises publiques et priv6es,
3.- Stabilisation de I'change international,
4 Arbitrage de diff6rends commerciaux,
5.-- Effets n"goriables, c3n:lnissem : nt, rce6piss d'catrepot,
6.- Uniformites de rigles douanieres, classification des
marchandises,
7.- Tarifs et colis paslaux, f.citit6s de transport d'argent,
8. Tarif des cables, tIl6graphie sans fil,
9.- Colimis voyageurs, cirhintillons,
10.-- 1 Mirqnu de ca;nn:.-: ', f I'..-i j 1, p I te:les, bre2,,t d'ia-
vention,
i .- Monnaie.
Le Gouiverncment d'Ha .i v prit part, represents par MMl









- 26 -


Seymour Pradcl, ancien Secr6taire d'Etat de l'Inltrieur et
Fleury FIquicre, ancien depute, avec, come secrtlaire, Mon-
sieur Edmond Montas, chef du service diplomatique an Dd-
parlemcnt des Relations Extiricures
Des resol:lions furent votes et signtes par nos Dl6eguds
qui en ont faith rapport au Dlpartement. La publication du
rapport a Mt6 dija faite an Journal Officiel. ( Voir annexe 67)

17.- CONGRIES DES FERIMES ( 1916.)
Le (ouvernement AmCricain a, sur la demand du Comit6
d'organisalion, transmis an Gouvernement d'Haiti une invita-
tion 'i prendre part an Congrcs International des Fermes i
El Paso (Texas) Octobre 1916.

18.- CONGIES DE L'ENFANCE ( 1916.)
Le Gouvcrnement a 6tC 6galement invite au Congres de
l'enfance ai Buenos-Aires. (1916)

VI

MOUVEMINT DIPLOMATIQUE ET CONSULAIRE
Le Corps Iiplomatique accrdit pros du Gouvernement a
subi quelques changen-ents.
La I.6gation de France, qui 6tait dirigee par Monsieur Pierre
Girard, a pour titulaire actuellement Monsieur MAl" Dejean de
la Bitie.
Nous avons cu Ic bonleur de renouer avec le Saint-Siege
les relations diplomatiques qui avaient subi un temps d'arret
depuis le depart de Monseigneur Tonli. Monseigneur Francois
Cherubini, accredited comme 1)61gu6 Apostolique et Ministre
Pl6nipotentiaire, nous a notified recemment que Sa SainlehI
l'avait 6lev& au rang d'Internonce apostolique
Au course de cette annie, les changements suivants ont 0t6
oper6s dans noire personnel diplomatique A 1'extericur :
A n'tre L6gation de Paris, MMi. Tertulien Guilbaud et C16-
ment Dartiguenave ont remplace, le premier, Monsieur Price
Mars et le second, Monsieur Leon Alfred, come Ministre et
secrtlaire.
En attendant que les postes de Londres ct de Berlin scient
pour\us de leurs titulaires, Monsieur Abel Thlart a remplac6
Monsieur Louis Aug. Guillaume comme Chancelier i Londres,
tandis que Monsieur Constantin Fouchard, conseillerde Lega-
tion,continue de. grer provisoirement notre Legation A Berlin.








- 27 -


Monsieur Felix Magloire a remplac6 Monsieur Edmond
Dupuy comme Envoy6 Extraordinaire et Ministre 1 lInipotcn-
tiaire A Santo-Domingo.
Monsieur Fernand Ilibbert a rejoint son poste de Charge
d'Affaires A la Havane; Monsieur Amilcar Duval a 616 nommin
Consul G6neral, Charg6 d Aftfires en Italie; Monsieur Th6ra-
mrne Romain, Consul G6neral A Anvers; Monsieur Thos.Vil-
menay, Consul A Kingston, Monsieur Emiie Mircelin A Mobile,
Monsieur Emmanuel Nazon A Santiago de Cuba et Monsieur
Fernand Lissade A Hambourg.
Pour raison d'economie, les p' sales d'livngue, Guantanamo,
St.-Thomas, Curacao, Barahona, Conmmend:lor, Puerto-Plata,
Monte-Christy, l)ajaon ont 06l provisoircmcnl Iransformins
en posies honoriliques.
Le D6partement pense qu'il y a lieu de relribuer aussitot
que possible les posters de Barahona, Coni:nendador, Dajabon,
et Monte-Christy
VII

LOIS ET REGLEMENTS
La loi sur l'organisalion du service diplomaliquc du 17
Aoil 1912 et celle du 27 Aoft 1912 sur l'organisation du ser-
vice consulaire ont I'une et 1'antre prCvu que des reglemenls
viendraient fixer les condtions n6cessaires pour itre admis
dans la carriere diplomatique et consulaire. Aujourd'hni qu'il
s'agit d'arr6tcr les measures conformes A une reorganisation
rationnelle do cos services, le DUpartement a pr6pard deux
projects de r&glements annex6s A ce ;apport. Depuis Iongtemps
dejA le DUpartement avail rec nnu la ncessit6, A l'exemple
des Etats mieux organisms. de conditioner un meilleur re-
crutement de nos Repr6sentants A I'Etrangor. Un project avait
meme Wte rcdig cet depos6 devant les Chambres. Mais des
preoccupations d'un autre ordre, joints sans doute A des cas
de force majeure, n'ont jamais permis de realiser cc progrcs.
( Voir annexes 68. )

VIII

POINTS SPICIAUX
INIIQUts DANS LA DEPfiC:IE I'U P:SIDEN: DE LA REPUBLIQUE.

I. En cc qui concerned Ior, riisation qu'il y a lieu de fair
de no!re representation dipln nitique et consulaire, colsidt.








- 27 -


Monsieur Felix Magloire a remplac6 Monsieur Edmond
Dupuy comme Envoy6 Extraordinaire et Ministre 1 lInipotcn-
tiaire A Santo-Domingo.
Monsieur Fernand Ilibbert a rejoint son poste de Charge
d'Affaires A la Havane; Monsieur Amilcar Duval a 616 nommin
Consul G6neral, Charg6 d Aftfires en Italie; Monsieur Th6ra-
mrne Romain, Consul G6neral A Anvers; Monsieur Thos.Vil-
menay, Consul A Kingston, Monsieur Emiie Mircelin A Mobile,
Monsieur Emmanuel Nazon A Santiago de Cuba et Monsieur
Fernand Lissade A Hambourg.
Pour raison d'economie, les p' sales d'livngue, Guantanamo,
St.-Thomas, Curacao, Barahona, Conmmend:lor, Puerto-Plata,
Monte-Christy, l)ajaon ont 06l provisoircmcnl Iransformins
en posies honoriliques.
Le D6partement pense qu'il y a lieu de relribuer aussitot
que possible les posters de Barahona, Coni:nendador, Dajabon,
et Monte-Christy
VII

LOIS ET REGLEMENTS
La loi sur l'organisalion du service diplomaliquc du 17
Aoil 1912 et celle du 27 Aoft 1912 sur l'organisation du ser-
vice consulaire ont I'une et 1'antre prCvu que des reglemenls
viendraient fixer les condtions n6cessaires pour itre admis
dans la carriere diplomatique et consulaire. Aujourd'hni qu'il
s'agit d'arr6tcr les measures conformes A une reorganisation
rationnelle do cos services, le DUpartement a pr6pard deux
projects de r&glements annex6s A ce ;apport. Depuis Iongtemps
dejA le DUpartement avail rec nnu la ncessit6, A l'exemple
des Etats mieux organisms. de conditioner un meilleur re-
crutement de nos Repr6sentants A I'Etrangor. Un project avait
meme Wte rcdig cet depos6 devant les Chambres. Mais des
preoccupations d'un autre ordre, joints sans doute A des cas
de force majeure, n'ont jamais permis de realiser cc progrcs.
( Voir annexes 68. )

VIII

POINTS SPICIAUX
INIIQUts DANS LA DEPfiC:IE I'U P:SIDEN: DE LA REPUBLIQUE.

I. En cc qui concerned Ior, riisation qu'il y a lieu de fair
de no!re representation dipln nitique et consulaire, colsidt.









- 28 -


rant les inlerits politiques et commerciaux et en mimne temps
les resources du Gouvernement, le DIparlement est d'avis
de confer A notre Ministre ai Par s la reprsentation d'Haili
a Bruxcllcs; de confer an Ministre qui scra envoycd Londres
la direction d v note L Agatioa N la llayc; ct de pourvoir la
Le.gation de Berlin d'un litulaire qui reprcsentera en mime
temps le (ouvernement pris du Saint-Siege
Un Secretaire, Chargn d'Affaircs a. i., residera A Bruxelles,
un autre A la Have, un 3mine. A Rome.
II. Les questions pendantes avec les Gouvernements 6tran-
gers c les solutions proposes pour Icur reglement out 016
exposes an course de cc rapport.
III. Quant aux Conventions spiciales, il y a lieu de pour-
suivre en temps opporlun les n6gocialiins relatives aux projects
de Convention postale et de Traite de Commerce t de Naviga-
tion avec l'Angleterre; de Traites de commerce et d'amitic,
d'Extradition avec la 1iclgi(que;- dc Trailes d'Extradition,
de commerce et d'Arbitrage avec Culba;- de Trailts de Paix,
de commerce avec les Elnts-Unis d'Amerique;-- de 'raite
d'Extradition avec la lRcpubliquj Dominicaine ; de reprendre,
dis que les circonstanccs le permellront, le r6glement de la
Question des Frontiires; de ratifier et fire sanctionner le
Trailt d'amilic ct de commerce avec la Perse
Quant aux conventionss G(n erales, le D)partemcnt prepare
un rapport detaille qui sora presentc des que seront parvenus
certain renseignements indispensables.
II estime, en attendant, qutil y a lieu toutefois d'adherer a
la Convention du 23 Aoit t 191), relative a la zodificalion du
droit international public et prive ct de la fire sanc'ionner;
de fire sanclionner la d6cliration naval de Londres et la
Convention d(e Berne du 13 Novembre 1908.











PIECES ANNEXES


ANNEXE 1. a)

LE:GATION OF THE UNITED STATE
OF AMERICA.
PoiT-AU-PmINCE, lAITI. December 10 lh 1911.


OUTLINE OF A A DRF OF A COITION

BETWEEN

TiHE UNITED StATES AND THE REPUBLIC OF HAITI.


PREAMBLE.

The United States and the Republic of Haiti desiring to con-
firm and strengthen the family existing between them by the
most cordial cooperation in measures for their common
advantage, and the Republic of Haiti desiring to remedy the
present unsatisfactory condition of its revenues and finances,
to check the loss of much of its revenues due in part to in-
ternal disturbances, to provide against injudicious increase of
its public debt, to inaugurate a comprehensive system of public
accounts and audits, to make adequate provision to meet its
exterior debts, to maintain the tranquillity of the Republic, to
carry out plans for the economic development and prospe-
rity of the Republic and its people, to strengthen its credit
and generally to fix and maintain its finances upon a firm and
stable basis, and the United States being in full sympathy
with all of these aims and objects and desiring to contribute
in all proper ways to their accomplishment;
The United States and the Republic of Haiti, having resol-








!











PIECES ANNEXES


ANNEXE 1. a)

LE:GATION OF THE UNITED STATE
OF AMERICA.
PoiT-AU-PmINCE, lAITI. December 10 lh 1911.


OUTLINE OF A A DRF OF A COITION

BETWEEN

TiHE UNITED StATES AND THE REPUBLIC OF HAITI.


PREAMBLE.

The United States and the Republic of Haiti desiring to con-
firm and strengthen the family existing between them by the
most cordial cooperation in measures for their common
advantage, and the Republic of Haiti desiring to remedy the
present unsatisfactory condition of its revenues and finances,
to check the loss of much of its revenues due in part to in-
ternal disturbances, to provide against injudicious increase of
its public debt, to inaugurate a comprehensive system of public
accounts and audits, to make adequate provision to meet its
exterior debts, to maintain the tranquillity of the Republic, to
carry out plans for the economic development and prospe-
rity of the Republic and its people, to strengthen its credit
and generally to fix and maintain its finances upon a firm and
stable basis, and the United States being in full sympathy
with all of these aims and objects and desiring to contribute
in all proper ways to their accomplishment;
The United States and the Republic of Haiti, having resol-








!







- 30 -


ved to conclude a convention with these objects in view, have
appointed for that purpose licniipotentiairies, on the part of
the United States, and on th1! pi)rt of the Republic of Haiti,
who having exhibited to each ol'ier their respective powers
which are seen to be full in g.))d a Il true form, have agreed
as follows:
I.

The President of the United States shall appoint a General
Receiver, who, with such assistants and employees as the Prd-
sident of the United States may appoint or authorize, shall
collect, receive and apply all customs duties on imports and
exports accruing at the several custom houses and ports of
entry of the Republic of Haiti ; and if he shall deem it neces-
sary and expedient, or if the Haitien Government shall request
the President of the United States shall designate a Financial
Adviser to the Republic of Haiti who shall devise an adequate
system of public accounting aid in increasing the revenues and
ad justing them to the expenses, inquire into the validity of
the debts of the Republic. enlighten both Governments with
reference to all eventual debts, recommend improved metho-
de of collecting and applying the revenues, and generally
exercise the functions of a comptroller of accounts.

II.

The Government of the Republic of Haiti will provide by
law or appropriate decrees for the payment of all customs
duties to the General Receiver, and will extend to the Recei-
ver-ship all needful aid and full protection in its execution of
the powers conferred and duties imposed herein; and the
United States on its part will extend like aid and protection.

III.

Upon the appointment of the General Receiver the Govern-
ment of the Republic of Haiti in cooperation with the General
Receiver, shall collect, classify, arrange and make full sta-
tement of all the debts of the Republic, the amounts, charac-
ter, maturity and condition thereof, and the interest accruing
and the sinking fund requisite to their final discharge.

IV.

All sums collected and received by the General Receiver







- 31 -


shall be applied by him, first to the payment of the salaries
and allowalices o1 the generall Receiver, his assistants and
employees and expenses of the Receivership, including the
salary and expenses of the Financial Adviser, if one shall be
appointed ; second, to the interest and sinking fund of the pu-
blic debt, of the Republic of llaiti ; and, third, remainder to
the Haitian Government for purposes, of current expenses.
In making these applications the General Receiver will pro-
ceed to pay salaries and allowances monthly and expenses as
they arise,and on the first of each calender month will set aside
in a separate fund the quantum of the collections and receipts
of the previous month found to be a fair contribution to the
ultimate sum required to meet interest and provide the sin-
king founds.
V.

The expenses of the Receivership, including salaries and
allowances of the General Receiver, his assistants and emplo-
yees, shall not exceed live per centum of the collections and
receipts from customs duties, unless by agreement by the two
governments .
VI.

The General Receiver shall make monthly reports of all
collections, receipts and disbursements to the appropriate offi-
cer of the Republic of Haiti and to the Department of State of
the United States, which reports shall be open to inspection
and verification at all times by the appropriate authorities of
each of the said Governments.

VII.

The Republic of Haiti shall not increase its public debt
except by previous agreement with the President of the United
States, and shall not contract any debt or assume any finan-
cial obligation unless the ordinary revenues of the Republic
available for that purpose, after defraying the expenses of the
Government shal be adequate to pay the interest and provide
a sinking fund for the final discharge of such debt.

VIII.

The Republic of Haiti will not without the assent of the Pre-
sident of the United States modify the customs duties in a
manner to reduce the revenues therefrom; and in order that








1







- 32 -


the revenues of the Republic may be adequate to meet the
public debt and the expenses of tile Government, to preserve
tranquillity and o1 promote n1terial prosperity, the icepublic
of Ilaili will cooperate with Ihe Financial Adviser, if one is
appointed in his recommends tio;n for, improvement in Ihe
methods of collecting and disburii:g the revenues and for
new sources of needed incon:e.
IX.
The United States shall have authority to prevent any and
all interference with the receipt, collection, or free course of
the customs, or, with the free exercise of any of the powers
conferred or duties imposed herein upon the Receivership or
with the attainment of any of the objects comprehended in
this convention.
X.
This agreement shall continue in force for a period of...............
years from and after its ratification by the Contracting parties
in accordance with their respective laws.



ANNEXE 1. b)
COPIE-TRADUCTION.

LEGATION DES ETATS-UNIS D'AMIRItQUE

PoRT-AU-PriNCE, IlAi'T, le 10 Decembre 1914.


PROJECT DE CONVENTION

ENTIRE

LES ETATS-UNIS ET LA REPUBLIQUE D'IAITI


PREAMBULE.

Les Etats-Unis el la R6publique d'Haiti, d6sirant confirmer
et resserrer I'amiti6 existant entire cux par la cooperation la








- 33 -


plus cordiaie dans des measures pour leur vantage mulnel,
d'autre p:at la R6publique d'Haiti d(sirant rcm6dicr a la con-
dition actuelle pen salisfaiiantc de ses revenues ct de ses finan-
ces, arrieer la pcrte de beaucoup de ses recelles due en parlie
A des troubles int6rieurs, prendre des measures contre ine
augmentation pen judicieuse de sa delle pullique, inaugurer
un systeme comprehensible de comptabilite publique et de v6-
rifications de comptes,faire une provision adequate pour fair
face A ses dettes ext6rieures, maintenir la tranquillity dans
la R6publique, meitre a execution des plans pour Ic develop.
pement 6conomiqv'e et la prosp6rit de la Relpublique et de
son people. fortifier son credit et en g6ndral fixer et maintenir
ses finances sur une base ferme et stable, et les Etats-Unis 6tant
en pleine sympathie avec tons ccs projects et visdes et voulant
y contribuer par tons moyens propris A leur accomplissement;
Les Etats-Unis et la Republique d'(Haii, ayant r6solu de
conclure une convention A cet 6gard, out nomm6 dans ce but
comme Plenipotentiaires, les Etat--Unis, Mr. . . .
ct la R6publique d'Haiti, Mr . . . . .
lesquels ayant exhib6 leurs pouvoirs respectifs trouv6s en bonne
et due forme, ont couvenu cc qui suit:

I

Le President des Etats-Unis nommera un Receveur G6ndral
qui, avec tels auxiliaires et employs que nommera on autori-
sera le Pr6sident des Etats-Unis, percevra, recvra et emploiera
toutes les recettes A l'importation et a l'exporlation prove-
nant des diverse douanes et ports d'enlrce de la R6publique
d'Haiti ; et s'il le juge n6cessaire on utile, on si le Gouverne-
ment Haitien en faith la requ6te, le Pr6sident des Etats-Unis
d6signera un Conseiller Financier A la R1publique d'Haili, le-
quel 6tablira un systame adequate de comptabiliti publique,
aidera A I'augmentation des revenues et A leur ajistement aux
d6penses, enqutera sur la validity des dettes de la R6publi-
que, donnera des informations aux deux Gouvernements sur
toutes deltes 6ventuelles, recommandera une m6thode meil-
leure pour la perception et 1'emploi des revenues et en gn6n al
exercera les functions d'un contr6leur des competes.

II

Le Gouvernement de la 1Rpublique d'Hlaiti pourvoira, par
une loi ou par des d6crets appropries, A ce que le paicment
e tous les droits de douane soit fait au Receveur Gen6ral et








- 34 -


pretera A leur perception toute l'aide nicessaire ct une pleine
protection at executionn des engagements pris dans la presence
convention, ct les Etats-Unis d- leur cotd donneront uine aide
ct une protection semblables.

II

Apr6s la nomination du Receveur G6enral, le Gouvernement
de la Republique d'Haiti,de concert avec le Receveur G6neral,
collationnera, classera, arranger et dresser un Mtat complete
de toutes les dettes de la R1publique, indiquant leurs mon-
tants, caractere, anciennt6 et conditions d'intlerts en course ct
d'amortissement requis pour leur liquidation finale.

IV

Toutes les sommes recouvrees et rescues par le Receveur G6-
neral scront employees par lui 1I au pavement des salaires et
indemnits du Receveur G6neral, de ses assistants et employes
et aux d6penses du service de perception y compris les Irai-
tements et les depenses du Conseiller Financier, s'il en 6tait
nomm6 un, 2' an paicment des int6rets et de I'amorlissement
de la dette publique d'Haiti ; 3 le sold sera remis an Gou-
vernement Haitien pour fair face aux d6penses courantes.
En faisant ces r6partitions, le Receveur General proc6dera
inensuellement an paiement des salaires, das indemnitls et des
depenses au fur et A measure qu'elles se prscenteront ; le pre-
mier'de chaque mois, it meltra de cotj des reserves suffisantes
prilevies sur les recetles generalcs, ces reserves serviront A
fire le service des interets et de l'amortissement de la dette
publique
V

Les frais de perception, y compris les trailement et indem.
nites du Receveur G6neral, de ses assistants et employes, ne de-
vront pas cxceder 5 o,'o des recouvrements et perceptions des
droits de douanes, A moins d'une entente entire les deux Gou-
vernemen s.
VI

Le Receveur General fera chaque mois un rapport de tous
Ics recouvrements, perceptions et d6bours au Fonctionnaire
competent de la Rnpublique d'Haiti et au D6partement d'Etat
des Etats-Unis ; ces rapports seront en tous temps sotimis A
l'cxamen et A la verification des autorit6s comp6tentes de cha-
cun des dits Gouvernements.









- 35 -


VIII

La Republique d'Haiti n'augmentera pas sa dette publique
sans une entente prealable avec le President des Etats-Unis et
ne contractera aucune dette, n'assumera aucune obligation ti-
nancire, a moins que les revenues ordinaires de la Republique
disponibles, apres paiement des d6penses du Gouvernement,
ne soient suffisants pour payer l'int6ret et pourvoir a un fonds
d'amorlissement destined A I'extinclion complete de cette dette.

VIII.

La Republique d'Haiti ne modifiera pas, sans 1'assentiment
du President des Etals-Unis, les droits de douane de manicre
A r6duire les recettes de ce chef et A contrarier le service de
ladette publique et autresd6penses du Gouvernement, et A ne
pouvoir preserver la tranquillity publique et promouvoir la
prosperity mat6rielle du pays; la R6publique d'Haiti coop-
rera avec le Conseiller Financier, s'il en 6tait nomm6 un, sui-
vant ses recommendations pour I'am6lioration de la methode
d( p-rceipion et d'emploi d-s reozttes c' p3ur la creation de
nouvelles sources de revenues n6 essaires.

IX.

Les Etats-Unis auront tous pouvoirs pour emp&cher toute
entrave A la perception, au recouvrementdesrecettes desdoua-
nes, ainsi que au libre exercise et A la libre pratique des pou-
voirs confer6s et des devoirs imposes par la pr6sente conven-
lion, pour la perception des recettes et pour la protection des
objets comprise dans cette convention.

X.

Cette convention demeurera en vigeur pendant une p6riode
de ......... .... ann6es a partir de sa ratification par les
parties contractantes conform6ment A leur. lois respectives.

( Voir Expose general de la R\publique d'llaiti- annie 1915- page 5 et
suivantes.- Voir egalernent au loniteur du 30 Janvier 4915 No 9, les debals
relalifs i I'interpellation du Secr6taire d'Etat des Relations ExtBrieures de
1'epoque. )









- 36 -


ANNEXE 2 (MiSSION FoRD.)

It PlilILIQIl i I'ilAITI


SECI'.KTAiRERIE D'ItAT
DES' I'or-au-Prince, le 3 Avril 1915
IRELATIOYS EXTIERITEUS.


Monsieur le Ministre,
Il y a quelques jours, une Conlmission, compose de XMMI.
Ford et Smith, est arrivee A Port-au-Prince, venant de Was-
hington. A cctte Commission 6tait joint M Bailly Blanchard,
Euivovy Extraordinaire ct Ministre Pldnipotentiaire des Etats-
Ui.is d'Amerique. Elle croynit sans doute trouver,A son arrive,
le pays dans l'anarchic. Mais elle est parvenue A Ia Capitale
au moment oh le nouvcau Gouverncment venait d'etre 6tabli
ct s'affirmait ddja par des measures qui inspiraient la plus
grande confiance.
A la suite des ddmarches officicuses, la Commission assist
an Te-Deuim, zhant6 h i'occasion de la prestation de sermcnt
du President Vilbrun Guillaume Sam, et a la reception qui
cut licu au Palais National. Son president M. Ford et M Bailly
Blanchard pr6sentbret au Chef de 1'Etat leurs compliments
et leurs souhails de bonheur et de prosperit& tant pour lui
personnellemenct que pour Ic people haitien.
Le lendemain, la Commission me visit nu IDpartement.
Son president, M Ford, essaya d'amener la conversation sur
I'objet do sa mission; mais apris les premiers mots, ayant
compris sa pensde, je lui fis observer qu'il avait oubli6 de me
fair savoir s'il dtait porteur de lettres de crdance pour le Gou-
vernement ; et j'insistai, avant tout, sur ce point, que je no
pouvais I'enltendre i ddfaut de ces lettres.
M. Ford avoua n'dtre p;)rteur d'aucune lettre de creance.
Mais ii essaya, malgre tout, de fire valoir certaines considd-
rations, nolamment celle d'etre I'ami personnel du Pr6sident
Wilson. A mon tour, je lui expliquai Ic grand inconvenient
qu'il y avait A recevoir de communications d'agents qui
n'avaicn anucun mandate. Jc me derobai poliment A cette sug-
gcstion et 6cartai habilement la conversation du terrain oil
ecs Messicurs voulaicnt la porter.






- 37 -


En fait, j'ai compris qu'il s'agissait des mrmes propositions
faites antdrieurciment au (louvernement d:i Prcsident Thlo-
dore, relatives an contr6le des douanes, ct don't vous avez eu
dljha connaissance.
En pregnant cotng de moi, la Commission sollicita une en-
Irevue avec le President de la Rdpubliquc; elle fut accordee.
La reception fut des plus cordiales, mais le Chef de l'Etat fit
valoir les memes objections au sujet des communications
qu'elle pouvait avoir a fair au Gouvernement, dans les con-
ditions oil elle se pr6sentait.
Deux on trois jours apres l'enlrevue avec le Chef de FEtat,
la Commission s'embarqua, on peut dire brusquement, A board
d'un bateau de guerre americain qui stationnait dans la rade
de Port-au-Prince
La residence dela Commission en cette ville n'a gucre durC
plus d'une huitaine.
En terminant, je vous recommande de porter A la connais-
sance du D6partement d'Etat tout ce qui peut I'intlresser con-
cernant la mission de ces agents du Cabinet de Washington.
En attendant le plaisir de recevoir vos imformations, je
vous renouvelle, Monsieur le Ministrc, les assurances de ni
haute consideration.
( Signal ) ULRICK DUVIVIER

Monsieur SOLON MENOS,
E. E. et Ministre Pldnipolenliaire d'l tli.
a Washington. D. C.


ANNEXE 3. A) (MissoN FULLER.)

COPIE- RADUCCrON
LEGATION
DES ETATS-UNIS o'AMIIIQUE.

Port-au-Prince, ( Haili) 22 Mai 1915.

Excellence,

.'ai l'honneur de soumetire A Votre Excellence comme, il a
6te demanded, un project de convention resumant les observa-
tions verbales faites hier a Son Excellence le President de la
R6publique.






- 38 -


Je scrai sincerement heureux si Votre Excellence vent me
donner une r6ponse Ic plus t6t qu'elle lejugera convenablc.
A la signature d'une convention dans la forme en question,
il me sera d'un grand honneur et plaisir de presenter a Son
Excellence le Pr6sident de la R6publique la lettre sp6ciale de
reconnaissance don't je suis porter.
Plaise a Votre Excellence agr6er l'assurance de ma haute
consideration,
PAUL FULLER Jn.
Agent special des Etals-Unis
avec pouvoir d'Envoye Extraordinaire
et Ministre Pldnipotenliaire.
Son Excellence
Monsieur UIHICK DUVIVIER
Secrdtaire d'Etat
dcs Relations Extdrieures
I'ort-au-Prince



PROJECT DE CONVENTION (TEXTE ANGLAIS.)


Whereas the President of the United States of America and
the President of the Republic of Haiti are animated by the
desire to strength n the bounds of friendship between the two
countries, and
Whereas the high contracting parties realize the mutual
advantages which would lie in more intimate commercial and
financial relations, and
Whereas the President of the Republic of Haiti has ex-
pressed his sincere desire and firm intention to guarantee the
honest and efficient administration of a Government in Haiti
according to the Constitution and laws of that Republic, Go-
vernment which will give expression to the will of the people
of Haiti. protect their rights and interests, and respect inter-
national obligations, and
Whereas, it is the mutual desire of the high contracting
parties that there shall exist between an American Minister I le-
nipotenliary hereafter to be appointed- and the President
of Haiti such an intimate and confidential relationship as will
enable the American Minister Plenipotentiary to advise as







-- 39 -


to such matters as effect the honest and efficient admimstr n-
tion of the Government, the President of Haiti agreeing that
he will follow the advice so given to the extent of requiring
honesty and efficiency in officials and of removing those
found to be dishonest and inefficient;
The President of th3 United States of America and the
President of the Republic of Haiti have resolved to enter into
a convention for that purpose and have appointed thier res-
pective plenipotentiaries to wit:
The President of the United States of America, the Hono-
rable PAUL FULLER, Junior, United States Commissionncr
with the rank of Envoy Extraordinary and Minister Plenipo-
tentiary ;
The President of the Republicof Haiti,the Honorable ULRICK
DUvIVIER, Secretary of State for Foreign Relations;
Who, after exchange of thier full powers, found to be in
good and due form, have, in consideration of and in com-
pensation for the respective concessions and engagements
made by each to the other as herein recited, agreed and do
hereby agree as follows to wit:
I.- The Government of the United States of America will
protect the Republic of Haiti from outside attack, and from
the aggression of any foreign power, and to that end will
employ such forces of the Army and Navy of the United
States as may be necessary.
II. The Government of the United States of America will
aid the Government of Haiti to surpress insurrection from
within and will give effective support by the employment of
the armed forces to the United States Armny and Navy to the
extent needed
III The President of the Republic of Haiti convenants
that no rights, privileges or facilities of any description what-
soever will be granted, sold, leased or otherwise accorded
directly or indirectly by the Government of Haiti concerning
the occupation or use of the M6le Saint-Nicolas to any foreign
government or to a national or the nationals of any other
foreign government.
IV. -- The President of the Republic ',f Haiti covenants that
within six-months from the signing of this convention, the
Government will enter into an arbitration agreement for the
settlement of such claims as American citizens or other fo-
regners may have against the Government of Haiti,such arbi-
tration agreement to provide for the equal treatment of all fo-
reigners to the end that the people of Haiti may have the
benefit of competition between the nationals of all countries,







- 40 -


The present convention shall be ratified by the appropriate
aulhorithies of the respective countries and the ratifications
shall ) exchange at Port au-Prince,H:iiti, as soon as may 12
after ice .......... ......... day of .. nineteen hundred
and fifteen.
In witness whereof we the respective plenipotentiairies have
signed the same in duplicate, in Englich and in French and
have affixed our respective seals at Port-au-Prince, llaili, this
.........day of ni.y in the year one thousand nine hundred and
lificen.


ANNEXES 3.
GIOi IE-TRA CTIO 10 N.

.) PROJECT DE CONVENTION.


Consid6rant que le President des Etats-Unis d'Amerique et
Ie IPrsident de la Rhpublique d'llaiti sont auimins du dcsir de
rafermir les lients d'amitic entire les deux pays;
Consid6rant que les Hautes parties contractantes dlsirent
r6aliser les avantages mutuels qu clles pourront tirer des rela-
tions commnerciales ct linancieres plus Ctroiles;
Considarant lque le Prrsident de la Iepublique d'Haiti a ex-
prima son sincere desire et sa ferme intention de garantir
l'honnete et efficace administration d'un Gouvernement en
llaiti, suivant la constitution et les lois de celte Republique, -
ui (Gouvernement qui sera l'expression de la volonte du peu-
ple d'Haiti, prot6geant ses droits el ses interets et respectant
les obligations internationals;
Considerant qu'il est du dCsir mutuel des HIautes Parties
contractantes qu'il existera entire le Ministre Plenipotentiaire
americain-- qui sera nomm6 dans la suite- et le PrCsident
d'llaiti des rapports si intimes et si co:fidentiels, que ce Mi-
nislrc aimricain sera autoris6 (1) A donner des avis sur les
aff ires tells que cells concernani I'hlnnete et eflicace admi-
nistration du Gouvernement ; le r'rcsident d'Haiti acceptant
de suivre ccs avis tant qu'ils scront donnes dans la limited d'ob-
tenir I'holnntett et tun service efficace des fonctionnaires et
la destitution de ceux reconnus malhonnites et incapables;
Le IPrsident tds Etats-Unis d'.\Amrique et le Prosident de

( I ) Le mot anlaii s g a n enable employ par Mr. Fuller signific plus exac-
leturnlt avant ca;pacile igale )) pour donler ses avis.







4L -

la R6publiquc d'Haiti ont resolu de fire une Convention dans
ce but ct out nomm6 leurs representants respectifs;
L President des Etats-Unis d'Amerique, I'honorable Paul
Fuller Jr Envoye special des Etats-Unis, ayant rang d Envoy6
Extraordinaire et Ministre Plnipotentiairc ;
Le President de la Rpuhlique d'Haiti, I'honorable Ulrick
Duvivier, Secretaire d'Etat des Relations ExtCrieures;
Lesquels, apres change de leurs plains pouvoirs respectifs
trouv6s en bonne ct due former, ont, en consideration et en
compensation des advantages reciproques obtenus par chacune
des parties ainsi qu'il est stipule, accept et par ces pr6sentes
acceptent ce qui suit :
I.- Le Gouvernementdes Etats-Unisd'Amerique protlgera la
Rlpublique d'Haili conlrc toute attaque d'une Puissance elran-
gere quelconque ct A cet effef emploiera tells forces de l'arm6e
et de la marine des Etats-Unis jusqu'a la limited necessaire.
II.- Le Gouvei-nemant des Etats Unis d'Am6rique aidera le
Gouvernement d'llaiti a r6primer les insurrections de l'int&-
rieuret lui donnera un appui effectif par l'emploi de forces mi-
litaires de l'Armne ct de la M irine des Etats-Unis jusqua la
limited necessaire.
III.- Le Prrident de la Republique d'Haiti s'engage A n'ac-
corder aucuns droits, privileges et facilities de quelque nature
que ce soit sur le M61e-Saint-Nicolas, ai ne conc6der, ven-
dre, affermer ou autrement accorder directement ou indirec-
tement, par le Gouvernement d'Haiti, I'occupation on l'usage
du M6le-Saint-Nicolas A aucun Gouvernement stranger on a
aucuin national ou nationaux d'un Gouvernement stranger.
IV Le Pr6sident de laR6publique d'Ha ti promet que, dans
les six mois de la signature de la pr6sente Convention le Gou-
vernement d'Haili donnera son adhesion h la conclusion d'une
convention d'arbitrage pour le r6glemient des r6clamations que
les citovens americains ou autres Wtrangers peuvent avoir con-
tre le Gouvernement d Haiti, laquelle convention d'arbitrage
accerdera un traitement 6gal A tous les strangers afin que
le people d'Haiti puisse avoir le b6nefice de la concurrence
entire les nationaux de tons les pays.
La pr6scite Convention sera ratifi6e par les Pouvoirs com-
p6tents des deux Pays et I'6change des ratifications se fern a
Port-au-Prince. Haiti, aussit6t que possible apris le ............
mil neuf cent quinze.
Ei fo: de quoi, NOus, Pleni:p'lenliaires respectifs, avons
sign la pr6sente en double original, en anglais et en francais,
ct y avons appos3 nos s-eaux respectifs A Port-a'. Prince.
Haiti, ce .......... .... ........ jour du mois de Mai rmil qcuf
cent quinze,







- 42 -


ANNEXES 3.

C.) RIPUBLIQUE D'HAITI.

SECRETAIREIlE D'ETAT
DES Port-au-Prince, le 2 Juin 1915.
RELATIONS EXTERIEURES.

Monsieur le Ainistre,
J'ai I'honneur de rcmettre, sous ce pli, a V. E. le project de
Convention de mon Gouvernement en r6ponse au project du
Gouvernement des Etats-Unis
Veuillez agr6er, etc
Son Excellence S ) ULUICK DUVIVIER
Son Excellence
Monsieur PAUL FULLER Jr.
Envoyo! Extraordinaire el Minislre
Plenipolenliaire des Elals-Unis d'Amerique
en mission special
Port-au-Prince.



CONTRE-PROJET
AU PROJECT DE CONVENTION PRISENTIE PAR MONSIEUR FULLER.


Le President des Etats-Unis d'Am6rique et le President de
la Republique d'Haiti, anim6s di d6sir de resserer d'avantage
les liens d'amiti6 qui existent entire les deux pays;
Les Hautes Parties conlractanles convaincues des avantages
qu'elles peuvent tirer de relations commercials et financieres
plus 6troiles; consid6rant que l'introduction en Haiti de Capi-
taux,assur6s d'y trouver un emploi suffisamment r6numerateur
el entoures de toutes les garanties n6cessaires, est reconnue
indispensable nu d(veloppemient 6conomique d'Haiti;
Le President de la Rpiiblique d'Haiti,constitutionnelleinnt
Clu, qui,par des actes deja accomplish par son Goivernement,







- 43 -


prove son sincere d6sir d'assurer au pays, par 1'ex6cution
enti&rc et fiddle des lois, une administration sage, r6guliere et
honnete, capable d'assurer la protection, aussi large que pos-
sible des inltrits 16gitimes nalionaux et strangers;
Le President des Etats-Unis d'Amerique, en conformti6 de
vues avec le Gouvernement de la IRpublique d'Haiti el dispo-
se a lui nrter toute assistance ct I'aide n6cessaire; A la con-
servation de son Ind6pendance ct de lui permettre de prendre
tout son developpement;
Le President des Etats-Unis d'Amnrique ct le President de
la R6publique d'Haiti ont resolu de conclure i ces tins une
convenlionetont nomm pourl2urs Plenipotentiaires respectifs:
Le President des Etats-Unis d'Amerique, 1'Honorable Paul
Fuller, Envoye Sp6cial des Etats-Unis, ayant rang d'Envoyi
Extraordinaire ct Ministre Pl6nipoten'iaire;
Le President de la IRpublique d'Haiti, I'Honorable Ulrick
Duvivier, Secretaire d'Etat des Relations Ext6ricnrcs ;
Lesquels, apres change de leurs pleins pouvoirs respectifs,
trouviCs en bonne ct due former, cnt accept et par ccs presen-
tes acceptcnl cc qui suit :
I.- Le Gouvernement des Etats-Unis d'Am6rique s'engage a
priter son concours A la Republique d'Haiti pour la conserva-
tion de Son Ind6pendance
Dans cc but, ii s'oblige A intervenir pour empecher toute in-
trusion d'une Puissance 6trangere quelconqued:ins les affairs
d'Hiiti et repousser tout acte d'agression lent contre cc pays.
II emploiera A cet effet tells forces de i'armec et de la Ma-
rine des Elals-Unis, suivant qu'il sera n6cessaire.
II.- Le Gouvernement des Etats-Unis facililera 1'entrce en
Ilaiti de Capitaux suflisants propres A assurer Ic plein d6vc-
loppenient 6conomiq,:e de ce pays, i amnoliorcr dans un trWs
bref dtlai, sa situation financiere, notamment A amener l'uni-
fication de sa delete de facon A reduire les garanties douanicres
qui y sont acluellement affecl6es et A conduire A une sdricuse
reform mon6laire.
En vue d'accorder A ces capitanx routes les garanties disi-
rables, Ic Gouvernement d'H;tili s'engage a n'employer, dans
les douancs come dans les bureau de perception et autres,
que les fonctionnaires ha'licus don't la inoralit6 ct la capa-
cile sont notoires.
Les preleurs pourront Oire consultAs sur le choix du haut
personnel des douanes.
Le Gouvernement ha'lien assurcra aussi la protection des
capil aux et ecn gin&ral de tI ns les inltrls strangers par i'or-
ganisation d'une ga:rdc ruIrile a cheval, instruite suivant les
mllItlodcs les plus moderncls







- 44 -


En attendant il pourra, s'il 6tait nicessaire, recourirh l'aide
du Gouvernementamericain en vue de reprimer les d6sordres
et les troubles graves qui seraient de nature A compromeltre
les int6rdts strangers.
Les forces americaines qui auraient,le cas 6ch6ant, coop6r6
avec les troupes haitiennes au r6tablissementde l'ordre,devront
ktre retirees du territoire lhatien a premiere requisition des
autorites constitutionnelles
III.- Le President de la Republiquc d'Haiti s'engage i n'ac-
corder aucuns droits,privileges on facilities de quelque nature
que ce soit sur le M6le Saint-Nicolas; i ne conceder, vendre,
affermer ou autrement accorderdirectement on indirectement
l'occupation ou l'usage du M6le Saint-Nicolas a aucun G3uver-
nement, i aucune nation on aux nationaux d'aucun Gouver-
nement.
IV.--Le President de la R1publique d'Haiti s'engage, dans
les six mois de la ratification de la pr6sente Convention a signer
une convention d'arbitrage avec les puissances intlressees
pour le r6glement des r6clamations diplomatiques pendantes,
laquelle convention d'arbitrage reconnaitra un traitement 6gal
i tons les rdclamants, c'est-A-dire qu'il ne sera reconnu de
privileges an profit d'aucun d'eux.
La prCsente convention sera ratified par les Pouvoirs com-
petents des deux pays et l'cchange des ratifications se fera a
Port-au-1 rince aussit6t que possible apres le ........................... ......
Pr6sent6. le 2 Juin 1915.

------ 0 --

ANNEXES 3.
D.)
COPIE-TR A ULTION.
I EGATION
DES ETATS-UNIS B'AMEnRIQUE.
-- Por-au-Prince (Ilaili), le 3 Juin 1915.

Excellence,
J'ai 1'honneur d'accuser reception i V. E. de sa leltre du 2
Juin, avec la copie du project de Convention.
Je vous demand la permission de proposer les modifica-
tions ou changements suivPnls :
I. Changer le 4e paragraphe it la page 3 A lire come suit:
Dans cc but, il s'oblige a intervenir pour emp6cher toute








- 45 -


intrusion d'une Puissance quelconque et repousser tout acte
d'agression contre la R6publique d'Haiti )
II Omettre les trois dernieres lignes du second paragra-
)lie, page 4, et insurer a la place ce qui suit: ( and to remove
those found to be dishonest or inefficient and to that end to
advise with the duly accredited Minister of the United States
at Port-au-Prince. )
III -- Changer les trois premieres lignes du second para-
graphe, page 5, A lire come suit :
SEn attendant, s'il tait n6cessaire, le Gouvernement des
Etats-Unis apportera son aide etc. )
IV.-- Supprimer les mots a au ) et ( devront j au 3e. para-
graphe de la page 5 et mettre les mots < devront au moment
du ) lire comme suit :
< Les forces americaines qui auraient, le cas 6cheant,coop&-
Sre avec les troupes haitiennes devront, au moment du r6ta-
( blissement de l'ordre, 6tre retirees, etc )
Je serais bien oblige A Votre Excellence si vous vouliez
m'informer le plus t6t possible si ces changements sont accep-
t6s par Ic Gouvernement de V. E.
Veuillez agr6er, Excellence, etc ..
( S ) PAUL FULLER Jr.
Agent special des Etats-Unis avec pouvoirs
d'Envoye Extraordinaire el Minisire Plenipotentiaire.


ANNEXES.

E.) RI PUBLIQUE D'IIAITI.

SECRn:TAIRERIE D'ETAT
DES Porl-au-Prince, le 4 Juin 1915.
RELATIONS EXT:RIEURES

Monsieur le Ministre,
J'ai l'honneur d'accuser a V. E. reception de sa lettre du 3
du courant par laquelle Elle m'a soumis quelques modifica-
tions an Contre-Projet de Convention de mon Gouvernement
lo. Le Conseil des Secrltaires d'Elat, aprls examen, a ac-
cept6 le changement propose par V. E.,- 4e paragraphe de la
page 3, qui doit se lire come suit :








-- 46 -


t Dans ce but, il s'oblige A intervenir pour empecher touie
intrusion d'une Puissance quelconque et repousser tout acte
d'agression contre la Republique d'Haili )
2o. Le Conscil a accepted la suppression de I'alin6a snivant:
a Les pretcurs pourront Otre con: ullls sur le choix du haut
personnel des donanes a et I'additio.i suivante an paragraph
pr6ecdant I'alinea supprim& :
a A remplacer ceux qui, dans la pratique, seront reconnus
ne pas remplir ces conditions. )
30. En lieu et place de la redaction de V. E aux trois pre-
tnmires lignes du 2e. paragraphe de la page 5, le Gouverne-
ment propose celle ci-apres:
t En attendant, s'il 0Lait n6cessaire, le Gouvernement des
Etats-Unis d'Am6rique,-- Ic Gouvernement d'Haiti prealable-
ment consult,-- apportera son aide en vue, etc A
4o. Le Gouvernement n'a pas agree les modifications appor-
i es par V E au 3e paragraph de la page 5.
Pour la bonne intelligence des observations qui pric6dent,
les articles modifies doivent se lire come suit:
a Le Gouvernement des Etats-Unis d'Am6rique s'engage A
c priter son concours A la Republique d'Haiti pour la con-
a servation de son independance. Dans ce but, il s'oblige A
, intervenir pour empecher toute intrusion d'une Puissance
< quelconque et repousser tout acte d'agression contre la Re-
publique d'Haili.
( II emploiera a cet effet telles forces de l'arm6e ou de la
marine des Etats-Unis suivant q I'il sera n6cessaire.
a II Le Gouvernement des Etats-Unis facililera 1'entr6e
c en Haiti de capitaux suffisants etc....... .... .........

En vue d'accorder A ces capitaux toutes les garanties d6-
a sirables, le Gouvernement d'Haiti s'engage A n'employtr dans
a les douanes que des fonctionnaires haitiens don't la mora-
( lilt et la capacitC sont notoires et remplacer ceux qui,
< dans la pratique, seraient reconnus ne pas remplir ces con-
a editions.
< Le Gouvernement d'Haiti assurera aussi la protection des
a capitaux et en general de tons les int6rdis strangers par l'or-
a ganisation de etc ....... ........... ...... ........ ............................

( En attendant s'il 6tait n6cessaire, le Gouvernement des
a Etats-Unis,-- le Gouvernement Haitien pr6alablement con-
a sult6,- apportera son aide en vue de reprimer les d6sordrcs
a et troubles graves qui seraient de nature A compromettre
c ces interels etrangers.
L Les forces americaines qui auraient, le cas 6ch6ant, coop6-








t .








S47 -


re avec les troupes ha tiennes au r6tablissement de iordre
a devront 6tre retirees du territoire haitien i premiere r6qui-
a sition de I'autorit6 constitutionncllc. D
Je me permets pour finir de proposer aussi.i V. E. au nom
de mon Gouvernement l'article additionnel suivant qui prendra
le No. 5
c V. En cas de difficulties sur l'interpr6tation des clauses
a de la pr6sente Convention, les Hautes Parties contractantes
v s'engagent i soumettre le difftrend i la Cour Permanente
a d'Arbitrage de La Haye o
Veuillez agreer, etc ..
( Sign6 ) ULRICK DUVIVIER.

Son Excellence
Monsieur PAUL FULLER Jr.
Envoyi Extraordinairo el Ministre Pliuipotenliaiir
des Elals-Unis d'Amnrique
en mission spkciale.
Port-au-Prince.



COPIE-TRADUCTION

LEGATION
DEs ETATS-UNIS D'AMfRIQUE.

Port-au-Prince ( Haiti, ) le 5 Juin 1915.

Excellence,
J'ai 'hpnneur d'accuser reception de la communication de
V. E, 'f4 Juin relative aux modifications (apport6es) au
proje de Convention que j'ai transmis i V. E. le 3 Juin.
Veuillez agr6er, etc....

(Sign6 ) PAUL FULLER Jr.
Agent Special, etc.








- 48 -


ANNEXES 4. A.)
COPIE-TRADUCTION.
LIGATION
DES ETATS- UNIS D'AMWRIQCIE.
Porl-au-Prlnce (Haiti).

TEXTE PROPOSE PAR LA LEGATION DES ETATS-UNIB
D'AMIEiIQUE ( Ao:T 1915)


MEMORANDUM


En vue de I'attilude amicale montr6e par le Gouverrement
Haitien, le Charge d'Affaircs par interim des Etals-Unis a recu
instructions de r6diger et de soumetlre of'icieusement au Pre-
sident de la RWpublique d'Haiti, sans dMlai, le project de traitC
ci-joint, et de l'informer que Ic 1)Dpartement d'Elat aWashing-
ton croit que l'Assemblee Nationale hailienne, garante de la
sinc6rite et de l'intCrMt des haitiens, voudra voter immi dialc-
ment une'resolution autorisant le President d'Halti a accepter
sans modification, le trait suivant.


Project de Convention entire 1e3 Etats-Unis et la

Republique d'Halti


PREAMBULE

Les Etats-Unis et la Republique d'Haili, d6sircux d'affermir
et de fortifier l'amiti6 existant entire eux par une plus cordial
cooperation fi des measures pour leur avant ige conmmun, et la
R6publique d'Hai'i d6sirant remedier A la situation de ses fi-
nances qui n'est pas satisfaisante, empcliher la perte de beau-
coup de ses revenues, due en parlic aux troubles intlrieurs,
prendre des dispositions contre f'augmentation pen judicieuse
de sa dette publique, inaugurer tn syslime conipr6hensible







- 49 -


pour 1'examen et la tenue de la comptabilit6 publique, faire
provision suffisante pour le service de ses deltes ext6ricures,
niaiitenir la tranquility de la 1Rpublique, ex6cuter des projects
pour;le developpement 6conomique et la prosp&rit de la Repu-
blique et du people haitiens, consolider son credit et en ge6nral
asseoir et maintenir ses finances sur une base solid et stable,
et les Etats-Unis sympathisant entierement avec toutes ses vues
et ces objets, et d6sireux de contribuer A leur r6alisation par
tous les moyens convenables;
Les Etats-Unis et la Republique d'Haiti, ayant r6solu de con-
clure une convention ayant ces objets en vue, ont nomm6 a
cet effet comme pl6nipotentiaires, les Etats-Unis, Mr ......

Et Haiti, Mr . .
lesquels s'6tant mutuellement communique leurs pleins pou-
voirs respectifs, trouv6s en bonne et due forme, ont convenu
ce qui suit:
I

Le President des Etats-Unis nommera un Receveur general,
qui,avec tels aides et employs que le Pr6sident des Etats-Unis
pourra nommer ou autoriser, recouvrera, recevra et appli-
quera tous les droits de douane tant A l'importation qu'a I'ex-
porlation provenant des diverse douanes et ports d'entr6e de
la Republique d'Haiti. Le Pr6sident des Etals-Unis d6signera a
la R1publique d'Haiti un Conseilller financier qui l6aborera un
systime ad6quat de comptabilit6 publique, aidera A l'augmen-
tation des revenues et A leur ajustement aux d&penses, en-
qutera sur la validity des dettes de la Republique, 6clairera
les deux gouvernements relativement A toutes dettes 6ven-
luelles,recommandera des m6thodes perfectionn6es d'encaisser
ct d'appliquer les revenues, et en general exercera les functions
d'un controleur.
II

Le Gouvernement de la R6publique d'Haiti pourvoiera par
une loi ou par un d6cret appropri6, A ce que le paiement de
tous les droits de douane soit fait an receveur g6n6ral, el il ac-
cordera au bureau de la recette et au conseiller financier toute
l'aide et la protection n6cessaires A 1'execution des pouvoirs qui
lui sont conf6r6s et A I'accomplissement des devoirs qui lui
sont imposes par les pr6sentes; les Etats-Unis, de leur c6tW,
accorderont la mmne aide et la meme protection.








- ;0


Ill

A la nomination du conseiller financier, le Gouvernement
de la RIepublique d'Haili, avee la cooperation du Conseiller fi-
nancier, collationnera, classera. arrangera et fera un rclev6
complete de toutes les dettes de la Ihipublique, de Icur monlant,
caractkre, cchcance et condition, int6rtls y afflrents, et anor-
lissement n6cessaire a leur complete pavement

IV

Toutcsles valcurs recouvrdes ct encaissCes par le receveur gi-
neral seront appliqudies:premiLrement,au paiement des appoin-
tements et allocations du receveur g6niral, de ses auxiliaires
ct employs, et les depenses du bureau de la recelle compren-
dront les appointments ct les d6penses du Conseiller finan-
cier;deuxininmemnt,A F'int ~lct et a I'aimortisscmennt de la detlte
publique de la Ih6publique d'l aiti; troisimement, F'en'retien
de la police visoe i E'article neuf, ct alors Ic resale au Gouver-
nement haitien pour les depenses courantes.
En faisant ces applications,lc leccevcur general proc6dera au
paicment des appoilnitments et allocations mensuclles et des
d6pcnses tcllcs (qu'lles sc pr6sentent, ct au premier de chaqLe
mois, il mettra A un complex special le montant des rccouvre-
ments et reccttes du mois pr6c6dent.

V

Les d6penses du bureau de la recclte, y compris les appoin-
tements et allocations du receveur g6neral, de ses auxiliaires
et employes, nc dcvront )pas depasser cinq pour cent des re-
couvrements et recetles provenant des droits de douane, a
nlins d'iiu convention catre les deux Gouvernements

VI

Le receveur general fera un rapport mensuel au fonction-
naire hailien comlptent ct au D6partement d'Etat des Etals-
Unis sur tous les recouvrements, les recettes et les d6penses ;
ces rapports scront soumis a l'inspection ct A la v6rificalion
dcs autoritls competentes de chacun des dits Gouvernements.
La 1t publique d'laiti ne devra pas augmenter sa dette ni
assume aucune obligation financi'e Li moins que,-les d6pen-
ses du Gouvernement d6fravyes, les revenues de la R1publique
disponibles A cette fin, soient suffisants pour payer les int&-







- $1 -


rets et poirvoir a un amortissement pour 'extinction coii-
plete d'une telle dette.
VIII

La R6publique d'Haiti, sans 'assentiment du Pr6sidentdes
Etats-Unis, ne modificra pas les droils de douane d'une falon
qui en rtduise les revenues, ct alin que les revenues de la
I~publique soient suffisants pour faire face a ladette publiquc
et aux d6penses du Gouvernement, pour preserver la tran-
quilit6 ct promouvoir la prospcrit6 mat6rielle, la IRpublique
d'Haiti cooperera avec le Conseiller financier suivant scs re-
commandations relatives a l'amielioration des m6thodes de
recouvrer et de dlpcnser les revenues et a la creation des sour-
ces nouvelles de revenues qui front besoin

IX

Le Gouvernement hailien, en vue de la preservation de la
paix int6rieure, de la s6curite dcs droits individnels et de la
complete observance des dispositions de ce trait, s'engage a
cr6er sans dClai une police efficacc.composee d'haitiens. Cellte
police sera organis6e par des amiricains qui en scront les
officers, d6signes par le Gouvernement des Etats-Unis et que
le Gouvernement haitien nommcra et revetira de l'autorilc
voulue et n6cessaire, et soutiendra dans I'exercice de leurs
functions. La police ici pr6vue aura,sous la direction du Gou-
vernement haitien, la surveillance et le contr6le des armes et
munitions, des articles miiitaircs et du commerce qui s'en faith
dans tout le pays. Les stipulations de cet article sont n6ce.ssai-
res pour pr6venir les luttes des factions et les d6sordres.

X

Le Gouvernement d'Haiti convient de ne ceder aucune parlie
du territoire de la R6publique d'Haiti par vente,bail on autre-
trement, ni conf6rer jurisdiction sur tel territoire a aucune
Puissance ou Gouvernement 6trangers,except6 aux Etats-Unis,
ni signer avec aucune autre puissance, ni autres puissances,
aucun trailt ni contract qui diminuera ou tendra a diminuer
l'lnd6pendance d'Haiti.
XI

Le Gouvernement haitien convientde signer avec les Etats-
Unis un protocol pour le reglement, par arbitrage on autre-
ment, de toutes les r6clamations p6cuniares pendantes entire








- 52 -


les corporations, compagnics, citoyens ou sujets strangers et
Haiti.
XII

La Republique d'Haiti d6sirant active le d6veloppement
de ses resources naturelles ,convient d'entreprendre et d'ex6-
cuter telles measures qui, dans 1'opinion du Gouvernement des
Etats-Uuis,peuvent 6tre n6cessaires au point de vue de I'hygie-
ne et de l'avancement de la R6publique d'Haiti, sous la sur-
veillance et la direction d'un ou plusieursing6nieurs qui seront
d6sign6s par le Pr6sident des Etats-Unis, nomm6s et autorists
A cette fin par le Gouvernement d'Haiti.
XIII
Les Etats-Unisaurontautorit6 pour emp6chertouteingerence
dans I'accomplissement d'un point (object) quelconque com-
pris dans cette convention; ils auront aussibien le droit d'in-
tervenir pour la preservation de I'Ind6pendance haitienne et
pour le maintien d'un Gouvernement capable de prot6ger la
vie, la propri6te et la liberty individuelle.
XIV
Le present trait sera approuv6 et ratifi6 par les hautes par-
ties contractantes conform6ment A leurs lois respective, et
la ratification sera 6chang6e dans la ville de Washington aus-
sit6t que possible.
XV
Le present trait restera en force et vigueur pendant une
dur6c de dix ann6es A partir du jour de l'echange des ratifi-
cations et en outre pour une autre p6riode de dix ann6es a
la dcmande d'une des-parties.
En foi de quoi les pl6nipotentiairps respectifs ont sign la
pr6sente convention en double et y ont appos6 leurs sceaux.






- 53 -


ANNEXES 4.
TEXTE DFFINITIF.



CONVENTION

BETWEEN

THE UNITED STATES AND THE REPUBLIC OF H&ITI.


PREAMBLE.

The United States and the Republic of Haiti desiring to con-
firm and strengthen the amity existing between them by the
most cordial cooperation in measures for their common
advantage, and the Republic of Haiti desiring to remedy the
present condition of its revenues and finances, to maintain the
tranquillity of the Republic, to carry out plans for the econo-
mic development and prosperity of the Republic and its
people, and the United States being in full sympathy with all
of these aims and objects and desiring to contribute in all pro-
per ways to their accomplishment ;
The United States and the Republic of laiti, have resolved
to conclude a convention with these objects in view, and have
appointed for that purpose Plenipotentiairies :
The President of the Republic of Haiti, Mr. Louis BORNO
Secretary of State of Foreign Affairs and Public Instruction,
The President of the United States, Mr. ROBERT BEALE DA-
vis JUNIOR, Charg6 d'Affaires of the United States of America;
Who,having exhibited to each other their respective powers,
which are seen to be full in good and true form, have agreed
as follows:
ARTICLE I.

The Government of the United States will, by its good offi-
ces aid the Haitian Government in the proper and efficient
development of its agricultural, mineral and commercial re-
sources and in the establishment of the finances of Haiti on a
firm and solid basis,








- -51 -


ARTICLE II.
The President of Haiti shall appoint, upon nomination by
the President of the United States, a General Recuiver and
such aids and employees as may be necessary, who shall col-
lect, receive and apply all customs duties on imports and ex-
porls accruing at the several custom houses and ports of entry
of the Republic of Haiti.
The President of Haiti shall appoint, upon nomination by
the President of the United States, Financial Adviser who shall
be an officer attached to the Ministry of Finance, to give effect
to whose proposals and labors, the Minister will lend effi-
cient aid. The Financial Adviser shall devise an adequate sys-
tem of public accounting aid in increasing the revenues and
adjusting them to the expenses,inquire into the validity of the
debts of the Republic, enlighten both Governments with re-
ference to all eventual debts, recommend improved methods
of collecting and applying the revenues, and make such other
recommandalions to the Minister of Finance as may be dee-
med necessary for the welfare and prosperity of Haiti.

ARTICLE III.
The Government of the Republic of Haiti will provide by
law or appropriate decrees for the payment of all customs
duties to the General Receiver, and wili extend to the Recei-
vership, and to the Financial Adviser, all needfull aid and full
protection in the-execution of the powers conferred and duties
imposed herein; and the United States on its part will extend
like aid and protection.

ARTICLE IV.

Upon the appointment of the Financial Adviser, the Go-
vernment of the Republic of Haiti in cooperation with the Fi-
nancial Adviser, shall collate, classify, arrange and make full
statement of all the debts of the Republic, the amounts, cha -
racter, maturity and condition thereof, and the interest accruing
and the sinking fund requisite to their final discharge.

ARTICLE V.
All sums collected and received by the General Receiver
shall be applied, first to the payment of the salaries and al-
lowances of tle General Receiver,his assistants and employee;
and expenses of the Receivership, including the salary and







- 55 -


expenses of the Financial Adviser, which salaries will be de-
termined by previous agreement; second, to the interest and
sinking fund of the public debt of the Republic of Haiti ; and,
third, to the maintenance of the constabulary referred to in
Article X, and then the remainder to the Haitian Government
for the purposes of currect expenses.
In making these applications the General Receiver will pro-
cced to pay salaries and allowances monthly and expenses as
they arise,and on the first of each calendar mnonh,will set aside
in a separate fund the quantum of the collections and receipts
of the previous month.

ARTICLE VI.

The expenses of the Receivership, including salaries and
allowances of the General Receiver, his assistants and emplo-
yees, and the salary and expenses of the Financial Adviser,
shall not exceed five per centum of the collectionsand receipts
from customs duties, unless by agreement by the two Govern-
ments.
ARTICLE VII.

The General Receiver shall make monthly reports of all
collections, receipts and disbursements to the appropriate offi-
cers of the Republic of Haiti and to the Department of State of
the United States, which reports shall le open to inspection
and verification at all times by the appropriate authorities of
each of the said Governments.

ARTICLE VIII.
The Republic of Haiti shall not increase its public debt,
except by previous agreement with the President of the United
States, and shall not contract any debt or assume any finan-
cial obligation unless the ordinary revenues of the Republic
available for that purpose, after defraying the expenses of the
Government shall be adequate to pay the interest and provide
a sinking fund for the final discharge of such debt.

ARTICLE IX

The Republic of Haiti will not,without the assent of the Pre-
sident of the United States, modify the customs duties in a
manner to reduce the revenues therefrom: and in order that
the revenues of the Republic may by adequate to meet the







- 56 -


public debt and the expenses of the Government, to preserve
tranquillity and to promote material prosperity, the Republic
of Haiti will cooperate with the Financial Adviser, in his re-
commendations for improvement in the methods of collecting
and disbursing the revenues and for new sources of needed
income.
ARTICLE X.
The Haitian Government obligates itself, for the preservation
of domestic peace, the security of individual rights and the
full observance of the provisions of this treaty, to create wit-
hout delayan efficient constabulary, urban and rural,composed
of native Haitians. This constabulary shall be organised and
officered by Americans appointed by the President of Haiti,
upon nomination by the President of the United States. The
Haitian Government shall clothe these officers with the proper
and necessary authority and uphcld them in the performance
of their functions. These officers will be replaced by Haitians
as they, by examination conducted under direction of a board
to be selected by the senior American officer of this constabu-
lary,in the presence of a Representative of the Haitian Govern-
ment are found to be qualified to assume such duties. The
constabulary herein provided for, shall, under the direction of
the Haitian Government, have supervision and control of
arms and ammunition, military supplies, and traffic therein,
throughout the country The high contracting parties agree
that the stipulations in this article are necessary to prevent
factional strife and disturbances.
ARTICLE XI
The Government of Haiti agrees not to surrender any of the
territory of the Republic of Haiti by sale, lease, or otherwise,
or jurisdiction over such territory, to any foreign government
or power, nor to enter into any treaty or contract with any
foreign power or powers that will impair or tend to impair the
Independence of Haiti.
ARTICLE XII
The Haitian Government agrees to execute with the United
States a protocol for the settlement, by arbitration or other-
wise, of all pending pecuniary claims of foreign corporations,
companies, citizens or subjects against Haiti.
ARTICLE XIII
! The Republic of Haiti, being desirous to further the develop-
ment of its natural resources, agrees to undertake and execute







- 57 -


such measures as, in the opinion of the high contracting par-
ties, may be necessary.for the sanitation and public impro-
vement of the Republic, under the supervision and direction
of an engineer or engineers, to be appointed by the President
of Haiti upon nomination of the President of the United States,
and authorized for that purpose by the Government of Haiti.
ARTICLE XIV
" The high contracting parties shall have authority to take
such steps as may be necessary to insure the complete attain-
ment of any of the objects comprehended in this treaty ; and,
should the necessity occur, the United States will lend an ef-
ficient aid for the preservation of Haitian Independance and
the maintenance of a government adequate for the protection
of life, property and individual liberty.
ARTICLE XV
The present treaty shall be approved and ratified by the high
contracting parties in conformity with their respective laws,
and the ratification thereof shall be exchanged tn the City of
Washington as soon as may be possible.
ARTICLE XVI
The present treaty shall remain in full force and virtue for
the term of ten years, to be counted from the day of exchange
of ratifications, and further for another term of ten years if,
for specific reasons presented by either of the high contracting
parties, the purpose of this treaty has not been fully accomp-
lished.
In faith whereof, the respective plenipotentiaries have signed
the present Convention in duplicate, in the English and French
languages, and have thereunto affixed their seals.
Done at Port-au-Prince ( Haiti ), the 16th day of September
in the year of our Lord on thousand nin' hundred and fifteen.

ROBERT BEALE DAVIS Ja.
Charged d'Affaires of the United Stales

Louis BORN,
Secretaire d'Etal des Relations E.rlrieures
el de l'Ins'truction Publique.







- 58 -


C.) ANNEXES 4.


Convention entire la Republique ld'aiti

et les Etats-Unis l'Amnrique.

(RATIFIEE LE 17 SEPTEIBRE 1913 SANCTIONNEE LE 11 NO-
VEMBRE 1915- CHANGE DES RATIFICATIONS A W SHINGTON
LE 3 MAI 1916 )


La R6publique d'Haiti et les Etats-Unis d'Am6riqne, d6sirant
raffermir ct resserrcr Ics liens d'amiliC qui existent entire eux
par la cooperation la plus cordial t des measures propres a
leur assurer de nuluels advantages:
La RIlpublique d'Hi'ti desirant,en outre, remndier A la situa-
tion actuelle de ses finances, maintenir l'ordre et la tranquil-
lite sur son territoire, mettre a execution des plans pour son
d6veloppement &conomiq!'e et la prosperity de la Republique
et du people haitien;
Et les Etats-Unis sympathisant avec ces vues et objets et
d6sirant contribuer a leur realisation;
Ont resolu de conclure une Convention a cette fin,
Et ont Mt6 nomm6s a cet effect come Pl6nipotentiaires,
Par le President de la Republique d'Haiti,
Monsieur Louis Bono, Secretaire d'Etat des Relations Ext6-
rieures et de 1'Instruction publique,
Par le President des Elata-Unis d'Amrrique,
Monsieur ROBERT BEALE D.AVIS Jr, Charg6 d'Affaires des
Etats Unis d'Amiriqne,
Lesquels s'dtant communique leurs pleins pouvoirs respectifs
trouv6s en bonne et due forme, ont couvenu de cc qui suit:

ARTICLE I.

Le Gouvernement des Etats-Unis, par ses bonds offices, ai-
dera le Gouvernement d'Haili a d(velopper efficacement ses
resources agricoles, minicres et commenrciales et tIablir sur
une base solid Ics finances haitiennes.







- 59 -


ARTICLE II.

Le President d'Haiti nommera, sur la proposition du Pr6si-
dent des Etats-Unis, un Receveur general ct tels aides et em-
ployds qui seront jugs nccessaires pour recouvrer, recevoir
ct appliquer tous les droits de douane, plant a l'importation
qu'a I'exportation provenant des diverse douanes et ports
d'enlrte de la R6publique d'Haiti.
Le President d'Haili nommera en outre, sur la proposition
du President des Etats-Unis, un Conseiller financier, qui sera
un fonctionnaire attach an Ministere des Finances, auquel
le Secr6taire d'Etat pretera une aide efficace pour ia raalisa-
tion do ses travaux. Le Conseiller Financier 6laborera un sys-
time ad6quat de comptabilit6 publiquc, aidera i 'augmentation
des revenues et a leur ajistement aux d6pcnses, enquCtera sur
la validilt des deltes de la Rlpublique, Cclaircra les deux Gou-
vernements relativement a routes deltes 6venltelles, reconi-
mandera des m6thodes pcrfeclionnees d'encaisser ct d'appli-
quer les revenues et fera au Secritaire d'Etat des Finances telles
autrcs recommendations qui pouvent 6tre jugecs n6cessaires
au bien-6tre et A la prosp6rit6 d'lHaiti.

ARTICLE III

Le Gouvernement de la Rp-j)blique 'Haiti ipourvoira, par
une loi on par un d6cret appropriate, A cc qce le paicment
de tons les droits de douane soit faith an Receveur G6n6ral; et
il accordera au bureau de la recelle ct au Consciller financier
toute aide et protection necessaires A l'cxcuttion des pouvoirs
qui leur sont conf6res et aux devoi rqu. leur sont imposes
par les pr6sentes, et les Etats-Unis, (FE accorderont
la memc aide et protection.

ARTICLE IV.

A la nomination du Conseillerfinancier, le Gouvernement de
la R6publique d'Haiti, en cooperation avec le Consciller finan-
cier, collationnera. classera, arrangcra ct fera tin relev6 com-
plet de toutes les delles de la Rtpublique, de leur montant,
caractire, 6ch6ance et conditions, des int6erts y aff6rcnts, et
de l'amortissement necessaire a Icur comnplet paiemcnt.

ARTICLE V.

Toutes les valeurs recouivrics ct encaissdes par le Reccveur
(G6iiral scront appliqu(cs : 1" au paienlmet des appointcmnents







- 60 -


et allocations du Receveur Gendral, de ses auxiliaires et cm-
plo)ys ct des d6penses du bureau de la recette, qui compren-
dront les appointments et le; d6penses du Conseiller Finan-
cier, les salaires devant etre determines suivant accord
prealalle; 2 i 1'inttrdt t A l'amortisscment de la delte publique
de la Repullique d'Haiti ; 3"' i l'entretien de la police vis6e A
l'article 10; et le solde au Gouvernement Haitien pour les d6-
penses courantes.
En faisant ces applications, le Receveur G6n6ral proc6dera
au pavement des appointments et allocations mensuels, ct
des d6penses tells qu'elles se prCsentent; et au premier de
chaque mois, il mettra A un compete special le montant des
recouvremients et recettes du mois pr6c6dent.

ARTICLE VI.

Ies d6penses du bureau de la recette, y compris les alloca-
tions et appointments du Receveur G6n6ral, de ses auxiliaires
et employs et les depcnses ct salaire du Conseiller financier
ne devront pas dcpasscr 5 "o; ( cinq pour cent ) des recouvre-
ments et recettes provenant des droits de douane, A moins
d'une convention entire les deux Gouvernemenls.

.ARTICLE VII.

Le Receveur Gnral fera un rapport mensuel aux Fonclior;-
naires hailiens comptlents et an DWpartement d'Etat des Etats-
Unis sur tous Ics recouvr mennts, les recettes et les d6penses ;
ces rapports seront s en tout temps a 1'cxamen et a la
verification de om omp6tentes de chacun des dits Gou-
vernenents.
ARTICLE VIII.


La R6publiquea
blique, sauf acco
ni contractor aucil
d6penses du Gouv(
bliPue disoonibles


nle devra pas augmenter sa dette pu-
-*able avec le Pr6sident des Etats-Unis
igation financiere A moins que, les
emn t ddfrayes, les revenues de la R6pu-
cett fin. soient suffisants pour paver les


int6r6ts et pourvpir A ortissement pour 1'extinction com-
plete d'une telle et t
V ARTICLE IX.

La R6publique d' ti noins d'une entente pr6alable avec
le President des E ne modifier pas les droits de
douane d'une faoon lrdduirait les revenues; et afin que








- 61 -


les revenues de la RCpubliquc puissent 6tre suffisants pour fire
face A la dette publique et aux d6penses du Gouvernement,
pour preserver la tranquillitM et promouvoir la prosp6rit6 ma-
terielle, le Gouvernement d'Haili coop6rera avec le Conseiller
Financier dans ses recommendations relatives A l'am6lioration
des methods de rccouvrer et de d6penser les revenues et aux
sources nouvelles de revenues qui font besoin

ARTICLE X.

Le Gouvernement Haitien, en vue de la preservation de la
paix intlrieure, de la s6curit6 des droits individuals et de la
complete observance de ce trait, s'engage a crer sans delai
une gendarmerie efficace, rurale et urbaine, compose d'hai-
tiens. Cette gendarmerie sera organis6e par des officers am6-
ricains nomin6s par le Pr6sident d'Haiti sur la proposition du
President des Etats-Unis. Le Gouvernement Haitien les revd-
tira de l'autorit6 n6cessaire et les soutiendra dans l'exercice
de leurs functions. !s seront remplac6s par des haitiens,
lorsque ceux-ci, aprss un examen effectu6 par un comit6 choisi
par I'officier superieur charge de l'organisation de la gendar-
merie, en presence d'un Dl16guc du Gouvernement haitien,
seront jug6s aptes A remplir conveaablemeA eurs functions.
La gendarmerie ici prevue aura, sous la d'Iti6h du Gouver-
nement haitien, la surveillance et le contrl6e des armes et
munitions, des articles militaires et du commerce qui s'en fait
dans tout le pays. Les Hautes Parties Contractantes reconnais-
sent que les stipulations de cet article sont n6cessaires pour
pr6venir les luttes des factions et les d6sordres.

ARTICLE XI.
Le Gouvernement d'Haiti eonvient de ne cdder aucune par-
tie du territoire de la Rtpublique d'Haiti par vente, bail ou
autrement, ni de conf6rer jurisdiction sur son territoira A aucu-
ne puissance ou gouvernement stranger, ni de signer avec
aucune puissance aucun trait ni contract qui diminuerait ou
tendrait A diminuer l'Ind6pendance d'Haiti.

ARTICLE XII.
Le Gouvernement Haitien convient de signer avec les Etats-
Unis un protocole pour le reglement, par arbitrage ou autre-
ment, de toutes les r6clamations p6cuniaires pendantes entire
les corporations, companies, citoyens on sujets strangers et
Haiti.







- 62 -


ARTICLE XIII.
La R1publique d'Haiti, d6sirant pousser an developpement
de ses resources naturelles, convient d'entreprendre et d'cx6-
cuter telles measures qui, dans l'opinio.i des deux Hautes Par-
lies contractantes, peuvent etre necessaires au point de vue de
'liygiinc et du d6veloppement materiel de la Republique. sous
la surveillance et direction d'un ou de plusieurs ing6nieurs
qui seront nomnms par le Pr6sident d'Haiti sur la proposition
du President des Etats-Unis, et autoris6s A cette fin par le
Gouvernement d'Haiti.
ARTICLE XIV.
Les deux Hautes Parties Contractantes auront autoritd pour
assurer, par tous les movens n6cessaires, l'entiere executicn
des clauses de la pr6sente Convention, et les Etats-Unis, le cas
6ch6ant, priteront leur aide efficace pour la preservation de
'lundependance Haitienne et pour le maintien d'un Gouver-
nement capable de prot6ger la vie, la propriMt6 et la liberty&
individuclle.
ARTICLE XV.
Le present trait sera approuv6 et ratifi6 par les Hautes
Parties Contractntes conform6ment a leurs lois respective,
et les ratifications seront 6chang6es dans la ville de Washing-
ton aussit6t que possible.
ARTICLE XVI.
Le present traits restera en force et vigueur pendant une
dur6e de dix ann6e A partir du jour de l'echange des ratifica-
tions, et en outre pour une autre p6riode de dix ann6es si,
suivant des raisons pr6cises formules par l'une ou l'autie
des Ilautes Parties Contractantes, les vues et objets de la Con-
vention ne sont pas accomplish.
En foi de quoi, les plenipotentiaires respectifs out sign la
prisente Convention en double, en Anglais et en Francais, et y
ont appos, leurs sceaux.
Fait A Port-au-Prince ( Haiti), le 16 Septembre de I'ann6e
de notre Seigneur 1915
ROBERT BEALE DAVIS JR.
Charge d'Affaires of the United Stales
Louis BORN
Secritaire d'Elal des Relations Exhtrieures
et de l'Instrrclion Publique.










LIBERTY EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE D'HAITI


DARTIGUENAVE
PRESIDENT iE LA REPI'ULIQl'E

Ayant pour agr6able la Convention sign6e le 16 Septembre
1915 entire le Gouvernement d'Haiti et celui des Etats-Unis
d'Amerique represents respectivement par Monsieur Louis
BORNO, Secr6taire d'Etat des Relations Exterieures et de Mon-
sieur ROBERT BEALE DAvIS JUNIOn, Charge d'Affaires des Elats-
Unis d'Amerique;
Declarons approuver, ratifier et confirner la susdite Con-
vention, promeltant de la fire ex6cuter et observer selon sa
form et tenacur sans permeltre qu'il y soit contrevenu.
En foi de quoi, Nous avons signed de Noire main la pr6sente
ratliicalion et y avons fait apposer le Sceau de la Rdpublique.
Donn6 au Palais National de Port-au-Prince, ce 17 Septem-
bre 1915, an 112imc. de l'Ind6pendance.
IARTIGUENAVE
Par le PresidenI :

Le Secrelaire d'Etat des Relalions Extlrieures,
Louis BORN.


LIBERATE EGALITE FRATERNITE
REPUBLIQUE D'HAITI


DECRET


LE CORPS LEGISLATIF

Usant du pouvoir que lui accord I'article 101 de la Consti-
tution, apres avoir examine la Convention conclue entire les
Etats-Unis d'Am6rique et la R6publique d'Haiti, passe le 16


- 63 -








- 64 -


Septembre 1915, laquelle a WtI ratif6e par le Pr6sident d'Haiti
le 17 Scpteinbre 1915;
Vu le Rapport en date du 29 Seplembre 1915 de la Commis-
sion SpCciale de la Chambre des Rep;l'sentants charge d'exa-
miner la dite Convention ;
Consid6rant que les conclusions du dit Rapport reposent sur
le Commentaire Interpr6tatif qui sert de motif A la dile Com-
mission ;
)DcrOle la sanction de la dite Convention pour sorlir son
plein et entier effet.
Donn6 A la Chambre des Repr6sentants, A Port-au-Prince,
le 6 Octobre 1915, an 112e. de 1'Ind6pendance.

Le president de la Chambre,
A. ANIRE.
Les Secrtiaires : J. N. CHERoN. Lun. LEROY.
Donn6 A la Maison Nationale, A Port-au-Prince, le 11 No-
vembre 1915, an 112e. de 1'Independance.

Le president,
S. ARCHER.
Les secretaires :
VOIEL, CAMILLE LATORTUE (1)


AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President de la RBpublique ordonne que le DWcret du Corps LUgislalif
sanctionnant la Convention du 16 Septembre 1915, passe entire Haiti et les
Etats-Unis d'Am6rique, soil rev6tu du Sceau de la Republique, imprimn, pu-
bli6 et execute
Donne an Palais National, a Port-au-Prince, le 28 Juin 1916, an 113eme.
de l'lnd6pendance.
DARTIGUENAVE.
Par le President :
Le SecrItaire d'Etat des Relations Extlrieures
Louis BORN.

(1) Voir au Monileur des 2t el 25 Oclobre 1916, n" 80 et 81 cl suivants
la discussion des Rapports des Commissions de la Chambre des DAput6s et
du Sdnat charges d'examiner la Convention sign6e enlre la R1publique
d'Hlai'i et les Etats-Unis d'Amirique.






65 -


D) PROCIES-VERBAL
'ffchange des ratifications de la Convention du 16 Seplembre 1915.


Les PlInipotentiaires soussign6s s'Mtant r6unis A 1'effet de
proc6der A 1'iehange des ratifications de la Convention signee
A Port-au-Prince le 16 Septembre 1915 entire la Republique
d'Haiti et les Etats-Unis d'Am6rique dans le but de resserrer
Ics liens d'amiti6 qui existent entire les deux pays, de remedier
a la situation actuelle des Finances d'Haiti, de maintenir I'or-
dre et la tranquillity siur le territoire bai'tien et de meltre A
execution des plans pour le d6veloppement 6conomique et la
prosp6rilt de la Republique d'Haili, et les instruments de ces
ratifications de la Convention sus dite avant 6ti soigneusement
verifi6s et trouv6s exacts et concordants, 1'6change en a 616
oper6 cc jour en la forme habituelle.
En foi de quoi, ils ont sign le present Protocole et ils y ont
appos6 leurs cachets
Fait A Washington, le trois Mai Mil-neuf-cent-seize.

SOLON MENOS. B LANSING.



E) COMMENTAIRE INTERPRETATIF

VISIT DANS LA LOI DE SANCTION DE LA CONVENTION DU 16 SEPTEMBRE
1915 ET TIREE DU RAPPORT DE LA COMMISSION DE LA CHAMBRE
DES DEPUTIES CHARGE D'EXAMINER LA DITE CONVENTION.


ARTICLE I"
De la Convention.

1. L'aide ( will aid) des Etats-Unis, don't it s'agit, est un
engagement former pris par ce Gouvernement. Ce n'est pas une
faculty, mais une obligation.
Autrement la Convention n'aurait pas sa raison d'etre.
2.-- Par < bons offices ) ( good offices ) la Convention en-
tend que le Gouvernement des Etats-Unis usera de l'influence







- t6 -


qu',l posstle pour nous aider activement I1 facilitera, par
example, sur le miar'ch amiricain. tels emprunts qui seront
necessaires; il usira de son influence pour le d6veloppement
de nos resources agricoles, minieres el commercials.
3.- Le Gouvernement a:mnricain n'entend pas s'attribuer Ic
monopole des exploitalions mini&res. Les compagnics qui ont
des concessions r6gulieres les conservent.
Les bons offices du Gouvernement am6ricain cr6eront a la
R6publique d'Haiti une situation qui attirera la confiance des
capitalistes Le Gouvernement Haitien pourra converlir ses
dctles au moyen d'un emprunt avantageux, le Gouvernement
des Etats-Unis constituent, par l'institution d'une recetle qui
assure le service de cet emprunt, la garantie positive de Iext-
cution de nos engagements.

ARTICLE II.

Le Receveur g6n6ral est nomm6 ( appointed ) par le Pr6si-
dent d'Haiti sur la proposition ( nomination ) du IPrsident
des Etats-Unis.
pans la langue administrative am-ricaine, ( nomination D
se traduit en francais par ( proposition.
5. Le President d'Hlaiti conserve-t-il la faculty de refuser
les personnes proposes par le Pr6sident des Elats-Unis, ou
Imetm e les rievoqu!er?
Suivant intention des parties contractantes, il ne pourra
pas le thire ad ntilum, par caprice. Ces fonctionnaires ont
fait l'objet d'un contract: leur situation doit Otre cnvisagec
sous cet angle special.
Si le Receveur g6enral, charge du service de la Recelle,
venait A mnriter une measure de revocation A raison de mal-
versation, il est evident que le Pr6sident des Etals-Unis ne
pourrait qu'y cooperer. Le d6linquant pourrail mmne 6tre pas-
sible de poursuites judiciaires. Les lois de police sont obliga-
toires pour tous ceux qui habitent le territoire de la Republique.
G. Le personnel de la Douane est hailien, nomme exclusi-
vement et directement par le Pr6sident d'Haiti.
Les ( aides et employes ) prevus dans l'art 2 sont des auxi-
liaires du Receveur; ils ne component pas le personnel de la
douane. Ils sont d&16gu6s en douane par la Recette. et contr6-
lent les operations douanieres. Au bureau de la Recette, ils
recouvrent, reeoivent et appliquent les droits de douane. Ils
les appliquent (apply, fire des paiements) dans la forme et la
maniire indiqutes et 6num6rees dans l'art. 5 de la Convention.
7 Le Conseiller financier n'est plus ici le contr6leur placC
au-dessus du Pouvoir Ex6cutif et du Pouvoir LUgislatif. II






- 67 -


';cst autre chose qu'un fonctionnaire attach an Ministire des
Finances, avec lequel il collabore par ses travaux et ses
conseils.
8.- Le Conseiller financier n'est substilue en aucune facon
a la Chambre des Coniptes.
Le Conseiller financee' fait un travail special, technique;
c'est un expert, en quelque sorte. II 6claire les deux Gouver-
nements. Son rl6e consiste, dit I'art 2, a (< Mlaborer un sys-
1ime ad6quat de comptabilit6 publique, i aider it 'augmen-
tation des revenues etc., etc. )
On le voit, les functions de la Chambre des Comptes et du
Conseiller financier portent sur deux ordres des choses diffe-
rents, absolument distinct Le Conseillcr ne fait pas d'appli-
cation ; il se content d'indiqucr, d'(elairer, de recoimmander,
de suggerer, d'inspirer. Ce qui, dans son system, heurtera la
loi constitutionnelle, ne sera pas adopted.
9.-- Quant A la nationality des fonctionnaires, Receveur
g6n6ral et Conseiller financier, les textes ne stipulent sur ce
point rien d'absolu.
10. -- Quel est le sort fait a la Banque Nationale de la Rd-
publique d'Hatli, don't le Gouvernement des Etat-Unis avait, a
tire de bons offices,combattu 1'etablissement avec tant de pr6-
voyance?
(Ctte question fait l'objet d'un change de vues entire le Got)-
vernenient des Etats-Unis, I'anmhassade de France a Washing-
ton et la Direction de la Banque. Ces dernibres ne font pas
d'objeclion centre la Convention. Le lilige entire le Gouverne-
ment et la Banque sera r6gl1 par nos commissaires A Washing-
ton, avec les bons offices du Gouvernenent amnricain

ARTICLE III.

II.- Cet article susbtituc un bureau de Recette a la Banque
National de la R6publique d'Hatti.
Ceux des imp6ts qui ne sont pas percus par le Receveur
restent en dehors de la Convention ; ils constituent une caisse
sp6ciale du Gouvernement haitien II y a li un organism A
cr6er, A moins que nous ne conflons ce service au bureau de
la Recette lui-m6me.
Cette caisse special, diff6rente de celle de la Recette, rece-
vra du Receveur g6nural le solde don't il s'agit at 'article 5
pour les d6penses courantes et le paiement des appointments,

ARTICLE VI

12. Les 5 o/o d6signent un maximum qui ne pourra 6tre









d(l'psse; mais les d6penses prCvues par cet article peuvent
jester au-dessoiis des 5 o o
Le Bureau de la Iecelle, en effel, arretera annuellement un
etat de salaires, devant etre determine suivant < accord prea-
lable ) avec le Gouvernement, dit l'article 5
On voit done qu'il ne s'agit pas d'un prlC 1vement global
sans contr6le du G;ouvernement Haitien,

ARTICLE IX

13,- La clause de cet article n'empeche nullement la dimi-
nution progressive ni ii 6me la suppression de nos droits de
douane, mais t condition que I'augmentation de nos ressour-
ces le permette Elle preyoit seulement que nous nous inter-
disons le droit de diminuer les suretes de nos cranciers
La Legation americaine assure que son (;ouvernement co-
operera dans lavenir i toate rdducti3:1 d3 droits d. douane qui
n'enfreindra pas les clauses du traits.

ARTICLE XIII

Ce texte ne content rien d'absolu en ce qui concern la
nationality des ingfnieurs Le Pr6sident des Etats-Unis propose
(nominate), mais c'est Ic 'Prsident d'llaiti qui nomme
L'essentiel est d'avoir des homes comp6tents.

ARTICLE XVI

15 Le renouvellement du trait& n'est plus abandonn6 A
la discretion d'un seul des deux (Gouvernenents Une discus-
sion, le cas echeant, s'ouvrira hi la fin de la dixieme ann6e
entire les deux Parties Contractanlts pour examiner la valeur
des raisons prtcises formulhes par I'une on I'autre des par-
t.es ,, au cas oih les vues et objets de la convention ne se-
raient pas remplis) (iffbr specific reasons presented by either
of the high contracting parties, the purpose of the trettly has not
been fiultl accomplished ).
16.- Quelle est la jurisdiction comp6tente pour trancher les
contestations possibles i l'occasion de l'excnution du trait?
Bien que la convention garden le silence sur ce paint, c'est
le Tribunal arbitral de la Haye, pr6c6cdeinm nt convenu centre
Ila'iti et les Etats-Unis d'Amerique.
17.--Lequel des deux textes primerait au cas d'une dificul-
tC d'interpr6tation d'un texte?
Lorsqu'on se trouve en presence de deux textes de langues
difftrentes, come en l'csplce, les deux se valent, I'un 6claire


- 68 -








- 69 -


i'autre, en principle. Mais il pent survenir ccrtaines divergen-
ces d'interpr6tation de telles ou telles expressions, alors ii
imporle absolument que l'un des deux textes prime I'aulre.
C'est dans cette provision que les parties contractantes o.t
adopt le texte anglais.

Pour copie conforme:
Le chef du Service diplomatique au Depart, iment des Relations
Exhlrieures,
EDMOND MONTHS.


ANNEXES 5. (A.)

Transaction conclude d Washingion D, C. avec les
Reprdsentanls de la Banque Nationale de la
Rcpiiblique d'Haiti.


Entre les soussigns :
lo Lc Gouvernement de la RIpublique d'laili represented
par (a) Son Excellence Monsieur Solon M6nos, Ministre Pe-
nipotenliaire et Envoy6 Extraordinaire d'Haili, (b) Monsieur
Pierre ludicourt, (e) Monsieur Auguste Magloire, Adminis-
trlceur Principal des Finances A Port-au-Prince;
20 La Banque Nalionale de la RHpublique d'Haiti represen-
the par (a) Monsieur Casenave, Pr6sident du Conseil d'Admi-
nistration, (b) Monsieur R. Farnham, Vice-President du Con-
sell d'Administration ;
30. La Banque de l'Union Parisienne reprisentee par:Mon-
sieur Casenave ;
II a WtC convenu cc qui suit:
En vue de meltre fin A tons les diff6rends qui ont pu exister
entire lesrpartlie.
Art. premier.- La rtforme monctaire prevue par les con-
trats sera ex6cul6e en vertu des plans et lois qui ont 616 on
pourront e re adopts par le Gouvernement et notamment au
moycn des F. 10 000.000 de 'emnprunt 1910,sans que la Banque
puisse fire objection on opposition aux measures arrt~ees d6-
tinilivement A cet effect









- 70 -


Art.2.-- En consequence,la B.mlqu2 devra r6tablir ct tenir en
dep6t i Port-au-Prince le sold des F 10.000.000,y compris les
vaicurs cmbarquces le 17 Decembre 1914 et transports it
New-York, ninsi que les int&rits de ce sold ; elle tiendra, en
outre, i la disposition du Gouvernement, en vertu de la loi de
sanction de la present transaction, les somnmes affect6es a Ila
reforlne monetaire (autre que le sold des F. 10.00(0.00 ),
defalcation faite des Or P. 66 910 saisis dans ses coffres A la
suite tie 'ordonnance tie rif'lCr du 20 Octobre 1911. Le Gou:-
vernneent renoncera A toutes les poursuiles engages centre
clle et fera lever les scelles apposes sur ses caffres.
Art.3.--Pendant tout Ic temps (quc la Convention amnricano-
haitienne du 16 Septembre 1913 scra en vigneur, la Banque
scra diposilaire du lmontant des droils tie douane (que Ic Re-
cevcur (G;n"cral dolt rerouvrer, recevoir et appliquer, et effec-
tlcra tons les paicments jus(qiit concurrence tes soinmes
encaissecs Alprs expiration tie cette convention, le service de
trtsoreric continucra a ctrE ef fecluh par la IBanque conforl6e-
mcnt Ai son contract de concession et au conlrat de 1'emplrunt
de 1910.
Le service de la tresorcric reviendra inimmdiatcment A In
aInque poiir les receltes antures que le product des droils de
douane.
Art. 4.--En remundration te ses services, la Banque prelc-
vera, par le debit de 1'Etal, au fur ct n measure de ses opera-
lions, line commission de 1 o/o sur les encaissements et de
1 '2 o/o sur les paiements A II'ntericur et A I'ext6rieor, tous les
frais t Ipertes de change i"ouvan risulter des movements de
fonds A I'exi6ricur restant 4 la charge tic I'Eat. l.a commis-
sion suppl6mentair de t 1/2 olo pour les movements de fonds
a 1'extericur a ern supprimne jusqu'A cc que puisse inlervenir
la convention parliculire pIrevuc par I'arlicle 17 du conlrat
de concession en vue tie rgler forfaitairement les conditions
de premises de fonds A I'etran er Pour les sommes provenant
ties empruntl s publics conlllracs a rextericur seulement et
toules resources exiraordinaires nutres que les emprunts piu-
blics contracles i l'interieur, la commission de la Banque sera
sutpprinmic i'encaissemen t e clle sera rCluile 1/4 o/o an
paiiement
La Commission tie Ia Banque afferenle aux sommes que le
lReceveur GencrIal doit reconvrcr, recevoir et appliqucr, sera
comprise dans les dtpcnses d(i bureau tie la recelle visecs
dans I'arl. 6 de la convention americano-hlailienne du 16 Sep-
lem bre 1915
Ar.. 5 La Banqtle d-clare renoncer a la commission lui








- 71 -


rc:.tant a percevoir sur le sold, en capital et int6rels, des F.
10.000.000 r6serv6s pour la reforme mon6taire.
Art. 6.- Un arrangement aura lieu entire Ic Gouvernemcnt
et la Banque relativement au remboursemnent des sommes
don't les parties seront respectivement creancires et d6bilri-
ccs et pour assurer le pavement r6gulier A 6cheance des inl6-
rots ct commissions sur I'avance statutaire de or 1'. 562.500
Stir les inter6ts calculus sur les or P. 200.000 vires au compete
Reforme mon6taire. a Paris, lors du pavement des mensualites
d'Aouit et de Septembre 1914, la Banquc boniliera an Gouver-
nement la difference entire les inter6ts cr6dit6s an compete R6-
forme mon6taire et les int6r6ts d6bit6s an compete Convention
budg6taire ainsi que la commission calculCe sur les dites
mensualites.
Art.7.-II est 6galement entendu qu'au moment du r6glement
des competes entire les parties, il sera v6rifi6 si des frais out 616
sp6cialement n6cessitis par les operations du retrait. Dans cc
cas, ils seront supporles par le Gouvernement
Art.8 -Apres que le present arrangement aura Wte sanction-
ne par le Pouvoir LUgislatif haitien. la Blanque tiendra a la
disposition du Gouvernement P 500.000 or americain rap-
portant 1/2 o/o d'intlrets par mois qui seront remboursables
sur le premier emprunt ayant pour but le remboursement de
la dette intlrieu e et flottante.
Art. 9.- Li B.inque conservera son privilege d'6mission de
billets de banque et pourra en user apres entente avec le Gou-
vernement sur l'opporlunite de 1 mission et la valeur des
coupures.
Art. 10 & dernier.- Monsieur Casenave, au nom de la Ban-
que de l'Union Parisienne, accepted la pr6sente transaction ct
renonce A son droit de pr6efrence prevu dans.l'art. 28 du
contract de 1'emprunt de 1910 seulement en cc qui concern
les emprunts que le Gouvernement haitien pourrait contract.
ter aux Etats-Unis.
Fail i Washington D.C en triple original, le 10 Juillet 1916.
(Sign6) SOLON MENOS. (Sign ) CASENAVE.
<< PIEnnE HUDICORIT, < R. L. FARNHAM
t AUGUSTE MAGLOIBE.

Pouir la Banqiue Nationale de l'Union Pari.,ienne.
( Sign6 ) CASENAVE,








- 72 -


ANNEXES 5. B,

ACCORD

SUR LA NOMINATION DU CONSEILLER FINANCIER, DU
RECEVEUR GENERAL ET SUR LA FIXATION DE
LEURS APPOINTMENTS.


Les soussignes. dilment autoris6s A cct effet par Icur Gou-
vernement respeclif, ont convenu ce jourd'hui que les fonc-
tionnaires ci-apres d6sign6s, qui devront 6tre proposes et nom-
inMs ainsi qu'il est stipal6 a I'arlicle II du Trait6 entire la
I\pubilique d'H(:iti et les Etats-Unis d'Amirique, sign a Port-
:n-Prince, le 16 Seplembre 1915, recevront, aux terms de
I'article V de cc Trait, Ic traitcnenit annual suivant:
LE CONSIILLER FINANCIER :

P. 6.000.00 en monnaic des Elats-Unis A litre d'appointe-
ments et P. 4.090).00 en minnmaic des Etats-Unis A titre tie frais
personnel ;
LE IIFCEVEI'I (:NEiRAL LDE DDOn ANES :

I'.) 500.0) en imonnaie des Etats-Unis a titre d'appointements
et 1'. 3.500.00 en monnaie des Etats-Unis i titre de frais per-
sonnels;
LE RiECEVEUI GENE11tAL AIDJOINT L ES DOIA.NES :

P1 4 800,00 en monnaie des Etals-Unis A titre d'appointe-
ments et P. 1 200 00 en mannaic des Etats-Unis A titre de frais
personnel.
II est convenu, en onlre, que jusqu'a ce qu'un arrangement
ulthrieur soil intervene entire les Hautes Parties Contractantes,
le President d'Haili nommera, sur la proposition du Pr6sident
des Etals-Unis el aux appoinlcments fixes sur la recomman-
dation de ce dernier, lels autres assistants el employs qui
scront juges n6cessaires pour aider le Receveur G6nral it
percevoir, recevoir et appliquer convenablemlent tousles droils
d entre et de sortie provcn'it des diverse douanes et ports
d'enlrCe de la IRpublique d'llat'i.
II est cnlendu toulcfois (ie Ic tolal des appoinlemcnts et
fr.is pr6vus ci-dessus pour loans les fonctionnaires ct employs
doln il esl fault mention ne d6passcra pas les 5 pour cent des








- 73 -


perceptions et recelles des douanes, sauf accord ult6rieur en-
tre les deux Gouvernements.
En foi de quoi les soussignes ont sign la pr6sente Conven-
tion et y out appos6 leurs cachets.
Fail en double original,i Washington D. C., ce 27 Juin mil
neuf cent seize.
( S. ) SOLON MENOS
PIERRE HUDICOURT, AUGUSTE MAGLOIRE
(S.) ROBERT LANSING.


TEXTE ANGLAIS
The undersigned, duly authorised thereto by their respec-
tive Governments have this day agreed that the following
officials, to be nominated and appointed as stipulated in arli-
cle II of the Treaty between the Republic of laili and the
United Slates of America signed at Port-au-l'rince on Septem-
her 16, 1915, shall, pursuant to the provisions of article V, of
said treaty receive annually compensation as follows :
FINANCIAL ADVISER :
P. 6 000.00 United States Currency, per annum, for salary
and P. 4 000 00 United States Currency. per annum, for per-
sonal expenses;
GENERAL RECEIVE!! OF CUSTOMS :
P. 5.500 00 United States Currency, per annum, for salary
and P. 3 500 0) United States Currency, per annum, for per-
sonal expenses;
DEPUTY GENERAL RECEIVED OF CI'STOMS:
P. 4.800,00 United States Currency, per annum, for salary,
and IP. 1 200 00 United States Currency, per annum, for per-
sonal expenses
It is also ag-ced that pcn'ling further arrangement between
the High Contracting I'arties, the President of Haiti shall ap-
point, upon nomination by the President of the United States
and at salaries fixed on the recommendation of the latter,
such additional aids and employees as may be necessary to-
assist the General Receiver of C'istonms properly to collect,
receive, and apply all cua .:l); d:ilies on imports and exports:
accruing at the several custl:ni houses and ,ports of entry of
the Republic of Haiti.








- 74 -


Provided, that the total salaries and expenses of all the of-
ficials and employees herein mentioned shall not exceed 5 per
centum of the collection and receipts from the customs du-
ties unless by subsequent agreement between the two Govern-
ments.
In witness whercofi, the undersigned have hereunto signed
their names an affixed their seals.
Done at Washington, D. C., in duplicate, this 27th day of
June, nineteen hundred and sixteen.
( S. ) ROBERT LANSING.
(S.) SOLON MENOS,
PIERRE HUDICCOURT, AUGUSTE MAGLOIRE.


ANNEXE 5. C.

ACCORD

SUR LA GENDARMERIE DE LA REPUBLIQUE D'HAITI


Les soussign6s, d(mlent autorises a cet effet, par leur Gou-
verrement respectif, sont convenus ce jourd'hui de ce qui
suit :
I. Le Corps desConstables pr6vu A l'article X du Trait6 entire
les Etats-Unis d'Amerique et la Republique d'Ha ti sign h
Port-au-Prince,le 16 Septemlre 1915, stra connu comme Gen-
darmelie Hailienne. Son effectif et les sommes A d6bourser
pour les soldes, les rations, les frais de fo;:ctionnement, etc.
seront ltablis d'apres le tableau ci-dessous :
EFFETIF PAR MOIS PAR AN
1 Commandant .................... 250,00 $ 3.000,00
1 Commandant-adjoint .... .... ............. 200,00 a 2.400,00
4 Directeurs ... ........................................ a 200,00 a 9.600,00
9 Inspecteurs ........... .. 150,00 X 16.200,00
i Quartier-Maitre payer, direc-
teur .-. 200,00 2.400,00
2 Quarlier-Maitres payers ad-
joints, inspectors 150,00) a 3.600,00
1 M ddecin, directeur .................. 200,00 a 2 400,00








- 75 --


2 Meldecins, inspecteurs ................. $
18 Capilaines ........_....... ......... ... .t ((
21 Premiers Lieutenants ............... ......... (
3 Premiers Lieutenants ( Corps
sa n ila ire ) .. ........ ... ......... .... ......_
39 Seconds Lieutenants .. .............. '
8 Seconds Lieutenants(mnitraillcuse) a(
6 Seconds Lieutenants (Corps sani-
taire) ......... ...... ....... .. __.............. ........ ... ..
19 Sergents-Majors .......... ..... -
112 Sergents ........................... ............... ...... .
262 C aporaux ............... ......... ...................
40 M usiciens ........... ............... .... .. ....... a
2100 G endarm es ........... ...... ................. ........ .....
Solde de 'effeclif ..... ..................... ........
RATION


2533 EnrolCs 4 10 cent .par jour


150,00 $ 3.000,00
150,00 a 32.400,00
100,00 2 23.200,60

100,0() 3.600,00
t0,00 i 28.080,:0
50,0J 4.800,00

60,00 a 4 320.00
25,00 ( 5.700,00
20,00 c 26 880,00
15,00 < 47.160,00
10,00 < 4.8(X1,00
10,00 252,000,i 0
$ 478.140,00


$. 92.455,00


PERSONNEL 1)E BURrEAU
PAR MOIS PAR AN


1 S ecrc iaire ......... ........... ... ...........
1 Commis du Commandant
1 Commis du Conm"'l' adjoint
2 C om m is ............................ ... ........
11 C om m is .......... ............. ...
Fourrage et remonle ........
Ilab illem en t .............. .. .. ............
Munitions ct exercise de tir 9
H6pital, rcmn des, etc. ............. .
Frais de transporl,cartes,four-
nitures de bureau, service de
renseignem ents, etc .................
Frais divers,loyers ct repara-
lions des casernes,outils,usten-
siles de cuisine, d'&cairage, etc.
Total-forces de terre ................


$ 100 1.200
453< 510
45 5 540
S 59 ') 1 200
( 45 5 910 $
40.00)i:
S66.000
15.000
10.000


35.000


20.000


9.120,03


* 186.000.C0
8 766 015,00


GARDES COTES
COURT ANN':!, D)E L ENTRTTIEN.

2 Inslecteurs ... i 800 $ 3.600
4 Premiers Lieutenants ....... 1.200 g 4,800








-- 76 -


4 Ing6nicurs Ah...................................... $ 276 a 1 104
4 Quarticrs-Maitrcs ............. ............. 216 864
30 Matelots A. ..... ......... ....... ...... 156 ( 4 680 $ 15.048,00
Combustible, .-.. .... ... .......... 20.000,00
$ 35.018,00

II. Il sera 6tabli et mainteau un service de gardes-c6tes qui,
formant une partic intlgrante de la Gerdarmerie, fonction-
nera sous les ordres et la haute direction du Commandant de
la Gendarmerie et, outre les d6bours annuels ci-dessus 6non-
c6s, une some de 75.000 dollars sera affected A l'achat des
navires requis pour ce service. Ces navires pourront servir an
transport des troupes, des employes du Gouverncment et des
fournitures de toutes les administrations suivant les ordres
du Commandant de la Gendarmerie, soumis a la direction du
President d'Haiti.
III. Tous les officers americains de la Gendarmerie seront
nommCs par le Pr6sident d'Haili sur la proposition du Presi-
dent des Elats-Unis; ils seront rcmplac6s par dcs Haitiens
lorsque ceux-ci auront tdmnontred par un examen leur aptitude
a exercer le commandment, conformment A 1'Article X du
Trait6.
IV. La Gendarmerie sera consid6rCe come l'unique force
milita:re et de police de la Republique d'Haiti; revetue de
plein pouvoir pour maintenir la paix int6rieure, garantir les
droits individuals et fire strictement observer les clauses du
Trailt. Elle aura la surveillance ct le contrl6e des armes et
munitions, des articles militaires et du commerce qui s'en fait
dans toule la R11publique. Elle nc sera soumise qu'a la direc-
tion du President d'Haiti; tout autre fonctionnaire dCsirant
les services de la Gendarmerie devra en faire la demand A
l'officier de cc corps le plus prochc.
La Garde particuliere pr6vue par 1'Article 175 de la Consti-
tution d'Haiti se composer de cent homes du corps de la
Gendarmerie qui, choisis par le Pr6sident d'Haiti, seront por-.
teurs d'insignes distinctifs pendant la duree de ce service.
V. Tout ce qui a trait an recrulement, aux nominations, A
l'instruction on entrainement, aux examens, A la discipline,
an fonctionnement aux mouvements de troupes, A l'habille-
ment, aux rations, aux armes et A l'eiquipement, an logement
ct A administration sera du resort du Commandant de la
Gendarmerie.
VI. 1a Gendarmerie sera organis6e ct pourvue d'officiers
aini (u'il est prevu A l'Article X du Traite. Le personnel de
Bureau de la Gendarmerie sera compose de citoyens d'Haiti.









VII. Les r6glemcnts et ordonnancs concernant I'adminis-
tration int6rieure et l; discipline de la Gendarnerie scront
6mis par le Commandant, apres avoir etc approuvis par le
President d'Haiti. Les manquemenls aux reglements ou or-
donnances par les membrcs de la Gendarmerie poarront
etre punis d'arrets, d'emprisonnement, de suspension de ser-
vice sans sold, de revenue de solde ou de renvoi d'apres
les regles 6mises par le Commandant de la Gendarmeric et
approuv6es par le Pr6sident d'Haiti.
VIII. Toute autre infraction commise par les gendarmes
former l'objet d'une enqurte faite par des officers de la
Gendarmerie d'apres les ordres du Commandant de la Gen-
darmerie Si la conduite d'un Gendarme est sans excuse, il
pourra, suivant la decision du Commandant de la Gendarme-
rie, 6tre rcnvoy6 du corps, et s'il est reconnu coupable, il
sera puni comme le serait tout autre citoyen d'Haiti; s'il n'a
pas Wet renvoy6, ii sera puni come il est dit aux art. VII et
IX du present accord. Les officers ct les homes de la ma-
rine et de l'infanterie de Marine des Etats-Unis, servant dans
la Gendarmerie continueront ta tre sous le regime des lois
des Etats-Unis relatives a administration de la Marine.
IX. Un tribunal compose de cinq officers de la Gendarme-
rie est autoris6 a juger tout membre de la Gendarmerie inculpd
de complot centre la sfiret6 int6rieure de 1'Etat. Ce Tribunal
sera convoqud par le Commandant de la Gendarmerie et, an
cas oft I'accus6 serait reconnu coupable, le tribunal- pourra
lui intliger la peine de mort on toute autre peine qu'il aura
jug6 convenable, conform6ment aux lois d'Haiti. Toutes les
sentences du tribunal, apr&s avoir 6L6 revues par le Comman-
dant de la Gendarmerie, devront 6tre approuvees par le Pre-
sident d'Haiti avant d'etre mises a execution.
X. Toute infraction aux lois regissant le commerce des armes,
munitions et fournitures militaires, scra punie d'une amende
de 1.000 dollars an plus ou d'un emprisonnement de cinq ans
au plus ou des deux peines A la fois.
XI La Gendarmerie d'Haiti sera sous la d6pendance du
President d'Haiti don't tous les ordres ayant trait a la Gendar-
merie seront remis au Commandant par l'interm6diaire du
Ministre de 1'Interieur. Tous les autres fonctionnaires civils
qui auront besoin de sa protection ou de ses services en front
la demand a l'officier de Gendarmerie le plus 6lev& en grade
qui sera trouv6 dans la locality.
XII. Un credit annuel de 801.063 dollars, monnaie amnri-
caine, sera ouvert pour pourvoir a la solde, aux allocations,
a l'6quipement, aux uniforms, au transport et aux frais d'ad-
ministration et autres de la Gendarmerie d'Haiti. Le Com-






7S -

mandant r6partira cc credit scion Ies besoins de la Gendar-
merie, mais Ic total des rIp:,rtilions ne devra pas d(passer
un douzieme du credit par eois. II est entendu toulefois qu'en
cas d'exc6dent le surplus d'un mois pourra etre affected aux
mois suivants.
XIII. Les Ctats des depenses seront soumis par le Comman-
dant d'apres les ordres du IPrIsident d'laiti.
XIV. Les lois necessaires pour la mise A execution des dis-
positions ci-dessus seront proposees au Corps LUgislatif d'Haiti.
En foi de quoi, les soussignes ont signC la pr6sente Con-
vention en double original et y out appos6 leurs cachets.
Fait i Washington, D.C., ce 24 Aofit mil neuf cent seize.
Sign6: SOLON MENOS, ROBERT LANSING.



ACCORD
SUR LA GENDARMERIE DE LA RIPUBLIQUE DIIAITI.

TEXTE ANGLAIS
The undersigned, duly authorized thereto by their respec-
tive Governments. have this day agreed :
I. That the Constabulary contemplated by article X of the
Treaty between the United States of America and the Repu-
blic of Haiti, signed at Port-au-Prince on September 16, 1915,
shall be known as the Haitian Gendarmerie ; that its strength
and amounts to be expended for pay,rations,and expenses of
operation, et cetera shall be as set forth in the following table :
PERSONNEL PER MONTH PER ANNUM
1 Commandant ............ ............ .... $ 250,00 $ 3.000,(0
1 Assistant Commandant .............. 200,00 r 2.400,00
4 Directors .......... .................. 200,00 a 9 600,00
9 Inspectors ...... 150,00 16.200,00
1 Quartermaster, paymaster, director a 200,00 a 2.400,00
2 Assistant Quatermaster paymas-
ters, Inspectors .. ................ ... 150.00 a 3.600,00
1 Surgeon, Director e 200,00 a 2.400,00
2 Surgeons, Inspectors ....... ........... 150,00 a 3.600,00
18 Captains ... ........ a 150,00 a 32.400,00
21 First Lieutenants .. 100,00 a 25.200,00
3 First Lieutenants (Hospital Corps) $ 100,00 $ 3.600,00









39
8
6
19
112
262
40
2100


Second Lieutenants ... ............
Second Licutenants(Machine gun)
Second Lieutenants(hospital corps
First Sergeants ................
Sergeants ..... ....... .. ....
C o rpo rals ......... ............ ...... .....
Field Musicians ................. .
P riv a tes ................ ........ ..... ............ .........
Pay. personnel ..........
RATIONS


a 60,00
a 50.00
a 60,00
25,00
a 2',00
( 15,00
a 10,00
a 10,00


2533 Enlisted men at 10 cents per diem .
PERSONNEL-CLERICAL FORCE


a 28.080,0(1
a 4.800,00
< 4.320,00
( 5.700,00
< 26.880,00
( 47.160,00
, 4.800,00
t 252.000,00
9 478.140,00


8 92.445,00


1 Secretary .. .. .............. ...........
1 Clerk to Commandant .............
1 Clerk to Assistant Conm anda n a
2 C le rk s ....................................... .............
11 Clerks .. ............................ .........
Forage and remounts ................ .
U uniform es .................... ......... ......
Ammunition and target practice
Hospital, medicine, etc. ...
Transportation, maps, office sup-
plies, intelligence service, etc.
Miscellaneous, rent and repair of
barracks, tools,kitchen utensils,
ligh ts, e tc ........... ...... ............ ...............
Total land forces


100 1.200
45(( 540
45(( 5-10
50(( 1.200
45 ( 5.940 s
((40.000
a 66.000
( 15.000
(10.000


9.420,00


( 35.000


( 20.000 $ 186.000,00
$ 766 015,00


COAST GUARD
ANNUAL COST OF MAINTENANCE


2 Inspectors at .......... ...... ...............
4 First Lieutenants ............................
4 E n g in e e rs ................ ..................................... ....... .
4 Quarterm asters .. ............... ........
30 Seam en ...................................... ...................


1 800$ 3.C00
1.200 ( 4.800
276 a 1.104
216 a 864
156 a 4.680 $ 15.048,00
$ 20000,00
$ 35048,00


II. A coast guard service shall be established, operated and
maintened as a constituent part of the Gendarmerie, under the
direction and control of the Commandant of the Gendarmerie,
and in addition to the annual expenses heretofore set forth,


- 79 -







80 -

the sum of P. 75.000 shall be allotted for the purchase of the
necessary coast guard vessels for this service. The vessels
may be used for the transportati of troops, Government
employees, and the supplies of all departments at the discre-
tion of the Commandant of Ilhc G;.liarmerie, subject to the
direction of the President of laiti
Ill. All Amer:can ofticiers of the Gendarmerie shall be ap-
pointed by the President of Haiti upon nomination by the
President of the United States, and will be replaced by Haitians
when they have shown by examination, as provided in Article X
of the Treaty, that they are fit for command.
IV The Gendarmerie shall be considered the sole military
and police force of the Republic of Haiti, clothed with full
power to preserve domestic peace, the security of individual
rights, and the full observance of the provisions of the Treaty.
It shall have supervision and control of arms and ammunitions.
military supplies and traffic therein throughout the Republic.
It shall be subject only to the direction of the President of
Haiti; all other officials desiring the services of the Gendar-
merie, shall be required to submit requests through the nearest
official of that organisation
The private guard referred to in Article 175 of the Constitu-
tion of Haiti shall be composed of one hundred men of the
Gendarmerie, chosen by the President of Haiti, which men
shall wear distinctive insignia while employed ontbat service.
V All matters of recruiting, appointment, instruction or
training, promotion, examination, discipline, operation, mo-
vement of troops, clothing, rations, arms and equipment,
quarters and administration, shall be under the judiriction of
the Commandant of the Gendarmerie
VI. The Gendarmerie shall be organized and officered as
provided for in Article X of the Treaty. The clerical force of
the Gendarmerie shall be Haitian citizens.
VII. Rules and regulations for the administration and disci-
pline of the Gendarmerie shall be issued by the Commandant,
after being approved by the President of Haiti Infraction of
these rules and regulations by members of the Gendarmerie
may be punished by arrest, imprisonment, suspension from
duty without pay, forfeiture of pay, or dismissal under regu-
lations promulgated by the Commandant of the Gendarmerie
and approved by the President of Haili.
VIII. Other offenses committed by gendarmes will be inves-
tigated by the Gendarmerie officers as directed by the Com-
mandant of the Gendarmerie. If the behaviour of a gendarme
is unjustified, he may, at the discretion of the Commandant or
the Gendarmerie, be discharged from the Gendarmerie, and
after his guilt is established, be punished in the same manner







- 8! -


as other Haitian citizens, or, if not discharged he will be pi-
nished as provided for in Article VII and IX of this agreement.
Officiers and enlisted men of the United States Navy and Ma-
rine Corps, serving with the Gendarmerie, will continue to be
subject to the laws of the United States for the Government of
the Navy.
IX. A tribunal consisting of five officers of the Gendarmerie,
is authorized for the trial of gendarmes clihrged with conspi-
racy against the Government of Haiti. This tribunal will be
ordered by the Commandant of the Gendarmerie and in case
of conviction is authorized to inflict the punish-ent of death
or such other punishment as the tribunal may adjudge and
deem proper, in accordance with the laws of Haiti. All sen-
tences of this Tribunal after being icviewed and approved by
the Commandant of the Gendarmerie must be confirmed by
the President of Haiti before being carried into execution.
X. Persons violating the laws governing traffic in arms,
ammunitions, and military stores, shall be-punished by a fine
not exceeding P 1.000 United States Currency. or imprison-
ment not exceeding five years, or both.
XI. The Haitian Gendarmerie shall be under the control-of
the President of Haiti and all orders from him pertaining to the
gendarmerie shall be delivered to the Commandant through the
minister of the Interior All other civil officials desiring pro-
tection or the services of the Gendarmerie will make applica.
tion to the senior officer of the Gendarmerie in the locality
XII. The sum of P. 801.063 United States Currency, shal
be appropriated annually for pay and allowances, equipmentI
uniform, transportation, administration, and other current,
expenses of the Haitian Gendarmerie. Allotments for the va-
rious needs of the Gendarmerie shall be made from this sum
by the Commandant, but the total of such allotments in any
month shall not exceed one-twelfth of the total annual appro-
priation, provided, however, that the surplus from one month
may be allotted in subsequent months.
XIII. Reports of expenditures shall be made by the Com-
mandant as directed by the President of Haiti
XIV. The laws necessary to make effective the above pro-
visions shall be submitted to the legislative body of Haiti
In Witness Whereof, the undersigned have hereunto signed
their names and affixed their seals in duplicate
Done at Washington, D. C, this 24th day of August, nine-
teen hundred and sixteen.
Signal: SOLON MtNOS, ROBERT LANSING







82 -


ANNEXE 6.


RAPPORT

DE LA COMMISSION HAITIENNE ENVOYIE A WASHINGTON

Au Secrdtaire (CEtat des Relation Exterieures.



WLashington, le 10 Juillet 19116.

Monsieur le Secr6taire d'Elat,
Partie de Port-au-Prince le 6 Deccmbre 1915, la Commission,
moins son secr6taire, Monsieur Leon Dejean, autoris6e voya-
ger par une autre voie, arrival Ai Washington, viA Anipolis, le
11 decembre, apres une traversee legerement contrariee par la
tempete, mais rendue d'autre part agreable par la courtoisie
hospitaliere du Commandant du ( Prairie ).
Elle se conslitua le 13 sous la pr6sidcnce de Monsieur Solon
lMnos, Envoye Extraordinaire et Ministre Plenipotentiaire
d'Haiti, ainsi qualified par les instructions memes de Monsieur
le President de la HRpublique.Le 14, MM. Solon Menos el Pierre
lludicourt, Mr. Auguste Magloire etant empeche,- prirent
contact avec le Secretaire d'Etat, M Lansing ; et le 16, 1e Con-
seiller du Departeenintd'Etat, M. Polk, recevait communication
de nos pleins pouvoirs et proposait, pour delil)erer avec nous
sur l'objet de notre mission, Mr. J. Buttler Wright, Chef de Ii-
vision des Affaires de 1'Anmrique Latine et Mr. Leland Haris-
son, en service special, ainsi que M. R. B. Davis pour nous as-
sister en quality det Sccretaire. A cete reunion manquait M. le
IPrsident de la Commission, que la maladie devait encore te-
nir eloigne de nos 'ravaux durant les quatre premieres semaines
de notre session.
La Commission a ainsi pris i coeur, des le debut, de ne pas
perdre de temps dans l'accomplissement de sa mission et c'est
cc qui explique que, malgre I'empnchemert de son Pr6sident,
elle ne crut pas devoir ajourner le programme de ses travaux,
tout en essayant cependant de supplier A celte absence par un
accord de vues scrupiulusement maintenu.







- 8-


L'EMPRUNT DE DEUX MILLIONS DE DOLLARS'

La pr6carit6 de la situation financiere d'Haiti, ainsi d'ailleurg
que lurgence des instruclio s speciales request a cc sujet, nous
faisaient l'obligation d'aboWier en toute premiere ligne la dis-
cussion des propositions,- dejA adressees au Gouvernement et
a nous d(ft6rees par celui-ci, relatives A un emprunt de Deux
millions de dollars autoris6 par le Corps LUgislatif et pr6vu
par la loi de finances de l'exercice 1915-1916 come la ma-
ti&re principal des voices et moyens de cet exercise. L'urgence
de( la question ressortait d'autant plus qu'un radiotCelgramme
de Port-au-Prince r6clamait le concours du Gouvernement
Americain pour la r6alisation a bref delai d'une resource ex-
traordinair e de $. 53.030 estim6e indispensable pour fire
face aux necessitis du service courant et A certaines chances
qu'il n'dtait pas possible d'61uder sans compromeltre d'im.
portants services publics.
En effect. A la reunion mnme oft furent pr6sentes nos pleins
pouvoirs, Mr. Franck Lyon Polk nous annonca que le D6par-
tement d'Etat avait recu un radio-telegramme des Autorit6s
Aminricaines a Port-au- Prince, exposant que le Gouvernement
I titien d6sirait une advance immediate de $. 500.009 dollars
Monsieur Polk dit que le Gouvernement Amilricain ne pouvait
fire aucune advance au Gouvernement Hailien; que toute son
action devait sc borner, Ic cas 6chbant, a recommander un pro-
jet d'emprunt auprbs de banquiers amnricains, mais que, dans
la circonstance actuelle, le Gouvernement Hailien Mtant si
press, -il ne voyait qu'une maison etabl)ie deja en Haiti pour
fire cette advance: c'etait la BanqueNationale dela Rnpublique
d Haiti.
Nous fimes observer a Monsieur Polk qu'il n'6tait pas pos-
sible de penser a la Banque Nationale de la R1publique d'Haiti
pour nn parcil objel; que les relations 6taient rompues depuis
longtemps entire le Gouvernement lHafien et la Banque et que
des tentatives failes an commencement du mois de d6cembre
1915 par Monsieur Emile Elie, Ministre des Finances, en vue
d'une advance de fonds, avaicnt tC~ vaincs.
Monsieur Folk r6pondit que le D6parlement d'Etat avait
cependantt I'assurance des bonnes dispositions des Repr6sen-
lants de la Banque Nationale de la Republique d'Haiti, presents
a Washington et qu'il nous conseillait de causer avec eux ; que
c'etait dans l'int6r6t du Gouvernement Haitien, press d'avoir
de I'argent, qu'il faisait cette simple suggestion.
L.-dessus, Monsieur Polk se retire.
Monsieur Wright nous annonca qu'il allait faire chercher
Monsieur Cazenave ct Monsieur Santallier.









La minute d'apris, ces Messieurs furent lir6sent6s Ai Mon-
sicur lludicourtt el a MonsiMur Mlgloire.
Monsieur Wright parla dans le mnme sens que Monsieur
Polk.
Monsieur Casenave, pregnant la parole, nous dlit A peu pres
ceci : a Messieurs, common vous le savez, il exisle lun contract
< entire la Banque Nationale de la Ie6pubriquc d Ha'Yi et le Gou-
vernement hailien. Ce contract consacre des privileges en fa-
( veur de la Banque. Les dificultes pouvant s'dlcver entire les
< parties doivent etre drefrecs A des arlitres. Pourtant par des
< measures l6gislalives rCcentes, le Gouvernement lla'ilien, de
a sa propre autorite, a rcvoqui les droils ct privileges de la
c Banque. Cette derniere a W6t appeloe devant la Justice ordi-
a naire du Pays et condamnie. Des fonds appartenant A 1:
a Banque et non au Gouvernement haitien onl etC enlev6s des
a caveaux de la Banque par les autorit6s judiciaires hailiennes,
( en vertu des decisions rendues contre nous Eni un mot, Ic
c Gouvernement haitien a, de sa propre aulorite, ananti un
instrument que la volontl de deux parties avail clabli
< Aujourd'hui que le Gouvernement haitien connait de graves
a embarras financiers, j'ai l'honneur de vous dire que la Ban-
a que Nationale de la RHpublique d'Hlaiti mettra les $ 50'.00
a dollars a la disposition du Gouvernement haftien, meme par
a cAble, pourvu qu'cn son nom, vous, ses commissaires, vous
c restituiez la Banque dans tons ses droits ct privileges ct que
Svous declariez que vous renoncez non sculement aux d(ci-
a sions de justice d6ja rendues, mais cncore A toulcs actions
a g6n6ralement quelconques A intenter contre la Banque #
Les deux Commissaires presents protestercnt centre celte
proposition qui portaient atteinte A la dignilit du Gouverne-
ment haitien. On r6tablit les faits ct l'on ldemontra que les
actes accomplish contre la Banque avaient eL lhi consequence
necessaire de l'inex6culion de sos propres engagements ct qu'au
surplus, les decisions rendues A Port-au-Prince 6taicnt de sim-
ples ordonnances de r&L&r& qui, en droil, ne pouvaient r(gler
aucun conflict ; qu'en consequence Ic G(ouvernement haitien
n'avait nullement violet le contract liant les parties. Au surplus,
le D6partement d'Elat sugg6ra un ajournement, don't nous pro-
fiterions pour conf6rer avec Monsieur MInos
L'entretien eut lieu immediatement li In Ligation d'Haili en
presence de Monsieur Davis, qui y assislait pcur pouvoir in-
former tout de suite, s'il y avait lieu, les Reprisentants de la
Banque de notre decision. Mais Messieurs Cazenave et San-
tallier furent, A notre retour au DIpartement d'Etat, instruils
directement par nous de notre determination a ne pas consi-
d6rer leurs offres de services sous la forme qu'ils avaient adop-


- 84 -








- 83 -


tec. Un moyen existait pourtant, ful-il ajoul6, qui pourrait
degager momentandment le Gouvernement haitien, tout cn
dispensant la Banque de d6bourser scs propres fonds: ce so-
rait de fair. sur les valeurs cnlevces de la Caisse di Retrait
et transportees A New-YorK en d6cembre 1914, une advance de
$ 500.000, A rembourser sur les premiers fonds de l'emprunt
de deux millions.
Les ReprCsentants de la Banque la repousserent, excipant
des text's qui faisaient des fonds du rctrail un d6p6t sacrt
Nous rappelAmes que la Banque clle-meme cependant avait
cr&6, A son profit, un precedent, en Octobre 1914, quand llie
demand et obtint qu'un einprunt de $. 200.000 fut fail A cetle
meme caisse pour Ic paiement de la mensunlile de septembre
1914, mise A sa charge par la Convention budg6taire de 1'Exer-
cice 1913-1914 : il rous fut d6clare, pour toute response, que ce
precedent n'avait pas 6tB approuv6 par le Siege Social de Pa-
ris et que le Directeurde 1'6tablissement de Port au- 'rince avait
W6t blame.
Nos pourparlers avec la Banque sur la question de l'emprunt
n'allrent pas plus loin


Un grouue financier, repr6sentW par Monsieur W. Fran-
cis Cox Ctait deji en instance devant le Gouvernement hailien
pour cet emprunt Les conditions dejA proposes A Port-au-
Prince par Monsieur Cox furent reproduites devant la Com-
mission. Le group acceplait de couvrir l'emprunt de deux
millions au taux d'6mission de 97 pour chaque obligation de
100 dollars et A 6 o,'o d intrMt I'an; 1'emprunt serait rembour-
sable des la realisation d'un plus grand emprunt pr6vu pour
le rachat ou la transformation de notre Dette publique,et pour
lequel les banquiers en question auraient un droit de pr6f6-
rence, A 6galit6 de conditions.
Conformement A une disposition du trailt du 16 Septembre
1915,concernant l'augmentation 6ventuelle de notre Dette pu-
blique, et aussi aux instructions officielles recues,la Commis-
sion s'empressa de communiquer ces conditions au D6parte-
ment d'Etat et de provoquer son avis. Quelques vues furent
6chang6es sur la capacity du group. sur I'affectation du pro-
duit de l'emprunt, sur le caractere precaire de ces n6gociations,
vu que la Convention n'avait pas encore rescue la sanction du
S6nat am6ricain.
La Commission produisit, avec la loi de finances du 2 D&-
cembre 1915, une note des d6penses de l'exercice tant pour le
service public administratifl que pour les subventions 6chues
et A 6cheoir du chef des contracts existants. Le group financier









- 86 -


etait pret ai fournir toutes les garanlies niccssaircs ct les ban-
quiers eux-m6mes s'6taient offers ct ont realis6 plus tard cetic
offre pour accompagner leur representant I Washington. Eii
retour et pour ce qui concern la non-ralification du S6nat
am6ricain, ils se connterennte t, A defatit d'une ga'rantic for-
hielle du Gouvernement amnricain non: encore autorisie par
la decision du S6nat, d'une declaration qui scrait inscrile
danslecontratd'emprunt et par laquelle il serait entendu que
Ic service de cct emprunt, quelque dfit ctre le course des
6v6nements,serait assure pi:r le contrl6e d'agents amiricains.
Ces pourpalers dur6renl quelques jours. Conmmn la situation
menacait de rester in:lefinie, les parties n'ayant pas 616 en-
couragecs a sigier un accord pour lequel ellcs restaient pretcs;
come, d'autre pnrl, les derniers jours dce 'annic arrivaient,
gross de nouveaux emlb!)lrras p')ii" le G )uverlnemlnt. la Com-
mission dit examiner les propositions (d'un second group,
Harris, Forbes & Co de New-York.
Les conditions de ccs decrniers ianquiers (cnaient les suivan-
tes: 97 1'2 come taux d'emission; droit pour le Gouverne-
ment haitien de racheter dais six mois A 97 1'2 ou dans nciuf
mois it 98 i3,; cmpruint rem lloulrsal)!e dans une annie; inlC-
rats 6 o/o deduits au versement; prcll'rence,a igalil6 dle con-
ditions, pour le grand emprunt de rachn t piro jcl.
Monsieur Walker,represenlant de Harris FoLl)es & (C venue A
Washington cet effet,avec Monsieur Fucrlh, nousaccomipagna
au l)partement d'Elat, i la reunion oil f1lrent communiques
ces conditions. Les nimes considerations futrent renouivelces
relativement a la non-ralification de la Convention, ct on y
ajouta quelques autres sur noire budget des recelles et Ic Ia-
bleau de nos affectations, pour fire doter qli'il y efil place
pour Ic service de l'emprunt projectc. IPourtanit il n'est que
just de dire que Monsieur Walker sortit de la reunion sans
avoir 0t6 ebranl6 dans ses dispositions A contractor avec nous.
Au surplus, Ie group represent par Motisicur Cox et com-
pose de Messieurs Breed, Ellio t IIlarrison, de Cincinnali,
et Messieurs I'. W. Chapman & Co de Chicago, avi ai drcsse,
le 29 DIccmlrre 1915, une nouvelle Ip-o)osilion consislant
dans 'acliat, i 91oo/o de leir \aleur nomi'nle, d'obligalicils A
6mettre par le Gouivernement Ihailien j.illuu' colncr lrtnce de
deux millions de dollars ce rapportlat un inltiret de 6 o/o
I'an, payable semestriellemenit A New-York cl a Chicago. Ces
obligations de $. 5(00 ce de $. 1.(C0 ( ernaicnt cmisscs pour
Irois ans. sauf la facull6 pIour le (;ouvernlclmcit dte les raclhe-
ter aprcs 1111 avis pIl)Ili dlanls Irois Iprincilpaix joulrnt ux ami6-
ricains soixa lce jours avantl IF'ochi:nce des inl)erls. I e1cs ec-
raient grAivces aux Irais du (Gouverlnement et scraient cxmplles







87 -

d tatus imp6ts 6tablis on a 6t'iblir en IIa.li. Tout novel cm-
prunt contract par le Gouvernement devrail comprendre Ie
rachat tie ces obligations, don't, en attendant, l'amortissement
et le pavement des intdrdls seraient assures par une provision
suffisante sur les revenues g6n6raux de la Ropubl;que.
Le 2' Mars 1916, il fut d6finitivement propose parole m6me
group et accept en principle par la Commission que des
obligations 5 o/o de mille dollars chacune seraient remises
par le Gouvernement aux banquiers an taux de 91 o,'o et
remboursdes en dix ans par versements annuels de deux cent
raille dollars. Mais les Commissaires reservyrent leurs signa-
tures jusqu'A l'approbation des clauses par le D6partement
d'Etat, A qui elles fureut communiques sans retard.
Cette approbation n'a pas encore 6t6 donn6e
II n'a ainsi pas d6pendu de la Commission que cette pre-
miere parties de sa tAchc, la n6gociation d'un emprunt de deux
millions de dollars, ne fut accomplie assez avantageusement
et assez a temps pour mettre le Gonvernement mnime de faire
face A l'urgence de la situation, tell qu'elle existait en D6cem-
brc 1915.

Les pourparlers et negotiations relatifs a 1'emprunt auront
lieu concurremment avec la presentation et la discussion de
deux projects: le premier a trait a l'organisation de la gendar-
meric ; le second a pour objet un accord concernant les ap-
pointements et frais du Consciller financier, du Recereur Ge-
n6ral et d'un Receveur g6n6ral adjoint.

ORGANISATION DE LA GENDARMERIE HAITIENNE.

Cet objet, a vrai dire, pouvait ne pas 6tre consid6r6 come
essentiellement attache a notre mission. continue d'abord tout
entire dans les seules instructions du Secr6taire d'Etat des
Finances et du Commerce, plus tard, etendue an r6glement
des difficulties qui existent entire le Gouvernement et la Com-
pagnie Nationale des Chemins de fer d'Haiti. La Commission
apparemment ne fut pas seule A penser ainsi, puisqu'il resort
des communications reques a ce sujet de Port-au-Prince qu'un
prejel d'organisation de la Gendaemerie fut soumis directe-
ment ani Gouvernement le 21 D6cembre 1915, tandis qu'un
autre project 6tait a l'6tude ici. It va sans dire que cette consi-
d6ration n'a alt6r6 en rien sur ce point I'assiduit6 habituelle
de nos travaux, nous en tenant, A d6faut d'instructions parti-
culiUres, aux terms genCraux de nos pleins pouvoirs nous
donnant autoritt pour ( fixer, d'accord avec le Gouvernement









- 88 -


Sides Etats-Unis, les rieglcments de details et autres acts on
i measures necessaires, deslincs A assurer I'application efficace
des clauses de la Convention
Les discussions du Heglemeint pourl'organisation de la gen-
darmeric furent particulieireaicnt laboriouses, non Ii cause du
sujet eni lui-mime, mais ci raison des impoltantes questions
de principcs soulevees A son occasion. Le licencicmcnt de
notre arinme, qui a t li une measure de circonstance justifiCe
par son 6tat de d6sorganisation ct le danger qu'elle consti-
tuait entire les mains de chefs trop places par la frequence de
nos guerres civiles sons la suggestion des calculs poliliques,
enlevait-il au Gouverncment Ilaiticn in.lCfiniment le droit de
reconstifuer, un? fois qic la stability des Pouvoirs ct la paix
publique seraient assures, uine arinmc convenable avec des
66nments tires d'un tat social transf orm6 ? La gendarmerie,
qui est plut6t une institution de police, ie co-existe-l-elle pas
dans presque tous les Et'ts. n'importe leur importance, avec
une autrc organisation militaire distincle, appelce A secourir
la soci6tc dans les dangers extericurs on inltrie:irs qui peu-
vent la menacer ? La promesse du concours puissant que la
Convention du 16 Septembre 1915 autorise Haiti i atlendre
des Etats-Unis en cas de besoin, doit-cllc nous dispenser de
lout effort de self-preservalion et minme de tout souci de coo-
peration ?- Au point de vue des rapports A 6htiblir enlre les
I'ouvoirs publics et I'Administralion supiricure de la Gendar-
merie, il y avait de parl ct d'autre A se garder contre les ten-
d inces a I'enmictienitt et a veiller a cc (uie celte insliltution
fiit I)ica adlaptle aux fins prI1ies dans la Convention. L'or-
ganisation d'une juridictien spiciale 0ait series commander
par de trop frciquenles habi.ludes de conslpiiation mililaire.
Tout en pr6voyant cetle organisation, il fallait envisager le
cas des civil qui pourraient &ire imiplifquis dans une conspi-
ration on un altenlat inieressant la siirete de l'Elat ct mettre
cetle jurisdiction A I'abri des excis tant de fois relcv&cs A la
charge de nos anciens tribunaux militaires, en la faisant sur-
tout servir au mainlien strict de la discipline, sans laquclle la
gendarmerie faillirait dans sa t:iclhe de preservation social.
L'accord suivant, lqui est sorli de ccs discussions ct qui a
6itc cnsid1ere combine dtlinitifldejpuis lc 8 Fevrier 1916, marque
la liinite extreme dcs concessions que nous avons t6i amen6
a fire, non sans en avoir chaque fois rCfCrc an Gouverne-
ment :
TI:XTI: ANI.t \S
The undersigned, dulvy atlorized thereto by their respec-
tive Covernments have this day agreed :








- 89 -


I. That the Constabulary contemplated by article X of the
Treaty ,eween the United States of America and the Repu-
blic of Haiti, signed at Port-au-Prince on September 16, 1915,
shall be known as the Haitian Gendarmerie ; that its strength
and the amount to be expended for pay, rations,and expenses of
operation etc shall be as set forth in the following table :


PERSONAL


PER MONTH PER ANNUM


1 Com m andant .-............. ............. .._
1 Assistant Commandant ..................
4 D directors _. .. .................. .. ... .........
8 Inspectors ......... ...... ...... -.... ...... ..............
1 Quartermaster paymaster director a
2 Assistant Quatermaster paymas-
ters Inspectors .......... ..... ..............
1 Surgeon Director
2 Surgeons Inspectors_.....-..
18 Captains ... ............. ...... ... <.
18 Lieutenants _......_ .. ..... .... .
8 Machine Gun Sergeants ..............
3 Hospital stewards .... _..
6 Hospital Apprentices, First classes. a
36 Lieutenants ._......_ _-. ..............
18 First Sergeants .... .. .........................
54 Sergeants. ....................... .... ........... .
162 Caporals ... ......
1296 Gendarmes.. ... ........... ..... .
Pay personal .. -....


250,00
200,00
200,00
150,00
200,00

150.00
200,00
150,00)
150,00
100,(00
30,00
60.00
30,00
60,00
25,00
20,00
15,00
10,00


RATIONS
1.530 Enlisted men at 10 cents per diem .
PERSONAL-CLERICAL FORCE PER A
1 Clerk to Commandant......................... $
1 Clerk to com m andant ....... .. ....... ............... .
1 Clerk to Assistant Commandant ...........
3 Staff clerks ...... ..... .......... ........ .... ....
12 Fields clerks ......... ........ .. ......... .
Pay clerical force ....................... ....
Forage and remounts .................
U uniform es .......... ..............
Ammunition and target Ipractice
Administration expenses. .
T otal .. ............... ..... ....... ................. .


$ 3.000, 0
S2.400,00
( 9 600,(00
a 14.400,00
2.400,(00

4 3.600,00
< 2.400.00
S3.600,()0
( 32.400,00
a 21.600,00
, 4.800,00
( 2.160.00
a 2.160,00
< 23.920.00
4 5.400,00
9 12.960,00
( 29.160.00
4155 520,00
$ 333.480,00


$ 55.845,00


IONTH PER ANNUM
50 $ 600
45 e 540
45 540
45 < 1.620
45 a 6.480
9."80
a 22.769
a 40.000
( 12.0(X)
4 43.000
$ 516.8"4








- 90 -


II. All Amer'can ofticiers of the Gendarmerie shall be ap-
pointed by the President of Haiti upon nomination by the
President of the United States, and will be replaced by Haitians
when they have shown by examination, that they are fit for
command.
III The Gendarmerie shall be considered the sole military
and police force of the Republic of Haiti, clothed with full
power to preserve domestic peace, the security of individual
rights, and the full observance of the provisions of the Treaty.
It shall have supervision and control of arms and ammunitions,
military supplies and traffic therein throughout the Republic.
It shall be subject only to the direction of the President of
Haiti and the Minister of the Interior; all others officers
desiring the services of the Gendarmerie shall be required to
submit requests to the nearest official of that organisation.
The private guard referred to in Article 175 of the Constitu-
tion of Haiti shall be composed of 100 men of the Gendarmerie,
chosen by the President of Haiti, who shall wear distinctive
insignia while employed on that service.
IV. All matters of recruiting, appointment, promotion, exa-
mination. discipline, operation, clothing, rations, arms and
equipment, quarters and administration, shall be under the
judiriction of the Commandant of the Gendarmerie
V Thirty-six lieutenants and all below the rank of lieutenants,
except hospital corps men, machine gun sergeants, shall be
Haitian citizens.The eight machines gun sergeants, the hospital
corps men, the eighteen senior lieutenants and all officers
above that rank, including the medical officers, shall he Ame-
ricans, appointed by the President of Haiti, upon nomination
by the President of the United States. These officers will be
replaced by Haitians as they, by examination, conducted under
the direction of a Board to be selected by the Senior american
officer of the Gendarmerie and in the presence of a represent
tative of the Haitian Government, are found to be qualified to
assume such duties The clerical force of the Gendarmerie
shall be Haitian citizens.
VI. Rules and regulations for the administration and disci-
pline of the Gendarmerie shall be issued by the Commandant,
after being approved by the Secretary of State for the Inte-
rio-. Infraction of the rules or regulations by members of the
Gendarmerie may be punished by arrest,'suspension of duty
without pay, forfeiture of pay, or dismissal under regulations
promulgated 1b the Commandant in the manner above
described.
VII. Gendarmes accused of crime, or misdemeanor, except
in case of conspiracy against the Government of Haiti,








- 91 -


hall have their guilt established and punished by the same
process as other citizens.
VIII. A tribunal, consisting of five officers of the Gen-
darmerie, is authorized for the trial of all members of the
(;ndarmerie charged with conspiracy against the Govern-
ment or Haiti. This Court will be ordered by the Com-
mandant of the Gendarmerie and in case of conviction is au-
thorized to inflict the punishment of death or such olher pu-
nishment as the Tribunal may adjudge and deem proper.
All sentences of this Tribunal, 'after being reviewed by the
Commandant of the Gendarmerie, must have the approval of
the Secretary of State for the Interior, and in case of death
must have the approval of the President of Haiti before being
carried into execution
IX. Persons violating the laws governing traffic in arms,
ammunitions, and military stores shall be punished by a
fine not exceeding $. 1.000, or imprisonment not exceeding
five years, or both.
X. The Haitian Gendarmerie shall be under the control of
the Secretary of State for the Interior all of whose orders
shall be delivered to the Commandant. All other civil offi-
cials desiring protection or service will make application to
the senior officer of the Gendarmerie in the locality.
XI. The sum of 516,874,0', american monney, shall be
appropriated annually for pay and allowances, equipment,
uniform, transportation, administration, and all other ex-
penses of the Haitian Gendarmerie. Allotments for the va-
rious, needs of the Gendarmerie shall be made f om this sum
by the Commandant, but the total of such allotments in any
month shall not exceed one-twelfth of Ihe total appropriation,
provided, however, that the surplus from one month may be
allowed in subsequent months.
XII. Reports of expenditures shall be made by the Ccm-
mandant to the Secretary of Slate for Ihe Interior.
XIII. The laws necessary to make effective the above pro-
visions shall by submitted to the legislative body of Haiti
In Witness Whereof, the undersigned have hereunto signed
their names and affixed their seals in duplicate.
Done at W ashington, D.C., this day of ... .................. ..............

TRADUCTION.
Les soussign6s, dtimenl autoris6s i cet effet, par leur Gou
verrement respectif, sont convenus cc jourd'hui de cc qu-
suit :
I. Le Corps desConstables prCvu A l'arlicle X du Traitd entire








- 92 --


les Etats-Unis d'Amerique ct la RPpublique d'la ti sign h
Port-au-Prince le 16 Septembre 1915, scra connu comic Gen-
darnmllic llaitienne. Son effectif et les sommes A d6bourser
pour les soldes, les rations, les frnis de fo.:ctionncmenl, etc.
scront clabllis d'apres Ic tableau ci-dcssous :


EFI'ETIF
1 Commandant
1 Commandant-adjoint ...................
4 Directeurs
8 Inspecteurs ......... ... ........
1 Quartier-Maitre payeulr, direc-
tc r .
2 Quartiers-Mailres payeurs ad-
joints, inspecteurs ...............
1 Medecin, directeur ............
2 M.edeeins, inspecteurs .............
18 C ap itain es .......... ........ ...... ........ ..........
18 L ieutenants ............. .... ...............
8 Sergents de mitrailleuse
3 Infirmiers en chef ............... ....
6 <( apprentis de 1o re.classe
3 i L ieu tenants .......... ............. .........
18 Sergents-Majors .............. .....
51 Sergents ....... ..............
162 (Caporaux ...... ... ..... ...... .... .
1296 Gendarmes ........
Sold de 1'effectif ............
RATION
1330 Enroles a 10 cent par jour.........


PAR MOIS
$ 250
a 200
200
< 150

( 200


PAR AN
3.000
2.40(
9.600
14.400


(( 2.400

<< 3.600
2 400
(( 3.600
( 32.400
21.600
<( 4.800
<< 2.160
(( 2.160
S 25.920
5.400
<< 12 960
( 29.160
a 155,520
$ 333.480


$ 55.845


PERSONNEL I)E BUREAU


1 Commis du Commandant
1 Commis du commandant
1 Commis du (omn'''"" adjoint
3 Coimmis d'Etat-major .... -
12 Commis de champagne .
Appts dupersonnel du bureau
Fourrage et remonlc ... ...
Habillement .
Munitions et exercise do lir
Frais d'Administration
Total.


PAR MOIS PAR AN
50 s. 600
45 a 540
45 o 540
45 ( 1.620
45 ';.480
......... ... ........... 9 7 8 0
.......... ...... .... 22 .769
.......... ...... 40.000
12.000
S43.000
.......... $. 516.874







- 93 -


II. Tous les officers americains de la Gendarmerie scront
nonimCs par le ilr'sident d'llaii sur la proposition du Pr6si-
dent des Etats-Unis; ils seront remplac6s par des Haticens
lorsque ceux-ci auront demontr6 par un examen leur aptitude
a exercer le commanadelenet.
III. La Gendarmerie sera considcr6e come l'unique force
militaire et de police de la IC6publiquc d'Hlaiti; rcvetuc de
plein pouvoir pour maintenir la paix int4rieure, garantir Ics
droits individuals et faire strictement observer les clauses du
Trait6. Elle aura la surveillance et le contdle des armes et
munitions, des articles militaires ct du commerce qfi s'en fait
dans toute la RCpublique.
Elle ne sera soumise qu'i hr direction du President d'Haiti
et du Ministre de l'Int6rieur; tout autre fonctionnaire d&sirant
les services de la Gendarmerie devra en faire la demand i
1'officier de ce corps le plus proche.
La Garde particulire prevue par 1'Article 175 de la Consti-
tution d'Haiti se composer de cent homes du corps de la
Gendarmerie qui, choisis par le President d'Haiti, seront por-
tcurs d'insignes distinctifs pendant la duree de ce service.
IV. Tout cc qui a trait au recrutement, aux nominations,
aux promotions, aux examens, i la discipline, au fonction-
nement A l'habillement, aux rations, aux armes et ait 1'qui-
pement, au logemenl ct h administration sera du resort du
Commandant de la Gendarmerie.
V. Trenle-six lieutenants et tous les gendarmes au-dessous
du grade de lieutenant, sauf les hommes du corps sanitaire et
les sergeants de mitrailleuse, seroat des citoyens haitiens Les
huit sergeants de mitrailleuse, les hommes du corps sanitaire,
les dix-huit premiers lieutenants et tous les ofliciers d'un gra-
de superieur, y compris les ofliciers du corps de santl, seront
des Amnricains nommnis par Ie PrIsident d'Haiti sur la propo-
sition du Pr6sident des Etats-Unis. Ces ofliciers seront rem-
places par des lHaI'iens lorsque ceux-ci, apres un examen ef-
fectu6 par un comitC choisi par l'oflicier Amcricain de la
Gendarmerie le plus clev6 en grade et en presence d'un d616-
gu6 du Gouvernemeint Haitien seront juges al)les h remplir
convenablement leurs functions. Le personnel de Bureau de
l. Gendarmerie sera compose de citoyens d'Haiti.
VI. Les reglcments et ordonnances concernant l'adminis-
tration interieure et la discipline seront rendus publics par
le Commandant, apres avoir 6tW approuv6s par le Ministre de
1 Int rieur. Les manquements aux reglements ou ordonnances
par les membres de la Gendarmerie poorront ktre punis d'ar-
rets, de suspension de service sans sold, de revenue de sold







94 --

Ou de renvoi d'aprs les rlc s 6mises par le Commandant
ainsi qu'il est (lit ci-dessous.
VII. Les membres de la Gendar:iaerie accuses de crimes, de
delits on contraventions, exceple I cas de complot contre la
SurelC inltrieure de 'Elat, seront j:lds et punis suivant la
mnme procedure que Ics autres citoyciis.
VIII. Un tribunal compose decinq officers de laGendarme-
rie cst autoris6C juger tout membre de la Gendarmerie inculpC
de complot centre la stirct interieure de 'Elat. Ce Tribunal
sera convoque par le Commandant de la Gendarmerie et, au
cas otn 'accuse serait reconnu coupable, Ic tribunal pourra
lui infliger la peine de mort on toute autre peine qu'il aura
jugee convenable.
Toutes les sentences du tribunal, aprcs avoir lt6 revues par
le Commandant de la Gendarmerie, devront etre approuvces
par le Ministre de 'Interieur ; les sentences capitals devront
Otre approuvees par le ~Prsident d'Haiti, avant d'etre mises A
execution.
IX.Toute infraction aux lois regissant le commerce des armes,
munitions ct fournitures militaires, scra punie d'une amende
de 1.000 dollars an plus ou d'un emprisonnement de cinq ans
an plus ou des deux peines a la fois.
X. La Gendarmerie d'Haiti sera sous la dependance du
Secretaire d'Etat de l'Interieur don't tous les ordres seront
remis au Commandant Tous les autres fonctionnaires civils
qui auront besoin de sa protection on de ses services en front
la demand h I'officier de Gendarmerie le plus Mlev6 en grade
qui sera trouv6 dans la locality.
XI. Un credit annuel de 516.87- dollars, monnaie amCri-
caine, sera ouvert pour pourvoir a la solde, aux allocations,
a l'equipement, aux uniforms, au transport et aux frais d'ad-
ministration et autres de la Gendarmerie d'Haiti. Le Com-
mandant repartira ce credit selon les besoins de la Gendar-
merie, mais le total des repartitions ne devra pas ddpasser
un douzieme du credit par mois. II est entendu toutefois qu'en
cas d'exc6dent le surplus d'un mois pourra Ctre affected aux
mois suivants.
XII Le Commandant soumettra au Secr6laire d'Etat de
l'IntCrieur les tlats de d6penses du corps.
XIII. Ies lois necessaires pour la mise a execution des dis-
positions ci-dessus seront proposes au Corps L6gislatif d'Haiti.
En foi de quoi, les soussigais ont signLI la pr6sente Con-
vention en double original et v out appos6 leurs cachets.
Fait a Washington, D.C., e ........ il neuf cent seize.







- 95 -


AI'POINTEIENTS ET FRAIS
En m6me temps que le project pour l'organisation de la
Gendarmerie, la Commission requt, pour etre discute, le texte
d'un accord qui fixait le salaire du Conseiller financier, du
Receveur G6neral et d'un Receveur G6neral-adjoint et qui
disposait que, en attendant un novel arrangement entire les
deux Gouvernements, les aides et employs du Receveur G6-
n6ral des Douanes seraient nommes par le President d'Haiti
sur la proposition du President des Etats-Unis aux appointe-
ments recommnand6s par ce dernier, et qu'il en serait de
mnme des auxiliaires du Conseiller Financier.
La Commission r6pondit A celle communication par plu-
sieurs objections Le project, en effet, tendait a g6n6raliser, en
ce qui concern la facon don't ces fonctionnaires devaient
etre d6siga6s et nommis, le made determine par la Conven-
tion. Celle-ci ne pr&voit pas d'aides pour le Conseiller Finan-
cier. II ne nous apparaissait pas qu'il ftt utile de conclure
un tel accord sans examiner i ce propos les questions qui
faisaient parties du programme de nos travaux et que nous
6tions pour notre part disposes adiscuter definitivement. Une
fois nomm6s et rendus A leurs postes en Haiti, A quelles places
faudrait-il que ces fonclionnaires allassent sc ranger dans l'en-
semble du personnel de noire administration et, pour 1'exer-
cice m6me de leurs functions, de quelle facon auraient-ils A
intervenir dans la march de notre procCdure administrative?
L'occasion 6tait toute trouvee pour faire un expos sommaire
de cette procedure tant A la recette qu'a la d6pense; la Com-
mission n'y manqua pas ct signal en quoi elle fut, en fait,
modifi6e depuis l'occupation des douanes par les agents am6-
ricains. L'intervention des fonctionnaires amnricains pr6vus
par la Convention devant avoir precis6ment pour effect de
substituer an regime cree par una occupation toute militaire
et part nt inapte a bien des paints de vue, un regime definitif
d'ordre et de contr6le, le Gouvernement Haitien s'attendait A
voir arriver le Conseiller Financier et le Receveur G(enral
parteurs d'un plan. d'administration cntlradictoirement 6tabli
ici meme.
Cette facon de voir paraissait tout-h-fait conforme aux vues
du DWpartement d'Etat,el il semblait 6tre parfaitement entendu
que le Conseiller Financier, d&s qu'il scrait nomm6, dvrait
6tre mis en relations avec nous, pour une 6tude d6taill6e d'un
plan de r6forme administrative et financiere. En nous deman-
dant de determiner tout d'abord le salaire des fonctionnaires
en question, le D6partement d'Etat voulait 6tre en measure de
porter son choix sur des personnel de comp6tance et de pro-







- 96 -


bite hautement reconnues, don't le caractre et I'experience,
au surplus, devraient etre vdalpths an milieu pour lequel ils
sont destines.
On s'entendit finalement sur un L'xte transactionnel, repro-
duit dans I'accord ci-apres:

Lcs soussign6s, dfiment autoris6s A cet effet par leur Gou-
verneiment rcspectif, out convcnu ce jourd'hui que les fone-
tionnaires ci-aprIs qui devront ktre proposes et nomm6s ainsi
qu'il est slipule a l'article II du T'raiteentre la Republique
d'H:lii et les Etats-Unis d'Am6rique, sign i Port-au-Prince le
16 Septembre 1915, recevront, aux terms de l'article V de
ce Trait&, le traitement annuel suivant:

LE CONSEILIER FINANCIER:

P. 6.000.00 en monnaie des Etats-Unis A titre d'appointe-
ments et
P. 4.000.00 en monnaic des Etats-Unis A titre de frais per-
sonnels ;
LE RECEVEU' GENERAL DES DOUANES :

P.5 000.00 en monnaie des Etats-Unis A titre d'appointe-
ments et
P. 3.500.00 en monnaie des Etats-Unis A titre de frais per-
sonnels;
LE RECEVEUR GENERAL ADJOINT DES DOUANES :

P. 4 800,00 en monnaie des Etats-Unis A titre d'appointe-
ments et
P. 1.200 00 en monnaie des Etats-Unis A titre de frais per-
sonnels.

I1 est convenu, en outre, que jusqu'a ce qu'un arrangement
ultCricur soit intervenu entire les Haules Parties Contractantes,
le President d'Haiti nommera, sur la proposition du PLisident
des Etats-Unis et aux appoinlements fixes sur la recomman-
dation de cc dernier, tels autres assistants et employs qui
seront jug6s n6cessaires pour aider le Receveur G6neral A
percevoir, recevoir et appliquer convenablement tous les droits
d'entree et de sortie provenant des diverse douanes et ports
d'entr6e de la 1Rpublique d'Haiti.
II est entendu toutefois que le total des appointments et
frais pr6vus ci-dessus pour tons les fonctionnaires et employs
don't il est fait mention ne d6passera pas les 5 pour cent des




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs