• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Foreword
 Ceuvres du docteur Francois...
 Alexandre Pétion
 Preface
 Introduction
 Le general Petion fait l'aiguillage...
 Les premieres elections legislatives...
 La reunion de la premiere Assemblee...
 La Constitution du 27 decembre...
 Recapitulation des evenements
 La suite des evenements: le general...
 La suite des evenements, l'election...
 Notre premiere forme de gouvernement...
 Il n'y a jamais eu en Haiti qu'une...
 Les deux Constitutions fondamentales...
 Petion avait raison
 Table of Contents














Group Title: Collection historique du dr. Francois Dalencour : Recherches techniques sur l'histoire d'Haiti
Title: La fondation de la république d'Haïti par Alexandre Pétion
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00075387/00001
 Material Information
Title: La fondation de la république d'Haïti par Alexandre Pétion
Series Title: Collection historique du dr. François Dalencour Recherches techniques sur l'histoire d'Haïti
Physical Description: 344 p. : port. ; 24 cm.
Language: French
Creator: Dalencour, François, 1880-
Pétion, Alexandre, 1770-1818
Publisher: L'auteur
Place of Publication: Port-au-Prince Haïti
Publication Date: 1944
 Subjects
Subject: History -- Haiti -- 1804-1844   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par le docteur François Dalencour ...
General Note: "Œuvres du docteur François Dalencour": verso of 2d prelim. leaf.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00075387
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000058879
oclc - 23366306
notis - AAG4000

Table of Contents
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Foreword
        Page iii
    Ceuvres du docteur Francois Dalencour
        Page iv
    Alexandre Pétion
        Page V
    Preface
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
    Introduction
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Le general Petion fait l'aiguillage des evenements vers le liberalisme politique, vers la Republique Democratique
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
    Les premieres elections legislatives de la nation haitienne
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
    La reunion de la premiere Assemblee Constituante de l'histoire d'Haiti. Vote de la Constitution du 27 decembre 1806. La Republique d'Haiti est fondee par le constituant Alexandre Petion
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
    La Constitution du 27 decembre 1806: un bel essai d'organisation politique qui cree le parti liberal haitien, une magnifique experience sociale qui posa les bases fondamentales de la Democratie haitienne completee par les genereuses distributions de terres
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
    Recapitulation des evenements
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
    La suite des evenements: le general Christophe provoque la guerre civile
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
    La suite des evenements, l'election presidentielle du 9 mars 1807, Petion ne voulait pas de la presidence, son election malgre lui
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
    Notre premiere forme de gouvernement (du 1 Janvier 1804 au 2 Septembre 1804, date de l'etablissement du premier empire)
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
    Il n'y a jamais eu en Haiti qu'une republique: La republique liberale et democratique de Petion. Le premier President de la Republique d'Haiti
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
    Les deux Constitutions fondamentales creatrices de la Republique d'Haiti: les Constitutions du 27 decembre 1806 et du 2 juin 1816
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
    Petion avait raison
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
    Table of Contents
        Page 343
        Page 344
Full Text



J / Collection Historique du Dr. FRANCOIS DALENCOUR:
RECHERCHES TECHNIQUES SUR L'HISTOIRE D'HAITI



LA1 FOWDATION


p DE L1 REPUBLIQUE D'HI ITi


i PIR ILEXANIRE POTION

Par le Docteur FRANCOIS DALENCOUR
Ex. Membre et President du Jury M6dical de Aint-arc (Haiti)
Ex. Mddecin Sanitaire A Saint Marc(Haiti)
S Ex. Chiturgien en chef de l'H6pital M litaire de Port-au-Prince (Haiti)
Ex.Professeur Honoraire d'Histologie A l'Ecole de Mddecine de 'ort-au-Prince
S Directeur-Fondateur du dJournal Medical Haitienw, de uL'Economiste Hai-
tienr et de LA Sociologie Haitienne .

L'avenir des pouples depend de la ma-
niere don't on leur pr6sente leur passe. -
S'ils portent un faux jugement sur les
faits de leurs annales, sur les principles
qui ont guiddleurs devanciers, leurs
homes politiques, ils subissent, mal-
gr6 eul, 'influence de cette erreur, et
ils sont exposes A devier de la route qu'
ils doivent suivre pour arriver A la
prosperity, a leur civilisation. C'est
Spar ces considerations que 1'histoire
e st si utile, si instructive; car elle est
remplie d'enseignements pricieux.
BBAUBRUN ARDOUIN
Etudes sur l'Histoire d'Haiti, t.4,p. 332

1944

-I Prix :Deux Dollars

Chez L'Auteur
S3 Rue Saint-Cyr, Port-au-Prince, Haiti
S Tout Droit de Traduction et de Reproduction reserve
rA%. 94


^*:. i -. y *-"I


















UNIVERSITY
OF FLORIDA
LIBRARIES








THIS VOLUME HAS BUCf
MICROFILMED
BY IHE UNIVERSITY OF
FLURIDA LIBRARIES.










S(C'est vous, P6tion, le Washington, la gloire la plus
pure de la race noire ).
S Charl6s D. Williams,
Ancien Directeur du Lycee Petion,
dans la Preface aux c Poesies Nationales, de Massillon Coicon.

Vingt-cinq ans de sacrifices, de gloire et de vertus out
acquis A Votre Excellence, les suffrages unanimes de
tous ses concitovens, ceux de tous les strangers illustres,
et ceux de ]a posterite qui l'attend. Ce n'est pas le pou-
voir, certes, le plus glorieux des attriluts de 1'autorite
qui vous est confine par un people libre, qui fait votre
merite. Votre Excellence possede une faculty qui est au-
dessus de tois les empires, celle de la bienfaisance. Elle
est presqiue seule depositaire de ce tr6sor sacr6. 11 n'y a
quie le President d'Haiti qui gouverne pour ]e people, il
S'y a quelui qui command it ses egaux. Le reste des po-
tentats, contents de se fire obeir, m6prisent l'amour qui
fait votre gloire.
Votre Excellence vient d'etre elev6e t la dignity per-
pItuelle de Chef de la Repiublique, aux acclamations II-
bres de ses concitoyens, seule source legitime de toute
puissance humaine! Elleest done destinee h faire oublier
la m6moire diu grand Washiigton, en se frayant une car-
riere d'autant plus illustre que les obstacles sont sup6-
rieurs it tous les inovens. Le HWros du Nord ne trouva
que des soldats ennemis a vaincre, et son plus grand tri-
omphe fut celui de sa propre ambition.Votre Excellence
a tout A vaincre, ennemis et amis, strangers et nationaux,
les peres de la patrig etji iu.sues aux vertus de ses freres.
Cette triche ne sera pisa plus difficilee9~i.r. Votre Excel-
lence, car Elleest au-dessus de son 4 js 4,e son dpoque.
Je prie Votre Excellence d'agr erave id.Ilgencequ'Elle
a toujours eue pour moil expressjqslvand.4d'e d'une admi-
ration sans bornes pour ses vertus, d'die'spect pour ses
talents, et de la reconnaissance pour ses bienfaits.

Simon Bolivar
Lettre du g6enral Simon Bolivar au President Petion, datee du
Port-au-Prince le 9 octobre 1816.











(EUVRES
DU DOCTEUR FRANgOIS DALENCOUR

1.- L'Article 6 de la Constitution de 1889. Etude de Sociologie
haitienne, 1903 (Itfedit)
2.- La Lesion Anatcmique et le Trouble Fonctionnel. Une page
de Philosophie Medicale, 1903.
3.- La Force del'Idee, 1905.
4.- La Philosophie des Fievres des Pays chauds, 1907,
5.- Differents articles de journaux, 1903-1944.
6.- L'Enseignement Agricole. 1919.
7.- Appel a la Jeunesse Haitienne :I.- Patriotisme et Travail.
8.- La Vie de Jeune homme. Conference, 1908.
9.-- [,a Ltte contre la Tuberculose en Haiti.-Conference 1908.
10.-- Le Sauvetage National par le Retour a la Terre, quatre
chapitres parus a partir de 1922.
11.-- Pasteur, conference, 1923.
12.-- Elements d'Hygieme, 1923.
13 et 14.-- La Croisee des Chemins. Adresse au Peuple Haitien,
1~re edition 1923, 2eme edition, 1926.
15-- L'Alcoolisme, conference, 1924.
16.-- Le Journal Medical Haitien. 1920-1928 et A partir de 1939.
17.-- Premiers Elements d'Agriculture, 1924.
18.- Principes d'Education Nationale, 1925.
19.- Marcelin Berthelot, conference, 1928.
20.-- Alexandre Petion et Simon Bolivar, 1929.
21.-- Histoire du Droit Haitien, vol.'ler du tome 4e de I'( His-
toire de la Nation ffaitienne)) 1930-1938.
22.- Simon Bolivar, champion de la LibertI, d6fenseur de la
Democratie, conference, 1934.
23.- Le Salut par la Terre et le Programme 6conomique de l'a-
venir. 1935.
24.- Precis Mkthodique d'Histoire d'Haiti, 1935.
25.-- (Les Pays ne sont pas prospires en raison de leur ferti-
lite, mais en raison de leur liberty), Essai d'une Synthese de
Sociologie economique, 1937.
26.- Le Drapeau Haitien, 1938.
27.- L'Economiste Haitien. La Sociologie IHaitienne, deuxRe-
vues trimestrielles, paraissant depuis 1939,
28.- La Fondation de la Republique d'Haiti par Alexandre
Petion, 1944.
29.-- Manifestation de FraternitO Pan-Am6ricaine. Hommage
an Ministre du Venezuela, C. A. Ybarra, 1944.









































ALEXANDRE PETION
1770-1818
President d'Haiti de 1807 a 1818
Premier Inaugurateur de la Guerre d I' lndependance Nationale
Haitienne, le 13 ociobre 1802
Co-Fondateur, avec Dessalines, Ido I'Indpendance. 1802-180t
Fondateur de la Republique d'Haili en 1806
Le Pere de la Patrie Haitienne


C'est vous, PETION, le Washington, la gloire la plus pure
de la race noire.- Ch. D. Williams
Nul ne fut plus grand, avant cotrme apres, dans les fastes de I'Amerique.-
Saint-Remy.
Vous Ctes I'auteur de notre liberte.-Simon Bolivar
Les fautes in nes de cet homine rdvere ont dee utiles i la patrie... II
;tait dans la sagesse de jeter le voile ie I'oubli sur tout le pass6.-.Message
de la Chambre des Representants des (Communens, da 27 juin 1818 ( apr'is la
mort de Petion qui cut lieu le 9 mars 1818).
Cette photo represente Petion en costume official de President d'laiti, ta
main droite tenant la Constitution, et la main gauche sur la poignee de son
pede. Cette pose est symbolique de la fulgurante carriere politique et'mili-
taire de I'mnconuparable Citoyen, le plus grard des Haitiens, le plus grand
,inie de la race noire.













PREFACE.


En Haiti, rnalheureusement, on semble ignorer que l'Histoire
st une science sp6ciale, qui a sa technique propre, la m6thodo-
ogie historique. Toute assertion ou negation qui ne s'integrent
as dans cette technique, ne mnritent pas de retenir l'attention,
t peuvent 6tre consid6rees comme inexistantes. II y a, certes,
e romantisme historique, qui n'est qu'une variante de genre
itt6raire'le roman. et n'a rien de common avec la science his-
orique, Le roman historique fait la plus grande part a I'imagi-
nation en tournant le dos aux textes authentiques qu'il travestit
ou denature presque toujours en poursuivant un objectif sce-
nique a effect sensationnel envue d'un succes purement litteraire
ou d'une parade tendancieuse.
En Haiti, la plupart des intellectuals confondent le romantis-
me historique avec l'Histoire; on n'a qu'a 6crire un petit bout
d'articlesur un sujet historique pour 6tre bombard du titre
d'historien. Aussi chaque intellectual haitien se croitun histo-
rien. Du reste, il est ainsi appele couramment. Cela nest pas
6tonnant, puisque dans notre milieu si paradoxal les mots n'ont
pas leur sens propre.
D'autre part on voudrait contester la quality d'oeuvre histo-
rique aux meilleurs travaux de nos plus grands historians, et
l'on verra avec stupeur des ignorants haineux. bourrds de pre-
jug6 local, qui ne connaissent pas la science historique, pousser
des cris de colere impuissante comme si l'histoire d'Haiti n'au-
rait jamais 6t0jcrite. Je crois m6me avoir lu que Beaubrun
Ardouin serait insupportable. Parce qu'Ardouin a 6mis trop de
verites qui blessent certain romantisme historique,
Tous les vrais haitiens tous les haitiens dignes de ce nom,
ont rendu l'hommiage le plus 6clatant le plus nmrite du reste,
a la science et a la conscience de Beaubrun Ardouin (1). L'His-
toire d Haiti a 6te magistralement et consciencieusement 6crite
par B. Ardouin. Les onze volumes des ( ETUDES S UR L' HIS-
TOIRE D'HA TIf)) sonl in monument national qui fait I'hon-
neur et I'ornement de la R1publique d'llaiti.
La belle oeuvre de B. Ardouin, simplement ecrite en dehors
de tout esprit de parti comme dit Emile Marcelin est d'autant
plus inattaquab!e qu'aucun IHaitien comme 'a bien fait ressor-
tir Frederic Marcelin, n'a jamais eu la force morale patriotique
d edifier. avec autant de minute scientifique, un monument aus-
si considerable. Quelle valeur peut avoir la critique des gens
qui ne font rien par eux-iimes et qui n'ont jamais rien r6alis6.
L'csuvre de Saint-Remy e- aussi be!e, aussi imposante. L'Ou-

(4) Voyezt La Sociologie Haiieanne > No 5, janvier-mars 1941.





A










vre de Madiou est aussi appreciable, mais ne peut 6tre classes
qu'apres cells de B. Ardouin et de Saint-R6my. L'oeuvre de B.
Ardouin a d6fi6 le temps, et la plupart de ceux qui la critiquent
ne font que la copier et n'ont pas la loyaut6 de la citer.Lesinexacti-
tudes qui s'y trouvent sont d'ordre secondaire et peu nombreuses.
II n'y a pas d'oeuvre humaine parfaite.
Tous nos travaux d'histoire ont ete traits selon la m6thodo-
logie historique des deux maitres historians, Langlois et Seigno-
bos, professeurs a la Sorbonne. Chaque fois que nous avons df
fixer une assertion ou 6tablir une negation, nous avons imman-
quablement fait appel a leur lumineux enseignement, don't la
consecration universelle s'est maintenue jusqu'a prstent. Dans
toutes les universities du monde entier, la methodologie histo-
rique de Langlois et Seignobos fait autorit6 encore a l'heure
actuelle, malgr6 leur disparition depuis quelque temps. On s'ac-
corde m6nme plut6t a y trouver une trop grande rigueur technique.
Nous avons eu soin de ne pas oublier les travaux allemands
et americains.
Ce qui a ralenti la cristallisation de 1'Histoire comme une
science, c'est qu'elle a d6but6 comme un genre litt4raire, par
le d6sir, constat6 chez tous les peuples, de perp6tuer la memoire
de leurs actes et de faire connaitre aux g6enrations futures ce
qu'6tait leur 6tat social ( 1). On la consid6rait comme la plus se-
vere des neuf muses. C'est Clio qui presidait a l'Histoire.La n6ces-
site et I'importance de l'exactitude dans la recherche de la verit6
en firent, a laongueur du temps, une science d'oi l'imagination
banale et la fantaisie ont Wte entierement bannies.
Ces considerations prealables 6taient necessaires avant d'abor-
der un sujet qui demand une grande precision. Cependant, le
bon sens populaire lui avait djed trouve une solution, tant sont
claires ses origins, et parce qu'en tout, en science surtout, le
bon sens est la quality fondamentale. L'ingratitude envers le g6-
nie politique et racial de P6tion est telle que cette precision
historique, cette mise au point detaill6e, n'est pas superflue;
il s'agit du fait historique le plus important apres la proclama-
tion de 1'independance, il s'agit d'une des assises fondamenta-
les del'histoire d-Haiti...et des origins s.ciologiques dupeu-
pie haitien.
La present etude sur la foundation de la Republique d'Haiti
par Alexandre Petion inaugure une Collection historique intitulee
((RECHERCHES TECHNIQUES SUR L'HISTOIRE D'HAITI ou
beaucoupd'ev6nements controversies ou important seront d6ve-
loppes avec ia plus"grande precision possible.Cette Collection de-
vientainsi le complement nature de notre ((PRECIS METHODI-
QUE D'HISTOIRE D'HAITI public en I935,destin6 au grand public
et aux classes sup6rieures des Lyc6es et Colleges et oi un d6ve-
loppement adequate n'etait pas possible "pour ne pas allonger
demesur6ment le texte de6j assez 6tendu.
[1] LVon Levraultl. Les G'nrcts liltl,raires: I'Histoir'l, 3,







-8-


Nous nous excusons d'avoir multipli6 les citations textu-
elles; ce sont autant de pieces a conviction qui aident le lec-
teur a etablir son jugement personnel. Nous avons .agi ainsi
d'autant plus volontiers que la plupart des auteurs cites sont
rarissimes ou introuvables, n-ayant pas te r6edites ouseulement
en partie.Cotte fagon de fair a l'avantage de laisser A la pensee
de chaque auteur son int6grit6 et de faire en mtme temps de ce
livre un recueil de faits, enfin d'orienter les esprits dans une
direction positive, de libre critique si utile dars un pays qui de-
vrait 6tre la r6publique lib6rale de son illustre fondateur. Cela
nous a permis de nous effacer autant que possible. Malgr6 tout,
notrepersonnalit6 s'affirmepar 1 agenceinent et la confrontation
de tous ces faits en une synthese neuve, la preraiere qui ait 6te
faite de cet 6venement historique d'une importance capital, le
plus important apres la proclamation de I independance,- et par
l'apport de points de vue nouveaux qui illuminent A giorno tout
ce qui 6tait rest obscur par manque de recherches.
Ce livre forme ainsi une belle fresque vivante de cette dpoque
dramatique, c'est une vraie resurrection historique selon les
principles modernes de la m6thodologie historique. Dans a Scien-
ce et Philosophie de l'Histoire, ) p. 151, le savant historien Henri
See disait qu'il faut etudier tous les documents possibles, les
soumettre a une critique minutieuse. Et c'est ainsi que Fustel de
Coulanges a pu dire: ( Le meilleur historien est celui qui se tient
le plus pros des textes, qui n'ecrit et ne pense que d'apres eux.
La Verit6, la r6alite vecue, la sincerity, c'est l'hdroisme des
vrais historians. C'est par la uniquement que se revele une ceu-
vre de science ou d'art. J'ose croire que tous mes livres ont fait
quelque bien, 6veille des pensees reconfortantes dans les intelli-
gences d6sorientees par notre dissolution national, raffermi
quelques bonnes ames, parce que, stranger a toute ambition
personnelle, d6gag6 des considerations multiples qui enlevent
leur liberty aux hommes d'aujourd'hui, j'ai virilement ex-
prime la verite historique, toute la verit6 bistorique, rien que la
verit6 historique.

Octobre 1939- F6vrier 1943,


Dr Francois DALENCOUR.










INTRODUCTION


CHAPITRE PREMIER.



A LA RECHERCHE D'UNE FORME DE GOUVERNEMENT

LA FAILLITE DE NOTRE PREMIER EMPIRE
FUT LA FAILLITE DE LA DICTATURE

LA CONSPIRATION DU GENERAL CHRISTOPHE
CONTRE L'EMPEREUR DESSALINES

II parait inexplicable au premier abord qu'en proclamant so-
lennellement notre independence le premier janvier 1804, rien
n'ait Wt6 pr6vu pour fixer le cadre gouvernemental qui devait
conditioner notre nouvelle vie de people souverain et ind6pen-
dant. Il y a a cela diverse circonstances att6nuantes: d'abord, la
preoccupation de reussir qui absorbait l'activit6 des chefs et
des soldats et faisait reporter au second plan toutes les autres
conjonctures; ensuite, la provision d'une certain instability,
puisqu'on avait affaire a la plus grande puissance militaire
de ce temps-lk. On se battait h6roiquement, mais on se de-
mandait, si on pourrait maintenir le r6sultat final .Enfin;il fal-
lait computer avec le temperament et la decision du General
en chef, A qui revenait le dernier mot.
Cetteimportante question devant dtre examinee minutieuse
ment au chapitre neuvi6me, nous nous contenterons, pour
le moment, de considered que le mot du general en chef de
l'armee indigene, du general Dessalines, devait prevaloir.
Or, Dessalines, ayant toujours ambition. la succession de
son chef et patron, Toussaint Louverture, qui avait pu attein-
dre la plus haute autorit6 dans la colonie, le titre de Gou-
verneur Gnndral,'-Dessalines, a cause de son manque de
lumieres, ne pouvait pas trouver mieux que de s'arroger le
meme titre, qui donnait pleine satisfaction A son ambition
politique. Tous ses collaborateurs, les autres generaux ne
purent qu'acquiescer a sa decision.
On ne tarda pas A s'apercevoir que ce titre sous-enten-
dait comme par le passe, une d6pendance envers une auto-
rite plus elevee. Le Premier Consul Bonaparte s'ltant fait
proclamer Empereur, peu de mois apres la proclamation
de notre independence, le 18 mai 1804, il est tres comprehep-
sible que l'entourage de Dessalines l'ait decid6 & en faire
autant. Et le premier Empire haitien fut proclam6 le 2 .sep-








-e-

tembre 1804 et consaer6 par la Constitution du 20 mai 1805.
L'administration de Dessalines fut une deception g6enrale.
Par respect pour le chef qui, avec Petion, avait le plus
'contribu6 a lceuvre de I ind6pendance nationale, par suite
aussi du regime despotique que Dessaiines avait 6tabli, tous
les gens senses, prolondement attristds et dfeus, se taisaient
en attendant des jours meilleurs. Le g6ndral Christophe
oubliant la reconnaissance qu'il devait a son bienfaiteur qui
1'avait comble d'honneurs iimmrites, meconnaissant le res-
pect hierarchique et la deference la plus 6lementaire, le ge-
ndral Christophe fit tout haut et publiquement la reflexion
suivante en voyant danser 1'Empereur: ( Voyez Sa Majesei!
N est-il pas honteux que nous ayons d notre tt'e un tel sau-
teur! i> (Madiou, t. HI, 2eme edition p. 208). Dans une autre
occasion le meme Christophe avait dit que Dessalines 6tait
un barbare.
C'est que Christophe ourdissait activement une conspiration
pour renverser l'Empereur Dessalines. II s'entendit avec
Geffrard pour le Sud, mais il subit un refus cat6gorique de
la part de P6tion qui connaissait la duplicity de son col-
]gue. Je voudrais insisted sur 'Iassertion plusieurs fois rpd-
tde par Madiou, a savoir que dans toutes les enquates qu'il
mena pour demeler les trames de ]a conspiration ourdie
contre lui par Christophe qui avait rallied Geffrard, l'Empe-
reur Dessalines n'entendit jamais citer le nom de Petion,
tandis que de plusieurs points du pays, les noms de Chrfs-
tophe et de Geffrard 6taient cites avec des pr6cisions qui ne
jaissaient place a aucun doute.
Geffrard mourut avant le drame. Mais il eut le temps d'ini-
tier quelques militaires amis dans cette conspiration que
Christophe avait ourdie et a laquelle Geffrard avait adhedr de
propos delibere parce qu'il avait des griefs centre l'Empe-
reur. Potion garda simplement le secret pour ne pas com-
promettre les deux principaux coupables. P6tion n'adhera &
l'insurrectfon du Sud que lorsque celle-ci, triomphante, avait
envahi son commandement jusqu'au Grand-Goave. Sachant
que Dessalines lui en voulait depuis qu'il avait refuse la main de
laprincesse Celimene, et comprenant qu'il aurait profit de ces
6venements pour faire un massacre g6enral, comme le bruit
en avait couru, P6tion prit la seule decision possible a ce
moment-li.
Du reste, tous ses amis, Yayou en tete, lui avaient donn6 le
conseil, dans un but de preservation personnelle, de se deta-
cher de 1'Empereur qui, dans sa fureur, pourrait faire un mas-
sacre g6ndral sans distinction de personne,innocents ou cou-
pables. Bien qu'i Ldogane il rencontrat le g6ndral Magloire
Ambroise, avec qui il s'entendit sur la ndcessite d' accepter
la revolution du bud, ce n'est qu'au Tapion du Petit-GoAve,
en march contre l'armee du Sud, que Petion se d6cida enfin,
apres avoir pes6 tous les conseils et examine sa situation
personnelle en face de ces concitoyens d6sireux de donner au







-7.-t

pays un peu plus de bien-6tre, de liberty et de justice.
Ce n'etait pas une defection, mais un acte de legitime de-
fense command par la force des choses, par le denouement
inexorable des 6evnements. Petion ne prit rdellement la di-
rection des 6venements que lorsqu'il se fut agi d 6tablir la
forme constitutionnelle du nouveau gouvernement. C'est seule-
ment a partir de ce moment que Petion entama une action
decisive, 6nergique et intransigeante. D'ofi le conflict avec
Christophe qui voulait continue simplement l'absolutisme
de Dessalines.
Comme l'a encore prouv6 Madiou, les conspirateurs du Sud
exp6dierent par mer des 6missaires dans le Nord, charges
de conftrer avec Christophe. Celui-ci, des qu'il recut les pre-
miers avis du project de l'insurrection songea serieusement a
se defaire de Capoix, son rival le plus dangereux (Madiou,
t. III, 26me edition, p. 261). En effet, le plan de conspiration
de Christophe pour renverser Dessalines, comprenait l'assas-
sinat de Capoix. Ce dernier point de sa conspiration fut exe-
cute par Christophe seul. (1)
Le dix octobre 1806, huit jours avant la mort de Dessalines,
le general Henry Christophe 6tait proclame, sur la Place
d'Armes des Cayes, chef du gouvernement national. La
proclamation de Christophe, comme chef du gouvernement,
nous dit B. Ardouin, prouve invinciblement que Wagnac,
peut-etre Papalier et les autres officers superieurs avaient 6te
inities par Geffrard au project arr6et... car ce movement des ro-
pulations du Sud n'etait qu'une suite des prdparatifs faits par
Geffrard)). (tome 6, pages 305 et 259). Naturellement, Chris-
tophe accept ce nouveau titre et fit adherer les autorit6s civi-
les et les chefs militaires du Nord a cette revolution qu'il
avait amorc6e. Dans cette adhesion officielle, il traite Dessa-
lines d'hydre d.vorant;'et son gouvernement cornme le ptus
despotique, la tyrannie la plus rdvoltante qui ont pesd sur
nous, enfin de joug affreux et desesp/rant! Et cependant, son
gouvernement, hydre encore plus d6vorant, 6tait appele A
depasser en f6rocite les gouvernements de Dessalines et de
Toussaint Louverture.
D'autre part, Dessalines, lui-mnme, s'6tait rendu compete
qu'il 6tait plutot un guerrier et qu'il n'avait pas les aptitudes
necessaires au gouvernement d'un jeune people qui deman-
dait tant de managements eu regard a ses origins pleines de
douleurs et de malheurs. II visa l'homme qu'il croyait le plus
apte a cette mission difficile. 11 voulait faire de PBtion son
bras droit en se l'attachant par les liens du sang. De cette
fagon, selon ]'Empereur, Petion gouvernerait le pays pendant
sa presence et pourrait lui succeder a sa mort.
(1) Nous avons d6peint toutes les phases de cette conspiration dans un
livre special inedit intitule: tophe contre 1'Empereur Dessalines D et dans un autre opuscule aussi
inedit: c L'assassinat de Capoix-la-Mort par le gdndral Christophe.








- 8-


Malheureusment, Pktion pour des raisons personnelle,, ne
put accepter ia main de la fille de l'Empereur, la gentille
et gracieuse Celimne, qui avait d6ja donn6 son cceur au capi-
taine Chancy, neveu de Toussaint Louverture. Et l'Empereur
refusa de consentir au marriage de C61imane avec Chancy. Se
souvenant de la conduite regrettable de Toussaint Louverture
qui avait tant maltraitM ses congenbres pour plaire aux co-
lons qui le flattaient, l'Empereur Dessalines lance cette impre-
cation : aJamais mon sang ne se ,nlera avec celui de Toussaint
Louverture... ) ( Madiou, 1. III, p. 221). II refusa ainsi pe-
remptoirement son consentement (1).
Tous les historians sont unanimes sur ce point, non parce
qu'ils se repetent, mais parce que tous les t6moignages sont
concordants,-ils sont tous, sans exceptfon, d'accOrd sur cette
evidence de l'administration execrable de Dessalines. Tous
font les memes constatations que :( Dans les administrations en
general, on mettait sans pudeur en pratique le pillage, le
vol,la fourberie et la contrebande. Chacun s'efforcait de faire
fortune par n'importe quel moyen. Les dilapidations ,avaient
produit un tel scandale... Sous Toussaint Louverture les
caisses de l'Etat 6taient celles dn gouverneur; sous Dessa-
lines, elles etaient celles de 1'Empereur. Tant est funeste le
mauvais example donni par un pr6d6cesseur! L'homme a
une tendance h imiter tout ce qui flatte ses mauvaises pas-
sions, et pour qu'll leur resiste, il faut qu'il trouve un frein soit
dans une haute vertu, soit dans des institutions fortement sou-
tenues par des populations morales et 6clairees. Toussaint s'dtait
reserve le droit, d lui seul, de dilapider ; Dessalines, moins
6goiste, disait aux administrateurs: : (Plumez la pole, mais
prenez garden qu'elle ne erie Ce qui signifiait: faites votre
fortune au detriment de l'Etat, maiz tremblez si la voix pu-
blique vous accuse. On n'est point surprise de ce language. quand
on se report aux mceurs coloniales don't l'influence s'exercait
alors puissamment. Dans l'ancien regime, l'esclave le plus
d6voue ne se faisait pas scrupule de voler un objet quel-
conque a son maitre auquel il donnait gratuitement ses sueurs.
Tant est affreux le systeme corrupteur de la servitude qui
engendre tous les vices. Dessalines, don't l'Fducation n'avait pas
Wt6 cultivee n'avait pas le sentiment de la dignity de sanon-
velle position...Les chefs militaires des arrondissements avaient
en r6alit6 droit de vie et de mort sur leurs administres... Les
administrateurs des finances n'osaient rien leur refuser, ils
retiraient, la plupart, du tr6sor public, des sommes assez
importantes sans m6me donner un recu; ils tol6raient les con-
trebandes quand ils en retiraient un b6n6fice personnel... Le
travail forced tait en pleine vigueur, et le vol le plus 14ger
6tait souvent puni de mort, selon le caprice des chefs mi.li-
taires. Le condamn6 6tait quelquefois extermind sous la verge
(1) Nous avons expos cet episode historique et tous ses incidents
dans notre livre c La Conspiration du general Henry Chrtstophe eontre
1'Empereur Dessalines.










et le baton par des soldats... Les desordres affreux et insup-
portables introduits dans V'administration g9ndrale, par son
peu de capacity comrme chef d'Etat, la cupiditd insatiable de
ses agents et non la crainte du massacre des homes de cou-
leur ont fait naitre l'insurrection qui l'a abattu... Le coeur
et l'esprit des masses n'etaient pas cultiv6s; on n'employait
a leur 6gard que la force ; au lieu d'administrer, au lieu de
porter le people au travail par l'6ducation religieuse qui lui
eat fait comprendre ses devoirs, on mettait en pratique la con-
trainte. Presque tous les g6neraux, dans leurs lettres a l'empe-
reur lui demandaient l'emploi des moyens les plus rigoureux.
C'dtait un reste du system de la servitude alors que le blane
confondait l'esclave avec le betail... (1)
((Les instincts invincibles d'absolutisme de Dessalines, ses
folles d6penses qui ne lui permettaient pas de s6vir efficace-
ment contre les pr6varicateurs et les contrebandiers, la cor-
ruption profonde de beaucoup de ses agents tant civils que mi-
litaires, le d6sordre introduit a dessein, a force de s6ductions
dans administration, par les negoeiants Otrangers courant
apres de rapides fortunes, l'ambition de p]usieurs de ses lieu-
tenants qui exploitaient contre lui tous ses carts, avaient
amene cet 6tat de choses deplorable qui en s'6croulant di-
vfsa le pays en deux parts et fit naitre une guerre intestine
longue et cruelle...
((Quand l'Empereur entrait dans une ville, les femmes hon-
notes 6taient dans de graves inqui6tudes, car leur vertu dtait
menacee non seulement par lui, mais encore par les officers
de son 6tat-major. Beaucoup de meres de famille tenaient
leurs filles enfermnes pour les soustraire aux regards.de ceux
qui etaient assez puissants pour les posseder impundment par
la violence... Le m6contentement etait devenu tel qu'une r6-
volte sur un point quelconque de l'empire devait produire un
embrasement general. Ce mecontentement provenait non pas
de l'6tablissement de l'empire, mais de la violation des droits
des citoyens, droits consacres dans la constitution, au m6pris
de leur vie et de leurs propri6ets don't on disposait arbitrai-
rement, des actes de brutality auxquels se livraient impune-
ment un grand nombre des lieutenants de l'empereur, des
violence exercees sur des femmes respectable, de la con-
viction fortement dprouv6e qu'on etait livre totalement a la
discretion du chef du gouvernement et de son entourage...
a... Depuis quelque temps, Dessalines se laissait dominer
par toute la violence de son caract6re.. II n'y avait plus dans
l'empire l'ombre d'une administration : l'on voyait de toutes
parts des prevaricateurs, qui, sans honte, levaient la tote, et,
a certain intervalles, des executions... Les contrebandes et
les dilapidations n'6taient pouss6es a ce degree de scandal
1 C'est probablement de ces mots si crus et si vrais de Madiou qu'a
df sortir le slogan courant caracterisant le despotisme haitien I'es-
clavage du negre par le negres. Et dire que la cruaut6 de Toussaint
Louvarture 6tait pire (Dr F. Dalencour)







-10-

que parce que l'Empereur en donnail l'exemple. Les d6penses
de Mademoiselle Euph6mie Daguilh que le tresor public avait
soldees s'6taient eievees a Mille gourdes (I) par jour depuis
l'arrivee de 1'Empereur aux Cayes. Comme Dessalines ne you-
lait pas ajouter foi a la sinc6rit6 du chiffre de ce compete, on
lui exhiba la note d6taillee de la sortie du trdsor ,de ces dif-
ferentes sommes certifiees par le trtsoricr. Apres l'avoir fait
lire par Diaquoi, il ordonna de ne computer d6sormais a Melle
Euph6mie Daguilh que 800 piastres par mois. Dans chaque
grande ville les maitresses de l'Empereur coitaient'presque
autant a l'Etat... La plupart des officers de son ttat-major
avaient l'espoir de jouir des propridtes qu'Inginac ferait ren-
trer dans les domaines... Le mecontentement de la nation allait
croissant par la disorganisation qui pen6trait de plus en plus
dans les administrations... II n'existait entire le people et I'em-
pereur aucune classes intermddiaire. ) ( Madiou, Histoire
d'Haiti, t. III, 2eme edit. pages 145, 161, 162, 213, 224, 227
232, 234, 240, 253. )
Ce tableau sobre et mesur6 est conforme a la plus exacte
reality; il est confirm par les t6moignages de tous les con-
temporains et de tous nos grands historians. Cette peinture
colorde reproduit fidelement la faillite de la dictatAre, come
la mort de Christophe, survenue quatorze ans apres, dans les
memes conditions a peu pres, a refletd la faillite de la dictature
de ce tyran. Tout ce faisceau de faits varies et innombrables
constitute l'ensemble des causes diverse qui,coordonneespar la
conspiration Christophe-Geffrard, ou plutot surgissant en meme
temps qu'elle et se donnant un concours reciproque,- ont ame-
nd l'insurrection contre Dessalines et l'ont rendue inevitable,
fa tale.
Si, aprbs la mort de Geffrard survenue le '30 mai 1806, au
moment of va se derouler le drame malheureux duPont-Rouge,
au debut d'octohre 1806, il y avait en presence quatre g6ne-
raux jouissant d'une assez grande popularity pour recueillir
6ventuellement la succession de l'Empereur, Christophe1
Gdrin, Pktion et Capoix, en reality, il n'y avait qu'un candi-
dat, le g6ndral Christophe qui s'dtait secretement, maiscat-
goriquement manifesto par sa conspiration avec Geffrard, sur
laquelle attention de Dessalines avait 6t6 positivement atti-
ree,au point que celui-ci avait pris toutes ses dispositons pour
le fusiller sommairement a la premiere occasion favorable. Ce
qui a fait dire h Saint-Rdmy que <(nul doute qu'il (Chris-
tophe) eat Ot fusilld d la fin,sans laprise d'armes qui fit tom-
ber I'empereur au Pont-Rouge. 11 (Christophe) ourdit avec
Geffrard une conspiration contre l'Empereur, que la mort pre-
maturee dugendral du Sud empecha d'eclater a l'epoque fixee.
Alors, il fut appel6 a Marchand, d'oi il ne serait pas sorti,
si Dupuy, un des secr6taires de Dessalines, ne l'avail pas
avisd de ne pas, y venir)). (Saint-Remy, Petion et Haiti, t. 46me
1857,page 154)


1 Pr6s de mille dollars (Dr F. Dalencour







S-II-


L'historien Madiou a demontr6 d'une facon cat6gorique que
routes ies traditions du Nord, de I'Artibonite, de l'Ouest
et du Sud sont invariables d ce sujet et affirment que Chris-
tophe et Geffrard ont ti les premiers machinateurs de la
chute de Dessalines. ( t. III, 20me ed, page 255). Et Beaubrui
Ardouin, en 6tudiant les tendances politiques diverse de nos
regions gdographiques, a elimin (( l'insurrection commence
aux Cayes, don't le succ6s a occasionn6 la chute de Dessalines,
parce que nous aurons a prouver que cette revolution eut pour
moteur principal Brnry Christophe lui-meme qui en suggdra
la pensde. Ce fait est acquis d l'histoire. C'est du Nord que
sortit l'inspiration de cette prise d'armes ). (t. ler, p. 102.)
II a tenu parole en effet, et dans le tome 66me ii a rdelle-
ment prouv6 que Christophe fut le moteur principal de la re-
volution du Sud qui renversa Dessalines. Le general Henry
Christophe est le premier conspirateur et traitre, en date, de
l'histoire d'Haiti a partir du ler Janvier 1804. Sa conspiration
avec Geffrard est la premiere de notre histoire militaire et
politique.
C'est la conspiration Christophe-Geffrard qui, jointe au me-
contentement g6ndral provoqu6 par les d6possessions, les
demolitions des guildives, l'incendie de plusieurs millions de
livres de campeche, declencha l'insurrection parties des Cayes.
Comme l'a fort bien 6t-abli le regrett6 Pauldus Sannon qui
a d6veloppd la meme pens6e de Madiou: tLa revolution ne put
pas done 6clater ( apres la mort de Gefirard) pendant le s6jour
de l'Empereur dans le Sud. comme c'avait Wt6 arrMt6 entire
les conspirateurs. Mais aux Cayes, tous les intimes de Geffrard,
la plupart des officers de l'armee, de m6me que plusieurs des
commandants militaires du reste du d6partement qu'il avait
vus a son retour de iMarchand, 6taient engages dans la cons-
piration. Aussi. I'acte audacieux de Messeroux. qui, d toute
autre Opaque, n'aurait d'autre suite que la tete couple dujuge
de paix port6e au bout d'une pique,- come la chose venait
d'arriver a un certain capitaine Germain Picot qui s'4tait em-
par6 de la forteresseqdes Platons, peu de temps auparavant,-
l'acte de Messeroux prit des proportions inouies). (H. P. San-
nonBoisrond- Tonnerre et son temps, 1904, p. 14.)
L'historien Madiou a insist pour demontrer victorieuse-
ment, a l'encontre de quelques autres historians, que Pktion n'a-
vait pris aucune part a cette odieuse conspiration de Christophe,
A laquelle ii refusa d'adh6rer. Petion ne se decide qu'a contre-
coeur a participer a la revolution du Sud, connaissant tous
les antecedents de la conspiration Christophe-Geflrard. Nous
en avons la preuve dans son entretien avec le colonel Thomas
Jean et le chef de bataillon Geddon. commandant des troupes
d'avant-garde envoydes par Dessalines et arrivees au Pont
Rouge dans la soiree du 16 octobre.Comme ses troupes avaient
6t0 informees par les cultivateurs du Cul-de-Sac et 6taient
entrees en desordre dans la ville du Port-au-Prince,les militaires
causaient avec ces deux officers et les engageaient a se rallied
i l'insurrection : i Mais ils repondirent avee beaucoup 4'n6ro








I 12 -

gie qu'ils voulaient voir le general Petion avant de se d6cider.
On les fit conduire aupris de ce general qui les accueillit
comme des camarades d'armes envers lesquels il fallait user
de persuasion. Pdtion leur ddmontra la pinible ndeessitd qui
l'avait port lui-mdme d se joindre & l'armie du,Sud, en les
engageant d suivre le mdme pa)rti.R (B. Ardouin.t. 6, p. 337.)
Potion no prit beaucoup plus tard. rdellement,.la direction
des 6venements, que lorsqu'il se fut agi d'etablir la forme
constitutionnelle du nouveau gouvernement. C'est seulement
d partir de ce moment que Petion entama une action decisive,
inflexible et intransigeante. D'oi le conflict avec Christophe Y
quivoulait continue simplement l'absolutisme de Dessalines.
Christophe, ayant ete d6ji proclam6 chef dugouvernement na-
tional des le 10 octobre, I'avait djai supplant en fait, dans tout
le dEpartement du Sud, que l'Empereur Dessalines 'ne savait
rien de ce qui se passait. Avis6 des le debut de l'insurrec-
tion par les lettres du general Papalier, commandant de l'ar-
rondissement des Cayes, du general Guillaume Lafleur, com-
mandant de l'arrondissement d'Aquin, de Gerin, de Lamarre
et de Petion (1) qui, tous lui ecrivirent successivement
pour le mettre au courant de la gravity de la situation, l'Em-
pereur Dessalines ne se mit en route que le 15, avec son etat-
major et son escorted ordinaire. Ici, nous laisons la parole a
Saint-REmy:
((...L'Empereur, cependant, part de la capital (Marchand),
suivi de Bazelais, Mentor, Dupuy, Leger, Borno-D616ard.Bois-
rond et Marcadieu, enfin, de son nombreux et brilliant 6tat-ma-
jor: ((Hun! Hun! savez-vous, dit-il a ses officers, que les
r6volt6s du Sud jouent beau jeu avec moi! Eh bien! je suis
rdsolu de marcher dans le sang juequ'd Tiburon ; et puis-
qu'il le faut, je ferai du Sud un desert oi l'on n'entendra
plus mdme le chant du coq. )
(Or,dans ces pensees de sang, Dessalines, avec la rapidity
de la foudre, mais aussi avec l'inquietude qui depuis quelque
temps ne l'abandonnait plus, se dirige vers le Port-au-Prince,
don't il ignore la defection, il ordonne, a Saint-Marc, a la 4e
demi-brigade, qui lui servait pour ainsi dire, de garde-du-
corps: alors commandee par Jean-Louis Longevalle, de suivre
la marche.1l arriva sur l'habitation Labarre, aux environs de
1'Arcahaie. It ordonne au colonel Thomas, de la 3e. de se
porter pres du Port-au-Prince, a l'endroit appel 'Pont-Rouge a
cause de la couleur des garde-fous d'une passerelle jet6e en
travers du chemin, sur la petite riviere de Laleux.ll ordonne
surtoutlh GEdeon, chef du 2e bataillon de cette demi-brigade,
de camper sur ce pont jusqu'A son arrivee, parce que, disait-il,
( il voulait le decouvrir du plus loin qu'il apparaitraits. Mais
les soldats, tous devoues a Petion, sous lequel ils avaient
servi a l'Arcahaie et dans le Cul-de-Sac, pendant la guerre

(1) Le fait par Petion d'avoir averti par lettre l'Empereur prouve
qu'il n'etait pas compromise dans la conspiration Christophe-Geffrard,
ii'ot est sortie la revolution du Sud.










de 1'Inddpendance, apprirent en chemin ce qui se-passait aft
Port-au-Prince; il ne fut pas difficile de les faire entrer succes-
sivementen ville. Quand Thomas et G6d6on arriverent i leur
tour, ils ne trouverent plus sur le pont que Gerin, Yayou
et Vaval. Force leur fut de se rendre. Dirig6s vers Petion, Tho-
mas fut consign, par rapport a l'h6sitation qu'il montrait (1);
G6d6on, au contraire, se prononga hautement en faveur de
l'insurrection.
aL'alarme 6tait grande au Port-au-Prince; il ne fallaitrien
moins que la presence de P6tion pour rassurer les families.
S A minuit, une deputation de cultivateurs fut introduite devant
ce general. Ces braves gens se r6crierent centre le despo-
tisme de l'Empereur ; ils demanderent sa mort et celle de
Germain (Frere). ( L'Empereur, leur dit Petion, n'est pas
'encore dans vos mains, vous ne pouvez savoir ce qu'on en
fera. Le g6n6ral Germain est arrete; il sera jug6. Retournez
dans vos campagnes, surveillez les malveillants et les d6sor-
ganisateurs. Si nous triomphons dans cettelutte, je vous pro-
mets que nul n'aura le droit de passer ses freres par le sup-
plice desverges; l'Haitien ne sera plus que l'esclave de la loi.)
((Ces pauvres cultivateurs qui avaient eu A souffrir des bas-
tonnades ordonnees par Germain, se retirerent paisibles de la
ville, promettant de laisser ignorer a Dessalines les measures qui
6taient prises contre lui, ils tinrent parole.
((Dessallnes, enfin se met en route de I'Arcahaie, sans avoir re-
cu aucun courrierdu Port-au-Prince. C'est aun cultivateur qu'il
demand des nouvelles du Sud. II lui fut rdpondu qu'on n'en
S avait rien entendu dire.- a Hum Hum dit-il,je savais que tout
ceci faisait plus de bruit qu'il n'en valait. Je parie que C6tes-de-
Fer (2) a deja tout fait rentrer dans l'ordre). Au meme ins-
iant, voyant une grande fum6e vers le Sud: ((Hum s'6cria-t-il,
mon compare Petion est la-bas i tirer le fusil.) (3)
(Ces differents discours n'agissent que faiblement sur le
moral des officers de son 6tat-major; ils ne sentaient que
trop bien que l'Empire touchait A sa fin, et que leur existence
et leur position etaient menaces.
( Et d'ailleurs, loin de tirer le fusil pour sauver le tr6ne
imperial, Petion et G6rin, apprenant que Dessalines avait ordon-
ne au commandant Gedeon de se tenir A l'entree du Pont
Rouge, afin d'6tre vu et reconnu du plus loin qu'il eft paru,
choisissaient un homme de la mmee taille et de la m6me cor-
pulence que ce chef de bataillon, lui faisaient revetir les
inme insignes, c'est-h-dire un bonnet A poil comme en por-
S tait G6deon, et I'envoyaient occuper la place de ce dernier.
((Tout 6tait ainsi prepare, quand le 17 octobre, a huit heures
(1) Tbomas mourut au Cap le 26 Septembre 1827. 11 6tait alors
g6tnbral de brigade, commandant de cette place.
2) C'est un sobriquet que les soldats avaienil donn4 A Gerin.
(3) c Essai sur le, cause; da la Rve'oiuton et de. guerres civlies
d'Haiti par M. le Baron de Vastey, p. 6.








- 14 -


du matin,l'Empereur, apres avoir traverse le Cul-de-Sac sans
que la plus 16gere indiscretion de la part des cultivateurs lui
eiit rien r6ve6e, entra au milieu des embuscades form6es par
les 3e, I5e et 16e demi-brigades.Il croyait reconnaitre Gedeon
a l'endroit assigned; il le louait de son exactitude. Mais un de
ses officers, le colonel L6ger lui dit qu'il se trompait, que
ce n'6tait pas G6ddon, et qu'au lieu de la 3e, il croyait voir
des troupes du Sud en bataille sur le pont.
(Dessalines,a cette observation, voulut r6trograder. Alors G6-
rin cria de former le cercle; a ce commandement repdte parYayou
et Vaval mille baionnettes sortent des deux c6t6s du chemin.
Soit que Gerin eft donn6 ordre de prendre l'Emnpereur en vie pour
lui faire subir un jugement, commne il le pr6tendit, soit qu'a
l'aspect de ce chef redoutable le courage du soldat commenCat
A defaillir, on se content de le corner sans lui tirer dessus.
Mais ]ii, rappelant toute son 6nergie au milieu du danger qui
le menacait, il fait feu de ses pistolets, tue un soldat, et de
son baton repoussant les baionnettes, il 6tait sur le point
de sortir des embuscades oh il se trouvait engage, quand
un jeune sergent aux grenadiers de la 3edemi-brigade,nomme
Garat (1) abattit son cheval d'un coup de fusil. Les jambes
de l'Empereur furent prises sousl'animal: ((A mon secours,
Charlotin, s'ecria-t-il. (2)
((A ce cri sinistre et douloureux, le brave colonel que nous
avons vu figure si noblement dans les planes de Mirebalais
lors de la guerre de l'independance, se precipite deson che-
val; seul, parmi toute l'escorte de l'empereur, il chercbe a
le degager. Ce devouement saisit les soldats d'admiration,
malgr6 la fougue qui commenga a s'emparer d'eux. Toutes
les voix crierent au colonel de se retire. Mais ce n'est pas au
prix d'une lachet6 que Charlotin veut sauver sa vie; il per-
siste dans son h)n:rable mais terrible mission! Alors un feu
general jette deux cadavres, l'un sur I'autre.
(( Oi avaient passe Boisrond, Mentor, ces perfides conseil-
lers ? Ils s'etaient enfuis honteusement au Port-au-Prince,
sans chercher A d6fendre l'hornmme don't ils avaient contribu6
. causer la mort par leurs viles adulations. N'est-ce pas la
un grand enseignement pour les potentats qui aiment a s'a-
bandonner a tout ce qui caresse leurg passions?
(( Marcadieux, au moins, n'avait jamais pouss6 son sou-
verain au mal; on l'a vu, au contraire empicher ce souve-
rain d'en commettre, en s'armant quelquefois du language de
la verit6. Ce n'est que parmi des homes de cette trempe
que les chefs d'Etit trouvent de v6ritables amis aumo-
ment du malheur, dent ils ne sont pas plus exempts que les
autres hommes.
(1) Mort general de Division, tout naguwre, dans un combat centre
les Dominicains (1856.)
; (2) Css paroles suprernes servirent de theme A une chanson aussi
ip.pie que populaire au'on chautait aux danses du caracbinier, *que
lui-meas, (Bmpereur ailaait taat.







- 15 -


(Mais mutilation aussi odieuse qu'inutile! le cadavre de
l'empereur fut hache a coups de sabre; on dit que Yayou lui
porta trois coups de poignard, que Vaval lui dechargea ses pis-
tolets. (1) La responsabilit6 de ces actes de sauvagerie appar-
tiendrait i Gerin, don't l'influence etait assez grande pour
faire respecter la saintet6 de la mort.
((Le cadavre ainsi mutilW fut train dans lesrues du Port-
au-Prince et expos sur la Place dvArmes. AussitOt que P6tion
fut inform de cet odieux sacrilege, il ordonna a un d6tache-
ment de la lie demi-brigade de l'enlever et de l'enterrer au
cimetiere interieur. Quelques temps apres, Mme Inginac lui
fit lever une fosse sur laquelle on lit: ( Ci git Dessalines, mort
d 48 ans.
((Tel fut le sort affreux de l'empereur Jeau-Jacques Dessa-
lines (2). Nd commune Toussaint-Louverture dans les fers de
I'esclavage, (3) il marquera dans les tastes de notre histoire
comme le fondateur de 1'Ind6pendance natioiale (4). Maisn'en
deplaise a aucun politique, on ne d6truit pas les tyrans pour
ensuite leur decerner les honneurs de l'apothlose. Le paganis-
me, qui admettait la plurality des dieux, qui adorait le bien
come le mial, put faire de Romulus, come de Galigula, des
dieux de plus dans le firmament, sans que nous dussions en
faire autant de Dessalines.
( Aujourd'bui la morale publique repose sur de meilleurs
principles; les ravageurs de la terre, apres avoir fait l'effroi des
contemporains, resteront 6ternellement condamn6s dans la
postdrit6; I'histoire comme les ninades de I'antiquite, doit
S poursuivre leur memoire de sa verge inexorable, afin d'ensei-
gner aux homes le chemin des vertus sociales.
( Pourquoi craindrais-je de dire la verite a mes concitoyens?
Seraient-ils indignes de l'entendre ? L'Empereur Dessalines
fut tu6 parce qu'il etait en contradiction avec les idMes nou-
velles, tout comme Napoleon tomba, plus tard, parce qu'il
avait enchaind les peoples. Malgr6 la corruption gendrale, don't
Dessalines donna lui-mdme l'exemple, tout avait progress

(1) M. Madiou, Histoire d'Haiti, t..ll, page 325.
(2) Son veritable nom 6tait Duclos.
'3) Son dernier mialtre s'appelait Dessalines, homme noir come
lui; c'est de ce maitreNqu'on lui donna, comme c'6tait d'usage pour ies
esclaves, le nom qu'il rendit historique. Dessalines, le maitre, avant
la revolutiou, exereait au Haut-du-Cap, le metier dc potier, qu'il
enseigna au jeune Duclos. Celui-ci parvint au grade de g6enral dans
les tourmentes de la colonie, tandis que son ancien maitre etait re-
duit en 1799 A occuper 1'humble emploi de concierge da Palais de
I'Agence au Cap. Ouand il fut levele A l'empire, il en fit l'intendant
de ses palais. U revolutions !
(4\ Dessalines, n6anmoins, ne savait ni lire ni ecrire. 11 ne signait
que son nom. Ce fut un malheur pour lui, car cette ignorance des lettres
pr6judiciable A lui-meme et au pays, le rendait I'objet des arcasmes
frequents de Christophe.










autour de lui; seul, ii 6tait rest 'stationhaire(1]. Aussi voyez
au lendemain de sa mort, alors qu'on avait a pine rassem-
ble ses membres 6pars pour leur donner une pieuse s6pul-
ture, voyez quelle efflorescence d'idees g6nereuses ? Le nom
de patrie qu'on ne voit invoquer qu'une seule fois dans les
actes du guvernementimp6rial(2) est mis en honneur; ceux de
liberty et d'6galite sont danstous les ccurs, se trouvent avec
enthousiasne dans toutes les bouches; le soldat,le cultivateur
embrassentrapidement ces saints id6es; chacun comprend la
measure de son droit, de son devoir; les executions a la baion-
nette disparaissent de nos lois et de nos moeurs; les verges san-
glantes sont abolies; tout le monde s'61lve a la hauteur de
I'idee sublime de la fraternity ; sans se connaitre et sans dis-
tinction de rangs, on se donne les doux noms de freres, d'oncle
et de neveu.
(cLa socie6t s'est done completement m6tarmorphos6e; ce
changement n'efit pas 6t6 si radical, si universal, sans une
elaboration anterieure, ne faut-il pas que la plante ait germ6
avant de produire des feuilles, des fleurs et des fruits?Dessa-
lines n'avait rien vu de l'6volution de l'esprit public; m6me,
il faut le dire, il etait incapable de rien y voir, car hors le
cominandement de son armie, c'6tait I'homme politique le
moins apte de son temps.
( Que conclure de sa mort ? La g6n6ration actuelle, lefront
elev6 vers le ciel, le cceur rayonnant d'esp6rance,doit s'avouer
hautement l'hbritiere d6s homes gen6reux, quf, au Pont
Rouge, surent abattre le tyran : n'est-ce pas k partir de ce
moment que la masse cotnmenCa a jouir de la plenitude de
ses droits ?
(Oui, avouons-nous les heritiers de cette revolution m6mo-
rable qui amena l'ecroulement d'un empire que personnen'eit
cependant pas mieux demand que de soutenir, sans le despo-
tisme qui en fut la base. Les masses noires de nos campagnes
surtout, dans l'impartialit6 de leur intelligence, dans les replies
de leurs ceurs, doivent glorifier cet 6vinement miraculeux;
plus que les autres, ne souffrirent-elles pas du regime brutal
de Dessalines ?...
(( ...Si les revolutions, dans leur paroxysme d6sordonn6, d6-
vorent'souvent d'innocentes victims, a quel terrible sort ne
doivent pas se preparer ceux qui provoquent ces revolutions
par le mI prisde leurs semblables,par la cruaut6 de.leurs actes.
( Mais ce qui fait honneur aux peuples, mime dans ces ins-
(1' J. J. Dessalines, place plus favorablement que Toussaint Louver-
ture, instruit par l'experience sur les vrais intercts du people, eclaire
par les ilammes des backers que les Francais avaient allumees, pouvait
et avait les moyens de faire ce qu'il aurait voulu de sage et d'utile
pour le pays; iais avee des qualities guerriire et un ardent amour
pour la patrie, il lui manquait Ic g tnie qui crnc le l gislateur, et surtout
la sagesse qui est la premiere vcrtu des rois. Qui vient de parler
ainsi ?- La Gazelle Royale d'Haiti, du 17 aubt 1816, No 2L t l'article:
a Coup d'czil pIo!ithque ur la situation actuEnle du royaune d'Haiti.
(2) Voyez 1'acte d'acc'eptation de la digoitt imperial.







-17-


tants oii les passions oblitbr6es s6ment partoutdu sang et des
ruines, c'est que dans ces instants terrible, les peuples oublient
rarement ce qu'ils doivent de reconnaissance a leurs vdritables
amis; et apr6s avoir,d'un c6te, assisted a l'exercice de la vin-
dicte, l'historien d'un autre c6lt, heureux, peut trouver a cou-
vrir d'applaudissementsles actes d'amour de ces mernes peuples.
Or, le lendemain du jour don't je viens de clore la date
sanglante, des detachements tires de ebaque corps de l'armee
combine, predds de Petion et des autres g~enraux, se diri-
gerent vers une maison situee pres du portail Saint-Joseph.
La, par les soins de I'autorit6, avaient ete precieusement re-
cueillies les d6pouilles mortelles du colonel Marcadieux.
(Ces saints d6pouilles d'un home don't la tentative pour
sauver la vie de I'Empereur, au peril de la sienne propre, sera
admire par les g6enrations les plus reculdes, furent trans-
portles a I'gliise paroissiale, au roulement funebre du tam-
bour et au milieu des pleurs de la population. Un magni-
fique service fut cl66br6, et le corps toujours accompagne avec
les bonneurs du drapeau national, fut d6pos6 au ciretibre
interieur.
Le temps qui d6truit tout quand la main de l'homme ne
vient sans cesse rdparer ses ravages, la nature qui tend tou-
jours a effacer nos travaux et a reprendre son empire, ont d6ej
malheureusement fait disparaitre les vestiges de la glorieuse
sepulture!
c(C'est 1. une honte pour tous les gouvernements qui se sont
succ6de en Haiti, que nous devons sans cesse leur reprocher.
Mais a cette heure ob, triste, je deplore de ne pas ren-
contrer la tombe de Marcadieux pour y deposer une cou-
ronne muraie, est-on bien certain de decouvrir celle du va-
leureux Benjamin Oge,sur la place d'Armes des Cayes? Celle
de Coutilien Coustard, don't je raco-nterai bientot le devoue-
ment, devouement aussi hbroique que celui de Marcadieux,-
ne va-t-elle pas bient6t disparaitre aussi, grAce a l'impi6te
de ceux qui sont proposes a la garde de nosmonunrentspublics?
( L'histoire qui recueille tout, ce livre ouvert, sur les pages
duquel s'inscrit,pour l'elernili6, tout ce qui honore et d6sbo-
nore I'lhunanite.exie des nations plus de religion pour leurs
morts qu'aujourd'hh i n'en tInmoig[;ent les Hailiens...
(... Malgre le pen de service qu'il ( Christophe) rendit dans
la guerre de I'lnd6pendantce, Dessalines subissant peut-dtre
un peu de ce pouvoir qu'un esprit allier, un verbe haut.
entrainent presque toujouirs, le nomina general en chef de son
armne ; post culminant d'oWi 'hristophe lanca souvent un
regard de minpris sur le ti-One imperial.
Cetle grande forluiie militaire n'nvait pas conbl, I'ambi-
tion de Chrislophl e. 11 ,'rdit na\ec (;GlTrard une conspiration
cot tre I'l npereuir. qiie Ii inort iprima:tlurti' du general di
Slid etipOcha d'eclater a I'opque tixee. Alors il lut appele a
Marchand, d'ou il ue sera;l pas sorti si Dupuy, un des secre-
t.aires de Dessalines ne l'avait pas avis6 de ne pas y venir. Nul




ht ,


-- 18-

doute qu'il eut W6t fusill6 & la fin, sans la prise d'armes qui
fit tomber l'Empereur au Pont Rouge.> (1)
Comme l'a bien fait ressortir Saint-R6my, comme le dit si
justement B. Ardouin, comme l'a affirm Madiou, 1'6v6nement
tragique du 17 octobre fut la consequence de la conspiration
machinee par Christophe et accepted par Geffrard. Quant a
Petion, il n'adhera jamais a cette machination. La conclusion
logique a tirer de ces faits, c'est que le veritable auteur de la
mort de l'Empereur Dessalines est le g6enral Henry Chris-
tophe, lui qui avait dit une fois en voyant danser 1'Empereur:
a Voyez Sa Majest'! n'est-il pas honteuxa que nous ayons d
note tdte u, tel sauteur ? V. -Voici maintenant la lettre de
Grin a Christophe, oi il affirmed qu'il avait donn6 les ordres
les plus positifs de ne point tuer Dessalines mais bien de
l'arreter :
An Port-au-Prince, le 18 octobre 1806, I'an 111 de l'lndpendance
Le Ministre de la Guerre et de ia Maririe
A. S. E. le Generai en chef de l'armre, et Chef Supr~dne"du
Gouvernement d'Haiti.

Excellence,
Depuis longtemps nos vOux vous d6sirent a la tete du gou-
vernement de notre pays. Une foule d'actes arbitraires, uu
regne par la terreur, des injustices sans nombre, et un gou-
vernement don't le but 6tait une destruction et une subversion
totales, necessitaient que vous eussiez succedd au tyran, pour
nous faire oublier, par vos vertus et vos talents, les exces de
notre Neron. Le inalheur du people ayant 6et a son comble.
il s'est level en masse centre celui qui l'a occasionne, et pre-
paraif par la force, sa chute, quand la divine Providence, di-
rigeant cet 6venement, a conduit Dessalines au Pont Rouge,
sur le chemnin du Cul-de-Sac, pres de cette ville, pour etre
frappe a mort par le premier coup de fusil qui a ete tire de-
puis cette sainte insurrection.
En commandant cette embuscade, j'avais donnd leSordres
les plus posilifs de ne le point tuer, mais bien de l'arrdter pour
qu'il fut juge. Cependant, au moment que je criai: halte!
il se saisit d'un de ses pistolets, en lIcha un coup, et fit des
mouvements pour r6trograder et so sauver. Alors partit ce
coup de fusil qui l'atteignit: ensuite une decharge; et la fu-
reur des soldats alla au point de mutiler et d'echarper son
corps inanim6. Le colonel Marcadieux perit aussi en le defen-
dant, et a excite bien des regrets. La difficutt6 de contenir
des esprits months et exasperes a empech6 de sauver cet
homme estimable. Le reste de son 6tat-major est en grande
parties ici. (2)
(1) Petio, et Haiti, Elude moniographique, par Saint-R6my, des
Caves. tome ,e. 1857, pages 135, 146, 154.
2 )Gerin connlinme i1 ce que nous avin; d,! daan u'ne note anterieu e.
que tous l s aiIes de camp de I'Empereur n entrerent pas au Port-au-
prince. (B. Ardouin )







-19--

Ainsi, le tyran n'est plus, et l'allegresse publique applaudit
a cet 6venement, comme elle vous nomme pour nous gouver-
ner. Le people et 'arinee ne doutent point, Excellence, que
vous vouliez bien agreer les functions don't ils vous chargent,
par une volont6 g6nerale bfen prononcee et spontanee.
J'ai I'honneur de vous adresser sous ce pli, Excellence, une
lettre des chefs de la lere division du Sud; une relation de
la march de l'arnee que j ai commander, et des heureux
resultats qui ont WtB la suite; des exemplaires de l'acte du
people qui vous proclame son chef; et le triplicata d'vne lettre
que je vous dcrivis de l'Anse-a-Veau, don't aucunes ne vous
sont, je crois, parvenues, puisque celle que j'ai l'honneur de
vous remettre ci-joint m'a 6te rendue ici.

J'ai l'honneur d'6tre, avec respect, de Votre Excellence
Le tres humble et tres ob6issant serviteur
(Sign6) Et. GERIN

Cependant, Madiou dit qu' (il est de notoriety publique que
l'ordre ne fut point donned d'arreter Dessalines pour le juger.
Les chefs revolutionnaires eussent redout6 de livrer i un tri-
bunal militaire un homme qui rappelait des souveuirs natio-
naux si brillants et a 1'aspect duquel les troupes fr6missaient
et reculaient quand la colerc I'animait. Un jour de calme au
Port-au-Prince, apres son arrestation, eut peut-etre change
le caractere de l'evenement.) (tomeeIll, 2e ed., p. 297)
Madiou avait sans doute oubli6 qu'il avait avance qu'avant
la mort de Geffrard survenue eu mai 1806, a la plupart des
autorites des Cayes lui (a Geffrard) etaient aveugl6meut de-
vouees et on se proposait d'arrdter I'empereur a sa premiere
tournee dans le Sud.) (tomeIII, 2e ed., p. 237). L'hesitation
des troupes du Sud a tirer sur I'Empereur se concoit dans
ces conditions quand, l'Empereur ayant tire son pistolet et
tue un de leurs camarades, elles recurent l'ordre de faire feu.
Grin dut crier plusieurs fois avant que la decharge g6enrale
eut lieu. En effet. la consigne pendant la conspiration de Gef-
frard 6tait alors d'avrrter Dessalines pour le faire juger. On ne
fit feu qu'apres avoir bien constat6, par la tournure rapide
des 6venements, que Dessalines ne voulait pas se laisserarre-
ter et qu'il se retirait pur aller reprendre furieusement la
bataille avec toutes les forces don't il pourrait disposer.
Madiou n'a pas tenu compete de certain faits. D'abord l'h6-
sitation des soldats a faire feu sur Dessalines ne se concoit
pas si G6rin n'avait pis auparavant passe des ordres pour le
prendre vivant, comme l'a fait remarquer Saint-Remy. Au
Port-au-Prince, on a pu ignorer que cet ordre fut pass, puisque
cc sont plutot les troupes du Sud qui se trouvaient au Pont-
Rouge. Ensuite, apres avoir commis tant d'exc6s, tant d'actes
r6prehensiblcs, surtout dans le Sud, oii desguildives avaient
ete detruites. oh des nmilli"ns d( litres de campnche avaient
ete brules avec tant d'injuotice, le malheureux Empereur ne










rappelait que des souvenirs recents d6plorables, au point que
le people en g6enral se laissa aller a consid6rer sa mort comme
une d6livrance. Les souvenirs brillants attaches a la personue
de Dessalines avaient Mt6 eflaces par une administration pleine
d'injustices, et qui avait souleve un m6contentement general,
une reprobation unanime. Enfin, on a vu une delegation des
paysans du Cul-de-Sac arriver auPort-au-Prince, dans la soi-
ree du 16 octobre pour r6clamer ]a mort de Dessalineset celle
de Germain Frere, commandant de l'arrondissement, et le
general Petion, commandant du d6partement, leur r6pondit
qu'on ne pouvait savoir ce qui serait fait de Dessalines, mais
que le g6enral Germain Frere, deja arrete, serait jugo. A ce
moment, Petion 6tait sous les ordres de G6rin, ministry de la
guerre; il n'aurait pas parl ainsi, s'il n'avait deji recu des
instructions de son chef. L'examen des faits laisse done en-
tendre que Gerin 6tait sincere quand il a 6crit au general en
cheF: (( En co,nandant cette embuscade, j'avais donna les
ordres les plus posilifs de ne le point tuer, mais bien de l'ar-
rter, pour 'ilI fi't j~ug4. )
Ccrtes, la tin tragique de Dessalines doit etre unaninemient
deploree. Mais la post6rit6 devra eternellenent fletrir ia mr-
moire du general Henry Christophe d'avoir ourdi une conspi-
ration a laquelle Geffrard avait adhere et don't la conclusion
finale fut la drame sanglant du Pont Rouge, le 17 octobre 1806.
Ainsi, le general Christophe a pu arriver a ses fins, au
comble de ses desirs,il ne lui reste plus qu'a attendre le dve-
loppeinent fatal des 6v6nements qu'il continue a orienter d
son profit personnel. Mais le g6enral Christophe avait compete
sans le general Ption don't le patriotism 6prouv6 et disintd-
ressg allait faire turner ces 6v6nements au profit du pays.
En maniere de resumi synth6tique de tous ces 6v6nements
annonciateurs des luttes inalheureuses qui assombrirent les
premiers temps de notre ind6pendance, il est opportun de
citer cette page vigoureuse et v6ridique qui a fix6 d'une fa-
con definitive la responsabilit6 des vrais coupables :
< Le 9 septembre, Dessalines partit des Cayes, emportant
les maledictions secretes de presque toute la population don't
il avait froisse les int6erts les plus chers. Depuis la mort de
Geffrard la conspiration n'avait plus de chef dans le Sud ;
mais elle existait toujours dans tous les esprits, on se con-
prenait par le regard, par le geste ; dix homes r6unis et se
declarant en revolte sur un point quelconque de la cam-
pagne pouvaient rallier successivement lesplus gros bataillons
quieussent 6et envoys contre eux. Il ne fallait que d6ployer
un drapeau pour fair courir aux armes les Haitiens, noirs et
jaunes, de toutes les conditions, car l'animosite etait gale
dans les deux nuances qui forment notre -population. Les
hominmes qui, en 1806, 6taient deja en position, affirment tous
que Christophe et Geffrard ont et les premiers nmachinateurs
de la chute de Dessalires et que Petion, qui n'ignorait pas
leur cofiiuratiou, et avail iimnie comnmmuniou, avec eux ver-
balenint par I intermediaire d'agents secrets: avait ete long-








- 21--


temps'irr6solu et ne s'6taitprononc6 qu'apres la prise d'armes
du Sud.
((Bien des ann6es apres les evdnements de 1806, il fut dit que
ce furent Geffrard et Petion qui avaient organism la conspi-
ration du Sud, et parce qu'il n'existait aucune piece consta-
tant que Christophe y eut prit part, que celui-ci y etait den
re stranger. II n'existe aujourd'hui aucune piece authenti e
pas meme une lettre, pouvant servir de piece a charge contr
qui ce soit (1) d'une date anterieure a la prise d'armes, (
octobre 1806); et parce que peu de personnel, a 1'6
aient voulu se compromettre, en exposant par lettres, leurs
projects contre Dessalines, est-ce un motif pour qu'il n'y ait
pas eu de conspiration.
((Cependant, quand le movement insurrectionnel Bclata, il
avait ete prepare de longue main. Mais par qui? Par Chris-
tophe et Geffrard que nous indiquent nos traditions invaria-
bles a ce sujet, dans le Sud, 1'Ouest, l'Artibonite et le Nord,
traditions qui ne datent que de 42 ans. Et apres la mort de
Dessalines que voyons-nous ? Tous les points de 1'Empire
d'Haiti adherent a la revolution; et ces adhesions qui ne sont
que des exposes de griefs contre Dessalines sont reunies en
une brochure intitulee Rdsistance a l'Oppression ) ; et Chris-
tophe qui, apres la bataille du ler janvier 1807, se declare le
vengeur de 1'Empereur, traite celui-ci en Octobre 1806, dans
son adresse a ses freres du Sud et de I'Ouest, d'hydre devo-
rant; et cependant il savait, des la r6volte de Port-Salut, avant
la mort de 1'Empereur, qu'il avait Wet proclam6 par les insur-
g6s chef supreme de 1'Etat.
( Si 1'histoire exposant fidelement les faits, ne planait pas,
dans sa s6evrit6, au-dessus des passions des parties qui s'ac-
cusent mutuellement selon leurs int6rets du moment, de la
chute violent de l'immortel fondateur d'Haiti, il demeurerait
done que cet 6evnement fut un effet sans cause. Car a d6faut
de pieces authentiques constatant la participation a la conju-
ration, des 1805, des Haitiens tant noirs que jaunes, pourquoi
admettrait-on celles des versions qui sont contraires aux tra-
ditions de l'immense majority de la population contempo-
raine de Dessalines, et qui ne sont basees sur aucune piece
officielle ant6rieure a la prise d'armes. A l'occasion de la
conspiration qui a prc6de la chute de Dessalines don't Geffrard
et Christophe etaient les chefs, nous dirons qu il y a des ve-
ritis que personnel ne contest, quoiqu'on n'en puisse fournir
des preuves immndiates, et qu'il est impossible de croire
qu'un mensonge absurde devienneune tradition universelle.)
(Madiou, Histoire d'Haiti, t. III, lre ed. p. 287-288.)

Voici maintenant I'adhesioh officielle du g6enral Christophe

(1) Inginac a d6truit aux Cayes en Septembre 1806, la correspen-
dance de Geffrard avec Christophe.








-22-

a l'insurrection du Sud; elle est devenue un acte official au-
thentique du Gouvernement d'Haiti:

ADHESION DES FONCTIONNAIRES DU NORD
A L'ACTE INTITULE : RESISTANCE A L'OPPRESSION )
ETA LA PROCLAMATION DU GENERAL HENRY CHRITOPHE
COMME CHEF PROVISOIRE DU GOUVERNEMENT HAITIEN

Aujourd hui vingt-trois octobre mil-huit-cent-six, An IIIme
de 1'Inp6pendance.
Nous. soussign6s, sur l'invitation faite a nous par Son Excel-
lence le g6enral en chef,
Nous nous sommes rendus au quartier-general de Milot,
a l'effet de prendre connaissance des depeches qui lui ont ete
adressees parleurs Excellences les g6enraux commandant les
divisions du Sud et la deuxieme de l'Ouest, ofi tant, il nous
ete donned lecture, lo d'une,lettre 6crite a Son Excellence le g6ne-
ral en chef par le general Petion, en date du 16 du courant, 2o
une du general ministry de la guerre et de la marine, accom-
pagnant la relation de lacampagne de l'arinee haitienne contre
la tyrannie en date du 18 du courant; 2o enfin une declara-
tion ayant pour titre: ((RESISTANCE A L'OPPRESSION.
Apres avoir mfrement reflechi sur ]e contenu des lettres et
de la declaration precitle, ainsi que sur les motifs qui ont de-
termin6 l'armee susdite a se reunir contre la tyrannie sous
laquelle nous g6missions, nous restons penetres de reconnais-
sance pour le courage et l'6nergie qu'elle a montr6s en 6cra-
sant la tete de l'hydre qui allait nous d6vorer; trompes par
les fausses protestations de proteger et d'assurer notre liberty,
de respecter nos droits, a peine avions-nous donned notre adhe-
sion pleine, franche et loyale aux measures conservatrices
qu'on nous annonqait que le plus dur despotisme, la tyran-
nie la plus revoltante ont pese sur nous!
O joug affreux et desesperant eifin il est brise.
Les memes sentiments qui ont port nos freres du Sud et
de l'Ouest A cet acte r6pressif nous animent tous, et come
eux, nous avons senti que nous ne pouvons mieux placer le
le salut de notre pays qu'en d6f6rant au g6enral en chef Henry
Christophe, les renes du Gouvernement, sous quelque denomi-
nation que ce puisse 6tre.
Nous nous sommes empresses de lui manifester nos voeux a
cet regard et apres nos vives sollicitations, il a adhr6 ; il ne
nous reste maintenant qu'a nous feliciter sur un avenir plus
doux, sons la protection des lois sages qui vont etre faites, et
sous leur entire execution; ce ne sera point un chef que nous
aurons, ce sera un pere entourd de ses enfants, qui n'aspire-
ra qu'a leur bonheur et a leur prosperity.

Fait et clos les jour, mois et an que dessus.

(Sign6) P. Romain, general de division; Dartiguenave, gd6








-23"

neral de division; Gerard, Campos Tabards, adjudants g6nd-
raux; Ch. Tiphaine, chef de bataillon d'artillerie; H. Barre,
chef de bataillon, directeur du gpnie; Roumage Jne, adminis-
trateur; Cesar T6elmaque, controleur; Roumage aine, direc-
teur des domaines; Ls Raphael, directeur de la douane; Leroy,
garde magasin; Bertrand Lemoine, peseur; Fleury. president
du tribunal civil; Beaubert, juge; Bonniot, president du tribu-
nal de commerce; J. B. Petit, Almanjor pre, juges; Jean Isaac,
juge de paix ; Delon, assesseur; C. Breille, cure; Vilton, P.
Ferrier, Juste Hugonin, C. Leconte, negociants.
Suivent un grand nombre de signatures.

Pour copie conforme

Le G6enral en chef de l'armde d'Haiti,
Henry CHRISTOPHE.

(Recueil des Lois et Actes, tome ler, p. 163-166.)

Terminons ce chapitre par ce lumineux expose de B. Ardouin
sur la situation d'Haiti apres la mort de Dessaiines :
(cDevenue veuve du Heros qui avait proclam6 son ind6pen-
dance politique, Haiti se trouva, immn diatement apres la rdvo-
lution sanglante qui abregea ses jours, dans une de ces situa-
tions critiques corn unes a toutes les nations qui revendiquent
leurs droits par la violence. Si les hommes 6taient moins im-
parfaits qu'ils ne le sont de leur nature, les chefs de gouverne-
nement come les peuples, pourraient profiter de ces expe-
riences qui se reproduisent en vain dans tous les tempspour
leur servir de legon: les chefs de gouvernement surtout. parce
que, le plus souvent, il depend d'eux seuls d'eviter a leur pays
ces terrible catastrophes qui remuent l'ordre social jusque
dans ses fondements (1).
( Celle qii renversa le gouvernement de Dessalines, bien que
dirigee par des gendraux influents et executee par 1'armee sous
leurs ordres, pr6sentait neanmoins un danger eminent par
l'ambition qui allait se d6velopper dens son sein. Ce n'est pas
sans p6ril pour I'autorit6, si necessaire aux societes humaines,
que l'on souleve la force publique centre un chef qui l'exerce.
SitBt qu'il est abattu, les acteurs secondaires veulent obtenir
le prix de leur concours dans ce resultat; les individus les
plus obscurs manifestent aussi leurs pretentions de recevoir

(1) M, Thters a dit avec raison : Tous les gouvernements paris-
sent par l'exces de leur principle. a Celui de Dessalines s'6tait fond6
sur la violence; il perit pour avoir pousse trop loin son system con-
traire' au bonheur de son pays. M. de Lamartine a dit avec non moins
de raison: c Les gouvernements doivent se constituer en rAvolution
permanent, pour satisfaire aux besoins de la society D. En eflet, c'est
en n6gligeant d'y satisfaire ou en les m6connaissant, qu'ils poussent
les peoples A I'insurrection.








24 -

une part qiiclconque dans les d6pouilles du pouvoir renvers6.
La d6sorganisation s'introduit ainsLdans tous les rangs de ]a so-
ciet6; et les chefs qui ont dirig6 l'entreprise se trouvent souvent
aux abois, ne pnuvant satisfaire a toutes ces exigences. Heu-
reux ceux don't la cNpacit6 le caractere et les ant6ecdents
suffisent pour e maintenir dans leur position! Car, engendral,
ils sont bien vite debordes.
( La Resistance d 1' Oppression, manifesto de la revolution,
contenait un paragraph relatif a chaque classes opprimee sous
le regime imperial; chacune eleva inimmdiatement ses preten-
tions a etre gouvernec differemmcnt.
S(Le militaire don't on avait plaint le sort sous une disci-
pline severe et une subordination absolue, voulut s'en affran-
chir sans measure; il sentait qu'il etait fort et que ses chefs
avaient besoin de lui.
(cLe cultivateur, que la verge et le baton contraignaient au
travail, avait certainement raison de ne vouloir plus etre mend
par de tels moyens; il prit en haine ses g6rans, ses conduc-
teurs, les officers inspecteurs de culture ou de gendarmerie
qui tous, lui faisaient administer de dures corrections. Des
fetes et des rejouissances avaient lieu dans les villes par la mort
du tyran ; il se relacha de ses travaux de culture pour danser
et se rejouir aussi dans les campagnes.
(L'habitant des villes voulut jouir d'une liberty illimitee,
presque sans police.
((Le proprittaire, depossedd injustement, rentra enposses-
sion de son bien, sans autre autorit6 que sa volont6 person-
nelle. M6me les individus qui avaient r6clame desbiens sans
titres valables, crierent contre ]'injustice du tyran et de ses
fonctionnaires; ils pretendirent a occuper ces biens.
(( Le commercant, qui avait souffert des vexations dans
son industries, aspira a n'avoir desormais aucune entrave, au-
cune restriction l1gale dans sa liberty d'action.
((Telle etait la situation des choses et des esprits, au lende-
main de la revolution du 17 octobre. Dans un tel conflict de
pr6tentions diverse, d'interets prives a manager, surtout dans
les localities oC avait eclat6 l'insurrection, et oi elle avait
triomph6, il fallait beaucoup de prudence de la part des chefs
revolutionnaires, pour empfcher le bouleversement total de
la society.
a Dans le Sud particulierement, les esprits 6taient dans
un 6tat d'exaltation extraordinaire, et lorsque H. Christophe
invita Gerin et Petion de renvoyer les troupes a leurs can-
tonnementsrespectifs, il en etait temps pour y retablir l'ordre:
les chefs etant tous veuus au Port-au-Prince, on profit de leur
absence pour s'agiter en tous sens.
(Dans l'Ouest, l'exaltation fut moindre, sans doute, mais elle
existait egalement.
( Dans l'Artibonite, of les populations sont presque aussi
remuantes que dans le Sud, il y eut alors plus d'agitation que
dans le Nord, oi se trouvait le chef provisoire du gouvernement.
((En presence de ces difficulties, quel 6tait, pour la society
en general, pour chaque classes en particulier, le meilleur sys-








- 25-


tMme & adopter, afin de ramener la tranquillity mat6rielle et
le came dans les esprits? Fallait-il user de contrainte, de
moyens coercitifs sur une large echelle ? Ou bien, fallait-il user
de l'influence de la raison, de la douceur, de la moderation,
donner en quelque sorte un langage aux antecedents des
hommes appelM9 a op6rer cette oeuvre social ? C'est dans une
telle mission qu'on doit reconnaitre le veritable homme d'E-
tat, charge de pourvoir au salut public.
((Oh! nous entendons deja ces grands politiques qui ne
savent qu'ernployer la force. le pouvoir du sabre; nous les
S entendons qui nous r6pondent: ( La contrainte, les moyens
coercitifs, voila ce don't il fallait user en cette circonstance. )
((Nous ne nions pas l'efficacite de tels moyens; mais nous
leur demandons seulement, ce qu'eussent gagn6 toutes ces
classes qui avaient applaudi h la revolution, qui esperaient
en elle, a se voir traquer de nouveau ? Et puis, avec quels
agents de la force publique on aurait opdr6 ainsi? Avec l'ar-
mne, sans doute; alors il efit fallu r6tablir a son prejudice
toute la severite du code penal militaire qu'on venait de con-
damner. Autant eit valu qu'elle fit restee sous le despotisme
imperial, si le system du gouvernement ne devait pas chan-
ger; de meme pour le malheureux cultivateur, le commercant,
l'habitant des villes, le propr6taire 6vince.
( Toutefois, les deux modes indiques ci-dessus ont 6et mts
en usage, par trois des chefs les plus influents.
(Dans le Nord et I'Artibonite, oh les troupes n'avaient pas
pris part a la levee de boucliers, oii les populations avaieut
toujours et6 continues par le despotisme, H. Christophe r6us-
sit par la contrainte ; ii ramena le calme... par la terreur
qu'il inspirait a ces esprits habitues au joug. Et encore lui fal-
lut-il payer, rationner, habiller les troupes, tenir un language en
particulier of il blamait la mort de Dessalines, tandis que ses
actes publics louaient cet ve6nement, d6criaient son adminis-
tration. N6anmoins, dansl'Artibonite, ofi il n'atteignait pas im-
mediatement les troupes, le, soldats 6taient plus portes a
user de leur liberty. C'est ainsi qu'on vit revenir au Port-au-
Prince, de leur propre movement, tous les jeunes gens qui
avaient Wte incorpores, dans la 4e demi-brigade, a l'entree de
l'armee indigene, en 1803 (1). Comme militaires. s'ils man-
quaient a leur devoir en d6sertaht leurs drapeaux, comme
citoyens, regagner leurs foyers, rejoindre leurs families 6tait
pour eux une necessity. Eloignes de leur lieu natal, ils sa-
vaient que H. Christophe devenant chef de gouvernement, ils
S ne feraient que changer de maitre. Avaient-ils tort ou raison
de penser ainsi? Les phrases qui suivent r6pondent a cette
question :
(I1 faudra toute la cruelle dnergie de Christophe pour la con-
(1) En ne citant que les principaux d'entre eux, nous designerons
Coutillien et Rancy Coustard, Saladin, Souffrant, Bouzy, F. Theve-.
nin, Constant Domingie, Horace, Morisseaux J. Tr6mere, Pernier,
Sannon etPetitBlain, M. Cebron, M. Constant, Bellevue Dusseaux,
Lapolnte Aubas, C. Lorquet, etc. etc.








26 -

tenir (l'Artibonite) l'isoler de l'esprit revolutionnaire (1).-
(Vous ordonnerez de suite la convocation d'un conseil special
militaire pour juger ce ddlit et vouz ferez fusiller ce gre-
nadier a la tete du ler bataillon, apris le jugement qui aura
Wte rendu (2).- An milieu de tant de difficulties, de tant de
tentatives de revolte ( de la part des troupes), Christophe fai-
sait sentir son autorit6, et maintenait, d force de rigueurs,
les populations qui rongeaient leur frein. (3)
Dans leSud, Gerin eut aussi clutter contre les populations
et les troupes. La Resistance 4 l'Oppression avait dit: Oui,
nousavons rompu nos fers.Soldats, vous serez pays, habilles;
cultivateurs, vous serez prot6egs; proprietaires vous serez
maintenus dans la possession de vos biens. Une constitution
sage va bientot fixer les droits et les devoirs de tous.
Les troupes voulaient done etre payees rigulierement, sans
s'inqui6ter de savoir si le tresor public avait des fonds. A
l'Anse-a-Veau, la 15e demi-brigade se mutina b ce sujet, ses
officers en tete. Grin fit arreter les principaux de ces der-
niers, parmi lesquels se trouvait le lieutenant Solages (4);
il les Ifvra a un conseil special presid6 par Borgella qui rem-
plissait les functions de chef d'etat-major de l'armre du Sud.
II pretendait obtenir le nrme resultat que Cbristophe, a 1'e-
gard du grenadier du Nord, mais Borgella porta le conseil -
les acquitter, et Gerin n'en devint que plus fort avec cette
vaillante troupe, pour maintenir l'ordre. Car, la resistance
courageuse et intelligence de son chef d'6tat-major lui avait
fait comprendre que, dans ces circonstances, une extreme ri-
gueur, meme fondue sur la loi, serait plus funeste que profi-
table a son autorit6 et a la chose publique.
<< Dans l'Ouest, au Port-au-Prince, les lie et 12e demi-bri-
gades se mutinerent aussi pour avoir recu une paye de deux
gourdes et demie par soldat, en pretendaut qu'on devait leur
donner cinq gourdes, comme a ]a mort de Dessalines. En vain
le general Yayou fut-il aux Casernes pour les faire rentrer dans
le devoir: il fut hue. Petion s'y rendit, et a son aspectles soldats
poussirent le cri enthousiaste de : ( Vive le general Petion !)
((Mes camarades, leur dit-il, si vous n'avez recu que deux
gourdes et demie, c'est d'apres les ordres du general en chef
Christophe, auquel vous devez une obdissance absolue; mais
d'ane autre part, soyez convaincus que ma voix se fera enten-
dre, toutes les fois qu'il s'agira de d6fendre vos droits II

(1) Hisl. d'Haiti, t. 3, p. 332.
2 Ibid. p. 353. Autant eft valut dire A Romain de fusiller ce grena-
dier avant le jugement.
(3) Ibid. p. 360.
4] Solages, devenu general de brigade, le meme qui commandait
I'avant-garde de i'armee de Sud, et qui accueillit P6tion vers le Ta-
pion; l'un des plus braves, des plus dignes officers de la Republique
d'Haiti.









sortit des casernes, au milieu des acclamations des troupes (1).,
a En produisant ces divers faits, nous mettons 'le lecteur
m'mmre diapprecier les difficulties qui s'offraient au pouvoir des
chefs revolutionnaires car Christope en etait un, et le princi-
pal, puisqu'il avait sugg6re l'entreprise et qu'il en recueillait
les avantages.
((Entre ces trois g6enraux, lequel fut le plus condsquent aux
principles poses comme base de la revolution de 1806; lequel em-
ploya le meilleur moyen, non-seulement pour le r6tablissement
de l'ordre, mais aussi pour le maintien de la liberty du people
S haitien ? Qui d'entre eux rappela mieux les militaires mu-
tines A l'observation de leur devoir, en maintenant le respect
du h 'aiutoritg ?
((Si Christophe l'imposa par la force, par la terreur, c'est
qu'il agissait sur des esprits toujours asservis au joug d'un
despotisme brutal. En inaugurant ainsi l'exercice de son pou-
voir, il fut contraint lui-meme depousser son system de gou-
vernement jusqu'a ses dernieres limits, et l'on sait d'avance
quel fut son sort en definitive. Mais la libertU, regna-t-elle
avec lui ? Ne pouvait-il pas operer autreuient qu'il ne fit ?
Oui, sans doute, s'il avait au fond du cceur cette bienveilance
qui recommande un chef a l'amour de ses concitoyens, etnon
cette cruaut6 qui le fait hair. en toute justice.
( Si Gerin r6ussit dans le Sud, il ne dut peut-6tre son suc-
ces qu'h la sagesse d'un officer devoue au bonheur de ses
freres, ddsireux de lui faciliter sa tache: en lui resistant, ille
rappela .1'observation des principles de la revolution; car
il s'en etait 6cart6, en meconnaissant encore l'esprit des po-
pulations sur lesquelles il agissait. NManmoins, on apergoit
tout d'abord pourquoi G6rin ne conserve aucune influence
reelle dans le Sud: son despotisme y 6tait trop connu pour
en obtenir.
a Petion reussit dgalement, dans l'Ouest, h calmer les esprits
agites par la fougue r6volutionuaire. Employa-t-il d'autres
moyens que ceux de la persuasion, de la moderation? Ces
acclainations chaleureuses des troupes qui l'accueillirent a son
arrivee dans les casernes, qui le saluerent lorsqu'il en sortit,
ne parlent-elles pas assez Bloquemment, pour prouver l'in-
fluence de la raison sur l'esprit des hommes, et ce que peuvent
aussi d'honorables antecedents sur leurs coeurs 7 Mollissait-il
en presence de cette mutinerie soldatesque, quand il disait a
ces troupes, que la solde qu'elle avait regue 6tait ordonnee
ainsi par le chef du gouvernement; qu'elles lui devaient une
Sobissance absolute ? Mais en meme temps, en leur parlant de
leurs droits don't il leur promettait d'6tre toujours le d6fenseur,
pour mieux calmer cette effervescence passagere, 6tait-ce un
moyen indigne de l'autorit don't il etait revdtu? Le soldat hai-
tien n'avait-il pas des droits comme tous les autres citoyens
du pays? Qui venait tout rdcemment de faire triompher la
liberty sur la tyrannie, les droits du people centre les injus-
tices violentes du gouvernement renvers6, n'6taient-ce paq
les soldats de 1'arme ?
i) Hist, dait, t. 3, p. 349i








-28-

patrie, parce que ses proc6d6s tendaient a recnnstituer la ty-
rannie de Dessalines. Gerin a pu les oublier un instant, parce
qu'il procedait aussi par despotisme. Mais P6tion ne pouvait
que se les rappeler sans cesse, parce que son but... 6tait de
fonder reellement Ia liberty ct 1'Fgalit6 de son pays. Aussi,
son cercueil fut-il arrose des larmes du people a ses fun6-
railles, tandis que Christophe et Gerin ne recurent pas m6me
les honneure funebres.) ( B. Ardouin, t. VI. p. 399-407).


















CHAPI TRE DEUXIIME


LE GENERAL PITION FAIT L'AIGUILLAGE
DES EVENEMENTS VERS LE LIBRRALISME POLITIQUE,

VERS LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE

N'ayant pas adhdrd d la conspiration Christophe-Geffrard,
le g6ndral Pdtion fut simplement carte de la combinaison
politique. Cet dcartement 6tait un grand bien pour sa person-
nalite toujours orientee seulement vers le bien de son pays;
il lui donnera encore plus d'autorit6 pour imposer ses idees
patriotiques. Grin, ministry de la guerre et de la marine. de-
vait 6tre gagne par Geffrard, qui reprdsentait la conspiration
dans le Sud. Restait Capoix, qui dtait le seul general pouvant
tenir tOte a Christophe dans le Nord et contrebalancer sa puis-
sance, nous dit Madiou, t. III. p. 281. Aussi, Christophe lui
tendit une embuscade aux Fosses-de-Limonade et fit lachement
assassiner le glorieux h6ros de VertiBres, le 19 octobre 1806.
Christophe a men6 activement sa conspiration qui a about
& la mort de Dessalines. Avant la mort de Dessalines, come
il avait Wte convenu entire Christophe et Geffrard, bien avant
la mort de Dessalines, le g6enral Christophe se voitproclamer
chef du gouvernement provisoire des le debut de la prise
d'armes aux Cayes.
Le g6enral Christophe est done arrive a la satisfaction de
son ambition personnelle, et il n'a qu'A attendre le d6veloppe-
ment normal des 6venements que sa situation maintenant prod-
minente lui permet de continue a diriger a son profit jusqu'a
la ratification d6finitive.Mais it comptait sans P6tion qui veillait
dans le plus grand sang-froid.
N'ayant pas tremp6 ses mains dans cette odieuse conspira-
tion qui avait fini dans le sang. Potion avait laiss6 faire a Chris-
tophe et a Gdrin, qui endoss6rent ainsi toutes les responsa-
bilitds. Ces deux gendraux afficherent alors leurs pr6tentions.
Petion fut done oblige d'intervenir pour aiguiller les ve6ne-
ments dans le Sens de l'int6ert g6ndral du people haitien. Gdrin
n'ayant pas une grande popularity dans l'Ouest, fut oblige de
suivre.Peti-a qji fasal:t dsja co-preadre que le pays ne pou-
vait vivre pluslongtemps danas arbitraire et qu'il faait lui








-30-


donner satisfaction en organisant un regime liberal. Christophe
sentit I'obstacle, et, en raison du succes de sa conspiration,
devait vouloir le briser. La lutte 6tait inevitable entire les deux
homes. Petion savait que Christophe s'6tait deja entendu
avec ses partisans pour prendre le pouvoir, continue le re-
gime tyrannique de Dessalines en faisant adopter une cons-
titution despotique.
A partir de ce moment, Petion, qui, depuis la proclamation
de l'ind6pendance, avait cesse toute activity politique pour
ne s'occuper que d'administration, Petion reprit son ancienne
influence politique et devint la figure dominant de l'Ouest
et du Sud, et tous ses amis et partisans l'entourerent et re-
constituerent l'ancien parti de Rigaud, qui l'avait reconnu
comme son chef depuis 1802, des son d6barquement avec
l'expedition de Leclerc.C'est ainsi que B. Ardouin a pu dire,t.VII,
p. 191, du President Petion, qu'il avait 6t (( le chef du parti
politique qui avait 6tabli la Republique d'Haiti.)
Madiou a raison de dire que ( aussit6t apres la chute de l'Em-
pereur, le Nord et l'Artibonite voulurent faire dominer leurs
principles monarchiques; l'Ouest et le Sud, au contraire, procla-
merent les institutions dmtocratiques les plus largcs.Comme
les parties 6taient de force gale, on en vint a une rupture.
Quoique Toussaint et Rigaud ne fussent plus sur le champ de
bataille, leurs principes entrerent en lutte: aristocratic (1)
d'une part, personnifice en Christophe; democratic, d'autre
part, personnifiee en Petion. (Madiou, Histoire d'IHaiti, t. III,
1re. 6d.,p. 386)
Et B. Ardouin a eu aussi parfaitement raison de dire :( Done,
nos deux guerres civiles furent des luttes de principles poli -
tiques opposes, et non pas des guerres de couleur ni de caste)),
come on la si souvent faussement insinu6.
Des le 13 octobre 1806, les iusurges du Sud avaient conmmis
Fimprudence et la le6gret6 de proclamer Christophe ((le chef
supreme dc cette ile sous quelque dinomnination qu'il vousplaise
de choisir). Ce fut une faute grave qu'expliquent l'empresse-
ment a renverser Dessalines et le d6sir de plaire a Christophe.
I1 y avait peut-6tre aussi un pacte secret dans ce sens entire
Geffrard et Chrietophe.
Cependant, cette faute etait reparable. L'homime providen-
tiel qui devait la r6parer, c'6tait le g6enral P6tion, l'homme
froid, r6solu et 6nergique, qui avait initi6 le people haitien a
la liberty en inaugurant, le premier, a guerre de l'ind6pendance
int6grale, et qui etait d6cid6 a sauvegarder les droits sacr6s
de ses concitoyens a la justice. P6tion se rend coinpte qu'il est
urgent et indispensable de ne pas laisser prendre corps a la
naivete des homes du Sud qui s'6taient livr6s pieds et poings
lies a Christophe; ii est done oblige de prendre la direction
politique des 6evnements, tout en laissant la partic militaire
a G6rin ministry de ia guerre et de la marine.
Petion dicte a Sabourin !'acte intitu!e (( Resistance l' Oppres-
1 C'eet plutot .auwocranea qu'il tallait dire. Note du Dr F.- Da-
lencuury .-









sion et Adiresse de I'Arnme d'Haiti au gdniral en chef
H. Christopher qu'il soumet a un conseil de I'armee combi-
neede I'Ouest et du Sud, compose des generaux et des princi-
paux officers, r6eui au palais du gouvernement, les 18 et 21
octobre 1806. Lapremiere pieceest antidatee du 16. Les deux
pieces sont lues et disoutees, puis signees. Les voici:

RESISTANCE A L'OPPRESSION
Port-au-Prince, 16 octobre 1806.
S((UUne affreuse tyrannie, exercee depuis trop longtemps sur
le people et I'armee, vient enfin d'exasprer tous. les esprits,
et de les porter, par un movement digne du motif qui le fit
naitre, a s'elever en masse pour former une digue puissante
contre le torrent d6vastateur qui le menace.
(Un complot, ourdi dans le cialme et la r6flexion, allait
bient6t 6clater; les homes susceptibles de penser, ceux ca-
pables, enfin, de faire triompher les sublimes principles de la
vraie liberty, don't ils sont les defenseurs, devaient disparaitre
pour toujours; une march rapide vers la subversion total,
effrayait deja meme l'homme le plus indifferent: tout semblait
annoncer que nous touchions au moment de voir se renouveler
cas scenes d'borreur et de proscription, ces eachots, ces gibets,
ces bichers.ces noyades don't nous 6tions les tristes et malheu-
reuses victims sous le gouvernement inique des Rocham-
beau, des Darbois, des Ferrand, des Berger, etc., etc.
( Moins tuuchb du bonheur de ses peuples qu'avide a ra-
masser, le Chef du gouvernement fit depouiller injustement de
leurs biens des milliers de families, qui sont en ce moment
reduites a la plus affreuse misere, sous le pretexte apparent
qu'elles te pouvaient justifier de leurs titres de propri6et ; mais
dans le fait pour augmenter ses domaines; n'est-il pas cons-
tant qu'apres .avoir joui depuis dix, vingt et trente ans d'un
bien, on devrait en etre suppose le veritable propri6taire ?
Dessalines ne l'ignorait pas; il 6tait persuade meme que ces ci-
toyens avaient perdu leurs titres dans lesderniers 6vdnements;
il en profit pour satisfaire sa cupidity. D'autres petits proprie-
taires furent arraches inhumainement de leurs foyers et ren-
voyes sur les habitations d'oi ils d6pendaient, sans guard a
leur age, ni h leur sexe. Si des considerations particulieres ou
des vues d'int6rkt general pouvaient autoriser cette measure,
qui parait avoir avoir et6 adoptde par les gouvernements pre-
cedents, au moins 6tait-il just d'accorder une indemnity a
ceux sur lesquels on l'exercait.
( Le commerce, source de I'abondance et de la'prosperit&des
Etats, languissait sous cet homme stupid, dans une apathie
don't les vexations et les horreurs exercecs sur les strangers ont
6t6 les sules causes. Des cargaisons enlevees par la violence;
des marches, aussit6t violds que contracts, repoussaient deja
de nos ports tous les batiments; I'assassinal de Thomas Thuat,
n6gociant anglais, connu avantageusement dans le pays par
une longue residence, par sa conduite irr6procbable et par des










bienfaits, a excite l'indignation; et pourquoi ce meurtre ? Tho-
mas Thuat Ctait riche : voila son crime !... Les n6gociants hai-
tiens ne furent pas mieux traits; les avantages m6mes qu'on
avait I'air de vouloir leur accorder n'avaient e6t calculus que
sur le profit qu'on pouvait en tirer ; c'etaient des fermiers que
pressuraient des commis avides.
((Toujours entrain6 vers ce penchant qui le porte au mal, le
Chef du gouvernement.ldans la derniere tournde qu'il fit, d6sor-
ganisa I'armBe; sa cruelle avarice lui sugg6ra 1'idee de faire.
passer les inilitaires d'un corps dans un autre,afin de les rap-
procher de leur lieu natal, pour ne point s'occuper de leur
subsistence, quoiqu'il exigeat d'eux un service tres assidu. Le
soldat etait priv6 de sa paie,de sa subsistence, et montrait
partout sa nudit6,tandis que le trisor public fournissait, avec
profusion, des sommes de 20.000 gourdes par an, a chacuue
de sas concubines, don't on peut computer au moins une vingtaine,
pour soutenir un luxe effren6. qui faisait en mi~me temps la
honte du gouvernement et insultait la lmisere publique.
( L'empire des lois ne fut pas non plus respect; une cons-
titution faite par ordre de l'Empereur, uniquement pour sa-
tisfaire a ses vues, dictIes par le caprice et I'ignorance, r6di-
gee par ses secr6taires, et publi6e au now des g6n6raux de
1'armee, qui non -seuleient n'ont jamais approuve ni sign cet
acte informed et ridicule ; mais encore n'en eurent connaissance
que lorsqu'elle fuit rendue publiquo et promulgube. Les lois
reglementaires. form6es sans plans et sans combinaisons, et
toujourspour satisfaire plutot a une passion que pour r6gler les
inteirtsdes citoyens furent toujours viol6es et foules aux pieds
par le monarque lui-meine; aucune loi protectrice ne garan-
tissait le people contre labarbarie du souverain; sa volonte
supreme entrainait un citoyen au supplice sans que ses amis
et ses parents en pussent connaitre les causes. Aucun frein,
enfin, n'arretait la f6rocit6 de ce tigre alt6r6 du sangde ses sem-
blables; aucune representation ne ponvait rien sur ce coeur
barbare, pas mnime les sollicitations de sa vertueuse spouse,
dout nous adiirons toutes les rares qualit6s.
(Les ministres, don't la constitution (si cet acle peuL etre
qualified de ce nomr) avait determine les functions, ne parent
jamais les exercer pour le bonheur du people; leurs plans et
leurs representations furent toujours ridiculisis et rejetLs
avec mipris; leur zele pour le bien public en general et pour
celuide l'armie en particulier, fut, par consequent, paralyse.
((Laculture, celte preminrc branch de la fortune publique
et particuliere, n'6tait point encouragee, et les ordres du chef
ne tendaient qu'a faire muitler les mralheureux cultivateurs;
6tait-il sage entin d'arracher a cette culture des bras qui la
faisaient fructifier pour grossir sans besoin le nombre des
troupes, (qu'on ne vonltiit ni payer, ni nourrir, ni vetir, lorsque
deja l'armne 6tail sur tn pied respectable?
( Tant de crimes. anlt dlc I'rfaits tant de vexalions ne pou-
vaient rester plu, !,imgteips impunis; le peupe! el 'arnice,
lasses du-joug od4iux qu'on leur imposait, rappelant :.ol









courage et son dne'rgie,viennent enfl, par un movement sponl-
tane, de le briser. Oui, nous avons rompu nos fers; soldats,
yous serez pays, habilles; cultivateurs, vous serez prot6g6s;
propri6taires, vous serez maintenus dans la possession de
vos biens; une constitution sage va bient6t fixer les droits
et les devoirs de tous.
((En attendant le moment ofi ii sera possible de l'6tabllr,
nous d6clarons que l'union, la fraternity et la bonne amitie,
6tant la base de notre reunion, nous ne d6poserons les armes
qu'apres avoir abattu l'arbre de notre servitude et de notre
avilissement, et place a la tete de notre gouvernement un
homme don't nous admirons depuis longtemps le courage et
les vertus, et qui, comme nous, 6tait l'objet de, humiliations
du tyran; le people et l'armee, don't nous sommes les organes,
proclament le general Henry Christophe, chef provisoire du
gouvernement haitien, en attendant que la constitution, en lui
conferant definitivement ce titre auguste, en ait design la
qualification.
a Donn6 en conseil,a notre quartier-gdndral du Port-au-Prince,
le 16 octobre 1806, an III de l'independance, et de la vraie
liberty le ler.:
(Signe : le ministry de la guerre et de la marine,
Et. Grin; le general commandant la 2e division de l'Ouest,
P6tion; Yayou, Vaval, generaux de brigade; I'adjudant-g6-
neral, chef d'etat-major, Bonnet; Marion, Verret, adjudants-
generaux; Francisque, Laminrre, Sanglaou, colonels; Bois-
blanc, Masson, Derenoncourt, chefs de division; D6marate,
Hilaire, Marechal, J.-B. Franc, Clermont, Quique, Isidore,
Romain, Alexis Lemau, Metellus, Adam, J. Ch. Cadet. Mentor,
Leveille, Levdque, Lesp6rance, chefs de bataillon; Lys, chef
de bataillon d'artillerie; Dieudonn6, commandant provisoire
du Port-au-Prince; Bastien, Baude, Delaunai, Janvier, Cheva-
lier, Jean Langevin, chefs d'escadron; Pitre aine. adminis-
trateur; Noel, president du tribunal de commerce; Moreau,
president du tribunal civil; Fresnel, commissaire du gouver-
nement; Perdriel, Jean, Linard, Medor, Jeanton aine, juges.
Suivent un grand nombre de signatures.,
(Recueil des Lois et Actes, tome ler, p. 152 a 160.)

ADRESSE DE L'ARMEE D'HAITJ

Au General en Chef H. Christophe,
((La tyrannie est abattue avec la tete du tyran! La liberty
renait! Depuis le 17, nous sommes enfin libres Exemple
frappant des revolutions op6eres par le machiavelisme, et qui
prouve qu'un people longtemps sous le joug, ayant connu
une fois ses forces, a.pu se laisser abuser un temps par ceux
qu'il cr7ayit capables dc !~ fair jo'ir du prix de ses efforts,
rza's qu'il n'a jamais ete p,- sib'e de l'aveuglcr sur ses .ve-
r.table;.tee~to, puiintdZcteru pa.? agitations sars cesAe repais-
16a..ij e **. t .*, **'** s .~* <' .A !;- *-"







- 34-


et au terme duquel il serait seulement possible de lui faire
former le temple de la guerre.
( Ces principles que vous avez toujours partages et que vous
avez eu le courage de communique aux gnderaux dans les
temps de barbaric oh le souffle meme 6tait interpr6te et pou-
vait conduire les totes les plus innocentes a l'6chafaud, ont Wte
le feu 6lectrique don't la commotion vient de se faire ressen-
tir d'une maniere aussi forte et qui a tout entrain6 devant
lui,jusqu'au moment of J. J. Dessalines, notre commun oppres-
seur, a cesse d'etre.
((La vengeance est op6r6e et l'arm6e n'attend plus que
que votre presence, pour concourir a la formation du pacte
social qui doit nous lier, d'une Constitution enfin oh chaque
citoyen trouve sa garantie pour sa personnel et le droit sacr6
des propriet6s, 6mane de la volont6 g6n6rale, non pas tel que
cet acte acte informne que nous venons de fouler aux pieds,
fait dans le silence du cabinet, a l'insu de ceux qui y 6taient
interesses, uniquement calcul6 pour flatter les caprices d'un
seul homme, contraire par son texte meme aux principles de
toute 6quit6.
( Si longtemps abuses, nous avons jur6 de ne pas nous
separer que nous n ayons vu proclamer le nouvel acte cons-
titutionnel qui doit nous regir, que nous ne l'ayons approuve
et jur6 de l'observer; et que semblable A l'usage des anciens
guerriers. nous ne vous ayons reconnu publiquement pour
chef du gouvernement et porter sur nos boucliers.
((Satisfaites a l'impatience de vos braves soldats, general,
de tout un people assemble, admirateur de vos vertus, et au-
quel seul manque votre presence dans ces moments d'all&-
gresse.
((Au quarter g6enral du Port-au-Prince, le 21 Octobre 1806.
( Le ministry de la guerre et de marine, E. Grrin; le g6ne-
ral commandant la 2e division de l'Ouest, P6tion; Yayou,
Vaval, g6neraux de brigade; l'adjudant-g6neral, chef de l'e-
tat-major, Bonnet; Marion, Vernet, Lacroix: E. V. Mentor, ad-
judants-gandraux; Francisque. Beauregard, Wagnac, Dieu-
donn6, Lamarre, Sanglaou, J. L. Mentor, Bourdet, Terrien,
MWtelius, Gdeon. colonels; Adam, Cadet, Bastien, Baude,
Aquerre, Fr6deric, Destrade Flambert, Caneaux, Boyer (1)
Lefranc, Lafontant, Borgella, Leveque,Delaunay, Gireaud, Cler-
mont, Bordes, chefs de bataillons; Chervain, commissaire
des guerres; Imbert, Gille fils, Bigot. Castaing, Lamitie, Gar-
del, Silvain. Legendre, Destouches, Dorman, Sabourin, Viau,
Liberal; suiventd 'autres noms obscurs. > ( Madiou, t. 3
p. 337-338.)
Petion integra ainsi la grande pens6e r6volutionnaire, qui
a donn6 tant de grandeur morale et d'1eevation politique a
]'insurrection du Sud que les hommes des Cayes allaient ga-
cher en en faisant une banale sedition militaire,, un simple
1i 'et 5 is EEcyr aq,-, dvi.nt Pr.:dnt d'14tiU, ea 1818 ei
f.a a4 &"a.ia -1 pub -L qu, i (i u usVu'eiili^^'Ci~tCSTtj. : '.-*..,







-35-


changement de tyrans. Ici, la tyrannie est traquee, bafoude,'
jugee et condamnee. Quelques militaires du Sud ont proba-
blement donn6 alors leurs suggestions, a quoi Petion, par
esprit de concession, a cede.
A partir de ce moment, P6tion fait comprendre qu'une cons-
titution liberale et democratique est indispensable. Ce docu-
ment politique extr6mement important appeal ) Resistance d
1'Oppressions a et6 appreci6 avec une logique tres l6ev6e
par B. Ardouin en ces terms ;
( Ce manifeste r6volutionnaire, en enumerant tous lestorts
S de Dessalines, tous les griefs que la nation avait centre son
gouvernement, se terminait do maniere a faire refldchir
l'homme don't le courage et les vertus excitaient 1'admira-
tion. On lui posait cat6goriquement les condition auxquelles
il devait pr6tendre a succdder au tyran; car en le procla-
mant chef provisoire du gouvernement haitien et r6servant a
la constitution projet6e de determiner le titre, la qualification
qu'il aurait, c'6tait presque lui dire qu'il ne serait pas Enzpe-
reur, que l'Etat ne serait pas constitu6 en Empire. H. Chris-
tophe connaissait trop bien les opinions publiques de Petion,
pour se meprendre sur cette declaration. L'arbre de la servi-
tude qu'on se proposait d'abattre ne doit pas s'entendre de
la personnel de Dessalines, mais des institutions despotiques,
autocratiques, qu'il avait fondees pour asseoir son pouvoir,
son autorite.
( Cette declaration faite par la revolution triomphante, renfer-
mait en elle-meme le germe de la gverre civil qui dclata 75
jours apres; car Christophe n'6tait pas homme A se relacher
sur ses pr6tentions a avoir le mdme pouvoir que Dessalines,
sinon Ic mmne titre que lui. Mais que faire dans une telle
situation? Courber lachement ces totes si fires sous le j oug
d'un nouveau despite, lorsqu'elles venaient de s'elever a la
hauteur de la Libert6 et de l'Egalit6 ? On n'expose pas sa vie
en s'armant contre la Tyrannie, pour la livrer ensuite auDes-
potisme. Ce language energique, cette male attitude 6taient
une consequence du triomphe des armes du Sud et de l'Ouest,
mais cela ne prouve pas, come le pense M. Madiou, que;
( presque tous les signataires de cette piece, qui fut publiee
a l'6poque en proclamant le general Christophe chef provi-
soire du gouvernement, avaicnt deja I'arriere-pensee de l'a-
battre a la premiere occasion favorable. Ils violentaient leurs
sentiments en d6clarant solennellement que depuis longtemps
ils admiraiePt ses vertus, etc. (1)
S (Apprecier ainsi ce fait historique, c'est, ce nous semble,
s'exposer a faire imputer a ces revolutionnaires de 1806 un ca-
ractere de perfidie qu'ils n'avaient pas, des intentions de-
loyales don't ils n'etaient pas animes; autant vaudrait-il dire,
que, chaque fois qu'un people se donne un chef, il se pre-
pare a I'abattre. Quel est le chef qui puisse ignorer qu'il est
dans les attributions sonveraines du peuple de le dsposer;,


J)- Histoire d'Hait. t ;3, p 647


-4







88-

lorsqu'il meconnalt lui-meme ses devoirs envers ]a soci6te ?
C'est la condition ndcessaire de son 6elvation au rang supreme,
a cette position oi il est plac6 pour faire preuve de vertus
sur lesquelles on compete. En parlant de celles de Christophe,
on lui disait en d'autres terms: ( Montrez-en a vos concit6-
yens, vos 6gaux en droits, et ils poseront sur votre tete la
couronne civique,-celle qui fait jouir de 1 amour du people.
de la vraie gloire et de la c6l6brit6, sinon de l'immortalit6. >
( D'ailleurs, par quel motif les signataires de la a Resistance
a l'Opprssions auraient-ils eu l'arriere-pens6e d'abattre
Christophe ? S'ils avaient eu confiance en Dessalines pour
se placer sous ses ordres, apres tous les crimes qu'il avait
commis dans la guerre civil du Sud, pourquoin'en auraient-
ils pas eu en Christophe qui en commit moins que lui ? De-
puis la lutte commune centre les Frangais, tout le passe avait
Wte oubli6 de part et d'autre dans 1'interet general (1). Pen-
dant le regne de Dessalines, Christophe ne s'entourait que
des homes 6claires; son language 6tait conforme a sa con-
duite; il avait lui-mdme provoqu le renversement de l'em-
pereur: on pouvait done espbrer qu'il reconnaitrait la neces-
sit6 des institutions politiques propres a garantir les droits
de tous les citoyens, et c'est pour cela qu'en en parla si fer-
mement dans le manifesto r6volutionnaire. Mais dans le cas
o0 il ne le voudrait pas, on lui faisait entendre avec franchise,
par consequent sans perfidie, qu'il ne serait pas le chef defi-
nitif de l'Etat, sans avoir pour cela l'intention de l'abattre. (2)
C'est dans ce conseil militaire, oA furent adopteesles deux
pieces predcdentes, que le g6enral Gerin fit une proposition
plutot singuliere qui conseillait de se porter avec toute l'ar-
mee reunie au Port-au-Prince jusqu'au Cap en passant par
Marchand, oh I'on pourrait enlever les tresors qui s'y trou-
vaient, puis dans tout le Nord.
<(Le g6enral P6tion, nous dit B. Ardouin, fut d'un avis con-
traire; il n'eut aucune peine a lui.d6montrer, qu'une tell
resolution serait inconsdquente au but qu'on s'6tait propose en
pregnant les armes centre Dessalines;que l'ayant atteint par sa
mort, et proclam6 le g6enral en chef de l'arm6e comme chef
provisoire du gouvernement, il etait a presumer d'abord, que
l'Artibonite et le Nord adh6reraient au renversement de l'em-
pereur come a la proclamation du nouveau chef du pays;
qu'alors, c'etait a Christophe de juger si les sommes existantes
a Marchand devaient y rester ou non, jusqu'a I'achBvement de
la Constitution qui organiserait le gouvernement; qu'en-
suite, il n'y avait pas lieu d'aller imposer la revolution &
des populations qui y 6taient pr6parees plus ou moins, puis-
qu'elles avaient souffert du regime imperial comme celles
du Sud et de l'Ouest; qu'une telle demonstration, enfin,
[1] PF6toA !'avait prove a Cbristophe, en !entrainant centre les
Fran;aiz, ea Il dfIenaaat centre San3-Souci et les Congos du Nord.

2) B. Ardouin, tome 6, p. 349 a 352.







37-
dans la -ville oh siegeait le chef provisoire, meme sur Mar-
chand, lui paraitrait menagante pour son autorit6, ferait sup-
poser des intentions qu'on n'avait pas et alienerait tous les
coeurs qu'ilfallait au contraire r6unir dans un common ac-
cord. (1)
a Le conseil approuva le raisonnement de Petion, base sur
la sagesse. On d6cida alors que ces generaux adresseraient
aussit6t a Christopha, des lettres pour lui notifier sa nomi-
nation, en lui envoyant copie des actes rendus et publics, et
en l'informant de tout ce qui avait Wte fait jusqu'alors.
( Mais, dit M. Madiou a cette occasion, Petion, froid, adroit.
qui dejd songeait d se saisir du pouvoir, fut d'un avis con-
traire (A laproposition de Grrin), et son opinion pr6valut.
C'6tait le plus sur moyen d'6teindre l'influence de Gerin, qui
ne pouvait briller que par des entreprises audacietises. (2)
S(Comme nous serons nous-memes souvent d'un avis con-
traire a celui de M. Madiou, en jugeant les actes et la conduite
de P6tion, A partir de la mort de Dessalines, nous devons de-
clarer ici que, si nous n'avions pas trouve dans l'Histoire
d'Haiti toutes les imputations don't Petion fut l'objet A cette
6poque, nous les eussions reproduites pour avoir l'occasion
de defendre sa memoire. Ainsi, que notre compatriote ne s'&
tonne pas si nous contestons les jugements qu'il aura portes
a son 6gard, d'apres les traditions qu'il a recueillies.
S(Que 'Petion fit froid et adroit, nous n'en disconvenons
pas: froid, par la raison qui dominant toujoursenlui (3) ;
adroit ou plut6t habile, par ses talents politiques, par son
g6nie qui appr6ciait sainement une situation et qui le fit tou-
jours reussir.
( Quand Gerin fit ses objections A Francisque, c'est que,
malgrd sa timerite habituelle, il sentait que cette entreprise
6tait des plus adacieuses: il fallait, en effet, de I'audacepour
y r6ussir, et il remplit, fort bien sa mission. Mais, apres la
reussite, c'6taient la prudence et la moderation qu'elle con-
seille, qu'il fallait pratiquer.
(aEn outre, de quel pouvoir P6tion songeait-il done se sai-
sir, lorsque ses objections a la proposition intempestive de
Grin tendaient d fortifier celui don't on venait de revetir
Christophe ? .n s'y opposanl, il restait encore consequent et
fiddle a l'accord qui avait exist entire lui, le general en
1) A une 6poque post6rteure, on vit ce que produisit de fAcheux
sur l'esprit des populations, une promenade rdvolutionnaire qui,
partant du Sud, parcourut tout le pays.
(2) Histoire d'Haili, t. 3, p, 332. Si GBrin ne pouvait briller que
par l'audace, ce n'est pas faire un grand Bloge de lai. Un chef re-
volutionnaire doit avoir d'autres qualities, pour rester influent sur
le nouvel ordre de choses qu'il veut 6tablir.
(31 La froideur est la plus grande quality d'un home destiWn A
commander. Napolon. -








38 -

chef et Geffrard, a la fete de l'ind6pendance; il etait sincere (1).
Et puis, tous les antecedents de Petion, compares a ceux de
son college, ne parlaient-ils pas assez haut pour l'emporter
sur lui en influence, pour que Petion ne se donnAt pas la peine
d'eteindre celle que Gerin avait acquise tout recemment.
( 11 est des homes qui se dem6 nent, qui se battant les
flancs pour arriver au pouvoir, qui reussissent quelquefois,
sans grand honneur pour eux [nous n'entendons pus sans de
grads honneurs ]. 11 en est d'autres qui n'ont besoin de faire
aucun pas pour y parvenir; lepouvoir vient d eux, au contraire,
comme par une attraction irresistible. Potion 6tait de cette
derniere categorie.
((Malheureusement, G6rin, contrarie dans son project, dans
ses vues, devint des lors le rival jaloux de Petion, don't la
sagesse fut mieux appr6ciee. C'est presque toujours le resul-
tat des revolutions: a peine elles ont triomph6, que la desu-
nion commence entire les vainqueurs. 11 6tait impossible qu'il
n'en fit pas de m6me entire ces deux g6enraux et le chef pro-
visoire du gouvernement (2). Enfin, ils lui 6crivirent chacun
une lettre.))
Nous avons deja reproduit la lettre de Gerin. Voici mainte-
nant celle de P6tion :

( Au quarter general du Port-au-Prince, le 18 octobre 1806
Le general de division Petion, commandant en chef
de la 2e division de l'Oust,
A S. E. le Gen6ral en chef de l'armee d'Haiti, Henry Christophe
General,
Echappes des coups destructeurs que les agents d'un gou-
vernement ingrat et barbare frappaient sur les habitants de
ce pays, nous avions cru devoir confier les moyens de notre
restauration entire les mains d'un homme, qui par ses dan-
gers personnel et sa propre experience, aurait pu, avec
sagesse fixer encore le bonheur parmi nous. Lorsque abusant
de notre patience, il forqa nos volontes, en couvrant sa tote
de l'6clat du diad6me, nous pmies penser qu'au faite des
grandeurs et de la puissance, il aurait reconnu que son pou-
voir etait 1'ouvrage de nos mains et le prix de notre courage;
il paraissait meme s'en s'6tre penetre et nous espirions qu'd
l'abri des lois, nous aurions pu jouir, dans un 6tat paisible, de
tous les sacrifices que nous n'avions cess6 de faire depuis si
1) Si l'on veut nier cet accord, cette conjuration, le merite de P6tion
n'en sera que plus grand, lorsqu'il repoussait la proposition de G&-
rin; et quant A ce dernier, il suffit de lire ses lettres des 12 et 18
octobre A Christophe, pour reconnaitre son inconsequence, lorsqu'il
voulait empi6ter sur l'autorit6 de ce chef.- B. Ardouin admet done
aussi, comme Madiou, la non-participation de Petion.
(2) Tout chef de gouvernement qui est renvers6 du pouvoir, pent
se console d'avance, par la certitude de ce r6sultat qui ie manquera
pas de surveair entire ses adversaires, sinon ses ennemis.









longtemps. Quel en a 4t le resultat, ge4nral. A peine a-t-il
senti son autorite affermie, qu'il a oubli6 tous ses devoirs,
et qu'au mepris des droits sacrds d'un people libre, il a cru
qu'il n'y avait de veritable jouissance que dans celle exercge
par le pouvoir le plus despotique et la tyrannie la plus pro-
noncee. Nos caeurs ont longtemps genii, etnous n'avons em-
ployd que la soumission et la docility pour le ramener aux
principles de justice et de moderation avec lesquels il avait
promise de nous gouverner. Son dernier voyage dans la parties
du Sud a enfin d6voile ses projects, mnime aux yeux les moins
clairvoyants, et nous a prouve qu'il ne nous restait d'autres
moyens de conservation pour nous-mimes, et pour nous oppo-
ser aux attaques de l'ennemi exterieur, que de nous lever en
masse, si nous voulions eviter une destruction prochaine et
resolue: ce movement spontane, 1'elan de nos cours oppri-
mes, a produit un effet aussi prompt que celui de l'dclair.
Dans peu de jours, les deux divisions du Sud ont ete debout;
rien ne devait arreter cette irruption, puisqu'elle 6tait un
mou vement aussi just que sacr6, celui des droits du citoyen
imp unbment violes. Nous avons joint nos armes i celles de
nos freres du Sud. P6netree des memes sentiments qu'eux,
I'armee r6unie s'est portde au Port-au-Prince, dans l'dtat le
plus admirable et la plus exacte discipline, en respectant les
propridtes, sans que le travail de l'agriculture ait ete deranged
un seul moment, ni que le sang ait Wet verse.
( La Providence, qui est infinie dans ses decrets. s'est plue
& se manifester dans une aussi just cause, en conduisant notre
oppresseur au sort qui l'attendait, et lui a fait trouver le
chitiment de ses crimes aux pieds des remparts d'une ville
ot il venait avec des forces, pour l'inonder du sang de ses
semblables, puisque, pour nous servir de ses dernieres expres-
sions, il voulait regner dans Ic sang.
((Nous n aurions pas acheve notre ouvrage, g6enral, si nous
n'avions ete penetr6s qu'il existait un chef fait pour comman-
der a l'armee avec toute la latitude du pouvoir don't il n'a-
vait eu jusqu'a ce jour que le nom. C'est au nom de toute
cette armee, toujours fiddle, obeissante, discipline que nous
vous prions, de prendre les renes du gouvernement et de nous
faire jouir de la plenitude de nos droits, de la libertM, pour
laquelle nous avons si longtemps combattu, et d'etre le ddposi-
taire de nos lois, auxquelles nous jurons d'obdir, puisqu'elles
seront justes.
(J'ai l'honneur de vous saluer avec un respecteeux atta-
chement,
(Sign ) POTION
((Si Petion ne voulut pas consentir B la march de l'armee
dans l'Artibonite et le Nord, il terminal sa lettre n6anmoins
de mani6re & prouver au chef elu par elle, qu'elle pouvait etre
facilement mise en movement. Christophe dut se faire relire
cette lettre plusieurs fois; car il suffit de la compare & celle
de Gerin, 'pour comprendre l'extreme difference qui existait.










entire 1'esprit et le jugement de ces deux g6neraux. Celle de
Gerin, qui prend toujours la quality de ministre, nous semble
d'un homme qui vise a se faire maintenir dans cette charge
6minente, en prodiguant I'Excellence a H. Christophe. tandis
que Petion ne lui donne ce titre qu'une fois, et qu'il lui parole
sans cesse de lois, de droits sacres du citoyen, d'un people
libre, de liberty, qu'il jure d'obdir aux lois, etc...
(Apfres avoir renpli envers Christophe ce devoir militaire
et politique, Petion reconnut qu'il avait,un devojr de convo-
nance a remplir aussi envers la Veuve de Dessalines, don't
il admirait les vertus privees; il lui adressa la lettre suivante :

((Au quarter g6enral du Port-au-Prince, le 19 octobre 1806.

Le g6enral de division Petion
A Madame Dessalines.
Madame,
((Toutes les lois de la nature les plus sacrees, violees par
celui qui porta le nom de votre 6poux; la destruction g6enrale
des v6ritables d6fenseurs de l'Etat, don't l'arret 6tait sorti de
sa bouche coupable; l'exces du crime, enfin, a fait courir aux
armes tous les citoyens opprimes, pour se delivrer de la ty-
rannie la plus insupportable. Le sacrifice est consomme, et
la memorable journee du 17 avait ete fixde par la Providence
pour le moment de la vengeance. Voil, Madame, le tableau
raccourci des derniers 6v6nements, et la fin de celui qui pro-
fana le titre qui l'unissait a vous.
((Quelle difference de la vertu au crime! Quel contrast!
A peine respirons-nous, apres la grandeur de nos dangers,
qu'en levant nos mains vers l'Essence supreme, votre nom,
vos qualities inestimables, vos peines, votre patience A les
supporter: tout vient se retracer a nos ceurs et nous rappeler
ce que le devoir, la reconnaissance, 1'admiration nous inspi-
rent pour vous. Consolez-vous, Madame, vous etes au milieu
d'un people qui consacrerait sa vie pour votre bonheur: oubliez
que vous fiutes la femme de Dessalines, pour devenir l'6pouse
adoptive de la nation la plus g6enreuse qui ne corinut de
haine que centre son seul oppresseur. Vos biens, vos proprie-
tes,tout ce qui vous appartient, ou sur quoi vous avez quelques
droits, sont un depot confie a nos soins pour vous le trans-
mettre dans toute son integrity; ils sont sous la sauvegarde
de l'amour de vos concitoyens. C'est au nom de toute l'armee,
don't je me glorifie d'etre aujourd'hui l'interprete, que je vous
prie, Madame, d'agreer l'assurance de mes sentiments qui
l'animent pour vos vertus, et don't les traits graves dans tous
les coeurs ne pourront jamais s'effacer.
a J'ai l'honneur de vous saluer avec respect,
(Signe) PtTION(1)
(1 Cette lettre, celle A Christophe et la Risistance & l'Oppression \
real kcrites par Sabourin, qui des lors, fat attacbht Potion et A sa
politique.









a La nouvelle de la mort de Dessalines avait franchi les
distances avec une rapidity extraordinaire; le 19 octobre,
Christophe eu 6tait informed par des lettres du colonel Pierre
Toussaint, de Saint-Marc, et du g6enral Vernet, de Marchand.
u Nous avons dit qu'instruit de l'insurrection du Sud par
l'Empereur, il se prepara & inimoler Capoix; mais il ne pou-
vait commettre cet attentat, que s'il apprenait le succes des
insurges. Et nous croyons que M. Madiou se trompe, en di-
sant que: ( Christophe, des les premiers jours d'octobre, avait
su qu'une r6volte dut 6clater contre Dessalines dans l'arron-
dissement des Cayes, etc.(1))).
(Qui se serait aventur6e Ini donner un tel avis? il n'en
savait rien, de mmme que Petion. L'un et l'autre pouvaient
conjecturer a cet 6gard, mais sans avoir une certitude.
((Mais, en apprenant la mort de Dessalines, il rdsolut de
de mettre de suite a execution ce qu'il avait medite. Pour un
tel acte, il avait besoin d un homme devoue, imbu ddjs de
ses projects de conspiration avec Geffrard et Petion: le gene-
ral Romain etait cet homme, par qui il avait eclair6 ces deux
generaux a Marchand, le ler janvier. 11 le manda aupres de
lui, ainsi que le general Dartiguenave, commandant de l'ar-
rondissement de la Grande-Riviere, sur la docility duquel il
ne pouvait que computer en cette circonstance. Voici sa leltre
a Remain:
S(C'est avec des larmes de sang, g6enral, que je vous ap-
prends que je viens d'6tre inform par S. E. le ministry des
finances et par le colonel Pierre Toussaint, que S. M. l'Empe-
reur vient d'treassassind;il a commence a sefbattre depuis l'ha-
bitation Sibert jusqu'au Port-au-Prince, croyant que les troupes
et les habitants de cette ville 6taient pour lui; il y est arrive,
mais, helas! il n'y a trouv6 q ue la mort.
((En consequence, au requ de lapr6sente, rendez-vous sans
delai auprss de moi, et laissez le commandement au g6n6ral
Guillaume. Recommandez bien a Pourcely de faire maintenir
l'ordre dans cette demi-brigade (la9e ) Je vous attends.
(Sign : Henry CHRISTOPHE. )
((Romain etait au Port-de-Paix. On voitce que craignait
Christophe, au moment ofi il allait faire tuer Capois; ils'ap-
puyait surtout sur Pourcely, colonel de la 9e, pour coritenir
ce corps qui aimait ce g6n6ral et qui pouvait s'exasperer,
quand il apprendrait sa mort.
S(Capois 6tait en ce moment en tournee vers Ouanaminthe.
Christophe l'avisa de la mort de Dessalines, en l'appelant
au Cap, des que Romain et Dartiguenave y furent rendus,
afin de se reunir a lui pour aller venger cet attentat. Mais il
envoya ces deux generaux a la tte d'un detachement-de dra-
gons et de leurs nombreux guides,lui tendre une embuscade,
au Fosse-de-Limonade, avec ordre de le .me~tre A mart.
Capois y arriva avec ses guides et ses aides-de-camp, Bbttei,
) Hist..d'Ha fti, t. ,p. 17. .








-42-


Placide Lebrun et Bl6air; voyant Romain et Dartiguenave,
a pied, sur la route, et ne se doutant pas de leur mission, il
s'arrita pour s'informer d'eux des circonstances de la mort
de l'empereur; il s'y preterent de bonne grace, et Capois
descendit de cheval. Alors, a un signal de Romain, satroupe
parut en mnme temps que 1'adjudant-g6neral Gerard saisissait
le sabre de Capois. Celui-ci reconnut I'inutilit6 de la resistance,
mais il dit a Romain, que Christophe etait heureux de lui
avoir tendu ce piege; car il lui aurait fait sentir lavigueur de
son bras. Romain ordonna sa mort, et on letua a coups de pis-
tolets et de sabres. (1)
((Ainsi perit le h6ros de Vertieres, don't la bravoure excita
l'admiration de Rochambeau et des troupes francaises. Qua
d'evenements tragiques depuis cette memorable journee du 18
novembre 1803 Que d'autres a raconter encore!... ) (Ardouin,
t. 6, p. 352-362.
De plus, voulant 6viter un malentendu don't les consequen-
ces seraient toujours facheuses, Petion reunit un conseil mili-
taire a qui il fit part de ses idbes politiques sur l'Ftablisse-
ment d'un gouvernement republican comme nous venons de
le dire plus haut. Tous adh6rerent a ce programme et suivirent
son conseil d'envoyer au Cap une d6elgation aupres de Chris-
tophe, afin de lui offrir solennellement ]a premiere magistra-
ture, comme les r6volutionnaires du Sud l'avaient du reste deja
consacre, conform6ment a l'origine de cette t6n6breuse conspi-
ration due a l'ambition de Christophe. C'6tait une fagon de
donner a Christophe toutes les satisfactions et de lui retire
tout pr6texte a des reactions violentes, Ce fut une attitude
pleine de sagesse politique et de conciliation patriotique.
Le g6enral Bonnet, aide de camp de Petion, fut choisi comme
president de cette delegation qui laissa par mer le22 octobre.
II avait regu des instructions de Petion d'avoir a propager
les principles r6publicains parmi les populations du Nord et de
les pressentir de la n6cessit6 d'une constitution lib6rale et de-
mocratique. La d1l6gation arrival au Cap le 26 octobre. Toute
la population du Cap en qu6te de nouvelles descendit au bord
de mer et se pressait sur les pas des d6elgues pour entendre
leur parole.
Les d6elgues ex6cuterent minutieusement les instructions
de Potion; ils dirent comment Dessalines avait ete renvers6
'11 Je relate la mort de Capois d'apr6e des notes que j'ai sur cet
6venement. M. Madiou pretend qu'il eut lieu le 8 octoble, et que Chris-
tophe fit rdpandre le bruit au Port-de-Paix quc c'dtait par ordre
de Dessalines. L'6crit public public par P6tion le 17 janvier 1807,
semble admettre aussi cette version; il y dlt: a Si vous n'avez pas
6te direetement l'auteur de la mort du general Capois, qui venait de
combattre les Espagnols A la frontiere, au moins vous en avez et6
l'instrument; et certes, vous pouviez le sauver i. Ce qu'en dit P6tion
prouve qu'on ne savait pas alors les vraies circonstances de cetassas-
sinat; mais la lettre de Christophe A Romain, qu'il appela au Cap
*ainsi que Dartiguenava m'a fait prAferer la version qui assigned la mort
le Capois apres celle de Dessalines. i.--B. Ardquin.









pour sa tyrannie ils firent comprendre que ledespotisme ne
pouvait plus continue dans le pays, parce que trop de maux
en dtaient results, et qu'alors un syst6me liberal d'ordre
republican allait 6tre pr6conis6 pour r6pandre le bonheur et
la prospdrit6 dans le people, etc...
Apres avoir entendu ces paroles g6nereuses, les hommes du
Cap qui 6touffaient d6ej sous I'autocratie de Christophe, ne
manquerent pas de sourire devant I'illusion des hommes de
l'Ouest et du Sud et dirent sans ambages aux delegu6s : ( Vous
autres,vous avez abattu Dessalines, et vousavez laissd Chris-
tophe qui promet un gouvernement plus sanglant que ceux de
Totssaint Louverture et de Dessalines, que croyez-vous done
avo ir faith ? )
Ces paroles, qui ont ete recueillies et transmises h la postd-
rite par le general Bonnet, op. cit., p. 144; par Thomas Ma-
diou, t. ll, 2e ed., p. 306 ; et par B; Ardouin, 1. VI, p. 411, -
ces paroles meritent d'etre revenues et bien m6dit6es. Elles
prouvent.comme I'a dit B. Ardouin,qu' ( au fond de leurs coeurs,
les citoyens 6claires du Nord,comme ceux de l'Artibonite,6taierit
satisfaits de la fin du regime tyrannique de Dessalines. )
Elles 'prouvent encore que le Nord avait desapprouve la
conduite 6goiste et tyrannique de Toussaint Louverture, qui
subit, a cause de cela, une disaffection g6enrale dans les der-
niers temps de son gouvernement. Elles prouvent enfin que
le Nord d6testait le regime Christophe et eit 6te bien content
de voir abattre aussi Christophe, car le Nord savait que le
gouvernement de Christophe sera pire que celui de Dessalinas
et celui de Toussaint Louverture. Les hommes du Nord ont
done affirmed que la tyrannie de Christophe sera la pire.
Les hommes du Nord de cette 6poque avaient bien raison;
ils avaiant du bou sens et de ]a dignit : en tenant ces propos
amers au general Bonnet, il savaient ce qu'ils disaient, ils
respectaient le passe et ses lemons; ils respectaient l'histoire.
Ces propos amers et si v6ridiques et si pleins d'enseigne-
ment meritent qu'on s'y arrete un peu. pour r6flechir, pour
mediter, pour comprendre. Ouvrons une parenthese.
Christophe commandait provisoirement la place du Cap
apres la mort .de Pierre Michel, accuse d'avoir voulu prendre
les armes en faveur de Rigaud, lors de la lutte entire celui-ci
et Toussaint Louverture. Pour se faire bien voir de ses chefs,
Christophe ordonna, au Cap, de nombreuses executions som-
maires qui firent fremir la ville. La manoeuvre reussit tres
bien. Ces executions resterent impunies, et furent la cause
qui le fit appeler par Toussaint au siege de Jacmel, ofi il se
montra parfois irreverencieux a l'6gard de Dessalines, son
sup6rieur hierarchique.
Saint-Remy nous apprend que (presque toujours battu par
les troupes que commandait P6tion dans cette meme place, il
(Christophe) ne se signal dans cette guerre que per 1'dgor-
gement des prisonniers et l'encombrement du puits de l'ha-
bitation Oge au moyen de femmes et d'enfants qu'ily fit pre.,
Oipiter vivants. D'apresM. Madiou, Jacmel, cette ville si int$









ressante... n'eft bte aujourd'hui qu'un monceau de ruines,
car apres 1'6vacuation op6r6e par P6tion, Christophe allait
la fair raser, sans l'opposition de Dessalines...o (Saint-R1my,
Pdtion et Haiti, t. IV. p.152-153.)
Ensuite toute la colonie, les homes du Nord surtout, sa-
vaient que les tripotages de Christophe avaient ete pour beau-
coup dans 1'assassinat du valeureux general Moise, neveu de
Toussaint Louverture, par son oncle. Le general Christophe
ambitionnait.la place de Moise, et l'eut en effet, apres la mort
de celui-ci.
Uu autre grief des hommes du Nord centre Christophe, c'est
I'assassinat de Capoix, du h6ros de Vertieres. Tous les hommes
du Nord, autant de tmmoins oculaires et auriculaires, savaient
-trs bien que le g6enral Christophe 6tait l'auteur de cet odieux
assassinate, qui faisait parties du plan de conspiration que le
dit Christophe, traitre envers son bienfaiteur, avait ourdi centre
1'Empereur Dessalines. Tout le Nord, tout le pays savaient
que Christophe trahisssait l'Empereur, aprds qu'il eit trahi
Toussaint Louverture, son premier bienfaiteur. Le cadavre
de Capoix-la-Mort 6tait encore fumant. Christophe venait de
tremper ses mains dans le sang de Capoix, il y avait a peine
huit jours quand le g6enral Bonnet d6barqua au Cap.
D'accord avec les principles de l'art militaire, Saint-R6my
repro.be & Christophe d'avoir abandonn6 purement et simple-
ment le Cap sans avoir essay de le d6fendre par les armes
contre l'exp6dition de Leclerc. Ensuite, c'est la trahison
envers Toussaint Louverture, trahison qui souleva une indi-
gnation g6enrale.Enfin, Saint-Remy rappelle que Christophe ne.
se jeta dans le parti de l'inddpendance que sur les solicitations
de Pdtion et qu'ENSUITE POUR NE PAS SUCCOMBER SOUS
LE POIDS DES INIMITIES DES GENS DU NORD, il fut oblige
de se retire aux Gonaives.'(op. cit., p. 153 a 154,t. IV).-
Christophe 6tait done detest6, meprise dans le Nord'comme
un buveur de sang, comme un assassin, comme un traitre.
Les gens du Nord de cette dpoque qui l'avaient suivi de pres
depuis les premiers troubles ,revolutionnaires de la celonie
connaissaient tres bien Christophe avec tous ses crimes et
avaient les meilleures raisons de faire comprendre au gene-
ral Bonnet, que la revolution du Sud avait commis une erreur
en n'abattant pas Christophe en meme temps que IDessalines,
parce qu'il promettait un gouvernement plus sanglant que
que ceux de Toussaint Louverture et de Dessalines. Saint-R1my
a ainsi donned les raisons puissantes que les gens du Nord
avaient pour detester Christophe et desirer sa mort pr6matu-
ree pour le bonheur de la communaute haitienne. (1) Les gens
(1) Malheureusement, les gens du Nord d'aujourd'hui, don't les p6res
ont t6 si profond6ment demoralises par la tyrannie 6pouvantable de
Christophe, oublient l'histoire d'un cceur 16ger. 11 n'y a lA rien de sur
pregnant: c'estla projection lointaine d'une h6erdite psychologique fu-
neste acquise sous -'influence de la terreur abrutissante. Lesgens de
"Jaemel ont aussi oubli6 P'histoire, en donnant le nom de Toussaiint Lou-
-Verture 4 l'ancienne Plase d'Armes de cette ville, laq.uell.e n .m#-







-45-
du Nord avaient bien fait de prevenir ainsi Bonnet; c'talt
comme s'ils s'en 6taient ouverts & Petion qu'ils connaissaient.
aussi bien depuis octobre 1802.
Cet avertissement si veiidique donn6 par .les homes du
Nord au g6enral Bonnet traduisait, certes, leurs sentiments inti-
mes et refldtait certaines v~llit6s reactionnaires dans le but
d'abattre Christophe que la plupart d'entre eux d6teslaient
avec un sentiment patriotique qui voulait empecher Faction
de ce fleau venu, par le plus maudit des hasards, de File de
Saint Christophe, colonie anglaise, sur les rives de la colonie
de Saint-Domingue. II parait qu'il se format une trame secrete
dans le Nord, au Cap, pour se ,dfaire de Christophe et 1'emp6-
cher de prendre ce pouvoir que l'on redoutait, parce qu'on
6tait persuade qu'il promettait un gouvernement plus horrible
que celui de Toussaint Louverture et'de Dessalines.
On en a une preuve dans les scenes machiavdliques que fit
le gdenral Christophe au gdenral Bonnet a propos d'Etienne
Mentor. Aprbs avoir dit a Bonnet qu' il 4tait fdchg qu'on eat
dpargnd Mentor et qu'on eAt df l'edecuter ou le ddporter,
il prit une attitude sombre et lanQa des invectives remplies
du prejug6 de couleur, quand le lendemain la nouvelle
de la inort de Mentor fut arrive au Cap; il attribua I'in-
surrection du Sud et de I'Ouest a l'ambition; il dit qu'on en
veut aux noirs. Toujours I'dternelle question du prejug6 de
couleur, cette-arme politique terrible que Christophe ne man-
,qua jamais de brandir a chaque occasion qui se prdsente ou
qu'il cree par mcchancetd. Christophe ne se content pas de
lancer cette perfidie en public; il va a plusieurs officers, et
dans un language reticent devenu encore plus redoutable, leur
distille a mots couverts l'horrible infamie du prdjugd de cou-
leur : con en veut aux noirs, car ona assassin Mentor...x
Le lendemain, le perfide cynique made Bonnet au palais
et lui tient un language aussi perfide: ( On a bien fait d'avoir
a sacrifid Mentor; c'dtait un grand ambitieux. Mais je suis
a forced de condamner ce fait en presence de ces brigand*
a qui m'entourent: si par mes paroles, je ne les contenais pas,
c its se livreraient d toutes sortes d'exe6s et tenteraient de
m'assassiner. Hier, je n'ai entendu blAmer ni vous ni P6-
ation) (B. Ardouin, t. IV, p. 414)
Perfide et cynique! Le chef provisoire du gouvernement
a dt6 oblig .de changer de language, quand il a vu l'attiude
ferme de Bonnet qui eut le courage de luirappeler, ce qu'il
lui avait dit hier 4 la citadeile, a I'egard de Mentor. Outr6
d'une telle perfidie, Bonnet ne put se contenir et se d6fendit
K avec vigueur en ces terms et avec lui I'insurrection: o Je n'ai
recu aucune depeche qui announce que Mentor a 6t6 tue,
( lui repondit Bonnet, mais si Mentor a e6t tue, c'est bien cer-
moire du siege.heroique soutenu par P6tion centre Toussaint Louver-
ture, devrait'ptutat s'appeler Placs'Alecxndrc Pdiion. 11 n'estpas trop
tard pour bitn fare, c'e.t-a-dire ponr apore4ire 1'tlistoire. 'heles
Ja~6n1iens d aujourd'hui veuiller.t bien relire !e glorieux 6pisode ~4
siege deJamel, 1?-9-1800, don't lPdjudant`4naerai Alexandie R *








-46 -
t tainement par ce qu'il aura'chercbe h faire une contre-revo-
( lution. Du reste, je ne comprends pas vos paroles.Nem'a-
" vez-vous pas dit vous-nmime que Mentor etait un scdlerat, que,
Spuisqu'on l'avait 6pargne, vous ne series pas plus mechant
( que les autres! Vous saviez ce don't il etait capable ? d'oa
vient aujourd'hui l'intertd que vous lui portez ? Nous etions
( au nombre de vingt-millehommes sous les murs du Port-au-
a Prince, apres avoirabattu Dessalines,rien nes'opposait a nos
aprogresvers leNord; sinous nous sommes arrdets etsinous
((vous offrons la premiere magistrature, c'est du plein gr6
a des chefs qui nous dirigent.)
(( La stupeur etait g6narale, l'inqui6tude 6tait peinte sur tous
les visages, on redoutait un eclat; Christophe garde le silence,
Un instant apr6s,il se retira dans son cabinet, manda suc-
cessivement plusieurs personnel, etenfin fit appeler le gen6-
ral Bonnet. Celui-ci s'attendait a une explication violent.
Quel ne fut pas son 6tonnement en entendant Christophe lui
direavec un came parfait: v(ll ne faut pas prendre pour vous
(( ce que je viens de dire; ces paroles sont d l'adresse de
acette canaille qui noits environne: si je ne leur parlais pas
( ainsi, ils se lIveraieht bient6t, me couperaient le cou, et vous
tueraient a volre toar)). 11 se mit ensuite a causer familiere-
inent avec Bonnet...o (Souvcnirs Historiques deBonnet,p.146)
Perfide et cynique! D6masqu6 par Bonnet, le general Chris-
tophe se confond lui-m6me, et en se confondant ainsi ilsou-
leve un petit coin du voile secret qui cache ses t6enbreux
desseins et ses apprehensions.Comme le dit B. Ardouin, t.VI,
p. 414 ail r6sulte clairement de toutes ces scenes machiave-
liques qne Christophe etait plus preoccupe de dbjouer les
projects qu'il redoutait dans le Nord, qu'il n'avait de crainte
par rapport a Pition et Gerin,et aux officers du Sude,
On ne saurait mieux faire connaitre les intentions secretes,
mais timides des homes du Nord d'abattre Christophe pour
6viter au pays d'avoir un gouvernement plus sanglant que
celui de Toussaint Louverture. Christophe avait done, a ce
moment-la,des apprehensions sdrieuses qui I'ont irrit6 contre
les hommes du,Nord. Et alors, en apart avec Bonnet, il les ea-
lomnie,les traitede brigands etde canaille; il pousse la lache-
te et la felonie jusqu'a faire comprendre a Bonnet que ces
hommes honorables pourraient aussi l'assassiner, apres lui
avoir coupe le cou & lui Christophe! Quelle ignominie! car les
personnel qui se trouvaient au palais de Christophe etaient les
notables civil et militaires du Cap, des gens distinguns, des
bourgeois et des humbles honorables qui s'6taient rendus a
un appel official, come celase voit chaque foisque 1'autorit6
fait une convocation. Et ce sont ces notables du Cap que Chris-
tophe appelle la canaille,des brigands.
Pourquoi, parce qu'il sent que ces gens ne l'aiment pas et
subissent malgre eux sa barbaric. De plus, depuisle s6jour de
Bonnet au Cap, les populations et les militaires ne parlaient
que de constitution, de droits de l'homme, de la trop grande
avirite.du code pendi militaire, d'un gouz;e:zri: t demoeva-
ri-S, de l'gzlitt senire' le# ciyc* r.s. (:MadouI, t- 2eB2- 4Jl







- 47--


p. 312) C'est eet esprit nouveau qui indisposait encore plus
Christophe et qu'il qualifiait d'esprit d'insubordination.
Avant memel'arriv6e de Bonnet, il-semble certain que les
hommes du Nord eurent la vellite d'abattre Christophe pour
empecher le retour d'un despotisme plus cruel que ceux de
Toussaint Louverture etde Dessalines.
D'apres Madiou, il y avait une grande fermentation dans
l'Artibonite avant meme qu'on y eiit appris la mort de Dessa-
lines. 11 faudra touted la cruelle 6nergie de Christophe pour la
contenir et I'isoler de l'esprit rdvolutionnaire.(t.Ill, le 6d.p.
332) En reality, 1'Artibonite, toujours considered comme la pre-
miere division, I'avant-garde de l'Ouest, a toujours et6 impr6-
gnee de tendances liberales et vouiait d'un regime liberal comme
celui annonc6 par la revolution du Sud.
Selon B. Ardouin, il resulte clairement de toutes les scenes
machiaveliques que fit Christophe a Bonnet pendant la mission
de celui-ci au Cap, que Christophe 6tait plus plus preoocup6 de
d6jouer lesprojets qu'il redoutait dans le Nord, qu'il n avait de
craintepar rapport a Petion et Gerin,et aux officers du Sud. 11 y
avait done une trame secrete dans le Nord, que Chrisophe soup-
connait puisqu'il traite lesCapois qui l'entouraient de brtgands
et d'assassins. 11 dit m6me a Bonnet: (Si par mes paroles, je ne
< les contenais pas,ils se lioreraient d routes sortes d'excis et
( tenteraient de m'assassiner ).
Ce sont des accusations formelles. D'autre part, Madiou nous
apprend qu'il y avait beaucoup de m6contents dans le Nord et
l'Artibonite, mais que les habitants de ces deux provinces de-
meuraient prdts A obeir a Christophe.(t.1ll,2e ed., p. 308)
C'est encore Madiou qui nous apprend que ((depuis le stjour
de Bonnet au Cap, 1'esprit d'insubordination avait penetrd dans
les troupes; elles ne parlaient que de Constitution, des droits
de I'homme, de la trop grande severit6 du Code penal mili-
taire, d'un gouvenuement d6mocratique et de l'6galit6 parfaite
qui dft exister entire les citoyens. Christophe 6tait oblige
d'exercer de grandes rigueurs, de commander des executions
exemplaires en tete de l'arm6e.
( Le 3 novembre 1806, il adressa la lettre suivante au g6en-
ral Romain :
(Je viens, g6nral, de recevoir avec votre lettre du premier
de ce mois le proces-verbal qui a ete dress par le chef du
premier bataillon de la 1re demi-brigade,contre le grenadier
Auguste, convaincu d'avoir tenu des propos tendant a semer
le trouble et la division, et d'avoir assassin le caporal Guil-
laume, son chef. Vous ordonnerez de suite la convocation d'un
conseil special militaire pour juger ce delit, et vousferez fu-
siller ce grenadier a la tete du premier bataillon, apres le
jugement qui aura l16 rendu. )
Comme le fait remarquer Madiou, e'6tait assez dire aux
juges auxquels la lettre fut communique, qu'il n'y avait a
prononcer que la peine capital. (t. 11, 2e ed,. p. 312) A ce
propos, B. Arduuin de remarquer: ((Aulant eutvalu dire a
Rom4ain de fusilier ce grenadier avant 1. jiugeime4nt. '-







-48-


C'est toujours Madiou qui nous fait savoir que at la Grande
Riviere du Nord, la tranquillity .tait menace par d'audacieux
agitateurs. Le g6enral Dartiguenave qui y commandait recut
1'ordre de Christophe de surveiller activement le fort Riviere,
don't les factieux voulaient s'emparer, et de se tenir sans cesse
snrses gardes... Au milieu de tant de difficulties, de tant de
tentatives de revolle (de la part des troupes) Christophe fai-
sait sentir son autorite, et maintenait a force de rigueurs, les
populations qui rongeaient leur frein. ) (t. Ill, 2e Bd., p.314,317)
Tous ces faits prouvent evidemment que les populations
du Nord ont eu le ddsir de se d6barrasser de Christophe pour
dviter une tyrannie plus cruelle que celles de ToussaintLou- '
verture et de Dessalines, selon le mot des notabilit6s du Cap
au general Bonnet et pour aider le Sud et l'Ouest a instaturer
un espritet un regime nouveaux qui 6taient dans la logique des
graves 6v6nements qui venaient de s'accomplir. Toutes ces
velleit6s d'abattre Christophe ne purent aboutir parce qu'il
leur manquait un chef pour les coordonner. Le seul militaire
pouvant prendre en main la direction des m6contents, no.m-
breux tant dans I'artne que dans la population civil, c'etait
Capoix. Aussi, Christophe savait bien ce qu'il faisait en assas-
sinant leheros de Vertieres don't la voix aurait rallied tout le
Nord et I'Artibonite autour de sa personnel pour se debaras-
ser du despite sauvage et barbaresi d6test6.
Mais Christophe, ayant 6tBg6enral en chef de l'armee sous
Dessalines, ayant place dans toutes les localit6s du Nord et
de I'Artibonite, ses creatures d6vouees, Christophe dominant
une organisation forte qui lui permettait de dominer par la
terreur. Aussi il va accentuer son terrorism militaire et poli-
tique; l'armbe elle-meme sera terrorisee par des fusillades
sommaires devant les troupes reunies.Un despotisme plus san-
giant que celui de Toussaint Louverture et que les hommes
senses du Nord redoutaient, nn despotisme plus sanglant est
d6ja en action, faisant du Nord et de l'Artibonite une caserne
ensanglantde et soumise.
Le general Bonnet eut beaucoup de success au Cap et rendit
la revolutionsympathique en d6montrant le patriotism des
hommes du Sud et de l'Ouest qui voulaient lancer le pays
dans la voie du progres moral et de la liberty. Toutes ses con-
versations furent rapportees A Christophe qui en prit ombrage.
Aussi, apres avoir bien accueilli Bonnet, ii voulut le mettre
en mauvaise posture en lui reprochant la mort d'Etienne Mentor.
Bonnet se redressa et lui dit devant toute l'assistance qu'A son
arrive Mentor n'6tant pas encore mort, il se plaignait que
celui-ci eft kete pargne. Confondu et baissant de ton, Chris-
tophe fit appeler Bonnet le lendemain et lui dit, au course d'un
entretien particulier de ne pas se fornaliser et qu'il avait pris
cette attitude pour ne pas etre deborde par la canaille... Quelle
canaillerie tout de mime!
Cependant, cette conduits infamy ne faith que prouver que
Christophe craignait tout dc meme 1a meaortents qui etaieat
Pombreux. d(ug' Is N IA, -lle prove 14 vedjat aies pj"'








-49-


tenus par les hommes du Nord qui 6taient satisfaits du ren-
versement de Dessalines et souhaitaient le meme sort pour
Christophe.
Malgr6 tout, Bonnet remplit trbs bien sa mission et se ren-
dit un compete exact de ia position de Christophe. Celui-ci
comprenant que sa perfidie avait ete demasqude, voulut faire
disparaitre Bonnet: il lui tendit trois embuscades a son voyage
de retour par terre. Mais, des jeunes gens du Port-au-Prince
en garnison au Cap vinrent renforcer son escorted, et Bonnet
S put voyager en sirete. Les trois guets-apens avaient ete poses
au Camp-le-Coq, pros de Plaisance, au Pont-de-l'Ester dans
l'Artibonite, et a la Ravine-Seche. pres l'habitation appelee
Magasin Carries, entire Montrouis et l'Arcahaie. Bonnet, par sa
rapidity et son imposante escorted, y 6chappa miraculeusement.
P6tion fut ainsi renseignO sur les men6es t6n6breuses du
g6n6ral Christophe don't il se m6fiait du reste, connaissant
de tout temps sa duplicity et sa ferocity. Cependant, en sol-
dat loyal, Petion recommanda aux troupes port6es a l'indis-
cipline par l'dtat revolutionnaire 'obeissance absolue aux
ordres du g6n6ral Christophe, chef du gouvernement provi-
soire et general en chef de l'arm6e. (B. Ardouin, t. VI, p. 405
et 410) 11 prit une attitude tres r6serv6e, tout en surveillant
les actes de Christophe. Les ev6nements lui avaient donn6
raison sur Gerin propose de cette march militaire avec les
troupes de l'Ouest et du Sud dans le Nord et l'Artibonite
jusqu'au Cap. Le retour movement etur mu et dramatique du g6nd-
ral Bonnet a bien prouv6 quel tumulte c'eut et6, si on avait
suivi la proposition de G6rin.
Dans la (Redsistance a l'Oppression ), P6tion avait int6gre
la pens6e r6volutionnaire consecutive a la chute de la tyran-
nie de Dessalines dans le sens d'uue grande destinee natio-
nale, telle qu'il I'avait concue en inaugurant, le premier, le 13
octobre 1802, la guerre de l'ind6pendance national haitienne,
c'est-&-dire dans la liberty et la justice.
Le general Christophe ne fut informed officiellement de la
mort de Dessalines que 19 octobre 1802 par les lettres du co-
lonel Pierre Toussaint, de Saint-Marc, et du g6enral Vernet,
de Marchand. Depuis longtemps, il avai t pris la decision d'im-
moler Capoix, qui le gen'it et don't la disparition faisait
parties de son plan de conspiration avec Geffrard. Des qu'il
eit appris la mort de Dessalines, ii se d6cida imm6diatement
a mettre cette idAe a execution. II manda par lettre le general
Romain qui etait au Port-de-Paix, et le g6enral Dartiguenave,
S commandant de la Grande-Riviere.
Cappoix 6tait en ce moment en tournee a Ouanaminthe oil
il venait de reporter une victoire sur les Espagnols de la
parties de 1'Est. Christopho l'appela aupris de lui. Puis il
ordonna aux g6unraux Romain et Dartiguenave d'aller abattre
Cappoix en chemin.La rencontre eut lieu aux Foss6s-de-Limo-
nade, le ui me jour le 19 octobre, tard dans !'apres-midi. En
le.voyank Cappoi.-s s'rrrte; puis, a un signal de R4matin,
lp,&..Voy~~~a. Ca p.- -.......- ui







-50-


Cappoix est fait prisonnier et tude coup de'pistolets et]de sabres.
Christophe donna cette fin tragique au h6ros de Verti6tes.
Afin d'6ter I'ombre de tout soupcon, Christophe ecrit une
belle lettre a la veuve de Dessalines et parole de grands cou-
pables: lui qui avait machine cette conspiration qui avait ren-
verse Dessalines, lui qui venait de tremper ses mains dans
le sang de Cappoix. Le mrhme Christophe, deux jours apres, le
23 octobre, acceptait avec plaisir l'insurrection et traitait
Dessalines d'hydre devorant, de tyrant affreux i Cynisme sans
pareil...
Christophe lui-m6me r6pondit aux lettres de Gerin et de Pe-
tion. II les lit porter au Port-au-Prince, en m6me temps que
I'Acte d'Adhesion du Nord, par son aide-de-camp Saint George
et Bertrand Lemoine, peseur de la douane du Cap.
AuQuarfier g6enral de Milot, le 22 ociobre 1806, an Ille
de I'Ind6pendance.

Henry Christophe, general en chef de l'armee d' Haiti
Au general G6rin, ministry de la guerre.

Mon cher general,
Vos lettres, sous les dates des 12 et 18 du courant. qui ac-
compagnent la declaration r6digee au nom des trois divisions
de l'armee, que vous m'avez adressees, viennent de me par-
venir. L'evdnemenat tragiquc qu'elles m'annoncent, et qu'une
cruelle necessity a amend m'afflige. Jamais I'orgueil et I'am-
bition des emplois ne m'ont domin, vous le savez; lebonheur
de mes concitoyens a toujours ete mon unique ddsir. Rffra-
ye du fardeau que le vceu unanime de mes'freres m'im-
pose, en me confiant les renes du gouvernement, ce ne se
rait qu'avec peine que je l'accepterais, si je n'dtais intime-
ment convaincu que vos lumieres et vos conseils viendront
toujours a mon secours dans les cas urgents.
( J'accepte done cet emploi aussi honorable que p6nible et
difficile. Faites connaitre ces sentiments a l'armee; assurez-la
que le sort du soldat a a toujours ete et sera toujours l'objet
principal de ma plus vive sollicitude.
u(J'approuve les measures sages que vous avez prises, des
qu'elles 6taient necessaires, particulierement pour maintenir
le bon ordre et pour procurer aux deux divisions du Sud et
a la second de l'Ouest les moyens d'habillement et de paie-
ment don't elles avaient tant besoin: j'en ai us6 ainsi pour
le Nord et la premiere division de I'Ouest.
((Pour parvenir a l'6tablissement d'une constitution rege-
neratrice, il est necessaire qu'une assemble, composer
d'hommes les plus notables, les plus 6clair6s et les plus amis
de la chose publique, se r6unisse pour travailler a ce grand
oeuvre. je vous d6signerai le temps, le lieu oa cette assemble
doit se tenir, et la quantity de membres qui doivent y conoourir.








-51-


Vous me trouverez touj'ours dispose a seconder toutes les
measures qui auront pour objet le salut commun.
J'ai I'honneur de vous saluer tres cordialemeut,
Signed: Henry CHRISTOPHE.
11 dcrivit a Ption :

((Mon camarade,
( ( Je m'empresse de r6pondre a votre lettre du 16 (19) cou-
rant, qui vient de m'etre remise avec les exemplaires de la
declaration faite par les divisions du Sud et la 2e division de
l'Ouest.
( Les griefs que vous exposez centre la conduit el les actes
arbitraires don't nous avons Wt les trisiss timnoins et les tristes
victims, et qui nous plaaaient dans un htat de nullitd sous
le r6gne qui vient de passer meritent la plus grande attention
pour assurer l'empire des lois dans le pays. Les measures que
vous avez prises pour le maintien de l'ordre, des qu'elles
6taientn6cessaires. sont sages. J'ai agi de meme ici. en ordon-
nant en ce moment, que les divisions du Nord et la premiere
del'Ouest fussent payees et habillees. Faites connaitre a tous
nos freres d'armes de l'arnne du Sud et de l'Ouest, que j'ap-
prouve la bonne conduite qu'ils ont tenue en cette circonstance,
puisque l'ordre n'a pas Wte trouble: ce qui doit toujours 6tre
la base de notre constitution.
((Le choix qu'ils ont fait de moi,, en m'appelant a la place
honorable et p6nible du gouvernement, impose de grandes
obligations.Personne mieux que vous, mon camarade, ne con-
nait mes principles et mon desinteressement pour toutes espe-
ces d'emplois; il a fallu un aussi puissant motif pour me de-
terminet a accepter ce fardeau enorme, avec la persuasion
que j'ai, que vous concourrez. en vote particulier, d m'aider
de vos lumieres lorsque le bien public l'exigera.
((Je m'6tends plus au long, par cette occasion, avec le ge-
neral Gerin a qui j ecris; je vous prie de vous entendre avec
lui pour maintenir le bon ordre, jusqu'a ce que les lois soient
definitivament organises: ce qui ne doit pas 6prouver de re-
tard.
(J'ai l'honneur de vous saluer avec cousid6ration.
Signed : CHRISTOPHE.

( Par ces deux lettres, nous dit B. Ardouin, il acquiesgait
formellement a l'dvInement tragique qui le placait au pou-
voir: a chatun des deux generaux, du reste, il tintun language
convenable en rapport avec celui qu'ils lui avaient tenu eux-
memes; il ne montra aucune pretention a s'arroger une auto-
rite exorbitante, reservant a la constitution projcte -,de la
fixer, ainsi que V'entendaient les revolutionnaires. Comme
il avait toujours exists entire lui et Petion, plus defamiliarit ..
et d'dc]iange e-btons-prtrce d, qunstreeui'et6rii?; -fin lest"








-52-


pas Atonnant qu'il traitAt ce dernier de general et l'autre de
camarade; il est m6me probable qu'anterieurement, c'ktait
de ce'terme, pris dans le sens d'ami, qu'il se servait envers
Petion. Ces lettres et I'acte d'adhesion furent exp6dies de
suite au Port-au-Prince.) (1)
Maintenant, il imported de signaler un passage de la lettre
datee du 18 octobre 1806 de Petion passage out il faith remar-
quer a Christophe que Dessalines, abusant de la patience des
premiers gendraux de l'arrne, (aoait force leurs volontds
en couvrant sa tete de 1'celat du diadnme). Par la, Petion
fait voir qu'il etait oppose & la forme constitutionnelle de l'em-
pire adoptee par Dessalines, et qu'en faisant cette conces-
sion, ils avaient pens6 que 1'Empereur ((aurait reconnu que
son pouvoir etait l'ouvrage de nos mains et le prix de notre
courage >. Sans doute, pour avoir acquiesce et fait acquiescer
les populations. Et, dans cette meme lettre, en parlant plus
loin des droits du citoyen, Petion donne l'impression qu'il
6tait oppose a une forme monarchique quelconque. La Repu-
blique ger nait depuis lors, et mnme depuis le 13 octobre 1802,
dans son puissant cerveau.
Petion avait ainsi fagonn6 le haut Ideal revolutionnaire et
avait impose a Christophe l'idee d'une constitution sage qui
devait fixer bientCt les droits et les devoirs de tous ( Resis-
tance l'Oppression ). On present l'av6neinent de la D6clara-
tion des droits de l'Homme et du Citoyen. De plus, c'est la
nouvelle Constitution d'un people libre et libere, qui ddsigne-
rait la qualification du titre du nouveau chef de l'rtat.
En effet, I'acte intitule (< Rsistance d l'OpPrression avait
formula toutes les causes qui avaient provoqu6 la prise d'arnes
du Sud, at annongait des lors une nouvelle Constitution. C'est
cet acte, le premier, qui ratifia le choix deji fait par les re-
volutionnaires du Sud en la personnel du g6ndral Christophe
comme-chef provisoire du gouvernement haitien.
La mission du g6enral Bonnet avait bien r6ussi en ce sens
qu'il avait fait pnetrer dans les populations du Nord les idees
liberales que Petion avait integr6es dans la revolution du
Sud, des que celle-ci fut installee au Port-au-Prince. Or, Chris-
tophe avait des idees tout-h-fait opposees,coinme leshommes
du Cap l'avaient gliss6e l'oreille de Bonnet. Christophe ddsi-
rait un gouverpement absolutiste don't il serait le seul chef
souverain come Dessalines. La propaganda lib6rale de Bonnet
ne pou.vait done pas lui plaire. Aussi, se mit-il en measure
immediatement de contrecarrer tous ses effects. En voulant, en
trois fois, faire assassiner Bonnet. il ne faisait que preluder
a ses vengeances. Bonnet 6tait a peine parti, le 2 novembre,
qu'il emit, A cette m6me date une proclamation au peoplee et
a l'arm6e, oi il insistait surtout sur l'ob6issance aux auto-
rites et la discipline militaire. C'etaient assur6ment des con-
seils salutaires en une periode de crise. Si le chef provisoire
(1) ChristoDhe les ft imprimer et repandre dans le Nord et l'Arti-
poaijte, eg eiYovaat jde qe ipxla-es au :deuA geieta4.









du gouvernement s'en 6tait tenu 15, c'eit Wte parfait. Mais
il profit de cette premiere conversation' publiqua avec le
people haitien pour faire des insinuations perfides, des sug-
gestions et des provocations regrettables. La derniere parties
de cette proclamation tendancieuse finissait ainsi:
( Militaires de toutes armes. habitants de tous etats, pen6-
trez-vous bien de la necessity d'une rigoureute obeissance
aux lois. S'il est au milieu de vous des agitateurs, des stipen-
dies de nos ennemis, des traitres qui chercheraiant a d6truire
vos principles sachez les connaitre; mettez le gouvernement
i m6me de d6truire les pernicieux effects de leurs perfides in-
S situations; confiez sans detour a vos chefs, avec la franchise
du veritable Haitien, leurs suggestions astueieuses. Gardez
dans vos ames l'anour de votre patrie, celui de l'ordre; im-
primez-y, en caracteres ineffacables, que le gouveinment veut
le maintien de la plus parfaite union, et le sacrifice de toute
haine, ambition, 'de tout esprit de parti, et n'a d'autre but
que le salut de l'Etat.
On sent bien que tout cela est a l'adresse de la propaganda
liberale faite dans le Nord par Bonnet qui avait recu i ce
sujet des instructions sp6ciales de Petion. Le chef provisoire
du gouvernement se dresse ainsi astucieusement contre les
principles qela revolution qui l'avait porter au pouvoir en vertu
d'un mot d'ordre librement consent, et il venait h peine
d'adhfrer-il y avait settlement dix jours-solennellement
a cette revolution qu'il avait manigancee avec tant d'ingra-
titude centre son chef et bienfaiteur pendant plus d'un an!
L Comme on le constate, le general Christophe acceptait lar6vo-
lution, oeuvre de ses complices a la condition que le pays
fit sa chose. Autrement, tout en gardant le pouvoir, il 6tait
decide a imposer sa seule volont6, c'est-a-dire le pouvoir
absolu. Le g6enral Christophe est deji d6cid6 a 6touffer la vo-
lonte populaire et a prendre la dictature absolutist. Comme
le dit Madiou, ((tout en pubriant de telles pieces par lesquelles
il prechait la discipline la plus s6evre, Christophe s'efforgait
de rdpandre la division parmi les officers g6neraux de l'Ouest
et du Sud, pour qu'il pit les dcraser avec plus de facility .
(Madiou, t. III, Ie ed. p. 351)
Christophe s'est toujours servi de l'odieuse division pour
parvenir a ses fins 6goistes. On peut maintenant mesurer la
faute grave des revolutionnaires des Cayes qui, des le 13 oct9-
bpe 1806, avaient proclame Christophe( le chef supreme de ette
Ite.sous quelque denomination qu'il lui plaise de choisir ). C'-
tait lui apporter la dictature la plus absolutiste sur un pla-
S teau de fleurs. XCette legerete et cette naivete s'expliquent
sans doute en admettant un pacte secret dans ce sens entire
Geffrard et Christophe au moment de leur conspiration. Gef-
frard s'6tait sans doute r6serv6 l'omnipotence dans le Sud
comme une chasse gardie.
Nous avons deja vu comment le general Petion, par aa haute
.agesse politique, r6para l'imprudence et P'6tourerie iTe








hommes du Sud en sauvegardant les droits sacrAs de sescon-
citoyens a la liberty et a la justice, en formulant categorique-
ment les principles d6mocratiques qui devaient conditioner le
nouveau gouvernement, le nouvel ordre politique.
A partir de la proclamation du 2 novembre, tous ceux, civils
et militaires, qui voulaient rester fiddles aux principles de la
revolution formulas par Petion, comprirent qu'ils devaient se
premunir contre la perfidie du chef provisoire du gouverne-
ment; ((et si la guerre civil survint a la suite de ces ma-
neuvres coupables, on ne peut leur reprocher d'en avoir ete les
auteurs)). (B. Ardouin, t. VI, p. 418)
Maniant avec sa cruaute habituelle la division parmi les
Haitiens, chaque fois qu'il en trouvait I'occasion, le g6enral
Christophe profit de quelques tiraillemeuts arrives dans l'ar-
rondissement de LeogAne pour adresser h Yayou qui ycom-
mandait une lettre qui voulait etre amicale pour son destinatai-
re et qui 6tait d'une insigne perfidie a l'6gard des hommes de
l'Ouest et du Sud. Cette perfidie etait d'autant plus odieuse
qu'elle 6manait du chef du gouvernement provisoire don't le
devoir imperieux 6tait derallier les cours, d'amener la fusion
national. 11 fait comprendre i Yayou qu'il doit se m6fier des
hommes de I'Ouest et du Sud qui, disait-il, n'aimaient pas
les gens du Nord : le machiavelisme inqualifiable de Tous-
saint Louverture avait reparu et menacait de tuer la patrie
haitienne.
Yayou ne pouvait pas oublier que sous Dessalines il avait
ete persecut6 par Christophe, qui l'avait fait deplacer de la
Grande-RiviBre, son lieu natal, pour etre transf6ere Leogane
par la condescendance de Dessalines. II montra la lettre a
ses camarades. qui lui rappelerent tous, que des 1805 Christophe
avait gagn6 Geffrard a sa conspiration centre Dessalines, et
que maintenant, il voulait faire de lui, Yayou, un instrument de
sa politique qui consistait a bouleverser I'Ouest. Enfin, Yayou,
sur les conseils de plusieurs citoyens, envoya la lettre a Pttlon,
qui put ainsi se rendre compete de la perfidie de Christophe.
La mission du g6enral Bonnet l'avait deja prevenu et mis sur
ses gardes. Maintenant, la duplicity du general Christophe,
chef provisoire du gouvernement, etait completement demas-
qu6e...
De son c6t6, Petion redoubla de prudence et de reserve; il
pacifia les esprits dans l'arrondissement de LeogAne et au
Port-au-Prince, qui avaient ddja recu les premieres vagues de
la propaganda de division lance par Christophe pour demo-
raliser l'Ouest et le Sud par les prejuges de couleur et de loca-
lit6; il opera le changement de certain officers don't la con-
duite 6tait louche; il eloigna quelques hommes dangereux
avec qui les soldats ne voulaient pas sympathiser a cause de
leurs propos de desunion; il laissa agir la loi pour d'autres
qui s'etaient rendus coupables.Toutes les revolutions du monde
ont agi ainsi pour garantir leur s6curit ; elles ont df6cartcr
tous Oeux, civil ei militaires, qui n'adherent pas franchement









a leur directives. L'attitude de Pktion ktait conforme a la
norme r6volutionnnaire, a la sagesse politique. (1)
Ce rappel constant des directives de la revolution du Sud que
P6tion avait deja aiguillees vers la liberty et la justice 6tait
necessaire pour en 6viter la corruption ou la deroute, a quoi
travaillait le general Christophe qui voulait la dictature abso-
lutiste. La division des ccurs a quoi travaillait le chef provi-
soire du gouvernement devait, selon lui, produire nne demo-
ralisation general qui rendrait inevitable l'emploi de la force,
grace i quoi la dictature serait reclamee comme le seul remade.
Aussi, il va faire diverse tentatives pour essayer de boule-
verser l'Ouest et le Sud. N'ayant pas reussi avec Yayou, il con-
tinuera ses manoeuvres machiaveliques.
Le g6enral Petion a dBji aiguille les 6v6nements vers la
democratic republicaine dans l'Ouest et le Sud, et un peu
aussi dans le Nord par la mission du g6enral Bonnet. A toutes
les manoeuvres digressives de Christophe, il opposera des
contre-manceuvres habiles qui d6jouent dans le sens contraire;
il observer constamment une attitude digne, loyale, mais
ferme et 6nergique, qui lui permettra de s'adpater a la haute
destinee de la nation haitienne, nee dans lesentrailles de la
liberty et de la justice.

























[2) Voyez B. Ardouin, t. 6, p. 418 & 424.














CIIAPIThE TROISItME


LES PREMIERES ELECTIONS LEGISLATIVE

DE LA NATION HAITIENNE


La n6cessit6 d'une nouvelle constitution 6tant g6neralemen-
rcconnue et unanimement acceptee, le chef provisoire du goul
vernement haitien dut s'exeuter. Dans sa lettre au g6nerat
G6rin, ministry de la guerre, datee' du 23 octobre 1806, le
meme jour oh tout le Nord avait adhere a la revolution du
du Sud par son intermndiaire, au m6me quarter general de
Milot, le g6ndral Henry Christophe disait en maniere de com-
pl6ment a la ((Rdsistance d l'Oppression qu'il avait faite
sienne : ((Pour parvenir a l'etablissement d'une constitution
reg6neratrice, il est n6cessaire qu'une assemblee, composer
d'hommes les plus notables, les plus 6claires et les plus amis
de la chose publique, se reunisse pour travailler a ce grand
oeuvre, je vous d6signerai le temps, le lieu of cette assemble
dolt se tenir, et la quantity de membres qui doivent y con-
courir.)
Trois jours apres cette lettre'a Gerin, le 26 octobre, le chef
provisoire du gouvernemint ecrivit deux nouvelles lettres &
Petion. qui furent portees par l'adjudant-g6enral Blanchet.
Dans la premiere ail ecrivit a Petion qu'il attendait avec
impatience l'arrivee de l'adjudant-general Bonnet, son chef
d'etat-major. Voulant voir se disperser les forces riunies d
Port-au-Prince, qui lui inspiraient des inquidtudes, il lui dit
qu'il 6tait essential, avant de commencer d travailler d I'acte
constitutionnel, que les tetes fussent calmes et que le silence
de la meditation laissAt la faculty d'assurer le bonheur du
people d'Haiti, qu'il fallait, en consequence, que les troupes
reprissent leure garnisons respective, que tous les corps re-
tournassent dans leurs arrondissements tant pour la siret6
de l'Etat que pour le maintien du bon ordre; qu'aussit6t que
tout serait rentre dans l'etat ordinaire, il inviterait les ci-
toyens les plus sages, lee plus notables, ceux qui possddaient
la confinnce du people & se r6unir dans un lieu qu:il leur d6si-








gnerait pour former le pacte qui dft lier et assurer le bon-
heur des Haitiens.) (Madiou, t. III. 2e ed., p. 305)
On aura sans doute remarqud l'habilet6 continue dans cette
lettre. Christophe ne cache pas l'inqui6tude que lui inspirent
les troupes reunies au Port-au-Prince; il associe cette con-
centration de troupes a la preparation de la nouvelle Cons-
titution d'une fagon telle que la dispersion de ces troupes
est une condition sine qua non pour obtenir la Constitution.
C'est un ordre formel que le chef provisoire du gouvernement
donne indirectement, et cet ordre sera execut6 progressive-
ment par P6tion et G4rin.
Mais en meme temps qu'il affaiblit et annule completement
la position politique du Port-au-Prince, il passe des ordres
pou concentrer les troupes .du Nord et de l'Artibonite, au Cap,
aux Gonaives, a Marchand et a Saint-Marc. C'est avec toutes
ces troupes qu'il former une armee imposante avec laquelle
il marchera subrepticement, la mobilisation ayant ete faite au
pr6alable graduellemenl, sur le Port-au-Prince qui sera ainsi
surprise et ne sera sauv6 que miraculeusement.
Ensuite, pour adapter les Bvenements a sa politique, le chef
provisoire du gouvernement glisse adroitement l'idee d'un suf-
frage restreint compoIe seulement des citoyens les plus sages,
les plus notables, de ceux qui possedent la confiance du people.
Combinaison habile qui permettait de choisir seulement ses
creatures, car pour le tyran, ses partisans sont les citoyens
les plus sages, .les plus recommandables et les plus popu-
laires. C'est ainsi qu'avait proc6dd Toussaint Louverture avec
les colons pour la Constitution de 1801. Les membres de 1'As-
semblee Centrale, nommes par le choix pr~alable de T. Lou-
verture, furent ensuite 6lus pour la former par les deputies
des d6partaments. (B. Ardouin, t. 4, p. 341)
C'est par les memes moyens que le g6enral Christophe espe-
rait impser une Constitution a la convenance de son 6goisme.
Mais les temps n'6taient plus les memes, et le m6me jeu n'6-
tait plus possible.
Dans une second lettre, meme date, nous dit Madiou, le
chef provisoire du gouvernement ( exprima & Petion le d6sir
de voir se rendre aupres de lui les nfficiers qui avaient
former l'dtat-major de Dessalines. L'adjudant-general Blan-
chet arriva au Port-au-Prince, porteur de ces deux lettres. II
ne retourna plus dans le Nord; et la plupart des officers de
l'etat-major de Dessalines qui n'etaients pas natifs du Nord
ou de l'Artibonite, demeurerent au Port-au-Prince. Dans, sa
lettre, Christophe avait manifesto le desir d'avoir aupres de
lui l'adjudant-g6neral Papalier; celui-ci partit pour le Cap oi
il ne-demeura que quelques jours (Madiou, t. III, 2e
ed.p. 305)
On comprend que Christophe d6sirAt voir se-rendre aupres
de lui les officers de 1'etat-major de Dessaiines. Il y avait son
partisan, l'officier Dupuy, qui lui 6tait tres d6vou6, plus dkd
yon6 a lui qu'A 1'Empereur, son chef immediate. Madiou aou di4








qu' ((Inginac n'avait andanti la correspondence de Geffrard
que sur les instances de Dupuy, qui, moins devoued Dessa-
lines qu'd Christophe, avait voulu fire disparaitre les traces
de la conspiration don't ce dernier 6tait le principal autenr.
Dupuy qui avait ete, a d'autres 6poques, le protecteur de
mademoiselle Joute Lachenais devenue la concubine de Ption,
trouva un asile en la demeure de son ancienne amie. Bonnet
interceda en sa faveur aupres de Peiion don't I'influence etait
deja toute puissante. Celui-ci, oubliant que Dupuy avait ete
le prot6g6 de Dessalines, favorisa son evasion. Dupuy se
retira dans 1I Nord aupres de Christophe ). (Madiou, t. III,
2e ed., p. 300-301) II parait que les militaires du Sud, se faisant
les interpretes de leur d6partement qui avait tellement souf-
fert sous Dessalines et s'arregeant en maitres de la revolution
inauguree dans leur region, avaient voulu sacrifier Dupuy,
consider comme un supp6t de ce r6gime,en.mnme temps que
Boisrond Tonnerre et Etienne Mentor. Ceux-ci furent sacrifice,
et Potion put sauver Dupuy. Dans les premieres ardeurs de
la revolution, les militaires du Sud, se posant en ayants-droit,
faisaient a peu pres ce qu'ils voulaient.
Nous ne savons pas ce que le g6enral Petion r6pondit au
chef provisoire du gouvernement.Il est certain qu'il lui a repon-
du et d'une facon tres explicit, puisque Christophe, dans
1'intervalle modifia, comme nous le verrons plus loin, son sys-
tmre de suffrage restraint. Suivons done les ve6nements
qui se prbcipitent.
A la date du 2 novembre 1806, comme nous l'avous vu, le
chef provisoire du gouvernement avait lance sa proclamation
au people et a l'arm6e contenant des conseils salutaires a
une periode de crise, mais don't le dernier peragraphe, faisant
allusion a la mission de Bonnet. renfermait des insinuations
perfides et des suggestions astucieuses. C'etait une facon de
preparer les esprits a la mefiance, a se conformer a ses di-
rectives, quoi qu'il pft proclamer dans la suite.
Les esprits 6tant ainsi prepares par ces menaces, le gene-
ral Christophe adressa, le lendemain 3 novembre, la circu-
laire electorale suivante aux generaux Romain et Toussaint
Brave pour les deux divisions du Nord; Vernet et P6tion, pour
celles de l'Ouest; Gerin et F6rou pour celles du Sud.
((Etant instant de travailler a la formation d'une Consti-
tution; voulant autant qu'il est en mon pouvoir, accel6rer la
conclusion de cette oeuvre necessaire; et attend que le plus
stir moyen d'y parvenir est de reunir les plus sages de nos
concitoyens et les plus 6claires sur leurs droits, pour, d'apres
les veeux du people, convenir d'un pacte qni 6tablisse les de-
voirs de toutes les branches du gouvernement ainsi que les
obligations des Haitiens, je vous invite a donner des ordres
dans chaque paroisse de la division que vous commander,
pour faire assembler, le 20 dupresent mois, tous les habitants
de phacune de ces paroisses a l'effet d'6lire, dans chacune,
un citoyen connu par sa morality et son amour du bien pu-








blic, pour la representer et travailler.h notre constitution. Ces
citoyens se r6uniront le 30 de ce mois dans la ville du Port-
au-Prince pour faire, d'apres les vceux de leurs commet-
tants, une constitution; et je n'ai pas besoin de vous recom-
mander d'aider de vos lumieres le choix du people, en lui
indiquant au besoin les personnel qui, a votre connaissance,
sont dignes de la confiance publique, et pouvant, par leur dis-
cernement, concourir A la perfection de cet important ouvrage.
Vous voudrez bien leur faire observer, que la non residence
dans la paroisse, n'est pas une quality exclusive de l'l6ec-
tion: tout citoyen d'Haiti a droit d la nomination, partout oi il
sera reconnu digne.
( Lorsque les divers envoys des paroisses seront arrives
dans le lieu qui leur est d6sign6, ils n'auront pas besoin
d'autres lettres de convocation que les proces-verbaux de
leurs paroisses respective, pour proc6der de suite, apres que
la e1galit6 en sera reconnue, A terminer le plus tot possible leur
travail.
( Aidez de votre influence et de vos conseils, autant qu'il
sera en votre pouvoir, I'assemblde de nos concitoyens, afin
qu'avec la nouvelle annee nous puission,, s il est possible, offrir
au people I'etrenne precieuse de la nouvelle constitution. )
Comme le dit B. Ardouin avec beaucoup de justesse: ( En
l'absence de toutes dispositions 16gales anterieures, on ne pou-
vait pas mieux faire pour parvenir a la formation d'une as-
semble deliberante. Celle qui eut lieu sous Toussaint Louver-
ture avait Wbt choisie a deux degres de suffrages, celui des
administrations municipales, nommant des d6put6s,qui, r6unis
aux chefs-lieux de departements, choisirent eux-mnmes dix
autres membres pour toute la colonies. Celle qui allait se for-
mer ne serait qu'a'un suffrage, tout populaire, directement par
les paroisses, par consequent dans le sens d'une large demo-
cratie, tandis que l'assemblee central de 1801 6tait restreinte,
aristocratique. Autant le gouvernement d'alors put exercer
de l'influence sur ses deliberations, son oeuvre, autant il 6tait
presumable que la nouvelle allait 6tre inddpendante du gou-
vernement provisoire d'Haiti. C'dtait tout natural, dans l'une
comme dans l'autre circonstance: en 1801, le gouvernement (1)
donnait une constitution; en 1806, le people la demandait et
devait la faire.
On voit que Christophe designa le Port-au-Prince cemme
siege de l'assembl6e. Telle n'6tait pas sa pensde primitive,
assure-t-on; il voulait la reunir au Cap. Mais, dans ses com-
munications avec P6tion par l'intermediaire de ses envoys,
il lui aura fait dire son desir a cet dgard, pour le couSulter
ou sonder ses dispositions. Alors Petion lui aura fait des obser-
vations : lo. sur ce que le Port-au-Prince, 6tant la ville la plus
central du pays, devait etre prefere au Cap, par rapport aux
deputies de toutes les localit6s: convenance que Toussain
[1] B. Ardouin aurail dt dire avec precision: le gouvernement
colonial. (Dr F. Dalencour)









Louverture lui-m6me avait reconnue; 20 sur ce qu'il l'enga-
geait a 6viter la faute que commit l'ex-gouverneur, en transfe-
rant l'assemblee central de 1801 au Cap ou il se trouvait,
ce qui le fit accuser de l'avoir influence; faute que commit a
son tour l'ex-empereur, en faisant faire la constitution de 1805 a
Marchand par ses secr6taires, au nom des g6neraut del'arm6e,
ce qui dtait encore plus mal, et ce qui rendrait I'arm6e et les
citoyens tres mdfians, si l'assemblee se r6unissait au Cap;
3o enfin, que cette armee et ces citoyens l'ayant proclam6 chef
provisoire du gouvernement jusqu'a la nouvelle constitution,
l'acte de Resistance d I' Oppression n'entendait pas que d'autre
que lui le fiut definitivement; que I'assembl6e n'aurait que
le pouvoir de designer sous quel titre ou qualification il
exercerait I'autorite gouvernementale tout en ayant celui
d'adopter les institutions que voudrait le pays par l'organe
de ses mandataires.
( Ce serait:donc apres ces observations judicieuses, qui sui-
virent sa lettre du 26 octobre, que Christopbe se sera decide
h designer le Port-au-Prince, come siege de l'assemblee. (1)
Ils etaient encore, l'un et I'autre, dans la lune de miel de la
revolution; et Christophe, en c6dant, put esperer a son tour
Petion userait ,de toute son influence sur les d6butes r6unis,
afin de donner une organisation vigoureuse a l'autorit6 du
chef du gouvernement, parce qu'un militaire 6claire, comme
il l'6tait, devait en sentir la necessite.
((Mais Bonnet revint du Cap, presqu'en meme temps que
la circulaire fut adress6e anx g6enraux pour la convocation
des 6lecteurs. Le compete qu'il rendit a Petion, de l'apostrophe
qu'il rebut par rapport a la mort de Mentor et de Boisrond
Tonnerre, ne dut pas le rassurer sur les intentions de Chris-
tophe; peu de jours apres survint la lettre de ce dernier a
Yayou, en date 10 novembre, qui ajouta a ses reflexions. Alors
commenpa reellement entire eux une mdfiance reciproque.
Christophe l'avait provoquee en Petion, par ses paroles a
Bonnet, par sa lettre a Yayou. A son tour il en conQut contre
Petion, parce qu'apres sa circulaire, ayant envoy un officer
aupres de lui pour lui dire d'user de son influence sur l'assem-
bl6e, relativement d son autorito, cet officer lui rapporta une
reponse de P6tion qui dut lui d6plaire extremement. Lisons
ce qu'en dit ce dernier lui-meme dansl'6crit justificatif de sa
conduite, en date du 17 janvier 1807:
(Mais il dtait bien eloigne de ces sentimens (pour avoir une
constitution qui rendrait le people aussi libre que possible),
puisqu'il envoya aupres de moi un officer de confiance pour
(1] 11 semble m6me, d'aprAs l'6crit publiU 'par P6tion le 17 jan-
vier 1807, qu'il aura conseille A Christophe de convoquer sentants de toutes les communes, ou paroisses i pour fairela constitu-
tion: d'on un pour chaque paroisse. Cette lettre da26 octobre, of 11
Atait question de l'assemblee fut apportee par Blanchet jeune.
jiit. d Haiti, t. 3, p. 345.







-61-


me faire part de l'autoritU qu'il voudrait s'attribuer par la
constitution, laquelle ne nous aurait laiss6 que le choix de
changer de fers; car elle eft et6 gale a celle de Dessalines.
Ma reponse positive ne dut pas Ie satisfaire; car je d6clarai
a son envoy,-- que s'il se presentait un homme assez auda-
cieux pour border une pareille question, je monterais d la
tribunepour le combattre; que le people voulait la liberty,
et que .e le seconderais de tous mes efforts. (I)
C'6tait une bombe que le c6elbre artilleur jetait ainsi
dans la redoutable citadelle Henry, nous en convenons;.mais
lorsqu'on en lance de semblables au nom dupeupls souverain,
on est justified aux yeux de la posterite; car on n'avait pas
abattu un tyran pour reconstituer la tyrannie.
a Cependant, Christophe dissimula en ce moment: il avait
6mis sa circulaire, il ne pouvait pas la r6tracter. Pour user
de sa propre influence sur l'assemblee, il eft fallu venir s'ins-
tallerau Port-au-Prinee durant ses travaux. II 6tait le chef du
gouvernement, il avait droit de le faire. Mais le Pont Rouge
ne pouvait plus 6tre traverse qu'a la tete d'une armee: en ame-
ner une. e'aurait 6etedceler ses desseins, apres qu'il efitinvite
Grin et Ption de renvoyer les troupes du Sud et de l'Ouest a
leurs cantonnements, pour faciliter l'ceuvre constitutionnelle
dans le came de la meditation; it fallait qu'il fit consequent
avec lui-mtme. Restait un moyen a employer pour parvenir
a ses fins, c'est celiii don't ii usa. Chaque paroisse envoyent
un deputy a l'assemblee, il y en aurait pour 33 pour les deux
divisions du Nord et la 1re de l'Ouest, centre 23 pour la 2e
division de l'Ouest et les deux du Sud: en influengant le choix
des Blecteurs comme il le recommanda d'ailleurs a tous les
generaux, il se persuadait d'avoir la majority des voix dans
l'assembl6e et d'y faire passer la constitution telle qu'il le
d6sirait. Elle fut prdparde de suite par Rouanez jeuue, qui
redigeait tous ses actes )).
Pour complete ces observations historiques si judicieuses
de B. Ardouin, il imported de signaler I'dvolution rapide et
meme precipitee des idees de Christophe relatives a la pro-
cedure electorale. Nous avons ddej [ait remarquer que dans
sa premiere lettre du 26 octobre h Petion,Christophe n'envi-
sageait qu'un suffrage restraint. En I'espace de neuf jours
seulement, dans sa circulaire du 3 novembre, ii change com-
pletement d'avis, il abandonne le suffrage restraint et adopted
clairement le suffrage universal dans sa circulaire electo-
rale, oz tous les habitants sans aucune distinction soeiale ni
politique, pouvaient s'assembler, dans chaque paroisse, t
I'effet d'dlire un depute. C'Utait, come le dit B. Ardouin,
dans le sens d'une large democratic.
Que s',tait-il passe pour expliquer ce changement brusque
et total? Nous ne trouvons comme explication rationnelle
(1) Ce n'est pas Dartiguenave, comme le dit M. Madiou, mais un
autre offtcier qui fut specialement charg- de communiquer ces vues
a Petion.i Voyez 1'ecrit justi.catif jdo etio ,. p. ie le 17 Janvier r07.










que le sejour de Bonnet au Cap. Conformement aux instruc-
tions qu'il avait revues de Potion, l'officier Bonnet fit, au Cap,
une propaganda active en faveur des idees liberales qui
allaient 6tre implant6es par le succes de I'insurrection du Sud
et de l'Ouest; il parcourut tous les quarters du Cap, abordant
tous les citoyens et ne leur parlant que de liberty individuelle
et de la nouvelle Constitution d6mocratique qui devenait
urgente et qui devait etre applique. ( Madiou, t. Ill, 2e ed.,
p. 307)
Les homines du Nord, don't la plupart, a cette dpoque ddtes-
taient et miprisaient Christophe, au point d'avoir desire
qu'il fHt, des ce moment, abattu comme Dessalines, les
homes du Nord se firent immddiatement les echos de la
propaganda lib6rale divulguee par Bonnet.
Bonnet 6tant parti du Port-au-Prince le 22 octobre par mer,
arriva au Cap le 26 dans I'apres-midi. Christophe venait & A
peine d' exp6dier par terre ses deux lettrss A Petion datees
de ce m6me jour, 26 octobre, don't la premiere parlait d'un
suffrage restreinf. Bonnet ayant laiss6 le Cap par terre le ler
ou le 2 novembre, a passe environ sept k huit jours dans cette
ville. Ileut done largement le temps de faire de la bonne pro-
pagande. Madiou nous dit en effet que < depuis le sdjour de
Bonnet au Cap, I'esprit d'insubordination avait pen~trd dans
les troupes, elles ne parlaient que de constitution, des droits
de l'homme, de la trop grande sdvdritd du code penal mili-
taire. d'un gouvernement dnzoeratique et de l'dgalitd parfaite
qui dut exister entire les citoyens. Christophe 4tait obtigd
d'exercer de grvndes rigueurs, de commander des executious
sommaires en tMte de l'armc.) (op. cit, 2e ed., p. 312)
Les idees de Petion, lancees par Bonnet, envoy6es aussi
directement a Christophe dans ses rdponses 6crites ou ver-
bales, avaient done conquis le Nord ; elles avaient contribu6
a modifier les premieres dispositions de Christophe a 1'6gard
d'un suffrage restreint. Le d6veloppement recent et precipite
des 6vdnements avait sansdoute porter Christophe a adherer
auxsuggestions de Petion, si conformes au nouvel ordre de
choses instaur6 par I'insurrection du Sud, don't Christophe 6tait
certainement I'un des auteurs. 11 va certes bient6t la renier
pour pouvoir mieux la combattre, parce que Petion, en pa-
triote 6prouv6 et irr6ductible, I'avait fait d6vier en faveur du
people haitien.
Dans ces pourparlers a distance entire Petion et Christophe
concernant le si6ge de I'assemblee constituante, on voit bien
que Petion fait comprendre a Cbristophe qu'il ne doit pas
avoir de doute que c'est lui Cbristophe, qui sera ehoisi come
chef definitif du pays. Cette assurance donn6e par Petion
convainc Christophe et le desarme ; celui-ci fait la concession
a Potion que le Port-au-Prince sera le siege de I'assembl6e.
Mais Petion a fait une reserve tres important: ii fait aussi
comprendre A Christophe que I'assemblee constituante pos-
sede le: pouvoir de formulter- Ie instittios que le-pays-dd --


- 82-










sire, et le titre ou la qualification qu'elle lui confdrera comme
chef du pouvoir executif.Cela a 6t1 bien clairement expliqu6.
Cependant, en faisant a PNtion cette concession, Christophe
a pens6 qu'il lui en ferait une autre en retour, c'est-&-dire
le enforcement de I'autorit6 executive, don't il pense que P6-
tion en sentirait la necessity. Christophe a df strement s'at-
tendre a une r6ciprocitl de concession de la part de Petion,
L'bomme politique ne donne que pour recevoir.
C'est a la fiin de cet intervalle que le g6n6ral Bonnet,
premier aide-de-camp de P6tion, envoy en d6putation aupres
S de Christophe, entrait dans la rade du Cap. Nous ayons d6jk
parld de cette mission. 11 nous reste a dire que Bonnet vivant
dans I'intimit6 de Pdtion come son chef d'6tat-major, ne
pouvait pas, avant de partir, ne pas avoir cause confiden-
tiellement avec son chef bierarehique, qui lui a sfrement trans-
mis des instructions confidentielles. Car deja, tous les amis
de Petion, la plupart anciens officers de Rigaud s'6taient ral-
lids a lui, comme ils I'avaient fait e n 1802, apres I'arriv6e de
l'expedition de Leclerc, ainsi que I'avait,alors sugg6r6 Bonnet.
(Souvenirs Historiques, p. 108 ). En se rendant au Cap, Bonnet
etait plut6t l'envoye de P6tion.
A peine debarqud au Cap, Bonnet disait aux uns et aux
autres: ( Nous aurons une Constitution dans laquelle.les attri-
butions duchef de l'Etat seront si r6duites qu'il se trouvera
dans l'impossibilit6 de faire le mal., Nous pouvons dire po-
sitivement que Bonnet ne faisait que transmettrele,mot d'ordre
S de Petion, parce que nous savons d'apres B. Ardouin qu'A
la dernibre seance oi fut vote a l'unanimite la Constitution
de 1806, le d6pute constituent Alexandre Petion r6clama la
parole pour limiter les attributions du president de la R6pu-
blique qu'il mettait ainsi dans l'impossibilit6 de faire du mal.
Bonnei 6tant parti du Port-au-Prince le 22 octobre et 6tant
arrive au Cap, le 26, on peut en inferer que deja P6tion avait
conQu les lignes principles de sa Constitution qui devait etre
vote a l'unanimite le27 decembre 1806.11 y a meme plus: nous
verrons plus loin que meme pendant la guerre de l'lnd6pen-
dance Petion pensait deja a la constitution la plus convenable
au caractere et aux origins historiques du people haitien. Des
la proclamatiop de I'lndependance, Petion dut garder le si-
lence parce que le temperament despotique de Dessalines ne
se pretaitpas a cette ouvre commune. 11 fallait d'abord voir
Dessalines a l'oeuvre avec la dictature totalitaire qu'il s'dtait
octroy6e sans consulter personnel, sinon ses secr6taires qui
, arrangerent et habillerent la pensee du lieutenant de Tous-
saint Louverture.Dans sa lettre du 18 octobre 1806 a Christophe,
Potion avait laissd coinprendre clairement quo Dessalines avait
abus6 de la condescendance des g6neraux: ( Lorsque abusant
de notre patience, il (Dessalines) forea notre volontU, en cou-
vrant sa tete de I'eclat du diademe, nous pfmes penser qu'au
faite des grandeur et de la puissance, il aurait reconnu que
soa pouvoir etait l'ouvrage de nos main; et le prix -de notrt








-64-


courage...) Nous avons deja examine ce passage.
Christophe avait mis ses espions un peu partout, ils re-
cueillirent toutes les paroles de Bonnet et les lui rapporterent
imm6diatement. DBs lors, Christophe 6tait fix6 sur la teneur
g6nerale de la Constitution que Petion allait sugg6rer au
people. II entra dans une grande colere et parla assez rude-
ment a Bonnet, cependant avec un certain management pour
ne pas causer un plus grand scandal. Nous savons deja qu'il
avait voulu faire assassiner Bonnet.
Probablement, les espions qu'il entretenait aussi au Port-au-
Prince avaient do l'aviser de I'6tat des esprits dans l'Ouest,
de influence dominant qu'y exercait Petion (1) et de la de-
termination de celui-ci de faire adopter une constitution lib6-
rale, puisque le 26 octobre 1806, un peu avant I'arrivee
de B nnet au Cap, Christophe avait derit a P6tion pour lui
demander de renvoyer toutesles troupes qui se trouvaient
au Port-au-Prince: <(Voulant voir se disperser les forces reu-
nies au Port-au-Prince qui lui inspiraient des inquietudes, il
lui dit qu'il 6tait essential, avant de commencer a travailler
a L'acte constitutionnel, que les t6tes fussent calmes et que le
silence de ia meditation laissat la faculty d'assurer le bon-
heur du people d'Haiti, qu'il fallait en consequence, que les
troupes reprissent leurs garnisons respective, que tous les
corps retournassent dans leurs arrondissements tant pour la
stiret6 de 1'Etat quo pour le maintien du bon ordre; qu'aus-
sitlt que tout sera rentr6 dans I'etat ordinaire, il inviterait les
citoyens les plus sages, les plus notables,etc... Par une autre
lettre, mdme date, ii exprima a P6tion le d6sir de voir se
rendre aprs de lui lesofficiers qui avaient form l'6tat major
de Dessalines. L'adjudant-g6n6ral Blanchet arriva au Port-au-
Prince porteur de ces deux lettres... (Madiou, t. IIl, Ire ed.,
p. 345-346)
Belle ruse de guerre qui consistait a vider le Port au-Prince
de toute force armee, afin de le rendre sans defense, tandis
que lui, Christophe, gardait quantity de troupes 6chelonnees
a la Citadelle Laferriere, a Milot, au Cap et b Marchand, pour
qu'au moment choisi par lui il les rassemblAt facilement
pour tomber sur le Port-au-Prince d6sarme. Les officers de
l'Ouest et du Sud qui formaient 1'etat-major de Dessalines
devaient 6tre casern6s au Cap. Le Portau-Prince priv6 de
soldats et d'officiers, devenait ainsi une proie facile.
Bien qu'il comprit parfaitement ce calcul machiavelique,
P6tion obeit cependant aux ordres de son chef bhirarchique et
renvoya chezelles toules les troupes qui se trouvaient au Port-
au-Prince. Quant aux officers de I'Ouest et du Sud, qui avaient
6t6 arbitrairement enr6les dans dans la 4e demi-brigade, qui,
'1) Madiou, t. Ill, le 6d., p. 349, nous dit: ( De lous les g6enraux
del'Ouest et du Sud, P6tion depuis la mort de Geffrard Mtait celui
que les troupes ct le people veneraient le plus. Venait en sdconde ligne
daus I'estime publique, le!geueral G6rin qui se montrait envieux de
F'influence de Petion.








-65-


dtait comme une garde pr6torienne pour Dessalines, il ne fut
*pas facile de les porter a laisser leurs p6nates, et Pdtion y
mit une certain lenteur, afin de ne pas etre priv6 de leur
concours si une occasion se pr6sentait.
B. Ardouin explique bien cette situation confuse: (Ddjk,
Christophe avait exp6did aupres de Petion, l'adjudant-genfral
Borno-Dle6ard, a l'effet de le porter d contraindre les mili-
taires de l'Artibonite, qui avaient ddserte dans l'Ouest a re-
joindre leurs corps. Dans ce nombre, se trouvaient le lieute-
Boucher, chef de la musique de la 4e demi-brigade, plusieurs
autres musicians de ce corps et des ouvriers de l'arsenal de
Marchand, tous blancs franco-haitiens; ils avaientjsuivi les
jeunes gens du Port-au-Prince, pour chercher comme eux
dans cette ville, un abri contre les rigueurs ordonn6es par le
chef du gouvernement et exdcutees par le g6ndral Martial Besse
(notre ancienne connaissance en 1794, nomm6 commandant
de Jacmel par Sonthonax), don't la brutality allait toujours
au-dela mnme de ce qu'exigeaient ses chefs. (I)
((On concoit quel devait 6tre l'embarras de Pdtion, en prd-
sence des peres et meres de famille du Port-au-Prince -qui
reclamaient de lui, de ne pas Bloigner de nouveau de leur
sein ces fils cbhris qui leur avaient Wtd enleves depuis trois
ans, qui pouvaient Ogalement servir leur patrie dans les
troupes de cette ville: parmi eux. se trouvait ce brave
Coutilien Coustard qui 6tait destine a s'inmortaliser bien-
tit par un acte de d6vouement heroique. Le vieux J6erme
Coustard, l'un de nos premiers revolutionoaires de 1791, in-
tercedant pour avoir son fils aupres de lui, Petion pouvait-il
etre sourd a sa demarche paternelle ? Lui qui avait sauvd
des colons du massacre de 1804, pouvait-il user de contrainte
envers Boucher et les autres musicians, et ces ouvriers
blancs, debris de l'armee francaise, qui venaient se placer
sous 'e6gide de [son hurnanit ? Nan, ilne le pouvait pas.
Pour juger de sa conduite en cette circonstance, eomme en
bien d'autres cas, it faut se pen6trer du caractere de cet
home, de ses sentiments de bienveillance envers tous ses
semblables. 11 eluda l'ex6cution de l'ordre que Christophe
lui fit donner.
a Dans cesmoments-la, tout le3e bataillon de la 20e demi-
brigade d6serta du Mirebalas et arriva auPort-au-Prince: nou-
vel embarras pour P6tion.Ce bataillon avait regu l'ordre,du g4-
n6ral J. P. Daut, d'aller reliever un aitre de la 10e, qui dtait en
< garnison a Las Cahobas. Daut s'etait apercu de quelqucs deser-
tions partielles dans cette troupe, ii voulut I eloigner pour
ce motif; et it y en avait aussi dans la 10e.
( Pour comprendre la cause de ces desertions, indepen-
demment des rigueurs exerc6es par ordre de Christophe, il
faut savoirque, sous ToussaintLouverture, la O0e tenait garni-
(1( Voyez toma 2 decet ouv. a., page 349,0omment ii s'eentn4ait
a faire une barii e4o4~le .t des corrections martiales aux indivi-
As -p4c6s sous ses ordres.








--66-


son au Porl-au-Prince et la Croix-des-Bouquets ; et que, sous
Dessalines, pendant quelque temps, il en fut de meme pour
le 3e bataillon de la 20e: de 1h vint que ces deux corps re-
Vurent dans leurs rangs beaucoup de jeunes gens du Port-au-
Prince et de la plaine qui entoure la Croix-des-Bouquets. Ces
militaires apprenant la desertion de ceux de la 4e, les imi-
terent et se rendirent au foyer paternel, au lieu de leur nais-
sance.
((Dans l'arm6e haitienne qui n'est pas organisee en tous
points comme celles des autres pays, ce sera toujours une
consideration a garder par un gouvernement intelligent: le
soldat de eette arm6e est attache & ses habitudes d'enfance,
de jeunesse; il aime a voir souvent le toit de chaume qui
abrite sa famille des intemperies du temps, a recevoir les
soins de ses parents.
(cTant pis pour Christophe qui n'avait pas un coeur assez
bienveillant pour comprendre ces affections de la nature, et
qui voulait reconstituer le despotisne antirieur! Mais Petion
qui les comprenait, qui avait des entrailles pour les peres,
les meres et leurs enfants; qui pensait a faire d'abord un
eitoyen de chaque zoldat de son pays, afin d'en finir avec
les proc6des et les horreurs du despotisme (2): P6tion ne
contraignit pas plus les soldats d6serteurs de la I0e et de la
20e t retourner au Mirebalais, qu'il ne l'avait fait a l'6gard
des jennes gens de families du Port-au-Prince, deserteurs de
Marchand. A ses yeux, un cultivateur de la.plaine du Cul-
de-Sac 6tait I'Vgal de Jer6me Coustard, et avait autant de
droits a voir son fils aupres de lui et de sa femme.
xVoilh les motifs de sa conduite envers tous ces d6ser-
teurs. Qui osera le desapprouver ? Christophe l'a os6 cepen-
dant. Ces faits occasionnerent entire lui et Petion une corres-
pondance virulente de son c6t6, mod6rde et habile du c6t6
de P6tion. D (B. Ardouin, t. 6, p. 430-433)
Cette manoeuvre perfide de Christophe laissait percer ses
vraies intentions; il savait qu'il serait Blu chef definitif du
gouvernement, mais il voulait d'une autorit6 total, sans li-
mites, arbitraire comme celle de Dessalines,.Or, par ses es-
pions envoys au Port-au-Prince des le nouvelle de la mort
de Dessalines, il avait su que Petion travaillait d6eja don-
ner au pays une constitution liberale, oA l'autoritd executive
devait 6tre aussi r6duite que possible. 11 ne pouvait emppcher
cela ,qu'en se rendant maitre absolu du Port-au-Prince par
les armes. En faisant renvoyer du Port-au-Prince toutes les
troupes qui y 6taient reunies, il pensait que cela serait facile.
Quand le g6enral Bonnet arriva au Cap et fit savoir a toute

1) C'est par ce motif que Petion ne vou!ut point avoir des caser-
nfjs pour les troupes: sa p~ntse fut d'en fire dse milices organi-
-css, une veritable ,grds riC::.l soldes, saumise cependant a un
*.gi~a ex.ceptic,..., mai qui put cmprezdre les institutions repu-
blicaines qu'il foada et s'y attacker par leur doubeur.








-67;-

la population que la nouvelle constitution devait ,tre trfs
liberale, Christophe dut comprendre que son calcul machia-
velique 6tait heureux.
Christophe avait aussi dpployd tous ses efforts pour re-
pandre la division parmi les officers gen6raux de l'Ouest et
du Sud, afin qu'il pit les 6craser avec plus de facility, nous
dit Madiou, t. II, Ie ed., p. 351. Tout en prechant la disci-
pline la plus severe, il ecrivait h Yayou commandant de l'ar-
rondissement de Leogane, qui 6tait du Nord, pour le monter
Scontre les gens de l'Ouest et du Sud. Yayou, qui savait que
Christophe avait intrigue contre lui sous Dessalines, eut ljheu-
reuse pensee de communiquer cette lettre malhonnete au g6n-
ral Petion, son chef hierarchique, qui put ainsi jmesurer la
fourberie de Christophe.
De son c6te, quand il requt le rapport de Bonnet et que
Yayou lui communiquAt nne lettre de Christophe, en date du
10 novembre, of celui-ci lui disait de se m6fier des hommes
de l'Ouest'et du Sud ((qui n'aimaient pas les gens du Nord),
Potion put demasquer la duplicity et les intentions machia-
veliques de Christophe. La lettre de Christophe a Yayou 6tait
une precieuse piece a conviction qui ne pouvait que porter
Petion a se mefier deChristophe.
Comprenant qu'une violence sur le Port-au-Prince ne serait
pas exempte de perils et qu'une demarche pareille devoile-
rait trop bien ses intentions, Christophe resolut de ruser avec
Potion. II envoya en mission confidentielle aupres de P6tion
S un officer de confiance pour lui faire part de l'autorit6 qu'il
voudrait s'attribuer par la nouvelle constitution. Apres avoir
entendu le missionnaire de Christophe developper le plan de
son maitre qui etait de remettre le pays dans un despotisme
de fer pareil au regime de Dessalines, le general Petion fut
indign6 de recevoir une pareille communication et lui declara
avec vivacitej; ((S'ilse prisentait d I'Ass6mblie Constituante
un homme assez audacieu.x pour border une pareille ques-
tion, je monterais d la tribune pour le combattre. Le people
haitien veut la liberty. et je le seconderai de tous mes efforts. )
P6tion avait parfaitement raison de faire ainsi connaitre
son opinion categorique a Christophe, car, ainsi que le dit
si bien B. Ardouin, on n'avait pas abattu un tyran pour re-
constituer la tyrannie. A ce moment-l-, Christophe ne pou-
vait que dissimuler. Ayant deja 6nis sa circulaire Mlectorale
du 3 novembre, il ne pouvait pas la retracter.
( Au moment oui nous sommes arrive, a la mi-novembre 1806,
S un peu avant le 20, date fixee pour les elections desmembres
de l'Assembl6e Constituante, il n'y avait plus que deux
hommes en presence, deux chefs aussi energiques et decides
l'un que l'autre: ce soot Petion et Christophe, de tempera-
ment tout-a-fait oppose. Le general Grin, qui portait toujours
scn tire de ministre de 'a guerre acquis sous Dessalines -
avait 6et entirremeat 60ol p c p.ar: PEtion, bien que depuis 'e-
vdaement du-Pont-Rouge, il se consid6rit avec raison, nous dit








-68-


Saint-Rdmy, t. IV, p. 177. comme Is principal libdrateur du
people. Appellation v6ridique qui rappelait bien la part pr6-
pond6rante qu'il y avait pris et que des adversaires mal in-
form6s voudraient attribuer A Petion.
Les temperaments differents et diam6tralement opposes de
Petion et de Christophelse r6velaient dans leurs idees politiques
tout-a-fait contraires, qui allaient ineluctablement se r6fl6ter
dans le pacte fondamantal que chacun allait s'efforcer de
faire adopter. Chacun de ces deux chefs avait sa conception
personnelle.
Christophe fit preparer imm6diatement par Rouanez jeune,
qui redigeait tous ses actes, une constitution conforme a ses
idees d'autocratie despotique. C'est la constitution qu'il
fera publier le 17 f6vrier 1807 et qui fait de son gouverne-
ment, une matire politique amorphe, appelee ( Etatd'Haiti))
don't tous les pouvoirs 6taient concentres dans les mains de
Christophe, president et g6neralissime des forces de mer et
de terre,qiii se faisait imrnmdiatenient appeler ( Monseigneur).
C'etait la tyrannic totalitaire, qui se mua quatre ans plus
tard, en 1811, en rnyaut6 sanguinaire el barbare. C'etait le
despotisme de fer de Dessalines, qui ne laissait au pays que
le choix de changer de fers, commele d6clarait P6tion apres
1 entretien avec le.missionnaire confidential de 'Christophe,
entretien secret don't nous venons de parler.
Petion de son cite, avait deja trace avec ses amis et colla-
borateurs le plan de la Constitution qu'il destinait au pays:
c'est la Constitutionqui sera votee le 27 Decembre 1806. Cons-
titution liberale et democratique qui est lereflet de sa puis-
sante personnalit6 republicaine. Constitution qui a 6tabli la
Republique d'Haiti; et c'est ainsi qu'Alexandre Petion est
devenu le Fondateur de la Ripublique d'Haiti. Potion avait
deja arr6te en son esprit sa constitution republicaine, quand
arriva la date du 20 novembre 1806, fixee pour les elections.
Ce n'6tait pas tout d'avoir pens6 sa Constitution; il fallait
enfin avoir la majority pour la faire voter sans la ddfigurer.
Et ce n'etait pas facile. El e'diait radicalement impossible
pour Potion, si 1'atmosphere politique devait rester la meme,
sans changement.
Tandis que Christophe trouvera un terrain fovorable qui
lui permettra d'employer le moyen aussi facile pour arriver a
ses fins. A l'epoque colonial, la parties du Nord, 6tant le siege
de administration central par la ville du Cap ofi residait
le gouverneur et qui 6tait la capital pendant un siecle, la par-
tie du Nord fut la plus favorisee de la colonies de Saint-
Domingue, et presque tous ses bourgs plus ou mo*ins impor-
tants furent eriges en paroisses. Il n'en fut pas de meme
dans l'Ouest et le Sud qui mirent plus de temps a se d6ve-
lopper et a attirer attention des gouverneurs. Quand le Port-
au-Prince se d:velooppa et put retenir la faveur des gouver-
neurs C~rime la ville !a plus central et la plus avantagee
par sa magnifique baie, vers 1770 environ, l'Ouest prit heau--









coup d'extension. mais un peu tard. Quant a la parties du
Sud, elle fut toujours negligee administrativement, bien qu
elle fut prospere, et beaucoup de se bourgs, qui btaient aussi
populeux et meme plus 6tendus que certain villages du Nord,
ne furent pas Brig6s en paroisses.
Le delaissement du Sud fut d'autant plus prononc6 que sa
population 6tait surtout compose d'hommes de couleur, com-
prenait peu de blanks colons et ne contenait pas beaucoup
d'esclaves. L'industrie sucriere qui faisait la richesse des
deux autres deqartements-n'etait pas, pour ces motifs, tres
developpee. L Ouest possedait 314 sucreries; le Nord 288 et
le Sud, seulement 191. C'est ainsi que le Sud n'arriva pas d
posseder autant de paroisses que le Nord, bien qu'il possdddt
certaines cristallisations topographiques dquivalentes, mais
pas officiellemant admises.
C'6tait une anomalie, et meme une injustice. Comme ce fait
administratif n'avait pasde repercussion sur son commerce, le
Sud ne s'en plaignait pas. Cependant cette anomalie admi-
nistrative se fit plus remarquer a l'6poque revolutionnaire,
quand il fallut representer les interets du Sud. On voit alors
le quarter des Abricots, possedant une populationjnombreuse
et des resources considerable en sucre, cafe, coton et cacao
former spontanement le project de s'eriger en paroisse et d'e-
tablir provisoirement une municipality pour augmenter la
surveillance de la police centre les d-lits et les crimes. A la
seance du 30 mars 1792, l'Assemblee colonial de Saint-Do-
mingue admet le bien-fond6 de cette motion presented par
le d6put6 Lafuge et 6met meme un arrete la sanctionnant.
Malheureusement, a la seance suivante, cet Arrete fut reti-
re sur lesreclamations des deputies de la paroisse mere, c'est-
&-dire le Cap Dame-Marie, et la demand de la section des
Abricots fut renvoyde a trois comimssaires et ddfinitivem ent
ajournee. Ce point d'histoire permet d'apprecier i sa just
valeur la manoeuvre intelligence de Potion. L'histoire s'est
chargee de l'approuver, en donnant raison au Droit contre
la legality, une legality injuste.
Quand le pays devint ind6pendant, les vieilles delimitations
paroissiales furent conservees, avec l'injustice qui dtait a
leur base. II fallait ces nouvelles circonstances pour le de-
montrer, s'agissant de la representation des citoyens par le
suffrage universal.
De telle sorte que, a la veille des elections du 20 novembre
1806, chaque paroisse envoyant un d6put6e l'Assembl6e Cons-
tituante, il y en aurait trente-cinq" pour les deux divisions dii
Nord et la premiere de l'Ouest (Artibonite), contre vingt-quatre
pour la deuxieme division de l'Ouest ( Port-au-Prince), et
les deu; divisions du Sud..Soit- en tout 59 paroisses (1).

(1; Le nombre des paroisses n'est pas identique chez tous leshisto-
riens. Madiou cite le chiflre de 58; B. Ardouin, celui de 56. Les chiffres
d onnes par Saint-Remy sent plus exacts, paree-que cetts question







-70 --


Saint-Rlmy a fait la concordance du Decret de Dessalines
du 28 juillet 1805 fixant les circonscriptions militaires du ter-
ritoire d'Haiti avecla proclamation de Christophe du 14 jan-
vier 1807(Ambigu (2), (tome XVII, page 434) et la nomenclature
des paroisses figure dans le rapport de Garran-Coulon, tome
I, page 34 et suivantes et a pu ainsi reconstituer les 59 pa-
roisses suivantes:
Deux divisionsdu lNord et i1re Division de Ouest.-Ouana-
minthe, Laxavon, Terrier-Rouge, Fort-Liberte, Trou,Valliere,
Limonade, Quartier-Morin, Grande-Riviere, Dondon, Marme-
lade, Petite Anse, Cap, Plaine du Nord, Acul, Limb6, Port-
Margot, Borgne, Saint-Louis, Gros-Morne, Port-de-Paix, Jean-
Rabel MOle-Saint-Nicolas, Bombarde, Gonaives, Plaisance,
Saint-Michel, Saint-Raphael, Ennery, Saint-Marc, Marchand,
Verrettes, Petite-Riviere, Mirebalais, Arcahaye: 35.
Deuximrne Di vision de 1' Ouest et deuxDivisions duSud.-Port-
au-Prince, Croix-des-Bouquets, Leogane, Grand-GoAve, Petit-
GoAve, Saint-Michel de MiragoAne, Anse-a-Veau, Petit-Trou,
Corail, Jdremie, Abricots, Cap Dame-Marie, Anse-d'Eynaud,
Tiburon, COteaux, Cayes, Port-Salut, Torbeck, Cavaillon, Saint-
Louis, Aquin, Jacmel, Baynet, Marigot: 24.
Ayant pass ses instructions imperatives a ses amis, les g6-
neraux Romain et Toussaint Brave, commandants des deux
divisions du Nord, et au general Vernet qui commandait la
premiere division de l'Ouest comprenant Gonaives et Saint-
Marc, le general Christophe leur ordonna d'influencer le choix
des 6lecteurs et de ne laisser passer que ses partisans don't
il 6tait str. I1 disposait done d'une majority de onze voix dans
1'Assemblee Constituante; il 6tait assure de faire voter la
constitution autocratique qu'il desirait. Elle fut prAparde
imm6diatement, comme nous venons de le dire.
C'est devant cetteanomalie administrative, cette injustice de
la division territoriale, qui allait devenir une injustice po-
litique et un danger national, que le general P6tion se trouva
bloqu6. C'6tait un nceud gordien que le sabre ne pouvait pas
trancher, mais qu'il fallait d6nouer par la maitrise politique
pure et simple.

a te bien elucidee par cet auteur. Mmme les protestataires du Nord
se tro mptrent en disant que l'Assembl6e, A son ouverture, etait com-
posee r de 74 membres au lieu de 56 semblant ainsi donner A entendre
qu'il y avait 56 paroisses au lieu de 59. Saint-Remy, t.. IV, p. 193, dit
qu'il admet ce dernier chiffre, parce que, d'une part, Petion parole
de 35 deputies pour le Nord-Ouest, dans sa r6ponse au general Prb-
vost; de l'autre, Christophe parole de 24 d6put6s pour le Sud-Ouest,
danssa proclamation dn 14 janvier 1807.- Qui pourrait ktre mieux
informed que ces deux generaux? Et en supposant que l'acte de pro-
testation eit bien accentud le nombre des depul s, il n'y pouvait Atre
question.que de ceux presents A la seance d'ouverture. (Saint-Remy)
(2) L'Ambigu ktait un journal public A Londres par Peltier, agent
de Christophe. of la Chancellerie de Christophe faisait r6diter tous
$es actes. Saint-Remy, t. IV, p. 191)







-71-


Cependant, tout d'abord, P6tion, ainsi que G6rin et Ferou,
dans le Sud, se conformerent loyalement a la circulaire elec-
torale du chef du gouvernement provisoire, comme leurs col-
legues de l'Artibonite et du Nord. Ils guiderent le people dans
ses choix, selon la recommendation qui leur avait dt6 faite.
Christophe ayant fait choisir ses creatures dans le Nord et
l'Artibonite, Petion, G6rin et Ferou firent aussi 61ire leurs
amis dans l'Ouest et le Sud.
Jusqu'au dernier moment, P6tion avait pens6 qu'il n'y avait
rien a faire contre :cette injustice territorial, et que par sa
grande notoriklt politique, sa moderation et une bonne diplo-
matie il allait pouvoir conqnerir une bone majority et con-
vaincre la Constituante pour l'amener a voter sa Constitution
liberale, r6publicaine et d6mocratique. Avec le concours de
Gerin il aida plusieurs amis recommandables a rdussir aux
elections. 11 pouvait done computer sur la collaboration de tous
ces amis qu'il choisit parmi les citoyens les plus 6claires
pour obtenir cette majority en provoqualt loyalement l'adhd-
sion des deputies du Nord et de l'Artibonite.
D'apres B. Ardouin, (cPetion et Gerin firent plus: ils se
firent elire membres de l'Assemblee. FBrou se mourant dejh,
ne pouvait y songer. Pourquoi cette precaution de la part de
Petion surtout ? Parce qu'il connaissait Christophe a fond,
que sa lettre i Yayou et la mission de Bonnet au Cap l'a-
vaient' encore eclaire sur ses sentiments intimes. It voulait
done faire parties de l'Asssmblee, pour y presenter ses opi-
nions politiques, faire constituer le pays 6n REPUBLIQUE,
organiser le gouvernement de maniere d ne pas voir se repro-
duire l'autocratie de Desealines. C'est ce qui explique sa re-
ponse a l'afficier de confiance que Christophe envoya aupres
de lui ,- qu'il monterait a la tribune pour repousser une sem-
blable proposition.
IG6rin ne d6sirait certaine-ment pas lerenouvellement de la
tyrannie de Dessalines, mais par ses idees politiques, il n'e-
tait pas aussi r6publcain que Petion; il eAt voulut une forme
de gouvernement en rapport avec son caractere despotique.
Soit qu'il craignit de se trouver en dissidence avec Petion et
avec les autres membres de l'Ouest et du Sud don't il connais-
sait les opinions, soit plut6t que les agitations incessantes
du Sud le retinrent dans ce d6partement, toujours est-il qu'il
ne se present pas a l'Assemblee constituante; et ce fut heureux.
a Le general Bonnet m'a dit que, lorsque Gerin vint au
Port-au-Prince au secours de eette ville attaquee par Chris-
tophe, 6tant'au S6nat apres cela, Gerin fit a ses colleagues,
notamment h Bonnet, le reproche d'avoir constitu6 Ic pays
S en Rdpublique.Ses idees a cet regard 6taient d'eriger un Etat
sous le nom de Caciquat, et de donner au chef du gouverne-
ment une autorit6 analogue a celle des Caciques aborigines
d'Haiti. II eut voulu aussi un privilege en faveur des enfants
des signataires de I'acte d'inddpendance. Bonnet soutenant
qu'it eCt et6 inconvenant de rappeler les forces pripmitives







;-72 .

d'un people qui n'existait plus depuis des sikcles et la neces-
site de 1'dgalite entire tous les citoyens. Grin se facha en di-
sant: (Mais diable! le fils du general G6rin ne peut pas dtre
I'egal d'un premier venu) Voilh de ces idees qui l'emp6-
cherent d'exercer aucuue influence, et qui faisaient rire de lui -.
(B. Ardouin).
Dans ses Souvenirs hisioriques, p. 154, le g6enral Bonnet
s'exprime dans le meme sens. Son fils Edmond qui a recueilli
ses souvenirs, s'est fromnp en portant cet anecdote <(lors de
la discussion du pacte social). G6rin s'en est abstenuet Btait
rest dans le Sud, comme nous le ferons voir. B. Ardouin a
situ6 cet incident a sa vraie place : cQuand Gdrin vint au
Port-au-Prince, attaqu6 par Christophe... ) A part cette petite
erreur, l'expos6 de Bonnet correspond entierement a celui de
B. Ardouin : ((G6rin aurait voulu qu'on cr6at dans laConsti-
tutu un cacique superieur qui occuperait le pouvoir supreme,
et despetits caciques sous es ordres qui commanderaient les
departements. Outre le ridicule de cette proposition, il y.avait
clairement, au fond. la pensee auretour d'un pouvoir absolu,que
la revolution venait de renverser. En second lieu, au camp de
l'Arcahaie, dans une discussion, il avait dit a David Troy :
((Votre Constitution est mauvaise. Vous voulez que le fils du
general Gerin soit l'6gal d'un cultivateur !- ( Devant la loi,
certainement, rdpondit David Troy; dans la society, le fils du
general Gerin, par sa fortune, par I'6ducation qu'il aura reque,
occupera un rang plus 6leve que le fils d'un cultivateur; l'un
et l'autre ne seront pas moinsegaux en droit.--Gerin secouait
la tte en signe d'improbation, et Bonnet restait couvaincu que
la Constitution ne pourrait fonctionner 6tant exdcutee par
l'homme qui avait emis de semblables id6es.
Cet incident se passa pendant la champagne centre Saint-Marc
occupy par ]es troupes de Christophe,en janvier ou fevrier 1807,
Petion n 6tant pas encore elu President. A ce moment, G6rin
6tait le seul candidate, la candidature de Magloire Ambroise
proposee par P6tion n'ayant pas plus au Senat. Cet incident
fit refl6chir Bonnet, et joint a l'algarade de G6rin le jour
meme de l'election pr6sidentielle, ces deux incidents convain-
quirent Bonnet que Gerin n'etait pas hommee qui oonvenait
a la presidence pour mettre en vigueur la Constitution qui
venait d'etre votee.C'est alors que Bonnet proposal Petion au
Senat qui fut entierement satisfait de rendre hommage i P6-
tion, qui n'avait pas voulu poser sa candidature pour des rai-
sons exposes plus loin.
Le general Bonnet rapporte que ((Grin se croyait si bien
assure du vote du Senat en sa faveur, que d6ej il avait fait
confectionner un costume de President)). Cette particula-
rite tres suggestive fait comprendre que Petion n'avait jamais
desire la pr6sidence ni pendant la r6daction et le vote de sa
Constitution de 1806, ni plus tard en mars 1807. P6tion avait
porter la plupart de ses colleagues constituents a voter pour
.Christophe le 28 de cembre 1806, comme c'Otait convenu dUs








inauguration de la revolution aux Cayes, revolution la-
quelle il avait adh6r6 quand l'arm6e r6volutionnaire parvint
au Grand-Goave. En mars 1807, il voulait opposer le g6enral
Magloire Ambroise, don't il avait propose la candidature au
Senat, a G6rin. Nous savons que le S6nat n'approuva pas le
choix fait en Magloire Ambroise, et pr6f6ra se rallier a la
proposition de Bonnet qui 6tait oppose a G6rin. Le Snat
adopta le choix de Bonnet, c'est-h-dire Petion, quand il se
convainquit reellement que G6rin ne convenait pas. Cetle par-
ticularit6 rehausse encore davantage le desinteressement stoi-
que integral de P6tion. Reprenons maintenant le recit si
Sanimd et si fiddle de B. Ardouin relatif A la physionomie mo-
rale et politique de la premiere assemblee parlementaire
haitienne qui allait se r6unir:
( Phtion devait ndcessairemrnt y primer, ayant le concours
d'hommes tels que les deux Blanchet, Theodat Trichet, Bonnet,
Lys, Boyer, Daumec, David Troy, etc., certainement plus ca-
pables de manier la parole que la plupart des deputies du Nord
et de l'Artibonitc. Tel 6tait son espoir, en restant dans la l-
galitd, en laissant a chacun la faculty de manifester ses opi-
nions politiques, mais en comptant en mnme temps sur l'in-
fluence des iddes, pour voter une -constitution conforme aux
siennes.
((Mais les d6put6s du Nord et de l'Artibonite 6tant sucessi-
vement arrives au Port-au-Prince des le 30 novembre, con-
form6ment a la circulaire de Christophe, et tous les d6putes
du Sud ne l'6tant pas encore, a cause des difficulties n6es des
agitations, P6tion vit le nombre des premiers, en meme temps
q que Roumage aind, d6put6 du Cap et directeur des domaines,
luifit une confidence important. Deja, auCap m6me, Roumage
avait averti Bonnet, que Christophe allait faire tendre une
embuscade au Camp-Coq, entire Limb6 et Plaisance, pour le
faire assassiner avec les autres membres de la d6putation:'
ce qui avait necessity le prompt depart de Bonnet d u Cap. "
((Roumage fit done savoir a Ption, que la Constitution que
voulait Christophe, dtait toute faite; qu'elle avait te r6digee par
Rouanez jeune d'apres ses ordres,que tous tes deputies du Nord
et de l'Artlbonite avaient regu I'injonction de la proposer et
de la voter: ce qui eCt 6te facile, puisqu'ils seraient en ma-
jorite dans l'assembl6e. Roumage se d6voua ainsi A une mort
honorable. (1)
((11 fut tout aussi facile a Petion de s'assurer, par d'autres
d6putes, de la veracite d'une information qui important tant
A la nation. L'estime g6n6rale don't il jouissait dans toutes
(' les parties du pays, l'accueil bienveillant et distingu6 qu'it

(1) rRoumage ain6 avait adopt les principles de la Constitution de
1806. 11 mourut par ces deux motifs [Note de B. Ardouin ]. Honneur
A sa m6moire: il mArite d'etre consacre comme un des heros de la
R6publique. La ville du Port-au-Prince a le devoir de donner son
nom A une de ses rues. Je me ferai le devoir de retracer Sa biogra.
phie. (Dr Francois Dalencour)









avait fait a ses concitoyens du Nord et de l'Artibonite, lui
firent obtenir cet aveu.I1 etait evident que sa r6ponse a lofficier,
transmise a Christophe, avait motive cette adroite manouvre
de sa part. Pour arriver a ses fins, le chef provisoire du gouver-
nement n'avait pas reculd devant la violation de la liberty du
vote; et cependant, il allait garder uI semblant de I~galitd
dans l'oeqyre constitutionnelle. Dans une telle occurrence, fal-
lait-il laisser a Christophe la liberty de miner les liberties pu-
bliques, au profit du hideux despotisme qu'il developpa dans
la suite ? Potion etait trop bon ing6nieur politique, pour ne
pas 6tablir une contre-mine au profit du people souverain.
) C'est alors qu'il fit commence la redaction de la Consti-
tution de 1806 don't les bases etait arrdties dans son esprit
comme dansjcelui de ses collaborateurs intimes. Mais cela ne
suffisait pas: il restait toujours une majority parmi les depu-
tes, obligee, contrainte de voter la constitution de Christophe,
sous peine d'assassinat).(B. Ardouin, t. VI, p. 446-449)
Voil dans quel tragique dilemne se trouvait le g6ndral Pe-
tion, que tout 1'Ouest et le Sud consid6raient depuis long-
temps, depuis 1800, et maintenant encore davantage, comme
un sauveur. Christophe ayant terrorism les ddputes du Nord
et de l'Artibonite qu'il avait menaces d'assassinat, s'ilslne vo-
taient pas sa constitution despotique, Christophe etait sir de
sa majority.
Le g6enral Petion pouvait-il benevolement accepter cette
manifestation immorale de la force brutale, qui allait longer
immanquablement le Pays dans les horreurs d'une tyrannie
qui s'annontait pire que celle de Dessalines et de Toussaint
Louverture, come l'avaient si bien predit les hommes du Nord
au g6enral Bonnet ? N'y avait-il pas moyen de r6agir pour
prevenir cette honte pour la race noire?
II y avait !quelque chose a faire d'urgence pour empecher
la consecration de la tyrannie de Christophe. Pdtion se decida
6nergiquement sans tarder. Cependant, il faut insisted pour
faire remarquer qu'il tie prit sa grave decision qu'apres avoir
reeueilli toutes les preuves qui manifesiaient intention ma-
chiavilique de Chrtstophe de violer la liberty du vote tout en
gardant un semblant de legalite apparent dans l'oeuvre cons-
titutionnelle. C'est cette hypocrisie qu'il fallait dejouer.
P6tion laissa la premiere phase des elections trainer en lon-
gueur. Puis, de concert avec Gerin, pour le Sud. il passa
l'ordre aux autorites locales de proceder eux elections d'un
deput6 dans chacune des principles bourgades importantes
de l'Ouest et du Sud non encore administrativement reconnues,
mais aussi, si ce n'est meme plus populeuses que des bour-
gades du Nord qui avaient pu participer a ces elections par
leur reconnaissance a l'dpoque colonial, le Sud ayant ete
toujours plus n6glige quele Nord.
Oui, il n'y avait qu'un seul moyen : rdparer cette injustice
de l'ancienne division terrtoriale en permettant aux bourgs
importants de l'Ouest etsurtout du Sud de manifester leur








voloni 'en chosissant un depute d l'Assemblde Constituanie.
Le moment 6tait propice a cette repartition just et neces-
saire: on 6tait en p6riode revolutionnaire. Or, le principle sou-
verain dans toute revolution est que (.le salut du people est
la supreme loi ). P6tion etait done en droit de mettre a exe-
cution ce principle fundamental pour executer cette reaction
qui 6tait un veritable coup de theatre, un coup de maitre, et
non un coup d'Etal. C'6tait plut6t la revolution dans la revo-
lution, 1'int6gration de la vraie justice dans la revolution
du Sud.
Si la prise d'armes qui a about au renversement de Dessa-
lines peut.6tre appelee la revolution du Sud, le coup de thdetre
de Petion brisant le despotisme de Christophe afin d'6tablirla
Republique peut 6tre d6signe comme la revolution de I'Ouest.
Apres avoir bien combine sa revolution, (Petion depdcha
imm6diatement Lys et David Troy aupres de Gerin et de Fdrou,
afin de leur communiquer l'information qu'il avait revue, et
de leur prouver l'imp6rieuse necessity d'ne faire l6ire dans
les moindres bourgades du Sud, ou il y en avait tant, non
classes comme paroisses (1). L'Ouest en fournit quelques-uns
aussi, provenant de I'arrondissement de Jacmel. Voila com-
ment et pourquoi il y:eut une majority du c6te del'Ouest et du
Sud, ii y eut retard dans les travaux de l'Assembl6e consti-
tuante ). (B. Ardouin, p. 449.)
Les nouvelles paroisses creees etaient aunombre de quinze:
soit trois pour la 2e division de l'Ouest et douze pour le Sud,
ainsi r6parties:
Dans l'Ouest. CBtes-de-Fer, Cayes-Jacmel et Sale-Trou: 3.
Dans lelSudl: MiragoAne, Pestel, Petite-Riviere-de-Dame-
Marie, Irois, Trou-de-Roseaux, Trou-Bonbon, Anse-du-Clerc,
Auglais, Chardonnieres, Port-a-Piment, Petite-Riviere-de-
Nippes et Baraddres : 12
Les 6lecteurs de ces quinze nouvelles paroisses se r6unirent
immediatement et choisirent effectivement quinze d6put6s
supplementaires ou surnumeraires. Comme on le voit, ces
quinze paroisses 6taient aussi importantes, si ce n'est plus,
en 6tendue et en population que n'importe quelle autre du
Nord ayant la facultde lectorale.
La revolution 6tait faite, la manoeuvre d eChristophe 6tait
dejou6e par un coup de maitre, la Constitution lib6rale, rd-
publicaine et democratique de Petion 6tait maintenant slre
d'etre vote par une majority devouee a lal liberty. La rAvo-
lution dans la revolution, la revolution de Ouest, avait done
e6t r6alisee sans effusion de sang.
Un fait evident resort de tous ces dv6nements: non-seule-
ment P6tion est l'auteur, l'animateur et l'initiateur de la Cons-
(1) ( On ne nomma pas deux d6put6s par paroisses, comme l'a dit
M. Madiou, mais un dans chacune des bourgades qui n'etaient potnt
reconnues comme paroisses. II ett Wt6 par trop absurde de venir
presenter deux deputes par paroisse, lorsque chacune devait four-
nir uu seul d6pul te. [Note de B. Ardouin]








titution r6publicaine, il est aussi av6er que c'est son coup de
th~etre qui en permit le vote par'cette majority qu'il forgea
par une revolution dans la revolution, en recourant a un
surcroit de d6put6s pour l'Ouest et le Sud. Sans cette ma-
noeuvre audacieuse et habile, jamais la Constitution creant
la Republique d'Haiti-la Constitution de 1806- n'eit pu
etre adoptee. Cette manoeuvre a sauv6 la nation haitienne;
elle a preserve l'avenir du people haitien ; elle seule a pu don-
ner un visage decent a notre jeune nationality; elle a empe-
ebh le pays de sombrer dans la mascarade sanglante des ty-
rannies abominables qui allaient le d6shonorer, souventguett6
par les gouvernements anglais et francais, come une proie
facile, parce qu'ils ne croyaient pas a sa viability. La repu-
blique de Petion leur a donned uuformel dementi par sahaute
et belle tenuede 1807 a 1843 : trente-six ans de vie bien rem-
plie d'honneur et de dignity qui en ont assure la p rennite, et
d6courage les gouvernements europeens qui en attendaient,
escomptaient 1'effondrement subit.
La manoeuvre audacieuse et magistrale dePetion etait done
bien conforme au principle revolutionnaire: ( Le salut du
people est la loi supreme)). Ce principle est sacr6 quand il ne
s'y joint aucun interdt personnel, comme ce fut le cas pour
Petion au debut de decembre 1806. En ex6cutant sa belle ma-
noeuvre revolutionnaire, P6tion n'avait aucun advantage per-
sonnel ou materiel a en retire, puisqu'il etait deja convenu
que Christophe devait Wtre Mlu come chef definitif.
Effectivement, sa Constitution une fois votee, Petion se con-
forme aux voeux des revolutionnaires du Sud, et Christophe
sera elu sans difficult. Petion a done ete entierement desin-
teress6 en executant sa belle manoeuvre politique, qui le met
au-dessus de Cesar et de Bonaparte.Ces deux grands hommes
d'rtat firent leur coup de theatre a leur profit personnel:
apres la bataille de Pharsale, Cesar devint dictateur et fut
assassin; Bonaparte fit le 18 brumaire pour prendre ]e pou-
voir autocratique.
En faisant sa manoeuvre, P6tion ne vit que la Rdpublique
ia tablir et l'avenir du people haitien dans la decence et la
civilisation. Si, dans la suite, le pouvoir supreme qu'il ne
briguait pas, luisourit, ce fut de la faute de G6rin, qui 6tait
devore de cette ambition, et qui ne fut pas elu ce jour, parce
qu'il avwit mecontente par ses extravagances les senateurs
qui allaient 1'elire.
II fautinsister s ur ce fait que Petion n'a jamais brigu6 le
pouvoir. Dans ses Souvenirs Historiques, aux pages 153, 161
et 165, le g6enral Bonnet ne laisse aucune place au doute a
ce sujet. II affirme que PMtion 6tait loin d'ambitionner In pou-
voir et aspirait plutht au repos. Sans doute, Petion, s'dtant
beaucoup fatigue a la redaction de la Constitution et A l'orga-
nisation des d6marches pour avoir une majoritY favorable au
vote de ce document, dtant de nature maladivo, devait avoir
besoin d'une detente.
Ensuite se souvenant des luttes entire Toussaint et Rigaud'








-77-


Potion pensait qu'il dtait impolitique de la part deshommes de
couleur de rechercher le pouvoir supreme; il croyait qu'il con-
venait mieux, pour ne pas voir se reproduire les mrmes luttes,
d'opposer un noir a un noir. II disait ouvertement qu'il vo-
terait en faveur de Magloire Ambroise, mais ce choix ne plut
pas au s6nat.
Pour toutes ces raisons, Pdtion ne voulait pas de la prd-
sidence, nous dit Bonnet. Le choix qu'il fit de Magloire Am-
broise m6contentabeaucoup le general Yayou, qui avait aussi
des ambitions. C'est en grande parties ce m6contentement qui
le portera, plus tard, a conspirer contre Petion.
Ces declarations du general Bonnet sont d'autant moins su-
jettes a caution, qu'il 6tait devenu plus tard l'adversaire de
Petion. Comme il a ecrit ou dict6 ses souvenirs personnel
apres la mort de Petion, nous pouvons accepter cette d6cla-
ration particuliere co'mme la reproduction de la reality histo-
rique.
On ne saurait done blAmer Petion d'avoir con;u et execut6
une manoeuvre, don't les repercussions furent si heureuses
pour le people hailien et pour la race. La grandeur des actions
humaines se measure a l'id6al qui les a:inspir ees et aux con-
sequences favorables et bienfaisantes qui ont suivi leur exe-
cution. C'est A cette aune qu'il faut mesurer la manoeuvre
polilique que Petion executa au debut de decembre 1806 en
s'inspirant du bonheur de la nation haitienne et de la renom-
mne de la raca noire.
On ne saurait done trop deplorer l'nttitude malencontreuse
de quelques publicistes qui ont parl6 de cette affaire, sans
en avoir bien p6n6tre la psychologie. Il est encore plus p6-
nible de trou'ver quelques blAmes chez des historians notoires,
m6me parmi ceux qui admirent Pation. parce qu'ils se sont
laiss6 influence por des courants politicians que la figure
liberale, republicaine et d6mocratique de P6tion gene, et
qui profitent de cette politique despotique personnelle qui fut
1'apanage de Christophe, de Dessalines et de Toussaint Lou-
verture dans l'usage si abusif qu'ils font du pouvoir. Cepen-
dant, il: est malheureux que l'historien veritable croie devoir
sacrifier a la politique du -moment, surtout s'il appartient A
administration.
A mon humble point de vue, notre plus grand historien,
B. Ardouin est dans la veritd la plus strict, la plus impar-
tiale quand il jtige ainsi Petion: ( On dira, sans doute, que
Petion manquait de sinceritY en agissant ainsi, qu'il violait
lui-m~me la legality, la convention a laquelle il souscrivit,
ct qu'il parait meme avoir proposee, de nommer un seul de-
pute par paroisse.
((Nous repondrons a cela, qu'il ne pouvait Wtre un niais
politique, que Christophe lui ayant d'abord fait connaitre son
intention d'avoir une autorit4 exhorbitante, ayant ensuite ruse
pxur se la faire donner avec l'apparence de lIgalitd et em.-
ploye son pouvoir provisoire pour intimider les d6put6 ,








-78-
Potion eft meritM la risee de la post6ritM, s'il se fit arreth
i un tel scrupule de conscience en presence des procedes
du chef provisoire du gouvernetnent; car il s'agissait moins
de l'enjeu de sa personnel en cette circonstance, que de la ga-
rantie individuelle de chaque citoyen, des drpits du y'euple
enlier, aux prises avec les pr6tentions d'un despite ingrat.
II ne pouvait user d'aucun autre moyen que celui-ld pour
d jouer le plan ds Christophe, et il fit fort bien de l'employer.
a Mais dira-t -on encore, une telle conduite de sa part devait
inevitablement arener la guerre civil.
(Eh bien! oui, la guerre civil, preferable, pour les popu-
lations de l'Ouestetdu Sud, au joug ignominieux d'unbarbare
qu'elles avaient honor de leurs suffrages. Et quel 6tait done
le droit de H. Christophe, d'imposer sa volont6 personnelle
a tous ces homes qui l'avaient proclaim chef du gouver-
nement? Si Rigaud avait pu, avait du resister a celle deTous-
saint Louverture- h plus forte raison Petion devait-il resis-
ter a celle de Christophe.
((La guerre civil? Mais pour l'6xp6rience du people haitien,
elle allait mettre en parallele l'arbitraire et la loi la vio-
lence et la moderation- la cruautU et I'humanit6, jusqu'A ce
qu il plfit a Dieu d'assurer le triomphe de I'Occident sur le
Nord, de la civilisation sur la barbarie. Les nations peuvent-
elles toujours eviter de pareilles calamits ? Le plus souvent
c'est dans le sang qu'elles se rgdnderent. Honte a ceux don't
l'ambition ou I'injustice sont cause qu'il en soit vers6 Hon-
neur a ceux don't I'Bnergie accepted un d6fi semblable! L'in-
dependance d'Haiti ne fut-ells pas le resultat de I'injustice de
la France, attisant le feu des discordes civiles pour amener
l'esclavage sur ce sol qu'elle avait si g6ndreusemient legu ai
laLibertd? Eh bien! Le triomphe desprincipes qui rgissent les
homines dans la society civil devait resulter aussi de l'ambi-
tion de Christophe, qui avait provoqu6 la destruction de la tyran-
nie,et qui voulait la reconstituer. C'est en vain que le despotisme
espere dtouffer toujours les iddes; il en jaillit de chaque
goutte de sang qu'il fait verser injustement: elles eclairent
les peuples sur leurs droits imprescriptibles). ( B. Ardouin,
t. VI, p. 449-451)
On ne saurait mieux dire pour d6fendre le desint6resse-
ment, la sagesse, la pr6voyance et la maitrise politique de
PNtion en cette grave circonstance. C'est une defense admi-
rable basee sur la psychologies politique et sur la r6alit6 des
faits. II n'y a rien a y ajouter. 11 est a regretter que tous
les admirateurs de Petion, parmi lesquels meme Saint-R6my,
qui i'aimait tant, n'aient pas pens6 a refaire le meme pro-
fond examen de conscience, come l'a si bien fait B. Ardouin.
Comme nous venons de l'6tablir, la manoeuvre politique de
Potion tait tout-a-fait desinteress6e; elle ne d6truit pas sa
grande loyaute, puisque Petion, restant d'accord avec la pro-
messe solennelle de la revolution du Sud, allait 'ontribuer
a i'6lection de Christophe comLae chef de l'Ltat. La loyautu
de P6tion ne peut don~ 6tre suspected. Qjistophe ne pourrait







-79-
avoir le droit de se plaindre que si Pdtion avait voulu l'dvincer
du pouvoir. Or tel ne fut jamais le cas, comnre les 'v6ne-
ments ulterieurs I'ont bien prouve.
D'autre part, si Christophe 6tait un veritable home d'Etat,
il aurait dd laisser passer la manoeuvre de Pdtion ; pais son
election une fois achev~e, il eit pu instituer sa monarchic peu
de temps apres, et, au lieu d'attendre jusqu'en 1811 pour so
faire nommer roi par lui-meme ii se serait couronnd beau-
soup plus t6t par le m6me coup d'Etat puisqu'il ne visit
qu'au pouvoir absolu. Et alors le Sud et I'Ouest eussent
it6 gagnes parsurprisepar cet escamotage, que Petion et G6rin
eussent 616 obliges de subir malgr6 eux.Le pays n'et jamais
connu cetto scission malheureuse de 13 ans.
La manoeuvre audacieuse et g6niale de P6tion prit un certain
temps pour 6tre execute. 11 y eut done un retard dans la
reunion omplAte de tous les d6pufts constituents au Port-au-
Prince. Christophe ayant fait les Blections manu military,
dans le Nord et I'Artibonite, fit partir immAdiatement ses d6
puts, qui purent ainsi se reunir aa Port-au-Prince, a la date
tixde, au 30 novembre.
Christophe ayant regu dans les derniers jours de novembre
1806, la fire et cat6gorique reponse de Petion i son offieier
de confiance ( cieux pour border une pareille question ( l'attribution de la
dictature au chef du pouvoir ex6cutif qui devait Wtre pro-
cbainement ,Blu), ((je monterais a la tribune pour le com-
c battre; que le people voulait la liberty, et que je le secon-
derai de tous mes efforts))-Christophe comprit que tous
ses calculs allaient etre d6jou6s, et que Petion allait se faire
dlire ddputd-constituant pour contrecarrer ses idles de dicta-
ture personnelle autoritaire. Christophe envoya ses espions
dans le Sud pour y creer et y entretenir une agitation defa-
vorable a P6tion. C'est A ce moment-la qu'il euvoya le gen6-
ral Dartiguenave en mission dans le Sud sous le fallacieux
pritexte d'y precher l'ordre et la discipline, mais en reality
pour continue I'agitation qui couvait depuis les troubles revo-
lutionnaires et qu'il excitait par ses espions. 11 eut meme I'in-
delicatesse de demander encore a P6tion par Dartiguenave
d'obtenir de l'Assemblee Constituante, quand elle s'ouvrirait,
les prerogative$ les plus large pour le pouvoir ex6cutif. (Ma-
diou, t. 111, le ed., p. 358).
Madiou nous apprend encore que (( Petion s'ltait aussi mou*
tr6 offense d'avoir 6te invite se transporter au Cap avegG6rin.
Christophe leur avait fait savoir par lettre qu'il avait i s'en-
S tretenir avec eux sur les importantes questions du moment,
ne pouvant pas confier au paper ce qu'ilavait d leur dire.
Pdtion pensait qu'il lui tendait un piege). (T. III, le dd., p.
358) C'6tait en effet une chose inavouable, done malhonndte :
au course d'une conversation, Dartiguenave !e dit B P6tion,
c etait le pouvoir absola que Christophe demandait a PNtion
de coosaurer dans la.pouvelle Constitution. Irrit6, mais avec
le plus grand sag-froid, Petion fit la I&6e r6po-ise '- Dlti"








-80-


guenave: (S'il se prdsente un homme assez audacieux pour
border une pareille question, je monterai I la tribune pour
le combatttre: le people veut la liberty, et je le seconderai de
de tous mes efforts).-Ecoutons maintenant B. Ardouin qui
a donn6 un excellent expose de la mission de Dartiguenave
et des 6v6nements qui l'ont suivi de pres:
n Cette mission avait pour but apparent- d'y precher l'ordre,
la tranquillity, la subordination, l'obeissance au chef du gou-
verneinent; de recevoir toutes les plaintes qui pourraient lui
*tre faites; de prendre A tAche de calmer les asprits et de les
disposer A l'oubli de toute haine et de toute animosity de par-
ti; de ne travailler qu'k maintenir l'union, la fraternity, la
bonne foi, qui pouvaient seules preserver le pays de l'anar-
chie et de sa ruine total, aupres des gne6raux, des chefs de
corps, des soldats, des habitants et des cultivateurs... (1)
((Le but rdel de cette mission etait d'op6rer dans le Sud,
encore dans une agitation fidvreuse qui occupait tous les ins-
tants de GBrin, ce que Christophe avait tented aupres de Ya-
you,-non que Dartiguenave Feut fait sciemment, mais qui
serait resulted s'il y etait alley pour recevoir toutes les plaintes:
car Dartiguenave, home de bien et citoyen du Sud, n'au-
rait pas voulu bouleverser ce d6partement of1 il avait toutes
ses affections de famille, tous ses amis. Qui pouvait ne pas
se plaindre de Gerin parmi les soldats, etc., etc., lorsque chaque
individu nourrissait des pr6tentionns exorbitantes, qu'il avait
peine A contenir, ne poss6dant pas le tact de P6tion.
((Dartiguenave avait en outre le pouvoir de conf6rer des com-
mandements, de fire tous les changements qu'il jugerait ne- )
cessaires dans les fortifications; et le ministry Gerin s'adjoin-
drait A lui dans sa mission et l'aiderait de ses ses conseils. (2)
C'etait I'annulation de Gerin, I'aneantissement de son auto-
rite dans le Sud, que voulait le chef chef provisoire du gou-
vernement; car congoit-on qu'un ministry, un general de di-
vision, a qui l'armee et la population avaient d6fWr6 de leur
propre inouvement, le commandementsiuphrieur pour lesgui-
der contre la tyrannie, fat reduit au role passif de simple
conseiller d'un gdndral de brigade, dans un temps d'effer-
vescence politique?.
((Mais P6tion 6tait 1A, qui veillait dans sa fameuse ville
du Port-au-Prince, pour la conservation de l'autorit6 de son
colligue- comme il avait Wte au Haut-du-Cap, A Br6da, illus-
tres a plus d'un titre, pour veiller A la conservation des jourd
de Clervaux, de ce mrne H. Christophe, et de ses compa-
gnons d'armes de la 13e et de la 10e. (3)
(1] Histoire d'Haiti, par Madiou, t. 3, p. 357.
(2) Ibid.
(3) t De retour a Saint-Dumiague avec l'expedition des Fran;ais,
aussitdt que i'en ai pene'r 1 z b5", je suis sorti du Cap; et, eni entrcs-,
r; zv. avec mi C p;:r, Chri -ssope. j puis me considerer comnie
'a consfr ateurd ses jours, Extrait de 1'6crit public par P tion
le 17-Invier 1807. .








- 81 -


(En envoyant Dartiguenave dans le Sud, Christophe avait
dcrit une lettre i Petion, en date du 30 novembre, oAi il-lui
disait: (Le general Dartiguenave est porteur de mes ordres,
il est charge de vous les conmmuniquer, je wous invite d l'as-
sister de vos conseils)). C'6tait renouveler ce qu'il lui avait
deja dit dans sa lettre du 23 octobre --( qu il avait la persua-
sion que Petion concourrait, en son particulier, a l'aider de
scs luminres lorsque le bien public l'exigerait.)
((Ce cas etait arrive. Apres avoir pris communication des
j instructions de Dartiguenave, Petion lui fit comprendre facile-
ment que ce serait metire le feu aux quatre coins du Sud don't
la population etait si agitee; et que le general Gerin avait plus
de droits t la consideration et aux 6gards de Christophe, que
celui-ci nelui en montrait en faisant faire une telle mission.
Mais, laissons-le parler lui-mmne a Christophe:
((Port-au-Prince, le 10 decembre 1806.
(Le general de division Petion, commandant la 2e divi-
sion de I'Ouest, et membre de l'Assemblee Constituante.
Au g6enral en chef Henry Christophe, chef provisoire
du gouvernement
( que le g6enral Dartiguenave etait charge de me remettre. Ce
general m'a fait part de la mission don't vous l'avez charge
pour le Sud, et m'a communique, d'apres vos ordres, les ins-
tructions don't il est porteur. Comme par votre lettre, vous
m'invitez d l'aider de mes conseils relativement a cette mis-
1 sion, j'ai pens6 qu'il etait' de mon devoir de lui faire con-
naitre tout le mauvais effet que produirait dans ce moment
sa presence dans cette parties: lui-mdme en est convenu et
s'est ddcidd d vous fire part de nos rdflexions, et d'attendre
ici vos ordres.
(D'apres la confiance que vous me temoignez, je dois,mon
general, vous dire la v6rite. et je suis trop ami de mon pays
pour ne pas vous eclairer sur une demarche qui pourrait en
trouble le repos.
((Le g6enral G6rin est le premisr qui s'est mis a la tltede
la revolution qui nous a d6livre de la tyrannie; il n'a pes
balance faire le sacrifice de sa famille exposee a la f6rocite
de Dessalines, pour defendre la cause du people. Ce g6enral,
depuisle commencement de la revolution (en 1791) n'a cess6
de combattre pour la liberty don't on pourrait dire qu'il est
le martyr ; dans ce moment meme, il se donne tousles mou-
vements possibles pour maintenir l'ordre et latranquillit6. En
voyant arriver le g6enral Dartiguenave, charge d'une mission
particulibre et revetu du pouvoir de conferer des eommande-
ments, il regardera n6cessairement cette demarche comme
une marque c-rtaline du pue de confiance que vous avez en
luii et comme un dessein forne d'avilir son autorite aux yeux
de ces m6mes hommes qui se sont volontairement ranges
.gous sol commandement. Les officers qui 6nt concouku avec










ce general au renversement du tyran, croiraient voir un dd-
saveu de.leur conduite et la crainte des suites pourrait les r6-
duire au desespoir. II est de mon devoir de ne pas vous lais-
ser ignorer que l'effervescence n'est pas encore tout-a-fait
apaisee dans cette parties; tous les esprits sont tendus vers
la Constitution; c'est le baume qui seul peut gu6rir toutes
les plaies que l'inqui6tude faith naitre. N'est-il pas prudent,
mon general, que nous attendions ce moment si desire ? Je vous
prie de riflechir vous-inme sur les consequences qui pour-
raient en driver. Si une d6:narche, quoique innocent, etait
susceptible d'interpr6tation, le moindre des r6sultats serait
de faire perdre au gouvernement la confiance du people;
alors I'harinonie serait d6truite, la defiance renaitrait et le
progres du bien serait retard dans sa inarche. Pesez, dans
votre sagesse, mon g6n6ral, toutes les raisons que je viens
de vous deduire, et je suis persuade que vous les approuve-
rez. Votre propre gloire exige imperieusement que vous fas-
siez le bonheur de ros concitoyens, et vous nzanqueriez ce but
qui doit vous immortaliser..
a(.'ai I'honneur de vous saluer respectueusement.
((Signe : PETION
(Si cette lettre no manquait pas d'habilete, elle disait nean-
moins des choses serieuses a Christophe, des verites don't il
devait se p6netrer pour bien gouverner le pays, des conseils
utiles, enfin, pour faire le bonheur du people. car en d6fini-
tive, c'6tait la la chose essentielle. Et en quoi consiste done
la veritable habilete, sinon a decouvrir les moyens de reussir
dans une oeuvre aussi glorieuse? Des intrigans astucieux
peuvent souvent r6ussir dans leurs desseins, en employant
des supercheries; mais leurs succes sont toujours entach6s
des vues de leur personnalit6, de leur 6goisme : ils auront
et6 adroits, ils ne seront jainais consid6res habiles, par les
hommes qui ont le sens moral.
aII est evident que Petion d6sirait 6viter un conflict entire
Grin et Dartiguenave, et mime entire cet officer du Sud, et
ses autres camarades. D'apres la connaissance qu'il avait du
caractere de chacun, de celui de G6rin en particulier, de la si-
tuation de ce d6partement, ilpouvait craindre que Dartigue-
nave, en voulant user des pouvoirs extraordinaires qu'il avait
regus, aurait 6te victim de son zele dans ces moments de
s6rieuse agitation que sa presence eat encore augmentee (1).
Pensant ainsi, ind6pendamment de ce qu'il voyait quel 6tait

(1) Quand Dartiguenave arriva an Port-au-Prince porteur de tells
instructions, 11 fut accucilli acec indignation. Comme repr6sentant
du chef dni gouvernement. il ne pouvait que contrarier P6tion et
Gtrin qui exe'rcaient vdritablemint la sovou craincte dtans I'Ouest et
le Sud. (Hist. d'Haiti t. 3, p. 358)
On a pu 6tre indigo. centre Christophe, miais non pas centre Dar-
liguenave M Madiou a done oublie que cet officer etait un com-
pagnon de Petion dans le Sud I N'a-t-il pas lu le ler paragraph .d








-83-


le but rdel de Christophe, ne devait-il pas faire usage des coi-
seils que celui-ci lui avait recommand6 de donner A son
envoy.
(Petion pouvait-tt, devait-il laisser aniiuler l'autorite de
Grin, lorsque celui-ci la tenait de la m6me source d'oi 6tait
sortie celle de Christophe ? Si ce g6neral-ministre ne s'6tait
pas mis a la tote de l'insurrection du Sud, eft-elle rbussi
contre Dessalines, et Christophe aurait-il 6te le chef du gouver-
nement? La defection de PAtion lui-rnme n'avait-elle pas
assure ce r6sultat? Et ce serait apres l'avoir proclam6,qu'ils
auraieut consenti'd s'effacer devant lui ? II faut se penetrer
de ces precedents et de la situation des choses pour juger de
la conduite de Petion. lle fut habile, nous en convenons;
mais elle 6tait 6galeinent ferme et fondue sur le droit qu'ils
avaient, Gerin et Petion, d la consideration et au respect de
Christophe. Puisqu'il l'oubliait si vite, ii fallait le lui rappe-
ler; et Petion le tit avec sagacity. fermetd et franchise tout a
la fois, en mettant sous ses yeux les plus serieuses r6flexions.
((Mais Christophe ne lui tint pas compete de tout ce qu'il
Ini disait par sa lettre,'parce qu'il se croyait un tel droit a la
succession imp6riale de Dessalines, qu'il lui semblait que tous
ces hommes qui l'avaient reconnu come chef du gouverne-
ment, n'avaient rempli que. leur devoir et devaient mainte-
nnnt se courber devant son autorit6. Il rappela Dartiguenave
auCap, mais pour le faire assassiner, parce qu'il n'avait pas
passe outre les conseils de P6tion. (B. Ardouin t. VI, p. 433-439)
Comme on le constate, dans sa reponse du 10 d6cembre 1806,
S Petion prend son titre de ( membre de l'Assemblee Consti-
tuante). Christophe a dO pAlir en lisant ce titre, et il a dO
se rappeler imm6diatement la reponse de P6tion a Dartigue-
nave: ((S'il se presentait un home assez audacieux pour
border une pareille question, je monterais a latribune pour
le cotnbattre...)) Petion avait done r6alise la premiere parties
de son plan d'action politique, tandis que Christophe 6tait
encore dans l'attente anxieuse.
Roumage et les autres deputies du Nord et de l'Artibonite
la lettre de Petion qui dit A Christophe, que Dartiguenavee est con-
venu du mauvais etfet que produirait sa mission dans le Sud; qu'il
lui ecrivait aussi pour lui faire part de lours rdflexions Dartigue-
nave fat done persuade, conraincu.
Et puis quelle est done cette souverainetd que Petion et GBrin exer-
caient? Commandants de l'Ouest et du Sud, ils ne devaient pas
employer leur autoritd A maintenir ou r6tablir l'ordre dans ces d6-
0 partements ? Si la mission de Dartiguenave n'Htait propre qu'a agi-
ter davantage le Sud, Petion dut faire part A Christophe desa con-
viction A cet 6gard, et esp6rer qu'il comprendrait cela. Chef pro-
visoire du gouvernement, Christophe lui-meme 6tait-il un souverain ?
Le Peuple seul l'etait!
M. Madiou n'a t-il pas assist 4 une revolution, en 1843, ofi ce
principle 6tait dans toute sa force, et durantlaquelle les grndraux de
l'armee duren-t neanmoins exercer leur autorite pour le maintien:dd
YVordre? Bsxerg aient-ils la souverainete 7








-84-


htant arrives au Port-au-Prince dans les derniers jours de
novembre, et ayant fait h Petion cette terrible confidence que
Christophe les avait nommns avec l'injonction de voter sa
constitution despotique sous peine d'assassinat, Petion no prit
qu'd ce moment precis, dans les premiers jour de d4cembre,
sa grave decision d'augmenter le nombre des deputies de
l'Ouest et du Sud. D'oI le retard a la reunion complete de
tous les membres de 1'Assembl6e Constituante. Les derniers
d6putes du Sud et de l'Ouest ne purent arriver au Port-au-
Prince que vers la mi-d6cembre.
Les d6putes du Nord et de 1'Artibonites observ6rent a Petion
cette lenteur de se r6unir en assemble. Potion leur object
que tous les d6put6s du Sud n'6taient pas encore arrives et
qu'ils ne pouvaient pas faire la Constitution sans la parti-
cipation de ceux de toutes ses paroisses. En m6me temps, il
leur prodigua tous les t6moignages possibles d'une affectueuse
hospitality, lesinvitant dans sa maison privee, se mettant h leur
disposition pour toutes sortes de services, donnant des r6-
ceptions pour eux, enfin les couvrant de toutes sorts d'atten-
tions courtoises et cordiales. Ces deput6s purent ainsi faire
la difference entire l'atmosphere politique du Port-au-Prince et
celle duCap, entire le temperament liberal de P6tion et le des-
potisme de Christophe qui les avait menaces d'assassinat
pour voter sa constitution tyrannique.
D'apres B. Ardouin, les eaffid6s de Christophe, parmi les
deputies du Nord, Juste Hugonin et Felix Ferrier, ne purent
ignorer le delai mis par P6tion a l'execution de la mission de
l'officier Dartiguenave, non plus que le consentement donnd
par celui-ci a attendre de nouveaux ordres apres la lettre de
P6tion a Christophe: ils 6crivirent a leur maitre et enveni-
merent cette situation plutot p6nible entire ces deux hommes.
Probablement, ils l'informerent aussi de l'envoi de Lys et de
David-Troy dans le Sud, sans savoir peut-6tre le but de leur
mission. C'est ce qui explique le passage de la lettre de Chris-
tophe a Petion du 19 d6cembre relatif aux trames et aux me-
nres qui avaient eu lieu, disait-il, dans l'Ouest et le Sud. Mais
cette lettre n'etait que le resultat aussi d'une proclamation
qu'il avait publiee la veille, le 18 deccmbre, ot on lisait ce pa-
ragraphe:
( D'apres les agitations qui viennent de se manifester dans
les brigades de plusieurs divisions, il n'est pius permis de
douter que les agens secrets de quelques ambitieux n'aient ted
envoys pour soulever les troupes contre l'autorith lhgitime,
et les porter a refuser la solde reguliere que j'ai 6tablie d'a-
pres l'6tat de nos resources. Quel moment ont-ils choisi
pour I'ex6cution de leurs indignes projects ? Celui oft l'assem-
blee d'Haiti que j'ai convoqu&e doit commencer le travail de
la Constitution. II est aise de s'apercevoir quel est le but de
de ces ennemis de notre pays; tandis qu'ils retardent, d'un
c6te, l'arrivee des deputes du Sud, pour, avoir le tempsd'in-
triguer et de se preparer le terrain, leurs .laissaires .se.







-'85 -

patdent parmi les troupes des brigades de la Ire division de
l'Ouest (Gonaives et Saint-Marc), pour les engager & la de-
sertion. C'est ainsi que 1'on a persuade aux musicians de la
46me demi-brigade de quitter leurs drapeaux, et qu'on a souf-
fert que 3eme bataillon de la 206me demi-brigade ait aban-
donn6 la garnison du Mirebalais, malgre les ordres formels
de ses officers. On s'est servi de quelques autres deeerteurs,
parties pr6ikdemment, qu'on a renvoy6s de leurs corps, pour
teacher de gagner leurs camarades, et souffler parmi eux 'in-
surrection et la revolte, etc ,
~(. M. Madiou dit aussi: (Pendant que Dartiguenave seitrou-
vait dans l'impossibilit6 de remplir la mission que 16 chef
du gouvernement lui avait confine par l'opposition qu'il ren-
contrait en P6tion., les emissaires de 1'Ouest et du Sud r6-
pandus dans le Nord, y semaient toujours la discorde et 'jn-
subordination. Le caractere de Christophe s'agrissait de plus
en plus, sa defiance 6tait au comble, a l'dgard des revolu-
tionnaires du Sud et de l'Ouest... Le Sud 6tait devenu pour
lui un chaos dans lequel ses idees ne pouvaient plus pen6-
trer... (1)
4 I1 est Evident que cet auteur n'a fait que reproduire les
plaintes de Christophe, consignees dans sa proclamation, k
la seule difference que celui-ci fait entendre: assez clairement
que c'est de Petion qu'il parole, et de quelques autres cito-
yens alors au Port-au-Prince, et qu'il d6signe comme des
ambitieux et des ennemis du pays, qui, selon lui, ont envoy
des emissaires dans l'Artibonite (et non dans le Nord): am-
.4 bitieux qu'il a nommes dans sa proclamation du 24 d6cembre;
tandis que M. Madiou parole d'nmissaires du Sud qui auraient'
aussi concouru a cette ceuvoe deloyale. Le Sud agit6 dans son
propre sein, devenu un chaos indbbrouillable, meme pour
Christophe, aurait song a envoyer des 6missaires dans le
Nord pour y semer la discorde et 1'insubordination! S'il y
avait quelqu'un dans ee d6partement, qui eut pu concevoir
une telle idWe, c'aurait Wt6 G6rin; mais a-t-il W6t cit6 parmi
les autres ambitieux... Dans sa lettre du 19 (decembre) Chris-
tophe en fait l'bloge. (2)

(1; Madiou, Hist. d'Haiti, t. 3, p. 359. Fort haureusement pour
le Sud car ses idWes n'avaient pas le cachet d'une Providence bien-
faisante, comme celle qui d&brouilla le chaos du monde. Note de
B. Ardouin)
Christophe alterait sciemment la vrit6 en all6guant que les troupes
I talent soulevAes centre l'autoritt 10gitime, e'est-A-dire centre son
autorite. En ce moment-1A, personnel ne contestait l'autorit6 du chef
du gouvernement provisoire; on 6tait agite seulement pour empecher
le retour du despotisme tel que Dessalines venait de le pratiquer.tNote
du Dr Francois Dalencour. ]
(2] Ce qui n'est qu'alldgations de la part de Christophe, interest
4 aecuser ses adversaires, deviendrait faits aver6s daas I'lHist









peut-elle avoir dan.s ces accusations de Christophe centre
ses adversaires? Se voyant djjoue danssesprojets,ne voulant
pas reconnaitre que ses rigueurs despotiques 6taient la seule
cause des desertions des soldats; que les troupes refusaient
la solde ordonnee par lui, parce que tout d'abord on leur avait
donn6 une paye superieure; que leur mutinerie, leur insu-
bordinstion, n'etaient que le r6sultat de la revolution qui
les avait exalties; il se plaisait A rejeter ses propres torfs
sur P6tion et d'autres. Est-ce que Petion n'avait pas per-
suad6 les lie et 12e demi-brigades de reeevoir la solde rd-
guliere ordonn6e par lui, en leur rappelant qu'elles lui de-
vaient une obdissance absolute ? Ayant agi ainsi a l'egard de
de deux corps qu'il 6tait de son interet de manager, il ne pou-
vait envoyer des agents secrets pour en soulever d autrespar
ce motif. Nous avons assez 6tabli les causes de la desertion
des jeunes gens de la 4e, de ses musicians et du bataillon de
la 20e pour ne pas revenir ici sur ces incident.
((Ce fut done apres avoir lance sa proclamation du 18 de-
cembre,que le 19 il ecrivit salettre arrogante a P6tion.'Quelque
ton de superiority qu'il y prit, on reconnait que, se voyant
ddjoud, il se preparait d la guerre, car il ne pouvait esp6rer
que Petion eat souffert patiemment de telles paroles, apres
l'avoir signaled dans sa proclamation par un language aussi mal-
veillant; il connaissait son caractere resolu, malgr6 sa mo-
deration habituellea (B. Ardouin, t. 6,p. 451-454)
Tout cet orange plein de gros nuages noirs menapants se
passa dans les soinmets de l'atmosphere politique entire les
deux figures dominantes de cette epoque, don't l'une person-
nifiait la tyrannie ggoiste, tandis que l'autre 6tait invincible-

toire d'Haiti (deMadiou). Elle dit encore que Ferou mouruten de-
cembre, il n'est mort que le 16 janvie 1807; qu'avant sa mort ii avait
nomme Bergerac Trichet adjudant-g6neral. Le 25 janvier, le Senat
qualifia cet officer chef de bataillon, en 1'elevant au grade de colonel;
done Ferou n'avait pas fait ce qui fut rapport & Christophe et qui
contribua A l'aigrir, A accroitre sa defiance. (Madiou, t. 3,p. p. 359) It
eut tort de donner sa confiance seulement d des espions a,des flatteurs.
e Si nous ne critiquons pas nos traditions populaires, auxquelles il
nous faut souvent recourir pour notre histoire nationale,si nous ne fai-
sons pas la part de l'exageration et des passions qui se produisent
dans les document, nous nous exposerons A fausser le jugement de
nos lecteurs. C'est pour ce motif que j'ai critique les notes d'lngtnac
malgr6 toute I'estime que j'ai eue pour lui.La v6rit6 avant tout!(Note
de B. Ardouin)
La grande valaur de B. Ardouin comme technician de I'Histoire,
comme verse en methopologie historique,apparait dans cette note.C'est
le merite du vrai historien, de l'historien de metier, que de se surveiller
coustamment, de critiquer profond6ment les textes, et surtout les tra-
ditions qui y sont racueillies. Sans ce travail de critique et d'6puration,
il n'y a pas d'histoire A proprement parler. La grandeur, la valeur de
I'ceuvre considerable de B. Ardouin est la, dans I'exercice de la saine
critique historique qui fait passer la v-rit6 avant les legendes. (Note
du IVr Francois Dalencour. 1







-87 -
ment attache A la:d6fense des droits sacr6s du people haitien.
Quant aux elections, elles se pass6rent normalement, sans au-
cun incident, tant dans le Nord que dans le Sud et 1'Ouest;
les populations, comprenant la gravity des dv6nements don't
elles etaient l'enjeu, garderent un came anxieux.









CHAPITRE QUATRItME


LA REUNION DE LA PREMIERE ASSEMBLE
CONSTITUANTE DE L'HISTOIRE D'HAITI
VOTE DE LA CONSTITUTION DU 27 DIECEMBRE 1806

LA REPUBLIQUE D'HAITI EST FONDEE
PAR LE CONSTITUENT ALEXANDRE POTION

Christophe comprend bien maintenant que ce n'est pas
seulement a la tribune que le general Petion, d6put6-consti-
tuant, allait le contrecarrer dans ses vues despotiques per-
sonnelles, ,.omme il eut a le dire a l'officier de confiance
envoy par lui au Port-au-Prince. Des dispositions politiques
basees sur la sagesse, la justice et les idWes republicaines
avaient ete bien calcules pour porter le chef du gouvernement
provisoire a donner satisfaction aux aspirations populaires.
Ces tendances lib6rales mecontenterent Christophe qui se
laissa aller a une violent colere. 11 fit done une response inso-
lente a la lettre precedente de Petion du 10 decembre qvi lui
avait ete apport6e par Dartiguenave (1) qu'il avait rappele
au Cap:
( Au Quartier-g6n6ral du Fort-Henry (2) le 19 decembre 1806.
an 3e de l'Ind6pendance.

Henry Christophe, general en chef de l'armee d'Haiti (3)
A S. E. le general de division P6tion, commandant
la 2e division de l'Ouest.

Je viens, general, de recevoir vos deux lettres du 9 et du
(1) Christophe fit fusiller Dartiguenave pour n'avoir pas exAcut ses
ordres. Dartiguanave avait 46t oblig6 de tenir compete des sugges-
tions de P6tion et de ne pas se rendre dans le Sud, puisque Christophe
lui-meme lui avait ordonne de prendre conseil de Prtion. La lettre du
30 novembre de Christophe n'6tait done que de'l'hypocrisie, une piece
pour la galerie, un piege abominable pour pouvoir 6tre plus A l'aise
dans ses combinaisons machiaveliques qui tendaient A semer une di-
vision funeste dans l'Ouest et le Sud.
(2) Nom que Christophe donna A la citadelle Laferriere, aussit6t
apres la mort de 1'Empereur.
[3] ll faut remarquer que dans aucune de ces trois lettres de Christo-
phe,il ne prend la qualification de chef proviscire du gouvernement qui









10 du present, celle du 9 sans signature.
La premiere m'apprend que le 3e bataillon de la 20e demi-
brigade en garnison au Mirebalais, a quitt6 sans ordre son
poste pour se rendre au Port-au-Princ, of vous l'avez fait
caserner dans la crainte qu'il ne se f t r6pandu dans les bois,
si vons l'eussiez renvoyde son poste.
11 est dtonnant, Monsieur le General, que, connaissant la
consequence de la demarche de ce bataillon, vous ne lui ayez
pas prescrit snr le champ de retourner & son poste, au risque
de le voir se r6pandre dans les bois. Vous n'ignorez pas que
l'exemple qu'il vient de donner ne peut que produire les plus
funestes effects, et I'on aurait trouve bien promptement le
moyen de le faire sortir des bois ou il se serait refugee. Je
ne puis done que m'dtonner que ce bataillon soit jusqu'k ce
moment au Port-au-Prince dans vos casernes.
c Votre second lettre relative t la mission du general Dar-
tiguenave dans le Sud, m'dtonne aussi. Je ne pouvais m'at-
tendre, Monsieur le g6enral, qu'un officer envoy par le gou-
vernement, pOt 6prouver aucune difficult aremplir la mission
qui lui etait confiee, ni faire perdre au gouvernement la con-
fiance du people, faire naitre la defiance, d6truire l'harmonie,
et retarder les progres du bien. Je d6sirerais savoir, et c'est
ce don't vous ne m'avez pas instruit, comment la mission du
general Dartiguenave peut paraitre au g6enral Gerin, un des-
sein former d'avilir son autorir6 aux yeux de ces homes qui
se sont volontairement ranges sous son commandement.
( Le ge6nral Gerin, en se mettant le premier a la tete de
ceux qui ont contribu6 au renversement du gouvernement pre-
cedent, pouvait-il prdtendre d la propridtd des divisions
du Sud? Espdrait-il que ce serait le prix de ses services ?
((Le g6enral Gerin, d'apres ce qu'il m'a ecrit, est bien loin
de penser comme vous me le donnez a entendre; il se plaint
a moi des intrigues qu'ont employees les factieux pour trou-
bler l'ordre, des peines qu'il a eues pour r6primer l'ambition
des places et la cupidity dans les deux divisions du Sud. Et
plot A Dieu qu'il pit y parvenir Je desire de tout cceur qu'il
dejoue ces gens d parties qui poursuivent les grades et la for-
tune, et centre lesquels ce g6enral est.oblig6 d'employer des
voies de rigueur pour les r6primer.
SJe ne puis m'empecher de vous avouer que je ddeouvre
de plus cn plus, Monsieur le general, le fil de toutes les tramez,
de toutes les mendes [qui ont lieu dans l'Ouest et le Sud. Je
n'ai jamais su tergiverser, j'aime qn'on me parole ouverte-
- mment, et qu'on s'explique categoriquement; si vous n'avez
pas toujours rdflechi en m'6crivant vos lettres, re n'ai jamais
manqu6 de le faire en les recevant.
Les esprits sont tendus, dites-vous, vers la constitution.
lui avait 6t6 decern6 par la r6volution.Ce mot provisoire semble r6pu-
gner A son ambition, mais le titre de general en ehef de liarmQ,
d'Haiti, voilA ce qui lui ptait et lui convient., (Saint-Rmy)"






-90-

Je l'attends aussi avec la plus grande impatience; j'espere
qu'elle ne sera pas uuiquement consacree a favoriser les in-
trigans, et a leur donner les moyens d'alimenter leurs pas-
sions. Le bonheur de nos concitoyens sera toujoursle but de
toutes mes measures, et na gloire la plus chere.; mais je ne
ferai jamais consister cette gloire d favoriser les factieux et
a contribuer A leurs desseins.
SJ'ai l'honneur de vous saluer.
( Sign6 : Henry CHRISTOPHE
(11 suffirait de cette lettre pour faire connaitre le caractere
de Christophe, dit avec raison B. Ardouin, On y voit predo- f
dominer cet orgueil hautain... On y reconnait cette presomp-
tion dans les moyens que donnent la force et Ia terreur, et
l'on comprend pourquoi il ffut un tyran d'une impitoyable
cruautd. Il.y laisse percer cette pr6tention qu'il avait constam-
ment nourrie de succeder aupouvoir integral de Dessalines,
et don't son impatiente ambition devanea l'epoque, parses com-
munications confidentielles a Geffrard et Petion(I). Selon lui, ce
dernier avait tort de penser qu:il dht avoir des 6gards et pour
Girin et pour l'armAe et les populations du Sud qui ]'avaient
plac6 a leur tete. Gerin lui-meme ne devail esperer d'y con-
tinuer son haut commandement que par son bon plaisir C'6-
taient bien la des id6es dignes du future Roi qui r6gna souve-
rainement sur le Nord etl'Artibonite.Mais dans lesautres d6-
partements d'Haiti, ii y avait ausi un souverain don't 1'autorit6
devait l'emporter a la fin sur la sienne. Ecoutons son language
par 1' un de ses plus fermes soutiens, de ses plus nobles organes:

Port-au-Prince, le 24 dcembre 1806.
Le general de division Petion, commandant la 2e division
de l'Ouest et membre de l'Assembl6e Constituante,

Au g6enral Henry Christophe, chef provisoire du gouvernement

((J'ai recu, general, votre lettre du 19 courant, a laquelle je
vais r6pondre.
((A l'6gard de ce que vous me dites relativement au 3eba-
taillon de:la 20e demi-brigade, j'avais senti aussi toute la con-
s6quence de 'sa demarche; mais je n'ai pas pens6 que dans
les circontances oh nous sommes, la sdevritd fit le seul re-
mede auquel il fallut recourir; et je suis loin de croire qu'elle
aurait produit l'effet que vous presumiez. Dans le passage
d'un gouvernement a un autre, si l'on peut s'opposer a cequa
les lois soient entierement suspendues, il est difficile d'empe-

(1] B. Ardouin fait allusion A la conspiration de Christophe centre
Dessalines. Si Geffrard s'etait Iaisse gagner par Christophe, le ge-
naral P6tion, connaissant la duplicity de l'homme, refusa cat6gori-
quement d'y donner son adhesion. Geffrard mourut avant I'exAcution.
('Note du Dr Francois Dalencour.)









cier qu'elles ne percent une parties de leur force et de leur
energie.
I(Quant A la mission du g6enral Dartiguenave dans le Sud,
je n'ai fait que me conformer a votre lettre don't il 6tait por-
teur et par laquelle vous m'invitiez a l'aider de mesconseils;
et si je me suis pe.rmis de vous faire quelques observations,
ce n'est que parce que vous m'avez autoris6e cela par plu-
sieurs de vos lettres, entire autres celle du 23 octobre oif vous
vous expliquiez ainsi: e Persoune, mieux que vous, mon cher
camarade, ne connait mes principles et mon d6sint6ressement
pour toute espece d'emploi; il m'a fallu un aussi puissant
motif pour me determiner a accepter ce fardeau 6norme, avec
]a persuasion que j'ai, que vous concourrez en votre parti-
culier a m'aider de vos lumieres lorsque le bien public l'exigera.
( Connaissant les principles du g6enral GBrin, je suis per-
suade, g6ndral, qu'il ne regarded pas plus les deux divisions
du Sud comms sa proprietY, que je ne regarded celle de l'Ouest
comme la mienne. Je pense mrme qu'aucun autre fonction-
nasre ne peut avoir une semblable idee. Le prix des services
du g6enral Gerin, comme le prix des miens, est la gloire d'a-
voir reconquis la liberty de notre pays. Si nous avions de I'am-
bition, apres la journee du 17 octobre, nous 4tions lea maitres
d'y donner un libre course, tandis que notre demarche, au
contraire, a prouve quel etait notre desint&ressement. Le grade
de general de division quej'occupe en ce moment suffit a mon
ambition, et je serai toujours pr6t a m'en d6mettre, lorsque le
bien public l'exigera. J'ai prouve plus d'une fois que je n'ai
jamais connu ni l'intrigue ni l'ambition; la voix publique ne
laisse auccun doute a cet 6gard. C'est pourquoi j'eusse desire
que vousm'eussiez fait connaitre quels sont ceux qui tienn.entle
fil des trames que vous dites qui s'ourdissent dans l'Ouest et
dans le Sud; car j'aime aussi que l'on me parole ouvertement
et que l'on s'exprime categoriquement: alors je pourrais
y r6pondre.
( L'accusation que vous me faites, de ne pas rffldchir sur
les lettres que je vous ecris, m'a fait beaucoup rdflechir sur
la v6tre et sur votre derniere proclamation, et j'y ai vu un
acte peu propre a ramener les esprits vers un meme but. Je
crois devoir vous dire que j'ai, habitudee aussi de rdfldehir
sur mes actions; et dans toutes, je prends pour guide l'opi-
nion publique et I'intirdt de mon pays.
((Enfin, citoyen general, la constitution va paraitre, et je
suis comme vous d'avis qu'elle ne sera point consacrde unique-
ment d favoriser les nstrigans, ni h leur donner les moyens
d'alimenter=leurs passions. Lepeuple, en abattant le tyran A la
journee memorable du 17 octobre, n'a pas fait la guarre pour
tuer un homme, mais bien pour ddtruire la tyrannic et pour
changer la forme du gouvernement qui ne pouvait lui conve-
nir en rien, et 6tablir sa souverainet6. C'est au moment que
cet acte de sa volontd supreme devra recevoir son execution,
iu'on connaitra les ambitieux et lea intrigans. Pour nioi, je









suis pret h d6poser a ses pieds les pouvoirs que je reconnais
ne tenir que de lui, et a soumettre ma volonte particuliere a
lavolonte gndrale. C'est alors que le people distinguera ses
vrais amis d'avec les ambitieux: malheur d ces derniers/.
S'il n'a pas craint d'abattre la tote 'de Dessalines ,pourra-t-il
trembler devantdes intrigans et dss ambitieux subalternes ?
J'ai l'honneur de vous saluer
Sign6: POTION.
A cet orgueilleux, hautain et pr6tentieux, don't les senti-
ments vulgaires percent dans sa lettre du 19,decembre 1806,
PNtion donna la r6plique cinglante qu'il meritait et le stigma-
tisait comme un intrigant etun ambitieux subalterne, don't le
people haitien aura raison, puisqu'il n'a pas craint d'abattre
le tyran dans le grand Dessalines, en comparison de qui
Christophe n'6tait rien. Petion sut trouver des expressions
correctes etchoisies, en repondant du tac autac. Saint-R6my
trouve que P6tion devait employer plus de managements: ce
n'6tait pas possible, puisque Christophe 6tait non-seulement
l'agresseur mais encore l'insulteur, un 'insulteur grossier.
C'etait a Christophe, chef provisoire, a manager Petion, en le
critiquant avec plus de justice, car Petion avait rendu infii-
niment plus services a la collectivite. (Services qui lui don-
naient droit aux regards de tous et surtout a ceux de ce g6-
neral, qui 6tait venu a l'aurore de la guerre de l'ind6pen-
dance, mettre au camp d'Hericourt ( oh se trouvait Petion)
ses jours a l'abri de la vengeance des Frangais et des Tac-
cos. ) (Op. cit. p. 181 a 182)
a Si Christophe, dit B. Ardouin, fit preuve d'arrogance dans
sa lettre, P6tion sut I'en reliever par un bien digne'langage'
dans les divers paragraphes de la sienne.
a Dans les deux premiers, il se justifie pleinement d'avoir
toledr la presence au Port-au-Prince du bataillon de la 20e,
par cette profonde observation de l'homme d'Etat relative
aux consequences naturelles de toute revolution, et d'avoir
conseill6 Dartignenave de surseoir a sa mission, par la con-
fiance mnme que Christophe semblait mettre en lui, en l'invi-
tant a l'aider de ses lumieres. Dans les 3e et 4e paragraphes
oh il montre tant de modestie et de fiert6 en meme temps,
comme il se sent fort de cette voix publique a laquelle il fait
allusion, de cette opinion gendrals avec laquelie il est en
accord parfait! Dans le dernier encore, comme il parait con-
vaincu de la Souverainet et de laMajestd dupeuple,de la lgi-
timit6 de ses droits, de l'obligation of sont les chefs d'y rendre
hommage! Quelle menace faite a l'ambition de Christophe,
dans ces mots: ((Malheur aices derniers! ... S'il n'a pas craint
d'abattre la tete de Dessalines, pourra-t-il trembler devant
des intrigans et des ambitieux subalternes? )
(Apres ces deux lettres de Christophe et de Petion, on voit
poindre a l'horizon le nuage lugubre d'of sortira le fleau d'une
pouvelle guerre civil entire les infortunes enfans d'Haiti, et








-93 -


qui commenca huit jours apres la lettre de Pdtion. Au 24 dd-
cembre oi il 6crivit, la tempete s'amoncelait deja; car Pdtion
yparle d'une proclamation qu'il appelait la derniere, tandis
que le mdme jour, une autre, bien!plus virulente, emanait de
Christophe! ) (B. Ardouin, t. 6, p. 443-444)
Nous avons dit pr6cedemment .que 1'election des deputies
surnumeraires causa un retard a la reunion de I'Assemblee
Constituante qui pouvait s'ouvrir des le 30 novembre, date
fixde par la circulaire electorale du 3 novembre. Jusqu'au 16
decembre, tousles deputies du Sud et de l'Ouest n'dtaient pas
encore arrives au Port-au-Prince. C'est a partir de cette date,
au 17 d6cembre, que tous les membres de 1'Assembl6e furent
au complete. Les d6putes du Nord et de l'Artibonite talentt d6ja
au Port-au-Prince vers le 30 novembre. Ce fut done un retard
de quinze jours. Le lendemain 18 decembre,tous les d6putes
allaiant se reunir.
C'est dans cette atmosphere politique surchauffee a blanc
que le 18 decembre 1806, les deputies r6guliers et surnume-
raires se reunirent a l'eglise paroissiale (1) du Port-a-Prince
choisie pour la circonstance (2) pour la premiere fois, et ou-
vrirent les seances de l'Assemblee Constituante. La premiere
seance ou la seance d'ouverture eut lieu sous la presidence
de Cdsar Th~elmaque, doyen d'Age et d6put6 du Cap. On pro-
ceda imm6diatement a la verification des pouvoirs, qui fit
constater l'dlection reguliere de soixante-quatorre d6put6s.
Nous disons bien ( election reguliere ), parce que la procedure
electorale fut la meme partout, c'est-a-dire base sur le suf-
frage universal.
Les trente-neuf deputies du Sud et de l'Ouest 6taient les
citoyens Pierre Bourjolly-Mode, David Troy, J. P. Boyer,
Plaisance, B. Sudre, B. Tabuteau, D. Rigaud, Malette aine,
Jean-Simon, Linstant-Pradines, Aubin, Orcel, Fonrose, Briere,
Delaunay, Pinet, Antoine May, Francois Desormeaux, J. J.
Masse, Frangois-Andre-Rousseau, Charles Daguilh, J. Giraud,
J. B. Masse, Gellee, Martel aind, Voltaire, Ddpas-Medina,
Fresnel, Magloire-Ambroire, J.-B. Bayard, Lys, Bonnet, Petion,
1. Cette 6glise existe toujours A sa meme place: c'est notre vieille
cathedrale, qui devient ainsi un monument historique de grande va-
valeur, car e'est dans son sein, dans son chceur, qne se trouve la fon-
dation, le berceau de la Republique d'Haiti. Son long et large p6ris-
tyle avec plusieurs marches de l'escalier ont seuls disparu quand
il fallut rntablir I'alignement de l'ancienne rue de l'Abreuvoir, au-
jcurd'hui a Rne Dr Aubry P. Voyez l'Appendice, IV.
2. En France, autrefois, les seances des Parlements se tenaient
parfois dans les 6glises. Cette coutume a continue jusqu'A 1'6poque
revolutionnaire. Apres le fameux Serment du Jeu de Paume, l'As-
semblee Nationale se transfera A l'Eglise Saint-Louis, et elle vit s'a-
vancer au milieu d'elle les archev6qnes de Bordeaux et de Vienne, 4
la tete de cent-quarante-cinq deputies du clerg. Apros la d6faite de Vin-
cent Oge, en 1791, les Affranchis de l'Ouest, diriges par Piachiuat,
s'etaient -tablis au boirg du Mirebalais, pour r6clamer 1'execution 4u
decret du 15 mai 1791 lenr accordant 1'6galitpelitique avec.i bl~nas;








-94-


Fdquiere ain6, Theodat Trichet, Louis Laroux, Montbrun (I)
Grin, L. Dessalines (2).
Les trente-cinq ddput6s des deux divisions du Nord et de
la premiere de l'Ouest 6taient les citoyens: Pelage Varein,
Lamothe-Aigron,Roumage ain6, Jacques Simon, Lagroue, Bar-
latier, Auguste Dupuy, J. Isaac, Bonniot, Laviolette, P6tigny
fils, Jean Neptune, Felix Ferrier, Desgrieux, Manigat, Pierre
Thimothee. Beaubert, J. L. Larose, Cesar T616maque, Daumec,
Hyacinthe. Datty, Bertrand Lemoine, Galbois, Nissage Saget,
Bruno Blanchet, Blanchet jeune, Bataille, Cincinnatus Leconte,
L. D6paloir, Boucanier, Juste Hugonin, Almanjor fils, Lamon-
tagne Basquiat, Rollin.
Soit done soixante-quatolze deputes.
11 y eut soi.cante-douze deputOs presents, deux Gerin et un
d6put6 du Nord appel6Boucanier -ayant 6te absents.G6rin 6tait
rested dans le Sud et ne participa pasaux travaux de la premiere
Assemble Constituante de l'Histoire d'Haiti. La raison de
celte abstention n'est pas connue. Par B. Ardouin, nous sa-
vons que Gerin, avant constat6 l'influence dominant de Petion
dans les 6vdnements qui ont succ6dd a la prise d'armes du
Sud qu'il avait' patronnee et dirig6e jusqu'a la mort de Dessa-
lines, comprit qu'il ne fallait pas contrarier Petion dans
I'oeuvre politiquc que celui-ci conduisait avec tant de mnaitrise.
Cest aussi B. Ardouin qui nous a appris, comme nous l'avons
deja vu precedemment, que G6rin n'etait pas partisan du sys-
teme republican que Petion voulait 6tablir, et qu'il (Gerin )
pr6f6rait 1'archaique forme indienne du caciquat.
II y a deux 'raisons suffisantes pour expliquer l'abstention
de G6rin, qui, du reste, se considerait, d'puis 1'6v6nement pu
Pont-Rouge, come le principal liberateur du people, selon
Saint-R1,ny, Petion ei Haiti, t. 4, p. 177. L'abstention de G6-
rin 6tait done de la jalousie, une bouderie: il le fera voir a
l'election presidentielle de mars 1807.- Quant au d6put6 Bou-
canier qui 6tait venu au Port-au-Prince avec ses autres colle-
gues du Nord, il ne se present pas aux s6ances, voulant sans
doute rester fiddle a la consigne de son maitre Christophe.
Le bureau de I'Assemblie Consttuante avait 6te dress6e

ils tinrent toutes leurs reunions dans 1'gglise de ce bonrg. En 1799.
avant de commencer sa champagne centre le Sud,Toussaint Louverture
prononea sa fameuse diatribe contre les hommes de couleur A la chaire
de l'eglise paroissiale du Port-au Prince.Les eonstituants de 1806firen t
done revive une vieille coutume de France commuhnment pratiquee
A Saint-Domingue. Ce fait prove la profondeur de Irempreinte fran-
Caise A Saint-Domingue.
1. Frere du gAneral du mimr- nom, diportO en France par Rigaud,
A la suite d'un conflict avec Bauvais. [Soint-R6my.]
2. C'Blait I'ancien maitre de Dessalines, alors habitant au Port-au-
Prince, don't il avait I'intendance du palais. Je crois qu'il mourut eu
a m4me ville, Note de Saint-R6my.




-i ".


-95-

I'extremite Est de 1'Eglise contre la balustrade du grand autel,
c'est-a-dire dans le chaeur. II fut arrete qu'il n'y aurait pas
de tribune, et que chaque d6put6 parlerait de sa place. (Ma-
diou, t. II, le Ed., p. 364)
Au dehors, une grande affluence stationnait sur la Place
de l'Intendance [1] pres de laquelle se trouve l'eglise oft si6-
geait I'Assembl6e; on etait avide de savoir quelles dtaient,
enfin. les dispositions de cette Constitution, pour laquelle on
avait renvers6 l'Empereur,Let don't la'seule idee faisait rugir
Christophe.) ( Saint-Remy, op. cit., p. 194)
B. Ardouinnous apprend que tdaplupart desd6putes duNord
et de l'Artibonite prirent la resolution entire eux et sans doute
par les instructions venues du Cap, deprotester centre la tenue
de l'Assembl6e, sa formation et 1'ouvre qu'elle allait faire :
ils manifesterent cependant leurs observations i cet 6gard,
mais la majority les rejeta. Elle ne pouvait les admettre, en
raison des n6cessites qui l'avaient cr6ee... On a dit cependant
que l'idde de la protestatio,; ne vint qu'apres le commence-
de la gnerre civil, qu'elle fut redigee au Cap : nous l'admet-
tons comme ant6rieure a la guerre, par cela que Christophe
6tait inform des elections irregulieres et qu'il dut donner
ses instructions en consequence.)) (B. Ardouin, t. VI, p. 455)
Cet incident assez mouvement6, a la premiere seance d'ou-
verture, d6montre combien Petion avait eu raison de proc6-
der a un supplement d'6lections afin d'avoir des d6put6s sur-
numeraires en nombre suffisant pour obtenir d'embl6e une
majority decisive, car on pensait g6neralement que tous les
S deputies du Nord et de l'Artibonite, ayant reCu des instruc-
tions formelles de Christophe sous pine d'assassinat, de voter
sa Constitution despotique, allaient faire un bloc homogene
pour executer ]e veu de leur maitre.
C'est pourqui Petion, en homme d'Etat avis6 et prdvoyant,
ne se content pas d'equilibrer simplement le nombre des
votants des deux cotes et de donner ainsi trente-cinq votants
A l'Ouest et au Sud, come Saint-R1my d6sirait quil le fit;
il crea plutot quinze nouvelles communes. Le.Sud et l'Ouest
eurent ainsi un bloc de trente-neuf votants, ce qui lui don-
nait une majority de quatre voix centre Ie Nord et I'Arti-
bonite.
Quand la seance d'ouverture commenca. et que les depu-
tes du Nord et de l'Artibonite constaterent que l'Ouest et le
Sud poss6dait une majority invincible, ils durent comprendre
j immndiatement que la parties 6tait perdue pour Christophe
au sein de la Constituante, s'agissant, bien entendu de la nou-
velle Constitution a voter, etnon de son election c)mme chef
d'Etat qui etait, au contraire, assuree. Comme ils savaient
deja qu'il y avait cu des elections supp6mentaires et qu'ils

(1) Anjrefois la Place du Marche, parce qu'un marchM s'y tenait
apple Mfarche e ha.ui.-C'est l. Place qui se trouve devant I'ancienne
et la nouvelle cathedrale.-Note du Dr Frangdis Dalenicour.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs