• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Sous les tropiques - les antilles...
 Les hommes et les choses
 Une noire vengeance
 Table of Contents
 Auteurs celebres














Title: Sous les tropiques
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00075373/00001
 Material Information
Title: Sous les tropiques
Physical Description: 242 p. : ; 17 cm.
Language: French
Creator: Dhormoys, Paul, 1829-
Publisher: Ernest Flammarion, éditeur
Place of Publication: Paris
Publication Date: [1860?]
 Subjects
Subject: Description and travel -- Antilles, Lesser   ( lcsh )
History -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00075373
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112387
oclc - 22836469
notis - AFK8978

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Half Title
        Half Title 1
        Half Title 2
    Title Page
        Title Page
    Sous les tropiques - les antilles Francaises
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
    Les hommes et les choses
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
    Une noire vengeance
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
    Table of Contents
        Page 243
    Auteurs celebres
        Page A-1
        Page A-2
        Page A-3
        Page A-4
        Page A-5
        Page A-6
        Page A-7
        Page A-8
        Page A-9
Full Text

PRIX: 60 centimes.


PAUL DHORMOYS


SOUS
LES


'ROPIQUES


PARIS
ERNEST FLAMMARION, EDITEUR
26, rue Racine, 26.













SOUS LES TROPIQUES


































MILE COLIN IMPRIMERIE DE LAGNT






PAUL DORMOYS




SOUS


ES TROPIQUES








PARIS
ERNEST FLAMMARION, EDITEUR
26, RUE RACINE, PRES L'ODtON
Tous droits reserves.


University) of Fiends i kradu






SOUS


'LES TROPIQUES






H I



Je ne veux pas medire des pays des Tropiques,
,kcar je leur dois de la reconnaissance : ils ne
m'ont pas tout a fait tu6 et bien peu de voyageurs
Speuvent en dire autant. Cependant, sans etre
i ingrat et tout en appreciant, comme elle le merite,
1'exception qu'ils ont faite en ma faveur, je crois
pouvoir avouer qu'ils ne sont pas pr~cisement le
.paradis terrestre et qu'on les a singulierement
poetises. Pour le prouver, j'entre sans plus tarder
en matiere.
SJe parties de Paris un soir de d6cembre 185*. Le
Slendemain, a une heure de 1'apres-midi, j'6tais &
bord de l'Orenoco et je quittais la rade de Sou-
'thampton.







2 SOUS LES TROPIQUES

C'est toujours une chose un peu solennelle que
le depart d'un batiment pour une longue tra-
versee. A Southampton, l'immensit6 de la rade,?
la dimension de ces dnormes paquebots de
2,000 tonneaux ajoutent encore A la grandeur du
spectacle, et bien que je l'aie souvent contempl6,
jen'aijamais pu me ddfendre d'une certain 6mo-
tion lorsque j'ai vu les immense steamers se
mettre en movement ou lorsque, partant moi-
m6me, j'ai senti le pont du navire trembler sous
les premiers efforts de la machine: les matelots -
debout sur les vergues poussant trois fois de longs
hurrahs. Les batiments et les embarcations voi-
sines saluent de leurs pavilions les amis qui sont
venus accompagner quelques passagers jusqu'a
bord, envoient de leurs barques un dernier adieu
et agitent encore une fois leur chapeau, tandis quer
1'Nnorme masse s'enfuit dans un tourbillon d'd-_
cume et de vapeur. On la suit longtemps des yeux,
aussi longtemps qu'on peut l'apercevoir ; puis
quand on l'a vue se reduire a un point noir au mi-.
lieu d'un peu de brume et de fumbe, on songe in-
volontairement a tous ces navires qui sont ainsi
parties pour ne point revenir. Les noms de l'Ama-
zone, de 1'Artic, du Pacific reviennent a la m6-
moire, et le coeur se serre en pensant A ceux aux-
quels on a peut-etre dit adieu pour jamais.






SOUS LES TBOPIQUES I3

Du rest, ce sont ceux qui restent qui sont les
plus emus; ceux qui parent sont trop occup6s
pendant les premieres heures de la traverse pour
avoir le temps de s'attendrir. II faut trouver sa
cabine parmi les deux ou trois cents boites desti-
nees aux passagers, retrouver ses malles au milieu
de toutes celles qui encombrent le point, et ce n'est
gubre que deux heures plus tard et lorsqu'on entra
en pleine mer que les gens qui ont le ceur sensible
commencent A regretter la terre.
Lorsqu'on -quitte ainsi l'Europe an milieu de
l'hiver pour se rendre dans les Antilles, on 6prouve
au bout dequelques jours un grand plaisir. On re-
trouve le soleil et la chaleur. II semble qu'on rat-
trape A la course 1'6t6 qui s'enfuit. DBs qu'on a
passe les Agores, et essuy6_le coup de vent qu'on
manque rarement dans ces parages, on se sent
glisser insensiblement dans une tilde atmosphere.
Le changement s'opere m6me souvent comme par
un coup de baguette. On s'est couch la veille
avec un temps sombre et brumeux; on s'est en-
dormi au milieu des rudes secoussos qu'impriment
Sau navire les vagues agitees, et l'on se reveille le
matin avec un soleil radieux, un ciel sans nuage.
La mer a perdu ses teiates vertes et cuivrees; elle
est devenue d'un bleu doux sombre et profound
Squ'6maille deja cette plante marine que les ma-






SOUS LES TROPIQUES


telots ont nommie raisin des tropiques. On aper-
goit les premiers poissons volants, on voit les dau-
phins qui suivent le batiment en bondissant sur
l'eau comme de jeunes chevaux dans une prairie.
Chacun s'empresse de sortir de sa cabine et de
venir gouter sur le pont ce came succedant a la
tempkte, ce beau temps venant apres l'orage don't
on a tant abuse au figure. Ce jour-la, aucune place
ne reste inoccupee A table et dans l'aprsb-dtn6e_
on se retrouve au grand complete sur le pont. Ces
petits cercles qui r6unissent apres le diner tous
ceux qui 6prouvent le besoin de contempler le so-
leil couchant ou de bill.er en compagnie.
On fait vite connaissance a bord. Les habitudes
ou les affections brisees par le depart laissent tou-
jours dans le coeur et dans l'esprit un vide qu'il
faut remplir, fut-ce par la conversation d'un per-
roquet. Les petits services que l'on est force de se
demander et de se rendre mutuellement, cr6ant
d'ailleurs forement des relations que l'on accepted
sans grand examen, bien certain qu'on est de les
rompre, si l'on veut, a I'arriv6e. Ainsi, d6s le se-
condjour,des passagers que rallielemme language,
quelque analogie de position, de caractere, on seu-
lement de mani6res et d'6ducation s'empressent de
former de petits phalansteres oi chacun met en
commun, pour tuer le temps, les resources de son







SOUS LES TROPIQUES 5

esprit et de sa m6moire. On recoit 6galement dans
ces petites reunions et avec non moins de recon-
naissance les provisions plus substantielles que les
gens exp6riment6s et qui aiment a 6tre trouves
aimabtes ne doivent jamais oublier en se mettant
en route.







SOUS LES TROPI'UES


II




Douze ,u treize jours apres le depart, on aper-
oit Saint-Thomas oiile paquebot de Southampton
depose ses passagers qui se distribuent sur les
steamers partant de ce point pour les Antilles, la
c6te ferme, Panama, etc. Lorsqu'on approche de
Saint-Thomas, ceux qui connaissent le pays ne
manquent jamais de faire remarquer aux nouveaux
venus un petit pilot appel6 la Roche sous voile.
Telle est en effet sa resemblance avec un vaisseau
covert de sa voilure, qu'une frigate anglaise
passa, dit-on, une:nuit a la canonner, croyant tirer
sur un bitiment ennemi. Cette histoire doit 6tre
vraie, car toutes les fois que j'ai repass6 pres de
cet 6cueil, j'en ai entendu une nouvelle edition.
Seulement a borddes naviresanglais, c'est toujours
un bhtiment frangais qui fut ainsi mystifi par la
Roche-sous-Voile. Les Am6ricains soutiennent que






SOUS LES TROPIQUES


cette m6saventure arriva A un vaisseau espagnol,
et le capitaine de la petite goalette dominicaine
qui fait le service entire Saint-Domingue et Saint-
Thomas ne manquait jamais de la mettre sur le
compete du brick amiral de la flotte de Soulouque.
Lorsqu'on apercoit Saint-Thomas de la pleine
mer, on ne voit d'abord que de hautes montagnes
sans nulle apparence de port ou de ville. Ce n'est
qu'arriv6 tout pres de terre qu'on d6couvre entire
deux collins un 6troit passage oh deux bAtiments
auraient peine a passer de front. Des qu'on a
franchi ce canal, on se trouve tcut d'un coup dans
une vaste rade entouree partout de montagnes qui
se percent dans les nuages. On se croirait volon-
tiers au fond d'un immense entonnoir. On concoit
comment une rade aussi vaste et aussi bien fermre
a fait choisir cette petite ile, du reste tres-aride et
trWs inculte, comme le point de correspondence de
toutes les lignes de paquebots, et comme l'entre-
p6t de tout le commerce des Antilles. Les navires,
dans ce port, sont l'abri de ces terrible oura-
gans, flNaux des mers tropicales. Gependant, lors
du coup de vent de 1837, pasun des b&timents qui
6taient A l'ancre dans le port ne put Bchapper.
L'eau dans ce vaste bassin est si came et si lim-
pide qu'on peut apercevoir le fond jusqu'a deux
cents pieds de profondeur et suivre de l'ceil les






5 SOUS LES TROPIQUES

troupes de requins qui semblent s'y 6tre donn6
rendez-vous de toutes les mers voisines. Il y en a
de toutes tailles, de toutes grosseurs. Quelques-
uns, sans doute par suite de leur vieillesse, sont
devenus presque blancs. DBs qu'on jette un objet
quelconque d'un navire, on les vbit se pr6cipiter
en foule ; on croirait voir, se bousculant autour
d'un morceau de pain, ces carpes des bassins de
Fontainebleau auxquelles on a mis des anneaux
d'or pour reconnaitre leur age: on n'a pas encore
pens6 a en faire autant pour les requins de Saint-
Thomas.
Tous les bords de la rade sont couverts d'im-
menses magasins oil viennent passer les products
du monde entier. Cependant si j'avais quelques
marchandises A vendre, j'aimerais mieux les en-
voyer autre part qu'a Saint-Thomas. Les opera-
tions de ces negociants sont assez singulibres quel-
quefois. La faillite n'est pas m6pris6e chez eux ;
au contraire. La seule preoccupation est de la
faire la plus forte possible. II ne manque pas a
Paris, dans le monde des strangers, de ces honora-
bles industries qui, grace a trois ou quatre ban-
queroutes faites a Saint-Thomas, ont amass6 quel-
ques centaines de mille francs de rente.
Sur les hauteurs on apergoit de tous c6t6s
16gantes maisons de champagne, oi les n6goc;






SOUS LES TROPIQUES 9

apres avoir passe la journee dans leurs offices,
vont chercher la fralcheur et le repos. On voit
encore ic et la au sommet des collins quelques
tours cr6n6e1es, quelques murs 6pais, restes des
forteresses, repairs des boucaniers qui repan-
daient la terreur dans toutes les ties voisines, en -
levant les recoltes et les bestiaux, pregnant les na-
vires et les marchandises. Les habitants actuels
pour la plupart n'ont pas d6g6nere. Ce sont bien
les dignes fils des anciens flibustiers. Ils ont con-
serve leur amour pour le bien d'autrui et leurs
instincts de rapine. Seulement il a fall fair
quelques sacrifices aux id6es modernes et, pour
voler a leur aise, ils ont pris le titre de n6go-
ciants.






SOUS LES TROPIQUES


I1




On a si souvent entendu vanter la magnificence
des pays tropicauxqu'on a hate, aussit6t qu'on voit
la terre, decontempler cette nature magnifique. Le
premier aspect, ii faut bien I'avouer, est un peu
d6senchanteur. A la place de ces plants gigan-
tesques, de ces arbres aux feuilles colossales, que
l'on a pu voir dans les decorations de theatre, on
n'apercoit guere qu'une v6egtation drue, 6paisse
et touffue, qui recouvre uniform6ment la terre et
resemble a nos beaux et grands arbres d'Europe
A peu pres comme la tignasse d'un negre resemble
a la chevelure d'un habitan du Caucase. II faut
arriver tout pres de terre pour distinguer, au milieu
de cette masse uniform de verdure, les tiges 61e-
gantes des cocotiers on les sveltes troncs des pal-
miers qui balancent leur gracieuse couronne de
feuilles au gre de la brise. Plus pres encore, on







SOUS LES TROPIQUES 11

verra se detacher de I'ensemble les bouquets de
bambous don't le feuillage fin et dentel6 imite A
s'y m6prendre un panache de plumes. Plus tard,
quand on est d6barqu6 et que l'on se promine, on
6prouve bien un certain plaisir a voir les rangers
etles lauriers en pleine terre, mais on n'a pas be-
soin de faire douze cents lieues de traversee pour
se procurer un pareil spectacle ; il suffit d'aller en
Italie, et je dois A la v6rit6 d'ajouter que les oran-
gers des Tuileries sont au moins aussi grands que
ceux des Antilles. Leur seul d6savantage est de
ne rapporter que des fleurs. Les cr6oles parent
aussi beaucoup d'un de leurs arbres qu'on appelle
le manguier et qui atteint quelquefois une assez
belle taille, mais un noyer de nos campagnes
pourrait certainement le regarder de tres haut. Je
puis mAme ajouter, a la louange du noyer, qui
est un arbre modest, que ses fruits ont I'avantage
de pouvoir tomber sur la tAte d'un dormeur ou
d'un passant sans le tuer on le blesser comme font
ceux de son rival des Antilles, et que les noix ont
un petit gout fin et d6licat tandis le mango sent
l'essence de terebentine. II est just de dire toute-
fois qu'on s'habitue A cette saveur et que 1'onl en
devient m6me fanatique. On m'a assure qu'il y a
des Anglaisqui traversent l'Oc6an tout exprIs pour
manger des mangos et que le roi Louis Philippe







12 SOUS LES TROPIQUES

en faisa; venir A grands frais pour son dessert,
mais ceci ne m'a jamais W6t totalement prouv6. II
y a bien aussi le choux palmiste, qui est aussi un
assez bel arbre; mais son plus grand merite con-
siste a fournir un legume presque aussi bon que le
celeri; et je crois en some qu'il ne faut pas se
promener bien longtemps dans les forts du Nou-
veau-Monde, pour regretter nos grands chines,
nos beaux sapins, nos h6tres, nos trembles ; je ne
puis m'empecher de confesser, en ce qui me con-
cerne, que dans aucune parties du monde je n'ai vu
un arbre qui me fit autant de plaisir que le plus
vulgaire bouleau de nos bois.
On a aussi beaucoup parl6 des fruits des Antilles.
Je dois encore avouer que leur reputation m'a
paru tout a fait surfaite. Les principaux sont 1'a-
nanas, l'orange, le coco, le mango, la pomme
liane,labarbadine, lasapotille, la pomme d'acajou,
la pomme cythbre, la pomme canelle, I'avocat, la
goyave. Vous rencontrerez peut-6tre des creoles
qui vous soutiendront qu'il y en a bien d'autres, et
qui vous parleront de fraises et de raisins bien su-
perieurs a ceux de 1'Europe. Vous pouvez, sivous
le voulez, avoir l'air de les croire, cela ne vous fra
pas de tort et leur procurera un grand plais;z;
mais, entire nous, je dois vous avertir que ce sont
des fraises don't l'education a cott bien cer






SOUS LES TROPIQUES 13

et des raisins qui ne seront jamais dmancipes.
Je voudrais bien donner ici une idee de la forme
et surtout du goit des diff6rents fruits que je viens
d'6num6rer, car c'est un sujet sur lequel on m'a
si souvent questionn6 que je dois croire qu'il a son
importance, mais c'est ici que mon embarras com-
mence. Donner une idWe de fruits qu'on ne connait
pas a l'aide de ceux qu'on connait, c'est a peu pros
vouloir representer la couleur bleue avec du rouge
ou avec du vert; aussi la meilleure r6ponse qu'on
puisse faire quand on demand quel est le goit
de la goyave, est-elle de dire que la goyave sent
la goyave comme la pomme sent la pomme;
mais cette definition ne paraitrait peut-6tre pas
suffisante a une personnel qui n'aurait jamais
mange de goyave ni de pomme: je vais done
teacher d'en donner une idee en prdvenant cepen-
dant que cette idWe sera tres vague.
On connait g6neralement le goAt de 1'ananas en
Europe, ou au moins son odeur; tout individu qui
aura dans sa poche trois francs assez inutiles pour
acheter ce livre, en aura mange au moins une fois
dans sa vie. Je n'ai done qu'A leur dire que l'ana-
nas des Antilles est meilleur que celui qui se
mange en France, par la raison qu'il vient en
plein air et en pleine terre, et non pas dans l'at-
mosphere factice d'une serre. Comme l'arbuste qui






SOUS LES TROPIQUES


le produit est trbs-commun, si commun qu'on s'en
sert tr~s souvent pour faire des haies et des dlo-
tures, ce fruit a 1'avantage d'etre excessivement q
bon march, ce qui n'est point A d6daigner.
L'orange est le fruit que nous cormaissons, et
qui figure si avantageusement sur Ia commode on
pres de la pendule chez nos portieres. Dans les
Antilles seulement, elle est un pea plus grosse, a
plus de jus et moins de saveur; elle n'est bonne
que tant qu'elle reste verte ; des qu'elle commence
a jaunir, elle estpourrie. II en est de m6me du ci-
tron qui est moiti6 moins gros que le n6tre, ce qui
ne l'empeche pas d'avoir autant de jus.
Le coco est 6galement connu en France, et nous
avons presque tous goWt6 a cette amande blanche
et assez insipide qu'on vend chez les marchands
de fruits. Ce que l'on connatt moins, c'est l'eau
que la noix renferme et que 1'on boit quand on
abat le fruit avant sa maturity. Le grand m6rite
de cette eau est sa fraicheur. Le coco qu'on vient
d'abattre en plein midi, a l'heure oh les oeufs cui-
sent tout seuls, est toujours, a l'intdrienr, A moins
de quinze degres centigrades. Cette propriety, due
A la vaporisation lente du liquid A travers l'enve-
loppe, rend tres pr6cieuse cette eau assez peu
agreable au gott d'ailleurs. Cependant, melange -
avec un peu de rhum ou de genievre, elle n'est







SOUS LES TROPIQUES 1D

pas plus d6sagreable que l'eau ordinaire. Un sen-
timent que I'on appr6ciera fait que l'on s'abstient
en g6enral de se promener sous les cocotiers, sur-
tout quand il fait du vent.
J'ai dit plus haut queLques -mots dn mango.
Quand j'aurai ajoutd qu'il resemble assez, par la
forme, & une enorme f6ve, qa'il estid'vne belle
couleur de soufre, qu'il pese souvent plus d'une
livre, et qu'il est tres dur, j'en aurai dit certaine-
ment tout ce qu'il merite.
La pomme liane a la forme d'un citron et la
couleur d'une orange. Elle est molle, flexible, et
renferme une assez grande quantity de petits pe-
pins noirs, d'un gouit sucr6 et acidul6 qui n'est pas
sans charme. Une plaisanterie de tr6s bon goit,
dans les Antilles, consiste A.pratiquer dans un de
ces fruits quatre ouvertures, reprdsentant le nez
et la bouche ; celle de la bouche doit 6tre plus
grande. On press le fruit et, grace aux pepins
qui sortent par la bouche, on figure assez bien
la tWte d'un malheureux mourant de la fievre
jaune. Un des sympt6mes caract6ristiques de cette
atroce maladie consiste dans la couleur des vomis-
sements Des que les matibres rejet6es par l'esto-
mac deviennent noirAtres, le malade est perdu sans
espoir. On ne manque jamais cette agreable fa-
cetie quand arrive un Europ6en. J'en ai vu beau-






SOUS LES TROPIQUES


coup qui, dans cette occasion, riaient jaune.
La barbadine est une espece de pomme line,
don't I'enveloppe est verte et grosse comme une
citrouille. Les pepins qu'elle renferme sont egale-
ment plus gros. Assaisonn6s avec du vin de ma-
dbre et du sucre, ils ne g&tent pas trop le vin.
La sapotille est le fruit qu'on prise le plus au
Antilles; il est de la grosseur, de la forme et de la
nuance d'une pomme de reinette grise. On ne
l'offre, au nouvel arrivant, que le dernier et comme
celui qui couronne tons les autres. L'amphitryon
vous d6vore des yeux pendant que vous le goutez,
et si votre admiration lui semble trop silencieuse,
il vous d6coche un qu'en dites-vous ? auquel il
faudrait 6tre bien barbarepour ne pas r6pondre en
se passant la langue sur les l6vres, et en levant les
yeux au ciel. Mais si vous n'appr6ciez pas une poire
blette assaisonn6e de beaucoup de sucre et d'un peu
de vanille, vous serez indigne de manger des sa-
potilles. Un fait assez curieux a noter, c'est que les
pepins de ce fruit sont souvent recouverts d'une
mousse blanche qui, jet6e dans le feu, donne une
odeur d'encens, la plus fine et la plus suave que
j'aie jamais respirde.
Un gros piment rouge repr6sente assez bien la
pomme d'acajou ainsi nomm6e non pas a cause
de l'arbre qui la prodait, mais a cause de la cou-







SOUS LES TROPIQUES


leur qui est en effet veinde comme le bois d'aca-
jou. Le jus de la pomme est assez frais et agrea-
ble; le noyau, au lieu d'etre comme dans la plu-
part des fruits au centre, est A l'extrdmit6 et a
l'extbrieur; c'est une espece de haricot verdatre.
Si vous le touchez avec vos lvres, elles seront &
vif et gonfles pour plus d'une semaine. A part ce
leger d6sagr6ment, la pomme d'acajou n'a rien
d'extraordinaire. Peinte en vert, notre pomme de
pin figurerait assez la pomme canelle. Cette der-
niere renferme' seulement une sorte de cr6me
blanchAtre qu'on serait tent6 de se mettre sur les
cheveux, tant elle resemble a de la pommade. Le
pauvre Grassot, qui disait si bien en sentant un
cosm6tique ,c on en mangerait R, eit pu se regaler A
son aise aux Antilles.
La goyave enfin est un citron vert & la pulpe
tres-charnue et contenant une quantity de pepins
qui sentent presque le cassis. Son plus grand
m6ritf, est de servir a faire cette belle gel6e ou cette
excellent marmelade que la veuve Amphoux a
popularisbes en France.
La nourriture est du reste deplorable. Les bes-
Liaux sont rares, maigres et 6tiques. Un gigot de
mouton est un morceau de c6rdmonie pour lequel
jn adresse des invitations huit jours a l'avance.
rLa volaille n'a gubre que des os et des plumes. Le







18 SOUS LES TROPIQUES

gibier se compose de pigeons ramiers, de tourte-
relies et de pintades, mais ne s'en procure pas qui
veut. II faut 6tre, en effet,un bien enrage chasseur
pour les poursuivre sous un soleil qui fail durcir
les ceufs et s'exposer pour un maigre oiseau a une
insolation presque toujours mortelle. Les legumes
viennent presque tous d'Europe ou d'Amerique.
Les haricots, les feves, les pois sees et les lentilles
en forment la base. Je connais un n6gociant qui a
gagn6 un jour 4000 fr. avec quelques sacs d'ail et
d'oignons que renfermait un navire qui venait d'ar-
river a sa consignation. Le pays en manquait
depuis plus de six mois. Quelquefois un batiment
venant des Etats-Unis apporte des choux, des
navets, des carottes, conserves dans de la glace.
C'est alors un grand festin. On les accommode
avec des truffes conserves par le proced6 Appert
on bien on en bourre le plus beau. dindon de la
basse-cour et on invite les amis influents.
Le poisson seul est bon et on se le procure faci-
lement. A l'epoque du frai on peche m6me avec
des paniers des myriades de petits poissons a peine
Bclos qui se trouvent au bord de la mer et A l'em- -
bouchure des rivibres et on compose ainsi une
espkce de pure don't les gourmets se regalent. II
parait que e'est tres bon, mais le cceur m'a tou-
jours manqu6 pour y gotter: ces petits insects, *







SOUS LES TROPIQUES


longs d'un centimbtre seulement, blanes de corps
et la ttte noire me rappelaient trop l'amorce don't
se servent nos p6cheurs a la ligne et qu'a celebr6e
M. Champfleury.
Un autre mets tres en vogue, c'est le ver-pal-
miste. On le trouve dans la moblle de l'arbre don't
il se nourrit. II est gros, gras, blanc, semblable a
notre vera hameqon. On le fait griller eton le mange
avec une sauce au piment. Mes pr6jugds europdens
sont encore cause que je ne puis parler en connais-
seur de cet aliment recherche. Combien aussi a-
t-on c616br6 le beau ciel des tropiques; ceux qui
Pont fait avaient sans doute leurs raisons pour
cela. Le faith est qu'il est difficile de resister A la
tentatiou d'une belle description et que les soleils
couchants, les nuits 6toilees et les &tBs sans fin
fourniraient volontiers la matiere d'assez belles et
Ssurtout d'assez longues pages. Mais quand on songe
que ce beau et radieux soleil distille la fiAvre jaune,
que l'humidite de ces nuits radieuses engendre le
chol&ra. que cette 6ternelle chaleur fait pulluler
les insects les plus incommodes, les reptiles les
plus dangereux, on ne peut s'empAcher d'avoue"
que la gelee et la neige ont leurs avantages.







SOUS LES TROPIQUES


IV




J'avais & peine quittd, depuis unp demi-heure, le
steamer qui m'avait conduit de Southampton a
Saint-Thomas; je venais d'ouvrir mes malles, et
je contemplais avec stupeur mes armes couverles
de rouille, et mes chaussures, oh le cuir avait
disparu sous une couche 6paisse de vegetation (la
chaleur et l'humidit6 qui rignent constamment
dans ces latitudes n'ont pas besoin de plusde deux
jours pour arriver a un si beau r6sultat), lorsqu'un
coup de canon partit du petit fort qui command
la ville, et oh se trouve casernee la garnison da-
noise.
e( Pourquoi tire-t-on le canon ? demandai-je a
l'h6telier qui m'aidait a d6faire mes bagages?
C'est qu'il vient de mourir un soldat, me
repondit tranquillement le bonhomme... Oh!
Monsieur, quel dommage, ajouta-t-il, en me nom-







SOUS LES TROPIQUES


trant mon fusil qui ressemblait a un instrument
decouvert dans les ruines d'Herculanum. )
Dix minutes apres, second coup de canon.
( Es otro, Seior (encore un, Monsieur), aiouta
mon h6te sans s'6mouvoir davantage.
Ah r6pondis-je. Et, comme un conscrit
qui ne veut pas laisser voir sa peur par les vieilles
moustaches, je changeai la conversation et j'a-
joutai: vous parlez done 1'espagnol?
Oh I Monsieur, comme le frangais, l'anglais,
l'italien et le danois; il faut bien savoir un peu de
toutes les langues dans notre pays. a
L'h6telier ne mentait pas. Chacun, a Saint-Tho-
mas, parole au moins quatre ou cinq langues. Le
premier negre venu sait offrir ses services au voya-
geur qui d6barque, quel que soit son pays, et le
dernier commis d'un n6gociant peut repondre dans
leur idiome a des correspondents de Liverpool,
de Hambourg, de Copenhague, du Havre on de
Barcelone.
La position de la petite lie de Saint-Thomas, au
milieu des Antilles, et sa profession d'entrep6t,
rendent Dicessaire cette habitude, qui nous 6tonne
toujours, nous autres Francais, generalement peu
polyglottes. Nous sommes d'ailleurs gat6s, sons
ce rapport, par la faveur don't jouit notre langue
chez toutes les nations un peu civilisees, et par la







SOUS LES TROPIQUES


facility avec laquelle nous trouvons ainsi presque
partout & qui parler. C'est ce que me faisait re-
marquer mon h6te, quand un troisieme coup de '
canon vint 1'interrompre.
Cette fois, je ne pus m'emp6cher de demander
s'il r6gnait une epid6mie parmi la garnison. An
moment de mon depart, j'avais bien entendu par- i
ler vaguement d'une fievre jaune qui d6cimait
Saint-Thomas; mais comme je ne voyageais pas
pour mon plaisir, et qu'il fallait partir quand
meme, j'avais jug6 inutile de rechercher ce qu'il
y avait de fond6 dans ces bruits. Je pensais que je
saurais suffisamment A quoi m'en tenir lorsque je
serais arrive. Depuis mon d6barquement, j'avais
m6me 6vit6 toute question sur 1'dtat sanitaire,
sachant qu'en g6n6ral on aime assez A effrayer et
a mystifier les nouveaux arrives. Mais trois coups r
de canon, c'est-a-dire trois morts en une demi.
heure, sur une garnison d'environ 1, 200 hommes,
me sembl6rent 16gitimer une question.
( I y a une mauvaise fibvre qui a enlev6 pas
mal de monde, ces temps derniers, me dt l'h6te-
lier, mais elle commence A se passer. a
La mauvaise fievre 6tait simplement la fievre
jaune quf faisait en ce moment d'atroces ravages
parmi la population blanche de Pi'le ; mais jamais,
ou bien rarement, les habitants, soit amour-pro-







SOUS LES TROPIQUES 23

pre national, soit crainte instinctive, ne se d6ci-
dent & la nommer par son non. Mauvaise fibvre,
fibvre pernicieuse sont des euphemismes usitls
dans cette circonstance. Par compensation, les
Europdens appellent fievre jaune les fiUvres c6r6-
brales, typhoides, etc., qui ne sont pas rares non
plus sous les tropiques; mais je crois qu'ils n'ont
pas tout a fait tort, car sous ce soleil brhlant, et
dans cette atmosphere d6vorante, la moindre in-
disposition tourne bien vite en fievre jaune. Quelle
est la cause de cette maladie ? quel est le traite-
ment qu'il faut lui appliquer ? J'Ai entendu beau-
coup de m6decins disserter a cet 6gard. J'ai vu
mourir bien des pauvres diables: j'en ai fait in
animd vili, c'est-a-dire sur moi-mAme,l'exp6rience;
jamais je n'ai entendu deux personnel s'accorder
sur ce sujet.
L'opinion qui m'a sembl6 la plus logique est
celle qui soutient que la fievre jaune est simple-
ment un empoisonnement, cause par les miasmes
d6l6teres que l'on respire. Les pluies torrentielles,
l'humidit6 continuelle de cette atmosphere satur6e
de vapeur, ont bien vite decompos6 les matieres
animals et veg6tales; le soleil brflant qui succede
aux averses fait ensuite 6vaporer )'eu qui entraine
ainsi dans 1'atmosphere une foule de matieres en
decomposition qui se respirent avec l'air et finis-






24 soUS LES TROPIQUES

sent par empoisonner. Ceux qui sont n6s dans le
pays, on qui l'habitent depuis longtemps, sont
accoutumbs a ce poison continue, et, nouveaux
Mithridates, peuvent le braver. Mais ceux qui arri-
vent, surtout dans la saison des pluies, doivent
un beau cierge A leur patron quand ils ne sont pas
pris par la maladie au bout do quelques jours.
Cette th6orie est, 'du reste, tout A faith conform
A l'experience. Ainsi, c'est toujours dans l'hiver-
nage, c'est-a-dire dans la saison la plus chaude
et la plus humide, que se d6clarent les epid6mies.
Elles regnent:d'habitude dans les endroits bas et
mar6cageux, sur le bord de la mer, a l'embou-
chure des rivibres. C'est la qu'elles font de si grands
ravages parmi les matelots, quand les navires
sont mouill6s pres de la terre on parmi les popu-
lations agglom6r6es dans les villes, qu'un ancien
usage et les besoins du commerce ont faith 6difier
sur le bord de la mer, et la plupart du temps a
l'embouchure des course d'eau qui leur apportent
les products de l'interieur. Jamais, au contraire,
elles ne rbgnent sur le haut des montagnes, oi
I'eau n'a pas le temps de sojourner. La meilleure
manibre de se preserver de la maladie consiste a
habiter, dans les premiers temps de sejour, un
endroit le plus 6leve possible, et a s'abstenir de
sortir dans la journee, c'est-A-dire aux heures oi







SOUS LES TROPIQUES


le soleil pompe l'eau, et r6pand dans l'air les
miasmes les plus d61teres. La maladie elle-m6me
n'est nisi terrible, ni si foudroyante quand on peut,
d6s le d6but, transporter celui qu'elle a atteint
sur une hauteur.
La fievre jaune d6bute, presque toujours, par
des douleurs de tWte et des movements f6briles,
puis viennent les vomissements de sang. Quand le
sang ainsi rejet6 commence a devenir noir, il ne
reste pas plus d'une heure A vivre.
La dur6e de la maladie varie beaucoup : j'ai vu
des individus tres bien portants sortir de table oh
ils avaient dlnd ou d6jeun6 d'un excellent app6tit
et tomber tout a coup comme foudroy8s; deux on
trois heures apres ils 6taient morts. Le plus sou-
vent, c'est le troisibme jour de la maladie qui est
ie jour fatal. Quand on a passe le quatribme, ce
jui arrive rarement, on a d'assez belles chances
pour en revenir. Apres le septieme on peut se con-
Aidrer comme sauv6... de la fievre jaune du
:noins, car I'on a A subir 1'6preuve de la convales-
cence qui dure plusieurs mois, et pendant laquelle
jn est soumis A des crises de coliques h6pathiques,
lont aucune parole ne pent rendre les tortures.
Ces crises durent 24, 48 et m6me 72 heures, pen-
dant lesquelles on se roule a terre de rage, sans
I prouver un instant de r6pit. Pour peu qu'elles so


Uniyerslt4 f Flaridf t MA~







SOUS LES TROPIQUES


renouvellent souvent, on ne peut resister, on suc-
combe; mais, votre m6decin a la satisfaction de
vous avoir sauvd de la fievre jaune et de n'avoir '
W6t vaincu que par ces atroces douleurs.
Quant aux traitements, il y en a autant que de
medecins. On essaye un peu de tout. Chacun a
un secret, une methode qui r6ussit une fois sur
dix. Un habitant de la Havane avait, ii y a quel-
ques annees, trouve un remade infaillible. II inocu-
lait la fi6vre jaune comme on inocule la petite
verole, avec la morsure d'un serpent. On obtenait
ainsi une fire jaune anodine que l'on gudrissait
facilement et qui pr6servait pour l'avenir. Une
commission fut nomm6e parmi les chirurgiens de
la station navale des Antilles, et alla examiner
sur les lieux la pr6cieuse d6couverte. La commis-
sion, compose de trois membres, se rendit a la
Havane, elle vit faire ces experiences sur des sol-
dats de la garnison, parmi lesquels il n'y eut pas
un seul cas de fievre tout le temps que dura son
sejour, Enchantds de ces r6sultats, les trois m6de-
cins se firent inoculer eux-m6mes, et redigerent
de concert un rapport pompeux sur cette m6thode;
mais l'un d'eux fut pris de la fievre vingt-quatre
heures apres son depart de la Havane et mourut
dans la traverse. Les deux survivants garderent
le rapport.


,~1






SOUS LES TROPIQUES 27
En ce qui me concern, j'ai eu la fievre jaune,
et apres avoir Wt, abandonnd des m6decins, j'ai
6td gu6ri par un vieux negre. J'Btais arrive A la
derniere p6riode de la maladie, je pouvais done
tout risquer et j'avalai le breuvage que 1'Esculape
noir me donna. C'Utait une potion faite avec une
foule de planted, et tellement violent que je sen-
tis parfaitement, d&s que je l'eus prise, qu'elle
devait emporter le malade ou la maladie. Cette
fois ce fut la maladie qui eut 'e dessous; mais j'ai
vu bien souvent depuis le ma.ade s'en caller, mal-
gr6 le remade; ce que le pauvre negre expliquait
toujours par les zombis, les quienbois et autres
charmes et sortileges don't nous parlerons plus
loin.
On peut voir d6jA que tout n'est pas rose sous le
bMau ciel des tropiques et que l'on paye cherement
un soleil qui vous brule et une chaleur don't la
continuity vous ext6nue. Outre la fibvre jaune, ii
y a encore, assez souvent, le cholera. Mais contrai-
rement A la fibvre qui n'atteint gubre que 1 race
blanche, le cholera s6vit surtout sur les negres et
les gens de couleur que le flNau moissonne alors
par milliers. Une ville des Antilles oi regne le
cholera, on un navire atteint de la fievre jaune,
sont certainement les deux choses les plus lugabres
qu'on puisse voir, et malheureusement on les voit







28 soUS LFS TROPIQUES

solvent. L'piddmie A laquelle succomba, en 1854,
l'amiral Duquesne, enleva prAs de la moiti6 des
officers et des 6quipages de la station. J'entends "
encore, A bord de la Pdnelope, les cris des mousses,
pauvres enfants, qui appelaient leurs meres en
mourant, et je me rappelle encore le regard que
l'onjetait, en se mettant h table, dans le carr6 de
'Rtat-major, pour voir s'il n'y avait pas un non-
veau covert sans convive depuis le repas prec6-
dent.
On ignore trop en France le devouement de
ceux qui vont ainsi sons des climats meurtriers,
prot6ger nos nationaux et notre commerce. On
ne sait pas que, chaque annie, nos ports mili-
taires voient partir des navires qui reviendront
souvent sans un seul homme de leur 6quipage
primitif'. Certes, j'admire la mort du soldat
sur le champ de bataille, mais combien je trouve
plus grand cet h6roisme qui a conscience de son
obscurity, ce d6vouement de jeunes gens qui vont
gaiement s'exposer a une mort presque certain et

t En 1853, un navire du Havre, Jeune-Amelie, 6tait venu
& Santo-Domingo chercher un chargement d'acajou; il
perdit tout son 6quipage. Les consignataires se hAttrent
d'en engager un autre et de faire partir le batiment. Hiit
jours apres, il etait rencontr6 en mer par un autre batiment.
II n'y avaitplus a bord qu'un mousse qui mourutquelques
heures apres.






SOUS LES TROPIQUES 29

sans gloire, parce qu'il faut que notre pavilion,
se montrant dans ces contries lointaines, fasse res-
pecter ceux de nos compatriotes qui sont venus y
chercher la fortune, ou seulement le pain qu'ils
n'ont pas pu trouver sur le sol natal.
Pour moi, chaque fois que je voyais arriver un
de ces navires avec son robuste 6quipage, son
jeune et brilliant 6tat-major, je me rappelais
involontairement la nef qui apportait les victimer
au monstre de CrBte.






SOUS LES TROPIQUES


Le jour de mon arrnve a Saint-Thomas, cepen-
dant, les coups de canon ne se renouvel6rent pas
jusqu'au soir, oii j'en entendis encore deux. Cela
ne faisait que cinq dans la journ6e. Mon hotelier
avait raison quand il me disait que la fievre dimi-
nuait, car les jours pr6c6dents, la mortality ayait
Wth bien plus considerable.
Elle 6tait encore suffisante pour donner i r6fl6-
chir a un nouveau d6barqu6. Une autre circons-
tance vint encore assombrir mes r6flexions. D~e
que je fus installed dans ma chambre,'je demandai
un bain. L'h6telier me le refusal poliment. II pr6-
tenditque c'6tait une grande imprudence de prendre
ainsi un bain quand on 6tait encore 6chauff6 par
le voyage, qu'il fallait laisser le sang se reposer,
qu'autrement on s'exposait indubitablement A
attraper la fibvre. J'insistai, craignant de paraltre






SOUS LES TROPIQUES 31

trop pusillanime, et surtout que le dr6le se moquAt
de moi. Saint-Thomas, en sa quality de rocher
aride, possede tres peu d'eau douce, et je pensais
que ]a fievre 6tait un pretexte pour ne pas dimi-
nuer la provision de l'h6tel. Le bonhomme ne
Scda que lorsque je me fichai, et ii s'en fallut de
peu qu'il ne me fit signer un paper, constatant
que c'6tait de mon plein gr6 et en d6pit de ses aver-
tissements, que j'avais persist & me baigner.
Quelques minutes apres, un n6gre vint me pr6-
venir que le bain 6tait pr6t et me conduisit dans
une piece oh il I'avait prepare. La baignoire consis-
tait en une grande boite, longue de deux metres,
haute de trente centimetres, A peu pres, tres 6troite
aux pieds, un peu plus large A la tate, avec ren-
flement aux deux tiers de la longueur : c'etait, en
un mot, une veritable biere. On leur a donned cette
forrse pour economiser le liquid, et on est par
consequent oblige de s'etendre de tout son long
pour avoir de leau jusqu'au cou. On rira, si I'on
veut, mais, dans cette chambre, oh les volets fer-
mes, a cause du soleil, laissaisnt A peine arriver
une lumiere ind6cise, apres la conversation que je
venais d'avoir sur la fievre, apres les menaces de
hotelierr, je fis la grimace en voyant cette espece
de cercueil, et j'6prouvais une mediocre tentation
de m'y coucher. Je le consid6rais en tournant






32 SOUS LES TROPIQUES

autour; mais j'avais beau faire, il n'6tait pas plus
attrayant d'un c6t6 que de l'autre, et, pendant ce
temps, le n6gre, qui remplissait les functions de
garcon de bain, me regardait et me montrait ses
dents blanches en riant de ce rire niais et moqueur
que le noir n'6pargne gubre au blanc qu'il voit dans
l'embarras.
Le pauvre diable, cependant, n'y mettait pas
malice, car il ne pouvait deviner les reflexions qui
m'agitaient; mais ce fut lui qui porta la peine de
ma facheuse humeur. Je le renvoyai brutalement.
J'en fus, du reste, imm6diatement puni. J'6tais a
peine couches dans mon cercueil, me rappe-
lant Charles-Quint assistant a ses propres fune-
railles, pensant qu'un jour ou l'autre, peut-6tre le
lendemain, je serais 6 tendu tout de bon dans une
vraie bi6re, et faisant les plus profondes r6flexions
sur I'instabilit6 des choses humaines; dBjA m6me
je ne pensais plus qu'en latin, et je me disais en
moi-mAme : Memento homo quia pulvis es et in
pulverem reverteris; une minute plus tard j'ar-
rivais au grec, quand mes yeux, qui s'etaient un
peu habitues A l'obscurit6, d6couvrirent, s'avancant
vers la baignoire, un objet noiratre que l'ombre et
1'6loignement m'empecherent d'abord de distin-
guer. Peu a peu cette forme confuse se rapprocha,
et j'aperqus quelque chose de velu, de poilu, qui







SOUS LES TROPIQUES


s'avancait lentement, porter sur une douzaine de
pattes recourb6es et crochues qui frappaient le
plancher sonore comme la bequille d'un invalid,
puis bient6tje distinguai le corps d'un animal
recouvert d'un duvet noir et brilliant comme du
velours sur le dos, rouge comme du sang sous le
venture. La t6te 6tait armee de deux points mena-
qantes et d'une trompe formidable. Toutl'ensemble
de l'animal, gros a peu pr6s comme le poing, se
herissait de longs poils, de dards, de piquants,
rappelant, dans toute sa hideur, une araign6e vue
au microscope. C'Utait, en effet, une araign-e-
crabe, ce dangereux animal don't la piqire est
mortelle, si elle n'est immediatement caut6risee,
et qui a fourni a Erckman-Chatrian le sujet d'un
de ses plus 6mouvants contest fantastiques.
Get odieux insecte est un des fleaux des Antilles.
Avide de sang, il attaque les bestiaux pendant leur
sommeil et se cramponne avee ses griffes a leur
cou. En vain la pauvre b6te, 6perdue, s'enfuit et
essay de se soustraire par la fuite a la doulou-
reuse piqtre, elle emporte avec elle son ennemi,
qui ne la lachera que lorsqu'elle sera tombde exte-
nude de fatigue et de douleur, que lorsqu'il se sera
lui-meme gorge du sang de sa victim. On pre-
tend que l'araign6e n'attaque presque jamais
l'homne; cependant j'ai vu plusieurs negres por-







SOUS LES TROPIOUEr


tant sur leur corps de hideuses excroissances cau.
sees par la morsure de l'araign6e, et je crois que
si les homes couchaient en plein air comme lei
bestiaux, et s'ils n'6taient pas prot6g6s par de;
vMtements qui ne laissent a decouvert qu'une tre
petite parties de leur corps, le vampire des tropique;
ne ferait guere d'exceptions en leur faveur. Quo
qu'il'en soit, j'6tais mediocrement rassur6 en voyant
la maudite bete qui s'avanqait toujours vers ma
baignoire, comme si elle eit senti la chair fraiche.
J'avais heureusement & portee de ma main une
canne don't je m'emparais; a cette demonstration
hostile, I'araignee, qui n'6tait plus qu'A un metre,
s'arreta et leva ses deux pattes de devant orn6es
de pinces comme celles d'un crabe, tandis qu'elle
s'arc-boutait sur les autres comme si elle voulait
sauter. La situation devenait grave. On se rappel-
lera que j'6tais au bain et, par consequent, dans
un mediocre costume de defense. Nous restAmes
ainsi quelques instants A nous examiner, moi
tenant ma canne levee, laraignee conserva.t son
attitude menacante. Je ne sais si elle 6tait 6mue,
mais je dois avouer, en toute humility, que ma
respiration 6tait p6nible. La position devenait fati-
gante, je rassemblai tout mon courage et je lan-
cai un violent coup de canne sur la b6te; mais,
soit que j'eusse mal pris mes measures, suit que ma







SOUS LES TROPIQUES 35

main ne fht pas tres sAre en cet instant, je ne fis
qu'effleurer l'animal, que je sentis se cramponner
au bout de ma canne.
Pour le coup, je n'y tins plus; je lancai le plus
loin possible la canne et la bete; puis, mettant de
c6te tout respect human, je sautai hors de la
baignoire, je courus a la porte et j'appelai a
1'aide.
On fut quelque temps avant d'arriver. Mon cos-
tume 6tait trop primitif pour me permettre de me
montrer; je restai done derriere la porte entr'ou-
verte, craignant a chaque instant de sentir sur mes
pieds les pinces de l'araign6e. La porte entre-
bAill4e laissait heureusement passer un large rayon
de lumiere, qui partageait la piece en deux parties.
Ma canne et l'araignee, presque cachees sous une
grande armoire, 6taient de l'autre c6t6 de cette
ligne lumineuse, et l'animal ne pouvait venir a
moi sans que je le visse parfaitement. J'attendais
done l'arriv6e du secours r6clame, d'aitant mieux
que l'ennemi ne paraissait pas dispose a quitter sa
retraite; mais, s'il eit fait la moindre demonstra-
tion hostile, je ne sais pas ce qui serait arrive et si
je ne me. serais pas pr6cipit6 dans la galerie de
l'h6tel, comme Archimede lorsqu'il prononqa son
fameux Eupxa.
L'h6telier accourut enfin. II croyait qu'il ne







sD SOUS LES TROPIQUES
s'agissait que d'une vulgaire araignee, et il pensait
que ma peut., puisqu'il faut l'appeler par son nom,
tenait A la grosseur de cet insecte, compare a ceux
d'Europe; mais quand il eut ouvert la fenetre qui
6claira completement la piece, et qu'en se baissant
il apergut I'animal qui s'6tait blotti dans un coin,
sous une grande armoire d'acajou, il cessa de rire
et s'occupa de le deloger avec ma canne. Gela
n'6tait pas tres facile, car la bete s'6tait crampon-
nde au pied du meuble; mais le manque de prise
la forqa bient6t A lecher, et elle se mit A courier
avec une rapidite qui eut pour effet de me faire
sauter sur une chaise ou je me tins debout pen-
dant que mon h6te continuait sa poursuite; apres
plusieurs tentatives infructueuses, il reussit enfin
a mettre le pied sur l'ennemi. J'entendis un cra-
quement semblable a celui d'une noix seche qu'on
6crase, et le bonhomme, relevant son pied, me
montra I'araign6e qui avait saisi son soulier avec
ses pinces et le serrait encore dans son agonie.
Est-ce que l'on trouve beaucoup de ces ani-
maux-la dans les chambres? demandai-je a l'h6-
telier.
Oh! non, monsieur, me repondit-il, ils sont
trbs rares en ville, et il faut, bien str, que celui-ci
ait W6t apport6 de la champagne dans quelque
paquet d'herbe. Les grosses araignees rouges







SOUS LES TROPIQUES


que vous pourrez trouver sont assez d6sagreables
a cause de leur taille et surtout de la repugnance
qu'on 6prouve pour elles; mais elles n'ont rien de
dangereux. Les seuls insects qui soient a craindre
sont les scorpions et les cent-pieds : encore, quand
on est mordu, on en est quite pour quelques jours
de filvre si on a la precaution de frotter imme-
diatement la. morsure avec du citron ou de I'alcali.
Je ne pus m'empecher de penser alors a tant de
3auvres petites araign6es que j'avais si m6cham-
nent mises A mort en France, alors qu'elles ne
emandaient qu'A vivre sans faire de mal A per-
>onne. M6me maintenant que je suis de retour et
ue j'ai plant ma tente pour toujours, je l'espere
lu moins, je donne souvent la vie a celles qui
viennent tresser leur toile au-dessus de ma tote
>ar reconnaissance; car elles me rappellent leurs
iffreuses sceurs des Antilles, et ce seul souvenir
avive encore ma joie de me retrouver sur-le sol
iatal, dans notre bon et clement climate.
J'ai dit un mot tout a l'heure du scorpion et du
ent-pieds. En ce qui concern le scorpion, tout
e monds le connait de vue, ne ffit-ce que par le
alendrier. Celui des Antilles est absc'ument de
a m6me forme que ceux que l'on rencontre dans
e midi de 1'Europe, et il faut meme ajouter, A sa
ouange, qu'il n'est pas plus gros.







SOUS LES TROFIQUES


Il n'en est pas de meme du cent-pieds ou bete A
mille pattes, que representerait assez bien un petit.
insecte qu'on appelle vulgairement perce-oreilles,
si on lui donnait dix A quinze centrnmtres de lon-
gueur. Le corps de l'animal est form d'anneaux
aplatis, tres durs, et tres rdsistants. II faut plu-
sieurs coups de talons de botte ou d'un fort bWton
pour 6craser ce reptile, qu'oa rencontre partout.
GrAce Al son peu d'6paisseur, il se glisse dans les
moindres fentes du parquet ou du plafond, et il
est Ibien rare, surtout h la champagne, qu'on
derange un meuble sans en trouver quelques-uns
derriere.
Que de fois j'ai vu sur le parquet une famille de
cent-pieds, partant A la conquete de quelque proie.
La mere marchait en t6te, suivie d'une douzaine
d'enfants; c'etait alors des cris, un sauve-qui-peut
general parmi les femmes, les hommes poursui-
vaient. les malfaiteurs qui s'enfuyaient de leur
mieux. 11 s'en 6chappait bien toujours quelques-
uns, car la bete se sert de ses cent pieds. Puis
chacun reprenait sa place et racontait combien de
fois il avait et6 pique, la douleur qu'il avait res-
sentie, le remede qu'il avait employ.
En ce qui me concerne,je n'ai 6t6 mordu qu'une
fois, mais il m'en souvient. C'6it1. la nuit : il fai-
sait une chaleur tellement 6touffante que je sautai






SOUS LES TROPIQUES 39

& bas de mon lit pour ouvrir ma fenetre, je posai
mon pied sur un de ces maraudeurs. La douleur
fut si vive, que suivant une expression creole, je
sentis mon cceur tomber d mes pieds, et j'en fus, en
outre, pour huit jours de fievre et pres d'un mois
Ssans pouvoir marcher.
On concoit qu'avec un pareil entourage on doit
toujours Wtre un peu sur le qui-vive, et comme si
ce n'etait pas assez, plusieurs miles dans les Antilles
sont encore infesteesd'un reptile autrement redou-
table, je veux parler du serpent fer-de-lance ou
trinocephale, qui est tellement nombreux dans
certaines iles, a la Martinique, par example, qu'il
finira par fire fuir les habitants.






SOUS LES TROPIQUES


Prenez garde au berpentl Telle est la pre-
mibre recommendation que l'on adresse A l'etranger
qui debarque a Saint-Pierre ou A Fort-de-France;
et I'on a raison.
Le serpent est, en effet, pour l'habitant de la
colonie, un danger incessant. II le suit partout, A
la ville comme a la champagne, dans la maison
comme dans le jardin; il le menace aussi bien au
sommet du cocotier ou du palmier que dans les
herbes qui croissent au bord du chemin. Sa mor-
sure est terrible, elle n'admet d'autre remade que
la cauterisation immediate, et, lorsqu'elle tombe
sur une veine, elle tue aussi vite que la blessure
d'une arme a feu.
Si I'on soulevait le parquet de ce salon oi l'on
danse, on serait shr de trouver quelques-uns de
ces funestes animaux venus 1l on ne sait comment,







SOUS LES TROPIQUES 41

et qui ont grand et grossi sous les pieds d'une
famille, grace aux rats et aux souris qui leur ont
fourni une nourriture abondante.
Si l'on mettait le feu a ce petit champ oh l'herbe
de Guinee est 6maillBe de si belles fleurs, o vpr-
rait sortir Dieu sait combien de ces hideux rep-
tiles A tWte plate et triangulaire, aux 6cailles j .unes
et noires, qui sont gros en naissant comir e un ,cr
de terre et qui atteignent jusqu'i sept ou huit pieds
de long.
11 n'y a pas longtemps que 1'apparition vraie ou
suppose d'un serpent rue LacB6pde mit en 6moi
tout un quarter de Paris. On organisa une garde
pour le surveiller; des hommes courageux se
devouerent et vinrent offrir de fouiller le mur oil,
soi-disant, on l'avait vu disparaitre. Malgr6 toutes
ces precautions, bien des personnel n'en dormi-
rent pas pendant plusieurs nuits, craignant de voir
le monstre apparaltre dans leur chambre par
l'ouverture de la cheminde. Et cependant il y avait
cent a parier contre un que ce reptile n'Btaitqu'une
inoffensive couleuvre.
Quelles seraient done les insomnies de ces braves
gens si, tout d'un coup transports de leur maison
bien close dans une de ces habitations martini-
quaises ouvertes A tous les vents, oA les fenetres
ferment seulement avec des persiennes que l'on







SOUS LES TROPIQUES


laisse ouvertes m6me la nuit pour laisser circuler
la brise, ils entendaient les lamentables histoires
que I'on raconte aux nouveaux debarques.
Certes, parmi ces recits, il y a a prendre et A
laisser. Je ne crois pas, par example, qu'on trouve
aussi souvent un serpent dans son lit qu'on me
'a dit, ni qu'il soit arrive a beaucoup de colons de
se sentir mordus au pied en.fourrant une botte
dans laquelle s'6tait refugie un reptile, mais parmi
les ventures don't j'ai Wet t6moin ou don't je puis
garantir l'authenticit6, en voici une cependant qui
m'a paru m6riter d'6tre rapport6e.
Deux jours apres mon arrivee, je me promenais
dans le Jardin des Plantes de Saint-Pierre en com-
pagnie d'un officer de marine. Habitu6 du pays
depuis longtemps, il me faisait, tout en merchant
et en me montrant les divers sites de ce jardin
don't la Martinique est fiUre a bon droit, un course
complete de serpentologie. Regardez toujours A
quelques pas devant vous, me disait-il, et ne vous
approchez des fourr6s et des arbusles qu'apres les
avoir battus avec votre canne. En pregnant ces
precautions il n'y a aucun danger. Un proverbe
creole dit : ( Serpent vu, serpent mort. n En
cffet, lorsqu'on le voit, rien n'est plus facile que
de le tuer. DBs qu'il apergoit un homme, ii
cherche a se sauver, et ce n'est que lorsque la






SOUS LES TROPIQUES


retraite lui est impossible ou qu'il se voit serr6 de
trop pros, qu'il s'6lance; et pour pouvoir le faire,
faut-il encore qu'il soit love, c'est-A-dire tourney
sur lui-m6me en spirale. Autant il est dangereux
lorsqu'il est dans cette position, parce qu'alors il
peut sauter avec une vitesse et une force prodi-
gieuses, autant il est peu A craindre lorsqu'il s'est
deroul6 et commence a marcher; ses movements
sont alors assez lents pour qu'on puisse le
rejoindre en pressant le pas, et un coup de la
plus mince badine suffit pour lui casser les ver-
tebres et le rendre inoffensif. On peut m6me le
prendre avec la main, en ayant soin de le 'saisir
assez pros de la tete pour qu'il ne puisse mordre
en se retournant. Du reste, ajouta l'officier, nous
voici devant la maison du directeur du jardin, je
vais pouvoir vous montrer comment cela se pra-
tique.
Monsieur Bellanger, dit le jeune home au
directeur, voulez-vous me permettre de presenter
un de mes amis Avos serpents?
Volontiers, repondit celui-ci, mais no faites
pas d'imprudences.
Un negre apportaalors plusieurs boites en bois,
fermees d'un c6t6 par un fin grillage qui permet-
tait de voir les h6tes qu'elles renfermaient; c'6-
taient des serpents de routes grosseurs, les uns







SOUS LES TROPIQUES


entibrementjaunes, les autres marqu6s sur le dos
de teaches noires et brunes. Mais tous avaient cette
t6te plate et triangulaire qui leur a faith donner le
nom de trigonoc6phales, et a laquelle on reconnalt
cette espece redoutable.
Tenez, voulez-vous voir leurs defenses, me
dit le directeur, en saisissant l'un d'eux pros de la
ltte avec une pince semblable au fer A friser d'un
coiffeur, et en lui ouvrant la gueule avec un petit
bAton, voyez-vous A la machoire sup6rieure ces
deux petits crocs recourbes si points qu'ils peu-
vent traverser le cuir lui-meme au dessus de ces
crocs apercevez-vous une petite v6sicule ? C'est la
que se trouve le venin. La dent, si fine qu'elle
soit, est cependant percee d'un petit conduit qui
communique avec cette glande ; la pression
exerc6e sur elle, quand le serpent mord, faith jaillir
le venin par ce canal jusque dans la plaie. Quant
au dard que vous voyez 6galement et avec lequel
on croit g6n6ralement que le serpent pique, il ne
peut faire aucun mal; c'est une espece de langue
qui sert seulement A l'animal pour attraper les
insects, et joignant l'exp6rience a la th6orie,
M. Bellanger se fit A plusieurs reprises 16cher les
doigts par la langue du reptile. Vous verrez sou-
vent, ajouta-t-il, des negres jouer avec des ser-
pents et pr6tendre qu'ils ont des secrets pour les







SOUS LES TROPIQUES 43

charmer. Leur secret consiste tout simplement a
leur arracher les dents. Le serpent ne pouvant plus
mordre n'est plus dangereux.
Mais, lui demandai-je, oi avez-vous pu vous
procurer cette collection?
Ici tout simplement, repondit-il, il y en a
assez pour cela. Dans les premiers temps de mon
arrivee, je donnais cinq sous a chaque negre qui
m'apportait un trigonoc6phale de plus de trois
pieds. J'ai 6te oblige d'y renoncer, mes appointe-
ments y auraient passe.
Voulez vous voir comment on les prend ? me
demand mon compagnon, tenez, regardez; et ii
ouvrit une cage oh se tordait lentement un serpent
de trois ou quatre pieds.
Nous dtions dans une petite cour de vingt
metres de larger sur trente de longueur: mais,
m'6criai-je, vous lIchez ainsi cet animal-la au mi-
lieu de nous I que faites vous done ?
N'ayez pas peur, me repondit-il, et regardez.
Le serpent se d6roula et se mit a se trainer lente-
ment sur le sol. L'officier court apres lui et le
saisit avec Lne pince, le relacha, et le ressaisit
quatre ou cinq fois. Mais a un moment donn6 le
jeune homme se recula vivement.
Le voilk qui se love, me dit-il.
Le serpent, en effet, se repliait en rond sur lui-







46 SOUS LES TROPIQUES

m6me, et bient6t nous ne vimes plus qu'un cercle
jaunhtre au-dessus duquel se balangait la t6te du
reptile.
Il ne ferait pas bon a'dix metres de ce mon-
sieur-la, me dit le jeune homme. Jugez mainte-
nant de sa force et de sa vigueur.
II attacha son mouchoir au bout d'une longue
canne a peche et l'agita devant le serpent. Celui-
ci resta quelques instants sans bouger; puis tout
d'un coup nous entendimes un bruit sec, comme
celui d'un resort qui se detend, et nous vimes le
serpent franchir d'un bond une distance de dix
metres au moins. A peine fut-il retomb6 a terre
qu'il recommenca & se lover.
Mais, m'ecriai-je, en deux bonds il serait sur
nous.
II n'y a pas de danger, me dit M. Bellanger.
Jamais le serpent ne pursuit l'homme que lors-
qu'il est bless. Si I'on ne le surprenait pas en
merchant dessus ou en passant pres de lui quand
il dort ; si quelquefois, dans sa fuite devant
I'homme, il ne se trouvait pas accul contre un
obstacle qu'il nepeut franchir, jamais il ne s'l6an-
cerait contre personnel. Grace au ciel, le serpent
est un animal qui n'attaque qu'A la derniere extr6-
mite. S'il en 6tait autrement. il faudrait d6sester
l'ile, car il y adeja trop d'accidents tous les jours.







SOUS LES TROPIQUES 47

-- Mais en attendant, comment allez-vous rain-
t6grer votre pensionnaire dans sa cage ? II n'a pas
l'air du tout dispose quitter sa position, dis-je en
montrant le trigonoc6phale toujours love sur lui-
meme.
L'officier ramassa quelques pierres et se mit a
.es jeter dans la direction du serpent. A la pre-
mniere qui l'atteignit, l'animal se deroula et se
disposa a s'eloigner. Mais il n'avait pas fait dix
pas en se tralnant, qu'il 6tait repris et renferm6
dans sa boite. L'enseigne revint vers nous.
Vous voyez, me dit-il, ce n'est pas plus dif-
ficile que cela.
Quand nous primes cong- de M. Bellanger pour
continue notre route, le serpent avait perdu tout
son prestige A mes yeux, et moi, qui, le matin, ne
posais le pied qu'avee circonspection dans les
rues paves de Saint-Pierre, je marchais d'un pas
ddliber6 dans les allies ombreuses et les sentiers
bord6s d'arbustes du Jardin des Plantes.
II y avait a peine cinq minutes qu nous avions
quitt6 la maison du directeur, lorsque mon com-
pagnon m'arr6ta en face d'un petit arbre haut a
peine comme un noisetier.
Voyez done, me dit-il, les belles goyaves, et
il avanga la main pour en saisir une.
Mais le fruit, & peine cueilli, s'6chappa de sa







SOUS LES TBOPIQUES


main, qu'il porta vivement a sa figure, et je vis
tomber a ses pieds un petit serpent long tout au
plus de 9 a 10 pouces qui disparut dans les
herbes.
Ites-vous blessed? m'deriai-je.
Je crois que je viens d'etre mordu a la joue,
me rdpondit-il.
Non,lui dis-je, en le regardant attentivement,
je n'apergois aucune trace de piqire.
Mais presque aussit6t je vis poindre au-dessous
de l'ceil gauche deux petites marques rouges et
bient6t deux gouttelettes de sang.
Ce n'est rien, repris-je, il n'y a que deux
piqires grosses comme la pointe d'une aiguille.
Avec un pen d'ammoniaque il n'y paraitra plus.
Le jeune homme palit un peu.
Je n'en ai malheureusement pas sur moi, fit-
il; d'ailleurs l'ammoniaque n'est pas un r6actif
assez puissant. Ces deux petites piqhres qui vous
semblent inoffensivesm'auront tug dans une heure
sije ne suis pans6 & temps. Je vais rester ici sans
bouger, tout movement hAterait l'absorption du
venin. Courez chez M. Bellanger et priez-le de
venir lui-m6me avec un bistouri et sa poire a
poudre : c'est ce qu'il y a de mieux.
Je voulus dire un mot.
Ne me faites pas parler davantage, me dit le







SSOUS LES TROPIQUES 49

jeune homme, et courez vite. Une minute de
perdue peut me colter la vie.
En quelques seconds j'6tais chez le directeur.
II prit A la hate un flacon d'ammoniaque, une pe-
tite gourde de rhum et partit.
Et la poudre? m'6criai-je.
La poudre est inutile, me r6pondit-il en m'en-
trainant. Si l'on peut au moment m6me de la
morsure fire une incision, la remplir de poudre
et y mettre le feu, c'est en effet la meilleure et la
.plus prompted des caut6risations. Mais il n'y a pas
moyen de songer a la pratiquer sur la joue,
surtout dix minutes apris la morsure et lorsque
le venin a du d6jA commencer A s'6tendre. Si, au
moins, la morsure 6tait a la jambe ou au bras, on
pourrait esperer d'arr6ter la circulation en liant
Sfortement le membre, et emp6cher le sang vicie
de se r6pandre dans le reste du corps. Le pis qu'il
pourrait lui arriver, ce serait de subir une ampu-
tation. Mais avec une morsure a la t6te on ne
rpeut r6pondre de rien. La seule chose que nous
puissions tenter, c'est de sucer la plaie. On peut
avaler le venin du serpent, comme la bave du
Kchien enrag6, sans le moindre danger. II faut seu-
lement n'avoir aucune 6corchure dans la bouche
aucune gencive qui saigne. Ce don't on s assure
fen se gargarisant avec un peu de rhum ou de tafia.






SOUS LES TROPIQUES


Nous courions toujours; nous fAmes bientbt
pres du bless. Dedj la joue dtait enflee et l'ceil A
moiti6 ferm6. M. Bellanger fit deux profondes en-
tailles en croix, avala une goutte de rhum et se
mit a sucer le sang qui sortait de la blessure,
puis avec une sponge imbibe d'ammoniaque, il 1
lava la plaie pendant un quart d'heure, malgrd les
plaintes que la douleur arrachait au jeune homme.
Allons, maintenant levons-nous et allons
diner, dit M. Bellanger. Des n6gres avaient ap-
port6 un brancard, mais il les renvoya.
Quittez done votre mine effrayee, me dit-il A
demi voix; il faut avant tout lui remonter le
moral et lui 6ter toute espece de crainte.
II n'y a plus de danger? lui demandais-je.
Je l'espere, me r6pondit-il tout has; puis il
djouta A haute voix: Allons, vite en route notre
diner refroidit; car vous dinez avec moi, n'est-ce -
pas?
Merci! r6pondit l'officier, il faut que je
prenne le quart a quatre heures.
Oh! me dit le directeur, le moral est solide;
tant mieuxl
Ma foi, reprit-il, vous enverrez pr6venir a
bord que vous ne pouvez revenir; vous m'avez
fait assez peur pour me devoir un d6dommage-
ment.







SOUS LES TROPIQUES 51

Nous arrivames chez M. Bellanger en riant et en
causant. Le soir, l'officier eut un peu de fire ;
mais, le lendemain, il 6tait completement remis,
et rien ne rappelait la catastrophe a aquelle il
avait 6chapp6, que deux bandes de sparadrap
plantdes en croix sur sa joue.
C'est gal, me disait quelques jours apres,
M. Bellanger, votre ami a eu une fameuse chance.
Je connais bien peu de personnel qui soient reve-
nues de la piqfre du serpent.
Ohl lui repondis-je, celui-la] tait si petit.
Peu imported, me riposta-t-il, les plus petits
sont peut-otre les plus dangereux, parce qu'ils
penetrent partout et qu'ils sont bien plus difficiles
& apercevoir.







SOUS LES TROPIQUES


VII




Le serpent de la Martinique a des ennemis. Qui
n'a pas les siens?
Les plus redoutables et les plus acharnes ne
sont pas, comme on pourrait le croire, les habi-
tants de la colonie. Le crdole, au contraire, est, A
l'endroit de ce voisin dangereux, d'une indiff6-
rence et d'une tolerance vraiment fabuleuses. Il
faut que compere serpent, ainsi que l'appelle le
negre, se permette de bien grandes libert6s pour
qu'on se decide a user de rigueur envers lui. La
polilesse des colons envers ces reptiles ne va pas
cependant jusqu'a imiter les habitants de Mada-
gascar, qui lorsqu'ils trouvent un serpent dans
leur cabane, le poussent doucement et avec tous
les 6gards possibles jusqu'a la porte afin de ne
pas offense ce puissant seigneur et de ne pas
s'exposer au ressentiment de sa famille; mais le






SOUS LES TROPIQUE 03

creole est tellement habitu6, depuis sa naissance, A
la vue du trigonoc6phale, il est tellement blas6
sur les accidents qu'il cause (il meurt par an plus
de soixante personnel de la piqAre du serpent),
qu'on ne se pr6occupe pas plus de ce danger inces-
Ssant que le passant dans les rues de Paris ne s'in-
quiete des cheminees qui pourraient bien lui tomber
sur la tete.
Je me rappelle que je dinais un jour chez un
habitant de Saint-Pierre, don't la maison etait
situde sur les boulevards qui entourent la ville. En
entrant dans la salle A manger on apercut un
convive sur lequel on ne comptait pas. C'6tait un
serpent qui avait tranquillement pris place sur
une des chaises ranges autour de la table. Un
coup de canne administer par le maitre de la
maison apprit a l'intrus que sa familiarity 6tait
d6plac6e. II y avait la plusieurs jeunes femmes;
pas une ne songea 6 s'6vanouir. On se mit a table
et on mangea d'aussi bon app6tit que si rien d'ex-
traordinaire ne s'6tait passe; et cependant le matin
meme, sur une sucrerie voisine, appartenant a
M. Rufz, president de la chambre de commerce,
un pauvre negre, passant le bras entire deux bar-
riques pour ramasser un rateau, 'avait Wte mordu
et 6tait mort en moins de deux heures. II est vrai
qu'A ce repas, il y avait des titris et des vers pal-






54 SOUS LES TROPIQUES

mistes mets tres recherches a la Martinique.
Seul, je n'avais pas grand faim. Etait-ce parce
que les vers palmistes, malgrd la sauce qui les ac-
compagnait, me semblaient avoir trop d'analogie
avec ceux qui produisent les hannetons en France,
ou parce que les titris, petits poissons d'un ou deux
centimetres au plus, me paraissaient avec leui
corps blanc et leur tote noire, ressembler ddmesu-
rement d l'amorce qu'emploient habituellement
nos pecheurs A la ligne I Etait-ce enfin parce que
nos h6tes, en rejetant dans le jardin, sur lequel
s'ouvrait la salle h manger, le corps du reptile,
nous avaient annonc6, d'une maniere certain, la
visit d'un second trigonoc6phale pour la soirde?
Je ne sais; mais je me sentis plus a l'aise quand a
fin du repas, une negre place pros de la porte
s'6cria : ( Mi mouch6 second spent qu'a vdni. )
(Voyez, monsieur, le second serpent qui vient.)
Comme 1'avait prevu notre h6te, le male, inquiet
de l'absence de sa compagne, avait suivi sa trace,
et nous pdmes le voir s'approcher du corps de
l'infortunde, se coucher sur elle comme s'il est
voulu la ranimer. Je crois qu'a cette vue, il y eut
plus d'un spectateur, qui, oubliant qu'il s'agissait
de serpents, aurait desire pouvoir rendre la vie a
la morte, afin de ne pas s6parer des amants si fi-
dbles. Ontrouvaunautremoyen deles r6unir, etl'on






SOUS LES TROPIQUES 55

passa le reste de la soiree dans le jardin, sans s'oc-
cuper davantage des h6tes qu'il pouvait contenir.
J'ai revu depuis, en France, une des charmantes
crdoles don't j'avais admired, ce soir-l, l'intrdpiditd
en face du hideux et mortel trigonoc6phale; elle
pleurait a chaudes larmes et venait d'avoir une
attaque de nerfs parce qu'un hanneton s'6tait jet6
Rtourdiment dans ses cheveux.
Mais si l'insouciance, l'apathie de la population
aux Antilles ne se preoccupe guere d'exterminer
cet odieux reptile, il n'en est pas de m6me, heu-
reusement, des autres animaux, qui semblent com-
prendre le danger qu'il y a pour eux a laisser
croitre et grandir un si redoutable ennemi, qui
attaque et devore tous ceux don't il peut faire sa
proie. On a trouvd, dans le venture de quelques tri-
gonoc6phales, des poules avec leur couvde, jus-
qu'a de jeunes chevreaux: il est la terreur des
oiseaux, don't il envahit les nids, et de tous les Atres
anim6s.
Les rats, les chats, les cochons se nourrissent
du serpent, et poursuivent les petits nouvellement
Bclos comme s'ils sentaient bien qu'il n'y aurait
pas de salut & esp6rer pour eux s'ils laissaient se
d6velopper ces effroyables families qui mettent au
jour plus de soixante reptiles A chaque port6e.
Mais meme lorsqu'il a pris son developpement






56 SOUS LES TROPIQUES

et sa force, le trigonoc6phale a encore & combattre
plusieurs ennemis redoutables : la couresse ou
couleuvre de la Martinique, qui, lorsqu'elle le ren-
contre, l'attaque et lutte avec luijusqu'd la mort;
le manicou, espkce de h6risson ou de mangouste
au groin de pore, A la puissante denture, aux ongles
longs et aigus, au cuir 6pais, qui pursuit le ser-
pent jusque sur les arbres et ne le quite qu'apres
I'avoir tue, s'il ne trouve lui-mnme la mort sous
les coups du trigonocephale ; le rat, malgr6 sa
petite taille, vend souvent aussi cherement sa vie.
Mais le plus dangereux ennemi du reptile, celui
centre lequel it reste impuissant, c'est un oiseau
originaire du Cap, et introduit dans ces dernibres
annies a la Martinique par les soins de la soci6t6
d'acclimatation. On le nomme le serpentaire ou le
secretaire, a cause d'une longue plume qu'il porte
derriere la t6te et qui le fait ressembler a un ecri-
vain qui aurait mis l'instrument de sa profession
derriere son oreille. C'est un bel oiseau de la gros-
seur d'un petit aigle. Rien n'est beau comme cet
animal lorsqu'& la vue du serpent son ceil s'anime,
brille e, que tout son corps fr6mit. DBs qu'il aper-
goit son ennemi ii fond sur lui. En vain le reptile
cherche a fuir: l'oiseau, d'un bond 16ger, se trouve
toujours devant lui. Tant que le serpent reste love,
le secr6taire se tient & distance; mais d6s que le






SOUS LES TROPIQUES


reptile se d6roule pour se sauver, 1'oiseau saute,
frappe son adversaire coups d'aile on a coups de
pattes avec une vigueur et une precision incroya-
bles; puis, quand le trigonocephale est 6tourdi, il
1'assujettit sur le sol en le serrant avec force pres
de la nuque et lui brise le crane avec son bec.
II n'est pas jusqu'au rossignol des Antilles qui
ne soit, lui aussi, un utile auxiliaire contre le ser-
pent. Un peu plus gros que celui de nos climats, il
recherche comme lui le voisinage des habitations,
qu'il charme de son chant suave et harmonieux.
Mais souvent 1'air commence s'interrompt brusque-
ment, les notes joyeuses font place A des cris plain-
sifs et d6sesp6res. Le colon sait alors qu'il y a un
trigonoc6phale dans le voisinage, et il n'a qu'a
suivre les movements de 1'oiseau pour apercevoir
bient6t le dangereux visiteur.
La femme d'un officer superieur rceemment ar-
riv6 a la Martinique, visitait un jour devant moi
une maison de champagne aux portes de la ville de
Saint-Pierre. L'habitation 6tait convenable, situ6e
dans un site ravissant, et le propri6taire en faisait
habilenientressortir tousles avantages. Au moment
oii la jeune femme allait sans doute consentir A un
prix un peu l6ev6, le colon entend tout a coup pres
de lui les cris d6sesp6r6s d'un rossignol, et, l'habi-
tude l'emportant, il s'interrompt brusquement:






58 sous LES TROPIQUES

Excusez-moi un instant, madame, dit-il i celle
qu'il considdrait deja comme sa locataire, mais il
faut que j'aille tuer un serpent.
Quelques seconds apres, ii revenait, rapportant
triomphalement au bout de sa canne un trigono-
cephale de plus de trois pieds. Mais la jeune femme
n'avait pas attend son retour.
A-t-on jamais vu, s'ecriait le creole desap-
pointD, un enfantillage pareil! Sans doute il y a
des serpents ici, mais oi n'en trouve-t-on pas A la
Martinique ? Et d'ailleurs, s'il n'y avait pas de
serpents, les rats mangeraient toutes les cannes et
I'on ne pourrait faire de sucre.
J'ai cependant entendu dire qu'on faisait aussi
du sucre la Guadeloupe, oi ii n'y a pas de serpents.
Voici encore une venture qui m'est arrivee a la
Guyane, dans laquelle compare serpent joue un
rble assez important.

Vous appelez cela une because? demandai-je
au percepteur, en lui rendant le bel oiseau qu'il
m'avait mis dans la main, afin que je pusse le
peser et le contempler A mon aise.
Mais c'est une veritable b6casse.
Aussi bonne que celle d'Europe ?
Voulez-vous en juger ce soir, me repondit
1'aimable fonctionnaire.






fOUS LES TROPIQUES 59

II faut dire que ce court dialogue se passait &
Cayenne, chez M. Zcepfeld le tr6sorier. Arrive
dans la colonies depuis quelques jours, j'6tais all6
toucher ma solde le matin et j'avais rencontrd le
payeur qui rentrait de sa chasse matinale et quoti-
dienne aux environs de la ville. Il avait dans son
carnier une demi-douzaine d'oiseaux parmi lesquels
deux b6casses grosses comme des poules faisanes
et grasses comme des merles de Corse en janvier.
Mais comment sont-elles aussi 6normes? de.
mandai-je encore.
C'est ]a loi du pays. Tous les animaux, tous
les insects que vous connaissez en Europe ont ici
des proportions fantastiques. Les moustiques sont
de la taille des gu6pes, les 6crevisses ressemblent
a des homards, les puces & des rhinoceros. Tenez,
regardez-moi cette toile d'araignde, ajouta-t-il en
me montrant une espece de filet tendu entire deux
des poteaux qui portaient le toit de la galerie
oi nous nous promenions. Voulez-vous voir 1'arai-
gn6e? ajouta-t-il, en secouant un peu la toile
avec le bout de sa canne. Aussit6t une b6te rou-
geAtre semblable a un crabe s'6langa des massifs
de jasmin rouge qui entouraient les poteaux et se
procipita vers le centre de la toile.
Je n'avais pu relenir un movement de r6pul-
sion et de d6go6t.






tiU SOUS LES TROPIQUES

Oh me dit le tresorier, celles-la ne sont
dangereuses que pour les oiseaux-mouches; ce
n'est pas comme 1'araignee-crabe, qui est en-
core plus forte et don't la piqtlre est tres veni-
meuse.
Et cette araign6e prend des oiseaux dans sa
toile?
Voyez comme le fil.est solide et elastique, me
dit M. Zoepfeld en pregnant une des mailles entire le
pouce et I'index et en la tirant. J'en fis autant. Le
fil visqueux, gros comme une mince ficelle, se
tendit, s'allongea, mais ne rompit pas; pendant
que l'araign6e inquiete, mais n'osant avancer,
s'agitait sous les feuilles du jasmin et montrait la
moiti6 de son corps velu.
Mais pourquoi ne pas tuer cette ignoble
b6te?
Parce que si elle prend des oiseaux, elle
prend aussi des chauve-souris, ces vampires qui
viennent la nuit, pendant que vous dormez, et qui
vous font une incision sur une veine, sans que
seulement vous vous en aperceviez, qui vous tirent
des pintes de sang don't on n'a pas trop dans ce
pays de filvre et d'anemie.
Si c'est a condition de vivre avec un pareil
entourage, que vos b6casses sont belles ici, mur-
murai-je.







SOUS LES TROPIQUES


Bah on se fait & tout.
Ce qu'il y a de certain, c'est que le soir j'6tais
completement fait a la b6casse.
Service sur une crokte bien dor6e, arrosee du jus
d'un de ces petits citrons des Antilles, si fins et si
savoureux, accompagn6 d'une salade de choux
palmistes, ce fut un plat vraiment exquis.
Et il faut aller loin pour trouver un pareil
gibier? demandai-je a mon h6te.
A dix minutes d'ici. En sortant de la ville on
entire dans la Savane. Voulez-vous m'accompa-
gner demain matin? C'est jour de fAte. I1 n'y a pas
de bureau. Nous pourrons faire la grasse matinee
hors de notre lit.
T616maque, ajouta M. Zoepfeld en s'adres-
sant & un vieux negre qui nous servait & table,
quel temps fera-t-il demain matin ?
Ah I beau temps pour sur, r6pliqua le servi-
teur; pas-senti douleur a ce soir.
Ce sont les rhumatismes de T1eemaque qui
me servent de barometre, ajouta le tr6sorier, et je
n'en connais pas de plus str ni de plus sensible.
Alors, Mouch6 devrait m'acheter mes dou-
leurs, mod qu'a vende li pas trop cher.
Le lendemain matin, au pipirb, c'est-a-dire
au point du jour, nous sortions de la ville et nous
cheminions sur la route qui conduit au village de







SOUS LES TROPIQUES


Kourou, situe a une petite lieue. Le chemin s'ele-
vait un peu au-dessus de la plaine, et de chaque
c6t6 nous pouvions voir une vaste savane couverte
de hautes herbes de Guinee et de toutes ces plants
des tropiques qui entretiennent dans tous les en-
droits un peu humides une v6g6tation drue et
touffue comme la tignasse d'un negre.
Nous cheminions en compagnie du cure de
Kourou, qui re" -urnait a son village et qui insis-
tait aimablemeut pour que nous vinssions dejeu-
ner chez lui.
II avait un hocco qu'une de ses ouailles lui avait
apport6 la veille, et dame I un hocco n'est pas un
gibier a d6daigner; c'estun oiseau gros comme un
dindon et don't la chair noire et blanche est aussi
delicate que celle du coq de bruyere.
Je faisais quelques fagons par discretion;
mais le tresorier trancha la question en s'deriant:
c C'est convenu! Ne perdons pas de temps; met-
tons-nous en chasse. ,
Et pendant que le pretre continuait A marcher
sur la route, qui, a environ une demi-lieue de l&,
s'enfonQait dans le bois, nous descendimes le talus
pour gagner la savane.
II a aussi de fameux vin, le cur6, me dit
M. Zoepfeld, et du rhum distilled par des religieuses






SOUS LES TROPIQUES 63

des Mana don't vous me direz des nouvelles. Ta-
chons de lui apporter quelques becasses.
Le percepteur avait deux excellent chiens. I
me donna Trim, le meilleur des deux, mit T616maque
entire nous, et nous parties, droit devant nous
Nous marchions parallblement au chemin, a
cent m6tresl'un de 1'autre et devions aller ainsi
jusqu'A l'entree du bois que nous apercevions de-
vant nous.
II n'y avait pas cinq minutes que nous etions
en chasse, quand un coup de fusil retentit a ma
droite, et je vis tomber une belle becasse que son
chien rapporta au tireur.
Allons! a votre tour, me cria l'heureux chas-
seur; et nous reprimes notre march.
Trim, a vingt pas devant moi, quetait correcte-
ment, comme it convient a un brave chien qui
veut faire honneur & l'invit6 de son maitre, mais
sans grand entrain. Ii avait a chaque instant des
hesitations, il se retournait vers T16Bmaque,comme
pour lui demander conseil, et T616maque l'en-
courageait de son mieux en son patois, mi-fran-
gais, mi-creole.
Je marchais ainsi depuis un quart d'heure, sans
avoir rien vu, M. Zcepfeld avait encore tu6 une
aigrette, lorsque Trim tomba en arr6t, ferme, im-
mobile comme un m6dus6.






64 SOUS LES TROPIQUES

gd pa y est ? s'ecria T616maque, pa, pas z'oi-
seau pour s'r! Trim pas teni patte droite en l'air
et poil esbrouffe en pile oui 1.
Allons, Trim, hardi, pille !
Mais au lieu d'avancer, Trim recula, la queue
basse, et vint se refugier dans !es jambes de T616-
maque.
Ah pa, pa y est I s'exclama une second fois
le vieux n6gre.
Puis se tournant vers moi :
Pas bouge, maitre, mod qu'd voir.
T616maque prit A la main sa manchette et
avanca avec precaution.
La manchette est une espece de sabre, tres
6pais du dos, toujours trbs soigneusement affil6,
et que les negres emportent toujours quand ils
sortent A la champagne. Ce coutelas leur sert A
couper les ronces et les lines et & se frayer un
chemin dans les bois.
T616maque marchait toujours, taillant et frap-
pant a droite et a gauche. Irim le suivait par de-
vouement, mais sans aucun enthousiasme.
Le noir n'avait pas fait vingt pas, que je vis tout
d'un coup les grandes herbes s'agiter et former des
meandres et des zigzags comme on en voit au
i Qu'est-ce que cela ? Ce n'est pas un oiseau. Tiim ne
tient pas sa patte en 1'air, et son poil est tout 6bouriffd.






SOUS LES TROPIQUES


mois de septembre dans'un beau tretle. lorsqu'un
liUvre surprise au gite cherche a v;.g.ier la rase
champagne pour 6chapper au chasseir.
Qu'est-ce que c'est? demali.di-je a mon
guide.
Qa, Monchd, spent, gros spent; et en m6me
temps je voyais a cinquante metres de IA, escala-
dant le talus et roulant sur la route pour dispa-
raitre de l'autre c6t6, un 6norme serpent.
Eh bien I que vous arrive-t-il done? nous cria
M. Zcepfeld qui s'6tait rapproche, voyant que
quelque chose d'insolite se passait.
Spent, repondit Tel6maque.
Quel serpent.
Spent couresse.
Serpent couresse voulait dire serpent couleuvre,
c'est-A-dire serpent non venimeux.
J'avoue queje me sentais mal a I'aise, cepen-
dant je thchai de faire bonne contenance.
II paralt, dis-je d'un [ton que je tAchai de
rendre moqueur, que vos couleuvres sont comme
vos araign6es.
Oui, me r6pondit le tresorier, mais elles sont
inoffensives. II n'y a de dangereux que le serpent
corail et le trigonoc6phale, qui sont tout petits;
mais ils fuient devant l'homme, et quand on ne
5






SOUS LES TROPIQUES


leur march pas sur la queue et qu'on a de bonnes
bottes, on peut s'en moquer.
Je n'avais pas de bottes, moi; j'avais rev6tu des
guetres en toile 6paisse, montant assez haut, c'est
vrai, mais qui paraissent une mince cuirasse con-
tre les trigonocephales.
Je les montrai d'un air assez piteux a mon com-
pagnon.
Bahl c'est tout ce qu'il faut; c'est 6gal, ajou-
ta-t-il, une autre fois vous ferez mieux de mettre
des bottes comme les miennes; et ii me montra de
v6ritables chaussures de Bas-de-Cuir qui lui mon-
taient presque jusqu'a la ceinture.
Que 1'homme est 6goIste I pensai-je A part
moi. Comme il a des bottes a Bastien, il ne craint
rien et ii ne songe meme pas A ce qui pent m'arri-
ver avec mes petites gu8tres.
Eh bien mattre, figurez-vous, :dit le noir en
montrant trois profondes cicatrices qu'il portait a
la nuque et au cou, qu'il y a trois ans, j'6tais la-
bas pres du hois, occupy A pecher des crabes,
quand j'ai senti tout d'un coup comme une mon-
tagne qui me tombait sur le dos en m6me temps
que des crocs qui s'enfonqaient dans mon cou, etje
me trouvais envelope par un gros serpent qui
s'6tait enroul6 autour de moi. Heureusement mon
bras droit 6tait rest libre et j'avais ma manchette







SOUS LES TROPIQUES


I a portee de la main. Je la saisis bien vite, car le
serpent resserrait ses anneaux de fagon a m'etouf-
fer en quelques seconds. Je me mis a scier avec
nma manchette I'anneau qui me serrait la poitrine,
pendant que la gueuse de bete me soufflait dans le
con et dans les oreilles en faisant chou, chou,
comme un chat en colIre; mais je sciais d'un si
Lon coeur que sentais djaI la colonne vertebrale
du monstre sous mon coutelas, enfin la bete com-
menga & se derouler d'autour de mon corps et je
)pus m'6chapper. Malgre sa blessure le serpent
essaya de me poursuivre, mais apresdeux ou trois
bonds, il rest tranquille et je pus atteindre la
route ofi des gendarmes qui rentraient de leur
ituurnee, me trouverent 6vanoui et me rapport6-
rent en ville. J'en ai fait une maladie de deux
mois.
\- Je ne sais comment, tout en 6coutant Telemaque,
je m'6tais rapproche de la route etje me trouvais
aa pied du talus.Je le gravis sans pudeur et 6prou-
vai un sensible soulagement en me trouvant sur
un chemin de 10 metres de large tout en macadam
et sans les maudites herbes qui empechent de voir
oi I'on met les pieds.
Or, j'etais a peine sur ce terrain tutelaire que
j apercus notre cure, qui avait releve sa soutane et
ruvenait vers nous a grands pas.






68 sous LES TROPIQUES

Eh bien! monsieur le cure, s'ecria le tr6so-
rier qui s'etait rapproche, est-ce que le hocco s'est
envol6?
Non, mais il est gard6 par un dragon qui en
defend I'approche. La-bas A 1'entree du bois, tout
au bord de la route, il y a un serpent 6norme loge
sur un manguier. Je crois bien que c'est un serpent
chasseur.
Ah & repi it le percepteur, tous les serpents
de la contr6e se sont done donnd rendez-vous dans
cette savane, aujourd'hui?
Vous savez que.le vent d'Est les fait sortir du
bois, repartit le pr6tre. En tout cas, qu'il soit
chasseur ou non, je ne me soucie pas de passer a
port6e de celui-lI, et comme de chaque c6te du
chemin il n'y a qu'un marbeage impraticable, je
me suis decide & revenir chercher la protection de
vos fusils.
Nous allons vous accompagner, mais d'abord
commencons par changer nos cartouches et par
mettre une balle dans chaque coup.
L'operation terminee, nous reprimes notre
march.
Tenez, le voyez-vous, nous dit le cure, quand -
nous fumes a proximity du bois, log6, 1l, sur la
premiere branch du manguier?
Le manguier est un arbre 6norme don't i feuil-






SOUS LES TROPIQUES 69

lage sombre et 6pais comme celui de notre noyer
peut servir de poste et de refuge A tous les bri-
gands de la creation. En regardant avec attention,
nous aperqumes en effet le reptile enroul6 autour
de la maltresse branch, tandis que sa t6te, place
horizontalement, oscillait lentement de droite A
gauche comme un balancier.
II nous voit, dit M. Zaepfeld, avangons dou-
cement et ne tirez qu'au commandement.
Quand nous ne fAmes plus qu'A une cinquan-
taine de metres, M. Zapfeld me dit : Voyez-vous
ses yeux?
Certainement.
Eh bien, c'est 1a qu'il faut viser. Une deux !
trois Feu I Et nos quatre coups partirent comme
un feu de peloton.
L'animal ne bougea pas.
Rechargeons vite et approchons nous un pen
plus. La second d6charge eut lieu a environ
25 metres. La b6te ne bougea pas davantage, mais
la tAte devint immobile et, en regardant avec sa
lorgnette qu'il emportait toujours a la chasse, le
tr6sorier aperqut deux ou trois filets de sang qui
coulaient autour des yeux.
Je crois qu'il n'y a plus de danger qu'il
s'6lance et que nous pouvons approcher, mais avec
precaution, le doigt toujours sur la gAchette et,






SOUS LES TROPIQUES


au moindre movement: feu sur toute la ligr
Nous n'eimes pas cette peine : quelques seconde-
plus tard le monstre se d6roulait d'autour de 1;
branch et s'abattait sur le sol avec un bruit sem-
blable a celui d'une grande voile mouillee qui se
d6tache de la vergue et tombe sur le pont du na-
vire.
Nous approchames tous. Le serpent avait recu
sept balles dans la t6te. Sur huit coups de fusil,
ce n'6tait pas mal.
I1 6tait encore plus grand que nous ne l'avion..
cru. Nous n'avions vu que la moiti6 de son corps
enroul6 autour du manguier, l'autre 6tait restee a
terre, cache dans les lines et les arbustes d
aillis.
Quand nous ebmes rassasi6 nos yeux du mons-
trueux trophee de nos armes, nous reprimes notre
route vers la cure, car le soleil commengait a
monter et les emotions nous avaient creus6 l'esto-
mac; mais T616maque, a notre grande surprise,
demand la permission de retourner en ville. II
aimait pourtant bien le vin de la cure et le rhum
de Mana. Le cure l'invitait a venir avec nous, mais
TBlemaque ne se laissa pas tenter et partit.
iQue pouvait-il avoir A faire en ville poor etre
ainsi press d'y retourner?
Damel nous dit M. Zspfeld, T616maque n'est







SOUS LES TROPIQUES


lus jeune, mais il a encore les passions vives et je
suis bien certain qu'il y a dans un des carbets du
faubourg quelque petite n6grillonne qui l'attend.
Nous n'en fimes pas moins honneur au d6jeu-
ner qui Rtait digne d'un archeveque : une tortue
A lasaucetomate, le hocco, des 6crevissessuperbes,
Sides beignets d'ananas, le tout arros6 d'un vrai vin
de France; les fruits, le cafe, come on ne peut
en boire en Europe, le petit verre de rhum parfumd
et le long cigare fume dans ces grands fauteuils en
rotin oil Pon s'endort si bien en se balancant, pen-
dant que s'accomplit la digestion. Tout cela nous
avait retenussi longtemps que le soleil baissait d6ja
A I'horizon quand nous songeAmes au retour. Nous
n'avions pas de temps A perdre, car la nuit tombe
tout d'un coup dans ces latitudes. Nous savions
qu'il n'y aurait pas de lune, et le gaz est encore
inconnu sur les grandes routes de la Guyane.
Nous parties done en remerciant notre h6te.
Nous voulions d'ailleurs nous arreter un instant
dans le Lois pour contempler encore la victim de
notre exploit. Mais quelle fut notre surprise en
arrivant pres diu manguier I Le serpent avait dis-
paru et on n'en voyait plus la moindre trace Mais
aussit6t que nous eumes d4pass6 la porte de la
ville, nous entendimes un grand bruit de tambou-
rin et nous apercfmes, au bout de la rue, la place







SOUS LES TROPIQUES


des Palmiers brillamment illumine. On dansait la ,
bamboula, bien que ce fut un jour de semaine. II
se passait 6videmment quelque chose d'anormal.
Voici ce qui 6tait arrive :
T6lemaque 6tait un homme pratique, et sans so
laisser tenter par les seductions du dejeuner, il
s'6tait dit que le gouvernement donnant une forte'
prime pour la destruction des gros serpents, ce
serait p6ch6 mortel que de laisser dans les caisses
de la colonies une some si bien gagn6e, quand
lui, T61emaque, avait envie depuis longtemps d'un
chapeau de soie noire et de souliers vernis.
II etait done retourn6 en ville afin de fair sa
declaration a la direction de l'int6rieur. La des-
cription qu'il fit de la b6te 6tait telle, que le direc-
teur envoy un gendarme & cheval pour la verifier.
Sur le rapport de Pandore on envoya deux pro-
longes d'artillerie avec des mulets pour rapporter
le reptile. Tel6maque et une parties de la popula-
tion se joignirent naturellement a l'exp6dition : ce
fut un veritable cortege qui ramena la dbpouille
du monstre et la d6posa sur la place des Palmiers,
devant le palais du gouverneur qui interrompit sa
parties de billard pour paraltre au balcon et feli-
citer la foule. Le gigantesque serpent mesuraitp
plus de vingt metres de longueur, et son corps (
6tait gros comme une barrique de sucre. On donna







SOUS LES TROPIQUES


Sun quart de vin supplnmentaire aux artilleurs, on
distribua du tafia aux nagres qui avaient travaill6,
et tout le monde eut la permission de danser bam-
boula sur la savane.
Lorsque nous arrivames, la f6te 6tait dans tout
son eclat. La nuit venait de tomber. On avait allum6
Sies lanternes de couleur. Nous eimes notre petite
ovation ; car si Te16maque avait pris touted la
prime, il nous avait laissd toute la gloire.
Le gouverneur tint A nous recevoir malgr6 le
neglig6 de notre costume, afin d'entendre de notre
bouche les details de notre venture. Mais au mo-
ment oh, confortablement installs devant un
second verre de bire, ce qui est un grand regal
aux colonies, nous commencions notre recit, un
cri epouvantable celata dans la foule qui se tenait
sous le balcon, et nous apergumes les danseurs et
Sales danseuses qui fuyaient dans toutes les direc-
tions en donnant les signes de la 'plus 6pouvan-
Xtable terreur.
Compare serpent qui, paralt-il, n'6tait encore
qu'dvanoui, avait 6te ranim6 par la fraicheur de
la nuit. II avait tout de suite compris que sa place
Sn'6tait pas a un si beau bal, et s'6tait sauv6 a travers
lesPalmiers, pendant que les danseurs s'enfuyaient
'dans toutes les directions.
On org nisa des patrouilles, on fit des reche'ches







74 SOUS LES TROPIQUES

dans la ville pendant plasieurs jours, on ne put
decouvrir trace du boa. Persoare n'osaplus se ris-
quer le soir sur la savane on dans les rues.
Ce ne fut qu'au bout d'une semaine qu'on re-
trouva la bWte dans les foss6s de I'h6pital, A un
kilometre environ de la place des Palmiers.
Ce n'6tait plus qn'un squelette. Les fourmi9s
avaient d6vord toute la chair et fait un crible de la
peau, au grand chagrin de Tel1maque qui avait
compte en tirer encore un hon prix.
Un capitaine de frigate acheta la carcasse pour
I'envoyer au musee de sa ville natale. Je crois
qu'elle est A la Rochelle on a Rochefort.
Je suis rest encore six mois A la Guyane, mais
je ne suis pas returned & la chasse de la bcasse.
Elles 4taient pourtant bien bones.







SOUS LES TROPIQ'US


VIII




On pourrait croire que de pareils faits sont si-
non invents du moins singulibrement amplifies.
Les voyageurs, comme les chasseurs, ont une de-
plorable reputation et l'on dirait peut-6tre :
beau raconter qui vient de loin. Pour que le lec-
teur soit bien ddifib cet 6gard, je ne crois pas
pouvoir mieux faire que de citer ici un rapport
pr6sent6 A la Socite6 d'acclimatation par M. Rufz de
Lavison, un de ses membres les plus distingu6s.
: M. Rufz a longtemps habitI la Martinique ofi il
fut pendant plusieurs annres maire de la ville de
Saint-Pierre. C'est en outre un des m6decins les plus
distingu6s de la faculty de Paris. Comme magis-
trat et chirurgien, il a ,et plus A meme que per-
sonne de connaitre les accidents causes par le ser-
" pents, or voici en quels terms s'exprime le rap-
port en question :







SOUS LES TROPIQUES


a Messieurs, il vous a 6t6 lu, dans la seance du,
28 mai, un tres int6ressant m6moire de M. le comte
de Chastaignez, membre de la SocietW, r6sidant &
Bordeaux, sur l'introduction aux Antilles de di-
verses especesd'animaux destructeurs des sei pents.
Propri6taire d'une habitation a la Martinique,
M. de Chastaignez est a meme d'appr6cier que?
fleau est pour cette colonies le bothrops lanceole.
De tous les reptiles venimeux, c'est le plus redou-
table; sa morsure faith p6rir a la Martinique plus
de cinquante personnel par an, sans computer un
grand nombre d'autres qui restent estropi6es A la
suite de cet accident. Sa f6condit6 ajoute encore a
la terreur qu'il inspire, car ses portees sont sou-
vent de cinquante a soixante petits. M. de Chas-
taignez a pens6 avec raison qu'il pouvait ranger ce
terrible reptile dans la classes des animaux nuisi-
bles, contre lesquels 'article 2 de nos status
recommande l'acclimatation des especes qui sont
dans la nature les antagonistes. Parmi ces especed
M. de Chastaignez vous propose l'ichneumon
d'Egypte, les mangoustes de l'Inde, le h6risson
de l'Inde et l'oiseau appel6 secr6taire du Cap.
La commission que vous avez nornmme pour
examiner ce travail, et don't j'ai l'honneur d'6tre
le rapporteur, est d'avis d'accueillir la proposition
de M. de Chastaignez, et la porte a la connaissance







SOUS LES TROPIQUES 77

,des membres de la Soci6t6 qui habitent les pays
ohi se trouvent les especes qui peuvent servir
d'auxilia'res contre le bothrops lanc6ol6, avec
priere de les faire parvenir a la Martinique. La
commission pense que la destruction d'un aussi
dangereux animal est digne d'6tre mise au nombre
i-'des prix de la Sociedt, et qu'une some de 500 fr.
devait 6tre accordee a l'acclimatation a la Marti-
nique soit de l'ichneumon d'Egypte, des man-
goustes de 1'Inde on du secr6taire du Cap, s'ils
sont destructeurs du bothrops lanceol.
M. Rufz a fait suivre son rapport des renseigne-
ments suivants :
) Pour avoir une id6e de la mortality qu'occa-
sionne la piqure du serpent, j'ai essays d'une sta-
tistique approximative. Mes renseignements ont Wt
pris aupres de quelques habitants 6clairds, et sur-
tout de MM. les cures, toujours assez bien au fait
de ces sortes d'accidents qui excitent une sorte
- d'6motion publique ; il est r6sultd que pour toute
la colonies, don't la population s'6elve & 125,000
ames la mortality de la piqure du serpent, port6e
a cinquante personnel par an, n'est pas au-dessus
de la v6rit6. Cette mortality a lieu principalement
parmi les travailleurs des champs, hommes
Sadultes en plein rapport pour la soci6te colonial.
On peut, toujours approximativement, 1'6valuer a






78 SOUS LES TROP'IQUBS

un vingtieme des persounes piquees. Chaque per-
sonne piquee est mise hors de travail pendant
quinze jours ou trois semaines au moins, et on
tris grand nombre de ces dernieres restent estro-
pikes pour le reste de leur vie. Car la piqdre du
serpent n'entraine pas seulement la mort, elle
laisse bien d'autres infirmities, de vastes abces, ori-
gine d'ulceres incurables, des cancers, des ne-
croses des os, des gangrenes, des engorgements du
tissu cellulaire, principle, chez le noir, du mat
appele 61ephantiasis, des c6phalees opiniAtres, des
paralysies, des amauroses et m6me la perte de la
parole. Nomm6 medecin de l'h6pital civil, cr6e en
1850 apres l'6mancipation, j'ai eu en moyenne,
pendant six ans, a faire trois amputations de mem-
bres par an, par suite de la piqhre du serpent,
sans computer d'autres operations de moindre gra-
vite.
) Vous voyez, d'apres ce tableau, que j'ai ap-
puy6 dans mon enquete de preuves plus d6tail-
lees, de quelle consequence est pour la Martinique
la piqfre du serpent. Aussi M. le docteur Guyon,
qui s'est occupy du m6me sujet que moi, a-t-il
raison de s'ecrier ( que le fer-de-lance 6tait une
veritable calamity pour les lies qui en etaient affli-
g6es, car il nese passait pas de jour qu'il ne fit des
victims, et que sa destruction serait, pour ces







SOUS LES TROPIQ BS


contrees, un bienfait non moins grand que la de-
couverte de Jenner pour le monde entier.
II semble qu'ua pays en proie a an tel flean
ne devrait avoir rien de plush ceeur que de s'en
.,ffranchir. Cepen4ant, je clois le dire, l'insou-
ciance, 1'apathie de notre population, & cet dgard,
!.tt incroyable. C'est presque, j.'oserai le dire, la
stupid resignation da d6sespoir. Ce que j'ecri-
vais en 1840, ee qa'ecrivait M. Guyon, en 1814,
est encore vrai aujourd'hui. A L'habitant de la
Martinique s'est resigned A vivre avec son ennemi;
depuis longtemps il n'entrepread plus rien centre
fui. Onlui a faith sa part; A lui les halliers, lesbois,
tout ce qui n'est point habit par l'homme; on ne
eI recherche que lorsqu'il se montre sur les ter-
rains cultives.
) Ce n'est pas, messiears, qu'on ne songs
point au serpent a la Martinique. On pent dire, an
contraire, qu'il est toujours et partout present. II
tptre dans la combinaison de toutes nos actions.
Sous la hutte du noir, dans ces contest et fabliaux
ei se plait l'imagination des homes primitifs, le
serpent, le compare serpent joue toujours le prin-
Cipalr6le. On dirait la continuation de celui qu'il a
joJu aupres de nos premiers parents. A la table du
Iche.habitant, et dans son salon, le serpent a tou-
jours sa part dans la conversation et fournit l'a-






SOUS LES TROPIQUES


anecdote du jour, il nous tient lieu des incendies,
vols et assassinats qui font les faits-divers de vos
journaux; mais ni la crainte du voleur ou de I'as-
sassin qui menacentvos rentes, ni la preoccupation
de vous sauvegarder du heurt en voiture et de ces
mille accidents qui encombrent les rues d'une
grande ville, n'egalent la preoccupation du ser-_
pent pour 1'habitantde nos campagnes. S'il march
dans les champs, ses yeux sont sans cesse aux
aguets; il les porte a droite, i gauche, en haut, en
bas. Cela est devenu une sorte d'acte instinctif.
Au moindre frblement des herbes, ce n'est pas au
vent, ce n'est pas a l'oiseau, ce n'est pas A tout
autre insecte qu'il songe, c'est au serpent. Cette
pens6e nous entire dans la t6te avec le jour qui
ouvre nos yeux; que dis-je? elle assaille notre
sommeil et nous suscite les plus affreux cauche-
mars ; vient-on a poser le pied par terre, au mi-
lieu de la nuit, on croit toujours sentir 1'impres-
sion de froid que fait sentir le reptile. Dernire,-
ment, aux portes de la ville de Saint-Pierre, une
n6gresse s'6veille aux cris de son enfant malade;
elle enflamme une allumette, et tout aussit6t d'en-
tendre le bruit d'un jet ou d'un resort qui se-
debande; la malheureuse enl6ve son enfant, se pre-
cipite par la fenetre et crie: < Au serpent! Oi
accourt; c'etait en effet un bothrops lanc6ole de







SOUS LES TROPIQUES


4 pieds qui, log6 sur une 6tagBre, s'6tait, au bruit et
a ]'6clat du feu, lanc6 au hasard. Je pourrais mul-
tiplier de pareils recits a l'infini.
s Je dirai tout en un mot. Le serpent fer-de-
lance, a la Martinique, est appendu sur la colonie
comme l'6p6e sur la tWte du Sicilien Damocles.
j Mais, triste effet de l'habitude ou plut6t comme
l'appelle M. de Chastaignez, de la routine, cette
rouille de l'esprit don't votre soci6t6 a entrepris de
d6barrasser 1'esprit human, le Martinicain, je le
r6pete, s'est habitue au serpent. Ce qui fait penser
que Damocles lui-meme se serait habitu6 a son
6pee, et aurait achev6 sans souci le festin du tyran
de Sicile, si l'exp6rience qu'avait imaginee Denys
s'etait prolong6e seulement quelques minutes.
) J'ai insist, messieurs, sur cette obsession
qu'exerce le serpent, pour vous donner une idee
du service que vous rendrez A la Martinique, si
jamais vous parveniez a la delivrer d'une pareille
V tyrannie.
Ce n'est point ici le temps d'entrer dans les
details de l'histoire naturelle de cet animal. J'ai
longuement expose dans mon enqu6te avec 1'aide
de lacolonie entire, don't je n'ai Wte que le secr6-
taire, les mceurs du bothrops lanceol6, son anato-
1 mie, sa physiologie, et surtout la pathologies qu'en-
traine sa piqdre et les moyens therapeutiques






82 SOUS LES TROPIQUES

qu'on lui peut opposer. Je m'occupe en ce mo-
ment, avec l'aide et encouragement de votre sa-
vant secretaire, M. Auguste Dumbril, de publier
une nouvelle edition de ce travail.
Je dois pourtant, pour achever de vous 6difier
sur le compete de ce monstre, car je ne puis Pap-
peler autrement, rappeler que votre vipbre de
2 pieds a 2 pieds 1/2 au plus, n'est que la minia-
ture de notre bothrops; que le plus grand nombre
de ceux que l'on rencontre ont de 4 a 5 pieds ; qu'il
n'est pas rare d'en trouver de 6 : le plus long que
j'ai vu avait 6 pieds 1/2.
Mais les premiers historians des Antilles, Du-
tertre et Labal, parent d'individus de 8 i 9 pieds
de long et de 3 a 4 pouces de diambtre. La tradi-
tion raconte que les premiers Europeens qui ten-
thrent la colonisation de laMartinique, furent obli-
ges de se rembarquer par l'horreur que leur
inspiraient les serpents don't l'ile 6tait alors infes-
tee. Permettez-moi, enfin, par une sorte d'artifice,
oratoire, pour achever de gagner votre conviction
et votre interet, de produire ici un individu de la
terrible tribu don't nous parlons, un bothrops
lanc6ol pris au hasard dans le cabinet du -
Museum. Consid6rez ce hideux animal, voyez
cette couleur sombre et cette forme ronde qui
le rendent d'autant plus perfide que c'est la






SOUS LES TROPIQUES 83

forme des branches d'arbres ou la couleur de la
terre sur lesquelles ii repose souvent, et don't l'ceil
Sne saurait le distinguer. Voyez cette large gueule
et les longs crocs plus rapides et plus mortels
qu'un pistolet a double d6tente, et lisez souvent
F cette terrible inscription: i Serpent qui a tu6 deux
hommes.
v La pullulation de ce monstre n'est pas moins
effroyable que son aspect; tous ceux qui I'ont 6tu-
di6 lui ont attribu6 des porttes de cinquante a
soixante petits. J'en ai trouv6 une de soixante-cinq.
Aussi le rencontre-t-on par centaines. L'un de nos
-collbgues, qui luiaussi avait deja appel6 votre at-
tention sur ce sujet, l'honorable M. Pecoul, peut
vous attester que dans le nettoyage des savanes de
son habitation, environ quelques hectares de terre,
on en a tud trois cents.
n Je n'ai parl6 jusqu'a present que des dangers
que le serpent fait courir a l'homme. Je dois ajou-
- ter qu'il n'est pas moins redoutable aux autres
animaux. II est carnivore et se nourrit de tous ceux
don't les dimensions lui permettent d'en faire sa
proie. On a retire de son ventredes poules et leurs
couvres, et jusqu'A de jeunes chevreaux. Aussi le
trouve-t-on souvent dans les poulaillers, oi il
' fait autant de ravages que votre renard. II est le
fleau des oiseaux, don't il envahit les nids et don't







84 SOUS LES TROPIQUES

les cris souvent r6velent sa presence et semblent
appeler l'homme A leur secours. Le cheval se
cabre a son aspect et tombe sons son venin; j'ai
vu le bceuf lui tendre des comes impuissantes.
Toute la nature animee l'a en horreur. Mais s'il
est l'ennemi de tout le monde, par un just retour
tout le monde lui est hostile.
D La poule elle-m6me si craintive, en attendant
qu'elle soit mang6e par les gros bothrops, 6crase
de son bee et mange les petits bothrops; le chien
1'attaque r6solument; on a vu jusqu'au rat se de-
fendre contre lui. En 1842, pendant que j'ecrivais
mon enquete, et qu'en face de ce terrible animal,
j'agitais, en moi-meme, comme bien d'autres sans
doute, cette temeraire question : De quelle utility
le serpent et ses semblables, si funestes A l'homme
peuvent-ils 6tre dans la creation ? je vis unjeune
chat entrer dans mon cabinet, tenant dans sa
gueule un petit serpent qui se d6battait contre lui,
Je regus ce petit accident comme un avertissement. -
comme une legon qui m'6tait donn6e par cette
Providence divine, don't la sagesse infinie est pour
nous un point de repure si shr dans nos embarras
d'esprit. Je compris que le serpent, les insects et
leurs cong6nbres ne sont qu'une circonstance de ce
grand probl6me du bien et du mal sur la terre, i
destiny a exercer la liberty et la sagacit de







SOUS LES TBOPIQUES 85

S'homme, et sans lequel nous ne saurions concevoir
cette liberty.
n II n'est pas probable que Dieu, ce grand don-
neur, comme l'appelle Montaigne, qui nous a
Sdonn6 tant de choses et tant de choses superflues,
nous ait laiss6 desarmes contre les surprises d'un
Saussi vil animal que le serpent. S'il s'est reserve,
comme dit fort bien M. de Chastaignez, a lui
seul le pouvoir de career, il a donned a 1'homme
celui de modifier la creation, qui est apres la plue
grande puissance donnee sur la matiere. ,







SOUS LES TROPIQUES


IX




Je ne m'6tends pas davantage sur les animaux
redoutables que l'on rencontre dans les Antilles.
II y aurait bien encore quelques pages curieuses a
ecrire sur les requins qui foisonnent, sur les cal-
mans qui ne sont pas rares dans les rivieres ou
dans les course d'eau un peu profonds; mais le re-
cit de leurs exploits palirait a c6t0 de ceuxdu ser-
pent. Ils ont d'ailleurs assez de moderation pour
rester dans leur domaine et ne pas venir pour-
suivre I'homme jusque chez lui. Pour peu qu'on
renonce au plaisir si tendant sous ce soleil brdlant
de se baigner dans la mer, ou dans les rivibres qui
ont plus de deux pieds de profondeur, on n'aura
jamais rien a d6mbler avec eux, car le caiman est
tres timide hours de 1'eau et le plus petit caillou o
suffit pour le mettre en fuite. Mais a c6t6 des bAtes
dangereuses, il y a encore cells qui ne sont qu'in-






SOUS LES TROPIQUES tI

commodes et elles sont assez nombreuses aux
Antilles pour qu'on ne puisse les passer sous si-
lence. II y a d'abord toutes celles que nous con-
naissons en Europe. Elles sont seulement plus
fortes et plus agiles, car le climate leur rdussit
mieux qu'aux 6tres humans. Les marchands de
poudre insecticide font fortune et Murillo aurait
trouve IA de bien beaux modules. Je ne parole pas
non plus des moustiques, des maringouins et des
cousins, ni de leurs ruses pour arriver a travers les
giants, les v6tements et les moustiquaires jusqu'A
votre 6piderne, mais parmi les myriades d'insectes
rampant et volants qui grouillent sur le sol ou
pullulent dans l'air, deux on trois m6ritent une
mention particulibre. Ce sont: le ravet ou can-
crelat, le pou de hois, la chique.
Le ravet est un insecte a pen prbs deux fois gros
comme un hanneton. Brun comme lui, muni d'ailes
vigoureuses et de pattes agiles, il vole partout, se
fourre partout dans les maisons, dans les meubles,
dans le v6tement, dans le linge, dans les ali-
ments, r6pandant partout sa nauseabonde et p6ne-
trante odeur. II se jette 6tourdiment dans le vase
qu'on porte A ses 16vres; souvent, lorsqu'on rentre
extenu6 de chaleur et qu'on avale d'un trait un
verre d'une boisson renfermee dans un vase de
terre poreuse pour qu'elle se conserve fraiche, on







88 soUS LES TROPIQUES

s'apergoit avec horreur qu'on vient de boire une
d6coction de ravet. On retrouve avec degoht la
trace de son passage sur le fruit, don't il a empoi-
sonn6 la saver, et le soir il empeste les chambres
oi l'attire la lumiere et oii il vient effront6ment se
poser jusque sur votre visage, et sur vos mains,
spdculant sur le d6goit qu'il inspire et qui em-
peche de 1'6craser.
Le pou de bois, lui, a une autre specialit6: trBs
petit, presque imperceptible, il d6vore cependant
en peu d'heures le bois, les ktoffes, le paper qu'on
n'a pas la precaution de visitor tous les jours, ne
laissant a sa place que des nids de poussirre ter-
reuse qui prennent bientbt les proportions de ces
6normes fourmillrres que l'on rencontre dans nos
forts.
11 y a encore les b6tes rouges, qui montent dans
les jambes et laissent sur la peau de cuisantes am-
poules; la chique, petit insecte qui se loge sous
les ongles, aux pieds surtout, et qui a bient6t pra-
tiqu6 une cavity ofi ii d6pose ses ceufs accompa-
gn6s d'une incessant ddmangeaison; mais on se
prdoccupe peu de pareilles miseres. On pretend
meme que certaines dames creoles vont express
dans les endroits oh i'in prepare la farine de ma-
nioc et oi les chiques sont tres abondantes, afin
d'en rapporter quelques-unes. Cela leur procure






SOUS LES TROPIQUES


P'occasion de se faire gratter les jambes par une
negresse, le soir en s'endormant, ce qui est, a ce
qu'il paratt, un plaisir don't il ne faut pas medire.
C'est au milieu de ce monde grouillant et hos-
tile que l'on passe sa vie aux Antilles. (n soleil
Implacable vous tient renferm6 depuis huit heures
,du matin jusqu'au soir, sous peine de mort. Un
tremblement de terre peut a chaque instant vous
ensevelir sous les debris de la maison; souvent, la
nuit, des craquements sinistres vous r6veillent en
sursaut; le plancher ondule sous vos pas comme
le pont d'un navire au milieu de la tourmente,
-et, sans perdre le temps de se vetir, on se preci-
pite dans la rue ou dans le jardin. La, du moins,
les plafonds ne tomberont pas sur la t&te, et si la
terre ne s'entr'ouvre pas ou ne vomit pas la flamme
comme en 1838, a la Guadeloupe, vous pouvez
Sesperer que votre derniere nuit n'est pas encore
arrivee. Vous jurez alors de ne plus habiter qu'une
\naison en bois que les tremblements de terre se-
couent comme la mer fait d'un navire sans la ren-
verser comme celles de pierre. Hl6as! deux jours
plus tard, un .ouragan enl6vera peut-6tre votre
chalet avec tout ce qu'il content comme une brise
l6gere joue avec la plume ou la paille.
' Et cependant l'on s'habitue a ces perils de toutes
sortes, A ce perp6tuel qui vive oia l'existence est







90 SOUS LES TROPIQUES

mise en jeu A chaque instant, et lorsqu'apr&s avoir
dchapp6 & la filvre jaune, aux maladies, aux ser-'
pents, aux tremblements de terre et aux oura-
gans, on se rappelle ces splendides soirees oh les
6toiles brillent comme des diamants, oh des
nudes d'insectes lumineux remplissent l'atmos-
phere, comme d'une pluie d'6tincelles; ce bruisse.
ment sonore de la brise du soir dans les cocotiers
et les manguiers, ces douces reveries dans le
balancement du hamac; les longues journees
a I'ombre des bambous, au bord des rivibres oh
l'eau limpide bouillonne, s'deorche et rejaillit sur
les roches de corail, je ne sais quoi de doux et de
triste a la fois vous monte a la tete et vous fait
battre le ceur. On laisse toujours quelque chose
de soi aux lieux oh I'on a v6cu, oh I'on a seulement
pass.














LES HOMMES ET LES CHOSEN


I


On s6journe pen de temps a Saint-Thomas. Le
lendemain ou le surlendemain, au plus tard, on
s'embarque sur les paquebots de correspondence.
Comme ceux-ci ont A faire un trajet beaucoup
moins considerable que celui d'Europe, ils sont
beaucoup moins bons marcheurs. Ce sont, en
general, de vieux steamers que la Compagnie en-
voie gagner leurs invalides A ce service, et on y est
encore plus mal que dans la traverse de Sou-
thampton A Saint-Thomas.
Par bonheur, nous trouvAmes sur la rade de
Saint-Thomas une frigate frangaise, la Pendlope,
qui retournait A la Martinique aprbs une course
dans les Antilles. Le commandant, que j'avais ren-
contrd d6j& dans un precedent voyage a Saint-






92 SOUS LES TROPIQUES

Domingue, voulut bien m'offrir l'hospitalit6. On
pense si j'acceptai, et s'il fut superbe le regard de
d6dain que je jetai sur le bateau A vapeur.britan-
nique qui commenqait & se mettre en march,
suant et soufflant de toute sa vapeur au moment
oi la leste frigate, toutes voiles dehors et se pen-
chant gracieusement sous la brise, quittait la passel
de Saint-Thomas.
Je ne connais rien de gai et de charmant comme
une traverse A bord d'un navire de guerre, sur-
tout quand on vient d'habiter une de ces grandes
h6telleries flottantes que l'on appelle les paquebots
britanniques et qui n'ont d'autre qualitM que de
faire r6gulibrement leurs cent lieues par vingt-
quatre heures. La, on n'est qu'un colis vivant
press, entass6 avec une foule d'autres ballots, de
facon a tenir le moins de place possible, trait
comme une merchandise encombrante qui doit
etre rendue A destination avec ou sans avaries. lei,
on devient un h6te, trait avec tous les 6gards
possibles, on est regu dans un salon oh chacun fait
assault de politesse et d'urbanit6. II faut bien le
reconnaitre, en effet, si les officers de marine sont
en general un peu froids et edremonieux vis-&-vis
des passagers qui ne portent pas leur uniform,
ils sont, en revanche, d'une politesse et d'une
tenue irr6prochables. II est, d'ailleurs, tres facile






SOUS LES TROPIQUES


de se les concilier tout A fait en se conformant a
quelques regles de savoir-vivre speciales A nos
navires de guerre. Celui qui, en mettant le pied
sur le pont, montre qu'il ne les ignore pas, est
immediatement adopt. Les officers de tout grade
s'empresseront aupres de lui, et les timoniers ou
les matelots de l'avant ne s'aviseront pas de vou-
loir lui faire croire que la roue du gouvernail est
un moulin destine A moudre le cafe de l'6qui-
page.
Ainsi, en entrant dans le cannot qui vient vous
prendre pour vous conduire a bord, ayez soin de
vous mettre rigoureusement A la place que vous
assigned votre grade ou votre function au milieu
des officers ou autres personnages presents.
La place d'honneur est A 1'arriere du cannot,
centre du bane circulaire adoss6 au gouvernail.
La second place est a droite de celle-lA, la troi-
sieme A gauche, et ainsi de suite.
A bord, des que vous avez franchi l'echelle de
ce commandement, saluez. Ceci n'est que de la
civility pu6rile et honn6te. Mais si, apris Wtre des-
cendu dins l'int6rieur du bAtiment, vous remontez
sur le pont, vous croyez peut-ktre avoir le droit de
vous couvrir? d6trompez-vous, ce serait 1I une
grave infraction a 1'etiquette. 1. pont est un
salon oi l'on doit se presenter convenablement






94 SOUS LES TROPIQUES

v6tu, et oh l'on doit saluer en entrant. 11 y a 1&,
d'ailleurs, au-dessus de votre tate, le pavilion
national auquel vous devez un hommage. Ne
manquez pas non plus, au coucher du soleil et
lorsque vous entendrez le commandement : atten-
tion pour les couleurs, de vous lever, de faire face
au pavilion et de vous d6couvrir. C'est seulement
lorsque l'officier de quart aura cried : Envoyez, et
que le pavilion sera descend, salu6 par un feu de
peloton ou un coup de canon, suivant l'impor-
tance du navire, que vous pouvez remettre votre
chapeau, vous rasseoir, continue votre prome-
nade ou votre causerie. DBs que les couleurs sont
amen6es, on dit la priere; I'aum6nier ou un offi-
cier recite l'oraisondominicale et l'ave Maria, tout
l'6quipage debout et decouvert dit les r6pons;
la tenue des passagers pendant cette simple et
tres emouvante c6r6monie, est celle d'un home
bien Olev6 a I'6glise. Mais si, la priere termin6e,
il reprend sa promenade, i! y a deux regles aux-
quelles il ne doit pas manquer. La premiere con-
siste a se tenir autant que possible a bAbord, sur-
tout si le commandant est sur le pont. Le c6te de
tribord lui est reserve a lui seul, a moins que vous
ne soyez d'un grade dgal ou superieur au sien; si
m6me il vient a babord, vous devez passer de
1'autre c6td afin de lui laisser son chemin libre.







SOUS LES TROPIQUES


Certes, dans la pratique, on ne suit pas toujours
cette rtgle a la lettre, mais c'est la r6gle, et, il
faut montrer qu'on la connait, afin d'eviter qu'on
vousla rappelle.
Voici la second rgle : pendant votre prome-
nade, vous passerez et repasserez une centaine de
fois devant un officer qui, quatre heures durant,
se tient sur le banc de quart dissimulant a peine
ses baillements et son ennui. Pour peu que vous
soyez de caractere sociable et bienveillant, vous
croiriez peut-6tre ne pouvoir vous dispenser d'a-
dresser quelques mots & ce patient et de tAcher
d'abr6ger la duree de sa faction par le charme de
votre conversation. D6trompez-vous. Vous com-
mettriez une grave infraction au reglement. Per-
sonne ne doit adresser la parole a l'officier de
quart. Rien ne doit distraire son attention qui
appartient tout entire a la march et & la shret6
du navire.
Si, invite a monter sur la dunette par le com-
mandant, ce qui est une grande gracieuset6 de sa
part, vous voyez un timonier venir jeter le loch
pour mesurer la vitesse du bAtiment, gardez-vous
de lui demander combien on file de neuds. C'est
au commandant d'abord, A l'officier de quart
ensuite que le timonier doit rendre compete de son
operation. U ne vous repondrait meme pas, si







SOUS LES TROPIQUES


vous lui adressiez la parole avant qu'il ait accompli
ces deux devoirs, etvous passeriez A ses yeux pour
le plus mal 6lev6 des bergers, c'est-a-dire de ces
hommes qui ne connaissent que la teire et les
moutons.
Autre recommendation. Ii existe dans chaque
navire plusieurs de ces petits r6duits n6cessit6s par
les exigences de notre pauvre nature humaine. A
bord, on les appelle bouteilles. 11 y en a une ou
plusieurs pour chaque grade. Ne vous avisez pas
d'entrer dans une bouteille autre que celle de votre
grade ou de celui auquel vous etes assimil6. A
bord, on ne plaisante pas sur ce chapitre-la, et
sachez bien que, si le commandant vous montre
sa bouteille et vous autorise A vous en servir, il
vous aura donn6 le plus grand t6moignage de
d6fdrence ou d'amiti6.
Ayez soin aussi lorsque vous quitterez le navire,
et si votre rang vousexpose A un salut d'artillerie,
de vous lever et de vous d6couvrir lorsque par-,
tira le premier coup de canon et tout le temps que
durera le salut. Si la mer est un peu houleuse et
si le cannot qui vous emporte est un peu secou6 par
la lame, votre position ne sera peut-6tre ni com-
mode ni gracieuso, mais elle sera conforme A 1'eti-
quette.
Du reste, si vous voulez passer pour un raffin6




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs