• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Preface
 Aspinwall - le chemin de fer de...
 Le narcisse - porto-bello - les...
 Carthagene des indes - la popa...
 Le capitaine de papier - savanilla...
 Les canos - la cienega - gaira
 Sainte-marthe
 Les environs de Sainte-Marthe -...
 San-Pedro - minca - le planteur...
 Le cercle Francais - la colonie...
 Rio-hacha
 Les indiens goajires
 Le medecin chasseur - la cuesta...
 La caravane - le passage de l'enea...
 Le caporal pain-au-lait - les aruaques...
 Le naufrage - la maladie -...
 Epilogue
 Table of Contents
 Back Cover














Group Title: Voyage a la Sierra-Nevada de Sainte-Marthe : paysages de la nature tropicale
Title: Voyage à la Sierra-Nevada de Sainte-Marthe
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00075372/00001
 Material Information
Title: Voyage à la Sierra-Nevada de Sainte-Marthe paysages de la nature tropicale
Physical Description: 2 p. l., vi, 305 p., 1 l. : incl. illus., 16 pl. fold. map. ; 19 cm.
Language: French
Creator: Reclus, Elisée, 1830-1905
Publisher: Hachette et cie
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1861
 Subjects
Subject: Santa Marta Range (Colombia)   ( lcsh )
Description and travel -- Cartagena (Colombia)   ( lcsh )
Description and travel -- Santa Marta (Colombia)   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par Élisée Reclus.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00075372
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000138558
oclc - 22123577
notis - AAQ4642

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Title Page
        Title Page
    Preface
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
    Aspinwall - le chemin de fer de Panama
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    Le narcisse - porto-bello - les indiens de San Blas - le golfe d'Uraba
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    Carthagene des indes - la popa - la fete
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
    Le capitaine de papier - savanilla - le bongo - barranquilla
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    Les canos - la cienega - gaira
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
    Sainte-marthe
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
    Les environs de Sainte-Marthe - la horqueta - la sucrerie de Zamba - le medecin sorcier
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
    San-Pedro - minca - le planteur philosophe - les courriers
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
    Le cercle Francais - la colonie d'etrangers
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
    Rio-hacha
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
    Les indiens goajires
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
    Le medecin chasseur - la cuesta de san-pablo - la rancheria - la sierra-negra
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
    La caravane - le passage de l'enea - le pantano - les sept plaies du volador
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
    Le caporal pain-au-lait - les aruaques - le mamma
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
    Le naufrage - la maladie - la debacle
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
    Epilogue
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
    Table of Contents
        Page 306
    Back Cover
        Back Cover
Full Text











VOYAGE
A LA

SIERRA-NEVADA
SDE SAINTE-MARTHE






























PARIS. IMPRIMERIE DE CH. LAHURE ET Ci
Rues de Fleurus, 9, et de l'Oqes;, 21.







VOYAGE

A LA


SIERRA-NEVADA

DE SAINTE-MARTHE

PAYSAGES DE LA NATURE TROPICAL

PAR
ELISEE RECLUS


PARIS
LIBRAIRIE DE L. HACHETTE ET C'"
RUE PIERRE-SARRAZIN, No 14
1861
Droit da traduction r4serv4










-L
-v








PREFACE.





En 1855, un project d'exploitation agricole et sur-
tout l'amour des voyages m'amenaient dans la Nou-
velle-Grenade. Apres un s6jour de deux ans, je
revins sans avoir r6alis6 mes plans de colonisation
et d'exploration gtographique; cependant, malgr6
mon insucc6s, je ne puis assez me f61iciter d'avoir
parcouru cette admirable contr6e, l'une des moins
connues de l'Am6rique du Sud, ce continent si peu
connu lui-mime.
Aujourd'hui 1'homme prombne son niveau sur les
planes et les montagnes de la vieille Europe; il se
croit de taille a letter victorieusement contre la na-
ture et veut la transformer A son image en r6gula-
risant les forces imp6tueuses de la terre; mais ii







II PREFACE.
ne comprend pas cette nature qu'il chcrcle a
dompler; il la vulgarise, it I'enlaidit, et 'on peut
voyager pendant des centaines de lieues'sans voir
autre chose que des parcelles de terrain decoupses
a angle droit etdes arbres martyrises par le fer. Aussi
quelle joie pourl'Europeen de pouvoir admirer une
terre jeune encore et puissamment f6cond6e par les
caresses brilantes du soleil! J'ai vu l'antique chaos A
I'ceuvre dans les marecages oh pullule sourdement
loute une vie inferieure. A travers d'immenses fo-
rets qui recouvrent de leur ombre des territoires plus
grands que nos royaumes d'Europe, j'ai pin6tri
jusqu', ces montagnes qui se dressent come d'6-
normes citadelles au dcssus de l'6lernel Wt6, et
don't les creneaux de glaces plongent dans une at-
mosphire polaire. Et cependant cette nature si ma-
gnifique. ou l'on voit come un r6sum6 des splen-
deurs de toutes les zones, m'a frapp6 moins que la
vue du people qui se forme dans ces solitudes. Ce
people est compose de groups encore isoles, con-
muniquant h grand'peine a travers les marecages,
les forces et les chatnes de montagnes; son 6tat social
est encore tres-imparfait; ses.elements epars sont
dans la premiere effervescence de la jeunesse; mais
it est dou6 de toutes les forces vives qui donnent !e
succ&s, car il a r6uni en un faisceau les qualities
distinctive de trois races : descendant a la fois des







PREFACE. III
blancs d'Europe, des noirs d'Afrique, des Indiens
d'Amtrique, il est-, plus que tous les autres peuples,
le repr6sentant de l'humanit6 qui s'est reconcili6e en
lui. C'est donc'avec joie que je me tourne vers ce
people naissant: j'espere en lui, en ses progres, en
sa prosperitM future, a son influence heureuse sur
1'histoire du genre.humain. La rtpublique Grenadine
et les r6publiques ses soeurs sont encore faibles
et pauvres; mais elles compteront certainement
parmi les empires les plus puissants du monde, et
ceux qui parent avec m6pris de l'Amnrique latine,
et ne voient en elle qu'une proie des envahisseurs
anglo-saxons ne trouveront un jour pas assez d'elo-
ges pour chanter sa gloire. Les flatteurs se tourne-
ront en foule vers le soleil levant : qu'il me soit
permis de les devancer en cel6brant les premieres
lueurs de l'aube.
Quelle ne serait pas la prosperit de l'Europe si
la'question des nationalities Mtait enfin r6solue, si
tous les peuples, faits pour 6tre libres, 6taient en
effet libres et ind6pendants les uns des autres! Eh
bien cette question redoutable, pleine de sang.et
de larmes, qui nous tient tous haletants dans l'an-
goisse, cette question qui fait aiguiser tant de
baionnettes, fondre tant de boulets et meltre sur
pied des millions d'hommes arms, n'existe mtme
pas dans l'Amnrique meridionale. Sauf quelques







IV PREFACE.
tribus d'Indiens qui seront facilement absorbees
comme l'ont ete deja des millions d'aborigenes,
toutes les societes hispano-ambricaines appartien-
nent a la meme nationalitY. Ces r6publiques du sud
qu'on ne cesse de citer comme un example de dis-
cordes, sont au contraire les litals les plus rappro-
ch6s du came et de la paix; elles ne sont plus di-
visees que par des faits d'int.ret local, et des routes
front plus pour leur reconciliation que des guerres
meurtrieres. Les Hispano-Americains sont freres par
le sang, par les meurs, par la religion polilique.
Tous sans exception sont r6publicains, tous tien-
nent du blanc par l'intelligence, de l'Indien par
l'indomptable esprit de resistance, de l'Africain par
la passion et ce tendre g6nie, qui, plus que tout le
reste, a contribute h marier les trois races pendant
de longs siecles d'l6aboration. II n'y a point d'Alpes
ni de Pyr6enes dans l'Amerique du Sud; des freres
habitent sur les deux versants des Andes.
Le continent de l'Am6rique du Sud offre une sim-
plicit6 de contours et de relief qui s'accorde parfai-
tement avec sa destinee; il est un come la race
qui le people en parties. Triangle immense, bien
plus grand que notre continent d'Europe, ii n'a
point de presqu'iles hardies, ni de babies profondes;
ses c6tes s'allongent uniformement depuis la zone
torride jusque dans les froides et brumeuses mers






PREFACE. V
bor6ales. Traverse dans toute sa longueur par une
arete de montagnes presque droite, et semblable A
une pine dorsale, il est arros6 par les plus beaux
fleuves de la terre, coulant tous dans la meme de-
pression et se ramifiant avec une aussi parfaite re-
gularit6 quc les arlires d'un corps organique. Evi-
demment ce continent a ete fait pour servir de
berceau a une seule et meme nation. Cette nation
qui commence compile d6jh plus de vingt millions
d'hommes appartenant tous A la m~me race, dans
laquelle se sont fondus, comme en un creuset, tous
les peuples de la terre. Quand l'ancien monde, sur-
charge de population, enverra ses enfants par mil-
lions dans les solitudes de l'Amerique du Sud, le
flux de l'6migration troublera-t-il cette union des
races qui s'est accomplie deja dans les r6publiques
hispano-am6ricaines, ou bien la population actuelle
de 1'Amerique m6ridionale sera-t-elle assez com-
pacte pour reunir en un meme corps de nation tous
les 6elments qui lui viendront du dehors? Cette der-
niere alternative, qui nous semble la seule pro-
bable, entralne la reconciliation finale de tous les
peuples d'origine diverse, et la naissance de l'hu-
manit6 a une ere de paix et de bonheur. Pour un
etat social nouveau, il faut un continent vierge.
Et quel rl1e est destiny a la Nouvelle-Grenade
dans l'histoire future du continent? Si les nations






VI PREFACE.
ressemblent toujours A la nature qui les iourrit, que
ne devons-nous pas esperer de ce pays of se rap-
prochent les oceans, oi se trouvent superposes tous
les climats, oi croissent tous les products, oi cinq
chaines de montagnes ramifiees en 6ventail cr6ent
une si merveilleuse diversity de sites? Par son
isthme de Panama, il servira de halte et de rendez-
vous aux peuples de 1'Europe occidentale et &
ceux de, l'extreme Orient : c'est la, ainsi que le
pressentait Christophe Colomb que vienlront se
souder les deux extr6mit6s de l'anneau qui en-
toure le globe.
Je ne le cacherai point : j'aime la Nouvelle-Gre-
nade avec autant de ferveur que ma patrie natale,
et je serais heureux de faire connaitre & quelques-
uns ce pays admirable et plein d'avenir. Si je pou-
vais dMlourner vers cette contr6e une petite parties
du courant d'6migration qui entraine les Europ6ens,
mon bonheur serait grand. II est temps que 1'6-
quilibre s'6tablisse entire les populations du globe et
que L'Eldorado cesse enfin d'etre un solitude!


ELISIE RECLUS.


14 J'anvier 1861.










VOYAGE

A LA


SIERRA-NEVADA.






T


ASPINWALL. LE CHEMIN DE FER DE PANAMA.


Roule dans une voile et le front caress par le
vent leger qui effleurait la mer, j'attendais, sur le
gaillard d'avant du steamer Philadelphia, que les
premieres lueurs de l'aube Cclairassent les mon-
tagnes de Porto-Bello. Depuis quelques heures dbja,
mes yeux etaient fixes, a travers l'obscurit6, sur
I'horizon noir, Ch et 1a constell6; enfin les 6toiles
s'6teignirent l'une apres I'autre, le vague scintille-
ment de ]a voie lact6e s'effaca, et le reflet de l'au-
rore se d6ploya du c6t6 de l'occident comme une
364 1







2 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
vaste tente blanche au-dessus de la terre. La masse
des montagnes 6tait encore plong6e dans 1'ombre,
mais graduellement la lumiere descendit le long des
versants et colora d'une teinte d'azur les cimes loin-
taines, montrant sur les escarpements plus rappro-
ch6s les forts 6talhes comme un splendid manteau
de verdure, et melant quelques lueurs roses A. la
couche des brouillards qui reposaient au-dessus du
rivage entire la mer et le pied des collins. Bient6t
ce voile de vapeurs se d6chira, dispersa ses lam-
beaux au hasard autour des r6cifs et sur la surface
des flots, et nous r6evla le vaste havre d'Aspinwall
ou Navy-Bay mollement 6panoui entire les deux
promontoires verdoyants de Chagres et de Limon.
En mpme temps, les rayons du soleil levant glisse-
rent obliquement sur les vagues, et ne frappant que
leurs crates, changerent en une longue ligne d'or
la blanche 6cume qui bordait les quais d'Aspinwall.
Vue de la mer, la ville pr6sente l'aspect des cites
de l'Am6rique du Nord, construites a la hAte dans
l'espace de quelques ann6es. Les maisons, de hau-
teur inegale, sont parses sur la plage basse et ma-
recageuse de 'File de Manzanilla, et du c6t6 de
l'ouest seulement se rapprochent assez les unes des
autres pour former des rues. Dans les terrains non
occupies par les constructions, de grands arbres
ewoanch6s sont encore debout, semblables a d'6nor-
mes potences. Au delh de l'6troit bras de mer qui







ASPINWALL. 3
spare la cit6 du continent se present, innombra-
bles et touffus% les arbres de la fort. Un grand ba-
teau a vapeur, cinq on six goelettes a l'ancre, se
balancert sur les flots A c6t6 d'embarcations
6choutes qui eventt au-dessus de l'eau leurs mats
vermoulus et tout incrustes de coquillages; pros du
quai, un vieux navire, a la coque moisie, attend un
ras de maree pour sombrer et contribuer h l'obstruc-
tion du port; les jetees et les plates-formes sont en-
combrdes de houille, de bfiches et de barils epars.
Des wagons, pouss6s a bras'd'homme ou trains par
des mulets, vont et viennent incessamment entire les
navires et la station du chemin de fer de Panama,
coquette et gracieuse maison don't quatre palmiers
au tronc tordu ombragent la facade eblouissante de
blancheur qui se d6tache sur le fond vert de la fo-
ret. Une muraille, un rayon de soleil, il n'en faut
pas davantage sous le ciel 6clatant des tropiques
pour composer un tableau merveilleux.
A peine d6barques, les trois cents passagers du
Philadelphia furent assaillis par une foule d'hommes
de toute race et de tout pays, negres de la Jamaique,
de Saint-Domingue ou de Curacao, Chinois, Am6-
ricains, Irlandais, parlant ou jargonnant chacun
dans sa langue ou dans son patois, depuis le fran-
gais ou l'anglais le plus pur jusqu'au papamiento le

1. Le papamiento est un melange de mots espagnols, hollan-







4 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
plus corrompu. Harceles par cette avide multitude,
emport6s presque de vive force, les voyageurs
furent tumultueusement s6par6s et entrain6s comme
autant de proies vers les innombrables hotels,
auberges ou coupe-gorge qui composent la cit6
d'Aspinwall. Je croyais avoir 6chapp6 A la foule en
me glissant derriere les monceaux de houille et les
piles de bois qui encombraient les quais; mais un
negre de Saint-Domingue parvint a me d6couvrir:
m'accostant avec un salut en trois langues, il s'im-
posa comme mon guide, et de toute la matinee je
ne pus me d6barrasser de cet importun dMfen-
seur.
Aspinwall jouit dans 1'Ambrique entire d'une si
mauvaise reputation sous le rapport de la salubrit6,
que je m'attendais A voir comme un grand cime-
libre of se promeneraient des ombres d'hommes
tremblant leurs fibvres; mais il n'en est pas ainsi.
Les negres et les mulAtres qui forment la majority de
la population d'Aspinwall ont un air de sant6 et de
contentement qui r6jouit le coeur; iis se trouvent 1l
dans un pays semblable A celui d'oA sont venus
leurs peres, et, comme les plants tropicales, ils
vegetent luxurieusement dans cette terre grasse et
marecageuse richauff6e par un soleil de feu. En

dais, francais, anglais et caraibes, qui sert de langue franque
dans les Antilles hollandaises et sur les c8tes de la Co-
lombie.







ASPINWALL. 5
voyant leur demarche tranquille et leur mine flo-
rissante, on comprend qu'ils sont ici chez eux et
que l'avenir de.l'isthme leur appartient, aussi bien
que celui des autres regions de 1'Amerique torride.
Quant aux blancs et aux Chinois, ceux qui out pu
resister a la terrible fivre semblent soutenus ou
m6me gu6ris par cette ardente avidit6 qui seule a
pu leur permettre d'aller planter leur industries
dans le royaume meme de la mort. Un feu sombre,
brilliant dans leur regard presque f6roce, 6claire
leurs visagesjaunes et amaigris. Leurs movements
saccades et nerveux montrent qu'ils ne vivent pas
de la vie naturelle de l'homme, et qu'ils ont sacrifice
au gain tout sentiment de bonheur tranquille.
Le pere qui amine ses enfants dans cette ville en tue
l'un ou l'autre aussi sfirement que s'il lui plongeait
un couteau dans le coeur; mais il n'h6site pas, et,
bravant pour lui et pour les siens l'insalubrit6 de cc
terrible climate, il s'en va, came et r6solu, attendre
a Aspinwall les oiseaux de passage que ses risques
memes lui donnent le droit de d6pouiller. 11 peut
mourir a la peine, cela est vrai; mais s'il est soutenu
par la sombre 6nergie du gain, il pourra se retire
apres quelques ann6es de travail A New-York ou a
San-Francisco, veuf on priv6 de ses enfants, mais
puissamment riche.
II est du reste assez rare que les aventuricrs
venus A Aspinwall de tous les coins du globe ame-







6 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
nent avec eux enfants on femmes. Celles-ci ne for-
ment qu'une trWs-faible minority de la population
dans la ville naissante, et I'on sait que toute society
oi manque la femme devient necessairement gros-
siere, immorale, impudique. Loin de ces regards
qui charment et subjuguent jusqu'aux Wtres les
plus 6pais, l'homme s'affranchit compl6tement des
moeurs, de toute politesse, de toute dignity; il se
precipite en plein vice tote baissee, il se complaint
en son abrutissement et s'en fait gloire. Les liens
du commerce sont les seuls qui rattachent les uns
aux autres les membres d'une soci6te de cette
espkce : aussi malheur a celui qui ne peut rien
offrir en change du service qu'il demand!
Le plus grand edifice de la ville est I'h6pital.
Un malade peut s'y faire transporter moyennant
100 francs d'entree et 25 francs par jour; sinon,
qu'il se fasse d6poser h la porte et qu'il meure!
L'6tranger mourant de soif dans une rue d'Aspin-
wall pourrait se trainer longtemps de porte en porte
sans trouver de blanc charitable qui lui donnat
gratuitement un verre d'eau; seuls les negres me-
pris6s auraient peut-Wtre la g6n6rosite de mouiller
ses livres!
Je n'oublierai jamais l'aspect de la salle d'au-
berge dans laquelle j'entrai pour dejeuner et me
reposer du mal de mer. Autour d'une longue table
en bois noircie par l'usage se pressaicnt une cen-







ASPINWALL. 7
taine de voyageurs de toutes lesnationalites. La table
6tait comme au pillage; chacun se pr6cipitait sur
les plats qui 6taient a sa convenance et tachait de
s'en assurer la meilleure part; les cris, les exclama-
tions, les disputes se croisaient dans tous les sens.
A une extr6mit6 de la salle, des groups de Califor-
niens aux yeux hagards, aux cheveux en d6sordre,
aux vetements d6chires, jouaient leurs piastres et
leur poudre d'or sans se soucier aucunement des
strangers qui venaient d'envahir l'hotel; parmi ces
groups r6gnait le plus Apre silence, interrompu de
temps en temps, selon les chances du sort, par des
rires sardoniques ou par des blasphemes. Une
dame, jadis blanche, mais jaunie par les fires,
pr6sidait au service de la table. Ses grands yeux
ardents roulaient dans de trop large orbites; sa
peau skche et tendue comprimait les pommettes de
ses joues et son vaste front uni comme du marbre;
ses -evres violettes et toujours ouvertes laissaient
voir de pales gencives; sous sa robe tres-ample,
qui sans doute avait autrefois recouvert des formes
voluptueuses, on pressentait un corps de squelette.
De l'ancienne beauty, il ne restait a l'h6tesse que
d'abondants cheveux noirs, encadrant son visage
6maci= Et pourtant cette femme, qui d6jh semblait
appartenir au tombeau, ne montrait aucune dMfail-
lance; sa voix Mtait d6cidee, son regard intripide,
son geste souverain. Elle 6tait soutenue par une







8 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
fievre plus terrible que celle qui la minait: la fievre
sacr6e de l'or.
La grande rue d'Aspinwall pr6sente un aspect
strange : des pavilions et des banderoles flottent
devant toutes les maisons comme dans une rue de
Pekin; des blancs, des negres, des Chinois crient,
gesticulent et se battent; des enfants tout nus se
roulent dans la poussiere et dans la boue; des
cochons, des chiens et jusqu'a des moutons d6-
vorent c6te h cbte d'innombrables ordures que les
vautours, perches sur le bord des toits, contem-
plent d'un ceil avide; des singes attaches hurlent,
des perroquets et des perruches poussent leurs cris
stridents : c'est une strange cohue, dans laquelle
on ne s'engage qu'avec une sorte de frayeur. Les
Indiens seuls manquent dans cette Babel. Effarou-
ch6s par les envahisseurs de leur pays, ils osent A
peine rOder. timidement autour de cette ville, qui
s'est elev6e comme par enchantement dans un ilot
mar6cageux.
Le drapeau tricolore de la Nouvelle-Grenade
flotte sur une maison d'Aspinwall; mais l'autorit6
grenadine, loin de gouverner, doit se feliciter d'etre
simplement tol6ree. La compagnie du chemin de
fer, d6clar6e simple proprietaire de I'ile par acte du
congres grenadin, cst en r6alite la vraie souveraine
du versant atlantique de l'isthme, et ses decisions,
qu'elles soient ou non ratifiecs par Ic jefe politico







ASPINWALL. 9
d'Aspinwall ou par le congres de Bogota, ont reel-
lement force de loi. Ce sont des Am6ricains sans
peur qui ont os6 mettre le pied sur cet flot malshin
de Manzanilla, qui, dans la vase fumante de miasmes
oh la mort germe avec les plants, ont cnfonc6 les
pilots ou devait s'asseoir la ville, qui ont appcle de
tous les points de la terre les homes avides en
leur criant: Faites comme nous, risquez votrc vie
pour la richesse! IUs out mnme apporte des Etats-
Unis la plupart des maisons toutes construites, et
c'est encore auxltats-Unis qu'ils envoient chercher
lcur farine, leur biscuit, leur viande et jusqu'A leur
combustible. La ville est leur creation, ils se sen-
tent le droit de la gouverner et ils lui ont donn6 le
nom d'un des plus forts actionnaires de la compa-
gnie, le n6gociant Aspinwall; les protestations so-
lennelles de la r6publique grenadine n'ont pas en-
core reussi A imposer le nom official de Colon &
la ciLt naissante.
Les agents de la compagnie ambricaine sont done
seuls responsables de la salubrit6 de la ville:s'ils dai-
gnaient s'occuper d'assainissements, lapopulation de
quatre ou cinq mille habitants doublerait, triplerait
dans 1'espace de quelques ann6es; mais au lieu de
songer A dess6cher les marais, ils en ont form
d'artificiels. Pour construire un bel entrep6t en lave
noire, les ing6nieurs ont choisi une ligne de r6cifs
a quelque distance du rivage, et la nappe d'eau







10 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
qu'ils ont ainsi s6parec de la bale est devenue un
marais infect, rempli de debris putrefies et convert
d'un limon sous lequel veille perfidement la terri-
ble fi~eve de Chagres. M. Frcebel, qui a visit l'em-
bouchure de la rivibre Chagres, et en a laiss6 une
belle description', dit avoir distinctement senti sur
sa langue le goit des miasmes paluddens.
Le chemin de fer A une seule voie qui r6unit As-
pinwall h Panama n'a que soixante-douze kilome-
tres de longueur, et traverse l'isthme presque en
line droite du nord-ouest au sud-est. II a cofltt
plus de cinq cent mille francs par kilom6tre, some
enorme, comparee aux frais d'etablissement des
autres chemins de fer de l'Amerique; cependant,
et,quoi qu'on en dise,les travaux d'art n'ont rien de
gigantesque. It a fallu r6unir l'ile de Manzanilla au
continent par un pont fond6 sur pilots, traverser
plusieurs markcages, Mlever de forts remblais aux
approaches des rivibres, franchir le fleuve Chagres
sur un pont de deux cents mitres, et creuser
quelques tranchbes, surtout au point culminant du
chemin de fer, elev6 seulement de quatre-vingts'm-
tres au-dessus du niveau de l'ocean; mais depuis
longtemps les ingenieurs ont appris a vaincre ces
difficulties. Le grand obstacle a la construction de
cette ligne ferr6e fut la terrible mortality qui s6vis-


1. Seven years' travels in Central America.







LE CHEMIN DE FER DE PANAMA.


sait parmi les ouvriers. La promesse d'une paye
tres-l6ev6e n'en exerCait pas moins une seduction
irresistible A laquclle des milliers d'hommes de toute
couleur et de toute race se laisserent entrainer, et
les travailleurs commcncerent hardiment, les pieds
dans la vase brfilante des mar6cages, a scier les
troncs des paletuviers, B.enfoncer des pilots dans
la boue, a carrier du sable et des cailloux dans
l'eau corrompue. Combien de malheureux, harCe-
les par les insects malfaisants, aspirant a chaque
souffle les miasmes perfides qui reposent sur la sur-
face des eaux, 6tourdis par le soleil impitoyable qui
leur brulait le sang dans les veines, se sont p6ni-
blement trains sur la terre ferme, et couches pour
ne plus se reliever! Il est pass en proverbe que le
chemin'de fer de Panama a coti6 une vie d'homme
par traverse pose sur la voie. C'est la une exage-
ration 6vidente, car ce fait supposerait la mort de
plus'de soixante-dix mille ouvriers; mais il est cer-
tain que la compagnie n'a pas jug6 t propos de pu-
blier et probablement n'a jamais su le nombre de
ceux qui sont morts a son service. Les Irlandais,
plus exposes que d'autres a cause de l'exub6rance
de leur vitality et de la richesse du sang qui court en
d'innombrables filets sous leur peau fine, furent
presque tous extermin6s par la maladie, si bien
que les agents dela compagnie renoncirent a fire
venir de New-York ou de ]a Nouvelle- Orleans d'autres






12 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
terrassiers de cette nation. Les negres des Antilles
eux-m6mes souffrirent beaucoup des atteintes du
climate, et, peu soucieux d'augmenter leurs Dcono-
mies aux d6pens de leur sante, se retirerent en
foule, pour jouir a. la Providence, a la Jamaique, a
Saint-Thomas, des douceurs du far niente. Quant aux
Chinois, qui, sur la foi de promesses magnifiques,
avaient quitt6 leur pays afin d'aller s'enrichir de
piastres americaines au delk du Grand-Pacifique,
on les vit par centaines mourir de fatigue et de d6s-
espoir. Nombre d'entre eux se donnbrent la mort
pour 6viter les souffrances de la maladie qui com-
mencait a leur tordre les membres. On raconte
qu'au plus fort de l'6pid6mie, une multitude de ces
pauvres expatries alla s'asseoir a la chute du jour
sur les sables de la baie de Panama, qu'avaient
abandonn6s depuis quelques heures les flots de la
maree. Silencieux, terrible, regardant a l'occident
le soleil qui se couchait au-dessus de leur patrie si
lointaine, ils attendirent ainsi que le flot remontat.
Bienltt en effet les vagues revinrent tourbillonner
sur les sables de la plage, les malheureux se lais-
serent engloutir sans pousser un cri de d6tresse et
la mer roula son vaste linceul sur eux et sur leur
d6sesipir.
La voie ferree de l'isthme est loin de rendre au
commerce ct A l'humaniti les services qu'on pour-
rail en attendre. La faute en est certainement au







LE CHEMIN DE FER DE PANAMA. 13
monopole et au taux exorbitant dcs prix exiges par
lacompagnie, qui fait payer aux voyageurs la some
de 125 fr. pour un simple trajet de 72 kilometres,
et demand jusqu'A 1000 fr. par tonne de marchan-
dises expedite en grande vitesse. Aussi le chemin
de fer ne transporte-t-il de mer A mer que trente a
quarante mille voyageurs par an, c'est-a-dire moins
que notre reseau de l'Ouest en un jour. Le mouve-
ment des marchandises entire les deux oceans re-
presente une valeur total d*un tiers de milliard;
mais les articles exp6di6s consistent simplement en
or de Californie, en argent du Mexique et autres
objets offrant un grand prix sous un petit volume.
Toutes les .marchandises encombrantes dirig6es
d'une mer sur l'autre suivent encore la voie du cap
Horn; bien que leur valeur moyenne s'616ve A. un
milliard environ, la compagnie ne songe pas a
abaisser son tarif dansle but de prlever un benefice
sur cd commerce immense; Plut6t que d'acquitter
les prix ,normes stipul6s par la compagnie du che-
min de fer pour le transit des marchandises, les n,-
gociants de New-York et de San-Francisco prefrent
imposer A leurs cargaisons un detour de 9600 kilo-
m6tres et une prolongation de soixante jours de
traverse au milieu des tempetes de l'ocean Austral.
A l'exception des grands paquebots qui portent r6-
gulibrement les passagers et les malles, presque
tous les navires qui abordent a Aspinwall et A Pa-







14 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
nama sont de simples goelettes faisant le service du
cabotage entire les'ports de la Nouvelle-Grenade et
de 1'Amdrique central. Et cependant, le transport
des voyageurs et des m6taux precieux suffit pour
fire gagner environ 40 pour 100 chaque annee aux
actionnaires de la compagnie; plus tard, ils pourront
encore accroitre leurs be6nfices, en vendant les cent
mille hectares de terres fertiles que leur a concedees
la republique grenadine.
Jusqu'h ce jour, la eompagnie de l'isthme n'a eu
qu'une seule concurrence & redouter, celle des ba-
teaux a vapeur du lac de Nicaragua, et meme, grace
aux pirateries de Walker, grace aussi aux intrigues
des plnipotentiaires am6ricains, qui exigeaient pour
les Etats-Unisune quasi souverainet6 sur la route de
transit, cette concurrence a complptement cess6 pen-
dant quelques ann6es. T6t ou tard n6anmoins, les
voies ferries interoc6aniques de TUhuantepec, de
Honduras, de Costa-Rica, de l'isthme de Chiriqui,
seront achev6es, et il se peut aussi que la Nouvelle-
Grenade, justement mecontente de ce que la com-
pagnie de Panama ne lui paye pas 1'interet annuel
convenu, permette A une compagnie rivale de con-
struire un autre chemin de fer entire les deux.mers.
II est evident que cet isthme allong6, qui se ploie
si gracieusement entire les deux Am6riques sur une
longueur de 2200 kilometres, et spare de son
etroite bande de verdure les immense nappesbleues







LE CHEMIN DE FER DE PANAMA. 15
des deux grands oceans du monde, ne doit pas res-
ter une solitude effrayante of tc et la germent des
embryons de ville. Un jour, les peoples de la terre
s'y donneront rendez-vous, des Constantinoples et
des Alexandries sc bitiront a l'embouchure de ses*
fleuves, ses marecages se transformeront en champs
fertiles, et le volcan paYen de Momotombo, qui,
d'apris la tradition, se faisait un devoir d'engloutir
les missionnaires chr6tiens, admettra sans doute
sur ses vastes flancs les bicherons et les agricul-
teurs paisibles.




















II


LE NARCISSE. PORTO-BELLO. LES INDIENS
DE SAN-BLAS. LE GOLFE D'URABA.


J'avais form le d6sir d'aller jusqu'h Panama pour
voir l'islhme dans toute sa larger, et contempler
les eaux de l'ocean Pacifique; mais j'aurais dd at-
tendre pendant un jour et une nuit le d6part d'an
train, et j'avoue que ce sejour dans un h6tel con-
struit sur le bord d'un marecage me souriait fort
peu. D'ailleurs j'avais hate d'arriver au pied de la
Sierra-Nevada, but principal de mon voyage, et je
dis adieu A mes compagnons de traversee 1. Le ba-

1. RBunis le lendemain (17 aoat 1855) aux neuf cents passa-
gers du steamer de New-York l'lllinois, ces voyageurs se dou-
taient peu qu'ils auraient a soutenir un siege en regle centre les
habitants de Panama, et que dix-sept d'entre eux seraient tues
par le couteau. Ua AmBricain ayant vole une pasteque tira ua
364 2







18 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
teau a vapeur anglais qui fait le service r6gdlier des
c6tes de la Nouvelle-Grenade ne devant passer que
dans une douzaine de jours, je m'empressai d'aller
au port, afin de m'enqutrir d'une goelette en par-
lance pour Carthagene. J'apercus fort heureusement
une petite coquille de noix qui levait l'ancre; je
n'eus que le temps d'envoyer chercher mes males,
de me jeter dans un esquif, de grimper A bord de
la goelette, qui d6jh commengait a louvoyer en face
d'Aspinwall; je descendis dans la cale pour d6poser
mes effels entire deux sacs de cacao, et quand je re-
montai l'6chelle p6rilleuse, nous 6tions au milieu
de la baie.
Le Narcisse 6tait une petite embarcation d61abr6e
du port de 24 tonneaux, et si mal am6nag6e que le
seul space libre oi l'on pOt se promener n'avait pas
plus de deux mbtres de long. De moment en mo-
ment, la crete des vagues nous cachait l'horizon, et
l'on efit dit que dans le lointain la Uille jaillissait du
sein de la mer et s'y abimait tour a tour. A chaque
nouvelle lame, notre mat de beaupr6 plongeait en
parties, et 1'eauvenaitruisselerjusqu'a l'arribre. L'cs-
pace rest sec etait bien petit; il fallait cependant
s'en contenter, et je m'y installai de mon mieux, les

coup de revolver sur le Panameio. qui voulait la lui reprendre.
Ce fut le signal du combat. Les Americains vaincus furent obli-
ges de battre en retraite, et ne furent sauv6s que grace a l'inter-
vention de la police et de la force arm6e.







LE NARCISSE. 19
pieds plants en arc-boutant centre le rebord de
l'ouverture de ]a cale, le dos appuy6 sur le bordage,
le bras passe autour d'un cAble; j'essayai de faire
corps pour ainsi dire avec I'embarcafion, et de res-
ter immobile comme une poutre amarree sur le
pont. Cette position me permettait de contempler A
mon aise les vagues ecumeuses, au milieu desquelles
se jouaient des m6duses transparentes et que fen-
daient les requins de leur nageoire dorsale, trian-
gulaire et tranchante comme un couteau de guil-
lotine.
L'6quipage du Narcisse se composait de quatre
hommes : le proprietaire, le capitaine, le matelot et
le mousse. Le premier Mtait un negre herculeen, &
la figure puissante et placide; couch sur le pont, il
regardait avec une satisfaction profonde la voile de
son navire enflee par le vent, les sacs de cacao em-
piles dans sa cale, et meme l'humble passage
eten-lu A ses c6tes; il jouissait voluptueusement du
privilege de poss6der et regardait avec tendresse les
vagues sur lesquelles flottait sa goelette; tout entier
A son bonheur, rarement daignait-il s'occuper de la
manoeuvre et prater main-forte, lorsqu'il s'agissait
de haler sur une corde ou de virer de bord. Du reste,
il tait d'une douceur ineffable, et d6sirait voir tous
ses compagnons aussi heureux que lui-meme; si le
capitaine n'eit pas commando, si le matelot et le
mousse se fussent crois6 les bras, il se serait laisse







20 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
paisiblement driver sur un r6cif'sans que la satis-
faction peinte sur son visage en eit 6te trouble.
Vrai type du negre des Antilles, il se disait cosmo-
polite, et flotthit de vague en vague, de terre en
terre, come un alcyon; il parlait 6galement mal
toutes les langues, tous les patois des peuples 6ta-
blis autour de la mer des Caraibes, et r6pondait in-
differemment aux noms de don Jorge, de John et
de Jean-Jacques.
Le capitaine, jeune, beau, actif, mais bavard, im-
patient, colere, ne cachait guere le mepris qu'il avait
pour son placide amateur; cependant ii avait le bon
sens de ne pas le brusquer. Fils d'un Francais mari6
a Carthagene, Joseph-Maria Mouton tenait sans doute
de son pore ses traits, ses maniercs et sa vivacit6;
mais il avait pris les habitudes et les superstitions
du pays, et ne savait plus un mot de la langue de
ses anc6tres; ses yeux me suivaient avec une curio-
sit6 importune. II prononcait chaque parole avec
l'accent du d6fi, et ne s'adoucissait un peu qu'en
s'adressant au matelot. Celui-ci, toujours silencieux,
devinant d'avance le moindre d6sir du capitaine,
travaillant sans relache aux voiles, aux cordages, aux
chaines, me semblait un Wtre ind6finissable. Non-
seulement il ne parlait guere, mais il ne regardait
pas, et marchait sans bruit, glissant come une
ombre de l'avant a l'arriere de la goelette. A quelle
race appartenait-il? Etait-il negre, Espagnol ou m6-
t*







LE NARCISSE.


tis? Sa peau noire pouvait avoir 6t6 tann6e par les
pluies, les orages, les brouillards, les coups de so-
leil; son ceil avait pu se ternir au spectacle de ces
milliers de flots qui se poursuivent sans fin i la sur-
face des mers. J'eusse W6t mtdiocrement 6tonne
d'apprendre qu'il 6tait ce Hollandais volant qui de-
puis des sikcles erre sur l'oc6an, et parfois, quand
la tempkte se prepare, agite devant les navires ses
grands bras charges de brouillards. Quant au
mousse, c'Mtait simplement un gamin sale et pares-
seux comme un serpent: il dormait toujours, et le
capitaine ne pouvait guere le r6veiller qu'A coups de
pied.
Don Jorge, don't les repas 6taient nombreux et
abondants, occupait le reste de ses loisirs i suivre
du regard les lignes et les hamegons qu'il avait atta-
ch6s aux flancs du navire, et qui bondissaient dans
le sillage 6cumeux. Pendant la premiere journ6e, sa
peche fut particulierement fructueuse : il retira de
l'eau force poissons don't j'ai oubli6 les noms barba-
res, emprunt6s a une sorte de patois hispano-indien;
puis il parvint a hisser h bord une dorade, et enfin
un jeune requin, long d'environ deux metres. Pour
prendre ces animaux, les matelots taillent un mor-
ceau de toile blanche en forme de poisson volant et
l'attachent t un hamegon qu'ils jettent dans le sil-
lage; ils se mettent ensuite h siffler comme sifflent
les bouviers quand ils menent leur btail A l'abreu-







22 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
voir. L'honnete poisson, s6duit par cet appel, se
jette sur le morceau de toile blanche, avale l'hame-
con,... et ceux qui n'ont pas eu honte de tromper
un requin le hissent A bord, I'assomment, le d6p6-
cent, puis, savourant d'avance leur festin, font
joyeusement r6tir les filets et les cOtelettes. On as-
sure que les naufrag6s de la Meduse aimerent mieux
s'entre-d6vorer que de manger du requin; cepen-
dant j'osai m'attabler avec l'6quipage et satisfaire
mon app6tit sur la chair du pauvre animal. Je la
trouvai bonne; mais, tout en la savourant, je ne
pouvais me d6fendre d'un records. De quoi me
plaindrai-je, si les amis du requin vengent un jour
sur moi leur frere assassin? Ainsi va le mende.
Le soir venu, le capitaine, qui de la journ6e n'avait
guere adress6 la parole a don Jorge, se rapprocha
de lui, et, rendu confiant par la douce et myste-
rieuse influence de la nuit, condescendit a entrer en
conversation. D'abord il parla d'affaires, puis de
voyages, puis de fant6mes, et bient6t nous l'enten-
dimes raconter une l6gende du temps de l'inquisi-
tion, pleine de details horribles.. C'etait l'histoire
d'une ame charge de crimes oscillant sur la bou-
che de 1'enfer, en la boca-del infierno, et disputee par
les anges et les demons. A la fin,. ceux-ci l'empor-
taient, et l'ame d6sesp6r6e plongeait dans les flam-
mes grondantes de l'abime. C'6tait la millime fois
peut-6tre que le capitaine r6citait cette legende;






LE NARCISSE. 23
mais ses paroles, qu'il n'avait pas besoin de cher-
cher, se d6roulaient en phrases d'autant plus pr&-
cises et sdnores, et il deployait une-certaine elo-
quence sauvage dans ]a peinture des tourments
infernaux. Don Jorge, heureux de ce recit, qui sti-
mulait sa digestion, jouissait visiblement de sa pro-
pre peur, landis que le mousse, appuy6 sur ses
cqudes et couch h plat venture au milieu du pont,
fixait ses yeux ardents sur le capitaine ct sentait son
ame lui 6chapper d'effroi. Quant au -matelot, tou-
jours solitaire, il se tenait dehout A l'avant du Nar-
cisse, et sa haute stature, a demi entrevue. travers
les agres, se dessinait, come un noir fant6me, sur
la mer phosphorescente.
Une forte pluie mit fin a notre s6ance, et capi-
taine, amateur, mousse, passage, nous nous ha-
tames de descendre dans la cale et de nous jeter sur
les sacs de cacao qui devaient nous servir de lits.
Mlescompagnons, accoutumes h ce genre de couche,
s'endormirent bientOt profond6ment; mais il me
fut impossible de les imiter. Les gousses de cacao,
dlures come de petits galets, m'entraient dans la
chair ; d'affreux cancrelats, les plus gros que j'aie
vus de ma vie, me mordillaient les bras et les jam-
bes et se promenaient sur ma figure; l'air ren-
ferm6 de la cale, et surtout l'odeur p6n6trante du
cacao, me suffoquaient. A chaque instant, je gra-
vissais l'dchclle pour aspirer une bouffee d'air pur







24 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
a l'ouverture de la cale; mais la pluie incessante me
forgait a redescendre dans l'antre malsain ob mes
compagnons faisaient des r6ves d'or. Vers le matin
seulement, vaincu par la fatigue, je m'endormis
d'un sommeil fiUvreux et agite.
Quand je me r6veillai, le Narcisse doublait un des
promontoires boises qui garden l'entr6e de Porto-
Bello, 1'ancienne Porte-d'Or des Espagnols, oft les
gallons venaient charger les tresors du PWrou. La
pluie avait cess ; une e16gre vapeur flottait encore
surles months, des fuses d'6cume blanche jaillissaient
sur les contours du rivage. Certes la mer etles mon-
tagnes, 6clairees par le soleil levant, offraient un
spectacle admirable ; mais je les voyais a peine : je
ne pouvais d6tacher mes regards des grandes forces
tropicales, qui m'apparaissaient pour la premiere
fois dans toute leur magnificence. J'ignorais meme
si reellement j'avais des forces devant moi, car je
n'en distinguais pas les arbres, et pendant long-
temps je crus etre devant un gigantesque rocher
couvert de mousse et de fougbre. Dans la zone tor-
ride, 1'arbre n'existe pour ainsi dire pas. II a perdu
son individuality dans la vie de l'ensemble, il est
une simple molecule dans la grande masse de ve-
g6tation don't il fait parties. Un chine de France eta-
lant ses vastes rameaux A 1'6corce rugueuse, plon-
geant ses enormes racines dans le sol 16zard6,
jonchant la terre d'innombrables feuilles skches,







PORTO-BELLO. 25
semble toujours ind6pendant et libre, m6me quand
it est environn6 d'autres chenes comme lui; mais
les plus beaux arbres d'une fort vierge de l'Am6ri-
que du Sud n'apparaissent pas isoles. Tordus les uns
autour des autres, nou6s dans tous les sens par des
cordages de lines, a demi cach6s par les plants
parasites qui les 6treignent et qui boivent leur
seve, ils semblent ne pas avoir d'existence propre.
Les influences des climats sont les memes pour les
peuples et pour la vegetation : c'est dans les zones
temp6r6es surtout qu'on voit l'individu jaillir de la
tribu, I'arbre s'isoler de la fort.
Peu a peu nous approchions de 1'Ntroit goulet du
port, et la scene devenait de plus en plus splendid.
Deux collins portant chacune les ruines d'un vieux
chateau se dressent vis-a-vis l'une de l'autre; A la
base de ces hauteurs, des cocotiers s'inclinent vers
la surface de la mer; des oiseaux pecheurs se tien-
nent graves et immobiles sur les rochers 6pars. Du
sommet jusqu'au pied des collins, ce n'est qu'un
tumulte, un oc6an de feuillage; sous cette masse
qui se penche et se redresse au vent, c'est A peine
si l'on peut se figure le sol qui la support; on pour-
rait facilement croire que la fort tout entire a sa
racine dans la mer et flotte sur les eaux comme
une 6norme plante pyramidale, haute de deux
cents metres. Toutes les branches sont relies les
unes aux autres, et le moindre fr6missement se







26 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
propage de feuille en feuille A travers l'immensite
verdoyante. Gependant les collins sont tres-escar-
pees, et pour rattacher les arbres l'un A l'autre, de
grandes masses debranches, de lines et de fleurs
s'6panchent de cime en cime, semblables aux nappes
d'une cataracte. C'est un Niagara de verdure.
Enfin le Narcisse jeta l'ancre presque l'ornbre
de la mysterieuse fort, le cannot 'ut abaiss6, et le
matelot, pregnant silencieusement les deux rames,
nous fit signe d'y sauter. Nous allions faire une
court halte A terre. Mon emotion, deja si forte,
s'accrut encore lorsque 1'esquif se fut arret6, et que
j'eus bondi de pierre en pierre jusque sur la plage,
toute bariolee de coquilles jaunes et rouges. En
quelques seconds, j'atteignis 1'embouchure d'un
petit ruisseau qui descend en cascatelles des pro-
fondeurs de la fort, et, remontant ce chemin fray6
par les eaux, je m'enfoncai dans la troupe obscure
qui se prolongeait devant moi.
II est impossible de ne pas ressentir une strange
commotion physique quand on laisse derriere soi
l'atmosphere chaude et lumineuse pour p6netrer
sous l'ombre moite, humide, solennelle d'une fo-
rkt vierge. A quelques pas de la mer, je pouvais
me croire a cent Yeues dans l'int6rieur du con-
tinent : partout un fouillis inextricable de branches,
partout de myst6rieuses profondeurs ofi le regard
osait A peine s'aventurer; autour de moi, des rochers







PORTO-BELLO. 27
don't les parois disparaissaient sous des feuilles en-
trelacees; sur ma tote, un d6me de verdure a tra-
vers sequel p6n6trait un vague demi-jour r6percut6
de branch en branch. Quelle difference entire ces
forces tropicales et nos forces calmes et symetriques,
nos bois taillis surtout, of chaque arbre, meurtri
par lacognee, est nou6 comme un infirme et tord
en angoisse ses bras greles et disgracieux! Dans
les pays aims du soleil, les arbres giants que la
terre nourrit roulent sous leur 6corce une save bien
autrement imp6tueuse, et l'on dirait que d'eux-
memes le sol, l'eau et le roc se dissolvent pour en-
trer plus rapidement dans le circuit de la vie v6g6-
tale. Les cimes sont plus hautes et plus touffues, la
couleur des feuilles et des fleurs est plus vari6e, les
parfums sont plus Acres et plus violent, le mystere
de la fort est plus redoutable, et ce n'est pas le
repos, c'est l'effroi qu'on respire sous ces t6ndbreux
ombrtges.
J'avancais avec precaution, d'un pas religieux et
presque tremblant. Des 16zards, d'autres reptiles
entrevus sur le bord du ruisseau disparaissaient
dansle fourr6 avec un grand bruissement de feuilles;
devant moi s'6paississait l'orhbre :je m'arretais
done et m'assis sur le bord d'un rocher dans lequel
l'eau avait creus6 une vasque toujours remplie d'6-
cume et de murmures. En me retournant, je voyais,
a l'extr6mit6 de la troupe obscure par laquelle j'a-







28 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
vais p6n6tr6 dans la fort, le fond d'une petite anse
oh des flots bleus aux franges argentees venaient
mourir sur le sable 6blouissant de blancheur. Je
restai de longues heures sur ce rocher pendant que
don Jorge faisait sa sieste sur la plage, A l'ombre
d'un caracoli aux vastes branches dlendues.
Ma second visit fut pour la ville de Porto.Bello,
oi le capitaine Mouton, rev6tu de ses habits de fete,
voulait, disait-il, acheter quelques sacs de cacao; en
r6alite, il allait tout simplement center fleurette A
une setorita. Q'uant a moi, je me hAtai de parcourir
les rues de Porto-Bello pour y d6couvrir les traces de
la splendeur d'autrefois. Elles se reduisent A.bien
peu de chose: de mis6rables huttes cpuvertes de ro-
seaux ou de feuilles de palmier remplacent les vastes
constructions des Espagnols; C& et la s'l66vent quel-
ques pans de murailles habitues par les serpents et
les 16zards; les arbres ont introduit Icurs racines
dans les bastions de la forteresse qui dominant la
ville, et bientt il n'en restera plus pierre sur pierre.
La population, compose de negres et de m6tis au
nombre d'environ huit ou neuf cents, est affreuse
de haillons et de salet6 et promene orgueilleusement
son indolence le long de la plage. Lesfemmes seules
travaillent; elles pilent le mais ou r6tissent les ba-
nanes pour les repas de leurs seigneurs et mattres,
1. Anacardium caracoli, arbre magnifique ayant le port de
nos chAtaigniers.







PORTO-BELLO. 29
remplissent les sacs de cacao, portent sur leurs totes
de lourdes cruches pleines d'eau puis6e a une fon-
taine 6loign6e. Au lieu de la flottille de gallons qui
s'assemblait autrefois dans le port, protege par le
canon des forteresses, trois ou quatre goelettes ar-
mies par un n6gociant de la Jamaique, le juif Abra-
ham, se balancent paresseusement sur leurs ancres,
non loin de petits entrep6ts appartenant au meme
propri6taire. Tous les quinze jours, le bateau h va-
peur anglais qui fait le service de Saint-Thomas h
Aspinwall entire dans le port, non pour y prendre
ou d6poser des passagers, mais uniquement pour y
renouveler sa provision d'eau.
Avant la construction du chemin defer de l'isthme,
un premier trac6 d6signait Porto-Bello comme point
de depart de la ligne ferr6e. Le commerce y aurait
trouv6 l'avantage ihappr6ciable d'un excellent port,
et les ing6nieurs n'auraient eu qu'a suivre l'ancienne
route ,des Espagnols, aujourd'hui simple sentier ob-
stru6 par les hautes herbes. Toutefois l'insalubrit6
de Porto-Bello, plus effrayante encore que celle d'As-
pinwall, modifia les plans de la compagnie. En effet,
a l'est de la ville s'6tendent de vastes mar6cages of
l'eau douce et l'eau salee apportent avec le flux et le
reflux des plants en decomposition; des forces de
paletuviers croissent dans le sol mouvant a quelques
pas des huttes, et les collins qui se dressent a l'en-
tree du port emp.chent les vents alizes de renou-







30 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
veler l'air corrompu qui pese sur la ville. Des nuages
se forment continuellement au-dessus de ce bassin
ferme, visit rarement par les brises, et retom-
bent en pluies journalieres. On pent dirb que le
bassin de Porto-Bello est un cratere toujours fumant
de vapeurs et de miasmes.
Le capitaine n'eut termin6 qu'A la chute du cr6-
puscule l'emplette important de trois sacs de cacao,
et les 6toiles brillaient d6j& dans le ciel quand-notre
cannot vint toucher les flancs de la goelette. Me ber-
cant de l'espoir d'un agr6able sommeil qui pourrait
compenser l'insomnie de la nuit pr6c6dente, je me
hatai de m'envelopper dans une voile 6tendue sur le
pont. A peine avais-je ferm6 les yeux qu'une forte
averse.me fit chercher un refuge dans la cale. Dbs
que le nuage qui nous avait dor.n6 cette ond6e eut
disparu, je sortis de nouveau de mon antre pour me
tapir dans un pli de la voile, mais un autre nuage
vint bient6t se fondre en eau sur ma tte. Je recon-
nus qu'il fallait se r6signer cette fois encore aux
tourments d'une insomnie. Je passai la-nuit entire,
tant6t chass6 du pont par des averses successives
et forc6 de descendre dans la cale aux odeurs re-
poussantes, tant6t remontant sur le gaillard humide
de pluie et saisissant au vol pour ainsi dire quelques
instants d'un sommeil fugitif. Les voix 6tranges qui
sortaient des forces voisines, surtout les aboiements
d'une grenouille, qui a elle seule faisait plus de







PORTO-BELLO. 31
briuit qu'un chien de ferme, contribuerent singuli6-
rement a me rendre le repos difficile.
DNs le point du jour, le dapitaine tit lever l'ancre
et larger les voiles du Narcisse. Celui-ci, tres-mau-
vais marcheur, ne se hta guere de sortir'du gou-
let, d'autant plus que les vents aliz6s, qui soufflent
presque toujours dans ces parages du nord-est an
sud-ouest, repoussent vers le port les embarcations
qui veulent le quitter. Nous restames A louvoyer
pendant toute la matinee, renvoy6s par le vent d'un
promontoire h I'autre. Pour continue directement
notre route, il fallait doubler le rocher de Salme-
dina on de Farallon-Sucio, dressant a l'est sa tour
abrupte environn6e de noirs recifs. AprBs nous en
etre eloign6s de pros d'un mille, toujours une nou-
velle bord6e nous ramenait pres de cette tour for-
midable, don't les 6cueils apparaissaient et disparais-
saient tour A totr comme des monstres marines se
jouarrt au milieu des vagues bondissantes. Une fois le
vent s'engouffra dans les voiles au moment ofi le
capitaine venait de prononcer les mols sacramen-
tels : Para A virar! Vaya con Dios Et la goelette, so
dirigeant rapidement et en droite ligne vers Salme-
dina, fendit les ondes d6ji blanchissantes qui se re-
dressaient A la base du rocher. Le capitaine, le ma-
telot, le mousse et moi-meme nous nous efforcions
inutilement, appuy6s contre la vergue, de vaincre la
resistance de la voile, landis que don Jorge, tou-







32 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
jours placide et souriant, laissait errer ses regards
sur les agres de sa goelette, qui marchait vers une
perte inevitable. Un 6nergique juron du capitaine
le fit lever en sursaut : des qu'il nous eut aids de
son 6patile d'athlbte, la vergue c6da, et le Narcisse,
rasant les rochers par une grande course, dirigea
sa bordbe vers la pleine mer.
A midi, nous avions enfin double le redoutable
promontoire, et nous suivions A deux ou trois miles
de distance la c6te qui prolonge d'une extr6mit6 h
l'autre de l'horizon ses immense forces, oi ne se
montre pas une seule clairiere. Les montagnes,
don't la chaine uniform et peu 6lev6e se developpe
de l'ouest a lest, semblaient beaucoup plus hautes
qu'elles ne le sont en r6alite, sans doute a cause du
voile de chaudes vapeurs qui frissonnait sur leurs
flancs et en grandissait outre measure les propor-
tions. Nous voyions apparaitre, -puis disparaltrc
l'une apris 1'autre, les points que ces montagnes
projettent dans la mer, Punta-Pescador, Punta-Es-
condida, Punta-Escribanos, toutes identiquement
semblables par leurs forces touffues et leurs cein-
tures de mangliers. La mer 6tait came, la brise en-
flait h peine les voiles de notre goelette, et celle-ci
fendait p6niblement les flots don't I'rcume 16egre
allait se perdre en tourbillonnant de chaque c6t6
du sillage. Nous continuames ainsi notre course
maritime toute la journ6e, et la nuit nous surprit







LES INDIENS DE SAN-BLAS. 33
avant que nous eussions d6pass6 le cap San-
Bias.
Le lendemain martin, nous 6tions au milieu de
l'archipel des Muletas, don't les lies a plus nom-
breuses que les jours de l'ann6e parsement la
mer sur une grande 6tendue. Nous en comptames
plus de soixante dans un horizon extremement
restraint par la brume, et A measure que nous avan-
cions, nous en voyions de nouvelles jaillir du sein
des eaux tranquilles. Toutes ces lies basses qui
semblent reposer sur la surface d'un lac comme les
jardins flottanis de Cachemire, sont couvertes de co-
cotiers don't les semences ont 6tW apportces par les
vagues depuis que les Espagnols ont introduit cet
arbre sur le continent d'Am6rique. Quelques lots
sont tellement pelits que leurs cinq ou six co-
cotiers au panache recourbe les font ressembler a
de grands eventails verts d6ployes au-dessus de
'eau -transparente. D'lutres, au contraire, occu-
pent une assez grande superficie, et des huttes
d'Indiens se groupent c et 1l a l'ombre de leurs
hosquets; mais routes sont presque uniform6ment
roides ou ovales. L'aeronaute qui le premier con-
templera cet archipel du haut de son navire ail6 ne
pourra s'empecher de compare les Muletas A de
giganftsques feuilles de n6nufar 6talees sur la sur-
face a peine ride d'un mar6cage.
Quand notre goelette passait & c6te d'un village,
364 3







34 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
un cannot creus6 dans un tronc d'arbre se d6tachait
de la rive et se dirigeait vers nous, portant trois ou
quatre Indiens. Des que les rameurs ttaient arrives
A la portee de la voix, ils 6levaient en F'air leurs
avirons pour t6moigner de leurs intentions pacifi-
ques et nous envoyaient des salutations dans un
mauvais dialecte espagnol; puis, apres avoir amarrI
leur cannot au bordage de la goelette, ils sautaent
sur le pont, riaient pour nous 6gayer et nous bien
disposer en leur faveur, et nous offraient d'une voix
caressante leurs .sacs de cacao, leurs bananes, ou
de charmantes petites perruches vertes niches
dans une calebasse, qui se becquetaient et se mor-
dillaient le plus geritinent du monde. En change,
ils acceptaient des pieces de coton, des 6cheveaux
de laine et des monnaies am6ricaines. Cesindigenes,
appartenant a la tribu des Indiens de San-Bias, sont
de petite taille, forts, trapus, gras; ils ont ]es joues
rebondies, les pommettes *saillantes, les cheveux
noirs et lustr6s, les yeux pergants, souvent entoures
de bourrelets de graisse, le teint couleur de bri-
que, mais plus blanc que celui de la plupart des
Indiens du contain: ut. Jusqu'a un Age trcs-avanc6,
ils ont toujours l'air d'enfants espiegles, et la joie
de vivre brille dans leur regard. En voyant leurs lies
charmantes 6parses sur la mer, leurs huttes tapies
sous des bouquets de cocotiers, on se demand
presque s'il faut desirer que bientbt des Americains







LES INDIENS DE SAN-BLAS. 35
ou des Anglais, pionniers du commerce, viennent
exploiter ces forts de palmiers pour en concasser
les noix, les reduire en koprah', en exprimer l'huile.
L'empire de Mammon, deja si vaste, doit-il s'aug-
menter de ces iles fortunees, afin que de nouvelles
marchandises s'amoncelent sur les quais de Liver-
pool et que les coffres- forts des armateurs de
New-York s'emplissent encore davantage?
Ces peuplades sont heureuses: le commerce, tel
qu'il est compris aujourd'hui, saura-t-il, en change
de leur paix, leur donner autre chose qu'une servi-
tude d6guisbe, la misere et les joies sauvages pui-
sees-dans 1'eau-de-vie? Trop souvent deja, le beau
mot de civilisation a servi de pretexte A 1'extermi-
nation plus ou moins rapide de tribus entibres. At-
tendons pour entrainer celles-ci dans le grand mou-
vement commercial des peuples que nous puissions
leur apporter sur nos bAtiments plus de bonheur,
la justice et la vraie libertW!
J'aurais bien voulu suivre les Indiens des Muletas
et me faire, au moins pour quelques heures, ci-
toyen de leur r6publique; j'aurais voulu interroger
les vieillards assis i la porte des cabanes, voir les
femmes s'occuper des travaux domestiques, assister
de loin aux amusements des enfants qui se roulent
tout nus sur le sable de la plage; mais don Jorge,

1. Morceaux de noix piles et debarrassees de leur envelope.







36 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
toujours occupy de sa pychc, me supplia de laisscr
continue sa route a l'embarcation dans 1'espoir que
nombre de poissons se laisseraient s6duire par l'ap-
pat bondissant dans le sillage. II ne me resta done
qu'a contempler tristement ces Iles a measure qu'elles
disparaissaient l'une apres 1'autrc. Enfin nous glis-
sames lentement a c6t6 de la derniere; longtemps
nous vimes ses palmiers s'6lever au-dessus de l'eau,
semblables a une volee d'oiseaux gigantesques, puis
ils s'6vanouirent peu h peu, et nous nous trouvames
en pleine mer des Caraibes.
La traversee de I'archipel des Muletas A Cartha-
gene dura huit jours, c'est-h-dire que notre goe-
lette, beaucoup moins rapide qu'une tortue de mer,
avanca d'environ un mille par heure. Cependant
nous avions le courant et souvent les brises en notre
faveur; mais le Narcisse Mtait si lourd de forme, si
disloqu6 dans toutes ses membrures, qu'il marchait
A peine plus vite qu'une pave pouss6e par les flots.
A ses voyages de retour, il mettait parfois plus de
trois semaines pour atteindre Aspinwall, car il
avail alors a vaincre la resistance du remous form
dans le golfe d'Uraba par le grand courant 6quato-
rial don't les eaux viennent frapper centre les cotes
de I'Amerique central, et rejaillissent & droite et A
gauche en longeant les rivages. Dans toute autre
mer, expos a de brusques changcmenis de vent
et a de violentes rafales, le Narcisse n'edt pu entre-







LES INDIENS DE SAN-BLAS.


prendre un seul voyage sans courir le risque de
sombrer; heureusement, au milieu du golf d'Urabh
et sur toutes les c6tes de .la Nouvelle-Grenade, ii
n'y a jamais de tempetes. Les ouragans, qui pro-
duisent souvent des effects si d6sastreux dans les pe-
tites et les grandes Antilles, prennent toujours nais-
sance a 1'entr6e de la mer des Caraibes, au-dessus
du grand courant equatorial, et, d6veloppant leur
immense tourbillon qui s'Mlargit sans cesse, vont
mourir aux Etats-Unis ou sur les bancs de Terre-
Neuve, apris avoir labour6 les flots, fracass6 les na-
vires, broy6 les villages etles forts; mais dans Icur
course terrible ils n'effleurcnt jamais les mers heu-
reuses de la r6publique grenadine. La, toutes les
vagues, 6branl6es de proche en proche par les tem-
p6tes des autres climats, se d6roulent avec la r6gu-
larit6 des ondulalions que la chute d'une pierre
produit dans un lac. Enormes et se prolongeant pa-
rallblmnent d'un horizon a I'autre, elles sont pous-
s6es d'un souffle toujours 6gal par le vent aliz6, et
soulvent silencieusement les navires sans se briser
en 6cume. Au fond des loigues vall6es qui les sipa-
rent, des poissons ails, semblables a des oiseaux
dans les sillons .d'un champ, bondissent par mil-
liers, traversent d'un seul 61an la cr6te des vagues,
et vont retomber au delay dans l'eau transparent.
Le septieme jour, le Narcisse atteignit I'archipel
de San-Bernardo, don't les iles, presque toutes bas-







38 VOYAGE A LASIERRA-NEVADA.
ses et boisees comme les Muletas, parsement la mer
au nord du golfe de Morosquillo. La goelelte se
fraya p6niblement une .voie A travers ce d6dale
d'lles qui projettent dans les d6troits des bancs de
sable dangereux, et apres avoir pendant toute une
journee longD la, cOte de la Nouvelle-Grenade, vint
jeter I'ancre dans une petite anse de 1'ile Bari, non
loin de Boca-Chica, 1'entr6e de la rade de Cartha-
gene. Le capitaine ne comptait pas assez sur son
habilet6 pour essayer de guider sa goelette r6tive
entire les 6cueils de la passe, et pour ma part j'6lai.s
enchants d'attendre jusqu'au lendemain pour bien
voir les ruines de cet autre Sebastopol, si'formida-
ble au temps de la puissance espagnole.



~5513






















CARTHAGENE DES INDES. LA POPA. LA FETE.


Au lever du soleil, le Narcisse entrait, vent ar-
riere, dans le chenal de Boca-Chica (Bouche-Etroite),
large a peine de quelques brasses, et cependant
assez profound pour admettre les plus forts navires
de guerre. De chaque c6te, on distingue les rochers
aigus qui parsement le fond de l'eau blanchissante;
A measure qu'on advance, la ceinture de recifs se res-
serre autour du chenal tortueux, des brisants se
montrent dans toutes les directions: -on ne peut
s'empecher defr6mir en rasant de si pres les 6cueils.
A quelques mbtres de distance, sur la gauche, au
pied d'un promontoire' de l'ile de Tierra-Bomba,
s'e61vent les murailles blanches d'un fort aujour-
d'hui couvert d'arbustes et de ronces; A droite, sur







40 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
un pilot de rochers jaunatres environn6 de recifs, -
une citadelle mine par les vagues d6ploie au-des-
sus des brisants la longue ligne de ses bastions aux
embrasures vides; dans le lointain, A l'extr6mi(6 de
File Bariu, toute verte de mangliers, apparaissent
les ruines d'un autre fort egalement vaste. Telle
etait la premiere ligne de fortifications qui prot6-
geait 1'entree da port de Carthagine; an dernier
sikcle, elle fut forcee par l'amiral Vernon, a qui,
mieux d6fendue,- elle pouvait opposer une insur-
montable resistance. It est vrai que cet amiral
6choua devant la second ligne des forts, et que
sept mille Anglais payerent de leur vie cette auda-
cieuse tentative.
Apris avoir louvoy6 pendant quelques minutes,
nous enlrames dans la rade de Carthagene, don't les
eaux tranquilles ont une superficie de 18 miles
carries. Compl6tement abrithe du c6t6 de la mer:
au sud par l'ile de Barf, h l'ouest parl'ile deTierra-
*Bomba, des r6cifs et des bans de sable, au nord
par l'archipel sur lequel est construite laville de Car-
thagene, cette rade se d6veloppe en un magnifique
demi-cercle pentrant au loin dans l'interieur des
terres. Elle pourrait contenir des flottes; je n'y vis
que de miserables canots. Sur les collins, oi j'es-
p6rais distinguer quelques traces du travail de
i'homme, je n'apcrcus que des fourres interrompus
ch et lh.par des clairieres au sol rouge et infertile;







CARTHAGENE DES INDES. 41
deux ou trois villages.d'Indiens groupaient en d6-
sordre sur le bord de l'eau leurs toits recouverts de
feuilles. Enfin le Narcisse double la pointe orientale
de Tierra-Bomba, sur laquelle sont construites les
cabanes de Loro, village habit seulement par de
pauvres lepreux, et devant nos yeux apparut tout a
coup la vieille cite qui jadis se nommait avec orgueil
la Beine des-Indes.
Magnifiquement assise sur des miles qui regardent
d'un ctol la haute mer et de l'autre l'ensemble des
lagunes interieures qui forment le port, entourCe
d'une ceinture de cocotiers, Carthagene semble s'en-
dormir, hBlas! et ne s'endort que trop,-- a 'om-
bre de la Popa, collie abrupte qui la domine.h
l'est. Deux grandes 6glises don't les nefs et les clo-
chers d6passent de beaucoup le reste de la ville se
regardent l'une l'autre comme des lions couches, et
la longue line des remparts s'6tend a perte de vue
autour du port et sur les rivages de la mer. De prbs,
la scene change: les plants grimpantes tapissent
les murailles, of se prominent de rares factionnai-
res; de grandes pierres tomb6es des cr6neaux for-
ment des r6cifs sur lesquels la vague vient se briser;
quelques debris d'embarcations pourrissent sur la
plage du port, oft flottent de rares goelettes; a tra-
vers les fenetres des grands edifices aux toits ef-
fondres, on apergoit les nuages ou le:bleu du ciel.
.L'ensemble de cette ville a demi ruinee forme un







42 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
tableau a la fois admirable et douloureux, et je ne
pus me d6fendre d'une emotion profonde en con-
templant ces tristes restes d'une splendeur passe.
Le matelot laissa tomber l'ancre du Narcisse, et je
descendis dans le cannot avec le. capitaine. Quant A
don Jorge; ilne s'6tait pasm6me lev6 pour regarder
la ville. Le placement de sa cargaison de cacao -sem-
blait l'inqui6ter fort peu, sa seule occupation 6tait en
ce moment de rester h l'ombre pr6caire du grand mAt
afin de continue sa sieste commencee, sans courir
le risque d'etre brusquement r6veill6 par les rayons
bruilants du soleil; il eut cependant la force de me
faire un signe de tote en guise d'adieu,*puis il se
retourna sur le flanc et s'endorinit.
Quelques coups de rame suffirent pour nous ame-
ner aux degr6s de pierre scelles a la base de la mu-
raille, et je p6n6trai bient6t dans la ville par une
poterne obscure pratiqii6e au milieu du rem-
part. La premiere scene don't je fus le t6moin en
mettant le pied sur le pave de Carthagene redoubla
la tristesse que m'avait inspire la vue des edifices
ruins. Sur une place entour6e de maisons noires
A hautes arcades, deux hommes aux cheveux lisses,
au regard fauve, au teint de.couleur' ind6cise, s'6-
taient saisis par les lambeaux flottants de leurs
ruanas ', d6gainaient en vocif6rant leurs terrible
1. Vitement analogue auponcho mexicain : c'est une couver-
ture percee d'un trou au milieu pour laisser passer la t&te.







CARTHAGENE DES INDES. 43
machetes 1, et tAchaient de se pourfendre. Tout autour
s'agitait confus6ment une foule sale et avin6e: les uns
hurlaient en fureur: Matalo! matalo! (tue-le I tue-le!);
les autres faisaient d6vier les coups de machete en
retenant les bras des combatants. Pendant quelqu'es
minutes, je vis passer en se d6battant ce tourbillon
d'hommes au-dessus duquel les lames luisantes des
sabres s'61evaient et s'abaissaient tour k tour. A la
fin, on parvint a s6parer les deux lutteurs, et, sui-
vis de leurs partisans, ils allerent chacun de son
cote dans quelque tienda2, ol ils se voubrent l'un
l'autre, la bouteille en main, h tous les demons de
l'enfer. Les femmes qui s'6taient mises aux fenetres
pour voir la rixe, se retirerent dans leurs apparte-
ments et la foule des spectateurs assembles sous les
arcades se dispersa. Je demandai la cause du tu-
multe : Es la fiesta! (c'est la fete ) me r6pondit-on
avec un haussement d'6paules.
QuOnd une ville est en decadence, on dirait que
les habitants eux-m6mes participent au d6p6risse-
ment des choses. Tout vieillit a la fois, homes et
Mdifices; les me6tores et les maladies travaillent de
concert a leur cuvre. Dans les rues sonores, que
termine au loin la masse sombre des remparts et
que bordent des couvents 16zard6s, de hautes 6gli-
ses aux murailles obliques, je voyais passerdes boi-
1. Sabre recourb6.
2. Boutique, taverne, debit de.vin et d'eau-de-vie.







44 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
teux, des borgnes, des l1preux, des infirmes de
toute esp6ce; jamais je n'avais vu tant d'6clopp6s A
la fois. Certains carrefours me pr6sentaient 1'aspect
d'une cour des miracles. Quand le commerce ou
l'iridustrie abandonne une ville, une grande parties
de la population se trouve d6class~e et priv6e de
but dans. la vie; elle s'agite encore pendant quelque
temps A la recherche de nouvelles occupations,
puis elle finit par tomber dans Ic vice et s'abrutit
au physique aussi bien qu'au moral. Tel est le
malheur qui a frapp6 la noble Carthagene des
Indes. Je pensais involontairement a ces ports oft
pendant les heures de mare bondissent les va-
gues, entrent les navires A voiles d6ployees, cir-
culent incessamment les barques portant des ma-
telots joyeux :tout y est alors animation et vie,
mais vienne la basse mer, il n'y restera plus que
des vases f6tides of grouillent des vers a la recher-
che d'affreux debris.
Il y a deux cents ans, Carthagene servait d'en-
trep6t au commerce des miles Philippines et du P&-
rou et monopolisait en entier celui de 1'Ameriquc
central et de la Nouvelle-Grenade. Alors tout grand
port marchand devait ktre en mame temps un.port
de guerre, surtout dans une mer comme celle des
Caraibes, of chaque vague portait un pirate. Detous
les points de la c6te d'oi l'on peut exporter enEu-
rope les products du basin du Magdalena, un par







CARTHAGtNE -DES INDES. 45
excellence, Carthagene, est facile a d6tfendre, et pour
cette raison, le gouvernement espagnol lui avait
donn6 le monopole des changes sur une longueur
de 3000 kilometres de rivages. Depuis, les choses
ont change, les colonies espagnoles se sont d6tach6es
de la mere patrie, des ports libres se sont ouverts
au commerce du monde sur toutes les c6tes de la
mer des Caraibes et du golfeduMexique, la paix est
devenue l'etat normal des nations, et il a ete permis
d'6changer des marchandises ailleurs que sous la
gueule des canons. Aussi la prosperity factice de
Carthaghne, qui reposait sur le monopole, s'6va-
nouit avec la liberty; la population, de plus en plus
miserable, diminua des deux tiers, et maintenant
elle n'atteint pas meme au chiffre de dix mille ames.
Il y a quelques ann6es, le congress grenadin, dansle
louable d6sir de faire revivre le commerce de la cit6
dechue, a passe une loi exemptant des droits de
douane tous les navires qui important des marchan-
dises h Carthagene. Le gouvernement a done retabli
le monopole sous une forme d6guis6e, car dans tous
les autres ports de la r6publique les droits s'616vent
en moyenne a 25 pour 100. Les d6fenseurs de laloi
soutenaient qu'il fallait donner cette recompense A
la fille atine de la liberty, h la ville qui la premiere
avait secou6 le joug de l'Espagne; mais au nom de
la liberty, n'eit-il pas 6et plus. just de maintenir
tous les ports dans le droit commun, et d'y abaisscr







46 VOYAGE A LA' SIERRA-NEVADA.
uniform6ment les tariffs d'importation? Ce n'est pas
sur le privilege que Carthagene pourra jamais fon-
der une prosperity s6rieuse.
Cependant il est inevitable que l'antique reire des
Indes se relieve de ses ruines, car sa position gao-
graphique est admirable. Assise sur le bord d'une
mer sans orages, situee a peu pres a gale distance
du golfe de Darien, of se jette 1'Atrato, et du Rio-
Magdalena, elle servira nrc3ssairement t6t on tard
d'intermediaire commercial entire les bassins de ces
deux puissants fleuves; elle n'est separee d'Aspin-
wall et des autres ports de l'isthme que par la lar-
geur d'un golf etroit, et peut communiquer avec
ces divers points plus rapidement que toutes les au-
tres villes de la r6publique; sa rade est l'une des
plus belles du monde entier, et l'on pourrait tres-
facilement y creuser des bassins a flot et des bassins
de carnage, n6cessaires aujourd'hui dans tous les
grands ports de commerce. L'entrCe de Boca-Chica
est trop 6troite peut-etre; mais pourquoi ne pas net-
toyer Boca-Grande, large bras de mer, qui spare
de 'ile Tierra-Bomba la pointe sablonneuse de Car-
thagene? Avant 1760, epoque A laquelle le gou-
vernement espagnol, en guerre avec les Anglais, fit
obstruer ce detroit de pierres et de sable, il, offrait
un chenal assez profound pour les plus grands navi-
res. Qu'on le creuse de nouveau afin d'6pargner aux
embarcations le detour et les dangers de l'entree







CARTHAGENE DES INDES. 47
par Boca-Chica, et Carthagene aura peu d'6gales
dans le monde comme situation commercial.
A I'avantage de posseder un port de mer admira-
ble, Carthagene joint celui de pouvoir acqu6rir
quand elle le voudra un excellent port de riviere.
Un ancien bras du Rio-Magdalena, se d6tachant de
ce fleuve pros de la ville de Calamar, A 150 kilome-
tres en amount de l'embouchure, allaitjadis chercher
une voie plus court vers la mer, et se deversait au
village de Pasacaballos dans la rade meme de Car-
thagene. Plusieurs companies, don't une anglo-
americaine, se sont form6es 1'une apres l'autre pour
6largir et approfondir ce canal ou dique, en parties
obliter6. Deja de petits bateaux a vapeur ont p6netr6
par cette voie dans le Rio-Magdalena; faute d'argent
1'entreprise n'a pas encore ete men6e h bonne fin,
mais elle ne peutmanquer d'etre t6t ou tard renou-
velee; alors l'artere central de la r6publique grena-
dine sera en communication constant par la vapeur
avec lemeilleur port des c6tes. C'est a des resources
naturelles de ce genre que des citoyens 6nergiques
doivent faire appel pour reliever la ville etpouvoir lui
donner le titre de capital sans ironie ou sans ridicule
vanit.. Depuis que la Nouvelle-Grenade s'est consti-
tu6e en r6publique fed6rale, Carthagene est devenue
le siege du gouvernement de l'etat de Bolivar, grand
comme dix de nos d6partements franpais; mais la
pr6pond6rance politique de la nouvelle capital ne







48 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.


lui assurera qu'une vie factice, si le commerce et
industriese ne se relevent pas en meme temps.
La cath6drale est le principal edifice de Cartha-
gene, mais elle n'offre que des restes de sa splen-
deur passe. Sa haute tour menacante est noire et
lezard6e come le donjon d'un chateau fort d'Eu-
rope, les pierres tumulaires qui forment le pave de
sa nef sont disjoiltes et les inscriptions effaces.
Seule, la chaire, plaque de marbres en mosaique
et d6coree de figurines en ivoire, est encore parfaite-
ment conserve. Cette (euvre d'un sculpteur italien,
offre de charmants details : c'est l'un des tres-rares
objets d'art que l'on rencontre dans le Nouveau
Monde. Moi qui venais des Etats-Unis, ce pays oi
par amour de l'art on blanchit les arbres jus-
qu'a hauteur d'homme, je n'avais pas le droit de
me montrer difficile, et je me sentis vraiment 6mu
& la vue de ces charmantes figurines.
De meme que la cathddrale, les autres edifices
publics de Carthag-ne, couvents, hopitaux, 6glises,
sont cxtremement vastes et occupent en 6tendue une
grande parties de la ville; mais ils s'ecroulent, et,
comme toutes les ruines, ils gagnent a etre vus a
distance. Leur majestueuse beautW consiste surtout
dans 1'harmonie deleurs contours avec I'horizon qui
les ceint de ses'flots et de ses rivages, avec le ciel qui
les recouvre de son dome infini. Aussi me hAtai-je
de monter sur les remparts, d'oiije pouvais en m6me







LA POPA.


temps contempler la mer et voir la cite sous son
aspect le plus pittoresque. Les murs, pen l6ev6s et
large de plusieurs metres, offrent autour de la
ville une belle promenade pave de longues dalles
de pierre. Ils sont encore solides comme autrefois,
et la mer, qui en ronge lentement la base, en a de-
tach6 quelqueS blocs a peine; mais les canons qui
passaient leurs gueules A travers les embrasures ont
disparu. Le gouvernement de la Nouvelle-Grenade,
trop faible aujourd'hui pour d6fendre s6rieusement
ses ports de mer, a eu le bon sens de vendre les pou-
dres et les canons de Carthagene a un industrial
yankee pour uine some ronde de 120 000 piastres,
et il a fait couper en morceaux les affits, pour les
distribuer aux pauvres comme bois de cuisine. Plt
aux peuples que pareille measure fft prise dans tous
les pays du monde! Lorsque les nations cesseront
de. guerroyer entire elles et formeront une perp6-
tuelle alliance, la r6publique grenadine pourra re-
vendiquer l'honneur d'avoir la premiere licenci(
son armte et d6moli ses forteresses.
Apres avoir faith le tour de la cit6, je me dirigeai
vers la Popa, don't la masse abrupte domine le pe-
tit archipel de Carthagene. Je me frayai un chemin
A travers les gropes d'Indiens, de m6tis et de noirs
qui stationnaient devant les tiendas en 'honneur de
la fete, et, pregnant pour guides quelques mulets
fiers de porter leurs selles vides et leurs houses
364 4







50 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
rouges, j'atteignis en quelques minutes le sommet
de ]a Popa. A mes pieds se dressaient les tours, les
hautes murailles, les terrasses de la citadelle cou-
vertes d'arbres et semblables a des jardins suspen-
dus; a travers le feuillage des cocotiers qui frangent
lepourtour de ces-terrasses apparaissait l'eau tran-
quille du port et de ses canaux; plus" loin, la ville
emprisonn6e dans ses remparts massifs 6levait les
clochers et les facades a jour de ses couvents rui-
nes; et se dessinait en noir sur le vaste demi-cercle
de la mer resplendissant aux rayons du soleil cou-
chant. Les lies et le continent offraient le contrast
le plus absolu: d'un c6te, les lots 6ars au milieu
de la rade ressemblaient a dcs forces flottantes.d6ta-
chees d'un paradise terrestre; de 1'autre cote, se pro.-
longeait une chalne de collins rougedtres n'offrant
nulle part cette fougue de v6g6tation qui donne a la
nature tropical une si merveilleuse grandeur : ort
eft dit que la longue trainee d'6cume qui horde le
rivage s6parait deux zones l'une de l'autre.
II 6tait nuit quand je me retrouvai sur la grande
place de Carthagene. Le palais de la gobernacion
6tait brillamment illumine; des musicians, months
sur une estrade, soufflaient du cor, du trombonne,
du fifre, raclaient du violon, de la contre-basse,
avec un entrain f6roce; la place entire etait trans-
formte en une vaste salle de danse et de jeu. Des
hommes et des femmes, 6troitement enlaces, se







LA FRTE. 51
mouvaient en une immense ronde, cntralnes par
cette danse, si r6pandue dans 1'Amerique espa-
gnole, qui consiste a glisser imperceptiblement sur
le sol en agitant les hanches. On ne voit pas le mou-
vement des pieds, mais seulement la torsion f6brile
des corps nou6s l'un A l'autre; on dirait que la terre
elle-m6me tourne sous les groups convulsifs, tant
ils avancent silencieusement, emport6s par une
force invisible. J'6protivais une espece de terreur
en voyant lentement passer sous les lumieres trem-
blotantes attaches aux piliers ces corps haletants
et renvers6s en arribre, ces figures noires, jaunes
ou bariol6es,- toutes secouant sur leurs fronts des
cheveux en d6sordre, toutes illumines d'un regard
6tincelant et fixe : c'6tait une danse d6moniaque,
un sabbat infernal. De longues ranges de tables de
jeu couvertes de cartes souill6es par un long usage
dans les tavernes s'6tendaient autour de la place;
elles 6taient incessamment assi6g6es par des hom-
mes, des femmes et des enfants, qui venaient y per-
dre a l'envi leurs cuartillos et leurs pesetas. Un
tumulte effroyable s'l6evait a chaque coup malheu-
reux, les maledictions, les menaces terrible se croi-
saient; cependant je ne vis nulle part reluire l'acier
des machetes.
L'air 6tait suffocant et charge de chaudes 6mana-
tions. Pouvant a peine respirer, je me d6gageai de la
foule et m'enfuis sur les remparts solitaires. Quel sou-







52 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
dain contrast entire les hommes et la nature! De longs
reflects s'agitaient sur les eaux et mouraient autour
des bancs du sable, quelques palmiers s'inclinaient
ci et 1& sur les promontoires, ]a lune brillait tra-
vers'les 16zardes des tours chancelantes, les collins
dessinaient sur le ciel leurs profils lointains, les
echos de la place s'6vanouissaient comme un vain
bruit sans trouble la solennit6 de l'ensemble. La
lente respiration de la mer scandait la nature, pour
ainsi dire, et donnait un rhythm lugubre a la-
poesie des ruines et de la nuit.























LE CAPITAINE DE PAPERR" SAVANILLA. -
LE BONGO BARRANQUILLA,


Je n'ignorais point que tout voyageur d6barqu6
h Carthagene, doit avoir le temps de visiter le vil-
lage indien de Turbaco et le c6@lbre volcan de boue
dicrt par Humboldt. En outre, mon h6te et mon
h6tesse, Allemands qui parlaient toutes les langues,
me donnaient mille bonnes raisons pour prolonger
mon sejour A la Fonda de Calamar. Cependant j'en-
tendis parler d'une excellent goelctte en parlance
pour Savanilla, et je r6solus de saisir cette occasion,
qui peut-6tre ne se ffit pas retrouv6e de longtemps.
Au point du jour, je sautai dans une barque et je
fis ramer vigoureusement vers le Sirio, don't la ca-
renc l66gante se balancait au milieu du port. Le







54 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
march fut bientot conclu; le pilote, qui s'attardait
sur le rivage, obit A l'injonction du porte-voix il
aborda A soh tour, 1'ancre fut levee, les voiles d6-
ferlhrent, -et la goelette tourna le cap vers Boca-
Chica. En moins d'une heure, le Sirio 6tait dans la
passe; le pilote, debout h la barre, donnait ses or-
dres d'une voix breve; les matelots, prkts a lui
obbir, se suspendaient aux cordages; A chaque bor-
dee, le taille-lames effleurait presque les rochers,
mais sous l'impulsion du gouvernail et de la voile il
se retournait brusquement et se dirigeait en sens
inverse. Enfin la goelette d6passa la chaine de recifs,
elle mit en panne, et deutx matelots, abaissant le
cannot sur les vagues dansantes, ramenerent le pi-
lote au rivage.
Le Sirio, conslruit a Curagao, avait une march
sup6rieurc et fendait admirablement la mer. En
quelques minutes, nous ermes laiss6 derriere nous
les falaises escarp6es de Tierra-Bomba et l'6cueil
redoute de Salmedina; puis, longeant la langue de
terre sablonneuse qui defend a l'ouest le port de
Carthagene, nous revimes bientot ]a ville royale se
dressant comme sur un piedestal au-dessus de la
longue line de ses remparts; ensuite elle s'eloigna
peu t peu et disparut enfin derriere le haut pro-
montoire de Punta-Canoa. Au del& de ce cap se
montrerent vaguement les miles de la Venta et d'A-
repa, puis se dressa la peninsule abrupte de Galera







LE CAPITAINE DE PAPER. 55
Zamba. Apres l'avoir double, il ne restait plus au
Sirio qu'A se diriger en droite ligne vers l'entr6e du
port de Savanilla.
Cette rapidity de locomotion, la belle tenue de sa
goelette, mirent le capitaine Janssen en bonne hu-
meur, et plus d'une fois il fit circuler parmi ses ma-
telots la bouteille de chicha1. El sector Janssen, cos-
mopolite reunissant dans ses vines le sang de
toutes les races qui se sont 6tablies dans les An-
tilles, 6tait un homme bien different de don Jorge.
Comme lui, il respectait les matelots et les traitait
en 6gaux; mais il ne se contentait pas de jouir de
la vie telle que la lui pr6sentait le destin: il travail-
lait constamment et ne se donnait pas un instant de
repit. Bien qu'il fit sur une c6te souvent visit6e par
lui, il ne cessait de consulter sa boussole, de suivre
sa route sur les cartes marines, de noter ses obser-
vations. Quand je le questionnais, il me r6pondait
d'une voix precise et sire. A voir son front droit, ses
sourcils fronc6s, sa bouche r6solue, je ne pouvais
douter qu'il n'efit autant d'6nergie et plus d'intelli-
gence que ses ancktres, les 6cumeurs de la mer des
Antilles.
A c6tB du senior Janssen, un jeune homme, cruel-
lement torture par le mal de mer, semblait agoni-
ser. Je m'assis pres du chevet sur lequel il avait

1. Eau-de-vie fabriqu6e avec du jus de canne fermentO.







56 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
appuy6 sa tote, et je lui donna quelques soins.
Croyant qu'il 6tait passage come moi, je l'inter-
rogeai sur le but de son voyage.
Soy el capitan (je suis le capitaine), dit-il en'm'in-
terrompant d'une voix faible.
Comment! celui qui consulate la boussole main-
tenant n'est-il pas le patron ?
Si, pero io soy el capital de papel (Ije suis le ca-
pitaine de paperr. Et il me montra un certificate
timbre et paraphe qui lui donnait en effet le titre de
patron. Je ne sais par quelle fiction h6gale il 6tait
ainsi oblig6 de s'emprisonner a bord d'une goelette
ou, depuis plusieurs ann6es, il souffrait constam-
ment le martyre, et oi son titre official ne lui don-
nait pas meme le droit de faire larger une corde.
Le pauvre captif 6tait certainement a plaindre. De
temps en temps il tournait melancoliquement les
yeux vers deux ouistitis qui montaient ct descen-
daient dans les agrs ; mais les gambades les plus
risibles des deux singes ne r6ussissaient pas ad6rider
son visage souffreteux et amaigri. Seulement pen-
dant les repas, il souriait du bout des levres en
voyant les petits animaux sautiller autour des plats,
s'emparer des tasses de caf6 brtlant, s'en coiffer
pour absorber plus t6t le liquid, puis se rouler en
poussant des gemissements lamentables.
Apres huit heures de traverse nous arrivions en
face de la vaste embouchure appelee Boca-Ceniza ou







SAVANILLA. 57
Bouche-Cendre 1, bras principal du Rio-Magdalena,
qu'obstruent des bas-fonds et de nombreuses iles
basses couvertes de mangliers. Le capitaine se mit a
la barre; il fit rapidement louvoyer sa goelette entire
des bans de sable etl'introduisit dans unchenaldont
l'eau verdatre et charge de debris v6g6taux per-
mettait cependant de voir le fond a trois ou quatre me-
tres au-dessous de ]a surface. Devant nous, entire
une lie de pal6tuviers et les escarpements argileux
de la c6tc, s'etendait une grande lagune oii repo-
saient plusieurs navires A l'ancre : c'6tait le port de
Savanilla. Sachant que ce port est celui qui exp6die
h l'Ntranger presque tous les products de l'agricul-
ture et de l'industrie grenadines, je cherchais des
yeux la ville et ses edifices; mais je ne voyais
qu'une maison blanche nouvellement construile
pour le service de la douane et non encore habitle.
Enfin on me fit remarquer au bord de l'eau une
longue range de hultes couvertes de feuillcs de
palmier, et se confondant de loin avec le sol rou-
gedtre sur lequel elles 6taient baties : c'6tait le vil-
lage florissant don't le port a hUrite du commerce de
Carthagene des Indes..
N'etant pas encore habitu6 & toute espece de gite,
je fr6mis en voyant ces huttes miserables. II s'agis-
sait de reconnaitre de loin, parmi ces ch6tives habi-

1. Aihsi nommee a cause de ses atterrissements de sable fin.







58 'VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
stations, celle oit je pourrais me faire donner degr6
ou de force l'hospitalitl la plus convenable. Mon
choix tomba sur une hutte plus grande que les au-
tres, et rcmarquable par la verandah qui portait
son toit de feuilles. Elle appartenait, me dit-on, au
sefor Hasselbrinck, consul de Prusse., le seul r6si-
dent stranger de Savanilla. A peine d6barqu6 -sur
l'une des petites jetees en bois construites devant le
village, j'indiquai la maison du consul au negre qui
se charge de mes effects, et je le suivis sans m'arr6-
ter devant le poste des douaniers,qui sans doute som-
meillaient dans leurs hamacs. Sur la plage se prome-
nait un beau vieillard qu'A ses traits tudesques je
reconnus aussit6t pour le consul. Je me dirigeai
sans embarras vers sa maison, of j'entrai rSolfmnent,
etje recus bient6t au seuil meme de sa porte le pro-
pri6taire 6bahi, que je suppliai dans sa langue ma-
ternelle de vouloir bien excuser mon audace. Ces
quelques mots allemands suffirent pour d6rider
l'excellent homme, qui, me pregnant les deux mains
a la fois me souhaita cordialement la- bienvenue :
Mi casa es d la disposicion de Vmd. Pendant toute la
soiree, il m'accabla de prtvenances, me donna gra-
cieusement tous les renseignements que je lui de-
mandais, et me fit en retour de nombreuses ques-
tions sur l'Europe qu'il avait quitt6e depuis l'an de
grace 1829, mais a temps encore pour aller de
Stockport a Portarlington par le seul chemin de fer


*







SAVANILLA. 59
a locomotives qui existAt alors en Europe. Le pauvrc
vieillard s'6merveillait encore au souvenir de ce
voyage, et-disait pouvoir mourir en paix puisqu'il avail
vu ce triomphe de la civilisation moderne. Quand
vint l'heure du repos, il fit 6tablir nos deux plans
a c6t6 l'un de l'autre, afin de pouvoir prolonger la
conversation et m'entendre parler des progres ac-
complis en Europe et en Amerique depuis 1830. Le
lendemain matin, il s'occupa lui-mWme de me pro-
curer une embarcation pour Barranquilla, et je
parties muni d'une lettre d'introduction adress6e a
son fils, agent de la compagnie anglaise des bateaux
i vapeur du Rio-Magdalena.
Le village de Savanilla ne doit son existence qu'au
voisinage de l'einbouchure principal du fleuve,
avec laquelle son port communique par les mar6-
cages du delta. La barre n'ayant guere plus d'un
metre de profondeur, toutes les denrees des pro-
vinces riveraines, le tabac, l'6corce de quinquina,
le cafe, doivent etre d6pos6es en amount de l'embou-
chure dans les magasins de Barranquilla, et de la
etre p6niblement transport6es par d'6troits canaux
jusqu'au port de Savanilla, oil on les recharge A
bord de nav-ires calant moins de quatre metres
d'eau: Quand la rtpublique n6o-grenadine, deve-
nue plus riche et plus eptreprenante, s'9ccupera de
l'am6lioration de ce port, elle aura de tres-grands
travaux a fire executer, car les sables d'une bou-







60 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
che du Magdalena, appelce Boca-Culebra ou Bou-
chc-Serpent, s'accumulent h l'entree, et, sous l'im-
pulsion des vents aliz6s et des vagues, avancent
continuellement du c6t de l'ouest. En attendant,
il serait relativement facile de constrnire un chemin
de fer entire Barranquilla et son port, ou, mieux
encore, d'utiliscr les bouches marecageuses du
fleuve en y creusant un canal assez profound pour
pcrmettre aux plus grands bateaux A vapeur du
haut Magdalena d'aller accoster les navires jusque
dans la rade; mais il est probable que les n6gociants
de Barranquilla retarderont longlemps l'ex6cution
de ces projects qui les priveraient des b6nefices rea-
lises sur le transbordement des marchandises.
L'embarcation que m'avait procuree senior Has-
selbrinck 6tait un grand bongo, espce de chaland
aux membrures mal quarries et ponte de la
proue a un metre de l'arriere. Quatre sambos'
athl6tiques et demi nus, deux de chaque c6t6,
se tenant debout sur le pont et tournant le dos &
l'avant, appuyaient leurs 6paules gauches couvertes
de callosites sur de longues perches don't le bout
reposait au fond de l'eau. Des que le signal du de-
part fut donn6 par un claquement de main, ils pe-

1. Le nor de sambo ne devrait s'employer que pour les
hommes de couleur issues de nBgres et de mulatres; mais dans
la Nouvelle-Grenade on applique indistinctement ce nom a tous
les hommes de peine noirs ou de sang m8le.







LE BONGO. 61
serent de tout leur poids sur les perches, et, pous-
sant en measure les cris de Jesus! Jesus! s'elancerent
au pas gymnastique dell'avant l'arriere du bongo,
puis ils revinrent lentement vers la proue, repitant
toujours Jesus! Jesus! .et prirent un nouvel Mlan.
Pouss6 par ces quatre 6paules vigoureuses, le lourd
bongo fendit rapidement l'eau verdatre' du port, et
en peu d'instants nous vimes disparaitre les huttes
de Savanilla et la jetee oii se tenait mon h6te, m'en-
voyant des saluts.
Nous voguames ainsi pendant plus d'une heure
sur une baie d'eau salee aux bords ombrages par
de petits mangliers, qui de loin ressemblaient a nos
sales d'Europe. Apres avoir d6pass6 de miserables
cabanes, appelbes Playon-Grande, le bongo, cessant
de longer le rivage de la baie, fit un detour soudain
vers le nord, 'et le paysage change brusquement
d'aspect. Nous 6tions sur l'eau jaunAtre des marais,
A l'entree du Cahio-Hondo2. Des roseaux gigantes-
ques dardaient autour de nous leurs tiges presses
se terminant en ombelles, en aigrettes, en pana-
ches; presque partout la surface de 1'eau etait ca-
ch6e par de large feuilles de toute forme et dc
toute couleur, disparaissant elles-mntpes sous les
fleurs qui venaient s'epanouir au-dessus d'elles;

1. Les caitos, en tout semblables aux bayous de la Louisiane,
sont les canaux d'eau dormante qui font communiquer les bras
d'un fleuve avec la mer.







62 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
plusieurs couches de v6g6tation s'entassaient les unes
sur les auires, et dans le sillage 6troit laiss6 derriere
le bongo, I'eau 6paisse, obstru6e par de longues her-
bes flottantes, apparaissait toute satur6e de germes.
Des oiseaux pecheurs s'abattaient par bandes au
milieu des roseaux, et dans le lointain s'arrondis-
sait un vaste horizon de grands arbres.
C'est 1A, dans ce markcage sur lequel pesait une
chaude et f6tide atmosphere, que les sambos firent
halte pour le d6jeuner. Ils tirerent d'une besace
quelques yuccas' cuites sous la cendre, des restes de
poisson, une bouteille de chicha, et, faisant passer
la calebasse a la ronde, ils m'inviterent genereuse-
ment A partager leur frugal repas. J'acceptai, mais
j'avoue que l'appelit m'abandonna tout a coup,
lorsque'je vis 1'un de mes amphitryons retourner
du bout de sa perche les poissons morts qui surna-
geaient en grand nombre dans le sillage; rejetant
avec d6dain ceux don't la tkte 6tait deja z6br6e de
lignes jaunes, il pecha les autres au moyen d'un pe-
tit harpon, et les mit soigneusement en reserve
pour le diner.
Lefestin ; 2heve, les sambos s'appuyerent de nou-
veau sur leurs perches, et recommencant leur can-
tilne, reussirent A frayer une voie au bongo A tra-
vers les roseaux et les plants aquatiques de toute


1. Yucca, rasine du manioc, jatropha manihot.







LE BONGO. 63
espice qui obstruaient 1'entr6e du Caio-Hondo. Ce
canal, s'6tendant en droite ligne sous la fort
come une large avenue, est profound de plus de
six metres; les perches des sambos pouvaient a peine
en atteindre la vase; heureusement l'eau, soulev6e
par un dernier effort de la mare, 6tait animee d'un
leger courant et poussait le bongo devant elle. Les
grands arbres rejoignaient leurs cimes touffues au-
dessus de nos tetes; de longues lines vertes, sus-
pendues aux branches; trempaient dans l'eau du
courant et se balancaient mollement au gr! de cha-
que remous; des roseaux, des feuillages et des
fleurs, arr&t6s par les racines des arbres sur les
bords du cai~o, oscillaient lentement comme des lies
fleuries. Les vautours, perches sur les troncs pour-
ris, nous regardaient passer, fixant sur nous un ceil
d6daigneux. A I'avant du bongo, les quatre athletes
dessinaient leurs fornnes musculeuses sur le vert
sombre de la fort. Parfois un rayon de soleil des-
cendu de la vote recouvrait les eaux, les lines et
les trones d'arbres de son 6blouissante lumibre.
Apres le Caho-Hondo, notre embarcation traversa
des mar6cages don't l'eau est tellement charge de'
debris v6g6taux, qu'en certain endroils elle est de-
venue une vase fluide otf les bateaux creusent de
noirs sillons, en soulevant des bouff6es d'une odeur
pestilentielle; puis vinrent d'autres marigots aux
bords fangeux, oi seuls les crocodiles et les tortues







64 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
peuvent se hasarder sans crainte, oi l'homme laiss6
sans secours, ne voyant autour de lui que l'eau, la
fange et les reptiles, serait immndiatement frapp6
de d6sespoir. Cette nature inhospitaliere me faisait
fr6mir, et je d6sirais avec impatience respirer un
air moins charge de miasmes furiestes, aperce-
voir une motte de terre sur laquelle je pourrais
mettre le pied en sciret6. Enfin nous entrAmes
dans un 6troit canal creus6 de main d'homme A
travers un terrain Mlev6 de quelques pouces au-
dessus de la ligne des inondations; aussit6t il me
sembla que l'air devenait plus pur, et je me sentis
gueri de la fievre qui avait perfidement commence
A se glisser dans mon sang.
I1 fallut cependant renoncer h. poursuivre ma
route dans le bongo qui me portait. Un incident fort
impr6vu vint me forcer de recourir a un autre
moyen de locomotion. A l'un de ses nombreux de-
tours, le nouveau canal oi nous 6tions entr6s se trouva
completement obstru6 par une 6norme chaudiere,
envoyee de Liverpool pour un des bateaux a vapeur
en construction a Barranquila. Chargee sur un bongo
consolid6 interieurement par d'6normes madriers,
elle avait dfi, come nous, suivre la voie d6tournte
des marecages;mais elle 6tait depuis plusieurs jours
en route et ne devait probablement pas arriver de
longtemps. Autant l'aspect de Savanilla m'avait dou-
loureusement surprise, autant je me sentis heureux







LE BONGO. 65
de cetle rencontre inopinde qui mettait dans un con-.
traste si frappant la nature encore livree aux forces
d6sordonnees du chaos et la victorieuse industries
qui faith de la terre une esclave obbissante. Jamais
on ne put mieux appliquer la parole dupoete: Ceci
tuera cela! qu'h cette lourde et immobile caisse de
fer 6chouee dans un canal vaseux au milieu des im-
menses marais.
Mes quatre sambos parlementaient de leur mieux
avec leurs amis installs sur la chaudibre, mais leur
eloquence fut inutile, car le bateau qui nous barrait
le chemin 6tait bien et diment 6chou1; pour le d6-
gager, ii fallait attendre du renfort ou meme une
cruel du Magdalena. J'eus bient6t pris mon parti.
Pendant que mes compagnons s'installaient sur le
rivage et mangeaient les poisons si 6trangement
pech6s dans la matinee, je sautai dans un tronc d'ar-
bre creys6 qui appartenait A un petit Indien venu
pour offrir des vivres a l'6quipage de la chaudiere
et je lui dis de ramer vigoureusementversle fleuve.
Celui-ci etait beaucoup plus rapproch6 que je ne
l'esperais, et en moins d'une demi-heure la barque
oh j'avais pris passage se trouvait lancee sur le vaste
sein du Magdalena.
Dans l'Amerique meridionale, le Magdalena ne le
cede en importance qu'au fleuve des Amazones, A
l'Orenoque et a la Plata; mais je ne voyais pas l ce
puissant course d'eau tout entier : je n'avais sous les
364 5







66 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
*yeux que l'un de ses bras, le Rio-Ceniza, don't les
eaux se d6versent dans la mer a quelques kilome-
tres plus a l'ouest. Ce bras, beaucotip plus large que
nos course d'eau de l'Europe occidentale, gale pres-
que le Mississipi: commelui, ilest bord6 de grands
arbres au sombre feuillage; seulement on n'aper-
coit c et la sur ses rives que de rares huttes en-
tourees de palmiers et de bananiers. L'eau frisson-
nante sous le vent et couple de vagues courts et ra-
pides, semble moins profonde que celle du grand
fleuve del'Amkrique du Nord: mais elle est 6gale-
ment charge d'alluvions, et l'on ne peut y distinguer
les crocodiles que lorsque ces monstres laissent flot-
ter a la surface leur 6norme trte a dents de scie. Je
vis plusieurs de ces animaux longer en toute hate
quand s'approchait noire esquif, incline soussa voile
et fendant gaillardement les flots. Dans le canal qui
m6ne a Barranquilla, les crocodiles se montrerent
bien plus nombreux encore : le cadavre deja putr6-
fi6 de l'un de ces gigantesques reptiles tournoyait au
milieu d'un remous entredestroncsd'arbres echou6s,
don't chacun portait son vautour au long cou avide-
ment tendu. Dans le port meme de Barranquilla,
j'apercus des baigneurs s'enfuyant de c6te et d'autre
pour 6viter le voisinage incommode d'un terrible
visiteur attire par leurs 6bats.
A measure que nous approchions de Barranquilla,
mon attention changeait de but, et bientOt je n'eus







BARRANQUILLA. 67
plus de regards que pour la ville, don't les longues
ranges de maisons blanches apparaissaient au-
dessus des berges argileuses. De petits bassinsa nlot
creus6s sur la rive du canal et remplis de bongos,
de lanchas, de canoas; des chantiers de construction
couverts de toils en feuilles de palmier, des entre-
p6ts oi des Indiens et des noirs entassaient des
denrees de touteespece, des jetles auxquelles 6taient
amarres des bateaux a vapeur, des carknes en fer
battues sans relAche par le marleau de centaines
d'ouvriers : tout annoncait une ville commercante
semblable A celles de l'Europe et des Etats-Unis.
Surle quai de la grande place oil je debarquai, m6me
animation que dans le port: des matelots allant
incessamment des bongos aux magasins pour y de-
poser les barils et les boucauts, des femmes portant
sur leur tete des corbeilles de bananes ou d'autres
fruits, des inarchandsinstall6s devant de petites ta-
bles et criant leurs denrees. Au milieu de la foule
affairee circulaient des gamins a demi nus apostro-
phant les strangers par des jurons anglais pronon-
c6s avec une remarquable perfection.
Barranquilla, batie surla rive gauche de l'une des
nombreuses ramifications du Rio-Magdalena, ne
date que d'hier pour ainsi dire; mais ses progress ne
peuvent &tre compares qu'a ceux d'une ville des
Etats-Unis, tant ils ont ete rapides. On n'y volt que
des 6chafaudages, des briques et du mortier. Elle







68 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
d6passe dijh Carthagene par le nombre de ses habi-
tants, si l'on tient compete en meme temps de la po-
pulation flottante; en outre, l'ancienne ville de So-
ledad, situ6e a quelques kilometres en amount sur le
bord du fleuve, peut Otre consid6r6e comme tin
simple faubourg de Barranquilla, car ses habitants
vivent uniquement des industries diverse que leur
procure le voisinage de la grande ville naissante,
vraie capital commercial de l'Etat de Bolivar. De
tous les c6t6s, Barranquilla projette dans la campa-
gne ses rues tires an cordeau et couples & angles
droits, mais bord6es pour la plupart de huttes et de
jardins oh se groupent le cocotier et la papaya sem-
blable a une herbe gigantesque. Les maisons en
pierre et A p6ristyle s'l66vent toutes dans le voisi-
nage du port et autour de la grande place. Quant a
la plaine environnante, elle n'offre rien de pittores-
que : le sol d'argiie rouge, melee de veines desable,
en est pcu fertile, si ce n'est dans les depressions
marecageuses.
L'importance de Barranquilla est due presque tout
entire aux commercants 6 rangers, anglais, am6-
ricains, allemands, hollandais, qui s'y sont etablis
dans les dernieres annees ; ils en ont fait le princi-
pal centre des changes avec l'interieur et le mar-
chl le plus considerable de la Nouvelle-Grenade;


1. Carica papaya.







BARRANQUILLA. 69
les indigenes, moins pouss6s par l'aiguillon de la
fortune et non encore inities aux secrets de la spe-
culation, ont it6 pour tres-peu de chose dans les
progress de cet emporium du Magdalena. Lors de
mon passage, il y avait dix bateaux a vapeur a flot
ou en construction sur le fleuve : cinq anglais,trois
americains, un allemand, et un seul apparlenant a
une compagnic anglo-grenadine, que gerait M. Has-
selbrinck, le fils du consul prussien de Savanilla. Ce
jeune homme excellent, ancien elve de l'universit6
de Goettingue et correspondent de l'illustre botanists
Nees von Esenbeck, 6tait un vrai savant don't la car-
ribre naturelle eft Wte de professor dans une grande
cit6 d'Allemagne; mais en d6pit des affaires de com-
merce qui I'occupaient, il n'avait point oubli6 la
science, et il avait su grouper autour de lui un
grand nombre d'hommes instruits; il eut la bontI
de me presenter a plusieurs d'entre eux, presque
tous Grenadins.
En revanche, dans le grand h6tel de Barranquilla,
je ne vis guere que des strangers venus de tons les
points du globe et conversant en anglais, cetto lan-
gue franque de l'univers. Mme Hughes, notre h6-
tesse, tenait sa maison sur un pied tout europ6en;
elle avait le tort, il cst vrai, de maintenir dans l'h6-
tel une ridicule etiquette britannique, mais je lui
pardonnai en faveur du bon goft qu'cllc avait de
nous faire diner dans un patio, sous des arbres cou-







70 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
verts de fleurs parfumees autour desquelles les oi-
seaux-mouches voletaient avec un joyeux susurre-
ment. Le soir, elle faisait installer les plants sous les
arcades qui environment le jardin, et ceux d'entre
nous qui se r6veillaient pendant la nuit avaient le
plaisir de voir les rayons de la lune ou le vague
scintillement de la voie lactee A travers le feuillage
tremblant.







'-, Q_






















LES CANOS. LA CIENEGA. GAIRA.


Le lendemain de mon arrivee A Barranquilla, je
me rendis de bonne heure sur le port dans l'esp6-
rance de trotiver quelque bongo en partance pour
Pueblo-Viejo, village situ6 au pied de la Sierra-Ne-
vada de Saiute-Marthe. Le seul patron qui se d6clara
pret A faire le voyage Mtait un homme de mauvaise
mine, et j'Atais presque d6cid6 h attendre le bongo
de la poste qui devait partir dans trois jours, lors-
qu'en levant les yeux au-dessus de l'horizon j'aper-
gus une ligne bleue faiblement trace dans 1'espace:
c'6taient les cimes de cette Sierra-Nevada vers la-
quelle je voyageais depuis silongtemps et que j'avais
choisie pour ma patrie future. Je n'h6sitai plus un
instant; je fis porter mes effects sur le bonguito qu'on







72 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
m'offrait; le patron appela ses deux rameurs,
acheta sa provision de bananas ct de yuccas et d6ta-
cha la corde qui retenait au rivage la petite embar-
cation.
Apres avoir p6niblement navigue & travers les ro-
seaux de petits caios, nous arrivAmes, en amount du
delta, sur le fleuve, large de plusieurs kilometres,
et semblable a une mer projetant de grands d6troits
entire les iles bois6es. Les arbres des rives me parais-
saient a peine aussi 6lev6s que des sales, et le haut
cocotier vers lequel se dirigeait notre bonguito sem-
blait une petite banderole marine flottant en guise
de pavilion. Une heure de traversee environ nous
conduisit au pied de cet arbrc, situ6 A l'origine
mmme du delta, entire les deux embouchures. Mes
rameurs fatigues, et d'ailleurs toujours empresses
de faire une sieste, attacherent la barque' une ra-
cine, devorbrent quelques restes de poisson, et
commencerent a sommeiller. Quant a,moi, je me
hAtai de quitter leur compagnie g6nante, et, m'en-
foncant dans une avenue ombrag6e par de magni-
fiques manguiers,j'allai m'asseoir sur l'herbe court,
a quelques pas d'une maisonnette en briques, en-
tourbe de bananiers. Le feuillage 6pais ne laissait
p6netrer jusqu'A moi qu'une lumibre presque cr6-
pusculaire ; seulement, a l'extr6mili de l'avenue, je
voyais briller aux rayons du soleil l'eau jaunAtre du
fleuve. Une vache errante me flairait de loin; deux






LES CAROS. 73
pelites files A la pcau noire, caches A demi der-
riure les arbres, examinaient a la dGrobee le voya-
geur qui venait s'endormir a l'ombre de leurs man-
guiers. L'ensemble du paysage format un tableau
gracieux, et je l'admirais paisiblement sans m'in-
qui6ter de certaines demangeaisons que je ressentais
par tout le corps. Peu a peu cependant ces d6man-
geaisons devinrent intol]rables, et bient6t je m'a per-
gus avec terreur que j'6tais covert d'innombra-
bles garrapatos' verts et rouges, qui buvaient mon
sang par des milliers de blessures imperceptibles.
Tons les efforts que je fis pour me debarrasser de
cette engeance furent vains, et ii fallut me livrer
sans resistance a ces insects acharn6s, attendant
qu'ils voulussent bien se gonfler de sang et se d6ta-
cher d'eux-memes.
II m'etait impossible de rester plus longtemps b
l'ombre de ces manguiers perfides, etj'allai secouer
mes compagnons, qui se r6veillerent en gromme-
lant et prirent leurs rames de tres-mauvaise grace.
Ils partirent cependant, et le movement, la brise
fratche qui.passait sur le fleuve,,le plaisir de voir se
derouler le paysage, calmbrent un peu l'ttat d'irri-
lation oii m'avaient plong6 les morsures des garra-
patos. Apres avoir suivi quelque temps une des rives
du fleuve, h6rissde de racines et de troncs d'arbres

1. Ou agarrapatos, ainsi nomm6s parce qu'ils se cramponnent
(agarrar) dans les chairs avec leurs pattes armies de vrilles.






74 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.


entremel6s, le bonguito p6n6tra tout A coup dans
un petit canal don't l'entree 6tait obstru6e par des
buissons sur lesquels reposaient d'6normes iguanes
enflant et d6senflant leur cou. Ce canal, connusous
le nom de Cafio-Clarino, a et6 creus6 de main
d'homme a travers un'e levee d'alluvions, et r6unit
le Magdalena aux immense marecages que parcou-
rait l'ancienne embouchure de ce fleuve; il est A
peine large comme un de ces foss6s qui, dans cer-
taines parties de la France, s6parent deux propri6-
tes, et je me donna plus d'une fois le plaisir enfan-
tin de sauter d'une rive h l'autre par-dessus le bon-
guito. Deux embarcations ne peuvent s'y croiser, et
quand elles s'y rencontrent, il faut que l'une d'elles
retourne' en arrisre jusqu'au fleuve ou jusqu'A la
premiere lagune de l'interieur. Ce petit d6sagre-
ment nous arriva: nous avions pen6tre dans le ca-
nal depuis un quart d'heure dBja, lorsqu'une autre
barque nous forga de rebrousser chemin et de re-
venir a l'entr6e meme du Canio-Clarino.
Vers midi, les rameurs amarrbrent le bonguito
pour faire une nouvelle sieste. L'endroit qu'ils choi-
sirent pour aller s'etendre 6tait aussi peu agr6able
que possible : c'6tait un bois de mancenilliers que
traversaient, dans toutes les directions, des sentiers
forms par les bestiaux d'un rancho voisin. Les
inancenilliers au maigre feuillage laissaient passer
les rayons du soleil dans toute leur force; mais ils







LES CATOS.


arretaient la brise, et l'on ne pouvait respirer au
pied de ces grands arbres qu'on air 6touffant au-
quel les marecages des environs melaient une odeur
f6tide. Des nuages de moustiques s'elevaient en
hourdonnant autour des troncs; nulle part il ne
croissait un brin d'herbe, et le sol, tout z6br6 de
luminre, 6tait parsem. de fruits pourris ou 6cras6s.
C'est la que s'endormirent paisiblement mes com-
pagnons, tandis que je r6dais Ch et Ia, non pour
6viter le sommeil fatal qui d'aprcs les r6cits po6ti-
ques, descend des feuilles du mancenillier, mais
pour chercher un peu de r6pit aux piqilres des
moustiques. De temps en temps je ramassais quel-
ques-uns de ces fruits verts don't le "arfum est si
d6licieux, et qui pourtant donnent la mort A celui
qui s'en nourrit: image trop fiddle de la nature
perfide et enchanteresse des tropiques.
Aprks avoir longtemps err6 dans le bois, je revins
pros des trois dormeurs, qui ronflakit A l'envi, et
j'6tudiai tout l'aise leurs figures. Je dois avouer
que ces hommes me causaient une certain frayeur,
et je n'attendais pas sans apprehension la nuit que
j'aurais a passer dans leur.compagnie, au milieu
d'une lagune d6serte oui les cris d'un homme assas-
sin6 n'auraient trouvO d'autre echo que les hurle-
ments des singes aluates. Le patron de la barque
etait un vieux noir a la figure ridee, aux petits yeux
ironiques, h la bouche contracted par un rire faux;







76 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
pendant toute la matinee il n'avait cess6 de me re-
garder d'un air triomphant, comme un oiscau de
proic qui tient un roitelet dans ses series. Des deux
rameurs, le plus ag6 avait la figure d'un gris bleu,
couleur indiquant un melange confuse de diverse
races; son front, ses joues elaient rays de longues
cicatrices borders de blanc, preduites sans doute
par des coups de machete recus dans quelquc rixe.
Pendant qu'il ramait, ses yeux feroces s'6taient sou-
vent fix6s sur moi, une fois meme je l'avais surprise
examinant la serrure de ma malle et en secouant le
cadenas. Le troisieme, jeune Indien A la taille course
et ramassee, aux jarrets musculeux, au teint rouge,
& la figure joufflue, me paraissait moins redoutable
que les autres; il avail meme dans le regard une
certain expression de douceur : aussi pris-je la
resolution d'en faire mon ami, pour qu'il pft au be-
soin me defendre contre mes deux autres compa-
gnons de voyage.
Des que la siesle fut terminee, et quo les trois
rameurs, apres s'6tre suffisamment 5tiri les bras,
se furent assis dans le bonguito, j'engageai conver-
sation avec l'Indien. II part tr-s-flatt6 de mes 6gards'
pour lui, et dix minutes ne s'tlaient pas ecoul6es
qu'il me racontait son histoire, et m'avouait naive-
ment avoir fait deux annees de travaux forces dans
le presidio de Carthagene pour cause de vol avec
effraction. Cette revelation inattenduc 6tait peu faite







LES CATNOS. 77
pour me rassurer, mais je n'eus qu'A jeter un re-
gard sur.le patron et l'autre rameur pour me con-
vaincre qu'en pareille compagnie je n'avais pas le
droit de me montrer difficilc. Je continual done a
converser avec mon nouvel ami, lui donnant sur
les Europeens et les Yankees des renseignements
qu'il ecouta bouche bcante et avec une respectueuse
admiration. Je lui parlai des grandes villes, des
longues voitures qui marchent toutes seules sur des
triangles de fer, des fils de cuivre qui conversent
comme des hommes et se font entendre A cent lieues
de distance. Enfin, quand 1'Indien fut bien 6mer-
veill, je lui fis part de mes plans. Je lui dis que
j'allais me livrer A I'agriculture dans quelque valley
de la Sierra-Nevada, aux environs de Sainte-Marthe.
Soy prdtico de la sierra, je connais bien la mon-
tagne, etje vous conduirai partout! s'ecria-t-il avec
joie. Quand vous passerez A Bonda, demandez Zamba
Simonguama, et vous verrez si les Indiens ne sa-
vent pas donner l'hospitalite comme les Espagnols! ,
Je n'avais plus rien A craindre : devenu l'h6te de
Zamba, je pouvais 6tre stir qu'au besoin il me de-
fendrait jusqu'a la mort.
Aux dernieres lueurs du cr6puscule, le bonguito
jelait I'ancre dans I'eau noire du lac de Cuatro-Hor-
cas, ou Quatre-Fourches, ainsi nomme a cause de
quatre caios qui viennent y aboutir. Sous pretexte.
de faire mes arrangements pour le sommeil de la







78 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
nuit, je disposal mes effects en travers du bateau de
maniere avoir les serrures tourn6es vers moi,
puis je dis h l'Indien de venir s'etendre a mon c6t6,
et je plagai une rame a la portee de ma main. La
lune et la lumiere zodiacale brillaient avec une rare
intensity et me permettaientde distinguer les moin-
dres movements de mes compagnons. La brise du
soir soufflait imp6tueuse et retenait dans les ro-
seaux les moustiques, qui violent ordinairement par
myriades sur toutes les 6tendues d'eau dormante;
il ne me fut done pas difficile de rester la tote decou-
verte et les yeux fixes vers l'autre extr6mite du ba-
teau. Les hurlements des singes aluates me tinrent
6veill& a tous les irstants de la nuit; je m'en f6li-
citai d'autant plus que le rameur a la figure cicatri-
see veillait aussi, et de temps en temps dressait silen-
cieusement sa tte pour darder sur moi ses regards
pergants. Quant au vieillard, il semblait dormir paisi-
blement: c'etait peut-etre a tort que je lui avais at-
tribu6 des pensees de crime.
La journey suivante, ce furent de nouveaux ma-
rais et des canaux tortueux a peu prbs semblables a
ceux que nous avions parcourus la veille, mais d'un
caractere plus grandiose, grAce a la magnifique ve-
g6tation qui en ombrage les bords. Les racines des
mangliers, arc-boutees l'une sur l'autre, se rejoi-
*gnent a cinq ou six metres au-dessus de la surface
de l'eau et forment ainsi de gigantesques trpiieds







LA CIENEGA. 79
sur lesquels se dressent les troncs lisses comme des
mats de navire. A travers le fouillis de ces innom-
brables racines aeriennes des mangliers apparais-
sent d'autres arbres croissant dans un sol moins
spongieux que celui de la rive. C'est 1l cette im-
mense et-redoutable fort qui remplit une grande
parties du bassin du Magdalena, et se prolonge sans
interruption & plus de cent lieues au sud, jusqu'au
pied des hauteurs d'Ocafia. Cette fort a W6t traver-
s6e dans tous les sens par les conquerants espagnols.
Aussi combien d'entre eux furent d6vores par les
crocodiles et les jaguars! combien noy6s dans les
marais! combien tubs par la fievre, plus terrible que
les flRches empoisonn6es des Indiens Cocinas!
Je me souviens d'une halte que nous fimes sur la
p6ninsule de Salamanca, A l'entr6e de la Cienega
de Sainte-Marthe, lagune parserne d'llots et cou-
vrant uhe superficie de plus de huit cents kilome-
tres carries. A l'est se dressent les escarpements de
la Sierra-Nevada comme un formidable rempart ap-
puy6 sur d'6normes contre-forts; de tous les autres
c6t6s s'6tendent de vastes forts croissant dans un
sol d'alluvions apport6es par le Rio-Magdalena. La
peninsule de Salamanca, qui spare la haute' mer
de la Cienega, resemble aux Nehrungen de la mer
Baltique et A cette remarquable fleche d'Arabat, bai-


1. Cienega, marais, de cieno, fange.







80 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
gn6e d'un c6Ot par la mer d'Azof, de l'autre par la
mer Putride. Comme toutes les p6ninsules de m6me
nature, celle de Salamanca a 6t6 portke al'entr6e du
marais par les vagues charges de debris : le sable
s'est d6pos6 graduellement de maniere A former un
cordon littoral; puis les vents y ont amoncel6 des
dunes errantes qui se prominent cg et la, except
dans les endroits oft s'est pendant le course des si&-
cles 61ev6e une fort qui leur oppose la barriere in-
franchissable de ses troncs. Une seule ouverture fait
communiquer a travers la fleche de Salamanca les
eaux saumalres et chaudes de la Cienega avec l'eau
comparativement plus fralche de la mer des Antilles.
La plage ohi nous d6barquames 6tait ombrag6e
de mancenilliers et de quelques arbres don't les
branches pendantes ressemblaient A celles de nos
sales pleureurs; plus de cinquante barques 6taient
attaches a des racines et se balancaient A c6t6 les
unes des autres; des groups nombreux de pkcheurs
6taient 6pars ch et 1a autour de grands feux allu-
mes sur le sable des dunes; une affreuse odeur de
poisson empestait l'atmosphbre. Laissant mes effects
A la garde de mon nouvel ami Zamba, je m'empres-
sai de traverser les groups, et montant sur la plus
haute dune, j'interrogeai l'horizon pour trouver
aussi rapidement que possible mon chemin vers la
mer. Je l'atteignis bient6t en me glissant A travers
des fourr6s de manglicrs noirs et d'arbustes 6pi-






LA CIENEGA.


neux. La.plage sablonneuse s'6tendait a porte de
vue en un vaste demi-cercle de l'embouchure de la
Cienega h celle du Rio-Magdalena; a l'est apparais-
saient les promontoires escarp6s de Gaira et de
Sainte-Marthe, domin6s par les bleus sommels de
la Sierra; devant moi, les vagues, poussbes par une
forte brise, venaient, hautes et pressees, bondir
l'une apres l'autre sur le sable. Fatigue comme je
l'tiais des lagunes d'eau stagnant, des fanges nau-
seabondes, de l'air tilde et immobile des marais, je
respirai avec d6lices cet air vif, saupoudr6 de 1'6-
cume des vagues.
Quand je revins au campement des pecheurs, je
ne r6ussis pas, comme la premiere fois, h 6viter les
questions, et, malgr6 moi, je dus m'asseoir sur le
sable & c6t, de plusieurs m6tis qui faisaient secher
des poissons i la fum6e d'un feu de bois vert. Mon
ami Zarqba avait 6videmment chant mes louanges,
car mes interlocuteurs ne manqurrent pas d'cnta-
mer tous les sujets sur lesquels avait roul6 ma con-
versation avec l'Indien; il me fallut done discourir
pendant plusieurs heures, parler de Madrid, de Pa-
ris et de Londres, causer industries, sciences et arts.
Ces avides questionneurs m'ecoutaient avec joie, et
moi-mime, heureux de trouver des auditeurs si b6-
nevoles, j'oubliai 1'odeur limoneuse du poisson et
la fumee suffocante pour me donner tout enter au
plaisir d'enseigner *a des ignorants le peu que je
364 6






82 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
savais. Le plus jeune des pecheurs, celui qui m'6-
coutait avec le plus d'interet, avait, je ne sais ofi,
entendu parler d'Athenes. Il m'interrompait sou-
vent. a On dit qu'il y a de bien beaux temples I
Athenes! On s.culpte de belles statues i Athenes!
L'universit6 d'Athbnes est la plus celbre du monde
entier, n'est-ce pas? Aucune langue n'est aussi belle
que le latin d'Athenes? Chose strange que cet echo
lointain de la Grkce sur les dunes de l'Atlantide!
La gloire de Phidias et de Pericles a mis deux mille
ans i franchir les mers, et maintenant des pecheurs
americains s'en entretiennent, comme si cettegloire
ktait encore la plus rayonnante de l'ancien monde!
Je ne quittai mes nouveaux amis qu'h la nuit
tombante. La voile fut hissee sur' le mAt pliant du
bonguilo, et peu de minutes suffirent pour nous
faire perdre de vie les arbres de la rive. Je pris les
memes precautions que la nuit pr6c6dente, et je
restai les yeux braqu6s sur ceux qui m'inspiraient
une si grande m6fiance. Je ne cessai un instant de
voir distinctement le patron tenant le gouvernail et
le m6tis assis i c6t6 de la voile; cependant mon 6tat
de veille se m6langeait d'une manibre intime avec
un certain sommeil, et tous les objets qui passaient
sous mes yeux grandement ouverts m'apparais-
saient comme aulant de chimeres entrevues dans
un rive. Les vagues noires que notre bonguito fen-
dait avec bruit prenaient des forces fantastiques et







LA CIENEGA. 83
comme des traits grimacants; les herbes flottantes
au milieu desquelles nous passions me semblaient
de grandes fles couvertes d'arbres touffus et volant
sur ]a surface des eaux avec la vitesse des hippo-
griffes. Tout a coup je vis ou plut6t je devinai que
nous nous arretions sur la rive a l'embouchure
d'une vall6e; le m6tis descendait du bonguito, puis
le petit esquif recommengait sa course d6sordonn6e.
Aussit6t je m'endormis d'un sommeil profound.
Quand je me reveillai, il 6tait matin, le m6tis avait
en r6alit6 disparu, et le bateau jetait l'ancre dans
un petit port a c6t6 d'autres embarcations. Sur la
plage, je voyais les cabanes du village de Pueblo-
Viejo. C'6tait jour de march : des noirs et des In-
diens allaient et venaient devant les huttes; offrant
leurs poissons en hurlant 4 tue-t6te.
Apres avoir renouvel6 A Zamba Simonguama la
promesse d'aller le visitor A Bonda, je sortis du ba-
teau et je courus m'enqu6rir dans le village des
moyens d'arriver & Sainte-Marthe. Pour m'y rendre
par mer, j'aurais du attendre plisieurs jours le d6-
part d'un grand bongo; je pr6f6rai louer un mulet
pour porter mes bagages et aller moi-meme A
pied. La distance de Pueblo-Viejo a Sainte-Marthe
est de 40 kilometres environ : il n'y avait pas la de
quoi m'effrayer, et des que j'eus trouv6 un mulct,
je me mis r6soltment en route, accompagn6 d'un
jeune guide indien nomm6 Pablo Fonseca. En






84 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
moins d'un quart d'heure, nous avions contourn6
une fort de grands arbres, et nous arrivions en
vue de Pueblo-Nuevo de la Cienega.
Cette ville, qu'on appelle communement la Cie-
nega tout court, est situ6e dans une plaine unie
come la surface d'un lac, au pied des montagnes
de la Sierra, vertes A la base bleues au sommet, et
couples de values ombreuses. Du c6te de la mer,
le sol est presque nu et n'a d'autre veg6tation que
des salsoles et des salicornes; mais tout autour des
maisons s'6panouissent des arbres touffus qui font
A la ville comme un nid de verdure, et du milieu
desquels jaillissent les hampes des cocotiers. A 'in-
terieur, la Cienega ne d6ment pas ce qu'elle promet
vue A distance: les rues, large et droites, sont as-
sez anim6es ; les maisons blanchies A la chaux sont
presque toutes couvertes en tuiles; A travers les
portes entr'ouvertes des jardins, on apercoit des
arbustes en fleur. De tous les c6t6s s'elevent de nou-
velles constructions, temoignages des progrbs ma-
teriels de la Cienega. Sa population, forte de six
mille Ames, d6passe aujourd'hui celle de Sainte-
Marthe, la capital de l'ltat souverain de Magdalena;
cependant la Cienega ne comipte au nombre de ses
habitants ni hommes de race blanche, ni n6go-
ciants strangers, comme Sainte-Marthe et Barran-
quilla : elle est peuplee d'Indiens et de m6tis, qui
ne doivent leur prosperity qu'A eux-memes.







LA CIENEGA. 85
Sur les hauts plateaux de la Nouvelle-Grenade,
I'antagonisme des races produisit la r6volte des
communeros vers la fin du siccle dernier, et finale-
ment amena la guerre de l'ind6pendance et l'ex-
pulsion des Espagnols; depuis cette 6poque, les
descendants des Muyscas' ont reconquis leur na-
tionalit6 et, formant de beaucoup la majority des
NMo-Grenadins, ont a peu prbs absorbM les blancs;
maintenant ils sont confondus avec eux en un seul
people. Sur les bords de l'Atlantique, il n'en est pas
encore ainsi : la haine subsiste entire les deux ra-
ces, et, comme deux p6les charges d'6lectricit& con-
traire, Sainte-Marthe et la Cienega se sont elev6es
face a face. La premiere a l'avantage immense de
poss6der un vaste port et de commerce directe-
ment avec tous les pays du monde; moins favorisee,
la Cienega ne peut faire qu'un petit traffic de cabo-
tage dans sa lagune et le long des rivages, mais elle
a sur Sainte-Marthe le privilege d'etre habit6e par
des Indiens aborigines qui ne redoutent pas le
travail comme la plupart des blancs du littoral.
Aussi les r6sultats de la lutte entire les deux villes
sont-ils compl6tement en faveur des Cienegueros.
Dans les values de la Sierra-Nevada, sur les rives

1. Lors de la d4couverte de 1'Amnrique, les Muyscas, qui ha-
bitaient le plateau de Cundinamarca, n'dtaient guere moins civi-
lis4s que les Azthques. Pour 4tre aussi connus, il ne leur a
manque qu'un historien.








86 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
de tous les course d'eau, ils cultivent de vastes champs
de bananiers, de manioc, de papayes; ils parcou-
rent la lagune dans tous les sens sur leurs bateaux
de peche; ils approvisionnent Sainte Marthe de
legumes, de fruits et de poissons; sans eux, sans
leur travail, cette ville, qui s'endort paresseuse-
ment au bord de sa belle plage, serait exterminae
par la famine. Dans les derniers temps, la rivalit6
des races s'est graduellement transformee en riva-
litM politique : les Samarios', d6sireux de maintenir
l'ancienne supr6matie de la race blanche, sont na-
turellement devenus conservateurs, tandis que les
Cienegueros se sont faits democrats, et lors des
elections votent comme un seul homme en faveur
des candidates lib6raux. Pendant les revolutions qui
agitent la r6publique, ils ne craignent pas d'en-
vahir en armes la ville de Sainte-Marthe, et les Sama-
rios osent rarement prendre leur revanche.
En sortant de la Cienega, oh mon guide Pablo
Fonseca m'avait. fait rester assez longtemps sous
pr6texte d'acheter du foin pour son mulet, mais en
r6alite dans le seul but de fire les yeux doux &
quelque belle, nous traversames un torrent don't
les bords fertiles sont plants de bananiers, puis
nous suivimes le rivage sur une levee de sable for-
mee par les vagues, et, laissant A droite au milieu


1. Habitants de Sainte-Marthe.







LA CIENEGA. '87
des arbres la sucrerie A vapeur du GUnois Andrea,
seul habitant stranger de la Cienega, nous arriva-
mes sur le bord du Rio-Torribio, l'un des torrents
les plus fougueux du versant occidental de la Sierra-
Nevada. Les ruines d'un pont emport6 par une
inondation obstruaient encore le lit: je voulais pas-
ser le fleuve a gu6 en traversant les rapides forms
par le courant au milieu des pierres; mais Pablo
me detourna vivement de ce dessein, prttendant
que de redoutables crocodiles avaient choisi pour
repairs des cavernes creusees par les eaux au pied
m6me des piles. Le mulet, d6ej charge de mes
males, reput encore sur son large dos le poids de
nes deux personnel, et nous porta sans broncher
a la berge escarp6e de l'autre rive du Torribio.
Au del, de ce fleuve, le paysage change de na-
ture. Ces montagnes se rapprochent de la mer et
projettent dans les flots des promontoires abriipts,
que le chemin contourne par une succession inter-
minable de montees et de descentes. On ne volt
plus de bananiers ni d'autres plants cultiv6es,
mais seulement des mimosas 6pineux, des gayacs,
arbres don't les troncs au bois dur croissent g6nera-
lement dans un sol infertile. Le terrain d6eud6
laisse partout voir ses veines de pierre. Parfois le
chemin s'engouffre dans un barranco, profonde ra-
vine aux parois rouges et brilees, oi pendant la
saison despluies descendent de furieux torrents, mais







88 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
oh l'on chercherait en vain une goutte d'eau pendant
la saison des s6cheresses. Au milieu de ces rochers
qui r6percutaient les rayons du soleil, je ne respi-
rais plus qu'un air embras6, la sueur descendait a
large gouttes sur mon visage, la fatigue commen-
cait A alourdir mes membres. Cette fatigue devint
bien plus forte encore, lorsqu'au sortir d'un pro-
fond barranco je me trouvai dans un chemin sa-
blonneux assez rapproch6 de la mer. Les cactus
qui se dressaient de chaque c6t6 du sentier, comme
des ranges de pieux hauls de dix mitres, 6taient
trop clair-semes pour donner de l'ombre et trop
6pais pour laisser passer la brise marine. Quelques
mimosas guamos couverts de leurs fleurs jaunes
repandaient dans l'atmosphere un terrible parfum,
qui me donnait le vertige. Le soleil perpendiculaire
laissait tomber sur moi ses peasants rayons. A cha-
que pas, nous enfoncions dans un sable brlant.
SQuand arriverons-nous done au village de Gaira ?
demandais-je souvent a mon guide.
Bient6t, tout de suite, me repondait-il. Et
je me figurais qu'au premier detour du sentier j'a-
percevrais sans doute une fraiche auberge environ-
n6e d'arbres touffus et se mirant dans un ruisseau;
mais je ne voyais toujours quc les cactus dresses
centre le ciel comme une fort de lances. Tout a
coup Pablo, fatigue comme moi, sauta sur le mulet,
piqua des deux et me laissa tout seul, n'ayant pour







GAIRA. 89
me conduire au village que les traces des sabots de
sa monture.
J'6tais pres de m'abandonner au d6sespoir, lors-
que le chemin deboucha sur une plage oi, plus de
trois sikcles auparavant, des centaines d'Espagnols,
fatigues et brdles par le soleil comme je l'etais main-
tenant, furent-battus sans peine par les Indiens de
Gaira et repouss6s dans les flots of ils perirent 'jus-
qu'au dernier. Tant queje suivis le bord de la mer,
je me sentis revivre sous les lentes caresses de la
rise; mais, d&s que les traces des pas m'eurent ra-
men6 vers l'int6rieur des terres, je perdis imm6dia-
tement la force de diriger mes penseees et, de nou-
veau, je devins la proie de la chaleur. Une haie de
manglier' arreta le leger souffle marin qui m'avait
rafraichi jusque-1& et je vis s'6tendre au loin devant
mes yeux une plaine blanche de sel, couple de ma-
res d'eau stagnante. J'avancai p6niblement a travers
l'eau et les sables brilants. Une soif devorante me
torturait; ma langue M6ait collie & mon palais; il me
semblait que ma cervelle 6tait en 6bullition; des
frissons convulsifs me traversaient le corps, ma peau
6tait devenue skche, mes poings se serraient, mon
oeil 6tait fixe, j'avais froid par moments. J'attendais
A chaque instant que le soleil m'atterrAt par un der-
nier rayon et, pour jouir de mon reste de vie, je me
livrais avec enivrement a des r&ves de naiades ct de
Iritons folalrant au sein des caux fraiches sous des







90 VOYAGE A LA SIERRA-NEVADA.
omnbrages kternels. Enfin j'atteignis la lisiere de la
fort de cactus et de mimosas. < Encore jusqu'a cet
arbre! dit en moi un reste de volont6. Mon corps
ob6it. a Encore jusqu'a ce.t autre! r r6p6ta la voix
int6rieure. Ainsi je me trainai de mimosa en mi-
mosa. Soudain, je vis a mes pieds un ruisseau, un
vrai ruisseau que mes yeux dilates me firent appa-
raitre grand comme un fleuve; des arbres aux large
branches se miraient dans les eaux, des jeunes fil-
les venaient y remplir leurs cruches, des enfants
s'y baignaient en jouant, des vaches y buvaient A
longs traits. J'eus la force de traverser le ruisseau
sans m'y longer tout entier et j'allai tomber au seuil
de la cabane ofi m'attendait mon guide.
Je restai pres d'une heure 6teindu sur une natte,
ahuri, stupid, voyant danser devant mes yeux des
objets aux formes bizarre, mais sentant come
dans un teve qu'une main feminine me soignait
avec douceur. Quand je me r6veillai de mon 6tour-
dissement, une jeune Indienide se tenait devant moi
et me pr6sentait une calebasse pleine d'une boisson
fortifiante. Cette jeune fille 6tait belle; ses yeux noirs
brillaient d'une tendre piti6; sa figure rouge, entou-
ree de longs cheveux flottants, me semblait resplendir
de lumiere :je crus voir un genie bienfaisant. A sa
vue, je me sentis 6mu; mon coeur s'emplit d'affec-
tion pour cette 6trangere qui secourait ainsi un voya-
geur inconnu, etje me demandai un instantsi je ne







GAIRA. 91
ferais pas bien de mettre un terme a mes voyages et
de batir ma cahane au bord du ruisseau de Gaira.
, Faut-il courir le monde comme un insense, alors
qu'on peut trouver le bonheur dans une hutte de
branches, a l'ombre d'un palmier?
Je r6sistai cependant a la voix int6rieure qui me
parlait, je fis signe A mon guide et je le suivis a
travers la fort. Une heure apres, nous arrivions A
Sainte-Marthe, au moment oif un coup de canon
annoncait 1'entr6e d'un navire dans le port.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs