• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Dedication
 Merce mille fois merci
 Half Title
 Preface
 Foreword
 Les colons ensoutanes
 L'esclavagiste la casas
 Par le fouet et par la croix ou...
 Face aux precurseurs
 La constitution de 1805
 Le concordat
 L'independance un mythe
 Le veau d'or ou le dieu dollar
 Quand les chiffres parlent
 La fin d'un monde














Group Title: Clerge indigene.
Title: Clergé indigène
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074431/00001
 Material Information
Title: Clergé indigène
Physical Description: 144 p. : ; 20 cm.
Language: French
Creator: Gayot, Gérard G
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1956]
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074431
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000735330
oclc - 26820891
notis - ADS7896

Table of Contents
    Title Page
        Page 11
        Page 12
    Dedication
        Page 13
    Merce mille fois merci
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    Half Title
        Page 17
        Page 18
    Preface
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
    Foreword
        Page 23
        Page 24
    Les colons ensoutanes
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    L'esclavagiste la casas
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
    Par le fouet et par la croix ou le clerge esclavagiste
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
    Face aux precurseurs
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
    La constitution de 1805
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
    Le concordat
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
    L'independance un mythe
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
    Le veau d'or ou le dieu dollar
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
    Quand les chiffres parlent
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
    La fin d'un monde
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
Full Text


GERARD G. GAYOT

PRESENT




Clerge

Indigene


2me EDITION


1956





















Tous droits de traduction, d'ex6cution, d'adaptation th6&-
trale, radiophonique ou cin6matographique reserves pour
tous pays, y compris la Russie et les nations de 1'Union So-
vibtique.
Copyright, Montreal (1955)
by
Comite de









$ 4. IMPRIMATUR
GERARD G. GAYOT
President du Comit6 CLERGE INDIGENE~














DEDICACE

+++++++
Ce livre est d6die en toute sympathie au R6verend Pbre
FRANCOIS GAYOT, cure de Jean-Rabel, et A tous les Pre-
tres et S6minaristes haitiens, en g6n6ral, malgre le tort im-
mense que ce geste peut leur causer.



















MERCI: MILLE FOIS MERCI


Nous remercions tous ceux qui nous ont aid6 dans 1'6rec-
Tion de 1'edifice. Nous remercions les membres du Comite
de Redactoin du Journal . Nous remer-
clons ces milliers d'abonnes qui ont rendu possible l'actua-
lisation de la Pensee. Nous remercions tous les amis qui ont
ete. en la circonstance, nos veritables m6ecnes. Nous re-
mercions d'ores et dejA tous ceux qui par leur complaisance
a notre regard. nous permettront de poursuivre l'ceuvre com-
menc6e. Nous remercions tous ceux qui. comme nous, sont
decides a le pr6jug6 de race est camoufle sous des attitudes hypocri-
tes-. Nous remercions les nombreux compatriotes qui ont
sympathis6 avec nous en nous faisant connaitre leur ideal
dessalinien. Nous remercoins les ouvriers de la premiere
here qui ont rendu possible cette prise de position. Nous
remercions les representants de l'autorite temporelle qui
out contribute A l'accouchement de l'Id6e.

Nous remercions tous ces chauds partisans connus ou
anonymes qui associent leur voix A toutes les autres en fa-
veur de la formation du Clerge Aborigine. Nous remercions
meme nos ennemis A cause de la publicity qu'ils organisent
autour de 1'oeuvre en la d6blaterant. Nous remerc'ons Ie:
Pretres Haltiens et particulierement le Reverend Prre
Francois Gayot d'avoir fait preuve de sto'cisme, de pacif's-








CLERGE INDIGENE


me et de courage en se mettant dans la gueule du loup, sans
crainte d'etre devores. Nous remercions ces Pretres Bretons
qui ont fait preuve de haute comprehension en s'embar-
quant sans mot dire. Nous remercions nos devoues conci-
toyens qui nous ont fourni gracieusement des renseigne-
ments de premire main. Nous remercions les journaux
tant de la capital que de la province qui nous ont pret6
leur concours dans 1'oeuvre 6mancipatrice que nous avons
entreprise depuis tantot quatre ans. Nous remercions ces
ouvriers benevoles qui se sont donn6 pour tAche de trans-
mettre le message. Nous remercions les artistes et 6crivains
nii Ponis ont promise leur collaboration et qui se joindront A
,',"" cruise au fort de la bataille.

Nous remercions enfin les a,.toritks tant civiles aue mi-
litn;"(-r qni riols opt donned Ijh-ame6 t leur aprni.




GERARD G. GAYOT


PRESENT



Clerge'


Indigene













PREFACE


S-frere Noir
0 frbre Clir
Entends-tu le rire sardonique
De Pennemi qui nous divise?
Dr P6tion BONCY



Nous ne nous sommes adress6 & quiconque pour qu6man-
der une preface, car personnel en Haiti n'oserait r6diger 1e
preambule d'un tel ouvrage; aussi, nous sommes-nous decide
a 'Fcrire nous-mgmes. Nos 6ducateurs refuseraient, car ils
sont dja .sous la tutelle des autorit6s coloniales; nos amis
reculeraient parce que tous ils ont peur; et nous parlons
d'exp6rience: ceux-la mdme qui nous ont aid6 dans la r6dac-
tion du journal cClerg6 Indigenes, ont trembl6 pour, leur
tete. Mais nous, encore une fois, nous nous donnons en ho-
locauste; d'ailleurs, nous n'avons rien A perdre: pas de fonc-
tion publique (la seule ndustrie haitienne), pas de position
gouvernementale, pas d'occupation politique. Nous avons
tout A gagner. Si ce livre gache notre avenir, ce sera tant
mieux: nous saurons l'avoir sacrifi6 au bien-Atre de notre
pays, car Colas, Padrejean, Mackandal, Bouckman, Jean-
frangois, Biassou, Louverture, Dessalines, Christophe, P6-
tion, Geffrard, Capois-LaMort... tous ces h6ros connus ou
anonymes, ont donn6 leur existence pour garantir 'avenir
de cette nation que des obscurantistes ont jug6 bon de con-
fier ou de vendre B ces memes colons.







CLERGE INDIGENE


Ils ont ete nombreux ceux qui nous ont declare peremp-
toirement que nous avons commis une erreur psychologique
grave en entreprenant une telle bataille; ils ont &te nom-
breux, les haitiens, nos freres, veritables bigots, qui nous
ont dit Wtre formellement opposes A la formation du g6 Indigene>, car, d'apres eux, des Negres ne peuvent pas
conduire des N6gres: ils portent des ceilleres; ils ont ete
nombreux, ces politicians travestis en gens de bien qui nous
ont demanded de ne pas nous dresser categoriquement con-
tre un ordre de choses si longtemps 6tabli ni contre les pr6-
jug6s ancestraux d'une soi-disante l6ite. Mais nous d6cla-
rons A tous ceux-14, que nous menons la lutte A visiere le-
vee: nous ne voulons point ramper quand il faut lever la
tete, la tenir haute et altiere pour crier la v6rite par dessus
les toits, par dessus universe Des colons nous oppressent,
mettons le feu aux plantations; dressons-nous comme jadis
se sont dresses pour op6rer le Miracle
Grandiose de l'Independance. C'est, pour repeter 'autre,
I'arbre de Toussanit Louverture qui continue de croltre.
La Republique d'Haiti dot connaltre obligatoirement trois
grandes guerres: la guerre contre les colons frangais ou
guerre de l'Ind6pendance (1791-1804), la guerre contre les
colons en kaki (1915-1934), la guerre contre les coloins bre-
tons ou colons ensoutan6s (1956-1960). Nous savons perti-
nemment que notre livre sera mis A 1'index et que nous se-
rons excommuni6 par le Nonce apostolique lui-mAme, mais
heureusement, les temps de l'inquisition ont v6cu, autre-
ment nous serions brleO vif sur une place publique comme
Jean Huss et nos cendres repandues dans Pair ou jetees A
la mer. Et m6me dans ce cas, nous n'hesiterions pas 61ee-
ver la voix pour reclamer nos droits, ces droits que nous
avons si cherement acquis.
i'. .. I.'
Des colons, nous en avons connus de toutes les marques
et de toutes les couleurs. Nous en avons assez. Aussi, pour
protester contre la c6elbration du Centenaire du Concordat,
presentons-nous CLERGE INDIGENE>. La destructoin des
pr6jug6s qui favorisent l'exploitation massive du people






PREFACE


ha'tien reclame de la part de tout un chacun et quelle que
soit sa sphere d'action, une certain reaction contre une si-
tuation donn6e. Par ainsi, chers lecteurs, vous ne manque-
rez pas de nous faire parvenir, dans le plus bref d6lai, votre
opinion en ce qui concern l'opportunite de la parution d'un
tel ouvrage.

La formation du journal mier pas decisif dans cette lutte que nous entreprenons pour
1'6mancipation spirituelle du people haitien. Le 28 Mars
1960 doit marquer une ere nouvelle dans l'infrastructure
meme de l'organisation religieuse du pays. Si la guerre de
Secession a pu changer la face des choses aux Etats-Unis
d'Amerique, si les philosophes du XVIIIeme siecle ont pu
transformer l'Europe entire, si la r6cente revolution argen-
tinienne a pu provoquer de consid6rables bouleversements
en Amerique du Sud, la bataille historique que nous com-
mengons aujourd'hui nous donnera dans peu de temps un
clergy radicalement indigene.

Au debut de 1953, nous efmes la grande joie d'apprendre
la nomination du premier EvMque haitien, Monseigneur Re-
my Augustin. Malheureusement, trente mois plus tard, la
admission de Mgr Le Gouaze devait nous remettre en pre-
sence de l'outrageante r6alit6. voix pour faire de justes reclamations; quoiqu'il en soit, la
lenteur d6sesperante avec laquelle se deroulent les 4v6ne-
ments ne fait que confirmer la r6alit6 present.

Aussi, avons-nous compris que cete cause r6clame des vic-
times et c'est avec courage que nous offrons notre vie pour
la concr6tisation d'une pens6e. Nous sommes autorise plus
que personnel A revendiquer nos droits a haute et intelli-
gible voix. L'HEURE A SONNE D'AILLEURS ET LA SE-
MENCE DOIT PORTER FRUIT.


Gerard G. GAYOT
















AVANT-PROPOS



L'auteur se plait a vous presenter son ouvrage intitule
Clerg6 Indigenev. C'est l'cenvre d'un jeune qui debout sur
les kpaules d'acier des Oants du pass r6unit en faisceau
toutes les esp6rances de la nation.
L'impartialite a toujours Rt6 son cheval de bataile, il a
refuse de travestir la v4ritt malgr4 les offres all~ehantes
des uns et les promesses fallaeiexses des autres. I n'a point
Ja pr4tention de career, mais, c'est nour lui nn devoir serieux
ot mkme une obligation radcale de resnecter le passe. Sans
doute,-la tach e de erivain est difficile. sans donte, il a le
te erenr brov6 a mort aoand ii r&disre certain episodes de
la vie de renfer de Saint-Dominime. mais come il est pro-
tMO par une eirasse solde, il a mene son fnvre i bonne
fin.
La hilaio"-rahie oni Ini a annort6 les matiriaux nceps-
saires A 'flcifictio on det l'Cfnvre, content les ouvraus d'.5-
crivains resnectis et d'historien dines de foi. L'anteur de
(Cler( 6 Indine)e a pni. a p lines mains dans l'hdrita~e
sacr6 one lni avaient Igud ses predecesseurs.
Que GUrard Gavot ait fait appel i plusieurs derivains
strangers. il se pl-it h la reconnattre: cette politinue lu! a
permis d'obtenir des opinions sinon impartiales du moins
objectives.






CLERGE INDIGENE


On n'est pas sans savoir que l'improvisztion est I'ennemic
jur6e de la civilisation, aussi 1'auteur s'est-il penche avec
conscience sur les problimes r6els du pays et a-t-il essay
d'y apporter des solutions immediates. Gerard Gayot a faith
ceuvre de pionnier, car c'est avec une liberty nullement
fardee qu'il vous expose la r6alite haitienne. II ne veut
point dire du mal de son pays (loin de 1U, autant demander
i un fils de t6moigner contre sa mere) mais, c'est pour lui
une exigence historique de montrer les lacunes qui n'ont
point ete comblies jusqu'ici; c'est pour lui un point d'hon-
neur de mettre i jour les fissures qui se dessinent sur l'edi-
fice geant dress par les demi-dieux bronzes.
D'ailleurs, la lutte des parties et le choc des idWes sont les
conditions meme de l'existence d'un parlement democrati-
que,
Enfin. par un style charmant, il a su rendre captivante
la lecture dune polmmique historico-religieuse. D'une ma-
maniere general, la langue empolyee par les historians est
assez dure. froide, sinon rebarbative, mals par des images
hardies et d'interessants anecdotes, I'auteur de aClerg6 In-
digenev a revolutionni la fagon de rediger l'histoire dun
people ou d'une nation.
Et. pour saisir la portie hautement humanitaire des de-
marches de I'ecrivain, il faut lire son ouvrage avec un es-
pirt 6mancipe, libtr de toute contingence on de toute par
tialite; il faut parcourir ces lignes avec un esprit ouvert, un
esprit illimite, sans horizon: un esprit borne ne comprendra
pas grand'chose aux vues infinies de I'auteur.













CHAPITRFE PREMIER


LES COLONS ENSOUTANES
Mon Diei, quil y en a des croix sur cette terre !


Un artiste illettre fit une revolution dans les crucifix,
les couronnes Iet las aecorations tomuales: 11 a nom, -Andre
Liotau(t. Chest une forme d'art difficile a expriner, attend,
qu'eue echappe au domain de I art classique; e' n'est pas
de l'marhitecture, pas plus qu'un travail de forgeron; c'est
un tra\vail de recherche et d'invention, un travail qui
bouscule des traditions faisant parties d'un patrimoine se-
culaire. L'artiste transforme les croix en y incorporant
tous les caprices de son imagination tiraill&e de toutes
parts par les symbols et les dieux du Vaudou. Toutes les
divinitts de l'ancienne religion afixr-musulmane interview.
nent dans les creations extraordinaire qui ornent les tomn
beaux du cimetiere de la Croix-dos-Bouquets. Le Dieu
d'Amdr6 Liotaud. c'est le Dieu de tous les humans, un
Dieu ,qui a souffert pour racheter touts les creatures. UI
allie l'idce du Grand Crucifid A celle des 6tres qui seraient
rzchetes par cette crucifixion: l'humanit6 entire.

Mnis. quand le 6 Dcembre 1492, mn touchant la terre
d'Hait au M3le Saint Nicolas, Christophe Colomb fit plan-
ter une croix du cote de 1'Est. quand -le lendemain, il dress
une nutre croix au milieu du village, ce geste avait une
tout mutre signification que l'art d'Andr6 Liotaud. L'acte
symrbolione de Chr'stophe Colomb pr sazeait cette nrm.l-.
tude de (Crucifies Vivnmts. ces milliers de Christ Nnirs
qu'un demi-siecle p'us tard les esclavagistes devaient arra-








26 CLERGE INDIGENE
cher des c6tes d'Afrique pour les transporter au pied du
calvaire antilnen.
Dans leur "Histoire Religleuse" ridigee sur le desir de Sa
Grandeur Monseigneur Conan. archeveque de Port-au-
Prince, les Freres de 1'Instruction Chr6tienne 6crivent:
"Deux sortes de conquerants aborderent en Haiti: les
uns representaient la force brutale et venaient y chercher
For et la jouicssance; les autres representaient. la Foi et
n'envisageaient que les Ames A sauver".
Oui, ils ont sauve des Ames puisqu'ils. les out abeties;
ils ont sauve des anies puisqu'ils les ont reduites a n6ant.
Nous regrettons infiniment que l'histoire du pays, ait ete
ainsi dforniee par ces moines qui se croient "sans doute
aux temps de la colonie" pour repeter le mot fameu\x de
Marcel Sylvain. Nous regrettons sincerement que certain
energum nnes travestas en historians aient prkt, leur nonm a
de pareils compromise et qu'ils se soient mnles i de si lou-
ches nmachinations. Nous regTettons profond6ment qu'ils
aient souille leur nom et l'histoire du pays pour de l'argffnt
leur conviction a 6t6 achett e au poids de 1'or.
Dans "Caraetere Culture Vodou", Rodolphe Derose tcrit:
"11 est malheureux de constater que certaines institutions.
pour revenir au mot de Max Nordau, bien qu'elles soient en
soi et par soi desiintdilessees par leur origine divine, confines
a la direction des honimes, se resolvent, dans maintes cir -
constances par l'usage judaique qu'on en fait. en de vr-i-
tables "nmensonges conventionnels". Une application de la
doctrine chr'tionne solon la lettre et 'esprit ie son Fon-
dateur eit opird la transformation spirituelle des esclav..s
ds leur arrive dans PIle. 11 n'en fut rien. Tous !es histo_
riens Otrangers ou lhaiticens, sont d'accord pour dDsapprou-
ver In conduit du clergfi quite J. Dorsinvil qluaifi.,c d'escla-
vagiste dans ses rapports avec les d(sheritis africains."
Faisant une r6trospection dans I'histoire lm'us noius trou-
vons on pr'sence dos hIdivn- avec leur relrio, tout A fait
primitive. (C's pauvres nltif{ adoniient le soloil. la tine. les







LES COLONS ENSOUTANES


6toiles, les animaux et les arbres; ils croyaient vaguement
cn un dieu unique et lelr culte n'6tait e On some et en rea-
!'t qu'un ensemble confus de superstitions et de croyances
mythologiques.

II exisle uie analogie frappante entire les Indiens des In-
des uccidentaies (West unOces) et ceux des Indes Orienta-
,es (East Indies). Elle se fait remarquer surtout dans les
conceptions differentes de la destinee qui toutes deux abou-
tissent A l'immortalite de 1'Ame. Tandiis que l'Indien de
Christophe Colomb s'inagine avec candeur que le Paradis
se trouve au bout de la presqu'ile du Sud et que les trpas-
ses y degustent sous l'ombrage d'arbres touffus de savou-
reux abricots, I'homme des Indes Orientales, au contraire,
postule qu'on meurt et qu'on nait une infinite de fois. La
croyance emnacinee dans l'Inde (Orientale) depuis des mil.
lenaires, en ce que les Grecs, en general, et les Spirites, en
particulier, ont appris A appeler la mntempsyccse, lassie
entendre que chaque 6tre vivant connait une serie indefinie
de naissances et de morts suacessives. Selon les itdiens,
I'Aime existe de toute 4ternit6; depuis le commencement des
temps, cette nme (ou du moins l'on ne salt quoi de per-
manent qui subsiste quand l'Atman substantial dest brah-
manes a 6td dissous par les doc.teurs bouddhistes en ses
41lments constituents, non moins 4phembres que ceux qui
composent l'agregat corporel) erre sans tr&ve A travers les
cinq sections de la grande roue des transmigrations et ne
meurt que pour renaltre dans l'une des cinq "voies" des dam
nes. des spectres des animaux, des hommes ou des dieux,
Toutefois, ces renaissances ne se produisent pas au hasard.
Au terme de chaoune de ses existences l'8tre se rincarne
drns une condition nouvelle. ou plus hatte, oh plus bass ri-
goureusement fix4e par la balance. A son actif ou A son
passif, des m6rites quail a acquis ou des demerites qu'il a
encourus. en un mot, selon ses oeuvres. C'est la loi du Kar-
ma don't les theosophes ont r6pandu la notion et le nom eni
Europe. MVais il ne faut pas croire que ces vastes perspedita







28 CLERGE INDIGENE
ves apportent aux Indiens les consolations que notre incu-
rable optimisme y pourrait puiser. Ils voient plus loin que
nous: par-dela la certitude de renaitre, its alpercoivent la
necissite de remnourir, et, entire temps, de subir A nouveau
toutes les misbres qui sont l'apanage fatal dcs quatr. voices
sur cinq: et ils savent que la cinqui6me, la renaissance di-
divine dans les celestes paradise, ne leur apportera qu'u;ne
feiicit6 A terme et d'avance condamn6e A une profonde re-
chute. Aussi n'aspirent-ils plus ou'A s'echanu r, comme par
la tangent, du macabre "tourbillon" (samsara) qui les en-
traine pour enter enfin dans l'6ternel rcpos: et c'esf pour-
quoi le salut s'anpelle chez eux "ddlivrance" et le bonheur
supreme, nirvana.
Par ainsi les deux conceptions indiennes de la d.est'nee
sont tout A fait difftrentas pour ne pas dire opposes.
Les prttres de la religion de nos Indiens, les but(ios,
constituaient un group A part, objet de ,la v6neration de
tous les fiddle's. Ils 6taient des demi_,dieux et en m~me temps
medecins gu6risseurs, devils, interpretes. Les divinites 6.
taint connus sous. le nom de Zdm6s ou Z6mi.
Telle ftait la situation de la religion de l'ile d'or A l'ar_
rivee des Espagnols.

Le premier contact des Indiens avec les Europ*ens fut
consacre par un MENSONGE. Ils avaient refuse A la lon-
gue de fournir des vivres aux nouveaux venus". Christophe
Colomb pour lies persuader du contraire leur d6clara qu'il
leur enlevera la lumiere du soleil s'ils persistaient dans leur
refus; au jour dit, I'Mclipse d6ji prevue par Colomb, se pro-
duisit et les Indiens ainsi trompes se resignerent A donner
les vivnes demands.

Quelqu'astucieux qu'ait 6t6 Colonib en une pareille cir-
constance il n'en est pas moins vrai que c'6tait un "BLUFF"
tout aussi tragique que oelui dans lequel les pintres escla-
vagistes disaient aux Africains que pour aliea au Paradis







LES COLONS ENSOUTANES


et 6viter 1'Enfter il leur fallait servir leur maitre avec la
pius grande ob'issance, un MENSONGE tout aussi drama-
tique que ceiui dans lequel le clergy bouffi d'Africanopho.
bie' d&elarait aux esclaves qu'un soul6vement constituait
un pich6 mortel qui faisait perdre la grace et miriter la
gehenne. Ce mensonge de Colomb est un 6chantillon de la
tactique gen6rale des Europeens colonisateurs. Le menson-
ge de la Croix derriere laquelle se cachait l'esclavagie, join
de faire de Colomb cet ap6tre qui se confessa et communia
le 3 Aoft 1492 avant de quitter le Port de Palos, loin de
faire die lui ce hMros chr6tien qui prit possession de l'ile
San Salvador au nom de Notre Seigneur, oe mensonge
fait phutSt de lui ce decouvr.eur de terres nouvelles devant
8tre exploitees par des bras arraches de l'Afrique lointai-
ne. Et c'est tellement vral que bien qu'il invitAt ses
compagnons qu'il chargeAt de la garden du fortin de
la Nativity avant son depart pour 'Espagne A rendne
grAce A Dieu de ce qu'll leur ait permis de touchier Hispa-
niola "pour y planter la foi. I'espirancie et la charity ibien
qu'il eft fait cela, les aventuriers espagnols se r6pandirent
dans le Marien. et la Maguana d6pouillant partout les
indignes de leurs biens et de leur or comee mainte-
nant d'ailleurs).
Un tel comportement ne peut que prisager une politique
A venir. En effet: malgr la bulle du 3 mai 1493 par la-
quelle le Pape Alexandrie VI accord A 1'Espagne les ternes
d6couvertes A condition express que les rois catholi.
ques y envoyerent des homes probes et craignant Dieu,
habiles A former A la foi catholique et aux bonnes moeurs
les habitants de ces contr6es", les d6pr6dations des Espa-
gnols no cesserent point. Et, un demi-sikcle plus tard, on
ne comptait que quelques oentaines d'Indiens du million
qui existaient a l'arrivde de Colomb. Tout oe people doux
et tranquille, toute cette civilisation rare fut extermni4e
par les sanguinaires Espagnols.
Les d6marohes de Colomb auprs des rois catholiques de







CLERGE INDIGENE


i' -e enlirainlrent ia aicminatuon du iFre Boii de For.
dre Bant benoit come vicaire general des hides Occiden-
zaies. Ceiui qui accompagne de doze confreres et charge
de uonduire its Indiens au christianism6 par de bons exem-
pi-es. des caresses et de bonnes oeuvxes, trompa les espe-
raixies de Colomb et mnme de ses supirieurs hidrar-
chiques. Celui qui le 6 Janvier 1494 avait celUbre la
premiere niesse dans I'Eglise d'Isabeile pass aux
temps de la famine dans les rangs de ceux que pous.
sent I'avarice et la sensuality bestiale, caractres types
du colon europeen. Une tele attitude ne pouvait que preci-
"irer 1e dnart du Pcre Boil. Sa place n'6tait pas au mi-
iieu d'honnetes gens. lui que rongeaient la soif die l'or et la
'prmiscuit6 g6ensique.

Le cas de d6predation le plus illustre est celui qu'a con-
nu le cacique Guarionex. 11 avait appris des Frhres Romain
Pane et Jean Bourguignon, le pater et le credo, toutes ces
formules sampiternelles, instruments de domination mitigee
Deux jours avant son bapt6me, le cacique etait prkt a. re-
cevokr 'onction divine: le palais etait dejA decor et la
cour en liesse. Toutes les preparations baptismales avaient
etr faites. La catechisation du nouveau convert se revehit
des plus parfaites. Mais soudain vers midi, voici le caci_
que emplume qui arrive en trombe dans la salle des gardens.
prend son are et ses flches. criant: Aux Armes! Aux Ar.
mes! Les guerriers se dep&chent, 'is entourent la case
d'oXi monte la voix plaintive d'une femme qui semble se d&-
battre contre un loup en furie. Guarionex enfonce la por-
te... Quelle horreur! sa femme favorite tombait sous la for-
ce brutale d'un moire espagnol sadioue et qui pouss6 par
nme animalitj Profofnde n'avait pu r~sister aux charges
exposes d'une beauty indienne.

La reaction du cacique fut des plus terrible: ii sealpa le
visage pale ensoutan6 et le fit broiler vif. embarqua les fr-








LES COLONS ENSOUTANES


res Romain Pane et Bourguignon et reprit les proeeions
rituelles de sa religion primitive.
Pour citer les Frires de l'Instruction chretienne eux-
mnmes "!a vie des pretres et de leurs compatriotes 4tait
un perpetuel scandale. Un tel comportement ne santait
nous 6tonner: les esclavagistes seront toujours des escla-
clavagistes: rien ne pent les changer ni leurs fonctions.
ni le temps.
Queques annees aprls I'experience tragique de Guario.
nex et le massacre des caciques et de leurs sujets, il ne res-
tait environ que trois A quatre centaines de milliers de "Che
mis." Pour organiser la colonie, un agitateur, Roldan, inau-
gura le regne inhtinain des "Repartiniientos". Apres lui,
Bobadilla se montra impitoyable pour les Indiens. Avec O-
vando, l'on esp6rait que cette lamentable situation des a-
borigenes allait changer. En effet, Nicolas Ovando etait
venu avec des ordres precis qui lui enjoignaient de faire
instniire les Indiens des myst6res de la foi et mettre fin
sn.ns dblai au regime odieux invented par des imag~ations
empreintes d'ine sceleratesse caucasoide. Pourtant rien
ne s'amni ora. an contraire: Ovando fit pendre Anacaona et
Cot:ubanarna., fit briller vif tons letuis sujets et redhiit A
l'aclO!vage les derniers vestiges d'une race inoffensive.
L'esclavage n''tait pas fait pour les Indiens (pas plus
n-o"r nrC".,,- nonple d',ilteurs ) anisi ne reistlrent-ils pa'
lonfrtem s A\ leur malheureux sort.
Que leur instruction religieuse fut 6gliUgeB au 1poic:t
qu'on leur refusait le temps de s; rendri au catechisn6e
que des pr6tres seculiers ou Religieux de Saint Frapois
qui se trouvaient a!ors dans l'It s'efforCassent d'accomplir
leur ministere, tout cela est pour nous sans importance.
I'essentiel est qu'on ne devait pas se servir du Christianis-
me pour opprimer des gens paisibles. La religion telle qu'el-
le a cte et tell ro''elle est n'a et et n'est qu'un tremplin
potur outrageerles temmes et violer les enfants. (nous







CLERGE INDIGENE


nous gardens bien de citer des noms non point par peur
mais plut~t par d~oence).
Le culte catholique en HaYti tel quTil a &6 et tel qu'il est
ne represented qu'une arme redoutable de domination co01o.
niale.

Et voici une nialserie chliinirique accouch~e par je ne
sa.is quel obscure montagnard: -Le plus pr&ieux fruit du
niinist're 6vangilique. it cette t&poque. fut presque tout en
favetw ce ces pauvres petits Indiens quit avant de counai-
ire e mat niourturent avec Iht gcrdlee du baptcm&me. Pour-
quoi n'avait-il pas dit plut~t qtte cest par continue qu'
chaque jour les EsEignols envovaict en F'air ces pauvres
potits IndiEns qui retombajent slur li pointe tunc' mc'pDe
NYavaivnt--ii s pas droit Ai 1:I vie?
la p)olitiquc d(t1a0 de iiizCtiut par3t Ie ctItlt~iciia iur cs-
pag1il,(d fit Vr-oire it tOuIS tltui Ils Papc I r.4iauluwient. vr-y
Iiwiet. P'aill It dicciara qiie (11c ctat tltle' *ilivoi llo 1 u1 ti uolln101
k1u11 1'0t irf'llnr klllque 11s (ii.4i4us ()4uVaiclut etri' reduis ell
sevtude". Mlas 'I tai t till (1'11101 IW~-1t111W J)iSJLCI C-
urlt conliplic4 da:lls Ia'l'raite des Noirs. Quazmd ii ctccivit a
l'z.vcq tit, do To4\dI'oI "I tt slagk'st' zuC.Aruet i1b1TI C
dizisth l-iiiri' tolls It-; poII)es ot (oIt' )olr stOC s tilsuditiuctiol
Ia luluiicir' tAColl';, plarc' ti' 111tos sotit. (I'ab 1es Vtx70a
voi r. I 'es I did'uos solit dkeS Iomimes coinime nos. Nows ,I,.
clzuvis que Ic. I cdlis vollimt' tolls los latitr s Pouples fInk
1t1 'CUtl\x (jt11i tit ,sont Ipls ticWolr It apt 0tiws dlivent On
d.~ i 1d'cr e at i z'~i~ci In Ia o' wiet, det Ictli 's bictis '.
1it setilcrzzuIzt pOUV jo-r ; t't 'r d o' d 'ku 1311~.X VWOtIV.I
Cff Ot Punt' zztnlllllc'~r ti'ch' lltorv I\,S Pape", wwe'lt te It',
olmolion A donzie.' tout. A'd l~~ ~a prat(Iith, (I1\ I Ia tra<
to dJ's Noirs. lorsotie loI Portt lirtl Y 'izzru, pllpo St scs 0

aors! o i, et1it, ss l:lt tituai 4108s ZILoi\'sill bit o d"
V'Int, 150"~ Ft (11i 1i'is Nz t'and A v, ttto d:Ites F~sqlti m

e.i tio \-.1iole elit" "00 et~r .000 p'rolie S his-






LES COLONS ENSOUTANES 33
paniola, l'Espagne Catholique encore envoya les premiers
Africains en Haiti. Alors qu'on ne vienne pas nous dire
que Paul II avait reellemnt reclame en faveur des Indiens.
Nan. il mentait. Et il nous revient a la pensee le mot fa-
meux que Voltaire plaga sur les l1vres du Pape de l'sla-
misme, Mahomet: "Non mais il faut m'aider A tromper
l'Univers". Ce mensonge troupe encore place dans les
temps modenes: temoins les pieces suivantes:
RADIOMESSAGE A L'OCCASION DU DEUXIEME
CENTENAIRE DE LA FONDATTON DE
PORT-AU.PRINCE
RADIOMESSAGE DE PIE XII, LE 8 DECEMBRE 1949.
"Vous avez bien voulu, chers fils et chores files d'Haiti,
fire du deuxieme centenaire de la foundation de votre ca-
pitale, la fete de votre patrie tout entire, de cettxe terre
que Dieu a magnifiquement couronnee des flots majes-
titetux de l'Ocean et paree des plus riches dons de la natu-
re. En cette occasion solennelle vous avez desir4 que Notre
voix vienne apporter le sceau de la bInediction paternelle
stYr Vo are nation. De bien bon coeur. Nous rdpondons' A ee
voeuti:car nous y voymos une manifestation st~itre de votre
fidMlite h 0os primitives et saints traditions. (a)
"Elles remontent. ces traditions, au jour meme du 6 D~
cembro 14.92 alors que. d6barquant sur les rives de votre
ile, Christophe Colomb la marquaiit du signed do la croiN
(lu'il plantait dans votre sol.
"De nouveau, lorsIue il y a tout just deui centa % ti.
se foudait votre capital, c'ost enoore Dieu qtWi, le premier.
en prit possession dans la modl:ste chapelle pimv'ioiie, au-
topr de haquelle. par ordre royal du 26 nowembre 1749. al-
lait s.rgir et se developper. oinmme autour de son centre
normal, oe qui devait 6tre ta jour Port-au-Prilece. Oui
a) Nous tenons h souligner & attention de Sa Saintet6
le Pape Pie XII, que nos tprinitives et saints traditions-
so resunment dans le Vodou, n'en deplaise A ceux qui pra-
tiquent I'Africanophoble.






34 CLERGE INDIGENE,

c'est Dieu qui bitissait alors la maison, le Dieu qui garde
la cite (Ps. 126). Oui, la croix, la foi chrdtienne, la profes-
sion ouverte de la religion du Christ, la reconnaissance de
sa souverainetM, ~A soumission filiale au chef de 1'Eglise ca-
tho!ique: voil quels furent dans le passe, quels seront
toujours dans l'avehir, (b) les fondements solides de vo.
tre filicit6 temporelle et 6ternelle, I'Fme de votre civifisa-
tion, les seules sires garanties de votre prospiritM comme
people et comme nation.
"Sans doute, les efforts de 1'Eglise visent l'orda& surna-
turel pour faire participer, autant que possible, tous les
homumes au bienfait de la vraie foi et de la grace divine
pour leur faire rendre A Dieu par l'observation des com-
mandements, I'hommage qui lui est dii pour les fire vivre
croitre et mourir dans son amiti6 afin d'aller jouir pros de
lui de la vie et de la beatitude 6ternelles.
"Mais en s'appliquant sans relAche et sans reserve de tout
son pouvoir et de toutes ses forces A la poursuite de ce but
l'Eglise apporte une contributicmn inappr6ciable meme au
bien-ftre common, A I'int6rft de la chose publique. Carsen
r6alite le vrai secret de la puissance morale de l'Egliite
est cawh danssa source principle que sont les sacne-
mients (c). Par l1, elle cccourt, indirectement il est vrai,
mais a un haut degr6 d'efficacit6 au bien-etre de la society
civile. Comment qela? tout particulierement en formnant des
families chrftiennes oih la fiddlit6 la paix pleine d',aff;ection
rngaent entire les 6poux oi les infants sont elev6's dans la
crainte filiale de Dieu dans le respect envers toute autorite
16gitime, dans la loyaut6, l'honnetet6 la puretr, la chastet6
conjugale, les joies de la vie de la famille la vigueur d'une
jeunesse morale saine, telle est 'armature et pour ainsi
dire comme lppine dorsale de la communautW national.

b) Sire, l'avenir est A Dieu seul.
c. Les sacrements que nous payons tres cher;







-LES COLONS ENSOUTANES


"En formant l'homme aux vertus chretiennes 1'Eglise
par le fait meme lui apprend A s'.lever au-dessus des p~
titesess de l'6goisme et pour Pamour de Dieu A rendre A
1'Etat ce qui est dii A 'Etat, elle 1'achemine et 1'iaitie aux
oeuvres de la charity fraternelle; elle ouvre son seprit et son
coeur au sens de la justice social. Du jour, oui de l'Europe
les explorateurs se sont laTnics A la decouvertedu nouveau
mronde,-'Eglise- s'est trouvee au premier, rang pour -defen.
dre les peuples indigenes. (d) Depuis elle ne s'est jamais
d6partie de cette attitude (e) et lorsque aux -XIXEme et
XXeme siecles, s'est pos6e non seulement la question ou-
riere, mais la question social dans toute son ampleur et
so~ acuitA, les Papes avec une infatigable perseverance
ont dessin6, dans ses lines maitresses le programme de
l'Eglise pour la solution de si graves problems. et ce pro.
gramme social marnifique en lui-meme, loin d'etrp come
tant d'autres le rave d'une g6enreuse utopie, a fait ses
preuves partout et dans la measure mgme oi il a 06t suivi.
Nous faisons appel' a vos pretres et a vos dirigeants
pour reviler A tout le people d'Haiti l'6clatatnte v6.
rite, la richesse et la profondeur de la doctrine catholi.
q,,e (f) aveec toutes les consequences qui en derivent au bA-
nofice Ide la vie social de I'humanit6.
"Que cette verit6 catholique brille dans toute sa clart6,
qu'elle soit acceillie de bon coeur et il n'y aura-plus A crain-
dre pour la foi, ni la contamination de pratiques supiersNi-

d) cDu jour, ouf de TEpoque, les explorateurs se sont
l1ances A la decouverte du monde>, date inauguration de
l'Esclavage et de la Traite des Noirs ces commergants odieux
de l'homme par l'homme.
e) Depuis, 1'Eglise en Haiti est devenue un commerce pur
et simple, don't le Dieu est le Dollar.
f) D'apres la Constitution de 1805 : La loi n'admet pas
de religion dominant et 1'Etat ne pourvoit A 1'entreiien d'au-
cun culte, ni d'aucun ministry.








36 CLERGE INDIGENT
tieuses, (g) ni les tristes desertions de l'apostasie. (h)
Nous faisons appel aux pretres et aux fiddles d'Haiti pour
faire passer dans la pratique le programme soci4 de '"E-
glise. C'est le devoir de 1'heure et en le remplissant sans
afaillance, vous rendrez le plus grand service d la com-
munaut6 national.
Au coeur m6me de votre exposition jubilaire. Qhers fils
et chNres files, s'616ve le sanctuaire par sequel Nous avons
voulu donner % cette manifestation international de la vi-
talit6 6oonomique et culturelle un t6moignage de Pamour
envers sentiments d'affecion paternellr don't, a la suite
de nos Predicesseurs, Nous sommesi profondement pen6tr>,
votre pays et votre people
"Nousn'attendons en retour que la joie de vous voir con:-
tamment attaches a !a foi de vos p)res. (i) Gardez reli-
gieusement inviolable l'alliance qui. depuis toujours. vous
lie au successeur de Pierne et qu'a soellA solennellement
le Concordat de 1860. (j)
"Soyez fiers de votre foi catholique et fierement ambi -
tieux aussi de fburnir A'l'Eglise, du sein de vos fami illes.
de dignes et utiles ministres des axutels. (h)

g) Le clergy esclavagiste enseigna aux ancetres, le syn-
cr6tisme Vaudou-catholique remain qui est la source de la
triple superstition catholique, ,vaudouique et paganiste. Aus-
si.. pour remndier A ce mal. pour nous liberer du Vaudou
et ses magies, nous faut-il essentiellement un Clerg6 Indi-
gene 4claire.
h) Alors que les pretres ignorants et les moines dtfroques
nous jettent dans le doute.
i) Encore un coup, Saint-P-re la foi de nos pires reside
dans le Vaudou, t6moin : la cer6monie du Bois-Ca'iuan
j) C'est exactement ce que nous voulons detruire.
k) Nous savons pertinemment que nous aurons un Clerg6
Indigene. Mais la lenteur d6sesperante des Mternels colons
nous inquikte.








LES COLONS ENSOUTANES


"Que la grace de notre Seigneur Jesus-Christ, l'amour de
Dieu et la communication de l'Esprit-Saint soient avec
vous tous (cor. 13. 13 ). Du haut du ciel, la Vierge Reine et
M&e don't vous cel6brez aujourd'hui la Conception imma-
cul6e est t6moin et protectrice de vos bons propos, oomme
elle fut t6nmoi& et inspinatrioe lorsqu. son humble sanctuaire
a 6te sous le vocable de la glorieuse assumption, le premier
berceau de Port-au-Prince. Nous l'invoquons instamment
pour vous et, en appelons ses faveurs maternetes sur tous
les membres de l'Episcopat presents parmi vous. sur no-
tre cher Fils. le cardinal Archeveque de, Havane. sur vos
propres Pasteurs. sur tous ls Eveques vos h6tes de ces
jours m6morables. sur son Excelenc. le Pr&sident de la
R .n,,blique et sur tous les autres repr4sentants de l'autorite
dF l'Etat. sur les nretres, religieux. relioieuses. don't Nous
~ouhaitons voir croitre le nombre pour r4poindre aux grand
dlvoirq 4e 1'h1eure actuelle. sur vous tous enfin. chyr nti.-
Tpl, d'Hniti. Nons vous donnons du n!us profound de Notre
conur, Notre Rknedictidn apostolique.

IET'RE DE SA SAWTTETE LE PAPE PIE XII
\u PRESIDENT PAUL EUGENE MAGLOIRE

"A notre cher fil Paul Mis.ioire. President de la R6piv
b'ique d'HaYti.
"A I'heure oti la noble nation haTtienne s'apprttr A feter
le centcinquanti-nie anniversaire de la proclamation de son
independence. Nous tenons A lui donner un nouveau t6moi-
guage d., "n~ sentiments paterneis.
"La bien\w-il an.e du Chef do l'Eglise, vous en avez 6prou
ve les effects dbs l'origine peut.on dire de oette iai-
dependance que vous fMtez aujourd'hui avec ln. e1gitinme
fiterte. Et depuis ce temps, les. Souverains Pontifes n'oit
janutis cesse de munifester leur sollicitude pour votre pa-
trie come l'attt te, entire autres, le Concordat entire le







CLERGE INDIGENE


Saint-Siege et la RWpublique d'Haiti et qui a 6td si riche
en fmuits de salut. (1)

"Nous aveas tenu A poursuivre, pour notre part l'oeu-
vre de Nos preddcesseurs tet montrer notre interit parti-
eulier pour votre Pays, notanmdnt 4n assurant a de jeunes
ecclesiastiques haltiens le bienfait de la formatTon romai.
ne et en l6evant tout r&cemment A l'6piscopat un pretre ori.
ginaire de votre patrie. (m)

"Nous ne saurtons donc rester insensible aux glorieux
souvenirs que vous vous apprItez A 6voquer solitnnellement.
Nous souhaitons que Nos chers Fils d'Haiti se souvien-
nent A cette occasion de toutes les faveurs don't le Seigneur
les a comblesaui course de ce siecle et demi de leur existence
national. (n) Qu'iis 6levent vers lui un hymne de joyeuse
reconnaissance et comme Nous les y exhoritions dans
notre Radiomessage pour la Bi-cententire de Port-au-
Prince qu'ils aient A coeur de se montrer, en toutes cir-
constances, fiddles A professor dans toute sa nuret6 la foi
de leurs phres et A se distingupr toujou.ras ar le vlus filial
devouement A 1'Eglise et au Vicaire de JsusChrist. *
"Dans ces sentiments et en invoqtant les plus abondan.
tes graces d'En-Haut. Nous leur accordons de grand coeur,
ainsi qu'& Vdtre Excellence Notre Ben&diction apost..
lique

(Signd) Pius P P. XII"
."Du Vatican le 16 novambre 1953


I.- Si riche en fruits pecuniwres pour les affames de la Bretagne.
m.- Apr&s 150 ans d'ind6pendance et un siecle de Concordat, un seul
evbque haitien: C'est une pitieI
n.- Quelles sont ces faveurs) La retrogradation est flagrante; C'est
un pays audit marqu6 du sceau de Cain.












CHAPITRE It


L'ESCL AVAGISTE LAS CASAS




Songez que vous avez voulu que vos restes re-
posassent aupres de ceux de vos peres, quand
vous avez chass6 la tyrannie; descendrez-vous:
dans la tombe sans les avoir veng6s? Non, leurs.
ossements repousseraient les v6tres.
Proclamation de DESSALINES


Entre temps, les Espagnols n'6tant pas onohantes des
Africains qu'ils accusaient de pervertir les Indiens et de
les pousser A la r6volte, la Traite des Noirs fut suspendue:
par ainsi se posa, A nouveau, ineluctable deviant les mai.
tres europeens, le problIme des : rpartimiettos et loin
d'etre r6solu, il allait s'aggraver.

S.En 1510, cinq pretres de l'ordre des idominicains furent
envoys a Hispaniola sur la demand expresse du roi Fer.
dinand; ils se nommient Antoine de Mendoza Joan Garces
4t PranCoi s d& Cordoite. Es 6tajent venus avecd l'intention
d4 pr6cher une croisade contre les R6partimientos; mais
leo colons espagnols, le ,roi Ferdinand et le Pape lui-mime






CLERGE INDIGENE


leur demanderent d'agir avec ciroonspection et de cesser
d'invectiver centre un si grand nombre de personnel sages".
C'6tait une verit6 d'6vidence qu'on ne pouvait pas agir im-
punmment centre les Maitres aussi Antoine de Montesino
fut il arrtd6 et incarc6er.

Deux ans plus tard, en 1512, Pierre de Cordoue fcnda a
Saint Domingue, le couvent de la congregation dss pre
tres de Sainte Croix. Sur ces entrefaites, Charles Quint
prit le sceptre royal apres Ferdinand. En 1516, le Cardinal
Ximenns (1) oommenga a s'occuper seieusemaint du sort des
Indiens. Malheureusement il tomba lui aussi dans ies er-
reurs des religieu 4I. Sa.ini ,J4rme et jugea qu'il fallait,
pour 6viter un plus gtaiadfnial, t66er@r les Repartimientos.
Le principle de la distribution des terres et de personnel.
i.auguree .par Roldant, ppizr l'e'xploitation l'iels'av&ra inefficace,' compt" te-nu l~lba carence de la
main d'oeuvre. I1 fallait des travailleurs, il' fatlait des bras.
pour enricihir les aventuriers et les chercheurs d'or. Alors
sur les instances d'und Maitre travesti en Moine, les yeux
des sadiques se tournament A nouveau vers 1'Afrique.

Fils de colon, et colon lui-meme fils d'esclavagiste et es-
clavagiste lui-meme' fils de negrophobe, et negrophobe lui-
mime Barth6lemy de Las Casas demand A Charles Quint
d'autori(er une second fois la Traite des Noirs. Igno-
minie! Opprobel Inrfam e Charles apposa sa signature
criminellei la demand d'un Utre qui semblait vouloir
pratiquer le cannibalisme, car seul- le gofit de Il'homme
pour la chair de l'homme pouvait inspire ainsi Las Casas.
Drape dans le nom fabuleux de Protecteur des Indiens, il
s'occupait de ses affaires personnelles: l'exploitation du
domain concede A son pere A Hispaniola. omme tous
les exploiteurs, il constatait qu'il manquait de bras et quj
pour obvier aux inconv aients engendrs -par cette.pinurie
d'esclaves, il fallait recourir A ce cheval de bataille -qu'est
4'Afrique.








L'ESCLAVAGISTE LAS CASAS


Ne en 1474, Las Casas avait accompagn4 Colomb h son se-
cond voyage A Hispaniola et y avait administer les terres
de son pere. Ayant r6alis6 que la meilleure fagon d'exploi-
ter la peine des autres 4tait d'etre ensoutan6, il entra pr6.
cipitamment dans les ordres en 1510 et devint moine domi-
nicain. D&s lors, en Grand Seigneur, il commenga A traver-
ser l'oc6an, reellement pour organiser la Traite des Noirs,
aparemment pour plaider la cause des Indiens opprimes qui
dans l'infrastructure de sa pens4e n'6taient que des b&tes
de some en d6croissance qu'il fallait coAte que coate rem-
placer, dans le plus bref d6lai, par d'autres betes de some
plus valeureuses encore. Des 1502, il se d6clara, ex-cathe-
dra, Protecteur des Indiens. Pour exposer et soutenir leur
cause, pour d'une autre fagon bluffer, Charles Quint, les
colons et 1'histoire, il traversa douze fois I'oc6an, parla,
6crivit, negocia toujours avec chaleur et conviction; cha-
leur que lui prodiguait la soif de l'or, conviction que lui
donnait le gofit de l'homme pour le sang de l'homme.
Servi par une pers6v6rance d6moniaque, soutenu par une
nigrophobie de premiere classe, aprbs quinze annees de d6-
marches ininterrompues, il obtint le r6sultat esper6 : sur
sa demand express, Charles Quint rapporta l'edit qui avait
prohib6 I'introduction des Noirs A Hispaniola.

Ecce Homo Et voilA l'homme A qui l'histoire (1) a don-
n6 le titre pompeux, le titre famnux de Protecteur des In-
diens. On a vraiment raison de dire que la valeur est en
croupe de la r6clame. U a condamn6 une race entire k 1'es-
clavage pour que le domaine de son plre fit exploit avec
plus de profit.

(1) L'histoire est essentiellement injuste, puisqu'elle est
chose humaine.









' CLERGE INDIGENE


Nonwnd Evkque de Chiapa, au Mexique, a l'Age de soixan-
re-dix ans, rendu illustre par la plus inhumaine des injus-
tices, il donna sa dimission sept ans apris et mourut A Ma-
drid en 1566 & 1'age de quatre vingt douze ans, rong6 par
le plus cruel des remords. A cette date 1'humaniti nigre a
du pousser inconsciemment un soupir de d6livrance.
Las Casas avait des oeilleres, il a fait preuve d'un certain
complex d'inferiorite que nous ne saurions qualifier. S'il a
une gloire factice d'ap6tre aux yeux des esclavagistes, ses
frIres, cette gloire n'est pas sans tache, car son soi-'disant
devouement au sort des Indiens l'a enmpch6 d'6tendre sa
charity (s'il en avait vraiment) a tous les hommes rachetes
par le Grand Crucifi6, sans distinction de race, d'origine ou
de couleur, en demandant A Charles Quint de rapporter l'&-
dit de 1504, il devint le premier complice d'un crime im-
pardonnable A notre avis. Aussi, quand l'histoire l'appelle
Protecteur des Indiens, nous autres, nous 1'appelons, L'ES-
CLAVAGISTE LAS CASAS.

Entr'autres, tout au debut de la publication de notre jour-
nal denonan xClerg6 Indigene,, (organe historique, socio-
logique et religieux), nous resumes d'un inconnu une lettre
qui nous laissa tout a fait perplexe quand nous realishmes
pleinement la forme de pens6e d'une bonne parties de nos
compatriotes aveugls par une dose mortelle de blancophilie.
Cette lettre qui rejoint en quelque sorte l'idee fondamentale
de Las Casas et inspiree sans doute de la mmne odieuse theo-
rie A savoir que I'on ne peut pas passer d'un coup, de 1'es-
clavage a l'independance, analogiquement aux reactions na-
turelles, laisse entendre implicitement que des cassures brus-
ques. ni des variations soudaines ne peuvent 6tre realisees
,u'avec des revolutions sanglantes.






L'ESCLAVAGISTE LAS CASAS


Mais, il convient de remarquer que nous autres, partisans
iclaires de la formation du XClerg6 Indigine, nous pr6parons
effectivement une revolution dans les idles pour que dans
quatre annres environ, la colonisation spirituelle et 'exploi-
tation machiav6lique de 1'ame haitienne prennent fin. Le Cen-
tenaire du Concordat doit marquer I'apog6e de cette sociWte
dtote en bas dans laquelle nous vivons depuis 1860 pour
ne pas dire 1492. Nous n'irons pas jusqu'A demander la sup.
pression de 1'enseigneument du catchisme remain come
nous le conseillait un extrm&iste! ccela compete a qui de droit
qui le fera s'il le juge un jour necessaire. Mais nous recla-
mons avec insistence un noyau clerical autochtone et ind6-
pendant.
II a fallu des sickles et des centaines de philosophes, de
penseurs, de savants et de r6actionnaires pour preparer la
grande revolution de 1789, unique dans les annales de l'his-
toire. Le bouleversement que nous concretisons aujourd'hui
6tait dejA en gestation quand Las Casas commettait ses er-
reurs monumentales, lui qui pensait que les Noirs d'Afrique
devaient vivre dans 1'esclavage pour la sauvegarde de la li-
berte des Indiens.
Voici la teneur de la lettre en question.
Port-au-Prince, ce 12 Mars 1956
Au Directeur du Journal XCLERGE INDIGENE*
Poste restante
En Ville
Monsieur le Directeur,
La formation du Clerg6 Indigene n'est pas du ~out essen-
tiellement necessaire. Tout au plus, elle peut advenir gra-
duellement, avec le temps. Celte idWe tend plutat & vous faire
passer pour un 616ment comanuniste. Car c'est le Christ lui-







CLERGE INDIGENE


t ime qui des le d6but de 1'&re chrtienne 'raga aux pretres
'Uiivers commune champ d'apostolat : nations pr&cher l'6vangile, convertissez, baptisez.> Le pretre
n'est done pas un homme local, c'est un home universal,
urnaturel, transcendent; il vise le salut de 1'Ame, que cette
iz--e soit celle d'un chinois, d'un africain, d'un polonais; son
id6al est d'amener le plus d'ames possible au Christ. Sa
vraie patrie est le ciel. On ne doit penser en aucun cas et
pour aucune raison a repousser le pretre mntropolitain. Le
clergM doit etre un tout homogene. Dans son oraison sacer-
dotale. le Christ priait son pire en ces terms : xQu'ils
soient un afin que le monde croit.> Les pretres et les fide-
:es forrnent done un tout unilateral, le corps mystique du
Ch-rist qui ne doit pas etre divis6, ecartel4. L'amour le plus
parfait et le plus rempli d'abnegation doit r6gner entire les
membres du clergy: les discrimination raciales dans une
telle society doivent etre 6vit6es cautant que possible.

Nous sormmes redevables aux pretres strangers de 1'6van.
giisation de notre pays. Ce sont eux qui les premiers ont
.porte en Haiti les bienfaits de la hunimre du Christ, qui
-: attenue par leurs examples et leur morality la grossirete
de nos moeurs primitives. On ne peut en aucune faqon les en-
barquer a moins d'etre des ingrats. I1 sera bien difficile pour
:" pritre stranger apr-s 50 ans de ninistre dans un pays
,-c:nme Haiti. d'aller dans un autre pays se faire une nou-
velle mentality et se reacclimater cas du R. P. Bonen-
fant, S. M. M. Le pretre m4tropolitain qui a pass un
demi sickle au pays est bien plus haitien que le jeune pre-
tre indigene de 26 ans qui dbbute sais experience dans le
ministere. La plus douce consolation du missionnaire, est de
pouvoir dormir son dernier sonuneil aupris des siens, c'est-
a--dire. aupres de ceux qu'il a avangelises.








L'ESCLAVAGISTE LAS CASAS


Peut-ktre que les pretres strangers ont fait un peu de mal,
un peu de tort a tout un chacun, mais is sont homes com-
me nous. La grace de leur ordination ne les d6barasse pas
pour autant des sequelles de la tAche originelle. L'on doit
done ktre indulgent pour leurs fautes et ne considerer que
les bienfaits. En pregnant cette attitude nous nous montre.
rons chr4tiens et charitable, dans une tres large measure.
Enfin un des plus grands dangers qui puissent exister
dans le clergy c'est la presence de pretres patriots. On ne
doit pas consider le soldat du Christ coname le soldat am&-
ricain qui jadis nous occupa et qu'il faut chasser de notre
sein par tous les moyens. Un tel comportement ne pourra
que retarder l'6vangilisation complete du pays et favoriser
1'action n6faste du communism.
Daignez agrier, Monsieur le Directeur, mes cordiales sa-
lutations.
PAS DE SIGNATURE

Bref, la reaction du Cacique Henri demontra clairement
que, en some et en realit6, Las Casas n'avait rien fait ou
n'avait pu rien fire pour les Indiens et que seuls les indi-
genes pouvaient defendre leur droit, seule leur tenacity in-
domptable pouvait triompher de l'injustice.
De leur c6t&, dans 1'Eglise Cahtolique en Haiti,, les Fre-
res de l'Instruction Chr6tienne nous apprennent ce qui suit :
,Le Pape Jules II avait crCi en 1511, les 6vech4s de Saint-
Domingue. de Saint Jean de la Maguana et de la Concep-
tion. Mais, A la demand de Charles Quint, le pape Clement
VII reunit les deux sieges de Saint-Domingue et de la Con-
ception. Saint-Domingue conserve la dignity du siege 4pis-
copal, et, en 1547, il fut irig6 en mrtropole avec le droit de
Primatie dans tout le nouveau-monde. L'archevkque 6tendait







CLERGE INDIGENE


sa jurididtion sur tous les 6veques de la dependance de 1'Au-
dience Royale, sur Cuba, Saint-Jean de Porto.Rico, la Flo-
ride et toute la c6te feinne depuis 1'ile de la Trinit6 jusqu'a
l'isthme de Panama.
cDon Sebastion Ramirez de Fuente fut le premier v&e-
que de Saint.Domingue od il arriva en 1528. II s'efforga de
retablir la paix dans son diocese et il institua une cole
en faveur des Indiens. En 1544, 1'empereur l'envoya au Me-
xique et son absence fut grandement prejudiciable a la co-
lonie.
aPanmi les successeurs de Ramirez sur le siege de Saint-
Domingue, il faut nommer Augustin Davila et Dominique
Ferdinand Navarette. Ce dernier qui 6tait nomm6 en 1678
mourut en 1685. II procura aux Jesuites qui, depuis deji
trente ans s'6taient 6tablis A Saint-Domingue, un 6tablisse-
ment solide et leur fonda un collUge.
Danton disait : cOn n'eanporte pas la patrie a la semelle
de ses souliers>; pour parodier le Grand Revolutionnaire,
nous declarons qu'on n'emporte pas non plus le bon sens
des gens raisonnables A la semelle de ses souliers. Aussi qu'on
ne vienne pas nous rab&cher les oreilles avec la formule mo-
notone de Barthele-
my de Las Casas a Wte un esclavagiste et par surcroit le
Plre de la servitude en Haiti, un point et c'est tout. Qu'a.
t.il fait pour que son nom figure dans l'histoire. Qu'a-t-il
fait, ce n6grophobe pour qu'il porte le nom d'illustre ? Ce
qu'il a fait ? IB a Wte le promoter et l'instigateur de lles1
clavage des Noirs h Saint-Domingue.













CHAPITRE II


PAR LE FOUET ET PAR LA CROIX

OU

LE CLERGE ESCLAVAGISTE
Voici comment la Religion est mise plut6t qu'a
celui de la charity au service de I'exploitation co.
loniale.
Rodelphe DEROSE



Nous avons dit dans notre preface que la Ripublique
d'Haiti avait A livrer trois grandes guerres. Mais il convient
de remarquer que la derniere, celle que nous entreprenons
aujourd'hui sera la plus terrible, car les colons ensoutands
sont d'un genre nouveau : leur astuce n'a point de pareille;
ce sera une lutte sans merci, une bataille sans remission. Eux
autres, ils se mettent sous l'6tendard de la Croix come ja-
dis ces crois6s pouss6s par tune.. sainte ambition' se
battirent contre les Sarrasins pour enlever le tombeau du
Christ aux mains des mecraants. Mais comme le disait si bien,
a Montreal, un des leurs, 1'Abb4 Pierre, illustre entire tous :
le temps des absurdit6s autant que celui des persecutions re-
ligieuse$ a v6cu; il vaut mieux construire pour abriter les
sans-logis, il vaut mieux travailler dur pour donner du pain
aux pauvres, au lieu de se battre come des sauvages pour
un tombeau vide.








CLERGE INDIGENE


Des 1517, sur les instances de Las Casas, 1'esclavagea
reprit de plus belle a Hispaniola. Mais les deportes d'Afrique
re se resignaient par facilement a leur sort et des 1522, is
se revolterent sur les plantations de Don Diego Colomb, fiis
de Christophe que Charles Quint avait remis en possession
des titres et privileges de son pare.
Dans notre ouvrage d6ej paru, intitule 1804>, nous avons brosse a grands traits le tableau des souf-
frances de 1'esclave a Saint.Domingue. Arrach6s brutalemen:
des c6tes d'Afrique apres une chasse-a-l'homnne des plus dra-
matiques, entasses dans des cales d'oi montait une odeur
nauseabonde, les Noirs commengaient ce voyage sans lende-
demain. Sur les Negriers, quand manquait la nourriture. le
Comnmandeur servait des morceaux de foie et d'entrailles
d'esclaves a d'autres esolaves. Les peripeties du voyage son:
inenarables : trois homes ou plut6t trois loquss humnaines
tiennent la place d'une seule; allongees sur le dos, elles sont
battues de verges jusqu'au sang chaque demie-heure puts
arrosees d'alcool et de liquides corrosifs. Le plus souvent.
la mort s'ensuit. par de probl6me : on les jette par dessus
bord: en certain jours de surexcitation. les ConInandeurs
precipitent a la mer plus de trente cadavres: et nimne les re-
quins refusent cette chair deja en pourriture, si vrai qu'en
trouvait les cadavres sur les plages d6sertes. Aprs la tra-
versee c'etait le debarquement spectaculaire au march de
la Croix des Bossales o0u les colons et !es itmportateur s s'e-.-
tendaient sur les prix et reglaient les finances. L'esc'ave utn
fois achete est etarnmpt au fer rougi a blanco des initiales de
son nouveau maitre : plus l'acheteur a de prenozms et de ti-
tres. plus la souffrance est inhumane. En t5ri-vant ces 'i-
gnes. je fremis.
Ensuite le betail etait jete dans la gehenne dc St. Dc'--:n-






PAR LE FOUET ET PAR LA CROIX


La premiere reaction des esclaves fut une succession de
revoltes sporadiques qui avortaient obligatoirement, faute
d'un chef et d'une cohesion reeLe. Les insurrections sponta-
n4es et instantan6es 6tant suivies de chitiments atroces ima-
gines par des personnalitis demoniaques comme Caradeux,
le marronnage commenga. Les amants de la liberty se refu-
giaient dans les regions embrousai!lees des profondes forts,
fortifiant leurs retraites avec des foss4s et des palisades.
Des femames les suivaient, la nature intervenant, ils se re-
produisaient rapidement. Environ un siecle avant 1789. le
marronnage constituait dejA une source de dangers sirieux
pour la colonie et representait un peril imminent pour les
plantations florissantes. En 1720, ils 6taient 1.000 dans la
montagne: en 1751, ils 4taient au moins 3.000; ils avaient des
chfs, ils inaugurrrent 1'&re du marronnage organisI. A pIu-
sieurs reprises, ils essaybrent des coups de main dans le but
de protester energiquement centre l'outrageante iniquity et
Fodieuse servitude don't ils avaient et6 victims.
eDans les premiers mois de 1724, la tranquillity fut trou-
blee dans le Nord par les devas:a-ions des marrons; on s'en
plaignait depuis quatre ou cinl ans. sans que cependant dei
poursuites regles eusscnt et6 c'ommandees. Chastenoye en-
treprit done de deloger de leur mnornes les fugitits. Mais les
aff'anchis refus&rent de miarcher centre ecux qu'ils appel.
lament leurs allies: il fallut pour les y decider une ordonnan-
co du geouverneur du Cap et !a menace de peines sev-res.
Le chef fut pris an Morne al Montgre, en dega du bourg de
'a Tannerie entree la Grande Rivi re du Nord et Limonade :
c'6tait Colas Jambe Coupees: iI fut execute au bois de Lan-

.1) R. P. C n te dat pages 1 t 1
(I) R. P. Cabon Ilistoire d'Haiti pages 1-4 et 147.







CLERGE INDIGENEY


Pour parler franchement, Colas est, du point de vue chro-
nologique, la premiere grande figure de l'histoire haitienne.
Avant Padrejean, trente ans avant Mackandal, il personni-
fia 1'61an initial, irresistible de 1'esclave vers la liberty. Co-
las Jambe Coupee est la concretisation r6elle de la lutte de
l'Africain contre le colonialisme 6ternel. Il est un symbol
qui deviendra un fait. Colas Jambe Coup6e represete cette
cristallisation de la pens6e du negre pratiquement r6duite a
n6ant par le d6chaimement des forces sauvages qui bouillon-
nent dans l'ame de l'homme blanc d'avant 89. Colas Jambe
Couple transcende toute une 6poque historique donn6e par
la stature colossale de son entreprise avant meme que l'es-
clave eut pris conscience de l'injustice criante de la servi-
tude don't il est victim.

Des traditions persistantes veulent qu'il est les deux jambes
coupes : de ce fait son nom comporterait le pluriel. Mais la
logique de la probability et certain historians dignes de foi
veulent qu'il eit une seule jambe de couple dans un acci-
dent inconnu.

Le lieu et la date de naissance de Colas n'ont jamais Wte
fix6s d6finitivement. Est-il un bossale ou un cr6ole ? person-
ne ne le sait. Quoiqu'il en soit il existe une analogie frap-
pante entire Colas, Padrejean et Mackandal; toutes ces pre-
cieuses biographies sont noy6es dans les mers t6n6breuses des
traditions orales. Mais ce don't nous sommes certain, c'est
que Colas et Mackandal se ressemblent en tous points. Tous
deux, ils sont infirmes et tous deux ils ont organism ces pre-
miers 6veils qu'on appelait vandalism, ma;s qui en r6alit6
constituaient de justes reclamations. Par ainsi, Colas, Padre-
jean, Mackandal, Bouclinan ont Wte quatre ftap-s succes-
sives de la liberty et de l'Ind6pendance en transes.







PAR LE FOUET ET PAR LA CROIX


Pourtant, d'une maniere g6n4rale, 1'esprit des esclaves n'a-
vait pas encore atteint une assez bonne maturity. Les pre-
tres, ces colons ensoutan6s, contrariaient 1'oeuvre des chefs
de bandes. Capucins, Dominicains, Jesuites, B6n6dictins,
Franciscains, prefets apostoliques ne representaient presqu'
aucune autorit6 morale. Ils vivaient en grande parties en con-
cubinage; ils avaient des esclaves, ils exploitaient la na'ivet6
des Negres. Is prachaient la soumission, et ces 6ternels ex-
ploiteurs reniant, come toujours, leur foi et leur mission, de-
c'araient p6remptoirement aux esclaves que pour aller au Pa-
radis, il leur fallait servir leurs maitres avec la plus grande
obeissance : une rebellion, un soulevement constituait un pe-
ch6 mortel qui faisait perdre la gr&ce et m6riter I'enfer. Mal.
heureusement, ces pauvres Africains 6taient d6jh dans l'enfer
de Saint-Domingue. Et c'est avec une rigueur tout A fait ma-
th4matique que Lucien Balmir decrit cet enfer sur terre.
Le prelude a l'enfer de Saint-Domingue est r6sum6 en cette
seule phrase : le gout de 'honmme pour le sang de hommee
inventa ce drame des n6griers. Mais puisque de la trag6die
A la comedie l'acteur doit se tenir debout, l'homme de Saint-
Domingue, ne trouvant pas la cohercision entire le sort de
garde A vous qui lui est fait et la nonchalance du maltre se
dresse d'abord centre le Code Noir. Aspect des n6griers :
premier tableau, vie dans les habitations : deuxieme tableau,
code noir : troisieme tableau; 1'ensemble coordonne6 gal l'en-
fer de Saint-Domingue.>

Aussi, les esolaves n'avaient que faire de ce paradise ima-
ginaire, de cet eden hypoth6tique que leur promettaient des
colons astucieux qui ont remplac6 le fouet par la croix, ils
voulaient cofte que cofte sortir de cet enfer. Et Colas, Pa-
drejean, Mackandal comprenant les r8les qui leur 6taient d&-
volus s'dlancirent dans la ml16e avec la resolution definitive-









CLERGE INDIGENE


ment arrat6s de briser toutes les cha^mes de la servitude. Fi-
gures grandioses !acteurs de g6nie Ils organiserent des r4u-
nions secretes; ils parlrent au 'nom de tous les Africains :
par des harangues dignes de Cic6ron et de D6mosthenes, ils
enflammerent les coeurs de leurs freres asservis et arrive-
rent enfin a declencher des soulevements parties. Colas,
Padrejean, Mackandal ont Wt4, chacun A son 6poque, les
Charlemagne P6ralte d'avant 89.
Cependant, la fatality secondee par i'oeuvre ternelle..
ment n6faste des J6suites, des Dominicains, des Capucins, des
B4n6dictins, des Franciscains, des pr6fets apostoliques et des
missionnaires en general, empecha a ces chefs de bande
transcendants d'obtenir la toute puissance du resultat, le seul
don que la fortune leur ait refuse. Il est malheureux de cons-
tater que de telles tragedies soient toujours inscrites au des-
tin des Precurseurs.
D'un autre c8t6, d6tacher un people de ses moeurs et de
ses coutumes, s6parer son coeur de son pays natal, de ses
croyances et de sa religion, tout cela se rev~le mat6rieUe-
ment impossible. Le people remain lui-mgme n'a jamais reus-
si un tel exploit. Nulle astuce de colons, aucune tyranni~d
inhumaine, nulle barbarie morbide ne saurait r6aliser une
pareille action. Aussi, malgre les tortures atroces, en depit
de l'6tat d'abjection de l'esclave, nonobstant la cruaute bes-
tiale des colons frangais, 1'Africain en debarquant au
XVIITme et XVIIIeme siecies dans la fournaise ardente
de Saint-Domingue, descendit avec sa religion sur cette ter-
re arros6e de sueur et de sang. Les souffrances endurees pen-
dant la traversee, les vexations subies sur les plantations ne
firent que solidifier les croyances de 1'esclave. Le Vaudou
6tait done transplant a Saint-Domingue avec les Noirs d6-
port6s des C8tes d'Afrique.










PAR LE FOUET ET PAR LA CROIX


Le catholicisme enseigne6 ces memes esclaves par des mis-
sionnaires improvises ou ignorants devint dans leur esprit et
dans leur culte, un melange informed de f6tichisme et de Chris-
tianisme.
Dans l'Esclavage aux Antilles Franqaises avant 1789>,
Lucien Peytraud 4crit avec amertume : cNous reconnaissons
volontiers que la religion chr6tienne prachee dans d'autres
conditions aux noirs africains, eft 6td le meilleur moyen de
les gagner une civilisation sup&rieure. MWme dans leur mi-
s6rable situation et avec les reserves qu'on 6tait bien forc6
de faire dans l'explication qu'on leur donnait du dogme et
de l'esprit evangelique, (2) elle leur apportait quelques 616-
ments de morality; et pour ceux dans le coeur desquels put
p6n4trer la foi, du moins & 1'6tat rudimentaire, elle dut cons-
tituer la plus efficace des consolations. Malheureusement...
la plupart des maltres catholiques ne s'abstinrent pas de
cruautes qu'ils commettaient eux-imemes ou laissaient com-
mettre a leur 6gard; et quant aux notions qui leur 6taient
inculqu6es avec peine, les maitres furent dans la plupart des
cas les premiers a les detruire.>
En d4pit de toutes les penalit6s 6dictees, les baptemes des
Noirs seront souvent retards par les pretres eux-mrnmes, jus.
qu'A l'Age de dix ans et au-delk. Sous pretexte que les es.
claves marines pourraient pretendre s'assimiler aux blancs,
les pretres refusaient de les unir religieusement parce que
disaient-ils, les Africains ne pouvaient pas bien assimiler le
catechisme (ce qui arrive encore de nos jours). Des proprie-

(2) La sfrete des blancs exige qu'on tienne les nigres dans
une profonde ignorance, truire les siens, c'est pour que les moines ne mandent pas en
France qu'il ne croie point a sa religion et qu'il n'en ait point
(Inquisition) 1764.






CT'EPZGE ThDIGENE


taires, de concert avec le clerg6 esclavagiste, refusaient leur
cons ntemnt, 16galement n6cessaire, aux marriages de leurs
esciaves. Aussi, quand le colon ou un pretre vivait en con-
cubinage avec une n6gresse, ii faisait toujours prevaloir son
sroit de veto dans le cas oi I'Africaine voudrait se mnarier
centre un de ses freres (ce qui arrive encore de nos jours).
Connaissez-vous l'istoire du pere Lecun ? Dans son
presbytere, le pere Lecun avait une table convertible auto-
matiquement en sofa. II etait le confesseur pr6fer6 des mai-
tresses des colons de la region de l'Ouest. Et lorsqu'un jour
une de ses amies vint le voir au bureau, elle le trouva en
flagrant d6"it de depr6dation, ce qui provoqua une scene ter-
rib'e entire les deux rivals. L'affaire prit une telle ampleur
que le plre Lecun dut s'embarquer involontairement pour
la France et y passer quelques mois de rehabilitation. (1)
La conduite ge6nrale des blancs etait plus que deplorable,
ils rappelaient przsque tous, ces fibustiers et boucaniers qui
croyaient de leur plre gens de sac et de corde, gens sans hon-
neur-, disait de Brach.
Le zele et le devouement des J6suites relevaient de leur
esprit de domination. Ils se servaient des dogmes religieux
qu'ils prechaient pour affaiblir les rapports de dependance
sur lesquels reposaient 1'ordre colonial.
Lucien Peytraud constate d'autre part que des religieux
possedaient des negres et les maltraitaient avec la derniere
cruaute.> La plupart des pr&tres 4tablis dans I'Ile en 1681
sont aussi debauches que les autres, le plus grand nombre.
etant des apostats sortis de leur couvent par libertinage.
Dans ses

(1) L'Histoire est eternelle.








PAR LE FOUET ET PAR LA CROIX


A. Cabon rapporte que tdepuis I'expulsion des J6suites, les
cures pour la plupart ont eu & Saint-Domingue une con-
duite indecente sous tous les rapports, que les habitants et
les negres ont perdu tous les sentiments religieux que les
J6suites leurs avaient donnas.>
Le missionnaire se doublait du maitre, ripso facto, des
deux personnages ainsi juxtaposes, celui qui dominant 4tait
le maitre: les interets temporels pr6valaient sur ceux de la
foi. C'est ainsi qu'on peut s'expliquer comment et pourquoi
certain pretres catholiques (prototypes du derg6 esclava-
gistes) pr&chaient en meme temps aux esclaves la soumis-
sion absolue aux blancs qui incarnaient la plus haute auto-
rit6 sur la terre et les respect di aux loas (de l'olympe VS.
douique.) Dans la catechisation de l'esclave, le premier ob-
jectif 6tait de faire de la personnel du colon une chose sacree;
apres quoi, tout lui 6tait permis en matiere de foi. VoilA com-
ment la religion est mise, plutot qu'A celui de la Charit6, au
service de l'exploitation colonial.
du catholicisme remain et le respect df aux loas vaudou,
les esclaves allaient se livrer au travail de rapprochement
des deux groups d'entites. II ne leur etait pas n6cessaire
d'avoir beaucoup d'imagination pour les reunir dans le me-
me culte et sur le meme autel. Tel est l'origine du syncr6tis-
me (vodou-catholique remain). I1 a 6t6 mis en relief par
Petit, un autre historien : conduits par une superstition
grossiere, ils (les n6gres) melaient les choses saints de no-
tre religion a des objets profane d'un culte idolitre, (le vS-
dou). Les mauvais pretres du catholicisme (et le clergy es-
clavagiste, en particulier) y avaisnt travail!6. (1)

(1) Rodolphe Dirose in ,Caractere, Culture VWdou> pp.
123 et 124.






CLERGE" INDIGENE


Certes, ils seront nombreux, ceux qui, pour nous attaquer
par derriere, diront que nous pr&chons un 6vangile-vaudou
en exposant la th6orie de la formation du synchr6tisme vau-
dou-catholique remain. Mais, loin de l1 notre pensee : no-
tre but, c'est de delivrer le people, en g6n6ral et le paysan,
en particulier, de la triple superstition paganiste, vaudouique
At catholique, par la formation d'un clergy natio!,al qui ira
a la recherche des fiddles.
En effet, que de fois, dans le silence tout a tour profound,
eloquent, s6pulcral et lugubre de la nuit myst6rieuse des
campagnes ne vous est-il parvenu d'entendre le son trou-
blant des tambours africains Combien souvent n'avez-vous
6cout6 ces musiques endiabl6es, retentir longuement au fond
des gorges et des vallees Que de fois, dans la fraicheur de
la nuit 6toil6e, n'avez-vous oui sur les tambours magiques,
ces coups de baguette tant6t legers et saccad6s, tant6t pro-
fonds et large, qui remuent si 6trangement les fibres ner-
veuses de l'homme des tropiques !> Ce sont les paysans qui
perp6tuent dans une forme plus ou moins alt6r~e ou pure-
nient superstitieuse, une religion partiellement disparue de-
puis prbs de deux siecles et vigoureusement combattue ces
dernieres ann6es le VAUDOU.
Vus le d6veloppement croissant du folklore haitien (deve-
loppement favoris6 par 1'elan du tourisme, et les activities
intense du bureau d'ethnologie, nonobstant la rugosit6 de la
question mainte fois reprise et debattue, malgre la negation
complete des opinions emises par des historians dignes de
foi, tels Louis E. Elie, H. Pauleus Sannon, ou des ethnolo-
gues celRbres come Lorimer Denis, Dr. Franqois Duvalier,
Dr. Price Mars, Dr. Louis Mars, Kleber Jacob, Dr. J. C.
Dorsainvil, Herskovits, Rodolphe Derose, en d6pit des dit'fi-
cultbs t'p roiuves tant dans !a rech:.rche des arguments so-







PAR LE FOUET ET PAR LA CROIEX


lides et d6finitifs que dans la collection des croyances frap-
pantes, diverse et m .me opposes, nous nous sommes pro-
pos6 d'6tablir la position du Vaudou dans la vie de la com-
munaut6 haitienne. Par ainsi, nous verrons combien grande
et immediate est la nbcessit6 de la formation du Clerg6 Na-
tional.

Le 21 Avril 1948, pour commemorer la naissance mysti-
que du Spartacus Noir, Toussain Louverture, dans la grande
salle des fetes du Tht~tre Rex, A Port-au-Prince, Monsieur
Lorimer Denis pronongait une conference sur le Vaudou. Le
gant orateur citait des noms de loa... rire 6clatant de la
socikt6 raffinee en entendant des noms etranges, le con-
ferencier de s'arrater soudain, d'embrasser l'auditoire d'un
regard circulaire et d'un geste imposant, de frapper vigou-
reusement le parquet du pied et de s'4crier d'une voix de
tonnerre : Je r6pete encore... Ainsi, d'une maniire gendrale,
sous 1'empire des pressions adverse, le Vaudou a toujours
6te consider comme un fait ou un culte ridicule, derisoire,
infirieur. Mais, & la lumiere jaillie du choc des idWes et des
discussions enflamm6es, A la lueur projet6e sur 1'ecran des
siecles par opposition des diverse croyances, A la clarti)
des idWes contemporaines nous avons pu d6chiffrer la defi-
nition plus ou moins precise du Vaudou. Le Vaudou est une
religion africaine qui & l'aurore des temps constituait un
culte familial. Ces quelques mots resument toutes les longues
dissertations brod6es autour du sujet. Oui, le Vaudou est
une religion par la presence ou 1'existence de ses divinit6s
propres, par les cultes pieux rendus a ces dieux terrible,
par la croyance profonde, la ferme confiance et le nombre
toujours croissant des fiddles. C'est une religion africaine
par sa mere 1'Afrique, par les initi6s, les Africains et nous
autres fils d'Africains, (n'en d6plaise a ces superstitieux de







CTLERGE INDIGENE


profession qui se nomment pompeusement catholiques, apos-
toiiques et remains).
Nous ne sommnes pas d'accord avec Derose quand il d6cla-
re que Vle du catholicisme remain auquei il emprunte 1'imagerie de ses
saints pour repr6senter ses propr:s divinit6s...>; le contraire
serait plutat la verit6. En effet, le Vaudou est plus ag6 que
le Catholicisme et plus riche en divinites de toutes sortes;
d'autre part, la theorie de la formation du syncr6tisme Vau-
dou-Catholique remain a 6t6 exposee en faveur de la these
que nous soutenons, par Derose lui-.mme; enfin des milliers
de divinites vaudouesques n'ont point leur correspondent
dans la religion catholique et d'apres Leo Frob6nius, le pan-
theon strictement Nago compete a lui seul plus de 600 loas.
Certes, du Vaudou a la Religion Vaticane de meme qu'a 1'Is-
lamisme, au Confucianisme, au Boudhisme au MIahom6tis-
me, A 1'Animisme en g6n6ral, il n'y a qu'un pas; mais la
difference est nettement marque. Cette confusion est a la
base mime de la superstition catholique.
Et Dorsainvil de poursuivre dans V6dou et N6vrose : JI1
s'est op6re A Saint-Domingue un travail infiniment int6res-
sant pour l'observateur qui veut suivre nos croyances po-
pulaires dans leur evolution. En changeant de milieu, en
contact avec le christianisme assez mal compris du people,
insuffisamment enseign6 A ces desh6rites africains par un
eclerg6 esclavagiste>, il se fit une curieuse identification
des saints du calendrier chretien. L'id~e monontheiste d'un
Dieu dominant la creation par un fiat de sa volontr toute
puissante, dejA pr6existante dans le v6douisme, conduisit
ces malheureux A la conception du Grand-Maitre qu'ils pla-
cerent tout sinplement a la tete de leur panth6on... Le ter-
me choisi pour designer le Dieu supreme leur 6tait impose







PAR LB FOUET ET PAR LA CROIX


par le milieu. Ce premier pas fait, le reste ne fut que l'oeu-
vre du temps. A measure que les entities saints du catholi-
cisme se d6couvraient a eux, les cr6oles surtout les identi-
fiaient au V8dou du culte dahom6en des Fons. Cependant
malgr6 ce travail, de reduction, il y eut toujours place dans
ces croyances, pour un certain culte cosmique de divinisa-
tion des forces naturelles.>
D'ailleurs, les Africains ne prenaient aucunement la reli-
gion catholique au serieux. Ils talentnt du reste dans 1'Eglise
se comme A quelqu'assembl6e, ou spectacle profane; ils s'en-
tretenaient ensemble, riaient et badinaient, surtout ceux qui
etaient appuy6s sur la balustrade qui rbgnait autour de 1'E-
glise, parlaient plus haut que moi et melaient le nom de
Dieu dans leurs discours d'une fagon que je ne pus souf-
frir.) (1)
Le Vaudou 6tait arrive i Saint-Domingue en meme temps
que les esclaves. Transf6r6e en parties h la colonie frangaise,
la religion vaudouesque ne tarda pas A se d6velopper rapi-
dement. Chaque case devint une chapelle, chaque caverne
un temple, chaque cabane un hounmort. Mais les comman-
deurs veillaient avec vigilance; et les esclaves surprise dans
une c6rnmonie etaient condamn6s h avoir les oreilles cou-
p6es.
Ces cruaut6s indescriptibles des Caradeux, cruaut6s sem-
blables en tous points a celles des persecutions religieuses,
entrav6rent 1'61an in6gal6 du culte afro-saindominguois et
seules les grotttes offraient un abri conveaable aux c6re-
monies du culte. Dans la nuit silencieuse, alors oi le colon
fatigue de tyrannie et de barbarie s'abandonne au sommeil,
alors ou le maitre au paroxysme des delices de Capoue som-


(1) Labat in






CLERGE INDIGENT


bre dans l'ocean vaporeux des raves, alors ott le colon fran-
cais, pouss4 par u. instinct qui relve de son animalit6 et
de sa sensuality bestiale contraint la nigresse a partager sa
couche, l'esclave avec une agility de chat sauvage trompe la
vigilance du commander, laisse sa pauvre cahute pour re-
joindre ses correligionnaires dans la grotte mysterieuse. La,
le noir croit revivre ces doux moments passes sur cette terre
d'Afrique, berceau de son enfance...


Le Tam-Tam r6sonnait au loin dans la valllee;
Les vieux Noirs Africains A la figure bossel6e,
Autour d'un feu brilliant en ronde dansaient tous;
IIs adoraient un dieu presqu'inconnu de nous.

La danse endiabl6e attirait un bon nombre,
Tandis que la nature cherchait son manteau d'ombre,
La journ4e poursuivie par une nuit sans lune,
S'en allait vivement de lagune en lagune.

Dans le sentier fuyant sous forme de serpent,
La troupe des commanders s'engageaient lentemen,
La rivibre silencieuse sous le soleil couchant
Se dorait des rayons de l'astre luisant.

La flamme rougeoyait et montait la chanson,
Mais la lueur blafarde attirait un soupon :
L'interdiction pose par la loi du servage,
Remettait dans le culte un peu de l'esclavage.

Les oreilles couples c'est le sort qui t'attend,
Pour avoir tournoye prbs de ce feu ardent
Qui rappelle 1'Afrique et ses vierges bannies.
Ses mille danses rituelles et ses ceremonies.








PAR LE FOUET ET PAR LA CROIX


Les commanders s'approchent, observent cette olympique,
Cette cor6graphie tout remplie de plastique
Et de melancolie. Ils saisissent le chef
Par le collet noirci, le giffle derechef.

Ils le jettent par terre, le pi6tinent et l'6crasent
Aux yeux de tous ceux-1a que les haines embrasent
Et que la servitude, cone en un affreux songe,
Meurtrit jusqu'au tr6fond et doucement les ronge.

Contraste frappant, ceux-lA memes qui avaient enseign6
aux esclaves le respect di aux loas, leur coupaient les oreil-
les quand ils organisaient un cangouianou.

Haiti n'a connu de race plus perfide que celle de ces 4ter-
nels colons; ces rejetons, ces dechets de la France mntropo-
litaine, ces filles sans vertu, ces officers cribl6s de dettes,
ces bagnards evad6s, ces moines tar6s, ces formats amnisti6s,
ces bretons ignorants, ces pretres d6froqu6s ont commis tou-
tes les bassesses pour atteindre leur but. La fange, la boue,
le sang, le poison, rien ne les a effrayis. Pour eux, tous les
moyens sont bons. Ce sont des verres de terre qui n'h6si-
tent pas A flatter les viles passions des riches pour obtenir
des faveurs; ce sont des scorpions qui piquent et enveniment;
ce sont des serpents qui rampent partout dans les couloirs
de la politicaillerie, ce sont des crapauds, des... que sais-jer
encore ? Ces gens aux allures pacifique3, entrei"-nnent et
attisent la flamme destructi e du pr6jug6 traditionnel de
couleur. Leur slogan : diviser pour r6gner>, reussit a mer-
veille. Ils opposent noirs et mulatres pour construire sur la
haine des frlres. C'est encore et toujours la meme bktise
humaine.> Les 6coles congr6ganistes en g6n6ral sont de ve-
ritables foyers de pr6jug6s qui retardant I'evolution du pays







62 CLERGE INDIGENE

au profit d'esclavagistes ignorants, toujours maitres. Eux-
memes, ils ont confess leur ignorance et la frusticit6 de
leurs moeurs. us sont tous des montagnards incultes com-
par6s A nos jeunes pretres haitiens bien cultives qui ont con-
nu un minimum de vingt deux annres consecutives d'6tudes
assidues. Avez-vous jamais entendu un sermon prononc6 par
1'illustre d6funt, le R&v6rend Pere Mond6sir ? Vous series
transport jusques aux nues; l'on dirait un autre Ciceron
pregnant la parole au Forum.
Et toute cette ignorance, nous, Fils de Dessalines, fils d'un
illettr6 transcendent, nous trouvons moyen de l'adorer et de
la payer tres cher a cause d'un maudit Concordat qui nous
ronge le cou. Nous en avons assez :

A bas le Concordat !













CHAPITRE IV


FACE AUX PRECURSEURS

Oiu est-il ce grand homme que la nature doit peut-4tre A
1'honneur de l'esplce humaine ? Ol est-il ce Spartacus qui
ne trouvera point de Crassus ? Ol est-il ce grand home
que la nature doit a ses enfants vex6s opprimns, tourmentes?
Od est-il ?
Abbe RAYNAL



A l'approche de la revolution de 1791, le Vaudou devint
une association politique qui avait pour mot d'ordre 1'exter-
mination des colons. L'Afrique en exil & Saint.Domingue
donna I'expression aux chants de guerre de nos r6voltds.
Aussi, dans la galerie des audacieux pionniers qui ont rC-
v6 la liberty g6ndrale des esclaves, parmi les illustres lutteurs
inscrits en grandes lettres sur la terre haitienne : dans la li.
gn6e des indomptables vengeurs d'une race opprimbe, dans la
phalange des MTITANS de 17892, il convient de ranger le
Grand Pretre, le chef engendr6 par les circonstances, le sur-
homme, Bouckman. Soucieux du r4sultat de la bataille me-
n4e par ses freres, voulant diminuer la game des maux des
Africains de Saint-Domingue Bouckman a orient d6finiti-
vement, dans la voie de la victoire, la lutte pour I'avinement
d'un monde meilleur. Et dans la c6rnmonie du Bois-Calman,
dans cette cer6monie du 14 Aoat 1791 qui marque une ire






CLERGE INDIGENE


nouvelle dans la vie de l'esclave, Bouckman, le Hougan, al-
luma un boucan pour montrer la n6cessit6 d'incendier les
plantations; il fit boire du sang A ses hommnes pour leur mon-
trer la necessity de repandre du sang partout sur leur pas-
sage. (1) Et pour achever d'hypnotiser ses corrbligionnaires,
Bouckman prononga le serment suivant .

LE SERMIENT DU SANG

Bon Di6 qui fait soleil
Qui clere nous en haut
Qui soulev& lan me
Qui fait l'orage grond6

Bon Di6 1 zotte tend
Cache nan young nuage
Et 16 li gad6 nous
Li ou& tout ga blancs fait

Bon Di6 blancs mand6 crimes
Et pa nous v16 bienfaits
Bon Di6 v16 oue nous toute
Delivr6 pou toute temps

Jet6 portrait Di6 Blancs
Qui soif d'lo nan g6 nous
Cout6 la liberty
Pal nan coeur nous toute.


(1) CGrard G. Gayot in Les Titans de 1804s pages 25 et




FACE AUX PRECUIRSEURS


Savez-vous que ce serment avait Wth compose par le Re-
v6rend Pere Delahaie sur la demande express de Tous-
saint-Louverture ? Si vous ne le saviez pas, apprenez que
Tousaint n'est pas un homme ordinaire : il a pu s'allier un
membre du clerg6 esclavagiste pour que sa cause remportit
la victoire.
La premiere fois que nous entendons parler de Louver.
ture, c'est a la veille de 1791, quand 1'esolave a vraiment
pris conscience de l'injustice de sa servitude inhumaine. La
revolution de 1789'faisait rage dandyi les esprits et dans lesi
coeurs; 1'abb6 Raynal 6crit un ouvrage qu'il intitule lfHis-
toire Philosophique des deux Indes '. ,: Toussaint se d4cou-
vre dans le Spartacus pr6dit par ie moine; il se retrouve
dans cette projection hardie faite sur une pure fictice. Et,
de fait, le cerveau qui dirigea les preparatifs et la revolution
elle-m. me n'6tait autre que celui de Toussaint; son moment
n'6tait pas encore venu de se montrer; aussi agissait-il dans
I'ombre. Bouc-kman n'etait, pour parler a'nsi, que le bras
du Titan qui d6clenchait l'6croulement de l'6difice dress
par le pr6jug6 le plus infame. Toute la dramatization de la
c61lbre c6rnmonie du Bois Caiman n'6tait que l'4xecution
des ordres precis du Maitre noy6 dans l'obscurit6 la plus
6paisse. Mais, dissimiule et agissant avec perspicacity, Tous-
saint ne prit apparemment aucune part a la devastation ge-
n6rale, au contraire, il sauva ses maitres, il fit preuve d'un
humanisme d6sint6ress6 debordant de lumibre et de justi-
ce, car son heure n'avait pas encore sonne.
Si ce meme Toussaint a pu embarquer Laveaux, avec
douceur, s'il a pu embarquer Sonthonax, Roume, H6douville
avec violence, nous autres du cClerg6 Indigenes, nous som-
mes disposes A suivre les traces du Spartacus, meme au prix
de notre vie.





CLERGE INDIGENE


Si Colas, Padrejean, Mackandal, Bouclkman, Jean-Fran-
cois, Biassou furent A certaines minutes des images senso-
rielles, pour parodier Balmir, Toussaint en cet instant du bi-
zarre oil tout n'ktait que confusion, rallie les suffrages. Qui
salt si touted la pri&re des ateliers ne imonterait vers le dra-
peau qufil sert.

Bref, au lendemain des ev6nements de 1791, les mulatres
allaient comprendre la situation dans toute sa logique v6ri-
table. ls commengaient a sentir que la cooperation avec les
noirs 6tait essentiellement necessaire : car seules leurs
mains liees pouvaient r6aliser le miracle de 1804.

La loi du 4 Avril 1792 favorable aux affranchis venait
d'etre decrktee et promulgu6e par 1'Assemblie Legislative;
les prktres furent les premiers a s'opposer categoriquement
A son execution. Ils voyaient dans les affranchis une classes
d'hommies susceptibles de s'accaparer bient6t d'une certain
autorit6.

ference au point de vue de I'autorit6 du pouvoir temporel
entire la situation eccl6siastique de Saint Domingue et celle
d'Haiti soit-disant libre et independante.>>

Les agents de la deuxieme commission civil, Sonthonax,
Polverel et Ailhaud, sont charges specialement d'6x6cuter
la loi du 4 Avril 1792. Le 18 Septembre, ils jettent l'ancre
dans la rade du Cap. Le 20 Septembre, ils d6barquaient sur
la terre de cette Saint-Domingue boulevers6e.
Une reception grandiose les attendait a la Cathedrale du
Cap. Daugy, president de 1'Assembl'e colonial parole, c'est
un discours rempli d'une rumeur tendancieuse, nuisible a








FACE AUX PRECURSEURS


1'autorit- de la Commission. Et le jeune Sonthonax affirme
cat6goriquement : < ses d'hommes dans la colonies : les libres et les esclaves; 2o)
que si !a France se proposait, un jour, de supprimer 1'escla-
vage, lui et ses colleagues s'y opposeraient 6nergiquement
pour Saint-Domingue.>
Ce Sonthonax est le meme qui ecrivait en 1791 : res de Saint-Domingue doivent appartenir aux Noirs : ils les
ont acquises a la sueur de leur front.> Deja Sonthonax se
pr6sente come un home insaisissable, 1'antagonisme de
ses affirmations pr6figure sa politique a venir. En 1791, c'est
le jacobin r6volutionnaire, enrag6 meme, partisan de la li-
bert6, philantrope convaincu, anti-esclavagiste rouge; en
1793, le voila Brissotin, Jacobin attiedi qui se plie aisement
aux circonstances. Dja, 1'on peut dire avec 1'autre : thonax peut ne pas rompre sa vertical, car quand il est
statue, son ombre, ses ombres sont aux talons de ceux qui
passent oil gravite son orbite.> (1) Sonthonax sera un Ma-
chiavel comme 1'a si bien d6montre Mentor Laurent dans
son magnifique ouvrage intitule ( que de Toussaint-Louverture.>

Contrairement a la Premiere Commission civil, la deu-
xi&me ne balance pas, elle ne badine point; a bas les tergi-
versations.

Le schisme don't s'6taient rendus coupables les membres
de 1'Eglise apres la fameuse journme du 22 Aout avait divis6
les pretres en deux camps. Les uns se rangeaient du c8te
des negres r6volt6s, les autres suivaient les colons. Les com-


(1) Lucien P. Balmir in







CLERGE INDIGENE


missaires d6ciderent alors de mettre fin A une situation
tout aussi ambigue. Polv6rel et Sonthonax, les membres les
plus actifs de la Commission prirent des decisions d'une im-
portance capital. Le Jacobinisme qui couvait dans l'mne de
ces homimes, leur dicta une position d6finitivement hostile a
l'Eglise d6faillante. Is s'empressrent < sures de repression centre 1'etat de chose existant dans la
colonie. L'ancienne organisation eccl6siastique regnait dans
toute sa beauty. La perpetuation de ce fait, lut assimilee A
un d6sordre qu'il fallait r6primer. Le domaine clerical etait
ind6pendant de celui des civils. Les religieux portaient en-
core le costume de leur ordre, jouissaient de leurs revenues,
privileges qu'avait supprimbs l'Assemblee Nationale Consti-
tuante. Rappelons encore que ces religieux poss6daient et
exploitaient des sucreries, des caf6teries et d'autres pro-
prietes tr6s imporantes.> (1)

Dans un ouvrage d6ej paru, intitule Les Titans de 1804>
nous 6crivions :
<1l est vrai que la logique des peuples n'est pas celle des
Rois, il est incontestable que Charles ler et ses partisans
n'avaient pas agi commke il le fallait avec Cromwel, il est dvi-
dent que Louis XVI, Marie.Antoinette et la Cour ne se sont
pas comports raiso nablement avec les r6volutionnaires,
mais tisold de la France, priv6 d'un nombre suffisant de sol-
dats pour maitriser 1'Espagne et les colons hostiles A un rd-
gime d'6galit6 (1), pressed par les consequences de la cons-
piration Galbaud, forc6 par les petits caprices de 1'histoire,


(1) Klber Georges Jacob, in <

(1) L'Ethnie Haitienne page 98.









FACE AUX PRECURSEURS


Sonthonax comprit clairement la logique des Noirs. Le 29
Aoit 1793, il proclamait l'emancipation gendrale des escla-
ves de la province du Nord. Un mpis plus tard, son coll6gue
Polv6rel, donnait lecture de 1'acte de l'6rancipation g6nera-
le des esclaves aux populations de l'Ouest et du Sud.
Par la proclamation de 1'emancipation g6n&rale, Sontho.
nax s'est r&v616 un rude jouteur digne de l'admiration des
plus grands homines politiques de tous les temps. Par ainsi,
il s'est rang6 dans la lign6e des experts diplomats et des
homes d'Etat a la hauteur de leur tache. Il a oompris une
situation donnee.

Dans le conflict opposant le sipirituel au temporel, Sontho-
nax fit preuve de cette astuce qui lui avait si merveilleuse-
ment servi en maintes circonstances. Pour limiter les abus
commis par le clergy esclavagiste, Sonthonax employant tou-
te 1'autorit6 don't il 6tait invest promulgua le decret du 5
IVai 1793, d'apres lequel les fonds d6pendants des cures, les
revenues des proprietes eccl6siastiques, les cr6ances, les fer-
mages et arrerages, les propri4tes mobilibres et immobilieres,
les negres dependants des dites propri6tes immobilieres, les
chevaux, les boeufs, les mulets, vaches et animaux de toute
espkce et finalement les cabrouets et ustensiles d'exploita-
tion seront reunis au domaine de la RMpublique Frangaise.
Les colons ensoutanes r6agirent avec force de mots, de pa-
labres et de procdd6s tout B fait deconseiller. Ils accuse-
rent les Coinmissaires de parti pris et d'Africanisme; ils par.
lBrent de partiality et d'Africanophilie. Quels que soient les
arguments proposes pour attribuer aux Commissaires des
preoccupations mesquines et interess6es, ils resteront vains
devant l'l6oquence des faits.* 11 est incomprehensible que
des moines portant la Croix du Christ sur leur poitrine ou








CLERGE INDIGENE


sur leur hanche soient propri6taires de negres, administra-
teurs de vastes et de riches plantations. La raison la plus
primaire, le bon sens le plus 6l1mentaire s'oppose A cet illo-
gisme flagrant que ne peut dissimuler le camouflage chrbtien.
Pire encore, la loi du 5 Mai 1793 ne fut pas observe, par-
ticulierement par ceux-1. qui prechaient la soumission aux
Maitres pour l'obtention du salut et pour aller au paradise,
vivre la vie 6ternelle. Le Pare Cabon rejoignant en quelque
sorte un m6moire de Polv6rel, 6crit : ( Les cures continue-
rent d'habiter leur ancien presbytere qui 6tait reconnu pour
leur proprift6 : leurs anciens esclaves les servaient come
par le pass. Cet etat de chose demeura jusqu'A la proclama-
tion de Sonthonax et Polv6rel de la liberty g6nerale des es-
claves au mois d'Aout 1793.
(A la v6rit6, pursuit Klber Jacob, on ne peut s'empe-
cher de reconnaitre le d6vouement, le zele de quelques pas-
teurs. La foi dans le Christianisme remain d6couverte chez
nombre de noirs important de la colonie doit 6tre attribute
A la comprehension de rares et vertueux ministres de la re-
ligion catholique. L'enfer de Saint-Domingue etait tellement
intenable du point de vue religieux que ces rares bons pre.
tres don't nous avons signal le d6sinteressement ne cessaient
de faire allusion h l'immoralit6 des vendeurs du temple ope-
rant au nom de 1'Eglise Chr6tienne et don't Siant-Domingue
6tait infest6. (1)

D'un autre c8t6, parlant de l'influence frangaise, Christian
Werleigh 6crit dans L'Information du 11 Juillet 1936 : Elle
crba et maintient la division parmi les enfants d'Haiti et


(1) Kleber Georges Jacob, in dl'Ethnie Haitienne pages
96 et 97.





FACE AUX PRECURSEURS


elle divisa le pays avant de diviser 1'Ile. D'accord avec I'in-
fluence 6trangere, et tout en s'6vertuant a garder une solide
preponderance, elle dissocia a la longue nos forces, elle af.
faiblit le pays avant de le livrer, croyant servir ses propres
int6r&ts, A la main mise 6trangere. Apris avoir d6tourn6
le course de notre histoire, elle en alttra le sens en d6for-
mant la physionomie des acteurs. Maitresse incontestable
des 6coles, elle d6shaYtianisa 1'Ame haitienne, elle reussit ce
tour de force de la rendre touted frangaise; elle lui apprit
a m6priser ses h6ros nationaux et j'entends encore le TrEs
Cher Frere nous dire au lendemain des fetes du Centenaire
de notre Ind6pendance a nous, les pauvres petits enfants
que nous 6tions : ler en enfer pour tous les crimes qu'il a commis.>>

Et voici 1'accablante r6alit6, voici comment prit naissan-
ce une malheureuse le6ende. Certes, Dessalines n'est pas en
enfer, il a une place reservee au ciel, la place qu'occupent
tous les grands fondateurs de la Nation Haitienne; mais, ce
don't nous sommes certain c'est que Napol6on Bonaparte est
en enfer pour l'eternite. Son pech6 est grave et impardonna-
ble : il dctruisit la Papaut6, bouscula des traditions ances-
trales bashes sur la divinity meme. Ni les prieres de la Fran-
ce cnti&re, ni les mains jointes de la posterite universelle,
ni les formulas sempiternelles, ni les messes annuelles ne peu-
vent le tirer des ablmes de la g6henne. Napol6on represen-
te l'homme d'6tat qui a commis le plus de crimes au monde.
L'assassinat du duc d'Enghien est plus que concluant a ce
sujet et unique dans les annals de l'humanit&. Consid6re
comnme militaire et fauve de gierre, Napoleon ne respectait
pas la vie humane. Scn orgzsil, sa soif de gloire et de
puissance envoyaient la mort des milliers de paisibles ci-
toyens frangais.




CLERGE INDIGENE


Napoleon Bonaparte, le fils de la Revolution de 1789,
I'hemme du 18 Brumaire, l'homm2 du plus c6lbre des coups
de main, l'assassin du Due d'Enghein, I'assassin de Toussaint
Louverutre drtr6na Pie VII et mit fin au pouvoir temporel.
Ces denominations ont fait de Napol6on l'idole sanginaire
don't parole LUon Daudet dans son oeuvre magistrale, Idoles sanguinaires.

Voici la lettre de Napoleon h Sa Saintet le Pape Pie
VII; elle est empreinte d'une insolence et d'une impertinence
nullement fard6es.
Paris, 13 fevrier 1806

< partage toute sa peine; je congois qu'elle doit avoir des em-
barras. Elle peut tout 6viter en merchant dans une route
droite, et en n'entrant pas dans le d6dale de la politique et
des considerations pour des puissances qui, sur le point de
vue de la religion, sont her6tiques et hors de 1'Eglise, et,
sous celui de la politique, osnt 6loignks de ses Etats, incapa-
bles de la proteger, et ne peuvent lui faire que du mal.
Toute 1'Italie sera soumise sous ma loi. Je ne toucherai rien
a l'independance du Saint-Siege; je lui ferai m&me payer
les depenses que lui occasionnerait le mnouvement de mon
armbe; mais nos conditions doivent 6tre que Votre Saintet6
aura pour moi, dans le temporel, les memes 6gards que je
lui porte pour le spiritual et qu'elle cessera des managements
inutiles envers les her6tiques ennemis de 1'Eglise, et envers
les puissances qui ne peuvent lui faire aucun bien. Votre
Saintet6 est souveraine de Rome, mais j'en suis l'empereur.
Tous mes ennemis doivent etre les siens. Il n'est done pas






FACE AUX PRECURSEURS


convenable qu'aucun agent du roi de Sardaigne, aucun An
glais, Russe ni Su6dois reside h Rome ou dans vos Etats, ni
qu'aucun bAtiment appartenant a ces puissances entire dans
vos ports.

(Comnne chef de notre religion, j'aurai toujours pour Vo-
tre Saintet6 la d6f6rence filiale que je lui ai montree dans
toutes les circonstances; mais je suis comptable envers Dieu,
qui a bien voulu se servir de mon bras pour retablir la
religion. Et comment puis-je, sans g6mir, la voir compromi-
sz par les lenteurs de la Cour de Rome ? On ne finit rien
et pour des int6r6ts mondains, pour de vaines prerogatives
de la tiare, on laisse p6rir des anmes, le vrai fondement de
la religion. Is en r6pondront devant Dieu, ceux qui laissent
l'Allemagne dans 1'anarchie; ils en r6pondront devant Dieu
ceux qui retardent l'exp6dition des bulles de mes 6veques
et qui livrent mnes dioceses A l'anarchie. II faut six mois pour
que les eveques puissent entrer en exercise, et cela peut etre
fait en huit jours. Quant aux affaires d'Italie, j'ai tout
fait pour les 6veques; j'ai consolid6 les int6r6ts de l'Eglise;
je n'ai touch en rien au spiritual. Ce que j'ai fait A Milan,
je le ferai A Naples, et partout oti mon pouvoir s'6tendra.
Je ne refuse pas d'accepter le concours d'hommes dou6s d'un
vrai z6le pour la religion et de m'entendre avec eux; mais
si, a Rome, on passe les journ6es a ne rien faire et dans
une complete inertie, moi que Dieu a commis, apr6s de
si grands bouleversements, pour veiller au maintien de la
religion, je ne puis devenir, je ne puis rester indifferent A
tout ce qui peut nuire au bien et au salut de mes peuples.

Trbs Saint-Pere, je sais que Votre Saintet6 veut le bien;
mais elle est environn6e d'hommes qui ne le veulent pas,
qui ont de mauvais principles, et qui, au lieu de travailler







CLERGE INDIGENE


dans ces moments critiques a remedier aux maux qui se
sont introduits, ne travaillent qu'a les aggraver. Si Votre
Saintet6 voulait se souvenir de ce que je lui ai dit a Paris,
la religion de 1'Allemagne serait organis6e et non dans le
mauvais 6tat of elle est. Dans ce pays et en Italie, tout se
serait fait de concert avec Votre Saintet6 et convenable-
ment. Mais je ne puis laisser languir un an ce qui doit etre
fait en quinze jours. Ce n'est pas en dormant que j'ai porter
si haut l'4tat du celrg6, la publicity du culte et reorganis6
la religion en France, de telle sorte qu'il n'est pas de pays
od elle passe tant de bien, oi elle soit plus respectee et
of elle jouisse de plus de consideration. Ceux qui parent
a Votre Saintet6 un autre language la trompent, et sont se'
ennemis; ils attireront des malheurs qui finiront par leur
etre funestes.

serve toujours de nombreuses ann6es au regime et au gou-
vernement de notre mere, la Sainte Eglise.


NAPOiLEON>

Quoiqu'il en soit, humainement consider, l'assassinat po.
litique de Toussaint Louverture 6tait encore pire que le d6-
tr6nement de Pie VII. L'autorit' religieuse une fois d6truite
c'est la morality tout court qui disparait. Qu'il nous (uffise
d'ajouter en guise de commentaire : si Napoleon avait 6t6
a Saint-Domingue, il y aurait laiss6 sa peau, come d'ail.
leurs son beau-frre, Leclerc; malheureusement, l'ile Sainte.
H61ene, au large de 1'Afrique australe 6tait inscrite a sa
singulirre destine.






FACE AUX PRECURSEURS


Le petit Corse ambitieux s'est damn& pour la pompe et
les grandeurs. Napoleon a 6t6 le pere authentique des guer-
res mondiales. nom, CUsar, Alexandre, il voulait lui aussi dominer le mon-
de. Ce reve d'8tre le maitre de l'Univers, ce reve d'h.g6mo-
nie, charmait toute son existence...
gle don't le vol imperieux, prodigieux 6merveillait le monde.
Un g6nie de premier ordre servi par des gen6raux tres com-
p6tents : Ney, Mass6na, Lannes, Desaix..., j'abrege. Tant de
valeurs conjuguees produisirent les hauts faits d'arme que
consacrerent : Ulm, Trafalgar, YUna, Tilsit, Eckmul. Wa-
gram, Moskova, Eylau et j'en passe. Les coalitions se mul-
tipliaient. Le souffre du canon 6touffait 1'Europe; Napoleon,
maitre du continent, n'avait que le colosse britannique a
affronter.

Waterloo a an6anti son rave de domination mondiale. Que
ne fut-il devenu s'il avait su border son ambition ? Passer
ainsi sa vie A guerroyer, la couler dans la griserie de la
gloire, de la victoire, et la finir par une dMfaite funeste,
quelle piti6 ? Pourquoi mettre un si grand g6nie au service
du mal ?> (1.*)

Et puisque nous parlons des heros en enfer, pourquoi ne
citerions-nous pas le nom de Jeanne-d'Arc, celle qu'on ap.
pelait a tort la pucelle d'Orl6ans. Elle, est en enfer pour
l'eterntt. Son p6ch6, tout un chacun le connait : c'est une
sorciere, une pa'enne digne du bOicher le plus ardent. En


(1) Dieudonne Lubin in .







CLERGE INDIGENE


effet, elle fut jug6e par un tribunal eccl6siastique pr6side par
1'6veque de Beauvais, Pierre Cauchon, condamn6e a 6tre
brfil6e vive et executee sur une place publique (1) sous les
yeux du prelat.

Alors, que des insens6s venus de nous ne savons trop ou,
ne viennent pas nous dire que Dessalines est en enfer !
Nous pouvons prendre position : Si Dessalines est en enfer,
Alexandre VI, Jules II, Pie IX, Louis XIV, Colbert, Riche-
lieu surtout et aussi Saint Louis roi de France, ils sont tous
en enfer pour les forfaits qu'ils ont commis; et si ces crois6s
enrag6s qui se battaient pour un tombeau vide ne sont pas
en enfer, c'est parce que la tradition orale veut qu'ils soient
des saints martyrs alors qu'ils ne sont rien absolument. Les
Sarrasins, n'6taient-il pas des homes ? Les Crois6s 6taient
des fanatiques aveugles, un point et c'est tout. Si Dessalines
est en enfer, tous ces colons et ces fils de colons sont dejh
dans la g6henne. Certes, aucun saint haitien n'a &t6 cannonis6
jusqu'A present, miais, pour nous du Tous-
'saint, Dessalines, Ohristophe, P6tion, Geffrard, Capois la
Mort... sont plus que des saints, ce sont des demi-dieux bron-
zes ou de vrais Dieux de notre histoire.

Les d6tracteurs de la race noire ont 6t6 unanimes a declarer que
c'est la fievre jaune qui nous a permis de gagner la guerre de1
l'Ind6pendance. Tant pis mais dans la bataille pour l'avenement
du Clerg6 Aborigine, les ennemis seront d6cimes par notre fievre
d'6mancipation int6grale; cette fois-ci, ce sera plus qu'une 6pid6-
mie; il s'agira d'une veritable pand6mie que seule une fuite pr&-
cipit6e pourra enrayer. Craignez que la foudre du ciel ne tombe
sur vos tetes.


(1) La place du vieux march a Rouen (1431)






FACE AUX PRECURSEURS


Les pretres haitiens consults au sujet de la formation du Cler-
g6 National nous ont formellement d6clar6 que c'est seulement
quand la revolution sera transplanted dans la r6alit6 et la victoire,
qu'ils pourront pr&cher la vraie 6vangile, 1'6vangile de 1'amour et
de la charitE, I'6vangile de l'abnegation, l'6vangile anti-coloniale,
I'6vangile du Maroc, I'6vangile de 1'Alg6rie, l'evangile de Chypre,
1'6vangile de la Polande, l'evangile de la Hongrie, l'6vangile de
la Reumanie, I'6vangile de la Tch6coslovaquie,... en un mot, r6van-
gile du Christ. Mais, tant que nous serons talonn6s par ces colons
bretons, leur voix sera inutile : ils precheront dans un desert; et
ceux qui ont des oreilles n'entendront point; et ceux qui ont de,
yeux ne verront pas, ils seront induits en errreurs par ces declara-
tions mensongeres du ler Avril et du 28 Octobre 1956, discours
d'inauguaration, paroles vides de sens, paroles qui captivent les
fils d'exploit6s, exploits a leur tour. On les entend ces hommes
barbus a souhait, ces malpropres absolus, venus de je ne sais
ou; on les entend a la radio, on les entend partout. Pour r6peter la
phrase c6lbre de Churchill : ~When you have to kill a man, you
don't have to be polite- (Quand vous devez tuer un home, ce
n'est pas n&cessaire d'tre gentil avec lui) : (1) on nous reproche-
ra sans doute et toujours d'avoir exprim6 trop de v6rites; mais
que voulez-vous que nous fassions d'autre ? ces gens-li refusent
de s'en aller; on les a chassis une premiere fois et ils sont reve-
nus en depit de la proclamation de celui qu'on appelle a tort l'Hy-
dre Sanguinaire.

Tous les pretres haitiens sont d'accord avec nous mais ils sont
encore reticents, car tous ils ont peur de la vengeance de Rome;
ils ont encore vivants dans la m6moire les souvenirs affreux de Jean
Huss, Jer5me, Luther, Calvin, Saindoux, Gayot, Mond6sir, Mon-
teil... et que sais-je encore.


(1) The Second World War Triumph and Tragedy.








CLERGE INDIGENE


Par ainsi, a part le pere Boutin qui fut, au Cap, pendant trente
sept ans, le cur6 des Noirs et des matelots, le Clerg6 esclavagiste
a toujours travaill6 contre nous et contre les PrEcurseurs. Et jus-
qu'aujourd'hui, I'oeuvre destructrice se pursuit sournoisement.
Qu'attendons-nous pour donner au pays un autre Spartacus ?











S, i ,
,, .4' A.


r"'".l~.~C~"~-~X~7)













CHAPITRE V


LA CONSTITUTION DE 1805




La loi n'admet pas de religion dominant et I'Etat ne
pourvoit d l'entretien d'aucun culte ni d'aucun ministry.

Constitution de 1805

+++++
Un coup d'oeil rapide sur les grandes organizations religieuses
du monde nous fera saisir toute la haute port6e de cette v6rit6 d'6-
vidence que 'illetr6 Dessalines exprimait dans la Constitution de
1805.

L'histoire de la vie des grands homes apparait A la post6rit6
derriere un voile de 16gendes. Nulle n'en est rendue plus indistincte
que celle des initiateurs religieux, don't la croyance humaine a d'a-
vance tiss6 la trame. -Toutes les grandes religions, 6crit Edouard
Schur6, ont une histoire ext6rieure et interieure; I'une apparent,
l'autre cache. Par 'histoire exterieure, j'entends les dogmes et les
mythes enseignbs publiquement dans les temples et les 6coles, re-
connus dans les cultes et les superstitions populaire. Par I'histoire







CLERGE INDIGENE


interieure, j'entends la science profonde, la doctrine secrete, Iac-
tion occulte des grands initi6s, prophetes ou r6formateurs qui ont
cree, soutenu, propag6 ces mimes religions. La premiere, l'histoire
officielle, celle qui se lit partout, se passe au grand jour; elle n'en
est pas moins obscure, embrouill6e, contradictoire. La second quo
j'appelle 6sotirique ou la doctrine des Mysteres, est tres difficile
a d6m~ler. Car elle se passe dans le fond des temples, dans les con-
freries secretes et ses drames les plus saisissants se d6roulent
tout entiers dans l'Fme des grands proph6tes, qui n'ont confi6 a
aucun parchemin ni a aucun disciple leurs crises supremes, leurs
extases divines. II faut la deviner. Mais, une fois qu'on la voit,
elle apparait lumineuse, organique, toujours en harmonie avec
elle-meme. On pourrait aussi l'appeler l'histoire de la religion 6ter-
nelle et universelle. (1)

Le Coran, le livre confuceen, ia Bible, le grand livre boudhique,
les livres mosaiques, Baha-P-Llah, Abdul-Bahai, le br&viaire shi-
toique, 'Imitation de J6sus-Christ nous rapportent des faits d'un
caractere impressionnant. L'une des plus saisissante est celle de
la tentation de Bouddha par MAra.

Pendant la premiere veille, nous dit-on, Bouddha voit le present :
son oeil divin embrasse, comme si c'6tait un fruit pos6 dans le
creux de sa main, le monde entier, avec la multitude tourbillonnan-
te des etres. Au course de la second veille, il revoit leur pass a
tous, le sien come celui des autres, et achieve de se convaincre
de l'inanit6 de ce continue recommencement. Pendant la troisieme
veille, se d6roule enfin devant son esprit 'enchainement des douze



(1) Edouard Shure in (Les Grands Inities> Introduction
p. XIV.








LA CONSTITUTION DE 1805


causes -- effects qui donnent ternellement le branle a la grande roue
des transmigrations. Sans doute eette chaine de consequences no
sort A son origine des t6nebres de 'inconnaissable que pour s'y
replonger a son term : mais la portion de son circuit qu'il voit
dsfiier dans la pleine clart6 de sa conscience suffit A lui permettre
do saisir le secret, et, par suite, le d6faut de son mecanisme. Et aus-
sit6t, come un prisonnier qui vient enfin de d&couvrir une ichap-
patoire, ii entonne un veritable chant de triomphe : -Car il n'y
aura plus de renaissance pour lui;, et il d6fie le dieu souverain
de ce monde sensible, longtemps dans ses lacs.

Or, ce dieu, chacun le connait : c'est l'Amour (Kama), c'est l'es-
prit de vie, devenu aux yeux des moines I'Esprit du mal : car 'A-
mour n'est que le masque de la Mort, et c'est pourquoi Mara est
le nom que lui donnent les boudhistes. Voila longtemps que, plein
d'une 16gitime apprehension, il 6pie le boddhisattva et qu'il le suit
partout ecomme l'ombre suit le corpsP, guettant de sa part un
moment de d6faillance sur la dure route qui mnne A la parfaite
Illumination. Au moment mame du -depart de la maison, il s'est
prsent6 devant lui pour teacher de l'arreter en lui offrant sous sept
jours 'empire de la terre. La Sambodhi va mettre A jamais son,
adversaire A I'abri des ses coups : aussi, au soir de la nuit m6mo-
rable, sachant que le lendemain il sera trop tard, lance-t-il pour une
action decisive centre le solitaire d6sarm6 toute la horde hurlante
et grimaqante de ses difformes et terrible demons. Mais tous les
traits s'6moussent avant d'atteindre le corps du maitre et leure
points se garnissent de fleurs : ses m6rites passes le rendent in-
vuln6rable : cQuels m6rites, ironise Mira, et quels temoins en as-
tu ?, Alors le bodhisattva touche la terre du bout des dofgts de
sa main droite; et aussit6t la Grande Deesse fend le sol qu'elle
&branle et apparait A mi-corps, par6e de tous ses atours. A sa vue,
l'armee d6moniaque se disperse. En vain les. filles de Mara essa-








CLERGE INDIGENE


\ent-elles sur l'ordre de leur pere, 1'effet de leurs charges. Pas
plus qu'intimide, le bodhisattva ne peut ktre seduit : Malin, triste, dc&ouragc. songeait a 1'kcart en tragant avec une fle-
che des lines sur le sol : ce religieux va triompher de mon empire.>


Tel est le double aspect, Fun psychologique, l'autre mytholo-
pique. de illumination parfaite ou Sambodhi.

De son cote, la Bible nous rapporte. en ces terms la tentation
,e Jesus-Christ par le demon. cAlors Jesus fut emmen6 par I'Es-
prit dans le desert pour etre tented par le diable. Apres avoir jefine
quarante jours et quarante nuits, ii eut faim. Le tentateur s'etant
approche lui dit : Si tu es fils de Dieu, ordonne que ces prieres
de\iecnent des pains. Jesus repondit : II est ecrit : L'homme ne
Sivra pas de pain seulnient, mais de toute parole qui sort de la
bouche de Dieu.

*Le diable le transport dans la ville sainte, le placa sur le haut
du temple et lui dit : Si tu es Fits de Dieu, jette-toi en base car il
r-at -crit : 11 donnera des ordres A ses anges A ton sujet; et ils te por-
tetoit sur kIs mains, de peur que tes pieds ne heurtent contre une
pierre. Jesus lui dit : ii est aussi ecrit : tu ne tenteras point le Sei-
gneur ton Dieu.

SL.e diable le transport encore sur une montagne tres elevie,
lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire, et lui dit :
Je to donnerai routes ces choses, si tu te prosternes et m'adores.
Jesus lui dit : Retire-toi, Satan car il est ecrit : Tu adoreras le
Seigneur et tu le serviras, lui seul.

SA-lors le diable le laissa. Et voici, des anges vinrent aupres de
Je'us et le servaient.,







LA CONSTITUTION DE 1805


La religion catholique a perdu de nos jours cette transcendence
que Jesus avait league au Christianisme en general. Et pour paro-
dier Desroses, les Papes ne sont plus des dieux, ni des demi-dieux,
ni meme des quarts de Dieu. Le cutte remain en Haiti est devenu
une exploitation servile qui se convertira bient6t en niaiseries chi-
n6riques de nos pauvres paysans, si le problem de la formation
du Cierg_ indigene n'est pas vite resolu.

Bref, de 1789 a 1804, les representants de la hierarchie ecclsias-
tique se osnt revel6s indignes de l'autorite don't ils etaient investis.
La plupart des fondateurs de I'Independance etaient pourtant pro-
iond&i:e;nt religieux. Toussaint protegeait et honorait meme cer-
tains pretres qui lont aide dans son oeuvre emancipatrice. Dans
ies en.eias paxtuiters, il engageait les parents a enseigner le
catechismre leurs enfants.
.'histoire sur laquelle nous nous basons pour rediger -Clerg6
Indigene, nous rapporte que la question confessionnelle fut I'une
des causes principles de la regrettable guerre du Sud. Alors que
Toussaint ne badinait jamais avec la religion, Andr6 Rigaud refu-
sait toujours d'executer les ordres du g6n6ral en chef, relatifs aux
questions religieuses, apres les avoir couverts d'ironie.

La Constitution de 1801, l'acte le plus audacieux de toute la via
prodigieuse de Louverture comporte la clause suivante : la re-
ligion catholique, apostolique, romaine est la seule publiquement
professee. De son c&t6 Deroses ecrit : Toussaint Louverture, le
prototype le plus transcendant'du g6nie de la race noire, donna, au
milieu du peril v6douique, le plus haut example de civisme et de
foi catholique en prescrivant a l'armie indigene la priere... au com--
mencement et & la fin de toutes operations militaires. Ainsi, Lou-
vcrture est a son 6poque et selon son investiture- karmique le Pere
le plus authentique de l'Eglise chr6tienne d'Haiti.-








CLErrE INDIGENE


Mais, nous tenons a souligner que servir Osiris ou le Diable, VS-
d-an ou Zoroastre, Mahomet ou Bouddha, Confucius ou Jesus ne
rie-.sentait dans 1'esprit sagace de Toussaint que des moyens orien
t-s vers une finality imperieuse et constant. Le Christ Noir s'allie
ra:t diff&remment a Dieu ou a Satan pourvu que cette ententt
mIarrinne ai brisr les lourdes chaines de la servitude. Pour asseoil
-'tre a lirmation, qu'il nous suffise de referer le lecteur A la liai
s-n de Louverture avec le Pere Delahaie en vue de la dramatisa
T':T irmp-essionnante de la Cer6monie vaudouesque du Bois-Cai
iian 14 Aofit 1791.) Et c'est ce meme Toussaint qui avait pr6pa
r fc.rganisation terrifiante du Serment du Sang...
Pour obtenir un clergy non esclavagiste, Toussaint s'adressa i
'r -- tGroire. 1'hornme de 1789 dans lequel il voyaLt I'ani det
noirs par excellence. Pour organiser rationnellement i'Eglise d'Haiti
t- .iiC cliisit ,I'auviel. c-v-que affilie a la secte des templiers
..s prctres du Nord et le Cure de Port-au-Prince, representants let
j'lus authentiques du Clerge Esc!avagiste. supplants par ces hom
:.s '!lair-s protesterent dans un acte collectif en date du ler
Ar il 1801 et adresse a Toussaint lui-meme. (1) A cause de leurs
lIahes raachinations, Mauriel remit sa demission i Leclere en 1802
ct ientra en France en 1803 sans avoir pu visiter sa ville episco-
pale.
Ce qui arriva jadis a Mauviel est susceptible d'arriver aussi aux
Jesuites Canadiens qui organisaient le Grand Smrinaire de Port.
au-Prince. En effet, l'archevique de Port-au-Prince, Mgr. Poirier
refuse categoriquement de donner suffisamment d'argent au Direc-
lur, D'Auteuil Richard, pour l'organisation rationnelle et la mar
che active de I'Ecole Apostolique. D'ailleurs, nous prevoyons d'ores
et deja que les maudits Bretons finiront pas corrompre les Cana-
dies : c'est une verit6 d'6vidence.


t 1) L'histoire eat eternelle







LA CONSTITUTION DE 1805


D'autre part, qu'il nous suffise de rappeler le cas du jeune pretra
haitien A. Rube pour exposer clairerment le machiav61isme des es-
clavagistes. Ne en 1926, il fit ses etudes classiques en Haiti, 6couta
la voix de son coeur et rentra dans les ordrcs; il terminal son course
th6ologique en 1953. Mais voila que les autoritis coloniales refu-
saient categoriquement de l'oidcnner. Alors Monseigneur Cousi-
neau (un Canadien), dans un moment d'extase et en reaction con-
tre un illogisme donnE, dans un elan irresistible vers plus de lumie-
re, de liberty et de justice, prit position cat6goriquement : il pro-
c6da a son ordination purement et simplement. Les colons enrages -*
comme si les chefs hi6rarchiques avaient kt6 profond6ment insul-
tes par ce geste d'insubordination -- se plaignirent au gouvernement
haitien qui fit la sourde oreille.

II convient de remarquer que le clergy canadien en Haiti n'est
pas du tout semblable a ces affam6s europ6ens qui viennent reap-
prendre a esperer aussi n'est-il pas vu d'un bon oeil par les colons
ensoutan6s... I1 nous faudrait, a la rigueur, des congregations con-
me celle des JRsuites Canadiens qui sont venus pour former vrai-
ment un clergy autochtone et prendre le chemin du retour, mais
non pour jeter de la poudre aux yeux et obliger le gouvernement
i payer les frais d'etudes de nos Maitres. En defintive, nous crai-
gnons qu'ils ne soient vite ou corrompus ou expldies par les colons
directeurs.

Suivant la chronologie traditionnelle, nous arrivons a la gran-
diose 6popbe. BientSt ce fut Vertieres, le Superbe et Heroique As-
saut... puis les fastes inenarables du ler Janvier 1804, dans un ca-
dre essentiellement laic.

aDepuis l'ivacuation des francais, 6crit le fameux PNre Lecun,
tous les individas blancs, hommes, femmes, enfants, out 6th mas-
sacres A Saint-Domingue. Ce sont lea factieux parmi les hommes de






36 CLERGE INDIGENE

ce-uceur qui ont tranim ce massacre general et Font fait executer
|,.. itr. .rs,. Ces mines hommes, depuis quatorze ans qu'ont conm-
,-.~S Ic l troubles de Saint-Domingue, ont massacre plusieurs pri-
L~-;m sais ecs facticux, j'aurais cu assez d'empire sur le reste de
ta la-rtc Ue coulcur et sur toute la classes noire pour empecher ce
c.-.-re horrible et pour leur faire respecter la religion et ses mi-


UsA lia plupart dv(cs paroisscs, des negres se sont empares des
d.,rlis di-. saints orncements et des vases, et ils s'immiscent. quoi-
q,.c la plupart ne sat hent pas mnine lire, jusqu'a faire le simulacre
.- ; it'e d'administrer tous les sacrements et mime de celebrer la
f...... ..L m.I C. C I'. ln', niistrueux seront tres dangereux pour
k ri. cmn-is t istiomirtse qu'ils abordent dans cette ile.


Quiqu'il en soit. Dessalines a fonde une nation et dans un mo-
nVki.t d'rxasperation it faisait ecrire : -Aucun blanc quelle que soit
aA0 i-tiaiitc ne pourra mettre le pied sur ce territoire A titre do
Mulaiie oU de proprietaire et ne pourra a l'avenir acquerir aucune
t.ltfrikte.* Nous ne diacutons point le massacre des Francais; d'ail-
I aui,. ii na point besoin d'e\cuses, car toutes ses actions ont etc
:j'- itinenwt ratifies par le developpement des ev3enements et par
I1- .uc-trs toudroyant de sa cause. 11 a rempli sa mission: il a agi
a ::i parie qu'il etait pouss& par les imrperatifs cat'goruiques de
iheure. I t pour retlter le mot fatncux de Lucien Balmir : II a
t ce qu'ou a fait de lui.,

Mai-, chest avet toute sa lucidity et une \ision claire et precise
tie Iatenir qu'il taisait insurer dans la Constitution de 1805, I'ar-
tic'e saivant : Il.a loi n'admet pas de religion dominant et 1'Etat
ne prudrvoit a l'entretien d'aucun culte ni d'aucun ninistre.*








LA CONSTITUTION DE 1805


Pour donner raison a Dessalines, les protestants amiricains (bap-
tistes, adventistes, anglicans, pentecotistes), les ma;ons, les t6moins
de Jehova. chaque group consider separement, ont realis6, sans
I'aide financiere du gouvernement, beaucoup plus en 25 ou 30 ans
que les colons catholiques en pros de deux sikcles avec la sueur
du paysan exploited. Nous n'insisterons pas outre measure sur ce
point, laissant aux directeurs de ces cultes -- tout aussi, si ce n'est
plus recommandables, que le catholicisme remain --, le soin d'ele-
ver la voix quand le moment se fera sentir, pourvu, toutefois, qu'ils
aient l'intention de nationaliser leur action evanglique, car il res-
tera toujours vrai que : l'ducation civique et la foi ne peuvent
produire de bons fruits que si elles sont confines au desinteresse-
ment et au patriotism des autochtones.. 11)

Bref, de 1805 A 1860, tout encore frkmissants des horreurs de
l'esclavage et tout encore vibrant de la grandiose Epopee, nous
suivimes pas a pas la Constitution dict&e par son genie a 1'Immor-
tel Illtre. Durant toute cette periode de prise de conscience, 1'E-
glise demeurera ce qu'elle dveait ktre en Haiti : I'autorit6 civil
nomme et revoque les cures; le gouvernement seul decide des al-
faires du culte. Si Dessalines 6tait homme de peu de foi, tol6rait
la religion romaine, par contre il pourchassait les pritres et les
pratiquants du Vodou. D'abord, Dessalines pensera i exploiter I'E-
glise a son profit. II sera seul Maitre et seul Pape.
'L'historien Thomas Madiou nous instruira sur les vues concep-
tuelles du nouveau gouverneur d'Haiti, quand au point qui nous
occupe. Pour officer en beaucoup d'endroits, Dessalines n'ayant
pu trouver des eccl6siastiques, se declara chef de l'Fglise, et cria
des prktres. C'est ainsi qu'un ancien chantre de paroisse, ancien
tambour-major sera nomm6 cur6 de Saint-Marc.


(1) Rodolphe D&rose.







CLURGE INDIGENE


tDessa-ines ne tarda pab i se faire couronner empereur en
Aofit 1804. A part le Te Dcum qui eut lieu A la chapelle des rli-
sieuses, les ceremonies du couronnement revEtaient un caractre
purement civil.* (1)

La Constitution de 1805 fixa la pens&e du Maitre. Dans les ar-
ticles 50 et 51, Dessalines prit position et rendit officielle la liberty'
des cultes. Et c'est avec etonnement que nous voyons Le Ruzic 6cri-
re dans *Documents sur la mission des Freres Pr&cheurs, une lit-
trature i la fois savante et tenibreuse : La branch vigoureuse
dktachee du tronc qui la nourrissait de sa seve vivifiante se d&ss-
che et se transform en une masse informe et pourrie que foule le
pied du passant. C'est l'tat de la malheureuse Egiise d'Haiti du-
raut !'ere du schism : ses ministries ne sont composes que de moi-
ni- dcrrcques comee maintenent d'ailleurs) ct de seculiers fran-
ais chases de leur diocsc. Nulle part au monde la dignity du sa-
cerdoce n'a ete aussi miconnue, nulle part, la saintet6 que requiert
la vocation de I'homme appeal a representer Dieu lui-meme ct a
traiter ses myst res sacrEs n'a ett profane A un tel degr6.- (1)

Au bilan ct A l'inventaire. 'Empereur Jacques clr (tait le Chef
de FEglise d'Haiti et en exerait les privileges. L'un des actes les
r!us important de Dessalines A cette cpoque fut 'attribution aux
enfants naturels des memes droits que les enfants l1gitimes. En 1,-
gifrant de cetle facon. Jacques ler agissait conformement A la 10.
gique de son milieu et de son temps.




(1) K16ber Georges-Jacob in ,L'Ethnie Haitiennei- page

(1) Le luzic, in recheurs.,







LA CONSTITUTION DE 1805


Apres I'asassinat de Dessalines au Pont Rouge, Petion, devenu
President, remplaca la constitution de 1805 par celle de 1816. Cet-
te derniere retient notre attention par le souci qui y est exprim6
d'arriver i la formation d'un clergy indig6ne. Elle disignait un
evque pour lever i la pretrise lea jeunes haitiens don't la voca-
tion serait d'embrasser l'etat eccl6siastique.
Entre temps, le Saint-Siege, ou plutot les colons frangais agisa
sant dans l'ombre, se montr6rent constamment pr6occup6s de met-
tre fin i une situation si douloureuse et si pauvre en p6cunes pour
eux. Mais, I'esclavage avait laiss6 ses souvenirs affreux; de plus, ii
fallait deposs6der les anciens propri6taires; enfin, come le d6mon-
tre si bien l'6tat actuel du catholicisme remain en Haiti, ron Atait
persuade que la France utiliserait i son profit purement financier
I'influence n6faste des missionnaires doubles de colons.
Avant d'aller plus loin dans cette etude, nous tenons a souligner
Ai l'attention de tous, que. ne voulant pas agir dans l'absurde, nous
reclamous une direction indigene a la tite d'un Clerg6 Indig6ne :
car, ii nous faut detruire a sa base l'injuste pr6jug6 A savoir que,
des niigres ne peuvent pas conduire des nigres, que les n6gres no
sont hons a rien et que les nigres ne peuvent rien faire de beau ni
de grand.
Ils ont td- uoinbreux. lus pessimists qui nous out affirm quo
['Eglise d'Haiti une fois confine i des autochtones, ce sera le d&-
-arrol, Ic ,laissez- grinning; nous leur r6pondons, non, mille fiis
non 1'organisation rationnelle de l'Eglise inaugurbe par le Rvei-
rend Pire K6breau represente un example vivant de ce que sera
la Religion en Haiti quand elie sera confine aux int6ress6s meme.
On verra que les nigres sont capable et que les negres peuvent
conduire des negres. Le temps des mensonges dramatists a v6cu;
le temps des bluffs et des camouflages est p6rim6. La Revolution
de 1946 a &te le premier pas decisif dans la conduite des nbgres par
des negres. La tempkte emporta le PNre Froisset comme elle empor-
tera toute la clique. Malheureusement le remou engloutit dans sa







t`.J*IiA;E INDIGENE


violencee Princiville PIERRE, alors Directeur du Lcae Ale-
,andre PItion. Fatalit6 ? Complot ? Combinaison ? une chose est
,-ertaine. c'cst qu'il faut des autorites nationals pour les institu-
lions nationals. Le cas de Froisset est unique dans nos annales;
,.ompar- a celui de Tessard du Cosquer il peut etre considcri
-ommle le patron sur lequel s'ex6cuteront sans dMlai les centaines de
twportations a la Toussaint qui sont revenues en cette 6poque de
transition des necessit6s historiques et des imp6ratifs cat6goriques.
Froisset a pu sauver sa pcau : nous souhaitons la mme chance aux
autres.
Nous sentons bouillonner dans nos veines le sang de Dessalines,
,j&a nous voyons rouge, nous voudrions crier : 'Afrique recla-
me ses droits trop longtemps usurps; la prochaine fois, nous n'e-
erirons pas, nous agirons et ce sera mieux encore. Un honnme averti
en vaut deux : personnel ne sera attaqu6 par surprise; nous nous
sonmes donn6 la peine d'6crire un livre, nous nous sonunes donned
la peine de publier un journal pour que nous ne passions pas pour
des traitrcs. 1960 nous apprendra bien des choses : ce ne sera pas
la fin du monde, mais ce sera la fin d'un monde, un certain mon-
lc mfr pour la disparition. Nous ne menacons point, nous ne sau-
rions nmnacer personnel, inais nous avertissons. Nous ne sommes
pas prophlte, d'ailleurs, nul n'est prophbte en son pays, mais nous
prevoyons une commotion terrible.
Nous avons eu une vision rouge, nous avons vu Dessalines en
n.ftcr, car il n'y avait pas de place pour lui dans le ciel italien ni
*dans le ciel des colons toujours maitres. Et dans la g6henne nous
I'a ons vu comme jadis en 1804 longer sa main dans le sang.
Mais, cette fois, il n'epargnait personnel et les ensoutanes et les non
*i:soutanes etaient d6vores par le feu de sa colre, Tout le corps
de Dessalines 6tait ensanglant6. Nous n'avons pas trop bien com-
pris le songe, il nous faudrait le Joseph de la Bible pour nous ex-
pliquer ce reve. Mais ce don't nous sommes certain c'est que seuls






LA CONSTITUTION DE 1805 91

Ich historians peuvent avoir de ces visions. Ravi en esprit, nous
avons revu Dessalines, l'homme d'arain. Et au course de cette mame
vision rouge, nous avons revu Colas, Padrejean, Mackandal, Bouck.
man, Jean-FranGois, Jeannot, Biassou, nous avons vu Sans-Souci,
Petit-Noel, Prieur, Jean Z6pingle, Jean Zombi, Ti-Jean, Vth l,
Wagnac, Goman et dominant toute la melie nous avons encore
vu Dessalines cassis sur un trone, et le trone 6tait environn6 d'un
arc-cn-ciel semblable a de I'm6raude.

Autour du tr6ne, nous vimes vingt quatre trones et sur ces tr6-
nes, Colas, Padrejean, MackandaL.. etc assis, revetus de vetements
blancs et sur leurs totes des couronnes d'or.
esprits de Dessalines. II y a encore devant le tr6ne comme une mer
de verre, semblable a du cristal.
Au milieu du trone et autour du tr6ne, ii y a quatre ktres vi-
vants remplis d'yeux devant et derriere. Le premier 6tre vivant est
semblable a un lion, le second etre vivant est semblable A un veau,
le troisieme &tre vivant a la face d'un homme et le quatrieme etre
vivant est semblable A un aigle qui vole. Les quatre etres vivants
out chacun six ailes et ils sont remplis d'yeux tout autour et enr
dedans.
Dessalines cria soudain d'une voix forte aux anges qui portaient
sept coupes : c(lere.
,Le premier alla, et ii versa sa coupe sur la terre. Et un ulcere
malin et douloureux frappa les hommes qui avaient la marque de
la bete et qui adoraient son image.
comme celui fd'un mort: et tout etre vivant mourut. '%ut ce qui etait
dans la rmer.







CLERGE INDIGENE


.Le troisiemc versa za coupe dans les fleuves et dans les sources
d'eaux. Et ils devinrent du sang. Et nous entendimes l'ange des
eaux qui disait : Tu es just, toi qui es, et qui ktais; tu es saint,
puce quo tu as exerce ce jugement. Car ils ont vers6 le sang des
saints ct des prophites, et tu leur as donn6 du sang a boire : il
en sont dignes. Et nous entendimes 1'autel qui disait : Oui, Des-
salines. tes jugements sont veritables et justes.

Le quatririie versa sa coupe sur le soleil. Et il lui fut donni
de briiler les colons par le feu; et les colons farent bralis par
une grande chaleur, et ils blasph6merent le nom de Dessalines qui
a l'autorite sur ces fleaux, et ils ne se repentirent pas pour lui
donner gloire.
eLe cinquieme Nersa sa coupe sur le tr6ne de la bete. Et son
royaunm fut couvert de tenebres; et les colons se mordaient la lan-
gue de douleur, ct ils blasph6mbrent Dessalines cause de leurs
douleurs et de leurs ulcres, et ils ne wc repentirent pas de leur'
oeuvres.
,Le sixi ime versa sa coupe sur le grand fleuve, 1'Euphrate. Et
son eau tarit, afin que le chenin des rois venant de l'Orient fit
prepare. Et nous vimes sortir de la bouche du dragon, et de la
bouche de la bete, et de la bouche du faux prophite, trois esprits
impurs, semblables a des grenouilles. Car ce sont des esprits de
demons, qui font des prodiges, et qui vont vers les rois de toute la
terre, afin de les rassembler pour le combat du grand jour de
Dessalines. Voici, je viens comme un voleur. Heureux celui qui
veille, et qui garde ses vetements, afin qu'il ne march pas nu et
qu'on ne voit pas sa honte -- I les rassemblirent dans le lieu
appele en hebreu Harmagu don.
trne, une voix qui disait : C'en ett fait Et il y eut des eclairs,
des voix. des tonnerres, et un grand tremblement de terre, tel qu'il
n'N avait janiais eu depuii que l'honmme est sur la terre, un aussi







LA CONSTITUTION DE 1805


grand trcmblemcnt. Et la grande ville fut divisec en trois parties,
et les villes des nations tomberent, et Dessalines se souvint des
eternels colons pour leur donner la coupe de vin de son ardente
retrouvecs. Et une grosse grele, dent les grelons pesaient un talent,
tomba du ciel sur les colons; et les colons blasph6maient Dessali-
nes, a cause du flau et de la grele, parce que ce fleau etait tris
grand.o (1)
Et nous vimes encore bien d'autres chose que I'esprit revl6atenr
nous demand de sceller et de ne pas rdveler au reste des mortels.
Nous retinmes quand meme ces paroles : aDehors les chiens, les
enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolitres et qui-
:conque aime et pratique le mensonge.i (1)

Divagation cabalistique ? erreur apocalyptique ? reve autosug-
gestionn6 ? Tout ce que vous voudrez. Mais, de m6me que le Pape
avait eu une vision du Christ, de meme, nous avons eu une vision
au course de laquelle, nous avons vu Dessalines en chair et en osa
Les miracles sent toujours possibles dans le domaine religieux. Si
j'avais conti ce songe i Froisset, il ne m'aurait pas cru, mais, la
r6alit6 est venue s'imposer a lui dans toute sa brutality comme elle
s'imposera dans peu de temps A tous les autres. Certes, chacun
peut interpreter l'apocalypse A sa facon : c'est une question de
conscience; tout de m&me, les rivilations qui y sent faites sont
d'un ordre transcendental et supra-terrestre. Car quelque doulou-
reuse que puisse ktre la nostalgic de Froisset, il ne pourra jamais
re'iittre les pieds en Haiti. 11 est conseille a tous de suivre rexem-
pie historique de Froisset et de ne point regimber. Demander-lui
.c que pcuvent certain nbgres d'Haiti Thomas. il vous ?h dira e


(1) Apocalypse.


-"I
ui r







CLERGE INDIGENE


iiute f :chi.iei. Fruisset n'ctait en some et en reality qu'un obs-
<:ur rejeton de la Francce mntropolitaine. S'immisbant dans la po-
litiquw; :1 ticulm, contrairenment Ai ce qui devrait etre, ii devint tris-
Iceirent -ilustre. et cclte cMl1britW passagere rendit ineluctable sa


LEnF que les indifferents ne viennent pas nous dire pouiqu.-i
Inous c .:Andons un Clergs Indigene alors que tout a kt fait en
<-4 t:., a l,_cs qu'une ,cole apostolique fonctionne a merveille,
alors c 'nous rm.,pln.,- d(ij 87 pretres laitiens et 31 s6minaris-
tcs. N-,,, Icr rpcpndonds que nous connaissons assc Pastuce de
inos cot-c- s pour lie pa donner tte e baidsse Jan cl panuleau (t:
cettr c -,'atat jion s.pect-aculaire. de f'ternel bluff chrktien et du
Mnachb1 i''-,isnc franco-italieu. Nous voulons que ces gens s'embar-
quent ct 'ils ont un peu de respect pour eux-memes,ils ne se le fe-
rnt pa, dire ctux fois.

L'irr'pratif cat6gorique de I'heure est la formation d'equipea
l6ecidies t mourir pour I'honneur et le bien de la patrie. II nous
taut des travailleurs et non des exploiteurs: il nous faut ddes
Clercs q'!li ne trahisscnt pint.,

lais, la reality est decevante : c'est vraiment a desesp6rer. No-
vee dans le pr6jug le plus affreux, 'llite dort d'un sommeil 16-
thargique confinant A la mort. Le people lui-meme reste indifferent.
la nation entire sans reaction. Et nous affirmons : car si de nos
jours, ce maudit concordat, cet acte d'avilissement peut etre encore
,:n vigueur c'est qu'il n'existe plus d'ame haitienne; la patrie s'est
ivanouie definitivement. Mieux eut value qu'elle disparfit come
Lisbonr_; ou qu'elle fit frappee par la foudre du ciel come ces
cites irn:ies de I'antiquite paienne. que dis-je. come Sodomme
et Gorrmre.

NoL avrmns attend aiuez longtemps. notre patience est a bout.









CIlHAPITRE II


LE CONCORDAT

fai nourri d(ans mon scin s serpents dangrcu.,,.

S'OLTAIRE



Parmi les gouvernements haitiens qui ont fait preuve d'obscu-
rantisme flagrant, il convient de citer ceux de Boyer et de Gef-
frard. En effet, c'est sous Boyer que nous consentimes i payer 15(0
millions de francs pour dodommager les colons : par ainsi, il nous
fallait payer trbs cher les souffrances que nous avions endures.
De fait, c'est sous Geffrard que nous signimes en 1860 le fametax
Concordat par lequel nous nous engageimes i payer i nos colons
ensoutanes et a payer la formation sacerdotale de ces mnmes co-
lons. Ce Concordat -- appele concordaille (et qui en est un) par nos
paysans sagaces -- achcve la ruine de ce pays couronn6 des flots majestueux de l'ocean et pare des plus riches
dons de la natures pour citer le Saint-PNre lui-mnne.
Aprcs I'occupation de la parties de l'Est et l'unification de l'ile,
Boyer avait recu plusieurs d6l6gations du Saint-Siege d6cid6 i 6ta-
blir d6finitivement son influence en Haiti. Djit le Concordat ktait
en gestation dans la pens6e de ces -maitres qui ne pouvaient se
d6tacher une second de I'ile florissante o5 ils pouvaient jouir sans
encombre des d6lices de Capoue. Diverses missions vaticanes amor-
cerent les pourparlers. Parmi les n6gociateurs, il convient de citer
Mgrs Valera, England, Chancy, Rosati, Etheridge, Spaccapietra et
un Prktre haitien d6nomm6 Tisserand neveu de Beauvais. Ainsi
trois projects de concordat furent Mlabor6s : celui de 1834, celui









dt lit J _t Ielui de 11'-2. Cominuc pri:\u, il ulaboutirct;Ut a riel
absolumenit. car, pour r6p6ter Monsieur Pierre Faubert, diplorables prirent place dans l'histoire. Ces faits n'ont pas 6te
mallieureusement des exceptions; loin de Ia. ut grand nombre de
prrtres catholiques ou soi-disant tels qui sent venus en Haiti ,ont
donned si souvent de pareils examples que le Protestantisme a fini
par se propager d'une manicre sensible dans bien des localite6 et
que de tres fortes prevention en sent r4sultees, Mmme parmi les
families sincerement catholiques centre les ministres de cette reli-
gion, qui out exerc ou qui exercent encore le sacerdoce dans le
pays. (1
En 1859, dix sept ans apres que la derniire gestation de con-
cordat euit avorte, le Saint-Siege reprit les n6gociations avec Gef-
frard qui envoya a Rome deux pl6nipotentiaires : J. Pierre Boyer
et Pierre Faubert. Le project de 1842 prepar6 par Mgr Rosati fut
remis en question; discute, modifi6 il fut accept sans aucune dif-
ficultW. Le Concordat fut signed d Rome le 28 Mars 1860. Le Pr6si-
dent Fabre Geffrard y apposa sa signature le 10 Mai de la mnme
ann6e. Sanctionn6 par le S6nat le ler Auit. ii fut renvoye au Va-
tican qui 1'approuva le 25 Septembre 1860. date de l'change des
ratifications. Les autographs qui ont scell ce document sent les
suivants : Fabre Geffrard, Pierre Faubert. Pie IX et Jacques An-
tonelli (Cardinal La signature de J. Pierre Boyer ine figure pas
au bas du Concordat.
L[ 3 Oct,(hre l1860. Pie IX nommtait MlIr. M,,nitti 4lV'.~~ie apos-
tolititqc eli Ilaiti ct I c:hargeait d'organisi la nouvellc province
eclesiastiituv. It k'tait accompagntl de tri, iok. p.es du Saint-Esprit :
Pascal, Oriniel et II\monin. tonctti dclimita les dioceses. s'occupa
uniquement dei la parties intcressante dc I'affaire ou du march,
c'est-a-dire fixa sans marchander les allocations aux archeveques,
kveques et vicaires gneraux et rentra a Rome.

(1) A. Cabon in Notes sur l'Histoire Religieuse d'Haii:i.


CLEGEINDIGENESL






LE CONCOUDAT


Le CG;- uordat tel qu'il se present est un mcrveilleux instrument
dc domination et d'exploitation. L'article premier postule que la
religion catholique, apostolique ct romaine est la religion de la
grande majority des haitiens (ce qui cst vrai dans lea apparences
et cntierement faux dans la reality, car les haiticus d'une manicre
g6n6rale pratiquent le Vaudou sous une form ou sous unc autre).
L'article deuxicme 6rige Port-au-Prince en archevchE. Un traite-
mcnt annual, pr6leve sur les fonds du trosor public (c'est-a-dire
la sucur du paysan) est pr6vu par l'article troisiume aux archevc-
ches et ev8ch6s. L'article quatriime declare : Le Pr6sident d'Haiti
jouira du privilBge de nommer les archevcques et les 6veques, et
si le Saint-Sidge leur troupe les qualit6s requires par les saints ca-
nons, it (cur donnera I'institution canonique.
II est entendu que les eccl6siastiques nonunes aux archevch~s
ct aux i 6vZch6s ne pourront exercer leur jurisdiction avant de rece-
voir 'institution canonique. Et dans le cas ofi le Saint-Siege croi-
rait devoir ajourner ou ne pas conf6rer cette institution, ii en in-
formcra le President d'laiti lequel. dans ce dernier cas. nommera
un autre ecclesiastique.
de nommer les Archeve4ues et les Eveques est illusoire puisqu'il
est suhordonn6 a l'acceptation du Saint-Siege., (1)

Les articles 5, 6, 7, 8. 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15 sont consacres au
'-crmnic d'ob6issance et de fidblit6 que doivent preter soit en:re
les mains du Pr6sident d'Haiti soit entire celle d'autre autorit ci-
vile designBe par ce dernier, les archevEques, les eveques, les
caires g'n&raux; aux droits et privileges des archeveques et eve-
ques; a administration des paroisses, des fonds curiaux, etc.., etc...
II est d&clar6, dit 'article 16 de la part du President d'Haiti et
it est bien entendu de la part du Saint-Sige que l'excution de tout

(1) Kleber Georges-Jacob in (L'Ethnie Haitienne page 103.







CLERGE INDIGENE


ce qui esa stipul6 dans le present concordat ne pourra etre entrave
par aucune disposition des lois de la Republique d'Haiti ,ou an-
:unc interpretation contraire des dites lois ou des usages en vigueur.
Les articles 17 et 18 concernent les matieres don't la solution re-
Ive de la discipline de l'Eglise et l'change des ratifications.
CO\iMENTAIRE.- Nous nc saurions exactemcnt comiuent qua-
lifier 1'erreur monumcntale de Fabre Geffrard. II nous semble que
lc fils d6nature du -Titan du Sud,, Nicolas Geffrard, avait certai-
nes tendances blancomaniaques. Nous ne d&nions pas a Geffrard
des qualitEs rielles, mais quand les colons ensoutanEs d2clarii
que Gcffrard ctait un home instruit, distingue, au v ues larges et
qu'il a ett. l'un de nos meilleurs chefs d'Etat et que son gouverne-
ment progressite se signal par de nombreuses et bonnes reformes,
nous declarons plutut que Geffrard a fait preuve d'obscurantisme.
Qu'on ne nous dise pas pessimiste, mais nous affirmons peremp-
toirement que cc pays est marqu6 du sceau de la mlalediction di-
vine depuis le jour oi des traitres ont pu assassiner Dessalines au
Pont-Rouge, depuis le jour oh nous avons pu signer le Concordat
depuis le jour ou des indigenes ont pu vendre le pays aux Ameri-
cains, depuis le jour oh nous avons pu vendre a vil prix des tktes
haitiennes aux Dominicains. Oui, cc pays est l'objet du plus cordial
mlitpris de la pat de l)ieu et e'est I'une des causes pour lesquelles
lAmn;ricain a abandoned le pays. Ce n'est pas que nous voulions
voir encore notre terre occup6e par les colons en kaki., nais lnou dli-
uons que ni les politicailleries d'un Vincent, ni la politique appa-
rente de bon voisinage, ni les reactifcns sporadiqucs ds Cacos, ni
les demarches de ces haitiens a l'inme dechire, ne sauraient chasser
I'Amiricaiu du pays. Le Yankee est parti parce qu'il a vu qu'on ne
pouvait rien faire de durable avec ce people indiscipline, nihiliste.
nm'enfoubiniste, pourienniste. La Republique ktoil&e a rappel6 ses
homes parce qu'elle avait realise pleinement qu'elle ne pouvait
rien fair avec ces 95% d'linments amorphes come le disait si
bien Cassagnol. Et voilA les seules raisons qui ont motive le depart







LE COINCONDM7


de l'Occpant, autrement, il serait rcste dans nos murs jusqu'a la
tin des sikcles. Pourquoi n'a-t-il pas longtemps quitt6 Puerto-Rico
qui ne cesse de temps i autre d'6lever la voix ? 11 y reste parce que
le people est maniable et parce que les capitaux investis ne ris-
quent pas de disparaitre comme par enchantment.
D'une manikre generale, Fabre Geffrard avait peur du blanc;
il lui restait un peu de l'esclavage dans l'ime : c'tait un pusillani-
me. En effet, quand 'amiral Rubalcava se pr6senta en rade de
Port-au-Prince pour exiger une indemnity de deux cent mille pias-
tres et un salut de 21 coups de canon, Geffard trouva moyen d'ac-
cepter cette ignominie malgr intervention du corps diplomatique.
Aussi, nous dira-t-on ce qu'on vondra, le fait est que Fabre Gef-
frard pratiquait une europomanie aveugle basee sur I'africanopho-
bie qui regit notre socikte actuelle. II voulait avoir des eRelations,
avec ses anciens, maitres. Par une negroplobie latente en son coeur,
Geffrard renia ses origins, il renia ses ancetres pour faire preuve
de caucasomanie et noyer la nation toute entire clans la mer t6-.
nebreus- du colonialism clerical
Mais, jusques a quand continuerons-nous a payer notre Ind&-
pendanct ? 11 nous a fallu deposseder les colons non ensoutanes
suus la presidence de Boyer. Mlainteuant, it uous faut pratiquement
d6domYnager les colons ensoutanes en leur payant des cheques
mensu variant de 100 A 500 dollars et mme jusqu'a mille dol-
tars, en s ersant plus de 18.000 gourdes chaque annme pour le Grand
Semi-eaire Saint Jacques (alors que le Grand Seminaire Notre Da-
me de Turgeau n'a pas un sou pour nourrir nos futurs prktres et
est oblige d'organiser des souscriptions pour I'entretien des ses
desheritis du sort. en payant chaque sacrement a des prix que
meme I- inarche noir le plus vil et le plus scandaleux ne saurait
tolerer. En some et en r6alit6, pourquoi payons-nous ? Pour que
le peup'. puisse rester dans l'etat d'ignorance et d'abetissement, pour
que des rmontagnards venus des profondeurs obscures de la Breta-
gne se i;elassent. dans les rues de la Capitale et memne des mis--







CLERGE INDIGENE


tables provinces, en Cadillac Eldorado module 1960 et drainer cha-
que jour vers I'outre-mer la sueur du paysan. Mais un jour vien-
dra ofu naitra un nouvau Dessalines, un jour viendra ofi il sortira
des gouffres de l'enfer, of 1'ont plong6 les esclavagistes toujours
imaitrcs, pour reposer des actes inouhliales qui out fait de lui,
mais a tort I'Hydre IDvorant.

Je me demand comment nous avons pu accepted ine conmbinai-
wno tout aussi machiav6lique. Est-ce qu'apres avoir vcu si long-
tcmps dans 1'esclavage nous aurions fini par aimer I'esclavage ?
Parcc que, toutes chooses tant egales d'ailleurs, le Concordat est
ine forme adoucie de la Traite des Noirs telle qu'elle avait te6
autorisee A nouveau par Charles Quint sur la demand express de
Las Casas. Est-il possible que des haitiens senses aient appos6 leur
signature sur un acte aussi abominable qu'avilissant ? Franche-
mcnt, nous n'y comprenons rien. Ces signataires, avaient.ils kte
aveuglts par les artifices du demon ? Satan, Rtait-il de la parties ?
considCrez bien le probleme du Concordat : un gouvernement pris
de uous savons quelle folie on quelle phobie s'imagine soudain
qu'il faut donner des cheques i d'anciens colons. Ce gouverne-
,nent empoisonn6 par une forte dose de Caucasomanie signe notre
condamnation A tous : le recommencement de l'esclavage sous une
forme mitigee. Rendez-moi fou ou sage je n'y vois que de l'ab-
aurdite, une blancomanie retrograde qui frise meme le complex.
Je les vois sur le point d'itablir une Inquisition en Haiti; je les
vois ces Ximenes et ces Torquemada voulant envoyer au bicher
quiconque se dresse pour la formation du Clerg6 National et la
revocation du Concordat; (1) Je les vois ces Gregoire IX ronger
leurs freins a l'idee de ne pouvoir nous faire pendre; je les vois
ces Urbain VI ecumant de rage et de colere quand ils realisent que
leur cause est perdue et que exploitation de l'homme par I'hom-
me va prendre fin. Mais nous leur disong malheur sur eux car
4i I'lnquisition doit renaitre ce sera pour le, exterminer ixr-mnies.











CHAPITRE 'll


L'INDEPENDANCE UN MYTHE

C'est pourquoi je tremble d chaque jois que j'ap-
trends 'inauguration d'une &cole national confine ~ I*
direction des congriganistes Bretons : 'y vois immidia-
tement la propension du processes de segregation dan.
la socikte haitienne...

Rodolphe DEROSE



Nous eproumons une certain satisfaction a donner le dclic ne-
cessaire a l'rruption du volcan. Oui, nous sommes des revolution-
naires, mais des reivolutionnaires pacifiquess; nous n~ttaque-
rons personnel, si chacun s'embarque sans maugreer. 11 nous est
particulilrement agreable d'ilever notre voix qui s'associe a touted
ees autres en faveur d'un Clerg6 Haitien. C'est, en effet, une ni-
cessite national et, come nous le disions dbji, un imperatif ca-
tegorique apres un sicle et demi d'Ind6pendance et une centaine
d'annee de Concordat. Pour peu que ron doit veiller a la sauve-
garde du patrimoine national, le Clerg6, qui, dans la vie iconomi-
que du pays n'est pas un agent m6prisable, mirite toute attention
des esprits lucides qui veulent se placer a l'avant-garde des reven-
dications nationals. Car qui oserait nier le drainage de 1'econo-
mie national dej& sous d&veloppie (pour ne pas dire arrive)
qui s'effectue vers i'etranger depuis quatre ving seize ann6e r6-
volues.







CLiItRC;E INDIGENT


Les revenus de 1'Eglise entire les mains d'un clergy autochtone
participeraicnt a l'l6aboration rationnelle de l'Ndifice national
et retourneraient meme indirectement aux haitiens.
L'oeuvre nefaste du clergy stranger en Haiti est plus qu'appa-
ente : elle est r6elle et encourage, par cette africanophobie ten6-
Ireuse qui favorite la colonisation et l'exploitation d'un pnuplA
miserable, le plus pauvre parmi les pauvres malgr6 les propagan-
des mensong6rcs quotidiennes. Ces 616ments rangers du Clerg6
n'ont qu'un seul et mxme but : s'assurer une existence sans heurt
et emporter du pays le fruit des durs labeurs du paysan. citoyen
innocent qui se laisse trop souvent bafouer.,
Par ailleurs, quand on a sous les yeux la comptabilit6 du pays,
it est impossible de comprendre qu'au budget annuel figure la for-
te some de 18.000 Gdes (dix-huit mille gourdes), destinee au
Grand Seminaire Saint-Jacques de France; tandis que notre cole
apostolique fonctionne dans de piteuses conditions a cause de l'a-
varice d'un archeveque inqualifiable; come si l'argent de l'hai-
tien devait servir tout autre que l'haitien. Nous n'avons pas a faire
appel, encore une fois, A cette logique 6vidente cHaiti aux Haitiens.,
Inutile de r citer cctte formule sempiternelle, car elic n'a aucune
action magique sui les colonisateurs.
Le miserable pratre breton crasseux et barbu arrive de Saint-
Jacques. Ses extr6init6s digitales rougies par la nicotine, son odcur
de beurre sari. sa soutane noire vcrdie par le temps et la sueur,
sa soutane blanche jaunie par le soleil et la transpiration nous rap-
pellent ces d6froqu6s qui A partir de 1625 d6barquaient sur la
terre antil6enne et n'ont pas change d'un cheveu. Quoiqu'il en soit,
I'on s'attendait A recevoir un homme ayant un peu de morale et
Fon a soudain devant soi un 616ment venu au pays avec la certitu-
de, la conviction ou peut-6tre l'enseignement qu'il aura A evoluer
sur un terrain desert, habit tout de m6me par un people quasi-
sauvage. Et ils ont ~ti nombreux A le confesser. D'ailleurs leur






L'INDEPENDANCE UN MYTHE


comportement plus d'une fois atteste la veracite de cette consta-
tation; et il faut Wtre franchement d'une indifference 16thargique
pour s'emp&cher d'Eprouver de la repugnance en face d'un pareil
Rtat de choses. Le fouet du commander est pratiquement rem-
plac6 par des soufflets et des bousculades; et le naif paysan, pour
peu qu'il d6roge a la discipline 6tablie par le (colon i cordonD se
voit malmener, souvent maltraiter par certain pretres qui out avec
lui des rapports de Maitres & esclaves. Les temps de la colonies sont
revenues; les commanders qui jadis fouettaient les esclaves sans
rime ni raison sont redevenus maitres de la situation. Et pour re-
venir au mot de Marcel Sylvain, ces colons bouffis de projug6 de
couleur, ces soi-disant disciples du P6re Joseph ne sont que des mis6-
rables menteurs qui usent pour se venger, des moyens les plus
perfides : la trahison, le coup de poignard dans le dos. Mais, ii
est vraiment temps que cela cesse : nous en avons assez de ces afri-
canophobes indignes. Dans les circonstances actuelles et pour for-
mer le noyau indigcne requis pour le depart, il nous faudrait a la
rigueur des congregations qui puissent aider le gouvernement a
Clever le nivcau de vie du people haitien. Qu'il nous suffise de citer
pour example Mgr. Collignon O. I. M. dans le Sud et Mgr. Cou-
sineau C. S. S. dans le Nord, qui font oeuvre qui vaille.

D'un autre cvt,. parlant de la formation du s)ynrltisme v5dou-
catholique remain, Rodolphe DBrose &crit : (Au contraike, ii leur
(les pretres) suffisait de prendre le contrepied de la methode pour
deraciner progressivement les vieilles habitudes du fDtichi-nre. Dcs
les premiers temps de la colonies A ce jour, cette m6thode d'ensei-
gnement et de catkchisation a change de moyen mais elle est res-
tee immuable dans ses buts. C'est pourquoi je tremble chaque fois
que j'apprends F'inauguration d'une cole national confide a la di-
rection des congr6ganistes bretons; j'y vois iummdiatement ia pro-
pension du processus de segregation dans la soci&t6 haitienne.s Et
Marcel Sylvain pour sa part, avait menace de d6noncer publique-






CLEEIGE INI)IGENE


ment cctte discrimination don't fait montre un certain moine dit. -
qu6 dans une certain institution r6put6e pour ses exactions.
Et Derose d'affirmer cat6goriquement : 4L'education civique rt
la foi ne peuvent produire de bons fruits que si elles sont con-
fi6es au desint6rssement et au patriotism des autochtones... Dans
les Universit6s ncgres des Etats-Unis d'Amirique l'enseignement
est assure par les Noirs americains qui bien pr6pares et bien ap-
point6s ne sont pas inf6ricurs a leurs colleagues blancs. II faut qu'il
arrive un moment dans la vie d'une communaute of les functions
fondamentales soient confines aux int6resses eux-memes si I'on
veut que la vie e soit un autre MENSONGE,. celui-ci plus tra-
gique.>
D'autre part. compares au cierge breton. les pretres haitiens ne
connaissent aucune inf6riorite d'instruction. ni de formation reli-
gieuse et encore moins que pour les 6l1ments europoides. leur vo-
cation recllc ne saurait 6tre mise en doute. Et dans la liste qui
suit, vous y verrez des noms d'hommes transcendants.
De 1860 i nos jours (1956), 103 pretres haitiens ont ete ordon-
nes; 17 sont morts et 86 sont encore en function. Au course de la
periode anttconcordatairc nous ne rencontrons que le nom du Re-
vrend Pere Tisserand. Le plus ancient pretre haiticn est le Revi.-
rend PNre Codada qui mourut au Cap. l'annce dernicrc. Le Reve-
rend Prec K6breau, de la paroisse de Sainte-Anne a Port-au-Prince
et qui s'est fait beaucoup de publicity par son radicalisme et son
intransigeance AL I'egard de la di'cence dans la modlc f(mininc, faith
l.arc de n la premiere promotion de pr8tres haitiens prepares en
Haiti. Voici la liste des pr&tres indigenes, telle qu'elle nous a &t.
fournie par le Comit6 de R6daction du Journal Clerge Indigene.,
R. P. Milord R. P. Halaby R. P. f. Attis R. P. 1. Boston
R. P. L. Laroche R. P. Roger Augustin R. P. F. Solage.s
R. P. Cassagnol R. P. Kebreau R. '. Clervil R. '. I'oll
R. P. LamotheR. P. Alexandre R. P. Lef rre I. '.4genor
R. P. A. Allrt, R. P. Larenlitre





L'INDEPENDANCE UN MYTHE


R. P. Georges
R. P. Laforest F. Pierre
R. P. Arnoux
R. P. L. Brierre
R. P. Sansaricq
R. P. 1. Clerville
R. P. N. Gouin
R. P. A. Marius
R. P. E. Netus
R, P. 1. M. Salgado
R. P. D. Henry
R. P. Margon
R. P. A. Miton
R. P. 1 .Pilissier
R. P. Antoine Adrien
R. P. Girard Darbouze
R. P. Francois Burnet
R. P. Lebreton Carbonel
R. P. Louis-Charles
R. P. Jean-Noel
R. P. U. Delva
R. P. J. B. Georges
R. P. M. S. Hilaire
R. P. L. Perard
R. P. E. Eugene
R. P. A. Rube
R. P. E. Codada
R. P. S. Lamour
R. P. C. Etienne
R. P. 1. B. Pinchinar
R. P. N. Gamier
R. P. Yves Dejean


105








CLERGE, INDIGENE


R. P. A. Salomoi
R. P. f. Augustin
Mgr. Rimy Augustin
R. P. M. Mondisir
R. 1'. A. Saindoux '
R. '. C. E. Peters
R. F. Bonijace Fis-.Ai.e
R. F. Franwois Gayot
R. 1'. Bajeux
A. P. Verdier
R. P. Bissaintihe
R. P. E. ;Wiolas,
R. t-'. A. Coinlauit
K. 1'. Vb A\icUl s
R. '. L. Rica
R. P. P .Gousse
R. P. E. Dilouis
R. P. 1. Rousseau
R. P. C. Benoit
R. P. L. Laventure
R. f. Dordlien
-~


SEAMlNARISTES 1954-1955


,Augustin Roger
C.sar Aymon
Cineus Louis
Cola Yvon
Darbouze GCrard





L'INDEPENDANCE UN MYTHE


Darbouze Joseph
Edwond Edner
EveiUard Winel
Ferdinand Eumene
Fran ois Barne
Hilaire Jean
Holuant Maurice
Laforest Pierre
Leandre Nornm

Laondre Normit
Lespinasse lean-Claude
Lebreton Carbonel
Laforest F. Pierre
Lindor Rene
Mc Guffie Jacques
Midy Godefroy
Nicolas Christian
Percy jacques
Pierre Roland
Reynaud Raymond
Remarais Albert
Rene Jean-Andri.
Romelus Josep Willy
Saint Hubert Eustachs
Souffrant Claude
f erdier Denis
Verrier Alix
Vincent Georges
Lafontant Jacques







CLERGE INDIGENE


Archidiocese de Port-au-Prince 13 Seminaristes
Diocese du Cap-Haitien 3 Siminaristes
Diocese des Cayes 13 Siminaristes
Diocese des Gonaives 2 Sininaristes
Diockse de Port-de Paix 3 Siminaristes

Total : 34 Seminaristes


NOUVEAUX SEMINARISTES 1955-1956

Renaud Bernardin
Lucien Chariot
Emilor Dossous
Yves Lapierre
Fridolin Saint-Louis
Andri Tombeau




A LETRANGER

Frantz Colimon -- Monfortain (France)
Troche -- Monfortain .- (Canada)
Pereira -- Spiritain
Troch -- Spiritain
Bajeux Spiritain (Afrique)
Francoeur Spiritain (Afrique
Pady Pous -- Spiritain
Chancy Spiritain
Chevilly -- Spiritain
Sylvio Percy -- Oblat


108







L'INDEPENDANCE UN M3YTHE


Rousseau -- Salisien
Bony -. Sainte Croix

En 1955, furent ordonnes pretres : G6rard Darbouze, Frangois
Burnet, Laforest, F. Pierre, Lebreton Carbonel.

Cesar Aymon fut tenu en observation pour cause de maladie.

En 1956 furent ordonnis prtres : Jean-Claude Lespinasse, Ro-
ger Augustin, Cinius Louis, Cola Yvon, Mc. Guffie Jacques.

Ferdinand Eumine fut tenu en observation dans les environs de
Trou du Nord, pour cause de maladie.

lls out t&6 nombreux, ceux qui furent forces d'abondonner la
carrire episcopal pour avoir manifesto des tendances nationa-
listee. Ils ont Wt victims d'une situation deplorable A laquelle nouw
venons mettre fin, mime au prix de notre vie.

Bref, pour revenir A notre pol6mique, dans un factum intitul
cLettre A un certain Senateur, paru sur presque tous les joaurau
du pays en Mars 1956, Maitre Edouard Cassagnol icrivait :

Le Clergy se rappeUe que c'est lui qui, en la personnel d'un de ses
Eviques, a posi,en 1950 dans la viUe historique et en chair, la
Candidature du Colonel...*

Nous sommes entierement d'accord avec Mr. Edouard Cassagnol
et notre confrbre *Le National-, quand ils nous laissent entendre
que le Concord* 0 1860 a tc ouvertement, officieusement et of-
ficiellement m&connu en 1950. Pourquoi en 1960, dix ans plus
tard, ce Concordat ne serait-il pas entierement aboli ? Quelle serait








la nc'.-'ilt r6cll de ce pactc si nous avions un Clerge form d'un
noyau cssentiellement indigene ? Les Etats-Unis, le plus riche et
Ie plus important pays de l'Occident. n'a aucut rapport serieux
avec le St. Siege depuis 1867, malgrna Ik. demarches de Pie XII
qui voulait trouver un march pour ces milliers d'Europiens af-
fames qui veulent toujours diriger en Colons. Les Amrricains n'ac-
ceptent pas de pareils compromise, capable de transporter la misere
chez eux. Surtout, il ne faut pas oublier que le Pape avait long-
temps h6sitt avant de proclamer que la guerre centre les Nazis Ctait
une guerre just et de preacher une croisade anti-sovibtique.

Quand oitre confrere -Le Jour- declare, que Ie tPape voulait
rester au-dessus des contingencies politiquesv, Mr. Edouard Cassa-
gnol, le Quotidien genes, nous affirmons que le Clerge a le droit de poser ou de lan-
cer une bonne candidature ce qui nous permet de passer outre ou
de fair fi du fameux Concordat.

Quand 1'Hebdomadaire Cassagnol ignore-t-il que aux terms du Concordat qui nous lie
avec le Vatican, les Eveques et les Prktres n'oat pas le droit de
s'occuper de politique, encore moins de lancer la candidature...
d'un citoyen. alors mme qu'il aurait ruuni les conditions d'6ligi-
bilit6 ? Nous r-pondons qu'ayant miconnu le Concordat une fois
ou deux. nous sommes d&cidWs a le mconnaitre dffinitivement.
Aussi, nous nous empressons de remercier Mr. Cassagnol et le
Quotidien nous menons pour l'avenement du ,Clerge Indigene.- Nous appr6.
cions a sa JUSTE VALEUR cet effort concretis depuis 1050. Et
nous crions avec Cassagnol et -Le Nationalb :


,,A BV If CONCORDA!T !?,


CLPJZ;):GE INDIGENEE


? ii




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs