• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Half Title
 Frontispiece
 Foreword
 Title Page
 Dedication
 Preface
 Introduction
 Premiere partie: Vue d'ensemble...
 Deuxieme partie: Richesse de la...
 Troisieme partie: Etat actuel -...
 Conclusion
 Table of Contents














Group Title: La Guyane meconnue
Title: La Guyane méconnue
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074132/00001
 Material Information
Title: La Guyane méconnue
Physical Description: 170 p., 2 l. incl. front. (port.) illus. (double maps) tables. : plates. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Bureau, Gabriel
Publisher: Fasquelle
Place of Publication: Paris
Publication Date: [1936]
 Subjects
Subject: French Guiana   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: avant-propos de m. Henry Bérenger, préface de me G. Monnerville ...
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074132
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000645022
oclc - 24821179
notis - ADH4898

Table of Contents
    Half Title
        Page 3
    Frontispiece
        Page 4
    Foreword
        Page 7
        Page 8
    Title Page
        Page 5
        Page 6
    Dedication
        Page 9
        Page 10
    Preface
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Introduction
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Premiere partie: Vue d'ensemble sur la Guyane au point de vue physique, politique et historique
        Page 19
        Page 20
        Aperçu physique
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
            Page 27
            Page 28
            Page 29
            Page 30
            Page 31
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
            Page 37
            Page 38
        Aperçu politique et administratif
            Page 39
            Page 40
            Page 40a
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
        Aperçu historique
            Page 51
            Page 52
            Page 53
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 56a
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
            Page 62
            Page 63
            Page 64
            Page 65
            Page 66
            Page 67
            Page 68
            Page 69
            Page 70
            Page 71
            Page 72
            Page 72a
            Page 73
            Page 74
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
            Page 79
            Page 80
    Deuxieme partie: Richesse de la Guyane Française
        Page 81
        Page 82
        La forêt
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88-89
            Page 89a
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 93
        Le sous-sol
            Page 94
            Page 95
            Page 96
            Page 96a
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 101
        La mer
            Page 102
            Page 103
            Page 104
        L'agriculture
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
            Page 112a
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
        L'elevage
            Page 117
            Page 118
            Page 119
            Page 120
            Page 121
            Page 122
        Industries secondaires
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
        Possibilites d'exploitation
            Page 128
            Page 129
            Page 130
            Page 131
            Page 132
    Troisieme partie: Etat actuel - causes du marasme moyens de mise en valeur
        Page 133
        Page 134
        Etat actuel
            Page 135
            Page 136
            Page 136a
            Page 137
            Page 138
            Page 139
        Pourquoi ce pays si riche est-il dans un tel etat de marasme?
            Page 140
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
            Page 144a
            Page 145
            Page 146
            Page 147
            Page 148
            Page 149
            Page 150
            Page 151
            Page 152-153
            Page 154
            Page 155
            Page 156
            Page 157
        Analyse des procédés propres a l'exploitation des richesses de la Guyane
            Page 158
            Page 159
            Page 160
            Page 161
            Page 162
            Page 163
            Page 164
    Conclusion
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
    Table of Contents
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
Full Text












LA GUYANE
MICONNUE

































CAPI'AJINE G. ILREAU
Che, a"ier de Ia LIegion 'I'lfonneur


pre ~

% r













AVANT-PROPOS


La croisi6re du rattachement des Antilles
et de la Guyane A la France, qui a conduit
dans nos trois d6partements d'outre-mer:
Guadeloupe, Martinique, Guyane, une d616-
gation national compose des repr6sentants
qualifies de tous les grands pouvoirs natio-
naux, n'a pas seulement d6montr6 l'ind6fec-
tible attachment A la M6tropole des popula-
tions antillaises et guyanaises; elle a permis
aux membres de la delgation de se faire une
idWe exacte des possibilities de nos colonies
ambricaines et des devoirs de la France
envers elles.
Cette prise de contact 6tait particuliere-
ment n6cessaire en Guyane; nulle terre fran-
caise d'outre-mer n'est, sans doute, plus mal
connue, et n'a Wte plus injustement d6cribe.
VoilA un livre qui vient A son heure, pour
la presenter sous son vrai visage au grand
public francais. L'auteur, M. le capitaine
Bureau, met A d6fendre sa petite Patrie le
meme courage qu'il a montr6 au service de







AVANT-PROPOS


sa grande Patrie, la France, pendant la
guerre.
Pourtant dans le tableau qu'il nous brosse
de la Guyane, il a la franchise de ne pas sup-
primer les ombres. Par centre, avec quel
enthousiasme il nous en fait valoir les
clartes, en nous indiquant comment il serait
possible d'exploiter les immense richesses
de cet Eldorado de 16gende!
Son livre : << La Guyane M6connue >, dans
lequel la precision du detail ne nuit jamais
A l'interet d'une description pleine de cou-
leur, restera comme un document unique,
auquel devront inevitablement se reporter
ceux qui voudront etre exactement rensei-
gn6s sur notre colonie de l'Ambrique du Sud.
C'est pourquoi le Comite du Tricentenaire
du rattachement des Antilles et de la Guyane
A la France a tenu A marquer I'inter&t qu'il
porte au livre du capitaine Bureau en lui
accordant son patronage.
Le president du Comite du Tricentenaire
est heureux, A son tour, de presenter au
public cette si attachante etude A laquelle il
souhaite tout le succes qu'elle merite.

HENRY BERENGER.
Ambassadeur de France,
Se ateur de la Guadeloupe,
President du Comitd du Tricentenaire
du rattachement des Antilles et de la
Guyane d la France.







CAPTAINE GABRIEL BUREAU


LA


GUYANE


MECONNUE

AVANT-PROPOS DE M. HENRY BERENGER
PREFACE DE M* G. MONNERVILLE

Illustri de carter et plans et de gravures hors-texte






PARIS
FASQUELLE EDITEURS
11, RUE DB GRENELLE, ii











AUTOG.RAPHi

LATiN AMERICA


Tons droits rsdervos
Copyright 1936 by FAsQUawra EDrrauBR















Cet ouvrage, dcrit sans aucune ambition
personnelle, a pour seul but de mieux faire
connaitre la Guyane Franeaise.
Je le dddie t un vieil ami d'enfance, Gaston
MONNERVILLE, avocat d la Cour d'Appel de
Paris, depute de la colonie.
Reprdsentis au Parlement frangais, de-
puis 1908, par des Mitropolitains, les Guya-
nais ont enfin compris que leurs intirets ne
pouvaient 8tre mieux ddfendus que par un
des leurs.
Envoyd au Palais-Bourbon en 1932, MoN-
NERVILLE, par Factivitd qu'il a diployee, a
rdpondu aux espirances de ses concitoyens
et l'on peut dire qu'd I'heure actuelle, la
Guyane est a l'ordre du jour. Les pouvoirs
publics semblent s'intgresser d cette vieille
terre, franvaise depuis plus de trois siecles,
don't les richesses prodigieuses ont faith dire
d Madame CALARII, dans un livre ricemment
publiJ c que la Guyane peut devenir une
Nouvelle Terre Promise, le jour ou la France
le voudra >.















PREFACE


A GABRIEL BUREAU.
En fraternel hommage.


Ton amiti6 m'a reserve le privilege de lire,
le premier, le manuscrit de La Guyane Md-
connue. Je veux te dire mon remerciement,
et celui de nos compatriotes, pour I'utile
contribution que tu apportes A une meilleure
connaissance de notre pays.
Tu parles de lui avec un amour qui, pour
6tre contenu, n'en est que plus 6mouvant.
Comment m'en 6tonnerais-je, moi qui ai si
souvent constat6, au course de nos longues
conversations consacrees A notre chore Cen-
drillon, de quelle affection tu la ch6risl
Mais ce don't, comme moi, les Guyanais te
garderont reconnaissance, c'est surtout
d'avoir su presenter a tes lecteurs le visage
vrai de notre Guyane.
A qui lira ton ouvrage, la Guyane se rev6-
lera comme l'ardente terre francaise que ne








LA GUYANE MACONNUE


cessent de convoiter tous ceux qui se sont
penchis sur elle, et sur ses richesses
innombrables. Il ne se peut plus qu'on la
miconnaisse; l'impartialit6 de ton 6tude
convraincra; et aussi la simplicity du ton. La
simplicity est la pierre de touche de la v6rite.
Je reste persuade que ton appel A nos
concitoyens de la M6tropole sera entendu. II
ne peut pas ne pas l'etre, parce qu'il mane
d'un fils de Guyane, digne de parler en son
nom a la France. Tu appartiens, en effet, A
la jeune phalange de nos compatriotes qui
ont montr6, non par de vaines d6clama-
tions, mais en un geste inoubliable, que la
France Equinoxiale, d6partement 6loigne du
continent europeen, constitute un element de
quality de I'unite francaise. La terre de
France a bu ton sang, verse A maintes repri-
ses pour sa defense acharn6e. Confondant
en un meme amour notre petite patrie et la
Grande, tu as affirm, par ta conduite, que
les fils de Guyane sont des fils de France;
que notre vieille terre, francaise depuis 1604,
vit de la vie meme de la France, qu'elle en
ressent les joies et les douleurs, les fiert6s et
les tristesses, qu'elle est toujours restie unie
A la M6tropole dans les evolutions de son
prestigieux destin.
Ta modestie effarouch6e j'allais 6crire
ton effacement tetu, ta conception rigide
du devoir m'en voudront d'6crire ce qu'elles







PREFACE 13

n'admettent pas qu'on dise. Ceci : ta passion
pour la Patrie francaise, ta religion de l'hon-
neur, ton courage, don't la simplicity magni-
fique a 6tonn6 tes chefs; ces citations admi-
rables qui ont port le jeune engage volon-
taire, parti de Guyane, au rang d'officier
d'elite que tu es devenu; ces blessures si gra-
ves, don't tu supporters, en silence, les souf-
frances encore vives; voila qui te qualified
plus que tout autre pour parler A la France
de ta Guyane natale.
La France t'entendra. Rien de ce qui est
just, ou ge6nreux, ne lui est stranger.
Elle se souviendra aussi que parfois l'id6al
rejoint l'int6ert. Elle comprendra, comme
'ont compris les d616gu6s nationaux qui sont
venus, il y a un mois, nous apporter son mes-
sage d'affection qu'elle serait impardon-
nable de laisser plus longtemps en friche cet
inappr6ciable domaine qu'est la Guyane
Francaise.
Ainsi, par cet ouvrage que tu as compose
avec une ferveur filiale, tu auras rendu ser-
vice A ton pays. Tu auras contribu6 efficace-
ment A l'ceuvre de d6veloppement 6conomi-
que d6ej commence. Une fois de plus, tu
auras manifesto ta fid6lit6 au principle qui
est l'id6al permanent de ta vie: servir.

GASTON MONNERVILLE,
Ddputi de la Guyane.









LA GUYANE MECONNUE


INTRODUCTION


CONSIDERATIONS GENERALES


La Guyane Frangaise, si paradoxale que
cela puisse paraitre, est la plus vieille et ce-
pendant la plus jeune, la plus riche et ce-
pendant la plus pauvre des colonies fran-
caises.
Fille ainee de la France dans sa maternity
colonial, elle possede des reservoirs de
richesses naturelles, par ses forts et son
sous-sol. Quant A son sol, il est d'une ferti-
lit6 6tonnante. Malgr6 ses immense possi-
bilites dans le domaine forestier, dans le do-
maine minier, dans le domaine agricole et
dans le domaine de l'6levage, cette terre sud-
americaine, franfaise depuis plus de trois
sidcles, se meurt d'etre meconnue et calom-
niee.








LA GUYANE MACONNUE


Lorsque le nom de Guyane est prononc6
devant ce qu'on appelle le Frangais moyen,
immbdiatement, dans son esprit, s'6voque
un pays maudit, capable de servir seule-
ment de lieu de chatiment A ceux que la
justice a mis au ban de la Sociktd.
Cette idWe malveillante trouve son 6cho
dans les reportages de certain journalists
fantaisistes, animbs d'un faux esprit huma-
nitaire, don't les 6crits, publibs dans la grande
press, tombent sous les yeux du public tou-
jours avide de se repaitre de litterature mal-
saine.
Heureusement qu'A c6t6 de ces mauvais
Francais qui n'ont qu'un but, monnayer
leur prose, se trouvent des hommes qui ont
v6cu de longues annees dans la colonies et
qui montrent la Guyane sous son vrai jour.
Mais malheureusement leurs ouvrages, en-
fouis dans des bibliotheques, ne sont connus
que d'une elite qui, elle, n'a pas besoin d'etre
convaincue.
On peut se demander pourquoi ce pays si
riche et si ancien dans la communaut6 fran-
caise est si pauvre et si neuf?
Un g6nie, vraiment malfaisant, a pr6sid6
jusqu'ici aux destinies de la Guyane. Les
insucc6s de chacune des entreprises ont tou-
jours eu des causes don't on ne saurait sans








INTRODUCTION 17

injustice la rendre responsible. Elles pro-
viennent soit de l'incomp6tence ou de 1'es-
prit de lucre de ceux qui les ont montees,
soit de la faute des colons ou du pouvoir
central, soit des moyens trop r6duits qu'ont
eus A leur disposition ceux qui ont voulu
se consacrer A une branch d'activit6.
<< Quoi qu'il en soit, apr6s plus de trois
si6cles de colonisation, la Guyane pr6sente
dans son ensemble de vastes solitudes oi
l'homme, s'il a pinetr6, n'a laiss6 aucune
trace de son passage. >> (H. Ursleur.)
Notre etude a pour but de montrer ce beau
pays sous son aspect veritable et d'amener
a mieux connaitre la premiere de toutes les
colonies frangaises. Ainsi seront d6truites
les idWes forges par la legende et seront
mises en relief les richesses de cette seule
terre que poss&de la France sur le continent
sud-amiricain.
Dans une premiere parties, nous ferons un
expos succinct de sa g6ographie et de son
histoire; dans une deuxi6me, nous ferons
ressortir toutes les richesses existantes ou
possibles et enfin dans une troisi6me parties,
nous ferons connaitre, apr6s avoir montr6
1'tat 6conomique de la colonie, les raisons
qui ont entrav6 ce malheureux pays dans
son essor et les solutions qui pourraient 6tre








18 LA GUYANE MACONNUE

adopt6es pour lui donner dans la commu-
naut6 franpaise la place qui lui revient.

La Guyane offre, a l'heure actuelle, le
navrant spectacle d'un malheureux mourant
de faim a c6td d'un trdsor.
















PREMIERE PARTIES



VUE D'ENSEMBLE SUR LA GUYANE AU
POINT DE VUE PHYSIQUE, POLITI-
QUE ET HISTORIQUE.


Une vue d'ensemble sur la Guyane est
indispensable pour situer la colonie, la pre-
senter dans sa constitution physique, dans
sa forme particulibre d'administration, dans
sa formation ethnique et surtout dans son
evolution historique depuis que les premiers
Europeens y d6barquerent.















CHAPITRE PREMIER


APERCU PHYSIQUE


La Guyane Francaise est situ6e entire le
100 30 et le 5* 50 de latitude et le 51" 40 et le
540 30 de longitude. Elle fait parties d'un
immense plateau, appel6 les Guyanes, qui
s'6tend au nord-est de l'Ambrique du Sud, de
l'Or6noque A l'Amazone. C'est une pen6-
plaine, c'est-A-dire qu'elle est constitute de
collins ou crates s6parees par des vallees
profondes.
Son nom a Wte tire de celui d'une tribu
indienne, Guyanos, que les premiers explo-
rateurs trouverent, lors de leur debarque-
ment.
LIMITS.
De forme parrallelogrammatique, la
Guyane franeaise a pour limits (conse-
quences des remaniements territoriaux de








22 LA GUYANE MECONNUE

1891 avec les Hollandais et de 1900 avec les
Brisiliens) deux grands fleuves : le Maroni,
nomm6 Awa dans son course sup6rieur, et
I'Oyapock. Le premier la spare de la
Guyane Hollandaise et le second de la
Guyane brisilienne. La chaine des Tumuc-
Humac forme sa limited extreme A l'int&-
rieur. Quant au quatrieme c6t6 du rectan-
gle, il est constitu6 par une ligne ligerement
incurv6e, bordie par I'Oc6an Atlantique sur
une longueur de pros de 350 kilometres.

SUPERFICIE.
Sa superficie couvre pres de 116,000 kilo-
metres carries, soit un cinqui6me de celle
de la France et approximativement celle de
vingt d1partements francais.

RELIEF.
La Guyane peut 6tre divis6e en trois
zones :
1 La zone c6tiere, don't la larger varie
(environ 60 i 70 kilometres dans la parties
ouest et 10 A 15 kilometres dans la parties
est). Elle est plate, recouverte par du sable
blanc ou constitute de marais, appel6s dans
le pays e pripris > ou e pinotieres >, garnie
d'une ligne de pal6tuviers od regne une hu-







VUE D'ENSEMBLE 23

midit6 constant. C'est la zone des savanes,
la premiere explore, celle ou se trouvent
tous les centres habitables. Aussi a-t-il fall
entreprendre des travaux d'assainissement,
qui, malheureusement n'ont pu 6tre ex6cu-
tes sans faire de victims, d'od le point de de-
part du triste renom d'insalubrit6 attribu6
A la colonie.
2 Les hauts plateaux qui commencent A
quelques kilometres de la cBte. Leur hau-
teur oscille entire 100 et 300 m6tres. Ils cons-
tituent de 1'avis de ceux qui les ont par-
courus (explorateurs, mineurs) une zone
climatologique saine et agreable.
Cette region est jalonnee, du Maroni A
l'Oyapok par une premiere ligne de croupes,
partiellement en bordure de la c6te et com-
prenant: les months Corrossoni, les months
d'Iracoubo, la montagne du Diable, le mont
La Condamine, les mornes de Macouria, les
collins de Montabo et de Bourda, les months
de Remire, de Cabassou, la montagne Tigre,
les months du Mahury, les months de Kaw, la
montagne d'Argent, et le mont Lucas, et par
une deuxieme ligne plus A l'int6rieur cons-
tituee par la montagne de la Ouaqui, le mont
Leblond et le pic Crevaux.
3 Les months Tumuc-Humac, don't I'alti-
tude s'616ve de 600 A 1.200 m6tres. Ils cons-







LA GUYANE MCCONNUE


tituent la troisieme zone et forment la limited
du Bresil, au sud. Is sont A peine connus et
seuls les explorateurs Crevaux et Coudreau
en ont donn6 une description sommaire.

HYDROGRAPHIE.
La Guyane est drainee par une s6rie de
fleuves et de rivieres qui coulent toutes du
sud-ouest au nord-est. La plupart de ces
course d'eau reooivent de nombreux affluents
aliment6s a leur tour par une multitude de
rivibres ou criques, le tout formant avec les
marais et les savanes noyees un des regi-
mes hydrographiques les plus riches du
monde. Ils sillonnent le pays dans toutes les
directions. Ces voies d'eau sont si nombreu-
ses a l'intErieur que leurs lits ne sont sepa-
res les uns des autres que par une distance
moyenne de trois kilom6tres. Mais, alors
que, suivant le mot de Pascal, elles devraient
6tre < consequent faciliter la p6n6tration, elles sont
frequemment coupes de barrages de roches
appeals << sauts >. Ces derniers sont forms
par les roches dures que rencontrent les
eaux don't le lit est habituellement creus6
dans la roche tendre. Ils indiquent la succes-
sion des terrains traverses par le course d'eau,








VUE D'ENSEMBLE 25

en ralentissent le course, entrainent en sai-
son de pluie 1'inondation de vastes spaces
au-dessus de chaque barrage, et conservent,
en saison seche, 1'eau dans ces sortes de bas-
sins.
Les fleuves guyanais ne sont navigables
que dans leur course inferieur, influence par
l'action de la maree jusqu'aux premiers
sauts, soit sur une longueur d'environ une
soixantaine de kilometres. Ils sont orients
du sud-ouest au nord-est et presque tous, ils
prennent leur source dans la region des
Hauts Plateaux. Leurs affluents, par centre,
ayant leurs course paralleles aux barrages de
roches, et par consequent orients sud-est,
nord-ouest, sont navigables sur tout leur
parcours.
Le regime de ces course d'eau est intime-
ment lie aux saisons: bas pendant la saison
seche et decouvrant de large plages sur les
rives, ils montent de plusieurs metres pen-
dant << 'hivernage >.
Les fleuves les plus important sont, de
I'ouest a l'est :le Maroni, d'une longueur de
625 kilom6tres don't 75 seulement sont navi-
gables, pourvu de nombreux affluents (le
Tapanahoni, 1'Awa, l'Itany, I'Abounami,
1'Inini, le MWrouani); le Mana, l'Iracoubo, le
Counamani, le Sinamary, le Macouria,







26 LA GUYANE MACONNUE

l'Approuague d'une longueur de 310 kilome-
tres don't 60 sont navigables et l'Oyapock
qui measure 425 kilombtres don't 75 sont na-
vigables.
La Guyane ne poss6de pas de lacs, sauf
ceux du Rorota, de creation artificielle qui
servent A approvisionner la ville de Cayenne
en eau potable.

C6TES.
Elles s'6tendent sur une longueur de
350 kilometres entire les deux grands fleu-
ves: le Maroni et I'Oyapock, qui constituent
les limits actuelles de la colonie. Elles sont
basses, presentent des groves et des dunes
qu'agrementent une serie de plages de sable
fin.
Le long du rivage, en raison de la proxi-
mite de 1'Orenoque et de l'Amazone, le sol
de la mer jusqu'A dix miles au large est re-
couvert d'une vase molle qui selon les 6po-
ques obstrue les ports ou au contraire se
retire loin des rivages. Cet envasement ne
constitute pas un obstacle A la navigation,
car cette boue extr6mement molle est faci-
lement labourable, et avec la marie haute
les gros navires peuvent acc6der aux ports.
A quelques miles au large, la c6te est























IL I

LA~iRANDE
D)E / mrTR'
MATM Fff







iLE deCAYENB






LEGENDE- ROURA
wOmutS emp;ecries
non empenees
SCOmmuneS








LA GUYANE MECONNUE


sembe d'ilots rocheux. Ce sont: les Iles du
Salut, constitutes par trois lots (Ile Saint-
Joseph, lle du Diable et Ile Royale) qui sont
entire les mains de administration peniten-
tiaire et qui servent de d6p6t de carbon et
d'eau douce pour les navires don't le tirant
d'eau d6passe quatre metres, I'Enfant Perdu
A 1'entree de la Rivibre de Cayenne, les Ilets
de Remire (le Pere, la Mere, les Mamelles et
le Malingre) et les Deux Connitables.

CLIMATE.
Le climate de la Guyane est celui de la zone
6quatoriale, chaud, uniform et humide,
mais avec cette difference que la temp6ra-
ture est peu 6lev6e, en raison des brises frai-
ches venant de l'Oc6an et soufflant aux heu-
res les plus accablantes de la journ6e.
La temperature oscille entire 20 et 34 de-
gr6s (elle se maintient habituellement entire
25* et 29*). Les mois les plus chauds sont
ceux d'avril, de septembre et d'octobre, ceux
de janvier et de f6vrier sont les plus frais.

SAISONS.
L'ann6e comporte deux saisons: la saison
seche ou d'Wte, de juin A novembre, et la
saison des pluies, ou < hivernage qui com-








VUE D'ENSEMBLE


mence A la mi-novembre et se termine en
juin, atteignant son maximum d'intensiti
en avril, mai et juin : ce sont les pluies dites
de la o poussini6re >. Cette saison est cou-
p6e par deux mois environ de chaleur, en
fivrier et mars, appel6s e t6 de mars >.
Cayenne recoit de 3 m6tres A 3 m. 50 d'eau
et les Hautes Terres de 4 m. 50 A 5 metres,
particuli6rement dans les forts. Les pluies
tombent d'une facon irr6guliere, tantbt en
v6ritables trombes, tant6t en poussibres
fines; leur duree peut-6tre de quelques minu-
tes, de quelques heures ou de quelques
jours.
Elles commencent en novembre, pr6c6-
d6es et accompagn6es d'orages de faible
intensity; elles deviennent graduellement
plus abondantes. C'est la saison agricole par
excellence, ofi les terres d6frich6es se culti-
vent et oA la veg6tation se d6veloppe avec
le plus de vigueur; c'est 1'6poque propice
pour semer le mais, planter le manioc et la
canne A sucre.
En dicembre, janvier et fevrier, les pluies
sont plus abondantes et nuisent A la v6g6ta-
tion. La terre trop delavie perd de sa ferti-
lit6, I'imbibition exag&r&e pourrit les racines
et le cultivateur doit lutter pour combattre
l'invasion et la stagnation des eaux. Les








30 LA GUYANE MECONNUE

mauvaises herbes poussent; le sarclage A qui
le soleil, cach6 sous les nuages refuse son
aide, reste difficile et les recoltes ne peuvent
6tre, qu'A grand'peine, protegees contre l'hu-
midit6.
Avec mars, apparait le petit Rt6.
A cette periode de beau temps, succkdent
les pluies continues d'avril et de mai, qui
inondent les savanes et les maricages et font
deborder les course d'eau. Elles se prolongent
en juin, alternant avec un soleil brilant.
En Juillet, les jours de beau temps se mul-
tiplient, coupes par quelques rares orages et
la secheresse s'6tablit en aoit.
Des la periode de grande secheresse d'ao6t
A novembre, la pluie est rare, sauf quelques
grains au milieu de la journ6e; la nature se
dessbche, mais les roses abondantes au
course de la nuit sursaturent 1'atmosphere de
vapeurs d'eau, aussi le feuillage des arbres,
en raison de la grande fralcheur, est-il, mal-
gre tout, couvert d'une riche verdure. La se-
cheresse modere la v6egtation des plants
basses et I'arrate, elle favorite la formation
et la conservation des tubercules farineux,
c'est I'abondance pour le cultivateur. L'6tW,
saison du d6frichement, est dans I'ann6e
agricole, la saison principal. On abat les
arbres, on les laisse secher, on nettoie le sol








VUE D'ENSEMBLE


qui est pret A recevoir les plantations. L'etd
et l'automne sont propices aux travaux
d'irrigation qui s'op6rent mieux que pendant
les pluies, et aux recoltes qui se font plus
commod6ment.
Sur la c6te, le ciel est plus serein; les pluies
brusques et plus courts sont suivies de
rayons de soleil; la saison seche commence
un mois plus t6t et les pluies d'automne
viennent plus tard. Les grands c6teaux boi-
ses et les forts de I'int6rieur provoquent
des pluies, qui A quatre, cinq ou six lieues
de la c6te sont plus abondantes.
Les orages peu nombreux et peu intense
6clatent seulement A l'ouverture de la saison
des pluies et au commencement de la s6che-
resse. Ils sont plus violent dans l'interieur,
vers les sources des course d'eaux.
Le vent souffle de l'est en hiver et du nord-
est en Wte. A l'inverse des Antilles, il n'y a ni
ouragan, ni cyclone.


CONSTITUTION GAOLOGIQUE.

Le sous-sol guyanais a une constitution
assez simple : une assise de roches dures sur
laquelle est venue se superposer une roche
plus tendre recouverte de terre arable.








LA GUYANE MtCONNUE


Les roches primitives (quartz purs, gra-
nits, gneiss, dorites, leptinites) forment la
charpente meme du sol et quelquefois font
saillie en faible masse. Elles datent de 1'6po-
que primaire.
La roche de formation posterieure connue
sous le nom de limonite ou < roche A ravets v
a fait son apparition A 1'poque secondaire.
Elle recouvre les premieres formations et
ceinture les terres basses. Elle a constitu6
entierement les collins de I'lle de Cayenne,
de Roura, de Kaw et de 1'Approuague.
Les terres vegetales, les argiles, les amas
de sable et de marines, les d6p6ts lacustres,
les alluvions don't les apports ont dfi se cons-
tituer A l'6poque tertiaire et quaternaire, re-
couvrent le tout.


NATURE DU SOL.

Le sol guyanais a Wte boulevers6 A diff6-
rentes 6poques par des phpnomines geolo-
giques. A c6t6 des eruptions anciennes on a
reconnu des traces de soulevements products
par des eruptions r6centes, vraisemblable-
ment A l'6poque quaternaire.
Au point de vue de la nature du sol, la
Guyane se divise en deux categories de ter-








VUE D'ENSEMBLE 33

rains: les terres basses ou terres marecageu-
ses, cultivables seulement apr6s des travaux
de dess6chement et les terres hautes ou ter-
res seches, A l'abri de l'invasion des eaux.
Sur le littoral, principalement A I'embou-
chure des nombreux course d'eau qui sillon-
nent cette region, s'accumulent des alluvions
limoneuses tr6s 6tendues, formant des ter-
res basses le plus souvent mar6cageuses et
couvertes de pal6tuviers.
Ces alluvions sont composees de calcaires,
de vase maritime m&16e de debris de v6g6-
taux, ainsi que de sables m6lang6s de tourbe
et de terraux; elles constituent des terres
d'une f6condit6 in6puisable, mais qui exi-
gent pour Otre mises en valeur des travaux
d'ass6chement. Cette zone des terres basses
est tr6s peu 6lev6e au-dessus du niveau de
la mer, et m6me en certain points, lors des
grandes mares, elle arrive A 6tre submer-
gee. Les terres alluvionnaires forment une
bande qui a de 10 A 70 kilometres de large.
Au delA, A une distance variable commen-
cent les terres hautes avec les premiers ra-
pides des course d'eau. Ces terrains modifies
par de nombreuses eruptions de roches gra-
nitoides sont constitu6s par du gneiss et du
micaschite, recouverts par un melange ar-
gilo-siliceux, sables m616s de terraux ou de








34 LA GUYANE MICONNUE

terres ferrugineuses et d'argile. Les roches
cristallophyllines qui en composent I'assise
sont disposes par bandes successives, orien-
t6es Nord-Nord-Est, Sud-Sud-Ouest et don-
nent A la Guyane un relief particulier con-
sistant en une s6rie de gradins plus ou moins
ondul6s, disposes parallelement A la c6te et
s'6levant successivement jusqu'aux Tumuc-
Humac. Ce sont ces gradins qui dans le lit
des course d'eau forment les barrages ou
sauts et que l'on retrouve A peu pr6s A la
m6me hauteur dans chacun d'eux.
Ainsi, aussit6t franchise la z6ne alluvion-
naire basse et plate, on acc6de aux hautes
terres de sol argilo-siliceux, ce sont ces ter-
rains qui constituent les c6teaux et les d6-
pressions. Les c6teaux, en Guyane Fran-
Caise, s'avancent tr6s pr6s de la c6te entire
Sinamary et Oyapock, tandis qu'en Guyane
Hollandaise, ils s'6loignent et le navigateur
qui suit la c6te de la colonies n6erlandaise
n'apercoit qu'une terre basse et plate.
Ces c6teaux, s6rie de niveaux plats, s6pa-
res par des crates, forment des terrasses
don't I'altitude s'6lAve au fur et A measure que
l'on p6netre A l'interieur.
Au point de vue agricole, ces terrains ont
une grande importance dans un pays o6 les
pluies sont torrentielles et oh les pentes se-








VUE D'ENSEMBLE


raient ravinees tres profond6ment. Cepen-
dant ils g&nent l'6coulement des eaux et mul-
tiplient les mar6cages.
Le lavage des plateaux de l'int6rieur porte
sans cesse A la mer, surtout lorsque les ri-
vibres d6bordent, de I'argile m616 de beau-
coup de debris organiques et de sable. Ces
mati6res s'accumulent sur la c6te et consti-
tuent des bancs.
Dans la formation des terres de la c6te,
I'argile de l'interieur a acquis par le melange
des mati6res organiques et le sejour A la mer,
une grande fertility. C'est ainsi que se for-
ment les Polders hollandais, aussi les proc&-
d6s utilis6s dans la mere-patrie pour fertili-
ser le Zuydersee, ont-ils Wte employs par les
colons de Surinam pour d6ss6cher la Guyane
Hollandaise.
Le tableau ci-dessous rev6le la constitution
des terres de la Guyane avec leur valeur au
point de vue agricole :
Terres
de la Alluvion de vase marine Fertiles
c6te Terres tourbeuses .... Passables
Terres argileuses ..... M6diocres
Terres
basses Sables riches en ter-
reaux ............. Passables on
de I'int6- Mlange de sable, d'un assez bonnes.
rieur pen d'argile et de
fragment de roches.. Passables on
assez bonnes.









LA GUYANE MI&CONNUE


Terres
Sables riches en terreaux ....... Fertiles
Terres ferrugineuses provenant de
la decomposition de la roche h
ravets ........................ Fertiles
Terres grises m6lang6es de sable,
Terres de petits fragments de roches,
hautes de mica et d'un pen d'argile.... Assez ferti-
les
Terres argilo-sablonneuses ....... M6diocres
Sables purs ..................... M6diocres
on mau-
vaises
Argiles purs .................... Mauvaises




FLORE


Vue A vol d'oiseau, la Guyane apparait
comme une mer de feuillage; c'est grace A
son 6tat hygrom6trique, don't le degr6 est
toujours trbs 1lev6, qu'elle possede une si
abondante v6g6tation. La puissance de cette
derniere et son caractere gendralement arbo-
rescent fait de la Guyane une veritable fort.
La v6egtation ne sommeille pas et la seve
est toujours active, aussi les arbres sont-ils
sans cesse recouverts de feuilles.
La flore est des plus variees, allant des bois
de chauffage, des bois d'oeuvre les plus re-
cherch6s aux plants tinctoriales, m6dicina-








VUE D'ENSEMBLE 37

les, aromatiques et oleagineuses. A c6te de
cette flore que I'on peut envisager au point
de vue industrial et don't 1'6tude sera deve-
loppee dans la deuxibme parties, la Guyane
poss6de une vari6te sans pareille d'arbres
fruitiers, cultiv6s ou sauvages que I'on ne
rencontre nulle part ailleurs, parmi lesquels
nous citerons :
I'Oranger, I'Avocatier, la Barbadine, le Sa-
potillier, le Corrossolier, I'Abricotier, le
Pommier-Rosat, le Cerisier, I'Ananas, le
Pommier de Canelle, le Manguier, le Pom-
mier de CythBre, le Comou, le Par6pou, le
Maripa, le Pinot, 1'Arouapa, la Marie-Tam-
bour, le Goyavier etc...


FAUNE

La faune est d'une richesse inoule surtout
dans le domaine des oiseaux aux mille cou-
leurs, depuis l'Aigrette jusqu'au Perroquet
en passant par toute la game des Aras, des
Perruches et des nombreux oiseaux aux ri-
ches plumages.
Parmi les oiseaux comestibles, qui sont
tres nombreux, il faut citer : le canard, la
perdrix, la caille, le ramier, la poule d'eau,
la b6casse, la b6cassine, I'alouette, le maraye,








LA GUYANE MtCONNUE


le hocco, le flamand rouge et blanc, la sar-
celle, le gros bec etc...
Quant au gibier A poils, il comprend des
specimens de tous genres, les uns propres A
I'alimentation, tels que : le tapir ou ma-
pouri, le capaial, le pac, le tatou, I'agouti
etc...; les autres recherch6s pour leur peau
tels que le singe, le couata, le jaguar etc...
Les reptiles, ch6loniens et sauriens, sont
repr6sent6s par les tortues de terre et de
mer, les 16zards, I'iguane, le caiman, les ser-
pents, les couleuvres, les boas.
Mais ce qui fait surtout I'admiration du
voyageur, c'est la multitude des papillons. Le
collectionneur trouve en Guyane les plus
belles esp6ces aux ailes multicolores oh do-
minent le rubis, la topaze et 1'6meraude.


Ainsi, par sa position sp6ciale pr6s de
1'6quateur, par sa constitution g6ologique
particuli6re, par son regime hygrom6trique,
la Guyane b6n6ficie d'une fore exception-
nelle que vient 6mailler une faune trbs nom-
breuse.















CHAPITRE II


APERCU
POLITIQUE ET ADMINISTRATIF


ETHNOGRAPHIE

La population de la Guyane Francaise,
comme d'ailleurs celle de presque tout le
continent sud-ambricain et des Antilles, est
constitute par des < sangs m6ls veritable
mosaique d'habitants provenant des coins
les plus divers du monde.
A l'origine, la Guyane, comme toute l'Am6-
rique, 6tait peupl6e d'Indiens, mais ceux-ci
loin d'avoir une coloration 6pidermique
rouge, comme ceux de I'Am6rique du Nord,
avaient une coloration brun rougeAtre. Les
principles tribus constituent ces Indiens
6taient : les Aricarets, les Emerillons, les
Oyaricoulets, les Galibis ou Caraibes et les
Caribous ou Palicours.








LA GUYANE MACONNUE


Ce sont ces specimens, vivant au milieu
des forts et se nourrissant du produit de la
chasse et de la p6che, qu'ont trouvis les pre-
miers colons.
A l'heure actuelle, subsistent encore, dans
l'int6rieur, quelques groupements indiens,
absolument d6g6neres par l'alcool et pr6sen-
tant un aspect physique lamentable. Ce
sont : les Arouaques qui habitent des regions
voisines de la c6te et les savanes du Haut
Maroni, quelques families Galibis sur le Su-
rinam et 1'Iracoubo et enfin les Emerillons
et les Tipis qui habitent les regions de 1'int&-
rieur vers les Monts Tumac-Humac. A c6t6
d'eux sont installs quelques tribus noires,
esclaves 6chapp6s avant I'abolition de I'es-
clavage, refugibs dans les grands bois, qui
vivent, eux, la vie africaine et qu'on appelle
dans le pays < Boschs ou Bonis >.
Ces deux 616ments, Indiens purs et Bonis,
constituent une infime fraction de la popu-
lation, environ 1.800 A 2.000 individus.
La vraie population guyanaise est form6e
par les < Creoles >, qui, eux, ne sont pas une
race, mais un melange de races. En eux se
retrouvent : 1'Indien, l'Africain, l'Europ6en
(Espagnols, Hollandais, Anglais, Frangais)
et m6me l'Asiatique.
Cette population, don't I'assimilation est



















































TYPE DE. GUY NAISE : ANCIEN CJOSTIUME


TPI'E DE (UYANUISE :

cOSTru.NmE DE JEINE FEMME









VUE D'ENSEMBLE


complete, est celle sur laquelle repose la vie
6conomique et social de la Colonie.
La Guyane a une population qui s'616ve a
37.000 Ames environ, se r6partissant comme
suit :
Population civil ................ 22.000
Militaires ........................ 700
Chercheurs d'or ................ 7.0001
Indiens et Bonis ................. 2.000
Population p6nale ................ 4.300
soit A peu pros une density de 1/3 d'habi-
tants au kilometre carre, c'est dire combien
la place est vaste pour l'utilisation des ener-
gies.

CENTRES

La Guyane a pour capital Cayenne qui,
avec Saint-Laurent du Maroni, est la seule
agglomeration qui fasse figure de ville, avec
ses rues spacieuses et son admirable place
des Palmistes.
Tous les autres centres peuvent 6tre consi-
d6res comme des bourgs, ce sont : Mana,
Sinamary, Iracoubo, Kourou, Kaw, Macou-
ria, R6mire, Matoury, Montsinbry, Tonnx-
grande, Roura, Approuague et Oyapock.

1. Cette parties de la population vit dans les grands bois,
dans 'actuel territoire de 1'Inini et son d6nombrement n'est
qu'approximatif. C'est pourquoi on I'a range sons une rubri-
que spdciale c Chercheurs d'or *.








LA GUYANE MtCONNUE


Saint-Laurent du Maroni, centre de la
transportation, est une commune p6niten-
tiaire.
On peut remarquer que toutes ces com-
munes portent le nom des rivieres sur les-
quelles elles sont situees.


ADMINISTRATION

La Guyane Francaise jouit d'un regime
administratif particulier : elle est r6gie par
le Senatus-Consulte du 3 mai 1854, c'est-A-
dire par d6crets-lois. Elle est de ce fait, une
colonie un peu inf6rieure, eu 6gard aux au-
tres colonies soeurs: Martinique et Guade-
loupe.
En vertu de ce Senatus-Consulte, les lois
de la Republique ne lui sont pas applicables
automatiquement, alors meme qu'elles por-
tent la mention < applicables aux Colo-
nies >>. Elles ne le deviennent que par un
d6cret du Ministre des Colonies, et une pro-
mulgation du gouverneur local. Et cette co-
lonie, qui a l'armature d'un veritable de-
partement, depend presqu'entierement du
ministere auquel elle est attache.
II y a Ia une situation d'exception, puis-
qu'au meme titre que les repr6sentants des











V t CIp. oep


PORT
LA do
I I ~CAYEN NE




Appo armen n




















CNEM
_________________ Qye I










--u // / 3






*D&3SASw








LA GUYANE MtCONNUE


Antilles et de ceux de la M6tropole, le d6put6
de la Guyane coop6re A I'1laboration des lois.
Aussi des protestations se sont-elles levees.
Depuis 1888, des projects de r6forme de notre
organisation colonial sont A 1'6tude, tendant
A ce que toutes les lois soient appliquees A
toutes les possessions repr6sent6es au Parle-
ment. Malheureusement jusqu'a ce jour ces
propositions, consequence des nombreux
vceux 6mis, restent A l1'tat de project. Cepen-
dant certaines lois ont W6t directement appli-
qu6es, telles la loi du 29 juillet 1881 sur la
press, la loi du 30 juin 1881 sur la liberty de
reunion, la loi de 1884 sur l'organisation
municipal et les lois d'amnistie.
Cette application du regime du bon plaisir
du Ministre des Colonies a recu sa pleine
consecration dans le d6cret du 30 juin 1930
qui cr6e le Territoire Autonome de 1'Inini,
sous la d6pendance total du gouverneur. Ce
territoire tire son nom d'une riviere qui se
jette dans 1'Awa courses sup6rieur du Ma-
roni). II est limit par le confluent du Sina-
mary et de la crique Courbaril, par la Roche
Diamant sur la Riviere Comt6, par le saut
Caf6soca sur I'Oyapock, par les frontibres
franco-hollandaise A l'Ouest et franco-br6-
silienne au Sud et A l'Est, c'est-A-dire qu'il
englobe les 8/10 de la superficie total.







VUE D'ENSEMBLE 45

Cette nouvelle division, veritable r6gres-
sion au point de vue administratif, spare la
colonies en deux parties : une premiere, la
z6ne c6tiere, place sous le contrble des auto-
rites locales, et la second, comprenant I'in-
terland, 6chappant compl6tement A leur
action.
L'application du d6cret du 30 juin 1930,
que rien ne justifie doit ktre rapport et le
Senatus-Consulte de 1854 qui I'a permis,
aboli.
Leur maintien prouve I'ignorance de la
m6re-patrie A 1'lgard d'une colonies essen-
tiellement assimil6e.
En raison de la faiblesse de sa population,
la Guyane n'a qu'un seul repr6sentant au
Parlement.
A la tWte de administration locale se
trouve un gouverneur, chef de la colonies et
repr6sentant du pouvoir central, mais en
raison des d6crets-lois son pouvoir est tr6s
6tendu. II est assist d'un Conseil priv6, ins-
titu6 par l'ordonnance du 27 aoit 1828, com-
prenant les chefs des services de la colonies
et auxquels ont 6t adjoints deux notables.
Dans les questions contentieuses, il joue le
r61e de Conseil de Prefecture et ses membres
s'augmentent de deux magistrates.
A c6t6 de ce repr6sentant du pouvoir ex6-








LA GUYANE MECONNUE


cutif, il existe un Conseil G6n6ral, organism
par d6cret du 23 d6cembre 1878 don't la com-
position a Wt6 r6duite de 16 a 8 membres par
un d6cret de juin 1930, et une Commission
Coloniale cr66e par d6cret du 28 ao6t 1882;
cette dernibre ayant les attributions de la
Commission d6partementale, joue aupres
du Gouverneur un r6le consultatif.
L'organisation de chaque centre est mo-
del6e sur la loi de 1884, sauf pour la com-
mune p6nitentiaire de Saint-Laurent-du-Ma-
roni, qui est administr6e par une commis-
sion municipal sp6ciale.


SERVICES PUBLICS

La Guyane francaise possede tous les ser-
vices publics n6cessaires A son administra-
tion.
Justice. A Cayenne sibgent : une Cour
d'Appel, transformee en Tribunal Sup6rieur
de 1" classes aprbs le d6cret de juin 1930, une
Cour d'Assises, un Tribunal de I" Instance
et une Justice de Paix. Elle est la seule agglo-
m6ration qui ait des avocats, des avou6s,
des notaires et des huissiers.
Saint-Laurent-du-Maroni possede une Jus-
tice de Paix A competence 6tendue et des








VUE D'ENSEMBLE


juges de paix supplants sont installss a
Mana, Sinamary, Iracoubo, Kourou, Ap-
prouague et Oyapock.
Enseignement. L'enseignement pri-
maire est donn6 dans de nombreuses 6coles
tant dans la capital que dans les communes.
Un college mixte d'enseignement secondaire
fonctionne a Cayenne et conduit jusqu'au
baccalaur6at. En outre, il vient d'6tre cre6
un course professionnel destined donner aux
616ves un enseignement technique.
Services medicaux. I1 existe, A
Cayenne, un h6pital colonial entretenu par
l'Etat, un hospice civil entretenu par le bud-
get local et une clinique priv6e tenue par les
Soeurs de Saint-Vincent de Paul. Une 16pro-
serie est installed A l'Acarouany. A c6t6 des
m6decins et pharmaciens militaires, il y a
de nombreux m6decins et pharmaciens ci-
vils.
Banque. La Guyane possede un insti-
tut d'6mission qui fait toutes les operations
bancaires. La Banque de Guyane est repr6-
sent6e, en France, par I'agence Centrale des
Banques coloniales.
La monnaie 16gale est la monnaie fran-
caise.
Divers. Une chambre d'agriculture, ins-
titu6e le 24 avril 1896, si6geant A Cayenne,








LA GUYANE MECONNUE


6tudie toutes les questions relatives au d6ve-
loppement de l'agriculture.
Une chambre de commerce, cr66e, par
arrWte du 9 mai 1881, fonctionne aussi A
Cayenne; elle s'interesse A tout ce qui touche
le commerce et l'industrie.
Cayenne possede une bibliotheque et un
musee.


COMMERCE

Par suite de la faiblesse de sa population
et de son 6tat peu florissant, le commerce
de la Guyane est A peu pros nul.
La moyenne de son movement commer-
cial pendant les trois dernibres annees s'est
6lev6e A 65 millions de francs : 40 A l'impor-
tation et 25 A 1'exportation et les statistiques
du commerce exterieur donnent les chiffres
suivants :
ANNtE IMPORTATION EXPORTATION BALANCE
1932 43.481.384 25.937.039 17.544.345
1933 36.946.042 24.274.703 12.671.339
1934 44.278.632 22.330.774 21.947.658
La comparison de la balance des annees
1932 et 1933 semblerait faire ressortir un
acheminement vers l'6quilibre. Elle indique
simplement que, par suite de la diminution







VUE D'ENSEMBLE


de la puissance d'achat, les importations se
sont ralenties. Quant A I'exercice de 1934, il
montre une augmentation aux importations;
or dans ses chiffres se trouvent inclus ceux
qui correspondent a I'arrivee du materiel
n6cessaire aux travaux gags par I'emprunt
de 21 millions et au r6approvisionnement
du commerce, r6duit au minimum pendant
l'ann6e 1933.
La presque totality du commerce se fait
avec la France et les colonies francaises, qui
apparaissent dans la statistique de 1934 avec
32.836.000 aux importations et 21.029.000
aux exportations; c'est dire le profit que la
M6tropole et ses colonies retireraient d'une
augmentation des 616ments de la balance
commercial guyanaise.
La colonie imported de la M6tropole les
products les plus divers : denr6es alimen-
taires, vins, liqueurs, parfumerie, chaussu-
res, mercerie, products chimiques, poteries,
verreries, armes, machines diverse, auto-
mobiles, bicyclettes, etc...; de l'6tranger :
boeufs de boucherie, moutons, mulets, plan-
ches, salaisons, etc...
Elle export quelques products : l'or, pour
la plus grande part, l'essence de rose, le
rhum, le cacao, etc...
C'est par un d6veloppement de la colonie,








50 LA GUYANE MECONNUE

qui aura pour corollaire un accroissement
de la population que s'augmentera son mou-
vement commercial; car cette population,
par ses besoins d'une part et son rendement
d'autre part, e16vera A la fois le chiffre des
importations et celui des exportations.
Grace A l'activit6 dpploy6e depuis 18 mois
dans les diverse industries, une ameliora-
tion dans la balance 6conomique se fait d6ej
sentir et les resultats seront marquis d'une
fagon plus intense A la fin de 1'exercice 1935.
















CHAPITRE III


APERCU HISTORIQUE


Si, dans son histoire, la Guyane Francaise
est passee par les memes phases que toutes
les autres colonies : guerres avec les indi-
genes, discussions intestines, abus de pou-
voir et guerres 6trang6res, elle a subi cepen-
dant des vicissitudes particulibres.
Aussi Henri Martin, parlant de notre colo-
nie sud-ambricaine, la dipeint par cette
phrase, navrante dans sa concision : < La
Guyane, cette terre aux tragiques desti-
n6es. P
Et M. Renard, ing6nieur, envoy en
Guyane en 1910, 6crit dans son rapport :
< On trouve a chaque p6riode de I'histoire
de la colonie la raison de ses revers, soit dans
des 6v6nements d'origine extbrieure, soit
dans les fautes des colons ou du pouvoir cen-








LA GUYANE M1CONNUE


tral, soit dans les n6gligences des premiers
et l'indiff6rence de la m6re-patrie. >

Une opinion r6pandue veut que Chris-
tophe Colomb ait visit les c6tes de la
Guyane, en 1498, au course de son troisi6me
voyage. Mais les documents sur lesquels elle
repose sont controversies. Ce qui est certain
c'est qu'en 1500 les c6tes de la Guyane furent
reconnues par l'Espagnol Yan6s Pinzon
(Vincent Pincon) qui y aborda. Celui-ci, A
son retour en Europe, 6voqua dans un r6cit
enthousiaste le merveilleux pays qu'il avait
parcouru. Le r6sultat fut que, au course du
xvi' si6cle, des aventuriers de toutes les na-
tionalit6s s'abattirent sur la region, A la re-
cherche de cette contr6e mirifique appel6e
Manoa El Dorado (pays de l'homme dor6),
oii l'or et les pierres precieuses 6taient a fleur
de terre et que la legende situait en Guyane.
II paraissait si simple, avec de bons bateaux,
de bons compagnons, de l'audace, quelques
bons mousquets et un bon vent, de r6aliser,
loin des creusets des alchimistes, cet or don't
la possession bouleversait tous les esprits.
Ces aventuriers, parmi lesquels les Fran-
cais 6taient en trbs grand nombre, seigneurs
ruins, associks a des homes aux mceurs
sauvages et au caract6re indomptable, tour








VUE D'ENSEMBLE


t tour soldats, chasseurs ou matelots, avaient
leur quarter general dans F'ile Tortue, au
nord de Saint-Domingue. Ils se transform6-
rent les uns en boucaniers, qui remont6rent
les c6tes dans la region de la Colombie, les
autres en flibustiers, qui resterent dans les
limits du plateau des Guyanes. Tout en tor-
turant les indigenes pour leur arracher les
secrets de l'emplacement de l'Eldorado, ils se
livraient au pillage des vaisseaux espagnols
qui faisaient un commerce tr6s suivi entire
la mere-patrie et l'Am6rique du Sud.
A c6te de ces boucaniers et de ces flibus-
tiers, d'autres Francais avaient coutume de
venir, r6gulibrement, charger une sorte de
bois de teinture, dit Bois du Brisil; ils 6taient
en relation commercial avec les Indiens de
Guyane. Leur presence a Wte mentionn6e par
Loet, relatant un voyage fait par I'Anglais
Keymis en 1596 dans la region.


PREMIERES EXPEDITIONS

C'est en 1604 que les Francais s'6tablirent
A demeure dans 1'ile de Cayenne, au course
d'un voyage fait par le sieur de la Revar-
diere.
Ces premiers colons, comme d'ailleurs








LA GUYANE MICONNUE


tous ceux qui vont suivre, pendant le course
du xvI' siecle et m6me du xvm" si6cle, moins
courageux mais plus sages que les aventu-
riers, placaient leurs esperances dans 1'agri-
culture et le commerce.
En France, le recrutement de ces travail-
leurs se faisaient par le proc6d6 de e l'enr6-
lement D. L'6migrant contractait l'engage-
ment de travailler trois ans pour son maitre
afin de le r6munerer des frais de passage. Il
devenait ainsi sa chose, son esclave, celui-ci
disposait de sa personnel, pouvait le chatier,
le vendre, mais devait toutefois satisfaire A
ses besoins. Ce proc6d6 de l'enr6lement 6tait
6galement employ pour ceux qui voulaient
devenir boucaniers ou flibustiers.
Cet engagement de trois ans finit par d6si-
gner ceux qui y souscrivaient. Us s'appe-
lait < Engag6s de trente-six mois >.
Au debut du xvm si6cle, ce mode de re-
crutement devint tres difficile, consequence
des luttes religieuses de la fin du r6gne de
Louis XIV, et de la vie miserable r6servee A
ceux qui s'expatriaient; cet usage d'embar-
quer des engages parait avoir cess6 vers le
milieu du xvnt siecle.
C'est done en 1604 que la France prit pos-
session officiellement de la Guyane, avant
m&me que ne fut achev6e l'unit6 territorial








VUE D'ENSEMBLE 55

de la mere-patrie. Ce n'est, en effet, que plus
tard que sont entrees dans le domaine natio-
nal :

Le B6arn et la Navarre .......... en 1620
L'Alsace ........................ 1648
L'Artois et le Roussillon........... 1659
La Franche-Comt* ............... 1678
La Corse ........................ > 1768
La Savoie et le ComtN de Nice .... 1860

Le sieur de la Revardiere, envoy par
Henri IV, s'installa dans l'Ile de Cayenne,
pendant que, dans le meme temps, les An-
glais s'6tablissaient tres 6ph6merement sur
la rive gauche de I'Oyapock, sous la conduite
de Charles Leigh, puis sous celle de Robert
Harcourt.
De 1626 A 1663, les marchands de Rouen
envoyerent une s6rie de petites colonies avec
des effectifs variant de 25 A 60 hommes sous
les ordres de seigneurs ruins qui s'instal-
16rent en diff6rents points du territoire, no-
tamment A Sinnamary, A Counamama et
dans l'Ile de Cayenne.
Les tentatives de colonisation faites par
ces petits groups ne pouvaient donner au-
cun r6sultat pour la mise en valeur des
terres occupies : ceux qui les constituaient
n'avaient pour tous moyens que leur cou-







LA GUYANE MACONNUE


rage. C'est alors que Richelieu, qui avait
compris l'inter&t que la France pouvait reti-
rer de la possession d'un empire colonial,
favorisa la creation de ces grandes Compa-
gnies, veritables soci6tes avec apport de ca-
pitaux, pour I'exploitation des terres con-
c6d6es.
En 1643, une Compagnie, celle du Cap
Nord, apres voir obtenu du roi la concession
des terres de l'Orenoque A I'Amazone, cons-
titua une forte expedition -de 400 hommes.
Mais, conduite par un fou furieux, le sieur
de Bretigny, elle eut sa fin naturelle : son
extermination par les Indiens.
II en fut A peu pros de m6me de celle qu'en-
voya la Compagniedela France Equinoxiale,
sous les ordres de Royville en 1652 et qui
comprenait 700 personnel. Les survivants,
au nombre de 300 environ, furent d'abord
transports A Surinam, puis gagnerent les
Antilles en 1653.
A cette date la Guyane 6tait vide de Fran-
gais. Cet abandon de la colonies coincide,
d'ailleurs avec la disparition du deuxitme
empire colonial franfais cri6 par Richelieu :
le premier, que de hardis navigateurs avaient
forge, avait cess6 d'exister, au d6but des
guerres de religion, vers la fin du xvr siecle.
Durant cet abandon, un Hollandais, Spran-









































HOTEL DU GO(VEIINEMENT A CAYENNE


EE. Cc Mi S'rresse .toomttEle

CAYENNE. -- PLACE DES PALMISTES ET DU GOUVERNEMIENT







VUE D'ENSEMBLE 57

ger, chasse du Bresil, obtint des Indiens de
s'installer dans l'ile de Cayenne. Grace A son
administration tres sage, la colonie, aug-
ment6e de Juifs, chassis eux aussi du Bresil,
fut tres florissante.
Arrive au pouvoir en 1661, Colbert s'ef-
forga de recr6er 1'empire colonial que Ri-
chelieu avait rev6 de donner A la France et
qui s'6tait 6miettW A sa mort; ce fut le troi-
sieme. Mais pour cela il fallait une flotte
marchande. Sa creation d6clencha une r6ac-
tion violent des Hollandais, alors maitres
du traffic maritime.
La colonie actuelle date de 1663, elle a
pour origine une expedition de 1.000 per-
sonnes, envoyies par la Compagnie des
Indes Occidentales, qui avait succed6 A la
Compagnie de la France Equinoxiale. Fon-
d6e par un nomm6 Bouchardeau, qui avait
fait plusieurs voyages en Amerique du Sud,
la nouvelle Soci6ti fut montee par vingt per-
sonnes qui mirent chacun 10.000 francs. Ses
plans, presents a Colbert, furent accepts
par le Roi et elle recut en pleine proprikti
tout le pays compris entire I'Or6noque et
I'Amazone. Monsieur de Prouville-Tracy,
nomm6 gouverneur des Antilles, recut I'or-
dre, en regagnant son poste, d'expulser les
Hollandais et d'installer l'expedition con-








58 LA GUYANE MACONNUE

duite par Lefebvre de la Barre. Le d6barque-
ment eut lieu dans l'Ile de Cayenne et la
colonie fut occupee sans coup ferir; les Hol-
landais passerent aux Antilles et les Juifs a
Surinam, alors sous la domination anglaise.
La colonie, sous l'impulsion du chef habile
qu'6tait de la Barre et qui cependant ne gou-
verna qu'une annee, connut un d6veloppe-
ment agricole 6tonnant. Mais la guerre de
Hollande vint I'arreter dans son essor.
Les Hollandais l'occup6rent 6ph6emre-
ment en 1676. Louis XIV qui, anterieure-
ment, avait, par un 6dit, fait rentrer toutes
les colonies dans le domaine royal, charge
la meme ann6e I'amiral d'Estries de repren-
dre la Guyane. Ce beau fait d'armes fut con-
sacr6 par une m6daille commemorative,
frapp6e par Louis XIV, repr6sentant au
verso Neptune, tenant dans sa main droite un
trident lev6 centre un fort et dans sa main
gauche un 6tendard semen de fleurs de lys et
portant au recto cette inscription :
c Batavis coesis,
Cayana recuperate 1
1676
Cette victoire, remportee par les Francais
en Guyane, contribua A porter un coup ter-
1. Sur les Hollandais extermin6s,
Cayenne reprise.







VUE D'ENSEMBLE


rible A la puissance maritime qu'6tait alors
la Hollande, puissance d6ji 6branl6e par
l'6chec que la flotte n6erlandaise, sous le
commandement de Ruyter, avait subi en
1674, en essayant de s'emparer de Fort-Royal
de la Martinique. Depuis cette 6poque, elle
ne se releva jamais plus.
Introduction des Negres. C'est apres
1688, A une date qu'il n'est pas possible de
pr6ciser, A la suite d'un coup de main mal-
heureux d'un certain 6migr6, nomm6 Du-
casse, sur Surinam qui eut pour effet la dis-
persion aux Antilles de la parties laborieuse
de la population, que les premiers n6gres
furent introduits en Guyane.
Ce commerce du < bois d'6bene > atteint
une importance considerable au xvIn et au
xvur si6cles; c'est grAce A lui que les grandes
plantations seront exploit6es et que la
Guyane connaitra une 6re de prosp6rit6.
La diminution du nombre des Europ6ens
< engages > en raison des causes indiqu6es
ci-dessus, s'accentua encore au fur et A me-
sure que les esclaves 6taient introduits. Les
derniers blancs d6barquis cherchaient A se
constituer un picule suffisant pour acheter
des esclaves, domestiques don't la vie leur
appartiendrait en propre.
Malheureusement cette 6re de prosp6rit6








LA GUYANE M9CONNUE


eut une consequence d6sastreuse; les petits
cultivateurs d6sert6rent peu A peu le travail
de la terre qui finit par etre consider comme
I'apanage des n6gres; et de 1A a d6clarer
qu'il 6tait impossible aux blancs de se livrer
aux travaux agricoles, il n'y eut qu'un pas.
Cet 6tat de fait crea deux classes : les
blancs, proprietaires appeles e habitants >
ou planteurs, et les noirs, 6tre passifs, sou-
mis A I'empire de la force, courb6s sous le
joug d'une loi violent le plus sacr6 et le plus
imprescriptible droit de l'homme : celui de
la liberty.
L'augmentation du nombre des n6gres
creusa plus profondement encore le fosse
entire les deux races; la race blanche voulant
conserver son prestige, pr6tendit etre inca-
pable de manier la cognie sur les plantations
qu'A l'origine elle avait cr66es.
Expedition de Kourou. C'est alors que
se place un 6venement don't la consequence,
dans le temps, aura une repercussion consi-
d6rable pour le d6veloppement de la Guyane
et qui mbrite d'etre cont6 dans ses details.
En 1763, A la suite du fameux trait de Pa-
ris qui abandonnait A l'Angleterre presque
toutes les colonies francaises, en particulier
le Canada, le gouvernement francais qui
n'ignorait pas les splendides resultats obte-







VUE D'ENSEMBLE


nus par les Hollandais en Guyane N6erlan-
daise, r6solut de porter tout son effort de co-
lonisation sur la Guyane.
Deux theses 6taient en presence :
La premiere tendait A faire de ce pays un
grand centre producteur de denr6es colo-
niales en y introduisant les esclaves noirs,
seule main-d'oeuvre capable, disait-on, de
supporter le climate (these vraiment sans fon-
dement puisqu'A l'origine, aussi bien en
Guyane qu'aux Antilles, la premiere main-
d'oeuvre utilis6e fut celle des < engages de
trente mois >).
La deuxieme visit a faire de la Guyane
une colonies de peuplement qui permettrait,
grAce A sa nombreuse population blanche, de
voler au secours des Antilles dans le cas ofi
celles-ci seraient menacees. Ce fut cette
deuxi6me these qui pr6valut.
Le chevalier Turgot, frere du ce6lbre mi-
nistre, par son esprit d'intrigue, avait su
chapter la confiance de Choiseul, alors mi-
nistre des Colonies et de la Marine, en le flat-
tant dans ses vues politiques et en lui faisant
miroiter les avantages p6cuniaires qu'il
pourrait retire de l'exploitation de la
Guyane.
Choiseul et le duc de Praslin se firent con-
c6der pour eux et leurs descendants la pro-








LA GUYANE MXCONNUE


pridt6 du territoire compris entire le Kourou
et le Maroni. Ils confierent done A Turgot la
direction du nouvel 6tablissement don't le
point choisi 6tait les rives du Kourou, alors
couvert de marecages, et, partant, extr6-
mement malsain. Mais ce choix 6tait malheu-
reux car Turgot, manquant d'esprit de suite
et de qualit6s administrative, 6tait inca-
pable d'embrasser un plan dans son en-
semble, et par la impropre aux functions qui
lui 6taient confines.
Monsieur de Chanvallon, nomm6 Inten-
dant, aurait eu, peut-6tre, 1'6toffe requise
pour mener A bien l'entreprise, en raison de
son activity et de son jugement, mais il 6tait
d6pourvu de probit6. Afin de preparer les
abris et la subsistence n6cessaires, il fut dB-
sign6 pour pr6c6der l'exp6dition. II se
heurta A d'innombrables difficulties tant A
Paris, au minist6re de la Marine, qu'A
Cayenne, aupres du gouverneur Monsieur de
Behague. Pour hater la construction des car-
bets, il fit diriger sur 1'6tablissement les pre-
miers colons qui refus6rent syst6matique-
ment de travailler.
Les convois se succ6daient A une cadence
acc616r6e; il fut bient6t impossible de loger
tout le monde. Les colons d6barquaient ma-
lades, en raison de l'entassement et du man-








VUE D'ENSEMBLE


que d'hygiene sur les bateaux; d6pourvus de
vivres, d'outils et meme de v6tements, ils
mouraient en si grand nombre que non seu-
lement leur succession n'etait pas ouverte,
mais leur d6ces n'etait m6me pas enregistr6.
D'autre part, au lieu de hater I'installation
de ces malheureux, par la r6partition des
terres et la construction d'abris, Chanvallon
6rigea un theatre et presida lui-meme aux
repetitions et aux representations.
Dans des carbets trop exigus, trois cents
et quatre cents personnel logeaient en-
semble. La peste commenga ses ravages, les
fi6vres du pays s'y joignirent et la mort
frappa indistinctement. Au bout de quelques
mois, 10.000 personnel avaient p6ri.
Cette insouciance souleva une sorte d'in-
surrection parmi les colons; 1'rmeute fut
6touff6e et les meneurs exiles sur la rive
droite du Kourou oi ils moururent:
e c'6taient autant de bouches en moins A
nourrir >.
En septembre on proc6da, enfin, au par-
tage des terres; mais la saison des pluies qui
arrivait vint augmenter le d6couragement
qui remplissait tous les coeurs.
Les bruits de ce qui se passait A Kourou
eurent leur 6cho en France par les rapports
que le gouverneur, en raison de l'inimiti6 qui








64 LA GUYANE MECONNUE

existait entire l'Intendant et lui, adressait A
la M6tropole et qui repr6sentaient Chanval-
Ion sous le jour le plus d6favorable.
Pendant ce temps, Turgot, rest: en France
malgr6 sa nomination, ne pouvait assurer sa
function. Il recut enfin I'ordre de rejoindre
son poste. Des son arrive, il fit arr6ter Chan-
vallon, rassembla tous les griefs qu'il put
contre lui et fit transporter aux lies du Dia-
ble, revenues lies du Salut, ce qui restait des
malheureux colons. Cependant, par crainte
de repr6sailles, il ne se rendit jamais a Kou-
rou; durant tout son s6jour, il resta A
Cayenne.
En 1765, le chevalier Balzac, envoyA en
inspection, ne trouva plus que 918 survi-
vants: 2.000 avaient Wte rapatri6s sur les
14.000 6migr6s. L'exp6dition avait coit6
30 millions i l'Etat, et l'opinion 6gar6e par
des rapports mensongers rejeta sur le climate
les r6sultats d6sastreux de l'op6ration.
La Guyane, une fois encore, ne comptait
plus pour la France.
Ainsi, apr6s un si6cle et demi d'occupation
francaise, la colonies, a la suite de la malheu-
reuse expedition de Kourou, cherchait en-
core sa voie. Cependant des opinions auto-
ris6es s'6taient d6ji, pendant cette p6riode,
l6ev6es contre la pr6tendue insalubrit6 de








VUE D'ENSEMBLE


son climate et avaient parl6 des richesses de
toutes sortes qui pouvaient 6tre exploit6es
dans cette France Equinoxiale.


LES GRANDES EXPLOITATIONS

Apr6s le fiasco de la Guyane en tant que
colonie de peuplement, la premiere th6se
6mise, au moment de 1'exp6dition de Kou-
rou, reprit le dessus.
Le d6veloppement du commerce du < bois
d'eb6ne > qui chaque ann6e amenait, dans la
colonie, des milliers de n6gres arrach6s par
la force A leur pays d'origine, d6termina la
creation de grandes plantations; ce fut vrai-
ment une &re de prosperity pour la Guyane.
I1 est vrai que pendant cette p6riode qui
s'6tend de 1766 A la Revolution franchise, la
sage administration d'hommes don't le nom
merite d'etre cit6 : Malouet, second par
Guisan et Villebois par Lescallier, contribua
A son developpement agricole.
Malouet, nomm6 administrateur de la
Guyane en 1777, fit, des son arrivee dans la
colonies, un voyage A Surinam afin de se
rendre compete des procedes utilis6s par nos
voisins pour mettre en valeur la Guyane Hol-
landaise.








LA GUYANE MfC0NNUE


C'est au course de ce voyage qu'il rencon-
tra Guisan et qu'il obtint du gouvernement
hollandais la possibility de se l'attacher;
grAce A cette collaboration, les travaux de
l'Ile de Cayenne furent ex6cutes et le dess6-
chement de la region de Kaw et de l'Ap-
trouague, entrepris. On peut dire que Guisan
enseigna aux planteurs I'art de la culture
en basse terre.
Villebois, nomm6 gouverneur en 1784 fa-
vorisa la colonisation par la creation de
sucreries installees dans la region de I'Ap-
prouague, mais, faute de moyens de com-
munication avec le chef-lieu, elles ne purent
se d6velopper normalement. La colonie n'en
prospera pas moins, grace, surtout, A son col-
laborateur Lescallier.
Lescallier, ordonnateur de 1784 A 1789, fut
un des administrateurs les plus capable. II
s'int6ressa A toutes les questions susceptibles
de redonner de l'essor A la colonie : agricul-
ture, exploitation des bois, commerce, indus-
trie, 6levage. C'est dans ce dernier domaine
qu'il concentra le plus d'activit6. Si 1'intro-
duction des premieres b6tes A comes date
de 1695, et si une premiere impulsion a
Wt6 donn6e par Maillard, vers 1769, Lescallier
en accentua le d6veloppement. Il s'int6ressa
aussi A l'Mlevage des chevaux don't les pre-








VUE D'ENSEMBLE 67

miers specimens avaient Wte introduits en
1776 par ce m6me Maillard.
Les grands domaines agricoles de cette
6poque, qui produisaient toutes les denrees
coloniales, 6taient situbs en bordure des
rivieres, seuls moyens de liaison avec la ca-
pitale. II faut citer parmi eux: la Gabrielle,
appartenant A Lafayette, oi se trouvaient
les girofliers du roi, les plantations de
R6mire, de Roura, de Macouria, de l'Ap-
prouague. On y recoltait: la canelle, le poi-
vre, la vanille, le cotton, le roucou, etc...


EFFECTS DE LA REVOLUTION.

La Revolution francaise, avec les idees
g6nereuses qu'elle preconisait, eut une r&-
percusion d6sastreuse sur l'essor 6conomi-
que de la colonie: la prospirit6 agricole
s'arreta net. En effet, la Convention par son
decret du 4 juin 1794, consequence de la
proclamation des Droits de l'Homme et du
Citoyen qui liberait les serfs, abolit l'escla-
vage dans toutes les colonies francaises.
Les esclaves de la veille ne voyaient dans
1'emancipation que la fin des mauvais trai-
tements qu'ils avaient endures pendant si
longtemps; aussi n'eurent-ils qu'un but:








68 LA GUYANE MtCONNUE

s'evader des travaux de la terre, don't ils gar-
daient un si mauvais souvenir. Ce fut alors
une veritable desertion des plantations.
Cependant pour pallier A la ruine qui s'en
suivit, on requisitionna, par des moyens
contraires au principle de liberty, des tra-
vailleurs agricoles. On considerait comme
des gens mal intentionnes tous ceux qui ne
se rendaient pas et qui 6taient repris.
On revenait a l'asservissement. Le d6cret
du 30 floral An X, qui r6tablissait purement
et simplement 1'esclavage en fut l'aboutis-
sement logique. II faut d'ailleurs voir la
l'action personnelle de Jos6phine de Beau-
harnais, d'origine martiniquaise, qui, pour
r6pondre aux dol6ances des colons, influenza
Napoleon I" dans sa decision.
Mais cette measure n'eut pas les effects atten-
dus. Entre l'abolition et le r6tablissement
de l'esclavage, les colons d6courag6s avaient
abandonn6 leurs plantations, et les noirs,
redevenus esclaves, mais don't la soumission
avait Wt6 6branl6e, n'apporterent plus la
meme ardeur au travail.
Aussi la colonies ne retrouva-t-elle plus
jamais sa grande prosperity agricole.
Cependant a la suite des 6v6nements du
9 thermidor An II (27 juillet 1794) et du mou-
vement populaire du 12 germinal An III







VUE D'ENSEMBLE 69

(1" avril 1795), la Convention envoya en
Guyane un certain nombre de Montagnards,
parmi lesquels: Billaud-Varenne, Bar6re,
Collot-d'Herbois, Vadier, etc...
A ce premier envoi de d6port6s politiques,
le Directoire, apr6s le 18 fructidor An V
(4 septembre 1795), en adjoignit un second
don't firent parties : Pichegru, TronCon-Du-
coudray, Barb6-Marbois, Ramel, Carnot,
etc... Ces d6port6s, qui devaient r6g6n6rer la
colonie et lui donner des bras, ne furent
d'aucune utilitO. En effet, nobles, hommes
de lettre pour la plupart, habitues A vivre de
leur 6p6e ou de leur plume, d6prim6s par
un voyage accompli dans des conditions
inhumaines, manquant d'approvisionne-
ments, parqu6s dans les 6tablissements de
Sinamary et de Counamama, ofi rien n'avait
Wte pr6vu pour leur sejour, ils prirent en
horreur le pays, et ceux qui purent surmon-
ter les souffrances ne songerent qu'A s'6va-
der.
Apr6s le coup d'Etat du 18 brumaire
An VIII (9 novembre 1799) Bonaparte eut
l'id6e de s'occuper de la Guyane. 11 pensait
que Pichegru, qui y avait Wt6 d6port6 et qui,
par consequent connaissait le pays, pouvait
s'y racheter et en faire une colonie produc-
trice. Malheureusement la mort de Pichegru,







LA GUYANE M&CONNUE


les soucis du pouvoir, les n6cessit6s du blo-
cus continental, don't la consequence fut la
guerre de course A laquelle se livraient les
Anglais centre tous les navires provenant
des colonies francaises ou s'y rendant, d6-
tournerent le Premier Consul, puis l'Empe-
reur, de son idee.
Les colonies francaises ne pouvant expor-
ter leurs products furent ruin6es et la
Guyane n'6chappa pas A ce triste sort.
Allies des Anglais pendant les guerres
napolboniennes, les Portugais, voisins de la
Guyane par leur 6tablissement du Bresil,
firent de nombreuses incursions dans la co-
lonie pendant cette periode. Is pillerent A
differentes reprises, en 1801 et en 1805, les
Rtablissements francais installs sur l'Ap-
prouague et l'Oyapock.
Apres la d6faite de Trafalgar, le 19 octo-
bre 1805, qui vit disparaitre la marine fran-
paise, l'intr6pidit6 britannique se donna
libre course. Ce fut I'heure des coups de
main, non seulement dans les Antilles, mais
encore sur le continent et meme dans les
rades fortifiees.
C'est a ce moment que les Portugais et les
Anglais s'emparerent de Cayenne. En jan-
vier 1809, la ville d6fendue par son gouver-
neur dut, apres une resistance heroique, se







VUE D'ENSEMBLE 71

rendre a une attaque combinee venant de
terre, par des troupes d6barquees dans le
Mahury, et de mer, par une flotille portu-
gaise et une corvette anglaise.
Le gouverneur, Victor Hugues, succomba
faute de munitions et d'armes. L'isolement
dans lequel il vivait depuis fort longtemps,
cause par la guerre de course, 1'avait emp6-
ch6 de pouvoir se ravitailler et la promesse
faite par 1'ennemi d'affranchir tous les escla-
ves qui se rangeraient A ses c6tes, avait
cause des defections parmi les d6fenseurs.
La ville fut remise aux Portugais, et non
aux Anglais, sans quoi la colonie efit Wte to-
talement perdue pour la France; le TraitM
de Vienne heureusement concr6tisa ce fait.
Cette occupation des Portugais dura jus-
qu'aux traits de 1814 et de 1815, qui tous
deux la rendirent A la France, mais le gou-
vernement de Louis XVIII montra si peu
d'empressement A recouvrer cette vieille
terre francaise que la reprise officielle n'eut
lieu qu'en novembre 1817, par le general
Carra-Saint-Cyr, nomm6 alors gouverneur.
La Guyane comptait A cette 6poque
16.000 habitants se repartissant come suit:
700 blancs, 500 affranchis et 15.000 esclaves.
Pendant son administration, le general
Carra-Saint-Cyr essaya de coloniser les r&-








LA GUYANE MACONNUE


gions de Passoura, de Mana et de Tonn6-
grande, mais toutes ces tentatives furent
vou6es A l'6chec, car les colons 6taient pres-
sur6s par les commis des diff6rentes admi-
nistrations.
Le baron Laussat et le baron Mylius, son
successeur, donn6rent une grande impulsion
aux travaux publics et nombreux sont les
bAtiments et ouvrages cr66s par eux qui sub-
sistent encore actuellement.
En 1828, une femme d'un grand ceur et
d'un grand courage, don't Louis-Philippe
disait d'elle A son entourage: < grand homme >, Madame Jahouhey, sup6-
rieure des Soeurs de Cluny, tenta de r6ussir
1A od des hommes avaient 6chou6. Elle cr6a
le centre de Mana, d'abord avec des orphelins
et des paysans recrut6s en France, puis avec
des noirs affranchis. Le bourg ainsi fond6 est
devenu un des plus florissants et des plus
peupl6s de la Guyane.


LES IDEES LIBERALES DE LA REVOLUTION
DE 1848.

La revolution de 1848, qui supprima defi-
nitivement l'esclavage, eut une repercussion
considerable sur les destinies de la colonie.








































PPNITE\NCIEFI D)E C.AYENNE, VU 1)DU IIVAE


31ARONI. -- FAMILLE DE NOIRS BONIS







VUE D'ENSEMBLE 73

En effet, des 1845, des idWes liberales
furent 6mises par des hommes tels que:
Lamartine, Louis Blanc et surtout Schoel-
cher. L'esclavage fut de nouveau supprim6
dans toutes les colonies francaises avec la
revolution de 1848.
Les consequences de cette suppression
furent exactement les m6mes que celles
de 1792, c'est-A-dire I'abandon des grandes
plantations et la creation de petites colo-
nies appelbes < habitants > r6parties dans
toute l'6tendue de la colonie, par les nou-
veaux affranchis.
Pour pallier A cette desertion et remplacer
les bras d6faillants, le gouvernement fit
venir des travailleurs libres: Africains, Chi-
nois, Mad6riens et Hindous. Mais les planta-
tions ne furent pas relevies, car, a la m6me
6poque (1854), on decouvrit I'or dans la
region de 1'Approuague. Ce fut la rude vers
le pricieux metal. Du point de vue 6conomi-
que, ce fut un d6sastre, mais du point de vue
social, la Guyane y gagna des hommes libres
qui devinrent des citoyens francais.
Cependant trois ans avant la d6couverte
de l'or, par le d6cret du 8 decembre 1851,
complete par celui du 29 mars 1852 et la loi
du 30 mars 1854, la Guyane et l'Alg6rie
furent d6sign6es comme lieu de transporta-








LA GUYANE MtCONNUE


tion. Quelques ann6es plus tard, Ia Nouvelle-
Cal6donie fut substitute a l'Alg6rie, et A
I'heure actuelle, la Guyane, seule, subit le
bagne.
On pensait, en d6barrassant la M tropole
de ses h6tes indesirables, donner des bras
aux colonies. Malheureusement les rbsultats
escomptes ne r6pondirent pas aux esperan-
ces. Par suite de sa mauvaise utilisation, la
main-d'oeuvre p6nale, loin de servir la
Guyane, n'a fait qu'accentuer le discredit
jet6 sur cette malheureuse colonie; cette
question sera d'ailleurs trait6e dans la troi-
si6me parties de cet ouvrage.


PERIOD CONTEMPORAINE.

Au course de cette p6riode, qui s'6tend du
milieu du xix* siecle a nos jours, les limits,
jusque-la mal d6finies de la Guyane, en 1688
et en 1713, furent d6terminees d'une facon
precise.
Ce furent les deux d6couvertes auriferes
faites, I'une en 1887, sur les rives de 1'Awa,
et I'autre, en 1894, dans la region du Cars-
w6ne, qui les remirent a l'ordre du jour.
En 1688, un trait sign entire la France et
la Hollande, avait fix6 le Maroni comme







VUE D'ENSEMBLE 75

frontiere entire les Guyanes Francaise et
Hollandaise. Mais par suite d'explorations
post6rieures, on constata qu'en un point de
son course, le Maroni etait constitu6 par la
reunion de deux grandes rivieres: l'Awa et
le Tapanahoni. En fait le Tapanahoni avait
toujours W6t consid6r6 comme Rivi6re fron-
ti6re. Mais avec la decouverte des gisements
auriferes de 1'Awa, en 1887, la Hollande r6-
clama application pure et simple du traits
de 1668. La France soutenait que l'6tat de
fait devait &tre maintenu, d'autant plus que
la d6couverte avait 6t6 faite par des Fran-
cais.
Le litige fut soumis A I'arbitrage du tsar
de Russie, le 29 novembre 1888, qui donna
raison aux Hollandais et fixa, le 29 mai 1891,
le Maroni, et, dans son course sup6rieur,
1'Awa, comme limited des deux territoires.
Quant au contest franco-brbsilien, il 6tait
n6 de 1'article 8 du trait d'Utrecht, sign en
1713, qui donnait aux Guyanes Francaise et
Br6silienne, la riviere Japoc ou Vincent-
Pincon, comme frontiere.
Or, aucune de ces deux rivi6res n'existait.
Dans leur these, les Portugais d'abord, les
Brbsiliens ensuite, pretendaient que la
rivi6re Japoc n'etait que l'Oyapock mal
orthographic.








LA GUYANE MACONNUE


Les Francais, eux, soutenaient que les r6-
dacteurs du traits avaient voulu laisser le
privilege de la Compagnie du Cap Nord et
qu'ainsi, il fallait rechercher la riviere Vin-
cent-Pincon dans la region de 1'Araguary.
La these franraise s'appuyait sur I'existence
de nombreux postes francais 6tablis, apres
le traits d'Utrecht, dans la region contested.
Les traits de 1815 avaient decide de s'en
remettre A une commission pour la delimi-
tation de la frontiere; mais, malheureuse-
ment, elle ne fut jamais reunie.
Toutefois une conference se tint A Paris
de 1853 A 1856 entire des d6l6gu6s francais
et bresiliens et le Cars6wene fut propose
comme limited, mais la France refusa l'offre.
Aussi, lors de la decouverte de l'or dans
le Cars6wene, la France et le Brbsil, en rai-
son des difficulties soulev6es pour I'achemi-
nement du pr6cieux metal et don't l'inci-
dent douloureux de Mapa est un episode,
r6solurent de s'en remettre A I'arbitrage du
President de la Republique Helv6tique, le
10 avril 1898. Le 30 novembre 1900 celui-ci
attribua comme frontiere aux deux terri-
toires : A l'est, l'Oyapock, de son embouchure
A sa source, et au sud, les Tumuc-Hamac,
jusqu'a la Guyane Hollandaise.
Incident de Mapa. II fut foment par








VUE D'ENSEMBLE 77

un chef insurrectionnel, Cadosa de Cabral,
qui se mit A la t6te d'anciens formats br6si-
liens. Cabral persuade aux habitants que
tout l'or trouv6 6tait la propri6t6 absolue des
occupants et qu'il ne fallait pas permettre
aux strangers, en particulier aux FranCais,
de s'installer dans le pays. Le Br6sil ayant
pose comme principle que tout le traffic serait
drain a son profit, encourage Cabral dans
ses pr6tentions en lui envoyant de I'argent et
des armes A tir rapide. Les nationaux fran-
cais furent vol6s et molests et Trajan, le
representant de la France A Counani, cap-
tur6. Devant ces provocations, le gouverne-
ment franCais r6solut d'agir. Une expedition
fut d6cid6e. L'aviso Bengali, transportant
60 hommes de l'infanterie colonial aux-
quels on adjoignit 24 marines de d6barque-
ment sous le commandement du capitaine
Lumier, second par le lieutenant Destoup
et par l'enseigne de vaisseau d'Escrienne,
fut dirig6 sur le territoire contest. Mal-
heureusement, la petite troupe se heurta A
des forces tr&s sup6rieures et, au course d'un
combat acharn6, qui dura plus de deux heu-
res, les Francais perdirent un officer, le ca-
pitaine Lumier, et six hommes; le lieutenant
d'Escrienne et dix-huit hommes furent bles-
s6s. Malgr6 ces pertes la victoire resta aux








78 LA GUYANE MECONNUE

Francais : Cabral dut prendre la fuite aban-
donnant sur le terrain une soixantaine de
tubs et de blesses (15 mai 1895). Pour perp&
tuer la m6moire de ces braves, un monu-
ment a Wt 6lev6 au cimetiere de Cayenne
par souscription publique dans la colonie.
Toutefois, malgr6 le sang verse, la France
fut spoliee de cette region par suite de 1'ar-
bitrage de 1900, et attribution en fut faite aux
Brisiliens.
Depuis, et en dehors de la Grande Guerre
1914-1918, ohi la Guyane a r6pondu A 1'appel
de la mere-patrie, et au course de laquelle
nombre de ses fils dorment leur dernier som-
meil A c6t6 de leurs fr6res metropolitains
sur les champs de bataille des Dardanelles,
de Verdun, et de la Somme, 1'histoire de la
Guyane a Wte peu riche en 6v6nements.


Cet apercu historique, bross6 A grands
traits, fait ressortir les vicissitudes par les-
quelles est passe la Guyane, tour A tour
point de mire du pouvoir central francais,
puis abandonn6e par lui, apr6s chaque ten-
tative de colonisation.
Cette vieille terre attache aux destinies
francaises depuis plusieurs si6cles, a sur-
mont6 les dures 6preuves que la fid6lit6 de















DEUXIEME PARTIES



RICHESSES DE LA GUYANE FRANCAISE


RICHESSES NATURELLES ET POSSIBLES

La Guyane est riche d'abord de resources
naturelles, 6valuees a plusieurs centaines de
milliards, don't I'exploitation peut-6tre rea-
lisbe inmmdiatement: la fort, le sous-sol et
la mer sont des reservoirs inepuisables.
En outre sa valeur pourrait 6tre decupl6e
par les richesses possibles que lui donne-
raient 1'agriculture, 1'6levage et les indus-
tries secondaires delaissees depuis trop long-
temps.
















CHAPITRE PREMIER


LA FORGET


Les neuf dixibmes de la surface de la
Guyane sont couverts de forts comptant
plus de 600 espbces d'arbres plus ou moins
utilisables. La caract6ristique des bois guya-
nais, en dehors de leur beauty, est leur
exceptionnelle dur6e de conservation, leur
imputrescibilit6; aussi leur utilisation de-
vrait-elle 6tre trbs d6velopp6e. Dans la fort
guyanaise les arbres poussent droits, Blan-
ces et atteignent des hauteurs qui varient de
45 a 50 m6tres. Leur exploitation rationnelle
pourrait Wtre facilities par les nombreux
course d'eau qui sillonnent le pays dans tous
les sens et qui permettent, par le flottage, un
transport facile; d'autres part les nombreu-
ses chutes d'eau dans les criques favorise-
raient l'installation de scieries m6caniques.








84 LA GUYANE MACONNUE

Les exploitations jusqu'A ce jour, ont Wte
faites sans discernement, les coupes ex6cu-
tees sans tenir compete des 6poques; d'oi une
mauvaise tenue des planches livrees dans
le commerce et une d6preciation sur le mar-
ch6. La encore, la faute income aux exploi-
tants et non aux bois eux-memes. Ainsi que
nous aurons A le mentionner plus loin, ceux
qui viennent en Guyane, avec des moyens
limits, n'ont qu'un but: fortune >>, c'est la raison de 1'6chec.
Une fort, quelle qu'elle soit, donne deux
sortes de products : le bois, production prin-
cipale, et un certain nombre d'autres pro-
duits secondaires, don't quelques-uns a eux
seuls peuvent constituer des richesses consi-
derables.

PRODUCTION PRINCIPAL.
Les bois de la Guyane peuvent, suivant
leur emploi et leur usage, 6tre classes en
quatre categories principles:
1" Les bois tris durs et incorruptibles,
propres aux constructions dans les pays
tropicaux. Ce sont :
a) le wacapou, le meilleur des bois de
charpente employ dans les pays chauds et
qui durcit en vieillissant.







RICHESSES DE LA GUYANE 85

b) le prefontaine et le coeur-dehors don't
l'emploi est moins courant en raison de leur
duret6 et de leur raret6.
c) le balata, trbs utilisd comme bois de
charpente, arbre commun mais qui presente
davantage d'interet comme arbre A gutta-
percha.
d) 1'6bene, bois dur et tres 6gal.
e) le wapa, arbre relativement 16ger, d'une
couleur rouge fonce, tres r6pandu au bord
des rivibres et don't le coeur qui ne pourrit
pas, pourrait avantageusement servir a la
confection des traverses de chemin de fer et
des boisages de mines.
f) I'angelique ou teck don't la reputation
est universelle, qui se conserve tres bien
dans I'eau de mer, propre par consequent
aux constructions navales et aux travaux
d'6cluse et qui vient de rentrer dans la liste
des bois pour les travaux publics conc6d6s
par adjudication dans la M6tropole.
g) le courbaril, d'une duree moyenne,
qui peut 6tre employ en menuiserie, en
charpenterie, en 6b6nisterie, en mecanique
et pour les constructions navales.
h) le bagasse, utilis6 surtout dans le pays
pour la construction des pirogues.
i) le coyave, bois tr6s resistant, trbs lourd
et tr6s dur.








86 LA GUYANE MECONNUE

j) le schawari, employee surtout dans les
constructions navales du pays et dans le
charronnage.
A c6t6 de ces bois nommis dans le pays,
bons bois, il convient de citer les diverse
esp6ces de bois de fer, le canari-macaque et
les divers mahots. Ces derniers sont plus
sp6cialement utilises par les Indiens A de
multiples usages: decoupbs en fines lanib-
res, ils leur servent a confectionner des ha-
macs et des cordes et ils roulent leurs ciga-
rettes dans 1'6corce divisie en minces feuil-
lets.
2 Les bois de sciage, les meilleurs qui
soient; ce sont :
a) le grignon, d'une couleur rougeAtre,
l6gerement moins dur que le chine d'Eu-
rope, employee pour les cloisons et les par-
quets et surtout pour la confection des dalles
de lavage dans les mines d'or.
b) les cadres (c6dre jaune et brun foncd)
moins durs et plus lCgers que le grignon et
employes aux memes fins.
c) le carapa, utilis6 pour la fabrication
des meubles.
d) le fromager, arbre 6norme qui atteint
50 A 60 m6tres de hauteur.
Ces quelques bois de sciage, pris parmi








RICHESSES DE LA GUYANE 87

une centaine de varietes, sont bien sup6-
rieurs aux bois blancs d'Europe.
3" La grande game des bois d'ebeniste-
rie, utilisablis pour la confection des meu-
bles, la marqueterie, la sculpture sur bois,
la carrosserie, etc... Ce sont:
a) les bois de lettre (lettre mouchet6e et
lettre rouge), ainsi nommes A cause des pe-
tites teaches noires, plus ou moins sembla-
bles A des lettres. Ce sont des bois tres durs,
difficiles A travailler.
b) le satin rouge ou bois de f6role, de
belle couleur se travaillant tres bien.
c) le courbaril, propre A la sculpture sur
bois.
d) l'acajou, bois d'une conservation pres-
que indefinie, grAce au principle amer don't
il est impr6gn6, fr6quemment utilis6 pour la
fabrication des meubles, cependant different
de I'acajou employee en Europe et qui, lui,
vient d'Haiti ou du Honduras.
e) le panacoco, bois noir de grande con-
servation.
f) 1'ebbne verte, bois d'un brun fonc6 sus-
ceptible de fournir de vastes tables sans
noeuds, ni crevasses.
g) le pataoua, recherche pour la confec-
tion des cannes, des encadrements et pour
l'incrustation dans la marqueterie.






Pages
88-89
Missing
From
Original
















CARTE
DES
PLAYERS








90 LA GUYANE MECONNUE

4 Les bois pouvant servir a la distilla-
tion, tels que le bois de rose don't I'essence
est utilis6e en parfumerie.
5 Les bois pouvant servir a la fabrica-
tion du carbon de bois. On emploie pour
cela ceux qui ne sont pas utilis6s dans les
categories pricedentes.

PRODUCTS SECONDAIRES.
Les products secondaires de la fort guya-
naises sont trbs nombreux. Ils viennent:
a) de l'exploitation des plants ol6agineu-
ses, don't les fruits donnent des huiles comes-
tibles et industrielles, tels que 1'aouara, le
coupi, le pataoua, le pinot, le palmiste, le
touka, le maripa, etc...
b) de l'exploitation des plants tincto-
riales et tannantes, tels que le camp6che, le
bois du Br6sil, le grignon, le pal6tuvier, le
balourou, le coumat6, le roucouyier, le cara-
gu6rou, I'acacia, etc...
c) de l'exploitation des plants A gomme
et A resine, tels que le caoutchouc, le balata,
le copal, l'encens, le benjoin, etc...
d) de l'exploitation des plants textiles,
tels que le balourou, le mahot, le moucou-
moucou, le bambou, le cocotier, I'arouma,
etc...







RICHESSES DE LA GUYANE 91

e) de l'exploitation des plants m6dicina-
les, tels que l'ipica, le quinquina, le salsepa-
reille, le ricin, etc...
L'exploitation de la fort guyanaise ne
doit pas etre isolee mais accompagn6e ou
suivie par celle des cultures industrielles, le
d6boisement rendant libres des spaces qui
pourraient 6tre convertis en plantations. Le
d6frichement raisonn6 doit non seulement
couvrir les frais mais laisser des b6nefices,
tant dans la vente des bois que dans celle
du carbon de bois, seul combustible em-
ploye non seulement dans la colonie mais
dans toutes les Antilles.
Les arbres coupes A la saison seche ou
pendant la saison des faibles pluies seraient
laiss6s sur place pendant quelques temps
pour hAter I'6puisement de la s6ve puis tron-
conn6s et 6quarris.
A la saison des pluies les bois seraient ame-
nes en bordure des course d'eau ou, profitant
des hautes eaux, forms en radeaux et con-
duits aux scieries. Celles-ci 6tablies dans les
criques utiliseraient les chutes d'eau comme
force motrice et debiteraient les bois qui,
par flottage, seraient dirig6s vers le lieu
d'embarquement.
Les avantages que pourraient retire la
Mitropole d'une exploitation rationnelle et








92 LA GUYANE MACONNUE

methodique des bois de la Guyane, M. Mon-
nerville, dans une notice sur la colonie, les
fait ressortir en ces terms: pourrait ainsi dispenser la France d'en ache-
ter A 1'6tranger. La guerre en absorbant une
quantity exceptionnelle de bois et en provo-
quant la destruction d'un nombre 6lev6 de
forts francaises, a consid6rablement dimi-
nue les possibilities de rendement m6tropo-
litain; que l'on ajoute A cela la n6cessite, en
France, d'attendre que les plants aient
grand, c'est-A-dire de longues annies pour
arriver A une exploitation remuneratrice et
on comprendra combien la fort guyanaise
m6rite de retenir attention.
On objectera, il est vrai, que la durete des
bois rend leur travail difficile et que l'6loi-
gement ne milite pas en faveur d'un appro-
visionnement regulier. Cependant Ie perfec-
tionnement de l'outillage moderne, le cofit
relativement peu 6lev6 du fret, la possibi-
lite d'6quarrir sur place pour n'exp6dier que
des billes ou des planches entibrement utili-
sables, font disparaitre ces objections.
La Fort guyanaise demeure A la port6e
de la France A qui ses reservoirs sont ou-
verts. >

Par suite d'une propaganda faite en leur








RICHESSES DE LA GUYANE 93

faveur, les bois guyanais commencent A etre
utilises tant aux Antilles Francaises qu'en
France.
Cette exploitation des forces de la Guyane
ne peut se faire que par de grosses soci6tes,
en raison des frais important suscites et
de I'obligation d'employer une politique pro-
pre A sauvegarder I'avenir tout en assurant
le present, ce qui ne peut etre obtenu qu'avec
un personnel idoine qu'il faut bien payer.
D'autre part, elle doit 6tre l'accessoire soit
de cultures industrielles, soit d'exploitations
minieres, soit d'autres industries.















CHAPITRE II


LE SOUS-SOL


Le sous-sol guyanais est d'une richesse
sans pareille.
L'explorateur Coudreaux, dans son livre
intitul6 Les Richesse de la Guyane Fran-
gaise, les 6num6re en ces terms enthousias-
tes :
SLes richesses minieres de la Guyane
Francaise sont aussi importantes que va-
ri6es. Les terres de la colonie renferment
I'or, I'argent, les pierres pr6cieuses, le fer
et la plupart des m6taux, les grenats, les gres,
les terres A poterie et A porcelaine. >
Le plateau de la Guyane est, comme on le
sait, une region absolument identique
comme constitution g6ologique A celle du
plateau du BrBsil don't les richesses min6ra-
les sont bien connues.
De tous les m6taux que r6c6le le sol guya-








RICHESSES DE LA GUYANE


nais, c'est a I'or que nous devons le premier
rang.

L'OR.
L'industrie aurifere est le salut et l'Ame
damn6e de la colonie. Si elle contribute a
faire vivre le pays, elle accapare malheureu-
sement toutes les activitis qui abandonnent
les autres branches d'industrie.
La d6couverte du pr6cieux m6tal a Wt6
faite par l'Indien Paoline, en 1854: elle a
suscit6 toutes les frin6sies, toutes les decep-
tions, qui sont le corollaire de son appari-
tion. Pour lui, les habitants ont d6laiss6 les
travaux agricoles, aussi la balance commer-
ciale accusa-t-elle trks rapidement un difi-
cit devenu chronique et la colonie fut-elle
oblige d'importer les denr6es alimentaires
les plus essentielles. Sa recherche, son indus-
trie ont fait subir aux colons toutes les vicis-
situdes qui en sont le cort6ge. Cependant on
peut affirmer que l'abondance de l'or en
Guyane autorise le souci des exploitations
s6rieuses. Le m6tal dort au flanc de toutes
les montagnes et dans le sable de toutes les
rivi6res guyanaises.
Les players, sur la carte qui les indique,
sont rassembl6s en deux zones paralleles au







96 LA GUYANE MACONNUE

littoral: I'une, que l'on pourrait appeler
zone septentrionale, s'6tendant sur 150 km.
de long et 30 km. de large, et l'autre a 150 km.
plus au sud, dans l'interland.
Les principles decouvertes auriferes
furent par ordre de date :
Celles des players Saint-Elie (1873), Enfin
(1880), Pas-Trop-T6t (1880), Awa (1882),
Cars6wene (1894), Inni (1901).
Cependant, son exploitation n'en est en-
core qu'A son debut.
Des soci6t6s ont entrepris, avec un certain
r6sultat, des dragages dans le lit du Maroni
et du Sinamary; cependant c'est par le bri-
colage >> que les chercheurs d'or cr6oles, em-
ployant le proc6d6 du sluice, mal outill6s,
mal arms pour la vie des players, ont pro-
c6d6 A son exploitation.
L'exploitation aurif6re de la Guyane peut
6tre divis6e en six p6riodes :
Premiere piriode, de 1854 A 1870:
C'est celle oil, gris6e par la d6couverte,
la main-d'oeuvre agricole abandonne les
plantations et se rue vers l'or. Mais elle man-
que d'exp6rience, et, malgr6 la mise A jour
de multiples petits players, exploitation du
pr6cieux m6tal reste faible : 400 kilogs par
an.
Deuxidme pdriode, de 1870 A 1875:

































ClU. v 1:in I'r-tvSe

RAPIDES SUR LA RIVIERE MANA


Cl. d lAeUe oA ODETS (CIL loiE I'A IE

DRAGUE SUCI'SE A GODETS (CHIQUE SPAHONINE)


I ,/.








RICHESSES DE LA GUYANE


Par suite de la propagation de la nouvelle,
des aventuriers strangers, au courant des
proced6s aurif6res, dibarquent en Guyane
et font augmenter la production dans de no-
tables proportions.
Troisihme piriode, de 1875 A 1893.
Interessies par le rendement des gise-
ments guyanais, des soci6t6s m6tropolitaines
se creent, et la production va, par suite d'une
technique plus d6velopp6e, osciller annuelle-
ment entire 1.500 et 2.000 kilogs.
Quatridme piriode, de 1888 A 1908:
Les richesses alluvionnaires 6tant consi-
d6r6es comme 6puisies dans la zone septen-
trionale, des prospections faites dans la
deuxi6me zone permettent de d6couvrir de
nouveaux players (Cars6w6ne, Awa, Inini);
c'est le rush vers le sud et les soci6t6s instal-
16es dans la zone nord percent la majeure
parties de leurs bras.
Cinquiime periode, de 1908 & 1922:
A son tour la production de la zone aus-
trale se ralentit et des entreprises de dragage
sont mises en oeuvre dans certain course
d'eau de la zone nord.
Sixidme periode, depuis 1922:
Les soci6t6s de dragage ont disparu,
I'exploitation des alluvions est reprise et
celle des filons entreprise & Roura.








LA GUYANE ILCONNUE


Toutes les d6couvertes et exploitations,
jusqu'A ce jour, ont eu lieu dans des terres
alluvionnaires ou dans le lit de quelques
course d'eau et l'or trouv6 s'est toujours pri-
sent6 A l'6tat de poussieres reposant sur un
fond d'argile, m616 A des couches plus ou
moins 6paisses de graviers recouverts de
terres alluvionnaires. Et encore, les allu-
vions exploities sont-elles des alluvions de
hautes terres, of les formations inferieures
A 3 grammes au m6tre cube ont Wte negli-
g6es.
Monsieur Delaitre, au course de sa mission
de 1933, estime que depuis la premiere db-
couverte et par suite du procd6e employ,
plus de 35 tonnes d'or ont Wte perdues qu'une
bonne technique aurait pu faire recupirer
A peu de frais.
Mais la vraie region aurifere en Guyane,
c'est le flanc des montagnes qui r6cele des
filons et, qui par suite des cataclysmes plus
ou moins 6loignes de nous, en ont laiss6
6chapper des fragments. Ceux-ci, entrain6s
par l'6rosion, se trouvent aujourd'hui au has
des collins, au pied des months les plus
abrupts et dans le lit des course d'eau.
Malheureusement, I'attaque des filons ne
peut se faire sans I'aide de capitaux impor-
tants.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs