• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Dedication
 Les voix
 Terre et ciel
 Au-dela
 Fantaisies poetiques
 Appendice
 Table of Contents






Group Title: Nouveaux poáemes: : Les voix, Terre et ciel, Au deláa, Fantaisies poÉtiques.
Title: Nouveaux poèmes
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074116/00001
 Material Information
Title: Nouveaux poèmes Les voix, Terre et ciel, Au delà, Fantaisies poétiques
Physical Description: 218 p. : ; 19 cm.
Language: French
Creator: Vilaire, Etzer, 1872-1951
Publisher: Imp. Peyriller, Rouchon & Gamon
Place of Publication: Le Puy-en-Velay France
Publication Date: 1910
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074116
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001469086
oclc - 24680705
notis - AGY0765

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Dedication
        Page 5
        Page 6
    Les voix
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
    Terre et ciel
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
    Au-dela
        Page 97
        Page 98
        Credo litteraire
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
        Questions
            Page 103
            Page 104
        Inspiration
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
        Decouverte posthume
            Page 117
            Page 118
            Page 119
        Le reve d'une mere
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
        L'ajoupa
            Page 125
            Page 126
            Page 127
        Legion
            Page 128
            Page 129
            Page 130
        Le favori du roi
            Page 131
            Page 132
            Page 133
            Page 134
            Page 135
            Page 136
        Aide supreme
            Page 137
            Page 138
        Les rayons
            Page 139
            Page 140
            Page 141
        Le rendez-vous
            Page 142
            Page 143
            Page 144
        Coriolan Ardrouin
            Page 145
            Page 146
            Page 147
            Page 148
            Page 149
            Page 150
            Page 151
            Page 152
            Page 153
        Crepuscule
            Page 154
            Page 155
        La course
            Page 156
            Page 157
            Page 158
        Evolution
            Page 159
            Page 160
            Page 161
            Page 162
    Fantaisies poetiques
        Page 163
        Page 164
        Voix du siecle
            Page 165
            Page 166
            Page 167
            Page 168
            Page 169
        Rapaces
            Page 170
            Page 171
            Page 172
            Page 173
        Dialogue avec les etoiles
            Page 174
            Page 175
            Page 176
        Conversation d'oiseaux
            Page 177
            Page 178
            Page 179
            Page 180
            Page 181
            Page 182
        Aumone du ciel
            Page 183
            Page 184
            Page 185
            Page 186
        L'oiseau du reve
            Page 187
        Chanson du vent du nord
            Page 188
            Page 189
            Page 190
            Page 191
        Le cormoran
            Page 192
            Page 193
            Page 194
            Page 195
            Page 196
            Page 197
            Page 198
            Page 199
        Paysage
            Page 200
            Page 201
        Hommage a M. Francois Fertiault
            Page 202
            Page 203
            Page 204
        Amour des choses
            Page 205
            Page 206
        A quoi bon?
            Page 207
            Page 208
    Appendice
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
    Table of Contents
        Page 217
        Page 218
Full Text
>- -,-.
1~~


NOUVEAUX


Les Voix Terre


POEMES


et Ciel


Au delay
Fantaisies Poetiques





ETZER VILAIRE



NOUVEAUX POEMES


Les Voix Terre et Ciel
Au delay


Fantaisies


Poetiques


19to


7r









LAI)







DU MEME AUTEUR

LIBRAIRIE FISCHBACHER, RUE DE SEINE, 33, PARIS


Annies tendres, posies, un vol. in-i2...
Po!mes de la mort, posies, un vol. in-I 2.


3 fr. 50
3 fr. 50













Au grand esprit, qui dans les Essaisde psy-
chologie contemporaine s'est penchi, plein d'une
noble inquietude, sur les miseres de l'dme moderne,

A M. PAUL BOURGET,

ces po'mes, nes de preoccupations analogues,
sont dddies;
humble hommage de respectueuse affection et de
gratitude filiale d la genireuse MAre des Lettres
haitiennes, a cette France littiraire, si belle de
lumiere et de libdrale expansion,
en la personnel de l'un de ses representants les
plus justement admires.


E. VILAIRE.























C













LES VOIX



















LES VOIX




II parut un grand signe... : une femme entouree
du soleil, et qui avait la lune sous ses pieds,
et sur sa tete une couronne de douze 6toiles;
elle etait enceinte, et elle criait, dtant en tra-
vail et dans les douleurs de 1'enfantement.
(Apocalypse).

Tout est confusion et discordance au monde :
L'anarchie insondable est dans l'ime profonde;
En tumulte elle y fait la nuit et la terreur.
Et mille monuments de folie et d'erreur
Opposent dans les airs leur structure fragile,
Vacillent dans le vide et, posCs sur I'argile,
Dans leur poussde sparse et vaine de Babel
Prominent le vertige et I'ombre sous le ciel.

Voici les ouvriers du colossal ouvrage,
es poings contre les cieux et vomissant I'outrage








NOUVEAUX POEMES


Promdthde effard prend l'ombre pour le feu.
Doutant de Dieu lui-meme, il veut que tout soit Dieu.
Infime, il ouvre un oeil fidvreux sous un front terne,
Et sa facq trahit la fatigue moderne.
La vieillesse du monde a passed dans ses nerfs.
Les fils du revolt sont pires que des serfs :
Affranchis des splendeurs de l'idde et du rave
Et menant contre Dieu leur vaste et folle grave,
Enivres du ndant et peureux de la mort,
Maniaques vivant pour les fi6vres du sport,
Les laideurs, la grimace, ils s'adorent eux-memes,
Et sur la poudre assis enfantent des systems
Effroyables, qui font de ces ddgendrds
Le but de 1'univers et des Wtres sacres.
Tout est factice en eux et plat dans leurs mensonges:
La grandeur est passee, et meme dans les songes.
Sur la terre, parmi toutes les fausses voix
Que 1'on entend monter de ce siecle aux abois,
A peine en reste-t-il une aux accents sublimes.
L'Ame humaine est d6chue et deserte les cimes.
Dans ses febriles jeux don't l'ardeur l'6tourdit,
Inquikte du sort qu'elle trompe et maudit,
Une tristesse aigue, une apre frdndsie,
Le mal du ddsespoir I'a tout a coup saisie,
Pliant comme un orage au tourbillon vengeur
Sa faiblesse hautaine et son orgueil rageur.
Son effort sombre dressed, avec un bruit de vagues,
L'orageux ocean des constructions vagues








LES VOIX


Oii s'abrite la peur dans l'ins6curitd...
'On march, on parole, on joue en pleine obscurity,
Comme des fous en mer, menaces d'un naufrage
Et pregnant la vapeur que projette I'orage o
Pour le signal connu d'un navire sauveur.
Celui qui de la rive ecoute et suit, reveur,
Ce voyage insens6 dans la tempete sombre,
Voit, flottante, lointaine, aux prises avec l'ombre,
Une grande figure en p6ril sur les flots,
Les bras tendus en vain aux bruyants matelots,
Observant dans I'horreur leur aveugle manoeuvre.
Ses yeux cherchent le ciel; le ciel don't elle est I'oeuvre
Se penche pour pleurer, pleurer hdlas! sur toi,
Humanity perdue, et qui cherchant ta foi,
Dans le mal et d'erreur en erreur ballottee,
Cours apres le mensonge, insidieux Prothie;
Mais reculant toujours un invisible but,
Dans l'inconnu du vrai veux chercher le salut!


Etoile de l'esprit, magn6tique et fuyante,
A peine, 6 Verite, sur la'vague bruyante
Ta lueur en luttant glisse de son foyer,
Et I'abime aussit6t souffle pour le noyer!
O prunelle celeste entr'ouverte sur l'Ame,
Notre ombre primitive absorbe encor ta flamme.
Ton nom seul est connu de nos distraits esprits,
Et tes signes au ciel se percent incompris.








NOUVEAUX POEMES


Mais un instinct de Fl'me a mes yeux te rvele :
Mon cceur te pressentait!.. Que le chaos rebelle
S'insurge ou soit dompte, le sage en son flot noir
Voit ton regard veiller riant comme un espoir.
Ta face au just seul se montre h demi nue.
Sur son front humble et pur elle abaisse la nue
Et rdpand dans son coeur la lumiere et la paix.
Ta clarte se derobe A l'orgueil des sommets
Dont le brouillard glac6 l'Nmousse et la diffuse;
Aux triomphales tours ta grace se refuse :
Le tonnerre en grondant et la nuit de I'oubli
Assiegent ces hauteurs, oi ton spectre pAli
Ne se promene plus qu'en un triste mystere.
C'est au sentier glissant du vallon solitaire,
Au gazon veloutd qui sommeille ignored,
Qu'un rayon vient poser ton sourire sacred,
Comme une fleur de perle close au fond d'une urne,
Et vetir de beauty la tristesse nocturne...


Mais avant que notre Ame entende en un desert
Les accents inspires de l'dtre qui te sert,
De la montagne sombre ot les hommes se groupent
Et don't les Apres flancs en sillons se ddcoupent
Au choc precipite des orageux torrents,
Attentifs, dcoutons, tels des concerts errants,
Descendre tour A tour pour voler dans l'espace
Les discordantes voix, don't aucune ne passe









LES VOIX


Sans qu'un frisson rdponde en quelques coeurs sdduits.
On dirait qu'echapp6 des6ternelles nuits,
Un souffle empoisonnd prend une ame et des ailes
Et, message de mort, vient nous parler parelles.
Et la terrestre ruche est pleine de ces voix.
En des points diffdrents des cites et des bois
Elles naissent, montant au ciel qui les ecoute,
Criant, toutes, l'orgueil ou 1'angoisse ou le doute,
La trag6die humaine oh plane le malheur...
Et ce concert finit dans un immense pleur.








NOUVEAUX POEMES


- ( Je suis, dit une voix, la nature eclairee,
L'intelligsnte fleur de la terre sacree,
L'6panouissement des forces de ton sein,
O monde ddbordant de beaut Tout est sain,
Rien n'est funeste en toi, nature, auguste mere;
Et seul 1'homme moral inventa sa mistre.
La manie inquiete et savante a tud
Le germe du bonheur dans l'Ntre remud
Jusqu'au fond interdit oi, sage et maternelle,
La nature rdpand une nuit 6ternelle.
Maudits soient les chercheurs qui trouvent des attrait:
A l'abime fragique oh gisent les secrets;
Et qui, la violent d'un regard sacrilege,
Soulkvent contre nous l'ombre qui nous protege.
Ils ont cree le mal, la faiblesse et la peur,
Et dans l'esprit trouble la flottante vapeur,
Qui lorsqu'on veille seul roule un secret tonnerre.
Ils ont mis de la brume au chemin oi l'on erre,
Le boulet du remords aux ailes du desir
Et les feux des enfers ennemis du plaisir,
Et des pieges sans fin, de pesantes entraves,
Sous les pieds hdsitants et les genoux esclaves.


RKveurs de la Chaldie, 6 vieux mages, 6 vous,
Les Daniels, esprits hantes, poetes fous;









LES VOIX


Vous les ldgislateurs don't l'infame imposture
Au profit des tyrans asservit la nature;
Fronts en proie au vertige, et don't les yeux hagards
Ont de leurs visions et de leurs cauchemars
Peuple pour nous trouble le ciel avec la terre;
Vous avez fait, maudits, de 1'immense myst6re
L'eternel ennemi des hommes, ces trembleurs!
Projetant jusqu'h nous l'ombre de vos p&leurs,
Vous dressez sur nos fronts courbes un tr6ne aux prdtres...
Mais voici les derniers venus, nos nouveaux maitres:
Philosophes, docteurs, les scribes, les bavards,
Des pontifes anciens faibles enfants bitards,
Qui present gravement des vapeurs de nude
Et, creusant a l'envi leur tete extinuee,
Pensent y decouvrir les lois de l'univers;
Les dieux de la pens6e et du monde A l'envers,
Dont I'analyse abstruse et les subtils oracles
Vont remplacer l'audace antique des miracles
Et l'encens qui s'eteint aux autels vermoulus.


Maisle monde A la fin les hait et n'en veut plus,
Ni d'eux, les fiers savants, ni des piles ap6tres
Sous qui le monde expire au bruit des paten6tres,
Ces bourreaux de nos coeurs dressant avec la mort
Un sombre dpouvantail pour l'Ame a son essor.
Les passions iront, de leur joug libdrdes,
Deployer sous les cieux leurs formes adores,








NOUVEAUX POEMES


S'6battre en liberty comme des aigles rois
Et couvrir du concert de leurs puissantes voix
Le monde, hier esclave et demain vierge et libre.
Chacun suivra la loi de son &tre qui vibre.
La science du bien et du mal s'dlevait
Comme un arbre fatal oh le demon rdvait.
Sur ses troncs renverses les mains vives et blanches,
Dans leurs jeux effeuillant les innocentes branches,
Cueilleront le bonheur a ses obscurs rameaux.
Comme d'un songe affreux, reveille de ses maux,
L'homme recouvrera son ivresse premiere.


Oh! dans ces temps benis de sereine lumiere,
Avant les radoteurs de l'arriere-saison,
Quand s'ouvrait la splendeur d'un immense horizon
Baignant d'aurore I'homme dmerveill6 de vivre,
Qu'il 6tait beau, celui qui lisait dans ton livrc,
Nature, et n'y voyait encor de tous c6t6s
Que robuste allegresse et calmes volupt6s!
Quel delire il goatait au jeu sor de sa force,
Save ardente chargeant de fleurs sa verte dcorce!
Tous ses pores buvaient come un riche 6lixir
L'effluve des forts et des cieux de saphir.
Une correspondence etonnante et profonde
A cet 6tre attachait I'immensit6 du monde.
I1 entendait, croissant dans l'aigur des hauteurs,
Parler au fond de lui les instincts directeurs;








LES VOIX 17

Et dans l'intimite des bois pleins d'harmonie
II marchait avec gloire, et come leur genie.
En son coeur libre et fort bouillonnait tant de feu
Que seul dans I'univers le sauvage etait dieu ,







18 NOUVEAUX POEMES



D'autres ensuite ont dit: < Que Dieu soit, c'est possible
Mais comment, quel est-il, s'il est?.. Inaccessible i
L'immuable cache sous d'immuables lois
N'entend pas les appeals de notre Ame aux abois.
L'infini meconnait la fourmilliere humaine.
Seul son propre caprice ou son vouloir la mene;
Ou plut6t, renfermd dans un cercle fatal,
Esclave du climate et du milieu natal,
Heritant des aleux son bien ou sa misere,
L'homme est ce qu'il doit etre et fait ce qu'il pent fair.
II est I'anneau vivant d'une chaine sans fin,
Que meut, non le doigt lourd de l'antique Destin,
Ni ce que l'on nommait Providence ou Mystere.
Mais la Necessit6, maitresse de la terre.


Tout est combinaison de causes et d'effets,
Suite majestueuse et logique de faits,
Harmonieux rapports, resonnances lointaines :
Dieu meme ne peut rien centre ces lois certaines.
Etre divers, mobile, obscur6ment profound,
A lui-meme pourtant toujours fiddle au fond,
Hdritier du pass par qui demain se cree,
Enigme vaine, force asservie et sacr6e,
Qu'il soit le fou divin ou vil, splendid ou laid,
L'homme dans l'univers n'est qu'image et reflet.







LES VOIX


Un frele raccourci de sa planete meme,
Un germe resumant le chaos qui le seme.
Ia nature motrice et mere le p6trit,
Regarde avec ses yeux, pense avec son esprit.
Ia matiere et la vie en lui palpitent toutes;
11 est l'aboutissant obscur de mille routes.
Notre 6tre faible ou fort, dans son jour ou sa nuit,
Est comme un labyrinthe t notre insu construit,
Oil notre propre main n'a mis que peu de pierres
Et qu'ont fait des milliers de forces dtrangeres.
Nous n'avons en l'esprit aucun resort divin,
Mais un legs du pass, comme un fatal levain.
Pourtant, commun produit des etres de chaque ere,
L'homme, ignore du ciel, demeure solitaire.
Son Ame, oh I'univers vibre en subtil frisson,
De l'univers lui fait une vaste prison ;
Et l'aveugle nature a cette abandonnee
Prepare, en l'isolant, une Apre destine.
lIc quel poids 6touffant et quel sujet d'effroi
Est Pinfini, qu'on sent derriere et devant soi ?
Entre le double abime oi le monstre v6egte,
Comment peut se mouvoir sa volonti sujette?
Pauvre etre, sous ton reve et ton vaste desir,
Toute l'immensit6 revient dans un soupir.
Les jours presses de fuir a ton esprit qui passe
Refusent la duree et disputent l'espace.
Mille mondes en toi, par un confus essor.
Aspirent h la vie et plongent dans la mort.








20 NOUVEAUX POEMES

0 fils de 1'univers, que ton auteur divore,
Homme, que vaut ton ame? Inutile et sonore,
C'est un echo de tout dans la nuit du ndant,
Une impuissance avide, un fragile gdant,
Que tue, 'avec l'orgueil de ses folles pensees,
Comme un 6croulement de montagnes presses .








LES VOIX


- ( La Matiere a tout fait, proclame une ample voix.
Ce que vous nommez Dieu n'est autre que ses lois.
La Matiere dvolue et, s'engendrant soi-mame,
Se meut en cr6atrice 6ternelle et supreme.
Dans un rayonnement de vie et de chaleur,
Elle emplit I'infini sans avoir eu d'auteur.
La-bas ether subtil, ici grossieres masses,
Corps semeurs de lumiere au sein des noirs spaces,
Archipels balances dans une mer de lait,
Orions inouis, infime feu follet,
Frissonnement 6pars de vastes nebuleuses,
Poussiere enveloppant les cites populeuses,
Sirius don't le ciel est 6bloui, ciron
Imperceptible, azur, tenebres et rayon,
Elle est tout, et sourit et vibre dans ces choses:
Les soleils, les forts, les oceans, les roses.
Elle est tout : cause et fin, les dlements divers,
La force qui les meut au sein des universe,
La bouche qui respire et le cerveau qui pense,
Le movement f6cond et l'inerte substance...
Effacez-vous, croulez, religions, faux-dieux,
Dogmes nuls Le r6el est plus prodigieux
Que le surnaturel couronne de ses mythes.
Car la Creation sans fin et sans limits,
Un germe unique, obscur, qui s'est dpanoui,
A lentement former son ensemble inoul;








NOUVEAUX POEMRS


Et le meme principle a fait l'homme et la bete,
Tout ce qui resplendit, march, vole ou v6egte.


Libre de ses regards que rien ne voile plus,
La Science les plonge aux ages revolus;
Soudain la verite, de leurs ombres surgie,
Lui montre l'uniforme et multiple energie,
Rdveillant du chaos la matiere en sommeil,
D'un simple movement engendrer le soleil,
. La ndbuleuse blanche et fluide, sa mere,
Et des flancs 6cumeux de l'Ntendue amere
Les lies et les months jaillissant tout d'un coup,
Comme les bulles d'air d'un liquid qui bout.
Tout nait d'une eternelle et supreme chimie,
Oh la vie et la mort melent leur force amie;
Oh tout vibre en conflict, s'harmonise et se fond
Dans la Matiere au sein triomphant et fecond.
Elle fait aux esprits mille soeurs inconnues
De l'haleine des nuits et de l'ombre des nues,
Des algues dans 1'dmoi de leurs gouffres mouvants
Et de la goutte d'eau qui fr6mit sous les vents.
Elle est 1'unite vaste, obscure, originelle.
De la poudre au soleil elle dresse une dchelle
Oh, par un lent essor, chaque forme qui vit
Change a tous les degres divers qu'elle gravit.
Ces piliers des forts gigantesques et rudes,
Ces colosses hideux, maitres des solitudes,









LES V1OX


Enigmes don't la vie b son debut obscur
En traits bouleverses hdrissait le sol dur,
Ces monstres lourds, peuplant les airs, les eaux, les roches,
Ce fut nous Saluons ces lointaines 6bauches,
Nos larves Jusqu'a nous chaque posterity
S'est. croissant lentement, levee en beaut ;
D'autres moules suivaient la forme primitive,
Oh bouillonnait en jets moins sors la save active;
Mais tous naissent divers d'un 1eement commun,
Et la force est la mime oh se forme chacun.
Chacun a ce foyer qui divore et qui cree
Restitue A son tour l'etincelle sacree;
Le principle de 1'ame en sort comme un rayon,
Y rallume sans fin son flambeau vagabond,
Et court de pare en fils transmettre 1'dnergie.
Depuis que de sa source obscure elle est surgie,
Naturelle en chacun, tels le son, la couleur,
Ce qu'un parfum fugace est a la frnle fleur,
Cette ame 1'est au corps qui pdrit avec elle;
Et seule leur survit la force impersonnelle ,.








NOUVEAUX POEMES


- Cuistres, occupez-vous de choses creuses; moi,
Je caresse ma mie, ,
Soupire une autre bouche. ,, En un exquis 6moi
Je veux vivre ma vie ,.

Je ne sais trop comment vont la terre et le ciel,
Ni ce qu'il faudrait croire.
Le calice oi l'amour a distills son miel.
Ma lbvre veut le boire :

Mon dtre, voilh tout. Le plaisir est ma loi...
Cours oh ce dieu t'appelle.
Ton autel et l'objet unique de ta foi,
C'est le sein d'une belle.

Ce que sera demain, si tu survis ou meurs,
Ne m'int6resse gubre.
J'entends mes appdtits emus, a leurs clameurs,
Comme une armee en guerre.

Ma vie atteint son but supreme en un baiser.
Ta levre, 6 ma maitresse,
Est la rose oh mon ame aspire a se poser
Pour butiner l'ivresse.








LFS VOIX


Ouvre A mes sens pam6s tes trdsors de beauty,
Au sein des nuits propices.
Qu'en mon cceur regne avril ou des splendeurs d'Tte,
Sous tes charmants auspices!

Etla Creation, mere de nos d6sirs,
Toujours belle et puissante,
Verra, comme une fleur, dclore a nos soupirs
Sa forme renaissante.

Aimons-nous : tout le reste est ndant; aimons-nous!
II en est temps encore.
Le mot de la nature aux coeurs est : ( aimez-vous ,,,
Qu'elle ecrit dans l'aurore.

Etre altdre de vie, helas! des temps viendront,
Tels des deserts arides,
O~ sous le poids des ans tu courberas un front
Que profanent les rides.

L'heure fuit avec nous, fuit vers l'aveugle nuit,
Du pas vif d'une biche.
Le coeur pauvre et vieux meurt de ddtresse et d'ennui,
Mendiant qui fut riche.

Maintenant que le luth peut rdsonner encor
Sous une main de flamme;
Que nos nuits sont de miel, nos matins voilds d'or,
Sois I'ame de mon ame!








26 NOUVEAUX POEMES

Mes sens sont 1'instrument ddlicat et sacred
Qui sur ta couche vibre;
Ma belle, enivrons-nous du concert adore
Que nous fait chaque fibre.

Coeur contre coeur et levre a levre, et comme morts,
Mes doigts dans tes mains fines,
Enlaces, ecoutons sourdre en nous les transports
Des voluptes divines.

Et qu'un baiser puissant fasse oublier le jour,
Dont 1'horreur nous rivele
Le vieillard dans l'amant, le spectre apres l'amour,
Et la nuit eternelle! >







LES VOIX


Quelqu'un change : ( Salut, joyeux et clair soleil,
Dont la splendeur est incarnde
Dans le pampre vermeil!
Sous tes pourpres rayons la vie sparse est nee,
Astre pare, astre roi ..
Gloire a toi !

Salut, source de joie et d'6ternelle flamme,
Qui fais jaillir les fleurs sur la terre et dans I'Ame,
Et dans le monde mets la majesty, I'azur,
Et mieux encor : I'oubli! Dieu fluide, astre pere,
Ton rayon le plus pur
Est celui qui p6tille en rubis dans mon verre.

Un frisson 6meut les champs blonds...
Tu nais du dieu soleil, saison nouvelle !
La terre a tes baisers offre ses flancs ficonds.
Un vent passe et m'invite, et 1dger,sur son aile,
Je course ot le plaisir
Me devance et m'appelle :
Au souffle du zephyr
Je course sous la tonnelle !

Roi paternel, salut, soleil divin I
3ront consolatrice infuse en mon vin.







NOUVEAUX POEMES


Salut Toi seule es sore et salutaire;
A ton dictame endors les douleurs de la terre:
Tout le reste nous ment...
Front palissant la nuit aux etoiles qui pleurent,
R&veur, fuis les Circes par qui les ames meurent;
Oublie et bois : l'amour est un tourment.

Amour, d6mon nomm6 d'un nom divin L'amour ?...
Malheur si, plein de lui, ton coeur s'egare et s'ouvre!..
Viens, suis mes pas. Un dais de feuillage est mon Louv
La r&gne un dieu riant aux roses fins de jour.
L'heure y fuira charmante, et les chants de la muse
Joindront leur harmonic A la gaite qui fuse.

Puisque la vie ailleurs est un noir cauchemar,
Cherchons le reve exempt de fant6me hagard.
Quc le sommeil des jours s'ecoule sous la nue,
Au son des rustiques hautbois,
Au rire de la source en fuite a travers bois,
Naiade se glissant frileuse et toute nue

A boire h boire, avant les jours mauvais et longs,
Oh l'hiver neigera sur les champs, sur nos fronts,
Dans notre coeur use, pauvre viscere,
Comme sur un soleil 6teint !
Et jusqu'au fond de notre verre,
A boire, avant la fin >







LES VOIX


- Oui, manger bien, et boire et dormir : vbila vivre !
O fant6mes d'antan, cessez de nous poursuivre,
Croyances, pr6jugds, mythes moyennageux,
Tyranniques erreurs du passe nuageux !

Ce siecle a des clartns, d6nombre les 6toiles,
Les pese dans sa main et, sous les vastes voiles,
Suit d'un oeil sar leur vol et contemple leurs lois;
Mais ce que crut I'orgueil ignorant d'autrefois:
Connaitre en ses fins 1'ame et sa douteuse essence,
C'est dit, il n'y perd plus son temps et sa puissance.
Nous c6toyons au monde un abime affolant
Ott la vie a jet6 son frele pont branlant.
Qui s'y penche ne voit rien aux profondeurs sombres.
Glissons au bord etroit du mystere et des ombres;
Glissons, n'appuyons pas, et jouissons un peu.
La vie est comme l'air, que I'on peut voir si bleu:
On doit s'en amuser, s'y bercer l'Ame avide,
Sans trop approfondir tout ce qu'elle a de vide.
Quant au but ?.. de tout temps les choses ont eu soin
De montrer en passant qu'elles n'en eurent point;
Et tout n'est qu'apparence et ldgere fume.
Mais dans ce tourbillon suivons la chose aimde;
Qu'on se la prenne au vol : ainsi, 1'&tre d'un jour
S'enivrerade vie en son rapide amour.







3o NOUVEAUX POEMES

Homme, quoi que ce soit : objet grave ou frivole,
Vertu, savoir, plaisir, prends ce qui te console,
Et fuis ce qui te laisse humeur, haine ou degott.
Se plaire, se distraire et passer : voili tout.
Au grd de I~habitude et du hasard, nos maitres,
Aveugles conducteurs des choses et des etres,
Dansla fuite des jours, laissons flotter nos cceurs,
Comme sur un torrent des n6nufars en fleurs.
Rien ne reste, 1'abime 6ternel nous emporte ;
Mais si dans cette chute on peut jouir, qu'importe
Tout ce qui n'est pas nous et qui bient6t pdrit ?


Ayant ainsi parld, le sceptique sourit








. LES VOIX


Loin des sentiers battus une voix solitaire
S'eleve alors et dit : ( Quand voudront-ils se taire ?
Comme ils divaguent! Taisez-vous,
Vous qui divinisez le mal et vos faiblesses !..
Nous seuls avons du ciel les supreme promesses,
Car nous sommes la gloire, nous '

Seuls nous arrivons, quand tout march;
Quand tout passe, nous demeurons
Avec des astres sur nos fronts.
Tout perit, mais nous sommes 1'arche :
Seuls, du naufrage universal
Nous voilh sauv6s par le ciel,
Nous, famille unique et sublime :
L'humanite s'engloutira,
Mais nous aborderons la cime
D'un majestueux Arara.

Debout toujours devant les ombres, I'anonyme,
L'infini, nous resterons 1'61ite magnanime,
Le group des noms constells.
Nous avons la duree, et ports par les ages,
Nous planons Btravers leurs fugitifs nuages,
Comme des aigles envolds.








NOUVEAUX POiMES


Le monde obscur n'a de lumieres,
De temoins eternels, que nous.
L'homme nous contemple A genoux
bu sein des mouvantes poussieres.
Chacun de nous est demi-dieu.
Nous ne disons jamais : adieu,
Mais: toujours! meme A ce qui tue.
L'Age entretient notre flambeau,
Collabore A notre statue
Et lui pr6te un lustre plus beau.

Le temps nous sert, la mort nous flatte et nous v6enre.
Chaque sickle s'6teint comme un bruit de tonnerre;
Puis quand le silence s'est fait,
Tel un echo grossi par les gorges profondes,
On entend rdpdter plus fort dans les deux mondes
Nos noms aims comme un bienfait.

L'Ame d'un people et d'une 6poque
Dans notre genie acclame
Trouve un sublime r6sumd
Et des symbols qu'on 6voque.
Que de titonnements, de pleurs,
Pour former chacun de nous, fleurs
Prodigieuses et vivaces!
Notre oeuvre est comme un diamant :
Tous les 6clairs des fortes races
Y luisent immortellement.







LES VOIX


Pour ficonder les solitudes,
Nos 16vres ont des quatre vents
Parl sur les flots des vivants
Et remu6 les multitudes.
Nous nous mouvons sur les chaos,
Faisant de 1'abime des maux
Jaillir sans cesse un nouveau monde.
Nous sommes les esprits pensifs,
Les souffles dirigeant sur l'onde
Les Ames, ces tremblants esquifs.

Que nous ayons tenu l'6pee
Ou la lyre chore A nos mains,
L'enthousiasme des humans
Applaudit A notre epopee.
Nous avons sous le firmament
Exalt6 l'dtre d'un moment,
Perpitue son heure breve
Et dressed, d'un effort puissant,
A la gloire de notre reve
Un Pantheon resplendissant.

Au desert des choses vulgaires
On nous nomme 1'exception,
Charlemagne et Napoleon,
- Les cimes! Amoureux des guerres,
Nous avons construit dans la paix;
Fondu les bataillons 6pais







NOUVEAUX POkMES


En mille dtincelantes braises,
Et pele-mele tout jetd
Dans nos magnifiques fournaises
D'ob sort une autre humanity.


Sombre, funeste ou salutaire,
Notre oeuvre ne nous dmeut pas :
Que tout ait flechi sous nos bras,
Ce fut un honneur pour la terre.
Nous avons fauch6 tour a tour
Et semd, fait l'ombre et le jour,
Courtisd la mort et la vie,
Sceurs jumelles qui par tout lieu
Suivaient, comme une ombre asservie,
Nos ames, ministres de Dieu.


Sueur, larmes, sang, pour survive,
Oui, nous avons tout repandu.
L'avenir n'en a rien perdu :
Hommes, tout revit dans son livre;
Tout embellit le Parthdnon,
Oh, sous la majesty du nom,
Notre gloire brille, dternelle.
Sortant des ombres du tr6pas,
Eblouissante, ouvrant son aile,
L'Apotheose suit nos pas...








LES VitX


Mais pour monter jusqu'oit nous sommes,
Que de douleurs vienncnt aux forts!
Que d'affres pour survive aux morts,
Ranqon cruelle des surhommes!
Triste A mourir, seule a jamais,
L'Ame dtouffe sur les sommets,
Et la gloire est une agonie.
Pour qu'un dieu nouveau lui soit nd,
Le monde veut que le genie
Ait trouve son Gethsemand.

Oui, quelle secrete tourmente,
Tels les orages des soleils,
Eclatait sous nos fronts vermeils,
Oh 1'Ame se brise demente!
Toute splendeur a son revers :
L'absolu manque A l'univers
Et, jaloux, voile ses merveilles;
Et 1'inspird pursuit en vain,
Luttant avec elle en ses veilles,
L'ombre ironique du divin.

Maitres predestines du monde,
Elus de la gloire et du sort,
Plus haut nous porte notre essor,
Plus il tourne en chute profonde:
A qui regarded l'infini
Est-ce tout que rien n'ait terjni









36 NOtVEArX POEMES

Son nom, salu6 d'age en age?
11 nous faudrait 1'immensit ;
Et tout notre auguste apanage
,Ne vaut pas ce qu'il a coute.








LES VOIX


Un cri rdpond :-- Oh sont les beaux noms 6clatants?
Le monde en pleurs a vu se coucher ses etoiles :
Notre democratic a ddchird les voiles
Qui laissaient rayonner la gloire, en d'autres temps.

Tout le monde est petit lorsque chacun est grand.
La herse populaire en passant sur les totes
Ne laisse plus des fronts elevis de prophktes
Jeter I'ombre ou le jour sur le people ignorant.

La Mbdiocrite met sur tout son niveau.
Lorsque le people est prince, elle est la souveraine;
Sa main vile est un joug rude a ceux qu'elle entraine...
La voie est nivelde et tiree au cordeau.

Un cocher A rosette, en bonnet phrygien,
Represente la gloire et les honneurs supremes,
Et conduit a travers la foule aux faces blmes
Le char des rois pareil au char rdpublicain.

La foule hait dtant obscure tout sommet;
La masse pese aux fronts; le souffle qui vous courbe
Eteint tout, hors les feux allumds dans la bourbe.
Vous plait-il de briller parmi ceux qu'on y met?









NOUVEAUX POEHE


Mais la gloire qu'elle offre est un affreux hochet :
Elle use tous les noms confondus dans son urne
Et mange ses enfants, en monstrueux Saturne.
Le genie aux abois vit chez elle en valet.

II doit, h tour de bras tirant de vils cordons,
Faire devotement danser Polichinelle;
Et saluant tres bas la mode universelle,
D'un ignoble uniform accoutrer tous ses dons...

De ce fauve qui regne au sein du desarroi
Et qui fera du monde un immense ossuaire,
Voulez-vous h coup sCr 6tre le belluaire ?...
Ayez des millions! Riche, vous serez roi.

Les peuples n'ont qu'un maitre, un seul dieu : le veau d'or
Et le sceptre du monde est au fond d'une poche,
Elus de 1'or, chacun se courbe a votre approche;
MWme dans le tombeau vous serez grands encor.

Les fronts baisses seront vos moelleux marchepieds;
Vous verrez la gloire humble aux clartes de vos lustres
Promener son blason et ses vains noms illustres,
Et les beautis lasser vos ddsirs 6pids.

Vous direz a la terre: a Esclave, livre-toi,
Creuse ton sein profound, et pour nos fantasies
Tire des lieux secrets tes richesses choisies.
Et la terre dira ; Me voici, prenez-moi! )..








LES VOIX


Mais hatez-vous; veillez, multipliez I'effort;
Prenez garde A l'abime horrible oi l'on se noie!
Garez-vous sur la roue aveugle qui foudroie;
Car l'ennemie est 1, prompted et sourde : la mprt

D6p&chez-vous enfin dans vos loisirs fievreux...
Quel tourbillon vorace est celui des affaires!
Trouvez, en haletant dans leurs bruyantes spheres,
L'occasion de vivre et le temps d'etre heureux.

Quel ddlire, apres tout, dans ces efforts puissants,
Et quel rave!... Etre un maitre, un prince qui gouverne
Un grand royaume uni dans l'univers moderne,
Et, son or rdpandu, l'aspirer en encens!

L'empire qu'on vous offre a nom : le Capital.
Les tr6nes tremblent tous A ce bruit de bascule
Que font les coffres pleins, don't For partout circle,
Comme jaillit du coeur le fluide vital.

Le reveur de Pathmos 1'entrevit colossal;
C'est un monstre qui tient le globe tributaire :
Sa griffe de metal monnay6 nous enserre;
Tout monarque en ce monde est son humble vassal...

H6las les jours viendront de ddsastres mortels,
0(, comme un frele toit, la riche Babylone,
Au choc d'un ennemi secouant sa colonne,
Vcrra crouler son temple et pdrir ses autels.









40 NOUVEA'UX POEMS

Et le colosse d'or arrach6 des Etats
Qui s'drigent en foire au sein d'un phalanstere,
Dans sa ruine immense entrainera la terre;
Et les zr6nes dichus voleront en eclats.

Gorgez-vous, jouissez en hate, a vous lasser,
Avant que l'Anarchie en delire extermine
Les derniers potentats menaces de sa mine.
Pressez-vous : tout pdrit, le monde va passer!








LES OIX


SMais un dernier soupir part du coin d'une borne
Oh se couche un athlete A la figure morne,
Bldme et joignant les mains sur ses yeux effares.
Son pied rude glissa sur la roche escarpee,
Et de ses doigts fidvreux les tronqons d'une ipee,
En tombant, ont roule sous les sombres fourres.

II se meurt et se plaint. < L'ineluctable chute
Marque en ce globe obscur la fin de toute lutte,
Dit-il, et tout est vain, et le monde est perdu!
J'ai combattu suivant les principles des maitres,
Le coeur robuste et fier, la droite dure aux traitres.
J'avais la force, ayant la foi... Je suis rendu!

Mon jeune age eut I'ivresse aveugle du courage;
Mon iddal jaloux gardait vierge d'outrage
La virile pudeur de son illusion.
Mon Ame a recueilli cet effrayant salaire:
L'amertume du ceur, un hoquet de colere,
Le vide et le ddgotit final de l'action.

Seul, un spectre gouverne, dpouvantable et triste,
Par qui, vite 6touff6, meurt le rdve altruiste :
Le maitre des humans est l'Interet sans coeur.
1 pousse h la curie; il voue A la misere
'tre pur qui sourit, naif, a sa chimere,
t doit mourir martyr gimissant ou moqueur.








NOUVEAU POBMES


D'ailleurs, que faire encor quand la nuit est venue
OH les blesses plaintiffs s'endorment sous la nue
Du lourd sommeil don't nul ne se reveille plus?
Le combat des esprits fut long, et la melie
Si rude, que dans l'ombre aucune ame affolde
Ne sut trop oh porter ses efforts superflus.

Combattre dans le noir, a travers les broussailles,
Quand le demon sonnant le clairon des batailles
Egare les lutteurs que trahissent leurs coups;
Et dans un grand vertige aveuglant leur pens6e,
Les lance, ivres d'horreur, sur la fange pressed,
Comme en un tourbillon, la nuit, des spectres fous!

C'est une oeuvre avortee h jamais que la n6tre,
Le neant seul encor peut trouver un ap6tre...
Que croire et que tenter dans un siecle unissant
Le monde de Tibere A celui de Byzance,
L'antique fatalisme A la disespirance,
Et don't 1'aurore a lui sur une mer de sang?

VWritd, quelle es-tu?... Quand I'ombre est sur la route.
Ton dtoile couchde et 1'dlite en d6route,
Insens6 qui voudrait le triomphe du bien!
Comment changer le monde et l'Ame miserable ?
La tristesse du mal, c'est qu'il est incurable;
Et le sang des martyrs et des dieux n'y fait rien.








LES VOIX


Le tonnerre repond aux voix qui se sont tues.
Un gouffre aux profondeurs mouvantes, rcv6tues
De nuages de poix roulant cribles d'6clairs,
Soudain a mes pieds s'ouvre et faith trembler les airs
Aux accents d'autres voix qui parent dans ses ombres.
Elles montent chacune en monologues sombres.
C'est tant6t un appel rauque, un rAle expirant,
Des mots pleures, un cri de rage ddchirant,
Tant6t un rire horrible et qui hurle un blaspheme.
La haine crache au ciel et lui cric: anatheme!
Quelqu'un dit secouant dans l'ombre un front maudit :
- Nous avons cru comme eux et fait comme ils ontdit;
C'est pourquoi nous voilA les damnes de la terre! )y
Immobile d'horreur, I'abime veut se taire
Et gemit, et deux fois part de son sein navrd
Le cri du pessimiste et du desespre :





Ils sont venus, helas les jours sinistres
Auxquels nos coeurs ne prennent plus plaisir.
Le demon lance apres nous ses ministres;
Le N6ant sombre et ce fou :le D6sir.








NOUVEAUX POiMES


Les Ames, entire l'un et I'autre cahotees,
Vont mendiant ]a vie en des appeals sans fin.
Sous leurs doigts decharnis de sdniles athees,
Tout se r6duit en cendre, et tourmente leur faim.

Le mal n'est pas la lutte ou la souffrance :
C'est l'iddal toujours plus limits.
11 n'est d'asile a l'humaine esp6rance
Qu'au sein du rdve et dans l'6ternite.

Mais l'homme a supprimd l'invisible et l'essence,
Et dans les cieux conquis voulu tout soupeser.
L'esprit a cru saisir I'ultime connaissance.
Et n'a plus vu que l'ombre, et rien ot se poser.

Enfant du doute et de l'inquidtude,
Notre savoir dequ produit la mort
Et, Faust vieilli par sa funeste etude,
Evoque en vain l'ombre des Ages d'or.

L'inspire d'autrefois est un maudit farouche.
Incoherente, au sein d'une obscure terreur,
Son ame vocifbre, un rictus sur la bouche,
En un colloque avec la Folie et l'Erreur.

Notre universe est jeune et vierge encore :
Nous y naissons des vieillards pleins d'ennui;
Et sur la terre A peine a son aurore,
L'ame malade a vu venir sa nuit.








LES VOIX


Plus le Progres fidvreux dressant partout son phare
Jette B nos flots d6ments de mobiles clartis,
Plus las l'esprit a l'air d'un nocher qui s'dgare
Et derive des bords brillants et deserts.

Mieux il s'accouple et croh au sein des villes,
Plus le moderne Adam est sombre et seul;
Et I'atmosphere oh vont les foules viles,
Depuis Eden, lui fait un froid linceul.





Vierge muette et pale au front ceint d'asphodeles,
Qui du monde dgard t'es fait un sombre amant,
Qu'aujourd'hui meme, au choc orageux de tes ailes,
Un tourbillon l'entraine t son dernier moment!

Des cieux bouleversds qu'un seul abime rest
Oi se perde B jamais le monde enseveli;
Et que ta froide main sur cette ombre funeste
Jette, comme un pardon, le linceul de l'oubli!

Perissez, oasis des deserts de l'espace,
Troupeaux qui vous ruez vers les soleils trompeurs!
Avec tout ce qui nait, se meut, respire et passe ;
Nos agitations, nos audaces, nos peurs.








46 NOUVEAUX POEMES

Et le vain simulacre oi pleure 1'Ntre avide,
Et la fuite des jours dans leur cercle fatal
Oh I'Ame, comme un globe en flamme au sein du vide,
Fait sa course au neant dans les horreurs du mal!

Oui, pirissent enfin la douleur solitaire,
Les reves de 1'espoir, le mirage odieux
Et l'ombre de la vie epandus sur la terre,
Et jusqu'au souvenir du monde et de ses dieux !

Car sous l'6ther l'existence est mauvaise
Comme un ddfi farouche A la raison;
Et sans pitid sur nous I'infini pese,
Vide mais lourd, comme un mur de prison !









LES VOIX


L'autre voix s'dlevant de l'ombre sdpulcrale
Semble une facetie rangeg, horrible, un rAle
Oh la douleur unit le tragique au bouffon,
Le rire grimacant que les squelettes font:
Cri de P1'me rivie h sa beante tombe,
Sentant au front la goutte affolante qui tombe
Des nuages forms par le courroux du ciel,
Le baiser glacial des lvres d'Azrael.
C'est la voix du remords. L'6tre est dans la cellule
OH, pour les rongements interieurs, pullule
La vermine du mal, l'innombrable pdch6.
11 crie, en irritant un ulc&re cache :




- Aveugle legion, divinites occultes,
Qui sans frein gouvernez le triste coeur human,
Qui torturez l'esprit et nous force la main,
Et detr6nant Dieu m6me usurpez tous les cultes;

Parasites de l'ame, intimes deites,
Fant6mes grimacant au chevet des mourants:
Haine, avarice, orgueil, dssirs ddsesperants,
Mensonge, louche envie, ameres voluptis '








NOUVEAUX POEMES


Petits diables errants qui hantez nos foyers,
Qui couchez dans nos coeurs, vos toits hospitaliers,
Comme d'affreux lizards dans I'ombre des halliers;
Spectres apprivoises, dogues jamais fouaillIs;


Crimes, piches touffus, mortels ou veniels,
Douleurs de tous instants, insects families,
Qui de l'immonde ruche essaimez par milliers;
Fauves peuplant la fosse oh vont les Daniels; -

Dis-nous qui te crda, dis-nous pourquoi l'on souffre,
Qui te fit transformer les airs contaminds,
Et tes repairs vils nos organes mines -
En des enters brlants de bitume et de soufre'





u Nos esprits en peril jettent avec stupcur
Par-dessus bord leur voile, et ne dirigent plus;
Et nous allons, vaisseaux derivant vermoulus,
Dont 1'6quipage est mort de faim, de soif, de peur.

Nos couches sont dejh des sdpulcres glacis.
Nous avons, spectres noirs, pleure tout notre sang.
Satan meme nous fuit et, vautour impuissant,
Se lasse de creuser un crane vide. Assez !...









LES VOIX


Mais non, vous demeurez, vous, immortels rongeurs!
Vous survive au corps, mime quand tout s'eteint.
Quel appitit vous pousse au macabre festin,
fans la nuit ddsolde, 6 convives songeurs ?

Silencieux temoins de cet strange hymen
Qui dans ce monde unit notre esprit et la mort!
Puisse ne plus survive, avec vous, le remords !
Puissions-nous mourir t6t et tout entiers!










a Amen b r
I)it l'abimc.









NOUVEAUX POEMES


Soudain, au bord du gouffre enorme,
Dans un flot de vapeurs noiratres, une forme
Surgit, un pale enfant du siecle, I'oeil hagard.
De loin c'est un 6phebe et de pros, un vieillard;
Etre en naissant brisd par 1'esprit de ddbauche,
Ayant beaucoup du clown et beaucoup d'un fantoche;
Trop vite m&r et mort, fruit precoce et manque;
Un ceur voluptueux et blase, compliqu6,
Comme en font par milliers nos fievres actuelles.
Souvent on le coudoie en des salons-ruelles,
Des clubs, bouges dords. Honte de l'univers,
Des lugubres feuillets de nos livres pervers
Sort, tel d'un lit souill, la tourbe de ses freres,
Monstres fr6les, portraits parlants de nos miseres.
A la fois violent, cupide, effdmine,
C'est dans un corps febrile un cerveau surmene.
Ses bras s'6taient ouverts pour embrasser le monde,
Et se sont referm6s sur un squelette immonde.
D'un esprit tdmeraire, immense et disperse,
Si jusqu'au fond de 1'Ame il n'eit dt6 blessed,
Il serait tout. Son coeur n'a qu'une excuse : il souffre.

Le voilh s'avangant sur la marge du gouffre.
Nul astre interieur sur son esprit ne luit.
I1 interroge emu l'avenir plein de nuit








LES VOIX


Et le pass fuyant qui faillit a sa tAche.
11 dit, disabus4, sa plainte br6ve et lache :





- < Rien encor, rien jamais, je n'ai rien vu venir!
II fait nuit dans ma vie : il est temps que je dorme.
Apres tous les ndants d'hier, c'est I'avenir,
L'Ame de mon pass qui reprend une forme,
Le sCr retour des maux qui ne peuvent finir!

Aussi, j'ai lache prise A tout,
H6las! et c'est fini : je sombre.
Je me suis jet6, de d6goft,
Dans I'abime effrayant de 1'ombre,

Dans cet insondable ocean
Des tristesses et du silence,
Mer d'ennuis noirs, mer de ndant
Oh mon cadavre se balance!

L'horreur s'dpanche en moi comme au coeur d'un damnd.
La nuit du gouffre vient noyant mon ombre blame...
Ciel sans coeur, entends-tu crier l'infortund?...
Rien ne repond: meurs done, 6 spectre de moi-meme!
Mais aussi que pour tout sonne l'heure supreme,
Et que tout ce qui fut ait horreur d'dtre ne !








NOUVEAUX POEMES


A ces mots, sur ce front aux yeux ardents et caves
L'abime convulsif vomit un flux de laves
Qui l'inondent soudain d'une sinistre nuit,
Puis dans les profondeurs s'ecroulent avec lui.
C'est comme en un volcan une chute sonore
Oh s'dteignent les cris que soupirait encore
Le naufragd de l'ombre A jamais disparu.
Un silence se fit. L'homme-spectre mourut.
L'abime eut un soupir au fond de ses tdnebres;
11 gemit, tressaillant sur ses parois funebres,
Pris d'ur mystere affreux d'6pouvante et d'horreur.

Aussit6t, dtait-il le jouet d'une erreur? -
Mon regard cherche en vain le grondant precipice
D'ob s'dlevaient des voix de spectres au supplice.
Sous un voile orageux bientbt evanoui.
L'espace change, offrant un spectacle inoui.

Ainsi, quand le Malstr6m, pros des bornes du monde,
Creuse en tourbillonnant un gouffre au sein de l'onde.
11 mugit 6clairant de lueurs l'entonnoir
Qui, tel un escalier tournant, rapide et noir,
Descend chercher la terre et touche A ses entrailles,
On entend tournoyer ses mobiles murailleq








LES VOIX


Dont la spirale fuit, s'dvase et jusqu'au fond
Rapproche avec horreur ses bords et les confond.
La chute sous-marine, on la dirait figde;
Monument de tempdte et de rdve, hypogee
Fantastique, elle atteint sous elle des recifs
Oi se brisent les flots 6treints et convulsifs,
Et les nefs que la spire en son vertige absorbe
Pour vomir leur pave au-delA de son orbe.
Car, avec la fureur de la foudre et du vent,
Sous un vaste brouillard prismatique et mouvant,
Le tourbillon commence une fuite ascendante.
II pirouette, et quittant sa profondeur grondante,
II remote, ii atteint la surface des flots,
Et son tonnerre expire en un bruit de sanglots.
L'immensit6 des mers comme une molle arene"
Reprend en frdmissant son unite sereine.
Ainsi ma vision d'abime obscur finit :
L'horrible profondeur s'eleve et s'aplanit,
Et dans un roulement d'ombre et d'dclairs s'efface.
Plus de gouffre. Un desert infini le replace,
Le plus nu, le plus sec, le plus mort des deserts,
Calcines par l'immense embrasement des airs.
L'Apre sol crevasse, faisant de sombres rides,
BrOle. Nulle oasis; m6meles bois arides
Refusent un peu d'ombre a l'horreur de ce lieu.
Mais un etre splendid y march implorant Dieu...








NOUVEAUX POiMES


Toi don't le verbe obscur grondait comme un tonnerre,
Prophkte de Pathmos, 6 saint visionnaire,
La femme que tu vis, la voici devant moi,
Dans le meme desert cachant le m6me 6moi,
La meme encore apres tant d'ombres seculaires.
Elle penche son front oh les splendeurs stellaires
En douze 6toiles d'or s'allument; le soleil
Sur ses cheveux flottants forme un nimbe vermeil,
Et la clartd plus douce et pale de la lune
Marche sous ses pieds nus qui fuient son infortune.
Seule et debout le jour, seule et veillant la nuit,
Elle advance. Un torrent immonde la pursuit;
Elle dvite au desert cette avalanche ambre
Et souffre et se lamente, attendant d'etre mere.
Je I'ecoute. Invisible et muette depuis
Vingt siecles, la voici qui me parole :



< Je suis,
Dit-elle, I'Ame en peine et la beauty qui souffre,
Le front elu sorti des profondeurs du gouffre.
C'est moi l'Intelligence A l'ceuvre pour le ciel,
L'ange human qui contemple et veut I'essentiel,
Et songeant que la vie est l'effort salutaire
D6daigne le plaisir et grandit solitaire.
Mes pieds saignent, je vais. Mon ceil en pleurs sait voir,
Ebloui d'id6al, les douceurs du devoir.








LES VOIx 55

Sans lui, la gloire est vaine, et la joie ivre et fausse.
Le labeur de mes jours, j'en fais un sacerdoce.
L'enfant predestind que je porte en mon sein,
Ce sera l'homme grand, 1'homme heureux,1'homme saint,
L'homme de I'avenir et qui bient6t dolt naitre.
Je suisl'esprit de ceux qui, ne pouvant connaitre,
Croient, esperent toujours, car ils sont la bont.
Je fuis pour toi le flot du mal, 6 Verite.
Je te devine aux cris sourds de la conscience,
Aux lueurs qui sur moi tombent de la science.
II faut que tu sois pure et belle en ton plein jour,
Le triomphe infini de 1'Nternel amour :
Je le pressens, mon cceur me le dit, je le pense.
Et cette idde exquise est une recompense,
Et me met dans I'esprit tous les rayons des cieux;
Mon desert en devient un Eden a mes yeux. ,








NOUVEAUX POEMES


Celle qui se donnant des astres pour parure
Porte, en sqn embryon, I'humanitd future
Chante alors; et redit par les esprits de l'air,
L'hymne 6meut le silence attentif du desert.
Seuls des fragments 6pars de 1'errante harmonie,
Mel~s aux vagues voix de la sphere infinie,
M'ont remud. Le reste en volant s'est perdu,
Secret mdlodieux du ciel seul entendu :



< Silence, voix du doute, ombre, chimere humaine !..
Mon coeur A ma raison decouvre qui nous mene,
Oh l'invisible main conduit.
Demence de 1'orgueil et de la vainegloire,
Votre orage ne peut dissiper notre nuit.
L'amour seul, inspire, comprend ce qu'il faut croire
Et quelle aurore se produit.

Paix i la volontd bonne, aimante et parfaite !...
C'est demain le triomphe et la sore conquete
Dont le siecle endurci perd le rave dmouvant.
Le cceur, avant l'esprit, les aura pour sa fete;
Nous montons vers le jour, et de l'abime au faite;
L'esprit de I'avenir souffle et vient comme un vent...








LES VOIX


Amour, espoir et foi I Dans ce monde fragile,
Sur ce triple sommet 1'dternel Evangile
Demeure unissant 1'Ame aux cieux.
Ouvrage monstrueux d'airain aux pieds d'argile,
Tout de nous va crouler, comme autrefois les dieux,
Hors cette trinity de faites radieux.



Souffrance, oh c'est par toi que mon Ame est benie,
Toi, mere du progres et mon ardent genie,
Toi, Providence des humans,
La divine envoyee, industrieuse fde,
Qui pour nous preparer un glorieux trophie,
De tes sanglantes fleurs empourpres nos chemins !

Tu fais la volupt6 supreme et la noblesse;
Ton bras justicier, qui tour a tour nous blesse
Et nous met I'aurdole au front,
Tient I'aiguillon vainqueur qui souleve les Ames
Et dispute au n6ant la beaute de leurs flames,
Leur gloire divine au demon.

Toi la maudite, oui, je t'aime, moi ta proie !
Et n'engendres-tu pas la radieuse joie,
Comme l'aube du jour nait des ombres du ciel?
Tu frappes par amour et ton glaive nous sauve.
La nature, en riant, dans la gueule du fauve
Donne aux forts un festin de miel.








NOUVEAU POEMES


La lumiere du jour nous viendra de notre ombre.
Un celeste inflni point de mon desert sombre,
Et de tes noirs creusets sort plus pur le bonheur.
Tu fis tout, et tout l'oeuvre a grand sous ton aile...
Emporte-nous au ciel que ta voix nous rdevle;
Sculpte encore mon Ame et p6tris-moi le coeur.

Sous ton souffle inspire qui corrige et recree,
Sur ton van oh fremit la semence sacree,
Ouvriere des coeurs, meus encor les esprits!...
Oh que de visions dans la nuit de tes voiles,
Oh l' me fait en reve une course aux etoiles
Vers Dieu, son maitre, enfin compris!...

Oh done ai-je connu l'enchantement des ondes
Et leurs bords frdmissants d'herbes et de roseaux;
Les parfums de la terre epanchds aux rameaux,
Les houles de la vie au front des moissons blondes;
Et, tendrement berce par les cimes fecondes,
Le reve harmonieux de 1'Ame des oiseaux ?


Oh done ai-je entrevu les trdsors de la seve
Et des ethers?... Salut, 6 monde de mon-rave,
Nature que je porte en moi!
Ciel qui vit dans mon ame avec mon esperance,
Eden interieur, salut !... Sainte Souffrance,
Tout cela m'est venu de ton divin 6moi.








LES VOIX


Je suis nee au desert, chdtive et solitaire.
Je n'avais rien de grand que ton puissant mystere.
Le ciel s'est refl6chi dans mes gouttes de pleurs.
Tu peuplas le desert de ficondes merveilles,
Et ton silence a fait vibrer a mes oreilles
La voix des chdrubins qui chantent mes douleurs...

Et quand ce ne serait qu'un reve ou qu'un mirage,
Ce r&ve est createur et projette une image
De futures r6alites.
La revelation des au-delh sublimes,
La march A pas presses vers la splendeur des crimes
Et des iddales clarts :


C'est ton oeuvre et le but merveilleux de tes charmes,
Toi qui fis aux mortels le don sacr6 des larmes,
O muse de l'humanitd!...
Qu'importent les clameurs de ces voix affolees
Qui, tel un choc d'airain et le bruit des melees,
Rugissent dans l'obscurite?


Que font les cris aigus de notre impatience,
Les blasphemes hautains de la fausse science,
L'6garement des coeurs dans le piege des sens ?
Car tu les r6soudras, ces dissonances vaines,
Et vers Dieu monteront les musiques humaines
En hozannas reconnaissants!








NOUVEAUX POEMES


Elle ditet sourit, l'etrange creature
Qui fuit, portant au froni des astres pour parure.
Et je crois entrevoir dans leurs pales lueurs,
A ses c6t6s, des traits de femmes, d'Ames soeurs
Qui marchaient avant elle en l'Apre solitude.
Je ne sais d'oh me vient la came certitude
Que la face divine, en un halo vermeil,
La regarded i travers son disque de soleil.
La lune refletant les rayons du fluide,
C'est la beauty des arts, inspiratrice et guide,
Qui console sa march et lui parole des cieux...
Est-ce pour un appui str et silencieux ?
Chaque etoile s'approche et prend un corps de vierge,
Et sur l'&tre je vois passer dans un eclair
- Glorieuse A present I'humanit6 d'hier.


Z~BP~














TERRE ET CIEL


















I


- O4 sommes-nous? Qui peut se croire sur la terre?
Enchantement! merveille! ineffable mystere!...
O dieu bon, c'est done 1A ce que tu reservais
A l'homme, au monde triste et vil que tu sauvais!
Tel, doutant du spectacle, incertain de lui-meme,
Dans l'dblouissement d'une surprise extreme,
S'ecrirait un mortel dchappd du tombeau,
Revenu tard et vieux dans le monde nouveau.
Car des siecles nombreux et des destins dtranges
Ont rapproch6 de nous le ciel meme et ses anges,
Change la creature, affind 1'univers,
Et transformant les lieux et les peuples divers,
Fait des hommes divins sur une terre neuve
Que crea lentement la stculaire dpreuve...

L'Atlantique n'est plus qu'un lac immense et pur
Qui regarded, serein sous Je limpide azur,
Des navires plongeurs dans ses couches profondes,
Et des hommes glisser en effleurant ses ondes








TERRE ET CIEL


D'un pied leger pos6 sur des moteurs flottants.
La Manche a le sommeil des tranquilles dtangs
Et, sans un seul remou, baigne le soi antique.

En ces lieux oU revait la pieuse Armorique,
Au seuil d'un parc ombreux dmaill de chalets,
Trois amis sont penchds sur de poudreux feuillets;
Une enfant souriante aux lbvres incarnates,
Visage clair baissd sous de soyeuses nattes,
Et deux graves vieillards, verts sous leurs cheveux blancs,
Les plus nobles mortels couronnes par les ans.
L'enfant, d'une beauty de sylphe, a nom Lydie.
Comme l'azur voile d'oi l'aurore irradie,
Entre leurs cils emus ses grands yeux veloutes
Melent Pombre reveuse a d'errantes clartes,
Pensifs, interrogeant ses Mentors, don't le buste
Se courbe sur son front, tel un chine robuste
De son d6me inclined protege un arbrisseau.
Ils enseignent tous deux cet etre jeune et beau.
Elle dcoute sans bruit leur bouche lente et sage,
Suit leurs doigts promends sur une antique page,
Et buvant leurs discours qui coulent sans effort,
D'un regard animd les sollicite encor,
Quand, la douceur du reve arr6tant la pens6e,
Un silence interrompit la leqon commencee.

Sophius et F6lix car ainsi s'appelaient
Les maitres radieux qui tour A tour parlaient -








NOUVEAUX POEMES


Avaient la majesty d'une vieillesse sainte.
La neige de leur front vaste et pur semblait ceinte
D'un nimbe don't P'6clair jouait mysterieux
Avec leur ame prete a s'envoler aux cieux,
Ajoutant le frisson des splendeurs 6ternelles
A I'rclat jeune encore et bleu de leurs prunelles.



- a En ces temps-la, disait 1'un des divins vieillards,
La v6rit6 dormait au sein d'dpais brouillards;
Et les sages voyaient avec peine une issue
Par oi cette splendeur pouvait etre perque.
Ils n'avaient point la paix des federations,
La libdralit6 de nos communs sillons,
Une oeuvre ot chaque force instruite coopere,
Un monde ddvoud, fraternel et prospere.
Notre coeur nous parait a peine issu du leur
Qui se vouait au mal, noir ferment de douleur... >

- D De quel mal parles-tu ? ,, demand la pupille.

- O Lydie, en nos temps, la tache est difficile
De decrire un fleau si vieux, qui fut si grand,
Si divers! L'homme dtait un etre delirant.
L'erreur lui ddrobait les beautis de la vie.
II mourait affol6 d'egoisme, d'envie
Et de haine, le coeur perverti, l'esprit faux,
L'ame aveugle. Qui peut 6numbrer ses maux?








TERRE ET CIEL


I1 s'aimait mal lui-meme et faisait tort aux autres.
L'esprit pur sur la terre avait si peu d'ap6tres!
L'Ame etait un abime, et la vie un chaos
Oh les coeurs sanglotaient dans leur nuit sans repos.
La souffrance format une atmosphere immense
De larmes et d'horreur; une sombre ddmence
Agitait les esprits sous ce crepe de deuil
Qui du berceau voilait leurs jours jusqu'au cercueil.
Je ne te dirai pas le noir secret des crimes,
Les attentats pervers, I'angoisse des victims,
Les drames monstrueux que cachaient les maisons,
Et la mort par le feu, le fer et les poisons:
Lugubre defild d'images infernales!
Les sicles ont passe sur ces tristes annales;
Notre gloire tardive a lui sur ces tableaux,
Comme un reflet du ciel sur le limon des flots;
Mais notre humanity, maintenant vieille et sage,
Les regrette toujours et pleure sur la page
Oh revit ce profound et sanglant dsarroi ..


a L'un de I'autre jaloux, chacun avec son roi,
Son chef, ses lois, sa foule esclave ou tyrannique,
Les peuples n'avaient pas une patrie unique.
Camp6 sur sa frontiere, arm6 pour les combats,
Chacun sur ses voisins voulant porter ses pas,
Lui jetait un regard plein de haine tenace
Et des bras frdmissants d'envie et de menace;








NOUVEAUX POEMES


Et tous, obdissant a la loi du plus fort,
Donnaient ou recevaient injustement la mort.
Obscur et vain, leur droit consacrait le massacre,
Leur justice n'etait qu'un brilliant simulacre.
Ils eurent pour tuer un art prodigieux :
C'etait, chez les meilleurs, A qui 1'exercant mieux,
De leurs champs ravagds ferait.des ossuaires.
Et ces dgorgements, qu'ils appelaient des guerres,
Souvent pour un caprice, en masse, en un clin d'oeil,
S'accomplissaient sur terre, en mer, semant le deuil,
Livrant, desesperds, aux supremes alarmes
Des milliers d'orphelins et de meres en larmes.
La victoire couvrait la voix de ces sanglots,
Et les vainqucurs volaient, sous des arcs triomphaux,
Aux temples celebrer leurs sanglantes conquetes. n

- ( Maitre, interrompt 1'enfant, quelles Ames mal faites!
Que l'homme etait mauvais et les peuples, eatre eux

- a Ma fille, moins mauvais pourtant que malheureux.
Jesus mourant a dit : Pardonne-leur, mon pere,
Car ils ne savent ce qu'ils font. Leur misere
Fut d'oublier la loi de l'ame, les secrets
De l'infini bien-etre et des divins progress,
La supreme vertu du sacrifice austere
Et la joie h6roique. Ils fuyaient ce mystere,
Qui veut qu'en se donnant h tous notre coeur soit
Pour chaque etre un bienfait, un ddlice pour soi,








TERRE ET CIEL


Et comme un ciel voil6 d'ob rayonne la vie,
Oh Dieu parole en secret a notre Ame ravie...
Le bonheur ne mOrit qu'au soleil de 'amour
Et dans un sein fdcond qui fait en soi le jour.
Ainsi, moisson du coeur close A la lumiere,
Ses fruits divins ont pu nourrir la terre entire.
Le bonheur ne veut pas moddrer le ddsir,
Mais, l'epurant, y prendre un auguste plaisir
Et Payant jusqu'au ciel elevd de l'abime,
Dans une immense vue, emouvante et sublime,
Embrasser a ses pieds l'univers domind.
VoilA pourquoi Dieu regne et pourquoil'homme est ne.


< Or, I'ignorant ou non, I'homme, en l'obscure 6poque
Que du sein de I'oubli notre parole dvoque,
Suivait un autre r6ve, allait destitute
De splendeur, d'iddal supreme, ayant tue,
Pour alleger son coeur, ses gloires les plus fortes.
Le d6sir altdr6 s'en fut aux sources mortes;
Et leur soif irritde aveuglait les esprits,
Pdrissant du ddgott de leurs oeuvres sans prix.
L'ivresse de jouir sans but et de paraitre,
Une joie 6goiste, asservissait leur etre.
Ddcevant simulacre au nimbe lumineux,
Le spectre du plaisir naissait, mourait en eux,
Comme en un cimetiere une lueur livide
Parcourt sans l'Nclairer l'obscurit6 du vide.







NOUVEAUX POkMES


Pourtant ils le suivaient comme un dernier flambeau,
Egares dans la vie ainsi qu'en un tombeau.
Cette Ombre drtr6na la divine Espirance;
L'existence ne fut qu'une vaine apparence :
Sombre idi, 1~ brillante et comme sous un fard.
Le rdve d'or trompait plus que le cauchemar...
Le neant et la mort ataient de leur cortege,
Exasperant la fievre impie et sacrilege,
Qui de leurs appdtits et des sens ddlirants
Faisaient les dieux du monde et de grossiers tyrans.
Puis en se donnant l'air d'endormir leur supplice,
Ils porterent I'amour du faux et du factice
Jusqu'aux stupefiants : I'opium et le vin
Leur firent plus de mal que leur mauvais destin.


a Mais bientbt ils tombaient dans une ivresse pire:
Ce fut dans l'univers un horrible delire.
Nul people ne voulut de maitres ni de lois;
Mille fous dtchainaient sur le monde aux abois
Leurs instincts divoyes en de sauvages rdves.
Et I'industrie, en fievre aussi, connut les groves,
Orages du travail centre le capital,
Ebranlant la richesse en un assault fatal.
Chaque tete inventait un different system.
L'un, foudroyant les grands d'un lugubre anatheme,
En tout voulait pour tous I'egalitd du sort;
Un autre, decretant l'universelle mort.








iERRE ET CIEL


Faisait de 1'homme un fauve en un chaos immense:
La terre se couvrit d'assassins en dCmence.


< Ma fille, tu comprends par quels sombres chemins.
Le communism aveugle eut 1'empire en ses mains.
Ce regne, nd du sang et d'une plbbe immonde,
Fut une parodie, ou les maitres du monde,
Sur un triteau regnant, simulaient 1'equit6 !
Mais le masque gdnait et soudain fut 6te.
Les peuples stupdfaits retournaient au servage.
En la depouillant toute, une horde sauvage,
Des fourbes forcends mettent la terre en feu.
Le fleau lui venait de son oubli de Dieu.
Les chefs, fievreux d'orgie, affames de fortune,
Ivres et pidtinant la ruine commune,
En pillent a grand bruit les suprdmes debris.
Le sol, I'argent et l'or, les armes, tout fut pris.
Quand ils eurent les biens, ils briserent les Ames.
L'humanite connut le plus noir de ses drames;
Tout p6rit en Europe ou se vit en p6ril.
La sequestration, les cabanons, I'exil,
C'dtaientles moindres maux. Le triomphe du crime
Sur le monde perdu fit une nuit d'abime.
Artistes et savants, les anciens possesseurs,
Tous furent pourchass6s par les loups ravisseurs.
Sur le moindre soupqon d'une idee un peu haute
On etait condamne, car c'6tait une faute








NOUVEAUX POEMES


De penser dans son ame, un crime d'&tre un nom.
Des despotes obscurs surgissaient du limon ;
L'un succidait a l'autre et rallumait la flamme
Des persecutions, meme contre la femme
Et la vieilqesse blanche et les adolescents;
Et les autodafes sans cesse renaissants.
Les 6chafauds partout dresses et les potences
Otaient l'univers jusqu'h ses espirances. a

- ( 0 Dieu peut-on r6ver de semblables forfaits ? ,
Gemit Lydie emue,

(( Or, c'dtaient les effects
Des erreurs du passe, des fautes anciennes
Retombant comme un poids sur les ames humaines.
Le mal des temps obscurs semblait ressuscit6,
S'accroitre et pour la mort construire une cite,
Monstrueuse Babel de despotes sinistres
Si forts que les demons passaient pour leurs ministres.
Rien ne respira plus de beau ni de puissant;
L'Europe dtait ddserte; et fuyant ces barbares,
Les piles survivants : chrktiens faibles et rares,
Savants terrifies qui pleuraient leurs ecrits;
La gloire, la vertu, 1'honneur suspects, proscrits;
Tous emigrant au loin allaient chez les sauvages
Abriter leur lumiere echappde aux orages.
Les miles, don't un mur d'6cueil defend I'abord,
Les pics blancs, les pampas, les steppes froids du Nord;








TERRE ET CIEL


La chaude Afrique, vierge en ses forts torrides,
Se couvrirent bient6t de mille Thdbaides;
Et grace A ses deserts brdlants, le people noir
Fut le soutien du monde et son dernier espoir.
H6tes inattendus au fond des solitudes,
Les proscrits instruisaient les Ames encor rudes,
Et craignant un retour de leur sinistre sort,
En firent lentement un people heureux et fort.
Tout le reste du monde erra dans les tn6ebres:
Epoque affreuse, unique entire les plus funebres!
Tout 6tait perim6, tout sombra dans la nuit.


, Longtemps apres, la terre enfin connut I'ennui,
Le d6goot, puis 1'horreur de cette servitude
Ou les pieds des tyrans broyaient la multitude.
Parmi les fugitifs se leverent alors
De sublimes esprits pr6ts aux rudes efforts
Et se livrant aux coups pour le salut du monde.
Ils quittent leurs deserts; dans la fange profonde
Oit gdmissait le people expirant et dompte,
Ils s'en vont enseigner l'amour et la beauty.
L'hiver de l'Ame attend une saison nouvelle.
Ils souflent leur pensde et la vie avec elle
Aux fant6mes humans par eux ressuscites.
Chaque jour, des sauveurs venus de tous c6t&s
S'empressent. Les tyrans sdvissent. L'heroisme
Nait sous le couperet sanglant du despotisme;









NOUVEAlJX POkMES


Les t6tes chaque instant tombent; alors lassant
Le crime, les martyrs s'engendrent de leur sang.
Ce fut d4 sacrifice une sainte folie.
Les peuples frdmissaient; la main qui les delie,
Apaisante, rdprime un violent retour.
Pousse 1'Ame et l'exalte aux prodiges d'amour.
La tyrannie enfin se perdit elle-m&me,
Tout a coup dechirde en un conflict supreme,
Et de sa propre main : car ses derniers supp6ts,
Divis6s par l'intrigue en des parties rivaux,
S'usaient au choc mortel de leurs forces contraires.
Quand ils ne furent plus, les hommes dtaient freres;
Et, poussant vers le ciel un immense soupir,
L'univers ddlivr6 n'dprouva qu'un desir :
Aimer. Sdchant ses pleurs, la terre fut unie.

a Aux tr6nes oh mourut l'antique tyrannie
Un regime nouveau succeda triomphant...

- Le pouvoir mutuel, je le sais n, dit l'enfant.

- Appelons le plutbt 1'Ecole universelle,
Oh le monarque aimed, choye, servi, s'appelle...

La Vdritd!...

a Fort bien, mon enfant,... obh a loi
Est I'amour souverain; et la coriimune foi,









TERRE ET'CIEL


Le lien social qu'affermit la science;
Oh l'unit6 de but pour chaque intelligence,
Conquate de la paix, se pursuit dans la paix...
Mais tu n'as pas besoin qu'on t'enseigne jamais
Ce que tu pergois bien de ta propre lumi&re
Et sur quoi s'ouvre, heureuse et pure, ta paupiee.,.


( Des flots de sang ont done souille notre berceau...
Et quelles visions troubleraient ton cerveau,
Si descendant plus loin dans l'abime des ages,
Je te montrais, ma fille, au sein de noirs orages,
Notre lente genese et les premiers moments
Oh l'esprit animait de grossiers elements,
Tendbreux, tels les flancs de la pierre inconnue
Oh dort une future et divine statue.
Mais de cette origine, h peine, mon enfant.
Le caractbre obscur contre nous se defend
Par un trait qui persiste : un peu d'impatience
A voir mArir les fruits tardifs de la science,
Un peu de fievre A l'fme en goitant le plaisir,
Trop d'ardeur dans la soif qui press le desir
D'etreindre son objet, ensuite de renaitre;
Puis un amour trop vif pour les formes de l'etre:
Les lignes, le parfum, le son et la couleur.
Le rythme de la vie enfin prend sur le coeur
Le meme empire encor que son but, son principe...
Ce nuage des sens lentement se dissipe.








NOUVEAU P0kMES


I1 est 16ger aussi, tels nos minces brouillards,
Qui mouchktent 1'azur de leurs flocons 6pars,
Mais n'interceptent plus l'immuable lumiere,
Comme en ces temps d'orage et de deuil, 1'atmosphere
Sous les cieux attristes cclipsait les rayons,
Lancait contre le monde un vol de tourbillons
D'out jaillissaient l'6clair qui labourait la nue
Et la voix du tonnerre, a pine cncor connue,
Bruit lord de chars roulant sur des dalles d'airain.


< Notre monde emerge de tant d'ombre, est sercin.
Et comme cet azur qui sourit sur nos tctcs,
L'ame oublie a jamais ses antiques tempetcs.
Elle goOte la vue adorable des cicux,
Recueille dans son sein les rayons prCcicux,
Recoit des profondeurs la pensde eternelle
Et triomphe en notre ere, avec l'amour en elle.
Ce regne heureux et pur, c'Ctait Ic paradise,
Le reve pudril des hommes de jadis...
Leur vision lointaine ctait sire, ma fille.
Mais pour que l'univers ne fOt qu'une famille,
II fallait, relevant 1'ame en l'individu,
Restaurer le divin et l'idEal perdu,
Et dans une alliance oh le sort mrme engage,
Une communautd de but et de language,
Celle aussi d'un malheur frappant pour purer.
Ce prodige, le ciel aidait a l'op6rer...









TERRE ET CIEL


Apres l'effarement d'une atroce panique
II naquit de 1'dpreuve une pens6e unique,
Et le salut de tous fut le soin de chacun.
L'orgueil du sang p6rit avec l'ordre ddfunt;
Le lien fut crU d'une langue commune
Pour s'unir et'-repondre aux coups de l'infortune
En ddjouant I'oreille et les yeux des tyrans.
Dans la fuite en tous sens de ses peuples errants
Le monde se connut; ct jusqu'alors hostiles,
Au sein des continents et dans toutes les iles
Les races desarmaient pour peupler 1'univers
Des fruits harmonieux d'un croisement divers.
Ainsi la terre, apres sa lugubre faillite,
Put tomber dans les bras unis de son elite.


< Telle est l'obscurite de ces sikcles lointains
Que les yeux des vivants s'y percent, incertains.
A peine en pouvons-nous reveiller la mdmoire;
Les vieux 6crits en font si peu l'avare histoire...
Entre l're sereine et l'odieux pass
Nos peres ont voulu creuser comme un foss6;
Et leur prudent main a d6truit dans les flames
Tous les objets timoins du d6sordre des ames.
L'erreur presomptueuse et les mauvais desseins
Les poisons r6pandus en des livres malsains,
Les obscenes tableaux ont peri de la sorte.
L'ame de cette dpoque A jamais serait morte,









NOUVEAUX POEMES


Si du chaos funebre oh l'oubli nait du temps
Nos soins n'avaient sauvd ses meilleurs monuments
Qui forment comme un pont lumineux et sublime
Entre elle et nous, jetd par dessus un abime.
Les anciens a leurs fils ont league le tresor
Des 6crits que fit naitre un noble et grand effort;
Is ont su ddtacher de la nuit ces lumieres
Et montrer A l'esprit ses conquates premieres.
Nous le gardens surtout, l'Evangile 6ternel,
Lien noud par Christ entire l'homme et le ciel.
Ils sont toujours nouveaux et pleins de vie encore,
Brillants de la clart6 d'une 6ternelle aurore.
La pensde avec eux a transmis dans nos mains
Son invisible fil reliant les humans,
La chaine des anciens et futurs sauvetages
A travers l'infini tumultueux des Ages.

1i Mais, ma fille, il est temps de core ces recits.
Le soir pensifau seuil du ciel d'or s'est assis:
Et c'est I'heure ob tu vas dans la fraiche prairie
Promener en chantant ta douce reverie.
Vas-y... Parmi les joncs emus quelqu'un t'attend,
Sous l'ombre familibre, au bord du pAle 6tang.
Ton cceur l'a devine... S'il te plaisait, cet etre,
Plus que la voix aimbe et vieille de ton maitre ?.. '

L'enfant rougit; et seuls au fond du parc ombreux,
Lents et doux les vieillards vont et causent entire eux.








TERRE ET CIEL


II

- La chere enfant, disait Sophius, Ame close
A la vie, au bonheur, comme une chaste rose!
L'amour nous la demand et va s'en couronner.
J'en b6nis le Seigneur, car bientot doit sonner
Notre heure... Oui, mon Ame, en secret avertie,
Bient6t avec la tienne au ciel sera parties.
O bonheur! voyager ensemble dans l'astral,
Voler, d'une aile libre et sCire, a 1'iddal!..,
Mais 1'enfant trouvera le protecteur qui l'aime,
Avant que dans les cieux ouverts 1'elai supreme
Nous soit donne... Felix, le Dieu bon soit beni!
Oh! les soins provenants de amour infini
Ont si bien ordonni notre existence breve!
C'est beau comme un prodige et leger comme un reve...
Te souviens-tu, FMlix, du jour oi, recueillis,
Sur un double tombeau, sur celui de mon fils,
A c6td de ma bru morte en devenant mere,
Nous avons pris a nous leur relique si chere,
Don d'une aube vivante a notre heureux d6clin ?
Tour a tour la bergant dans tes bras, sur mon sein,
Notre main pour l'enfant s'est faite maternelle...
Oh! celle des aieuls a la douceur d'une aile!








NOUVEAUX POEMES


Et Lydie a v6cu sans un moment amer,
Et comme un alcyon sur une vaste mer -
Dans l'amour attendri debordant de notre ame...

L'ange d'hier, ddjh la voilA jeune femme...
La chrysalide 6cl6t vite en papillon d'or.
Bient6t sa destinee aura son libre essor.
Nous l'avons prepare B franchir la carriere,
Avec l'amour au coeur et la pleine lumiere.
Par un enseignement qui proscrivait l'abstrus,
Par la parole, ainsi que le faisait J6sus,
Par l'aspect et surtout le salutaire example,
Nous avons de ce coeur fait un splendid temple.
Mais, nous l'avons compris, le trone du divin
Dans le vide et l'obscur ne peut flotter en vain:
La lumibre est le siege auguste de sa gloire.
Et l'esprit de Lydie est un observatoire
Ouvert A large pans sur la terre et le ciel.
Ce n'est pas tout car l'homme est un etre 6ternel
Dont le passe nourrit les profondes racines -
Pour elle nous avons remud les ruines :
L'urne sombre des temps s'est ouverte h ses yeux;
Et nous avons lie, dans un retour vers eux,
Son 6tre, anneau vibrant, A la chain des 6tres,
Et sa pensde A l'Ame obscure des ancetres...
Mais, cher Felix, prenons notre repas du soir.

Les vieillards sur un banc de mousse vont s'asseoir.









TERRE ET CIEL


De leurs blouses de lin aux longs plis ils retirent
Un fluide secret, que leurs levres aspirent
Dans un tube leger qne protege un 6tui;
Puis pregnant tour A tour un cristal qui reluit,
Ils boivent 1'elixir don't la goutte vermeille
Restaure et rassasie : une exquise merveille.

- < L'homme ancien n, dit Felix, tandis que son ami,
Rendant graces au ciel, fermait I'oeil h demi,
, Qu'il profanait son Ame et fut centre nature!
Car la chair et le sang faisaient sa nourriture.
Et come s'ils 6taients maudits, ces aliments
Lui coutaient a trouver d'incrovables tourments.
11 n'avait point ce gaz nouveau, ni ce breuvage
Qui retrempe le corps, et meme le grand age;
Mets que forment la fleur de nos sillons communs;
La vie sparse en 'air, au sol, dans les parfums,
Et butinee a tout, sans que le bras laboure,
Comme le miel choisi que l'abeille savoure.
Qu'ils sont loin de nos temps lumineux et sereins,
Ces jours de peine obscure otl, pour semer les grains,
L'homme las, en sueur, ouvrant un sol qui fume,
Faisait gemir les boeufs aux mufles blancs d'6cume!

, Mais s'il peinait ainsi pour les forces du corps,
Les aliments de l'ame, h6las! n'offraient alors
A ses besoins tromp6s qu'une affreuse disette.
Que d'cfforts pour ravir une lueur secrete








NOUVEAUX POEMES


Aux cieux partout fermds sur ces fronts revoltes
Etleur celant, jaloux, les hautes vdrit6s!
O passants 6gards par les funebres routes,
Que vous nous surprenez i Dans leurs chaos, vos doutes
Se refusaient le ciel et lui montraient le poing!...
Leurs fckres de l'astral pour eux ne vivaient point.
Dans un cercle tournant et restreint, le visible
Limitait A leurs sens l'infini du possible.
Le merveilleux ficond et tous ses paradise
Fermaient insoupqonnds leur seuil a ces maudits.
Ils vivaient dans le monde, ignorant de ce monde
Les intimes resorts et la valeur profonde.
Mais tout est maintenant change : le ciel plus pres
Divoile a notre esprit ses glorieux secrets;
Et la splendeur de Dieu, voisine, nous p6netre.
Avec nos sens nouveaux le doute ne peut naitre;
Les yeux ne voient plus seuls : 1'Ame a sa vision;
Et les deux infinis ont fait leur fusion :
La pens6e incarnde et celle des spaces.
Ledessein cr6ateur marque ses fortes traces.
De leurs foyers distant et divers, les esprits,
Ouvriers disperses, enfin se sont compris;
Et dans les sOrs liens d'une famille unie
Ils marchent, soutenus dans l'immense harmonic.
Et comme soulev6 par leur commun effort,
L'ether dans un seul flux les pousse au mme port,
Vers l'ternelle gloire, au meme jour supreme,
Au but final : le vrai conquis, et Dieu lui-meme,









TERRE ET CIEL

Par des moyens pareils et des dssirs egaux:
Une soif infinie et qu'excitent les maux...

Nous 6prouvons un peu de ces douleurs fatales.
Ce n'est plus l'aiguillon des angoisses mentales
L'esp6rance triomphe, et son brilliant flambeaf
A mis un jour divin meme au fond du tombeau.
Ce ne sont plus du coeur les secretes tourmentes :
La justice a soumis les passions dementes;
Plus d'esprits ddlirants et plus de coeurs bris6s,
Et nous touchons au port, voyageurs reposes.
Telle est aussi la loi; quand les ames s'delvent
Par leur propre soupir vers le but qu'elles revent;
Quand un amour croissant les porte seul au bien
Et peut, d'un libre effort, secouer leur lien,
Mesuree aux degrds de cet amour austere,
L'epreuve diminue et la sombre misere
Allege son fardeau, laissant le coeur beni,
Tout seul h son plaisir, voler A I'infini...
Les malheurs qui planaient sur l'humaine folie
Ont dissip6 leur ombre et leur foudre abolie.
Nul ne plie en portant de douloureuses croix;
Le ciel sans un vengeur voit prosperer ses lois.

, Un stimulant plus pur eleve notre monde
Vers des destins plus hauts oti la lumibre abonde;
I1 nous reste un obstacle et des soucis nouveaux:
Une lutte g6ante et de graves travaux


- I









NOUVEAUX POEMES


Eprouvent 1'ame encor, la tiennent en haleine.
Elle volt lui manquer la matiere; elle peine,
Glorieuse, et combat contre un fatal declin.
L'univers epuise sent approcher la fin.
L'humanit6 peuplant le systeme solaire
Reve un monde nouveau dans 1'infini stellaire :
Une 6toile d'Hercule est son future soleil.
Elle vit hdroique et sans cesse en veil.
Rallumant dans son sein la flamme refroidie,
Par des prodiges d'art, de volontd hardie,
Elle recr6e enfin le globe vieillissant.
Tout cede a son effort viril et sfir. Le sang
Circule dans le monde aux veines epuisdes.
Sur le sol appauvri de nouvelles rosees,
Qu'un fluide insuffli fair ruisseler dans l'air,
Vont encore former, comme un nuage vert,
Ces veg6tations tranquilles et f6condes
Oh nous faisons fluer ce qui reste des ondes. >


Ainsi, plein de la gloire et du sublime effort
Des jours derniers, Felix, aux portes de la mort,
Parle comme en lui-m6me, en un supreme rave.
Et jette sur le monde un regard oh se leve
La pale vision des Ages endormis.
L'or du soir caressait le front des deux amis.
Avec l'ombre, sur eux et sur I'antique terre,
Joyeuse a son d6clin comme cux, un doux mystere









TERRE ET CIEL


Descend et flotte, un nimbe 6pandu sous les cieux,
Et qui met dans l'azur vague et silencieux
Comme un balancement de lumineuses palmes
Et l'exquise splendeur des fins lentes et calmes.
Tout respire la paix et l'harmonie; et clair,
Le bruit que faith la vie heureuse remplit l'air :
'Dans les mers de spacee aux ondes diaphanes
Voguent de routes parts de blancs adroplanes,
Tel un immense vol de cygnes voyageurs.
L'astre vieilli decline, et les vieillards, songeurs,
A ses pourpres rayons regardent le sol moite
Et les canaux, oi l'eau des grands d6gels miroite,
S'illuminer au loin comme un vaste tapis,
Coupe de rais ros6s sous un ciel de lapis.
Tout est beau, grand et pur. Chaque jour recommence
La charmante douceur d'un crdpuscule immense,
Qui de laube s'dtend jusqu'h la fraiche nuit.
Une sirdnitc voilde et tendre luit
Sur le monde qui dort et le monde qui veille.
Aussi le soir A peine en sa flamme vermeille
A-t-il un voile clair, I~ger brouillard errant,
Comme une ombre qui court sur un fluide cran.
Au loin, h peine un mont perdu; point de vallie :
La terre est une plaine immense et constellce,
Oi le genie human partout surprend les yeux
Par ses creations qu'inspirbrent les cieux :
Observatoires fiers parmi les toits modestes,
Semaphores giants, te16graphes c6lestes.









NOUVEAUX POkMES


L'infini des cit6s, a tous les horizons,
Etale en des jardins ses distantes maisons
Et le vaste appareil de leurs caloriferes,
D'oi s'exhalent la vie et des gaz salutaires,
Un souffle qui nourrit, dans les airs palpitants,
En sa tiddeur gale un eternel printemps.
Tout ce spectacle grave et prospbre repose
Dans la tranquillity d'une lumiere rose,
Oh les ctres heureux enivrent leurs regards.
Et comme l'univers, le front des deux vieillards,
Dans la splendeur finale of se perd chaque chose,
Parait planer, auguste, en une apotheose.
Des rougeurs d'incendie enflamment I'occident;
Et le globe &carlate, a peine encore ardent,
Semble en mourant verser effusion derniere -
De son coeur vaste un flot de sang, non de lumiere.
II est A son automne, il voit venir les jours
Oh ses feux orageux s'6teindront dans son course:
11 sourit en sa fin triomphale et sans ombre.


- < O soleil! dit FMlix a l'orbe aimed qui sombre,
Lumiere maternelle et sacree, 6 flambeau !
Magn6tique foyer qui deviens un tombeau'...
La ndbuleuse, en toi primitive et central,
Ton coeur incandescent, vibre a peine en un rAle.
Tes feux ne forment plus l'aveuglant oc6an,
Dont les vagues croulaient jusqu'a ton sein bdant









TERRE ET CIEL


Pour rejaillir au loin par les profonds abimes,
Comme un prodige pars d'dtincelantes cimes
Projetant aux ethers la vie et les rayons.
Oui, spirales de flamme et trombes, tourbillons,
D1luges radieux, effroyables errances
Des brillantes vapeurs de tes protuberances,
Tempates et chaos brOlants et colors
Montrant par des trous noirs tes gouffres egards :
Tout cet orage meurt sur ta vibrant houle;
Ta supreme dnergie en des adieux se'coule.
Tu dispenses encor ta lumiere a longs flots,
Mais sur elle tu sens passer, en vifs sursauts,
La fievre et les frissons des lentes agonies.
Tu ramenes aux cieux les aurores benies,
Mais pour un people eteint et des mondes deserts
Expirant de vieillesse en la fuite des airs.
Plusieurs, tournant vers toi leur cortege livide,
S'en vont, germes giants disperses dans le vide;
De leur poussiere aveugle ils jonchent le chemin,
Oh d'autres universe viendront briller demain :
Tels Neptune, Uranus en leur lointaine course,
Et Saturne, oUi la vie a vu tarir sa source.
La terre est vieille et Mars accomplit son destin...
Tous s'dteindront avant ton extreme declin.
Mais leur humanity dans de nouvelles spheres
Evolue et recoit de plus vives lumieres...
Et toi, soleil, leur pere, un jour, ayant vers6
Toute la vie au people a ton souffle berce,









NOUVEAUX POEMES


Soumises a leur tour, tes entrailles ficondes,
Pour aimer, choisiront dans l'infini des mondes
Un soleil; des esprits naitront pour te peupler,
Qui verront les rayons de nouveau ruisseler
Et ranimer au ciel nos ruines glacdes.
Ils penseront en toi nos antiques pensees;
Tandis que, recueillant les bienfaits de la mort,
L'homme ancien dans des cieux nouveaux prendra l'essor .


Felix se tait. II voit la douce lueur rose
Disparaitre avec l'astre et l'Ame, lente close,
Des constellations remplir le vaste azur.
C'est un 6tincelant et divin clair-obscur.
Avec son compagnon, sous les propices voiles,
Oh l'infini discret rv6ele les dtoiles,
F~lix s'est recueilli, ravi, comptant des yeux
Ses astres favors qui traversent les cieux.
L'heure sainte. la nuit souveraine est venue
Oi la planete parole i ses soeurs de la nue.
Venus avec la terre change des signaux.
Comme au sommet d'un phare autrefois-les fanaux
Montraientleursfeuxroulantsau bout dcs i:-omontoires,
De sublimes veilleurs dans les observatoircs
Projettent des rayons aux multiples couleurs
Qui tracent dans les airs de fluidiques flcurs.
D'un jet 6blouissant et rapide le verbc
Ainsi part dans l'azur en lumineuse gerbe :









TERFtE ET CIEL


Langue interplandtaire, entretien des esprits,
Signes muets et sirs d'astre en astre compris,
Fixes sur les rapports des couleurs nuancees
Avec les sentiments, le ddsir, les pensees.
Messager expressif et subtil, le Rayon,
Comme le trait ail6 d'un fulgurant crayon,
Relie avec l'dther un globe a I'autre globe.
Le radium le meut. L'abime se derobe
Et se prolonge en vain dans sa profonde nuit :
D'un effluve puissant la force le pursuit,
Et sa projection, comme une flUche vive,
Franchit I'cspace, atteint une cdleste rive,
Troublant la solitude oh notre esprit craintif
Jadis plongeait en vain et, douloureux captif,
Tel un aigle blessed qui s'enleve et retombe,
Jusqu'aux cieux ne montait que par delh la tombe.


Longtemps, pour I'homme obscur et du ciel ignore,
Se voila le secret du language ethire;
Et 1'dcriture astrale aux symbols de flamme
Etoilait l'infini sans parler a notre Ame :
Tous les appeals des cieux se perdaient incompris;
Vainement sur la terre ils cherchaient des esprits;
Et de signes brillants, la pens6e inconnue
Cessa d'interroger la n6tre de la nue,
Quand sa correspondence en arrivant des cieux
Ne trouvait ici-bas que des peuples sans yeux.








NOUVEAUX POEMES


Un effort de la terre a rompu le silence.
Un jour, un trait s'essaie et vers l'azur s'dlance.
La vie est devinde au vol de ce rayon.
L'infini, qui l'accueille, a ce salut rdpond.
D'oti venait A l'esprit sa haute decouverte ?
Sa prunelle dblouie au ciel s'6tait ouverte.
II fit plus et lisant mieux en lui-meme encor,
Sut que chacun nmet, comme les astres d'or,
Un spectre different aux lumineuses ondes
Oh se peint le secret de nos Ames profondes.
Chaque jour h soi-mrme ii fut supdrieur.
Sans un signe stranger ni geste extdrieur,
D'un point se projetant, l'esprit put A distance
Transmettre la pensde et marquer sa presence.


Mais il lui faut le verre et les ombres du soir
Pour qu'au livre du ciel le savant qui peut voir
Consulte la splendeur des frdmissantes lettres
Que dictent a 1'clair d'inconnaissables 6tres.
L'esprit qui les traduit, en de longues ardeurs
Guette au vol la pens6e au sein des profondeurs.
Soin cher, qui sollicite une savante etude
Et veut des instruments choisis, la solitude...
Solitude eloquente et ficonde en bienfaits!
Rien pour notre ddlice, 6 nuit! ne vaut ta paix
Quand, rdveillant les fleurs des celestes campagnes,
A notre monde dmu tu montres ses compagnes,








TERRE ET CIEL 89

Et qu'avec nous, en route, elles pensent sans bruit;
Tels des couples discrets qu'un doux r&ve conduit,
Se parlant du regard, jouissant de se taire,
Tout pleins de leur amour, en goitent le mystire...

Ainsi les deux vieillards songent silencieux,
Regardant les rayons voyager vers les cieux.

La lune, fragmented en douze ast6roides,
Dans l'espace bleui plein de splendeurs limpides
Groupe en un arc tremblant ses joyaux d'or bruni
Et forme un diadbme au front de l'infini.
Celeste diamant posd sur la couronne,
Un astre, le plus beau, le roi des nuits, rayonne.
Plus brilliant que Venus, sa tranquille clartd
S'dpanche sur le sol comme un fleuve argente;
Et 1'effluve, si pur parmi les objets sombres,
Flot de clartd dormante oh se meuvent des ombres,
Fait pAlir Sirius A l'etincelle d'or.
Lorsqu'aux champs infinis le soleil sera mort,
Cet astre qui l'attire a sa blanche lumiere
Aprbs lui poursuivra la feconde carrier.
Sortant du crepuscule un universe plus beau
Naitra sous la chaleur de l'dternel flambeau
Qui transmet en courant 1'6blouissante vie;
Des gerbes de rayons, dans [ne aube ravie,
Au monde montreront, comme un divin semeur,
Ce soleil qui grandit pendant que l'autre meurt.








NOUVEAUX POEMES


La palpitation des 6toiles sereines
Glisse caressant 1'air aux paisibles haleines.
Sur le sol vaporeux et le firmament pur
Les ombres, les clartis sont douces; et I'azur
Des eaux mortes ddcrit leurs rayons et leurs voiles;
Une ebauche de ciel et 1'dme des etoiles
Se melent au frisson de ces miroirs 6pars.
La splendeur veloute argente les brouillards.
Le fouillis des chalets et des verdures greles,
Les lignes des canaux droites et paralleles
S'etendent dans l'immense et sommeillant reflet
Comme un monde de rave en une mer de lait.
Et dans ce grand repos de la lueur mystique
L'ombre des tours s'allonge et dort.


Mais un cantique
Dans le silence auguste, a travers les massifs,
Monte melodieux vers les astres pensifs :
C'est 1'hymne vesp6ral d'une foule en priere,
A genoux en plein ciel au fond d'une clairiere.

- c( Prions Dieu ,, se sont dit les vieillards a mi-voix.


Les voila prosternds dans le sommeil des bois;
Et leur bouche pieuse en silence remue,
Comme au souffle de l'air tremble une feuille dmue;








TERRE ET CIEL


Et l'invocation les retient les yeux close
Longtemps, tels des portraits en de divins tableaux.
A la fin du cantique et de leurs doux murmures,
Parmi l'Nmotion des confuses ramures
Aux voiles lentement secouds et fr61s,
Sur les fronts blancs, courbds, des dtres 6toilds
Passent, venus des cieux, et leurs formes se meuvent
En de vagues blancheurs sous les feuilles qui pleuvent.
Sophius dit alors :

Nous avons adresst
Nos adieux a ce monde, au present, au passe;
Un salut a l'azur aux vagues transparences,
Oi luit 1'astre innombrable et pur. Nos esperances
Sollicitent ailleurs nos Ames et nos coeurs.
C'est bient6t 1'heure : adieu, nos freres et nos sceurs...

- Je le crois, Sophius : lente et divine, I'heure
Vient, achieve Felix. Gagnons notre demeure.
Le grand observatoire en sa plus haute tour
Nous verra contempler l'6toile, notre amour,
Une derniere fois de loin, et rendre I'dme.
Je sens un souffle froid puis une errante flamme
Dans mes veines courir tour a tour : c'est la mort...
Le ciel en soit beni! ,

a Cher Felix, c'est 1'essor!
Le libre essor!.. Parmi ces formes vaporeuses,
Des amis sont venus pour nos ames heureuses








92 NOUVEAUX POEMES

Et dans l'immense ether les accompagneront.
Je sens une aile enfin s'eployer sous mon front...
Ma Lydie, 6 reqois ma supreme pensee!..
Dejh la chere enfant nous revient fiancee;
Leur choix s'est rencontrd; FMlix, sur elle et lui
L'etoile des amours nuptiales a lui.
Nous bdnirons leurs nceuds, puis nos ames unies
Voleront au sejour des saints harmonies. ,









lERRE ET CIEL


Ill


A l'ombre des jardins et de bosquets 6pars
S'el6ve 1'6difice embelli par les arts.
Tout est vie alentour et silence : molosses,
Singes agiles, boeufs, peasants et doux colosses,
L'oeil plein de reverie ou de feu, sur leur dos,
A leur gueule, a leur cou, portent seuls les fardeaux,
S'empressent au lavoir, puisent dans la citerne :
Car l'homme ne tient plus de place subalterne;
L'animal, qu'il instruit, son frere obscur, le sert.


Les souffles sommeillants des fleurs embaument 'air
Sous le voile dor6 d'une lumiere douce
Glissant tel un velours mobile sur la mousse.
Dans la nuit des massifs qu'dtoilent les rayons,
Brille, vein6 d'azur, le marbre des perrons.
Sur deux ailes la tour, come un reve de pierre,
Aspire, en un 6lan immuable, au mystere.
Elle offre pour 1'Ntude et ses calmes efforts
Un silence et des coins ficonds, pleins de tr6sors.
A l'un des pavilions regne un laboratoire;
Lautre est un seuil ouvert sur Dieu : I'observatoire.








NOUVEAUX POkMES


La couches, les vieillards contemplent l'orient
Oh palpite pour eux un astre souriant.
A travers une baie en face de la nue,
Une statue offrant sa splendeur toute nue,
- Tonrimage iddale, 6 sainte Verit6! -
A Fair d'interroger la celeste clarte.
Un sourire ravi d'extase intime et grave
Eclate sur la bouche entr'ouverte et suave;
Son vaste front de marbre, en arriere pench6,
Contemple, dpanoui, I'objet longtemps cherchd.
L'oeil souverain et fixe ecartant la paupibre
Semble percer le ciel dans un trait de lumiere.
Sur un livre 6ternel et d'un burin de feu
Elle grave, en un geste inspire, ce mot : Dieu!

De ce marbre sublime A l'dtoile lointaine
Les vieillards promenaient leur prunelle incertaine;
Puis leurs derniers regards err&rent autour d'eux
Sur les savants 6crits signs de tous les deux,
Sur les cartes du ciel, photogravure astrale
Oh le monde infini sans arcanes s'etale,
Sur les chers appareils, les puissants projecteurs
Dans leurs veilles sortis de leurs doigts createurs.
Leurs yeux sur chaque objet s'arretaient au passage.
Puis il leur vint, d'un monde inconnu, ce message :
- Visible en Jdsus Christ, h l'instant, parmi nous,
( L'esprit du Trs-Haut passe et voyage vers vous ,.









TERRE ET CIEL


- ( 0 joie inexprimable! 6 merveilleuse ivresse!
S'dcrie un des vieillards que le bonheur oppresse.

- ( Adorable bontd!.. Je savais qu'il viendrait;
Jesus, Jdsus, merci! ) dit Felix.

II pleurait.
Son compagnon aux cicux attachant sa prunelle
Priait. Mais a 1'instant, Lydie entire; avec elle,
Un homme jeune et beau tout rougissant d'dmoi.

- Mes maitres, il m'a plu. Le voulez-vous pour moi.
Leurdit-elle... (Mais quoi? Qu'avez-vous? Felix pleure !

- ( Ma fille, notre joie est trop forte, et c'est l'heure
Oh la terre et le ciel ne font plus qu'un pour nous...
A genoux, mes enfants! Sophius, a genoux!

Une clarte soudaine, en un divin mystere,
Inonde de splendeur la chambre solitaire :
On dirait qu'un soleil de gloire s'est lev6.
Sophius tremble et dit :

J6sus est arrive.
<< Nous allons vous quitter, envol6s sur son aile...
, Dis, jeune homme, aimes-tu ?

Pour la vie eternelle,









NOUVEAL-X PNwMES


Repond-il.

Sophius joint aux doigts de l'enfant
Ceux de Phomme, et b6nit le couple triomphant.
Le froSt des deux vieillards rayonnait d'aur6oles.

- ( Ecoutez, dit FMlix, nos dernieres paroles...
Gardez pur le tresor que porte votre sein.
Votre bonheur est grand, votre devoir est saint :
C'est de perp6tuer dans l'infini des ages,
En ce monde et bient6t sur de nouvelles plages,
La pensde immortelle et l'image de Dieu.
Nous-deux vous devancons. Soyez unis; adieu!
Adieu, germe nouveau de l'humaine famille...
Protege-la, mon fils; toi, garde-le, ma fille.
Aimez-vous, aimez-vous! Adieu; soyez unis!

Sans un frisson et sans un cri, leurs yeux ternis
Se sont fermds au jour dans un dernier sourire;
Et le couple pench6 les embrasse et soupire.
Tout h coup, dans le flot de divine clarte,
Par la baie oh regarded au loin la VWrit6,
On voit fuir dans l'azur resplendissant trois 6tres :
Une forme c6leste et celle des deux maitres.














AU-DELA
















CREDO LITTERAIRE




Eclectisme, h present tu dois rigner dans 1'art.
II nous faut tout savoir, tout sentir et tout fondre;
Etre un, oui, mais divers et vaste. Venus tard,
Vous n'avez pas un prd maigre et sterile a tondre,

- Tels de lourds ruminants a 1'attache, et poussifs; -
Vous voici dans ces champs oh la nouvelle pousse,
Parmi les gras debris, 6cl6t dans les massifs
Sur les chines anciens que tapisse la mousse.

Et c'est d'un movement aile, rapide et s6r,
Que, triomphants oiseaux, sous le fouillis des branches,
Vous devez voltiger du coin oh rit 1'azur
Au gazon du sol noir, etoilj de fleurs blanches.

Prenez a l'Orient ses mystiques frissons,
L'6toile que suivaient en r6vant les rois mages,
Le merveilleux immense et 1'hymne aux graves sons,
Et la sublimity naive des images.








NOUVEAUX POEMES


A la Grace volez son natural exquis,
Sa fraiche fantaisie au sourire d'aurore,
Cet esprit qui jeta sur 1'univers conquis
La plus douce lumiere obI l'me puisse Cclore

Prenatit la toge au pli majestueux et fier,
Revetez vos discours de la pompe romaine...
De l'6cole actuelle au cenacle d'hier,
En expert conquerant que votre art se promine.

Evoque, unis, resume, 6 lumineux esprit,
Les ages, les talents, les diverse natures;
Que le gdnie, 6mu de tout ce qu'il apprit,
Crde, et touche en ton sein A cent litteratures.

II faut a cette abeille un immense butin,
Des fleurs de tous climats variant leurs essences.
Celles d'hier surtout component son festin...
Que sont nos nouveaut6s sinon des renaissances?

Le passe, quel bouquet merveilleux et choisi,
Dont notre jour tardif se parfume et s'enivre !
Les morts ont des tombeaux feconds, fleuris :vas-y,
Et prends ce que la gloire en a laiss6 revivre.

C'est un stir heritage, et tout un universe!
Comment y renoncer pour des promesses vaines ?
Enrichis-toi de tout, de tous; mets en ton vers
Tout ce qu'il peut tenir de ces moissons humaines.


IO0




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs