• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Introduction
 Jubile de Me. Francois Luxembourg...
 Jubile de Me. Edmond de Lespin...
 Jubile de Me. Auguste Bonamy
 Table of Contents
 Advertising






Group Title: Bibliotháeque haèitienne
Title: Paroles d'un bâtonnier
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074114/00001
 Material Information
Title: Paroles d'un bâtonnier
Series Title: Bibliothèque haïtienne
Physical Description: 246 p. : ; 19 cm.
Language: French
Creator: Vincent, Sténio, 1874-
Publisher: Éditions de l'Arbre
Place of Publication: Montréal
Publication Date: [1946]
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074114
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001061541
oclc - 24662981
notis - AFE5430

Table of Contents
    Front Cover
        Page 2
    Half Title
        Page 3
        Page 4
    Title Page
        Page 5
        Page 6
    Introduction
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    Jubile de Me. Francois Luxembourg Cauvin
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
    Jubile de Me. Edmond de Lespinasse
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
    Jubile de Me. Auguste Bonamy
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
    Table of Contents
        Page 247
        Page 248
    Advertising
        Page 250
Full Text
BIBLIOTHEQUE HAITIENNE

STENIO VINCENT

PAROLES
D'UN
BATONNIER



97 .94
L'ARBRE

















PAROLES

D'UN

BATONNIER





BIBLIOTHEQUE HAITIENNE


STENIO VINCENT
SD- 9'~7o+

PAROLES
DUN

BATONNIER






EDITIONS DE L'ARBRE
60 ouest, rue Saint-Jacques
Montreal




172,q4{
V774L \:
LAM
rCiIm"


Copyright 1946, by Stenio Vincent.











EN MANIERE D'INTRODUCTION

Au temps lointain ofi, la religion pinktrant
partout, les avocats etaient groups en con-
frries comme tous les autres corps de mitiers,
ce fut un saint homme double d'un juriste
eminent, Yves de Kermartin. qui porta, pour
la premiere fois, dans les ceremonies publi-
ques, le baton de la banni&re de l'une de ces
confrdries d'avocats, celle de Paris don't il
dtait le chef. Saint Yves, qui devint le patron
de toutes les basoches, fut done le premier
Batonnier. Ses successeurs continuerent pen-
dant longtemps A porter le baton dans leurs
confrdries respective. Et si, lorsque le vent
des laicisations commenga A souffler, les con-
frEries d'avocats disparurent, les confreres
resterent, et, avec eux, le souvenir de la tra-
dition. C'est ainsi que, dans tous les pays
latins et catholiques, et malgre les change-
ments survenus, A maintes reprises, dans 'or-
ganisation des companies d'avocats, il y a
encore des batonniers, levis a cette dignity







8 INTRODUCTION

par les suffrages de leurs pairs. Des baton-
niers sans baton, sans doute, puisqu'il n'y a
plus de bannidre A porter. Mais its portent
aujourd'hui une charge bien plus lourde. Ils
exercent une sorte de magistrature morale et
lIgale qui leur impose des devoirs ddlicats.
Maintenir I'ordre dans l'Ordre nest pas tou-
jours une petite affaire. Les voix y sont fata-
lement discordantes. Les passions du dehors
y ajoutent leur note effervescente. II faut sur-
tout veiller au jet des paroles explosives qui
brilent les totes, essayer d'en attnnuer les
effects lorsque les explosions ont dejA eu lieu,
- contr6ler, en un mot, ces sources vibrantes
d'6nergie verbale qui jaillissent de la bouche
de certain avocats, et qui, sous notre soleil
tropical, par example, et dans des sales ddej
surchauffes par la temperature locale, pren-
nent quelquefois des proportions on pourrait
presque dire atomiques,
Telle etait A peu pris la tache qui nous 6tait
divolue. L'avions-nous remplie comme il con-
venait ? Le fait est que les measures discipli-
naires ont Wt4 plut6t rares au course de nos
deux annies de bAtonnat. Peut-6tre les ver-







INTRODUCTION 9

tus civiques et professionnelles exemplaires
des trois grands avocats haitiens que nous
avions solennellement celebries A l'occasion
de leurs jubilds respectifs, avaient-elles con-
tribue h apaiser, au moins pour quelque temps,
des conflicts individuals qu'engendre trop sou-
vent le choc des eloquences routinidres. Nous
ne pouvions pas cependant avoir la pretention
de stabiliser une telle situation. C'est qu'il
n'est pas facile d'6tablir une paix durable
dans cette apre melee des intirets, oi
les plaideurs s'acharnent a l'envi, les uns
centre les autres, pour gagner leurs procis.
et oi la justice elle-meme a ddej tant de mal
A reconnaitre les siens. Les batailles des pr&-
toires ne cesseront vraisemblablement que
faute d'avocats, c'est-a-dire mettons jusqu'au
Jugement dernier. Et encore I... On ne peut
jamais savoir, en effect, si, lorsque le Juge
Supreme aura agite sa clochette et d&clare
ouverte sa seule et unique audience, il ne se
trouvera pas un avocat oh I simple affaire
d'habitude pour demander encore la pa-
role... pour une observation. Mais si, par
hasard, un tel incident se produisait, il nest







10 INTRODUCTION

pas tmeiraire d'affirmer d'ores et dejA que
ce dernier timoin des vieilles routes oratoires
d'un Monde disparu, sera un Maitre X.
Slicencid en droit, avocat du Barreau de Port-
au-Prince... 3
D'ailleurs, nous pouvons bien l'avouer
tout de suite les Batonniers eux-memes
n'6chappent pas toujours au besoin de parler
avec une vdhdmence parfois singulibre. II
leur arrive, dans certaines circonstances, de
profirer, eux aussi, de ces 4 paroles piquan-
tes ) don't parole 1'Imitation, et par lesquelles
Dieu permet que ses creatures soient quelque-
fois exercees. On s'en apercevra bien A la
lecture de quelques passages des discours re-
cueillis dans ce petit livre. Mais, en 'occu-
rence, cette vehemence s'explique, et meme se
justified, par les conditions politiques spiciales
dans lesquelles notre pays se trouvait A cette
epoque. Son territoire 6tait occupy par les for-
ces militaires des Etats-Unis d'Amerique, la
loi martial dtrangere etait en pleine vigueur,
et, comme cette douloureuse 6preuve se pro-
longeait, beaucoup d'Haitiens et non des
moindres avaient fini par se convaincre,







INTRODUCTION 11

malgri un simulacre de gouuernement na-
tional, que les ]tats-Unis ne nous lAcheraient
plus, et que notre cher petit pays serait bient6t
rayg de la carte des nations independantes.
Mais, quand meme, pouvait-on se croiser
les bras devant la catastrophe? D'abord,
I'ivunement ne fut pas sans avoir cause, mal-
gre tout, quelque surprise dans les cercles
haitiefis plus ou moins informs des faits in-
ternationaux. II Ctait, en effect, d'autant plus
inattendu que, dZs son avenement a la prisi-
dence, M. Woodrow Wilson s'gtait nette-
ment prononce contre tout impirialisme offi-
ciel, sous quelque forme que ce fut. 1 n'ac-
ceptait pas davantage la domination impE-
rialiste des int&rts commerciaux et financiers
americains dans n'importe quel autre pays de
cet hm&isphere. Il savait que la United Fruit
Company s'immisgait couramment dans la po-
litique interieure de plusieurs de ces petits
Etats de l'Amirique Centrale qu'on appelait
alors ironiquement, dans les journaux ameri-
cains, les Banana Republics, et il avait resolu
d'y mettre bon ordre. Enfin, il ne disapprou-
vait pas moins inergiquement les menees







12 INTRODUCTION

des Compagnies amiricaines et anglaises qui
exploitaient le petrole au Mexique, et leur
pretention de contr6ler la politique gouver-
nementale dans ce pays.
Ces declarations si pricises avaient pro-
duit la meilleure impression dans tous les
autres Etats de l'Amdrique. Elles annon-
Vaient enfin, et avec un certain eclat, cette
politique de comprehension mutuelle et de
cooperation, qu'on a appelee depuis politique
de bon voisinage, et qu'on attendait un peu
partout dans le nouveau continent. Elles
n'avaient pas cependant empkche de nouvel-
les interventions armies du Gouvernement
des Etats-Unis dans les affaires interieures
de quelques Etats voisins. Dans l'excellent
chapitre qu'il a consacre A la t Good Neigh-
bour Policy > dans son livre Time for decision,
Mr. Summer Welles icrit a ce sujet:
t Cela m'a toujours paru une chose tragique
que Wilson, malgri de telles declarations, ait
cru devoir autoriser l'occupation militaire
d'Haiti et de la Republique Dominicaine. Ces
injustifiables interventions entreprises avant
1917, c'est-a-dire a un moment oir Wilson
netait pas encore prdoccupe des graves pro-







INTRODUCTION. 13

blames soulevis par la premiere guerre mon-
diale, nous alinaient tout de suite les sympa-
thies des autres nations amdricaines, et mi-
naient fatalement la confiance dans la since-
rite de Wilson lui-mdme.
L'occupation du territoire de la R6publique
d'Haiti par les forces militaires des Etats-
Unis constituait la plus flagrante atteinte aux
principles essentiels du Droit international.
Personne, aujourd'hui, ne peut dire ce que
sera le Droit international demain. C'est un
droit qui se refait. Mais il demeurait alors la
garantie, universellement accepted et recon-
nue, de tous les peuples libres centre des im-
perialismes A la fois entreprenants et toujours
raisonneurs. Cet 6vfnement, comme on de-
vait s'y attendre, avait souleve les plus vives
protestations des patriots haitiens, c'est-a-
dire de presque toute la population du pays.
Les masses rurales surtout qui, dans leur con-
ception simpliste des choses, voyaient, dans le
retour du blanc, le retour de l'esclavage lui-
mime, etaient meme allies jusqu'A recourir A
la violence. D&s le debut, dans notre Depar-
tement du Nord, les hommes de Charlemagne







14 INTRODUCTION

Peralte avaient tenu tite, pendant des mois, a
l'occupant. Plus tard, dans le Sud, quatre
annies au moins avant la levee de l'Occupa-
tion, des groups de paysans illettres de la
plaine des Cages, dans une manifestation oif
ils brandissaient naivement des machettes,
pour hater le depart des Marines, se firent
massacrer a Marchaterre. Ces tentatives he-
roiques celle du Nord notamment, n'a-
vaient eu d'autre rdsultat que de rendre l'Oc-
cupation plus mefiante, et, par consequent,
plus dure. II y eut des exces. Les protestations
redoublerent d'intensitd. Les rapports etroits
qui, chez nous, comme dans beaucoup d'autres
pays, ont toujours existM entire la politique et
le barreau, permirent de donner A ces protes-
tations les formes juridiques approprides. Et
ce fut pendant pr&s de vingt annies, c'est-a-
dire pendant presque toute la durie de l'Oc-
cupation, une resistance pacifique, sans doute,
mais active, tenace, alertant, sans cesse ni re-
pit, aussi bien la gendreuse opinion publique
du grand people Americain, que la solidarity
interambricaine et la conscience du monde.
C'est done ce climate particulier qu'il nous








INTRODUCTION 15

parait utile de rappeler dans cette edition
destinde probablement A une plus large au-
dience. Ce nest qu'en replagant ces discours
dans leur ambiance propre, en les situant dans
leur veritable atmosphere historique, qu'ils
seront susceptibles d'offrir encore quelque in-
tdret, parce qu'is aideront peut-itre a fixer
le souvenir d'un des episodes les plus drama-
tiques de la vie international du people
haitien.
Quel dtait done ce climate ?

*

II ne s'agit pas ici de discuter des origins
et des causes de l'intervention amiricaine en
Haiti. Nos publicistes, comme nous, en ont
d'ailleurs disserte a I'envi, et les historians
de l'avenir y trouveront encore une riche
matiere A explorer. Nous nous proposons
(1) La premiere edition de cet ouvrage, qui ne comptalt
qu'un nombre tres restraint d'exemplaires aujourdl'ul introu-
vables, comportait, en outre, de telles erreurs et de telles ne-
gligences dans sa composition typographique, qu'elles ren-
dalent des pages entieres absolument illisibles. Cette reedition
ne s'explique pas autrement. Elle prend place aiasi dans ce
petit inventaire du neant auquel nous procedns un peu hati-
vement, avant d'arriver au terme du voyage.







16 INTRODUCTION

plut6t de consider l'evenement dans ses
effects qui sont multiples, varies et toujours
vivants.
Ce soir du 15 Aoit 1934, quand le dernier
marine eut quittI le sol haitien et cela, il
faut le dire, grAce au climate d'amitid et de
large comprehension dans lequel s'etaient dd-
roulees les conversations de Washington -
nous supposons que la question qui se posa
A I'esprit de tout le monde, comme elle s'dtait
posee devant notre conscience pendant de
longues heures de meditations, dtait celle-ci:
L'Occupation avait-elle &t6 un bien? Avait-
elle dtd, suivant l'expression du general
Butler' une < purge ambre mais salvatrice ?
En avions-nous tire des profits reels ? Et si
oui, saurions-nous les conserver ? Ou bien
n'avait-elle 6t6 qu'un inutile attentat A Iln-
dependance d'un petit pays don't les boule-
versements successifs pouvaient etre inter-
pret6s, moins comme une irrimediable propen-
(1) Le General Butler, ancien Chef de notre Gendarmerie
un de ceux qui comprirent le moins le caractire special
qui devait marquer les activities de I'Occupation americalne
- dit. maintenant, librement qu'en Haiti il falsait le travail
pour la National City Bank. V. Oswald Garrison Villard,
Fighting Years, Memoirs of a Liberal Editor (1939), page 481.







INTRODUCTION 17

sion au disordre, que comme une preuve rd-
pit&e de sa volonte d'un mieux-etre vaine-
ment desird et cherch6 pendant plus d'un
sidcle ?...
Vue du dedans, it est certain que l'Occu-
pation ambricaine demeure et demeurera tou-
jours un violent accroc A Ilorgueil national.
C'est entendu, et aucun haitien n'g peut con-
tredire. Mais la bonne [oi nous oblige aussi
A reconnaitre qu'elle compete des bienfaits A
son actif. Le premier de ces bienfaits est
d'avoir aiguille la nation haitienne vers une
voie qui nous parait 6tre celle qui la rapproche
le plus de ses destinies normales et logiques.
Ce serait mentir, certes, que d'avancer que
l'Occupation a &td sans piche. On lui a ddej
reproch6 bien des choses, et ce nest guire
notre propos d'y revenir. Elle a commis des
erreurs qu'elle aurait pu facilement eviter. Elle
a surtout manque d& psychologie. Si, a la mi-
nute delicate de l'intervention, le Gouverne-
ment ambricain nous avait deleguC, pour nous
tirer de l'abime oit nous 6tions tombs, et pour
diriger, avec autant de coeur que de compe-
tence, I'aeuvre de sauvetage nicessaire, quel-







18 INTRODUCTION

ques civils avertis, des hommes disposes et
dicidis A un grand effort de comprehension,
les choses auraient peut-etre tournd d'autre
fagon. La collaboration, la libre et loyale col-
laboration entire amrricains et haitiens, que
nous avions sincirement espr&e, eift &tE plus
fructueuse, et l'aide disinteressee, oh devait
entrer une large part d'humanit6, que nous
avions disirde et presque recherche, sans,
peut-etre l'avouer, par un scrupule respec-
table, cette aide-la efit cr6 la confiance de
part et d'autre. On aurait ainsi &vite ces chocs
inutiles, et toujours humiliants, qui marque-
rent les premieres prises de contact.
Mais on nous envoya des chefs militaires
qui n'eurent d'autres regles que celles 6dic-
tees dans les Instructions pour les armies en
champagne. Ils nous traiterent en pays con-
quis. Ils imposirent A nos affaires un pro-
gramme rigide, 6tabli avant mime que leur
fussent connus les facteurs nombreux, diff-
rents, et quelquefois mime contradictoires,
du difficile probleme hartien. Ils deciderent
de prime abord et jamais on ne put sur-
prendre chez eux le moindre dssir de rectifier







INTRODUCTION 19

lear attitude erronie de diriger, avec des
mithodes purement ambricaines, un people
don't education, la mentality, les origins et
la culture n'avaient absolument rien de com-
mun et ce fut notre erreur seculaire, A nous
- avec la civilisation nord-amEricaine. Ne
fallait-il pas, au contraire au lieu de s'im-
poser en conqudrant d'une petite nation qui.
malgrd ses malheurs, avait su conserver une
certain fierte naive et sauvage de son Ind&-
pendance s'insinuer plut6t lentement dans
ses gorts, pinetrer dans sa mentality, respec-
ter ses traditions, et, sans heurter de front
mime ses superstitions, quelques grossiires
qu'elles pussent paraitre, s'efforcer et rEussir
enfin par lui imposer une civilisation A carac-
tire personnel, en se gardant de trop s'6loi-
gner de la ligne strict de ses origins et de sa
structure morale, economique et social, que,
seuls, d'ailleurs, I'Mducation et le temps pou-
vaient modifier ?
Peut-6tre a-t-il manque aussi A ses premiers
chefs militaires amiricains en Haiti ce don de
sympathie, ce parti pris de gingrositi, sans
lesquels, dans les relations humaines, rien de








20 INTRODUCTION

solide, en definitive, ne peut 6tre construct .
La tache etait pourtant facile. Les condi-
tions dans lesquelles le Gouvernement ame-
ricain etait intervenu en Haiti ouvraient une
carriire plutdt aisde A son action altruiste et
A son influence civilisatrice. II y avait, en ge-
neral, parmi les Haitiens, comme un accord
secret pour excuser l'intervention, si elle de-
vait mettre fin A la situation chaotique qui
existait dans le pays et lui substituer une vie
organise de paix et de travail. Les plus in-
traitables des patriots, ceux qui s'obstinaient
a ne pas accepter le fait accompli, finiraient
(1) "President Hoover in 1930 sent a commission to Haiti
headed by W. Cameron Forbes, which included my warm
friend, James Kerney, ever benevolent and ever desirous of
doing justice. The commission highly praised the then com-
mander of Haiti, Major General Russel, for his 'wholehearted
and single minded devotion to the interests of Haiti as he con-
ceived them (sic), his unremitting labor, and his patient and
painstaking efforts to bring order out of chaos...' But it found:
'Race antipathies lie behind many of the difficulties which the
United States military and civil forces have met in Haiti...
The failure of the occupation to understand the social problems
of Haiti, its brusque attempt to plant democracy there by drill
and harrow, its determination to set up a middle class however
wise and necessary it may seem to American all these
explain why, in part, the high hopes of our good works have
not been realized.' Kerney wrote me on April 10, 1930: 'The
United States has spent approximately $23,000,000 in Haiti
in the last fifteen years and has done nothing to fit the Haitians
themselves for handling their affairs'." Oswald Garrison
Villard, Op. cit., page 485.







INTRODUCTION 21

bien par y acquiescer, en la considCrant com-
me un mal nicessaire, mais temporaire, en se
rendant a l'evidence des rssultats. Car, vrai-
ment, on en avait assez de nos continues bou-
versements politiques, des ruines et des de-
sastres qui en etaient le fatal cortege, de ces
gouvernements iphimdres, ridicules et cruels,
qu'ils charriaient, les uns apres les autres, et
qui nous arrivaient comme des caravanes en
folie... C'etait un 6tat de lassitude generale,
propice A la meilleure et a la plus opportune
des collaborations avec des haitiens de valeur
et de bonne foi. Ceux-ci etaient prets A l'ap-
porter dans l'intir&t meme de leur pauvre
pays, 6reint6, abruti par les revolutions. lls
ne croyaient pas tous A l'annexion, et leur pa-
triotisme, quoique singuliirement alert par
la presence de forces itrangires sur le sol
natal, s'accommodait presque de cette con-
tribution a l'indispen'sable redressement na-
tional don't profiteraient les generations de
domain, hiritieres d'une patrie restaurge et
mise disormais a I'abri des terrible misires
qu'elles n'auraient pas connues. Mais, an
lieu d'utiliser, pour la justification morale de








22 INTRODUCTION

intervention, et comme les circonstances I'in-
diquaient, cette < pause > haitienne qui allait
nous permettre sans doute de revenir en ar-
ridre et de nous engager dans des voies nou-
velles et plus siires, on se fit, au contraire, une
sorte de joie presque puerile, de tout heurter,
de tout bousculer, de passer a pieds joints
sur la plus naturelle sensibility des < natives *,
de faire, en general, du prijugi de race, at
home un article d'exportation, excitant ainsi
et fort malencontreusement, notre vieux ra-
cisme historique,1 de commettre les pires abus,
de faire triompher, en un mot, et A la lettre,
s'il vous plait la politique du t big stick ':
sous le gros b&ton, les Haitiens criirent. Its
crierent si fort qu'on finit par les entendre
dans l'Amerique Latine et surtout aux Etats-
Unis.

(1) La Commission Forbes, pour I'Utude et la critique des
conditions dans la Republique d'Halti avait fait une recom-
mandation spcdale a ce sujet: "...That in retaining officers
now in Haiti Service, or selecting new Americans for em-
ployment therein, the utmost care taken that only those free
from strong racial antipathies should be preferred." Com-
mission Forbes, Report of conditions in Republic of Haiti
1930, p. 20.
() ...Its only fartosay that the marines did a far
better job in Santo-Domingo than in Haiti..", Oswald Gar-
rison Villard, op. cit., page 48.







INTRODUCTION 23

S...II est A l'honneur des Etats-Unis et
il [aut souligner de nouveau ce fait que
beaucoup d'hommes politiques, de Sinateurs,
de publicistes, de professeurs aux Universitis
et de grands personnages de toutes les cou-
ches sociales et de tous les parties politiques des
Etats-Unis, figurerent activement parmi les
plus dicidds adversaires de l'intervention en
Amerique Centrale et dans les Antilles ne
furent pas formulees comme on pourrait le
supposed par les nations latino-americaines,
mais par l'opinion publique des Etats-Unis
eux-mfmes. C'est grace A cette circonstance
heureuse que le pan-amiricanisme ne fut pas
alors d[finitivement 6branl6. En 6tudiant
I'oeuvre des Conferences americaines, nous
verrons que ce danger a disapru aujourd'hui.
Nous verrons aussi que ce danger a serui A
renforcer la solidarity continental et a affer-
mir le pan-americanisme sur des bases ing-
branlables. 1

(1) J. N. Yepes. Professeur a l'Academie de Droit inter-
national de la Have, Delegue de la Colombie aux Conferences
pan-am-ricalnes, Membre de 'Institut americain de Droit In-
ternational. Le Pan-ameicanisme an point de one historique,
juridique et poltique, pages 76 et 77.







24 INTRODUCTION

Les regrettables mithodes que nous venons
de rappeler et la politique sur quoi elles s'ap-
pugaient ont iti depuis, et maintes fois, for-
mellement et solennellement ripudi&es. Le
President Hoover d'abord, avec son message
de c bonne volontd aux Etats des Trois
Ameriques, inaugurait la nouvelle &re de
Smutuelle comprehension, de respect rici-
proque et d'entente amicale >. Puis le Presi-
dent Franklin D. Roosevelt est venu, et sa
forte personnalitM marqua, d'une empreinte
que nous croyons definitive, la doctrine d'ami-
tie et de solidarity interambricaines qui de-
meurera certainement, dans I'histoire, le pivot
de son action international. L'inergie avec
laquelle it a condamn6 sans reserve, la poli-
tique interventionniste de quelques-uns de ses
pr&dIcesseurs a fait du panamiricanisme une
bienfaisante reality, A la fois spirituelle et ma-
tirielle, A laquelle nos peoples, arrachis, par
la vie et les ipreuves, aux romantismes et aux
verbalismes deltteres de politicians attardgs,
attachent une importance et une valeur excep-
tionnelles pour l'avenir de leur economie et







INTRODUCTION 25

la transformation de leurs conditions d'exis-
tence.
Je n'hisite pas A dire, diclarait, en effet,
I'illustre President Americain, dans un dis-
cours prononce le 28 dccembre 1933; a la
Fondation Woodrow Wilson, que si j'avais
participe A la champagne politique dans quel-
que autre republique americaine, j'aurais 6tM
fortement tents d'accuser les Etats-Unis de
tendances impirialistes en vue d'un agrandis-
sement 6goiste (imperialistic desire for sel-
fsh agrandizement). En tant que citoyen de
quelque autre r6publique, j'aurais pu croire
difficilement a l'altruisme de la plus riche r&-
publique americaine. En particulier, j'aurais
pu trouper difficile d'approuver l'occupation,
mime comme une measure temporaire, du ter-
ritoire des ripubliques latino-americaines
(the occupation of territory of Latin American
Republics even as temporary) >.
Plus tard, pendant la champagne electorale
de 1936, il raafflrmait, avec une force et une
conviction accrues, les declarations, d&ji si
fermes et si categoriques, qu'il avait faites,
trois ans plus t6t.







26 INTRODUCTION

II disait: c ...Les ripubliques amiricaines
du Sud ont toujours 6te disposes a coopfrer
avec les Etats-Unis sur an pied d'galiti et
de respect mutuel, mais avant que nous eus-
sions inaugur6 la politique du bon voisinage,
il y avait chez elles des ressentiments et des
craintes, parce que certain ont faith peu de cas
de leur amour-propre national et de leurs
droits souverains.
Et voilA bien le mot vrai. L'Occupation
americaine avait fait trop peu de cas de < notre
amour-propre national >. Peut-etre dans I'-
tat piteux, lamentable, ofi elle avait trouuv le
pays, avait-elle pensc que cet amour-propre*
ne pouvait pas exister. Mais, chez quelque
people que ce soit, que I'on ne s'y trompe pas,
il est toujours 1i, assoupi, souvent endormi,
bien vivant quand meme. Et il suffit de la pre-
sence de forces dtrangeres sur le sol national
pour le sortir de son sommeil, le rdueiller brus-
quement, le porter A se manifester quelquefois
mime avec la plus grande violence. Un sen-
timent de cet ordre demeure profondement
enracinc dans I'ame des peuples. II nest
pas possible de I'asservir, de l'attacher & au-







INTRODUCTION 27

cun char. C'est tout au plus si des circonstan-
ces fortuites, comme c'6tait le cas ici, sont sus-
ceptibles de l'amener A consentir et tou-
jours, d'ailleurs, A contre-cceur, A un modus
vivendi provisoire, sous l'empire de necessitis
ineluctables. Inutile de dire combien dans
une conjoncture aussi delicate la maniere
forte .tait contre-indiquie, et tout ce qu'elle
devait engendrer d'ennuis, de difficultis et
de deboires.
C'est cette erreur de psychologie qui consti-
tue surtout I'aspect negatif de action de
I'Occupation ambricaine en Haiti. Mais, fort
heureusement, cette action comporte d'autres
aspects qu'il faut aussi considerer pour appre-
cier une ceuure qui, si elle n'a pas complete-
ment reussi, n'en a pas moins eu des c6t4s
utiles et bienfaisants.



La politique de bon voisinage a fait ses
preuves. On peut dire quelle s'est develop-
pLe dans les meilleures conditions possibles
au course de ces douze dernieres annies. Y







28 INTRODUCTION

apportera-t-on des changements par suite de
son integration dans les nouvelles organisa-
tions internationales, qui qu'on le recon-
naisse ou non ont si profond6ment ibranli
le vieux principle de la souverainet6 des ]tats ?
II est certain que l'Humanite est loin d'etre
complitement libdree de routes les craintes
que le retour de la paix 6tait appeal A dissiper.
Elle est encore agitee de bouleversements in-
quidtants. Des masses d'iddes circulent et
trainent apres elles tous les pessimismes et
tous les optimismes des temps presents. Elles
provoquent toutes, aussit6t formul6es, des r&-
actions, elles-memes contradictoires. On n'est
pas arrive jusqu'ici A cette convergence men-
tale indispensable, a notre avis, aux fins de
structure de cet ordre universal qu'il s'agit de
crier et de faire fonctionner pour le bien et la
paix des peuples. II en rdsulte que nous bai-
gnons dans des problimes d'une dilicatesse
et d'une gravitM extremes. Les difficultis in-
ternes ne sont pas moins complexes que les
d6m&les exterieurs. Et c'est partout le spec-
tacle des economies, des politiqdes et des re-
vendications sociales qui se bousculent les







INTRODUCTION 29

unes les autres. Tout cela fait, de cet apris-
guerre comme une autre guerre qui menace
d'etre beaucoup plus longue que celle qui
vient de finir. Celle-lA, on ne pourra la ga-
gner que par les aptitudes exceptionnelles des
hommes d'Etats A la patience, A la prudence,
A la plus franche et a la plus forte volonti de
comprehension mutuelle, et en/in, A une con-
science, jamais 6galte, de leurs responsabili-
tis de chefs devant la g6sine douloureuse d'un
monde tourmente de son avenir.
En ce qui concern nos Ameriques, la po-
litique de bon voisinage y a cri, A la suite
d'efforts intelligemment et pdriodiquement re-
nouvel.s, un reel esprit common de bonne
volonte, de solidarity et de cooperation. Ce
n'est pas encore l'ideal, ripite-t-on dans cer-
tains cercles nord-americains en regardant
ce qui se passe chez quelques voisins. On
peut en convenir. Mais quel ideal, dans son
movement vers la realitC, rdpond A ce qu'il
represente dans l'esprit, A ce que la pensde
seule a construct ? Et comment alors, conser-
uerait-il, dans son contact avec l'experience
ou les faits, sa puret6 conceptuelle ? En poli-







30 INTRODUCTION

tique surtout et qu'il s'agisse de politique
national ou internationale'- I'ideal est cher-
che, c'est-a-dire qu'on ne part pas de donnies
ou de principles indiscutis pour resoudre les
problemes de tous ordres don't l'unique objet
est l'6ternelle et mouvante madtire humaine.
On ne peut procIder ici que par des elabora-
tions r/fichies et continues, susceptibles de
nous rapprocher peut-tre de l'iddal que l'on
cherche, sans que, helas I nous puissions ja-
mais l'atteindre. Pourquoi? Tout simple-
ment parce qu'il s'agit de l'homme, de sa na-
ture immuable, de ses passions et de ses int&-
rits, de tous les autres facteurs de differen-
tiation races, moeurs, traditions, cultures,
religions, civilisations qu'il nest pas pos-
sible d'eliminer. Ce sont ces circonstances
naturelles et historiques qui obligent les di-
plomaties a des compromise, A des concessions,
A des accommodements, et quelquefois mime
A de veritables marches. II en resulte, au fond,
et chaque fois, autant de retours en arridre
pour de nouveaux departs. La sagesse ne com-
mande-t-elle pas, dans ces conditions, d'es-
sayer de consolider, pour le conserver, ce qui







INTRODUCTION 31

est acquis, plut6t que de risquer de bri~ler les
tapes sur la route pdrilleuse des terres pro-
mises et toujours illusoires ?
*
Parlant vers la fin de novembre 1945, au
Forum du Herald Tribune, de New-York,
I'honorable Secretaire dEtat James F. Byrnes
a fait, au sujet de la politique de bon voisinage,
des declarations qui m~ritent d'etre notes.
Un editorial du New-York Times, pour
montrer, ecrit I'auteur, ce que les Americains
entendent aujourd'hui par politique de bon
voisinage v, les a rdsumbes comme suit:
1. La politique de bon voisinage signifie non-
intervention dans les affaires interieures
des autres nations, quoiqu'elle ne puisse
signifier I'approbation ou I'appui de tyran-
nies comme les regimes Nazis ou Fascis-
tes, ou de la censure et du baillon, ou d'au-
cune espece d'oppression.
2. La politique de bon voisinage n'est pas
un arrangement exclusif et n'impose pas
l'isolement politique, 6conomique ou cul-
turel du reste du monde.







32 INTRODUCTION

3. La politique de bon voisinage est base
sur I'amitid et la comprehension sponta-
nies et sinceres, et cela ne peut etre acheti
ni impose par la force, mais gagni par le
respect mutuel.
4. La politique de bon voisinage ne signifie
pas la division du monde en spheres d'in-
fluence exclusives pour des privileges
spiciaux, mais demand que tous les ar-
rangements rdgionaux soient adapts au
systfme des Nations Unies du monde
comme la garantie de la paix. Les Btats-
Unis donnent leur appui A de tels accords
rigionaux dans toutes les parties du
monde.
Presqu'au mime moment, le Departement
d'Etat faisait savoir qu'il < dsapprouue en s'y
opposant 6nergiquement toute interference
ou participation des hommes d'affaires amiri-
cains ou des companies, dans les affaires
politiques locales des autres republiques am6-
ricaines. Jusqu'en ces derniers temps, c'6tait
en effect, une tendance assez marquee de la
part des companies americaines qui exploi-
talent ceci ou cela dans plusieurs des petits







INTRODUCTION 33

Etats du Sud ou du Centre-Amerique, d'y
entretenir une reelle influence politique.
Mime lorsque ces Compagnies avaient passe
un contract avec le Gouvernement de l'un de
ces pays pour l'exucution de certain travaux
d'utilit6 publique, elles croyaient pouvoir im-
poser, quelquefois assez brutalement, leurs
vues et leurs volontds A I'Autoriti locale, sou-
vent sans recours centre des attitudes aussi
inamicales. Ce s statement 3 du Dipartement
d'Etat a Wtd sfirement accueilli avec un gros
soupir de soulagement dans tous les pays in-
tiressis, parce qu'il est venu les libirer d'une
des forces les plus vexatoires de cette di-
plomatie du dollar, new style, qui, tout douce-
ment, reprenait force et vigueur, A l'ombre
meme de la politique de bon voisinage.
On ne voit done guire de difference entire
la politique de bon voisinage d'aujourd'hui
et celle d'hier. Les pfincipes en sont, au
contraire, affirms et confirms. II est vrai
que lorsque I'honorable M. Byrnes proclame
de nouveau le principle de non-intervention
dans les affaires int6rieures des autres nations,
il ajoute que cela ne peut pas s'entendre de


PAMOLMS DIUN ATOMNIER







34 INTRODUCTION

l'approbation et encore moins de I'appui de
pratiques contraires aux idles de justice et
de liberty que ce grand pays cherche a ri-
pandre A travers le monde. Mais ii ne dit pas
sous quelle forme et par quels moyens son
Gouvernement manifesterait, le cas echeant
sa disapprobation. Cependant, le e state-
ment ) du Dipartement d'Etat don't nous ve-
nons de parler, insisted sur le fait que le Gou-
vernement de Washington demeure absolu-
ment oppose toute intervention unilatirale.
C'est alors que l'Uruguay, agant lanci son
project d'intervention collective, les Etats-Unis
se sont empressis d'y donner leur plus com-
plete adhesion, leur ( unqualified adhesion.
y apportant ainsi tout le poids de leur formi-
dable puissance. L'idie uruguayienne est
d'ilargir la notion d'agression telle qu'elle
risulte de l'Acte de Chapultepec. Cette char-
te garantissait chaque Etat de cet hemisphere
contre une attaque du dehors. L'Uruguay
propose de le garantir igalement disormais
contre une aggression du dedans par une action
collective des autres nations contre le Gouver-
nement de I'Etat reconnu coupable de la dite







INTRODUCTION 35

aggression intdrieure. Cette proposition sou-
leve ividemment d'assez graves problimes qui
seront discutis A la prochaine Conference des
Ministres des Affaires Strangires des Gou-
vernements des vingt et un Etats des Am&-
riques.
L'idee d'intervention collective interamd-
ricaine- nest pas nouvelle. Le premier pas
dans cette voie avait ite fait par le President
Woodrow Wilson. Les deux principaux cas
d'intervention collective qu'il avait envisages
ftaient ou I'etat d'anarchie ou la debacle d'un
gouvernement constitutionnel dans n'importe
quelle parties des Amdriques, parce que de
telles situations, disait-il, pouvaient mettre en
danger la sicuriti des autres nations. II avait
entrepris de donner une forme objective A sa
conception en essagant d'obtenir la coopera-
tion de l'Argentine, du Brisil et du Chili pour
une action collective au Mexique, afin de re-
soudre les difficultis qui, en 1914, existaient
entire ce pays et les Etats-Unis. Ce plan
echoua, et on n'en reparla plus. Par la suite,
en effect, toutes les interventions des Etats-
Unis ont itE des interventions unilatirales, A







36 INTRODUCTION

commencer par celles ordonndes par le Pre-
sident Wilson lui-meme. En reprenant l'idLe
de l'ancien President americain, M. le Mi-
nistre Alberto Rodriguez Larreta, de l'Uru-
guay, la congoit sur une plus vaste echelle.
II ne limited pas l'intervention A quelques
grands Etats de cet hemisphere. II la veut
general. Ce sera l'intervention des vingt
Etats centre le Gouvernement du vingt et
unieme Etat, considered comme agresseur du
dedans, soit qu'il ait etabli, dans le territoire
soumis A son autorite, un regime nazi ou [as-
ciste, soit qu'il ait viold des engagements so-
lennellement pris dans des accords intera-
mericains.
Tel est, en resume, le project uruguayen.
Les discussions auxquelles il donnera lieu
feront-elles apparaitre un autre visage de
l'Amerique latine, ou bien, verrons-nous se
profiler de nouveau celui que, dans un livre
paru il y a dix ans et qui n'a pas vieilli, nous
avait montre M. Andre Siegfried, aujour-
d'hui membre de l'Academie Frangaise ? Ce
livre, intitule precisement L'Amerique latine
est une etude fouillde, pdndtrante, nuancee A







INTRODUCTION 37

souhait, de la vie et des mceurs de ces peoples,
et surtout des regimes politiques sous lesquels
ils ont vicu et se sont meme developpes, dans
les diffirentes provinces de la civilisation, de-
puis plus d'un siecle d'independance et de
souverainete. Jusqu'& nouvel ordre, nous la
croyons, pour notre part, sinon definitive, du
moins singulierement present. L'actualite
sud-americaine en est d'ailleurs un timoi-
gnage vivant. Elle ne pouvait mieux illustrer,
en effect, les observations lumineuses de
M. Siegfried sur ces nations qui ont evolub
quand meme au milieu des miseres de leur
histoire. On y voit encore l'armee, don't ii a
si bien marque le rdle politique, 6tablir et
maintenir un regime, comme en Argentine, le
renverser comme au Venezuela et au Brisil,
et, comme au Bresil encore, intervenir pour
garantir la liberty d'une election presiden-
tielle, ce qui laisse bien entendre que cette
election ne serait peut-6tre pas libre si elle
n'etait pas ainsi garantie. Et de fait, cest
l'armee, seule force organisee, qui. tres sou-
vent, a sauve ces pays de l'anarchie. Tres
souvent aussi, elle intervenait pour arriter ces







38 INTRODUCTION

movements pendulaires non isochrones, na-
turellement, qui vont de la rivolte A l'anarchie
pour remonter A la dictature et de nouveau re-
descendre vers la revolution ou le coup d'etat.
Elle trouvait alors des raisons d'etablir ou
d'appuyer des regimes d'autorit6 qui, au
moins pour quelque temps, mettaient fin A
des situations chaotiques et rdpondaient ainsi
Sau vceu secret des populations .
En some, puisqu'il faut voir les choses
telles qu'elles sont, c'est tout le probleme de
la ddmocratie en Amdrique latine de la dd-
mocratie dans le sens anglo-saxon du mot,
car chacun pretend avoir sa ddmocratie -
qui va se poser A la Confirence de Rio de
Janeiro. Probltme dilicat, certes, qui ne
pourra 6tre risolu qu'en l'accordant avec ce
que M. Siegfried appelle, avec un rare bon-
heur de synthise, le c genie du lieu Et
c'est lb pricisement, le point crucial de
l'entreprise. II suffit de se rappeler quelques-
uns des aspects politiques de ce genie, d'es-
sence surtout ibWrique. pour s'en rendre
compete. uIs comprennent en general: la con-
ception latino-ambricaine du c president >, la







INTRODUCTION 39

preponderance qui lui est presque toujours
reconnue sur tous les autres organes de I'Etat,
le < personnalisme >, irigi en system, I'ab-
sence d'esprit parlementaire, des Assemblies
services, corrompues ou dictatoriales A leur
tour, I'intigration de l'arbitraire dans des ca-
dres parfaits de lIgaliti, la fibre lIgale gind-
ralement absente, le rdle primordial de I'ar-
mie dans les luttes politiques, la propension
des populations elles-mimes aux regimes
d'autoriti, parce que, remarque Siegfried,
ils s'adaptent souvent le mieux aux nicessitis
ambiantes, I'influence des grandes families
non contrebalancie par des classes intermi-
diaires, et encore moins par des groupements
populaires ordonnis. etc. C'est done tout
cela, ce sont tous ces facteurs invitiris qui
s'opposent A l'equilibre de la Cite latino-ami-
ricaine, qu'il s'agirait d'6liminer rapidement, et
par le moyen de l'infervention collective or-
ganisee, pour edifier. sur les mines des cisa-
rismes dimagogiques, des oligarchies tradi-
tionnelles et des dictatures prisentes ou la-
tentes, les structures dimocratiques disirses
ou envisages. Mais aucune structure ne se







40 INTRODUCTION

comprend sans son infrastructure. Autre-
ment, elle ne tient pas, et le premier coup de
vent la reverse. En d'autres terms, la dd-
mocratie 6tant par definition, le Gouverne-
ment du people par le people, il faut que ses
racines plongent dans le people. II faut que
Demos soit la et qu'il soit pret a se substituer
par ses reprisentants librement choisis, & ces
regimes d'autoritM que Bolivar ne semblait pas
trop mdpriser lorsqu'il disait que dans les
Republiques et il avait probablement A
I'esprit les Rdpubliques sud-ambricaines de
son temps le pouvoir exdcutif doit atre le
plus fort, parce que tout conspire centre lui...
Or qui est le demos, c'est-a-dire le people, le
vrai people dans un grand nombre d'ltats du
Sud et du Centre Amdrique ?
C'est I'lndien, comme, en Haiti, c'est la
masse noire.
Et ofi est-il, ce mdme demos, au nom de qui
l'on parole, don't on pretend ddfendre les droits,
et que pourtant, I'on devine & peine ? On ne se
rappelle qu'il doit exister. quelque part que
lorsque les jeux de la politique obligent meme
les oligarchies possdantes ou regnantes &







INTRODUCTION 41

consentir A s'associer habilement aux revendi-
cations du moment pour demander, comme
tout le monde, I'amilioration de son sort. A
la v~riti, ces peuples, ici ou IA, ont toujours ,te
absents des luttes politiques. On s'en est sou-
vent servi dans ces luttes, mais comme d'un
instrument, comme d'un materiel human.
C'6tait le marteau au moyen duquel on frap-
pait les coups revolutionnaires. Ce n'etait
jamais la main qui tenait le marteau, et, encore
moins, I'esprit qui la dirigeait. La grande affai-
re maintenant est de retrouver ce demos perdu,
dans l'enfer des analphabetismes et des plus
bas standards de vie que des 6tres humans
aient jamais connus, et de Tengager dans les
voies qui menent a la democratic.
Du d6mos perdu au demos retrouv6, et du
demos retrouve au demos souverain et gou-
vernant, il y a certainement toute une sirie
d'dtapes A parcourir et qu'on ne saurait broiler
sans s'exposer a de graves m&comptes. Les
socidtfs ne se transforment pas par des
movens artificiels ou arbitraires. Elles se d&-
veloppent par revolution. Dans les circons-
tances qui nous occupent, on peut admettre,







42 INTRODUCTION

a la rigueur, que cette evolution soit dirigie,
que, meme, la direction puisse lui etre impri-
mde du dehors, par l'action morale, conver-
gente et continue d'un group de nations
amies et ddsinteressdes. Nous croyons qu'une
telle action, don't it s'agirait de trouver la for-
mule, stimulant le principle vital intdrieur,
aboutirait, aussi rapidement que possible, aux
rssultats les plus heureux, aussi bien dans le
domaine des relations 6conomiques et cultu-
relles interamericaines, que dans la pratique
des droits politiques individuals et l'exercice
du pouvoir constitutionnel.
Les idWes d'entr'aide, de comprehension, de
cooperation, d'egalite, de respect mutuel, de
tolerance, d'6changes culturels donnent deja
les plus solides foundations au systime regio-
nal interambricain. Elles ont 6tM chaque fois
affirmies et 6largies dans les diffirentes Con-
ventions intervenes entire les Etats de cet
hemisphere. La rapidity et la frequence des
communications aeriennes et maritimes, la for-
mation d'une grande opinion publique conti-
nentale contribuent A les faire penetrer de plus
en plus dans I'esprit et la conscience de nos







INTRODUCTION 43

peoples. C'est ainsi que la fibre democratique
se fortifiera chez les plus attardis d'entre eux,
et que ces derniers pourront rejoindre les plus
avancis dans l'amour de la liberty et les avan-
tages politiques et sociaux qui en dirivent.
Le mot intervention qu'il s'agisse d'in-
tervention unilaterale ou d'intervention col-
lective dans les affaires intirieures d'un pays
- sonnera toujours mal aux oreilles des na-
tions libres. L'intervention unilaterale est au-
jourd'hui repudide par tous les Etats des
Amiriques. La prochaine Conference de Rio
de Janeiro nous fixera bient6t sur le sort de
la proposition uruguagenne d'intervention
collective.
*

Dans le discours qu'il a prononc- au Forum
du Herald-Tribune de New-York et que nous
avons citi plus haut, I'honorable Secritaire
Byrnes disait que la politique de bon voisi-
nage est base sur I'amitii, sur la comprehen-
sion spontanee et sincere, et il ajoutait, avec
eloquence, que ce sont la des choses qui ne
peuvent itre ni achetdes, ni imposees par la







INTRODUCTION

force. II 6tait nicessaire que ces bonnes paro-
les fussent dites. Elles constituent la plus
utile des prdfaces aux important travaux de
la Conference de Rio de Janeiro. Elles pla-
cent l'amitid de nos peoples au-dessus de la
melde des opinions sur telle ou telle question
particulire. Elles assurent ainsi, dans l'ame-
nagement ou le perfectionnement de notre
systime regional, le triomphe de l'essentiel
sur l'accidentel.
Quelles que soient les decisions qui seront
prises A Rio sur la proposition d'intervention
collective, qu'il soit permis A un citoyen d'une
des plus petites Republiques ambricaines, &
un citoyen qui a fini sa carriire et qui peut
voir maintenant les choses d'un certain som-
met, de souhaiter du plus profound de son
cceur que la paix soit sur la terre de nos Ame-
riques aux hommes de bonne volonte; et
qu'elle soit exemplaire.

New-York
Novembre-Dicembre 1945.


















JUBILEE
DE
M FRANCOIS LUXEMBOURG CAUVIN
1876-1926

















Tres cher et trgs v~ner6 Confrere,


L'heure qui sonne aussi pour moi, dans le
modest eclat de cette fete de famille organi-
see avec tant d'enthousiasme a l'occasion de
vos noces d'or avec le Barreau, comptera cer-
tainement parmi les plus agreables et les plus
heureuses de ma vie. Et d'abord, je crois bien
que c'est la premiere fois qu'il arrive A un Or-
dre d'Avocats dans ce pays de saluer un con-
frere qui, apris cinquante annees de vie pro-
fessionnelle, est encore loin, Dieu merci! d'etre
au terme de sa carrier. C'est un spectacle qui
emprunte une grande parties de son intfret
A sa nouveaut6 meme, en meme temps qu'il
restera comme un souvenir ineffacable dans
1'esprit de tous ceux qui ont le bonheur d'y
assister. Que le meilleur des hasards ait ensdi-







48 PAROLES

te voulu que ce fit un batonnier, encore assez
eloigne de votre generation, qui mit c sa frele
main dans votre main grandiose 3, pour vous
conduire aujourd'hui A travers les vieilles et
les jeunes sympathies si empresses autour
de vous, voila encore une circonstance qui me
comble, qui ajoute singulierement a ma bonne
fortune... Jamais, en effet, je n'aurais os6 espe-
rer qu'un tel plaisir me serait reserve...
C'est done un privilege, enviable, entire
tous, que celui qui me vaut l'honneur de vous
apporter les plus cordiales felicitations du
Barreau tout entier, et qui me met au premier
rang pour parler de vous, pour taquiner un
peu votre modestie, votre reserve, votre char-
mante timidity, vos delicatesses exquises, pour
essayer de faire ressortir toutes vos graces
intellectuelles et morales, pour vous mettre
enfin, sans pitie, sur les charbons ardents de
l'Ologe public...
*
II y a bien pres de quarante ans que j'ai
eu l'occasion de vous voir pour la premiere
fois. J'etais alors un gamin d'une douzaine
d'annees, et vous ne soupconniez meme pas







D'UN BATONNIER 49

mon existence. J'avais cet age heureux ofi
1'on ne r6clame que le droit de jouer aux
barres... En attendant les droits de 1'homme,
on se liguait d6jA pour ce droit qui est celui
de tous les petits citoyens...
A cette 6poque, on n'avait pas encore im-
porte le foot-ball, et c'6tait le jeu de barres
qui faisait nos delices aux heures de r6cr6a-
tion. Les enfants ne faisaient pas du sport...
Ils jouaient, tout simplement. Aujourd'hui ils
font du sport, mais peut-etre ne jouent-ils pas,
- du moins comme autrefois...
Faire du sport, c'est se livrer A la pratique
des exercices physiques d'une maniere metho-
dique... En effet, la gymnastique est devenue
rationnelle, les halteres ont des principles, -
il y a, je crois, des proceeds scientifiques pour
se faire casser la figure au foot-ball, et la
march est sujette a des chronomftrages mi-
nutieux...
Jouer, c'est se divertir, se recreer, s'amuser,
sans aucune autre preoccupation...
Je ne sais pas, mais il se pourrait bien qu'il
y eft entire les deux choses quelque subtile
nuance morale...
Done, un soir, apres une parties de barres







50 PAROLES

tres animbe, dans la rue des Fronts Forts -
car je suis un ancien c p'tit moune rue Front-
Fort un camarade avait propose d'aller se
promener et de faire le tour du quarter. Le
clair de lune etait engageant... Nous voila
bient6t parties, en bande folle... En passant
devant l'une des halles Laborde, rue du
Centre, nous aperCfimes de la lumiere et des
gens assembles sous la galerie. Je faussai
compagnie aux camarades, car je tenais a voir
ce qui se passait 14. Je me faufilai doucement
a travers le group des babauds silencieux, et
j'arrivai jusqu'a l'une des deux persiennes aux
lamelles verticales a travers lesquelles on pou-
vait tres bien voir ce qui se faisait a I'intfrieur.
11 y avait la, assis sur des bans, des messieurs
attentifs, le crayon a la main, 6crivant de
temps en temps, et, en chaire, les dominant,
quelqu'un qui parlait. C'ktait vous. Instinc-
tivement, je trouvai que vous parliez bien. La
voix etait chaude, sympathique, prenante -
d'un beau timbre rare. De quoi parliez-vous ?
A vrai dire, je ne m'en souciais guere. Je
n'etais qu'un petit garcon qui passait. Je sen-
tais seulement que ce que vous disiez, vous le







D'UN BATONNIER 51

disiez bien. De belles phrases, claires et plei-
nes, tombaient, comme si elles coulaient de je
ne sais quelle abondante source spirituelle, et
beraient, de leur rythme un peu alangui, ma
jeune intelligence amusee et curieuse. Lors-
que la seance prit fin et que les langues impa-
tientes de vos auditeurs exterieurs purent enfin
se delier, je pretai l'oreille aux propos qui se
tenaient Ca et la dans les groupes... C'est
ainsi que j'appris que l'homme qui venait de
parler si bien s'appelait M' Luxembourg Cau-
vin (on disait plus generalement Me Luxem-
bourg tout court) et que cette maison, mieux
eclairee que celles du voisinage, logeait I'Ecole
libre de Droit de Port-au-Prince... Dans le
brouhaha de la sortie, je trouvai moyen de me
rapprocher de vous, afin de mieux fixer vos
traits dans ma memoire. Et je vous vis bient6t
vous en aller, la demarche tranquille et lente,
et la cigarette aux levres, cette cigarette a
laquelle vous etes rest fiddle quand meme,
malgre tout le mal qu'on vous en a dit...
De ce jour, vous m'aviez conquis. Votre
puissance de seduction avait fait son oeuvre,
car jamais sympathie d'enfant, par je ne sais







52 PAROLES

quelle attirance mysterieuse, ne s'etait plus
fortement accrochee A un homme...
Je retournai A mes heros d'Homere sous le
regime plut6t severe de 1'internat du Lyc6e, et
les travaux scolaires me pregnant tout entier,
je pensais que pendant longtemps, que
meme jusqu'A la fin de mes etudes classiques
- je n'aurais pas eu l'occasion d'entendre
parler de vous. Or, m'etant trouv6 une fois
au parloir, au moment oif les professeurs r6u-
nis attendent I'heure d'entrer en classes, je
fus agr6ablement surprise d'entendre un de nos
maitres franCais d'alors, Monsieur Moll, faire
de vous l'eloge le plus enthousiaste. I1 racon-
tait A ses colleagues qu'on lui avait beaucoup
parle de vous et que, la veille, il 6tait allk vous
entendre au tribunal. II disait comment il avait
admire la belle ordonnance de votre plaidoi-
rie et l'etonnante purete de votre langue...
Voilh un homme d'esprit, me disais-je.
Au moins, il n'a pas de part pris centre les
Haitiens. II appr6cie a leur just valeur, tous
ceux qui ont du merite.
Mais si, A tort ou A raison, il avait esquiss6
une critique quelconque et n'avait pas eu pour







D'UN BATONNIER 53

vous le language 6logieux que je viens de rap-
peler, je vous assure que je me serais veng6
terriblement, A la maniere des enfants. Au
risque d'attraper cachot et pain sec, j'aurais
fait chorus avec toutes les mauvaises tktes de
1'ktablissement, et, narguant sa claudication
alors bien connue, je lui aurais degoise, moi
aussi, le sobriquet qui le mettait dans tous
ses 6tats: < Moll pied counan I 1...
Que voulez-vous, mon cher confrere? Je
vous aimais deja, et vous savez bien qu'on ne
badine pas avec ce phenomene affectif pres-
que indefinissable et si fort qu'on appelle le
sentiment.


C'est dans ce meme lyc6e que vous avez
fait vos etudes. Elles furent particuli6rement
brillantes. Vous les avez faites sous la direc-
tion d'un homme qui avait la passion des cho-
ses de I'enseignement, qui s'6tait devoue corps
et ame a l'education de notre jeunesse et qui
avait contribute a la formation de tant d'hom-
mes remarquables de ce pays. II s'appelait
Camille Bruno.







54 PAROLES

Pour qui a connu Camille Bruno, on devi-
ne aiskment quelle jouissance il avait dfi prou-
ver a mouler un cerveau comme le v6tre.
Riche matiere, en effet, qu'il avait dui traiter,
Dieu sait avec quel amour!
Tous ceux qui ont fr-quente Camille Bruno
- et tel est mon cas pour les huit ou dix der-
nitres annres de sa vie savent quel touchant
entetement mettait ce bon vieillard a poursui-
vre le bien qu'il voulait. II avait su traverser
les pires ambiances sans rien perdre de son
enthousiasme juvenile. Sa belle tete blanche
a porter des raves jusqu'au bout, et, dans ses
petits yeux malicieux et clignotants, il y avait
des lueurs qui decourageaient tous les pessi-
mismes. II avait la foi. II croyait quand mmem
aux destinies de la nation. II avait des habi-
letes, il usait de toute une tactique, pour per-
suader et convaincre de l'utilite de ses pro-
jets. Le success repondait rarement a ses ef-
forts. Qu'importe! il s'obstinait, et son pa-
triotisme, toujours agissant, ne se lassait
jamais. Ayant longtemps pratique 1'enseigne-
ment, il etait rest un peu maitre d'dcole, mais
un maitre d'ecole charmant, plein de bonho-







D'UN BATONNIER 55

mie, devenu le camarade de ses c lyceens > et
leur tapant familierement sur l'epaule pour les
grounder ou secouer leur indifference.
En 1909, il rompait une dernifre lance en
faveur de l'agriculture. La brochure qu'il
publia a ce sujet et qui 6tait intitulke:
SL'Agriculture et le Budget ,, ne fit pas de
bruit. Le nouveau gouvernement, auquel il
faisait appel, avait naturellement d'autres
chats A fouetter. Son geste passa presque ina-
percu...
L'agriculture n'a jamais Wte un sujet pas-
sionnant, en Haiti surtout ofi le lyrisme poli-
ticien, orthodox ou revolutionnaire, etait le
seul article qui part etre a la measure du goft
public et s'imposer quelque peu A l'attention.
Justin Lherisson, un journalist haitien qui
connaissait admirablement son milieu, me
disait une fois :
Mon cher, lorsqu'on procede a des ar-
restations, lorsque l'arrondissement, fait
des tourn6es en ville avec une nombreuse es-
corte, I'homme qui dirige un journal a toutes
sortes de precautions a prendre. Ce jour-la,
il faut que le journal soit completement illisi-







56 PAROLES

ble. J'ai toujours en reserve, dans ce but, deux
ou trois articles sur... l'Agriculture.
Camille Bruno ne pouvait pas ignorer qu'il
traitait IL un sujet ingrat. C'6tait precisement
parce qu'il le savait qu'il insistait sur cette
question vitale.
Tel est I'homme de volonte et de bonne
volonte qui fut le guide de votre adolescence
studieuse. II vous avait trace une voie sfire.
Vous y etes entree, et vous n'en etes jamais
sorti...


Vous quittiez le lyc6e au mois de Decembre
1873, apres y avoir fait votre philosophies en
compagnie d'un autre bel exemplaire d'hai-
tien, le prestigieux Justin Devot. Mais vous
y retourniez l'annee d'apres pour enseigner le
francais et le latin en 5e et en 6'. Le professo-
rat ne parait pas vous avoir dit grand'chose.
Les conditions dans lesquelles vous aviez
aborde et oil vous deviez poursuivre l'6tude
du Droit reclamaient, sans doute, tous vos
soins. L'appel du Code etait plus fort que les
invites de la pedagogie, au moment ofi votre
veritable vocation se cherchait. Vous plantiez







D'UN BATONNIER 57

li bient6t les grammaires et les t de viris 3 :
de.la 5' pour vous r6fugier dans les Mourlon
et les Boitard a la mode.
L'enseignement organism du Droit est une
chose relativement r6cente dans ce pays. De
votre temps, on etudiait le Droit tout seul, -
curieux apprentissage On faisait un peu de
procedure chez un avocat militant, qui lui-
meme avait 6tudie dans les memes conditions.
Et c'etait tout. Que votre formation juridique
n'en ait pas souffert, que celle des 6tudiants
de l'epoque ait pu se poursuivre malgr6 cette
absence complete de toute methode, ce sera
un perp6tuel sujet d'6tonnement. Que cet
auto-didactisme ait pu mime produire des
jurisconsultes aussi 6minents que les Dalb-
mar Jean-Joseph, les Benony Lallemand, les
Aurelus Dyer, les Hugon Lechaud, les Euge-
ne Bourjolly, les Edmond Dauphin, les Leger
Cauvin, les LKlio Dominique et tant d'autres,
- pour ne parler que des morts c'est tout
simplement merveilleux. Car tous ces hom-
mes auraient pu etre, deux fois plut6t qu'une,
des docteurs en droit de n'importe quelle Fa-
cult( d'Europe et honorer la magistrature de
n'importe quel pays.







58 PAROLES

A vrai dire, vous etiez un peu plus favorise
que vos autres camarades, car en dehors de
vos livres, vous trouviez encore au foyer fa-
milial la science juridique toute fraiche de
votre frire Leger et l'experience attentive et
vigilante d'un pere, comme le General Cau-
vin, qui s'associaient pour vous aplanir les
inEvitables difficulties rencontrees. En moins
de deux ans, vous etiez avocat. En effet vous
pretiez serment, en cette quality au tribunal
civil de Port-au-Prince, en Mai 1876, en
meme temps que votre ami Lavaux Malebran-
che et un autre de vos freres, Petion, nature
d'elite qu'une mort pr6maturee a seule empe-
che d'arriver, comme vous, au sommet de la
profession.
*

Si vous avez une propriktE essentielle par
quoi vous pouvez etre d6fini, c'est bien celle
d'etre avocat. C'ktait 1I votre vocation. Aussi
ne l'avez-vous pas cherch(e longtemps. Elle
vous a ete revelee tout de suite. Vous n'avez
pas tarde, en effet, A occuper au Palais oit
tant d'autres ont connu de si ameres decep-







D'UN BATONNIER 59

tions une des situations les plus consid-
rables. Vous y etes arrive par le travail et le
talent.
L'evolution de votre carrier parait s'etre
accomplie entire les annkes 1880 et 1890. C'est
au course de cette periode que vous avez plaid
vos plus grands process, notamment des
process politiques comme cette memorable et
tragique affaire de St.-Marc dite le c process
des 28 ,, oi vous avez donned toute votre me-
sure, comme activitE, comme science, comme
eloquence, et surtout comme courage et com-
me divouement.
C'6tait un de ces process oiu l'interet pure-
ment professionnel 6tait deborde par les prin-
cipes en jeu, par le devoir patriotique de les
defendre, par la conscience precise de leur
portee, immediate ou lointaine, sur les desti-
nees de la nation.
Nous sommes en Avril 1882. Ce n'est pas
agiter des passions autour de ces tristes sou-
venirs que de dire que jamais 6poque n'a Wet
traverse de plus de haines, ni les bases de la
Cite haitienne plus profondement ebranlees.
Desormes Gresseau A Saint-Marc annoncait







60 PAROLES

Boyer Bazelais a Miragoane. Le pays tout
entier n'etait qu'un vaste camp ou veillaient
jour et nuit les citoyens arms les uns centre
les autres.
Quelle atmosphere pour la justice !...
Le Gouvernement, pour arriver a ses fins,
avait men6 tres secretement sa procedure. II
vous avait fallu dejouer la surveillance de la
police, vous embarquer la nuit sur un frele
cannot a voile, d6barquer & Mont-Rouis et en-
trer inopinement A St.-Marc, par terre, pour
remplir la dangereuse mission que vous aviez
accept6e, celle de defendre les accuses.
Le tribunal etait une veritable forteresse.
Pendant la duree des audiences, le local oil il
si6geait etait garden par tout un regiment armed
de pied en cap. II y avait une piece de canon
& chacune des portes d'entree. Les tambours
battaient et les clairons sonnaient par inter-
valles rapproches. Tout cet appareil d'epou-
vante indiquait suffisamment quel sort etait
reserve aux accuses. Le doigt etait deja sur
l'article. Mais plus vous sentiez vos clients
menaces, perdus, plus vos protestations
6taient vigoureuses centre cette parodie de







D'UN BATQNNIER 61

justice A laquelle vous 6tiez mekl, plus vous
montriez de dEvouement exasp6r6. C'est alors
que le fier Mathurin Lys, un des accuses,
voyant le danger que vous couriez person-
nellement en vous d6pensant ainsi pour rien,
quitta un moment I'attitude hautaine qu'il
avait gard6e pendant ces tristes debats pour
vous dire :
Jeune homme, conservez-vous Le pays
aura besoin de vous...
Un des juges les plus feroces de cet invrai-
semblable tribunal etait un nomm6 Putiphar
- le brave capitaine Putiphar... Lorsque,
apr6s le jugement de condemnation mort,
vous vous rtes pr&sent6 au greffe pour faire
votre declaration de pourvoi, Putiphar s'y
opposa de toutes ses forces, de toute son au-
torit6, et le greffler, effraye, refusa de recevoir
cette declaration. Vous la fites quand meme
au greffe du tribunal civil de St.-Marc. Mais
comme Putiphar 6tait pressed! II etait pressE
d'envoyer A la mort, de faire tomber devant
le peloton d'execution, 28 des meilleurs ci-
toyens de ce pays.
Pauvre Putiphar!...







62 PAROLES



En 1888, vous occupez le siege du Parquet
du tribunal civil de Port-au-Prince. Vous
avez, comme assesseurs, notre eminent con-
frere, Me Emile Deslandes, un de ceux qui
ont atteint le sommet de 1'art oratoire dans ce
pays, et M' Anvienor Vieux, un de ces Ma-
gistrats de vieille roche don't l'experience pra-
tique avait do vous etre souvent si utile. Vous
arrive a cette function au moment ofi la pe-
riode humanitaire du Droit penal se deroule
sous l'influence des idWes de moderation et de
pitied que developpe une civilisation plus dou-
ce, plus just, plus humaine. La penalite veut
etre de plus en plus educative et individualis-
te. I1 est enfin partout admis que la peine est
faite pour le delinquant, que tous les de-
linquants ne sont pas coul6s dans le meme
moule, que le delit n'est pas une entity,
c'est-a-dire quelque chose d'abstrait, deter-
minant une responsabilite penale purement
objective, etablie a priori pour tous ceux qui
commettent la meme infraction, que la res-
ponsabilite est d'ailleurs essentiellement per-







D'UN BATONNIER 63

sonnelle, que des responsabilites inegales
ne sauraient entrainer des culpabilitEs egales,
ni, par suite, des peines egales, que, par
consequent, pour que l'application de la peine
ambne l'amelioration morale de celui qui la
subit, but principal de la penalite moderne,
elle doit etre sujette A des variations de nature
et d'intensite correspondent a l'individualite
de chaque coupable.
A l'idee de defense social, de necessity du
maintien de la security social, considered
jusque-la comme le fondement du droit de
punir s'associe maintenant l'esprit de jus-
tice dans la repression. On adoucit la peine,
on l'utilise pour moraliser, et on l'individualise
en l'adaptant au caractere propre du delin-
quant.
C'est sous la poussee de ces idees nouvelles
que des modifications incessantes sont appor-
tees a la legislation.penale francaise, que
des textes qui prevoyaient certain crimes sont
supprim6s, que d'autres faits, precedem-
ment qualifies crimes, sont correctionnalis6s,
- que le domaine d'application des circons-
tances attenuantes est elargi, au point de ren-







64 PAROLES

dre le Jury, en fait, maitre absolu de la peine,
- que, notamment enfin, les peines politiques
criminelles sont adoucies, deviennent de sim-
ples measures de sfrete n'impliquant aucune
souffrance reelle, au lieu de peines propre-
ment dites le criminal politique etant con-
sidere comme un honnete homme que des lut-
tes plus ou moins passionnees pour ses id6es
peuvent seulement entrainer A des exces.
A ce moment-1l, vous etes parfaitement au
courant de cette magnifique evolution du
Droit penal qui s'efface de plus en plus pour
faire place A une science nouvelle, la science
penitentiaire. Toute la littirature juridique et
philosophique concernant ce grand mouve-
ment vous a passe sous les yeux. Vous rece-
vez de France, par chaque courier, les ouvra-
ges qui repandent ces id6es, qui 6clairent ces
nouveaux horizons du Droit penal. Et, pen-
dant des annees, vous en avez impregne votre
esprit et votre coeur... Vous voilA Commis-
saire du Gouvernement pres le tribunal civil
de Port-au-Prince. Vous etes mis au pied du
mur... Le regime des prisons est justement
dans vos attributions. Les vices de notre sys-







D'UN BATONNIER


time penitentiaire ne vous schappent pas.
Notre systeme penitentiaire Voili de bien
gros mots... A la virite, vous savez bien que
nous n'avons aucun systeme p6nitentiaire. Les
tribunaux coidamnent et la fantaisie des ge6-
liers fait le reste, lorsqu'elle n'est pas double
du bon plaisir macabre des satrapes galonnEs
qui se font un jeu des souffrances humaines...
A la suite d'une inspection dans la prison
de Port-au-Prince oit vous faites les consta-
tations les plus navrantes, vous prenez les me-
sures qui vous paraissent les plus urgentes.
Vous y faites enlever les fers, cet instrument
de torture moyenageuse que nous avait lguE
la barbarie colonial. Cette initiative genereu-
se est applaudie par tous les gens de coeur.
Elle n'est pourtant pas du goft des hommes
au pouvoir. Vous recevez l'ordre de faire
retablir immediatement ces fers dans la pri-
son. Vous vous y refuse, naturellement...
Mais la polemique entire vous et le Secretaire
d'Etat de l'Interieur de l'6poque ne traine pas.
Vous etes revoque de vos functions, et les
fers sont r6tablis...
Nous 6tions encore, alors, en pleine guerre


PAROLES D'UN BATONNIBR







66 PAROLES

civil. Toutes les passions, toutes les haines
ftaient debout. La betise aggressive paradait
dans nos rues defoncees, prete a faire valoir,
dans le sang, le paradoxe inoui de ses proro-
gatives insensees. Votre action aurait pu vous
cofter cher. Mais c'ftait une bonne action.
Vous n'aviez vu que cela, et vous n'avez
pas eu une minute d'hesitation.

*

Vous etiez revoque ?... La belle affaire !
Des le lendemain, vous repreniez votre ser-
viette d'avocat, et, some toute, l'ev.nement
ne se reduisait pour vous qu'A un simple deme-
nagement de dossiers. Vous reparaissiez au
tribunal, flegmatique et souriant comme d'ha-
bitude, et, de la barre, que vous abordiez de
nouveau avec entrain, la tribune du Ministere
public o6i vous 6tiez assis, la veille encore,
vous apparaissait comme un souvenir dejA
lointain...
Vous recommencez a plaider, et vous faites
toujours salle comble... Les confreres accou-
rent de toutes parts pour vous entendre. Les








D'UN BATONNIER 67

passants s'arretent, et, chose grave des en-
fants font I'ecole buissonniere...
La solidity et la richesse de votre culture
font l'originalite et l'agrement de vos plaidoi-
ries. On les sent fortement impregnees de la
C substantifique mouelle des grands maitres
classiques. Aussi, il n'y en a pas une qui ne se
laisserait lire encore avec tout l'interet d'une
oeuvre litteraire. Et la lecture en serait exqui-
se, A c6te d'un fonds juridique toujours pin-n
trant et si riche... Vous n'etes pas un rhkteur,
et encore moins un tenor des eloquences ro-
mantiques. Vous avez horreur de l'emphase,
des grands effects et des bruyants 6clats. C'est
avec les mots de tout le monde et presque le
language de tout le monde que vous avez fait
vos oeuvres d'art, vos discours... Vous
tenez surtout et avant tout A etre simple et
clair...
Qielqu'un a dit que, pour parler, il faut
avoir quelque chose A dire, et le dire. Cela
parait bien facile !... Cependant, rien ne serait
plus dangereux que de se fier A ce precepte
bon garcon... Vous le savez bien, vous don't








68 PAROLES

la pens6e claire enfante presque dans la dou-
leur.
Lorsque vous vous levez, en effet, pour
prendre cette parole qui ne se laisse pas tou-
jours faire, qui nous fuit quelquefois, -
fuite atroce qui nous fait souvent les plus
cruels pieds de nez avec la facheuse panne
d'une phrase ou meme d'un mot vous trem-
blez comme une feuille, vous palissez, vous
etes en proie A un tel trouble et cela est si
visible, qu'il semble A ceux qui sont pres de
vous qu'un cordial qui vous serait adminis-
tr6, a ce moment, pourrait seul vous remettre
un peu. Et, selon la belle expression de Ma-
dame de S&vignC, comme ils vous aiment, ils
ont mal a votre poitrine, oppressee, a
toute la fievre qui martelle vos tempes...
II vous faut respirer pendant quelques se-
condes qui sont pour vous des eternites... Ce
recueillement force en impose au public. II fait
silence pour vous permettre de commencer.
Votre malaise physique ambne le came, ce
came qui prouve que l'auditoire don't vous
avez peur reconnait pourtant votre autorit6...
Mais voici que vous parlez. Les premieres







D'UN BATONNIER


phrases, lentes, plut6t monotones, sortent, vi-
siblement impregnees de 1'emotion qui vous
6treint jusque-lW, et que vous n'arriviez a
dominer veritablement que lorsque, apres
l'angoisse haletante d'une exorde presque pa-
thologique, des faits A exposer ou des textes
a dissequer vous tendent leur perche salva-
trice. Alors, vous revenez vraiment de loin,
vous remontez, vous vous eloignez de je ne
sais quel abime que vous paraissiez c6toyer,
la zone du trac est franchise, vous retrouvez la
pleine possession de vous meme, et votre
discours est un regal...
Dans vos plaidoiries, de mime que dans vos
rapports avec vos confreres, vous etes la cour-
toisie meme. Au course de votre longue car-
riere, peut-etre avez-vous rencontre quelque
jaloux de votre talent oratoire c'est le con-
traire qui etonnerait mais on ne vous con-
nait pas d'ennemis..: Vous etes toujours tres
accueillant aux jeunes, et c'est ainsi que vous
avez traverse des generations d'avocats en
faisant germer la sympathie sous vos pas...
Vous avez une telle correction, une telle
loyaut6 professionnelle, et ces qualities sont,







70 PAROLES

chez vous, si naturelles, que vous les exigez
aussi de tous vos confreres. Sur ce point, vous
ne transigez pas... Un de nos jeunes confri-
res, pousse, un jour, par je ne sais quel mau-
vais esprit, s'etait figure qu'il pouvait vous
jouer un vilain tour de sa facon. Vous le lui
avez bien fait sentir, car il n'oubliera jamais, il
ne peut pas oublier, l'energie avec laquelle
vous l'avez rembarre a l'audience. J'ftais l et
je m'en souviens encore moi-meme... Vous
adressant aux Magistrats du siege, vous leur
avez dit, en detachant les mots et en mettant
votre voix sur son registre le plus grave :
c Messieurs, il y a une chose qui a toujours
fait sur moi une penible impression: c'est de
voir un jeune avocat, entire deux voies qui lui
sont nettement tracees, celle de la loyautt et
de la courtoisie, d'une part celle des sur-
prises, de l'autre, choisir cette dernire.
Et je crois, messieurs, que cela doit faire aussi
sur vous la meme impression pinible... 3
L'effet 6tait foudroyant. Et pendant que
vous alliez de ce train, le jeune avocat, 'hon-
teux et confus, s'etait eclipse tres adoitement,
et il parait qu'on ne l'a revu au tribunal... qu'A
I'avenement d'un nouveau president...







D'UN BATONNIER 71

Peut-etre, m'en voulez-vous un peu de rap-
peler cet incident d6sagreable ?... Comme je
suis absolument stir que, la minute d'aprss,
vous n'y pensiez d6ja plus, je fais comme le
desire votre bontf... Je n'ai rien dit et je
passe...
Votre maniere oratoire est plut6t grave et
severe. Vous ne deviez pas des lignes d'une
argumentation bien arrEt6e dans votre esprit.
Apres quelques mots en forme d'exorde, vous
expose les faits, vous developpez le droit,
et, s'il le faut, vous refutez les arguments de
l'adversaire, et votre p&roraison jaillit
naturellement de toute la dialectique amassee
en course de route...
Les railleries, les mots d'esprit, ne tiennent
aucune place dans vos plaidoiries. Vous
n'etes pas l pour (gayer 1'auditoire. Vous
le dominez par les idaes et par la science. Ce
n'est pas d'une petite grenade a main que
vous essayez de d6monter l'adversaire -
c'est de tous les feux de barrage d'une puis-
sante artillerie. Cela ne veut pas dire que vous
etes d'humeur plut6t sombre. La verita est
que votre esprit s'est depuis longtemps plie A







72 PAROLES

une discipline et qu'il est rested strictement
respectueux de la regle...
Cependant, un jour, vous avez etonne tout
le monde. Votre plaidoirie etait, d'un bout a
l'autre, petillante de gaitS, de malice et d'es-
prit. Les bons mots partaient comme des
fusees... C'Etait un divorce. Vous represen-
tiez l'6poux defendeur. Votre client avait ete
seulement battu..., il ne se plaignait pas...
d'autre chose... L'epouse etait la. Elle n'avait
pas sa langue dans sa poche, cette brave fem-
me! et elle vous attrapait quelquefois assez
vivement. L'ayant amen&e a declarer que,
depuis plus d'un an, elle faisait chambre a
part, et que le mari etait dans la maison com-
me s'il n'etait pas, vous avez depeint cette
situation dans ce trait plaisant qui a fait la
joie de votre auditoire de connaisseurs :
Alors, Messieurs, avez-vous dit, un bel
example de propri&t6 sans usufruit.
Et le divorce a 4te prononce aux torts de
la demanderesse...


Vous avez fait quelques infidelites a la bar-
re. Mais je me hate d'ajouter que vous &tes







D'UN BATONNIER 73

toujours revenue A vos premieres amours...
Vous vous etes laiss6 prendre, vous aussi, par
la politique, ce vampire qui nous a mange tant
d'hommes... Vous avez ete Depute, Ministre,
Senateur. Et trois fois, vous avez connu
l'exil.
Vos ministeres n'ont jamais et6 de bien
longue dur6e. Une premiere fois, en 1897, A
peine quatre mois au Ministere de 1'IntErieur
oil vous surprend la malheureuse affaire Lu-
ders. Seul, vous vous prononcez contre 1'ac-
ceptation de l'ultimatum allemand, et vous
d6missionnez sur 1'heure...
En 1899, vous redevenez Ministre. Cette
fois, c'est le portefeuille de l'Instruction publi-
que qui vous est confie.
L'Instruction publique! Cela ne pouvait
pas etre pour vous un vain mot. Vous saviez
que pour agir sur la structure social de ce
pays, que pour modifier utilement 1'ensemble
du groupement national, il fallait remonter
aux causes, les toucher fortement, en substi-
tuer d'autres appelkes a produire d'autres
effets... Parmi ces causes destructrices des
energies de la nation, parmi ces causes qui,







74 PAROLES

en un si&cle d'equip6es revolutionnaires,
avaient desseche materiellement et morale-
ment ce splendid petit pays, l'ignorance avait
ete la source qui alimentait toutes les autres.
C'etait le point vif de toute la question hal-
tienne... Vous saviez que la moisson revee
ne pouvait pas se faire avant les semailles, que
c'etait dans la richesse du capital human,
dans la vigueur intellectuelle et morale de ses
enfants, que la patrie devait puiser sa force
et sa volontE de vivre...
Deux idees vous ont done prioccup6 au
course de votre administration. La premiere
6tait de nationaliser l'enseignement, de le re-
tablir progressivement entire les mains hai-
tiennes et de preparer, en consequence, un
personnel universitaire A la hauteur de sa
delicate mission.
Vous aviez, en outre, un programme de
construction de maisons d'ecole qui vous te-
nait particulierement A coeur. Vous vouliez
commencer par les maisons d'ecoles rurales.
De large spaces attendaient, en effet, de-
puis longtemps, de recevoir la maison saine
et comfortable de l'ecole, autour de laquelle







D'UN BATONNIER 75

les petits groups d'humanite, diss&mines,
emiettes, dans la section rurale, se resserre-
raient desormais, se reuniraient enfin pour la
formation des villages, le village, cellule
social essentielle, indispensable a 1'emulation
des energies latentes des individus et des fa-
milles, qu'il s'agisse d'instruction, d'6duca-
tion, de religion, d'utilisation des procedes
techniques d'agriculture ou d'industrie agri-
cole, d'application des rggles de l'hygiene,
etc...
Mais, helas vous vous heurtiez a la ques-
tion financiere, et seule, dans ce vaste plan.
la construction du nouveau lyc&e de Port-au-
Prince fut r6aliste...
*
Les Americains, qui ont contract l'habi-
tude, plut6t bizarre, d'appliquer aux valeurs
morales les formules de Bourse, disent sou-
vent d'un homme pio&minent de leur pays, par
example, d'un Yankee integral, de quelque
authentique descendant des puritains du
c Mayflower qu'il est un Americain cent
pour cent.







76 PAROLES

On peut dire de vous, avec la meme certi-
tude mathematique, que vous etes un Haitien
cent pour cent. On comprend alors le pro-
fond ebranlement de votre sensibilitE A 1'rpo-
que de 1'intervention du Gouvernement des
Etats-Unis d'Amerique dans ce pays.
Oh! vous saviez bien que nous n'etions
pas sans peche... Vous n'ignoriez pas, vous
ne pouviez pas ignorer les causes determinan-
tes du malheureux evenement. Vous le voyiez
peut-etre venir, vous aussi... Mais votre ex-
perience, votre sens historique de toutes les
formes de brigandages internationaux, vous
montraient la situation pleine de peril qui al-
lait en resulter pour la pauvre petite Haiti.
Les causes ? Elles etaient aussi lointaines
que diverse. On pouvait les repartir en deux
groups: l'un provenant de faits proprement
haltiens, c'est-a-dire de la longue serie de pra-
tiques gouvernementales et administrative
lamentables et de revolutions incessantes qui,
par tapes sanglantes, devaient fatalement
nous mener a I'abime; 1'autre, comprenant les
manifestations de 1'activitE yankee A notre
sujet, activity qui s'alimentait singulitrement






D'UN BATONNIER 77

de notre scandaleuse histoire, qui s'appuyait
sur notre d6liquescence politique, qui n'au-
rait peut-etre pas d'objet imm6diat sans elle,
qui y puisait enfin comme les raisons d'une
vocation irresistible vers ces mers des Indes
Occidentales et ce Golfe du Mexique que
l'une des faces de la doctrine Monroe celle
qui regarded vers notre hemisphere appelait
decidement a etre des lacs americains...
Tous les faits d'ordre politique, &conomi-
que, social, moral, qui, t6moignant des tristes
conditions generales de notre pays, et qui
avaient about a l'ingerence ktrangere dans
nos affaires interieures, avaient Wte d'ailleurs
longuement analyses dans des ouvrages d'au-
teurs haitiens, et quelquefois meme dans des
pieces officielles.
Des 1892, Edmond Paul, qui avait deja re-
cherche, dans des travaux anterieurs, les
causes de nos malheurs, s'appliquait a noter,
dans son Apergu d'un plan de Gouvernement,
de nouveaux sympt6mes de plus en plus alar-
mants.
Une dizaine d'annees plus tard, en 1901,
Justin D6vot, dans son ouvrage Le travail






78 PAROLES

intellectual et la mimoire social, tracait, d'une
touche plus appuyee encore, le sombre tableau
de notre situation politique et social.
L'ceuvre d'un Frederic Marcelin une
vingtaine de volumes environ abondait en
faits haitiens qui 6taient autant d'accablants
t6moignages.
Georges Sylvain, dans un discours pronon-
ce A la Societ6 de Legislation en 1904, mon-
trait toute 1'horreur de notre affreux system
militariste et la facility avec laquelle on sup-
primait 1'obstacle human. Il marquait, avec
justesse, le contrast que faisait ce regime avec
nos institutions politiques et jiudiciaires...
D'apres le Dr. Louis Joseph Janvier, c'itait
du militarisme politician que venait tout le
mal. Et il developpait cette v6ritE avec sa
maitrise habituelle, dans son livre Le Gouver-
nement civil en Haiti...
L'6tat pitoyable de notre enseignement
avait surtout preoccup6 M. Fleury F6quiere
dans son ouvrage L'lducation Haitienne. Il
en avait disserte longuement et apporte, A cet
regard, les pr&cisions les plus alarmantes.
Les romans de M. Fernand Hibbert avaient







D'UN BATONNIER 79

puise leurs materiaux dans les realities les plus
immediates. Ils avaient, eux aussi, une incon-
testable valeur documentaire. On trouvait, en
effet, dans Sena et dans les Thazard, notam-
ment, une bonne parties de la psychologie de
notre crise national. Ces deux livres avaient
en quelque sorte fix6 une atmosphere et trace,
le plus fiddlement possible, l'etat des moeurs
environnantes. Is 6taient des t6moins im-
portants. Au sujet des documents de cette
nature, Stendhal disait: c Ici, il faut faire abs-
traction de toute consideration litteraire. Je
ne leur demand qu'un temoignage sur leur
siecle >.
Le Dr Leon Audain, dans son livre Le Mal
d'Haiti, avait apport6 toute une serie d'obser-
vations et de constatations sympt6matiques
de la degenerescence don't nous etions
atteints.
M. Auguste Magloire s'Etait efforce, dans
c L']tat revolutionnaire et notre 6tat social >,
de d6gager les causes profondes du maras-
me dans lequel nous nous debattions depuis si
longtemps. Bien qu'il 'efit fait d'un point de
vue plut8t doctrinaire. c'est-a-dire en s'en







80 PAROLES

tenant un peu trop systimatiquement A ses
theories sociales d'election, il n'en avait pas
moins signals les erreurs qui nous avaient
deja valu tant de deboires et qui nous expo-
saient, d'apres lui, A une ruine aussi infail-
lible qu'humiliante pour la race haitienne et le
prestige d8finitif de l'humanite noire.
Enfin, pendant I'hiver 1913-1914, une
grande parties de la press americaine avait
subitement declenche une vigoureuse campa-
gne contre nous. Elle poussait a une inter-
vention en Haiti. C'est a ce moment que M.
Charles Moravia, qui dirigeait alors le journal
t La Plume ,, dans une sirie d'articles inti-
tul6s i La Verite sur l'affaire de Panama ,,
avait cru bon de montrer qui 6tait ce Richard
L. Farnham qui inspirait et menait la campa-
gne, et quel r6le il avait jout dans le roman
feuilleton politique v6cu qui avait about i la
fabrication de l'illusoire r6publique de Pana-
ma. C'6tait le meme Farnham I'homme qui
sait comment on fait naitre une revolution -
qui sous le couvert du nomme Macdonald,
avait trait avec le Gouvernement d'Antoine
Simon pour les chemins de fer du Nord et de







D'UN BATONNIER 81

'Artibonite, c vaste piege tendu A notre imb-
cillitc >...
Donc, sous des aspects divers et en se pla-
cant a des points de vue difftrents, quelques-
uns de nos plus notoires &crivains s'etaient
fait le devoir de decrire et de commenter la
situation haitienne, apres I'avoir regardee par
le dedans et pas le dehors. Ils 6taient inquiets,
car, manifestement, le pays s'abandonnait.
Nous avions presque perdu le sens national.
II semblait que les citoyens n'avaient plus
aucun objectif commun, pas meme un ideal de
dignitE collective. Les derniers espoirs de
reorganisation interieure s'etaient envoles,
avec la preponderance, dans notre politique,
d'une bande de pillards, plus ou moins milita-
rises, qui en 6tait arrive a faire et d6faire
nos c presidents >. Toutes les forces d'oppo-
sition social avaient disparu devant l'anar-
chie triomphante. La carriere se trouvait
ainsi largement ouverte A la politique d'inter-
vention qui s'affirmait de plus en plus a Was-
hington. C'est pourquoi les memes voix qui
avaient signals les ecueils et montre coura-
geusement notre ktat de decomposition gene-







82 PAROLES

rale, avaient aussi criE la r6alitE ou l'immi-
nence du peril exterieur.
Sans doute, vous saviez tout cela vous
aviez attentivement suivi tout ce beau mou-
vement d'id6es qu'avait provoqu6 la crise hai-
tienne, vous connaissiez bien les faiblesses,
les erreurs, les fautes, les crimes memes, don't
nos ecrivains demandaient le redressement.
Vous les aviez souvent vus d'assez pres, et
vous auriez pu, vous aussi, apporter votre t6-
moignage. Mais ce n'Etait pour vous que la
tourmente douloureuse d'une evolution qui
cherchait, dans des conditions historiques tres
speciales, sa vraie ligne, c'est-a-dire la voie
sire oil elle finirait par se maintenir quand
meme. Cela ne regardait que nous. Et d'ail-
leurs, toutes les nations n'avaient-elles pas
passe par la, les nations europeennes, qui
etaient aujourd'hui a la tete de la civilisation
comme les autres ?... II vous Etait done impos-
sible de comprendre qu'il y eut la de suffisan-
tes raisons pour une Puissance etrangere avec
laquelle nous avions entretenu jusqu'alors les
meilleurs relations, d'intervenir dans nos
affaires interieures, et surtout dans la forme






D'UN BATONNIER 83

militaire brutale que cette intervention avait
prise du premier coup.
Et ces grands principles du Droit Interna-
tional, qu'on proclamait avec tant de fracas
depuis le debut du siecle, qu'en faisait-on ?...
Et le respect de ces hautes personnel mo-
rales que constituent les peuples libres ?...
Et le droit A l'existence des nations, petites
ou grandes ?...
Et le droit des peuples a disposer d'eux-
memes ?...
Et leur droit a l'independance et a la pour-
suite de leur propre bonheur ?...
Et leur libertE de se developer sans inter-
vention ou contr6le de la part d'autres
Etats ?...
Et la conscience national des peuples ?...
Et l'ame de ces groupements humans qu'il
faut toujours preserver de la souillure des
mercantilismes exasperes ?...
Et cette commimnaut de principles juridi-
ques, affirmie et consacree, depuis vingt-cinq
ans, dans tous les Congres, dans toutes les
Conferences internationales, qui demeure
comme une indispensable obligation morale







84 PAROLES

pour toutes les nations, et don't l'absence ou
le mepris nous ramenerait tout simplement aux
temps abolis des antiques barbaries ?...
Que devenait done tout cela si une Grande
Puissance comme les Etats-Unis, don't les
hommes d'Etat ne manquent jamais l'occasion
de faire les plus retentissantes declarations a
propos de leur respect de la loi international,
en affectant meme d'avoir A ce sujet une con-
ception plus large et plus genereuse que tout
le monde, que devenait tout cela si le Gouver-
nement des Etats-Unis pouvait faire la con-
qukte d'un Etat faible comme le n6tre parce
que seulement tel etait son bon plaisir ?
Non vous ne pouviez pas accepter cela...
On avait beau vous dire que les circonstances
etaient delicates, qu'elles exigeaient beaucoup
de prudence et de souplesse, que la mission
des vrais hommes d'Etat etait de savoir domi-
ner les 6venements, aucune de ces conside-
rations ne pouvait attenuer vos angoisses.
Vous restiez quand meme cantonne sur le plan
sentimental et juridique. Et, ramassant, un
jour, toutes les resources de votre coeur et
de votre esprit, vous avez protests contre cette






D'UN BATONNIER 85

intervention arbitraire, un des plus violent
abus de la force qui aient (t( commis dans
cette parties du monde. Vous 1'avez fait des la
constitution du nouveau Gouvernement de
1915, dans la belle lettre ouverte adressee au
President de la Republique et au Conseil des
Secretaires d'Etat et publiee dans le journal
< HAITI INTEGRALE ,, pour demander au
Pouvoir Executif quelles measures il comptait
prendre en vue de la sauvegarde de l'Ind6-
pendance Nationale et de l'integrite du terri-
toire. Par une de ces cruelles ironies don't le
hasard est coutumier, just A ce moment-la,
vous receviez, comme Batonnier de l'Ordre
des Avocats, une invitation A assister a un
TE DEUM a la Cathedrale en l'honneur du
Chef du Gouvernement qui venait d'etre 6lu.
Un comble, en verite!... Occupation du pays
par des troupes etrangeres et TE DEUM !...
Des actions de graces au milieu de la conster-
nation general !...' Sur votre proposition, le
Conseil de l'Ordre decida qu'il ne serait pas
represent( a la c6r6monie. Sans qu'il y eit
aucun concert entire vous et par une simple
coincidence qui t6moignait seulement de l'har-







86 PAROLES

monie de vos sentiments et de vos convictions
patriotiques, le President du Tribunal de Cas-
sation il s'appelait d'ailleurs LUger CauvinI
- de meme que le Doyen du Tribunal civil -
c'Ctait alors l'honorable Me Leon Nau de-
clinaient la meme invitation, estimant qu'il ne
convenait pas a des Magistrats d'assister A
une pareille cfremonie < lorsque la patrie Rtait
en deuil de sa souverainetE >... I1 en r6sultait
que le Corps judiciaire tout entier et le fait
est a son honneur Evita ainsi le plus intem-
pestif des Te Deum...
*
Des jours s'ecoulerent !... Les t beauties
de l'Occupation militaire des Etats-Unis
s'Cpanouissaient sur la terre des ancetres. On
s'ktait arrange, pour qu'elle demeurat ignore
du reste du monde. Et, de fait, cet wevne-
ment qui, a quelque point de vue qu'on l'en-
visage, comportait un certain interet interna-
tional, avait passe presque completement ina-
percu dans I'enorme tumulte du conflict euro-
peen. L'Americain avait les mains libres. II
fit ce qu'il voulut. I1 prit possession de nos







D'UN BATONNIER 87

douanes, s'empara de presque tous nos ser-
vices administratifs, saisit le Trisor public,
licencia notre armee, vendit nos bateaux de
guerre, etc. Et tous ces objets, accomplish et
poursuivis d'abord en dehors de tout trait&
ou convention, attestaient une politique qu'il
n'6tait meme plus necessaire de d6finir pour
permettre d'en bien comprendre les tendances
a peine dissimulees sous la phraseologie de
ces assurances diplomatiques qui ne valent
pas souvent le paper sur lequel on les cou-
che....
C'ktait la conquete, ni plus, ni moins...
Mais on recommenca bient6t a parler de
convention. On ouvrit de soi-disant nego-
ciations avec le Gouvernement haitien. Et les
gens disaient: Que faire ? Puisque nous n'y
pouvons rien, tachons du moins de sauver ce
qui peut etre sauv6... (Ce fut a un moment la
formule a la mode), La peur, la mefiance sont
mauvaises conseillkres. Allons done franche-
ment A ces Messieurs et causons avec eux...
D'ailleurs, Firmin lui-meme, dans son livre
Monsieur Roosevelt, President des &tats-
Unis et la Ripublique d'Haiti paru quelques
annres avant I'Occupation ne reprochait-il







88 PAROLES

pas d6j& a l'Hai'tien intelligent de s'emballer
dans une m6fiance irraisonn6e des Etats-Unis
A cause de leur < impfrialisme (et il souli-
gnait le mot IMPERIALISME comme pour
indiquer qu'il n'y attachait pas ici beaucoup
d'importance). N'ajoutait-il pas qu'il se
pourrait bien qu'ils fussent: a les plus respec-
tueux de notre droit de people ind6pendant,
- qu'ils n'avaient aucun vrai int&rAt A s'em-
parer du territoire d'Haiti, que nos craintes
A ce sujet n'etaient pas en harmonies avec les
probabilities morales et politiques, etc. ?
Solon MEnos, aussi, en terms peut-etre
moins absolus que ceux de Firmin, mais qui
procedaient du meme esprit, n'avait-il pas dit,
dans l'Affaire Luders ,, que les Etats-Unis
avaient d'ordinaire le souci d'entretenir avec
nous des rapports presque de bon voisinage ?
Ne nous avait-il pas conseillk de tirer parti de
cette tendance et de chercher, dans une en-
tente cordiale des deux pays, une nouvelle
garantie de notre s6curite exterieure ?...
Qui sait ? rep6tait-on. De tout cela, il peut
sortir un grand bien pour le pays, un accord
satisfaisant pour tout le monde.







D'UN BATONNIER 89

Or ces Messieurs acceptaient bien de cau-
ser, mais dans cette conversation, il fallait
qu'ils fussent les seuls a parler, et il fallait
accepter sans discussion tout ce qu'ils propo-
saient. Oh ils ne nous imposaient rien puis-
qu'ils proposaient tout... En some, ils ne
nous faisaient que des suggestions... oui, mais
c'6taient des suggestions obligatoires. Ah!
l'extraordinaire alliance de mots Leur diplo-
matie exercee avait trouv6 cette invraisembla-
ble formule. C'etait nouveau. I1 y avait lA
un melange inattendu de douceur biblique et
de caporalisme agressif. Quelles attentions,
tout de meme, pour leurs interlocuteurs hai-
tiens ? A quoi bon parler, leur disaient-ils,
et encore moins discuter ? D'apres eux, nous
etions deja assez affaiblis par toutes nos mist-
res materielles et morales pour risquer de nous
affaiblir encore en de longues discussions...
Se taire et signer, -- signer et nous regaler
ensuite de ce qu'ils nous apportaient. C'etait
la meilleure facon de recouvrer la sante, cette
chere sante de la petite republique sceur don't
ils prenaient maintenant tant de soucis... Jus-
tement, en bons voisins et comme les petits







90 PAROLES

cadeaux entretiennent I'amitie ils nous
avaient apportE sur un plateau deux magnifi-
ques et substantiels plumcakes qu'ils venaient
de defourner A notre intention. Et ils nous les
servaient tout chauds L'un s'appelait I'hon-
neur, I'autre s'appelait le bonheur...
Ils sont exquis, nous dirent-ils. Gofitez-
en et vous nous en direz des nouvelles...
Mais vous avez regarded ces deux superbes
gateaux, cher et vWn&re confrere, et vous avez
affreusement pali...
Ils 6taient empoisonnes !


On signa done la Convention de 1915 dans
une atmosphere de sagesse reflechie et d'idees
conciliantes.
Mais, depuis, par tous les moyens de pres-
sion qu'il pouvait employer, 1'Americain n'eut
plus qu'une idee: nous forcer a signer tout ce
qu'il voulait. De gre ou de force, de force
le plus souvent, il fallait signer... Les signa-
tures ne firent que croitre et embellir, quel que
filt le degoit que cette besogne humiliante
inspirait aux signataires.







D'UN BATONNIER 91

On signa tout: les accords, les protocoles,
les constitutions, les lois, les arretes, les em-
prunts, les lettres, les credits, les comptes, les
nominations d'experts, etc., etc. On signa en
vertu d'une sorte de vitesse acquise, et malgrE
toute la repugnance peut-etre, qu'on 6prou-
vait & signer. A de certain moments meme.
on crut, de bonne foi, que le refus de signer
compromettrait A jamais 1'existence de I'Etat...
Et la seance continue... Ce petit jeu a deja
dure dix ans. II parait interesser assez vive-
ment ceux qu'on appelle aujourd'hui les offi-
ciels du trait&. I1 semble qu'ils en ont meme
fait une sorte de sport... Et nous avons l'air
de jouer, nous autres, a qui perd gagne...
La tactique est de renverser les responsa-
bilites. Tout faire et n'etre responsible de
rien. II faut des Haitiens pour couvrir les
< achievements 3 de ces Messieurs. II leur
faut de malheureut Gouvernements haltiens
dresses a pousser pour eux, a tout bout de
champ, le cri celebre de I'EnOde: < Me, me
adsum qui feci I1 Car il est prouv6 par 1'ex-
perience que c'est leur seule manitre d'enten-
dre la collaboration et la cooperation, deux







92 PAROLES

mots qui ont pourtant, chacun, un sens absolu-
ment precis, aussi bien en anglais qu'en fran-
qais.
Dans la note qu'il tdlegraphiait A la Lega-
tion d'Haiti a Washington de remettre per-
sonnellement au Secretaire d'Etat, et qui avait
ete remis, en effect, le 27 Novembre 1918, le
Ministre Borno, qui dirigeait a l'6poque nos
Relations Exterieures, s'etait parfaitement
rendu compete de l'esprit d'absolutisme humi-
liant qui, du c6te americain, animait cette pre-
tendue cooperation, de la tyrannie injuste
et vexatoire des fonctionnaires americains qui
la mettaient en oeuvre. II disait, entire autres,
et fort justement:
t ...Le people haitien est sincerement decide
A effectuer, avec l'aide du Gouvernement
Americain, toutes les reformes que reclame le
Progres, mais au moyen de la cooperation
tres cordiale stipul&e dans le Traite, d'une
cooperation qui procide des examens en com-
mun et non point au moyen d'injonctions im-
peratives signifies sans respect de la dignity
national et inspirees, peut-etre, par des sen-
timents de caractire personnel oiO les interets







D'UN BATONNIER 93

superieurs des deux pays ne sont pas consi-
deres...
Mais, helas c'est vainement que le Gou-
vernement haitien avait signaled, avec une tell
fermete, cet 6tat de choses au Departement
d'Etat. Ces messieurs Ataient butes. Ils
ne pouvaient pas, ils ne voulaient pas com-
prendre autrement la collaboration et la coo-
peration. Ils imposfrent de plus en plus leur
maniere et finirent par organiser, a leur profit,
un veritable systame de non-responsabilite,
afin de toujours se presenter les mains nettes
aux yeux du monde...
Un example entire mille.
On se rappelle que pendant les annees
1918-1919, les forces de l'Occupation ameri-
caine avaient soumis, sous pretexte de corvee,
les paysans du Nord et de l'Artibonite a un
regime si tyrannique et si odieux qu'a la fin
ils se revolterent: Cette revolte la plus
legitime qui ait jamais eu lieu dans ce pays -
avait Wt! rpprim&e avec un luxe de cruaute
insoupconn6, d6passant de beaucoup tout ce
que l'on sait des pires fpoques coloniales ou
rEvolutionnaires...







94 PAROLES
... La vieillesse et I'enfance
En vain, sur leur faiblesse, appuyaient leur defense...
Lorsqu'on apprit aux Etats-Unis que cette
terrible repression avait coetE la vie A plus de
3,250 haitiens, chiffre rev&le par le G"
Barnett, ancien commandant du Corps de Ma-
rines, on s'en alarma un peu l&-bas, et le
Chef de l'Occupation d'alors recut proba-
blement l'ordre d'annoncer lui-meme aux po-
pulations victims que le system de la corvge
6tait desormais aboli.
Eh bien, il n'imagina rien de mieux que de
faire jouer le beau r6le par l'Occupation. II
rcdigea, en effet, son ordre du jour du 15
Octobre 1919, avec le dessein calcule de lais-
ser l'impression que c'etait le Gouvernement
haitien qui avait etabli cette corvee pire que
l'esclavage, t parce que le dit Gouverne-
< ment avait jug6 cela necessaire, A une epo-
< que, pour ouvrir certaines parties du pays
< qui ftaient presque inaccessibles mais que
< cette necessitM n'existant plus, il annoncait,
< lui Chef de l'Occupation, que la corv6e avait
- ete abolie depuis plus d'un an et ne serait
< plus en vigueur en Haiti... Quelle haute







D'UN BATONNIER 95

lecon d'humanite donnee au Gouvernement
Haitien! Or, rien n'ktait plus inexact. Le
Gouvernement hadtien n'avait jamais decrftE
aucune corv6e, pas meme cette inoffensive
prestation locale de services personnel prevue
par le Code rural, et depuis longtemps d'ail-
leurs tombee en desuetude. II avait, au con-
traire, toujours lutte pour qu'elle ne fiat pas
appliquee. I1 n'avait jamais cesse de repre-
senter aux Autorites de l'Occupation, le c6te
profond6ment impolitique de la measure. L'Oc-
cupation avait passe outre... Maintenant que
les choses avaient mal tourni, qu'on sen-
tait qu'on etait alld trop loin dans la repres-
sion, que trop de sang avait inutilement
could, on avait imagine de jouer A ce pauvre
Gouvernement haitien le bon tour de lui faire
porter la responsabilite, au moins indirecte, de
ces sanglants evenements...
Heureusement ,que dans une note de la
Legation d'Haiti a Washington, au DNpar-
tement d'Etat, en date du 5 avril 1919, le
Gouvernement avait eu la precaution de faire
declarer que la corvee etait l'une des princi-
pales causes de la rzvolte des paysans du







PAROLES


Nord et de 1'Artibonite. Ce qui prouve qu'il
n'avait jamais jug6 nkcessaire, a aucune epo-
que de l'Occupation, d'6tablir la dite corv6e...
Bien que cette parties, amusante et facile
peut-etre pour l'Americain, mais evidemment
tragique pour l'Haitien, ne soit pas com-
pletement achevee, on peut toujours faire le
point. Si nous faisions le point? Si nous
cherchions un peu a voir of nous en sommes,
a 1'heure of nous parlons, de la soi-disant
politique de collaboration et de cooperation.
Je suppose, Mesdames, Messieurs, que
vous etes venus ici ce matin pour entendre
tout ce qui pouvait Etre dit a propos de notre
vonere M" Luxembourg Cauvin, tout ce
qui, directement ou indirectement, interesse sa
vie, et que, par consequent, je peux bien esp6-
rer que votre patience sera a la hauteur de
I'amitie que vous lui temoignez.
Devant quelles realit6s nous trouvons-
nous ? Quel est l'aspect vrai de notre situa-
tion actuelle ? Voyons cela froidement, sans
acrimonie contre personnel, sans faire ce qu'on
est convenu d'appeler de la politique... Com-
me si d'ailleurs il y avait encore, pour les Hai-







D'UN BATONNIER 97

tiens, une politique, comme si, en tout cas,
la politique consistait A toujours dire du mal
des citoyens qui se figurent que, dans les cir-
constances actuelles, ils detiennent un pouvoir
quelconque...
NQus vivons sous un regime hybride. Deux
Etats sur un meme territoire: un Etat suzerain
et un Etat vassal, ce dernier affectant d'ail-
leurs de paraitre inconscient de cette vassa-
litE, puisqu'il lui faut bien avoir une attitude.
L'Etat suzerain est biciphale. Ses deux tetes
sont: Le Haut Commissaire et le Conseiller
Financier, le Haut Commissaire, maitre
absolu de nos affaires politiques, le Con-
seiller Financier, maitre absolu de nos affaires
administrative. Et, plus haut, emergeant en-
tre ces deux tetes qui, sous nos yeux, combi-
nent la poursuite harmonieuse de leurs des-
seins toujours tenebreux, une super-suzerai-
nete extErieure, le Departement d'Etat, avec
les longs bras tentaculaires, garnis de ven-
touses, que lui fait la poulpe monstrueuse qui
siege a Wall Street...
Tel est le cavalier d'Apocalypse qui nous
embrasse pour mieux nous etouffer, et qui veut


PAROLE S IDUN BATONNIER







98 PAROLES

nous persuader, qui veut que nous soyons per-
suades que nous sommes encore un Etat libre,
souverain et indtpendant...
Un des representants de cette effarante
ploutocratie americaine qui. d'apres ce que
nous apprend le President Wilson lui-meme,
dans son livre < La Nouvelle Liberte 3, est la
maitresse absolue du Gouvernement des
Etats-Unis, qui le contr6le ouvertement, qui
en a fait le nourisson, le fosterchild de ses in-
ttrets sp6ciaux, un de ces gens de la City
Bank disait dernierement, a propos d'Haiti
et parlant A notre personnel: protectorat...
C'Etait certainement un euphemisme, car, au
fond, c'est bien mieux que cela aujourd'hui.
Si nous ne sommes pas, en effet, ostensible-
ment annexes, c'est tout simplement parce
que cela n'est plus n6cessaire pour les fins
modernes de la colonisation. Ces fins sont
des fins Economiques plut6t que des fins poli-
tiques. Qu'est-ce que cela peut faire, en defi-
nitive, qu'on nous laisse, en maniere de fiche
de consolation, des fonctionnaires ktiquetts:
President, Ministre, Conseillers d'Etat, Pre-
fets, Magistrats Communaux, etc, du moment







D'UN BATONNIER 99

que, en fait, on a mis la main sur tous les ser-
vices publics, Douanes, Domaines, Postes et
Telegraphes. Enseignement technique, Af-
faires Municipales, Relations Exterieures, etc.
- du moment que, A c6te des fonctionnaires
illusoires don't nous venons de parler, se trou-
vent, comme on dit en Egypte des mustechars
americains exercant l'autorite veritable ?
N'est-ce pas exactement ce qui se passe
ici ? Et alors ?...
*
Depuis quelque temps, nous disons chaque
annde, A la reprise des travaux judiciaires:
- I1 nous reste la justice. Nous faisons l&-
dessus de belles phrases. C'est devenu le
theme habituel des discours de rentree. Eh
bien, la main mise sur la justice elle-meme
n'est que differte. Il y a. a ce sujet, des decla-
rations officielles et catagoriques. Mr. Hu-
ghes, Secretaire d'Etat, parlant, en Novem-
bre 1923, devant I'American Bar Associa-
tion, annoncait en terms clairs c qu'un con-
seiller l~gal amiricain est en train d'etablir
pour Haiti un solide syst.me judiciaire. Tout









le monde sait que ce conseiller legal, qui siege
depuis trois ou quatre ans a la Lgation Ame-
ricaine, est A sa besogne, et que le solide
< system judiciaire > est en march. Ah ce
sera, en effet, on peut le dire, un < Strong
judiciary system 3... Et, dans un an ou deux,
lorsque le nouveau Palais de Justice de la
place P6tion sera achevC, le systeme sera pro-
bablement mis en application, parce que, d&-
cemment, on ne peut pas demander a de
grands juges americains, a des superinten-
dants ou des experts de la prochaine justice,
de travailler dans les bicoques qui abritent
actuellement les tribunaux haitiens. Deja,
d'ailleurs, les decisions de la justice haitienne
ne sont plus qu'un vain mot. Les jugements
ou les arrEts rendus centre l'Etat ne sont exe-
cutes que si le Conseiller Financier le veut
bien. Si la decision n'est pas de son goit, il
envoie tout simplement promener la parties
gagnante, du moment que cette parties est hai-
tienne. II le fait avec une absence complete
de scrupule, meme lorsqu'il s'agit d'un arret
des sections reunies de notre tribunal de Cas-
sation...


100


PAROLES







D'UN BATONNIER 101

D'ici un an ou deux, nous serons sans doute
Sla fin de la periode d'accommodation du
milieu aux convenances et aux exigences des
capitaux amfricains qui doivent venir. Ils
doivent venir, parce qu'il faut bien placer dans
les pays qui ne sont pas encore economique-
ment developpes, chez les peuples et dans les
territoires qui en ont besoin et oit la main
d'oeuvre est abondante et a bon march,
I'knorme surplus, les fabuleux excedents qui
ne trouvent plus d'emploi assez r6muntrateur
aux < States >. Or, nous sommes dans le
champ des activities de la National City Bank
de New-York...
Cependant, prealablement, quelque chose
devra couronner I'ceuvre. Pour que les en-
vahisseurs s'assurent la possession r6elle des
resources economiques du pays, pour qu'ils
puissent computer sur des interets et des divi-
dendes appreciables, en retour du placement
des capitaux n6cessaires a l'exploitation de
ces resources, il leur faut la terre des pay-
sans. II n'y a rien sans cela. Comment l'avoir ?
Au fond, c'est le problbme qu'ils cherchent a
rdsoudre depuis aix ans. Le fait qu'ils se
sont heurtss A line masse de petits propri&-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs