• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Preface
 Introduction
 Le pouvoir executif: Considerations...
 Le pouvoir legislatif
 Conclusion
 Colonial office circular
 Loi organique des iles sous le...
 Bibliography
 Table of Contents






Group Title: Étude sur les colonies de la Couronne Britannique : les Antilles anglaises, le gouvernement local et l'organisation legislative
Title: Étude sur les colonies de la Couronne Britannique
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074106/00001
 Material Information
Title: Étude sur les colonies de la Couronne Britannique les Antilles anglaises, le gouvernement local et l'organisation législative
Physical Description: 228 p. : ; 25 cm.
Language: French
Creator: Sicé, Eugène
Publisher: Giard & Brière
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1913
 Subjects
Subject: Constitutional law -- West Indies, British   ( lcsh )
Constitutional law -- Colonies -- Great Britain   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Thesis: Thèse (Ph.D.)--Université de Paris.
Bibliography: Includes bibliographical references.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074106
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001151225
oclc - 24310229
notis - AFQ1138

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Preface
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Introduction
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    Le pouvoir executif: Considerations generales
        Page 45
        Le conseil executif
            Page 46
            Page 47
        Le gouverneur
            Page 48
            Recrutement des gouverneurs
                Page 49
                Page 50
                Page 51
                Page 52
                Page 53
                Page 54
                Page 55
                Page 56
                Page 57
                Page 58
            Nomination des gouverneurs
                Page 59
                Page 60
            Duree de leurs fonctions
                Page 61
            Absence des gouverneurs
                Page 62
            Attributions des gouverneurs
                Page 63
                Page 64
                Page 65
                Page 66
                Page 67
                Page 68
                Page 69
                Page 70
                Page 71
            Leur responsabilite
                Page 72
                Page 73
                Page 74
                Page 75
                Page 76
                Page 77
                Page 78
    Le pouvoir legislatif
        Page 79
        Le parlement imperial
            Page 79
            Page 80
            Page 81
            Page 82
            Page 83
            Page 84
        Les assemblees locales
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88
        Le couronne
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 93
            Page 94
            Page 95
            Page 96
        Compoistion et foncionnement des assemblees locales
            Page 97
        Evolution des institutions politiques
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
            Page 103
            Page 104
        Histoire constitutionnelle de la Jamaique
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
            Page 119
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
        Transformations constitutionnelles des autres colonies antillaises Britanniques
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 129
            Page 130
            Page 131
            Page 132
            Page 133
            Page 134
            Page 135
            Page 136
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
            Page 145
            Page 146
            Page 147
            Page 148
            Page 149
            Page 150
            Page 151
            Page 152
            Page 153
            Page 154
            Page 155
            Page 156
            Page 157
            Page 158
            Page 159
    Conclusion
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
    Colonial office circular
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
    Loi organique des iles sous le vent
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
    Bibliography
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
    Table of Contents
        Page 227
        Page 228
Full Text










f--









THESE

POUR LE DOCTORATE
































La Faculty n'entend donner aucune approbation ni
improbation aux opinions 6mises dans les theses :
oes opinions doivent 4tre consid6r6es comme propres
A lers auteurs.





UNIVERSITY DE PARIS. FACULTY DE DROIT


ETUDE
SUR LES

COLONIES DE LA COURONNE

BRITANNIQUE

LES ANTILLES ANGLAISES
LE GOUVERNEMENT LOCAL ET L'ORGAN[SATION
LEGISLATIVE

THESE POUR LE DOCTORATE
Prdsentle et soutenue le 'Jeudi 5 Juin 1913, a 4 heures 1/2
PAR 1.~/
EUGENE SICE

President: M. LESEUR, professeur
Sagants MM. RENAULT, professeur
Suffragants LARNAUDE, professeur


PARIS (5")
M. GIARD & E. BRIERE
LIBRAIRES-iDITEURS
r6, RUE SOUFFLOT ET 12, RUE TOULLIER

1913










































INS
















PREFACE


L'Empire colonial britannique couvre une superficie
total d'environ 25 millions de kmi et compete une popu-
lation de pr4s de 360 millions d'habitants. C'est, avec la
Chine, 1'une des plus vastes et des plus peuplees des
organizations politiques du globe terrestre.
Cet immense empire peut Atre divise en trois groups
distincts, de la facon suivante:


Superficie Population

Kmq Habitants
Dominions on colonies h self-go-
vernement . 15.400.000 18.000.000
Colonies de la couronne 3 900.000 40.000.000
Empire des Indes . .. 3.700.000 300.000.000


Lepremier group comprend les colonies du Cap, du
Canada et de I'Australie. Ce sont actuellement de vrri-
tables Etats places sous la tutelle de l'Angleterre et
parvenus djit & un degr6 de civilisation tout a fait
comparable & celui de la Metropole; elles repr6sentent
d'une facon gdn6rale l'expansion de la race anglo-
saxonne proprement dite, bien que les Frangais an Ca-
Sice 1







-2-


nada, les Hollandais au Cap, les Irlandais un peu par-
tout fassent 6galement sentir leur presence; elles se
d6veloppent et sont exploit6es par des peuples jeunes
puissamment seconds dans leurs entreprises par les
capitaux de la Mere Patrie; ce sont les d6mocraties
de l'avenir, vraisemblablement appelees A se d6ta-
cher un jour ou l'autre, sans secousse, de l'Angle-
terre, pour se constituer en Etats tout A faith ind6-
pendants.
L'Empire Indien, a lui tout seul, forme le second
group et non le moins important. Une des contriesles
plus anciennement habitues du globe, l'Inde est un em-
pire asiatique, reconstitu6 par la conquAte et la do-
mination anglaise. On y trouve un melange extraordi-
naire de races, de langues et de religions. Entre les
colons anglais absolument noy6s dans la masse de la
population et les indigenes, il existe, comme bien 1'on
pense, au point de vue de la civilisation, des differences
6normes et il est permis de se demander comment le
Gouvernement Britannique parvient A maintenir sous
son autorit6, avec une armde relativement infime,des
territoires aussi vastes et aussi peuples. La civilisation
occidentale n'y penetre que lentement: il y a juxtapo-
sition, non pas assimilation.
Les colonies de la Couronne forment enfin un 3' group
qui a aussi son importance et qui se distingue bien
nettement des 2 precedents. Ce sont en general des
points strat6giques fort bien situes ou des contrees tro-
picales plus ou moins vastes destinies surtout A fournir
des products au commerce. Elles occupent, par leur
climate, leur population, leur degree de civilisation, une








-3-


situation interm6diaire entire les grandes colonies au-
tonomes britanniques de climate tempr6., de population
fort peu dense, de civilisation tris avancee, et l'Empire
des Indes de climate tropical, de population tres dense
et de civilisation encore arrieree. Elles ne peuvent guere
esp6rer atteindre avant longtemps le meme degree de
prosperity 6conomique et d'6ducation politique que les
grands dominions anglais; a ce point de vue, elles se
rapprochent beaucoup plus de l'Empire Indien. 11 serait
toutefois injuste d'en m6connaltre la tres reelle impor-
tance.
Entre territoires si divers, entire populations si diff6-
rentes, il ne saurait 6videmment 6tre question d'orga-
nisation commune. Aussi retrouvons-nous pour l'en-
semble des colonies anglaises, au point de vue de leur
regime politique et de leur organisation administrative,
les mAmes grandes divisions que nous avons Wte ame-
n6s A faire au point de vue de leur situation geogra-
phique et de leur population: colonies autonomes, -
empire indien colonies de la Couronne.
Nous ne nous occuperons que du regime politique des
Colonies de la Couronne, en choisissant parmi elles les
Antilles proprement dites, y compris les lies Bahamas.
Nous avons Wte amends A choisir ce sujet par la re-
marque que nous avons pu faire de l'absence complete
de tout travail, en langue francaise, relatif A l'organisa-
tion politique et administrative des Colonies de la Cou-
ronne Britannique. II existe au contraire dejA un cer-
tain nombre d'6tudes int6ressantes sur les colonies
autonomes de la Grande Bretagne (1). Or il semble bien

j(1) Andre, l'Angleterre et ses colonies autonomes; Eutrope, Colonies








-4-

que ce soit l'organisation des Colonies de la Couronne,
de preference A celle des grandes feddrations anglaises
d'outre mer, qu'il soit le plus utile de connaitre pour
nous autres Francais don't la presque totality des colonies
se trouve situee dans les regions tropicales. Al'exception
en effet de l'Algerie et de la Tunisie, auxquelles on peut
maintenant adjoindre le Maroc, qui forment un group
A part dans notre empire colonial, routes nos possessions
d'outre mer sont situees entire les tropiques,c'est-a-dire
qu'elles ne se pretent pas du tout a un developpement
r6gulier et normal de la population europ6enne. On ne
saurait done raisonnablement songer, A l'heure actuelle,
A les doter du regime du gouvernement responsible qui
n6cessite, pour son bon fonctionnement, des conditions
tout A faith diff6rentes de celles que l'on y trouve.
Telle est la raison pour laquelle nous nous sommes
decides a rechercher quelle Atait la solution A laquelle
s'6tait arrte le Gouvernement Imp6rial pour la bonne
administration des Colonies de la Couronne.
Deux grandes methodes s'offraient A nous pour le
faire. Nous pouvions en effet : ou bien, passer successi-
vement en revue chacune des Colonies de la Couronne,
en en 6tudiant d'une facon sommaire le regime poli-
tique; ou bien, nous arreterA une seule de ces nom-
breuses colonies et approfondir davantage le fonction-
nement du Pouvoir LUgislatif et du Pouvoir Ex6cutif.
La premiere mnthode aurait eu cet inconvenient
d'allonger notre travail et de compliquer nos recherches,
en nous exposant en outre A de fr6quentes r6petitions

anglaises a self-government; Merens, Etude sur les colonies anglaises
autonomes.



j~






-5-


par suite des nombreux points de resemblance qui
existent dans le regime politique des diff6rentes colonies
tropicales anglaises. Elle aurait par centre pr6sent6 cet
advantage de nous faire connaitre les diverse solutions
apportees, suivant les cas, par le Gouvernement Impe-
rial, A la question de. ]a meilleure administration des
Colonies de la Couronne.
La second m6thode aurait au contraire present les
avantages et les inconv6nients inverses de ceux de la
premiere : elle aurait simplify notre etude, mais celle-
ci eCt Wte certainement incomplete.
Et voilA pourquoi nous avons eu l'idee de choisir
comme sujet d'6tude les Antilles Anglaises. Nous 6tions
ainsi amenes A suivre une troisi6me m6thode, in-
termediaire en quelque sorte entire les deux pric6dentes,
grace A laquelle, avec un travail moins long et des re-
cherches moins compliquees que par la premiere me-
thode, nous pouvions obtenir des resultats plus com-
plets et plus satisfaisants que par la second method.
Les Antilles Anglaises en effet, quoique se trouvant
toutes A peu pres exactement dans les mAmes condi-
tions climatiriques et ethnographiques, sont loin d'etre
places absolument sous le meme regime politique. On
y trouve au moins 3 types diffirents de gouvernement,
3 modes d'organisation du pouvoir l1gislatif. En faisant
done l'6tude du regime politique des Antilles Anglaises,
nous examinerons A la fois les principles et mmre les
seules solutions apportees par le Gouvernement Britan-
nique A la question de administration des colonies
tropicales proprement dites.
D'autre part, second consideration de nature A







-6-


justifier le choix de notre sujet, la France possede,
dans les memes regions, depuis la meme 6poque, dans
le voisinage imm6diat des Antilles anglaises, deux co-
lonies qui sont, comme nous aurons l'occasion de le
constater, loin d'Atre en aussi bonne voie tant au point
de vue politique qu'au point de vue Bconomique. 11 nous
a done paru interessant, dans cet ordre d'iddes, d'es-
sayer d'exposer le systeme de gouvernement applique
par la Couronne a ses possessions antillaises, de facon
. permettre de rechercher si l'inegal degree de prospe-
riMt des Antilles frangaises et Anglaises ne pouvait pas
Atre impute aux differences qu'il est facile de reliever
dans leur systeme de gouvernement.
Nous nous sommes done bornes, dans notre 6tude, a
l'examen du gouvernement local et de l'organisation l-
gislative des Antilles britanniques, laissant complete-
ment de c6t6 les questions relatives a l'organisation
financiire et ne donnant que de braves indications sur
le d6veloppement economique de ces colonies.
Avant d'entrer directement dans le sujet, il imported
de preciser, des a present, ce qu'il faut entendre par
Colonies de la Couronne, en Angleterre.
Les publicistes anglais, d'accord avec le Gouverne-
ment Imperial, s'entendent pour definir les a Crown
Colonies ) par opposition avec les a self-governing co-
lonies ). La definition qui est generalement adoptee est
celle que l'on trouve dans le Government Year Book,
d'apres laquelle ( les Colonies de la Couronne sont celles
dans lesquelles la Couronne a un pouvoir effectif de con-
tr6le sur la Ilgislation, ainsi que sur les /onctionnaires
publics. L'expression englobe par consequent toutes les







-7-


colonies anglaises, A l'exceptioal de cells qui peuvent
6tre classees dans la categorie des colonies autonomes,
ou colonies a gouvernement responsible ). Voila qui est
clair. Mais 14 oii toute clart6 semble A peu prbs dispa-
raitre, c'est lorsque certain publicistes, se refusant A
reconnaitre, a l'int6rieur meme du group des Colonies
de la Couronne, une nouvelle division bipartite entire
les colonies A institutions representatives sans gouver-
nement responsible d'une part, et les colonies sans
institutions representatives et sans gouvernement res-
ponsable de l'autre, proposent de faire de ces dernibres
une classes & part, distinct A la fois des colonies auto-
nomes et des colonies de la Couronne. A vrai dire, on
ne voit pas trbs bien la necessity d'adopter, en dehors
de 1'Empire des Indes qui forme un group A part, cette
division des colonies anglaises en trois classes distinctes
A savoir : les colonies a institutions representatives et
gouvernement responsible; les colonies a institutions
representatives, sans gouvernement responsible; les
colonies de la Couronne proprement dites.
La difference que l'on veut voir entire ces deux der-
niers groups de colonies est en effet bien plus appa-
rente que reelle. Elle consiste uniquement en ce fait
que, dans les colonies du premier group, la legislature
locale est en tout ou, le plus souvent, en parties seule-
ment, Blue par la population, tandis que, dans cells
du second group, elle est entierement nommie par la
Couronne. Mais ce ne sont la que des apparences aux-
quelles il n'y a vraiment pas lieu de s'arreter.
En realitM, comme le reconnait d'ailleurs un des au-
teurs de la division tri-partite que nous critiquons, a il




'1


-8-

est difficile de determiner la difference exacte qui
existe, pratiquement, entire une colonie de la Couronne
et une colonies a institutions representatives, mais sans
gouvernement responsible, 6tant donn6 que, dans les
deux cas, la Couronne dispose d'un pouvoir supreme
de contr6le sur la legislation, sans,qu'il soit necessaire
pour cela d'introduire aucune modification particulibre
dans la constitution de la colonies (I). ,
Cette observation suffit, semble-t-il, a faire aban-
donner la distinction que I'on veut 6tablir entire les co-
lonies dot6es d'institutions pr6tendues representatives
et celles qui ne le sont pas. Du moment que, dans un
cas comme dans l'autre, le Gouvernement Imperial dis-
pose, en fait, d'un droit de veto absolu sur tous les
actes de la 16gislature locale, ainsi que d'un pouvoir de
contr6le sur tous les fonctionnaires publics de la co-
lonie, on ne trouve plus, a la v6rit6, aucun criterium
sur lequel baser une distinction s6rieuse entire ces deux
cas. Ce ne sont que deux modalilts d'un mgme type de
colonies. En d'autres terms, la presence d'un 1eement
Blectif dans la composition de l'assemblee locale ne
modifie point d'une fagon profonde le caractere de la
colonies, a moins que le systeme electoral ne repose sur
une base trbs large, par suite de la presence dans la co-
lonie d'une population blanche important, auquel cas
les institutions representatives ne tarderaient pas & se
doubler du gouvernement responsible.
Nous nous rallions done d6cid6ment a la division que
nous avions signal6e dbs le debut des colonies an-


(1) V. Ireland, Tropical colonisation, p. 44.






-9 -

glaises, en deux grandes classes, reserve faite toujours
de 1'Empire des Indes, a savoir :
1 Les colonies d gouvernement responsible, dans les-
quelles la Couronne s'est uniquement reserve le droit
de ( d6savouer (disallow) les actes votes par le parle-
ment local, mais dans lesquelles, par centre, le Secrd-
taire d'Etat n'exerce son pouvoir de contr6le sur aucun
autre officer public que le gouverneur. Sur toutes
les questions intbressant les affaires intbrieures de la
colonie, le gouverneur prend i'avis des Ministres
qui l'assistent et sont responsables devant le parle-
ment.
2* Les colonies n'ayant pas de gouvernement respon-
sable, dans lesquelles la Couronne exerce un droit ab-
solu de veto sur toutes les lois votees par la legislature
locale et dans lesquelles, en outre, I'administration est
aux mains de fonctionnaires publics sous le contr61e
du Secretaire d'Etat pour les Colonies. Ce sont les Co-
lonies de la Couronne a proprement parler.
Ces colonies se subdivisent elles-m6mes en quatre
categories distinctes :
a) Colonies pourvues d'une Chambre de 1'Assemblde
(House of Assembly) blue et d'un conseil Legislatif
nomm6. Ce sont: les miles Bermudes, les lies Bahamas,
la Barbade;
b) Colonies poss6dant un conseil 16gislatif en parties
elu, mais don't la constitution ne prevoit pas une ma-
jorit6 officielle. Ce sont: la Guyane anglaise et l'ile de
Chypre;
c) Colonies poss6dant un conseil 1lgislatif en parties
4lu, mais don't la constitution pr6voit une majority of-









ficielle. Ce sont: la Jamaique, les lies sous le Vent,
Malte, Maurice et les iles Fiji ;
d) Colonies et protectorats possedant un conseil legis-
latif nomm6 par la Couronne. Ce sont: le Honduras
britannique, Ceylon, le protectorat de l'Afrique Orien-
tale, Hong-Kong, le Nyasaland, Sainte-Lucie, Saint-
Vincent, les Seycbelles, Sierra Leone, la Nigeria du
sud, les Etablissements des D6troits, la Trinidad;
e) Colonies et protectorats n'ayant pas de conseil 16-
gislatif. Ce sont: le territoire des Ashanti, le Basuto-
land, le Bechuanaland, la Nig6ria du nord, les terri-
toires septentrionaux de la C6te d'Or, Sainte-H6lbne,
l'Uganda, Wei Hai Wei, les miles comprises dans la
SHaute commission du Pacifique occidental ).
Comme on le voit par cette enum6ration, les colonies
dot6es d'une assemble entierement Blue, vraiment re-
pr6sentative, ne sont plus, a I'heure actuelle, qu'au
nombre de trois. Ce sont d'ailleurs, il convient de
l'ajouter, les premieres qui aient joui des institutions
representatives.
On a pu remarquer 6galement, dans ce tableau, que
les Antilles Anglaises figurent a la fois dans la ire, la
3e et la 4 cat6gorie des colonies de la Couronne.


- 10 -















INTRODUCTION GROGRAPHIQUE ET HISTORIQUE


L'Archipel des Antilles.

I. L'Archipel des Antilles est constitute par un veritable
chapelet d'iles et d'ilots, aux formes et aux dimensions
les plus varies, qui s'6gr6nent entire les deux continents
am6ricains, reliant, par les presqu'iles de la Floride et
du Yucatan, I'Am6rique du nord et I'Am6rique central,
aux bouches de l'Or6noque dans l'Am6rique du sud. Ces
milliers d'iles et de recifsse dressent, entire les deux mas-
sifs continentaux du Nouveau Monde, comme une sorte
de ligne de partage des eaux, entire l'Ocean Atlantique
d'une part et la M6diterran6e am6ricaine de l'autre.
Cette mer int6rieure se divisant elle-m6me en deux bas-
sins bien distincts, communiquant par le d6troit de
Yucatan: le golfe du Mexique au nord et la mer Caraibe
au sud.

Constitution g6ologique.

Au point de vue gdologique, I'Archipel des Antilles
appartient a la grande depression m6diterran6enne de
l'6corce terrestre: c'est done avant tout une region de
dislocation et d'effondrement, caract6ris6e par ses plis







- 12 -


montagneux s'6levant au-dela de 3.000 mtnres, ses re-
marquables fosses marines atteignant des profondeurs
de 8.430 metres (fosse des lies Vierges), son intense et
redoutable activity volcanique.
D'une facon g6n6rale, on peut consid6rer les miles, r6-
cifs et bans sous-marins de l'archipel antillais come
etant les sommets d'une puissante chainede montagnes
aujourd'hui submerge, comme les derniers vestiges de
l'isthme ancien qui reliait probablement la presqu'ile de
la Floride a l'Amerique du Sud; ii convient toutefois de
ranger a part le group des iles Bahamas et de nom-
breux ilots moins important qui sont plut6t d'origine
madr6porique.


Climat.

Le climate des Antilles appartient, dans l'ensemble, au
type equatorial: il se caract6rise par une chaleur hu-
mide a peu pres constant, une temperature de serre,
variant fort peu d'une saison a l'autre; les carts de
temperature ne depassent guere 7 a 8 (1) (200 pendant
les mois les moins chauds, c'est-h-dire de janvier A
mars et 27 pendant les mois les plus chauds, c'est-a-
dire de juin A aofit). Les conditions climat6riques va-
rient beaucoup d'une region a l'autre, les iles les plus
Bloignees de l'Equateur et les plus exposees aux trade-
winds du nord-est 6tant les mieux partagees au point
de vue de la salubrite.

(1) Sur le littoral du moins ou dans les regions basses, car, sur
les hauteurs, le thermometre descend couramment au-dessous de
11 a 12 et monte jusqu'i 22 on 239, suivant les saisons.







- 13 -


Ploie.

Les pluies sont partout abondantes, les saisons parti-
culibrement humides s'6tendant du mois de mai au
mois de juillet, ainsi que de septembre a octobre. La
chaleur et les pluies entretiennent une v6egtation luxu-
riante et le sol, d'une fertility remarquable, se pr6te a
toutes les cultures tropicales.


Vents.

Les vents dominants sont les aiizis du nord-cst. Ils
soufflent avec la plus grande r6gularit6 pendant les
mois de janvier, f6vrier, mars, rendant ces mois par-
liculierement agr6ables.


Cyclones.

A l'exception des iles de Trinidad, Tobago, Grenade,
la plupart des miles des Antilles sont souvent visities par
de violent cyclones qui s'abattent sur elles generalement
pendant l'hivernage (aoit, septembre, octobre).


Ifruption et tremblements de terre.

L'Archipel des Antilles doit enfin A son origine volca-
nique les redoutables poussees 6ruptives (Martinique,
Guadeloupe, Saint-Vincent) ainsi que les frequents
tremblements de terre qui y ont deji cause de nom-
breux et terrible desastres.







- 14 -


Partage politique.

Au point de vue politique, les Indes Occidentales sont
actuellement r6parties entire l'Angleterre, les Etats-Unis,
la France, le Danemark et la Hollande. Seule, 'ile de
Saint-Domingue se partage en deux republiques ind6pen-
dantes, tout le reste de l'Archipel ayant WtB occupy par
les puissances colonisatrices.
Si l'on met a part la belle et grande ile de Cuba, de
beaucoup la plus riche de toutes les Antilles, c'est l'Em-
pire Britannique qui possede a coup sir les colonies
les plus importantes aux points de vue de la super-
ficie, de la population, ainsi que du d6veloppement
6conomique. Ce sont elles qui front seules l'objet de la
presente 4tude. Nous commencerons par en donner un
rapide apercu aux points de vue g6ographique et histo-
rique, puis nous examinerons le regime politique qui
leur est applique par le Gouvernement Imperial.


Les Antilles Anglaises.

II. Les Antilles Anglaises. Elles peuvent se diviser
en 6 groups de colonies, d'une superficie total de
30.700 kmr. et d'une population s'l6evant a 1.777.000
habitants, ce qui nous donne une density moyenne
de 57 habitants au km2. density variant au reste
de 5 habitants au km2. (iles Bahamas) a 464 pour la
Barbade.
Ces 6 groups de colonies sont les suivants: la Ja-
maique, les lies Bahamas, les Leeward Islands (Iles sous







- 15 -


le vent), les Windward Islands (lies Du vent), la Bar-
bade et la colonie de Trinidad et Tobago.


Jamaique.

o La Jamaique. Elle a Rtd decouverte le 3 mai 1494
par Christophe Colomb qui lui donna le nom de San
Yago. Elle n'a 6t0 colonisee que vers 1510 par les Espa-
gnols qui l'ont occupee jusqu'en 1655. Elle fut alors at-
taqu6e par des forces anglaises, envoy6es par Cromwell,
qui s'emparerent de f'ile, apres une faible resistance
des habitants, le 3 mai 1655. En 1670, la paix ayant
et6 conclue avec 1'Espagne, les droits de l'Angleterre
sur la Jamaique furent reconnus ddfinitivement par le
trait de Madrid.
La Jamaique est situde dans la mer des Antilles, A
peu pres au centre de la Mediterran6e ambricaine. Elle
est comprise entire 17'48' et 18032' latitude nord d'une
part, 760 10' et 780 20' 50" longitude ouest d'autre part.
C'est de beaucoup la plus important des Antilles
Anglaises. Elle s'6tend sur une longueur extreme de
144 miles (231 km., 741) et une larger extreme de
49 miles (78 km., 856), couvrant une surperficie total
de 10.800 kmq.
L'ile est tres montagneuse et connait d'assez fortes
altitudes, surtout dans la parties orientale oh la chaine
des Blue Mountains s'6l1ve A pres de 2.300 metres.
Le climate est extremement varied, par suite notam-
ment des differences d'altitude; il pr6sente des carts
de temperature tout A fait exceptionnels dans ces re-
gions. Sur le bord de la mer, la chaleur est temperee







- 16 -


par la brise marine qui souffle dans la journee, mais
surtout, pendant la nuit, par la brise fraiche qui des-
cend des collins de I'int6rieur. Quelle que soit la
saison, la temperature est toujours tres agreable des
que l'on s'e1lve un peu sur la montagne of le climatest
bien plus salubre que sur 'les cStes. La parties septen-
trionale de l'ile qui est expose constamment aux alizes
du nord-est est toujours sensiblement moins chaude que
la parties m6ridionale.
Comme dans la plupart des Antilles, la saison plu-
vieuse A la Jamaique est double : elle s'6tend du mois
de mai au mois de juin et du mois d'octobre au mois
de novembre; mais il pleutd'une fagon gnd6rale durant
toute 1'annee ; la hatteur d'eau recueillie en moyenne
est de 1.700 millimitres par an, la parties la plus arros6e
de l'ile 6tant la parties nord-est.
Les rivieres sont trWs nombreuses et s'6coulent, pour
la plupart, soit vers le nord, soit vers le sud, par suite
de la direction est-ouest de la principal chaine mon-
tagneuse de l'ile ; elles devalent des pentes tres escar-
pees et se transformeot souvent en dangereux torrents.
Les principaux course d'eau sont : le Black River au sud-
ouest et le Rio Grande au nord-est.
La population s'el6ve A environ 862.500 dmes (31 mars
1910); elle se compose principalement de nWgres, au
nombre de 500.000 environ ; puis viennent les muldtres,
au nombre de 150.000 ; les blancs ne sont guere plus de
20.000; les Indiens et Chinois de 15 A 20.000.
La capital de File est Kingston (47.000 habitants),
qui presente un vaste et beau port marchand, complete
par le port militaire de Port Royal. Le sibge du gouver-







- 17 -


nement est en realit6 & Spanishtown, sur les pentes des
Montagnes Bleues, reli6e a Kingston par le chemin de
fer.
De la Jamaique dependent les tles Cayman ainsi que
le group des iles Turques et Caiques qui se rattachent
plut6t, g6ographiquement, a l'archipel des Bahamas.
La population total des Cayman Islands est d'environ
6.000 ames, et celle des miles Turques de 5.300 ames
(3.600 noirs, 1.400 gens de couleur, 400 blancs).


lies Bahamas.


2) Les miles Bahamas. San Salvador, l'une des lies
de ce group, fut la premiere terre que d6couvrit Chris-
tophe Colomb en 1492.
Ces lies furent colonis6es en 1629, par les Anglais
qui en furent expuls6s en 1641 par les Espagnols, les-
quels ne firent aucun essai de colonisation. Les Anglais
les occuperent de nouveau en 1657, mais en 1703 elles
tombbrent entire les mains des Francais et des Espa-
gnols ; aprbs quoi, elles devinrent le rendez-vous des
pirates. Ceux-ci en furent chassis par les Anglais en
1718, 6poque A laquelle une administration r6gulibre
fut etablie.
En 1781, les Bahamas furent restitu6es A 1'Espagne,
mais, a la fin de la guerre, elles furent d6finitivement
c6d6es A l'Angleterre par le traitM de Versailles (1783) (1).

(1) Les iles Turques et Caiques ont la m6me histoire que les iles
Bahamas avec lesquelles, pendant longtemps, elles n'ont form
qu'une seule colonie.
Sic6 2







- 18 -


Les miles Bahamas sont les plus septentrionales de
toutes les Antilles. Elles constituent un archipel com-
pos6 d'une vingtaine d'iles tres peu peupl6es et d'une
infinite d'ilots et de r6cifs A peu pres deserts.
Elles s'etendent entire 21' 40' et 270 34' latitude nord
d'una part, 720 40' et 790 5' longitude ouest d'autre
part. Ce sont des miles basses et toutes d'origine co-
rallienne. L'ile principal est celle de la Nouvelle Provi-
dence, oil se trouve le si joli port de Aassau, capital des
Bahamas et residence d'hiver tres appr6ci6e des Anglais
du Canada et des Am6ricains.
La superficie total de l'archipel peut Wtre 6valuee a
11.400 km'. La population ne d6passe guere 58 & 60.000
habitanls.
Le climate des miles Bahamas est des plus agr6ables
et des plus sains, surtout pendant la saison fraiche. II
se caracterise par une grande 6galit6, ce qui est dfi
principalement A influence adoucissante de la mer;
les carts de temperature ne d6passent guere 3 A 4,
entire la saison fraiche et la saison chaude.


Iles Sous le vent.

3' Les Iles Sous le 'Pent. Les Leeward Islands com-
prennent les differentes lies suivantes :
Antigua et ses d6pendances (Barbuda, Redonda, Som-
brero) ; Saint-Kitts, Nevis et Anguilla ; Montserrat ;
Dominique; une parties des lies Vierges. Examinons-les
successivement.







- 19 -


A., Antigua. Elle a 6tL d6couverte par Christophe
Colomb (1) qui la nomma ainsi du nom de 1'Eglise de
Santa-Maria de la Antigua, de Seville. En 1632, un petit
nombre d'Anglais vinrent s'y 6tablir. En 1663, l'ile fut
concede par un acte formel de Charles II A lord
Willoughby qui y envoya un grand nombre de co-
lons.
Apres un court intervalle d'occupation par les Fran-
Cais, elle fut declare possession anglaise par le trait
de Breda en 1666 et le demeura depuis.
Antigue est situee A 61045' longitude ouest et 1706'
latitude nord. Elle a une superficie de 270 kmq. et une
population de 32.265 habitants. La ville principal est
Saint-Johns (10.000 habitants).
L'ile est montagneuse dans la parties sud-ouest et
possede une grande plaine central qui s'6tend du nord-
est au sud-ouest.
La temperature moyenne est de 26. Les pluies ne
sont pas aussi abondantes que dans la plupart des An-
tilles; les rivieres sont rares ainsi que les sources et
'ile est sujette a de fr6quentes et graves skcheresses. Le
climate est salubre, sauf toutefois dans le voisinage des
marais.

Barbuda est une petite ile situee a environ 40 kms. 200
au nord d'Antigue. Elle est basse et de formation co-
rallienne, elle couvre une superficie de 160 kmq. et
compete une population de 792 habitants.


(1) En 4493.







- 20 -


Redonda enfin est un petit pilot situ6 h 25 miles au
sud-ouest d'Antigue. Sa population est de 120 habi-
tants.



B. Saint-Christophe fat d6couverte en novembre 1493
par Christophe Colomb qui lui donna son propre
nom; nais elle ne fat alors ni occup6e, ni coloni-
see par les Espagnols. C'est la plus ancienne des
possessions anglaises dans les Indes Occidentales, et
on peut la considerer comme la more commune des
etablissements anglais et francais dans l'archipel des
Caraibes.
En 1623, une poign6e d'Anglais vint s'y 6tablir. Ils
trouverent 'ile occup6e par les Caralbes avec lesquels
ils v6curent d'abord en bonne intelligence.
En 1625, des aventuriers francais debarqu6rent dans
'ile et furent bien recus par les Anglais. Bient6t apres
les colons des deux nations s'unirent pour attaquer les
Caraibes don't ils tubrent un grand nombre et chasserent
le reste.
En 1629, les Espagnols s'emparbrent de File et en
chasserent A leur tour les colons francais et anglais;
mais quelque temps apres, ceux-ci furent remis en
possession de leurs terres.
En 1713, les Anglais, expuls&s de l'ile par les Fran-
cais en 1666. en reprirent possession en execution du
trait d'Utrecht. Ils furent chassis de nouveau, en 1782,







- 21 --


par les Frangais. En 1783, le trait de Versailles rendit
I'ile A 1'Angleterre d'une facon definitive.
Saint-Christophe est une petite ile montagneuse d'ori-
gine volcanique, dont le sommet le plus 6lev6, le Mount
Misery, s'6l1ve A 4.000 feet (1.300 metres environ). Elle
est traversee par une chaine de hautes montagnes. Sa
superficie est de 163 kmq. et sa population de 30.900
habitants. Elle est bien arrosee et jouit d'un climate
relativement salubre; la temperature varie de 22*
A 30'.
Cette ile, d'une grande fertility, se trouve si-
tuee entire 17018' latitude nord et 62048' longitude
ouest.


Ndvis fut decouverte par Christophe Colomb en 1498
et colonis6e par les Anglais en 1628. En 1650, elle fai-
sait parties du group d'iles places sous 1'autorit6 de
Willoughby. En 1782, NBvis suivit le sort de Saint-
Christophe et se rendit aux Francais, mais le 28 jan-
vier 1783 elle fut restituee aux Anglais.
L'ile de Nevis est situee entire 17040' latitude nord et
620331 longitude ouest. Elle a une forme A peu pros
circulaire. Elle est 6galement d'origine volcanique et
est domin6e, dans sa parties central, par un pic s'61e-
vant A plus de 3.000 metres d'altitude. La ville princi-
pale est Charlestown (1.500 habitants). La superficie est
de 130 kmq et la population de 13.000 dmes.







- 22 -


Anguilla est s6paree de Saint-Christophe par un d6-
troit de 3 kms. 218 metres de large A sa parties la plus
6troite. C'est une ile basse, longue, etroite. Elle est
situee entire 18 1& latitude nord et 63"5' longitude ouest.
Les pluies sont irregulibres et peu abondantes; les si-
cheresses assez fr6quentes. La superficie est de85 kmq.
et la population de 4.000 dmes. La ville principal,
Basse Terre, est i une distance de 12 miles de Char-
lestown.



C. Montserrat. Dicouverte en 1493 par Christophe
Colomb qui lui donna le nom d'une montagne d'Es-
pagne fameuse sur laquelle est situe un monastere oil,
dit-on, Ignace de Loyola concut le project de fonder la
SociWte de J6sus.
Colonis6e par les Anglais en 1632, prise par les
Franpais en 1664, rendue aux Anglais en 1688, reprise
par les Francais en 1782, cette ile a Wt6 d6finitivement
rendue aux Anglais en 1784.
L'ile de Montserrat est comprise entire 16045' lati-
tude nord et 610 longitude ouest. Elle est d'origine
volcanique et se compose de trois groups de mon-
tagnes don't le plus important est au sud oh la Sou/riere
Hill atteint I'altitude de 915 m6tres et le moins impor-
tant au nord; ils sont tous les deux recouv.erts de
forts.
La population de 'ile est de 12.000 dmes; la ville
principal est Plymouth, avec 1.500 habitants.







- 23 -


Au point de vue du climate, 1'ile est consid6r6e comme
1'une des plus saines des Antilles.



D. Dominique. D6couverte par Christophe Colomb
le 3 novembre 1493 (1). Les Francais furent les pre-
miers & s'y 6tablir, au commencement du xvui sitcle.
Les Anglais firent plusieurs tentatives infructueuses
pour s'en emparer. En 1748, par une clause du traits
d'Aix-la-Chapelle, il fut stipule que la Dominique serait
un terrain neutre et que les Caraibes en resteraient pro.
prietaires.
Neanmoins, les Francais continuerent a s'y installer
comme colons jusqu'en 1763, 6poque a laquelle l'ile
ayant Wt6 ced6e a l'Angleterre par le trait de Paris, les
habitants francais furent obliges de preter serment de
fidHlite a leurs nouveaux maitres. En 1771,la Dominique
fut attaquee et prise par des forces francaises venues de
la Martinique; mais elle fut rendue i l'Angleterre
en 1783.
La Dominique est 'ile la plus important de la co-
lonie des Leeward Islands. Elle est comprise entire
15010' et 15040' latitude nord d'une part et 61014' a
61030' longitude ouest d'autre part. Elle s'6tend sur une
longueur de 46 kms. et une larger de 25 kms., cou-
vrant une superficie d'environ 710 kmq. C'est une ile
extremement montagneuse, d'origine volcanique et re-
marquable pour la beauty de ses paysages; les sommets


(1) C'Utait un dimanche : c'est. de 1A que lui vient son nom de
Dominique.







- 24 -


les plus 6levds sont le mont Diablotin, le morne Trois
Pitons et plusieurs autres qui depassent 1.000 mbtres.
Les rivibres sont nombreuses et g6ndralement pois-
sonneuses. Le climate est particuliirement agrdable,
surtout pendant la saison fraiche de novembre ~ avril;
sur le bord de la mer, la temperature oscille entire 22o
et 320; sur les c6teaux de l'interieur, le thermombtre
descend parfois jusqu'A 16 ou 17. La brise de mer
souffle constamment et les nuits sont gen6ralement
fraiches. La saigon chaude, qui est aussi celle des
pluies, est moins agr6able.
La population de 'ile s'616ve 8 33.900 habitants; la
ville principal est Roseau.
La Dominique est sujette A des eruptions volcaniques;
toutefois les tremblements de terre y sont rares, ainsi
que les cyclones.


E. Les lies Vierges. Elles furent d6couvertes par
Christophe Colomb en 1493. Tortola fut d'abord occu-
pee par des boucaniers hollandais en 1648. Ceux-ci
furent chassis en 1666 par d'autres boucaniers qui
prirent possession de i'ile au nom du roi d'Angleterre.
Le Gouvernement anglais leur accord sa protection.
Quelque temps apres, le group des lies Vierges fut
annex aux lies sous le vent. Depuis, elles n'ont pas
cess6 d'appartenir aux Anglais.
Les lies Vierges constituent un group d'iles s'6ten-
dant A l'est de Porto-Rico. Les miles appartenant a l'An-
gleterre sont au nombre de 32 environ, quelques-unes
6tant fertiles, mais la plupart n'6tant guere que des
rochers et des Slots A peu pres nus et deserts.







- 25 -


Les miles principles sont :
Tortola t 18027' latitude nord et 64039' longitude ouest,
oh se trouvent le sibge du Gouvernement et les bons
ports de Road Harbour et West End;
Virgin Gorda, avec son joli port de Gorda Sound;
Anegada, petite ile plate d'origine corallienne. Le cli-
mat est tres agreable; la plupart des iles se trouvant
tout a fait au nord des Antilles jouissent d'une temp6-
rature assez douce, notamment de novembre a mars.
La population total s'616ve a environ 5.562 habi-
tants (1).


Iles dn Vent.

40 Les Windward Islands. Les lies du Vent se com-
posent des trois possessions de Sainte-Lucie, Saint-Vin-
cent et Grenade, auxquelles il faut rattacher les petites
miles voisines connues sous le nom des Grenadines et
qui dependent en parties de Saint-Vincent et en parties
de Grenade.



A. Sainte-Lucie. Decouverte par Christophe Colomb
en 1502. Elle 6tait alors habit6e par les Cararbes qui en
restbrent possesseurs jusqu'en 1635, 6poque 6a laquelle
le Roi de France en fit don h deux de ses sujets. En 1639,
les Anglais vinrent y former leur premier 6tablisse-

(1) La superficie total de 1'ensemble du troupe des Leeward Is-
lands est d'environ 1.800 kmq. et la population s'l66ve A 128.000
habitants, don't 100.000 negres.







-26-


ment, mais, l'ann6e suivante, tous les colons de 'ile
furent massacres par les Caraibes.
En 1642, le roi de France, se basant encore sur son
droit de suzerainete sur l'ile, en c6da la propriety a la
Compagnie Francaise des Indes Occidentales; celle-ci
la vendit en 1650 & Honel et a Du Parquet. AprBs
maintes tentatives des Caraibes pour expulser les
Francais, un traite de paix fut conclu avec eux
en 1660.
En 1663, les Anglais firent une descent dans
File et s'en emparerent ; ils y resterent jusqu'en 1667,
6poque a laquelle elle fut rendue aux Francais par le
traitW de Breda el devint une d6pendance de la Mar-
tinique.
AprBs la paix d'Utrecht en 1713, les pretentions rivals
de la France et de 1'Angleterre sur la possession de 1'ile
deg6nererent en hostility ouverte. Mais les Francais
reussirent, en 1722, a chasser les colons anglais et Pile
fut declaree neutre.
En 1744, les Francais profiterentde la declaration de
guerre & 1'Angleterre, pour reprendre possession de
Sainte-Lucie qu'ils garderent en leur pouvoir jusqu'A la
paix de 1748; en execution de la paix d'Aix-la-Chapelle
l'ile fut A nouveau declare neutre.
En 1756, a la reprise des hostilities, les Frangais
mirent l'ile en 4tat de defense, mais, en 1762, ils durent
la rendre aux Anglais. L'ann4e suivante, elle fut res-
titude a la France en execution du trait de Paris.
En 1793, i la declaration de guerre entire la France
et I'Angleterre, les Indes Occidentales devinrent le
theatre d'une serie d'operations militaires et navales







- 27 -


qui eurent pour resultat la reddition de Sainte-Lucie
aux forces anglaises, dbs 1794.
Mais, deux ans aprbs, les Francais, sous la conduite de
Victor Hughes, ayant r6ussi & s'emparer de 1'ile avec 1'aide
des esclaves qui s'6taient insurg6s, le gouvernement
Anglais fut oblige d'envoyer un corps de troupes et une
escadre pour reprendre possession de I'le; ce ne fut
qu'apr6s un mois de luttes opiniAtres et sanglantes que
les Francais mirent bas les armes et se rendirent comme
prisonniers de guerre.
L'ile rest entire les mains des Anglais jusqu'en 1802,
6poque A laquelle elle fut rendue aux Francais par la
paix d'Amiens. A la reprise des hostilit6s, Sainte-Lucie,
attaqu6e par les Anglais, capitula le 22 juin 1803
et, A dater de ce jour elle est rest6e possession an-
glaise.
On voit que cette colonie fut, durant tout le xvIu'et
tout le xvim si6cles, et m6me jusqu'au d6but du xIxe,
le theatre de luttes perp6tuelles entire Francais et An-
glais. Jusqu'en 1803, elle demeura plus longtemps pos-
session francaise que possession anglaise. Aussi ne doit-
on pas s'6tonner de constater que l'influence franchise y
soit encore tres grande et que !e patois que l'on y parole
soit A peu pr6s le meme que celui de nos colonies voi-
sines de la Martinique et de la Guadeloupe.
Sainte-Lucie est la plus septentrionale et, en mrme
temps, la plus important du group des Windward
Islands. Elle est situ6e entire 13*50' et 14011 latitude nord
d'une part, 60058' et 61" longitude ouest d'autre part, A
une faible distance de la colonies francaise de la Marti-
nique. Elle a une superficie d'environ 600 kmq.







- 28 -


L'le est montagneuse; elle pr6sente une chaine cen-
trale de petites montagnes boisees d'une altitude va-
riant entire 600 et 700 m6tres, ainsi que de nombreuses
et petites vallees.
Les deux principaux sommets s'el6vent a un peu plus
de 900 metres (3.000 fect). Les rivibres sont nombreuses.
L'ile est tres boisee : 1/3 de la superficie total est cou-
vert de forts.
Le climate est chaud et humide; la saison relative-
ment skche va du mois de fevrier au mois d'avril, la
saison pluvieuse s'6tendant de juin A novembre. La
moyenne des pluies varie entire 1",25 et 3m,75 dans l'in-
terieur de ]'ile, oh se trouvent d'ailleurs les terres les
plus fertiles. La temperature moyenne est d'environ 26'
variant entire un minimum de 21" et un maximum
de 31.
La population de I'ile est d'environ 55.900 habitants.
Un tres petit pourcentage seulement est d'origine euro-
p6enne; la grande majority de la population est de race
negre ; on compete aussi un miller d'immigrants in-
diens. La ville principal est Castries qui a une popula-
tion de 8.000 Ames; elle present un joli port qui, grAce
aux facilities de carbon, est appele a un bel avenir
aprbs le percement de l'isthme de Panama. La second
ville de la colonie, la ville de Soufribre, a une popula-
tion de 2.500 habitants.



B. Saint-Vincent. Decouverte par Christophe Co-
lomb le 22 janvier 1498. Elle 4tait alors habitee, comme
Sainte-Lueie et plusieurs autres miles, par les Caraibes







- 29-


qui continuerent A jouir paisiblement de leur posses-
sion jusqu'en 1627, 6poque laquelle le Roi d'Angle-
terre la conc6da au comte de Carlisle. En 1660, elle fut
d6clar6e neutre, et, en !672, elle fut concedee A lord
Willoughby.
11 ne parait pas toutefois qu'on ait pris alors aucune
measure pour former un 6tablissement dans cette lie.
Sur ces eitrefaites, Anglais et Francais s'entendirent
pour abandonner la Dominique et Saint-Vincent aux
Caraibes, A la condition que ceux-ci renonceraient &
toute reclamation sur les autres miles. AprBs cette con-
vention, les Caraibes restbrent seuls maitres de Saint-
Vincent jusqu'en 1675, 6poque A laquelle on decouvrit
dans l'ile un certain nombre de sauvages de race diff6-
rente. On appela ceux-ci Caralbes noirs pour les distin-
guer des aborigines que l'on avait designs sous le nom
de Caraibes jaunes.
En 1723, les Anglais firent une tentative infruc-
tueuse pour prendre possession de Saint Vincent, don't
le roi George P" avait fait don au due de Montague.
L'ile continue ensuite a 6lre le thdAtre d'hostilit6s
entire les deux races noire et jaune. Elles se termi-
n6rent par I'an6antissement presque complete des Ca-
raibes jaunes.
Les Francais s'6taient presque constamment opposes
aux tentatives des Anglais pour riduire cette ile et
d'autres encore sous" leur domination, et il avait At6
enfin convenu par le traits d'Aix-la-Chapelle, en 1748,
que les Anglais abandonneraient leurs pr6tentions et
que les miles en litige parmi lesquelles Saint Vincent, se-
raient d6clarees neutres.







- 30 -


Cependant en 1756, les hostilit6s recommencerent et
1'ile fut prise en 1762 par les Anglais. L'annie sui-
vante, le trait de Paris c6da Saint Vincent A 1'Angle-
terre qui y nomma un gouverneur.
Les Caraibes ne se laisserent pas deposseder sans re-
sistance et ils resterent pendant quelques annees en
6tat d'insurrection ouverte. En 1773, le Gouvernement
Anglais conclut avec eux un traits par lequel ils re-
connaissaient la souverainet6 du roi d'Angleterre et se
soumettaient a ses lois en ce qui concernait la condi-
tion des sujets. D'un autre c6te, ils recevaient une
parties des terres pour leur residence et il leur 6tait
permis de s'y gouverner d'apres leurs propres cou-
tumes.
En 1779, 'ile fut attaqu6e et prise par les Francais;
par le traite de Versailles, elle fut rendue a l'Angleterre.
A partir de cette 6poque jusqu'au moment o& 6clata la
Revolution Francaise, I'ile parait avoir joui d'une pros-
perit6 relative; mais, en 1795, eut lieu une insurrection
des Caraibes ; les revolt6s eurent le dessus et tuerent
sans merci les colons anglais.
Cet 6tat de choses dura jusqu'A l'arriv6e, en juin
1796, de troupes anglaises qui reprirent possession de
'ile ; ce ne fut qu'apres des combats opiniAtres que les
rebelles se rendirent A discretion. A la suite de cet
6v6nement, le Gouvernement de Sa Majest6 resolut de
transporter les Caraibes i l'ile de Rattan, dans la baie
de Honduras. Ces derniers 6vacuBrent l'ile au nombre
d'environ 5.000 sur des bitiments anglais, le 11 mars
1797.
Les colons qui survecurent i cette longue et d6sas-







- 31 -


treuse guerre, se troavant dans le plus complete denf-
ment, demanderent au Gouvernement Metropolitain de
leur venir en aide au moyen d'un prAt d'argent; leur
demand fut agree. Vers la mgme 6poque, le Gouver-
neur fut autoris it conceder, a titre revocable A la vo-
lonte du Roi, des terres, ayant appartenu aux Caraibes,
e tous ceux qui avaient pris part a la derniere guerre.
Cette mesure. fut suivie d'un acte declarant que les Ca-
raibes 6taient dechus de tous droits sur les terres don't
la propri6t6 leur avait WtB reconnue par le trait de
1773, et que celles-ci faisaient en consequence retour a
la Couronne.
En 1809, sir Charles Brisbane fut nomme gouverneur
de Saint Vincent. Pendant les vingt annees que dura
l'adminristration de ce gouverneur, un grand essor fut
donn6 A l'agriculture et au commerce de la colonies
qui s'eleva bient6t h un degr6 de prospirite sans
example.
En 1834, le system de I'apprentissage fut 6tabli et
suivi, en 1838, de l'6mancipation des noirs. L'annee
1846 vit la premiere introduction de travailleurs portu-
gais, classes d'emigrants qui atteignit en peu d'annees
le chiffre de 2.400. En 1862, la colonies recut le premier
envoi de coolies indiens.
Saint-Vincent est situee entire 13*10' latitude nord
d'une part et 60057' longitude ouest d'autre part. Comme
les autres iles des Antilles, Saint-Vincent est d'origine
volcanique; elle present une chaine central de mon-
tagnes se dirigeant du nord au sud et constituent
l'epine dorsale de l'ile. Ces montagnes, tres boisees,
ont une altitude variant entire 850 et 1250 metres. Le







- 32 --


volcan de la Soufriere s'le6ve dans la parties septentrio-
nale de la colonies A 1220 metres, et le mont Saint An-
dren qui domine la jolie valley de Kingstown au sud
depasse 900 mbtres. Le volcan de la Soufribre est en
pleine activity et a de frequentes eruptions, la plus r6-
cente est celle de Mai 1902.
Les rivieres sont tres nombreuses, mais en g6ndral
peu abondantes, sauf apres les pluies; la principal est
le Richmond River.
L'ile de Saint Vincent a une superficie de 350 kmq.
C'est a elle que sont rattach6es la plupart des Grenadines
don't la plus important est Brdquia, situde A environ
14 kms de Saint Vincent.
Le climate est chaud, humide, mais sain. Les nuits
sont gnd6ralement fraiches, mAme pendant la saison
chaude et pluvieuse, c'est-a-dire de juin A novembre.
Les vallees sont tres arrosees par la pluie don't la chute
annuelle s'dl1ve A environ 2 m. 50.
Au recensement de 1911, la population de Saint-Vin-
cent s'dlevait A 41.877 habitants. La capital est la ville
de Kingstown, situee sur une large baie, A l'extr6mit6
sud-ouest de 'ile. Parmi les autres villes, moins im-
portantes, on peut citer: Georgetown au nord-est et
Chateaubelair au nord-ouest.



C. Grenade. Decouverte en 1498 par Christophe
Colomb qui la nomma Ascension. A cette 6poque, elle
6tait occupee par les Caraibes.
En 1650, Du Parquet, Gouverneur de la Martinique,
acheta la Grenade A une Compagnie francaise; mais,







- 33 -


trouvant que les depenses n6cessaires au- maintien de
son autorite n'6taient pas compens6es par la perspec-
tive de futurs profits, il vendit 'ile, en 1657, au come
de Cerillac, pour une some de 30.000 couronnes. Le
Gouverneur nommn par le nouveau proprielaire exerga
son autorite avec tant de tyrannie que I'ile fut aban-
donn6e par les colons les plus respectable. Enfin, les
habitants exasperbs s'emparbrent de lui, et, aprbs
1'avoir jugd, le mirent a mort.
En 1674, 'ile fat annex6e A la France et les propri-
taires en furent indemnis6s. En 1762, elle fut prise par
les Anglais sous le commandement du commodore
Swanton; puis elle fut formellement c6dde A l'Angle-
terre, en 1763, par le Traitd de Paris.
Reprise par les Frangais en 1779, elle fut rendue en
1783 A l'Angleterre, par le Traite de Versailles.
Un Capitaine General fut design pour administer
les tles de Grenade et Carriacou qui, depuis cette
6poque, ont toujours 6td r6unis sous le mAme gouver-
nement.
Grenade est la plus meridionale des Windward
Islands; elle est comprise entire 12"30' et 11038' latitude
nord d'une part, et 61020' et 61o35' longitude ouest
d'autre part. Elle se trouve a une distance de 70 miles
(112 kms., 630) de Saint-Vincent et A 90 miles
144 kms.) au nord de la Trinidad. Elle couvre une su-
perficie d'environ 333 kmq.
L'ile est tres montagneuse et presente des sites pitto-
resques. Les montagnes sont, pour la plupart, volca-
niques; la plus Blevee est le mont Sainte-Catherine qui
se dresse an centre de l'ile A 900 mbtres d'altitude et envoie
Sice 3







- 34 -


des 4perons qui forment de riantes et fertiles valleys. L'ile
est tres bien pourvue de rivibres et de sources minerales.
Le climate n'est pas trop malsain. La temperature pr6-
sente de faibles variations ; elle est A peu pros constam-
ment chaude et humide; la saison fraiche est moins d-
primante; d'une facon generale, le climate ne convient
pas aux Europ6ens. Les mois les plus chauds sont aodt,
septembre et octobre. La temperature varie entire 21' et
31; elle s'6leve meme jusqu'a 350 dans les terres basses.
La population atteignait, en 1909, le chiffre de
74.160 dmes en y faisant entrer celles des iles Grenadines
se rattachant A Grenade; la plus important de ces der-
nitres est Carriacou, avec 6.500 habitants.
La ville principal est Saint-George, si6ge du Gouver-
nement des Windward Islands, avec une population de
5.184 habitants; elle possede un joli port qui, grace a sa
salubrit6, A son abondance d'eau tres pure et A ses
autres avantages naturels, peut devenir une important
station de carbon pour les navires venant ou se diri-
geant vers l'Am6rique Centrale ou Colon.
Environ 2 0/0 de la population sont d'origine euro-
phenne, le reste 6tant de race noire; la population in.
dienne s'6elve A 2.300 Ames (1).


Barbade.

5 La Barbade. La date exacte de la decouverte de
cette ile est inconnue ; on salt qu'elle a 6te visited pour

(1) La superficie total des Windward Islands est de 1.300 kmq.
et la population total, de 172.000 ames, ce qui fait une density
moyenne de 132 habitants par kmq.







- 35 -


la premiere fois au xvi" si6cle, par les Portugais qui
lui donnbrent le nom de los Barbados. Les Anglais en
prirent possession formelle en 1625. En 1627, le Roi
Charles I' ayant concede au comte de Carlisle la pro-
pri6td de toutes les iles de la mer des Caraibes, celui-ci
commissionna pour gouverner la Barbade un certain
Wolferston qui, en 1628, arrival avec 64 colons A Car-
lislebay et jeta les fondements de Bridgetown, chef-
lieu actuel.
La guerre civil qui 6clata en Angleterre quelques
annees apres contribua A peupler et a enrichir la colonies.
A la chute de Charles Ie', beaucoup de families atta-
chbes au parti royal vinrent chercher un abri a la
Barbade. Cette colonies 6tait alors gouvernee par lord
Willoughby auquel 'ile avait 6te concedde par le comte
de Carlisle.
A l'avenement de la R6publique, lord Willoughby
fut banni; plus tard, en 1662, apres la restauration de
Charles II, il voulut rentrer en possession de f'ile; mais
les colons, menaces ainsi de perdre la propri6td de
leurs terres, offrirent au Roi de reprendre la souverai-
nete de 'ile. Sa Majest6 accept et confirm les colons
dans la possession legale de leurs proprietes, sous con-
dition que la colonies paierait unimpt annuel de4,50 0/,
sur toutes les exportations. Les habitants ont longtemps
protested centre cet imp6t; ce n'estqu'en 1838, quatre ans
apres l'abolition de l'esclavage, qu'il a Rt6 supprim'
par un acte du Parlement.
La Barbade n'a point change de maitre, A la diff-
rence de la plupart des lies voisines. Elle est toujours
restee au pouvoir des Anglais.







- 36 -


Situ6e a 1304' latitude nord et 59037' longitude ouest,
la Barbade pr6sente la forme d'un triangle tres irre-
gulier; sa c6te sud-ouest est fortement convexe, entire
Needhamspoint et Kitridgepoint. Elle est entouree de
recifs de corail dangereux pour la navigation. Le sol,
de formation calcaire, s'eleve par stages depuis la c6te;
la parties la plus accident6e se trouve au nord-est; le
point culminant est le monit Hillaby (350 metres) dans
la paroisse Saint-Andr6. II n'y a que quelques petites ri-
vibres qui sortent de la region montagneuse du nord-
est, pour se diriger vers les cBtes occidentale et orien-
tale; la principal est le Scotland qui se jette, sur la
c6te est, dans Long Bay.
La superficie de l'ile est d'environ 428 kmq.
La population s'dl6ve a 196.000 dmes, ce qui corres-
pond a une density moyenne de 460 habitants au kmq.
11 y en a environ 15.000 de race europ6enne, le reste
6tant des negres ou des mulAtres. La population euro-
p6enne est t peu pres stationnaire, ce qui est d a I' lmi-
gration qui se produit actuellement vers les Etats-Unis
etle Canada. Beaucoup de nbgres 6migrent aussi vers
Panama.
La temperature de la colonies varie de 20 & 300. La
saison fraiche s'6tend du mois de janvier au mois de
mai. La Barbade est le rendez-vous des habitantsdes iles
avoisinantes ainsi que de l'Amerique du sud, d6sirant
6viter un voyage en Europe ou aux Etats-Unis.







- 37 -


Trinidad et Tobago.


6 Trinidad et Tobago A -Trinidad Elle fut de-
couverte le 31 juillet 1496 par Christophe Colomb, pen-
dant son troisibme voyage. II en prit possession au nom
de la Couronne d'Espagne. Toutefois, aucun gouverneur
n'y fut envoy j usqu'en 1532, et meme alors et longtemps
apres, les colons espagnols 6prouv6rent les plus grandes
difficultis a se maintenir dans l'ile.
La Trinidad avait A peine fait quelques progrbs, lors-
qu'en 1783, a la suite de representations adressees a la
Cour de Madrid par un planteur francais de Grenade,
nomm6 Romme de Saint-Laurent, qui, h son arrive
dans I'ile, avait Wte frappe de 1'extreme fertility du sol,
le Gouvernement Espagnol fit paraitre une proclama-
tion accordant des avantages extraordinaires aux
strangers de toute nation qui viendraient s'6tablir dans
cette colonies. La seule condition impose aux colons,
et encore n'etait-elle pas exig6e trWs strictement, 6tait
de professor la religion catholique romaine. Les con-
sequences de cette proclamation furent un afflux con-
sid6rable de population qui bient6t s'augmenta d'un
grand nombre de families francaises chassees de
Saint-Domingue et d'ailleurs par les terrible 6v6ne-
ments de la Revolution de 1789. C'est A cette cause qu'il
faut attribuer la grande preponderance de l'dlement fran-
Vais dans une colonie qui n'a jamais appartenu A la
France.
Le 12 fevrier 1797, la Grands Bretagne Rtant en







- 38 -


guerre avec l'Espagne, une expedition fit voile, de la
Martinique, pour s'emparer de la Trinidad. L'ile se
rendit le 18 f6vrier 1797 et rest pendant quelques
annies sous un regime militaire. En 1802, elle fut
cedee d6finitivement a la Couronne d'Angleterre par le
traite d'Amiens.



Tobago fut d6couverte en 1498 par Christophe Colomb.
Elle 6tait alors occupbe par les Caraibes. Le pavilion an-
glais y fut plant pour la premiere fois en 1580 et la'
souverainet6 fut r6gulibrement proclam6e par Jacques Il'
en 1608. En 1625, quelques aventuriers de la Barbade
essayerent d'y fonder une colonie ; mais beaucoup
d'entre eux furent tu6s par les Caraibes ; un petit
nombre seulement r6ussit a s'6chapper.
En 1626, Charles I" fit concession de File au comte
de Pembroke. Elle rest inoccupee jusqu'en 1632,
6poque i laquelle 300 zelandais furent envoys par des
marchands hollandais pour coloniser I'ile qu'ils appe-
lerent New-Walcheren. Apres un s6jour d'environ
deux ans, ces colons furent tous massacres on chassis
par les Indiens aides des Espagnols venus de Trinidad.
En 1645, la propriety de I'ile ayant Wtd donnee par
Charles 1"au ducde Courlande, celui-ci envoya en 1648
deux navires montes par un certain nombre de Courlan-
dais qui s'6tablirent dans la parties nord de Tobago. Ces
nouveaux colons furent suivis, en 1654, par un second
parti de Hollandais qui, ayant conclu un arrangement
avec les Courlandais, s'6tablirent sur la cote sud. Mais,
en 1659, les Courlandais furent depossid6s par les







- 39 -


Hollandais qui restbrent maitres de toute l'ile jusqu'en
1662, 6poque i laquelle la Compagnie Hollandaise fit
abandon de ses droits. Dans cette m8me annie, Corne-
lius Lampsis obtint de Louis XIV des lettres patentes
qui le creaient baron de Tobago et proprietaire de Vile
pour le Roi de France.
En 1664, le Roi Charles II renouvela la cession de
I'ile au duc de Courlande. Les Hollandais refuserent de
feconnaitre les titres de possession du duc ; mais, en
1677, ils furent eux-mgmes forces d'6vacuer l'ile par
I'amiral francais d'Estries qui defit l'amiral hollandais
Binks dans la baie de Scarborough.
Louis XIV restitua la possession de 'ile au due de
Courlande qui, en 1681, c6da ses droits A une compagnie
de negociants anglais. En 1748, Tobago fut declaree
neutre par le trailed d'Aix-la-Chapelle. Les sujets de toutes
les puissances europ6ennes furent libres d'y former des
etablissements on d'y commerce, mais non d'y mettre
des garnisons.
A la paix de 1763, Tobago fut cedde A perp6tuit6 a
1'Angleterre par la France, en execution du traitd de
Paris.
En 1781, Tobago fut prise A nouveau par les Frangais,
aprAs une vive resistance de la part des colons. Cette
possession fut reconnue A la Couronne de France par
le traite de 1783. Reprise par les Anglais en 1793, rendue
aux Francais en 1802, elle fut reconquise an 1803 par
les Anglais, et, finalement, ced6e A la Couronne d'An-
gleterre par le trait de Paris.
La Trinidad est une lie de forme rectangulaire si-
tude entire 1003' et 10050' latitude nord d'une part, et







- 40 -


61039' -62 longitude ouest d'autre part. Elle est spare
du continent am6ricain par le golfe de Paria et se
trouve A environ 16 miles (25 km., 744) A l'est du V&-
n6zu6la. Avec la Jamaique, c'est la plus important des
Antilles Anglaises.
La c6te septentrionale est bordee de rdcifs sur toute
sa longueur ; la c8te orientale est expose A la houle qui
en rend les abords dangereux; c'est sur la c6te occi-
dentale qu'on trouve un bon port natural A Chaquara-
mas. L'ile est peu montagneuse ; il y a 3 chaines de
collins orientees, dans l'ensemble, de l'est Al'ouest ; la
plus septentrionale long la c6te, ainsi que la plus m6-
ridionale ; celle du centre se dirige du nord-est au sud-
ouest, de Manzonilla Point A San Fernando. Il y a de
nombreuses rivibres, toutes orient6es vers 1'est ou vers
l'ouest, mais aucune d'elles n'6tant navigable.
Le climate est chaud et humide. La chute annuelle
de pluie est gale a 1m,55. La saisonpluvieuse s'6tend
dejuin a d6cembre, avec une court interruption en
septembre. La temperature moyenne est d'environ 26
a 27. En mai, juin, septembre, octobre, le thermometre
s'1ebve jusqu'a 330 A Port of Spain. L'air est satur6 d'hu-
midite. Pendant la saison fraiche, le thermombtre peut
descendre jusqu'a 210 et meme plus bas dans l'interieur
des terres.
La superficie de 'ile est de 4.500,kmq. La popula-
tion est d'environ 350.000 habitants compose pour 1/3
d'Indiens (90.000). Des deux autres tiers, la population
blanche comprend surtout des Anglais, des Allemands,
des Francais, des Espagnols, de race pure ou m6lang6e
de negres.







41 -

La ville principal est Port of Spain, capital de r'ile,
avec une population de 54.000 dmes. Elle est construite
A l'extremite nord-est du golfe de Paria. La ville et le
port sont prot6g6s centre les vents de 1'Atlantique par
une belle chaine de montagnes d'une altitude d'envi-
ron 600 metres. Le port est consider par les marines
comme 6tant particulibrement sCr, par ce fait qu'il se
trouve en dehors de l'aire cyclonique. La ville suivante
est San Fernando qui comptait 7.613 habitants en 1901.
Tobago est une toute petite ile, d'une superficie bien
inf6rieure A celle de l'ile de Wight. Elle a 6dt rat-
tach6e a la Trinidad depuis le 17 novembre 1888. La
population, en 1901, s'6levait & 19.000 dmes.
L'ile est bien arrosee par de petites rivieres don't
aucune cependant n'est navigable, mgme pour un petit
bAteau. Elle est couverte de petites collins oh les forts
de bois dur sont abondantes. La temperature moyenne
est de 26", variant entre 220 et 30 ; elle est tempirie
par la brise marine.
Les deux villes principles sont Scarborough, ainsi
que le port de Plymouth.
On peut ainsi r6sumer dans le tableau suivant les prin.
cipaux caracteres g6ographiques des Antilles Anglaises:

Superfiee Tern- Piuie Densit6
(Kmq) Population P raturo millim. a Kmq
(degrss)

Jamaique .. .10.800 862.500 25,8 1.700 79,8
Bahamas .. 11.400 59.000 24,5 1.382 5,1
Leeward Islands 1.800 128.000 25 71,1
Windward Islands. 1.283 171.937 26 2.500 134
Barbade . 428 196.000 25 457
Trinidad et Tobago .4.800 360.000 26,5 1.550 75
30.511 1.777.437 25 2.000 58







- 43 -


LE ReGIME POLITIQUE DES ANTILLES ANGLAISES


Considerations g6n6rales.

Au point de vue de leur organisation administrative,
les Antilles Anglaises sont divisees en 6 colonies diffe-
rentes:
1) Les miles Bahamas,
- 2) La Jamaique,
3) Les Leeward Islands,
4) Les Windward Islands,
5) La Barbade,
6) La Trinidad et Tobago.
Elles doivent Atre considerees, toutes les six, comme
appartenant au mime type des Colonies de la Couronne
c'est-a-dire qu'elles sont places sous le contrdle e'roit
du Gouvernement Imperial. Ce contr6le, comme nous le
verrons dans la suite, ne s'exerce pas exactement de la
meme fagon dans chacune des Antilles Anglaises;.il
varie au contraire, dans ses forces tout au moins,
d'une facon surprenante, d'une colonie a l'autre. C'est
ainsi, par example, que la Barbade et les iles Bahamas
sont dot6es,par leurs constitutions, dassemblies reprisen-
tatives Blues par les habitants. Le conseil l6gislatif dela
Jamaique offre une composition mixte dans laquelle
I'616ment vraiment reprisentatif se trouve, d'une facon
permanent, en minority par rapport a 1'61lment official
Enfin la Trinidad ainsi que les diffdrentes lies du vent
ont des assemblies legislatives exclusivement compo-
s6es de membres nommis par le Roi.







- 44 -


Quoiqu'il en soit, il est incontestable que ces colonies
rentrent toutes dans la definition suivante donn6e, par
le Government Year Book, des colonies de la Couronne:
( Les Colonies de la Couronne sont celles dans les-
a quelles la Couronne a un pouvoir effectif de contr6le
a sur la legislation ainsi que sur les fonctionnaires pu-
a blics. Le terme comprend done toutes les colonies
< anglaises, hormis celles pourvues d'un gouvernement
a responsible. )
Les possessions anglaises des Antilles font en effet
parties, comme nous l'avonsvudans l'Introduction Geo-
graphique, du group des colonies tropicales. C'est pour
cette raison, en consideration des conditions climat6-
riques et ethnographiques de ces miles, que les Anglais
en ont fait des colonies de la Couronne et se sont bien
gard6s de reconnaitre des droits excessifs aux habitants
qui sont, pour la trbs grosse majority, d'origine afri-
caine.
Ce n'est pas h dire pour cela qu'ils soient all6s jus-
qu'A les placer dans un 6tat de servitude politique ab-
solue vis-a-vis du Gouverneur; mais, pousse d'ailleurs
dans cette voie par les circonstances elles-memes, le
Gouvernement Britannique a su tres sagement limiter
la proportion de l'61lment repr6sentatif au sein des dif-
ferents organes de la legislation.
Ce sont les conditions dans lesquelles s'exerce le con-
trble de la Couronne sur la vie politique des Antilles
Anglaises que nous nous proposons d'6tudier dans les
deux chapitres suivants relatifs au Pouvoir Executif et
au Pouvoir L6gislatif de ces colonies.















CHAPITRE PREMIER


Considerations g6n6rales.


Le pouvoir ex6cutif appartient, dans chaque colonie,
au Gouverneur qui l'exerce, avec assistance d'un Con-
seil Exdcutif, sous le contr6le du Secrdtaire d'Etat pour
les Colonies devant lequel il doit r6pondre de tous ses
actes.
Le Secrtaire d'Etat, de son c6te, membre du cabinet,
est responsible devant le Parlement Imperial de sa po-
litique colonial.
On voit done que, dans ses grandes lignes, I'adminis-
tration des Antilles Anglaises, comme cell de toutes
les colonies de la Couronne, recoit, en fin de compete,
son orientation g6nerale, du Parlement et que tous les
details d'application, 6videmment presque impossible
i regler sainement de la M6tropole, sont remis aux
mains du Gouverneur.
Celui-ci se trouve aide dans sa tAche; d'un c6t6, par
le Conseil Ex6cutif; de l'autre par les different chefs de
service et les fonctionnaires de administration locale
places sous ses ordres.









L'Btude de l'exercice du pouvoir ex6cutif comportera
done : d'unepart, une etude assez approfondie desattri-
butions du Gouverneur qui est le personnage le plus
important de administration colonial; d'autre part,
une 6tude beaucoup moins dtaill6e du Conseil Ex6cutif,
par laquelle nous commencerons.




SECTION I

Le Conseil Ex6cutif.



La composition de ce conseil varie d'une colonies a
l'autre, suivant les conditions locales. II est en g6enral
constitu6 par les principaux fonctionnaires de la colonies,
avec ou sans l'adjonction de membres non officials.
Les conseillers sont: on bien les titulaires de certaines
functions, d6sign6s par la Couronne elle-meme dans les
instructions remises au Gouverneur; ou bien des per-
sonnes d6sign6es en vertu soit d'une commission de la
Couronne, soit d'instructions donn6es au Gouverneur
par le Secr6taire d'Etat.
Le Chef de la Colonie peut, en cas de vacance de sibge,
faire des nominations provisoires qui doivent etre sou-
mises a la ratification de la Couronne.
Les membres ne peuvent etre revoques que par le
Gouvernement Imperial; mais ils peuvent etre suspen-
dus par le Gouverneur qui doit alors se conformer, au-
tant que le permettent les circonstances, A la teneurde


- 46 -








- 47 -


ses instructions generales en ce qui touche la suspen-
sion des fonctionnaires publics il devra notamment
informer aussitbt le Secr6taire d'Etat de la decision
prise par lui.
Le Conseil Executif a le devoir general d'aider le Gou-
verneur de ses avis. Le Chef de la Colonie, de son cotB,
est tenu, par ses instructions, de consulter le conseil
dans toutes les questions importantes except en cas d'ur-
gence (1). Le Gouverneur est 6galement dispense de
prendre 1'avis de son conseil dans les cas oi il lui semble
que les int6rets bien entendus de la Couronne pourraient
en souffrir. II peut m8me, a moins de dispositions con-
traires de la loi ou de ses instructions, ne pas tenir
compete de l'avis qui lui aura Wet donn6 par le Conseil;
il devra alors faire connaitre au Secretaire d'Etat, le
plus tbt possible, les raisons qui l'ont determine A agir
en opposition avec I'avis des membres du Conseil Ex6-
cutif.
On voit done que le r6le de ce Conseil est purement
consultatif et consiste simplement a 6clairer le Gou-
verneur sur les decisions qu'il se propose de prendre.
Toutefois, dans les Indes Occidentales, les conseils
ex6cutifs jouissent en outre, dans un certain nombre de
cas, et concurremment avec le Gouverneur, d'une cer-
taine autorit judiciaire (2), et, dans d'autres cas, d'un
droit de contrdle sur les ddpenses publiques.


(1) II est alors de son devoir de communiquer le plus t6t possible
au Conseil excnutif les measures prises par lui et les raisons qui out
provoqu6 sa decision.
(2) Le Conseil ex6cutif sibge alors come Cour d'Erreur (court of
Error).







- 48 -


C'est enfin, en general, au Conseil executif, associ6
au grand juge de la colonies, qu'est confie le devoir de
faire prAter le serment au Gouverneur, A son arrive
dans la Colonie.
Notons, pour en finir avec le Conseil Executif, que le
statut 22 Geo. 3, c. 75 donne au Gouverneur et au Con-
seil Executif le pouvoir de reliever de ses functions dans
la Colonie tout fonctionnaire qui se sera rendu coupable
d'absence non justifiee, de negligence ou de mauvaise
conduite misbehaviourr).



SECTION II

Le Gouverneur.


Le Gouverneur est le reprisentant de la Couronne et le
d6positaire de ses pouvoirs dans la colonie, I'interme-
diaire responsible entire le Colonial Office et la Legisla-
ture locale. II est le representant A la fois des droits
souverains de la M6tropole et des intirets de la colonies
don't il prend en mains la direction de la vie politique
et 6conomique.
II ne doit en principle aucun compete, aux assemblies
locales, de son administration et ne connait d'autorit6
sup6rieure a la sienne que celle du Secr6taire d'Etat
pour les colonies, don't il relive imm6diatement.
11 est invest par sa commission, de tres large pou-
voirs. De l'usage 6claird qu'il saura en faire, de son
habilet6 politique, de son experience administrative,
dependra, dans une trbs grande measure, la conserva-







- 49 -


tion des bons rapports entire le Gouvernement imperial
et les Colonies.
11 est done de premiere importance, pour la. Cou-
ronne, de savoir entire les mains de qui elle va remettre
la direction d'une colonies et de proc6der avec perspi-
cacit6 A la nomination des gouverneurs.



1. -- Recrutement des gouverneuds.


II convient de rendre cetto justice aux Anglais que le
recrutement de leurs gouverneurs coloniaux est loin de
preter a autant de critiques que chez nous. Ce sont le
plus souvent des personnages influents, occupant des
situations en vue, parfaitement au courant de l'admi-
nistration colonial, que le Gouvernement Britannique
choisit comme gouverneurs.
Ceux-ci sont ddsignds par la Couronne, sur la recom-
mandation du Colonial Office; dans,les colonies A self-
government, ils sont 6galement nomm6s par la Cou-
ronne, mais sur 1'assurance a elle donn6e que le choix
sera agreable A la Colonie.
Le recrutement des gouverneurs a naturellement
vari6 avec le developpement de la politique colonial
anglaise. Or, nous savons que cette politique peut etre
divisee en quatre grandes periodes (i).
Dans la premibrepdriode, de decouvertes et de con-
quotes, ce fut naturellement parmi les officers qui
avaient dirig6,sur terre ou sur mer, les luttes coloniales,

(1) V. Bruce, Broard stone of Empire, t. I, p. 203.
Sic6 4






- 50 -


que la Couronne choisit les gouverneurs de ses posses-
sions d'outre-mer.
Dans la second pdriode, caract6ris6e surtout par
des preoccupations commercials, la surveillance
des mers et la protection des routes de commerce nd-
cessitaient toujours l'intervention plus ou moins active
de la marine et de l'arm6e. Mais, en dehors des officers
on put voir le choix du Gouvernement Imperial se
porter 6galement sur de hautes personnalites du com-
merce ou de l'industrie.
Durant la troisieme pdriode, periode qui se carac-
terise surtout par le d6sint6ressement politique de la
M6tropole a 1'6gard de ses colonies qu'elle tend plut6t
A consid6rer comme un objet d'incessantes pr6occupa-
tions au point de vuepolitiqueetcomme de peu d'utilit6
au point de vue commercial, 6tant donn6 la politique
libre-dchangiste qui 6tait alors celle du Cabinet, -
l'idee directrice de la politique colonial anglaise fut
celle de l'6mancipation progressive des colonies de la
Couronne et de l'orientation de leur system de gouver-
nement vers un regime d'autonomio. II s'agissait alors
deles pourvoir des organizations politiques n6cessaires
et de les initier A l'art du self-government. Ce change-
ment dans la politique colonial de la Couronne s'est
naturellement traduit par un changement correspon-
dant dans le choix des gouverneurs coloniaux. On
substitua en effet, aux anciens gouverneurs militaires,
des gouverneurs civils recrut6s surtout parmi les
homes politiques en vue ou dans les rangs superieurs
de administration britannique, interieure ou colo-
niale.







- 51 -


II y eut done, cette 6poque, come deux classes de
gouverneurs : les uns ayant une certain experience
administrative et une certain connaissance des ques-
tions coloniales; les autres depourvus generalement de
toute competence en matibre de legislation ou d'admi-
nistration colonial et ne devant leur nomination qu'&
des influences politiques.
Avec la quatrieme et derniere pdriode, qui commence
vers 1868, s'ouvre 1'6re de la politique imp6rialiste.
Nouveau changement dans le recrutement des gouver-
neurs. Ceux-ci redeviennent, pour la grande majority,
des hommes d'exp6rience en I'habilet6 desquels la Cou-
ronne est en droit de mettre toute sa confiance. II en.
est ainsi tout au moins pour les colonies dela Couronne,
car, pour les colonies pourvues du regime de l'auto-
nomie, ce sont en g6enral des personnages politiques
influents que la Couronne d6signe comme gouver-
neurs.
C'est, il faut le reconnaitre, que la direction de la
vie politique et economique des colonies de la Couronne
exige, pour donner des r6sultats satisfaisants, de la
part du gouverneur, des qualit6s administrative, finan-
ci6res et des connaissances 6conomiques qui ne
souffrent guore la m6diocrit6. Les colonies d self-
government, au contraire, peuvent fort bien s'accom-
moder d'administrateurs moins habiles ou moins exp6-
riment6s.
Il ne serait pas exact de s'imaginer qu'en regle g6n6-
rale les difficulties d'administration varient en raison
directed de l'importance de la colonies gouvernee (1). II


(1) William Desvoeux, My colonial civil service.






- 52 -


serait au contraire peut-6tre plus conforme a la r6alit6
des choses, quoique cependant moins vraisemblable,
de faire la proposition oppose, a savoir que la quantity
de travail et les capacit6s requises d'un gouverneur
varient en raison inverse de l'importance de la colonies,
6tant donn6 les conditions actuelles de I'administration
colonial anglaise. C'est ce que nous allons du reste
essayer de montrer afin de justifier la n6cessit6 d'une
competence plus grande pour administration des
colonies de la Couronne que pour celle des colonies
autonomes.
D'une facon g6n6rale, il est un fait certain que, dans
les colonies les plus importantes, le gouverneur est
assist d'administrateurs plus nombreux et plus ca-
pables, de collaborateurs plus intelligent, tandis que,
dans les colonies moins importantes, il n'est second
que par un petit nombre de fonctionnaires moins
6lev6s dans la hi6rarchie administrative. 11 en r6sulte
que si, dans une colonie important, le gouverneur
peut, en toute s6curite, abandonner une part, quelque-
fois trbs large, de sa besogne a ses collaborateurs
imm6diats, dans une colonie moindre au contraire, le
gouverneur qui a le souci d'une bonne administra-
tion se voit oblige sinon de faire a peu pres tout par
lui-meme, du moins de contr6ler avec soin tout ce
qui a W6t fait par les fonctionnaires places sous ses
ordres.
On peut dire sans crainte de se tromper que, dans
beaucoup des colonies de la Couronne (aussi bien les
plus petites que les plus grandes), le travail qui in-
combe au gouverneur est sensiblement plus considd-








- 53 -


rable et plus d6licat que dans les colonies h self-
government (i).
Cela tient encore, pour une part trbs grande, a une
autre consideration d6rivant de la constitution poli-
tique diff6rente de ces deux groups de colonies.
Dans les colonies de la Couronne, c'est sur le Gouver-
neur et sur lui seul que repose, vis-a-vis du Colonial
Office, toute la responsabilit6 de la bonne administra-
tion de la possession qui lui est confine. Si quelque
6v6nement fAcheux se produit, si la prosp6rite de la
colonies laisse h d6sirer, c'est le gouverneur qui devra
en rendre compete au Secr6taire d'Etat et lui fournir
toutes les justifications n6cessaires. C'est en sa per-
sonne que se concentrent tout le pouvoir et toute la res-
ponsabilite, responsabilite d'autant plus grande qu'il
dispose, dans toutes les colonies de la couronne, de la

(1) V. Caldecott, English colonisation and Empire : ( II y a peu de
situations a l'6poque oA nous sommes dans lesquelles un homme
puisse trouver A exercer avec plus d'efficacit6 ses qualit6s adminis-
tratives que celle de gouverneur d'une colonies de la Couronne. Ces
importantes communautes ouvrent un vaste champ A leur activity
et a leurs talents, et s'ils rhussissent A gagner la confiance de leurs
administres, ils sont a peu pros assures, par cela mhme, d'etre bien
cot6s A Downing Street. Le gouverneur d'une colonies de la Cou-
ronne peut faire beaucoup en vue de favoriser les 16gitimes aspira-
tions des blancs de jouir d'un commerce profitable et les aspira-
tions 6galement 16gitimes des indigenes de profiter des bienfaits de
la civilisation, grace A une bienveillante et soucieuse administra-
tion. Aussi, depuis que le Colonial Office s'est persuade que son
premier devoir, en choisissant les gouverneurs des colonies, est de
considerer les capacities des titulaires, et non de conferer des postes
lucratifs, une serie d'hommes hautement qualifies out confer aux
populations indigenes des colonies de la Couronne et aux euro-
peens qui out particip6 a leur prosp6rit6 de grands et r6els avan-
tages x.








- 54 -


majority des voix dans les assemblies locales, de sorte
qu'il peut, A sa volont6, faire adopter par elles les me-
sures ou les lois qu'il juge opportunes. Dans les affaires
particulierement importantes, il est tenu, comme on le
sait, de prendre l'avis du Conseil Executif, mais sans
Atre pour cela oblige de le suivre. II en r6sulte d'une
part qu'il peut etre tent6 de passer outre A cet avis, ce
qui a pour consequence d'aggraver singulierement sa
responsabilit6; d'autre part que, s'6tant exactement
conform a l'avis du Conseil Executif, et les effects de la
decision prise dans ces conditions etant tout a fait
mauvais, ii ne saurait pretendre se justifier en all&-
guant simplement qu'il n'a fait en ce cas que suivre
l'avis de son Conseil (on pourra toujours en effet lui
objecter qu'il n'6tait pas oblige d'agir comme il I'a
fait).
D'ailleurs, la question mgme de savoir si la decision
A prendre est plus ou moins grave depend surtout des
qualities personnelles du Gouverneur. Si celui-ci est un
administrateur plein d'initiative, d'6nergie, les affaires
importantes seront plut6t rares; s'il est au contraire
faible, s'il manque de decision, ces affaires seront, a
n'en pas douter, les plus nombreuses.
Le Gouverneur d'une colonies de la Couronne a done
pleine et entire liberty d'action ; dans les limits de sa
commission, toutes les initiatives lui sont permises;
mais il sait bien aussi que sa situation, son avance-
ment dependent avant tout de l'habilet6, de l'intelli-
gence avec lesquelles il remplira ses functions.
Il est responsible du bon fonctionnement de tous les
services de la colonie (Tresor, Police, Prisons, Travaux







- 55 -


Publics, I16pitaux, Postes, Immigration, etc.). II regoit
chaque jour, des fonctionnaires de ces different ser-
vices, des pieces et des dossiers, des projects d'arret6s,
auxquels ii doit rdpondre, sans qu'il puisse pour cela
negliger les rapports qu'il doit adresser au Secretaire
d'Etat, ainsi que la correspondence qu'il doit entrete-
nir avec les principaux officers de l'Armbe ou de la
Marine.
Dans les colonies autonomes au contraire, le Gouver-
neur a bien moins de pouvoirs et de responsabilite.
C'est une sorte de petit souverain, entour6 de Ministres
choisis par lui et responsables devant les assemblies
legislatives locales. Ce sont ces Ministres qui, en fait,
detiennent tous, chacun dans son d6partement, la
presque totality des pouvoirs, qui prennent toutes les
decisions que le Gouverneur ne fait guere que signer.
Ici, come dans les possessions de la Couronne, le
Chef de la colonies est tenu par sa commission, dans
les affaires importantes, de consulter le Conseil Ex6cu-
tif, ce qui pratiquement implique, au contraire de ce
qui se passe dans les colonies de la Couronne, l'obliga-
tion de suivre l'avis qui lui a Rt6 donn6 par ce con-
seil.
Le Gouverneur d'une colonie autonome n'a vraiment
de responsabilit6 et n'a guere de veritable initiative it
exercer que dans le cas oi il se trouve en presence
d'une crise parlementaire, c'est-.-dire lorsque ses mi-
nistres n'ont plus la confiance des assemblies locales.
II lui appartient alors, selon les circonstances, de solu-
tionner la crise : soit par une dissolution du Parle-
ment, soit par la formation d'un nouveau ministere.







- 56 -


En r6sum6, les qualit6s requises de la part du Gou-
verneur d'une colonie autonome ne sont pas du tout les
m6mes que celles que l'on doit exiger du gouverneur
d'une colonie de la Couronne. Celui-ci a toute la r6alit6
du pouvoir et en a aussi toute la responsabilit6; celui-
l8 n'a que I'apparence du pouvoir et qu'une responsa-
bilit6 virtuelle.
D'autre part, la politique colonial qui s'impose au
Secretaire d'Etat n'est pas du tout la meme suivant
qu'il s'agit des colonies de la Couronne ou des colonies
autonomes. En ce qui concern les premieres, c'est
lui qui est charge d'en diriger l'administration et qui
en est responsible devant le Parlement Imperial. En ce
qui concern les seconds, le Secr6taire d'Etat est charge
simplement de veiller au maintien des bonnes rela-
tions politiques entire elles et la M6tropole, et c'est seu-
lement dans cette measure qu'il est responsible devant
le Parlement, administration int6rieure de ces colo-
nies leur appartenant en propre. II s'agit done pour
lui de confier la direction de la colonies A un person-
nage politique en vue, ayant ddjh un certain pres-
tige.
Etant donned les qualities requises, aussi bien du Gou-
verneur que des principaux fonctionnaires de leurs co-
lonies, voyons comment s'y prennent les Anglais pour
en assurer le bon recrutement.
Ils ont compris qu'il 6tait absolument n6cessaire
d'offrir au Gouverneur ainsi qu'aux fonctionnaires su-
p6rieurs des services civils des avantages suffisants
pour attirer des candidates de valeur et pour 14gitimer
le travail et les responsabilit6s que l'on exige d'eux. On







- 57 -


leur offre, dans ce but, une situation absolument indd-
pendante de toute consideration et de toute influence
politiques, 6trangeres a la bonne administration des
services qui leur sont confi6s : on les attire encore et
surtout par de fortsjolis traitements (i).
Le faith d'occuper une situation en vue, tres bien r6-
mundree, dans un service oi l'avancement et les dis-
tinctions honorifiques ne dependent que du travail
fourni, de l'habilet6, de l'intelligence et du zele dd-
ploy6s, o Pl'on est stir enfin d'avoir droit, A la fin de sa
carriere, a une pension de retraile elevie, suffit a attirer
vers administration colonial des hommes tout a fait
remarquables appartenant a la meilleure classes de la
socidtd.
On comprend aisement que les avantages de ces si-
tuations sont tels et les chances de realiser des ambi-
tions 16gitimes si grandes que bien rares sont les fonc-
tionnaires assez peu clairvoyants pour se laisser aller
A commettre des malversations ou d'autres actes aussi
graves. II est inutile de dire en effet que des actes pa-
reils sont tres s6v6rement punis et entrainent presque
toujours la revocation immediate du fonctionnaire cou-
pable.
Tous ceux qui ont eu l'occasion de voyager dans les

(1) Voici les traitements de quelques-uns des Gouverneurs des
Antilles Anglaises :
Gouverneur de la Jamaique . ... .125.000 francs.
Gouverneur des lies Bahamas .. .... ... 50.000 francs.
Gouverneur de la Barbade . ... 62.500 francs.
Gouverneur de Grenada. .. . 62.500 francs.
Gouverneur d'Antigua . . 64.000 francs.
Gouverneur de la Trinidad. . ... 125.000 francs.








- 58 -


colonies tropicales anglaises, comme du reste dans les
autres possessions coloniales de la Grande-Bretagne,
ont pu se rendre compete des sentiments de deference que
la population tout entire, sans distinction de classes,
t6moigne au Gouverneur et a ses principaux collabora-
teurs.
Ce n'est pas a dire pour cela que le chef de la colonie
ne soit point expose A voir parfois sa politique s6vere-
ment critique par la press locale. Celle-ci peut en effet
avoir I'occasion de lui adresser des reproches de fai-
blesse ou de negligence, mais il est bien rare qu'elle ait
jamais a lui imputer des actes de malhonnetet6 ou de
corruption. Quelles que soient les circonstances
d'ailleurs, en aucun cas, on ne verra un journal local
se permettre a l'6gard du Chef de la colonie ou des
principaux fonctionnaires les carts de language et les
grossieretes qui remplissent les colonnes des journaux
quotidiens de nos colonies voisines. Autrement dit, le
Gouverneur d'une colonie britannique se voit entourer
de la plus haute consideration et du plus grand respect
de la part des habitants sur lesquels il exerce son auto-
rit6, tandis que les Gouverneurs de nos colonies se
voient traits souvent comme les derniers des mal-
faiteurs. De grandes differences s6parent en effet,
malheureusement, nos fonctionnaires coloniaux de
leurs collogues anglais, differences tenant de ce fait
que les considerations politiques occupent, dans la d6si-
gnation, I'avancement et la carri6re tout entire des
fonctionnaires de nos anciennes colonies surtout, la
place que tient en Angleterre la preoccupation essen-
tielle de la bonne administration des services.












2. Nomination des gouverneurs.


La nomination du Gouverneur, en Angleterre, est
faite en principle par le Roi. En realit6, c'est le Secr&-
taire d'Etat pour les Colonies qui dicte le choix du
Souverain, sous reserve toutefois de l'approbation du
Premier Ministre, surtout lorsqu'il s'agit d'une colonies
important. La nomination se faith par Lettres Patentes,
revetues du Grand Sceau, mais seulement pour les
Gouverneurs G6n6raux ou les Gouverneurs, les Lieute-
nants Gouverneurs Rtant designs par lettres sous-
seing priv6, revetues du cachet royal. Aux terms de
1'Act 26-27 Vict., C. 76, il est prescrit que les lettres
patentes n'auront d'effet dans une colonie qu'aprbs
y avoir 6t4 publiees et que les nominations par lettres
patentes deviendront nulles en cas de d6faut de publi-
cation dans un dBlai determine.
Jusqu'en 1875, il fut d'usage de designer chaque gou-
verneur par une petite commission scell6e du grand
sceau, dans laquelle on se contentait simplement de le
confirmer dans les droits, pouvoirs et prerogatives qui
avaient appartenu A son pr6d6cesseur (1).
Depuis 1875 il a Wte jug6 plus pratique de cr6er, pour
chaque colonies, par Lettres Patentes, les functions de
Gouverneur, et de fixer d'une facon g6ndrale, par les
mgmes lettres, les pouvoirs qui lui appartiendraient. Il
ne reste plus dss lors qu'h faire chaque nomination par

(1) Jenkyns, British rule and jurisdiction beyond the seas, p. 99.


- 59 -







- 60 -


une commission sp6ciale revetue du Grand Sceau, dans
laquelle le nouveau gouverneur est invest des droits
que lui conferent les Lettres Patentes relatives a la co-
lonie qu'il aura sous son autorit6. Cette commission
est accompagn6e en outre d'instructions g6nerales et
uniforms ordinairement approuvies par une ordon-
nance en Conseil, rev6tues du Grand Sceau, mais sans
la signature du Secretaire d'Etat.


Les instructions permanentes, communes a tous les
gouverneurs, sont continues dans un corps de regle-
ments connu sous le nom de Colonial Office Regulations
qui sont publi6s annuellement dans le Colonial Office
List. IUs servent de guide au gouverneur. Dans ces r6-
glements, nous voyons designer le Gouverneur come
" the single and supreme authority, responsible to and
representative of His Majesty (1) ).
En dehors des instructions gen6rales continues dans
sa Commission, le Gouverneur se voit 6galement adres-
ser de temps h autre, par le Secretaire d'Etat pour les
colonies, des instructions supplementaires ainsi que des
circulaires telles, par example, que celles relatives a
la loi martial (1867) et au droit de garde (1877). Quel-
ques-unes des rggles continues dans ces instructions
font egalement parties des RBglements Ggneraux de 1'Of-
fice Colonial.
En execution de l'Act 1, Guill. 1V, c. 4, il est prescrit
que toutes les Lettres Patentes, Commissions, et tous

(1) < La seule et supreme autorit6, repr6sentant Sa Majest6 et
responsible devant elle ,,.







- 61 -


autres pouvoirs conferds sous le bon plaisir de la Cou-
ronne pour exercer des functions dans lesColonies con-
tinueront d'avoir course jusqu'A l'expiration d'une
periode de 18 mois, a partir du changement de Souve-
rain.


3. Durde des functions des gouverneurs.


En principle, le Gouverneur reste en functions selon
le bon plaisir de la Couronne; mais, en fait, il est bien
rare qu'il reste plus de 6ans dans une meme colonies (1).
On a voulu de cette facon 6viter que, par un sejour trop
prolong dans une colonies, le Gouverneur ne se cr~e
des relations et des amities qui pourraient l'empecher
d'exercer ses functions avec toute l'impartialit6 n6ces-
saire. Ce principle a Wte pose pour la premiere fois dans
une circulaire en date de 1828, dans laquelle il est spe-
cifiM qu'il 4 sera entendu d6sormais qu'au term de
, 6 annies, le Gouverneur d'une colonie devra quitter
a celle-ci, A moins qu'il n'y ait des raisons speciales
(( pour I'y retenir. )
C'est pour obeir au meme ordre de considerations
qu'il a Wet 6galement interdit aux gouverneurs de rece-
voir, pour eux personnellement ou leur famille, aucun
don ou present quelconque de la part de la colonies
qu'ils sont charges d'administrer.


(1) Sir G. Cornewall Lewis estime cette dur6e trop court et
montre les inconvenients de l'instabilit6 qui en r6sulte dans l'ad-
ministration des colonies. V. Essay on the government of dependen-
cies, 1891, p. 283.







- 62 -


Le Gouverneur peut enfin Atre relev6 de ses functions
par la Couronne, avant l'expiration du delai ordinaire
de 6 ans. II arrive parfois aussi qu'on le d6place et qu'on
l'envoie d'une colonie dans une autre, mais unique-
ment pour des considerations relatives soit a la bonne
organisation des Services, soit a des circonstances lo-
cales particulires.



4. Absence des gouverneurs.


En cas d'absence du Gouverneur, il ktait d'usage
autrefois pour la Couronne de designer pour le rempla-
cer, par une commission sp6ciale revetus du sceau
priv6, le Premier Pr6sident de la colonie ou le Juge le
plus ancien. A la suite de difficulties qui se produisirent,
il est devenu maintenant d'usage de confier le gouver-
nement int6rimaire de la Colonie a un lieutenant-gou-
verneur d6sign6 par la Couronne, par commission sous
le grand sceau, on i un administrateur. C'est dans le
cas seulement oi cette nomination ne serait pas inter-
venue que le Premier President ou le plus ancien
Juge pourrait prendre en mains administration de la
colonie; il en serait de meme, en cas de d6ces ou
d'absence du gouverneur et du lieutenant gouverneur
de la colonie.






- 63 -


5. Attributions des gouverneurs.


Maintenant que nous avons examine les conditions
de recrutement, de nomination, d'avancement des gou-
verneurs des colonies de la Couronne, il nous reste
A essayer de determiner, mais seulement dans leurs
grandes lignes, quels sont les principaux pouvoirs du
Chef d'une de ces colonies.


Comme nous avons deji eu l'occasion de le dire, le
Gouverneur est invest par la Couronne de pouvoirs
tres large et tres varies que l'on peut diviser en trois
grandes categories :
1" Pouvoirs militaires;
2" Pouvoirs ex6cutifs;
30 Pouvoirs 16gislatifs.


Pouvoirs militaires


t" Pouvoirs militaires. Le Gouverneur, quoique
portant le titre de a Capitaine General ou de a Com-
mandant en Chef v, n'est pas, a moins d'une clause
special de sa commission, ou d'une nomination
express du Roi, invest du commandement des forces
r6gulibres de Sa Majest6 dans la Colonie. On remar-
quera d'ailleurs que sa commission content une clause







- 64 -


requgrant tous les officers de lui obeir, mais ne lui
conf6ranten aucune facon le commandement militaire.
II n'a done aucun titre pour recevoir les allocations
afferentes A ce commandement, ni pour prendre la di-
rection immediate d'aucune operation militaire, ni pour
communiquer officiellement, sauf toutefois en cas de
necessity urgente, avec les officers militaires en sous
ordre, sans le concours de l'officier qui command les
forces militaires. Toute communication officielle de ce
genre doit Atre notifiee immediatement a cet officer.
En ce qui concern l'armee, c'est le Gouverneur qui
decide de l'objet et de l'6tendue des operations mili-
taires. Except en cas d'invasion ou d'attaque par un
ennemi ext6rieur, il est du devoir du Gouverneur de
determiner pour quels services et dans quelles limits
les troupes de Sa Majestd doivent, tre employees.
En consequence, il donnera A l'officier comman-
dant les forces militaires les instructions relatives
A leur r6partition el A leur emploi en escorted ainsi
qu'aux autres services necessaires A la security et a
la tranquillity de la colonie. Toutefois, en ces ma-
tibres, le Gouverneur devra, autant que possible se
concerter avec l'officier commandant et sa responsa-
bilite se trouverait particulibrement engage dans le
cas oi il ordonnerait que les troupes fussent station-
nees ou employees dans des conditions qui soulve-
raient, au point de vue militaire, des objections de la
part de 1'officier commandant.
Le Gouverneur, en sa quality de Repr6sentant de Sa
Majest6, donnera le mot d'ordre dans toutes les places
de son gouvernement.








- 65 -


D'un autre c6t6, l'officier commandant les forces
militaires d6terminera tous les details concernant la
repartition et le movement des troupes, ainsi que la
composition des different d6tachements, en ayant soin
cependant qu'ils soient en conformity avec les instruc-
tions g6n6rales qui lui auront W6t donn6es par le Gou-
verneur.
L'officier commandant les troupes demeure seul
charge de la surveillance de tous les details qui se rat-
tachent au d6partement militaire dans une colonie, de
la convocation et de la tenue des Cours Martiales de
garnison ou de regiment, ainsi que des permis d'ab-
sence A accorder aux officers en sous-ordre. 11 met en
execution, de sa propre autorit6, les decisions des Cours
Martiales except cependant les condamnations imort,
qui, elles, doivent 6tre pr6alablement approuv6es, au
nom du Roi, par le Gouverneur.
Le commandant des troupes doit adresser au Chef de
la Colonie des rapports sur l'6tat et la condition des
troupes, les d6partements militaires, les munitions,
magasins et fortifications de la colonie. II lui tournit
6galement les duplicate de ceux des rapports de cette
nature qui peuvent lui etre demands ou qu'il peut
avoir occasion d'envoyer aux autorites militaires de la
Metropole ou h tout autre officer sous le commande-
ment g6n6ral duquel il se trouve plac6.
A la reception de 1'Act annuel de l'Arm6e(Army Act),
l'officier commandant communique h l'autorit6 civil
les ordres gindraux dans lesquels cet Act peut etre pro-
mulgue.
Dans le cas oil la colonie, envahie ou attaqu6e par un
Sic6 5







- 66 -


ennemi ext6rieur, viendrait & etre le theatre d'op6ra-
tions militaires actives, I'officierassumeratoute 1'auto-
rite necessaire sur les troupes.
Toutes ces prescriptions sont applicables alors meme,
ce qui peut fort bien se produire, que le Gouverneur
serait lui-mgme un officer militaire, plus ancien de
grade que l'officier commandant les forces r6guli6res de
la colonie.
Si plusieurs colonies sont comprises dans un seul
commandement militaire, l'officier commandant en
chef peut effectuer le transport des troupes d'une co-
lonie dans une autre sur la demand du Gouverneur de
la colonie dans laquelleles troupes sont envoy6es ; cette
demand doit lui Atre transmise: soit par le Gouver-
neur de la colonie dans laquelle il se trouve, soit par
l'officier commandant les forces militaires dans la co-
lonie qui a besoin des troupes. Mais le commandant en
chef de la colonie qui doit fournir les troupes doit, dans
tous les cas, consulter le Gouverneur de cette colonie et
il assumera toute la responsabilit6 de la situation s'il
fait partir les troupes sans avoir obtenu le consente-
ment du Gouverneur.
En ce qui concern la Marine, les pouvoirs du Chef
de la Colonie sont 6galement tres limits. Il n'a absolu-
ment aucune autorit6 sur le movement des navires de
Sa Majesty et n'a pas quality pour envoyer des ordres
aux officers de la Marine Royale. Ceux-ci ne sont pas
pour cela autoris6s a agir en pleine ind6pendance vis-a-
vis du Gouverneur; ils sont, en effet, terius de prendre
en consideration les rdquisitions qu'ils pourront recevoir
de lui, r6quisitions ayant pour objet la defense des pos-







- 67 -


sessions de Sa Majeste, la protection du commerce bri-
tannique ou l'intirkt ge4nral de son service. Dans les
cas urgents, lorsque toute communication avec les au-
torit6s superieures lui est impossible, l'officier de
marine devra considerer I'importance relative et l'ur-
gence du service qui lui est demand par le Gouver-
neur, et cela par rapport A ses instructions g6n6rales ou
sp6ciales.
Dans les cas oi de hautes considerations politiques
reclameraient une decision du Gouvernement de Sa
Majesty, le Gouverneur devrait communiquer directe-
ment, au Secr6taire d'Etat lui-meme, son avis sur la
necessity de la presence d'un navire de Sa Majest6 dans
les eaux de la colonie, au lieu de le communiquer i
I'officier commandant les navires, A moins que ]a vie
ou la propriety des sujets anglais ne soient dans un p6-
ril imminent, demandant une action immediate.
Dans les cas urgents oi une telle requisition du Gou-
verneur se trouverait en conflitavec les instructions de
son Sup6rieur de la Marine, l'officier de marine devrait
prendre une decision de lui-meme. It devra bien re-
fl6chir A la grave responsabilit6 qui peserait sur lui
dans le cas oi les ciroonstances ne seraient pas de na-
ture Aj ustitler pleinement la pr6efrence donn6e par lui
a la requisition du Gouverneur sur les instructions de
son sup6rieur.
Disons pour en finir avec les rapports du Gouverneur
avec les autorit6s militaires de la colonies, qu'il n'a pas
le droit de d6clarer la guerre A un Etat quelconque.







- 68 -


Pouvoirs ex6cutifs.


2 Pouvoirs exdcutifs. Le Chef de la Colonie est,
dans cet ordre d'iddes, charge de veiller A la bonne ex6-
cution des lois et des rbglements, ainsi qu'au maintien
de l'ordre et de la shcuritd dans la colonie. 11 a, A cet
regard, une tres grande liberty d'action.
Comme Chef de l'Administration, dans la colonies, le
Gouverneur a le droit d'accorder des dipenses pour les
marriages, des lettres d'administration pour g6rer les
biens des personnel dcededes, I'approbation des tes-
taments, A moins que d'autres dispositions ne soient
prescrites par une charter de justice ou par une loi lo-
cale. II a aussi, dans beaucoup de cas, la presentation
aux ben6fices de l'gglise anglicane de la colonies, en se
conformant aux regles tracees dans les reglements.
Le Gouverneur a, en gdn6ral, le pouvoir de remettre
toutes les amendes, peines p6cuniaires ou confiscations
qui peuvent 6tre prononcees au profit du Roi; dans
quelques colonies, si l'amende excede 2,50, il a seule-
ment la facullt d'ajourner le paiement jusqu'A ce que
la volont6 de Sa Majest6 soit connue.
Les sommes A depenser pour les Services Publics sont
ordonnancees sous sa responsabilit6, conformiment
aux prescriptions de la loi pour chaque cas particu-
lier.
C'est le Chef de la Colonie qui, au nom du Roi, 6met
les writs de convocation pour les elections des membres
des assemblies et conseils repr6sentatifs. II convoque et







- 69 -


proroge le Corps L6gislatif et dissout les assemblies qui
sont susceptibles de dissolution.
II confure les nominations aux emplois dans la co-
lonie soit definitivement lorsqu'ils sont soumis a la 16-
gislation locale soit provisoirement, jusqu'& l'appro-
bation de Sa Majest6, dans les autres cas. 11 a 6galement
le droit de suspendre les fonctionnaires publics. 11 est
charge de faire prAter serment a toutes les personnel,
en service ou non, quand il le juge convenable, et
surtout le serment de fid6lit6 (actes 21-22 Victor.,
(48, 1).
I1 doit envoyer r6guliirement tous les ans au Gou-
vernement de Sa Majest6 un Annual Blue Book conte-
nant les chiffres des recettes et des d6penses de la co-
lonie, ainsi que les copies des lois qui ont 6tW votes par
la legislature locale.


Pouvoirs 16gislatifs.

3. Pouvoirs legislatifs. Le Gouverneur exerce une
influence r6elle sur la legislation locale.
Dans les colonies qui n'ont pas d'assembl6es 6lues,
c'est a lui qu'appartient l'initiative des lois. Dans cells
qui, au contraire, sont dot6es d'institutions repr6sen-
tatives, un message du chef de la Colonie est d'ordi-
naire indispensable a toute proposition d'emploi des
deniers publics.
La loi, une fois votee, doit en outre, pour devenir
ex6cutoire dans la colonies, recevoir l'approbation du
Gouverneur. Celui-ci est entierement libre de donner ou
de refuser son assentiment.








- 70 -


Dans le premier cas, la loi, come nous le verrons
ulterieurement, ne devient pas immediatement appli-
cable.
Apres avoir donn6 son approbation h une measure le-
gislative, le Gouverneur est tenu d'en transmettre une
copie au Secr6taire d'Etat pour les colonies.
Telles sont, dans leur ensemble et simplement gnu-
m6rees, les principles prerogatives qui sont gendrale-
ment reconnues au Gouverneur d'une colonie de la
Couronne par sa commission et par les instructions
suppl6mentaires qu'il recoit.
En dehors des pouvoirs qui lui sont ainsi expressive-
ment reconnus par les r6glements coloniaux, le Gou-
verneur doit-il Atre consider comme une sorte de vice-
roi, invest d'une quasi souverainetW sur la colonie qui
lui est confide? Ou bien doit-on le tenir comme etant
strictement limits, dans ses attributions, par les terms
de sa commission (1) ?
La situation du Gouverneur colonial, a ce point de
vue, a dejh 6t6 examine plus d'une fois par le Judicial
Committee of the Privy council. I1 a Wte decide que le Gou-
verneur ne devait pas etre consider comme Rtant in-
vesti de toutes les prerogatives de la Couronne et que
ses pouvoirs dependaient uniquement de sa commis-
sion. 11 doit etre regarded tout simplement comme un
fonctionnaire ne pouvant agir que dans les limits de sa
commission et invest des droits que celle-ci lui recon-
nait explicitement ou implicitement.

(1) V. Tarring, Law relating to the colonies, p. 28; Jenkyns, Bri-
tish rule and jurisdiction beyond the seas; Todd, Parliamentary go-
vernment in british colonies, p. 155 & 180.







- 71 -


11 faut noter que la commission reconnait au Gouver-
neur tres peu de pouvoirs exprbs ; mais elle offre une
grande elasticity. Elle lui reconnait notamment le droit
de faire tout ce qui appartient a ses functions et qui
est appropri6e la confiance qui a 6t0 mise en lui par
les instructions royales et cells qui lui ont W6t trans-
mises dans la suite par un des Secretaires d'Etat de Sa
Majest6.
Il est dit notamment que a dans le cas oh il arriverait
< quelque chose qui pfit etre avantageux ou profitable
a h la tranquillity de la colonie et que le cas ne soit pas
< pr6vu par la teneur de la commission ou par les ins-
a tructions, le Gouverneur peut consid6rer le present
( article comme l'autorisant A agir sous sa responsabi-
Slite.
On voit suffisamment par lI qu'une tres grande lati-
tude est laissee au Gouverneur par sa commission et
qu'il a de tres large pouvoirs en fait. Sera-t-il tent6
d'en abuser? I1 n'y a guere lieu de s'en inqui6ter si 1'on
songe que la responsabilit6 qui pese sur lui est loin
d'Atre purement nominale et que le contrdle du gouver-
nement central s'exerce avec la plus grande efficacit6
sur tous ses actes.
La pratique et les usages donnent plus de pouvoirs
dans une colonie, moins dans une autre, suivant les
circonstances locales. C'est ainsi par example qu'autre-
fois, apres la conquete d'une colonies, il 6tait g6n6rale-
ment admis que le Gouverneur exerg~t tous les pou-
voirs qui avaient appartenu au Gouvernement pr6c6-
dent. La commission elle-meme d'ailleurs peut aussi
etre adapt6e aux circonstances locales.







- 72 -


11 ne saurait y avoir de doute que le Gouverneur doit
6tre considdr6 comme muni de toute l'autorite n6ces-
saire pour faire face aux 6v6nements qui peuvent se
presenter et pour assurer la tranquility de la colonies.
S'il agit avec prudence et habilet6 ou bien avec bonne
foi, il ne pourra guere eneourir de responsabilit6 (1).
II y a, pett-on dire, une delegation gendrale qui est
faite, A chaque gouverneur colonial, d'autant d'autorit6
qu'il lui est n6cessaire pour la bonne administration de
la colonies qui lui est confine par le Souverain don't il
tient, en fait, la place. Le Gouverneur doit Atre princi-
palement la sauvegarde contre tous les abus de pouvoir.
Si toutefois le Chef de la colonies venait A outrepasser
manifestement ses droits, oil a commettre un acte ill6-
gitime, un appel serait toujours possible devantle Souve-
rain, par l'interm6diaire du Secr6taire d'Etat, ainsi que
devant le Parlement Imp6rial. Mais le Gouverneur n'est
pas personnellement responsible des actes d'Etat ou
des actes accomplish par lui sur l'avis de ses conseillers
vis-a-vis soit du parlement colonial, soit d'un tribunal
quelconque.


S 6. Besponsabiliti des gouverneurs.


En ce qui concern la responsabilite du gouverneur,
il convient tout d'abord d'6tablir une distinction bien

(1) La legislature de la Jamaique a vote un acte d'indemnit6 jus-
tifiant le gouverneur Eyre et le defendant contre les actions pour
dommages exerc6es contre lui en Angleterre. Jenkyns, op. cit.,
pp. 102-104.







- 73 -


nette entire les actions civiles et les actions phnales
qui peuvent 8tre dirigdes contre lui (1).


11 est avant tout, comme nous l'avons d6j~ constat6
d'ailleurs, un fait certain, c'est que le principle d'irres-
ponsabilitj don't b6ndficie le Souverain Anglais ne s'ap-
plique nullement au Chef d'une colonie dans la limited de
la souverainet6 restreinte qui lui est d6lIguee.
Que les motifs de 'action exercee proviennent de res-
ponsabilites encourues & titre priv6 ou public, le Gou-
verneur peut, dans tous les cas, se voir poursuivi: soit
devant les course de sa propre colonie, soit devant celles
de la Mitropole. Une decision de In Cour de 1" instance
de la Trinidad affirme le principle que a le gouver-
a neur d'une colonies ne peut r6clamer comme un pri-
' vilege personnel I'exemption d'etre poursuivi devant
c les course de la colonies.
En ce qui concern les actions civiles, la premiere
question qui se pose est celle de savoir si, abstraction
faite de sa quality de Gouverneur, une responsabilit6
quelconque n'a pas etW encourue par le chef de la co-
lonie, en tant que simple particulier. C'est 1& evidemment
une question de droit ordinaire qu'il appartient aux
tribunaux d'examiner, sauf peut-8tre en ce sens que
la quality de gouverneur peut toujours impliquer,
en fait, une responsabilite plus grande et par con-
sequent justifier des measures de repression plus
promptes.

(1) V. Tarring, op. cit., p. 29-36; Anson, Loi et pratique constitu-
tionnelle, II, p. 333-335.







- 74 -


S'il est etabli qu'une responsibility a 4t6 vraiment
engagee, une deuxieme question doit etre r6solue b sa-
voir si les actes incriminks ont Wt6 accomplish par le
Gouverneur en sa quality de gouverneur. C'est la une
question de fait. S'il est reconnu qu'ils l'ont r6ellement
Wte, il s'agit alors de determiner si ces actes outrepas-
sent ou non les pouvoirs ldgitimes du Gouverneur. Si
celui-ci a agi en sa quality de Gouverneur, et dans les
limits de sa commission ainsi que de ses instructions,
il est evident qu'il ne peut etre inqui6t6. 11 se trouve en
effet protege, quelles que soient les circonstances, par
ce fait qu'il est le serviteurdu Roi et qu'il doit agir con-
form6ment aux instructions qu'il a reques de la Cou-
ronne.
Cette protection ne doit pourtant pas etre 6tendue
aux actes qui sont completement en dehors de l'auto-
rite don't est invest le Chef de la colonies. Ces actes en
effet, alors mgme qu'ils auraient 6tB accomplish par lui
en sa quality de Gouverneur, ne sauraient etre consi-
d6r6s come des actes d'Etat proprement dits et ne
sauraient le prot6ger centre leurs consequences 16gales.
La question de savoir si les actes ainsi accomplish par
le Gouverneur en cette quality outrepassent ou non les
16gitimes pouvoirs qui lui appartiennent, est de la
competence des course locales. S'il est 6tabli par elles
que ces actes sont hien des actes d'Etat, faits sous
Pautorit6 de la Couronne, les course n'en n'ont plus con-
naissance etse trouvent imm6diatement dessaisies. Le
Gouverneur a en effet agi comme serviteur de la Cou-
ronne et a fait ce que le roi peut faire par I'instrument
de ses serviteurs.







- 75 -


En ce qui concern les actions pinales, une disposi-
tion de l'Act 11-12 W. 3, C.12 porte que ( tout gouver-
a neur, lieutenant-gouverneur ou commandant en chef
a d'une colonie quelconque qui se sera rendu coupable
a d'oppression a l'egard des sujets de Sa MajestW par
t delay les mers, ou d'un autre crime ou d'une action
a quelconque contraire aux lois, sera poursuivi, en-
a tendu et jug6 devant la Cour du Ban du Roi en Angle-
a terre ou devant les tribunaux qui pourront etre dd-
t signs dans la commission ) (1).
Le Gouverneur anglais peut done etre poursuivi, non
seulement devant les tribunaux de la Metropole, mais
encore, ce qui n'est pas admis par notre legislation co-
loniale, par les Cours de la colonie oi il a exerc6 ses
functions. Ce ne sont pas 14 des dispositions purement
thWoriques ; elles ont en effet recu d6jh un nombre res-
pectable d'applications pratiques.



Nous avons vu ainsi tout ce qu'il peut y avoir d'in-
tiressant en ce qui concern les conditions de recrute-
ment, de nomination, d'avancement, ainsi que les pou-



(1) t If any governor, lieutenant-governor or commandant-in-
chief of any plantation or colony within His Majesty's domihions
beyond the seas shall be guilty of oppressing any of His Majesty's
subjects beyond the seas within their respective commands, or
shall be guilty of any other crime or offence contrary to the laws
of the realm or in force within their respective governments or
commands, such oppressions, crimes or offences shall be inquired
of, heard and determined in His Majesty's Court of King's Bench in
England or before such commissioners and in such county as
shall be assigned in His Majesty's Commission ,.







- 76 -


voirs et la responsabilit6 des Gouverneurs des colonies
de la Couronne. II se d6gage 6videmment de cette Rtude
sommaire que le Gouverneur est un fonctionnaire trbs
important de l'administration colonial. Le role qu'il
doit jouer comme chef politique et comme directeur so-
cial de la colonie qu'il a sous son autorit6 est tres
grand. II se trouve dans une situation assez voisine de
celle d'un Ministre A la tete d'un d6partement. C'est A
ses subordonn6s et aux fonctionnaires qui l'entourent
qu'il demand de l'instruire sur les questions imm6-
diates qu'il doit trailer, mais il y apporte les vues plus
large d'un homme qui sort d'un monde plus vaste. 11
est capable de presenter aux habitants de la colonies des
idees plus g6n6rales et des objectifs plus hauts dans les
affaires politiques locales que ceux qui, autrement,
pr6vaudraient dans une petite society, c'est-&-dire
les vues et les ambitions des hommes d'Elat anglais,
par opposition aux vues plus 6troites des hommes
initi6s seulement aux affaires locales. 11 peut encoura-
,ger, developper l'agriculture, le commerce, 1'ensei-
gnement, en dehors des questions et des parties poli-
tiques.
Lorsque les int6r6ts sup6rieurs de l'Empire sont en
jeu, il est du devoir du Gouverneur de les prendre
effectivement en mains et de s'en constituer le gar-
dien et le d6fenseur. 11 convient de noter d'ailleurs
que les colonies sont toujours prAtes a faire des con-
cessions aux int6rets de 1'Empire; on peut mime
ajouter qu'elles y mettent le plus souvent une certain
fierte.
En ce qui concern au contraire les questions pure-






- 77 -


ment locales, le chef de la Colonie aura soin de s'en-
lourer de conseillers parfaitement au courant des sen-
timents et des vceux de la population, et de prater la
plus grande attention aux avis qui lui seront donnes et
aux demands qui lui seront presentees par les reprb-
sentants des habitants. La Couronne ne devra pas, h
cet 6gard, oublier que ce fut son intervention dans les
affaires locales qui d6termina la secession des colonies
ambricaines.
Lacausedes interventions maladroites qui peuvent
6tre redout6es de la part du Gouvernement de Sa Ma-
jeste doit etre recherche dans l'organisation du Colo-
nial Office qui place le coutr6le du Gouverneur, c'est-a-
dire du representantexp6riment4 desbesoinsetdes vceux
delacolonie, entreles mains d'hommes qui,quelles que
puissent etre leur intelligence et leur habilet6, ne sont
pas toujours parfaitement renseign6s sur les questions
coloniales. Cela ne signifie du reste en aucune facon
que administration central des colonies laisse parti-
culibrement a d6sirer en Angleterre. Elle prete au con-
traire assurement a beaucoup moins de critiques que
la n6tre; mais ii est bien evident que, de toutes les
falcons, les fonctionnaires qui la composent auront une
competence moindre sur les aTfaires int6ressant telle
ou telle colonie particuliere que les fonctionnaires qui
se trouvent sur place.


Nous en avons ainsi termin6 avec 1'6tude relative a
l'exercice du Pouvoir Ex4cutif dans les Antilles An-
glaises. Ce que nous avons dit du Gouverneur, come
duConseil Ex6cutif, peut du rest s'appliquer indiff6-







78 -

remment a la g6n6ralit6 des colonies de la Couronne
Britannique.
En ce qui concern 'organisation du Pouvoir Legis-
latif, l'itude qu'il nous rest a faire sera au contraire
plus speciale aux possessions antillaises de la Grande-
Bretagne.















CHAPITRE II


LE POUVOIR LEGISLATIF



Aux Antilles, come dans les colonies de la Cou-
ronne en g6ndral, le pouvoir l1gislatif est exerc6 con-
curremment par le Parlement Imperial, la Couronne en
son Conseil et les assemblies locales.
Nous allons done examiner successivement chacun
de ces organes de la 16gislation locale et en determiner
la competence.


S 4. Le Parlement Imperial


Le Parlement imperial constitue l'autorit6 supreme en
mati6re de legislation colonial. Les pouvoirs don't il
dispose A cet 6gard pour les colonies de la Couronne
sont, en principle, absolus et ne se trouvent retenus par
d'autre frein que par la sagesse mnme et la reserve de
ceux qui les exercent. Le Parlement est libre en effet de
legif6rer pour ces colonies dans des cas trbs nombreux
oh il ne pourrait le faire pourles colonies a self govern-
ment. G'est ainsi que, pour ne citer qu'un example,















CHAPITRE II


LE POUVOIR LEGISLATIF



Aux Antilles, come dans les colonies de la Cou-
ronne en g6ndral, le pouvoir l1gislatif est exerc6 con-
curremment par le Parlement Imperial, la Couronne en
son Conseil et les assemblies locales.
Nous allons done examiner successivement chacun
de ces organes de la 16gislation locale et en determiner
la competence.


S 4. Le Parlement Imperial


Le Parlement imperial constitue l'autorit6 supreme en
mati6re de legislation colonial. Les pouvoirs don't il
dispose A cet 6gard pour les colonies de la Couronne
sont, en principle, absolus et ne se trouvent retenus par
d'autre frein que par la sagesse mnme et la reserve de
ceux qui les exercent. Le Parlement est libre en effet de
legif6rer pour ces colonies dans des cas trbs nombreux
oh il ne pourrait le faire pourles colonies a self govern-
ment. G'est ainsi que, pour ne citer qu'un example,







- 80 -


1'Act sur les Cours d'Amiraut6 Coloniales fut applique
aux Antilles, ainsi du reste qu'A presque toutes les co-
lonies de la Couronne, sans qu'on les ait pr6alablement
consultees, tandis qu'il fut expressement d6clar6 non
applicable aux colonies de la Nouvelle Galle du sud et
de Victoria, parce que celles-ci n'y avaient point con-
senti.
Cette supr6matie complete du Parlement Imperial
fut d'ailleurs express6ment reconnue par P1Act sur la
validity des lois coloniales pass le 29 juin 1865 dans le
but de dissiper tous les doutes que l'on pourrait avoir a
cet 6gard. Ii en resulte que les possessions coloniales de
la Couronne Britannique, quelle que soit leur origine,
- cession, conquite ou occupation pure et simple, -
et quelle que soit leur constitution politique sont et de-
meurent soumises au control 16gislatif du Parlement
de Westminster. Ce pouvoir supreme de contr6le se
manifesto dedeux falcons diff6rentes: a) d'une faconposi-
tive, par le droit qui appartient au Parlement de 16gi-
ferer directement sur toutes les questions coloniales;
- b) d'une facon negative, par l'annulation de toute
disposition vote par une legislature locale et qui se
trouverait en contradiction avec un Act du Parlement
Imperial.
En ce qui concern tout d'abord son pouvoir de ld-
gislation directed, le Parlement britannique se trouve
limit par I'act de 1778 sur la taxation des colonies.
C'Btait a l'6poque de la guerre de l'Ind6pendance am6-
ricaine, guerre qui avait 6t6 provoqu6e pr6cis6ment par
le refus des colons anglais de l'Am6rique du nord de
payer les imp6ts auxquels ils avaient 6t6 soumis, sans







- 81 -


leur consentement, par le Gouvernement Imperial. En
vertu du c Taxation of colonies Act (18 Geo. III.,
c. 12), il est d6sormais reconnu que le Parlement
( n'imposera aucun droit, aucune taxe, aucune con-
tribution quelconque, payable en aucune des colonies,
provinces et plantations de Sa Majeste dans I'Am6-
rique du Nord ou dans les Iodes Occidentales; il n'y
aura d'exception que pour les droits qu'il pourra etre
utile d'imposer pour la r6glementation du commerce;
le produit net de ces droits sera toujours pay6 et em-
ploy6 pour le bien de la colonies, de la province ou de
la plantation, dans laquelle ils seront respectivement
lev6s, de la meme facon que les autres droits percus
par l'autorit6 des course ou assemblies g4nerales res-
pectives de ces colonies, provinces ou plantations, sont
ordinairement pays et employes. ,
Il est vrai que, demain, un act en sens absolument
contraire peut etre vot6 par le Parlement; il n'y
a en effet, d'aprbs la constitution anglaise, aucun
obstacle legal s'opposant A l'abrogation de l'act de
1778. En fait, il est bien pru probable qu'un pareil
changement, si gros de dangers, intervienne avant
longtemps.
En dehors de cette limitation express de son pouvoir
16gislatif souverain, le Parlement imperial, pour des
raisons d'ordre simplement pratique ou d'ordre cons-
titutionnel, n'intervient presque jamais dans les ques-
tions relatives aux affaires int6rieures d'une colonie A
moins toutefois que la politique gindrale de l'Empire ne
s'y trouve int6ress6e.
Les diff6rentes questions relatives a la legislation
Sic6 6







- 82 -


colonial que le Parlement Britannique peut etre
appele A trailer sont les suivantes :
1t Les questions relatives aux rapports des possessions
anglaises avec les pays strangers ou avec les autres
parties de 1'Empire Britannique, y compris la defense
de ces possessions contre toute attaque exterieure;
2* Les questions relatives aux affaires ext6rieures
d'une colonies, telles que le commerce, la naviga-
tion, etc.;
3 Les questions relatives aux arrangements judi-
ciaires de la colonies;
4" Les questions interessant le gouvernement su-
preme de celle-ci;
5 Les questions relatives au gouvernement local,
aux institutions civiles, religieuses, A I'administration
des finances.
Le pouvoir de decision en ces difftrentes matieres
peut d'ailleurs 6tre 6galement exerce par la Couronne
en son conseil.
En fait, il est int6ressant de reconnaitre que le Par-
Slement imperial apporte la plus grande discretion dans
son droit de 16gif6rer et n'a point coutume de s'immis-
cer, A tort ou A raison, dans administration colonial
ou de la contr6ler d'une facon maladroite. C'est ainsi
que, par example, de 1880 A 1900, le Parlement ne
vota gubre qu'une cinquantaine de dispositions rela-
tives aux colonies et d6pendances; et encore doit-on
observer que, lI-dessus, 18 seulement pr6sentaient
un caractere permanent, les autres 6tant pour la plu-
part des rgglements fiscaux ou administratifs.
A part quelques examples peu nombreux et d6jk an-






83 -

ciens d'interventions regrettables, le Parlement Bri-
tannique, dans l'exercice de son pouvoir l1gislatif A
l'6gard des colonies, a su le plus souvent 6viter le dan-
ger signal par John Stuart Mill dans les terms sui-
vants (1): a Gouverner un pays sons le contr6le des
habitants de ce pays, et le gouverner sous le con-
tr6le des habitants d'un autre pays, sont deux choses
differentes. Ce qui faith la sup6riorit6 du premier sys-
teme c'est que la liberty est pr6f6rable au despotisme,
tandis que le dernier syst6me est du despotisme. Le
seul choix que celui-ci permette est un choix de des-
potismes et il n'est pas certain que le despotisme exeroc
par 20.000.000 d'hommes soit n6cessairement meilleur
que celui qui est exerc6 par quelques homes ou par
un seul. Mais un faith absolument certain c'est que le
despotisme de ceux qui n'entendent, ne voient ni ne
savent rien de leurs sujets a beaucoup de chances
d'etre pire que celui de ceux qui sont au contraire
renseign6s sur la situation de ceux-ci. )
En dehors de son droit de 16gislation directed sur
toutes les questions coloniales touchant aux int6r6ts
g6n6raux de l'Empire, le Parlement peut, par une ma-
nifestation express de sa volont6, 6tendre aux colo-

(1) ,< To govern a country under responsibility to the people of
that country and to govern a country under responsibility to the
people of another, are two different things. What makes the excel-
lence of the first is that freedom is preferable to despotism, but the
last is despotism. The only choice the case admits is a choice of
despotisms, and it is not certain that the despotism of 20.000.000 is
necessarily better than that of a few or one, but it is quite certain
that the despotism of those that neither hear, nor see, nor know
anything about their subjects, has many chances of being worse
than of those who do ,.







- 84 -


nies toute disposition quelconque vote par lui pour le
Royaume-Uni. Cette disposition sera alors rendue appli-
cable (made applicable), par les terms mgmes de 'act
ou par la volonte manifeste du 16gislateur, aux colo-
nies en g6ndral ou & telle ou telle colonie en particulier
ou & tel ou tel group de colonies.
La supr6matie du Parlement imperial sur les l6gisla-
tures coluniales se manifeste encore, nous l'avons vu,
d'une facon negative. Autrement dit, toute disposition,
votee par I'assembl6e legislative d'une colonie, qui se
trouverait en opposition avec un act pass par le Parle-
ment de Westminster et applicable a cette colonie,
devrait 6tre considdr6e comme nulle et de nul effect. Cela
result, non seulement de la pratique constitutionnelle
anglaise, mais encore des terms formels de I'act sur la
validity des lois coloniales qui dispose dans son art. 2,
que < toute loi colonial qui est ou sera, d'une facon
quelconque, en contradiction avec les dispositions d'un
act du Parlement s'6lendant A la colonies A laquelle
cette loi se peut rapporter, ou avec une ordonnance ou
un reglement fait en vertu de l'autorit6 d'un act du
Parlement, ou ayant dans la colonies la force et l'effet
d'un tel act, devra Atre consid6r6e comme soumise h
cet act, cette ordonnance ou ce reglement, dans la
measure oi existera cette contradiction mais non au-
trement, et demeurera absolument nulle et inop6-
rante. .
Il s'en suit naturellement que, dans le cas oi une 16.
gislature colonial viendrait a d6passer la limited ainsi
apportee a sa competence par la loi de 1865, les tribu-
naux devraient se refuser a faire l'application d'une







- 85 -


disposition votee par cette assemblee dans de pareilles
conditions. D'ailleurs, dans un cas semblable, ii serait
du devoir de la Couronne de disapprouver formelle-
ment la loi vote par la legislature locale en dehors de
la limited de ses pouvoirs. Dans le cas ou des doutes
viendraient A s'6lever au sujet de la legality ou de la
constitutionnalit6 de cette loi, c'est au Parlement im-
perial qu'il appartiendrait de se prononcer.
Il existed enfin une derniere facon pour le l6gislateur
anglais d'exercer son autorite sur les corps l1gislatifs
coloniaux. 11 s'agit du droit qui lui appartient, par l'in-
term6diaire de la Couronne, c'est-a-dire du Cabinet, de
refuser son approbation a une disposition quelconque
vote par une legislature colonial et sanctionnee par
le Gouverneur.
Nous avons ainsi termine 1'6tude des pouvoirs du
Parlement britannique en matiere de legislation colo-
niale. 11 nous rest A examiner les attributions des
assemblies locales et celles de la Couronne.



2. Les assemblies locales.


La competence des lIgisiatures coloniales s'6tend,
d'une facon g6n6rale, A toutes les questions que le
Parlement imperial ou la Couronne ne se sont pas
express6ment r6serv6es et qui ne touchent pas les in-
t6rets g6n6raux de l'Empire. Elle est subordonnie au
pouvoir souverain du Parlement et de la Couronne bri-
tanniques; elle se trouve en outre enferm6e dans les li-
mites de la colonies.








- 86 -


Independamment de ces restrictions, les pouvoirs
de toute assemblee colonial sont absolus (plenary) et
ne doivent pas Atre consid6res comme des pouvoirs d6-
legu6s, cette assemblee n'6tant pas du tout un agent
del6gu6 du Parlement imperial.
La Charte de l'ind6pendance des legislatures colo-
niales est le Colonial Laws Validity Act don't nous
avons eu deja l'occasion de parler. Ce statut semble
avoir Wte assez bizarrement vote, sans discussion, par
le Parlement. I1 d6finit d'une fagon permanent et
tend l'autorit6 des assemblies legislatives coloniales.
L'article 2 que nous avons precidemment cite d6ter-
mine la measure dans laquelle s'exerce et la facon don't
il faut entendre la supr6matie du Parlement britan-
nique.
Les dispositions des articles 3, 4 et 5 sont tres impor-
tantes et mBritent d'etre 6galement cities:
3. a Nulle loi colonial ne sera tenue comme nulle,
en tant que contraire au droit anglais, A moins qu'elle
ne contredise les dispositions d'un Act du Parlement,
d'une ordonnance ou d'un rbglement, comme il est dit
ci-dessus (art. 2) (1). 2

(1) 3. <( No colonial law shall be or be deemed to have been void
or inoperative on the ground of repugnancy to the law of England,
unless the same shall be repugnant to the provisions of some such
Act of Parliament, order or regulation as aforesaid.
4. No colonial law, passed with the concurrence of or assented to
by the governor of any colony, or to be hereafter so passed or as-
sented to, shall be or shall be deemed to have been void or inope-
rative by reason only of any instructions with reference to such
law or the subject thereof which may have been given to such go-
vernor by or on behalf of His Majesty, by any instrument other
than the letters patent or instrument authorizing such governor to







- 87 -


4. Nulle loi colonial, faite avec le concours du gou-
verneur de la colonies ou approuv6e par lui, ou devant
etre plus tard ainsi vote ou approuv6e, ne sera tenue
pour nulle et inoperante pour la seule raison que des
instructions, se r6f6rant & cette loi ou a son sujet,
peuvent avoir Wt6 donn6es au gouverneur par Sa Ma-
jest6 ou en son nom, au moyen de tout act autre que des
lettres patentes ou un document autorisant le gouver-
neur B collaborer a la confection des lois pour la paix,
l'ordre et le bon gouvernement de la colonies, ou a les
approuver, alors meme que ces instructions pourraient
etre vis6es dans ces lettres patentes ou dans le docu-
ment ci-dessus mentionn6. D
5 u Toute 16gislature colonial aura et sera consid6-
ree en tout temps comme ayant eu plein pouvoir dans
les limits de sa jurisdiction pour 6tablir des course judi-
ciaires, les abolir et les reconstituer, pour en alterer la
constitution et passer des dispositions relatives A I'ad-

concur in passing or to assent to laws for the peace, order and
good government of such colony, even though such instructions
may be referred to in such letters patent or lastmentioned ins-
trument.
5. Every colonial legislature shall have and be deemed at all
times to have had full power within its jurisdiction to establish
courts of judicature, and to abolish and reconstitute the same, and
toalter the constitution thereof and to make provision for the ad-
ministration of justice therein, and every representative legislature
shall, in respect to the colony under its jurisdiction, have, and be
deemed at all times to have had full power to make laws respec-
ting the constitution, powers and procedure of such legislature,
provided that such laws shall have been passed in such manner and
form as may from time to time be required by any act of Parlia-
ment, letters patent, order in council or colonial law for the time
being in force in the said colony ,.
V. Jenkyns, Bristish rule and jurisdiction beyond the seas, p. 239.








- 88 -


ministration de la justice ; toute legislature represen-
tative, en ce qui concern la colonie place sous sa ju-
ridiction, aura et sera consid6ree en tout temps comme
ayant eu plein pouvoir de faire des lois concernant la
constitution, les pouvoirs et la procedure de cette 14-
gislature, pourvu que ces' lois aient 6t0 passees en des
formes qui pourront, de temps en temps, etre requises
par un Act du Parlement, par des lettres patentes, une
ordonnance en conseil ou une loi colonial en vigueur
alors dans la dite colonie ).
De cette facon se trouve actuellement nettement pre-
cis6e l'Ptendue des pouvoirs et de l'autorit6 des l6gisla-
tures coloniales. A cet regard, I'Act de 1865 est de la
plus haute importance, parce qu'il determine une fois
pour toutes et donne la force l8gale a des principles qui,
jusque-la, n'avaient jamais Wte definis d'une facon pr6-
cise.
Dans le cas oi l'assembl6e 16gislative d'une colonies
viendrait & exc6der ses pouvoirs soit en votant une loi
qui serait en opposition avec un act du Parlement Im-
perial applicable A la colonies, soit en adoptant des dis-
positions qui s'6tendraient en dehors des limits de
celle-ci, le Gouverneur d'abord et la Couronne ensuite
pourraient opposer leur veto a l'application de cette loi
on de ces dispositions; en l'absence de leur interven-
tion, une action pourrait etre ouverte devant les course
judiciaires de la colonies dans le but de faire d6clarer par
elles ia nullite des actes legislatifs locaux ultra vires ou
en contradiction avec les acts du Parlement Britan-
nique.
On voit par lh que les garanties les plus s6rieuses sont







- 89 -


assures de la legalite et de la constitutionnalit6 des
acts votes par les assemblies legislatives coloniales.



3. La Couronne.


Les pouvoirs de la Couronne en matibre de. 1e-
gislation colonial s'exercent de deux falcons diff6-
rentes :
a) D'une facon positive, par le droit qui appartient
au Gouvernement Imp6rial de 16gif6rer directement,
dans les colonies de la Couronne, par voie d'ordon-
nances en Conseil (orders in Council); b) d'une fagon
negative, par le droit qui lui appartient de refuser son
approbation une loi r6gulierement vote par une 16-
gislature locale et soumise A sa sanction ou de d6sa-
vouer (disallow) une loi ayant d6j& recu un commence-
ment d'ex6cution.
Ces pouvoirs sont exerces, suivant les cas, directe-
ment par la Couronne elle-meme ou indirectement par
le Gouverneur de la Colonie.
a) Droit de la Couronne de ldgif6rer en matiere colo-
niale. Ce droit ne subsiste plus aujourd'hui que dans
celles des colonies de la Couronne qui n'ont pas du tout
d'assemblde legislative ou don't I'assemblde legislative
est entibrement nomm6e par le Gouvernement Impe-
rial. II s'exerce bien plus rarement dans les colonies
qui possedent un conseil 1gislatif Blu par la popula-
tion. Ce principle fut tr6s nettement pos6 par Lord
Mansfield dans la c6lbre affaire Campbell centre







- 90 -


Hall (1) (Cowper's Reports, Vol. 1). Pour qu'il en puisse
etre autrement, ii faut que la Couronne se soit expres-
sement r6servie, dans ces colonies a institutions repre-
sentatives, le droit de 16gif6rer par voie d'ordonnances
en Conseil. II en a 6te ainsi notamment pour la Ja-
maique ofi le Gouvernement de Sa Majest6 a eu soin de
se r6server d'une facon formelle le droit de modifier
ou de supprimer completement le systeme electoral
6tabli dans cette colonies.
M6me dans les cas oi la Couronne a conserve le
droit de 16gif6rer directement par ordonnances en con-
seil, il est int6ressant de remarquer qu'elle n'intervient
que comme une autorit6 legislative locale et subor-
donnde vis-h-vis du Parlement Imp6rial. I1 en resulte
que ses pouvoirs sont limits de la mAme facon que ceux
des assemblies legislatives locales et ses ordonnances
susceptibles d'etre def6r6es devant les course de justice
et annuldes par elles comme 6tant ultra vires.
L'intervention de la Couronne dans la legislation co-
loniale se manifest aussi, d'une facon indirecte, par le
droit qui appartient en principle au gouverneur de la
colonies. de prendre l'initiative de toutes les measures 1e-
gislatives soumises au vote de l'assemblee locale. Dans
les colonies ofi il n'existe pas de conseil repr6sentatif,
l'initiative de toutes les lois, y compris les lois fiscales,
est exeree par le gouverneur seul. Dans les colonies
dot6es d'institutions representatives, le principle g6n6-
ral est qu'aucun act d'appropriation ne pourra 6trevot6
et aucun impbt 6tabli, si ce n'est sur la proposition du


(1) V. Jenkyns, op. cit., p. 95.







- 91 -


Chef de la colonie. Cette regle est du reste celle qui est
abserv6e, dans la pratique constitutionnelle, a 1'intu-
rieur mmme du Royaume-Uni; il faut reliever toute-
fois cette difference que, dans les colonies de la Cou-
ronne, cette initiative de toutes les measures financieres
est exercee par le gouverneur agissant de sa propre au-
torite, au lieu de l'6tre, comme en Angleterre, par des
ministres responsables devant I'assembl6e representa-
tive.
b) Contrdle exercd par la Couronne sur les acts votis
par les legislatures coloniales. 11 a pour but d'assurer la
legality et la constitutionnalite de ces acts en empr-
chant les assemblies locales de meconnaltreles limits
de leur competence. II est en effet du devoir de la Cou-
ronne, en cas d'exces de pouvoir commis par 1'une de
ces assemblies, de refuser sa sanction ou de desavouer
l'act inconstitutionnel ou illegal vot6 par elle. ( Ne se-
rait pas, nous dit, A ce sujet, I'auteur anglais Todd, une
protection suffisante, pour le public, contre une measure
legislative erronde ou illegal adoptee par une as-
sembl6e colonial, une decision prononc6e par une
cour de justice declarant cette loi ultra vires (1). ) I1
est done indispensable que le Gouvernement Imperial
soit invest d'un droit absolu de veto sur toutes les lois
votees par les assemblies l6gislatives coloniales. Le
contr6le auquel celles-ci se trouvent ainsi soumises est
exerc6 d'abord par le Chef de la colonies et ensuite par
la Couronne elle-meme.
1) Contrble du Gouverneur sur la legislature locale. II

(1) Todd, Parliamentary government in the british colonies, p. 156.







- 92 -


se manifesto en ce sens que toute loi vote par le con-
seil legislatif d'une colonie de la Gouronne devra, pour
devenir exdcutoire, recevoir I'approbation du chef de la
colonie. Tout bill ou ordonnance devra 6tre soumis au
Gouverneur en chef avant de recevoir 1'assentiment du
lieutenant-gouverneur ou de l'administrateur. Si le
Gouverneur en chef estime indispensable de modifier le
bill qui lui a Wtd pr4sent6, it peut : ou bien exiger que la
modification soit faite avant que la loi soil mise en
execution, ou bien autoriser I'administrateur A ap-
prouver le bill sous condition express que la legisla-
ture s'engagera i donner satisfaction a la recomman-
dation du Gouverneur en chef par un act suppltmen-
taire.
11 existe un certain nombre de lois particulibrement
importantes (1) que le gouverneur est tenu, en vertu de
ses instructions, de reserver pour 6tre soumises A la d6-
claration du bon plaisirde Sa Majeste. 11 en resulte que
ces lois, a la difference de toutes les autres, ne pour-
ront jamais etre mises en application dans la colonie
qa'apres avoit tW formellementapprouvees par la Cou-
ronne. Le gouverneur est 6galement autorise a les re-
v6tir de la sanction royale, mais A la condition seule-
ment qu'elles renferment une clause en suspendant
l'execution jusqu'A ce qu'elles aient Wte express6ment
confirm6es par la Couronne.
II arrive parfois que le Secretaire d'Etat pour les co-
lonies fasse savoir au Gouverneur, a l'6gard d'un bill

(1) Lois relatives a la monnaie, l'arm6e, la marine, les droits dif-
f6rentiels, les effects des traits strangers, les mati6res affectant les
int6r6ts m6tropolitains.






- 93-


reserve pour la signification du bon plaisir de Sa Ma-
jest6, que ce bill ne pourra etre soumis A 1'assentiment
de la Couronne, tant que certaines modifications n'y
auront pas W6t apport6es.
En ce qui concern toutes les autres lois votes par la
legislature locale, le Gouverneur peut : ou bien refuser
son approbation, ou bien exiger certaines modifications,
ou bien accorder purement et simplement son appro-
bation. II devra bien examiner le bill qui lui aura Wte
soumis, rechercher s'il n'excede pas la competence de
I'assembl6e ou s'il n'est pas compris parmi ceux qui
doivent 6tre reserves pour le bon plaisir de Sa MajestY.
A cet effet, il est d'usage, pour le gouverneur, de
prendre l'avis du Chef du Service Judiciaire ou des autres
magistrates de la colonies. Ceux-ci lui adressent alors un
rapport dans lequel ils lui exposent les raisons pour
lesquelies ilsestiment qu'il y a lieu d'accorder ou de re-
fuser l'approbation royale. Dans le cas ou'le Chef de la
Colonie conserverait encore des doutes quant A la l6ga-
lit6 ou A la constitutionnalit6 de I'act qui lui aurait W6t
pr6sent6,il aurait toute liberty, a la condition toutefois
que cet act ne fat pas d'un int6rkt purement local, pour
consulter l'Avo.cat G6n6ral d'Angleterre (Attorney and
Solicitor General of England).
Tout bill vote par la legislature locale devient imm6-
diatement applicable dans la colonies, dbs qu'il a recu
l'approbation du gouverneur, a moins toutefois qu'il ne
contienne une clause en suspendant I'ex6cution jusqu'a
ce qu'il aint et express6ment sanctionne par Sa MajestB.
Le bill une fois r6gulierement vot6 et rev6tu de l'ap-
probation du Chef de la Colonie ne devient pas, pour







- 94 -


cela, pleinement et d4finitivement ex4cutoire. II est en
effet soumis ensuite obligatoirem~ent au controle de la
Couronne. A cet effect, le Gouverneur est invite a trans-
mettre au Secr6taire d'Etat pour les colonies une copie
de l'act legislatif ratified par lui.
2) Contr6le de la Couronne. 11 peut s'exercer de deux
falcons ditferentes : par le d6saveu d'une loi vote par la
legislature colonial, approuv6e par le gouverneur et
ayant d6jh recu un commencement d'ex6cution ; par
le refus d'approbation d'une loi vote par la 16gislature,
r6serv6e par le gouverneur pour la signification du bon
plaisir de Sa MajestB et n'ayant encore fait I'objet d'au-
cune measure d'execution.
En ce qui concern la premiere manifestation du
droit de veto qui appartient au Gouvernement Imp6rial,
elle doit se produire dans un delai maximum de deux
ans a dater du jour de la reception par le Secr6taire
d'Etat de la copie de l'act vot6 par la legislature locale.
Si ce delai s'est could sans que le roi ait manifesto sa
volont6 de rejeter la loi, celle-ci se trouve, par le fait
meme, confirm6e et devient pleinement et definitive-
ment ex6cutoire dans la colonies. Dans le cas au con-
traire oi le roi, en son Conseil, aura refuse son appro-
bation a la loi vote par l'assembl6e locale et sanctionnee
par le gouverneur, celle-ci cessera aussit6t d'etre appli-
cable dans la colonies. Toutefois, il demeure bien 6vi-
dent que seront parfaitement valables les actes accom-
plis ou les contracts passes dans l'espace de temps plus
ou moins long qui se sera 6coule entire le vote de la loi
et son approbation par le Gouverneur et la proclamation
dans la colonies du disaveu de la Couronne.






- 95 -


Dans les colonies qui possedent des assemblies repr&
sentatives, la disapprobation royale doit Atre notifi6e
par ordonnance en Conseil.
Le delai de deux ans qui est accord A la Couronne
pour l'exercice de son droit de veto est, semble-t-il, un
peu long. Il eft Wte avantageux, pour les colons, de voir
reduire a une ann6e seulement la periode d'incertitude
qui s'6coule entire le vote du bill par la 16gislature locale
et sa confirmation definitive, express ou tacite, par le
Gouvernement Imperial.
La confirmation express de l'act soumis au contr6le
de Sa Majeste a lieu generalement par voie de notifica-
tion faite au gouverneur de la colonie, portant a sa
connaissance que cet act sera (< laisse en execution n
(left in its operation) ou que a Sa MajestB n'a pas recu
l'avis qu'il y avait lieu d'exercer son droit de d6-
saveu (1). ,
En ce qui concern les lois rdserv6es A l'assentiment
du Gouvernement Imperial, lorsque I'approbation n6-
cessaire n'aura point Wte donnee dans le d6lai de deux
ans, la loi sera, ipso facto, considered comme rejetie.
Dansce cas, a la difference du precedent, le silence de
la Couronne est consider comme equivalent A une dd-
cision de rejet.
L'approbation de la Couronne est portee, par le Gou-
verneur, A la connaissance du Conseil L6gislatif par
voie de proclamation (by proclamation). Elle peut I'6tre
aussi mais le cas est beaucoup moins frequent par


(1) (< His Majesty will not be advised to exercise his power of di-
sallowance ".




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs