• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Dedication
 Frontispiece
 Foreword
 Preface
 Premiere partie
 Deuxieme partie
 Toisieme partie
 Quatrieme partie: Addenda
 Table of Contents














Group Title: BibliothÉque haitienne
Title: Souvenirs d'épopée
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074092/00001
 Material Information
Title: Souvenirs d'épopée
Series Title: Bibliotheque haitienne
Physical Description: 102 1 p. : ports. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Delienne, Castera
Publisher: Imprimerie de l'etat
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 1935
 Subjects
Subject: History -- Haiti -- 1844-1915   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074092
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000143431
oclc - 23830471
notis - AAQ9616

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
    Dedication
        Page ii
    Frontispiece
        Page iii
    Foreword
        Page iv
    Preface
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Premiere partie
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 6a
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 12a
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 48a
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
    Deuxieme partie
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 68a
    Toisieme partie
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
    Quatrieme partie: Addenda
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 86a
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 94a
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
    Table of Contents
        Page 103
Full Text
-.. -


BUI
BIBLIOTHEQUE HAITIENNE


I


CASTERA &ELIENNE














SOUVENIRS D'EPOPEE




















IMPRIMERIE DE L'ETAT
Port-au-Prince, Haiti
1935






I:


I. 1 1 __ _1 _1__ __ 1Z Y1 t lCU I / I


1












'D edicace


Je didie ce petit volume a ma fille Gisele pour lui demander
d'aimer notre pays.
Et la meilleure faqon de le faire, c'estde possider un cceur noble,
de vouloir devenir la gardienne du foyer. En d'autres terms
d'etre une spouse et une mire exemplaires en conservant simple-
ment dans son souvenir le module qu'elle coudoie chaque jour
dans notre austere mason.
C. D.


II


Pour Charles Moravia

C'est i ce nom que je veux consacrer une amicale pensie; parce
que cette page, Charles Moravia, m'a obligei a l'crire. Mieux
encore, ne m'a-t-il pas ouvert large les portes de la Revue Temps o& ce grand seigneur de la pensie porte bien haut le
panache du courage? Jamais il n'a craint en frappant, ni tremble
de la riposte. Ne vient-il pas d'en donner une preuve clatante
si l'on a lu ce que j'ai icrit de sa conference contradictoire sur le
cParti Libralo?
Comme moi, allez d l'imprimerie de cette revue et vous serez
r&confortd et content de pouvoir appricier l'intelligence, la bonti
et la loyautd de Mademoiselle Eponine Jean-Louis, de MM.
Luc Grimard, Charles Vorbes et Maurice Debrosse. Et si vous
regardez avec une ame sensible, vous aimerez l'atmosphere de
cette maison dans son plus modest collaborateur. Cela veut dire
que Charles Moravia a bon coeur malgre son masque d'eternelle
durete: il est aimed chez lui!


C.D.













































CASTERA DELIENNE











cAvant'TPropos




Mon cher Moravia,

Depuis 1929, vous m'aviez demand d'icrire un mimoire des
ev'nements du Limbi pour le quotidien cLe Temps>. Malgrd
votre insistence et vos reproches, j'ai longtemps. hsiti, et je ne
vous present ce travail qu'aujourd'hui seulement. Je vous con-
fesse que j'ai retard d'agir parce que j'ai douti de ma mimoire,
n'ayant jamais pris des notes sur ces faits. Encore moins, me
suis-je cru habile. rev&tir d'un habillement mime modest ces
episodes qui, apris tout, ont l'allure d'une epople.
Aussi, je me reserve de tenir un compete des observations que
d'autres timoins ont dd fixer sur le paper, se rapportant aux
dates ou aux traits caracteristiques important que j'aurais n&-
gligis dans mon oeuvre et que je soulignerai dans une reproduc-
tion en volume si le public trouve intir&t a cette histoire.
Je vous fais surtout ce mot dans le but de dissiper les malen-
tendus par suite desquels certain coeurs pusillanimes, a.eures d
la publication d'une liste des chommes du Limbie, parue dans
tHa'iti-Journal>, ont tremble d'une terreur inutile et prima-
turie. Cela est le faith des gens qui exhibent le plus souvent un
courage pour parader centre leurs amis indulgents ou .leurs ad-
versaires disarmis. Je veux les rassurer sur le but d'ordre pure-
ment historique envisage par votre journalism qui se tracasse
consciencieusement pour rendre instructive et attrayante la revue
cLe Temps,, d travers une plriode de notre literature. ......


Castera DELIENNE












Treface


La commemoration des fastes historiques d'un people a ceci
Sde bon qu'elle permet d ceux qui furent meles de pros ou de loin
a ces ivinements, acteurs ou timoins, de fouiller leur mimoire
ou leurs archives, et d'en extraire des souvenirs qui demeurent
le timoignage vivant d'une epoque, parfois meme d'un Pays.
Cette maniere de procider est d'autant plus recommandable
que chez nous une incomprehensible et deplorable susceptibility
porte certain hiritiers de nos grands hommes, a expurger, quel-
quefois meme a faire disparaitre des pieces genantes pour leur
hdros. Irait-on jusqu'd suborner des temoins? J'en doute,
quoique la passion chez nous envahisse tout, meme cette chose
sacrie quest l'histoire. Ne voit-on pas tel homme d'Etat, telle
pdriode de nos annales devenir le fief personnel des seuls hiritiers
de ce grand homme, ou de tels ayant-droits! II n'est peut-6tre
pas exagdre de penser que ce grand homme ou cette periode sont
considdris par leurs exploitants presque t titre de propriedt ex-
clusive: malheur i qui sous couleur d'impartialitN viendrait
imettre une opinion ddfavorable, et point conforme en tous
points au canon predtabli! Bien plus, malheur a qui ose venir
toucher a ce grand homme, ou pretend a son tour etudier cette
dpoque. Celui-ld n'est pas loin d'etre considdrd comme un bra-
connier littiraire. Pour peu, on crierait au scandal, voire au
sacrilege.
Ce sont la des moeurs regrettables de notre gentdelettrerie...
Car, ne serait-il pas souverainement desirable qu'enfin fdt icrit,
dans un pays neuf, oi la cohesion des couches sociales n'est pas
encore pleinement realisbe, que fCt ecrit tout ce qu'on peut arra-
cher d l'oubli! II serait surtout iminemment souhaitable que tout
fit aussit6t public, car tces fameux limbes de l'Inddit3! voild le
plus terrible ennemi de notre littdrature! S'ils nous ont disen-
combris de quelques faux chefs-d'oeuvre, it est hors de doute
aussi que nous avons d leur reprocher la perte de manuscrits ex-
















































LUC GRIMARD








PREFACE vi


tremement interessants et rares. Et voici de quoi, ii convient
avant tout de filiciter Castera Delienne qui public aujourd'hui
ses SOUVENIRS D'EPOPEE.
Tant d'ennemis menacent chez nous l'ceuvre manuscrite de
l'ecrivain, tant d'ennemis! Pour le Nord ,et pour I'Ouest,
tremblements de terre et incendies, le Sud a l'ouragan et tes
inondations. Mais tout le pays connait les dipradations des
insects divorants et des rongeurs, et celles des revolutions d'au-
trefois qui valaient celles des insects.
Et pourtant, ce ne sont pas la nos plus firoces ennemis. Nos
plus feroces ennemis? Mais c'est d'abord l'Envie, cette affreuse
lepre de l'dme hditienne, I'envie, I'ignorance, I'indifference; et
j'ajouterais, sans espgrer avoir complete la liste, la cupidity, le
besoin de faire argent de tout, mtme des choses les plus v6-
nerables de notre pass, je n'aurai garde d'oublier cependant
de computer les ravages operas dans divers domaines pricolom-
biens ou christophiens, par les soldats de l'invasion americaine,
ou les antiquaires improvises qui se rivolaient chez certain de
leurs officers.
L'envie et l'ignorance ont ditruit I'oeuvre litteraire du sikcle
de Henry le Magnifique. O& est-il ce riche patrimoine national
que constituent les travaux des Vastey, des Chanlatte, des Hu-
gonin, des Prevost? Et toi, monument de la sagacity du Roi et
de ses Conseillers, od es-tu, toi, Code Henry, si profondement
original, si foncierement hditien? Pourquoi manque-t-il le tome
ou Madiou relate les e'vnements de 1807 a 1843?
Dans les archives de nos Ligations de Washington, de Santo-
Domingo, de Paris, dorment les documents qui sont la vraie
armature de notre histoire national: qu'en fait-on? Est-ce oubli,
est-ce indifference?
L'indiffirence et la cupidity ont aliene les pieces les plus vitales
de notre petit Etat. Disparus, les originaux de la Constitution
de 1806, ou de 1843, de la Constitution Royale? L'acte inesti-
mable de notre Indipendance lui-meme... L'indifference, l'igno-
rance, la cupidity, I'envie ont cause plus de tort que tous les
aveugles Nflaux reunis.
Voild pourquoi, il est bon que ceux qui ont vu, se hdtent de
raconter ce qu'ils ont vu: les circonstances, on le salt, peuvent










rendre la publication d'un outrage, malaise, imprudente ou
impossible, j'en veux pour preuves les cashiers de Hugo, encore
a la Nationale, ou le fameux Journal des Goncourt.
Mais ce travail de Delienne vient en son temps. Et l'on peut
lui pr6dire le plus grand succes, par l'intr&t qu'il a djjd univer-
sellement suscit6 dans la revue .
En effet, iprouvant ce dssir human de se voir revivre, les ge-
nerations qui ont accompli de grandes choses aimeront ce ricit
alerte, direct, pregnant et substantial de Castera Delienne. Les
plus dgis le compareront d cette autre epopde malheureuse de
Miragodne; les moins dges, ceux du Nord, avec la derniere en
date des revendications a tendance libdrale: cette action de
Rosalvo Bobo centre la grave menace de la main-mise americaine
sur nous... Quant aux toutes rdcentes couches, forcdment impa-
tientes de connaltre, et par-dessus tout, anxieuses de juger leurs
ainds, elles scruteront les cendres de ce passe hordique, avec la
quality d'dme passionnie et impitoyable qui a ete de tout temps,
l'apanage de la jeunesse impatiente et qui tient a demander des
competes.
Ici, dans les prisentes relations de Delienne, cette lIgitime cu-
riosit6 rencontrera plus d'un aliment. Ecartant la matibre par-
ticulibre des faits qui est proprement du domain de la critique
historique, regardons un peu la maniEre du narrateur. Tout de
suite, une remarque s'impose: l'auteur, rdpondant a la definition
de Buffon, atteste qu'il sait voir et rendre. C'est un peintre, et
c'est un po&te.
Les portraits nombreux, varies, plaisants y sont d'un saisissant
relief. Voyez Dilisca Dumoulin ou Polynice Barthilemy; voyez
le beau portrait en pied de Maitre Seymour Pradel, Prince de
la Jeunesse, hiros c vingt-cinq ans. Jules Auguste, Castera De-
lienne ne l'a pas connu; et il ne nous conte pas la mort de ce
frhre du Docteur Nemours Auguste, mais quelle vdriti, quelles
notes justes dans le ricit d_ la mort d'Esmangart Emmanuel!
Et comme il campe un Emmanuel Blot, courier bindvole a la
devorante activity!
Si le soctologue, reparaissant dans le journalist, atteste que
Delienne ne s'est jamais ditourn6 des questions haitiennes, quelle
plus large place faut-il laisser au peintre de tableaux!


PREFACE


VUll








PREFACE ix

Le depart de Maitre Firmin et la fin de la tentative, rdpondent
a la premiere nuit de Pierre Fr6d6rique, a bord de la 1 Crkte-i-
Pierrot,. Un trait nous montre un cadavre sous les cafeiers. II
n'en faut pas davantage pour pleurer Sieybs Robinson blessed,
puis miraculeusement gueri, et qui va mourir, noye d Monte-
Cristi.
Au combat du 17 Septembre 1902, un vieux general allait
&tre fait prisionnier quand sans tirer, il trace un large signe de
croix avec son revolver tenu a bout de bras, puis pesamment se
met en selle... C'itait Nord Alexis, le general du part ennemi,
lui-m&me.
On trouve dans ces ricits, le naif agriment qu'on savoure
dans Joinville. d'alpaga noir du general Dessources> que Delienne revolt apres
trente ans ne font-ils pas penser aux braies rayees rouge et blanc
du musulman qui s'appr&tait a occire le bon Sire de Joinville et
qu'il retrouvait dans ses pensees quarante ans apres? La mrme
verve attendrie et vaguement narquoise, transparait, dans la
scene de Ti-Baril ressuscite; dans la traversee du defile des
Roches, apres l'evacuation, avec les minables chaussures sans se-
melles; ou encore, dans la ddlicieuse scene de la patrouille i trois,
oui malgri sa male peur, I'auteur est port en triomphe pour sa
bravoure, hiros sans le savoir. Cette derniere scene ne nous rap-
pelle-t-elle pas encore Joinville confessant au saint Roi que le
piche mortel trouve absolution, tandis que la lepre?
Ah! oui, selon ce que disait Michelet: cL'esprit est l'ouvrier
de sa demeure. Voyez comme il travaille la figure humaine dans
laquelle il est enfermd! Comme il imprime la physionomie!,
Quelle illustration plus criante de virite que le cas Delienne!
Petit, nerveux et gai, dur parfois avec sa face rasee, ses yeux
rieurs et vifs, curieux et tendres sous l'arc epais de noirs sourcils:
c'est le Kobold du journalisme...
Mais attention! N'allons pas essayer de lutter avec Delienne
dans cet art du portrait oi il s'affrme et od il excelle vraiment.
Admirons son etonnante fraicheur d'dme, tell que ses dix-huit
ans seuls pouvaient se vanter de l'avoir pu cultiver. Et cette
poisie toute spontanie et naturelle qui pftille ou circle, comme
Sfleur de terre dans une oeuvre traverse pourtant par l'horreur









x PREFACE

et les pirils de la guerre civil. Et par-dessus tout, la vie, aimons
la vie gonfl/e et ginireuse don't dbbordent ces pages d'un ricit
pittoresque, varied et dru.
Souhaitons d Castera Delienne une longue vie, largement tra-
versie d'aventures: il sait si bien center! Et qu'il nous les conte
avec le mime intirt, et cet art, cette poisie, cette sinciriti qui;
font de ses SOUVENIRS DU LIMBE une des lectures les
plus captivantes, et tout ensemble les plus melancoliques qui
puissent etre.

Luc GRIMARD












SOUVENIRS D'EPOPEE




PREMIERE PARTIES




MON TEMOIGNAGE SUR CERTAIN EVENEMENTS
DE 1902 ET LES EPISODES DU LIMBE.

La guerre, cette source d'incalculables malheurs, cette tfille de
la justice de Dieu et de I'injustice des homess, est, dans le sens
de la morale, une des infirmites de notre humaine nature. Elle
est, apr&s les cataclysmes cosmiques et les grandes 6pidemies,
un mal, un d6sordre monstrueux et le plus cruel des fl6aux.
Toutefois, les catastrophes terrifiantes, les additions de laideurs,
comme les oeuvres de beauty, sont observes par notre huma-
nit6 avec la mnime curiosity. Cette attention de l'homme pour
les choses extraordinaires derive de ses instincts d'harmonie.
C'est ainsi que, l'abhorrant, l'artiste dans tous ses monuments, le
bronze ou le marbre, la prose ou les vers, raconte l'histoire de la
guerre et magnifie les grands capitaines de tous les temps.
Je ne suis pas un historien, mais un simple temoin qui se de-
double pour analyser objectivement une tape du passe. Aussi,
les survivants du Limbe ne refuseront-ils pas leur collaboration
A cette oeuvre afin de mettre en lumiere cette page de l'histoire
national.
Peu nous imported, aujourd'hui, l'inqui6tude de ceux qui croient
que remuer dans le tas, 6voquer les feuilles mortes n'est pas l'hy-
gidne morale des circonstances actuelles! Je pense au contraire
que les acteurs du Limb6 n'ont pas a rougir d'avoir essays de
contenir la force d'une soldatesque qui ne pouvait rien promettre
A un pays consid&6r jusque-la comme un fief militaire que les pre-
cedents generaux avaient pi6tin6 et conduit a la honte ignomi-
nieuse d'une incoh&rente servility.









2 SOUVENIRS D'EPOPEE

NOTRE EXODE VERS GONAIVES

L'echauffour6e des 28 et 29 juin au Cap-Haitien avait immedia-
tement provoqu6 les consequences les plus inattendues: Monsieur
Firmin, accueilli avec enthousiasme aux Gonaives, fut proclam6
premier d6put6 de la Cite. D6sormais, la lutte des Partis susci-
tait de chaudes discussions oi~ la raison perdant tout droit, lais-
sait libre course a la haine et A 1'injustice, souveraines maitresses
des ambitions eh germe.
Pierre Frederique, le plus en vue des amis de Monsieur Firmin,
le porte-drapeau du Parti, A Port-au-Prince, devenait une cible
expose aux menaces les plus inconcevables. Son duel avec St6nio
Vincent avait rev616 qu'il 6tait vulnerable, et de ce fait, d'autres
champions s'enhardissaient A faire parvenir A son bureau de la
rue des Miracles une grele de lettres-cartel que lui remettaient
d'heure en heure des t6moins dans les yeux de qui se lisaient
1'arrogance et l'animosite.
Malgr6 sa proverbiale imprudence, il d6coucha. Sa garde
d'honneur et lui allerent s'enfermer la nuit chez les Pinganeau
Imbert, (1'actuelle maison d'Antoine Michel.) Puis, un soir du
mois de Juillet, on nous apprit que Pierre Fr6d6rique s'6tait
evad6 de son nid improvise. L'on se reveilla de notre c6t6, d6-
sempar6, priv6 de toutes communications, errant A travers la ville
en quete de nouvelles, sous le rire agagant d'adversaires le plus
souvent strangers de la Capitale. Les reunions aux carrefours
des gens absolument hostiles rendaient notre pas hesitant. Un
silence de consigne et des yeux inquisiteurs nous poursuivaient
de leur menace don't nous n'6tions lib6r6s que par notre seule dis-
parition au detour de la rue.
Pas de nouvelles. L'on ne s'abordait que pour apprendre le
depart d'une personnalit6.
-Et Pradel?
Parti depuis hier.
Par quelle voie?
-Personne ne peut en dire mot...
Plus tard:
Vous savez, Dennis ?
Quoi!
Il est parti.








SOUVENIRS D'EPOPEE 3'


Et le journal cL'Appel> ?
Plus de journaux, mon cher. C'est la guerre. La parole ne
convaincra plus personnel. Dans ce Pays il faut computer avec
les r6alit6s.


**

Un matin, Nevers Constant m'aborde, lui, don't l'exuberance
6tait faite de courage et de conviction iprouv6e, il me demand,
d'une voix feutr&e, quelle conduite je comptais prendre.
Je ne peux rien vous dire. Je n'ai pas d'argent et encore
moins l'occasion de me rendre aux Gonaives.
Silence!... Nous partirons quand m&me ce soir, c'est moi,
Nevers, qui vous le dis. Seulement une petite provision pour deux
jours, et cette nuit, chez Dl6isca Dumoulin, a la Croix des Bos-
sales, nous serons une pl6iade a nous rendre oI le Devoir nous
appelle.

*


Notre devoir! Oui, c'6tait le devoir!
Pourquoi garder l'abstention quand nous sommes attaqu6s
dans la personnel de Monsieur Firmin, ce module de civisme et
de probit ? N'est-ce pas lui qui s'6tait refuse a violer la Constitu-
tion ce jour triomphal oiI le people l'avait acclame comme il ne
l'a jamais fait pour aucun chef d'Etat?
Ce n'est vraiment plus l'heure de la parole. Si ce n'est lui, ce
sera un autre que seule la force des armes amenera au Pouvoir.
Il n'y avait pas a regarder de tris loin, le plus fort etait certaine-
ment le vieux Nord Alexis. Et dire que la passion du moment
ne permettait a personnel de considerer la r6alit6 des faits! Les
candidates et leurs partisans sourds et aveugles se laissaient con-
duire vers le mirage d'une election presidentielle par des repri-
sentants issues des suffrages libres du people.







4 SOUVENIRS D'EPOPEE

La politique haitienne est une perp6tuelle deviation A la
r6gle. Les principles resteront toujours un mythe grace a l'ab-
sence des cadres. Douze fusils dans un faisceau sont plus forts
qu'une id6e; car notre enthousiasme n'a pas la constance n6ces-
saire pour assurer le triomphe d6finitif de la pens6e... L'unanimit6
des voix sera toujours balay6e par une minority turbulente et
l'audace arm6e bafouera longtemps encore la veulerie collective.
Notre lichet6 est fate de la raison qui renie sa foi, de la co-
quetterie des compromissions et de la fi6vre des b6n6fices im-
m6diats. Notre conviction est le tuffeau qui s'effrite aux poids
d'int6r6ts monnay6s. Et meconnu sera l'id6al du visionnaire.
jusqu'au jour ofi la douleur aura tremp6 dans le creuset du feu la
conscience de nos elites qui deviendront alors aptes a s'61ever
vers les communes necessit6s d'une agglomeration assainie.
Ce raisonnement, dans le recul du temps, est celui que murmu-
raient A l'appel de mon nom mes instincts d'adolescent.
Castera Delienne,
Present, pour remplir son devoir!...


II


Une nuit d'encre. Les 6toiles sont 6teintes, ce soir de notre
depart. Je fais un tas de mon linge et croise sur le calendrier la
date de la nouvelle tape de ma vie: 17 juillet 1902! Puis, je me
livre au guide inconnu qui me conduit A la Croix des Bossales.
Dans les d6dales du quarter insolite, les pieds ind6finiment
plong6s dans des flaques d'eau, je me faufile dans un zig-zag mys-
t6rieux entire deux haies de cl6tures interminables. La voie se
referme davantage pour devenir un 6troit goulot resserr6 entire
deux palissades en douves que je devine en les touchant pour
eviter de me heurter de c6t6 et d'autre. De ci de li, une porte
entr'ouverte laisse remarquer un visage enlaidi par la flamme
d'un quinquet fumeux. Ces lampions, dans la nuit, rendent plus
difficile notre chemin oi titonnant, nous nous dirigeons vers
1'eau qui rAle sur le sable du littoral.








SOUVENIRS D'EPOPEE 5


Enfin, nous sommes sous une tonnelle, chez DBlisca Dumoulin.
II se present a nous, une pipe au coin des l1vres et nous souhaite
le bonsoir. C'est un homme de grande taille, un peu vofit6; sa
bouche large, fendue jusqu'aux molaires, est enveloppee d'une
barbe aux poils rares, etendus comme un pinceau. Son front
evas6 support une tkte qu'on dirait faite pour porter le k6pi
galonn6. Son visage exprime un sourire honnEte qui tranquillise
le fugitif en qu&te d'une bonne s6curite.
Dix coups sonnent A l'horloge de la Cath6drale. Comme des
ombres, nu-pieds le pantalon retrouss6 jusqu'aux genoux, nous
nous acheminons vers le pont d'un voilier oii des bras robustes
nous descendront au fond de la cale obscure. Sous ce ciel de
bois, la majesty du silence me jette dans une profonde medita-
tion. DejA, I'on est en face d'un danger et nous en connaitrons
bien d'autres dans la suite sans pouvoir approfondir le destin
vers lequel nous marchons aveugl6ment. Personne ne bouge dans
notre volontaire tombeau. C'est v6ritablement une fuite, ce de-
part des firministes!
Qu'importe! Nous irons oiu le Devoir nous appelle!


*


Le vent mugit, imp6tueux, et fait rager la vague sur la gr&ve.
Un commandement. Les voiles sont hisses. A peine trois mi- 2 oh nt .
nutes, nous sommes a un mille de la Croix des Bossales.
Tourment6s d'une mortelle inquietude, nos fronts se sont re-
pliss6s. Une chose noiritre s'est profilee dans notre voisinage, et
les flots ont vrombi... Nos yeux dan cette obscurity s'allument & la
flamme de notre emotion pour fixer et reconnaitre, tous, en m&me
temps, la chaloupe qui patrouille. Une voix, l-bas, a murmured
un ordre et nos oreilles trop attentives ont percu ce mot articulI
dans le lointain: feu!
Les balles cr6pitent lugubrement. Et notre voilier file alligre-
ment.
Dieu itant avec nous, notre cause est la bonne!







6 SOUVENIRS D'EPOPEE



Notre march vers le Limb6


SDebarquis a Luly, A 1'aube du 18 juillet 1902, nous fimes un re-
'pas 'et une toilette sommaires de soldat dans cette baie souriante.
Puis, nous reprimes la mer pour accoster A Saint-Marc dans la
matinee du mEme jour.
La ville se mit en frais pour accueillir les amis de la cause,
tous strangers de la locality. Dans les families, I'enthousiasme
depassait toute measure, et naturellement, comme j'6tais le Ben-
jamin de la jeunesse firministe, I'on s'inquietait autour de moi
pour connaitre mon age et mon nom. Notre passage dans cette
ville ne devait durer que quelques heures. Avant midi, en effet,
un ordre requ de Pierre Frederique, qui etait alors aux Gonaives,
invitait les homes de Port-au-Prince A s'embarquer sur la
;Crkte-a-Pierrots.
'Dans l'apres-midi du 18 juillet, nous 6tions deji les h6tes dp
la cite de l'Ind6pendance et rendions visit aux personnalit6s les
plus marquantes. Et le 20, nous flumes incorpor6s en quality de
volontaires A la avec Pierre FrIderique comme
chef de la volante.
Comme cet aviso de guerre avait des missions A accomplir,
du 20 juillet au 25 aoiit, nous courions la mer tels des honmmes de
boid. C'est ainsi que j'ai connu Chicoye A Petit-Goave, Dumerve,
Commandant d'Arrondissement; au M6le St.-Nicolas. -J'ai visit
la source Matelas A la veille du jour oil les troupes de Jean-
Jumeau, invites par le General Saint-Fort Colin, A prendre pos-
session de Port-au-Prince, durent livrer bataille A Sibert contre
1'arm6e du gouvernement provisoire. J'ai souvent pris la .recr&
nation au bord .de mer de Port-Margot. J'ai vu le Cap sans y p-
netrer, j'ai subi la canonnade du Fort-Picolet, j'ai observe les den-
telures des cotes du Fort-Liberte et assisted presque A la submer-
sion de la Crete> dans la baie de Caracol. Puis, le 25 aofit, nous
d.barquames a Bayeux oui le Directeur de cet etablissement agri-
cole et Mr. Woolley nous recurent cordialement pour une nuit.
























































PIERRE F. FREDERIQUE








SOUVENIRS D'EPOPEE 7



Le Limbe


Garde a vous!... Il est 4 heures. Nous sommes au port d'armes.
A notre face, aucun muscle n'a boug6. Pas un sourire. Dans nos
rangs, le silence absolu. L'heure est tragique. Le Chef parole.
Ecoutez:


Mes chers compagnons,

eVous etes ici par votre seule volonte pour defendre les principles
que vous voulez mettre en pratique pour sauver le pays. II faut que nous
cessions de retrograder. Maintenant, bien malgr6 nous, c'est la guerre.
Nos premiers regiments merchant centre le Cap ont perdu du terrain, et
le General Albert Salnave a r6clam6 de nouvelles forces pour conserver
la possession du Limbe et s'arranger A reprendre dans la suite l'offensive.
eVous etes encore libres de vous en aller ou de vous s6parer de moi
si vous n'Etes pas venus ici pour essuyer le feu des combats. Et si quel-
ques-uns parmi vous ont des craintes, je veux bien leur remettre un sauf-
conduit pour qu'ils se retirent.
r&clame de vous une autre chose, elle a son importance. II s'agit de vous
conformer fidelement A la discipline militaire parce que c'est la guerre
que nous faisons. Votre devoir est d'ob6ir aveugl6ment A celui A qui
l'autorite sera d6feree. Je crois que ce sacrifice est digne de votre cou-
rage et de votre caractere. Maintenant, en route pour le Limb! ,

Puis, se retournant vers moi, Pierre Fr6d6rique, avec un cer-
tain attendrissement dans les yeux, poursuivit:

tQuant A voius, mon fils, votre cas me d6sespere. C'est la premiere
fois que je me trouve en face d'une si troublante situation; je vous dirais
meme qu'elle m'effraie. Que repondrai-je A vos parents et au pays si l'on
venait A me demander compete d'un accident que je souhaite ne jamais
vous arriver?)

Comme il attendait, pour se rassurer, une parole de mon juv6-
nile enthousiasme...
--Je suis venu ici tout seul, sans computer sur une protection.)
Alors, le Chef sourit, et nous partons, enthousiastes, pour le
Limbe.








8 SOUVENIRS D'EPOPEE


II

Six heures. Grand march & Port Margot. Nous allons au bu-
reau du Gen6ral Joseph Dessources, le d6 1gu6 de la revolution
dans le Nord-Ouest. II porte un gilet militaire rouge, un papta-
lon blanc et une redingote d'alpaga noir. Ce general, a la barbe
imposante, est froid et discret. II offre un rhum aux amis qui
veulent boire et provoque un apart avec les principaux chefs de
notre group.
Au coup de neuf heures, nous sommes tous presents A 1'appel,
face & la galerie du bureau de l'Arrondissemerit du Limb&.
Garde a vous! Clairons et tambours... Les troupes sont ali-
gn6es: quatre drapeaux au c6t6 Est, quatre bataillons ou deux
regiments formant au total un effectif de Cent soixante hommes
de grosse troupe. II y avait aussi, dans le voisinage du bureau,
soixante a quatre-vingts volontaires du Nord qui logeaient dans
une construction en maqonnerie aux murs 16zard6s, sans doute la
prison et A la fois I'arsenal. Puis, on entendit parler d'un General
Catabois, a l'avant-garde du c6t6 de l'6glise, et si l'on ajoute en-
fin le group des sentinelles avanc6es que nos yeux n'ont jamais
vues, l'on a la petite arm6e qui fit le Limbe & la journme du 3
septembre 1902.
Geographiquement, le Limbe en 1902, 6tait sans importance.
La cour des cases et des maisons 6tait plant6e de bananiers et
de cafeiers, et sa proportion rurale, comparable A la place ur-
baine de P6tion-Ville. Les principaux quarters 6taient agglom&-
res surtout pres de l'6glise. LA, se trouvait 1'importante cons-
truction du G6n6ral Nord Laguerre, une des fortes personnalit6s
de l'endroit, et I'un des heros de 1902.

III

26 aoft, 10 heures. Troupes en formation de carr6. Speech
militaire du general Ney Pierre. II est amical, enthousiaste,
sympathique et fait bonne impression. Fusionnement de la jeu-
nesse du Nord avec celle de Port-au-Prince. Promenade B travers
le bourg. Casernes de l'Etat-Major de la division de l'Ouest au
bureau de l'Arrondissement.








SOUVENIRS D'EPOPEE 9



LA SOUFRIERE


Dans notre liste des hommes du Limb6, nous avons laiss6 dans
l'ombre le nom du G6neral Moncombe, incontestablement l'un
des chefs les plus admires de 1902. Durant les mois de tour-
.mentes et de luttes tragiques, ce heros s'est aur6ol6 de gloire et
sa conduite fut A la hauteur des habits faits d'armes des temps
piques. Aussi son courage, sa bravoure, son intrepidit6 dans le
combat, faisaient-ils l'objet de notre admiration et de nos entre-
tiens. L'eclat de son action militaire 6tait, si je puis ainsi dire,
le bouclier, le rempart inexpugnable des insurg6s des Gonaives.
La Soufriere, en effet, qu'il d6fendait, place au sud-est du
Limbe, prot6geait cette ville contre toutes invasions par la route
de Plaisance. Cette fortification est un blockhauss qui date pro-
bablement de la p6riode des guerres soutenues par la France
centre l'Angleterre pour se maintenir dans ses possessions. Elle
domine la serie des montagnes du voisinage de Camp le Coq. D&-
fendue convenablement et ravitaill6e par le Limbe, des milliers
d'hommes, avant les realisations modernes des armements, ne
pouvaient que succomber en l'attaquant seulement avec le fusil.
Par sa position strat6gique, on peut compare le d6fil6 qui relie
le Limbe A Plaisance, i des Thermopyles vraiment imprenables.
Aussi, n'est-il pas 6tonnant que le G6enral Moncombe ait pu
tenir, et faire avec une garnison de cinquante hommes, une belle
resistance durant toute la champagne, sans jamais demander de
renfort, ni reclamer une provision d'armes.


Bapteme du feu

3 Septembre- 5 heures du matin.-

Des notre reveil, un cercle se forme autour de la margelle du
puits. Chacun fait un bout de toilette. De tous c6t6s, des coups
de fusil. L'ennemi est partout. Dans nos rangs, deux ou trois
seulement sont arms. Pris d'une frayeur instinctive, les uns se
precipitent jusqu'i s'6craser au bureau de l'arrondissement, les
autres gesticulent pour retrouver le fusil plac6 sous la veste qui








10 SOUVENIRS D'EPOPEE

leur a servi d'oreiller. D'autres sortant de l'interieur cherchent
une issue dans le plle-m&le de ceux qui venaient et s'empressaient
de s'en aller.
N'6tait le sang-froid de quelques-uns, l'on risquait pour le
moins de grossir le nombre des victims.
L'ennemi tire sur nous a bout portant. II faut se ressaisir et
lui rendre avec plus d'6nergie les coups recus. Les camarades ne
se connaissent pas assez; nul ne peut discerner une frayeur pas-
sag6re d'une lichet6 constant. Impossible a un Frederique ou
Sun Pradel d'arreter tout-a-fait ce premier sympt6me d'effare-
ment. Il leur faut tirailler come de simples soldats pour sup-
pl6er les energies non encore ressaisies... Leurs fusils 6chauffis
au rouge ne peuvent plus servir pour d6fendre la position.
Une telle ardeur, une telle imp6tuosit6 ranime le courage et
fait fl6chir les adversaires qui, sans doute, 6tonn6s d'un si bel
example de t6nacit6 se retirent en d6sordre a leur quarter gin-
ral. Ainsi nous occupons les positions si longtemps discut6es
sur les routes de Plaisance et de Port Margot.
Electrises par le courage fanatique de Ney Pierre et de Pradel,
nous reprenons entierement confiance. Pas de r6pit. Nous ne
laissons aucune cesse a l'ennemi. volont6 nous suivent Deux colonnes sont form6es pour contre-
attaquer les fortes divisions du nord et les acculer jusqu'i la
rivi6re du Limb&.
Une interrogation se pose: comment l'ennemi a-t-il pu nous
assaillir dans toutes les directions a la fois? La seule hypoth6se
possible: il avait bivouaqu6 toute la nuit dans nos rangs. Cette
hypoth6se me parait une r6alit6 et la devient m6me puisque le
general Moncombe tenait convenablement la Soufriere oft la
bataille n'6tait pas moins orageuse.
Les docteurs Belfong, Jasmin et leurs aides sont impuissants
A soulager les bless6s logs en si grand nombre au bureau de 1'ar-
rondissement. Je me souviens que parmi les victims de la pre-
miere rencontre qui avait dur6 sept heures, se trouvaient Cons-
tant Vieux, Emile Manuel, Delisca Dumoulin, Legros, Justin
Frederique, tous arrives de Port-au-Prince.
L'anm6e du g6n6ral Nord avait laiss6 des cadavres sur le
champ de bataille que les brancardiers n'avaient pu retrouver
ou qu'il leur avait &t6 impossible d'emporter.








SOUVENIRS D'EPOPEE 11


Nos morts, ensevelis sans aucun service funebre, une chose
horrible m'a fortement impressionni: sous un caffier touffu,
j'avais dicouvert un cadavre qu'un pore d6vorait A belles dents.
H61as, qui pourra jamais lire les secrets de la destine! Cet in-
connu sur la tombe de qui personnel ne viendra verser des larmes
et dire des prieres, m'a fait frissonner d'une emotion plus forte
que celle eprouv&e dans les diverse phases de la journme du 3
septembre oii j'ai requ mon bapt6me du feu.
Paix a l'ime de cette victim anonyme!


Seymour Pradel en 1902

Quand part, A 1'avenement du Gouvernement provisoire, le
journal tL'Appels, il n'avait pas precis6ment d'6gal en raison
mtme de sa belle tenue. Une jeunesse ardente et de tout premier
choix format sa r6daction. Son directeur, Me Seymour Pradel,
avait deja souleve la curiosity et le gofit des gens de lettres. Ceux
qui pouvaient appr&cier, affirmaient que ce jeune ecrivain poss6-
dait un reel talent et regrettaient m&me qu'il n'avait pas obtenu la
bourse de Paris avec Mirabbo Drice et Windsor Bellegarde.
Professeur au Lyc6e Petion, il faisait l'objet de mon attention
durant les heures de r6cr6ation; mais je ne l'ai jamais eu come
mnaitre parce qu'il occupait la chaire des belles-lettres en rheto-
rique et que ma promotion avait 6tudid avec Auguste Fabius,
Dantes Bellegarde et Justin Godefroy. Bien que n'ayant jamais
entendu sa conversation, j'ai toujours su, par ce que l'on repetait,
qu'il fut un diseur tres gofit6. Je me le repr6sentais dans mon
imagination, semblable a Emmanuel Valbrune, exception faite
de l'habillement qu'il n'avait pas aussi 616gant. Les grands du
Lycee lui reconnaissaient une competence approfondie des lan-
gues mortes et le regardaient come un maitre en litt6rature.
Je le lisais souvent dans cLa Ronde>, come c'6tait la mode
alors, pour vivre les chagrins de cette g6n6ration plus jeune que
cLes Emulateurs>, ce moule de sa formation don't Massillon
Coicou fut l'un des chefs incontest6s. Le mal don't souffrait cette
jeunesse 6tait le sort fait au pays, et nous tous des generations
qui suivirent, nous avons 6prouv6 les memes tourments et partage
avec elle ses idees de r6forme.








12 SOUVENIRS D'EPOPEE

C'est A bord de la premiere fois, Me Seymour Pradel, cet homme plein d'am6nit6
et d'urbanit6. C'6tait une nature fort simple, et sa simplicity ir-
r6flichie, semblait ne jamais 6prouver aucune difference dans ses
rapports avec les hommes. On sentait que Ie camarade chez lui
supprimait les manieres, car il ne s'apercevait pas qu'il 6tait fort
instruit et ne comprenait guere le prijug6 des classes.
Tres recherche dans le monde, il prenait un certain plaisir A
s'y d6rober. Est-ce parce qu'il fut appauvri par la mort pr6ma-
turee d'un pere affectionn6? Je ne sais. Au contraire, tres en-
jou6, il riait toujours comme l'eit fait un homme heureux.
Il exprimait avec franchise toute sa pens.e. Aussi, emportait-
il facilement le coeur des gens honnEtes tout en captant la sym-
pathie des humbles. Ses compagnons de la Crete-A-Pierrot> l'ai-
maient comme l'on aimerait une jeune fille.
Au Limb6, il paraissait bien jeune aux yeux de vieux gin6raux
tres experiments dans les subtilit6s de la guerre et les embiches
de la vie. Trois jours cependant avaient suffi pour qu'il devint
le moniteur de ses compagnons, et I'oracle 6cout6 de tous, lui,
l'adorable poup6e qu'on ne voudrait toucher qu'avec des yeux
emplis d'amour.
Brun, avec des cheveux d'un noir exag6r6, un front ouvert,
des yeux vifs et interrogateurs caches derriere un binocle blanc.
Des moustaches rares h6sitaient sur sa bouche. Une bouche si
souriante qu'on ne s'est jamais douti qu'elle etait faite de 16vres
quelque peu charnues. Et moins encore, remarquait-on chez lui,
si fin, qu'il semblait avoir troqu6 son nez qu'on imaginait joli
contre un autre qui l'6tait moins.

*

Des la premiere lutte du 3 septembre 1902, il s'imposa A notre
admiration par son male courage. De l'endurance, de la fermet6,
du sang-froid, il en avait meme A revendre. D'un coup-d'ceil, il
embrassait la distance, les movements de l'adversaire et l'atti-
tude des siens. Flchissait-on quelque part dans la mile, vite
il d6couvrait la faiblesse de l'ennemi ou le decouragement d'une
de nos colonnes. I1 frappait et redoublait ses coups centre les
positions les plus invuln6rables. Sa presence seule fortifiait les
























'..
-9

/.s


LA CRETE-A-PIERROT
Brrlol heroique et bucher d'un brave -6 Septembre 1902.


'.


LA CRETE-A-PIERROT
L'epave glorieuse sur laquelle les allemands excuterent des exercices de tir.


:d


~"' PNE~IT~5~6RPs4a- ~---~T--" --
~


r

Al' L 5-: 1
.9 .. *
). Ih
ri








SOUVENIRS D'EPOPEE 13


armes des amis affaiblis. II accomplissait toutes ces choses dans
le temps le plus court; la preuve, c'est que, dans cette bataille,
il fut partout oii tait le danger et qu'en definitive, il en a assure
la victoire en risquant le moins qu'on a pu le croire la vie de ses
compagnons et meme de ses adversaires. Plus il s'empressait,
plus il 6ludait aussi les complications d'oii l'on ne savait comment
on sortirait.
Plus que Ney Pierre, i! devint le Chef que l'on suivait aveugle-
ment, tant6t a cause de sa chance, d'autres fois, par crainte de
compromettre ou d'exposer une vie aussi precieuse que la sienne,
et de la sacrifier a la cause sacree que l'on d6fendait.
Sa discretion, son indulgence, son savoir-faire, attestaient sa
bont6 que du reste, il a prouv6e plus tard, lors de son exil en
1908.
Toutes ces belles et nobles qualit6s ont fait de ce jeune general
de 27 ans, proclame le Prince de la Jeunesse par M. Firmin lui-
mime, une grande autorite et le principal h6ros du Limbe en
1902.

*


L'AFFAIRE DU MARKOMANNIA

L'incident du tMarkomannia survenu le 2 septembre 1902,
dans la rade du Cap, se rattache aux 6venements du Limbe, car
l'ordre de s'emparer des armes et munitions embarquees sur le
steamer allemand, fut dict6 par Monsieur Firmin et transmis par
Me Fernand Dennis au vice-amiral alors dans les eaux de Port-
Margot, pour ktre imm6diatement execute. Mais, en vue de parer
a tous alas, Mes Seymour Pradel, Pierre Frederique et Sablon
Hibbert furent invites A accompagner leur confrere dans sa mis-
sion.
Les manuels d'histoire d'Haiti a l'usage des Colleges et Lycees
de la Republique, mentionnent seulement que l'aviso de guerre
1902, et que le vice-amiral Killick pr6f6ra avoir la mer pour lin-
reul A la honte de laisser pi6tiner le nom et l'orgueil du people
haitien par une puissance 6trangire.








14 SOUVENIRS D'EPOPEE

L'h6roique explosion de la Cr&te-a-Pierrot> dans la rade des
Gonaives resulte de la saisie pratiquees sur le cMarkomannia
par ordre de Monsieur Firmin.
Mes Fernand Dennis, Seymour Pradel, Pierre Frederique et
Sablon Hibbert, furent accr6dites come repr6sentants du vice-
amiral Killick, aupres de M. Hansen, capitaine du bateau de la
marine marchande allemande pour des pourparlers ou negocia-
tions qui aboutirent en fin de compete A une perquisition et A 1'en-
levement des armes et munitions que le gouvernement provisoire
avait exp6diees au general Nord Alexis par l'entremise des sieurs
Normil Sambour et Alexandre Bobo.


*


UNE ERREUR HISTORIQUE

D'une pierre, il y a lieu de faire deux coups. Toujours dans les
memes manuels d'histoire d'Haiti officiellement adopts par le
Departement de l'Instruction Publique, il s'accr6dite que le Dr.
Cole refusa d'abandonner Killick au moment ofI le vice-amiral
avait pris la resolution de faire sauter notre aviso de guerre.
Je tiens A faire remarquer que Mr. le Docteur Cole ne pouvait
en aucun temps accomplir un acte de volont6, ayant .et toujours
enferme dans sa cabinet dans un etat d'h6ebtude complete d6ter-
mine par son alcoolisme 'inv6t&r6. Nevers Constant, le secr6taire
du vice-amiral Killick, m'affirma le 10 septembre 1902, que ce
docteur a ignore la disparition de la Crete-A-Pierrot. I1 est
certain qu'il mourut, parce que dans I'affolement g6n6ral, on ou-
blia qu'il efit encore un souffle de vie.
L'&venement est encore trop pres de nous pour I'entourer d'une
16gende. Cole est loin d'etre le Charlotin Marcadieu des temps
nouveaux, et il n'est pas la belle figure pr6sent6e par Messieurs
Andre Chevalier et Charles Moravia dans leur drame cL'Amiral
Killick,.








SOUVENIRS D'EPOPEE 15



HAMMERTON KILLICK

(Fragments in6dits)

Les repr6sentants des puissances &trangeres durent intervenir
aupris du general Sam pour arracher le directeur du Journal
Amilcar Allen. La vie de Pierre Fr6edrique 6tait menace d'une
fin horrible parce que son patriotism outrage venait de fl6trir
de sa f6rule cinglante, I'opprobre de la capitulation du gouverne-
ment, le 6 d6cembre 1897, devant l'ultimatum allemand.
Le drap blanc hiss6 au mit du Palais de la Pr6sidence, avait
jete la consternation dans l'ime de toute la nation. Pierre Fre-
d&rique, ce chevalier sans peur et sans reproche, don't le caractere
a surpassed les malheurs de sa patrie, traduisit la colere et l'indi-
gnation du people dans de severes apostrophes a 1'adresse du
Pouvoir, qui resteront graves dans la m6moire de ceux qui
feuillettent notre histoire pour y trouver des raisons l6gitimes de
croire A une destinee meilleure de notre pays.
La force des circonstances obligea le gouvernement a seule-
ment emprisonner le heros.
Devant les petitesses et les laideurs don't malheureusement est
encombr6e notre voie, Killick 6tait d'une s6v6rit6 qui frisait
1'atroce barbarie d'une ime de damn6. On crut lui fournir une
occasion facile de se d6barrasser de Pierre Frederique qu'on lui
envoya pour ktre enferm6 dans les cachots de la CrEte-a-Pier-
rot>, les fers aux pieds.
On espIrait, qu'etouffant chez lui tout sentiment d'humanit6,
le vice-amiral userait de tous les resorts pour accomplir une
ceuvre tenebreuse; et que le fier prisonnier abhorrant la bassesse
et les honteuses genuflexions, se laisserait mourir stoiquement
dans une superbe indignation. Erreur!... L'on s'6tait grande-
ment tromp6 !...
L'homme ne se r6vele jamais dans la paix ou dans l'ivresse de
la joie. C'est la guerre ou la douleur qui enfantent les heros et
faconnent les ames des martyrs. L'une et 1'autre font choir sur
la terre les examples de grandeur et les abimes de monstruosite.








16 SOUVENIRS D'EPOPEE

L'on ne connaissait pas encore Hammerton Killick. Encore
moins savait-on ce qu'il pouvait faire. Sous sa dure peau de
loup de mer, se cachait un Stre exquisement sensible qui aimait
jusqu'A la frne6sie l'honneur, le caractere, le courage et l'h-
roisme. Cette grande Ame savait appr6cier les belles choses et le
sublime du geste ou du sentiment. Et quoi de plus beau qu'un
drapeau et de plus sublime qu'une patrie!
Certes, Killick fut l'irreductible ennemi de Pierre Frederique
qui I'avait souvent entrepris dans ses articles de journaux, sans
aucun management. A l'accent severe de la voix du Vice-Amiral
qui, en execution des ordres recus, enjoignait A son second de lui
appliquer les fers, le Directeur de Wl'Impartialb se crut a tout ja-
mais perdu. Il se suiciderait sans doute pour 6chapper aux tor-
tures et A la vengeance de ses adversaires.
Mais, quand la nuit, ce linceul qui recouvre la honte et la mi-
sere, eut 6tendu ses sombres voiles sur la ville encore crispee de
douleur, Pierre Fr6derique sursauta d'une sainte et touchante
emotion. Une main froide se posa sur lui et desserra l'instrument
de la douleur qui meurtrissait ses jambes endolories. Puis, cette
main mysterieuse les frictionna d'une huile onctueuse qui soula-
gea brusquement la peau congestionn6e du prisonnier.
Venez avec moi, mon cher Pierre, il faut maintenant vous
reposer.
L'entrainant dans le salon rouge qui attenait A sa cabine, le
vice-Amiral Killick lui dit encore:
-C'est vous, Pierre Frederique, qui commander ici, et c'est
moi qui ob6is.
Alors, le heros de la plume, dans une h6roique accolade, une
6treinte fraternelle, embrassa le heros du sabre!...
...Et ils pleurerent.
La plume a vacill entire mes doigts, sous le frisson de mon
Ame. J'6voque des souvenirs si touchants de path6tique gran-
deur, que des larmes d'6motion montent de mon cceur A mes
yeux... La Crkte-A-Pierrot cinglait une fois vers la baie de
Caracol,... l'Ocean semblait endormi,... Killick retira lentement sa
pipe de la bouche et, sans periphrase, nous cria:
4I1 faut que ce pays soit purg6 de tous les sc61lrats, car,
s'il y avait une sanction, je m6riterais le bagne.>








SOUVENIRS D'EPOPEE 17


Puis, une autre fois, dans la riante baie de Port-Margot, le
regard perdu dans le lointain, d'une voix attendrie, il murmura:
Je regretterais pour vous, Messieurs, un incident qui nous
surprendrait en pleine mer, car il me serait impossible de vous
d6barquer, vous, une si belle jeunesse! Si cela arrive, souhaitez
que ce soit pr&s de la terre. Et grave, il ajouta:
-fJe vous le jure, je fais sauter la 4Crkte-A-Pierrot: plut6t
que d'amener le pavilion haitien en presence d'une force 6tran-
gere>>.


L'heroique et sublime pensie de mourir face au devoir, hantait
depuis longtemps d6ji l'Fme du H&ros quand il accomplit son
acte glorieux.


*



UN MYSTIQUE FIRMINISTE

Polynice Barth6lemy


Parmi ceux qui avaient une confiance inibranlable, une ardente
foi dans le succes et le triomphe des idWes de progrbs prech6es
par Monsieur Firmin, se trouvait une personnalit6 que je m'en
voudrais de laisser a l'ombre de I'oubli. En effet, Polynice Bar-
thelemy, don't le Vice-Amiral Killick admirait la simplicity ma-
gnifique, joignait A sa g6nerosit6 une grandeur d'Ame rare en
notre milieu oil depuis quelque temps l'on semble professor le
culte de l'indiff6rence et de l'6goisme. II incarnait dans sa mile
stature toutes les nobles qualities d'un citoyen A la fois honnete
et desinteresse. Cette grande figure etait la plus nette d6mons-
tration de notre mystique d'un ordre de choses meilleur.
Malheureusement la fortune nous fut contraire. Notre lutte
s'acheva dans les peripeties dramatiques don't decoul6rent les
pourpres fulgurantes de la Crkte-a-Pierrot, le tragique assassi-







18 SOUVENIRS D'EPOPEE

nat de Massillon Coicou, le bannissement et la mort criminelle de
Pierre Fred&rique et la crucifixion de Firmin sur le rocher de
St.-Thomas.
Svelte et de taille tres l6anc6e, Barthlemy avait I'automatique
raideur de Florian Alfred A qui il ressemblait en bien d'autres
points. Les hommes, quelquefois, prennent l'apparence des cho-
ses: sa droiture rappelait la tige du palmiste don't il avait la
fiert6, cette fiert6 de bon aloi, et des hautes vertus civiques et
familiales. Qui l'avait coudoy6 ou connu a fond, d6couvrait chez
lui une exquise sensibility faite de cette indulgence austere des
vieilles gens, pleins d'une r6elle noblesse. Il se degageait de la
tkte du sexag6naire toute menue et bien ronde, poudr6e A blanc
par l'Age, une intelligence, un prestige et une ser6nite qui se con-
firmaient par la franchise de ses yeux toujours candides, malgre
1'astuce des autres, semie sur la route difficile de l'existence.
Il faisait avec nous la croisiere A bord de la Mais plus que nous, il remplissait un r6le actif a c6t6 de Killick.
Non content de courir les risques don't sa vie 6tait souvent l'enjeu,
il avait mis au service, du firminisme ses trois voiliers affects A
son commerce. Sacrifice noble et devouement vraiment sublime,
car il ne revait de b6n6ficier d'aucune faveur au triomphe de la
revolution.
C'est A ses frais que le plus grand nombre de notre pleiade
aboutit au Limb&. Et c'est encore A son obligeance et i sa bonne
volont6 que notre aviso de guerre dut, de pouvoir accomplir ef-
fectivement son action. Ses voiliers tinrent la mer aussi long-
temps que la Crfte-A-Pierrot, louvoya des Gonaives au Petit-
Goave et du Petit-Goave au Fort-Libert6.
Monsieur Polynice Barthelemy refusa tout subside et paya
seul les trois 6quipages don't il etait I'armateur.
A cause de sa petite flotte qu'il dirigeait avec une prestigieuse
bont6, Killick le d6signait simplement du titre affectueux de:
Collegue>.
cNous sommes, lui disait-il assez souvent, deux amiraux sur
le mime bord, mon cher Collegue.









SOUVENIRS D'EPOPEE 19


Sa conversation 6tait animee, mais il considerait toutes choses
avec le serieux de sa nature droite et .simple. C'est ainsi que sou-
vent il donnait la riplique A Killick sur le ton grave de l'homme
experiment, tandis que celui-ci s'amusait plus que de raison.
C'6tait, en effet, un plaisir pour le vice-Amiral de le surprendre
en d6faut et de le contredire afin d'echauffer la discussion.
Un jour ofi tous sur le pont du bateau s'ing6niaient a trouver
des histoires pour passer le temps, l'on vint A parler d'un failli
imprudent. Barthelemy prit la parole pour affirmer qu'il 6tait lui-
mime un negociant don't la cargaison ne perirait jamais.
Si longtemps, dit-il, que sous la mer il y aura du sable, aussi
longtemps je serai riche.
Et alors, lui r6pliqua le vice-Amiral, que faites-vous ici?
Vous n'avez aucun besoin?
Certainement, Collgue, je n'ai aucun besoin. Et je ne veux
aucune faveur, aucun b6enfice materiel au triomphe de la revo-
lution. J'entends que mes compagnons pensent come moi; car
je crois qu'il faut nettoyer Port-au-Prince, en faire une ville
propre, instruire les campagnards et permettre A tout le monde de
parler librement. Et pour cela, il faut que ceux qui font la guerre
en ce moment, laissent tranquille Monsieur Firmin apres le tri-
omphe... Pas de place, pas de faveurs, c'est mon seul et dernier
mot!
Chef d'un regiment de la division de l'Ouest, il le conduisit A
la bataille avec prudence et t6nacite. L'on ne pouvait jamais sup-
poser que cet homme avanc6 en age efit pu garder, sans faiblesse,
son poste du Limbs.
Le Vice-Amiral Killick admirait et aimait passion6ment Poly-
nice Barthelemy qui n'a jamais perdu une occasion de remplir
son devoir. C'est de lui que son fils, le pers6evrant et honorable
negociant Alcinoiis P. Barthelemy, a h&rite, avec l'amour du com-
merce et du travail, cet esprit d'ordre et ce besoin d'initiatives,
toutes choses qui contribuent au bon renom de toute soci6te.


SOUVENIRS D'EPOPEE


19








20 SOUVENIRS D'EPOPEE



SITUATION MILITAIRE AU LIMBE

(10 Septembre 1902)


Les cent-vingt hommes de la Cr&te-i-Pierrot, descendus au
Limb6, la carcasse de notre aviso de guerre flottait sur I'Oc6an
ktonn6 de la d6flagration et semblait, avarit sa complete submer-
sion, s'amuser dans ses secousses, de la colere du Panther>, ca-
noniere de la marine imp6riale allemande. Ces hommes 6taient
des militaires d'une admirable discipline, due surtout A leur atta-
chement au Vice-amiral. C'est la rage, au coeur, qu'ils vinrent
s'adjoindre A nous pour venger la m6moire de leur Chef de I'a-te
odieux du SIX Septembre. Ils connaissaient depuis longtemps
deji l'affection de Killick pour Pierre Fred6rique en qui, tous,
ils placerent leur confiance de soldats r6solus A vaincre ou A
mourir. Rompus au service militaire, ils excellaient dans le tir
et pratiquaient A la perfection le maniement des armes de bord.
La mitrailleuse moderne sur axe mobile, le canon de grande
portee, etaient des jouets entire leurs mains. Ils corrigeaient
promptement la hausse de leurs armes pour obvier A la fluctua-
tion des vagues et aux replis des terrains. Pas une arme de guerre
de leur temps n'avait de secret pour ces francs-tireurs. Assouplis
comme ils 1'etaient aux durs travaux de bord, on peut facilement
se faire une id6e de I'endurance et de la tenacite de ces soldats.
Aucun des hommes de pens6e, volontairement en armes au Lim-
be, ne pouvait montrer une plus grande conviction ou un cou-
rage plus valeureux que ces marines de la cCrete-a-Pierrot.
Dans le meme temps, notre effectif s'augmentait de la presence
de soixante-dix volontaires revenues les uns de l'exil A la suite de
la destruction de Petit-Goive, les autres de J&remie, de Jacmel et
des autres villes de la R6publique. Ces volontaires commandos
par Maitre Tribonien St.-Just6 furent places dans la direction
de la route de Port-Margot oil l'ennemi d6bouchait chaque fois
du bas-Limb6 avec une division concentree des heures ou meme
des jours avant le combat A livrer.







SOUVENIRS D'EPOPEE 21



FORMATION DE NOTRE EFFECTIF

Les officers et sous-officiers subalternes de la rot>>, furent incorpores avec les marines dans le meme rang que
les volontaires de l'Ouest, places sous les ordres de Pierre Fre-
derique avec Charles Germain et L6onidas Laventure charges
des deux brigades, et des quatre chefs de corps: Joseph Terlonge,
Benjamin St.-Fleur Paul, Darius Souffrant,Polynice Barth6lemy.
Puis, en raison de sa vaillance unanimement reconnue, Fontus
Bruno fut d6sign6 au commandement de la place heroique du
Limb6.
Notre petit corps d'arm6e fut encadr6 d'un Etat-Major com-
mand6 par Seymour Pradel et Andr6 Duquerrouette. D6sormais,
le Limb6 6tait en measure de resister jusqu'A 1''vacuation de nos
troupes, le 12 octobre, ordonn6e directement par le Chef du Pou-
voir Executif si6geant aux Gonaives.
C'est A partir de cette mime date du 10 Septembre, qu'une
parties de l'interessante jeunesse du chef-lieu de la revolution, fit
son apparition avec Laborde Corvoisier, ancien commandant de
la place, appel6 au commandement des deux regiments de Port-
de-Paix et des Gonaives. Pour le moins, notre quadrilatere de
defense 6tait maintenant une r6alit6 et pouvait avantageusement
faire face aux nombreuses divisions recrut6es avec la perseve-
rance et l'entetement du vieux g6enral Nord, travaill6 comme on
le sait, de l'ambition du pouvoir depuis plus de quarante ans.
C'est done bien en vain que, d6naturant l'histoire anecdoctique
rattach6e A la vie tumultueuse du perp6tuel conspirateur Nord
Alexis, certain historians ou sociologues A l'ordre du jour, es-
sayent de modifier la courbe des responsabilitis de la guerre de
1902 en affirmant, pour faire triompher leurs idees, que les par-
tisans du progres devraient se complaire dans l'inaction et aban-
donner le pays le plus longtemps possible A l'anarchie, I'arbitraire,
la dilapidation et la notoire ignorance. Car, si avis6 que peut
etre un Chef d'Etat, anim6 seulement de bonne volonte, s'il n'a
aucune conception de gouvernement, aucune culture, meme
moyenne, il ne peut 6tre que le jouet de cupides strangers et
d'haitiens incapables et de mauvaise foi.








22 SOUVENIRS D'EPOPEE



17 SEPTEMBRE 1902

La situation devient plus grave. L'ennemi ne brusque plus ses
attaques. 11 fait tout A ciel ouvert. Ses regiments d6filent, comme
a la parade, au rythme des dairons, des fifres et des tambours.
II est, sans doute, informed du mauvais 6tat de notre effectif.
Mais ofi sont-ils, ceux qui exaltaient M. Firmin plus que per-
sonne, qui exprimaient tout haut les avis les plus belliqueux et
qui n'admettaient rien centre leurs opinions? Absents! Le success
seul preside au banquet de la foule. Tant pis pour le malheureux
egard dans les revers !...
De l'autre c6te, une fievreuse agitation. Des cavaliers montes
sur de grands chevaux vont et viennent. Ils executent leurs mou-
vements sans mEme se soucier de notre presence. Voici que de-
bouche, a gauche de l'Eglise, un corps d'arm6e; deji plusieurs
drapeaux ont defile vers la route de Port-Margot. Une multitude
de tetes s'agitent de part et d'autre autour du Saint-Lieu. C'est
le centre de la formation de bataille ou cantonnent le General
Nord et son Etat-Major. De nouveaux regiments s'en vont de
la route Nationale A la Place d'armes. Cet encerclement est de
triste augure. Il faudra combattre pied i pied et lutter centre
le nombre. Car difficile serait notre retraite si nous succombions
aujourd'hui.
Le calme est r6tabli dans leur rang et distinctement nous par-
vient le chant du drapeau. Puis au salut du GCneral en Chef suc-
cede le garde a vous. Les tambours r6sonnent, c'est le rassemble-
ment. Nouveau silence. Un General, peut-ftre, apprend a l'armee
que Dieu va bient6t leur assurer la victoire centre nous.
Des coups de canon se succedent et un tourbillon de fumee et
de poussiere s'6elve pendant une heure environ. C'est un hors-
d'oeuvre que le G6n6ral sert toujours avant de lancer ses soldats
centre nos forces. La fusillade commence en une trainee assour-
dissante. L'adversaire realise des progres. Des rubans de flamme
projettent leurs lambeaux dans nos rangs. Et des boulets incan-
descents traversent les nudes dans de folles trajectoires. Leurs








SOUVENIRS D'EPOPEE 23


pointages n'6tant pas calculus convenablement, nous sommes a
l'abri de tout danger. Ils atteignent plut6t les cases et les herbes
des mamelons avoisinant notre bourg.
--Allons, mes amis, droit aux canons. II faut faire pencher
la victoire de notre c6te. Courage!
Notre general se porte vivement A la tete de notre petit group
pour s'l6ancer pres de l'Eglise, face a la muraille humaine qui
couvre les deux canons. Notre tir rapide surprend 1'ennemi. A
peine si quelques coups de fusils donnent la r6plique A notre 6ner-
gique movement. La batterie adverse se d6garnit et les canons
sont visible maintenant.
En avant!
Sept seulement persistent A d6fendre leur position, A l'arme
blanche. Fontus le premier, frappe un homme A la t&te, puis un
autre et nous laisse le reste de la besogne pour courir apres un
vieux general, qui mettait un pied A l'etrier. Le veteran sort un
revolver avec lequel il trace un large signe de croix dans 1'espace.
Fontus s'arrkte, hypnotist et le vieux general saute sur sa mon-
ture et s'enfuit dans la direction des Sapotilles. Dans sa precipi-
tation, il abandonne sa cravache et son pardessus.
Et ce vieux general: c'6tait Nord-Alexis!
Il nous faut prot6ger nos butins de guerre en attendant le con-
cours d'autres volontaires qui nous aideront A les conduire A notre
quartier-g6n&ral. Encore une fois. Pradel et son Etat-Major
avaient decide du sort de cette journ6e.
Nos pertes en cette journ6e du 17 Septembre furent assez con-
sidrables. Le general Ney Pierre, atteint d'une balle A la cuisse,
allait manquer d6sormais A la defense du Limbe. Pierre Fred-
rique, frapp6 d'une mitraille refroidie, avait 6et projete sur le sol,
mais s'etait releve pour recevoir une balle qui traqa un sillon sur
son cuir chevelu, blessure superficielle et sans gravity. Massillon
Giordani blessed a l'omoplate et transport: A l'ambulance, avait
et frapp6 d'une autre balle A la cuisse tandis que le medecin lui
faisait un premier pansement, Joseph Timmer, avait &t aussi
blessed au bas venture et son cas laissait beaucoup d'inquiitudes.








24 SOUVENIRS D'EPOPEE



UNE MORTELLE ANGOISSE

Une balle anonyme a couches dans la mort Normil Moscova
de l'arm6e du G6neral Nord et son cadavre a 6t6 transport au
Cap. Potion, son frere et notre compagnon d'armes, apprenant la
triste nouvelle, ne sait plus se contenir. Des sanglots lui oppres-
sent la gorge. La douleur dans ses yeux et des larmes dans sa
voix, il s'abandonne au remords, croyant que c'est une de ses
balles qui a frapp6 la victim. aEst-ce ma balle, r6pite-t-il sans
cesse, est-ce ma balle qui l'a tue? Et, tel le laboureur doutant
de lui-mEme et de ses yeux apres avoir vu le feu devorer sa mois-
son et appris comment est morte csa pauvre femme,, Petion Mos-
cova connut, pendant deux jours l'angoisse mortelle du doute.
Et momentanement,

aL'ivresse du malheur emporta sa raison.

Personne ne pouvant vivre en entendant g6mir et sangloter ce
malheureux ami don't la pens6e devient incoh&rente, les chefs
d6cident de l'evacuer A l'ambulance de Plaisance.

*

LE GENERAL HENRI AUGUSTIN

Le g6enral Henri Augustin etait un soldat prestigieux et de
valeur. Sa figure militaire devoilait une survivance des aieux.
II se d6gageait de sa fiert6 la confiance dans sa superiority faite
de son courage et de sa discipline 16gendaire. Son ind6pendance
de caractere puisait sa resistance dans sa belle formation intel-
lectuelle et dans son education toute droite qui lui fut inculquee
par une de ces meres haitiennes don't le type altruiste tend A
disparaitre du milieu. Sa tenue dans l'arm6e comme dans le
monde soulignait une distinction 6mergeant comme une tige dans
le cadre de l'arm6e. II 6tait pour ainsi dire de la formation de
1888, un capitaine, en regard des g6neraux moul6s dans la matiere
du caporalat. Sa parole autant que sa conduite mesuree ne lais-
saient pas indifferents les nombreux chefs d'Etat qu'il a servis.








SOUVENIRS D'EPOPEE 25


Au demeurant, c'6tait A peu pres, un des rares militaires qui ne
perdaient pas leur droit aupres des g6enrations endolories sous
le pietinement des bottes de nos hommes de sabre.
Je 1'ai rencontr6 pour la premiere fois A la Source Matelas,
avant la ridicule journ6e de Sibert oi l'imprevoyance firministe
et la stupidity du g6enral St.-Fort furent un avertissement sur
l'issue de la revolution.
C'est le 20 Septembre que nos troupes align6es pour la parade
requrent en grandes pompes le D1eegu&-Ge6nral invite A rem-
placer Ney Pierre, blessed a la bataille du 17 du m&ne mois.
L'armee place en formation de carr6, le General Henri Augustin
improvisa un discours don't ne rougirait aucun chef militaire
d'aucune armee etrangere. Le timbre de sa voix autant que sa
parole vibrant mettaient en relief chez lui un talent d'orateur et
lui donnaient une veritable autorit6 aupres de notre pleiade de
volontaires instruits, cantonnes au Limbe.
Quand dans le course de cette journee, il prit s6parement contact
avec les groups places sous son commandement, sa simplicity
dans les rapports, sa conviction dans notre cause fortifierent
notre confiance en lui et notre foi dans le succes de notre p6ril-
leuse entreprise.

*

ASPECT DU LIMBE AVANT L'AFFAIRE
DU 27 SEPTEMBRE 1902

Dans l'apres-midi du 19 Septembre, Pierre Fr&edrique, Pradel,
Charles Germain et Leonidas Laventure deciderent de traverser
la Riviere du Limb6 en vue d'une excursion vers le monticule oi,
naguere, se trouvait un fortin dominant le Limbe. Cette deci-
sion fut prise parce que, fort tard dans la nuit du 17, on avait
execute centre nous un tir intermittent venant de cette direction.
D'heure en heure, dans la matinee du 18, quelqu'un tirait contre
les promeneurs qui avaient franchi une certain zone de nos re-
tranchements. Cette sentinelle semblait ktre la pour une expe-
rience personnelle, non dans le desir veritable d'abattre quelqu'un.
Mais comme le tireur paraissait connaitre son m6tier, l'on con-








26 SOUVENIRS D'EPOPEE

vint qu'il pourrait y avoir dans tout cela une intrigue a d6meler.
C'est ainsi que des sidentaires du bourg confirmerent I'observa-
tion faite sur cet incident. II avait &te dit, en effet, a notre Etat-
Major que ce monticule serait dangereux si l'ennemi venait a
l'occuper. La visit des lieux convainquit nos eclaireurs de la
veracit6 du fait. Mais il fut impossible de d6placer un seul hom-
me de notre camp en raison du mauvais 6tat de notre effectif
diminue chaque jour par I'absence d'un compagnon malade. Le
paludisme avait fait son apparition dans nos rangs et d'autre
part, les morts et les bless6s ne furent jamais remplac6s.
Mais, d6s le 20 Septembre, nous aperqfimes un grouillement
sur la petite Guin6e. Dans le course de cette mnme journee, com-
menga contre nous un tir au canon qui ne s'arretait que fort tard
chaque soir. Une information nous apprit que le Gen6ral Brice
etait charge d'un poste d'artilleur dans notre voisinage. Il faut
desormais circuler sous les projectiles de l'adversaire, tirant en
permanence.
Le Limbe etait presque encercl6; consid&rant d'autre part le
nombre croissant des divisions du Nord, l'on d6cida imm6dia-
tement d'elever, avec des troncs de bananiers, de hitifs remparts
de trois metres de hauteur, sur un metre et demi de larger.

*

LE GENERAL MONCHER D'HAITI
Le Commandant Moncher d'Haiti paraissait un homme de
70 ans. C'6tait un octog6naire qui avait conduit certaines cam-
pagnes ou 6quip6es avec le G6neral Nord-Alexis. Celui-ci s'6tant
d6sinteress6 de lui, il nous offrit ses services. Moyennant des
munitions et un brevet de Colonel, il nous fit le serment de garder
le bas du Limbe en quality de chef de section & titre provisoire.
Le vieillard tint la parole engage jusqu'a la fin de la champagne.
En quality d'6claireur, il patrouilla pour nous cette position et
eut souvent des escarmouches contre les patrouilles du Nord.
Il fit le coup de feu contre les avant-gardes des divisions du
centre des corps d'armee du General Nord et replia sur nous avant
la bataille. Apres l'evacuation du Limbe, Nord Alexis le fusilla.
II avait, en effet, refuse de quitter son pays malgr6 nos pressantes
sollicitations.







SOUVENIRS D'EPOPEE 27



L'AFFAIRE DU 27 SEPTEMBRE

Comment fut bless Si6yBs Robinson

La lutte est terrible et sanglante. Elle dure fort tard dans la
nuit. L'ennemi abandonne le Limb6 pour se rendre A la Petite-
Guinee. D6sormais, les deux armies s'accommodent a vivre
l'une dans le voisinage de l'autre. Avant d'abandonner les lieux,
ce 27 Septembre, le General Nord ordonna de broiler les princi-
paux quarters avoisinant l'Eglise.
Depuis quelque temps, les freres Robinson partageaient nos
terrible randonnees. Ils nous suivaient par leur seule volont6
parce qu'ils trouvaient une certain coquetterie A faire parties
de notre legion de la Mort. Ceux qui la composaient ne connais-
saient aucunement la peur. Il fallait aller au danger, toujours
en avant, et au pas de course. Contre cent hommes, l'on ne
reculait jamais. Ils n'etaient cependant pas moins courageux,
les gens A combattre et A vaincre. Ils 6taient souvent des volon-
taires intelligent et orgueilleux, aguerris par l'opiniatret6 des
prec6dentes batailles. Mais nous avions pour nous la fougue et
I'habitude du terrain acquis. Et quel terrain, Grand Dieu! Tou-
jours le Limbe, envahi chaque fois par un nombre d'hommes dix
fois sup6rieur a notre effectif.
L'arm6e du general Nord connaissait tries bien les quinze A
dix-sept hommes de notre volante rouge, command6e par Sey-
mour Pradel. C'etait toujours cette volante qui remportait les
trophies de la victoire. C'est elle qui culbutait le general Nord
de son quartier-g6neral pour s'emparer des pieces de canons et des
mitrailleuses dans nos differentes rencontres. Le veteran ne com-
battait plus si son canon avait cess6 de tonner. Toute notre tac-
tique consistait A aller droit aux canons et A dispute leur pos-
session a l'ennemi. Alors seulement, commengait la d6bandade et
alors aussi 1'on soufflait, dans nos rangs, en d6faisant les tenailles
de fer qui nous 6crasaient de leurs fortes mAchoires.
Avant la bataille, notre chef s'assied sur le gazon de la place
ofi, autour de lui, nous formons un demi-cercle. Personne ne
bouge ni ne tire. Les projectiles de l'ennemi fouillent le sol ou
dansent pres de nous dans 1'herbe folle en chantant la musique







28 SOUVENIRS D'EPOPEE

d'une m6chante toupie. L'on cause peu; c'est plut6t le silence et
la r6flexion. Une demi-heure apres, le chef ordonne d'attaquer.
Quelque terrible que puissent ktre les risques et le danger de
notre deplacement, cet ordre est pour nous le mot de la dalivrance.
Car on s'echauffera bient6t et l'on ne comprendra plus rien sinon
que l'on devient la cible de I'adversaire. Mais c'est la guerre, nous
ripostons. Le movement 6tourdit en pareil cas et les nerfs vi-
brent dans I'action.
Il y a maintenant un but A atteindre. Il est noble; l'on frappera
fort et sans relache pour former la journ6e et voir turner I'autre
page A ecrire en rouge sur le paper blanc.
*
**
C'est le 27 Septembre aujourd'hui. Nous avons, cette fois,
affaire a forte parties. De tous c6tes, des balles. On dirait qu'il
pleut du feu. La mort a couches des hommes dans notre voisinage,
mais pas un de nous n'est atteint.
En avant! au pas de course, droit aux canons!
Le chef a parl6, son ordre est saccade. II promene son regard
de droite et de gauche; aucun de nous ne manque.
En avant!
L'on court au plus press. Personne n'a devanc6 Pradel, sauf
Fontus et Delva qui sont A ses talons. Mais il s'arrEte brusque-
ment et crie:
Couchez-vous>!
Nous voilA tous agenouilles, car nous ne nous sommes jamais
couches une seule fois A terre, dans aucune bataille. Un tonnerre.
Les hommes en face ont d6couvert la batterie et deux langues
de feu ont remu6 la terre du Limbe.
-En avant!
Maitre, Sie6ys est blessed, dit Delva, emu.
-Emmenez-le avec nous! En avant!
Voila que Si6yes est depos6 centre le mur de l'Eglise, ayant
toute la cuisse gauche emport6e.
Non, nous n'etions plus des homes. Notre presence, A cent
metres de distance de l'ennemi, n'etait pas une action humaine.
Le doute a frapp6 ces gros bataillons qui, suivis de leurs chefs,
abandonment le terrain sous les decharges r6epetes de nos fusils
incandescents.








SOUVENIRS D'EPOPEE 29


Pr6venez, la-bas, pour les cordes et les homes. Il y a deux
pieces A enlever. Transportez Robinson A l'ambulance. En atten-
dant continue le tir. Nevers, Ricot et les autres, commencez la
manoeuvre!
C'est ainsi que parlait Me Pradel en cet apres-midi du 27 Sep-
tembre, o Il'ennemi en fuite brila ses cadavres dans les cases du
haut Limbe, un peu en deaq de la riviere.

Un an apres cette bataille, nous apprimes avec douleur que
Si6eys Robinson, miraculeusement gueri, etait mort noy6 A la
riviere de Monte-Cristi.

*

LA MORT D'ESMANGART EMMANUEL

Les rires fusent autour de nous. Les moins enthousiastes, les
plus timides ont desserr6 les 16vres en cette matinee du six Oc-
tobre 1902. Car, autant que les cinq precedentes, cette journey
sera tranquille. N'est-ce pas que d6ja le soleil a caresses les flancs
de la montagne pour nous donner la certitude qu'il serait deja
tard pour I'adversaire d'attaquer et de vaincre? C'est la raison
secrete de la petulance des guerriers improvises du Limb6; parce
que le coeur n'est pas toujours de l'acier, puisque l'homme est
fait de chair et a suce du lait de la femme...
Voici que l'air est dechir6 par un tonnerre que r6percutent les
echos des mornes voisins.
C'est le gouffre, sans doute!
Puis, eclate la fusillade brusque, en des rafales au commande-
ment. Des nuages se forment. Le soleil, brilliant tout A 1'heure,
s'embrume et disparait. Dans nos rangs, un silence lugubre sou-
ligne cette nuit forge, dans cette moiti6 d'heure du jour; depuis,
la reality mortelle a ramen6 le came et la stupeur parmi nous.
Car, il sera toujours vrai qu'il faut au courage, pour porter con-
venablement son nom, d'empecher les jambes de flageoler sous le
pantalon. Un egarde a vous> farouche: ce cuivre est lugubre.
II advance en notes saccadees vers nos bataillons encore dans la
position du repos.







30 SOUVENIRS D'EPOPEE

D1ferlent, maintenant au pas de course, baionnettes en avant,
des noires companies qu'un G6neral, sabre au clair, entraine
de l'6glise vers la place d'armes. Le voici, le grand demon, a
trois cents metres de notre camp. C'est 1U qu'un fugitif rayon de
soleil a balafre sa face et fait briller son sabre. Cette lumiere,
faite sans doute pour lui seulement, a nimb6 son visage en ful-
gurant sur le poli de son arme.
rative. C'etait celle d'Albert Salnave. Cent pas s6parent a peine
les deux h6ros, et l'un advance vers I'autre comme pour un combat
singulier. Le G6enral Esmangart sur une mule imp6tueuse et
Salnave merchant au pas entortue de rhumatisant poussif. Et
les balles, de plus belle, cr6piterent de part et d'autre dans I'en-
diablement de la mort. La mitrailleuse allait comme une inter-
minable toile qu'on dechire. Tous deux, exposes au meme danger.
pris entire deux feux. Mais l'homme mont6 s'affaisse bient6t
avec sa bete. II essaie de se d6gager, frappe sans doute d'un pro-
jectile A l'6paule. Ses hommes enragent et avancent imp6tueuse-
ment pour l'enlever et les n6tres s'ent6tent A lutter pour garder
un aussi important prisonnier. Le feu du combat avait redouble.
L'on tombait des deux cot6s sous les balles et la mitraille. Enfin
l'ennemi est en fuite. II est deux heures environ, apres-midi.
Mais le G6neral Esmangart, sous un cirouellier, face au bureau
de l'Arrondissement, etait mort, frappe de onze projectiles. Son
bras tenait encore les rines de sa mule, une jambe engage sous
le venture de la monture, morte, elle aussi.
Et voici ce gros homme, le general Albert Salnave lui-mEme
qui pleure.
Pourquoi a-t-il pleur ? Personne ne sait. Puis nous avons veille
le cadavre en ce soir lugubre et en cette nuit profonde et mys-
terieuse qui succede toujours a la bataille oi l'on a conserve en-
core dans les yeux la stupeur des choses v6cues.
II etait beau, Esmangart Emmanuel, ce General don't le nom ne
nous fut connu qu'a l'heure seulement de sa fin tragique. Impo-
sant dans la mort, aucun pli ne marquait son visage, pas meme ce
rictus de la douleur.
Un nez aquilin, une bouche charnue, recouverte de longues
et dures moustaches blanches donnaient I'impression que ce mu-









SOUVENIRS D'EPOPEE 31


latre a la male stature, 6tait en droit de contester au destin d'etre
la victim de nos luttes historiquement fratricides.
Le lendemain au matin nous suivions les fun6railles de ce Chef,
(qui fut enterre dans un cercueil de planches brutes, seul, pres
de la place d'armes du Limbe.
Et quand le t6elphone annonqa la triste nouvelle aux Gonaives,
I'on rapporte que Firmin sanglota de douleur, lui aussi.

Monsieur Gustave Chaumette, informed de la cause du chagrin
d'Albert Salnave, le jour de la mort d'Esmangart Emmanuel,
nous a revel6 ce qui suit:
Esmangart 6tait le fils du General Emmanuel, fusilli a la
Croix-des-Bouquets pour la cause salnaviste. Son amiti6 pour
Albert Salnave 6tait aussi vieille que leur ige.
Esmangart Emmanuel fut commandant de la Commune du
Cap-Haitien en replacement d'Albert Salnave d6missionnaire
et quelques jours apres il fut charge du Commandement de l'Ar-
rondissement de la Capitale du Nord, Seide T616maque ayant
pris les armes contre le Gen6ral Salomon qui dut se retire du
Pouvoir.
Ce meme Chaumette, brossant un portrait d'Esmangart Em-
manuel, nous a dit encore que cette victim de la guerre civil
fut un parfait gentilhomme et un bourgeois remarquable de la
society capoise.

*


Le premier desarroi calm, le canon mugit A nouveau. Et,
comme pour rendre aux morts les derniers honneurs, des feux de
peloton sont tires a de courts intervalles de 1'autre c6te de la Ri-
viere. Impossible de preciser la nature ou le calibre des engines.
C'est un affreux bouillonnement. L'enfer doit ktre moins agite
dans son vacarme que ce concert navrant fait du cliquetis des
armes et du tumulte des soldats.
Nous ne sommes pas quittes encore. II nous faut sans cesse
nous atteler a notre besogne plus ecrasante et plus penible que
celle du bficheron. Comme lui, I'on frappe fort pour abattre.








32 SOUVENIRS D'EPOPEE

Mais il finit toujours par vaincre son obstacle et reste content
d'avoir couches dans la poussiere le chine centenaire, tandis que
nous, toujours menaces du danger, nous jouons un double r6le:
nous fauchons et l'on nous fauche!
Et puis, I'absence prolong6e des principaux chefs qui, parties
en tournee d'inspection depuis le matin, ne sont pas encore re-
venus pour partager avec nous la maudite besogne?...
Enfin, les voici qui nous reviennent, leur taille reduite sur
leurs coursiers tout couverts de sueur et de poussiere. Corvoisier,
Fred6rique, tous reprennent leur place de commandement. Et la
fusillade cesse de faire trembler les cases et d'allumer des 6tin-
celles. Nous sortons en deux colonnes. Henri Augustin d'un c6te.
dans la direction de 1'Eglise, et nous, avec Pradel, vers la pre-
miere ruelle qui s'enfbnce A l'Est de notre bureau.
Qui &tes-vous ?...
--Nous venons vous retrouver, mon General.
C'est cela, suivez-moi.
Notre colonne s'6branle maintenant dans le sens de notre quar-
tier-general. Mais voila que Jastram, saofil comme une bite,
va tout seul a l'arriere des vingt homes et crie rageusement:
Tous, avec la mime vivacity, s'6cartent de nous et nous fu-
sillent A bout portant. Un plus costaud se saisit du poignet de
Pradel et 1'entraine au pas de course. Impossible de casser la
t&te du miserable pour sauver notre chef tandis que nous tirons
sur les autres. La scene est tragique. Elle nous change pendant
deux minutes en statues de plomb. Nous croyons notre nain
perdu entire les mains du geant. Mais lui se ramasse, se pelotonne
sur lui-meme et applique ses deux genoux centre le venture de son
agresseur qu'il culbute... Nos yeux n'ont pas pu preciser le mou-
vement qu'il a fait pour se d6fendre. Mais le va-nu-pieds pi-
rouette sur lui-meme et tombe les deux mains en avant.
Ainsi finit cette journ6e commence dans l'nmotion et le tra-
gique.









SOUVENIRS D'EPOPEE 33



EVACUATION DU LIMBE
arret6e a la stance du 12 Octobre 1902

7 heures du soir:
Un grand conseil est tenu dans une maison place A quelques
metres du bureau de l'Arrondissement. II a pour but de d6cider
de l'6vacuation du Limb6. Sont presents A ce conseil: Pierre
Fr6derique, Albert et Charles Salnave, Tribonien St.Juste, Sey-
mour Pradel, L6onidas Laventure, Henry Augustin; moins Ney
Pierre et Laborde Corvoisier empich6s: le premier A l'ambulance
et le second permisionnaire depuis la veille.
Monsieur Firmin r&clame la presence aux Gonaives des d6fen-
seurs du Limbe, parce que 1'ennemi, dit-il, occupe Saint-Marc et
qu'il est pressant de d6fendre plus effectivement Gonaives.
Monsieur Laventure fait un tableau des plus sombres sur la
situation du Limb6 invest et du d6faut de ravitaillement en
armes et munitions.
Sur le premier point, Me Pierre Fr6d6rique refuse de conside-
rer la mauvaise situation, 6tant donn6 le bon 6tat moral des
troupes, il sera impossible au G6n6ral Nord de gagner une ba-
taille. Cette these est fortement appuy6e par Messieurs Pradel et
Charles Salnave. Mais une forte majority decide de l'6vacuation.
En dehors des officers de ce grand conseil de guerre, qui pour-
rait en avoir parl6? Et comment ai-je pu entendre une discussion
si grave? Je n'en dirai jamais rien.

*

Au gr6 de la m6moire. Une touffe de souvenirs.

LE CONSEILLER JEREMIE ET MOI

I

Nevers Constant m'avait A peine quitt6 que je me rendis au-
pres du Ministre Jer&mie qui, depuis longtemps, me t6moignait
une sympathie paternelle. Je lui fis part de mes intentions.
Vous partez, ce soir?
Oui, Ministre.








34 SOUVENIRS D'EPOPEE

Ce n'est pas le chemin, mon fils, vous avez tort. La revolu-
tion, ce n'est pas le chemin du Droit. C'est une calamity. Voici
cinq gourdes, faites vos provisions. Je ne vous dirai pas de rester
dans votre famille si votre conviction est d'aller offrir votre poi-
trine pour le triomphe de votre foi. J'ai deji donn6 A plus d'un
camarade, c'est pourquoi je me trouve dans l'impossibilit6 de
faire mieux pour vous. Mais je trouve qu'elle est inutile et nui-
sible, cette affaire. Je n'aime pas la guerre civile... June homme,
vous me regardez dr6lement, mais vous comprendrez un jour...>
Ai-je compris encore? Je ne sais!...

II

TROIS TETES DE TIMIDES

Tous trois se trouvaient sur la m&me scene, mais a peine sem-
blaient-ils se connaitre. Ils diff6raient certainement dans leur
facon de vivre, du moins Fernand Dennis, en regard de Windsor
Michel et de Berthomieux Danache. Ils se c6toyaient parfois
sur le pont de la Crkte-A-Pierrot> ou sur la place du Limb&.
Le premier riait assez souvent de sa propre plaisanterie: les deux
autres n'articulaient jamais un mot. Ils avaient l'air de grands
boeufs surprise au detour de quelque sentier par ces noctambules
que guide la flamme d'un cactus dessech6. Dans la bataille, ils
marquaient lentement leurs coups comme dans les salves de pelo-
ton. Ils s'arrEtaient, en measure, pour essuyer avec leur foulard
de couleur voyante, la sueur abondante de leur visage, exsudant
sous l'action de la double chaleur provoquee par les rayons du
soleil et le feu de nos armes. Ils ne d6lib6raient jamais, se gar-
daient toujours d'opiner, mais il souriaient de tout, surtout Den-
nis qui soulignait toujours le mot heureux ou l'inventait, pour
faire rire dans les minutes tragiques ou dans les accalmies mo-
notones.
Un apres-midi, nos voisins manquaient de mitraille A la Pe-
tite-Guinee. Apres trois heures de trove oblige, une detonation
fit 6cho et I'air vibra en une plainte saccadee comme la musiquc
du paper sur le peigne. Nos yeux rives au ciel fixerent un feu
qui tournoyait en spirale pour aller fondre sur le toit de notre ca-
serne. Alors, un marin sortit de son extase et cria, admiratif:








SOUVENIRS D'EPOPEE 35


Oui f...! Cette machine parle aussi fin son francais que Maitre
Firmin.
Personne n'eut entendu, mais Dennis 6tait li. Ii traduisit dans
la joie, la r6flexion admirative et 6gaya notre camp agac6 de ces
mitraillades qui blessaient et tuaient chaque jour un ou deux de
nos compagnons.
Une autre fois, c'6tait au fort de la bataille que le mEme Dennis
appelait au t6~lphone pour donner des renseignements A Maitre
Firmin sur les phases du combat. Comme il n'etait pas entendu
convenablement:
Qui parole, lui demanda-t-on A 1'autre bout du fil?
Il rep6ta, deux ou trois fois: Limb&. Puis, 6nerv6, il cria for-
tement: Limbe, s'il vous plait,(') et pouffa le premier de rire;
ce qui nous fit comprendre sa malice et fit flamber notre gaiet6.
Ils etaient une douzaine a peu pros, ces compagnons, calmes
dans le courage et la discipline et qui luttaient pos6ment. Je
les ai retrouv6s avec une ame toujours gale dans la vie. Pas
beaucoup d'initiative, pas forts en n6goce, timides politicians,
avocats tass6s, peu ou prou. T&tes de fonctionnaires piles et
sobres dans le silence de la tiche a accomplir.
Danache et Dennis, politiques froids, et Michel, ami et juge
discret.

III

UN BAIN MACABRE

Le general Henri Augustin aimait la propret6. Cela se voit
encore chez lui, car le sexag6naire a encore de la tenue. Depuis
quatre jours qu'il avait remplac6 Ney Pierre, bless le 17 Sep-
tembre, il nous demandait ou nous avions choisi notre position
dans la riviere pour notre bain et notre toilette.
Mais, General, on ne se baigne plus ici.
Comment, avec une riviere si proche!
Comment se baigner la! L'on cueille souvent notre sentinelle
de la Petite Guinde oi bivouaque l'ennemi.


(1) Entendez: CL'imbicile!l








Z6 SOUVENIRS D'EPOPEE

Le general r6plique avec chaleur:
Si j'ai quatre hommes avec moi, je prends mon bain. Il me
faut des ablutions, car je n'ai pas dormi depuis deux jours.
Alors je joue des yeux avec Delva et Caminer Lavache qui
acceptent la gageure. Chemin faisant, nous rattrapons deux
autres camarades. Nous voila cinq homes, plus le g6enral Henri
Augustin. Puis, nous rencontrons deux compagnons encore au
detour de la place. C'est presque une patrouille: sept volontaires
et le general.
Nous nous approchons de la riviere. L'eau est plate un peu par-
tout. Aucune cascade nulle part. Cependant, le general croit
trouver son affaire. II prend un tronc d'arbre mort qu'il place en
travers du courant et creuse le sable avec les deux mains. Nos
pantalons retrouss6s, nous precipitons sa besogne en l'aidant de
notre mieux.
Le general s'est devitu. Il a une petite medaille au cou, li6e a
une chaine aussi fine qu'un fil de soie, il nous la montre et nous
dit que c'est un souvenir de sa mere.
II avait A peine achev6 de nous le dire que des balles ricochaient
dans 1'eau.
Faites feu, vous aussi! Je croyais A la treve. Ces gens ne
sont pas du tout honnites, dit le g6enral Henri Augustin, en
passant le savon apres en avoir frott6 sa face toute mousseuse.
Nous voilA bien entrains dans une affaire qui menace de
durer, puisque le g6enral ne se press pas. Reprenant la parole,
il nous dit: Nous sommes huit, que trois profitent de l'occasion,
et apres ce sera le tour des quatre autres.> Ce n'est pas possible,
continua-t-il, que des gens come vous refusent de se soigner et
de faire la toilette de leur corps pour quelques balles sans impor-
tance. Nourrissez le feu, c'est la le true!>
II dit et nous faisons comme il ordonne. Tout le monde a pris
le bain, sauf Delva qui avait place un emplitre sur sa poitrine,
parce que, il croyait son 6pigastre d6place, a force d'exces.
Dans le camp, les colonnes se formaient pour nous d6fendre et
nous ramener a notre poste. Nous rencontrames en rentrant une
premiere escouade en d6bouchant sur la place d'armes.
Apris cela, personnel ne se baigna plus dans la riviere.








SOUVENIRS D'EPOPEE 37


IV
BRAVOURE ORIGINAL
Ils n'aimaient pas se servir de leur fusil et n'avaient, cependant,
aucune peur. Car. inlassablement, Emmanuel Blot, mon ami cher,
mort depuis et Alexandre Bourdon, le combatif industrial qui ne
relache jamais dans sa besogne ingrate, ont accompli des gestes
extraordinaires sur les champs de bataille.
Emmanuel Blot, ce coeur chaud toujours A l'afffit des missions
perilleuses, a fait de sa court existence un roman militaire don't
un talentueux ecrivain pourrait tirer une gloire immortelle. Mais
personnel n'a encore essay de communiquer la vie A notre th6etre,
en plaqant dans son cadre notre originality de people et de ci-
toyen.
II avait une t&e qui s'aplatissait vers le front sous lequel 6taient
ouverts des yeux inquisiteurs. Une intelligence, qu'on dirait,
de metal electrise, aimantait tris loin le cercle de ses activists.
La distance n'existait pas pour lui, car il n'est pas exager6 d'af-
firmer que, dans le court space de quarante-huit heures, ce vi-
gilant cavalier devorait les longs kilometres de Port-au-Prince
au Cap-Haitien.
Sur son parcours, il evitait les obstacles et 6ludait les dif-
ficult6s. 11 bravait, chaque jour, le danger et savait s'en carter
avec une precipitation etonnante. II 6tait pour le firminisme
'eclaireur enthousiaste, mais desinteresse, don't l'ame ne res-
sentit jamais la crainte du peril. Car il s'empressait toujours a
franchir les rangs ennemis toutes les fois qu'il fallait communi-
quer avec l'adversaire.
Si Monsieur Firmin avait plus pres de lui Emmanuel Blot, et
qu'il I'efit attache plus t6t au service militaire du general Jean-
Jumeau, nous aurions eu certainement gain de cause. Il nous suf-
firait, en effet, de tenir encore quinze jours et le Gouvernement
provisoire aurait 6t6 vaincu.
Pourtant, ce h6ros don't le devouement pour Vilbrun Guil-
laume, ne fut un secret pour personnel, haissait le coup de fusil
a faire ou A recevoir.
L'autre, Alexandre Bourdon, attache A la personnel militaire du
general Albert Salnave, venait de Port-au-Prince comme nous.
Peu de jours apres la prise de possession du Limb6, il devint, si







38 SOUVENIRS D'EPOPEE

je puis ainsi dire, le complement d'Albert Salnave. Ce n'6tait
pas seulement deux amis, mais deux 6tres n'en faisant qu'un;
encore un de ces probl6mes demeures insolubles.
Bourdon comme Blot, ne fit pas souvent le coup de feu. Il
s'exposait plus que personnel A faire le tour des groups et des
colonnes, arm6 d'une dame-jeanne de cinq gallons de rhum et
d'un verre pour rechauffer le physique de nos soldats souvent
lasses par de longues heures de combat sans issue.

V

DOLEYRES LAPORTE

A peine arrive au Limbe, Doleyres Laporte, le vieil ami d'Al-
bert Salnave, fut appel6 au commandement du fortin zLibert6>
place sur le chevaiet constitu6 par les deux routes de Pilate et
du Port-Margot.
Deux pieces de faible calibre et une garnison de vingt hommes
devaient contenir le movement de l'ennemi don't la tactique 6tait
de vouloir nous surprendre par le revers. Mais, avec Doleyres
Laporte, nul ne pouvait approcher, parce que ce g6enral n'avait
pas grande confiance dans son courage. Extremement prudent,
il ne se reposait jamais, la nuit, sur son lit de camp. Assis sur
une chaise, il veillait avec la sentinelle. Chaque matin, il se fai-
sait le devoir de venir nous rendre une visit, sauf les jours oh
le vent nous apprenait qu'il y aurait de la poudre dans l'air.
Quand il ne venait pas ou seulement quand il tardait A venir,
Albert Salnave s'informait aupres de chacun de ce qui pouvait
etre advenu a son ami.
-Avez-vous vu Doleyres? II a, peut-itre, la fi6vre. Oi est
Doleyres? Bourdon, allez done voir Doleyres.
L'inqui6tude d'Albert Salnave pour Doleyres Laporte 6tait une
hantise...
Vint le 12 Octobre... II faut 6vacuer le Limb6 et 6viter que
l'ennemi ne r6pere nos movements. Albert fait appeler Doleyres
et lui dit:
compete pour assurer notre depart. Soutenez 6nergiquement une
canonnade contre la cPetite Guin6ee jusqu'au depart de notre







SOUVENIRS D'EPOPEE 39


dernier volontaire. Puis. une demi-heure plus tard, vous suivrez
l';rriere de notre corps d'arm6e.
C'est parfait, g6enral Albert.
Nous avions franchi d6ej un kilometre sur la route rocailleuse
gallant vers Plaisance. Doleyres revient a la pens6e d'Albert
Salnave. Ce general s'arrite pour s'adresser A notre troupe qui
vcnait apres lui:
< tire. Mais que fait-il lI-bas?>
Et comme il poursuivait la route, il fut tout etonne de recon-
naitre Doleyres juche sur les reins d'un cheval monte par Ca-
minire Lavache.
< mnme chien que j'ai connu en 89.>
-c en un lion superbe pour la chasse de votre parrain, rTonton
Nord>...

Tous rient. tandis que s'acheve ce denouement de notre epopee.

VI

MES IMPRESSIONS SECRETES

Avant la journey du 17 Septembre, je me trouvais incidemment
dans la colonne du g6n6ral Ney Pierre qui pourchassait les trai-
nards. Quelques blesses anonymes furent retrouves sur les che-
mins de croisement et sous les caf6iers environnants. Mais le
general ne paraissait pas entierement satisfait de son excursion.
Aussi, decidait-il de poursuivre plus avant l'adversaire qui sem-
blait dans l'impossibilite de continue la lutte, faute de ravitail-
lement en munitions. Loin d'executer sur le champ sa decision
de marcher contre l'ennemi, le general porte un doigt sur la bou-
che et nous dit, apres quelques minutes de r6flexion:
A moi, trois homes de bonne volont6!
Sortis de nos rangs, Robert Holly et Roche Armand, les autres
se regardent, et moi j'avance un peu g6ne de ma jeunesse. Alors,
le chef nous fixe longuement d'un regard observateur et nous db-
signe un point assez eloigne o6i se dressent de nombreux baya-
ondes:







40 SOUVENIRS D'EPOPEE


-Allez-y, nous dit-il. Faites une perquisition. Soyez sans
crainte, si c'est I'ennemi tirez dessus et je suis a vous.
Et nous voila parties vers cet inconnu. Plus nous avanqons,
moins nous sommes sfirs de nous. Nous 6tions come des en-
fants invites, le soir, a aller prendre un objet a l'int6rieur de la
maison pour un parent assis sous la galerie. Nos pas h6sitants
tatonnent maintenant. Nous nous regardons. Des voix derriere
un rideau de gros arbres maugreaient le blaspheme dans un ac-
cord de ferblanterie manipulee. Sans doute, les macoutes s'ou-
vraient pour le souper du soir; il 6tait cinq heures de 1'apres
midi. Puis, un choeur r6epte:
cC'est I'ennemi !...>
Cette fois des armes sont reprises, sans doute des fusils pris
aux faisceaux ont fait ce cliquetis. Et nous sommes emus dans
notre isolement. Pour parler franc, nous avons peur. Les plus
braves parmi nous, Holly et Armand ont I'air affole. Puis, je
vois les cheveux de Boby Holly herisses comme la soie du co-
chon agac6, au point que ce coton noir de negre projette son cha-
peau a terre... I1 ramasse son couvre-chef et s'enfuit avec notre
grand compagnon.
Mais, moi je suis cloud sur place. Mes pieds s'alourdissent
comme des poids de cinquante livres, et ma tate grossit d6mesu-
r6ment comme celle d'un petit monstre. J'entends des pas... Je
vois les gens... Ils sont a mes yeux voiles, des cyclopes de quelques
nouvelles cavernes... Et j'essaie tres tard de m'enfuir. Ma course
n'en est pas une. Car l'on pourrait mesurer la vitesse de mes pas
liliputiens. Pour ainsi dire, je pietinais sur place comme l'on fait
pour marquer le pas militaire. Quatre soldats sont apres moi.
J'ipaule machinalement mon fusil et je tire. Voila mes pour-
suiveurs fondus A mEme le sol. Y a-t-il un bless? Je ne sais.
LUgerement lib6er de mon cauchemar, je m'encourage dans une
direction que je commence A deviner 6tre le Limbe. Me voici le
nez centre l'Eglise. Des gens m'empoignent. J'articule instinc-
tivement dans le patois du 4Nord>:
Ce nou, fre en moin.>
Car, je me croyais dans les rangs ennemis. Il n'en 6tait rien.
D6ja des colonnes patrouillaient les bois pour me rattraper.
C'est devant l'une d'elles que je me trouvais. Elle m'emportt
colime une feuille en criant: Vive Firmin!








SOUVENIRS D'EPOPEE 41

On fait un punch en mon honneur, on parole de mon courage
unique. D6sormais, j'avais conquis mon brevet de mousquetaire.
Ironie du sort! le jour ofi j'avais eu peur A pisser dans mon pan-
talon!

VII
A BORD DE LA CRETE-A-PIERROT
D6vouement aveugle du Commandant Taylor
au Vice-Amiral Killick
Le Dessalines> fut l'un des trois avisos de guerre de notre
marine. Cette corvette ensabl6e accidentellement A la baie de
Caracol ne put etre renflouee, son fond ayant et6 trou6 par les
madr6pores croissant perfidement dans les sables onctueux de
notre mer tropical. Une sourde accusation fut port6e centre
Killick pour cet accident survenu sur un littoral haitien. Mais
sans curiosity de notre part, il fut plusieurs fois r6p6t6 en notre
presence que cette baie houleuse de Caracol, plus rageuse que
celle de J&ermie, porte en elle un aimant de destruction.
Le capitaine Taylor qui commandait le &Dessalines> resta for-
cement un commandant sans commandement, et pour parler le
language du terroir, il fut en A bord de la Crete-
a-Pierrot. Il y remplissait tout de mime un certain r6le pour ne
pas etre inactif. Quelquefois, il commandait par la noble g6ne-
rosit6 du Vice-Amiral qui cherchait A faire oublier A ce subor-
donni la passivity de sa presence aupres de lui.
Taylor, ce patriote haitien, ne comprenait pas tres bien le dB-
sordre et croyait que servir aveugl6ment etait la loi supreme et
la supreme vertu. Et l'on s'explique aisement sa mentality et sa
discipline forge sous l'enclume de l'esprit colonisateur du people
anglais. Car, n6 dans 1'une des Antilles coloniales de l'Empire
Britannique, il appartenait A notre patrie par le bienfait de la
naturalisation.
De taille moyenne, dress6e come sur un roc, Taylor avait l'en-
colure athl6tique necessaire pour endosser les responsabilites
prises dans les terrible journees de l'ann6e firministe. Jusqu'A
sa mort, il est rest, malgr6 la fin tragique de son protecteur,
attache A la cause de Monsieur Firmin, et plus tard A Seymour
Pradel parce qu'il a appartenu A la race des gens qui tiennent A
obeir a un chef avec une fidelity presque de domestique.








42 SOUVENIRS D'EPOPEE

Killick avait des brusqueries 6tonnantes en toutes choses. Ce
qui n'6tait, peut-ktre, qu'une apparence servant a deguiser son
vrai caractere, pour contrecarrer I'hostilit6 de certain hommes
d'Etat qui prennent un reel plaisir A masquer la r6gularit6 de
leurs plans par des attitudes d'absence ou de d6sordre et agissent
le plus souvent come si rien chez eux n'etait pr6con9u ou prevu
dans leurs actes A accomplir.
Un jour, il appela le commandant Taylor:
-Rendez-vous, lui dit-il, A la cabine de Monsieur Cole et
obligez-le A cesser son fscandale>. S'il ne veut pas se taire, em-
poignez-le et jetez-le-moi par-dessus bord.
-Oui, Amiral, repondit le Commandant en portant la main
A la visiere de son k6pi.
Puis, Killick sourit et nous dit:
Cole, comme une marmotte, ne se reveille jamais tant il se
saofile. Si je ne m'empresse d'intervenir, Taylor l'6tranglera,
j'en suis certain. Je vais done descendre pour l'arreter. Je veux
vous prouver le zele que ce serviteur met A m'obeir.
Il nous ordonne d'enlever en silence l'6coutille de l'avant, qui
attenait A la passerelle de la vigie. Et portant son index A la
bouche, il nous murmure:
-Rassemblez-vous ici pour suivre la scene. Pas un bruit,
pas un mot. Car il faut 6viter la susceptibility de mon brave
Taylor.
Le vice-Amiral etait d6jA dans le couloir, face a la cabine du
Docteur Cole. Une voix distinctement hurla come le tonnerre.
-Voulez-vous vous taire, docteur?
Mais, je suis ma...la...de.
Taisez-vous, c'est l'ordre de l'amiral ou je vous strangle.
Mais...
Ici intervint Killick qui, du pas de la porte, les bras croises au
dos cria: Taylor, laissez-le, il a obei.,
Et se retournant vers nous, il ajouta:
-II a dfi faire beaucoup d'effort pour r6veiller Cole de son
etat comateux, afin d'ex6cuter mon ordre.

Cette scene que je viens de raconter s'est passe en presence de
tous ceux don't les noms seront encore rappel6s comme ayant &et
de la volante de Pierre Fred6rique.








SOUVENIRS D'EPOPEE 43


AUX GONAIVES

Le lecteur se rappellera que l'6vacuation du Limbe fut decide,
le 12 Octobre, A une forte majority par un grand conseil tenu
dans une maison place A quelques m&tres du bureau de l'arron-
dissement. Le lendemain de ce jour, notre arm6e 6tait dejA A
Plaisance et les volontaires disperses un peu partout dans cette
ville. Jusqu'au matin du 14, je conservais encore l'impression que
rien n'avait change dans notre situation. Cependant, tout le
monde etait bien came et nul ne communiquait sa pens6e sur
notre d6placement pour les Gonaives.
Un nouvel ordre de depart. Nous sommes en march vers les
< et tournons peniblement l'interminable spirale d'un
fond de ravin don't il semble que l'on n'arrivera jamais A bout.
Mais aucune difficult nest r6ellement insurmountable quand on
a la ferme volont6 de tout vaincre; nous d6couvrons, dans l'apres-
midi meme, une parties de la vaste plaine de l'Artibonite vers la-
quelle nous devalons sans trop nous en apercevoir, face A la
chapelle des cPoteaux> qui repose tranquillement au pied de la
Montagne.
Mes souliers 6cules et troues, je ne me suis pas donned la peine
de les enlever pour traverser cent fois l'eau de la meme riviere
qui serpente en tire-bouchon A travers la route. Deux heures de
cette march aussi penible qu'interminable avaient ruin6 d6fini-
tivement mes chaussures, les semelles ayant divorce entierement
d'avec les tiges. Ce qui tout de suite me fit penser A un 6elgant
Monsieur Duplessy qui ne sortait jamais sans guetres appropriees
A ses costumes. Comme lui, je gardais mes guetres improvises
pour me bercer de l'illusion que je ne souffrais de rien. Mes
orteils se d6chiraient aux dentelures des cailloux et mes talons,
quoique plus durs, participaient A la detresse general de mes
chasses si peu en rapport avec ma resistance morale. Pas une
Ame n'a soupponn6 une telle misere chez le plus jeune et le plus
frele de la compagnie.









44 SOUVENIRS D'EPOPEE

C'6tait djAI le soir quand j'arrivai aux cPoteaux> et que j'en-
tendis parler quelqu'un monte sur une mule. Et I'on m'apprit
que c'6tait le D3legu6 Jean-Jumeau qui allait conferer avec Mon-
sieur Firmin.

*


La ville est triste et morose. Des ombres se d6placent. Aux
croisements des rues, aux abords des maisons, des attroupements
de trois, de cinq personnel. On chuchote, je ne sais quoi. Puis,
d'un group A l'autre des va et vient. Les ombres changent sans
cesse la physionomie de nos rassemblements aussi furtifs, aussi
mobiles que les nuages de ces soirs ofi la lune, dans sa folle
course, lutte en vitesse pour dessiner les scenes les plus 6tranges,
les plus fantastiques dans notre ciel pittoresque.
Les mots ne parviennent pas A notre vigilance. Nous compre-
nons quand meme qu'il se passe quelque chose. Mais aucune
precision. Je penetre enfin chez le docteur Closel Pressoir. Sa
maison 6tait le quartier-g6neral du firminisme. I1 me faut gravir
jusqu'A l'6tage, le rez-de-chauss6e n'offrant pas le confort n6ces-
saire aux pelerins don't les pieds, ensanglantes, sont endoloris.
Comment ai-je pu entrer chez cet home du monde dans un
si pauvre accoutrement? Je me souvenais que mes guktres, com-
me les semelles de mes souliers, avaient 6te la dime des dieux,
emportes par le courant de la riviere. Il me fallait persev6rer
dans cette nouvelle habitude de me montrer nu-pieds aux re-
gards des curieux. Certainement, le docteur Pressoir, A I'ame
chaude et brave, comprendra le malheur et ouvrira largement
ses portes A l'affliction.
Notre courage se r6chauffe et se rallume devant la magnanime
bonte du grand coeur qu'est le docteur Closel Pressoir. Nous
gallons vers cet homme de bien en toute sfirete. Dans sa vaste
demeure, plus une place libre. C'est un pullulement de gens tout
couverts de poussiere et baign6s de sueur.
Partout, des guerriers d6courag6s, fatigues, a la face hive,
aux yeux livides. Tous, ils ont pr6c6d6 notre arrive. Ils savent
le bruit qui court la rue: Firmin s'embarque A l'aube du 15 Oc-
tobre pour former notre page d'Histoire.








SOUVENIRS D'EPOPEE 45


Et pourquoi a-t-il abandonn6 la gageure? Une 16gende est sur
toutes les lIvres: un gros blanc a entretenu longtemps Me Firmin,
et c'est apres cela qu'il a d6cid6 de clore les d6bats. Cette parole se
confirm et plus tard r6sistera a la v6rit6; car des proclamations
datees des 9 et 10 Octobre, sous la signature de Boisrond Canal.
avaient denonc6 l'6vacuation du Limbe bien avant que le dernier
acte ne ffit joue.
Malgr6 la surexcitation du moment, sur la table de nouveaux
couverts sont servis pour un souper de circonstance. On m'offre
un pain, mes mains le laissent glisser sous la table; j'oubliais
que j'6tais affame. Sans doute, ma fatigue ou mon chagrin m'a-
vaient fait negliger mon estomac que, du reste, je ne gate pas
beaucoup. Je pense A l'horreur de ma situation. Comment gagner
le consulate ou le steamer dans une pareille d6tresse? Un seul cos-
tume de drill A barres blancs que je n'ai jamais lave depuis tant6t
huit jours. II est souille d'une boue et d'une poussiere de terre
rouge. Un feutre don't la crasse de l'interieur d6nonce sa pre-
sence sur le ruban dechiquete come une toile d'araignee, et
mes deux pieds de podagres ont l'air d'etre les extr6mitds de
deux jambes d'un mendiant malingreux.
Oii est Pradel? Ofi est Freddrique?
Ils sont moins pauvres que les autres, ils sont l'avenir. Si
mort que soit le credit, A cette heure, ils le retrouveraient pour
renouveler ma garde-robe et me tirer de ma piteuse tenue. Mais
ils seront A bord, au matin, car ils 6taient des chefs responsables...
Comment les atteindre et pourquoi solliciter un concours de gens
aussi contraries? Je n'en ferai rien.

*


Le jour s'annonce dans le vacarme d'un sauve-qui-peut. Ce
brouhaha a commence au coup de cinq heures. Toute la ville est
remuee et bouleversee. Les gens effares ne surmontent pas leur
frayeur qu'on lit dans leurs regards sous la clart6 des rayons
d'un soleil naissant. Les femmes crient: Vive Firmin!> et
pleurent. Le people prend la rue, il envahit toutes les voies. Les
hommes sont rageurs et les femmes se ceignent les reins avec
la toile traditionnelle, symbol de la grande douleur populaire.








46 SOUVENIRS D'EPOPEE


Nous sommes deux maintenant chez le docteur Pressoir, Jo-
seph Ricot et moi. Partis nos compagnons. Mon ami et moi nous
faisons bon menage; je 1'avais reconmnand6 A Pradel apres la
deuxieme affaire du Limb6 et celui-ci avait facility sa promotion
a cause de son courage intransigeant.
Miserable comme moi, Joseph Ricot etait cependant moins
laid puisqu'il 6tait encore chauss6 d'une vieille paire de pan-
toufles.
Rentrons A Port-au-Prince, me dit-il, par les bois.
Mais les chemins sont gard6s. Et que faites-vous du zdle
des notables pour le soleil levant?
Pas un ktre human, dans 1'Artibonite, ne d6noncera un fir-
ministe.
Puis, il ajouta, pour mieux faire entrer son plan dans mon
esprit:
Ecoutez: Par St-Michel de l'Atalaye, nous nous jetterons
sur Hinche et Mirebalais.
Vivement, je r6pliquai:
-Et le general Thezan, qu'en faites-vous?
-Le general Th6zan... Mais oui, c'est un brave. Cependant
il ne sera pas lA.
Pourquoi?
Il s'en ira dispute le succ6s centre les autres et ce sera la
guerre civil encore.
Non, Ricot, ce ne sera pas ainsi. II est Brice, c'est tres vrai,
mais il est intermittent, c'est-a-dire quand meme patriote, comme
l'oncle. II fera cause commune avec le v6tbran glorieux. II sera
le legionnaire qui gardera sa position.
C'est peut-tre vrai ce que vous dites et je rectifie votre pen-
see. Si votre parole est inspire, Th6zan s'en va remplir son r6le
d'arbitre a Port-au-Prince et dispute sa part du giteau. Done,
Maissade, Hinche, Mirebalais, voila notre itineraire. Pas de Th-
zan, l'obstacle firministe vaincu. Notre route est libre comme un
laissez passers.
Et comme il y a un malhonnEte, chez chacun, selon les cir-
constances, mes yeux ont dkcouvert, dans la p6nombre former
par le lit sur le plancher de l'6tage, une paire de belles et grandes








SOUVENIRS D'EPOPEE 47


pantoufles de Pressoir absent; vite, je m'en empare pour sortir
avec Ricot dans les rues encombr6es.
*

Vive Firmin! Vive Firmin!
Tout le Pays crie ensemble. Les classes sont confondues. Pas
de question de peau; aucun tripotage de mulitres ou de noirs.
Le delire noie dans une meme passion toutes les imbeciles pas-
sions haitiennes, toutes nos preventions de soci6et informed.
Vive Firmin! Vive Jean-Jumeau!
La clameur immense unit I'humanit6 en ce matin de soleil oii
les flots et les vents rythment, dans une harmonie de rage, la
grande douleur oii le veuvage de la mere s'accouple au veuvage
de 1'idee s'en allant vers le gouffre de notre f6roce regression...

I

UN PREMIER TABLEAU

Je ne fus pas present, mais je tnmoigne avec les survivants,
puisque les confidences m'ont et& faites et qu'il me plaira d'ac-
cepter la honte du d6menti si je veux parler en maitre.
La scene se passe au palais du Chef du Pouvoir Executif.
Et pourquoi faites-vous cela, Maitre?
Trop de sang verse. I1 n'y a pas moyen de tenir.
Non, Maitre! Nous tiendrons, on tient le Limb&. Le Limbe
tenu, donnez-moi cinq jours, et le Gouvernement provisoire est
a terre.
Mais St-Marc a evacue.
Pourquoi ?
On ne pouvait plus y tenir, sans doute.
Et bien, je vais reprendre St-Marc.
Mais le Limbe a 6vacue. II n'y a plus rien A faire.
Et Jean-Jumeau porte brusquement les deux mains sur la tete,
sanglote et baigne le sol des larmes qui coulent de ses yeux, lui
qui jamais ne trembla devant aucun malheur.
Puis inconsolk, il murmura:
--Je vais A mon Age treconnaitre le pays des blancs!... Moi,
Jean-Jumeau!>>








48 SOUVENIRS D'EPOPEE



DEUXIEME TABLEAU

Vive Firmin! Vive Jean-Jumeau!
Ici, c'est tout le people amass6 sur le littoral. Le wharf est
encombr6, des gens tombent A la mer et des canots sont chavir6s.
Vive Firmin! Vive Jean-Jumeau!
La foule houleuse et dense domine par ses cris et ses vivats
l'echo de la vague qu'on entend dans ce concert.
Vive Firmin! Vive Jean-Jumeau!
Alors, se redressant dans toute sa plenitude de pens6e, Pierre
Frid6rique dit A son ami:
Et vous allez abandonner une si belle parties! Et vous allez
delaisser ce people magnanime! Et pourquoi?
Parce qu'il n'y a plus rien a faire.
Mais tout se faisait. Le Limb6 cofitait-il trop ? Reclamait-il
des armes ou de l'argent? Sinon, pourquoi l'avoir 6vacue?
Je ne vois plus rien A faire, il n'y a plus rien A faire.
-Alors, pourquoi avons-nous commence, si en nous il n'y a
pas la resistance? Pourquoi tout ce sacrifice et pourquoi cette
trahison? Ce n'etait plus l'heure, il fallait accomplir le devoir
jusqu'au bout.
Si le Pays n'est pas encore mfir pour les id6es, comment les
faire aboutir? C'est la grande majority qui n'est pas pr6par6e.
Il ne s'agit ni de majority, ni de minority ici. Pensez au
Destin simplement. Le sort, c'est cela qu'il faut forger. Y avez-
vous reflechi, Maitre?
Puisque vous parlez ainsi, je vais reprendre la lutte. Tant
pis si nous sommes inutilement sacrifi6s !...
-A ce compete, il n'y a vraiment plus rien A faire; car votre
volonte ne comptera pour rien, si vous avez l'air de dire que vos
amis vous ont forc6 la main. En v6rit6, il n'y a plus rien A faire.
si la foi est morte chez le Chef responsible !...

**
Vive Firmin! Vive Jean-Jumeau!
Mais le divorce est consomme. Le jour se voile, car les yeux
ont pleure. Et I'homme qui ne rit plus au soleil croit en la tris-
tesse de la nature.






























Giniral JEAN-JUMEAU
Dldygu du Gouvernement dans le Ddpartement de
I'Artibonite de 1890 d 1902.


~::p ~~ ~a I~`
z ~.
i...r
t;







SOUVENIRS D'EPOPEE 49


Ricot, d6cidons-nous A quelque chose.
Partons.
Et nous voila de nouveau sur la route poudreuse, allant A 'in-
connu, vers un but dangereux, problematique.
Midi. Pas une riviere. Et nous avons soif et nous avons faim.
Mais les Ricot sont des gens d'ordre. Joseph a quatorze centimes
bien envelopp6s au fond de sa poche dans une feuille dess6ch6e
de bananier. Je me surprends a vivre content de savoir que nous
sommes riches mnaintenant. Je ne dis rien pour rire ou pour faire
rire; car quatorze centimes peuvent conduire bien loin si l'on ne
fume ni ne boit. Ni Ricot ni moi ne buvions ni ne fumions, malgr6
les p6ripeties de cette champagne du Limbe. Encore moins nous
fourvoyions-nous dans des pens6es libertines en ce moment dif-
ficile, quoi que pensent les gens de la metamorphose adolescent
qui constitute le premier foyer incandescent de la virility bio-
logique.

Un temps d'arrkt. Le soleil rougeoie loin de nous dans la rade
des Gonaives. La plaine est verte en cette saison oi tout sourit
dans notre Pays. II a plu. Le mais porte des 6pis et se superpose
dans les replis de terrains au petit-mil de la region. Les gens nous
regardent avec passion et se glissent dans leur case, avec une
feinte indifference. Nous ne posons aucune question et personnel
ne nous parole. Et juifs-errant, nous allons encore sans savoir oil
nous allons, laissant au Destin le mot de son ultime volont6. A
nous deux, nous craignons la confidence qui serait, sans doute
alarmante. Que pourrions-nous demander dans l'incertitude
aveugle de notre vagabondage oi tout manque? L'ignorance des
lieux et la n6cessit6 du chemin sont l'6nigme ind6chiffrable de
notre triste situation. Combien de kilometres avons-nous d6ja
franchise? Oi sommes-nous? Mystere, profound mystere!

Et j'ai retrouve endormie au fond de ma memoire cette su-
blime pens6e de l'aigle de Meaux: duit vers un precipice, on en est averti des !es premiers pas, mais
il faut marcher quand meme.>> Puis, nous gravissons 1'etape de
tenebres de notre vie troublee...








50 SOUVENIRS D'EPOPEE



II


Au detour d'un chemin aux c6tes de tuffeaux, nous voila en
face d'une case de pauvre apparence. Une femme de la champagne,
assise au pas de sa porte, une main A la machoire, parait plong&e
dans une r6flexion de miseres domestiques. Nous avons enlev6
notre chapeau, zomme c'est l'usage, sans proferer le bonsoir. A
son tour, cette femme se lve et nous fait un signe de la main
pour nous inviter A venir lui parler. Sans nous consulter, nous
gallons A elle.
Vous revenez du Limb6; il n'y a plus un pas A faire. L'ar-
mee de la Grande-Riviere va venir bient6t par la route que vous
traversez. Saint-Michel est occupy. Vous 6tes A I'abri ici. Mais
je n'ai rien A vous offrir. Il n'y a chez moi ni sel, ni mais.
Nous nous regardons, lass6s l'un et I'autre, et Ricot remercie
affectueusement pour nous deux.
Ne restez pas dehors, on ne sait jamais. Mais je suis cer-
taine qu'ils ne passeront pas avant trois jours sur la route. Vous
aurez, jusque-lA, le temps de dl6ib6rer sur votre grave affaire.
Le general Nord a fusill6 apres votre depart.
Qui?... Nous n'avons laiss6 personnel apris nous.
Et les malades et les tencav6s; ? (1)
Mais l'on ne fusillerait que de pauvres soldats, replique
Ricot. Le general Nord ne fera pas cela, c'est un sage.
Le lendemain au matin, nous sommes bien au 17 Octobre, nous
nous en rem6morons par respect du calendrier que nous n'avons
pas dans cette maison vide. Deux pieces blanchies A la chaux
vive, pas de meubles, une natte suspect et des oreillers de roches
en craie molle et le foyer aux trois pierres de ravets> pour le
feu a rallumrer dans ce pays oif difficilement l'on meurt de faim...
Nous sommes a cinq lieues des Gonaives. Et les femmes hai-
tiennes des villes et des mornes savent honnetement et gracieu-
sement nous loger dans leur demeure tant6t humble, tant6t riche.


(1) Pieds meurtris et ensanglantis.








SOUVENIRS D'EPOPEE 51


Le malaise de Rosa c'est le nom de la pauvre femme qui nous
avait accueillis chez elle pour bien h6berger ses h6tes n'est
plus un mystere pour nous. Elle a pr6par6 pour Gonaives un
gros paquet de feuilles, des lines salvatrices. Elle les vendra au
march pour se procurer de la chair et de la graisse qui manque
chez elle.
Mais nous? Aucune provision A faire. L'argent manque...
Ricot a honte de d6baller ses quatorze centimes. Ce 17 Octobre
est une tristesse de l'isolement. Vers midi, un homme a passe, il
nous a regards en baissant la tate. Mais il nous revient au cou-
cher du soleil pour nous raconter sa misere et nous offrir un mais
tres sec que nous partagerons pour le temps que mettra Rosa a
retourner chez elle. Ce mais, nous l'avons boucane en fractions.
Nous 1'avions coupe pour trois jours et nous l'avons mang6 A
parts gales, les graines pr6alablement comptees. Pas Ame qui
vive dans notre alentour; la peste a toujours eu plus d'amis que
nous.
Dans notre tombeau, l'oiseau de la mort n'a jamais de son
gosier siffl6 la stridence de son deuil. Car, certaines fois, plut6t
qu'une sensation du vide, mieux vaut la douleur et mieux encore
la minute of I'honune a pressenti une fin prochaine. Mais le si-
lence de la tombe est un froid qui rappelle A la conscience des
souffrances anterieures et ressuscite tous les p6ches endormis.
Qui peut vivre entierement et toujours seul avec lui-meme?
L'ennui, n'est-ce pas le cimetiere de l'enfer of blanchissent les
ossements aux reflexes de la flamme rouge?
Nous sommes tres jeunes, avec seulement les fautes de nos
grands parents. Nous portions en nous, par atavisme, les effects
des crimes de nos aieux blancs et noirs. Nous n'avons qu'une
tristesse: le spleen gigantesque de nos grands forfaits. Le can-
nibalisme de l'anctre africain est tamis6 par l'amalgame de nos
instincts flibustiers agrees naguere par les vieux rois occidentaux.
Cela nous pese sans doute; mais cela nous rend forts et hardis
malgr6 la d6sinvolture de nos gestes. L'indiscipline de nos actes
et les ferments dissociants qui luttent outrancierement dans cha-
cun de nous et dans notre soci6t6 en formation, ne sont pas une
definitive sanction de notre inferiority.








52 SOUVENIRS D'EPOPEE



III


Le quarter est en liesse. Sur une chaise, on transport Ti-baril
moribond. Il est suivi d'un convoi preludant A la veillee fun6bre
de nos campagnes. Le cortege a passe pres de notre case, et
nous sommes a la file de l'aventure, avec 1'ardeur des risques a
courir pour changer notre situation d6ej vieille d'un passe de
deux jours. L'ensevelissement 6tait vraiment trop sacr6 pour
nous qui avions encore la poudre au nez.

Nous suivons done le cortege dans les d6dales des trois metres
de lisieres qui aboutissent A la case mortuaire. Nous voilA sou-
dain en pays riche. L'aisance a signed son nom sur les menues
choses que des yeux affames et obligatoirement envieux ont d6-
couvertes en quelque lieu oi l'avarice les ait abritees. Ce n'est
plus la pauvret6 de Rosa. Et ces nouveaux proprietaires ne ca-
chent point leur contentement de la riante moisson.
C'est la liberty malgr6 la guerre. Leur seul chagrin, c'est Ti-
baril mourant. Mais celui-ci se remet bient6t. Un bon th6, un
bouillon de poulet avaient ressuscit6 notre Lazare. Aussi, le pay-
san que je suis n'allait-il plus d6semparer dans un foyer aussi
opulent. Certainement, le paysan de mille ans qui est en moi,
connait bien la parcimonie et la ruse de l'autre, ig6 seulement
de cent ans. Mon arriere-bisaieul s'est affin6 avec moi pour lutter
centre mon cousin et le vaincre. Furent paysans le roi et le
prince. Prince. Pourquoi pas le bourgeois que je suis, et moins
ig6 qu'eux dans l'aristocratie du temps?
Ti-baril se reveille et me regarded avec attendrissement. Il
revenait du Limb6. M'avait-il vu un jour? Peut-itre Ricot? II
appelle sa sceur, une fine mulatresse, lui-meme etait un griffe
comme moi. Cette jeune fille me sourit. Elle est de mon age, cet
ange de la vertu et cette fleur de l'616gante simplicity. Beau, sans
faconde, je n'ai jamais rev6 conqu6rir les coeurs de femmes. Mais
j'ai toujours aim6 1'amiti6, et les multiples trahisons du sentiment
qu'exprime ce mot n'ont jamais r6ussi a me faire d6tester cette
belle chose, ce noble sentiment, a ce point que jusqu'aujourd'hui
ma femme, I'amie qui me d6passe en g6nerositi compete sur ma








SOUVENIRS D'EPOPEE 53


loyaut6, parce que je fus de tous les temps son d6vou6 et fiddle
compagnon.

Veronique, c'est le nom de la jeune fille, a pos6 sa main centre
la mienne et m'a demanded de p6netrer dans la chambre de la
famille. Ricot nous a suivis, le mot d'ordre lui ayant 6t6 donn6
egalement. Cette familiarity me d&concerte; mais j'apprends que
je suis le bienfaiteur de cette famille, puisque V&ronique m'a dit:
be il recevait votre provision en nature. Il serait bel et bien mort
depuis longtemps si vous n'aviez pas &t son pere lA-bas.>>
J'eus honte de ce grand honneur, car je n'avais jamais rien
fait pour une recompense. Mon r6le de faux-bourdon, pour lutter
dans la vie, ayant change, je n'aimai plus ma victim. Des scru-
pules me terrasserent. J'eusse prefere courir entierement une
venture.

*

Une belle argenterie, une etincelante porcelaine, des mets soi-
gn6s ont endeuille ma vieille ame qui efit pr6f6er l'impromptu
d'un repas frugal oit les vivres abondants domineraient les chairs
cadav6reuses. Ma fourchette s'intimida devant l'app6tit gargan-
tuesque de mon compagnon Joseph Ricot.

Rosa est revenue, et avec elle Madame Veuve Ricot et le cadet
de la famille, celui qui peine encore A la pharmacie Leys. Nous
retournons aux Gonaives oii nous guetterons une occasion favo-
rable pour reprendre la mer sur une barge toute pareille a celle
que nous offrit Polynice Barth6lemy pour aller exposer notre
poitrine a la cause d6fendue en tout courage.

IV

Contre-marche. C'est toute la vie. On ne fait point deux pas
que les passions ne nous garottent malgre toutes les bonnes in-
tentions. Il n'est pas toujours vrai de dire que la vie est un
chemin don't l'issue est un precipice affreux; on en est averti d6s








54 SOUVENIRS D'EPOPEE

les premiers pas, mais il faut marcher quand meme.> Cette
pens6e spirituelle n'est qu'un ideal. Car, pour avancer sans se
soucier des choses materielles, il faut se d6pouiller de l'enveloppe
de chair. Mais la matiere nous attache sans cesse A ses exigences
qui nous font pietiner et A la fois r6gresser.


Et je suis aux Gonaives, abruti, cache chez un adolescent.
Yrech Chatelain, ce camarade du vieux Lyc6e de Port-au-Prince,
don't le firminisme juvenile n'a jamais fait un pas en arrisre, me
logea chez lui jusqu'au jour de mon depart pour la Capitale. II
court bien des risques, cet enfant terrible, pour decider aussi
imprudemment sa mere, cette femme exemplaire et b6nie, cette
madone de la douleur qui vit mourir deux de ses fils dans d'hor-
ribles circonstances, a sacrifier la tranquillity de la famille a la
charity de prot6ger un jeune ami de son fils en butte aux alas des
persecutions de l'inimiti6 politique haitienne.
Des jours s'6coulerent dans cette maison sans qu'il me ffit pos-
sible de trouver une bonne occasion pour quitter la plage mal-
heureuse, mais hospitaliere des Gonaives liberales...


Les vacances etaient obligees, et Yrech Chitelain ne quittait
pas notre compagnie, regrettant pour moi une insuffisance des
Lettres auxquelles je devais renoncer en raison de ma precoce
maturity. Je m'6tais retire, en effet, le droit de retourner A l'6cole.
Ma promotion continuait ses course vers la rh6torique; et la troi-
sieme d'ofi je m'expulsai, n'avait pas entierement parcouru son
programme. Et ce qu'il a toujours redout6 pour moi s'est r6alise.
Rate des lettres, je le suis en toutes choses, n'ayant gard6 que le
souci d'etre moi-meme, un haitien don't la lexicologie de cent
mots se retrouve par une sensibility du sixieme sens l'attribut de
la femme, le personnage d6tonnant don't le portrait approximatif
de Thomas H. Lechaud n'est qu'un vague rapprochant et que mes
contemporains esquisseront un autre jour...


Qui est Yrech Chitelain? C'est ce portrait que je brosserai en
peinture avant de partir des bords de ce monde vers des rives de
delices et de plaisirs.








SOUVENIRS D'EPOPEE 55



V

Cette nuit est effrayante comme les t6enbres. Les barges ne
parent plus sans le contr6le du port. Les gouvernails constituent
la garantie de l'autnrit6, ils ne sont remis que suivant les ordres
des vainqueurs de l'Ouest. Le general Nord s'arrange avec len-
teur pour 6viter l'accident historique de S&ede Tel6maque. Peut-
etre a-t-il raison, car a son election, Horelle Monplaisir qui com-
battit Firmin, fait obstacle. Il ne veut pas que ce v6t6ran soit
hiss6 A la Premiere Magistrature de l'Etat. Port-au-Prince reste
le meme protestataire avec Luxembourg Cauvin, David Jeannot
et Horelle Monplaisir.
Nous prenons toutefois la mer. En plus de Ricot, Guillouet et
Branchedor, le conseiller rural de pagnons de notre traverse. Nous descendons a Cabaret chez
un ami qui nous reqoit chez lui et nous y passons une journee.
La nuit suivante, nous voguions A pleines voiles vert Port-au-
Prince.
Le lendemain, A quatre heures de l'apres-midi, nous etions A la
Croix-des-Bossales, A fond de cale, recouverts de vieux sacs trou6s
qui avaient contenu sans doute du coton en grains. Nous suffo-
quions sans movement quand, A notre grande surprise, Guillouet
nous mit face A nous-mEmes en nous d6barrassant de notre suaire
&touffant...
Sortez, dit-il, la guerre, c'est la guerre. Le Gouvernement
provisoire n'a plus rien A gagner. Boisrond est riche a nouveau.
II a bien fait de faire durer le plaisir; il n'a plus rien A faire avec
ou contre le g6n6ral Nord. D'ailleurs, c'est un m6prisant. Ni na-
tional ni liberal, cet home d'affaires comprend la politique
comme un negocaint. Pied A terre, cria-t-il, vive Salnave!...












DEUXIEME PARTIES


PORT-AU-PRINCE AVANT ET APRES L'ELECTION
DU GENERAL NORD ALEXIS


Desormais, le firminisme devenait le cheval de bataille des
competiteurs en quete de trouver leur part du Pouvoir. Les par-
tisans de Monsieur Firmin, d6nonc6s, pers6cutes, sont inqui6tes et
pourchass6s sans trove ni merci. Comprenez maintenant le dan-
ger qu'a couru ChAtelain A nous cacher chez lui, Ricot et moi, A
la lecture de l'Ordre du Jour public dans les rues des Gonaives,
trois jours apres le depart des leaders de l'Artibonite pour Inague
et St.-Thomas.

<(LES DELEGUES DU GOUVERNEMENT PROVISOIRE,

ORDRE DU JOUR

Au Peuple et a I'Armee.

Concitoyens, Officiers et Soldats,

Justice vient d'8tre enfin faite de la t6emraire et coupable rebellion de
I'Artibonite. Ceux qui avaient pens6 trouver leur bonheur dans le sang de
leurs concitoyens et les malheurs de la patrie, resserr6s dans un cercle de
feu, n'ont pas eu le courage de pousser la resistance jusqu'i ses derniers
retranchements.
Mis face a face avec leurs crimes, ils ont tendu la main au Gouverne-
ment provisoire, implorant sa clemence.
Representants autoris6s du Gouvernement, nous remplirons notre mis-
sion sans faiblesse ni d6faillance. Aux 6gares que l'ambition avait un
moment aveugl6s, nous accorderons notre sollicitude en leur prechant la
paix et I'oubli du passe. Mais quant aux instigateurs de cette regrettable
rebellion et A ceux qui ont laiss6 leurs p6nates pour venir attiser le feu de
la guerre civil dans l'Artibonite et le Nord-Ouest, nous appesantirons sur
leur tete le glaive de la justice.
II en sera egalement de ceux qui, abusant de la confiance du people, ont
tromp6 sa bonne foi. Ils seront tous livr6s A leurs juges naturels.
Donn6 au quartier-general des Gonaives, le 18 Octobre 1902.

(S.) J. CARRIE, BUTEAU, H. MONPLAISIR.








SOUVENIRS D'EPOPEE 57


Par cet Ordre du Jour, les g6neraux de 1'Ouest promettaient
l'oubli du passe pour la pacification du pays, tout en frappant
d'ostracisme les chefs et les simples volontaires de la guerre du
Limbe, par cette phrase par trop menaqante et belliqueuse: Mais
quant aux instigateurs de cette regrettable rebellion et A ceux qui
ont laiss6 leurs p6nates pour venir attiser le feu de la guerre civil
dans 1'Artibonite et le Nord'Ouest, nous appesantirons sur leur
tite le glaive de la justice.>
Ce glaive de la justice n'6tait rien de moins que la Cour Mar-
tiale Militaire. Ce glaive de la justice inique sera dress plus tard
centre de nombreux citoyens, revers ou ironie du sort, centre
ceux m6mes qui prirent sur eux la responsabilit6 d'un tel ordre
du jour. Car le vieux Nord saura chausser les bottes de sa caste
et se servir de son lourd cimeterre plus affil6 que le glaive de la
justice ou qu'un sabre improvise de general.
Mais, plus adroit et plus exp6riment6, le vieux Nord Alexis af-
fecta un certain temperament, une certain moderation dans son
ordre du jour date de son quartier-g6neral du Limb6 que men-
song6rement l'on pr6tendit occupy depuis le 8 Octobre. Cet acte
oui il d6guisa, dans un language plus ou moins trompeur, sa soif
ardente du Pouvoir et son 6ternelle aspiration au fauteuil de la
Pr6sidence, 6tait libell6 comme suit:


NORD ALEXIS
G6neral de Division aux armies de la R6publique, D614gue extraordinaire
dans les D6partements du Nord et du Nord-Ouest, Membre du Gouver-
nement proviso're, charge du D6partement de la Guerre et de la Marine.

ORDRE DU JOUR.

Concitoyens,

Ceux-la qui, sans piti6 pour le pays ont pris les armes contre le Gou-
vernement provisoire pour satisfaire leur ambition effrenee d'escalader le
pouvoir en d6pit de nos institutions, viennent de renoncer, en fuyant, A la
tentative malheureuse qu'ils avaient entreprise.
M. Firmin vient de s'embarquer avec les membres de son criminal et
anti-patriotique conseil.
Honneur aux valeureux gen6raux et soldats!








58 SOUVENIRS D'EPOPEE

L'heure de la pacification a done sonn6; les populations disperses par
la guerre peuvent regagner leurs foyers; elle trouveront toute protection
de la part du Gouvernement provisoire.
Populations des Gonaives et de l'Artibonite que I'astuce et la mauvaise
foi avaient induites en erreur, soyez sans crainte!
Les coupables seuls doivent redouter le glaive de la loi.
Donn6 au quartier-g6enral du Limbe, a la Secretairerie d'Etat de la
Guerre, le jeudi 16 Octobre 1902, an 996me de 1'Ind6pendance.
NORD ALEXIS


Les coupables seuls doivent redouter le glaive de la loi!...
Et qui sont ces coupables? Sont-ce grettable rebellion et ceux qui ont laiss6 leurs p6nates pour venir
attiser le feu de la guerre civil dans l'Artibonite et le Nord
Ouest?> Peut-6tre oui, peut-6tre non. Cette menace avait une
port6e bien autrement large. Elle se v6rifiera dans la suite quand,
tour A tour, fouchardistes, s6enquistes seront jug6s et condamn6s
par la Cour Martiale Militaire A ktre fusill6s et que, au travers
d'horribles saturnales, seront sommairement, tragiquement exe-
cut6s, dans la nuit du 15 mars 1908, les fr6res Coicou et leurs
amis, hl6as! trop malheureux.
Partout, I'on 6tait en droit, l'on avait de justes raisons de s'in-
quieter. Dans l'Artibonite comme A Port-au-Prince, on lisait sur
l'horizon en caracteres de boue et de sang, la menace cruelle et
f&roce d'une vengeance A exercer centre d'honnites gens don't
la noble ambition 6tait de tirer le people de l'6treinte de la loi du
bon plaisir, de la misere, de l'indigence et de la barbarie.


A peine d6barquee, Mme Vve Ricot nous conduisit chez elle,
dans sa maison situ6e au Pont-Rouge. Ce m6me soir, mon beau-
fr6re, Albert P6rez, qui combattait dans les rangs d'Horelle Mon-
plaisir, vint me chercher pour me loger en sa demeure du Poste-
Marchand.
On 6tait alors dans les premiers jours du mois de novembre.
Quelqu'un m'apprit que des coups de fusil seraient encore tires
dans Port-au-Prince, quand les nombreuses divisions rentreraient
A la Capitale. Je n'en voulais rien croire, malgr6 le d6sordre cau-
se par les soldats du general Th6zan, le 3 novembre. Ce qui moti-







SOUVENIRS D'EPOPEE 59


va le lendemain, en effet, l'Ordre du jour de Boisrond-Canal oit
il est dit:

< troupes venant de Hinche. des forcenes, dans un but inavouable, ont trou-
ble l'ordre public en tirant des coups de feu dans differentes directions,
surtout devant les bureaux de cette place et de cet arrondissement. Le
charge du D6partement de l'Interieur et les autorites locales ont fait
energiquement leur devoir.>


Mon beau-frare ne manquait pas de me mettre au courant de
tout et de me rapporter meme les nouvelles qui se chuchotaient
dans les families ou dans les rues. De nombreux amis de la mai-
son me rendirent visit et ne se generent nullement pour 6mettre
en ma presence leurs opinions en parlant des esperances de Fou-
chard, de Seneque et mime de l'audacieuse ambition du general
St. Fort. L'on 6tait encore dans l'incertitude sur le r6sultat des
competitions pr6sidentielles.


Tous, pr6sumant que le vieux Nord, vieillard plus qu'octog&-
naire, use par les ans, avait les mains debiles et l'esprit affaibli,
comptaient sur sa sympathie ou lui faisaient la cour pour assurer
leur election a la pr6sidence de la Republique. Chacun soignait
sa popularity, tous faisaient ripaille, tant ils etaient sfirs de la
venalit6 de certain membres du Corps L6gislatif.
De son c6te, le g6enral St. Fort recherchait des adhesions pour
un coup de main qu'il projetait en vue d'escamoter le pouvoir,
dans le cas oui les cartes viendraient de nouveau a se brouiller.
Ce fumiste qui flattait I'ambition de tous, en couvait une au fond
de son cceur, toute loqueteuse et puante. Sa noire manoeuvre
etait tout cousue de fil blanc.
Brillant commandant militaire, parfait cavalier aux jours des
grandes parades, ce general n'avait jamais fait la guerre; et son
nom etait le synonyme de la pusillanimity et de la lachete. Jouant
un r6le de > au petit pied, sans vigueur morale, sans
tact et sans aplomb dans les conjonctures difficiles et perilleuses,
il marqua sa carrieree par quelques fusillades sommaires, par des
crimes inutiles et les plates sottises de la canaille chamarree de







60 SOUVENIRS D'EPOPEE

gallonss dor6s. Suborneur et joueur, il fut de la trop nombreuse
s6quelle de fonctionnaires du pr6ecdent Gouvernement, le tom-
beau de I'honneur et de la dignity des families respectable, mal-
heureusement ruin6es par les d6sordres financiers des annees
1897 A 1902. Les exigences de la politique se charg6rent de r6-
compenser les vilenies et 1'ignorance de ce Commandant d'Arron-
dissement par sa promotion comme conseiller A l'int6rieur du
Gouvernement provisoire. Cette chose qui ne d6tonne pas en-
tierement dans notre actuality 6tait la regle exasp6rante des r6-
gimes issues de nos revolutions a la complete dispersion des
hommes du Parti Liberal ou i la chute du Gouvernement du
General Salomon. Rien de tres 6tonnant. Car les sept-dixiemes
de notre 61ite de ces temps tristes n'6taient remarquables que
dans la surenchire de la honte et du vol.
L'on 6tait toujours dans la p&riode des compromissions. Car
il s'en est fallu de bien peu que le people souverain nettoyat la
garde du bureau de 1'Arrondissement. Mais cette tiche, plus
tard, sera d6volue au general Nord qui I'a realisee avec Justin
Carrie sans tirer un coup de fusil.
Les pouvoirs des d6putes firministes valid6s par les groups
dissidents de la Chambre, 1'on passa vite aux elections des sena-
teurs de la Republique. II n'existait dans les deux branches du
Corps Legislatif qu'une probability de majority fouchardiste ou
senequiste.
Tandis que les deux candidates les plus en vue s'en remettaient
a la volonte de l'Assemblee Nationale, le general Nord, avec une
lenteur bien calculee et A sa maniere, realisait la pacification. Du
15 Octobre jusqu'au 12 Decembre, il s'evertua A placer ses amis
au commandement des divers arrondissements et A se d6faire de
tous ceux qu'avaient installs provisoirement les g6enraux de
l'Ouest dans les regions qu'ils venaient precipitamment d'occuper.
Quand tout fut ainsi regle, il adressa de 1'Arcahaie un rapport
circonstancie A ses collogues dans lequel il avertit ses adversaires
de la puissance de son autorit6, tout en y marquant une feinte
deference et un loyalisme envers les comperes qui lui avaient fa-
talement prepare la voie pour laquelle, toute sa vie, il avait lutt6
avec une constance, une ardeur jamais lassoes.








SOUVENIRS D'EPOPEE 61


Je ne puis resister au d6sir de transcrire in-extenso cet acte
ofi se recele 1'intention du v6etran d'etre quand meme le chef
supreme.

No. 1475

Arcahaie, le 12 Decembre 1902, an 99eme de I'Independance.

NORD ALEXIS
General de Division aux armies de la Republique.
Delegue extraordinaire dans les D6partements du Nord et du
Nord-Ouest, Membre du Gouvernement provisoire, charge de la Marine,


Aux Membres du Gouvernement provisoire de la Ripublique,

Port-au-Prince
Mes chers Colligues,

Au moment de rentrer a Port-au-Prince, je crois necessaire de vous
dire l'6tat des populations relativement A la paix.
Rien ne remue plus au Cap, et depuis longtemps. Les officers militaires
que j'ai places au Trou y maintiendront l'ordre et assureront la tranquil-
lit6. La tentative de Dutreville Lamour ne sera pas recommenc6e a Grand
Bassin. Apres les 28 et 29 Juin, les arrondissements du Cap et du Trou
sont rests en paix et, malgr6 les machinations de Dutreville Lamour,
les arrondissements de Fort-Liberte, de Vallieres, de la Grande-Riviere
ont &et inebranlables dans leur foi au Gouvernement provisoire et fiddles
aux institutions nationals.
Au Borgne, on peut computer ceux-l qui ont suivi le liche et infime
Mocombe.
Le Limbe, surprise et livre, n'avait fait que se resigner au sort malheu-
reux qui lui 6tait fait, et a subi les forces des rebelles. Il maudira pendant
longtemps ceux-la qui, parties du Cap ou d'ailleurs, sont venus attacher
l'incendie A ses murs et ruiner ses habitants.
Le Plaisance, A cause de sa proximity avec I'Artibonite, a ete, dans le
Nord, le centre le plus actif de la propaganda firministe, et le premier
arrondissement qui s'est rendu a l'appel perturbateur de M. Firmin.
Deux de ses commandants, A moins de quinze jours d'intervalle, oni
forfait A leur honneur militaire.
Quant au Departement du Nord-Ouest, oi0 j'ai depuis assure un 6tat de
choses convenables, il ne pourra jamais que suivre un movement et se
remuer sur place.
Dans le D6partement de I'Artibonite, j'ai place A la tite de l'arrondis-
sement de la Marmelade le G6neral Helv6tius M6nard; A Hinche, le gene-
ral Oreste Zamor, qui avait contribu6 avec le general Az6noff Jean-Gilles








62 SOUVENIRS D'EPOPEE

a faire rentrer cet arrondissement au giron du Gouvernement provisoire;
a Dessalines, j'ai dfi conserver le general Fl6ix Cantave, nomme par vos
delegues, et A St.-Marc, j'ai place le general Bienne Bastien.
L'arrondissement des Gonaives est confi6 au general Augustin Mon-
desir.
Autant qu'il m'a &et possible, j'ai d6sarm6 I'Artibonite.
Sur tout mon parcours, en votre nom, j'ai parl6 aux populations; j'ai
raffermi les uns, encourage les autres; et le Gouvernement provisoire a
&te boni d'avoir sauv6 la Republique du danger national du firminisme.
Comme je vous l'ai dejA dit, la Republique est en paix. Les Chambres
peuvent et doivent travailler consciencieusement a donner un Chef d'Etat,
et nous pourrons nous feliciter d'avoir assure la paix A la nation.
Je veux rappeler A votre attention le commandant Lebon, du qui m'a aid6e la prise du Port-Margot, en y d6barquant la division Pi-
quion. Grace a son activity, j'ai tire du bateau tout le concours n6cessaire
A l'investissement du Borgne.
En attendant de nous revoir, je vous envoie, mes chers collogues, mes
salutations distingu6es.

(S.) NORD ALEXIS


L'Artibonite pacifiC, le Departement de l'Ouest, comme, du
reste, tous les autres, jouissant d'une parfaite security, comment
expliquer et justifier le deplacement de toutes les forces du Nord
vers Port-au-Prince si ce n'est le besoin du general Nord de
venir avec son sabre trancher a son profit les difficulties de la
lutte ouverte autour du fauteuil pr6sidentiel ? Jusque-lA, les can-
didats a la pr6sidence de la Republique et leurs nombreux par-
tisans et meme les Chambres comptaient sur le concours hypo-
crite du G6neral en Chef de la repression de l'Artibonite et du
Nord'Ouest. Les leaders, les plus fortes personnalit6s du pays
tergiversaient et ne se fatiguaient pas de delib6rer chez Fou-
chard, chez Seneque sur la pr6carite du succ6s. Mais Nord Alexis,
caressant plus que jamais sa superbe ambition d'escalader le
pouvoir, marchait sur la Capitale A la tate de sa grande arm6e
pour s'imposer A la veulerie et A la lachet6 de la population qui
s'empressa de I'acclamer.
Le 16 Decembre, cette armee du Nord d6fila par la ville sur-
chauffee. Et le soir du meme jour, des coups de canons furent
tires et des vivats fr6netiques annoncerent A Port-au-Prince qu'un
nouveau maitre 6tait n6 pour le bien-Etre et le bonheur du bon
people haitien.










SOUVENIRS D'EPOPEE 63


Le lendemain, au matin, une proclamation confirmait que le
President( retenez que ces mots sont 6crits dans la proclamation)
avait vu renier devant lui toute rivalit6 de parties et que le people,
par la g6enralit6 de ses citoyens, l'avait d6sign6 pour le salut de
la patrie, pour permettre A la Republique de connaitre bient6t
une ere de paix, de liberty et de prosperity. Lisez de preference:


GOCLUERNEMENT DU GENERAL NORD ALEXIS

Liberty Egalit6 Fraternite

R6publique d'Haiti


PROCLAMATION

NORD ALEXIS
President de la R6publique

Au People et A l'Arm6e.

Concitoyens, Officiers et Soldats,

La manifestation imposante et unanime don't j'ai kt6 l'objet hier soir A
la Capital, le sentiment dejA exprime par les d6partements du Nord, du
Nord-Ouest, de 1'Artibonite et de l'Ouest, le consentement assure du d6-
partement du Sud, m'appellent A la Premiere Magistrature de l'Etat.
Je n'ambitionnais pas le pouvoir, mais j'appartiens A mon pays, et lors-
qu'il m'impose le devoir de mettre un terme a I'anarchie, de r&tablir
I'ordre, de reliever le credit, de reorganiser le travail, le commerce et I'agri-
culture, de pourvoir, en un mot, au bien-itre interieur et de sauvegarder
la sfirete int6rieure, que tant de desordres sont A la veille de compro-
mettre, quelque lourde que soit la responsabilit6 don't la patrie me demand
de me charger, je ne puis que m'incliner devant sa volonte.
J'accepte done la Presidence que vous me def6rez.
Vos mandataires officials viendront ratifier ce que vous avez decide.
Citoyens, officers et soldats, votre confiance en moi ne sera point trom-
pee: toute une longue carriere de probity, d'honneur, de devouement A la
chose publique vous garantit qu'avec I'aide de Dieu et le concours de
toutes les bonnes volontes, je ne faillirai pas A la tache; et, grace A cette
protection divine qui vous a dejA sauves de tant de perils, grace A la
sagesse populaire qui, reniant devant moi toutes rivalites de parties, r6unit
aujourd'hui la g6enralite des citoyens dans le sentiment commun du salut









64 SOUVENIRS D'EPOPEE


de la patrie, la Republique entrera bient6t dans une ire nouvelle de paix,
de liberty et de prosperity.
Vive l'Union de la famille haitienne!
Vive la paix!
Donn6 au Palais National de Port-au-Prince, le 18 Decembre 1902,
an 996me de l'Ind6pendance d'Haiti.
(S.) NORD ALEXIS

Puis, arriva le denouement, le 21 D6cembre. Apres mille va-et-
vient du ruse Boisrond-Canal, simulant 1'6tonnement pour le coup
d'Etat du 17, 1'Assemblee Nationale, malgr6 les justes protesta-
tions de Luxembourg Cauvin, d'Horelle Momplaisir, de Cesar
Ducasse, de David Jeannot d6creta la confirmation de I'l6ection
populaire dans l'acte ci-dessous:

ASSEMBLE NATIONAL

Decret

Considerant que l'Assembl6e Nationale. reunie en vertu de l'article 3
du decret du Gouvernement Provisoire en date du 22 Juillet 1902, a
proc6de a 1'election du President de la Republique et que le General Nord
ALEXIS a obtenu la majority des suffrages exigis par la Constitution:

Decrkte:

Article ler.-Le General NORD ALEXIS est 6lu President de la R6-
publique pour une periode de sept ann6es, en conformity des articles 90
et 93 de la Constitution.
Article 2.-11 entire en functions immediatement et ses functions cessent
le 15 Mai 1909.
Article 3.-Le present Decret sera public et execute A la diligence du
Secr6taire d'Etat de l'Interieur et de la Police general dans toute l'6ten-
due de la R6publique.
Donn6 au Palais de 1'Assembl6e Nationale, A Port-au-Prince, le 21
Decembre 1902, an 99eme de l'Ind6pendance.

Le President de l'Assemblee Nationale: Nere NUMA

Les circonstances seules ne pouvaient suffire a faire de Nord
Alexis le President de la R6publique; ce sont les repr6sentants
de l'ilite essentiellement intellectuelle de ce Pays qui pr6fererent
le veteran du Nord A Monsieur Antenor Firmin et remirent en








SOUVENIRS D'EPOPEE 65


ses mains les destinies de la nation, pour marquer leur sens et
leur souci de la chose publique. Aussi 6voquerai-je dans ma
conclusion cette feuille de l'Histoire pour une mise au point se
rapportant A la belle these de Monsieur Charles Moravia soute-
nue centre celle non moins brillante de Monsieur Auguste Ma-
gloire et ofi je dirai si r6ellement M. Boyer Bazelais et Antenor
Firmin furent des politiques malheureux par le rapprochement
de leurs revers et de leurs erreurs, ou si leur incomprehension de
la politique haitienne a 6te la seule cause de la faillite de ces deux
parties 6vanouis dans le sang et la douleur.

ORIGINE SECRETE DU PARTI FIRMINISTE

BOISROND-CANAL

Celui don't je veux parler fut par la force mime des choses
1'homme envers qui ma famille dut exceptionnellement montrer
la plus grande circonspection. Car, dans nos souvenirs et nos
traditions familiales, la consigne fut d'aimer mystiquement Bois-
rond-Canal. Des joies et des malheurs communs ont uni jusque
dans la mort les quelques mousquetaires qui constituerent le
groupement canaliste. Ce ne fut pas precis6ment un parti, cette
branch dite lib6rale; sa politique, s'&cartant souvent des prin-
cipes, etait faite de perp6tuelles compromissions, de transactions
souterraines et du mystere mime de ses success.
La resistance et la puissance de Boisrond-Canal remontaient
a la mort de Brice aine et de Pierre Momplaisir Pierre. Elles
6taient faites d'une souplesse, d'une l6asticit6 et d'une ampleur
si preponderante qu'on n'a jamais pu savoir quel g6nie d'infor-
mation et de provision avait del6gu6 de si grands attributes A ce
group qui d6eg6nra intellectuellement A travers trois decades,
lutta avec un minimum de revers, d'alternances de responsabilites
directed et concourut A 1'6levation ou A l'infirmation des divers
gouvernements qui se sont succed6 jusqu'A la mort de Boisrond-
Canal.
Pendant longtemps, on crut que le cerveau organism de ce parti
fut Armand Thobk; du moins, c'est ce que l'orgueil et les amis
de Boyer Bazelais voulurent accr6diter dans l'opinion publique
pour pallier leur echec. Mais Boisrond, avec une capacity intel-









66 SOUVENIRS D'EPOPEE

lectuelle presque mediocre, etait d'une sournoiserie spirituelle
qu'on ne peut considerer, dans l'incomprehension du mystere,
que comme le fait d'un pacte de l'homme politique avec Satan,
lui-mime. Car, A bien considered les moyens employes, les pires
au besoin, l'on doit ramener l'inconnu A une succession d'actes
compromettants meme pour le pays. Sauf la circonstance de son
alliance obligee avec les nationaux pour agir centre Boyer Ba-
zelais et l'avenement indispensable de Salomon A la Pr6sidence,
tout le reste est noye dans un cercle d'interets personnel ofi un
clan a prevalu au detriment du bonheur et de la dignity de la
nation.
La seule affaire du Monsieur Boisrond-Canal s'est souvent passe de l'honneur et
du bon renom haitiens. Car refusant de concourir avec la rebel-
lion firministe devant les r6clamations allemandes, le President
provisoire, lui-meme, a suggere au Charge du Consulat Impe-
rial d'Allemagne, Monsieur L. Schlemm de r6primer ou de cap-
turer notre aviso de guerre, por-
tant un nom si cher A l'ime haitienne. Ce conseil fut, en effet,
execute apr&s la remise des pieces authentiques constatant 'in-
dignit6 du Gouvernement d'alors.
Son inter&t personnel de maintenir la revolution dans l'Artibo-
nite pour un temps suffisant a la r6alisation du bien-etre des
siens et de sa famille n'entendait pas laisser A Monsieur Firmin
le droit d'escompter un triomphe possible avec l'atout qu'6tait la
Le fait par cet habile politician de mettre du discernement dans
le choix des pions a pousser dans son jeu d'6chec, laisse soupqon-
ner chez lui des qualit6s de chef et de psychologue qui manquent
souvent aux grands hommes de notre Pays.
Audacieux et A la fois timeraire, il 6tait aussi courazeux au'en-
durant. Homme d'experience, il r6duisait le cercle de ses amis
A un nombre si restreint que 1'on ne s'apercevait jamais de l'6ten-
due de son rayonnement. Le jeu de ses alliances lui faisait sur-
monter souvente fois sa repugnance A collaborer avec des adver-
.saires, quand, suffisamment assure des gages offers, il etait sfir
de les 6craser, dans la suite, par les armes mimes qu'il leur avait
donnees. Aussi 1'astuce s'infiltrait-elle dans la trame des 6v&-
nements ofi cet home d'envergure t6n6breuse mettait la main.








SOUVENIRS D'EPOPEE 67


Il faut le dire A sa gloire, Boisrond-Canal etait d'un courage
A toute 6preuve. Cette quality dominant lui permit de gagner
A sa cause tous ceux don't le loyalisme d6coulait d'une certain
bravoure. C'est ainsi qu'il s'assura l'amiti6 sans reserve de
Pierre Frederique don't il fit un naif instrument de ses desseins
politiques.
Comme il avait des craintes 16gitimes sur le triomphe possible
de la candidature tres en vogue de Francois Manigat, l'un de ses
plus fameux adversaires, il conCut l'id6e de diminuer ses chances
de succes en operant une substitution de facteur dans la personnel
d'Ant6nor Firmin qui, dans sa pensee, offrait un danger moins
consistent. Car ce savant m6connaissait la politique haitienne.
Selon lui,Firmin ne repr6sentait aucun obstacle: il 6tait simple-
ment un adversaire, A surveiller en raison de !'alliance salnaviste
mais un instrument facile A manceuvrer le cas 6ch6ant.
C'est done Boisrond-Canal qui cr6a de toute pieces le Parti
Firministe pour contrecarrer la candidature de Francois Manigat.
Survinrent les 6v6nements de 1902. La tiche de Boisrond fut
facile en face d'un adversaire trop 6loign6 de l'esprit public de
son temps. Ant6nor Firmin, en effet, cet enfant de prol6taire,
avait la conscience d'avoir d6pass6 de beaucoup sa classes par sa
sup6riorit6 qui 6tait il pouvait s'en vanter le fruit de ses
ceuvres. Cet ennoblissement de date tres r6cente l'emp&chait de
se plier A un r6le de protecteur digne des gens de vieille noblesse.
L'opiniatret6 de Monsieur Firmin dans le travail, loin d'assou-
plir son temperament, lui donnait une impatience, une aigreur
tr6s eloignee de l'6sot6risme des mages d'oii nulle part on ne l'a
vu venir. Aucun sens r6el de la vie. Il s'enfermait dans sa bi-
blioth6que ofi, impassiblement, il ajustait les pens6es aux pens6es
dans la theorie des ph6nomines sociaux, sans jamais s'arreter
A faire aucune preuve; ce a quoi devrait s'astreindre tout sa-
vant don't le but est d'embellir l'oeuvre de la nature. Il n'a
pu penser de cette maniere que par insuffisance racial ou par
ambition 6goiste d'arriver. Aussi, sa science representait-elle
une Babel oa son language diff6rait de beaucoup de celui du
people au nom. duquel il voulait parler et pour lequel il ac-
ceptait la responsabilite de son holocaust. Fait pour une oeuvre
en chambre close, jamais dans le movement, il n'interpr6ta








68 SOUVENIRS D'EPOPEE

mal la leqon des choses, si ce n'est que son orgueil munificent
le subalternisait aux moyennes references de la politique qui le
surpasserent dans l'obscurit6 et 1'abattirent a tout jamais.

*

Boisrond-Canal connaissait les d6fauts de la cuirasse de cet
adversaire don't la premiere faute 6tait d'avoir accept le fardeau
d'un parti politique qu'il n'a jamais dirig6 par lui-meme, mais
par des interm6diaires don't 1'esprit et le coeur agissaient dans
une meme communaut6 de language et d'habitudes avec l'ensemble
de 1'elite et de la masse du pays.
Boisrond ayant experiment sur lui-meme le phenomene du
people haitien qui le pr6fera naguere A Boyer Bazelais, fut con-
vaincu de ce principle que tout people choisit le Gouvernement de
sa convenance. II savait d'autre part qu'en aucun temps le vieux
Nord ne c6derait le pas a son fils d'adoption. Car des amis de
Monsieur Firmin, don't Pierre Fred6rique avaient tenu directe-
ment de Madame Nord Alexis que son 6poux ne tenait pour rien
au monde A faire le sacrifice de ses pr6tentions en faveur de qui
que ce ffit.
































AUGUSTE MAGLOIRE


.~



t :r












TROISIEME PARTIES



MES CONCLUSIONS


Quand part, dans &Haiti-Journal>, ma liste encore incomplete
des hommes du Limbe, certaines personnalit6s, et non des moin-
dres, frapp6es d'une regrettable pusillanimity, se sont effarou-
ch6es d'une crainte inutile, croyant, que, dans ma temerit6, j'ex-
posais leur quietude du moment A l'attention des autorit6s cons-
tituees. Heureusement qu'il ne leur est rien advenu de mon fait!
Et alors, vieux compagnons d'armes de 1902, vous pouvez
tranquillement vous rassurer; car mon but a 6te d'empkcher que
l'oubli ne recouvre de son 6pais manteau notre lutte pour une
Haiti consciente de ses droits et de sa souverainet6.
Le souci de la v6rit6 6tant la r6gle dominant chez celui qui
prend une plume pour renouer le passe au present, je me suis
6vertue, dans mon t6moignage sur certain 6venements de 1902
et les episodes du Limbe, A me d6pouiller de toutes passions, de
toutes idees preconques pour analyser objectivement, impartia-
lement, cette &tape de notre histoire contemporaine.
Et maintenant que j'ai relate, sous leur vrai jour, les faits et
gestes de cette 6poque trouble, fertile en exploits de tous genres;
que j'ai brosse d'un pinceau sans indulgence les portraits des
principaux acteurs de cette sanglante trag6die de nos annales,
je veux me permettre une digression dans mes souvenirs et les
memoires du temps pour etablir les vraies causes d'erreur ou de
faillite de ceux qui, s'en remettant A leurs rEves, A leurs idWales
conceptions, meconnaissent totalement la psychologie de leur
milieu.
Monsieur Auguste Magloire, le curieux et intelligent socio-
logue, qui n'est pas a son coup d'essai, a d6gag6 avec ampleur
de I'histoire du Parti Liberal des conclusions en apparence d6fi-
nitives. Ce brilliant ecrivain a volontairement neglig6 de placer,
sous la lumiere des verit6s, les points nuisibles dans l'argumenta-
tion de sa these. Il ne se doutait pas qu'il surgirait, en Charles
Moravia, un contradicteur eloquent don't l'inspiration s'est levee








70 SOUVENIRS D'EPOPEE

parfois jusqu'au sublime oratoire, pour expliquer, A son tour,
que le Parti Liberal a ete pis qu'un malheureux essai politique,
mais une vraie faillite dans sa conduite vers son ideal dans les
annees 1871-72 jusqu'a son envelissement sur le rocher de Mira-
goane en la terrible annie 1883.
Les deux protagonistes, malgr6 la chaleur de leurs envolees,
n'ont pas te entierement A l'aise pour d6fendre leurs points de
vue; car l'un et 1'autre sont encore tres entich6s de la politique
du General Nord Alexis qu'ils ont service et admire au point
qu'en se conformant le plus souvent A l'experience du vieux mi-
litaire, ils modelent leurs attitudes et leurs reserves sur le cliche
de cet illustre v6etran.
Il y a plus. Rallied A la politique de Boisrond-Canal, le fils du
Bazelaisiste, Auguste Magloire, (si je puis parler ainsi, sans lui
faire de la peine,) devint le collaborateur du President provisoire
de 1902. Aussi, lui a-t-il kt6 difficile de sortir de sa circonspection,
pour suivre avec advantage son heureux contradicteur sur le ter-
rain brfilant des indiscretions forc6ment n6cessaires. Et alors,
M. Moravia se trouvait libre de produire une touchante comparai-
son entire Firmin et Bazelais, sachant que la consigne pour I'un
et I'autre, Magloire et lui, 6tait de taire la participation de Bois-
rond-Canal A l'6chec et A la ruine du Parti Firministe. Ils sa-
vaient que la politique de cet homme d'Etat ne marchait pas tou-
jours A visiere levee et qu'elle 6tait plut6t une action souterraine
et une oeuvre de trappe.
Et I'on comprend pourquoi Monsieur Auguste Magloire s'est
passe des armes A port6e de sa main pour la defense et le triomphe
de sa these.

*


Conceder A l'adversaire une vraisemblance, affirmer avec lui
une verite, sont la meilleure procedure pour enfermer la discus-
sion dans les limits ofi les disgressions ont &et 6cart6es. Aussi
me plait-il de soutenir avec M. Charles Moravia que Firmin est,
A quelque chose pres, 1'homme qu'il a d6peint et compare A Boyer
Bazelais avec un certain advantage. Toutefois, nous constatons







SOUVENIRS D'EPOPEE 71


que ce conferencier n'a pas fouille ni consult tous les documents,
qu'il n'a pas essays de regarder autour de lui et n'a pas observe
Boisrond Canal, precieusement conserve sous verre.
Pour le besoin de sa cause, Monsieur Charles Moravia, sans
preuve aucune, a affirmed que Monsieur Firmin fut le provocateur
des 6venements de 1902. Le simple bon sens fait croire que le
candidate A la d6putation du Cap-Haitien ne pouvait, en aucun
temps, r6aliser des elections sous les coups de fusil. Forc6ment
le provocateur, si ce n'6tait pas le vieux Nord Alexis, 6tait tous
ceux qui detestaient l'orgueil de Firmin et tous ceux qui, comme
Moravia ou Magloire, n'6taient pas decides A se renfermer dans la
prison des principles. Car l'on devient toujours l'esclave d'une
parole ou d'un programme, et libres sont les adversaires pour
vous arriter avec la force ou pour prendre les armes centre votre
Gouvernement.
Fous 6taient ceux qui, en petit nombre, limitaient prealable-
ment leurs droits, parce qu'ils s'exposaient a perdre toujours les
votes conscients de leurs freres spirituels, comme il a manqu6e
Monsieur Firmin 1'adh6sion des Magloire et des Moravia qui
persistent encore, A cause des d6fauts de cet homme, A lui preferer
Nord Alexis, l'un des repr6sentants attitr6s de notre ancienne
dynastie militaire.
Peut-ftre, Moravia a-t-il 1'excuse d'avoir toujours tres peu
compris la politique, pour ne s'arreter dans la vie qu'A attaquer
ou A defendre, en acceptant de restreindre volontairement le
cercle de sa vision. Mais 1'Histoire du firminisme ne peut s'6clai-
rer que par la lanterne sourde de Boisrond Canal A laquelle il faut
ajouter l'incomprehension de Firmin don't la pr6tention injustifibe
fera de lui la victim du faisceau de la moyenne reference politi-
que inquietee de sa presence aux affaires publiques.
Monsieur Moravia n'avait pas lourd A faire pour expliquer la
raideur de Monsieur Firmin, si l'on se rappelle l'attitude de ce
ministry et celle de ses adversaires A la memorable seance du 4
Juin 1897 oil la cabale emporta son Cabinet. Les interpellateurs
et toute la Chambre des d6putes avaient mis une bande compact
pour masquer leur bouche et leurs yeux afin de frapper sans re-
mission cet orgueilleux qui, ce jour-lA, s'etait charge de parler
avec duret6 et de parler tout seul pour lui et A peu pres pour tous
ses collogues. On dirait que personnel autre que lui n'etait en








72 SOUVENIRS D'EPOPEE

cause dans ces d6bats. Car un Douyon, un Marius pouvaient
avoir une petite raison A produire, raison qui efit satisfait peut-
ktre, la majority moyenne a laquelle ils ont certainement appar-
tenu. Mais lui, superbement, voulut dominer. Il entraina avec lui,
par ce fait, ceux qu'6pargnerait la solidarity spirituelle de la
Chambre des d6putes. Ce jour, comme dans la suite, il fit preuve
du fait qu'il n'avait aucune souplesse.
Acclam6 enthousiastement par la masse de la Capitale, en juin
1902, Firmin crut dans son esprit que le journalism ind6pendant
de 1897 avait op6er, dans un tournemain, la r6forme des moeurs
et des idees de ce milieu. II ne remarqua pas que ce journalism
qui 1'avait accompagn6 vers le rivage a son depart pour l'etranger
avec son souhait de bon retour, s'etait 6miett6 et disperse en rai-
son des int&erts particuliers A faire passer en premiere ligne, -
la chose publique n'ayant jamais et6 plus que des details dans
nos obligations patriotiques.
Comment pouvait-il s'apercevoir qu'il lui manquait une sta-
bilit6 quand, a peu pres tout le pays l'appelait avec ardeur? Mais
quel 6tait ce pays ? Ce n'6tait pas a proprement parler celui de la
politique. II s'agissait de l'artisanerie, de la grande masse prole-
tarienne qui le confondit avec le G6enral Salomon et le prit pour
I'homme du people, I'homme de la majority.
Mais, dans le meme temps, deux elements le suspectaient: le
mulitre vicieux qui redoutait le jour oit l'aisance allait sombrer
dans la famille, du fait que cet homme 6tait decide & 6conomiser
le plus possible en retranchant les pr6bendes et le gaspillage de
son programme, et plus justement, il avait centre lui les princi-
paux servants de la politique manigatiste, cet heritage salomonien
don't I'influence n'avait pas tari dans la clientele meme recrut6e
par Monsieur Firmin, dans le proletariat, 6ventuellement enthou-
siaste de son Parti, faute de directive pr6alable des chefs de file.
L'on sait que Monsieur Firmin combattit le salomonisme et les
idees du Parti National avec une virulence et une passion iniga-
lable bien avant que sur l'ecran, Boisrond-Canal efit projet6 sa
candidature en piture A ses redoutables adversaires. L'on sait
que ce leader impolitique fit plus que cela: candidate A la pr6si-
dence, il ne r6sista pas, dans son &Pr6sident Roosevelt, a repro-
duire ses opinions sur le Parti National, dans le ton qui a d6fini-
tivement ouvert I'abime cr66 entire lui et les survivants de ce







SOUVENIRS D'EPOPEE 73


Parti. C'6tait bien une erreur de Monsieur Firmin d'avoir cru
que le people qui aimait Pierre FrId&rique, pour sa chevalerie,
le comptait quelquefois dans la politique. Car nul n'ignore que
ce patriote don't le d6sint6ressement est unique, n'a jamais occupy
une function, ni poss6der les moyens pour soutenir quelqu'un dans
une conjoncture priv6e ou publique. L'on n'ignore pas 6galement
dans quelle condition se pratique la politique. Aucun Parti si
allkchant qu'il soit ne tiendra sans les appuis compromettants ou
souterrains, en dehors des principles qu'il aura pr6conis6s. Car,
longtemps encore, la parents, la sympathie ou l'inter6t resteront
les forts appoints dans le succ6s de nos entreprises politiques. La
majority sera toujours de ce c6t6-1 ou du c6t6 de la force qui
impose.
De mime que les journalists improvises du nouveau Parti Pro-
gressiste se disperserent, de mime aussi s'effritera entire les mains
de Monsieur Firmin la clientele prol6tarienne qui, n'allant jamais
centre lui, n'exposait pas pr6cis6ment sa poitrine pour faire
avancer d'un pas la cause progressiste. Et cela tient au double
ouvrage de la politique du mulitre vicieux et des nombreux
adeptes de la politique de 79 toujours influents dans la grande
masse prol6tarienne. La vue scientifique de l'autodidacte d6pas-
sait theoriquement le cercle qu'il s'6tait assign. Ce cercle, malgr6
ses illusions, se retr6cit du froid produit par les premiers insucces
qui l'enserra dans la vision des 6evnements de 1902 et se r6duisit
en une corde de strangulation sur le rocher de Saint-Thomas oti
Firmin mourut d'asphyxie.

*


Si l'on veut juger avec s6r6nit6 le double movement de la for-
mation des Partis politiques de notre Pays, nous sommes inca-
pables d'un effort et impuissants a nous attacher A une idee. Ces
choses d6passent encore notre mentality. Une tendance vers une
cooperation, quelle qu'elle soit, restera une utopie pour long-
temps encore. Jamais une association purement litteraire n'a pu
se maintenir de longues annees. Les exceptions d'amicales, de
soci6t6 religieuse, d'institution de bienfaisance qui persistent
toujours apres un quart de siecle, ont pris racine dans les families








74 SOUVENIRS D'EPOPEE

grace a 1'appui du clergy stranger ou A l'influence des congrega-
tions. Sauf, toutefois, l'Amicale du Lyc6e, l'Association mixte
de l'ceuvre Chretienne et l'ceuvre p6dagogique de SiloE de Nos-
sirhel Lherisson. Mais ces trois associations persevereront-elles,
si viennent A leur manquer MM. les docteurs Brun Ricot, Nerva
Gousse et Me Horatius La venture? Car peu sont aussi persiv6-
rants et aussi entit6s que ces trois exemplaires concitoyens.
Notre enthousiasme est un feu qui monte brusquement, bouil-
lonne comme un volcan et s'6teint le jour suivant. Cette re-
flexion me raffermit dans l'hypothese d'une vieille civilisation
negre don't le sang 6puis6 ne s'est pas revivifi6 malgr6 l'alliance
du sang blanc pendant les trois siecles et plus de notre esclavage
dans cette ile de flamme. Notre lassitude et notre fatigue sont
apparentes et laissent 1'impression d'une civilisation p6rimee.
Nos regards lubriques ne convergent pas vers une 6toile de
bonheur. Nous nous contentons de consid6rer que chacun de nos
jours suffit A notre peine; nous avons encore la supreme r6si-
gnation de notre anctre avant son humanisation. Pis que cela;
l'on a observe qu'en chacun de nous git un ferment dissolvant.
Nous n'aimons rien, nous n'aimons guere personnel. Chacun per-
severe & aller vers la solitude, quelquefois avec sa prog6niture
qui se brise souvent en mille eclats comme le verre projet6 sur
le sol rocailleux; car meme le culte de la famille est absent de
notre coeur. Seuls, nos instincts de predomination subsistent
encore en maniere de bouclier forg6 dans la haine et l'envie pour
nous prot6ger centre la concurrence de notre voisin qui, autant
que nous, espere vivre par notre ecrasement syst6matique. Chez
nous, le capital ne s'est jamais associ6 parce que le m6pris et la
defiance sont les souverains seigneurs qui reglent le pas des uns
et des autres dans le d6goit de la besogne ou de l'oeuvre essen-
tiellement haitienne, et decouragent les initiatives priv6es ou
publiques, toutes choses qui 1eevent le taux du capital et valo-
risent la camelote 6trang6re. Nous d6crions notre science m6di-
cale en prechant 1'exode vers la m6decine des autres Antilles A
outillage r6duit.
Le credit bancaire a ete souvent assure & la clientele de l'6tran-
ger, sans feu ni foyer, par la garantie de notre gouvernement,
Seux assures plut6t qu'a nous, depuis quarante ans d6ji. On
decuple sa prosperity en rapport direct avec le mepris et l'indif-








SOUVENIRS D'EPOPEE 75


f6rence qu'il affiche ostensiblement centre nous. Et malheur,
mille fois malheur, si un grouillement human fr6quente le hangar
de l'artisan, passe par la porte du petit commernant et compli-
mente 1'industriel naissant! C'est pour emporter le capital encore
instable en leur possession. Ainsi, on tue de mille manieres la
vie dans l'ceuf, on casse la frele tige de l'arbuste et l'on d6courage
la bonne pens6e. Et bien des hommes fortunes se sont rejouis
d'avoir lu votre journal sans bourse d6lier.
Jusques a quand se front la fusion de notre pens6e et I'unifi-
cation de notre sang h6terogene! On n'en peut rien dire encore.
Sera-ce seulement 1'ceuvre du temps, I'accident d'une revolution
ou la volont6 d'un seul pour les belles r6alisations?
C'est bien lI le doute de notre passe et 1'angoissante question
de notre avenir...
Dans l'intervalle, personnel n'entend se pencher s6rieusement
sur nos problimes. L'on va plut6t vers les passions steriles et
les petites ambitions oi le vertige de la louange rabaisse davan-
tage nos proportions inferieures A des infirmit6s destructive.


**

Dans de telles conditions, les deux essais de parti politique de-
meurent extraordinaires dans un pays si d6plorablement cons-
titu6 d&s son origine. Les noms de Bazelais et de Firmin sont
de rares et de tres grands examples dans notre titonnement vers
un ideal de bonheur.
Ce qu'on a critique, ce qu'on a d6plor6 dans les ventures ba-
zelaisistes et firministes ne sont que la norme de notre profile de
people. C'est dans Bazelais, c'est dans Firmin, c'est dans nous
tous que se trouvent les germes dissociants et les ferments dissol-
vants. Le reste est une addition d'inutiles hypotheses jusqu'd la
preuve du contraire.
aUne heure doit sonner, un homme doit venir!...>

Oi est-il l'homme du reveur qui, tel le grand Louverture ou
le G6n6ral Salomon, viendra reliever le niveau moral de ce people
et le lancer definitivement dans la voie du progres et de la civi-
lisation ?








76 SOUVENIRS D'EPOPEE

A dire vrai, vous n'avez qu'a placer sous vos yeux une collec-
tion du Moniteur de 1870-71 pour apprecier l'ampleur de la sottise
du Parti Liberal. Les proces-verbaux des s6ances de la Chambre
des d6put6s d'alors vous donneraient le bilan des propos insigni-
fiants oi le grotesque tr6nait en maitre. Les quelques belles et
bonnes paroles prononcees du haut de cette tribune furent l'oeuvre
des Paul, des Bazelais, des Lys, des Audain et de deux ou trois
autres don't je regrette de ne pouvoir citer les noms pour ne pas
trop allonger la liste.
La pens6e des quatre ou cinq proeminents leaders format une
tranche disproportionn6e avec la commune parole de la majority
bavarde, tumultueuse et arrogante. Aucun frein, aucune disci-
pline n'etait exercee par le chef du Parti, sous peine de perdre
l'estime de ses insipides collaborateurs. Si Boyer Bazelais n'a
pas precis6ment domino son Parti, s'il n'a pas exerc6 une police
aupres de ses amis, quelle chance lui restait-il pour lutter et
triompher ?
II allait done contre la routine et le desordre avec les deux
mains vides dans la compagnie des indisciplines de son propre
Parti. On peut reprocher a la seule infatuation de Monsieur
Boyer Bazelais de n'avoir compris son destin que seulement sur
le rocher de Miragoine. Mais, apres ce grand example, comment
expliquer qu'un home de l'envergure de Monsieur Firmin ait
retard de comprendre apres 1902? Car, dis les 28 et 29 Juin, les
signes alarmants se manifestaient dans sa propre ville du Cap. Si
1'ovation des Gonaives pouvait trouble un instant sa logique,
l'affaire du 6 Septembre avait apport6 de nouvelles preuves et
des donnees nouvelles au probl6me qu'il essayait de d6chiffrer.
II 6tait certainement le plus renseign6 de tons. Oi avait-il puis6
les renseignements du zMarkommaniaw que, du reste, il avait
transmis a Dennis pour le Vice-Amiral Killick?
Boisrond Canal seul, a d6faut de Firmin, pourrait nous dire
qui avait tendu le piege A notre diplomat, en lui offrant cet appat
du Markommania>. On s'apercoit, sans peine, que le chef de
la revolution des Gonaives 6tait manceuvr6 par ses adversaires:
des gens lui tiraient la ficelle. II a r6flechi plus tard a toutes ces
choses sur le rocher de St.-Thomas. Mais pourquoi n'avait-il
pas tire une conclusion en 1902 et ne s'etait-il pas efface de la
scene politique?









SOUVENIRS D'EPOPEE 77


Pour nous r6sumer, nous ne pouvons pas admettre les titres
somptueux attributes au Parti Liberal et au Parti Progressiste
par les deux illustres conf6renciers. Et nous nous expliquons.
Par sa definition, le lib6ralisme, dans les centres avances,
n'6volue pas facilement vers les functions de direction dans le
Gouvernement, mais ne meurt pas non plus. Car le fond de la
d6mocratie ne se stimule, avec ses divers parties, que par I'apport
successif des pensees lib6rales. En fait, le gouvernement d6mo-
cratique ne peut leurrer ou r6gner ind6finiment que par 1'amorce
de la conception liberale. II a et6 difficile pour quelques th6o-
riciens et idealistes liberes de notre pays de manoeuvrer la majo-
rite amorphe et ignorante du people haitien. Il n'a pas pu exister
effectivement, dans ce cas, un parti liberal avec Monsieur Boyer
Bazelais, ni un parti progressiste avec Monsieur Firmin. Le tiers
des maitres d'6coles, les quelques hommes de nos universities ne
repr6sentaient pas le pays de 1879 et de 1902. Car le Pays vrai
6tait constitute dans son elite par une majority de m6diocres in-
tellectuels et la masse allait comme toujours vers sa routine in-
v6ter6e.
Pour ma part, les deux savants conferenciers sont allies volon-
tairement vers deux phares, I'un rouge et l'autre bleu. Mais ces
deux phares n'ont jamais ete autre chose qu'un mirage, de
ces constructions hardies qui s'appuient en some sur la puis-
sance mythologique des dieux de cire...













QUATRIEME PARTIF




ADDENDA


I

A propos des episodes du Limb6

Port-au-Prince, le 6 F6vrier 1935.

Monsieur Castera Delienne,
Port-au-Prince.

Mon cher Delienne,

Dans le course de I'int6ressant recit que vous faites dans la revue TLe
Temps> de certain 6evnements de 1902, vous avez bien voulu rappeler
que je fus blessed d'une balle a l'omoplate et vous avez ajout6 que j'en avais
recu une autre a la cuisse, voir No. 198 de ce journal.
Voulez-vous me permettre d'apporter A ce sujet une toute petite rec-
tification qui me conduit en meme temps A rappeler dans quelle circons-
ance A jamais inoubliable j'eus & prendre part au memorable drame du
Limb ?
Nous etions a Gonaives une demi-douzaine de Jacmeliens: Bien-Aim6
Fraud, Brissot Delbeau, Pericles Lafontant, Louis Mars, Henri M6nard
et moi qui primes en meme temps la decision de nous rendre sur le front.
Fusil sur l'6paule et havresac au dos, nous nous engageimes r6solument
dans la route de Plaisance, d'oi, apres une court halte nous nous re-
mimes en march vers le centre de feu.
Arrives au quartier-g6neral nous filmes repartis soigneusement dans
different remparts, mais montes au meme diapason, et animus tous de la
volont6 de fire ce que nous appelions avec une profonde conviction, notre
devoir.
Je fus blessed une seule fois A l'omoplate. C'est notre camarade Henri
Menard qui avait recu la prune A la cuisse.
Voili sur ce point le temoignage que j'ai voulu apporter, esperant que
ce mince detail est susceptible de satisfaire votre profound souci d'avoir
le plus de clarte possible sur la page d'histoire que vous venez de rouvrir.
Agr6ez, mon cher Delienne, 1'expression de ma profonde admiration et
de ma vive sympathie.
MASSILLON GIORDANI









SOUVENIRS D'EPOPEE 79



II

Port-au-Prince, le 18 Mars 1935.

Monsieur Castera Delienne,
Bureaux du .

Mon cher ami,

Je lis dans la parties de votre 6tude < nements de 1902s, parue dans la revue < du 16 Mars: A la politique de Boisrond Canal, le fils du Bazelaisiste, Auguste Magloire,
-si je puis parler ainsi sans lui faire de la peine,-devint le collabora-
teur du President provisoire de 1902. Aussi, lui a-t-il ete difficile de sortir
de sa circonspection pour suivre avec advantage son heureux contradicteur
sur le terrain brfilant des indiscretions forc6ment n&cessaires... etc..,
Je n'ai jamais eu l'honneur de collaborer avec Boisrond Canal, ni en
1902, ni avant, ni apres. J'ajoute, ce qui pourra vous paraitre strange
que, malgre nos activities et la longueur de nos carrieres respective, je
n'ai m6me pas eu, jusqu'A sa mort, l'honneur de le connaitre personnelle-
ment.
Votre assertion est done fausse et, partant, les deductions que vous avez
pretendu en tirer.
Bien affectueusement v6tre,
AUGUSTE MAGLOIRE(l)



III

AUTOUR DES EVENEMENTS DE 1902

Gonaives, le 10 Mai 1935.

Monsieur Castera Delienne,
Port-au-Prince.
Mon cher Castera,

J'ai suivi avec tout I'interet qu'elle comporte la page d'histoire que vous
avez publi6e dans l'int6ressante revue Le Temps>.
Personne ne peut vous demander de t6moigner des autres faits de cette
periode unique de notre histoire que vous n'avez pas vecus. Les survi-


(1) Nous donnons acte a M. Auguste Magloire de sa declaration et lui faisons remarquer
que nos deductions tiennent quand mime et ne peuvent Itre infirmies que par la preuve du
contraire.








80 SOUVENIRS D'EPOPEE


vants de la phalange firministe n'ont qu'a louer l'honn&tet6 de vos rela-
tions et sont bien astreints a dire ce qu'ils ont vu ou entendu en regard
de vos t6moignages. Souvent, je vous ai entretenu des circonstances qui
ont conduit le general Jean-Jumeau et la vaillante population des Gonaives
A prendre parti pour la cause que nous avions defendue avec courage et
conviction, mais vous avez agi avec loyaut6 en circonvenant vos relations
A la limited de mes confidences car ma position de chef de tous les postes
telegraphiques de la revolution-de meme que la confiance et l'estime
de Me Firmin, du general Jean-Jumeau et de I'amiral Killick-me firent
une situation exceptionnelle pour une documentation historique de mes
memoires que le public lira prochainement.
Je vais mettre la derniere main A ma modest contribution A cette pe-
riode fertile en actes de courage, de sacrifices et d'heroisme, fouetti par
l'interessant apport que vous venez de fournir dans la belle revue de M.
Charles Moravia.-
Toutefois, il me plait de contribuer immediatement a votre oeuvre en ap-
portant une addition necessaire au beau portrait de l'amiral Killick, que
votre ouvrage a remis en pleine clarte, les jours angoissants de 1902 oif
tout le pays-avec vous-vibra dans les passions patriotiques.
Permettez-moi de faire ici une digression en vous confirmant votre por-
trait sur le general Boisrond-Canal et expliquer de cette maniere les cir-
constances de notre d6faite en 1902:
Le General Nord n'entretenait pas precisement des rapports de cor-
dialit6 avec son collIgue de l'Artibonite-mais Firmin travaillait A les
remettre en harmonies pour eviter un choc qui serait A tous 6gard nuisible
aux int&rets du pays quand un t6elgramme de Port-au-Prince, sous la
signature de Boisrond-Canal parvint au general Jean-Jumeau et libelle
comme suit:

General Jean-Jumeau,

Gonaives
L'armce du Nord en march contre la Capitale. Suis dispose a vous expidier
armes, munitions et argent pour la contenir.
Attends riponse.
Boisrond CANAL.

Cette dep&che fut revue dans le temps meme que Firmin, dans la rade
des Gonaives, se rendait a Port-au-Prince pour contribuer A la formation
du gouvernement provisoire.
C'est done grace A sa presence que fut ivit6 le choc que Boisrond-Canal
allait provoquer pour souffler la guerre civil dans un but que personnel
ne pouvait facilement expliquer A cette minute.
Firmin arrange l'affaire et les deux armies du Nord et de l'Artibonite
furent unifies pour une march vers la Capitale.
Mais deux jours apres, Boisrond-Canal denia cette d6peche qui lui fut
communique par les principaux int&resses.









SOUVENIRS D'EPOPEE 81


De ce qui precede on comprend sans peine le motif qui decida le Con-
seiller du gouvernement provisoire, M. Jeremie, A adresser a Firmin la
depeche oi il annoncait que le navire de guerre Francais
- sur la demand du gouvernement provisoire devait venir capture
La Crete*, mouill6e dans les eaux des Gonaives.
Et j'arrive maintenant au fait essential de ma lettre pour souligner
combien vous avez saisi le caractere de Killick et combien est exactement
sincere votre indication sur sa determination de mourir plut6t que de ra-
mener le pavilion Haitien flottant sur 1'aviso de guerre place sous ses
ordres.
Je travaillais sur la dolphe Herard qui m'avait transmis discretement le t6~lgramme de M.
J&ermie, quand je vois Killick, en coup de vent, bondir contre mon bureau
--la casquette enfonc6e jusqu'aux oreilles, la tunique A peine boutonnie,
m'interpeller avec brusquerie pour obtenir une communication avec Port-
au-Prince.
Il ecrit vivement la depeche suivante:


Boisrond Canal,
Port-au-Prince

Killick ne craint rien fera sauter navire en compagnie pour l'honneur
national. Restez seul responsible.
KILLICK

Ayant fini, il m'empoigne fortement A l'6paule et me dit:

-Jeune homme--quand on saute un bateau, qu'est-ce qui arrive)
Mais, Amiral, repliquai-je, hesitant, le navire est saute.
Que devient alors celui qui a accompli un tel acte ?
L'histoire en parlera !!!
Eh! bien, jeune homme, 1'histoire dira que Killick s'est enseveli avec
la En verit6, la Crete, est ma maison, la eCr&te est ma prison.
Et que ferez-vous pour moi ?
Si vous 6tes mort I Je ne sais pas trop,.
Eh, bien faites chanter une messe pour moi.a
II partit avec la meme fougue sans me saluer et je restai, les bras croi-
ses, tout r6veur apris ces paroles...
Le surlendemain de la catastrophe un marin de aLa Crite, m'a vendu
une longue-vue que je detiens encore, en souvenir de la conduite heroique
et glorieuse de 1'Amiral.
Cordialement, votre ami,


FRAN(OIS LACRUZ







82 SOUVENIRS D'EPOPEE



IV


NOTE POUR M. CASTERA DELIENNE

L'initiative de la foundation de la Soci6te d'Histoire et de Geo-
graphie d'Haiti revient au Dr. B. Ricot, mais le fonctionnement
de cette institution est di surtout A l'activit6 de ses deux premiers
presidents, MM. H. P. Sannon et Price Mars, au Vice-Pr6sident,
Abel L6ger, ses secr6taires les Drs. J. C. Dorsainvil et C. Pressoir
et aux tr6soriers Leo Alexis, et H. Adam Michel.
C'est grAce aux deux secr6taires que la Soci6te a et6 reconnue
d'utilit6 publique et a et6 autoris6e A organiser une loterie. C'est
grice A cela que Me. H. A. Michel a pu obtenir plus tard de la
Loterie Nationale la subvention avec laquelle il a pu assurer la
publication r6guliere de la Revue de la Soci6et d'Histoire et de
Geographie d'Haiti don't il a fait paraitre d6ej 16 numerous.

*

Je suis heureux de publier cette note rectifiant ma pens6e sur
la vitality des oeuvres franchement haitiennes.
En effet, A sa foundation, j'ai v6cu l'impulsion donn6e A l'ceuvre
de l'Amicale par un group d'hommes: MM. Seymour Pradel,
Pierre Hudicourt, Dantes Bellegarde, Alexandre Villejoint, Si-
mon Vieux, Serge Vaillant, J. P. Mexile, Hermann Hereaux,
Damocles Vieux, Charles Bouchereau, Christian Laporte et Doc-
teurs Fl6ix Armand et B. Ricot et d'autres don't les noms ne me
reviennent pas aujourd'hui. Cette initiative a d6veloppe le co-
quet edifice avoisinant le Lyc6e Pktion et oi se trouve une bi-
bliotheque publique don't les rayons sont couverts d'environ de
deux mille volumes. Cet effort d'initiative privee s'est heurt6e
l'indiff6rence des pouvoirs publics et A l'hostilite de 1'occupation
americaine: d'oA une volont6 dans la direction.
Je rectifie pour rendre justice et honneur A qui justice et hon-
neur sont dfis.
C.D.








SOUVENIRS D'EPOPEE 83



V

LE DYNAMISME DE SYLVAIN SALNAVE

Malgr6 les explications fournies sur le terme
employee par nous a propos de Richelieu Duperval, de Garibaldi
et d'Arthur Bourjolly, ce mot a ete 1'objet de quelques critiques.
Aujourd'hui, nous adoptons le mot italien Condottiere> (Chef
de Partisans) pour rappeler certain episodes de la vie mouve-
ment6e du brave G6neral Salnave...
Sur le tombeau de Salnave on aurait dfi mettre l'inscription
suivante: Ne posez pas la main sur ce marbre: les cendres qu'iI
recouvre sont encore brfilantes.>
La bravoure et la hardiesse sont des dons de la nature. Quand
celui qui les possede peut y associer les louables qualities du cceur,
cette base des rapports distingue cet homme des autres hommes.
En dehors des h6ros qui ont fait la Guerre de l'Ind6pendance,
Sylvain Salnave peut ktre consider comme un des chefs mili-
taires les plus intr6pides, les plus braves, les plus hardis, et, peut-
ktre, le plus entreprenant de tous ceux qui ont paru sur notre
scene politique.
Son enfance, qui s'est 6coulee au Haut du Cap, au milieu des
agitations de 1'epoque, sa revolte centre la discipline quand il fut
jeune soldat, sa bravoure comme officer pouvaient faire prevoir
cette vie d'aventures qui le distingua des autres hommes de son
temps, et qui fait de lui un h6ros de roman de cape et d'6pee.
Certes, il a eu en face de lui les Momplaisir Pierre, les Brice,
les Boisrond-Canal, les Normil, les Lynch et bien d'autres. Mais
d'apres les contemporains, aucun ne poss6dait ce temperament de
grand condottiere qui caract6risait Salnave. II semblait se mo-
quer de tout: des mceurs comme du danger.
II avait le don non seulement de se faire aimer des foules,
tant dans le Nord que dans l'Ouest, mais d'etre pour la foule un
objet d'adoration pouss6e au fanatisme partout ofi il exergait son
autorite.
Tandis que la ville du Trou et certain parties des populations
du Nord le proclamaient Dictateurn, la masse populaire de Port-
au-Prince donnait A cet homme des t6moignages d'affection sans








84 SOUVENIRS D'EPOPEE

example dans I'histoire. Quand il passait dans certain bas quar-
tiers de la Capitale, il ne restait aux femmes publiques qu'A se
faire 6craser sous les pas de son cheval, tellement sa vue les pous-
sait au d6lire.
Simple commandant dans un regiment de cavalerie, Salnave
fit la revolution de 1865 centre le Gouvernement de Geffrard
qu'il 6branla par sa resistance au Cap-Haitien. Sans l'interven-
tion d'un navire de guerre anglais, le Bull Dog>, il efit et dif-
ficile de vaincre cette revolution, A moins de tris grands sacrifices.
Ses exploits i Mombin-Crochu sont legendaires. Devenu Pr&
sident d'Haiti, il r6sista pendant deux ans et demi contre le
soulkvement des Cacos, payant de sa personnel dans toutes les
grandes batailles of la meme bravoure se manifestait sans d6fail-
lance. Sans la surprise de Brice et de Boisrond-Canal par leur
brusque arrivee a Port-au-Prince, on ne peut dire quelles seraient
les consequences et la duree de cette affreuse guerre civil don't
les traces sont rest6es profondes dans le pays apres plus de cin-
quante annees.
Salnave etait un beau mulitre jaune: il avait de grands yeux.
une forte moustache noire, des sourcils noirs se rencontrant en
arc sur le front qui etait garni de cheveux noirs. II appelait tous
les hommes, Frere en moin>, mon frere, qu'ils fussent soldats
ou grands bourgeois. Ses nombreux partisans noirs avaient d6-
crete que Salnave etait noir.
Dans la nuit du 18 D&cembre 1869, les Cacos d6barquerent a
Port-au-Prince.
La premiere journey de lutte fut sanglante; mais les deux
camps couch6rent sur leurs positions sans un advantage decisif.
Des le lendemain, la bataille recommenga dans les rues. C'est
alors que le bateau La Terreur> capture par les Cacos, ouvrit le
feu sur le Palais, avec une pi&ce de Cent, sous la direction d'un
artilleur americain.
Au premier boulet qui tomba au pied du mit portant le dra-
peau national, Salnave continuant la resistance, monta A cheval et
se dirigea vers le Fort National, ofi le drapeau blanc, signe de
trahison, flottait d6ja. Au troisieme boulet, le vieux Palais, da-
tant de la Colonie, faisait explosion.
Apres 1'explosition du Palais, Salnave avait gagn6 la parties
de l'Est, oiI le General dominicain Cabral, qui occupait la ligne








SOUVENIRS D'EPOPEE 85


frontiere, le fit prisonnier et le livra aux G6n6raux Alexandre et
Montmorency Benjamin. II fut conduit a la Croix-des-Bouquets,
oft Alfred Delva, J. B. Errie, St. Lucien Emmanuel, Ulysse Obas,
Pierre Paul St. Jean, ses compagnons, furent sommairement fu-
silles, ayant et6 mis hors la loi par d6cret r6volutionnaire.
A propos de St. Lucien Emmanuel, fusill6 pour la cause de
Salnave, une coincidence existe entire deux faits tragiques.
Castera Delienne dans son R6cit des 6v6nements du Limbe,
ecrit que Esmangart Emmanuel engagea une lutte terrible centre
les troupes commandoes par Albert Salnave, pendant laquelle
Esmangart Emmanuel succomba. A la vue de son cadavre,
Albert et Charles Salnave pleurerent, s'6tant souvenus que le
pere de la victim 6tait, lui aussi, tomb6 sous les balles pour la
cause de leur pere.
Le jour du jugement du General Salnave on dut employer la
force arm6e centre le people qui manifestait en sa faveur.
A sa mort, au moment de l'ex6cution et apres, les femmes du
people pouss6rent des cris de d6sespoir et suivirent le cadavre,
depos6 dans un tombereau, jusqu'i la Saline oft il fut enterre.
Autre coincidence: Etant jeune erlfant, nous avons vu chez
notre grand'p.re, qui 6tait Ministre de Salnave, Salnave lui-
meme, Victorin Chevalier, Alfred de Delva, Vil Lubin. Sept
ans plus tard, nous avons connu le G6neral Lorquet, qui avait
preside le Conseil Militaire qui condamna Salnave a la peine de
mort. Ces cinq hommes, que nous venons de citer, ont tous &t
abattus par la balle meurtriere.
Salnave est mort A 44 ans.
CANDELON RIGAUD(1)

(1) Acteur et timoin, de l'autre c6te de la barricade, Candelon Rigaud
pourrait dire beaucoup des ev&nements de 1902. Mais il n'a jamais fait
une allusion tres directed A cette ann6e extraordinaire. Pourquoi se
tait-il? Lui, qui s'6vertue A exprimer la v6rit6 nette avec une certain
coquetterie et son don de conteur. Souvent, apres trente ans, un homme
de cet Age, en se rappelant, trouve la veritable signification d'un mot, d'un
trait ou d'un acte cache sous la cendre des annees. Candelon Rigaud est
quelquefois si simple, si ingenu dans son style qu'il sera toujours l'adoles-
cent aimable et franc qu'il a df etre et que nous retrouvons, chaque fois,
qu'il vient nous entretenir sur l'histoire de sa generation.
Nous souhaitons qu'il produise sur le sujet en question une oeuvre qui
ne pourra manquer d'6tre v6ritablement savoureure.








86 SOUVENIRS D'EPOPEE



VI

TESTAMENT POLITIQUE

Chaque jour s'augmentera peut-Etre cette tourbe de jouisseurs
et de sycophantes qui ourdissent ma perte et jurent, dans leur
ronde infernale, que jamais je ne foulerai de nouveau la terre
d'Haiti, jamais je ne rattrapperai les regards sympathiques de ce
people haitien que j'aime si profond6ment et pour lequel j'ai am-
bitionn6 de si hautes destinies, au nom de la race noire tout en-
tiere. Systematiquement plonge dans l'ignorance, on peut lui
mettre des machettes nues dans les mains, comme A une horde de
barbares, pour massacrer ceux qui r6clament sa rig6neration; on
peut mime l'exciter contre moi personnellement, comme le paysan
ath6nien votait l'ostracisme contre le doux et impeccable Aristide.
Homme, je puis disparaitre sans voir poindre A l'horizon national
l'aurore d'un jour meilleur. Cependant meme apr&s ma mort, il
faudra de deux choses l'une: ou Haiti passe sous une domination
6trangere, ou elle adopted r6solument les principles au nom des-
quels j'ai toujours lutt6 et combattu. Car, au vingtieme siecle et
dans l'hemisphere occidental, aucun people ne peut vivre indi-
finiment sous la tyrannie, dans l'injustice, l'ignorance et la misere.

ANTENOR FIRMIN




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs