• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Preface
 L'Idépendance nationale d'Haït...
 Les livres
 L'Association du centenaire...
 Inauguration de l'Association du...
 Pour l'Ecole du soir
 La fille du cacique
 L'Enseignement à l'Ecole du...
 Liberté
 Réorganisation
 Projet de loi
 Souscription
 Le caractère de toussaint-louv...
 Correspondance
 Statuts
 Le centenaire du drapeau
 Lettre à Mr Jérémie
 Lettre à Mme Jérémie
 Le comité féminin
 Ogé
 La journée du centenaire
 Discours de M. Cajuste Bijou
 Discours du général Justin...
 Discours de M. Justin Dévot
 Discours du général Septimus...
 Discours de M. Jérémie
 La bénédiction des drapeaux - discours...
 Inauguration de la statue de Jean...
 Le centenaire de la mort de...
 Le culte des Aïeux
 Notre patrimoine d'idées
 L'union patriotique
 Appendice
 Table of Contents
 Du Meme auteur














Group Title: Haiti independante
Title: Haiti indépendante
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074051/00001
 Material Information
Title: Haiti indépendante
Physical Description: xxi, 22-153 p. : ; 23 cm.
Language: French
Creator: Jérémie, 1858
Publisher: Chéraquit, imprimeur-éditeur
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1929
 Subjects
Subject: History -- Haiti -- 1804-   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
General Note: Includes an account of the organization and acts of the "Association du centenaire de l'indépendance nationale d'Haiti".
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074051
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000632666
oclc - 24250188
notis - ADG2285
lccn - 31008024

Table of Contents
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Preface
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
    L'Idépendance nationale d'Haïti
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
        Page xx
        Page xxi
    Les livres
        Page xxii
    L'Association du centenaire - organisation
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    Inauguration de l'Association du centenaire et de l'Ecole du soir
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    Pour l'Ecole du soir
        Page 49
        Page 50
    La fille du cacique
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
    L'Enseignement à l'Ecole du soir
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
    Liberté
        Page 74
        Page 75
        Page 76
    Réorganisation
        Page 77
        Page 78
        Page 79
    Projet de loi
        Page 80
    Souscription
        Page 81
    Le caractère de toussaint-louverture
        Page 82
        Page 83
    Correspondance
        Page 84
        Page 85
        Page 86
    Statuts
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
    Le centenaire du drapeau
        Page 92
        Page 93
    Lettre à Mr Jérémie
        Page 94
    Lettre à Mme Jérémie
        Page 95
    Le comité féminin
        Page 96
        Page 97
    Ogé
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
    La journée du centenaire
        Page 103
        Page 104
        Page 105
    Discours de M. Cajuste Bijou
        Page 106
    Discours du général Justin Carrié
        Page 107
        Page 108
    Discours de M. Justin Dévot
        Page 109
        Page 110
        Page 111
    Discours du général Septimus Marius
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
    Discours de M. Jérémie
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
    La bénédiction des drapeaux - discours du R. P. Pichon
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
    Inauguration de la statue de Jean Jacques Dessalines - discours de M. Jérémie
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
    Le centenaire de la mort de dessalines
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
    Le culte des Aïeux
        Page 133
        Page 134
        Page 135
    Notre patrimoine d'idées
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
    L'union patriotique
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
    Appendice
        Page 151
        Page 152
        Page 153
    Table of Contents
        Page 154
    Du Meme auteur
        Page 155
Full Text

J 3 iR l E~I E
31- o 24_





HAITI INDEPENDANTE










PORT-AU-PRINCE
CHERAQUIT, IMPRIMEUR-2DITEUR
1516, RUE DU DOCTEUR AUBRY, 1516
1929
















PREFACE





11 y a aujourd'hui trente sept ans, des jeunes gens A peine sortis
les classes reunissaient pour jeter les bases d'une association
littiraire et artistique, en vue de pidparer les esprits a la celebra-
tion du cenrenaire de notre Independance.
Le plus enthousiaste d'entre eux, Pierre Laforest, allait partout,
demandant des adhesions a cette oeuvre patriotique. Les hommes
.ags de plus de trerte ans disaient premature leur initiative, tout
en admirant cependant leur elan et leur foi D'autres pensaient
que c'erait aux Pouvoirs publics qu'il revenait de mettre la nation
debout pour f6ter les h6ros de la plus grande entreprise qui fit
au XIX siecle. J'ai eu a presider le bureau d'Age, et cette heureuse
circonstarce m'a value l'honneur de meriter le titre de president
fondateur de association.
La seance solennelle d'inauguration fut tenue le .17 Janvier
1892 au Palais du Corps LUgislatif. Ce soir-IB ce ne fut pas sans
peine que I'on parvint a retenir Pierre Laforest qui avait a pronon-
cer Fon discours en quality de vice president. Le gouvernement
venait de le nommer professeur au Lyz6e des Gonaives, et le
voilier qui devait le porter a son poste attendait le premier vent
favorable. Ce jeune homme plein d'energie allait done ncus man -
quer. La direction de I'dcole du soir re fut confine.
Laforest 6tait d'une telle modestie qu'il se felicitait seulement
d'avoir pu entrainer quelques citoyens d'dliie. II passa les derniers
jours de sa vie dans ,n silence que I'on peut reprocher a ses con-
temporains. II mourut A Saint Francois de Sales. Quelques rares
parents et deux filles de la Sagesse suivirent son cercueil. Sa me-









IV HAITI INDEPENDANTE

moire nous est chere, car l'oeuvre fondee par lui a mis s:r la
scene les ieunes homes qui, i partir de 1892, devaient 6tre dans
notre pays les fervents pomoteurs des idees.
Parmi Ics zelateurs de la jeunesse d'alors, s'il ne faut nommer
que ceux qui ne sont plus, nous citerons Massillon Coicou, Pierre
Frd!6rique, Arsene Chevry, Robert Geffrard, Elie et Justin Lhe-
risson.
Coicou s'est r6v6el dramaturge,, et, en des vers metalliques, il
a fiit revivre l'epopic des aienx. Chevry a donned ses a Areytos a
qui le font surnommer le poete indien Robert Geffrard, en des
vers mis en musique par lui-mere, a fait vibrer son ame des-
salinienne. Tous ont la:;s! des pages qu'on serait heureux de ie-
lire aujourd'hui.
Notre theatre attirait tout Port-au-Prince A Bagatelle-Villa. Les
classes humbles beneficiaient aussi de ce movement litteraire,
car chez nous 6taient logees I'ecole du soir et l'oeuvre des ou-
vriers.
L'asociation a eu des jours brillants sous la presidence de Mas-
sillon Coicou et de Pierre F.ed&rique.
Quand claterent les 6venements de 1902, Pos langs furent
rompus. Aux yeux de p'usieurs, FAssociation du Centenaire 6tait
revenue le parti firministe. Etait il vain l'espoir de c6l6brer dans
un accord parfait la cl6ture du si&cle des aieux? Six mois de
guerre civil scmblaient donner raison i ceux qui disaient: a Nous
n'aaons pas a rappeler les fautes et les hontes de notre passe. a
Mais, d'autres pensaient que les teaches de la journee ne font pas
oublier le soeil radieux du matin.
On 6 ait dans on doute d6so'ant, lorsqu'un june home qu'au-
cune situation ne decourageait vint ranimer Iid6e du grand de-
voir a accemplir. Benito Sylvain fut ecoute. On se reunit sous la
pr6sidence de Justin Devot. On me laissa le soin de presenter au
Conseil des Secretaires d'Etat un project de loi qui engagerait le
gouvernement a I'action.
Un autre co-nite se constitua sous la presidence de Septimus
Marius. Les dnux groups me temoignerent la plus bienveillante
confiance. Lorsque Monsieut Renaud Hyppolite, S.crktaire d'Etat
de l'lnt&ieur, eut la pensde de les convoquer pour les convier a









PREFACE


la fusion, la tache me fut facile, car l'idee d'un mouvemrent d'en-
semb'e avait fait du chemin.
On ne tarda pas a reconnaitre que les proportions de I'ceuvre
d6passaient les resources du pays. II n'rtait pas possible de dres-
ser partout o. se sent accomplish les hauts faits de notre histoire
des monuments comm6moratifs Le gronpe Justin DWvot se char-
gea de l'drection d une. colonne a tous les heros de 1804. et le
group Septimus Marius de l'6rection d une statue a Jean Jacques
Dessalines, fondateur de l'lndependance. Les rfssources 6ta ent si
faibles que le general Nord Alexis dut, personnellement, ve!ser
cinq cents dollars pour solder le coit de la statue du fondateur.
La colonne ne fut pas 6rig6e. L'association, pour bien marqucr
son intention, posa la pierre d'attente sur la place de I'Intendance,
revenue par decision officielle a Place de I'Ind6pendance. o (*)
Au point de vue des choses tangibles, elle na pas beaucoup
fair, mais elle a lev6 !a pierre de l'oubli qui pesait sur bien des
noms glorieux de notre his:oire El!e a mis au concours un hymne
national. L'oeuvre de Justin Lhfrisson et de Nicolas Geffrard,
agre par elle, est admise dans toutes les 6coles
Veteran de larmee haitienne, le general Nord Alexis, Presi-
dent de la Republique, tenait i donner le plus vif eclat A la fete
des heros. II entreprit sur des assises presque oubliees la construc-
tion d'une cathedrale oh les signataires de l'nd6pendance seraient
represents en de magnifiques vitraux. Le temps etait trop court
pour la realisation d'un pareil project; mais l'id6e d'associer I'E-
glise A la Politique pour la plus grandiose des fetes nationals eat
un merveilleux effet.
Le premier janvier 1904, le President aila en personnel f6ter le
centenaire aux Gonaives. Sur I'autel de la pairie, entour6 des
vicux officers de I'armee, i! renouvela ie serment des aYeux, au
bruit d'une salve de cent-un coups de canon.
Le poete Emile Dominique recueillit, a cette occasion, la si-
gnature des principaux personages presents.
A la capital, I'Association eut l'honneur de pres'der officielle-

(*) Depuis la translation des restes de Dessalines et de PMtion
dans un meme tombeau, c'est la Place Pition qui porte ce nom.








HAITI INDEPEN ANTE


ment aux manifestations publiques. Mais une note triste devait
cl6turer la fete du soir. Tandis que sur la Place de Intendance
nous circulions joyeux A travers les oriflammes et les cent tables
charges de fleurs et de vins fins, un drame sanglant se jouait a
la rue du Port. La foule se dispersa.
L'inauguration de la statue de Desalines mit fin A notre mis-
sion. Mais le gouvernement, longtemps aprbs, voyait encore en
nous un groupement necessaire. C'est ainsi qu'il nous marquait
une place dans les ceremonies officielles.
Grice A I'initiative de Monsieur Charles Leconte il est just
de le rappeler la ville du Cap aussi a erig6 une statue au General
en chef de l'armee indigene.
On sera etonn6 de ne pa; trouver dans ce volume tous les actes
de I'Association du Centenaire. Les e6veements poliiiques ont
disperse les archives de Missil'o:i Coicou et de Pierre Fr6d&rique.
L'auteur lui-m&me n'a pas pu retrouver tous ses discours. Mais
il juge qu'en livrant A la publicii6 les documents qu'il a sous la
main, ii donne une idle suffisante du movement auquel il a pris
part, de 189t1 1904. Le lecteur acceptera qu'il reproluise ici
des allocutions qui ont 6el prononcees en des manifestations pl-
triotiques bien 61oiqnees du Centenaire. 11 present aussi come
introduction la preface qu'il a 6crite pour l'ouvrage presque introu-
vab!e d Emmanuel Chancy' I'lnltendance Nationale d'Haiii. C'est
un hommage rendu a !a m6:noire dun home qui a su nous
fare apprecier toute la grandeur de notre histoire.

JEREMIE
Port au-Prince, juillet q128.
















L'INBPiENDAINCE NATIONAL D'BAITI



PREFACE DU LIVRE D'EMMANUEL CHANCY (')


L.a population actuelle de l'ile d'Halli n'est pas une race sortie
du sol, c'est one branch de l'arbre europeen greffee sur le tronc
dnorme de l'Afrique. Fn 1492, Christophe Colomb, poussd par le
souttle d'une puissante inspiration, entreprit de dementir la
science de I'ancien monde. RebutB en Italie et en Portugal, le pi-
lote g6nois s'adressa en dernier lieu a la reine lsabelle de Castille;
et le 3 Aofit, pourvu de provisions pour une annee, il quittait
Palos, en Andalousie, se dirigeait vers l'Ouest et d6couvrait, apres
des perip6ties qui sont connues chez tous les peoples, une terre
montagneuse, situde A l'entrde du golf du Mexique. Le 6 De-
cembre, il arreta sa course audacieuse dans un port qu'il baptisa
du nom de Saint-Nicolas. Pourtant il ignorait l'immensit6 de sa
d6couverte. Domin6 par le d6sir de fire fortune, it croyait avoir
jet6 l'ancre dans un port de l'Inde et concouru, pour la plus
large part, A la renaissance de l'Age d'or. (**)
Cette terre prodigieuse n'dtait point isolde. Colomb, en passant
par San Salvador, Santa Maria de la Conception, Ferdinanda,

(*) Ouvrage public en 1884.
(**) La soif de I'or tourmentait le siecle oh Christophe Colomb
entreprit sa merveilleuse decouverte. En cherchant une nouvelle
route pour aller aux Indes, le jeune navigateur ne pouvait pas
oublier les promesses qu'il avait faites a la court d'Espagne. II n'a
pas eu pour lui-meme cette aviditl qui caracterise les adorateurs
de la richesse. II y avait en lui deux personnages, le pilot hardi
et le repr6sentant du Pouvoir supreme sur terre et sur eau. Dans
file oh il a et6 administrateur et chef, on l'a vu en butte A des in-
trigues, assumant des responsabilitls auxquelles n'6chappe pas
toujours l'homme le plus honnete. Mais le genie est trop haut
pour 6tre diminu6 par los fautes de I'humaine nature.









VIII hAITI INDEPENDANTE

Isabella et Cuba, avait trouve des Indiens qui tous la ddsignaient
sous le nom de Bohio et Haiti ou QuisquBia. 11 avait done exist
entire ses habitants et ceux des miles voisines un commerce frugal
qui suffisait a leurs besoins journaliers. Ce n'6laient point des
Caraibes, comme le pretendent quelques historians. DNpouill6s
de cette ferocite naturelle aux sauvages, ils vivaient dans une
entente cordiale, groups en cinq cacicats. Leurs chefs m6pri-
saient les conquates de la guerre, ignoraient les hypocrisies de
la diplomatic.
Le 12, en vertu de son diplOme d'amiral de I'OcMan et vice-roi
des terres a d6couvrir, le navigateur prit possession de l'ile au
nom de Ferdinand et d'lsabelle. Haiti ful remplac6e par Hispa-
niola. Ici, la vegetation est luxuriante, les fruits tombent des
arbres et les rividres roulent I'or. Colomb retourne en Espagne
pour rendre compete du success de son premier voyage. Son retour
souleva un profound enthousiasme. Devant la cour assemble, it
tit le merveilleux rlcit de sa dlcouverte, et les objets curieux
qu'il etala aux yeux de tous appuydrent son discourse. Isabelle et
Ferdinand renouvelerent son dipl6me pour lui et sa post6rit6.
Des homes de tous metiers et de toutes professions, except les
avocats qui. talent retenus par une decision du royaume, s'of-
frirent & I'accompagner dans sa nouvelle possession. La socilt6
espagnole comptait alors dans son sein one foule de sujets perdus
par le devergondage de leurs maeurs; elle s'en debarrassa et les
jeta dans l'ile.
L'amiral se rendit a Cadix et reprit la mer le 25 Septembre
1493, trainant a si suite des gentilsho:nmes et de vils aventu-
riers. Arrive a la Natividad, ii n'y relrouva aucun de ses anciens
compagnons. Its s'dtaient livres au pillage dans la chaine du Ci-
bao, le cacique Caonabo les avail refouile et tuBs a Caracol.
Les volontaires se mirent aux travaux des mines qui ne pou-
vaient etre exploilees sans g6missements. Its se disaient entire
eux qu'ils s'etaient embarquns sur I'inconnu. Its avaient cru tou-
cher une hemisphere oU la loi providentielle du travail serait a
jamais abolie. Au nom du christianisme, Colomb, accabld d'in-
jures, favorisa sur la terre promise le servage de la race autoch-
tone. Cette concession qui r6pugnait a ses sentiments religieux
ne le mit pas A I'abri des intrigues. II fut force de passer en Es-
pagne le 11 juillet 1496 pour justifier sa conduite. Le 22 Aoit
1498, il revit Haiti, sprds avoir decouvert la Trinitd et le conti-









PRbFACE IX

nent d'Am6rique. Ce fut son dernier voyage comme amiral de
l'occan. Disgracie et charge de fers en Espagne, ii mourut, la
main sur le compas qu'il avait 6largi autour du monde.
Bovadilla endossa dans l'ile les responsabilit6s d'un vice-roi. ga et
1 on bitissait des villes, un luxe corrompu s'eialant partout 6clai-
rait l'infame exploitation de P'liomme par I'bohine. Le sang de I'es-
clave servait a laver les prPjuges et les superstitions du maitre,
toutes les horreurs du XVe siecle 6taient sanctiflies, et la croix,ce
signe de redemption, b6nissait la potence. Les naturels du pays
que nous avons trouv6s inoffensifs a I'origine, ont essay parfois
de regimber contre la tyrannie des blancs. Is n'avaient point
d'enceintes forlifi6es. Pourchasses dans les bois, des hordes de
chiens dresses par leurs impitoyables conqu6rants en decimerent
le nombre. Moyen atroce qu'un general francais, Donatien Ro-
chambeau, d'ex6crable memoire, devait employer, en 1792, contre
les Africains implants dans I'ile la suite de la rapide destruc-
tion des faibles Indiens. Dans les gorges et an sommet des mon-
tagnes, ces fugitifs habitants originaires de Bohio forent exlermi-
nes sans merci. Les infortun6es Indiennes qui vivaient comma
les boh6miennes de leur si6cle ne furent pas dpargnBes. De nos
jours encore les homes simples des hauteurs croient voir en
r6ve, a la source d'une onde pure, une feinme brune, A la longue
chevelure, allaitant un enfant beau come elle. Dans I'esprit de
ceux qui ne lisent pas dans les livres, le passe raconte son h:s-
toire au present par I'imagination.
Les Caraibes des petites iles que nous avons vus souvent, en
1492, inqui6tant nos Indiens tombaient Loujours sous !a main des
Espagnols. Ceux-ci ne demandaient pas mieux que d'utiliser leurs
bras exerc6s A la rapine. Et tout porte a croire que c'est la p6che
considerable que faisaient ces brigands qui plus lard les a con-
fondus avec les naturels de QuisquBia. Tout commerce avec I'B-
tranger leur 6tait interdit, ils surent se souslraire au monopole
par la contrebande. Les habitants de la parties occidendale surlout
dtaient souvent r6primand6s. Leurs villes situ6es sur lea c6tes
furent ras6es. Les espagnols qui affeclionnaient particulidrement
les parages voisins de la pointe Isabelique se tenaient sur la c6te
Nord-Est.
Vers 1630, de nouveaux aventuriers, les Flibustiers ou Bouca-
niers, months sur des boumbas, vinrent se fixer dans I'ile adja-
cente de la Tortue. Ces 6cumeurs de mer qui, comma les Caraibes,









HAITI INDEPENDANTE


vivaient de rapines, porterent leurs ravages sur tout le littoral.
Attaques par les Espagnols, ils resisterent et s'Otablirent en con-
querants dans la parties occidentale. Vers 1694, ils se mirent sous
la protection de la France qui avait second leurs desseins. Des
cette epoque la prosperity d'l[ispaniola, que nous appellerons de-
sormais Sainl-Domingue, la placa au sommet de l'cehelle colo-
niale. Mais cette prosperity assise a sur I'immense bloc noir qu'on
appelle l'esclavage ) n'teait qu'un deuil jete sur la Civilisation.
Les choses en talentt la, quand la lRvolution de 1789, qui de-
vait renouveler le monde social, eclata. Au retentissement de la
tribune frangaise la colonies de Saint-Domingue rnma sa voix.
Les grands planters qui, jusqu'a cette epoque, ne pouvaient
avoir aucune function dans la carrier administrative, r6clame-
rent timidement le droit de prendre part aux affaires de la colo-
nie. Les petits blancs, c'est-a-dire ceux qui ne possedaient pas
plus de vingt enclaves, demanderent pour eux-mnimes i1'galit6.
C'6tait logique. Tant d'audace blessa le caractere hautain des
grands planteurs don't les privileges 6taient multiples. Eux qui
revendiquaient les droits issues d'un principle souverain, ils eurent
le malheur d'en miconnaitre les consequences inevitable. Des
lors il y eut deux banniBres suivies de deux groups opposes.
Au debut de la latte se revdla tout-a-coup la force de pensee et
d'action d'une classes mepris6e, composee de mulatres et de noirs
libres, gOnara!ement designs sous le nom d'hommes de couleur.
Les mulatres proviennent, come on le sait, de l'accouplement
des blancs avec les n6gresses esclaves. D'abord frappes du sceau
de la reprobation come leurs m6res, ils furent plus tard adopts
come ils de batards. Ceux d'entre eux qui eurent pour padres
des philanthropes, furent envoys en Europe et recurent une 6du-
cation soignee sinon parfaite. Dans presque tous les centres, ils
6taient les plus instruits. Les noirs libres, au contraire, tous ele-
ves dans le pays, quand on daignait les laisser tranquilles, s'6-
talent rachetAs a la sueur de leurs fronts. Tous ces (ils d'esclaves,
tous ces anciens esclaves, entrerent bravement en lice.
Les grands planteurs, tous opulents, mais avides de pouvoir
politique, et les petits blancs, gens intrigants et tourmentbs de
la soif des richesses, r6formerent pour 6craser ces parias, le fais-
ceau de leur solidarity rompu. Mais I'enthousiasme pour la liberty
avait dBja gagn6 les homes de couleur (mulAtres et noirs libres) :
ils jurerent de briser tout obstacle jusqu'a ce qu'ils fussent eux-
memes brisds.










PREFACE


On ne supprime pas les destinies d'une couche social. Toute
agglom6ration d'hommes, A un moment donnd de son histoire, se
reveille pour entrer de plain-pied dans sa vitality. En 1790, les
affranchis de I'Artibonite se reunirent sur I'habitation Plassac, et
le 28 Mai, la premiere assernblee colonial, sidgeant a Saint-Marc,
d6cr6ta les bases fondamentales de la Constitution de Saint-Do-
mingue.
Une prostestation surgit autour de cel acte de veritable souve-
rainetl qui mit le gouvernerent colonial en opposition ouverle
avec l'Assembl6e. Lutte d'influence, active toujours, souvent san-
glante, a laquelle assistcrent les affranchis qui gard6rent prudem-
ment I'expectative, jusqu'au jour oil leurs r6clamations furent
accueillies en France par la Socie6t des amis des noirs. A cette
society appartenait la plus grande figure parmi les insulaires d'a-
lors, le courageux Vincent Og6, quarteron libre de la paroisse du
Dondon. Avant lui, en 1785, Julien Raymond, d'Aquin, avait de-
mand6 I'assimilation des affranchis aux blancs. Og6, Blectris6 par
le courant du movement hard qui s'accomplissait dans la Consti-
tuante, crut que le moment 6tait mor; il r6solut de fair adopter
sa proposition par tous les moyens en son pouvoir. Tout plein de
son project, il quitta Paris ou il se tenait, regagna St-Domingue,
apres bien des subterfuges, et grace surtout a I'appui du c61ebre
philanthrope anglais Charkson, descendit au Cap pour y ranimer
I'insurrection.
Deja, il avait 6te vou6 a I'infortune. II 6clioua dans son entre-
prise et se refugia dans la parties espagnole.
Arrat6 et jug6, il fut rompu vif, apr6s avoir 6te, disait I'acte
qui ordonnait son execution, conduit au devant de la principal
porte de l'Eglise paroissiale du Cap, nu-t6te et en chemise, la
corde au cou, a genoux, et ayant dans ses mains une torche de
cire ardente.
Un autre affranchi don't la m6moire mnrite aussi d'etre conser-
v6e, Chavannes (Jean-Baptiste) quarteron libre de la Grande-Ri-
viBre du Nord, qui partageait la pensde d'Ogd et avait luttd A ses
col6s, subit la mime peine, appliquae avec les m6mes raffinements
decruaut6.Quoique moins instruit queson compagnond'infortune,
Chavannes avait un meilleur pressentiment de l'avenir. II voulait
associer les esclaves a a l'insurrection.
Son conseil ne part pas sage, et le doute d'un seal fit Ie mal-
heur des deux.









HAITI INDEPENDANTE


Si le droit avait 6ie r6clame pcur tous et les revendications des
al'ranchis bities sur les sublime considerants des d6crets de la
Constituante, si ces opprirnls avaient eu la vraie notion du just,
le branle efit et6 sans doute spontand et le joug de I'avilissement
renversd avec bien moins de sacrifices. Oge qui a sonne le glas
du pass avait le coeur excellent, mais ses vues talent peu 6~en-
dues; il pensait d6meriter des habitants honnetes en faisant jouir
tous et chacun des declaralions des droits de hommee et du ci-
toyen.
Sa fin tragique augmenta chez les affranclis la haine des co-
lons. Au Mirebalais, dars I'Artibonite, au Port-au-Prince, a L0o-
gane, aux Cayes, les premiers devinrent menacants. Les insurges
du sud-ouest choisirent pour chefs Beauvais, Pinchinat et Rigaud.
Quand parviut dans la colonie le decret du 15 mai de I'Assemblfe
constituante, qui admeltait dans les assembles coloniales les
sang-m6 ls de toute couleur nes de pere et mere libres, I'exasp&-
ration d6passa les bornes imaginables. Aux protestations des pa-
roisses et aux vexations des petits blaucs se joignirent les oppo-
sitions des grands planteurs et des agents du pouvoir.
Des serfs peu faits pour le combat levdrent la tete. Moins expe-
rimentes que leurs devanciers, ils perirent presque obscurdment.
Dans le Nord, les esclaves etaient maitres de I'action. Un noir in-
fluent des environs du Cap ouvrit la lutte a la tdte de plusieurs
ateliers. Boukmann s'associa Jean-Francois, Eiassou et Jeannot.
Bon nombre de r6vollts marchaient a leur suite; ces hommes
abrutis par la servitude n'envisageaient le triomphe qu'accompa-
gnd de devastation: ils s'annoncerent par I'incendie. De tous ces
chefs de bande, Boukmann seul dtait doud d'une id6e. Les autres
n'avaient pas assez le sentiment de l'oeuvre de reg6neration pour
rayonner dans la postdrit6; ils out massacre, mais n'ont pu laisser
aucune trace de victoire. L rdveil fut brusque dans la ville du
Cap prise de stupeur. Les homes de couleur, strangers au mou-
vement de Boukmann, subirent injustement les effects de la coldre
des blancs:des repr6sailles furent exercees contre eux. L'embrase-
ment ne tarda pas A 6tre g6ndral. Les resources du courage et de la
science militaire s'epuisdrent contre l'ardeur ferocede ces esclaves
subitement illuminis.Ilsavaient appris sur le champ de bataille la
tacliqueet les miles ruses de la guerre. Les planteurs dsillusionn6s
tournerent leurs regards vers I'Angleterre. Lord Effingham, gou-
yerneur de la lamaique, ne se montra pas int(ress6 au sort de









PRtAACE


Saint-Domingue. La guerre continue implacable. C'Utait A qui,
entre les adversaires, se surpasserait en cruaut6. L'humanit6 eut
A rougir d'avoir consulate que la balance du crime penchait du
cot des colons.
II y avait sur P'habitation Breda un Africain que sa position
dans la maison de son maitre et ses faibles connaissances chirur-
gicales avaient distingue des autres. II se nommait Toussaint.
Nous le verrons bient6t figure au premier plan dans nos fastes
ets'appeler Toussaint Louverture. Le fracas du XVIIIe sidcle etait
parvenu jusqu'A lui. II avait assez lu les Saintes Ecritures pour
comprendre que sa place etait marquee dans le grand dame
rdvolutionnaire. Tout en instruisant ses freres, il leur rdpetait
les brflantes paroles qui bouleversaient le continent europeen.
L'lieure arriva oil ii poussa avec eux le fameux cri: vaincre ou
mourir pour la liberty.
Sur ces entrefaites, les affranchis de l'Ouest, indign6s des mau-
vaii traitements don't etaient victims les homes de couleur du
Cap, se reunirent d Didgue, dans la plain du Cul-de-Sac, et for-
cerent les blancs du Mirebalais et de la Croix-des-Bouquet a re-
connaitre, aprds la bataille de Pernier, les dispositions de la loi
du 15 Mai. Un article special du concordat de Damiens, qui em-
brassait le Port-au Prince et tout le rest de la province de
I'Ouest, rdhabilitait la memoire d'Oge, de Chavannes et de leurs
compagnons; les arr6ls prononc6s centre eux en 1791 par le
Conseil superieur du Cap etaient declares 4 infAmes et dignes d'etre
vouds A l'exdcration conlemporaine et futures. Les armes ayant
6te d6posdes de part et d'autre, les colons demanderent la remise
des esclaves qui avaient pactis6 avec l'insurreclion pour les reld-
guer hors de I'ile. Ces esclaves venaient d'avoir conscience de
leur valeur propre; les maitres une premiere fois vaincus redou-
talent le venin qu'ils pourraient communiquer aux ateliers.
Beauvais, Rigaud, Pktion et Daguin protestlrent centre une tell
clause; mais la majority l'emporta. C'est une faute qu'aucune gd-
neration ne pardonnera aux affranchis. Cette faute est plus qu'une
faiblesse, c'est une trahison. On sait que les trois cents suisses
out dth noyes ou massacres. Cet assassinate provoqua dans tout le
pays une explosion de coldre; la lutte recommenga plus chaude,
le meurtre rdpondit au meurtre. Les oppresseurs farent conduits
par la force mdme des choses & signer deux concordats, I'un avec
te Port-au-Prince, l'autre avec St-Marc.









XIV HAITI INDEPENDANTE

Mais le flot montant des esclaves grondait dans le Nord et les
colons restaient sourds, aveugles. En vain, Jean-Francois et Biassou
proposerent de faire renlrer les noirs dans les ateliers moyennant
quatre cents liberties pour les chefs, ['oppression ne consentit pas
a traiter avec eux.
En Septembre 1792, les commissaires civils Polvarel, Santhonax
et Ailhaud dabarquent au Cap. Ils sont accueillis comme des
messagers de paix. Cependant, quel n'est pas leur 6tonnement
quand ils voient sur nos places etroites des acteurs que la gran-
deur de l'action trop longtemps comprimre a rendus turbulents.
Ils concedent les droits demands pour 'hlomme libre, mais ils
n'entendent point que la chain de l'esclave soit brisee. Le tor-
rent est plus fort qu'eux, ils en suivront la pente.
Quand Rochambean descendit dans 'ile, il trouva le terrain
mouvant, son pouvoir perdit I'equilibre. Et lorsque, plus tard,
le commandment des troupes pass aux mains de Laveaux, ce
delegu6 ne fut pas relativement plus heureux. Pour se soustraire
au cetclo de feu qui les enserrait, les colons s'adresserent une
nouvelle fois au gouvernement anglais. Le fardeau 6tait pesant,
il fallait s'en debarrasser. Cela ne servit qu'a accroitre le norbre
des adversaires de la libeite. L'imminence du danger enfanta de
nouveaux heros. Les armes anglaises se montrerent dans les De-
partements du Sud et de 'Artibonlte. Le dechirement de la colonies
fut violent. II n'y avait plus de patrie a sauver: la France, par ia
voix des planters, renoncait a ses droits, ou plutot les planters
reniaient la m6tropole. Les esclaves n'entendaient point secouer
un ioug pour en accepter un autre. Les noirs mlf.s aux Espa-
gnols poursuivaient la devastation dans le Nord.
Pour combattre fructueusement les Anglais, Sonthonax avait
proclam6, das le 20 Aot 1793, la liberty gen6rale des esclaves de
Saint-Domingue et d6clar6 I'esclavage a jamais aboli. Cet acte
memorable fut solennellement ratifiM, sur la motion de Danton,
par la Convention national dans la stance du 4 fivrier 1794.
Toussaint-Louverture, qui, a travers les Bv6nements, s'obser-
vait, sentit que son r6le ne devait pas rester secocdaire; il aban-
donna le drapeau de l'Espagne et pass au service de la Republi-
que. Sous cette banniere, il combattit activement les Anglais,
comme Andr6 Rigaud dans le Sud. Admirateur du courage, La-
veaux entoura de consideration cet esclave d'hier. II le nomma
successivement g6enral de brigade, general de division et lui









PREFACE XV

donna toutes sortes d'encouragements. Ses provisions furent sur-
passees. Toussaint, le premier, r6va I'ind6pendance de I'ile.
Quand I'Espagne, par le trait de Bile, eut c6ed A la France la
parties de l'Est, les pouvoirs do Toussaint, devenu g6n6ral en chef,
furent plus ktendus. II avait a d6blayer le terrain pour asseoir
son commandement. La difaite des Anglais accomplie, ii restait
a Saint-Domingue deux homes d'une influence gale: Toussaint
et Rigaud. Malheureusement pour la belle colonie de Saint-Do-
mingue, H6douville, venu de France, jeta entire les deux g6n6-
raux le brand.on de la discord. A la guerre Btrang6re succ6da
la guerre civil. Les rejetons d'une m6me souche furent divis6s.
Nous le d6plorons. La probilt de Rigaud ne le c6dait en rien a
celle de Toussaint, ils Btaient aussi courageux l'un que I'autre. II
ne manquait a celui-l6 que le tact politique et le g6nie de l'admi-
nistrateur. Or, ces deux quality s existaient au supreme degr6 chez
son antagonist.
Toussaint, en effel, n'6tait pas un sabreur inconscient; au mi-
lieu des desordres de la guerre it administrait. Les hommes qui,
au fort de l'action, milent de sages combinaisons aux conceptions
rapids et imprivues, savent seuls pr6venir la faillite des int6rets
g6n6raux, s'imposer A la fouled et gouverner. La France n'6tait
pas insensible aux convulsions qui agitaient sa colonie. Jacmel,
oh Beauvais avait tent6 de maintenir une neutrality armen et
don't le siege avait 616 entrepris par les forces de Toussaint, ve-
nait de rentrer dans I'ordre, apres avoir donn6 la measure de sa
vive resistance,quand Bonaparte c3anirma l'autoritt de Toussaint.
Flatt6 de son prestige dans la colonie, le general noir se multi-
pliait pour justilier laconfiance du premier Consul. L'Europe dtait
pleine du nom de Bonaparte qui faisait courber toutes les tltes
au bruit de ses exploits. L'ancien cocher de l'habitation Breda
ne connaissait pas asez les annales des peuples; aussi crut-il A
la mission providentielle de ce corse remuant. Lui ressembler en
tout etait son plus beau reve. D'ailleurs, dans le milieu social oh
it vivait tout 6tait imitation. Les coups d'ailes de l'aigle africain
6taient vastes, mais I'espace 6tait trop 6troit autour de lui. L'ar-
retd du 7 floral, rendu par Houine, vint 6eargir I'horizon devant
ses ambitions. II ouvrit une champagne centre la parties espagnole.
Malgre I'insucces de l'exp6dition conduite par le gn6dral Age, il
tenait a planter le drapeau de la IiBpublique sur les murs de
Santo-Domingo.









XVI HAITI INDEPENDANTE

Dans I'intervalle il sommi Rigaud de quitter la terre nal.ale. Ce
rival (impliabler etait pour lui un puissant obstacle; les liar-
diesses de son infatigable compagnon d'armes ne s'ataient point
effacdes de sa m6moire. Rigaud avail dej. etabli sa reputation
dans le Sud; l, it Mlait aim6 et respected II n'a~ait qu'a le vouloir,
et l'armee expeditionnaire etait engagee entire deux feux. A la
nouvelle que dix mille hommes marclaient sur Santo-Domingo,
I'Espagne remit a la France la parties orienlale. C', st donc A un
Africain que revient I'honneur de cette reconnaissance, au profit
de la France, des droits 6tablis par le Trailt de Bale.
Toussaint etait dissimulateur conrne presque tous les grands
homes politiques. On le range parmi les diplon'ates du siecle.
Son entree a Santo-Domingo fut triompliale (26 Janvier 1801). II
repondait A routes les g6n6reuses aspirations du moment. C'6tait
un dieu. Si la vie politique de ce grand homme s'etait arretee A
ce pas glorieux, il serait une brillante figure dans les pages de
l'histoire contemporaine, mais son j6le, 6nigme ind6chiffrable,
jetterait le doute dans l'esprit du lecteur.
Satisfaite de son administration intelligence, de s s vues pro-
gressives, I'Assembl6e central !e proclama gouverneur general
de l'ile par la Constitution de 1801. Cette Constitution est une
declaration de principles. C'est 1L que nous trouvons prepare I'af-
franchissenent de Saint-Domingue. Toussaint n'ailait plus a ta-
tons, ses plans Bconomiques tlaient tres praticables et la colonies
nourriciere assez riche pour se suffire A elle-mdme. Le masque
etait lev6; par sa Constitution le gouverneur g6n6ral s'etait sous-
trait au control de la France. II enlevait tout d'un coup a la me-
tropole une parties consid6eable de ses revenues et affaiblissait son
commerce dans les Antilles: il devait eire trailed en r6fractaire.
Napolion pRit I: resolution de soumeltre le g6enral en chef qui
venait de se decorer d'un titre pompeux, celui de gouverneur a
vie.
Ce Corse, qui d6ji convoilait le sceptre imperial, contenait le
monde civilis ; sa vieille garde dtait encore docile a sa voix, prite
a faire le tour du globe. II la lanca a une conquote en apparence
ficile, et le 5 Janvier 1802, la baie du Cap Samana supportait
vingt-trois mille homes exerces dans l'art de la guerre. Les hos-
tilites ne tarderent pas a s'ouvrir.
Leclerc enjoignit au g6enral Henri Christophe d'abandonner la
place du Cap Frangais. Ce militaire, fidle a l'honneur, lui r6pon-









PREFACE XV11

dit fiBrement qu'il ne reconnaissait qu'une seule autoritd, I'auto-
rite du g6ndral Toussaint. II s'enorgueillissait de voir un soldat
de sa race A la tite di pouvoi dans les memes lieux timoins de
leur servitude. II n'entendait laisser aux troupes francaises qu'un
monceau de cendres, (de ces cendres qui brclent les pieds a. Sui-
vant les instructions du gouverneur, il mit le feu- son propre pa-
I lis et se relira dans les planes environnantes oh il organisa la de-
fense.A la voix de Toussaint tout-puissant le pays se souleva. Par-
tout oh les troupes fiarcaises ostrent d6barquer, elles rencontr6-
rent un tourbillon de flames. Le combat de la Crite-a-Pierrot
qui est enregistr6 parmi les faits de guerre d'un souvenir imp6-
rissable, vint rehausser I'eclat du num des Dessalines, des Magny,
des LamartiniBre, disparus trop t6t, et de centaines de braves que
l'histoire n'a pas oubli6s.
L'artillerie ne pouvant plus dompter ces inlrepides esclaves, il
fallut recourir A la ruse et A la persuasion. Le 28 pluvi6se an X
(17 Fdvrier 1802 ), Lecierc lanqa une proclamation oh il invitait
tous les habitants de Saint-Domingue, sans distinction d'origine,
a se rallier au gouvernement francais. Dans cette proclamation,
il leur promettait la liberty et mettait hors la loi les g6ndraux
Toussaint et Christople. Ce coup de thdetre gagna plusieurs offi-
clers de I'armee de Toussaint. Christophe, le premier, qui ne
combattait que pour la liberty, I'abandonna. Toussaint en congut
la plus grande peine. II avait encore d'autres et de plus hautes
vis6es: I'affranrhissement de ;aint-Domingue etait ce qu'il voulait.
II ne fut pas compris, le vide se fit autour de lui; il signa un
trait de paix avec Leclerc A la suite de plusieurs entrevues solli-
citees par Ic capitaine g6reral. Dessalines lui manifest hautement
son mecontentemeni et ticha de le dissuader de se soumettre. Par
malbeur Toussaint fut inflexible. D'ob vient ce refroidissement
subit envers I'ancien gouverneur general? C'est qu'il s'6tait ali6nd
les course par ses proceeds arbitraires. II tenait a faire rendre A
I'agriculture la quantilt de denrees qu'elle produisait et deversait
en 1789 sur les marches de I'Europe. Et pour y parvenir it eut
recours A la marechaussee, arrne lui-mime du fouet et du pistolet
contre les rnalheureux cultivateurs. C'est ce qui I'a perdu dans
I'estime publique. (*)


(') Cetle preface a 616 6crile en 1883 par un jeune homme plein
de sensibility. Toussaint a eu le rl6e difficile de faire passer ses









HAITI IND9PENDANTE


Bien aue Toussaint eut congu un project grandiose, it ne lui fut
pas donn6 de fonder une patrie, (*) car pris de vertige au Laite
de la puissance, il commencait a mepriser les homes. II expia
plus tard sa cr6dulit.
Tromp6 par les d6guisements d'une politique astucieuse, il se
rendit a une entrevue avec Brunet sur I'labitation Georges La,
il fut traitreusement arrete; d6port6 en France oi ii fur livre A
toutes les privations, 1l mourut dans les caclots du fort de Joux.
Principal acteur d'un drame interessant, Toussaint Louverture
en a conduit les intrigues; mais au denouement son role a cess6.
Le Createur a permis la revolution de Saint-Domingue,cet homme
extraordinaire 'a dirig6e. Le h6ros est enco e superb sur la score,
pourtant it y a lantot un siecle que le iideau est tombe sur lui.
Les 6vdnements ne tarderent pas a d6voiler les coupables me-
n6es de Leclerc; les noirs et les mulatres furent d6sarmes et la
plupart des g6n6raux don't la fidelity a 'ex-gouverneur n'dtait
point douteux passes par les armes. Dessalines a qui la prudence
n'ajamais fail defaut au milieu de plant de perfidies n'avait point
perdu ses litres dans I'esprit des populations; il ne tarda pas a
se jeterdans les bois avec P6tion, Chrislopbe, Clervaux et d'autres
generaux menaces par les perils de la situation.
La cause est une, elle embrasse le salut commun. Au milieu

fires de la servitude an pouvoir. II lui a manque, pour Otre au-
dessus de toute contestation, la chance des theoriciens qui meu-
rent sans avoir eu le commindement. 11 est incntestable que les
severit6s exercees par lui, bien qu'elles fussent douces a coLe des
cruautes mises en usage par les possesseurs d'esclaves, onl d6plu
a ses congenares qui auraient voulu lui Irouver une main plus
douce. Pour appracier I'oeuvie de Toussaint-Louverture, on doit
moins s'arrater a ses impatiences, a ses coleres, qu'a I'impulsion
qu'il a donnee a sa race. Dans le temps mimme oil il usait de vio-
lence envers ceux qui voulaient faire descendr, son iole d'eman-
cipateur a une insultante camaraderie, il r.ppela't a !a pudear la
haute aristocratic de lacolonie. Ce ch.rurg:ei a teuu le for rouge,
mais il a cauteris6 l'immense plaie de I'erclavage.
(*) Nous comprenons ici la patrie dans le sens d'une soci6td
politique independent?, se dirigeant par ses I)ropre, lois. L'ceuvre
6tait claire dans I'esprit de Toussaint, et les ihaitens, pr6pards
par lui, devaient la rialiser eux-memes, tell' qu'il la concevait.
C'est avec raison qu'on le met a la droite de tous nos chefs d'Etat.
Sa grande figure est un symbol. En Afrique, en AmBrique, par-
tout ou l'ilomme noir s'd6lve en dignity et fait acte d'emancipa-
teur, ii se nommne Toussaint-Louverture.


XVIII









PREFACE X1X
d'un .pouvantable d6sordre lea esclaves proclament le droit na-
turel et les crimes de toutes sortes vengent la justice outrage.
Tandis que les troupes francaises bien organiFees noient les pri-
sonniers indigenes, brilent et pulverisent leurs cadavres, les
bandes du terrible Dessalines 6gorgent les phalanges d'Egypte.
L'arene n'est pas de sable. C'est dans le sang que la lutte s'af-
firme. Frappant partout sur son passage, le ge6nral en chef de
l'armie indigene ne s'arr6te que sur les remparts de Port-au-
Prince qui,apres un mois de resistance, demand a capituler. Pa-
rallelement a la guerre, l'epid6mie qui avail emport6 Leclerc
achieve sa barbare mais sainte enlreprise.
Rochambeau, le cruel successeur du capitaine general, ne peut
tenir au Cap malgre toules les fortifications de cette place. II se
decouvre devant l'heroisne surhumain de Capois-la-Mort, et,
grace a une convention mil;taire, les debris de la vieille garde
s'effacent, laissant I'orgueil de I'expedition enseveli dans cet im-
mense tombeau qu'on appelle Saint-Domingue.
La RBpublique d'Haiti, on le voit, a trois fois change de non
depuis son bapteme dans I'histoire.
Du jour ofi la naive Quisqu6ia avait fait place a Hispaniola, ses
caciques, 616ments survivants des temps primitifs, disparaissaient
avec leur puissance Avanouie devant I'invasion espagnole.L'ordre
nouveau encore en germe dans les. esprits, n'elait pas meme en-
trevu par les co!onisateurs comme un id6al lointaia. La religion
qui pr6cede la science dans les conceptions de I'esprit human,
fut abaiss~e au point de preluder aux jeux du cirque sanglant
etabli sur la terre nouvelle. On ne rachelait pas les Ames pour
grossir le troupeau de Dieu, on tuait I'instinct sans developper
la raison. Les pauvres Indiens, les vrais deshdrites de ce monde,
furent mis hors la loi. Le Dieu des chr6tiens leur part m6chant,
ils se firent heretiques. Voila ce qui les a rendus plus coupables
aux yeux de I'Espagne catholique. (*) Sur cette terre d'Hispa-


(*) Le fanatisme des possesseurs d'indiens n'6tait qu'un cal-
cul d'interet. Ces hommes cupides. ces repris de justice a peine
libhers, ne pouvaient pas imposer la doctrine chr6tienne don't ils
n'avaient pas eux-memes une saine conception. Leurs h6ritiers et
leurs amis ont Wet les plus fougueux adversaires des principles af-
firm6s par le souverain Pontife Jules III qui dans son bref du 9
juin 1537 avait reconnu aux indiens la quality d'hommes.
Les naturels du pays dtaient trop bons pour entreprendre la









HAITI INDEPENDANTE


niola oI le souffle du fanatisme a passed, I'homme rid libre fut dB-
grade dans sa nature morale, et les traitements les plus ignomi-
nieux dtouffrent sa vie dans I'abjection. Le sociologist qui cherche
A se retrouver dans la nuit des temps recule, effrayd, en presence
des crimes innombrables commis dans une ile a peine d6couverte
sur des creatures inoffensives et g.enreuses. L'extermination de
la race autochione est one couche d'ombre passe sur le siecle de
la renaissance.
L'humanit6 fut encore outrage lorsque vers 1511 on entreprit
la trait sur les c6tes d'Afrique. C'est de ce c6t6-1l que tous nous
venons. Nos ancetres ont 6td arraches au simoun pour 6tre asser-
vis a Saint-Domingue par des hommes, leurs egaux.
Mais ils 6taient trop robustes pour p6rir. Ils inocul6rent leur
sang vierge a l'artere europdenne qui s'appauvrissait, et de ce
contact naquit une race mixte, aux nuances diverse. Malheureu-
sement l'homme blanc, grand par I'intelligence, abrutit I'homme
noir. L'dge de servitude fut long. Le choc devait n6cessairement
avoir lieu entire les deux electricit6s contraires, c'est ainsi qu'il y
a eu des foudroyds.
Pour faire irruption dans la liberty nos pires out d6pensd une
some d'efforts proportionnelle a l'6nergie de l'ppoque. Des
meurtres, il est vrai,ont souill6 le territoire qu'ils devaient 16guer
& leurs descendants. Ces lions s'6taient trouves en face de tigres
plus feroces qu'eux. Leurs pattes n'6taient pas de velours, 1'difice
colonial craqua, et croula sous le poids de leurs membres de fer.
C'est sur cette ruine qu'ils ont reconstitu6 Haiti.
Depuis, le progres s'est accentu6. Quand le le, janvier 1804, sous
le palmier sacr6, dor6 par le soleil, les generaux de I'armee in-
digene juraient sur les manes de leurs ancetres et sur leurs 6pdes
de vivre libres et ind6pendants, leurs vues depassaient la pointe
IsabBlique pour s'6tendre jusqu'au Cap Engano.
Haiti doit se faire ses destinies. La Revolution franchise qui se
pursuit est le r6veil de la conscience universelle. Affirmons-

guerre contre une religion de paix et d'amour. En se faisant icono-
clastes, ils croyaient briser le signed de la puissance ennemie. Peut-
on, en toute justice, leur faire un crime d'avoir refuse de marcher
derriere l'6tendard des destructeurs de leur race. Nul ne peut
aimer ce qu'il croit la cause de ses souffrances. Un jour I'usine et
la grande case seront des lieux de supplice pour le nogre, et le
negre revoltl les brflera.









PREFACE XXI
nous. Les heros de 1804 ont proclam6 l'Ind6pendance et la Libert6,
continuous cette oeuvre d'elaboration; elle ne sera pas au-dessus
de nos forces si nous avons la foi vive.
II se produit aujourd'hui come une reaction centre l'Are du
droit inauguree par nos pores. Notre ami Emmanuel Chancy qui
s'est fait une place distinguee dans la press periodique, cette
tribune de 'opinion, prend la plume de l'historien pour nous faire
rappeler qu'un people doit rester autonome. Sera-t-il dit qu'au
lendemain de I'acte d6cisif qui a rendu Haiti a elle-mmme nous
ayons neglig6 l'exercice de nos droits imprescriptibles? M. Chancy
prevoit et conjure cette honte. On trouvera annexes a son volume
toutes les pieces relatives h notre emancipation politique. Nous
sommes une democratic 6clairde par ce flambeau A trois branches:
liberal, 6galit6, fraternity. Tous, donnons-nous la main dans ce
livre oh la passion n'entre pas. La terre qui nous porte a Wt6 con-
quise au nom de la religion et du travail. Toussaint Louverture
a voulu la famille, Jean-Jacques Dessalines la propriety, Alexandre
Pktion a fonde la RIpublique, ce gouvernement du people par le
people. Nous, g6enration nee de l'av6nement des masses, crions la
famille par la religion, la propriety par le travail, la liberty par la
RBpublique.
Que la souverainete et l'iod6pendanco d'Haiti soient respecties.

JEREMIE

















LES LIVRES





a L'Ind6pendance Nationale d'llaiti ) par M. Emmanuel Chancy
chezz Marpon et Flammarion, 26 rue Racine).
L'histoire d'Haiti est des plus intLressantes. Depuis 1492, c'est-
a-dire depuis que cette lie a Wet dcouverte par Christophe Co-
lomb, trois races s'y sont entrechoquees, trois civilisations s'y
sont d6veloppdes.
II appartenait a un Haitien v6ritablement instruit et patriot
de raconter les 6venements a la suite desquels l'llispaniola, de
Colomb, apres avoir Bte Saint-Domingue redevint independante
en reprenant le nom d'llaiti. C'est ce que M. E. Chancy a fait
avec un rare bonheur d'expression, un talent d'6crivain remar-
quable surtout pour un homme qui a fait toutes ses 6tudes en
Haiti. Son style est sobre, rapide, precis et clair. Les nombreux
documents 6conomiques,diplomatiques et financiers qu'il a r6unis
pour rendre son oeuvre plus utile et plus complete prouvent son
grand souci de la v6rit6 et de l'impartialitM historiques.
Une preface 6crile par M. Jeremie autre jeune dcrivain noir
qui n'a jamais quitter Haiti -admirable de concision et de vi-
gueur, donne un apergu general de l'histoile d'Haiti de 1492 a
1802.
Cetle preface est un important document ethnographique. Elle
suffirait a d6montrer I'absurditd du pr6jug6 qui avait course au-
trefois et en vertu duquel on supposait que les noirs n'6taient
capable d'aucun travail intellectual serieux.
Detail qui a sa valeur: MM. Chancy et Jeremie sont des d6mo-
crates convaincus, dans lesquels on reconnait des dignes fils de
la Revolution francaise.

/Extrait de l'lntransigeant a du 23 Novembre 1884/.
















ASSOCIATION DU CENTENAIRE
DE
L'INDIPENDANCE NATIONAL

I

ORGANISATION
















Secrdtaire d'Etat,

Pouss6s par un sentiment que vous estimerez patriotique
et qui d'ailleurs a remu6 Ious les cceurs nobles et g6nereux,
nous venons, apres avoir jetW les bases d'une association lit-
tiraire, scientilique et arlistique, rclamer votre haute solli-
citude pour le fonctionnement immddiat d'une Ecole du Soir
que nous avoos institute a Port-au-Prince.
Nous avons la certitude que la situation morale du people
est une de vos plus chores et constantes preoccupations. Si
on 6prouve une douce satisfaction A soulager la misAre indi-
viduelle, soit au point de vue moral, soit au point de vue ma-
teriel, cette satisfaction grandit encore et atteint des propor-
tions infinies quand il s'agit d'am6liorer le sort du people.
L'ordre materiel ne saurait exister sans I'ordre moral, I'ordre
moral ne viendra ddlinitivement pour la nation que par I'or-
ganisation de l'6ducation populaire.Nous comptons, Secretaire
d'Etat, avec votre bienveillant appui, 6tablir d'abord un course
d'enseignement secondaire pour les jeunes gens que la gene
de famille contraint fort souvent de laisser les classes,et cela,
malgr6 de rares aptitudes pour I'etude; ensuite un course d'en-
seignement primaire, comportant des lemons de lecture, d'6-
criture, des 616meats de droit et de morale pour les ouvriers.
Enfin, une section sera exclusivement affectee aux enfants
qui soot au service des families et don't I'dducation est pres-
que nulle.
Nous nous hbtons de vous le dire, Secr6taire d'Etat, A peine
I'id6e d'une Ecole du soir a-t-elle vu le jour, qu'une foule de
jeunes gens assoiffis de leur advancement moral et intellec-
tuel se soot presses aulour de nous pour nous exhorter a
-faire fonctionnner sans ddlai I'oeuvre qui les intdresse. Mais
malheureusement, jusqu'ici, nous sommes prives d'un local









HAITI INDEPE DANTE


propre a cette destination. Vous auriez, Secretaire d'Etat,
marque d'un cachet indelIbile de patriotism et de gloire votre
passage aux affaires si votre sollicitude, cedant aux besoins et
aux voeux de tous, ouvrait un asile a intelligence delaissee,
un theatre au devouement eL a I'6nergie de I'initiative priv6e.
C'est dans ces sentiments, Secr6taire d'Etat, que nous vous
prions d'agreer nos respectueuses salutations.
JEREMIE PIERRE LAFOREST

Port-au-Prince, le 10 novembre 1891.
Au Secrdtaire d'Etat de l'Instruction publique.

II

LIBERTY EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE D'HAITI

Section de la Cce gale.- No 441
Port-au-Prince, le 13 Novembre 1891, an 88e de l'Indepen-
dance.
Le Secrdtaire d'Etat au Ddpartement de l'lntdrieur,
par interim
Au PrIsident provisoire du Cercle ( Centenaire de
I'Indipendance Nationale s

Mon cher conciloyen,
J'ai la satisfaction de vous accuser reception de la lettre
que vous m'avez adressde le 5 de ce mois, pour porter i ma
connaissance qu'ua Comitd s'est reuni en vue de fonder une
Association pour la Celebration du Centenaire de l'Inddpen-
dance national.
J'apprBcie l'heureuse et patriotique idee de la foundation de
ce Cercle et surtout celle d'une Ecole du soir a instituer pour
I'intelligence de 'oeuvre. N6anmoins, pour que I'autorisa-
tion que vous avez sollicil.e de vous constituer vous soit dd-









HAITI INDEPENDANTE 27
finitivement accord6e, il convient de donner communication
de vos staluts au D6partement de l'Intdrieur.
AgrBez, mon cher concitoyen, I'assurance de ma considd-
ration distinguie. (
C. ARCHIN
III
LIBERTY EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE D'HAITI
Section de la Cce gdndrale.- No 282

Port-au-Prince, le 7 Ddcembre 1891, an 88e de l'Ind6pen-
dance.
Le Secrdtaire d'Etat au Ddparlement de l'lnstruction
Publique
A Messieurs Jdrgmie, Pierre Laforest, Directeurs du Comitd
provisoire du Cercle Centenaire
En Ville.
Messieurs,
J'ai regu vos lettres des 24 et 26 novembre dernier, par
lesquelles vous d6veloppez le but reel que se proposent les
membres du cercle en fondant en ville une cole du soir.
L'autorisation que vous m'avez demand6e pour l'6tablisse-
ment de cette cole vous est accordde. Veuillez vous confor-
mer strictement a la discipline que tracent les reglements et
lois sur l'Instruction publique.
Je vous saurai gr6 de me communiquer les status de I'As-
sociation lorsqu'ils seront vot6s.
J'exprime en terminant le voeu que cette Association ait
des jours heureux et prosp6res et qu'Elle r6ponde surtout
aux Idgitimes esp6rances que l'on est en droit de fonder sur
des citoyens d'dlite tels que vous.
Agr6ez, chers concitoyens, les assurances de mes senti-
ments distingu6s et de ma haute consideration.

APOLLON









28 HAITI INDEPENDANTE

IV

Statuts de I'Association littlraire, scientiflque ct
artistique cr66e pour la c616bration du Cente-
naire de l'Ind6endance.
CHAPITRE I
Dispositions G&nbrales
ART. ler.- Une association littiraire, scientifique et artis-
tique est institute a Port-au-Prince dans le but de preparer
la celebration du Centenaire de I'Independance nalionale.
ART. 2.- L'Association comprend trois divisions: Lettres,
Sciences et Arts. Chaque division est partag~e en sections.
ART. 3.- Toute discussion politique est interdite.
ART. 4.- L'Association, par le but qu'elle se propose,
prendra solennellement fin le 2 janvier 1904.

CHAPITRE II
Des Membres de I'Association
ART. 5.- L'Association se compose de membres actifs et
de membres honoraires.
ART. 6.- Les membres actifs sont nommes par le comite
fondateur.
ART. 7.- Les membres honoraires sont nommes par I'As-
sembl6e gen6rale.
ART. 8.- L'Association aura dans toute la Rdpublique des
membres actifs qui seront au m6me titre que les membres
actifs de Port-au-Prince. Ils se rduniront sous la prdsidence
des d6ldguds nomm6s par le Conseil d'administration.
ART. 9.- Les membres actifs de I'Association porteront
comme insigne a la boutonniere un cercle vert que partage
deux s6cantes parall6les bleue et rouge.
CHAPITRE III
Des Conditions d'Admission
ART. 10.- Pour dtre membre de 1'Association il faut tdre
haitien.









HAITI INDPPENDANTE


ART. 11.- Nul individu ne sera apte a faire parties de la
Socidtd s'il a renoncd i sa quality d'haitien, alors m6em que,
cessant d'6tre renAgat, il reviendrait & cette nationality.

CHAPITRE IV
De l'Expulsion
ART. 12.- Tout societaire don't la conduite, soit par sea
paroles, soit par ses dcrits, serait jugde de nature a compro-
mettre I'existence de I'oeuvre ou I'autonomie national, sera
raye du tableau de l'Association. II ne sera rdhabilitd sous
quelque pr6texte que se soit.

CHAPITRE V
Du Conseil d'Administration
ART. 13.- Le conseil d'Administration sera compose de
17 membres choisis parmi lea membres actifs.
ART. 14.- Pour la formation de ce conseil les membres du
Comitd provisoire seront appelds en Assemblee G6ndrale A
dlire: 1o un president, 20 un vice-prdsident, 3o un trdsorier,
4o un secr6taire gdenral, 5* un secr4taire adjoint, 6 un ar-
chiviste, 70 onze autres conseillers qui assistant le bureau.

CHAPITRE VI

Du President
ART. 15.- Le Pr6sident dirige les ddbats de I'Assemblde,
exerce une haute surveillance sur les travaux de toutes les
sections et fait tout ce que lui command son patriotism
pour conduire 'oeuvre A bonne fin.

CHAPITRE VII
Du Vice-Pr6sident
ART. 16.- Le vice-prdsident assisted le Pr6sident et le rem-
place en cas d'absence ou d'empAchement.








HAITI INDMPENDANTE


CHAPITRE VIII
Du Trdsorier
Art. 17.- Aucune sortie de fonds ne sera faite par le membre
charged de la Tr6sorerie sans une decision du Conseil d'Ad-
ministration.
Toutefois, en cas d'urgence et de c6ldritd, le lPrsident,
ou a son d6faut le vice-prdsident, peut prendre l'initiative de
telle ddpense qu'il juge n6cessaire et indispensable. Dans ce
cas, il aura pour devoir de rendre compete a la plus prochaine
stance, au Conseil d'Administration, de ce qu'il aura fail.
AnT. 18.- Le Trdsorier fora tous les mois un rapport dd-
tailld au conseil sur 1'dtat de la caisse.

CHAPITRE IX
Des Secretaires
I.- Du Secrdtaire Gdndral
ART. 19.- Le Secrdtaire-g6ndral est charged de la corres-
pondance. II regoit les lettres qu'il remet au Prdsident et s'en-
tend avec lui pour les r6ponses A fair.
AR. 20.- Un rapport annual imprim6 sera faith sur les
travaux de la Socidtd.
II.- Du Secrdtaire-Adjoint
ART. 21.- Le Secrdtaire-adjoint est tenu de fair le pro-
ces-verbal de chaque seance; ce procis-verbal sera lu A la
seance suivante pour avoir la sanction ndcessaire.
II prend 6galement note des decisions du Conseil d'Ad-
ministration.
II1.- Du Secrdtaire-Archivisle
ART. 22.- Le Secr6taire-Archiviste a pour devoir de tenir
en regle toutes les pieces de 1'Association.

CHAPITRE X
ART. 23.- Sur la demand du Conseil ou des 2/3 de I'As-
sembl6e les status seront rdvisds.








HAITI INDEPENDANTE 31

CHAPITRE SPECIAL
Le titre de Grand-Protecteur de I'Association est ddcern6
au President d'Haiti.

V
Port-au-Prince, le 14 Janvier 1892
LE PRESIDENT D'HAITI
A Monsieur JEREMIE, president du Comit4 fondateur de
l'Association du Centenaire de 'lnd4pendance

Monsieur,
J'ai recu I'aimable invitation que vous m'avez envoyde a
I'occasion de l'inauguration solennelle de l'Association du
Centenaire de I'lndpendance. Je vous en reniercie.
Je ne puis voir qu'avec plaisir se crder une socidt6 don't le
titre seul est d6ja une recommendation.
Aussi je me rendrai certainement & cette reunion toute de
paix et de progres, si mes occupations n'y mettcnt pas em-
p6chement.
Recevez, Monsieur, I'assurance de ma parfaite consid6ra-


HYPPOLITE
















11

ACTION





















INAUGURATION DE ASSOCIATION
ET DE

L'ECOLE DU SOIR


Discours prononcd A Port-au-Prince, au palais de la
Chambre des Deputds, le 17 janvier 1892.


MESDAMES,
MESSIEURS,
La reunion de ce soir est un des plus beaux fruits qu'ait
porlns I'arbre de la liberty depuis que, le icr janvier 1801, il
a Wid plant dans I'ile d'laiti. C'est pour glorifier la mdmoire
des hdros de noire inddpendance que quelques jeunes gens
ont fondd I'Association du Cenlenaire. Mais si un mot traduil
une idde, il n'en est pas la reali.alion. Apr6s avoir pensd, il
faut agir. Si nos peres s'6taient aridtes A I'rloquente protesta-
tion de Julien Raymond, Oge et Chavanne n'auraient pas
sommrn 1assemblde provincial du Cap, Boukmann n'aurait
pas soulevd les esclaves du nord, et la dignild humaine, cruel-
lement outrage, n'atrait pas mis fin a uno longue vexation
de trois si6cles. Ce sont les mauvres accomplies qui perpdluent
I'idde A travers les gdndrations. Pour qu'une idde ne meure
point, il ne suftit pas qu'elle ait germ6 dans la 14te d'un
home, il faut qu'elle se soil manifestde au dehors par la
parole ou par le geste, et que, tombde sur le sol, elle ait pria









HAITI INDEPE DANTE


corps et racine pour devenir un fait. VoilA comment elle vit.
La force des choses peut en arrater le ddveloppement d'un
c6td, mais, par I'autre, elle persiste. Cette lutte de l'idde qui
cherche son existence est un travail de transformation. Haiti,
assise au milieu de 1'Ocdan, est une image de cette persis-
tance. Dans quelques sitcles d'ici, sa merveilleuse hintoire
portera les esprits vers les temps fabuleux. Elle a effac6 toutes
les traditions, elle ne continue aucune civilisation, elle se doit
a elle-mdme. Nos peres ont fait le geste, geste inergique qui
a brisd le pass. Nous sommes I'idde qu'ils ont petrie de leur
souffle et qu'ils ont jetde feconde dans cette terre reomue en
lous sens sous leurs pieds de giants. Repousses de I'huma-
nitd pour avoir senti et voulu, nous lultons depuis qualre-
vingts ans pour vivre. Le droit des gens s'est modili6 par rap-
port nous, on nous refuse la justice qui decoule du droit
general. Les grades puissances se sont pos6 cote question
qu'elles ont puisde dans une philosophies brutale: les pelits
penples ont-ils leur raison d'6tre? Elles ont conclu que celui
qui, a I'heure du pdril supreme, ne doit pas la sauvegarde de
ses interits A ses propres forces, n'a pas dro:t i lindepen-
dance, c'est-A-dire A I'existence; car il n'y a pas d'existence
sans independance. En face d'une doctrine si fataliste, il nous
rest une espdiance, espdrance chere qui nous vaudra la
gloire. Nous, les faibles, nous conliendrons dansleurs casernes
les armies des forts; nous leur dirons que la raison n'entie pas
dans la giberne d'un soldat, mais qu'elle se Irouve dans la cons-
cience d'un people, quelque faible qu'il soit. Pour suppler
a I'insuffisance du normbre, le genie de la guerre a invent les
defenses artificielles. De la ces forteresses d'oi cent hommes
peuvent en ddlier dix mille. A I'epoque de la ltivolution fran-
raise, A cette dpoque oh toute I'Europe s'6tail coaliade contre
on .eul people, uu orateur disait que la France se rbfugie-
rait dans la citadelle de la raison pour exterminer ses enue-
mis. La Fiance a repouss6 I'invasion, moins par la force que
par la volonid d'dtre libre. C'est encore cette volontd qui a
soutenu nos pires et qui les a immoitalis6s; mais nous, nous
ne serons dignes d'eux que par l'dgalite. Maintenant que la








HAITI INDIPENDANTE 37
face du monde est renouvel8e, noos ne I'dtonnerons plus par
des prodiges de valeur: les temps hdroiques ne repassent pas
toujours par le mdme chemin. Nous ne commanderons l'at-
tention que par la sagesse de nos moiurs. Depuis l'dpoque
de notre hdroique affranchissement, nous sommes en guerre
contre nous-mdmes. On cherchera vainement dans notre po-
litique extlrieure la cause de routes ces batai!les sanglantes
que nous nous livrons p6riodiquement et qui nous 6puisent.
Celte cause est purement social. Du moment od I'homme
des premiers ages n'avait plus de b6les fauves a combattre,
il a'entrepris la guerre conire sa propre esp6ce. La socidtd
est une copie de I'homme. Nous n'avons plus de liberty po.
litique A conqudrir, plus de possesseurs d'esclaves a chasser;
il nous rest A fonder I'lgalit.. C'est pour celte conqu6te que
nous luttons depuis tant d'annies. Nous sommes arrives sur la
scene politique just au moment oh les esprits les plus clair-
voyants suivaient le courant democratique. Peut-6tre, dans
un autre temps, notre existence come people eit-elle 6t1
moins agitee, mais ce came a la surface ne serait qu'une
11lhargie. Sur cette terre souillie par la servitude, la forma-
tion des caract6res virils no serait pas possible. La ddmocratie
ne permet pas aux nations qu'elle gouverne de s'endormir
sur la route; elle les laissera sans repose tant qu'elles n'auroot
pas ob6i A la loi du progres rapide. Les peoples, ainsi en-
traines, traceront dans I'hisloire on sillon lumineux ou se
briseront, encore obscurs, au db6ut de la carriBrc.
Quelle sera notre deslinee? Elle sera ce que nous I'au-
ront faite. Puipque nous iou'ons la d6mocralie, acceptons-la
avec ses exigences.
La d6mocratie est le gouvernement de la collectivity, c'est
le people faisant ses propres allaires. Dans une d6mocratie
vraie, c'est-A-dire dclairde, on croit plutlt aux iddes qu'aux
hommes. II faut done que le plus grand nombre d'bommes
possible puisse s'dlever A la hauteur des besoins de la collec-
tivilt et leur donner satisfaction dans la measure la plus large.
LA oh cette 6elvation intellectuelle et morale de I collecti-
vitA n'existe pas, un petit nombre d'hommes eclairds gou-









HAITI INDfPENDANTE


vernent et font la loi aux autres. La foule cependant, qui a
I'instinct de ses droits et qui chaque jour entend promulguer
des lois oif I'on parole d'egalitA, regarded autour de soi, cons-
tate que cette dgalitB n'existe pas et que les moyens d'y par-
venir sont loin d'etre bien proportionnos. Elle considere alors
comme des jouisseurs ceux qui ont pu sortir d'une condition
mediocre. N'ayant pas assez de discernement pour d6mdler
ceux qui se doivent A leurs constants ellorts des privilegi6s
que le simple caprice a pu porter A la surface, elle les voue
tous A la meme execration. L'&galitl devant la loi ne suffit pas
A cette foule qui donne tout et qui res'e en bas. II lui faut
I'6galitd des conditions, ou du moins elle la demand; on ne
la donne pas par d6crets, car A ceux qui agissent il faut des
faits. Si vous n'allez pas A la fouled, elle viendra a vous, et,
comme elle n'est pas sulfi'amment eclair6e, elle ne se tiendra
pas A votre hauleur; elle vous entrainera avec elle, et le ni-
vellement se fera en bas. De 14 une decheance collective qui
ruinera la socidtd prise en masse et qui finira par tuer toutes
les forces vives de la patrie. Les dissensions civiles qui se
constatent daos le pays ne sont pas seulement piopres A notre
race, elles prennent naissance partout oi tous ont les m6mes
droits A la direction des affaires et od les chances de parve-
nir sont malheureusement inegales, grice a une mauvaise
education. Oue les homes 6clair6s se donnent la mission
d'instruire le people, et la discorde cessera. lts ne suppri-
meront pas la lutte, car la lutte est la condition m6me de la
vie, nais le progrBs s'accomplira sans une goutte de sang
verse. Les citoyens marcheront A I'vrne, conduits par la foi
en I'avenir, et le lendemain de la bataille Blectorale, la nation,
loin d tre 6puisee, se sentira une vigueur nonvelle. Tous se-
ront satisfaits, parce que tous auront exprimd leur volontd.
Mais la volont6, Messieurs, pousse an bien comme au mal.
Elle d6truit meme avec plus de facility qu'elle ne fonde. Les
hoinmes 'ont pas besoin d'enseignement pour vouloir. Pour
que leur volont4 ne soit pas line force destructive, it faut leur
apprendre A vouloir le bien. C'est vers ce but 6lev6 que








HAITI INDAPENDANTE

doivent converger routes les intellligences. Instruire le people,
c'est le placer dans la voie du bien.
Celui qui a l'honneur de vous dresser la parole dans cette
solennild a, dans d'autres occasions, demand I'application
du principle de l'inslruction primaire obligatoire, et la gratuity
de I'enseignement a lous les degres. Mais suffi'il que I'Etat
s'empare de tous les enfants pour preparer des citoyens ins-
truits et fagonner I'avenir? Non, it faut encore que leurs
peres, que leurs freres aines qui ne savent ni lire, ni Bcrire,
ou qui ont regu une instruction plus qu'insuffisante, puissent
grAce aux livres, aux lectures publiques, entrer en rapports
constants avec ceux qui ont regu la mission de parler en leur
nom; il faut qu'ils puissent decouvrir et comprendre les lois
6conomiques qui gouvernent le travail et qui creent la ri-
chesse. Une socitte qui n6glige I'inslruction de ceux qui sont
ddjA parvenus h I'age d'bomme miconnait leurs intdr6ts et
manque A sa mission essentielle. Voila pourquoi nous avons
pens6 h la foundation d'une cole destinee a recevoir des ou-
vriers et que nous venons I'inaugurer ce soir.
Dans une ddmocratie ii n'y a pas de line de demarcation
qui spare les couches sociales. Elles se touchent si ktroile-
ment, on passe si facilement de I'une a I'autre, que nous pou-
vons dire qu'elles se confondent. Les hommes agissant ainsi
les uns sur les autres, nul o'est str de garder longtemps une
situation acquise, meme au prix des plus p6nibles sacrifices,
la od les passions les plus ardentes ont pu seules les pro-
duire et les pousser au premier rang. Le travail qui se fait
est un travail de destruction plut6t que d'enfantement. Le
moule se brise A tout moment et aucune tradition ne reste
pour servir d'exemple aux gtnurations qui se succ6dent. Un
homme d'6nergie peut sortir de la foul pour arznter ce
movement ddsordonn6 qui menace de metire en pieces la
socidtd. II supprimera le movement au nom de l'ordre, mais
sous sa main de fer aucune idde g6uereuse ne se manifestera.
Le silence r6gnera partout, mais uo silence de mort. Le des-
pote passera, peut-6tre fier de lui-meme, mais la postdritd
ne lui devra rien, parce qu'il n'aura su rien produire. 11 a









40 HAITI INDEPENDANTE

confondu I'agitation et le movement, et en les frappant tous
deux d'un seul coup il a arrdt( l'rvolution. Et notez bien que
de tels hommes sortent toujours dos &v6nements oft la foule
tropinqui6te,inconsciente dece qu'elle veut,accepte tout, sans
etre cependant satisfaite. Ce mal terrible provient de ce que
tous veulent diriger sans qu'aucun citoyen puisse s'affirmer.
II imported done que I'individu soit autonone. II faut lu'il le
soit dans toutes les conditions. Cela nous amine a la neces-
site de la culture individuelle. Proclamer cette v6rit qui,
come toutes les autres, est de tous les temps, c'est border
un principle plus Blev6 que tous les principles politiques; c'est
prendre l'homme dans sa parties la plus noble, son intelli-
gence, et, par consequent, la society dans sa plus grande pro.
fondeur et en meme temps dans sa lin derniere,qui est encore
l'homme lui-meme.
Dans toutes les conditions, la culture de l'esprit est possi-
ble. Si cela n'6tait pas, pourquoi Dieu aurait-il donnu I'intel-
ligence a I'homme. Les homes n'ont pas Wte cr s les uns
pour commander, les autres pour obeir. Its ont tous regu la
mission de se perfectionner. Ceux qui domptent la matiere
par un travail manuel ne sent pas pour cela condamnis A
sortir du monde de la pens6e. IIs doivent etre, au contraire,
en communion perp6tuelle avec 1'esprit, s'abreuver continuel-
lement a cette source d'oi jaillissent toutes les iddes d'inven-
tion, afin de devenir cr6ateurs a leur tour. S'il est une erreur
funeste, c'est celle de croire que las ouvriers n'ont pas be-
soin d'instruction. Penser ainsi, c'est leur refuser le droit
d'6tre homes, c'est leur dire qu'ils sont un moyen et que,
.seuls, les homes de loisirs sent une fin.
Si le travail manuel devait eloigner I'homme de touted cul-
ture intellectuelle, la creation parailrait une oeuvre bizarre
qui, loin de prouver la superiorite, la toute-puissance de celui
qui l'a conoue, ne serait que le tsmoignage vivant d'un g4nie
malfaisant. Quoi! l'homme remue le sol, coups des arbres
pour se construire une demeure, taille la pierre pour endi-
guer les rivi6res, et, pour faire tout cela, il se contenterait
du pur instinct? Serait-il vraiment maitre de son empire s'il








HAITI INDiPENDANTE


Btait condamn6 6 subir ce qui est sans chercher A ddcouvrir
de nouveaux moyens pour faciliter le travail de ses bras?
Condamn ai manger son pain 5 la sueur de son front, ii rou-
lerait 6ternellement le rocher de Sisyphe, regrettant de n'a-
voir pas 6td 6touf(T au passage le jour de sa naissance,et mau-
dissant le sort qui 1'6treint et I'dcrase? Non, il a Wt cr66 pour
une fin plus noble, et c'est ici-bis qu'l doit travailler pour y
parvenir.ConsidBrons donc I'homme dans l'homme lui-mdme,
dans sa nature intime. 11 est partout le mame, dans toutes
les classes, sous toutes les latitudes. Cultivons son intelligence,
c'est par ce c6te que nous l'delverons. Quand ii est instruit,
if comprend ce qu'il fait, it apprecie son oeuvre. Pour lui
alors il n'y a pas de condition infirieure. Les professions li-
bdrales ne rdclament pas plus d'intelligence que cells qu'on
applique a la matiere. A proprement parler, toute science est
une science d'observation, car ii faut voir pour savoir. L'art,
qui est la culture du beau, ne plane pas dans une sphere in-
visible. II exige que I'homme s'el6ve par la contemplation et
qu'il traduise par des images sensibles ce que son imagina-
tion a contempld. L'art, c'est l'idde qui s'est p6trifide, et, Mes-
sieurs, permettez-moi une figure, peut 6tre prttentieuse, c'est
le beau qui s'est cristallisd.
Le beau est dans la nature. La musique elle-mime, qui ex-
prime toutes les passions du cocur human sans leur donner
une forme, y puise sa source. Selon la pensee de Schopenhauer,
les quatre voix don't se compose touted harmonies musical, la
basse, le tenor, I'alto et le soprano, ou la basse, la tierce, la
quintet el 'octave, correspondent aux quatre r6gnes de la na-
ture, r6gne mineral, r6gne vegdtal, rigne animal et r6gne
human. Ainsi, vous le voyez, l'homme qui accumule les corps
dans sa main pour les modifier, les transformer selon ses
gotts, ne saurait etre m6prisable. En quoi le chirurgien, par
example, qui met la main dans une plaie de mauvaise na-
ture, est-il sup6rieur A I'artisan qui fait l'alliage des mAtaux,
au charpentier qui fait d'un arbre abattu dans la fort et
qu'on allait jeter au feu, la colonne magnifique qui soutient
un temple? Le chirurgien est justement admired parce qu'il








HAITI INDPPENDANTE


connait les vaisseaux essentiels par oi la vie circle, parce
qu'il apporte la gufrison au patient. Mais la vie n'est rien si
elle n'est accompagnie des jouissances qui lui sont ndces-
saires. line riviere traverse une plain, deborde A chaque
crue, prive de tout moyen de communication les cultivateurs
et les habitants du chef-lieu de la commune. Les proprid16s
riveraines changent a tout moment de place et les dnormes
crevasses qui se soot faites garden une eau croupissante
d'ou s'exhalent des miasmes. Un ingdnieur vient, qui creuse
le lit de la riviere et qui l'encaisse. II jette dessus un pont
solid qui ddfiera les injures de plus d'un sickle. La culture
devient florissante, Ie commerce des villes et des campagnes
ne subit plus d'interruption et la stability s'dlablit. La contrde
ne doit pas plus sa richesse A ceux qui cullivent la terre qu'A
l'ingenieur qui a endigud la riviere et qui a construit le point.
Ce fils du people, si on ne lui avail pas donned I'instruction,
scrait rest un manoeuvre. Citoyen come tous les autres,
actif, il aurait cherch6 dans d'autres occupations la fortune
et la renommde. NMlcontent, ii aurait suivi la banniere de la
rdvolte, et son cceur plein de feu, plein de patriotism, j'en
suis str, aurait 6ed perc6 d'un lingot de plomb. Vous et moi,
messieurs, nous essaierions vainement de nier notre part de
responsabilit6 dans ce meurtre. Favorisds par I'instruction,
nous avons ldt trop individualistes. Nous avons mdconnu la
sainte loi de la charity, de la solidarity humaine. L'oiseau seau
chante dans la solitude, I'homme social est nd pour descendre
dans la foul qui peine et panser ses blessures.
Le travail est une peine pour l'ouvrier qui n'est pas ins-
truit. Comme it comprend mal ce qu'il faith, il n'y prend aucun
goit. Quels sont les ouvriers qui s'attachent le plus A leurs
mdtiers? Ce sont ceux qui en saisissent la valeur. 1ls embel-
lissent leurs couvres qui sont recherchies. Et plus ils cher-
chent flatter le goilt de ceux qui leur donnent de l'ouvrage, et
plus ils voient leur condition s'dlever. C'est I'instruction qui
rend la perfection possible, et c'est la possibility de la perfect.
lion qui donne a l'ouvrier de l'amour pour son metier. II est
incontestablement vrai que toutes les classes out besoin de








HAITI INDtPENDATE, 43
s'instruire et que c'est du manque d'instruction que provient
pour I'ouvrier le ddsir de quitter ses outils et de chercher
ailleurs que dans le travail de ses mains un sort meilleur.
II est d'ailleurs absolument faux de dire que les occupations
des mains et celles de la tele ne peuvent point s'allier, et que
celui qui a embrassd une profession manuelle ne saurait avoir
la prdlention d'arfiver A un niveau intellectual assez haut
pour le placer a c6t6 du savant. Oi done relguent-ils la
science ceux-lA qui raisonneit ainsi? Est-ce hours du monde?
Est-ce dans la sphere des purs esprits? S'il en est ainsi, nous
leur dirons que peu d'hommes sont capable de rester dans
la'speculalion pure, et que ceux qui transforment les societes
ne sont pas les seuls iddalistes. Ils ont concentrd routes leurs
facultds sur une parties de la science de l'homme et la scrutent
chaque jour d'une fagon admirable; mais ils ne sont pas seuls
A ddcouvrir les principles en vertu desquels I'homme se meut
et se perfectionne dans le temps. 11 y a un principle general
que ddmontre l'ensemble des choses et que comprend touted
intelligence cultivde. Ce principle general tout home le dB-
couvre en soi; c'est une vue intdrieure, chacun peut 1'exercer,
'et pour cela le loisir ne manque jamais. En pregnant l'ouvrier
le soir,en ouvrant un livro devant lui,nous lui disons cette ve-
rit6 consolaute. II sortira plus fort de nos lemons et se recon-
naitra perfectible comme tous ceux qu'il c6toie dans lea rues
et qui ont conscience de leur valeur. On nous objectera en-
core que cet home deviendra un demi-savant et que les
demi-savants sont plus dangereux pour la society que les igno-
rants? Cela est vrai si l'on consider uniquement ceux qui,
s'6tant livrds au travail intellectual, m6prisent les fils d'ou-
vriers et croient que traverser la place publique un livre sons
le bras, c'est dtre plus grand que celui qui tient uue truelle
ou qui reste pench6 sur un dtabli. Mettez-leur dans les mains
un livre pens6 par un homme sorti d'un atelier, et leur morgue
paraitra ridicule a leurs propres yeux. Racontez-leur l'histoire
de David Livingstone, et ils seront pleins d'admiration pour
cet explorateur da Zambeze et de l'Afrique australe, quand
ils apprendront que cet ami des noirs, employ d6s l'Age de








44 HAITI INDEPENDANTE

dix ans dans une filature de colon oi il travaillait tous les
jours de six heures du matin 6 built heures du soir, sans autre
interruption, dit-il lui-meme, que le temps n6cessaire pour
le d6jeuner et le diner, a pu poursuivre 1'etude du latin eo se
rendant tous les jours A uone cole du soir qui se tenait de
huit a dix heures. Eh bien, dans notre pays, oh les exigences
des patrons n'ont pas encore accul6 les salaries a demander
la reduction des heures do travail, l'ouvrier n'a t-il pas le
temps d'apprendre? Et rappelez-vous ce que je viens de vous
dire plus haut, ce n'est ni le latin, ni le grec, ni la philoso-
phie, ni la th6ologie que nous nous proposons de lui enseigner.
Nous voulons lui donnir quelques lemons pratiques de chose,
lui inculquer les premiers '6!ments de la morale, alin qu'il
puisse travailler vite et bien; afin qu'il sache qu'il est 1egal de
tous les potentate, que celui qui fait le n6goce n'est pas plus
honorable que celui qui scie un morceau de bois;que celuiqui
6crit dans un bureau public n'a pas plus de droit a l'estime de
tous que l'ouvrier honunte qui enfonce le clou dans une pa-
lissade. Ils sauront les uns et les autres qu'ils ont leur titre
de noblesse dans le travail. Ddtruisons la sotte pr6tention de
ceux qui se disent des aristocrates dans un pays qui par son
origin, par son histoire, ne saurait permeltre la formation
d'une aristocratie. Seuls, s'ils vivaient encore, nos p6res,
nous les separerions de I'ensemble pour les designer sous le
nom de demi-dieux. Mais ils sont morts laissant pour toute
posterite la patrie. Notre titre de noblesse A tous n'est pas un
parchemin, il se trouve dans notre histoire national. C'est
I'acte solennel qui a ete lu, le Ier janvier 1804, sur la place
d'Armes des Gonaives. S'il est une aristocratic don't il serait
bon de souhaiter 1'dtablissement, c'est celle de I'intelligence.
Toujours ouverte, celle-lA, on n'y entrerait ni par droit de
naissance ni par droit de fortune. Elle serait I'av6nement des
homes de toute condition dans la sphere de la pens6e libre,
d6gagde de tout pr6juge. Elle serait ainsi l'affirmation de la
d6mocratie dans la lumi6re. Vouloir batir I'arislocratie sur la
naissance dans un milieu oi l'on n'a pas encore instruit les
ouvriers et od la guerre civil fait les noms, c'est proclamer









HAITI 1NDtPENDANTE 45

la decheance du travail qui est un honneur. L'asseoir sur la
fortune dans un pays oh les places publiques enrichissent le
plus souvent, c'est justilier la lutte arm6e, c'est encourager
I'oppression et la rdvolte. Cette aristocratie, base sur la for-
tune, corrompra m6me ceux qui se ddsint6ressent de la po-
litique. On voudra vite arriver a I'aisance qui donne droit A
la cit6 des nobles. La d6loyaut6 dans les transactions intro-
duira la honte dans les families. Toutes les formes de la cour-
toisie d6noteront une society& police, tandis qu'au fond cette
soci6te tombe en decadence et en pourriture. Rappelez-vous
les episodes de la Rdvolution de Saint Domingue. D'un c6td,
le colon dissolu s'endormait riche et pesant dans un palais
dor6; de l'autre, I'esclave, attach a la gl6be comme une bete
de some, avait A peine une case pour se reposer la nuit.
Debout avant le jour pour entrer dans les cannes, ii s'est
trouv6 plus fort A I'heure de la rencontre. Le colon s'dtait en-
richi par tous les moyens, par des moyens atroces, il fut
vaincu par I'homme de peine. Puisqu'il est human d'accor-
der une larme aux vaincus, disons que le colon a dti victim
des pr6jug6s de son 6poque. Avant la R6volution de 1789,
les roturiers n'6taient rien, les nobles Blaient tout el les tires
de noblesse s'achetaient. Le colon avait voulu faire fortune
pour devenir quelque chose. II doit son malheur aux exi-
gences de la vieille aristocratic de l'Europe. Tant que l'or et
le billet de banque seront l'unique measure de la grandeur au
m6pris du talent et de la vertu, I'homme, selon la pens6e de
HIobe, sera un loup pour l'homme.
L'homme a 6t. cre6 pour chercher la veritd. S'il creuse
dans le sol des puits profonds pour en extraire les metaux
pr6cieux, c'est encore pour se prouver a lui m6me que la
terre n'a le droit de lui rien cacher. II peut faire du metal
un signed d'dchange pour facililer la vente de ses products.
Mais qu'il ne se livre point A la tyrannie de cette mati6re
qu'il foulait aux pieds et a laquelle ii a donn6 une valeur. II
est le but de ses propres efforts, la verit6 ne se d6gage que
du movement de ses facult6s morales qui le conduisent en
haul et non en bas.








46 HAITI INDEPENTANTE

La tWte domine le reste du corps, c'est pourquoi elle est le
siege de la raison qui medite et qui combine. 11 est natural
que l'homme cherche a monster, mais il ne monte que par la
pensee. On a dit quelque part que I'homme qui ne sait pas
lire n'est bon a rien. Elargissant cette penste, nous pouvons
ajouter qu'une sociltd don't les membres les plus utiles, les
ouvriers, ne savent pas lire n'est d'aucune utility pour la ci-
vilisation. Nous faisons l'essai d'un gouvernement libre o. les
bommes de notre race doivent se d6velopper et donner la
measure de leurs aptitudes. Note travail sera sterile tant que
nous I'accomplirons dans des conditions d6savantageuses.
Qu'importe au monde que nous cessions d'exister comme
people, comme nation, si notre passage dans I'liumanitd n'est
matqud par aucun fait saillant, si par la bonne entente nous
ne prouvons pas que nous sommes sur la carte un point lu-
mineux, digne de fixer I'attention. La society s'apercoit-elle de
la disparition d'un homme qui a v6cu sans famille, dgoiste,
privd de toute sympathie, perdu dans la solitude de son
coeur? Cet home descend dans la tombe, important tout
avec lui, aucune larme ne le suit. Un people est pour l'huma-
nitd ce qu'un home est pour une society. Qui done serait as-
sez fou pour souhaitsr la mort d'un citoyen utile? Tous ont
besoin de lui parce qu'il est un point d'appui. S'il est quelque
chose qui puisse flatter notre orgueil, c'est que notre passe
est un plaidoyer en faveur d'une race meprisee. Grdce A notre
passed don't le temps ne fera pas perdre de sitOt le souvenir,
si a cette here nous disparaissons de la carte politique, ceux
qui viendront fouler cette terre en maitres seront forces de
s'derier: eici une commotion s'est faite a la fin du xvile siecle
de 'ere chrdtienne. Ici pour la premiere fois hommee noir
a entonnd l'hymne de la libertd! a On remuera le sol, on y
trouvera des chaines brisdes et la poussiere d'une g6enration
de bhros. On dira aussi que ce people est sorti d'une 6poque
d'action, mais qu'il n'a pas su progresser. Notre gloire alors
restera incomplete, parce que, hdros, nous n'aurons pas et6
des hommes. Vous me direz, ce que j'ai dejA constat6, que
l'bomme noir baissant la tete dans les colonies ne la relieve









HAITI INDiPENDANTE 47
que chez nous; mais je vous rdpondrai qu'il se rend compete
d'une chose, c'est qu'ailleurs il y a plus de s6curile pour lui
que chez vous. Oui, ailleurs I'ouvrier vit respect; aillfurs,
il sait lire. Si nous n'inslruisons pas les ouvriers, nous n'd-
chapperons pas a cette foudroyante accusation, que quelques-
uns veulent avoir le monopole de toutes les fonction., en se
constituant group dirigeant en dehors de la participation de
la colleclivite. A la lueur sinistre des vernements, cette vA-
rit6 Bclatera a nos yeux dessill6s peut.-tre trop tard, alors
qu'il n'y aura plus d'esp6rance ni pour les exploiteurs ni pour
les exploits. Conjurons le ddsastre, en armant chacun du
droit d'examen. Cela est plus facile en Haiti qu'en Europe.
Chez nous le mot gr6ve est encore inconnu, les ouvriers ne
savent meme pas ce que c'est que I'association pour la lutte.
Quoi! nous qui avons une situation si belle dans la main,
nous la peidrions par nos fautes! Ah! je le dis avec une ter-
reur franche, dans ce genre de bataille, si I'6pde sort du four-
reau, il n'y aura ni vainqueurs ni vaincus, car des deux c6tes
se trouveront des inhabiles. II y aura plus que des ruines,
l'andanlissement sera complete. Faisons en sorte, qu'en vue
de ses propres intdrdts, l'ouvrier s'attache fortement A son
travail. Aimant le metier qu'il a embrass6 et qu'il professe
avec ardeur, if trouvera mille inventions pour le perfection-
ner. Content de lui-mdme, jouissant de sa propre estiihe, il
se souciera peu de ce que pensent de lui les gens A la mode.
Nous sommes vraiment consoles de savoir que la vie n'est
pas plus difficile pour nous que pour d'autres. Que nous im-
porle que quelques individus, riches selon eux, se rdunissent
A part pour se livrer a leurs bats, pourvu que nous ayons
acquis la science et que, forti ids par la morale, nous sa-
chions que l'homme peasant est au-dessus de celui qui pos-
sede lous les biens materials du monde. Les homes se re-
cherchent felon lIurs gotts et leurs penchants. Puisque les
jeunes gens qui lisent et qui trouvent une jouissance dans le
commerce intellecluel, fondent des soci6tds od ils se voient,
se serrent la main et discutent, pourquoi ceux qui vivent
dans un autre ordre d'iddes n'auraient-ils pas le droit de se









48 HAITI INDEPENDANTE

r6unir et de s'amuser? < Qui se resemble s'assemble D, dit
le vieil adage. Mais ii est bon que ces rassemblements dis-
tincts, loin de trancher les couches soriales, soient considd-
res comme des moyens d'amusements que les uns et les
autres se procurent selon leurs resources pour dissiper leurs
soucis. Une education commune donn6e par des homes de
tous metiers et de toutes professions amene necessairement
ce point de contact. L'ouvrier a qui l'on olfre I'instruction
indispensable a tout individu et qui la refuse obstinement,
restera inferieur aux autres a tous les points de vue. Jaloux
de I'avancement de ses compagnons, vex6 de sa condition
qu'il ne dolt qu'A ses fautes, it deviendra colrre, inlraitable,
mais restera impuissant contre lui-m6me et contre les autres.
Ceux qui, mettant de cot6 toute fausse honte, auront accept
cette instruction primaire ou professionnelle que les societds
privies on l'Etat metient a leur disposition, marcheront, au
contraire, hardis et tiers, dans la caravane du progre-. Rien
oe les arr6tera sur la route. Si les hommes aisds ne leur
parent pas dans le course du voyage, les jeunes gens qui
nourrissent des rAves d'avenir et qui croient encore possible
la conqu6te de l'id6al social, les entreliendront sans cesse.
C'est ainsi que l'instruclion Albve les caracteres. L'individu,
dirig6 par la raison, place ses v6ritables inter&ts dans la cul-
ture de ses facultes. II reconnait en m6me temps qu'au-des-
sus des int6rits particuliers plane l'intB6rt gdenral qui est la
r6sultante de toutes les activities. Avec les caract6rcs indivi-
duels, le niveau des masses s'6l6ve: chacun 6tant une cons-
cience, I'Etat devient une force morale plut6t que coercitive.
En obeissant A la loi commune, le citoycn reconnait l'autorit6
de la raison gdnerale qui n'admet point d'exception a ce
qu'elle command. Chacun se dit que la legislation n'a pas
WtA faite par l'arbitraire au profit de quelques-uns, car l1 oh
tons lisent et commentent, tous bendficient des dispositions
de la loi que personnel n'ignore. Le pere de famille n'enseigne
que la veitu A ses enfants; il les fortifie par ses lemons de
sagesse et ses moeurs austeres. Ceux-ci, A leur tour, imilent
ses examples, embrassent la carri6re qu'il suit depuis nombre









HAITI INDEPENDANTE 49

d'anndes et qui lui a valu le respect de sesconcitoyens. L'exer-
cice des droils laissera le moins de place possible A la coer-
cition social, parce qu'il sera paralllep A la pratique des de-
voirs. L'Agalitd ne sera pas dans les apparences, mais dans les
faits. La capacity ne sera pas seulement dans le savoir, elle
sera dans ces trois mots: morality, d6vouement, patriotism.
Que le present prepare cet avenir si impatiemment atten-
du; et au jour de la celebration du Centenaire de notre In-
d6pendance, la nation debout, non pour sonner le tocsin
d'alarme, mais pour annoncer la fete de ces morts immorlels
qui ont forge la liberal, la nation debout et superbe dira au
monde Amerveilld: al'egalite s'est faite, le mdme soleil luit
pour tous les peoples.


II

POUR L'tCOLE DU SOIR (')


MESDAMES,
MESSIEURS,
Ce n'est pas seulement le programme de cette soirde qui
vous a convi6s A vous rdunir.dans la grande salle de notre
vieux Lycde. Votre amour du beau s'est ddja manifesto dans
plus d'une circonstance semblable. L'empressement que vous
avez mis A venir nous entendre ce soir signilie autre chose
(u'une simple curiosity littlraire. Vous save qu'ici on va
vous parler de ce sentiment, le plus cher aux ames bien nees,
le patriotisme. Vous savez qne le patriotisme n'est pas seule-
ment I'amour do sol natal, de ce coin de terre qui a dtd le
t6moio de notre premier sourire A la vie et qui racoote chaque
jour le passe A notre souvenir. Le patriotism, c'est le gage
de nos espdrances communes, c'est la fortification de notre
foi en l'avenir.

(*) Allocution prononcee en 1893.









50 HAITI INDEPENDANTE

Seul charged de poursuivre la rdalisation de ses destinies
pour avoir conquis par les armes sa liberal et son indepen-
dance, notre pays a beaucoup souffert. Mais ses soulfrances
lui sont d'aulant plus chores qu'elles sont le prix d'un effort
qui 6tonne le monde et qu'elles lui vaudront plus tard une
gloiro 6ternelle. Notre mission, je peux le dire, est unique
dans I'bistoire. Nous I'accomplirons si nous restons uni?, car
I'union est une force. Pour que tous le comprenncnt, ii faut
que tous soient instruits.Cette verit6 6vidente n'a pas echappA
A I'Association du Centenaire. Les jeunes gens que vous venez
encourager par votre presence ont fond6 une Bcole du Foir.
Cette oeuvre ne leur appartient pas exclusivement; elle est
aussi la v6tre, puisque vous voulez en assurer I'existence.
Vous avez donn6 A l'intelligence, vous 6tes des semeurs de
bon grain. Nous dirons aux ouvriers des paroles de paix; aux
hommes de toutes conditions que nous sommes appelds a
enseigner, nous dirons que l'amour de la patrie est le premier
devoir du ciloyen.
Les jeunes auteurs hai'tiens que vous allez entendre tout A
l'heure vous donneront la measure de leurs talents et ce qu'ils
peuvent fire pour inspire de grandes idWes au people.
Monsieur Clodius Ganthier va vous faire une conference
sur l'origine de la literature en Haiti. Est-il n6cessaire que
je vous Ie present? Djia il a conquis sa place dans le monde
littdraire. Par 1'616vatien de ses vues, il a pu, depuis, com-
mander notre admiration. Esprit s6rieux, il s'attache A I'ana-
lyse; styliste plein de giace, il donne une peinlure vive et
attrayante A lous les sujets qu'il aborie. Vous vcrrez avec
lui que la literature d'un people n'arrive pas d'un seul bond
A la perfection. Elle a aussi ses dlaonnenments, ses coups
d'essai. Puisque le language human a son age prPhistorique,
pourquoi la litterature d'un people n'aurail-elle pas le sien?
C'est une rdvelation que va nous faire M. Ganthier.
Je n'attendrai pas la fin de cette soirde pour presenter, au
nom de I'Association du Centenaire, les remerciements les
plus merits a M. Rameau, direcleur du Lycee.
Depuis nombre d'annees, Monsieur !e Directeur, vous don-









HAITI INDePENDANTE


nez le plus bel example de d6vouement A la jeunesse. Vous
avez prepared des hommes instruits, des hommes qui honorent
les carrieres qu'ils ont embrass6es. Bon nombre de vos an-
ciens elAves font parties de cette Association et plusieurs
d'entre eux sont appeles A faire la fortune de cette fete. IIs
sont sortis de vos lemons, le cour anime de nobles senti-
ments. Et si dija il leur est donned de contribuer a la pros-
peritA de leur pays, c'est A vous qu'rls le doivent. L'Association
a qui vous avez ouvert le Lycde s'honore de vous computer
parmi ses inembres et de Irouver en vous un de Ees conseil-
lers les plus autorises.


Ill


PREFACE DE ((LA FILLE DU CACIQUE



Le naturaliste faith I'appel des especes disparues et les
classes. L'accuse-t-on de vouloir former la voie du progr6s A
la science, en la faioant reculer vers un pass qui W'est plus
que debris et qui s'est meil A la poussi6re des siecles? La
conquele de I'avenir est la preoccupation du present. L'homme
veut raccourcir l'espace pour aller vite. Obsded par celte
pensee, il creuse des mines pour en exlra;re la hiuille et le
fer, ii perce des tunnels pour abaisser les fronti6res. Alors
de ces puits, de ces tunnels, sortent des forts ensevelies et
des cadavres momifies dcpuis des millions d'annoes. Ici le
gAologne r~eoit le commandement impdrieux de s'arreter
pour bien examiner la nature du terrain et la disposition des
couches superpos6es. L'ingenieur se sert des 6tudes de cet
observateur et entreprend les travaux indispensable. C'est
ainsi que la connaissance du passe est la condition de loute
march assure vers I'avenir.
Le po6te serait ii I'artiste par excellence s'il n'6tait que le
chantre des espdrances humaines? Pour qu'il soit toujours









HAITI INDEPENDANTE


sublime et toujours icoute, il faut qu'il aille souvent s'asseoir
au bord des tombeaux que le temps fugitif a laissds bien loin
derriere lui. Soit que la po6sie reste la forme la plus achevie
de I'art, soit qu'elle devienne historique et philosophique, elle
parlera au cocur, elle 6mouvra l'ame tout entire en interro-
geant ses impressions les plus intimes et les plus vraies. Les
rhantres du pass sont des Cuviers en leur genre, ils secouent
le linceul des peoples gisant avec leurs mocurs sous les ruines
de leurs 6poques. Ceux qui s'occupent de sociologie les lisent
avec un melange de curiosity et d'inter6t.
Mr llenri Chauvet se p'ait a se promener dans la plain* de
la VWga et sur les hauteurs du C bao qui retentisseut encore
des Areytos des Simbas. A nous qui preparoos la c61bration
du centenaire de notre ind6pendance, il vient dire: t Rap-
pelcz-vous qu'avant vos ancetres une race est tombhe martyre
de sa genprcsit6; rappelez-vous que cette race, avant de dis-
paraitre ent 6rement, a vu se rdvolter les premiers esclaves
aif;icains imports a Hispagniola. La si lidarit6 dans le malheur
exercerait-elle moins d'inlluence sur vctre histoire que la
communault d'origine? N'oubliez pas les Aboiig6nes de Quis-
queya...
Ce drame n'avait certainement pas besoin d'une preface,
et I'auteur encore moins d'un iiitroducteur. Mais Mr Chauvet,
en oflrant son livre a I'Association du Centenaire et en de-
mandant une introduction h un de ses colleagues, a voulu d6-
montrer que dans son esprit il ne spare point I'Africain de
l'lnilien sur cette terre d6couverle par Colomb.
San travail sera achevd quand il aura reuni les trois parties
qu'il nous promet: cycle indicu, cycle colonial, cycle moderne.
Dans la a lFille du Cacique l, il fail ressortir le conlraste de
nmiurs qui existait au moment de la decouverte entire les
ills de I',Epagne et Ifs habitants d'llaiti. Ceux qui avaient
suivi le c61lbre navigateur 6taient des hommes cupides,
noins intlress6s a servir la science et a repandre la doctrine
dii salut par la croix, qu'A ravir aux naturels des Antilles les
immenses trdsors que recb6lient leurs montagnes.
Livr6 a une vie de debauches et de corruption, I'Espagnol









HAITI INDfPENDANTE


ien du vrai colonisateur. Son 6nergie personnelle ne
inifestde que par la destruction. 11 assouvit en des
infAmes ses penchants dWreg'es. L'homme de genie
3 souvent compris, ses qualitls superieures n'exercent
ours I'ascendant voulu sur ceux qui l'entourent. Ses
teurs commettent des fautes qui ternissent quelque-
lat de son oiuvre et arrdtent pour longtemps le d6ve-
int de ses idles. Tel nous apparait Colomb au milieu
auch6s qu'il eut pour compagnons.
ien, au contraire, menait une existence paisible. Le
I'yuca, la guanavimi et quel(ues autres pro'luits d i
mnt pour lui une alimentation suffisante. 11 se sentait
Sau milieu des merveilles d'une nature luxuriante et
le. Sa religion dlait dans sa podsie. Celui qui avait
ation la plus riche et tirait de son Ame les melodies
touchantes Btait A ses yeux l'interprdte fiddle des Z6-
norant de son origine, insouciant de sa deslinbe, il se
au centre du monde. Dans le mugisFement des vagues,
uit la voix d'un de ses anc6lres; dans la Fplendeur des
oilees, il contemplait les Ames envoldes de ses raver-
Il enclos ne partageail les patrimoines Les autoch-
avaient pas cred le sol, un ancdtre commun I'avait, en
t, laiss6 tout cultiv6. Leur unique mission elait de ne
ser pdrir ce que dans sa prevoyance le vieillard re-
vait confie A la terre. Ils aimaient les bonnes actions
'atiquaient, ain qu'au jour de leurs fun6railles le Fou-
' leur vie inspirit de doux accents aux chantres po-
SC'dtait pour enx revivre dans le temps et dans I'es-
rrsqu'ils prodiguaient leurs bienfaits A ceux qui ve-
d'outre-mer, ils se recorrmandaient sans doute a la
e des homes. Mais la servitude, le massacre devaient
leurs illusions.
ompagnons de I'Amiral n'avaient pas 6t6 comme lui
par I'etude et la meditation. C'Utaient des el1ments
s fagonn6s pour la guerre, incapables d'etre employes
mntreprise de haute conception. Aussi I'auteur les
t-il, d6s le premier acte, dissipateurs et violent. A









HAITI INDIPENE ANTE


une cordiale hospitality, ils rdpondent par une conduite in-
supportable.
Au milieu de ces figures ignobles, M. Chauvet place un of-
ficier d'un lemp6rament chevaleresque et que I'on voit sans
cesse en lutte avec les vices humans. Rodrigo n'est pas de
ces aventuriers qui tentent fortune au mdpris de la pudeur.
Soldat, il aime la gloire et entend que le Nouveau-Monde soit
un prolongement de sa patrie.
La guerre dirigee contre les Indiens fut une guerre injuste.
Quelques hommes de bon sens l'ont compris. L'indignation
que nous 6prouvons a la lecture des annales du XVe sickle
n'a pas ltd etrangbre anx philanthropes de ce temps Mais le
vent de folie qui soufflait li cette epoque oil la science 6co-
nomique consistait a ddifier le metal et a rabaisser l'individu
avait Bloign6 les gouvernementc de tout esprit de moderation.
Un sage cependant a dd se trouver an Fort de la Nalivit6
pour protester contre I'indiscipline de la garnison et la rap-
peler aux lois de l'bonneur. Une circonstance a product cet
homme dans la pensde de I'auteur, et il lu' done ing6nieu-
sement la mission de defendre contre la cupidilt de ses con-
generes I'ouvre de l'Amiral qui devait 6tre de paix et qui fut
une oeuvre de destruction. L'amour avait accompli chez Ro-
drigo une transformation. Mamona, touchante figure de la
femme nature, que le po6te point en des vers artistement ci-
selds, avait jete sur lui un regard fascinateur:
Je c6toyais les boards de l'Atibonico
En exploration; et du mont Kibao
Je contemplais de loin les hauteurs. Sur la rive
Du fleuve que suivait ma pensee inactive,
.I'apercus tout a coup, a l'ombre d'un bambou
Qui se mirait dans I'onde et I'argent d'un remous
Une enfant de seize ans, une brune creole,
Qui dormait seule, ayant au front cette aureole
De grAjce insconsciente oi se plait la beaule.
En exhumant uin Mat social disparu, I'auleur ne s'dcarle
po'nt des donnes historiques. Dins ce pays inexplord les
couples amoureux se perdaient dans les sentiers sauvages,








HAITI INDEPENDANTE 55

dans les ravins profonds; ils se couronnaient de feuilles et
de fleurs en longeant le course des ruisseaux babillards a
I'leure oh I'oiseau jaseur sautillait dans les branches.
Le civilise de nos jours croit que dans ce temps de sim
plicit6 oC I'on jouissait des prodigalilds de la nature aucune
union n'dtait durable. Flottant lui-meme au gr6 de son in-
constance, corrompu par le froid calcul de I'int6rdt, il place
le bonheur iddal dans la degradation de la femme. Notre
pokte, lui, comprend mieux cet age d'or qu'il ressuscite. Ma-
mona ne sait pas dissimuler ses impressions, elle laisse tom-
ber de ses 16vres le doux aveu. Elle sera heroine a son here
en restant fiddle aux sentiments qui out toujours honored les
femmes de sa race:
... Les femmes d'Haiti
Jamais, m6me une fois dans leur vie, ont menti,
Quand elles ont donn6 leur amour et leur Ame...
Le jeune Espagnol, tel que nous le trouvons dans le drame,
6tait digne d'allumer une pure flamme dans le cce.ur de la
belle Indienne. Dans un duo d'amour ils se confondent pour
ne plus se sdparer.
Le lecteur se demand sans doute si un home ainsi cap-
tive par les charmes de la beauty saura soutenir I'honneur
des armes. L'auteur n'accepte pas que le soldat soit traitre &
sa patrie. 11 veut que celui A qui s'est donn6e Mamona soit
jusqu'au bout un home plein de digoitd. II se fait une issue
pour rentrer dans la v6rit6 historique, en cr6ant le Samba
Macao, cette figure originate qui trahit par palriotisme.
A la fin du premier acle, Faction est vigoureusement en-
gagde, et, en deux vers, le pokte peint les trois personnages
d'oa ddcouleront les pdripdties du drame:
GUTIERREZ
A moi I'or du Kacikl...
RODRIGO
J'ai comme une espdrance
De la revoir...
MACAO
ZUmes, secondez ma vengeance!








56 HAITI INDEPENDANTE

Un homme d'une dnergie indomptable s'dtait trouvO dans
la province de la Maguana pour communiquer a ses sujels
la mdfiance qie lui inspirait la presence de 1'6tranger enva-
hisseur. 11 dtait de la forte race des Caraibes. Asailli par la
faim, toujours en lutte avec les ditficultts, il avait appris dans
son enfance a escalader les rochers les plus abrupt, a diri-
ger un frdle cannot sur la mer la plus agitee, a affronter sans
terreur le pdril des combats. Le besoin de vivre l'avait pouss6
peut-6tre souvent a faire des incursions sur les terres de 1'Ar-
chipel des Antilles. Un jour l'ocean en furie l'avait jet6 tout
arm6 sur les c6tes de Quisqueya. Ecoutons le monstre rugir
effroyablement:
Mes aieux promenaient la mort et ses ravages
Sur le grand lac qui n'a point de rivages.
Ma mere me baignait tout petit dans le sang
Des prisonniers, et mon pore en mangeant
Me jetait de leurs os don't je sugais la moellel...
Doud de cette audace qui donne de l'ascendant A l'homme
conscient de sa force et de sa puissance, il avait group au-
tour de lui les Haitiens tremblants qui avaient besoin d'un
protecleur. II devint au centre de l'ile le ddpositaire du pou-
voir et il I'exerga d'une main ferme. D'un caractlre allier, ii
placa bien haut son empire, sur la cime la plus 6leve du Ci-
bao. Po6te et guerrier, il avait une suretd de vue qui lui per-
mettait de d6couvrir les secretes pensees des colonisateurs,
comme le point culminant de la montagne dominant les vastes
planes qui se deroulaient au loin. 11 jura d'infliger une d6faite
aux pillards, arma du boutou et de la zagaie ses butios, ses
nitaynos, chassa devant lui l'ennemi et I'extermina.
Mais son r61e tragique, trace par les dv6nements qui s'ac-
complissaient, a dd par intervalle faire place aux sentiments
d'humanitd. L'amour paternel pouvait seul flechir cet home
de fer, infatigable dans la guerre, luttant pour la defense de
la liberty et de I'ind6pendance. Par une heureuse fiction,
I'auteur lui donne une fille, qui n'est pas Higuenamota, mais
la brune Mamona. Le vengeur le plus terrible n'est pas na-
turellement feroce, il a des 6claircies dans sa vie qui ouvrent








HAITI INDPPENDANTE 57

son ceur h la pili6 et i la generosild. Le sang de I'Espagnol
coulant a flots n'Wtait pas capable de faire reculer d horreur
le cacique de la Maguana. Sa lille sut calmer plus d'une fois
sa fureur.
Cette fiction, d'ailleurs, r6vole tout un c6Ol de 1'existence
de Caonabo. Elait-il vraiment inaccessible aux movements
magnanimes, cet home qui avait choisi pour femme la reine
du Xaragua? L'alliance entire le Souverain Samba et Anacao-
na, n'avait pas it6 dictee dans un but politique en face du
peril commup. Caonabo avait Irouv6 la poesie dans les odes
d'Anacaona et celle-ci admirait chez lui le courage, I'audace
et la fiert6. L'orsqu'aux jours des rudes 6preuves, il se fut en-
gage dans les gorges des montagnes, entonnant A la tete de ses
hordes I'hymne des combats, elle lui donna le temoignage de
son inalterable ddvouement.
Dans le drame, si le plus souvent cet home, tel un lion
farouche, rugit en des vers sonores, pour lesquels le po6te
emprunte l'iambe courrouc6 d'Archiloque, toute la coltre en
son coeur amass6e, pere tendre, il sait s'adoucir comme un
agneau: contrast de sensations f6cond en effects dramatiques.
Mais au denouement, son temperament de guerrier se re-
dresse, implacable, pour ne plus fl6chir. La faiblesse pater-
nelle qui seule avait pu dompter sa haine pour 1'etranger, se
change en douleur atroce. Maintenant, dit-il, et il nous plait
de transciize ces vers vibrant de patriotism oa it prophd-
tise 1804:
Aux miens j'insufflerai cette haine 6ternelle
Qui d6borde en mon cceur... Oui, la posteritd
Ecoutera ma voix. Au norn de liberty,
Ils se 16veront tous, si de votre esclavage
11s subissent un jour les chaines et l'outrage;
Alors c lugubreras dans tous nos mornes verts
Le cri d'ind6pendance, et les coeurs, large ouverts
A ce fier sentiment qui dans mon ame vibre,
Se sacrifieront tous pour faire Haiti libre!...
Nous aurions voulu nous appesantir sur le scrupule de
l'auteur d'av6ir serr6 de pros I'histoire. Voulant rester dans la








HAITI INDEPENDANTE


couleur de l'6poque, il orlhographie Kacik, Kibao, a la fagon
de Leconte de Lisle pour ses drames grecs. Mais ce qui re-
commande surtout I'oeuvre h l'Asscciation du Centenaire, c'est
la chaleur patrioli'luedu dramaturge qui 6tait vraiment digne
d'6tre le chantre de Caonabo.
Le tier Cacique combatlit effectivement jusqu'A sa mort
I'dtranger oppresseur. 11 fut pris et dpporte; la caravelle qui
le transportait en Espagne disparut dans les lots. Pouvons-
nous nous rappeler I'arrestation de Toussaint Louverture que
I'on fit traitreusement prisonnier et qui mourut torture par la
faim et le froid, sans penser & Caonabo qui fut abinm dans
I'ocean, les mains charges de fer? II est de ces heros qui,
par leur destined, se rapprochent dans le domaine de l'His-
toire. Entre les grands hommes ii y a je ne sais quelle allinitd
qui fait penser i quelques philosophies que les temps sont
marquis a l'avance et que les memes scenes ne font que se
renouveler sur des theatres nouveaux avec quelques variantes
dans les circonstances.
Quand on parcourt les annals de notre pays, on ne peut
s'emp6cher d'a'mirer le r6le qu'ont joud les Caonabo, les
lenri et les Louverture. Caonabo n'a pu conjurer la soumis-
sion des cinq cacicats A I'autorit6 de l'Espagne; Henri, I'ex-
tinction de sa race; Toussaint, un armistice au milieu des
guerres de la revolution de Saint-Domingue. Mais ces trois
homes demeureront comme trois protestations centre la
spoliation, la tyrannie et I'esclavage. Le g6nie de Toussaint
est inconteste, parce que des officers forms par lui out pu
reprendre son couvre grandiose et I'achever. Mais ce n'est
pas seulement la fin qui dicte le jugement de la post6ri16;
les moyens, nombreux ou insutfisants, revendiq uent aussi leur
part dans les succis et les revers. L'intention dtait aussi
bonne chez les deux caciques que chez le gouverneur g6ne-
ral. Les premiers ont echoue, mais ils restent grands pour
avoir compris que le viol et I'assassinat ne sont pas des mo-
yens de civilisation.
C'est ce qui resort du drame de M. Chauvet. Les vers
qu'ou va lire ne sont pas uni cri de haine. Le po6te, en exhu-








HAITI INDtPENDANTE


mant dans une action dramatique toute une dpoque disparue,
devait rester dans la verit6 historique. S'il s'en est dcartW,
c'est dans la peinture du caractire chevaleresque de Rodrigo
qui, d'apr6s I'histoire, 6tait anim6 de la meme cupidity que
ses compagnons d'aventure. Mais notre dramaturge, dans sa
douce plhilosophie, n'a pas voulu admettre que, dans un group
come chez un individu, le mal seul puisse r6gner en sou-
verain.
Ce fonds de morality, qui rend toute ceuvre durable, donne
A ce livre un int6r6t sympathique qui le recommande A I'etran.
ger comme A I'llaitien. Le jeune auteur appelle modestement
SLA FILLE DU CACIQUED son premier essai dramatique.
II est des coups d'essai qui valent des coups de maitres.

JIREMIE

IV


L'ENSEIGNEMENT A L'ECOLE DU SOIR(*)



MESDAMES,
MESSIEURS,
Les oeuvres humaineF, en s'dloignant de l'dpoque de leur
naissance, grandissent ou ddclinent selon la foi des hommes
qui les soutiennent et le caract6re des circonstances qu'elles
traversent. Fond6es dans une 6poque'd'hesitation, elles exi-
gent pour vivre une advance de force considerable de la part
de leurs createurs; mais les BlIments qui les constituent,
puis6s dans la volontd de quelques rares croyants, finissent
presque toujours par s'user centre la resistance du plus grand
nombre. II est vrai que de leurs vestiges, lorsqu'elles ont 6tW
6difides sous la direction d'une idde just, peut sortir un mo-


(*) 17 janvier 1894.








HAITI INDIPENDANTE


nument nouveau, imposant par ses proportions. Quoi qu'il
en soil, la main du temps aura deja disperse bien des mat6-
riaux, efface bien des empreintes qui avaient leur signification
frappante et instructive. Souvent aussi on remue les pre-
mibres foundations, on d6place les premieres lignes, on en
trace de nouvelles suivant les exigences de l'art contemporain.
Mais I'Association du Centenaire de 1'lnd6pendance natio-
nale, venue dans un temps o. les esprits, moins sceptiques,
entrent dans la voie des pressantes r6formes, a fort heureu-
sement atteint son deuxi6me anniversaire. Vous la consid6rez
comme une n6cessit6 actuelle, comme une assurance pour
l'avenir. Ce qu'elle promettait d6s le d6but elle a su le r6aliser
en parties: elle a fond6 son cole du soir. Elle ne s'arr6te pas
aux manifestations capable de captiver l'atter.tion des lettr6s,
des hommes qui se sont forms par I'6tude et qui ont la noble
ambition de fire connaitre leurs talents. Elle enseigne, prou-
vant ainsi que le meilleur moyen de servir l'humanitl, c'est
de 1'eclairer en glorifiant les grands actes accomplish dans le
passe et en provoquant les nobles initiatives au profit des gB-
nerations futures. La lumi6re passe par I'intelligence pour
aller vivifier routes les faces de l'entendement. Les actes d'hd-
roisme et de sublime abnegation forment I'6ducation des
peuples qui lisent l'histoire, ace miroir des nations et des 6vd-
nements. D C'est avec raison que vous eslimez la foundation de
notre cole come I'acte le plus important que nous ayons
accompli depuis notre stance solennelle du 17 Janvier 1892.
Notre appel aux ouvriers n'a pas Wt6 vain. II est consolant de
voir des hommes, d6ej entrds dans une vie de luttes et de fa-
tigues, venir ici chercher leur r6cr6ation dans la lecture, 1'd-
criture et le calcul. II est encore plus consolant de les voir
chercher a connaitre leurs obligations et leurs droits comme
citoyens d'une rdpublique libre et independante.
Nous avons compris de bonne heure que pour arriver au
r6sultat dtsird il fallait utiliser toutes les bonnes volontds.
Dans cette ligue incessamment ouverte, la quality de membre
de notre Association ne conf6re pas seule A nos yeux le litre
d'61u. Toutes les influences acquises par une existence ho-








HAITI INDEPENDANTE


norable nous ont paru propres ha tre mises a contribution
afin de solliciter un movement decisif. Un home qui a su
trouver une honn6te ai ance dans un labeur opinii.re et qui
s'est distingud dans la pratique de son art ou do son m6tier,
occupe dans le monde une situation qui fait de lui un patron,
un conseil. II ne refusera jamais son concours a celui qui
veut servir les inter6ts de tous; car il comprend que le meil-
leur moyen d'aplanir les difficulties, c'est d'associer toutes les
forces, toules les inielligences, en vue d'assurer la vraie so-
li'larit6. Nous nous sommes done adresss6s aux principaux
artisans pour leur dem-nder d'engager a suivre nos lemons
les jeunes homes a qui ils procurent de l'ouvrage. Deja
nous savions que le people ne demandait qu'A travailler, Mais
d6s ce moment nous avons Wte A meme de constater que le
bon levain manipul6 par les citoyens bien peasants avail tout
mis en fermentation dans les classes ouvrieres. Ce ph6no-
mene, si vous le voulez, loin de so ralentir, se d6veloppera.
Beaucoup d'hommes sont venus s'inscrire, nous croyant
sinc6res. De routes parts on nous adressait des paroles for-
tifiantes. La main de l'ouvrier est loyale. Eh bien, cette main
nous ltait tendue en signe de remerciment. Nous avions le
principal, la volout6; mais I'accessoire qui fait la concurrence
au principal pour lenir la premiere place apr6s l'.poque de
creation se montrait capricieux. L'argent nous mauquait.Nous
avions un local, mais point de materiel. Les BlIves inscrits se
presentaient, il fallait ouvrir les course. Nous avons commence
I'enseignement, et presque tous nous Acoutaient debout.-
C'est alors que le Ministlre de I'Instruction publique nous est
venu en aide en nous donnant cinq banes, un tableau noir et
vingt-quatre tableaux delecture. Des amis g6enreux, tels que
Messieurs Thdodore Brisson et Horel Bayard, nous ont offert
des cahiers d'erriture et des specimens de livres de lecture.
Nous avons fait le reste. A c6t6 des noms des bienfaiteurs
de l'oeuvre, nous sommes heureux de porter ceux de Mes-
sieurs Dulcinh Jn. Louis et Dautes Fortunat. Le premier nous
a envoy quelques exemplaires de son intdressant manuel
d'agriculture A I'usage du cultivateur haitien, le second nous








HAITI INDEPENDANTE


a fait don d'une caite de I'ile d'llaiti. Les frais du luminaire
ont Wt6 assures pendant les deux premiers mois par un don
gratuit de Messieurs Augusie blartelly et Arnil Saint-Rome.
Nous avons vecu ainsi jusqu'au jour oi le corps 16gislatif
nous a votl une subvention de $ 150.
II ne nous suffisait pas de faire lire et ecrire dans le silence,
une overture solennelle 6tait necessaire apr6s plusieurs
jours d'essai. La benediction de Dieu fu; appelde sur notre
oeuvre, et les paroles pronounces, le 2 mai, par le cure de
Saint-Joseph, sont d'accord avec les principles lignes de
notre programme. M. ThBophile Marlin, qui se montro par-
tout ofi il s'agit de fire prdvaloir la grande idWe de l'ensei-
gnement populaire, a aussi parl6 officiellement, ce jour, au
nom du conseil d'inspection. Entr6s en action, au milieu d'une
telle explosion de sympathie, notre lendemain paraissait cer-
tain.
Nous avons inaugure nos legons publiques par des conf6-
rences qui attiraient, chaque soir, dans notre salle, un nombre
considerable d'auditeurs. Mais nous n'avons pas tarde A re-
connaitre que notre mode d'enseignement n'6tait pas le meil-
leur que nous pussions adopter. Tandis que quelques maitres
ouvriers, que quelques jeunes officers de I'armee se laissaient
allerjusqu'A l'exaltation,quand nous faisions passer sous leurs
yeux les figures illuminates de 1804, les ouvriers obscurs,
ceux qui ne saveht ni lire ni 6crire, desertaient notre salle,
et nos bans s'6claircissaient ehaque jour davantage du cot6
of ils avaient habitudede de se grouper. Ce fait Blait de nature
a frapper notre attention et a nous suggdrer des reflexions
ameres. L'enthousiasme a peine allum6 se serait-il 6teint chez
nos bons ouvriers? Seraient-ils fatigues d'entendre parler du
pass et des esperances des patriots? Auraient-ils conscience
de l'inferiorite des generations presentes en face de ces
hommes plus que giants qui, dans un jour de sainte col6re,
ont fait voler en eclats les debris du monde colonial? Toutes
ces questions se pressaient dans notre esprit. DjiA commen-
gait a souffler sur nos reves le vent froid de la disillusion. II
y avait pourtant un bien immense a faire. L'amour du devoir










HAITI INDEPENDANTE


nous relevait sans cesse de cet 6tat d'abattement qui semblait
pr6sager la ruine de routes nos conceptions. La disparition
de l'Hcole aurait Wle I'atrophie inevitable de l'Association. La
saison 6tait mauvaise, nous mimes i la charge d'un temps
pluvieux l'abstention des l6eves auxquels nous tenions le plus.
Mais c'6lait une I6gere compensation au mal moral qui nous
torturait. Enfin, a force de meditations, nous avons reconnu
que trop peu d'heures par semaioe dlaient consacres aux
I~lments de la lecture, du calcul et de 1'6criture. Nous avons
done moditi6 notre plan d'6tudes et, dUs lors, nous avons ob-
tenu des resultats plus satisfaisants. L'expeiience taile ici
nous a clairement ddmontrd qu'il ne suffit pas d'etre bien in-
tentionn6 pour rdussir. II faut encore s'dvertuer A se meltre
a la portee de ceux que l'on veut instruire. Cette experience
est bien applicable au milieu plus vaste oi se meut le people
ha'iien. Les plus saines theories soutenues h la tribune et
daris la press tombent sans effet sur I'a.m de la foule qui
n'a pas Wte preparee les entendre. C'est pn vain qu'on lui
parle de liberty, de droits sacrEs, inalienables et imprescrip-
tibles; c'est en vain qu'on lui parle de civilisation, de la ne-
cessild de renoncer aux fausses doctrines, si on ne l'a pas
initie aux connaissancesquiouvrent l'inlelligenceaux grandes
iddes. Vous traverserez les mers pour aller chercher les lois
les plus protectrices, les institutions les plus sages; vous o'au-
rez rien faith, si les citoyens a qui vous les olTrez ne sont pas
capable de lire ces lois, encore moins de comprendre ces
institutions. Tous les jours, n'ntendons-nous pas ces accu-
sations qui pBsent sur les homes d'Etat haitiens? Ne dit-on
pas 6 tout propos qu'ils sont 6goistes, qu'ils trompent le
people? Cependant, on n'est pas quite envers le people une
foisqu'on a iujurie ceux-IA qu'on lui ddsigne comme ses pires
ennemis. Prouvez-lui, en le servant, que vous n'aspirez pas
a le dominor A votre tour.
C'est une souveraine injustice que de rendre les homes
politiques seuls responsables du deplorable Mtat de choses
que nous constatons.
Les grands pouvoirs de I'Etat ont pour principal attribu-










54 HAITI INDEPENDANTE

tion de donner le branle aux idWes d'ordre et de progres;
mais tous les citoyens 6clairis doivent aussi quelque chose a
la communaut(. [Is sont appeles A s'organiser en vastes as-
sociations pour appliquer les idWes qu'ils preconisent. Its se-
ront certes fcout s, s'ils ont sur les !6vres et dans le coeur
cette chaleur de conviction, cette force d'ime qui command
le progres et qui le rialise. II n'est pas n6cessaire que I'on
soit an timon des affairs pub!iques pour meriter quelque
attention, car ce n'est pas le pouvoir qui confrre l'autorite.
Le pouvoir est un moyen puissant. lais I'autorite que I'homme
tient de ses mceurs et de ses principles est un privilege inhe-
rent a son caractere. Elle vient avant le pouvoir et lui sert
do guide.
II restait un autre inconvenient tout aussi grave que le
premier. L'enseignement mutuel, si fructueux dans des classes
nombreuses composes de cnommen'ints, ne pouvait pas 6tre
applique, pour le motif que les livres de lecture n'Mtaient pas
les m6mes. Dans une mmme division, les modules d'kcriture
variernient (galement d'un cashier a I'autre. La presence de
plusieurs professeurs dtaient donc indispensable. Nous Blions
obliges de nommer des Blvves-ripititeurs qui nous aidaient A
cette tiche si delicate. Les plus jeunes etaient les plus avan-
ces, et les plus ages 6prouvaient une sorte de repugnance a
se laisser conduire par des jeunes gens A qui il manquait
sur eux de I'ascendant. Les definitions trop abstraites rebu-
talent ceux-ld qui n'avaient pas eu dans leur enfance le bon-
heur de s'asseoir sur les bancs. Les examples puis6s dans les
livres destinds aux premiers Ages ne sont point en rapport
avec la tournure d'esprit do ces homes que les fables n'a-
musent point.
Les le6ves professants, malgr6 leur bon vouloir, 6taient
insuffisants A la lAche. La mission (tait bien au-dessus de
leur competence. L'experience des membres de I'Association
pouvait seule obvier aux difficultls qui se mullipliaient. 11 a
fallu se passer des livres, tr over des examples dans les faits
contemporains, dans notre histcire national. Des phrases
courts, dictdes au tableau, fixaient I'attention sur le mouve-










HAITI INDJIPENDANTE 65

ment de notre nationalist merchant vers l'avenir, surlout sur
ce passe plein de scenes dmouvantes qui ont faith d'un trou-
peau d'esclaves une legion de souverains tuant I'oppression
et ressuscitant le droit sous le ciel des Antilles. Cest ainsi que
nous enseignons la langue frangaise aux descendants des es-
claves. Nous visons moins A faire des stylistes charmants que
des homes qui se serviront plus tard de la plume et de la
parole pour traduire leurs iddes, conformement au caract6re
qui les rapproche de leur origin et du role qu'ils sont des-
tines a remplir dans leur pays. La littirature ne doit pas 6tre
seulement un ornement de l'esprit, une etiquette enjoliv6e
qui ouvre les salons oh I'on faith de l'Hrudition pour le plaisir
des dames. Ce genre de litt6rature, il est vrai, polit les mceurs
et developpe le sens du beau, mais ce n'eAt pas ella qui crie
les races fortes et qui inspire I'amour de la patrie. Pour
qu'une literature soit utile a ceux qui ont besoin de notions
indispensables, il faut qu'elle soit I'bcho do leurs sentiments;
il faut que dans leur intelligence elle soil le reflet des objets
qui les entourent. Avant d'apprendre les hauts fails d'Annibal
ou du general Hoche, le pacificateur de la Vendee, I'Haitien
dolt savoir qu'en 1492 Christophe Colomb decouvrit I'Amd-
rique, et qu'en 1703 la liberty g6n rale fut proclam6e A Saint-
Domingue.
Nous accordons autant d'heures aux sciences math6ma-
tiques qu'au franuais, et le calcul oral occupy une large place
dans notre enseignement. Puisque nous voulons mettre l'ou-
vrier en measure de tirer le plus de profit possible de son
mdtier; puisque chaque jour il a des fournitures a acheter
pour alimenler son industries, il imported qu'il sache calculer
vite et ses ddpenses et ses recettes. Est-il charpentier, il dolt
pouvoir dire, A celui qui I'appelle pour la construction d'une
maison, combien de mat6riaux seront employs dans cette
construction, d'apr6s le plan qu'il a sous les yeux. Le manque
des conn;aisances n6cessaires fait solvent perdre A I'ouvrier
hailien des entreprises importantes qui conlribueraient ami-
liorer son sort. Les ridicules prdjugds ont fini par briser ces
liens de confraternit6 qui autrefois unissaient les homes










66 HAITI INDEPENDANTE

d'une meme profession. L'apprenti, encore incapable d'arri-
ver A la pratique, se montre impatient d'une tutelle bienfai-
sante et se decerne A lui-meme un brevet de maitre. Par
une independance prdmatur~e commence la longue serie de
ses malheurs. Un propridlaire I'appelle sans I'intermidiaire
d'un arclitecte. Mis A l'ceuvre, il se trouve bien au dessous
de ses provisions et la ddpense est doublee. On doute de sa
franchise et demain on refusera de lui confier de l'ouvrage.
II marchera de deception en deception. II ne sait pas poser
le chilire, de la parent ses mecomptes; mais it s'en prend
plutlt A une concurrence deloyale. II maudira son m6tier,
et se jettera dans la preminire mneute qui lui promettra I'ai-
sance sans travail. 11 y a de ces causes cachees de troubles
civil que beaucoup ne se donnent pas la peine de chercher
et qu'il serait cependant facile de detruire avec un peu de
bonne volont6. Aulant que possible, nous nous appliquons A
dicter a nos l66ves des problAmes don't la solution leur parait
difficile et qui pourtant ne roulent que sur les quatre r6gles.
Ils y prennent d'autant plus de goft qu'il s'agit de lenrs pro-
fessions. Nous esperons que nous obtiendrons le mmie r6-
sultat dans I'enseignement du dessin g6om6trique. Dins l'6tat
actuel de l'industrie, le dessin est indispensable A I'ouvrier.
Ca Aveille sa curiosild et son esprit d'invention. C'csl I'art qui
ennoblit les m6iiers. L'ouvrier qui sait reproduire les lines
d'une gravure aspire a devenir architecte. II devra son avan-
cement et sa fortune a son amour-propre. II sera tier de faire
de ses enfants des ouvriers, car il a la conviction que son m6-
tier, honorable a ses yeux, ne sera pas avili dans les mains
des siens. Nous ne nous arr6terons pas au trac6 des lignes,
nous irons jusqu'au dessin d'ornement, si votre concours,
Mesdames et Messieurs, ne nous faith pas default. Prouvons a
tous quo Ion peut faire du bien au people sans le precipiter
dans les horreurs de la guerre fratricide. Disons-lui qu'il trou-
vera la garantie de son ind6pendance dans la qiretA de ses
goits et dans la force de ses muscles.
L'enseignement primaire, pour 6tre utile, doit comporter
toutes les mati6res indispensables. La civilisation moderne a









HAITI INDEPENDANTE


6largi le cadre des connaissances humaines. Un programme
d'6tudes, quelque elImentaire qu'il soit, comporte des points
important qu'autrefois on rdseivait pour I'enseignement se-
condaire, m6me supdrieur. Aujourd'hui, partout en Europe
et dans les Etats-Unis de I'Amdrique du Nord, des savants
fondent des associations populaires pour entretenir les classes
ouvri6res des merveilles de la science et des ddcouvertes
nouvelles. II est vraiment admirable de voir des hommes
qui ont consacr6 toute leur vie aux recherches scientitiques,
se mettre la port6e des illettres pour leur expliquer ce qu'ils
ne pourraient apprendre qu'apr6s de nombreuses annies d'd-
preuves. Puisque l'homme ne dolt rien ignore de ce qui est
dans la nature, puisqu'il est ne dans la soci6td de ses sem-
blables et qu'il a des rapports avec tous, c'est le mettre A la
portee de ses obligations et de ses droits, c'est cleverer a la
hauteur de sa destinde que de lui fair toucher du doigt
chaque chose. Les pedagogues et lea politiques l'ont si bien
compris qu'ils ont fait entrer dans 'instruction le6mentaire
les lemons de choses sous le titre de conuaissances usuelles.
On enseigne ces connaissances aux enfants comme prdpara-
tion d la vie pratique. Si, nous aussi, nous avons adopted ce
plan d'etudes, ce n'est pas pour charmer les loisirs de 'ou-
vrier, c'est plul6t pour I'aider A tirer profit des obstacles qui
I'enserrent. L'homme d'Etat gouverne avec les difficult, et,
a defaut de pouvoir supprimer l'opposition qui est une ma-
nifestation de la libeitd, se sert de l'opposition comme d'un
moyen de gouvernement. Eh bien, I'ordre politique a bien
des points de contact avec I'ordre natural.
Dans I'ordre natural I'homme est loujours en action, mais
pour que ses forces ne soient pas inutilement d6pensdes, ii
faut que chacun de ses efforts le rapproche du but. Vivre
c'est letter; la bonne lutte consist A voyager A travers les
obstacles. Mettez l'ouvrier en measure de bien connaitre la na-
ture des materiaux qu'il emploie. Qu'il sache calculer les
lois de la pesanteur et de la resistance, il sera persiverant;
il dirigera ses connaissances vers un but et n'acceptera pas
qu'on le mrne au hasard.









HAITI INDEPENDANTE


II est de la condition humaine de marcher au progrvs en
questionnant routes les resources de la nature. Cette obliga-
lion n'est pas file A quelques homes, mais A l'homme.
Les choses ont W6t si bien combines des le principle, qu'il
n'a pas dtL donn6 a un seul individu de fonder la soci6de. Et
dans la suite des temps, lorsqu'un home de g6nie surgissait
d'un 6vdnement pour accomplir une besogne politique on so-
ciale, il n'6taitque le facteur conscient trouv6 par son 6poque.
A part ces connaissances qui ouvre I'intelligence A la per-
ception des choses ext6rieures, nous avons introduit la mo-
rale dans notre programme. II ne sullit pas pour 6tre hon-
nete que I'bomme sache plier la mati6re h ses goits. Sivoir
6crire et calculer ne donne pas une rBgle de conduite Le
coeur a des besoins qui ne trouvent leur 1lgitime satisfaction
ni dans les travaux scientific element exdcut6e, ni dans la for-
tune acquise dans un court espaie de temps. Lorsqu'elles
sont I'unique objet des preoccupations, ces choses, utiles sans
doute et que I'on perd rarenment de vue, alimentent I'6goisme
et entretiennent dans la society one guerre implacable oi les
plus habiles, les plus rus6s I'emportent en depit du bon sens.
Ce qui fait la civilisation, cette civilisation digne de resister
aux assauts de la barbaric et d'occuper une page dans le
livre de la posterite, ce ne sont pas les monuments que le
voyageur rencontre sur sa route; c'est au contraire I'harno-
nie des droits consolidate par la raison et la pratique de la
justice.
La Justice! routes les revendications l'ont arboree comme
un drapeau Cetle idie est si juste qu'el'e est pour chacun un
sentiment. D'ou vient cependant que, malgrd ce sentiment
qui frissonne ddns I'Aine universelle des peoples, il y a tou-
jours parmi les nations des Etats Bcras6s sous le poids de la
force extdrieure triumphant du droit? D'oi vient q i'il y a, au
sein mine des nations, des citoyons qi subisseut toutes lea
spolialions, toules les humiliations, au nom l'une prdtendue
loi de conservation, loi qui ne troupe sa source nulle part,
si ce nest dans l'app6tit de queltues insatiables? C'est que
chacun reclame pour soi sans avoir souci de ce qu'il doit









HAITI INDIPENDANTE


aux autres. Le peuplo haitien, quoique faible par le nombre,
r6sistera a toute nation qui tentera de lui ravirAa liberty. II
est jaloux de son independence, il veut transmettre embelli
A la posterit6 1l'hritage de ses immorteli aieux. Pour que ce
g6ndreux Blan soit mpintenu haut, entretenons son 6nergie.
Disons-lui qu'etre injuste envers un home, quelque infime
qu'il soit, c'est affaiblir le resort qui associe toutes les forces,
c'est faire breche au pacte social. En parlant A l'ouvrier de
ce qu'il se dolt A lui-m6me, nons lui disons aussi ce qu'il
doit a ses semblables. II demeurera convaincu que sa science
le mettra en evidence et que sa probity assurera son credit.
MalgrB les nombreuses lemons roulant sur ses devoirs en-
vers lui-mtme et envers les autres homes, ii c6derait sou-
vent an dds:r d'assurer son bien-lire en froissant les intarats
d'autrui, si nous ne donnions comme couronnement a nos
dissertations cette idWe qui prime toutes les autres et qui est
la derniere esp6rance: l'idee de Dieu.
Vous voyez, Mesdames et Messieurs, que nous travaillons
a reliever sa condition en lui inculquant les notions les plus
propres A fire de lui un des plus fermes souliens de la pa-
trie, un dos defenseurs les plus fervenis do la stability social.
Nous n'entendons paq, apr6s 1'avoir ainsi prdpard A son
role d'homme, lui laisser le soin d'arriver, A force de lec-
tures, A d6couvrir les lois. de la production. Nous tenons
aussi A lui faire de nombreuses lemons sur 1'6conomie poli-
tique. A aucune epoque I'artisan ne s'est livr6 A autant d'ef-
forts pour faire reconnaitre ses droils. 11 vise m6me A la su.
primatie. Cette fiUvre du mieux qui I'agite le pousse A des
actions souvent sanglantes qui inspirent de justes craintee A
l'ancien continent. L'ouvrier hailien sachant lire s'abonnerait
plut6t A ces organes de publicity qui reproduisent les djld-
ances de I'ouvrier europeen. En le faisant, ii ob6irait A une
sympathie que justifierait sa condition. On serait en droil
de nous dire que nous avons 6veilld dans notre pays un ins-
tinct malfaisant et contribute A propager l'instruction rien
que dans le but d'amener une regrettable confusion. Nous
aimerions mieux disparaitre avec notre couvre plut6t que d'ag-









10 HAITI INDSPENDANTE

graver le peril que nous voulons conjurer. Nous avons insti-
tue une chaire d'dconomie politique pour parler a l'ouvrier
de la noblesse du travail manuel, pour lui dire que dans le
monde social le travail est une jouissance puisqu'il crie l'in-
dependance individuelle, pour lui r6peter que la base de la
propridet c'est le travail. 11 apprendra A computer plutot sur
ses efforts que sur la libdralitM d'autrui. Quand on l'entre-
tient sans cesse de la production, de la repartition et de la
consommation des richesses, il est encourage a faire mieux.
II appreciera les avantages de I'association. II saura que s'as-
socier A d'autres hommes pour produire ce que ne sauraient
fournir plusieurs individus isols, c'est 6tre prkvoyant. II saura
qu'il est plus prudent, plus fructueux de s'associer pour
d6velopper une industries que pour tenter un coup de main
qui consommerait la ruine de ses conciloyens. Nos per;s se
sont unis pour renverser un ordre de choses inique, pour
creer le travail libre. Nous devons nous associer pour accli-
mater le bien-6tre sur ce sol qu'ils nous ont lIgue. Le grand
acte qu'ils out accompli a done: une solution plus ration-
nelle a la question 6conomique. La suppression de l'esclavage
a rendu n6cessaire I'emploi des machines et les machines ont
centuple les forces.
L'ann6e dernikre, quelques artisans out demand aux
Chambres une scierie a vapeur. Esperons que leur vacu sera
rempli et que des ouvriers exergant d'autres professions
que cells de charpentiers et de menuisiers scnliront la nd-
cessit6 de se procurer en common d'autres instruments tout
aussi indispensables. Grdce h cette science, qui ddmontre la
necessit6 de I'association et de la division du travail, l'ai'ance
pourra bient6t s'asscoir A tous les foyers. Et, pour habituer
nos dIlves a I'6pargoe, nous nous proposons de creer pour
eux une caisse oi, chique semaine, ils pourront deposer
leurs faibles economies. Le directeur de cette caisse sera un
ouvrier Mlu par eux, et le produit sera, a la fin de chaque
trimestre, verse a I'cole professionnelle qui leur assurera
un inl6trt. I)ans ce but, nous nous entendrons avec la nou-
velle association. Et, comme pour jeter les bases d'une so-








HAITI INDEPENDANTE 71
cietd de secours mutuels, nous demanderons a chacun de nos
Bives deux centimes par semaine. Nous commanderons, cette
annde, une pharmacie oi, avec le secours des hommes de
I'art que nous comptons dans nos rangs, nous pourrons dis-
Iribuer les medicaments a tous ceux qui viennent reguliBre-
ment suivre nos course. Nous les recommanderons au Gou-
vet nement et a nos amis qui ont des travaux A exdcuter.
Le d6veloppement de cas questions d'ordre moral et 6co-
nomiquenous amine necessairement aaborder le droit usuel.
L'ouvrier est fier de son litredecitoyen : il imported qu'il sache
que c'est la reunion des droits civils et des droits politiques
qui constitute cette quality. En commentant publiquement
devant lui I'article 11 du code civil, on lui ouvre un horizon
bien vaste vers lequel il marchera d'un pas sltr. II possede
des droils; on les m6connait quand il en n6glige l'exercice,
il est puni quand il en abuse. Son existence ne sera qu'un
tourment s'il ne se souvient pas que le droit est le moyen
d'accomplir le devoir; s'il ignore que tous ls citoyens sont
6gaux devant la loi et que la loi les protege tant qu'ils sont
sages. II est impose une limited a la liberty, et cette limited se
trouve dans le respect de soi-meme et dats l'observance des
6gards dus aux autres. 11 c6toie un abime qui cache A ses
yenx la perte ou la suspension de sa quality de citoyen, que
-son oeil soit droit, il dvitera la chute. La force publique ne
sera pas toujours armde contre lui, et il n'aura pas I'occasion
de protester centre des vexations de la part des agents de
police. Celui qui est souvent en faute se trouve constamment
sous le coup d'une prevention qui gene de plus en plus sa
liberal et qui I'excite a la rdvolte. Quand les homes qui sont
dans cette condition sont nombreux, on peut dire que la so-
cietd est en pdril.
Qu'il apprenne que le droit civil lui-meme se divise en
droit de famille et en droit de propridtd. II a une compagne
qu'il aime et qui partage ses travaux; il saura que le marriage
est pour elle une garantie. II aura la certitude que mourant
remain, laissant cette femme a un Age avance, la misere ne
I'aura pas remplacd au foyer. Un hdritier sans coeur ne vien-









HAITI INDEPENDANTE


dra pas dire a cette malheureuse: cRendez-moi ces outils
qui ne vous appartiennent pas, sortez de ce logis que vous
avez contribud a acheter, mais sur lequel vous n'avez aucun
droit,. M6me aprbs une jeunesse frivole, il se rappellera
qu'il lui reste encore une resource pour rdparer quelque
peu ses imprivoyances: la donation entire vifs ou testamen-
taire. II saura pour quel motif nos p6res ont donn6 la pro-
prietd immobili6re le caract6re d'un droit politique. II com-
prendra que cette exclusion proclamde par le premier cons-
tituant haitien en faveur des indigenes n'6tait pas inspire
par la haine, mais bien par les necessites du moment. Le
systime colonial pivotait sur l'esclavage, I'esclave 6tait con-
sidkr comme une chose, immeuble par destination. Devenu
libre au prix de bien grands sacrifices, il 6tait just qu'il efat
la propri6t6 exclusive du sol. II rest A l'ouvrier haitien, agri-
culteur ou artisan, A mettre la terre en valeur. C'est pour
cela que la constitution de 1805 proclamait l'obligation du
travail manuel. Quand on consid6re bion les choses, on voit
que I'homme est tout entier dans la propril66. Par la pro
priWte mobilikre ii est de tous les climates et de tous les pays;
mais ce qui I'attache au lieu qui I'a vu naitre, c'est la possi-
bilit6 d'8tre propri6taire d'une parcelle de terre. Le souvenir
de son pere et de sa mere, I'afection de ses enfants, acheve-
ront de l'intdresser au sort de sa patrie.
La divcrsite des roles 6tablit I'harmonie. Tous contribuent
A la prosp6rit6 de la R6publique, mais chacun dans une
sphere dilT6rente. II faut que quelques-uns soient prdpos6s A
Administration des intre6ts communs. Mais dans une RBpu-
blique d6mocratique, ceux-la ne choississent pas leur role
comme 6tant la part la plus 16g6re et la plus lucrative. Ils ne
transmettent pas leurs attributions comme un droit de fa-
mille, comme un titre de propri6t6, A leurs descendants. On
ne destine pas une categorie d'hommes, en raison des antd-
c6dents de leurs anc6tres, A une branch d6terminde & I'ex-
clusion de tous les autres. Tous sont classes, sans acception
de personnel, d'apr6s leurs aptitudes. C'est pourquoi l'61ec-
tion est la base du syst6me politique. II est important que









HAITI INDEPENDANTE


lous les citoyens comprennent ce systSme. L'6tude du droit
public est done un point capital qui devait naturellement fi-
gurer dans notre programme. 11 ne faut pas que les 6poques
de champagne 6lectorale, loin d'elever les esprits a la hauteur
d'un principle, soient des dpoques de dissipations oh les iddes
sont sacrifices aux personnel, I'amour du bien a une popu-
laritd de mauvais aloi. Instruire tout le monde, c'est mora-
liser le sulfrage universe. Nous entendons dire souvent que
cette institution n'a pas sa raison d'etre en Haiti, qu'elle est
plutot une cause de trouble et de corruption. On oublie done
qu'elle est une conqukte don't le people est jaloux et que le
people ne renonce pas a ses conquetes! Le suffrage universal
n'est pas un mal, il rdvele I'existence d'un mal: I'ignorance.
Le pouvoir est au people, c'est lui qui en d6dlgue l'exer-
cice. Si vous supprimez le vote, vous retournerez au gouver-
nement absolu d'un seul. C'est ce que vous ne voulz pas, et
vous avez raison. Mais le gouvernement d'un seul est-il plus
funeste que celui de tous la o l tous n'ont pas une volonti
dclairee? se demandent quelques publicists. En rdpandant
la lumiere, vous vous rapprochez de l'idaal entrevu par
Alexandre PNtion, le fondateur de la H6publique.
line fois que le people sera convaincu que c'est par son
suffrage qu'il ddlegue ses prerogatives, il saura aussi que la
constitution de son pays, vote par ses representants, a 6tabli
la division des trois pouvoirs qui garantissent le libre jeu des
institutions. II entourera les d6positaires de la puissance pu-
blique de tous les honneurs qui leur sont dus, il verra dans
es fonctionnaires des administrateurs responsables, nommes
ar un citoyen revetu de laconliance national, pour ttre sorti
e l'election.
Nous expliquons aussi l'obligation du service militaire a
es soldats qui viennent suivre nos legons. Nous leur disons
ue l'armde est une cole of toutes les classes so confondent
ous les plis d'un mime drapeau en vue de la defense com-
nune. Nous leur disons que le nord, le sud et I'ouest sont
es points geographiques qui divisent le territoire au point
e vue administratif, mais qui ne divisent point les citoyens,









74 HAITI INDEPENrANTE

et que lorsqu'il va en garnison, le soldat qui sait lire entre-
prend un voyage d'observations. Nous leur disons qu'il n'y a
point de difference entre le citoyeu et le soldat, et que I'obli-
gation du service militaire, faite a tous, ddcoule du systlme
democratique.
Voili, Mesdames et Messieurs, le programme que l'Asso-
ciation du Centenaire de i'lndependance national a adopt
apr6s de mores deliberations. Nous esperons que vous ne
I'aurez pas trouv6 trop 6tendu. Toute la question social s'y
trouve. Nous nous adressons a des hommes qui vivent dans
une society don't I'origine a 6td souillee par I'esclavage, et qui
soot appeals a 6tre d'autant plus forts, d'autant plus moraux,
qu'on les croit incapables de hautes aspirations et de sublime
pensdes. Plus tard, si nos resources nous le permettent, nous
dtablirons des dcoles du soir dans la banlieue, dan3 plusieurs
quarters de la ville. Puisse ce movement gagner tous les
autres points de la KRpublique!
Non! Haiti ne sera point une deception pour les philan-
thropes qui lui ont prddit un brilliant avenir. Elle placera A
c6te de ses grands hommes ces amis de l'humanitd qui ont
consacr6 leur carriere d'dcrivains d la defense des opprimns.
Et celui d'entre ces apotres qui vient d'entrer dans la plini-
tude de la gloire, Victor Schclcher, applaudira encore dans
sa serene immortality aux efforts, au triomphe de la race
noire r6alisant le reve des penseurs et des hommes d'action
qui l'ont emancipee.

V

Z. I B E TEt JP


MESDAMES,
MESSIEURS,
Tous les faits accomplish dans 1'histoire de I'humanit6 n'of-
frent pas un 6gal intlret. Quelques-uns restent enfouis dans
l'oubli, et s'il arrive quelquefois qu'on les exhume pour sa-









HAITI INDtPENDANTE 75
tisfaire I'6rudition, ils demeurent sans utility pour les peuples,
car il n'en sort aucun enseignement serieux. II en est id'autres
au contraire don't I'imposante physionomie fixe I'attention des
generations qui se succ6dent parce qu'ils sont des souvenirs
reconforlants, parce qu'ils ecartent le voile de l'avenir et for-
tilient I'esperance. Le grand 6vdnement don't nous venons cd-
16brer le 101e anniversaire est un de ces faits que l'on rap-
pelle daus I'exaltation de la joie et qui jettent un jour eclatant
sur une 6poque fameuse.
Vous vous demandez sans doute si l'Association du Cente-
naire peut 6tre joyeuse quand elle a un deuil recent A res-
pecter; vous vous demandez sans doute s'il est seant qu'elle
soit en fete an moment oa la tombe vient de se refermer sur
les restes de Robert Gellrard. Mais il y a de ces morts que
l'on ne pleure pas dans le silence. Dans les occasions solen-
nelles on dvoque leur souvenir pour mieux rendre hommage
h leurs talents, a leurs vertus.
Robert Gelfrard aimait sinc6rement sa patrie. D'une na-
ture extr6mement sensible, artiste par toutes les fibres de
son ame, il a consacr6 ses plus beaux chants aux valeureux
martyrs don't nous sommes les fils. G'est pour saluer sa mr-
moire que nous allons tout 6 l'heure entonner en choeur cet
hymne qui immortalisera son nom: I Hommage a mon pays ).
L'histoire de ce pays est dans ses premieres pages mouillee
de larmes et de sang. Elle a des feuillets enflamm6s qu'on ne
tourne pas sans une p6nible sensation. Mais il faut lire le
livre. C'est le recit d'une vie de luttes, luttes prodigieuses,
d'oCi sont sorties l'independance et la liberty.
En assistant A la representation des deux drames de notre
jeune et distingu6 po6te Massillon Coicou, vous allez faire
cette lecture. Deja vous avez entendu I'Oracle, nous vous le
redonnons pour faire revivre la p6riode indienne presque ou-
blide. Puis vous entendrez pour la premiere fois Libertd (*).

(*) Dix ans apris.ce drame devait etre reproduit sur une scene
plus vaste, A Paris.
... II y a quelque temps, dit J'Echo du 19e arrondissement,









76 HAITI INDEPENDANTE

On pense, 6tonnd, a ce qu'il a fall de luttes et d'essouffle-
ments pour faire triompher a Saint-Domingue cette devise:
Etre just envers tous. Depuis l'ouverture des hostilit6s les
esclaves n'avaient qu'un cri: vivre libres ou mourir. Au mi-
lieu des hesitations de l'autorit6 executive un homme que
guidait le sens du just et du vrai, Sonthonax, a combld leurs
voeux le 29 aofit 1793. II a proclamd sous I'eil de Dieu et en
face des nations la liberty gdndrale des esclaves. La race
noire relev6e de sa dechdance dolt a Sonthonax une impdris-
sable reconnaissance. D'autres, moins sinceres que l'lllustre
philanthrope, ont voulu remettre I'esclave sous le joug. L'es-
clave a rdsist6 et A la liberty l'esclave a ajout6 I'inddpendance.
Mesdames et Messieurs, I'Association du Centenaire en
vous remerciant d'6tre venus ce soir I'encourager par votre
presence, vous prie de lui accorder toujours votre bienveil-
lante sympathie.
29 aout 1894





grand dmoi dans les coulisses du paisible th6Utre CLUNY, 6moi
qui transpirait au dehors, un drame intitul6: Libertd, allait ktre
joue a ce theatre et on lui prddisait un immense succes. Pour-
quoi? Parce que ce drame 6tait 6cril en purs alexandrins et, ainsi
que le faisaient remarquer nos confreres, c'ktait I'o uvre d'un...
n6gre.
Autre particularity a noter en cette circonstance, cette piece
portait en elle cette originality, qu'elle ne comptait qu'un seul
personnage f6minin et la propre fille de l'auteur ... une n6gresse
allait remplir ce rl6e. Qui dtait ce n6gre? L'ancien secr6taire de
la Legation d'Haiti a Paris. Son nom? M. MASSILLON COIGOU. M.
Coicou est, en effet, un des poktes les plus distinguds d'IHaiti, un
vrai pokte qui a le don de communiquer a ses vers tous les sen-
timents de son Ame de patriot; en outre il s'exprime dans un
language presque acad6mique. L'auteur de Liberte a enrichi le Par-
nasse haitien de nombreuses pieces de vers fort goitdes du
monde intellectual d'Haiti et dont la plupart ont Wdt publi6es dans
la (FRATERNIT))...
G. FABIUS DE CHAMPVILLE.
((L'EGho du 9-em Arrondissement), jeudi, 26 janvier 1905).















III

REORGANISATION















Port-au-Prince, le ler Janvier 1901.

Monsieur le Ministre,
Un e Comitl d'initiative v, form6je Messieurs Justin Devof,
Ducasse Pierre-Louis, Frederic Doret, Victor Lamour, Louis
Midouin, Justin Lhbrisson, Dantes Bellegarde, Fdlix Magloire,
et moi, vient de se constituer, sur ma proposition, afin d'or-
ganiser une grande reunion od l'on s'occupera d'6tab!ir sur
des bases pratiques, proportionnoes A la situation actuelle du
pays, le cadre d'une manifestation qui puisse caracteriser,
d'une fagon A la fois digne et modest, la c6elbration du Cen-
tenaire de notre Ind6pendacce national.
Ratifiant mon choix personnel, le comit6 vous prie de bien
vouloir accepter la pr6sidence de cette reunion g6nerale, con-
siderant sa demand comme un hommage rendu au zBle pa-
triolique don't vous avez fait preuve dans la direction du
movement initial d'od naquit I'Association du Cen'enaire.
Presses par le temps, nous vous serious reconnaissants de
nous faire connaitre, le plus t6t possible, le jour et l'beure
ou les obligations de vos haules functions ministerielles vous
permettront de combler notre attente.
Veuillez agreer, Monsieur le Ministre, I'expression de nos
sentiments sympathiques et devouds.
Pour le Comitl d'initiative:
Le promoter ddldgud,
BENITO SYLVAIN,
Officer de la marine haliienne,
Docteur en Droit de la Faculti de Paris.

MONSIEUR JARAMIE,
Ministry des Relalton~ Extdrieutres
de la Ripublique d'Haiti.










HAITI INDMPENDANTE


I

PIROJET DE LOI
Sur l'Imposition temporaire du Tabac manufacture et des
Spiritueux a l'occasion du Centenaire de l'Ind6pendance Nationale


NORD ALEXIS
PRESIDENT D'HAITI,

Considdrant qu'il y a lieu d'assurer, par une allocation
special, la participation officielle du gouvernement i la cl66-
bration du Centenaire de l'Ind6pendance national,
Sur le rapport du Secr6taire d'Etat de I'Interieur,
Et de I'avis du conseil des Secr6taires d'Etat,
A propose,
Et le Corps 16gislatif a vote la loi suivante:
Art. Jer- Un credit de Trois cent mille dollars (300.000)
est ouvert au gouvernement pour couvrir les premiers frais
n6cessaires d la preparation du Centenaire.
Art. 2- Cette some sera principalement alleclee a la
construction de deux monuments comm6moratifs, savoir:
Une Colonne, qui doit 6tre Brig6e sur la place d'armes des
Gonaives;
Un H6tel en briques avec ossature m6tallique, destines aux
receptions officielles et A l'installation d'un musee historique.
Cet h6tel sera construit sur le terrain mdme oi fut signed
I'Acte de I'lnd6pendance et don't le gouvernement est auto-
ris6 a faire l'acquisition.
Une parties du credit servira, en outre, A subventionner les
ouvres qui se constitueront dans le but d'aider-le gouver.


Project present au gouvernement par le Ministre des Relations
Exterieures.









HAITI INDEPENDANTE


nement i organiser sur tous les points du pays la manifes-
tation morale du ter janvier 1904.
Art. 3- Pour faire face a ces d6penses, il sera percu, a
titre temporaire, A partir de la promulgation do la prdsente
loi jusqu'au 31 Mai 1904, un droit tixe de 10 0/o sur le debit
du tabac manufacture, et de 20 o/o sur la consommation des
boissons alcoolisies.
Art. 4- Un r6glement d'administration publique d6termi-
nera le mode de perception du double import ci-dessus spe-
cili.
Art. 5- La present loi sera ex6culde A la diligence des
Secr6taires d'Etat des Finances et de I'lnterieur.
Donn6, etc.



III


No 16 (Euvre du Centenaire

SOTU7-SCRIP'TIOJNTS
Pour la c61ebration du Centenaire de l'Ind6-
pendance Nationale



Extrait de I'appel du Comit6:
( Nous adressons au public cet appel qui, nous n'en dou-
tons pas, en toutes les regions de la societd,'de ses sommets
Sses couches les plus humbles, sera entendu et provoquera
da sa part une cooperation active A cette muvre de reconnais-
sance et de reconfort-de reconnaissance pour les glorieux
Ancetres, de rdconfort pour la nation v.
(Publid par le Soir et le Nouvelliste du 16 janvier 1903).









HAITI INDEPENDANTE


IV

Le caractere de T.-Louverture


MESDAMES,
MESSIEURS,
La commemoration de nos martyrs est notre revanche dans
I'histoire. En perpetuant le souvenir des grands homes la
reconnaissance des peuples achieve la destinde de leurs
idWes. A la veille du Centenaire de uotre Indcpendance natio-
nale, il est salutaire de ramener les esprits vers cette 6poque
A nulle autre pareille, oh des esclaves ont entrepris une
couvre politique 6tonnante,ddpassant la conception des hommes
d'Etat les plus illustres. Plusieurs conferences recomposeront
devant vous ces imposantes figures. Vous verrez ce soir com-
ment I'abjection s'est faite noblesse, comment Toussaint Lou-
verture a coordondd, pour mieux les diriger, les forces dis-
siminees autour de lui.
Ce n'est pas l'Mtendue du territoire qui fait les grands
homes, mais I'ampleur de vue et la puissance d'aclion.
L'uneet I'autre se trouvent incarnees au plus haut degr chez
Toussaint. Les forts temperaments brisent les obstacles et
parvicnnent A I'autoritd; mais, seuls, respectent la dignity du
commandement ceux-Ia qui l'exercent au profit de la multi-
tude. II fallait un ordre nouveau, reclame par lajustice. Tous-
saint a eu cette id6e, et il en a poursuivi la rdalisation avec
une constance hercique. S'il n'oflrait pas ce caractere il se-
rait certainement un home admirable par ses actions d'e-
clat, il ne serait pas dans tous les temps un rrodele, un di-
recteur. Ses talents mililaires I'ont impose A la France, son
administration a r6v616 son genie. Ce qui fait de lui le pre-
curseur de la d6mocratie hailtienne, le maitre de tous les
progressistes, c'est sa maniere de comprendre le r6le du
Pouvoir. Fonder I'ordre sur le travail, vouloir que I'homme
des villes se charge de l'dducation des fits du paysaus comme








HAITI INI)I 'EN DANTE 83

des siens, n'est-ce pas demander l'egalit&? Aucun home
d'Elat avant lui n'avait fait de ce programme la boussole de
sa vie. Ceux qui tranchent avec un ordlie de choses mauvais
ont des idWes 6tranges, 6tranges A I'lieure oil elles cclatent,
mais progressives aux yeux des generations futures.
La Revolution franraise a produit des hbros, et, ce qui la
rend plus glorieuse, elle a fail des hommes. Nul ne I'a mieux
comprise que Toussaint. Toussaint a fait des affranchis des
amis de la liberty gen6rale. II a realism le reve des philan-
thropes, il a 6tO A Saint-Dominiue I'apotre du Droit, la pens6e
de Dieu.
Messieurs, on exige les homes publics, tant qu'ils s'ts-
sayent, la constance dans le but. On leur contest le merile
quand ils arrivent au couronnement de leur carribie. Tous-
saint, tant de fois applaudi sur les champs de bataille, a con-
nu celtte here sombre dbs que la renommee lui avail faith
un piedestal. Ce in'tait plus un capitaine, mais un Iraitre. 11
avait os6 parler au premier consul comee une majesty a une
m ijestl~. 11 n'avait pas voulu accrocher son 6pee i cette pano-
plie o liguraient les armes des souverains prosternds aux pieds
de Bonaparte. II avait combattu pour la justice, it portrait un
iilal. II voulait I'inddpendance d'Haii au profit des enfants
de I'Afrique. S'il ne I'a pas faite, it l'a rendue inevitable.
La pesanteur d'un siecle n'a pas enseveli pour jamais dans
le Jura l'6mancipateur d'une race mutilee. Les sublimes des-
seins ne perissent pas. Cet homme surtit de I'antre obscure
de l'esclavage pour monter, au bruit du canon, dans la clartl
de la gloire. Et lorsqu'Il eut parcouru sa foudroyante car-
ribre ), le deslin lui assigna pour supreme retraite un pays
de montagnes. 11 lui plaisait d'opposer al silence de la tombe
les grands echos, alin que la liberal des noirs efit uo perp6-
tuel accent. Le siecle qui le vil mourir recut de lui une mis-
sion : routes les chains furent brisdes.Cent ans aprEs sa moral,
saluoos sa m6moire immnortelle. II est le fondement de I'edifice
au fronton duquel brillent les noms A jamais benis des hlros
de IS10. Sachons vouloir comme lui, et la patlie vivra.
7 avril 1903









HAITI INDEPENEANTE


V

PATRIE INDrlJPENDANCE PROGRIES

Le Conseil Adminislralif de l'Association du Centetnaire
de l'Inddpendancc Nationalc d'llaili

Aux POPULATIONS DE LA RPPUBLIQUE.

[lonorables Concitoyens et Concitoyennes,
L'Association du Centenaire de I'Ind6pendauce Nationale,
fondde solennellement en 1892, n'a jamais renoncd a I'wouvre
patriotique qu'elle a entreprise de contribuer, avec les grand
pouvoirs publics, A la preparation de la pompeuse frte com-
memorative du Centenaire de la foundation de I'lndependance
National, proclamee le lcr Janvier 1801, sur la place d'armes
des Gonaives. Elle pursuit consciencieusement, sans osten-
talion ni defaillance, I'accomplissement de cette oeuvro su-
blime. L'Association a reform son Consei! administration,
prdside maintenant par le citoyen Septimus Marius, don't I'ac-
tivitd et l'dnergie, secondees de toutes les bones volontes,
facilileront assurmnent la realisation de l'importante mission
qu'elle s'impose.
La grande et principal chose don't le people haitien a le
plus besoin, en ce moment, c'est la paix, une paix reelle,
durable et f6conde, qui assure d'avance I'entier succes de la
piochaine celebration du Certenaire de notre ind6pendance.
II est bon que le public connaisse les declarations de prin-
cipes patriotiques qui servent de gouverne au Conseil d'ad-
ministration de I'Association du Centenaire. Puissent-elles
meriter I'approbation de tous les esprits conciliants et roper-
cuter, daus toutes les couclies sociales, I'dcho sonore des
bicnfails de la paix eL de l'union!

Po t-au-l'rince, le 23 Avril 1903.









HAITI INDEPENDANTE


VI

PATRIE I NDflPFNDAN CE 'PROGIES
L'Association du Ceenenaire de l'lndtpendance Naliolale
Fondle en 1892
Port au-Prince, le 16 Avril 1903
(:her et estimable concitoven,
L'Association du Centenaire, en sa stance d'hier, a una-
nimement fait choix de vous pour 4tre on Pr6sident. Cetle
haute marque de confiance don't vous avez etd I'objet de
notre part, vous vient surtout de votre conduite toujours cor-
recte.
Nous vous avons vu A I'ceuvre et nous savons pouvoir comp-
ter sur votre energie autant que sur vote inlelligento colla-
boration. C'est pourquoi, au moment de nous metlre. cons-
ciencieusement A la Aiche pour la ce1dbration du Centenaire
de notre Ind6pendance, nons avons pensA a vous et avons
fait appel A votre patriotique concourse pour arriver A payer
dignement aux Vaillants a qui nous devons d'dtre, la grande
delte de reconnaissance national.
Nous saisissons I'occasion pour vous assurer, cher et esti-
mable concitoyen, de no:re profonde consideration.
Le Vice-Prdsident,
Dr VICTOR I AMOUR
Le Secrdlaire general
A. DUVAL.

MONSIEUR SEPTIMUS MARIUS,
Ancien instiluteur, Avocat, ancient Substitut du Commissaire d,
Gouvernement, ancien Commissaire du Gouvernement, ancien dd-
putd au Corps Ldgislatif, ancient Commandant des Arrondissements
de Nippes et d'Aquin, ancisa Secrdtaire d'Etat de la Guerre et de la
Marine, ancien Secrdtaire d'Etat inldrimaire de l'lntdrieur et de la
Police gendrale,juge en Cassation, Commandeur de l'Ordre de Bo-
livar, Prdsident de l'Association du Centenaire de la foundation de
l'lnddpendance Nationale.










AIITI INUDIPEIM)ANTE


VII

Port-au-Prince, le 18 Avril 1903.

A l'Association du Centenaire de l'lndtlpeidance
Nationale l'llaiti
Siegeant a la Capitale.

Mes chers concitoyen?,
11 m'est bien agr6ab.e de vous accuser reception de votre lIttre
du 16 courant, par laquelle vous me notiliez q'l'unanimement,
e I'Association du Celtenaire de I'Inldpendance ) a fa.it choix
do moi pour e6re son president. La vie tries retire et pros-
que meditative que je m6ne, ne me permettait pas de croire
que vous euasiez pensd a rnoi pour me couiler la tlihe de
diriger vos travaux. Ce n'est pas une mission denuee d'im-
portance que celle de iprparer d.ins l'espace de sept mois,
la Celebration du Centen;iro de la foundation de I'Ind6pendance
national, sur tout en cc moment o'5 le pays se d6bat cncore
dans les alfres d'une 6pouvantable situation ecouomique. 11
est vial que ce de6astreux 6tat de closes, don't les funestes
consequences sont susceplibles d'entrainer l'aieantis-sement
de la Patrie, n'est quo I'auvre anti-patriotique de quelques-
uns; mais tous, nous n'en portons pas moins l lourde res-
ponsabilit6, puisque nous n'avons pas iu l'empecher. S'il fal-
lait done envisager les nombreuses dillicullts que ( I'Asso-
ciation a aura h surmonter, taut au point de vue p6cuniaire
qu'au point de vue moral-car il faut bien teuir compete de
I'elat e d6couragement de I'dme haitienne-- mon premier
movement serait de declirer I'appel que vous avez l,ien
voulu faire a mou pa'riotisme.
Mais le sentiment de la solidarity nalionale et cet autre
sentiment sacr6 de la reconnaissance envers tous les Vail-
lants qui ont cr66 de tou!e pi6.oe cet:e Patrie, que leurs des-
cendants veulent conservcr iictacte, ne mne permettent pts
de me d6rober, quand il s'agit de perpetuer le culte de I'E-
popee gloriease des Aieux. C'est pourquoi, mes chere con-









HAITI INDEPENDANTE 87

citoyens, j'accepte volontiers d'occuper la place que vonu
m'avez ddsignde. Cien que je n'aime pas me metire en dvi-
dence et que j'aie toujours en le go0t de combattre le bon
combat dans les rangs, j'espere pouvoir, aide de votre pre-
cieux concours, travailler ellicacement A la preparation du
Centenaire de noire Independance.
Pour y parvenir, ii ne faudra pas seulement dtployer une
6nergique activity, mais il conviendra par-dessus tout, de
propager les idees d'entente et de concorde don't le salutaire
resultat acc6lerera le grand av6nement de l'Union des forces
vives de la Nation. D6s A present, les Ilaiiens doivent loyale-
ment fraterniser, pour que, le tr Janvier 1304, ii n'y ait plus
parmi eux ni vainqneurs ni vaincus. La tradition hislorique
enseigne que les vainqueurs inexorables seront les vaincus
de remain. Mais l'experience d6montre que les concessions
mutuelles disarment les passions, raffermissent la paix int6-
rieure et consolident l'ordre public.
Veuillez agreer, mes chers concitoyens, avec mes remer-
ciments les meilleurs, l'expression de mes sentiments tres
palriotiques.
S. MARIUS
VIII

PATRIE INDEPENDENCE

ASSOCIATION DU CENTENAIRE.

STATUS
DISPOSITIONS PRELIMINAIRES
Art. Ier- Una association est fondue A Port-au-Prince
dans le but de preparer, pour le er janvier 1004, une mani-
festation A l'occasion du Centenaire tie l'lDdpendance Na-
tionale.
Art. 2- Toute discussion politique ou religieuse y est
interdite.
Art. 3- L'association prendra solennellement fin le 31
janvier 1904.









88 HAITI INDEPENDANTE

CIIAPITRE I
DES MEMBRES
Art. 4.- L'association comprend : des membres actifs, des
membres correspondants et des membres honoraires.
Le nombre en est illimite.
Art. 5.- Les membres actifs sont nommis par le Con-
seil d'Administration, au scrutiny secret, sur la demand des
candidates ou sur la recommendation de trois membres.
Art. 6.- -ls forment l'assemblIe g6narale et y ont seuls
voix delib6rative.
Art. 7- IUs sont seuls Blecteurs ct Eligibles.
Art. 8- Les membres actifs s'obligent: 10 a assisler rdgu-
li6rement aux seances de 1'Association; 20 A payer une coti-
sation mensuelle d'une gourde; 30 a ne pas, sans motif 16gi-
times, refuser leur concours a I'ouvre.
Art. 9- Les membres actifs portent come insigne a la
boutonniere un cercle vert que partagent deux secantes pa-
rallles: bleue et rouge.

DES MEMBRES CORRESPONDANTS
Art. 10- Les membres correspondents sont nomm6s par
le Conseil d'Administration, sur la recommandalion du Prd-
sident ou de trois membres du Conseil.
Art. 11- lis sont au meme titre que les membres actifs et
se r6unissent sous la pr6sidence des d61gu6s choisis par le
Conseil d'Administralion.

DES MEMBRES IIONORAIRES
Art. 12- Les membres honoraires sont ceux que I'Asso-
ciation a ddcords de ce titre, soit en raison de leur haute si.
tuation, soit a cause des services rendus a I'Association. Its
peuvent assister aux seances de 'Association, mais ils n'y
ont pas voix deliberative.
Ils sont nomm6s par I'assembl6e g6nerale, sur une propo-
sition signde de cinq membres.









HAITI INDEPENiANTE 89

DE L'ADMISSION
Art. 13- Pour 6tre membre de I'Association, il fault: 1o
etre haitien,20 n'avoir jarrais renonc6 sa nationalist; 3o etre
Ag- de 21 ans au moins.
Art. 14- Sera consider comme demissionnaire le membre
qui: 1o aura sans motifs plausibles, manqu6 a trois seances
consecutive; 20 aura W16 en retard de trois mois pour le paie-
ment de sa cotisation; 3o aura, sans raison acceptable, refusA
son concourse a I'Association.
Dans ces Irois cas, la radiation du membre sera prononc6e
par le Conseil d'Administration.
Art. 15- Sera exclu de I'Association et ne pourra plus y
Wtre admis, celui qui, par sa conduite, se sera rendu indigne
d'en faire parties.
Cette exclusion sera, sur le rapport du Conseil d'Adminis-
tration, prononc6e par l'Assembl6e gendrale A la majority des
deux tiers des membres presents.

CIIAPITIE II
DU CONSEIL ADMINISTRATION
Art. 16- L'association est administrde par un Conseil
composed des membres du bureau et de sept conseillers.
Les membres du Conseil d'Administration sont nomm6s au
scrutiny secret et leurs pouvoirs durent trois ans. lls soot
r6eligibles.
Art. 17- Le Conseil d'Administration se r6unit au moins
deux fois par mois, sur la convocation du president, et prend
toutes les measures nicessaires a la bonne march de I'Asso-
ciation. Le president est tenu de le convoquer A I'extraordi-
naire,sur a demand present6e cot 6gard par trois membres
du Conseil.
Art. 18. Le bureau se compose d'un president, d'un
vice-pr6sident, d'un trdsorier, d'un secr6taire-g6ndral, d'un
secr6taire adjoint et d'un archiviste bibliothdcaire.
DU PRESIDENT
Art. 19.- Le president dirige les travaux de I'assembl6e









90 HAITI INDIf'PENDANTE

et les delibHrations du Conseil, surveille la march de l'Asso-
ciation et execute les decisions prises par elle.
Art. 20.- En cas d'urgence, il pourra prendre certaines
measures d'Administralion qui seront soumises au Conseil a
sa plus prochaine reunion.
DU VICE-PHESIDENT
Art. 21. Le vice-pr6sident assisted le president et le rem-
place en cas d'absence ou'd'emp6chement.

DU SECRETAIRE-GENEIRAL
Art. 22.- Le secr6taire-g6nral est charge de la corres-
pondance. II regoit les lettres adressees A l'Association. [Is les
iemet au president et s'entend avec lui pour les r6ponses A
faire.
Art. 23.-11 presentera, chaque ann6e, au nom et apres
ralilication du Conseil d'Administration, on rapport sur les
travaux de l'Association. Le rapport, lu et discut6 en assem-
blee g6n6rale, sera imprim6, s'il y a lieu.

DU SECRETAIRE-ADJOINT
Art. 4. Le Secretaire-adjoint est tenu de dresser le pro-
ces-verbal de chaque seance. Ce proc6s-verbal est lu A la
seance suivante pour avoir la sanction n6cessaire. 1I prend
6galement note des decisions du Conseil d'Administration.

DU TRESORIER
Art. 25.-Aucune sortie de fonds ne sera faite par le tr6-
Forier sans une decision du Conseil d'administration.
Toutefois, en cas d'urgence, le president ou A son defaut,
le vice-president, peut prendre l'initiative de faire telle d6pen-
se qu'il juge necessaire et indispensable. Dans ce cas ii aura
pour devoir, A la plus prochaine seance, de rendre compete
au Conseil d'Administration'de ce qu'il aura fait.
Art. 26.- Le trdsorier n'executera aueune depense sans un
ordre Bcrit du president ou de son remplagant.
Art. 27.-Le trdsorier fera tous les trois mois au Conseil









HAITI INDEPENDANTE 91

un rapport ddtaill sur l'dtat de la caisse. II fera dgalement un
iapportannuel a I'Association r6unie en Assembl6e gdonrale.
DE L'ARCHIIVISTE BIBLIOTHECAIRE
Art. 28.--,'archiviste-bibliothdcaire a la garde des archives
et de la bibliotheque de l'Associalion.
DES CONSEILLERS
Art. 20.- Les conseillers assistant le president pour l'aider
a realiser le but de I'Association. Ils contr6lent les finances et
signalent au Conseil d'Administration les abus de tout genre
qui peuvent se presenter.
Art. 30.- A d6faut du vice-president, le plus age des con-
seillers replace le president absent.

CHAPITRE III
DE L'ASSEMBLEE GENERAL
Art. 31.-L'association se rdunit obligatoirement en assem-
blee gen6rale, tous les trois mois. Ndanmoins, elle pourra
6tre convoqude, dans I'intervalle de trois mois, si le Conseil
le juge convenable.
Le quorum de I'Assemblke est de 20 Membres, les mem-
bres du Conseil non comprise.
Art 32.-L'Assemblde g6nerale ddlibere sur les rapports
qui lui sont presents et statue sur toutes les questions inte-
ressant I'ceuvre.
Art. 33.- L'AssemblIe gendrale tiendra chaque annoe une
seance solennelle don't la date est fixee au 17 Janvier.
DE LA REVISION
Art. 34.-Sur la demand du Conseil d'Administration on
des deux tiers de I'Assemblde les status pourront Wtre revises.

CHAPITRE UNIQUE

Le titre de Haut Protecteur de I'Association est dkcern6 au
President de la WRpublique.









HAITI INDEPENDANTE


N. B.-Par suite de la resolution modiliealive deses status,
l'Associatioa du Centenaire d6cerne le tire de C)n3eiller et
de ConseillBre d'llonneur anx personnages aptes a propager,
par leur influence morale, l'tidal patriotique de l'oeuvre. Les
membres conseillers d'honneur assistent le Conseil d'Admi-
nistration pour l'aider ,i realiser le but de i'aisociation et con-
tidlent les finances.
UIs payment .une cotisalion mensuelle d'une gourde. Leur
insigne est identique a celui privu par I'article 9 des dits
Statuts.

IX

Le Centenaire dcu D3rapeau(*)



Messieurs,
Pour parvenir a l'independancp, les hdros de Saint-Do-
mingue ont accompli one serie d'actes glorieux. A measure
qu'ils les accomplissaieot, leurs aspirations montaient plus
haut. Le people haitien, a travers ses mi6Bres, vit d'espirance,
car dans les diffTrentes phases de son histoire, se retrouve
I'6nergie de ses ancAtres.
L'idee de celebrer notre premier centenaire a toujours Wtd
la prdoccupatioo de notre existence comme Etat-libre dans le
Nouveau-Monde. C'est A cela que nous devons ce que nous
sommes, en d6pit de nos querelles, en d6pit de 'envie don't
notre ile est l'objet. Nous voici A la veille de ce jour tant sou-
haite oa, sur l'autel de la patrie, nous nous confondrons en
une 6treinte fraternelle, dans le sublime Blan de la joie et de
la reconnaissance.
On rapporte qu'autrefois, le premier Janvier, les vieillards
se rendaient sur la place d'armes des Gonaives et que 14 ils

(*) Discours prononc6 le 18 Mai 1903 au Palais 16gislatif, par
M. JMremie.









HAITI INDIPENDANTE


s'embrassaient en pleurant. Its dvpquaient le souvenir des
aieux et le drapoau national flottant au souffle de la liberty,
bdfiissait celte fusion des coeurs.
On ne fete pas la liberty sans le drapeau. (in symbol syn-
th6tise une idee, et I'dme de la patrie tout entire fr6mit
a dans ce chilfon de toile i qui se ddploie sur la colline.
La commemoration du Icr Janvier 180], ne s'expliquerait
pas sans la commemoration du 18 Mai 1803. L'un est le suc-
rbs, I'autre la devise. Et cette devise que porte le drapeau:
1'Union faith la force, notre president (*) la rappelait tout a
I'heure. C'est par elle qu'laiti triomphera.
Ce qui a fait la force des peres maintiendra l'inddpendance
des fils.
Notre drapeau a son origine et cette origine rdvele la fiert6
native de notre race. Le drapean trico!ore, c'6tait I'alliance
du people de Paris avee la royaut6. Dessalines supprima I'em-
bldme du roi: le blanc,- et garda celui du people: le rouge
et le bleu. Et ce rapprochement du rouge et du bleu signi-
fiera l'harmonie de toutes les nuances de notre race pour une
supreme destine.
AhI ce n'dtait plus le moment oi la Marseillaise condui-
sait des frangais a I'assaut d'une forteresse ddfendue par des
francais. Les esclaves a'ont pis de drapeau; le drapeau, c'est
la liberty.
Mais Toussaint, le martyr, avait proclam6 la liberty dans sa
defaite. Lorsque nos peres out inaugurd A l'Arcahaie le dra.
peau bicolore, pour eux la nation existait: it ne lui manquait
que la consecration de la derniere victoire.
Cet apr6s-midi, au Champ de Mars, vous avez assist i
une cerdmonie patriotique. Vous avez vu I'armee defiler, au
brnit d'une salve de cent-un coups de canon, devant le dra-
peau national. A measure qu'il montait, ce cher embleme,
I'enthousiasme de la foule eclatait en vivat.- Ah s'il ne re-
prdsente pas la force, il represent l'bonneur.
La fete du drapeau est la fete du civisme. Le citoyen ac-

(*) M. Septimus Marius.








94 HAITI INDEPENDANTE

cepte le sacrifice pour le triomphe du droit, le soldat meurt
sur le champ de bataille pour la gloire de la patrie. Ayons,
Messieurs, ayons cette virile esperance que I'ruvre dessiecles
consolidera l'oeuvre de nos aieux.

X
Mon cher J6remie,
Votre billet d'hier soir m'est parvenu. Je pense aussi qu'il
serait nocessaire de rdunir, demain vendredi, les deux sec-
tions en Assemblee Generale, au Petit Thedtre Sylvain.
Je vous saurais grd de me preciser I'heure t laquelle la
reunion dcit avoir lieu, afin qub je puisse I'indiquer dans ma
circulaire de convocation.
Cordialement,
25 juin 1903. S. MARIUS.

XI

PATRIE INDEPENDENCE PROGRESS

No 186 Port-au-Prince, le 1er juillet 1903.

L'Association du Centenaire de Illuddpendance Nationale
d'Haiti.
Fond6e en 1892

A MONSIEUR JIREMIE,
President d'Honneur de l'Association Nationale du Cente-
naire de l'lnd4pendance, Section de la Statue.
Mon cher collgue,
Une note du tSoirs de vendredi dernier annongait que les
bureaux des deux sections de I'Association national du Cen-
tenaire devaient se reunir cc jour au Petit-Thdatre. II y avait
pourtant un malentendu. J'ai Wtd au Petit-Thditre, ainsi que
les membres du bureau de ma section, tandis que notre col-
lhgue DBvot nous attendait chez lui. Sur le tard, moi seul
I'ai vu, en sa demeure, et, ce malentendu expliqud, il fut con-









HAITI INDIPENDANTE U0

venu de se r6unir toujours chez lui, le vendredi trois juillet
courant, A cinq heures precises de l'apres-midi.
Bref.- Je vous informed que les cotisations mensuelles des
membres actifs et des dignitaires de ma section, soot desti-
nies a payer les loyers d'une maison devant servir de local au
Conseil d'Administration de ma section et h couvrir les autres
frais que ndcessite le service ordinaire. Les souscriptions sont
spdcialement affectdes a I'rection de la Statue du Fondateur
de notre Ind6pendance nationale.()
II m'est revenue que l'ancien local du bureau de l'Eoregis-
trement, sis au rez-de-chaussee de la maison Lorquet, est
inoccup6. On m'a dit que la personnel charg6n de la louer est
v6tre. Je vous prie de bien vouloir lui demander de la louer
a notre Conseil d'Administration, et je prends l'engagement
d'en payer reguli6rementles loyers, i chance fixe dechaque
mois.
En attendant vos communications a ce sujet, je vous renou-
velle, mon cher President d'ilonneur, I'assurance de mon in-
variable sympathie et de mes sentiments patriotiques.
Le President de l'Association national du Centenaire de
l'lnddpendance, Section de la Statue.
S. MARIUs.
XII
l'ATRIE INDEPENDANCE PROGRESS

Port au-Prince, le 14 Octobre 1903.
Le Consezl d'Administration de la Section de la Statue de
l'Association nalionale du Centenaire de l'ndependance
A MADAME .IEIEMIE,
Prisidcnte du Comiit fmininn de l'.ssociation Nalionale dui
Ccenenaire de l'Inddpendance (section des Statues).
Madame et honorable coll6gue,
Je m'empresse de porter h votre connaissance que le Mi-

(') Comitd de Souscriptions: Paul Laraque, president; Racine
ain6, trdsorier; Solon Vieux, rapporteur.









HAITI INDEPENDANTE


nistre des Culles, par sa depdche du 12 Octobre courant, au
no 158, a eu la gracieuset6 d'informer I'Associaticn que son
Departement, en execution de la decision prise a cetl guard
par le gouvernement,a ecrit a I'Archevdque de Port au-Prince
pour qu'une messe solennelle de requiem soit chantee A la
Cathddrale, le 17 de ce mois, A 8 heures du martin, en m6-
moire do grand Dessalines.
II m'a aussi annonc6 que l'Association national du Cen-
tenaire doit avoir sa place A col6 des grands Pouvoirs de
I'Elat qui seront convids A y prendre part. En consequence,
le Conseil d'Administration vous prie de vouloir bien convo-
quer les membres de votre Comitl, pour assister a cette ed-
remonie. Leur reunion devra avoir lieu a I'Eglise indiqude,
le 17 Ociobre, A sept heures et demie du martin. Le soir, I'As-
sociation fera,au Petit-ThAilre, une manifestation patriotique,
d'un caractire a la fois artistique et little raire. Je crois nices-
saire de vous annoncer que les dames et demoiselles don't les
noms suivent, font parties du comiti que vous presidez:
Madame Veuve 13ernadotte Chancy, Conseilltre d'Honncur;
Madame Emmanuel Chancy, Conseillere d'Honneur;
Madame Jules Rosemond, AMemore Honoraire;
Mademoiselle rh6ramenes Lucas, Membre Ionoraire;
Mademoiselle Dora Holly, Membre Actif.
Veuillez agrier, Madame et honorable colligue, mes res-
pectueuses salutations.
Le President de I'Association (section des Statues)
S. MARIUS.
XI1
PATRIE INDEPENDENCE PROGRESS
Port-au-Prince, le 15 Octobre 1903.
LE COMITE FIEMNIN
de 1 Association national du Centenaire de I lddepenlance
(Section de la Statue)
CIRCULAIRE
Mes chers colleagues,
Conformmeent au voeu 6mis par l'Association,je viens vous









HAITI INDEPENDANTE


prier d'assister a la messe de requiem que le gouvernercent
fait c6 1brer a la Calltdrale samedi 17 Oclobre courant, a
7 1/2 heures du martin, pour le repos de l'dme du fondateur
de notre ind6pendance.
En assistant a cette cerdmonie, vous 6ditierez le pays par
votre pikt6 patriotique et filiale.
La prdsidente,
Mme JEREMIE.
P.S.- Vous 6tes en mdme temps invites, mes chAres
amies, a la fete du soir. Vous aiderez I'association en pregnant
chacune une carte d'entree.
Madame Veuve Camille Legendre,prdsidenle honoraire;
Mademoiselle Hlermine Faubert, vice-prdsidente;
Madame Chrysostome Rosemond, secrtaire-gdndrale;
Madame Septimus Marius, trisoriire;
Mademoiselle Lydia Hyppo'ite, secrtdaire;
Mademoiselle Marie Prophete,secrelaire;
Mademoiselle Louise Alerte, conseillere;
Madame Veuve Simeon Salomon, conseillere.


Mime S. Dislouri
C Charles Germain
a Vve Nelson Conille
( Vve Francois Manigat
a Vv Emile Pierre
a Vve Innoc. Michel Pierre
c Vve Anselme Prophete
c Vve Rosalva Celestin
a Hacine aine
a Vve Moleus Germain
a Renaud Hyppolite
a Cadieu Hibbert
a Maxi Momplaisir
( Grand-Jean Guillaume
a Michel Oresle
a Camille MoliBre
a Normil Sambour


Mme Acblie Etienne
a Brenor Prophite
a Georges Monl6s
a Raoul Proph6te
( Isnardin Vieux
a Lysius Templier
( Amilcar Duval
a Charles Bonleur
a Vv Handel Vilain
a Pascher Lespes
e Florian Alfred
i Piaisimond Pierre-Pierre
a J. Esai Jeanty
a Jn-Louis Verite
a Victor Lamour
a Gddbus G6dBon
*- Vve Bernadotte Chancy









HAITI INDEPENDANTE


Dessources Duplessy
Paul Laraque
Darius Hyppolite
Emmanuel Chancy
Jules Rosemond
Maxim6 Jacques
Fernand Hibbert
Constantin Durand
IL.once Laraque
Auguste Ducoste
Vve Oclavien Hyppolite
V'e Edmond Sambour
J. B. Valembrun
Nofmie Alerte
Robertine Prospb6te
Aleida Legendre
Laure Propliete


Ml0le Louise Fernand
t Eug&nie Adam
a Lamercie Rosemond
a Circee Prudent
q Alice Franrcois Toussaint
( JIgina Zepliir
a Caroline Fontus
a Mercie Prophelo
a Carida Amitie
a( Alice Fabius Hyppolite
a Lumdna Prudent
at Th6ramdne Lucas
( Dora Holly
a Altogrice Manigat
o Clemence U1lizaire
( Euranie Prosper


xIV

C37 C*)


MESDAMES,
MESSIEURS,
Dans son rapport sur les troubles de Saint-Domingue le
d6putl Garran retient cette r6llexion d'un alfranchii: a Que
diable est venu chercher Oge dans ce pays-ci, pour metire
tout en feu, et faire faire une boucherie d'liommes au Cap,
en depit m6me du ddcret de pacification.
Et c'etait la l'opinion de beaucoup d'entre ceux en faveur
desquela le glorieux martyr avail invoqu le principle de 1'o -
galit6 civil et politique.

(*) Discoars prononce le 21 Octobre 1903, au l'etit-The6tre de
I'ort-au-Prince par M. Jeremie.








HAITI INDXIPENDANTE


Toute soci6Lt offre le spectacle de I'entlousiasme et de l'in-
dil rrence. Tout principle repose d'un cot6 sur I'intir6t et de
I'autre sur l'iiee pure. C'est par le premier cOte qu'll subit
les fluctuations du temps et s'alire; c'est par le second qu'il
r6siste a la destrudlion et domine l'hiunanilt malgr6 les dB-
faillances.
Les homes pardonnent dillicilement aux precurseurs
leurs tentatives infructueuses. Ils les rendent responsables
de tout le mal qui existe, pour en avoir montri la hideur.
Avant le sopplice d'Oeg et de son compagnon Chavannes, I'as-
similation des alranclis aux blanes etait le vua de tous ceux
qui n'Wtaieit plus esclaves. On voulait 1'6galit6 tout en se con-
linant dans son 6troitesse de vue. Chacun protestait quand ses
biens 6taient conliques, la caste llle-niene restait asservie
aux plus absurdes prjjug6s.
On ne gudrit pas d'un mal qui est la consequence d'un elat
g4niral, sans attaquer le principle meme qui le constitute. Les
resistances partielles agravent la condition social tant qu'un
rem6de n'est applique au systlme pour detruire le mal dans
son essence.
Au jugement des colons, les affranchis avaient fait un pas
sullisant en s'intleposant entire les esclaves et les maitres du
troupeau. Adinis a I'exercice de tous les droils, le vice de
laur origine serait ellac6, et peu a pen la race noire tout en-
tiere arriverait a 1'egalitB; la noblesse du sang disparaitrait
avec les primil6ges detruits par la revolution de 1789.
II fallait aux affranchis un groupeinent sans abstention, une
fusion parlaite d'int6rkts. Og avait 6cril, il avail parl6. II sen-
tail battre en lui I'tme des oppinins. ( Je vous some, dit-il
dans sa lettre it I'Asscmbl6e provinciale du Nord, je vous
some de faire promulguer dans toute la colonie le decret
de I'Assemblnl e national du 28S imar,, qui donne sans distinc-
tion a tous les citoyens le droit d'6tre admis "dans toutes les
charges et functions. a
II -'armn:t, il arma ses frBres. Sous sa direction eut lieu le
premier groupement etrectif des hiommes de couleur, que
I'histoire transmit a la postgrite conmme I'cxemple le plus re-









100 HAITI INDEI'ENDANTE

tentissant du courage civique donn6 dans le nouveau-mn'lne.
Qu'a-t-il compromise, cet immortel jeune homme qui, le
premier,a fait connuilre sans r6iicence dans la colonie le sym-
bole de la revolution frangaise? De quels crimes sont-ils res-
ponsables, Chavannes et les trois cents braves qui out r6pondu
A l'appel d'Oge pour abaisser I'orgueil des colons? quand Ii-
niquitd est a son comble la violence n'est pas dans la protes-
tation par les armes, mais dans la conduit m6me des bour-
reaux.
Pour rompre avec le pass l'eloquence ne suffisait plus;
c'6tait l'heure des supr6mes sacrifices. Le sacrifice n'est pas
dans la parole mais dans 'action. II vient a son here pour
ouvrir la voie aux r6formes n6cessaires. A ce moment encore
la timidity recule, le d&einltressement devient I'audace et va
soul en avant.
Alors paraissent les homes de foi, jetant en pature leur
vie, leur nom A la posterity. IIs voient par-dessus tout le
triomphe de la cause don't ils sont les ap6tres. Mais I'injuatice
des lcmmes fait l'incldmence des choses. [L'inergique vo-
lont6 se heurle a des obstacles cruels et I'insucces semble
condamner la legitimit6 du droit.
Au fort des repr6sailles les mod6res qui ne s'dtaient trouv6s
ni a la Grande-lliviere ni au Dondon qualitiaient de t6m6raire
I'Uquipee t'Oge et de Chavaunes. Et c'est pourtant ce mouve-
merit qui a imprime une force de cohesion a la classes des
alrranchis et qui plus tard les a pouss6s vers la masse des
esclaves toujours mecontents et souvent en rdvolte.
Ceux qui d&nigrent la gloire sont de tous les temps. Les
r6acteurs ont v6cu dans le passe et ils d6couragent encore le
present. Pourquoi Og6 et Chavannes ont-ils mis le pays en
feu? Pourquoi ont-ils soulev6 les allranchis en vue de la con-
qu6te de l'6galitl et du droit? Pourquoi Toussaint a-t-il dis-
ciplind et coordnn6 les esclaves pour les conduire A I'6nan-
cipation ?
Pourquoi les fondateurs de l'ind6pen lance nous ont-ils
l-gud une patrie a d6fendre? Mieux eft value que ces homes
sublimes nous laissassent dans I'inronscieuce d'ua tlat hu-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs