• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Du meme auteur
 Half Title
 Frontispiece
 Dedication
 Preface
 De 1492 à 1804, Période coloni...
 De 1804 à 1903, pèriode haitie...
 Demain
 Table of Contents














Title: Du government civil en Haiti
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074050/00001
 Material Information
Title: Du government civil en Haiti
Physical Description: 84 1 p. : port. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Janvier, Louis Joseph, 1855-1911
Publisher: Le Bigot frères
Place of Publication: Lille
Publication Date: 1905
 Subjects
Subject: Politics and government -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074050
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000128067
oclc - 24158972
notis - AAP4063

Table of Contents
    Title Page
        Page 1
    Du meme auteur
        Page 2
    Half Title
        Page 3
    Frontispiece
        Page 4
    Dedication
        Page 5
        Page 6
    Preface
        Page 7
        Page 8
    De 1492 à 1804, Période coloniale
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
    De 1804 à 1903, pèriode haitienne
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
    Demain
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
    Table of Contents
        Page 85
Full Text






DU



GOUVERNEMENT CIVIL


EN HAITI

PAR

Louis Joseph JANVIER
Licencie en Droit de la Faculte de Lille;
llipl6m de de'cole des Sciences politiques de Paris (Section Administrative);
Delgu6 d'Halti a la Confirence diplomatique de Berne
pour la protection des CEuvres litllraires et artistiques, de 1881 a 1887;
DiplBmB de I'Ecole des Sciences politiques de Paris (Section Diplomatique) ;
Secreit.ire de Legation, puis Charge d'Affaires, puis Maimltre Rfsident i'Ha'ti a Londres,
de 1889 n 1904;
Diploi6m de I'Ecole des Sciences politiques de Paris (Section Economiqiue et Financidre);
Docteur en Miilecine et Laureat de la Facultt de Paris.



Acec le portrait de lVautenr




LILLE
LE BIGOT FRERES, IMPRLMEURS-gDITEURS
25, Rue Nicolas-Leblanc, 25







39 r1 q14


LATIN
AMERICA
DU MEME AUTEUR



La Phtisie pulmonaire. Causes Traiteineut preventif. i vol in-8.
Paris, 1881. Chez Asselin, editeur, place de l'Ecole-de-Medecine.'
(Ourrage couronne par la Facultd de medecine de Paris.)
Les D6tracteurs de la Race noire et de la R6publique d'Haiti.
Deuxieme edition. Paris, 1882. Chez Marpon et Flaminarion,
galerie de l'Odeon, et 26, rue Racine. (En collaboration).
Promenades au Quartier-Latin. Les Statues du Luxembourg.
Rer e de la Jeune France du 1" novembre 1882). Paris.
La R6publique d'Haiti et ses visiteurs. I vol. in-8. Chez Marpon
et Flammnarion, 26, rue Racine. Paris, 1882. (Ourrage medaille
SlI'Excposition universelle d'Anvers).
L'tgalitd des Races. In-18 jesus. Juillet 1884. Paris.
Le Vieux Piquet. In-18 jnsus. Juillet 1884. Paris.
L'tvolution litt6raire en Haiti. Revue international litteraire.
Paris (AMril-Aont 188I).
Les Antinationaux. (Actes et Principes). In-18 jdsus. Aoit 1884.
Paris.
Haiti aux Haitiens. In-18 jdsus. Aoit 1881. Paris 2' edition.
La Constitution Haitienne de 1879. Annuairie de la Societe de
Lgislation compare. tome XIV. Paris. 1885.
Les Affaires d'Haiti (1883-1884), in-12. Paris, 1885. Chez lMarpon et
Flaimarion, galerie de l'Odeon, et 26, rue Racine.
Les Constitutions d'Haiti. 1 vol. in-8. Paris, 1886. Chez Marpon
et Flammarion.
Une Chercheuse. Roman parisien. I vol. in-8. Paris, 1889. Chez
lMarpon et Flammarion, galerie de l'Oddon, et 26, rue Racine.


POUR PARAITRE SUCCESSIVEMENT:

L'Evolution littdraire en Haiti, Deuxieme parties.
Histoire dconomique d'Haiti.
La Revolution frangaise dans l'Amdrique latine.




















GOUVERNEMENT CIVIL

EN HAITI









































Louis JOSEPH JANVIER


















A MON PARE

qui, de 1843 h 1873, fut le Commissaire de son Ilet:






ET A MON GRAND-PERE, LE COLONEL JANVIER

don't le nom se trouve dans L'Acte de Rdsistance a I'Oppression,
sign a Port-au-Prince, en Octobre 1806 (1)






Nous awons ete.

L. J. J.


Lille, le 4 Aoit 1905.


(1) Voir Madlou. Bistoire d'Haiti, tome 1II.















PREFACE


La nation haitienne est centenaire et son passe
est des mieux remplis: on ne saurait soutenir
qu'elle n'a point d'histoire. Les pages de cette his-
toire peuvent offrir un certain inthrAt et meme un
certain attrait aux penseurs qui, dans les pays
vieux, s'occupent de questions constitutionnelles
et d'administration comparAe: le regne des faits
replace partout celui de la science conjecturale.
D'autre part, la loi est un prince muet, comme
disait deja Ciceron : elle est superieure aux princes
parlants qui ne sont charges que de la faire exe-
cuter temporairement.

Lille, le 4 Aott 1905.

Lobis Joseph JANVIER.















CHAPITRE PREMIER


De 1492 d 1804

P6riode colonial


I

L'tle d'Halti fut decouverte par Christophe
Colomb le 6 decembre 1492. Elle etait alors divisse
en cinq petits royaumes. Le royaume de Marien,
situ6 dans le nord-ouest, avait pour capital Gua-
rico et son chef s'appelait Guacanagaric. C'est au
M61e Saint-Nicolas, dans le Marien, que Christophe
Colomb jeta l'ancre. La Magua etait au nord-est et
son chef se nommait Guarionex. II avait sa capital
au lieu oh fut construite depuis Conception de la
Vega-Real. Le Higuey etait A l'est. Cayacoa, puis
Cotubanama en furent rois. La capital du Higuey
etait Higuey ou Xiguey. Le royaume de la Maguana
se trouvait au centre de 'lle et Caonabo en etait le
chef. Maguana, depuis Saint-Jean de la Maguana
et actuellement Saint-Jean, 6tait la capital du
royaume de la Maguana. Le territoire du royaume
de Xaragua comprenait tout le sud-ouest actuel
de l'lle. Le cacique du Xaragua etait Boh6chio et
sa capital Yaguana, la L6ogane actuelle. Yaquinco
(Aquin), Yaquimel (Jacmel), Tiburon (Tiburon),









10 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

Arcahaya (Arcahaie), 6taient des villages qui recon-
naissaient l'autorit6 de Boh6chio. Dans le language
des aborigines d'Haiti, le chef supreme de chacun
des petits royaumes de Marien, de la Magua, du
Xiguey, de la Maguana, du Xaragua portait le titre
de cacique. A la mort de Bohechio, Anacoana (1),
sa soeur, veuve de Caonabo, devint caciquesse du
Xaragua apres avoir et6 caciquesse de la Maguana.
Les Espagnols changerent les noms caralbes de
l'ile, Haiti, Terre montagneuse, Quisqueya, Grande
terre,Bohio, Riche en villages, en celui de Hispa-
niola, Petite Espagne. Hispaniola, la maravilla,
ainsi que l'appelait Colomb en ecrivant i Isabelle,
fut bient6t veuve de sa population autochtone:
employee a l'exploitation des mines d'or et d'ar-
gent, elle mourut de 1500 i 1540. Les Indiens
morts, les Espagnols dedaignerent de cultiver le
sol d'Halti, Cortez ayant conquis le Mexique et
Pizarre le royaume des Incas du P6rou. Hispaniola
la Maravilla devint presqu'une lie deserte. Les
choses etaient encore dans cet 6tat vers la fin du
XVIe siecle. En 1630, des aventuturiers francais,
commandos par le Dieppois Niel d'Eambuc, et des
aventuriers anglais, commander par Willis, furent
chassis de Saint-Christophe par don Ferdinand
de Tolede, amiral de Castille, et vinrent s'etablir
a la Tortue. Les flibustiers, les frbres de la c6te, les
boucaniers, attendaient au passage les navires
espagnols qui transportaient en Espagne l'or
recueilli dans les mines du Mexique et du P6rou,


(1) Anacoana. Fleur d'or On.










DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


s'en emparaient et les pillaient. Peu A peu, ils colo-
nis6rent I'lle de la Tortue et les c6tes d'Haiti les
plus voisines de la Tortue. Pour cultiver le sol, ils
faisaient signer des engagements a des hommes
moins fortunes qu'eux qui arrivaient d'Europe on
qu'ils recrutaient aux Antilles. Ceux-ci qu'ou ap-
pela aengag6s)a, consentaient a recevoir des coups
de bAton pour ne pas mourir de faim. Bient6t les
engagds ne suffirent plus et aux blancs on substitua
les noirs; on substitua la grande culture de la
canne a sucre a la petite culture du coton, du cacao
et du tabac(l). Les plantations devinrent des prisons
vivantes (Cochin) of, pendant cent ans et.plus, se
versa autant de sang que de sueur. Deux millions
d'Indiens 6taient morts de 1500 a 1540 : on admet
generalement que, de 1720 a 17S9, vingt-cinq mille
esclaves noirs, en moyenne, mouraient a Saint-
Domingue, chaque annee. Des meres tuaient leurs
enfants pour que ceux-ci ne devinssent point des
betes de labour. La colonie de Saint-Domingue fut
naturellement tres florissante et tres riche ainsi
que disent les 6conomistes pour qui la richesse
est tout et l'homme rien. Pour chaque esclave
qu'on amenait en Am6rique, trois ou quatre
hommes, en moyenne, 6taient tuds en Afrique. Au
XVIIe sickle, la Russie n'6tait pas un pays beau-
coup plus civilise que les pays d'Afrique visits
par les Portugais et les Espagnols. Si ceux-ci, au
lieu de faire la traite, avaient e6t de bons chre-

(1) Voir Paul-Leroy Beaulieu. De la colonisation chez les
peuples modernes.









12 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

tiens, I'Afrique aurait ete civilis6e peut-Atre avec
autant de douceur et d'humanit6 que la Russie;
le prejug6 de couleur n'aurait peut-6tre jamais
existed ; les savants d'Europe n'auraient point tant
ecrit que le noir n'est ni un cerveau, ni une ame,
mais une machine qui parole. MWme, au XIX*
siecle, les partisans de l'esclavage ont fait sou-
tenir que les os de I'homme noir sont plus blancs
que les os des autres hommes (Meckel); que son
angle facial n'est pas semblable a celui des Aryens
(Camper) ; qu'il n'a pas de mollets kBlumenbach) ;
que son muscle p6dieux n'est pas developpe; qu'il
a l'hum rus long, peu de frontal, beaucoup d'occi-
pital ; que la vastite de son poumon n'est pas ce
qu'elle aurait dt Wtre (Pruner Bey) ; que, par
consequent, ce n'est pas un homme. La force a
toujours prime le droit ou la religion: toutes les
fois qu'il s'est trouve en contradiction avec les
interets des puissants, 1'Evangile a ete lettre morte;
la Revolution Francaise n'a et6 le triomphe du
droit que parce que le droit 6tait fort. Les circons-
tances et les evenements porterent les serfs de
France a donner la liberty aux esclaves de Saint-
Domingue ; toutefois, en ce qui touche ceux-ci,
Bonaparte voulut d6faire ce que la Convention
National avait fait. Des ecrivains francais, entire
autres Lanfrey, Michelet, Mario Proth, ont affirmed
qu'en l'envoyant i Saint-Domingue, le g6enral
Bonaparte, ayant dejh l'intention de ressaisir le
sceptre de Charlemagne, ne songeait qu'% se debar-
rasser de I'armee du Rhin, la trouvant trop repu-
blicaine. L'armee de Saint-Domingue ne devait pas









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


6difier en Haiti ce qu'elle avait d6truit en Europe,
et la nation haitienne naquit le e"r janvier 1804.

II

SLes flibustiers, ou les boucaniers, fonderent des
etablissements agricoles, puis des villes, dans cette
parties de I'lle d'Halti qu'ils appelaient le Nord et
qui a gard6 ce nom mais, 16galement, la colonisa-
tion francaise de Saint-Domingue ne commenga
qu'avec le XVIII siecle. En effet, c'est par le trait
de Ryswick, sign en 1697, que l'Espagne cede h
Louis XIV la moitie occidentale de 1'ile d'Haiti. En
1789, la colonie francaise de Saint-Domingue 6tait
divisee en trois parties : la parties du Nord, la par-
tie de I'Ouest, la parties du Sud; ces parties se sub-
divisaient en sen6chauss6es et ces senechaussees
en paroisses. Le gouverneur de Saint-Domingue
6tait alors Louis-Antoine Thomassin, comte de
Peinier, gouverneur g6n6ral des lies FranCaises
de l'Am6rique Sous le Vent; de Vincent etait
commandant en second de la parties du Nord; de
Coustard, commandant en second de la parties de
I'Ouest; de Fontanges, commandant en second de
la parties du Sud. L'inspecteur general des fron-
tieres, le vicomte de Choiseul, r6sidait au Cap.
Le siege official du gouvernement etait a Port-
au Prince, dans la parties de 1'Ouest : Barb6 de
Marbois, intendant de toute la coldnie de Saint-
Domingue, avait sa residence i Port-au-Prince. Un
Comite d'administration institu6 par arret du Con-
seil d'Etat du roi du 15 juillet 1785 etait etabli i









14 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

Port-au-Prince. Il se composait du Gouverneur
general, de l'Intendant, du commandant en second
de la parties de l'Ouest, du controleur de la marine.
Celui-ci se nommait Deschamps et le secretaire
du gouvernement se nommait Roi de Lagrange.
Un commissaire general de la Marine ordonna-
teur, Jauvin, residait au Cap. Parmi les membres
du Conseil superieur de Saint-Domingue etaient:
le comte de Peinier, Gouverneur; Barbe de Mar-
bois, Intendant; de Vincent, Coustard, de Fon-
tanges, Sous-gouverneurs ; Touillet, Second Presi-
dent; Jauvin, ordonnateur du Cap; de Loppinot
de Beaufort, commandant particulier de Port-au-
Prince ; de Poissy, commissaire de la marine.
Le Conseil tenait ses assemblies a Port-au-Prince.
Pendant que la France r6publicaine faisait trte
a toute 1'Europe, la colonie de Saint-Domingue fut
livree a la plus complete anarchie. L'Espagne 6tait
en guerre centre la France, les Bourbons descen-
dants de Philippe V ayant fait cause commune avec
la coalition. L'Espagne se detacha de la coalition
apres la Toscane et la Prusse quand elle vit que
les armees republicaines, victorieuses sur la fron-
tiere des Pyrednes, menacaient Madrid. ManoOl
Godoy, Prince de la Paix, favori de la reine, regnait
en maitre a Madrid quand I'Espagne traita avec
la France et la paix de Bale, signee le 28 juillet
1795, donna a la Republique Francaise la parties
espagnole de Saint-Domingue. Toutefois, ce ne fut
que le 28 janvier 1801 que Toussaint Louverture,
Gouverneur general de la parties francaise de
Saint-Domingue, prit possession de la parties orien-








DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


tale au nom de la France. La remise de la ville
de Saint-Domingue lui fut faite par don Joachim
Garcia. ( Le 23 f6vrier 1801, l'ancien gouverneur
o espagnol don Joachim Garcia, quittait la
a vieille ville de Barthelemy Colomb et prenait la
mer a bord de l'Asia en parlance pour la Havane.
u La domination espagnole avait vecu. Elle avait
e dure trois si6cles sur cette terre qui avait bu
a le sang de Kaonabo et d'Anakoana et qui avait
k ete temoin de la vigoureuse resistance du caci-
e que Henri, le defenseur du Bahoruco Par
une loi du Conseil des Cinq-Cents rendue sur le
rapport d'Eschasseriaux, le 4 brumaire an VI, 25
octobre 1797 (Saint-Remy), ou le 18 brumaire, an
VI, 8 novembre 1797 (Ardouin), I'lle d'Haiti, deve-
nue tout entire francaise, fut divisee en cinq
departements qui recurent les denominations sui-
vantes: le Nord, l'Ouest, le Sud, le Samana, l'En-
gano. Ces departments furent divises en cantons.
(Ardouin). Ces divisions et subdivisions indiquees
a priori, sur le seul examen d'une carte de l'lle,
temoignaient du peu de connaissances que les 1lgis-
lateurs de la Metropole avaient de la topographie de
Saint-Domingue. Ainsi, d'apres la loi sur les divi-
sions territoriales de Saint-Domingue, rendue en
1797, le department du Sud devait s'etendre jus-
qu'a la pointe du Lamentin, a quatre lieues de la
ville de Port-au-Prince, devenue le siege de l'admi-
nistration departementale de l'Ouest. Cette division

1. Voir Louis Joseph Janvier. La Repblique d Haiti et ses
visiteurs, pages 398 et 599.








16 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

subsista ainsi jusqu'en 1801. (Ardouin, Histoire
d'Haiti, tome III, page 396). En 1801, Toussaint
Louverture fit promulguer une Constitution qui
proclamait en fait l'ind6pendance de Saint-Domin-
gue. L'article 34 de cette constitution Mtait ainsi
conqu: (( Le Gouverneur scelle et promulgue les
(t lois; il nomme a tous les emplois civils et
a militaires.
( II command en chef la force arm6e et est
( charge de son organisation; les bAtiments de
( l'Etat en station dans les ports de la colonies
( regoivent ses ordres. II determine la division du
a territoire de la maniere la plus conforme aux
( relations interieures. II veille et pourvoit, d'apres
a les lois, a la sdret6 interieure et exterieure de la
( colonie, et attend que l'etat de guerre et un
R etat d'abandon, et de malaise, et de nullite pour
a la colonie, le Gouverneur est charge de prendre
( dans cette circonstance les measures qu'il croit
a necessaires pour assurer a la colonie les subsis-
( tances et approvisionnements de toute espece ).
Conformement a cet article 34, Toussaint Louver-
ture avait le droit de determiner la division du
territoire. II en usa et fit rendre la loi du 13 juillet
1801 qui divisa lile en six departments. Ces six
grandes divisions territoriales furent : le departe-
ment du Sud, chef-lieu les Cayes; le department
de l'Ouest, chef-lieu Port-au-Prince; le departe-
ment de Lourerture, chef-lieu Gonaives; le depar-
tement du Nord, chef-lieu le Cap; le d6partement
de Cibao autrefois Samana, chef-lieu Saint-Yague;
le department de l'Ozama autrefois Engano,









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


chef-lieu Santo-Domingo. Le d6partement du Sud
fut divise en cinq arrondissements et ces arron-
dissements subdivis6s en quatorze paroisses;
I'Duest en six arrondissements et ces six arron-
dissements en quatorze paroisses; le Louverture
en quatre arrondissements, comprenant quinze
paroisses; le Nord en six arrondissements com-
prenant vingt-quatre paroisses; le Cibao en quatre
arrondissements comprenant cinq paroisses; enfin
le d6partement de l'Ozama n'avait que trois arron-
dissements mais contenait treize paroisses. (Ma-
diou, Histoire d'Ha'ii, tome II, page 111). c La
( meme distribution en arrondissements et en
( paroisses n'a pas e6t toujours maintenue par la
( suite: les paroisses ont fait place aux communes ).
(Ardouin, page 386). La division du territoire de
Saint-Domingue faite d'apres les ordres du gou-
verneur ge6nral Toussaint Louverture 6tait des
plus rationnelles. Elle 6tait de beaucoup meilleure
que celle qu'avait votee le Conseil des Cinq-Cents
sur le rapport d'Eschass6riaux. La loi du 24 Mes-
sidor an Ix (15 juillet 1801) sur la division du terri-
toire de la colonie franoaise de Saint-Domingue
donne les limits exactes des anciens departements
de la ci-devant parties francaise lesquels, actuelle-
ment, forment presque tout le territoire de la
Republique Haitienne.
DIpartement du Sud. Ce d6partement, a partir
de la paroisse des Irois, la plus ouest de l'ile, com-
prend la parties la plus occidentale jusqu'au bourg
de Miragoane, c6t6 Nord, et l'embouchure de la
Grande Riviere des C6tes de Fer, c6te sud; la ligne

3. -- :









18 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

entire ces deux points passe entire les paroisses de
Saint-Michel et d'Aquin, d'une part, et celle du
Petit GoAve et de Baynet, de l'autre; elle est la
limited de ce d6partement et de celui de l'Ouest. Le
chef-lieu du department du Sud est les Cayes.
Dfparlement de l'Ouest. La limited de ce departe-
ment est, a l'ouest, celle qui lui est commune avec
le d6partement du Sud; elle suit, au sud, la cote,
depuis l'embouchure de la Grande Riviere des
C6tes de Fer jusqu'a la riviere de Neybe qu'elle
remote jusqu'a l'embouchure d'une petite riviere
a l'ouest de Saint-Jean de la Maguana; elle suit
cette petite riviere jusqu'aux montagnes, d'oi elle
parcourt une ligne sud et nord jusqu'a la riviere de
l'Artibonite, pres de Banica; elle descend l'Artibo-
nite jusqu'a son embouchure et, de ce point, suit le
developpement de la c6te de l'ouest jusqu'au pont
de Miragoane. Le chef-lieu de ce d6partement est
le Port Republicain, actuellement Port-au-Prince.
Ddpartement de Louverture. La limited de ce
department part de l'embouchure de l'Artibonite,
remote jusqu'a Banica, d'ou elle se rend le plus
directement possible au point de jonction de la
Capotille avec le Massacre; de ce point, elle s'61ve
sur les'crktes de la Mine et de Valliere, suit la
chalne des montagnes des Fonds Bleus, venant de
Sans-Souci, traverse la montagne Noire de la
Grande Riviere, parcourt les anciennes limits
francaises et espagnoles, en englobant la Mare a la
Roche, passe au haut du Trou, vient a l'habitation
Laroque, monte droit la chalne des montagnes de
la Marmelade, passe a l'habitation Bedouret en sui-









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


vant toujours cette chatne jusqu'aux limits com-
munes aux paroissesr du Borgne, de Plaisance et
du Gros Morne, s'6tend le long de celle du Gros
Morne et du Moustique, aboutit a la Pelite Riviere
des C6tes de Fer, et de la a la mer. De ce point
enfin, elle suit le d6veloppement de la c6te passant
par le Ml6e Saint-Nicolas, la Plate-Forme, les
Gonaives, jusqu'a 1'embouchure de I'Artibonite.
Le chef-lieu de ce d6partement est Gonaives.
Departement du Nord. La limited de ce d6par-
tement suit celle du department de Louverture,
depuis l'embouchure de la petite riviere des COtes
de Fer jusqu'a Banica, d'oui elle se dirige au Nord-
Est pour aller chercher les sources du Rebouc;
en suit le course et va se terminer par une ligne
a peu pres Sud et Nord a la mer, a environ douze
lieues a I'Est de Monte-Christ, et de ce point par-
court la c6te, de l'Est a l'Ouest, jusqu'au point
d'ot~ elle est parties. Le chef-lieu de ce depar-
tement est le Cap Francais, actuellement Cap-
Haitien. ( Les limits des d6partements fixees en
a 1801 ont 6te maintenues, dit Ardouii, par tous
a les gouvernements, par toutes les constitutions
a publiees dans ce pays (1). Ces lignes contenaient
deja une assertion erron6e, en 1853, au moment
ou leur auteur, qui compila et publia une Geogra-
phie d'Haiti, les faisait paraltre. Je rectifierai cette
erreur dans le course du chapitre suivant en esquis-
sant f grands traits l'histoire du territoire haitien
de 1804 a nos jours.

(1) Ardouin, Etudes pour servir d I'Histoire d'Haiti, 11 volu-
Smes, in-8, tome IV, chapitre VI, page 386. Paris, 1853.















CHAPITRE II


De 1804 4 1905

Period Haitienne


L'armee indigene de Saint-Domingue etait fepre-
sentee tout entire a la ceremonie solennelle de la
Proclamation de l'Independance d'Haiti, et par ses
chefs principaux. Cette ceremonie eut lieu le ler jan-
vier 1804 dans la ville des Gonaives. On dolt insisted
sur ce point : la nation haitienne fut fondue par une
veritable F6deration des trois anciennes parties du
Sud, de l'Ouest et du Nord. Tous les f6d6ers en
armes et tous ceux qu'ils repr6sentaient jurerent
de vivre libres, ind6pendants ou de mourir. Le nom
de Saint-Domingue fut change et I'lle reprit le
nom autochtone d'Halti (1). Jean-Jacques Dessa-
lines, general en chef de l'armee indigene, fut
proclame gouverneur general d'Haiti avec des
pouvoirs dictatoriaux, le 1er janvier 1804. Au
mois d'aoit 1804, le titre de gouverneur g6enral
fut change par les generaux haltiens en celui

(1) Presque tous les noms de lieux de la Republique haitienne
sont absolument les m8mes que ceux de 1'ancienne Saint-Domin-
gue. Quelques-uns n'ont etd que modifies: le Fort Dauphin est de-
venu Fort Liberte et le Cap Franoais, Cap Haltien. (Voir Repu-
blique dHaiti et ses visiteurs, par L. J. Janvier).









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


d'Empereur qu'ils confererent i Dessalines. A
la date du 20 mai 1805 Jacques Ier, empereur
d'Haiti, accept et sanctionna la premiere constitu-
tion d'Haiti. L'Empire d'Haiti, fond6 en 1805 fut
tout militaire. Les Neo-Haitiens avaient eu lieu
d'apprehender que, vainqueur de l'Europe et maitre
de la mer, Napoleon Ier ne manquerait pas d'en-
voyer une nouvelle armee contre eux. Aussi ne doit-
on pas demeurer etonn6 de voir que l'article 28 des
dispositions generales de la Constitution haitienne
de 1805, soit ainsi conQu : ( Au premier coup de
canon d'alarme, les villes disparaissent et la nation
est debout. ) La proclamation de l'Empirede Napo-
leon I"r eut lieu le 18 mai 1804 et, le 2 d6cembre de
la m6me annee, le nouveau Charlemagne ceignit
la couronne d'Empereur. II pensait a franchir le
fosse qui le s6parait des cotes de I'Angleterre plu-
t6t qu'a tout autre chose et it tenait dans la main
150,000 hommes prkts pour ce duel homerique.
Des plages de Boulogne, de Wimereux, d'Amble-
teuse, l'armee frangaise se dirigea tout entire vers
les bords du Rhin et du Danube. Ulm, Trafalgar,
Austerlitz, sont de grands souvenirs de 1805.
L'Autriche signa le trait de Presbourg le 26 de-
cembre 1805. Pendant que Napoleon organisait la
confederation du Rhin, cr6ait les royaut6s vassales,
les grands fiefs militaires, la nouvelle noblesse
( d'origine plebeienne qui avait trouv6 ses par-
chemins sur les champs de bataille; a (Duruy),
pendant que Pitt mourait, tue par Austerlitz, que
Fox le suivait dans la tombe ; que la Prusse se
faisait battre a lena et i Auerstaedt en octobre 1806



I 5)


'"T ^---








22 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


l'ancienne Saint-Domingue fut oubliee. Le fameux
decret de Berlin en date du 21 novembre 1806, 6ta-
blissant le Blocus continental, dirig6 contre I'An-
gleterre, l'exaspera, la rendit implacable. Trafalgar
avait eu lieu, et l'Angleterre regnait reellement sur
les vagues. Des 1805, Dessalines rendit un d6cret
par lequel il organisa administrativement I'Empire
militaire d'Haiti.


Decret qui fixe les circonscriptions militaires
du territoire d'Halti.

Au Cap, le 18 juillet 1805, an II
Jacques, Empereur "er d'Haiti, etc.;
Voulant satisfaire a l'article 15 de la constitution,
Decrete que le territoire d'Haiti est distribu6 en
six divisions militaires suivant le mode ci-apres
determine :

DIVISIONS MILITAIRES

PREMIERE DIVISION DU NORD
Premier arrondissement : Le M61e, Jean Rabel,
le Port de Paix, chef-lieu d'arrondissement, com-
mand6 par un general de brigade, Saint-Louis, Le
Borgne, la Tortue.
DeuxiEme arrondissement : Le Port Margot, le
Limbe, chef-lieu de division, l'Acul, la Marmelade,
chef-lieu d'arrondissement, command par un
general de brigade, Saint Raphael, Dondon.








DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


DEUXIEME DIVISION DU NORD
Premier arrondissement : Le Cap, chef-lieu de
division, la Petite-Anse, le Quartier-Morin, Sainte-
Suzanne, la Plaine du Nord, la Grande-Rivibre,
chef-lieu d'arrondissement, command pac un
general de brigade.
Deuxieme arrondissement: Valibre, le Terrier-
Rouge, le Trou, Bayaha, chef-lieu d'arrondisse-
ment, commander par un general de brigade,
Ouanaminthe, Limonade, Laxavon, Monte-Christ,
les Isabelliques, Porto-Plate, Samana, la Moyne,
Saint-Yague, la Vega, le Cotuy.

PREMIERE DIVISION DE L'OUEST
Premier arrondissement: Le Gros-M6rne, Terre-
Neuve, Plaisance, d'Ennery, Saiht-Michel, Hinche,
les Gonalves, chef-lieu d'arrondissement, com-
mande par un general de brigade.
Deuxieme arrondissement : Dessalines, chef-
lieu de l'Empire, les Verrettes, Saint-Marc, chef-
lieu de division,- I'Arcahaye, le Mirebalais, chef-
lieu d'arrondissement, commander par un g6enral
de brigade, Lascahobas, Banique, Lamatte, San
Juan, Azua, Banica, Santo-Domingo, Monte Plata,
Neybe, Higuey.

DLCXIEME DIVISION DE L'OUEST
Premier arrondissement : La Croix des Bou-
quets, le Port au Prince, chef-lieu de division et
d'arrondissement, Leogane, chef lieu d'arrondis-








24 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


segment, command par un g6enral de brigade, le
Grand-GoAve, le Petit-GoAve.
Deuxieme arrondissement : Baynet, Jacmel, chef-
lieu d'arrondissement, command par un general
de brigade, les Cayes, Jacmel, Neybe.

PREMIERE DIVISION DU SUD
Premier arrondissement : Aquin, chef-lieu d'ar-
rondissement, command par un general de bri-
gade, Saint-Louis, Cavaillon.
Deuxrime arrondissement : Les Cayes, chef-lieu
de division et d'arrondissement, commander par un
general de brigade, Torbeck, Port-Salut, les Coteaux,
le Cap-Tiburon.

DEUXIEME DIVISION DU SUD
Premier arrondissement: Saint-Michel, P'Anse-
a-Veau, chef-lieu de division et d'arrondissement,
commander par un general de brigade, le Petit Trou.
DeuxiBme arrondissement : Le Corail, J6remie,
chef-lieu d'arrondissement, command par un
general de brigade, les Abricots, le Cap Dame
Marie.
Fait et arrWte en notre palais imperial du Cap,
le 18 Juillet 1805, an II, de l'Independance d'Haiti
et de notre regne le ier.
Sign6 : DESSALINES.

par 1'Empereur,


Le Secritaire-Geniral, sign : Juste CHANLATTE.








DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


Par un d&cret date du Cap, le 28 juillet 1805 et
que contresigna le g6enral Bazelais, chef de l'etat-
major general, furent promus: Au grade de g6en-
ral en chef de 1'armee d'Haiti, le general de division
Henri Christophe; Au ministbre des finances et de
l'interieur, le general de division Andre Vernet;
Au grade de general de division, ministry de la
guerre et de la marine, le general de brigade
ltienne Elie Gerin; Au grade de general de divi-
sion, commandant la premiere division du Nord,
le general de division Paul Romain; Au grade de
general de division, commandant la second divi-
sion du Nord, le gAenral de brigade Francois
Capoix; Au grade de commandant en chef de la
premiere division de l'Ouest, chef-lieu de I'Empire,
le general de division Loujs Gabart; Au grade de
commandant en chef de la deuxibme division de
l'Ouest, le general de division Alexandre Petion;
Au grade de commandant en chef de la premiere
division du Sud, le general de division Nicolas
Geffrard; Au grade de general de division et. de
commandant en chef de la deuxieme division du
Sud, le general de brigade, Jean-Louis Francois.
Dessalines fut tu6 leI 1 octobre 1806. Une nou-
velle Constitution fut vote f Port-au-Prince le
27 decembre 1806. Elle dispose, en son titre II,
article 29, que (a 'lle d'Haiti ci-devant appel6e
a Saint-Domingue avec les ties adjacentes qui en
( dependent, forme le territoire de la R6publique
a d'Haiti a; en son article 30, que a le terfitoire de
la Republique est divish en quatre departments,
savoir : les d6partements du Sud, de l'Ouest, de








26 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

1'Artibonite ci-devant Louverture et du Nord; que
les autres departements seront d6signes par le
Senat qui fixera leurs limits ). L'article 31 disposa
que a les d6partements du Sud, de l'Ouest, de l'Ar-
tibonite et du Nord, conserveraient leurs limits
tells qu'elles etaient fixees par la loi de l'assemblee
central de Saint-Domingue, en date du 15 juillet
1801,sur la division du territoire); l'article 32divisa
les d6partements en arrondissements et subdivisa
les arrondissements en paroisses : le SBnat fixerait
le nombre des arrondissements et des paroisses et
designerait leurs limits respective. Le Senat pou-
vait changer et rectifier les limits des d6parte-
ments, des arrondissements et des paroisses d&s
qu'il le jugerait convenable. L'article 42 de la Cons-
titution de 1806 donnait au Senat a la faculty de
nommer tous les fonctionnaires civils et militaires,
de determiner leurs functions et le lieu de leur resi-
dence a. Conform6ment a cet article, au course de
la seance du 18 janvier 1807, le general Alexandre
Petion fut elu par le Senat au commandement du
department de I'Ouest. I1 reunit 16 voix sur
17 votants, le dix-septieme vote ayant etk donn6
au general Paul Romain. Un autre tour de scrutiny
eut lieu pour la nomination d'un titulaire au com-
mandement du d6partement du Sud. Le general
Yayou n'ayant cbtenu qu'une voix tandis que seize
fois le noin du g6enral Etienne Elie Gerin sortit de
l'urne, ce dernier fut declare commandant en cbef
du department du Sud. Par un arr6td senatorial du
21 janvier 1807, ces commandants de d6partements
furent provisoirement charges dela police des vil-








DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


les et des campagnes. Le 9 mars 1807, le general
Potion fut elu president d'Haitipour quatre annees.
En reality, il ne fut jamais president que des depar-
tements de l'Ouest et du Sud et encore, ce dernier
echappa a son autorite en 1810, au retour de Rigaud
en Haiti et ne rentra dans le giron de la Republique
qu'en 1813, apres la mort du meme Rigaud arrive
en 1812. Le president Petion, par un arrete du 5
decembre 1808, d6clara les commandants d'arron-
dissements ind6pendants les uns des autres et leur
ordonna de rendre compete directement au Pouvoir
Executif de toutes leurs operations. Dejhi par une
loi du 4 avril 1808, le Senat avait distingu6 les
commandments de place en trois classes. Confor-
mement & cette loi du 4 avrif 1808, les comman-
dants de place furent desigh's dans un arrete du
10 decembre 1808, signs par le president Petion, et
que contresigna le Secr6taire d'Etat, Bonnet: Port
au Prince, Cayes, sont de premiere classes; Jacnrel,
Jeremie, Mole Saint-Nicolas, de deuxieme classes;
Mirebalais, Leogane, Petit GoAve, Anse a Veau,
Aquin, Saint-Louis, Tiburon, Dame Marie, Corail,
Croix des Bouquets, les Abricots, de troisieme
classes.
Les autres communes de la R6publique a, dit
le decret, u ne sont considerees que comme des
posies militaires, et les commandants seront pays
suivant leur grade, et ii leur sera allou6 un secre-
taire qui recevra huit gourdes par mois d'appoin-
tements. Les commandants de cantons, de com-
munes qui out un commandement particulier,
seront sous les ordres et la surveillance du com-









28 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAYTI

mandant de la commune (1). Parallblement a
1'existence de cet etat de choses dans l'Ouest et
dans le Sud il y eut une administration difflrente
dans le Nord et dans l'Artibonite. Ces deux d6par-
tements s'6taient detaches de 1'autorite du Senat
de Port-au-Prince, le consid6rant sorti d'6lections
ill6gales, et avaient form d'abord la Republique,
puis le royaume du Nord. La Constitution par
laquelle Christophe organise 1'Etat du Nord est
en date du 17 fevrier 1807. Une loi du 25 fevrier
de la mime annee divise le territoire de I'ile
entire d'Haiti, avec ses petites ties adjacentes,
en cinq provinces au lieu des six divisions mili-
taires de 1805, et subdivise ces provinces en
arrondissements. Chacune de ces provinces 6tait
commandee par un lieutenant-gn6tral et chaque
arrondissement par un marechal de camp. Les
formes monarchiques apparaissaient dans cette
seule denomination des generaux.comme dans les

(1) Commune, place, paroikse sont choses pen distinctes. Pen-
dant la colonisation franchise, le terme place est essentiellement
militaire. II d6signe surtout la ville oi reside le commandant de
la paroisse. La commune c'est la circonscription tLrritoriale,
administrative et politique, qui entoure la ville et en depend. La
place lui donne son nom on elle donne son nom a la place.
Paroisse etait un term d'administration a la fois civil, militaire
et religieuse qui teait usite sons l'ancien regime beaucoup plus
que le mot commune. Aujourd'hui en Haiti commune a rem-
place paroisse, administrativement, mais paroisse existe au point
de vue religieux. Plusieurs paroisses penvent exister dans la
meme commune mais une commune n'a jamais qu'une seule
place. On ne dolt pas confondre place synonyme de ville
avec place maison du gouverneur particulier de la ville et de la
commune et place d'Armes lieu de reunion des troupes de ligne
et des milices.








DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


provinces, au lieu de d6partements, dans les surin-
tendants-g6neraux au lieu de secr6taires d'Etat ou
ministres. ) (Ardouin, tome VI.) En 1811, l'ttat
que Christophe fonda dans le Nord d'Haiti, fut
franchement et solennellement declare royaume
d'Haiti. A la verite, encore que le roi Henri Ier eut
divis6 le territoire entier de l'ile en cinq provinces,
cette division ne fut faite que sur le paper : en
effet, il ne regna jamais que sur la parties de l'lle
d'Haiti, girconscrite par une ligne fictive tiree de
I'embouchure de la riviere du Massacre jusqu'a
deux lieues environ au nord de l'Arcahaie, par-
courant toute la c6te et allant rejoindre dans 'in-
terieur les limits de la parties espagnole. Le
royaume de Christophe, don't la capital 6tait le
Cap, se divisait comme suit, en 1817:

PROVINCE DU NORD
Premiere division du Nord : deux arrondisse-
ments. Premier arrondissement : Grande-Rivibre,
chef-lieu; Paroisses : Sans-Souci, Qiartier-Morin,
Limonade, Grande-Rivi6re, Sainte-Suzanne, Dondon
et Marmelade. Deuxieme arrondissement. Fort-Royal
chef-lieu; Paroisses : Fort-Royal, Ouanaminthe,
Valliere, Terrier Rouge et le Trou.
DeuxiMme division du Nord : deux arrondisse-
ments. Premier arrondissement : Limb6, chef-
lieu; Paroisses: Plaine du Nord, l'Acul, Limbe,
Plaisance, Borgne, Port Margot, Gros-Morne.
Deuxieme arrondissement : Jean-Rabel, chef-lieu;
Paroisses : Saint-Louis, la Tortue, Port de Paix,
Jean-Rabel, M61e Saint-Nicolas et Bombarde.









30 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


PROVINCE DE L'OUEST

Premi,'re division : 2 arrondissements. Pre-
mier arrondissement: Petite Riviere de l'Artibonite
chef-lieu ; Paroisses : Saint-Marc, Verrettes, Petite-
Biviere, Mirebalais et I'Arcahaie. DcuxiMme arron-
dissement : Gonaives, chef-lieu; Paroisses: Gonaives,
Ennery et Terre-Neuve (1).
SDe meme que l'empire de Dessalines, la Repu-
blique de Petion et le royane de Christophe furent
administres militairement. Sa Constitution de 1816
laissa intacts les articles du titre II de la Constitu-
tion de 1806. Pelion meurt en 1818 et Boyer le
replace au fauteuil pr6sidentiel dans I'Ouest et
le Sud. Deux ans apres, en octobre 1820, Chris-
tophe meurt a son tour : 'ancien royaume du
Nord et la Republique du Sud-Ouest ne formerent
plus qu'un seul Etat republican sous le gouver-
nement du president Jean-Pierre Boyer. En 1822,
la parties orientale d'Haiti se souleve contre sa
metropole et unit ses destinies a celles de la
ci-devant parties francaise. Il en fut ainsi jusqu'en
1844. De 1822 a 1844, File d'Haiti se divisait en
departments, ces d6partements se subdivisaient
en arrondissements, ces arrondissements en com-
munes, et ces communes en sections rurales.
Boyer eut la finesse de ne pas mettre de com-
mandant en chef a la tkte d'aucun d6partement. II

(li Voir l'.llimach Royal d'Hfiti, imprime et public au Cap,
pour I'annie 1817.









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


placa au chef-lieu de chaque arrondissement un
commandant d'arrondissement lequel correspon-
dait directement avec le Gouvernement central.
Au-dessous de ces administrateurs politiques sup-
rieurs 6taient les commandants de communes, qui,
eux aussi, administraient militairement. Un officer
de police rurale, relevant du commandant de la
commune, 6tait l'agent du gouvernement dans
chaque section rurale. De 1822 a 1844, la Repu-
blique d'Haiti comptait six d6partements : le Sud,
l'Ouest, l'Artibonite, le Nord, le Nord-Est et le
Sud-Est. Les six d6partements se subdivisaient en
vingt-sept arrondissements ; les vingt-sept arron-
dissements en soixante-seize communes et trente-
quatre quarters et paroisses (1).
D#partement du Sud. Ce d6partement s'eten-
dait de la pointe des Irois, le plus ouest de l'ile
et comprenait la parties la plus occidentale jusqu'au
pont de MiragoAne, c6te nord, et jusqu'a l'embou-
chure de la grande riviere des C6tes de Fer, c6te
Sud. La ligne entire ces deux points, passant entire
les paroisses de Saint-Michel et d'Aquin, d'une part,
et celles du Petit GoAve et de Bainet, de l'autre,
constitute la limited de ce d6partement et de celui de
l'Ouest. Le d6partement du Sud avait pour chef-
lieu les Cayes ; les arrondissements, communes,

(1) En iertu de Particle 6 de la loi du 17 octobre 1821, (l
commune etait la ville on bourg ou residaient un commandant
de place et de la commune, un juge d3 paix, un conseil des
notables, etc. La paroisse etait un bourg qui possddait une 6glise.
Le quarlier etait un bourg et sa circonscription territorial qui
u'dtail ni commune ni paroisse.









32 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


paroisses et quarters don't les noms suivent for-
maient son territoire :
PREMIER ARRONDISSEMENT : Les Cayes, chef-lieu;
Communes : le Port-Salut, les Coteaux ; Paroisse :
Torbeck; Quartiers : La Roche i Bateaux, Les
Ang!ais, Les Charbonnieres, Port a Piment.
DEUXIEME ARRONDISSEMENT : Anse d'Hainaut,
chef-lieu ; Communes : Tiburon, Dalmarie; Quar-
tiers : les Irois, la Petite-Riviere de Dalmarie.
TROISIEME ARRONDISSEMENT : Jeremie, chef-lieu;
Communes : les Abricots, le Corail; Quartiers':
Petit-Trou des Roseaux, Trou-Bonbon, Anse du
Clerc, Pestel.
QUATRIEME ARRONDISSEMENT : Aquin, chef-lieu;
Communes: Saint-Louis, Cavaillon ;
CINQUIEME ARRONDISSEMENT : Anse Veau,
chef-lieu; Communes: Le Petit-Trou, Miragoane;
Paroisses : Les Baraderes, Saint-Michel du Fond
des Nigres; Quartiers: Petite Riviere de Nippes,
l'Asile de l'Anse-a-Veau.

DEPARTMENT DE L'OUEST

La limited du d6partement de l'Ouest 6tait, a
I'ouest, celle qui lui etait commune avec le depar-
tement du Sud ; elle suivait au sud, la cote, depuis
l'embouchure de la grande riviere des COtes de Fer
jusqu'a la riviere de Neybe qu'elle remontait, jus-
qu'a la rencontre d'une petite riviere a l'Ouest de
Saint-Jean de la Maguana; elle suivait cette petite
riviere jusqu'aux montagnes d'ou elle parcourait
une ligne sud et nord jusqu'a la riviere de l'Arti-









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


bonite pres de Banica ; elle descendait I'Artibonite
jusqu'f son embouchure,-et, de ce point, suivait le
developpement de la c6te de I'Ouest jusqu'au pont
de MiragoAne. Port au Prince, capital de la R6pu-
blique, 6tait aussi le chef-lieu du d6partement de
l'Ouest. Ce d6partement se subdivisait en cinq
arrondissements :
PREMIER ARRONDISSEMENT: Port-au-Prince, chef-
lieu ; Communes: Croix des Bouquets, Arcahaie;
Paroisse: Les Grands Bois.
DEUXIkME ARRONDISSEMENT : Jacmel, chef lieu;
Communes: Bainet, Marigot; P'aroisses : Cayes,
Jacmel; Quartiers: C6te de Fer, Sale-Trou.
TROISIkME ARRONDISSEMENT: Leogane, chef-lieu;
Communes: Grand-GoAve, Petit-GoAve.
QUATRIEME ARRONDISSEMENT : Mirebalais, chef-
lieu; Commune : Las Cahobas.
CINQUIkME ARRONDISSEMENT : Saint-Marc, chef-
lieu; Communes: Petite-Rivibre de l'Artibonite, les
Verrettes (1).

DEPARTMENT DE L'ARTIBONITE
La limited du department de 1'Artibonite part
de l'embouchure de I'Artibonite, la remote jus-
qu'a Banica, d'ou elle se rend le plus directement
possible au point de jonction de la Capotille avec le
Massacre; de ce point elle s'616ve sur les crates de

(1) Une parties de la commune de Saint-Marc, telle qu'elle dtait
limit6e par la loidu 17 octobre 1821, entrait dans le d6partement
de 1'Artibonite dans lequel rentrait aussi, en son enter, la com-
mune de la Petite-Riviere de 1'Artibonite (Ardouin, Geographie
v'Haiti).


J. 3.









34 DU GOVERNMENT CIVIL EN HAITI

la Mine et de Valliere, suit la chalne des montagnes
des Fonds Bleus, venant de Sans-Souci, traverse la
Montagne Noire de la Grande Riviere, parcourt les
anciennes limits francaises et espagnoles, en englo-
bant la Mare a la Roche, passe an haut du Trou,
vient Il'habitation Laroque, monte droit la chalne
des montagnes dela Marmelade, passe a I'habitation
Bedouret, en suivant toujours cette chalne jus-
qu'aux limits communes aux paroisses de Borgne,
de Plaisance et du Gros-Morne, s'6tend le long de
celles du Gros-Morne et du Moustique et aboutit h
la petite riviere des C6tes-de-Fer, et de Ia a la mer.
De ce point enfin, elle suit le developpement de la
c6te passant par le Mole-Saint-Nicolas, la Plate-
Forme, les Gonaives, jusqu'a l'embouchure de
I'Artibonite. Le department de l'Artibonite a pour
chef-lieu les Gonaives et comprend trois arron-
dissements :
PREMIER ARRONDISSEMENT : Gonaives, chef-lieu ;
Communes : Ennery, Gros-Morne, Terre-Neuve;
Quarter : Marchand on Dessalines.
DEUXIEME ARRONDISSEMENT : Le Ml6e-Saint-Nico-
las, chef-lieu; Commune: Bombardopolis.
TROISIEME ARRONDISSEMENT: La Marmelade, chef-
lieu ; Communes : Hinche, Saint-Michel-de-l'Ata-
laye k1).

(1) Par uue bizarrerie administrative, les communes de Plai-
sance et de Banica, ainsi que la paroisse de Saint-Raphael, de
minme qu'une portion de la commune de Dondon, relevaient de
commandants d'arrondissement des ddpartements du Nord et du
Sud-Est, landis que, territorialement, elles faisaient parlie du
deparlement de I'Artibonite. (Voir Ardouin, Geographie dlHaitl.)









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


DEPARTMENT DU NORD

La limited de ce d6partement suit celle du d6par-
tement de l'Artibonite depuis l'embouchure de la
petite riviere des C6tes-de-Fer jusqu'f Banica,
d'ofi elle se dirige au Nord-Nord-Est pour aller
chercher les sources du Rebouc, en suit le course,
et va se terminer par une ligne h peu pres sud et
nord a la mer, h environ douze lieues i l'est de
Monte-Christ, et de ce point parcourt la c6te de
I'Est h l'Ouest jusqu'au point d'ou elle est parties.
Le d6partement du Nord a pour chef-lieu le
Cap Haltien : il comprend huit arrondissements.
PREMIER ARRONDISSEMENT : Cap Haitien, chef-
lieu; Communes: La Petite Anse, I'Acul du Nord ;
Paroisses: Plaine du Nord, Milot ou Sans-Souci,
Limonade ; Quartier: Le quarter Morin.
DEUXIEME ARRONDISSEMENT: Port de Paix, chef-
lieu ; Communes: Saint-Louis du Nord, Jean Rabel.
TROISIkME ARRONDISSEMENT-: Le Borgne, chef-
lieu ; Commune: Port-Margot.
QUATRIEME ARRONDISSEMENT: Plaisance, chef-
lieu; Commune: Le Limb6.
CINQUIEME ARRONDISSEMENT : Grande Riviere du
Nord, chef-lieu; Communes: Dondon, Valliere;
Paroisse: Saint-Raphael; Quartier: Sainte-Suzanne.
SIXIiME ARRONDISSEMENT: Le Trou, chef-lieu;
SEPTIkME ARRONDISSEMENT: Le Fort-Liberte, chef-
lieu; Commune: Ouanaminthe ; Paroisse: Le Ter-
rier Rouge; Quartiers: Jacquezy, Laxavon.
HUITIkME ARRONDISSEMENT: Monte-Christe, chef-
lieu.








36 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAiTI

DEPARTMENT DU NORD-EST

La limited de ce department suit celle du depar-
tement du Nord, depuis la mer jusqu'au point seu-
lement ou elle rencontre la plus haute elevation
des montagnes de Cibao, ensuite la chalne de ces
montagnes jusqu'a celle oui la riviere Sevico prend
sa source, descend cette riviere jusqu'a celle de la
Yuna et de la a la mer dans la bale de Samana.
'Elle embrasse la presqu'lle de Samana et court le
long de la c6te, allant de l'est a l'ouest jusqu'au
point de la limited commune avec le department
du Nord. Le department du Nord-Est, ci-devant
Cibao, a pour chef-lieu San Yago, et comprend deux
arrondissements. PREMIER ARRONDISSEMENT : San
Yago, chef-lieu ; Communes: Cotuy, la Vega, Ma-
cory, les Matas de la Sierra et Moca. Paroisse :
Amina
DEUXIEME ARRONDISSEMENT : Puerto-Plata, chef-
lieu; Paroisse : Altamira :

DEPARTMENT DU SUD-EST

La limited de ce d6partement part du point ou
celle du department du Nord cesse d'etre com-
mune avec celle du department du Nord-Est; elle
suit de l'Ouest a l'Est celle du department du Nord-
Est jusqu'I la bale de Samana, la c6te Sud de cette
bale jusqu'au Cap Raphael; de ce point, le develop-
pement de la c6te A 1'Est et au Sud jusqu'a la
riviere de Neybe et se termine a I'Ouest par celle du
department de l'Ouest et d'une portion de celle du









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


department de l'Artibonite. Le d6partement du
Sud-Est, ci-devant de l'Ozama, a pour chef-lieu
Santo Domingo; il comprend trois arrondissements.
PREMIER ARRONDISSEMENT: Santo Domingo, chef-
lieu; Communes: Bani, Saint Christophe, Neybe,
Higuey, Samana, Bayaguana, Los Llanos, Monte de
Plata; Paroisses: LasMinas, Boya; Quarlier : Savana
de la Mar.
DEUXIEME ARRONDISSEMENT : Azua, chef-lieu;
Commune : Neybe (1).
TROISItME ARRONDISSEMENT: Saint-Jean, chef-
lieu ; Communes. Farfan de las Matas, Banica (2).
Sous Boyer, I'administration continue d'etre
confine a des militaires. En 1825, la France reconnut
l'independance de son ancienne colonie, moyennant
une indemnity de cent cinquante millions de francs.
Des lors, Boyer aurait dft introduire en Haiti un
system administratif, moins empirique que celui
qui consistait b confier a des gneraux, don't plu-
sieurs savaient a peine lire et 6crire, le soin de
veiller a l'execution des lois votees et des decrets
rendus a Port au Prince. Certes, il fallait une armee
mais les cadres de cette armee auraient pu 6tre
reduits d'une maniere rguliere. Un system de
conscription eut donned au gouvernement une petite
armee compact de composition, homogene, suffi-

(1) Territorialement, Neybe faisait parties du department de
1'Ouest tandis que, administrativement, elle dependait de l'arroui-
dissement d'Azua. (Ardouin. Geographie d'Haliti, 1858, page 4.)
(2) La loi du 17 Octobre 1821, n'6tait qu'une reproduction avec
variautes de la loi du 15 Juillet 1801. Ardouin dans sa Geographie
d'Haiti n'a faith que copier la premiere et trop nombreux sont
les historians haitieus qui ont copies Ardouin sans le contrdler. .









38 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

sante pour veiller au repos public et pour garantir
la paix. Boyer n'en fit rien: son entendement etait
court; sa vanity etait 6troite et jalouse. La r6vo-
lution de 1843 vint le r6veiller de la torpeur
politique dans laquelle il s'6tait endormi pendant
trop longtemps. II fut renvers6 du pouvoir et
alla mourir en exil. Une Constituante s'assembla
i Port-au-Prince et, le 30 decembre 1843, un nou-
veau pacte fundamental y fut vote. La Constitution
de 1843 dispose, en son titre premier, que : l'lle
d'Haiti et les lies adjacentes qui en dependent
torment le territoire de la Republique; que le terri-
toire de la R6publique est divise en six departe-
ments : Le Sud, I'Ouest, l'Artibonite, le Nord, le
Cibao, l'Ozama. Leurs limits seront etablies par
la loi. Chaque d6partement est subdivis6 en arron-
dissements, chaque arrondissement en communes.
Le nombre et les limits de ces subdivisions seront
d6terminees par la loi. Les limits des d6parte-
ments, le nombre et les limits des arrondisse-
ments et des communes, ne peuvent plus 6tre
changes ou rectifies que par une loi. La Republique
haitienne est une et indivisible, essentiellement
libre, souveraine et ind6pendante : son territoire
est inviolable et ne peut Wtre ali6n6 par aucun
trait. La Constitution de 1843 disposait aussi que
administration politique d'Halti serait confine a
des agents civils; que ces agents civils seraient
assists de conseils locaux; que chaque arron-
dissement a pour chef d'administration un pr6fet;
chaque commune un maire; que les attributions
de ces fonctionnaires sont i la fois civiles et finan-









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


cieres ; que le president de la Republique nomme
et revoque les pr6eets; que les maires sont elus
par les assemblies primaires. Elle 6tablissait un
Conseil par arrondissement ; un Comit6 muni-
cipal par commune: Chaque Conseil d'arrondisse-
ment, chaque comite municipal devait 6tre preside
par le chef d'administration, avec voix delibera-
tive. La loi devait regler ces institutions et con-
sacrer l'application les principles suivants :
1 L'Olection directed, tous les deux ans, pour la
formation du Comite municipal, ou Conseil muni-
cipal, ou Conseil communal; 2 la delegation de
membres des comites municipaux, pour former
les conseils d'arrondissement; 30 I'attribution aux
comit6s et aux conseils de tout ce qui est d'int&ret
communal et d'arrondissement, sans prejudice de
I'approbation de leurs actes, dans les cas et suivant
le mode que la loi determine ; 4" la publicity des
seances des comit6s et des conseils dans les limits
etablies par la loi ; 5o la publicize des budgets et
des comptes ; 6" l'intervention du president de la
Republique ou du pouvoir 16gislatif, pour empicher
que les comites et les conseils ne sortent de leurs
attributions et ne blessent 1'interet general. Enfin,
la Constitution de 1813 dispose que la redaction des
actes de 1'etat civil et la tenue des registres sont
exclusivement dans les attributions des autorites
communales ; que les prefets sont salaries par
'Etat; que les maires sont r6tribues par leurs
communes respective. La Constitution de 1843 est
la meilleure oeuvre des homes politiques qui ren-
verserent le gouvernement du president Boyer. En








40 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAiTI

some, elle ne faisait qu'introduire en Haiti l'ad-
ministration departementale et I'administration
communal, a peu pres comme elles existaient en
France, pendant le regne de Louis-Philippe. Pro-
bablement, elle aurait rendu de grands services a
la nation Haitienne, si elle avait pu en faire l'essai
loyal. Elle aurait mis un term administration
militaire: elle ne devait jamais recevoir d'ex6cution.
En janvier 1844, la Constituante venait a peine de
recevoir le serment constitutionnel du nouveau
president de la Republique, le general Charles
Herard ainD, que se signait, a Santo-Domingo, un
manifeste par lequel la parties Orientale de l'Ile de-
clarait vouloir se detacher de la parties de I'Ouest.
Pendant qu'Herard marchait sur Santo-Domingo et
tentait de ramener au giron de la Republique, les
deux departments du Cibao et de l'Ozama, I'ancien
royaume de Christophe veut s'en separer i son
tour pour se constituer en etat independent (avril
1844). Le general Guerrier y avait ete acclame pre-
sident. Autant pour prevenir cette scission qu'en
haine d'Herard, Port au Prince et les anciens boye-
ristes appellent Guerrier a la presidence de toute
l'ancienne parties francaise. Guerrier prit la dicta-
ture et suspendit la Constitution de 1813 en mai
1844. ( La Constitution de 1843 avait d6plu aux par-
( tisans dela vieille routine, aux anciens amis du
a gouvernement de Boyer et aux militaires. ) (1).
Guerrier meurt en 1845, Pierrot qui le replace

(1). L. J. Janrier. Republiquc e d'Haiti et ses visitears. Paris,
1883, page 480.








DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


est renverse en 1846 par une emeute militaire.
Riche, qu'on porte A la dictature, remet-en vigueur
la Constitution de 1816 apres l'avoir fait amender
et lui avoir fait donner le nom de Constitution de
1846. Le regime militaire 6tait revenue avec Guerrier
dans toute sa brutality. C'etait aussi en se servant
des militaires que Charles Herard avait tent6 de
dechirer la Constitution de 1843, le jour m~me qu'il
devait jurer de la faire respecter. Le President
Riche mourut en mars 1847, et !e S6nat lui donna
pour successeur le g6n6ral Faustin Soulouque.
Celui-ci devint empereur en 1849 sous le nom
de Faustin Ier. II eut toujours besoin de s'appuyer
sur l'arm6e a I'aide de laquelle il pensait pouvoir
realiser le dessein qu'il avait concu d'etendre sa
domination sur toute l'lle. ( Le territoire de
s l'Empire de Faustin Ier fut divise en provinces,
( arrondissements, paroisses et sections rurales,
( administres par des generaux, des colonels ou
c des commandants selon le degr6 du resort. ) (1).
Les provinces etaient partagees en divisions
militaires ou arrondissements (Robin). L'Empire
tomba en janvier 1859 a la suite d'une insurrection
qui 6clata aux Gonaives en decembre 1858 aux
cris de vive la Constitution de 1846 !... Le presi-
dent Geffrard, conserve le regime d'administration
militaire. En 1859 et en 1860, il fit modifier le
Pacte fundamental de 1846 sur des points beaucoup
moins important. Geffrard change les d6signa-
tions territoriales : les provinces devinrent des


(I). Anitcire de3 Deux-mondes. Annee 18'19.








42 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

d6partements. C'etait peu. Ce fut surtout avec le
concours du militarisme que Geffrard put rester au
pouvoir de 1859 a 1867. Quand il en descendit la
nation jugea qu'elle avait besoin d'ajouter une nou-
velle loi fondamentale a la liste deja longue de ses
Constitutions. Les Constituants de 1867 se disaient
anim6s du lib6ralisme le plus pur, cependant ils
ne songerent point a remettre en vigueur la Cons-
titution de 1843 et a supprimer purement et simple-
ment le regime d'administration militaire qui avait
6te le principal instrument dans la main de Geffrard
et de ses pr6edcesseurs pour gouverner sans con-
trble ou despotiquement.
La Constitution de 1867 declare que le territoire
de la Republique est divis6 en d6partements et sub-
divise les d6partements en arrondissements. Elle
6tablit un conseil par arrondissement; un conseil
communal par commune. Les attributions de ces
administrations sont A la fois civiles et finan-
cieres. Elle dispose que le conseil d'arrondisse-
ment est preside par un citoyen auquel il est
donne le titre de president du conseil d'arrondisse-
ment, avec voix deliberative; que le conseil de la
commune est preside par un citoyen qui prend le
titre de magistrate communal; que ces institutions
sont reglees par la loi; que le president d'Hai'ti
nomme les presidents des conseils d'arrondisse-
ments, mais qu'il ne peut les choisir que parmi
les membres du conseil. Elle pose les principles
qui doivent former les bases des institutions
d'arrondissements et des institutions communales.
Ce sont :









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


to L'61ection par les assemblies primaires, tous
les trois ans, pour les conseils communaux, et
l'l6ection au second degree tous les quatre ans pour
les conseils d'arrondissements; 20 l'attribution aux
conseils d'arrondissements et aux conseils commu-
naux de tout ce qui est d'interkt communal et
d'arrondissement, sans prejudice de l'approbation
de leurs actes dans les cas et suivant Wl mode que
la loi determine; 30 la publicity des seances des
conseils dans les limits 6tablies par la loi; 4' la
publicity des budgets et des competes ; 5 l'interven-
tion du president d'Haiti ou du pouvoir 16gislatif,
pdur empbcher que les conseils ne sortent de leurs
attributions et ne blessent l'interit general. Elle
place la redaction des actes de l'1tat-civil et la
tenue de registres dans les attributions des magis-
trats communaux, sous l'inspection des conseils
communaux. Elle dispose que les presidents des
conseils d'arrondisements sont salaries par l'Etat;
que les magistrats communaux sont retribues par
leurs communes respective. La Constituante de
1867 laissait I la Legislative le soin de rendre les
lois qui devaient complete I'organisation des con-
sells d'arrondissements et des conseils commu-
naux. La Legislative n'eut que deux seances. Un
coup d'Etat en ferma les portes le 14 octobre 1867.
De cet acte violent du pouvoir devait sortir une
des guerres civiles les plus calamiteuses don't le
people haltien ait garden le souvenir. Elle ne se
terminal qu'en 1870. Le 19 mars 1870, Nissage
Saget fut 6lu president d'Haiti, mais les Conseils
d'arrondissements ne furent point organisms: les








44 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

Conseils communaux continuerent a fonctionner
comme avant le vote de la Constitution de 1867.
Pendant la pr6sidence de Salnave, c'est-a-dire de
1867 a 1870 et pendant la presidence de Nissage
Saget, c'est-a-dire de 1870 a 1874, la division terri-
toriale resta telle qu'elle avait let pendant la pr6si-
dence de Geffrard, c'est-a-dire de 1859 a 1867.
Pendant lagresidence de Michel Domingue, lequel
fut elu par 1'Assemble Nationale Constituante le
11 juin 1874, la RBpublique Haitienne 6tait divisee
en cinq d6partements.
Chaque department etait divise en arrondisse-
ments ; chaque arrondissement en communes;
chaque commune en sections rurales.
LE DEPARTMENT DE L'OUEST a 5 arrondisse-
ments. Premier arrondissement: Port-au Prince,
chef-lieu; Communes : Port-au-Prince, Croix-des-
Bouquets, Arcahaie, P6tionville. Deuxime arron-
dissement : Jacmel, chef-lieu ; Communes : Jacmel,
Bainet, Marigot, Saletrou, C6te-de-Fer. Troisi'me
arrondissement Leogane, chef-lieu ; Communes:
Leogane, Grand-Goave, Petit-Goave. Quatrinime
arrondissement : Mirebalais, chef-lieu ; Commune :
Mirebalais. Cinquinme arrondissement: Las Cahobas,
chef-lieu ; Coimmune : Las Cahobas.
LE DEPARTEMENT DU SUD a six arrondissements.
Premier arrondissement: Les Cayes, chef lieu; Com-
munes: Cayes, Torbeck, Port-Salut.DeuxiMme arron-
dissement : Les Coteaux, chef-lieu ; Communes :
Coteaux, Chardonnieres, Port-a-Piment. Troisinme
arrondissement : Aquin, chef-lieu ; Communes :
Aquin, Cavaillon, Saint-Louis du Sud. Ql;h if,-r









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


arrondissement Jerdmie, chef-lieu ; Communes :
Jeremie, Corail, Pestel, les Abricots. Cinquieme
arrondissement: Tiburon, chef-lieu ; Communes:
Tiburon, Anse d'Hainault, Dalmarie. Sixibme arron-
dissement : Anse-a-Veau, chef-lieu ; Communes :
Anse-i-Veau, Miragoane, Petite RiviBre de Nippes,
Petit-Trou de Nippes, Baraderes.
LE DEPARTEMENT DU NORD a sept arronlissements.
Premier arrondissement : Cap-Haitien, chef-lieu ;
Communes: Cap-Haitien, Milot, Acul du Nord, Limo-
nade, Plaine du Nord. Deuxieme arrondissement :
Fort Libert6, chef-lieu; Communes : Fort Liberte,
Ouanaminthe. Troisieme arrondissement : Marme-
lade, chef-lieu ; Communes : Marmelade, Hinche,
Saint-Michel de l'Atalaye. QuatriBme arrondisse-
ment: Le Trou, chef-lieu; Communes : Le Trou,
Valliere. CinquiEme arrondissement : Grande-Riviere
du Nord, chef lieu; Communes: Grande-Riviere du
Nord, Dondon. Sixime arrondissement : Borgne,
chef-lieu ; Communes : Borgne, Port-Margot. Sep-
tiPie arrondissement : Limbe, chef-lieu ; Commu-
nes : Limbe, Plaisance.
LE DEPARTMENT DU NORD-OUEST a deux arron-
dissements. Premier arrondissement: Port-de-Paix,
chef-lieu; Communes: Port-de-Paix, Saint-Louis-
du-Nord. Deuxiemearrondissement : MOle Saint-Ni-
colas, chef-lieu ; Communes: MOle-Saint-Nicolas,
Jean Rabel, Bombardopolis.
LE DIPARTEMENT DE L'ARTIBONITE a trois arron-
dissements. Premier arrondissement : Gonaives,
chef lieu ; Communes : Gonaives, Terre-Neuve,
Ennery, Gros-Morne. Deuxieme arrondissement :








16 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

Saint-Marc, chef-lieu; Communes: Saint-Marc,Ver-
rettes, Grande-Saline. Troisieme arrondissement :
Dessalines, chef-lieu ; Communes : Dessalines,
Petite-Riviere de 1'Artibonite.
Le regime administratif militaire continue de
fleurir sous la presidence du g6enral Michel
Domingue comme il avait fleuri depuis 1805. La
ConstitutIbn de 1867 fut remise en vigueur au mois
de juillet 1876, en meme temps que Bcisrond Canal
arrivait 5 la pr6sidence de la Republique. On songea
alors seulement a faire passer dans une loi les
dispositions de la Constitution de 1867 portant
creation de conseils d'arrondissement. Le Consti-
tuant de 1843 avait prevu que administration
des arrondissements serait confine a un represen-
tant du Gouvernement central qui serait un agent
civil et qui portrait le titre de Prdfet; la Consti-
tution de 1867 disposa en son article 135, que le
Conseil d'arrondissement serait preside par un
citoyen auquel serait donn6 le titre de president du
Conseil d'arrondissement avec voix deliberative;
en son article 137 que le President d'Halti nom-
merait les presidents des conseils d'arrondisse-
ments mais qu'il ne pourrait les choisir que parmi
les membres des conseils elus par les assemblies
primaires. Les conseils d'arrondissement cr6es
sous Boisrond Canal auxquels on avait attribute une
parties des recettes g6enrales pour les d6penses
locales ne remplirent pas leurs functions avec
toute I'integrit6 et tout le patriotism qu'on en
attendait. Partout ou presque partout ils fonction-
nerent mal mais on ne saurait serieusement









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


soutenir que le Pays en eht fait 1'essai loyal car,
organisms par une loi du 17 novembre 1876, ils
furent supprim6s par un decret du gouvernement
provisoire siegeant a Port-au-Prince en date du
10 septembre 1879. Le 23 octobre 1879, la Chambre
des D6putes et le Senat r6unis en Assembl6e Natio-
nale elisaient a la pr6sidence d'Halti le citoyen
Louis-Etienne-Felicite Salomon et pour un terme
de sept annees: une nouvelle Constitution fut vote
a Port-au-Prince, le 18 d6cembre 1879.
Le pacte fundamental de decembre 1879 r6p6te
qu'il est etabli un conseil communal par commune;
que le conseil de la commune est presid6 par un
citoyen qui prend le titre de magistrate communal;
que cette institution est r6glee par la loi; que le
president d'Haiti nomme les magistrates communaux
et leurs supplants les choisissant parmi les mem-
bres elus des dits conseils communaux. Elle dispose
que les principles suivants doivent former la base
des conseils communaux: 1o election, par les
assemblies primaires, tous les trois ans, pour la
formation des conseils communaux; 20 l'attribu-
tion aux conseils communaux de tout ce qui est
d'interAt communal, sans prejudice de l'approbation
de leurs actes, dans les ces et suivant le mode que
la loi determine ; 30 la publicity des s6ances des
conseils dans les limits etablies par la loi; 4o la
publicity des budgets et des comptes; 50 l'inter-
vention du president d'Halti ou du pouvoir legis-
latif, pour empecher que les conseils ne sortent de
leurs attributions et ne blessent l'interAt g6enral.
Elle innovait en confiant la r6daction des actes de









48 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

l'etat-civil et la tenue des registres a des fonction-
naires speciaux nommes par le Pouvoir Executif et
pregnant le titre d'Officiers de l'tat civil. Elle declare
que les miles adjacentessont: la Tortue,la Gonave,l'lle-
a-Vaches, les Cayennites, la Navase, la Grande Caye
et toutes les autres qui se trouvent placees dans le
rayon des limits consacrees par le droit des gens.
Elle commit une faute d'autant plus lourde en ne
nommant pas la Beate, Alta-Vela, les Frayles,
qu'elle reclame la Navase comme haitienne. Enfin
elle divise le territoire de la Republique en d6par-
tements; subdivise le d6partement en arrondisse-
ments, les arrondissements en communes.
La Constitution de 1843 etablissait en Haiti un
regime d'administration civil a la place du regime
d'administration militaire auquel on n'avait pas
touch depuis la mort de Dessalines. Depuis 1859
et surtout depuis 1867, le Parlement haitien aurait
di revenir a cette conception politique des hommes
de 1843 et diviser Haiti en prefectures et sous-pre-
fectures. Actuellement encore, nombre d'ecrivains
haitiens font l'eloge de la Constitution de 1867 et
semblent ne pas savoir qu'en fait de liberalisme
elle le cede sur tous les points a la Constitution de
1843. Aux yeux de ceux- qui savent comment les
contr6es d'Europe sont administrees, la Constitu-
tion de 1867 peut paraltre absurde parce qu'elle
cree des Conseils d'arrondissements sans cr6er de
pr6fets et en ne supprimant pas le commandant
d'arrondissement : dans tous les pays d'Europe,
administres civilement, c'est le Prefet qui est
I'ex6cutif du Conseil provincial ou d6partemental.








DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


Le Prefet ne dispose pas des troupes, directement,
mais I'officier militaire qui command les troupes
est place sous l'autorite du Prefet. En some, 1'61e-
ment civil prime l'6elment militaire; les pronon-
ciamentos deviennent rares ; le caporalisme devient
impossible; les liberties des citoyens les plus riches,
les droits des citoyens les plus instruits ne sont
pas perpetuellement confisques par des soldats qui,
empereurs constitutionnels ou presidents tempo-
raires, gouvernent en souverains absolus et sans
aucun programme tout en etant declares irrespon-
sables. Depuis 1876, on aurait pu career cinq prefec-
tures: de l'Ouest, du Nord, du Sud, de l'Artibonite,
du Nord-Ouest. La prefecture de FOuest aurait pu
etre subdivis6e en trois sous-prefectures institutes
i Jacmel, au Petit-GoAve, au Mirebalais. La prefec-
ture du Nord aurait pu comprendre trois sous-pre-
fectures etablies au Trou, au Fort-Libert6, a Plai-
sance; la prefecture du Sud aurait pu comprendre
trois sous-prefectures 6tablies f Miragofne, a JerB-
mie, f Aquin ; la prefecture de I'Artibonite, une
sous-prefecture, 6tablie f Saint-Marc; la prefec-
ture du Nord-Ouest, une sous-prefecture, etablie
au Mole-Saint-Nicolas. Les chefs-lieux des prefec-
tures auraient pu etre fixes a Port-au-Prince, au
Cap, a Port-de-Paix, aux Cayes, respectivement.
Le nouvel edifice aurait pu etre couronne par un
Conseil d1tat connaissant du contentieux admi-
nistratif de toute la Republiquc et devant lequel le
Prefet et les administres auraient pu en appeler des
decisions du Conseil d6partemental. Le grade
militaire le plus 6lev6 aurait pu etre celui de


J. 4.









50 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

colonel, come dans la Republique Suisse, et les
officers militaires, commandants efiectifs de trou-
pes, auraient pu Wtre places sous les ordres du Pr6fet
pour marcher a toute requisition ecrite de ce
dernier. Les conseils d6partementaux auraient pu
avoir le droit de voter des centimes additionnels aux
quatre contributions directed et 6tre charges de
la repartition des imp6ts directs votes par les Chain-
bres. Les reformes partielles ont ceci de mauvais
qu'elles ont tous les desavantages des chosesvieilles,
des abus anterieurs sans avoir les avantages des
reforms radicales. Les quatre contributions direc tes
don't il est ici question sont : la contribution fon-
ciere sur les proprietes bAties et sur les proprietes
non bAties; la contribution des portes et fenetres;
la contribution personnelle et mobiliere; la contri-
bution des patentes, d'apres le rble et celle des pa-
tentes supplementaires. On peut se convaincre en
lisant I'ouvrage de Barb6-Marbois : ( Compte par
bref vtal de la colonies de Saint-Domingue pour
178S ), lequel resemble beaucoup a un budget
departemental franCais de 1904, que les imp6ts
directs fournissaient une grande parties des ressour-
ces necessaires pour couvrir les depenses publiques
de la colonie de Saint-Domingue. Le comte de
Barb6-Marbois fut le dernier intendant de Saint-
Domingue nomme par Louis XVI.















CHAPITRE III


Demain

La nation haltienne n'a jamais 6te gouvernee
que par des militaires: general Dessalines, g6n6ral
Pktion, general Christophe, g6enral Boyer, general
Charles H6rard, general Guerrier, ge6nral Pierrot,
general Rich6, general Souloque, g6n6ral Geffrard,
general Salnave, g6n6ral Domingue, general Bois-
rond Canal, g6enral Salomon, general Legitime,
general Hyppolite, g6enral Tiresias Augustin Simon
Sam. Plusieurs de ces militaires parvinrent au
Pouvoir sans avoir requ aucune culture civil et,
par consequent, sans avoir aucune idee de l'exis-
tence de gouvernements absolument civils. Si
des chefs haltiens qui n'avaient pu parvenir a la
premiere magistrature qu'avec le concours des
militaires n'ont pu comprendre quelle 6norme
difference il existe entire administration civil et
administration militaire d'un pays difference
tout a l'avantage de la premiere peut-6tre
appartient-il aux g6enrations haltiennes du ving-
tieme siecle de doter le pays d'un system d'admi-
nistration civil. C'est l1 qu'est la vraie reforme,
celle don't peuvent decouler toutes les autres :
les armes ne le chdent a la toge que quand la









52 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAiTI

toge est portee par des personnages consulaires
qui connaissent les theories aussi bien que les
details des sciences de gouvernement et a qui on
donne le pouvoir de les appliquer. L'histoire des
institutions haitiennes prouve des mieux que
l'absence d'une administration civil a Mte la rraie
cause de nos ialheurs depuis 1804. Presque tou-
jours les revolutions qui ont faith des presidents
d'Haiti ont eu pour chef supreme un commandant
d'arrondissement ou, tout au moins, un militaire.
Bien plus que les ecrits des penseurs, ces revolu-
tions ont appauvri, boulevers6 la famille haitienne.
Cependant, personnel ne deteste un soldat qui a fait
couler des flots de sang et foule de gens d6testent
les penseurs don't le seul crime a Wte d'emettre des
idWes absolument pareilles aux idWes gouvernemen-
tales qui sont honorees en Europe. A cette heure
ou le telegraphe relie toutes les villes de la Repu-
blique a la Capitale, la necessity d'une administra-
tion militaire en Haiti se fait sentir moins que
jamais. Sans autorit6 immediate sur les troupes, le
Prefet d'arrondissement ou l'Intendant d'arrondis-
sement ne serait jamais dangereux. En ne repous-
sant point des r6formes que je recommandais deja
il y a une vingtaine d'annees (1) les Haitiens
auraient eu des initiateurs don't l'Histoire vante
encore le courage politique et le savoir. On
donnait le titre de gouverneur a des fonction-
naires qui avaient reCu du Roi le gouvernement

ti) Voir Louis Joseph Janvier. La Republique dtHalit et ses
visiteurs. Paris, 1883, et Louis Joseph Janvier. Les Constitu-
tions d'Haiti. Paris, 1886.









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


militaire des provinces et des principles villes de
l'ancienne France. La toute-puissance du gouver-
neur alla en croissant et, tout d'abord, servit les
interkts de la Couronne; puis, elle devint un
danger pour le [Roi lui-mime. Pendant les guerres
civiles de la Ligue, les gouverneurs de provinces
agissaient en maitres dans leurs gouvernements
respectifs; ils retablissaient a leur profit les
anciens privileges. fModaux ; ils levaient des
troupes; ils percevaient des imp6ts et rendaient
la justice en leur propre nom ; ils renouvelaient
toutes les usurpations et toutes les tyrannies de
l'epoque seigneuriale. Sully, puis Richelieu, puis
Colbert s'attacherent a diminuer les pouvoirs des
gouverneurs et a augmenter la puissance des inten-
dants. Vers la tin du regne de Louis XIV, les char-
ges des gouverneurs n'6taient plus que des sine-
cures, mais elles ne furent point abolies et, i la
veille de la Revolution, on comptait, en France,
quarante gouverneurs generaux proposes a des
Gouvernements de provinces ou de territoires et
environ quatre cents gouverneurs particuliers pre-
poses i des villes et places fortes. Les gouverne-
ments militaires furent supprimes par la Revolution
et ne furent r6tablis ni par Napoleon IJe ni par ses
successeurs. En 1905, la France ne possede que
deux gouvernements militaires, Paris et Lyon,
mais a Paris, il y a un Prefet de la Seine et un Pre-
fet de Police; a Lyon, ii y a un Prefet du Rh6ne
don't les functions sont essentiellement civiles.
En Alleinagne, il n'y a pas de gouvernement
militaire et il n'y en a pas en Russie d'Europe;









54 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

seules, les provinces asiatiques de la Russie sont
des- gouvernements militaires a la tete desquels
sont places des officers generaux.
En France, a partir du regne de Henri IV, c'est-
a-dire immediatement apres les guerres civiles de
la Ligue, administration des provinces tendit a
passer des mains des gouverneurs militaires dans
les mains plus souples et plus ob6issantes des
intendants. Les colonies que les Francais fonderent
a partir du XVIIe siecle, au Canada, a Saint-
Domingue, aux Iles du Vent, a la Guyane, aux lies
Sous-le-Vent, a la Louisiane furent successivement
erig6es en gouvernements independents et admi-
nistrees, le plus possible, comme l'etait tell pro-
vince de la Metropole. A c6t6 du Gouverneur de
la Colonie, le Roi de France institua le Conseil
souverain de la colonies qui ressemblait aux Parle-
ments de la Metropole et placa l'intendant de
justice, police et finances. Au nombre des princi-
pales attributions de l'Intendant 6tait celle de
dresser le budget de la colonies et de le presenter
au Conseil souverain. L'intendant ne faisait pas
seulement voter les imp6ts ; c'etait encore lui qui
avait la pr6sidence du Conseil souverain ou Parle-
ment colonial. L'intendant 6tait toujours un home
instruit, verse dans la connaissance des lois et des
questions de finance : presque toujours, il avait
siege dans un des Parlements de la Metropole ou
meme dans le Conseil d'Etat du Roi. Rien ne se
faisait en dehors de l'intendant : il centralisait
dans ses mains toute la direction des affaires colo-
niales; il etait autoris6 a faire tout ce que le Roi








DU GOUVERNEMENT .

lui-m6me aurait pu faire A. ^ f 4 z oUa 2j-e
qu'ils administraient, les int~t4 d.b oo -'a'
se trouvaient dans une d6perda.iA. Jrtaua-
l'egard du Roi, car ils n'achetai.nAk -,a le- oa -.
a prix d'argent et ne la devaielf f ,c a 4- -
sance. Ils Btaient revocableO dt' ,,, M. t
l'autre et, ne disposant pas du /o ,cr.rndu aetc
troupes, ils ne pouvaient ni ai wu 44e ;4l
ni se mettre a la tote des insti Se -..-
tions d'un intendant colonial it .a da M.-
coup celles d'un directeur dej -ike it .,te-.a d'u*.
prefet colonial de nos jours. r tf v ie 1 4( a-
Constituante envoya dans les co^e4 de C o -
missaires choisis parmi ses mni& ( 44t,*
mission de remplacer les int-mdata we .of
des troubles occasionn6s par,& i tle4leM&u ,
se deroulaient en France. En t~ ln/ 4- *o /t. 2,
la Legislative envoya aux cw A4 CM b -
saires pris parmi ses membti' stiP L ft&.fh*L
ceux de la Constituante. A son tour, la -t,
tion expedia aux colonies des Commissaires qu-
6taient autorisis A exercer une autorit6 absolu-
ment souveraine. Leurs pouvoirs, absolument
pareils i ceux des Conventionnels en misgn.
aux armies, sur les frontieres de France ou ek.
Vendee, 6taient illimites. Les g6n6raux et les
officers militaires de tous grades tremblaient
devant eux. Aux Commissaires de la Convention
succhdent les Agents du Directoire, par application
de la Constitution de l'an III, et, aprbs le coup
d'Etat du 18 Brumaire, aux Agents du Directoire
succedent les Agents des Consuls. Quand le g6niral









,NEMENT CIVIL EN HAITI


ta..A#.. cA .L.it Premier Consul, il concentra
T' ov- ,xitS de chaque colonie franQaise dans
km Am A' &I.rtAmilitaire auquel il donna le titre
A. Cue, 4o.i.C,.ral. Bien que ce regime eut e6t
AX'al 5,~" L ')upe par un arrete du 19 avril
'10 1I t, btaitAinique par un arrete du 26 mai
I to 2,, eQ h. u ti a Saint-Domingue que par un
OlfcU oL3 <.w3er 1803. Au mois de novembre
Ito .Le.c.o A.c-gneral Rochambeau remettait la
\,ft4'j.'i 'olrrmee revolutionnaire composer
aj,& j M S-aint-Domingue et, en vertu d'une
aX ,U m -sl-ge, evacuait la colonie. Des le
\W, & iLn I ttlo4,-s indigenes de Saint-Domingue,
k~MPif P.f uion armee i Gonaives, procla-
A,Aa LAAX 7 andance national dans une c6re-
4noftU *tMRIv el donnaient h leur pays le nom
WAX,&9tt 441 oia oat :ess6 de porter depuis 1493. 11
WJt dju A4t J expose qui precede que la colonie
Fi A, e Saint-Dorningue ne fut jamais admi-
nistr6e militairement. Bon nombre des Haitiens de
1804 qui, entire 1760 et 1800, avaient v6cu au Cap,
avaient vu fonctionner le Conseil souverain du
Nord, et bon nombre des Haitiens de 1804 qui,
entre 1770 et 1800, avaient vecu a Port-au-Prince,
avaient vu fonctionner le Conseil souverain de
l'Ouest: ces rgnicolesd'une nation nouvelle avaient
vu agir l'Intendant et le subdel6gue de 1'Intendant;
ils savaient comment l'impbt etait elabli dans
I'ancienne colonie de Saint-Domingue; ils savaient
comment il etait vote, comment il 6tait reparti et
comment il etait percu. Les impots directs tenaient
une place important dans le system fiscal de la









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


colonie de Saint-Domingue. Des hommes qui sor-
talent 5 peine d'un joug humiliant et qui venaient
de conqu6rir simultanement la propriety du sol et
1'Ind6pendance politique n'auraient certainement
point refuse de payer des imp6ts directs en meme
temps que des impbts indirects si le Gouvernement
de la Contree nouvelle avait exige le paiement de
ces deux especes d'imp6ts. On en demeurera d'ac-
cord si on se souvient que les Haitiens de 1804
d6claraient hautement et unanimement qu'ils
etaient prets i tous les sacrifices pour conserver
leur Ind6pendance national. La premiere consti-
tution qu'ils se donnerent, celle de 1805, content
un article 28 ainsi conqu : a Au premier coup de
a canon d'alarme, les villes disparaissent et la
a nation est debout ). Les gouvernants militaires
d'Haiti, except Christophe, n'ont jamais compris
ni le r61e de la monnaie d'or comme moyen de
gouvernement, ni la valeur de l'or compare i
celle du papier-monnaie comme moyen d'eco-
nomie politique, ni meme la valeur des imp6ts
directs comme moyen de progres rapide et sOr,
comme un infaillible instrument de civilisation.
L'imp6t direct a pour base un etat de choses plus
ou moins fixe et permanent: la terre, les cons-
tructions, les capitaux de placement. II est genera-
lement support par le contribuable porte au rl6e.
Les contributions indirectes sont les plus d6fec-
tueux de tous les imp6ts: les presomptions qui
leur servent de base, telles que la production, la
consommation, les importations, les ventes, les
exportations, sont de pure convention et ne r6pon-









58 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

dent que fort imparfaitement a la r6alite des choses.
Les contributions indirectes, s'adressant aux pro-
duits de premiere necessite, font rench6rir les
objets indispensables a la subsistence des classes
pauvres : elles frappent les besoins plus qu'elles ne
frappent la fortune. Elles font le paysan pauvre
et le paysan pauvre fait la Nation pauvre. II
faut done exiger la totality des revenues budg6taires
d'une contree par I'application simultanee du
system des contributions directed et du system
des contributions indirectes. En France, les
cinq contributions directed sont: l'impot sur les
propriet6s bAties et sur les propri6tes non bAties,
la contribution mobiliere, la contribution sur les
portes et fenitres, la contribution des patentes, la
taxe de trois pour cent sur les benefices et les divi-
dendes des societies. Ces cinq contributions directed
et les taxes qui leur sont assimilees, constituent
une des sources les plus productive des revenues
fiscaux de la R6publique Francaise. Une r6gie
special estchargee de administration general des
contributions directed. Elle a sa direction i Paris,
au Ministere des Finances, et elle a des agents dans
toute la France. A c6te d'elle fonctionnent sous la
responsabilite parlementaire du Ministre des Finan-
ces, trois autres regies financieres: I'administra-
tion des Douanes, administration des Domaines,
de i'Enregistrement et du Timbre, administration
des Contributions indirectes. Dans une contree
comme la France, don't le territoire est, au moins,
dix fois plus vaste que le territoire de la Republi-
que Haitienne, les finances ne sont nullement









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


decentralises, comme je viens de le prouver. Du
cap des Irois, extremite occidentale de la Republique
Haitienne, a Port-au-Prince, la capital, il n'y a
pas quatre-vingts lieues; de Port-au-Prince a la
ligne de separation de la Republique Dominicaine
et de la Republique Haitienne, dans le Nord, c'est a-
dire a l'embouchure de la riviere du Massacre dans
la baie de Mancenille, entire Monte-Christ et le Fort-
Liberte, il n'y a pas quatre-vingt-dix lieues terres-
tres. Pourtant, la Constitution de 1889, en son
article 157, declare que ( les finances de la Republi-
( que Haitienne sont decentralis6es ; qu'une loi
fixerait incessamment la portion des revenues
a publics aflerents au Conseil d'arrondissement ou
a aux Conseils communaux ). C'est fort naif I La
fixation d'une portion des revenues publics aux
Conseils departementaux et aux Conseils commu-
naux, en France, ne constitute nullement une
decentralisation des finances de la Republique
Francaise. Ce n'est que par la loi de finances du
18 juillet 1892 que les recettes et les depenses
departementales ou communales ont et6 6liminees
du Budget de I'Etat; d'autre part, depuis la Revo-
lution Francaise, il existait, dans le department
come dans la commune, des agents speciaux
pour g6rer le patrimoine departemental et le
patrimoine communal. Meme apres le vote
de la loi des finances de 1892, c'est une Cour
des Comptes, rendant des arrels et c'est le
Parlement Francais qui contr6lent les finances
departementales et les finances communales.
C'est encore le Parlement qui, chaque ann6e, fixe









60 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

la limited des centimes additionnels que les Con-
seils locaux sont autorises a etablir. Les Cons-
tituants haitiens de 1889 semblent avoir ete des
legislateurs improvises ou trop grands seigneurs
pour daigner comprendre combien plus liberal
que la Constitution de 1867 est la Constitution de
1843. II est vrai aussi qu'ils ne furent point mem-
bres d'une Legislative apres 1889 ; qu'ils ne furent
pas ministres pendant longtemps; qu'ils ne songe-
rent jamais a organiser les Conseils d'arrondisse-
ment; qu'ils ne decentralis6rent rien du tout; qu'ils
se montrerent aussi mauvais administrateurs que
le President Salomon qu'ils avaient reverse du
Pouvoir, en ne gouvernant que par le Comman-
dant d'arrondissement, l'etat de siege en perma-
nence et le Papier-Monnaie. Combien difficile ne
serait-il pas de payer des cenlimes additionnels
aux conseils d'arrondissement haitiens en papier-
monnaie! Comment pourrait-on exiger du con-
tribuable haitien des centimes additionnels en or
et m6me en argent, quand le principal de l'imp6t
serait payable en papier-monnaie? En France, les
imp6ts d6partementaux sont accol6s a ceux de
l'Etat; les taxes percues au profit des d6partements
consistent exclusivement en centimes additionnels
aux contributions directed: ce ne sont nullement
des centimes additionnels aux droits de douane I
En 1900, sur 317 millions de francs de recettes
departementales, le produit des centimes addi-
tionnels aux contributions directed figurait pour
cent quatre-vingt-dix millions de francs. Le total
des allocations sur les fonds generaux de I'Etat,









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


r6parties entire les deparlements en raison de leur
situation financiere, format la difference entire
cent quatre-vingt-dix millions de francs et trois
cent dix-sept millions de francs.
Le budget des recettes ordinaires du departe-
ment du Nord pour 1905 s'6elve a 11.385.463 francs
57 centimes et le Budget des recettes extraordinai-
res i 7.079,170 francs 50 centimes, c'est-h-dire
ensemble a 18.464.634 francs 07 centimes. 1I y a
seize chapitres de recettes : centimes additionnels
ordinaires; revenues et products des proprietes
departementales; products des expeditions d'an-
ciennes pieces ou d'actes de la prefecture deposes
aux archives; products de droits concedes au
department du Nord ; subventions pour les
d6penses du Budget ordinaire; resources 6ven-
tuelles du service vicinal; resources eventuelles
du service des chemins de fer d'interit local, des
tramways d6partementaux et des voitures automo-
biles; remboursement d'avances; reliquats dispo-
nibles de l'exercice anterieur sur les recettes du
budget ordinaire; centimes additionnels extraor-
dinaires; emprunts; products des biens aliens;
dons et legs; remboursements des capitaux exigi-
bles et des rentes raclietes; recettes accidentelles;
reliquat disponible de l'exercice anterieur sur les
products eventuels extraordinaires autres que les
emprunts. Dans le Budget de 1904, et pour la seule
ville de Lille, don't la population, suivant le recen-
sement de 1901, est de 215.431 habitants, le mon-
tant du principal des quatre contributions directed
s'eleve a 3.559.077. Le Budget des recettes ordi-









62 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

naires et le budget des recettes extraordinaires de
laVille de Lille, chef-lieu du department du Nord,
sont regl6s, pour l'exercice 1904, a 9.422.130 francs.
Les principles recettes ordinaires comprennent:
cinq centimes additionnels aux contributions fon-
cieres, personnelle et mobiliere ; huit centimes sur
le principal des quatre contributions directed pour
les depenses de 1'enseignement primaire, a rem-
bourser par l'Etat; deux centimes et demi sur le
principal des quatre contributions directed pour
I'entretien des chemins vicinaux; huit centimes de
prelbvement sur la contribution des patentes.
L'octroi urbain, l'octroi de banlieue et les taxes
suivantes sont de faible rendement : la taxe sur
les chevaux et voitures don't un vingtieme est
attributed ai la Ville de Lille ; la taxe sur les veloci-
pedes don't un quart est attribute a a Ville; la taxes
municipal sur les chiens; la taxe municipal sur
les automobiles, voitures, chevaux, mules et
mulets; la taxe municipal sur les cercles et sur
les billards; la taxe municipal sur les proprietes
baties ou non baties. Les recettes extraordinaires
principles sont encore des centimes additionnels:
vingt centimes additionnels au principal des quatre
contributions directed; deux centimes quatre-
vingt-deux centiemes additionnels au principal des
quatre contributions directed pour amortisssment
d'un emprunt; deux centimes douze centimes
additionnels pour amortissement d'un autre em-
prunt; deux centimes douze centiemes addition-
nels pour amortissement d'un troisieme emprunt
municipal; une surtaxe sur les alcools, cidres,









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


poires, hydromels. D'autres petites sources de reve-
nus ordinaires sont : les locations de proprietes
communales; les redevances annuelles pour tole-
rances accordees sur ou sous la voie publique; les
rentes immobilisees; la part de la ville dans le
montant des saisies et des amendes en matibre
d'octroi; les droits de voirie; les droits de pesage
et de mesurage ; les droits de jaugeage au d6potoir
public; les droits de place aux halles, foires et
marches; les droits de stationnement des bateaux
dans les canaux; les droits percus dans les abattoirs,
les halles et les entrep6ts ; les remises allouees par
I'Etat aux employs de l'octroi sur le montant des
droits percus au profit du Tresor National. 11 faut
mentionner pour memoire les petits revenues prove-
nant de la vente de fumiers, de boues et d'immon-
dices; de la vente de l'eau potable et de l'eau pour
bains a prix reduits; de la vente des fruits des
jardins publics, des catalogues des musees et de
la bibliotheque; des concessions dans les cime-
tieres; de l'exp6dition des actes administratifs et
des actes de l'Elat civil; de la vente du lait de
chevres du Jardin Vauban; des retributions
scolaires; des interets de fonds deposes au Tresor
de l'Etat; des subventions de l'Etat et des sub-
ventions du D6partement du Nord; des rembour-
sements faits par des communes voisines; des
products des conventions faites avec des companies
du Gaz et des Compagnies de l'Electricit6; des fon-
dations pieuses. En France administration des con-
tributions indirectes percoit les droits sur les bois-
sons,sur le sucre indigene, sur le sel, surles voitures








64 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

publiques, sur les cartes a jouer et les droils de
garantie sur les matieres d'argent et d'or. Plusieurs
des impositions directed mentionn6es plus haut
n'existent point en Haiti. Les ministres des finances
en Haiti demandent presque tout le revenue public
aux douanes seulement. Il y a fort longlemps qu'on
aurait dd introduire dans le system fiscal haitien
le monopole de l'alcool ou, tout au moins, des
impots elev6s sur les distilleries ; le monopole du
tabac, le monopole de la poudre et des armes.
Celui-ci surtout s'impose: on aurait dO ne pouvoir
acheter de la poudre qu'i Port-au-Prince, et dans
une seule boutique de l'Etat. Les imp6ts directs
ont existed dans 1'antiquite la plus obscure: ils
existaient chez les Grecs et les Romains, chez les
anciens Syriens et les anciens Egyptiens. La Bible
nous parole souvent de la dime. Chez les Hebreux,
c'etait un prelevement du dixieme des products
du sol et des troupeaux au profit du culte et
des ministres de l'Eglise. Une espece de dime
existait A Saint-Domingue pendant le gouver-
nement de Toussaint Louverture; une espece
de dime existait en Haiti sous Dessalines et sous
Christophe, au profit de I'Etat. Guy-Joseph Bon-
net, qui fut secretaire d'Etat des finances sous
Petion, raconte dans ses ( So'uriirs Historiques )
comment la dime d'Etat fut abolie dans les deux
departments actuels du Sud et de l'Ouest, entire
1807 et 1810. II etait just, pourtant, que les terres
de l'Etat, distributes pendant la presidence de
Petion, fussent frappees d'un imp6t direct. Suppo-
sons que cet imp6t eft e6t vote par le Senat, ou









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


qu'il eIt t6d d6crete par PNtion Supposons que
depuis 1810, la perception de cet imp6t eAt servi
de module pour le vote et la perception d'un
imp6t foncier, gen6ralise depuis I'application de
la Constitution de 1816 jusqu'A nos jours I
En France, le produit de la contribution fonciere
sur les propri6tes bAties, pour 1902, a ete de plus
de 86 millions de francs, les centimes additionnels
departementaux ou communaux non compris ; le
produit de la contribution fonciere sur les pro-
pri6tes non bAties, pour 1902, a 6et de 120 millions
de francs, non compris les centimes communaux
et les centimes departementaux. En France, la
contribution personnelle et mobiliere existe depuis
1791. Elle fut 6tablie par I'Assembl6e Constituante.
En 1904, la part revenant a l'Etat dans la perception
de cette taxe a Wet de 72 millions et demi de
francs. La contribution des portes et fenetres, en
France, date d'une loi du 4 frimaire an VII, c'est-a-
dire vote pendant le Directoire par le Conseil des
Cinq Cents et par le Conseil des Anciens. La part
revenant a l'Etat dans la perception de cet impOt
devait Atre de 64 millions de francs en 1903. La
contribution des patentes existait dans l'ancienne
France sous le nom de droits de maltrise et de
jurande. Elle fut retablie en 1791, supprim6e en
1793, retablie en 1'an III. Le produit total de cette
contribution 6tait de 24 millions de francs, en
1901, les centimes communaux et les centimes
d6partementaux compris ; la part revenant A
l'Etat, en principal et en centimes, etait de 134
millions de francs en 1901. La taxe sur les chevaux


J. 5.









66 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

et voitures qui, en France, est une taxe assimilee
aux imp6ts directs, serait certainement d'un bon
rapport en Haiti, aussi bien a l'Etat qu'aux com-
munes. En France, le montant de la contribution
sur les voitures, les chevaux, les mules et les
mulets a ete de 12.923.000 francs, en principal des
r6les primitifs de 1'ann6e 1902. Chaque ann6e, le
Parlement francais fixe, dans le Budget de l'Etat,
la part contributive de chaque department dans
le montant des trois impOts de repartition : con-
tribution fonciere des propriet6s non bAties, con-
tribution personnelle et mobiliere, contribution
des portes et fenetres. C'est ce qu'on appelle le
,oiilii, itl. et le contingent financier de chaque
d6partement est distribute entire les arrondissements
par le Conseil General du d6partement ou par le
Prefet. Le contingent du d6partement du Nord dans
le Budget National de 1905 s'el1ve a 18.847.496 fr.,
en principal, pour les quatre contributions directed:
contribution des patentes, contribution des portes
et fenetres, contribution personnelle et mobiliere,
contribution fonciere sur les proprietes non bAties
et sur les proprietes bAties. Le contingent de
chaque arrondissement est notified au Sous-Prefet
par le Prefet; par les soins du Sous-Prefet, it
est r6parti entire les communes. C'est aussi le Sous-
Prefet qui notifie au maire de chacune des com-
munes de l'arrondissement quelle sera la part
contributive de sa commune. Enfin, la repartition
individuelle est effectuee dans chaque commune
par un conseil repartiteur qui se composed maire,
d'un ou de plusieurs conseillers municipaux, de









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


cinq proprietaires. Les repartiteurs prennent pour
base la matrice cadastrale et la matrice general du
r6le des contributions. Supposons que ce systhme
eut ete etabli en Haiti, et depuis 1826, & une 6poque
ou le President Boyer aurait parfaitement pu l'y
faire introduire, apres avoir cree des conseils d'ar-
rondissement 1 Supposons meme qu'on l'eit intro-
duit en Haiti pendant la p6riode de paix interieure
qui s'6tendit de 1847 & 1859. Supposons encore que
le 16gislateur de 1876 eQt vote sur ces bases, la loi
mIme du 17 novembre 1876, qui cr6a les consells
d'arrondissement Tout bien consider, le Budget
national des recettes de la Republique francaise
s'~elve, en chiffres ronds,a 3 milliards de francs,en
1889 : le produit total des imp6ts directs consti-
tuait un tiers de cette some, c'est-a-dire un mil-
liard de francs. Cette 6tuden'est pas une dissertation
acad6mique: elle propose des solutions pratiques et
detaill6es qui meritent d'6tre prises en s6rieuse con-
sideration par les pouvoirs publics si, reellement,
nous voulons en finir avec le regime du papier-mon-
naie. Ce qui distingue l'homme de la brute c'est la
notion du pass et la notion de l'avenir. Tout homme
qui ne saisit pas la valeur de ces deux notions prouve
qu'il n'a point etudie les Sciences d'Etat. Ces sciences
s'6tudient absolument en dehors ou i part des scien-
ces m6dicales Qu'est-ce que le papier-monnaie ? Un
emprunt h jet continue et d'autant plus dangereux
que le Gouvernement qui le fait et le Peuple qui le
support n'en ont presque pas conscience. Aujour-
d'hui, personnel ne peut soutenir sans faire rire
de soi que l'economie politique est une science









68 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

ennnuyeuse et que la theorie du papier-monnaie
est fondue sur la science abstraite. Cette th6orie
est fondue sur une experience renouvel6e cent fois,
en Europe, en Asie, en AmBrique. Le paper mon-
naie ne peut circuler que dans l'6tendue de la
contree ou il est emis : ce n'est qu'un expedient
don't un Gouvernement instruit et patriot ne doit
se servir que momentanement, avec prudence et
moderation. Le President Petion cr6a le papier-
monnaie et il est mort en 1818! Ardouin raconte
avec sa malice habituelle que, lors des premieres
emissions faites par Petion, des commercants
strangers etablis a Port-au-Prince refuserent de
recevoir du papier-monnaie en paiement de leurs
marchandises. Le President Petion les ayant
menaces de leur retire leurs patentes respective,
ces commercants capitulerent. Ardouin semble
croire que ce fut un bon tour que leur joua
Petion. II va sans dire, pourtant, que ces com-
mergants strangers augmenterent simplement les
prix de leurs marchandises vendues en papier-
pionnaie afin de ne pas perdre sur les ventes
de ces marchandises; afin de faire des remises
avantageuses, en denrees haitiennes, a leurs
commettants d'Europe; afin de pouvoir acheter
des traites payables en or sur les marches euro-
peens. En definitive, done, c'est le paysan haltien
et le bourgeois haitien qui restent, actuellement
encore, les seules victims de cette habitude du
papier-monnaie que nous avons contracted depuis
Petion. Dans chaque exchange qu'Haiti fait avec
l'dtranger, elle perd dix pour cent, cinquante pour









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


cent et quelquefois bien davantage. Ardouin vecut
a Paris, de 1848 a 1859, et y publia son ouvrage
intitule : ( Etudes pour servir i l'histoire d'Hafti a.
C'est un ouvrage extremement amusant, bien qu'il
soit en onze volumes, non seulement a cause de la
mine de renseignements qu'il renferme, mais encore
parce que la personnalite de 1'auteur perce chaque
page, avec ses qualities et ses defauts. Tout prouve
que, jusqu'au moment ou il publiait cet ouvrage,
Beaubrun Ardouin n'avait pas encore compris
quelle grosse faute 6conomique et politique avait
commise le gouvernement de P6tion, en cr6ant le
papier-monnaie, et quelle longue faute commirent
les gouvernements de Boyer, de Faustin er, en n'en
operant point le retrait, a tout prix. Ces jugements
peuvent paraltre s6veres mais ils sont justes. Et
meme, sans que je veuille nullement celebrer
mes aleux, comme disait Bossuet je puis demon-
trer, en passant, que j'ai ete 6leve dans le culte de
Petion et de Boyer, de Soulouque et de Geffrard :
mon pere etait des amis personnel de I'empereur
Faustin Ier et de Geffrard. Pendant plusieurs annees,
et sous I'empire, Geffrard habitat le Morne-a-Tuf,
au Portail de Leogane et c'est de la qu'il partit, en
decembre 1858, pour aller se soulever a Gonaives;
pendant plusieurs ann6es, Faustin Ier allait, au
moins une fois par mois, dans le Godet, au Morne-
5-Tuf, visiter la Guildive Benjamin qui lui apparte-
nait. Itant n6 le 7 mai 1855, je n'avais que trois ans et
demi quand Soulouque partit pour l'exil pourtant
je me souviens parfaitement de l'avoir vu parlor
familierement a mon.preq, en 1858. Mon pere avait








DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


sa soute de sp6culateur en denrees ou de marchand
de cafe en gros et ses archives de commissaire
d'llet dans une maison a lui, situee au Morne-a-
Tuf, dans la Grand'Rue, presque au coin de la rue
de Penthievre, vis-a-vis de la maison du general
Diom6de, a l'ouest, entire la maison de Nicolas
Lacocagne, au sud, et celle d'Anozy Degriez, au
nord. J'etais dans cette soute, le plus souvent
possible, et, plus d'une fois, j'ai vu Geffrard arreter
son cheval pour y causer avec mon pere, entire
1859 et 1867. Mon grand-pere 6tait natif de Pestel
et il conquit tous ses grades en combattant dans
le Sud. C'6tait un ami personnel de Gerin et de
Petion. II 6tait deja colonel en 1806 et, en 1806, un
colonel etait quelqu'un, car ce ne fut qu'en 1843
que les grades militaires furent prodigues, avilis
meme, ou commencerent a perdre de leur valeur.
On voit le nom de mon grand-pere dans l'Acte de
Resistance a l'Oppression qui fut sign a Port-au-
Prince, en octobre 1806. Mon grand-pere signa son
nom avec son titre de colonel, a son rang, c'est-a-
dire apres P6tion et G6rin qui 6taient generaux de
division. L'Acte de Resistance a l'Oppression se
trouve dans le tome III de l'Histoire d'liaiti, de
Madiou. Mon grand-pere 6tait venu a Port-au-
Prince en 1806, avec l'armee du Sud, revoltee centre
Dessalines. Quoiqu'il n'eit que cinq ans en 1818,
mon pere, accompagn6 de sa soeur, Rose Janvier
qui, elle-m6me, n'6tait Agee que de onze ans, assist
aux funerailles du President Petion. L'incendie du
19 decembre 1869 ruina mon pere complbtement et
il mourut de chagrin, en janvier 1873. Je n'etais Ag6








DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


que de dix-sept ans et demi quand il mourut, mais
il m'avait racont6 et l'Histoire d'Haiti, et I'Histoire
particuliere de Port-au-Prince, ville qui avait
grand sous ses yeux et ou il naquit en 1813. Tous
les dimanches, il lisait Madiou, la Bible, Ardouin.
Mon pere 6tait entr6 a dix-sept ans dans le onzieme
regiment de ligne. II quitta l'armee en 1843 avec
le grade de capitaine, et uniquement pour devenir
le commissaire de I'llet de Port-au-Prince compris
entire la Grand'Rue, a l'ouest, la rue du Centre, a
l'est, la rue de Penthievre, au sud, la rue Saint-
Honore, au nord. En some, c'6taient deux lets,
h cause de la ruelle qui, du coin sud-ouest du
March Debout, debouche dans la Grand'Rue, entire
la maison familiale des Abellard et la maison
familiale des Coquilleau, vis-a-vis de la maison
Malette. Sous l'Empire et sous Geffrard, un com-
missaire d'llet 6tait quelqu'un, surtout au Morne-
a-Tuf, parce qu'il r6pondait de son quarter au
SGouverneur de la Ville, Vil Lubin, personnelle-
ment, a l'Empereur; plus tard, au President
Geffrard. Pendant trente ans, de 1843 a 1873, mon
pere exerga une espece de supr6matie que lui
avaient conferee tacitement, et de leur propre
movement, les commissaires respectifs des ilets
du Morne-a-Tuf, entire autres le general Soudel,
Servil Bourdon, parrain de mon jeune frere,
Moristin, le g6enral Decayette Toussaint, Nonnotte
Biamby, le colonel Rousseau, Preval Laguerre,
Maitre, Z6phyrin Prudent, Decimus Cadet Enfin,
tout le Morne-a-Tuf venait au mot A'ordre chez
mon pere. Au Jer janvier, il gardait la chambre








72 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

et, pendant toute la matinee, cent ou deux cents
citoyens venaient lui souhaiter une heureuse
annee et lui serrer la main. Nous habitions rue
de PenthiBvre, dans une maison situee entire la
rue du Magasin de 1'Etat et la Grand'Rue, vis-
a-vis de la propriety Morissette, au sud, entire
la maison du general Diomede, a l'est, une pro-
priete des Abellard, i l'ouest, et la Maison de
sante, au nord. C'est la que je suis n6. Je
puis dire que mon pere etait un vrai ( paler fami-
lias ) du genre de ceux des premiers temps de la
Republique Romaine, c'est-a-dire le patriotismeetle
desinteressement, la bravoure et I'honneur memes.
Je pense a lui chaque jour, et partout of je suis,
ayant toujours meprise l'argent et n'ayant jamais
ete nulle part qu'au service exclusif de ma Patrie.
Dans une Republique, c'est la masse des citoyens
qui est le Souverain et non une seule personnel,
comme Jean-Jacques Rousseau I'a demontre fort
lumineusement dans le Contract Social ), un
ouvrage public en avril 1762, c'est-h-dire il y a plus
de cent quarante ans et qui a eu des centaines
d'editions. Les circonstances seules foreent le Peu-
pie Souverain a deleguer ses pouvoirs aux deput6s,
aux s6nateurs, au president, aux ministres, mais
ces pouvoirs sont definis, fixes, limits dans la
Constitution, laquelle est un contract synallagma-
tique. Je declare, la main sur la conscience, que je
ne songe ici qu'aux Presidents qui ont v6cu et qui
dorment le long sommeil; j'atteste que je ne cri-
tique que les Presidents qui reposent dans la
paix du Seigneur; je supplies qu'on croie qie









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


je ne parole que des Presidents qui ont rejoint
la majority et qui, en ce moment,regardent l'Iternel
face-h-face; je jure que je n'en veux qu'aux Presi-
dents don't les ombres navigueront sur les flots
legers du lac sans rivage jusqu'au jour du Juge-
ment dernier: depuis Petion, le President, en Haiti,
s'est trop souvent cru le Souverain. Les ministres
ne sont presque jamais choisis parmi les membres
du Parlement; ils sont forces de cesser d'en faire
parties, en devenant ministres. S'ils arrivent au
Ministere et que le President les en chasse mali-
cieusement ou capricieusement, le Pays perd entie-
rement le b6nefice de leurs lumieres, de leur
experiences. de leurs services parlementaires. Le
Parti Liberal qui fleurissait au Parlement Haitien
de 1876 A 1879 ne voulut point amender la Cons-
titution de 1867 sur ce point primordial, alors
que le Pouvoir Executif lui en offrait l'occasion par
la presentation d'un project de revision de ladite
Constitution, le 2 aout 1878. Membres du Cabinet
en charge et membres du Parlement, en meme
temps, les chefs du Parti Liberal auraient pu
gouverner le pays, ainsi que cela se pratique en
Angleterre depuis deux siecles. En aofit 1878,
les chefs du Parti Liberal, au Parlement, Boyer
Bazelais et Edmond Paul, auraient dd accepter la
Revision Constitutionnelle : 'occasion 6tait excel-
lente pour eux d'introduire dans la Constitution
un article en vertu duquel les senateurs et les
deputies pourraient 6tre ministres, sans perdre leur
siege au Parlement; un autre article de par lequel
le Conseil d'arrondissement serait pr6sid6 par un









74 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

Prefet civil. En votant le Budget de 1878-1879, les
chefs du Parti Liberal Haitien auraient dd suppri-
mer les charges de corn mandants d'arrondissement,
de commandants de place et de commune, sous le
pretexte de diminuer le Budget de la Guerre. La
charge de commandant de place est inutile dans
une grande ville administree civilement. II y a
dans cette ville ou bien une Prefecture, ou bien une
Sous-Prefecture : au-dessous du Prefet ou au-
dessous du Sous-Prefet, il n'y a que des agents
absolument civils : le maire, le commissaire cen-
tral de la police, les commissaires de police des
quarters, les agents de police ordinaire r6partis
en brigades dans les different quarters, le com-
missaire special de la Sftrete et la brigade special
de la Sirete. Bover Bazelais et Edmond Paul
auraient et6 des liberaux, dans le sens europeen du
mot, si, en 1876 et en 1878, ils avaient developp6
leur programme, en pleine Chambre, publique-
ment. Un programme posthume n'est pas un pro-
gramme, pour les gens qui savent la valeur du
mot ( programme ', dans les pays de discussion :
en eflet, ce qui constitute le ( programme a ce sont
moins les mots qui s'y trouvent que le courage
civique don't on faith preuve en prononeant ces mots.
En 1876, Liautaud Eth6art, Armand Thoby, mon
ami Miguel Boom etaient les trois principaux
conseillers du President Boisrond Canal. Ils etaient
des esprits aussi liberaux que Boyer Bazelais et
Edmond Paul. D'ailleurs, ils n'auraient pas pu
empecher les chefs du Parti Liberal au Parlement
de d6truire l'administration militaire en Haiti par








DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


la loi du 17 novembre 1876 et par le Budget de
1876-1877 parce que la Nation Haitienne tout
entire venait de vomir le President Domingue et
le g6enral Polemon Lorquet qui, certes, 6taient
aussi ac6phales, l'un que l'autre, Je vis tuer
Lorquet, le dimanche 16 aoit 1876, dans sa mai-
son situee au coin de la rue du Centre et de la rue
Pav6e. La veille, Septimus Rameau fut tue d'un
coup de fusil au coin de la rue du Magasin de 1'Etat
et de la rue des Casernes. J'6tais si pres de lui que
j'entendis siffler a mon oreille la balle qui le frappa.
Ce furent Edmond Roumain et moi qui nous placant
debout, lui aux pieds, moi a la tete du cadavre,
le couvrirent de nos corps afin d'empicher que fut
hach6 de coups de sabre les restes encore palpitants
de l'homme qui, quinze jours auparavant, se
croyait encore un Souverain absolu. Je passe pour
Wtre un National Haitien et pour ne pas etre du
tout un Libdral Haitien parce que, de 1882 f
1887, je defendis le gouvernement de Salomon, a
Paris. Nul n'ignore que ce Gouvernement ne m'a
jamais accord de recompense et, d'ailleurs, tout
esprit subtil peut remarquer, en lisant cette 6tude,
que je suis bien plus un Libdral que ne I'6taient
Edmond Paul et Boyer Barelais, dans le sens ofi le
mot Libdral se prend en France; que, beaucoup
plus qu'eux, j'ai l'esprit tout pen6trd de parlemen-
larisme, dans le sens oh le mot parlementarisme
se prend en Angleterre. Les Haitiens ne lisent que le
francais :cependant lesconstituants haitiens, depuis
1816, n'ont jamais pu voir qu'en France, et depuis
1816 aussi, les ministres sont presque toujours choi-








76 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

sis dans le Parlement ; qu'ils ne percent point leur
siege parlementaire, ni en devenant membres d'un
cabinet ministeriel,ni en tombant du minister. II en
result qu'un citoyen haitien ne sait jamais qu'il
deviendra ministry normalement. II ignore qu'il
est ( ministrable ) on personnage de rang consu-
laire, comme on disait i Rome,. pendant la Repu-
blique, pendant la p6riode comprise entire la
period royale et la periode imp6riale; il ignore
surtout s'il peut rester ministry pendant longtemps
et s6rieusement : par consequent, il ne songe point
a etudier les sciences du gouvernement et, trop
souvent, le Pouvoir se trouve dans des mains de
maitres qui, parlementairement, n'ont jamais ete
apprentis. 11 y a interp6netration entire toutes les
sciences politiques : le vote de l'imp6t, apres dis-
cussion s6rieuse, force le gouvernement qui le solli-
cite d'une Chambre des repr6sentants du Peuple i
respecter les liberties de cette Chambre et, par
consequent, les libert6s des electeurs de cette
Chambre solennellement consign6es dans la Cons-
titution. Si une Chambre de Repr6sentants du
Peuple qui n'est point nee d'elections olficielles,
refuse de voter des impots directs et que le Peuple
qui doit payer ces imp6ts directs refuse de les payer
parce que ses representants ne les ont point votes,
il est impossible au Gouvernement qui reclame ces
imp6ts directs, de rester despotique ou tyrannique
pendant longtemps. Le vote de l'imp6t direct par
un Parlement, apres discussion serieuse, et sa
repartition sont les meilleurs boulevards des
liberties politiques d'un people, des que ce people









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


a conquis ces liberties et possede des hommes
d'Etat assez instruits, assez courageux pour
defendre ces liberties par la plume ou par la
parole. Ainsi, c'est par le vote du budget que le
Peuple anglais a conquis toutes les liberties politi-
ques et c'est en Angleterre qu'est ne le gouverne-
ment par parti politique homogene, le gouverne-
ment parlementaire parfait, le gouvernement par
le Cabinet et par la Chambre des Communes. Les
consequences de ces faits sont incalculables. Depuis
deux siecles, le Souverain, en Angleterre, n'assiste
jamais a un Conseil du Cabinet en charge. II en
result qu'il est reellement irresponsible de la poli-
tique du Ministere; qu'il ne peut ktre qu'aim6 et
v6nere par tous ses sujets, sans distinction de parti,
attend qu'il ne peut faire aucun mal. Bien que,
depuis 1846, les Constitutions haitiennes declarent
solennement que le President d'Haiti est irrespon-
sable, celui-ci preside toujours les Conseils des
Ministres, tranche du Souverain absolu et veut
toujours faire croire que c'est lui seul qui peut
gouverner le pays ou qui le gouverne. II s'imagine
volontiers, que, seul, il peut penser pour toute la
Nation; que des citoyens qui ont passe leur vie h
etudier les Sciences de Gouvernement, n'ont pas.
le droit, ni de parler, ni d'ecrire. Dans tout pays .
Gouvernement parlementaire, la press est libre
reellement, la culture cerebrale devient de plus en
plus la regle, les lois sont de plus en plus respec-
tees, l'arbitraire devient de plus en plus odieux, le
patriotism devient de plus en plus consciencieux,
la probity et la droiture sont de plus en plus.









78 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

repandues dans toutes les classes. En Angleterre,
l'espionnage politique n'existe pas, justement parce
que tout Anglais appartient a un des deux parties
politiques, don't le chef siege toujours au Parle-
ment; parce que personnel ne s'inqui6te de l'opi-
nion du voisin; parce que personnel n'a besoin de
catcher ses opinions; parce que chacun peut ecrire
et dire ce qu'il lui plait, sans craindre la prison
ou l'exil.
La Constitution haltienne de 1889 que foule de
gens croient original et tres lib6rale ne fait que
r6peter en ses articles 121, 122, 123, 124, 125 les
dispositions des articles 137, 138, 139, et 141 de
la Constitution haitienne de 1843 : elle ne sup-
prime pas le Commandement d'arrondissement
comme agent de l'autorit6 central, elle ne le
replace pas par le Prefet. Le gouvernement qui
eut a I'appliquer immediatement et qui se vantait
de son liberalism aurait pu transformer les plus
meritants des commandants d'arrondissements en
prefets civils. En compensation de la perte de
leur charge, il aurait pu donner aux autres com-
mandants d'arrondissement, soit une grosse pen-
sion en argent, soit une habitation de l'Itat
comme cadeau national. La Constitution de 1843,
en son article 136, dispose que chaque arron-
( dissement a pour chef d'administration un
s prefet, chaque commune un maire. ) La Consti-
tution de 1889 declare, en son article 157, que les
finances de la Republique sont decentralisees ;
qu'une loi fixera incessamment la portion des
revenues publics aflerents aux conseils d'arron-









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


dissements ou aux conseils communaux ; elle
dispose en son article 121 que le conseil d'arron-
dissement est presid6 par un citoyen auquel est
donned le titre de President du Conseil d'arrondis-
sement, avec voix deliberative a ; en son article
123, que le President d'Haiti nomme les presidents
des Conseils d'arrondissement mais qu'il ne peut
les choisir que parmi les membres des dits Con-
seils. Ces dispositions ne suffiraient pas pour
detruire l'influence du commandant d'arrondisse-
ment ou plut6t son mauvais vouloir, en ce qui
touche l'execution des decisions du Conseil d'ar-
rondissement, s'il existait des conseils d'arrondis-
sements : on l'a parfaitement vu pendant que
les conseils d'arrondissement fonctionnaient, de
novembre 1876 a septembre 1879, c'est-a-dire
conformement a la loi du 17 novembre 1876 qui
instituait ces Conseils. Dans les conseils souve-
rains de Saint Domingue, l'intendant repr6sen-
tait l'autorit6 central, c'est-a-dire l'autorite civil ;
il etait toujours stranger a la colonie; c'6tait lui
qui pr6sidait le Conseil souverain et tous les offi-
ciers militaires, meme le gouverneur en chef de la
colonie, 6taient sous ses ordres.
Dans le syst6me de la Constitution de 1843, le
Prefet Haitien remplacait purement et simplement
le commandant d'arrondissement, don't la charge
etait abolie. Naturellement, d'apres ce systeme, le
Pr6fet aurait eu la presidency du Conseil d'arrondis-
sement ; le Pr6fet d'arrondissement aurait rempli
des functions civiles, de police et de finances,
comme dans les conseils souverains de Saint-









80 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI

Domingue, l'intendant remplissait les functions
de justice, de police et de finances. En parlant de
finances, on peut repeter ici que le regime du
papier-monnaie n'a existed en Haiti depuis pres de
cent ans que parcd que la Nation Haitienne n'a
jamais connu les douceurs d'un gouvernement
civil, je veux dire d'un gouvernement dans lequel
le pouvoir est exclusivement confie a des hommes
qui ont pass par des universities et qui ont ete
obliges de subir des examens d'economie poli-
tique, de science financiere, de droit civil, de
droit international. Le President P6tion crea le
papier-monnaie, en pleine paix, pendant que dans
le royaume de Christophe, la circulation monetaire
etait exclusivement d'or et d'argent. Si Haiti avait
ete administr6e par des fonctionnaires civils depuis
le President Boyer jusqu'h 1870, ces fonction-
naires civils auraient certainement d6barrasse ou
gueri le pays du papier-monnaie. Tout au moins,
de 1889 a nos jours, le pays se serait d6barrasse
ou gueri de nouveau du papier-monnaie. Le Presi-
dent Salomon remit le pays sous le regime du
papier-monnaie, et sans raison, mais ceux qui WQ
renverserent du Pouvoir, en 1888, qu'ils fussent du
Nord ou qu'ils fussent du Sud, n'ont point retire le
papier-monnaie de la circulation. Cependant, de
1890 a 1896, la situation financibre d'Haiti 6tait
telle que le retrait integral du papier-monnaie
aurait pu Wtre effectu6 facilement. Ainsi en
temoigne des mieux une etude approfondie des
Comptes par bref etat des finances haltiennes que
la Banque Nationale d'Haiti a publi6s annuelle-










DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


ment, entire 1890 et 1897: pourtant M. Antenor
Firmin, M. Frederic Marcelin, M. Callisthene Fou-
chard ont ele ministres des Finances, de 1890
a 1897, et ils passent pour etre de grands finan-
ciers. Ce n'est pas que j'aie peur de m'en faire des
ennemis personnel mais je dis ceci sans malice et
je ne m'en prends qu'aux institutions. Le veritable
objet de cette teude est de me faire des amis
serieux tout en d6montrant que, d6sormais, un
minister en Haiti doit 6tre homogene et doit
avoir un programme; que, sans president du
Conseil, un minist.re ne peut Atre homogene et
ne peut avoir de programme; qu'un president
d'Haiti serait beaucoup plus glorieux et beaucoup
plus str de mourir en Haiti, apres son septennat,
s'il se contentait de regner sans assister jamais a
un Conseil de Cabinet, c'est-i-dire sans gouverner,
sans Wtre responsible reellement, comme le veut
encore la Constitution de 1889. Le roi d'Angle-
terre est beaucoup plus un souverain que ne
1'est un president temporaire d'Haiti : pourtant,
d epuis pros de deux siecles, le roi d'Angleterre
'thssiste jamais a un Conseil du MinistBre en
charge. Celui-ci est seul responsible devant le
Parlement et le Pays. Naturellement, un cabinet
homogene ne peut exister que dans un pays parle-
mentaire, c'est-a-dire gouverne par les Chambres
et par des Ministres qui savent ecrire ou qui
savent parler. S'ils avaient a discuter, a expli-
quer au Parlement, et publiquement, les raisons
de leurs actes, au lieu de se retrancher a chaque
instant derriere le President d'Haiti qui, conslitu-


J. 6.









82 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


tionnellement, n'est pas responsible, ces Minis-
tres seraient forces d'apprendre les sciences de
gouvernement et notamment le droit interna-
tional, la statistique, les courtoisies internatio-
nales. 11 y aurait deux parties politiques, au moins,
lesquels seraient forces d'avoir chacun un Mtat-
major d'intellectuels et une press instruite. La
Constitution de 1889 preche ( l'andantissement des
(( parties politiques dont les luttes steriles out tant
( retardc la march proi!re.ssi're de la Republique
( et fail douter des aptitudes de notre race it se
( ,"' I int, ) Cette maniere de penser prkte a rire.
Ce m'est un vif regret que de sembler manquer de
respect a la Constituante de 1889, mais en ma
quality de membre du Souverain haitien, je dois
faire observer que c'est le d6veloppement des
parties politiques en Angleterre et leur alternate au
pouvoir qui, en deux siecles, ont fait du Royaume-
Uni une des plus formidable puissances de l'Uni-
vers. Il n'y a jamais eu de parties politiques en
Haiti, except pendant la court epoque of Boyer
Bazelais etait chef des Liberaux au Parlement, et
Demesvar Delorme, chef des Nationaux au Parle-
ment. Un chef de parti politique ne saurait 6tre
un muet. S'il ne siege pas au Parlement, devant
quel auditoire competent pourra-t-il exprimer ses
opinions, d6velopper son programme ? Et s'il n'a
pas devant lui soit le chef de l'Opposition, soit
le chef du Cabinet en charge qui doit lui repondre
immediatement, en toute courtoisie et en toute
liberty, pourquoi se donnerait-il la peine d'6tudier,
de servir dans les places inferieures, de conquerir









DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


ses gallons civils, un a un; pourquoi craindrait-il
de verser le sang pour arriver au Pouvoiret pour y
rester? Comment peut-il gouverner en homme
civilis6 on civilement; comment peut-il forcer
ses adversaires politiques aussi bien que ses amis
politiques i rester purs, c'est-a-dire a ne songer
qu'a bien faire, a ne servir que la Ptrie, de la
jeunesse au tombeau ?
M. Antenor Firmin et M. Leger Cauvin etaient
tous deux membres de la Constituante de 1889. Je
juis un des amis de celui-ci depuis 1868 et j'etais
des amis de celui-la depuis 1876. Je puis done affir-
mer que si notre pays avait imit6 les costumes des
parties politiques de l'Angleterre, Firmin et Leger
Cauvin n'auraient point cess6 d':tre membres (du
Parlement depuis 1889, alors meme qu'ils auraient
faith parties de plus d'un Cabinet ministeriel. En
Angleterre, le meme homme reste membre de la
Chambre des Communes quelquefois pendant trente
ou meme quarante ans consecutifs, alors meme
que son parti a perdu le Pouvoir plus d'une fois.
Depuis 1889, ni M. Ant6nor Firmin, ni M. Leger
Cauvin, n'a ete ministry pendant deux annees
cons6cutives : ils sont pourtant au nombre des
quarante Haitiens qui, depuis 1889, auraient d(i
Atre toujours soit au Ministere, soit i la Chambre
des Communes, soit au S6nat. D'autre part, si
la Presidence de la Republique en Haiti ne
devait 6tre donnee que par le Parlement, comme
en France, en recompense de grands services
civils, et uniquement a des Parlementaires, nous
en aurions fini pour toujours avec les pr6sidences









84 DU GOUVERNEMENT CIVIL EN HAITI


militaires et, par consequent, avec les resolutions
puisque jamais line revolution de civils n'a reussi
en Haiti. Contrairement a ce que disaient les
constituents de 1889, en 6difiant une nouvelle
residence militaire, ce sont elles, ces presidences
- jiilitaires et les luttes steriles qu'elles ont engen-
dre ( qui ont taet retard" la march progressive
(( de la i'publique et faith douter des aptitudes de
( notre race ii se qourerner. )) II imported de le
reveler ici : pendant la guerre civil de 1902,
plus d'une des grandes puissances a voulu inter-.
venir dans les affaires interieures de la Republique
d'Haiti. II faut conclure et je conclus que les trois
premiers articles du programme du Parli Liberal
doivent etre le retrait integral et rapide du papier-
monnaie, un essai loyal d'administration civil,
un essai loyal du gouvernement parlementaire ;
que les trois premiers articles du programme du
Parti National doivent 6tre l'adoption de la mon-
naie d'or comme talon, le vote et la repartition
des trois contributions directed qui sont aussi
des imp6ts de repartilion, un essai loyal de
gouvernement parlementaire.

Lille, 10, rue Nicolas Leblanc, le 11 Aott 1905.





















TABLE DES MATIERES











CHAPITRE I. De 1492 a 1804. Pdriode colonial
CHAPITRE II. De 1804 a 1905. Pdriode haitienne
CHAPITRE III. Demain .. . ......


'-.4*




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs