• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 I
 II
 III
 IV
 V
 VI
 VII
 VIII
 IX
 X
 XI
 XII
 XIII
 XIV
 XV
 XVI
 XVII
 XIX
 XX
 XXI
 XXII
 XXIII
 XXIV
 XXV
 XXVI






Group Title: Un deporte a Cayenne : souvenirs de la Guyane
Title: Un déporté à Cayenne
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074044/00001
 Material Information
Title: Un déporté à Cayenne souvenirs de la Guyane
Physical Description: 2 p. l., 326 p. : ; 18 cm.
Language: French
Creator: Jusselain, Armand
Publisher: M. Lévy frères
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1865
 Subjects
Subject: Criminals -- France   ( lcsh )
Description and travel -- French Guiana   ( lcsh )
Exiles -- French Guiana   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par Armand Jusselain.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074044
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000097675
oclc - 23266181
notis - AAL3116

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    I
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
    II
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    III
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
    IV
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
    V
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
    VI
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
    VII
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
    VIII
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
    IX
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
    X
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
    XI
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
    XII
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
    XIII
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
    XIV
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
    XV
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
    XVI
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
    XVII
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
    XIX
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
    XX
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
    XXI
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
    XXII
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
    XXIII
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
    XXIV
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
    XXV
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
    XXVI
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
Full Text



UN DEPORTED
A


CAYENNE

SOUVENIRS DE LA GUYANE

PAR

ARMANI) .USSELAIN









PARIS
MIGHEL LEVY FHERES, LIBRAIRBS RDITEURS
hUE VIVIENNE, 2 BIS, ET BOULEVARD DES ITALINS, 15
A LA LIBRAIRIE NOUVELLE

'Itos dr1ts roere t








UN


DEPORTED A CAYENNE


SOUVENIRlS DE LA GUYANE





I


Au mois de fivrier 1854, la Ceres, mouille en
rade de Toulon, attendait les derniers ordres pour
prendre la mer.
Ce bitiment est un des deux transports-mixtes
qui, encore aujourd'hui, font chaque anne.le tour
de nos possessions d'Am6rique. Ils ont pour mis-
sion de rapatrier les employes du Gouvernement
et les militaires, don't la sante est compromise par
le climate des Colonies et auxquels un plus long
sejour dans ces pays pourrait devenir fatal. Cette
destination toute speciale leur a fait donner le
noin de frgnote-hipitnl.






u2 D upIOTE
Ne vous attended pas a niener sur ces navires
la vie agr6able que promettent, trop facilement du
reste, aux voyageurs les peintres de la mer. Au d6-
part, on quite la France pout de longues annies;
quelquefois pour toujours. Ai retour, la joie de
revoir la patrie est temperee souvent par vos
propres souffrances, ou la vue des visages piles
et maladifs de la plupart des passagers.II n'est pas
rare alors que la traverse soit dttrist6e par quel-
que funbbre c6remonie.
Appel ha tenir garnison a i Guyane, j'dtais
au nombre de ceux que la C6r devait debar-
quer A Cayenne. Ce depart poir une colonie
lointaine, don't je ne pouvais rewvir que quatre
annies apres, ne me souriait ps, surtout en
ce moment. On parlait dans nos pots de mer, de
guerre avec les Russes, et les officers que leur
tour de service d6signait pour les Wolonies, en-
viaient le sort de leurs camarades qi, plus heu-
reux, ne quittaient pas la France.
Aussi tentai-je quelques ddmarches pur obtenir
une permutation. Mais ma demandane fut pas
favorablement accueillie : force me ft done de
me resigner i prendre le chemin de la f(yane.
Mes notions sur ce pays dtaient alorassez va-
gues. J'avais pu me renseigner cependt auprLs






A CAYENNE 3
de personnel qui y avaient r6sid6. Mais on ne vit
jamais, sur un meme sujet, d'opinions plus con-
tradictoires. Apres des raisons fort specieuses a
I'appui de leur dire; u C'est un enfer, concluaient
les uns. C'est un paradise, affirmaient les autres. D
Suspendu ainsi entire le ciel et I'enfer, un malheu-
reux desire savoir au plus tot de quel cote il tom-
bera. Rien ne pese comme l'incertitude. Pour
en sortir, je fis, pendant le peu de jours qu'avant
mon depart je passai Paris, d'assez friquentes
stations a la bibliothbque imp6riale. J'espirais
y trouver quelques donnies certaines sur les
avantages et les inconv6nients de ce pays trop
decrid, pensais-je, par les uns, trop vante, peut-
6tre, par les autres.
H6las I Les quelques livres que je lus i la hate
ne firent qu'accroitre mon embarras.
Dans quelques uns, ecrits par des hommes qui
avaient fait un long sejour a la Guyane, je voyais
que, le pays est tr6s-sain, meme pour les Eu-
ropeens; qu'il jouit d'une fertility extraordi-
naire, etc., etc... D
Parmi ces narrateurs optimists, j'en distinguai
un tout particulirrement. C'Utait un veteran blan-
chi sous le harnais. le general d'artillerie Ber-
nard, qui, apr6s une carriere honorablement rem-





Page 4
Missing
From
Original






A CAYENNE
chose me consolait heureusement, c'est que tous
ces 6crivains s'accordaient sur ce point, que la
Guyane est une contree presque inconnue, et qu'on
y trouve une nature toute different de la n6tre et
fort curieuse a observer.
Un decret du 8 decembre 1851 avait design
cette colonie comme lieu de transportation pour
les repris de justice en rupture de banc, et les affi-
lies aux soci6tes secretes. Les deportis devaient
Etre employs la colonisation du pays. Donnant
un plus grand developpement a ce systeme, le
Gouvernement I'avait 6tendu ensuite aux homes
condamnis aux travaux forces dans la m6tropole,
et aux individus d'origine africaine et asiatique,
condamnes a la meme peine et a la r6clusion par
les tribunaux de nos quatre grandes colonies.
L'oeuvre nouvelle qui s'elaborait a la Guyane
devait, je I'espdrais du moins, appeler tous ceux
qui voudraient y travailler, a parcourir le pays
dans tous les sens, pour en 6tudier la configura-
tion, le climate et les resources. II y avait, pour
un oflicier jeune et anime du desir de bien faire,
quelque chance d'y trouver un emploi plus utile
et plus varied de son temps que dans nos mono-
tones garnisons des Antilles.
Ma foi, pensai-je, puisque le sort contraire me







6 UN DePORTE
force de quitter la France en ce moment, colonie
pour colonie, autant ktre deported d Cayenne qu'ail-
leurs.
DWs mon arrive A Toulon, j'appris que la Crres
transportait a la Guyane un convoi de cinq-cents
condamn6s. La presence h bord de ces passagers
tant soit peu exceptionnels pouvait nous valoir
une traverse pittoresque. C'dtait, cette fois, une
bonne fortune.
Lejour de l'appareillage, je ne manquai pas d'as-
sister a I'embarquement de nos compagnons de
route.
Un fort piquet de troupes d'infanterie de Marine
gardait les principles issues du port et surveillait
I'operation. Chaquecondamn6 repondait la porte
du bagne A I'appel de son nom. ,i, on lui retirait
sa chaine. II ne gardait que le cerdle de fer, la ma-
nille, qui lui entourait la cheville du pied. Cet
anneau, signe d'alliance entire le bagme et I'homme,
il ne devait le quitter qu'au jour du divorce; c'est-
i-dire, lors qu'il toucherait le sol delay Guyane.
Ces malheureux s'acheminaient tons gaiement,
entire deux haies de soldats, vers les dialoupes qui
les transportaient i bord de la Cers. A leur ar-
rivee sur le pont, on en faisait de nouwau I'appel.
On les fouillait pour s'assurer qu'ils ne lossddaient






A CAYENNE 7
ni armes, ni matieres combustibles. Ils descen-
daient ensuite, par le grand panneau, dans le
faux-pont, qu'on avait dispose pour les recevoir.
A babord et a tribord, de fortes grilles le divi-
saient en deux longues sales, assez semblables
a cells oh I'on enferme, an Jardin des Plantes,
les animaux f6roces. Un couloir avait Wt6 mdnag6
entr'elles, pour la surveillance et le service. Ar-
mies de sabres d'abordage, des sentinelles s'y pro-
menaient dejh a notre arrive. On avait place, de
distance en distance, de grands fanaux qui, con-
trairement aux usages ktablis sur les navires de
guerre, devaient 6clairer la scene a giorno, pendant
toute la traversee.
En approchant de la frigate, nous avions remar-
qud encore que les sabords en avaient Atd garnis de
solides barres de fer. Ce navire ressemblait ainsi a
une prison flottante... Prison au depart, h6pital
au retour : il devait etre difficile d'y rve'r au ciel
bleu et aux brises parfumees des Tropiques.
A peine le dernier format embarqu6, le 20 fe-
vrier, a dix heures du matin, la Cer&s se hita de
lever I'ancre.
Les personnel qui avaient accompagne des offi-
ciers de la frigate ou quelque passage, furent in-
vities- regagner la terre. On se serraitles mains;





8 UN DEPORTEi
on s'embrassait, en disant :: Au revoir I Quel-
ques-uns ddtournaient la ttae pour essuyer une
larme.
Les canots, qui n'appartenaiinnt pas au navire,
s'dloignerent bient6t un a un. I1hdlice commenca
h faire trembler le pont, et la CUsr se mit en mou-
vement.
Sur la dunette de la frigate,tous les yeux 6taient
tournes vers le rivage.
Qui a quitt6, ne faft ce qu'une fois, la France
n'oubliera jamais l'6motion qu'on 6prouve, en
voyant disparaitre d'abord les amis, qui de la
plage vous envoient un dernier adieu, puis les
maisons, parmi lesquelles chacun clierche du re-
gard celle oi il laisse une parties de lai-mmme, au
moins par le souvenir; enfin, la terre, qui ne parait
plus bient6t que comme un nuage a lM'orizon I...
La vapeur a cela de bon, qu'en vow iloignant
rapidement, elle abrege ces cruels monrnts...
Les premieres heures qui suivent le topart sont
tristes. Personne ne parole; chacun s'isOb dans sa
douleur et ses regrets. Quelques vieux retards en-
durcis, plus rompus aux habitudes du iord, et
qui savent que, 1 surtout, est vrai le p~erbe :
( Comme on fait son lit on se couche, a s'Oupent
seuls des petits travaux d'installation, deBinds A







A CAYENNE 9
leur assurer un gite convenable pour le reste de la
traversde...
Mais bient6t une emotion nouvelle s'empare de
vous, qui absorb toutes les autres : e'est celle du
mal de mer. De quelque peu de coquetterie qu'on
soit doue, on 6prouve alors le besoin de se retire
dans sa cabine. Deux ou trois jours apres, on en
sort, le visage l1gerement pAli. Sur le pont, on ne
voit que gens consoles qui causent gaiement, on
soupire une derniere fois, et I'on s'efforce d'ou-
blier I...

II


Nous quittimes la France par un temps splen-
dide, qui nous favorisa jusqu'i notre arrive a la
Guyane. L'air de la MWditerrande est deji tide A
la fin de f6vrier. Nous passimes donc, sans une
trop brusque transition, comme cela arrive, quand
on part pendant I'hiver de Brest ou de Cherbourg,
de nos latitudes froides a la zone intertropicale.
Au bout de quelques jours, la mer, came comme
un lac, 6tait a peine ridge par les vents alises. On
put ouvrir les sabords; la batterie quoccupaient
les transports se trouva d&s lors continuellement







10 UN DEPORTE
aerde. Aussi quoique ces cinq-cents hommes fus-
sent enferm6s dans un oepace relativement res-
treint, il y eut peu de malades, et nous eimes la
chance de ne jeter aucun cadavre a la mer pendant
la traversee...
II faut dire qu'on traitait ces condamnes avec
beaucoup d'humanitd. S'il etait d6fendu aux soldats
et aux matelots de leur adresser la parole sans
n6cessit4, il leur Btait ordonn6 aussi, quand une
circonstance quelconque exigeait qu'ils leur par-
lassent,de le faire sans brutality. Pour la nourriture,
ils recevaient, sauf le vin et I'eau-de-vie, la meme
ration que 1'dquipage. De plus, on n'eut pasrecours
une seule fois aux peines corporelles, naguere en-
core en usage dans la marine, et que les reglements
autorisaient a appliquer ici. 11 entsulta que pas la
moindre tentative de revolte, pas plus petite scene
tragique ne vint rompre la monotmrie de la traver-
sde. J'en suis fichM pour le pittoreque qu'y efit ga-
gnd mon recit, tout se passa aussi piaiblement que
si nous avions eu pour voisins les ges les plus ver-
tueux du monde. Mmme, le dimancheo'ktaient deux'
d'entr'euxqui servaientla messe, ditelar 1'aum6nier
de la frigate, tandis qu'une dizaine flautres, sous
la direction d'un des leurs, improvik maitre-de-
chapelle, chantaient les louanges du Sdgneur.







A CAYENNE 11
En voyant ces formats si doucement traits, on
pensait involontairement A d'autres exilds qui
avaient suivi autrefois la m6me route, pour abor-
der aux memes rivages.
Ceux-li, c'6taientdes hommes qui avaient occupy
dans leur patrie les plus hautes positions sociales;
quelques-uns y avaient rendu d'illustres services.
Quelle difference pourtant, a soixante ans i
peine d'intervalle, entire le sort des uns et celui
des autrest
Lisez les memoires de Barbd-Marbois, et vous
verrez a quelles tortures ses compagnons d'infor-
tune et lui dtaient soumis. La plupart du temps, ls
n'avaient pour nourriture que des vivres avarids.
Souvent, ils souffraient cruellement de la faim.
Il y a dans ces m6moires une scene vulgaire, mais
qui devient singulierement 6mouvante, quand on
considbre quels en etaient les acteurs; c'est celle
oh 1'on voit des officers du bord, touches de leur
misere, donner clandestinement a ces exiles, par
une ouverture pratiquge dans ]a cloison, un a gi-
got o et quelques provisions.
Un autre ddport6, le g6n6ral Ramel, a peint
aussi les souffrances de ces malheureuses victims
de nos discordes politiques : a Lorsqu'au huitjome
jour de notre traversee, dit-il, dans son Journal
*





12 UN DEI'OnTE
public a Londres en 1799, on voulut bien nous
laisser respirer pendant une heure chaque jour,
trois seulement d'entre nous, Tronpon-Ducoudray,
Pichegru et Lavilleheurnois, furent en 6tat de pro-
fiter de cette permission. Tous les autres n'avaient
plus assez de force pour sortir de I'entre-pont. Je
fus moi-meme vingt-huit jours sans pouvoir sortir
de la fosse aux lions. a
Telles itaient, d&s les premiers jours, les miseres
de ces infortun6s, que Barbe-Marbois adressa au
capitaine une lettre dans laquelle it demandait
qu'avant de quitter la c6te d'Espagne, on envoyAt
A terre un cannot pour faire, aux frais des diportis,
les provisions qui leur etaient indispensables.
a II n'est pas possible, 6crivait-il au comman-
dant Delaporte, que vous ayez I'ordre de nous faire
mourir de faim et nous devons croire que les bar-
baries que vous exercez centre nous sent un abus
de votre autorit6. Songez que vous pourrez vous
en repentir un jour, que notre sang pesera sur
votre thte et que c'est peut-6tre a la France entire,
mais certainement nosfamilies, a nospeeset nos
fils que vous aurez a rendre compete de I'existence
des homes que le sort a mis entire vos mains. a
Le capitaine repondit : Je n'ai point de ven-
geance h redouter. Je n'cnverrai pas a terre; je ne






A CAYENNE 13
changerai rien aux ordres que j'ai donnas et je fe-
rai sangler des coups de garcette au premier qui
m'ennuiera par ses representations. v
c Depuis que les maux violent causes par le
movement des vagues avaient cessW, continue Ra-
mel, la cruelle faim produisait parmi nous des
effects differents... Le plus grand nombre dtaient af-
faiblis, presque 6teints,surtout Tronmo-Ducoudray,
Laffon-Ladebat et Barthilemy; au contraire Barbe-
Marbois, Willot et Dossonville avaient des access de
rage, et les aliments grossiers qu'ils prenaient en
petite quantity ne faisaient qu'augmenter leur ap-
petit dEvorant.
i Je me souviens dans ce moment d'un trait
plus remarquable, un seul mot, un cri qui fit frd-
mir notre feroce capitaine. Marbois se promenait
sur le pont et souffrait de la faim, jusqu'i ne pon-
voir plus se contenir. Le capitaine passa tout pros
de lui : J'ai faim I j'ai faim t lui cria Marbois d'une
voix forte, quoiqu'altr.e v et le regardant avec
des yeux ktincelants : J'ai faim; donne moi a
manger, ou fais-moi jeter a la mer t x
Aprbs de pareilles tortures, ces exiles arrivaient
a Cayenne dans le plus deplorable dtat.
Sur quatre-vingt-treize ddportis qui se trou-
vaient sur la Charente, cinquante-cinq furent. poor







14 UN DEPORTi
cause de maladie, debarquds d'urgence leur ar-
rivte, et la seule corvette la Bayonnaise jetait huit
cadavres A la mer pendant la traversee.
II faut espgrer que notre pays ne reverra jamais
ces mauvais jours, que, conduit sagement par une
main puissante a la liberty la plus complete, il en
goCtera les bienfaits, sans.en connaitre desormais
les tristes 6garements. Ce que je puis assurer, ds B
present, c'est qu'on ne trouverait pas aujourd'hui,
dans le corps de la marine, un seul officer pour
executer ses instructions avec une telle barbarie.
Lacomparaison des traitements appliques aux for-
cats en 1854 i ceux que subissaient, en 1797, des d&-
put6s et des g4n6raux ne voussemble-t-elle pas, ami
lecteur, sans vouloir faire notre temps meilleur qu'il
n'est, un assez eloquent plaidoyer en sa faveur ?..
Les passagers, places dans des situations moins
exceptionnelles, trouveront d'autres changements
& bord des bAtiments qui font, de nos jours, ces
longues traverses.

i. II dtait reserve une rdpublique, qn'on est trop habitat i
citer comme module, d faire croire que la civilization n'a pas
faith un pas depuis un demi-sicolc. Les inqualifiables traitements
infliges recemment, et i la face du monde, A un illustre vaincu
souldvent encoreplus l'indignation quelescruautCs B huis-clos,
que subissaient les depor~ t de frucidor. Celles-ci du moins,
on pouvait les attribuer au zMle ihfame de quelque subalterne.







A CAYENNE 15
SSur quelques rares navires du commerce, don't
les capitaines sont de vieux loups de mer qui ont
conserve les anciennes traditions, on cache encore
soigneusement aux profanes la carte routibre, sur
laquelle est trac6 chaque jour le chemin parcouru.
La cabine oil se calcule le point devient alors un
sanctuaire. Le capitaine y va consulter le genie fa-
milier du navire... Le sextant, la boussole sont des
instruments magiques; la carte de Mercator, un
parchemin cabalistique.
I y a tant6t vingt-cinq ans, j'etais alors un
enfant, -je fis un voyage sur un navire marchand,
oh les choses ne se passaient pas autrement.
Tout ce mystare ne ddplaisait pas a certaines
imaginations. II avait, pour le capitaine, cet inap-
pr6ciable advantage de faire de lui une sorte de
demi-dieu pour la plupart de ses passagers, et de
soustraire a leur contr6le les erreurs auxquelles il
etait expose. Moins le capitaine 6tait rompu A la
pratique de observation et aux calculs de la trigo-
nometrie, plus il s'enveloppait ainsi d'un nuage
aux yeux de tous. Ce n'etakt pas sans terreur qu'on
consultant I'oracle, aux jours de tempete, sur les
aspects du ciel et les variations du barometreI Et,
comme cela arrive trop souvent en ce monde, plus
il 6tait ignorant, plus il etait 6coutd.






i L~s DEPORTED
Aujourd'hui qu'on exige des examens serieux
pour commander au lo g-cours, toutes ces petites
manoeuvres, fort innocentes au fond, ont disparu.
Sur certain batiments, i bord des admirables stea-
mers francais, entire autres, qui font les voyages de
New-York et des Antilles un bon example a meme
&t6 donn6 : on affiche, chaque jour, dans le carr6
des passagers, en chiffres connus, la longitude, la la-
titude, le nombre de lieues parcourues, depuis le
depart, et le nombrede cells qui restent i faire jus-
qu'h l'arrivie. C'est un usage qui devrait etre im-
pose, soit dit en passant, a tous lesnavires qui pren-
nent des passagers. Mais quel que soit celui sur le-
quelvous serezembarqu6, si vous dtsirezconnaitre
la situation du flot qui vous porte, interrogez poli-
ment un des officers, et je parie que la plupart du
temps il s'empressera de vous satistaire. Sur les
bitiments i vapeur, qui ne sont pas soumis comme
les navires i voiles aux caprices du vet, vous pour-
rez savoir ainsi, A quelques heures prs, le moment
oih vous poserez le pied sur le plancher des vaches,
comme disent les matelots.
Le 26 mars, le conmindant de la Ceds nous an-
noncait delui-mnme que nous verrionslelbndemain
la terre des Guyanes. En effet, a la pointed jour,
la vigie, place en tAte du grand mat, cria: Terre t






A CAYENNE 17
A ce cri chacun quitta sa cabine avec un batte-
ment de cceur et se hita de monter sur le point.
Plus d'une belle, dans son empressement, oublia,
ce matin-la, les petits soins de coquetterie, don't
elle ne s'7tait pas departie un seul instant depuis
le premier jour de la traversee. Quelques-unes se
montrerent meme dans des toilettes qui auraient
provoqu6 le sourire en toute autre circonstance...
Mais tous les yeux 6taient fixes sur le m6me point.
L'dmotion avait gagn6 jusques aux transports,
qu'on voyait s'agiter derriere leurs grilles, comme
des rats, pris dans une souriciere.


III



La c6te nous apparut d'abord comme une 1gere
brume h I'horizon.
Vers six heures, la Ceres passa A quelque dis-
tance d'un rocher nu et assez 6levA. On nous dit
que c'6tait le Grand Connitable.
Quelques oiseaux de mer, ci y ont 6lu domicile,
vinrent, en poussant des cris aigus, voltiger autour
de la frigate.
Un peu plusloin, nousapercmes un autre rocher






18 IUN DEPOITE
moinsgrosque le premier. C'estle'Petit Conndtable.
A neuf heures, nous laissions A notre gauche
deux grands ilots converts de v6g6tation. Le pre-
mier nous parut en parties cultiv6, et seme de grou-
pes de constructions qui, examinees A la longue
vue, nous parurent d'aspect assez gai. On I'appelle
I'llet-la-Mbre.
On y avait, en 1852, interned les deportis, dits
politiques. A I'dpoque de notre arrive, ils avaient
6te remplaces par les repris de justice, 6loignis de
France en vertu du decret de 1851, et les condam-
n6s qui avaient fini leur peine depuis leur trans-
portation a la Guyane'.
La second ile, 'llet-le-Pere, n'a jamais Wtd oc-
cupee par les transports. On dut plus tard y in-
terner les femmes, qu'on allait envoyer A la Guyane,
quand 1'invasion de la fievre jaune vint s'opposer
a ce project. Cette ile nous sembla moins 4tendue et
beaucoup plus boisee que I'llet-la-Mere. Une seule
case, habitke, nous dit-on, par un pilote, apparait,
come une sentinelle, sur son sommet le plus l4evW.
Aupres de ces iles, emergent de l'eau, sembla-
bles a des hemisphaIes d'egale grosseur, deux ro-
1. Tout homme condamn a huit ans on moins de travaux
forces, doit sojourner dans la colonie pendant un temps legal &
celui de sa condemnation; celui don't la peine ddpasse huit an-
nees est astreint a la residence perpdtuelle.






A CAYENNE 19
chers, appelds les Mamelles, ou les Deux-Filles.
Les iles le Pere, la MiAre et les Deux-Filles for-
ment, avec un petit rocher isold, le Malingre, le
group des iles de R mire.
Malgr6 le spectacle divertissant que nous don-
nait ce petit archipel, qui semblait ainsi dffiler
sous nos yeux, nous avions hate d'arriver aux Iles-
du-Salut. oh nous devions passer la nuit, avant de
nous acheminer sur Cayenne. Mais la Ceres, qui
n'avait rallum6 que le matin ses feux, 6teints de-
puis que nous avions franchi le d6troit de Gibral-
tar, naviguait sous une faible pression, ne filant
guere que six nevuds h l'heure 1.
Notre vieux commandant, don't on ne manqua
pas de critiquer la prudence, avait donned l'ordre
de n'avancer que la sonde h la main. On ne doit
naviguer dans ces parages, disait-il, en son language
de marin, qu'en ouvrant l'ceil aux bossoirs2. p
La c6te n'est form6e gen6ralement que de bancs
de vase, sur lesquels poussent, noydes en parties A
la marde haute, des plants grasses, au maigre feuil-


1. Le noeud equivaut i un mille, ou an tiers de la lieue...
Le navire qui file six naeuds fail done deux lieues a l'heure.
2. Bossoirs, parties du vaisseau situles a l'avant, of I'on
place des vigies pendant la nuit, et mime le jour dans les pa-
rages dangereux.






20 UN B PORTER
lage, appel6es paletuviers. A part quelques collins
peu Elevkes qui se montrent de loin en loin, la terre
des Guyanes n'est dessin6e A I'horizon que par cette
ligne de chitifs arbrisseaux.
Les numbreux course d'eau qui sillonnent le ver-
sant nord de I'Am6rique meridionale d6posent A
leur embouchure un limon abondant. La mer qui
baigne ces rivages, jaunAtre et bourbeuse, dissi-
mule le fond A quelques pieds de la surface.
Rien n'annonce au voyageur qu'il a devant lui
un grand continent. Quelle difference entire cet
aspect miserable et le panorama saisissant qui
frappe le navigateur, quand il aborde une de nos
Antilles, et qu'il voit ces grands pitons don't les
cimes boisees se percent dans les nuages, et ces
immense champs de cannes droulant jusqu'A la
mer leurs riches tapis de verdure
LA, tout rivele I'activitd et la vie. Des bourgs se
montrent de distance en distance. Les chemindes
d'usine fument de toutes parts. bis canots de p&-
cheurs, avec leurs voiles blanches dtleurs matetots
noirs, sillonnent les eaux vives de la cOte.
Ici, rien de tout cela, partout le since et la soli-
tude. Cette terre doit 6tre telle aujmrd'hui, plus
d6serte seulement, qu'elle apparut aux premiers
Europ6ers qui y aborderent, il y a iintSt quatre






A CAYENNE l2
siacles. DWcidinent, la premiere impression n'dtait
pas favorable 4 la Guyane.
Vers deux heures de l'apr~s-midi, nous apercu-
mes enfin a I'horizon le group des Iles-du-Salht.
Les navires d'un fort tirant d'eau ne peuvent
aller jusqu' Cayenne ; c'est aupres de ces miles,
Bloigndes de quatre lieues de la c6te la plus voisine,
celle de Kourou, qu'ils vont chercher un mouillage.
Confondues d'abord en une seule, h cause de la fai-
ble distance qui les spare, vers cinq heures, elles
nous apparurent plus distinctement. Elles sont au
nombre de trois. On les appelait autrefois Iles-du-
Diable. Elles ne changerent de nom qu'en 1763, a
une epoque qui jouit d'une triste c61lbrit6 dans
l'histoire de la Guyane.
En cette annie 1763, sous le ministare du due de
Choiseul, on ramassa sur le pave de Paris et dans
les departements de 1'Est, douze ou treize mille
malheureux qui, dgards par des prospectus men-
songers, consentirent a partir pour Cayenne. II

1. On pretend qu'autrefois, la rade de Cayenne dtait acces-
sihle aux navires de routes dimensions. Le Blond, an des his-
toriens de la Guyane, raconte quelorsque I'eseadre de Monsieur
d'Estrees, composer de six vaisseaux de ligne, quatre frigates
et un brdlot, y mouilla le 20 decembre 1676, cetle trade mesa-
rait sept brasses de fond... Depuis elle a dut envahie par les
banes de vase, qui parfois I'ont compldtement obslru w.






22 UN DEIPOrTE
paraiLrait qu'il s'agissait, par quelque brillait
programme de colonisation, de fair diversion dais
I'esprit public i la perte rdcente du Canada.
L'aspect que prdsenta la plage de Kourou i 'ar-
rivde des immigrants, suffira pour donner ane
idde de I'inconcevable folie avec laquelle fut mn-
duite cette expedition. Voici la description 4a'en
a faite un tdmoin oculaire:
Royal. Des dames en robes trainantes, des messieurs
a plumet marchaient d'un pas lhger jusqu' l'aase, et
Kourou offrit pendant un mois le coup d'ceil le
plus galant et le plus magnifique.
On y avait amend jusqu'h des filles de joie;
maiscomme on avait dtd pris au ddpourvu, les
carbets n'dtaient pas assez vastes, et trois ou quatre
cents personnel logeaient ensemble. La peste com-
menca ses ravages, les fiUvres du pays s'y joignirent
et la mort frappa indistincteixent. Au bout de quel-
ques mois, dix mille personnel perirent.
Pendant qu'une aussi dpouvantable catastrophe
s'accomplissait .douze lieues de Cayeune, les deux
chefs de l'expddition, MM. de Turgot et Chanvallon


i. Etienne-Francois de Turgot, marquis die Cousumont, fr.re
du cedlAre ministry.






A CAYENNE 23
y etaient occupis de mis6rables querelles, Cepen-
dant cinq-cents malheureux, ehappEs A ce grand.
naufrage, obtinrent de se retire aux Iles-du-Diable.
Ils les appelbrent, dans leur reconnaissance, Iles-
du-Salut.
A la plus grande, ils donnerent le nom dIlle-
Royale. (Elle a di sans doute a son exiguit6, et a
son Bloignement du theatre de nos dissensions
politiques de n'avoir pas Otk d6baptis6e depuiscette
6poque).
Sdpar&e de l'Ile-Royale par un petit bras de
mer, se voit A c6td I'le Saint-Joseph.
Ces deux iles sont trks-rocailleuses, et tres-dle-
v6es eu dgard A leur peu d'dtendue. Elles dtaient
autrefois couvertes d'arbres qu'on a abattus, depuis
qu'on y a install, un 6tablissement p6nitentiaire.
Le peu qui en reste suffit cependant pour leur
donner un aspect qui nous part plein de grace et
de fraicheur. 11 faut n'avoir vu pendant de longs
jours que le ciel et l'eau, pour savoir avec quel
plaisir, je dirai presque avec quelle emotion, I'ceil
se repose sur le moindre brin de verdure I
A une demi-lieue au large de ces deux miles, on
distingue a peine, au ras de I'eau, sans la plus
petite trace de v4getation, un grand bane de sable,
battu par tons les vents de la mer.






t'N I I I)I'O ITE 'it
C'est I'lle-du-Diable, la seule du group qui ait
conserve son nonm.
Elle rest inhabited pendant les premiers temps
de la transportation. Pais, on y exila les homes
incorrigibles: (c Ce qui joint A son singulier nom,
disait plaisamment un aunmnier des Iles-du-Salut,
peut faire supposed que ce n'est pas 1l pr6cisdment
un paradise terrrestre. )
Quelque temps avant notre arrive, on y avait
transfdrd le peu de deportis politiques qui res-
taient encore A la Guyane. II leur avait Wt6 delivr6
des outils et des mat6riaux pour construire leurs
maisons. Un cannot leur apportait des vivres deux
fois par semaine.
t Voici une occasion unique, leur avait dit iro-
niquement le commandant des Iles-du-Salut, pour
mettre en pratique les differents systemes qui doi-
vent assure le bonheur de I'humanitg, et vous ins-
taller tout a l'aise en rdpublique dlmocratique et
social, voire mgme en phalanstare, si les id6es de
Fourier vous sourient davantage. i
Plaisanterie de ma:;.ais gouit, que nous traite-
rions severement, s'il y avait eu quelques individus
dignes d'inspirer la pit'4 parmi ces pr6tendus
martyrs de leur foi politique. Mais de tous les
dbportks, c'htaient g6ndralement les plus arrogant







A CAYENNE 25
et les plus indisciplines, et la plupart avaient subi,
avant leur translation A la Guyane, une ou plusieurs
condamnations infamantes.
Qu'un homme honorable se trouvit 6gard parmi
eux, le gouverneur l'autorisait a rtsider a Cayenne.
II y vivait parfaitement libre. Youlait-il meme
s'dvader? On ne prenait pas de bien grandes pre-
cautions pour s'oppospr a son project.
On en jugera par le fait suivant, que je tiens de
la propre bouche d'un gouverneur de la Guyane:
On vint 1'avertir, un jour, qu'un des notables nego-
ciants de la colonie devait remettre a un membre
du conseil municipal de la ville de B..., deportd
en 1852, et intern h Cayenne, une some assez
considerable. Cet argent lui 6tait envoy par sa
famille pour faliciter son evasion. Le gouverneur
ferma les yeux. L'dvasion s'opra sans obstacle.
Mais 1'infortund conseiller municipal avait eu la
malencontreuse idWe de s'associer, parmi ses com-
pagnons, deux de ceux qu'il jugeait les plus dignes
de partager avec lui la liberty. La barque qui les
portait & Surinam chavira en route.
Que le hasard est grand Des trois 6vades, un
seul se noya. Ce fut le malheureux habitant de B...
Vers six heures du soir, seulement nous pfunes
jeter I'ancre entire I'ile Royale et l'ile Saint-Joseph.






tU DEPORTED t,
A quatre degres de 1'tquateur, le cr6pusculene
dure guere et la nuit vient vite. On eut cepentint
le temps de mettre A terre nos cinq-cents tranior-
tes. Les officers et les passagers pouvaient dibar-
quer aussi, mais persuades qu'en pareil d6, le
mieux est souvent, comme on dit, 1'ennlpi du
bien, ils ne voulurent pasessayer d'une instdlation
faite a la hAte, et pref6rbrent coucher, cett~nuit 1l
encore, A bord de la Crks.
Dans la soiree, le commandant et les oHiciers de
I'ile Royale vinrent nous visitor. C'dtaient ks exilds,
avides de nouvelles de la patrie.
Dans nos ports militaires, les officers de toutes
armes, les employs de tous rangs forment une
sorte de colonie. Toutes les personnel d'un certain
monde se connaissent. On est done sAr, quand
on quite un de ces ports, pour aller habiter nos
possessions d'outre-mer, que les fonctionnaires qui
arrivent de France pourront tous vous parler de
vos parents et de vos amis. Aussi 6tions-nous litt6-
ralement accables de questions.
Celui-ci s'informait d'un camarade qui lui 6tait
cher. a Quelle champagne devait-il fire? Sur quel
vaiseau 6tait-il embarqu6 ?
Celui-la s'intressait a une famille don't il avait
regu, a Toulon, un accueil graciea. 11 y avait alors






A CAYENNE 27
dans la maison deux charmantes jeunes files.
< Etaient-elles toujours aussi jolies qu'autrefois ?...
Avaient-elles droit encore a la fleur d'oranger?
Sous cette forme banale, se cachait peut-4tre,
comme une larme sous un sourire, quelque regret
du pass, ou quelqu'espdrance pour l'avenir ?
Un autre demandait avec inquidtude des non-
velles d'une femme tendrement aimbe. Elle lui
avait jur6 qu'elle ne survivrait pas a son depart.
Nous lui apprenions, en riant, que l'infidele 6tait
depuis longtemps consolee.
Ainsi se passa notre premiere soirde A la Guyane.
Tout le monde causait et riait. Mais derriere cette
gaiety on sentait, raviv6 par tous les souvenirs evo-
qu6s, le regret de la patrie absente. Quand on ap-
prit que la guerre allait 6clater, (elle fut declarde
le 27 mars, le jour mgme de notre arrive a la
Guyane), quel chagrin de n'y pouvoir assister I quels
vceux pour cette chore France I... Ceux-la seuls
savent combien ils I'aiment, qui en sont s6pards
ainsi pendant de longues anndes I
Cependant, vers minuit, heure bien avancee pour
ces contrees, oh I'on ne veille guere, les officers
de l'ile avaient regagn6 la terre; ceux de la frigate
et les passagers s'6taient retires dans leurs cabinets.
Sur le pont de la Ceres deux hommes restaient





28 UN DEPOR',
seuls. Ils causaicnt en fumant un dernier cigare.
C'6taient votre serviteur et un\ieux camarade du
regiment qu'il avait retrouv6 aawles-du-Salut.
La chaleur avait Wtd accablantvtoute la journte.
Mais la brise du soir permettait efin de respirer. Je
n'avais, pour ma part, nulle eivie de descendre
dans ma cabine, ofi r6gnait une temperature a
faire eclore desvers a soie,
Un spectacle, don't je n'6tais pasncore rassasie,
me retenait d'ailleurs sur le pont, de6tait la vue de
ce beau ciel ktincelant, de cette mer phosphorescente
des Tropiques, qui, cette nuit-lk, senblait une im-
mense nappe de feu. Quelques embiracations at-
tard6es s'dloignaient de la frigate, lai~sant derriere
elles une longue trainde lumineuse. On pouvait
suivre, dans 1'obscurith, le mouvementcade6 des
rames qui plongeaient comme dans an metal en
fusion, et se relevaient charges de stalactites d'or.
Plus pres de nous, autour des flancs du navire,
d'Anormes masses brillantes circulaient & quelques
pieds sousl'eau. Ce phinomene attiramon attention.
Voili qui est strange I pensai-je tout haut.
Et comme, pour mieux voir, je me penchais par-
dessus le bastingage.
Prends garde, me dit mon compagnon. Ce
sont des requins.







A CAYENNE 29
Je m'eloignai vivement du bord.
Is sont trbs-nombreux autour de l'ile, conti-
nua mon camarade. Toutes les immondices qu'on
jette A la mer les y attirent. Les mortalitds, assez
nombreuses depuis quelque temps, peuvent aussi
Atre pour quelque chose dans leurs visits. Le sol
de file est trop rocailleux et trop restreint pour
qu'on y enterre les morts. On les je done & l'eau
comme a bord d'un navire en pleine mer.
Croirais-tu, ajouta-t-il en riant, qu'il y a des gens
qui disent qu'il est d6sagreable d'etre inhume de la
sorte? Pour mon compete, une fois rendu IM, terre
ou eau, la chose m'importera peu i. Toujours
est-il que lorsque le cannot qui fait ici I'office de
corbigard va an large avec son funkbre charge-
mentoles requins le suivent a la piste, comme une
bande de loups affamis. Tu comprends pourquoi.
Mais alors, quelle que soit la chaleur, ii vous
est done interdit de prendre jamais un bain de
mer? demandai-je.
La consigne, me r6pondit mon ami, defend

1. Des officers dtant morts depuis Ille-Royale, on les a
enterrds dans 'fle. A la mort de monsieur M..., pharmacie de
la marine, le commandant du Pnitencier ayant oula fire j-
ter le corps a la mer, il y eut presque e o edition pari les
offciers de Ille-Royale.







30 UN DEPORTt
expressement de se baigner aillers que dans I'en-
ceinte pr6parde pour cet usage.
Mais vois done, dit-il, en me moytrant du doigt
les masses lumineuses. Ne dirait-onpas des chiens
qui cherchent une piste? Ils ont fain sans doute?
Personne n'est mort ici depuis deuxmu trois jours,
et le jedne lewt parait un peu long. line ferait pas
bon,je crois, leur tomber sousla dent eace moment.
Tu me demandais tout A l'heure silfon pouvait
se baigner & la mer. Je t'ai rdpondu que la consi-
gne le dMfendait. Tu vas juger si on k viole im-
pun6ment.
II y a quelques jours, un transport oouvelle-
ment arrive, s'6loigna de l'ile & la nage. On prd
tend que se fiant a son [habileth, il avait -rm6 le
project de gagner ainsi'la c6te de Kouro, et de
s'enfoncer dans l'intdrieur du pays.
A peine 6tait-il a une centaine de metres an large
qu'on l'entendit pousser des cris pervants. Les re-
quins lui donnaient la chasse.
Excellent nageur, il essaya, en faisant des ef-
forts ddsesper6s, de regagner le rivage.
II allait prendre pied, quand un des requim l'at-
teignit, et, d'un seul coup de sa formidable gw~ule,
lui ouvrit le venture. Mais effrayd sans doute par les
convulsions et'les cris du blessed, il lAcha sa pwoie.







A CAYENNE 31
L'homme n'6tait qu'A quelques metres de la
plage. II eut encore la force d'y arriver, trainant
apr&s lui, comme un cheval iventrd dans un cirque,
ses entrailles sanglantes.
On accourut... on le croyait sauvd. II venait
d'expirer sur le sable.
Eh bien! mon cher, tout est icj,4 l'avenant.
Dans l'eau sale, les requins; dans l'eau douce, lea
torpilles et les gymnotes; dans l'eau saumitre, les
caimans; sur terre, les serpents, les scorpions,
les mille-pattes; dans l'air, les vampires, les ma-
ringouins, les moustiques, et quelquefois la peste
qu'on appelle ici vomito negro.
Ahl mon ami, le ddlicieux pays! ajouta-t-il
en forie de peroraison.
Je trouvai que mon compagnon devenait lugu-
bre, et bien d6cid6 i ne pas subir, des mon arri-
v6e, l'influence de ceux qui voient tout en noir, je
pris le parti de regagner ma cabine. Rendu 1h, je
fis cette r6flexion que je devais 6tre, dans ma cou-
chette, a la m6me profondeur sous l'eau que les re-
quins. Le corps de l'un d'eux n'6tait peut-Atre sd-
pard du mien que par rI'paisseur de la membrure.
Cette ide me fit frissonner un pen; mais, Dieu
merci, I'obstacle 6tait solide, et je ne tardai pas a
m'endormir profond6ment...






UN DEPOI3


IV



La nuit fut d'un calme inaccotum6. Tous ceux
qui ont navigu6 savent qu'un vaeau, ( man of
war, disent les Anglais), est unetre vivant qui
s'endort au coucher du soleil, etse reveille dbs
l'aube, comme la plupart des animux de la crea-
tion. Si le voyageur enferm6, conre Jonas, dans
l'obscurit6 de ses flancs a entenduau-dessus .de
sa t&te des pas prdcipites, des bruts alarmants,
des sifflements sinistres, c'est que lerionstre a eu
une nuit d'insomnie.
D'habitude, son sommeil est paislile, surtout
sous ces latitudes. On n'entend alors, pendant de
longues heures, que le liger crdpitemmt de reau
sillonn6e par les flancs du navire, et les laaquements
des mats gemissant sons les efforts de la rise.
Mais le matin, d&s l'aurore, le monsWt ne dort
plus. Il reprend alors toute l'agitation de la vie. II
a meme le rdveil assez bruyant. C'est qU c'est le
moment de la toilette, disent les marines, du pan-
sage, dirait un officer de cavalerie.






A CAYENNE 33
Des hommes, pieds nus quelque froid qu'il fasse,
courent sur le point et la dunette, et y lancent a
tour de bras des seaux pleins d'eau de mer. D'au-
tres dpongent I'eau et fouettent le plancher avec
ces longs martinets d'6toupe, que les marines ap-
pellent fauberts. Les mousses, les novices frottent
les cuivres pour les rendre brillants a s'y mirer;
les gabiers, dans les hunes et les haubans, riparent
les cordages et la mature. Tout vit enfin, travaille
et s'agite, depuis les profondeurs de la cale jusqu'A
la cime des mats. Quant au passage, qui n'a rien
h faire dans tout ce movement, il peste d'etre r&-
veilld de si grand matin, et de ne pouvoir plus fer-
mer les yeux, grace au tapage infernal qui se fait
autour de lui.
Cette difference entire le repos et le rdveil du na-
vire, si sensible en mer, l'est encore d'avantage au
jour de I'arrive. Quelque came, en effet, que soit
la nuit, surtout dans ces parages, oih, sous le souffle
des vents alisds, le navire reste couches mollement
ur le mbme bord, on entend toujours, de quatre
n quatre heures, les changements de quart (alors
lue la moitid de I'dquipage qui a dormi dans les
amacs vient remplacer surle pont l'autre moiti6
ui va se rjposer a son tour), et le pas cadence de
officerr de service, se promenant continuelle-







34 UN DEPORTED
ment sur la dunette, 'ceil au ciel et 4 la voilure.
Mais en rade, tous reposent, et un silence de
mort plane sur le navire. Le rEveil ne parait alors
que plus bruyant, surtout quand on a, comme la
Ceres, tout un chargement A mettre A terre.
Aussi le vacarme fut-il tel le lendemain, d&s cinq
heures du matin, qu'apres trois heures peine de
sommeil, je dus deserter ma cabine. Je montai sur
le pont. Il n'6tait pas plus facile de s'y tenir. Pour
avancer d'un matre, ii fallait se livrer i un verita-
ble exercise de clown, Des objets de toutes formes
et de toutes dimensions 6taient entasses les uns sur
les autres, et des poulies, frappees dans la mAture,
en tiraient sans cesse du fond de la cale. Lorsqu'on
a vu une fois tout ce qui peut sortir des flancs d'un
navire, on ne se refuse plus i croire que l'arche de
No6 ait pu contenir une paire de tous les animaux
de la Crdation.
Dans de grands chalands, amarris le long du
bord, des transports recevaient et arrimaient les
colis. Ces hommes etaient uniformiment vWtus
d'une chemise blanche, d'un pantalon et d'une
blouse de coutil gris. Ils avaient la tkte couverte de
chapeaux de paille a large bords. Toas semblaient
travailler avec entrain et gaiet6. D6livrds de leurs
chaines et soumis a un regime moins degradant,






A CAYENNE 35
ils n'avaient plus ces visages bas et patibulaires
que j'avais remarqus a Brest et Toulon, et qui
sont comme un masque que le bagne applique sur
la face de ceux qui en franchissent le seuil.
Je descendais dans 'ile quelques moments apris,
et je constatais le mrme changement heureux sur
la physionomie des autres condamnds.
L'lle-Royale, la principal des lles du-Salut, se
compose de deux mamelons de forme conique.
Une 6troite vallie les spare. Si le niveau des caux
s'dlevait de quelques metres, il y aurait la deux
ilots, comme les Mamelles.
En debarquant, les premiers batiments qu'on
rencontre sont une forge et des ateliers, qui ser-
vent pour les besoins di penitencier et des navires
qui stationnent sur la rade; plus loin, sur la gau-
che, on voit quelques cases de surveillants; cnfin,
au milieu du ravin, et dans sa parties la plus .levCe,
une maison d'aspect un peu plus monumental,
quoique construite en bois comme toutes cells
de ce pays. Une petite terrasse la prdcide. Un dra-
peau tricolore flotte sur la facade. C'est le loge-
ment du Commandant Superieur des Iles du Salut.
Comme tous les pdnitenciers de la Guyane sont
soumis au regime de l'6tat de siege, nul n'y peut
sojourner sans la permission de I'autorit6 mili-







36 UN DEPORTED
taire. Toute personnel qui descend dans f'ile doit
done se presenter au commandant. C'est ce que
firent en debarquant, autant par devoir que par
convenance, les passagers de la CUres.
Ils eurent ensuite, avant le dejeuner, le temps
de parcourir l'Ile-Royale dans toute son 6tendue.
Des deux mamelons qui la forment, le plus petit
est le plus rapproch6 de l'le Saint-Joseph. Entourd
de quelques grands manguiers, les seuls vrais ar-
bres de I'ile, un vaste bitiment s'y eleve sur le ver-
sant qui fait face au continent. C'est la caserne
qu'occupent deux companies d'infanterie, prepo-
sdes la garde des condamn6s. A c6te, est le loge-
ment des ofliciers; plus bas, et touchant presque a
la maison du commandant de I'ile, la case qu'habi-
tent les officers de santd et ceux du commissariat
de la marine. La plus grande parties du personnel
libre se trouve ainsi installee sur le petit mamelon.
L'autre est plus specialement reserve aux trans-
port6s. II se termine par un vaste plateau qu'ont
considdrablement agrandi des travaux de terrasse-
ment. Sur ce plateau Bleve, sont groups les nom-
breuses baraques occupies par les condamnes, les
cases des surveillants, les ateliers, les inagasins,
un poste d'infanterie. le logement des officers qui
le commandent, la maison de I'aum6nier, et la







A CAYENNE 37
chapelle, don't la flMche pointue domine I'horizon.
Un large fosse, qu'on franchit sur une passerelle,
enceint cet ensemble de constructions.
On arrive a ce plateau par un sentier creus6 dans
le roc. En le gravissant, on apercoit a ses pieds la
petite vallie nue et disole. Quelques maigres ar-
brisseaux y poussent, don't les racines cherchent
en vain entire les cailloux un peu de terre vg6tale
et don't les branches sont continuellement fouet-
tees par un vent violent.
On le voit par cette description, il n'y a aucun
developpement A donner, aux Iles-du-Salut, A
l'oeuvre de la colonisation penitentiaire. Aussi ne
comptait-on avoir 1 qu'un lieu de d4p6t et d'ac-
climatement pour les transports. Le p4nitencier,
en temps ordinaire, ne devait se composer que des
hommes travaillaut atix ateliers, oh se fabriquent
les meubles, oh se confectionnent les vAtements,
les chaussures, etc., pour les autres Atablisse-
ments, et des manoeuvres qu'on emploie aux dif-
ftrents movements maritimes qui ont lieu sur
la rade.
Cependapt, depuis mon arrive a la Guyane
Sjusqu'aujour oh je quittai le pays, c'est toujours
sur ce point que les transports ont eth reunis en
3







38 UN DEPORTE
plus grand nombre. En ce moment mmme l'effectif
depassait quinze cents hommes. I
II faut chaque jour occuper tout ce monde: aussi
pas une pierre n'est restee a I'lle-Royale A la place
oh I'avait deposee la main du Createur. L'ile a 6tW
littwralement bouleverste. On y a entrepris, non-
seulement des travaux tout h fait inutiles, mais
d'autres que le simple bon sens aurait di. suivant
nous, faire proscrire.
Je n'en veux citer qu'un example.
En nous rendant au plateau des transports, nous
avions traverse un mur crenelW qui, situ6 a mi-
c6te du grand mamelon, s'etend, parallelement au
ravin, sur toute la larger de l'ile. C'est le travail
le plus considerable qu'on y ait execute. On nous
apprit, a notre grande surprise, que ce mur avait
pour but de mettre le personnel libre a I'abri de
toute attaque des transports.
Dans presque tous les penitenciers, on a pris con-
tre eux des precautions aussi illusoires. Ici, c'est
une muraille, come en Chine; ailleurs, ce sont
des blockhaus, comme en Afrique... A quoi servent
pourtant ces fortifications? Les condamnes igno-


1. 11 etait encore de quaLorze cent quatre-vingt-cinq au31 de-
cembre 1864.







A CAYENNE 39
rent-t-ils que derriere la population libre, quelque
peu nombreuse qu'elle soit, ii y a la society tout
entire? Est-il done difficile de preudre sur eux,
d&s le premier jour, un pouvoir moral tel, qu'ils
sentent q qu'il y a, comme disait une reine cel6bre,
de la revolte i penser qu'on peut se rdvolter? >
Sans cela, ne pourraient-ils pas aisement, ktant
dix fois plus nombreux que le personnel libre,
l'6craser & un moment donni, avec leurs seuls ins-
truments de travail.
II nous semblait, de plus, que traiter ainsi ces
homes, apres leur arrive a la Guyane, en 6tres
dangereux, centre lesquels il faut des fortifications,
c'etait s'interdire a jamais l'espoir de les morali-
ser peu L peu, et de fonder, un jour, avec eux,
une vraie colonie, comme ont faith les Anglais, au
moyen de leurs convicts, en Australie.
Cet exces de population accumul6 continuelle-
ment aux Iles-du-Salut paraissait indiquer de plus
qu'on n'avait rien entrepris de serieux sur le con-
tinent. Et cependant, lM seulenietit I'oeuvre de la
colonisation p6nitentiaire pouvait prendre un d -
veloppement aussi vaste que le sol. Les petite lies
qu'on rencontre sur les cotes de la Guyane sont
d'excellentes prisons, puisque l'eu les entoure de
lous c4tes. Assainies par la bruise de mer qui les







' 1\ IIEILORTE
balaie sans cesse, elles sont bien choisies pour ha-
bituer au climate brflant des Tropiques les convois
qui arrivent de France, (A condition pourtant de
n'y pas trop entasser la population).
Mais y rester confined de 1851 a 1854, c'7tait
retarder bien inutilement la solution, bonne ou
mauvaise, de la colonisation par les transports 4.
Peut-ktre aussi les Gouverneurs qui, A la Guyane,
comme dans nos autres colonies, se succedent avec
une deplorable rapidity, avaient-ils recul6 jusque
14 devant ce redoutable probleme, qui, au moment
oi j'dcris ces lignes, ie semble pas beaucoup plus
avanct que le premier jour.
Pendant le pen d'heures que nous passames A
l'Ile-Royale, nous apprimes quelques faits qui
nous firent connaitre un autre danger qu'il y a A
exagrrer ainsi, aux yeux de la garnison, la fdrocit6
des condamn6s et les precautions A prendre centre


1. Deux dtablissements, la Monagne-d'Argent et Saint-Geor-
gea, avaient etd commences, le premier en octobre 1852, le second
en avril 1853, sur la terre ferme, dans la riviere d'Oyapock.
Mais le penitencier de la Montagne-d'Argent, spare du conti-
nent par an marais, est pen susceptible de developpement. Saint-
Georges, blti sur des terres d'alluvion souvent noyees, fut, a
cause de son insalubritd, et tres pel de tempis apr6s qu'on s'y
fut install, accupe exclusivement par des condamnad noirs.






A CAYENNE 41
leurs attaques. Les consignes 6taient telles cet
6gard aux lies du Salut que, parmi les jeunes sol-
dats qui arrivaient de France, les plus timides
6prouvaient une veritable terreur a 6tre places la
nuit, en sentinelles isoldes, sur le chemin de ronde
qui entoure l'ile. Un gemissement du vent, 1'6cume
blanche d'une lame qui se brisait sur les rochers,
le cri d'un oiseau de mer, tout devenait pour eux
sujet d'6pouvante.
On nous conta qu'une nuit, un de ces jeunes sol-
dats s'6tait laissd gagner par le sommeil pendant
sa faction. Tout i coup, reveill6 en sursaut, il voit
quatre ou cinq hommes s'avanCant vers lui. II dd-
charge sa carabine dans la poitrine de I'un deux.
L'homme tombe mort. C'Utait le cporal comman-
dant la patrouille, qui allait reliever les sentinelles.
Un autre accident du meme genre dtait ddji ar-
rive aux iles du Salut.
Cependant l'officier qui conunandait cet 6tablis-
sement etait un homme de tAte et d'6nergie; mais
il n'avait pas compris le cotd moral de sa mission.
Il ne voulait qu'une chose, que l'ordre leplusparfait
regnAt sur son penitencier. Ce but, il l'atteignait,
mais par l'emploi d'une discipline de fer envers le
personnel libre, et de peines corporelles frequentes
contre les transports. Nulle part, et surtout dans






42 UN DEPORTED
un pays o6 I'on a a letter centre tant d'&16ments
d'insucces, on n'arrivera a fonder rien de durable
par de pareils moyens.
Appele plus tard a commander un ,tablissement
pdnitentiaire, je n'usai jamais des voies de rigueur
envers les condamnes. Je les traitai toujours en
hommes, m'efforcant de lea Blever A leurs propres
yeux par le sentiment du devoir accompli, an lieu
de les tenir courbes sous la terreur du chatiment.
J'ai la conviction que l'on serait parvenu ainsi h
un r~sultat serieux, si le success eft d6pendu uni-
quement de la bonne volont6 et de 1'6nergie de ces
hommes.


V


Vers midi, un petit bateau A vapeur, I'Oyapock,
envoy de Cayenne, oi notre arrivee avait dtd si-
gnalde des Ilets-Remire, vint nous prendre a son
board. Je n'avais jamais vu'd'aviso aussi petit. C'A-
tait une vraie coquillb de noix. Aussi disait-on que,
lorsque I'Oyapock dut quitter Rochefort pour se
rendre la Guyane, beaucoup d'officiers de marine
prddisaient qu'il serait infailliblement englouti,
s'il venait i essuyer une temprte en plein Ocean,





A CAYENNE 13
Un intr6pide lieutenant de vaisseau, M. Carpentier,
que nous aurons l'occasion de retrouver dans le
course de ce recit, sollicita l'honneur de ce pOril-
leux commandement. La tempcte lui fit grace :
il eut le bonheur d'arriver sain et sauf a Cayenne.
Enhardis par son example, des enseignes de
vaisseau conduisirent aprbs lui a la Guyane deux
bateaux 4 vapeur a haute pression, I'tconome et le
Surveillant, plus petits encore que I'Oyapock. Us
naviguaient, il est vrai, de conserve avec une frd-
gate, mais cette circonstance ne diminuait en rien
le danger, et servait tout au plus A leur donner la
confiance qu'inspirent toujours la force et le
nombre.
Les passagers, qui arrivent de France a la
Guyane, et qu'une longue traverse a aguerris,
s'imaginent, une fois rendus aux Iles-du-Salut,
en avoir fini avec les emotions du mal de mer. Les
n6tres ne tarderent pas A revenir de cette douce
illusion. A peine & quelques centaines de metres au
large, I'Oyapock se mit a tanguer I avec des mou-

1. Les margins appellent tangage (d'oft le verbo kaguer) le
balancement do navire dans le sens de sa longneur, quand il na-
vigne perpendiculairement & la lame. L'avant est alors alterna-
tirement plus haut on plus has que l'arribre... Cest le moment
ot demandent grace aeo qui n'ont pas le conr double d'un
Striple airui. .






44 UN DEPORTED
vements si brusques que bien des visages blemis-
saient comme si nous venions de prendre la mer.
Pour moi, je me couchai sur le pont, la face tour-
nQe vers le ciel. C'est une position que je me
permets de recommander i ceux qui navigueront
sur les bans de vase molle qui se trouvent entire
les iles du Salut et le Continent.
Enfin, apres cinq heures qui parurent longues a
plusieurs d'entre nous, nous entrions dans la rade
de Cayenne.
Le temps, beau le matin, avait change brusque-
ment, comme cela arrive plusieurs fois par jour
dans cette saison. II tombait, au moment oi r'Oya-
pock jeta l'ancre, un de ces deluges don't n'ont
aucune idee ceux qui n'ont pas habits sous les
Tropiques. Heureusement, ces averses n'ont pas, a
cette 6poque de l'annee, la duree de nos petites
pluies fines d'Europe. Cinq minutes apres, le soleil
brillait dans un ciel sans nuages. Ceux qui eurent
la patience d'attendre I'embellie purent d6bar-
quer, sinon sans se mouiller les pieds, du moins
sans recevoir sur la tAte toutes les cataractes du
ciel.
Le premier edifice qu'on apercoit en arrivant
sur la rade de Cayenne, et l'un des plus beaux de la
ville, est une grande caserne, bAtie sur un plateau






A CAYENNE Al-
qui domine la mer. D'immenses palmiers, I'en-
tourent de tous c6t6s, qui lui donnent quelque
couleur locale, et lui enlevent un peu de la plate
monotonie qu'ont g~enralement ces sortes de
constructions. En ma quality de soldat, tout autre
edifice m'eit &tA pourtant, je I'avoue, plus agrea-
ble a voir a mon arrive.
Au pied de la caserne, et masquant entibrement
la ville, s'dtendent les magasins de la marine et les
bAtiments de la direction du port.
Cayenne est bAti dans une situation charmante,
i l'extremitd d'un petit cap, qu'entourent, d'un
c6tB, la grande mer; de l'autre, la longue baie qui
sert de rade.
On y d6barque sur un quai en pierres assez bien
construit, qui se compose d'une jetee horizontal,
i l'extremite de laquelle s'dlve un petit phare,
et d'un plan inclined oii abordent les embarca-
tions.
Quand arrive un navire venant de France, ce
quai et la plage voisine sont encombrds de cu-
rieux. C'est un spectacle strange pour celui qui
ne I'a jamais vu. Cette population mouvante, vetue
d'etoffes aux couleurs eclatantes, lui fait de loin
l'effet d'un immense kaleidoscope. Et lorsque le
cannot sur lequel il debarque aborde au rivnge, il
3.






iG ;.N DPrPORTEk
n'est pas moins etonn6 de voir tous ces indigenes
aux faces noires ou cuivrbes, qui rienten lui mon-
trant leurs dents blanches, et lui adressent famili-
rement la parole, sans le connaitre.
La parties de la ville dans laquelle on entire d'a-
hord est d'un aspect fort triste. Les rues, inclines
vers la mer, sont 6troites; les maisons sont pres-
sees les unes centre les autres. L'EuropBen qui
vient habiter Cayenne et n'apercoit que cet amas
de cases chauffies par un soleil ardent, et ce
d6dale de ruelles, oh ne circle pas un souffle
d'air, frdmit du sort qui lui est reserv6. Aussi,
dprouve-t-il une agreable sensation de fraicheur
et de bien-etre, en arrivant tout A coup sur une
immense place, d'oh. il voit s'dtendre a sa droite
une autre parties de la ville, avec des jardins spa-
cieux et des rues vastes et bien airees.
Celui qui a sdjourn4 A Cayenne, ne fft-ce que
quelques heures, n'oubliera jamais cette superbe
esplanade, oi deux ou trois cents palmiers,
plants en quinconces, dressent vers le ciel leurs
trones droits et lisses, terminus par de beaux pa-
naches d'un vert dternel.
Cela ne resemble en rien aux petits arbres de
nos petits squares, et lorsqu'on ne lAve pas les yeux
pour decouvrir le feuillage, on pourrait, & ne voir





A CAYENNE tI
que ces immeases troncs d'un blanc grisAtre, se
croire au milieu d'une de ces gigantesques colon-
nades qu'a laissees au desert quelque cite des
Pharaons.
En apercevant le gazon menu qui tapisse la
terre, en entendant le bruissement continue que
fait la brise, froissant les unes contre les autres les
longues feuilles des palmiers, 1'rtranger, suffoque
par la chaleur, 6prouve le besoin de se longer
dans ces flots d'air rafraichis sous l'ombrage.
C'est ici que I'attend une de ces cruelles decep-
tions, un de ces mirages qui semblent rdservds aux
climate brilants. Ce tapis, d'un vert si tendre,
cache des milliers d'insectes de toute espkce: des
scorpions noirs, des araign6es-crabes, des fourmis-
Oyapock, qui vous couvrent de morsures doulou-
reuses. Sous ces ombrages, voltigent des nuees de
Smaringouins et de moustiques. Ces elegants pa-
naches, qui semblent des jets de verdure s'dpa-.
nouissant & cent pieds dans les airs, ont leurs
gerbes maintenues par d'6normes etuis, en forme
d'dlitre, qui se detachent souvent et tueraient le
promeneur imprudent, en tombant d'une pareille
hauteur.
Fuyez done, vous que le sort contraire conduit
sous les Tropiques, les charmes trompeurs de ces






48 UN IEPORTE
verts paysages, et vous, mortels privilegids. qui,
aux jours de canicule, pouvez vous rdfugier, sans
crainte, sous les ombrages de Meudon ou de Saint-
Cloud, croyez-moi, n'imitez jamais le pigeon de
la fable:


S.. ... Voulez-vous voyager?
Que ce soit aux rives prochaines. .


-II n'est pas sans charme, quand on arrivedans
un pays nouveau, de s'en aller a la d4couverte,
tout comme un Lapeyrouse ou un Bougainville...
Avec un petit effort d'inagination, on se figure
que les habitants qu'on rencontre, que les monu-
ments qu'on apercoit font parties d'un monde in-
connu, don't on peut devenir le rIv6lateur. Vus a
travers le prisme de cette hypoth6se, les objets
n'ont plus la meme couleur. Tous prennent comme
une teinte de jeunesse. II semble qu'ils soient 6clos
du matin meme, pour se donner a vous en spec-
tacle. On dprouve alors, pour peu que la scene y
pr6te, une variety, une fraicheur de sensations, qui
vous eussent completement manque, en restant
dans la stalle de la froide rdalit6.
Voilk des plaisirs simples et peu codteux. Je






A CAYENNE 'J
les recommande A ceux qui voyagent. Pour en
jouir, il n'est pas necessaire d'aller en Chine,
ni ad Japon. On les rencontrera, si l'on veut,
dans le premier village inconnu, ne fdt-il qu'k
dix lieues de la ville qu'on habite. Si le monde
physique est un champ par trop aride, on se ra-
battra sur le monde moral. On observer les
mceurs, les coutumes si variees chez les peuples,
mrme les plus voisins. La, comme dans le monde
astronomique, le nombre des decouvertes est illi-
mite... Telle nuance echappe A celui-ci, que squra
distinguer celui-lM. Tout depend de la quality du
telescope don't vous a dot6 la nature.
Une heure apres mon arrivee Cayenne, j'avais
trouve un gite oh reposer ma tAte et deposer mon
humble bagage. Je commencai la sdrie de mes
explorations... La moisson ne fut pas longue.
La ville est petite, et, dans nos Colonies oh tout se
bitit en bois, les ages passes ne laissent aucun sou-
venir materiel derriere eux. Je decouvris cepen-
dant dans la parties la plus fraiche de la ville, oh
j'etais all. chercher un pen d'air, quelque chose
comme un grand pigeonnier, qu'on me dit Wtre le
clocher de la cathedrale, et une maniAre de halle,
qui, parait-il, est le sanctuaire de la justice.
Quant aux habitations particulibres, A quelques






50 UN DtPORTE
exceptions pris, ce sont des huttes assez indignes
du nom de maisons... La seule remarque i noter
est qu'on y arrive gdndralement en franchissant
une petite passerelle jetee sur un fosse, qui sert
a 1'dcoulement des eaux dans la saison des grandes
pluies.
Dans ces cases, comme on les appelle dans le
pays, vit pele-mele une population des deux sexes,
oi l'on rencontre toutes les nuances depuis le
blanc jusqu'au noir le plus Ethiopien.
En une demi-heure mon voyage de circumnavi-
gation m'avait ramend i laplace des Palmistes. Sur
l'un des c6t6s de ladite place, j'avisai une immense
maison & plusieurs~6tages, a laquelle on arrive par
un escalier en briques qui regne sur toute la fa-
cade. Son aspect monumental me frappa. Je la
pris d'abord pour l'h6tel du Gouverneur. Un coup
d'oeil indiscret jeth dans les appartements du rez-
de-chausse me tira vite de mon erreur. C'Utait
un 6norme bazar oh se vendent toutes les mar-
chandises du monde, et oh le chaland trouverait A
acheter a son gr6, je l'ai su plus tard, un sol d'dpin-
gles et une pacotille de cent mille francs. Cette
maison splendid, don't tous les escaliers interieurs
sont de ces bois aux couleurs riches et varies que
produisent les forWts de la Guyane. appartient A







A CAYENNE 51
M. F"', le plus considerable n6gociant du pays
et un des hommes les plus aimables qu'on puisse
voir. En ce moment le maitre du logis, don't j'eus
l'honneur depuis d'acquirir I'amitiW, 4tait a son
comptoir, veillant a ce qu'on servit toutes les pra-
tiques qui allaient et venaient : a celui-ci quelques
metres de toile. & celui-li une livre de beurre on
de more.
Dans nos Colonies, oii les anciens nobles pou-
vaient se liver au ndgoce sans deroger, les homes
les plus distingues font ainsi le commerce de
detail sans d6choir, ainsi que cela arriverait sur
notre terre de pretendue Agalitd 1. Ici, tel char-

i. Ce n'est pas aux Colonies seulement, que les hoses se pas
sent ainsi. Les Musulmans, qni n'ont pas I'habitnde d'etre
cites en example, raisonnent moins sottement que nous sur la
question du travail. Its dissent qu'un home doit tre bonore
pour ses vertus et sa sagesse, quelque soil le m6tier qui lai
donne do pain. Dans les bazars de Constantinople, on ptme
d'Alger, on vous montrera des talebs que le people consult et
venire : celni-ci faith des babouches; celui-lI raccommode les
Tieux burnous, .
Comment done s'appelait ce philosophy Grec qui tirait de 1'eao
pendant la nuit pour gagner sa vie? Je me suis laised dire que
M. Victor Hugo en exil avait Irouvd de grande consolations,
dans I'anitiO d'qn home eclaire, lettre, versa dans tontes les
etudes librales et eetourd d'une admirable bibliotbhque. C'est,
si je ne me trompe, un fpicier de Guernesey. Qu'en pensent les
loustics de Paris? Je connais personnellement,#a Paris mome,
un jeone offleier de cavalerie qui est sorti de la garde, pour se






FUN DEPORTED
mant jeune home d'dducation parfaite et muni
de ses dipl6mes academiques, vous vend le jour
1'6toffe d'un pantalon ou d'un gilet, et vous tend
le soir, dans les salons du Gouverneur, sa main
finement gantee.
En laissant i gauche la maison de M. F"* et tra-
versant la place des Palmistes dans sa plus grande
* longueur, on arrive a une haute et large grille, de-
vant laquelle est place une sentinelle. Au fond
d'une cour plantie de beaux arbres, se montre un
grand corps de logis qu'entourent de jolies dd-
pendances. Tout cela est d'aspect assez gai. C'est
1A cependant que sont venus souffrir et mourir
depuis quelques annies bien des jeunes gens aux-
quels la vie semblait sourire.
C'est le champ de bataille de la fievre jaune, c'est
I'h6pital militairel...
Je me suis laissd dire qu'autrefois Cayenne 6tait


fairk epicier. II est dans sa boutique ce qu'il dtait an REgi-
ment : un gentleman irrdprochable, et un homme distingud
dans le sens le plus large du mot. Un de mes anciens camarades
de l'Pcole Normale, se voyant un pen trop persecutd dans rIns-
truction publique, abandonna la partie, et se mit a preparer
des sardines. 11 a fait, me dit-on, une fortune considerable. Au
point de vue de la nisiserie Francaise, c'est on homme qui a
ddroge. (Edmond About. Le Progres.)






A CAYENNE 53
non-seulement une ville charmante, renommre
pour I'hospitalit6 cordiale qu'y recevaient les 6tran-
gers, mais une des stations les plus saines des Tro-
piques. Ce n'6tait, A la ville, pendant le carnaval,
que bals et gais repas, rehaussts par l'exquise ur-
banitk des colons, la beauty et la grace des femmes
creoles: a la champagne, pendant le rest de l'ann6e,
des fetes frequentes, des chasses sur les habita-
tions, oi l'on trouvait le confort qui accompagne
toujours les industries qui prosperent. De plus,
quand une compagnie de cent soldats avait laissd,
apres un sejour de quatre annees dans la colonie,
cinq ou six de ses hommes dans le cimetiere de
Cayenne, elle 6tait citee parmi les plus malheu-
reuses.
Tout cela a bien change. L'mancipation des
noirs, les mauvaises lois sur les sucres, I'avilisse-
ment du girofle, une des principles denrees que
produisait la Colonie, et bien d'autres causes en-
core ont ruined les habitants. Pour comble de mi-
sere, ils ont pu, depuis, entendre attribuer a leul
prodigalitds d'hier leur ddtresse d'aujourd'hui, par
ceux-lA meme envers lesquels ils avaient exerc6
une hospitality, impr6voyante peut-6tre, mais gd-
n6reuse a coup sur.
La champagne. avec ses grades installations, a






5 UN flPOfnTt.
0t6 abandonnie, comme si les habitants en avaient
6tE chassis par une catastrophe.
A Cayenne, les maisons, don't les murs exterieurs
sont encore debout, tombent en ruines 1l'int6-
rieur. Le gibier, le poisson, les 14gumes de toutes
especes qu'y apportaient autrefois les noirs des
habitations et les Indiens-chasseurs ont complhte-
ment disparu. Deux ou trois aubergistes acca-
parent sur-le march local le peu de provisions
fraiches qui y arrivent, et les families les plus
aisles sont souvent obliges d'envoyer mendier
leur diner A la porte de ces industries. Quand
les arrivages de navires sont rares, le prix de
toutes choses devient tel que administration a du
quelquefois donner a ses employs de tous rangs la
ration du soldat, pour les aider a vivre. La mer
et les rivieres regorgent cependant de poissons;
les forts, de gibiers de toute espece; la terre
est d'une grande fertility, et il y a eu autrefois,
dans les savanes de la Guyane, des hattes consi-
ddrables.
Aujourd'hui, on y mange des conserves et de la
viande sale comme sur un navire en pleine mer,
et sans les approvisionnements venant de France
et des Etats-Unis, on risquerait fort, je le rdpete,
de n'y pas manger du tout.






A CAYENNE M'
Cet 6tat de closes a une influence fatale sur la
sante des habitants, et surtout des habitantes.
D'aprbs un vieil usage qui s'est conserve a la
Guyane, le Colonel d6signe, chaque dimanche,.
deux officers pour se joindre a l'6tat-major du
Gouverneur, et I'accompagner 4 la messe. Je me
rappelle encore le sentiment p6nible que j'6prouvai
la premiere fois queje fus d'escorte, en voyant r-u-
nies dans l'eglise toutes ces jeunes femmes au teint
pile et chlorotique.
On parlait autrefois de la vive beauty des Cayen-
naises. Mais sous ce climate debilitant, il faudrait,
aux femmes surtout, vu le peu d'exercice qu'elles
prennent, une nourriture saine et fortifiante. On
sait, par des experiences souvent repdtdes en An-
gleterre, que ce n'est pas le sue parfumd des fleurs
qui donne aux jeunes ladies ces tons roses et ve-
loutes qui s'6panouissent sur leurs jolis visages.
Les creoles n'ont pas en general le teint colors, et
elles n'y percent rien, sous le rapport de la distinc-
tion. Mais a Cayenne, il n'est pas necessaire d'Atre
medecin pour reconnaitre dans la paleur des
femmes les effects du triste regime auquel elles sont
soumises.
La transportation entretient seule encore la vie
et le movement A la Guyane et 'on pent eroire






56 UN DFPORTE
que, sans elle, les choses suivant leur course, il ne
resterait plus, au bout d'un certain temps, sur cette
belle plage, que des maisons en ruines et de mal-
, heureux ichtyophages.
Ace bienfait, il existe une terrible compensation,
chaque medaille a son revers, c'est la fievre
jaune, I'hydre devorante de ces contr6es, qu'a ap-
portte sur ces rivages une trop grande agglomera-
tion d'hommes arrivant d'Europe. Le fleau, ignore
de la Colonie depuis 1804, y a reparu en 1850 et
1855 et y a sevi pendant trois annees consecutives.
Les creoles ont, il est vrai, peu souffert. C'est la
metropole qui fournissait les victims. Le vomito
negro, comme le Minotaure de Crete, ne se repait
que de sang riche et jeune.
Quelle lamentable histoire serait celle la fievre
jaune dans ce pays I J'aurai, peut-ktre, dans le course
de ce recit, a en raconter quelques tristes episodes,

...Quoeque ipse miserrima vidi
Et quorum pars parva fi...


Mais, grace h Dieu, a l'arrivde de la Cr&s, 1'6tat
sanitaire de la Colonie 6tait assez satisfaisant, ce
qui nous donna le temps de nous acclimater.
Je passai, bien que pregnant ma part de la misere






A CAYENNE *7
commune, 4 la ville deux mois assez paisibles. II
n'est pas impossible de s'y crier quelques relations,
nimme en dehors du petit monde des militaires et
des employes. Malheureusement, dans I'etat de d&-
tresse oih se trouve la Colonie, ces relations se
bornent, la plupart da temps, a quelques visits
faites et rendues. Pour 1'rtranger qui arrive i
Cayenne, il n'y a qu'une resource, ce sent les
reunions qui ont lieu quelquefois dans les salons
du Gouverneur.
L'h6tel du Gouvernement (on dit aux colonies le
Gouvernement), touche, a Cayenne, a l'h6pital mili-
taire, don't le. spare un vaste jardin. C'est un
grand edifice A deux stages, ayant assez l'apparence
d'un cloitre. Ce monument, un des plus remar-
quables de la colonie, est biti avec ces bois de la
Guyane qui ont presque la durie de la pierre. II
a Wte construit par les Peres Jesuites, qui l'habi-
thrent jusqu'au moment oh ils furent, en 1762,
bannis de la France et de ses possessions. C'est, dit-
on, un Jdsuite qui a fabriqu6, A Cayenne mgme,
l'horloge que l'on voit encore aujourd'hui au fron-
ton du pavilion principal.
Au rez-de-chauss6e, se trouvent les bureaux du
Gouvernement et de la direction des penitenciers.
Les appartements du Gouverneur et de son 6tat-






58 UN DI)PO RTE
major occupent le second etage; le premier est
exclusivement riserv6 aux fetes intimes ou offi-
cielles. Sur toute la longueur de la facade s'6tend,
a cet etage, une immense salle, oi I'on ferait dan-
ser toute la population valide de la Guyane.
C'est l'aspect de cette salle, examine a certaines
hours de la journie, qui indiquera a 1'dtranger
arrivant a Cayenne le plus ou moins de chance
qu'il a d'y passer agreablement ses soirees.
Si, vers neuf heures, chaque soir, il voit, sauf
deux on trois fenetres, la facade plongee dans
l'obscurit6, c'est que 1'Ame de toutes les fetes, celle
qui fait la joie de la maison, manque a celle-ci;
plus prosaiquement, le Gouverneur est celibataire,
on bien sa noble moiti6, oublieuse du precepte qui
ordonne a la femme de suivre son mari, a prdfird
rester en France que de venir ici faire le bien, et
apporter par sa presence quelqu'animation h cette
pauvre Colonie.
Come tous les plaisirs honnates de la Guyane
se resument dans les soirtes donnies au Gouverne-
ment, on est certain de mener alors A Cayenne
l'existence la plus triste qui soit an monde.
Mais heureux, trois fois heureux celqui i voit
brillamment illumindela facade de l'hotel du Gou-
vernement I Qu'il aille vite endorser l'unifrme ouu






A CAYENNE 59
l'habit noir, et s'il a vingt ans, il poura danger
souvent jusqu'au lever de a la pile aurore. ,
Cayenne a gard6 la mimoire de Gouernantes
aimables, mesdames de C..., T... de M..., et autres,
qui ont ainsi jetW quelque joie dans sa monotone
existence, et ceux don't ces gracieuses femmes ont
adouci l'exil leur ont vou6 une reconnaissance,
don't je suis ici le bien indigne interprete.
A ces devoirs de representation ne se borne pas,
on le devine, le r6le'de la Gouvernante. Pour peu
qu'elle soit bonne et compatissante, il lui est facile
aussi de repandreles bienfaits autour d'elle etde se
faire benir dans ces pays, oh l'on vit de peu et
oh la charity n'est pas ruineuse.
Quelques-unes ont laiss6 ainsi apres elles un sou-
venir vindrd. D'autres, 6blouies par leurs destinies
nouvelles, ou trop pr6occup6es du bien-6tre future
de la communaut6, ont su, au contraire, se fire de-
tester par leur sot orgueil, ou m6priser pour leur
avarice. Le mari, complice quelquefois, le plus
souvent victim, laissait faire sa noble spouse.
Les creoles ont le caractere tier et g6nbreux,
mais un peu railleur. Rien ne leur est plus antipa-
thique que ces airs de fausse grandeur, et ces
nmesquines questions de pot-au-feu se montrant au






60 iN I" II'II rTE
sein de la vie publique. Is ne se g~nent pas pour
s'en moquer...
Voila quelquefois I'origine de bien des luttes
sourdes entire le Gouverneur et ses administrds.
On se dit alors, comme autrefois : AhI si le
Roi le savait I *
Mais le Roi est si loin, et puis, qui irait lui con-
ter a l'oreille le recit de ces petites turpitudes, que
chacun a pu voir, et que la chronique intime rougit
elle-meme d'enregistrer? g Ilkfaut laver son linge
sale en famille, a disait un grand Empereur.
Cher lecteur, sijamais, (ce qui est peu probable),
vous jouissez de la prerogative Souveraine de nom-
mer des Gouverneurs pour nos colonies en general
et la Guyane en particulier, au nom des malheu-
reux exiles qui y meurent quelque peu d'ennui, au
nom de votre dignity de Representd qui peut etre
compromise par le Representant, ne choisissez vos
Gouverneurs que parmi les hommes marids A des
femmes aimables, g6n6reuses, amies des plaisirs
autant que des bonnes oeuvres. Vous avez, comme
moi, assez bonne opinion de la meilleure moitid
de I'espece pour croire que, meme A ces conditions,
vous n'auriez encore que l'embarras du choix.
Considdrez la position de celibataire ou de mari
d'une femme en dehors du programme ci-dessus






A CAYENNE (I
come un motif suffisant d'exclusion pour la
nomination A ces petites vice-royaut6s, et rappelez
a ces aames que 1'vangile et le Code ordonnent a
la femme de suivre partout son mari.
Je livre cette idee A vos meditations.
Figurez-vous bien, d'ailleurs, que tout ici est
diflicile a organiser. Apres avoir soupirg longtemps
apres les soirees don't j'ai parle, souvent aucuhe
dame ou demoiselle de l'endroit n'y veut mettre les
pieds. Vous vous imaginiez peut-Atre qu'une Gon-
vernante de bonne volont n'avait qu'i ouvrir ses
salons, pour y voir accourir tous ces affamds de
plaisirs. Detrompez-vous. II faut, au contraire,
pour rendre ces petites reunions possibles, d6-
ployer une bien profonde politique. L'entre-
prise est tellement delicate meme, que la main
ligere d'une femme et toute la diplomatic don't
sont capable les filles d'Eve ne sont pas de trop
ici, pour la mener a bonne fin. Quand quelque
Gouverneur, et quelquefois des plus intelligent, a
voulu y mettre sa lourde patte d'homme, il a ge-
neralement tout gat6.
On sait les antipathies qui s4parent, on dira
quelque jour, qui s6paraient; car, grace a Dieu,
elles sont en train de disparaitre aux Colonies,
les blanes des homes de sang mele. Certains Gou-
4






62 UN DEIORTE
verneurs arrivent de France avec la ferme volonti
de faire cesser ces divisions, a de fusionner les
races, v comme ils disent. Leur intention est digne
d'dloges. Mais c'est surtout ici qu'il faudrait faire
usage de ce zBle discret, qui ne compromet pas les
causes qu'on pretend servir. Ce n'est pas ainsi
cependant qu'ont proced6 laplupart du temps ceux
qui se croyaient de force a entreprendre cette diffi-
cile tache. Habituds i imposer leur volonte et
investis, dans leur gouvernement, d'une autoritd a
peu prs sans contr6le, ils ont oublid qu'on netraite
pas une sociWdt tout entire comme 1'dquipage d'un
vaisseaut. Aussi ne sont-ils parvenus, avec les meil-
leures intentions, qu'I riveiller des haines et des
ferments de discorde, qui sommeillaient avant leur
arrivee, et ne se sont assoupis quelquefois que
longtemps apres leur depart.
Cette faute n'aurait pas Wtd commise par des
administrateurs habiles, rompus a la pratique des
homes. Mais, malheureusement pour les Colonies,
c'est presqu'exclusivement parmi les officers de ma-
rine qu'on choisit depuis longtemps ceux auxquels
on confie ia difficile mission de les gouverner. Cer-
tes, la vie de bord est propre a former des Jean-Bart
et des Duquesne, mais elle ne donne pas la con-
naissance des homes, et la finesse diplomatioue






A CAYENNE i3
nicessaire pour les conduire: eile n'initie pas aux
questions financieres; elle n'apprend ni le droit
administratif, ni I'conomie politique, ni aucune
des choses que ne doit pas ignorer un pr6fet, et h
plus forte raison un Gouverneur.
On en a vu cependant qui, sans savoir precisg-
ment tout cela, comprennent qu'il est de certaines
questions sociales comme de I'ceuf, germe de toute
vie ici-bas, auquel une certain periode d'incuba-
tion est indispensable. Ceux-lb, moins presomp-
tueux ou plus adroits que les precedents, se conten-
tent de preserver de tout accident I'ceuf confi6 a
leurs soins, et laissent au temps celui de le fire
6 clore.
Le temps, voils, en effect, le grand praticien qui,
avec l'aide de l'Mducation en commun, operera aux
Colonies la fusion des races, dans les limits du
possible.
R6pitons done aux esprits impatients que, dans
la solution des questions sociales, il fant savoir
attendre, et ne pas oublier que, 14 surtout.


- Le temps n'epargne pas ce qui se fair sans uni. *






UN DgPORTE


VI



Puisque nous voili sur ce chapitre, auquel m'a
conduit, je ne sais trop comment, ma promenade a
travers Cayenne, je dois ajouter qu'il y aurait bien
des erreurs A rectifier sur ce qu'on appelle en
France les prijugds Creoles. On y croit ginerale-
ment que nos compatriotes d'Am6rique sont gens
encrotiWs dans les idees du passe, et cousus de prd-
juges aussi ridiculesqu'incurables... On les connait
mal. Ceux qui ont vecu dans leur pays diront,
comme moi, qu'il en est peu oi l'on rencontre plus
de coeurs chauds et d'esprits g6nereux. Aussi, la
plupart du temps, les strangers qui arrivent dans
ces contrees, pleins depr6ventionscontre les blanes
et d'illusions poetiques sur les noirs, passent-ils
souvent du noir au blanc, avec une fougue que les
creoles eux-memes sont obliges quelquefois de mo-
direr. Soyons done justes, mAme de loin, envers
tout le monde. Gardons notre compassion pour les
malheurs qui sont sous nos yeux, et laissons lesfaux-
bonshommes s'apitoyer sur les imaginaires infor-






A CAYENNE 65
tunes d'outre-mer, afin de se dispenser de soulager
celles autrement reelles qui frappent & leurs portes.
N'oublions pas que presque tous les hommes: nego-
ciants, planteurs, avocats, avoues, medecins,
notaires etc, qui habitent nos Colonies, ont Wt4 le-
v6s en France sur les memes bancs que nous, qu'ils
nous valaient en cceur et en intelligence.et qu'il
est peu probable qu'en touchant de nouveau le sol
natal, ils soient devenus tout i coup des esprits
dtroits, pu des Ames impitoyables. N'est-il pas cer-
tain, au contraire, que si, de retour dans leur
patrie, ils avaient trouv6 chez leurs parents, leurs
amis, leurs compatriotes de m4me couker, les pr6-
jugns feroces qu'on prete aux creoles, ils auraient
reagi violemment contre de tels abus? Non I sauf
quelques exceptions, surtout parmi les femmes qui
ont le sens aristocratique plus ddvelopp6, les
creoles d'aujourd'hui ne sont pas plus intolrants
que nous. Ils obissent des Idis sociales et morales
que nous observons nous-mdmesen France, et aux-
quelles, places dans le milieu qu'ils habitent, nous
nous conformerions exactement comme eux.
1 m'a Wt6 donne6 ce sujet une levon que je n'ai
pas oublide.
II y avait B Cayenne, quand j'y arrival, un fort
spiritual vieillard nomm6 M. de B.... C'etait un
4.






66 UN DPPORTE
de ces planteurs-gentilshommes, comme on en
voyait aux jours de prospirite de la Colonie. Ses
compatriotes, tout en le redoutant un peu a cause
de sa causticitW, l'aimaient et le respectaient infi-
niment. Les jeunes Europeens, nouvellement arri-
ves, qu'il s'amusajt quelquefois A taquiner sur
ce qu'il appelait leurs illusions libdrales, le tenaient,
eux, pour un homme bourre de prejuges a 1'endroit
des noirs, un crdole a tous crins, a comme on dit
dans le pays.
Or, un soir on dansait A l'h4tel du Gouverneur.
Comme on le saura plus tard, depuis un an environ,
j'etais exile dans les bois, Qh je menais la vie de
sauvage. Aussi ces ifots de lumiere, toutes ces toi-
lettes vaporeuses aux vives couleurs que portent
au bal les femmes dans ces pays; ces blanches
6paules, ces yeux, ces cheveux noirs, me causaient-
ils l'eblouissement qu'eit 6prouv &A ma place un
Roucouyine on un Oyarnpi.
Quand je me fus un peu habitu6 A tout cet eclat,
je commencai k distinguer quelques details dans
le tableau mouvant qui s'agitait devant moi...
L'orchestre jouait le prelude d'une contredanse.
En face de l'embrasure dans laquelle je me tenais
modestement, vint se placer, conduite par son cava-
lier. une jeune femme de vingt a vingt-cinq ans.







A CAYENNE 67
DEs que je I'eus apercue, mon regard revint
toujours ipvolontairement au group don't elle fai-
sait parties. C'Utait bien, comme on dit, la reine du
bal. Sa peau avait la blancheur mate du camellia.
Ses cheveux noirs tombaient sur ses belles dpaules
en grappes soyeuses. Ses yeux avaient cette dou-
ceur veloute qui donne tant de charme aux
femmes de ce pays. Mais ce qu'il y avait surtout de
charmant en elle, c'Atait son sourire, plein A la fois
de tristesse et de bonte. En la voyant, on se deman-
dait si cette gracieuse creature, qui semblait si
bien faite pour le bonheur. en avait eu sa part en
ce monde.
A qui n'est-il arrive, au milieu de la joie et de
1'Aclat d'une fete, d'arriter ainsi son regard sur
quelque pile et doux visage, en cherchant le mot
d'une douloureuse 6nigme?
Tandis quej'admirais la belle inconnue, j'apercus
M. de B... qui me regardait de son ceil moqueur.
A vingt-deux ins, on n'aime pas A 6tre surprise
dans ces sortes de contemplations. J'essayai done
de m'esquiver, quand je vis le vieux creole se diri-
ger de mon c6th; mais la disposition des groups
de danseurs s'opposa a ma fuite.
Eh bien, men jeune ami, me dit M. de B...,
quand il fat pros de moi, ii parait que nous la trou-






68 UN DFPORTE
vons fort belle? Je parierais volontiers que, dans
vos bois, vous n'avez pas rencontre, sous quelque
palmier, de sauvagesse batie sur ce module ?
Et vous gagneriez votre pari, rdpondis-je gaie-
ment, d6cid6 i faire contre mauvaise fortune bon
ccur. La preuve est que si j'avais rencontre, dans
mes forts, une Atala comme'celle-ci, je serais en-
core i roder autour de son wigwam.
Et ne seriez-vous pas aise de savoir quel est le
Chactas de votre Atala ?
II y a done un Chactas ?
De par le code, repondit M. de B..., et qui
plus est, ni beau, ni jeune, ni spirituel... Le wi-
gwam vous sera ouvert, quand vous voudrez. Vous
voili, j'espere, assez d'atouts dans la main, comme
on dit aujourd'hui en style de cabaret.
Et quel est I'heureux mari de cette delicieuse
femme?
Votre camarade G...
Impossible I m'ecriai-je.
G... etait un vieux lieutenant a chevenx gris,
brave homme, mais 6pais, sans naissance, sans
education, un sergent sur la capote duquel on avait
mis des dpaulettes d'officier.
M. de B... s'amusa demon etonnement.
Je m'apernois, dit-il, que, vivant depuis un an






A CAYENNE 69
dans les bois, vous n'Wtes pas au courant de la situa-
tion. Eh bien, allez rendre visit & G... Vous verrez
le dessous des cartes et comprendrez que votre
idole de ce soir a 6tE heureuse encore d'6pouser ce
vieux sanglier...
Je crus que M. de B... profitait de l'hblouissement
que j'dprouvais, pour se moquer un pen de moi.
Je me promise de profiter, a mon tour, du conseil
qu'il me donnait, et d'avoir bientdt le mot de sa
charade.
Dans la soiree, je dansai avec madame G... Elle
etait encore plus charmante que jolie. II est cer-
tain que j'en eusse revB cette nuit-iA, si, i c6td de
son doux et triste visage, je n'avais toujours vu la
face trivial et ride du mari.
AprEs deux jours d'attente, dblai que je crus
suffisant, pour ne pas laisser voir trop d'empresse-
ment, j'allai faire visit a mon camarade G... 11
etait absent. Je l'avais un peu pr6vu; car c'tait
precismment I'heure a laquelle son service le rete-
nait an quarter.
Madame G... me recut en 'absence de son mari.
Elle ne perdait rien &a tre vue au grand jour. C'-
tait bien toujours ma gracieuse apparition du bal.
II y avait dans tout 1'ensemble de cette ravis-
sante creature, dans ses yeux an regard un peu






70 UN DEPOIITE
mourant; dans sa voix, qui n'avait conservn de
I'accent creole que cette facon un peu trainante de
prononcer les mots qui donne je ne sais quel
charme au language; dans ses airs un peu pench6s
sans pretention, quelque chose de tendre et de r&-
sign6 qui faisait rAver... Je la vois encore, avec sa
robe blanche et ses cheveux noirs et soyeux, A
demi couch6e, la nonchalante creole, dans un de
ces fauteuils qu'on appelle berceuses dans le pays...
Qu'elle 6tait ravissante ainsi! Elle me fit avec une
grAce parfaite les honneurs de sa maison. Son es-
prit, aimable et bienveillant, plus cultiv6 que ne
1'est en general celui de ses compatriotes, compl-
tait le charme natural qui 6manait de toute sa
personnel.
Madame G... n'6tait pas de ces femmes qui ne
sont spirituelles qu'" condition de medire du pro-
chain. Bien au contraire. Je fus meme Rtonnd du
soin extreme (coutume assez rare dans les petites
localities qu'elle mettait d6carter de la conversa-
tion tout ce qui avait trait aux hommes et aux
choses de la Colonie. Elle parla volontiers de. la
France, de Paris, en femme de goft qui connalt le
prix des choses du coeur et de l'intelligence, et
comme je m'dmerveillais qu'elle, creole, connft si
bien notre pays :






A CAYENNE 71
C'est qucj'y ai kt6 Ilev&e, me dit-elle. J'y ai
passe mon enfance et ma jeunesse.
Et vous I'aimez? lui demandai-je.
De toute mon Ame, repondit-clle avec cha-
leur.
Et la Guyane?
Oh I non, quoique j'y sois n e.
Puisque la France, vous plait tant, madame.
lui dis-je, restons-y par I'imagination, en atten-
dant le jour oh nous pourrons revoir ce cher pays.
Ce sera le plus beau jour de ma vie, dit-elle
en soupirant, car j'ai vecu en France les seules an-
nies heureuses de mon existence.
En ce moment, la porte du salon s'ouvrit. Je me
retournai h demi.
Une vieille muliitresse entra. Elle avait la ttec
enveloppee d'un madras, attache d'une faVon ex-
travagante... Une chemise de toile, A moiti6 d&-
faite, laissait voir sa poitrine flUtrie. Un morceau
d'6toffe de couleur lui entourait les reins. Elle
trainait aux pieds d'ignobles savates.
Bonjou Amelia, dit-elle A madame G...
Je jetai sur celle-ci un regard qui temoignait de
l'6tonnement que me causait une telle familiarity,
Elle rougit. Puis, come si elle eit eu honie de






7-2 I:N DEPORTE
son motion, elle se leva vivement, alla la vieille
millatresse, et l'embrassa en disant:
Bonjour, ma mere I
La lumiere se fit h mes yeux. Pauvre jeune
femme Sa douleur et ses regrets ne s'expliquaient
que trop... Je me hatai de prendre conge de ma-
dame G..., pour mettre fin a l'embarras que nous
eprouvions l'un et I'autre.
Quelques jours apres, comme je passais de-
vant sa maison, la vieille Yiyenne, (c'etait la
mere), m'arreta. Elle tenait par la main deux
enfants.
Mipitites mdme G... (voila les enfants de ma-
dame G...), me dit-elle.
Je me penchai pour les embrasser.
Quelle ne fut pas ma surprised La petite fille
dtait blanche comme sa mere; mais le petit gar-
con, plus jeune d'un an, avait le teint cafe-au-lait
de l'affreuse grand-maman.
A leur c6te, marchait un robuste gars de quinze
ans, presque aussi noir qu'un veritable negre.
Mi mon oncle yo (voila leur oncle), me dit
Yeyenne, qui me fit, comme la chose la plus natu-
relle du monde, cet aveu depouille d'artifice.
Quand je rencontrai mon vieux creole :







A CAYENNE 73
Eh bien me dit-il, avez-vous visit la case
(la maison)?
-" Oui, lui repondis-je, et je dois vous avouer
que ce que j'ai vu m'a navr6 le cceur. Pauvre
femme I quelles tortures!
Ne pensez-vous pas, comme je vous le disais
I'autre soir, qu'elle a df etre heureuse d'6pouser
I'homme, quel qu'il fit, qui pouvait au moins la
retire de cet enfer?
Vous aviez raison, repondis-je, mais il me
semble que votre language, quand vous parlez de
cette malheureuse femme, ne respire pas assez la
pitiM qu'elle doit inspire h tous les gens de coeur.
Croyez, me dit-il en quittant I'air railleur qui
lui dtait habituel, que je la plains de toute mon
Ame; j'ai voulu seulement, en vous intriguant un
peu, vous forcer A voir les choses par vous-meme.
Je n'y eusse point reussi, si je vous avais mis tout
de suite au courant de la situation : on ne recher-
che pas le spectacle des malheurs qu'on ne peut
soulager... Vous Ates gdifi maintenance sur ce
qu'on appelle nos prefugis creoles. Si I'on vous
en parole en France, vous pourrez dire quelles
belles-meres on voudrait nous voir donner A nos
enfants... Vous avez vu le frere de madame G...;
vous rencontrerez, un jour ou I'autre, ses jeunes
5






7! I:N DEPOnTE
scours, qui ont des moeurs A faire rougir vos ma-
telots. Voila les families des gens que l'on voudrait
mettre, dans nos maisons, A c6td de nos femmes et
de nos filles... Quand la malheureuse Amdlia, que
son pere de hasard avait fait clever en France, et
qui y avait revd, sans doute, une mere et une fa-
mille comme celles de ses compagnes de pension,
a entendu en debarquant la vieille Ydyenne I'ap-
peler a M6 pititel h, quand elle a apercu ses frEres
et ses sceurs, perdus de mceurs, et ressemblant A
un damier pour la couleur, elle s'est dvanouie de
douleur. Elle quittera bient6t ce pays, mais la vue
de ses deux enfants de tons si diff6rents, sera tou-
jours 1l pour lui rappeler son malheur... La ques-
tion morale et social est compliqude, vous le
voyez, d'un phdnomene physiologique que je re-
commande i vos meditations. D
Tel fut son discours. Je ne le loue, ni ne le blame,
vous laissant le soin, lecteur, de le trouver bon ou
mauvais.






A CAYENNE


VII



La vie s'coule assez monotone A Cayenne.
Notre principal distraction, & nous autres sol-
dats, etait de faire chaque jour de grand matin,
comme au printemps en France, 1'exercice sur la
place des Palmistes.
La manoeuvre etait souvent 4gay&e par les mou-
vements imprdvus auxquels se livraient nos hom-
mes, pour dviter le choc des projectiles, don't nous
avons ddja parl6.
M'est avis que si le bon La Fontaine eft song
aux palmiers, aux cocotiers, et A quelques autres
arbres des Tropiques, il eut dprouv4 quelqu'em-
barras a 6tablir les premisses de sa fable du gland
et de la citrouille:

Dieu fait bien ce qu'il fai. Sans en chercher la preare
En tout cet universe et raller parcourant,
Dans les citronilles je la treuve.

Ces lpees de Damocles, suspendues sur nos t&-
tes, ne mettaient pas nos jambes i rabri des atta-
ques d'autres ennemis. Souvent, les officers 4taient






76 UN DEPOIRTE
forces de toldrer une lacune a la ligne de bataille
ou un vide A une des faces du carr6, quand quel-
qu'infortun6 soldat se trouvait placed sur le do-
maine d'une tribu de fourmis-Oyapock
A cause de la chaleur, les manoeuvres se termi-
naient toujours avant neuf heures du matin. On
allait ensuite chercher, chez un empoisonneur de
l'endroit, la maigre piture, qu'on lui payait fort
grassement.
Dans la journue, de midi i quatre heures, mal-
gr6 un soleil 6clatant, une nuit nouvelle commence
pour les habitants de la Guyane. Les rues sont d6-
sertes. Chacun est enferm6 chez soi, volets et ri-
deaux hermetiquement clos, et grace a l'engour-
dissement produit par la chaleur et I'inaction, on
sommeille a demi, pendant deux ou trois heures.
C'est ce qu'on appelle faire la sieste. Quand on ar-
rive dans le pays, on attribue ce besoin de far-
niente h la mollesse des habitants; mais au bout
de quelques mois, le temperament s'appauvrissant
sans doute sous l'influence du cliiat, on sent,
apres le repas du matin, une lassitude g6ndrale et
une titillation sous les paupieres, que la volont6
est impuissante a dissiper. On fait alors comme
tout le monde; on s'6tend dans son hamac, et i'on
prend sa part de I'assoupissement general.






A CAYENNE n7
De dix heures du matin & quatre heures de l'a-
pres-midi, la troupe est, par measure de prudence,
consignee dans ses quarters. Nos soldats, si on
les eit laisses libres, n'auraient pas manque de
se livrer dans la journue a des excHs qui eussent
compromise leur existence... Dans les premiers
temps du sejour aux Colonies, lorsque cei chaleurs
continuelles n'ont pas encore abattu les forces de
l'Europeen, toutes ses facultds vitales semblent
comme exaltees. II 4prouve un imperieux besoin
de s'enivrer de grand air, et s'expose aux ardeurs
d'un soleil foudroyant... La soif aidant, les hom-
mes du people, soldats et matelots, que ne main-
tiennent pas des habitudes de bonne education,
boivent ensuite sans mesure... Les medecins des
hopitaux militaires pourraient dire le nombre de
victims que font ces funestes entrainements.
Vers quatre heures, la temperature est moins
gtouffante. On ouvre les portes de la caserne. Les
habitants sortent un i un de chez eux... La ville
se reveille...
A un quart de lieue de Cayenne, se trouve un
jardin de fleurs et de fruits, cultiv6 par les soldats.
On I'appelle le Jardin militaire. C'est la promenade.
pr6f.rde des habitants. Vous y rencontrerez, de
quatre A six heures. quelques families creoles. Les






78 UN DEPORTED
quelques mulitresses, qui ferment le demi-monde
de l'endroit, frdquentent aussi le Jardin Militaire.
On va ici au Jardin, comme A Paris, on va au Bois.
Les heures les plus agrgables de la vie guyanaise
ne commencent qu'au coucher du soleil. Le cr&-
puscule, qui donne un si grand charme aux soi-
rees, dans les pays plus rapproch6s des poles,
n'existe pas sous ces latitudes. On y passe, presque
sans transition, de la lumiere vive a la plus com-
plete obscurity. Mais les nuits sont, quand le ciel
est pur, d'une 6blouissante beauty. La vote c-
leste semble plus constell6e que dans nos climats;
les 6toiles, plus brillantes; une brise constant ra-
fraichit I'air et dilasse le corps, gnerv6 par les for-
tes chaleurs du jour.
Le temps s'tait mis au beau-fixe quelques jours
apres notre ddbarquement. A la Guyane, I'annde
se divise en deux saisons bien distinctes: I'tW, ou
mieux la saison skche, qui commence en juillet et
finit en novembre; I'hiverage, on la saison des
pluies, qui dure de decembre au mois de juillet.
En mars et avril, on a quelques semaines de beau
temps. C'est le petit ite de mars, don't nous jouis-
sions depuis notre arrive dans le pays.
Non loin du Jardin Militaire, existe un bane de
rochers que la mare basse laisse A d6couvert.






A CAYENNE 79
C'est sur 1'un d'eux que je passais la plupart de
ces belles soirdes, regardant alternativement la
mer qui s'6tendait immense devant moi, et la
grande cite au-dessus de ma tAte, oi les dtoiles
s'allumaient une a une... La brise, qui soufflait
sans cesse a mes oreilles, me jetait bientot dans
une sorte d'ivresse, et je restais lb de longnes
heures, songeant aux amis, aux parents laissds en
lointain pays, ou perdu, comme un funeur d'o-
pium, dans des pensers vagues.
Les exigences du metier de soldat s'opposaient
souvent a mes contemplations; car, une semaine
sur deux, il fallait garder I'uniforme, sous lequel
on est mal a l'aise pour rAver, et assister a l'appel
de huit heures.
Un soir que je me rendais ainsi a la caserne si-
tuWe a I'extrdmith de la ville, il m'arriva une aven-
ture que je veux narrer ici, parce qu'elle en vaut
la peine, et qu'elle jettera, d'ailleurs, sur mon r-
cit quelque couleur locale.
C'Utait vers sept heures et demie, il faisait ddjh
nuit noire. J'dtais avec mon camarade Ligier, le
falls du c4lbre tragedien. Comme nous arrivions
a I'angle de la prison de la ville, nous entendimes
un bruit strange partant d'une sorte de measure
abandonnde, qui ne servait plus que de pigeoil-





80 UN DEPORTED
nier.... Ladite measure avait Wt desert e par ses
paisibles h6tes. On les voyait, comes des teaches
noires, tourbillonnant en I'air avec des battements
d'ailes qui dinotaient une veritable 6pouvante.
Le factionnaire du poste avait crois6 la baion-
nette, et se tenait pret a se d6fendre centre un
ennemi invisible. Ligier lui prit sa carabine.
Nous nous mimes a faire une reconnaissance en
regle autour du pigeonnier... Tout a coup, nous
apercevons, nous regardant dans l'ombre, deux
yeux 6normes, phosphorescents comme ceux d'un
chat. Ligier 6paule rapidement et fait feu. Au
bruit de la detonation, rdpit&e par les 6chos des
rues desertes, tous les chiens du voisinage se mi-
rent a hurler a l'unisson.
Malgr6 ce tumulte, nous entendions dans la ma-
sure un bruit saccad6, comme celui que produirait
la chute d'un animal puissant, bondissant contre
les murs et retombant sur le sol. Quelques grogne-
ments sourds suivirent; puis un profound silence.
Le poste dtait accouru au coup de feu. On entra
dans le pigeonnier, la baionnette en avant, comme
a 1'assaut d'une redoute. Le tambour de garde
nous dclairait, sa lanterne de ronde A la main.
Sur le sol gisaient nombre de pigeons dechirds,
et dans un coin, nageant dans une mare de sang,







A CAYENNE 81
un tigre 6norme, don't les flancs battaient encore.
La balle de Ligier, .logde dans I'ceil droit, lui
avait traverse la tete. I
Deux jours apres cette venture, qui causa quel-
qu'6moi dans la ville, une bande de cochons mar-
rons (sauvages) traversa Cayenne dans sa plus
grande longueur.
Malheureusement, c'6tait I'heure de la sieste, et
1'ennemi ne laissa sur le carreau ni morts ni pri-
sonniers.
Outre ces libres habitants des bois, qui rendent
rarement visit aux citadins, il y a & Cayenne,
dans beaucoup de maisons, comme h6tes fami-
liers, des singes et des perroquets de toute espbce;


1. Sans vouloir diminuer en rien le mdrite duo dm de eo
petit drame, nous croyons devoir prevenir le leeteur que le tigre
de I'Amrique Mdridionale (le jaguar) n'a ni Ia force, ni la fd-
rocitd du Tigre Royal, originaire du Bengale. C'est mme an
animal presque inoffensif, et qui n'a jamais 4ti accuad, que je
sache, d'bomicide volontaire. Mais on prdsume qu'il connalt les
droits de la l8gitime defense, et en userait a l'occasion.
D'anciens anteurs racontent pourtant que, lorsque les Euro-
peens ddbarqubrent dans I'lle de Cayenne, les tires y dtaient
si nombrenx, et si audacienx que leurs exploits furent sur le
point de fire abandonner la colonies naissante... Ce sont I de
vieilles histoires, anxquelles il fant accorder une rdance trds-
limitLe.
11 y a pr6s de Cayenne une colline qu'on appelle encore
neanmoins la monWlagt-Tigre.






82 UN D9POITE
dans les basses-cours, des ocecos, sorte de dinde
sauvage d'un noir de jais, avec une aigrette frisde
sur la tete et un bec d'un jaune dclatant; des ma-
rayes, joli faisan, qu'on apprivoise trAs-facilement;
des agamis, grosse pintade d'un gris-cendr6 char-
mant, qu'on pretend 6tre le chien de garde de la
basse-cour.
Le soir, I'agami se place, dit-on, a la porte du
poulailler, droit el roide comme un caporal prus-
sien, et fait defiler sous son ceil la gent emplumde.
Malheur au retardataire qui s'est laisse entrainer
par 1'appAt de quelque fumier frais remue ou de
quelque amour facile, le bec de l'agami I'a vite
ramend au logis, si bien houspill qu'il ne recom-
mencera de longtemps... Je n'ai jamais assisted a
ce spectacle; mais j'ai vu des agamis accourir au
devant de leur maitre, le suivre comme un chien,
se frotter centre sa hotte, avec des ronrons pleins
de tendresse.
Des ibis, ou flamants roses, des aigrettes blan-
ches, des oiseaux-mouches, des colibris de toutes
couleurs violent dans les rues et les jardins, sous
le feuillage des arbres toujours verts,
Au milieu de tous ces oiseaux au plumage dcla-
tant, se montrent avec cynisme d'enormes et hi-
deux corbeaux qui, avec leur col deplumd, res-






A CAYENNE 83
semblent & de petits vautours. Moins gracieux,
mais plus utiles que les jolis Atres don't nous ve-
nons de parler, ils contribuent A la salubrit, de la
ville, en debarrassant la voie publique de toutes
les immondices qu'on y jette. Aussi, par des mo-
tifs differents, sont-ils aussi respects ici que les
cigognes en Agypte. Leur familiarity en est mdme'
devenue telle, qu'ils tiennent le haut du pave, et se
jettent sans facon entire les jambes des passants.
Dans la saison des grandes pluies, d&s que luit un
rayon de soleil, on les voit tous, perches sur le
sommet des toits, les ailes 4tendues, comme sur
ros plaques d'assurances on repr6sente le Phbnix,
et dans une immobility si complete, que je pris de
loin le premier que j'apereus pour une girouette
rouillde.
Tous ces hotes Atranges donnent a la ville une
physionomie qui, je vous assure, ne manque pas
d'originalit6.


VIII


Quelque temps avant mon arrive & Cayenne, il
s'y 6tait form, sous la pr6sidence honoraire du






84 UN DEPORTE
Gouverneur, un Cercle qui, sans doute, n'existe
plus aujourd'hui. Tout est dphemBre sous ces cli-
mats. Quand les pluies recommencerent vers la
fin d'avril, la plupart des employs et quelques
habitants de la Colonie s'y rdunissaient le soir.
Tous les mois, les nouvelles rescues d'Europe d&-
frayaient les conversations. Dans l'intervalle, on
causait des rares 6vinements qui surgissaient de
temps A autre sur la surface unie de la vie colo-
niale : departs pour les pinitenciers, retours au
chef-lieu, evasions de condamnns, etc. La question
h I'ordre du jour en ce moment dtait l'essai de co-
lonisation en terre ferme qui se faisait dans la
Comt.
A juger par ce qu'on en disait, le choix du pays
n'6tait pas prdcisdment heureux. Chacun redoutait
d'y 6tre envoy::on citait des hommes qui en 6taient
revenues, au bout de quelques jours, piles etamai-
gris, comme gens relevant d'une grave maladie.
Le capitaine K... qui commandait I'6tablisse-
ment, et le lieutenant Z... venaient d'etre rap-
port6s, tous deux fort maltrait6s, a I'h6pital de
Cayenne.
.I y avait quelques jours que ces officers etaient
revenues de la Comte, quand je fus mand4, un ma-
tin, A I'h6tel du Gouvernement. J'y trouvait le ca-






A CAYENNE 85
pitaine B..., qui commandait le pinitencier de
l'lleta-Mr e.
Le gouverneur nous dit qu'il avait besoin de
deux officers pour diriger l'6tablissement naissant
de la Comt6, que le capitaine B... lui etait dejk
connu, et que le Colonel m'avait d6sign6 a lui
pour cette mission splciale.
Je pourrais, ajouta l'Amiral, vous donner un
ordre de'service, mais comme je veux avant tout
des homes, et surtout des chefs, de bonne vo-
lonth, j'ai prfd6rd vous demander d'abord s'il vous
convenait d'accepter ce poste, comme il me con-
vient de vous le confier.
I1 Btait difficile de r6pondre n6gativement a une
question posse en ces terms. Les bruits sinistres
qui circulaient nous auraient mis, d'ailleurs, dans
I'impossibilit6 de refuser. Nous acceptAmes.
L'Utablissement est sans officers militaires,
nous dit I'amiral. L'Oyapock, qui I'approvisionne,
n'y doit retourner que dans quelques jours... J'y
expddie, aujourd'hui meme, une chaloupe avec
des vivres, des outils et des travailleurs. Pouvez-
vous partir ce soir?
Nous rdpondimes que le dMlai 6tait court; mais
que nous serions pr6ts, puisqu'il y avait urgence.






86 UN DEPORTED
Le Gouverneur nous donna quelques instructions,
et nous primes conger de lui.
La malle d'un soldat est bientdt faite... Nous
efmes encore le temps d'aller serrer la main aux
quelques amis que nous avions A Cayenne. Les
miens me firent tous, je me le rappelle, des adieux
aussi tristes que si je venais d'etre condamn6 a
mort.
Le soir, vers six heures, nous trouv&mes au quai
une sorte de grande chaloupe, monte pardix n6-
gres. C'etait la barque qui devait nous conduire a
notre nouvelle destination.
Je n'avais aucune idWe des lieux que nous allions
traverser, n'ayant jusque-li fait aucune excursion
dans l'interieur du pays. Je n'dtais done pas fAch6
de naviguer en pirogue. Si nous nous dtions embar-
quds sur I' Oyapock, notre voyage aurait Atd plus con-
fortable, sans doute, mais bien moins pittoresque.
Au moment du depart, plusieurs naturels de
l'endroit viennent nous demander un passage, que
nous leur accordons en bons .princes. Le grand
cannot est bient6t un pele-mble de negres, d'Indiens,
,de chiens et de provisions de toutes sortes.
Nous mettons a la voile et nous traversons toute
la rade de Cayenne.
Apr6s quelques heures de navigation, nous ar-






A CAYENNE 87
rivons a l'embouchure d'un grand course d'eau.
- Voila la riviere des Cascades, nous dit le patron
noir de la pirogue.
On appelle ainsi cette riviere A cause des bar-
rages naturels qu'on y rencontre. Nous la laissons
A droite. Les nigres de l',quipage amenent la voile
et s'arment de leurspagayes.
C'est une sorte de rame, qui resemble, sauf la
plus grande longueur du manche, aux battoirs de
nos blanchisseuses. Les pagayeurs, places la face
.tournQe vers I'avant, i l'inverse des rameurs qui
se servent de I'aviron, la tiennent d'aplomb, une
main place sur le sommet du manche, I'autre
serrde pres de la pelle, pour en chasser l'eau le
long des flancs de I'embarcation.
Avec le puissant levier de nos avirons on obtien-
drait, pour un parcours de peu d'etendue et dans
une eau dormant, une vitesse bien plus grande
qu'avec ]a pagaye. Mais quand il s'agit de naviguer
des journdes entibres dans des rivieres rapides et
sinueuses, il est indispensable de se tenir A I'abri
du courant, en rasant la rive que protege sa con-
vexite. La primitive pagaye est alors le soul instru-
ment don't on puisse faire usage. Les officers, qui
ont fait I'hydrographie de certaines rivieres de la
Guyane l'ont toujours substitute i I'aviron, meme


.4






88 UN DVPORTE
quand leur equipage 6tait compose de matelots
blancs.
-Nous entrons dans la riviere du Tour-de-l'lle,
nous dit en ce moment le patron dans son jargon
negre.
Tu appelles ca une riviere, vieux farceur,
lui dit le capitaine B...
Ah I pas m6 (ce n'est pas moi), rdpond-il en
riant.
Le patron a raison de decliner toute responsa-
bilite dans cette appellation. Cette pretendue ri-
viAre n'est, en effet, qu'une sorte de canal natural,
etroit et encaiss6 entire deux epais rideaux depal-
tuviers. Le seul courant qui s'y fasse sentir est d~i
au flux et au reflux des mares.
C'est un des lieux les plus tristes et les plus f&-
tides que j'aie vus de ma vie. L'air ne s'y renou-
velle jamais. L'eau n'y est qu'une sorte de boue
liquid. Les terres environnantes sont formies de
banes de vase, sur lesquels on peut, a maree basse,
suivre la trace des hideux caimans, qui, vivant de
pr6f6rence dans l'eau saumatre, sont trEs-nom-
breux dans cet immense fossil.
- Bient6t, nous apercevons un assez grand nom-
bre de ces amphibies. Us ne paraissaient avoir
guere plus de six a sept pieds de long. Je saivais






A CAYENNE 89
cependant qu'il y en a h la Guyane qui atteignent
jusqu'a trois et quatre metres. J'avais eu occasion
de voir chez un de mes camarades, qui 1'avait tue
a la Montagne-dargent d'un coup de carabine, un
de ces animaux empaill. II avait dix pieds et demi
de I'extrimite du museau au bout de la queue.
Sa gueule ouverte 6tait chose effrayante a voir.
C'est a I'embouchure des riviEres don't les lits
sont vaseux et oh le poisson abonde que se tien-
nent de preference les caimains. Les aigrettes, les
plongeurs, les grands-blancs, tous les gibiers en un
mot qui vivent de fritin, recherchent les memes
lieux. La oh l'on voit ces oiseaux en grand nom-
bre, on peut pr6sumer qu'il y a aussi beaucoup
de caimans. A la Guyane, ces amphibies son tr-s-
nombreux et atteignent leurs plus grandes dimen-
sions, sur les bords de l'Ouassa, affluent du Oyapock.
11 y a 1l, m'a-t-on dit, une langue de terre, oh
quelques families de pecheurs indiens ont Ilu domi-
cile. Leurs cases sont construites sur quatrefourcas;
c'est-a-dire quatre pieux plants en terre, de facon
a isoler completement I'Atage oh demeurent les
hommes et oh l'on renferme la merchandise.
Le soir, quand on prepare la plche de la jour-
nde, un chapelet de thtes de caimans se forme
peu a peu autour du rivage.






90 UN DEPOltlE
Dbs que le soleil disparait de l'horizon, les
hommes se hitent de monter dans leurs huttes
adriennes, et la terre appartient aux caimans.
On les voit sortir du fleuve et ramper sur le sa-
ble. Ils viennent divorer les entrailles de poisson
que les pkcheurs leur abandonnent. Ceux-ci, de
l'dtage superieur, entendent claquer, a quelques
pieds sous eux, les mAchoires des monstres, et le
carbet tremble parfois sous les chocs qu'ils im-
priment, dans leurs 6bats, A I'echafaudage qui le
soutient.
II faisait, le soir de notre depart de Cayenne, un
de ces clairs de lune des Tropiques, qui permettent
de voir comme en plein jour. Nous pimes, le ca-
pitaine B... et nioi, nous amuser A tirer A ball
quelques caimans qui dormaient sur la vase. ls
ont la peau fort dure, et, pour les tuer sur le coup,
il faut les viser au defaut de l'epaule. Quand notre
balle avait bien frappe, ils culbutaient sur le dos,
et l'on voyait briller, au clair de lune, leurs ventures
d'un blanc d'argent.
Cette chasse peu productive, (car nous ne ramas-
sions pas le gibier), nous ennuya bientMt, et nous
nous retirAmes sous le pomacari sort de tente

i. Mot d'dtymologie indienne. On en rencontre sonvent dans
la langue usuelle de la Guyane.






A CAYENNE 91
en paille tresse, qui forme comme un petit tunnel
a l'arriere de tous les canots de voyage.
Une fois lA, il s'agissait de dormir. Ce n'etait pas
chose facile. Les negres ont I'habitude de chanter
en pagayant, surtout pendant la nuit, et quand ils
conduisent quelque personnage qu'ils croient de
distinction, ils s'imaginent lui faire beaucoup
d'honneur, en le regalant de tout leur repertoire.
Pour le plus grand supplice des auditeurs, ce
repertoire, helas! est varig i l'infini. Un des chan-
teurs fait le solo, et improvise, paroles et musique,
tout ce qui passe dans sa tAte cr6pue. Les autres
reprennent en choeur sur un refrain convenu d'a-
vance. Ils chantent, tantOt sur un ton grave et
monotone, tantOt en fausset, de toute la force de
leurs poumons.
La measure est plus ou moins vive, et les pagayes
frappent toujours en cadence.
. Ce sont de temps A autre des paroxysmes d'en-
thousiasme. Tous & la fois font alors sauter leurs
pagayes, les reprennent en l'air, et les plongent
dans l'eau, en poussant un cri guttural, accom-
pagn6 d'un effort violent, qui fait bondir I'em-
barcation.
On ne saurait croire a quelle distance ces chants
sauvages vous signalent la presence d'une pirogue,






92 UN DFPORTE
quand on navigue sur les rivieres de la Guyane,
et quelle Emotion produit la voix humaine enten-
due dans ces vastes solitudes I
Pen habitue a cette harmonies d'un genre tout
nouveau pour moi, j'en avais les oreilles singu-
liirement agaces. Mais comment imposer silence
a ces braves gens, sans leur faire de la peine? C'eit
At6, d'ailleurs, de l'ingratitude; car nous voyant
pour la premiere fois, ils chantaient nos louanges
sur tous les tons, nous attribuant toutes les vertus
imaginables.
Une autre cause d'insomnie 6tait I'odeur, 6pou-
vantable pour nos narines europeennes, que rd-
pandaient, sous le pomacari, le poisson boucane,
les Indiens et leurs chiens,
LA, ne se bornaient pas nos miseres. A peine
dtions-nous entrds dans la Tour-de-'lIle que des
nuEes de moustiques s'6taient abattues sur nous.
Ils nous piquaient au visage; ils nous piquaient
aux mains. Nos vetements meme nous protegeaient
imparfaitement centre eux. A l'endroit oil pin6-
trait leur petite trompe, la peau se gonflait im-
mediatement et I'on 6prouvait une demangeaison
insupportable.
A la Guyane, il n'y a pas de moustiques dans
les terres hautes. sauf au bord des mar&ages;






A CAYENNE 93
mais les terres basses en sont infesties. Dans
certaines parties du pays, leur presence est un
veritable fleau. On est force de prendre ses re-
pas sous une moustiquaire, vaste rideau de gaze,
qui envelope la table et les convives. Au cou-
cher du soleil, les moustiques arrivent par
escadrons, obscurcissant l'air, don't ils sont les
. v6ritables maitres. C'est ce qu'on appelle le
moment de la volge. Les vWtements les plus epais
ne vous mettent pas a 1'abri de leurs piqires. Il y
en a, les macs, qui ont la petite lance, qu'ils vous
enfoncent dans la chair, d'une telle longueur,
qu'ils vous atteignent A travers le tissu du hamac
dans lequel vous reposez.
Mgme sous la moustiquaire, on ne s'endort ja-
mais avant de s'6tre assure qu'il ne s'est pas glisse
d'ennemi dans la place. Pour cela, on se met de-
bout sur le lit, et I'on agite son mouchoir dans
tous les sens, comme si I'on disait adieu t. des
amis invisibles, places aux quatre points cardi-
naux. La premiere fois que je vis un camarade
de chambre se livrer a cet exercise, je le pris pour
un fou, et me tins, jusqu'i plus ample informS, sur
la defensive... Apr&s un quart d'heure de cette
gymnastique, on est dans un tel 6tat de moiteur et
d'agitation qu'on n'en dormira probablement pas







94 UN DnPORTE
le rest de la nuit. Mais on a, du moins, quelque
chance d'8tre a peu pros ddbarrassd des mous-
tiques.
Je ne connais rien de plus agagant que la petite
fanfare effront6e don't ces infimes vampires font
pricider leurs assauts. Leur chant de guerre, joint
a celui de nos pagayeurs, format, cette nuit-Ia, un
concert, auquelje ne voudrais pas condamner mon
plus mortel enneini.
Tout n'est pas rose, on le voit, dans le mitier de
voyageur. Et depuis j'ai osd me trouver mal A
I'aise dans un wagon de premiere classes, mol-
lement capitonnd, sans moustiquestoujours, sans
odeur... quelquefois, et parcourant dix lieues a
l'heure! DMcidement, on l'a dit, I'homme n'est pas
parfait
Cependant nos passagers, noirs et Indiens, 6ten-
dus au fond du cannot, semblaient dormir profon.
dement. Ils sont sans doute habitues A ces misBres.
On pretend, de plus, que les moustiques se sou-
cient peu de s'attaquer a leur peau 6paisse et
de se repaitre de leur sang appauvri.
La fatigue aidant, le capitaine B... et moi, nous
finimes, pourtant, par nous assoupir aussi.
Quand je me rkveillai quelques heures plus tard,
le petit jour commencait ? poindre. Notre cannot






A CAYENNE 95
immobile itait & demi 6chou6 sur la vase. L'6qui-
page noir dormait profond6ment.
Nous secouanes un pen ces paresseux, et quel-
ques instants apres, nous sortions enfin de I'af-
freux cloaque oi nous avions passe la nuit.



IX



En quittant le Tour-de-l'Ile, on entire dans une
large riviere, I'Oyac, qui, formte quelques lieues
plus haut des eaux de I'Orapu et de la Comte, ali-
mente le Tour-de-'Ile, et le Mahuri, que nous lais-
sAmes A notre gauche.
Les ilets de R mire, que nous avons aperous, on
se le rappelle, en longeant sur la Cires, les c6tes
de la Guyane, se trouvent A peu prAs vis-a-vis
I'embouchure de cette derniere rivibre.
Les nombreux rochers don't est parsemi le lit
du Mahuri en rendent la navigation dangereuse.
Aussi, quand plus tard I'llet-la-Mre envoyait ses
homes valides aux 6tablissements de la Comte,
et ceux-ci, leurs malades A l'llet-la-Mlre, IOyapok,
qui faisait ces voyages, tenait la mer jusqu'A






6 UIVN DIEPIuTE
Cayenne, et suivait ensuite la route que venait de
faire notre pirogue, au lieu de gagner directement
I'Oyac et la Comtd, en passant par le Mahuri. La
navigation de cette rivibre, quoique difficile, n'est
pourtant pas completement impossible.
On raconte que lors de je ne sais quelle guerre,
un brick francais, poursuivi par un vaisseau an-
glais, se jeta dans le Mahuri, prdferant s'y perdre
que de se rendre a l'ennemi. L'Anglais ne put I'y
suivre, a cause de son fort tirant d'eau.
Profitant des mares et remorquant son navire
a I'aide de ses embarcations, le commandant fran-
cais remonta le Mahuri, traversa le Tour-de-l'Ile et
arriva enfin A Cayenne, apres une longue et p&
nible navigation. La ville le recut avec acclama-
tion. II s'y ravitailla et put reprendre la mer, aban-
donni par son ennemi, qui le croyait ensabl6 pour
jamais au milieu des forts de la Guyane.
J'ai entendu demander quelquefois, depuis mon
retour en France, si Cayenne dtait une ile.
Plusieurs vieux livres portent, en effet, pour
titre : i Voyage en lsle de Cayenne. D
Cayenne est la iville, la capital de la Guyane
Frangaise. L'ile a laquelle elle a donned son nom
n'est pas entour e par la mer de tous cotes; mais
la grande rade ou Riviere de Cayenne, le Mahuri et







A CAYENNE 97
le Tour-de-l'Ile, qui les unit,-separent rdellement
cette terre du grand continent mdridional. -
Les premiers voyageurs qui fonderent la ville,
voyant qu'il fallait toujours traverser 'eau pour
aller an Sud, appelerent ce grand delta Isle de
Cayenne.
G'est la connaissance de cette disposition hydro-
graphique des cotes de la Guyane, jointe A une r&-
solution dnergique, qui sauva l'intrepide comman-
dant francais et son navire.
Que ce renseignement soit jamais d'une pareille
utility a quelqu'un de ceux qui liront ces lines,
et je ne regretterai pas le temps que j'ai mis a les
6crire I.

1. Je ne me port pas grant pourtant de I'histoire de ce
brick, quoiqu'elle soit ddvenue Idgendaire a la Gnyane. Mais
voici quelques lignes tires de l'excellent travail que M. Car-
pentier, le commandant de I'Oyapock, a public dans la Rmee
Colonial, en dicembre 1856, sons le titre de Voyages et
Exploration dans leu rivibres de la Guyane. Elles front voir
quo si I'histoire que j'ai contde n'est pas vraie, elle est, du moins,
vraisemblable :
II me rest i parler, dit le commandant Carpenti*, d'an
course d'eau que j'ai indiqud parmi cenu rencontrant ia rivire
de Cayenne, le Tour-doe-lle. Co n'est a proprement parler
qu'nn canal reliant les deux rividres de Mahuri et de Cayenne.
(Enre de ta ration, abandonne a loi-m6me, d'une naviga-
tion difficile, par les arbres qui, sur plusieurs points, viennent
former vote an-dessus, ce canal est copendant d'une impor-
tance qui, touted grande qu'elle est dedj, ne peat que croltre







8 tUN DEPORTt
L'Oyac, que remontait notre pirogue, est une
belle riviere, qui a bien cent metres de larger
moyenne, c'est-a-dire trois ou quatre fois celle du
Tour-de-llle.
Les eaux en sont vives et limpides. La rapiditW
du courant, ombree des arbres skculaires qui cou-
vrent les rives, la brise qui circle constamment
dans cette grande arttre, y entretiennent, presque
constamment, une fraicheur qui semble ddlicieuse,
quand on sort de la fosse immonde oi nous avions
pass la nuit.
Mais mdfiez-vous de ces brusques changements
de temperature. C'est li le principe'de la plupart


encore avec la prospdritd de la Colonie. Dija, en janvier 1855,
lorsque les passes de la rade de Cayenne furent encombrees par
les bans de vase, que les relations da chef-lie avec les autres
points de la Golonie furent interrompnes, un pilot, Odot, au-
quel j'avais fait connaitre cette riviere et celle de Cayenue, y
pass an grand batiment a vapear. le Bisso, command par
M. le lieutenant de vaisseau Castagno, pendant que je faisais
franchir le Mahuri a une goelette de l'Rtat, que j'avais fait pas-
ser la veille par ce mme canal. Je pris ensuite e Bisn i sa
sortie du Tour de 'Ile, et le guidai i travers les nombreuses
roches du lahuri. Aucnn pilot dot pays ne connaissant celle
dernibre riviere, si la rade de Cayenne avait continue a etre
obstrude, je devais faire passer par ces deux voices les autres
vapears, de la station et les bltiments du commerce. Ces faits
d6montrent saffisamment, je crois, combien le Toar de i'le
mdrite d'intdrkt. v






A CAYENNE 99
des maladies qui rendent si meurtrier le climate de
ces pays.
En remontant I'Oyac et apr&s n'avoir vu quelque
temps que la fort qui s'dtend de tous c6t&s, on
decouvre tout A coup, A sa gauche, sur un plateau
Olev6, un joli clocher, don't la flkhe pointue nous
rappelle, non sans motion, cells de quelques-
unes de nos dglises de village.
Cinq ou six petites maisons en bois, parmi les-
quelles le presbytre, la gendarmerie et le loge-
ment du Commandant-de-quarlier, sont groupies
autour de ce clocher. C'est 1A ce que j'ai vu d6si-
gner, dans certaines geographies, sous le nom de
Roura, ville principal de la Guyane t
Cette ville compete bien cinquante habitants, en
y comprenant les quatre gendarmes, leur briga-
dier, le cur6 et le commandant du quartier... Une
quarantine de negres et quelques volailles mai-
gres forment le rest de la population.
Le cure nous offrit un banquet, auquel ii convia
le prdfet et le receveur general en la personnel de
M. T..., commandant du quarter; le gdndral de
division et le procureur general, repr6sentss tons
deux par monsieur le brigadier de la gendar-
merie.
11 ne fat pas port de toast, ni prononce de dis-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs