• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Foreword
 Introduction
 L'immigration reglementee a la...
 L'immigration reglementee a la...
 L'immigration reglementee a la...
 Consequences economiques et sociales...
 Conclusion
 Annexes
 Bibliography
 Table of Contents














Group Title: L'immigration reglemente aux Antilles francaises et a la Reunion.
Title: L'immigration réglementé aux Antilles françaises et à la Réunion
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074033/00001
 Material Information
Title: L' immigration réglementé aux Antilles françaises et à la Réunion
Physical Description: 3 p. 3-154 p. : ; 26cm.
Language: French
Creator: Guiral, Paul
Publisher: Jouve & cia
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1911
 Subjects
Subject: Emigration and immigration -- West Indies, French   ( lcsh )
Emigration and immigration -- Réunion   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Thesis: Thèse-Univ. de Paris.
Bibliography: "Bibliographie": p. 151-152.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074033
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000125410
oclc - 24184130
notis - AAP1381

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Title Page
        Title Page 1
        Page 1
        Page 2
    Foreword
        Page 3
        Page 4
    Introduction
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    L'immigration reglementee a la reunion
        Page 17
        Historique du recrutement des immigrants
            Page 17
            Page 18
            Page 19
            Page 20
        Le recrutement proprement dit
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
        Le contrat d'engagement passe au pays d'enrolement
            Page 26
            Page 27
            Page 28
            Page 29
            Page 30
        L'embarquement et le transport des engages
            Page 31
            Page 32
        Arrive et debarquement des imigrants
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
        Repartition et immatriculation des engages valides
            Page 37
            Page 38
            Page 39
            Page 40
            Page 41
        La protection des travailleurs immigres
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
            Page 51
            Page 52
            Page 53
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
        Les conditions de sejour et de travail des immigrants
            Page 61
            Page 62
            Page 63
            Page 64
            Page 65
            Page 66
            Page 67
            Page 68
            Page 69
            Page 70
            Page 71
            Page 72
            Page 73
        Le reengagement des immigrants
            Page 74
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
        Le rapatriement gratuit des immigrants
            Page 79
            Page 80
            Page 81
            Page 82
            Page 83
            Page 84
    L'immigration reglementee a la Guadeloupe
        Page 85
        Historique du recrutement des immigrants
            Page 85
            Page 86
        Le recrutement proprement dit - le contrat d'engagement - l'embarquement et le transport des engages
            Page 87
        Arrivee du navire portant les immigrants - le debarquement
            Page 88
            Page 89
            Page 90
        Repartition et immatriculation des engages valides
            Page 91
            Page 92
            Page 93
            Page 94
        Protection des immigrants
            Page 95
            Page 96
        Les conditions de sejour et de travail des immigrants
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
        Le reengagement des immigrants
            Page 101
        Le rapatriement gratuit des immigrants
            Page 102
            Page 103
            Page 104
    L'immigration reglementee a la Martinique
        Page 105
        Historique du recrutement des immigrants
            Page 105
            Page 106
        Arrivee du navire portant les immigrants - le debarquement
            Page 107
            Page 108
        Repartition et immatriculation des immigrants valides
            Page 109
        Protection des immigrants
            Page 110
            Page 111
            Page 112
            Page 113
        Le sejour et le travail des imigrants
            Page 114
            Page 115
        Le reengagement des immigrants
            Page 116
            Page 117
        Le rapatriement
            Page 118
            Page 119
            Page 120
    Consequences economiques et sociales de l'immigration reglementee aux Antilles et a la reunion
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Differentes races d'immigrants employees dans les vieilles colonies Francaises
            Page 141
            Page 142
    Conclusion
        Page 143
        Page 144
        Page 145
    Annexes
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
    Bibliography
        Page 151
        Page 152
    Table of Contents
        Page 153
        Page 154
Full Text











THESE
POUR
LE DOCTORATE






























La Faculty n'entend donner aucune approbation ni
im;rob.nli on aux opinions dmises dans les thbses: ces opi-
nions doivent dire considrdres comme propres d leurs
auteurs.








FACULTY DE DROIT DE L'UNIVERSITE DE PARIS




L'IMMIGRATION

r6glementle aux Antilles Frangaises et a la Reunion



THESE
POUR LE DOCTORATE POLITIQUE ET ECONOMIQUE

Prdsentee et soutenae le mardi 2a Fevrier Iglx, ta 3 h.
PAR
Paul GUIRAL



President : M. PERREAU, professeur
Sfragants MM. LESEUR, professeur
PILLET, professeur







PARIS
JOUVE & Ci", tDITEURS
I5, aSm acnU x5
1911

























0 -~


~ ~




























A MON PARE


A MA MARE


En tdmoignage deprofonde recon.
naissance.


Guiral

















AVANT-PROPOS


Quand I'id6e nous est venue d'examiner la ques-
tion de la main-d'mouvre exotique dans les colonies
frangaises de plantation, nous aurions voulu faire de
ce sujet une etude plus complete et marquer toutes
les consequences, 6conomiques et sociales, del'enga-
gement r6glement6. Mais, ainsi compris, le travail
6tait trop vaste; il aurait n6cessit6 de trop longues
et trop minutieuses enquetes.
Aussi, nous sommes-nous born & examiner le c6te
administratif de la question. A ce point de vue,
nous avons tent6 de rassembler les faits, d'exposer,
dans leur ordre chronologique, les documents en
rapport avec la matiere. Nous aurions aim6 dire autre
chose que notre antipathie pour les pratiques aux-
quelles a donn6 lieu l'immigration. Si nous en avions
eu les moyens, nous aurions fait, non pas le voyage
des Antilles, oa l'immigration r6glement6e n'est plus
qu'un souvenir, mais de la Reunion of elle fonctionne
encore. II a allu nous contenter des textes de dkcrets











-4-
ou d'arreths 6pars depuis 184o, dans les bulletins de
nos vieilles colonies.
Nous avons passe en revue tous les recueils d'actes
officials que nous avons pu nous procurer et nous
avons volontairement n6glig6 d'indiquer certain
details qui nous paraissaient trop peu important ou
trop d6pourvus d'int6ret.
On nous reprochera peut-etre de n'avoir pas cher-
ch6 dans les traits de legislation colonial de
savantes considerations.
Mais ces ouvrages n'indiquent que d'une maniere
g6nerale et pour toutes nos colonies,le m6canisme de
l'immigration r6glement6e. D'autre part, en matiere
colonial, nous avons peur des opinions toutes faites.
Nous esp6rons qu'on ne nous gardera pas rigueur
d'avoir limit notre etude et d'avoir recherche des
faits plutat que des commentaires.












L'IMMIGRATION

reglement6e aux Antilles Frangaises et a la R6union






INTRODUCTION

1 Si la liberty a on prix pour
celui qui l'ach6te, elle est
sans prix pour celui qui la
vend. a
a II n'y a peut-etre pas de cli-
mat sur la terre oi I'on ne
put engage au travail des
homes libres. (Montes-
quieu,Esprit des lois, 1. XV,
ch. Iet VII.)




Nulle part, en Europe, les travailleurs ne font
defaut. Les individus ont des besoins nombreux
qu'ils ne peuvent satisfaire que par le travail; il est
ais6, dans ces conditions, de trouver des ouvriers.
La situation n'est pas la meme aux colonies oi
la population est en g6n6ral clairsembe. Dans cer-
taines regions, la nature est non seulement prodigue
de moyens d'acquisition, mais meme de moyens de
jouissance qui fournissent a l'homme tous les 616-
ments d'une vie passive. Les besoins sont moins
grands, a raison de la douceur du climate. Un travail









-6-


intermittent esl suffisant pour subvenir aux n6ces-
sit6s de la vie ; de sorte que l'hahitant de ces con-
trees n'est pas port h l'activit6, A I'effort.
Aussi, les btats colonisateurs se heurtent-ils, aprts
la conquete de nouvelles terres, A de grandes diffi-
cult6s pour la mise en rapport: I'apathie Ides indi-
genes et l'impossibilit6 of sont les EuropBens de tra-
vailler de leurs mains dans les pays chauds.
Nous savous comment, dans les colonies francaises
d'autrefois, on a r6solu la question de la main-
d'oeuvre. On aurait du utiliserles autochtones,essayer
de vaincre leur indifference ; et, pour cela, il aurait
fallu les manager.
Bien au contraire, ils furent massacres on forces
de s'enfuir. Ceux qui avaient W6t 6pargn6s refus6rent
de travailler pour les nouveaux mattres; attitude
bien naturelle, car il n'est pas de pays of l'on
accueille volontiers I'envahisseur.
Cependant, comme onavait besoin d'ouvriers, on
fit venir des esclaves noirs, et, en meme temps, pour
s'attacher plus solidement les indig6nes qui restaient,
on les r6dnisit en servitude. L'esclavage et latraite,
tels furent les moyens employs pour procurer aux
colonies la main-d'oeuvre qui leur 6tait n6cessaire.
Pendant longtemps d'ailleurs, on a cru que les colo-
nies ne pouvaient subsister sans eux (i).
x. A. cWte de 1 eselavage, on trouve poartant I'immigration
libre aax premiiers jours de la colonisation a. L'engage-












Le travail servile pourtant est plus productif.
L'esclave fait just ce qu'il faut pour ne pas Atre
puni. ( L'obligation du travail lui apparait comme
une humiliation qu'il support avec la rage dans le
coeur (1).
L'esclavage, d'autre part, est un facteur d'inertie
et de routine. Le maltre, toujours sfir d'avoir a sa
disposition des ouvriers qui sont sa chose, s'inquiete
peu des progres qui se r6alisent partout od les tra-
vailleurs sontlibres.II n'achte pas de machines pour
alleger ou rendre plus facile la tache de l'esclave.
Au point de vue human, l'esclavage (( constitute
une monstruosit6 social qu'une puissance civilisee
ne pourrait tol6rer sans se d6shonorer (s).

Ce furent les decrets Schoelcher de 1848 qui ren-
dirent la libert6e tous les esclaves employes dans
les colonies frangaises.
DBs ce moment, les planteurs se demanderent
comment ils recruteraient des travailleurs. Ils

ment fut d'abord de trois ans. Un arret du Conseil d'Etat
(28 f6vrier 167o) le rnduisit& dix-huit mois. Les colons talent
forces d'avoir un engage pour ao negres. On obligea les
negociants envoyant des navires en Am6rique a y embarquer
un certain nombre d'immigrants. Mais. a cause des difficulties
du recrutement, on autorisa les armateurs a payer, aux lieu
et place de chaque engage, un some de 6o livres (M. Per-
reau, Cours deldgislation coloniale.
I. A. Girault, Traite de legislation colonial.
2. A. Girault, ibidem.










-8-

s'adresserent d'abord aux esclaves 6mancip6s. Mais
il suffisait a ceux-ci de quelques aliments et de leur
liherte; le travail de la terre, meme volontairement
fait, leur r6pugnait, parce qu'il leur rappelait les
jours trop proches de la servitude (i). Aussi, d6ser-
terent-ils en masse les habitations.
Dans cette impossibility o6 l'on 6tait d'utiliser la
main-d'ceuvre locale, il fut indispensable de s'adres-
ser A l'6tranger. Les d6crets des 13 fevrier et
2 mars 185a r6glementerent l'enr6lement de tra-
vailleurs exotiques lies par un contract d'engagement.
( On ne prononca plus le gros mot d'esclavage,
mais on trouva des combinaisons qui equivalaient i
uie servitude temporaire et constituaient un succ&-
dand de l'esclavage (2). )
Devait-on, cependant, organiser la main-d'oeuvre
aux colonies sur d'autres bases que dans la m6tro-
pole? Que le travailleur soit un blanc on un homme


i. Cette aversion des noirs pour les travaux agricoles a
dur6 longtemps apres 1'6mancipation. On cite, a ce propose,
un fait typique :
Le conseil general de la Martinique ayant decide, dans
une de ses seances, que quelques notions d'agriculture pra-
tique seraient enseign6es aux el0ves dans les ecolespri-
maires, un tolle general de protestations s'6leva aussitOt. Les
parents firent savoir qu'ils envoyaientleurs enfants al'dcole,
pour qu'on leur apprit a lire et a ecrire, et non a manier le
hoyau! (Imbart de la Tour. Dorvault, Regime de lapro-
pried'. Regime de la main-d'ceuvre aux colonies.)
2. A. Girault, op. cit.










-9-
de couleur, il ne semble pas, a priori, qu'il y ait lieu
de r6gler d'une facon sp6ciale ses rapports avec son
patron. On ne comprend pas que la difference des
races puisse suffire A 16gitimer, aux colonies, des
pratiques inacceptables en Europe.
II fallait aider les colons A remplacer les travail-
leurs qu'on venait de leur enlever. Pourquoi, au lieu
de recruter au loin et a grands frais des individus
souvent inaptes aux besognes qu'on leur confiait,
n'a-t-on pas encourage les negres devenus libres a
se remettre aux travaux des champs ?
On aurait dit, par des lois sp6ciales, les prot6ger
efficacement, leur assurer des salaires suffisants. Au
besoin, les colonies pouvaient aider les agriculteurs
A bien payer leurs ouvriers indigenes. Avec un peu
de pers6evrance on aurait ramen6 les negres a l'agri-
culture. Au lieu de cela, on a oblige tout individu
resident aux colonies a se munir d'un livret, ou a
s'engager chez un patron pour une annbe au moins;
on a pris des measures excessive contre les gens
sans travail qui ont et6 considers comme des vaga-
bonds; on a fait venir des Chinois et des Indiens
qui ont lou6 leurs services a desprix d6risoires el on
fait ainsi, a la main-d'oeuvre locale, une concurrence
terrible (i). On trouvait sans doute plus flatteur pour

I. A la Rdunion, avant 'immigration,on payait un labou-
reur 35 francs par mois au minimum, A charge par le patron
de nourrir le travailleur. Depuis l'immigration, le prix des










10 -

I'amour-propre des planteurs, qu'il leur fit permis
d'employer des hommes mis A pen pres en servitude
pendant la dur6e de leur engagement. La transition
6tait moins brusque, et on n'avait pas a redouter, de
la part des immigrants, de s6rieuses exigences.
Si encore l'immigration r6glement6e avait donn6
de bons resultats, on n'aurait pas & regretter l'instau-
ration de m6thodes de travail quelque peu barbares.
Mais il ne paralt pas que la prosp6rit6 des colonies
o immigration a fonctionn6 ait 6te beaucoup
accrue.
Les causes de cet insucc6s sont multiples.
En 1883, Schaelcher 6crivait :

La v6rit6 est que l'institution de immigration est si fon-
cierement mauvaise que depuis vingt ans, quoi qu'on ait
tent6 pour corriger ses defauts, rien n'a pu l'ambliorer.
Pourquoin'est-on parvenu nulle part a corriger ses d6fauts?
C'est qu'elle est un problme insoluble: faire travailler un
homme qui n'y a aucune esp6ce d'avantage. Que demande-
t-on a l'emigrant ? De la force productive comme a la
vapeur; et il n'est pas beaucoup plus int6resse que la vapeur
au succ6s ou a l'insucces de 1'emploi qu'il fait de ses bras ; il
est parfaitement 6gal h cet homme-machine que son labeur
porte fruit ou non. Ce qu'on attend de lui, c'est du travail


engages 6tant de 12 fr. 5o par mois, le salaire courant est
descendu a ce taux (Journal Le Travail, nO du 16 dd-
cembre 1882).










II -

mat6riel; or, ce travailsera impossible a obtenir d6s qu'on
tiendra r6solument a respecter en lui les droits de l'humanit6.
Rien absolument, n'excite l'immigrant a bien remplir sa
tache, puisque, d'un c6te, il ne lui en revient aucun profit,
tandis que, de l'autre, il n'est pas possible de le renvoyer
s'il la remplit mal. Ou il se croiserait les bras disant: a Je ne
veux pas travailler ) et 1'engagiste devrait n6anmoins le
nourrir, le v6tir et le loger, car il ne peut ni le mettre a la
porte, ni le condamner a mourir de faim; on il faut former
les yeux sur les rigneurs qu'exerce un propri6taire irascible
pour vaincre son indifference, sa paresse, voire mome sa
resistance ouverte.
Si l'on ne veutpas qu'il en soit de ce genre d'engag6s comme
du cheval force de trainer le chariot, afin d'eviter la douleur
physique que lui cause le fouet, je d6fie 1'engagiste de tirer
aucun ouvrage de l'immigrant de caractere energique qui
declarera : a Je me refuse a faire quoi que ce soit a votre
service a ().


Au point de vue 6conomique, I'immigration n'a
pas donn6 les r6sultats esper6s. Au point de vue
social, elle ales plus d6plorables effects. Les engages
a empruntbs g6neralement aux couches les plus
basses et les plus viles des peuples don't ils pro-
viennent, ne comptant qu'une femme sur dix


i. V. Schalcher, L'lmmigration aux colonies. ReponFe a
M. Mile Bellier. Paris, 1883.










I') -


hommes, prennent des mceurs du cynisme le plus
abject (i).
Du cot6juridique, la situation des immigrants se
rapproche singulierement de celle des esclaves,puis-
qu'une peine les attend s'ils viennent & quitter leur
travail.
Est-il bien just de consid6rer et de punir,comme
un delit tombant sons le coup de la loi p6nale, cette
rupture du contract de travail? a Une pareille solution
repugnerait profond6ment a la legislation m6tro-
politaine, laquelle, par respect pour la liberty
humaine, a proclam6 que toute obligation de faire
doit se r6soudre en dommages-int6rets. Ad factum,
nemoprecise cogi, potest.
D La plupart des 16gislations coloniales,cependant,
et en particulier la n6tre, ont admis que la rupture
du contract de travail par 1'employ6 constitute un delit
p6nal. En ce sens, on fait valoir des arguments sp6-
cieux; d'une part, l'insuffisance de sanctions civiles
a regardd de l'ouvrier indigene contre la mauvaise
foi duquel une action en dommages-int6rets est une
arme illusoire, ridicule ; d'autre part, une raison de
salut public : pour un planteur, un commergant,
un explorateur, la desertion des engages ou des por-
teurs peut etre la ruine ou meme la mort.


i. Leroy-Beaulieu, De la Colonisation chez les peuples
modernes.










13 -

SA cela, on ajoute que les indigenes ne savent
point faire la distinction du droit civil et du droit
penal et qu'il faut enseigner, par la contrainte, le
travail A des races naturellement indolentes.
) Ces raisons ne semblent pas d6cisives. Laissons
de c6t6 l'hypothese de l'explorateur abandonn6 par
ses compagnonsindigenes qui refusent de le suivre
plus loin. II n'y a pas de gendarmes dans le desert
etce n'est pas la crainte de commettre un ddlit qui
emp6chera jamais unporteur dese sauver en pareil
cas.
) Pour que cette disposition 16gislative ait un
int6ret pratique, il faut songer aux travailleurs
employes A proximity des centres d'influence euro-
p6enne o siegent les autorites locales. Le salut public
exige-t-il bien dans ce cas que l'on mette en prison
celui qui, mecontent du sort qui lui est fait chez son
mattre, ne veut plus y rester? S'il s'en va, n'est-ce
pas qu'il trouve la reality peu conforme aux pro-
messes qui l'ont entrain ? Est-ce bien lui, dans ce
cas, qui m6rite les rigueurs de la loi penale ? N'est-il
pas singulier d'appliquer au travailleur une 16gisla-
tion d'autant plus rigoureuse qu'il est plus faible et
plus ignorant ? II nous semble, au contraire, que la
crainte de se voir abandonne par ses engages peut
etre, pour le maltre dur ouinjuste, un frein n6ces-
saire.
) Tout au plus, y aurait-il lieu de punir, dans les











4 -

grandes entreprises, la desertion en masse descoolies,
la cessation concertee et simultanbe du travail (i). )
Fr6quemment, en Europe, des ouvriers aban-
donnent leur travail. Que peut-on contre eux, s'ils
ne sont pas solvables ?
Pourquoi en serait-il autrement aux colonies?
Assur6ment, dans certaines circonstances, les infrac-
tions aux contracts causent aux colons de s6rieux
prejudices. II semble bien qu'on doive pouvoir
prendre certaines measures sp6ciales a l'egard des
engages d6faillants. Mais ce devrait 6tre dans des cas
tres peu nombreux et strictement d6terminds.
Au demeurant, ce n'est pas seulement contre le
coolie qu'il faudrait se montrer severe, c'est aussi
contre le patron. L'immigrant restera volontiers s'il
n'a h redouter ni brutality, ni contrainte et si on lui
donne l'assurance que ses droits seront respects.
e C'est par la persuasion beaucoup plus que par les
menaces, que l'on peut obtenir du travail utile d'un
coolie. Les homes qui ont, en cette matibre, la plus
grande experience pratique affirment que cela est
toujours possible: il suffit d'un pen de psychologie.
II faut tenir, tout d'abord, scrupuleusement les enga-
gements pris, laisser partir le travailleur et ne pas
essayer de le retenir malgre lui, une fois le temps
expire (2). II faut flatter son amour-propre par

i. A. Girault, Traitd de legislation colonial, op. cit.
a. L'article a du ddcretdu 13 f6vrier I852 assurait a tout











is -
quelques compliments, lorsque le travail est bien fait.
11 faut aussi lui accorder on lui permettre ces dou-
ceurs qui font le charme de I'existence et don't nul
etre human ne peut se passer. II faut surtout donner
au travailleur le d6sir de gagner de l'argent, en eveil-
lant chez lui de nouveaux besoins, en mettant A sa
portee des objets pour lesquels il sera tent6 et qu'il
voudra acheter. On cite des chantiers sur lesquels on
a retenu les travailleurs, en installant i c6t6 un
theatre, un bal, un cirque on un bazar. Au fond des
choses, la psychologie de l'ouvrier jaune ou noir ne
differe pas de celle du travailleur blanc. C'est toujours
une ame humane sur laquelle il s'agit d'exercer une
influence (I). *


Nous constaterons, au course de notre 6tude, que
des modifications nombreuses ont Wt6 apport6es au
regime de immigration et que sa r6glementation a
meme 6t6 supprim6e a la Martinique par un arret6
du i7 janvier i885. Ala Guadeloupe, depuis 1890, il
n'a Wtm introduit qu'un petit nombre d'immigrants.

immigrant parvenu an terme de son engagement, le droit an
rapatriement gratuit. Mais il est arrive, a la Martinique, que
des engages ont dd attendre cinq ans avant d'etre ramen6s
dans leur pays. Ils 6taient forces, dans ces conditions, de
contractor malgre eux un nouvel engagement, pour 6viter
d'etre traits comme vagabonds.
i. A. Girault, op. cit.












Nous souhaitons que de semblables measures soient
prises A la Reunion et qu'on y abolisse d6finitive-
ment cette institution du passe.
Cependant, comme l'immigration a pour but de
procurer A l'agriculture les bras que le personnel
local ne peut ou ne veut lui fournir, il semblerait
prudent de ne supprimer l'engagement r6glement6
que graduellement, au fur et a measure que des
reforms nouvelles auront produit un effet suffisam-
ment attractif sur les travailleurs.
I1 ne faut pas perdre de vue que les d6plorables
d6crets de 1852, en eloignant du travail agricole la
population locale, lui ont fait prendre une direction
nouvelle. Un certain goit pour le petit traffic, pour
la petite industries, n'a pas tard6 a se d6velopper chez
beaucoup d'indigenes. D'autres ont facilement trouv6
le moyen d'eluder les dispositions 16gales repressives
de la mendicit6 et du vagabondage, en parvenant A
r6aliser les apparences de la petite proprie6t.
Ce sont l1 des habitudes contre lesquelles il s'agit
de r6agir.
Ndanmoins, quand la confiance renaitra entire
patrons et ouvriers, le recrutement des travailleurs
se fera sans peine, a la condition que l'on r6m nere
suffisamment leurs services. a Partout od il y a des
bras, on peut obtenir du travail (i).

i. A. Girault, op. cit.


- 16 -

















CHAPITRE PREMIER


IMMIGRATION RAGLEMENTtE A LA REUNION


Io HISTORIQUE DU RECRUTEMENT DES IMMIGRANTS

Les d6crets Schcelcher ne prirent pas entierement
au depourvu les planteurs de la Reunion. Depuis la
loide I83i portant suppression de la traite, ils avaient
cherch6 en Afrique, dans l'Inde, et meme en Chine,
la main-d'oeuvre indispensable a exploitation de
leurs domaines.
Mais quand les habitations se trouverent subite-
ment d6sertees par les esclaves devenus libres, il
fallut chercher, dans une immigration plus abondante
et plus prompted, un remade a un 6tat de choses qui
compromettait I'existence meme des cultures. Pen-
dant quelque temps, le rachat aux monarques afri-
cains de leurs esclaves noirs et aussi la traite effectu6e
clandestinement sur la c6te orientale d'Afrique et
de Madagascar, fournirent A la colonies un certain
nombre de Cafres et de Malgaches. De nombreuses
revoltes surve-nies i bord des navires qui transpor-
P. Guiral

















CHAPITRE PREMIER


IMMIGRATION RAGLEMENTtE A LA REUNION


Io HISTORIQUE DU RECRUTEMENT DES IMMIGRANTS

Les d6crets Schcelcher ne prirent pas entierement
au depourvu les planteurs de la Reunion. Depuis la
loide I83i portant suppression de la traite, ils avaient
cherch6 en Afrique, dans l'Inde, et meme en Chine,
la main-d'oeuvre indispensable a exploitation de
leurs domaines.
Mais quand les habitations se trouverent subite-
ment d6sertees par les esclaves devenus libres, il
fallut chercher, dans une immigration plus abondante
et plus prompted, un remade a un 6tat de choses qui
compromettait I'existence meme des cultures. Pen-
dant quelque temps, le rachat aux monarques afri-
cains de leurs esclaves noirs et aussi la traite effectu6e
clandestinement sur la c6te orientale d'Afrique et
de Madagascar, fournirent A la colonies un certain
nombre de Cafres et de Malgaches. De nombreuses
revoltes surve-nies i bord des navires qui transpor-
P. Guiral











talent les noirs, appelerent I'attention sur les abus
auxquels donnaient lieu ces operations. ( A la suite
de l'incident provoque par la saisie, au Mozambique,
d'un navire de la Reunion, Le Charles-Georges, une
d6peche ministerielle et un arret6 local prohiberent
radicalement le recrutement, par voied'engagement,
des travailleurs africains,malgacheset comoriens(i).
Les propri6taires de la Reunion s'efforcerent alors
de recruter des coolies dans l'Hindoustan. Des asso-
ciations locales se constitu6rent et entrerent en rela-
tions avec des negociants de Pondich6ry et de Kari-
kal. Une socibtd anonyme fut meme fondue en 1853
et obtint le privilege exclusif de l'introduction des
Hindous.
Mais, cette society n'ayant pas tenu tous ses enga-
gements, on lui retira son privilege et les propri6taires
furent autoris6s introduire directement les travail-
leurs destines A leurs exploitations.
Le recrutement, cependant, 6tait difficile, parce
qu'il s'operait uniquement sur les petits territoires
de nos comptoirs de l'Inde, don't les resources en
population furent vite 6puisees, et aussi parce que les
Antilles et la Guyane demanderent leur part de la
main-d'oeuvre que la Reunion puisait seule dans ces
etablissements. On chercha a enroler des coolies sur


i. Blondel, Le Rdgime du travaildans nos colonies etpays
de protectorat et la colonisation libre.


- 18 -










19 -

les territoires anglais; l'opposition syst6matique des
autorites britanniques empAcha le succes de ces
operations.
Fort heureusement,une convention put etre conclue
avec l'Angleterre en 1861 et on fit venir 6.ooo Ben-
galais A la Reunion.
Jusqu'en 1867, le regime du travail fut organism a
l'lle Bourbon par un arret6 du 3o aout 1860. Le
service de l'immigration 6tait sous les ordres du
directeur de l'Interieur. Les enr6lements dans l'Inde
s'opbraient sous le control d'agents francais ou
anglais surveilles par le gouvernement indien. Mais,
vers 1872, se produisit une crise agricole don't les
travailleurs immigr6s ressentirent les effects; leurs
salaires furent mal pays et ils reclambrent avec une
telle insistence qu'on demand, en Angleterre, la
suppression de l'6migration indienne a la R6union.
Une enquete faite par une commission franco-
anglaise rev6la, dans le fonctionnement du service, un
assez grand nombre d'abus. Le gouverneur, par une
circulaire aux syndics, prescrivit la suppression de
ces errements facheux (i). Cependant, en novem-
bre 1882, le gouvernement indien, malgr6 I'opposi-
tion de l'Angleterre, interdit le recrutement des
Indiens pour la Reunion, en donnant comme rai-
sons : ( la subordination des droits de 1'engag6 aux

i. Circulaire du 24 septembre 1877 (B. 0. de la Rgunion,
annie 187).












int6rets de l'employeur, ia misbre des Indiens rapa-
tries et les retards apport6s A leur rapatriement;
enfin, l'insuffisance de la protection qui leur &tait
garantie pendant leur s6jour dans la colonies a.
11 fallut chercher ailleurs que dans l'Inde la main-
d'oeuvre don't les colons avaient besoin.
On se tourna de nouveau vers l'Afrique et Mada-
gascar. Les recrutements a Madagascar durerent peu,
une d6peche minist6rielle du 8 f6vrier 1887 ayant
invite le gouverneur de la Reunion h interdire l'intro-
duction des travailleurs malgaches don't I'emigration
6tait contraire aux lois en vigueur dans leur pays.
Un arrete du ministry de la Marine portugais
(a4 novembre 1887) autorisa les planteurs de la
Reunion a recruter des travailleurs noirs dans la
province de Mozambique. Le i6 avril i189, un nou-
vel acte du meme ministry permit d'engager A Quili-
mane des immigrants pour la Reunion, Mayotte et
Nossi-B6.
Mais la colonie de Mozambique ne fournissait pas
un assez grand nombre d'engag6s. On souhaitait, a
la Reunion, que le gouvernement de l'Inde revint sur
ses decisions et autorisdt la reprise de l'immigration
indienne.
A la suite de pourparlers entire les gouvernements
francais et anglais, une enquate sur la situation des
Indiens immigr6s fut faite par M. Muir Mackenzie,
sous-secretaire d'Etat au d6partement de 1'Agricul-











- 2i -


ture. Elle devait aboutir a la convention, sign6e en
ddcembre i897, qui autorisait la reprise de l'immi-
gration et en r6glait les conditions (i).



2' LE RECRUTEMENT PROPREMENT DIT


Ce sont des entrepreneurs qui prennent a leur
charge le recrutement desimmigrants.Ils s'adressent,
a cet effet, soit directement aux travailleurs que
l'appAt de quelque gain ou tout simplement la
misbre ddcident a quitter leur pays; soit aux chefs
de tribus ou de villages qui s'engagent a fournir un
certain nombre d'individus. Une tres grande latitude
est donnie aux agents recruteurs dans ces op6ra-
tions, de sorte que beaucoup de coolies alidnent
leur liberty pour plusieurs ann6es, sans bien savoir
ce qu'on fera d'eux.

I. Aux terms de cette convention, il 6tait d6cid6 que les
fils d'immigrants ne deviendraient pas Franqais de pleindroit
et ne seraient pas astreints, en cette quality, au service
militaire. Ces dispositions ont rencontrd une vive opposition
de la part des d6put6s de la Reunion, et il en est result que
la convention n'a pas et6 suivie d'effets, et que la colonies
continue a chercher des travailleurs. Elle a obtenu d'en
recruter a Java en 1897. A la meme 6poque, le gouvernement
de 'Indo-Chine a autoris6 un convoi restreint de 5oo Tonki-
nois. Le general Galli6ni lui a envoy des fahavalos de
Madagascar. En 1900, on a pu fair venir des Annamites et
qqueques Chinois; mais le r6sultat jusqu'ici est assez mince.
(A. Girault, Ldgislation colonial, t. II, 6dit. 1907).











22 -

Le decret du 27 mars 1852 traita, le premier, du
recrutement des migrants destin6s h nos colonies
des Antilles, de la Guyane et de la R6union.
Sous le titre: s migration des pays hors d'Europep,
les articles 7 h i portent:


i Art 7. L'6migration des pays hors d'Europe n'aura
lieu, meme sans subvention sur les fonds de l'Etat, qu'apr6s
avoir 6te autorisee par le ministry de la Marine et des
Colonies.
2' Art. 8. II sera cr66 pour cette migration un agent
special an lieu meme ofi elle s'effectuera; cet agent veillera
aux operations de recrutement et a 1'embarquement des
immigrants. II leur fera connaltre la nature du contract de
travail qu'ils sont appel6s a souscrire, les garanties d'ex6cu-
tion qui leur seront assurees,les conditions de leur rapatrie-
ment.
3 Art. 9. Les emigrants ag6s de moins de vingt et un
ans seront represents auprAs de r'agent d'6migration par
leurs parents ou tuteurs; ceux qui seront ages de moins de
quinze ans n'obtiendront leur permis d'embarquement que
s'ils acompagnent leur pare ou mare ou un parent de
deuxibme degree (i).


La convention franco-anglaise de 1861 disposal que
le recrutement des Indiens destinds a la Rdunion se


I. Dislerc, Traile de Idgislation colonial, t. I.











23 -

ferait sous la surveillance d'agents francais agrd6s
par le gouvernement anglais.

Art. 2. Le gouvernement franqais confiera dans chaque
recrutement, la direction des operations a un agent de son
choix. Ces agents devront 6tre agr66s par le gouvernement
britannique. Cet agreement est assimil6, quant au droit de
l'accorder on de le retire, a l'exequatur donnd aux agents
consulaires.
Art. 3. Ce recrutement sera effectu6 conformnment
aux regles existantes on qui pourraient etre 6tablies pour le
recrutement des travailleurs h destination des colonies britan-
niques.
Art. 4. L'agent francais jouira, relativement aux op6ra-
tions de recrutement qui lui seront confines, pour lui come
pour toute personnel qu'il emploiera, de totes les facilities et
avantages accords aux agents de recrutement pour les
colonies britanniques.

Malgre ces dispositions du d6cret du 27 mars 1852
et de la convention de 1861, les operations de recrn-
tement ne devaient pas s'effectuer avec toutes les
garanties d'ind6pendance voulues pour les coolies,
car on n'h6site pas a les qualifier de ( traite ) dans
un livre public en 1877 relatif la Martinique, et qui
parole de I'immigration en g6n6ral (i) :

i. Hue, La Martinique. Etude de quelques questions colo-
niales.











24 -
Le recrutement des exotiques resemble tout A fait A la
traite et meme cst quelquefois pratiquB d'une maniere plus
odieuse. On pent lire,A cet 6gard,les details instructifs fournis
par M. Planchet dans un article ayant pour titre: La Traite
des coolies Chinois (Revue des Deux-Mondes, Ir juillet 1873).
M. de Molinari, dans un article ins6r6 an Journal des Ddbats
et reproduit dans le Journal des tconomistes (ann6e 1873),
cite, d'apr6s M. Planchet, la decision bien significative d'un
tribunal mixte, compose du gouverneur de lokohama, des
consuls de France, d'Angleterre et d'Allemagne:
Un navire transportant des coolies ayant rel&ch6 au
Japon, plusieurs engages s'echapp6rent. Le capitaine les
r4clama. Le tribunal mixte don't nous venons de parler
repoussa la demand du capitaine, assimilant A la traite le
recrutement des coolies tel qu'il est pratiqu6 A Macao.
Aussi, M. de Molinari propose-t-il de conclure une conven-
tion international specifiant les conditions d'engagement et
de transport des engages et les garanties d'ex6cution des
contracts, jugees n6cessaires. De quoi, servirait-il, en effet,
d'avoir supprime la traite en faveur des populatious des c6tes
d'Afrique, si c'etait pour vouer a leur place les Asiatiques a
la servitude.


Actuellement encore, les operations de recrute-
menl s'effecluent comme en 183 ; et on est tent6 de
croire que toutes les measures edictdes par le ddcret
du '2 mars 1852 et la convention de 1861 n'ont eu
pour esiultal que de donner le change aux philan-











25 -

thropes de la m6tropole. a En 1901, ecrit M. F. Du-
bief (t), un syndicate se forme a la Reunion pour
l'introduction de travailleurs dans l'lle, et charge le
directeur de la society de colonisation de la Grande
Comore de recruter des engages. En presence du
refus apport6 par celui-ci, on s'adresse aux anciens
maltres d'esclaves et l'on s'efforce de traiter avec
eux. Mais les travailleurs refusent de s'embarquer
pour la Reunion et se r6fugient sur les plantations
de la sociWth de colonisation.
SOn adresse alors, par huissier, le 3 octobre 9gor,
une sommation an president de la socidt6 de coloni-
sation; et, dans cette sommation, on lit les phrases
caractdristiques suivantes:


Attend qu'il est de notoriety que de nombreux esclaves
lib6r6s par leurs mattres et inscrits pour s'engager comme
travailleurs a la Reunion, se trouvent sur les propri6tes de
la society, afin de ne pas 6tre obliges de tenir leurs engage-
ments...
Sommation a M. X... d'avoir a restituer d'ici a samedi
prochain a Moroni, devant le si6ge de la Residence, jour et
lieu fixs pour le rassemblement duconvoi d'immigrants, tous
les esclaves d6ja munis d'une declaration de liberation et
d'engagement pour la Reunion, se trouvant refugids on
caches dans n'importe quelle propri6t6 de la soci6te.

i. F. Dubief, A tracers la lrgislatibn da travail.










- 26 -


II apparalt done que, mime aujourd'hui, les immi-
grants ne sont pas toujours libres d'accepter ou de
refuser le contract de travail qu'on leur propose. Si,
en principle, 1'esclavage a e6t supprim6, le recrute-
ment des coolies est parfois une traite a peine d6gui-
see.


3' LE CONTRACT D'ENGAGEMENT PASSi
AU PAYS D'ENROLEMENT

L'operation la plusimportante apres l'embauchage
des coolies, c'est la redaction et la signature du con-
trat d'engagement.
Ce contract est un acte trbs special qui m6rite de
retenir quelques instants notre attention.
Les travailleurs recrut6s sont amen6s devant le
fonctionnaire charge d'enregistrer officiellement les
enr6lements et, sans qu'ils sachent meme a quel
patron on les destine, on leur fait signer un contract.
En France, quand deux personnel s'obligent r6ci-
proquement, elles se connaissent genuralement,
c'est-h-dire qu'elles sont suffisamment renseign6es
I'une sur I'autre pour ne pas craindre de se lier par
un contract. Dans le contract de louage de services en
particulier, l'ouvrier accepted souvent les conditions
en consideration de la personnel de son future patron.
II n'en va point ainsi aux colonies. L'immigrant
signe dans son pays un engagement en blanc sans










a7 -

rien savoir de son engagiste. S'il n'est pas satisfait
de son patron on du march qu'il a conclu, il n'aura
pas la faculty d'aller purement et simplement offrir
ses services ailleurs, et a un autre patron. II devra
rester, sauf des cas tr6s exceptionnels, chez le maitre
que le sort lui aura impose.
I1 ne lui sera pas permis de porter ses plaintes
directement devant un tribunal comme le peut un
ouvrier, en France; il devra s'adresser a un syndic,
qui decidera seul, s'il y a lieu de donner suite a
sa reclamation.
Presque tonjours d'ailleurs, lorsque les r6crimi-
nations du coolie sont Bcoutees, l'engagiste s'en tire
A bon compete.
11 faut surtout que l'immigrant se garden de crier
trop haut les injustices don't ii souffre; qu'il ne
s'avise pas, en maniere de protestation, de cesser
son travail. II serait aussit6t appr6hend6, conduit A
I'atelier public et contraint au travail malgr6 sa
volont6. On n'admet pas,aux colonies, qu'uu engage
se permette de de ne rien faire.
On a en meme beaucoup de mal A faire entendre
aux engagistes qu'ils pouvaient etre obliges par la
justice a respecter les droits de leurs engages:


N'est-il pas monstrueux, publiait en i88o, I'tcho de la
Guadeloupe qu'un engagiste puisse avoir a comparaltre en
justice en face d'un engage A la moindre d6nonciation de











28 -

l'engag6 centre son engagiste, on ouvre une enquate, un d6bat
contradictoire a lieu et 1'dgalit6 s'6tablit entire l'acheteur et
1'achete !


II serait done indispensable de ne laisser accepter
par les coolies, qu'en parfaite connaissance de cause,
les conditions de l'engagement qu'ils vont souscrire
et l'intervention d'un officer public charge de faire
les explications utiles, apparalt come n6cessaire.
Les premiers textes l6gislatifs relatifs A I'immi-
gration s'occupent des contracts passes an pays
d'enrolement, mais n'insistent pas suffisamment sur
ce fait que le fonctionnaire charge de recevoir les
engagements dolt en expliquer les conditions aux
contractants.
Un arretedu It juin 1849 parledu nombre d'Indiens
qui pourront etre introduits chaque ann6e A la RBu-
nion (art. re'). II indique aussi que les engagements
devront 8tre passes par 6crit (art. 2). L'article 5 fixe
la dur6e maxima des engagements; les articles sui-
vants determinent la quotit6 et la nature des presta-
tions a fournir par l'engag6 et 1'engagiste (i). Le


z. Arrdt6 ix juin 1849, article premier. II pourra dtre
introduit dans la colonies, par des naviresdecommerce fran-
qais,destravailleurs indiens, jusqu'a concurrence du nombre
determine chaque annee par l'administration. Cette intro-
duction sera soumise aux conditions ci-apres:











--9-
d6cret du 2s mars i852 porte que I'agent d'6migra-
tion nomme au lieu meme oil s'effectuera le recrute-
ment devra enregistrer les enr6lements;qu'il fera con-
naltre aux immigrants la nature du contract de travail
qu'ils sont appel6s a signer (art. 8). La convention
franco-anglaise de 1861 stipuledans ses articles 5 et 6
que :


Le gouvernement de Sa Majest6 britannique ddsignera,
dans les ports oil aura lieu l'embarquement des immigrants
un agent qui sera sp6cialement charge de leurs interets.
Aucun emigrant nepourra tre embarque sans que ces agents
aient Wte mis a meme de s'assurer que l'6migrant s'est libre-
ment engage, qu'il a une connaissance parfaite du contract
qu'il a passe, du lieu de sa destination, de la dur6e probable
de son voyage et desdivers avantages attaches a son enga-
gement.

Cesont lades indications tres claires et trs precise,
mais qui n'ont pas 6tB suivies dans tous les centres
d'enr6lement.
Sans doute, le contract est r6dig6 par 6crit; et ceci
est deja une garantie, surtout pour l'engagiste. Sans
doute, il y est mentionn6 quelle sera la duree de

Art. 2.- Les engagements dans 1'Inde auront lieu par
dcrit et se front en presence de l'autorite compktente.
Art. 5.- La durde de I'engagement ne pourra d6passer
cinq ans (Ball. off. de la Rdunion, ann6e 1849).










-3o-

l'engagement, combien de jours et d'heures de tra-
vail 'immigrant devra fournir, combien il gagnera
et comment il sera pay6. Les contracts stipulent aussi
que l'engag6 ben6ficiera de l'assistance m6dicale
gratuite. Qu'importe tout cela,si le malheureux coolie
n'arrive que rarement A faire respecter ses droits par
son maltre I
11 fallait 6videmment, quand on a r6glemente
immigration, faire venir dans nos colonies un grand
nombre de travailleurs; on devait les recruter an
plus vile et ne pas s'attarder a des Bclaircissements
superflus. Ce n'6tait point trop de sacrifier des
Indiens ou des Chinois pour assurer la prosp6rit6
des planteurs a qui des d6crets trop humanitaires
avaient enlev6 leurs esclaves I
Si nous en croyons cependant une parole auto-
risbe et compktente (i): a Le contract de travail,
conclu dans ces conditions, appelle de toute evidence
une r6glementation speciale donnant aux entrepre-
neurs les garanties n6cessaires, mais prot6geant la
liberty et les droits des travailleurs, pr6venant les
malentendus et les interpretations abusives des enga-
gements r6ciproques (2). )

i. A. Girault, La Main-d'ceaure aux colonies (Revue
d'Rcon. politiqae, annee 1896, p. 147).
a. Jusqu'a maintenant, a notre connaissance, aucune
measure legislative n'a etW prise dans ce sens.










- 31i -


4 L'EMBARQUEMENT ET LE TRANSPORT DES ENdAGES


Quand les coolies recrut6s ont sign leur contract
d'engagement, on les embarque et on les dirige vers
le pays d'immigration. Ii ne faut pas que, dans ces
diff6rentes operations, ils soient exposes A la mal-
veillance des agents d'6migration.
Le d6cret du 27 mars i852 pr6voyait la nomina-
tion d'un fonctionnaire sp6cialement charge de veil-
ler A ce que les engages n'aient pas A souffrir de leur
voyage (art. 8). La convention de 1861 reprend les
mimes dispositions aux articles 5 et 6.
Comme il arrive que les immigrants n'ont pas tou-
jours sign un contract avant d'etre embarques,
(art. 12, d6cret du a2 mars 1852) (I), on ne doit
admettre que des individus jeunes, et d'un d6velop-
pement physique suffisant (art. 9, al. 2).
Pour que la traverse s'effectue dans de bones
conditions, I'agent d'6migration s'assure que le
navire en partance offre les garanties de navigability
pr6vues par les lois maritimes:

Art. x9, al. I (2). Les bAtiments devront stre munis

I. Art. In du d6cret du a! mars I852. Les immigrants de
l'Inde pourront 6tre dispenses de contractor pr6alablement
l'engagement de travail pr6va parl'article 2.
2. Decret du 2n mars 1852.











-_3-

d'ne chaloupe et de deux canots ind6pendamment du
cannot dit de service; de pieces h eau en t6le, de manches
a vent et autres appareils propres a assurer la ventilation
pendant les gros temps, d'un coffre a m6dicaments suffisam-
ment pourvu, ainsi que d'une instruction sur l'emploi desdits
medicaments.
Art. 26, al. 2.-Lorsqu'un navire aura plus dequatre mois
de champagne depuis la dernisre visit subie, il ne ponrra
embarquer des migrants sans avoir de nouveau et6 visit
sous le rapport de navigability, par une autorite frangaise
competente.

Les passagers doivent etre convenablement logs
et couches.

Art. so, d6cret du 27 mars 1852. -Les fournitures de cou-
chage devront comprendre une couverture de laine pour
chaque individu.
Art. 21. Chaque migrant aura droit a un emplacement
d'un hectolitre au moins, pour son bagage et ses instruments
aratoires.

On pourrait craindre en effet que les capilaines,afin
d'embarquer beaucoup de monde, n'entassent les
passagers dans des endroits trop restreints, ofi pri-
v6s d'air et de lumiere, ils succomberaient facilement.
Les emigrants doivent etre convenablement nour-
ris (art. 16, decret du a2 mars 1852). II faut qu'il y
ait a bord un m6decin:











- 33 -


Art. i1. Les bAtiments auront un officer de sante
lorsqu'ils devront recevoir plus de la moitid du maximum
de leurs passagers.
Art. 14 de la convention franco-anglaise de 1861. Tout
navire transportant des emigrants devra avoir a son bord an
chirurgien.

Un hopital sera am6nag6 sur le navire et un inter-
prate accompagnera le convoi pendant le voyage
(art. i5, convention de 1861).


5 ARRIVEE ET DEBARQUEMENT DES IMMIGRANTS.
L'IMMIGRATION PROPREMENT DITE

a) Arrivee. Si l'on examine les diff6rents actes
16gislatifs qui ont reglemente l'immigration a la
Reunion depuis 1852, on constate qu'on s'est occupy
de proteger les nouveaux arrivants, mais aussi
qu'on a de plus en plus cherch6 A ne recevoir que
des individus valides et capable de fournir un tra-
vail utile.
Selon les regles ordinaires du droit maritime, le
navire amenant des immigrants doit attendre, avant
de pouvoir atterrir, que les autorites locales l'aient
fait visiter, et aient donn6 aux passagers libre
aces sur le sol de la colonies.
Un commissaire special fut d'abord charge de
v6rifier le nombre et I'identit6 des immigrants.
P. Guira 3










34 -
On voulait 6viter que le capitaine du navire fit
tent6, au course du voyage, de se livrer a un traffic
illicite sur la personnel de ses passagers. La traite
avait Wtd supprimbe, il ne fallait pas la retablir sous
couleur d'immigration.

Decret du 27 mars 1852, art. 35. A l'arrivee des navires
porteurs d'immigrants, le commissaire special se rendra a
bord et v6rifiera le nombre des passagers et leur identity
d'apres l'etat nominatif et signal6tique adress6 au gouverneur
de la colonies, soit par 1'agent d'dmigration, soit par l'auto-
rit6 maritime de France, s'il s'agit d'6migrants europeens.
Si des deces ont eu lieu pendant le voyage, le commissaire
special les constatera et en enverra les actes au port d'embar-
quement.II devra egalement faire transcrire sur les registres
les naissances qui auront eu lieu pendant la traverse.

Mais ce commissaire etait invest d'une autorit6
trop grande et ses operations de verification n'6taient
pas sounmises a un contr6le suffisant. La convention
conclue le iJr juillet 1881 entire la France et I'Angle-
terre d6cida que, apres les constatations faites par
administration du port d'arriv6e, un 6tat nominatif
des travailleurs d6barqu6s ( sujets de Sa Majest6
britannique a et un etat des naissances et des dec6s
qui auraient pu se produire pendant la traversee,
seraient remis h l'agent consulaire anglais.

Art. 19. A 1'arrivee dans une colonie franaaise d'un











35 -

navire d'dmigrants, I'administration fera remettre a l'agent
consulaire britannique, avec les d6epches qu'elle aurait
reques pour lui : I un etat nominatif des travailleurs d6bar-
qu6s, sujets de Sa Majeste britannique; 2 un 6tat des deces
ou des naissances qui auraient eu lieu pendant le voyage.

Jusqu'en 1887, c'est toujours un commissaire
special qui est, le premier, mis en rapport avec les
immigrants. Le d6cret du -7 aolt 1887 dispose
qu'il n'y aura plus un seul homme, mais une com-
mission composer du protecteur et d'un agent de
son service pour verifier le nombre et l'identite des
passagers et d'un m6decin pour constater leur 6tat
de sante.


Art. 4. A l'arriv6e d'un navire charge d'immigrants,
aussit6t apres l'accomplissement des formalities prescrites
par les r6glements sanitaires et avant le d6barquement des
immigrants, une commission composer du protecteur, d'un
agent de son service d6lggue par lui, president, d'un m6decin
sanitaire, ou d'un capitaine de port, ou, i d6faut, d'un des
membres de la commission d'amiraut6, se rend a bord et
verifie le nombre des passages et leur identity, d'apres la
liste adressee au gouverneur par l'autorit6 charge d'assu-
rer ou de contrl6er le recrutement des immigrants passa-
gers (I).


i. Disl6re, Traitd de legislation colonial, t. II.










36 -

b) Les operations qai saivent le ddbarquement. -
Le d6cret du 27 mars 1852 et la convention de 1861
ne prescrivaient aucune measure sanitaire a l'6gard
des immigrants d6barques a la Reunion. Des arretes
des gouverneurs r6glementerent cette matiere. Les
principaux de ces actes sont: le reglement du
27 mars 1858 modified par ceux des 18 mars et
15 avril 1859, les arret6s des 3i janvier et 16 mars
i860, i janvier i861, 17 aoftt 1862, 22 juillet
1864 (1) et I'arret6 ministeriel du ii juin 1869.
L'arreta du i juin 1869 sur l'importation des tra-
vailleurs indiens aux colonies indique, aux articles i5
et 22 : (A leur arrive dans la colonies, les navires
doivent etre mis en quarantine provisoire jusqu'a
ce que l'autorit6 compktente ait pris une decision.
Ceux des immigrants qui, soit par leurs infirmit6s,
soit par leur mauvaise constitution, sont reconnus
impropres aux travaux pour lesquels ils 6taient
engages, doivent etre rapatries aux frais des intro-
ducteurs (2). > Ce sont les dispositions du decret du
27 aoft 1887 qui sont actuellement en vigueur a la
Reunion. Les immigrants sont mis en observation
dans un lazaret pendant cinq jours an moins. Chaque
jour, un m6decin les visit et se rend compete s'il n'y
a pas, parmi eux, des individus atteints de maladies


i. Ball. off. de la Reunion.
a. A. Girault, La Main-d'ceaure aux colonies.











37 -

contagieuses, par consequent dangereux, ou inca-
pables de travailler, qui seraient une charge pour la
colonie (i). A leur sortie du lazaret, les immigrants
sont conduits au d6pot colonial et 1a, examines a
nouveau par une commission de cinq membres, don't
un m6decin. Ceux qui sont reconnus valides sont
dirig6s chez leurs engagistes; les autres sont soign6s
a l'h6pital colonial aux frais des introducteurs, ou,
s'ils sont jug6s definitivement impropres au travail,
rapatri6s, toujours aux frais des introducteurs (2).



6' BEPARTITION ET IMMATRICULATION DES HNGAGES
VALIDES


a) Repartition. La visit des immigrants ter-
minie, I'administration procede a la repartitionde
ceux qu'on a reconnus valides. ( Des considerations
humanitaires doivent presider a cette repartition.
Les convois d'immigrants comprcnnent souvent des
families entieres, hommes, femmes et enfants; ils
peuvent comprendre aussi plusieurs families unies
entire elles par les liens du sang, veritables tribus de
malheureux chassis de leur pays par la misbre. II y
aurait une cruaut6 bien inutile a s6parer et a envoyer
dans des endroits diff6rents les membres d'uue meme

I. Articles 7 et ii du decret du 27 aoit 1887.
a. Idem.











38 -

famille. 11 ne faut pas qu'un mari soit s6par6 de sa
femme, que des enfants soient brutalement arrach6s
des bras de leur mire. II ne sera, du reste, pas bien
difficile d'ob6ir i ce sentiment d'humanit6. Chaque
engagiste a besoin d'un assez grand nombre de tra-
vailleurs, hommes femmes et enfants; on pourra
done grouper les immigrants par families ou par tri-
bus et enfin, si les circonstances le permettent, par
individus ayant meme lieu d'origine. Ces pauvres
gens qui ont passe ensemble des annees d'infortune,
peuvent trouver un adoucissement a leur malheur
dans la cohabitation et la communaut6 de travail
sur l'6tendue d'une meme exploitation (i).
En r6alit6, le d6cret du 15 f6vrier 1852 ne parlait
pas de la r6partition des immigrants. II disait simple-
ment dans son article 15 :


Toute personnel ayant conclu, avec des ouvriers ou tra-
vailleurs, un contract d'apprentissage ou de louage,d'associa-
tion, de fermage on colonage d'une dur6e d'un an au moins,
est tenue de faire A la mairie de la commune, dans les dix
jours, une declaration faisant connaitre la date et la dur6e
de la convention et portant etat nominatif des ouvriers ou
travailleurs attaches a l'6tablissement ou A 1'exploitation.
Lorsque le contract d'engagement a Rt6 passe hors de la colo-

i. Rouge, Des Conditions auxguelles sont soumises
l'dmigration et 'immigration des travailleurs dans les colo-
nies franCaises et trangeres. These Poitiers, 1900oo.











39 -
nie, il doit ktre declare an maire dans les dixjours de 1'arri-
vee de 'immigrant dans la commune, par le proprietaire,
patron, ou chef d'6tablissement on de l'exploitation oh sera
place l'engag6. Totte mutation dans lepersonneldes ouvriers
on travailleurs, tout renouvellement, toute resiliation du
contract donnera lieu a une pareille declaration dans le
meme d6lai de dix jours (i).

Ainsidonc, sous I'empire de ce decret, on n'6tait
pas oblige de tenir compete des liens du sang dans
la r6partition des engages. L'administration s'inquie-
tait seulement de savoir, au course de l'engagement,
ou se trouvaient les coolies; comme au temps de
l'esclavage, un mari pouvait etre s6par6 de sa
femme, une mere de ses enfants.
Ce n'est qu'avec la convention franco-anglaise de
1861 que nous voyons apparaitre quelques disposi-
tions bienveillantes a l'6gard des immigrants que
l'on va r6partir entire les engagistes.

Art. 21.- Dans la r6partition des travailleurs,aucun maria
ne sera spare de sa femme, aucun pere ni aucune mere de
ses enfants ages de moins de quinze ans. Aucun travailleur,
sans son consentement, ne sera tenu de changer de maltre, A
moins d'etre remis a administration on a l'acqu6reur de
1'etablissement dans lequel il est occupy.

Aux terms du d6cret du 27 aott 1887 :

i. Journ. off., annee 1852.










40 -

Art. a2. Aucun mari n est separ6 de sa femme. aucune
mere de ses entrants Ag6s de moins de quinze ans.
Les immigrants sont, autant que possible, groups par
individus ayant le meme lieu d'origine.
Dans la measure oai les circonstances et le respect des liens
de famille le permettent, le nombre proportionnel des
femmes est le meme pour tous les groups.


La convention franco-anglaise de 1897 renferme
des dispositions analogues.
La repartition des engages se fait en tenant compete
des demands des engagistes et selon l'importance
de la proprid61 sur laquelle les demandeurs veulent
employer des travailleurs. II est n6cessaire que les
engagistes offrent des garanties morales et mat6-
rielles s6rieuses, afin qu'on ait la certitude que les
immigrants seront bien traits et convenablement
logs et nourris. II faut aussi tenir compete de l'im-
portance de l'exploitation. De cette maniere, on
ne risque pas de confier trop de travailleurs a des
propri6taires qui seraient hors d'etat de leur payer
r6gulirement des salaires.
b) Immatriculation. Pendant la p6riode d'in-
ternement au lazaret ou imm6diatement aprss, tous
les immigrants sont inscrits sur un registre special.
Ce registre, appele Matricule gne6rale des immi-
grants ), doit mentionner le nom de chaque immi-
grant, celui de ses pere et mere et celui de ses










4' -
heritiers, I'indication de sonlieu de naissance et d'ori-
gine, celui du lieu oh son contract d'engagement a kt6
passe, la date de son arrive dans la colonies, le nom
et le domicile de son engagiste, les conditions de
son engagement (decret du 27 aout 1887, art. 13).
Sous le regime dudecret du r3fevrier 185a(art. i3).
A la place de l'immatriculation, on faisait une simple
declaration qui contenait les nomr.s des immigrants,
la date et la dur6e du contract. Les travailleurs 6taient
attaches a l'etablissement dans lequel on les em-
ployait, non a la personnel de leur maltre.
Actuellement encore, ils sont attaches a l'exploita-
tion. Article 23. decret du a7 aoft 1887 : a Aucun tra-
vailleur, sans son assentiment, n'est tenu de chan-
ger d'engagiste. ) Convention franco-anglaise de
1897, article 2a : aAucun travailleur ne seratransf6r6
sans sonassentiment, d'une commune dans une autre
non plus que tenu d'accepter un nouveau maitre. )
Cette situation peut etre compare a celle de nos
anciens serfs de la glebe.
Quand les operations d'inscription sur la Matri-
cule gdndrale sont faites, dans les dix jours, le bureau
de l'immigration transmit au syndic du lieu de r6si-
dence de l'immigrant copie, in extenso, des indica-
tions du registre. Le syndic, a son tour, report ces
indications sur la Matricule syndicate (art. 15,
d6cret du 27 aout 1887 (I).
i. Dansle dMlai de dix jours aprds l'inscription de l'immi-











42 -

L'administration sait done toujours oi se trouvent
les engages et ce qu'ils font; it lui est facile de r6pri-
mer toute vell6it0 d'ind6pendance, laquelle, aux
colonies, est a pen pres synonime de desertion ou
de vagabondage.



7 LA PROTECTION DES TRAVAILLEURS IMMIGRES


S'il est utile que les immigrants soient convena-
blement et humainement repartis entire les enga-
gistes et que administration puisse savoir, quand
elle le juge a propos, o& ils sont et ce qu'ils font,
il est aussi indispensable qu'ils soient 16galement
prot6egs. Ils sont venus, de tres loin, dans un pays
don't ils ne connaissaient ni la langue ni les mceurs;
s'ils ont des devoirs, ces hommes ont aussi des droits.
Et, si on avait compte uniquement sur la droiture
et la bienveillance de leurs employers, on aurait
risque de les exposer sans defense a la merci de
maltres trop enclins a ne rechercher que leur propre
bien.
Chez nous, ou des lois toujours plus nombreuses


grant sur le registre de la Matricule generale, le bureau cen-
tral de immigration transmet au syndic du lieu de la r6si-
dence copie, in extenso,des indications port6es sur le registre.
Le syndic les report A son tour et avec un numero d'ordre
particulier, sur un registre special dit Matricule syndicate.










43 -
determinent les rapports eutre employers et
employes, des conflicts s'61event souvent entire patrons
et ouvriers, parce que les patrons ne tiennent pas
compile des droits de leurs ouvriers, d'autres fois
aussi parce que les employs se montrent exigeants.
Si les parties ne luttent pas toujours a armes
6gales, elles savent du moins comment se d6fendre.
La situation n'est pas la meme aux colonies pour
des pauvres diables que, dans la plupart des cas, la
misere a forces a s'expatrier. II 6tait done n6ces-
saire qu'une autorit6 locale intervint pour les pro-
teger.
a) Le commissaire special de immigration. -
Jusqu'a la convention franco-britannique de 1861, la
sauvegarde des int6rkts des immigrants 6tait assure
par le commissaire special de l'immigration. Nous
avons d6ji signal l'insuffisance de son action a
propos des formalit6s d'arrivee et de d6barquement.
L'article 35 du decret du a2 mars 185a d6terminait
le r6le de ce commissaire:


Le commissaire special charge de contr6ler l'introduc-
tion des immigrants recevra les declarations et, s'il y a lieu,
les plaintes des immigrants sur la maniere don't ils ont et6
traits a bord des navires.


Un arr&t6 du 30 aoat 186o traita aussi de la pro-
tection des immigrants dans son chapitre IV, et











44 -

plus sp6cialement du role du commissaire de I'immi-
gration a I'article 41:

Le commissaire de l'immigration fait des tourn6es sur les
habitations; il veille a ce que les rgglements sur I'immigra-
tion recoivent partout leur execution; il s'assure que les
engagistes s'acquittent de toutes leurs obligations envers les
engages, et, r6ciproquement, que ceux-ci satisfont aux obli-
gations qu'ils ont consenties. Le commissaire de l'immigra-
tion est encore charge de diriger les engages dans les ver-
sements qu'ils auraient a faire au Tresor de toutes sommes
destinies ah tre envoyees a leur famille (i).

Mais il fallait une intervention plus independante.
Pourquoi n'aurait-on pas confide aux consuls, spe-
cialement charges de prot6ger leurs nationaux a
l'6tranger, le soin de veiller aussi aux interels des
immigrants. Les immigrants sont des strangers; il
paraissait natural qu'il leur fist possible de trouver
aide et protection aupres de leurs agents consulaires.
b) Les Consuls. La convention franco-anglaise
de 1861 (art. 19 et 2o) decida que les consuls anglais
seraient charges de proteger dans nos colonies, en
meme temps que leurs nationaux venus librement,
ceux qui y seraient arrives li6s par un contract de
travail.

Le consul anglais du lieu de debarquemenL des emigrants
recevra de administration : io un 6tat nominatif des travail-
i. Bull. off. de la Rdunion, ann6e 1860.










45 --
leurs d6barques, sujets anglais; 2oun 6tat des d6ces ou des
naissances qui auraient en lieu au course du voyage. Le con-
sul britannique devra pouvoir communiquer librement avec
les immigrants avant leur distribution dans la colonie. Une
copie de r 6tat de distribution sera remise a l'agent consu-
laire. 11 sera donn6 avis au consul de l'engagement, des
changements de maltre, des rapatriements. Les immigrants,
conformement aux regles du droit international, devront
pouvoir se rendre librement chez le consul anglais et entrer
en rapport avec lui.


Ainsi, a partir de 1861, les Indiens immigr6s a la
Reunion furent protegds par les consuls anglais,
concurremment avec le commissaire special. Cette
protection ne part cependant pas suffisante au gou-
vernement indien qui interdit, en 1872, l'enrolement
des coolies pour la Reunion.
Un arrete local du 28 novembre de la meme annee
avait nomm6 une commission qui avait pour tAche
de proc6der a la codification des divers arretes et
rCglements sur la protection et la police des immi-
grants. A la suite des travaux de cette commission
et des deliberations du conseil general, un project de
d6cret. destine a r6glementer dans son ensemble le
regime du travail a la R6union, fut soumis a l'6tude
d'une commission international, puis a l'examen
du Conseil d'Etat. II part preferable de scinder ce
project en deux et de donner une solution a la por-











46 -

tion organisant le service de l'immigration propre-
ment dite.
Ce fut l'objet du decret du 3o mars 1881 don't les
prescriptions sont emprunt6es en parties a la 16gisla-
tion sur l'immigration dans la colonie anglaise de
Maurice.
c) Le protectear des immigrants.-- Ce ddcret
organisa a la Reunion un service, dit de l'immigra-
tion, don't le chef,nomm& par le Pr6sident de la R6pu-
blique, s'appelle ( Protecteur des immigrants a et
depend directement du gouverneurde la colonie.

Article premier (al. I et a). La protection des immi-
grants a la Reunion est confine A un service special, dit ser-
vice de l'immigration. Le chef de ce service est nomm6 par
le President de la Republique ; il porte le titre de protec-
teurs des immigrants, et est plac6 sous l'autorite directed du
gouverneur de la colonies.

Les articles -i et 3 d6finissent ce qu'on entend par
immigrants.

Art. 2. Sont qualifies d'immigrants, les travailleurs
asiatiques ou africains introduits a la Reunion dans les con-
ditions prevues par le decret du as mars r852. Tous autres
travailleurs quels que soient leur pays d'origine et leur natio-
nalite, sont soumis au principle du droit commun qui regit
le louage de services, notamment I'article 1142 du Code
civil.













Art. 3. II y a, dans chaque canton, un syndic titulaire.
Dans les communes nonchefs-lieux de canton, les secr6taires
de mairies et des agencies municipales peuvent remplir les
functions de syndics, sons la surveillance et la responsabilit6
des syndics cantonaux.


Aux articles 6, 7 et 8 sont ditermindes les fonc-
tions du protecteur.


Art. 6. Le protecteur des immigrants a, dans ses attri-
butions, le contrl6e de l'introductiondes immigrants et de la
conclusion de leur contract d'engagement et de r6engagement,
ainsi que des measures a prendre pour leur rapatriement.
Art. 7, al. premier. Le protecteur des immigrants
visit personnellement, an moins une fois par an, les habita-
tions, ateliers agricoles ou industries et ;autres 6tablisse-
ments. Ce droit de visit ne s'6tend pas au domicile priv6
de l'engagiste.
Al. a. -Ilinspecte les hdpitanx,les logements,les camps;
il s'assure de la quality des vivres, de l'exactitude des poids
et measures servant aux distributions.
Al. 6. Le protecteur sera accompagne, une fois par ani
et plus, si c'est n6cessaire, par un medecin design par le
gouverneur.
Art. 8, al. premier. Le protecteur dirige les immi-
grants pour tout ce qui touche I'exercice des actions judi-
ciaires qu'ils auraient h intenter a I'occasion de leurs con-
trats detravail. II a seul quality soit par lui-meme, soit par











48 -

un d6legu6, pour represented, quand il le juge a propos, les
immigrants dans leurs actions judiciaires.
Al. 3. Le protecteur des immigrants et les syndics sont
investis de la quality d'officiers de police judiciaire pour ce
qui concern la constatation des delits et contraventions en
matiere d'immigration.
Al. 4.- Ils sont, en cette quality, soumis a la surveillance
du procureur general, sans prejudice de la subordination
vis-a-vis de leurs superieurs administrations.


Le d6cret du 3o mars 1881 ne r6pondit pas aux
esperances qu'il avait fail naltre, car, en 1882, le gou-
vernement de I'Inde interdit de nouveau le recrute-
ment des travailleurs a destination de la RBunion,
pour les raisons suivantes, que nous avons pr6c6-
demment exposees (i):
1 On subordonnait trop les droits de l'employd a
ceux de l'engagiste;
20 On tardait trop a rapatrier les Indiens a l'expi-
ration de leur contract d'engagement;
3 On les prot6geait insuffisamment pendant
leur sejour dans la colonie.
Aussi, administration pensa-t-elle qu'on pourrait
obtenir du gouvernement indien la reprise de l'immi-
gration en lui donnant l'assurance que les engages


i. Dans le paragraphe consacre A l'histoire du rccru-
tement des immigrants.












49 -

seraient efficacement protdg6s. C'est dans ce but que
fut prepare le decret du 27 aoft 1887.
Le project de d6cret avait Wtt pr6sent6e la signa-
ture du President de la RHpublique, accompagn6
d'un rapport du ministry de la Marine (1). Le gou-
vernement g6n6ral de I'Inde demandait que les con-


i. Rapport au President de la R6publique franqaise. suivi
d'un d6cret r6glementant L immigration a la Reunion (27 aout
1887).
( Monsieur le President.
nEn 1882, a la suite de plaintes formulees par le consul
anglais a la Reunion, sur la manikre don't les Indiens etaient
traits, le gouvernement general de l'Inde suspendit le
recrutement pour cette colonies et declara, aprhs de longues
n6gociations, qu'il ne 16verait cette interdiction que sous les
conditions suivantes, savoir:
a i Les d6penses d'immigration seraient inscrites parmi
les d6penses obligatoires ;
a 2o Les contracts de r6engagement ne pourraient etre con-
clus avant l'expiration du premier contract et seraient sou-
mis a la ratification on au visa du consul anglais;
a 3 Le consul auraitle droit de visiter et d'inspecter toutes
les proprietes de la colonies sur lesquelles sont employes les
immigrants.
a La premiere de ces r6formes, devant modifier le senatus-
consulte du 4juillet 1866, ne pent etre rdalisee que par une
loi. Il ne semble pas utile de prendre une measure aussi radi-
cale. II est 6galement impossible d'accueillir les preten-
tions du vice-roi sur le troisieme point, car il est contraire
aux lois francaises sur la propriEtd.
Quant audroit de visa, cette formality est pratiquCe a la
Reunion depuis 1877; les contracts de reengagement ne
deviennent detinitifs qu'apr&s le visa du consul; ce fonction-
naire peut presenter ses observations a administration
P. Guiral 4











- 50 -


suls de la R6union fussent autoris6s a visiter et A
inspector toutes les propri6tes sur lesquelles seraient
employs des immigrants.
Ces exigences paraissaient excessive au ministry,
et, au surplus, incompatible avec la notion fran-
caise du droit de propridt6. Les planteurs n'auraient
jamais support que des agents strangers se soient
immisc6s dans leurs affaires; ils supportaient d6ja
avec peine la surveillance et le control des fonc-
tionnaires francais. L'Angleterre voulait, en outre,
que les consuls aient le droit de visa et de contr6le
sur les contracts signs dans la colonies; le ministry
r6pondait que, en r6alit6, depuis 187;, les contracts
de reengagementne produisaient leurs effects qu'apres
approbation du consul anglais. Satisfaction 6tait par
consequent donn6e a l'Angleterre, sur ce point.


locale a quiil appartient d'autoriser ou non le reengagement
des Indiens.
> Mais, dans un but de conciliation, I'administration des
colonies a pense qu'on pourrait obtenir du gouvernement
indien la reprise de l'immigration en lui donnant I'assurance,
en change des conditions qu'il est impossible d'accueillir,
que les immigrants seraient efficacement prot6ges par
administration francaise.
> C'est dans ce but qu'a ete prepare le project de decret
ci-joint. adopt dans ses grandes lignes par le Conseil d'Etat,
et dans lequel ont 6t6 inserees toutes les clauses suscep-
tibles d'assurer la condition des travailleurs. s (La Main-
d'ceupre aux colonies, I' sdrie, t. I. Bibliothequ* colonial
internationale)













II restait le droit, pour les agents consulaires, de
visiter les exploitations et de contr6ler le travail
qu'on y imposait aux immigrants. Et on ne pouvait
partager les vues de l'Angleterre, de ce cote.
On voulait cependant obtenir la reprise de l'immi-
gration, en donnant au gouvernement de l'Inde
l'assurance que ses nationaux seraient efficacement
proteges par administration francaise. Dans ce but
fut prepare un project de decret qui devint le d6cret
du 27 aout 188: et qui portait r6organisation du
service de protection des immigrants a la Reunion.
En 1897, une convention passee avec l'Angleterre
vint confirmer les dispositions du d6cret du 2a aott
i88;. Cette convention stipule a I'article 19 :

Al'arrivCe a la Runiond'un navire d travailleursindiens,
I'administration prendra les measures necessaires pour que
le consul britannique puisse communique avec les immi-
grants avant leur repartition dans la colonie.

Au Congres de I'lnstitut colonial international,
tenu a Bruxelles en 1899. on proposal de designer
un protecteur special, charge par le gouvernement
du pays d'enrOlement, d'accompagner les convois
d'immigrants jusqu'ah leur arrivee dans la colonies,
et de resler auprls d'cux pendant leur sejour sur la
terre d'immigration, afin de veiller a leur security.
Cette proposition etait genereuse et semblait faite










52 -

pour apaiser les susceptibilit6s des pays od se
recrutent les engages. Elle parut cependant un peu
hardie.
Le s6jour de ce commissaire dans la colonie
d'immigration serait une source continuelle de con-
flits entire engages et engagistes. En outre, la pre-
sence de ce contr6leur stranger portrait atteinte a la
souverainet6 du pays engagiste; un Etat souverain ne
saurait tolerer qu'un autre Etat, quelque d6sir qu'on
ait d'entretenir avec lui des relations d'amiti6, vienne
exercer, sur un territoire qui n'est pas le sien, des
measures de surveillance et de police, alors meme
qu'il s'agirait de prot6ger des immigrants.
Voici, d'ailleurs, ce que disait M. A. Girault, a
l'une des sessions du CongrBs de Bruxelles, au sujet
de ce commissaire que l'on voulait charger de pro-
teger,en pays engagiste,des compatriotes immigr6s :


Vouslui donnez une mission bien delicate et bien difficile:
il devra tAcher de s'entendre avec les autorites du pays,avec
les agents consulaires de son pays,avec les chefs de travaux,
pour sauvegarder lesdroits et les interits des engages. Je
crois que votre commissaire protecteur ne s'entendra avec
personnel et qu'il sera, au contraire, une pomme de discorde
que vous jetterez dans la colonie. Je trouve m6me, quant a
moi, que c'est manifester une defiance singuliere vis-a-vis
desagents consulaires du pays d'enr6lement. Pourquoi vou-
lez-vous interposer,entre le consul et les engages, une autre












53 -

personne ? Le consul suffit, je crois, h cette mission.
D'autre part, croyez-vous que le gouvernement du pays
d'enr6lement admettra que l'agent d'un gouvernement 6tran-
ger vienne exercer chez luiune pareille surveillance ? Vous
voulez donnez a un stranger une part d'autoritc dans un
pays qui n'est pas le sien. Cela ne me paralt pas admissible.
Gouvernement,comme charbonnier,veut Atremaitre chez soi.
Mais ce n'est pas tout; ce commissaire protecteur devra
intervenir entire les patrons et les engages ;il pourra done
aller chez les particuliers exercer une certain surveillance.
On accepted deja difficilement la surveillance lorsqu'elle est
exere6e par le fonctionnaire de son pays; A plus forte raison
ne l'acceptera-t-on pas quand elle sera exerc6e par les agents
d'un gouvernement etranger.Vous allez done, je pense,courir
au-devant de difficulties certaines, de difficult6s qui peuvent
Ctre trds grandes et qui pourraient finir par turner en
difficulties diplomatiques. Je crois, d'autre part, que la pr6-
sence de ce commissaire protecteur ne sera pas utile et
qu'elle sera au contraire un prdtexte pour les agents consu-
laires de se desinteresser du sort des engag6s.Puis, A c6te de
ce commissaire protecteur,il y aura 6galement un autre fonc-
tionnaire nomm6 par le pays engagiste, celui-la.le protecteur
des immigrants. Est-ce que la surveillance du protecteur
des immigrants ne suffit pas? Ne remplit-il pas toutes les
conditions d'honorabilit6 d6sirables ? Ne ferez-vous pas
naltre des conflicts entire ces deux protecteurs des engages (I)?

I. Session du CongrBs colonial internal. de Bruxelles,
seance du 7 avril 1899.










54 -

Nous venons d'indiquer, d'une manibre gen6rale,
a quelles personnel est d6volu le soin de veiller a la
s6curit6 des immigrants a la R6union.
A l'origine, et jusqu'en 1861, les consuls anglais
protegent les engages en meme temps que le commis-
saire. En i88r, apparalt le protecteurdesimmi-
grants.
Mais il n'y a qu'un seul commissaire pour toute la
colonies, un seul protecteur et un seul consul. Or, les
centres de colonisation sont nombreux et 6pars sur
leterritoire de l'ile. II fallait placer, sous les ordres
du commissaire ou du protecteur, un certain nombre
d'agents, interm6diaires entire les engages et l'admi-
nistration centrale,et investis d'une autorit6 propre.
Ce furent les syndics.
d) Les syndicats protecteurs et les syndics canton-
naux. L'article 36 du d6cret du 2; mars 1852
pr6voyait la creation, dans nos colonies en general,
d'un syndicate protecteur des immigrants au chef-lieu
de chaque arrondissement (i).
A la Reunion, un arreti du 3o aodt i860, apres

i. Les gouverneurs pourvoieront, par des reglements sp6-
ciaux,a toutes les measures de protection que pourra r6clamer
la situation des immigrants et notamment, quand il y aura
lieu, a l'organisation de syndicats destin6s a leur servir
d'intermidiaires auprbs de I'administration et d'ester pour
eux en justice a fin d'exercice de leurs droits envers les enga-
gistes et de recouvrement de leurs salaires et de leur part
dans les products.













avoir indique quel devait etre le rl6e du commissaire
cr6a un syndicate protecteur dans chaque arrondisse-
ment, nomma un syndic aupres de chaque justice de
paix et d6termina le role du syndicate et des syndics.


Art. 42, al. i. Conform6ment article 36 du d6cret du
27 mars 1852, un syndicate protecteur des immigrants est cr6e
an chef-lieu de chaque arrondissement.
Art. 43. Le syndicate est charge de diriger les immi-
grants pour tout ce qui touche A l'exercice des actions judi-
ciaires qu'ils auraient a intenter; it a seul quality pour lui on
ses d6elgues, pour ester en justice dans I'interkt des immi-
grants.
Art. 45. Des syndics sont institutes aupres de chaque
justice de paix; ils sont, dans les communes, les d6legu6s du
syndicate d'arrondissement.
Art. 46. Le syndicate d'arrondissement regoit, par I'inter-
mediaire et les soins des syndics cantonaux et du commis-
saire de immigration, toute plainte on reclamation des
immigrants, pouvant aboutir a une action judiciaire.
Art. 5i. Les syndics s'assurent que les prestations et
les salaires dus aux immigrants leur sont r6gulierement
fournis dans les terms et suivant le mode indiqu6 dans
I'acte d'engagement, ou d6termind par la loi.
Art. 54. -Le commissaire de l'immigration peut ddliguer
an syndic cantonal le droit de visit sur une ou plusieurs
habitations, toutes les fois que les circonstances paraissent
l'exiger; en cas de plainte de la part des engagistes on des


- 55 -











56 -

engages, le syndic cantonal a ce droit de se transporter sur
les lieux pour v6rifier 1'exactitude des faits (i).

Un arrete du Ig f6vrier 1863, concernant les jour-
n6es d'absence des engages et les arretes des to sep-
tembre I872et 6 aott 1877 sur les reengagements
contiennent des dispositions intlressantes sur le r6le
protecteur des syndics.
Arrete du Ig f6vrier i863 :

Art. 4. Un proprietaire qui aura a r6clamer des jour-
nees d'absence de ses engages devra en faire constater le
nombre par le syndic avant l'expiration de l'engagement.
Le syndic s'assurera de la concordance des indications
fournies a cet regard par ses propres ecritures, avec celles
resultant des registres de la police et du registre de l'h6pi-
tal de I'habitation (2).

Arret6 du Io septembre 18a :

Art. 6. PrBalablement a la passation de tous contracts de
service avec les travailleurs immigrants, les parties contrac-
tantes devront se presenter devant le syndic du domicile de
'engagiste.
Art. 7. Le syndic, en sa quality de tuteur legal des
immigrants de sa circonscription, verifiera l'identit6 du
travailleur et sa situation, appreciera les conditions et les

i. Bull. o#f.de la Rgunion, annie 1860.
2. Bull. off. de la Rdenion, annie 1863.











5- -

garanties offertes par l'engagiste et aussi la sinc6rit6 du
contract project.
Art. i4. Les syndics sont tenus de poursuivre d'office,
conform6ment aux dispositions des articles 44et 57 de I'arr6td
du 3o aoflt 1860, la rdsiliation des engagements passes en
contravention de I'article la et ceux don't les conditions,
notamment celles relatives aux prestations en nature,
ne sont pas observes A l'6gard de l'immigrant (I).


A son tour, le d6cret de mars 1881, en cr6ant un
service special de l'immigration, indiqua les attribu-
tions des syndics dans son article 9 (al. 1, 2, 3
et 5).

Al. i. Les syndics cantonaux et les syndics auxi-
liaires assurent, sous les ordres du protecteur, la march
du service.
Al. 2. Its sont charges de recevoir les contracts
d'engagements et de r6engagements. les transferts et les
cessions d'engagements.
Al. 3. Les syndics cantonaux sont astreints a une
visit trimestrielle sur chaque habitation de leur canton.
Al. 5. Les syndics assistant a toutes les audiences de
justice oh des immigrants sont en cause.

Nous avons vu que le d6cret du 27 aolt 188; avait
pour but d'obtenir l'autorisation de recommencer


I. Ball. off. de la Rdunion, ann6e 1872.











58 -

aux Indes le recrutement des coolies et surtout
d'attenuer les apprehensions de l'Angleterre sur la
maniire don't les immigrants etaient proteges A la
RBunion. A cet effet, I'article 125 organisa un syn-
dicat protecteur dans chaque arrondissement et
I'article 126 en indique les attributions:

Art. 126. Le syndicate est charge de diriger les immi-
grants pour tout ce qui touche a l'exercice des actions judi-
ciaires qu'ils auraient a intenter ou a soutenir et ayant trait
a leur condition d'engages. 11 a seul quality, par lui-meme
ou par les syndics cantonaux, ses delegues, pour ester en
justice dans i'int6ret des immigrants.

L'article 127 porte que le syndicate, sur 1'avis
motive du protecteur, approuvi par le directeur de
l'Interieur, peut faire r6silier les engagements au cas
o4 1'engagiste aurait Wte condamn6 pour mauvais
traitements envers les immigrants, on lorsque e les
conditions 16gales de salubrit6 et d'hygidne et celles
sons lesquelles l'engagement a Wet contract ne sont
pas observes a 1'dgard desdits immigrants. a
e) L'assistance judiciaire accordde aux immigrants.
- II arrive que les immigrant, ont h ester en jus-
tice centre leurs engagistes. Dans ces circonstances,
ils sont conseill6s et dirig6s par les agents du service
de protection. Mais ce serait 14 un mince advantage,
si les engages avaient a supporter les ddpenses d'une
action judiciaire; leurs salaires sont bien petits et,










5n -

aux colonies comme dans la m6tropole, les frais de
justice sont toujours elev6s. Aussi, a-t-on 6tendu
aux travailleurs immigr6s les dispositions de la loi
m6tropolitaine du aajanvier 1852 accordant le b6n&-
fice de l'assistance judiciaire aux plaideurs peu for-
tunes.
L'arret6 du 3o aoot 1860 rend applicable a la
Reunion la loi sur I'arsistance judiciaire.

Art. 47. Pendant les cinq premieres ann6es de leur
sejour dans la colonies, les immigrants, par leur seule qua-
lite et sans aucune justification d'indigence, jouissent du
b6n6fice de assistance judiciaire institute par la loi du
22 janvier 1852.

Anterieurement a 1861, ceux des immigrants qui
consentaient a se r6engager perdaient tout droit a
l'assistance judiciaire et au patronage des syndics,
pour la dur6e de leur nouveau sejour, conform6ment
a I'article 91 du dkcret du 3o aoit i86o.

L'action du syndicate ou des syndics, en ce qui concern le
patronage qu'assure aux immigrants l'article 36 du d6cret du
27 mars :852, cesse de plein droit a leur egard,lorsqu'ils ont
accompli cinq annees d'engagement.

Le gouverneur de l'epoque estima qu'il y avait,
dans l'application litt6rale de cet article 61, un dan-
ger pour les immigrants qui signaient un nouveau











6o -

contrat et que, d'ailleurs, telle n'avait pu etre la
volont6 du legislateur. Le 18 juin 1861, it public un
arret6 accordant aux immigrants qui se r6engagaient
le droit a I'assistance judiciaire.

Article premier. Les immigrants qui, A l'expiration du
terme de leur contract, consentiront A souscrire un nouvel
engagement, conserveront le droit a assistance judiciaire
qui leur est reserve par I'article 47 de l'arrete du 3o aoat
1860.
Art. 2. Tout contract de r6engagement fait courir A nou-
veau le delai fix6 par I'article 61 de l'arret6 pr6cite en ce
qui concern 'action du syndicate (I).

Les dispositions lib6rales de l'arret6 du 8 juin I86i
furent suivies dans le grand d&cret de x88>. L'article
131 done aux immigrants en g6enral le b6n6fice de
l'assistance judiciaire:

Les immigrants, sauf ceux qui ont obtenu l'autorisation
de sojourner librement. jouissent, pendant toute la dur6e
de leur sdjour dans la colonies (a), du b6n6fice de l'assistance
judiciaire. Ilsjouiront 6galement, dans la meme situation,
du bcn6fice de la loi du o1 d6cembre 185o sur les marriages
d'indigents.


i. Ball. off. de la Rdunion, ann6e 1861.
2. 11 est evident que les terms : ( pendant toute la duree
de leur sdjour dans la colonie a signifient que les immigrants
ont droit l'assistancejudiciaire, qu'ils soient li6s par un
contract primitif ou qu'ils aient consent a se r6engager.














8 LES CONDITIONS DE SEJOUR ET DE TRAVAIL
DES IMMIGRANTS


i Soas le regime des ddcrets de 1852

Nous avons essays d'examiner comment les tra-
vailleurs immigr6s etaient proteg6s. II nous reste a
etudier une matiere plus important, parce quelle
traitede ce qui est le but meme de l'immigration,
et plus interessante parce qu'elle nous met en pre-
sence de situations inconnues en France: un d6clas-
sement du contract de louage d'ouvrage sous le nom
de contract d'engagement et l'obligation, pour tout
individu engage, de fournir un travail continue et
regulier, sous peine d'etre consid6r6 comme vagabond
et puni de l'amende ou de la prison.
Le 16gislateur de i852 avait organism la main-
d'oeuvre en se fondant sur cette id6e que les travail-
leurs,amen6s a grands frais de l'lnde on de la Chine,
devaient d6dommager les colons des sacrifices qu'ils
faisaient pour leur enrolement, leur transport et leur
protection. On estimait aussi qu'on rendait service
aux immigrants en leur procurant de l'ouvrage et en
les empechant de mourir de faim chez eux. On ne
tenait pas compete que les coolies sauvaient les colo-
nies de la ruine.
C'est ce qui explique la rigueur des measures rela-


- 61 -











62 -

lives au travail et au sejour des engages: I'obligation
au livret (i) pour tout individu travaillant chez
autrui, la repression s6dvre de I'absence, I'organi-
sation des d6p6ts coloniaux, v6ritables prisons of
I'on enfermait, avec des individus dangereux, les
engages don't le seul tort 6tait d'avoir quitts leur
chantier.
On a critique avec raison cette organisation du
travail par les dberets de 1852. M. Huc 6crivait en
i877 (2):

Le travail agricole, qui 6tait autrefois le partage exclusif
de la servitude, avait besoin d'etre r6habilite. II fallait
rehausser la dignity du travailleur, reprimer sans doute la
mendicite et le vagabondage, mais ii est equitable d'ad-
mettre le travailleur sur un pied de parfaite egalite avec le
proprietaire,en s'ecartant le moins possible du droit commun.
Au lieu d'agir ainsi,qu'a-t-on fait ? Contrairement a tous les
principles, contrairemeut aux notions les plus 6lementaires
du droit et de la justice, on a rattache audroit penal la sanc-
tion d'obligation don't l'inex4cution ne doit jamais donner
lieu qu'h une action civil ordinaire. Si un travailleur agri-
cole manque aux engagements par lui contractes,il encourra,


i. Art. 12. d6cret du 14 fevrier 1852. Tout individu
travaillant pour autrui.soit a la tache ou a la journde, soit en
vertu d'un engagement de moins d'une annce. tout individu
attach ih la domesticity doit &tre muni d'un livret.
2. La Martinique. Etude de quelques questions coloniales,
op. cit.











- 63--


d'apres le d6cret du x3 f6vrier x852, la peine de I'amende et
mime de l'emprisonnement.

En Europe, pour tons les contracts sans exception,
la violation de la convention par l'une des parties
ne peut donner lieu qu'A une action civil. Dans les
colonies,un systmre de sanction g6n6rale a 6t& orga-
nise de telle sorte que la dette du travailleur vis-a-
vis du propriktaire peut s'augmenter facilement
pour se r6soudre dans l'obligation de fournir un
nombre suppl6mentaire de journ6es de travail qui se
transformeront elles-memes en journees de prison si
le debiteur ne fournit pas cette nouvelle prestation.
a) Les livrets. II n'y aurait pas lieu de regretter
l'obligation au livret, pour tout individu travaillant
aux colonies, si ce livret avait seulement servi a ren-
seigner les patrons sur les antecedents de l'ouvrier
qu'ils avaient l'intention d'employer et s'il avait
permis aux syndics de s'assurer que les engagistes
payaient r6gulibrement les salaires de leurs employes
et leur fournissaient tout ce qu'ils s'6taient engages
a donner (i).
Mais le livret servait a constater l'absence et le

i. En France, l'arrdte du 9 frimaire an XII avait institu6
le livret ouvrier. Consider tout d abord comme un moyen
juridique de nature a obliger I'ouvrier h l'ex6cution de ses
engagements, it fut, par la suite, uninstrument de servitude
odieux auquel on assignait un rl6e de policies. Aussi, fut-il
supprim6 par la loi du a juillet t890.










64 -

vagabondage, ddlits prevus par les articles 6 et 17 du
decret du 13 fevrier 1852(i); et c'est de l'application
de ces articles que naissaient une foule d'abus. On
consid6rait comme vagabonds les ouvriers qui pro-
testaient, en ne travaillant pas, contre la dureth ou
l'injustice de leurs employers. On obligeait a tra-
vailler celui don't l'intention 6tait de ne rien faire.
Cette contrainte paralt strange. Pourquoi accorder
a l'engagiste, sur la personnel de son engag6,un droit
que les lois modernes ne donnent a aucun homme
sur la personnel d'un autre homme? On fait remar-
quer qu'il est impossible d'exiger de 1'engag6 qui ne
remplit pas ses obligations les dommages-interets
que tout commettant peut exiger de celui qu'il a
commis si ce dernier ne tient pas ses promesses,
parce que le coolie est presque toujours tres pauvre
et ignore tout de nos moeurs Bconomiques. On parole
aussi des d6penses qu'on a do faire pour l'cnrbler et
le transporter. En France, cependant, quand un
patron a besoin d ouvriers, il arrive qu'il les fait
venir de loin et qu'il suppolte les frais de Icur
voyage. Pour etre plus str de les garder, il leur fait


i. Art. 6, decret du 13 ftvrier 1852. A defaut de con-
ventions contraires, I'engage subira, pour chaque jour
d'absence on de cessation du travail sans nul motif legitime,
independamment de la privation de salaire pour cette jour-
n6e, la retenue d'une second journee de travail a titre de
dommages-int6rets.










65 -

parfois signer un contract. Mais s'ils veulent quitter
leur travail, meme sans raisons,et qu'ils soient insol-
vables, l'employeur ne pourra jamais les obliger a
demeureret a terminer la tache commencee.
Malgr6 les prejudices que peuvent causer aux
colons les infractions des immigrants h leur contract
de travail, les d6crets de 1852 ont fait de I'engage-
ment un acte trop different du louage d'ouvrage.
Que l'on ne paie pas le coolie, qu'on le rapatrie au
plus vite, s'il ne veut pas travailler. Mais puisqu'il
est libre, on n'avait pas le droit de le trailer autre-
ment qu'un homme libre.
b) Les ddp6ts coloniaax. Le vagabondage. Les
decrets de 185a n'avaient pas organism les dep6ts
coloniaux. Ce fut un arr6t6 du gouverneur de la
Reunion (7 septembre i854) qui ordonna l'6tablisse-
ment d'un dep6t dans chaque commune. On devait y
amener les engages en 6tat d'absence injustifie et
les vagabonds (t). Par contre,le d6cret du i3 f6vrier
1852,en plus des regles surle vagabondage,avait pris,
S1l'6gard des engages, des measures de police rigou-
reuses:

Art. 17, al. a. Qaiconque sera trouve dans une reunion


i. Decret du i3 f6vrier i852, art. 17, al. x. Les vaga-
bonds ou gens sans aveu sont ceux qui, n'ayant pas de
moyens de subsistence, ne justifientpas d'un travailhabituel
par un engagement d'une annee au moins ou par leur livret.
P. Guiral











66-

de vagabonds pourra 4tre puni des peines centre le vaga-
bondage.
Art. 19. Tout fait tendant A trouble l'ordre ou le tra-
vaildans les ateliers, fabriques ou magasins, tout manque-
ment grave des ouvriers ou des travailleurs envers le pro-
pri6taire ouchef d'entreprise,sera puni d'une amende de 5 A
1oo francs, sans prejudice des peines plus fortes qui auraient
Wte encourues a raison des circonstances du delit.

c) Lepaiement des salaires en argent et en nature.
- Il y avait une attenuation au regime du travail
toujours obligatoire pour les engag6s,dans le d6cret
du 13 f6vrier 1852. L'engagiste 6tait tenu de payer
r6gulierement les salaires de ses ouvriers, sous peine
de condamnations au civil et d'une amende de
police au cas de deux r6cidives dans la meme
ann6e.

Art. 7, al. i. Quiconque ne fournira pas aux travail-
leurs engages par lui, soit les prestations en nature, soit les
salaires promise par le contract d'engagement, pourra, apres
deux condamnations au civil encourues pour ce fait dans
la meme annue, etre puni d'une amende de police dans
les limits ditermin6es par 1'article 466 du Code penal
colonial.

d) Le logement, les soins mddicaax a donner aux
immigrants. Le d6cret du 13 f6vrier 1852 ne
s'occupe ni du logement, ni des soins m6dicaux a










67 -

donner aux immigrants. L'article 9,dans son alinea 3,
parole seulement de la competence des juges de paix
relativement aux contestations qui pouvaient s'61e-
ver a propos de I'entretien des cases et jardins que
I'engagiste devait reserver a ses coolies :

Les juges de paix continueront A connaltre, soit en dernier
resort, soit A charge d'appel, dans les limits d6terminees
parlaloi, des contestations qui pourraient s'dlever sur la
tenueet l'entretien des cases et des jardins independants.

Certains arretes des gouverneurs ont reglement6
quelques details du sejour des immigrants de la
Reunion :
1I Un arret6 du 28 aoft r853 fix' la retribution a
payer pour les visits, la vaccination, la garde et la
surveillance des travailleurs venus de pays hours
d'Europe et places sous le regime de l'isolement (i ;
ao Deux arretes des 23 aout 1855 et 8 mars 1856
indiquent quels sont les v6tements et Ils soins qu'on
doit donner aux immigrants mis en isolement ou
ea d6p6t;
3 Un arretH du 12 juin 1862 rggle la situation des



I. Article unique, al. 2. II sera paye une retribution de
a francs par individu pour les visits, la vaccination, la
garde et la surveillance des travailleurs immigrants des
pays hors d'Europe, places sous le regime de l'isolement.
Bulletin officiel de la Reunion. 1853.











68 -
immigrants indiens et autres, arrivant dans la colo-
nie comme passagers libres d'engagement :

Article premier. Tout immigrant, indien on autre, arri-
vant dans la colonies come passage libre d'engagement,
devra, aussitot son debarquement, se presenter au bureau
central de police pour y faire les declarations prescrites par
l'article 3 de l'arrat6 de a5 janvier 1849.
Art. 3. Tout immigrant venu dans la colonies comme
passage libre, porteur on non d'un passport r6gulier, s'il
ne se trouve pas d'ailleurs dans les conditions requises par
les r6glements en vigueur pour l'obtention du permis de
sejour, sera, sur la proposition du chef de service de la
police et 1'ordre du directeur de l'Interieur, imm6diatement
renvoy6 a la disposition du commissaire de l'immigration
pour etre mis en demeure d'opter entire un engagement
r6gulier de travail ou le rapatriement A bref d6lai (I).

4 Les arrAtes des 22 juillet 1864 (a) et 26 octobre

i. Bull. off. de la Bdunion, 186a.
a. ArrAte du 22 juillet 1864, article premier. A comp-
ter de cejour, la solde de o fr. 25 par journee de travail,
allou6e par I'article 6 du decret du 7 septembre I854 aux
immigrants places dans les d6dpts communaux et employes
sur les travaux de lacommune,ne sera due qu'aux immigrants
don't l'engagement est expire et qui attendent une occasion
de depart.
Art. 2. Tons autres immigrants places au dpd6t de la
commune ne recevront aucune solde. Bull. off. de la Reu-
nion, 1864. (Par consequent, les engages, qui 6taient places
dans les depots parce qu'on les avait trouvds en 6tat
d'absence, travaillaient sans recevoir aucun salaire.)











69 -

i868 fixent la solde des immigrants places dans les
d6p6ts communaux et la prime a payer aux colons
qui auront saisi des engages d6serteurs (i).



oa Legislation actaelle

La legislation de 1887 s'est montr6e plus indul-
gente A 1'6gard des immigrants. Les idees avaient
march depuis 1852, et on savait que l'Angleterre
n'autoriserait A nouveau le recrutement de ses coo-
lies, que s'ils devaient sojourner a la Reunion dans
des conditions convenables.
Le d6cret du 27 aofit 188: porte encore l'obliga-
tion au livret pour tout immigrant (art. 3a) (2) et
l'article 35 (al. 1) traite du vagabondage :


1. ArrWte du 26 octobre 1868, article premier. La
prime de a fr. 5o a payer pour les deserteurs ordinaires, aux
terms de I'article 2 du ddcret du 31 d6cembre 1855, sera
desormais remboursee a la commune qui en fera l'avance,
par dix journdes de travail que fournira le ddserteur sur les
chantiers communaux.
La prime de o1 francs, allouee par l'article 6 du d6cret du
8janvier 1859, pour l'arrestation des grands deserteurs dans
les forts, sera remboursee a la commune qui en fait I'avance
par trente journ6es que fournira le d6serteur sur les travaux
de la commune (Ball. off. de la RMunion, 1888).
2. Tout immigrant engage doit etre pourvu d'un livret des-
tine A recevoir les diffdrentes indications relatives A son con-
trat d'engagement.
Ce livret contientles num6ros de matricule general et do












70 -

Tout immigrant rencontre,un jour ouvrable, en dehors de
la propri6t6 a laquelle il est attache et qui ne justifie pas
d'un livret portant la mention du dernier arrAte mensuel
don't il est parole a I'article 33, est pr6sume en 6tat de d6ser-
tion et de vagabondage.

Mais il est specific, A 1'article 34, que :

Dans aucun cas, il n'est fait sur le livret de mention favo-
rable ou defavorable au travailleur.

Nous trouvons aussi, au chapitre VIII, des dispo-
sitions relatives a I'absence et A ses effects.

Art. 12o. Tout immigrant engage qui ne prend pas son
travail ou qui l'abandonne apres l'avoir commence, est en
6tat d'absence.

Les articles io3 et 104 d6terminent les cas d'ab-
sence 16gale et illgale. En cas d'absence 16gale,
l'engage perd son droit aux salaires et aux vivres
pour chacune de ses journbes d'absence. Dans le
cas oil il s'est absentW ill6galement, ii perdra non
seulement le salaire et les vivres de ses journ6es
d'absence, mais encore il sera mis dans l'obligation,


mal icule syndicate de l'immigrant, ses noms et surnoms,
sa filiation, la date de son introduction dans la colonie, le
nom et le domicile de son engagiste, le nom du navire intro-
ducteur.











72 -

h l'expiration de son contract, de fournir autant de
journ6es de travail qu'il a eu de jours d'absence.
Le d6cret du i3 f6vrier i85a ne parlait qu'acci-
dentellement du logement des immigrants. L'ar-
ticle 69 du decret du i2 aoft 1887 dit que les loge-
ments & donner aux immigrants et a leurs families
doivent Utre ( convenablement construits et amena-
g6s au point de vue de la d6cence et de la salubrit6.
La convenance de ces logements est constat6e par
le protecteur on par les agents places sons ses
ordres ).
Les articles 2r a 75 traitent des rations et des
vetements a fournir aux engags :


Art. 75. Dans le cas oiu la nourriture r6glementaire
n'est pas fournie aux immigrants d'un atelier, le syndic pent
se pourvoir devant le juge de paix qui est autorise, s'il y a
urgence, a ordonner la mise en subsistence provisoire des-
dits immigrants.


Le mode de paiement des salaires, les revenues a
faire, sont indiques aux articles 77 & 85.

Art. g7. Chaque journ6e de salaire est fix6e au ving-
tipme du salaire mensuel.
Art. 78. L'engage regoit, a la fin du mois, la totality du
salaire qui lui est da pour le mois.
Art. 79. Les syndics doivent assister au pavement des












-- 32 --

salaires sur les 6tablissements et exploitations agricoles ou
industries.

L'article 81 stipule que :

Aucune retenue ne peut 6tre op6r6e sur le salaire des
immigrants, saufdans quelques cas d6termin6s:
Pour le remboursement des amendes ou frais de justice
mis A la charge des engages et acquittes en leur lieu et place
par les engagistes.

D'autres prescriptions relatives aux repos et aux
corv6es sont continues dans les articles 87, 88, 89
et 92:

Art. 87. La journee de travail due par I'immigrant,
sauf conventions diff6rentes, formellement exprim6es an
contract, ne peut Atre de plus de douze heures, y compris un
ou deux repos s'dlevant ensemble a deux heures et demie.

L'article 88 indique que les jours de repos dus
aux immigrants sont les dimanches et les jours de
fetes 16gales.
Les immigrants peuvent 6tre tenus, les jours de
repos, a pourvoir aux soins que n6cessitent la pro-
pret6 des 6tablissements, l'entretien des animaux par
des corv6es sp6ciales qui ne doivent pas durer plus
de trois heures (art. 89).
Dans certaines circonstances, les engages sont
invites a fournir un travail suppl6mentaire; mais











73 -

jamais plus de trois heures parjour. Ce travail leur
est pay6 en plus de leur journ6e, et selon un tarif
special (art. 92).
Nous avons dijh signal (p. 66) que le ddcret du
13 fevrier 1852 ne s'occupait pas des soins m6di-
caux que pouvait necessiter 1'6tat des immigrants
au course de leur engagement. Le decret du 27 aodt
1887 met les engagistes en demeure de joindre une
infirmerie a leur habitation et dejustifier d'un abon-
nement avec un m6decin :

Toute habitation, toute exploitation ayant des immigrants
doit dtre pourvue d'une infirmerie convenablement install
et approvisionn6e.
Art. 98. Tout engagiste ayant a son service sur la meme
propri6td vingt immigrants au plus, est tenu de justifier d'un
abonnement avec un m6decin pour les visits a faire a l'h6pi-
tal et les soins a donner aux malades.

Les planteurs on industries qui emploient plus
de vingt coolies doivent faire amdnager un h6pital oi
sont soign6s les travailleurs malades. Ces h6pitaux
doivent etre 6tablis dans des bitiments compldte-
ment s6pards et divisds en deux compartments sufl-
samment adres (art. 95). II doit y avoir dans chaque
hospital, au moins un infirmier, exclusivement affected
aux soins a donner aux malades (art. 97).
L'article io8 du d6cret du 27 aoft 1887 traite de la
desertion :











74 -
Tout immigrant qui s'absente pendant plus de huit jours
et moins de trente jours de chez son engagiste, est r6put6 en
6tat de desertion.

Les d6pots coloniaux sont reorganis6s au cha-
pitre X, dans des conditions meilleures que ceux
don't l'dtablissement avait et6 pr6vu par l'arrete du
7 septembre i854.

Art. 119. Les d6p6ts coloniaux sont divis6s en deux
quarters s6par6s; le premier, affect aux homess et aux
enfants du sexe masculin Ag6s de plus de dix ans, le second,
aux femmes et aux enfants ag6s de moins de dix ans.



9 LE REENGAGEMENT DES IMMIGRANTS


Deux solutions sont possibles a l'expiration d'un
contract d'engagement: le reengagement de l'immi-
grant, ou son rapatriement aux frais de l'introduc-
teur.
Les colonies avaient advantage A garder les travail-
leurs, surtout quand les engagistes 6taient contents
de leurs services. Dans ce but, on payait des primes
de renonciation au rapatriement, on faisait des con-
cessions gratuites de terres aux engages arrives au
terme de leur contract; on leur donnait meme le droit
de vote s'ils consentaient a s'6tablir a demeure.











75 -
L'article 9 de la convention franco-anglaise de 1891
disait:

Si l'immigrant consent & contractor un nouvel engage-
ment, il aura droit une prime et conservera le droit au
rapatriement a l'expiration de ce second engagement. S'il
justifie d'une conduite regulibre et de moyens d'existence, ii
pourra dtre admis h r6sider dans la colonies sans engagement,
mais il perdra, des ce moment, tout droit au rapatriement
gratuit.

II y eut a cela de graves inconv6nients. Les indi-
vidus que l'on fixait ainsi se d6sinteressaient du tra-
vail de la terre pour s'adonner au commerce; quel-
ques-uns meme abandonnaient completement leurs
concessions et devenaient des vagabonds ou des cri-
minels. Aussi, I'article 39 du d6cret du a9 aoat 1887
stipula que 'immigrant qui se r6engage a pent accep-
ter le replacement de la prime en argent par des
avantages particuliers, autres qae des concessions de
terres ,.
II fallait cependant retenir le plus grand nombre
possible de bons travailleurs; et, pour viter les incon-
v6nients du sejour libre, on a decide que ceux des
engages qui voudraient resterdans la colonies devraient
passer un nouveau contract avec un engagiste;
moyennant quoi, ils toucheraient une prime, dite de
r~engagement.











76 -

Le d6cret du i3 f6vrier i852 avait pr6vu le paie-
ment de cette prime dans son article a, alin6a a :

L'immigrant aura, pendant l'annee qui suivra l'expiration
du delai fixr, la faculty d'opter entire la jouissance de ce
droit (il s'agit du droit an rapatriement gratuit) et une prime
equivalent aux frais de son rapatriement personnel. Cette
prime ne sera alloude qu'apres justification d'un reengage-
ment on de 1'exercice d'une industries dans la colonies.

La convention de 186 article 9, alinea i", portait:

Si l'immigrant consent a contractor un nouvel engagement,
il aura droit a une prime.

Actuellement, sous le regime du d6cret du
a7 aolt t887 ( tout immigrant qui passe un contract
de reengagement a droit a une prime en argent
(art. 39, al. 2).
Cette prime, verse a tout immigrant qui se reen-
gage, est payee par l'introducteur; elle est gale aux
frais que ce dernier aurait do supporter pour le
rapatriement de son ouvrier, s'il avait manifest( le
d6sir de retourner dans son pays.
On a pr6tendu que la perspective de cette prime
que l'on faisait entrevoir a l'immigrant ne le laissait
pas entierement libre de choisir entire le rapatrie-
ment et un nouvel engagement, et qu'il suffisait par-
fois d'une 16g6re pression pour le decider A se r6en-
gager.










-- 77 --

Un moyen d'obvier a ce danger, c'6tait de faire
payer par le patron au coolie qui se reengageait, une
some au moins gale aux frais de rapatriement. Le
paiement de cette prime est d'ailleurs tres just;
car les engagistes en faisant consentir un nouveau
contract a leurs employs Bconomisent la d6pense d'un
double voyage: d'une part, le rapatriement du tra-
vailleur arrive an terme de son contract, et, d'autre
part, le transport d'un novel immigrant destined
remplacer celui que 1'on a renvoyd dans ses foyers.
Le reengagement 6tant un acte tres important
pour le coolie, ii est utile qu'il soit entour6 de toutes
les garanties d6sirables; il faut avant tout le libre
consentement du travailleur et la parfaite r6gularit6
du contract.
Les arretbs des Io septembre x872 et 6 avril I877
avaient prescrit certaines measures don't nous avons
deja parlI a propos de la protection des immi-
grants (W).
Le decret du 3o mars x88i dit (art. 9, al. 2) que
les syndics sont charges de recevoir les contracts
d'engagements et de reengagements.
A son tour, le d6cret du a7 aodt 1887 ordonne
(art. 3 ) que praalablement a la passation de tout con-
trat d'engagement on de reengagement, les parties

i. Avant la passation de tout contract de travail les parties,
engagiste et future engage, doivent se presenter devant le
syndic du lieu (art. 6, decret xo septembre 1872).










-- 79 -

contractantes se presentent devant le syndic du
domicile de l'engagiste (I).
Quand on est assure que le contract de reengage-
ment sera passe dans la forme 16gale et avec le libre
consentement de l'immigrant, il faut encore que cet
acte 6nonce de facon claire et precise la dur6e du
nouvel engagement, le droit a I'assistance medicale
gratuite, la quality et le mode de paiement des
salaires, le montant de la prime convenue, le droit
au rapatriement gratuit, le droit a l'inhumation
aux frais de l'engagiste; qu'il indique le nombre de
jours de travail que l'engag& devra fournir chaque
mois (2).
Quelquefois, au terme de leur premier contract,
les immigrants ne sont pas capable de fournir le
meme travail qu'au moment de leur introduction
dans la colonies. Pour permettre aux planteurs de les
reengager a des conditions point trop onereuses,
l'article 40 du d6cret du 27 aodt 1887 decide qu'il
peut etre apport6 derogation au taux minimum des
salaires, mais seulement apr6s autorisation du pro-
tecteur des immigrants.


i. Mdmes dispositions que le d6cret du Io septembre 187a.
2. ArrWte du io septembre 18a2, article 13. D6cret du
a7 aolt 1887, article 31.













Io0 LE RAPATRIEMENT GRATUIT DES IMMIGRANTS

Diverses raisons militent en faveur du rapatrie-
ment gratuit des immigrants. D'abord, certain
n'auraient jamais consent a s'engager, s'ils n'avaient
eu I'assurance d'etre ramenes un jour dans leur pays,
sans bourse dWlier. La religion des Chinois leur fait
un devoir d'aller dormir dans la meme terre que leurs
ancetres. Les Indiens sont moins attaches a la patrie,
mais ils 6migrent plus volontiers quand on leur pro-
met de les rapatrier gratuitement.
Ilarriverait en outre que si les immigrants n'6taient
pas rapatries gratuitement, quelques-uns ne cherche-
raient pas a quitter la colonie, soit parce qu'ils ne
pourraient pas payer leur voyage, soit parce que,
habitues a une nouvelle vie, ils aimeraient mieux ne
pas regagner leur pays. En se fixant dans la colonie,
sans engagement de travail on sans moyens d'exis-
tence, ils constitueraient un veritable danger. Natu-
rellement paresseux, ils ne chercheraient pas a se
procurer une occupation et, par eux, la s6curit6 serait
compromise. Aussi leur accorde-t-on non seulement
le droit au rapatriement gratuit, mais on se reserve
meme la faculty de renvoyer d'office ceux don't la
presence est dangereuse pour l'ordre public.
L'article 24 du decret du I juin 1849, rendait dbji
possible le rapatriement d'office des immigrants:


- 79 -










-8o -
L'administration aura toujours le droit de rapatrier les
engages aux frais de rengagiste dans I'interet de l'ordre
public, mgme pendant leur engagement.

L'article 86 (al. 3) du d6cret du 27 aodt 1887
reprend les dispositions pr6ecdentes:

L'administration a toujours la faculty de rapatrier d'office
les engages dans l'int6ret de l'ordre public.

II faut done rapatrier gratuitement les immi-
grants qui ne peuvent pas ou qui ne veulent pas se
reengager parce que, au moment de 1'enr6lement,
la perspective du retour gratuit est le plus sOr moyen
de les decider a s'exiler, et aussi parce qu'il ne serait
pas just de faire supporter a de pauvres gens, don't
on est all6 solliciter les services et qu'on a fait tra-
travailler pour des salaires infimes,les frais d'un long
voyage par mer. Presque tous les pays d'6migration,
d'ailleurs, mettent comme condition au recrutement
de leurs coolies le droit au rapatriement gratuit.
Devait-on 6tendre ce droit a tous les immigrants
et A leurs families? Les diverse legislations con-
tiennent & ce sujet des dispositions differentes.
L'arretW du ii juin 1849 disait, article 24 (al. I-):

Les Indiens auront droit a leur rapatriement gratuit aux
frais de l'engagiste, B l'expiration de leur engagement.

11 semble done que le transport du retour devait










81 -

etre gratuit, sans distinction, pour tous les engagds,
mais il n'dtait pas question de la famille. Le d6cret
du 13 f6vrier 1852 6tait plus explicit pour ce qui
etait de la famille, mais ii se montrait plus severe a
l'egard d'une certain cat6gorie d'immigrants.

Art. a. AprBs l'expiration du nombre d'anndes de
travail determine, immigrant aura droit, lorsqu'il n'aara
encouru aucune condemnation correctionnelle on crimi-
nelle, au passage de retour.


Par consequent, les coolies qui avaient Wt6 punis
de l'amende ou de la prison perdaient leur droit au
rapatriement gratuit.
La convention de 186i donnait a la famille le meme
droit au rapatriement graluit qu'a I'engag6; et on ne
distinguait pas entire celui qui avait encouru une
peine afflictive et celui don't la conduite avail 6t6 irre-
prochable.

Art. 9 (al. 3). Le droit de 'immigrant au rapatriement
s'etend a sa femme et a ses enfants ayant quite l'Inde,
Ages de moins de dix ans et a ceux qui sont nes dans la
colonies.


Le decret du 23 aolt 1887 consacre ddfinitivement
le droit au passage gratuit pour la femme et les
enfants. S'ils sont sans engagement, la femme et les
P. Guiral 6










82 -

enfants sont rapatri6s par le dernier engagiste du
mari et, s'ils sont engages, par leur engagiste propre.

Art. 87. Le droit de 1'immigrant au rapatriement gra-
tnit s'6tend A sa femme et a ses enfants. La femme et les
enfants mineurs sont rapatries avec le mari o le pore, aux
frais de son engagiste, s'ils ne sont pas engages; et aux
frais de leur engagiste, s'ils sont engages.


Tous les textes legislatifs que nous venons de pas-
ser en revue disposent que les immigrants sont
rapatries aux frais de I'engagiste.
C'est done a l'engagiste a supporter les depeuses
d'introduction et de retour de ses immigrants. II
aurait pu se produire qu'h la fin de son contract,
I'immigrant ait manifesto le d6sir de regagner son
pays et que, an jour fix6 pour le paiement du pas-
sage, 1'engagiste, gene dans ses affaires, eft Wet dans
l'impossibilit6 de faire face a ces d6penses.
Le coolie aurait du attendre,pour s'embarquer, une
meilleure situation de son employer.
On a pare a ces difficulties en cr6ant des caisses
dites d'immigration. Ces caisses, alimentees par les
primes d'introduction et les droits fixes et propor-
tionnels (ddcret du 13 f6vrier 1852, art. 3) pays par
les engagistes, sont destinies a couvrir toutes les
d6penses du service de l'immigration. Les fonds qu'on
y centralise servent h indemniser le personnel, a










83 -

entretenir le materiel et les bureaux de ce service et
B solder les frais de recrutement, de traitement dans
les hopitaux, et de rapatriement des immigrants.
Quand les immigrants vont rentrer dans leur
pays, les memes precautions sont n6cessaires qu'au
moment du premier embarquement. On doit s'as-
surer s'ils sont tons en etat de supporter les fatigues
du voyage, si quelques-uns d'entre eux n'ont pas
a presenter certaines reclamations. II faut aussi
renseigner le capitaine du navire en partance sur la
morality de ses passagers. II est en meme temps indis-
pensable que le vaisseau qui va emmener le convoi
offre des garanties de navigability et de confort suffi-
santes.
Ces formalities d'embarquement et de transport des
engages rapatries sont exposees dans les articles 95
et 9 du d6cret du 27 aoit 1887.


Art. 95. Avant le depart, le protecteur des immigrants
ou son de&1gue, assist du medecin du navire en partance on
d'un medecin design par le chef du service de sant6, passe
l'inspection des individus composant le convoi, et ajourne le
depart de ceux qui ne sont pas en 6tat de supporterle voyage.
II les interroge sur les reclamations qu'ils pourraient avoir
a faire; il dresse l'etat de ceux auxquels il y a lieu de d6livrer
un secours de route au depart et a 1'arrive ; il constate
l'identit6 des immigrants rapatries et surveille leur embar-
quement.











84-

Aprbs I'embarquement, il fait 6tablir la liste des immi-
grants embarques en autant d'expeditions qu'il est n6ces-
saire; une de ces expeditions, certifide par lui, est remise au
capitaine du navire pour 6tre annex6e an role d'dquipage.
Cette expedition content toutes les indications utiles rela-
tives aux immigrants et fait connaltre, s'il y a lieu, les con-
damnations encourues par eux et les motifs de ces condam-
nations.
Art. 97. Aucun navire affected an transport des immi-
grants ne pent etre exp6di6 de la colonie, s'il n'est prdala-
blement constat6 par le protecteur ou par son dle6gun
que les formalities prescrites par les articles 9I, 26, 27 et
32 (1) du d6cret du a2 mars 1852 ont etd remplies.



i. Les textes des articles 19et 26 du d6cret du 27 mars r852
ont ete cites dans le paragraphe relatif a l'embarquement
des immigrants.

















CHAPITRE II


L'IMMIGRATION RAGLEMENTE A LA GUADELOUPE

I1 HISTORIQUE DU RECRUTEMENT DES IMMIGRANTS

Apres la suppression de I'esclavage, les planteurs
de la Guadeloupe emprunterent d'abord a Madere
les travailleurs don't ils avaient besoin. Au mois de
mars 1854, on amena ainsi 188 Mad6riens, moyen-
nant un salaire de I franc par jour et la promesse
qu'on leur donnerait une case et un jardin.
Mais la population de Madere n'6tait pas assez
dense et l'essai ne put 6tre renouvel6 a l'expiration
du contract de cinq ans sign par les travailleurs.
On traita alors avec le capitaine au long course Blanc
et avec M. Regis pour l'introduction d'engag6s in-
diens et africains.
L'administration locale s'adressa de son cot6 et di-
rectement a la Compagnie G&ndrale Transatlantique,
pour I'enr6lement de 2.ooo a 3.ooo Indiens par an.
Les prix pays 6taient les memes qu'A la Martinique ;
la colonies qui supportait une parties des depenses

















CHAPITRE II


L'IMMIGRATION RAGLEMENTE A LA GUADELOUPE

I1 HISTORIQUE DU RECRUTEMENT DES IMMIGRANTS

Apres la suppression de I'esclavage, les planteurs
de la Guadeloupe emprunterent d'abord a Madere
les travailleurs don't ils avaient besoin. Au mois de
mars 1854, on amena ainsi 188 Mad6riens, moyen-
nant un salaire de I franc par jour et la promesse
qu'on leur donnerait une case et un jardin.
Mais la population de Madere n'6tait pas assez
dense et l'essai ne put 6tre renouvel6 a l'expiration
du contract de cinq ans sign par les travailleurs.
On traita alors avec le capitaine au long course Blanc
et avec M. Regis pour l'introduction d'engag6s in-
diens et africains.
L'administration locale s'adressa de son cot6 et di-
rectement a la Compagnie G&ndrale Transatlantique,
pour I'enr6lement de 2.ooo a 3.ooo Indiens par an.
Les prix pays 6taient les memes qu'A la Martinique ;
la colonies qui supportait une parties des depenses











86 -

avait constitute, a cet effet, sa caisse d'immigration
d'une maniere sp6ciale.
En 1875, un contract fut passe par la colonies avec
M. Lamouroux, agent d'immigration a Calcutta pour
l'introduction de i35o coolies par an pendant huit
annees. Mais le contract ne regut qu'un commence-
ment d'ex6cution.
Un convoide 208 Chinois recrut6s a Shangai avait
tL e6galement amen6 a la Guadeloupe en 1859,
moyennant un salaire mensuel de 4 piastres avec
droit a la nourriture et aux soins m6dicaux gra-
tuits. II fut impossible de poursuivre les operations
de recrutement en Chine. Les Celestes sont assure-
ment des travailleurs habiles et courageux, mais le
haut prix de leur introduction et de leurs salaires et
leur resistance a s'assimiler nos mceurs s'opposaient
a ce qu'on fit largement appel a leur concours (i).
En outre, ainsi que 1'crivait en 1878 M. de Mont-
morand, ministry de France a P6kin:

Les operations de recrutement en Chine sont extreme-
ment delicates; elles amenent souvent de graves complica-
tions, elles ont Wte interdites presque partout dans l'Empire
et il est bien rare qu'elles ne meritent pas le surnom de
traite des Jaunes. Celui qui l'entreprend fait gendralement
fortune, mais la nation pour laquelle il opere et a laquelle il

i. Blondel, Le Rdgime da travail etla colonisation libre,
op. cit.











-87 -
appartient laisse toujours un pen de son influence et de sa
considerationen Asie. Pour avoir de bons coolies, il faut
s'adresser une maison chinoiseet se resigner a payer cher.

II valait mieux, dans ces conditions, essayer d'obte-
nir d'autres travailleurs. Or, en 1888, le gouverne-
ment indo-britannique interdit l'enr6lement sur le
territoire indien de travailleurs destin6s h nos colo-
nies des Antilles. D'ailleurs, en 1885, le conseil
general avait emis le voeu que l'immigration flt sus-
pendue. En 1888, la caisse d'immigration fut sup-
prime A la Guadeloupe; le budget local devait pour-
voir A toutes les d6penses du service (I).


a LE RECRUTEMENT PROPREMENT DIT. 30 LE CON-
TRAT DIENGAGEMENT. 4o L'EMBARQUEMENT ET LE
TRANSPORT DES ENGAGES.

(Nous avons donn6, au chapitre precedent,
quelques indications g6nbrales sur le mode de recru-
tement et de transport des immigrants. Pour la


i. En principle, I'immigration r6glementee n' est pas sup-
primbe A la Guadeloupe, mais. enfait, on a, comme a la Mar-
tinique, abandoned toute idee d'une reprise de 'engagement
r6glement6. Le Credit Foncier Colonial a bien introduit,a la
fin de 1894, un convoi de 5oo Japonais, mais l'e ssai n'a pas
et6 heureux, et des 1896, on les a rapatri6s.
D'aprBs A. Girault, Principes de colonisation et de Idgis-
lation colonial, t.II, p. 458, edit. x90o.










88 -

Guadeloupe et la Martinique, nous prendrons notre
6tude a l'arriv6e du navire portant les immigrants,
c'est-h-dire au moment meme ot commence l'immi-
gration proprement dite.)



5- ARRIViE DU NAVIRE PORTANT LES IMMIGRANTS.
LE DEBARQUEMENT

Pour la Guadeloupe, ainsi que pour la Reunion
et la Martinique, l'article 32 du decret du 27 mars
1852 traite des formalit6s a remplir a la'rriv6e des
navires charges d'immigrants. Nous avons examine
le texte de cet article a propos de la Reunion.
Divers arret6s locaux sur le regime des immi-
grants out indiqu6 la maniere don't les engages
devaient etre recus et visits a leur arrivee a la Gua-
deloupe.
iUn premier arrete, du 16 novembre 1855, decida
(art. 26) que les navires porteurs d'immigrants
des pays hors d'Europe ne pourraient mouiller que
sur la rade de La Pointe-h-Pitre etqu'ils seraient mis
en quarantine provisoire jusqu'd la decision de
l'autorit6 comp6tente.
Avant le d6barquement, le cinmissaire de l'immi-
gration, le capitaine du port et deii medecins visi-
teurs se rendaient a bord pour s'assurer que toutes
les dispositions avalent W6t observees bn ce qui con-










89 -
cernait les emm6nagements, les approvisionnements
et les measures d'hygifne.
Les immigrants 6taient interrog6s individuellement
et on recevait leurs reclamations et leurs plaintes
quand ii y avait lieu (art. a8).
11 fallait encore que les immigrants demeurent
sous le regime de l'isolement pendant trois jours an
moins apres leur d6barquement. Chaque jour, les
mndecins visiteurs s'assuraient de leur 6tat sanitaire.
On installait dans les locaux s6pares ceux qui parais-
saient atteints de maladies contagieuses; ceux qui,
soit par leurs infirmit6s, soit par leur mauvaise
constitution, etaient reconnus impropres aux travaux
pour lesquels ils avaient Wte engages devaient etre
rapatries aux frais des introducteurs (art. 29 et
35) (I).
2 Un second arretA, du 24 septembre 1859, modi-
fia certaines dispositions relatives a l'immigration.
Les navires portcurs d'immigrants, a moins
d'ordre special et exceptionnel 6man6 du gouver-
neur, mouillaient toujours a La Pointe-a-Pitre
(art. 9, al. Ir'): les immigrants etaient isoles pendant
trois jours au moins et examines chaque jour par
les m6decins visiteurs. Mais les colons engagistes
trouvaient que les m6decins de administration se
montraient trop rigoureux et Bliminaient trop d'immi-


i. Ball. of. de la Guadeloupe, ann6e 1855.











90 -

grants; car nous trouvons, a Particle 12 de ce nouvel
arretn, les dispositions suivantes:

Les introducteurs d'immigrants peuvent faire suivre les
operations du commissaire de immigration et du m6decin
visiteur par un mandataire et par un m6decin de lear
choix (i).


3o Un arrete du 19 f6vrier 1861 dispose, article 18:

Avant le debarquement, le commissaire de immigration,
assisted du capitaine du port et d'un m6decin visiteur, visit
le navire amenant des immigrants. II s'assure si les measures
d'hygirne, les prescriptions relatives aux approvisionne-
ments ont Wet prises.
Art. 19. Les immigrants sont isol6s pendant trois jours
au moins et visits, chaque jour, par le medecin visiteur,
lequel les a fait vacciner s'ils ne Font pas dte, et prescrit la
sequestration de ceux qui sont atteints de maladies conta-
gieuses.

Le dbcret du 3o juin 18~o, don't les dispositions
ont det appliques a la Guadeloupe jusqu'h la sus-
pension de l'immigration rgglementee, porte (art. 2o
et 21) que les immigrants sont visits a leur arrive
par une commission special. On v6rifie leur iden-
titd d'apres la liste adress6e au gouverneur de la colo-


I. Ball. off. de la Guadeloape, annie 1855.











9I -

nie par I'autorit6 charge d'assurer ou de controler
le recrutement.
Les immigrants sont isolbs pendant trois jours an
moins et la lev6e de l'isolement doit etre prononc6e
par le directeur de l'lnterieur, sur I'avis du directeur
du service de sant6 de la colonie. Chaque jour, le
m6decin visiteur les inspect, indique les soins a
donner aux malades et fait vacciner ceux qui ne
portent trace ni de variole ni de vaccination.


6o REPARTITION ET IMMATRICULATION DES ENGAGES
VALIDES

a) Repartition. L'arretW du 16 novembre 1855
prescrit qu'il sera fait, a l'arrivee d'un navire por-
teur d'immigrants, une selection parmi les nouveaux
arrivants (art. 35). On ne garde dans la colonies que
des travailleurs valides, qu'il s'agit de r6partir
parmi les engagistes. L'article 36 indique a ce sujet:

Les immigrants valides seront partages en groups de
cinq individus au plus. Le commissaire de l'immigration
aura soin de comprendre dans le meme group les travail-
leurs appartenant a la meme famille ou qui ne pourraient
etre spares pour raison de convenance (i).


x. Le decret du 3o juin 189o reprit les memes dispositions:
Art. 24. Aucun mari ne sera spare de sa femme, aucun










92 -

Aux articles i, 2 et 4 de l'arret6 du 24 septembre
1856 sont exposees les conditions dans lesquelles
s'effectuera la repartition des immigrants. On devra
tenir compete, dans l'attribution des travailleurs aux
engagistes, de l'importance de la proprietW sur
laquelle les coolies seront employs, des garanties
morales et mat6rielles offertes par les employers.
Chaque cat6gorie de travailleurs n6cessitera une
demand sp6ciale; les demands devront pr6ciser &
quels travaux on occupera les immigrants et com-
ment ils seront logs et nourris.
Deux arretes des 27 janvier x880 et 21 f6vrier
1881 precis&rent cette matiere.
L'article premier de l'arret6 du 21 f6vrier 1881 dit
que les engagistes qui n'offrent pas des garanties de
morality suffisantes devront etre exclus de la r6par-
tition.
DBs 1881, cependant, on sentait que les reglements
en vigueur a la Guadeloupe sur le regime du tra-
vail, le movement de la population n'dtaient plus
en harmonies avec les tendances actuelles. Une com-
mission fut constitute pour preparer la refonte de
cette legislation. En attendant les r6sultats des tra-
vaux de cette commission, le gouverneur, par divers
arretes, regla le cadre et les attributions du person-

pere ni aucune mere de ses enfants ag6s de moins de quinze
ans. Autant que possible, les immigrants seront groups par
families et par individus ayant le mgme lieu d'origine.










-93 -
nel de l'immigration, soumit tous les contracts d'enga-
gement a la perception des droits fixes et propor-
tionnels pr6vus par le d6cret du 13 f6vrier 1852, et
supprima la prime accord6e aux coolies en cas de
renonciation au rapatriement.
Un acte du 4 mai 1881 prescrivit aux employers
de tenir un livre-controle cot6 et paraf6 par le maire,
et de pourvoir chacun de leurs immigrants d'un car-
net destine a 6tablir sa situation financi6re.
Toutefois, ii maintenait la prime de r6engagement
don't le chiffre, fixed d'abord a 15o francs pour un
contract de deux ans, fut ensuite (arrete du 28 aoit
1882) proportionnel a la duree des contracts et r6duit
A 75 francs (arrete du 29 janvier 1889).
Entre temps, la commission constitute en i8ao et
le conseil g6n6ral, dans ses s6ances des a7 d6cembre
881, a et 3 juillet 1885 et 23 d6cembre 1889, avaient
prepare un project de d6cret destine a r6gler d'une
mani6re plus efficace le service de I'immigration. 11
faut noter toutefois que, dans sa stance du 3 juillet
1885, et immediatemcnt apr6s le vote du project don't
il s'agit, I'assembl6e locale avait adopt, a l'unani-
mit6, un voeu tendant a ce que administration pr6-
parat les bases d'une immigration libre destinee a
remplacer I'immigration indienne.
D'autre part, le gouvernement anglais avait sus-
pendu, depuis le commencement de 1889, le recrute-
ment, sur le territoire indien, des travailleurs desti-
n6s aux Antilles.










94 -
La reglementation du d6cret du 30 juin 1890 ne
devait done plus offrir d'int6ret que pour les enga-
ges don't les contracts 6taient encore en course en
1890.
b) L'immatriculation des immigrants sons le
regime da ddcret du 3o jain 18go. -- Nous trouvons,
dans le decret du 3ojuin 189o, relativement A l'imma-
triculation des immigrants, des dispositions ana-
logues a celles du d6cret du 27 aoat 1887 pour la
Reunion. 11 est tenu, au bureau du protecteur des
immigrants, un registre special, dit Matricule gBne-
rale sur lequel sont immatriculds tous les immigrants
(art. 27).
Dans les dix jours qui suivent I'inscription sur la
Matricule gen6rale, le bureau central de l'immigra-
tion transmet au syndic du lieu de residence des
immigrants les indications porttes A la Matricule
g6n6rale.
Le syndic transcrit a son tour ces indications
avec un numero d'ordre particulier, sur la matri-
cule syndicale (art. 28).
A la mairie de chaque commune, est tenu un
registre special d'immatriculation o0 sont inscrits
tous les immigrants resident dans la commune. Ce
registre, oh sont mentionn6es, au fur et 4 measure,
les entrees et les sorties, est mis a jour au moyen
des indications qui sont fournies par les syndics can-
tonaux (art. 29).










-95 -


7" PROTECTION DES IMMIGRANTS

Avant la r6organisation du service de l'immigra-
tion par le decret du 30 juin i8go, c'Atait au commis-
saire de l'immigration qu'etait d6volu le soin de
prot6ger les immigrants.
Les contracts d'engagement ne pouvaient etre
enregistr6s dans aucun cas, sans avoir 6te priala-
blement soumis a son visa. Les syndics devaient
veiller a ce que les prestations et les salaires dus
aux immigrants leur fussent r6gulierement pays
ou acquittes, dans les terms ou suivant le mode
indiqu6s dans I'acte d'cngagement ou determines
par la loi. Tout fait d'engagement fictif devait
etre porter a la connaissance des commissaires de
police par les syndics du lieu. Le commissaire
de l'immigration pouvait, avec l'autorisation du
directeur de l'Int6rieur, r6clamer d'office, devant
les tribunaux, la r6siliation des contracts d'engage-
ment, lorsque les conditions 16gales de salubrit6
et d'hygiene et celles sous lesquelles l'engagement
avait e6t contract n'6taient pas observers a 1'6gard
des immigrants (art. 15, x6, 17, ao et a2 de l'arrete
du 16 novembre 1855) (i).
L'arretete du a4 septembre i859 (2) augmentait le

i. Bull. off. de la Guadeloupe, annee i855.
2. Bull. off. de la Guadeloupe, annee 1859.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs