• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Introduction
 Chapitre premier
 Chapitre II
 Chapitre III: Le Comte Schweri...
 Chapitre IV: Une semaine histo...
 Chapitre V: Journalisme et...
 Chapitre VI: Le loup et l'agne...
 Chapitre VII: L'envers de...
 Chapitre VIII: Le 6 decembre...
 Chapitre IX: La derniere stati...
 Errata
 Table of Contents






Group Title: L'affaire Luders,
Title: L'affaire Luders
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074032/00001
 Material Information
Title: L' affaire Luders
Physical Description: iii, 390 p. : ; 25 cm.
Language: French
Creator: Ménos, Solon, 1859-1918
Publisher: Imprimerie J. Verrollot
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1898
Edition: 2. éd.
 Subjects
Subject: International law -- Cases   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par Solon Ménos ...
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074032
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000126917
oclc - 24184097
notis - AAP2902

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Introduction
        Introduction 1
        Introduction 2
        Introduction 3
    Chapitre premier
        Page 1
        Un visite diplomatique
            Page 1
            Page 2
            Page 3
        Question de nationalite
            Page 4
            Page 5
            Page 6
        L'appel
            Page 7
            Page 8
            Page 9
            Page 10
            Page 11
            Page 12
            Page 13
            Page 14
            Page 15
            Page 16
            Page 17
    Chapitre II
        Page 18
        Les manoeuvres
            Page 18
            Page 19
            Page 20
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
            Page 27
            Page 28
            Page 29
            Page 30
            Page 31
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
            Page 37
            Page 38
        Le jugement
            Page 39
            Page 40
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
            Page 51
            Page 52
            Page 53
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
    Chapitre III: Le Comte Schwerin
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
    Chapitre IV: Une semaine historique
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
    Chapitre V: Journalisme et diplomatie
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
    Chapitre VI: Le loup et l'agneau
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
    Chapitre VII: L'envers de la civilisation
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
    Chapitre VIII: Le 6 decembre 1897
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
    Chapitre IX: La derniere station
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
    Errata
        Page 391
    Table of Contents
        Page 392
Full Text





L'AFFALRE LUDERS

PAR


Solon M NOSi13 D
Docteur en Droit de Ia acultA de Paris
Avocat du Barreau'de Port-au-Prince
Membre de la 8oci6t de Legislation
Ancien Constituant
Ancien Secr6taire d'Etat de 'Instruction publique
Ancien Secretaire d'Etat de la Justice et des Cultes
Aucien Secs6taire d'Etat des Finances,
du Commerce et des Relations Exterieures.


BERI.I, 7 DtCEMBR 1897. L'Empereur
Guillpume a dit. au sujet du dilirend entire
FAllemagne et Haiti, on parlant des Haitiens:
SCest une mrprisnble bande de n6gres,
Shig6rement tein. s de civilisation fran-
* raise. Mes navires-coles, bien que mon-
a ts senlement par de jeunes garFons, leur
a apprendront les bonnes manieres.a


Imprimerie J. VERROLLOT, 92, Rue Bonne-Foi, 92,

PORT-AU-PRINCE

1898.


iii




































*r

'0

















*



e .















INTRODUCTION


L'amiral Bruat demandait a un chef taitien qui l'avait eu
pendant une heure an bout de sa carabine, pendant qu'il se
baignait, pourquoi il n'avait pastir r J'aurais6tAd6shonor6
aux yeux des miens si j'avais tuf nu et par surprise un chef
tel que toi, A r6pondit le sauvage. Et M. de Quatrefages, qui
rapporte ce trait de g6n6rosit6 chevaleresque, dans son re-
marquable ouvrage sur 1'Espkce humane, ajoute : w Qu'et ,
faith, qu'ett dit de mieux l'bomme le plus civilise?
Je ne sais si Sa Majest6 Guillaume II, Empereur d'Alle-
magne et Roi de Prusse, est, comme il incline A le croire,
l'homme le plus civilise et le prince le plus accompli des
temps modernes, mais il n'est pas douteux qu'il n'elt rien A
fait d'analogue, et lon pent affirmer. sans crainte de s'abuser,,
que le sauvage le glus inculte en remontrerait a ce seigneur
de si haute lign6e pour la conscience et la moderation.
Un incident regrettable se produit, provoque par le repre-
hensible emportement d'un jeune 6cervel6 que ses multiples
algarades, A Port-au-Prince etailleurs, ont d6jA.signal come
un professionnel de laturbulerice. Pour qui connait M. Emile
Lfders, ses excentriciths et ses violence, il n'est pas d'in-
certitude ni d'6tonnement possible. Ses coups de tete, ses
querelles, ses pugilats ont fini par lesser les plus indulgents,
encore que, devant tant d'extravagances et de folles equip~es,
les bien informs, ceux pour qui une genealogie scabreuse
n'a pas de secret, ceux qui n'ignorent pas la singularitA des


~-I~T-*5j-+r-I- i--I- -?iil 7 ii:


Xm6!-AJXr-A.3E13SX T3733'S







ii -- -_.,----mrh'-AFFp lKUD -

origines et les tares ancestrales, allfgnent I'atavisme et,
consid6rant le cas plut6t comme pathologique, chnchottent,
presqne par maniere d'excuse : c C'est le sang de Yayoute
qni I'6tolffe! D ( Yayonte, c'est I'aieule maternelle *c'est l'a-
vis6e servante qui, donceinent, mAthodiquemrent, sans ef-
fraction ni a violation de domicile D, introduisit sa fille A
peine nubile dans le litrde sin.rimatreiw ;'est la nAgresse don't
I'image 6difiante n'encombre pas la galerie des portraits de
Diquiny, mais qui revit d'une facon saisissante dans une
descendance inqui6te et feline, lAch6e A traversles couloirs
de l'antique logis oh toujours flotte et abonde le souvenir
hasardeux des complaisances:et des enveloppements.-an-
cillaires. ) -
De tels antkcedents.ainsi qu'une loyaleenqnuteeussent4t6
de nature A 6clairer un esprit impartial, A convaincre tm
Shomme de sang-froid tout autre que le C6sar tudesqde
don't line incurable infirmit& semble ,avoir ferme I'oreille,
surtout A la voix de la justice., Hlas! qui. oserait r6voquer
en doute l'omnipotence du monarque pare de la gloire-de
son ( inoubliable grand-pPre? Qui pourrait m6connltre la
, l1gitimit6 de son imperial caprice? C'est dit le souverain
dp cinquante-deux millions d'ames a d6cid defaire-sentir-
la fdrce de son bras a.un Etat.minusoule.eb dsarmO:.-Cela
imported a ses projects maritimes et convient A sa-coneeption
persoanelle- de la grandeur, de < l'invincible;., .AHeagne.
Comme, a GrAce, il faut traiter Hatitipar-le canon. Et, sans.
vodiloirrien entendre,buat Am'irmplacablerarrct qu'afermul esa-
morgue f6odale, le protecteur et I'arni de celni que Mi- GladsQ.
tone a appel6-l'assassn Abdul-Hamid.-n'a;ra decesse 4lu'il;
n'ait incline devant sa toute. paissance le-petil peuple ,veo6
A l'isolement et ti ne lutte sans espoir.. Ensuite, cedte
glorieuse besogne accorplie, SaMajest, 4le ,ont'ceintjes,,
lauriers promise a son.frbrer-s'6criera en parlatt-deshaftioi:
a C'est' ne band anOprisable deo ngses 4kigAe6ermet teiRtes







L'AFFAIRE LUDERS fll

deciviisation francalse. Mea navire-culeoes, bien qu monIties
seulement par de jeunes garcuns. leur apprendroni les
bonnesi maniBres. )
Ii n'y aurait pasjieu de s'arr6ter A ces paroles tombees des
lwres d'un auguste illuminA, en veine de bravades a l'6gard
d'uine nation faible. Le d6lire de la supr6matie se manifesto
sods des formes si 6tranges qu'on ne ferait que mtdiocre-
ment attention A cette grande pens6e d'un empereur qui
raura sans aucun doute introduite dans son nouvel Evan-
gile, < rEvangile du poing gantel6 D. Tout au plus l'eussions-
nous signal6e, en passant, au professeur Quidde, de Munich,
l'auteur d'un piquant pamphlet intitul6 : a Caligula, 6tude
sur la folie cesarienne romaine ). Cependant le chceur des
*thuriferaires cosmopolites, toujours prAts a adorer le succ6s
et A a venir au secours de la victoire ). c6elbr6 et exalted
cette double prouesse de Guillaume II avec un si touchant
accord que c'est pour moi un devoir de jeter un peu d'eau
sur ce beau feu et de rendre aux fails leur reelle physiono-
mie, en faisant jaillir de leur rapprochement la v6rit6 6ga-
lement indiffArente aux diatribes princibres et aux laches
apotheoses.
Fevrier 1898.














CHAPITRE PREMIER.
I
Sae visie diplomatique.
Le niardi 21 sepJembre 1897, je venais A pine de rentrer
h la mnaison, aprs lasiance du Conseil des Secretaires d'Etat.
que Ion m'annonga M. le Comte Schwerin, Charg6 d'Af-
faires de 1'Empereur d'Allemagne a Port-an-Prince. Nos
relations A ce moment-Il avaient atteint nn certain degr6
d'accoutuinance el j'ose dire in caractere de cordiality qui
alltnual sensiblemeni la rigidity( de rftiRquette. Aussi m'em-
pressai-je de le recevoir, malgr4.la naturelle lassitude q.ue
j'6prouvais A.la suite d'une reunion ob, pendant plus de
quatre heures, s'6taient d6roulhes ou ineie deballes les
questions les plus diverse.
Le Comnte Schwerin paraissait en proie : une vague emo-
tion et ses yenx exprimaient je ne sais quel effarement, qu'il
ne parvenait pas tdujours A dissimnler sois des forinules
quelenmques de politesse II ne tarda pas A entrer en natiere
el ime narra avec une complaisante prolixit les phases va-
ri6es d'un incident qui n'efit 6videmment pas revetu une
importance extraordinaire sans le violent desir don't mon
inlerlocuteur Ntait envahi de manifester one solicitude alar-
inme envers ur de:'ses ressortissants, 'qne celi-ei futlau-.
thentique on non.
Sa vision, au foid, n' tait pas autrement compliquee;
degagee do papolage diplomatiqne et des longueurs d'nne
amplification rtbarbalive el h rissae de permanismes, elle
poipait se rusumer ainsi : a M. Emile Luders, bomme la-
bdrieux el paisible, s'l en fl, elail tranquillement dans son
cabinet detravail, ofi son assidrril n'avait pas d'Prale, lorsque
I


~ '~C19~ C~C~L.~B~B~~I:I














CHAPITRE PREMIER.
I
Sae visie diplomatique.
Le niardi 21 sepJembre 1897, je venais A pine de rentrer
h la mnaison, aprs lasiance du Conseil des Secretaires d'Etat.
que Ion m'annonga M. le Comte Schwerin, Charg6 d'Af-
faires de 1'Empereur d'Allemagne a Port-an-Prince. Nos
relations A ce moment-Il avaient atteint nn certain degr6
d'accoutuinance el j'ose dire in caractere de cordiality qui
alltnual sensiblemeni la rigidity( de rftiRquette. Aussi m'em-
pressai-je de le recevoir, malgr4.la naturelle lassitude q.ue
j'6prouvais A.la suite d'une reunion ob, pendant plus de
quatre heures, s'6taient d6roulhes ou ineie deballes les
questions les plus diverse.
Le Comnte Schwerin paraissait en proie : une vague emo-
tion et ses yenx exprimaient je ne sais quel effarement, qu'il
ne parvenait pas tdujours A dissimnler sois des forinules
quelenmques de politesse II ne tarda pas A entrer en natiere
el ime narra avec une complaisante prolixit les phases va-
ri6es d'un incident qui n'efit 6videmment pas revetu une
importance extraordinaire sans le violent desir don't mon
inlerlocuteur Ntait envahi de manifester one solicitude alar-
inme envers ur de:'ses ressortissants, 'qne celi-ei futlau-.
thentique on non.
Sa vision, au foid, n' tait pas autrement compliquee;
degagee do papolage diplomatiqne et des longueurs d'nne
amplification rtbarbalive el h rissae de permanismes, elle
poipait se rusumer ainsi : a M. Emile Luders, bomme la-
bdrieux el paisible, s'l en fl, elail tranquillement dans son
cabinet detravail, ofi son assidrril n'avait pas d'Prale, lorsque
I


~ '~C19~ C~C~L.~B~B~~I:I







2 L'AFFAIRE LUDERS

de-. homes de police, sans etre porleurs d'aucun inandal,
firent irruplioi chezlui p. iirarrelteriin cncher incir de vol.
Indign6 de cette violation de domicile, il repoussa les agents'
de la force publique et se rendit sur-le-champ an Bureau
central de la Police, pour se plaindre de leurs procedes,
mais 1 il fut arrt -, envoy devant fe Jhige de paix, emp&-
ch6 de citer des t6moins a d6charge pour le lendemain,
condamna A un mois d'emprisonnement et a une amended
de quarante-huit gourdes;conduit immn diatement en prison
et kcroui. Pourtant I'art. 402 du Code Penal ne pupit les
voies de fait qui n'auront occnsionn6 ni contusion ni bles-
sure, que de cinq a vingt-cinq jours d'emprisonnerent et
d'nne amende de cinq a vingt-cinq gourdes. Ponrcomble d'in-
S justice, son intervention personnelle, hlui, le ComteSchwe-
rin, appelA en toute hate an Tribunal de simple police par
M. Emile Luders, n'avait pas suffi A vaincre I'obstination
du Greffier, qui pr6tendait ne ponvoir, par suite d:un sur-
crolt de besogne, d(livrer une expedition du juggmenit avant
le verdredi, c'est-A-dire avant trois jourp. Tout c9la 1tpit-
bien grave et, au dire de plusieurs personnel, ressenrblait
A du parti-pris A l'6gard des allemands.
Tel fut, en racourci, I~xpps, du Charge d'Affaires d'Alle-
inagne. Sa parole, en d6pit d'une 1Agire animation et d'une
abondance inusitee, avait quelqne chose d'emprunt et d'im-
personnel, comine si elle Atait le jouet d une confuse sug-
gestion.
Je lui repondis qne je n'Mtais pas du tout au courant des
faits don't je venais d'entendre la relation; que je ne pou-
vais, par consAquent, hasarder la moindre appreciation
IA-dessus avant d'avoir obtenu des renseignements copnplets
on plut6t on rapport circonstanciM sur cette aflaire, regret-
table dans ton, les.cas; que toutefois si M. Emile Lnders
crovait avoir a redire au jugement, il n'avait qu'A en appe-
ler dans la forme ordinaire; que la delivrance immediate de
l'exp6dition n'importait guAre, un tel recours n'ftant pas
necessairement subordonn6 a la signification de la sentence;






L'A BAIRE Ej.tgNS 3
qus.d'autre part, devanr le Tribunal d'appel, M. Emile Lu-
ders pourwait citer. tons-les l[mnins A d6charge qu'il, li
platrait. ,
A Je vous le r6p6te, ajontaije, je n'avais absohiment rien
appris de ce qui s'est pass ce martin. Comme vous y pre-
nez:de I'intr6t, je ne ferai aucune difficultA pour vous com-
m iniquer A titre priv6 mes infoirmations particulieres afin
de vous Adifier plus complAtement, si c'est possible, sur nos
bones dispositions. Je sais bien qn'il y a des gens qui sont
m6contents de la politique reformatrice dn Cabinet actuel
et entreprennent de faireaccroireqne nous somnmes hostiles
aux Btrangers, mais je pense queJ'attitode invariablement
conciliante du Gouvernement a l'Pgard des Representants
des Puissances 6trang6res, ne s'est pas d6inentie un seul
instant et je ne doute nullement que, le cas 6ch6ant, v4are
t6moignage ne nons fit acq!is en toute spontan6it.
P Les allemands qni resident (n Haiti seraient encore
moins fmonds qne personnel A se plaindre. Ont-ils jamais 6tA
entrav6s, dans leur negoce, dans le developpement de lenrs
transactions, dans la diffusion de leurs 6tablissements?
Quelle atteinte a jamais kte portee A leurs biens ou a ler
security? Quelle injustice a trouble leur prosp6rit6 et leur
quietude?
n Quant A M. Emile Luders, je n'ignore pas qu'il est ins-*
erit A Votre.L6gatbon, mais quel analyst aurait eu 1'esprit
assezp6nAtrant pour d6couvrir en lui un allemand ennnyv
par les haitiens ?
Ces derniers mots, oh le Comte Schwerin crut voir sans
doute ine malice, parurent le derider. II voulut bien recon-
ialtre la correction et la courtoisie de nos rapports avec lui,
et il prit cong6 en me remerciant spseialement des vues
que j'avais indiquiAes sur I'opprtunit.6 d'un recours en ap-
pel, qu'il se promit de conseiller A M. Emile Luders.
11 ne fut pas plus t6t parti que je me fis mettre en com-
munication tlAephonique avec Mr F. L. Cauvin, Secrtaire
d'Etat de I'lnli'nrunr et de la Police CG6nrale Je Ini relanti







.4 L'AflW BE LVDRRS

la demarche du Charg6 d'Affaires, et j'exprimai *en mame
temps mes regrets de ne pouvoir communiquer agalement
a ce sujet avec notre collogue, Mr A. Dyer, Secretaire d'Etat
de la Justice, don't la maison privee n'4tait pas relie par le
telephone. Luxembourg Cauvin me repondit qu'il venait
d'etre instruit de 1'incident du martin, survenu pendant que
nous 6tions en conseil, et que le iapport qui lni avait 6t6 fait
presentait M. Emile Luders come ayantagiavec la dernilre
brutality contre des agents de police, venus pour proceder
A I'arrestation d'Mn nomiue DorlBus Presumn It ajonta-qtt'it
ordonnerait une enquate suppleinentaire el prendrait per-
sonnellement cannaissance du jugenent du Tribunal de
simple police.

II

Question de nationality.

Avant d'aller plus loin, ii imiporte d'examiner nne ques-
tion qui a d6ja alimentA la conlroverse et divise encore les
esprits. Quelle est la nationality de M. Emile Luders? Est-il
haitien ou bien allemnind?
La r6ponse est on ne pent plus aisee si nous nous en te-
noons A notre seule 16gislation, car la filiation maternelle dui
personnage qui nous occupe d6montre p6remptoirement que
la R6publique d'Haiti est fondue A le regarder come un de
ses citoyens. Malgr6 obscurityt6 r6pandue a dessein sur les
debuts d'une famille don't les Bvolutions ne laissent pas que
d'etre originates et parfois scandaleuses, on s'accorde a dire
que Yayoute fut transported de la Guin6e A Ste-Croix, une
des Antilles danoises, d'oh elle parvint bient6t A s'enfuir.
Ayant finalement gagn6 le territoire haitien, ce sol b6ri oh '
il n'y avait plus d'esclaves, elle s'empressa de rcclamer le
b6n6fice de la rAgle constitulionnelle en vertu de laquelle la
quality d'haitien 6tait confer6e A c tout Africain, Indien, et
ceuix issues de leir sang, n6s dans les colonies on en pays
6eranger, qui viendraient rAsider dans la RPpubliqnc. v


.^'**^^-*d-afeAa.^i,'. i^'L-nul^l-'AJi^ai






J5
LWit Rmdf S 5.

-.6Sail e AgNassnpe a ieriJeJfEtai-twAutrellemenl de nahio-'
a lt hautierme. -1 en fut de ne, ie. conforremenL & I'art. 13
der Code civil, des enfanis issues de la cohabitation d'Anais
avec un francais dn nom de DIjardin. ebteben que ce concu-
binage eut fini par 6tre convert en justes noces, en vue de
Ia laliimation des demoiselles de Diquiny. revenues adulles,
celles-ci resl~reni hfitiennes, ainsi que leur mnre, et lenr
qiialiW ne ful pasininLme mndifl6e par leurmariage,contract4
apr6s lapromtulgation de la loi .di 30 otobre 1860.
L'art 6 de cette loi declare essentiellement haitien I'en-
faht issut di marriage d'unre haitienne avec in ktranger,-et
d'apres I'art. 3 de la Constitution de 1867, est haitfen tout
individual n6 en Haiti on en pays stranger d'nn haitien od
d'nie haitienne. Or, M. Emile Lnders, fils 1egitime de M.
Theodore Luders, allemand, et de l a. citoyenne v Cli-
inence D6fardin, haitienne, Atant n. en 4874, sous l'empire
de la loi de 4860 et de la Constitntion de 4867, la nationality *
haitioane I'a saisi des sa naissance, et, depuis-lors, il ne s'y
est:soustrait ni par ine naturalisationacquise en pays 6tran-
ger,;ni par aucune des, antres circonstances desquelles le
L6gislateur infere la perte de la quality de citoyen d'Haiti.
Chaque Etat, dit Bluntschli, a le droit de fixer libre-
ment les conditions auxquelles it accord et retire la quality#
de, ctoyen de 1'Etat. D Et I'autetr du Droit international
codified ajoute :. ICette question, toute d'organisation int-
trieure, est du domaine du droit constitutionnel de chaque
Etat et non. de celui dnl droit international. D
L'Alleimagne n'a jamais h6sitA A se.pr6valoir de ce prin-
cipe : c'esl ainsi que, par une application forcee des con-
ventions de 1871, elle a, en d4pit de leurs protestations,
d~clar, sujets de 1'Empire, des francaiS qui avaient simple-
meiot i*sid& en Alsace-Lorraine, sans en 6tre originaires.
rWici pourtant que ce meme pays excipe de I'art. 3 de la
loi allmande du lerjuin 1870 pour attribuer sur note propre
territoire ila nationality de son pAre A M. Emile Luders, qui,
n'ayant-auc(ne envie d'avoner 1'errante Yayoite:va prendre






6 4A^ALLKe. w 4wS
d#i service en Alleniagne, in .6tee teums qe des tons
de boxe et de. savate, et ne tardera pas afise proclawwr
I( bon allemand v afin d'atlirer les.foudres lellonnes. -or
cette terre de refuge of sa bisaieule maternelle naquil A Ia
liberty. ,
Comment trancher ce conflict de 16gislations? M,. Emiile
Luders auira-t-ii deux nationalit-s et restera-t-il haitien an
moins en Haiti? C'est assur6ment cette derniere solution
qui est ia seule compatible ivec le principle de la territoria-
lit6 des lois. Aussi l'intervention di Charg6 d'Affairesd'Al-
lemnagne 6tait-elle th6oriquement tout-a-fait inadmissible, et
aurait-elle du etre Acart6e d'embl6e et sans examen, si la
raison du plus fort, toujours la meilleure pour les loups de
la Forkt-Nqire, n'inscrivait & la L6gation Allemande A Port-
au-Prince et ne pr6tendait proteger quand meme le bonil-
lant echassier qui fit une annie de volontariat A Berlin, dans
le regiment des cuirassiers de la Garde imp6riale.
Malheurensement les frequents d6mentis inflig6s aux dis-
positions fondamentales de notre Droit public ne semblent
pas suffire a nous mettre en. garde contre les exag6rations
d'un syst me clue notre faiblesse num6rique nous emp(che
de faire valoir a I'encontre des Puissances ktrangeres, g6-
neralement assex disposees' abuser de lenr force. Je con-
fesse que je n'ai janais pu saisir la raison ni l'utilit6 de la
regle constitutionnelle qui attribue, sans option possible,la
quality d'haitien A tout individu n6 en Haiti, pourvu qn'il
descend de la race africaine : elle a, au contraire, le double
inconvenient de mettre en relief notre impuissance A I'im-
poser effectivement .l'individu n6 en Ha'ii de iparentsi 4 -
gers, et pourtant de laisser A celui-ci la faculIt de se3:8
valoir, au moyen diune inqui6tante sublilitL. oepm.iA ioa.
acquerir des immeubles sur le territcire du la Repabliqwi.R
< Haiti, dit fort justement J. N. LUger, n'aiirail aucun prflit
- A garner des ingrats qui, aprAs s'6tre enrichis aises,6pens,
convoitent une autre nationality. II vait mienx qu'elleles
rojette et qu'elle soit definitivement fixee sur leur compete .




:- .9**'-'* ..- A r 4


L'AiFAIRE LUDER5 5

H nWest done que temps de supprimer une disposition
ilhlisiireate constamtment mmnconnue.

III
L'appel,

M. Emile Luders snivit I'avis du Charg, d'Affaires d'Alle-
magne : il interjeta appel le 22 septembre 1897 et constitua
pour son avocat Me Ed. Lespinasse. L'acte, signifle au Com-
missaire du Gonvernement pres le Tribunal civil, tait concu
dans des termes tellement impr6cis qu'on n'en pouvait tirer
aucun renseignement serieux sur la nature ou les p6rip6ties
de I'affaire. r Le requ6rant ( Emile Luders ) a 6t6 condamn6
par jngement dnl Tribunal de simple police A un mois d'em-
prisonneneent et a I'amende prime par I'art 44 de la loi sur
la police urbaine; en fait, le Tribundl de paix a jug6 shr la.
simple audition des t6moins de la parties adverse; le reque-
rant n'a pas pn fire entendre ses temoins; les faits qui lui
sont reprochAs, en rAalitA, n'existent point on ont 6t. d6na-
turAs; le Commissaire du Gonvernement entendra le Tribu-
nal correctionnel, apres avoir faith, en son audience, l'ins-
truction de I'affaire, r6formerleditjugementdu 21 septembre,
et d6charger le requ6rant des condemnations prononc6es
contre lui D.
Et c'est tout. Aucun expose de I'incident, de ses-circons-
tances, de ses complications. Aucune mention de la contra-
vention relevee et punie par le Tribunal de simple police.
Aucune discussion juridique, aucune allusion a un cas
d'exeose ou A un grief quelconque touchant les ( proc6d6s
arbilfars de la police. ) Et il suffira, n'est-ce pas? que l'on
njouO que I'appel est suspensif, pour qde le Parquet, sans
*ivir, 61e mis r'ellement en measure de savoir de quoi il
agiLet avanl q'il ait pn p6n6trer tout ce qu'il y ade science
infuse dans ine enfilade de phrases en apparence insigni-
fiantes, comprenne subitement, comme par un trait de lu-
miere, que M. Emile Luders a WtA incarc6rA6 la diligence







8 L'AFFAIRE LUDERS

d'un agent de police ind6pendant dans 1'exercice de ses
functions de Ministire public, et doit etre sans delai rernis
en liberty.
Commne cette declaration si enigmatique ne product pas
l'effet desire, le plus simple est d'invoqner M. le ChargA
d'Affaires de S. M. I'Emper6ur d'Allemagne ainsi qu'nn dews
ex machine toujours disponible, et celui-ci, fier d'nn role
don't la nouveaut6 ne lui paralt pas deponrvue d'attrait, se
white de prendre son masque official et d'arborer son style
de gala dans la lettre suivante :

Port-au-Prince. le 13 Seplembre 1897.
URGENT


Monsieur le Secr6taire d'Etat,

En me referant a'notre entretien du 21 de ce mois, j'ai l'hon-
neur de Vous informer que mon compatriote, Monsieur Emile
Lfiders, se trouve a l'heure actuelle encore en prison. Monsieur
Edmond Lespinasse a fait hier appel pour Monsieur Laders contre
le jugement du juge de paix, l'acte d'appel a 6et signed par qui'de
droit, et c'est absolument centre les lois de Votre pays que Mon-
sieur Luders n'a point 6et encore remis en liberty.
Je Vous prie done, Monsieur le Secretaire d'Etat, de Vous oc-
"cuper de l'affaire, non seulement par courtoisie vers la Legation
Allemande, mais aussi par respect pour Vos lois eux-memfs. qui
donnent a I'acte d'appel une quality suspensive centre un, ju-
gement de premiere instance.
En me r6servant tous les remarques que j'aurai probablement
encore i faire sur le jugement de premiere instance, dans lequel
ni les t6moins de Monsieur Lfiders ont dte 6cout6s, ni la question
a 6te r6soute par quel droit les officers de la police se sont rendus
dans la maison de mon compatriot, tout en condamnant celui-ci
pour resistance contre les officers de la police dans 1'exercice de
leurs functions, je Vous prie de remarquer que c'est Vous-mmem
qui dites dans l'expose gFneral de la situation de la R6publique
d'Haiti, ann6e 1897, que quelques choix douteux ou meme con-
damnables ont cu lieu dans le recrutement si delicat de Vos Tri-






L'AFFAIRi LUDERS 9

bunaux. Je ciois done que Votre Gouvernement a l'interet le plus
vif de veiller sur l'observation de vos lois.
En esp6rant que Monsieur Lfilers soit mis en liberty imm6dia-
tement, je Vous r6pte, Monsieur le Secr6taire d'Etat, l'assurance
de ma haute consideration.
Comte SCHWERIN.

Cette lettre me parvilrt dans la matin&e du jeudi 23 sep-
tembre, un peu avant la seance du Conseil des Secrelaires
d'Etat. Elle tomba.si j'ose n'exprimier ainsi, an milieu d'une
conversation A batons rompus qui se poursuivait entire
Mr A. Dyer, Secrlaire d'Etat de la Justice et des Cultes,
Mr F. L. Cauvin, Secretaire d'Etat de l'Int6rieur et de la
Police. G6nerale, et Imoi, tandis que nous 6tions au balcony
n')rd du Palais de la Presidence. Sa teneur ne manqua pas
de me causer de I'etonnement, car elle contrastait d'une
facon singnliere avec le ton des pric lentes cominiunica-
tions du Comte Schwerin. J'Fitais fort renseign6 sur les
manoeuvres qu'employaient certaines gens depuis quelques
jours, pnur circonvenir cc Charge d'Affaires et fair de lui
I:instrumient de leurs rancines centre le Cabinet. .'eusalurs
I'impression qi'il devait obeir probableaiient A son ins -
a ine ponss&e d'intrigues encore latentes. Aussi, en m'a-
dressant a mnes deux Collgues : < Voyez, dis-je, ce que des
malins penvent porter un Agent diplomatique A faire. It
je lAr lus la lettre.
-Je n'ai pasjusqn'ici parcouru lejiugement,tit Luxembourg
Cauvin, mais c'est bien pour des voies de fail que M. Emile
Luders a 6t6 condamn6. II paralt qu'il ignore que i'appel.
n'est pas suspensif dans ce cas. II aurait ponrtant pn voir
un text formel sous I'art. 149 du Code d'Inslruction crimi-
nelle annot6 par Linstant Pradine. *
Je fis ensuite remarquer que I'allusion du Comte Schwe-
rin A I'Expos6 de la situation 6tait aussi denu6 .d'-propos
que de bon goft, puisque ma critique comportait une excep-
tion express en faveur de la jurisdiction de Port-au-Prince.
Puis, j'6crivis au verso de la lettre du Charg6 d'Affaires







10 L'AFFAIRE LUDERS

le canevas de ma r6ponse et je le remis a M. Jules Lizaire,
Chef de bureau au D6partement des Relations Exterieures,
avec des instructions verbales pour la r6daction de la d6-
peche ci-apres, que je signai pendant la seance du Conseil
des Secrltaires d'Etat :

P,.wt-:mI-Prince. le S2 Seplembre 1897.

Monsieur le Comte,

J'ai l'honneur de vous accuser reception de votre depeche en date
de ce jour, par laquelle, vous r&ferant a notre entretien du 21 de
ce mois, vous m'informez que M'Emile Luders, bien qu'ayant, par
I'organe de son avocat, fait appel du jugement du Tribunal de paix
en vertu duquel il a ete incarc&rt, se troupe encore en prison a
I'heure actuelle, et ce. ajoutez-vous, contrairement aux prescriptions
des lois haitiennes.
Vous m'exprimez, en" consequence, 1'espoir de voir remettre M'
* Liders imm6diatement en liberty.
Croyez bien, M' le Comte, que le Gouvernement Haitien saisirait
avec empressement cette nouvelle occasion de manifester ses senti-
ments de bienveillance envers les sujets allemands etablis sur le ter-
ritoire de la Rcpublique et que, s'inspirant de la courtoisie des rela-
tions que nous sommes heureux E'entretenir avec la LUgation de
l'Empire d'Aliemagne, il lui serait particulierement agreable de don-
net it 'affaire de Mr LOders la suite que vous souhaitez, si les dis-
positions l6gales en vigueur le lui permettaient. o
De ce que votre compatriote a fait appel di jugement du tribunal
de paix, cela n'implique nullement sa mise en liberty& immediate,
En effect, I'article r8 de la loi du 19 septembre 1836 dispose que
l'appel n'est point suspensif, toutes les fois que la condemnation
aura t6 prononc6e pour voices de faith prevues par 'article 402 du
Code penal.
Vous voulez hien me rappeler, en terminant. le passage de l'Ex-
pos6 general de la situation de la R6publique d'Haiti, annie 1897,
relatif au recrutementdes magistrats charges de la bonne distribution
de la justice. Je suis heureux de voir que la Legation de 1'Empire
d'Allemagne veut bien constater les efforts du Gouvernement en
vue d'assurer "i tous une just application des lois existantes; mais,


fy'.y-'tBaF"w;-






4 .AFlAIJELUDERS D 4

dais4'ooccurrence, nous.ne nurions-rien prhjuger de lad6cision de la
Justice,, a l'occasion de l'appel faith par votre essortissant.
VeuWllez .agrAer,Monsieur le Coiite, les assurances de ma consi-
deration tre distinguee.
SOLON: MaNOS.

Bien que cette lettre eut &6t envoyee A la Legation d'Al-
lemagne le jour Indme de la reception de celle du Comte
S:hwerin, on m'annonga dans la matin6e du 24 septembre
que des individus, amateurs de louche et basse propa-
gande, colportaient sons le nanteau ine nouvelle don't ils so
disaient eux-mnmes excessivement 6pouvant6s : a Le Char-
gA d'Affaires d'Allemagne, avant en vain attend ma r6ponse,
avail perdu patience et trepignA de colAre avec des gestes
plus qu'effroyables. Puis, il n'avait faith qu'nn bond jusqu'aux
bureaux de la Societ6 des T16graphes sons-marins, n'ayant
voulu contier a personnel le soin de renuettre A I'employ6 de
la station une incommensurable d6pOche adress6e a S. M. *
I'Empereur et Roi, son auguste Maitre, pour lui demander
des cuirass&sdestin6s A appuyer un ultimatmin n6cessitl par
le pretendu dcfaut de r6ponse. a
Je me bornai a hausser les 6panles de pitiB, devant la
puerilit( des manoeuvres auxouelles' recouraient des tru-
qiueurs ,qui paraissaient s'Atre mis en tete de nouer une
intrigue diplomatique dent ils tiendraient les fils, en d'autres
terms, de faire deM. le Comte Schwerin nne simple ma-
rionnette de Nuremberg Assur6ment je ne potvais me
douter que despurs, des patriotescommeon.n'en volt guere,
iraient dans je ne sais quelle sentine exotique ramasser la
fange d'une rumeur invraisemblable pour me la jeter A la
face et.me signaler de la sorte au courroux de groups
d6jA travaillbs de traditionnelles pr6vdhtions !
Cependant le 25 septembre un samedi je m'ap-
prAtais A.sortir.lorsque le Comte Schwerin me tl66phona.
(Soit dit en passant, ce proc6dA marquait assez l'Atat de
nos relations personnelles. ) II me demand s'il pouvait
venir me .voir pour une communication important. Je lui


- u-. .~ .11~1~. 1~







.2 L'AFFAIRF LUOEbS
r6pondis que je:disposais de.trop peu de temps pour le re-
cevoir a ce moment, car il me fallait me rendre an Palais
National, oh le Conscil desSecr6tairesd'Etat devait se r6unir
a I'extraordinaire, mais que probablement la seance ne du-
rerait pas longtemps,-auquel cas, me proposant de passer
vers midi et demi, A mon ancien cabinet d'avocat, voisin
de la Legation Allemande,je m'arreterais dans ses bureau!
que sinon, je lui ferais savoir par le telephone I'heure of
j'aurais la faculty de l'entendre, soit A la mason, soit au
Ministlre des Relations Exterieures.
Comme il insist pour tine entrevue immediate et de
court dur6e, je crus convenable de d6f4rer A son d6sir.
II ne tarda pas A arriver avec un commencement de
biblioth que.
Aprks les compliments d.'usage, il commenca par me re-
mercier des ternme dans lesquels Btait concue ma r6ponse
A sa lettre du 23 septembre.
Voila, dis-je en souriant, une declaration fort dplai'-
sante pour les nouvellistes qui, dans la journey d'hier, ont
charm leurs loisirs en annoncant que vous avez envoyA
un teIagramme tres alarmiste A votre Gouvernement.
Je n'ai pas A dire comment j'aurais agi si je n'avais pas
recu votre r6ponse, r6pliqua-t-il en s'efforcant de prendre
in air imp6n6trable. Seulement, je ne saiys pas d'accord
avec vous sur I'interpr6tation de.lart. 18 de la loi dn 19 sep-
tembre 4836. ( Onvrant A coup sir l'un des volumes don't il
s'ktait embarrass pour la circonstance) L'article s'exprime
ainsi : c Dans le cas d'appel, la suspension prononc6e par
I'art. 149 du Code d'Instruction criminelle ne pourra 6tre
invoqu6e par le condamn6, toutes les fois que la condam-
nation aura 6t6 prorfinche pour contraventions d6signes
aux art. 402, 403, 405, et 408 du Code P6nal. n Or, de denx
choses l'une : ou c'est I'art. 402 qui devait Atre appliqu6e
M. Luders, et alors j'admettrais que l'appel ne ftlt pas sus-
pensif, mais aussi la peine ne serait que de cinq a vingt-cinq
jours l'emprisonnement et que d'une amendede einq.4t






L'APFAIRE LUDERS 13

vingt-cinq gourdes; ou M..Luders a l( condamnn en verta
de 'art. 44 de la loi sur organizationn de la police, ct dans
ce cas, bien qu'une peine plus forte soit- prvue, I'art. 48
que vous avez cite n'a plus d'application possible.
Je pense, repartis-je, que voire argumentation repose
sur une confusion qui est la seule cause de cette divergence
de vues centre nous : ce qiie la loi du 19 septemnbre 1836
envisage, ce n'est pas In peine plus ou moins Blevke, c'est
la nature de la contravention. C'est pourquoi elle mentionne
notauiiient la contraltealioa designee A I'art. 402 du Code
Penal et non la peine fixee par cet article. Quelle est cette
contravention? C'est bien ( toutes voiesdefait qui n'auront
occasionwt ni contusion ni blessure s. M. Emile Luders n'a
pas WtA inculp6 devant le Tribunal de simple police d'une
contravention autre que celle qui r6sulte de voices de fait.
Quand elles south exercees sur un office" de police, le Le-
gislateur volt 1A une circonstance aggravante et, par l'art. 44
de la loi du 20 juillet 1859 sur I'organisation de la police,
6dicte unc peine plus lourde,en raison delaqualit6 de.la vic-
time. Lisez le Message pr6sidentiel exposant les motifs de la
loidul9septembre 4836; il estsuffisammentexplicite : c Les,
formalities prescrites parole Code instructionn criminelle sont,
dans le cas don't ii s'agit, iihpuissantes A assurer l'ordre
public, efficaces seulement A procurer 1'imnpunit6 aux cou-
pables ..... Le*projet de loi remidie A ce grave inconve-
nient, en donnant A la justice les moyens de s'assurer de la
personnel des pr6venus jusqu'A ce que leur condamnation
ou'leur acquittement ait WtL prononce definitivement et sans
recours. D Ne serait-il pas souverainetnent illogique d'in-
duire d'une. disposition plus rigoureuse I'abrogation de la.
meilleure garantie de na a prompted et famile repression a des
voices de fait,juste alors que cette contravention .menacerait
plus directement r'ordre public, que le LUgislateur a eu sur-
tout en vue?
Au surplus, ajoutai-je, ce n'est qu'une opinion que j'ex-
prime. Si M. Luders est d'un avis contraire et estime avoir







14 L'AFFAIRE LUDERS

droit au b6nefice de 1'art. 149 du Code d'Instruction crimi-
nelle, son avocat ne saurait ignorer qu'il peut et doit s'a-
dresser par la voie la plus exp6ditive A la justice, qui seule
est comp6tente pour trancher la difficult.
Le Comte Schwerin part r6fl6chir un instant; puis, rom-
pant le silence :
S'il est impossible, dit-il, que M. Luders recouvre ac-
tuellement sa liberte,je doisvous faire savoir qu'il se trouve
avec des condamnns qui ne sont pas de sa condition et qu'il
souffre Bnorm6ment dans la chambre of il a Wt6 plac6.
le crois devoir insisted de cette facon, pour couper court
an reproche que me font mes ressorlissants de ne pas ac-
corder une suffisante protection aux int6rets allemands.
Ne vous y Umprenez pas! m'ecriai-je; si des membres
de la colonie allemande & Port-au-Prince manifestent une
6enotion. prbpre A *ous impressionner, ce n'est point-par
tendresse pour M. Luders, don't ils ne se soucient nullement
et qui leur porte plut6t sur les nerfs, 6tant consid6r6 par
eux comme uh insupportable brouillon. Vous n'ignorez pas,
je suppose, le charivari qui trouble et accompagna jnsqu'A
la fin un grand diner que'M. le Comte de Luxburg donnait
anrx chefs des maisons de commerce allemandes : M. Ludets,
qui en ftait le prornoteur et s'6tait apost6 dans le voisinage
avec ses domestiqnes et quelques autres iqrdividns emban-
ch6s A cet effet, excita au.plus haut degr6 la furenr des con-
vives par cette grossi6re inconvenance envers le Ministre-
R(sident de I'Empire d'Allemagne et sans doute aussi
onvers leur ( Notabilit6 P. C'est vous dire assez que la con-
diamnation de ce jeune maniaque est le moindre des soucis
de ces Messieurs. S'ils se font en ce moment les champions
r'u h6ros d'un vacarrne 16gendaire, c'est qu'ils cherchent par
tons les movens imaginable A susciter des embarrass an
Cabinet, don't ils ne goltent pas dlu tout la politique finan-
ciPre. D'ailleurs, je crois savoir que vous avez eu tout r&-
cemment d'6difiantes informations A cet 6gard.
D'autre part, aucunne animosity ne pent exister ici contre







L'AFFAIE LUDERs 15
M, Emile Luders, tnr, utire qu'i est haltten de par nos lois
--etj'attire instamment votre attention sur ce point -- son
allure primesautiere et mamne d6braill6e n'est pas pour d6-
plaire A plusieurs, et, si je ne me trompe, ses intimes sont
de nationality haltienne et non des allemands.
En ce qui coticerne les ennuis que M. Luders 6prouve
en prison, je ne serais pas loin de penser que s'il faisait,A
la ju twice une demand de mise en libertA provisoire sons
caution, elle pourrait Atre favorablemnent accueillie. Le Code
d'Instruction criminelle, il est vrai, n'autorise cette measure
que lorsque le fait emporte une peine correctionnelle on
que dans le cas oh le condainn6 en matiere correctiornelle
on de police s'est pourvu en cassation; toutefois il serait
possible d'invoquer un argument d'analogie ou mmine a for-
I;ori pour 6tendre, grace A une interpretation bienveillante,
1- b6nAfice de la maise en liberty provisoire sous caution &
M. Emile Luders, appelant devant le Tribfinal correctionnel.
Pour inoi, tout ce que je pourrais faire pour vous 6tre
agr6able, sans empi6ter sur les attributions du Ponvoir iu-
diciaire, ce serait de demander an Secretaire d'Etat del'In-
t6rieur de vouloir bien permettre que M. Luders se tienne
A la Conciergerie jusqu'an jugement sur I'appel.
Parfaitement, fit le Comle Schwerin ayec quelque,
empressement. Je ne demand pas mieux.
Eh bien! laissez-moi comnmuniquer tout de sui te avec.
mon colltgue.
Et, me levant, je passai dans tine autre pikce o .6tait,
place I'appareil t6l6phonique. La communication ayant 6t6
donn6e, je mis Luxembourg Cauvin au coprant de mon en-
tretien avec le Charg6 d'Aflaires d'Allemagne et le priai
d'ordonner, s'il n'y voyait aucun incoav6nient, que M Lu-
ders fMt transf6r6 i la Conciergerie. II me donna l'assirance
(q'il allait. t16phoner imm6diatement au ge6lier de la pri-
son l'ordre de faire le n6cessaire A cette fin.
Lq Cormte Schwerin se montra fort sensible A ce proceed
qui. d6notait vraisemblablement une absence total de

-.i,


, t?







16 L'A'FFAIRE LtDES

parti-pris de ma part. Afin de dissiper ses derniersadoutes,
s'il pouvait lui en rester, je lui proposa- de m'accompagner
au Palais pour une conference officieuse avec les Secr6taires
d'Etat de la Justice et de l'Interieur sur cette affaire qui les
int6ressait Agalement. Sur son acquiescement,je lui deman-
dai de m'attendre quelques minutes, n'avant encore rien
pris depuis la veille.
Pendant mon d6jeuner, ii engage la conversation avec
mon secr6taire particulier, qni avait ktA lui tenir compagnie,
puis avec un Depute de mes amis, M. Celicour LBon, arrive
sur ces entrefaites, et don't il fit la connaissance.
Je ne tardai pas A reparaltre et nous partlmes dans ma
voiture, ofi il avait accept une place, ainsi que M. le D6putA
LAon, qui nous laissa devant le Palais. Lorsque nous efmes
pAn6tr6e I'interieur, je fis entrer le Charg6 d'Affairps dans
le a carr6 o de Me T. Guilbaud, Chef du Cabinet parliculier
du President, qui nous recut avec son affability accoutu-
1i11ie.
Le Secrtaire d'Etat de la Justice, arrive pen de temps
apres nous, fut informin de I'objet de la d6marche du Comir
Schwerin et s'empressa de tlAephoner au Parquet do Tribu-
nal civil de Port-au-Prince pour inviter le Commissaire dn
Couvernement A venir an Palais avec le dossier de l'affaire.
L'honorable Chef d n Parquet ne se fit pas 1pngtemps attendre
et, d&s la venue di Secr6taire d'Etat de l'Int6rieur, la lec-
ture du jugenent di Tribunal desimple police et nn sincAre
Change de vues nous mirent d'accord sur I'impossibilit6 de
faire produire A l'appel de M. Luders l'effet suspensif que ce
condamn6 en' attendait.
Ensuite, M. le Commissaire du Gouvernement promit de
faire appeler la cause a la premiere audience qui suivrait
1'expiration di dAlai de I'assignation, et Luxembourg Cau-
vin annonca qu'il venait de renouveler de vive voix an gen-
lier de la maison d'arret In recominandation d'amener le
d6tenu A la Conciergerie, ce qui devait Atre d6jh un' fait
accmnpli.


~-i~r~~r------l ------------ --i-~ ir:i- .i"~":-'~i~"r-- ';R~7~'







L'AFFAIRE LUDERS 17

Le Comte Schwerin, visiblement satisfait.de nos explica-
tions et de la condescendance du Secrktaire d'Etat de I'In-
thrieur, apporta ine effusion significative dans 1'expression
de ses remerciements. Je mis ma voiture & sa disposition ;
et, nanti de' ses nombreux volumes, il s'en alla sous une
meilleire impression que lors qu'il 6tait venu, aiguillonn6
par des casuiStes cosmopolites.








*-----a8----






















;'!. .. ..









CHAPITRE II.

I
Les maneuvres.

Aussitit introduit et log6 & la Conciergerie, M. Emile
Luders se montra an balcon, d'of il se mit en devoir de
d6visager les passants et d'interpeller ceux de sa connais-
sance, en faisant, commne d'habitude, le moulinet avec ses
bras. Aux amis qui s'arretaient pour lui demander de ses
nouvelles, ii r6pondait qu'it se portait a mnerveille, sa d6-
tention ktant, par ce temps de crise commercial et finan-
ci6re, une affaire d'or, A cause de I'indemnit6 qu'il allait,
par la voie diplomatique, r6clmer an Gouvernement hai-
tien.
Ces paroles, soucent r6ApAtes, tombaient dans I'oreille
d'un individu acagnard6 dans un coin et auquel M. Liiders
n'avait, A son arrivAe, accord qu'une mediocre attention,
tant paraissait profonde la depression of il s'an6antissait.
Cet homme, malgr6 son 6tat de b6ate somnolence, comprit
sur l'henre le parti qu'il ponvait tirer des a bonnes disposi-
tions D de I'arri re-petit-fils de Yayoote. II I'avait rencon-
tre une fois on deux auparavant et il ne lui en avait pas
fall davantage pour d6couvrir les enormes lacunes de son
instruction. Aussi, en I'entendant exhaler avec son exu-
bArance ordinaire un project si ardemment caress, estima-
I-il qn'un auxiliaire serait indispensable A ce grand dadais,
uniquement dou6 de force physique, et qu'it serait cet nu-
xiliaire-la.
Au reste, it 6tait, aussi complitenent que possible, apte
A la besogne en perspective. Engag6 coinme m6decin A bord
dn steamer n Colombia D, ce grand transatlantique de la Com-
pagnie hambonrganiise qui, durant I'automne de l'ann6e 185,
promenait sur les mers d'innomnbrables tonristes, le Dr Ro-
bert Yahr, originaire de Kiel, s'.tait r6veill6 un bon matin
dans la rade de Port-au-Prince. La rencontre de quelques-









CHAPITRE II.

I
Les maneuvres.

Aussitit introduit et log6 & la Conciergerie, M. Emile
Luders se montra an balcon, d'of il se mit en devoir de
d6visager les passants et d'interpeller ceux de sa connais-
sance, en faisant, commne d'habitude, le moulinet avec ses
bras. Aux amis qui s'arretaient pour lui demander de ses
nouvelles, ii r6pondait qu'it se portait a mnerveille, sa d6-
tention ktant, par ce temps de crise commercial et finan-
ci6re, une affaire d'or, A cause de I'indemnit6 qu'il allait,
par la voie diplomatique, r6clmer an Gouvernement hai-
tien.
Ces paroles, soucent r6ApAtes, tombaient dans I'oreille
d'un individu acagnard6 dans un coin et auquel M. Liiders
n'avait, A son arrivAe, accord qu'une mediocre attention,
tant paraissait profonde la depression of il s'an6antissait.
Cet homme, malgr6 son 6tat de b6ate somnolence, comprit
sur l'henre le parti qu'il ponvait tirer des a bonnes disposi-
tions D de I'arri re-petit-fils de Yayoote. II I'avait rencon-
tre une fois on deux auparavant et il ne lui en avait pas
fall davantage pour d6couvrir les enormes lacunes de son
instruction. Aussi, en I'entendant exhaler avec son exu-
bArance ordinaire un project si ardemment caress, estima-
I-il qn'un auxiliaire serait indispensable A ce grand dadais,
uniquement dou6 de force physique, et qu'it serait cet nu-
xiliaire-la.
Au reste, it 6tait, aussi complitenent que possible, apte
A la besogne en perspective. Engag6 coinme m6decin A bord
dn steamer n Colombia D, ce grand transatlantique de la Com-
pagnie hambonrganiise qui, durant I'automne de l'ann6e 185,
promenait sur les mers d'innomnbrables tonristes, le Dr Ro-
bert Yahr, originaire de Kiel, s'.tait r6veill6 un bon matin
dans la rade de Port-au-Prince. La rencontre de quelques-







L'AFFAIRE LUDERS 19

tans de ses compatriotes qu'il avail connuls en Allemagne
dans un ktat d'extreme d6miiment et qni lui r&vtSlrent avec
des rires gnttnurlr lear rapide opulence, mit en Ini la ten-
tation et 'e d.6ir des niraenileuss nmtamnorphoses. Fasci-
an par les recits d[,s modernes Argonautes qni avaient en
Uan our de main canquis la t'iison d'or stir nos rivages si
hospitaliers, il voulnt parttger la chance de ces gais conm-
pagnons a venns nns de leunrs provinces v, et. seconant snr
le point de I'immense n; viro lai poussibre de ses bottles de
deux inille lieInes, il (dbar(ina iincontinent dans nn h6tel
exploitM par detx frpres iltliens associ&. A nn francais.
Confirtnibleiment insWlll., ii attendit, an milien des diners
an champagne, la clientele benevole et spoliable A merci.
Entre tetlps, ii se piqnait de morphine et cette dange-
rei e passion parfois traversait de brusques frissons son
corps enlaunE p:ir la fire interminitterte.
Naturellement les inalades n'enrent point recours A un
mOdecin qni avait plus que personnel besoin de se faire
soigner, et bientot ii tomba dii hant de son rove. Des lors,
se pregnant d'un ressentimnent amer come sa deception
centre un people r6fraclaire A sa convoitise, il employa les
loisirs que aui faisait I'absntc'e de clients a insulter dans la
press d'Allenimgne ce pays qni ne tenait guare parole A
sa clhimbre enftvvree.
Certes, ce n'etait pas du fiel de sa prose 6nervee qn'il
pouvait tirer les fonds nOcessaires anx sotupers fins qui le
reposaient du traditionnel enapiffrement de choncroute.
Aussi les propriktaires de I'h4tel, las d'attendre ce person-
nage atteint de marasnse p6cuniaire antant que de morphi-
nisme, finirent-ils, grAce A tn ingenenx transport de cre-
ance, par transferer son logement dans la prison pour det-
tes. LA, il s'adn-na de pils en plus a son irreinmdiable ma-
nie, glissant insensible'nent dans cet Atat gAneral pauvre
a que Ia'vOle la decheance physi(ne coincidant avec une
diminution du sens moral Ponr pouvoir continue a in-
venter de tontes pieces ses perfides insinuations contre la


-~~~i~ ~o~-~._~~l~_ ~,...,,,,,I -i~-~-








20 L'AFFAIRE LUDERS

RBpublique d'Haiti, it augmentait quotidiennement la dose
et le nombre de ces injections sous-cutan6es qui lui ap-
portaient une surexcitation passagAre et stimulaient un ins-
tant 1'6nergie de son imagination vacillante.
Ce candidate A la paralysie g6n6rale ne tarda pas a faire
alliance avec le candidate a I'indemnit6, et voici les premiers
fruits de cette monstrueuse collaboration :

TRADUCTION.


Je me permits tres respectueusem ent de soumettre les points
suivants i la Legation imperia!e d'Allemagne et, vu le malheu-
reux 6tat de ma sante, de les recommander tr~s-vivement a une
prompted et urgente consideration.
Condamn6 et envoy en prison le 22 Septembre par le juge de
paix, en vertu de l'at. 44 de la loi sur l'Organisation de la Police
urbaine, j'ai us6 de mon droit d'appel et cet appel fut admis le 23.
D'?.prs la declaration tres formelle et ne permettant pas le
moindre doute, de M' Lespinasse le plus savaint, te plus impor-
tant repr6sentant de la science juridique d'ici -- qui, en sa quali-
t& d'ancien Ministre de la Justice, doit connaitre comme pas un les
lois du pays, ces lois elles-m&yns exigent ma liberation immediate
et me garantissent ma liberty jusqu'i nouvelle decision dans. les
formes legales.
Des que mon appel est admis, le droit m'esk acquis d'en atten-
dre l'issue en liberty. M' Lespinasse m'a dit, a moi, et il l'a con-
firm6 ce matin devan: Monsieur le Ministre-Risident et d'autres ti-
win's ( il a ket meme jusqu'a le fire observer formellement au
Commissaire du Gouvernement ) que, d'apres les lois du pays, je
devrais etre en liberty depuis le 23 Septembre et que, par cons&
quent, j'etais arbitrairement d6tenu depuis cette 6poque.
Comme l'audiencec de ce jour au tribunal a ete levee, sans
qu'on m'ait rendu ma liberty, et que, meme dans les circonstances
les plus favorables, la redaction, le prononc6 et t'execution du
jugement doivent trainer encore des semaines entieres, et consi-
derant que je suis tomb6 malade, je viens demander i la LIgation
imperiale d'exiger sans retard du Gouve-nement d'ici ma mise en
liberty en se basant sur l'avis piecit6 de Me Iespinasse. Alors le


v







L'AFFAIRE LUDERS 2

Gouvernement devra ou me mettre en liberte'ou continue a me
garder prisonnier en violent sciemment ses propres lois par cette
detention arbitraire.
Je fais, en outre, savoir t la Lgation imperiale que, depuis sa-
medi, 25 Septembre, j'ai ete transfre6 i la Conciergerie de cette
prison, et, la r.merciant encore tres-sincerement de l'int6ret qu'elle
m'a t6moign6 et des demarches qu'elle a faites en ma faveur,
Je demeure, avec un profound respect, son devou6
EMILE LUDERS.

Port-au-Prince, le -28 Septembre 1897.


TRADUCTION.


A LA LEGATION IMPERIAL D'ALLEMAGNE
A PORT-AU-PRINCE.

Je me permets de soumettre tres-respectueusement i la Lgation
imperiale d'Allemagne ce qui suit:
Le 22 Septembre 1897, a 1o lWures du martin, j'6tais occupy i
mon bureau lorsque j'entendis un grand bruit dans ma remise. Pa-
raissant de suite i la rampe de l'escalier, d'oi je pouvais dominer
toute la remise, je*vis que deux gardens de la police locale batail-
laient avec un de mes domestiques.
Je descendis vite et demandai aux hommes de police ce qu'ils
voulaient. Ils r6pondirent qu'ils 6taient venus pour aireter le co-
cher Dorlkus Presum&. Invites i presenter r'ordre 6crit du bureau
de Police, its d6clarerent n'en pas avoir et qu'ils 6taient venus sur
l'invitation verbale de Cici Fortunat (un passant quelconqde qui oc-
cupe la charge d'employ6 de deuxieme classe*a la douane). Comme
celui-ci n'est d6tenteur d'aucune autorit6 executive, je conside-
rai les hommes de police qui, sans aucun mandate 6crit, voulaient
s'emparer de la personnel d'un de mes domestiques, simplement
comme des envahisseurs, et je fis usage de mon droit d'asile le plus
doucement possible, en leur ordonnant de se retire.
Bien loin de respecter m n droit d'asile, ils appelerent, A l'aide de








22 L'AFFAIRE LUDERS

leurs sifflets de police, environ dix autres agents, qui pnetr&rent
egalement dans ma maison. LI, une bataille se declara entire eux
et quAlques-uns de mes domestiques qui prirent le parti du cocher.
Me basant sur la connaissance special que j'ai de ce pays, je
m'abstins de toute action violent. D'ailleurs, je n'aurais pu rien faire,
seul contre la superiorite des forces adverse, et je n'essavai que de
pousser hors de ma maison les envahisseurs avec I'individu arrete,
avant qu'ils pnssent endommager serieusement mon precieux mat&
riel de voitures et de harnais. le ne me livrai a aucun acte de vio-
lence, je ne m'oppasai meme nullement a 1'arrestation de mon domes-
tique, eti'affirme .urtout je peux le prouver a la Legation imp6riale
par des temoins oculaires que je ne maltraitai et ne blessai personnel.
Quand enfin j'eus vu ma maison dbarrass&e des envahisseurs. ie
reflchis sur ce qu'il y avait a fire. Bien que je fusse r6volte de
cette irruption violence chez moi, je restai encore vingt minutes
dans ma maison, en pleine liberty i'insiste sur ce point -. et
ce n'est qu'apres c6 laps de temps que je previns le Ministre-Resi-
dent de I'Empire et que je me rendis an bureau central, pour v
d6poser ma plainte. Arrive li, ie m'adressai a la personnel compe-
tente, au remplacant du chef de la police. I'avais i peine pronon-
c6 quelques mots qu'il me retire la parole et m'enjoignit de m'asseoir
et d'att-ndre iusqu'a nouvel ordre. 11 dit alors a son sec'-taire en
me designant : a Voici l'homrpe qui a maltraite la police ; faites le
nicessaire ,. Le secretaire commence l'interrogat6ire d'un des
hommies de police, et celui-ci dclara que lui et ses camarades,
tandis qu'ils arr&taient le cocher Dorl6us p rsume, avaient ete
maltrait6s par moi de la facon la plus brutale, assommes a coups de
poing, bref, e assassins ,.
Le Secretaire, i la fin de l'interrogatoire, dit i I'homme de poli-
ce : ( On meme-la, ou trop liche, pourqui ou pas tr tue blanc-14.
tout de suite, n'en remise li ? a ( Vous etes trop l1che ; pourquoi
n'avez-'ous pas tue ce blanc tout de suite, dans sa remise ?) Apres
cette observation, il'constata mon idenrite. ferma le proces-verbal,
sans m'en avoir donned lecture, sans m'avnir reauis de le signer, et
surtout sans m'avoir aucunement entendu sur l'affaire Puis. il or-
donna de me faire conduire au bureau du iu'e de paix, de la facon la
plus brutale, par deux homes de police C'est un traiet d'environ
quinze minutes par les rues les plus fr6quent&es de la ville. An bu-
rei c:ntral, o'i icout-i pine et nrglicea entiereme't le d6sir que







L'AFFAIRE LUDERS 'I

j'avais exprimn d'attendre l'arrivee de Monsieur le Ministre-resident,
deji averti.
DWs que nous fimes au bureau du juge de paix, on commenca
par interroger les gardens les uns apres les autres. ( Pendant cet
interrogatoire apparut Monsieur le Ministre-R6sident.) Les gardens
renouvelerent leurs pr6ecdentes declarations ; le cocher Dorl&us
Presum6, entendu, ne produisit rien de nouveau, mais il ne fut
pas interrog6 sur ma c.nduite dans l'a!faire. Je fis, cjnform6ment
a la verit6, un r6cit exact des incidents passes dans ma maison, de-
puis l'invasion de la police jusqu'au moment oil elle quitta la maison
avec le prisJnnier. fe depo-ai, en outre, que je m'etais rendu en
pleine liberty au bureau central, uniquement pour formuler ma
plainte, qu'on m'y traita de la faqon fidelement decrite plus haut
et que je n'en sortis que pour efre conduit devant le juge de paix
de la maniere la plus grossiare, comme un criminal av6re.
Je declarai ensuite que les depositions des agents consignees dans
le procas-verbal du bureau central ou faites degant le juge de paix,
etaient, en ce qui me concernait, totalement controuvees et men-
songares, et je fis ressortir de la faqon la plus formelle que je ne
m'6tais nullement et en aucune maniere rendu coupable des mau-
vais traitements et des violence mises a ma charge, et que je m'6-
tais born i eloigner la foule qui avait envahi ma maison. J'offris
immadiatement et a plusieurs reprises de produire des temoins de
ce fait, ce qui me fut refuse tout net.
Monsieur Holly, supplant du juge de paix, qui tenait l'audience,
donna la parole au vinistere public. Celui-ci declara que, d'apres
les fits qui s'etaient products, je m'6tais rendu coupable de resis-
tance i l'organe de la police, avec voics de fait, et que cette con-
travention etait punie de un i trois mois d'emprisonnement et
d'une amende allant jusqu'A deux cents gourdes.
Le supplant du juge de paix me demand si j'avais des objec-
tions a faire contre ces p6nalites. Je fis encore ressortir de la fa-
qon la plus formelle que non-seulement j'64is absolument inno-
cent des contravertions mises a ma charge, mais encore que je
pouvais etablir mon innocence par des t6moins oculaires. Sans
vouloir se prater i cette demonstration, il me condamna, en vertu
de ses pouvoirs et d'apres l'art. 44 de la loi sur l'organisation de la
police urbaine, i quarante-huit gourdes d'amende et a un mois
d'emprisonnement.







24 L'AFFAIRE LUDERS

Imm6diatement apres, je fus conduit dans :la prison de cette ville
et loge dans le compartiment des criminals de droit commun. C'est
li que je me trouve naintenant, dans une petite chambre d'une cha-
leur 6touffante, d'une ventilation instffisante. La cour, les latrines
etc, regorgent de salet6s. Litteralement devant ma porte se trouve
une grande mare d'eau repandant des oleurs pestilentielles, et je
partage ce milieu avec environ cent n6gres presque nus, qui,
condamnes pour vol; violence, fabrication de fausse monnaie,
meurtres, expient en prison des peines de longue durke, quel-
ques-uns meme etant sous le coup d'une condemnation capital.
Voilt une description simple, moderee, nullement exageree et
surrout entierement veridique des faits qui m'ont atteint le
22 septembre.
Qu'il me soit permis d'y joindre quelques observations. Vu les
conditions d'inferiorit6 de la police, reconnues par les autorites
haitiennes elles-memes, vu meme le peu de confiance que meritent
les agents de police, d'ici, considerant que des exces et des scenes
absolument intolerables surviendraient, si de pareils 6tres pouvaient
entrer sans falcons dans les tmaisons pour proceder i des arrestations,
la loi haitienne interdit except6 pendant l'6tat de siege) d'opbrer
des arrestatii.ns dans la demeure d'un Haitien comme dans celle
d'un -tranger,.et prescrit mrme que les autorites executives ne
peuvent avoir I'entree d'une maison que par le juge de paix et en
sa presence. Ma quality d'6tranger rend cette disposition obligatoi-
re a mon regard dans toutes les circonstances, meme pendatit 1'tat
de siege."
Cette loi, extremement ithportarite poitr la libert-itidividuelle
garantie'par la Constitution de la R6publique, a t6 violbe par les
gardens qui ont p6entr6 chez moi. Les agents de police, sans le
moindre doute, n'6taient pas dans I'exercice legal de leurs fonc-
tions. Leur action ne peut etre qualified que de violation de do-
micile, et ce sont eux et non pas moi qui se sont mis en
rebellion centre les Ipis de leur pays.
J'exigerai des d6dommagements pour cette violation de domicile
et, pour ma satisfaction, la punition des fonctionnaires coupables.
Meme si je m'tnais oppose A I'arrestation de mon domestique par
ces individus qui outrepassaient leur autorit6, qui n'dtaient aucune-
ment munis d'un ordre vise, meme alors je ne me serais pas enco-
re rendu coupable de resistance a l'encontre de leurs functions.







L'AFFAIRE LUDERS 25
Mais je n'ai nullement cherch6 4 empecher cette arrestation, et je
peux en-fournir la preuve par environ dix t6moins oculaires don't
la liste nominative a et6 aujourd'hui transmise par moi i M, Les-
pinasse,' mon avocat. Une pareille facon d'agir de ma part aurait
et6 absolument folle et inutile, celui qui devait Wtre arrete s'etant
immediatement declare pret a suivre la police et n'avant deman-
d& que le temps,de s'habiller quelque peu.
Non content de m'accuser de resistance aux agents de la force
publique, on m'accuse d'avoir exerc6 sur eux des voies de fait, de
les avoir malmen6s, assassins. Comment moi seul, j'attaque dix
a douze homes de police, je les maltraite de la faqon la plus
brutale, et ils se laissent fire si tranquillement !
Grice i leur enorme preponderance numerique, ils ne se jettent
pas simplement sur moi, ne m'abattent pas a coups de bAtons, ne
me tuent pas sur-le-champ, ou tout au moins ils ne m'arretent
et ne m'entrainent pas. Ces memes agents de la police haitienne,
don't la tendance A la brutality ne connait ias de limits et qui
assomment un voleur qu'ils ont arret6 jusqu a le tuer a demi et
le d6posent ensuite en prison avec les vetements dechir6s, pres-
que nu, ces memes homes se laissent maltraiter par moi sans se
defendre L'allocution du Secretaire du bureau central aux hom-
mes de police est la meilleure preuve de mon innocence : < Vous
etes vraiment des gaillards trop liches Pourquoi n'avez-vous pas
simplement battu le blanc i le tuer.dans sa remise C'est exac-
tement le sort qui m'atendait, si, seul, j'avais 6t6 assez irreflchi
pour attaquer la petite arm6e.
Et pourtant a leur depart je suis en vie, meme en pleine liber-
te, et quand, vingt minutes plus tard, je vais de mon propre mou-
vement au bureau central, et toujours en liberty, aucune trace de
lutte n'est visible sur moi Et mes pr6tendus adversaires, ces
homes soi-disant battus A en etre demi-morts, etaient sains et
saufs.
J'ai et6 immediatement arr&et au bureau central et mis en 6tat
de prevention. Comme je sais bien n'avoir fouri aucun motif i
cette arrestation, j'exige une indemnit 'et une reparation pour
cette privation arbitraire de ma liberty.
Apres un court interrogatoire, dans lequel un agent de police a
6et exclusivement entendu, sur le simple dire de cet etre absolu-
ment indigne de foi, plaidant, en outre, sa propre cause contre son







Lw2 L'AFFAIRE LUDERS

accusateur, centre moi qui me plaignais de lui, ma culpability est
tenue pour d6montree, et je suis appr6hend6 par deux soldats qui
m'entrainent comme un vulgaire criminal a travers les rues les
plus frequentees de la ville.
J'exige un d6dommagement, la reparatioi de cet acte brutal qui
fait encore durer la privation arbitraire de ma liberty et qui a por-
t& les plus graves atteintes a mes interets sociauk, moraux et natu-
retlement a mon commerce meme, car ce proced6 n'tait nulle-
ment justified p.r ma conluite ni par l'examen attentif des faits
all6gu6s.
Je suis conduit devant le tribunal du juge de paix. ( 'Dores et
deij, devant la gravity de r'accusation qui phse sur mri, je declare ce
tribunal incJmpitent. ) On interroge les hommes de police en cause
ainsi que m.i, I'accuse. Nos declarations sont diamberalement op-
posees. A l'appui de leurs depositions, qui comlortent une grave
imputation, ii manque un t6moignage d6cisif, uhe preuve quelcon-
que, ii manque meie la precision de faits important qui aurait
pu rendre leurs dires vraisemblables, meme admissibles. Je relieve
avant tout l'absence de routes traces ou suites de mes prten-
dues violence. Nos declarations sont contradictoires, la- cause aus-
si embrouillUe qur possible, et, malgr6 cela, ou n'a pas recours au
seul moyen plausible de fire la lumiere. Ma proposition d'inter-
roger des t6moins oculaires fut 6cartee, et c'est dans ces conditions
que fut rendu un jugement qui mit fin A une audience oi je ne
peux voir qu'une farce, qu'un mepris insultant de toute justice.
J'ai bien conscience de mon innocence et jepeux la prouver par
des temoins oculaires. Malgre cela, un tribunal incompitent m'a
condamni a un mois d'emprisonnenent et a.quarante-huit gour-
des d'amende, apres une instruction orale dont la forme violait les
propres lois du pays sur beaucoup de points, et que la non-lecture
du proces-verbal doit frapper de nullite.
J'exige dedommagement et reparation de ce jugement injuste,
du prejudice cause 4 mes plus graves interCts par le seul fait de
la condemnation ainsi que de I'ex6cution de la peine.
On me force de subir ma ppjne impiedjatenpent et, moi qui
supposais n'avoir laisse ma mason, mes affaires, que pour une
course absence, je suis de suite conduit en prison pour un mois,
sans pouvoir retourner encore une fois chez moi ; je suis oblige
de lisser sans surveillance a ma domesticity, haftienne et a tous les







L'AFFAIRE LUDERS. 27

hasards possibles de ce pays movement, ma maison, mes tran-
sactions, mon pr6cieux bien, chevaux, v3itures, et je suis priv6
pour un mois de toute influence sur la gestion de mes affaires.
II est evident que ces circonstances doivent me causer des peres
p6cuniaires des plus s6rieuses. J'en exige aussi ddiommagement.
Arriv6 en prison, j'ai 6t6 relegui au compartiment des criminals
de droit common et, d-puis lors, je me trouve dans cet endroit,
en contact journalier avec environ deux cents negres don't un
bon nombre a moitie nus I'ecumee de la population, et qui,
condamn6s pour vols, meurtres, fabrication de fausse-monnaie, ex-
pient en prison des peines de longue duree. quelques-uns mrme
6tant sons le coup d'une condamnation capital. Ma.chambre est
petite, d'une chaleur .touffante, ferm6e de cinq heures du soir i
cinq heures du matin; la ventilation en est absolument insuffi-
sante. Cour, couloirs, latrines, regorgent de salet6, et bien devant
ma porte une grande flaque d'eau r6pand d'effroyables odeurs pes-
tilenrielles. Dans ces conditions, ma chambre ne r6pond nulle-
ment aux prescriptions de l'art. 443 du Code instructionn crimi-
nell, d'apres lequel, dans les prisons et maisons d'arret, les cham-
bres doivent erre c non-seulement sfres, mais propres et dans un
tel 6tat qu'elles ne puissent aucunement former un danger pour la
sante ou la vie des prisonniers v.
Je suis imm6diatement tomb6 malade par suite de cette insalu-
brit6 qui m'entoure.
J'exige une compensation pour cette alteration de ma sante, cau-
s6e par des contraventions formelles a la loi.
Monsieur le Ministre-Resident, qui arriva aussit6t apres l'ouver-
ture de l'audience du tribunal de paix et fut t6moin des faits decrits
ci-dessus, est mieux place que personnel pour contr6ler et confir-
mer la veracit6 de ma relation. Quant aux autres incidents don't
it n'a pas 6te temoin, je peux en fournir la preuve, au plus tard
trois jours apres ma mise en liberty, et je la fournirai. Par cons6-
quent, je n'ai plus de details a ajouter.
A un point de vue general, je me permets encore de faire re-
marquer que je consider comme vraie cause des faits denonc6s la
haine intense de I'eranger qui rigne ici en ce moment, haine don't l'exis-
tence, le principle et les consequences quotidiennes sont probable-
ment mieux connus de la LIgation que de moi, homme prive.
Les empietements des fonctionnaires haitiens vis-a-vis des etran-


1 -11, 1


. ~,. ."if,.







L'AFFAIRE LUDERS


gers, les contraintes personnelles, les violations du droit de pro-
priet6, les injustices de la Magistrature haitienne ne sont pas rares,
mais des cas tels que le mien, bien que se presentant moins sou-
vent, frappent par leur exorbitance.
On a pourtant acquis l'experience ici que de pareils empi6te-
ments, en d6pit de leur fr6quence relative, n! sont cjmmis qu'iso-
lement vis-a-vis des Anglais et des Americains ; par centre, ils
s'exercent plus g6neraleinent a I'6gard des Allemands et des Frai-
Ciis. Notre colonie alleminde est la plus important de toutes ici,
a Port-au-Princ ; le hiut commerce est presque exclusivement
entire des mains allemandes.
C'est pourquoi il est d'une extrim' importance que les suites de ces
brutales violence retombent Imrdement str ceux qui en sont les auteurs
et leur apprennent qu'on nepeut pas impunement maltraiter un allemand.
La Ligation impiriale, en me pregnant sous sa protection et en
me procurant justice, contribuera avant tout a la security et a la
sauvegarde de la vie etudes biens de tous les membres de la colonie
allemande en Haiti, but le plus vivement desirable dans ce pays i
demi civilise qui semble marcher vers de graves troubles int6rieurs.
En outre, cet incident qui atteint une des families etrangeres les
plus anciennes et les plus considerees a produit une sensation qui
depasse de beaucoup l'ordinaire et qui fixe les regards de tous, des
haitiens comme des strangers, sur l'issue de l'affaire.
En tenant compete de toutes cef circonstances, je suis fermement
convaincu que la Legation imp6riale n'h6sitera pas un moment A
exaucer ma priere.
Je demand la protection de la Legation imperial et une action
energique dans mes int6erts. Je la prie de vouloir bien me faire
avoir ma mise en liberty et, en attendant que cela puisse se fire,
l'amelioration immediate d'une situation dangereuse pour ma vie.
Je me reserve toute autre demarche tendant A obtenir une indem-
nit6 pour, le mauvais traitement que j'ai subi.
Le tr8s-respectueu* et d6voue,
EMILE LUDERS.

Port-au-Prince, le I" Octobre 1897.


- -ss------







L'AFFAIRE LUDERS 29

TRADUCTION.

A soN EXCELLENCE

LE MINISTRY DES AFFAIRES ETRANGERES

A BERLIN.

Je me permets tres-respectueusement d'exposer i Vutre Excel-
lence les faits suivants, a l'appui d'un m6moire ( voir la piece ci-
annexe ) adress6 ce jour au Ministre-Resident de I'Empire d'Alle-
magne a Port-au-Prince.
Sans m'etendre de nouveau sur les details indiqu6s dans la piece
ci-annex6e, je ne ferai ici que constater que, le 22 septembre 1897,
deux hommes de.la police locale ont p6netr6 dans ma maison, a
l'effet d'arreter I'un de mes domestiques.
Comme ils n'6taient point accompagn6s'du juge.de paix, ainsi
que le prescrit la loi haitienne, qu'ils ne pouvaient mtme pas
produire un ordre 6crit de la police locale ou'de toute autre au-
torit6, qu'ils se pr6valaient plut6t d'un ordre verbal.donn6 par un
individu quelconque ( un employ& de la douane ), je leur intimai
l'ordre de s'6eoigner. Loin de respecter l'inviolabilite de mon do-
micile, ils appelerent a leur aided'autres homnets de police, pro-
voquerent dans ma propre remise une rixe avec mes gens et s'em-
parerent de la personnel de mon cocher. Les violateurs se trouvant
en nombre 6crasht, je m'abstins de route violence ee e bornai a des
efforts pour pousser la foule envahissante hors de mes construc-
tions, avant qu'elle pit s6rieusement endommager .mes chevaux et
mes voitures. J'y parvins sans difficult et sans le moindre acte de
violence de ma part, apres que les agents de police se fussent em-
par6 de la p-rsonne qu'ils recherchaient. Je n'ai battu ni malmen6
et encore moins blessed aucune des personnel qui avaiont p6entre
chez moi. *
Lorsque enfin je vis ma maison libre des envahisseurs, je m'em-
pressai de me rendre au Bureau central, afin de me plaindre de cette
violation de domicile. Non-seulenent refusa-t-on de preter la
moindre attention a mere justes representations, mais on m'arrrta
sans plus ni moins. Les agents de police qui mn'avaient envahi fu-
rent entendus, leurs declarations mensong&res, controuv6es d'un








30 L'AFFAIRE LUDERS.

'beit ai ratre, d"ipres lesquelles je les avais' attaquisi Battus' S
coups de poing, ( assassins o, furent consignees: au proces-verbal;
moi-nm~me, je ne fus pas interrog&, pas meme ecout.. Paide-
vant le juge de paix on m'entendit, ii est vrai, sans cependant
ajouter aucune foi I mnes declarations. Monl offre de fiire compa-
raitre des timoins oculaires pour prouver mon innocence fut ecar-
tee. A la suite de cette farce judiciaire qui 6tait une derision de
tout sentiment de justice. le juge de paix supplant, Faustin Holly,
me condamna a quarante-huit gourdes d'amende et a un mois
d'emprisonnement. Sur ma demand, le Ministre-R&sident d'Alle-
manine, Monsieur le Comte Schwerin, avait assisted l'audience. It
s'adressa au juge pour une expedition ecrite du judgment, demand
qui alors, ainsi que dans la suite, a constanmient ete refuse, et au-
jourd'hui encor:, quoique huit joursose soient ecoules, le jugement
n'est pas entire mes mains.
Je fus immediatement conduit en prison et je m'y trouve depuis
lors, dans les conditions'indiques dans la piece ci-jointe.
Je suis sujet allemand. Votre Excellence n'ignore pas que les
Allemands en position a l'ktranger conservent rarement assez de
patriotism pour envoyer leurs enfants en Allemagne, les y fire
lever, servir dans l'arm6e, les y laisser grandir et devenir de vrais
allemands.
Ma famille, a ce sujet, fait excelpion. Ouoique etablis depuis de
nombreuses annees La strangerr, nous sommes rests de bons alle-
mands. En ce qui me concern, j'ai 6t& l6ev6 en Allemagne, et j'ai
satisfait a mes obligations militaires i Berlin, en quality de volon-
taire d'un an, au regiment des cuirassiers de la Garde imperiale,
allant dans la suite a Deutz ex6cuter les exercises prescrits pour le
grade d'officier. Ma famille est une des meilleures et des plus con-
sid6eres en Haiti, et a Wte constamment reconnue comme une des
premieres d. la colonie allemande a Port-au-Prince.
Je crois ktre en droit, dins ces conditions, de m'adresser au Gou-
vernement de mon pays, lui demandant protection contre un acte de
violence exerc6 sur ma personnel, contre une injustice criante a mon
6gard et centre le tort considi'able fait a mes intbrts. Les lois de
la RIpublique d'Haiti prescrivent qu'une arrestation au domicile
d'un haitien ou d'un stranger ( sauf le cas de flagrant delit ) ne
peut etre faite qu'en presence du juge de paix en personnel. Tandis
que pour l'haitien, dans 1'etat de siege, cette prescription se trouve







L'AFFAIRE LUDERS 31

suspendue, pour l'etranger elle demeure valuable constamment et
en tout 6tat de cause.
Pour moi, les policies envahisseurs etaient done des violateurs
de domicile, et si je les avais chassis de ma maison par les armes,
je n'aurais faith que sauvegarder mes droits.
Vu ma connaissance des conditions sp6ciales du pays, afin de ne
pas etre impliqu6 dans des difficulties avec Ic Gouvernement d'ici,
je me suis abstenu de tout acre de violence.
Neanmoins, l'on m'a condamn6, sans meme ecouter mes decla-
rations, uniquement sur les depositions mensongeres des policies
( qui cependant devaient etre anim6s de la plus grande partiality,
puisque je m'etais plaint d'eux et que ces justes plaintes, si elles
avaient &t6 admises, leur auraient valu une forte punition). Ce que
valent ces assertions d'un haitien des basses classes, don't la princi-
pale caracteristique, apres la malignitr, est incontestablement la
faussete, tout le monde le sait bien dans ce pays. L'hairien, A cet
6gard, surpasse de beaucoup 1'Arabe meme* Quant a moi, je sais
mieux que personne que je n'ai commis aucun des actes de violen-
ce mis a ma charge. On n'a pas tenu compete aux d6bats que nul
- pas plus moi qu'aucune des autres personnes pr6tendument mal-
menees par moi n'a pu montrer la moindre blessure.
Apres ma condemnation, je fus directement conduit en prison,
tel que j'avais quittr ma maison at mon bureau pour deposer mes
plaintes et revenir ensuite a mes affaires, sans pouvoir meme re-
tourer .i la maison a l'effet de prendre les dispositions les plus
necessaires. Ma maison, mon commerce, mes pr6cieux biens per-
sonnels, mes chevaux, mes voitures, tout demeura sans protection
er sans surveillance. Si l'on pense qu'en Haiti, meme avec le con-
tr6le le plus actif dans les circonstances normaks, on ne peur se
garder du vol, Votre Excellence pourra alors. se faire une idee des
pertes que je dois forc6ment subir dans les conjonctures actuelles.
D'autre part, je suis priv6 pour un-mois detoute influence sur mes
affaires, et c'est la le plus grand prejudice porter i mes interets.
J'ai deji expose dans la piece ci-jointe le fair d'avoir 6t6 place en
prison sur !e meme pied que les voleurs, les assassins, les faux-
monnayeurs, voire meme les condamn6s a mort ; d'avoir et& loge
avec eux et laiss6 en leur contact journalier. J'ai egalement expose
que la chambre ( que je suis oblige de partager avec mon propre
cocher ), la cour, les latrines se trouvent dans un etat horrible,







32 L'AFFAIRE LUDERS
J
6minemment dangereux pour la sante et meme pour l'existence et
contraire a l'art. 443 du Code d'Instruction criminelle, et qu'en y
restant, ce serait pour moi la mort a bref delai. Le fait que je n'i-
gnorais point les d6sagr6ments et les dangers auxquels je poqrrais
m'exposer par une contravention et des voies de fait sur la police,
ainsi que ma propre position financi&re et social et celle de ma fa-
mille, me mettent i I'abri du reproche, fait a des strangers dans des
c:s s:mblables, dc m'etre mis par negligence, vqire meme a des-
s-in dans cette situation, afin d'en battre monnaie. Cependant,
quelquj p-nible que nous soit I'incident, a moi et a ma famille, et
quel que soit le contentment avec lequel je l'eusse 6vite, mainte-
nant qu'il s'est produit, j'ai pour devoir, comme tout autre, d'exi-
ger du Gauvernement hai'en, qui demeure respo.isable des d6bor-
dements de ses fonctiannaires, satisfaction er dedommagement
pour les mauvais traitements infliges a ma personnel et le prejudice
porter f mes interets.
Le fait meme que ma famille est une des premieres et des plus
riches du pays exige de toute n6cessit6 que j'obtienne une 6clatante
satisfaction, car si les haitiens s'apercevaient que I'on pit impu-
nement maltraiter meme un des allemands les plus haut places et
les plus cjnnus, alors, etant donn6e la haine qui regne en ce mo-
ment centre l'tranger, leurs empietements a l'6gard des autres
membres de la colonies allemande ne connaitraient plus de bornes.
Quoique, a Porr-au-Prince, le haut commerce soit presque exclusi-
vement entire les mains des allemands, et que notre colonie soit la
plus notable de routes, il regne de6j chez I'haitietlune conception
sp6ciale sur la protection que nous trouvons aupres de notre
Gouvernement en cas de differends, conception qui nous est tres
penible et ne s'accorde en aucune facon avec la dignity de la nation
allemande. II est dlone dur pour nous d'avoir a faire sans cesse
I'experience qu'on est anime d'un saint respect en face des americains
et des angljis, et qu'i I'endroit de nous autres allemands ( des fran-
cais egalement ) on crot pourtant pouvoir tout se permettre ici.
en Haiti. Dans mon cas, on alla si loin que des americains conseil-
Ikrent a mon pere de mettre sa maison de commerce, dans laquelle
it a un associ6 americain, completement sous le pavilion des Etats-
Unis, et qu'alors sa maison de commerce ainsi que sa famille
seraient a l'abri de pareilles atteintes.
Nous devons avouer que cette facon de voir est celle qui domine







L'AFFAIRE LUDERS 33

generalement ici ; non, cependant, qu'elle soit justified et fondue,
car moi-meme et tous les allemands d'ici nous avons l'espoir, je
dirai meme la ferme confiance que Votre Excellence, dans mon
interest et dans celui de toute la colonies allemande en Haiti, vou-
dra s'occuper de mon affaire et qu'une action resolue d6montrera
a I'avenir aux haitiens qu'en dehors des Anglais et des Americains,
les allemands aussi appartiennent A une nation de la cat6gorie de
celles don't les sujets trouvent une protection energique contre les
atteintes et les prejudices ports a leur personnel et a leurs biens.
Votre Excellence verra par la copie ci-jointe que j'ai d'abord
adress6 ma demand de protection au Representant du GJuverne-
ment allemand ici, Monsieur le Comte Schwerin. Mes sentiments
de justice seraient froisses, si, du fait que je me suis directenient
adress6e Votre Excellence, il d6t s'ensuivre que cette protection ne
me soit pas octroyee dans la plus large measure.
Monsieur le Ministre-R6sident, depuis son arrive, a, au con-
traire, constamment temoign6 du plus vif ireret pour sa mission
en faveur des allemands d'ici, et a fait dans mon cas, ainsi que
dans d'autres, de grands efforts personnel, sans perte de temps.
La cause qu'il ne soit pourtant point parvenu jusqu'ici a obtenir
ma mise en liberty reside dans les conditions particulieres du pays
et dans le caractere de ses habitants. Le negre aime dans ces cas
la resistance passive et les moyens dilatoires, car de cette facon
celui qui est vraiment coupable 6chappe souvent, par suite des chan-
gements frequents de gouvernements et de ministres, a l'aveu et
aux consequences de ses fautes, qu'il laisse en heritage au fonction-
naire qui lui succede. En attendant, bien que les autorit6s d'ici
commencent par resister en pareil cas,elles finissent n6anmoins tou-
jours par ceder en face de la demonstration 6nergique, de la som-
mation sans conditions, qui s'appuie, ainsi qu'elles le savent bien,
sur la force et le bon droit, et c'est justement par ce moyen que
les anglais et surtout les americains ont obtenu leurs grinds suc-
ces et procure A leurs compatriotes un respect et I'aureole d'une
inviolability que malheureusement nous autres allemands en Haiti
ne poss6dons pas encore.
J'insiste encore sur ce point qu'il regne ici parmi tous les alle-
mands le plus vif contentement de ce que Monsieur le Comte
Schwerin se soit empare de mon affaire avec le plus grand zele et
ait tout faith pour moi dans la measure de ses forces ; cependant,







34 L'AFFAIRE LUDERS

Votre Excellence, avec des vues plus large, une plus grande expe-
rience t munie de pouvoirs plus 6tendus, sera certainement a mame
de meprocurer pleine satisfaction, ce qui est du plusgrand poids, de
la plus grande importance pour la consideration et la security de
la colonies allemande entire d'ici. L'incident ayant atteint une des
plus anciennes, des plus haut places et des plus considerees de
routes les families etrangeres, tous les regards, ceux des haitiens
comme ceux des strangers, y sont fixes; ii a acquis de la sorte,
ainsi que son rgIlement ulterieur, une importance qui d6passe de
beaucoup l'ordinaire.
C'est pour ces motifs que je me suis permis de m'adresser di-
recrem:nt a Votre ExcAlence. le sollicite tres-respectueusement de
Votre Excellence, en ma quality de suiet allemand, la protection
du Gouvernement allemand centre une violation de domicile don't
j'ai &et victim, centre un jugement bas6 sur de faux t6moignages,
contre une condemnation injuste a un mois d'emprisonnement et
a quarante-huit gourdes d'amende, contre le prejudice cause a ma
sante, A mes interets moraux et sociaux, enfin contre des pertes
considerable d'argent et de biens que je me reserve d'6numerer
ulterieurement.
Je demure, avec le plus profound respect et le plus entier db-
vouement, de Votre Excellence, le tres-obeissant

EMILF. LUDERS.

L'occasion me sera fournie plus loin de revenir sur ces
documents ct de rNfuter la version de M. Luders concer-
nant la cause et les circonstancesde sa condemnation. Pour
le moment, n'est-il pas urgent de s'6vader de cette atmos-
phWre empuantie de mensonges naus6abonds et de s'en al-
ler an plus vite respirer un air moins dl66tere ? HAlas que
dire de'cet abominable individu de vingt-six ans qui, fer-
mant de propos deAlhber son coeur aux g6n6reuses inspira-
tions de la jeunesse, de m6me qu'aux fiers accents de la
vPrits, ne trove rien de mienx que de se vantrer dans la
pire calomnie et le chantage le plus AhontW, afin de permet-
tre A son impudente cupidit6 de soutirer encore de l'argent
A ce pays que les siens ont tant contribuA A corrompre, A







L'AFFAIRE LUDERS 35

appauvrir, a ruiner ? Ce Schylock en herbe ient horrible-
ment-$ chaque phrase, A chaque ligne, presque A chaque
mot, dans I'espoir d'enlever une derniere livre de 'chair a
la patrie haitienne qui fut douce et bienfaisante A ses as-
cendants, qui sourit maternellement son bercean et enton-
ra de splendeur l'aube de son existence ...........
Ces 6crits sont tellement etranges que I'on est tent, de
se demander si M. Luders a lu, avant de les signer, les 6li-
cubrations que le Dr Yahr semble avoir puis(es dans s s
injections de morphine. Antrement, il se ffit rappeli (qie
I'incident a en lien le 2t Septembre et non le 22, et que la
fortune de sa famille ne devait pas deceinient Atre in\v-.
quee contre la RMpublique don't l'indulgente liospitalilP
avait tol6hr I'acqnisition per fas el nefan des itillions qu'il
faisait sonner si haut.
Le pis Btait que la LAgation impAriale l'Allemagne ac-
cueillait ces faussetes avec une complaisance ,propre A pre-
voquer de tristes reflexions sur la hidenr de la nature hu-
maine en proie A une soif excessive d'avancement. En eflet,
le Comte Schwerin avait appris, le25septembre,de labonche
du Secr6taire d'ltatde l'IntArieur, la translation de M. Luders
A la Conciergerie, ofi ne I'avaient*prec6d6 que le Dr Yahr et
deux francais emprisonnAs pour dettes A la requite d'uu
de leurs compatriots, et ce fait lui avait etc confirm par
la lettre mrme du condamnA, en date du 28 septembre :
il est d6s lors inconceivable que cet agent diplomatique ait
acceptA sans observation et transmis A Berlin, au Ministre
des Affaires itrangeres, un M6moire que le mime Liders
lui adressa le 'er Octobre pour se plaindre notaimment
Sd'etre rel6gu6 an comoarti'ment des criminals de 3rait
commun et de se trouver encore en contact journalier avec
environ deux cents nAgres -dont un bon nombre A moiti6
nus 1'acume de la population, et qui, condamn6s pour
vols, meurtres, fabrication de fansse monnaie, etc, expienl
en .prison des peines de longue dnur6e, qnelques-nns nrl-
me Atant sous le coup d'nne condamnation capital. De







3I8 L'AFFAIRE LUDERS

deux choses I'une : on il y a eu entente pour provoquer une
profonde et p6riible impression a Berlin, ffit-ce au prix d'un
detestable inensonge, et alors il n'est pas de terms assez
virulents pour fletrir une connivence et une duplicity sans
pr6c6dents ; on M. Luders, par de telles impostures, a
commis la derniere des impertinences envers le Charg6
d'Affaires, qn'il avait prec6de'nment instruit des nouvelles
conditions de sa detention, et alors comment celui-ci a-t-il
ip, sans le moindre scrpuple, estampiller la reclamation
de cet impudent com6dien et accorder son chalenreux
appui A une cause qui n'avait d'autre resource que I'alto-
ration de la v6rit6 ? L'6loge dithyrambiqne du zdle et de
l'activit6 dun < Ministre-R6sident ,, que continent la lettre
adressee A l'Office imperial des Affaires Etrang6res, n'etait
vraiment pas un motif s.ffisant pour faire passer condamna-
tion sur ces inexactitudes intentionnelles.
Aprks cela, on ne sanrait s'etonner que, sans attendre le
jugement du Tribunal d'appel, M. Liiders se ffit cru autori-
se a multiplier ses-d6marches en vue d'une intervention
diplomatique. 11 y anrait encore moins de raison d'etre sur-
pris de l'6tat d'esprit rev616 par la lettre suivante, qui ne
ine ful remise que plusieurg jours apres la date qu'elle
porte :
Port-au-Prince. Qe 7 Oclobre 1897.

Monsieur le Secr6taire d'Etat,

J'ai l'honneur de vous faire remarquer que l'instruction dans
l'affaire Emile Luders a 6t6 termin6e lI'audience du 30 septembre
passe. L'arjicle 166. demier alinea, du Code d'Instruction crimi-
nelle prescrit d'une maniere formelle que le jugement sera pronon-
c6 au plus tard a I'audience qui suivra celle o& 'Instruction aura
et6 terminiee. Le tribunal correctionnel de cette ville siege tous les
mardis et jeudis, done I'audience suivant celle du 30 septembre
6tait celle du i de ce mois. Mais non-seulement le tribunal cor-
rectionnel a remis dans la seance du 30 septembie la prononcia-
tion du jugement a la huitaine, on vient d'ajourner encore au-







L'AFFAIRE LUDERS 37

jourd'hui la prononciation a mardi, le 12 de ce mois, parceque
l'un des juges ktait malade hier.
En rservaut A mon Gouvernement 1'appr6ciation de ces faits,
je Vous prie, Monsieur le Secr6taire d'Etat, d'agrber I'assurance de
ma haute consideration.
Comte SCHWERIN.

II n'est pas malaise de deviner I'intention qui avail pr6-
sidt A la r6daction de cette lettre. Le Comte Schwerin, en
apparence, ne me demandait rien : il se contenlait de me
Sfai re remarquer des retards dout il r servait I'apprkcia-
tion a son Gouvernement II lui convenait d'ignorer que
le cas Mtait regl6.par la loi du 26 septembre 1895, qui laisse
aux juges, s'il. y a nn 16gitlime empechement, la faculty de
prononcer lejugement A une audience ulterieure. Mon Colq
l1gue de la Justice, que j'avais mis au courant du contenu
de la lettre du Charg d'Affaires, en le priant de a me fair
savoir si le dernier renvoi avait eu lieu conformtment A la
loi D, me dit que, d'aprAs les renseignements qui lui 6taient
parvenus, la maladie d'un des juges avait empAch6 que
la decision n'intervlnt A 1'expiration de la huitaine. Voici ce
que rapporte le proces-verbal*des audiences concernant
I'affaire des prAvenus Emile Luders et Dorl6us PrAsume :
0
< Le mardi sept octobre 1897, au local sus-dit, la composition,
toujours avec meme, assistance que des autres parts, et en presen-
ce du citoyen C. I. Michel Pierre, Substitut du Commissaire du
Gouvernement, ayant pris siege A dix heures.et dix minutes du
matin, le juge-doyen a publiquement annonc6 que le jugement de
l'affaire n'a pu etre rendu a I'audience de ce jour, a cauge de la
maladie de M. le juge Incident Georges, I'u& de ses assesseurs. a

Le Comte Schwerin s'6tonnait A tort qu'un juge present
A I'audience-du 7 Octobre eflt etL malade les jours prece-
dents et que cette circonstance e it retard la deliberation
dii Tribunal on la redaction du jugement. Les juges, on l'a
vu, n'6taient pas en faute.







38 .'AFFAIRE I.rDERS

D'ailleurs, dans I'l\hyplleose d'unel negligence rpprbhen-
sible, de quoi le SecrtMaire d'Etat des Relations Ext6rieures
aurait-il en i se ninler ? L'art. 6 de la loi du 26 septembre
1895 Adicte que, pour chaqne infraction signaled par le
Coimmissaire di Gonvernement dans un rapport hebdoma-
daire, les jnges recevront tin avertissement du Departe-
ment de la Justice el (tle-, apres denx averlissements non
snivis d'Pexrnsess juggles igitimes par le Conseil des Secre-
taires d'Elat, ils seront passibles de la perle de lenrs ap-
pointements dn innis du dernier nvertissemnent et. en cas
de reeidive, piputlbs dOmissionnaires Cotte disposition,
destined A cooper court a des retards vraiment anormaun.
ne prj.iidicie pas, ajoute I'article. A I'acion des parties inte-
resshes. Cotte action ne pent Otre que la prise A parties et
il est inadmissible qu'nn justiciable, ponrvn surtont d'nn
avctat don't il exalteda science A plaisir, soit fond, en ex-
cipant de son extraneite, A laisser d(e c6tc des formalities
prescrites dans I'intert de tons, pour se r6clamer d'nn svs-
tlme qui tend a fire dn Secrtaire d'Etat des Relations Ex-
trienres le commissionnaire des lgations Mtrangares.
Qni sail s'il ne serait pas arrivA un moment of, des liba-
tions inusit~es avant fait perdce le sommeil A Mr Lnders,
un zAle diplomatique plus vivement stimul, aurait vouln
ra rserver a l'apprciation du Gouvernemeit imperial ) le
defant de soporifiques A la Conciergerie ?
En r6alit(, la tactique Atait ostensible : hier on reprochait
an tribunal de police sa precipitation; anjourd'hni on se fait
un grief contre le Tribunal correctionnel de pr6tendues len-
teurs. Pour Aviter ces recriminations, qui sont autant d'en-
nuis, ne vaudrait-ilpas mieux exercer une prudente pression
sur les juges, en leni montrant I'agent diplomatique qui
veille et auquel il n'est pas bon de d6plaire ?
.Ie dcolinai I'honneur de suivre M. le Comte Schwerin
sur ce terrain.







L'AFFAIRE (AUDERS


II
Le Jugement.

II n'est pas inutile de rappeler que les audiences que le
Tribunal correctionnel de Port-au-Prince consacra, le 28 et
le 30 Septembre 1897, a l'instruction de I'affaire, furent sui-
vies par une nombreuse assistance, compose d'haitiens et
d'6trangers. Au premier rang se tronvait le Charg6 d'Affai-
res d'Allemagne, press, sinon circonvenu, par un cort6ge
de a bons allemands ), probablement trAs stonnes eux-
mimes de l'espAce d'int6r t qu'une consign insidieuse
leor commandait de prodiguer a M. Luders.
D'ailleur.s, en d6pit de I'affluence considerable. tout se
pass dans le plus grand calme. Nille manifestation, nul-,
le trace d'animosit6 centre I'un on l'autrg des appelants.
Une simple curiosity, provoqn6e vraisemblablement par le
gofit des p6riodes oratoires et stimul6e peut-Otre par la
presence d'un diplomat anxieux de communiquer sa pro-
pre importance A la cause de son ressortissant. La placidi-
t6 de I'auditoire 6tait tell que ce fut A peine si un mur-
mure vite apais6 s'Aleva apr6s cete phrase de I'exorde de
Me Ed. Lespinasse:

a Messieurs, M, Lichaud a dit on jour que le plus grand mal-
heur pour quelqu'un qui comparait devant la justice, c'est d'etre
riche ; s'il m'est permis de parodier ce mot, je dirai que le plus
grand malheur pour quelqu'un qui comparait devant la justice hai-
tienne, c'est d'etre riche et stranger.

La physionomie de'ces audiences et l'impartialitA qu'i pr4-
sida a l'instruction orale exciterent, si je suis bien rensei-
gn6, I'admiration du Comte Schwerin, auquel des person-
nes dignes de foi entendalent dire, plusienrs jours aprAs,
qne, a hormis le local, on se serait cru A Berlin ,.
Le jugement fut rendu le 14 Octobre 1897. Comme ii a
Wt6 I'occasion ou le pretfxte d'un acte de brutality inoui de




* --


40 L'AFFAIRE LUDERS

la part de l'Alleinagne, ii imported de le reproduire in ex-
teaso, pour 1'6dification du public:


LIBERTY, EGALITE, FRATERNITY,

REPUBLIQUE D'HAITI.


E Extrait der niiules du grffe dui Tribu-
Snal riil dp Pnrt-n -Prlin *


AU NOM DE LA RfPUBLIQUE.

Le Tribunal civil de Port-au-Prince,compftemment r6uni au Palais do justice,
a rendu, en audience publique, en ses attributions correctionnelles, le juge-
ment suivant:
Vu : ,o Un acted d'appel signilie au Commissaire du Gouvernement A la requete
do nomum Emile Ludersp par exploit de I'huissier Dbsir Alexandre, en date du
vingt-deux septembre dernier, dlment enregistr6;
2" Un autre acte d'appel du vingt-quatre septembre dernier, notili& au Con-
missaire din Gouvernement A Ia requete du nomnm Dorlbus Presumb par exploit
de I'huissier Arsine Duvignequd, dument enregistrb;
3," Le jugement don't est appel, rendu par le Tribunal de paix de la section
Nord de In Capitale, en ses attributions de simple police, le vingt et un septembre
dernier; lequel jugement a condamne les nommbs Emile Luders et DorlEus
Prbsume A un mois d'emprisonnement, A quarante-huit piastres d'amende, a la
restitution d'un cordon force A la loi d dechir6, et aux frais et depens;
40 L'original dument enregistre de la citation directed dmnnde A la requAte du
Ministere public, par exploit de I'huissier Boyer Denis, en date du 27 septembre
dernier, aux agents de police Petit-Jean Louis Jean, Maximilien Prudent, Michel
Marseille et Joseph Edouard, aux fins de prendre qualitA, comme bon leur
semble, dans cette affaire;
5o L'original dument enregistrA de la citation directed donnoe A la mime
requete par exploit du mAme huissier Boyer Denis, en date du 27 septembre
dernier, au citoyen Foreste Julien, Simon fils, Europe Alexis Fleury, Clermon
Belmon et Wlexandre Antoine, pour dbposer ce qui ett A leur connaissance
dins 'nffaire des nommEs Emile Luders et Dorleus Presume, condamn6s par
le Tribunal de simple police de la Cipitale, section Nord, pour voies de fait
exercres sur les agents de police Maximilien Prudent, Michel Marseille, Joseph
Elouard et Petit-Jean Louis-Jean, dans I'exercice de leurs functions;
I Les originiux dminent enregistres de la citation direct" dnnnee A la
requite du MinistAre public, par exploits de I'huissier Valmort Viljoint, en
date du 24 septembre dernier, anx nommnns Emile Luders et Dorleus PrAsume,
nux fins de so voir juger et condamner sous la prevention de rebellion centre









L'AFFAIRE LUDERS 44

la force publique, suivie de voices de fait exercees sur les agents de lajpolice admi-
nistrative de cette ville, Maximilien Prudent, Michel Marseille, Joseph Edouard
et Petit-Jean Louis-Jean, dans I'exercice de leurs functions, dtlit prkvu et puni
par les articles 173 et 402 du Code penal;
7o Deux lettres-rapports adress6es par le commissaire Clermon Belmon, de la
police administrative de cette ville, 'une sous la date du 21 septembre, au
juge de paix, section Nord de la Capitale,et I'autre sous la date du 23 septembre,
an Commissaire du Gouvernement prBs le Tribunal civil de ce resort;
8o Diffrrentes autres pieces ;
Oui a I'audience correctionnelle du 28 septembre dernier Me Edmond Lespi-
nasse, conseil du pr6venu Emile Luders, en son expos de I'affaire;
Oui Ag.lement Me Pacher Lespts en ses observations verbales tendantes '
demander la jonction de l'aftaire de son client Dorltus Presumb avec celle
du pr6venu Emile Luders;
Oui encore les plaignints Maximilian Prudent, Michel Marseille, Jomi
Edouard, en leurs depositions;
Oui les tAmrins Clerm n Belmon, Europe Alexis Fleury, Simon fils, Ante
Alexawrr,, Foreste Julien, Richard Emmanuel Miot, Emmanuel Jneger, Jeia
Baptiste Gaorgs B-llevue Lespinasse, Eug6ne Roy. Paul Linnd Miot, Damien
Delva, Antoin' Wallis et Antoin' Ollivier, en leurs d6pgsitions
Oui enlii les iprvenus Emile Luders et Dorlius Presume.en leur interro-
gltAire et en leurs imyenysdv dl'-ii: i.r.jiJdilus l I .r -bjs-nr'nies quepar
Mcs Edm md Lespinasse et Parc'. I l ',- lenrrs ona'il. Isu.-~ l ont u la
liarole en dernier. .
La continuation de czttl alhf.ire ayant 6t6 renv6qAt une autre audience
cirrectiannelle, A c-lle du trents septembre dernier, Eonsieur C. Innocent
Michel Pierre, Substitut du Commissaire du Gouvernemev" prit' et d6posa les
conclusions suivantes ,
Attendu que, par citation en date des vingt-deux et vingt-quatre septembre
courant, fdte A la requite des sieurs Emile Luders et Dorlbus PrBsumb, le
premier sujet allemandldomicili6 A Berlin (Allemagne ) et demeurant A Port-au-
Prince, le second bussman de profession, demeurant et domicili an Port-au-
Prince, le Commissaire du rouvernement prts le Tribunal civil .e ee resort
a at cit6e comparaitre A la barre de ce Tribunal pour se voir dalarer intim6
d'unjugementcontradictoire rendu centre eux par le Tribunal de paix, section
Nord de la Capitale, en ses attributions de simple police, le ving t et un courant,
lescindamnant A un mois d'emprisonnement,A quarante-huit pikstresd'amende,
f aI restitution d'un cordon de < force A la loi a dechird et aux frais et dbpens, et
ca, pour contravention pf'vu' par I'art. 44 de la loi sur organisationo de la po-
lice urbaine; ;
Attend qdu, suivant prac's-varbal on rapport fait par I'Innp~cteur de la Po-
lie administrative de cetta ville, en dt du ving et un septembre courant, les
sus-namm6s ont 6t1 d6nonc6s et renvov6s par devant le Tribunal de paix,section
Nord de la Capitale, sous la prevention de rebellion centre la force publique, sui-
vie de voies de faith exerce6s sur les agents da la police Maximilien Prudent. Mi-
chel Marseille, Joseph Edouard, Petit-Jean Louis-Jean, lesquels sont porters ,
d'e:npreintes de cups de pied et de coups a la figure;









42 L'AFFAIRE LUDERS

Attend que la prevention mentionne Wgalement qu'un cordon de g Force A
la loi a a Wte d4chir6 par le pr6venu Emile Luders ;
Attendu qu'en droit la premiere obligation du juge est d'examiner sa com-
petence; que Ie juge de paix de la section Nord, saisi de la prevention du faith
de rebellion, de voies de fait exercees non sur des particuliers, mais sur des
agents de la police, suivies de coups de pied et de coups a la figure, laissant
empreinte et 6tablissant des contusions, avait pour devoir de se d6cliner, les
blessures et coups A la figure etant punis par I'article 256 du Code p6nal et la
rebellion, d'une facon unique, par les articles 170 et 473 du meme Code;
Attend que les preventions sus-6noncees sont des delits qui n'entrent pas
dans la competence des Tribunaux de simple police, qui n'ont pour mission de
juger que les contraventions;
Attend que la competence en raison de la matiAre est d'ordre public; qu'il
y a lieu pour le Tribunal de reconnaitre que le jugement don't est appel est
radicalement nul, avant 6t6 rendu par un Tribunal incompAtent;
Par ces motifs et autres A supplier, Requiert le Tribunal recevoir les adver-
saires appelants du jugement rendu par le Tribunal de paix de la section Nord
en date du vingt et un septembre courant; dire que le Tribunal de paix etait
incompetent A raison de la matiire; annuler le dit jugement, et, I'appel 6tant
d6volutif, statuer sur Ic fond de la contestation dans les forms determinres
par la loi; toutes choses dfmeurant en Atat,'et, en cas de c-ntestation, con-
damner les contestants aux d6pens. C'est justice.

C. I. MICHEL PIERRE, Substitute.

Apres avoir pos6 les conclusions 6crites, ci-dessus transcrites, Monsieur C.
Innocent Michel Pierre a conclu verbalement A ce que le Tribunal condamnit
le nommn Emile Luders A deux ann6es de prison, aux terms des articles 17",
173, 177 et 254, premier et deuximevalinEas, du Code pEnal, et le namme
Dorl6us PrAsumn A six mois de prison aux terms des articles 170 et 173 du
Code penal.
Me Is. Vieux, conseil du sieur Michel Marseille, partic civil, prit, de son
c6te, les conclusions ainsi concues :
Qu'il plaise au Tribunal,
Attendu, en fait, qu'il r6sulte qu'A la date du ...... le concluant, en sa
qualitP d'agent de la police administrative de cette ville, requis A I'effet de pr -
c6der A I'arrestation du sieur Presume, bussmann attachA au service du nommi
Emile LudePg, Btranger, rAsidant en cette ville, et obtempyrant A cette requisi-
tion, se pr6senta devant lestcuries centrales, dirigNes par Emile Luders, od
il trouva le dl6inquann, A qui ii donna, au nom de la loi, I'ordre de le suivre
an bureau central de la police, celui-ci, se reconnaissant coupable, s'y refusa
et Emile Luders, de son c6tA, furieux de cette inionction faite A son bussmann,
s? prAeipita sur le conclunnt, le terrassa et fit pleuvoir sur lui une grAle de
coups de pied;
Attend qu'il resort sle la dAposition des ttmoins et des faits resultant des
debats, qne le concluant, en sa quality d'agent de police, a At6 outrage, battu
dans I'exercice de ses functions et A I'occasion de cet exercise;








L'AFFAIRE LUDERS 43

Que Presumn et Emile Luders en sont coupables comme auteurs; qu'ils
ont, de propos dflibar6, rAsistA & la force publique, outrage et battu I'agent
Michel Marseille ;
Par ces motifs, outre la peine A requerir par le MinistAre public, condam-
ner solidairement 'un pour I'autre PrAsumb et E. Liders A deux mille, pias-
tres de dommages-interdts et A tons les depens. C'est justice.

Is. VIEUX, avocat.

Me. Edmond Lespinasse, conseil do prdvenu Emile Luders, r6pondit ;n
MinistAre public par celles ainsi concues :
Attend que le concluant, le vingt et un courant. a 6tM 6 ondamn6 par juge-
ment de simple police A un mois u'emprisonnement et A I'amende prevue par
I'art. 44 de la loi sur l'organisation de la police urbaine ;
Attend que centre ce jugement le cincluant a, en temps utile, interjeth
appel;
Attendu qu'il a Wt1 Atabli par I'instruction faite A I'audience de ce jour et
par la contexture du jugement attaqu6, que des agents de police, ne se trou-
vant pas dans les conditions requises par la loi, snt rentrAs dans la demeure
du concluant pour y proceder arbitrairement A I'arreStation du sieur DorlBus
PrAsum6; que le cIncluant leur a flit, A ce suiet, des observations don't ils
n'ont pas tenu compete;
Attend que le fait de faire des observations A la police, surtout lorsque
celle-ci est dans son tort, ne constitne ni crime, ni dAlit, ni contravention;
Attend, en effect, que les articles 14 et 45 de la Constitution garantissent la
liberty individuelle et I'inviolabilitA du domicile;
Attendu qu'il rAsulte des articles 10. 22 et 31 du Code d'lnstruction crimi-
nelle, que I'autorito ne peut pu6ntrer dint la demure de quelqu'un que dans
le cs de flagrant d6lit ou lorsqu'elley aura WtA requise par le chef de maison;
Attend encore que I; Code penal, article 14i, punit tout agent de la force
publique qui, hours les cas prevus par la loi et sans les formilitts qu'elle pres-
crit, se sera introduit dins la demeure de quelqu'un; qu'il resort de ces dif-
fdrentes dispositions de la loi, que si quelqu'un dolt Atre puni dans la cause,
ce s3nt bien les agents de police qui se sent introduita dans la demeure du con-
cluant sans I'accomplissement des formalities 16gales;
Attendu.en outre, qu'il dkcoule de I'article 470 du Code penal que la rAsis-
tince, meme avec violence et voies de fait, n'est punie que dans les cas on les
agents de I'autoritA.agisse'nt pour l'exAcution des lois; qu'il s'ensuit qA les faits
reprochAs au concluant, m6me s'ils avaient 6Bt tablt, ne constitueraient pas
une contravention;
Attenou enfin qu'aucunr infraction i la loi n'a WtA relevbe centre le concluant;
Par ces motifs, il plaira au Tribunal annuler le jugement dont est appel et,
f isint ce que le Juge de Patix urait dA fair, le renvoyer de la prevention portie
contre lui.

Ed. LESPINASSE, avocat.









44 L'AFFAIRE LUDERS

Me Pascher Lespls, conscil du pr6venu Dorleus Pr.sum6, rdpondit, de son
c6te, au ministAre public par les conclusions ainsi formulas :
Attendu, au surplus, en ce qui concern la rebellion, le faith de resistance, eat-
il ett prouvd, mAme dans le cas oA cette resistance serait accompagnae de vio-
lences et de voics de fait, ne constitute pas une rebellion pr6vue, definie et punie
par res articles 170 et suivants du code p6nal;
Parces causeset motifs et tous autresh supplier de droit et d'AquitO,qu'il plaise
au tribunal d'appel rapporter lejugement dAnonce ;dAcharger,en consequence,le
conclunnt des condamnations portees centre lui par le tribunal de simple police;
donner acted au concluant des reserves qu'ilfait pour poursuivre, conformement
SP'article 14 de In Constitution, par devant les tribunaux comp;tents et dans les
forces traces pac la loi, I'attentat fait centre sa liberty individuelle et centre
sin domicile, I'arrestation illigale et arbitraire, ainsi que I'injuste detention
don't il a E6t victim A pnrtir de son acte d'appel. Ce sera justice.

P. LESPES, avocat.

Met P. LespAs et Ed. Lespinasse, au nom des prPvenus Emile Luders et Dor-
Ilus Presumb repoussarent les conclusions prises par la parties civil de la ma-
nibre suivante:
Plaise au Tribunal, .
Attendu que Michel Marseille s'est cinstitub partie civil;
Attend que sa demand n'est Ias fondbe; que les fiits qu'il allAgue ne sont
pas legalement etablis;
Par cs motifs et autres A supplier d'office, le dEbouter purement et simple-
ment det sps fins et conclusions. Ainsi sera justice.

P. LESPES et Ed. LESPINASSE, avocats.
ci
Enlin Mc- P. Ijespis et Edmond Lespinasse r6pliqubrent, au nom de leurs
clients, au MinistAre public, par les conclusions ci-apres relates:
Atten'lu que le MinistAre public a conclu a une aggravation de la peine; que
le droit d'appel ne lui appirtient pas; que la jurisprudence dEtermine qu'il ne
peut conclude A I'aggravation de la peine;
Par ces motifs, rejeter les conclusions du MinistAre public et faire droit A
cells pribelemment prises.

Ed. LESPINASSE et .P LESPItS, avocats.

Consii&rant qu'il rAsulte de I'instruction orale et publique de cette affaire,
faite aux audiences correctionnelles des 28 et 30 Septembr. dernier, les fails
suivants:
Le citoyen Maximilien Prudent, en sa qualitA d'agent de la police administra-
tire de celte ville, fut requis par le sous-inspecteur Antoine Alexandre te pro-
c'der A I'arrestation du ntmm- DorlBus PrbsumB, bussman attache nu service
du sieur Emile Luders, et prAvenu de vol d'unp clef de buss au prejudice du
sieur Dicius Fortunat; cet agent, obtemperant a cette rAquisition, se present
devant les Ecuries Centrales, dirighes par le sieur Emile Luders. LA, il trouva









L'AFFAIRE LUDES 45

le d6linquant, A qui il donna, au nom d' la loi, I'ordre de le suivre au bureau
de la police administrative de cette ville. Dorlbus PresumA refuse d'obbir A cette
injunction, se mit A serAbeller et tint fortement un buss qu'il lavait. A ce mo-
ment, Monsieur Emile Luders, qui etait 1'Atage de ses ecuries, se presenta
pour retire des mains de la police le prAvenu'Dorlus Pr6sume. Emile Luders,
qui d6clara dans le moment qu'il Atait allemand et que ses domestiques n'a-
vaient rien A ddmdler avec la police, prit I'agent Maximilien Prudent par le col-
let, le tira fortement dans I'int6rieur de ses Acuries, le jeta par terre et march
sur sa figure,ce qui fit, dans c-tte partie,A Maximilien Prudent deux contusions.
Non content de cela, Emile Luders donna A Maximilien Prudent un coup do
hbton au venture.
DorlBus PresumB aida son patron A se r6bellet et A dkchirer un cordon de
aForce A h Loi, a que portrait le plaignint Joseph Edounrd.
Emile Luders ne s'arrAta pas IA, dans sa rebellion; toujours aid du nommi
D rldus Pr6sumA.il donna: 4, A l'agent de police Michel Marseille des soufflets,
un coup de pied et un coup de bAton A la tAte, et 2o A I'agent Petit-Jean Louis
Jean des talnches et des coups de pied et dAchira nussi la tunique et le cordon
de a Force A In Loi a du dit agent Petit-Jean Louis Jean.
Sur I'excption d'incompAtence soulevde par le MinistAre public;
Considrlnnt qua, come l'a soutenu A bon droit le linistAre public, le Juge
de Paix dela Section N'rd de la CapTitale,jungant en ses attributions de si'nple
police, avant AtA saist d'une prevention do rebellion suivie de coups ports nu
vissgr- et dont il eat rAsultA des contusions, de fait, devait d6cliner sa compe-
tence et renvover crtte affaire A Monsieur le Commissaire du Gfouvernement.
nour que saita y fit donnA conformnment aux articles 17?, 473 et 2"iV du
Code p6nal;
Attend qu'il n At rendu le vinit et un du courant par le Tribunal de Piix,sac -
tion Nord de nl Capitale, on ses attribntionnde simple police, un iusement nui
condemn le concluant et le siour Emile Luders A quorante-huit gourdes d'n-
mende et A un mois d'emnrisonnemant, en conformity Id I'articl" it de la loi
sur I'organisation de lajtolice urbaine, pour voices de fait sur les agents de
police et Pour rAbellion centre la force publique;
Attendu que le concluant a interiet annpel de ce jugement en temps utile;
Attendu que cat apnel est A la fois d volutif et suspensif dans I'occurrence, au
prescrit de I'article 149 du Code d'Instruction criminelle, Il concluant ne se
trouvant pas dans les cas d'exception prAvus par I'article 18 de la loi du 49 Sep-
tembre I183F, portant amendment an Code d'lnstruction criminelle, puisqu'au-
cune condemnation n'a etA oronencke centre )ui pour une des contraventions
d6sign6es aux articles 402. 403. 4) et 40S du code pAnal; que cependiht, mal-
grA cet appel qui suspendait l'exAcution du jurementlendu contre lui, comme
cela vient d'etre dAmontre, le conclunt a AtA hien retenu dans les prisons de nl
Canitale. bien que cot appel ait AtA rAquliArement signifiA nu Ministre public :
Attendu que, dans le jugement don't est appel, le droit sacr de la defense a
At, viol6 dans la personnel du concluant et dans celle du sieur Emile Luders.
condamn6 aux mames pines pour les mdmes fits et par le mfme jugement,
le temps necessaire pour fire appeler ses temoins lui ayant manque, et le Tri-
nunal de Paix avant refusAe lui accorder le sursis que les deux inculpAs sol-
licitaient pour pouvoir produire leurs tAmoins;








4M L'AFFAIRE LUDERS

Attend que Ic jugement viole d'une facon manifesto l'article 145 du Code
d'Instruction criminelle, en ce que : o ii n'est pas motive, et 2o aucun texte de
loi punissant la rebellion n'y a pas et inseAr, toutes deux formalitds prescrites
A pine de nullitk du jugement; qu'il viole encore ouvertement I'article 135 du
meme code. le concluant et son co-inculp nayant et6 tous deux condamnis sans
preuve, la prdtendue contravention qui leur etait reprochde n'ayant pas AtC
prouvde par aucun des trois modes de preuve institute et etablis par I'article
135 sus-cite; et qu'il y eu une absence complete de proces-verbal on rapports et
de temoins, les plnignants ayant Ate seuls entendus et Acout6s, au mdpris de la
loi, qui est une pour tous et qui est protectrice des interkts et des droits de
Loutes les parties en cause;
Attendu que les temoins entendus A cette audience et cites par les deux ap-
pelants ont confirm par leurs depositions les mnyens d'appel pr6sentes par eux
et ont demontre I'injustice de la condamnation prononcee centre eux, la double
contravention qui leur est reproch6e n'existant pas, d'apres leur t6moignage;
Attendu qu'alors mnme que cette double contravention aurait Wt 6tablie de la
facon rt scion les forces prescrites par la loi, il n'y aurait pas lieu pour le
Tribunal de condamner les appelants, la violation de la loi et la perpetration
d'un crime ou d'un delit ne pouvant jamais Atre generatrices d'un droit et les
agents de police qui se sont plaints ayant commis au prejudice de I'appelant
Dorlbus Prbsume des ates attentatoires A sa liberty individuelle et a son domi-
cile, garantis parles articles iI et l de la Constitution .ctuelle; actes qui sont
punis par les articles 85, 145, etc., du Code penal, combines, I'arrestation qu'ils
voulaient faire de sa personnel et qui a Atl la cbus' premiere du process actual
6tant illegal et arbitraire, cet appelant n'etant dans aucun des cas od la loi or-
donnait de le siisir, puisqu'il no s'tait rendu coupable d'aucun crime, dAlit ou
contravention que la police est tenue de rechercher;
Considerant que, de ce chef, I'exception d'incimptence propoqse doit 0tre
accueillie et le jugement don't est alrpel doit Atri annule.

Au fond :

Considbrant que I'appel est dbvolutif, c'est-a-dire donne competence en meme
temps au Tribunal rbformateur pour statuer dAlinitivement sur le fond de la
contestation qui lui est dAfrE ;
Considerant que, quoiqu'en pense A cet Agard le prevenu Emile Luders, les
agents de police, charges d'arrter le nommA DorlAus Prdsume ne se sont
pas introduits dans sa demeure pour y procbder arbitrairement A cette dite
arrestation
Qu'au contraire, il a Atl Atabli dans le course de I'instruction orale et publique
a nlquelle a donnb lieu cette affaire, que c'est le nomme Emile Luders qui a
tire fortement dans I'intdrieur de ses Acuries l'agent Maximilien Prudent, pour
Ie frapper;
Qu'en consequence, il y a lieu de dire que le fait de rebellion suivi de coups
portes au visage et dent ii est resulted des contusions, reproch aux nommes
Emile Luders et Dorleus Presume, est constant; et qu'ils sent coupables, le
premier come auteur et le dernier comme complice pour avoir, avec connais-
sance, aid& on assist l'auteur de I'action dans les faits qui I'ont consommee;








L'AFFAIRE LUDERS 47

Considerant que ce fait, ainai declared constant, tombe sous le coup ct I'ap-
plication des articles 170, 473, 177, 250, 44, 45, premier et deuxiAme alineaF,
du Code penal, ainsi congus:
Article 170 : Toute attaque, toute resistance avec violence et voies de faith
envers les officers ministeriels, la force publique, lei proposes A la perception
des taxes et des contributions, les porteurs de cantrainte, les prAposes des
douanes, les sAquestres, les officers ou agents de la police administrative ou
judiciaire, agissant pour I'execution des lois, des'ordres ou ordonnances de
I'autorit6 publique, des mandates dejustice oujugements, est qualified, selon les
circonstances, crime ou delit de rebellion.
* Article 173 : Si la rebellion n'a et commise que par une ou deux personnel,
avec armes, elle sera punie d'un emprisonnement do six mois A deux ans; et
si elle a.eu lieu sans armes, d'un emprisonnement de six jours A six mois.
Article 177 : Les auteurs de crimes et delits commis pendant le course et i
l'occasion d'une rebellion, seront punis des peines pronounces contre chacun de
ces crimes, si elles sont plus fortes que celles de la rebellion.
Article 250 : Lorsque les blessures ou les coups don't il sera rAsult6 des con-
tusions n'auron' occasionne aueune maladie on incapacity d- travail personnel
de l'espc'- mentionnee en I'article 254, le coupable sera puni d'un emprison-
nement d'un mois a un an. 0
Si les coups s3nt portes au visage,le coupable sera puni d'un emprisonnoment
d.4 six mois A deux ans.
Article 44: Les complices d'un crime ou d'un dAlit seront punis de la mAme
peina que les au'eu s mAmes de cc crime on de cc delit, saul les cas o6 la loi
on aurait dispose autrement.
Article 45: Seront punis comnne cimplices d'uns action qualifile crime ou
delit, ceux qui aurant, avec connaissance, aide on assistA I'auteur on les auteurs
do I'ac'ion dans les fails qui l'auront consommAe, sans prejudice des pines qui
seront spAcialement portees par Ie present Code centre les auteurs de complot
ou de provocation attentatoire a la stretW intdrieure ou exterieure de I'Etat,
mdme dans le cas o4 crime qui Atait I'objet des conspirateurs ou des provo-
cateurs, n'aurait pas Mte commis.
Dont lecture a Aet donnce a haute voix par le Juge-Doven.
Statuant sur les dommages-interets reclamAs par I'agent de police Michel Mar-
seille :
Considerant que, par le faith de sa rAbellion suivie de coups portes au visage,
un tort a 6et caus e 4 'agent Michel Marseille, qui se trouvait an nombre de
ceux charges d'arrAter le delinquant DorlAus Presume, tort qui doit %re repar6
en argent, aux terms des articles W148 et 1169 du Gode civil.
Par ces motifs, le Tribunal, aprAs en avoir deliblr6, recoit les nommes Emile
Ludars et DorleusPresumA appelants du jugement rendu par le Tribunal de paix
de na section Nord de cette ville, en ses attributions de simple police, le vingt
et un septembre 1897; dit que le dit Tribunal Atait incompetent, a raison de
la matiere; annule, en consequence, le dit jugement, et attend que I'appel est
devolutif, et statuant an fond, condamne : Io le nommA Gustave Emile Luders,
Aga de vingt-six ans, nigociant et Directeur des Ecuries centrales, n6 et de-
mrurant A Port-au-P.ince, et 2$- Dwrlus PrsumA, Ag6 do dii-neuf ans, n6e








48 L'AFFAIRE LUDERS

P6tion-Ville et demeurant A Port-au-Prince, A une ann6e d'emprisonneuent; et
par corps, conformAment A I'article 3' du Code ptnal : I4 aux frais de la pro-
cedure envers I'Etat, allou6s au greffe A la some de ........ et ce, non
comprise le coat du present.jugement, 2" A cinq cents gourdes A titre de dom-
mages-intertts envers la parties civil; 3" A la restitution d'un cordon dpe force A
la loi appartenant A I'agent Joseph Edouard, et 4", au dEpens allouks A Me I.
Vieux A la some d" ..... et cc, non compris le coOt du present juSe-
ment, pour la signification duquel, avec cammandement, I'huissier-audiencier
Valnort Viljoint est conmis.
Le tout, pour avoir, le premier, comm0 auteur d'unw rAbellion sans arm^
centre les agents de police Maximilien Prudent, Michel Marseille, Joseph
Edouard et Petit-Jean Louis-Jean, port d-s coups an visage ds am-'n's Maxim'-
lien Prudent et Michel Marseille, coups dint il est result d's cntusions sur Is
personnel de I'agent Maximilien Prudent; et le second, cojnmm eoniplic". owur
avoir aide ou assist avec connaissance I'auteur de ces deux actions lans les fai's
qui les ont consommis.
Donne de nous, ANSELME, iuge-doven, INCIDENT GEORGES, juge,'et C.
MARCELIN, juge-suppleant, en audience publique du quatorze octohr, 1897.

Le moment est vpnu de contr6ler les dires de M. Luders
et de discuter lei griefs qu'il a alleai s cnntre I'action de
la Police on les decisions dp la Magistrature haitienne.
Pour qui n'a pas de parti-pris, la cause est d6jh entendne
et le jngement qu'on vient de lire a constat6 sonveraine-
ment des faits don't la notori6ti est indiscutable. Seuls, les
teutomanes conservent leur yolontaire cecite, en depit du
plus honteux abus de la force. Leur manvaise foi est si
subtile et insinuante qu'il n'est jamais hours de saison de
ruiner leurs sonrnoises perfidies. Quoi qtiils aient faith et
quoi qu'ils veuillent encore dire, la veritA, qui no perd pas
ses droits, surgira tonjours du fond des assertions contra-
dictoires sons lesqnelles ils s'6vertuent jusqn'ici A la rete-
nir. Aussi personnel ne s'est-il mnpris sur le mobile qni les
poussa a contester 1'6vidence et la v6racitA de tant de t6-
moignages exempts de partialitA et qu'il est tile de r6-
stmer ine derniAre tois d'apros le procAs-verbal d'an-
dience :

M. Antoine Alexandre, inspector en chof de la police
communal, se trouvant dans la rueCourbele 21 septembre,
entire dix et onze henres di matin, fnlt pri6 par M. DAcins







L'AFFAIRE LUDERS

Fortunat de faire arr ter le nommn6 Dorleus Pr6zumb, son
cocher, a cause d'un flagrant d6tit de vol commis A son
prejudice. Ce PrAzumn, apr.s avoir emport6 lne clef an-
glaise, venait de s'engager an service de M. Emile Luders,
conna pour etre p3u scrupaleux sur le choix de ses gens,
don't quelques-uns faisaient des Ecuries centrales un lien
de recel, si bien que, plus tard, I'invraisemblable loneur de
voitares n'hesitera pas, pour justifier sa reclamation, A insi-
nuer qu'il ne saurait se harder du vol, 6tant dans I'imnpos-
sibilitA de surveiller ce personnel de hasard. II se tenait A
ee-moment dans la galerie ext6rieure de la premise de Ln-
ders et lavait une des voitures. C'6tait IA nne besogno A la-
quelle la-disposition de l'endroit empAchait de se liver ail-
leurs que du c6t6 de la rue, et c'est prAcisement cette cir-
constance qui permit A M. Fortunat de le voir et de le desi-
gner de loin A-I'Inspecteur Antoine Alexandre. Celui-ci en-
joignit a Maximilien Prudent et Michel Marseille, agents
de la police administrative, attires par ses coups de sif-
flet, de proc6der & l'arrestation du voleur. Prezum6 refu-
sa d'obtemp6rer a I'invitation qui lui fut faite de venir an
Bureau central de la police et se cramponna au a buss
qn'il nettoyait. *
Ce qu'il est surtout nti'e d'6tablir et ce qui resort sans
contredit de son igterrogatoire, c'est qu'il fut arret6 devant
la remise, < sons la galerie D, et non A l'int6rieur, a la distance
dii buss A la remise 6tant A pen pres comme celle do siPge
des juges au bane des avocats ', c'est-a-dire de trois m6tres
environ. II demand, d6clare-t-il, la permission de re.ntrer D
pour se vOtir plus convenablement, ce qui lui fut refuse.
M. Luders ne dit pas autre chose dans son interrogatoi-
re: < .l'6lais chez moi, Acrivant sur mon bureau,quand j'ai
entendu du bruit sots la n.qaie'ie de ma remise : c'Ptait mon
cocher que des agents de police arretaient v.
Tons les t6moins prAsents sur'les lienx d6s I'origine ont
Agalement corrobor6 devant le Tribunal d'appel les decla-
rations des agents de police.







50 L'AFFAIRE LUDERS

A cot ensemble de preuves est-il necessaire d'ajouter
une forte pr6somption morale : l'incontestable souci de la
police administrative de Port-au-Prince de se conformer en
tout point aux sages et fermes instructions du Secrtaire
d'ltat de l'Int6rieur ? Nul n'ignore, en effet, la pers6verante
6nergie que M. F. L. Cauvin, d&fs on arrive aux affaires
publiques, appliqua a la reorganization d'un. Corps trop
longtemps d6cri6 pour son inobservance des forces pres-
crites par le 1,gislateur. Afin de d6raciner chez les d6po-
sitairs de la force 16gale toute vell6ite d'arbitraire et de
pr6venir toute tentation de brutality, it alla j!squ'd les d6-
sarmer e'1 lear retirant le traditionnel biton, sans leur ren-
dre pnrthnt le briquet autorise6par la loi du 2 nofrt 1872.
Dans ces conditions, il n'est pas croyable que les agents
de police eussent vouli s'exp-ser et aux violence des par-
ticuliers et aix rig sptrs de I'antorit6 sup6rieure pour I'6qui-
voque plaisir d'enfreindre les prescriptions ininist6rielles.
II est done av6rB qui la police, an moment ot survint
M. Lenders, avait d6ej apprAhend& Dorl6us Prkzumim. trouv6
devant le s Ecuries contrales, dans in lieu essentielle:nent
public. II s'agit maintenant de rechercher comment cetle
arrestation, A laquelle le codher pr6ten:l n'avoir oppose an-
cune resistance, a pu causer un Bnorme attroupement et
provoquer la bagarre retentissante o M!. lenders jona cons-
ciencieusement le premier role.
'Un allemand don't je veux bien taire le nom a affirmn6 que
son compatriote d'emprunt revenait de son magasin de
nouveaut6s de la rue TraversiAre, lorsque, voyant Prznu-
mA retenn par Maximilien Prudent, ii pass brusqnement
entra les deux et erV.ralna & l'int6rionr le voleur, degag6
par cr.o movement inattendi : d'of ning irruption instan-
tnAe des agents de police pour reprendre I'individu. Cette
version, qui ne pent passer piur tin certificate d'innocence,
doit Atre pourtant Acart6e, "puisqn'elle n'a Wt6 ni prodnite
si)ns la foi dui serment, ni confirmed par d'autres temoi-
gnages.







LCAFFAIRE LUDERS


Au reste, il n'est pas impossible de reconstituer la scene
veritable : a Dans l'intervalle, declare Prezum6, M. Luders,
ayant entendu le bruit, m'a dit d'aller A mon travail. D Et
I'agent Maximilien Prudent s'expriine ainsi : c M. Luders
a paru dans l'intervalle et s'est oppose A l'arrestation du
voleur, en disant qu'il -t allemand et que, parlnnt, les gensi
qui Iravaillent che:z li ne doivenlt rieia avoir 4 dcmiler avec
la police hailieine v. Tel est I'etat d'esprit de ce Directeur
d'Ecuries! Ilestalleinandetn'entend pas qu'un holnme qu'il
vient de reprendre A son service soit arrete. Qu'importe que
I'art. 5 du code civil declare les loisde police et de sfiret obli-
gatoires pour tous ceux qui habitent le territoire de la R6publi-
que ? II nelui plaitpas de connaltre cette disposition, quiet
aussi un principededroit international. Sa personnel et celle
de ses a gens sont hors de I'atteinte de la justice locale. II
n'en dAmord pas et invoque avec hautear ce privilege d'ex-
territorialit6 .sni generic. Et ce n'est point une opinion
d'un jour: il y a d6jA longtemps qu'il I'a adopt6e, exprimne,
muise en pratique. Le 7 fevrier 1894, passant i cheval A une
heure du martin devant le a Bureau de l'Arrondissement u, il
frappe de sa cravache un factionnaire qui lui a cri6 qui-vive,
et proclame en se rengorgeantee qu'il est Mtranger et n. doit
pas se soumettre aux lois du pays t. El lorsque, pour ce
faith d'une gravit, exceptionnelle, il est condamn6 simple-
ment A dix jours d'emprisonnement et A douze piastres et
demie d'amende, tin Secr6taire d'ltat de la Justice, a con-
naissant comme pas un les lois haitiennes v, lii procure
sans retard sa grace pleine et entire sous la forme d'un
ArretL qu'on s'abstient d'inserer au Moniteur, pour ne pas
lui faire de la peine.
C'est pourquoi il n'a pas A se gener et nous ne devons pas
du tout trouver strange qu'il affirme que I'etat de siege ne
peut affected les strangers, ni qu'il se plaigne de la viola-
tion de son a droit d'asile D, ni qu'il ordonne A PrezumA,
qui est en Atat d'arrestation. i d'aller A son travail n, ni
qu'il app.lle tout son personnel A la resonsse et engage


51







12 L'AFFAIRFLUDERS

une furieuse.bataille pour retirer le cocher des mains d'a-
gents de police pen disposAs A 16cher.prise. n.les prend an
collet, ces hommes qui sont dans,l'exercice de leurs fonc-
tions, il les frappe au visage, .a la poitrine, A I'abdomen,
aveuglmnent et sans relAche, a coups de poing, A coups de
pied, a coups de canne, il les terrasse, il laboure leur corps
de son talon, il dAchire lenrs 6charpes et leurs tuniqnes.
N'en a-t-il pas le droit ? Et ne pent-il se r6clamer d'une
sorte de grace d'6tat, de par sa qualitA d'6tranger, que re-
haussa A ses propres yenx une mesnre de cl6mence, extra-
ordinaire conmme 1'infraction qui avait entraln6 sa con-
damnation ?
Tontefois, par moments, il.consent a prendre la peine
de so disiulper, comme dans ce passage de son fMmoire
A la Legation Allemande : s Me basant, 6erit-il, sur la con-
naissance sp6ciale que j'ai de ce pays, je m'abstins de touted
action violent. D'aillenrs, je n'asrais pn rien fire senl
contre la superiority des forces adverse. J no me
livrai a aucun acte de violence ; je ne m'opposai mmem
nullement A I'arrestation de mon donestiqne, et j'affirme
surtont je peux-le pronver A la Legation imp6riale par
des t6moins oculaires que je ne maltraitai et ne blessai
personnel. ,)
Eh bien voici dans quels terms ces timoins oculaires
ont depos6 devant le Tribunal correctionnel :
M. FOREST TULIEN. I'6tais an Bar de laBourse quani- i'en'en-
dis Beniamin ( Antoine Alexandre) g siffler la police o. Aux coups
de sifflet, des agents accoururent i Benjamin. qui leur ordonna
d'operer 1'arrestation de Dorleus. Obtemp6rant a cette in'onction,
ils se ren6irent pres des tcuries centrales pour arreter le dit Dor-
leus, mais M. Luders s y oppose, tout en administrant des coups
de pied, de poing et de baton a ces agents de police.
M. SIMON Fri.. Avant entendu ( siffler la police a du c6te
des Ecuries centrales, je m'y rendis. A mon arrive, je trouvai
M: Luders terrassant deux hommes de police. 11 les foula aux piels,
les frappa, etc. Dorl6us et d'autres individus frappaient aussi les
agents de police.







L'AFFAIRE LUDERS 53
M. EUROPE FLEURY. Je trouvai Luders furieux. I1 frappair lei
agents a. coups de pied, de baton, etc.
M. RICHARD MIOT, un fran~ais,-ami de M. Luders. J'6tais sur
la Place Geffrard quand j'entendis un grand bruit du c6t6 de la
remise de Luders. J'y dirigeai mes pas et, i mon arrive,- je -trou-
vai des hommes de police arretant un homme qui demeure chez
Luders. Apris une longaue resistance, Luders est all" former une
plainte au bureau central de la police.
M. EMMANUEL JEGER, un allemand, ami de M. Luders. J'6tais
vis-a-vis de la maison de Constantin Yieux, aux environs, par
consequent, de la remise de Luders. I'ai yu celui-ci debout dans sa
premise, au milieu d'une affluence. C'6tait I'arrestation .de son buss-
man que la police operait. Il sy est oppose. II avai: unet main en
Tair et, de l'autre, il tenait un home de police qui trpiignait.
M. GEORGES LESPINASSE, nn franCais, aini de M. Ludes. et bean-
frdre d'un allemand. Je passais sur la Place de la Paix quand
j'entendis des coups de sifflet parts du c6tf de chez Luders. J'y
accourus et je vis Luders s'opposant a l'arrestation d'un homme
qui se trouvait .l'interieur des tcuries centrales. II 'tait colire
et avait un stick en main. Je ne. puis rien prciser, n'ayant.pas et
sur les lieux au commencement de la scene.
M. EUGkNE ROY, ami de M. Luders. Je causais avec quelqu'un
quand j'entendis du bruit aux Ecuries centrales. Je fus voir.ce qu'il
v avait. C'6taient des agents de police qui arrttaient un homme qui
s'accrochait a une voiture. Luders tenait un stick de la main droite
et un homme de police, de la gauche. 11 y eut une bousculade et
des homes de police tombbrent.
M DAMIEN DELVA. :-- . Luders s'opposa A. I'arrestation. de
Dorl6us. II avait un stick en main et bousculait les agents de po-
lice.
M. ANTOINE WALLACE, un anglais, palefrenier de M. Luders, ayant
pour interprdte M. Georges Gaugaitte, beau-frdre d'un allemarn. J'-
tais a l'int6rieur des Ecuries centrales, oi6 e soignais un cheval.
J'ai entendu du bruit et j'ai accouru. C'1taient trois homes de
police qui proc6daient a l'arrestation de Dorl6us, lequel s'accrochait
a une voiture. M. Luders, fiche, ordonna aux agents de police de
laisser Dorl6us.
M. ANTOINE OLIVIER. cocher de M. Luders. Je n'6tais pas present
an commencement de la scene. Je fis amen6 sur les lieux par le








54: LAFFAIREJ.tODERS

bruit. A mon arrive, je trouvai quatre homes de police en train
d'arreter quelqu'un. M. Luders, don't je suis le cocher, s'opposa i
cette arrestation. 11 avait un rotin en -main.

Lisez maintenant le former aveu fait par M. Emile Luders
dans une interview qne l'Impartial du 20 octobre 1897 a
publiee avec son assentiment et son visa personnel :

a J'etais A mon bureau, travaillant A mes 6critures, quand, averti
par le bruit qui se faisait au rez-de-chauss6e, je suis descendu
pour voir deux agents de police qui se disputaient avec l'un de
mes cochers qu'ils voulaient arreter. Cet homme nettoyait une
voiture qui se trouvait sur le seuil de la porte, moiti6 sous la
galerie et mioiti6 en dedans ; rhomne itait en dedans ou au debors,
qu'importe On voulait I'arrkter, parcequ'il avait, disait-on, vol6
une clef de la voiture de M. Fortunat, chez qui ii travaillait avant
d'entrer a mon servile. Je suis intervene, j'ai iti grossier, je dois
l'avoner, excessivement grossier envers ces hommes de police ; je leur ai
dit des paroles d6sagreables, je les ai mis a la porte, parcequ'ils
se trouvaient i l'int6rieur de ma remise, que javais besoin du service de
cet home et que la police n'avait pas le droit de venir I'arrater
chez moi. Ils ont siffl6 et ont occasionn6 un attroupement ou
plut6t un envahissement de mon ktablissement. 1 y a eu alors
une veritable bousculade : les agnts de la police tirant mon cocher,
celui-ci resistant, d'autres cochers venant a son aide et moi pous-
sant tout ce monde-la hors de chez moi. s

Est-il possible, apr6s toutes ces declarations, de conser-
ver le moindre donte sur la brutale opposition de M. Lu-
ders A l'arrestation de son cocher, sur les voies de fait
don't furent victims de sa part des agents de la police, ad-
ministrtive, reqnis par I'Inspecteur de la police commu-
nale, en un mot, gur le delit de rebellion avec violence
qui a entraln6 l'application des articles 470, 173, 477 et
256 du Code pAnal ? M; Luders, entour6 et aide de ses
gens et dou6, an surplus, d'une force herouleenne, savait
bien qu'il ne risquait rien & molester des hotmmes absolu-
ment sans armes et il fant le dire intimid6s par sa
quality d'etranger, puisque, A F'audience: correctionnelle du







L'AFFAIRE LUDERS 55
28 septembre, le commissaire de police Europe Fleury a
confess qu'il n'a pas voulu arr6ter ce. dl6inquant en Iab-
sence du juge de paix, encore que, dans ce cas de flagrant
d6lit de rebellion, il ftit pleinement autoris &a le faire par
I'art.10 du Code d'Instruction criminelle. Au fond --disons-
le en passant de tels managements se retournent centre
nous, car si M. Luders avait At6 apprbhend6, comme de
raison, au moment pr6cis of il faisait rage pour delivrer
Dorlbus Pr6zum6, ii n'eft pas eu I'occasion d'6quivoquer
sur son arrestation an Bureau central de la police, oh, par
une marque d'inconscience ou un exc6s d'audace, il s'Mtait
prAsent6 pour se plaindre de la violation de son droit
d'asile et rclamer son cocher, ( du service duquel il avait
besoin.,
Aii reste,'quoi qu'il en ait dit, cette arrestation n'Btait
nnllerent ill6gale, attend qie, de son propre aven, elle
eut lieu A pen pres vingt minutes apr6s la scene et que,
selon l'art. 31 di Code d'Instruction criminelle, le flagrant
dWlit est le d6lit qui se comment actuellement ou qui vient
de se commeltre, la doctrine et la jurisprudence admettant,
d'ailleurs, que le a temps voisin du dAlit peut embrasser
une p6riode de plus de vingt-queare heures.
Le reproche de violation de domicile n'est pas plus se-
rieux. H1las nous voila bien loin de la conception romai-
ne pour qui le doAicile 6tait par essence le foyer domes-
tique, I'auguste retraite uniquement accessible aux iitinmi-
t6s familiales et au culte des dieux lares a La vie privee
doit Atre mur6e,, disait encore dans ce sens l'illustre Royqr-
Collard. C'est aussi de I'antique tradition que s'est inspire
l'art. 6 de la Constitution prussienne pour proclamer
- aprAs tant d'antres que la maison de chaque ciloyen
est un asile inviolable. ( La circonstance qu'une propriWte
est close, dit un Arret de la Cour de Leipzig en date du 6
avril 1880, ne suffit pas pour qu'elle soit r6pnt6e-close dans le
sens de I'art. 123 du Code p6nal allemand. II faut pour cela.
que la propriety fasse parties d'une maison habit6e, circons-
tance qui comprend ce qu'on appelle la paix domestique ).







56 L'AFVAIE LUDEBS

N'importe II nous faut bien croire M. Luders lorsqu'il
affirme avoir transport& ses p6nates dans les Ecuries cen-
trales. Cette concession faite, il-con'vient de rappeler que
I'individu inculp6 de vol fut, avant que survint son patron,
arret6 k l'ext6rieur de la remise. C'est an point que l'aveu
des prvenus et d'unanimes t6moignages ont d6finitivement
6tabli..Que, dans la lutte engage par M. Luders et son per-
sonnel pour enlever DorlBus PrezumB aux agents de police
qui s'en 6taient empar6s, ces derniers, presses par la foule
grossissante et curieuse des p6rip6ties d'une arrestation
aussi incident6e, aient Wth entraln6s a I'int6rieur, c'est pos-
sible, c'est m4me probable. Seulement ii va sans dire que
ce inouvement involontaire ne constituerait pas le faith d6-
lictueux pr6vn et puni par l'art. 145 du Code p6nal, les
agents ne s'6tant pas introduits spontan6ment 'et encore
moins de propos dMlib6r6 dans les lieux qne, par un Btran-
ge abus de mots, le voiturier en d6confiture a os6 appeler
son domicile. Sans cirnpter que le flagrant d6lit de rebel-
lion commis par M. Luders, qui tirait Prezum6 dans sa
premise, eiut Wel un motif 16gitime d'y p6n6trer pour le main-
tien de cette arrestation si maliciensement entrav6e.
En supposant que la violaion de domicile ffit r6ellement
d6montr6e, cette circonstance n'efit jamais impliqu6 pour le
butor endurci le droit d'attaquer, de frapper, d'assommer
des agents ex6cutant un ordre de l'Inspecteur de la police
Communale. La Cour de Cassation de France n'a pas varied
sur ce point : a Les citoyens, dit-elle, ne peuvent demeurer
libres de se soumettre on de s'opposer aux actes des agents
de l'autorite, selon qu'ils les jugerontplusou moins.16gaux i'.
De mene, un Arret de la Cour de Paris declare < qu'il n'est
point permits aux pkrticuliers, sous pr6texte d'ill6galit6oude
l'irregularit6 des actes exerc6s A lenr 6gard, de se mettre
en 6tat de rebellion centre les agents de la force publique
on pr6pos6s agissant ponr 1'ex6cution des lois, des ordres on
ordonnances de l'autorit6 publique, et qu'ils conservent seu-
lement leur recours a l'autorite judiciaire ou administrative
ponr fire annnler ces actes et punir les anteurs, s'il va lieun.







L'AFFAIRE LUDERs 57,
Qui ae voit, apr6s tout, la perturbation qu'engendrerail
I'opinioncontraire? Cetteo'pinion ne manqueraitassir6mnent
pas de partisans d6cid6s A la pousser aux.cons4quences les
plus extrenes. A c6t6 des moderns qui, tout en 6tantd'avis
que la resistance A un exc6s de pouvoir est nn acte de.lfgi-
time defense, ajoutent que c cette rAsistance doit se propor-
tionner A l'intensit6 de I'attaque et n'employer qne les mo-.
yens n6cessaires pour en triompher et qu'elle ne pent aller
sans crime an-delA de ce qu'exige la conservation du droit
menace n'y aurait-t-il pas des forcenes, des Luders, pour
pr6tendre s'opposer par les arnes A I'arrestation d'nn tiers
qn'ils auraient laiss6 s'introdiiire dans leur domicile, et ap-
pliquer ainsi de leur autorit6 privee la peine capital A ,Im
d6litque laloi punitd'une amended quatre a douze piastres?
Et ne serait-ce pas une odieuse derision que d'abandonner,
par example, l'appr6ciation des actes des fficiers.de la poz
lice judiciaire aux passions et l'avenglement d'un t6mbraire
don't I'intelligence ne peut concevoir clue la )oi sur l'etat de
si6ge soit obligatoire pour les strangers qni habitent le ter-
ritoire de la R6publique?
En r6sum6. des allegations int6ress6es ne sauraient pre-
valoir contre 1'evidence et il resteabsolument d6montr6 que
Maximilien Prudent et Michel Marseille furent empech6s par
Luders d'emmener Dorl6ns Pr6sum6, arrAt6 hors des Ecu-
ries centrales, et ddtrent user de leurs sifflets de police, pour
demander main-forte et obtenir I'aide des seils agents Jo-
seph Edouard et Louis Jean. Luders en a impose an Comte
Schwerin et an Ministre des Affaires EtrangAres d'Alle-
magne, lorsqu'il a Acrit qu'il avait et6 aux prices avec
t une petite arm6e, dix A douze hommes : soutenip par
ses employes, ses cochers, ses palefrenies, ses 4 gens en
nn mot, et avec sa grande force musculaire, et sa canne ja-
mais inactive, il avait, au contraire, beau jeu contre quatre
agents sans defense puisqu'ils n'Ataient munis, ainsi que
je l'ai dAja expliqu6. ni de sabres ni de bAtons et par-
dessus le march, trts ports A toute sorte de m6nagemerits
envers un stranger. Luders fut done A bon droit apprehendA
5







58 L'AFFAIRE LUDERS

et conduit devant le juge de paix dans un temps tres voisin
du fait d6lictueux qu'il avait coinlmis.
Pouvait-il, sur son appel, Atre condamnA pour le delit de
rebellion et non pour la simple contravention resultant des
voiesdefait? C'est la derniere question juridique A r6soudre.
Disons tout de suite que la Cour de cassation de France
decide que, si I'appel a 61t interjete par le pr6veun seul, ii
n'appartient pas aux juges d'aggraver la condition de I'ap-
pelant, soit en se declarant incompetent, soit en angmlen-
tant les condaminations prononceescdntre lui. Elle se fonde
sp6cialement sur un Avis du Conseil d'Etat, approuv4 par
un Decret du 12 novembre 1806.
On a oppose cette jurisprudence au jugement du 14 oc-
tobre, qui a annule, pour cause d'inconmptence, la decision
dii Tribunal de simple police et frapp6 de peines correc-
tionnelles Luders et Presum6. En raison de notre tendance
A adopter les solutions qui prAvalent en France, la critique
formulee ne manque pas de gravity. Je pense n6anmoins
que les adversaires du jugement n'ont pas assez tenu compete
de plusieurs considerations de droit et de faith susceptible
d'att6nuer ou de d6truire la force de leurs objections.
D'abord, y a-t-il en Haiti ui Avis on un Decrt ayant force
16gislative, on un texte de loi assez explicit pour ne laisser
planer aucune incertitude sur la cons6cration di principle
invoque? Je ne le crois pas. Les avocats des pr6venus ont
repouss6 les conclusions du Ministbre public parcel que t le
droit d'appel ne lui appartient pas et que la jurisprudence
determine qu'il ne pent conclure A I'aggravation de la peine >.
Cette argumentation ne nons renseigne point sur 1'existence
d'une disposition 1egnleinterdisantan Conmmissaire du Gou-
vernement, en cas d'appel de la part des pr6venus, de don-
ner au fait incrimin uine qualification autre que celle qne
lui attribue le jugement de simple police, ou de requnrir
l'application du veritable texte qui vise et punit le d6lit ou
la contravention. En effet, la jurisprudence nest pas la loi.
.e sais bien qn'on infere de I'art. 148 du Code d'Instruc-








L'AFFAIR LUe ERS 9
tion criininelle que le droit d'appel n'esl accord& qu'an pr&-
venu condamn6e l'emprisonnement on a des'aiilenids s'tu
reparations civiecsexcedant la soinme de vingt-cinq piastres,
etj'admets volontiers que dans la pratique cette opinion n'a
guare de contradicteurs. Cependant j'imagine rialaisament
que le l6gislateur ait vbulu refuser A la parties ptiblique une
' facultI don't exercisee serait line satlvegaide pour ia sociMtA,
solvent un s6rieux obstacle line qnasi-impunit6. Ainsi,com-
ment. supposed que le MinistAre public ponrrait avoir les
mains irrdmissiblernent lies devaint la decision d'un Tribu-
nal de police qui, poursonstraire par hasard un meutrier aux
rigneurs du Tribunal criminal, s'empresserait de le condaim-
ner A quelques jonrs d'enprisonnement? II ne lni serait pas
permis d'en appeler, si cette interpretation de I'art. 148 est
fond6p,et il serait 6galement emp6ch6 de se pourvoir en Cassa-
tion contre in jugementqni n'aurait pastet rendu en dernier
resort, car nous ne pouvons nous dissimnler que ce n'est
qu'en contrevenant au texte de I'art. 153 du Code d'Instruc-
tion cririnelle que l'on admettrait dans tous les cas la re-
cevabilite de ce recours extraordinaire.
Cet inconvenient est si r6el qu'on s'efforce d'y obvierpar
tons les moyens possibles; mais ii n'y a qu'A lire le resum6
d'un ArrAt du Tribunal de Cassation en date du 26 mars 1879,
pour se convaingre de la sterilitA de ces efforts et de la biiar-
rerie des combinaisons, d'articles < permettant de concilier
les principles qui dirigent cette matiere C'est ainsi qu'il
nous est donn6 d'apprendre qu'un jugement rendu & charge
d'appel devient en dernier resort & 1'expiration du dAlai de
dix jours & partir de sa signification A moins qu'il ne soit
A la fois en premier resort A 1'6gard du condarnmt et ten
dernier resort A l'6gard de la parties publique.
Quoiq4l'il en soit et alors m6er que cette question spe-
ciale dlt Atre rAsolue. ngativement, il serait encore ration-
i'l de decider que le Commissaire du Gouvernement pent,
sur I'appel du condamn6, proposer an moyen d'incomp6-
tence pour fire annnler ure decision daTribunal de police,







60 L'AFFAIRE.LUDERS

putsqu'il seraitadmis A fonder sur.ce moyeniqui est.d'ordre
public, nn pourvoi en cassation contre le propre jugement
rendnu en appel par le Tribunal correclionnel.
La r-rplique des avocats de la defense n'etait done pas du
tout concluante. Elle 6tait,du reste, implicitement conlredite
par les conclusions en reponse A la demand de Michel
Marseille, qui tenait-les appelants sous la menace d'une
aggravation de peine, conclusions dans lesquelles les d6fen-
seurs, sans reproduire 'objection faite an Ministere public,
se retranchaient derriere la simple assertion que ties fails
allegues n'Ataient pas legalement etablis.
En sommne, les Magistrats saisis de la connaissance de
toute 'affaire parlesactes d'appel illimit6 des pr6venus aussi
bien que par la citation directed don't ceux-ci ont %t6 I'objet
de la part du Commissaire du Gouvernement, n'ont viol6
aucun texte de loi,ii comme juges d'appel, en irfirmant le
jugement de police pour cause d'incompetence, ni come
juges correctionnels, en qualifiant et punissant autrement
quele Tribunal de police les actes imputls a Luders et A
Prezurn6.
En tout cas, minme dans I'hypothese oh le jugement du 14
octobre eut ete critiquable, ~iart. 153 du Code d'Instruclion
criminelle n'indique-t-il pas la voie qu'il eut fall suivre
jusqu'au bout pour le faire annuler?
La parties publique, dit-il, et les parties pourront, s'il y a lieu,
se pourvoir en cassation centre les jugements rendus en dernier res-
sort par le Tribunal de police, ou centre les jugements rendus par
le Tribunal correctionnel, sur l'appel des jugements de police. D

Le CoAnte Schwerin lui-imme, aprbs avoir entendu la d.-
cision, comprit qu'eile ne pouvait atre attaquAe que par in
recours an Tribunal de Cassation, institu6, selon une just
remarque, a pour ranmener perp6tuellement A 1'exAcation do
la loi toutes les parties de I'ordre judiciaire-qui tendraient
a s'en carter n. Interrog6 par M. Luders sur ce qu'il y avait
encore A faii'e, il r6pondit: Epnisez les voices 1lgales.


- 1--- --17 .17.0.1 11,111.T -- T 7 7 7,







.LL'AFFAIRE;L BS -
La declaration de pourvyu fut faile sur I'heure, cotnmne
I'attesle I'acte que nous reprodnisons-ici:

LIBERTY, EGALrIT FFIATERNIr,

REPUBLIQUE D'HAITI.

SE.xtrdai de nainutes du grefe du Tribu-
a nal civil de Port-ai-Prjine. *

L'an mil hiit cent quatre-vingt dix-sept, et le jeudi quatorze
Octobre, A 6nze heures du mnjtin
An greffe dur Tribunal civil de Potv-au-Prince et par devant nous,
P. Laraque, greffier dudit Tribunal, spussign ;
A compare le sieur Emile Luders, ngocidant et Directeur des
..Acurie,. Gentrales, demeurant a Port-au-Primce, lequelnous a dit
et d6qear qu'il se pourvoit en cassation contre le jugement rendu
ce jour'par 1a Tribunal civil de ce resort, jugeant en.ses.attribu-
tions correctiorinelles, le condamnant a une ann6e d'emprisonne-
ment, a cinq cents gourdes de dommages-int6erts et aux. frais et
d6pens de la procedure.' Le comparant nbus.'a, en outre, d.lari
constituer Me Ed. Lespinasse pour occuper sur le present pogrvoi.
'Nogs av6'ns.donne acteau comparant de sa declaration; apr.s
!ecturq, il I'a, signee avec nous ainsi que son avocat.

Ei~nt LULERSj,. ED. LESPINASSE, avcat, P.LARAQUE.

DoFtena Przaumtnse pourvut 6galement le mnime.jour.
: fee lendemain, le5 avoeats des condamn6s obtintent ppur
le jobir'i ivant, si j'en crois des personnel autoriskes, une
audience cortectiopnelle A I'exdraordiniire; a 1'effeifde pr6-
enritep aL noim.de leurs.clients une.demande de mise en
Slibert-pmrvisoire sous caution. -tis les juges, r6tmis an
Palais de Justice.A I'h 'Bilr c6hvenue. attendirent en vain la
reqirtq anrtencee.


i f:
i y, : ,



'" ::...~:. ., "-.. -
,1,.









CHAFITHE III.


Le Comte Schwerin.

II devait Otre cinq heures du soir,ie 47 octobre, lorsqu'in .
Aide-de-camp du Pr6sident de la R6publique vint m'annon-
cer que les Secr6taires d'Etat Otaient attendus ad Palais na-
tional,.A cause d'un ultimatum que le Charg6 d'Aftaires
d'Allemagne venait de lancer.
Je me rendis imm6diatemnent A la convocation, et d&s quo
le Conseil fut au complete, le Pr6sident. aussi calme que
d'habitude, nous informa succintement de la surprenante
demarche que le Comte-Schwerin avait faite aupr-s delui.
Voici, d'aprAs des renseignements compt6mentaires, ce
qui s'6tait pass :
Le General Sam? apr s une tourn6e i eheval par les prin-
cipales rues de la ville, apr6s les visits et les receptions qui
font ordinairement du dimanche un septiAmejour de fatigue
pour les Chefs d'Etat haitiens, s'Atait retired depuis tin quart
d'heure dans ses appartements privAs, quand un officer de
service accourut pour lii annoncer que le Charge d'Affaires
d'Allemagne se trouvait dafts le vestibule dui Palais et de-
mandait A le voir.
II 6tait deja quatre heures et demie de l'apirs-midi. La
nuit vient tot en cettesaison d'automne. L'heure n'athil plus
des audiences officielles. Apparemment le Secr6taire d'Etat
des Relations Ext6rieures n'avait pas Ate prAvenu de-cette
visit. La demarche en question ne ponvail,-trIe qu':ne
marque de cordiale familiarity causee ,iaisemnblblement
par I'afhabilit6 notoie d-rpremier Magistrat'de lfR6publiqiMe.
II n'y avait pas As'arrtterA la forme tntra-dimocratique de la
politesse, et Son Exoellance ordonna- de faire- monster: le
Comte Schwerin dans le sakm desrdceptiens diplomatiques.
Cependant lorsque le Chef de l'Etat, pAn6trant peru'aprts
lui, edt vu son attitude fig6e dans tn uniform de lieutenant
de uhlans, il comprit que la visited n'Mtait pas di tout gra-


I







LAPPAur LUDBRES
cieusp etgev(tait djift un airde contention insolite. (l:ant
lkpsprise.qtu'il p~rotivait de ce compassement pr6nmditA.
ii salya courtoisement et attendit gi communication immi-
nente.
Alo-el'agent diplomatique,.hbott6 et peronnb casqu~Ade
cuirbouilUi.aous.l'aigle aux ailes d6ploy6es, fit a assavohi:r
au President de Ja R6publique qu'il venait de la part.de son
augaite Maitre, Guillaume II, Empereur d'Alleinagneet:Roi:
de Prusse, reolamer : oI la mise en liberty. immediate. d
M. Eniule Luders, sous peine d'une indennit6 droissant &
chaque jour de retard et sans prejudice de cellet laqujlle
donnait.dritt la detention de ce sujet allenand; 2? la des-
titution des.juges qui I'avaient condamn6, et,3i la rfvoca-.
tion des agents de policecoupablesd&violation de domicile.
Pour I'exAcution de cet ultimatum en trois points, il accor-
dait jusqu'au lendemain A midi. Pass ce. 4lai, son gonver-
nement recoRraita. la violence.. .
Le: Prsident; justement ktonn6 et bless du discours me-
IaCant du Charge d'Affaires, lui r6pondit qu'il ne pouvait
accepter la formenilefondde cettecommunicationsaps pr6-
c6dents. Lesusagesinternationaux nelaissaientaucune incer-
titude, sur la voie & suivre. II y avait A.se mettre en'apport
avee le Secretaire d'Etat des Relations ExtBrieures, qNi eea-
mtinersit les griefs invoqus .et .discuterait le principe. ds.
reparations demands, en continnant a s'inspirer de 'esprit
de.conciliation don't le Gouvernement a si fr6que pmenit
dnnn6 la preuve.
J'atteidrai jusqu'a demain A midi, rApata le Comrte avec
une obstinmtion rebelle A tout raisonnement.
Et, superbe come un triomphateur remain, Atendant
.tHnjours A son maintien et A. toute sa ptrsonne la raideur
emipesae de son-col d'apparat, ilpartit de ce pas automa-
tiquequi sein ble faire pendant aux soubresauts de son esprit.
methodiquement inquiet.
Lorsque neus eimes entendu le r6cit abr6g6 de I'incident,
nous oiwrtmes la dAliberation sur ce qu'il convenait de faire







IM I.'AFPAIRE L.UDPRS

dans de telles conjonclures. Notre faiblesse etait notoire et
c'6tait la seule raison de I'inqualiftable algarade du Cliarg6
d'Affaires. II n'y avait pas i se gtner avec nous, I'Allemagne
n'6tant exposee A aucun risque de notre part pour lftte
6norme inconvenance envers le Chef de la nation haitienne.
( Dieu aideaux forts! s pnrclame un dicton allemand. Ansi
un gentilhomme ponlratiien, repr6sentant de hasard d'un
empire colossal, peul-il tout se permettre, carter brusque-'
ment une procedure poursuivie stir ses propres conseils,'
I6connaltre A dessein les pratiques et les rggles les plus
lemnentaires de I'tilquette diplomalique, pen6trer d'einbld
et prtfsque de force au Palais national, et, aprbs avoir de-
pos6 on vestiaire la courtoisie, le bon ton, les bones na-'
nibres, le respect de la dignity morale de I'Etat vers lequel
il est envoy6 come d'aventure, surprendre en quelque
sorte au debott6 le PrAsident de la Republique, afin de lui
infliger I'audition d'un ultimatum sans nom, sans cause, sans
remission! Et si l'interlocuteur mnalgr6 lui, aussi inopine-
ment pris A parties vers la fin d'un jour ferie, manifesto sa
16gitime stuipfaction devant ce proced6 pa"r Irop incorrect,
il n'y a pas a douter un seal instant que, par une odieuse
interversion des r61es, sa jiMlicieuse reponse ne doive Otre
consid6rAe come ine offense don't le pays sera rendu res-
ponsable. Les Universit6s allemarides auraient beau r6p6ter
ces paroles de BlIntschli : Tons les Etats sont 6gaux entire
eux, parce qu'ils sont des personnes. Ils participant tous au
droit international et ont droit A ce que leur existence soit
respected. i Dieu aide aux forts, r6pliquerait S. M. I'Enpe-
reur Guillaume II, qfui n'a pas eu 1e temps d'apprendre ce
prAeepte A l'Universit6 de Bonn.
En effet, la puissa*nte Allemagne n'Atait en presence ni de .
la Russie ni de l'Angleterre. Le Comte Schwerin'le savait
bien en venant faire sa hautaine notification, et le Conseil
des Secr6taires d'Etat, de son c6t6, ne l:ignorait pas.
C'est pourquoi nons jugeames n6cessaire d'user de tous
les mPnngements possibles A I'Agard d'un Agent diploma-







L'APPAIRE LUDER 5
tique qni n'en avait gard6 aucun envers nons. II fut decid6
que, malgr6 son insultante provocation, je lui 6crirais pour
essayer de ramener nos relations A I'Mtat normal, en ouvrant
la porte A des explications et 6 des pourparlers auxquels le
Gonvernement voulait encore se prater, d'autant plus qu'il
inclinait A penser que le Charge d'Affaires, si prompt A s'a-
dresser au Pr6sident sans recourir A mon intermndiaire,
avait, sur ce point particulier, agi de son propre movement
et en dehors des instructions de Berlin.
Au moment de nous s6parer, nous convinmes de garder
le.secret, qui fut 6galement recommand6 aux Aides-de-camp
de service, dans 1'espoir d'empecher que des divulgations
suivies de commentaires emflammns ne vinssent mettre
obstacle A une conciliation toujours desirable.
De retour a la maison, je me perdis ep conjectures sur
les raisons qui avaient pu dicter A I'agent diplomatique sa
determination soudaine autant qu'irr6gulibre. Au milieu de
lines r6flexions, le souvenir de l'affaire Batsch surgit subi-
tement. Les faits sont connus et il n'est pas n6cessaire de
les relater ni de rappeler l'unanime indignation qui traverse
le pays lorsqu'on eat appris-comment, .la suite d'un ulti-
matum adress6 au Gouvernement haitien, an nom de l'Em-
pire d'Allemagne,par le capitaine de vaisseau Batsch, (chef
de I'exp6dition D, pour le paiemdnt d'une indemnity de trots
mille livres sterling au profit des sujets allemands Dick-'
mann et Stapenhorst, les frigates Vineta et Gazelle avaient
surprise A l'entrte de la nuit, et saisi deux avisos haitiens.
L'indemnit6 n'6tait qu'un pr6texte, mais le v6ritablh grief,
c'Ataient nos kclatantes manifestations de sympathie en fa-
veur de la France au course de la guerre de 1870, c'6taient
nos angoisses, nos tristesses et nos r6voltes A la nouvelle
des d6sastres qui accablaient le noble pays 6puis6 et ago-
nisant, c'6taient nos d6sespoirs 6perdus devant sa d6faite
definitiveet son d6membrement inevitable, c'6tait a I'hymne







I.AFFAIRE LUDERS :


de deuil -. cho de l'.motion gbnbrale oflt le poete
Oswald Durand reprochait A NapolBon ler de n'avoir pas
bris6
Cette Prusse hautaine et- aye de la carte
Son nom et son passe.

Naturellement.le Gouvernementde cette 6poque protest
contre I'acte de violence commis le 11 juin 1872 et a d6nonca
ce faith & toutes les nations du globe ,. Naturellenient il pro-
clama que c'6tait a l'heure de ressetrer nos rangs, de chas-
ser de nos coeurs tout ressentiment, afin d'apporter une
resistancee invincibleaux attaques qui pourraient Otre dirig6es
cQotre notre nationality D. Naturellement le people bondit
sous l'offense, fulnina, r6crimina, et naturellement tous-
gouveFnants et gouvernes oublibrent. On ne se souvient
gu6re, chez nous, t*u'4 6poque fixe, disaient recemment
Paul et Victor Margueritte en,parlant de la France. En Haiti,
on he se souvient pas du tout des affronts de l'6tranger.
Eh quoi! ie rappel mnme p6riodique des humniliations qui
abreuvorent tantde fois notre d6bile Ripublique n'aurait-il
pCi'sa raison d'etre? Les douloureux anniversaires de ces
crises si iortelles pour note amiour-propre ne comporte-
raient-ils pas un viril enseignemetlt? N'auraient-ils pas au
moins pour vertu-de reunir au pied'du otrapeau national
cravat6 de deuil ceux qui, palpitanls d'une esp6rance jamais
lassie, persistent A croire au devoir civique, A I'efficacit6 du
sacrifice, aux transformations reparatrices?
Helas! nos indignations n'ont pas de lendemains, nos co-
lWres patriotiques s'6vapoienteu un lin d'ceil, le jour d'apr&s
il n'est I)lus trace qe I'horrible dechirement de nos ames
meurtries et lacerees, et je ne sais quelle nouvelle serie de
complaisances et de compromissions remet bient6t sur le
pinacle les sets de I'insulteur d'hier et de detain, en les
gorgeant encore ine fois de toute la sAve d'nn pays don't les
Gouvernements finiront vraisemblablemnent par Its corn-
missionner leurs proteurs sur gages.




i


L.'AF RiE ''T.tMEIS EF(7

.A' la vritA, depnis I'affaire Batsch, les agents accrAdites A
'Portrai-Prince -pat I'Empire 'd'Allemagne avatent g6n6ra-
-lement montr6 de la correction dans leirs rapports avec
-nous; gardant-une stricte-neutralit6 entree les parties don't le
niais aveuglement a trop siovent ensanglant4 le territoire
haitien an profit de foment'teurs exotiques. 11 6tait r6serv6
an novel envoy6 de Berlin le triste honneur de rompre
avec -la tradition de ses prAdecesseurs, en detruisant une
harmonie qu'on estimait essentielle A des interets r6ci-
proques.
Le Comte Ulrich Schwerin 6tait employ an MinistAre
Imperial des Affaires Etrangbres, lorqu'il apprit que M. le
Comte de Luxburg, Ministre-RAsident de I'Empire d'Alle-
magne a Port-au-Prince, venait de quitter Haiti en cong6
de six nois. II s'empressa de solliciter la faveir' d'6tre
envoy6 ici comme Charge d'Affaires ad Interim, en pr6tex-
tant le vif desir qu'il 6prouvait de connaltre les regionss tro-
picales et de visitor avec sa jeune femme in pays lointain.
Bien que l'imp6trant ne joult personnellemenrt d'aucune
notori6t6 dans les spheres officielles on simplement poli-
tiqi]es de Berlin, le baron Marsehall von Bieberstein, alors
Ministre des Affaires Etrang6res, daigna acceder au voen
de s'n sitbordonnA, don't inexperiencece ne Ili parent pas in
empAchement albolu. Le Charg6 d'Affaires improvise,
aprAs avoir fait retentir sur to)u- les tons les echos d'alen-
t .nr du bruit de sa-r Mission Haiti et Santo-Domingo .,
se ihta de mettre dans sa malle son uniform d'officier de
uhlans et prit le premier batean en partance pour les Indes
Occidentales..
Arriv6 A Port-an-Prince ai mois de rqai 4897, il nr tarda
pas A s'adresser au Secrdtaire d'Etat des Relations Extdrieures
ponr demander a tre recu en audience prive parole Pr4sident
de la RApublique; pour lequel il 6tait porter d'une lettre
de-l'Empereur d'A.lemagne annoncant, je crois, une nais-
sance surverlue dans sa famille. Sa reception, A laquelle
tous les Secr6taires d'Etat assistArent en signe'de bienve-







68 L'AFWAIRE LUDERS

nue, n'eut rien de particiliuraement saillant.. A cette au-
dience of ii laissa percer tin vague embarras, qu'expliquait
assez la nouveaute de son r6le, it ne miontra un peu d'im-
prevu que lorsque, des coupes de champagne ayant tA6 ap-
port6es, ii en prit une et, apres le toast d'usage, la vida
d'un trait ou plut6t d'un seul movement de d6glutition.
Somme toute, il nous part sympathique et il ne serait alors
venu a I'esprit d'ancun de nous que cet agent diplomatique
6tait un ,de ces ouvriers en catastrophes don't parole un
eminent publiciste.
A partir de ce moment, le Comte Schwerin, voulant sans
doute mettre A profit son s6jour k Port-au-Prince pour s'6-
difier sur les conditions de notre vie publique, allait un pen
partout, a la Chambre des Communes ek ailleurs, A cette
memorable stance dir 4,juin, si pleine de passions et de tu-
multes, de mmet que dans les rassemblements forms au
coin des ries autour d'un publicateur de proclamations oti
d'arrit6s. Et sa curiosity sans cesse en veil semblait ktre
moins d'nn diplomate que d'un tpuriste.
Quand, vers la fin du. mois de Juillet 1897, je fus appelI
aux functions de Secr`taire d'Etat des RelationsExterieures
en mAne temps qu'alu minist re des Finarncmes'et du Com-
merce, ii entretint nn de mes amis de son intention de me
faire line visite,priv6e et lii demanda s'V pA sit que je la
lui rendrais. e Je suis oblige-de prendre mes precautions,
njouta-t-il, parce que j'ai fait an prec6dent Ministre des Re-
lations Ext6rieures deux visits qui n'ont pas ete pay6es de
retour: L'amri se montra trWs surprise de cette iipputation
A I'Agard d'un ancient Sscr6tair. d'Etat qui n'a jamais passe
pour manquer de former. 1I r6Apndit, d'aptre part, que le
Comte n'avait nullfment A craindre que je'ne lui rendisse
pas sa politesse.
Je ne veux pai examiner si cette assurance 6tait r6elle-
ment indispensable au Charg6 d'Affaires ; tonjours est-il
qu'il vint A la maison un dimanche, le 15 aoft, en compa-
gnie de Mm' la Contesse Schwerin, qui prodnisit la meil-







L'AFFAIRE LUDERS *09
leure impression par-lasinmplicit- de ses mnaniVr.,s antant
que par l:aisance et I'agr;ient de sa conversation prosque
parisienne. Nons ne demeurdmes pas en rest avec eux ;
peut-etra meme notrd visit se prolongra-t-elle plus qu'il ne
convenait, grtce a nne insistence don't je dois reconnaltrc,
encore anjourd'hui, I'extr6me amabilit..
I1 ktait al rs question dans le public d'nne interpellation
a grand fracas que des Sonateurs d'huineur belliqueuse pt:e-
paraient contre I'interpr6tation donnte par l'Arretd pr6si-
dentiol du 12 aouit 1897 A un article de la Constitution. Le
Comnte y fit allusion, come s'il efit d6sir6 assister a la sb-
ance oh la question serait discut6e, mais i'avoue que la fn-
tilitO du pretexte invoqu6 in'enpecha, par line sorte de pu-
deur patriotique, de seconder ce dessein, plutOt flatteur
pour le Ministre que d'aucuns se proposaient de prendre A
parties.
C'estce mine jour que le Charge d'Affaires m'apprit
qu'il avait Wet pendant quelque temps attach A titre d'as-
sesseur A l'un des tribunaux de paix de Berlin. Cette nou-
velle me laissa r6veur durant plusieurs seconds, car j'eus
I'intuition qu'un ennui quelconque nous viendrait de lui,
par I'effet de cette fatuitA ordinaiPe A l'homme qui, de I'exer-
cice intermittent de functions judiciaires, a conserve des
rudiments ot son imagination grossissante se plait A d6cou-
vrir la plenitude de la science jnridique. Il me fult donn6
plus d'une fois dans la suite de constater que le Comte
prenait an air capable d6s qu'il rencontrait un problnime
de droit. Comme il n'en savait pas assez pour allumer sa
lanterne, ii s'exasp6rait de ne pouvoir 6clairer son interlo-
cuteur, auquel, bien entendu, il d6daignait d'emprurier la
clart4 qu'il n'avait point personnellement.
Son goft pour ces discussions, que sa dialectique sp6ciale
menacait toujours d'6touffer sons des arguments de fantai-
sie, l'amena, 4 par une chande matin6e d'anot,, au salon de
reception du D6partement des Relations Extbrieures. Il s'a-
gissait du Dr Yahr, emprisonnA pour dettes depois tr-ois







70 L'AFFATRE LUDERS

mois passes: LU Charg6 d'Affaires, qili ne s'Atait pas inquie-
t6 tout d'abord du sort de ce morphinomane, avait fini par
's'int6resser a lni avec une ardeur presque f6brile, et il ve-
nait me demander de porter le Commissaire du Gouverne-
ment A fire annuler d'office I'assignation consecutive A
I'arrestation provisoire de son ressortissant. Juste A cette
6poque, je r6futais line reclamation de la Legation de
France en favenr de M. Perval, I'un des propri6taires de
l'H6tel du Champ-de-Mars, qui crovait avoir A se plaindre
d'nne ordonnance rendue sur r6fer6 le 22 mai 1897 an pro-
fit de la dame Millie Nickel. a 6ponse ) dudit Dr Yahr.
J'etais entire I'enclume et le martean, entire le Comte d'Ap-
chier, Charge d'Affaires de la R6publiqne francaise, et le
Comte Schwerin, Charge d'Affaires de I'EmK[ire d'Allema-
gne, ce qui prove mieux que tons les raisonnements la
scandaleuse inirfit6 de ces perp6tuels agissements diplo-
matiques. 'eus ine peine infinie A faire comprendre an
protecteur du m6decin honoraire qu'on ne manquerait pas
d'opposer line fin de non-recevoir a tontc immixtion di-
recte di Minist6re public dans ine affaire of seuls etaient
en jeu des int6rfts d'un ordre prive.
Alors il change de tatiqne : il fit nne charge A fond
contre la contrainte par corps, institution barbare, qui
n'existe plus en Allemagne ,, et finalemtent il me pressen-
tit str l'opportunilA d'nn Arrnt6 d'expulsion, qui anrait le
m6rite de tirer le Dr Yahr de prison, sans que ce dernier
eit a dAlier sa bourse pour d6sint6resser ses cr6anciers.
Je dus me contenir devant cette suggestion immorale et
impertinent A la fois, tout en songeant. cette remarque
de M' Ren6 Douriic : r On ne s'improvise pas diplomat.
11 est des nuances et des d6licatesses qu'ignoreront ton-
jours certain ambassadeurs inattendus. ) Je me bornai A
fire observer A cet 6tonnant Charg6 d'Affaires que l'unique
point A envisager pour I'instant, c'etait I'existence d'uit
loi autorisant cette vdie d'ex6cution, et non la raison phi-
losophique d'une tell measure ; qe, du rested, ses compa-







L'AFFAIRE LUDERS 71
triotes, qui out tant cri6 contre la loi sur la liquidation ju-
diciaire, seraient les premieres A (dplorer I'abolition imme-
diate de 1'emprisonnement en mati6re commercial, et que
1'expulsion qu'il sollicitait de notre complaisance 6tait im-
possible, n'6tant pas jnstifi6e par un motif 16gitime, et serait
un jeu daingereux pour le g ivernement, don't la respon-
sabilit6 pourrait etre engagAe envers les cr6anciers incar-
cerateurs et le prisonnier lui-meme.
Le Comte Schwerin, impressionn6, salon sa confession
spontan6e, par le reproche d'indifflrenceque lui adressaient
des allemands m6contents de tout, ne voulut point partir
sans la promesse de faire transf6rer son prot6ge6 la Con-
ciergerie. Et c'est ainsi qu'un traitement de faveur, qui
n'6tait qn'une marque de d6efrence A I'tgard du Represen-
tant de.l'Allemagne, tourna a notre detriment en facilitant
la:rencontre en prison du d6biteur Yahioet du condamn6
Luders, bient6t associ6s l'un A I'ailtre pour I'exploitation
de la R6publique.
Au surplus, une consideration sup6rieure nous faisait
former les yeux sur les demarches plus on moins insolites
du Charge d'Affaires: c'6tait I'utilite du maintien et m6me
du resserrement de nos relatibns avec I'Allemagne, eu
6gard surtout A une operation financiere qui, pour nous,
devait etre le point de depart et la condition d'une serie
de r6formes A proposer on & ex6cuter. J'aurai probable-
inent A rappeler dans une publication ult6rieure les pers6-
v6rants efforts du Gouvernement pour conjurer la terrible
crise economique qui, croissant chaque jour en intensity,
accumulait d'innombrables ruines sur tous les points du
territoire. 11 me suffira de dire ici que mon premier nouci,
on, arrivant au MinistBre des Finances et du Commerce,
fut de presser I'adoption des measures propres A d6blayer
d'urgence une situation obstru6e de d6combres, en m6me
temps qu'4 servir de base A une politique financiere pr6-
voyante, rationnelle, rassurante. D6s le 30 juillet quatre
jours aprAs la reconstitution dn Cabinet le Conseil des







72 L'AFFAIRE LUDERS

Secretaires d'Etat, anime d'un reel esprit de decision, don-
nait sa tranche approbation a des projects qui s'inspiraient
sans ambages d'un principle de r4gularitM inflexible. 11
fallait, sans se perdre dans des discussions dilatoires, se
pencher avec une compatissante fermet6 sur les miseres,
les souffrances, les desespoirs. II fallait apporter une su-
preme Anergie dans I'administration des remides hbroiques
que commandait I'opiniatre violence du mal envahissant.
II fallait precher le sacrifice et en donner I'exemple, sans
perdre de 'vh ectte profonde observation de Mmne de Stal :.
e Un sacrifice, 'quel qu'il soit, est.plus beau, plus difficile
que tonsles elans de I'Ame et de !a pensee. P
Le President de la Repiublique et ses Ministres firent
unanimes "reconnaltre que le changement du systlnue
monetaire 5 'iinp..'al de, prime abord. Si un emprunt ktait
necessaire A cette fn, il n'y avait pas a hesiter. Dans quiel
pays le contractor? En France? II n'y fallait pas computer,
et nous 6tions encore sons l'impression de 1'6chec de
I'emprunt de 1896. En Belgique ? Des offres se dessinaient
et on les examinerait en temps utile. En Angleterre? On
mettait en avant une condition impossible : le contr6le des
douanes de la REpublique..Aux Etats-Unis d'Aniurique?
Des pouirparlers de bon augure se renouaient. En Alle-
inagne ? Pourquoi pas ? DejA en 189, M, le D1) H. E. Goe-
ring, le pr6d6cesseur du Comte de Luxburg, avait offer
an Gouvernement du G&enral Hippolyte, par I'intermOdiaire
de M. Edmond Roumain, son concourse officieux pour in-
teresser des banquiers allemands de sa connaissance a
l'emprunt que projetait le SecrBtaire d'Etat des Finances et
du Conlmnerce; mais la Banque Nationale d'Haiti 6tablis-
sement francais, dil-ig6 a cette 6poque par un ci-devant
allemand s'arrangea ) pour detourner ce coup.
En aofit 1897, le Comte Schwerin, vagnement inform, de
l'intention probable du Gouvernement haitien de proc4der
au retrait du papier-monnaie an moyen d'un emprunt pu-
blic, laissa entendre qu'il strait assez enclin fi aider au







L'AFFAITE LUDERS 73

succ6s de 'cette operation, si elle devajt se fire en Alle-
magne, son beau-pere ktant, & I'en croire, un des plus gros
banquiers de Berlin. Je fis part de ses bonnes dispositions
au Conseil des Secrtaiires d'Etat et, comme I'action du
Charge d'Affaires devait etre, en la circonstance, exclusive-
ment personnelle et privee, j'ant6risai M. Edmond Rou-
main, que recommandaient des tildes approfohdies s-ur
la matiere et ine entente parfaite de la langue allemande,
A conferer avec Ini sur le mode le plus convenable de pre'
senter I'affaire dans un milieu pour. e moins indifferent.
L'agent diplomatique consentit volontiers A Aprire pour
fournir des notes tr6s favorables stir le pays, sa vitality, ses
ressources, son administration sincArement rAformatrice:
II demand A cet effet A connaltre les grandes ligres du'
project d'empruht et de retrait, en pro'nettant le secret. II
eut m6me, A,cette occasion, un mot qui But combl6 de joie
M. D6sir6 Nisard, le partisan des deux morales : C Ce. n'est,
pas seulement ma parole d'honneur de diplomat que je.
donne, dit-il ingnfiment, c'est aussi ma parole d'honnenr,
de gentilhomme.
ILsva sans dire qu'il assist A qette impressitnnante
s6anee-du 4*r octobre ot le Cabinet affirma a la Chambre
des Communes et devant le people attentif sa rAsolution
de contribner detoutes ses forces et de .tout son coeur A
une FVorganisation toujours vainement attendue. Quand,
apr6s la lecture d-s projects de loi, la foule .se fit 6coul6e,
le ComteSchwerin ne part pas le moins 6difib.
Cependant, pi.r intervalles, dans ses eritretiens au sujet
de I'emprunt,' it apparaissait snucieni et absorb. Une fois
menie., confront se rembrunit tAllemenit que,.ee ne lut pas
une indisc.rAtion qua de s'enqu6rir de la cause de sa tris-
leSsei Alors, comme s'il n'attendait qab cette invitation
plnsou moins directed, il se mit faire ses confidences: a Lais-
sez-moi vous ouvrir mon coeur ,fit-il avec un mAlanged'ani-
mation et de d6couragement. Et il partit A fond de train dans
le r6cit d'une scene que des allemands venaient de li faire
6







. L'AFFAIRE LUDERS


& propos de la detention de M. Luders. Les reproches
6taient tombs sur lui dru comme grele. On n'en revenait
pas de sa mollesse, de son indAcision, de sa complaisance,
de son inertie, de sa longanimit6, de son parti-pris de fai-
blesse. Ah si c'6tait plut6t la L6gation -amricaine qui
avait en A intervenir, I'affaire aurait Wt6 vite rAgl6e et M. Lu-
ders serait d6ja lib6er et indemnis6, comme M, Frederic
Mevs, citoyen des Etats-Unis, I'a 6tC il y a qnatre on cinq ans.
De plus, ses ressortissants se plaignent de la prochaine
conversion des titres de la Caisse d'Amortissement. Le
reste A l'avenant. Aussi le Comte se disait-il aflrensement
desole et confessait-il qne son 6tat d'esprit ne lui avait per-
mis d'econter que d'une oreille distraite la lecture d'nn
project de contract d'emprunt entire le Gouvernement haitieri
et les banquiers berlinois.
Son interlocuteut dut Ini faire I'historique sans en
omettre les dessous-de la r6clamationMevs, que ces mar-
chands, devenus subitement des amateurs de plaies et de
bosses, avaient cite A l'actif de M. J. Durham, ancien Mi-
nistre-R6sident des Etats-Unis d'Am6rique. II l'exorta, an
demeurant, A ne pas prendre au tragique les dol6ances de
certain allemands, menac6s dans leurs profits usuraires
par les projects financiers du Cabinet. ( C'est cette politique,
insista-t-il, qui est la seule cause de leurne6contentement
. et de leur vive sollicitude pour M. Luders. D Et les
explications furent si precises, sp6cialement sur les avan-
tages de la nouvelle mesure relative aux tires de la caisse
d'Amortissement -- don't le course d6pr6ci6 par la sp6cula-
tion serait infailliblement raffermi par la garantie du paie-
ment enror que le Charg6 d'Affajres avoua qu'il ignorait
tout cela et conclut'en secouant la t6te : On a bien rai-
son de le dire, qui n'entend qu'une cloche, n'entendqu'un'
SOn. )
Quel just grief pouvaient, en verit6, avoir centre nous
les c banquiers o de la colonies allemande A Port-au-Prince?
Emigr6s d'une patrie impuissante A satisfaire leurs vastes








L'AFFAIRE LUDERS, 75

app6tits, ils s'ataient abattus sur cette Ile comme sur une
nouvelle terre promise. Appliquant.a leur rapide enrichis-
sement tontes leurs facults, de pr6hension, tous letars
instincts de rapines, tous ces proced6s d'accaparement
qu'invente et que perfectionneavec un art si consomme 1'au-
dacieuse impudence d'un mercantilisme inoui, ils etaient
parvenus a chapter les principals sources de la richesse
mobiliere de ce pays. Is n'avaient pas an moins la timidity
deleurs devanciers, des Nolthing. des Schlltze, des Sievers,
de ceux-la qui, venus les premiers, s'A61ient mis sols la
protection de nos lois, qu'ils respectaient, et avaient gagn6
leur fortune par nn travail normal : pour eux, ils 6taient
plus press6s;ils avaient hate de fair main basse, d'amas-
ser, d'accnmnler dans leurs coffres des sacs d'argent snr
des sacs d'argent, afin d'arreter la circulation mon6taire. au
moyen d'une impitoyable coalition, de pamwlyser les tran-
sactions gen6rales, de soulever un vent de panique aboutis-
sant a l'amoneellement de mines incessantes, et, par IA, de
s'imposer A I'Etat loujonrs prodigue et toujours besogneux,
aux particuliers gnettts par I'hypothlqine, au Commerce na-
tional jadis florissant, et devenu, grAce A leurs manoeuvres,
le a petit cornmerce >. -
Leurs comptoirs d'escompte, de prets, d'exportation,
d'usure, de contrebamde avaient pouss6, comme des cham-
pignons vineneux, A l'ombre de la Banqne national d'Haiti,
fondue en 1884. Le terrain 6tait propice et le moment, op-
portun, car c'6tait l'heure des fatales divisions, des groupe-
ments monstrneux, des convulsions abominables. Je ne
sais quelle demence s'6tait emparke de la pinpart et don-
nait impression que le pays Mtait trop 6troit pour tonA les
enfants d'une meme mere. Cela tombnit 3A merveille. Le
carnage ne pouvait etre que fructueux pour les a capita-
listes a anxquels a l'Or du Rhin D ne suffisait pas. Quelle
bonne aubaine Qnelle excellent occasion de p6cher en
sang trouble Ne fallait-il pas, en consequence, attiser les
haines, colporter les mots d'ordre, fomenter les factions'?







76 L'AFFAIRE LUDERS

Et il advint que, pour I'eternel malheur de la R6publique,
nos champs de bataille fnrent d'admirables champs d'ex-
ploitation ot ces hommes de proie gagn6rent meme en
perdant, grace a des indemnit6s de faveur.
Que de victims dans ces luttes insens6es qui devaient,
come dans une apoth6ose finale, turner a la plus grande
prosp6rite des usuriers allemands !
Ce passant
Fit sa fortune a I'heure ou tu versais ton sang,
a dit Victor Hugo d'un juif auquel ressemblent fort les Th6-
nardiers de la colonie teutonne.
Ce deplorable 6tat de choses 6tait destined survive an
Pouvoir sois lequel les haitiens semblaient avoir pris A
tAche de se diviser pour laisser r6gner les mercantis venus
de Hambourg ou d? Francfort. On sait que. dans les pre-
miers jours de I'ann6e '1888, ils pouss6rent I'outrecuidance
jusqu'A former des conciliabules pour decider quel serait
le candidate a la pr6sidence qu'ils soutiendraient apres le
General Salomon. Les patriots s'indignaient de ces stnup-
fiantes immixtions dans notre politiqne int6rieure et il de-
vint n6cessaire de couper cpurt a de tels agissements par
une mesnre d'expulsion, que je dus prendre lorsque, vers
la fin de sa presidence, le General LUgitime m'eft confif,
en meme temps que le portefeuille del'Instruction pu-
blique, I'int6rim du MinistPre de I'Int6rieur et de la Police
Gen6rale.
Froiss6s dans leurs prerogatives de propagandistes stirs
de I'impnnit6, les valenreux instigateurs de troubles civils
s'emnurCpt, s'agitkrent, processionn6rent anpros de leur Mi-
nistre-Resident, I'honorable M. Grisebach, don't le sang-
froid d6routa leur tumultueuse demonstration, et finirent
ptr dresser an prince de Bismark, Chancelier de l'Empire,
une vh6emente protestation- qui fut class6e. DMs lors, leur
seule consolation fut d'insinuer que j'ex6crais les strangers.
C'ktait assez difticile A faire accroire apris certaines inno-
valions que j'avais suggferees a lenr 6gard quelques mois







L'AFFAIRE LUDERS


auparavant, en D6cembre 1888. Est-il n6cessaire, en effet,
que je rappelle que c'est sur ma proposition qile fut intro-
duit dans la Constitution du 46 D6cembre 1888 I'art. 8 qui,
supprimant la primitive distinction faite entire les strangers,
selon leur origine, les dOclarait tous habiles A devenir hai-
tiens ? D'antre part, on n'a pas dii oublier les efforts que
j'avais faits pour que la rIgle qui interdit aux strangers le
droit de proprilt6 immobiliere ne ffit pas maintenne coinme
un principle constitutionnel, mais plutot comme une dis-
position de droit civil, plus ais6ment abrogeable en temps
et lieu.
Ce passage de mon rapport sur le Projet de Constitution
indique bien mon veritable sentiment:
Une question important et d'une delicatesse extreme a attire et
arrete longtemps notre attention. C'est celle dp la condition juri-
dique des strangers en Haiti.
Nous avons et, il est vrai.unanimes A penser qu'il y avait lieu,
pour determiner l'aptitude de l'etranger i devenir haitien,d'carter
toute distinction reposant sur des classifications ethnologiques. Une
th6orie quelconque fondue sur la diversity des races serait irration-
nelle et aboutirait a I'etablissement d'un privilege contraire aux
donn6es de la civilisation.
Nous avons et6 ainsi amen6s a admettre que tout stranger est
habile a devenir haitipn, sous les conditions plus ou moins rigou-
reuses qu'une loi sp6ciale devra indiquer.
Mais le point capital de la matiire, le veritable siege de la dis-
cussion a 6t6 la question du refus du droit de propriety immobiliere
aux strangers.
Un des commissaires a 6te d'opinion que cette disposition dis-
pardt de nos lois comme contrevenant au principle du drit des
gens,et a fait valoir les considerations d'ordre &conomique et social
qui, dans sa pens6e, devraient imposer l'adoption d'une telle
measure. (r)
Cet avis, g6nereux a coup str, n'a pas et6 partag6 par les autres
commissaires pour des motifs politiques d'une gravity exceptionnelle.

(I) C'ftait le rrgrettO Monsieur Girard Labastille.







78 L'AFFAIRE LUDERS

Cependant une opinion interm6diaire a 6 produite par un autre
membre de la Commission, lequel a discut6 l'utilitr du maintien
dans la Constitution d'une disposition d6ji consignee dans le Code
civil (art. 450); oil elle a sa place naturelle.
II a soutenu que c'est une raison purement historique qui a fait
introduire dans nos premieres Constitutions un principle don't 'es-
sence, come celle de tant d'autres que la Commission a di exa-
miner, est plut6t de droit civil; que, pour s'en convaincre, il n'y
avait qu'a se souvenir que la Constitution de 18o6 est anterieure
de vingt ans au Code civil, et qu'it important, par consequent, a
cette 6poque, d'y placer les regles constitutives de l'etat des per-
sonnes come du droit de propri&et immobilire; mais que ce
qui &tait logique alors est devenu superflu.
La Commission n'a pas mieux'accueilli cette mani e de voir,
et elle a fait de la disposition restrictive des droits de l'tranger
l'art. 3 du proiet dt Constitution.
II est certain, au surplus, que le maintien d'un tel principle dans
notre L1gislation se justified par des arguments de circonstance qui
ne manquent pas de justesse ni d'opportunite. Cette question,
pour qu'elle pLt tre r&salue dans un sens favorable aux strangers,
eft d6 rester assez longtemps a l'ordre du jour, la press s'en fit
elnpare' e: l'et mise a l'e:ude, les homes politiques I'essent
discutee et appr&iLe divers ment, la nation l'efit envisag&e sons ses
multiples aspects, et ce n'est qu't la suite d'une longue meditation
que le parlement eut &6t autorise i la trancher definitivement. Mais
si l'on songe que cette grave deliberation natiomale etait impossible
sous le gouvernement d'un home qui pr6tendait penser seul pour
tout le monde, ii sera ais6 de se persuader qu'un stijet aussi con-
siderable n'est pas encore a terme et manque jusqu'ici des condi-
tions n6cessaires pour qu'il puisse etre agit' avec fruit, debattu
avec le came et la maturity qui conviennent.
D'uneautre c6t6, par suite des deplorables crrements du prece-
dent regime, le people s'est habitue t voir dans I'etranger qui
sejourne en Haiti un indemnitaire ou, tout au moins, un aspirant
indemnitaire. En effet, il faut reconnaitre que plusieurs de ceux
qui regoivent ici la plus franche hospitality& sont trop souvent les
fauteurs de nos discordes; dans un but d'exploitatiol forcen&e, ils
se constituent les aclionnaires et les usuriers des insurrections, et
come ils out toujours une reclamation au bout de l'6meute ou







L'AFFAilE LUDERS 79
de la revolution, la faiblesse de la Republique ou les d6fillances
des gouvernants serpblent en faire fatalement les nourrissons de
nos guerres civiles.
Devant de parcils proc6ds, qui tendent a devenir traditionnels,
on peut craindre de bonne foi que la concession gen&rale du droit
de propri6et immobiliere aux strangers ne soit pour les indemni-
taires en expectative une nouvelle source 6ventuelle de revenues,
prelev6s sur les fonds de I'Etat.
Le souvenir des reclamations produites en r883 par des ci-devant
haitiennes propri6taires d'immeubles justifie entierement ces ap-
prehensions.
En consequence, avant d'arriver a une solution conforme A la
loi du Prjgres, il s'agit d'avoir une politique exterieureferme et stre,
qui provoque et facility l'application a notre pays du droit commun
des nations. La bonnefoi et la sincere amiti6 de nombre d'6trangers
recommandables et sp6cialement la bienveillance manifeste de la
plupart des Puissances Etrangeres a notre eggrd nous permettent
d'esp6rer que cette tache ne sera pas aussi ardue qu'on pourrait le
croire. En tout cas, il depend de I'6tranger lui-meme de hAter, par
une attitude correct et conciliante, le moment oi il nous sera
permis de lever la prohibition qui l'atteint.
Le proces de tendance que vonlaient me fire des cons-
pirateurs habitues A se croire rancs de tout risque, tomba
de lui-meme.
Ces intr'pides ploutocrates se rattrap6rent au centuple
sous le CG6nral Fipp')lyte : le system des emprunts A on-
trance, si cher aux administrations prodigies, ouvrit les
Acliuses d'une dsb)rdante corruption et fit d'eux & brAve
ech6ance les maltres de la R6publique, ranconn6e au-delA
de to!it, expression. Les moyens don't ils se servirent pour
r,.paltro leur formidable rapacitA 6taient A ce point denu6s
de vergogne qu'on eft dit qu'ils s'ing6iiaient A corroborer
cet aveu de I'allemand Rose : < Les peoples sont simples et
confiants quand nous arrivons, perfides quand nous les
quittons. De sobres qn'ils 6taient, nons les faisons ivro-
gnes; de courageux, lAches ; d'honnetes gens, voleurs.
AprAs leur avoir inocule nos vices, ces vices memes nous
servent d'arguments pour les dAtruire. a








80 L'AFFAIRE LUDERS

Immediatement apres le remaniement minist6riel surve-
nl A la fin du mois de Juillet 1897, il y eut un vif mouve-
ment en faveur du retrait du papier-mnonnaie, car on avait
plus on moins vent des resolutions di Conseil des Secr6-
taires d'Etat. Les pr6sorptions devinrent des certitudes
lorsque le public eut appris que, le 14 aoflt, dans une r6u-
nion A la 1Banque Nationale d'Haiti, j'avais pressenti les
principaux porteurs de tires de la Caisse d'amnorlissement
sur un project de conversion de la Delte Int6rieure. On ju-
gea, non sans raison, que cette ilescre ne pouvait Wtre
qu'une entree en matikre, qu'une facon de preparer, par
on mode d'all6gement pr6alable des charges de I'Etat, la
transformation de notre svsteme monelaire, don't les ra-
vages 6taient devenns incalculables. An fond, chacun etait
intAress6 A ce changement radical,en raison des inqui6tudes
causes parla persfstance dela crise,et voulait encore entre-
voir an ret0urdeconfi:ce etdecr6ditqui r6.ultAt de la sta-
bilite des, transactions et du rabaissement logique dui
change.
C'est alors que les ( banquiers ) de la colonies allemande
feignirent d'entrer dans les vues du Gouvernement et pro-
voquireint une sort de consultation des commlercants
d'Haiti, n! moyvn d'une Adresse concue en ces lermes:

A SON EXCELLENCE LE PRESIDENT D'HAITI
En son conseil

A LA CHAMBRE DES D.'PUTI'S
ET
Au S'NAT DE LA REPUBLIQUE.

Les soussignes, negociants, marchands, industries, ktablis dans
cette ville, en presence de l'6tat alarmant des affaires du unique-
ment aux fluctuations du Change, d6courag6s de voir leurs efforts
paralysis par le systeme mon6taire actuel, apprenant que le Secr6-
taire d'Etat des Finances, Monsieur Solon Menos, a pris l'initiative




*




L'AFFAIRE LUDERS 81

d'un project de retrait base sur le prbel&vement, d'une surtaxe de
vingt-cinq pour cent sur tous les droits d'importation, persuades
que cette surtaxe, si elle est exclusivement affectee au retrait du
paper, ne peut avoir aucune influence fcheuse pour les consonm-
mateurs, puisque I'abaissement piogressif du Change que piovo-
querait le retrait aurait pour effet de r6duire le prix de revient
actuel des articles d'importation,
Viennent supplier S. E. le President de la Rcpublique, Son
Conseil, la Chambre des D6putes et le S6nat de prendre en consi-
deration les vweux qu'ils experiment ici de voir hater par tous les
ioyens possibles la realisation de cette oeuvre de Salut National.
Malheureusement, A l'instant precis of ils nous jetaient
cette petition anx yeux, ils montraient que a I'oeuvre de
salut national ) n'Ptait pour eux que la facon la plus lucrative
de tirer leur 6pingle du jeu d6sastreux oft lenr manie de
speculation les avait entralnts et qui les tenait dans un en-
grenage impossible A arrnter. C'est pourquoi ils conti-
nuaient a d6clarer que ( le mauvais 6tat actuel des affaires
6tait uniquement dfi aux fluctuations dii change ), que a le
seul renmde 6tait le retrait du papier-monnaie et qu'il 6tait
du devoir de tons d'aider par tous les mnoyens possibles
le Gouvernement dans cette ceavre de saint et ceux-la
qui n'ont jamais song A fair le moindre don pour I'em-
bellissement de qe pays oh ils se sont enrichis en si peu
de temps, a s'empressaient d'offrir au Secr6taire d'Etat des
Finances nne some de cinq cent mille gourdes billets,
pour ktre imm6diatement affect6e au commencement de ce
relrait. C(ette sommne portrait un interet de un et demni
pour cent par mois et serait remboursable au fur et a me-
sure de la rentree de la surtaxe de vingt-cinq pour cent. Et
ce group de commercants s'engageait, flhs que les r6par-
titions mensuelles I'auraient convert, a A mettre A nouveau
A la disposition du Gouvernement cette meme some aiix
inemes conditions, jnsqu'an retrait intqgral de tout le.pa-
pier ( sic ) en circulation dans la RMpubli.que ,.
En d'autres terms, on avait vendu des traites a 85 o/o de
prime contre des billets de caisse don't on ne savait plus







LIAFFAIRE LUDERS


que faire et qu'on offrait en d6sespoir de cause au Secr6-
taire d'Etat des Finances. Le a group de commercants 0
se degagerait en b6enficiant de I'ecart inevitable entire le
taix du versement et celui du remboursement des cinq
cent mille gourdes, et, come recompense de c l'adresse a
de ces hardis calculateurs A sortir d'un mauvais pas anx
d6pens d'antrui, le Gouvernement lenr accorderait tn in-
terkt annual de dix-huit pour cent. Pnis, un jour ou I'autre.
lorsqu'ils anraient allege leurs coffres du trop-plein de bil-
lets qui les alarmait et les < d6courageait >, ils saisiraient
avec leur habilete ordinaire le premier pretexte veni pour
se delier de lenr prolnesse de versements ulterieurs, et
nous resterions avec le papier-monnaie un pen moins
abondant.
Et le changement dn a system monetaire ), si ardem-
ment pr6conise par ces ( capitalistes a en d6tresse, c'est-i-
dire I'objet ni(mn du pptitionnement general dont ils fai-
saient si grand bruit ? Il n'en 6tait plus question, comme
si, dans leur pensee, le seul retrait du papier-monnaie, ne
laissant dans la circulation que le num6raire d'argent, de-
vait suffire A supprimer les capricienses (( fluctuations du
change P.
Le Gouvernement, qui tenait a extirper le mal, ainia
inieux donner suite an project d'adoplion de 1'etalon unique
d'or avec la monnaie divisionnaire d'angent comme ap-
point.
Des que cette decision efit transpiret, la stnpenr et I'irri-
tation des alleniands ne connunrnt plus de bornes. Dcid6-
ment ii ne vnlait pas le diable, ce Cabinet qni, n'envisageant
que l'utilite g6n0rale, ecartait les captieises propositions
d'intArOt prive et allait jusqu'a composer une Commission
de vOrification dos e'Tfts pulblics, d'hommes d'nne morality.
et d'nne competence notoires, a commencer par M. A. Tho-
by, I'haitien le plus versA dans les sciences politiques. II
fallait se hater de renverser ce Secr6taire d'Etat des Fi-
nances qui, non content de rester insensible anx beantts
de leurs conceptions usiIraires, se permettait en pleine







L'AFFAIRE LUDERS 83

morte-saiso'n de faire face anux d6penses des divers services
publics sans recoiirir A aucun emnprunt. ( Car ce fit pour
eux I'abomination de la desolation, le jour of ils apprirent
que le paiement dn douzibine d'aofit s'effectuait : ils ac-
coururent A In Banque pour s'nssurer si elle n'avait pas pre-
t6 de I'argent an GoCnvrnement sans lenr participation, et
ils furent navres d'entondre la v6rit,. ) Et Ia-dessus ils en-
gagArent contre nous nne effroyable c'inpagne d'insiminn-
tions et de chantage. M. A. Crepsac, Directenr de 14 Revue-
Express. venn un soir A la maison en complig'ie de M. Ed-
mond Heraux. me raconta que M. Otto Bein, fond6 de
procuration de la maison G. Keitel & Co. et mari depuis A
une soeur de M. Emile Luders, lui avait dit : II paralt que
vous soutenez M. Solon M6nos ; en tout cas, vons ne 1'at-
taquez pas. Eh bien je vous declare qu'il n'est pas nolre Mi-
nilre des. Finances. ,
Pour moi, j'essnyai la mnavaise hrnenur de M. Luders
ptre lorI d'line rA6nion qui ent lien A la Banque Nationale
d'Haiti le 24 Septembre. Je venais d'annoncer officiellement
anx porters de titres des emprunts consolid6s l'adoption
definitive par les Chambres de l'affectation rAduite A soi-
xanle-quinze centimes par cent~livres de caf6, quand ce
( hant banquier ) se mit brusquement A protester contre
le tanx de conversion des tires de la caisse d'amortisse-
ment, que, d'aprA% lui, il n'avait accepted an debut qu'd In
condition que j'aurais accuelli favorablement le project d'em-
pruid prsenie ll ir le a g.roupe de commer(.anls ). Je dus lui
repondre entire autres choses que ce n'etait pas cette ques-
tion qni ni'avait amen6 et que je n'nvais pas A divulgner ni
A discnter avec Ini les projects di GoCvernement. La rennion
prit fin presque anssit6t et le protestataire impr6vn, an
moment de se retire, me serra la main en disant famili-
rement: c Sans rancnne, n'est-ce pas ? )
L'6venement a pronv6 qn'il nourrissait, an contraire. tne
atroce ranctine centre nn Cabinet trop genant et qu'il ex-
citait et entretenait soignensement le field de ses compa-
triotes.








84 L'AFFAIRE LUDERS

La stance du Ier Octobre a la Chambre des Communes
les deconcerta enti6rement, car ils s'6taient flattes de 1'es-
pair -je ne sais sur quelle assurance -que le project d'em-
prunt et de retrait tomberait A plat sons les sifflets et les
hues d'un people m6fiant et dent le scepticisme pouvait
s'aggraver du souvenir d'une r6cente experience, et voila
que I'auditoire avait approuv6, applaudi, acclam6, et que
ceux d'entre eux que I'attente d'un charivari exterminateur,
cd'un chambardement gAneral s, avait attir6s dans I'enceinte
legislative, se voyaient obliges de s'en aller la mine decon-
fite, apres avoir assistA A nn spectacle contrastant de tout
point avec la scene de violence qn'ils avaient escompt6e
- par habitude. Comment I'annonce d'une politique de
rdforne n'Rtait done pas inu jen ? Ce n'ltait pas ine pro-
messe pour rire que cello de chercher A enrayer la crise
par les moyens Ils plus stirs, les plus prompts, les plls
d6cisifs? La r6organisalion ganerale de la police! L'installation
proclh:ii'i de I'Ecole inilitaire -en attendant laconstruction
de ctsernes Le recrutement normal de la Magistrature
assure par une notivelle loi sur I'Ecole de Droit L'agio-
tage r6duit A sa plus simple expression par line measure
equitable, impartial, applicable A tons Et, come con-
ronuement, des propositions faites et des measures adoptAes
pour encourage I'agriciulture, pour favoriser l'industrie,
l)our reparer les routes piubliques, potf provoquer des
explorations scientifiques C'en 6tait trop Alors on ne
poirrait plus s'enriclir du jour an lendemain ? II elait ur-
gent d'en finir Vite A la Legation allemande !
lIs s,- prsoentkrent devant eI cole Schwerin en plai-
gnants et on accis:iletirs. UIs etnient nenaces d'Min odiense
spolintiin par suite lIe I'intention du Gouvernement haitien
de convertir en tires de so)ixante dollars les titres de la
Caisse d'.mortisseinmnt ( qui 6taient remboursables en ine
Inonnaic de plus en plus d6prAci6e et ne valaient plus que
vingt-deux dollars. ) Is avaient, A la vBritA, propose eux-
ineines ce taux do conversion, mais puisque lenr offre de
cinq cent mille g'):irdea in etdemi pmr cent (l'intlrEts par







L'AFFAIRE LUDERS 85

mois n'avait pas 0tA agrm6e, il n'y avait plus rien de fait.
Bien plus, le remboursement, au change de ,50. /.o, du
papier-monnaie ( greve just a ce moment d'une prime de
85 0/ ) n'4tait-il pas line r6elle iniquity qui diminnait sen-
siblement le benefice qu'eut prodiit le retrait au pair? Et
par dessus le march, M. Luders 6tait encore d6tenu !
L'attitude du Gonvernement 6tait intolerable, et pourtant
le Charge d'Affaires la tol6rait Dans ces conditions, c'etait
une honte qne d'etre allemand et I'on finirait bien par
d6sertercette nationality de malheur pour alleren corps s'ins-
crire A la Legation americaine, qui savait an moins se faire
respecter etprot6ger efficacement ses ressortissants. En at-
tendant, ils parlaient d'adresser ine petition an S6nat de
la ville libre hanseatique de Hambourg. (1)
Dj&a ilsavaient6crit ANew-York pour cherchera pAn6trer
le secret des negociations relatives A I'elnprunt projet6.
Leurs 6missaires allaient et venaient dans cette ville, fure-
taient.chez les principaux banquiers, qestionnaient, s'infor-
maient, soufflaientla m6fiance contrela R6publique d'Haiti,
representee come insolvable ou tout au moins deloyale
dins I'execution de ses engagements, et par surcrolt, a la
veille d'une revolution. Des t61granmmes discrtement lan-
c6s de Kingston annoncaient la catastrophe prochaine.
La press berlinoise, de son c6te, Mtait vivement travail-
16e. La Gazette dk Voss, qui s'intitule par antorisation
royale o La Gazette priviltgi6e de Sa Majest6 a, disait ceci
dans son N 48'1, du 43 Octobr 4897 :

TRADUCTION.


D'apres des nouvelles qu'on nous made de Washington, sous
la date du 24 septembre, de nouveaux troubles menacent d'Tclater
dans la R6publique negre d'Haiti.

(1) Le SBnat, aux terms de 'art. 22 de la Constitution du 13 Octobre 1879,
represente I'Etat de Hambourg dans ses relations avec I'Empire d'Alle-
magne et les autres Etats allemands.







L'AFFAIRE LUDERS


Tandis que Hippolvte, le dernier president de la R6publique,
refr6nait d'une main brutale les esprits recalcitrants, en emprisun-
nant ou exilant tous les suspects, Tiresias Augustin Simon Sam,
son successeur, ne sait terir tee a de pareilles difficulties.
La pourriture d'un favoritisine general se p-6lasse nartout, alors
que la decadence croissante du Commerce et de l'Industrie contri-
bue a augmenter le m6contentement qui fermente dans les basses
classes de la population.
Lorsque Calisthene Fouchard fut nommi Ministre des Finances,
le people l'acclama avec enthousiasme, esp6rant qu'il imprimerait
un nouvel elan aux affaires commercials et industrielles ; mais le
President, pouss6 par la jalousie, le d6busqua et l'envova en exil.
Fouchard alla aux Etats-Unis se lier avec Stewart, I'adversaire de
Simo i Sam et un pr-:endant ai h pr6sidenc. d'Haiti ; tous les deux
unissent leurs efforts pour intrihuer centre le President actuel.
Firmin. le successeur de Fouchard au Ministere des Finances, a
aussi donn6 sa demissisn, et les exactions du Gouvernement em-
brouillent la situation de plus en plus.
Les co'nmercants se refusent a avancer de l'argent au Gouver-
nement, et, comme les caisses publiques sont routes vides, une
revolution parait imminent. Le Gouvernement a faith faire, dans
routes les provinces, des recrutements et s'est entour6e Port-au-
Prince, pour se maintenir, d'une masse de soldats d6guenillhs et
affmems.
En meme temps, le Maire de Port-au-Prince rangonne arbitrai-
rement les commergants strangers de la ville et c.end, sous n'imnJ-
porte quel pretexte, leurs marchandises, au profit de sa propre.,',):
poche. C'est ce qui est arrive a un citoven americain et. aun alli....,
mand nomm6 Obermeyer. Le repr6sentant diplomatique de l'Ema- :.
pire d'Allemagne, interposant immediatement son autorit6 pour la
defense: des interets dudit Obermeyer, a demanded an Gouverne-
ment hai'en satisfaction et dommages-int&ers.

De Port-an-Prince on envova At R I'Echo n, une Revte imn-,
portante de Berlin, les articles suivants :

Pas de respect pour le drapeau Allemand.
I est vraiment triste d'etre, sur la terre etrangere, abandoned
de son gouvernement. Je sais et c'est li le plus deplorable te-








L'AFFAIRE LUDERS


moignage centre notre Empire, qui a poortant un Ministre-R&si-
dent ici que quelques allemands recherchent la protection du
consul americain, parce que la, on peut computer sur un r6gle-
ment rapide et brusque de toute affaire. Si naturellement, come
le fait l'Allemagne, on consider Haiti comme un veritable Etat
et qu'on le traite avec des gants blanks en cravate blanche et
souliers vernis I'Allemagne restera toujours sans prestige.
Ici, c'est le language du sous-officier allemand import directement
de 1a caserne, qui convient, nais pas de souliers vernis !
Haiti n'est pas autre chose qu'un morceau i transplant de
I'Afrique. Envoyez-nous done une fois des homes tels que Leist,
Wehlanan ou Peters come repr6sentants, et je veux etre damnS,
si on ne nous respect pas ici. (i)
Les Etats-Unis obtiennent tout ici. Pourquoi ? Parce qu'on
mane les affaires diplomatiques a coups de coude et qu'il est connu
que les navires de guerre americains peuvent arriver dans ce port
en trois ou quatre jours.
Nos representants s'arrachent tous les cheveux, crivent des let-
tres innombrables, pleines de grand style, mais ils n'obtiennent
rien, car leurs instructions de la-bas prescrivent toujours : < un
tapis vert, une perruque longue, pas de coup de tkte a travers la
cloison a.
Quand cela changera-t-il enfin ? '?

S Un sujet allemand maltraiti en Haiti.

(I) Le-tribunal disciplinaire pour les territoires plnacs sous le protecto-
r it de I'Allemagne a recannu le D' Peters coupable des faits artieults contre
lui et i'a condamni iA tre rAvoqu. de ses fonetions pour o avoir: 4o le pre-
mier octobre 1891, an Kilima-Ndjaro, fait pendre sans motifs un jeune ngre ;
puis, le 2 novembre 4892, une ieune negresse; 2o en octobre et en novembre
1891, ouvert injustement des hostilitAs contre le chef nigre Malamia ; ;o a la
mime ipoque, fait appliquer des ehAtiments corporels i-humains A troisjeunes
ntgresses; 4o en novembre 1891, puis en avril et juin 1892, adress6 des
rapports mensongers A ses iuperieurs; 50 en 4892, abusA de son autoriti en
faisant condamner A mort un jeune negre dent le seul crime 6tait d'avoir
entretenu des relations avec une des nigresses de sa maisbn. *
Tel est le type de reprAsentant que les .allemands 6t4blis en Haiti sou-
haitent d'avoir ici. C'est, d'ailleurs, une admirable civilisafion,que celle qui,
par la benignit6 de la punition, suscite plutdt des mules aux Leist, aux
Wehlanan et aux Peters.








L'AFFAIRE LUDERS


Le respect du drapean noir, blanc, rouge en Haiti





Nous ici, sous le regime' populacier d'une r6publique bouffe,
n'avons vu de navire de guerre allemand depuis r89,* bien qu'il
soit necessaire de monlrer un peu de serieux A l'orgueil croissant
d'heure en heure de cette r6publique noire.
Avec les revolutions, incendies et pillages nigantesques et obli-
gatoires, introduits ici, fortune et biens p6niblenent acquis passent
souvent en flames et en fumee.
Toutes les nations obtiennent toujours, par l'interm6diaire de
leurs repr6sentants respectifs, une 'reparation du dommage cause ;
les reclamations, mme longtemps apres, sont finalement payees.
Seuls les allemands sortent toujours les mains vides. On tiraille
leurs representants a droite et i gauche, car les noirs sont diplo-
mates, on ajourne les- esperances et finalement l'affair -est en-
terrLe. (i)
On salt cela et on agit en consequence, car la tranchante affaire

(I) Le radacteur a In m6moire court ou ne vent pas se souvenir que les
allemands ont t6 grassement indeinisAs a I'occasion des tvenements de
sfptembre 1883 n, car ils out eu une bonne part de la some de cinqcent
quatre-vingt-huit mille quatre cent dix-huit piastres, vote A ce propos par le
Corps LUgislatif, le 7 octobre 1884, M. Th. Luders 6At.t membre des Commis-
sions mits ixt charges d'exainer les rAclamations allemandes. beleos et da-
noises. Le 8 dicembre -1884. il fut accordA une indemnitA supplmoentaire de
treize mille piastres, don't sept mille A Madame A. C.aetjeht et six mille A Ma-
dame Julie Eulalie DAjardin, spouse Theodore Luders a.
Une loi du 29 octobre 1885 reconnut aussi come dette de I'Etat, centre
autr's sommes, celle de quatre-vingt dix-huit mille trois cents piastres, A la-
quelle une Commission mixte avait kvaluE les pertes faites aux Gonaives par
des alleliaan Is, en nodt 1879.
Un nouveau cr-dit fuf' ouvert par la loi du 19 aoot 18816 Iour le pavement
des int6rtts A fi'/ I'an sur lo mintant des rbclamations admises.
Aioutons qu'en 181', in lependamment des cunt cinq mille trois cent quia-
rante et une piastres payees pour I'affaire du a Cr6emn i, des allemands A qui
des incidents de la guerre civil de 1888-1889 auraient port prejudice., ont
obtenu des indemnites s'Ah vant a la some de trente-cinq mille quatre cent.
cinquante-six piastres, soixante-trois centimes.
C'est ainsi que ces hommes insatiables sortent toujours les mains vides.








L'AFFAIRE:LUDERS 89
de l'amiral Batsch est oubli6e depuis longcemps. On emprisonne
des Allemands sans la moindre raison, sans aucun d6bat, sans au-
cune decision judiciaire, comme des vagabonds que l'on ramasse
dans la rue. On rit, derriere la petite main noire, des voltiges du
Ministre-R6sident qui s'efforce d'arracher ses compatriotes des sales
griffes de la justice.
Si Americains, Anglais, Franqais et Espagnols ne jouissent pas
de sympathies ici, car le noir haira toujours la race blanche, ils
sont pourtant respects, leurs gouvernements 6tant toujours der-
riere chacun de leurs ressortissants. Nous autres allemands n'avons
pas meme cela !,
F. J. Z. (Haiti)
Mark Twain a fait observer qu'il y a huit cent soixante-
neuf genres de mensonges, mais qu'un seul a et6 formelle-
ment interdit par les Ecritures dans ce commandement :
c Tu ne porteras pas un faux t6moignage centre ton pro-
chain. n Cependant la d6fenseprononc6e par l'Ancien Testa-
ment semble n'Atre d'aucun poids pour ces Germains qui, de
propos d61ib6r6, nous accusent si faussement, pour empecher
la suppression des abus don't ils profitent sans vergogne.
Les m6contents ne devaient pas s'en tenir 1W. Depuis
plusieurs jours, ils cherchaient vainement dans leurs rang?
un # crivain qui flit capable de r6diger en un style
plus ou moins presentable la petition an S6nat de Ham-
bourg. De guerre Alasse, ils recoururent encore une fois
au Dr R. Yahr, tonjours en disponibilit6 f la Conciergerie
et devenu une sorte de tabellion A leur service. Ils tirerent
de sa torpeur ce factotum aigri et lui mirent la plume A la
main, en lui promettant de se cotiser pour d6sint6resser
le cr6ancier & qui ii devait son emprisonnement.
Voici le chef-d'oeuvre de ce cerveau mrjlade:

TRADUCTION

Au haut S6nat de la ville hanseatique libre de Hambourg, les
soussign6s, allemands 6tablis a Port-au-Prince, se permettent de
soumettre ce qui suit:







90 L'AFFAIRE LUDERS

Parmi les membres de la colonies allemande d'ici se trouve le-
commerqant Emile Luders, citoyen hambourgeois et fils de M' Theo-
dore Luders, 6galement un citoyen hambourgeois qui demeure ici et
fait parties de la raison social J. Dejardin, Th. Luders et Co.
Lorsque Monsieur Emile Luders se rendit Ie 22 Seprembre 1897
au bureau de police, pour se plaindre de quelques agents qui, i
l'occasion d'une arrestation faite d'une facon absolument contraire
a la loi, avaient p6n6tre dans sa maison, il fut accuse par ces me-
mes agents de resistance a la force publique et de voies de fait sur
des fonctionnaires dans l'exercice de leurs functions et condamn6
par le juge de paix, en vertu de l'article 44 de la loi sur l'organi-
sation de la police urbaine. a quarante-huit gourdes d'amende et
a un mois d'emprisonnement. Conduit directement du tribunal a
la prison pour subir sa peine, il fit' appel du jugement par son
avocat, et cet appel fut accept par l'autorit6 competente.
Comme, d'apres la consultation de Me Lespinasse, avocat de l'ac-
cus6, qui est reconpu -ici come la premiere autorit6 dans les af-
faires juridiques et qui, en quality d'ancien ministry de la Justice,
doit connaitre come presque pas un autre les lois du pays, ces
memes lois exigent en pareil cas la mise en liberty immediate du
condamn&, en attendant une nouvelle decision judiciaire, et com-
me la liberation de Mr Luders n'avait pas eu lieu, Me Lespinasse la
reclama de l'autorit6 compitente. Ce moyen 6tant rest sans resul-
tat, l'assistance du Ministre-Pisident d'Allemagne fut requise. M'
le Ministre-R6sident, en vertu de la consultation juridique citee
plus haut, fit im -ndiatement les d6marches n&cessaires, non sans une
grande6nergie. II sollicita, reclama et finit par exiger cat6gorique-
ment la liberation immediate de son compatriot et prot6ge, en
faisant remarquer a I'autorite competente qu'il rendir respon-
sable de ce fait -- que Mr Luders, d6tenu contrairement aux lois
du pays, aarbitrairement detenu ), selon le texte de ces lois, se
trouvait pjurtant en prison. II y est encore aujourd'hui, dix-huit
jours spres son arrestation et dix-sept jours apres l'appel interjete
et accepted. Sans vouioir entrer ici dans I'examen de la question
encore pendante, a savoir si Mr Luders et coupable ou non, nous
tenons a fair ressartir le fait claireme.t ktabli et indiscutable que
voici: Un sujet allemani est accuse par les autorites d'ici, con-
damn6 et inmiuiateiment conduit en prison pour y subir sa
pine. IL fait appel, les motifs de cet appel sont reconnus suffi-
sants ct de nouveaux d6bats sont consentis. La premiere autorit6 ju-







L'APFAIRE LUDERS 91

ridique du pays prouve par des textes de loi que I'acceplation de
rappel exige et a pour consequence l'interruption de la peine et la
mise en liberty provisoire du condamne.
Et, avec ces donnees en mains, le Ministre-R6sident, appel6 au
secours, ne peut, malgr ses grands efforts et son attitude tres-
6nergique, obtenir la liberation du sujet allemand d6tenu ill6gale-
ment. Comme notre legation dans le cas present n'exigeait au-
cune prerogative pour un stranger, mais seulement la strict ap-
plicatibn des lois du pays a un de ses habitants, nous devons con-
clure du refus oppose cette demand r6it6ree et faite de la faqon
la plus pressante, que, d'une part, les aurorit6s d'ici croyent pou-
voir violenter impun6ment un allemand, et que, d'autre part, la
legation allemande n'est pas assez puissante pour les en empecher.
Cet etat de choses est contraire a l'honneur et a la grandeur de
la nation allemande et comporte un grand danger pour notre li-
bert6 personnelle et nos interests!
Et ces interets ne sont pas sans importance. *
Parmi les colonies etrangeres d'ici, la colonie allemande est la
plus grande et la plus important de toutes, le haut commerce,
l'industrie et les capitaux se trouvant en majeure parties et dans
une proportion tries considerable entire des mains allemandes.. Mal-
gr6 cette circonstance, nous allemands avons acquis l'experience
que nous sommes plus exposes aux eppietements et aux violence
que, par example, les Anglais et les Americains, auxquels on re-
connait ici une aureole d'inviolabilite.
Comme ces agissetrents tres-prejudiciables et si dangereux pour
nous ne peuvent provenir que du fait que, dans des cas anterieurs
de meme nature, les personnel lesees et violentees, appartenant a
notre nationality, n'avaient pas obtenu de qui de droit une pro-
tection et une reparation suffisantes, nous, soussign6s, prions le
haut Senat de faire valoir sa puissante influence aupres du Gouver-
nement allemand, pour qu'i nos compatriotes qui sont dLtenus
contrairement aux lois, soient accordees une etlatante satisfaction
et une complete reparation. Si un procdi energique dans ce cas vient
denwntrer que nous ,Allemands trouvons egalement une puissante protec-
lion centre 'injustice itrangdre, si les suiles de l'empietement actuel re-
tombent lourdement sur ceux qui en ont eit les auteurs, alors nous nous
verrons aussi, nous Allemands, desormais A covert depareils dangers.
Nous avons d'autant plus instamment besoin de cet eminent et








92 L'AFFAIRE LUDERS

prompt secours du Gouvernement de notre lointaine patrie que sa
representation ici, la Legation allemande, malgr6 la meilleure vo-
lont6 du monde, n'est pas assez puissante pour nous accorder une
protection eflicace. Si un Allemand detenu contrairement aux lois
doit attendre en prison sa liberation du lourd mecanisme de la
Justice locale, ii court le risque_ de n'en pas sortir en vie, car un
sejour prolong dans la prison d'ici implique un danger pour la
vie de tout europ6en. Du reste, on ne peut pas esperer qu'on
fera valoir ses droits au forum de la Justice haitienne. Si, en
Orient, la religion permet au Mahometan de d6poser faussement,
mene sous serment, contre ceux d'une autre croyance, fait don't la
consequence dans ces pays a iti l'tablissenent de tribunaux spidaux.
de la jurisdiction consulaire, de mine ici, c'est la haine de race qui
piusse le negre h de faux timoignages et vons livre ainsi, sans defense,
nous strangers, nous europiens, a l'arbitraire des tribunaux. La l6ga-
tion d'ici doit en pareil cas etre en measure d'obtenir la liberation
immediate du d6tenu.,Que cette faculte appartienne aux represen-
tants d'autres nations, c'est ce que nous avons vu bien souvent
deja, et encore il y a peu de jours, lorsque le consul anglais ob-
tenait sans jugement, sans d6bats judiciaires, la liberation d'un su-
jet anglais qui, soupqonn6 d'homicide par negligence, etait detenu
pr6ventivement d'une faqon tout-A-fait 16gale par les autorit6s hai-
tiennes.
En consequence, afin de trouver a l'avenir pr6s de notre Lgga-
tion la mmne protection que celle qui est d6ji assure aux sujets
d'autres nations, nous Allemands soussignes prions le haut S6nat
d'agir aupres du Gouvernement allemand, pour que la Legationl
d'ici soit munie de pouvoirs plus 'tendus qu'auparavant, car ceux
qu'elle a actuellement ne se sont pas montr6s suffisants dans le cas
present. Si nous adressons cette demand d'appui et de mediation
au haut Senat de la ville hanseatique libre de Hambourg, la rai-
son en est que, d'un c6t6, le cas actuel concern directement un
citoyen hambourgeois et que, d'un autre c6t6, la plupart des pro-
prietaires de maisons de commerce allemandes etablies sur cette
place se rattachent Hamburg soit par leurs racines memes, soit
par leurs principles relations. Or, il resort des faits decrits ci-
dessus que LA VIE ET LA PROPRIkTA DE CITOYENS HAMBOURGEOIS
SONT PARTICULIEREMENT MENACES.
Esp6rant que le haut S6nat voudra considerer notre suppliante








.;.AFWFAHltE LUDEBRS 93
requ te-avec bienveillance et lui accorder une solution favorable,
.nous signons respectueusement et humblement.
(Suivent les signatures de tons ls allemands etablis au Port-au-
Trince).

La piece fut sign6e et exp6diee dans le plus grand se-
cret, car c ces bons allemands a voulaient bien continue
a nous faire risette, tout en appelant de lenrs voeux notre
an6anlissement. a II faut bien faire honneur A son nom,
dit Friedrich Nietzsche : on ne' s'appelle pas impunrnent
das tiusche Volk, das Tau.che Volk, le people qui
-trompe. ,
C'estle 15 Octobre que je connus I'existence de cette p6ti-
tion'. M. August Ahrendts, avec qui j'avais des rapports
tr6s cordiaux, etait venu, sous une pluie battante, me voir
ce vendredi, a sept heiires di soir. II avait commence
par me dire qu'on avait ecrit -a New-Yorlk pour s'assurer-
s'il y avait r6ellement des preneurs fermes pour: le pro-
.chain emprunt et que les correspondents des banquiers
d'ici avaient r6pondn qu'ils ignoraient cette affaire.
J'ai pris mes precautions pour ne pas etre d6jou6,
avais-je reparti.
LUI. Pensez-vous recevoir les fonds breve Ach&ance?
MOI.- Si la loi est voWe c. mois-ci, le retail du papier-
monnaie commencers en Janvier 1898.
LUI. Je camprends que c'est se livrer A tine mauvaise
plaisanterie que de demander que le retrait se fasse an
pair. Personne n'a jamais compt6 I -dessus ( except pour
les series tires au sort en Avril de I'ann6e passee ). Mais
pourquoi ne pas y prmceder sous forme de vente d'or an
coIrs du jonr ? On ne pourrait trouver A redire A ce glnre
d'op6rations.
' MOI. Le systlme auquel le Gouvernemont s'est arret6
a I'avantage de cooper court a la speculation sur le change
du papier-monnaie et, par consequent, de pr6venir une
perturbation incident et des insinuations que provo-
querait in6vitablement le mode don't vons parlez. Le taux




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs