• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Preface
 Introduction
 Origine du controle financier du...
 Les tendances
 Tentatives de controle financier...
 Portee du controle financier du...
 Conclusion
 Bibliography
 Table of Contents
 Convention entre la republique...
 Errata






Group Title: Le controle financier du gouvernement des Etats-Unis d'Amerique sur la republique d'Haiti
Title: Le contrôle financier du gouvernement des États-Unis d'Amérique sur la république d'Haïti
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074021/00001
 Material Information
Title: Le contrôle financier du gouvernement des États-Unis d'Amérique sur la république d'Haïti
Physical Description: xi, 268 p. : ; 26 cm.
Language: French
Creator: Beauvoir, Vilfort
Publisher: Recueil Sirey
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1930
 Subjects
Subject: Finance -- Haiti   ( lcsh )
Foreign relations -- Haiti -- United States   ( lcsh )
Foreign relations -- United States -- Haiti   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Bibliography: "Bibliographie": p. 251-253.
Statement of Responsibility: par Vilfort Beauvoir ... préface de m. Marc Réglade.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074021
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000132820
oclc - 23195368
notis - AAP8853

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Preface
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
    Introduction
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Origine du controle financier du gouvernement des Etats-Unis d'Amerique dur la republique d'Haiti
        Page 11
        Page 12
        De la gestion des finances Haitiennes avant 1915
            Page 13
            Page 14
            Page 15
            Page 16
            Page 17
            Page 18
            Page 19
            Page 20
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
            Page 27
            Page 28
            Page 29
            Page 30
            Page 31
            Page 32
            Page 33
            Page 34
    Les tendances
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
    Tentatives de controle financier avant 1915
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
    Portee du controle financier du gouvernement des Etats-Unis d'Amerique sur la republique d'Haiti
        Page 59
        Page 60
        Des agents du controle Americain et de leurs auxillaires
            Page 61
            Page 62
            Page 63
            Page 64
            Page 65
            Page 66
            Page 67
            Page 68
            Page 69
            Page 70
            Page 71
            Page 72
            Page 73
            Page 74
            Page 75
            Page 76
        Le controle Americain sur le budget
            Page 77
            Page 78
            Page 79
            Page 80
            Page 81
            Page 82
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 93
            Page 94
            Page 95
            Page 96
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
            Page 103
            Page 104
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
            Page 119
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 129
            Page 130
            Page 131
            Page 132
            Page 133
            Page 134
            Page 135
            Page 136
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
            Page 145
            Page 146
            Page 147
            Page 148
            Page 149
            Page 150
            Page 151
            Page 152
            Page 153
            Page 154
            Page 155
            Page 156
            Page 157
            Page 158
            Page 159
            Page 160
            Page 161
            Page 162
            Page 163
            Page 164
            Page 165
            Page 166
            Page 167
            Page 168
            Page 169
            Page 170
            Page 171
        Le controle Americain sur les emprunts et la dette publique
            Page 172
            Page 173
            Page 174
            Page 175
            Page 176
            Page 177
            Page 178
            Page 179
            Page 180
            Page 181
            Page 182
            Page 183
            Page 184
            Page 185
            Page 186
            Page 187
            Page 188
            Page 189
            Page 190
            Page 191
            Page 192
            Page 193
            Page 194
            Page 195
            Page 196
            Page 197
            Page 198
            Page 199
            Page 200
            Page 201
            Page 202
            Page 203
            Page 204
        Restriction aux pouvoirs legislatifs de la republique d'Haiti en matiere douaniere
            Page 205
            Page 206
            Page 207
            Page 208
            Page 209
            Page 210
            Page 211
            Page 212
            Page 213
            Page 214
            Page 215
            Page 216
            Page 217
            Page 218
            Page 219
            Page 220
            Page 221
            Page 222
            Page 223
            Page 224
            Page 225
            Page 226
            Page 227
            Page 228
            Page 229
            Page 230
            Page 231
            Page 232
            Page 233
            Page 234
            Page 235
            Page 236
            Page 237
            Page 238
            Page 239
            Page 240
    Conclusion
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
    Bibliography
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
    Table of Contents
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
    Convention entre la republique d'Haiti et les Etats-Unis d'Amerique
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
    Errata
        Page 269
        Page 270
Full Text






LE



CONTROL FINANCIER

DU


OOUVBRNIMINT S18 ITATS-UNIS D'AMRlIQUE


SUR LA RIPUBLIQUB D'HAITI

PAR

Vilfort BEAUVOIR
DOCTEUR EN DROIT
AVOCAT AU BARBEAU DE PORT-AU-PRINCE
ANCIIN CHEAP DU SERVICE DIPLOMATIQUE AU MINISTER
DES RELATIONS EXTiRIEURES D'HAiTI
ANCIRN CONSUL GiNtRAL D'HAiTI A AMSTERDAM
ANCIEN CHARGi D'AFFAIRES D'HAITI A LA HAYE


PREFACE BE M. MARC R'GLADE
PROFESSEUR A LA FACULTY DE DROIT DE BORDEAUX





LIBRAIRIE
DU
RECUEIL SIREY
(socrti AtNoNTm)
ti, Rue Soufflol, PARIS, P

1930


32.
386c.


/
. '


I,










LE


CONTROL FINANCIER

DU


GOUVERNEMENT DES ITATS-UNIS D'AMlRIiQUR


SUIt LA IPlBLIQUE D'HAITI

PAR

Vilfort BEAUVOIR
DOCTEUR EN DROIT
AVOCAT AU BARREAU DE PORT-AU-PRINCE
ANCIEN CIHE DU SERVICE DIPLOMATIQUE AU MINISTER
DES RELATIONS EXTIRIEURES D'HAITI
ANCIEN CONSUL GENERAL D'HAITI A AMSTERDAM
ANCIEN CHARGE* D'AFFAIRES D'HAiTI A TA HAYE


PREFACE BE M. MARC REGLADE
PROFESSBUR A LA FACULTY DE DROIT DE BORDEAUX





LIBRAIRIE
DO
RECUEIL SIREY
(socaTi AONTUmI)
2t, Rue Soufflot, PARIS, 6-


1930


























LATIM
AMERICA


BORDEAUX. IMPRIMERIE CADORtET

3. #j&Ca SXT-CAM3IST!L, 3

1930












PREFACE


L'ouvrage que M. Beauvoir pr6sente au public
m6rite de retenir son attention; il puise un inte-
ret tout particulier dans les derniers 6venements
qui viennent de se derouler en Haiti en decembre
1929. Non que M. Beauvoir y fasse la moindre
allusion- it se garde de faire intervenir dans son
travail tout element d'appr6ciation qui pourrait
trouble sa sereniti d'observateur impartial -
mais son livre permettra de lever ine parties du
voile sur les motifs de la revolte survenue en
Haiti A la fin de 1929 centre l action des lats-
Unis d'Amerique.
M. Beauvoir n'envisage qu'une parties de ia
convention du 16 septembre 19f 5, qui a consacre
fimmixtion des itats-Unis dans les affairs de la
R6publique d'Haiti, a savoir les clauses financie-
res et les dificult6s auxquelles a donn6 lieu etrr
application pratique; mais c'est li d6ji on pre-
cieux l66ment d'information sur les rapports des
deux pays, d'autant plus que l'ouvrage de M. Beau-
voir, a cet 6gard, est un document de premier
ordre.
II se recommande en effet, avant tout, par la
qualitM de sa documentation, qui est essentielle-
ment de premiere main, et par I'impartialit,
l'objeetivit6 des appreciations qui sont por-










- VI -


t6es sur les textes et sur les faits analyses par
M. Beauvoir.
Atlach6 A la carriere diplomatique de la Repu-
blique d'Haiti, don't il a WLe le consul general A
Amsterdam et le charge d'affaires & La Haye;
ancien chef du service diplomatique au minister
des Relations exterieures d'Haiti, M. Beauvoir
6tait mieux place que quiconque pour traiter le
sujet qu'il nous present : il a pu puiser aux
archives de son pays et dans ses souvenirs per-
sonnels; on sent qu'il a 1et lui-meme ml66 A la
plupart des 6venemenls qu'il nous d6crit.
11 faith preuve, d'autre part, d'une remarquable
impartiality dans l'appreciation de ces 6venements.
Malgr6 sa quality d'Haitien, il sait reconnaitre les
merites de l'action des RItats-Unis, l'influence,
some toule, n6cessaire et m6me heureuse qu'elle
a eue sur les finances de son pays, en sorte que
la conclusion qui se degage de son travail est plu-
t6t optimiste. Ces Mloges ne donnent que plus de
valeur aux reproches qu'il ne craint pas d'adresser
a cette action quand il le juge utile.



Si, maintenant, nous abordons le fond meme
de l'ouvrage de M. Beauvoir, nous lui trouvons un
autre m6rite, celui de se situer dans un problem
general de droit international. Ce problem pour-
rait etre formula en ces terms : ( Dans quelle










- VI -


measure une intervention 6trangere est-elle justi-
fi6e pour venir en aide a un ltat don't les finances
publiques sont ober6es lorsqu'il n'y a pas d'espoir
de le voir par lui-m6me se tirer d'affaire, 6tant
donn6s la solidarity financiere qui existe entre tous
les Itats dans la communaute international et
l'int6ret common qu'ils ont A ce que chacun d'eux,
qui peut 6tre le d6bileur des autres ou le devenir,
ait de bonnes finances ? ,
11 est ainsi, a l'heure actuelle, un certain nom-
bre de questions dans lesquelles I'int6ert g6enral
international legitime une intervention etrangere
de la part des puissances, qui jouent dans le
monde le rble que nous osons appeler (( de puis-
sances directrices ,, A savoir : sur l'ancien conti-
nent, avant la guerre de 1914-1918, les puis-
sances du concert europ6en, et depuis, les
puissances repr6sent6es au conseil de la S. D. N.;
et sur le continent am6ricain, A cause de la doc-
trine de Monroe, les Etats-Unis.
Pendant longtemps, on a proclam6, en effet,
comme un dogme en droit international, le prin-
cipe de l'6galit6, de l'ind6pendance entire tous les
ftats du monde, grands ou petits, et I'interven-
tion dans les affaires les uns des autres 6tait con-
sid6r6e comme exceptionnelle.
Actuellement, tout un ensemble de faits parait
contraindre le juriste du droit international a
apporter quelques temperaments A la rigueur de
ces principles.










- VII -


11 nous semble qu'il faut faire deux parts dans
I'activit6 des Elats au regard du droit interna-
tional.
11 faut mettre d'un c6t6 les questions qui concer-
nent exclusivement l'int6ret national de cheque
1tal, celles qui relevent de ce que les Anglo-
Saxons appellent (( les affaires domestiques et
que l'article 16, alinoa 8, du Pacte de la S. D. N.
definit : (< Questions que le droit international
laisse a la competence exclusive de chaque Etat. >
Pour ces questions, les anciens principles d'inde-
pendance, d'6galilt et de non-intervention s'appli-
quent pleinement.
11 faut envisager, d'autre part, les questions qui
interessent la communaute international tout
entire et qui relevent du bien commun interna-
tional; pour celles-ci, I'activit6 des Rtats est limi-
tee par leur interdependance et il tend a s'6tablir
entre eux dains la communaut6 international ce
que le doyen Duguit appelle (< une differenciation
entire gouvernants et gouvernes qui vient rompre
1'egalit6 originaire des Elats; il tend a s'elablir
spontan6ment des puissances directrices qui sont
naturellement les Etats les plus puissants, les plus
interesses a la bonne march de la communaute
international; celles-lI veillent au bien common
international et A l'observation des regles qui limi-
tent I'activite des Etats. La sanction de ces regles,
c'est l'intervention (intervention collective sur
l'ancien continent).











- I -


Parmi ces questions, on peut citer celles rela-
tives A la liberty du commerce international, don't
le principle a legitim F'action des puissances euro-
p6ennes en Extreme-Orient A la fin du xixx sickle;
a la liberty du transit international qui est A pr6-
sent l'objet d'une r6glemeotation international
avec des organismes internationaux pour la faire
appliquer; A la protection de certain droits indi-
viduels, condition du bien common international,
quand les l6gislations de pur droit interne ne suf-
fisent pas A l'assurer measuress contre l'esclavage,
le traffic des stup6fiants, pour la protection du
travail, etc.) (1).
Le respect par les ltats-Unis de leurs engage-
ments financiers est une de ces questions. En
Europe, nous avons vule concert europ6en inter-
venir en Igypte, en Grece, dans l'Empire ottoman;
en Am6rique, nous voyons les ltats-Unis interve-
nir A Cuba, A Saint-Domingue, en Haiti. Dans tous
ces pays, l'action des ltats-Unis est legitime, si
les motifsqui l'inspirent sont tir6s du bien commun
international, mais elle est mal supported A cause
des moyens employs, qui portent atteinte A l'inde-
pendance de ces petites nations, revelent chez
leurs auteurs une tendance trop imperialiste, et


(1) Nous nous expliquons davantage sur ces id6es dans un
article qui paraltra prochainement dans la Revue gen9rale de
droit international public : Perspectives qu'ouvrent les doctrines
du Doyen Duguit pour un renouvellement de 1'dtude du Droit
international public. )











parce que celle action est imposee par un Etat
de race anglo-saxonne A des nations d'origine latine.
De I l'appui que les petils Etats latins de 1'Am6-
rique central trouvent aupres de leurs grands
frires du Sud : l'Argentine, le Br6sil, le Chili.
L'importance croissante que prend le groupement
de ces trois puissances amenera sans doute, dans
l'avenir, les Itats-Unis a composer avec eux, et ce
jour-lA I'Am6rique sera, come l'Europe, contr61le
par un concert de puissances; les interventions,
lorsqu'elles se produiront, seront collectives et
mieux supporters; la doctrine de Monroe sera
n6anmoins satisfaite.
On a dit que cette doctrine, A l'origine regle de
protection de l'independance des jeunes ltats
ambricains contre les entreprises de l'Europe, avail
digendrd, par la suite, en instrument d'h6g6monie
au profit des Etats-Unis. Ce resultat s'explique
parce que, la doctrine de Monro6 ayant ferm6
l'Amerique aux interventions des Etats europ6ens,
les Etats-Unis se sont trouv6s d'abord seuls parmi
les Etats am6ricains en measure d'exercer le r6le
de puissance directrice. Lorsqu'ils auront WtB
forces de jouer ce role en collaboration avec
I'A. B. C., la doctrine de Monro6 redeviendra
ce qu'elle 6tait primitivement : uniquement un
principle d'organisation du Nouveau Monde par des
moyens exclusivement americains.
Le livre de M. Beauvoir nous fournit un exem-
pie typique 6tudid avec toute la precision scientifi-









- XI -


que desirable des procedes d'intervention des
Itats-Unis dans les finances d'une petite nation
americaine. 11 nous en fait toucher du doigl les
avantages et les inconvenients.



Nous ne pouvons nous emppcher de signaler en
terminant l'6elgance et la clarte du style de
M. Beauvoir, parce que c'est pour nous une occa-
sion de signaler au public francais que la langue
francaise est encore le language official de la Repu-
blique d'Haiti oi elle est encore parlee couram-
ment et 6elgamment.
C'est la une constatation bien faite pour rejouir
des ceurs francais : de voir que notre occupation
deja lointaine a laiss6 dans la classes instruite de
cette petite Republique un souvenir durable de
notre culture, et que celle-ci continue a y 'ere
entretenue par un clergy francais et par des ecoles
tenues par des religieux francais.
Ne sont-ce pas 14 des raisons pour attirer les
sympathies d'un public francais envers la Repu-
blique d'Haili et pour l'interesser a un livre qui
parole de cette nation ?
L'ouvrage de M. Beauvoir a done de multiples
raisons pour solliciter notre inter6t, el c'est avec
confiance que nous lui souhaitons tout le success
qu'il m6rite.
Bordeaux, le 2 mars 1930.
Marc REGLADE,
Professeur et la Facultd de Droit de Bordeaux.

















CONTROL FINANCIER

DU GOVERNMENT DES MTATS-UNIS D'AMNRIQUE

SUR LA RIPPUBLIQUE D'HAITI




INTRODUCTION



Tout au centre de la guirlande des Antilles, Haiti,
notre patrie se dressed majestueuse, opposant ses vertes
montagnes A la plus puissante RWpublique que la terre
ait jamais portte. Ce petit pays connut des heures de
gloire. N'est-ce pas h just titre que les n6tres s'enor-
gueillissent encore de la brillante 4popI e de 1804 qui
d6livra nos peres d'un joug odieux et permit A notre
communaut6 politique de prendre rang parmi les enti-
t6s du droit international?
Malheureusement, dans notre vie politique, que de
turpitudesl et dans notre vie international, que d'in-
justicel que d'humiliation! que d'insultes!
Bleavoir I












-2-


Tout de meme, Haiti ayant 6tB la second nation
en Am4rique a conqu6rir, par le courage de ses fils,
sa pleine ind6pendance, on conCoit qu'elle ait 6td,
pendant nombre d'annees, I'objet de 1'admiration
bienveillante des Etats voisins. Ceux-ci croyaient les
n6tres toujours animus de ce mAle courage et de cette
h6roique fiert6 qui creent et perp6tuent les nations.
De bonne heure, oependant, d'inqui6tants symp-
t6mes s'6taient manifests au sein de notre jeune
nationality; ils s'6taient accentu4s au course de notre
histoire et laissaient pr6voir le tragique destin de
notre chore Patrie. Egoisme, lutte de classes, haine
profonde, envie, insouciance, paresse, d6sir effr6n4 de
jouissance, manque d'esprit de suite, absence de scru-
pule dans la gestion de la chose publique, tous les
d6fauts enfin d'une nation decadente, s'6taient peu b
peu infiltr6s dans nos mceurs politiques.
Aussi bien, en 1915, tandis que des Etats europeens
livraient une lutte sans merci pour le triomphe du
Droit et de la Libert6, le Gouvernement de Washing-
ton faisait d6barquer des troupes sur le territoire
d'Haiti, puis signait avec notre Gouvernement ]a Con-
vention du 16 septembre 1915, qui devait consacrer
l'immixtion des Etats-Unis dans les affaires de la pe-
t;te R6publique noire. Quelle decheance! C'est 1I un
fait important, unique dans notre histoire. Haiti va
d6sormais vivre sous un regime nouveau. La main
d6bile de nos gouvernants sera empoign4e par des
mains puissantes qui lui imprimeront une direction
nouvelle.












-3-


Cette attitude des Etats-Unis vis-h-vis de notre pays
s'explique ais6ment, car elle marque une Rtape nou-
velle dans les rapports des peuples.
En effet, A l'heure actuelle, la solidaritV 6conomique
et financiere entire les nations est telle que la commu-
nautM international tout entire est int&ress.e a l'as-
sainissement des finances des Etats lorsqu'elles sont
ob6r6es. L'histoire du xIxe siicle prouve que le droit
international positif sanctionne cet interkt de la com-
munaut6 international et reconnait aux grandes puis-
sances directrices, sur chaque continent, le pouvoir
d'intervenir dans la politique financiere des nations,
don't la situation financiere resemble a une faillite on
A une deconfiture. Le droi't international positif auto-
rise done, actuellement, ce qu'on pourrait appeler
( l'organisation international de la faillite des
Etats ,. L'immixtion financiBre ainsi drig6e en droit au
profit des grandes Puissances, n'a-t-elle pas Rt4 exer-
c6e, par le concert europ en, en Egypte et dans l'Em-
pire ottoman on le Royaume hellenique? Et depuis la
grande guerre n'avons-nous pas vu la Soci&tW des
Nations contribuer au relvenment de l'Autriche et de la
Hongrie? Bien que nous soyons ici dans le domaine du
droit, il ne faut pas m6connaitre le rl6e qu'y joue la
force. Car elle donne droit A un traitement de faveur.
Lorsque la nation d6bitrice est une grande puissance,
elle traite d'6gal a 4gal avec ses creanciers. C'est ainsi
que I'Allemagne b4n6ficiera du plan Dawes et du plan
Young.
Si nous changeons maintenant de continent, nous











-4-


remarquons que, dans l'h6misphere occidental, par
suite de la doctrine de Monroe et de ses d6veloppe-
ments, ce r6le de puissance directrice est assume par
les Etats-Unis d'Amerique, qui l'ont exerc6 en inter-
venant pour assainir les finances de petites nations
americaines telles que Cuba, Haiti et la Rhpublique
Dominicaine.
II est bien certain que si les Etats-Unis n'6taient pas
intervenus, les puissances europeennes cr6ancieres
auraient tent6 de recouvrer leur cr6ance par l'Ftablis-
sement d'un controie financier sur les Etats debiteurs
ou en employant toutes measures coercitives qu'elles
jugeraient utiles en l'occurrence. Une telle intervention
aurait At6 moins bien supported que celle des Etats-
Unis. Pour illustrer notre assertion, nous citerons le
cas du Venezuela centre lequel, en 1902, l'Angleterre,
I'Allemagne et l'Italie firent un usage immod4re de la
force en vue de porter la petite R4publique amiricaine
A s'acquitter de ses obligations financieres envers leurs
ressortissants. Les vaisseaux de guerre de la Triplice
bombardbrent les ports de Maracaibo, de Puerto Ca-
bello et de la Guayra, coulerent la petite flotte v6n6-
zublienne et 6tablirent un blocus rigoureux de tous les
ports de l'Etat d6biteur. Il est A peine n6cessaire de
dire que la violence des measures employees 6tait, dans
l'espkce, disproportionate aux r4clamations des Etats
intervenants.
Nul n'ignore que la doctrine de Monroi et ses dive-
loppements ont cre6 un droit international amBricain,
distinct du droit international europeen, et une sorte












- 5 -


de patriotism americain. Cette malheureuse affaire
anglo-germano-italo-v6nizu6lienne eut pour effet d'a-
viver ce patriotism am6ricain, qui, en la circonstance
trouva son expression dans la protestation formul6e
par le docteur Luis Drago, alors ministry des Affaires
6trangBres de la RPpublique Argentine. Suivant cet
homme d'Etat, I'emploi de la force par une puissance
6trangBre pour obliger un Etat A payer ses dettes con-
tractuelles 6tait contraire A la souverainet4 de ce der-
nier : l'Etat d6biteur 6tait seul juge de ses modes de
pavement, ainsi que du moment de payer.
Dans sa forme absolue, la doctrine de Drago peut
paraitre injuste si l'on y voit une issue menag&e aux
Etats mauvais payeurs pour se soustraire A leurs enga-
gements financiers. Mais cette doctrine proclame aussi
l'6galit6 de traitement en matibre de dette, et, A ce
titre, elle est defendable. Car l'egalit, de traitement est
une consequence logique de l'4galit6 des Etats.
En realit4, la doctrine de Drago etait beaucoup plus
une protestation centre l'intervention europdenne sur
le continent am6ricain que centre 1'emploi de la force
on vue du recouvrement des crdances d'un Etat centre
un autre. Aussi bien on y a vu une simple application
de la doctrine de Monroe. Ce point de vue a Wtd con-
firm6 lorsque la these de l'emploi de la force, dans ce
cas, a 6t6 admise dans certaines limits sur la proposi-
tion du general Porter, reprBsentant des Etats-Unis
d'Amerique a la Conf6rence de La Haye en 1907. Dans
la Convention du 18 octobre 1907, dite Convention
Porter, l'emploi de la force est limit A deux hypo-












-6-


theses : 1 si l'Etat debiteur refuse de se soumettre A
l'arbitrage et 20 si, la sentence arbitrale 6tant rendue,
il refuse de 1'ex4cuter. Ainsi formulae, la Convention
Porter condamnait la these de Drago dans sa forme
absolue, mais restreignait l'emploi de la force par les
puissances cr6ancieres de l'Europe centre des Etats
americains mauvais payeurs. Ce resultat, suivant l'opi-
nion exprimee par la dBl6gation haltienne a la Confe-
rence de La Haye (1907), constituait (( le premier pas
fait vers un ideal 6lev6, jusqu'A oe que le temps et les
progres de I'opinion permissent de supprimer complM-
tement l'emploi de la force ()
De cet ensemble de faits, il r4sulte, d'une part, que
les Etats mauvais payeurs ne peuvent plus se retran-
cher derriere leur souverainet6 pour refuser de payer
leurs dettes contractuelles envers les porteurs strangers
de leurs titres de rente et, d'autre part, que toutes les
fois qu'il s'agit d'Etats americains, la doctrine de Mon-
roB et le patriotism americain s'opposent a I'interven-
tion de puissances europ6ennes. Dans ces conditions,
pour que la justice soit satisfaite, tout en respectant
le droit international americain, une solution s'offrait :
C'est que les Etats-Unis, puissance directrice de ce con-
tinent, en presence d'une action imminent de la part
d'une nation europeenne, interviennent pour mettre de
l'ordre dans les finances des petits Etats du Nouveau-
Monde, qui ne peuvent plus faire face A leurs engage-
ments contractuels envers l'4tranger.

(1) L6ger (A.-N.), La doctrine de Drago, 1915, p. 41.











-7- -


Ainsi la premiere condition pour que l'intervention
6trangbre dans les finances d'une nation ait une cause
just, c'est que les finances de cette nation soient v6ri-
tablement ob6r4es et dans une situation telle qu'elle
est incapable de faire face A ses engagements envers
les Etats strangers.
Mais il ne suffit pas, pour que l'intervention 6tran-
gere soit just, qu'elle ait une cause just, il faut en-
core qu'elle soit just quant aux moyens employs
pour atteindre le but qu'elle se propose. Or il nous
semble que, pour qu'il en soit ainsi, il faut que le
contrble financier de la puissance etrangBre laisse in-
tactes les conditions essentielles pour que la nation con-
tr8lee conserve sa souverainetd, c'est-h-dire que le
contrBle ne realise pas en fait une sorte de protectorat
ou une annexion deguisee. En consequence, 1'Etat con-
trl16 doit rester maitre de sa politique ext4rieure et,
au point de vue de sa competence interne, sa souve-
rainet6 sera sauvegardee si le contr6le ne revet pas
l'aspect de measures imposes d'autorit4 par la puis-
sance qui contrble et sanctionnees au besoin par la
menace de la force sup6rieure don't elle dispose, mais
l'aspect d'une collaboration loyale et sur un pied d'6ga-
lit6 entire les deux puissances.
Envisageant maintenant le cas concrete d'Haiti, don't
nous comptons faire l'objet de cette 4tude, nous remar-
quons que l'intervention des Etats-Unis dans les finan-
ces de notre pays fournit un example frappant d'appli-
cation de ce que nous appelons en g4n6ral ( I'organi-
sation international de la faillite des Etats ,) et












-8-


l'exemple non moins frappant de l'organisation parti-
culibre de cette faillite dans le Nouveau-Monde, d'aprhs
le droit international americain.
Pour la bonne intelligence de la matiere, nous divi-
serons cette etude en deux parties, dans lesquelles nous
rechercherons dans quelle measure les deux conditions
pour que l'intervention financiere soit just sont r4ali-
s&es, A savoir qu'elle est just quant a sa cause et quant
aux moyens employes.
Dans la premiere parties, intitul6e : Origine du con-
tr6le financier des Etats-Unis sur Haiti, nous montre-
rons que le cas de notre pays 4tait bien celui d'une
nation pour laquelle l'intervention de 1'6tranger dans
ses finances, suivant les normes du droit internatio-
nal public, 6tait pleinement justifibe. On peut reprocher
aux Etats-Unis de n'avoir pas limit leur intervention
A ce domain, mais on ne peut que les approuver d'8tre
intervenus financierement en Haiti, en raison du d6la-
brement de ses finances et de l'impuissance qu'elle
avait montree A se reliever par elle-mgme. L'histoire
de plus d'un sibcle de mauvaise administration en 6ta-
blira la preuve.
Dans la deuxibme parties, nous decrirons cet example
typique d'organisation international de la faillite des
Etats sur le continent amBricain lorsqu'elle se produit
par l'intervention de la RWpublique 4toil6e, tel qu'il
result de la Convention du 16 septembre 1915, de ses
applications coutumieres et d'accords ulterieurs qui
Font compl6tee.
Dans cette deuxieme parties, consacr6e a la portie du











-9-


contr6le financier des Etats-Unis sur Haiti, nous recher-
cherons dans quelle measure est satisfaite la deuxime
condition pour que l'intervention ktrangBre dans les
finances d'une nation soit just, c'est-h-dire quant aux
moyens employs. Nous rechercherons si la Conven-
tion de 1915 respect suffisamment la souverainet6
d'Haiti.
I1 est certain que l'acte diplomatique de 1915 laisse
intact la souverainet6 exterieure de l'Etat haitien, sauf
certaines restrictions A son pouvoir de contractor des
emprunts a 1'4tranger et au reglement de ses dettes
envers les strangers. Quant A sa souverainet6 int&-
rieure, on verra si elle est respect6e et dans quelle
measure les rapports entire les deux Gouvernements sont
ceux d'une collaboration sur un pied d'4galitO ou ne
sont pas tres souvent ceux d'une puissance qui com-
mande a une nation subordonn6e. Malheureusement
on verra que, si la collaboration s'affirme thWorique-
ment, le plus souvent, en fait, le Gouvernement des
Etats-Unis, en cas de conflict dans l'application de la
Convention, emploie la force pour imposer ses vues.
Dans notre conclusion, a la lueur des principles que
nous venons d'4tablir et A la lumiere des faits que nous
allons exposer, nous rechercherons si le contr6le finan-
cier des Etats-Unis sur notre pays est actuellement jus-
tifif, puis s'il y aura lieu de le maintenir apres I'expi-
ration de la Convention, en mai 1936, et pendant com-
bien de temps.
















PREMIERE PARTIES

ORIGINE DU CONTROL FINANCIER
DU GOUVERNEMENT
DES ETATS-UNIS D'AMERIQUE
SUR LA REPUBLIQUE D'HAITI




Le contr6le am6ricairi de nos finances est la r6sul-
tante d'un concours d'6v6nements, et ce n'est qu'en
remontant le course de 1'histoire qu'on peut arriver h en
d6gager les vraies causes. Un contr6le financier, avons-
nous deja dit, suppose une mauvaise administration
financiBre, qui a about a la faillite ou A la d6confiture.
Mais cette condition ne suffit pas a sa realisation, car
l'Etat don't les finances m6ritent d'etre contr6l6es peut
s'opposer 6nergiquement a toute intervention 6tran-
gere. Des difficulties peuvent aussi se produire dans
1'Etat qui desire intervenir, oil les pouvoirs publics,
par example, sont hostiles h toute immixtion dans les
affaires d'un autre Etat independant. II faut done qu'A
c6t6 de mauvaises conditions financibres se manifes-
tent des tendances et des circonstances favorables a
1'6tablissement du contr6le.
C'est pour rechercher cette conjunction de faits et












1s -

d'idees qui ont permis 1'4tablissement du contr6le
americain de nos finances que nous exposerons succes-
sivement : 1t le mode de gestion des finances haitien-
nes avant I'occupation de notre pays par les troupes
des Etats-Unis en 1915; 2 les tendances qui ont favo-
rise l'dtablissement du contr6le americain chez nous, et
3 les diff6rentes tentatives faites par le Cabinet de
Washington en vue de participer a la gestion de nos
finances.

















CHAPITRE PREMIER


DE LA GESTION DES FINANCES HAITIENNES
AVANT 1915




Les historians s'accordent A rendre hommage aux
brillantes qualit6s d'administrateur de Toussaint-Lou-
verture, qui accomplit le tour de force incroyable d'6ta-
blir l'unit6 de la colonie de Saint-Domingue (1) en meme
temps qu'il favorisait, par de sages measures, le d6ve-
loppement de 'ile entire.
En effet, ayant obtenu, le 1" octobre 1798, la capi-
tulation des Anglais, don't les troupes 6taient concen-
trees au M61e-Saint-Nicolas, il se retourna vers la par-
tie oriental de l'ile, codMe A la France par le traits
de BAle (22 juillet 1795) et, le 22 janvier 1801, apres la
reddition de don Joachim Garcia, pindtra dans les murs
de Santo-Domingo (2). Ce negre genial, tout en menant
une lutte acharn4e pour faire flotter sur 'ile entire
le drapeau francais, travaillait courageusement A rele-


(1) Actuellement, F1'le est partag6e en deux parties : la parties
oriental est oocup6e par la RMpublique dominicaine, et la parties
occidental par la RWpublique d'Haiti.
(2) Firmin (A.), Roosevelt et la ripublique d'Haiti, 1905, p. 269
et 271.












- 14 -


ver la colonie des ruines accumulhes par les guerres
qui 1'avaient appauvrie. C'est ainsi que le poids de
l'exportation, pour la p6riode de juillet 1794 A sep-
tembre 1796, qui n'avait atteint que 9.072.401 lives,
so montait, sous son habile administration, h 71 mil-
lions 830.612 livres pour l'annBe 1800-1801 (3). Les
finances furent 6quilibr6es.
Malheureusement, la colonie partiese occidentale) ne
passa point entire nos mains dans cet Rtat de prosp&-
rit6. La guerre de l'Ind6pendance, conduite par nos
peres avec une farouche 6nergie, appauvrit consid6ra-
blement notre pays. C'Btait une lutte sans merci : in-
cendie, massacre "). Les adversaires rivalisaient de
cruautW.
Pour combLe de malheur, la guerre termin&e, les g6-
neraux haitien- qui avaient combattu pour la libera-
tion de leur patrie choisirent, comme gouverneur g4ne-
ral a vie, Dessalines, qui devint plus tard empereur
d'Haiti. Brave, 6nergique, brilliant chef militaire, Des-
salines conduisit les phalanges haitiennes la victoire,
et c'est A just titre que les Haitiens rendent hom-
mage a sa memoire. Mais l'illustre heros n'avait au-
cune id6e de l'administration et, par sa conduite, tra-
cait le mauvais example. Les marchandises passaient en
contrebande et le fisc 6tait ainsi frustr6. Voici ce qu'en
dit Madiou : (( Dans la plupart des ports ouverts au
grand commerce, les negociants strangers, en corrom-


(3) Ibid., p. 270.
(4) Madiou fils (Th.), Histoire d'Haiti, 1922, III, p. 239.











- i1 -


pant les agents de douane, faisaient d6barquer par con-
trebande la plus grande parties des marchandises qu'ils
importaient. Ils exportaient les denrees par le meme
moyen. Ils faisaient de rapides fortunes et suscitaient
toutes sortes d'embarras A ceux des agents du Gou-
vernement qui refusaient de transiger avec eux. ) (5)
Ces agents de douane avaient-ils besoin de faire tant
d'efforts pour vaincre leurs scrupules? Certainement
non. Car, pour 4chapper A l'impunit6, 1'empereur ne
leur demandait que d'user d'adresse. ( Plumez la poule,
disait-il en manibre d'apologue, mais ne la lais-
sez pas crier. ) Ce qui signifiait, suivant Madiou :
(< Faites votre fortune au detriment de 1'Etat, mais
tremblez si la voix publique vous accuse. (6).
La (( voix publique accusait parfois et la main
de notre monarque ne s'appesantissait pas sur le cou-
pable. Ainsi Vastey, chef des bureau du ministry des
Finances, charge de v6rifier les comptes des adminis-
trateurs de 1'Empire, se rendit A LUogane et prit loge-
ment chez l'administrateur de la ville. (( Au sortir
du bain qui lui fut prepar6, il trouva sur la table
un rouleau de doublons. Cela suffit pour qu'il pr6sen-
tat a son chef hi4rarchique un rapport favorable 5 ce
fonctionnaire.
Par centre, ( des employs don't les comptes 4taient
parfaitement en regle, mais qui avaient neglig- de
fair a Vastey quelques gratifications, furent destitu6s


(5) Ibid., p. 226.
(6) Ibid., p. 161.











- 16 -


quelque temps apres ,. L'empereur savait tout cela
et cependant ne prenait a l'Agard de Vastey, qu'il
aimait, aucune measure de rigueur (7)
Les Haitiens, A cette 6poque, vivaient dans une
alarm perp6tuelle; ils croyaient au retour possible
des forces francaises dans l'ile en vue de les subjuguer.
Aussi, les cadres de 1'arm6e 4taient vastes, et les chefs
militaires omnipotents. Ces derniers avaient droit de
vie et de mort sur les administr6s. (( Les administra-
tours des Finances n'osaient rien leur refuser; ils (les
chefs militaires) retiraient, la plupart, du Tr6sor pu-
blic des sommes assez importantes sans meme en
donner recu; ils tolraient les contrebandes quand ils
en retiraient un b6n6fice personnel. (8).
Dilapider la Caisse publique devint, d'une facon
g6n4rale, le but die tout fonctionnaire. Nous avons dit
(( d'une facon gen4rale ,, car il y eut de belles excep-
tions, notamment celle du general PWtion, qui paya de
ses deniers une dette de l'Etat haitien (9. L'empereur
fut effray6 de constater ce desordre incroyable qui r6-
gnait dans l'administration haitienne. (( L'Empire,
d'apris lui, ressemblait A une ville prise d'assaut et
livr6e au pillage. ) Ces paroles avaient tout leur poids
dans la bouche de cet homme, qui, lui aussi, d6pen-
sait sans calculer les revenues de 1'Etat.
L'armie 4tait en guenilles, A l'exception de la


(7) Madiou (Th.), Histoire d'Haiti, 1922, t. m, p. 162.
(8) Ibid., p. 162.
(9) Ibid., p. 233.











- 17 -


4' demi-brigade, qui cantonnait a Marchand. Le
ministry des Finances avait cependant affect des som-
mes consid6rables A l'achat de l'6quipement des trou-
pes. Mais tout disparaissait. C'6tait le d6sordre, et
l'empereur s'amusait follement, negligeant les int6-
rats g6ndraux de la nation 1".
Les choses s'empirant, il fut oblig6 d'ouvrir les
yeux. Pour faire entrer un peu d'argent dans la
Caisse publique, il resolut de r6agir. I1 charge B. In-
ginac de redresser les abus qui se commettaient dans
le Sud. Ce dernier prit sa tAche au s6rieux et accom-
plit un travail d'4puration remarquable.
Mais ce contr6le rigoureux contribua h rendre 1'em-
pereur impopulaire. II lui hliena la sympathie de tous
ceux et c'etait la majority des dignitaires de son
empire qui menaient vie princiere aux d6pens de la
Caisse publique et fut, dans une large measure, la cause
de sa fin tragique.
Ainsi les premieres ann6es de notre administration
financibre furent marques par des signes inqui6tants
d'anarchie. Une vague de corruption d6ferle sur notre
pays. Et sa force est telle que quiconque essaie de
l'endiguer est menace dans sa propre vie. Quel triste
debut dans notre vie de people Get 6tat de choses
lamentable aura sa repercussion sur 1'avenir politique
d'Haiti. G Ce funeste precedent causera que nos gou-
vernants subs6quents, au lieu de travailler au bien
de la communautO, qui ne peut s'obtenir que par

(10) Ibid., p. 213.
Beuvoir












- 18 -


l'ordre et I'honnetet6 dans administration, auront
pour boussole de leur politique la satisfaction des app6-
tits des plus turbulents, de ceux qui sont toujours prets
A crier au nom des libert4s publiques, quand on les
empiche d'arrondir leur bourse aux d6pens du
people. ) (u)

*
*


Des citoyens ( honorables avaient 6mis et fait ac-
cepter par nombre de leurs cong6neres qu'il fallait
( une classes d'Haitiens riches ,. Et cette classes devait
s'enrichir aux d4pens du pauvre people. Le general
Bonnet, ministry des Finances sous le gouvernement
du president PWtion, voulut r6agir centre les deprada-
tions qui se commettaient au detriment du fisc. Quoi-
que fort estim4 pour ses connaissances, il devint bien-
t6t genant, et, sous la poussie des intrigues qui se
nouerent centre lui, sentit la necessit6 d'abandonner
son poste (1). Les exactions de toute sorte ne connu-
rent plus d'entrave. Ecoutez le g6n6ral-financier :
(( Sous Dessalines, la cupidity, le vol, la dilapidation
avaient introduit partout le d6sordre et I'anarchie. II
important de r6tablir I'ordre, qui seul pourrait 6tre la
sauvegarde des institutions. Mais le Senat venait chaque
jour se heurler centre l'apathie de Petion. Des agents


(11) Firmin (A.), Roosevelt et la r.publique d'Haiti, 1905,
p. 299.
(12) Ibid., p. 304.











- 19 -


infidMles continuaient & montrer leur mauvais vouloir
en ce qui 6tait de rendre compete de leur gestion; et
lorsque des citoyens honorables, des amis du president,
le pressaient de mettre un terme A ces abus, il leur
r4pondait en haussant les 4paules : ( Tous les hommes
, sont des voleurs; voulez-vous done que je fasse pendre
, tout le monde ? (13)
Le president Petion, qui gouverna I'Ouest de la Repu-
blique d'Haiti de 1807 a 1818, quoique person-
nellement honnete et desinteress6, laissa par faiblesse
se poursuivre cette deplorable politique de gaspillage,
inaugur6e par son pr6d&cesseur imperial. I1 en mourut
de d6goft.
**

Tandis que P6tion montrait une faiblesse coupable
dans la gestion de la chose publique, dans le Nord
de Haiti un homme travaillait 6nergiquement A reor-
ganiser les finances du territoire plac4 sous sa direction
effective. En effet, Henri Christophe, devenu president,
puis roi, mettait vigoureusement en relief ses belles
qualit6s d'administrateur. II proc6da 6nergiquement,
en y mettant malheureusement trop de cruauth, au re-
1~vement de son people. II organisa le travail, fit rigner
I'ordre A travers son royaume.
En matiere de finances, sa tAche fut particulierement
remarquable. II combattit avec succes la corruption. II


(13) Bonnet (Edmond), Souvenirs historiques du general Bon-
net, p. 191, cit6 par Firmin.












--20-


instaura non seulement dans l'administration, mais
dans le coeur de son people, les vertus cardinals qui
font la force d'une nation : la probity et I'amour du
progres. (( Sous son regne, 6crit Bonnet, le vol n'6tait
jamais tol6r4; tout ce qui se perdait, m8me sur la
grand'route, devait se trouver au bureau de la place
le plus voisin; la commune entire en Btait respon-
sable. i.
De si bonnes habitudes ne pouvaient qu'Atre profita-
bles A tous. (( Le travail marchait et le fisc en b6n6-
ficiait par les droits d'exportation que le Tr6sor public
percevait int6gralement. (1). Les d6bours ne fureit
pas toujours effectu6s au profit de la communaut6, car
les favors du roi purent, dans une certain measure,
donner la chasse au dollar vers6 par le contribuable.
Cela n'eut point pour effet de d4truire l'6quilibre des
finances du royaume. Car, i la mort de Christophe,
qui survint le 8 octobre 1820, son successeur, le pr6si-
dent Boyer, put tirer du Tr6sor royal (( plus d'un mil-
lion de dollars, qu'il fit transporter dans les caves de
la Tresorerie g4n6rale de Port-au-Prince (t)

*
**

Malheureusement, le president Boyer ne march
point sur les traces du roi Henri. FonciBrement hon-


(14) Bonnet (Edmond), Souvenirs historiques du gdndral Bon-
net, p. 371.
(15) Firmin (A.), Roosevelt et la rdpublique d'Haiti, p. 314.
(16) Ibid., p. 319.











- 21 -


n8te, il toldrait les abus et mgme parfois les encou-
rageait. Voici ce que dit Bonnet A oet 6gard : ( D'une
grande probit6 dans le maniement des deniers de
l'Etat, r'goureux A tenir ses engagements en ce qui lui
6tait personnel, parcimonieux presque jusqu'A I'avarice
dans les d6penses publiques, Boyer fermait les yeux
cependant sur certain abus et se cr6ait ainsi des em-
barras financiers. En nommant a la direction de la
douane de Port-au-Prince un citoyen auquel il voulait
etre agreable : <, Je vous ai appelM A ce post, lui dit-il,
, pour vous mettre A mgme de gagner quelque
, chose... )
II ne faut pas croire, continue Bonnet, que le pr&-
sident admettait la dilapidation qui se prodiguait ou-
vertement A ses yeux sans qu'il s'en doutAt. Le jour
oiu, par les jactances d'un directeur de douane, il acquit
la conviction que ce fonctionnaire s'6tait enrichi aux
d6pens du Tr4sor, il le remplaca immediatement sans
porter aucune modification A son systeme. (1).
Pourtant c'est ce chef d'Etat qui eut la lourde tAche
de prendre, au nom de la nation haitienne, de tres
importantes obligations financieres, notamment celle
concernant la dette de 1'ind6pendance. Dans les con-
versations qu'il eut a oe sujet avec M. de Laujon, il fit
preuve d'une maladresse inoule. Au repr6sentant fran-
cais qui lui demandait une indemnity de 75 millions
de francs, il r4pondit : ( Si ce n'est que ca, j'en don-


(17) Bonnet (Ed.), Souvenirs historiques du general Bonnet,
p. 376 et s., cit6 per Firmin.











-22--


nerai cent. II paya cher ces paroles dAdaigneuses,
car on lui en r6clama 150 payables en cinq ann6es.
Cette valeur, destinee A d6dommager les colons fran-
cais de leurs propri6t6s abandonn6es a Saint-Domin-
gue, pesa lourdement sur les 6paules du contribuable
haitien. En r6alit6, elle 6tait excessive et en dispro-
portion avec la capacity financibre de notre pays. Le
Gouvernement francais le reconnut bien et nous fit une
reduction sensible : la dette fut abaiss6e A 90 millions
de francs. Il n'est pas timeraire de soutenir que le
paiement de cette some retarda de beaucoup l'essor
6conomique d'Haiti et contribua A d6s6quilibrer nos
finances.
Pour payer la dette francaise, le Gouvernement hai-
tien cr6a la taxe sur l'exportation du cafe et recourut
a une mission de papier-monnaie (1). La presence
d'une arm6e se composant de 45.000 hommes sur une
population qu'on 4valuait alors A 7 ou 800.000 habi-
tants concourait A rompre l'6quilibre de nos budgets.
,( Quoique cet effectif fit rarement present sous le
drapeau (19), les valeurs inscrites A cette fin sortaient
tout de meme de la Caisse publique.
La consequence de cette mauvaise administration
fut qu'A la chute de Boyer, en 1843, la prime sur I'or
6tait de 150 p. 100, avec 3.000.000 de papier-monnaie
en circulation (20)

(18) Firmin (A.), Roosevelt et la republique d'Haiti, p. 337;
Madiou fils, Histoire d'Haiti, III, p. W86.
(19) Ibid., p. 337.
(20) Ibid., p. 368.











- 23 -


*


La mauvaise situation economique et financibre du
pays rendit instable le fauteuil presidentiel. Quatre
chefs d'Etat se succederent en moins de quatre ans.
Les Dominicains, qui, sous le president Boyer, avaient
accept d'8tre gouvernes par les Haitiens, en eurent
assez des measures absurdes et des men6es incorrectes
de nos gouvernants et se s6parerent de nous. Riviere
H6rard, le premier de ces presidents 6ph6mBres, vou-
lut, par la force, ramener les revoltes dans le giron
national. Mal lui en prit. II dut abandonner le pou-
voir.
Le vieux general Guerrier qui lui succeda ne se
signal par aucune measure remarquable. Il mourut le
15 avril 1845 apres un regne nominal de onze mois.
Haiti ne fut pas plus heureuse avec le g4enral Pier-
rot, franchement illettr6. Croyant remedier au mauvais
6tat de nos finances, il retablit les droits sur le cafe
et nous gratifia d'une emission de 800.000 gourdes de
papier-monnaie. Ce fut (( la premiere mission de bil-
lets de caisse faite apres la chute de Boyer ,. De plus,
la prime sur l'or montait au fur et A measure que la
confiance se dissipait (').
Glissons sur le regne de Rich6, qui n'offre rien de
particulier. Le desordre se perp6tue dans l'Administra-
tion haitienne.


(21) Firmin (A.), Roosevelt et la rdpublique d'Haiti, p. 354.












- 24 -


*


En 1847, Faustin Soulouque fut Olu president d'Haiti.
[1 devint plus tard empereur sous le nom de Faustin I".
Avec ce monarque, I'ignorance et l'entgtement s'ins-
tallerent au Palais national. Sachant A peine signer son
nom, il crut pouvoir agir A sa guise. A I'exemple de
Riviere H6rard, il entreprit par deux fois une cam-
pagne infructueuse centre les Dominicains pour tenter
de les soumettre A nos lois. Notre Tresor support tout
le poids de ces travers.
(( D6jh, dit Firmin, en 1849, A l'6tablissement de
l'Empire, la prime 4tait monte A 700 p. 100 par suite
des missions r6peties de paper monnaie; 4 millions
195.400 gourdes en billets de caisse furent 6mises pour
payer les frais des installations imp6riales. Enfin, il
est rapport que l'Empire de Soulouque a 4mis plus de
$ 28.000.000 en monnaie fiduciaire. Comme le paper
6tait d'une quality inf6rieure et se d4t6riorait facile-
ment, on ne peut savoir au just la valeur exact en
circulation A un moment donned. La prime sur l'or,
qui etait dans les derniers temps de l'Empire A
1.500 p. 100, indiquerait, comparativement A la circu-
lation existante et au change pratiqu hA l'4poque de
Boyer, un peu plus de $ 30.000.000 de paper monnaie
ayant course 14gal en Haiti vers l'ann6e 1858. ().
C'est l'inflation avec tout son cortege n6faste.


(22) Firmin (A.), Roosevelt et la rdpublique d'Halti, 1905,
p. 369.











- 25 -


Sous le regne de Soulouque, on eut aussi A enregis-
trer une institution fort original dite (( Monopole de
l'Etat ,. Elle ( consistait A pr6lever le cinquieme du
caf6 produit chaque ann6e que les intendants des
Finances deposaient dans les magasins publics aux
ordres du Gouvernement, qui en realisait la valeur sui-
vant ses besoins et come l'entendait le ministry des
Finances ou plut6t 1'empereur (2). Cette institution
impopulaire offrit aux 6missaires de Soulouque l'occa-
sion de s'enrichir effrontiment et hAta la ruine de
l'Empire.
*


Sous Fabre Geffrard, qui prit les renes du pouvoir
en 1859, le pays put se ressaisir. Le nouveau chef
d'Etat institua un gouvernement de progres. Le dB-
sordre financier, don't administration de Soulouque
donna le plus navrant spectacle, se dissipa. Toutefois,
il y eut quelques d6pradations financiBres qui attirbrent
attention de la Chambre des d6put6s. En 1862, celle-
ci, ayant tent4 de contr6ler les actes de l'Ex4cutif, fut
dissoute (M. G'est significatif. Cette attitude reflete l'4tat
d'esprit de nos gouvernants qui, jusqu'ici, entendent
disposer des deniers publics sans contr6le. Attitude
contraire A toute discipline financiBre. Les d6pradations
commises sous Geffrard entrerent pour quelque chose


(23) Ibid., p. 370.
(24) Ibid., p. 382.











- 2o -


dans sa chute du pouvoir. (( Les budgets se soldaient
constamment en deficit. Des millions de dollars dis-
paraissaient sans qu'on voulfit en rendre compte. ,, )

*
*


1867. Salnave succede A Geffrard. Ce chef d'Etat
pass tout son regne, c'est-h-dire deux ans et demi,
a combattre les revoltes dirig6es centre son Gouverne-
ment. Dans cette periode il n'y eut pas d'administra-
tion. ( La prime sur l'or avait atteint le taux exor-
bitant de 2.999 p. 100, c'est-a-dire qu'il fallait $ 3.000
en billets de caisse pour acheter un dollar en especes
m6talliques, or ou argent. Du c6te des revolutionnaires,
la prime 6tait ici A 1.600 p. 100, 1A a 900 p. 100, dans
le plus grand desordre.,, (26
Quand Nissage-Saget fut appel6 aux affaires en 1870,
il trouva l'Administration dans un veritable chaos.
GrAce au concours d'Edmond Paul et de Boyer Bazelais,
qui furent les deux homes les plus en vue de l'6poque,
son Gouvernement proceda & un redressement financier
remarquable. II opera le retrait integral du papier-mon-
naie, qui fut remplao6 par le dollar ambricain come
monnaie l6gale d'Haiti. Et, fait nouveau, il accept le
contrble parlementaire qui s'exerca avec efficacit6. Plus
de concussion! Le d6sordre fut banni de notre Adminis-
tration. L'Age d'or Apres plus de soixante ans de


(25) Ibid., p. 384.
(26) Ibid., p. 392.











- 27 -


tAtonnement, Haiti venait de se donner un Gouverne-
ment ideal. Pour la premiere fois dans notre histoire,
la competence et l'honngtete s'alliaient pour accomplir
le miracle financier qui faisait naitre l'espoir dans le
coeur de tous les Haitiens.
L'oeuvre d'Edmond Paul et de Bazelais paraissait
solide et devoir resister a toute 6preuve. Car (( toute
une pl6iade de citoyens intelligent, g4n6reux et ar-
dents au bien, suivaient les deux chefs (Paul et Baze-
lais) don't la probit6 financiere et politique d6passait
encore les hautes aptitudes ,, ()
Malheureusement, cette (( pl6iade de citoyens intel-
ligents, g6n6reux et ardents au bien n, cette phalange
d'hommes instruits et devou6s, a la formation de la-
quelle notre pays avait mis plus d'un demi-siecle, fut
aneantie dans la d6sastreuse revolution de 1883. A par-
tir de ce moment, Haiti, privee de ses plus dignes
enfants, march tout droit vers l'abime, la banque-
route.
*


En 1874, Domingue devint chef d'Etat et s'adjoignit
comme vice-pr6sident Septimus Rameau, don't l'idee
fixe 4tait de cr6er une banque d'Etat. A cet effet, les
agents du Gouvernement negocierent A Paris un em-
prunt de 60.000.000 de francs, don't une insignifiante


(27) Firmin (A.), Roosevelt et la rdpublique d'Haiti, p. 395;
V. aussi, dans La Presse du 30 septembre 1929, un article de
M. P. David, intitulE : ( Edmond Paul ;.














parties entra en Haiti. Charge Acrasante pour le people.
Une r6volte s'ensuivit. Et I'on vit alors, spectacle inoui,
le vice-pr6sident, press de partir pour l'exil, sortir des
souterrains de 1'6difice en fer de la place de l'Inten-
dance, ruisselant de sueur, les bottes, les poches et la
ceinture si bourr6s de l'or du people qu'il 6tait A peine
maitre de ses movements. La foule l'abattit (.

*
*


DIsormais, la Caisse publique sera la source A la-
quelle les autorit6s r6gnantes puiseront largement et
presque sans contr6le. Les Gouvernements qui se suc-
cedent jusqu'en 1915 se distinguent par un desordre
administratif qui va croissant A measure que nous ap-
prochons de la date fatale.
Toutefois, nous voudrions nous arreter un instant
sur l'oeuvre financiere d'Ant6nor Firmin, laquelle, sui-
vant nous, symbolise les derniers efforts d'un people
qui s'6teint. Ecoutons le vi4nrable maitre : ( Vers la
fin de 1889, lorsque j'arrivai b la tote du department
des Finances, apres les d4penses ruineuses de la guerre
civil de 1888-1889, la dette publique d'Haiti montait
a pros de 20 millions de dollars, en y comprenant
$ 4.400.000 environ de papier-monnaie; vers le mi-
lieu de 1890, avec un recouvrement severe de nos
droits de douane et une gestion r6gulibre de nos reve-


(28) Ibid., p. 402 et 403.










- 29 -


nus publics, elle 6tait dedj reduite A 18 millions 1/2.
Avant l'espace d'une ann6e, le 30 avril 1891, elle avait
encore diminu6 de plus de 2 millions 1/2. Le service
de l'annuit6 de notre dette ext6rieure, 6ch6ant au
30 juin 1891, 6tant d4ej vers6, le capital de notre dette
publique, y comprenant toujours le papier-monnaie,
6tait r6duit a environ $ 15.700.000, don't $ 6.358.000
en or et le rest en gourdes nationals. ( C'est un cas
absolument exceptionnel dans l'histoire des finances,
disait I'Exposg de la situation de la Republique d'Haiti,
annee 1891, de voir un Etat se d6charger de plus de
de 13 p. 100 de sa dette dans l'espace d'une ann6e, ce
qui, pari passu, d6montre la possibility rationnelle de
sa liberation int6grale en'sept ans et demi. (9).
Pour mener A bien cette oeuvre d'assainissement
financier, il eit fall maintenir Firmin a la tate du
ministere des Finances pendant quelques ann6es en-
core. Mais chez nous cela n'etait plus possible. II dut
dMmissionner en mai 1891. Quand, au mois de decembre
1896, il fut rappel aux affaires, la dette publique 6tait
monte A $ 26.875.783. Va-t-on au moins cette fois-ci
lui permettre de poursuivre sa tAche? Non point:
( Pendant six mois, dit-il d4courag6, je luttai avec
6nergie pour enrayer le d6sordre; mais devant mon
impuissance A contenir les influences d6moralisantes,
je dus d6missionner en juillet 1897. (")


(29) Firmin (A.), Roosevelt et la rdpublique d'Haiti, p. 438 et
439.
(30) Ibid., p. 439.











- 30 -


Get aveu en dit long sur nos mceurs politiques. Fir-
min, I'orgueil de notre race, 6tait devenu genant.
C'6tait l'heure du partage. On ne pouvait pas le con-
vier A la fete.
*
*


Maintenant, c'est I'assaut a visiere levee a la Caisse
publique. ( Voler l'Etat, disent nos politicians, ce n'est
pas voler. Et chacun d'accepter la formule, pensant
I'utiliser lorsque son tour viendra de se tailler une
part du gAteau national. Le concussionnaire n'est pas
diminu6 dans l'estime de notre elite, mAme si son ind6-
licatesse est r6v616e au grand jour, meme s'il a 6ti
fl6tri pa unne decision judiciaire. N'avons-nous pas vu
des stigmati 's de nos assises criminelles s'asseoir au
fauteuil pr6sidentiel? Nous ne pouvons point les comp-
ter parmi nos pires citoyens. Car Leconte n'a-t-il pas
trouv6 glorieusement la mort en essayant, en 1912, de
se racheter par une breve mais sage administration?
Nos chefs d'Etat se font voter des dons par nos Cham-
bres (31). Le budget n'est plus ex6cut6. Comment le
serait-il avec les malversations qui se commettent et
avec les cadres du fonctionnarisme qui 6clatent! Jugez
done : 99 deput6s pour une petite rdpublique de
2.500.000 Ames. Les employs publics ne percoivent
plus leurs traitements. Les fournisseurs de l'Etat atten-


(31) V. L. 28 aoft 1910, accordant une recompense de
50.000 dollars au President A. Simon (E. Mathon, Legislation
haitienne, p. 134).











- 31 -


dent des jours meilleurs. Les r6clamations p6cuniaires
ne sont pas liquid6es. C'est tout ce tas de chances que
la Commission des reclamations cr64e par le protocol
du 3 octobre 1919 viendra liquider apres que nous
aurons perdu notre autonomie financiere. L'instabilit4
monBtaire et l'inflation desolent nos populations.
( Nous n'avons plus de credit. Nous sommes dans l'im-
possibilit6 de realiser le moindre emprunt. La ruine
est consommee. Plus de garantie morale. Plus de garan-
tie mat6rielle. (32)
A partir de 1912, notre pays vit dans un bouleverse-
ment stabilise; il faut payer les dettes de chaque insur-
rection triomphante l3) et des indemnites aux strangers
qui en ont souffert ().
C'est dans cette situation angoissante que vivait le


(32) Rapport de la Commission spkciale de la Chambre des re-
pr6sentants chargee d'examiner la Convention de 1913, Le Moni-
teur, 25 oct. 1916, p. 616.
(33) La revolution de 1911 a cott6 a notre pays
253.738.130 dollars et 238.153,58 gourdes (arrWte presidentiel
du 28 mars 1912).
(34) L'attribution de ces indemnites 6tait la source de gros
scandals. ( Les autres commissions mixtes (Haitiens et Fran-
gais), dit J.-N. Leger, 6taient composes d'int6ress6s qui se vo-
taient mutuellement de fortes indemnit6s : veritable comedie de
famille, don't la r6publique d'Haiti payait tous les frais.
(J.-N. Leger, La politique extirieure d'Haiti, p. 36.)
a En 185~, il a Wte voted une some de 327.655 gourdes aux
exotiques qui etaient census avoir souffert des ve6nements de
1879. L'annee pr6c6dente, plus de 800.000 gourdes, leur avaient
Wtd accordees A l'occasion des troubles de 1883, soit, en I'espace
d'un an, pres de 6 millions de francs extorqu6s A notre faiblesse
par 1'4tranger. (J.-N. Leger, La politique extirieure d'Haiti,
p. 124.)











- 32 -


people haitien quand les soldats am6ricains, en 191B,
occuperent notre territoire.

*
*

De tout ce qui pr6ccde, il resort d'une facon evi-
dente qu'apres une existence plutot pr4caire de plus
d'un sikcle, Haiti s'6tait trouve, en 1915, a bout de
resources et aux prises avec une situation 6conomi-
que d'une exceptionnelle gravity. Et, en face de ce
navrant tableau, une question se pose : A cette 6po-
que, un redressement financier, a l'aide des seules
forces internes du pays, Mtait-il possible ? De solides
raisons nous permettent d'en douter. Ces raisons, nous
les tenons du bref expos que nous avons fait de la
situation d'Haiti. En effet, nous avons vu que la cor-
ruption s'6tait install6e de bonne heure dans notre
Administration. Et si, dans le course de notre histoire,
elle avait pu etre, a de rares intervalles, maitris6e par
les forces saines de la nation, nous constatons qu'en
1915, sa victoire 6tait decisive. C'est que, r6partissant
la plus grande parties des fonds publics entire les mem-
bres d'une vaste oligarchie insouciante et avide de
jouissance, elle avait paralyse le developpement mate-
riel du pays. La population croissait et aucune measure
n'4tait prise pour organiser le travail et assurer le
bien-etre dans les foyers. Cette impr6voyance eut
comme r6sultat : I'instauration d'interminables guer-
res civiles qui consommerent notre ruine et 1'6largis-
sement outre measure du cadre des fonctionnaires chez











- 33 -


lesquels, d'une facon g6nerale, une tradition n6fasle
avait d6form6 le sens de 1'honneur et la notion de
probity. Dans ces conditions, nous soutenons que
la nation etit Wt impuissante A puiser en elle-meme
les forces necessaires pour op6rer une reaction salu-
taire.
Haiti ne pouvait done pas 6chapper A un contr6le
ext6rieur de ses finances. Mais, dira-t-on, ce contr6le
n'aurait pas df Wtre exerc6 par le Gouvernement am6-
ricain, puisque notre pays A ce moment-lA n'6tait pas
d6biteur des Etats-Unis? Cela est vrai. Mais il y avait
les emprunts francais par example, et, comme notre
situation financiere et 6conomique empirait chaque
jour davantage, nous sections arrives a cesser tout
pavement. Ce serait alors le contr6le de nos finances par
la France ? Pas du tout. Les Etats-Unis, fiddles a leur
doctrine de Monroe, don't les limits sont imprecises,
mais don't la port6e est immense, n'auraient jamais
permis l'immixtion d'une puissance europeenne dans
nos affairs int6rieures. Pour nous en convaincre, nous
n'avons qu'A nous rappeler l'attitude, en 1905, du
Gouvernement des Etats-Unis d'Amerique, qui prit A
sa charge le reglement de toutes les obligations du
Gouvernement dominicain, tant int4rieures qu'ext6-
rieures, en se faisant octroyer en retour le contr6le
des finances de la petite R4publique antileenne 35


(35) Redslob (Robert), Histoire des grands principles du droit
des gens, p. 466; V. aussi le message du president Roosevelt sur
les rapports des Etats-Unis avec les autres Etats d'Amdrique;
Beauvoir 3












-34-

I1 y aurait done lieu, peut-Atre, de d6clarer que le
contrble du Gouvernement des Etats-Unis sur nos
finances a Wt6 prematur6. Mais les faits nous invitent
A croire qu'il Mtait inevitable.


Dupuis (Charles), Le droit des gens et les rapports des grande
puissances avec les autres Etats avant le pacte de la S. D. N.,
1921, p. 34 et s.

















CIIAPITRiE ii


LES TENDANCES




La Convention americo-ha'tienne de 1915 n'eit pas
6t6 vote A une 4crasante majority par les deux Gou-
vernements si un movement d'opinion favorable ne
s''tait manifesto au sein de ces deux nations. Ce sont
oes tendances qu'il imported de mettre en pleine lu-
mitre. Nous les indiquerons done tells qu'elles se sont
pr6sentees : 1 aux Etats-Unis; 2 en Haiti.


A. Aux ETATS-UNIS D'AMERIQUE.

Des qu'il s'agit de determiner la politique ext6rieure
du Gouvernement des Etats-Unis vis-a-vis des autres
Etats am6ricains, on se trouve en presence de la doc-
trine de Monroe. Durant l'ascension rapide et inouie
de la grande R4publique Rtoilde, c'est dans cette fa-
meuse doctrine que la diplomatic nord-americaine
viendra constamment puiser, en les transformant et
en les adaptant a ses besoins, ses rigles de conduite a
I'6gard des nations du Nouveau-Monde.
Quelles sont oes regles? Nous allons essayer de les
d6gager.











- 36 -


La doctrine de Monroe resulte du c61lbre message
pr6sidentiel du 2 d4cembre 1823. M. Charles Dupuis la
resume en quatre propositions : (( 1 Les continents
americains, par suite de 1'ind6pendance acquise par
les Etats qui y exercent la souverainet6, sont devenus
terres de liberty; ils ne peuvent etre d6sormais sujets
i aucune entreprise de colonisation de la part des
puissances europ6ennes; 2 Les puissances, toutefois,
si elles ne peuvent a I'avenir considerer les terres am&-
ricaines comme terres de colonisation, peuvent conser-
ver, sans aucune opposition de la part des Etats-Unis,
les colonies qu'elles y possedent actuellement; 3" Les
Etats-Unis n'interviendront pas dans les guerres entire
les puissances europ6ennes, tout au moins pour les
questions qui les conoernent seules; ils n'intervien-
draient que si leurs droits 6taient atteints ou s6rieuse-
ment menac6s; 40 Les Etats-Unis n'interviendront pas
dans les affaires int6rieures des Puissances europeen-
nes, mais toute intervention des Puissances europ6en-
nes qui aurait pour objet d'6tendre au continent ambri-
cain leur systmme politique, done de porter atteinte A
l'ind4pendance des Etats am4ricains ou A la forme r6pu-
blicaine de leur gouvernement, ne pourrait 6tre regar-
d4e par les Etats-Unis que comme une menace pour
leur paix et leur s6curit4. )) (1
Ainsi Monroi; vit avec d6faveur toute intervention


(1) Dupuis (Charles), Le droit des gens et les rapports des
grandes puissances avec les autres Etats avant le pace de la
S. D. N., 1921, p. 312.











- 37 -


des grades puissances europdennes dans les affaires
inthrieures des Etats am6ricains. C'Btait du coup pro-
clamer l'heg6monie des Etats-Unis d'AmXrique. Mais
va-t-il user de l'arme puissante de 1'intervention
A 1'6gard de ces nations qu'il protege centre les puis-
sances de la vieille Europe. C'est trop t6t. Si, en de-
vancant et'en appuyant le message pr4sidentiel, Can-
ning voulut assurer A son pays l'immense d4bouchM
que formaient les republiques ambricaines, et d'oi
1'Espagne venait d'etre bannie (21, il permit toutefois au
Gouvernement des Etats-Unis de travailler A augmenter
sa puissance. L'expansion territorial accentu&e fut la
premiere forme de cette fameuse doctrine. Et nous
vimes les Etats-Unis s'agrandir du Mississipi, du Mis-
souri, de 1'Alabama et de 1'Illinois.
Apris avoir ainsi agrandi son territoire, le Gou-
vernement de Washington renfora la doctrine de
Monroe. Le president Polk (1845-1848) ,, n'interdit
plus seulement aux puissances europdennes la colonisa-
tion, c'est-A-dire l'acquisition de la souverainet6 sur les
territoires oi la souverainetA est vacant, mais toute
acquisition de territoire americain par voie de cession
r6gulibrement consentie aussi bien que par voie d'occu-
pation (3).
Mais l'agrandissement territorial des Etats-Unis s'ef-
fectue dans les limits du continent. Les Nord-Amiri-
cains ne se soucient pas d'aller au delh. En effet, en


(2) Ibid., p. 311.
(3) Ibid., p. 315.











- 38 -


1870, le president Baez, qui dirigeait les destinies de
la RWpublique dominicaine, proposal au Gouvernement
americain l'annexion de sa patrie. Le general Grant,
president des Etats-Unis, s'empressa d'accepter et en-
voya A Santo-Domingo une commission chargee d'6tu-
dier les resources de la petite nation antileenne, ainsi
que l'4tat d'esprit de ses populations. La commission
present un rapport favorable h l'annexion; mais le
Congris americain, usant de ses pouvoirs discretion-
naires, repoussa A une 6crasante majoritM l'offre du pr6-
sident Baez ().
La theorie de l'expansion territorial en dehors du
continent qu'admettait le cerveau du president Grant
va faire des adeptes de plus en plus nombreux. James
G. Blaine, secretaire d'Etat sous le gouvernement de
Benjamin Harrison, pr6conise cette politique. En 1891,
il entreprit des d4marches aupres du Gouvernement
haitien, en vue d'obtenir, a titre de bail temporaire
et renouvelable, la bai.e du Mole-Saint-Nicolas pour y
4tablir une station de carbon. Mais la demand des
plenipotentiaires amricains contenait la clause sui-
vante : ( En vue de la preservation et de l'affermisse-
ment des relations (des deux pays) le President desire
que, aussi longtemps que les Etats-Unis peuvent 6tre
les fermiers du Mole-Saint-Nicolas s'il doilt ire


(4) Firmin (A.), Roosevelt et la rdpublique d'Haiti, p. 148;
Crockaert, La Miditerrande amiricaine, p. 250; Dupuis (Charles),
Le droit des gens et les rapports des grandes puissances avec les
autres Etats avant le pacte de la S. D. N., 1921, p. 338.












- 39 -


afferm6 le Gouvernement d'Haiti n'afferme aucun
port ou autre portion de son territoire ni n'en dispose
autrement, n'y accordant aucun privilege special ou
droits d'usage A aucun autre pouvoir, Etat ou Gouver-
nement. ,, (5)
Ce texte produisit le plus dIplorable effet sur nos
dirigeants, qui y virent (( un outrage A la souverainet6
national de notre pays et (( une violation flagrante
de 1'article 1" de notre Constitution ). En raison de
ce fait, la proposition du Cabinet de Washington fut
courtoisement carte *).
En some, si le Cabinet de Port-au-Prince rejeta la
proposition Blaine, ce fut simplement parce que, a
cette epoque, les Haitiens, du moins la majoritA des
Haitiens au pouvoir, ne repr6sentaient point cette frac-
tion de notre Blite pensante qui convoitait 1'aide am&-
ricaine. Ils virent, dans l'affermage de la baie du M6le-
Saint-Nicolas, une issue minag6e par le Cabinet de
Washington pour s'immiscer dans nos affaires ou nous
absorber.
Si le Gouvernement des Etats-Unis admet la thbse
de l'expansion territorial en dehors du continent,
nous constatons qu'il repousse la theorie de l'immix-
tion de ses agents dans les affaires int6rieures de notre


(5) Firmin (A.), Roosevelt et la rdpublique d'Haiti, p. 499.
(6) Ibidem, p. 151. A cette 6poque, Ant6nor Ftrmin dirigeait
avec competence notre minister des Relations ext6rieures. Et
ce fut lui qui redigea la r6ponse du Gouvernement haitien adres-
s4e aux pldnipotentiaires am6ricains. On pett la lire 4 la page 499
de son ouvrage plus haut cit6.












- 40 -


pays. En 1897, M. Powell, ministry pl4nipotentiaire
des Etats-Unis A Port-au-Prince, informa le d4parte-
ment d'Etat que des Haitiens s'Ataient adress6s A sa
16gation en vue d'obtenir pour leur pays le protectorat
ambricain. M. Schermann, qui dirigeait le d6parte-
ment d'Etat, s'empressa de r6pondre que le Gouver-
nement des Etats-Unis (( n'avait pas l'intention de s'en-
gager dans une pareille politique et qu'il lui semblait
incroyable ( qu'une proposition pareille ait pu Atre
faite par un Etat aussi jaloux de son ind4pendance
qu'Haiti (7).
Mais cette attitude du d6partement d'Etat n'est pas
immuable. Tout en maintenant sans doute sa politique
d'expansion territorial en dehors du continent am6-
ricain (car nous ne conseillerions pas A nos amis domi-
nicains de renouveler le geste du president Baez) il y
fait enter des tendances humanitaires et parole d'aider
les petites nations qui (( luttent pour la civilisation ,.
C'est la politique d'aide. Ecoutons la definition qu'en
donne son auteur, le president Roosevelt : ( Tout ce
que desire ce pays (Etats-Unis) ,, dit-il, c'est de voir
les pays voisins stables, ordonnes et prosperes. Tout
pays don't le people se conduit bien peut computer sur
notre cordiale amiti6. Si une nation montre qu'elle sait
comment agir avec une efficacit6 et une decence rai-
sonnables dans les matieres politiques et sociales, si
elle maintient I'ordre chez elle et paye ses dettes, elle


(7) Le Moniteur du 30 janvier 1915, discourse du a6nateur
C. Lh6risson.











41 -

n'a besoin de craindre aucune intervention de la part
des Etats-Unis. Les troubles chroniques ou l'impuis-
sance qui d6g6nere en un relAchement general des liens
de toute soci4tk civilisle, peuvent, en Amerique comme
aillewurs, exiger finalement l'intervention de quelque
nation civilisde; dans l'h6misphere occidental, I'atta-
chement des Etats-Unis h la doctrine de Monroi peut
les obliger, quoique avec repugnance, dans les cas
flagrants de cette nature, a exercer le pouvoir de la
police international. ),, ).
Notre but ktant d'indiquer les tendances qui ont faci-
lit6 l'intervention financiere des Etats-Unis en Haiti,
nous nous abstiendrons de commenter cet extrait du
message prIsidentiel, tres clair du reste, qui pirserte
pour notre pays des avantages et peut-6tre aussi quel-
que danger. Admirons l'ordre logique dans lequel s'est
d6velopp6e la politique exterieure du department
d'Etat. C'est d'abord l'expansion territorial sur le con-
tinent, ensuite l'expansion territorial en dehors du
continent, et enfin l'aide due et impose aux nations
am6ricaines qui se conduisent mal. Cette derniere
phase de la doctrine de Monroe a Wte aussi appel6e :
imp6rialisme amBricain. Certains auteurs pritendent
que ce dernier aspect de la politique exterieure des
Etats-Unis est distinct de la doctrine de Monroe. Sans
vouloir nous engager dans cette discussion, qui nous
semble en dehors du cadre de cet ouvrage, nous dirons


(8) Message du president Roosevelt cite par Firmin, p. 211,
et Dupuis (Charles), p. 323.












42 -

que la doctrine de Monroi est une (( doctrine de s4cu-
rit6 ,, et comme telle sa portee est illimitie. Dans la
vie des peuples, la s6curit4, fort souvent, appelle l'im-
p6rialisme. De plus, cette politique imp6rialiste, ou
d'aide, a 6t6 inspire par la mauvaise gestion des petits
Etats am6ricains, qui, incapables de faire face A leurs
obligations financieres, pourraient etre l'objet d'une
intervention de la part d'une puissance europ6enne (),
consequence que la doctrine de Monroe condamne et
que, dans sa phase actuelle (imperialisme), elle entend
6luder.
C'est done la doctrine de Monroe dans sa phase imp6-
rialiste qui a permis l'intervention des Etats-Unis en
Haiti. Certes on peut, en la pressurant davantage, obte-
nir en faveur du Gouvernement de Washington de plus
large prerogatives en ce qui touche ses rapports avec
les autres Etats du Nouveau-Monde. Mais, jusqu'ici, les
Nord-Americains se sont attaches a la politique d'aide
preconis6e par le president Roosevelt. Ivres de leur
prosperity matirielle sans precedent dans 1'histoire du
monde et se croyant en possession d'une civilisation
incomparable, ils ont d6cid6 d'en faire profiter les
autres nations moins fortunees de l'h6misphere occi-
dental. Ainsi envisage, leur tAche ne manque pas de


(9) Louis Borno, Rapport au President de la Ripublique d'Haiti,
1918, p. 166. V. la protestation du ministry des Etats-Unis au
sujet de la remise de notre service de tr6sorerie A une compa-
gnie frangaise et de 1'emprunt de 1910. En cas de difficulties,
d'aprbs le ministry ambricain, le Gouvernement frangais pour-
rait intervenir.











- 43 -


noblesse. Et notre patrie, qui a connu des jours si som-
bres, peut-elle se rebeller centre I'ex6cution d'un pareil
dessein P

B. EN HAITI.

Maintenant que les directives de la politique ext4-
rieure du Gouvernement des Etats-Unis d'Amerique vis-
A-vis de notre pays nous sont connues, essayons de
preciser dans un raccourci les idles que nos hommes
d'Etat ont voulu voir triompher dans les relations de
la petite Republique noire avec sa puissante voisine.
Si dans les premieres ann6es de notre vie national
le Gouvernement de Washington se montrait fort peu
d6sireux d'interveni'r dans nos affaires interieures. le
Cabinet de Port-au-Prince etait aussi dispose r6pon-
dre A toute ing6rence 6trangere par la force. C'est que
Haiti venait de conqu6rir, au prix d'une lutte san-
glante, sa pleine ind6pendance, qui, A ce moment,
n'6tait pas encore leconnue par toutes le grandes
puissances(10). Le people haitien vivait dans une cer-
taine anxi6te, notre faiblesse. Une invasion de notre
pays par les troupes de la m6tropole Btait encore pos-
sible. Aussi la nation entire etait sur un lied de
guerre. Et nos peres se disaient entire eux : ( Au pie-
mier coup de canon d'alarme, les villes disparaissent
et la nation est debout. ,


(10) L'ind6pendance d'Haiti fat reconnue par la France en
182. V. a ce sujet l'ordonannce de 1825 de Charles X, roi de
France et de Navarre, et le trait- franco-haitien du 12 f6-
vrier 1838.











-44-


Cet etat d'esprit enveloppait un nationalism exces-
sif : du chauvinisme, don't la premiere manifestation
6tait de nature iA teindre chez nous les lueurs bienfai-
santes de la civilisation. En effet, une id6e curieuse
germa dans le cerveau de 1'illustre fondateur de notre
ind4pendance. Il concut le deplorable dessein de d6mo-
lir nos villes du littoral et de les reconstruire dans
1'int6rieur du pays. Dessalines pensait, sans doute, en
agissant ainsi, faciliter la defense de notre sol centre
tout envahisseur. Mais son plan Btait aussi dict6 par
un autre mobile : il d6sirait autant que possible 6loi-
gner son people de tout contact avec 1'6tranger. C'est
pourquoi il r6solut d'6tablir sur nos rivages des comp-
toirs ofi des indigenes incorruptibles, d6sign6s par lui,
s'occuperaient de trafiquer avec les strangers. Toutes
les marchandises importees devaient Atre dirig6es vers
nos villes tapies dans les gorges de nos montagnes ou
dans nos fertiles vall6es. Si, au point de vue stratkgi-
que, le project imperial pouvait avoir quelque valeur,
nous avouons qu'au point de vue 6conomique et social
il 6tait desastreux pour notre jeune nationality. II n'est
done pas os4 de dire que la mise en oeuvre de ce project
insolite entra pour quelque chose dans la chute de
Dessalines (u)
A ce nationalism outrancier qui pr6tendait l6oigner
de notre people des 616ments civilisateurs, succida un
nationalism plus raisonnable. Le 24 novembre 1806,
le general Christophe, d6sireux d'effacer la mauvaise

(11) Madiou fils (Th.), Histoire d'Haiti, mI, p. 133.











- 45 -


impression resultant des measures prises par son pri-
d6cesseur, s'empressa d'adresser une ( proclamation ,
aux puissances neutres, par laquelle il leur demand
d'envoyer leurs ressortissants ( commerce dans nos
ports ,, oii ces derniers trouveraient toute la protection
n6cessaire (). C'est djih une evolution notable dans
nos relations avec les Etats strangers. Ces relations
deviennent cordiales.
Concentrant sp6cialement notre attention sur les rap-
ports haitiano-amfricains, nous y d4couvrons une cer-
taine mefiance, m6fiance cr6ee sans doute par le fait
que, dans les Etats du Sud de l'Union, les negres vi-
vaient dans l'esclavage. Toutefois, les rapports entire
les deux nations sont cordiaux. C'est meme des Etats-
Unis que nous vient tout I'armement indispensable A
la defense de notre sol (13)
Toutefois, apres l'4mancipation des Noirs ameri-
cains, d4cr6tie par Lincoln en 1863, nous observons
dans les milieux haitiens une tenda'ce marque A nous
rapprocher davantage des Etats-Unis d'Am!rique. En
effet, la dictature de Salnave provoqua une scission
entire l'Ouest et le Sud. Les autorit6s de ce nouvel Etat
du Sud prirent, le 15 janvier 1869, le decret suivant,
don't la teneur rivBle un Rtat d'Ame symptomatique :

(c ART. 1e. L'Etat du Sud declare solennellement
se placer sous le protectorat du Gouvernement des
Etats-Unis d'Am6rique, comme son alli6 natural.

(12) Ibid., p. 314 et 311.
(13) Ibid., p. 233.











- 46 -


), ART. 2. En attendant que la puissance ci-dessus
d6nommie transmette A l'Etat meridional d'Haiti son
acceptation, ses Conseils sont pries de prendre telles
measures que de droit pour arreter les d6pr6dations du
general Salnave et sauvegarder les int6rets de leurs
nationaux.

)) ART. 3. L'Etat meridional d'Haiti prompt et
s'eneaee a employer ses bons offices aupres du Nord
et de 1'Artibonite pour faire rentrer dans le protectorat
les autres parties du territoire occupies par la revolu-
tion. ,
Quelque temps apres, Salnave 6tant vaincu, le pays
put se ressaisir et le project de l'Etat meridional ren-
tra dans le neant (14)
Ce fait que nous venons de signaler n'est pas unique
dans notre histoire. Il y en a d'autres du mAme genre.
Ne voyons-nous pas, une quinzaine d'ann6es plus tard,
le Gouvernement du general Salomon faire des propo-
sitions au Gouvernement de Washington relativement
au Ml1e-Saint-Nicolas et A l'ile de la Tortue P (15)
I1 y a desormais chez nous un movement d'opinion
favorable a un rapprochement plus etroit entire notre
pays et la Republique 6toilke. Mais ce movement de
sympathie sera contrebalanc6 par des forces adverse.
Car, ne voyons-nous pas, en 1865, le Gouvernement
haitien, par crainte de l'influence grandissante de son


(14) Price (Hannibal), Cours de droit administratif, 1910,
p. 18.
(15) La Plum6, collection 1915.











- 47 -


puissant voisin, entamer des negociations avec la Cour
de Madrid en vue d'obtenir la neutralisation de notre
pays P (). Ne voyons-nous pas aussi le Gouvernement
d'Haiti refuser le m6me l6le-Saint-Nicolas qu'il oflrait
quelques annees auparavant ? En 1910, nos gouver-
nants placent un enmprunt sur le march de Paris et
refusent de s'adresser aux banquiers americains, qui,
a cette 4poque, eussent et1 heureux de mettre A notre
disposition et A de meilleures conditions les sommes
qu'il nous fallait. Pourquoi ? Pour carter toute possi-
bilit6 d'imnixtion des Etats-Unis dans nos affaires
internes.
Nos 6crivains et homes d'Etat n'ont pas Wte 6tran-
gers A ce glissement d'une portion de 1'l6ite intellec-
tuelle de notre pays nous disons lite intellectuelle,
car la masse du people a toujours Wte hostile A toute
intervention 6trangere vers la banniere &toilee. Nous
citerons parmi eux Jacques-Nicolas LEger et Antenor
Firmin, don't les idWes ont eu une repercussion appr6-
ciable dans les milieux haitiens.
Dans son livre intitul6 La politique ext rieure d'Haiti
paru en 1886. Liger relive la longue srie des mala-
dresses de notre diplomatic A travers notre histoire et
demand A nos dirigeants de montrer d4sormais plus
de fermet6 et plus d'esprit de suite dans leurs rapports
avec les puissances 6trangBres. Mais ce qui nous int6-
resse dans l'ouvrage de 1'minent homme d'Etat, oi
d'autres id6es sont agit6es, c'est la peinture qu'il fait

(16) LIger (J.-N.), La politique extirieure d'Haiti, p. 150.











- 48 -


des Etats-Unis : ( En maintes circonstances, dit-il, les
Etats-Unis se sont montr6s disposes A nous accorder
pour le moins un fort appui moral; et ils nous ont
toujours traits avec la plus grande courtoisie. Et
plus loin, il ajoute : ( A mon avis, s'il 6tait de toute
n&cessit6 qu'Haiti conclit une alliance, ce ne serait pas,
en ce moment du moins, en Europe qu'il faudrait la
chercher. Puis il ferme son ouvrage par ces paroles :
( R1servons nos sympathies pour les nations qui nous
donnent des preuves certaines d'amitie. Et aimons qui
nous veut aimer. (17)
Comme vous le voyez, Jacques-Nicolas Leger situe
ses idees sur le plan de notre politique exterieure et
n'envisage que la seule possibility de conclure une al-
liance destined A preserver notre ind4pendance. Il
essaie de cr6er chez nous un movement de sympathie
en faveur du Gouvernement de Washington, qui nous
a toujours donn6 des preuves d'amiti6. C'est A ce titre
que nous l'avons mis en cause. Nous avons souvent
entendu dire peut-6tre a raison de ces phrases, que
j'ai extraites de son ouvrage que Leger rivait 1'an-
nexion de sa patrie aux Etats-Unis. Jamais jugement
ne fut plus injuste. Sa conduite a fait justice d'une
tell accusation. Et puis, n'6tait-il pas de ceux-lA qui
enseignaient que les Haitiens doivent prendre l'habi-
tude de ne computer que sur eux-mdmes ?
Firmin aussi est anti-annexioniste. C'est en terms
menaCants et 4nergiques qu'il repousse l'idee impie


(17) Ibid., p. 135, 136, 160.











- 49 -


d'une conqu6te de notre patrie par une puissance 4tran-
gmre. Mais il nous demand d'accepter l'aide ambri-
caine : ( Les Etats-Unis, dit-il, ont tout ce don't nous
avons besoin pour nous lancer dans le sillon d'une civi-
lisation active et laborieuse. Ils ont les capitaux de
toute sorte : argent, machines, experience du travail
hardi et 6nergie morale a resister contre les difficulties.
Pourquoi, s'ils d4sirent notre amitie notre conser-
vation 6tant devenue solidaire a leurs puissants int6-
rats ne nous offriraient-ils pas cette main secou-
rable que nous cherchons depuis un siccle, sans trop
le crier, il est vrai, mais en depensant en pure perte
nos amabilit6s et nos concessions souriantes envers les
nations riches et civilisees, qui n'auraient qu'A laisser
descendre jusqu'A nous leur bienveillance philanthro-
pique pour assurer notre ascension au milieu des peu-
ples christianises. (8).
Quelle discretion pour demander cette ( main secou-
rable Firmin en est arrive l1, cependant, lui, ce pa-
triote qui aime si ardemment son pays. C'est qu'il a
souffert des vicissitudes de sa patrie. II l'a vue ( baisser
et d6choir, glissant dans une orniere qui conduit a
l'andantissement final ,. II a tent6 de la sauver. Minis-
tre des Finances, il obtient une premiere fois de bril-
lants r6sultats. La second fois, les ( forces d6morali-
santes ) annihilent ses efforts. Son courage n'est point
abattu. Il group autour de sa vigoureuse personnalit6


(18) Firmin (A.), Roosevelt et la ripublique d'Haiti, p. 480 et
481.
Beauvoir 4











- 50 -


une jeunesse fremissante et -prise d'id4al. Avec cette
force intelligence, il croit pouvoir s'imposer A son peu-
ple et le reg6nfrer. Erreur Les mauvais g6nies l'em-
portent. Firmin a done consult les forces vives don't
est form I'avoir de son pays et, les trouvant insuffisan-
tes pour supporter les constructions grandioses don't
le plan se precise dans son genial cerveau, il tourne r&-
solument ses regards vers la r6publique 4toil6e et r6-
clame sa puissante assistance. 11 va jusqu'A regretter
que cette aide ne nous ait pas 6th accord6e plus t6t.
( En l'absence d'un g6nie, dit-il tristement, ils (les Hai-
tiens) auraient eu besoin d'une direction ext6rieure et
bienveillante, telle la main des Etats-Unis, tracant a
Cuba la voie A suivre, l'y aidant jusqu'A une bonne dis-
tance, avant de la laisser aller seule. Mais Haiti n'avait
plus le premier des Noirs (Toussaint-Louverture) et les
Etats-Unis n'avaient pas encore saisi leur destin6e dans
I'h1 misphire occidental. ,o'.
( Ces paroles 4taient de celles qui, une fois lances,
ne s'arrttent plus : elles ont des ailes, et le souffle du
temps les emporte avec soi. n (0). Nos 14gislateurs en
front leur profit quand ils devront s'incliner devant
le sort brutal.


(19) Firmin (A.), M. Roosevelt et la rdpublique d'Haiti, p. 291.
(20) Sorel, L'Europe et la Rdvolution frangaise, 1885, I, p. 319.



















CHAPITRE III


TENTATIVES DE CONTROL FINANCIER AVANT 1915




Les Etats-Unis, dans la derniere phase de leur politi-
que etrangere, ont done d6cid6 d'8tre le policies de
l'h6misphere occidental : les Etats turbulents seront
contraints a l'ordre, et leurs affaires interieures gerees
convenablement. Une bonne fraction de notre lite in-
tellectuelle accueille ce dessein. Mais il va falloir le
mettre en application, et la mise en oeuvre va soulever
des difficultis.
DBs 1914, le Gouvernement de Washington prit l'of-
fensive. M. Bailly-Blanchard, ministry pl6nipotentiaire
et envoy extraordinaire des Etats-Unis h Port-au-
Prince, pr6senta a nos gouvernants un project de con-
vention financibre. D'apres ce project, le president des
Etats-Unis avait le droit de nommer un receveur gene-
ral qui, avec les auxiliaires autoris6s par le dit chef
d'Etat, aurait pour mission de percevoir nos recettes
douanieres et de payer les d6penses de l'Etat haitien.
D'autres clauses de ce document enlevaient a nos diri-
geants le droit d'augmenter notre dette publique ou











- 52 -


d'abaisser notre tarif douanier sans l'assentiment du
premier magistrate de la R6publique 4toilbe ()
Ce project fut rejet6 par le Cabinet de Port-au-Prince.
M. Joseph Justin, alors notre secrktaire d'Etat des Re-
lations ext6rieures, de sa propre autorit6, r6digea un
contre-projet qui fut, d'une maniere g4ndrale, la repro-
duction fidMle des propositions du ministry americain.
Le contre-projet de M. Justin n'eut pas un meilleur
sort, il fut aussi repouss. par notre Conseil des secr6-
taires d'Etat. Mais le chef de notre diplomatic nour-
rissait des sentiments pro-americains et croyait, comme
un certain nombre d'Haitiens, que le concours des
agents du Cabinet de Washington a la direction de
l'Administration de notre pays nous permettrait de
resoudre nos difficulties financieres et 6conomiques. II
ne se tint pas pour battu. Comme notre Conseil des
secrtaires d'Etat avait d6cid6 qu'une commission se-
rait form6e pour aller s'entendre A 1'6tranger avec des
capitalistes en vue de prospections minieres, M. Joseph
Justin, toujours de sa propre autorite, notifia, par let-
tre, aux membres de cette commission, d'avoir h se
rendre A Washington pour conclure avec le d6parte-
ment d'Etat une convention financibre. La tInacit6 du
chef de notre diplomatic devait briser sa carriere. L'af-
faire s'6bruita et provoqua une interpellation du s6na-
teur C. Lherisson, qui, dans la stance memorable du
3 decembre 1914, accabla, aux applaudissements d'un
auditoire fr6missant, 1'infortun6 ministry, I'accusant

(i) Rapport de M. L. Borno, 1916, I, p. 33 h 3M.











-53 -


de vouloir aligner l'ind6pendance de notre pays. D6ia-
vou6 par ses colleagues et d6sempar4, M. Joseph Jusiin
ne sut pas se d6fendre et s'6croula sous les hues mena-
cantes d'une salle ivre de colre. Jamais plus Iriste
spectacle ne se deroula au sein de notre Sinat (2. Trou-
blante versatility# de nos hommes politiques Qui eit
pens6, en ce moment-l1, A la vue de cette haute assem-
bl6e toute vibrant d'indignation, que, mrini d'un an
plus lard, ces mAmes senateurs auraieni hbrement vote
le pacte combien plus important de 191) !
Ce premier echec ne va pas arreter le Gouvernement
de Washington, qui va s'y prendre autrcment. En f6-
vrier 1915, une commission, compose de MM Ford
et Smith, arrival dans'les eaux de notre captale, et s'y
adjoignit M. Bailly-Blanchard, ministry plnipoten-
tiaire A Port-au-Prince. Le calme venait d'etre r6tabli
dans le pays, et M. Vilbrun-Guillaume Sam, qui venait
d'Atro Blu president d'Haiti, semblait, par son 6nergie,
pouvoir se maintenir quelque temps aux affaires. La
commission obtint d'abord une audience de M. Ulrick
Duvivier, notre secretaire d'Etat des Relations ext6-
rieures, et essaya de mettre ce dernier au courant de
l'objet de sa mission. Apres les premiers mots, M. Duvi-
vier demand A M. Ford s'il 6tait porteur de lettres
de creance pour le Gouvernement haitien, faisant res-
sortir qu'a d6faut de ces pieces il ne pouvait I'enten-
dre. M. Ford avoua qu'il n'6tait porteur d'aucune let-


(2) V. A oe sujet Le Moniteur du 30 janvier 1916, n" 9, et le
rapport do M. Louis Barno, t. I, 1918, p. 32 a 37.













tre de cr6ance, mais essaya, malgrd tout, de faire valoir
certaines considerations. M. Duvivier tint bon, et la
commission dut se retire sans avoir pu lui faire aucune
communication.
En partant du minister, M. Ford sollicita une entre-
vue avec notre chef d'Etat. Elle lui fut accordde. RWcep-
tion courtoise. LA les commissaires tenterent de met-
tre le president au courant de l'objet de leur visit. Ce
dernier, pour toute rdponse, leur fit comprendre qu'il
no pouvait recevoir aucune communication d'agents
d6pourvus de mandate.
Quelques jours apres, la commission s'embarqua
brusquement A bord d'un navire de guerre qui station-
nait dans la rade de Port-au-Prince. Ainsi se terminal
le deuxieme 4chec du Cabinet de Washington ().
Mais les Nord-Am6ricains, par nature, sont d'une
obstination a toute 6preuve. Ils vont persev6rer. En
effet, le 22 mai 1915, M. Paul Fuller Jr., agent sp6-
cial des Etats-Unis avec pouvoir d'envoy6 extraordi-
naire et ministry plenipotentiaire, remet h M. Duvivier
un pli contenant un project de convention. Mais quel-
que chose nous frappe dans la lettre de M. Fuller : (( A
la signature d'une convention dans la forme en ques-
tion, dit la lettre, il me sera d'un grand, honneur et
plaisir de presenter a Son Excellence le President de
la R6publique d'Haiti la lettre sp6ciale de reconnais-
sance don't je suis porteur. ) Ainsi M. Fuller fait de la
signature d'une convention haitiano-am6ricaine la con-


(3) Rapport de M. Louis Borno, 1918, p. 36.


- 54 -











- 55 -


edition de la reconnaissance du nouveau Gouvernement
par le Cabinet de Washington.
D'autre part, le project de convention pr6sentA par
M. Fuller diffire des precedents en ce que le Gouver-
nement des Etats-Unis s'engage A proteger Haiti con-
tre les puissances 6trangbres et A l'aider h maintenir
l'ordre A 1'int6rieur. Un seul article de ce project Btait
consacr4 A la liquidation des reclamations pecuniaires
des ressortissants ambricains centre I'Etat haitien, et
un autre faisait defense A notre Gouvernement de ceder
le M61e-Saint-Nicolas a aucune nation ftrangere. Le Ca-
binet de Port-au-Prince pr6senta un contre-projet. Et
cette fois c'est A n'y rien comprendre ce fut le
chef de notre diplomatic qui proposal, par l'article 2
de son contre-projet, une clause financiere oi il de-
manda au Gouvernement des Etats-Unis de faciliter
l'entr6e de capitaux dans notre pays et admit I'inter-
vention des preteurs dans le choix du personnel de nos
douanes.
Les negociations Btaient en course quand le Gouver-
nement du president V.-Guillaume Sam fut renvers6.
Le sang coula. Le pr6texte 4tait trouve. Port-au-Prince
et successivement les principles villes de la Republi-
que furent militairement occupies par les forces de
l'infanterie de marine des Etats-Unis.
Un nouveau project de convention cette fois tres
6tendu en -5 articles fut pr4sent6 au Gouvernement
du president Dartiguenave. Tandis que les negociations
se poursuivaient et 4taient sur le point d'aboutir, les
troupes am6ricaines prirent possession de nos doua-












- 56 -


nes. Dans sa proclamation du 2 septembre 191T, le
president Dartiguenave protest centre cette measure.
Notre secretaire d'Etat des Relations ext6rieures fit
aussi des representations a la ligation americaine. Tout
fut vain ().
AprBs de braves n4gociations, les parties purent
se mettre d'accord sur le texte d'une convention qu'el-
les signbrent le 16 septembre 1915. La discussion au
Parlement haitien ne fut pas bien Apre. Certains mem-
bres de nos Chambres avaient voulu apporter quel-
ques modifications A ladite Convention. Mais ce n'4tait
pas possible. I1 s'agissait d'un traits; il fallait done
l'adopter ou le rejeter. Les autorit6s haitiennes, genes
par la presence de militaires strangers dans notre
Administration, r6clamerent instamment son adoption,
( afin, dirent-ils, de normaliser nos rapports avec les
Etats-Unis )) (
Notre Parlement, A une 6crasante majority, ap-
prouva, le 11 novembre 1915, l'ceuvre diplomatique du
Gouvernement.

CONCLUSION. On a dit que la Convention am6ri-
cano-haltienne de 1915 a W6t enfonc&e dans la gorge du
people haitien par les balonnettes de l'infanterie de
marine des Etats-Unis. Nous n'avons pas a appr6cier
la valeur de cette assertion qui s'applique A la dite
Convention consid6ree dans son ensemble. S'agissant


(4) Le Monitsur, 4 sept. 1915, nW 60.
(5) Le Moniteur, 28 oct. 1916, p. -622.











- 57 -


ici de rechercher 1'origine du contr6le de nos finances
par le Gouvernement americain, nous sommes amend
A conclure, en raison des faits que nous avons exposes
plus haut, que ce contr6le a sa source dans la mau-
vaise administration de nos finances avant 1915 et que
son -6tablissement a Wt6 facility dans une large measure
par les idWes qui ont pr6valu dans les deux pays. Certes
le Gouvernement d'Haiti, sans la presence des trou-
pes am6ricaines sur notre sol, n'e6t pas 6t6 peut-6tre
A meme de s'assurer de si t6t le concours de son puis-
sant voisin. Mais le d6sordre stabilis6 dans notre admi-
nistration devait nous conduire logiquement au con-
trl6e financier de notre pays par une nation 6trang&re,
- dans notre cas, par les Etats-Unis. Ce contrble,
en definitive, n'est qu'une revanche de I'arithmitique.















DEUXIEME PARTIES


PORTEE DU CONTROL FINANCIER
DU GOUVERNEMENT
DES ETATS-UNIS D'AMERIQUE
SUR LA REPUBLIQUE D'HAITI




Les pouvoirs de contrOle attributes au Gouvernement
des Etats-Unis d'Am6rique sur les finances haitiennes
sont trbs 4tendus. Pour rendre effective la surveillance
fiscal qui lui income, le d4partement d'Etat aura re-
cours A des interm6diaires, ou agents, qui prendront
une part active a la gestion de nos finances. Ceux-ci
collaboreront A la preparation de notre budget et par-
ticiperont A- son execution. Is veilleront A ce que le
Gouvernement haitien, conformement A ses engage-
ments, ne contract des obligations financibres dispro-
portionnees A ses resources ou sans l'autorisation
prialable du president des Etats-Unis. Is dirigeront les
n6gociations de tout emprunt qui sera reconnu neces-
saire pour restaurer nos finances et d6velopper les for-
ces 6conomiques de notre patrie. Nous les verrons in-
tervenir dans le paiement de notre dette publique. Ils
veilleront A ce que le Gouvernement haitien ne pro-













cede, sans avoir obtenu I'assentiment pr6alable du
president des Etats-Unis, A 1'abaissement de son tarif
douanier. Mais une collaboration si 6troite ne va-t-elle
pas engendrer des conflicts P Ces conflicts, qui les tran-
chera P Quelle sera la nature de la collaboration ameri-
cano-haitienne P Sera-ce une collaboration sur un pied
d'6galit6 ? Le Gouvernement des Etats-Unis imposera-
t-il ses vues h nos dirigeants ?
Pour introduire de la clarte dans le d6veloppement
de notre sujet, nous diviserons cette deuxieme parties
de notre ouvrage en cinq chapitres, qui s'intituleront :
1 Les agents du contr6le amBricain et leurs auxiliai-
res; 20 Le contr61e am6ricain sur le budget; 3 Le con-
tr6le am6ricain sur les emprunts et la dette publique;
40 Restriction aux pouvoirs l1gislatifs de la r6publique
d'Haiti en matiere douanirre; 5 Les garanties et sanc-
tions de la Convention de 1915. Puis, tout en d4ve-
loppant notre sujet, nous nous appliquerons A fire
ressortir si les rapports que les agents du Gouverne-
ment des Etats-Unis entretiennent avec nos dirigeants
sont des rapports bass sur l'6galit6 ou la subordina-
tion.


- 60 -

















CHAPITRE PREMIER


DES AGENTS DU CONTROL AMERICAIN
ET DE LEURS AUXILIAIRES




Quels sont oes agents ? Ce sont le conseiller finan-
cier, le receveur general et le directeur general des
Contributions. Au-dessus d'eux se trouve le haut-com-
missaire amricain.,
Des differences profondes existent dans le mode de
nomination de ces fonctionnaires et dans le choix du
personnel des services qu'ils dirigent. Dans cette ma-
tiere, la collaboration du d6partement d'Etat et de nos
dirigeants est 6troite. Elle a meme engendr6 des contes-
tations que nous exposerons, oe qui nous permettra de
bien d6gager la vraie situation du Cabinet de Washing-
ton vis-A-vis de nos gouvernants. Aussi bien pour la
commodity des explications que nous allons fournir
sur la formation de l'organisme de contr6le amnricain,
nous diviserons ce chapitre en trois paragraphes. Dans
le premier, nous envisagerons : le conseiller financier,
le receveur g6n6ral et ses auxiliaires; dans le second,
nous parlerons du directeur general des Contributions
et ses employs; et enfin, dans le troisieme, nous di-
rons un mot du haut-commissaire americain.











- 62 -


I. Le conseiller financier, le receveur g6n6ral
et ses auxiliaires.

Le conseiller financier, ainsi que le receveur g6ndral
et ses auxiliaires, sont soumis au mine mode de nomi-
nation. Cependant, les conditions pr6vues par la Con-
vention ambrioano-haitienne de 1915 n'ont pas 6te r6a-
lis6es en ce qui concern les auxiliaires du reoeveur
general. Nous voudrions dire aussi un mot sur le trai-
tement qui leur est allou4. C'est pourquoi nous grou-
perons nos observations sous trois rubriques : 1 Le
mode de nomination du conseiller financier et du rece-
veur gdn6ral; 2 Le mode de nomination des auxiliai-
res du receveur g6enral; 30 Le traitement du conseiller
financier, du receveur g4n6ral et de ses auxiliaires.

A. LE MODE DE NOMINATION DU CONSEILLER FINANCIER
ET DU RECEVEUR GENERAL.
L'article 2 de la Convention ambricano-haitienne du
16 septembre 1915 porte : ( Le president d'Haiti nom-
mera, sur la proposition du president des Etats-Unis,
un receveur g6n6ral et tels aides et employs qui se-
ront necessaires pour recouvrer, recevoir et appliquer
tous les droits de douane... Le mmme article 2 in fine
pr6voit que le conseiller financier sera nomm6 suivant
la mgme procedure. Ce texte est clair et pr6cis. Le
president des Etats-Unis d6signe et notre chef. d'Etat
nomme. Il y eut A ce sujet un change de correspon-
dance entire la 16gation am6ricaine a Port-au-Prince et
le d6partement des Relations ext6rieures d'Haiti.











-63 -


Le chef de notre diplomatic s'inquietait sur la tra-
duction francaise des terms anglais (( to appoint ,,
(nommer) et (( to nominate (proposer). Et son inqui6-
tude 6tait justifi6e par le fait qu'en cas de malentendu
au sujet d'une interpretation des clauses du trait le
texte anglais devait pr6valoir (1. Le charge d'affaires
des Etats-Unis le rassura par sa lettre du 24 septem-
bre 1915 (), oii il dit express6ment que le mot anglais
( nominate doit se traduire en francais par proposer
comme candidate. De sorte qu'il est acquis que le role
du president des Etats-Unis se borne A designer le con-
seiller financier, le receveur g4enral et ses aides, le
droit de les nommer restant le privilege du president
d'Haiti.
La brievete de l'article 2 plus haut cite laisse irr-
solues nombre de questions. Quelles sont les condi-
tions requises pour 8tre receveur g6n6ral ? Quelle sera
sa nationality ? Les textes sont muets sur ces questions.
Et le president des Etats-Unis est laiss6 libre d'appr6-
cier les qualit6s du candidate qu'il present A l'agr6-
ment de note chef d'Etat.
Mais le president d'Haiti pourra-t-il refuser le can-
didat propose par le president des Etats-Unis ? A ce
sujet, les rapporteurs de la Commission de la Cham-
bre des repr4setants, charge d'examiner la Conven-
tion ambricano-haitienne de 1915, ont soutenu qu'il ne
pourra pas le faire ad nutum, par caprice (3. I1 est


(1) Rapport Borno, p. 69 et 213.
(2) V. Moniteur, 2 sept. 1916, p. 494.
(3) Moniteur, 2 sept. 1916, p. 491.











-- 6 -


bien certain que le president d'Haiti et c'est une
affaire de bon sens ne manquera jamais dans la pra-
tique de motiver son refus. Mais nous pensions, con-
trairement A l'opinion de MM. les rapporteurs, que si
notre chef d'Etat refusait puriement et simplement,
sans daigner indiquer ses raisons, d'agreer le candidate
propose, le president des Etats-Unis se trouverait entire
deux alternatives : ou bien presenter une autre per-
sonne, on bien laisser la function inoccup6e. Car il n'a
pas les moyens juridiques de forcer la main au pr6si-
dent d'Haiti. Et ces mgmes alternatives subsistent dans
tous les cas oii les deux chefs d'Etat ne s'entendent pas
sur le choix du titulaire des functions vis6es A l'arti-
cle 2. C'est meme le devoir du president d'Haiti de re-
pousser un choix qu'il juge malheureux. I1 doit pren-
dre d'autant plus de precautions pour donner son adhe-
sion que, la nomination une fois definitive, la ques-
tion de la revocation devient tres 6pineuse.
Puisqu'il s'agit de revocation, posons une bonne fois
la question : Le Pr6sident d'Haiti peut-il revoquer les
fonctionnaires pr6vus A l'article 2 de la Convention de
191T, c'est-A-dire le receveur general, le conseiller fi-
nancier ? Les textes sont muets A cet 6gard. Mais il y
a le principle : la revocation ne peut Wtre prononc6e
que par l'autorite qui a fait la nomination. Ce prin-
cipe 6minemment logique est consacr6 par la juris-
prudence franCaise (Cons. d'Et., 21 avril 1893,
Zickel) "). Le President des Etats-Unis n'a, dans l'es-


(4) Hauriou, Droit administration, 1926, p. 277.













piece qui nous occupe, que le prixilge de designer un
candidate A l'agriment du chef d'Etat haitien. Et ce der-
nier rest anti du droit exclusif de nomination et de
revocation.
Cette question de revocation n'est pas une simple
controversy; elle a fait l'objet d'un veritable conflict.
En novembre 1920, le Cabinet de Washington jugea
1'heure venue pour le Gouvernement haitien de con-
tracter sur les marches aniricains un emprunt destiny
a restaurer nos finances. A oet effet, la ligation des
Etats-Unis a Port-au-Prince, dans une note adressee A
notre chef d'Etat, demand que M. John Mc Illhenny,
conseiller financier, fut muni des pouvoirs necessaires
pour mener 1'op6ration A bonne fin (5.
Mais I'honorable conseiller financier avait eu la
mauvaise fortune de froisser le sentiment haitien par
une osrie de measures impopulaires, dont la plus reten-
tissante 6tait le refus de payer au president d'Haiti,
aux secretaires d'Etat et aux conseillers d'Etat, leur
traitement du mois de juillet 6'). Le Cabinet de Port-au-
Prince s'en souvint et declara no pas pauvoir accorder
A M. Mc Illhenny l'autorisation demandee (). I1 pria
le Gouvernement des Etats-Unis de proposer A l'agr6-
ment de note president (( un autre agent plus dispose
A coop6rer avec les membres du Gouvernement hai-
tien ,, 8. C'6tait decr6ter la revocation de l'infortune


(6) Documents diplomatiques, 1921, p. 142.
(6) Ibid., p. 67.
(7) Ibid., p. 153.
(8) Doc. diplom., 1921, p. 238.
Beauvoir











- 66 -


conseiller financier, qui, au fond, n'avait agi que sui-
vant les instructions reCues. Ndanmoins, on s'en prit
A lui.
Devant l'attitude r6solue du chef de notre diplomatic,
le d6partement d'Etat r6sista quelque temps, d4clarant
qu'il avait confiance dans le jugement et 1'int6gritk de
M. Mc Illhenny. Mais il dut ceder et proposer au Gou-
vernement haitien la transaction suivante, qui fut ac-
ceptee : elle consistait, pour le d4partement d'Etat, A
assurer au Gouvernement haitien que le conseiller fi-
nancier se ddmettrait immediatement apres avoir sign
le contract d'emnprunt, si notre Gouvernement consentait
A donner a ce dernier l'autorisation n6cessaire pour
mener les operations de l'emprunt (9)
Ce oonflit fait ressortir que, si en th6orie notre chef
d'Etat nomme et revoque le conseiller financier et le
receveur g6n6ral, dans la pratique il ne peut obtenir
leur diplacement que moyennant le consentement du
Gouveirnement de Washington.

B. NOMINATION DES AIDES ET EMPLOYES DU RECEVEUR
GENERAL.

Les aides et employes du receveur g6n6ral doivent
Atre, aux terms de l'article 2 de la Convention de 1915
que nous avons reproduit plus haut, proposes par le
president des Etats-Unis et nomm6s par le president
d'Haiti. Et, A leur 6gard, nous pourrions nous conten-


(9) Ibid., 1922, p. 122.











- 61 -


ter de fair la mgme observation que nous venons de
produire au sujet du receveur general et du conseiller
financier. Mais la procedure indiqu4e n'a pas &t6 suivie
pour leur nomination. A part le receveur g6n6ral ad-
joint et certain aides americains qui sont choisis par le
president des Etats-Unis et nomm6s par notre chef
d'Etat, nous pouvons dire que les autres auxiliaires
du receveur g6neral sont reorut6s par ce dernier et que
le Gouvernement haitien ignore tout de leur nomi-
nation.
C'est 1i une violation flagrante et inutile de la con-
vention qui lie les deux nations amBrioaines. Le texte
est trop clair pour que l'on insisted sur la flagrance
de cette violation, Et, de plus, on cherche en vain les
raisons pratiques qui ont oblige les agents des Etats-
Unis a s'engager dans cette voie. Serait-ce pour ktre
plus libres d'augmenter a leur gr6 le nombre de leurs
auxiliaires ? Voudnaient-ils ainsi soustraire leurs subor-
dondns a l'action du Gouvernement haitien, qui,
n'ayant pas nomm6, ne pourrait pas revoquer ? Mais
la Convention n'a pas limit le nombre des auxiliaires
du receveur g6n6ral. Ce dernier reste libre d'avoir au-
tant d'employ6s qu'il jug.e ndcessaire au fonctionne-
ment de ses services. Son action h cet effet n'est limi-
t6e que par les 5 p. 100 des recettes douanibres qui lui
sont alloues et qu'il ne peut exceder (art. 6 Conven-
tion 1915). Quant A leur revocation, nous pouvons faire
remarquer que les aides du receveur general, une fois
nommes par le president, pourraient difficilement etre
atteints, car, en fait, ils ne seraient plus a la port6e











-68-


des autorit6s haitiennes, qui ne pourraient pas juger
leur conduite.
Cette question de nomination des aides et employs
du receveur g6neral fut agitee d&s le debut par
M. Borno, secr6taire d'Etat des Relations exterieures
d'Haiti, qui revendiqua pour notre chef d'Etat les pre-
rogatives que lui reconnaisserit l'article 2 de la Conven-
tion et I'Accord du 27 juin 1916, 5e alina (10. Le mi-
nistre ambricain a Port-au-Prince sembla accepter le
principle que les nominations A l'office du receveur gB-
n6ral et dans les douanes de la R6publique () seraient
faites par le president d'Haiti (1). A la grande surprise
de notre secr6taire d'Etat des Relations ext6rieures, le
d6partement d'Etat fit savoir A notre ministry a Was-
hington que (( tous les Iaitiens n4cessaires aux services
des douanes avaient 6t6 choisis et installs ) (u). Cons6-
quence : il n'6tait plus necessaire que ces derniers fus-
sent nommes par le president d'Haiti. Le d6partement
des Relations ext6rieures d'Haiti protest vainement (a1
Ces aides haitiens du receveur g6ndral se trouvent
done places dans une situation qui comported des avan-
tages et des inconv6nients. Disons tout d'abord qu'ils
sont soustraits A I'action ndfaste de la politique. ls


(10) Rapport Borno, p. 214 et 72.
(11) Les services douaniers sont sous la coupe du Receveur.
Est-ce rdgulier ? voir infra : perception des droits de douane,
p. 93.
(12) Rapport de M. Borno, 1918, p. 214.
(13) Lettre du 26 mars 1917, Doc. diplom., p. 216.
(14) Ibid.











- 69 -


sont recrut6s en raison de leurs capacit6s et de leur
morality. ls ont plus de fixite que les employes des
services dirig6s par les autorites haitiennes et sont en-
tour6s des garanties d6sirables pour bien remplir les
devoirs de leur charge.
Malheureusement, ces aides ne sont pas des em-
ployes ('), car ls n'appartiennent pas au cadre perma-
nent de 1'Administration haitienne. Ce sont de simples
auxiliaires. S'ils ne sont point astreints au douzieme
d'entr4e en function et d'augmentation et A la revenue
mensuelle de 1 p. 100, par centre, leur qualitM d'aide
du receveur general ne leur donnera jamais droit A la
pension (Loi 15 fevr. 1923, art. 7, 13 et 21).

C. TRAITEMENT DU CONSEILLER FINANCIER, DU RECEVEUR
GENERAL ET DE SES AIDES.
L'article 5 de la Convention am6ricano-haitienne de
1915, en son premier alin6a, stipule que le traitement
du conseiller financier, du receveur g4enral et de ses
auxiliaires sera d4termin (, par accord pr6alable ,.
Et en execution de cette clause, les pl6nipotentiaires
haitions signaient & Washington, le 27 juin 1916 (~,


(15) La loi haitienne du 23 juillet 1846 distingue entire les
grands fonctionnaires et les employs. Cette distinction repose
sur 1'importance des emplois. L'employd occuperait le dernier
echelon dens la hierarchie administrative. Cependant, le 16gis-
lateur haitien se sert assez frequemment du terme fonctionnaire
pour designer tout individu qui occupe un emploi dans les cadres
permanents d'un service r6gi per I'Etat (V. H. Price, Droit admi-
nistratif haitien, p. 59).
(16) Rapport de M. L. Borno, t. I, 1918, p. 72.













un accord qui accord au conseiller financier, par an,
un traitement de 6.000 dollars et des frais de 4.000 dol-
lars (total 10.000 dollars); au receveur g4n6ral, par an,
un traitement de 5.000 dollars et des frais de 3.500 dol-
lars (total 8.500 dollars); et, enfin, au receveur g6n6-
ral adjoint, par an, un traitement de 4.800 dollars et
des frais de 1.200 dollars (total 6.000 dollars).
On peut se demander pourquoi les signataires de l'ac-
cord qui nous occupe ont-ils ainsi scind4 les valeurs
allou4es A oes fonctionnaires en traitements et frais P
La reponse est fort simple. Elle a sa base dans une
question de hi6rarchie. Le conseiller financier, par
example, est un ( fonctionnaire attach au d6parte-
meat des Finances (1 ). Pourrait-on lui reconnaitre un
traitement plus Blev4 que celui de son chef hierarchi-
que, notre secr6taire d'Etat des Finances, qui ne per-
coit qu'une indemnity annuelle de 6.000 dollars? (Cons-
titution haitienne 1918, art. 88). On a cru ainsi sauver
les apparencos; ce qui peut Atre commentW comme une
marque de d4f6rence. Mais, en fait, il ne rest pas
moins vrai que, tandis que notre secr4taire d'Etat per-
coit du Tresor des emoluments annuels de 6.000 dol-
lars, le conseiller financier on recoit 10.000. La diff6-
rence nous parait assez sensible.
Avons-nous besoin de dire que ces traitements ins-
orits dans l'Accord du 27 juin 1916 ont paru excessifs
aux Haitiens ? Aussi bien, dans son message du 24 jan-
vier 1921 adresse au president des Etats-Unis, notre


(17) Art. 2 Convention de 1915,











- 71 -


chef d'Etat demandait-il, (( en raison de I'exiguiti des
resources d'Haiti, de confier A un soul fonctionnaire
les attributions du conseiller financier et celles du
receveur general aux appointments de 10.000 dollars
par an (18). Cette demand fut agr6e, par le Gouverne-
ment am6ricain, et depuis quelques ann6es le meme
fonctionnaire remplit les attributions du conseiller fi-
nancier et du receveur g6ndral.

*


En ce qui concern les autres aides du receveur gene-
ral, la tAche a Wte moins aiske. Les commissaires hai-
tiens envoys A Washington se sont contents d'obte-
nir dans 1'Accord du 27 juin 1916, 5 al., que les ap-
pointements des autres assistants et employes du rece-
veur g6ndral soient fixes sur la recommendation du pr6-
sident des Etats-Unis, et cela jusqu'A ce qu'un arrange-
ment ulterieur soit intervenu entire les hautes parties
contractantes (19)
Jusqu'ici, aucun arrangement n'est intervenu entire
les deux r6publiques contractantes. Et comme le Gou-
vernement am.ricain s'est toujours abstenu d'observer
I'article 2 de la Convention, en ce qui touche la nomi-
nation des aides du receveur general, il ne pouvait lo-
giquement rechercher l'accord de notre chef d'Etat en
vue de la fixation de leurs traitements.


(18) Doc. diplon., 1921, p. 229.
(19) Rapport de M. L. Borno, 1948, t. I. p. 72.














Le traitement de ces auxiliaires est fix6 d'autorit6
par le receveur general qui pent allouer la valeur qu'il
juge necessaire. Toutefois son action est limitee par
i'article 6 de la Convention de 1915, ainsi concu : (( Les
d6penses du Bureau de la recette, y comprise les allo-
cations et appointments du receveur gnr&al, de ses
auxiliaires et employs et les d6penses et salaires du
conseiller financier ne devront pas depasser 5 p. 100
des recouvrements et recettes provenant des droits de
douane, 4 moins d'une convention entire les deux Gou-
vernements. Le receveur general en fixant d'autorit6
les appointments de ses subordonn&s ne doit pas exo6-
der les valeurs qui lui sont alloubes par ce texte. II
est vrai de dire que jusqu'ici le produit des 5 p. 100 n'a
jamais 6t6 d6pass4. Ainsi les d6penses faites pour les
services relevant du conseiller financier-receveur g6n6-
ral, exercise financier 1927-1928, se sont levies h
1.884.994,88 gourdes, chiffre du rest inf6rieur an
quantum pr6vu qui se montait pour cette annee a plus
de 2.000.000 de gourdes W.

II. Le directeur g6n6ral des Contributions
et ses employs.

Suivant le meme ordre que precedemment, nous en-
visagerons le mode de nomination du directeur gend-
ral des Contributions et de son personnel, et leurs trai-
tements.

(20) Rapport du conseiller-financier-receveur general, p. 100.
La gourde haitienne vaut 1/t" du dohar amdricain.


- 72 -











- 73 -


A. NOMINATION DU 'DIRECTEUR GENERAL
ET DE SES EMPLOYES.

L'administration g6enrale des Contributions crUBe au
d4partement des Finances et placee sous la surveillance
et le contr6le du receveur g6enral n'a pas fait 1'objet
d'un trait ni d'un accord entire les Etats-Unis et notre
pays. Elle est 6tablie de toute piece par une loi hai-
tienne (mn. Et nous pouvons dire qu'en th6orie le pr6si-
dent americain ne joue aucun r6le dans la nomination
des fonctionnaires et employes de ce nouveau service.
Mais, dans la pratique, il en est autrement.
Depuis la creation de la charge de directeur general
des Contributions, elle a toujours ete occupee par un
Am&ricain. Bien entendu, notre president, h qui re-
vient le privilege de nommer aux emplois et functions
publiques ("), peut ne pas connaitre cet Americain. Ce
dernier hli est done propose par le president des Etats-
Unis. Cela nous ramene, en fait, a la procedure pr6vue
par 1'article 2 de la Convention de 1915 pour la nomi-
nation du conseiller financier, du receveur g4n6ral et
de ses aides.
Nous pouvons done conclure qu'en th4orie le pr&si-
dent d'Haiti jouit du privilege exclusif de nommer le
directeur general des Contributions, mais que, dan?
la r6alit6, I'intervention du Gouvernement americain
est neoessaire pour la designation du candidate qui est
oommissionn4 par notre chef d'Etat.

(21) L. 6 juin 1924.
(22) Constitution 1918, art. 75.














Cette procedure est rendue praticable par le fait que
la loi du 6 juin 1924 est muette sur la nationalist, du
titulaire de oette function. Aucune condition special
n'est requise pour sa nomination. II est bien entendu
qu'en th6orie le president d'Haiti peut le revoquer,
comme c'est la coutume chez nous, sans alleguer de mo-
tifs. Mais, dans la pratique, nous croyons que sa revoca-
tion donnerait lieu a autant de difficulties que celle du
receveur g4n6ral .ou du conseiller financier, puisque la
procedure suivie, en fait, pour sa nomination, est la
mmme que celle employee pour les fonctionnaires d6si-
gnes par la Convention de 1915. Notre conviction se
raffermit quand nous pensions que la meme loi du
6 juin 1924 place l'Administration g6nerale des Contri-
butions sous la surveillance et le contr6le du receveur
g6n6ral (art. 1P).
*
*

On pourrait fair les memes observations au sujet
des employes du service des Contributions. Comme le
directeur general, ils sont nommis par le president
d'Haiti. En r4alitA, ils eont choisis par le diTecteur g6-
neral, qui obtient de notre chef d'Etat leur commis-
sion. A la difference des auxiliaires du receveur g6ne-
ral, les employs du service des Contributions appar-
tiennent au cadre permanent de l'Administration hai-
tienne. Ils sont en consequence assujettis & toutes les
obligations des employes publics (retenue 1 p. 100,
douzibme, etc.), et b6neficient de tous les privileges
attaches A leurs emplois (pension, etc.).











- 75 -


B. TRAITEMENT DU DIRECTEUR GENERAL DES
CONTRIBUTIONS ET DE SES EMPLOYES.

Le traitement du directeur general des Contributions
est pr6vu par l'article 1", 36 al., de la loi du 6 juin 1924.
Comme pour le receveur general et le conseiller finan-
cier, les valeurs attributes h ce fonctionnaire se d4com-
posent en un traitement fix6 a 25.000 gourdes et en des
frais 6valu6s A 12.500 gourdes, soit un total de
37.500 gourdes, qui, convertis en dollars a 5/1, don-
nent le chiffre de 7.500 dollars am6ricains par an. Les
emoluments accords au directeur g6enral, come on
le constate, depassent les indemnit6s de notre secr6taire
d'Etat des Finances, A qui notre Constitution alloue
6.000 dollars par an (Const., art. 88).
Quant au personnel, la loi du 6 juin 1924 s'est abste-
nue de determiner son traitement. En effect, elle dispose
en son article 2 que (( les appointments et salaires du
personnel de I'administration gne4rale des Contribu-
tions seront fixes par la loi, apres entente entire le se-
cr6taire d'Etat des Finances et le recoveur g4n6ral dies
Douanes n. En vertu de ce texte, le receveur ge4nral
et notre secr4taire d'Etat des Finances s'entendent sur
la fixation du traitement du personnel de cette nouvelle
administration.
Le personnel de cette Administration, au 30 septem-
bre 1928, oomprenait 156 personnel, don't 3 AmBricains
et 156 Haitiens (1). Et 15 p. 100 des fonds recouvr6s par
oe service sont affects au paiement des appointments

(23) Rapport du Conseiller financier receveur gindral, 1927-
28, p. 78.











76 -

et frais du directeur g6n6ral et de son personnel, des
d6penses du bureau et des frais de voyage, d'inspection
et de dpplacement (art. 3, loi 6 juin 1924). Pour l'exer-
cice financier 1927-1928, les d4penses de l'Adminis-
tration g4n4rale des Contributions se sont levees A
462.010.33 gourdes. Ainsi les 15 p. 100, qui se montent
h 636.243.01 gourdes, n'ont pas U6t entierement uti-
lis6s (2)
III. Le haut-commissaire.

Nous venons d'indiquer, dans un rapide apercu, les
agents du contr6le am6ricain, leurs modes de nomina-
tion et leurs traitements. Mais le lecteur n'aurait point
une id6e precise de cet organism de contr6le si nous
laissions dans l'ombre le principal animateur : le haut-
commissaire. Pendant quelques ann4es, comme du reste
vous aurez I'occasion de le constater dans les conflicts
qui ont 6clat6 entire le Gouvernement haitien et les
fonctionnaires du TraitW de 1915, c'est le ministry ou
le charge d'affaires am6ricain & Port-au-Prince qui in-
tervenait toujours. Le haut-commissariat est une cr6a-
tion r4cente.
Le haut-commissaire est nomm6 exclusivement par
le Gouvernement americain. Il siege ainsi que son per.
sonnel A la ligation des Etats-Unis A Port-au-Prince. A
la difference des hauts-commissaires de certain pro-
tectorats (2), il est un fonctionnaire essentiellement
americain et n'6marge point au budget de l'Etat hai-
tien.

(24) Ibid., p. 140.
(25) Colomb (Jean), Le regime financier du Maroc, p. 269,
















CHAPITRE II


LE CONTROL AMERICAIN SUR LE BUDGET




Une 4tude complete du budget comprend sa prepara-
tion, son vote et son execution. Mais son vote, etant
l'ceuvre exclusive du Corps 14gislatif haitien, ne peut
etre incorporc dans cet ouvrage. Car notre but est de
rechercher et de mettre en evidence seulement toutes
les branches de l'activith financibre du pays of I'action
am"ricaine s'affirme afin de pouvoir mesurer cette
action.
Mais si le vote du budget 6chappe au control am6-
ricain, nous constatons an contraire que sa pr6para-
tion et son execution unissent les agents du Cabinet
de Washington et nos gouvernants dans une collabo-
ration tres &troite. Quelle sera, dans ces cas, l'6tendue
des pouvoirs des -fonctionnaires ambricains ? Quele
sera la nature de cette collaboration ambricano-hai-
tienne ? Sera-ce une collaboration sur un pied d'6ga-
lit6 ? Notre Gouvernement ne va-t-il pas etre contraint
d'agir sous l'empire d'une force commandant ?
Malheureusement, les faits 6tabliront que l'6galit6 a 6t6
fort souvent jugul6e dans les rapports des repr4sentants
des Etats-Unis et des autorites haitiennes et que notre
Gouvernement a df, en maintes circonstances, se sou-














mettre, non sans opposer une vive resistance, aux vues
des agents ambricains. Mais n'anticipons pas.
Avant d'entrer dans le vif de notre sujet, oi nous
nous appliquerons A degager les bornes du contr6le des
Etats-Unis sur notre budget, nous diviserons ce chapi-
tre en deux sections. Dans la premiere section, nous
indiquerons le r61e des agents am6ricains dans la pre-
paration du budget et, dans la deuxieme section, nous
les montrerons participant A son execution. Puis, au fur
et A measure de nos developpaments, nous exposerons
les diff6rents conflicts qui se sont products, en ayant
soin de les situer dlans le domain o i Us ont pris nais-
sance.
SECTION PREMIERE
Preparation du budget.

Chez nous, chaque secr6taire d'Etat prepare le bud-
get de son department. Et, comme en France, le secr6-
taire d'Etat des Finances (( centralise ces budgets et y
ajoute celui des recettes pour complete le budget g4nd-
ral (1). Pour accomplir ce travail, il est done en rap-
port constant avec ses collgues des autres d6parte-
ments minist6riels. Mais la Convention de 1915 a place
a c6ti de lui le conseiller financier, qui I'aide dans l'ac-
complissement de cette tAche. II devient done int6res-
sant d'indiquer : 10 La situation du conseiller financier
vis-A-vis de notre secr6taire d'Etat des Finances; 20 La
situation du conseiller financier vis-a-vis des autres se-
cretaires d'Etat. Puis nous exposerons en troisieme lieu


(1) Arrt prbsidentiel, 10 dic. 1924.


- 18 -













le conflict qui 6clata au sujet du budget 1918-1919, ce
qui nous permettra de degager, en 1'espoe, les vrais
rapports des agents am4ricains avec nos gouvernants.
Et puisqu'il est ici question de preparation de budget
oii il s'agit de mettre en ligne de compete les resources
du pays, nous consacrerons un quatrieme paragraphe
au rl6e du conseiller financier dans 1'augmentation des
resources d'Haiti.


I. Situation du conseiller financier
vis-a-vis du secr6taire d'Etat des Finances.

Parmi ses multiples attributions le conseiller finan-
cier compete la mission important (( d'aider A 1'aug-
mentation des revenues d'Haiti et a leur ajustement aux
defenses (Convention 191t, art. 2, 2e al.). Sa tAche
est done precise. II doit aider notre secr6taire d'Etat
des Finances a 6quilibrer le budget.
Nous devons reconnaitre qu'il est bien plac6 pour
remplir son r6le de collaborateur. Car il a A ses c6tes
le receveur general qui percoit toutes les recettes de
l'Etat et qui tient entire ses doigts le pouls de notre
pays. I1 pout done tirer de ce fonctionnaire tous les
renseignements nocessaires pour lui permettre de pr-
senter A notre secr6taire d'Etat des Finances une base
slide pour 1'&valuation des recettes. Depuis qu'on a
place sur une meme tote les functions de receveur gene-
ral et de conseiller financier, ce dernier n'a plus qu'A
s'adresser A hui-mgme pour avoir les informations you-
lues.


- 19 -











-80-


L'estimation des recettes, qui permettra la r6parti-
tion des fonds entire les diff6rents d6partements minis-
t6riels, est, en fait, du resort du conseiller financier.
Il est bien certain que notre secr6taire d'Etat des Finan-
ces n'est pas oblige d'accepter 1'4valuation pr6sentee
par ce fonctionnaire, qui n'a pas qualitA, en droit, pour
imposer ses chiffres. Mais nous verrons plus loin, dans
le conflict au sujet de la preparation du budget 1918-
1919, que le conseiller financier remit au Gouverne-
ment haitien une evaluation en bloc que celui-ci dut
accepter 2).
L'6valuation des recettes 4tant 4tablie par le conseil-
ler financier, nous allons le voir maintenant se dresser
en face de nos secr6taires d'Etat, y oompris oelui des
Finances, quand il s'agira ( d'ajuster les recettes aux
d4penses ,, c'est-A-dire d'alliouer A chaque secr6taire
d'Etat les valours necessaires au fonctionnement de son
service.

II. Situation du conseiller financier
vis-a-vis de nos secr6taires d'Etat.

Les demands de credit sont adressies au secretaire
d'Etat des finances. Mais en r6alite nos secr6taires
d'Etat sont forces, en ce cas, de se mettre d'accord avec
le conseiller financier. Et la question se pose : le con-
seiller financier a-t-il le droit de resister A une demand
de credit pr6sentee par les chefs de nos d6partements
minist6riels P Nous r6pondons : (( Aucun texte n'ac-
corde pareil pouvoir A ce fonctionnaire. ,


(2) Doc. diplom., 1921, p. 33.











- 81 -


Mais, dans la pratique, il peut refuser de fire droit
' une demand de credit de nos secretaires d'Etat. El
il a suffisamment de pouvoir. pour rendre son refus
effectif. C'est que le simple conseiller financier de la
Convention de 1915 a vu ses pouvoirs s'augmenter dans
la suite. L'accord du 3 d&cembre 1918 1'a arm6 du visa
(infra, p. 124), et fait de lui un controleur tout-puissant
des d6penses publiques. Nos secretaires d'Etat peuvent
done so rebeller centre son refus et fire voter par le
Corps 14gislatif les credits sollicitis. Peine perdue. Leurs
efforts viendront se briser centre le veto du conseiller
financier, qui pourra s'opposer avec success aux preten-
tions de nos dirigeants.
Comme vous le voyez, la mission divolue au conseil-
ler financier d'aider a equilibrer notre budget, jointe A
ses functions de receveur gen ral et de controleur des
d6penses publiques, lui assure une pr6ponderance r6elle
et une autorit6 effective vis-a-vis de nos secritaires
d'Etat.
Dans ces conditions, notre budget ne se prepare pas
toujours dans le calme. C'est du reste ce que vient d4-
montrer le conflict suivant.


III. Conflit au sujet de la pr6paration-
du budget de 1918-1919 (3).

D'apres notre Constitution, le budget doit ktre sou-
mis au Corps 16gislatif, par le secr6taire d'Etat des Fi-


(3) Doc. diploma 1921, p. 31 & 60.


Beauvoir











- 82


nuances, au plus tard dans les huit jours de l'ouverture
de la session 14gislative (art. 11t). Or, cette session
venait de s'ouvrir le 1"e juillet 1918 () et le Conseil
d'Etat, qui, chez nous, exerce temporairement le pou-
voir 16gislatif (Constitution de 1918, art. C) attendait
que le Gouvernement lui transmit le budget pour l'an-
n&e financire 1918-1919.
A sa grande surprise, le d6lai de huitaine s'ecoula
sans que 'Executif lui fit la moindre communication a
ce sujet. Un mois, deux mois s'.coulbrent dans l'at-
tente. Les trois mois de session venaient A l'expiration
et I'on se demandait s'il fallait prolonger la session.
M. A. T. Ruan, conseiller financier, don't les recom-
mandations sont necessaires dans la preparation du
budget, sejournait a Washington et ne s'inquietait pas
de rejoindre son poste. Les autoritis haitiennes, pour
qui d'ailleurs I'absenoe prolonged de M. Ruan est res-
tde une inigme, usaient de tous les moyens pour pres-
ser le retour de ce fonctionnaire, se plaignant tant6t
h M. Bailly-Blanchard, minnistre americain A Port-au-
Prince, tant6t A M. J.-J. Maumus, receveur general.
Enfin M. Ruan consentit A revenir en Haiti sur la de-
mande instant de notre ministry a Washington (). Si
obtenir le retour du conseiller financier fut un succes
aux yeux du Gouvernement haitien, nous allons voir
que ce dernier n'eut pas l'occasion de s'en rejouir.
En effet, M. Ruan, ayant regagne Port-au-Prince le
11 septembre 1918, recut en communication, peu de

(4) Doc. diploma 1921. p. 42.
(5) Ibid., p. 43.












- 83 -


jours apres, le budget et les projects de loi de finances
prlpards par nos dirigeants. 11 placa soigneusement
cette paperasse tout au fond de son tiroir. Et, par sa
lettre du 12 octobre, alors que le no0uvel -xercice
avait commence depuis le '.r, il remit au secretaire
d'Etat des Finances <, pour :ire rotes tels quels et sans
modification d'aucune sorte : 1 I'ne note compor-
tant une evaluation en bloc des recettes des douanes
et des reoettes diverse et une indication des sommes
que le conseiller financier, sans aucun examen preala-
ble avec le secr6taire d'Etat des Finances, assignait, de
sa souveraine autorit4, i chaque d4partement ministW-
riel, pour les depenses du nouvel exercise; 2" Deux
projects de. loi des finances fixant les recettes et les d-
penses de l'Etat, et par lesquels M. le conseiller finan-
cier se donnait des attributions excedant de beaucoup
celles que lui reconnait la Convention du ti septenm-
bre 1915('6)
Remarquons que M. Ruan fixe et impose les valeurs
qu'il attribue en bloc a chaque ministry: il rMdige et
impose le texte de la loi des finances. Le Gouverne-
ment haitien, comme bien vous le pensez, ne pouvait
pas accepter sans mot dire cet ultimatum d'un nou-
veau genre. Le conseiller financier se dispensait de
< coop6rer n avec nos dirigeants A 6quilibrer le budget;
il 1'6quilibrait tout seul.
A agir ainsi, il y avait quelques inconv6nients, no-


(6) Doc. diploma 1921, p. 43.











-84 -


tamment celui de se tromper. Un pointage minutieux
A l'office du receveur g6n6ral dicela l'inexactitude des
chiffres que M. Ruan pretendait bass sur les d6penses
du dernier exercise. A c6te des erreurs, il y avait des
omissions. Mais oii trouver le conseiller pour pr6sen-
ter des objections ? Notre secr4taire d'Etat des Finan-
ces 1'invita A une conference : M. Ruan s'y deroba. D6-
cid6ment, les r6les sont renverses.
Les chefs de nos d6partements minist6riels durent se
mettre A la tAche pour ramener le budget dans le cadre
des chiffres fix6s par le conseiller financier. Le travail
6tait pinible et riclamait du temps.
M. Ruan se montra impatient et, dans sa lettre du
30 octobre 1918 adress6e au secretaire d'Etat des Finan-
ces, il demand que notre Gouvernement fit voter le
budget avant la cloture de la session 16gislative, qui
devait avoir lieu le lendemain. Il y avait impossibility
mattrielle de donner satisfaction h cette requite, car le
budget est divis6 en chapitres et doit 8tre vote par arti-
cle (Constitution, art. 114); le Gouvernement haitien
dut se r6server le soin, quand le travail serait achev6,
de convoquer A nouveau le Conseil d'Etat pour la sanc-
tion 14gislative. A la v6rit6, il mettait de la mauvaise
volont6 a avancer sous la pouss6e du conseiller finan-
cier.
Les hoses en 6taient A ce point, quand le colonel
John H. Russell, commandant des forces am4ricaines
en Haiti, crut utile d'intervenir dans le debat pour ap-
puyer les pr6tentions de M. Ruan. Au debut de novem-
bre 1918, ce militaire pass l'ordre A la Banque Natio-











- 85 -


nale de la R6publique d'Haiti ,( en vertu des pouvoirs
don't il 6tait invest sous I'autorit6 de la loi martial ,
de ne pas se dessaisir des valeurs qu'elle dBtenait pour
l'Etat haitien sans un ordre 4crit 6man6 de lui. Puis,
ayant immobilis6 les fonds de notre Gouvernement, il
6crivit A notre chef d'Etat pour l'infoirmer des instruc-
tions qu'il venait de donner a la Banque Nationale; il
1'invita en outre A acc6der aux vues du conseiller finan-
cier et a accorder A ce dernier le pouvoir de contr6ler
les dppenses publiques ()
Sous une telle pression, notre Gouvernement pro-
testa, puis c6da. Le success se range du c6te de la force.
Ce conflict met en relief les procedes employes al
l'6gard de nos dirigeants par le conseiller financier
pour obtenir le vote du budget et aussi le visa de tout
mandate emis par notre secr4taire d'Etat des Finances.
Nous verr6ns plus loin (p. 124), les details sur l'ori-
gine de ce visa. Ici, nous retenons seulement les faits
qui indiquent la conception de M. A. T. Ruan de la
collaboration haltiano-americaine en ce qui touche la
preparation et le vote de notre budget.
Nous n'avons pas l'intention d'6riger en regle inva-
riable la ligne de conduite suivie par M. Ruan dans ce
conflict. Mais les faits decelent 1'4tat d'esprit d'un con-
seiller financier hautain et distant, qui, non content
d'avoir refuse l'aum6ne d'un entretien A notre secri-
taire d'Etat des Finances, fait appel A la force pour im-
poser aux titulaires de nos dMpartements minist6riels


(7) Doc. diplom., 1921, p. 45.











- 86 -


des allocations budg6taires a son grd. Pourquoi ? Afin
d'eviter sans doute d'accomplir sa tAche principal, qui
est d'accepter la discussion sur toutes les measures qu'il
propose A nos gouvernants.
Heureusement que cet Rtat d'esprit vraiment deplora-
ble s'est amilior6 dans la suite.


IV. R61e du conseiller financier concernant
I'augmentation des resources d'Haiti.

Le Gouvernement haitien reste libre d'augmenter A
sa convenance ses resources soit en relevant les imp6ts
existants, soit en en crdant de nouveaux. Aucun texte
positif ne porte atteinte A cette prerogative.
Nous pourrions done passer A pieds joints sur ce cha-
pitre si nous n'avions A presenter quelques observa-
tions sur le role que la Convention americano-haitienne
de 191P attribue au conseiller financier en la matiere.
L'article 2 de la Convention, en son deuxieme alinea,
place au nombre des tAches de oe fonctionnaire celle
d'aider a l'augmentation des resources d'Haiti. Et,
plus loin, l'article 9 in fine fait l'obligation A notre
Gouvernement (will cooperate) (( de cooperer avec le
conseiller financier dans ses recommendations relatives
aux sources nouvelles de revenues qui font besoin )).
Ainsi la sphere d'action du conseiller financier, en la
matiere, est bien plus vaste que celle du president des
Etats-Unis dans la diminution de nos resources. Car le
veto de celui-ci ne peut s'exercer que sur nos res-
soturces douanieres et seulement en ce qui concern











- 87 -


leur diminution, tandis que les recommendations de cc
lui-1a portent sur l'augmentation de toutes les sources
de revenues de notre pays. Toutefois les decisions de
ces deux fonctionnaires n'ont pas le mime poids, car
le veto du president des Etats-Unis est absolu. Mais
quell est la vraie valeur des recommendations du con-
seiller financier ? Ces recommendations, notre Gouver-
nement est-il oblige de les accueillir ou peut-il les re-
jeter ? Et, pour employer un mot qui a fait fortune
dans le language diplomatique am6ricano-haitien, sur
quelle base se r6alise cette cooperation du Gouver-
nement haltien et du conseiller financier ?
Ia question de la valeur des recommendations fai-
tes par le conseiller financier varie suivant qu'on la
consider au point de vue theorique ou au point de vue
pratique.
*


En theorie, le conseiller financier n'est qu'un fonc-
tionnaire attache notre department des Finances
(Convention 1915, art. 2, 2e al.). Logiquement. ses vues
ne sauraient prevaloir sur celles de son chef hi6rarchi-
que, qui est notre secretaire d'Etat des Finances. Le
conseiller financier fait un travail special, technique.
c'est un expert en quelque sorte. II cclaire les deux
Gouvernements. (8. Cette opinion est conform A l'es-


(8) Le Moniteur, 21 oct. 1916, p. 611, Rapport de la Commis-
sion de la Chambre des deput6s.












- 88 -


prit et A la lettre de l'acte diplomatique du 16 septem-
bre 1915. S'agissant de prendre des measures aussi im-
portantes que celle d'augmenter les charges fiscales de
la nation, le conseiller financier sera entendu. Ses avis
seront 4cout6s, pes4s, mais ne lie-ront pas le Gouver-
nement haltien, qui reste libre de les approuver ou de
les rejeter, suivant qu'il les jugera favorables ou con-
traires a ses intirets. Car c'est aux dirigeants indige-
nes qu'il revient en derniere analyse de rechercher le
bien-Atre de leurs subordonn4s et ils ne doivent se ser-
vir des lumieres d'un fonctionnaire strangerr que pour
atteindre cette fin. Le dernier mot, dans une decision
qui aurait pour but I'augmentation de nos charges fis-
cales, doit rester A notre Gouvernement.
Notre secr6taire d'Etat des Relations exterieures a
mime tent de definir les rapports de nos dirigeants
avec le Conseiller financier : < En franCais, dit-il dans
sa note du 28 aofit 1920, cooper signifie travailler
ensemble pour la realisation d'une oeuvre commune,
de telle maniere que cette oeuvre soit le r6sultat des
idWes et de l'exp6rience de tous ceux qui y ont parti-
cip4. (). Ainsi cette definition impliquait la partici-
pation du G.ouvernement haitien a toutes les measures
interessant le bien-8tre de notre pays. (( Cooprer ) ne
pouvait pas avoir un sens different en anglais. Aussi,
M. Welles, chef de la division des Affaires latino-ameri-
caines, fut-il force d'avouer a notre charge d'affaires
ad interim (< que le d4partement d'Etat etait absolu-


(9) Doc. diploma 1921, p. 84.












- 89 -


ment d'accord avec le Gouvernement haitien sur le sens
(d mot ooopration (10).
Le Cabinet de Washington ne pouvait pas admettre
une these contraire, car accorder plus de pouvoirs au
conseiller financier serait violer 1'esprit et la lettre de
l'instrument diplomatique de 1915. Ce serait faire de
ce fonctionnaire, non plus un attache du department
des Finances, mais un personnage plus puissant que
nos ministres et appeld a leur imposer une ligne de
conduite.
Pour r6sumer le r6le du conseiller financier, nous
dirons qu'il participe avec notre Gouvernement A 1'61a-
boration de toutes les measures concernant l'augmenta-
tion des resources de notre pays, mais que ses ( recom-
mandations ne lient point nos dirigeants. En un mot,
il n'est que l'inspirateur de note 14gislation financiere.


*
**


Mais. dans la pratique, le conseiller financier n'est
pas toujours rested, semble-t-il, dans les limits de ses
attributions. De la des plaintes ambres chez nos diri-
geants. Ecoutez le chef de notre diplomatic : ( Le Gou-
ve.rnement a conscience d'avoir, en toutes circonstan-
ces, montr6 sa bonne volonte et son desir qui est
all quelquefois jusqu'au sacrifice de collaborer avec
les fonctionnaires am6ricains. 11 a beaucoup travaill,


(10) Doc. diploma 1921, p. 98.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs