• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Dédicace
 Le gouvernement Haitien
 Pour les... politiciens
 Postface
 Piéces annexes
 Lettre
 Note
 Jugements
 Opinion de M. Marcelin sur l'Article...
 Suite jugements
 Errata






Group Title: Le gouvernment haitien, la Banque nationale d'Haiti et nos dÉlÉguÉs
Title: Le gouvernement haitien
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074019/00001
 Material Information
Title: Le gouvernement haitien
Physical Description: 143 p. : ; 25cm.
Language: French
Creator: Dautant, Caius
Publisher: J. Verrollot
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 1910
Edition: 2ième éd.
 Subjects
Subject: Finance -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par C. Dautant (J. suis) (Décembre 1908)
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074019
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000135110
oclc - 23158011
notis - AAQ1164

Table of Contents
    Title Page
        Page 1
        Page 2
        Page 143
    Dédicace
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
    Le gouvernement Haitien
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
    Pour les... politiciens
        Page 64
    Postface
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
    Piéces annexes
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
    Lettre
        Page 84
    Note
        Page 85
        Page 86
        Page 87
    Jugements
        Page 88
        Page 89
        Page 90
    Opinion de M. Marcelin sur l'Article 23 du contrat de la banque "avant" la publication de mon article ci-devant dans "l'Actualité"
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
    Suite jugements
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
    Errata
        Page 141
        Page 142
Full Text




LE GOUVERNEMENT

'HAITIEN


LA BANQUE NATIONAL D'IIAITI
ET


NOS DELEGUES
PAR
C. DAUTANT ( J. SUIS).
(DICEMBRE 1908. )


DeuxiBme Edition


iPORT-AU-PRINCE

Inprimerie J. VERROLLOT, 78, Rue du Peuple, 78.
1910.








143 -

Pages. //
S61- 14e ligne, au lieu de ccreeD, lisez: cWe'
S62- 25e ligne,avantle mot (transfererasp, mettez
virgule au lieu point-et-virgule.
< 70- l'r alinea, 3* ligne, au lieu de esus indiquaes
lisez; sus-tndiquds
72- 2e alinea, le ligne, au lieu de ddvinde, lisez;
devine..
9 79- 3e alinea, 3e ligne, au lieu de ($ttermoie-
meut, lisez; ftermoiement.
9 80- 1or alinea, Ire ligne, au lieu de ( a la loyaute),
Slisez: d la loyautd.
9 91- 3' alinea, 3e ligne, au lieu de si la justices,
lisez: si justice.
9 93- derniere ligne, au lieu de (( ne 'on jamaisp,
lisez: ne l'ont jamais.
0 98- 9e line, au lieu de (*articles d'importations),
lisez: articles d'importation.
a do- 12e ligne, au lieu de flicentiau, lisez licencia.
( 99- 3e alinea, 8e ligne, au lieu de (exhorbitantes),
lisez: cxorbitantes.
c 100- 2e alin6a, au lieu de a 500(A, lisez: d
500.000.
a 102- 4e alinea, 5e ligne,au lieu de a6o/o d'interets),
lisez: ou 6 o/o d'intdrdts.
(( 106- 3e alin6a, 2e ligne, au lieu de ea lui, a Lila-
lavois, lisez: d lui, Lilavois.
c 100- Dernier alin6a, 6e ligne, au lieu de abandD
lisez : abandonne.)
< 61- 17e ligne, au lieu de (elle dchappe A notre
Legislation), lisez: elle n'dchappe pas d notre
Legislation.


=zV c~--~
















D DICACE


Je d6die cette brochure

Au G6enral ANTOINE SIMON, President de la R6publique
d'Haiti,

A Monsieur PAULIN, President du Senat

et
A Monsieur GERSON DESROSIER, President de la Chambre
d'es Deput6s.

En placant vos noms a la ttte de ce livre, j'ose esp6ter
que vous verrez dans quel but je l'ai fait, et sous quell
impression j'ai 6crit.
Je souhaite que vous m'approuviez et fassiez triompher
le regime mon6taire capable de nous sauver encore.
Je vous demand humblement la permission de rappeler
A votre memoire que nous n'avions accord tant et de si
grands privileges a la Banque qne sous la condition ex-
presse, relateedans son contract, qu'elle dtli nous faire en-
trer dans I'Union Mon6taire Latine.
La Banque, comme vous le savez, a, en se fondant, ra-
tr6ci, sije puis m'exprimer ainsi, la port6e pratique de la
Convention de 1880, en deca de son texte ; lui a fait subir,
A cette convention, une restriction de la plus haute im-
portance, en mettant de cote DBL1BEREM Nr le principle









-4-


exprimd, reconnu, qui se trouve A la base du Contrat
mondtaire, c'est-a-dire le principle di double etalon fran-
cais
Elle a debute, non pas par du papier-monnaie : ce se-
rait peu, mais par de la fausse monnaie, (1) c'est-A-dire
par une unite mon6taire reposant sur uii mital avili, le
metal blanc, et ne pouvant, par consequent, servir de
monnaie principal a plein- valeur. Sei billets avaient cir-
cued, dans le temps, a course l6gal et A course force ; a
course legal, parce que tout le monde 6tait force de les ac-
cepter; A course force, parce que leur couverture m6talli-
que ne correspondait pas, 6tait inferieure A la GOURDE
pr6vue dans le contract, laquelle devait avoir la valeur,
c'est-A-dire le pouvoir d'achat de la piece de 5 francs fran-
caise.
Quant A la monnaie d'or, la Banque ne nous I'a pas
donn6e, come ledit clairement une lettre du 31 Mai 1881,
du president de cet Etablissement, Mr LEHIDEUX, parce
que : 1 ((< elle n'est appelde d rendre aucun service dans l'lle
9 OiU ELLE NE POURRAIT RESTER ; (2)
20 qu'elle a etd privue dana la Loi Monetaire POUR NE PAS
( EXCLURE LA PIECE D'OR D'UN SYSTEIME ique le Gouverne-
m ment DEVAIT PRESENTER COMPLETE DEVANT LES CHAM-
c BRES. ) (3)

(1) La monnaie frapp6e par la Banque e.4881 A 1895.
(2) L'or qui n'est appelee a rendre aucun service dans I ile.... ..........
c'est tellement lecoatraire de la verit6 que la Banque demand la conver-
sion en or du Pr6t Statut Lire, et qu'elle n'a jamais prAt6 au Gouvernement
d'Haiti, et surtout du te:nps d'Hyppolite, que des billets remboursables on
Or, A tant pour cent le mois. Je ne dis que ga, ne voulant entrer dans aucu-
ne question 6conornique pour le moment.
(3) Done le Gouvernement S'ETAIT ENTENDU ? avec la Banque pour
tromper le people, les Chambres L6gislatives, sur un syst6me complet........
sur le paper, dans le Moaiteur, ET QUI NE DEVAIT PAS ETRE conplet dans la











Tout accord avecla Soci6tL anonyme du 66 de la Chaus-
sde-d'Antin qui ne reposerait pas sur l'6talon d'or serait
VAIN, et le prohl6me de la Banque resterait toujours ou-
vert pour les generations A venir, car la depreciation de
l'argent affected serieusement, profondement, dans les Etats
qui se servent de l'argent, le pouvoir d'acheter les pro-
duits des pays A talon unique ou a double talon ; con-
duit, comme c'est le case Haiti, A AUGEMENTER SANS CES-
SE LES IMPOTS, tout en restreignant le commerce qui se faith
sur les marchandises des pays don't je viens de parler,
c'est-A-dire a talon d'or.
Je crois avoir fait oeuvre patriotique en 6crivant cette
brochure. et que le ou les Delegues, en cas qu'il y en ait,
agiront, pourfaire quelque chose de serieux et de durable,
dans le sens que j'ai dit.
Le temps n'est pas aux phrases, aux sentimentality :
il faut venir avec des faits et des idees pratiques pour ai-
der le Gouvernement. Peu de discours ,mais la volontd
appuyde sur le savoir et guide par le patriotism.

Port-au-Prince, le 29 Mai 1910,

C. DAUTANT ( J. Suis )

pratique: quelle r6v6lation pour la m6moire du Ministre des finances de 1880
Les mauvais actes ne restent jamais caches.

















< Et je ne me croirais pas d6lid de tout serment tacite envers
des gens don't j'ai.eu tant a me plaind&e Et il se trouve des voix
qui me reprochent d'avoir icrit !

LIAUTAUD ETHEART.

SDIEU parlera de sa grande voix qui est a redouter et qui faith
trembler, bien qu'on ne l'entende plus ; et les actes de votre admi-
nistrationseront examines et pes6s la balance de la Raison et de la
Justice qui condarnent toujours les contracts leonins. o( )

LIAUTAUD ETHEART.

SLe Directeur ou un EmployC quelconque d'une entreprise fi-
nanciere ou autres, ne sont lies A cette entreprise qu'autant qu'ils
y sont on qu'ils en touchent une PENSION : homee loue ses ser-
vices, mais jamais son ame de citoyen, son patriotism. 2 ( 2 )

C. DAUTANT ( J. Suis)



(1) Ce qui se veriflera paa les travaux de la Commission de la Banque.
(2) Lors du licenciement, en Mai 1906, d'une parties du personnel de la
Banque, j'avais cat6goriquement refuse son offre au Directeur de la Banque,
Mr Van Wijck, d'obtenir pour moi du Siege Social une pension de trente
dollars or americain par mois, pendant quatre ans.
En acceptant cette pension, je serais l'oblige de la Banque et par conse-
quent son defenseur malgre moi -- comme certain malins qui execrent cette
Institution do tcependant il se constituent les espions acharnes pour une... pi.
stance.








LE GOUVERNEMENT HAITIEN

-La Banq[ue r1Tationale d' 1-Tati
ET

NOS DELEGUES



a II doit y avoir quelque part, dans notre pays, un H'Vi-
a tien, 6pris de v6rit6 et de bon sens.... Son Ame clairvo-
c yante ne contemple pas sans doulear ce convoi qii, ron-
< dement, mene d la culbute supreme les finances haitieinti's
K et note autonomie.
( Puisse-t-il, cet Haitien, dchappant au. tarctiqu.-, utn
a complaisances, aux pieges, entire le JoYEUX CORTEGE et
u la FOSSE, se dresser a temps! Qu'il soit PRESIDENT on
a MINISTRE, il n'aura pas assez'du cordial le plus vigou-
< reux pour ranimer la quasi-morte et inspire cou:liance
( dans son retablissement, car, h6las est la codiiAnce
<( qui manque.
( D'avoir prevu cette debacle, d'avoir essay de l'empn-
cher, d'avoir r6sistd a l'ordonnateur des pompes fune-
a bres qui, a cette dpoque, etait noire parrlementarisine
o (aujourd'ui, il n'en est pasdemime: dans cesteeple-chase,
K c'est le CABINET qui parait tenir le record ), me donne
:r le droit, si faible soit-il, de souhaiter cette resurrec-
< tion. ( 1 )
< Queces pages aillent donc& l'inconnu qui, ininistre on -
< president, fera trionpher les doctrines economiques qu6-
peuvent encore nous sauver. (F. MARCELIN) ( 2 ) )

c Le grondement des canons ayant cess6, et les echos de
< la guerre de I'Artibonite finissant de mourir dans toute

S() Sous HyppolitF et sous Sam les ordonnateurs des pompes funtbes
6taient le parlementarisime et le Cabinet; mais qui done etait cet ordonnateur
sous le Gal Nord.7
(2) Les mots soulign6s 1'ont W6t par moi.








- '*0 -


a I'lle, petit A petitcomme un orange qui s'en va, lentenent,
c dans le lointain, nous reprenons la plume, non avec la
a pr6tention d'etre 1'inconnu reve -- puisque I'auteur vent
a qu'il soit PHASIDENT on MINISTRE,-- mais avec celle plus
( modest d'aider le gouvernernent A triompher dans la
a question de la Banqie. ) Extrait de ( La Banque Nationale
d'Haiti et ses Propositions ) de 1882-1908 (1).


II est toujours bruit de I'envoi a Paris d'un dedlgud pour
le r6glement du different entire la Banque et le Gouverne-
ment.
Exp6dier un a d6elgu6e y pense-t-on serieusement ?
Voient-ils, ceux-la qui accr6ditent ce bruit, le r6le qu'ils
font jouer aux gens aux affaires, car I'exp6dition d'un de-
l1gue, quelqu'il soit, a Paris, ne serait que la capitulation
du gouvernement et I'acceptation, en dernier resort, de la
volonte de la Banque, c'est-a-dire le transfer A Paris de la
discussion de l'affaire de cet Etablissement.
C'est pas le Tribunal Arbitral, s'empressera-t-on de me
repondre : je le sais bier, puisque c'est moi qui l'ai faith
rater, ce Tribunal arbitral ; mais je sais mieux : ce sera
quand meme, le transport de la discussion A Paris.
Et alors pourquoi avoir tant parl6, soit A la tribune de
la Chambre et du Senat, soit dans la Presse ou dans des
brochures-mimoire ?
Le contract de la Banque a WtE discut6 (2) devant les
Chambres,publiquement, A Port-au-Prince ; et pour la mo-
dification de ce contrat qui nous a tant cofte d'argent et
de honte, on serail force d'aller A Paris Est-ce possible?
Trouvera-t-on, pour la discussion, de ineilleurs argu-
ments a Paris, quind nous avons tout a notre portee ici :
hommes capable, documents, archives ?
L'exp6dition de dildguds a Paris n'a jamais rien produit
de serieux : I',xptrience nous l'apprend suffisamment.

( )Par C. Dautant. L'ouvrage est en preparation.
(2 ) Mal discute, c'esi vrai, mais enfin discute.








- 11 -


En 1882, BRUTUS ST-VICTOR part pour la demonetisation
des pieces de Boyer et de Pktion, le hausserent du Prkt
Statutaire, le paiement d'un ou de deux coupons de l'Em-
prunt de 1875 en retard et quelques modifications an con-
trat de la Banque : il n'obtient rien de bon de cette Insti-
tution\qui, pendant meme qu'il dtait a Paris, ecrivait se-
critement au Gouvernermnt qut'uneemission de det.cnillions
de papier-monnaie, seule, pouvait le tirer d'embarras.-
DEUX MILLIONS! ce chiffre qui me frappe l'esprit, repa-
rait invariablement, depuis 25 ans, sous la plume de nos
Ministres des finances, chaque foisque la Banque leur tend
des pi6ges.
En 1884/85, apres le Proc6s des mandates vol6s, SAlomon
loin de mettre la Banque en demeure d'l6ever le Pret Sta-
tutaire, de changer son contract, ses status, remet,clandes-
tinement. A Mr JUNG Mr JUNG! une liste de modifica-
tions, avec priere de les faire valoir, pour le Gouvernenent
haitien, aupr6s du Siege Social.
JUNG fait semblant de recevoir avec empressement cette
liste et 6crit en ces terms la-bas :

( Monsieur le Secretaire-genkral,

a Son Excellence le General Salomon me charge de vous
1 remettre une liste de modificationsau contract de la Ban-
K que, que je vous expedie sous ce covert. Je vous prie
o de croire, Monsieur le Secretaire,que je n'ai rien promise
a de mon chef au President d'Haiti, la preuve. c'est que je
a crois qu'il n'v a pas i changer le contract de notre Ins-
a titution et surtout a ne pas hausser le Pret Statutaire, ce
c qui serait fournir de nouveaux moyens de gaspillage au
( Gouvernement haitien.
c N6anmoins, je demeure soumis A vos decisions ; et je
a vous repete quej'ai dfi accepter devoustransmettre cette
K liste-la par simple d6efrence pour le chef de l'Etat. i)
Par ce qui vient d'6tre dit, la Banque, on le conQoit bien,
classes purement et simplement la liste de SALOMON et ne
lui accord quoique ce soit.










En 1887, suivant acte en date du 9 Mai, m6me annee, et
don't I'original a dt6d6pos6 au rang des minutes de Maitre
DUFOUR, notaire A Paris, SALOMON done pleins pouvoirs
A son Secretaire d'Etat des finances d'alors, M. C. Fou-
CHARD, qu'il expedie A Paris, de demander des modifica-
tions au contract de la Banque, 1'6levation du Pret Statu-
taire et de passer avec le Siage Social tous contracts pour la
rigularite des services publics en Haiti, la suppression de
I'agiotage sur les effects publics, enfin la disparition des
emprunts onerBux, etc, etc.
Quoique le a Conseil d'Administration soit frapp6 de
1'e16vation deces vues financieres ) (1), FOUCHARD revient
A Port-au-Prince sans avoir obtenu aucune modification
an contract, ni le haussement du Prtt fixe de P. 300,000
gourdes, mais apres avoir sign6,Ala vue dususdit notaire,
les contracts des:

(i JUILLET 1887 SUR LE SERVICE DE LA TRESORERIE
11 ABOUT d- RELATIF AU PAPIER-MONNAIE
11 ( ( RELATIFALACONVERSION DE LADETTE
INTERIEURE ET A LA CONSOLIDATION DE
LA DETTE FLOTTANTE.
En 1893/94, lHYPPOLITE,apres s'4tre fait rddiger une liste
de modifications par MARCELIN, demand a la Banque le
haussement du Pret Statutaire a P. 600 000 dollars or ; la
Banque accepted en ecrivant au Couvernement :
a Avant de pouvoir nous autoriser A negocier avec le
Gouvernement sur cette base, notre Conseil d'Adminis-
traction demande le remboursement effectif du solde dii
a au 30 Setem',re 1893, P. 780.653 18 or amiricain.
Le Ministre des finances, M. MARCELIN, eroyant la pro-
inesse de la Banque, ordonne le pavement de cette valeur
a cet Etablissemnent,qui remercie A peine le Gouvernement.
Les P. 780.653.18 dollars pays et les P. 600.000 or amn-

( ) Ces paroles du Siege Social sont consigned dans le contract passe par
Fouchard -- 6 Juillet 1887. /


- 12 -










- I1, -


ricain n'arrivant pas, se faisant trop allendre, MARCELIN
porte le fait A la connaissance du Conseil des Secretaires
d'Etat, dans un rapport'du 26 Mai 1894 :
< La senle condition mise par la Banque a la pr6einta-
< tion A l'Assembl6e des actionnaires de I'Augmentation
a du Pret Statutaire, a Wt6 ex6cut(e par le Gouvernrnent.
4 Par convention signee avec la Ranquo, il a liquid6, a la
II s'est ex6cut6; la Banque nte s'est pas encore e.vcttcae.
( Le r6glement du solde dd au 30 Septembre obte:iu,
c propose-t-elle I'augmrentation du Pret Statut'iiri I'As-
K semblhe geAnrale des actionnaires ? C'est une antrR his-
( toire et elle demand que le Gouvernement lui fasse vo-
< ter une loi qui lui assure de nouveaux avantags, de noi-
( veaux ben6fices et qui transforme le Pret Slatufairs del
n monnaie national qukletail EN MONNAIE D'OR 0 (1)
Ce rapport fait, MARCELIN ecrit le 31 Mai 189 au Direc-
teur de la Banque :
a Le Conseil a d6cid6 qne vous devez vous renfermer
< dans les terms de votre depfche du 29 Janvier 1894,
K adressee a Son Ex. le Pr6sident d laiti en son Conseil
( des Secr6taires d'Etat. Par cette d6epche, I'augmentation
a du Pret Statuiaire itait offerte sous la condition de la li-
< quidation du solde diA a la Banqne le 30 Septembre der-
v nier. Le Go;iverneimt s'est execute ; a la Banque a i'l
e faire, a son tour, en proposant a I'Assemblee gentrale
< des actionnaires I'augmentation du Pret Statutairo. ,
Qu'a cela ne tienne, r6pond la Banque : voulez-vous en-
voyer un delequd a Paris A cet effect. (2)


(1) Sijamais cela devrait se fire, il faudrait reduire les G. 300.00), non a1
taux arbitraire de 100 olo, mais bien au taux representant la moyenne de la
prime sur 1'or pendant Ics ann6es don't nous avonsjoui de ces P. 3,).00).
(2) La m6me demand est faite au G6enral Nord Alexis : envoyez un Dele-
gue ou dcnnez mission special A Dabelmar Jean-Joseph ( Moniteur du 6 *
Mars 1907. No 19, page 152.) pour trencher la question en litige.









- 14 -


Illico, STEWART, chef de Cabinet du Pr6sident d'Haiti,
recoit son ordre de route pour Paris, ofi le Si6ge Social,
anxieux ? de servir le Gouvernement, lui bAcle une NOTE
du 20 Juillet 1894 ( ne poriant pas de signatures, comme
toutes les notes de la Banque) qu'il expedie au Gnderal
HYPPOLITE en lui annonCant, joyeusement, que I'augmen-
tation.demandde du Pret Statutaire A P. 600.000 dollars
6tait votee A la seance du 9 Aoft 1894 de 1'Assemblee ge-
ndrale des actionnaires de la Bainql, et en lui deman-
dant les pleins pouvoirs d'agir
Le ler Septembre 1894, ces pleins pouvoirs lui sont ex-
pedids ; MARCELIN fait voter par les Chambres une loi du
12 Septembre 1891, proinulguee le 14 SepLtenbre 1894 (voir
Moniteur No 38 bis du 19 Septembre 1894) portant cette
augmentation a la connaissance du people haitien..........et
nous sommes encore a reclamer l'elevation du PrOt Statu-
taire-Excellent pays !... trois foTs excellent.- (1)
STEWART revient les mains vides, refusant d'ordre du
Gouvernement a la Banque, comme nouvelle condition A
I'augmentation du dit PrOt, 1'6mission des billets d'or. Et
le 25 D6cembre 1894, le Cabinet-MARCELIN tonbe.
Arrive FOUCHARD, que le Gouvernement dedlgue pour
reprendre les negociotions ; il signe avec la Banque un
contract du 18 Septembre 1895 of, entire autres choses.
l'emission ies billets d'or. d'abord refuse A la Banque,
LUI EST ACCORDEE. Une loi, celle du 10 Septembre 1895,
promulgu6e le 29, meme mois, dans le Montleur du 16
Octobre 1895, No 58, sanctionne formellement ce contract ;
apprend an pays que le haussement de l'Hternel Pret Sta-
tutaire A P. 600.000 dollars est definitivement acquis, que
les frais d exptditi )n de fonds de Port-au-Prince dans les
Succursales, el. vice vcesa, sont desorimais ? A la charge de
la Banque,
Sur la foi du Moiiteur, le D6partement des Finances tire
done la lanque sur ces P. 600.000 dollars : lalte-la lui


'() Qu'en dites-vous, Messieurs les Ministres des finances ?









- 15 -


rdpond cet Etublissement qui ecrit une lettre...., des tas
de lettres pour annoncer an dit D6partement que cette loi
ne I'oblige pas...... Des lettres qui detruisent un contract
vote, et signed par 1" le chef du Service de la Tresorerie,
Mr A. THIBAULT, 2o le Directeur la de Banque, Mr HARTE-
MANN, 30 le Secretaire d'Etat des Finances, Mr C. Fou-
CHARD!!! et nous acceptrqs cel, .et nous n'assignons pas
la Banque devant les tritunaux et, chose strange, nous
laissons le people dans I'ignorance de ces lettres de la
Banque! ....
Le people connalt la loi, mais ne connalt pas les let-
trrs! (1)
Pays du soleil... dans les affaires de tous (2)
FOUCHARD est trompe aussi, et le contract de la Banque
reste intact...... POUR NOUS, I'orsqu'il demeure MODIFIE
pour la France !!
Sous SAM, Mr STEPHEN LAFONTANT, Ministre des Finan-
ces, est aussi d6elgu, A Paris pour contractor un Emprunt
avec le Siege Social,'rmais il revient avec un non possumus
du Conseil d'Administration de la Banque. "
En 1904, apres la Consolidation, le gouvernement an lieu
de mettre rl'pee aux reins de la Banque, d'6xiger qu'elle
se ddmette ou se soumette, lui d6elgue (3) des Commissai-
res pour la modification de son contract et la rdorganisa-
tion des finances haitiennes. Les Commissaires se mettent
au travail, redigent deux conventions avec la Banqne, I'u-
ne du 24 Avril 1904, degageant ses responsabilitds dans


( ) PriBre a qui de droit de faire publier ces lettres qui font granl besoin
A ceux-lA qui s'occupent des affaires publiques. Nous prions M. Marcelin de
faire publier aussi: 1o DApAche No 77 du 26 Avril 1905 de Marcelin a Van
Wijck ( La Bauque Nat. d'Haiti et le Ministre des Finances, page 19 .)
2o La d6peche du Ministre des Finances responsive A celle du 16 Septein-
bre 1907. de Van Wijck, Moniteur du 40 Juin 1908, No 47, page 860.
( A4 Nouvelliste du 4 Janvier 1905,'3eme page- Phrase de Marcelin.
(3 ) Sur les conseils de qui ? Nous le demandons directement a M. Marce-
lin. Car la Banque 6crit expressement qu'elle n'a pas eu l'initiative de la
proposition de la nomination de la Composition Mixte.









- '16 -


l'affaire de la Consolidation, l'autre du 19 Avril, mime
annee, comportant les modifications au contract de cet Eta-
blissement et certaines autres conditions pour le Retrait
integral et immddiat du papier-monnaie.
Dans l'intervalle arrive an Ministere MARCELIN, et la
Commission-Mixte est dissoute. MARCELIN traite DIRECTE-
MENT avec VAN WIjCK, en con rvant parties des deux con-
ventions sufpa'les.(~ M 7
MARCELIN et VAN Wij ont des entrevues perp6tuelles,
de longues conversations, s'ecrivent sans cesse, redigent
des NOTES A jet continu.'Enfin, 1'on tonmbe d'accord de
part et d'autre, et MARCELIN I'annonce avec empressement
au Conseil des Secretaires d'Etat, qui lui done les pleins
pouvoirs de signer les conventions arritees avec VAN
WIjCK.
Satisfait, il se rend vite a la Banque ; les politesses d'u-
sage echangees, il signed et s'en va, anrirs avoir touchM
fN 369.696.80, convention du 24 Avril. (1)
De retour au gouvernement, le Conseil lui demand
compete de I'autre convention, de ceAJaccordant des avan-
tages au pays, modifiant le contract de la Banque.
Avec la confiance de gens qui n'ont jamais rien eu a
demeler, A regler svec la Banque, il reprend rapidement
le chemin de cet Etablissement et lui demand l'accoin-
plissement de ses promesses derites, la mise en pratique
de la convention du 19 Avril.
Vous plaisantez, Secr6taire d'Etat, lui repond VAN
WIjCK ; nous ne vous avons jamais rien promise : c'est
une erreur de vo!re part. Nous, vous promettre quelque
chose? nous ne nous rappellons pas.
Et l;I NOTE La note du 19 .vril, rupartit VAN WIjCK, qu'est-ce que
c'est? c'est uie simple note et rien de plus. C'est une
blague: nous avons joue au a ROI QUI-GAGNE P.; VOUS avez
mal ponte, et voili tout. Ici,.nous avons toules les hbi-


I1 ) hpport-AMarcelin aux Chambres, page 56.









17 -

letes; note m6tier est de tromper sans cease at de trom-
per toujours les Ministres des finances et les dddg*tes que
le Gouvernement haitien se fait le plaisir inexplicable de
nous envoyer, depuis 27 ans, pour un oui ou pour un
non.
Fach6 de cette reponse, MARCELIN sale furiousement
le Directeur de la Banque et court raconter a la chose a
au Conseil des Secretaires d'Etat qui, exasper6, charge le
Ministre des finances de denoncer la conduite, combien
incorrect, de la Banque au Corps Ldgislatif.
Avec la rapidity de l'rclair, Mr MARCELIN arrive a la
Chambre basse, don't il envahit la tribune, la rage dans le
coeur. et en s'ecriant d'une voix que la colre rend trem-
blante:
c MM. Je ne savais pas qu'il n'y eMt d la Banque Natio-
a nale d'Haiti que des juifs sans foi. ( (1)
C II est n6cessaire que nous soyons arms contre la Ban-
c que, que nous puissions la frapper dans ses oeuvres vi-
c ves, dans ses entrailles. o
LA-dessus, le deput6 DucAs PIERRE-LOUIS fait un long
discours patriotique, an course duquel il pose de serieu-
ses questions au Ministre des finances. qui r6pond suivant
les exigences du moment; le depute CAMILLE LeON de-
mande que l'on casse les reins A la Banque; enfin le dd-
pute StjoURNS va droit au but, propose l'ordre du jour
suivant qui est vote & unanimityt :

LA CHAMBJE DES DEPUTIES

a Conflant dans I'6nergie et le patriotism du gouverne-
Sment, Iautorise a prendre toutes les measures necessai-
< res pour la pleine et entire execution des lois, la sauve-
a garde des int6r4ts de 1'Etat, et pour la march du ser-
a vice public suspend par la Banque Nationale, sons la

1) La Banque Nationale d'Haiti et le Ministbre des Finances, page 4.








- 18-


-responsabilit6 de cette derni6re, ( Moniteur N 19 du
6 Mars 1907. )
Apres S'tre ecrie du haut de la tribune de la ChIambie,
en parlant .du Service de la Trdsorerie :
a Nous avons repris L'HWRITAGE de nos peres comlpro-
a mis par d'autres. ( F. MARCELIN )/
Apres avoir 6crit
SUne revision complete des comptes de la Banque avec
a 1'Etat, au moins depuis les dix-dernieres ann6es, s',[M-
4 POSE. > (2)( Encore Marcelin) .,
S Les deniers de l'Etat sont respects ax. Bureau de la
a Recete'et de la Depenhe et employs a des depenses.auto-
a risees. II ne pent en etre dit de meme de la Banqie.Na-
a tionale don't les comptes sont le plus sduvent rpjorbs
t et presentent des D9TOURNEMENTS de fonds au prejudi-
( ce de 1'Etal.
c Une verification' scrupuleuse de la comptabilit6 de la
a Banque :s'impose D'bNE MANI9RE ABSOLUE. Ce travail
, QUI SERA??? confie A des comptabl's expects, eipbras-
sera la PERIODE ENTIERE du fonctionnement .de cette
t Institution. 11 faut COUTE QUE COUTE ? que le jour soit
a fait sur cette comptabilite. (3)
Etablie pour ramener I'ordre dans nos finances, elle y
a a, a deux reprises, gravement manqud. II ne faut pas qu'-
Selle s'en tire, cette fois-ci, A aussi bon compete. que la
a premiere. Aujourd'hui que NOUS.AVONS PRISE SUR
SELLE, on peut ui dire: il faut vous demettre ou vous
a soumettre dans I'interet du pays. Soyez str qu'elle ne se
c demettra pas. a (4) ( Toujours Marcelin )
Lorsque l'on a ecrit, dis-je, toutes ces chases vraies,


(1) Moniteurs No 19 du 6 Mars 1907, page 142.
(2) La Banque Nationale d'Haiti et le Ministare des Finances, page 34
(3) Expose general de la situation 1906-07 : Moniteur du 10 Janvier 1908
pages 360-361.
(4) Nouvelliste du 24 janvier 1905, No 1912, Nons conseillons la lecture de
ce numbro AVANT tout arrangement avec la Banque.


f iPr'


../ I 1 .1 ". 11










19 -

tres-vraies et d'actualit6 ; qu'on a lu la recapitulation de
nos ddldguds et de leurs echecs rditeres, peut-on penser
encore A un ou A des ddldguds ?
Comme de toutes choses, 1'on fait une question de per-
sonne dans ce pays, quelques-uns peuvent me dire, met-
tant tout sans gene de c6t : ( parleriez vous ainsi.si I'on
vous prenait comme ddldgu ?
Quoique connaissant tres-bien la question de la Banque,
je declineraiscet honneur, r6pondant que si cette question
n'a jamais pu 6tre BIEN REGLEE, c'est justement par ce
qu'ellea toujours tW confine, hativement, A UN SEUL; que,
dans le cas actuel, je conseillerais A Mr MARCELIN, pour
faire oeuvre qui vaille, de soumettre le different de cet
Etablissement A une vaste commission (1) compose des
principaux employes de I'Administration : du Directeur
de la e Recette et dela D6pense ;, du Commissairespecial
du gouvernement pros la. Banque, du Directeur .de la
Douane, de l'Administrateu'r des finances, du Chef du Ser-
vice du Contrle. de la Banque au Ministere des finances,
d'un membre de la Chambre- des Comptes, de quatre
membres du Corps Legislatif, don't deux Senateurs et. deux
Deputes; puis on choisirait des commereants haitiens ca-
pables, moraux et des particuliers competents ( il y en a )
spdcialistes en la matiere, et connaissant non seulement
les affaires de la Banque Nationale d'Haiti, mais aussi le
mecanisme des Banques en general.
Ayant A etudier :
1o Les PROPOSITIONS de la Banque au Gouvernement,
2- les modifications au Contrat et aux Statuts de la Ban-
que,
3o les modifications au Reglementpour le Service de la Trd-
sorerie,
4o les modifications aux attributions de la Chambrs des
Comptes,

(1) La'commission don't M. Marcelin faisait partif contre la Banque, etait
composer en 1884, de 17 membres.









- 20 -


cette Commission, bien choisie, ferait certainement
mieux qu'un dle6gue, donnerait un travail plus soign6,
plus 6tudi6, plus serieux, plus reflechi, plus parfait A tous
les points de vue.
On aurait soin, bien entendu, pour faciliter sa tache et
6clairer I'opinion publique, de communiquer les proposi-
tions de la Banque A la PRESSE don't on a appr6ci6 les ser-
vices et vu la puissance dans l'affaire de la Banque, sur-
tout A propos du Tribunal Arbitral : sans I'article de M. J.
SuIs, dans l'Actualitd du 12 Octobre 1907, No 75, Faccep-
S station, A TORT, (1) de ce tribunal, 6tait une chose acquise
pour la Banque.
Mon interpretation diucontrat de la Banque a 6t6 con-
sacrde par un jugement du Tribunal Civil de ce resort, en
date du 43 Mars 1908. Ce jugement qui est POSTERIEUR de
cinq mois A mon article, a Wte rendu presque dans les
memes terms contenus dans cet article.(2)
II m'encourage cejugement et meconfirme que j'ai bien
travaille dans la'question en d6bat. Et quand la Banque
ira en Cassation -ira-t-elle ?je me fais fort de lui prouver
qu'elle est de mon opinion', de celle des juges NAU, DESIR
et DAY, par des arguments tires de saderniere correspon-
dance avec le Gouvernement et de certain contracts spe-
ciaux passes avec nos Ministres des finances.
Revenons A nos moutons: en parlant de ddlgguds, je
prie de croire que je ne vise ni PIERRE, ni JACQUES, ni
PAUL : les questions de'personnalit6, je l'ai ddjA dit, ne
dominant pas mon esprit, et ne peuvent etre que funestes
dans les affaires de la gravity de celle qui nous occupe. Je
parle en g6enral, me basant sur I'experience des faits que
l'on peut contrbler, car j'ai donn6 des dates, j'ai cit6 des
noms, j'ai fourni des pieces autenthiques et indiqu6 des
ouvrages connus.

(1) Voir MONITEURS No 4 du 13 Janvier 1906, No 19 du 6 Mars 1907, No 21
du 13 Mars 1907, No 47, do 10 Jum 1908, surtout le No 56 du 13 juillet 1907,
pa.e 447 et le Rapport-Marcelin, pages 56, 64, 74, 79, 81, 82 & 83, 86, 87 et 89.
(2) Voir Gazette des Tribunaux Nos. 6 et 7 des 15 Mars et 1er Avril 1908.









21 -

D'ofi sortez-vous done avec cette strange idee de Com-
mission, me demandera-t-on ?
Pas de tres loin:laissez-moi vous r6ferer a un auteur
que M. MARCELIN cite lui-meme dans une de ses brochu-
res:
< Que la Banque change ou non de conduit, peu im-
< porte. Une question qui nous parait beaucoup plus intm-
< ressante, c'est celle d'arriver a reorganiser auprcs de
Sl'Etat I'dtablissement financier qu'il avait rev6, nous
< voulons dire une Banque sincerement d(cidee A faire
(< d'abord les affairesdu pays, a ne point perdre son temps
( en discussions irritantes, en pretentions pudriles, ET A
( NOUS APARGNER DE NOUVELLES HUMILIATIONS.
K Nous avons l'absolue confiance(l)que l'autorit6 supe-
o rieure, c'est-o-dire le MinistLre des finances, qui doit
< prononcer en dernier resort SUR LES PROPOSITIONS A DE-
a BATTRE, prendra, quoiqu'en dise la Banque, en tres s6-
< rieuse consideration les enseignements fournis par le passed.
< Nous avons laconfiance qu'au Ministtre on voudra bien
( aussi tenir compete de la discussion qui s'est levee, et
ar se pursuit encore contre les PROJETS de la Banque, et
< remarquer que l'opinion publique et celle surtout des hom-
< mes compdlents, nous voulons dire des ndgociants, de tots
e ceux ? qui sont appeles a se servir de ce rouage com-
a mercial, et pour lesquels, en fait, il a ete cred, n'est point
c du tout favorable a la concession de nouvelles preoga-
( tives A notre etablissement decr6dit, avant qu'on ait re-
< U quelques gardnties de compensations positives.
( Nos contradicteurs ont sur ce point un tres singulier
( raisonnement ; it disent :
c Quoi voila des plans de reforms concus par des fi-
a nanciers tris habiles, des avantages offers par la Banque
< et de puissants capitalistes, et vous, profanes, vous ve-



(1) II ne fallait pas I'avoir, cette confiance: c'est ile q.ui ilpve los Ministres
et abaisse le Pays









- 22 -


t nez contester leurs projects et contrecarrar leur oeuvre (1)
( Nous en demandons bien pardon A ceux qui raison-
a nent ainsi ; mais nous devons leur dire que c'est raison-
a ner faux. Qu'ils soient aptes et tres habiles d faire leurs
a affaires, et d'une science indisculable; le public les d vutts
a l'euvre et est fixd sur leur mirite. Miis IA n'est point la
( question ; elle se resume toute entire en ceci : cet Eta-
a blissementde credit, tel qu'il fonctionne pour nous, est-
( il I'instrument qui convient au pays et qu'elle est la di-
a reaction qu'll convient de lui donner ?
( Ramen6e A ces terms, la question, c)nmmie on le voit,
o change d'aspect; et, pour y r6pondre, il faut en fair
* une autre, qui est celle-ci: K qui est appel6 A se servir
(f de la Banque que le Gouvernement a voulu cr6er ? )
( II n'est personnel qui ne r6ponde imm6diatemnnt : ce
< sont les commergants. Et alors, logiquement, il faut ad-
a mettre que l'opinion de ces comrnereants a quelque va-
a leur, meme la plus grande valeur. Et on I'a si bien com-
< pris que le public a disignd une commission de ndgociants,
a hommes compdtents et pratiques, pour 6tudier cette aflaire
c de si grande importance.
a Done, puisque c'est pourdes comnnergnts, pour ceux
a qui ont besoin du credit financier, que l'on a cre la
a Banque;puisque ce sont eux qai sont appeals A l'utiliser
( on est forced d'adineltre que leur avis. en l'espice, ait une
a grande valeur. Eh bien n'a-t-on pas en lieu d'etre frapp6
( de l'unanimitd avec laquelle ils ont tous dit :(( Le mode
a d'op6rer de la Banque ne repond point aux necessit6s
a du pays D, et de l'unanimitenon m)ini grande avec la
< quelle its out demand des r6fornes et une exploitation
( different des clauses de son contract. II serait done trop
a singulier que, quand sans exception aucune. les com-

(1 )On dirait la situation actuelle, oi nous a jets, par calcul ou non certain
que l'on croyait tres verse, dans les affaires de la Binque Nie d'HaW et qui
laissait accroire aux simples qu'il n'avait plus d'appetits A satisfaire, vu son
ige, sa situation p6caniaire person alle et le no nbra d'annies qa'il venait
de passer a Paris.









- 23 -


< mercants viennent dire : ce que noui avons n'est point
( pratique, mais deviendra, par certain cdtis, a pirilleux, a
< ( 1 ) ce serait, repetons-nous, assumer une bien lourde
( responsabiliteifue de passer outre.
< NOUS avons I'espoir ( 2) que le Ministre des Finances
a qui est un esprit si clairvoyant, y r6fl6chira et 6vitera
( de prolonger une situation en antagonisme avec tous les
( int6rets pour lesquels il s'efforce de travailler, et que
( les Chambres sauront dicider dans le sens indiqu6 parles
e hommes pratiques et sincerement devoues au progr6s
c national. ( 3)
Cet a-ite-ir ou le journalist que l'on vient de lire, a eu
I'id6e de In Commission et I'a couch6e sur le paper, cette
id6e, longtemps avant moi.
Contre toute attente, je suppose, PREMIFRE SUPPOSI-
TION, que l'on tronve un dildVgqi- CYRus, MARS ou NEP-
TUNE, peu imported la personnel qui s'assume la lourde
responsabilit6 de regler, seul, I'alfaire de la Banque, comu-
ment entrerat-il en relation avec cette Institution, car,
remarquez-le bien, la Banque est disqualifire, la justice,
sur les plaintes motives du Gouvernement, s'est saisie d'elle?
Comment avoir rapport avec un Etablissement qui est sur
la sellette criminelle, que le Pouvoir Ex6cutif, au nom de
la Nation, pursuit en restitution de fonds d6tourn6s au
prejudice de I'Etat ?
Avant qu'un jugement vienne dire que la Banque est in-
nocente, peat-on prendre contact avec elle ? Ce jugement
rendu, que deviennent les affirmations du Gouvernement
et quels dommages-interts A payer & la Banque ?
Par un pacte secret, la Banque signerait-elle, d'avance,
une renonciation A ces dommages-int6r6ts ?


(1) La v6rite de ces paroles se prouve par la subite et inqualifiable interven-
. tion de la France, apres le depart de Mr Carteron, en faveur de la Banque-
( 2) Get espoir/tait vain.-- Si les Ministres des. finances r6fl6chissaient
quelque pen en aiti. its nous 6pargneraient de constater, actuellement, ,le
GOTEI PERILLEUX D de la Banque.
3 ) La Banque Nationale d'Haiti par F. Marcelin-- 1890, pages 20 et 21.









- 24 -


A dfaut dejugement, la Banque,me repondra.-t-on, pent,
pour faire une cote mat taill6e ( 1 ) avouer qu'elle estcou-
,pable.
Consentirait-ellejamais une chose pareille,mmine qu'elle
serait detentrice d'un arrangement clandestine par lequel
on renoncerait, d'ores et d6jA, de lui exiger les valeurs
detourndes et de lui demander des doninages-interkts ?
Oh serait pour l'une et l'autre parties en cause, la mora-
lit6 de pareilles transactions ? ( 2), sans computer qu'on les
connaitrait un beau jour et qu'a coup str on les attaque-
S rait, dans I'avenir, au prejudice de la Banque.
Comment faire une cote mal taill6e, quand l'aclion pu-
blique est d6ja en movement ?
C'est 1 le hic.
Je suppose encore- 2me SUPPOSITION-que les Codes,
pour la sauvegarde de la dignity du Corps L6gislatif, nous
fournissent les moyens de contourner ces difficulties et
de mettre notre ddldgud en relation avec la Banque, est-on
str, maintenant. qu'il s'acquittera bien de sa besogne,
qu'il saurala CAUSE PRINCIPALE?? de nos malheurs avec
cette Institution, qu'il sera assez au courant de ses rap-
ports avec l'Etat,du mecanisme de cet Etablissement pour
tomber just sur les modifications A demander a son con-
trat et a ses status?
J'en doute, carj'ai d6jt vu, jug, par des actes publics,
ce que chacun peut dans cette question passionnante de la
Banque Nationale d'Haiti :je n'en veux pour preuve que
ce tribunal arbitral invoqu6 habilement par la Banque.
Pour I'application d'un contract ousa modification, il faut
d'abord le comprendre c'est 1 I'essentie et j'ai l'intime
conviction que le contract de la Banqne n'a pas 6te com-
pris par nombre de nos Ministres des finances charges de
I'executer et de le faire respecter.( 3)

( ) Nous avons assez fait de cotes neal taillbes dans notre existence ; finis-/
s ons-en dans I'affaire de la Banque. Exigeons ce ru'il faut aa pays,et voili tolok
2) Remarquez que nous sommes dans des SUPPOSITIONS.
( 3) Le Ministre des finances actuel, Mr Pouget, n'a pas une idWe de ce
contract. Je prouverai ailleurs que son ignorance, en la matiere, fait perdre
de I'argent au Pays.- II est trois fois moins compAtent que Marcelin.









- 25 -


Si Mr Mgrcelin s'est trompe sur I'article 23 de ce contract,
sur le:,point que j'appelerai ESSENTIEL de 1'acte regissant
la Banque, qui peut me garantir qu'il ne commettra pas
un,,ou d'autres arreurs dans l'avenir ? Qui ?- Et le
Ministre des finances a aussi d6ja drre sur le PrAt Statu-
taire.
Cet article 23 dtant notre bouclier, actuellement, si je ne
m'dtais pas empress de le commenter publiquement,
comme it le faut. qui salt les sommes 6normes que nous
cofiterait ce Tribunal Arbitral accept si inconsid6r6ment
par Mr Marcelin. Car les arbitres, quand nous avons re-
cours A eux, nous donnent tort quand mmne, et nous con-
damnent toujours A des dommages-interets 6crasants.
L'avant dernier Pape, l'arbitre diplomate, a mieux aim6,
lui, ne pas rendre sa sentence dars l'affaire des frontieres,
sans doute pour ne pas donner raison a un petit people qui
croit trop en 1'Eglise Romaine. (~l
Cette acceptation du Tribunal Arbitral me prevent
contre tout ddlequd, car, si la chose devait se regler A 18!:)
lieues de nous, a Paris, et que M. MARCELIN s'yfut trouvi
lorsqu'il accept le principle de ce Tribunal Arbitral, aurai-je
eu le temps n6cessaire, le pouvoir de reliever cette erreur
Aller a Paris... !
Pour des choses si importantes.
Que l'on tombe d'accord de part et d'autre sur les con-
,ditions poses, le Conseil d'Administration de la Banque
en signera, d'abord, la listed ( mais une liste bien r6digee,
nette et claire ) la-bas. A Paris, puis V(expidiera, avec ses
pleins pouvoirs, au Directeur de la Banque d'ici. qui. lui,
la pr6sentera au Gouverne3nent. Aprcs quoi on se rendra
chez un notaire, A Port-au-Prince, pour la signature des
actes,
Et I'affaire est close.
Of voit-on la n6cessit6 d'un dOl~qwi

(1) Et surtout parceque l'Eglise Djminicaine, au dire du NViu-y,~r k Heiald
pretend posseder certaines proprietes situ6es suye frontieres avec la parties
de I'Est. 7F









- 26 -


Pourdiscuter ?-Mais on discutera ici, et te Sige Social
sera tenu au courant des discussions : c'est pas plus malin
que Ca.
Secuons un peu notre e ATAVISME, # et disens au
Siege Social:
Fermez la botte on envoyez-nois, comme vous l'aviez
fait en 1884 et en 1890, quelqu'un pour arr6ter les condi-
tions devant nous lier dsormais.
Soyez stIr que le Siege Social courbera la tete et accep-
tera. II rdgimbe, parce qu'il y a hesitation de notre c6td.
J'4cris tout cela pour prouver comment ce serait facile
de renouer avec la Banque, s'il n'6tait pas dkmontre qie
CELA EST IMPOSSIBLE ?
Reprenons notre sujet:
Quelles modifications reclamera-t-il, notre ddligud ? S-
ront-ce;
t1 les modifications dissdmindes dans les brochures de
M. MARCELIN et faisant 1'objet de la liste remise en 1894,
au Gdn6ral HYPPOLITE.
2ocelles qui forment le a Projet de Loi D de la Commis-
sion-Mixte, modifiant le Decret du 10 Septembre 1880, ins-
tituant la Banque Nationale d'Haiti ? ( 1 )
Ces modifications qui,elles-memes, m6ritent d'6tre retou-
chAes. ne suffisent pas, je PREVIENS 2 ) et constituent,
avec cells continues dansles livres deM. LIAUTAUD ETHE-

( ) Lettre Commission-Mixte No 68 du 18 Avril 1903 dans La Banque
National et le Ministere des Finances ", page 4.
( 2) La Banque serait maitris6e 3 ans apres sa foundation, si le Gouverne-
ment Salomon avait Acout6 les 6crita de Prioe, Paul, Bazelais, Liautaud Ethb-
art et les articles de M. Lemalle, don't un sale imprimeur,crapule de premiere
force, allait communiquer, BASSEMENT, LES MANUSCRITS au MinistAre
des finances de 1'6poque et A la Banque...??
De telle sorte qu'on combattait ces articles avant meme leur apparition.
Le dit Imprimeur avaitIen reconpense de sa trahisonle Monopdle des com-
mandes a executer pour l'Etat de certaines fournitures de bureau.
Tons les jours, du matin au soir, on voyait, chez lui, les petits parents, du
Ministre des finances inspcetant l'execution des travaux ... de foltnautures- -
Bon Pays !









- 27 -


ART, le minimum, le strict minimum de ce que nous DE-
VONS reclamer de la Banque- surtout dans sa fausse si-
tuation d'a present.
A-t-on song aux STATUTS ?
Ils doivent etre aussi modifies, et on n'en parole nulle
part dans les pieces officielles.
Quelles conventions signera-t-il, notre dJdlgu,, avec la
Banque ?
1o Seront-ce des conventions basees sur la (( QUESTION
SocIAL un article public par M. MARCELIN peu de jours
avant son arrivee au Ministdre, dans le Nouvelliste du
4 Janvierl905,No 1912,etdemandant le retrait integral et im-
mediat du papier-monnaie au change de 700, ou I'6crase-
ment, sans ddlai, de la Banque ?
2o Ou encore des conventions reposant sur le PROJET-
CONVENTION de la Commissioh-Mixte demandant ce que
Marcelin avait blam6 dans le moment, le retrait integral
et irmmdiat a 7 gourdes monnaie national pour um dollar
oramericain ? ( 1)
Fallait-il operer le rait a 7 pour 1 quand un dollar
americain s'est paye, I'autre jour, ii y a un mois A peine.
jusqu'a 9.10 papier-monnaie ? (2) Nous l'examninerons dans
une autre etude, et verronsqui a eu raison, la Commission
Mixte ou Marcelin.
Le projet-MARCELIN et celui de la Commission-Mixte
n'ayant pas Wet mis en pratique, je suppose- 3- SUPPO-
SITION, que l'on trouve une convention-moyen-terme, per-
mettant de retire le papier-monnaie sans porter atteinte
a la fortune publique qui est deja bie:i mince chez nous,
sera-ce lA, croit-on, TOUT CE QU'IL FAUT, avec
1t les modifications susparl6es.
2 l'elevation du Pret Statutaire a P. 1000.000(or)
3" le d6couvert de P. 125.000 or !
J'ose dire que non, car l'exp&rience prouve surabon-

( ) La Banque Nationale d'Haiti et le Ministi;re tles finances, p:lgs 18.
( 2) Nous sommes en Aotit 1908











damment que nos subtituitions et nos retraits PARTIELS,
purs et simples du papier-monnaie, n'ontjamais faith
qu'empirer lasituationdu Pays, lenfoncer plus avant dans
le course force avilissant, dans la misbre degradante et le
desespoir honteux ofi nous sommes tombs progressive-
ment.
Le retrait, les modifications. le ddcouvert, I'elevation du
Pret Statutaire sont, a n'en pas douter, des points impor-
tants de l'affaire en litige, mais le point CAPITAL de la
question de la Banque Nationale d'Haiti est notre SYS-
TEME MONETAIRE, et toute entente avec cet Etablisse-
ment qui n'aurait pas pour base le changement de ce Sys-
teme, serait archi-mauvaise, VAINE.
Notre triste situation, n'en d6plaise A M. MARCELIN, n'est
pas imputable A BOYER, qui, par cela seul qu'il avait ac-
cept6 l'indemnite frangaise de150millions de francs, serait
tenu pour responsible de tant de measures fausses, anti-dco-
(nomiques,desquelles en premier rang, papier-monnaie, taxe
r excessive sur cafd, prises par nos Ministres des finances. > (1)
Cette situation deplorable A s@ source, non pas IA, dans
I'indemnit ci-dessus, mais bien dans les Ernprunts de 1875
et la violation, avec l'assentiment do Ministre des finances
de Solomon,de notre TRAITE MOirTAmRE d 183). (2 )
Fonder la Banque co:nme elle a6t. fon re, c'AtP itjA tl'op:
tromper le people de complicity avecelle, A I'aide de pieces
secretes que ce people ignore et qu'il connaitra, c'est atro-


( 1) Haiti et I'indemnit6 franqaise par F. Marcelin, page 36
(2) En remontant a Domingue, je commel~ une faute, comme M. Marcelin
en a fait une en remontant A Boyer: il ne faut pas aller si loin pour 6tablir le.:
responsabilit6s, car I'histoire 6conomique et financiere d6 ce pays doit 6tre
divis6e en trois p6riodes: l I PREMIERE qui s'6tend de 1804 A 1881, est la
p6riode embryonnaire, de tatonnement ; la DEUXIEME que nous appelons
Salomonienne, est la p6riode de r6flexion qui liquid le passe par la foundation
de la Banque Nationale. La TROISIfME est celle de Nord Alexis, qui ne
pourra Atre bien 6tudide qu'aprAs la solution de I'affaire de la Banque, affaire
tris compliqu6e en mAme temps que delioate- Beaucoup de reputations y som
breront certainement.


- 8 -









-29 -

cement cynique.- Et le Ministre de Salomon a eu des
continuateurs ... ( 1)
Tout accord qui ne doit pas avoir pour garantie le chan-
gement radical du Contrat, des Statuts de la Banque, et
'6tablissement, dans un temps relativement court, de la
monnaie d'or haitienne, doit 6tre s6rieusement kcartO,
car il precipitera d6finitivement ce pays dans la tombe,
apr6s avoir enrichi quelques aventuriers. .....politiques.
En definitive, pourquoi le General NORD qui n'a plus
que 7 mois A faire au pouvoir, remettrait-il le Service de la
Trdsorerie A la Banque, quand il a gouvern6 son pays pen-
dant 6 ans 112 pr6s sans le concourse de cette Institution,
et malgr6 elle pour bien parler ?
Pourquoi ?
Cette remise de service ne serait pas seuleinent de l'en-
fantillage, mais bien l'affirmation de notre incapacity, de
notre inaptitude A nous gouverner et A diriger, NOUS-
M2MEs ? nos finances; elle serait notre aplatisseinent, no-
tre d6cheance complete devant 1'Etranger.
t Un sentiment, exclusif, A coup sir, mais tr6s noble en
< lui-m6me, si on se report A notre histoire : la defiance
(< de l'Etranger, a longtemps domino chez nous. Anjour-
c d'hai, ( 2 )d6chu de son origine, devenu oripeau et sali
a come routes choses tomb6es dans le ruisseau, ce sen-
timent n'est plus qu'un tremplin A l'usage des faiseurs
, politiques. Il ne signifie plus riev et ne se't QU'A DUPER
( LES MASSES. Tel qui l'emploie avec le plus de facond3,
a n'hdsitera pas, le cas tchdant ( 3),et an peu d'argent d ga-

(1) II y a A la Banque un Compte oa se passent Ils paurboires: j'y ai va bien
de noms.
(2) Depuis la Consolidation, j'ajoute.
(3) Gela me fait rappeler I'histoire de deux petits M[e de barriire, vulgaires,
orduriers, qui, croyant voir cooler le pactole quelque part,s'y sont introduits en
commission et en trompant la boone foi des grands. AprAs avoir mis 15 mois
A sonder la mine, oi it n'y avait mmne pas du cuivre, ils ot ete, dans lear
rage de l'or am6ricain, 6chouer, dans la pose de deux anarchists lach6s, de
vant la court supreme de Cassation qui, apres avoir jug6 leur proposition de
ente de rapport a la Banque, les a condarn6es pour FAUX commis dans un
acte public, pour chantage et pour trahison do Gouvernement. o6 #












< gner edant en jeu, d livrer les intdrdts les plus sacris de
f son pays. II n'y a done plus A faire grand fond de ce sen-
a timent. II y aurait meme plut6t A le tenir en suspicion,
a car il peut-dtre une des mille et une forms que revet en
a Haiti l'exploitation politique. D ( 1 )
< La v6rite est qu'un grand nombre de ceux qui dunon-
a cent 1'Etranger come ennemi ne jouent qu'une com4die
a politique, ils tendent au people un appdt pour caper
a ses faveurs, ils courent apres une popularity factice, grace
A( A laquelle ils monteront les marches du pouvoir,
a avides, plus tard,-de se faire pardonner leurs cris de guerre
a par ceux qu'ils d4nongaient hier ? et qu'ils combleront de
a faveurs domain. D (2)
J'attire I'attention du President de la R6publique sur
ces paroles vraies et v6cues de Mrs MARCELIN et NEMOURS
AUGUSTE, et prie, respectueusement, Son Excellence, d'Bcar-
ter loin d'Elle toutes les influences perverse, diplomatiques
on non, qui voudraient s'exercer en faveur de la Banque.
en se rappelant que 1'Histoire ne connalt que les Chefs
d'Etats, les Chefs d'Etats seuls et non qui que ce soit, pas
meme les Ministres:
BOYER est seul responsible de l'acceptation de l'ordon-

Et ces gens, habitues de certain MAISON DE CORRECTION. candidates
perp6tuels au bagne, 6ternels" declass6s" de la vie, se croient des aptitudes
a la deputation national !...ils se remuent dans I'orbre, merchant en zigzag,
le regard toujours fuyant, avec la confiance de couvrir pour les elections pro-
chaines, les murailles de Petion-VILLE, du stock non 6puis6 de leurs anciens
placards, deji entames par la vermine des bibliotheques, ou du moins
d'une bibliothnque mal entretenue- pas propre.
Quelle audacieuse et cynique efironterie dans une Republique qui veut...
....... .s'6purer!
Pour ces petits Mes, une condamnation est comme un '" purgatif ordinaire"
( l'expression est d'eux et non de moi ): on en est quite du jour au leqde-
main.
LES INFIDPLES ". .....( paroles d'un Chef d'Etat haitien. Gal
Nord Alexis. )
( 1) Banque Nationale d'Haiti par Marcelin, page 60.
( 2a)Les adversaires des Chemins de fer ( No 2 ) par Nemours, Auguste,
page 48.


I









-1 -


nance de CHARLES X: I'histoire le chitie et ne cite aucun
.pom de Ministre d'Etat; les communes du Sud sont aug-
mentees.illgalement pour letter centre le Nord dans les
Atections presidentielles, le papier-monnaie est crt pour
la premiere fois, le nom seul de PkTION est flagele6 L his-
toire n6glige ses Ministres; la ville du Cap est bombarded
par les canons strangers, GEFFRARD est seal responsa-
Jle devant I'histoire qui oublie ses Ministres;, la canaille
.pille. Port-au-Prince, se rue sur les Chambres Legislatiyes,
SAINAVE est seul maltraite par 1'histoire elle ne ditrien
de ses Ministres; NISSAGE trompe le.peuple en, glissant
le pouvoir & DOMINGUE( 1), I'histoire blame !Nissage .et
-e R4raite d'imbecile et de fou: elle' ne-pacie.pas de es Mi-
nistres; DOMINGUE fonde une-Banque;. la. Banqua:::de la
Terrasse, fait les fameux 'Emprunis que l'on connalt, I'his-
toire, sans se rappeler que son Gouverncment avai.t te
trompe parles chevaliers d'industrie du.tempsi, Louis
HARTMANNen tete, n'enregistre que le nom de DOMINGUE:
Sell oublie ses Ministres; SALOMON cree la Banque Natio-
nale d'Haiti.qui est sa conseillere dats I'dmission dupapier-
monnaia en, 1884, Mr Marcelin demand qu'il .soit. fltri
(-2 ): ses Ministres sont ignores- Dire .queMarceliu,nous
a laisse une montagne de papier-monnaie de :tgus les ty-
pes, reposant sur une base m6talliquefaite de- nickel...!
Sansle Proc6s de la Consolidation; Ti 0tsIAs strait seul a
supporter le jugement de I'histoire; son. Ministre, des fi-
nances resterait dans l'ombre.
De meine cette inflexible Histoire appriciera le General
NORD, non pas seulement selon ses oetvres, mais encore
en tenant compete du temps oh il les a ccqomplies, temps
de lumiere, de raison, de reflexion, de bonne voluoon' ab-
solue chez le people et d'opposition. systematique et vio-

1 ) C'est cette. transmission bite du poouvoir que noiis payons dans les
Enmprunts de 1875 et qui nous a value de'donner 113 millions- pour 16 mil-
lions.
2 ). es mots sont de M. Marcelin et ion de moi Nouvelliste. d '4 Jan vier
N .t.905, o 19:1.. .. .
I'.~: .:.









-3 -O


leDLe de la part d'une clause? d'6trangers avides, ayant la
Banque leur t&te, qui ne revent, s'appuyant sur les ca-
pitaux qu'ils remuent, que I'engloutissement de notre na-
tionalitY, pour la continuation de leur m6tier infAme d'ex-
ploiter le Pays A merci.
La responsabilit6 du President NORD est done plus de-
licate, plus grande et plus noble que celle d'aucun Chef
d'Etat passe: au lieu de remettre le Service de la Trdsore-
re, il doit le retire KNTI&REMENT de la Banque, de cette
Banque qui nous a donned toutes nos prises d'armes a
partir de celle de DESORMEs GRESSEAU. (1)
J'adresse aussi ces paroles an Ge6nral SIMON qui tient
B reliever le caractere du people haitien.
II doit fonder une autre Banque.
J'entends une voix me dire: a mais, nous nous atten-
t dions A cela, A cette conclusion passionnee, haineuse;
a vous iaviez ruminee, posee meme, avant de prendre la
a plume. Votre brochure est bitie de telle sorte A jeter la
Sderoute dans les esprits les plus fermes et A ameuter
Sales gens centre la Banque. Quand vous citez Mr Marce-
Slin, c'est pour mieux masquer vos idles, vos pensees
a propres, car le Ministre des finances n'a jamais dit ni
c dcrit que la Banque, quoiqu'on fasse ? ne fera jamais plus
a rien pour I'avancement du Pays.
Tres-bien, n'allons pas si vite.
Je reponds qu'il s'esttromp6, a celui qui m'a parle ainsi;
que je ne suis pas un home passionn6 ni haineux; que
la passion et la haine ne peuvent rien dans les questions
de finances et de Banque: qu'au contraire, l'experience
et les faits seuls doivent y 4tre consid6rbs; que, quand
je cite M. Marcelin, je le fais sans arriere-pensee, sans
aucune idee de derriere la tate, mais bien pour donner
plus de force A mes raisonnements et plus de poids A mon

( 1) En commentant la correspondence du Siege Social avec le Gouverue-
ment, je prouverai ce que j'avance Ia. Voyez, avant cela, 1'avant derni&re
phrase de la page 64 do Rapport-Marcelin oi la Banque promet d'employer
tons les moyens, n'importe lesquels pour reprendre le Service, de )a Trisorerie








- 33 -


argumentation; que je ne fais intervenir M. M-arcelin qne
come auteur et non- en maniere de le mettre face A face
avec ses 6crits, au pied du mnr, car ce serait-l outre-
passer mes droits et malseantde ma part ; qu'en outre, je dis,
dcris, maintiens que la Banque Nationale d'Haiti, quel-
que convention amiable qui intervienne entire elle et le
Gouvernenment, se moquiera du Pays et CONTINUERA SA
MEME VIE; qu'entin, M. Marcelin sait pertinemment que
mon opinion est vraie et qu'il n'y a plus rien A faire avec
la Banque. C'est telleinent cela, qu'avec sa permission, je
lui passe la plume et lui confie ma defense.- Comme les
r6les changent !...
a On ne sert jamais son Pays en persistent dans I'er-
a reur ( I ). Cette maxime qui devrait dtre la rggle des
a grands peuples, est encore plus indispensable aux petits.
* Quari( de toutes parts, its sont environnes de perils et
a d'embfches, quand on ne cherthe que des pretextes
a contre eux, c'est le moins qu'ils aient la force morale
a que donne la verite. Dix-huit ans ont passe depuis
a qu'Haiti a confie ses destins financiers 4et, dans un
a pays comme le n6tre ces destins-lI, c'est la vie, c'est
a I'existence publique et privee ) a la Banque Nationale
( d'Haiti. Qu'on regarded autour de soi et sincArement
a qu'on dise si on a sujet de se congratuler. Je ne sais
( mime si l'Etablissement lui-m6me n'6prouve pas une
, deception voisine de la n6tre. Car apres avoir connu des
a jours brillants, des jours qui semblaient devoir eternel-
a element durer, le voila arriVe l'evenement pr6vu, fatale-
a ment amene par la faute de la Banque meme. Ayant
a tout sterilise autour d'elle, elle meurt de ce qui la faisait
Svivre naguere: I'exploitation acharnde, sans merci, de
( l'6pargne rigoureusement chatrAe. Elle s'Ateint sur un
c sol don't, dans son aveuglement de sauterelle, elle n'a
v rien fait pour l'amelioration. Hier, ses actions se co-
t talent hant et ferme A 850 francs et, an dire de ses ba-


1 ) L'erretr serait la remise du Service de la Tresorerie.











< rons, le course de 1.C00 n'dtait qu'une tape vers une as-
a cension sans limits! Aujourd'hui, elles se tiennent a
t 600 francs......!
a Mais laissons Ia ce pass. On I'a sass6 et ressass6 et it
a ne sert de rien de r6crlminer. II ne faut pas toutefois
a oublier que, si la Banque Nationale est justement punie,
a nous n'avons, nous, qu'un exces de contiance et d'im-
( prudence ( I ) a nous reorocher. Et il ne nous est pas
( d6fendu, devant les resultats don't nous sommnes les te-
<< moins et LES VICTIMEs?? de chercher I'instrument ap-
a proprie a notre regeneration. C'est note devoir.
< Si Haiti trouve du c6t6 des Etats-Unis l'aide diploma-
< tique qui lui est n6cessaire pour fire respecter sa fai-
< blesse, elle peut chercher PAREILLEMENT, I'aide finan-
< ses sociales. (2)
a Sous quelle forme obtenir cette aide ?
SII faut confier notre regneration financiere a une
a Banque americaine (3). II fant lni confier non seulement
a le retrait qjp papier-monnaie, mais la consolidation de
a toutes nos dettes.
II est plus facile de creer une banque aux Etats-Unis
a dans ces conditions que d'y n6gocier un emprunt. Mais
# si 1'effort est moindre, co:nbien les resultats seront plus
a satisfaisants pour le Pays !
a II est bien stir qu'une Institit.ion de credit qni s'enga-
a gera a retire le papier-monnaie, le retirera et que les
a fonds ne seront pas detournes de leur but.
< Avec moiti moins d'avanitages qu'il faut a I'Emprunt
< aux Elats-Unis, on pent 6tablir la banque nouvelle pour
K le plus grand bien de la patrie. Piisque les temps sont
a mArs, qu'on ose aujourd'hiui- ce qu'on n'aurait os6 ii y


( ) Cet excis de conliance et d'imprudence serait augmented par la remise
du Service de la tresorerie : rappelez-vous-en, Messieurs les DBputes, Mrs
les S6nateurs.
2) C'est Mr Marcelin qui ecrit.
3 ) 'est toujours M. Marcelin qui parole.











a a seulement 4 ans- s'adresser aux capitaux americains,
< qu'on le fasse done dans un inter~t superieur de saint
( public. Qu'on le fasse avec intelligence et de facon a
a combler les desiraln si souvent exprims; d Il'opinion
a publique vis-a-vis de la Banque Nationale d'laiti.
e Depuis 18 ans, qu'est notre vieil instrument demode
et arri6r6. Representant modble du type en vigleilr
a chez les nations aux finaneiis pourries, ce n'est, en rd-
a sLme, qu'un mnoyen de tresorerie, tatillon et mresquin,
A( a I'usage de l'Etat. Jainan le plus l'qer arcident n'a re-
< vel1 que c'est une institution de credit commercial: la
< tat et pas le plus petit brin de mil an Commerce.
l Haiti (1) n'a plus grand'chose a tenter d e'i'' 'd
a l'Europe: elle a donni mission de parler pour elle a une
< institution qui, LOHSQU'ELLE POUVAIT LE FAIRE NE L'A
((PASVOULU et qni,,AUJOURD'IHU,' le ((VOULUT-.EtLLK EN
< SERAIT INCAPABLE. Le dernier emprunt, on pinltt
<( la conversion de 1896, I'a demontr4 aux plus aveugles:
< la majeure parties des obligations est restle dans nos
< mains, malgrc les pressantes exhortations de la Banque
'< National d'Haiti.
( C'est vers lesEtats-Unisqu'ilfanu nous oriented. II faut
( S'ORIENTER POLITIQUEMENT et FINANCIlREMENT du cOtC
( du people don't la doctrine national est notre reinpart
< contre les contoitises de I'EUROPE.
( D'AILLEURS, EST-IL POSSIBLE DE FIRE AUTRE-
a MENT ? )) (2)
S'il vous-plait, avez-vous entendin ? Jle rpilpte pour vons
cette phrase:
a< Haiti a donn6 mission de parlor ponr ell( la la niilqu
qui, lorsqu'elle ponvait le faire, rae I'a pis vo iltu t quii
le voulint-elle (3) en serait incapable .

I ) Attention, lecteurs.
2 ) Une Evolution Necessaire par Marcelin- I8)SS, page 107 it 1.
: ) E'le le peut D'AITT.\NT MOINS dans sa situation :ctuell.











El cetle ailre:
i D'ailleurs, est-il possible de faire autrement, c'est-a-
c dire de nous orienter politiquement et financiarement du
r c6te des Etats-Unis 1 (1)
Une second fois, avez-vous bien entendu et compris
ces miots de Marcelin qui, lorsqu'il les 6crivait, 6tait d6ja
un home fait, du milieu de la vie, un home qui avait
de I'experience, qui avait vu.naltre la Banque, qui a pass
un quart de si6cle a s'en occueer exclusivement, qui sor-
tait d'etre Ministre des finances et qui 6tait charge de
Ious les portefeuilles lots de la tournee dins le Nord du
f;lndral HYPPOLITE ?


1 ) Si cette idee de M. Marcelin r6veillait I'attention des francais sur le
danger que la Banque Nationale fait courir a l'influence commercial de
leur pays en Haiti, ne s'empresseraient-ils pas de fonder, i cote de cette
Institution ou a sa place meme, s'il le faut, une VERITABLE Banque, on
toute autre SOCIETE s6rieuse pour l'extension du commerce de la France
chez nous ?
Gela leur serait facile, par la SURXBONDXNCE des capitaux de chez eux.
Au lieu de lui en vouloir, la France remerciera, je pense, le Ministre des
Finances d'avoir priconise la creation d'une BANQUE AMERICAINE pour -
remplacer la Banque Nationale d'Haiti : par Ia, l'imminence du danger qud
menace son commerce et son influence en Haiti, lui est done rAv616e.
M. Marcelin, le premier chez nous qui a dcrit sur le livre de D6molins, ne
faith que traduire le SENTIMENT NATIONAL quant i la susdite Banque Nie.
Au reste, la champagne anglo-saxonne qui se pursuit depuis tant6t deux
ans, doit en dire bien long a la France.- Qui veut changer les a mars r,
vent aussi ameliorer, changer les Institutions ".
Cette champagne des plus actives, n'est pas un sympt6me, mais bien la
preuve d'un itat d'ime en formation- et d'une formation deja tries avancee
Logiquement parlant, M. Marcelin a raison dans sa demand ou dans son
souhait, comme l'on voudra, car 1I changement des institutions amene force-
ment celui des moeurs, et viceversa.
Commengons par la Banque, s'est-il dit, par la Banque proprement dite,
cette Institution qui touche A toutes les branches de I'activitA iconomique
chez un people au Commerce, a I'industrie, a I'Agriculture etc, etc, et nous
aurons du coup revolution# lea mours haitiennes-- l'insu meme de nos
compatriotes.
Les moeurs anglo-saxonnes amineront infailliblement des Banques en rap-
port avec ces ma.urs, c'est-i-dire des Banques amBricaines, anglaises, comme


- t; -










- 37 -


M. Marcelin est-il un home passionn6, haineux' dites.
Ne sait-il pas qt'e toit arrangement av'c la Binque est
de la pure farce, et que cette Banque doit 6tre, come il
I'6tablit si bien, congadiae sans autres former de proces ?
J'ai hate de d6clarer que j'ai recouri a intervention de
M. Marcetin, seulement pour corroborer mon opinion sur


les Banques americaines am6neront, indubitablement, d'autres mrPurs dans
notre Administration, en opposition avec los mnirs francaiss.
Ici les contraires ne s'attirent pas.
'Et M. Marcelin ne pense pas autrement que le Journal Lfa" MIti qi.
dans ses Num6ros 91, 92, 95, 96, des 19, 20, 24, 25 juillet tie I'ann6e pass(4,
demande la DESTRUCTION DE LA BANQUE NATIONAL d'HAITI et qui,
dans son No 97, du 26 juillet, meme annie, developpe exacternent la pensee
du Ministre des Finances, en ces terms :
a La Banque doit 6tre d6truite .....
t L'OPINION PUBLIQUE n'a rien a craindre. cette satisfaction lui ser:i
donn6e.
-' Vous ne connaissez pas encore la tenacity et I'impassibilite du President
et de ses collaboraleurs intintes quand il s'agit d'une mauvre de salut national
A r6aliser.
( Quoiq.'on dise ou quoiqu'onfasse, la Banque sera detruite. cette Bastille ser:
ras6e et sur le lieu oft s'elevait son orgueil, on ne smnera pas le sel epurateur;
non, mais I'on jetters le fondement d'AUTRES institutions semblables ofi
seront appel6s des capitaux d'AUTRES PAYS don't les nationaux sont pi:,
serieux, plus consciencieux, plus propres ti nous infuser I'esp'it de travail et de
progrbs en rue du developpentent retarded do notre agriculture. dte notr'e rom-
nlerce et de notre industries.
A ce propos, pourquoi ne parle-t-on plus de ce group de capitalists
d'Anvers qui offrait, dit-on, a la Republique d'Haiti 80 millions pour un e -
prunt ou une NOUVELLE BANQUE d'Etat A FONDER clez nous.
Pourquoi a-t-on laiss6 tomber les ollres qu'on nous taisait en Amnerique
condition, nous demandait-on, que Haiti solutionneain plus til son afflire
avec l'Institution francaise pourrie ".
Pourquoi n'utiliserons-nous pas les convoitises qu'ont tveillbes plans ef
dernier pays les possibilities qu'oflre Haiti?
En verite, je redoute les idees de conqu"ies 'rorttni ,twilts (qti trat iiillent
I'Am rique BEAUCOUP MOINS que les tendances des minigrants *I'E:ropt.
aux tripotages, atx speculations et aux traffics sawn scr'pul'.
Les gens d'affaires de la preniire categorie our des rues dI'tt'nir,. les- au-
tres a'envisagent que le present et la necessity de s'enrichir au plus vite.
( Certains mots ci-dessus ont ete soulignAs par moi :je prie la Direction du
Matin de vouloir bien im'excuser.








-38-


la mauvaise foi de la Banque, et que je fais mes reserves
sur les moyens indiques par lui pour remplacer 1'Institu-
tion de la rue du Magasin de I'Etat.
c Dieu ne sonne qu'une heure A notre delivrance,
< Opprobe a qui la perd mort A qui la devance. v(1)
L'occasion de dissoudre la Banque ne doit pas etre
< perdue A et ne devangons D pas non plus cette loi
de !a fatality historique decouverte, il n'y a pas longtemps,
par un de nos hommes d'Etat...
Mr MARCELIN qui a ecritque la ddtruite par les homes de la parties septentrionale d'Haiti
(2), renoncerait-il & la gloire de comparaltre en prophete
devant la PostdritM ?
II me semble assister A I'interrogatoire du G6nBral Nord
et de Mr LAFORESTRIE. assigns A la barre du Tribunal
de 1'Histoire :
Monsieur LAFORESTRIE, levez-vous et dites nous pour-
quoi vous aviez fonde la Banque Nationale d'Haiti ?
Pour lui confier les destinies de nos finances et notre
Service de Trdsorerie.
Et vous, Gnedral NORD, pourquoi voulez-vous d6-
truire cette Banque'?
Parce qu'elle est la ruine de mon Pays, une honte
pour intelligence et la dignity de mes concitoyens A qui
j'ai remis la direction de leurs int6rets et la cl6 de leur
tr6sor, par la creation du ( Bureau de la Recette et de la
DEpense. )
Entendez-vous les bravos r6ep6ts, les vivats fr6n6tiques
de I'auditoire saluant ces derni6res paroles, auditoire
choisi, tri6 sur le volet, et cotnpos6 de PLUSANCE, THOBY,
THOMAS M rDIOU, C. ARCH~a, D. POUILH, DELORME, Lys,
PINsKOMBE, BRICE aine, BOYER BAZELAIS, A. PRICE, ED.
PAUL,P. ETHART,L. ETHIART, DARIUS DENIS, Dr AUDAIN,
PERE POULLE, St- VAL REY, OaN9 MARCELIN, B. RIVIERE,

S1 ) Lamartine A Toussaint Louverture.
S2) Banque Nationale d'Haiti, 1890. par Marcelio.









39 -

B. LALLELAND, NERE NUMA, EUG. MARGRONet PARE CAUVIN7
Entendez-vous les longs applaudissements accueillant
les paroles du President d'Haiti, ayant a ses cotes le Mi-
nistre des finances- j'allais dire le G6enral MARCEL[N ?
En fermantcette brochure, je demand tres humble-
ment pardon a son Excellenc3 le President d'Haiti de lui
fair rappeler que la gloire pour lui ne serait pas dans la
remise du Service de la Tr6sorerie, car rien de bon n'en
decoulerait si ndtre systmne monetaire rest le mmre.
4 Mieux vaut finir dans un cataclysme que de trainer
< une existence miserable a la remorque de K banquiers *
c pares de nos depouilles, une existence prosternee a la
a merci de, etc, etc ( 1 ).
J'en appelle a la loyaute, et a la conscience du General
NORD ALEXIS.
Inutile de batir sur le sable, car, dans sept mois ( 2 ) le
President de la Republique appartiendra a l'histoire, qui
saluera le corps LUgislatif par ces mots :


(1 ) Affaire Luders par Solot Mknos.
Presentement, nous/sommes menaces d'aucun cataclysine.
Annibal ad portas, vient de s' crier dans le Nouvelliste" un de nos hom
mes r6ellement components.
Annibal sera decid6ment i nos portes si nous avons la FAIBLESSE de re
nouer avec la Banque sans exiger d'elle TOUT CE QU'lL FAUT, et I'etablis-
sement d'un regime monetaire honnete, c'est A-dire I'etalon d'or.
Hors de IA, point de salut, et les L6gislateurs de 1880 l'avaient si bien coni-
pris qu'ils avaient joint au contract de la Banque un trait monetaire qui n'est
pas sans reproche, c'est certain,mais don't la base est le bi-mitalliste francais.
Toutes les lois financi6res, depuis 1882, tous les retraits de papier-monnaie,
tous les changements irr6fl6chis de tarifdouanier, toutes les measures d'ad-
ministration et tous les arretes subits pris pour reliever la valeur de notre
monnaie, sont la manifestation des diverse formes que rev6t le problem
monetaire qui s'agite, confus6ment, dans la tote de nos Ministres des finances.
Le noeud, c'est ce problem: il taut le r6soudre on .... Annibal viendra nous
apprendre que 'or, depuis 1870, est une puissance qui s'impose au com-
merce de toutes les nations du globe. et avec laquelle il faut computer pour
son respect.
(2) Nous ecrivions en Dkcembe 1908 et,en mai 1909. le Gal Nord n'ntait plus









- 40 --


( Ilonineur Vous, Mandataires du Peuple, qui avez re-
s pris el gard le Service de la Trsorerie, parce que la Ban-
c que Nainrale, sur la dema!'. e du Goavernement, a re-
fuse :
lo De faire le Retrait ilntgral par ses propres billets, ga-
rantis par une valeur or americain de P...(1) qu'elle nous
avancerait, en c)inpte courant, a taut pour cent I'an et qui
servirait, dans se. caves, de cu-verture m6tallique aux
dits billets.
2,, De inettre le Pays au regime de I'6talon d'or. (2)
Gloire a Voss, LUgislateurs, d'avoir, dominant les pas-
sions intettessees qui vous environnaient de toutes parts,
remis a vos concitoyens, le Service de la Trdsorerie don't
un autre avait d6pouill6, sans compensation aucune, I'Hai-
tien en favour de I'Etranger.

Port au-Prince, 1i '-eplernre-1098.

C. DAUTANT. ( J. Sus )







DERNIER MOMENT



Tandis quece livre s'imprimait, il a paru, A l'Imprimerie
National, une brochure de la Secrdtairerie d'Etat des fi-
nances, intitulee : Banque Nationale d'Haiti.

( ) Ce pret serait garanti par une affectation sur nos douanes, et dans dix
ans a pen pres il serait eteint.
( 2) Nous n'avons pas besoin de millions pour cela, sans quoi les Legisla-
teurs de 1880 n'y auraient'pas pense- L'experience prouve, pour les Na.
tions qui ont passe subitement d'un regime mon6taire inf6rieur au regime
sup6rieur de 1'or, qu'il ne faut pas de sommes colossales pour le faire.









- 41 -


Cette brochure est la continnation de ce que j'ai ecrit,
A savoir que le point fundamental de la questionde la Ban-
que 6chappe encore A nos homes d'Etat; que le contract,
les status de cette Institution ne leur sont pas assez fami-
liers, n'ont pas W4t non plus assez 6tudi6s par eux : que,
mmre les points .n debat actuellemene se changent son-
vent dais lour esprit ; qu'ensuite. it rm:nque chez eux,
en presence de l'dtranger, cette unit de vue et d'action que
r6clament les circonstances difficiles, les moments solen-
nels (1); qu'enfin, aucune entente n'est plus possible entire
la Banque et le Gouvernement.
J'ai done 6crit une r6ponse anticipee aux negotiations
qui viennent de s'cchanger sans succes, et don't je ne pou-
vais rien savoir, tant on les rendait secretes, mysterieuses.
Mr MARCEIN m'atout I'air,si jelis bien entire les lignes,
si surtout j'en crois rnes idees, d'avoir subi ces negocia-
tions officienses, qu'il est loin. tres loin de prendre au
s6rieux, comme ne le verront pas les gens qui lisent A la
course et qui r6fl6chissent A peine.
Apres avoir relate toutes les pieces de cet embryo d'en-
tente, Mr MARCELIN ecrit les mots suivants en gros carac-
thres, sans doute pour mieux attirer attention du lecteur :
(( TELS SONT LES DOCUMENTS i,lmots suivis d'une collec-
tion, d'une race, comme le dirait notre intelligent
confrere LAFOREST NOIRE, de points suspensifs.
( TELS SONT LES DOCUMENTS ) ......
C'est-A-dire : si tant est que ce soient d1 des documents ),
on encore : < que je m'abstiens de qualifier ,), < a ui sont in-
qualifiables. a


( 1) Secr6tairerie d'Etat des Finances: Banque Nationale d'Haiti, page 15 A
'17, 19, 3e phrase, Lettre 29 juin 1908 de Santallier au Ministre des Finances
pour lui parler de la "renarque" faite A la Banque par M. Lilavois A propos
d'un point des "bases generales" change, apr6s coup, par Monsieur Marcelin.
Dans une question aussi important que celle en discussion, Mrs Marcelin
et Lilavois ne devaient-ils pas 6tre d'accord surtout que le Siege Social
reste toujours soud6 avecle Directeur de la Banque A Port-au-Prince, qu'it
soit Van Wijck on Santallier.









- 42 -


Ces points de suspension n'expriment rien d'autre ; et
si ce n'6tait cela, pourquoi le Ministre des finances les
mettrait-il a1 ?- Si Mr MARCELIN 6tait content, charine
de ces documents ?... ne dirait-il pas, lui qui sait si bien
rendre sa pensee, quand il ecrit:
c Tels sont les documents a de valeur j, ( de haute valeur ,,
( important a tras important i, etc, etc, on quelqne
chose d'approchant ?
Mais, ecrire tout simpiement : a TELS SONT LES DOCU-
MENTS v. . . . . .
Qu'est-ce A dire ? Pas que a vous analyserez a que
vous appr4cierez P, je suppose. Car ce n'est pas avec des
points suspensifs que l'on dit ces choses-la: on est au con-
raire joyeux de les 6crire.
Parler de la brochure du Ministre des finances en re-
tranchant ces mots, tels qu'il sont 6crits, c'est d6figurer
la pensee de Mr MARCELIN et fourvover I'opinion publi-
que, deja si lente A se former chez nous dans les affaires
d'interet g6n6ral; c'est tromper sciemrnent le Corps L6-
gislalif appeal A se prononcer souverainement, s'il y a lieu un
jour (1), sur le different de la Banque.
Mr MARCELIN a pris sa revanche : vous voulez n6gocier
s'est-il dit: negocions. C'est la parties du C ROI-QUI-GACNE
qui recommence avec un autre VAN wiuck. Soit. Mais, j'af-
firme que je ne serai pas le ponte d6cav6 que, avec des
eclats de rire, l'on ramassera, apres la stance, ivre-mort,
plong6 dans un sommeil de vaincu desespere, devant la
table ensorceleuse au tapis vert. Je ne le serai pas, cette
fois-ci.
Effectivement, le Ministre des finances est sorti victo-
rieux de ces negociations,oh M. LiLAVOIS s'est monte d'une
perspicacity remarquable, car s'il n'avait pas subordonn6
son depart A l'acceptation par le Siege Social, de la Note
des a bases g6ddraless (2), it serait all A Paris sans but ar-


(I ) Secretairerie d'Etat des finances; Banque Nationale d'Ilaiti, page 5.
(2) Secretairerie d'Etat des Finances; Banque Nat. d'Haiti, page 26, 3me ligne








- 4. -


rWt, et se verrait force on de revenir immediatement sans
avoir rien fait ou de discuter a perte de vue, pendant sa
visit (4 ), sur toutes les questions qu'il croirait ? devoir
soumettre au Conseil d'Administration, tant sur les affairs
de la Banque que sur les affairesgdnerales?? d'Haiti-ainsi
que l'ecrivent I'impassable Pr6sident de la Banque, Mr
EWALD et le consolant Mr SANTALLIER (2 ).
L'on se Lrompe fort lorsqu'on croit a L'ABOU rISSEMENT
(3) d'une entente entire la Banque et le Gouvernement, sur-
#tout quand Mr MARc.LIN en appelle an pfuple, et kcrit A
la fin de sa brochure :
a TELS SONT LES DOCUMENTS .........
a DURAND CES DERNIFRESANNEES, LE DAPARTEMENTDES
< FINANCES, CONSCIENT DE SON DROIT, A EU A PRENDRE
e DEUX MEASURES IMPOSEES PAR LES CIRCONSTANCES : LA
R REDUCTION DES INTIRETS DE LA DETTE INTERIEURE ET
( LE RETRAIT DU SERVICE DE LA TRESORERIE DE LA BAN-
a QUE NATIONAL D'HAITI.
( EN DEPIT D'AVIS PESSIMISTES,CES DEUX MEASURES SONT
( DEPUIS LONGTEMPS, DANS LE DOMAINE DES FAITS ACCOM-
e PLIS SANS HEURT ET SANS COMPLICATIONS.
t SI DANS L'INTERET SUPERIEUR ET EVIDENT DE POSSE-
DER UN VERITABLE INSTRUMENT DE CREDIT, LE PEOPLE
( HAITIEN VEUT RENOUER AVEC LA BANQUE NATIONAL
K D'HAITI,IL LE POURRA SANS CRAINDRE A AUCUN MOMENT-
( LES PIECES CI-DESSUS L'ATABLISSENT AUCUNE CONSE-
a QUENCE FACHEUSE DE LA RESOLUTION DU 31 JUILLET
(( 905. )
COs lignes veulent dire quoi relisez bien- Remettre le
Service de la Tr6sorerie ?- ce qu'on lit mal !
Au contraire, elles disent expressement ( Mr MARCELIN
est un esprit qn'il faut connaitre ):
4 Si, dans I'interet sup6rieur et evident du Pays, la Ran-

(1) C'est ainsi que Mr Evvald qualilie la "mission il del6gue haitien. Se-
cretaire d'Eiat des finances- Bauque Nat. d Haiti, page 2S, 4Ae ligne.
2) Voir lettres Evvald et Santallier, page 27 A 31, dans m6me brochure.
k3) C'est le Nonvelliste qui avait par!i4' de cet aboutissement.











c que coaseiti ddentir nn VERITABLE instrument de Cr6dit,
r en acceptant les conditions du Gouvernement, en modi-
< fiant son contract, ses statits,le people peut renouer avec
( elle. Sans cela, il doit garden son Service de Tresorerie,
( sans craindre d aucun moment, aucune consequence fa-
( rhei ,e de la Rdsolution du. 31 Juillet 1905, puisque cette
n measure est depuis longtemps dans le domaine des faits
c accomplish et n'a jamais et6 I'objet d'ancunes complica-
a lions, malgr6 toutes les tentatives de la Banque de s'a-
dresser au Gouvernement franais qui ne la reconnaRt
< pas pour une s banquet frangaise ) et partant refuse de
c prendre sa cause en main ( I ).
Le simple bon sens, A defaut de renseignements precis
sur la question, doit faire comprendre que Mr MARCELIN
ne peut pas dire au people, sans s'avouer imnpuissant, de
renouer avec la Banque quand:
I, la Note relatant les ( Bases genArales de l'accord ) a
intervenir entire le Gouvernement et la Banque ( Secretai-
rerie d'Etat des tinances-Banque Nationale, (page 20),
note redigee par le Gouvernement, N'A PAS TIE ACCEPTEE
par le President du Conseil d'administration, Mr EWALD
( page 27 ), qui 6crit en ces terms au Secr6taire d'Etat
des finances:
(( Notre Directeur A Port-au-Prince a df vous faire
( CONNAITRE nos objections A la presque ? ? TOTALITT des
< concessions et sacrifices que le Gouvernement nous
< demand, ainsi que notre opinion sur les questions en
a cause ( page 27 ).

20 lorsque, par sa lettre du 19 Aoht 1908 ( page 28 ), qui
ne contient rien, mais RIEN de serieux, Mr SANTALLIER

(1) Secretaire d'Etat des finances, page 4, 26me alinea : En intervenant
le Ministre de France prend en main une cause franraise.
C'est cette phrase equivoque de la brochure publice par Mr Marcelinqui a
dd donner de I'aplomb au Gouvernement frangais pour intervenir d9ns I'affaire
de la Banque avec nous. VoilA ce que c'est de connaitre a demi, come Mr
Pouget les questions que I'on est appel i tra.er.








_-, 4) -


confirm le dire de Mr. EWALD, en expliquant clairemnent:
PREMItREMENT, qu'il faut donner A la Note le titrs de:
SBasesgendrales de discussion en vued'un accord P (p.29)
DEUXIMEMENT, que le Gouvernement doit ANNULER les
jugements rendus contre la Banque, dans une forme lega-
le qui lie les mains aux Gouvernernents FUTURS et aline
lenr droit de revenir sur les points r6ylgs ( page 30 );
TROISIkMKMENT, que la Banque ne peut pas dlever (quelle
erreur! ) le Pret Statutaire, mais qu'elle fera un Pr6t ex-
tra-Statutaire de P. 100.000 or americain et verra com-
pleter le reste de la some demanded en s'adressant A
un consortium de banquiers ( page 30); QUATRIaMEMENT,
que le Conseil d'Administration ne modifie pas le contract
quant aux commissions alloudes (page 30 ); CINQUIeME-
MENT, que la plupart des reformes du Projet de 1905, ne
Raraissent pas rdalisables et acceptable au Conseil d'Ad-
( ministration (1) ; SIXIMEMENT, qu'il faut changer le RA-
( glement sur le Service de la Trdsorerie (2); SEPTIAME-
( MENT, que Le S: Social n'accepte pas le Retrait immediate,
t car il y aurait DANGER de faire baisser trop rapidement
4 la prime de l'or (3); HUITIMEMEMNT, que notre Conseil
( POURRA?? s'occuper de la conversion de nos dettes in-
* terieures par la formation d'un Syndicat d'6tudes (4)

Le simple bon sens, dis-je, faith comprendre que M.
MARCELIN qui n'a encore donnd aucunes bases solides, ni
de bons mat6riaux pour RECONSTRUIRE, ne sautait, sans
se dejuger, conseiller au PEUPLE de renouer SIMPLEMENT,
BATEMENT ( je prie de me pardonner ce dernier mot),
avec une Banque que la Nation a presque d6molie, et qui
r siste toujours aux justesrdclamations du Gouvernement.


(1) On parole dotProjet de 1905 de la Commission Mixte,
(2) Mais on ne dit rien de ce qu'il f:ut changer, principalpment: le Con-
trat et les Statuts de la Banque.
(3) Danger de faire baisser la prime de I'or : c'est li une perle.
(4) Ge sera un autre Pretde 50 Millions oi nous serons encore PLUXts.











S'il en Mtait autremnnt, je croirai- i une comedie digne
de la foire oft VAUTRIN (1) est glorified. et M. le Commis-
saire (2) toujours hu6, battu par les spectateurs qui le
traitent d'Arlequin ; et je dirais :

< Rheleur-, prets A plrorer sons tons les regimnes;
( avocats plaidant toutes les causes ; athees, se faisant
< gloire de leur indifference, parcequ'ils sont INCAPABLES
( D S'EIEVER AUX PRINCIPES, a qui toutes les professions
< de foi sont pgales parce que leur dine a perdu le sens du
(( droil. ILS ONT DES JUSTIFICATIONS POUR TOUT ).
Je le dirais.
Oui, jP le dirais,si M. MARCELIT\ qni est 1n hiomme a
resources, ne poss6dait pas djai, an fond de sa serviette,
la piece qu'il doit lire devant les Chambres, i la surprise
general, de la DENONCIATION DU CONTRAT de la Banqne
National d'Haiti (3),
Mr MARCELIN ne saurait oublier ce qu'il a di( A M,'
'HAUSSAN, dans la stance du Sknat du 14 Mai 1907:
a Si la justice partage notre point de vue, si nous avons
< le bonheur d'oblenir un jugement qui condamne la Ban-
que a des restitutions pour I'emprunt de 50 millions,
< pour les commissions pr616v6es sur transports de fonds
( en province, pour les interkts illegalement percus sur
< le retrait du papier-monnaie; si nous obtenons, dis-je,
< ce jugement, nous serons obliges d'oparer des saisies,
< d'emp]oyer centre elle, si elle ne veut pas payer, certai-
< nes measures de rigneur. En vertu de ce jngement, nous
pourrons venir vous demander de rompre le contract qui
e nous lie a la Banque: ce qu'il nous etait possible de
a faire lors du process de la Consolidation et que nous
n'avons pas faith, TRES MALHEUREUSEMENT (4)


(1) Vautrin, c'est la Banque.
(2) Le Ministre des finances.
(3)11 ne 'a jamais eu, cette pi-ce ; ii n'y ajamais pensi non plus.
(4) Moniteur du 13:juillet 1907, No ',6, page 117, 3me colonne.









-.47 -


Les n6gociations n'ayant pas abouli, les jugemtents se-
ront done execut6s, et le Contrat d6nonc6 aux. Chambres.
L'uri et I'autre. .,
Ces n6gociations oft M. MARCELIN n'a pas, kchoue, et
qui ont Wtd dominoes par le sentiment populaire, sont
I'arrkt de mort de la Binque qui veut notre asservissement
6conomiqu., quand le Ministre (les finances a ecrit ( et
non dit) :
( Je crois que la post rit6 dira certainement que la Ri-
( SOLUTION par laquelle vous avez cree ~( la Recette et la
a D6pense # et ainsi remis notre Tresorerie aux mains de
a la Nation, tient nne des premieres places parmi les
a meilleurs actes de votre Legislature. L'avenir, sans dou-
a te, n'appartient A personnel. Mais si meme plus tard,
a dans le course des ans, par une conduite incorrect, par
a des proced6s rappelant ceux que vous avez fletris et
a qui ont justified la reprise de notre service de Tr6sore-
a rie de la Banque Nationale d'Haiti, des fonctionnaires,
t Ministres ou Directeurs, infideles A I'honneur, infidiles
A a votre pensie d'affranchissement vis-d-vis de l'Etranger,
i repudiaient les principles d'ordre et de regularity, de
a devouement au droit et A la Patrie, pratiquees actuelle-
a ment parla a Recette et la Depense D, votre gloire ne
a serait pas pour cela comprise. La responsabilit6 de cette
a faillite appartiendrait entire, et indiscutablement, A
e ceux qui n'auraient pas su garder l'hdritage don't ils
a avaient etd ddpossddds et que vous leur aviez restitud. ) (1)
People, Public, LEgislateurs, vous tous A qui M. MAR-
CELIN, dans un moment supreme, en a appele par ces
mots, expressifs au delA de tout degr :
< TELS SONT LES DOCUMENTS) .. ...



rengagerez-vous le Service de la Trdsorerie que, dans un

(1) Expos6 gAneral de la situation 19'6), page 33.









-48-


moment d'aberration politique et financiere, un Gouver-
nement precedent avait confi6 A des mains que DESSALI-
NES aurait tenaill6es s'il vivait encore ? A des mains per-
fides qui ont travaill6 dans I'ombre, centre nous, pendant
la journee'terrible et combien inoubliable, du 6 D6cem-
bre;(1) qui ont refuse de 1'argent pour la c6elbration du
centenaire de notre ind6pendance et qui fomentent la
guerre civil chez nous ?
Hypothequerez-vous encore cet heritage que le Gouver-
nement nous a repris de haute main ?
c TELS SONT LES DOCUMENTS . ..
Continuons les points si le coeur nous en dit, mais
c'est-IA un petit jeu..... tres dangereux, tr6s compromet-
tant pour la Republique, et auquel je conseille de porter
la plus grande attention: il peut faire le bonheur de quel-
ques-uns..... mais non celui du Pays.
Sortons du vide, de l'imprecis, du vague; laissons de
c6t6 les terms oratoires don't le danger est connu dans
les discussions d'affaires; abandonnons les theses de la
sensibility, de l'humanit6 qu'attire la constatation de nos
malheurs avec la Banque, et attachons-nous A la reality :

DENON(ONS LE CONTRACT DE LA BANQUE (2 )

M. MARCELIN ne dit pas autrement, I'orsqn'il 6crit :
r Ce n'est pas le Dipartement qui a eu l'iniliative de ces
ndgociations.( 3 )
Cette affirmation sous-entend que le Gouvernement se
sent fort dans la question et allait ex6cuter les jugements
rendus, sans les dites negociations:


(1) Sans M. Pouget (Ls. Ed) actuellement Ministre des finances, nous
n'aurions pas eu cette journ6e : c'est sa precipitation a prendre contact avec
I'Empereur d'Allemagne, avant I'heuce et au mepris des usages diplomati-
ques, qui avait coipl6tement indispose le Comte deSclu'wi~ g centre nous.
(2) Voir page 4 *aprks. ~s- /
(3) Secr6tairerie d'Etat des finances : Banque Nationale d'Haiti, page 3.









- 49 -


Qui demand a n6gocier, doute deja de la victoire et
n'est pas loin de capituler : que M. MARCELIN se le rap-
pelle. Qu'il ait aussi present a I'esprit ce vers dn grand
tragique francais :
a Qui veut mourir ou vaincre, est vaincu rarement.

La conclusion-M. MARCELIN a conhlu de la brochu-
re di Ministre des finances est la consequence inivita-
ble, forcee de sa r6ponse au Senateur AUSSAN ; ii y a
mieux : elle est conform a la vie publique, a la via po-
litique entire de M. MARCELIN qui a sign le MESSAGE
du 29 Aofit 1884, de la CHAMBRE DES REPRESENTANTS au
Secr6taire d'Etat de I'Int6rieur contre la Banque Na-
tionale et qui a Wet prophete, une second fois, en 6cri-
vant ces mots fatidiques :
< Si la paix rigne dans le Payvs-et elle In sanrait r1-
< gner que grace uine administration honnr"te, intelli-
< gente, laborieuse et 6nergique, le premier devoir du
< Ministre des finances d'une telle administration, sera
( de faire de l'Mlargissement du cercle ofi se ment pre-
( sentement la Banque, la PLATEFORME DE SA POLITIQUE.
( Cet instrument de credit d6fectueux nt peun lui donner
a les garanties necessaires a la consolidation de la paix
(( publique qui n'est solide, il ne faut pas I'oublier, qie
lorsqu'elle repose sir le travail largement f&-ondP et
a exploit.
( Si la pai.c piblique dtail tuw nouIv'lte, f,)i troilde' an
< grand dommage des Iravailleur.;, une revolution que.i-
< conque se poserait et rdsoudrait, violemment pent-0tre,
la question qu'on se posait il y a quelques mois, dans
a le Nord de f'ile :

( Que ferons-nous de la Banque ? > (1)

M. MARCELIN ecrivait ces lines en 1890, Et cette paix
a etL tronblee en 1902. La revolution de 1902 n'a pas ba-
( ) Banque Nationale d'llaiti, par F. 'Marcelin, pages 9., H;.










lay, la Banque, 6vitant truire violemment, qui amenerait a coup sir, vu la dis-
position hostile de certain groups strangers, la catastro-
phe finale oi tout le monde serait prkcipit6, M. MARCE-
LIN, Vous et moi. Mais cette revolution qui a change de
forme, qui est devenne une revolution sans coups de fu-
sil, la plus terrible qu'il y ait, continue, furieuse, contre
la Banque ; et elle ne s'arretera que quand les miurailles
decette Institution crouleront, of qu'elle courbera la tote
devant la loi (1)que le devoir impose a nos hommes
d'Etat de lui prescrire, pour avoir, dans l'infiret supdrieur
et evident du Pays, une bonne Banque, une Banque vrai-
ment, sincerement national, un VERITABLE INSTRU-
MENT de credit, reposant sur des bases autrement solides
que celles produites par M. Marcelin dans les negotiations
avec le malheureux VAN WIjCK, et pendant les dernierps
negociations don't la triste histoire a ete close par ces
mots:
< TELS SONT LES DOCUMENTS . .
Voudra-t-elle devenir, la Banque Nationale d'Haiti que
nous connaissons tous, un VERITABLE INSTRUMENT de
credit ?
Nous repondons par la negative.
(( Car quand la Banque pouvait le faire, elle ne I'a pas
e voulu; et le voulilt-elle aujourd'hui, qu'elle en serait in-
A capable. "

C. D. (J.S.)



M ehinOll'


.I'ajoute P ininmoire, car on pent affirmer que, chez
nous, dans toute affaire longue et compliqu6e, les hom-
mes, apres quelques jours, ne sont plus en Otat d'aperce-

k 1 ) Un autre CONTRAT et d'autres STATUTS.








- 51 -


voir l'ensemble des discussions dans leurs points essen-
tiels, et A plus forte raison de se faire une opinion justifiee.
Leur memoire peu exercee se refuse au tour de force
qu'on exige d'elle; ils subissent passivement ces discus-
sions qui se supperposent en couches successive, se pe-
netrant, se coagulant, en une masse informed dans leurs
cerveaux fatigues. Aussi l'impression que leur produira
tel ou tel raisonnement, resultera presque toujours, non
des faits patiemment studies, mais de l'apparence ext6-
rieure, de la plastique du temoignage, du style brilliant
d'un auteur qui 6crit des choses hasardeuses, ou de la
forte voix d'un orateur audacieux don't les discours, quatre-
vingt dix-neuf fois sur cent, roulent, comme ceux de
Pouget, sur des banalites plus on moins bien debitees.
Cela dit, voici 1'6tat de l'affaire de la Banque, qui se di-
vise en trois parties distinctes.

PREMIERE PARTIES.

Le Service de la Tr6sorerie suspend volontairement,
autoritairement par la Banque, lui a Wte repris, suivant
L'ORDRE DU JOUR de la CHAMBER des DEPUTIES, du 31
juillet 1905 :

a parce que cette Institution s'6tait r6fusee a l'execn-
tion de SA LETTRE-CONDITION du 17juillet 1905 sui-
vie de la RESOLUTION du Corps LUgislatif reclamte
par elle et d6clarant les ordres et instructions du
Secr6taire d'Etat des finances obligatoires pour la
Banque ;
b par ce que la Banaue n'avait pas pavy la ration de
la sernaine du 24-29 juillet 1903 de la -arlison de
Port-au-Prince, quoiqu'ayant des fonds disponibles
pour comnpte de la Republique.

DEUXITEME PARTIES.

La deuxieme parties comprend les process intents i. la
anq ne :









-- 52, ---

a pour commissions indda.m ',t prelevwes parele pour
frais de transports de fonids de Port-au-Prince a la
c6te, et vice versa, eaviron P. 65 030 o: americain;
b pour commissions tou hF i en plus sur les remi-
ses faites pour compete de 'Etat a l'Etranger, prin-
cipalement pour Pret 1835 et E'nprunt 1875 :
P. 4. 914.69 or americain.
c pour commissions prelevees en plus, en violation
de 1'article 94 de la loi du 11 Aout 1903, service Re-
trait, ( la Banque a Wte condamnee, par jugement
du 16 Dcemnbre 1907, a verser a I'Etat, outre les
int6erts et frais : P. 43.568.08, avec une astrlinte
de P. 10 par jour de retard,- voir ( Gazette des
Tribunaux No le', du 1e Janvier 1908; )
d Pour commissions touches en plus sur ventes
('or pour le gouverneinentt: P. 600- en attendant
la continuation des recherches par le Departement
des finances;
e Pour P. 4 000 dollars or am: pris sans ordre duSe-
cretaire d'Etatdes finances an com!,te < Paiements et passes au credit d'un avocat, Me Bo-
namy, pour fraiset honorairesde I'affaire Kuinhardt
& Co ( celte question a Wt6 r6glIe en refWre4 a la
satisfaction dn Gonvernpment );
f Pour BON-MASSIMI qii se Irouve en circulation
apres son annulation.
g Pour Prlt 1896, de 50 millions de francs -la Ban-
que est assign4e a rembourser environ P. 341.000
dollars d'or, sans compterles frais, int-r4ts et dom-
mages.

TROISIENME PARTIES.

Cette parties se compose :
a lie modifications demands et Ait detmander au
(Cotwran et anx StantuI de la Bnnqie ;











b De modifications a apporter au e R6glement sur le
Service de la Tr6sorerie );
c De la convention pour le ( Retrait du papier-mon-
naie.

En attendant que je public les Statuts et le Contrat de la
Banque MODIFI9S, j'attire I'attention du Gouverne-
ment d'une faQon special sur les points suivants:

a Je n'ai vu nulle part, ni dans les projects de la Com-
mission-Mixte, nidans lacorrespondance vaguo des
Secritaires d'Etat des finances avec la BanlIoe, ni
dans les dernikres negociationrs, reclamer I'etablis-
sement DU COMPTE-COUHANT a INTERETS REC!PRO-
QUES entire I'Etat et la Banque. Si ce compete exis-
tait depuis 1881, le Pret Statutaire nous revien-
drait a rien, malgr! les int6rits et la commission
de Banque (pourquoi cette commission? ) que nous
payons dessus; et M. Marcelin se garderait hien,
pour ne pas leser les interets de I'Etat, de payer
d'avance les coupons de nos Dettes ( I ).
b L'article 51 desStatuts doit .tre chai n. car I'on ne
peut pas dissoudre la Banque quand on veut, pour
quelque cause que ce soit, sans indemniser 1'Etat
Haitiein.
c Le Gonvernement ne doit pas demordre pour les
P. 600.000 dollars d'or du Pr't Statutaire, ca' la
Banque est obligee de les lui verser, malgre la let-
tre du 24 juillet 1908 de M. EWALD, disant quie la
Banque ne peut rien fire en dehors de ses Sta-
tuts. (2)


1 ) Les choses etait ainoi, e'est-i-dire ce compte-courant n'existant pas,
M. Marcelin a raison d'agir de cette faron, au lieu de aisser dormir dans !es
coffres de I a Banque un argent qui ne nous rapporte aucun benelice : au
moins, il realise vite, le Ministre, par la .O01 du 11 AOUT .103, une recette
pour le service public.
2) S critairerie d'Etat des finances: Banque Nationale d'Haiti, p:ge 27.












Ce qui est en dehors de ses status, e'est bien la
response, quant au pr6t Statutaire, remise le 17
Avril 1908 par M. SANTALLIER, au nom de la Ban-
que :
(( I sera IMPOSSIBLE de faire accepter par I'As-
semblde gdndrale extraordinaire des actionnaires
L'AUGMENTATION > ? ? du Pret Statutaire. (1)
d Le Gouvernement doit porter la Banque a faire,
ELLE-MEME, te RETRA[T, h I'aide de ses PROPRES
BILLETS, ayant pour couverture metallique une
valeur de 2 millions on plus de dollars or amnri-
cain qu'elle nous avancerait centre des affectations
sur nos douanes.
O0 prtndra-t-elle ces 2 millions d'or, repondra-t-on ?
D'abord, des 20 millions de francs qu'elle a en reserve
et qui lui out faith realiser de magnifiques benefices lors
de la crise inonetaire de l'autre jour aux Etats-Unis;
ensuite. en observant l'article7 deses statuts,ainsi congu:


I ) Secretairerie d'Etat des finances : Banque Nat. d'Haiti page 9.- O a-
t-il trouve cela, Mr Santallier ? Le Si ge Social a t-il pa lui 6crire une pareill"
enormity, pour ne pas me servir du mot de t mensongc- applicable en la
circonstance ?
Accepter la PROPOSITION continue dans la R6ponse da 17 Avril, du Di-
recteur de la Banuue. strait mnconnaitre nos droits, at nne tfiute piri que
cello de I'acceptation inconsidbrbe de M. Marce!in du Tribunal Arbitral.Pren-
tire les 100.000 dollars et consentir A la conversion en or am. du PrMt Statu-
taire. a tant pour olo, ce serait prouver dl6initivement que le government
n'a pas eu encore la chance de trouver I'homnie capable de lni rIgler I'af-
faire de la Banque et de d6fendre intelligemment, pieces a l'appui, les inte-
rkts du Pays.
D'abord, convertir quoi ?...-les P. 300 000 gourdes ( nationals ou paper
monnaie ), mais nous ne les devons plus a la Banque, ou plut6t ELLES DOI-
VENT PTRE CENSEES COMPENSEES SUR les valeurs que cette Institution
A A NOUS RESTITUER du chef de nos rkelamations, soient P. 360.000 dol-
lars d'or pris.
Convertir les P. 300.000 gourdes A 50 olo ? mais le DEIBIT de notre compete
est en blanc i la Banque,par ca que j(. viens de dire et qui est reel, de la com
pensation A etablir.
Si cette conversion que la Banque pursuit avei acharnemnent etait un ohs-
tacle, daus le temps, 5 la remise de ces P. 60' 0 )0 dollars au Gouvernement,












4 Le capital de la Banque pourra itre Rleve, en UNE ou
PLUSIEURS fois, jusqu'd concurrence de 50 millions de
francs ??? par decision de l'Assemblde gindrale ORDTNAI-
RE ( ). Au deld de 50 millions de francs, le capital ne
pourra Otre augment que par ddlibiration de l'assemblhe ex-
traordinaire. '
Si la Banque n'a pas un int6ret direct dans les affecta-
tions pour le Retrait, ce retrait se fera toujours commeles
retraits anterieurs depuis 1885, c'est-A-dire..... sur le pa-
pier; elle corrompera les Gouvernements futurs qui dis-
poseront, avec sa complicity, des dites affectations.

e La Banque doit nous donner une Monnaie Natio-
nale A plein titre, sans quoi le Retrait, meme fait
par elle dans les conditions ci-dessus, ne servira
pas A grand'chose.- Cette.monnaie, c'est la base :
sans elle, pas d'espoir.

f Le Gouvernement peut DENONCER le control de la
Banque, en mettant les jugements rendus centre
elle A execution sans se soucier de l'article 2 de
ce contract, qui dit:
t Le Gouvernement aura dans ce cas, et au moment de


aujourd'hui qu'elle n'est plus soutenable, cette conversion, qu'elle est impos-
sible parce que le CREDIT de notre compte est plus fort que le debit, vu les
compensations A op6rer, qu'attend done la Banque pour verser les P. 600.000
dollars au Pays?-Quelle histoire de P. 100.000 dollars et de consortium vient
elle nous chanter pour nous tromper ou gagner du temps, en attendant un
autre Gouvernement assez faible pour avaler ses glus !
1 ) Pourquoi nous etourdir avee L'ASSEMBLEE GENERALE EXTRAOH-
DINAIRE,lorsque les status parent aussi de I'Assemblee GenBrale ordinaire,
don't ils limitent les pouvoirs et indiquent quand-est-ce que Iintervention
de A L'EXTRAORDINAIRE Y doit et peut avoir lieu !
N'est-ce pas !e moment pour la Banque ou jamais, d'augmenter son capital
en une seule fois, A 50 millions de francs, afin de nous aider A sortir le Pays
de la position ou elle I'a accule par une exploitation sans misericorde de juifs?
Si elle ne s'empresse pas de le faire, au lieu de nous offrir des EMPRUNTS
EXTRA-STATUTAIRES ( papier-monnaie centre or a tant olo le mois), quand
done, grand Dieu, le lera-t-elle QUAND* C'est a dtsespurer, an verite-


- 55 -









- 56 -


a la denonciation, a payer A la Banque tout ce qu'il pour-
a ra lui devoir en capital, int6erts et commissions.
< Ce remboursement devra avoir lieu en francs et au
4K pair. )
Aux proph6tes de malheur qui tremblent sans cease
devant des riens ; A ceux-IA q(ui ne sont pas docteurs en
patriotism et qui partant doivent etre fermes, sans penser
au lendemain : aux ( pontifes D qui tAtonnent et s'6garent
toujours dans les plaidoiries des causes qu'ils entrepren-
nent, faute de les connaltre, de les avoir ktudiees A fond ;
S aux ( savants D don't les preoccupations d'ambition, de
succ6s ofi de d6faite personnelle, don't les int6rets de
coterie et de PARTI font d6vier, sans cesse, le d6bat ac-
tuel et 1'entrainent dans des digressions lointaines ; a
ces ( barons a de la discussion perp6tuelle, du parlage
absurde ; A tous ces a seigneurs ) qui ne peuvent ouvrir
la bonche sans citer PAUL LEROY-BAULIEU, DALLOZ, etc, etc,
je demand d'6tre calmes, de ne pas s'inquieter outre me-
sure, quand on conseille de d6noncer le contract de la
Banque.
Cet article 2 que je viens de citer n'a plus aucune signi-
/ ication dans ce contract : la, il me fait I'effet d'un manne-
Squin plac6 dans les arbres pour faire peur aux mnoin ux.
Ne soyons pas moineaux, et c'est tout.
Comme je I'avais fait pour I'article 23 du contract de la
Banque concernant le Tribunal Arbitral, je prouverai que
cet article 2 ne doit pas emp6clier de dormir, et que
VAN WIJCK l'avait invoqu6, comme d'autres le front, mal
a propos, sans le comprendre. (1
Le boil VAN WIJCK qui croyait effrayer les gens 1
Denongons le contract de la Banque pour nous montrer
6nergiques.
-( II ne nous est pas defend. devant les resultats don't
c nous sommes les timoins et les victims (2), de chercher,


I Rapport Marcelin aux ChaiAbres, page 79-
2) 1.'nuteur. M. MNrcelin, parole de la Banqam.











K l'instrument approprid At notre r6egenration. C'est notre
( devoir D.
411 Iest urgent de secouer notre torpeur et de songer a
a quelque chose de sdrieux et de DECISIF. ) (I)
La vdrite de ces paroles est manifesto : elle se prouve
par l'echouement des dernieres n6gociations Carteron et
par le rejet de la presque totality (2) des ( bases )
posees par le Ministre des finances et fournies par un autre
assure-t-on.
La CAUSE (3) de la Banque est done insoutenable, per-
due, d'autant plus que le Secr6taire d'Etat des finances,
lui-meme, I'a d6jA ddclard.
II I'a,dans un 6crit recent de 1905, condamnbe A JAMAIS,
cette cause, par des arguments puissants, irr6sistibles. au-
trement solides que les ( bases gdn6rales :
II appelle I'americain d la place du francais. (4)
A-t-il raison ou a-t-il tort, Mr MARCELIN ?-I1 y a i une
question d'aprdciation, et l'on ne pent apprecier que si l'on
a I'exp6rience, ou a peu pr6s, du Ministre des finances.
Cependant, j'aurais, moi, par prudence-je ne dis pas
pour Otre inddpendant, laisse le francais dans on avee SA
< Banque Nationale d'Haiti D, et garderais mon SERVICE
DE LA TRaSORERIE, ENT1ER, au91 de la Place de la Paix.
( Victorieusement, M. Marcelin me repondra : ( rcela ne
fera ni chad, ni froid, car Cuba et la Dominicani n'dvo-


1 ) Une Evolution Necessaire. par Marcelin.
2 ) II faut dire la TOTALITE, puisqu'en fait., aucune de ces a bases n'a
At6 EXPRESSEMENT accepted.
3) SecrBt. d'Etat des tinances.- Banque Nationale d'Haiti pages 3 et 4.
4 )SecrBtairerie d'Etat des finances: Banque Nationale d'Haiti, page 7.-
En parlant du trancais, je me rappelle le telJgramme du 7 avril 1908 fait par
Mr. Carteron Ministre de France, en Haiti. Ce telegramme con-
tient une erreur quantau Pr6t Statutaire ; elle ne provient pas, bien enten-
du, de M. Carteron., mais de ce que l'aftaire de la Banque ne lui a pas ete as-
sez bien exposee par les repr6sentants du Gouvernement haitien.
Le Ministre de France le constatera, avec surprise, quand je publierai mon
ktude d6taillee sur le dit Pret et les n6gociations ( totes) avec la Banque. En









-58 -


g luent que par l'arrivie des A 4dricains che; eux : les latir
a y ont echoud ).
Je ferme implement la parenthese et achbve ce que je
disais.
La Banque de la Rue du Magasin de l'Etat peut-elle con-
tinuer A ktre la Banque Nationale d'Haiti, SANS LE SER-
VICE DE La TRESORERiE ?
Voil une question qui merite d'etre 6tudiee sans parti-
pris, dans le calme le plus absolu. Aussi, j'invite mes
confreres de la Presse A la resoudre avec inoi.


attendant, le Pays lui saurait gre de savoir DIRECTEMENT de I'Admiiistra-
tion de l'Enregistrement, des Domaines et du Timbre, en France, quelle
est la position du CONTRAT et des STATUTS de la Banque Nat. d'Haiti, de-
puis 1894.
Si le Ministre d'Haiti i Paris pouvait en fair autant, il rendrait un grand
service a son Pays.
Une second fois, je price le Ministre des finances de publier le plus-tot, les
lettres de la Banque concernant la LOI-FOUCHARD de 1895. II m'avait mr-
me promise de m'en donner connaissance si je passais A son Ministare.
Dans ce contract de 1895, 1'6mission des BILLETS OR est permise A la Ban-
que on est d'accord sur les frais d'envois de fojds de Port-au-Prince A la
C6te, de la C6te & Port-au-Prince, QUOI done a pu emp4cher l'ex6cution de
la Loi de Septembre 1895 ? si ce n'est cette conversion intempestive des
premieres P. 300.000 GOURDES en or arnricain, au taux du jour. Je soup-
conne cela. Je demand simplement ces lettres pour contr6ler mon soupcon.
Que je les aie ou non. on doit se persuader que j'entreprcnds quand meme
mon etude sur le Prkt Statutaire ; et s'il m'arrivait de commettre une erreur
j'aurais au moins I'excuse d'avoir fait le necessaire pour 1'eviter, en recla-
mant les dites lettres A TEMPS.
.le prie le President de la Rtpublique PERSONNELLEMENT, car tout le
monde s'adresse i Luli dir;cte nant dans la "q:''istioa", de rester dans I ex-
pectativejusqu'A la publication de cetta etude, l'une des plus s6rieuses et en
mieme temps des plus curieuses de l'histaire-de la Banque Nationale d'IHati.
De meme que j'ai eclair6, en commentant l'article 23 du contract de la Ban-
que, le point concernant le Tribunal Arbitral, de myme je proinets de prou-
ver que I'on a pache daus la conduite des n6gociations entire le Gouverne-
ment et la Binque ; que les Administrateurs de cet Etablissement sont dans
I'obligation, EN OBSERVANT LES STATUS DE LEUR BANQUE ET SANS
MANQUER AUX DEVOIRS QUI LEUR INCUMBENT VIS-A-VIS DE LEURS
ACTIONNAIRES ( SecrBtairerie d'Etat des finanoes, Banque Nationale d'Haiti
page 27), de verser les P. 0)0.000 dollars au Gouvernement d'Haiti, et qu'il y a












Partout,dans l'Univers,oa il y a des Banques Nationales,
rentre-t-il forc6ment, dans leurs attributions, est-il de
priocipe qu'on leur confie le Service de la Trdsorerie, qu'on
les initie,sansrestriction,dans les aflaires i itim s des Pays
oh elles fonctionnent ?
La France,par exemple-puisque nous copions toujours
la France- a-t-elle enfoli son Service de Tresorerie a la
BANQUE DE FRANCE, bien ue cee et Ban3muie. don't le
contract a kte modified 13FOIS en 97 ans, lii aitrendu et lui
rendjles plus grands, les plus 6minents services que l'on
peut attendre d'un Etablissemnent de ce genre, soit en
temps de paix, soit en temps de guerre ?
M nme apres qne cette Institution I'avait pnissamnment
aide A payer les milliards de 1870, pour refouler de son
territoire envahi les armies allemandes victoriuses, la
France, cette France, que nous aimons tons, n'a pas jug,
prudent de dinner I'Administration de sa TraHIORRRIE a
une Socidd par actions don't, lisez bien, s'il voiis plait


une simple erreur on une erreur voulue, calculie. dans in r6ponse de M.
Santallier lorsqu'il ecrit:" QU'IL SERA IMPOSSIBLE DE FARE ACCEPTED
PAR L'ASSEMBILE GENIERALE EXTRAORDINAIRE DJS ACTIONNAIRES
I'Augnmentation de I'Vvance Statutaire.' Secr6tairerie d'Etat des tfnances.-
Banq. Nat. d'Haiti, page 9.
Qunnd je colnmencerai, ipiand je inirai ce travail : \,)il:. .I: n'en sais ri:i
Car dans un pays pliril, oi i ftaut courir A droite et a gauche, quelque fois
vainetielnt,pouir avoir telles pieces, tels rrnseignt-mi.nts, la lixation d'une late
n'est pas chose ais6e. On voit d'ici cc quc c'est, quand la mauvaise foi, la
passion, I'ambition, I'ignorance. I'goismre orgueilleux et incapable se met-
tent de la partie.-Je ne veux pas manquer de parier d'une conversation que
j'ai eue, cette semaine, avec I'ancien Pr6sident de la Cornmission d'Enquete-
Devant les pieces autlientiqiuesque j'ai fait passer sous ses veux et les expli-
cations detaillepJque ij lni ai fournies. Mr Carille Bruno, un des homnies les
plus intelligent de ce pays. m'a avou;, ni'a confessed, qu'il s'btait trompe et
vec lui luila Commission miixte, Mr. Marcelin et d'autres, dans la conduite des
affairs en litige de la Banque : qu'il ignorait coniplitement que I'6tat de la
,question" fnt tel que je ui ai prouve,et que I CGouvernement,puisqu'il en est
ainsi SERA CERTAINEMEMT VAINQUETIt' dans sa lutte avec la Banque.
~W 'aveu sincere de Mr Camille Bruno- je ne dis pas ON- tin des hom-
rnes les plus important ( les membres de la Commission mixte ne le sont
pis moins ) de Port-au-Prince, est la justification de tout ce que j.'ai icrit


--59--









(GO -


L'ACC ? coinme nmembres d- 1'Assembl6e general, est
INTERDIT?? aux STRANGERS ( 1).
II n'y a que des frangais, et des plus important a la
tOte de la Banque de France, et I'Etat francais fait PERSON-
NELLEMENT SOn Service de Tresorerie.
Ii n'est liH a cette Banque que par un COMPTE-COURANT.
Etablissons-en un entire le Couvernement et la Banque
National d'Haiti, et tout sera regl6. La paix sera faite
entire le Pays et la dite Banque.
La conscience national, ce qui est mieux que I'opinion
publique EN HAITI(2), protest 6nergiquenent contrt I'acte
de 1880, d'avoir remis notre Trisorerie A I'ETRANGER ; elle
s'6tait manifestee sous SALOMON meme, par le retrait, en
deux fois differentes, de ce Service a la Banque ( DAMIEK
et FOUCHARD); et elle se manifeste encore, tenace, sous le
General Nord et le President Simon.
Quard DOMINGUE fonda la Bdnque de l'Avenir, il ne l'a
remplit pas d'6trangers ( ); et SEPTIMUS RAMEAU serait,
desol, se serait revolt A I'idee d'investir, par contract
une SocIET& ANONYME qqelconque, aRGI PAR UNK LOI
ETRANCERE,du droit de percevoir nos regettes et de payer
nos defenses, ou en d'autres terms, de faire le Service

jusqu'ici sur la Banque ;i savoir que I'on s'est trompe- de bonne foi,je
n'empresse d'ajouter- dans la defense des interets du pays.
.I veux bien croire que I'ancien Commissaire du Gouvernemnent pres la Ban-
que, ni'excusera d'avoir, sans sa permission, rapport cette conversation. Je
ne I'ai fait d'ailleurs que dans la louable intention de rendre service dans la
question en debat
(1) Art. 14 de la loi du 2s Avril 1803 relative a la Banque de France- Les
Codes trancais par Tripier, page 1051.
( 2 ) Ce sont QUELQUES-UNS, coUmme dit M. Marcelin, qui la font ou qu
r-saient de la fire ici. Et, allez voir ces quelques uns Leurs
specimens se recontrent dans cette bande de vagabonds habilles et i gages-
Oh les,/claquaurs fonvies ai la Ciambre des repr6sentaats lors de l'interpel-
lation-Pouget, quant aux bi!itts de P. 5 don't il a dktourn6, sciernment, I'af-
Sfectation pendant cinq mois.
(1) L'6tranger n'en n'etait pas exclu non plus, temoins: Lazarre et Mos-
santojeune, ce dernier etait I'AGENT DU GOUVERNEMENT a -la sus-dite
Saaqu'









- CI -


de la Trdsorerie de la R6publique,en lieu et place de I'HAI-
TIEN.-Le Ministre de Domingue avait plus de patrio-
tisme et de dignity que celui de Salomon.
Les LUgislateurs de 1880, comme je 1'ai dija dit dans
L'ACTUALITE, n'ont jamais eu I'intention de fonder une
Banque reelle, capable d'6tre utile an Pays au triple point
de vne commercial, industrial et agricole; sous I'6tiquette
pompeuse de Banque Nationale d'Haiti.ils ont instalit hii-
tivement, A Port-an-Prince, une Socit(d qui, pour touted
mission, devait fournir les movens n@cessaires de com-
battre les parties politiques qni leur faisaient ombrage; une
Banque qui n'a rien de national ni par les sentiments, ni
par les Statuts, car ces derniers disent, en tontes lettres-
que cette Socibdt est cr6eeponr fonctionner en France, et
d'apr s une loi frangaise.
En effet, la Banque, quoique NON FR.AN(~ SE, est
1o sous I'empire de la loi francaise de 1867 ; elle,'6chappef-'1
a notre Legislation, suivant I'acte pass an rrpport dt
Me DjFOUR, notaire a Paris, par M. HENRY DURIEU, pour
la realisation de la concession a lui accorded par les D6-
crets des 10 et 15 Septembre 1880.
2o Elle s'occupe, ici, seulement du Service de la r so-
rerie et fail les vMritables operations de blanque, ld-bha, ofi
les n'uf dixi'!nes de son capital sont place's, niin i (i
Inous !'apprennent ses comptes-rtendus de lin d'anie.
3- Son siage ,pincipal est a Paris, oif se tiennent ses
Adrninistrato.rs (ni communiquen-t avec nous par tlI'-
/rammes ou par cdblogrammes ; nons ignorons totalenent
ce que tait NOTRE Banque Nationale d'Haiti en dehors
(I'Hlati- et mime EN Haiti.
-o Quand son contract prendra tin : (ne riez pas, car c'esr
vrai ce que j'ecris Il), nous I'ignorons aussi.Et ce ne sont pas
les inoins coinpetents qui ofit erri', sur ce point..Ie Io pron-
verai en parlant des travaux de la Coomimission Mixte, oif
cependant figurait M FREDiRHiQUE M \RCELIN- come
MA-NDATx[IRE..... de la IBanqu il est vrai. ( Monsieur
MARCELIN a en la reputation de bien connaitre !es alfaires
de cet Etablissement. )









- 62 -


A une Banque, a une vraie Banque, les LUgislateurs de
1880 et Le Ministre des finances de Salomon n'y ont ja-
mais pens6 !
Les actes officials de 1'6poque le prouvent surabondam-
ment:
S...... ................... Cette Banque
rendra de grands et incontestables services ;MAS ? le Gouver-
nement N'ENTEND PAS LE DISSIMULER ?? L'OBJET PRINCI-
PAL??? QU'IL A EN VUE est d'dtablir sur des bases solides (1)
LE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE LA TRESO-
RERIE ) (2)
Personne en Haiti, A commencer par moi, n'est contre
les banques en general, ni contre aucune Banque en
particulier, mais tout le monde, le Gouvernement en tete,
demand la modification du CONTRAT et des STATUTS de la
Banque Nationale d'Halti, afin qu'elle remplisse ses vAri-
tables fonrtions de banque, qu'elle rende des services ne-
cessaires au Pays, et qu'elle devienne VRAIMENT une Ban-
que Nationale par l'emploi de ses fonds.
e( Vox POPULT, Vox DEI i.
Sans ce changement RADICAL des actes constitutifs de
la Banque-et cela n'arrivera pas avec son entetement et
son egoisme- le Gouvernement ilaiien, qu'il y ait a sa
1tte le Gne6ral NORD ou tout antre, c'est aujourd'hui le
Gen6ral A. Simoni transf6rera l'autre parties, le reste si on
aime mnieux, du SERVICE DE LA TRESORERIE al ( BUREAU
DE LA RECETTE ET DE LA DEFENSE soutenu qu'il est par
L'OPINION PUBLIQUE qui est contre ia Banque Nationale
d'Haiti,.depuis UN an? ? apr&s sa foundation.
Concurreminent avec ce transfer, le remaniement du
dit Bureiu s'impose d'une facai absolute, san; lenteur.
A la Banque oi il y a moins d'employes, on rencontre
plus d'ordre, plus de respect, plus d'activite, plus de re-

(1)Touiours ds bss.... slides: quand lone finirons-nous de les invo-
q ner pour rien, ces bases.... o
(2) EXPOSE DES MTOTIFS DU PROJECT DE DI'CRET pour la creation de la
Banque Nationale d'Haiti, page 6.









- (, -


gularitl etmoinsd'omnipotence et de cesarisme dans I'ex6-
cution du service. Je n'ai pas parle de morality, car la
Banque, ELLE, est ddjd jug6e.
Le Bureau de la ( Recette et de la Depense ) a besoin
d'etre hierarchis, ame6ior6, perfectionn6. Sa Direction
doit 6tre une et non sparse entire les mains de plusieurs ;
elle doit reliever seulement du Ministre des finances et
non d'aucuns personnages politiques en faveur, d'aucun
President au petit pied, d'aucun President in partlibus.
Je ne d6nigre pas mes compatriotes a qui je souhaite
de rester en possession de notre Service de Trdsorerie, mais
je dis la une chose, une v6rit6 qui creve les yeux et qui,
je le souhaite encore, fera r6fl6chir et changer de conduite
a ceux-la des employs et fonctionnaires publics qui ne
comprennent pas assez encore la signification du retrait
du Service de la Tr6sorerie a la Banque; qui ne l'appre-
cient pas suffisamment.
Nous devons faire autant que la Banque, sinon mieux
au Service de la Recette et de la D6pense.(1)

C. DAUTANT J. ( Suis)


(1) Si l'on avait bien pesA mes paroles quand j'ecrivais ces lines fin 1908,
le deficit de P. 42,500- est-ce le seul, je me le demand ne se constate-
rait pas.
Apres Mr Pouget, on decouvrtra put-ktre de bien belles choses par li :
la majesty de son "Empire" apparaitra aux simple.








- 64 -


POUR LES.....POL1TICIENS......


On remarquera que je ne reproduis pas un bout de
phrase, un mot de M. MARCELIN ; que je n'extrais jamais
de ses livres des parties isol6es pour en faire une mau-
vaise insinuation, une fausse application, et obscnrcir la
verit6 dans l'interet de ma cause : non, je veux 6viter ce
reproche. J'ai agi,comme on le constatera, loyalernent, par
la citation de longues phrases, ou plut6t de pages entijres
afin de mieux fairesaisir la pens6e dominaiite de 'auteur et'
les raisons qui 1'ont d6termin6e chez lui.
Que l'on pense ce que l'on veut, mais qi'au pr6alable
I'on voie le but que je poursuis, sns mn'adresser A per-
sonne, sans avoir jainais ldeinaid' aucine favour aquique
ce soit dans le Gouvernement, of je a'ai aucune position
personnelle a defrndre. car je n, suis ni employ, ni fonc-
tionnaire public. Les interets du G6rnral Nord, les int6-
rets de M. MARCELIN, mes interits a moi, et ceux de la
communaute : voilA mon but. Sa noblesse me suffit.
Ces explications sont utiles pour prevenir contre une
cat6goriede fripons qui, afin de flatter les homes an pou-
yoir, ministres on non, se font, auprcs d'eux, les 6ternelS
coinmentateurs de tous les ecrits qui paraissent.
( Vous n'avez pas encore lu l'article, la brochure d'un
lel A, (Ail paralt qu'il n'est pas votre ami, il vous en veut ),
( Qu'avez-vous done jamais eu avec lui, ( il faut faire
attention ) ( m6fiez-vous en : c'est un Senequiste), (( c'est
un Fouchardiste ), ( c'est un Firministe D, ( c'est un Le-
contiste a, ( c'est un M6nosiste D, etc. etc. ( It m'a dit ,
i it a dit que telle phrase se rapport A vous >.
Voila les boniments habitnels de ces gens de sac et de
corde qui sont les pires ennemis du Pouvoir. C'est 1 leur
seul (( bagage ) pour s'approcher des dirigeants. Ce sont
les tueurs de la Presse et les ennemis n6s du Patriotisme.
















POSTFACE.


Pour que l'on no croie pas, car la malveillance no chi-
me pas chez nous, que j'ai travaille cette brochure apres
1'apparition de celle de la Secrdtairerif d'Etat dcs finances.
je suis force de raconter les difficuites qu'il Ime fallait sur-
monter pour la- faire imprimer.
Depuis le 14 Septembre 1908, c'est-A-dire SEPT jours
avant que le Ministre des finances avait ferm6 sa bro-
chure ( 1 ), la mienne 6tait close.
Le 17 Septembre, j'en apportai le manuscrit A M. AM-
BLARD qui le prit de moi; trois jours apres il me le remit,
en me montrant une certain quantity d'6preuves d&ja
pretes.
-- Vous me remettez un travail deja comment@, pour-
quoi?
-Sivous voulez refondre? votre brochure,je I'imprimerai,
car M. MARCELIN est choye. IA-haut; ii est tout-puissant?!
-Je regrette de ne pas pouvoir refondre cette broJ)..we,
dans laquelle je me suis, au contraire, beaucou'a contenu,
si vous vous rappelez les tWtonnements, leshesitations et
les erreurs sans nombre de Mr MARCELIN dhns la conduite
de l'affaire de la Banque.
Mon cher DAUTANT, refondez ou voaila les P. 45 gour-
des que vous m'aviez comptees a valoJir sur ce travail.-
Vovez M. CREPIN lnli sOu pent voia cdire utile dans la
circonstance. t1 est stranger.
Merci, mon cher AMBLARD, et.an revoir.


(1) Elle porte la date du 21 Srptembre 1908.











Le 29 Septembre, j'allai trouver M. CRaItIN don't j'ac-
ceptai les conditions, et qui me promit, sur ma demand,
de me satisfaire au plus tard, le 10 on le 12 Octobre
1908, car je voulais profiter, lui avais-je dit, du packet de
ce jour pour exp6dier en Europe quelques exemplaires de
la brochure.
Le 3 Octohre, il me donna 17 pages d'6preuves a corri-
ger, ce que je lis promptement. Depuis lors, chaque fois
que je demandais d'auties tpreuves, M. CREPIN me re-
pondait invariablement: ( rien de fait, les ouvriers ne
so!t pas venus ). L patientez ) K patientez un petit peu,
Mr. DAUT\NT )).
Las de patienler dans lne affaire aussi important et
d'actualite, et ne voulant pas surtout subir plus longtemps
les dpreuves que m'infligeait un dieu dontj'ignore le nom,
je demandai A M. CREPIN, au courS d'une vive altercation
A laquelle avait assist Me Georges SYLVAIN, alors juge en
Cassation, mon manuscrit et P. 50 que je lui avais donnees
d'avance contre recu.
J'ai done perdu 31 jours a courier les imprimeries.
En home convaincu, jamais d6sespe6r; en lutteur ja-
mais d6sempar6, je filai tout de suite apres la reprise de
mon manuscrit, chez VERROLLOT qui l'accepta sans obser-
vations aucunes.
vient de me servir dans le delai prescrit, ce don't je
lui suis tris rec.onnaissant.
Je lui fais, publiquement, mes meilleurs compliments.
J'esptre que l'on comprendra sans peine comment et
pourquoi ai-je dadicace ce livre au GneBral NoaR ot A M.
Marcelin.
Cozinw:o ? parce que j'ai db:.'., dans cette brochure,
par I'ilivocalion d'uii bcrit de M. Marcelin, quii vent que
ce saIt nii Prisilent on u Mirnistre lui fasse triomnpher
los do'trines ercnnomiques capable de nous saver encore.
Pouri'qoal ? parce q(ue le Geniral NoaRn iait President
de la RIpubli,)IIe, et M. MARCELIN Ministre des finances.
Ce sillt l i les seules reasons de la dedicace.










- 67 -


Je n'ai point vn la personnel du G6nkral NORD ni celle
de M. Marcelin: j'ai consider en ces deux hommes les
reprdsentants de la Nation ( 1 ).
Pour r6aliser mon but, cette dedicace s'imuosait com-
me on le verra par la forme que i'ai donn6e A ce livre.
Le General Nord et M. Marcelin n'6tant plus, cette
d6dicace s'adresse done au Pouvoir qui les replace
Le Gouvernement actuel doit se rappeler que le se-
cret de la force du Gouvernement du G6neral Nord rAsi-
dait dans la cause du people entreprise et soutenue con-
tre la Banque.
11 sera aussi fort, s'il maintient la mnne politique
financi6re- quant A la Banque.
Le regne du G6n6ral Nord est-il sans reproches sur le
rapport des finances ? c'est pas ce que je veux dire, et je
serais le premier A rire de celui qui I'avancerait ( 2.
Je parole, qu'on le saisisse bien,dela politique financibre
du Gouvernement d6chu, SEULEMENT au point de vue
de la Banque Nationale d'Haiti, qui ne peut pas, le lecteur
est certainement de mon avis, continue avec un contract,
des Statuts pareils A ceux qui la r6gissent et qui ne con-
portent que des charges pour le pays, mais des charges
sous lesquelles nous ployons, harceles par une compagnie
de capitalistes juifs, sans coeur, n'ayant pour devise que
le d6pouillement de notre jeune R6publique.
L'orgueil national se refuse a laisser le Service de la
Tr6sorerie entire les mains de 1'6tranger.
Va-t-on me r6pondre:
loQu'un rapprochement estcependantde necessit, entire
la Banque et le Gouverngment,
20 Que c'6lait le GAneral NoRa, personnellement, quifai-
sait des proc6s a cet Etablissement et le chicanait,
3o Qu'en cas d'une prise d'armes, les revolutionnaires
pourraient s'emparer des recettesdel'Etat dans les Tr6sors

(1 ) J'ai retire les noms du Gl Nord et de Mr Marcelin dans la d6dicace
de cette nouvelle edition, car ils ne repr6sentent plus le pays.
( 2) Du reste, les livres de son administration seront interroges.











de province et que la Banque ne viendirait pas en aid; an
Gouvernement.
Oui, un rapprochement, saus dtre urgent, serait neces-
saire entire le Gouveruement et la Binque, mais, il y a
toujours un mais dans les contracts mal faits, cette neces-
site ne se concoit qu'autant:
a -que la Banque modifie son contract,
b qu'elle modifie ses statutsqui ne sont pas fairs pour
le pays
c qu'elle ktablisse un Compte-courant d'intirits reci-
proques entire elle et le Gouvernement ( )
d qu'elle pale au Gouvernement:
lo les ......... P. 43.568.08 (2)
2o a P. 1.914.69 (or (3)
3o 0 258.937.89 (4)
4o 4 600.000- (5)
P. 860.852.58 43.568.08
a 590 oto taux du jour = 5.939.882.80
Ensemble: la jolie s6mme de: P. 5.983.450.88
gourdes qui, avec une reduction raisonnable du Budget
des d6penses, seraient d'un grand secours au nouveau
Gouvernement, lui permetteraient de conduire le pays avec
quietude d'esprit, et l'emppcheraient de verser dans les
emprunts onereux que lui ferait la Banque elle-meme,
aidee de son CONSORTIUM de d6trousseurs, de coupe-
jarrets.

1 ) Les sommes remiisees, au fur et A measure, par les commereants a leurs
commettants d'Europe ou d'ailleurs, leur rapportent-elles des interets: j'en
appe!le au Minisfre des finances ?
2) Jugenient du 16 Dcembre 1907 rendu contre la Banque.
3)Jugement cassation 17 Novembre 1938- voir ( Matin j No 492 du 18
Novembre 1908.
4) Jugement du 23 Novembre 1908- Matin No 497 du 24 Nov. 1908.
5) Du Pr6t Statutaire qui a et6 augment DIJA : les Statuts et le Contrat
de la Banque soot diej modifies pour ce fire. La contract RESTANT MODI-
FIA, done ces P. 600.000 dollars sont a notre 'disposition, si nous sornmes
au courant de ce qu'il faut faire.


68 -









- G9 -


e qu'elle r6gle int6gralement avec le Gouvernement, les
autres rdclamations faisant I'objet d'autres proc6s en
course.
VoilA pour le premier point.
Voyons le second: le General NORD faisait des process
de tendance a la Banque qu'il chicanait: c'est bien 1 le
second point. Et alors, comment se fait-il qne les Tribn-
naux aient juge sur des chiffres ?- L'intention, les senti-
ments du General NORD, a supposed qu'ils fussent contre
la Banque, ne sont pas des chiffres: ceux-ci ont W6t four-
nis a la Justice, tant par la Commission d'Enquete que par
le Minist6re des finances.
SALOMON qui avait cre6 la Banque Acrit, dans le dis-
cours prononc6 lors de sa reflection:
a Dans l'application du contract interieur entre la Banque
< et nous, il y a lieu de faire disparaitre de facheuses re.sric-
e tions.
a L'intdrdt des deux parties contractantes le command.
a J'ai trop de confiance dans les Administrateurs de la Ban-
a que pour ne pas penser qu'ils nous donneront satisfaction
W des que la discussion les aura dclaires ld-dessus.
4 Nous sommes en face d'un papier-monnaie cred d la suite
a des troubles civils.
( Avec le paper (1) de la Banque, une combinaison finan-
cirre habile nous ddbarrasserait de ce lord fardeau. ) (2 )
HYPPOLITE reconnaissait aussi qu'il fallait des modi-
fications au contract de la Banque et I'augmentation du
Pret Statutaire & P. 600.000 dollars. C'est lui qui a obtenu
le haussement de ce Pret.
a Le President SAM et ses Ministres furent unanimes
a A reconnaitre que le changement du systPme monetaire
s'imposait de prime abord a ( )

1 ) Les billets de la Banque National d'Haiti.
2) Moniteur "19 Mai 1887 ou C. Ganthier, tome ler, page 45.
3) L'affaire LiUders, par S. Menos, page 22.- La Banque Nationale d'Haiti
par ses intrigues, a empkch6 Me Menos de r6aliser son project de mettre








- 70 -


Le General NORD done n'a fait que reprendre les refor-
mes projetees: il n'a rien invented ni initie. II est le con-
tinuateur des Pr6sidents sus.indiques, comme le Pouvoir
actuel DOIT RTRE le cortinuateur du G6enral NORD-
quant a la Banque, je rep6te.
Prenons le troisieme et dernier point: si une prise d'ar-
mes 6clatait, les rdvolutionnaires s'empareraient de I'en-
caisse des tr6sors de la Province.
Oui et non, je reponds: oui, si cette encaisse est gardee
en Province attendant une occasion pour I'exp6dier, soit
par terre, soit par mer A Port-au-Prince; non, si nous
donnons l'ordre formel aux Directeurs des tresors pro-
vinciaux de remiser ici, en ordres tidlgraphiques A VUE,
toutes les valeurs entrees, et cela une 112 heures aprbs
leur perception.
Exemple: a 10 heures martin, le Tresor encaisse P. 5.000
dollars a St-Marc; A 10 112 heures, il les verse A une mai-
son solide de sa place en lui achetant, a tant pour o/o de
commission, un ordre t6elgraphique a vue sur Port-au-
Prince, en faveur du Gouvernement. Quelques minutes
apr6s cette operation, le Bureau central d'ici, de' la ( Re-
cette et de la DBpense fait toucher ces P. 5.000 dollars
chez le tir6 du commercant de St-Marc; et voila qu'ii n'y
a plus un sou de cette valeur dans la caisse du trdsor de
St-Marc.
Quant a croire qu'en cas de revolution, la Banque pr6-
tera son concours au Gouvernement, c'est prouver qu'on
ignore I'histoire de cette Banque avec tous les Gouverne-
ments passes.
En 1882, D9SORME CRESSEAU prend les armes a St-Marc
en criant: a bas la banquet) et la Banque refuse a SALOMON,
son cr6ateur, une advance de 200.000 gourdes; il est force
de s'adresser au commerce. En 1883, BOYER BAZELAIS
descend a MiragoAne, la Banque refuse encore de preter
de l'argent a SALOMON, tandis que le Directeur de cette


le, p~vs nu r~ginw de I'.ktalon d'or.









-- i--


Institution en done aux r6volutioinaires; Salomon a re-
cours au commerce et finalement au papier-monnaie, afin
de couvrir les frais de la guerre. En 1889, la Banque re-
fuse des prets a L6gitime, tandisqu'elle en faith aux hom-
ines du Nord; SOLON MENOS est force, devant l'attitude de
cet Etablissement. de cr6er des billets de 5 gourdes, de 10
et de 20 centimes. En 1894, Hyppolite, en provision d'une
prise d'armes, demand I'augmentation du Pret Statutaire
A P. 600.000; la Banque vote cette augmentation, modified
son contract et ne donne pas cet argent a Hyppolite (1 )
En 1902, le Peuple souverain demolit le pouvoir de SAM:
de la MYRE MoaY, Directeur de la Banque est joyeux et
s'ecrie, devant moi: it etait bien temps de disperser ce
gouvernement dejouisseurs et de d6bauch6s, et la Ban
que prete P. 100.000 dollars au General NORD, pour? Pl
tromper.
En Janvier 1908, inutile de dire que la Banque n'a rien
prete au General Nord lors de I'affaire des Gonaives. S'est-
elle mise dans les jambes a la Revolution du Sud qui vient
de triompher, en lui offrant (.je n'ai pas dit faisant ) des
prets FLATTEURS ?- c'est dans son genre,--pour tromper
et tromper sans cesse, afin que l'on ne modifie pas son
contract.
Mais heureusement que le G6enral SiMoN, qui est un
homme d'age et d'experience, qui a suivi la conduite in-
correcte de la Banque depuis sa foundation, se mettra en
garde centre ses pieges et ses trahisons. Vainqueur du
Gouvernement du General Nord, le plus fort qu'on ait vi
apres celui de Salomon, ii triomphera aussi de la Banque.
La revolution du Sud ne sera complete que si l'omnipo-
tence de la Banque est brisee par la modification du con-
trat de cette Institution.


I ) Je repkte que le Prtt Statutaire est DEJA augment et que le Gouver-
nement ACTUEL doit r6elamer lee P. 600.000.- Je m'offre publiquement
pour lui en indiquer les moyens; Marcelin et d'autres ONT MAL RECLAME
dans les npgociations.








72--

SJe vois le point oi ce Pays est tombW, le degr6 de
mis6re ou ii est reduit; je sens que ce que ce people ac-
o( came en moi, c'est un sauveur, un medecin pour ses
maux. V (1 )
Le Gen6ral SIMON a bien dSvine les sentiments du peu-
pie A son 6gard; et II sait aussi que ce m6decin, ce sau-
veur sera celui qui musellera la Banque, en remaniant,
avec l'approbation prdalable des Chambres Legislatives,
le cahier des charges de cet Etablissement et en gardant
definitivement, pour I'HONNEUR NATIONAL, notre Ser-
vice de Tresorerie par devers nous.
Je clos cette postface en priant ceux qui veulent contre-
dire et defendre la Banque, de n'entrer dans la discus-
sion qu'avec des faits, des pieces authentiques et apr6s
avoir consult les livres et documents que j'ai cites. Com-
me moi, ils doivent venir avec deg choses certaines et des
arguments concluants.
L'affaire de la Banque est trop important pour que
n'importe quel kcrivailleur, sachant a peine faire une ad-
dition, n'ayant pas une id6e des finances ni de cette Ins-
titution, vienne s'eriger en defenseur avec des raisonne-
ments boiteux, bAtis sur des <( si v, des < peat-etre a et
des c ii imported que le Service de la Tresorerie soit re-
tourn6 a la Banque.--I faut autre chose que du bon sens.
Que ceux-lA qui veulent discuter se posent d'abord ces
questions, avant de passer A la caisse de la Banque pour
toucher P.-200 gourdes de temps en temps:
lo que nous rapportera la remise du Service de la Tre-
sorerie ?
2o changera-t-elle notre position actuelle?
3o Augmentera-t-elle nos r4coltes?
4o Lacirculation mon6taire sera-t-elle change, augmen-
tee- non de nickel dontle Pays est pave par Mr Marcelin,
qui l'a aussi tapiss6 de papier-monnaie- mais bien d'or
am6ricain oud'nne autre monnaie honnAte ?

1) Paroles du GenBral Simon A Mr Maximilien Laforest- Matin" No 509
du 8 Dcemhbre 1908.










5o Le change baissera t-il-- si nous njous rappelons que
la Banque est venue le trouver, en juillet 1881, A 9 ol. et
que nous avons atteint 900 olo en aofit 1908 ?
II ne faut pas s'emballer: r6glons a tdte reposee avec la
Banque.
C.D.





*---- -

















La Banque et son Tribunal Arbitral. (1)


Dans son affaire avec le Gouvernement, la Banque
ayant demand le Tribunal Arbitral pr6vu en son contract,
il convient d'6tudier la question de sang froid, sans preven-
tion ni parti-pris, en la portant devant le public, ce grand
juge impartial, et en recherchant si oui ou non la Banque
peut en appeler A ce Tribunal.
De toute la longue et volumineuse correspondence en-
e le Gouvernement et la Banque, ii resort qu'il n'y a en
debat que les trois points suivants:
1 Quels sont les motifs de la reprise par le Gouverne-
ment, du Service de la Tresorerie, suspend par la Ban-
que elle-meme?
2o Ces motifs sont-ils du resort du Tribunal Arbitral ?
3o Le Gouvernement avait-il le droit de reprendre le
Service de la Tresorerie de la Banque?
En dehors de ces trois points, il n'y a que des mots et
des phrases dans toutes les lettres, les documents et les
pieces formant le dossier de cette affaire.
Pour trouver ces motifs, ii faut commencer par le com-
mencement, remonter A I'origine de la question.
Apres le jugement de la Consolidation, le Secretaire
d'Etat des Finances, pour faire face aux exigences du ser-
vice public, donne ordre A la Banque de passer au credit
du Gouvernement les valeurs accumulhes dans ses coffres
et provenant:
lo Des sommes recouvrees des condamnes.

S) Article que j'ai crit dans "I'Actualite" pour empicher, A temps, I'accep-
tatioa duTribunal Arbitral invoqu6 par la Banque.


E+IC~C;IES C1~V~IVE~CIE4i.









- 75 -


2o Des sommes percues pour le service courant: 80o/o
des droits sur cacao, campeche et la difference des droits
liberes par la loi du 3 Juin 1905.
30 Des sommes produites par la moiti4 de la surtaxe
de 25"/ a l'importation, affectees au retrait.
La Banque, loin de faire le virement indiqu6, come
c'6tait convene verbalement a plusieurs reprises, entire son
Directeur et M. MARCELIN, r6pond tranquillement a celui-
ci par la lettre suivante:

BANQUE NATIONAL D'HAITI.

Port-au-Prince, Ie 11 Juillet 1905.

Monsieur le Secretaire d'Etat,


cK Nous avons l'honneur de vous reinettre sous ce pli,
la copie d'une lettre que les signataires de la protestation
du 30 Mai, au sujet de la disposition des fonds pro
venant des affectations ddleguees A la Dette Int6rieure,
ont envoyee a notre Siege Social. Nous nous permettons
d'attirer tout particulibrement votre attention sur ce fait
que les porteurs de titres considerent que la Banque en-
caisse le produit dds droits affects en garantie des dettes
de l'Etat haitien, pour le compete des creanciers et non pour
celui du Gouvernement ).
( Vous signaler cette pr6tention suffit pour vous faire
comprendre jusqu'A quel point les crdanciers veulent nous
rendre responsible des measures prises,et nous comptons
sur votre haute impartiality, M. le Secr6taire d'Etat, pour
que soient prises les decisions necessaires pour que la respon-
sabilitd de la Banque ne puisse 6tre mise en cause, quand
elle ne fait qu'appliquer les wesures 4dictees par le Gouverne-
ment.
Veuillez agreer etc., etc.
Signc : Ct. VAN WI.ICK.









76 -


Par sa depeche du 17 Jillet 1905, No 514, le Departe-
ment des finances r6itere : o: ldrc la Banquede passerles
dcritures sus-dites,toutenrappelant a M. VAN wtuck loqu'il
est tenu, nonobstant la pretention des signataires de la
protestation du 30 Mai 1905,d'ex'cuter la loi,et que le Mi-
nistre des finances ne peut plus toldrer son refus d'obeis-
sance aux lois votees par le Corps Lgislatif ; 2o qu'il est
invite, et immddiatement a dire au Ministre des finances
qu'elles sont les measures qui, selon lui, peuvent mettre la
responsabilite de la Banque A covert ( quand elle ne fait
qu'appliquer les measures ddictees par le Gouvernement o.
Devant les terms expressifs de cette lettre, qui est
presque une mise en demeure, la Banque ne peut plus
tergiverser ; elle r6pond au Secr6taire d'Etat des finances
comme suit:

BANQUE NATIONAL D'HAITI.

Port-au-Prince le 17 Juillet 1905.

Monsieur le Secretaire d'Etat,

a Nous recevons A I'instant votre d6peche de ce jour,
an N- 514.
( Si jdsqu'ici nous n'avons pas repondu A vos d6peches
Nos 483, 484 du 10Juillet et 485du 11 Juillet du meme mois
(sic), ainsi qu'A celle au N 451 en date du 6 courant,
c'est que, au course des nonbre;ses entrevues que nous
avons eues ensemble, nous avons dans un commun esprit
d'entente,recherchi la solutionqui puisse donner satisfaction
au Gouvernement, tout en sauvegardant la responsabilite
de la Banque; notre plus vif d6sir 6tant d'aider votre D&-
partement et de n'apporter, par notre fait, ancune entrave
a la bonne march du service public. ) (Sic)
e C'est que en presence du jugement rAcemment rendu
par le Tribunal Civil de Port-au-Prince dans I'affaire
KUNHART,nolre situation est devenue extremement delicate
et nous ne saurions nous entourer detrop de precautions











Ce)jugement vent, contrairement A I'esprit et a la lettre
de notre contract de concession Pt du Reglement du Service
de la TrBsorerie, que la Banque contrl6e le Secr6taire
d'Etat des finances, n'ex6cutant que les instructions de
celui-ci qui lui paraissent r6gtlires, sinon elle engage
sa responsabilite. Jamais nous n'admettions une telle in-
torpr4tation du pacte qui nous li' A I'Etat Irhtien. Nous
avons lou6 nos services en verti d'une convention don't
les terms sont nets et precis; nous n'avons jamais en-
tendu, nous n'entendons pas accepter le r61e de contr6-
leurs qu'on veut nous imposer > Vous n'Otes pas mo-
destes, Messieurs!--(Nous avons toujours soutenu que les
Instructions du Secretaire d'Etat des finances, qui pour
nous, reprisente le Gouvernement de la Republique, nous
couvrent de la fa.on la plus absolie, tant que, dans l'exd-
cution de ces instructions, on 0e pourra reliever a notre
charge aucun faith frauduleux. Le Gouvernement haitien,
de son cote, et les tribunanx de la Republique jusqu'a ces
jours-ci, aossi bien que les tribunaux francais, avaient
toujours admis cette facon de voir ).
c Le jugement KUNHARDT remet tout en question, il y a
lieu, dans ces conditions, d'arriver a obtenir une solution
qui ne peut, nous semble-t-il,6tre donna que par le (;ou-
vernement d'accord avec le Pouvoir L'gIislatif. Que l'on
dise, au mqyen, par exemple d'une Resolution des deux
Charnbres,promulguee par le Pouvoir Excautif, de maniere
a ne lais.er aucun doute Id-dessus, que l'interpretation
adoptde jusqu'ici est la seule bonne; que le Gouvernement
haitien, pas plus que la Banque, en signant avec nous le
Traite du 30 Juillet 1880, sanctionn6 par le DWcret de I'As-
sembIle Nationale en date du 10 Septembre de la mime
annee, n'a j'amais entendu nous accorder le control,
sous aucune forne, des ordres et instructions du Secre-
taire d'Etat des finances, chef hierarchique de I'Adminis-
tration financiere ; que les ordres et instructions de ce haut
fonctionnaire sont obligatoires pour la Banque; quesur les
instructions du Secr6taire d'Etat des finances, les lois vo-
tees par le corps L6gislatif sont. exdculoires sans discus-









- T78 -


sion pour la Banque, noiobstant ( retenez bien ce mot
toute opposition ou protestation, sous quelque forme que
ce soit (sous quelque forme que ce soit, ne I'oubliez pas);
que la Banque est done couverte par les ordres minist&-
riels, A moins- cela va sans dire- que, dans leur execu-
tion, it n'existe un concert frauduleux entire le Secr-taire
d'Etat et le personnel de la Banque, seul cas of la res-
ponsabilit& de celle-ci serait engagee; que cette Rsolution
nous soit officiellement notifiie ; actors?? nous n'aurons
qu'd nous conformer aux ordres impratifs contenus dans
vos d6epches des 6 et 10 Juillet, laresponsabilite resultant
de I'execution de ces ordres incombant an Gouvernement
tout seul. P
Jusque-ld, nous garderons le statu quo, respectant les op-
positions qui nous ont 6te signifies tant que la main-
levee ne nous en aura pas ete rapportee. )
< Veuillez agreer, etc., etc. a

signed CH. VAN WTJCK.
En presence de cette longue lettre t6moignant des bons
sentiments de la Banque envers le Gouvernement et du
vifd6sir?...!! de soil Directeur A tout faire pour ne pas
entraver la march du Departementdes finances,auquel il
promet son coucours le plus empress et le plus devoue,
le Secr6taire d'Etat des finances, apres avoir consulted le
Conseil des Secrtaire d'Etat, s'adresse aux Chambres qui
votent, sans desemparer,. la Resolution demandee par
la Banque :

RESOLUTION.

LE CORP. LEGISLATIF,

R Vu le rapport, etc, etc.
( A vote la resolution suivante :
Que le Gouvernement haitien, en confiant A it Societk
anonyme d6nomm6e Banque Nationale d'Haiti, par le
Traite du 30 Juillet 1880, sanctionn6 par le Decret de 1'As-









- 79 -


set-blee Nationale dn 10 Septembre 1880, le service de la
Tr6sorerie de la Republique, n'a jamais pu entendre, ni
n'a jamais entendu accorder a cet Etablissement le con-
tr6le, sous aucune forme, des ordres et instructions dma-
nes du Secretaire d'Etat des finances, chef hierarchique
de I'Administration financiere :
(( Que lesordres et instructions de ce haut fonrctionw1i're
sont obligatoires pour la Banque ;
(( Que sur les instructions du Secr6taire d'Etat des ii-
nances et du Commerce, les lois votes par le Corps L6-
gislatif soot e.xdc utoires, s~nts discussion ni alernoienent pos-
sible pour la B m nque, onob9Wtanlt tollt, opposition ou pro-
lestation, sous quelque former quo ce soit ; que la .lainque
est done couverte par les ordres minist6riels, a moins que
dans leur execution, ii n'existe un concert frauduleux
entire le Secr6taire d'Etat et le personnel de la Banque,
auquel cas la responsabilite de celle-ci est aussi engagee)
( Moniteur du 26 Juillet 1905, No59).
Le lendemain de la publication de cette Resolution,
dans le Journal Officiel, le Secr6taire d'Etat des finances
la notifie, officiellement, au Directeur de la Banque, par
sa lettre du 27 Juillet 1905, sous le convert de laquelle
it prend soin de placer un exemplaire du dit journal; par
cette meime lettre, ii renouvelle son ordre a Monsieur Van
WIJCK qnant aux ecritures a passer relativement aux fonds
recouvr6s par la Banque apres le Proces de la Consolida-
tion- Toutes ces formalites retnplies soigneusement, scru-
puleusetnent, sincereinent, et correctement par Monsieur
MIARCELIN, vous allez pent-etre croire que M. Van WLCK
se depeche et faith le n6cessaire : voiis 5tes dans l'erreur,
dans une profonde erreur : la Ianque, par sa lettre dui
28 ,Jillet 1905, r pon'd avec colie- mais en :-.lonlitnt ses
phrases,-au Secr6taire d'Etat des finances,qu'elle a le re-
gret de differer d'opinion avec lui sur le fond de sa de-
p0che, et que son Directeur, M. Van WIJCK, va 6crire a
Son Exellence le President d'Haiti pour lui exposer les
mnotif/: qui le font agir.









,- 80 -

Va ecrire a son ExceMence le President d'Haiti, a la
loyaute, A la Justice et a la haute competence de qui on
s'adresse, laissant de c6te la filiere administrative a suivre
ainsique Mr. MARCELIN,le diloyal, l'injuste, rincompetent-
et le collant, ajouterai-je!- M. Van WiJck voulait, sans
doute, verifier si a la v6rit6, le ( chef de l'Etat est tout en
( Haiti; si sa bonne ou sa mauvaise influence s'exerce sur
(( le plus petit rouage de notre administration ( Nos Doua-
nes, par F. MARCELIN : page 14 )

RANQUE N.ATIONALE D'HAITI.
Part-au- Prince, le 28 Juillet 1905.


Monsieur le President,

S.J'ai l'honneur de porter d la connaissance de Votre
Excellence quej'ai reCu une d6pche au No 561, du Secre-
taire d'Etat des finances, me notifiant officiellement la
Resolution du Corps LAgislatif et m'invitant a lui fournir
3 6tats de valeurs encaissdes par la Banque. La Banque
ne peut fournir ces 6tats, en la circonstance, qu'a titre
purement consultatif et noi acquiescer a ce que les valeurs
y mentionn6es soient ordonnancees en recettes, comme
le veut le Sacr6taire d'Etat des finances.
Nous soutenons que la Banque doit executer sans con-
tr6le ni discussion, les ordres ministlriels ; c'est IA aissi
la jurisprudence des Tribunaux haitiens et strangers. Mais
le jugement rendu le 7 Jaillet 1905 dans l'affaire Kiinhart
et Co est vent tout reanettre en queslicn. ))
Malgre la delaration di Conseil des Secr6taires d'Etat
garantissant la Banque contre les consequences dn juge-
ment susparle, elle n'en reste pas moins sous le conp de
la condemnation prononcee, jusqu'a ce qu'une nouvelle
decision judiciaire vienne reformer ce jugement.
i Dans ces conditions, notre Etablissement se voit Ilaui
l'obligation de rtfuser d'obtempirer aux ordres precites, et
ce, pour ne pis aller an devant d'une nouvelle condam-









- s81 -


nation qui pourrait etre prononcee contre lui, au cas ou
sans une decision judiciaire qui ordonnerait leur main-
lev6e, leur nullite, il ne tiendrait aucun compete des oppo-
sitions pratiquees entire ses mains par les cr6anciers du
Gouvernement, aussi bien en ce qui concern les affecta-
tions reservees A la dette publique haitienne qu'en ce qui
a trait aux fonds recouvr6s par suite du proces de la Con-
solidation et accumules dans ses coffres ).
< Vous m'objecterez, j'en suis convaincu, ma lettre du
17 Juillet reclamant la R6solution des Chambres, mais
souffrez, Mr le President, que je me permette de vous dire
que mon plus ardent desir est toujours d'aider votre Gou-
vernement. )
<( Toutefois, en continuant d'tdidier la question avec la
plus grande impartiality, en tenant compete des remarques
que nous avons Wte amenes A nous rendre compte?..
que le moyen adopted avec le Secrdtaire d'Etat des finances
n'6tait pas celui qui aurait dd etre employ ( sic ).
r En effet, pourrions-nous ne pas nousdemander qu'elle
sera I'attitude des Tribunaux lorsqu'ils auraient a se pro-
noncer sur les opposition qui nous ont te6 signifies ?
Ne se pourrait-il pas que les tribunaux, s'en tenant A la
nouvelle jurisprudence qu'ils viennent de cr6er, dcclaras-
sent que la Banque, tiers-saisie, n'avait qu'un devoir:
celui de respecter les opposition faites entire ses mains
et que n'ayant tenu aucun compete, meme sur un ordre
formel du D6partement des Finances, elle n'en demeure
pas moins responsible devant les cr6anciers saisissants
et possible envers eux de dommages-int6rkts.
< Certes nous aurions toujours notre recours contre
I'Etat, mais qui sait si an lieu de lui, la procedure ne
nous mettrait pas en face d'un simple citoyen.
STel est l'avis de notre SiAge Social qui pense come
nous qne le Gouvernement ne pourra disposer des fonds
en litige qu'en faisant lever on annuler par les trihunaux,









-82 -


les opposition signitlbes & cet regard.

Veuillez agreer, Monsieur le Pr6sident, etc.

Signed: Cu. VAN WIJCK.


Monsieur MARCELIN s'est trompe dans son jugement-
quel est l'6crivain qui ne se trompe pas ?- et le Directeur
de la Banque en est quite pour I'experience tentee: apres
avoir lu cette lettre, en son Conseil des Secr6taires d'Etat,
le G6enral Nord qui connalt A fond les sentiments du
people A I'6gard de la Banque; qui est un observateur at-
tentif et patient, en mrme temps qu'un diplomat renonm-
me, approve la conduite de son Ministre des finances,
volt et decouvre, d'une fagon definitive, a quel joli monde
il a affaire, et quelles sont les qualit6s d'esprit et de coeur
de ces ( homes ) de la Banque, qui, qu'elles que soient*
leurs protestations infinies de bonne foi et de soumission
demeurent les perpdtuels ennemis du Gouvernement
d'Haiti- quel qu'il soit.
Done, ce n'est pas toujours la volonte du Chef de I'Etat
qui prevaut en Haiti.
Au noin du Conseil des Secr6taires d'Etat quile charge
de le faire, le Secr6taire d'Etat des finances repond A
Monsieur VAN W.ICK, come suit;

Port-an-Prince, Ie 29 .Iillet 190(5.


Monsieur le Iirecteur,

a Le Conseil me charge de r6pondre A la leltre quie vous
avez adress6e an President d Haiti, le 28 Juin courant.
a Je ne vous suivrai pas dans votre argumentation, A
propos du jugement Kiinhardt & C'. Je vous rappelerai
seulement que c'est pour vous donner toute satisfaction
que le Gouvernement a pris le memorandum du 12 juillet
et que les Chambres ont vote la Re.olution du 25 Juillet.









- 83 -


Le Gouverneineiit croyait, apres cela que loutes di/ficultis
6taient aplanies entire lui et la Banque, et a pris de gros
engagements sir les sommes que vous alliez inettre a sa
disposition.
(Non seulement que vous avez refuse d'obeir A la a R&-
solution, en ie lui versant pas ces sommes, mais vous
avez aussi refuse de payer la ration de cette semaine et
les moindres sommes tires sur vous.
Ayant manquB a votre paroleet parjure votre signature.
le Conseil me charge de vous signifier qu'il va en appeler
a la Nations.
Sign6 : F. MARCELIN.


Sans perdre une minute, leSecretaire d'Etat des finances
porte la question devant les Chambres, en le'ur donnant
ample connaissance de routes les piAces ci-dessus; et
I'Ordre du jour SRdjornd suivant est vote illico, dans la
seance du 31 juillet 1905:

LA CHAMBRE DES DEPUTIES:

a Confiant dans 1'energie et le patriotism du Gouverne-
ment, I'autorise a prendre toutes les measures n6cessaires
pour la pleine et entire execution des lois, la sauvegarde
des interets de I'Etat, et pour la march du service public
suspend par la Banque Nationale sous la responsabilit6
de cette derniere. i
Signed: Dr S9JOURNE, PH WILLIAM, TH. REMAIN, R. LA-
FONTANT, A. R. DURAND, O. M)NOS, JH. SaVERE, EM. GA-
BRIEL, S. MOMPOINT ET L. MEMNON alnL. ( I ))
Tels sont les faits exacts et les pieces les constatant.
La non-ex6cution de la letire-condition du 17 juillet 1905
de Mr VAN WIJCK, premierement, et deuxiemement, ie non
1) Nous signalons le Docteur Sejourn6 et les signataires de cet ordre du
jour la reconnaissance national. Qu'ils soient r l61us d6putes aux pro-
chaines elections.









84 -

paiement de la ration de l.a semaine du 24129 Juillet 190i
de la garnison de Port-au-Prince: voilh les veritables mo-
tifs de la reprise par le Gouvernement, du Service de la
Tr6sorerie suspend volontairement. autoritairement, in-
solemment par la Banque Nationale d'Haiti.
A ces motifs- veritables, ai-je dit,- nous devons ajou-
ter d'autres griefs da Gouvernement, provenant de I'in6-
xecution de la Convention du 19 Avril 1905, consistent en
la Lettre et en la Note suivantes:


LETTr E:


BANQUE NATIONAL D'HlAITI.

Port-au-Prince, le 19 Avril *190.

< Le ddsir du Siege Social en vous demandant de fire
signer la Convention est de hater la solution des (questions
pendantes entre nous. 11 pense qu'elles pourront, routes,
etre r6solues dans un sens equitable et favorable a nos
mutuelles relations. Je vous r6epte qu il ne croil pas pou-
voird6passer le chiffre de P. 600.000) (or) pourlePret Sta-
tutaire, en y comprenant la conversion du premier pret
en gourdes ? (est-ce bien ce mot qui se trouve dans I'ori-
ginal de la lettre? (1) a uu taux raisoniiable. En ce qui tou-
che le d6couvert de P. 125.000(or)au compete << Rec. Pints
sans vouloir m'engager, nous l'etudierons e;nseml)le dans
un esprit de conciliation et d'intert, come du rest je
vous promets de le faire pour toutes les questions com-
prenant aussi bien les intertis de la Banque que ceux de
1'Etat. )

Signa: Ci. VAIl W\Jck.


-I) C"'est ( U Ior Ilt~t.











NOTE :


Port-au-Prince, Ie 19 Avril 1905-
( Venillez ne pas perdre de vue que I'augmentation (1)
du Pret Statutaire ie peut-6tre accordee que par ine as-
semblee gYnd.rale extraordinaire des actionnairs. Von s
n'Otes pas sais savoir que la plus grande difticulte qu(u
present la reuiniori de ces asseinblees se Irouve dans la
necessity de faire deposer letars tires par les inleresses.
Or, nous avons lassemblie gdaedrale extraordinaire dan. la
2eme quinzaiae de .IMai. Ne seriez-vous pas d'avis de hater la
solution de nos combinaisons pour que le Conseil d'Admi-
nistration puisse en parler d la prochaine Assembl&e et
preparer .'Assemblee extraordinaire. )
( Dans ces conditions, il pourrait se fire iqe les titres
deja depos6s ne soient pas retires. ce qui nous faciliterait
d'autant la reunion du quantum nucessaire. ))
Les motifs trouves et -tablis, voila pour Ie premier
point.
Sont-ils, ces motifs, du resort du Tribunal Arbitral, on
plut6t du Tribunal Arbitral pairl dans le Contrat de la
Banque ?
Pours'en rendre comnpt, il faut, toul d'abord, savoir
qu'elles sont les conditions dn contract dei la Banque, el
quel est le caractere des engagements pris et signees par
M. Van WIJCK avec le Gouvernement d'Haiti.
La Banque a le privilege exclusif d'hmettre des billets
au porteur; de fair le Service de la Tresorerie; elle fait
un PrOt Statutaire de frs 1.500.000 au Gouvernement: elle
fait toutes les operations ordinaires d'une Banque de de-
pIt, d'escompte, etc; elle prete son contours an Gouverne-
ment pour la mise A execution d'une nouvelle monnaie
(or et argeIn); elle peut etablir des Agenceset Succursales
oh bon lii semble avec l'assentiment du Gouvernement
ellejouit, en tant que personnel civil, des droits de citoven
I ) Mais ce prtit est DIIA ;:u,:in lntbl, clihr M. Van Wijck.











d'Haili; elle ne paia pas d'imp6ts, ni ses Succursales et
Agencies; elle public sa situation mensuelle dans le Jour-
nal official; elle est contr6lbe par un Commissaire Special
nommd pr6s d'elle par le Gouvernement; elle a une duree
de '50 ans pendant laqnelle Ie Gouvernement n'rnettra pas
de papier-monnaie; ses contestations avec les tiers seront
jugees en Haiti pour les affaires contractees ici; toute ac-
tion diplomatique est interdite en cas de d6saccord avec
le Gouvernement sur les clauses et conditions du contract.
Ce sont IA les conditions du contract de la Banque.
lo Faites voter une R6solution par les Chambres Legis-
latives degageant la responsabilite de la Banque, et nous
vous verserons les valeurs r6clamees par vous. )
2o Faites signer, vite, la convention 24 avril 1905 dega-
geant la Banque devant le Jugement de la Consolidation,
et nous haterons la solution des questions pendantes en-
tre nous: augmentation Pret Statulaire, modification de
quelques articles du contract, ouverture d'un decouvert
de P. 125.000(or) au compete( R etPmts ): pour cette der-
niere ? promesse, je ne m'engage pas. (1)
Voila mnaintenant les engaageuents de M. Van Wijck.
Leur caractAre est particulier et repr6senle deux closes
nettement determinees: la Resolution et la Convention, (m
question. Elles repr6sentent des conditions speciales prises
en dehors du contract et de ses limits conventioinelles.
Et ces conditionsspeciales n'ont pas ete prises, parce que
les parties en cause etaient en ( divergence sur les clau-
ses et conditions du contract P, mais bien, ai contraire,
parce qu'elles se Irouvaient, apres la Consolidation, dans
Iune parfaitl enhruite pour sO reii dre services rIciproqIue-
inent.
Tout ce qui est conditions. conventions on engagemenlt
SPiCIAUX, pris en diehors dii contract, pent-il bomber sou-
le coup de I'article 23; de ce contract, ainsi conpg ; (Enr cas

( 1) Donc, JE M'ENGAGE pour les autres points, le Pret Statutaire de
P. 600.000 comnpris.









- 87


de divergence sur l'interprdeation des clauses et conditions
de la concession entire le Gouvernement et Ia Banque, la
contestation sera sovmise d des arbilres.
La RESOLUTION ET LA CONVENTION sont-elles des ( clau
ses )) et c conditions D du Contrat? car it est bien d6mon-
tre par I'article don't nous venons de lire les dispositions
que, a seules ), les clauses et conditions de ce contract
seront soumises a desarbitres.
Ou encore, trouve-t-on dans les conditions de la con-
cession une disposition particuliere souinettant les con-
ventions < sp6ciales ) au Tribunal Arbitral de l'article 23:
s'il en 6tait ainsi, la lettre et I'esprit du contract feraient
6chouer, a n'en plus finir, toutes lescontestations, grandes
ou petites, entire le Gouvernement et la Banque, devant
ce Tribunal Arbitral. II si6gerait perp6tuellement, car per-
petuellement aussi, depuis 1881., Ie Gouvernempnt et la
Banqne sont en desaccord.
VoilA pour le DEUXIEME POINT.

Les deux premiers points d6montres, ii est d6s lors fa-
cile de trouver le troisieme, car il est la consequence des
deux premiers : les MOTIFS 6tant bons, certain, valables,
indeniables, et ne faisant pas parties des clauses et condi-
tions de la concession, le Gouvernement pouvait, commne
il I'a fait, reprendre le Service de la Tresorerie A la Ban-
que : agir differemment, c'est-A-dire en appeler au Tribu-
nal Arbitral- ou l'accepter maintenant, serait non seule-
ment une FAUTE GRAVE de la part du Gouvernement que
condamneraient, CERTAINEMENT, le Tribunal tle l'opinion
publique et celui de la Post6rite, mais encore la NEGATION,
LA TRAHISON combine des int6erts haitiens.
Les trois points r6solus, nous CONCLUONS avec M. MAR-
CELIN- nous avons done un compagnon-
lo Qu'A la Justice SEULE?? il appartient MAINTENANT? de
se promoncer souverainement sur les mefaitsde cet Etat-
blissement. (RAPPORT- MARCELIN AUX CHAMBRES
SUR LA BANQUE, PAGE 3,3me ALINEA.








- 88


2o Qu'il n'y a pas CAS ECHEAXNT du tout pour la cons-
titution du Tribunal Arbitral INCONS[DEREMENT demanded
par la Banque.
J. SUIS.


Voici les jugements rendus, aprBs la publication de ce
long article que I'on vient de lire :


JUG(EMENTS:


a Sur I'exception d'icompktence proposee par la Banqne:
( Considerant que l'article 23 du contract de la Banque
est restrictit au contraire de la competence arbitrale ? au
SEUL CAS de divergence d'interpr6tation des clauses et
conditions du contract de Septembre 1880 ;
( Considerant cependant qu'en cette MATIPRE SPECIALE
de I'Emprunt de 50 millions, la loi des partiesest Ie con -
trat du 14 Mars 1896 :
(( Qu'il n'est pas permis de soutenir qn'an 1880 l'on avait
en vue la r6alisation de I'Emprunt de 50 millions etc, etc.
( PAR CES MOTIFS, le Tribunal apres avoir delibhr6,
rejette come mal fondees les exceptions d'incomnpktence
proposes par la Banque Nationale d'Haiti, etc. etc, et la
condamne a plaider an fond. ( Jugement du 13 Mars 1908,
du Tribunal civil de Port-au-Prince. ) .




t Considerant 1iie toni ce q1i1i ;a 1Ai'% pay;'' sans 1li'( d('ii,
est sujet a repetition elc, etc.
a PAR CES MOTIFS, le Tribunal apres avoir dlibhrd.
maintient le defaut donn6 a I'aidience dn 29 Novembre
dernier, et condamne pour le profit la Banque Nationale
d'Haiti a restitner ah 'Etat sons peine d'nne astreinte de









0 0;: _-


P. 10 par jour de retard,!1. 43. 568.08 indictment perciis par
elle et format la difference eitre la sommne de P. 65.352.12
qu'elle a prelevee et celle de P. 12,784,04 mnontant de la
commission de 1/2 o/o qui lii est allolie siir le Service du
Retrait, suivant Particle 94 de la Loi du 11 Aoilt 1903, (Ju-
gement du 16 DWcembre 1907. ) ,


Tribunal Civil.

audiencee civil du Luilu i *23 N\vliel bre ll),8.

x Le Tribunal prenld siege a dix heures du martin sons
la presidence du juge-Doyen D. MA.GNAN assisted de M. L.
COUTARD, Commissaire du Gouvernement, et prononce le
jugement suivant
c Celii qlui coiidamne la lR:1 ne Natii)ialo d'llaiti A
rembourser ai I'Etal dllafli :
lo lasomme de VINGT ET UN MILE TROIS CENT S(IXAnTE
DIX SEPT DOLLARS ET QUATRE-VINGTS CENTIMES ;
20 celle de DEUX CENT TRENTE TROIS MILLE SIX CENT
SOIXANTE TREIZE DOLLARS ET NEUF CENTIMES ;
3o Celle de TROIS MILLE HUIT CENT QUATRE-VINGT SEPT
DOLLARS, formanit en tout la soinmme do P. 258.937.89 dol-
lars or amre'. Rejette corime mal fondue la demande de
I'Etat relativement a la restitution des 81,98i.72 dollars
comme porte resullant pour lui du paiement des interets
d'Avril.
Le, "'M;itin" No !i'7 tin lla(li 21 Novemiilbre 19X, .

Tribunal de Cassation.

SECTION CIVIL

Audience du Mardi, 17 Novemnbrre 108.II

( Ilier mnati, a dix lieures et demnie, le tribunal, sous
la ipresidence de I'honorable J.lue C. DJ.IEAN, a rendu tu









90 -

arret sur le pourvoi form par la Banque Nationale d'Haiti
contre un jugement du Tribunal civil de Port-au-Prince
rendu entire elle et l'Etat.
a On se rappelle,sans doute,que la reclamation de 1'Etat
contre la Banque consistait en une restitution d'une valeur
de P. 1.914 or 69 qui provenait d'une prime de 5oJo pre-
levee par elle sur l'envoi de fonds effectu6 pour compete
de 1'Etat en 1906 pour le service des emprunts de 1875 et
1896. Le pourvoi a Wte rejete.
Matin" No 492 du Mercredi 18 Novembre 1908.

Voir suite jugements, page 96.










- 91 -


Opinion de M. Marcelin sur 1'ARTICLE 23 du
CONTR&T de la Banque "AV ANT" la publication
de mon article ci-devant dans < L'Actualit : >


D. L. EWALD: Et maintenance, M. le President, nous
prenons la liberty de vous demander quelles sont les
intentions definitives du Gouvernement.
Dans le cas oi le Gouvernement ne reviendrait p:is
sur la measure injustifi6e qu'il a prise centre nons.
nous serons done obliges de demander la cons-
titution du Tribunal Arbitral privu par l'art : 23 da
Contract, lequel Tribunal arbitral aurait a porter son
jugement sur I'acte du Gouvernement et a fixer les in-
demnit6s con.idirables qui nous seront dues du fait
de la rupture pr6maturee d'une concession qui vient
d'atteindre seulement la moiti6 de sa dur6e. ( Lettre
dn 26 Septembre 1905 du Pr6sident de la Banqie a
Paris, M. EWALD, an Prpsident NORD ALEXIS- voir :
( Departement des finances, Rapport-MARCELIN aux
Chambre, page 74, 4.ne et 7eme alin6as ). )
En presence d'une telle attitude(il s'agit de I'attitide
du Gvt.), notre devoir vis-a-vis de nons-mimeps et vis-
a-vis de nos actionnaires. nous oblige, si u justice no
nous est pas rendne-- ce que nous voulons esperer
encore--- demander de la faQon la plus pressante a
ce qu'un Tribunal arbitral, eonstitu6 a Paris, suivant
la tradition, soil appelP dans le plus href dplai ;i tran-
cler les diffTrends si regrettables i tous 6gards qni
nous divisent ( Lettre i41 1-2 Dercmbre 1905 du mrme
an inmne-voir Rapport-MARCnELN, page 83,4me alinea)
R.- MARCELIN: Cependant en ce qui concern le Tri-
bunal arbilral, lequel, dites-vons, suivant. la tradition,
devra Mtre con.tiltuA a Paris, il NOUS FAUT MAINTENIR
DES APRESENT, 6nergiquement et sans hesitation, qu'il
devra dtre, le CAs ECHRANT, CONSTITUTE A PORT-
ATT-PRINCE.










( En resum6,le Gouvernement, dans l'inltrkt national,
maintient toutes ses reuend'i,.atiols co itre la Banque,
( Lettre du 4 Janvier 1906, MARCELIN a EWALD.
Rapport-MARCELIN, page 86, 4me et 5me alin6as. (1 )
D. -L. EWALD: En ce qui concern le lieu of devraitse
reunir le Tribunal arbitral,ce ne pourrait etre, suivant
nous, que Paris. C'est la en effect que se trouve le
Siege Social de la BAnque, etc., etc. (Lettre du27 Jan-
vier 1906 de L. EWALD au General NORD, page 87,
dernier alinea- Rapport-MARCELIN. )
R.-MARCELIN: II nereste done au Conseil qti'a prendre
acte du refus de la Banque de s'entendre A l'amiable
sur les CONDITIONS ETABLIES ? par sa lettre du 19
Avril 1905.
Le Gouvernement REPETE QU'IL EST PRET :'? en face
de ce refus, A regler ses diffdrends avec la Banquc, PAR-
DEVANT le Tribuaal arbitral.
I minaintient, invariable.nent, que c- Tribanal devra
singer A Port-au-Prince. (Lettre MARCELIN a EWALD,
du 19 Fevrier 1906- Rapport-M. page 8J, 6me, 7me et
8me alineas) (2)
D. -SINATEUR BAUSSAN: Je profit de la presence du
Secretaired'Etat des finances pour Ie prier, etant don-
ne que nous devons discuter prochaieine nt le project
de la Ba'que Agricole ( 3 ),de nous faire savoir, siinoni
aujourd'hui du moinsl I'une de tos proch tines s6anres,
quelle est la situation de la Barque N itio ln l d'H iti
vis-a-vis du Gouverne neiit, etc., e.c.
R. -MARCELIN : .le suis a la disposition du S' nat po ir
lui fournir l'instant minme, les explications den in-
dees par le Sinateur BAUSSAN La situation dui Gou-
verneement vis-a-vis de la Banque Nationale ina pas
change. Nous somnes rests sur nos disposition-s. La
(1) Marcelin accepted doanc ,e r.ibua.l arbitd,ftl, tut- d'avoir co u)ri I'.art:
23.
(2) 11 n'y a plus de doute, I'acceptation du Tribunal arbitral est formelle.
(3) Son contract est pire que celui de la Banque Nitionale d'1Haiti.


- 91 -









- 93 -


Banque, MM., vous devez vous en souvenir, avait,
l'annee derniere, demand un arbitrage. C'gTATr SON
DROIT?? EN VERTU DE L. CONVENTION QUI NOUS
LIE AVEC ELLE???..!..! Mais coinme elle 6tait de-
manderesse et qu'en droit le demandeurdoit assigner
devant le Tribunal du d,)nicile do d6fendeur, nous
lui avons dit: NOUS SOMMES PRETS X ALLER DE-
VANT LES ARBITRES, mais a condition que I'arbi-
trage ait lien d Port-au-Prince. ( Sance du Senat du
19 \AoCt 1907-Monitiur No 99 du 11 Decembre 1907,
piage 447. )
Opinion de M. Marcelin APRES "
la publication de l'article en question:


VAN WIJCK : Le siul Tribunal qui pourrairt tre com-
p6tent dans I'affaire qlii nous occupe est le Tribunal arbi-
tral.(Lettre di 11 Janvier 1908 de Van Wuck a MARCELIN,
concernant le contrat du 16 Decembre 1892 et la Loi du
29 Septembre 1892 sur le Papier-moniaie- Moniteur du 8
F6vrier 1908, No 12, page 83 ).
MARCELIN: Ce que demande la Banque ne doit pas
ltre et ne sera pas acceple. Le Dcret de I'Assenbltee Na-
tionale du 10 Septembre 1880 sera respect. II e st la loi
des parties. II n'est an poivoir de personnel de le modi-
fier. MfonitleIr N" 12 dil 8 Fevrier 1908. (1)



J'espF'rt', qle I'on inm dlimoera plt'ineuiienwt rai)on d'avoir
dit, dans le livre, que bon noinbre de nos Minislres des
finances n'ont jamais compris le Contrat de la Ranque-
on pent marine ajouter : < ne l'on famaiR lu.
( 1) Appliquant mon opinion sur le Tribunal arbitral au cas en question,
Marcelin a reprodnit I'art. 23 do contract de la Banque dans ce mome "Mo-
niteur' et a 1ait coinprendre, ingenieusenent, a M. Van Wijck que le contract
du 1C Decembre 18.)2 ne pouvait pas atre considered comme les clauses et
conditions v du contract de cette Institution, lesquelles clauses et conditions
sells pouvaipnt justifier la constitution du Tribunal arbitr:l.









94 -

L'on me demandera comiene t se fait-il qu'A la tin de
mon article,je me sois d6clart d'accord avec M.MARCELIN,
en invoquant les mots: (( LE CAS ECHEANT.D
C'est bien simple : c'6tait pourfaire adopter plus vite
mon opinion par M. MARCELI',et I'emp6cher d'etre contre
moi quand le Consei! des Secretaires d'Etat lui parlerait
de cet article. II y a encore une autre raison : je ne vou-
lais pas,en presence de la Banque, de l'Etranger, attaquer
le Ministre des finances et faire comprendre qu'il 6tait
loin d'etre au courant du Contrat et des Statuts de la
Banque. La tactique m'avait bien reussi. Elle flatta I'or-
gueil du Ministre.
On n'a qu'd consulter le Dictionnaire pour voir que
j'avais, atin d'atteindre mon but, fait intentionnellement,
une taute de franCais. (I) Le cas dchdant, employ come
MARCELIN I'a faith, ne vent pas dire:a que le Tribunal arbi-
tral sera constitute si le Contrat le permet a, puisque le Mi-
nistre des finances affirme d'abord 4 que la convention
qui nous lie avec la Banque autorise l'intervettion de ce
Tribunal et que la Banque est dans son droit d'en appeler.
Cette expression < le cas dcheant r6pondait dans I'es-
prit de MARCELIN et dans la lettre qu'il ecrivit a Paris, A
ceci : ( quand le moment viendra ), quand I here arrivera
de constitute le Tribunal arbitral, II en avait douc accepted
Pl principle, MALGRE 1'article 23 du Contrat.
Et MAHCELIN passe pour un homme tres fort sur le rap-
port des banques et de la Banque Nationale d'Haiti, en
particulier!.....C'est ce Ministre qui avait la conduit des
nagociations avec la Banque !......
Aller se baser sur la reputation des soi-disant (< grands
homes h d'Haii .....
MAHCELIN a beaucoup ecrit sur la Banque. mnais it n'a
jamais bien compris cette Institution (2).

)1) Le cas echaunt, ici, expritne un rapport de circonstance.
.2) AprBs Liautaud Eth6art, I'auteur qui a 1P mieux compris le probleme:'
de la Banque- etj'ai lu tout ce qui ;a Arie tb it sae cer. Etablissement- est












Bieniot nous veirois commeii, pour t'avoir pas traite,
comme ii le fallait,-,e point concernant le Pr6t Statutaire,
il allait compromettre les interets du Gouvernement.



C D.

M. DuracindeVaval,un tout june honilue, a pine 35 ans. II y a aussi un jour-
naliste qui icrivait en 1893/94, dans le "DROIT", Dr Edmond Heraux, je
crois.











Suite JUGEMENTS voir page 90.


5 Novembre 1907. Parce jugement, leTribunal Civil
de Port-au-Prince rejette le declinatoire d'incomp6tence
de la Banque soulev6 contre les Tribunaux haitiens.
Juge Doyen: Jh D. DAY, P. Jh JANVIER, Juge et
MONTES, Juge-Suppleant.


16 Dcembre 1907 Jugement par lequel le Tribunal
Civil, contrairement a la pr6tention de la Banque qui en
appelle A I'arbilrage, se declare competent pour connaltre
de l'affaire des $ 55.096.14 dollars or americain, indfiment
percus pour envois de fonds de Port-au-Prince a la Pro-
vence, et vice versa.
Juge Doyen: A. St ROME, V. VALME, Juge et G.
DUVET, suppleant-.uge.


7 Janvier 1908 Jugement maintenant le ddfaut don-
ne contre la Banque par le Jugement du 6 Novembre 1907
et condamnant cet Etablissement a restituer a I'Etat, la
some de $ 1.914.69 avec interets.
Juge Doyen: A. St-ROME, Jh DUPONT DAY, Juge et
G. DUVET, suppleant-juge.


25 Janvier 1910 Arr&t de Cassation rejetant le pour-
voi de la Banque contre le jugement du 13 Mars 1908 et
declarant que l'Arbitrage ne doit pas etre dans I'affaire de
l'Emprunt de 1896, de 50 millions de francs. Cette aflaire
est de la competence des Tribnnaux d'Haiti.
ERNEST BONHOMME, Vice-Pr6sident, C. DEJEAN,
L. DENIS, P. J. JANVIER et J. L. VERITE, Juges.








97 -

31 Janvier 1910 Arrtt de Cassation, rejetant come
mal fond6, le pourvoi de la Banque contre le jugement
du Tribunal Civil de Port-au-Prince, en date du 5 Novem-
bre 1907.
Vice-Pr6sident: E. BONHOMME; C DEJEAN, F.
BARON, L. DENIS et J. L. VERITE, hJges.


31 Janvier 1910 Arrlh de Cassation, cassant sans ren-
voi, le jugement du 46 Dcembre 1907 et declarant que
c'est I'Arbitrage et non ies Tribunaux de droit common
haitiens qui doit connaltre de l'affaire des commissions
indiment touchees par la Banque, soient g 55.096.14.
Vice-President: ERNFST BONHOMME; C. DEJEAN, F.
BARON, L. DENIS, et J. L. ViRITI, Juges.




Les diverse NEGOCIAT1ONS
du GOUVERNEMENT HAITIEN avec
la BANQUE NATIONAL d'HAITI, depuis
sa foundation, et la tactique traditionnelle de
cette INSTITUTION.


Gouvernement SALOMON:

Le General Salomon ayant, comme je I'ai dit au course
de mes 6crits sur la Banque, reconnu l'imperfection de
son oeuvre. c'est-A-dire que cet Etablissement laissait
beaucoup d ddsirer et sur le rapport de ses Statuts et sur
celni de son Contrat, et ne voulant pas I'exprimer'cat^go-
riquement ce qui donnerait raison au Parti Liberal qui.
a Kingston, avait 6crit ((HAITI au SOLEIL de 1880 P
pour empkcher la foundation de la Banque dans les condi-
tions que l'on sait convoqua, A partir du 4 Janvier 1882,
c'est-a-dire 6 mois ??? apres I'ouverture de cette Instita-
7









- 98 -


tion, le liaut Commerce en une s6rie de conferences,
tant6t au Palais National, tantot dans la modest mason
de Mr EUGINE NAU, aux fins de chercher des amiliora-
tions A la mauvaise situation du Pays. Le Directeur de la
Banque 6tait toujours present a ces conferences qni pri-
rent fin, comment pensez-vous? par la declaration
qu'il fallail. simplement detaxer le cafe, surtaxer les vins,
les liqueurs de luxe, et prohiber tons les articles d'impor-
tation pouvant 6tre fabriques en Haiti.
Salomon se disant qu'il n'y avait rien de pratique et
surtout d'immidiatement realisable dans le resultat des
dites conferences, les licentia tranquillement et charge
secretement, en1882, BIUTUS St-VICTOR, d'obtenir A Paris
certaines modifications auxactes constitutifs delaBanque.
Les propositions de St-VICTOR don't malheureusement
nous n'avons pas la lisle, fureni rejetees par le Siege So-
cial.
En 1885, Salomon revint A la charge par I'intermBdiaire
du Directeur de la Banque, Mr ADOLPHE JUNG, a qui il
confia une note detaille des modifications d&sir4es.
JUNG fit -il quelque chose? nous n'en savons rien, mais
nous n'ignorons pas en revanche, que JUNG tn:it plers6T-
ncllement oppose au changeinent en notre faveiir, du con-
trat de la Banque et que Salomon, dans le discours qu'il
prononca A I'occasion de sa r6ilection A la premiere ma-
gistrature de la Republique, proclama bien haut, en 1887,
que le remanie nent du sus-dit contract s'imposait et qu'il
avait trop de confiaice dans les Administrateurs de la
Banque pour douter un seul instant de leur bonne volonte,
de leur concourse en l'occurenco. Par le journal Le
Peuple D on salt que Salomon avait demandA le hausse-
ment du Pret Statutaire. HMlas Salomon passa son
rAgne sans obtenir quoique ce soit de la Banqie.











Gouvernement LEGITIME:

Ce Gouvernem3nt, un des plus 6clairds et des mieux
- intentionnes que nous ayons eus, Atait un Gouvernement
de combat, trop absorbed de l'idee de se maintenir, de se
consolider, parmi tant de violentes passions dichain6es,
pour songer, mrme ue bonne minite, a administrer's6-
rieusement, a rien exiger de la Banque.
Nons voulons bien coire que si ce Gouvernement n'avait
pas t. e6ph6emre, grace A la trahison et a la venalite de
certain, LAgitirne recommencerait les demarches de Salo-
mon pros les Administrateurs de la Banque.


Gouvernement HYPPOLITE :

Apr6s nos divisions sans but, les tueries barbires et les
d6sordres insensAs de 1889, qui faillirent nous counter si-
non le protectorat, du moins I'intervention am6ricaine
dans nos affaires interieures, Hyppolite, h6ritant d'une
situation deplorable, charge d'environ P. 2.675.000, en
monnaie d'argent et de bronze avilie, de P. 4.631.870, en
papier-monnaie de tous les types, d'indemnit6s, de re-
clamations ex orbitantes a payer aux strangers, victims
de nos erreurs, de nos folies, Hyppolite, voulant sortir
de l'orniere des emprunts repetes papier-monnaie contre
or, ou'l'avait enliz6 ses ministries des finances, r6solut de
reprendre les pourparlers de ses pr6d6cesseurs, quant aux
modifications a apporter au Contrat de la Banque Natio-
nale d'Haiti.
Pour cela, il se fit remettre, au dire de MN Fr6derique
Marcelin, son ministre des finances d'alors, une liste des
modifications A demander. Ces modifications, don't le de-
tail est donn' par le Ministre en question, furent-elles,
toutes, jamais soumises au Siege Social de la Banque?
Nous en doutons. car pas an actedu Gouvernement d'Hyp-
polite, pas ine piece, pas un bout de lettre ne le prouve;
et nous ne trouvons rien non plus, dans les nombreux




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs