• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Preface
 De la gratuite de l'instruction...
 Des divers ordres d'establissement...
 De l'enseignement superieur
 Des ecoles communales et de l'enseignement...
 Du personnel universitaire et des...
 Des autorités universitaires
 Des titres de capacité et des degrés...
 Des maisons d'ecoles
 Renseignements statistiques
 Pension de retraite des instit...
 Documents officiels
 Lois
 Arretes
 Réglements
 Circulaires et rapports
 Avis
 Programmes
 Table of Contents






Group Title: La legislation de l'instruction publique de la republique d'Haiti (1804-1895) : expose, historique et commentaires, suivis du texte des lois, arrãetÉs, ráeglements, circulaires et avis importants, programmes, etc., qui ont ete successivement en vigueur de l'independance nationale a nos jours
Title: La législation de l'instruction publique de la république d'Haïti (1804-1895)
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074018/00001
 Material Information
Title: La législation de l'instruction publique de la république d'Haïti (1804-1895) exposé, historique et commentaires, suivis du texte des lois, arrêtés, règlements, circulaires et avis importants, programmes, etc., qui ont été successivement en vigueur de l'indépendance nationale à nos jours
Physical Description: vi,734 p. : ; 25 cm.
Language: French
Creator: Vincent, Sténio, 1874-
Lhérisson, L. C
Publisher: s.n.
Place of Publication: Paris
Publication Date: Vve C. Dunod & P. Vicq|[1895]
Edition: 1. éd.
 Subjects
Subject: Educational law and legislation -- Haiti   ( lcsh )
Education -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par Sténio Vincent et L.-C. Lhérisson.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074018
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001117615
oclc - 23157975
notis - AFL4426

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Preface
        Page 5
        Page 6
    De la gratuite de l'instruction publique, de l'obligation de l'instruction primaire et de la liberte de l'enseignement
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Des divers ordres d'establissement d'enseignement
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
    De l'enseignement superieur
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
    Des ecoles communales et de l'enseignement privé
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    Du personnel universitaire et des conditions generales pour enseigner dans les ecoles nationales
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
    Des autorités universitaires
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
    Des titres de capacité et des degrés universitaires
        Page 87
        Page 88
    Des maisons d'ecoles
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
    Renseignements statistiques
        Page 94
        Page 95
        Page 96
    Pension de retraite des instituteurs
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
    Documents officiels
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
    Lois
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
    Arretes
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
    Réglements
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
    Circulaires et rapports
        Page 415
        Page 416
        Circulaires
            Page 417
            Page 418
            Page 419
            Page 420
            Page 421
            Page 422
            Page 423
            Page 424
            Page 425
            Page 426
            Page 427
            Page 428
            Page 429
            Page 430
            Page 431
            Page 432
            Page 433
            Page 434
            Page 435
            Page 436
            Page 437
            Page 438
            Page 439
            Page 440
            Page 441
        Rapports
            Page 442
            Page 443
            Page 444
            Page 445
            Page 446
            Page 447
            Page 448
            Page 449
            Page 450
            Page 451
            Page 452
            Page 453
        Circulaires
            Page 454
            Page 455
            Page 456
            Page 457
            Page 458
            Page 459
            Page 460
            Page 461
            Page 462
            Page 463
            Page 464
            Page 465
            Page 466
            Page 467
            Page 468
            Page 469
            Page 470
            Page 471
            Page 472
            Page 473
            Page 474
            Page 475
            Page 476
            Page 477
            Page 478
            Page 479
            Page 480
            Page 481
            Page 482
            Page 483
            Page 484
            Page 485
            Page 486
            Page 487
            Page 488
            Page 489
            Page 490
            Page 491
            Page 492
            Page 493
            Page 494
            Page 495
            Page 496
            Page 497
            Page 498
            Page 499
            Page 500
            Page 501
            Page 502
    Avis
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
        Page 515
        Page 516
        Page 517
        Page 518
        Page 519
        Page 520
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
    Programmes
        Page 525
        Page 526
        Page 527
        Page 528
        Page 529
        Page 530
        Page 531
        Page 532
        Page 533
        Page 534
        Page 535
        Page 536
        Page 537
        Page 538
        Page 539
        Page 540
        Page 541
        Page 542
        Page 543
        Page 544
        Page 545
        Page 546
        Page 547
        Page 548
        Page 549
        Page 550
        Page 551
        Page 552
        Page 553
        Page 554
        Page 555
        Page 556
        Page 557
        Page 558
        Page 559
        Page 560
        Page 561
        Page 562
        Page 563
        Page 564
        Page 565
        Page 566
        Page 567
        Page 568
        Page 569
        Page 570
        Page 571
        Page 572
        Page 573
        Page 574
        Page 575
        Page 576
        Page 577
        Page 578
        Page 579
        Page 580
        Page 581
        Page 582
        Page 583
        Page 584
        Page 585
        Page 586
        Page 587
        Page 588
        Page 589
        Page 590
        Page 591
        Page 592
        Page 593
        Page 594
        Page 595
        Page 596
        Page 597
        Page 598
        Page 599
        Page 600
        Page 601
        Page 602
        Page 603
        Page 604
        Page 605
        Page 606
        Page 607
        Page 608
        Page 609
        Page 610
        Page 611
        Page 612
        Page 613
        Page 614
        Page 615
        Page 616
        Page 617
        Page 618
        Page 619
        Page 620
        Page 621
        Page 622
        Page 623
        Page 624
        Page 625
        Page 626
        Page 627
        Page 628
        Page 629
        Page 630
        Page 631
        Page 632
        Page 633
        Page 634
        Page 635
        Page 636
        Page 637
        Page 638
        Page 639
        Page 640
        Page 641
        Page 642
        Page 643
        Page 644
        Page 645
        Page 646
        Page 647
        Page 648
        Page 649
        Page 650
        Page 651
        Page 652
        Page 653
        Page 654
        Page 655
        Page 656
        Page 657
        Page 658
        Page 659
        Page 660
        Page 661
        Page 662
        Page 663
        Page 664
        Page 665
        Page 666
        Page 667
        Page 668
        Page 669
        Page 670
        Page 671
        Page 672
        Page 673
        Page 674
        Page 675
        Page 676
        Page 677
        Page 678
        Page 679
        Page 680
        Page 681
        Page 682
        Page 683
        Page 684
        Page 685
        Page 686
        Page 687
        Page 688
        Page 689
        Page 690
        Page 691
        Page 692
        Page 693
        Page 694
        Page 695
        Page 696
        Page 697
        Page 698
        Page 699
        Page 700
        Page 701
        Page 702
        Page 703
        Page 704
        Page 705
        Page 706
        Page 707
        Page 708
        Page 709
        Page 710
        Page 711
        Page 712
        Page 713
        Page 714
        Page 715
        Page 716
        Page 717
        Page 718
        Page 719
        Page 720
        Page 721
        Page 722
        Page 723
        Page 724
        Page 725
        Page 726
        Page 727
        Page 728
    Table of Contents
        Page 729
        Page 730
        Page 731
        Page 732
        Page 733
        Page 734
Full Text



















LA LEGISLATION

DE

L'INSTRUCTION PUBLIQUE
DE LA REPUBLIQUE D'lHAIT

(1804-189I










LA LEGISLATION
*L *t,.-*'' '


L'INSTRUCTION PUBLIOUE

DE-


LA REPUBLIQUE D'HAITI


(1804-1895)

EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
SUIVIS DU TEXTE DES LOIS
ARBATES, RiGLEMENTS, CIPCULAIRES FT AVIS IMPORTANTS, PROGRAMMES, ETC.
QUI ONT ETI SUCCESSIVEMENT
EN VIGUEUR DE L'INDtPENDANCE NATIONAL A NOS JOURS

PAR

STINIO VINCENT L.-C. LHLRISSON
LICENCIE EN DROIT, AVOCAT 5 PROPESSEUR
ANCIENT SECRETAIRE DE L'INSPECTION SCOLAIRE DE L'ENSE[GNEMENT SECONDAIRE
DE PORT-AU-PRINCE FONDATEUR DE L'ECOLE LIBRE PROFESSIONNELLE
SSECRETAIRE-REDACTEUR AU "SNAT DE LA REPUBLIQUE DE PORT-AU-PRINCE
PROFESSEUR DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE FONDATEUR ET PRESIDENT
FONDATEUR DE ASSOCIATION DES MEMBRES DE L'ASSOCIATION DES MEMBRES
SDU CORPS ENSEIGNANT DE PORT-AU-PRINCE DU CORPS ENSEIGNANT DE PORT-AU-PRINCE


PREMIERE EDITION





VV CH. DUNOD & P. VICQ

ADITEURS DE L'UNIVERSITt HAITIENNE
,49, QUAI DES GRANDS-AUGUSTINS

PARIS


* it..


2, .4"















-PREFACE





Les questions d'enseignement semblent prendre au mour-
Sd'hui, en Haiti, toute l'importance qu'elles mdritent.
L'instruction publique, en general, est l'objet de norn-
breux projects de rdformes, et la legislation existante e.st
souvent invoqude, soit qu'on en demand l'application,
S soit que, par une etude approfondie de ses parties essen-
^ tielles, on desire s'inspirer des nouvelles ndcessitis de
S l'heure present.
D'autre part, iln'a pas toujours 8t facile aux intdres-
-'4 sds, c'est-a-dire a la grande majority des instituteurs, de
se mettre au courant des lois, arrdtes, raglements, les
concernant directement. Cette absence, chez certain
instituteurs, de toute notion legale de leurs devoirs, a
produit parfois de bien fdcheux effects.
Disperses, soit dans la volumineuse collection des Lois
ET ACTES de Lnstant Pradines, soit dans les numdros
epars du MONITEUR, soit dans des recueils anciens aujowr-
d'hui introuvables, les textes relatifs 4 l'instruction
publique sont souvent ignores meme de ceux qui, par lewu
situation ou leurs functions, demeurent les vrritables
directeurs de l'education national.

-


,










VI PREFACE
Nous croyons done repondre 4 un besoin urgent en
faisantparaitre cet ouvrage.
Notre travail comprend deux parties: la premiere est
une dtude sommaire sur notre legislation de l'instruc-
tion publique ; la second est la reunion, par ordre de
dates, des documents officials (lois, arrdtes, reglements,
circulaires, rapports et avis important, programmes).
Voild notre ouvrage dans ses grades divisions. Sera-
t-il de quelque utility ?...
Nous avons le droit de l'espdrer, puisque notre prin-
cipal but est d'dtre utile.

































l'p
















CHAP1TRE PREMIER


DE LA GRATUITY DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE,
DE L'OBLIGATION DE L'INSTRUCTION PRIMAIRE
ET DE LA LIBERTY DE L'ENSEIGNEMENT.


1

L'article 24 de la Constitution en vigueur est ainsi
conqu: << L'enseignement est libre.
L'instruction primaire est obligatoire.
L'instruction publique est gratuite a tous les degr6s.
La liberty d'enseignement s'exerce conformement a la
loi et sous la haute surveillance de l'Etat.
La gratuity de l'instructioi publique a tous les degres,
l'obligation de l'instruction primaire et la liberal de 'en-
seignement, telles sont done les trois bases principals
de la 16gislation actuelle de l'instruction publique.




SJetons un rapide coup d'oeil a travers les differentes
constitutions qui ont successivement regi le pays, de 'in-
ddpendance national a nos jours, et voyons si ces prin-
\ cipes y ont toujours 6t6 consacr6s.
Dans le pacte fundamental de 1805 le premier qui






"'. i








8 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMEINT&RES.
ait Wte 6labord aprbs la proclamation de l'ind6pendance
il est dit, article 19 des Dispositions gdndrales, que,
I dans chaque division militaire, une cole publique sera
cr6 e pour l'instruction de la jeunesse. Or, il n'y avait
i' 1'6poque que six divisions militaires formant le terri-"
toire de l'Empire d'Haiti. On ne comptait done en Haiti,
f en 1805, que six ecoles. Mais il est certain que leur fonc--
Stionnement a dA se ressentir de 1'Btat de malaise g6ndral
dans lequel le pays se trouvait, au sortir des grandes
luttes qui firent du Peuple haitien une nation libre et sou-
veraine. Vivant sur un qui-vive perp6tuel, s'attendant a
toutes sortes d'6v6nements, notamment A une reprise
d'hostilit6s imminent de la part de la France qui ne
voyait pas, sans d'amers regrets, la belle et riche colonie
de Saint-Domingue passer en d'autres mains, on com-
prend fort bien que le Gouvernement, au lendemain de
1804, n'ait eu d'autres soucis que de maintenir, pair tous
les moyens possibles, le grand acte politique que les
Haitiens venaient d'accomplir. Le pays entier 6tait en
effet un vaste camp. Dans de telles conditions, 1'organi-
sation de l'instruction publique ne devait-elle pas Atre
ajournde a des temps meilleurs?
11 n'est done pas interessant, d6s lors, de chercher b*i' :
Ssavoir si les six Bcoles cre6es selon le vceu de la Coisti-
Stution de 1805 dtaient gratuites ou non, bien que le mot '
S publique plac6 aprs dcole efit pu fournir quelque argu-
meant a interpreter l'article 19 dans un sens plut6t large
I que restrictif. 11 est cependant bien difficile de rien pr6-
... eiser a ce sujet, et de degager, d'une fagon g6nerale, la
vritable conception du l1gislateur-constituant de 1805
sur les choses d'enseignement et d'instruction publique.
Nous croyons qu'on n'avait, 4 cette 6poque, aucune.
idde de ces hautes questions, et qu'il en devait Atre for-






-. ^*l









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 9
Scement ainsi. C'Utait une fatality de l'exceptionnelle
origine de 1'Etat haitien.
La Constitution dphemere du 27 d6cembre 1806 n'a
rien prescrit concernant l'instruction publique.
Bient6t, cependant, on remarque qu'une certain
Extension est donn6e h cette branch importance de
l'Administration. Ce n'est plus une cole publique dans
chaque division. 11 y a maintenant, dans chaque division,
une cole centrale, quelque chose comme un college
public, un 6tablissement d'un rang immddiatement plus
|1ev6 qu'une simple cole primaire, et des 6coles par-
ticulieres dans chaque arrondissement, c'est-a-dire des
dcoles primaires nationals.
En son titre VIII, De I'Education publique, la Consti-
Stution du 17 fdvrier 1807'dispose :
A ART. 34. Il sera 6tabli dans chaque division une
I cole central et des ecoles particulibres dans chaque
arrondissement.
Il sera eependant loisible a tout citoyen de tenir des
S maisons a'Mducation particulieres.
S ART. 35. Le traitement des professeurs et institu-
teurs, ainsi que la police des ecoles, seront r6gl6s par une
loltparticulibre. ,
Pour ce qui est de la gratuity de la fr6quentation de
ces ecoles, nous croyons que nos pr6cedentes observations,
\ relatives a l'article 19 des Disposition.s generales de la
Constitution de 1805, peuvent encore s'appliquer ici.
C'est la Constitution du 2 juin 1816 qui vint consacrer,
i pour la premiere fois, d'une maniere express, le prin-
cipe de la gratuity.
I Cette denomination d'ecole central n'est pas nouvelle. <, Le noin d'coles
centrales est celui que les pedagogues de la Revolution avaient imagine pour
designerr les ktablissements d'enseignement secondaire destines a remplaecr
les colleges de l'ancien regime. > (Gabriel COMP.nYRB.)









10 EXPOSE, IH[STORIQUE ET COMMENTAIRES
L'article 36 de cette Constitution s'exprime ainsi :
A ART. 36. II sera aussi cr66 et organism une insti-
tution publique commune a tous les citoyens, gratuite i
l'6gard des parties d'enseignement indispensables pour
tous les hommes, et don't les 6tablissements seront dis-
tribu6s graduellement dans un rapport combine avec la
division de la R1publique. )
C'est la gratuity de l'enseignement prniaire. Cette
(( institution publique n don't parole article 36 de la Cons-
titution de 1816 n'est reellement gratuite qu' (( d l'gard
des parties d'enseignement indispensable pour tous les
homes ). Ces p parties d'enseignement ) ne sont autre
chose que les matibres de l'enseignement primaire.
La gratuity restreinte, celle de l'enseignement primaire
laseule vraiment raisonnable, d'ailleurs- a 6tC main-
tenue par les Constitutions de 1843, de 1867 et de 1874./
--~XTRTi 3.- L'enseignement est libre, et des 6coles
C sont distributes graduellement, h raison de la popu-
lation.
Chaque commune a des coles primaires de l'un et de
l'autre sexe, gratuites et communes a tous les citoyens. ))
S(Constitution de 1843.)
< ART. 29. L'enseignement est libre. ,
Chaque commune a des 6coles primaires de 1'un et de
l'autre sexe, gratuites et communes & tous les citoyens.
Ces 6coles sont distributes graduellement, h raison de la
population. ) (Constitution de 1867.)
a ART. 33. L'enseignement est libre.
L'instruction primaire est gratuite et obligatoire. ,
(Constitution de 1874.)
Les Constitutions de 1879 et de 1889 n'ont pas su main-
tenir le principle de la gratuity tel qu'il 6tait 6tabli dans
Sales Constitutions ant6rieures, et tel qu'on le rencontre



/
I,









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 11
/ encore en France.de nos jours. Sous pr6texte de favoriser
les progress intellectuals et de faire pr6valoir de pr6ten-
duesidWes d6mocratiques toujours en vogue au lendemain
de nos stupides guerres civiles, les dispositions suivantes
ont Wtd introduites dans ces pactes constitutionnels.
( ART. 30. L'enseignement est libre.
L'instruction publique est gratuite a tous les degres.
L'instruction primaire est obligatoire et gratuite. ,
(Constitution de 1879.)
< ART. 24. L'enseignement est libre.
L'instruction primaire est obligatoire.
L'instruction publique est gratuite a tous les degr(s. ,
(Constitution de 1889.)
La Republique d'Haiti se trouve done etre ainsi un des
v ^ rares pays of la gratuitd'de l'instruction publique soit
Suniverselle. 11 est facile de comprendre la gratuity de
l'instruction primaire. Elle est une consequence natu-
relle de l'obligation. Mais la theorie de la gratuity uni-
verselle ne nous parait pas basee sur des arguments tres
decisifs. La gratuity ne saurait Otre un principle absolu.
2 M. Solon M6nos l'a bien prouv6 i la Constituante de
1888, dans un discours plein de science et de logique que
nous regrettons de ne pouvoir reproduire ici. II eut pour
Sadversaire M. JRrrmie, l'un des leaders de la meme
Assemblee, partisan convaincu de la gratuity de l'ins-
truction publique a tous les degr6s. Nous avons eu
S1'avantage d'entendre cette interessante discussion.
M. JRrdmie fit de la bonne sentimentality dans cette im-
Sportante question, prononqa des discours d'une motion
\ p6ndtrante, et put ainsi faire adopter son opinion. II est
c toujours avec le c(eur des accommodements.
0 .Pourtant, en France meme, 1'enseignement primaire
S/ n'est gratuit, d'une maniere absolue, que depuis la loi
<









it EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
' du 16 juin 1881. L'Assemblee Constituante avait bien
inscrit, dans la Constitution de 1791, une disposition
'?proclamant la gratuit6 de l'enseignement primaire.
Mais la loi du 3 brumaire an IV 6tait venue restreindre
le principle 6galitaire de la Constitution de 1791, de telle
Ssorle que, depuis, on n'exemptait de la retribution sco-
laire que les enfants reconnus indigents. II est vrai que
l'Etat avait toujours facility, dans une large measure,
'dtablissement d'6coles communales entierement gra-
tuites. C'6tait un acheminement certain a l'application
du principle d'dgalit6 et de justice que. r6alise aujour-
d'hui si bien la gratuity entire de l'instruction pri-
maire.
Plus tard, en 1889, A 1'Assembl6e constituante des
T Gonaives, et h la discussion de la Constitution actuelle,
la question du principle de la gratuity universelle revint
a l'ordre du jour. Nous sommes heureux de pouvoir
' mettre sous les yeux du lecteur la discussion qui amena
le vote de Particle 24 de notre Constitution :
4 L'article 24 est mis en discussion :
< M. JULES DOMINGUE: Je propose d'ajouter (( obliga-
toire ,, et de dire ( l'enseignenent primaire est seulgra-
tuit et obligatoire ,.
Messieurs, l'instruction primaire, Rtant le patrimoine
de tous, doit seule Utre gratuite, par cela meme qu'elle
est obligatoire.
L'instruction secondaire et sup6rieure, Rtant accessible
Stun petit nombre, ne merite pas notre sollicitude.
Le probleme moderne, c'est l'enseignement -primaire
I don't le champ est vaste. Tout le monde n'est pas en
measure de suivre les course des colleges et des lyc6es.
'C'est ce qu'on semble ne pas vouloir comprendre en
Haiti. Voilh pourquoi depuis longtemps nous avons perdu


" .'.









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 13
k le secret de former des citoyens. En quality de membre
i du corps enseignant, j'ai lieu d'observer cela, de constater
que des domestiques apprennent le grec et le latin. (Ru-
2 meurs dans l'Assemblde.)
C'est, Messieurs, mentir a la d6mocratie que de toldrer
un tel 6tat de choses Les intelligence d'dlite des 6coles
primaires doivent seules, par l'obtention des bourses,
isuivre les course d'enseignement secondaire et sup6rieur.
M. SANDAIRE: Je prie mon collogue Domingue de jeter
i les yeux sur l'article 13 de notre project de Constitution,
i h propos du mot domestique, tomb6 de ses levres. II y
Sverra que : < Les Haitiens sont 6gaux devant la loi et
< qu'ils sont tous 6galement admissibles aux emplois
civils et militaires, sans autre motif de pr6f6rence
(< que le m6rite personnel ou les services rendus au
Pays.
M. LUGER CAUVIN: Messieurs, je propose h l'Assem-
bl1e de rediger ainsi le texte de l'article 24:
L'enseignement est libre. L'instruction primaire est
obligatoire.
( L'instruction publique est gratuite tous les degrds.
J'avoue que je suis mal pr6pard pour discuter la gra-
tuit6 de l'instruction donnde par l'Etat. Je me contenterai
de l'examiner au seul point de vue qui touche a mes
tludes habituelles.
Que l'instruction publique primaire soit gratuite, cela
s'impose, parce que c'est lh une dette de l'Etat; c'est,
plut6t, un sacrifice que fait la communaut6 en vue de sa
conservation. Je neonn~s _pas,. en effet,_de danger
Spg__armerun illettre du bulletin de vote,
Set, puisque nous ne pr6tendons pas restreindre le suf-
frage universal, nous ne pouvons pas 6chapper a la nd-
cessitd de l'6clairer.








14 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
Mais une autre raison, une raison de justice, nous
oblige a 6tendre plus loin la gratuity de l'instruction
' publique. ( Les Haitiens, avons-nous dit dans l'article 13,
sont 6gaux devant la loi. ) Quand, avec 1'imp6t auquel
tous contribuent, l'Itat fonde des 6tablissements d'ins-
truction secondaire ou d'instruction supdrieure, ne serait-
ce pas une injustice inqualifiable que de n'en pas ouvrir
les portes et d'en faire, en quelque sorte,-l'apanage de
ceux qui peuvent en payer l'entr6e?
Je sais bien que, dans la pratique, les institutions de
cette espbce sont detourndes de leur hut; qu'on y admet,
par faveur, des enfants don't la place est i l'6cole pri-
maire; mais c'est une question de detail don't nous
n'avons pas i prendre souci et qu'il faut laisser dans le
domaine administratif. Ce n'est pas a nous, c'est B ceux
qui'sont charges d'appliquer la loi sur la matibre, d'exi-
ger rigoureusement que chaque enfant qui se pr6sente
remplisse les conditions voulues d'admissibilit6. Que
Smme, pour rdp6ter le mot de l'honorable preopinant, les
fils de famille y coudoient des domestiques, je n'en suis
pas scandals : c'est l'6galit6 dans la jouissance des
droits, consequence 16gitime de l'6galit6 devant la loi.
Nous n'avons point de dedain pour les serviteurs a gages,
.puisque, ropudiant l'exemple de Constitutions prec6-
dentes, nous ne les avons pas exclus des droits poli-
tiques.
Supprimer la gratuity de I'instruction publique a un
degr6 quelconque, c'est supprimer cette instruction elle-
meme a ce degr6. Le preopinant, qui, ne voulant pas
cette consequence, ne s'en apercoit pas moins, vous parle
de bourses qui pourront Wtre institutes au profit d'indi-
vidus allant s'instruire sur la terre 6trang6re. Ah! ce
systeme-1i, vous en connaissez le danger, n'est-ce pas?








EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 13
.:: ~.~ 'Quel fruit nous est-il revenue des depenses de ce genre
{ que nous avons faites pour des 6tudiants en m6decine?
i Quel fruit nous reviendra-t-il de toutes celles que nous
ferons encore pour clever des enfants dans les grandes
capitals de 1'Europe ? Is y contractent des gofts, des
habitudes incompatible avec le triste Rtat de leur pays.
Quand ils y reviennent s'ils y reviennent quel
amer ddsenchantement? Ne craignez-vous pas, comme
on l'a dit bien des fois, que plus ils auront contract les
moeurs du milieu od vous les aurez fait grandir, plus ils
seront travaill6s du besoin de s'enrichir dans la politique,
pour retourner aux jouissances raffindes que la terre
natale ne leur donne point ?
Mais 1h n'est pas vraiment la question. Est-il just et
c'est a ce point de vue que je veux vous ramener est-il
just de supprimer ou de mettre hors de la port6e du
plus grand nombre, les dtablissements d'instruction se-
condaire ou superieure, pour se reserver d'instituer le
privilege des bourses A l'Etranger, privilege don't quel-
ques-uns profiteront sans compensation pour le corps
social?
La gratuity de l'instruction publique a tous les degr6s,
c'est l'application du meme principle qui impose a tous
les memes charges et leur assure les memes avantages. ,
Mis en discussion et aux voix, l'amendement Cauvin, a
l'article 24, est accept.
Cet article amend est ensuite admis. (Le Moniteur,
Journal official de la Rdpublique, no du 1 decembre 1889.)
M. Ldger Cauvin a bien fait d'avouer, au commence-
k ment de son argumentation, qu'il ktait mal prepare, pour
discuter la gratuity de l'instruction donnee par l'Etat.
I Quelque concluantes que paraissent les raisons qu'il a
i mises dans la circonstance, il est impossible que les gens








i6 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
du metier partagent son opinion. Certes, il y aurait long
A dire, s'il nous fallait examiner cette theorie de la gra-
Stuit6 absolue comme elle a Wte present6e par M. L6ger
SCauvin. Nous craindrions d'engager une discussion qui.
nous entrainerait trop loin et de d6passer ainsi le
modest cadre de notre Rtude. Disons cependant que
M. Lger Cauvin a sembl6 n'avoir pas saisi toute la pen- .
s6e de M. Jules Domingue. Nulle part, en effet, dans son
discours, celui-ci n'a parlk de l'institution des bourses a
l'Etranger. Les longues considerations, faites A ce sujet
par M. Leger Cauvin, restent, par consequent, 6trang&res
au debat.
Mais oi est done la raison de justice dans le fait, par
Sl'Etat, d'imposer, en quelque sorte, la gratuity absolute
aux families aisles ou riches pouvant subvenir, par leurs
resources, a l'dducation et a l'instruction de leurs
enfants, comme h leur nourriture et h leur entretien? On
cherchera ainsi vainement une justification du principle
de la gratuity absolue.
D'un autre c6te, sans r6glementation, sans frein, le
systeme de la gratuity ne peut aboutir qu'h la preparation
de nombreux d(classes. 11 y a 1a un danger qu'il faut
Yviter. On en arrive alors a l'institution d6mocratiquedes
bourses pour les enfants don't les parents ne sont pas
aises.
(( Les courses, dit M. Gabriel Compayrd, doivent Atre
considdrees comme une des formes de l'assistance social,
comme un des procedds par lesquels 1'Etat vient en aide
au m6rite pauvre et prend, pour ainsi dire, par la main,
dans tous les rangs de la sociWte, les jeunes gens qu'une
selection attentive lui designe comme les plus dignes
d'etre entretenus et Mlev&ls aux frais de la Nation. Plus
on examine la question, plus on voit que l'instruction







.- ; -'








EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 17
secondaire n'est pas le privilege d'une classes social,
,\ puisque les enfants pauvres des 4coles primaires, don't
les aptitudes sont constatdes, peuvent en ben6ficier par
I'obtention des bourses.
Nous pensions, encore, avec M. Pierre Carrive, que
< j ( rien n'est moins acceptable que la theorie de l'instruc-
S tion intdgrale, don't la soci6td serait tenue envers tous
ses membres comme d'une dette. Pour l'instruction
S secondaire ou sup6rieure, il ne saurait pas plus tre
S question de la gratuity que de 'obligation. En faith d'ins-
truction, la soci6t6 ne doit a ses membres que le
n6cessaire, ce qui est indispensable pour remplir le r6le
d'homme et de citoyen. A chacun le soin d'acquerir
Sensuite le surplus, selon ses resources, ses facultes et
ses efforts. ..
<< La seule instruction, dit Talleyrand, que la society
doive avec la plus entire gratuity, est celle qui est essen-
tiellement commune a tous, parce qu'elle est n6cessaire
A tous.
Or, l'instruction primaire est absolument et rigoureu-
sement commune a tous, puisqu'elle doit comprendre les
416ments de ce qui est indispensable, quelque etat que
1'on embrasse. ,
M. FranQois-Elie Dubois, ministry de l'Instruction
publique, sous Geffrard, examinant la question h un point
Sde vue trbs pratique, disait, le 21 mars 1860, dans un
rapport adress6 au Pr6sident de la Republique : ( En
general, on conqoit fort mal en Haiti l'instruction
' primaire. Beaucoup de personnel croient qu'elle est un
acheminement 4 l'enseignement secondaire et que les
infants, au sortir d'un de ces 6tablissements of on leur
a inculqu6 quelques notions de langue francaise, d'arith-
mptique, d'histoire et de gdographie, doivent passer








18 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
dans an lycee pour y acquirir de profondes et solides
connaissances. Les intelligence d'6lite seules doivent
jouir de ce privilege. Si, aux examens annuels des ecoles
primaires, on remarque quelques 616ves aptes a suivre
les course superieurs d'un lyc6e, on les y enverra aux
frais du Gouvernement, ainsi que je viens de le faire
r6cemment pour trois de ces enfants.
L'instruction primaire est donn6e aux classes pauvres:
les enfants des families n6cessiteuses, devant pourvoir,
d&s 1'Age le plus tendre, h leurs propres besoins et sou-
vent a ceux de leurs parents, ne peuvent rester un temps
ind6fini dans les ecoles. Cinq ou six ans leur suffisent
pour qu'ils acquierent des notions g6n6rales qu'aucun
homme ne doit ignorer. Au sortir des classes, s'il leur
faut aller apprendre un m6tier, ils restent plusieurs
annies en apprentissage et, la misere aidant, le d6goit
arrive, la paresse survient, le vice s'infiltre, et tous les
fruits de l'6ducation sont perdus.
ll imported donc que l'on mette a profit le temps qu'ils
passent dans les 6coles : quelques heures, chaque jour,
seraient consacries, dans les etablissements primaires,
aux travaux manuels, a l'6tude des m6tiers, et 1'enfant,
recevant ainsi du Gouvernement le bien-Atre intellectual
et materiel, deviendrait, par la suite, un bon citoyen, un
honnete pere de famille. >
Dans tous les cas, ne devons-nous pas plutot travailler
a une organisation s6rieuse de notre enseignement pri-
maire, chercher d'abord a l'6tablir sur des bases plus
solides, au lieu de perdre le plus clair de notre temps a
des discussions, pour le moment sans rime ni raison, sur
la gratuity de l'instruction i tous les degres?
Cela ne serait certainement que plus profitable au pays.
Sqpgeons-y.









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES


2

( Nous ne nous attarderons pas a rappeler les diverse
considerations morales et sociales qui ont fait naltre,
pour les Etats, la n6cessit6 de rendre l'instruction pri-
Smaire obligatoire. Dans un pays d6mocratique et de suf-
frage universe, il imported au plus haut point que chaque
citoyen possbde les connaissances indispensables, pour
sauvegarder sa conscience individuelle et sa dignity
d'homme. II y a pour une nation un intdret politique sup6-
Srieur, a ce que l'dlecteur ne soit pas un ignorant, a ce
qu'il sache lire. Comme le dit fort judicieusement M. Ld-
ger Cauvin, il n'y a pas de danger plus grand que d'ar-
mer un illettrd du bulletin de vote. Quelques 6tats ont
tellement compris ce danger que leurs lois 6lectorales
exigent de l'dlecteur la connaissance de la lecture et de
1'6criture. Cette condition de capacity est encore exigde
en Italie, par example.
En France, la meme condition existait sous l'empire
de la Constitution de l'an III. Cette restriction a 6td abo-
lie plus tard. et le suffrage universal y est aujourd'hui dans
toute son intlgrit6, comme, d'ailleurs, dans presque tous
les Etats de 1'Europe.
~: I1 est done utile, a tous les points de vue, que l'instruc-
Stion primaire soit r6pandue dans une soci6td, qu'elle soit
Accessible a tous les citoyens par la gratuity, et impose,
au nom de l'Etat, par l'obligation. ( L'instruction pri-
Smaire, disait M. Guizot, dans une circulaire c6lbre, est
une des garanties de l'ordre et de la stability sociales. ,
S I1 n'y a pas encore de lois en Haiti sanctionnant le
Sprincipe de l'obligation de l'enseignement primaire. II
est evident que ce principle sera toujours consid&6










20 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
comme lettre morte, tout le temps que la crainte de
penalites sp6ciales n'aura pas oblige les parents ndgli-
gents a s'y conformer strictement. Le MinistBre de 1'Ins-
S truction publique a annonc6 qu'il presenterait bient6t h
l'approbation du Corps L6gislatif des projects de lois sur
l'enseignement primaire obligatoire et sur la gratuity de
l'enseignement public. Nous attendons'.


3

La liberty de l'enseignement est consacr6e par toutes
nos Constitutions. Toute personnel a le droit de crder
des ktablissements d'instruction primaire et secondaire,
pourvu qu'elle remplisse les conditions de capacity et de
morality d6termindes par la loi. La liberty d'enseigner
implique n6cessairement la liberty des m6thodes, des
programmes et des livres. Les autorit6s scolaires ne
peuvent interdire pour les 6coles privdes que les livres
contraires a la morale, aux bonnes moeurs, a la Consti-
tution et aux lois du pays.
L'article 10 de l'arrWte du 26 juillet 1893 est ainsi
concu :
( ART. 10. Les directeurs et directrices des 6coles
priv6es restent entibrement libres dans le choix des
methodes, suivant lesquelles ils voudront enseigner les
cmatibres 6noncees aux articles 2, 3, 5, 6 et 7 du present
arrWt6. ,
Les articles 2, 3, 5, 6 et 7, 6numbrent les diff6rentes

1 Nous trouvons, au dernier moment, une loi additionnelle a la loi du
29 decembre 1848 sur l'Instruction publique: Cette loi a 6t6 vote le 29 juin 1852,
et promulgu-e le 2 juillet de la meme annee, sous le ministbre de Salomon
jeune, ministry des Finances, charge alors provisoirement du portefeuille de
l'Instruction publique. Elle est relative a l'obligation scolaire. 11 semble que
jusu'ici on en ignorait l'existence au MinistBre de l'Instruction publique.
(V. Documents officials. -- Lois.)


CwCsnsJm*r~a~a~smwl;


;*xc~;4le~-ra~Jrmorr~?llrsm~,-.j7~-+~-i









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 21
n malibres enseignies dans les ecoles primaires rurales,
)dans les 6coles primaires urbaines, dans les dcoles
secondaires sp6ciales de garcons, dans les 6coles secon-
daires de jeunes files et dans les lyc6es et colleges.
L'article 11 de l'arrete dejh cited prescrit h tout direc-
teur, ou toute directrice, d'6cole priv6e actuellement
Sexistante, de faire savoir au department de l'lnstruction
publique, par l'intermidiaire et sous le contr6le des ins-
c pecteurs, dans quelle cat6gorie son cole doit 6tre place.



CHAPITRE II

DES DIVERS ORDRES D'ITABLISSEMENT
D'ENSEIGNEMENT


D'apres la 16gislation actuelle de l'Instruction publique,
1'enseignement est donn6 :
1 Dans les ecoles primaires rurales;
2 Dans les 6coles primaires urbaines;
3 Dans les 6coles secondaires sp6ciales de gargons;
4 Dans les 6coles secondaires de jeunes files;
5 Dans les lyc6es et colleges.


Ier. DES ECOLES PRIMAIRES RURALES

II y a aujourd'hui 505 ecoles rurales dans toute l'6ten-
due de la RNpublique. Ce sont plut6t des 6coles de gar-
eons que des 6coles de lilies. N6anmoins, on remarque,
dans certaines sections rurales, une cole de gargons et
une cole de files.









22 EXPOSE, HISTORIQUJE ET COMMENTARIES
Dans les 6coles primaires rurales, Fenseignement est
reparti en trois course. I comprend les matisres suivantes:
SL'instruction religieuse;
L'instruction morale et civique (premieres notions);
La lecture (sur imprim6s et manuscrits);
L'6criture (en gros, en moyen, en fin);
Les premieres notions de la langue franqaise, de l'his-
toire et de la geographie de la Republique d'Haiti, et du
calcul el6mentaire;
Legons de choses (les animaux, les plants et les
pierres);
Notions d'agriculture;
S Travail manuel : agriculture pratique;
Travaux de couture (pour les 6coles de filles);
Exercices physiques.
Les instituteurs des ecoles nationals primaires rurales
donnent leur temps, de dix heures du matin a deux heures
de l'apres-midi.
Les ecoles rurales out Wt, institutes, pour la premiere
fois, par la grande loi du 29 decembre 1848, vote sous
le minister de M. J.-B. Francisque. On trouve, dans
cette loi, les dispositions suivantes :
( ART. 117. I1 sera etabli, sur les habitations mo-
deles, des dcoles nationals, oi l'on enseignera les prg-
ceptes de la religion, la lecture, l'dcriture et les premieres
notions du calcul. On y fera faire aux l66ves l'applicatior
des meilleurs proced6s d'agriculture susceptibles d'Atre
Smis en pratique dans la locality. Les filles y apprendront
en outre A coudre.
( ART. 118. Ces 6coles seront autant de pensionnats
oh il sera 6leve, aux frais de l'Etat, le plus grand nombre
possible d'enfants appartenant B des families. agri-
coles.




-rn


EXPOS, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 23
Elles pourront aussi recevoir des pensionnaires et
des exteynes, aux frais de leurs parents ou des com-
S munes.
( ART. 119. I sera annexed a chaque cole un terrain
d'une 6tendue suffisante, pour que, mis en culture par
les leaves eux-memes, il fournisse en tout ou en parties a
leur subsistence. ,
C'dtait, comme on le voit, le premier jalon pos6 dans
la voie de l'Ftablissement des fermes-6coles, question
S don't la solution passionne fort les esprits d'aujourd'hui.
On retrouve, a peu prbs, les mAmes dispositions dans
la loi de 1860, dite Loi Dubois. 11 y est dit, en effet, au
chapitre iv :
ART. 96. Les 6,coles rurales seront 6tablies dans
les centres les plus populeux.
/ ART. 97. L'enseignement dans lesdites 6coles
comprendra l'instruction 616mentaire et l'6ducation pro-
fessionnelle.
L'instruction 61ementaire comprendra la lecture, l'dcri-
ture, le calcul, les 6elments de la grammaire francaise,
la geographie, l'histoire sainte, l'histoire et la g6ographie
d'Haiti.
L'dducation professionnelle embrassera l'6tude pra-
tique et approfondie de l'agriculture.
A cet effet, il sera attenant a chaque cole rurale un
jardin-modble ofi les enfants, de cinq heures du matin a
neuf, devront s'initier, sous la direction d'un cultivateur
experiment, aux procedds agricoles en usage dans les
pays civilis6s.
( ART. 98. Les products qui sortiront de ces 6tablis-
sements seront vendus pour en couvrir les frais.
( ART. 99. -Une Commission, nomm6e par le Gouver-
S nement et choisie parmi les membres de la Commission









24 EXPOSe, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
S de l'Instruction publique, veillera b la vente de ces pro-
duits. ,
On s'occupe actuellement de chercher les meilleurs
moyens propres a assurer le fonctionnement regulier de
nos 6coles rurales.


( 2. DES ECOLES NATIONALS PRIMAIRES URBAINES

Loi du 4 juillet 1820. Les dcoles nationals pri-
maires urbaines etaient au nombre de quatre, d'apres la
loi du 4 juillet 1820. Elles 6taient destinies, dit 'ar-
ticle 11, a l'instruction gratuite e16mentaire des enfants
des citoyens, tant civils que militaires, qui avaient rendu
des services a la Patrie. I1 y en avait une dans chacune
des villes de Port-au-Prince, des Cayes, de Jacmel et de
Jdr6mie. L'on remarquera qu'il n'est question, dans cette
loi, d'aucune des localit6s importantes de Saint-Marc, des
Gonaives, de Port-de-Paix et du Cap-Haitien. ILa raison
en est que la scission du Nord ne prit fin qu'en cette
meme ann6e 1820. L'on sait, en effect, que cette parties de
la Republique avait un Gouvernement propre. Elle for-
mait un royaume que commandait Henri Christophe.
L'organisation de l'instruction publique dans le royaume
du Nord 6tait r6glement6e par la grande ordonnance du
roi promulgu6e en 1818. ( En novembre 1818, rapport
B. Ardouin, une ordonnance du roi Henri P' organisa
l'Instruction publique dans ses Etats, sous la direction
d'une Chambre royale compose de quinze membres. 11
devait y avoir des 6coles primaires, selon la m6thode
S lancasterienne, des colleges, des academies et autres 6ta-
blissements -of l'enseignement serait gratuit, le roi
salariant les professeurs qui baseraient leur instruction


7 T""'7T











EXPOSE HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 25

/sur de bons principles, la religion, le respect pour les
lois et l'amour du souverain.
Mais il n'y eut d'autres 6tablissements que quelques
i)coles primaires dans les principles villes t.,
Les mitieres enseign6es dans les 6coles primaires eta-
blies par la loi du 4 juillet 1820 Rtaient les suivantes :


1 Thomas Madiou (voir Histoire d'Haili, t. 1, p. 201) parole aussi d'une
ordonnance royale promulgu6e en 1818, dans le Nord. par Henri 1", rdgle-
mentant l'instruction publique dansson royaume.
"-- Ce document demeure pourtant introuvable. Nous nous sommes adresses,
pour plus samples renseignements, a M. Thales Manigat, instituteur au Cap-
Haitien, qui a bien voulu nous donner ce don't nous l'en remercions les
informations suivantes que nous nous empressons de mettre sous les yeux du
lecteur:
<( J'approuve absolument votre etude sur la legislation scolaire d'llaiti, et
< d'autant plus que, aujourd'hui, la question de reorganisation de notre sys-
a teme d'enseignement se pose come ine question vitale et preoccupe tous
< les esprits s6rieux, pedagogues ou publicistes.
<< Les livres (Le Systime colonial devoild et le Cri de la Patrie) de M. le
< baron de Vastey que je possede ne contiennent pas cette ordonnance de
< Christophe que vous desirez avoir pour combler une lacune rest6e ouverte
sc dans votre ouvrage.
< 11 n'a jamais existed d'ordonnance royale proprement dite, reglenentant
Sl'instruction publique dans le royaume du Nord.
< J'ai puis6 ces renseignements dans les Esquisses du professeur W. Harvey
a du college de Cambridge, qui avait visit, les Etats de Christophe.
S < lion, c'est-a-dire d'un Conseil royal d'instruction publique propose a la sur-
< veillance de 1'6ducation de la jeunesse du royaume.
< Ce Conseil compose de deux dues, de cinq comtes, de quatre barons,
< parmi lesquels se trouvaient Prevost et Dupuy, avait des reglenments orga-
4 niques. Des extraits en out Wet faits et traduits en anglais. Je ne disespere
4 pas cependant de retrouver ct document -dnThon texte primitif: je m'en
a vais me mettre en champagne pour sa decouverte.
<( Un pressentiment me dit que je n'aurai pas fait buisson creux. Et. d'ail-
q leurs, je crois qu'il ne sera jamais trop tard pour vous le faire parvenir:
4 mime dans un appendice, il pourra s'gller blottir.> n
Y-'--oici, dans tous les cas, comment M. IfIrard Dumni le tribune qui fut si
populaire avant 1843, d6crit le carac ere e 'enseignement public dans le
royaume du Nord:
a Dans le royaume Brig6 par Christophe, tout devait pirir avec quelques
< hommes, puisqu'apr6s l'ecole primaire il n'etait aucun etablissement capable
a de preparer pour 1'avenir des hommes propres aux emplois important. Les
4 arts mecaniques avaient fait de grands progres dans le Nord; Christophe
4 s'occupait a former des artistes pour les somptuosites du luxe, des macons,
v des ouvriers de divers genres, et dans les arts liberaux de la chirurgie;
v mais il negligeait la veritable instruction c me dangereuse a sa ty ne;
a il ne r6fl6chissait pas que les lumleres assurent a luree des-E as, parce
,A qu'elles inspirent l'amour-des lois et de la Patrie; ou plutit il voulait bri-
A ser ce resort moral en faisant courber toutes les volontAs sous un etre
a physique (Voyage dans le nord d'Haiti, p. 272".









26 EXPOSE, BISTORIQUE ET COMMENTAIRES
La lecture;
L'dcriture;
Le calcul jusqu'aux quatre premieres regles de l'arith-
metique;
La morale, les l16ments de la grammaire et ceux de
1'histoire sainte.
, L'article 14 determine les conditions d'admission des
enfants et les conditions d'aptitude et de morality exigees
pour les directeurs des ecoles primaires.
Pour qu'un enfant pOt etre admis dans une cole pri-
maire, il fallait presenter h la Commission de l'Instruc-
tion publique du lieu une petition dans laquelle etaient
V rapport6s les divers services rendus A l'Etat par le pbre de
l'enfant. La Commission soumettait cette petition au Prd-
sident d'Haiti et n'autorisait I'admission de l'enfant que
d'apres les ordres qu'elle recevait du chef de l'Etat.-
L'article 15 fixe I'Age d'admission. Les enfants ne pou-
vaient entrer dans les 6coles primaires avant l'age de sept
ans, ni y rester aprbs celui de quatorze ans revolus. Ces
prescriptions dtaient rigoureuses.
A la fin de chaque ann6e scolaire, il y avait dans les
ecoles primaires un examen public des dleves en presence
des autorites constitutes et de la Commission de l'Ins-
truction publique de l'endroit.
Loi du 29 dcembre 1848. Cette loi 6tablit au moins
une ecole primaire dans chaque commune. C'estun pro-
grbs reel. De plus, les conditions d'admission ne sont plus
aussi compliquees que par le pass. Tout enfant, dbs l'age
de sept ans jusqu'h l'age de quatorze ans r6volus, peut
entrer dans une cole primaire.
S Les lettres d'admission sont delivrees par les Commis-
sions des diverse localit6s. Le seul temperament apport6
A ce principle, c'est qu'il ne peut 6tre admis a la fois, dans









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 27
la meme cole, que deux enfants par famille, a moins
que le local ne permette d'en recevoir un plus grand
nombre.
Le programme de l'enseignement primaire comprend:
la lecture, I'dcriture, le dessin lindaire, le calcul, les 616-
ments de la grammaire francaise, de la gdographie, de
l'histoire sainte, de l'histoire et de la gdographie d'Haiti.
Aux terms de 1'article 65 de la loi de 1848, en pla-
cant un enfant dans une cole national, ses parents ou
ceux qui en tiennentlieu, prennent 1'engagement, devant
la Commission locale, de l'y laisser jusqu'a ce qu'il ait
achev6 le course d'6tudes prescrit pour cette cole, ou
qu'il ait atteint 1'age oi il ne lui est plus permis d'y
rester.
Les parents qui retirent l'enfant avant le temps, sans
donner une excuse admise par la Commission locale, sont
poursuivis, sur la plainte de ladite Commission et a la
diligence de l'agent du Ministire public, et condamnes
par le tribunal de simple police du lieu h une amende de
5 a 25 gourdes.
La p6nalilt 6tablie pour assurer l'ex6cution de l'ar-
ticle 65 n'est pas, comme on le voit, tris rigoureuse.
C'est une simple amende variant de 5 a 25 gourdes.
Aucune forme de proc6der sp6ciale n'est prescrite par
la loi h cet 6gard.
Toutes les dispositions que nous venons d'exposer ci-
dessus sont 6galement applicables aux ecoles nationals
primaires de filles.
Loi du 7 decembre 1860, dite Loi Dubois. Cette loi
est A peu pros la m6me que celle du 29 d6cembre 1848.
Les dispositions concernant les ecoles primaires n'ont
subi presque aucun changement.
I1 y a une cole primaire par commune. II peut en etre









28 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
6tabli plusieurs dans les communes oh une seule serait
reconnue insuffisante. Aucun enfant n'est requ dans une
cole nationaleprimaire avant 1'Age de sept ans. II ne peut
en sortir qu'apres avoir fait toutes ses 6tudes. Les lettres
d'admission sont delivr6es par les Commissions scolaires
des diverse localit.s.
SL'enseignement primaire comprend l'instruction clas-
sique et 1'instruction professionnelle.
SLes enfants des 6coles primaires regoivent 1'instruction
professionnelle dans un atelier special diabli au centre
de chaque ville. Une commission de cinq membres, nom-
mis par le Gouvernement et choisis parmi les directeurs
d'ateliers et les membres de la Commission de l'Instruc-
tion publique, preside a la vente des products qui y sont
confectionnes.
Dans chaque cole national primaire, il y a un direc-
teur, et, de plus, un aide par cinquante 6leves.
Tout enfant admis dans une cole doit Alre au plus tot
vaccine, si deji il ne l'a 6t6 ou s'il n'a eu la variole.
Les articles 65 et 66 de la loi de 1848 ont Wte litt6rale-
ment reproduits dans la loi Dubois. Seulement, la sanc-
tion de la frtquentation scolaire diffrre ici. Au lieu d'une
amende de 5 i 25 gourdes, les parents contrevenants
sont condamn6s i une indemnity de 10 gourdes pour
chacun des mois pendant lesquels l'enfant devait rester
encore a l'Ncole.
L'article 58 de la loi de 1848 permettait de confier la
direction des 6coles de filles i des institutrices ou i des
hommes mari6s.
S La chose n'avail rien d'extraordinaire en soi, puisqu'en
France on trouve actuellement des hommes a la tete
des ecoles de jeunes filles, le s6nateur Jean Mace, par
example. La loi Dubois n'a pas adopt cette disposition.








EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 29
Elle consacre, au contraire, en son article 55, que la
direction des 6coles nationals de filles sera confie uni-
quement a des institutrices.
La loi du 7 d6cembre 1860 est actuellement en vigueur
dans la Rdpublique.
L'article 17 de cette loi est ainsi conqu: ( Des plans
d'6tudes et des reglements particuliers determineront les
ouvrages classiques, les m6thodes d'enseignement et le
systeme de discipline qui doivent 6tre suivis dans des
ecoles nationals. Ces plans d'6tudes seront aussi obliga-
toires pour des 6coles particulieres. ,
C'est en vertu de cet article que le DWpartement de
1'Instruction publique a pris l'arrete du 26 juillet 1893,
determinantles matieres des plans d'tudes et programmes
de l'enseignement primaire et secondaire don't l'applica-
tion est prescrite dans les diverse 6coles de la Republique
a partir du 3 septembre 1894. On verra plus loin, dans les
documents officials, la circulaire du 24 aoft 1894, relative
Al'application des nouveaux programmes et plans d'(tudes.
D'aprss l'arrete du 26 juillet 1893, l'enseignement dans
les dcoles primaires urbaines est aujourd'hui r6parti en
quatre course. II comprend: dans deuxcours eldmentaires,
les matibres enseigndes dans les ecoles primaires rurales,
et dans les deux course suivants, outre le d6veloppement
de ces matieres, un apercu de l'histoire gnerale par les
biographies des hommes illustres;
Les 6elments de la gdographie ge6nrale, de la gomd-
trie exp6rimentale et du dessin; simples notions des
sciences physiques et naturelles;
Lecture du latin;
Principes 6elmentaires du chant;
Travail manuel: cliapellerie de paille, sparterie, pote-
rie ou briqueterie ;









30 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
/ Travaux de couture (pour les 6coles de filess.
Les institutions des ecoles nationals primaires
urbaines donnent quatre heures d'enseignement par jour,
deux le matin, et deux l'apres-midi.
Le D6partement de l'Instruction publique vient de de-
cider, vu 1'importance attribute dans les 6coles de jeunes
filles B l'Mducation professionnelle, et conformement a
1'article 94 de la loi du 7 d6cembre 1860 que (( le matin
sera consacr6 a la lecture, l'arithmitique, l'histoire, la
geographie; et l'apres-midi, aux travaux de couture, tri-
cotage et broderie ,.
Le D6partement recommande 6galement de professor
de pr6f6rence, I'apres-midi, les course complementaires,
instruction religieuse, instruction morale et civique,
lemons de choses, chant, dessin, qui n'exigent pas des
6leves une tension d'esprit trWs grande. (Circulaire du
26 septembre 1894.)


3. ECOLES NATIONALES DITES SECONDAIRES SPECIALES

Ce n'est pas, comme on le croit g6n6ralement, la loi
du 3 septembre 1864 qui crea les 6coles nationals dites
secondaires spdciales. 11 semblerait, a lire le premier con-
sid6rant de la loi de 1864, que cette cat6gorie d'6coles
n'existait pas auparavant. Ce considdrant s'exprime, en
effet, de la maniere suivante:
<< Considerant que l'organisation de l'instruction pu-
< blique, telle qu'elle existe dans notre 16gislation, prd-
< senate une lacune qu'il imported de combler; qu'entre
l'instruction 'primaire 616mentaire et l'enseignement
( classique superieur actuellement 'suivis dans le pays,
a il est n6cessaire d'6tablir un degr6 interm6diaire qui


ry -~ a









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 31
( complete le systeme d'instruction cree par la loi en
a vigueur. ,
Lors de la confection de cette loi additionnelle a celle
du 7 d6cembre 1860, il paralt qu'on avait oublid la loi
de 1848. Nous y trouvons cependant au chapitre ii, sec-
tion I", tout un titre, le titre II, consacr6 aux ecoles
secondaires.
D'apres la loi de 1848, il devait Wtre cred une cole na-
tionale secondaire dans chacune des villes des Gonaives,
de Jacmel et de J6remie, ainsi que dans'les autres villes
o6 les besoins de instruction publique le r6clameraient.
Comme presque toutes les dispositions de la loi de 1848,
concernant les ecoles secondaires, sont semblables, ou
peu s'en faut, a cells de la loi du 3 septembre 1864, nous
ne parlerons que de cette derniere qui est la plus r6cente.
Et, d'abord, demandons-nous quel est le caractere
particulier de ces ecoles nationals dites secondaires?
-Sont-ce de v6ritables ktablissements d'enseignement
secondaire, ainsi que leur nom pourrait le faire croire?
Non. Le l6gislateur a, d'ailleurs, pris soin de le dire,
puisqu'il declare que ces ecoles sont cr6des dans le but
d'6tablir, entire l'instruction primaire 616mentaire et 'en-
seignement classique sup6rieur, un degr6 intermediaire
qui complete le systeme d'instruction cred par la loi.
Dans ces conditions, il est facile de fixer l'ordre d'en-
seignement dans lequel peuvent entrer les dcoles natio-
nales dites secondaires.
L'esprit du 16gislateur l'indique suffisamment. Ce sont
tout simplement des 6coles primaires suplricurcs

1 Les 6coles secondaires haitiennes se rapprochent beaucoup des an'iennes
(coles secondaires franchises de la periode revolutionnaire. < Dans le plan
general suivi par les assemblies revolutionnaires en matiere d'instruction pu-
blique, dit M. Gabriel Coinpayre. les ecoles secondaires auraient ete interme-
diaires entire les ecoles primaires ou communuales et les dcoles centrales, re-









32 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
L'enseignementdansces ecoles comprend sp6cialement,
en vertu de la loi de 1864, la langue frangaise, l'arith-
m6tique applique aux operations pratiques, les b16ments
de la geometrie applique, et particulierementl'arpentage,
le lev6 des plans, le nivellement et le dessin linDaire, la
/ tenue des livres, l'histoire et la g6ographie d'Haiti, le
chant, l'instruction religieuse, les notions de morale
privee et publique. Ce programme a 6td modifi6 par
1'arrWt6 minist6riel du 26 juillet 1893. Aujourd'hui,
I'enseignement dans les 6coles secondaires speciales de
garcons est rdparti en trois course. I1 comprend:
La langue et la litt6rature francaises ;
Les langues anglaise et espagnole;
L'arithm6tique applique ;
Les cements ou calcul algebrique, de la g6om6trie
pratique;
Les rbgles de la comptabilit6 usuelle et de la tenue des
livres ;
Les notions de cosmographie;
Les notions de sciences physiques et naturelles appli-
cables a l'agriculture, a l'industrie et a l'hygiene;
Le dessin d'imitation, le dessin geom6trique et le mo-
delage;
Les premieres notions de droit usuel et d'6conomie
politique;

pondant aux ecoles de department. Elles figurent dans le plan de Talleyrand
comme ecoles de district. Ec rtees par Condorcet et Lakanal, elles ne furent
pas creees par la loi du 3 brumaire an IV. C'est seulement sous le Consulat
qu'on les institua par la li du 11 floral an X pour servir de transition entire
les ecoles primaires et les lycees qui remplacaient les ecoles centrales. La
definition etait: t Toute cole etablie par les communes ou tenue par les
particuliers, dans laquelle on enseignera les langues latine et franchise, les
premiers principles de la geographie, do l'histoire et des math6matiques, sera
consideree comme ecole secondaire. r Quand fut organisee l'Universit6, on
appela ces icoles secondaires: colleges communaux, nom qui leur est rested.
En Suisse, 1'dcole secondaire (secundarschule) correspond a notre cole
primaire superieure et a I'ecole moyenne de Belgique.








EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 33
Les principles 6poques de l'histoire g6n6rale, et sp6-
cialement des temps modernes;
L'histoire particuliere d'Haiti;
La geographie gdndrale;
La geographie particulibre d'Haiti;
Des notions d'agriculture th6orique;
Principes de diction;
La musique vocale;
Travail manuel : le travail du bois et du fer;
Exercices physiques.
Quelles sont maintenant les conditions d'admission des
enfants dans les 6coles secondaires? L'article 4 de la loi,
du 3 septembre 1864 r6pond qu'elles sont les mimes que
celles exig6es par les articles 77 et 79 de la loi du 7 dd-
cembre 1860, c'est-h-dire que, pour y etre admis, il faut
etre pourvu d'une lettre d'admissicn ,livrde par la Coom-
mission locale. Ces lettres d'admission, en vertu de li;-
ticle 79, sont accordees de prdfdrence:
1i Aux fils, frbres ou neveux des citoyens qui ont
rendu des services 6minents h la Patrie, ou qui se sont
distingu6s dans les armes, les lettres, les sciences, les
arts et particulierement 1'agriculture;
2 Aux fils, freres ou neveux des officers militaires et
des fonctionnaires publics;
3 Aux orphelins;
4 Aux enfants des autres ecoles qui se sont distinguds
par leur bonne conduite et leur intelligence.
Les Bcoles secondaires admettent aussi des 6leves par-
ticuliers don't le nombre ne peut jamais exc6der le quart
du maximum des 6lMves de l'Etat. L'dlBve qui a atteint
l'ge de dix-huit ans ne peut plus rester dans une cole
secondaire. L'enfant qui a moins de-huit arrsn'y est prs
admis.









34 EXPOSE, HISTORIQWE ET COMMENTAIRES
II est institu6 un certificate d'6tudes secondaires sp6-
ciales pourles 61eves qui ont parcouru toutes les matibres
enseignees dans les 6coles secondaires sp6ciales de gar-
ons ou de jeunes filles.


4. DES ECOLES NATIONALS DE JEUNES FILLES *.

La loi du 4juillet 1820 ne content aucune disposition
concernant les 6coles de jeunes filles. On dirait qu'il n'en
existait pas dans le pays sous l'empire de cette loi. Il y
en avait quelques-unes pourtant, h cette epoque, dans les
principles villes de la Republique.
rlLa grande loi du 29 decembre 1848 consacra son
titre II aux ecole de fille. Ces scoles se trouvent absolu-
ment sw le meme .pied.qe tes coles primaires de gar-
twns, tant pour les mati0a d'emseignement que pour les
cenditions d'admissio~edes 6lves. C'est cette loi qui
6tajit aissi, pour la premiere fois, un pensionnat natio-,
Snal de demoiselles h Port-au-Prince, don't le programme
d'enseignement comporte, outre la lecture, 1'6criture, la
langue francaise, 1'arithmitique, la mythologie, 1'histoire
ancienne, I'histoirc moderne, la geographie et particu-
librement l'histoirc et la g6ographie d'Haiti, la botanique,
la musique, la danse, le dessin et la peinture applique
aux fleurs et aux paysages, la couture, la broderie et tous
les ouvrages convenables a leur sexe.
On n'admettait point d'externes dans l'6tablissement,
et les 6leves 6taient choisies, une au moins dans chaque
commune, parmi les jeunes filles qui se distinguaient
par leur bonne conduit et leur intelligence.
L'article 91 de la loi du 7 d6cembre 1860 vint donner
au Gouvernement la faculty d'6tablir des pensionnats de









EXPOSE, HSTORIQUEI" ET COMMENTAIRES 35
demoiselles i la Capitale et aussi dans les chefs-lieux
d'arrondissement.
Les matibres d'enseignement sont exactement les
memes que celles prescrites pour le pensionnat de demoi-
selles de Port-au-Prince par la loi de 1848.
Dans les 6coles primaires de jeunes filles, l'enseigne- ,.
S ment comprend l'instruction 16ementaire et l'6ducation
professionnelle :
Instruction 616mentaire : lecture, 6criture, langue
francaise, arithmdtique, histoire sainte, g6ographie, his-
toire et g6ographie d'Haiti;
Education professionnelle : la couture A l'aiguille et i
la mecanique, le tricotage et la broderie. (Loi Dubois,
7 ddcembre 1860, article 93.)
En vertu de l'arrWtd du 26 juillet 1893, le meme ensei-
gnement classique est donn6 tant dans les 6coles pri-
maires de garcons que dans les dcoles primaires de
jeunes files.
Dans les 6coles secondaires de demoiselles, I'enseigne-
ment est aujourd'hui r6parti en trois course. I1 comprend :
La langue et la litt6rature frangaises;
Les langues anglaise et espagnole;
L'arithm6tique appliquee;
Les elements de la g6om6trie exp6rimentale;
Les rbgles de la comptabilit6 usuelle et de la tenue des
livres;
Les notions de physique, de chimie, d'histoire natu-
relle, d'hygiene et de cosmographie;
Les principles 6poques de l'histoire g6n6rale et l'his-
toire particuliere d'Haiti;
La g6ographie gdn6rale et la g6ographie d'Haiti;
Les 616ments d'6conomie domestique;
Les principles de la diction;




4


36 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
Le dessin d'ornement;
La musique vocale et le piano;
Le travail manuel: les travaux h l'aiguille, la coupe et
I'assemblage.
Au moment de l'entr6e dans les dcoles secondaires de
jeunes filles, chaque 6lbve devra 6tre pourvue du certifi-
cat d'6tudes primaires, ou aura a subir, devant une Com-
mission compose de la directrice et de deux professeurs,
un examen oral constatant quelle classes elle est en Rtat
de suivre.
Les professeurs des ecoles secondaires de jeunes filles
donnent trois heures d'enseignement par jour, soit le
matin, soit l'apres-midi.
Les directrices de ces 6coles sont toujours dispenses
de tout enseignement, mais elles sont tenues d'inspecter
chaque jour au moins deux classes.



5. LYCEES

Le premier lycee de la Rdpublique a Wt3 cre6, en
l'ann6e 1816, par Alexandre P*tion, le fondateur de la
RIpublique. Ce ne fut pas, d6s cette 6poque, un veritable
ktablissement d'enseignement secondaire classique. Le
personnel se composait d'an directeur, de trois profes-
seurs (de deux de la langue latine et un de mathdma-
tiques), d'un maitre de quarter et d'un maitre d'ecriture
charge de la classes primaire.
Un riglement du 30 aoit 1819, 6man6 de la Commis-
sion de 1'Instruction publique, a 6tabli des regles devant
assurer le bon fonctionnement de l'6tablissement d'alors.
Les attributions du directeur, des professeurs, du maitre
de quarter, des prescriptions concernant la conduite










EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 37

g6n6rale des 61hves, un systeme de punitions et de recom-
penses y sont assez clairement d6termin6s '.
Loi du 4 juillet 1820. Le lyc6e fond par Alexandre "
Petion a Port-au-Prince continue h fonclionner aux frais
de 1'Itat. 11 est consacr6e la'ducation des ils des citoyens
qui ont rendu d'eminents services a la Patrie, et qui
sont morts sans avoir laiss6 de moyens pour donner une
education libdrale a leurs enfants.
Le nombre des 61eves de 1'Etat retus au lycee est fix6
par le President d'Haiti. On y admet des pensionnaires
et des externes particuliers.
Pour qu'un enfant soit admis au lyc6e, il faut qu'il


SL'installation et les travaux de la Chamnbre des repr6sentants nous ont fait
negliger de parler en son temps du prospectus pour le Lycie national du Port-
au-Prince, public le t"' mars 1816 par Coloimbel, secretaire particulier du Pre-
sident.
La direction de cet 6tablissemrnt etant confide an citoyen Balette. it avait
alors pour aides, les citoyens Durrive, professeur de langue latine, et
Delille Laprde, professeur de mitheniitiqies, tons deux venus de France
comme le Directeur. Ce prospectus annoncait qu'i y serait enseigne : la
langue latine, le francais, I'anglais et d'autres langues modernes: les nathe-
matiques, comprenant l'arithmetique, la go.ometrie, la trigonometric recti-
ligne, la trigonom6trie spherique, l'algebre et l'application de cette science a
l'arithmqtique et a la g0omatrie; la statique et la navigation; la sphere, la
gjographie ancienne et moderne; I'histoire sacrde et profane : la tenue des
livres ; le dessin. la musique, I'escrime et la danse. conmme arts d'agrement.
En outre des pensionnaires de 1'Etat, les enfants des citoyens etaient
admis aux conditions 6tablies par le prospectus, commune dans les lycees de
France. Les peres et meres de famille furent invites a les placer dans cet utile
6tablissement, qui devait incessamaniiat recavoir un plus grand d>'veloppe-
ment, par 'edifice que le President d'lHaiti se proposait de fair construire a
cet effet. Pour les y convier, le secr6taire du chef de I'Etat leur disait :
SoSur les ruines de l'esclavage s'eleve, combine l'astre dispensateur de la
lumirre du sein des tenhbres, la Ripublique d'Haiti, offrant aix regards
6tonn6s de l'univers le spectacle consolant de la Liberte, planant sur la plus
belle des Antilles; de la Liberte secouant le flambeau du gcnie sur les des-
cendants des fils du D6sert. du Sahara, du Congo et de la Guine. cruellemnent
arrach6s par l'avaricieuse cupidity i leurs families eplorees..... llaitiens, vous
&tes l'espoir des deux tiers du monde connu: si vous laissiez Oteindre le foyer
de la civilisation que la Liberte a allumsu dans votre lie, le grand rouvre de
la rdgenfnration refoulerait, peut-6tre jusqu' l'eternite, et votre nomn serait
aussi longtemps l'opprobre des generations futures..... Mais non, vous nie-
ritez, et vous le prouvez chaque jour, vous meritez le beau titre de ReeUdnra-
teurs de l'Afrique ..... >


* B. ADnoutN, Etudes surl'hist. d'Haiti, tome \ II, page 290.








38 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
sache lire et 6crire, et qu'il poss6de Jps quatre pre-
mieres r6gles de l'arithm6tique et les e16ments de la
grammaire franaaise.
L'616ve qui a atteint l'Age de vingt ans ne peut plus
rester au lycee.
Les admissions n'ont lieu que pendant le premier tri-
mestre de chaque ann6e scolaire. Ce trimestre expired,
elles sont suspendues jusqu'a l'annee prochaine, afin
d'6tablir dans les classes, dit l'article 26, la march la
plus reguli6re d'6tudes pour tous.
Le President d'Haiti peut ordonner l'admission au
I lyce des 61ives d'dlite des 6coles primaires, qui appar-
tiennent a des families ndcessiteuses.
Le programme d'enseignement du Lycee comprend :
Les langues anciennes et modernes;
La rh6torique;
La logique;
La morale;
Les 616ments des sciences math6matiques et physiques;
L'histoire ancienne et moderne;
La gdographie;
Le dessin.
11 est 6tabli au lyc6e une infirmerie et une pharmacies
pour le traitement des el6ves malades.
Tout enfant doit Atre vaccine avant d'6tre admis au
lyc6e.
Loi du 29 ddcembre 1848. Lorsque Soulouque pro-
mulgua cette loi sur instruction publique, la Repu-
blique comptait dedj trois lyc6es : celui de Port-au-
Prince, celui des Cayes et celui du Cap-Haitien. 11 est
Srserve au Gouvernement la faculty d'en fonder d'autres
dans les localit6s o0 l'instruction publique aura pris une
grande extension.








EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 39
SLes lycees regoivent des pensionnaires et des externes
de l'Etat.
Les lettres d'admission pour les pensionnaires de
1'Etat sont ddlivrees par le SecrItaire d'Etat de l'Instruc-
tion publique en vertu des ordres du Pr6sident d'laiti.
Pour les externes, les lettres d'admission sont ddli-
vr6es par la Commission central, aprcs les conditions
d'Age et de capacity exig-es par l'article 94.
Pour Wtre admis dans un des lyc6es de la Rdpublique,
il faut etre ag6 de plus de sept ans, savoir lire cou-
ramment, 6crire en fin, poss6der les elements de la
langue franqaise, les quatre regles de l'arithm6tique et
les 61ements de l'histoire sainte.
Les lettres d'admission sont d6livr6es de preference:
1 Aux fils, freres ou neveux des citoyens qui ont
rendu des services 6minents h la Patrie, ou qui se sont
distingu6s dans les armes, les lettres, les sciences, les
arts, et particulierement agriculture;
2 Aux fils, frbres ou neveux des officers militaires et
des fonctionnaires publics;
3 Aux orphelins;
4 Aux 61lves des autres 6coles qui se distinguent par
leur bonne conduite et leur intelligence.
L'enseignement des lyc6es comprend:
L'6criture;
Le dessin lin6aire;
Le dessin acad6mique;
La langue francaise;
Le latin;
Le grec;
La langue espagnole;
La langue anglaise;
La mythologie;








40 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
L'histoire :
La geographie ;
L'histoire d'Haiti;
La gdographie d'Haiti;
La cosmographie ;
Les mathdmatiques;
Les l66ments de la zoologie et de la botanique ;
La rh6torique;
La philosophies ;
La chimie applique aux arts et la physique experi-
mentale.
Loi du 7 decembre 1860. Les dispositions de la loi
du 7 decembre 1860, relatives aux lyc6es, sont exacte-
ment les memes que celles de la loi de 1848. Nous ne
croyons done pas utile de les exposer ici.
Arrivons a l'arrWtd du 26 juillet 1893.
D'apr6s la nouvelle r6glementation des plans d'6tudes
et programmes d'enseignement dans les 6coles de la
Republique, l'cnseignement dans les lyc6es et colleges
est r6parti en sept classes. 11 comprend:
L'instruction morale et religieuse ;
La langue et la litt6rature franqaises;
La langue et la litt6rature latines;
La langue et la lilttrature grecques;
La langue et la literature anglaises ;
La langue et la litt6rature espagnoles;
L'histoire et la gdographie;
Les 616ments de la philosophies ;
Les principles du Droit et de l'Economie politique;
Les math6matiques appliquees;
La complabilitL et la tenue des livres;
La physique, la m6canique, la chimie, 1'histoire natu-
Srelle et leurs applications a l'agriculture, a l'industrie et
h 'hygiene;










EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 41

Les principles de la diction;
Le dessin d'imitation, le dessin gdom6trique et le mo-
delage;
La musique vocale et instrumental.
Aucun 616ve n'est admis dans un lyc6e, s'il n'est pour-
vu de son certificate d'6tudes primaires ou s'il n'a subi,
devant une Commission compose du directeur et de
deux professeurs, un examen oral consultant quelle
classes il est en 6tat de suivre.
La condition d'age est toujours observe comme dans
les 1egislations ant6rieures.
Il y a aujourd'hui cinq lyc6es dans la Rdpublique. Ils
sont 6tablis i Port-au-Prince 2, au Cap-Haitien3, aux
Cayes4, aux Gonaives5 et a Jacmel".

1 Dates de foundation des lyc6es de la Republique:
Lycee de Port-au-Prince: 1816.
SLycee du Cap-Haitien: 1"' juillet 1841.
Lycee des Cayes : 8 fevrier 1845. (Les classes n'ont i~t ouvertes ef'ectivement
qu'en mars 1846, apres la mort de Philippe Guerrier, son fondateur.)
Lycee des Gonaives: 4 novembre 1860.
Lyc6e de Jacmel: 1860.
2 Le Lycee de Port-au-Prince a eu de 1816 a 1893, vingt-neuf directeurs
don't voici les noms :
MM. Balette (1816-1817); Delille Lapree (1817-1823) ; Pescnye (1823-182i) :
Granville (1825-1831); Edmond Plesance (avril h d'cembre 1831); Gran-
ville (decembre 1831 A dkeembre 1832) ; Saint-Macary (1833-1837) ; Eug. Bour-
jolly et Louis Nadal par interim (le president Boyer charge ces deux
professeurs, tour a tour, de la direction provisoire du lycee a la mort de Saint-
Macary) ; Pierre Faubert (1837-1843); Normil Brouard par interim (le presi-
dent Boyer charge Normil Brouard de la direction du lycee, en l'absence de
Pierre Faubert, envoy en France) ; Eug.-S. Villevaleix (1843-1847) ; Tholmas
Madiou (1847 au 16 avril 1848) ; A. Ulysse (1848-1860) : Volmar Laporte (1860-
1862); general Cauvin (1862-1866); Joseph Courtois (8 janvier 1866 an
15 avril 1867) ; Grevin pere (1867) ; Pierre Ethitart (1867) ; general Cauvin
(1867-1870) ; Camille Bruno (1870-1874) ; Guillaume Manigat (1874-1876) ; Smith
Duplessis (1876-1882); Charles-D. William (1882-1886); Thiophile Martin.
par interim (mai 1886 A f6vrier 1887) (en l'absence du titulaire G. Manigat. en
mission en France); Guillaume Manigat (mai 1886 A novembre 1888) ; Octavius
Rameau (novembre 1888 B aoOt 1893) ; J. Dorsainvile. par interim (septembre
1893 A octobre 1893); Labidou (novembre 1893 A decembre 1894); Camille
Bruno (janvier 1895).
3 Le Lyc6e du Cap-Haitien a eu, de la date de sa foundation A nos jours, dix
directeurs, don't les noms suivent : Nadal, C6me Georges, Guerrier Longueval.
Felix Box, Charles Lebosse, Oge Longuefosse, Joseph Robin Jean-Louis Mar-
ciacq, Joseph Robin (deux fois) et Joseph-Augustin Guillaume.
4 Le Lycde des Cayes a eu huit directeurs, de 1846 a 1895. Voici leurs









42 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES


6. ECOLES CONGREGANISTES

Les Frbres de 1'Instruction chretienne sont arrives en
' Haiti, au nombre de six, le 13 mai 1864. La premiere
cole, celle de Port-au-Prince, ne put Wtre ouverte que
le 30 octobre, dans une petite maison situde non loin
de l'angle sud-est de la rue Pav6e et de la rue du Reser-
voir. Jusqu'au 1" janvier 1894, il v avait dans le pays
78 Frbres. Leurs 6coles, an nombre de 20, se trouvent
dans les villes de la R6publique don't les noms suivent:
Port-au-Prince : Institution Saint-Louis de Gonzague;
cole de la Grand'Rue ; cole de Saint-Joseph ; cole de
Sainte-Anne ; cole du Bel-Air on de Saint-Francois.
Pktion-Ville;
Ldogane ;
Anse-h-Veau ;
Jdr6mie ;
Cayes;
Jacmel;
Saint-Marc ;
Gonaives;

noms: Bance, F. Adam. O. Rameau, V. Rameau, D. Labastille, D.-P. Andrd,
Mod6 et C.-F. Ben6dict.
5 Nous ne connaissonsque deux directeurs au Lyc6e des Gonaives: M. Barabe,
le premier directeur, et M. Saint-Val-Rey, le directeur actuel. Ce lycee n'a
pas toujours regulierement fonctionne. 11 est rest longtemps ferme.
6 Le Lyc6e de Jacmel a etd d'abord un lycee communal. C'est M. Ultino
Lafontant qui etait magistrate communal quand il fut cr66. On l'appelle le
lycee 'inchinat.
Le Gouvernement de l'epoque accordait au conseil communal, pour le Lyc6e,
une subvention mensuelle de 400 p. et un local.
Le Lyc6e Pinchinat devint un lyc6e de 1'Etat le 28 novembre 188 -
Voici, d'aprbs les renseignements qu'il nous a Wet possible de recueillir, les
noms des directeurs de ce lyc6e, de sa foundation a nos jours.
P.-G. Thebaud (directeur provisoire); Edmond Lauture (directeur provi-
soire); Debray aine (1" mai 1861); Ultimo Lafontant k1864-1867); D. Lamour;
J.-M. Henriquez Labidou;D. Bellande; J.-M. Henriquez;l'abb6 J. Castel(1884);
Normil Jean-Jacques; F. Taupier (188S-1890); A. Bajeux (1890-1892); L.-A. Brun -
(28 novembre 1892).









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 43
Port-de-Paix;
Cap-Haitien;
Petit-Goave;
Saint-Louis-du-Nord;
Grande-Riviere-du-Nord;
Miragoane;
Gros-Morne.
Les cinq dernieres sont de foundation r6cente.

*


Les Sceurs de Saint-Joseph de Cluny sont arrivees, en
Haiti, au nombre de quatre, le 5 juin 1864. Elles com-
mencerent a travaitler a la mi-septembre de la mnme
annde. Le 9 f6vrier 1865, elles ouvrirent un pensionnat
a l'angle nord-ouest de la rue du Reservoir et de la rue
Pav6e. Le pensionnat de Sainte-Rose de Lima, h Lalue,
fut inaugur, le e1" mai 1865 1.
Les Soeurs sont actuellement au nombre de 140 envi-
ron dans le pays. Elles dirigent 24 6coles et un orphc-
linat dans les 18 villes de la R6publique don't les noms
suivent:
1 Port-au-Prince: Pensionnat de Sainte-Rose de Lima
(Lalue); external de Sainte-Rose de Lima (Grand'Rue);
cole Saint-Joseph; cole de la Madeleine; cole Sainte-
Anne; orphelinat de Saint-Joseph;
Pktion-Ville;
Cap-Haitien ;
Fort-Libert ;
Grande-Rivibre-du-Nord;

i La Congregation des Sours de Saint-Joseph de Cluny en Haiti n'a en. i sa
tote, que deux suparieures principles: la Rtv6rende Mere Louise et la Relv-
rende MBre Eustochie, sup6rieure actuelle.








44 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
Trou;
Gonaives;
Gros-Morne;
Grande-Saline;
Saint-Marc;
Terre-Neuve;
Jacmel;
Aquin;
Cayes;
Port-h-Piment;
Anse d'Hainault;
Corail;
Baradbres;
Grand-Goave.




Les Filles de la Sagesse ont fond6 leur premiere cole
a Port-de-Paix, le 11 novembre 1875. Elles ont ouvert
leur ktablissement de Port-au-Prince (paroisse de Saint-
Joseph) le 11 f6vrier 1884.
S Les Filles de la Sagesse sont actuellement au nombre
de 101. Elles possedent 17 ecoles dans les villes de
Port-au-Prince, Leogane, Petit-GoAve, Miragoane, Anse-
a-Veau, J6remie, Le Borgne, Port-de-Paix, le Limb6 et
Saint-Louis-du-Nord.




Les Frbres de 1'Instruction chr6tienne, ainsi que les
SSoeurs de Saint-Joseph de Cluny, dirigent des 6coles natio-
nales primaires de garqons et de filles.
Par exception, le pensionnat de Sainte-Rose de Lima,









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 45
h Lalue, suit le programme d'enseignement secondaire
desjeunes filles.
L'institution Saint-Louis de Gonzague applique le pro-
gramme des lyc6es et colleges.
Les ecoles dirig6es par les Filles de la Sagesse sont des
etablissements d'enseignement primaire.
/ Les conditions d'admission des l,1ves dans ces diffe-
i/ents tablissements sont les memes que celles prescrites
Spour les autres 6coles nationals.
Le pensionnat de Sainte-Rose de Lima, l'institution
Saint-Louis de Gonzague et I'dcole des Filles de la Sagesse
(paroisse de Saint-Joseph) sontdes 6coles d'enseignement
priv6. Elles entretiennent cependant quelques pension-
nairespourcompte'du Gouvernement, savoir : vingt-cinq,
pour le pensionnat de Sainte-Rose de Lima: dix, pour
1'institution Saint-Louis de Gonzague; etcinq, pour l'icole
des Filles de la Sagesse (paroisse Saint-Joseph). Ces
trois 6tablissements ont des r6glements particuliers fixant
les conditions d'admission des 16yves.




Le petit seminaire, college Saint-Martial, a Wte ouvert
h Port-au-Prince en 1865, sous la direction de M. l'abb6
Degerine, ancien aum6nier de marine, et licenci6s s
lettres de la Facult6 de Paris. A ce moment, 1'Rtablisse-
ment ne recevait que des internes. La premiere pierre du
bAtiment actuel du seminaire a Wtd pose le dimanche
7aott 1870. L'ouverture des classes a eu lieu lei 7 avril 1871 -
avec le R. P. Simonet comme suptrieur. Mg Guilloux,
archeveque de Port-au-Prince avait faith un don de
25.000 francs pour les travaux.
Actuellement, le personnel du petit s6minaire, com-









46 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
pose par les RR. PP. de la Congregation du Saint-Esprit
et du Saint-Coeur de Marie, compete 31'membres, don't
18 PNres, 9 Freres et 4 laiques.
Le programme adopt par le petit seminaire est celui
des lycees et colleges. C'est done une cole d'enseigne-
ment secondaire classique.
Le petit seminaire estpresque une cole national, en
ce sens que l'Etat y entretient trente boursiers et assure
une retribution mensuelle aux superieur et professeurs.
*


HAtons-nous de le dire : les RR. PP. du petit seminaire,
les Frbres de l'lnstruction chretienne, les Soeurs de Saint-
Joseph de Cluny et les Filles de la Sagesse, depuis leur
arrive dans le pays, ont constamment travaill6 au bien-
Wtre intellectual et moral de la jeunesse haitienne.



CHAPITRE III

DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR


1

L'enseignement superieur est encore dans ]a priode
embryonnaire ), lisons-nous dans le dernier Expos gdnd-

1 Le petit s6minaire, college Saint-Martial, a 6te successivenent dirig6 par
sept superieurs. Ce sont:
1 M. 1'abbe D6gerine;
2* M. 1'abb6 Ribault;
3 R. P. Simonet;
41 R. P. Taragnat;
5 R. P Lejeune;
6 R. P. Jaouen;
5 R. P. Bertrand.
11s sont tous de nationality franchise.








EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 47
ral de la situation de la Rdpublique. II comprend seule-
ment 1'ecole de M6decine et de Pharmacie, l'ecole de
Droit et 1'ecole de Dessin.
Quoi qu'il en soit, I'enseignement superieur en Haiti
n'a pas moins passe, comme les autres, par quelques
phases qu'il n'est pas hors de propos d'exposer ici.
Un avis ,man6 de M. B. Inginac, secretaire general,
president de la Commission d'Instruclion publique, an-
Snonqa, le 4 janvier 1823, la foundation de l'Acadmie
d'Haiti.
Cette Acad6mie, place sous la direction de M. Pescaye,
s'est ouverte h Port-au-Prince le 15 janvier 1823. Elle
Rtait sous la surveillance de 1'inspecteur en chef du
Service de Santd et de la Commission de 1'Instruction
publique. On y donnait h la fois l'enseignement de la
m6decine, du droit, de la litttrature, des premiers 61-
ments d'astronomie, etc.
Douze jeunes gens Rtaient admis, par concours, h suivre
les course de l'Acad6mie aux frais de l'Etat, et douze autres
aux frais de leurs parents.
Le 15 mars 1823, la Commission de l'Instruction
publique promulgua un reglement int6rieur de l'Aca-
d6mie d'Haiti, dlabord par M. Pescaye.
Quelques dispositions de ce rbglement meritent d'etre
signaldes.
Ainsi, les 6tudiants qui d6siraient suivre les course de
medecine et de droit s'adressaient a la Commission de
'Instruction publique. Celle-ci envoyait toutes les de-
mandes au directeur de 1'Acad6mie qui lui faisait un rap-
port sur les aptitudes des p6titionnaires.
La durde des etudes, pour la m6decine, comme pour
- le droit, 6tait de quatre ans. Ces etudes 6taient constat6es
par des inscriptions sur un registre special don't un extrait








48 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
dtait remis A chaque 6tudiant qui ddposait 5 gourdes
entire les mains du directeur, ou de tel autre professeur
ou employed de l'Acad6mie d6signd par lui.
Les 6tudiants prenaient leurs inscriptions dans les
premieres quinzaines de mars, de juin, de septembre et
de d6cembre.
Trois absences non autorisdes, pendant le trimestre,
faisaient perdre une inscription A l'dtudiant.
A la fin de chaque ann6e scolaire, on d6cernait des
prix aux dtudiants les plus distinguds. L'ann6e scolaire
commenqait le 1"e avril et s'arretait le 31 ddcembre.
Les insubordinations des tudiants 6taientpunies, selon
la gravity du cas, par la perte d'une ou de deux inscrip-
tions, et, en cas de rdcidive grave, par l'expulsion.
Pour Atre admis h subir ses examens, 1'6tudiant devait
justifier de seize inscriptions.
Ces examens 6taient au nombre de cinq pour la m6de-
cine et de quatre pour le droit.
Les examens de mddecine comprenaient.
Premier examen : Anatomie et physiologie ;
Deuxibme examen : Pathologie interne ;
Troisibmeexamen : Op6rations chirurgicales, matieres
m6dicales et pharmaceutiques ;
Quatrieme examen : Medecine 16gale, hygiene et cli-
nique;
CinquiBme examen : Recapitulation des quatre pre-
miers (6crit et oral).
SExamens de Droit:
Premier examen : Droit remain et droit civil;
Deuxieme examen : Procddure civil et droit civil;
Troisibme examen: Code de commerce, Code penal
et Code d'instruction criminelle ;
Quatrieme examen : Rdcapitulation des trois premiers.








EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 49
Le professeur de droit faisait aussi, provisoirement, h
1'Acad6mie d'Haiti, des course pr6paratoires de littdrature
etd'6loquence.
Apres avoir subi, avec succbs, le dernier examen,
1'dtudiant obtenait un diplbme qui lui donnait droit
d'exercer sa profession dans toute la R6publique.
L'6tudiant qui avait deux prix ou un prix et deux acces-
sits dans une distribution de r6compenses 6tait dispcns6
du dernier examen, et, en outre, etait admis h soutenir
publiquement une th6se sur un sujet de son choix,
moyennant 1'approbation du travail par le directeur de
l'Acadimie. Une bonne thbse faisait obtenir le diplime
' de docteur.



La loi du 29 d6cembre 1848, en son chapitre vi,
a pr6vu la foundation, aux frais de l'Etat, d'une ou de /
plusieurs Acad6mies, pour l'enseignement supdrieur des
lettres et des sciences.
L'6cole de M6decine et de Chirurgie de Port-au-Prince
continuait f fonctionner.
L'article 127 reservait an Gouvernement la faculty
d'etablir une cole de M6decine dans les localit6s ou il le
jugerait n6cessaire, et notamment aux Cayes et au Cap-
Haitien.
Cette loi a 6galement pr6vu la foundation d'une cole
de Droit qui, croyons-nous, n'a jamais Wte ouverte.
C'est la loi du 27 juin 1859 qui organisa s6rieusement
l'enseignement du Droit en Haiti.
D'aprBs les dispositions de cette loi, les course sont
publics.
Les conditions d'admission sont les suivantes : Avoir
I









50 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
dix-huit ans accomplish, et etre muni de certificates ou de
dipl6mes attestant ses bonnes 6tudes ant6rieures.
La durde des 6tudes est de trois ans.
A la fin de chaque ann6e, les 6tudiants subissent un
examen avant d'etre admis A suivre les course de l'ann6e
suivante. Apres le troisibme examen et a la fin de la troi-
sieme ann6e, l'6tudiant, reconnu capable, soutient une
thbse publique, aprbs laquelle il recoit le grade de
licenci6 pour etre admis h exercer la profession d'avocat.
Les dipl6mes de licenci6 sont d6livrds, sur le certificate
des professeurs de 1'6cole, qui, seuls, ont le droit de
fire les examens. Ils sont vises par le president de la
Commission central de l'Instruction publique. I1 y a une
biblioth6que dans chaque cole de Droit.
Le r6glement d'administration publique sur l'ecole de
Droit de Port-au-Prince, arrWte le 18 janvier 1860, par
MM. F.-E. Dubois et V. Pl6sance, secr6taires d'Etat de la
Justice et de I'Instruction publique, ainsi que le regle-
ment concernant l'ordre int6rieur de l'6cole de Droit de
Port-au-Prince iman6 de M. J. Saint-Amand, directeur,
et approuv6 par M. F.-E. Dubois, secr6taire d'Etat de la
Justice et des Cultes, charge du d6partement de l'Ins-
truction publique, ont suffisamment determine la d6si-
gnation des malibres et du mode de l'enseignement,
l'indication de la forme et du nombre des inscriptions a
prendre par les 6tudiants, le rbglement des frais d'6tude
et d'examen, la forme et la dur6e des examens, l'organi-
sation administrative des 6tudes, la fixation du nombre
des professeurs, pour que nous prenions encore la peine
d'en faire un expos dans cette court introduction.
Nous nous contenterons de renvoyer le lecteur, d6si-
reux d'etre au courant des dMtails, a la parties documen-
taire de I'ouvrage









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 5
SLa loi du 27 juin 1859 rggle encore actuellement, d'une
facon g6ndrale, 1'enseignement du Droit en Haiti.
Les course de l'6cole de Droit furent interrompus de la
chute du Gouvernement de Geffrard, c'est-h-dire de 1867,
\ 1888.
En 1887, quelques Haitiens, qui avaient acquis de
solides connaissances juridiques, soit h la Faculte de
Droit de Paris, soit dans le pays mmme, fonderent "i
Port-au-Prince une cole libre de Droit.
Cette g6n6reuse initiative est due a MM. Solon-Menos,
docteur en droit, Justin Devot, licencid en droit, Leger
Cauvin et Edmond Lespinasse, avocats, qui grouperent
autour d'eux quelques-uns des hommes les plus remar-
quables du pays, afin d'assurer la vitality de l'ouvre,
et qui s'engagerent a se charger des course, sans la
moindre perspective d'aucune remuneration de la dure
besogne a entreprendre.
C'Utait 6videmment faire preuve du plus complete ddsin-
teressement. Aussi, leur vint-il de toutes parts le con-
cours le plus empress.
Parmi ceux qui travaillkrent, d'une facon effective, a
l'organisation de l'Ecole, il faut citer :
MM. B. Lallemand, president du tribunal de cassa-
tion; J6r6mie, d6putd; Alix Rossignol, ancien magistrate;
D. LUgitime, s6nateur; A. Dyer, juge au tribunal de
cassation ; E. Robin, juge au tribunal civil; Leger Cau-
vin, avocat; Henry Durand, ancien magistrate; Edouard
Th6baud, avocat; Miguel Boom, inginieur.
Ces Messieurs se sont constitute en Conseil de disci-
pline et d'administration et ont arrWtd, en avril 1887,
les status de l'ecole libre de Droit, que l'on trouvera dans
l'appendice de cet ouvrage.
Apres trente ann6es d'interruition, l'auvre des Dubois,










52 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
des Pl6sance, des Saint-Amand, des Arsace Deslandes,
des Bouldoire Saint-Pierre, des Valcin, des Aniqueron,
des Clavier et des Florian Modd, les fondateurs et profes-
seurs de l'ecole de Droit institute sons Geffrard, en vertu
de la loi du 27 juin 1859, renaissait, grace aux coura-
geux efforts de l'initiative prive 1.
Au commencement de l'ann6e 1888, le Gouvernement
du g6enral Salomon comprit la necessity de r6installer
1'6cole national de Droit de Port-au-Prince 2. Le Minis-
thre de 1'Instruction publique d'alors prit des disposi-
tions a cet 6gard et, vers le mois de juin, l'6cole 6tait
rouverte sous la direction de M. Dabelmar Jean-Joseph
avec MM. Emmanuel Leon et Georges Sylvain, licencids
en droit de 1'ecole de Paris, comme professeurs. Malheu-
reusement les 6evnements qui se deroulaient a cette
6poque dans le pays l'empech6rent encore de fonction-
ner bien longtemps.
Deux mois apres, en effet, Salomon tombait du pouvoir,
et les indluctables circonstances des revolutions surgirent,
qui firent former encore une fois cette cole.
Que d'obstacles et de contraridlds l'etablissement dfi-
nitif de l'enseignement du droit n'a-t-il done pas ren-
contres? Que de vicissitudes n'a-t-il pas eu i subir?
Nous ne savons vraiment h quoi attribuer cette instabi-
lite, lorsque nous constatons que, relativement, l'ecole


1I1 y a une cole libre de Droit aux Cayes, fondue le 19 fevrier 1894.
Mt. Hollant, batonnier de l'Ordre des Avocats de cette ville, en est le directeur.
Une cole libre de Droit existe aussi au Cap-Haitien depuis 1893. Elle est
dirig6e par M. Tertulien Guilbaud, licenci6 en droit de la Faculte de Paris.
2 C'est pendant la session de 1887 que M. CarmBleau Antoine, deputy, fit la
proposition a la Chambre de rouvrir 1'6cole national de Droit.
Cette proposition, appuyee par les d6put6s Lelio Dominique, aujourd'hui
directeur de 1'ecole national de Droit, et Edmond Hereau, fut votee. Une
some de....... fut inscrite au budget du D6partement de l'lnstruction publique,
exercise 1887-1888, pour les frais de la nouvelle installation et les emoluments
du personnel.









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 53
nationale de MIdecine a toujours fonctionn6 d'une
maniere r-guliere.
Enfin, en 1890, le Gouvernement actuel de la R6pu-
blique rouvrit 1'6cole national de Droit. Elle a pris,
depuis, un remarquable dEveloppement. L'expose gend-
ral de la situation de la RNpublique (1894) lui a consa-
cr6 une note sp6ciale : Une mention est due aussi,
declare le Departement de l'Instruction publique, a
1 l'ecole national de Droit qui, grace a l'action intelli-
o gente de son directeur et de ses professeurs, est main-
tenant en pleine prosperity, et qui, cette annie, a
confdr6, a la suite de s6rieux examens, le grade de
licenci6s en droit A quatorze de ses etudiants, pre-
mitre promotion de ce corps d'6lite, o6 se recruteront
dans l'avenir des magistrats et des ligistes 6clairds. ,
Les derniers reglements de l'dcole national de Droit
'o..ont dt, promulgues le 15 octobre 1890, sous le minister
de M. Dantes Rameau. Le Departement de l'Instruction
publique les a modifies le 20 janvier 1894.
L'enseignement de l'ecole national de Droit comprend
aujourd'hui :
Les elements du droit remain, I'histoire du droit fran-
(ais et celle du droit haitien, le droit civil, le droit cri-
minel, le droit commercial, la procedure civil, le droit
constitutionnel, le droit administratif, le droit interna-
tional public et priv6, 1'6conomie politique.
Ces matieres sont r6parties en trois course:
Premiere ann6e : 1t Droit civil, articles 1 i 571, moins
les articles 2, 5, 6, 7, 8 et 9, et la loi no 5 (art. 99 A
132) du Code civil; 2 Droit criminal (Code penal et
Code d'instruction criminelle); 30 Eldments du droit
remain, et histoire du droit francais et du droit haitien;
4 Economic politique ;









54 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
Deuxibme annee : to Droit civil (art. 572 i 1172 et
art. 1987 h 2047), lois no0 15 a 19, et loi no 35 du Code
civil ; 2" Droit constitutionnel; 30 Droit international
public ; 4 Proc6dure civil;
Troisieme anne : 10 Droit civil (art. 2, 5, 6, 7, 8
et 9, 99 a 132, 1173 a 1970 du Code civil); 2 Droit admi-
nistratif; 3 Droit commercial; 4 Droit international
priv6.
Les course sont publics.
Pour etre admis a faire parties de l'6cole comme ldu-
diant, il faut Rtre muni : 10 defaut du dipl6me de bache-
lier 6s lettres, d'un certificate d'6tudes d6livrd par 'Ins-
pcction scolaire; 2 de son acte de naissance (le minimum
d'Age pour l'admission est dix-huit ans: art. 2 de la loi
du 20 juin 1859); si l'etudiant est mineur, du consente-
ment de son pere ou tuteur.
Les 6tudiants sont admis sans frais h s'inscrire et a
suivre les course. Les inscriptions sont au nombre de
douze, prises de trimestre en trimestre pendant toute la
durde de la scolaritd. Elles consistent dans l'inscription,
sur le registre tenu par le Secr6taire de l'6cole, par l'6tu-
diant lui-meme, de ses nom, prenoms, iAge, lieu de nais-
sance et de residence. On ne peut prendre plus d'une
inscription a la fois. Le Conseil des professeurs arr8te,
par un reglement interieur rendu sous l'approbation du
Ministre de l'lnstruction publique, les moyens propres i
assurer la presence des 6tudiants et leur assiduit6 aux
course. 11 est charge, sous la haute autorit6 du Ministre,
de r6gler tout ce qui a trait a administration et a la
police de l'ecole et d'assurer l'ex6cution du r6glement.
Le directeur reunit le Conseil toutes les fois que cela est
necessaire et aussi lorsque trois professeurs, au moins, en
font la demand.


I"~ZI"'''~'~P;J~'_';7-i~i~~i: ~C"nir'l--'









EXPOSE, HITORIQUE ET COMMENTAIRES 55
Chaque examen est divis6 en deux parties subies cha-
cune A deux jours consecutifs. Le candidate admis A la
premiere ou h la second parties de l'examen et ajourn6
sur l'autre conserve le bendfice de la parties ofi il a reussi.
Pour etre admis, le candidate devra rdunir, sur 1'ensemble
de l'examen, une moyenne de points correspondent au
moins a la note passable. II est dress proces-verbal de
chaque examen. Ce proces-verbal est sign tant des
membres du jury d'examen que du membre de l'lnspec-
tion scolaire qui y assisted.
I1 y a deux sessions d'examen : l'une ordinaire, a la fin
de l'ann6e scolaire; 1'autre, extraordinaire, I la reprise
des course. Aucun examen isold ou collectif n'a lieu en
dehors de ces deux sessions.
Le deuxieme examen confere le grade de bachelier en
droit, et le troisieme celui de licenci6.

Revenons un peu i l'icole de Ml1decine.
Le titre XIV de la loi du 3 mars 1808 sur l'organisa-
tion du Service de Santd des h6pitaux militaires de la
Rdpublique est consacrd aux ecoles de santd et ai leur
mode d'instruction. 11 v avait, en vertu d(e cette loi, une
cole de sante dans les h6pitaux de Port-au-Prince et des
Cayes, sous la direction et la surveillance de l'officier de
sant6 en chef du d6partement. On recevait dans ces
ecoles l'instruction nicessaire pour Rtre ofticier de sante.
Pour etre admis dans une cole de santd, il fallait savoir
lire et 6crire, ( faire preuve de bonnes moeurs et Otre
reconnu d'un caractcre docile ,. Le nombre d'aspirants
au titre d'officier de santi 6tait de dix it douze. La dur6e
. de leur sdjour a l'6cole de sant6 6tait de deux ans. Ils
dtaient nourris, entretenus, logs aux frais de l'Etat, dans
l'hOpital, et sous la surveillance d'un officer de sant6








56- EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
qu'on appelaitpr'dv6t, et recevaient, chacun, une ration
de 3 gourdes par mois.
L'enseignement dans ces 6coles de sante etait tout a
fait pratique. On ne faisait pas de course. Les aspirants
apprenaient, sous la direction de gens plus ou moins
entendus, (( a preparer les pieces ordinaires d'appareils, a
faire et a appliquer les bandages non m6caniques; a con-
naitre et appliquer les vesicatoires, le moxa, les ven-
touses, le s6ton; a ouvrir un cautbre, a extraire des dents
avec adresse; a faire, dans les diverse cavities, les injec-
tions que certain cas exigent et i en extraire les corps
strangers; a appliquer les tourniquets, a tenir le bistouri
de toutes les manibres, a s'en servir dans tous les sens, a
faire m6thodiquement les incisions cutanees, et a prati-
quer l'operation de la saign6e ).
II faut avouer qu'un enseignement de la m6decine ne
saurait ktre plus modest.
Tous les trois mois, les aspirants subissaient un exa-
men particulier. Si, apr&s trois examens, un aspirant
n'obtenait aucune bonne note, il recevait un avertisse-
ment de l'officier de santd en chef, et si, au bout de
'ann6e, aucun changement ne s'op6rait, il 6tait raye du
tableau des aspirants et rendu h sa famille.
Les chirurgiens des h6pitaux ainsi que ceux des corps
d'arm6e etaient choisis de predfrence parmi les aspirants
qui avaient bien rempli leurs deux annees de noviciat.
Lorsqu'en 1820 le Gouvernement fonda l'Acad6mie
d'Haiti, l'enseignement de la medicine prit un caractbre
plus s6rieux.
Nous avons vu plus haut comment 6tait organisee la
section de m6decine a l'Acad6mie.
On trouvera 6galement, dans la parties documentaire de
cet ouvrage, un rbglement du le'janvier 1830, concer-








EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 57
nant les 6l6ves de l'6cole national de M6decine et les
officers de santW de l'6cole militaire, ainsi qu'un r6gle-
ment du 26 septembre 1838 de l'6cole national de MWde-
cine Rtablie a l'hapital militaire.
La loi du 6 septembre 1870 portant reorganisation de (
l'6cole de Medecine, de Chirurgie et de Pharmacie, est
celle qui regle actuellement l'enseignement de la m6de-
cine en Haiti.
Un rbglement, promulgu6 en 1890, par M. Dants
Rameau, ministry de l'lnstruction publique, fixe les con-
ditions d'admission des 6tudiants, la duree des 6tudes,
les matibres enseignees, le nombre des examens, leur
forme et leur division, la discipline generale, les obli-
gations des boursiers de l'Etat, etc. etc.
Les boursiers sont des 6tudiants de localitls autres
que Port-au-Prince qui reqoivent une indemnity men-
suelle de 20 gourdes de l'Etat. 11 y en a vingt-cinq h
1'6cole de M6decine, et dix a l'ecole de Droit.


3

I1 y a eu une cole national de Navigation a Port-au-
SPrince. Le reglement de cette cole date du 26 sep-
tembre 1838. Elle n'a fonctionn6 que deux ou trois ans.
I1 existe encore h Port-au-Prince une cole de Dessin'.
SL'6cole de Musique, institute en vertu de la loi de 1860,
ne fonctionne plus. Sous le Gouvernement du president
Geffrard, c'6tait pourtant une de nos 6coles superieures
les plus florissantes.
Voici, a ce sujet, les renseignements que nous avons

I L'ecole national de Peinture et de Dessin a Wte fondue en 1861. M. Col-
bert Lochard la dirigea jusqu'en 1876, I'annee de son deces. Depuis, M. Archi-
bald Lochard, le directeur actuel, est ala t0te de 1'6tablissement.








58 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
puis6s dans l'Almanach de 1863, public sous la direction
de notre eminent concitoyen, M. Duracin6 Pouilh.
( ECOLE DE MUSIQUE (rues du Centre et des Miracles).
- Le but de cette institution est de former pour l'avenir
des professeurs de musique, pour la composition musi-
cale, le piano, l'orgue et les instruments a cordes et a vent,
connaissant a fond les principles serieux de cet art.
(( Cr6de en petit, sur des bases qui regissent le Conser-
vatoire imperial de musique de Paris, cette cole, dans un
temps voulu, devra fournir des musicians d'orchestre pour
les ceremonies religieuses, les concerts, les th~itres, etc.
C'est un centre g6ndral oi devront se r6unir toutes les
branches de l'art musical.
SII y a ia peine trois ans que l'ecole de Musique est
fondue. Ce terme ne suffit pas pour former des talents (il
faut huit ans de classes au Conservatoire de Paris avant
de pouvoir faire parties de l'orchestre de l'Op6ra ou du
Conservatoire) ; cependant, grace a l'habile direction de
M. Ferriere, les progrs des 6leves ont 6td rapides, remar-
quables, et font bien augurer de cette institution.
( Nous jugeons n6cessaire de joindre ici quelques ren-
seignements qui nous ont etd fournis sur cet 6tablisse-
ment.
< Fondce et entretenue par le Gouvernement, l'ecole
de Musique est gratuite ; des instruments et des ouvrages
de musique 616mentaire et irstrumentale appartiennent
a l'cole, mais ne peuvent sortir des classes. Pour Otre
recu elve,leseufantsdoivent etreag6s de huitans au moins
et de seize ans au plus (sauf des cas exceptionnels pour
ceux qui ont d6ja des notions de la musique) ; les lemons
ont lieu tous les jours, le samedi except, dans cette dis-
position : le matin, de six heures h huit heures, pour le
solf6ge, les principles 61ementaires et la lecture musical;








EXPOSE, HISTORIQUE ET CO1MMENTAIRES 59
de onze heures une heure, pourles different instruments
a cordes et a vent ; de quatre heures a six heures de
l'apres-midi, pour la classes de piano, orgue et harmonies
(regle de la composition). Les 616ves capable doivent
leur concours pour toutes les fetes, ceremonies, etc.,
du Gouvernement, sur la demand du )Ministre.
( Le directeur est seul charge de la direction des etudes
et de l'admission et du renvoi des dleves.
<, Le directeur est charge de l'enseignement des classes
de musique vocale et de cells d'instruments a cordes et
de la direction des ensembles.
(( Un professeur d'instrument a vent est promise par le
rgglement sign par la Commission, et ce, dans le plus
bref d6lai (l'6cole ne l'a pas encore, et cette lacune fait
un grand vide dans les classes).
(( Le nombre des el1ves n'est pas limit; il a toujours
dtd, depuisla foundation de l'6cole, de quarante icinquante.
Sur ce nombre, la moitid forme deja un orchestra pouvant
executer des ouvertures, fantaisies, etc. etc. ; les autres
ne sont qu'aux principles de la musique et des diffrents
instruments.
< Jusqu'h present, un seul professeur est adjoint au /
directeur: c'est M. S. Lambert pour la classes de piano,
orgue et harmonies. (Annuaier d'Haiti, tAlmanachl com-
mercial de Port-au-Prince, par D. POUILII. An.de
1863, p. 182, 183 et 181.)




Par arrWte en date du 21 f6vrier 1879, Boisrond-Canal,
president d'laiti, jeta les bases d'une cole de G(nie
civil. La loi du 25 aoit 1877 sur la direction, le mode
de concession et d'ex6cution des travaux publics dispose,









60 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
en son article 4, que, a c6td du personnel technique du
d6parlement de l'Int6rieur et de l'Agriculture 1, il y
aurait des jeunes gens ages de seize ans au moins et
de vingt ans au plus qui seraient attaches au service des
Travaux publics A titre d'6dlves.
Ils devaient 6tre tires autant que possible des diff6-
rentes localities de la Rdpublique par la voie du concours.
C'est en vertu de cette disposition de la loi de 1877,
que M. Boisrond-Canal prit l'arrWtl susdit determinant
le programme d'admission, la durde et l'6tendue des
6tudes, ainsi que tous autres points concernant le travail
el la discipline auxquels sont astreints les 616ves des
Travaux publics.
M. Thoby 6tait alors ministry de l'Int6rieur et de l'Agri-
culture.
Sans avoir la pr6tention de former de v6ritables ing6-
nieurs civils, il est incontestable qu'apres un certain laps
de temps il sortirait de cette espece d'(cole pratique,
annexde au Ministere de l'Intirieur, des directeurs de tra-
vaux et des entrepreneurs 6clairds. Et peu A peu, sans
grands frais, nous aurions un personnel technique mo-
deste, il est vrai, formed dans le pays meme, bien penetr6,
par consequent, de nos besoins les plus urgents et capable,
a un moment donn6, de prater au Gouvernement un
concours actif et intelligent dans l'ex6cution des travaux
de grande voirie si l6gitimement r6clames.
D'ailleurs, des precautions s6rieuses Rtaient prises pour
faire esperer ces inappreciables r6sultats.
Pour constater cela, on n'a qu'a jeter un coup d'oeil
sur l'arrWt6 du 21 f6vrier 1879, reglementant les con-
ditions d'admission, la forme des examens prescrits, le


i Le Ministere des Travaux publics n'etait pas encore cr6d.









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 61
caractere special du jury d'examen, les 6tudes a fire,
leur duree et leur sanction.
Le Gouvernement voulait ainsi former des conducteur.v
des points et chaussdes.
II est a regretter que les malheureux 6venements de
1879 n'aient pas permis a l'Administration superieure
de r6aliser un project en tous points conforme a nos
besoins actuels, et qui a le m6rite indeniable d'etre
d'une utility pratique 6vidente.
La loi du 29 d6cembre 1848, de meme que celle du l
7 d6cembre 1860, ont prevu la foundation d'6coles nor-
males primaires et sup6rieures.
L'dtablissement des dcoles normales est le desideratum /
le plus r6clam6 du D6partement de l'Instruction publique.
Nous esp6rons qu'avant longtemps le pays sera dot6
de trois ou quatre bonnes 6coles normales primaires qui
sont, h l'heure actuelle, d'une n6cessit6 imp6rieuse pour
le recrutement de notre personnel enseignant.
Le Minist6re de l'Instruction publique doit s'en occuper
activement, car, pour avoir de bonnes ecoles, il faut avoir
de bons maitres. Et Dieu seul sait si dans notre pays on
rencontre facilement de bons maltres. La chose est, d'ail-
leurs, impossible en l'absence des dcoles normales. Ou
puiseraient-ils ces connaissances professionnelles indis-
pensables A la quality d'instituteurs ?









62 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES



CHAPITRE IV

DES ECOLES COMMUNALES
ET DE L'ENSEIGNEMENT PR1V]



Malgr6 diverse tentatives des Administrations com-
munales, les dcoles communales n'ont jamais pu fonc-
tionner d'une maniere regulibre en Haiti.
Le 8juillet 1843, le Comite Municipal de Port-au-Prince
Sen cr6a six pour la commune. Ce sont, croyons-nous, les
premieres qui ont exist dans le pays. Ces six 6coles
6taient r6parties ainsi qu'il suit:
Deux, a Port-au-Prince;
Une, a Petion-Ville;
Une, a Cazeaux;
Une, a Carrefour; sections rurales.
Et une sixibme h Fond-Ferrier;
Les deux 6coles primaires communales de Port-au-Prince
comprenaient une cole de garqons et une cole de filles.
Dans les autres, les deux sexes 6taient provisoirement
r6unis dans un mmme etablissement, mais dans des classes
ou appartements distincts.
Le personnel de ces ecoles 6tait retribud par l'Admi-
nistration communale. Il se composait d'un directeur-
professeur et d'un r6p6titeur.
Le mode d'enseignement adopted pour ces 6coles etait
l'enseignement mutual de Lancastermodifid par la m6thode
individuelle.
L'instruction donnde dans les ecoles communales etait


r~,,.~,~,~,__, rx;-;-:;








EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 63
absolument gratuity. L'arrWt6 du 8 juillet 1843 n'a pas
d6termind les conditions d'admission des dl6ves.
La loi du 29 ddcembre 1848, dans son chapitre vii,
parole des dcoles communales. En vertu de l'article 135
de cette loi, toute commune, don't les interets sont admi-
nistr6s par les conseils de notables, Rtait tenue d'6tablir
et d'entretenir a ses frais une ou plusieurs dcoles urbaines
et rurales, si sa situation financibre le permettait. Les
sections rurales pouvaient egalement fonder des ecoles h
la seule condition de faire approuver ses reglements par le
Conseil des notables de la commune.
La loi du 7 decembre 1860 ne content aucune disposi-
tion concernant les 6coles communales.
SOn peut dire que, depuis 1'essai infructueux de 1843,
nos municipalities n'ont jamais tent d'organiser sdrieu-
sement les ecoles communales. Cependant, d'aprbs la loi
Sdu 11 octobre 1881 sur les Conseils communaux, l'une
des attributions g6n6rales desdits Conseils consiste dans
la creation et la surveillance d'dcoles primaires gratuites.
Mais cette disposition est consid6rde comme lettre morte,
les Conseils communaux n'ayant jamais rien fait pour
la mettre A execution.


2

Nous avons deja dit plus haut que toutes les Constitu-
tions Haitiennes avaient consacrd la liberty de l'ensei-
gnement.
Toute personnel estdonc libre d'6tablir un 6 cole, pourvu
qu'elle remplisse les conditions de morality et de capacity
d6termindes par la loi.
La liberty de 1'enseignement entraine necessairement,









64 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
nous l'avons dedj dit 6galement, la liberty des methodes
et des programmes.
Vovons maintenant quelles sont les formalit6s h rem-
plir pour l'ouverture d'une cole priv6e.
Avant la loi du 4 juillet 1820, aucun acte 16gislatif ou
administratif n'6tablit les conditions d'ouverture d'une
cole privee.
A part le decret du 30 aoft 1805 de l'empereur
Jacques Ier, portant tarif des droits curiaux, frais judi-
ciaireset divers autres droits et frais, la situation des ins-
tituteurs particuliers n'est, en effet, nullement d6finie.
Le chapitre ix de ce d6cret imperial fixe, pour les ins-
tituteurs particuliers, le prix de l'instruction des enfants:
(( ART. i. Pour chaque enfant externe qui apprendra
seulement a lire, par mois. . 4 1. 2 s. 6 d.
ART. 2. Pour chaque enfant externe qui apprendra
t lire et a 6crire, par mois. . 8 1. 5 s.
ART. 3. -Pourchaque enfant pensionnaire, log6, nourri,
apprenant a lire et h 6crire, par an. 825 1. .
Loi du 4 juillet 1820. Le citoyen Haitien qui veut
ouvrir une cole priv6e doit obtenir l'autorisation de la
Commission de l'Instruction publique. La Commission ne
donne cette autorisation qu'aprbs une enquete pr6alable
sur la capacity et la morality du postulant.
L'6tranger qui veut exercer la profession d'instituteur
doit se presenter a la Commission de l'Instruction publique
de la Capitale, fire sa declaration et donner une attesta-
tion de ses connaissances et de sa morality.
, AprBs l'accomplissement de ces formalities, la Commis-
sion sollicite en sa faveur, s'il y a lieu, la licence n6ces-
saire du President d'Haiti.
La direction des 6coles priv6es appartient a ceux qui les
crdent. N6anmoins, ces 6coles sont toujours sous la sur-








EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 63
S veillance de la Commission dans le resort de laquelle
elles se trouvent.
Loi du 29 dicembre 1848. L'Haitien qui veut exercer
la profession d'instituteur particulier doit se pourvoir
d'un dipl6me sign du president de la Commission d'lns-
truction publique dans le resort de laquelle il a 1'inten-
tion de s'6tablir.
Pour obtenir ce diplome, il suffit au postulant de jus-
tifier :
1 Qu'il a dix-huit ans accomplish;
2 Qu'il est de bonnes vie et mweurs;
S3 Qu'il a vers6 la some de 10 gourdes dans la Caisse
de l'Universitd.
A la demand d'autorisation adress6e h la Commission
d'lnstruction publique, il doit joindre les pieces suivantes :
1 Son acte de naissance ou un acte de notoriWte en
tenant lieu;
2 Un certificate signed de trois citoyens notables, attes-
tant sa morality;
S3. Une quittance de la Caisse de 1'Universit6.
L'3tranger, qui veut ouvrir une institution privee, est
tenu de remplir les memes conditions. En outre, apris un
-s6jour de trois mois dans le pays, il doit solliciter une
autorisation special qui lui est d6livree, s'il y a lieu, par
le Secr6taire d'Etat de l'Instruction publique, d'apres les
ordres du Pr6sident d'Haiti.
Les peines disciplinaires applicables aux instituteurs
particuliers sont : l'amende, la suspension, l'interdiction
et l'emprisonnement.
I1 y a trois degr6s dans l'application de l'amende :
10 L'amende de 25 gourdes;
2 L'amende de 50 gourdes;
3 L'amende de 75 gourdes.









66 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
sans etre pourvu du dipl6me prescrit par la loi, est pas-
sible d'une amende de 25 gourdes pour la premiere fois,
de 50 pour la second et de 75 pour toute autre r6cidive.
La suspension est applique dans le cas d'inconduite
grave d'un instituteur particulier. Elle varie d'un mois au
moins h six mois au plus.
L'interdiction est prononcee dans le cas d'immoralit6
ou de faute grave. L'instituteur qui, apris avoir W6t sus-
pendu de ses functions, les reprendrait ou les continuerail,
est 6galement frapp6 d'interdiction.
L'instituteur interdit qui exerce peut etre puni de trois
mois a six mois d'emprisonnement.
Toutes ces peines diciplinaires, I'amende, la suspension,
I'interdiction et l'emprisonnement, sont pronounces par le
tribunal de police correctionnelle, sur les poursuites de
l'agent du Ministere public, a la requisition de la Com-
mission d'Instruction publique.
Loi du 7 decembre 1860. Cette loi qui, comme nous
l'avons dedj dit, n'est qu'une copie de la pr6c6dente,
n'a modifi6 que tres l6gerement les conditions d'ouver-
ture des 6c6les privdes.
Ainsi, pour oblcnir le dipl6me exig6 pour exercer la
profession d'instituteur particulier, la loi du 7 d6cembre
--1860, actuellement en vigueur, prescrit au postulant de
justifier : 1 qu'il a vingt et un ans accomplish au lieu de
dix-huit ans; 2 qu'il est de bonnes vie et moeurs; 30 qu'il
a vers6 la some de 30 gourdes dans la Caisse de l'Uni-
versit6, au lieu de 10. A cet effet, il pr6sente a la Commis-':
sion de l'Instruction les mimes pieces ddsigndes par la loi
du 29 d6cembre 1848. La situation de l'Ntranger qui veut -
ouvrir une cole privde est absolument la meme que
celle d6terminde par cette derniere loi.





;: x ^ <* .'









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 67
Autre difference : D'apres la legislation actuelle, il
n'existe que deux peines disciplinaires applicables aux
infractions commises par les membres de l'enseignement
prive. Ce sont : l'interdiction et lemprisonnement.
L'interdiction est appliquee dans les cas d'immoralit6
ou de faute grave.
L'interdit qui exerce est possible d'un mois d'empri-
sonnement.
Ces deux p6nalites sont aussi prononcees par le Tribu-
nal de police correctionnelle, de la meme maniere que
sous l'empire de la loi du 29 decembre 1848.



CHAPITRE V

DU PERSONNEL UNIVERSITAIRE
ET
DES CONDITIONS GENERALES POUR ENSEIGNER
DANS LES ECOLES NATIONALS

1
Notre premiere loi sur l'Instruction publique, celle du
4 juillet 1820, ne dit pas grand'chose du personnel uni-
versitaire, ni des conditions requises pour enseigner dan
les 6coles publiques. L'article 16 de cette loi s'exprime
ainsi: ( Chaque cole primaire sera dirig6e par un citoyen
d'une morality connue et poss6dant les connaissances /
Sncessaires. ,
I1 en resulte que, pour diriger une cole national pri-
maire, il faut remplir des conditions de nationality, d'Age.
de morality et de capacity.
Nous disons des conditions de nationality et d'age, bien




'.* :. t .h9'* *




** r 2 .Cl"- -' W1


68 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
que l'article ne se soit pas formellement explique sur
ce point. Nous tirons cependant notre opinion du mot
citoyen employ par le l1gislateur.
Pour Wtre citoyen, il faut d'abord etre Haftien. Le
citoyen est membre de 1'Etat. Voilh done la condition de
nationality.
On n'est encore citoyen que quand on jouit de ses droits
civils et politiques. Or, pour jouir de ses droits civils et
-politiques, il faut Aire Ag6 de vingt et un ans au moins.
Puisqu'il est dit que la direction d'une cole national est
confide h un citoyen, etc., il s'en suit que, pour cela, il
faut etre ag6 de vingt et un ans. C'est la condition d'Age.
La condition de moralite.peut s'6tablir facilement par
le certificate de bonnes vie etmoeurs que ddlivre le Conseil
des Notables.
Mais l'article ajoute qu'il faut poss6der les cofnais-
"sances ndcessaires. Et, nulle part, dans la loi, on ne
rencontre une disposition determinant la maniere de
donner l'attestation de ces connaissances.
Pour le personnel du Lyc6e Petion de Port-au-Prince,
le l1gislateur de 1820 nous donne un peu plus d'expli-
cations.
La charge de directeur du Lyc6e est confine a un citoyen
qui r6unit, a la morality et au patriotism, les connais-
sances necessaires pour occuper cette place. I1 lui est
laiss6 la faculty de presenter a la Commission d'Instruc-
tion publique des candidates aux functions de professeurs
au Lyc6e.
Ce's candidates ne sont recommand6s a l'agrement du
President d'Haiti qu'apr&s avoir subi un examen, attestant
qu'ils possident les connaissances requises pour la parties
de l'enseiguement a laquelle ils se destinent. Cet examen
est d6termind par la Commission d'Instruction publique









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 69
qui s'enquiert, au pr6alable, de la conduite et de la mora-
lit6 des candidates. Les memes formalitis sont observees
pour les mattres de quarter.
Les professeurs du Lyc6e ne peuvent pas tenir de
pensionnat pendant la dur6e de leurs functions. Ils ne
peuvent s'absenter du Lyc6e sans l'autorisation du direc-
Steur. L'absence non autorisde d'un professeur pendant
Suit jours est considerie comme une admission, et il est
pourvu a son replacement sur la demand du directeur,
et sur la proposition qui en est faite par la Commission de
l'Instruclion publique.

2

Loi du 29 ddcembre 1848. L'article 27 de la loi du
29 d6cembre 1848 pose le mode de nomination du per-
sonnel universitaire : ( Nul ne peut etre admis en quality
/, d'instituteur dans une cole national sans une lettre de
( service du Pr6sident d'Haiti. )
La Constitution de 1846, en vigueur h 1'6poque de la
confection de cette loi, ainsi que, d'ailleurs, toutes celles
qui 1'ont suivie, attribue exclusivement au President
d'Haiti le droit de nommer aux functions publiques. Le
l6gislateur ne pouvait pas d6roger a ce principle constitu-
tionnel.
--Plusieurs conditions sont exig6es pour l'obtention de
cette lettre de service.
11 faut:
10 Etre Ag- de dix-huit ans accomplish. L'accomplis-
sement de cette condition se prouve par la production de
l'acte de naissance on d'un acte de notoriRt6 en tenant
lieu;
2 Etre de bones vie et moeurs. Le candidate pr6-









70 EXPOSE, BISTORIQUE ET COMMENTAIRES
senate a ce sujet un certificat sign de trois citoyens no-
tables attestant sa morality;
3 Verser la some de 10 gourdes dans la Caisse de
l'Universit6. Cette condition s'accomplit par la produc-
tion d'une quittance de la Caisse de l'Universit6;
,-_ 40 Satisfaire i un examen devant la Commission cen-
trale de l'Instruction publique. Cependant les per-
sonnes qui ont fait leurs preuves dans la carribre de
l'enseignement, ou qui se sont acquis un nom honorable
dans l'une des quatre facult&s, peuvent etre dispenses de
l'examen.
L'article 29 de ]a loi de 1848 interdit, d'une manibre
absolue, a tout instituteur attach a une cole national,
de diriger une cole soit commnuale, soit particuliere,
et cela, sous peine de revocation. Cette disposition prohi-
bitive s'explique. L'Etat a un int6rAt imm6diat au bon
fonctionnement de ses 6coles. 11 ferait 6videmment des
sacrifices inutiles s'il permettait & un instituteur public
de tenir en meme temps une cole privee. Le zble et le
d6vouement de l'instituteur ne peuvent Utre partag.s.
Pour qu'ils produisent des fruits, il faut qu'ils soient
entiers. L'6cole privee qui serait dirigde par un inslituteur
public progresserait certainement au detriment de l'Ncole
national dirig6e par le meme instituteur.
C'est la seule prohibition Rtablie par le 16gislateur.
Les peines disciplinaires applicables au personnel uni-
versitaire sont les suivantes:
1t La rdprimande;
2 La suspension;
3 La revocation;
4 L'interdiction.
La rdprimande, premier degr6 de l'6chelle des peines
disciplinaires 6dict6es par la loi, s'applique au cas de








EXPOS, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 71
negligence habituelle ou d'inconduile de la part d'un
instituteur national. Elle est prononc6e par la Commis-
sion de l'Instruction publique du lieu of est situ6 l'tablis-
sement auquel appartient I'instituteur, sans aucune
formality de procedure, sauf la comparution devant elle
de l'instituteur contrevenant.
La suspension est 6galement prononc6e par la Commis-
sion de l'Instruction publique. Cette peine estappliquee
aux membres de l'enseignement public dans les cas d'in-
conduite habituelle ou de r6cidive, apres une r6primande
pour negligence habituelle ou pour inconduite. Elle varie,
selon le degr6 de gravity du cas, d'un mois a six mois.
La suspension entraine la suppression des appointe-
ments pendant tout.le temps de sa dur6e.
La revocation et l'interdiction sont entourbes par le
16gislateur de quelques formalitis etgaranties necessaires
en raison m6me du caractere exceptionnel de ces p6na-
lites. Elles sont appliques dans les cas d'immoralit6 ou
de faute grave. Le fonctionnaire inculp6 peut etre provi-
soirement suspend de ses functions par la Commission
du lieu qui en rdfere, dans le plus bref delai, h la Com-
mission central. Apres avoir entendu l'inculp6 dans ses
moyens justificatifs, soit de vive voix, soit par dcrit, la
Commission central faith son rapport an Secr6taire d'Etat
de l'Instruction publique, et celui-ci, en vertu des ordres
du President d'Haiti, prononce, s'il y a lieu, centre 1'ins-
tituteur, la revocation ou l'interdiction.
Bien que la loi ne le dise pas, l'interdiction peut Otre a
temps ou absolue.
VLoidu 7 ddcembre 1860. Les dispositions de cette
loi concernant le personnel universitaire, et les conditions
g6nerales pour enseigner dans les 6coles nationals sont
la reproduction exacte de celles de la loi de 1848.









72 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
11 y a toutefois a signaler deux 16gbres differences:
1 Pour pouvoir etre instituteur, il faut etre Ag6 au
moins de vingt et un ans, au lieu de dix-huit ans;
2 D'apres la loi de 1848, la suspension, dans le cas.
d'inconduite habituelle de l'instituteur, est prononc6e
par la Commission de l'instruction publique. Elle est
prononc6e aujourd'hui par la meme Commission, sauf la
sanction du Secrdtaire d'Etat de l'Instruction publique.
Les membres du personnel universitaire qui s'engagent
h pratiquer l'enseignement pendant cinq ans cons6cutifs
sont dispenses du service militaire, par le 3e alinda de
1'article 3 de la loi du 22 octobre 1881.




CIAPITRE VI

DES AUrORITIS UNIVERSITAIRES


Avantmmne la promulgation de la loi du 4 juillet 1820,
le president Boyer avait institu6 une Commission sp6ciale
( charge dela surveillance des dcoles. Elle 6tait compose
de MM. B. Inginac, secr6taire gdndral, president; Gran-
ville, substitute du commissaire du Gouvernement pris le
Tribunal de cassation; Desrivibres Chanlatte, directeur
de l'imprimerie du Gouvernement et interprete des lan-
gues 6trangeres; Fr6mont, commissaire des guerres;
Colombel, secretaire particulier du Pr6sident d'Haiti;
Rouanez, notaire public et interpr6te de langue anglaise.
La Commission r6sidait a la Capitale.
Par une circulaire du 11 novembre 1819, Boyer annon-
icait aux juges de paix des communes de la Rdpublique









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 73
la formation de la Commission de l'lnstruction publique,
,et les invitait (( h correspondre directement avec cette
! Commission, pour tout ce qui concern cet objet impor-
tant .
Lesjuges de paix furent done, hl'origine, les premieres
autorit6s universitaires du pays.
Nous les rencontrerons plus tard comme membres des
Commissions locales de surveillance des ecoles de leurs
communes respective.
Arrivons maintenant a la loi du 4 juillet 1820.
Loi du 4juillet 1820. Cette loi 6tablit des Commis-
sions d'lnstruction publique, don't les functions sontpure-
ment honorifiques. Elles sont charges de l'inspection .et
de la surveillance des ecoles.
Ces Commissions sont au nombre de quatre et com-
prennent six membres pour la Capitale, quatre pour les
Cayes, et trois pour chacune des villes de Jacmel et de
Jdr6mie. Le 16gislateur de 1820 n'a pas dtlermine le
mode de nomination des membres des Commissions d'Ins-
truction publique. L'article 157 de la Constitution de 1810,
attribuant au Prdsident d'Haiti seulement le droit de
nommer aux functions publiques, il va de soi qu'ils sont
nommds par le chef de l'Etat.
Les principles attributions des Commissions d'lns-
truction publique sont :
1t Correspondre entire elles;
2 Adresser un rapport annuel a la Commission de la
Capital sur les progrbs des 616ves et sur la situation des
dcoles confides a leur surveillance. Ce rapport est Rtabli
sur leurs propres observations et sur les renseignements
que leur fournissent les directeurs de ces ecoles, afin que
compete en soit rendu au President (d'Haiti ;
3 Se r6unir chaque fois que cela est n6cessaire, dans









74 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
l e but de prendre des measures relatives aux progres de
l'instruction de la jeunesse;
4 Visiter les 6coles confines a leur surveillance;
5 Veiller a ce que, dans les 6coles ou pensions, 1'6du-
cation des enfants soit basee sur la religion, le respect
des lois et le devouement a la Patrie;
6 Adresser a la Commission de la Capitale, lorsqu'il y
a lieu, des projects de reglements sur tout ce qui concern
l'enseignement et le regime int6rieur des 6coles, pour
servir i dtablir par elle des rgglements g6ndraux, uni-
formes pour toutes les 6coles de la Republique, lesquels
devront 6tre rev6tus de l'approbation du President
d'Haiti;
7 D6terminer le degree d'instruction qui doit Wtre attri-
bu6d chaque genre d'dcole, c'est-a-dire laborer les
plans d'dtudes et les programmes ;
8" Autoriser l'ouverture des dcoles privdes;
90 Ddlivrer des billets d'admission aux enfants pour
les 6coles nationals;
10 Proc6der a l'examen public des 6dlves a la fin de
chaque ann6e scolaire;
110 Examiner les postulants aux charges de profes-
seurs.
Les Commissions d'lnstruction publique ont, chacune,
un secrdtaire salaried par l'Etat.
\ Loi du 29 dicembre 1848. Dans chaque ville oi est
etabli, aux frais de l'Etat, un lyc6e ou une cole secon-
daire, il y a une Commission principal d'Instruction
publique. Dans les autres villes ou bourgs, l'autoritd uni-
versitaire est confine a des Commissions particulieres
don't les attributions sont exercdes par les Conseils des
notables.
La Commission principal de Port-au-Prince prend le









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 75
ltitre de Commission central de 1'Instruction publique.
La Commission central se compose de dix membres
nommds par le President d'Haiti. Les autres Commis-
sions sont de six membres. Leurs functions sont pure-
,,ment honorifiques.
11 est attache, pros de chaque Commission principal,
un secrdtaire salaries par l'Etat.
--Ddterminer les ouvragesclassiques, les methodes d'en-
seignement et le systeme de discipline qui doivent etre
suivis dans les ecoles nationals, en encourage 1'intro-
duction dans les autres ecoles, transmeltre auxGommis-
sions principles et aux Commissions particulieres des
instructions pour la surveillance des 6coles, et pour tout ce
qui peut tendre aiu perfectionnement de l'inslruction
publique, laborer, sous I'approbation du Secr6taire
d'Etat de l'Instruction publique, des reglements generaux
pour assurer l'execution de la loi et pourvoir aux cas
non prevus ; adresser, deux fois par an, au Secr6taire
d'Etat, un expose general de la situation de l'instruction
publique, en lui soumettant ses vues sur les ameliorations
qu'elle r6clame, telles sont, en peu de mots, les attribu-
tions sp6ciales de la Commission central de l'Instruction
publique.
Chaque Commission faith son r6glement int6rieur.
Les decisions des Commissions d'lnstruction publique
se prennent a la majority absolue des membres prd-
sents.
Chaque mois, un membre d6sign6 par le president de
la Commission et assisted du secretaire, inspect les dcoles
de son resort.
II present a la fin du mois un rapport ecrit h la Com-
mission, constatant 1'inspection qu'il a faite, les obser-
vations qu'il a 6te & meme de recueillir sur la march des





"* e P" :









76 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
etudes et sur l'ex6cution plus ou moins suiviedes dispo-
sitions de la loi.
Les Commissions d'Instruction publique elles-memes
procedent, tous les trois mois- a- un examen des ecoles
places sous leur surveillance, afin d'apprecier l'aptitude
des instituteurs, les progres des 6leves, les m6thodes
d'enseignement, le mode d'dducation et le systeme de
discipline.
Les Commissions particulieres sont sous l'autorit6 im-
m6diate des Commissions principles. Elles regoivent
d'elles toutes instructions relatives aux choses scolaires.
Le droit d'inspection des Commissions particulieres
porte sur toutes les 6coles de leur circonscription. Elles
adressent des rapports trimestriels aux Commissions
principles don't elles relvent.
Toutes les Commissions peuvent communiquer direc-
tement avec le Secretaire d'Etat dans l'int6rkt de l'ins-
truction publique.
Loi du 7 ddcembre 1860. I y a lieu de constater,
ici encore, que, en ce qui concern les autorites univer-
sitaires, les modifications apportees par la loi du 7 dd-
cembre 1860 aux dispositions de la loi de 1848, ne sont
guere importantes.
Dans chaque ville ou il y a un lycee siege une Com-
mission principal de l'Instruction publique. La direction
de l'Instruction publique est contide dans les autres villes
ou bourgs & des Commissionusxrickatlies- o aex-Con-
Sseils communaux.
Les Conseils communaux remplacent les anciens Con-
seils des notables.
Le nombre des membres de la Commission central est
- de seize, et celui des autres Commissions de huit. Ils
sont tous nomm6s par le Pr6sident d'Haiti.


ps~as~.~;~7P~~~~r~l;~B~SL9~s~S~d-~`-"~ `;:'lt*~:~`C~:"i"~?E~"?~'~` ~~~li' -








EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 77
Chaque Commission est pr6sidie par l'un de ses
membres, designed cet effet dans l'acte qui l'instilue ou
dans un acte posterieur.
Pour ce qui est des attributions de ces diffdrentes Com-
missions, nous renvoyons a la loi de 1848, parce qu'elles
sont absolument identiques a celles que nous venons
d'exposer.
> La seule innovation de la loi de 1860 digne d'etre
signal6e, c'est la faculty laissee au Gouvernement de
nommer des inspecteurs de l'Instruction publique. Au-
cune part, le 16gislateur de 1860 n'a precis6 le veritable
caractbre de cette nouvelle cat6gorie d'autorit6s univer-
sitaires. On ne saitvraiment quel role les inspecteurs
"viennent ramplir au milieu de ces difftrentes Commis-
sions scolaires, don't les functions sont nettement deti-
nies par la loi et semblent suffire pour le contrble et la
surveillance des 6tablissements publics et priv6s.
A ce compte-l1, on peut dire que l'innovation signalde
est d'une utility fort contestable.
Loi du29 octobre 1878. On divise, d'apres cette loi,
en trois categories, les autorites charges de la surveil-
lance et de l'inspection des 6coies publiques et privees: /
10 Le Conseil superieur de l'instruction publique ;
2 Les inspecteurs des 6coles ;
3 Les Commissions locales de surveillance des 6coles.


1. Du CONSEIL SUPERIEUR DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE

Le Conseil sup6rieur de l'Instruction publique sidgeant
a la Capitale est compose de sept membres nommes par
le President de la R6publique.
Il y en a trois pour la section des leltres, trois pour la








78 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
section des sciences, et un president elu tous les ans au
scrutiny secret et a la majority absolue des voix.
Quand le Secr6taire d'Etat de l'Instruction publique
assisted aux deliberations du Conseil, il en est le president.
Ne peuvent etre membres du Conseil superieur de
l'Instruction publique que ceux qui ont 6te :
1 President de la Commission central de l'Instruc-
tion publique durant trois ans au moins;
2 Directeurs et professeurs Haitiens ou strangers
- des lycees nationaux, de 1'ecole de Medecine, de l'ecole
Normale durant trois ans au moins;
3 Directeurs d'une institution libre d'enseignement
secondaire durant trois ans au moins;
4 Inspecteurs gdenraux de l'Instruction publique.
Le Secretaire d'Etat de l'Instruction publique peut
recommander au President d'Haiti des individus d'une
capacity 6prouv6e, et qui ne rentrent point cependant
dans les categories que nous venons de designer. Nean-
moins, ces individus doivent etre pr6alablement agrees
par le Conseil superieur.
Le Conseil sup6rieur exerce toutes les attributions
devolues par les lois pr6ecdentes' i la Commission cen-
trale de l'Instruction publique. 11 est sp6cialement charge
sous la haute direction du Secretaire d'Etat de l'Instruc-
tion publique :
1 De veiller A la strict execution des lois et regle-
ments d'administration sur l'Instruction publique;
2 D'exercer un contr6le incessant sur les Inspecteurs
et les Commissions locales d'Instruction publique, de rece-
voir leurs rapports et de transmettre a ce sujet tous avis
a l'Administration sup6rieure;


1 Lois de 1848 et de 1860.









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 79
3 De statuer, sous toutes reserves de I'approbation
du Secretaire d'Etat de l'Instruction publique, sur les
d6nonciations, plaintes et autres measures disciplinaires
portees devant lui par les inspecteurs et les Commissions
locales;
4 De se prononcer sur le choix des methodes d'en-
seignement et de livres, sur les plans d'tludes, pro-
grammes, etc., a suivre dans les 6coles, et sur toutes
autres questions qui seraient envoyPes a son examen par
la prdsente loi;
5 De proposer au Secretaire d'Etat de l'Instruction
publique, sous forme de projects de loi ou autrement,
toutes les measures propres h ameliorer la situation mat&-
rielle et .morale des ecoles publiques et "t d6velopper
l'instruction g6ndrale dans le pays;
6 De dresser, tous les six mois, un rapport g6ndral
sur tous les renseignements de statislique et autres,
propres h 6clairer les pouvoirs publics, ainsi que lcs
avis, decisions et propositions du Conseil superieur. Ces
documents sont imprim6s aux frais de l'Etat, sous le
titre de Bulletin de l'Instruction publique.


2. DES INSPECTEURS

La Republique est divis6e en douze circonscriptions
scolaires. Ce sont :
Port-au-Prince; Cap-Haitien; Cayes; Jacmel; Gonaives;
Jer6mie; Saint-Marc; Nippes; Port-de-Paix; Aquin;
Ldogane; Anse-d'Hainault.
Dans chaque circonscription, il y a un ou plusieurs
inspecteurs des 6coles publiques et privies. A Port-au-
Prince, les functions d'inspecteurs sont remplies par





-h -



80 EXPOSi, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
deux membres du Conseil sup6rieur designs a tour de
r6le et tous les trois mois par le President.
Ces inspecteurs exercent les attributions des anciennes
Commissions principles de l'Instruction publique. Ils
sont nommes par le Pr6sident d'Haiti.
Faire, tous les trois mois, une visit g6ndrale dans
toutes les ecoles urbaines et rurales de leurs circonscrip-
tions; adresser au Secr6taire d'Etat de l'Instruction
publique un rapport special sur chaque cole; le rensei-
gner, dans ce rapport trimestriel, sur la valeur de l'ensei-
gnement et des m6thodes en usage, ainsi que sur l'ex6-
cution des programmes, sur la capacity et la conduite
des instituteurs, sur le nombre, le degr6 d'avancement
/ et la conduite des el6ves et sur la tenue g6nerale de l'6ta-
blissement, sur l'6tat des batiments et du materiel de
1'6cole, sur les besoins de l'Instruction publique dans
leurs circonscriptions; tel est, A peu pros, le cercle des
attributions de cette deuxieme classes d'autorites uni-
versitaires institute par la loi du 29 octobre 1878.
Les inspecteurs sont, en outre, tenus de se transporter
sur tous les points de leurs circonscriptions oui une
enquete prompted et extraordinaire est jugee n6cessaire,
dans l'intervalle de leurs tournses trimestrielles. ls se
font assister des Commissions locales de Surveillance,
toutes les fois qu'il y a lieu de prendre des measures pou-
vant entrainer la suspension ou la revocation d'un fonc-
tionnaire du Corps enseignant, l'interdiction d'un institu-
teur particulier, la fermeture d'un dtablissement scolaire.

3. DES COMMISSIONS LOCALES DE SURVEILLANCE

11 y a, dans chaque commune, une Commission locale
de surveillance des ecoles publiques et privies. Ses









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 81
membres sont au nombre de cinq, savoir, dans les com-
munes, chefs-lieux d'arrondissement :
Le president du Conseil d'arrondissement, president;
Le magistrate communal;
Le juge de paix;
Et deux citoyens notables d6sign6s par le Conseil
d'arrondissement.
Dans les autres communes:
Le magistrate communal, president;
Le premier supplant;
Le juge de paix;
Et. deux citoyens notables designs par le Conseil
d'arrondissement.
Les attributions des Commissions locales sont :
1 De s'assurer du zMle, de la conduite irr6prochable
et des principles moraux des instituteurs de la com-
mune;
2 De veiller sur la conduite des 6leves et leur r6gula-
ritd, et de faire a leurs parents, repr6sentants ou tuteurs,
toutes observations ou remontrances A cet effect;
3 De veiller A la salubrit6 des 6coles et de constater
I'etat du materiel et des batiments;
4 De d6livrer les certificates de bonnes vie et moeurs
pour l'exercice de la profession d'instituteur;
50 D'assister les inspecteurs dans les cas prevus;
6" De statuer sur tous les cas autres que ceux qui ont
trait aux questions purement pedagogiques, concurrem-
ment avec les inspecteurs ou en leur absence;
7 De viser les feuilles d'appointements des fonction-
naires du Corps enseignant, dans les communes autres
que celles oil resident les Inspecteurs.
Les Commissions locales correspondent, pour les
besoins du service, avec les Inspecteurs, le Conseil sup6-









82 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
rieur et le Secr6taire d'Etat de l'Instruction publique.
Leurs functions sont purement gratuites et honori-
fiques.
Les membres des Commissions locales sont exempts
du service militaire et de celui de la garde national.
Loi du 24 septembre 1884. Cette loi, qui est actuel-
lement en vigueur et qui abroge particulibrement la loi
de 1878 reconnue defectueuse et inexecutable, supprime
le Conseil sup6rieur de l'Instruction publique. De telle
sorte qu'aujourd'hui la surveillance et l'inspection des
6coles publiques et privies sont confides h deux cate-
gories d'autorites universitaires : les Inspecteurs et les
Commissions locales.
Cependant, l'article 9 parole d'une reunion annuelle des
Inspecteurs des 6coles de la Rdpublique a la Capita.le,
en un Conseil gdndral de l'Instruction publique aux fins
de proposer et de discuter toutes questions propres h
ameliorer la situation des ecoles et h assurer le d6ve-
loppement de l'instruction et la propagation des lumieres
dans le pays.
Cette reunion a lieu sur une convocation sp6ciale du
Secretaire d'Etat de l'lnstruction publique, faite quinze
jours an moins h l'avance. Le Conseil tient ses s6ances
au Ministere de l'Instruction publique, et la session dure
quinze jours. II est alloud A chaque Inspecteur, pour frais
de deplacement, une some de 50 piastres d6s son arrive
A la Capitale.
L'article 10 dispose que l'Inspecteur, qui s'abstient de
se rendre A cette convocation sans faire immddiatement
connaltre au Secr6taire d'Etat de l'Instruction publique
le motif de son abstention, est consid6r6 comme demis-
sionnaire. Le Conseil g6ndral de l'Instruction publique
apprecie le motif A la majority absolue des voix.


y ; .--









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 83
Ces prescriptions de la loi de 1884 n'ont d6t execut6es
qu'une fois seulement, malgrd le sens imperatif des
textes.
Le Conseil general de 1'Instruction publique s'est, en
effet, reuni en 1885, sous la presidence de M. Francois
Manigat, alors ministry de l'Instruction publique.


1. DES INSPECTEURS

Les Inspecteurs sont a la nomination du Pr6sident de
la Rdpublique et sous les ordres immediats du Secr6taire
d'Etat de 1'Instruction publique.
Ne peuvent Atre nommes Inspecteurs et Sous-Inspec-
teurs que les Haitiens qui ont 6td directeurs ou profes-
seurs des lyc6es nationaux, de l'6cole de Medecine, de
1'6cole de Droit, durant trois ann6es cons6cutives, ou
directeurs d'institutions priv6es d'enseignement secon-
daire. Le Secretaire d'Etat de 1'Instruction publique a
ndanmoins la faculty de recommander au Pr6sident
d'Haiti des personnel en dehors des categories sus-desi-
gn6es, mais qui sont d'une capacity et d'une conduite
notoires.
Les circonscriptions scolaires sont au nombre de
quatorze.
La loi de 1884 en a cr66 deux nouvelles : celle de
Fort-Libert6 et celle de Mirebalais.
11 y a dans chaque circonscription, soit un scul ins-
pecteur, soit un inspecteur et un ou plusieurs sous-ins-
pecteurs.
Ils habitent les chefs-lieux de leurs circonscriptions
respective.
Les Inspecteurs sont notamment charges, sous la









84 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
haute direction du Secretaire d'Etat de Plnstruction
publique :
1 De veiller lexecution des lois et reglements d'ad-
ministration concernant 1'instruction publique;
2 D'exercer un contr6le incessant sur les Commis-
sions locales de surveillance, de recevoir leurs rapports
et de transmettre a ce sujet tous avis a 1'Administration
sup6rieure;
3 De statuer, sauf approbation du Secretaire d'Etat de
l'Instruction publique, sur les plaintes et d6nonciations
port6es devant eux et de prendre dans les cas graves et
urgents, sous la reserve express de la meme approba-
tion, toutes measures disciplinaires autres que la revoca-
tion ou l'interdiction;
4 De visiter incessamment les ecoles urbaines de
leurs residences;
5 De faire, tous les trois mois, une tourn6e au moins
dans leurs circonscriptions respective pour inspector
les autres 6coles urbaines et rurales placees sous leur
surveillance;
6 D'adresser un rapport mensuel au Secretaire d'Etat
sur les ecoles de leurs residences, et un rapport trimes-
triel sur toutes les ecoles de leurs circonscriptions. Ce
dernier rapport doit contenir des appreciations sur la
valeur des methodes et des programmes en usage, la
capacity et la morality des instituteurs et professeurs, -
le nombre, la conduite et le degr6 d'avancement des
.lves de chaque dtablissement, 1'6tat des locaux et
du materiel en general, les besoins de chaque cole,
- et enfin sur toutes les measures propres a vulgariser
instruction publique dans le pays.
II est alloud aux Inspecteurs 50 piastres par trimestre
pour frais de tournie. Ils sont tenus de se transporter, a









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 85
toute 6poque, sur tous les points de leurs circonscrip-
tions o~ il y a une enquete prompted et extraordinaire A
faire ou un fait grave a r6primer.
Toutes les fois qu'il y a lieu de prendre des decisions
devant entrainer, de la part du Gouvernement, la rdvo-
cation d'un fonctionnaire ou membre du Corps ensei-
gnant, I'interdiction d'un instituteur particulier, la fer-
meture d'un 6tablissement scolaire, les Inspecteurs sont
assists des Commissions locales qui, dans ces cas, ont
voix consultative.


2. COMMISSIONS LOCALES

11 y a, dans chaque commune de la Rdpublique, une
Commission locale de cinq membres pour la surveillance
des 6coles publiques et privies.
Dans les communes, chefs-lieux d'arrondissement,
elle est compose : du magistrate communal, president,
du juge de paix et de trois citoyens notables; dans les
autres communes, du magistrate communal, president,
du juge de paix, du prdpose d'administration et de deux
citoyens notables.
Les citoyens notables, membres des Commissions
locales, sont ordinairement proposes a l'agrement du
Secretaire d'Etat de l'Instruction publique par les ma-
gistrats communaux.
Les attributions des Commissions locales sont net-
tement d6finies par la loi du 24 septembre 1884. Elles
consistent a s'assurer du zMle, de la conduite et des
principles moraux des instituteurs et professeurs de la
commune; a veiller sur la conduite et la rdgularitd des
eleves et A faire A leurs parents, tuteurs ou correspon-









86 EXPOSE, HISrORIQUE ET COMMENTAIRES
dants, toutes observations ou remontrances n6cessaires;
A veiller a la salubrit6 des 6coles et au bon entretien du
materiel et des batiments; a delivrer des certificates de
bonnes vie et moeurs aux personnel qui veulent exercer
la profession d'instituteurs; a assister les inspecteurs
dans certain cas; A leur signaler, a bref d6lai, tous faits
graves commis dans les 6coles par les instituteurs de
leurs communes, et pouvant, on n6cessiter une enqu6te
immediate, ou entrainer l'application d'une peine disci-
plinaire; a viser les feuilles d'appointements des fonc-
tionnaires du Corps enseignant dans les communes autres
que celles oui resident les inspecteurs.
Les functions des membres des Commissions locales
sont gratuites et honorifiques. Ces Commissions tiennent
leurs s6ances a l'h6tel communal. Elles correspondent
avec les Inspecteurs de qui elles relevent directement et
leur adressent, i :la fin de chaque mois, un rapport sur
1'6tat des 6coles dans leurs communes respective. Les
Secr6taires des Conseils communaux sont les Secr6taires-
n6s des Commissions locales.
Aux terms de l'article 17 de la loi de 1884, les
membres des Commissions locales sont exempts du ser-
vice militaire et de celui de la garde national pendant
la dur6e de leurs functions.
-Ils sont, pendant la m6me duree, dispenses d'etre
jur6s.
Nous devons i la v6rit6 de declarer que, gen6ralement,
les Commissions locales ne rendent pas de bien grands
services i l'Instruction publique.









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES


CHAPITRE VII

DES TITRES DE CAPACITY ET DES DEGREES
UNIVERSITAIRES

1
Le titre IV de la loi du 29 (ecembre 1848 concern les
degres universitaires.
Il y a trois degres dans les lettres comme dans les
sciences : le baccalaureat, la licence et le doctorate. I1 y a
deux degrds seulement dans le droit : la licence et le
doctorate. Il n'y a qu'un degr6 en mddecine : le doctorate.
Nul ne peut etre licencie en droit, ni docteur en mdde-
cine, s'il n'est bachelier es lettres.
La Commission central determine les degr6s requis
pour etre habile a remplir les diff6rentes functions dans
les ecolcs nationals. La collation des grades est faite
par elle apres examen subi par les candidates.
Les droits universitaires sont fixds ainsi qu'il suit:

Pour le baccalaureat ................ 20 g.
Pour la licence ............. ........... 40
Pour le doctorate ....................... 60

La moiti6 des droits est exigible avant l'examen, et
l'autre moiti6 au moment de la ddlivrance du dipl6me.
Le candidate qui n'est pas recu est rembours6 de la moiti6
des droits versds d'avance a la Caisse de 1'Universitd. Les
instituteurs attaches aux dcoles particulibres ou commu-
nales, qui prennent les degres universitaires, jouissent
de l'exemption du service militaire. Les institutrices sont
-dispensdes de prendre lesdits degrees.
Toute personnel pourvue d'un dipl6me delivre par une








88 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
- University 6trangBre peut obtenir de 1'Universit6 d'Haiti
un dipl6me du mmme degr6 en. payant le quart des droits
universitaires exiges.
Les dipl6mes sont imprimes sur parchemin, signs
par les trois membres examinateurs de la Commission
central, vises par le president de ladite Commission et
rev6tus du sceau de 1'Universitd.
Les frais de dipl6me sont A la charge de la Caisse de
l'Universite.

2

Les dispositions de la loi du 7 d6cembre 1860 rela-
tives aux degr6s universitaires sont exactement celles de
Sla loi de 1848. Inutile de les exposer de nouveau. L'on
se rappellera, toutefois, que c'est la loi en vigueur.

3
A la date du 28 aout 1894, le Secr6taire d'Etat de
1'Instruction publique a promulgu6 des r6glements, sur
l'obtention des certificates d'6tudes primaires, d'6tudes
secondaires sp6ciales pour les garqons et pour les files
et d'6tudes secondaires classiques.
Pour l'6num6ration d6taillke des formes, conditions et
programmes de ces examens, le lecteur peut consulter
les reglements don't nous venons de parler. La nettet6
de leurs prescriptions nous dispense de tout expos.
Par assimilation aux droits fixes pour les degres uni-
versitaires, il est perqu:

Pour le dipl6m3 de pharmicien........... 40 g.
Ss )) sage-femme .......... 30
certificate d'dtudes secondaires, sp&-
ciales et classiques .................... 15








EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 89
Le certificate d'6tudes primaires est delivre sans frais a
tous ceux qui, apres avoir parcouru le programme com-
plet des.-coles primaires urbaines, ont satisfait aux con-
ditions des examens. (Arritd du 28 aoat 1894.)




CHAPITRE VIII

DES MAISONS D'-COLES

11 est regrettable de constater que les maisons d'6coles
n'existent pas en Haiti. C'est encore l1 une des causes
Sprincipales du mauvais fonctionnement des 6coles natio-
nales.
Nous sommes heureux de reproduire ici, au sujet de
cette important question, l'opinion saine d'un Haitien
remarquable autant que modest, qui a acquis une com-
petence incontest6e dans les questions d'enseignement.
< MAISONS D'ECOLES. On ne s'est jamais bccup6, chez
nous, de la construction des maisons d'6coles. On dirait
que ceux qui ont Wtd charges de diriger l'dducation natio-
nale n'ont point compris l'importance, pour la bonne
march d'une cole, d'un local approprid. Dans la loi du
29 decembre 1848, de meme que dans celle du 7 dd-
cembre 1860, pale copie de la premiere comme nous
avons deja eu occasion de le faire remarquer ici on
'trouve bien que les 6coles doivent ktre places dans des
maisons aerees et convenables; mais c'est en passant
qu'il en est question. Aucune measure pour la construc-
tion de ces locaux. Aussi, nous croyons qu'on ne trouvera
pas, dans toute la R6publique, une seule maison d'6cole
digne de ce nom, appartenant a l'Etat. Or, l'6cole n'est








90 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
une institution, dit Jules Simon, qu'h condition d'8tre
chez elle. )
( Dans tous les pays civilis6s, la premiere chose a
laquelle on pense lorsqu'on veut fonder une cole, c'est
de bAtir la maison d'ecole; ce n'est que comme pis-aller,
qu'on se r6sout quelquefois h louer une maison : c'est
une situation provisoire, exceptionnelle, don't on ne tarde
pas a sortir. Aux I~tats-Unis, dans toute ville nouvelle, il
y a trois choses essentielles, auxquelles on s'arrAte tout
d'abord : le temple, la maison d'ecole, le journal. Il n'y
a pas de ville sans cela. En France, depuis la troi-
sieme Republique surtout, dans les moindres communes
(et les communes frangaises en grand nombre sont loin,
bien loin d'avoir l'importance des n6tres, soit comme
6tendue, soit comme population), on trouve la maison
d'6cole. Comment est-on arrive A ce resultat? I1 n'est pas
inutile d'en dire un mot. Nous trouverons dans cette
etude d'utiles renseignements pour l'organisation du
service de la construction des maisons d'6coles dans
notre pays.
(( C'est la loi du erjuin 1878 qui a cre6 la Caisse pour
la construction des maisons d'6coles. Nous ne trouvons
pas trace, ni dans la preparation, ni dans l'ex6cution de
cette loi, de la presence du Ministre des Travaux publics.
C'est celui de l'Instruction publique, alors M. Wadding-
ton, qui pr6senta le project et qui en soutint la discussion.
En voici les principles dispositions. Une premiere
valeur de 60 millions de francs, payable en cinq annuities
h partir de 1878, 6tait mise a la disposition du Ministre
pour Atre r6partie a titre de subvention, entire les com-
munes, en vue de l'amelioration ou de la construction de
leurs bitiments scolaires. Une autre some de 60 mil-
lions, 0galement payables en cinq annuit6s, a partir de








EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 91
la m6me dpoque, permettait d'avancer aux communes
les sommes qu'elles seraient autorisdes a emprunter pour
le meme objet. Le taux d'int6ret des prets 6tait fixed a
S-3 0/0, et les communes pouvaient amortir leurs emprunts
dans une periode de trente et un ans.
< Cette meme loi rendit obligatoires pour toutes les
communes l'acquisition, l'appropriation et la construction
des locaux scolaires. La commune est ainsi contrainte
par la loi de devenir propriktaire de l'6cole publique.
(( On met,d'ailleurs,hsa disposition lesmoyens de faire
cette acquisition sans s'imposer de trop lourds sacrifices.
C'est ainsi que s'est trouvee r6alisde cette condition qui
est, suivant le mot du ministry pedagogue Guizot, (( une
des plus indispensables pour l'Ftablissement ddfinitif de
l'instruction primaire ,, a savoir que chaque com-
mune ait, en propridtd, un local pour l'6cole.
( La Caisse des 6coles est administr6e par la Caisse des
D6p6ts et Consignations.
( Les lois des 9 ao6t 1879, 3 juillet 1880, 2 aolt 1881,
20 mars 1883 augmenterent, dans une certain measure,
la dotation de la Caisse des 6coles qui eut a pourvoir, non
seulement a la construction des maisons pour les 6coles
primaires, mais aussi aux batiments destines h longer les
lyc6es et colleges. Elle prit, d6s 1880, le nom de Caisse
des lycdes, colleges et dcoles primaires. Le taux des
emprunts a faire par les communes a la Caisse fut, en
m6me temps, abaiss ah 1 1/4 0/0. -
(( De 1878 h 1889, I'Etat francais a dppense la some
de 368 millions de francs, les d6partements celle de
15 millions, et les communes celle de 355 millions en
chiffres ronds, soit un total de 738 millions en dix ans
pour construction, reparation, appropriation des bati-
ments des 6coles primaires et acquisition de mobilier









92 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
scolaire. Voilh ce que n'hesite pas A faire un pays qui, au
lendemain de la catastrophe de 1870, a compris qu'il ne
po6vait se regindrer que par l'instruction. Chacuifsait,
eneffet, qu'avant la R6publique la France 6tait, au point
de vue de l'instruction primaire, place bien au-dessous
des principaux pays de l'Europe. Nous sommes persuades
qu'elle doit occuper aujourd'hui une bien meilleure place,
grace aux sacrifices qu'elle s'est imposes.
((Voila le vrai patriotism. Ne pourrions-nous pas ten-
ter un pareil effort? Ce n'est pas 1'argent qui nous
manque, puisque, chaque annee, nous trouvons moyen
de d6penser des millions pour des choses utiles, sans
doute, mais bieri moins urgentes, telles que: cclairage
6lectrique, telephone, t6l6graphe, fontaines monumen-
tales, etc., etc. Et, cette ann6e seulement, n'avons-nous pas
vu grever le pays d'une charge de plus de deux millions
pour ces choses-lh?
( ,, L'argent ne nous manque done pas. Ce qui fait d6faut
chez nous, c'est le patriotism. Nous voulons bien, dans
nos discours ou nos 6crits, parler du pauvre people don't
le sort demand une amelioration, mais, en conscience,
qu'avons-nous faith jusqu'ici dans ce sens?
( Ce qu'il faut A nos paysans, ce sont de bonnes routes
pour transporter dans les villes leurs denrees qui nous
font vivre, c'est une bonne irrigation des terres: voila la
tache du d6partement des Travaux publics, tAche assez
lourde pour absorber son activity.
( I1 faut encore A nos paysans, A notre people des villes,
une bonne instruction primaire : ce dolt Wtre l'affaire
exclusive du D6partement de l'Instruction publique. Or,
la maison d'6cole est une des conditions d'existence de
l'6cole. Le D6partement des Travaux publics n'a done
rien a y voir.








EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 93
< Le Comit6 des Btliments scolaires, en France, place
sous la direction du Ministre de l'Instruction publique,
est compose avant tout de pedagogues, puis viennent des
architects et des m6decins.
(( Consacrons annuellement, au service de la construc-
tion des maisons d'ecoles, seulement une some de
200.000 gourdes, qui s'augmentera chaque ann6e de ce
qu'on paye pour location, au fur et a measure de l'acheve-
ment des constructions entreprises. Cette some, nous
la distrairons du budget des Travaux publics
(( Et, dans vingt ans, il nous sera possible d'avoir tous
nos bAtiments d'ecoles. II1 faudra meme beaucoup moins
de temps pour cela si, le credit se d6veloppant chez nous,
nous pouvons trouver a emprunter, A un taux raison-
nable, le capital n6cessaire A la construction de tous nos
locaux scolaires, capital don't les int6rets et l'amortisse-
ment seraient garantis par les valeurs inscrites au budget.
< H6sitera-t-on plus longtemps a entreprendre cette
oeuvre? Ce serait imprudent peut-6tre; en tout cas, ce
serait criminal.
( N'est-ce pas une grande satisfaction pour un citoyen
que de pouvoir 6crire ces lignes que nous extrayons d'une
brochure de M. Georges Petit, chef de bureau au Minis-
tere de l'Instruction publique, en France, sur le rble de
la Rdpublique dans la construction des maisons d'ecoles :
(( Ne serait-ce pas une joie et un honneur pour tous que
cette transformation qui s'est 6tendue de proche en proche
jusqu'aux plus humbles communes, qui assure la dignity
des maitres, la sant6 de l'enfant, son travail et, come
consequence, sa morality? Dft-on nous accuser d'orgueil,
nous nous estimons heureux d'avoir assist i cette redemp-
tion, car c'en est une ; la redemption d'un oubli qui,
pour notre malheur, n'avait que trop longtemps dure...









94 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
Quel qu'ait 6tI le chiffre de la d6pense, et en admettant
meme que, dans un certain nombre de communes, les
plans aient en trop d'ampleur, nous ne regretterons rien;
la France ne peut rien regretter. Au lieu de dispute sur
des millions, regardons plus haut, en nous disant qu'un
grand devoir a 6tW accompli, que tous nous y avons con-
tribu6 et que demain pas un de nous ne voudra dire
qu'il s'est refuse a en prendre sa part. ,
(( Chacun de nous ne voudrait-il pas, dans dix ans,
pouvoir s'appliquer de telles paroles? Mettons-nous done
a l'oeuvre sans plus tarder. )
(( A. BONAMY. )



CHAPITRE IX

RENSEIGNEMENTS STATISTIQUES

1

11 y a, dans la Rdpublique, 773 6coles publiques se
d6composant comme suit:
505 6coles rurales;
197 6coles primaires urbaines laIques ;
19 ecoles primaires urbaines de Freres;
32 ecoles primaires urbaines de Soeurs;
6 ecoles secondaires de garcons;
6 6coles secondaires de filles;
5 lyc6es;
3 6coles sup6rieures.
On compete aussi 102 ecoles priv6es urbaines et rurales
des deux sexes.
Au total, 875 ecoles publiques et privates.









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES


Le personnel enseignant employed dans les 6coles pu-
bliques comprend 1.611 instituteurs, ainsi repartis:
'773 directeurs et directrices ;
759 professeurs;
49 maltres d'6tudes et sous-maitresses;
30 rdp6titeurs.

*


L'effectif des eleves inscrits dans les ecoles publiques
est de 38.039.
La moyenne de presence est de 7/10, soit 26.621 61lves
environ suivant r6gulibrement les course.
Dans les 6coles privees, I'effectif est de 6.503 616ves, et
la moyenne de presence est de 8/10, soit une presence
g6nerale de 31.824 616ves environ sur les 44.542 inscrits
dans les 875 ecoles publiques et privees de la Rdpublique.

*


La surveillance des 6coles est exerc6e par 14 inspec-
teurs; 12 sous-inspecteurs et 86 Commissions scolaires.
L'Etat entretient, dans les ecoles du pays, 577 bour-
siers et boursieres, et 22 a l'6tranger.











06 EXPOSE HISTORIQUE ET COMMENTAIRES



2. DIPENSES ET SITUATION DE L'ENSEIGNEMENT PUBLIC
PENDANT L'EXERCICE 1893-1894

I
Traitements des directeurs et directrices des 6coles rurales de la
Republique d'Ilaiti . . .. 151.200 p.
Traitements des adjoints et des ajdointes dans certaines ecoles
rurales . . . .. .2.280
Traitement du personnel des ecoles primaires de garcons et de
filles de quatrieme classes . . . 61.440
Traitement des maitresses de couture et de broderie (Ecoles de
files, quatrieme classes . . . .. 11.520
Traitement du personnel des kcoles primaires de garcons et de
filles, de premiere classes . . . 14.976
Traitement des maitresses de couture et de broderie (Ecoles de
files, troisieme classes) . . ... 2.160
Traitement du personnel des ecoles primaires de garcons et de
filles de deuxi&me classes, y compris maitresses de couture et
de broderie . . .. 24.840
Traitement du personnel des ecoles primaires de garcons et de
filles de premiere classes . . . .. 80.220
Traitement du personnel des kcoles primaires spkciales (Ecole
Lancasterienne et cole de la Maison Centrale) ... 5.820
Traitement du personnel des (coles primaires congr6ganistes
de garcons et de filles dirigges par les Freres de l'Instruction
chr tienne et les Scours de Saint-Joseph de Cluny. . 109.300
Traitement du personnel des ecoles secondaires sp6ciales de
garcons et de demoiselles . . .. 70.076
Traitement du personnel des Lycees de la Rdpublique et du Pe-
tit Seminaire college Saint-Martial . .. 80.772
Traitement du personnel des 6coles superieures (Ecole de m6de-
cine, ecole de droit, cole de dessin et de peinture) ... 28 836
TOTAL DES TRAITEMENTS. . . 643 440 p.


II
Frais d'entretien des el6ves internes et des boursiers de l'6cole
de M6decine et de l'ecole de Droit, de Port-au-Prince. 136.380
Traitements des etudiants haitiens a Paris. . 22.800
TOTAL DES FRAIS D'ENTRETIEN. . 159.180 p.

Ill
Subventions de 'l'tat aux institutions privees . 64.320

IV
Traitement des inspecteurs et sous-inspecteurs des Bcoles des
quatorze circonscriptions scolaires. . ... 33.588
Frais d'inspection. . . . 2.800
36.388 p.










EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES


V
D6penses diverse faites par le dtpartement tie I'lustruction
publique (Mobilier scolaire, fournitures classiques, cabinets
de physique, frais de trousseau, passage, rapatriement des
Soeurs de Saint-Joseph de Cluny, des Filles de la Sagesse et
des Freres de l'Instruction chretienne dirigeant les Gcoles
nationals, frais extraordinaire du dt'partement, frais
d'expedition de fournitures classiques, frais de passage,
rapatriement, inscription, passation de these des etudiants
haitiens A Paris, appointments de professeurs rangersr. 48.420 p.

VI
Location de maisons d'.cole. .. ... .. 88.S00 ,.


Nous exprimons encore le regret de ne pouvoir prd- r
senter la situation des immeubles scolaires. lUs
n'existent presque pas.




CHAPITRE X

PENSION DE RETRAITE DES INSTITUTEURS

Dans le tableau des services admissibles aux pensions
civiles de retraite, annex h la loi du 16 novembre 186i,
modifi6e par la loi du 24 septembre 1884, on voit les dil-
f6rentes categories de fonctionnaires de l'enseignement
ayant droit a la pension de retraite.
Ce sont les directeurs des lvcees nationaux, les dircc-
teurs des 6coles sup6rieures de l'Etat, les directeurs des
6coles secondaires, les professeurs des lyc6es et ecoles
sup6rieures, et les directeurs des 6coles primaires.
Les conditions d'admission a la pension de retraite sont
les suivantes :
'1 L'age de soixante ans revolus et trente ans de scr-
vice ;









98 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
2 Aprbs trente ans de service et sans condition d'age
lorsque le fonctionnaire est reconnu hors d'etat de con-
tinuer activement ses functions par suite d'infirmit6s con-
tractees dans 1'exercice des memes functions.
Les pieces h produire sont les lettres de service, les
commissions ou tous autres documents justificalifs.
En cas de perte des tires, dfiment constatee, les justi-
fications exig6es peuvent Otre faites par une enquite.
Mais, dans ce dernier cas, le Gouvernement a toujours la
faculty d'admettre ou de rejeter la demand, si l'enquete
produite ne lui parait pas suffisante.
Tout fonctionnaire de l'enseignement ayant droit a la
pension de retraite adresse sa demand et les pieces jus-
tificatives au Secr6taire d'Etat de l'lnstruction publique,
et ce grand fonctionnaire transmet le tout, avec son avis,
a son collkgue du d6partement des Finances.
11 est tenu, dans chaque Ministbre, un registre de ces
demands par ordre de date et de numero, avec mention
des pieces produites et de l'avis du Secr6taire d'Etat.
L'admission de ces demands est constat6e par un
arrWtd du Pr6sident de la R6publique, apres rapport du
Ministre des Finances.
11 est ouvert au Ministere des Finances un grand livre
de pensions civiles ou sont inscrits:
10 Les nom et pr6noms du pensionn6;
2 La date de sa naissance et la function qu'il a exerc6e
ou qui a servi de base a la fixation de sa pension ;
30 Le montant de la pension;
4 La date de jouissance;
5 La date del'arrWt6 d'admission du President d'IHaiti.
Un extrait de ce registre,en la forme d6terminde par
le Ministre des Finances, est delivre ~ chaque pensionn6;
sur 1'exhibition de cet extrait, la pension est payee par





,'j~Er~









EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES 99
douzieme, demois en mois, et chaque pavement est cons-
tat6 sur ledit extrait. Les arrerages de toutes pensions
sur l'Etat, a d6faut de reclamation r6gulirement faite, se
prescrivent par deux ans.
Ces rbgles que nous venons d'exposer sont des regles
g6ndrales, communes h tous les fonctionnaires de l'ordre
administratif.
Le department de l'Instruction publique a Mlabord un
project de loi sur les cong6s et la pension de retraite et un
autre sur I'avancement des instituteurs qui n'ont pas
encore Wtd soumis au Corps l6gislatif. Cette nouvelle l6gis-
lation est empreinte d'un haut caractere de justice.
(( Dterminer, disait dernierement le Ministre de l'Ins-
truction publique aux membres de l'Assembl6e national,
determiner, apres un temps de p6nible labeur, le droit
de l'instituteur au repos temporaire ou ddfinitif; encou-
rager son d6vouement et son application au travail, en
proportionnant le chiffre croissant de ses emoluments ut
l'anciennet6 de ses services et a la sup6riorit6 de ses
grades; lui assurer, enfin, par une pension de retraite,
une vieillesse a l'abri du besoin, telle a Wtd notre prdoc-
cupation, et en adoptant ces measures g6ndreuses qui ne
-grveront pas d'un poids bien lourd les finances de la
Republique, vous aurez faith oeuvre de justice envers une
des plus meritantes et des plus intdressantes categories
de fonctionnaires publics. )
Le chiffre actuel de la pension de retraite des fonction-
naires de l'enseignement est absolument ddrisoire. 11
's'6live h 16 p. pour les directeurs des lycees nationaux,
des 6coles sup6rieures, des 6coles secondaires, et les pro-
fesseurs des lyc6es et dcoles sup6rieures, et h 12 p. pour
les directeurs des ecoles primaires.
Les professeurs des 6coles dites secondaires, ceux des






.** "<- : ->*- a *.


a









100 EXPOSE, HISTORIQUE ET COMMENTAIRES
ecoles primaires, les directeurs des icoles rurales ne
sont point admis A jouir de la pension de retraite d'apres
la legislation en vigueur. II semble 6galement que la loi
exclut les institutrices du b6ndfice de cette pension.


CONCLUSION

De cet expos d'ensemble de notre 16gislation scolaire, il
est facile de se faire une idWe plus ou moins exacte des
efforts tents par nos divers Gouvernements, pour le
d6veloppement normal et rationnel de l'instruction pu-
blique en Haiti. Les documents officials, en cette matiire,
comme d'ailleurs dans toutes les autres ne nous
font point ddfaut. Lois et arrktes, rbglements et pro-
grammes, ont 6td 6labords comme h l'envi, et l'on ne se
serait vraiment jamais dout6 que cette branch impor-
tante de l'Administration ffit soumise a une r6glementa-
tion aussi abondante et aussi varide.
Cependant, lorsqu'on jette un simple coup d'oeil sur
l'6tat reel de nos ecoles nationals, on est de suite portd,
sans la moindre arriere-penske, a se demander si, dans
Sla. Rpublique d'laiti, il existe un Ministere de 1'ins-
Struction publique charge de pourvoir h une organisation
quelconque de ces dcoles, et des autoritds universitaires
preposdes a leur surveillance, tant est d6solant le spec-
tacle d'abandon et de miseres qu'offrent nos 6tablissc-
ments scolaires.
Quelle est done la cause du mal? D'oi provient-il?
A tout prendre, notre legislation est bonne. A part
quelques prescriptions suranndes, tomb6es aujourd'hui
en d6suetude, elle renferme nombre d'excellentes dispo-
sitions, don't quelques-unes sont encore inapplicables, en




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs