• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Half Title
 Preface
 Table chronologique des lois et...
 Anée 1804
 Année 1805
 Année 1806
 Année 1807
 Année 1808














Group Title: Laws, etc.
Title: Recueil general des lois & actes du gouvernement d'Haiti
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074014/00006
 Material Information
Title: Recueil general des lois & actes du gouvernement d'Haiti depuis la proclamation de son indâependance jusqu'a nos jours
Alternate Title: Lois & actes du gouvernement d'Haiti
Physical Description: 8 v. : ; 24 cm.
Language: French
Creator: Haiti
Edouard, Emmanual, 1858-1895
Pradine, Linstant de
Publisher: A. Durand - Pâedone-Lauriel, 1860-88.
Place of Publication: Paris
 Subjects
Subject: Law -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
General Note: Spine title: Lois & actes du gouvernement d'Haiti.
General Note: Vols. 7 and 8 edited by E. Edouard.
Statement of Responsibility: mis en ordre et publie par Le Bon Linstant de Pradine.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074014
Volume ID: VID00006
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15143959
alephbibnum - 000601735
lccn - UF00074014

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 19 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Half Title
        Half Title
    Preface
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
    Table chronologique des lois et actes
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
        Page xx
        Page xxi
        Page xxii
        Page xxiii
        Page xxiv
        Page xxv
        Page xxvi
        Page xxvii
    Anée 1804
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
    Année 1805
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
    Année 1806
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
    Année 1807
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
    Année 1808
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
        Page 515
        Page 516
        Page 517
        Page 518
        Page 519
        Page 520
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
        Page 525
        Page 526
Full Text


RECUEIL
GENERAL

DES LOIS & ACTES
DU

GOUVERNEMENT D'HAITI
I)EIPUIS LA PROCLAMATION DE SON INDEPENDENCE
JUSQU'A NOS JOURS
mis en ordre et public
PAR

LE BO" INSTANT DE PRADINE
AvocaL a la Cour Impriale de Porl-au-Prince, Membre de la Chambre
des Dputs et ancien Secrtaire gnral au Mini-tre de la
Juslice et de l'Instruction publique ; Ancien Ministre
d'lati a Paris ; Ancien bhtonnier de lordre
dles Avocats de Port-au-Prince.


J)E U[XIMI E EDITION




1804 1808




PARIS
A. DURANI PEDONE-LAURIEL, S'.
5, Rue des Grks-Sorboi. h ne ..
1880


















i :,.., :....: i. . i::.. , A .,
Recueil '. ' des lois et actes du gouvernement d'Hati,
depuis la proclamation de son indpendance jusqu ' nos jours.
Paris, A. Durand, 1851-1888.
8 v. tables. 25 cnm

1. Hati- Droit-Lgislation. 2. Haiti Politique et
gouvernement- 1804-1844. 1. douard, Emmanuel, auteur vol. 7 et
8.


Tome 1. 1804-1808. xxvii. 526 p.
Tome 2. 1809 i : .vii,. p.
Tome 3. 1818-1823. xxiii, 640 p.
Tome 4. 1824-1826. 496, xvi p.
Tome 5. 1827-1833. 496, xvi p.
Tome 6. 1834-1839. 559, xii p.
Tome 7. 1840-1842. 154, 382. iv, xiv p.
Tome 8. 1843 i : xii p.















RECUEIL
GNRAL

DES LOIS ET ACTES
DU


GOUVERNEMENT D'HATI















PRE FAC E












Toules les nations ont leurs lois, positives ou tradilionnelles. Ces
lois consliluent leur mode d'tre et de prordder. Les hordes bar-
hares du centre de l'Al ique, les tribus sauvages de l'Amrique
septentrionale ont leurs lois, come les peuples civiliss de l'Eu-
rope central. Les uns et les au!res y obissent, parce que ces lois
sont la force qui determine leur mode d'existence et de reproduc-
lion. Mais il y a cette diflrence entire les lois qui rgissent les na-
lions policies, et les traditions que suivent les- peuples ignorants,
que ces lois tendent se modifier measure que les hommes ont
une vue plus claire et plus netted de la nature des rapports qui les
lient aux autres homes, tandis qu'au contraire les traditions restent
stationnaires. En .i 1-, en se transmettant de gnralions en gn-
rations, les traditions prennent le caractre de prjugs nationaux :
alors dans l'Etat tout devient immobile. Les arts, les sciences, les
lettres, l'industrie suivent le sort de ce que l on appelle loi. Le
people ne juge plus de la grandeur et de la beauty de l'difice so-
cial que par cette immobilit mme.
L'empire des traditions est tellement puissant, qu'on a vu des
peuples ignorants, transports depuis des sicles d'une parties du
globe en une autre, y former des nations distinctes, rsister tous







Il PREFACE
les efforts d'une civilisation plus avance avec laquelle ils sont sans
cesse en contact, et suivre aveuglment les voies routinires que
leur avaient traces leurs aeux. Il arrive quelquefois aussi que ces
peuples, tout en dictant de belles lois, ne se croient pas tenus de
les mettre execution. On dirait que ces lois n'ont t failes que
pour tre admires. Et pourquoi? parce que le pass est tout vivant :
il est en complete contradiction avec l'esprit du sicle. Ce sont des
anomalies; mais l'histoire des peuples n'en oplre-t-elle pas quelque-
fois de plus choquantes encore?
De l on peut dire que la '..-1 -lio d'un people est le meilleur
critrium, non-seulement du degr de civilisation qu'il a atteintl,
mais encore du dveloppement ultrieur don't il est susceptible.
Pour cela, il ne faut pas que les lois soient considres par quel-
ques-uns come de pures formules crites, non obligatoires pour
eux, des pieces que l'on met sous verre pour la satisfaction des cu-
rieux, et par quelques autres come des armes caches, don't un
tratre peut fire usage au moment o l'on se croit le plus en sret.
Les lois violes impunment peuvent bien conserve le nom de lois;
mais en fait, elles ne sont plus des lois. Les lois ne mritent en
ralit ce nom qu'autant qu'elles runissent toutes les conditions
essentielles ces sorts d'actes, qu'autant qu'elles commandant
l'obissance et le respect, non seulement ceux qu'elles rgissent,
mais encore ceux qui les ont faites, promulgues, et qui sont
charges d'en surveiller l'excution. Or, dans les Ip.ji o la loi est
la seule autorit, il y a liberty, bonheur, prosprit, tandis que dans
ceux o elle est viole par le pouvoir charge de la fire appliquer,
el o cette violation est tolre, encourage mme, on peut, sans se
tromper, prdire un avenir de dsordre, d'anarchie et d'esclavage.
Les nations fortement organises peuxent supporter ces chocs,
pourvu qu'ils ne durent pas trop longtemps, parce qu'elles tendent
dans leurs rvolutions, et par leurs revolutions mmes, se ranger
sous le niveau de l'galit, dtruire l'arbitraire et l'absolutisme;
mais les petites nations, qui vivent en quelque sorte d'une vie
d'emprunt, se dissolvent dans les grands corps assez vigoureux
pour se les approprier, les absorber, et continue marcher dans
la civilisation. En Russie mme, l'empereur est oblig de s'abstenir
de donner un libre course aux caprices de son despotisme, bien que
sa volont seule y soit loi. S'il agissait autrement, il portrait le
premier la hache 1', 1;i du haut duquel il domine.
Ainsi, la legislation d'un people fait connailre le degr de cul-







PRFACE IIt
ture intellecluelle auquel il est parvenu. Mlais si je trouve dans la
pratique, de la part de ceux-l mmes qui doivent en fire fair
l'application, une violation permanent des rgles, des rapports qui
existent entire tous les membres de la communaut, je conclus que
cette nation est une nation btarde, menace d'une dissolution
imminent. Ainsi ont fini les rpubliques de l'antiquit : ainsi est
menace la rpublique des Elals-Unis, si elle ne cherche son salut
dans la libert et l'galit.
lIespecter la loi, quelque dure qu'elle soil, y obir : voil le de-
voir des gouvernants aussi bien que des gouverns : c'est le faith de
l'homme libre. Dura lex, sed lex. Courber honteusement la tte
devant le caprice, l'arbitraire, qui s'est substitu la loi par suite
de la tolerance ou de la pusillanimit, c'est le fait de l'esclave ; et
le mot esclavage tend claque jour a disparaitre du vocabulaire de
l'humanit.
M ais pour suivre la march d'une nation dans la voie de la civi-
lisation, par l'tude de ses lois, il est ncessaire que ces lois soient
runies, afin d'tre consultes avec facility. Laisser ce soin chacun
de ceux qui veulent en faire l'objet de leurs meditations, c'est le
soumettre un travail prliminaire rehutant, qui ne produit le plus
souvent qu'un rsultat d'autant plus incomplet iqu'on s'loigne da-
vantage des premiers ges de ce people.
Dans les Etats despotiques, les lois sont peu nombreuses ; car,
dit Montesquieu (1), a des peuples timides, ignorants, abattus,
il ne faut pas beaucoup d(e lois. I) ans les Etats libres, au con-
traire, tout lant sounmis la loi, et la volont du chef v tant elle-
mme subordonne, la legislation devient plus complique. Mais
mieux vaut un despite lrainclieienit despite, et servilement accept
come tel, qu'un chef qui se sert des former librales de la loi
pour en empoisonner la source, qui cherche sans cesse les moyens
d'y substituer sa volont arbitraire. Il corrompt la nation, la rend
hypocrite, dissimule, pusillanime, et lorsqu'il est menac, il est
abandonn de ceux-lt mmes sur qui il fondait son espoir ; car son
pouvoir n'avait pas de dure dans l'avenir. Sous un pareil gouver-
nement, il n'y a pas de collection possible de lois ; et le tmraire
serait puni qui tenterait gination du monarque, lequel craindrait que le people, ayant sans
cesse sous les veux les archives de son esclavage, ne songeat un


(1) Liv. v, chlap. 14.







IV PRFACE
jour revendiquer ses droits ; car les despotes savent, par l'exp-
rience de l'histoire, que toutes les oIis qu'un people veut srieuse-
ment tre libre, il le devient. Dans un Elat libre, cette crainte ne
peut exister. Au contraire, il est utile, ncessaire, que les lois soient
runies en corps, que le people puisse les consulter aisment, afin
de se souvenir de sa puissance, et suivre sa propre march vers le
progrs et la civilisation : c'est un encouragement mieux faire,
preparer l'avenir. Plus un people est prs de soin berceau, plus il a
besoin de consulter ses archives, afin d'apprendre par les vicissi-
tudes des temps passes, opposer aux malheurs presents ldu con-
rage et de la persvrance. Qu'il se garden donc de laisser ses tires
se perdre : il en a besoin pour elre admis dans la grande ahmille
des nations. Totite nation a son orgueil ; et lorsque sons le coup
des calamits qui la menacent quelquefois d'une iranslormation
complete, elle jette les yeux sut son pass, Il tlat qu'elle puisse
dire avec Horace : non omnis moriar.
C'est sous l'empire de ces preoccupations que je rsolus de re-
cueillir les lois et actes du gouvernement il II iij I );< les iiii,.-
rentes positions qu'il m'a t donn d'eccuper danx ini,:I pays, au
barreau, come avocat, au minister e de la justice, de I'inslruction
publique et des cultes, come secrtaire gnral, a la Chambre des
Iteprsentants, j'ai eu souffrir come beaucoup de fonclionnaires
de l'absence d'une collection semblable, et j'ai redout les cons-
quences de la dispersion des documents (le notre nationalil. On
se ferait difficilement une ide des pines, des recherches, qu'a
exiges un travail de cette nature: seul, sans aide, abandonn a
mes propres forces, et oblig de me partager entire les diverse
charges que j'exerais alors ; cl pour combler une lacune, obtenir
un claircissement historique, qu le de correspondances ne m'a-t-il
pas fall entretenir soit avec d'anciens lgislateurs, soit avec des
amis, don't quelques-uns, pousss par le souffle des revolutions,
sur la terre trangre, s'occupent nanmoins avec ardeur de ras-
sembler les matriaux de l'histoire de notre pays (t). .'avouerai, en
toute humilit, que l'ide de former celte collection avait t depuis
longtemps conue par d'autres que par moi. Le besoin s'en tait
fait sentir au Snat d'Hati ds la foundation de la Ipublique. En
r.Ilh, dans sa sance du 4 aot 1808, le Snat dcida que tous

(1) Ici ,e dois citer mon ami, le citoyen SAINT-REMY (des Cayes), qui
prepare en ce moment une histoire curieuse de Ption.






IREFACE V
les procs-verbaux de ses sances, lois, arrts et actes mans
du Corps lgislatif, seraient imprims la fin de chaque mois, en
petils cahiers, afin de les adresser toutes les autorits civiles et
militaires. Cette measure n'tait excutoire qu' partir du 1er du
mme mois d'aot. Dj il tait difficile de runir les actes ant-
rieurs du gouvernement; le Snat n'ayant pas eu auparavant un
secrtaire archivist, ses actes taient enregistrs avec negligence;
souvent mme ils ne l'taient pas du tout. Ce n'est qu' partir de
la nomination de TOULM (2), que cet enregistrement a pu se fire
avec exaclitude et rgularil ; c'est alors que le Snat a pens qu'il
tait possible de procder l'impression et la distribution de ses
procs-verbaux, lois, arrts, etc.; mais il avait compt sans l'im-
primerie du gouvernement, qui tait la seule qui existt dans le
pays, et don't le personnel et le matriel ne suffisaient pas aux be-
soins du moment. Depuis longtemps mme on avait abandonn
l'uscge de fire imprimer, pour les distribuer aux snateurs, les
pr..'i' I de loi du Snat; car dans la sance du 8 avril 1807, un
membre ayant propos de fire venir la barre les imprimeurs du
gouvernement, pour que le president du Snat leur enjoignit de
mettre plus id',ctivit dans l'expdition des travaux qui leur taient
confis, un snateur fit les observations suivantes :


Les projects de loi envoys l'imprimerie depuis un mois ou un mois
et demi pour ptre imprims et discuts, ne sont et ne seront imprims
d'ici un mois. d'aprs le dire de l'imprimeur.
Ces retards cumuls ne peuvent que porter prejudice la chose pu-
blique, ce quoi notre honorable mission nous fait un devoir de remdier
(autant que possible). Si c'est pour nous conformer la Constitution qui
dit imprim, elle n'a pas prvu le cas o nos deux imprimeurs viendraient
manquer, ni celui o, par leur insuffisance, ils nous tiendraient en len-
teur interminable. La press de Paris va plus vite. Le people d'Hati, qui
est tout la fois aussi facile gouverner qu' errer, peut bien, pendant
cet tat d'anarchie, prendre des habitudes contraires au bonheur de la
grande socit, et nous ne serons pas l'abri des reproches que nous
avons dj mrits, en considrant notre negligence la formation des
lois qui manquent sa direction.
Voici, citoyens snateurs, trois mois d'couls de notre legislature,
temps sons doute beaucoup plus long qu'il ne fallait pour compiler les


(2) Il avait remplac CHINLATTE aux archives du Snat,







VI PRFACE
anciennes lois et les modifier notre Constitution. La vraie cause vient du
peu d'ensemble que nous avons port une chose de cette importance,
soit par la negligence nous trouver aux assemblies, soit par la petite
mise de l'esprit qui y convenait, soit enfin par nos habitues de plaisir, ou
notre peu d'aptitude ce geure de travail. Nos sances n'ont t que d'une,
deux ou trois heures au plus, sans comprendre les journes perdues. Eh '
quel est l'homme occup au cabinet (s'il n'est Hatien) qui ne peut donner
7 8 heures du jour un travail important, et deux ou trois heures du
soir mrir ses rflexions pour le lendemain, mme en conversant avec
ses amis ?
J'ai l'honneur de vous observer encore, citoyens snateurs, que ce re-
tard, outre le prejudice dj cit, met de plus en plus de la difficult dans
l'excution d'un moyen que j'ai proposer au Snat pour conomiser a la
Rpublique quatre cent mille gourdes, sans nuire la veuve ni l'orphe-
lin, ni charger le people d'un demi-escalin d'impt, ni rien changer
notre Constitution.
Htons donc la formation de cette compilation de lois.
Nos petites resources nous dictent la ncessit de suivre les circons-
tances.
Nos projects de lois discuter peuvent I'tre pendant les deux fois cinq
jours, sans passer notre trop faible et beaucoup trop lente imprimerie,
et avoir le mme degr d'examen. Le premier moyen pour ce, est de tenir
nos sances de 7 8 heures par jour et de discuter, article par article,
chaque project de loi, et que chaque membre note tel ou tel article qu'il
jugera devoir changer, et qu'il propose le lendemain ses modifications. Le
second moyen est de laisser chaque membre se faire faire une copie ma-
nuscrite, a ses frais, et le dernier est du les fair transcrire, aux frais de
l'Etat, par les crivains de la ville : 30 sous le rle de bonne criture,
nous aurons bientt des plumes.
Quoique Hati manque souvent d'hommes de talent pour ses bureaux
ou les tribunaux, il y a encore des demi-clairs qui peuvent distinguer que
nous n'avanons pas dans notre travail. Eh! que de commentaires faire
sur cela Il y a beaucoup plus de ceux qui savent computer jusqu' quatre,
savoir suffisant pour computer le prix de notre indemnity, qui est souvent
plus qu'ils n'ont dpenser et beaucoup moins que ce qu'ils dsirent, ce
qui fait un sujet de jalousi, et fait souvent fire des observations la d-
faveur des snateurs, tandis que ces nimes observateurs, mdisants et
calomniateurs, ne peuvent computer ce que dix habitations en revenues
donnent dpenser par jour.


Ces observations sont intressantes, en ce qu'elles l'ont connaitre
les causes qui ont empch l'impression ordonne par le Snat.
I-ii e\xpliquent aussi l'ii!diifreiicc geiinrale. qui se imniiitesta







l'RtACE Vil
lorsque ce corps, par suitc e de ses tdms avec le pouvoir excutif,
se trouva en quelque sore dans la ncessit de s'ajourner. Les
corps politiques s'aveuglent malheureusement trop souvent sur
l'iflluence qu'ils exercent. Ils oublient quelquefois qu'il ne sullit
pas de fire des lois, el quee e people qui paie l'impt destiny les
subventionner, suit d'un otil attentif leurs procds, et sait parfai-
tement apprcier l'indpendance et le dsintressement qu'ils
apportent dans l'accomplissement de leurs devoirs. Ils sont souvent
cause que le people, malgr son amour pour la libert, abandonne
le pouvoir qui devait en tre le protecteur et la sauve-garde, pour
se jeter dans les bras d'un pouvoir actif, matriellement fort, trs
dispos tre absolu, et qui le devient, ds qu'il s'aperoit que
l'autre a perdu de son influence.
L'tat de l'imprimerie du gouvernement ne s'amliora point, et
les diflicults qu'ollraient son personnel et son matriel, continu-
rent tre les mmes ; car le 16 mars 1812, le Snat ayant arrt
qu'il serait fait une collection imprime de toutes les lois de la R-
publique, partir de la Constitution jusqu' ce jour, cette decision,
come la prcdente, demeura sans e ili i, et cela devait tre. Que
de lois et actes (lu gouvernement, publis manuscripts, cause de
leur urgence,. 'ont jamais pd tre ensuite imprims et n'ont jamais
t enregi strs Et avec le dsordre et l'anarchie qui existaient
dans toutes les branches d'administration, causes par l'tat de guerre
oit e froi ait\ un pays depuis peu rendu la libert et l'indpen-
danice, ou aller cherclier ces pices oublies et perdues dans les
cartons des commandants d'arroidissement charges d'en fair la
publication ? 11 parait mimne que cetle collection n'a jamais exist
qu' l'tat de project ; car il n'y a, dans ce qui nous reste des ar-
chives de l'ancien Snat, aucune preuve qu'elle ait eu un commen-
cement d'excution.
les choses en restrent l jusqu'en ls2". La Grand'Anse tait
pacifie, le Nord et l'Est s'taient runis la Rpublique ; il n'y
avait plus d'ennemis l'intrieur : c'tait l'poque de la plus grande
prosprit d'lla:li. Les imprimeries du Port-au-Prince, du Cap, de
Saiio-Iominigo, des Cayes, fonctionnaient, munies d'un personnel
et d'un matriel complete. Beaucoup d'anciens snateurs existaient
encore, et on pouvait avec peu de difficults recueillir une foule
d'actes et de documents que les diverse ro'.liili.ii-..iji ont depuis
souffl sur le pays, sont disperss peut-tre jamais. C'tait le mo-
ment de raliser la pense du Snat de 1812. Le Prsident BOYER





VII PREFACE
le tenta; mais il mit dans l'excution de cette ouvre l'esprit
d'troite personnalit qui caractrisait son administration, et il ne
fit imprimer que ses proclamations, arrts, ordre du jour, etc.,
sans se soucier des actes du corps lgislatif. Mais, dans les propres
archives de ce gouvernement, il n'existait pas plus d'ordre que dans
celles de l'ancien Snat, car cette petite collection, faite pour la
glorification de sa prsidence, est trs incomplce, et le Prsident
BOYEn ne tarda pas lui-mme s'apercevoir de ses imperfections.
Au lieu d'y joindre les pieces qui manquaient, il fit dtruire les
exemplaires de son dition. Cependant il ne put faire si bien qu'il
n'en chappt quelques-uns pour porter tmoignage d'une entre-
prise excute sans plan, sans direction, et qui n'avait pas pour but
l'utilit publique.
A partir de cette poqne, le gouvernement abandonna tout I"i. I
de former lui-mme la collection de nos lois : elle devenail en i Ii. i
plus *hillr il' measure qu'on s'loignait des sources. Quelques
citoyens, entire autres M1M. NATHAN, qui le gnral INGINAC ouvrit
gnreusement ses archives ; C. AnnoUIN, et mon savant ami B. An-
DOUIN, reprirent cette oeuvre avec une persvrance remarquable.
Appel au Snat en 1833, M. B. ARDOUIN ne crut pas au-dessous de
la haute dignit laquelle il Nenait d'. Il.- promu, de se constituer
en mme temps l'archiviste volontaire de ce corps il y mit l'ordre
et la classification que nous admirons encore aujourd'hui. Long-
temps auparavant on vit ce mme citoyen, dans un des innom-
brables incendies qui ravagrent la capital .1lii., abandonner sa
maison et ses propres archives, qui devinrent ainsi la proie des
flames, pour aller sauver celle du tribunal prs lequel il exerait
alors les functions de commissaire du gouvernement. Je suis heu-
reux de trouver ici une occasion de payer M. B. AnnouIN ce
tribute d'loges auxquels s'associeront, je n'en doute pas, tous ceux
qui connaissent le prix des documents historiques, judiciaires et
lgislalifs.
J'ai pens qu'il ne suffisait pas de fire simplement imprimer les
lois et actes du gouvernement d'llati ; mais que, pour donner a
cette collection toute l'utilit qu'elle comporte, il lait ncessaire
d'y joindre des notes historiques, de concordance, etc., pour l'clair-
cissement du texte. Lorsque j'eus envisag le dveloppement qu'al-
lait prendre ce travail, l'exiguit de mes moyens, je doulai de mes
forces, et je me mis trembler de ne pouvoir le inceier bonne
fin. Mais S. M. l'Empereur d'llati, daigna soulenir mon courage,








PREFACE IX
et d'un coup-d'oil elle comprit l'importance de ia tche ; aussi la
couvrit-elle de son haut et puissant patronage. C'est pour moi un
devoir de consigner ici ce bien faible tmoignage de ma reconnais-
sance envers S. M. 1. J'ai fait mes efforts pour que cette euvre
rpondit la protection don't elle a t l'objet de sa part (1).
D'aprs ce qui a t dit plus loin, il tait impossible qu'il ne se
trouvt pas de lacunes dans ce premier volume. On ne doit pas d-
sesprer de les combler ; pour ma part j'ai fait tout ce qui tait
dans la measure de mes forces pour me procurer les documents qui
manquent, mes dmarches ont souvent t infructueuses. Je fais
donc un appel au patriotism de mes concitoyens, pour m'aider
remplir les vides qui existent dans ce volume. Les pices qu'ils
voudront bien m'adresser seront insres dans le dernier volume,
lequel contiendra galement une table gnrale et analytique des
malibrs.
Cette collection commence au premier janvier 1804 (2). Les hros


(1) Tous les Gouvernements qui ont suivi celui de S. M. Faustin Ie',
ont tenu honneur de continue leur protection l'oeuvre de mon pre;
et, aujourd'hui, le Conseil des Ministres, prsid par S. Exc. le Gnral
Salomon, vient de dcider que les manuscrits, qui taient prts tre
livrs l'impression,seraient acquis par le Gouvernement de la Rpublique.

(2) Les histoires d'Hati, celles surtout crites par des auteurs anglais,
font mention d'un acte d'indpendance dat du Fort-Dauphin, 29 novembre
1803. Nous avons tout lieu de croire cette proclamation .ii...:-i :i.. ; car,
cette date, DESSALINES, CHRISTOPHE, CLERVAUX taient au Cap. D'un
autre ct, il n'est pas raisonnable d'admettre que ces chefs laissassent la
capital de F'ile pour aller dans une ville secondaire, qui en est loigne de
12 lieues, publier un acte de cette importance.
Quoi qu'il en soit, voici cette proclamation :


UL' NOM DU PEOPLE NOIR ET DE COULEUR DE SAINT-DOMINGUE.

L'indpendance de Saint-Domingue est proclame.
Rendus notre premiere dignit, nous avons recouvr nos droits, et
nous jurons de ne jamais nous les laisser ravir par aucune puissance de la
terre. Le voile affreux du prjug est maintenant dchir malheur ceux
qui oseraient runir ses lambeaux sanglants!
Propritaires de Saint-Domingue, qui errez dans des contres tran-







X PIoFACE

vengeurs en Hati de la libert outrage en la personnel des enfants
de l'Afrique, ont choisi cetle dale afin que le soleil qui devait clairer
le renouvellement de l'anne, clairt en mime temps une re nou-
velle pour les Hatiens, et leurs premiers pas vers la civilisation.
C'tait un sublime n1., i de graver dans le coeur de leurs enfants
le souvenir des luttes qu'ils ont endures et des efforts qu'ils ont
faits pour leur doiner une patrie ; c'tait leur rappeler, dans ce jour
de doux et tendres panchements, que pour conserver cette patrie,
conquise au prix de tant de sang, ils doivent rester toujours unis;
maintenir, come disait l'Empereur en 1804, cette prcieuse
concorde, cette heureuse harmonie parmi eux ; car c'est le gage
de leur bonheur, de leur salut, de leurs succs : c'est le secret
d'tre invincibles. >


gres, en proclamant notre indpendance, nous ne vous dfendons pas do
rentrer dans vos biens ; loin de nous cette pense injuste Nous savons
qu'il est parmi vous des homes qui ont abjur leurs anciennes erreurs,
renonc leurs folles prtentions, et reconnu la justice de la cause pour
laquelle nous versions notre sang depuis douze annes. Nous traiterons en
frres ceux qui nous aiment: ils peuvent computer sur notre estime et notre
amiti et revenir habiter parmi nous. Le Dieu qui nous protege, le Dieu
des hommes, nous ordonne de leur tendre nos bras victorieux.
Mais, pour ceux qui, enivrs d'un fol orgueil, esclaves intresses d'une
prtention criminelle, sont assez aveugles pour se croire des tres privi-
lgies et pour dire que le ciel les a destins tre nos mattres et nos tyrans,
qu'ils n'approchent jamais du rivage de Saint-Domingue, ils n'y trouve-
raient que des chanes ou la deportation. Qu'ils demeurent o ils sori !
qu'ils souffrent les maux qu'ils ont si bien m(rits que les gens de bien,
de la crdulit desquels ils ont trop longtemps abus, les accablent du
poids de leur indignation.
Nous avons jur de punir quiconque oserait nous parler d'esclavage.
Nous serons inexorables, peut-tre mme cruels envers tous les nilitairos
qui viendraient nous apporter la mort et la servitude. Rien ne coite, et
tout est permis a des hommes qui l'on veut ravir le premier de tous les
biens.
Qu'ils fassent couler des flots de sang, qu'ils incendient pour dfendre
leur libert les sept huitimes du globe, ils sont innocents devant Dieu,
qui n'a pas cr les hommes pour les voir gmir sous un joug honteux.
Si, dans les divers soulvements qui ont eu lieu, des blancs don't nous
n'avions pas a nous plaindre, ont pri victims de la cruavt de quelques
soldats ou cultivateurs trop aveugls par le souvenir de leurs maux passes,
pour distinguer les propritaires humans de ceux qui ne l'Staient pas,







PRlFACE XI
nous dplorons sinc'ement leur maileureux sort, et dclarons la face
de l'univers que ces meurtres ont t commis malgr nous. Il tait impos-
sible, dans une crise semblable celle oi se trourait alors la colonie, de
prvenir ou d'arrter ces dsordres. Ceux qui ont la moindre connaissance
de l'histoire, savent qu'uu people, ft-il le plus police de la terre, se porte
tous les excs lorsqu'il est agit par les discordes civiles, et que les
chefs n'tant pas puissamment seconds, ne peuvent punir tous les coupa-
bles, sans iencontrer sans cesse de nouveaux obstacles. Mais aujourd'hui
que l'aurore de la paix nous prsage un temps moins orageux, et que le
calme de la victoire a succd aux dsordres d'une guerre affreuse, Saint-
Domingue doit prendre un nouvel aspect, et son gouvernement doit tre
dsormais celui de la justice.
Donn au quarter gndral du Fort-Dauphin, le 29 novemLre 1803.

Sign : DESSALINES, CHRISTOPHE, CLERVAUX.
B. AIM, secrtaire.


Il n'entrait point dans notre plan d'insrer dans cette collection les
acts qui ont prcd la declaration de l'indpendance d'Hati ; car nous
tenions a suivre l'ordre indiqu par l'acte du 1er janvier 1804. Nous ne
croyons cependant pas inutile de fire connattre quelques-uns des princi-
paux documents publis soit avant, soit aprs la capitulation du Cap.
La ville tait investie par l'arme indigne ; le gnral RocIIAMuEAU,
dsesprant de soustraire les dbris de ses troupes la destruction, em-
ploya plusieurs jours pouparler avec les chefs indignes et anglais. Dans
cette conjoncture, il convoqua le conseil des notables du Cap, et l'avis
suivant fut public :


AVIS DI' CONSEIL DES NOTABLES DE LA VILLE DU CAP.

En verlu des ordres transmis ce jour au conseil par le general en
chef ROCHAMBEAU,
Le conseil prvient les habitants de la ville du Cap qu'il lui a t
adress par le gnral en chef de l'arme indigne, DESSALINES, la lettre
< suivante, dale du quarter gnral du Haut-du-Cap, le 27 brumaire
an XII (19 novembre 1803). En consequence, le conseil s'empresse de
fire connaitre aux habitants les dispositions pacifiques du nouveau
gouternement, et la protection et siret accordes tous les individus
qui conserveront leur domicile dans cette colonie.
Le president di conseil,
Sign : RYNOARD.






XII a PRFACE



< Au quarter gnral du Haut-du-Cap, le 27 brumaire (19 novembre 1803).


LE GNRAL EN CHEF DE L'ARMEE INDIGENE,


Aux Citoyens Habitants de la ville du Cap.

CITOYENS,

Traitant aujourd'hui avec le gnral en chef ROCHAMBEAU, pour
l'vacuation de la ville du Cap par les troupes :
Cette occasion me met mme de vous rassurer, citoyens habitants,
sur les craintes que vous pourriez avoir. La guerre que nous avons
< faite jusqu' ce jour est tout fait trangre aux habitants de cette
malheureuse colonies ; j'ai toujours offer sret et protection aux babi-
tants de toute couleur, vous les trouverez encore en moi dans cette
occasion.
La manire don't les habitants de toute couleur de Jrmie, des Cayes,
et lu Port-au-Prince, ont t traits, est un sr garant de ma loyaut ;
que ceux d'entre vous, citoyens, qui rpugnent quitter leur pays, res-
tent; vous trouverez sous mon gouvernement, sUret, et protection, tant
pour vos personnel que pour vos proprits.
11 sera libre ceux qui voudront suivre l'arme franaise de le faire.
J'ai l'honneur de vous saluer,
Sign. DESSALINES.
Permis d'imprimer et d'afficher.
L'adjudant-commandant, commandant la place et la garde
du gnral en chef,
Sign : NRAUD.
Pour copie conform :
Le president du conseil des notables,
Sign : RETNOARD.
< Collationn par nous, greffier,
< Sign: FOUqUIER, secrtaire gnral.


Le Cap rsistait encore ; mais aprs des faits d'armes i...ll.in t de la
part des assigeants et des assigs, cette ville vit flotter le 28 novembre
1803, sur ses forts et ses monuments, les couleurs de l'arme indigne.
Le gnral en chef DESSALINES, don't l'arme avait beaucoup souffert








PRFACE XIII

dans ces dernires luttes, frappa le Cap d'une contribution d'un million
de gourdes sous le titre d'emprunt. Mais les exactions de ROCHAMBEAU
dans les derniers jours de sa brutale administration, avaient ruin les habi-
tants du Cap. Aussi le 5 dcembre 1803, le conseil des notables publia
l'avis suivant :


Liberty ou la mort.
LE CONSEIL DES NOTABLES,

Aux Habitants de la ville du Cap,

La rpartition impose sur la ville du Cap n'a pu atteindre au million
exig.
La ncessit de parfaire cette some est cependant des plus urgentes,
et pour y parvenir, le conseil des notables a dtermin une imposition en
nature sur les marchandises.
Mais il faut du temps pour convertir en argent ces marchandises; et
pour sortir de la crise actuelle, il faut au contraire du numraire
l'instant mme.
Une souscription a t ouverte au bureau des notables, sur laquelle
plusieurs bons citoyens se sont dj fait inscrire pour les sommes don't
ils peuvent disposer ; le succs complete de cette measure peut seul sauver
la ville.
11 ne s'agit point ici d'un supplement de taxes ; il s'agit d'un emprunt
qui sera rembours sur le produit des marchandises prises en nature,
pour' parfaire l'impt exig. Quiconque refuserait de concourir l'ex-
cution de cette measure aurait se reprocher tous les malheurs que
cette ville serait dans le cas d'prouver.
Fait pour tre public, imprim et affich au Cap, le 13 frimaire an XII
(5 dcembre 1803).
Le president du conseil,
Sign : FAUcHER.
Pour copie conform :
Sign : FoUQUIaR, secrtaire greffier.


La perception de cette contribution ne se faisant pas assez prompte-
ment, malgr la terreur qu'inspirait la presence du gnral en chef et de
son arme, le mme conseil des notables du Cap crut devoir inviter de
nouveau les habitants y mettre un peu plus de zle.









XIV PREFACE
Liberty ou la mort.
AVIS DU CONSEIL DES NOTABLES.

Un trs-petit nombre de personnel s'est fait inscrire l'emprunt qui
avait t ouvert.
Le conseil des notables croit devoir l'attribuer au mauvais temps qui
a constamment rgn pendant la journe d'hier ; en consequence, il
announce que la souscription pour cet emprunt continuera aujourd'hui
jusqu' deux heures aprs midi. Il croit, en outre, devoir dclarer
< qu'une multitude de personnel qui ne se sont pas encore prsentes, lui
ont t dsignes come possdant des facults en numraire; il ritre
< l'avis que le dlai accord par le President doit tre considr comme le
dernier ; que pass ce dlai aucune souscription ne sera reue, et que
ceux qui n'en auront pas profit subiront la nouvelle imposition don't
ils ont t menacs.
Au Cap, le 15 frimaire an XII (7 dcembre 1803).
Signed : FAUCHER.
Collationn.
< Sign: FOUQUIER, I-.. i. ; .. i. .



Liberty ou la mort.
PAR CRDRE DD GOUVERNEMENT.

AVIS DU CONSEIL DES NOTABLES.

i Le refus qu'a fait le conseil des notables de recevoir aucune reclama-
t tion de la part des contribuables l'impt exig, a dj d suftisam-
ment les avertir que l'imposition dtermine tait de rigueur et imp-
rieusement exige par les circonstances.
Le conseil croit devoir avertir encore que ceux qui seraient en retard
d'acquitter la contribution qui leur a t impose, et ceux qui, n'ayant
pas t imposs, ne sont ds lors soumis qu' une contribution volon-
taire, que le dlai fatal expire aujourd'hui 4 heures aprs midi, que
pass cette heure, les deux bureaux de recette seront ferms, que la
liste des personnel en retard sera remise au government dans lajour-
ne, qu'ainsi ils doivent profiter du temps qui leur reste pours'acquitter
entirement.
Au Cap, le 15 frimaire an XII (7 dcembre 1803).
Le president dul Conseil,
Sign : FAUCHER. >







*.if / 1, lJ

Libertd ou la: moirt.

AVIS DU CONSEIL DES NOTABLES.

Toutes personnel possdant des facults en numraire, qui, daus la
journe, n'auront pas souscrit volontairement, et selon leurs moyens,
l'emprunt ouvert au bureau des notables, sont prevenues que remain
elles seront de nouveau imposes selon leurs facultl prbsumes, et
sans espoir de reimbursement.
Au Cap, le 10 frimaire an XII (8 dcembre 1803).

Le president du Conseil,
Sign : FAUCHER,


On ne put arracher que quelques centaines de mille gourdes aux habi-
tants, peu jaloux d'avoir pour dbiteur un homme come le gnral en
chef. Dans ce moment de supreme danger, ils tenaient d'autant plus aux
resources pcuniaires qui leur restaient qu'ils se voyaient sur le point
d'aller trainer sur la terre trangre leur vie infortune ; ils jugeaient suf-
fisant le sacrifice qu'ils allaient tre forces de fire de leurs proprits.








TABLE CIRONOLOGIQUE


DES LOIS ET ACTES

CONTENUS DANS LE 1er VOLUME.



N" DATES
des
Lois des TITRES DES LOIS ET ACTES
et
Aites. LOIS ET ACTES.


1804.

1 ier Janvier. Acte d'indpendance. .................... 1
2 Proclamation du gnral en chef au people
d'Hati ...............................
3 Acte des gnraux de l'arme qui nomme le
gnral eu chef Dessalines, gouverneur g-
nral vie............................ 5
4 2 Arrt relatif au costume................. 6
5 Arrt qui rsilie les baux ferme ........ 7
6 14 Dcret du gouverneur gnral qui accord une
rcompense aux capitaines des btiments
amricains qui ramuneront des Hatiens
dans leur patrie....................... 7
7 25 Acte qui nomme le gouverneur gnral J.-J,
Dessalines, empereur d'Hati ............ 8
8 7 Fvrier. Arrat qui i. 1: quelques points important
du service nmlitaire et de l'administration. 9
9 15 Proclamation du gouverneur gnral qui ac-
cepte le titre d'empereur. .............. 1
10 22 Dcret relatif aux individus qui ont provoqu
ou qui ont pris part aux massacres et aux
assassinate ordonns par Leclerc et Ro-
chambeau .................. .... . 1
11 1er Avril. Arrt concernant les Franais naturaliss a
l'tranger. .... .... ................. 16
12 Proclamation qui relate un acte des colons,
recommandant le gnral Rochambeau au
premier consul ........................ 17
13 28 Proclamation relative au massacre des Fran-
ais.................................. 21
14 4 Mai. Instructions du ministry des finances aux ad-
ministrateurs principaux des dpartements. 25
15 8 Proclamation de J.-J. Dessalines gouverneur

i Ig [. 1 . ] 1ii t-.- i r I .1. . . i I. .. -i . . ..I . 2 7
16 18 T arit lu [... .1. ... ...i_.l i -., &5.1 i. .1.. -,,:..
il .,u -.Ii- Cap ... ..... ........ ...... 30






XVIII TABLE CHRONOLOGIQUE DES LOIS ET ACTES DU 1" VOLUME.


DATES
des
LOIS ET ACTES.


6 Septembre.

15 Octobre.


No.
fdee
Lois
et



17

18


19

20
21




22

23
24

25
26

27
28

29
30

31

32

33

34

35

36




37

38

39


1805.

12 Avril.

20 Mai.
26

28
30

1er Juin.
3

7
24 Juillet.

28




jer Aot.

30

6 Septembre.


1806.
10 Janvier.

1'r Fvrier.

M ai .
'er Septembre


TITRES DES LOIS ET ACTES


Octobre.
Dcembre.


Ordre des crmonies du couronnement de
J.-J. Dessalines, empereur d'Hati .......
Ordonnance qui dfend aux capitaines de ba-
timents trangers de dtailler eux-mmes
leurs cargaisons ......................
Ordonnance portant defense aux Hatiens de
sortir du pays .......................
Ordonnance relative au recensement.......
Ordonnance relative l'affermage des biens
domaniaux ..........................



Adresse de l'Empereur au people, son re-
tour du sige de Santo-Domingo ........
Constitution impriale d'Hati ...........
Code pnal militaire pour toutes les troupes
de l'empire d'Hati ....................
Loi sur les enfants ns hors mariage.......
Id. sur l'organisation des conseils spciaux
m ilitaires .........................
Id. sur le divorce.....................
Id. sur le mode de constater l'tat civil des
citoyens ............... .........
Id. sur l'organisation des tribunaux .......
Dcret qui fixe les moluments des officers
civils et militaires ................... ..
Dcret qui fixe les circonscriptions militaires
du territoire d'Hati..................
Dcret qui ouvre certain ports au commerce
extrieur.............................
Dcret relatif diverse promotions dans
l'armee...........................
Dcret relatif au cautionnement des btiments
trangers par des maisons hatiennes ...
Dcret portant tarifdes droitscuriaux, des frais
judiciaires et divers autres droits et frais...
Dcret relatif la consignation des btiments
trangers ................ ...........



Dcret sur les exportations par tiers, caf,
sucre et coton ........................
Dcret sur le cabotage. les pcheurs, les sa-
lines, le movement des ports, etc.......
Dcret imperial concernant les guildives ....
Dcret relatif aux testaments et autres actes







TABLE CR111ONOLOGIQUE DES LOIS ET ACTES DU 1er VOLUME, XIX
-I.


TIRES DES LOIS ET ACTES


DATES
des
LOIS ET ACTES.



2 Septembre.




10 Octobre.

16
23


18 Dcembre.


41




42

43
43 bis


44


45


46
47

48



49



50



51

52


53


54

55
56

57











1807.
Janvier.


portant donation de biens fonds......... 134
Dcret relatif aux droits d'importation et d'ex-
portation et aux rtributions accordes aux
directeurs des douanes, capitaines de ports,
commissaires de marine, trsoriers et inter-
prtes............ .................. 13C
Adresse de l'Emi.ii ur au conseil suprieur,
suivie du jugement dudit conseil........ 15
Resistance l'oppression................. ib.
Adhsion des officers du Nord l'acte inti-
tul : Rsistance l'oppression, et la no-
mination de Christophe ................ 16l
Prociamation du gnral Henry Cnt i.,.i'l
annonant sa march contre l'assemble
constituante sigeant au Port-au-Prince.. 16(
Proclamation du mme relative la conduit
tenue par les gnraux Ption et Grin,
dans l'affaire du 17 octobre ............. ib.
Constitution de la Rpublique d'Hati....... 16i
Protestation adresse S. E. le gnral en
chef de l'arme d'Hati ................ 191
Acte de l'assemble constituante qui, en vertu
de l'article 104 de la Constitution, nomnme
gnral en chef H. Christophe Prsident
d'Hati et 24 snateurs ................ .19"
Acte d'organisation du Snat.............. 19l



Arrt du Snat qui nomme le gnral Ption
commandant du dpartement de l'Ouest, et
le gnral Grin commandant du dparte-
ment du Sud. ......................... 1!
Arrt du Snat, qui nomme le citoyen Blan-
chet aine secrtaire d'Etat............. ib.
Arrt du Snat qui charge proviso;rement les
gnraux commandant les dpartements de
la police des villes et des camp;tgnes ..... 19(
Arrt du Snat qui decide qu'une quantity de
caf quivalente mille gourdes sera tenue
Jacmel ladisposition desdpurtesdu Nord. ib.
Compte-rendu par le gnral Grin, de eamis-
sion dans le Sud, depuis lamort de Dessalines. 19"
Adresse du Snat au people et l'arme.... ib.
Acte du Snat portant nomination des officers
dans l'arme du Sud. .................... 20
Arrt du Snat qui charge les gnraux com-
mandant les dpartements des acquisitions






XX TABLE CHRONOLOGIQUE 1)ES LOIS ET ACTS 1U ler VOLUME.

No' DATES
des
Lois des TITRES DES LOIS ET ACTES
Actes. LOIS ET ACTES,


d'objets de guerre ................... 203
58 27 Arrt qui met horsa loi legnral Christophe. 204
59 9 Fvrier. Id. concernant les baux des habitations de
l'Etat affermes l'ex-Empereur. ....... 205
60 Loi concernant l': : .li.. .- et les mises en
possession.. ............... ... 206
61 13 Loi concereantunerquisition de 4,000 jeunes
gens, pour tre incorpors dans les demi-
brigades des dpartements soumis au conm-
mandement du gnral Ption........... 208
62 19 Arrt qui autorise le Snat A rprimer les
fautes des administrateurs .............. 210
63 21 Loi concernant les costumes des snateurs.. ib.
64 Arrt relatif aux emplois et une indemnit
accorder aux dputs du Nord l'assem-
ble constituante,qui sont rests au Port-au-
Prince............................... ib.
65 27 Arrt qui modifie le code pnal militaire de
1805 ................................ ib.
66 4 Mars. Loi du Snat portant amnistie............. 216
67 7 Id. concernant l'organisation de l'administra-
tion gnrale......................... 218
68 Loi sur les patentes...................... 231
69 9 Dcret du Snat portant nomination du gn-
ral Ption la charge de Prsident d'Hati. 239
70 Loi i-r Ti'l. .inL .i.n du cabotage......... ib.
71 Id. pl.o) I ii ai.ii li.hui.,e la subvention du quart
du produit des habitations au profit de l'Etat,
et concernant l'impt territorial ........ 241
72 10 Procs-verbal de prestation de serment du
gnral Ption, Prsident d'Hati........ 243
73 12 Arrt du Senat qui autorise le Prsident
d'Haiti proposer seul les candidates aux
emplois vacants .................... 245
74 14 Loi additionnelle celle du 9 courant...... 246
75 Arrt du Snat qui nomme D. Chanlatte son
secrtaire-rdacteur................... 247
76 16 Loi additionnelle et interprtative celle du
9 fvrier dernier...................... ib.
77 Loi portant tarif des appointments des offi-
ciers d'administration.................. 249
78 19 Loi portant promotion de plusieurs officers
suprieurs................ .. .... .. 250
79 Arrt du Snat qui invite le Prsident d'Haiti
lui prsenter, l'avenir, trois candidates
pour les nominations aux places suprieures
revenues vacantes..................... 251
80 21 Arrt du Snat qui dlgue provisoirement






TABLE CIRONOLOGIQUE DES LOIS ET ACTES DU ler VOLUME. XXI


Nos DATES
Lois des TITRES DES LOIS ET ACTES
Actee. LOIS ET ACTEb.


au President d'Hati le droit d'entretenir
des relations extrieures et de signer tout
trait sauf ratification du Snat.......... 251
81 21 Mars. Loi sur l'enregistrement et le timbre....... 252
82 Id. qui determine la manire de recevoir
l'impt sur les guildives............... 261
83 26 Loi concernant le costume des snateurs, du
President d'Hati et du secrtaire d'Etat. 262
84 Arrt qui confre an commandant de la place
du Port-au-Prince la ferme des choppes
du march de cette ville................. 263
85 30 Loi qui assujettit le coton et le cacao l'im-
pt territorial......................... 264
86 3 Avril. Arrt du Snat qui interdit ses membres
de s'absenter du Port-au-Prince........ 265
87 Loi additionnelle celle du 7 mars, sur les
patentes ............................. ib.
88 4 Arrt du Snat qui determine la place des
snateurs en cas de sige de la ville du
Port-au-Prince ...................... 266
89 ' Loi concernant l'institution de quatre ftes
nationales............................ 267
90 6 Loi portant amnistie sur les insurgs de la
Grand'Anse ................... ......268
91 Arrt du Snat concernant les petitions
anonymes........................... 269
92 7 Loi qui dclare en tat de rvolte touts les
parties d'Hati soumises la domination
de Christophe ........................ .270
93 Loi qui tablit que le prix des fermes, des
sucreries sera pay en argent ........... ib.
94 Arrt du Snat, relatif des militaires dco-
rs d'insignes d'un grade suprieur au leur. 271
95 8 Arrt du Snat concernant la clbration de
la fte de l'Agriculture ................ 272
96 Arrt du Snat relatif aux personnel qui
peuvent tre appeles sa barre ........ 273
97 9 Arrt du Snat touchant une crmonie fu-
nbre la mmoire des dfenseurs de la
patrie, morts pour la cause de la libert.. ib.
98 10 Dcret portant promotion d'officiers........ ib.
99 Loi concernant la formation d'un rgiment
de dragons......................... 274
100 Loi sur l'organisation de la gendarmerie.... 280
101 Arrt du Snat relatif aux petitions qui lui
sont adresses.......................... 283
102 Arrt du Snat concernant les Snateurs qui
s'absentent sans cause des sances ....... ib.







XXII TABLE CHRONOLOGIQUE DES LOIS ET ACTES DU 1er VOLUME.

N" DATES
des 1o
Lois des TITLES DES LOIS ET ACTES
Acte. LOIS ET ACTES.


103 11 Avril. Message du Snat au Prsident d'Hati, rela-
tif aux habitants rfugis dans l'Ouest.... 284
104 13 Dcret du Snat qui cre des messages et des
huissiers pourle Prsidentd'Hati etle Snat. 285
105 Arrt sur le logement du Snat, sur sa garde
et la publicity de ses sances ............ ib.
106 Loi quiordonnele paiement du prix des fermes
d l'Etat ........................ 286
107 Loi sur l'organisation de l'infanterie ........ 288
108 18 Id. sur la police ......................... 294
109 Id. sur les honneurs rendre aux militaires
blesss dans les combats...... .......... 306
110 20 Loi concernant la police des habitations, les
obligations rciproques des propritaires et
fermiers, et des cultivateurs............ 307
111 21 Dcret qui dsigne les officers qui doivent
fire parties de I i'r i-uni,e du gnral Ma-
gloire Ambroise ...................... 313
112 Loi sur la discipline militaire .............. 316
113 Id. sur la direction des douanes........... 320
114 23 Id. sur le commerce .................... 337
115 24 Arrt du Snat portant nominating des fonc
tionnaires de l'administration des finances. 349
116 4 Mai. Loi sur l'avancement dans l'arme ......... 353)
117 5 Id. pour rprimer les vols de caf, faits dans
les campagnes ......... ........... 352
118 18 Arrt du Snat, qui modifie le prix du fer-
mage des choppes du march du Port-au-
Prince ............. ................ 353
119 19 Message du Snat de la Rpublique au Pr-
sident d'Hati, relatif aux dsordres de l'ad-
ministration, et aux dilapidations des
finances.............. ........... ib.
120 22 Proclamation du Prsident d'Hati annonant
le soulvement de Rebecca, en faveur de la
la Rpublique, et une champagne centre le
Nord ................................ 355
121 Dcret du Snat la louange de Rebecca et
des braves qui se sont rangs sous les dra-
peaux de la Rpublique................. 357
122 1fr Juillet. AdresseduSnat au people etal'aride d'Ilaiti,
conceit nant son ajournement.............. 35
123 Acte du Snat portant son ajournement .... 302
124 20 Aoft. Arrtt qui affected les denres provenant des
habitations aflbrmes madame veuve Des-
salines au paiement des dettes contractes
par l'ripereur envers M. Jacob Lewis... 303
125 12 Novembire. Rglement provisoire du secrtaire d'Etat,








TABLE CHItONOLOGIQUE DE-S LOIS 'ET ACTES DU ',r VOLUME. XXIII

N" DATES
des
Lois des TITLES DES LOIS ET ACTES
et
Actes. LUIS ET ACTS.


concernant l'exploitation des denres..... 365
126 27 Novembre. Arrt du secrtaire d'Etat qui met les warfs
en rgie .................. .......... 367
127 12 Dcembre. Ordonnance de l'administrateur des finances
de l'Ouest, sur les fermages des biens do-
maniaux ............................ 369

1808.
128 fer Janvier. Procs-verbal de la clbration du 5e anni-
versaire de l'indpendance d'Hati........ 370
129 4 Message du Snat au Prsident d'Hati, rela-
tif au service administratif et l'tat int-
rieur de la Rpublique ................. 371
130 7 Adresse du Snat de la Rpublique au people
d'Hati, annonant la reprise de ses sances. 373
131 Acte du Snat portant nomination d'une com-
mission d'inspecteurs de la salle du Snat. 375
132 11 Arrt du Snat sur le logement de ses
membres............................. ib.
133 Loi sur le logement des officiers........... ib.
134 Id. qui prolonge celle du 7 mars 1807 sur les
patentes .............. ............. 378
135 Loi sur l'affermage des maisons de l'Etat... 380
136 14 Id. relative a l'habillement et l'quipement
des troupes........................... 382
137 Rglement sur le service des inspecteurs de
la salle dn Snat...................... 385
138 16 Arrt duSnat, quiinvite le Prsident d'Hati,
donner des ordres pour la presentation
des competes de l'administration ......... ib.
139 18 Loi concernant les fonctionnaires de l'admi-
nistration qui quittent leurs fonctions..... ib.
140 20 Arrt du Snat, qui enjoint tous les admi-
nistrateurs de l'Ouest de se rendre au Port-
au-Prince ........................... 387
141 22 Loi sur les rclamations des sommes dues par
les anciens propritaires. ..... ..... ib.
142 Dcision du Snat, relative la prohibition
du commerce de Cube avec les ports de la
Rpublique....... ...... ... .. .388
143 27 Dcision du Snat relative la location des
maisons de 1'Etat ...................... 389
144 Dcision relative la demand en cassation
forme par la dame Jacotin............. ib.
145 28 Ordre du jour, relatif l'habillement des
troupes.............................. 390
146 fer Fvrier. Decision du Snat, relative trois drapeaux






TABLE CHRONOLOGIQUE DES LOIS ET ACTES DU 1r' VOLUME. XXV


de DATES
Lois des TITRES DES LOIS ET ACTES
et
Actes. LOIS ET ACTES.


4 Mai.
7

9


12

19


2 Juin.








23 Juillet.

26




28


Aot
1cr Aot.





Id. sur la valeur des monnaies............
Acte du Snat, qui ordonne la distribution des
infirmes sur les habitations .........
Loi qui rapporte le dcret d'accusation contre
le citoyen Jacques Tonnelier, ex-trsorier
gnral ..............................
Loi sur le nombre des employs aux admi-
nistrations principles et particulires....
Acte du Snat, portant nomination du citoyen
Frmont la charge d'administrateur prin-
cipal du dpartement de l'Ouest..........
Loi qui dclare que l'arme expditionnaire,
sous les ordres du gnral snateur La-
marre, a bien mrit de la patrie........
Loi qui dclare francs de tout droit d'impor-
tation, pendant un an, les objets qui y sont
dsigns .............................
Decision du Snat, relative aux decorations
et moluments des directeurs des hpitaux
militaires de la Rpublique .............
Loi en faveur de MM. Sutherland et Arrow-
holt, pour le navire Richard et Mary.....
Loi qui rapporte celle du 4 mai dernier, sur
l'augmentation des monnaies ............
Acte du Snat, portant nomination du citoyen
Imbert la place du secrtaire d'Etat pro-
visoire des finances .................. .
Decision du Snat relative a la publicity de
ses sances... ......................
Remontrances du Snat au chef du pouvoir
excutif............................
Loi portant creation d'un corps de 200 gre-
nadiers vtrans pour former la garde du
Snat.............................
Loi sur la leve gnrale de la garde national.
Dcret du Snat, qui rapporte celui du Ier juil-
let 1807, lequel confrait provisoirement
au President d'Hati, des pouvoirs lgisla-
tifs durani son .i ..i. . ~I .ni ... .. .....
Decision du Snat, i. 1i .. l'impression des
procs-verbaux de ses sances, des lois, ai-
rts et actes mans du corps 1gislatif.
et lenu distribution aux autorits civiles
et militaires .........................
Decision du Snat sur une petition qui lui a t


cr par le Prsident d'Hati............







TALE CIIIHNOLOGIQUE DES LOIS ET ACTES DU 1'l' VOLUME. XXV

N" DATES
des
Lois des TITRES DES LOIS ET ACTES
et
Actes. LOIS ET ACTES.


168 4 Mai. Id. sur la valeur des monnaies............ 442
169 7 Acte du Snat, qui ordonne la distribution des
infirmes sur les habitations ............ 444
170 9 Loi qui rapporte le dcret d'accusation contre
le citoyen Jacques Tonnelier, ex-trsorier
gnral ............................. 445
171 12 > Loi sur le nombre des employs aux admi-
nistrations principles et particulires.... 446
172 19 Acte du Snat, portant nomination du citoyen
Frmont la charge d'administrateur prin-
cipal du dpartement de l'Ouest.......... 447
173 2 Juin. Loi qui dclare que l'arme expditionnaire,
sous les ordres du gnral snateur La-
marre, a bien mrit de la patrie........ ib.
174 Loi qui dclare francs de tout droit d'impor-
tation, pendant un an, les objets qui y sont
ddsigns ............................. 448
175 Dcision du Snat, relative aux decorations
et moluments des directeurs des hpitaux
militaires de la Rpublique............. 449
176 23 Juillet. Loi en faveur de MM. Sutherland et Arrow-
holt, pour le navire Richard et Mary..... 450
177 26 Loi qui rapporte celle du 4 mai dernier, sur'
l'augmentation des monnaies ............. ib.
178 Acte du Snat, portant nomination du citoyen
Imbert la place du secrtaire d'Etat pro-
visoire des finances .................... 451
179 28 Dcision du Snat relative la publicity de
ses sances........................... 452
180 Remontrances du Snat au chef du pouvoir
excutif .......................... ib.
181 l'r Aot. Loi portant creation d'un corps de 200 gre-
nadiers vtrans pour former la garden du
Snat.... ........................... 4;i 8
182 Loi sur la leve gnrale de la garden national. 460
183 4 Dcret dul Snat, qui rapport celui du cr juml-
let 1807, lequel confrait pro\isoirement
au President d'Iati, des pouvoirs lgisla-
tifs durant son ;.1 i .. ...... ... 461
184 Dcision du Snat, i .i 1 I impression des
procs-verbaux de ses sances, des lois, ai-
rts et actes mans du corps lgislatif,
et leur distribution aux autorits civiles
et m ilitaires .......................... .
185 Dcision du Snat sur une petition qui lui a t
irrgublrementadresseparleciloyen Adam ib.
186 11 Loi qui reconnaitl'arrondissement de Tiburon,
cr par le Prsident d'Hati............ 462







XXVI T.\IJLE CI'IHONULOGIQULIL- 1I) S 1.,01, ,ET ACTES DU [o rOLUME.


DATES
des
LOIS ET ACTEs.


15 Aot.


19 Septembre.

3 Octobre.



4




9


18


17 Novembre.

18

25

26


TIRES DES LOIS ET ACTES


Decision du Snat sur une petition du citoyen
Adam, charge par interim de l'administra-
tion du dpartement de l'Ouest ........
Acte du Snat qui accord un emplacement
aux Cayes au citoyen Qutin............
Acte qui accord un emplacement situ aux
Cayes au citoyen Iousseau, officer de
l'arme ............................
Acte qui accord un emplacement aux Cayes
au citoyen Drouillet, officer ............
Acte qui accord un emplacement situ aux
Cayes au citoyen Braquehais ...........
Loi sur l'organisation des tribunaux de la R-
publique .............................
Acte du Snat portant nomination des juges
de diffrents tribunaux de la Rpublique..
Acte du Snat portant nomination du ...,en
L ,.. . u n, i : f .. .. i, ... l.'.'.f ;,. r .1 -
F -r il... ,I .,,u r l,, :,,,,, I, i, a d .i,.,* e
Acte du Snat qui nomme le citoyen Litout
arpenteur particulier pour l'arrondissement
de Jacmel ..........................
Avis du secrtaire d'Etat au commerce tran-
ger relatif l'exportation du numraire ..
Adresse du Snat aux citoyens de la Rpu-
blique, demandant une contribution pour
avitailler et entretenir l'arme actuellement
en champagne .........................
Loi portant one contribution extraordinaire
de 26,000 gourdes par tous les ;, ir. ..-
la Rpublique, pour subvenir I, i .,Ill. -
ment et entretien de l'arme actuellement
en campagne............. ..........
Loi qui enjoint tous les dbiteurs de la
caisse gnrale de la Rpublique s'acquit-
ter dans huit jours ....................
Decision du Snat relative aux secours envoys
par le gnral GOrin l'arme exp ,ition-
naire du Nord. .................... ..
Decision du Snat, qui met embargo sur les
btiments en rade au Port-au-'rince....
Decision du Snat, qui rappelle le gnral
Grin au Port-au-Prince ..............
Loi sur la trsorerie gnrale .............
Loi sur les attributions (u secrtaire d'Etat.
Adresse du Prsident d'Hati au people et
l'arme, l'issue de la champagne enterprise
contre le Nord .......................


f








TABLE CHRONOLOGIQUE DES LOIS ET ACTES DU er' VOLUME. XXVII


DATES
des
LOIS ET ACTES.


29 Novembre.




30

5 Dcembre.


TITRES DES LOIS ET ACTES



Decision du Snat portant invitation au Pr-
sident d'Hati de faire arrter les factieux
don't il est fait mention dans son adressee. 515
Acte du Snat portant nomination du P. Pe-
niche la cure du Port-au-Prince....... 516
Acte du Snat portant nomination d'un secr-
taire d'Etat... ....................... 517
Arrt du Prsident d'Hati concernant les
rapports des commandants d'arrondisse-
ment avec le gouvernement............. 518
Arrt relatif au classement des commandants
de place. ............................ 519
Loi qui ferme les ports de Miragone et d'Ac-
quin, et sur la direction des douanes..... 520
Acte du Snat portant nomination de magis-
trats dans les tribunaux de l'Ouest ...... 521
Arrt du Snat portant invitation au gnral
Grin reprendre ses functions de snateur.
et nomination, pour complter le nombre
de ses membres, des citoyens Montbrun et
J. Giraud............ .......... 522
Arrt -iii ... i.it 1. I, de teinture payer
l'impt territorial ...................... ib.
Rglement sur la poste aux lettres......... 523


FIN DE LA TABLE CHRONOLOGIQUE.







E..EC i EIL

GNRAL


DES LOIS & ACT S

DU

GOUVER .MENT D I.' TI





ANNE 804


LIBERTY OU LA MORT.
No 1. Acte d'indpendance.
ARME INDIGNE.

Gonaaves, le ler janvier, 1804, an le1 de I'indpendance.
..:... .... premier ... mil huit cent quatre, le : . en
ehet' de : . .. ... ... : ....... : ,' des gnraux, chefs de :
me, .. ...:.' l'effet de .1 *' .. les measures ;: doivent tendre
au bonheur du ... ;
Aprs avoir faith connatre aux gnraux :' ses vritables
.:. :: d'assurer a.I:--.. aux -...:.:: : ::. un gouverne-
ment .! ..:1 i de sa plus vive sollicitude : ce ..:i a fait par un
discours qui tend fire connaitre aux puissances trangres la
resolution de rendre le pays .':.. ... et de : d'une libert
consacre par le sang du :.. .... de cette le ; et a:...: avoir re-
cueilli les avis, a demand .. chacun des *'.:'. .:. assembls
k.a! le serment de renoncer jamais la ...... de mourir
plutt que de vivre sous sa .i :. :........ et de combattre jusqu'au
dernier soupir ..:.:: i ::: :: :::
Les gnraux, pntrs de ces .: :: .. sacrs, .,.:. avoir donn
d'une voix unanime leur adhsion au project bien .. .... d'ind-






[1804] 2 -
pendance, ont tous jur la postrit, l'univers entier, de renon-
cer jamais la France, et de mourir plutt que de vivre sous sa
domination (1).
Fait aux Gonaves, le 1er janvier 1804, et le ler jour de l'indpendance
d'Haiti.
Sign : DESSALINES, gnral on chef; CHRISTOPHE, PTION, CLERVAUX,
GEFFRARD, VERNET, GABART, gnraux de division; P. REMAIN, E.
GRIN, F. CAPOix, DAUT, Jean-Louis FRANOIS, FRou, CHANGE, L.
BAZELAIS, Magloire AMBROISE, J.-J. HERE, Toussaint BRAVE, YATOU,
gnraux de brigade ; BONNET, F. PAPALIER, MORELLY, CHEVALIER,
MARmoN, adjudants gnraux ; MAGNY, Roux, chefs de brigade; CHA-
RRON, B. LORET, QUN, MARCAJOUX, DUPUY, CARBONNE, DIAQUOl,
ain, J. RAPHAEL, MALET, DERENONCORT, officers de l'arme ; et
BOISROND.-TI.'. ii.' HE, secrtaire.



LIBERTY OU LA MORT.

No 2. PROCLAMATION du Gnral en chef au people d'llaii.

Quarter gnral des Gonaves, le 1er janvier 1804, an le'.

Citoyens,
Ce n'est pas assez d'avoir expuls de votre pays les barbares qui
l'ont ensanglant depuis deux sicles ; ce n'est pas assez d'avoir mis
un frein aux factions toujours renaissantes qui se jouaient tour i
tour du fantme de libert que la France exposait vos yeux ; il
faut, par un dernier acte d'autorit national, assurer jamais l'em-
pire de la libert dans le pays qui nous a vus natre ; il faut ravir au
gouvernement inhumain qui tient depuis longtemps nos esprits dans
la torpeur la plus humiliante, tout espoir de nous rasservir ; il
faut enfin vivre indpendants ou mourir.
Indpendance ou la mort.... Que ces mots sacrs nous rallient,
et qu'ils soient le signal des combats et de notre runion.
Citoyens, mes compatriotes, j'ai rassembl dans ce jour solennel
ces militaires courageux, qui, la veille de recueillir les derniers

(1) Voyez, no 2, Proclamation, du ie' janvier 1804, du Ginral en chef
au people d'Hazti.






3 [1804]
soupirs de la libert, ont prodigu leur :iii,. pour la sauver ; ces
gnraux qui ont guid vos efforts contre la tyrannie, n'ont point
encore assez fait pour votre bonheur.... Le nom franais lugubre
encore nos contres.
Tout y retrace le souvenir des cruauts de ce people barbare:
nos lois, nos meurs, nos villes, tout encore porte l'empreinte fran-
aise ; que dis-je ? il existe des Franais dans notre le, et vous
vous croyez libres et indpendants de cette rpublique qui a com-
battu toutes les nations, il est vrai ; mais qui n'a jamais vaincu celles
qui ont voulu tre libres.
Eh quoi victims pendant quatorze ans de notre crdulit et de
notre indulgence ; vaincus, non par des armes fi.i .i-... mais par
la pipeuse loquence des proclamations de leurs agents; quand nous
lasserons-nous de respirer le mme air qu'eux ? Qu'avons-nous de
commun avec ce people bourreau ? Sa cruaut compare notre
patient moderation ; sa couleur la ntre ; l'tendue des mers qui
nous sparent, notre climate vengeur, nous disent assez qu'ils ne
sont pas nos frres, qu'ils ne le deviendront jamais, et que s'ils
trouvent un asile parmi nous, ils seront encore les machinateurs de
nos troubles et de nos divisions.
Citoyens indignes, hommes, femmes, filles et enfants, portez
vos regards sur toutes les parties de cette le ; cherchez-y, vous,
vos pousess,vous vos maris, vous vos l-. vous vos smurs ; que
dis-je ? cherchez-y vos enfants, vos enfants la mamelle Que sont-
ils devenus ?... Je frmis de le dire.... la proie de ces vautours. Au
lieu de ces victims intressantes, votre mil constern n'aperoit
que leurs assassins ; que les tigres encore dgouttants de leur sang,
et don't l'affreuse presence vous reproche votre insensibilit et votre
coupable lenteur les venger. Qu'attcndez-vous pour apaiser leurs
mnes ? Songez que vous avez voulu que vos restes reposassent au-
prs de ceux de vos pres, quand vous avez chass la tyrannie ;
descendrez-vous dans la tombe sans les avoir vengs ? Non, leurs
ossements repousseraient les vtres.
Et vous, hommes prcieux, gnraux intrpides qui, insensibles
vos propres malheurs, avez ressuscit la libert en lui pi.li-iui ii
tout votre sang ; sachez que vous n'avez rien fait si vous ne donnez
aux nations un example terrible, mais just, de la vengeance que
doit exercer un people fier d'avoir recouvr sa libert, et jaloux de
la maintenir ; l i tl''. tous ceux qui oseraient tenter de nous la
ravir encore : commenons par les Franais.... Qu'ils frmissent en







abordant nos ctes, sinon par le souvenir des cruauts qu'ils y ont
exerces, au moins par la resolution terrible que nous allons pren-
dre de dvouer la mort quiconque, n franais, souillerait de son
pied sacrilge le territoire de la libert.
Nous avons os tre libres, osons l'tre par nous-mmes et pour
nous-mmes ; imitons l'entant qui grandit : son propre poids brise
la lisire qui lui devient inutile et l'entrave dans sa march. Quel
people a coinbattu pour nous ? quel people voudrait recueillir les
fruits de nos travaux? Et quelle dshonorante absurdit que de
vaincre pour tre esclaves. Esclaves !.... laissons aux Franais cette
pithte qualificative : ils ont vaincu pour cesser d'tre libres.
Marchons sur d'autres traces, imitons ces peuples qui, portant
leur sollicitude jusque sur l'avenir, et apprhendant de laisser la
postrit l'exemple de la lchet, ont prfr tre extermins que
rays du nombre des peuples libres.
Gardons-nous cependant que l'esprit de proslytisme ne dtruise
notre ouvrage ; laissons en paix respirer nos voisins, qu'ils vivent
paisiblement sous l'empire des lois qu'ils se sont faites, et n'allons
pas, boute-feux rvolutionnaires, nous rigeant en lgislateurs des
Antilles, faire consister notre gloire trouble le repos des miles qui
nous avoisinent : elles n'ont point, comme celle que nous habitons,
t arroses du sang innocent de leurs habitants ; elles n'ont point
de vengeance exercer contre l'autorit qui les protege (1).
Heureuses de n'avoir jamais connu les flaux qui nous ont d-
truits, elles ne peuvent que faire des voux pour notre prosprit.
Paix nos voisins; mais anathme au nom franais ; haine ter-
nelle la France : voil notre cri
Indignes d'Hati mon heureuse destine me rservait tre un
jour la sentinelle qui dt veiller la garde de l'idole laquelle
vous sacrifiez ; j'ai veill, combattu, quelquefois seul, et si j'ai t
assez heureux pour remettre en vos mains le dpt sacr que vous
m'avez confi, songez que c'est vous maintenant le conserver.
En combattant pour votre libert,j'ai travaill mon propre bonheur.
Avant de la consolider par des lois qui assurent votre libre indivi-
dualit, vos chefs que j'assemble ici, et moi-mme, nous vous de-
vons la dernire preuve de notre dvouement.
Gnraux, et vous, chefs, runis ici prs de moi pour le bonheur
de notre pays, le jour est arriv, ce jour qui doit terniser notre
gloire, notre indpendance.

(1) Voyez,no 23, Constitution impriale d'Hati, du 20 mai 1805, art, 36.


[1804]


- 4 -






5- [1804i
S'il pouvait exister parmi nous un coeur tide, qu'il s'loigne et
tremble de prononcer le serment qui doit nous unir.
Jurons l'univers entier, la postrit, nous-mmes, de re-
noncer jamais la France, et de mourir plutt que de vivre sous
sa domination ;
De combattre jusqu'au dernier soupir pour l'indpendance de
notre pays (1).
Et toi, people trop longtemps infortun, tmoin du serment que
nous prononons, souviens-toi que c'est sur ta constance et ton cou-
rage que j'ai compt quand je me suis lanc dans la carrire de la
libert pour y combattre le despotisme et la tyrannie contre lesquels
tu luttais depuis 14 ans ; rappelle-toi que j'ai tout sacrifi pour voler
ta defense, parents, enfants, fortune, et que maintenantj ne suis
riche que de ta libert ; que mon nom est devenu en horreur tous
les peuples qui veulent l'esclavage, et que les despotes et les tyrans
ne le prononcent qu'en maudissant le jour qui m'a vu natre ; et si
jamais tu refusais ou recevais en murmurant les lois que le gnie
qui veille tes destins me dictera pour ton bonheur, tu mriterais
le sort des peuples ingrats.
Mais loin de moi cette affreuse ide ; tu seras le soutien de la
libert que tu chris, l'appui du chef qui te command.
Prte donc entire ses mains le serment de vivre libre et indpen-
dant, et de prfrer la mort tout ce qui tendrait te remettre sous
le joug. Jure enfin de poursuivre jamais les traitres et les enne-
mis de ton indpendance.
Fait au quarter gnral des Gonaves, le ter janvier 1804, l'an ier de
l'indpendance.
Sign : J.-J, DESSALINES.

LIBERTY OU LA MORT.
No 3. ACTE des gnraux de l'arme qui nomme le gnral en
chef DESSALINES, Geuverneur gnral vie.
AU NOM DU PEOPLE D'HATI.
Quarter gnral des Gonaves, le ter janvier 1804, an fer.
Nous, gnraux en chef des armes de l'le d'Hati,
Pntrs de reconnaissance des bienfaits que nous avons prouvs du

(1) Voyez, no 1, Acte d'indpendance. Ce serment tait prt par le Pr-
sident d'Haiti sur l'autel de la patrie, le jir janvier de chaque anne. Il






[18041


-6-


gnral en chef, Jean-Jacques DESSALINES, le protecteur de la libert don't
jouit le people,
Au nom de la libert, au nom de l'indpendance, au nom du
people qu'il a rendu heureux, nous le proclamons Gouverneur g-
nral vie, d'Hati ; nous jurons d'obir aveuglment aux lois ma-
nes de son autorit, la seule que nous reconnaitrons : nous lui
donnons le droit de faire la paix, la guerre et de nommer son suc-
cesseur.
Sign: GABART, P. REMAIN, J. HERNE, CAPOIX, CHRISTOPHE, GEFFRARD,
E. GRIN, VERNET, PTION, CLERVAUX, Jean-Louis F o.is,i CANRt,
FROU, YAYou, Toussaint BRAVE, Magloire AMBROISE, L' BAZELAIS.
Fait au quarter gnral des Gonaves, ce fer janvier 1804, et le pre-
mier jour de l'indpendance.


LIBERTY OU LA MORT.

NO 4. Gouvernement d'Hati. ARRT relatif au costume.

Quarter gnral des Gonaves, le 2 janvier 1804. an l".

Le Gouverneur gnral, ARRTE :
Les gnraux de division porteront habit bleu, doublure rouge,
sans parements ni passe-poils, trois rangs de broderie, panache et
ceinture rouge, le chapeau galonn.
Les 1.'iiraux de brigade, habit bleu, doublure rouge, deux rangs
de broderie, panache et ceinture bleu cleste, chapeau galonn.
Les adjudants gnraux, habit bleu, doublure rouge, un seul
rang de broderie, panache noir, le chapeau bord d'un galon moins
large que celui des gnraux de brigade et orn de barioles.
Les aides de camp et officers attachs auprs des gnraux, en
adopteront les couleurs pour leur charpe et panache, et porteront
habit bleu, doublure rouge.
Fait au quarter gnral des Gonaves, le 2 janvier 1804, l'an fer de
l'indpendance.
Le Gouverneur gnral,
Sign : DESSALINES.

fut supprim de sea discours aprs le trait dfinitif par lequel la France
reconnut l'indpendance d'Hati.






7 -- [1804]


LIBERTY OU LA MORT.

N0 5. Gouvernement d'Hati. ARRT qui rsilie les baux
ferme.

Quarter gnral des Gonaves, le 2 janvier 1804, an it.

Le Gouverneur gnral, ARRTE :
Que tous les baux ferme des habitations sont et demeurent
rsilis (1) ;
Enjoint aux administrateurs principaux des dpartements de tenir
la main l'excution du present arrt, qui sera lu, public et affich
partout o besoin sera.
Au quarter gnral des Gonaves, le 2 janvier 1804, l'an er de l'ind-
pendance.
Le Gouverneur gnral,
Sign : DESSALINES.



LIBERTY OU LA MORT.

No 6. Gouvernement d'lT.ii. DCRET du Gouverneur gnral
qui accord une rcompense aux capitaines des btiments amri-
cains qui ramneront des Hatiens dans leur patrie.

Le 14 janvier 1804, an ltr.
Le Gouverneur gnral,
Considrant qu'un grand nombre de noirs et d'hommes de couleur, in-
dignes, souffrent aux Etats-Unis d'Amrique, faute de moyens pour re-
tourner dans leur patrie;

DCRTE :

Art. ler. Il sera accord aux capitaines de btiments amricains la
some de 40 gourdes pour chaque individu qu'ils ramneront dans
ce pays.

(1) Voyez, no 8, Arrt, du 7 fvrier, qui rgle quelques points important
du service militaire, etc., art. 8.






[1804] -
Art. 2. Le present dcret sera imprim, public et affich; et copie
en sera immdiatement envoye au ,...ir..- des tats-Unis.
Donn au quarter gnral, le 14 janvier 1804, an ter de l'indpen-
dance.
Sign : DESSALINES.


N 7. Empire d'llaiti. ACTE qui nomme le Gouverneur g-
nral Jean-Jacques DESSALINES, empereur d'llaiti.
Port-au-Prince, le 25 janvier 1804, an le.
Nous, gnraux de l'arme d'Iati,
Dsirant consacrer, par un acte solennel, le vu de notre ceur, et r-
pondre la volont fortement prononce du people d'Haiti;
Persuads que l'autorit supreme ne veut point de partage, et que l'in-
trt du pays exige que les rnes de l'administration soient remises entire
les mains de celui qui runit la confiance, l'affection et l'amour de ses
concitoyens;
Bien convaincus, par une cruelle experience et par l'histoire des na-
tions, qu'un people ne peut tre convenablement gouvern que par un seul,
et que celui-l mrite la prfrence, qui, par ses services, son influence
et ses talents, a su concilier l'difice de notre indpendance et la liberty ;
Considrant qu'aprs une longue srie de malheurs de vicissitudes, il
convient d'assurer la garantie et la sret des citoyens d'une manibre im-
muable et irrvocable, et que le plus sr moyen d'atteindre ce but est de
dcerner au seul chef capable de reprsenter et de gouverner dignement
la nation, un titre auguste et sacr, qui concentre en lui les forces de l'Etat,
qui en impose au dehors, et qui est au dedans le gage de la tranquillit ;
Considrant que le titre de Gouverneur gnral, dcern au citoyen Jean-
Jacques Dessalines (1), ne remplit pas d'une manire satisfaisante le vu
gnral, puisqu'il suppose un pouvoir secondaire dpendant d'une autorit
trangre, don't nous avons jamais secou le joug;
Sans avoir plus longtemps gard au refuse constant et obstin du citoyen
Jean-Jacques Dessalines, d'accepter une puissance que le people et l'arme
lui avaient dlgue ds l'poque o notre indpendance a t proclame,
puisque ce refus contrarie les intrts, la volont et le bonheur de ce pays ;
Dfrons audit citoyen Jean-Jacques DESSALINES, le titre d'Em-
pereur d'Iatli, et le droit de choisir et (le nommer son succes-
seur (2).

(1) Voyez no 3, l'Arle des !Irnerau., etc.. lr janvier 1804.
(2) Voyez, n" 9, Prolamiltion, du 15 fvrier 1804. No 23, les art.
20 et 26 de la Conslitulion impriale d'llatt, du 20 mai 180.5







9 [1804]
Dsirons que cette expression libre de nos cours et dj provo-
que par le people, soit offerte sa sanction, sous la plus bref dlai,
et reoive sa prompted et entire execution par un dcret du snat
qui sera extraordinairement convoqu cet effet (1).
Au port-au-Prince, le 25 janvier 1804, an ler de l'indpendance d'Hati.
Sign : VERNET, ministry des finances; CLERVAUX ; CHRISTOPHE, com-
mandant la division du Nord; PTION, GABART, GEFFRARD, comman-
dant la division du Sud, gnraux de division et conseillers; Jean-Louis
FRANOIS, FfRou, GRIN, MAGNY, RAPHAEL, LALONDRIE, Paul REMAIN,
CAPOIX. CANG, Jean-Philippe DAUT, Toussaint BRAVE, MOREAU, YAYOU,
Magloire AMBROISE, gnraux de brigade, conseillers; BAZELAIS, gnral
de brigade, chef de l'tat-major gnral de l'arme.


N 8. AnnRT qui rgle quelques points important du service
militaire et de l'administration.
Quarter gnral des Cayes, le 7 fvrier 1804, an Ier.
Le Gouverneur gnral,
Ayant pris connaissance de la proclamation fate par le gnral de bri-
gade Grin, commandant le dpartement du Sud, en l'absence du gnral
de division Geffrard, en date du 18 brumaire, an XII (style franais) (2),
ladite proclamation concernant les instructions gnrales pour le service mi-
litaire, celui de la marine et de l'administration civil du dpartement du Sud;
Considrant que les articles 1, 2, 3 et 4 contrarient ouvertement les dispo-
sitions qu'il doit prendre relativement aux diverse branches d'adminis-
tration civil et militaire don't traite ladite proclamation du 18 brumaire;
ORDONNE :
Art. 1. La proclamation faite par le gnral GRIN, en date du
18 brumaire an XII, est annule.
Art. 2. Tout propritaire qui aura des denres vendre, devra
pralablement payer le quart d aux cultivateurs, et celui revenant
l'tat, comme imposition territorial (3).

(1) Voyez, no 17, Ordre de la crmonie du couronnement, etc., du 6
septembre 1804.
(2) 10 novembre 1803.
(3) Voyez, no 14, Instructions, du 4 mai 1804, du ministry des finances
aux administrateurs principaux des dpartements, art. 1 et 3. No 110,
Loi, du 20 avril 1807, concernant la police des habitations, etc., art. 4. -
No 71, Loi, du 9 mars 1807, portant abolition de la subvention du quart,
etc., art. 1 et suivants,








Art. 3. Les conseils des notables tablis dans les diverse com-
munes sont supprims.
Art. 4. La facult de vendre les denres provenant de la rcolte
de l'an XI ne sera accorde qu'aux propritaires qui faisaient parties
de l'arme indigne, l'poque du 20 messidor an XI (1) ; les per-
sonnes qui rsidaient avec les Franais depuis cette poque, ne
pourront jouir desdits revenues de l'an XI, qui demeurent confis-
qus au profit de l'arme indigne. Art. 10.
Art. 5. Les commandants d'arrondissement seront seuls charges
d'ordonner aux inspecteurs de fire transporter dans les magasins
de l'tat, les denres provenant des habitations squestres, et les
revenues confisqus.
A leur entre dans les villes ou bourgs, le commandant de place
est charge de les faire escorter l'administration, et ne se mlera
nullement de leur pese.
Art. 6. Les mulets, chevaux et autres animaux appartenant aux
habitations squestres, seront remis, la diligence les comman-
dants d'arrondissement et de place, non aux chefs de la cavalerie,
ni aux inspecteurs, mais la direction des domaines de l'Etat, qui
en rendra compete au gnral commandant du dpartement, ou g-
nral commandant la division dans laquelle lesdits animaux seront
trouvs. Lesdits animaux dj mis la disposition des chefs de bri-
gade de cavalerie et inspecteurs, seront, par eux, reprsents audit
administraleur des domaines, qui en rendra compile au gnral
commandant le dpartement, ou au gnral de division, qui les
placera de la manire la plus utile sur les habitations squestres,
pour tre employs aux travaux de la culture.
Art. 7. Il est expressment dfendu aux officers de tous grades
et de toutes armes, de s'immiscer dans les travaux des habitations,
et ceux d'entre eux qui seraient convaincus de s'Cire transports
sur lesdites habitations l'effet d'y donner des ordres, seront ar-
rts, moins qu'ils ne soient munis d'un ordre du gnral com-
mandant du dpartement, ou du gnral de division, pour y faire
une operation quelconque.
Art. 8. Toutes les sucreries ou guildives qui, prcdenmtnl,
avaient t accordes aux divers chefs de corps, ou particuliers,
seront remises l'administration des domaines (2). Pourront nan-

(1) 9 juillet 1803.'
(2) Voyez, no 5, Arrte, du Ir' janvier, rqu rsilie les baux ferme.


[t804so


- 10 -






11 [Lis'j
moins ceux qui auront rpar ou relev lesdites sucreries ou guil-
dives, se presenter ladite administration, lors des cries, l'.ii. i
d'obtenir la prfrence dans l'adjudication qui sera faite dcsdites
fermes.
Art. 9. Les passports dlivrer aux cultivateurs et autres per-
sonnes, seront donns gratis par les commandants d'arrondissement,
de place, et autres, jusqu' ce que le gouvernement en ait aulre-
ment ordonn. Cette measure ne sera adopte que pour l'intrieur
de File d'IIaiti ; mais non pour l'tranger (t). Art. 18.
Art. 10. Tous propritaires qui rsidaient avec les Franais,
l'poque de la rentre de l'arme iii1;.:.' dans les villes oi bourgs,
seront renvoys en possession de leurs proprits, la charge par
eux de verser dans les magasins de l'Etat les denres provenant de
la rcolle de l'an XI. Art. 4.
Art. l1. Les gnraux de brigade nomms commandants d'ar-
rondissement,seronl seuls reconnus en cette quality; et il ne pourra,
sous quelque prtexte que ce soit, y avoir deux commandants pour
le mme arrondissement.
Art. 12. Les gnraux, commandant les arrondissements, ne
pourront prendre aucun arrt ni faire aucune ordonnance, relatifs
la culture et aux autres branches du service, qu'aprs avoir pris
des ordres du gnral commandant le dpartement, ou du gnral
de division ; et ceux-ci ne pourront fire ni proclamation, ni arrt,
que ces actes ne soient revtus de la sanction du Gouverneur'g-
nral.
Art. 13. Les gnraux de brigade rendront compete, de quatre
jours en quatre jours, de la situation de leur arrondissement, au
gnral commandant la division o ils se trouvent, ou au gnral
commandant le dpartement ; et ces derniers devront compile de
l'administralion militaire de leur dparlement ou division, au Gou-
verneur gnral, qu'ils instruiront, de six jours en six jours, de ce
qui se passer. Dans les cas urgents, ils devront prvenir de suite
le Gouverneur gnral de ce qui arrivera d'imprvu.
Art. 14. 11 est dfendu aux gnraux ou autres ..iii..-. -, conmnan-
dant 1un arrondissement dans lequel il se trouve un port ouvert aux
lrangers, d'entraver l'adminiistrateur planss l'achat qu'il ne devra

(l) Voyez, no 19, Ordonnance, du 22 octobre 1804, portant defnse aux
lHamtens de sortir du pays. bo 38, Pcret, du 1Ce fvrier 1806, sur le ca.
hIlage, etc., art. 13.








fair que dle articles essentiels l'arme, et don't il ne devra compete
qu' son chef immdiat (1).
Art. 15. Les administrateurs particuliers correspondront, chacun
dans leur parties, avec l'administrateur principal du dpartement,
leur rendront compete e leurs operations, et obtempreront leurs
ordres ; et ces derniers devront rendre frquemment compete de leur
administration au gnral de division VERNET, ministry de finances,
avec lequel ils correspondront directement, comme aussi au gn-
ral commandant le dpartement. Si le cas l'\..,-'idt, les adminis-
trateurs sont autoriss requrir la force arme auprs des gn-
raux commandants du dpartement, pour favoriser et protger leurs
operations (2).
Art. 16. Il est dfendu tout administrateur principal ou parti-
culier, d'obtemprer aux demanded qui leur seraient faites par les
officers gnraux et autres; moins que ces demands ne soient
vises par le gnral commandant le dpartement, qui n'accordera
que les objets ncessaires (3).
Art. 17. Les gnraux commandant les dpartements front ex-
cuter par les gnraux de brigade, commandant les divers arron-
dissements de leur dpartement, les nutri.i. des forteresses qui
seront leves dans les hautes ii_.il -ii. de l'intrieur, et les gn-
raux de brigade enverront frquemment au gnral commandant le
dpartement, le rapport des operations qu'ils auront faites cet gard.
Art. 18. Les commandants de place seulement, et non les adju-
dants de place, se transporteront bord des btiments partants,
pour s'assurer si les personnel qui y seront embarques sont munies
du passport du gnral commandant du dpartement ou de la di-
vision, qui sera autoris par moi (4). Art. 9.
Art, 19. Toutes ventes ou donations, soit de meubles, soit d'im-
meubles, faites par des personnel migres en faveur de celles

(1) Voyez, no 18, Ordonnance, du 15 octobre 1804, qui defend aux capi-
taines des bntiments trangers de dtailler eux-mmes leurs cargaisons, art. 4.
- No 67, Loi, du 7 mars 1807, concernant r'./.iil.i;i ..,i de l'administra-
tion, etc., art. 9.
(2) Voyez, no 14, Instructions, du 4 mai 1804, du ministry des finances
aux administrateurs principaux des dpartements, art. i. (2) Ibid, art. 9.
(3) Voyez, no il, Arrt, du 1er avril 1804, concernant les Franais na-
turaliss l'tranger.
(4) Voyez, no 25, Loi, du 28 mai 1805, sur les enfants ns hors marriage,
tit. II, art. 5, NI 40, Dcret du l'r septembre 1806, relatif aux testa-


[1804]


42 -





- 43 -


[1804]


resies dans le pass, sont et demeurent annules ; bien entendu
depuis la prise d'armes de l'arme indigne, pour expulser les
Franais de l'le l'll-nii (4).
Art. 20. Le present arrt sera public et -i,','- dans tous les d-
partements de l'le d'll iii ; et les gnraux commandants de divi-
sion et de dpartement, les commandants d'arrondissement et autres
officers commandant, demeurent charges chacun en ce qui le con-
cerne de l'excution du present.
Fait au quarter gnral des Cayes, le 7 f6vrier 1804, l'an ler de l'ind-
pendance.
Le Gouverneur gnral,
Sign : DESSALINES.


No 9. PROCLAMATION du Gouverneur gnral qui accepted le titre
d'empereur.
Le Gouverneur gnral, aux gnraux de l'arme et aux autorits
civiles et militaires, :Ire..n- du people (1).
A Dessalines. le 15 fvrier 1804, an Ier.
Citoyens,
Si quelque consideration justifie mes yeux le titre auguste que
votre confiance me dcerne, ce n'est que mon zle, sans doute,
veiller au salut de l'empire, et ma volont consolider notre entre-
prise, entreprise qui donnera de nous aux nations les moins amies
de la libert, non l'opinion d'un rainas d'esclaves, mais cells .L htri-
mes qui prdilectent leur indpendance au prejudice de celle con-
sidration que les puissances n'accordent jamais aux peuples qui,
come nous, sont les artisans de leur propre libert, qui n'ont pas
en besoin de mendier des secours strangers pour briser l'idole
laquelle nous sacrifions.
Celte idole, comme Saturne, dvorait ses enfants, et nous l'avons
foule aux pieds; mais n', il ... pas ces souvenirs ; rappelons ce
que la rcence de nos infortunes a imprim dans nos mes, ils se-
ront les prservatifs puissants contre les surprises de nos ennemis,

ments, etc. No 76. Loi, du 16 mars 1807, additionnelle et interprtative,
etc. No 141, Loi, du 22 janvier 1808, sur les rclamations des sommes
dues, etc. No 60, Loi, du 9 fvrier 1807, concernant l'agriculture, etc.
(1) Voyez no 7, Acte, du 25 janvier 1804, qui nomme le Gouverneur g-
nral J.-.. Dessalines, empereur d'Hatli. N', 17, Programme de son cou-
ronnement, le 6 septembre. No 23, Constitution impriale d'Hazti, du 20
mai 1805, art. 20.






[1804] l' -
et nous primuiniront centre toule ide d'indulgence leur gard,
Si les passions sobres font les hommes communs, les semi-me-
sures arrtent la march rapide des revolutions.
Puis donc que vous avez jug qu'il tait de l'intrt de l'Etat que
j'acceptasse le rang auquel vous m'levez en m'imposant ce nouveau
fardeau, je ne contract aucune nouvelle obligation envers mon
pays ; ds 1ii.ih:-1. je lui ai fait tous les sacrifices ; mais je sens
qu'un devoir plus grand, plus saint, me lie ; je sens, dis-je, que je
dois conduire rapidement notre entreprise son but, et, par des lois
sages, mais indulgentes pour nos moeurs, faire que chaque citoyen
march dans sa libert sans nuire aux droits des autres et sans
blesser l'autorit qui veille au bonheur de tous.
Eu acceptant enfin ce fardeau aussi onreux qii l'ii'r.'Li.'-, c'est
me charger de la some du bien ou du mal qui rsultera de mon
administration. Mais n'oubliez pas que c'est dans les temps les plus
orageux que vous me confiez le gouvernement du vaisseau de l'Etat.
Je suis soldat ; la guerre fut tini.,,ii mon partage, et tant que
l'acharnement, la barbarie et l'avarice de nos ennemis les porteront
sur nos rivages, je justifierai votre choix ; et, combattant votre
tte, je prouverai que le titre de votre gnral sera toujours hono-
rable pour moi.
Le rang supreme auquel vous m'levez m'apprend que je suis
devenu le pre de mes concitoyens, don't j'tais le dfenseur; mais
que le pre d'une famille de guerriers ne laisse jamais reposer son
pe s'il veut transmettre sa bienveillance ses descendants et les
apprivoiser avec les combats.
C'est vous, gnraux et militaires, qui monterez aprs moi au
rang supreme, que je m'adresse; heureux de pouvoir transmettre
mon autorit ceux qui ont vers leur sang pour la patrie, je re-
nonce, oui, je renonce formellement l'usage injuste de fire pas-
ser ma puissance ma famille (1).
,e n'aurai jamais gard l'anciennet, quand les qualits requi-
ses pour bien gouverner ne se trouveront pas runies dans le sujet;
souvent la tte qui recle le feu bouillant de la jeunesse, contribute
plus efficacement au bonheur de son pays, que la tte froide et exp-
rimente du vieillard qui temporise dans les moments ou la tmrit
seule est de saison.
C'est ces conditions que je suis votre empereur; et malheur

(1) Voyez, no 23, Constitulion impriale d'Haiti, du 20 mai 1805, art. 23.







15 [1804]
celui qui portera sur les degrs d'un trne lev par la reconnais-
sance de son people, d'autres sentiments que ceux d'un pre de
famille.
Sign : DESSALINES.
Par le Gouverneur gnral :
L'adjudant gnral, Sign : BOISROND-TONNERRE.



No 10. D[i I r, i 1tii'aux individus qui ont provoqu ou qui ont
pris part aux massacres et aux assassinats ordonns par LECLERC
et ROCAMnBEAU (1).

LIBERTY, INDPENDANCE OU LA MORT.

Quarter gnral des Gonaves, le 22 fvrier 1804, an Ier.

Le Gouverneur gnral,
',, ,i.l ..ji,. qu'il reste encore dans cette le des personnel qui ont con-
tribu, soit par leurs crits, soit par leurs accusations, faire noyer et
suffoquer, assassiner et pendre ou fusiller plus de 60,000 de nos frres sous
le gouvernement inhumain de Leclerc et de Rochambeau;
Considrant que tous ces hommes, qui ont dshonor la nature humaine
par le zle avec lequel ils ont rempli leur office de dnonciateurs et d'ex-
cuteurs, doivent tre classs parmi les assassins, et livrs sans remords au
glaive de la justice;

DCRTE ce qui suit :
Art. 1. Les commandants de division front arrter, dans l'ten-
due de leurs commandemenis respectifs, toutes les personnel qui
sont convaincues ou qui sont souponnes d'avoir pris part aux mas-
sacres et aux assassinats ordonns par Leclerc et Rochambeau.
Art. 2. Avant de procder l'arrestation d'un individu (comme
il arrive souvent que plusieurs peuvent tre innocents, quoique for-
tement souponns), nous ordonnons chaque commandant de
prendre toutes les informations ncessaires dans les recherches des
preuves, et surtout de ne pas confondre les rapports justes et sin-
cres avec les dnonciations qui sont souvent suggres par la haine
et la malveillance.

(1) Voyez, no 13, Proclamation, du 28 avril 1804, relative aux massacres
des Franais.






- 16 -


Art. 3. Les noms et prnoms des personnel excutes seront in-
scrits et envoys au gnral en chef, qui les rendra publics. Ces me-
sures sont adoptes pour avertir toutes les nations que bien que
nous donnions asile et protection ceux qui agissent envers nous
avec bonne foi et amiti, rien ne dtournera notre vengeance sur les
assassins qui ont pris plaisir se baigner dans le sang des innocents
enfants d'Haiti.
Art. 4, Si quelque chef, au mpris de ces ordres positifs du gou-
vernement, sacrifice son ambition, sa haine ou toute autre pas-
sion, des personnel don't la culpabilit n'est pas auparavant bien
assure et prouve, lui-mme il subira la mme punition qu'il au-
rait fait infliger, et les biens de tous officers injustes seront confis-
qus, moiti au profit du gouvernement, et l'autre moiti au profit
des parents des victims innocentes, s'il s'en trouve dans le pays
l'poque de la condemnation.
Sign : DESSALINES.
Pour copie conforme :
Sign : B. AIM, secrtaire.
Donn au quarter gnral des Gonaives, le 22 fvrier 1804, an Ior de
l'indpendance.



LIBERTY, INDPENDANCE OU LA MORT.

No 11. ARRT concernant les Franais naturaliss l'tranger.

Au Quarter gnral de Marchand, le 1er avril 1804, an Ier.

Le Gouverneur gnral,
Considrant que des Franais, proscrits et bannis de cette ile, sollicitent,
dans les pays neutres, des lettres de naturalisation, la faveur desquelles
ils voudront s'introduire dans le pays pour y semer la discorde;
ARRTE :
Art. 1. Tout Franais qui aura obtenu des lettres de naturalisa-
tion d'une puissance trangre, sera tenu de sortir du pays.
Art. 2. Les gnraux commandant les dpartements, arrondisse-
ments et quarters dans lesquels rsideront des Franais qui auront
obtenu des lettres de naturalisation de puissances trangres, de-






- 17 -


[18041


vrent fire parvenir au Gouverneur gnral les lettres desdits natu-
raliss avant d tre autoriss leur accorder un passport (1).
La prsente ordonnance aura son entire execution sous le plus
court dlai, la diligence des gnraux, commandants de dparte-
ments et d'arrondissements, et sera lue, publie et affiche partout
o il sera ncessaire.
Sign : DESSALINES.



N" 12. PROCLAMATION, qui relate un acte des colons, recomman-
dant le R.' .'i.1 ROCHAMBEAU au premier consul.

Quarter gnral de Marchand, le 1er avril 1804, an Ier.

Citoyens gnraux,
Si la resolution irrvocable que nous avons prise d'exterminer
nos oppresseurs avait besoin d'apologistes pris au sein d'Haiti, j'a-
dresserais chacun de mes concitoyens un exemplaire de la copie
de la pice que vous trouverez ci-incluse, pice qui seule, peut-tre,
a fait pleuvoir tous les maux sur nos ttes, mais appel notre ind-
pendance.
Braves co,pirii. d'armes, nous n'avons pas besoin de justifi-
cation, puisque notre vengeance ne peut jamais galer la some
d'injustices et d'atrocits de nos ennemis; mais la publicity que vous
donnerez cet acte dict par l'orgueil, le prjug et le despotisme
des colons, prmunira les nations, nos amies, contre les allegations
mensongres du petit nombre de nos ennemis chapps notre
just vindicte. Que dis-je? eet acte prouvera toutes les nations que
notre gouvernement, loin de refuse sa protection aux ngociants
trangers, a ddaign de rechercher ni d'inquiter, en aucune ma-
nire, ceux d'entre eux qui, pouvant vivre tranquilles sous les aus-
pices de la libert du commerce, et couverts du droit des gens, ont
eu l'impolitique gaucherie de signer une pareille pice.
A Dieu ne plaise que je confonde les hommes estimables qui ne
viennent dans notre le que pour enrichir leur patrie de nos produc-

(1) Voyez, no 8, Arrt, du 7 fvrier 1804, qui rgle quelques points im-
portants du service, etc., art. 18. No 12. Proclamation du 1ir avril, qui
relate un acte, etc.






[1804] 18 -
tions, et qui ne s'cartent jamais du respect qu'ils doivent aux lois
du pays qui les accueille, avec ces ngociants phmres, qui trati-
quent de l'honneur; mais je dois faire connatre au continent de
l'Amrique, la Jamaque, aux miles danoises et ,1'.ii,.) ,. que des
individus qui rclament d'un gouvernement, qui en obtiennent des
lettres de naturalisation, ne sont, pour la plupart, que des intrigants
franais ou des rengats indignes de l'attention des puissances qui
les adoptent, et qu'ils dshonorent (1).
En vain allguera-t-on que cette pice est revtue des signatures
de plusieurs hommes de couleur; que prouvera-t-on? sinon que ces
hommes, comprims par la terreur et l'injustice, ont d ncessaire-
ment, la faveur d'une teinte plus claire, se donner pour blancs, et
signer, comme tels, une pice qui n'a servi qu' les longer dans
l'abme de maux qu'ils ont creus de leurs propres mains.
J'avais t prvenu, Jrmie, que cette pice existait dans les
minutes du notaire CYR-PRVOST, au Port-au-Prince, et, en arrivant
dans cette ville, elle me fut premise.
Je n'ai pas cru devoir livrer l'impression une page de signa-
tures, par management pour certain trangers don't j'apprhende-
rais de trouble la tranquillity et de r' ,i r les records.
C'est vous, citoyens gnraux, surveiller scrupuleusement les
trangers brouillons qui seraient assez imprudents pour s'immiscer
dans les operations du gouvernement ; respectez-les, tant qu'ils ne
s'occuperont qu' porter l'abondance dans notre pays; mais qu'ils
en soient jamais exclus ceux qui ne respecteront pas nos lois;
souvenez-vous qu'aucune nation n'a le droit de nous gouverner de
la manire qu'il nous convient.
Quant aux Franais, croirez-vous encore que l'esprit de despo-
tisme ne dirigeait que les grands colons, quand vous voyez les Fran-
ais de la dernire classes, l'artisan qui, peine a franchi les bornes
de l'indigence, souscrire l'acte qui demand l'avilissement et l'es-
clavage des hommes qui les nourrissent.
Fortifiez-vous, citoyens gnraux, dans la haine que vous avez
jure cette nation froce. Puisse le tigre altr de sang, que les
colons ont appel comme leur sauveur et le restaurateur de leurs
droits, revenir nous combattre! Sa presence rallumera l'incendie
dans nos coeurs, et chacun de nos guerriers sentira tripler son au-

(1) Voyez, nO 11, Arrt, du ler avril, concernant les Franais naturaliss
l'tranger.






'19 [4804J

dace, et si 1 lili. fut le patrimoine des satellites d'un Corse, Ilati
doit tre leur tombeau.
Officers gnraux, en lisant cette pice, criez Aux armes et
souvenez-vous que votre pays ne peut exister qu'en criant aux armes
de six mois en six mois.
J'ai l'honneur de vous saluer,
Sign : DESSALINES.
Au quarter gnral de Marchand, le ter avril 1804, an ier de l'indpendance.

Copie de la pice ci-dessus mentionne.
MESSIEURS ET CHERS CONCITOYENS,
Lorsque la France, comblant enfin nos vux les plus chers, envoya
Saint-Domingue ses vaisseaux et ses soldats, pour reconqurir cette infortune
c.u... ,. -il, -1.. I1 ii de croire qu'il ft possible que le succs le plus clatant
ne couronnt pas cette entreprise. Vous aurez cependant appris dans quel
excs de calamits et de dsolation nous nous sommes encore vus successive-
ment entrans. Notre position a t telle, que nous avons pu craindre l'va-
cuation et un nouvel abandon de la part de la France.
C'est dans ces circonstances affreuses que la mort du capitaine gnral
LECLERC (i) a mis les rnes du gouvernement de Saint-Domingue entire les
mains du gnral ROCHAMBEAU.
Ds ce moment, la confiance renat, les colons se regardent comme sauvs.
Il semble que chacun d'eux vient de renouer un nouveau pacte dans son coeur
avec la mre-patrie. Saint-Marc, place important de l'ouest, qui allait tre
vacue, non-seulement se raffermit, mais mme encore, sur les ordres subit,
du gnral ROCHAMBsEA, envoie des secours en hommes au Port-au-Prince
don't tous les environs taient infests de brigands. Le sud prouve les mmes
impulsions, et les plans des malveillants y sont dconcerts. Le gnral en
chef ne tarde pas se rendre au Cap; peine il y parat... l'arme prend une
attitude plus militaire, la garde national se multiple et trouve de nouvelles
forces. Le Fort Dauphin est repris; le nom seul de RocHrAMBEAu fait trembler
les brigands; partout ils abandonnent leurs postes, et ils laissent enfin respirer
la parties du nord. Alors la colonie entire a reconnu, dans le gnral RocHAt-
BEAU, l'homme qui a dfendu la Martinique contre les Anglais, l'homme qui
fut embarqu par SONTHONAx et ses adherents, cause de ses vues favorables
au systme indispensable Saint-Domingue; l'homme, enfin, qui, depuis son
arrive avec cette dernire expdition,n'.~ .i-1. -'I. I, .'; 1,.'.. I. plus
saines et les plus consquentes; tous les colons s'crient donc d'une voix una-
nime : ROCHAMBEAU est le chef qu'il faut Saint-Domingue, et que r-
clame la chose publique.
Tel est, Messieurs et chers concitoyens, notre dsir le plus vif, qui de-

(1) Le gnral Leclerc mourut au Cap, le t1 brumaire an XI (2 novembre 1802).







[1804] 20 -
viendra certainement le vtre, puisqu'il est impossible qu'ayant tous les
mmes intrts, nos sentiments ne soient pas les mmes. Portez donc vos
vux et les ntres auprs du premier consul BONAPARTE, pour qu'il veuille
bien maintenir le gnral ROCHAMBEAU dans la place de capitaine gnral,
don't il a dj commenc remplir les functions d'une manire si glorieuse.
La triste experience du pass a d prouver au gouvernement, que vaine-
ment il nous enverrait des flottes et des armes nombreuses, s'il n'y joint pas
un chef qui connaisse les localits, les moeurs et les caractres des trois classes
d'hommes qui forment la masse de la population de Saint-Domingue. Un chef
loign par ses principles et sa morality, de ces vaines abstractions d'une fausse
philosophie, inapplicables dans un pays don't le sol ne peut tre fcond que
par des Africains, qu'une discipline svre doit comprimer; un chef probe
et imperturbable, qui rappelle sans cesse l'ordre ses subordonns, tant civils
que militaires, et sache punir exemplairement ceux qui se livrent cet es-
prit de rapine si funeste une colonie qui a besoin de tous ses moyens pour r-
parer ses pertes. Or, qui plus que le gnral ROCHAMBEAU peut offrir ces qua-
lits prcieuses? Lui qui, employ Saint-Domingue ds le commencement
de la revolution, y a suivi son dveloppement et ses progrs; lui qui a t t-
moin des excs auxquels les nouveaux libres se sont ports, et des calamits
qui ont pes sur la couleur blanche; lui qui a vu l'attachement des colons pour
la mre-patrie, leur dvouement et les sacrifices gnreux qu'ils ont d fair,
et qui les voit encore tous lesjours versant leur sang pour le maintien de ses
droits; lui, enfin, qui connait toute la duplicit, la sclratesse de l'ennemi
qu'il a combattre, et qui sait les moyens de le rduire et de se garantir
de ses atroces perfidies.
Soyez persuads, Messieurs et chers concitoyens, que lorsque nous deman-
dons le gnral ROCHAMBEAU pour nous gouverner, c'est que nous reconnais-
sons, et que nous sommes F, i,. d'une manire bien cruelle pour nous mfier
de ceux qu'on peut nous envoyer et que nous ne connaissons pas. D'ailleurs,
nous savons que l'me noble et gnreuse de ce loyal militaire sera flatte
de la dmarche de ses concitoyens, et que dans la ncessit de faire le bien
et de continue comme il a commenc, il prendra soin de justifier, par sa
conduit, ce que nous faisons aujourd'hui : c'est en quelque sorte un en-
gagement que nous contractors en son nom avec la France.
Obtenez, Messieurs et chers concitoyens, du premier consul BONAPARTE,
ce que nous dsirons avec tant d'ardeur, et nous osons vous promettre que
Saint-Domingue renaltra de ses cendres, et versera encore, dans le sein de
la mtropole, des products qui augmenteront son commerce, et seront pour
elle une nouvelle source d'abondance et de prosprit (i).
Sign : GRAND-TORBES, ng.; T. GOUJAME, ng.; REYNAUD-BARBARIN, neg.;
V. BERTRAND; BRCHON, ng.; COMTE, hab.; PEIRE et GRAVES, ng.;
DuBaoI-MARTIN, hab.; DUCRABON, hab.; MATHIEU DUPOTET, ng.; CORNIL-

(1) Le garal Rochambeau fut nomm par le premier consul, gnral en chef et capitaine
gnral de la colonie, le 13 nirse an XI (3 janvier 1803).







[18041


I.ON, hab.; HEGNARD et Gov, ng.; J. DUPUY, ng.; E.-J. GUIEN, BION et
LEFEVRE, ng.; O'GORMAN, hab.; PASCHER, hab.; PAtBLARD, hab.; SIMON,
hab.; L. l'..t1I., hab.; MOREL-GUIRAMAND, hab.; J.-B. GESLAIN, hab.;
SAINT-LGER, hab.; J. KEYNES, hab.; MEYNARDIE et PICARD, ng., COT-
TELLE; J. PATTERSON, ng.; BOOT et TUNHOH, ng.; BARBANOIS, hab.
prop.; CORPeON-DELAUNAY, ng ; BORN, hab.; DUVAL-SANADON, hab.;
J. DUMOUTIER, ng.; J. THIRZAN; LAHENS ain, hab.; O'ROURKE, hab.;
SiouRET-DucouDRAY; J. DAMANO, hab.; RoY-LAREINTRIE, hab.; ROBIN,
lab.; PARADES, hab.; P. RAOUL; CHVRLESTIGUY; LAFARGUE et Co; COTTIN,
not. et hab.; VIALLET, hab.; PERDEREAU ; A. BONGARS, hab.; Nicolas Du-
MAHAUT, hab.; LECI.ERC, piop.; J. BROUET, hb. J. J. BossANT,hab.; GRAND,
hab.; DOLEYRES; GRAVILLIERS, hab.; I OIlIN-ROBERGEOT LARTIGUE; L. KEl-
CAno; BESSAIGNET, hab.; T.-L. MIALLET, hab.; J.-F. MONOSIER, ng.; DE-
i.oRME, hab.; MARTEL, hab.: MAGNAN, prop.; POULLANET, prop.; J.-N. RE-
GNOLOT pre, ng.; J. ACARD, ng.; DIGNERON, hab.; VALUC; LoBO DAN-
DRODE; SOLLART, ng.; CAMPFArANC, ni'g.; THIER-HICARD, ng. et hab.;
J. GILLARD; DELINCi, prop.; SMITHet DANRON, ng.; P. LEVAUX, marchand;
ROSSIGNOL-GIarnMON, prop.; BOISROBERT, hab. plop.; G. GRASSET; LE-
TOURNEUR, prop.; A. FOIRNIER; ROBIN, ng.; PERRIN; ViGNER, prop.:
MEER(ERON, hab.; PEYR.T, prop.; CONET-MONTARAND; SARTHE, pr)Il.;
ARCHER, hab. des Gonaves; DELISLE, prop.; FITZ-GRALD; RcG oON-
LiVRIGUAIS, prop.; ROBioN-SALo. Mo-io, prop.; L. SoiNEAu, prop.; Lous -
P'R, prop.; CHEVAS; DUPORTL, ng.; D. PLESSYS, ng.; D. ESPINASSE,
marchand prop.; B. BRACHER; GRASSET an; F. GUILLERS, ng.; DUBORG;
CONTE, hab.; LEPORTE, prop.; BOURGEOIS-DESSOUICES, hab. prop.; Tnou-
RoN; MOREAU,liab.; P. CONSTANTIN; WIET,hab.; B. LACAZEetFERRABOUC.

LIBEuTIE OU LA MORT.

No 13. PROCLAMATION relative au massacre des Franais.

Quarter gnial du Cap, le 28 avril 1804, an I"r.
.I.-.lacues IDESSALINES, gouiverncii0 g Iral, aux habliants d'liati.
Des forlaits, jusqu'alors inous, faisaient friiiiir la nature, la me-
sure tait it son comble... Enulin l'heure de la vengeance a soinii, et
les implacables ennemis des droits de l'honiiie ont subi le chtiment
d il leurs crimes.
J'ai lev mon bras, trop longtemps retenu, sur leurs ttes cou-
pables. A ce signal, qu'un Dieu just a provoqu, vos mains, sainte-
ment armes, ott port la hache sur l'arbre antique de l'esclavage
et des prjuges. En vain le temps, et surtout la politique infernale
des Europens, l'avaient environn d'un triple airain ; vous avez
d. p1.ulii, son armure, vous l'avez place sur votre cur, pour deve-


- 621 -






[t804] ~2 -
nir (comme vos ennemis naturels), cruels, impitoyables. Tel qu'un
torrent dbord qui gronde, arrache, entraine, votre fougue venge-
resse a tout emport dans son course imptueux. Ainsi prisse tout
tyran de l'innocence, tout oppresseur du genre human.
Quoi donc! courbs depuis des sicles sous un joug de fer, jouets
des passions des homes, de leur injustice et des caprices (du sort;
victims mutiles de la cupidit des blancs franais, aprs avoir en-
graiss de nos sueurs ces sangsues insatiables avec une patience,
une resignation sans example, nous aurions encore vu cette horde
-.. ii.;-.., attenter notre destruction, sans distinction de sexe ni
d'ge ; et nous, homes sans nergie, sans verlu, sans dlicatesse,
nous n'aurions pas plongs dans leur sein nos bras !. -.*i. .' Quel
est ce vil If!li.-r, si peu digne de sa rgnration, qui ne croit
point avoir rempli les dcrets ternels en exterminant ces tigres
altrs de sang? S'il en est un, qu'il s'loigne, la nature indigne
le repousse de notre sein ; qu'il aille cacher sa honte loin de ces
lieux :l'air qu'on y respire n'est point fait pour ses .1i : ,r,-' gros-
siers ; c'est l'air pur de la libert, auguste et triomphante.
Oui, nous avons rendu, ces vrais cannibales, guerre pour
guerre, crimes pour crimes, outrages pour outrages. Oui, j'ai sauv
mon pays, j'ai veng l'Amrique. Mon orgueil et ma ..lir, sont
dans l'aveu que j'en fais la face des mortels et des dieux. Qu'im-
porte le ji., niii que prononceront sur moi les races contempo-
raines et futures ? J'ai fait mon devoir, ma propre estime me rest;
il me suffit. Mais que dis-je ? La conservation de mes malheureux
frres, le tmoignage de ma conscience ne sont pas ma seule rcom-
pense; j'ai vu deux classes d'hommes ns pour s'aimer, s'entrai-
der, se secourir, mles enfin et confondues ensemble, courir la
vengeance, se dispute l'honneur des premiers coups.
Noirs et jaunes, que la duplicit raffine des Europens a cherch
si longtemps diviser, vous qui ne faites aujourd'hui qu'un mme
tout, qu'une seule famille, n'en doutez pas, votre parfaite rconci-
liation avait besoin d'tre scelle du sang de vos bourreaux. Mmes
calamits ont pes sur vos ttes proscrites, mme ardeur frapper
vos ennemis vous a signals, mme sort vous est rserv, mmes
intrts doivent donc vous rendre jamais unis, indivisibles et in-
sparables. Maintenez cette prcieuse concorde, cette heureuse har-
monie parmi vous; c'est le gage de votre bonheur, de votre salut,
de vos succs; c'est le secret d'tre invincible (1).

(1) Voyez, no 23, Constitution impriale d'flaiti, du 20 mai 1805, art.14.






23 [1. S)iJ
Faul-il, pour resserrer ces nuds, vous retracer le course des
atrocits commises contre notre espce: le massacre de la popula-
tion entire de cette le, mdit dans le silence et le sang froid du
cabinet ; l'excution de cet affreux project, moi propose sans pu-
deur (1), et dj entame par les Franais avec ce front calme et serein
accoutum de pareils forfaits; la Guadeloupe saccage et dtruite;
ses ruines encore fumantes du sang des enfants, des femmes et des
vieillards passes au fil de l'pe; PLAGE, lui-mme, victim de leur
astuce, aprs avoir lchement trahi son pays et ses frres; le brave
et immortel DELGRESSE, emport dans les airs avec les dbris de son
fort, plutt que d'accepter des fers? Guerrier magnanime! ton noble
trpas, loin d'tonner notre courage, ne fait qu'irriter en nous la
soif de te venger on de te suivre (2). Rappellerai-je encore votre
souvenir les trames tout rcemment ourdies Jrmie; l'explosion
terrible qui devait en rsulter, malgr le pardon gnreux accord
ces tres incorrigibles, l'expulsion de l'arme franaise; leurs
missaires leur ont rpondu propos dans toutes les villes pour sus-
citer une nouvelle guerre intestine; le sort deplorable de nos frres
dports en Europe; enfin, le despotisme effroyable, prcurseur de
la mort, exerc la Marlinique? Infortuns Martiniquais! que ne
puis-je voler votre secours et briser vos fers! Hlas! un obstacle
invincible nous spare... Mais peut-tre une tincelle du feu qui

(1) Le gnral LECLERC crivit de sa propre main l'ordre de lever une arme
de 5,000 hommes pour exterminer les multres, et remit au gnral Des-
salines 500 doubles louis pour les frais de cette expedition.
(Boisrond-Tonnerre, Urin~.,,'' pour servir l'histoire d'Haiti, p. 47.)
(2) Magloire 'lage, home de couleur, n la Martinique. Lors des pre-
miers troubles de cette colonie, il crut en la bonne foi des planteurs, et prit
parti pour eux. Il se battit contre les Anglais, lors du sige de 1794, et fut
fait lieutenant sur le "hamp de bataille. Nomm, en France, capitaine des
grenadiers du bataillon des Antilles, il se couvrit de gloire la prise de
Sainte-Lucie, en 1795; fait prisonnier l'anne suivante, ilfut chang en 1798,
et servit Fcamp, Morlai, et obtint, en 1799, le brevet de chef de bri-
gade, pour partir comme aide de camp de l'agent Jeannet. Malgr le dcret
du 28 mai 1802, pour le rtablissement de l'esclavage, il ne continue pas
moins servir aveuglment la cause des colons et des agents du gouvernement
contre ses frres, que des vexations ritres et le dcret avaient exasprs.
Tant de dvouement ne put le soustraire la haine de ceux-l mmes qu'il
avait servis. Il fut embarqu pour France, o il resta incarcr pendant seize
mois. Remis aprs ce temps en libert sans jugement, il fut employ, dans
son grade de colonel, la guerre d'Espagne. Il mourut aprs la.bataille da
Vittoria des suites des fatigues de cette guerre.






[1804]


nous embrase jaillira dans votre me ; peut-tre au bruit de cette
commotion, rveills en sursaut de voire lthargie, revendiquerez-
vous, les armes la main, vos droits sacrs et imprescriptibles.
Aprs l'exemple terrible que je viens de donner, que tt ou tard
la justice divine dchane sur la terre de ces ainis fortes, au-dessus
des faiblesses du vulgaire, pour la perte et l'eliroi (les imchanits;
tremblez, tyrans, usurpateurs, flaux dlu Nouveau-Monde ; nos poi-
gnards sont aiguiss, vos supplies sont parts Soixante mille
hommes, quips, aguerris, dociles mes ordres, brllent d'offrir
un nouvel holocaust aux mnes de leurs li'res gorgs. Qu'elle
vienne cette puissance assez folle pour oser m'allaquer !)j, son
approche, le gnie irrit d'ilaili, sorlanii ii sein des mers, apparat;
son front menaant soulve les lots, exci[e los temptes ; sa main
puissante brise ou disperse les vaisseaux ; a sa; voix redoubtable, les
lois de la nature obissent ; les maladies, la peste, la taiim dvorante,
l'incendie, le poison violent sa suite... Mais pourquoi computer sur
le secours du climate et des lments? Ai-je donc oubli que je com-
mande des mes peu communes, nourries dans l'adversitf, don't
l'audace s'irrite des obslacles, s'accroit par les dangers? Qu'elles
viennent donc ces cohorts homicides; je les atllnds de pied lferne,
d'un oil fixe. .e leur abandoned sans peine le rivage et la place ou
les villes ont exist ; mais malheur a celui qui s'apiro,'lhera trop pres
des montagnes Il vaudrait mieux pour lui que Liii ii e i'eit i i.ll
dans ses profonds abiimes, que d'ctre dvor par l: i:,'l''e des enfails
d'Hati.
Guerre mort aux tyrans Voilt ma devise ; liberty, indpen-
dance : voil notre cri dle ralliement.
Gnraux, officers, soldats ; peu semblable i celu qui uim':a pr-
cd, l'ex-gtin ral T... iT-LotcEv irTn:, j'ai ati lidile a la pro-
messe que je vous ai laile en prenant les armies conlre la tyraniie ;
et tant qu'un rest de souffle in'animiira, je le tiendrai, ce serment.
Jamais aucun colon ni Europetn n melttra le pied sur ce territoire

Delfres ou Delqresse, home lde couleur de la Guadeloupe, Chef de batail-
lon, aide de camp de l'agent Baco, il donna, on diverse occasions, des preuves
de dvouement et de fidlit i la F'rance; mais aprs la publication du dcret
du 28 mai 1802, voyant les intentions ultrieures des colons, manifestoes par
des tentatives hostile aux classes de couleur, il se joignit aux rvolts de
la Guadeloupe, qui avaient pris les airm-es pour conserve leur liberty, et se
fit sauter d'Anglemont, avec 400 des siens, plutt que de subi' l'autorit
,le coux qui voulaient retablir l'cc!avago dIns la coloii.


- )4 -






25 [1804]
titre de matre ou de propritaire (1); cette resolution sera dsor-
mais la base fondamentale de notre constitution.
Que d'autres chefs, aprs moi, creusent leur tombeau et celui de
leurs semblables, en tenant une conduite diamtralement oppose
la mienne, vous n'en accuserez que la loi inevitable du destin qui
m'aura enlev au bonheur et au salut de mes concitoyens ; mais
puissent mes successeurs suivre la march que je leur aurai trace !
C'est le systme le plus propre consolider leur puissance : c'est le
plus digne homage qu'ils pourront rendre ma mmoire.
Comme il rpugne mon caractre et ma dignit de punir quel-
ques innocents des fautes de leurs semblables, une poigne de blancs,
recommandables par la religion qu'ils ont toujours professe, qui,
d'ailleurs, ont prt serment de vivre avec nous dans les bois, a
prouv ma clmence. J'ordonne que le glaive les respect, et qu'on
ne porte aucune atteinte leurs travaux ni leur conservation.
Je recommande de nouveau etj'ordonne tous les gnraux de d-
partements, commandants d'arrondissements et de places, d'accorder
secours, encouragement et protection aux nations neutres et amies,
qui voudront tablir avec cette le des relations commercials (2).
Au quarter gnral du Cap, le 28 avril 1804, l'an Ier de l'indpendance.
Le gouverneur gnral,
Sign : DESSALINES.
Pour copie conforme :
Le secrtaire gnral, Sign: Juste CHANLATTE.


No 14. INSTRUCTIONS du ministry des finances aux administra-
teurs principaux des dpartements.
Quarter gnral du Cap, le 4 mai 1804, an I1r.
Le Ministre des finances,
Considrant qu'il est urgent de faire connaltre aux administrateurs prin-
cipaux, et tous les employs charges du service de l'administration, le
mode de comptabilit provisoire qui doit fixer chacun les devoirs que leurs
places leur imposent;

(1) Voyez, n 23, Constitution impriale d'Hasti, du 20 mai 1805, dcla-
ration prliminaire, art. 12; Dispositions gnrales, art. 12.
(2) Voyez, no 19, Ordonnance du 22 octobre, portant defense aux Hatiens
de sortir du pays; et no 23, Consitution impriale d'Hatti, dispositions g-
nrales, art. 25.






[1804] 26 -
Considrant, en outre, qu'il est de toute ncessit de prendre les moyens
les plus efficaces pour arrter le commerce illicite et frauduleux des cafs,
que font les propritaires avides de gain; d'aprs l'approbation du Gou-
verneur gnral de l'le d'Hati, annexe la prsente;
ARRTE ce qui suit :
Art. 1er. Les administrateurs principaux se conformeront stricte-
ment mes instructions prliminaires du 12 avril (1), et celles du
Gouverneur gnral, du 7 i. ir, r 1804 (2); ils me front parvenir
tous les mois, rgulirement, un tat gnral de leurs operations.
Ces situations donneront les rsultats de chaque branch du service
d'administration, d'aprs le mode de comptabilit ci-aprs :
RECETTES: DPENSES:
Importation. Approvisionnement.
Exportation. Habillement, quipement.
Quart de subvention. Travaux, fortifications.
Domaines et biens rgis. Marine.
Confiscations et ventes des biens Soldes de troupe.
des proscrits. Traitement d'employs.
Divers fermages ou loyers de maison.
Art. 2. Les administrateurs principaux donneront aux directeurs
des domaines et des douanes, aux trsoriers, aux garde-magasins,
des instructions dtailles sur la tenue de leurs livres et sur toutes
les branches de leur service respectif, en se rapprochant toujours, le
plus qu'il sera possible, du present mode de comptabilit gnrale.
Art. 3. Les directeurs des domaines se front rendre compete,
tous les mois, par les prposs sous leurs ordres, de la solution des
biens rgis et de ce qu'aura produit le quart de subvention ; ils
donneront, cet effet, aux prposs des instructions,dans lesquelles
se trouvera consign le mode de comptabilit qui leur est propre.
Ces situations me seront transmises tous les mois par les directeurs
des domaines (3).
La Plupart des administrateurs, ne donnant leurs soins qu' la
parties du service qui se trouve sous leurs yeux, n'tdedent pas leurs
surveillance et leurs sollicitudes sur les operations des prposs

(1) Nous n'avons pu nous procurer cette pice.
(2) Voyez, no 8, Arri du gouverneur gnral, du 7 fvrier 1804, que rgle
quelques points importntls du service militnire. etc., art. 15.
(3) Voyez, no 8, Arri', du 7 fvrier, du Goirerieur gtiiid, etc., art. 2.






27 [1804]
loigns dont beaucoup tiennent une comptabilit mal tablie, tant
par le dfaut de lumires que d'instructions.
(la suite manque.)
vement statu sur les rglements relatifs aux diverse branches de
l'administration.
Au quarter gnral du Cap, le 4 mai 1804, l'an IJr de l'indpendance.
Le gnral de division, conseiller d'tat, ministry des finances,
Sign : VERNET.
J'ordonne que le present mode d'organisation soit excut provi-
soirement, jusqu' l'poque o j'aurai status en dernier resort sur
les diverse branches de l'Administration.
Le gouverneur gnral,
Sign : DESSALINES.
Pour copie conforme :
Le secrtaire du ministry des finances, Sign : VASTEY ain.


LIBERTY OU LA MORT.

No 15. PROCLAMATION de Jean-Jacques DESSALINES, gouverneur
gnral, aux habitants de la parties espagnole (1).

Quarter gnral du Cap, le 8 mai 1804, an Ior.
A peine l'arme franaise a-t-elle t expulse 1 1, que vous vous
tes empresss de reconnatre mon autorit ; par un movement
libre et spontan de votre cur, vous vous tes i ,i..' sous mon
obissance. Plus port la prosprit qu' la ruine de la patrie que
vous habitez, j'ai accueilli favorablement cet homage. Ds ce mo-
ment je vous ai considrs come mes enfants, et ma loyaut pour
vous ne s'est pas dmentie. Pour plus grande preuve de ma solli-
citude p i i, Ii l., dans les endroits soumis mon pouvoir, je n'ai
prpos pour chefs que des hommes pris et choisis dans votre sein.
Jaloux de vous computer au rang de mes amis, pour vous donner

(1) Voyez, no 22. Adresse de l'Empereur au people, et le Journal de la
champagne de Santo-Domingo, du 12 avril 1805.
(2) Le 10 octobre 1803, les Franais sont expulss du Port-au-Prince; le
17, des Cayes; le 28 novembre,du Cap; le 2 dcembre,du Mle Saint-Nicolas.






[1804]


- 28 -


tout le temps de vous raconnatre et pour mieux m'assurer de votre
fidlit, j'ai jusqu'ici retenu l'ardeur bouillante de mes soldats. Dj
je m'applaudissais du succs de mes soins, qui ne tendaient qu'a
prvenir l'effusion du sang; mais un prtre fanatique n'avait pas
encore souffl dans votre mi la. rage qui le domine; mais l'insens
FEnRAND n'avait pas encore distill parmi vous les poisons du men-
songe et de la calomnie (1). Des crits, enfants par le dsespoir et
la faiblesse, ont circul; aussitt plusieurs d'entre vous, sduits par
des insinuations perfides, briguent l'amiti et la protection des Fran.
ais; ils osent outrage mes bonts, se coaliser avec mes cruels en-
nemis. E. -' -.'l.-, ii. il':.'. z : sur le bord du prcipice creus sous
vos pas, vous sauvera-t-il ce ministry nergumne, lorsque, le fer et
la :lii la main, je vous poursuivrai jusqu'en vos derniers re-
h .iiii'hieni i .' Ah! sans doute, ses prires, ses grimaces, ses reliques
ne pourront m'arrter dans ma course. Vous prservera-t-il de ma
just colre, cet officer aussi vain qu'impuissant, quand je l'aurai
enseveli, lui et ce ramas de brigands qu'il command, sous les d-
combres de votre capital? Que tous deux ils se rappellent que c'est
devant mes phalanges intrpides que toutes les resources, tout l'art
des Europens ont chou; que c'est dans mes mains victorieuses que
le destin du capitaine gnral ROCHAMBEAU a t remis. Pour entraner
les Espagnols dans leur parti, ils rpandent le bruit que des btiments
charges de troupes viennent d'arriver Santo-Domingo. Que n'est-ce
la vrit?Ils ne se doutent pas qu'en diffrant jusqu'ici d'aller les
attaquer, mon principal objet tait de les laisser augmenter la masse
de nos resources et le nombre de nos victims. Pour jeter la m-


(1) Le gnral FERRAND commandait Monte-Christ, lorsqu'il reut,
comme ses autres collgues, l'ordre de capituler avec les Anglais. Au lieu
d'obtemprer cet ordre, il march sur Santo-Domingo, alors sous le com-
mandement du gnral KERVERSEAU. Il gagna la garnison de cette ville, em-
barqua le gnral KERVERSEAU pour France, et resta seul matre de la place,
qu'il dfendit contre Dessalines. Il se brUla la cervelle plutt que de survive
a sa dfaite Palo Hincado, le 7 novembre 1808.
Parmi les prtres qui excitaient le plus les Espagnols contre Dessalines,
elpadre Vivws tait le plus fanatique. A la tte de ses ouailles, qu'il ne
quittaitjamais, il tait de toutes les sorties tentes par la garnison de Santo-
Dominge. contre les assigeants. Il ne retourna sa cure qu'aprs la leve
du sige. Il est probable que c'est ce prtre que le Gouverneur gnral a
voulu designer ici.









fiance et la terreur, ils ne cessent de retracer le sort que les Fran-
ais viennent de subir. Mais ai-je eu raison de les traiter ainsi? Les
torts des Franais appartiennent-ils aux Espagnols? Et dois-je pour-
suivre sur ces derniers les crimes que les premiers ont conus, or-
donns et excuts sur notre espce ? Ils assurent effrontment que,
rduit chercher mon salut dans la fuite, j'ai t cacher ma dfaite
dans la parties sud de cette ile. I bien! qu'ils apprennent donc que
je suis prt, que la foudre va tomber sur leurs ttes! Qu'ils sachent
que mes soldats, impatients, n'attendent qu'un signal pour aller re-
conqurir les limits que la nature et les lments nous ont assi-
-ii,'.~-! Encore quelques instants, etj'crase les dbris des Fran-
ais sous le poids de ma puissance.
Espagnols vous qui je m'adresse, uniquement parce que je
voudrais vous sauver; vous qui, pour avoir tergivers, n'existerez
bientt qu'autant que ma clmence daignera vous pargner, il en
est temps encore : abjurez une erreur qui vous est si funeste, rom-
pez tout pacte avec mon ennemi, si vous voulez que votre sang ne
soit pas confondu avec le sien. Nommez-moi bien vite la parties de
votre territoire sur laquelle mes premiers coups doivent tre ports,
ou instruisez-moi si je dois frapper indistinctement sur tous les points.
Je vous donne quinze jours, dater de la notification de la prsente
proclamation, pour me fire parvenir vos dernires intentions et vous
rallier sous mes tendards. Vous n'ignorez pas que tous les chemins
qui aboutissent Santo-Domingo nous sont families; que, plus d'une
fois, nous avons vu fuir devant nous vos bandes disperses En un
mot, vous savez ce que je puis, ce que j'ose ; songez votre salut.
Recevez ici la promesse sacre que je fais de ne rien entreprendre
centre votre sret personnelle ni contre vos intrts, si vous sai-
sissez cette occasion de vous montrer dignes d'tre admis au nombre
des enfants d'lati.
Au quarter gnral du Cap, le 8 mai 180 1, an Ier de l'indpendance.
Le gouverneur .i '.'-..1,
Sign ; DESSALINES.

Pour copie conforme :
Le secrtaire gyinral, Sign : Juste CHANLATTE.


- 1)9 -









No 16. TARIF du page du bac tabli sur la rivire du haut du Cap.

Quarter gnral du Cap, le 18 mai 1804, an lar.
Chaque personnel pied, sans baggage, un demi-escalin; esoel. 1 .es.
ci . . . .. . 1.
Chaque personnel, avec l .... i-. de quelque nature qu'il
soit, un escalin; ci. .... . . .
Chaque personnel cheval, non charge, un escalin et
dem i; ci.. . .. 1
Chaque personnel cheval charge, deux escalins; ci. 2
Chaque chaise ou voiture de luxe, charge d'une ou
plusieurs personnel, ou vide, attele de deux ani-
maux, quatre escalins; ci. . . .. 4
Chaque cabrouet attel, non charge, trois escalins; ci. 3
Chaque cabrouet attel, .h ir. quatre escalins; ci. 4
11 sera pay pour chaque animal d'attelage, au-dessus
de deux, un demi-escalin; ci . . .. 1
Pour une chaise ou un cabrouet non attel, deux esca-
lins; ci. ....... .....
Pour une barrique de sucre ou de sirop, trois esca-
lins; ci . . .. .. .. 3
Pour une barrique de vin, deux escalins; ci. . 2
Pour un tieron, un escalin; ci. . . .. 1
Pour un sac, un demi-escalin; ci. . . .. 1
Pour chaque cheval, mulet, beuf ou bourrique, un
escalin; ci . .. . .. .
Pour chaque veau, mouton, cochon et cabrit, un demi-
escalin; ci . . . . 1
Tous les citoyens sont obligs de payer le passage du bac, con-
formment au tarif ci-dessus. Seront exempts du paiement dudit
tarif, tous les militaires allant en mission ou en garnison, ou ceux
qui en reviennent, ou toutes autres personnel charges des dp-
ches des autorits suprieures.
Fait au quarter gnral du Cap, le 18 mai 1804, l'an Ier de l'indpendance.
Le gnral de division, conseiller d'tat, et commandant de division
du Nord.
Sign : HENRY-CHRISTOPHE,


- 30 -







[-1804]


N Il. ORDnI DIES CRMONIES du couronnement de Jean-
Jacques DESSALINES, empereur d'[laiti (1).

Port-au-Prince, le 6 septembre 1804, an Ier.
Le 8 octobre, 2 heures prcises, routes les troupes de la garni-
son se rendront au Champ-de-Mars, dans le meilleur ordre possible,
et se formeront en bataillons carrs.
Un dtachement de grenadiers former aussitt une haie jusqu'
la maison du commandant gnral de la division.
A 3 heures, loutcs les autorits civiles et militaires s'assembleront
chez le gouverneur, et elles se rendront ensuite au Champ-de-Mars,
dans l'ordre suivant :
Un peloton de grenadiers. Les instituteurs et un grand nom-
bre de leurs lves. -- La dputation du corps des artisans, prc-
de d'un de ses principaux membres. Une dputation de com-
merants trangers, prcde d'un de ses membres. Une dpu-
tation des commerants d'laiti, prcde d'un de ses membres. -
Les juges et les officers ministriels Les officers de l'arme
attachs la division. Les officers de la marine militaire. -
L'tat-major de la place et celui des environs. Les administra-
teurs et leurs employs. Le gnral commandant les divisions,
accompagn de son tat-major. Un peloton de grenadiers.
En arrivant au Clump-d. -M1 i -, tous les tambours battront une
march, et le cortge approchera d'un amphithtre construit cet
effect.
On lira, haute et i, li i.il.l,. voix, l'acte annonant la nomina-
tion de l'Empereur.
Une salve d'artillerie, qui sera rpte par tous les forts de la
ville et par les btiments du port, suivra la lecture de l'acte.
Alors la crmonie du couronnement se fera sur un trne lev au
milieu de l'amphithtre, et environn de tous les grands de l'empire.
La crmonie sera annonce par une triple dcharge d'artillerie
et de mousqueterie.
Ensuite, les troupes d. iil, rnt du ct de l'glise, et se rangeront
en bataille.

(1) Voyez, no 7, Acte, du 25 janvier 1804, qui nomme le gouverneur g-
nral Dessalines, empereur; et no 9, Proclamation, du 15 fvrier suivant,
du Gouverneur gnral, qui accepted le titre d'empereur.







[1804] 32 -
Le cortge, dans l'ordre indiqu ci-dessus, se rendra l'glise,
o l'on chantera un Te Deum en actions de grces de cette journe
mmorable.
Pendant le Te Deum, il y aura une autre dcharge d'artillerie et
de mousqueterie.
Aprs le Te Deum, le cortge retournera dans le mme ordre la
maison du gnral de division.
La fte sera termine par une grande illumination dans les quar-
tiers de la ville.
Donn au Port-au-Prince, le 6 septembre 1804, la Ire anne del'indpen-
dance.
Le gnral de division, Sign : PTION.


LIBERTY OU LA MORT.

No 18. ORDONNANCE qui defend aux capitaines de btiments
trangers de dtailler eux-mmes leurs cargaisons.

Au Cap, le 15 octobre 1804, an Ie'.

JACQUES I", Empereur d'IHati,
Inform que les capitaines des btiments amricains, arrivant dans les
diffrents ports de notre empire, vendent en gros et en dtail, avec les pe-
tits marchands, leurs cargaisons;
Considrant que cela ne peut tre que prjudiciable au commerce et
favoriser la sortie de tout le numraire de l'ile;
Voulant mettre fin tous ces abus,
Veut et entend ce qui suit, pour tre excut dans sa force et teneur :
Art. ler. Dfendons trs expressment tous les capitaines des b-
timents .'li:,i!.. i qui arriveront dans un port de notre Empire de
vendre leurs c: ii-,ii en dtail aux marchands ou particuliers (1).
Art. 2. Les ngociants tablis en vertu de nos lettres-patentes,
auront seuls le droit de traiter, par un ou plusieurs, les cargai-
sons (2). Art. 3.

(1) Voyez, no 34. Dcret, du fer aot 1805, relatif au cautionnement des
btiments trangers par des maisons haitiennes, art. 2.
(2) Voyez no 36. Dcret du 6 septembre 1805, relatif la consignation des
btiments trangers, art. 2.








Art. 3. Tous i.l''~;ii t-. trangers ou indignes, qui recevront
directement des btiments leur consignation, ne pourront vendre
les marchandises en dtail, et se conformeront l'article II, pour
la vente de leurs cargaisons.
Art. 4. Ne pourront, nanmoins, lesdits ngociants, traiter avec
lesdits btiments trangers, pour leurs cargaisons, qu'aprs que
l'administration aura lfait le choix des articles ncessaires au besoin
de l'arme (1).
Art. 5. Les contrevenants la prsente ordonnance, seront con-
damns une amended de trois cents gourdes pour la premiere fois,
et cinq cents en cas de rcidive.
Mande et ordonne au Gnral ministry des fi,.iii, *, aux gnraux
de division et de brigade, aux administrateurs principaux et parti-
culiers, de tenir la main chacun en ce qui le concern.
Donn en notre palais imperial du Cap, le 25 octobre 1804, Ire anne de
l'indpendance, et de notre rgne le ter.
Sign : JACQUES l".
Par l'Empereur :
Le chef d'escadron, Sign : DIiquoT.



LIBERTY OU LA MORT.

N 19. ORDONNANCE portant defense aux Hatiens de sortir du
pays (2).
Au Cap, le 22 octobre 1804, an I~r.

JACQUES Ier, Empereur d'Hati, etc.
Vu la protection et la bienveillance qu'il accord aux trangers qui ont
des relations commercials avec cette le, qui, bien loin de s'occuper que
de leur commerce et de respecter les lois du pays avec lequel ils traitent,
tiennent la conduite la plus extraordinaire, en facilitant l'vasion des
hommes et femmes de couleur, naturels du pays.

(1) Voyez no 8. Arrt du 7 fvrier 1804, qui rgle quelques points impor-
iants du service militaire, etc., art. 14.
(2) Voyez no 13. Proclamation, du 28 avril 1804, relative au massacre
des Francais.


- 33 -


[l8(114







[1."i 1i'j


- 34 -


Veut et entend ce qui suit, pour tre excut dans loute l'tendue
de ses tats :
Art. 1e'. Tout btiment tranger, arm ou non, bord duquel il
se trouvera une ou plusieurs personnel indignes qui seront enleves
de ce pays pour tre conduites l'tranger, le capitaine sera arrt,
mis en prison pour dix mois, et ensuite il sera renvoy dans son pays,
avec ordre de ne plus reparatre dans Hati; le btiment et la car-
L-.ii.,i seront confisqus au profit de l'Etat.
Art. 2. Tout indigne pris bord desdits 1,'lliuiiits trangers,
sera fusill en place publique (1).
Les gnraux de division et de hl ii I'-,. les commandants d'ar-
rondissement et de place, sont charges de l'excution de la prsente
ordonnnance, chacun en ce qui le concern.
Fait notre palais imperial du Cap, la 22 octobre 1804, l'an Ier de l'in-
dpendance, et de notre rgne le Ier.
Sign : JACQUES.
Par 1'ET11..'.r ur :
Le chef d'escadron, prs Sa Majest impriale, sign : CARBONNE.


LIBERTY OU LA MORT.

No 20. ORDONNANCE relative au recensement.

Au Cap, le 25 octobre 1804, an le .
JACQUES l'r, Empereur d'Haiti, etc.
Sa Majest ayant jug ncessaire, pour le bien public, de connatre la
population des individus des deux sexes rsidant actuellement dans les villes
de son empire;
Considrant qu'une grande parties des habitants abandonnent la champagne
pour se rfugier dans les villes, sans nul moyen d'existence;
Considrant en outre que ces mmes individus peuvent devenir trs dange-
reux la chose publique, par leur tat de misre, soit en fomentant des troubles
intrieurs, soit en cherchant passer dans les pays trangers, par la crainte
des faux bruits que des malveillants rpandent, notamment dans la ville
du Cap (2);
Considrantenfin qu'il est trs urgent de prendre des measures promptes et

(1) Voyez no 8. Arrt du7 fvrier 1804, qui r.'.i 'l1.i. /i..i,,/i ;r,i,,.r ,,,,,.
du service, etc., art.9. -No 23. Constitution impriale d'Haiti, du 20 mai 1805,
art. 7. No 20. Ordonnance du 25 octobre, relative au recensement.
(2) Voyez no 19. Ordonnance du 22 octobre, portant defense, etc., art. 2.








efficaces pour rprimer de tels abus; vu les ordres ritrs qui ont t donns
aux diffrents chefs de renvoyer la culture des personnel sans aveu, rsi-
dant dans les villes; et d'aprs la negligence qu'ils y ont mise jusqu' ce
moment,
Veut et entend, Sa Majest, ce qui suit, pour tre excut dans
sa forme et teneur :
Art. 1er. Il sera nomm des commissaires d'Islets dans chaque
ville, par les commandants de place, qui s'occuperont de fournir,
sur le plus bref dlai, un tat des individus de leurs quarters res-
pectifs.
Art. 2. Ces tats devront fire mention des noms, prnoms,
age, professions, lieu de domicile et de naissance, avec les moyens
que chacun a pour exister en ville. Ces mmes tats particuliers se-
ront remis au commandant de la place, qui en former un gnral
de'la population, qu'il remettra au gnral commandant la division
ou de l'arrondissement.
Art. 3. Le gnral commandant la division ou de l'arrondisse-
ment, convoquera de suite les personnel mentionnes dans le re-
censement, en assemble gnrale, pour s'assurer si ledit recense-
ment est exact ; et d'aprs l'examen le plus scrupuleux qui en sera
fait, celles qui n'auront point les moyens iiii. mi. pour demeurer
en ville, seront renvoyes la culture (1).
Art. 4. Les particuliers ayant des domestiques leurs services,
ne pourront conserver que le nombre ncessaire leur besoin, le
surplus sera renvoy la culture, pour y travailler, sans nulle ex-
ception, et sur la responsabilit des inspecteurs et chefs d'ateliers.
iM.a'ii et ordonne que la prsente soit lue, publie et affiche
partout o besoin sera, et que chacun ait ia se conformer en ce qui
le concern.
Donn en notre palais imperial du Cap, le 25 octobre 1804, I' anne de
l'indpendance, et de notre rgne le Ier.
Sign : JACQUES.
Par l'Ti'l., i.:,ir :
Le chef d'escadron, sign : DIAQuoY.


N0 21. OnnDONNANCE relative l'-ilt 1i.ii des biens domaniaux.
22 dcembre 1804.
(Celle pice manque.)
(1) Voyez no 634. Arrit du 6 avril 1824, qui renvoie dans les campagnes
ceux qui n'ont pas de moyens d'existence dans les villes, art. 1.






[1805] 86 -



1805


N 22. ADRESSE de l'Empereur au people, son retour du sige
de Santo-Domingo (1).
Quarter imperial de Laville, le 12 avril 1805, an IIe.
Un souverain don't la gloire rside dans celle de son pays, qui
n'a incessamment pour objet que les intrts et la prosprit de
ceux don't il tient sa puissance, et qu'il a rendus l'existence civil
et politique, prouve un sentiment bien doux lorsqu'il entretient
son people du motif, du but et des rsultats de ses operations. C'est
pour satisfaire ce besoin pressant de mon coeur que ma voix se
fait entendre au retour d'une champagne entreprise pour l'honneur
et le bien de cet empire.
Dcid ne reconnatre pour limits que celles traces par la
nature et par les mers, persuade que tant qu'un seul ennemi respi-
rerait encore sur ce territoire, il me resterait toujours quelque chose
faire pour remplir dignement la place o vous m'avez lev; pro-
voqu par un dcret lanc par FERRAND, en date du 16 nivse
an III (6 janvier 1801), don't j'ai ordonn que la teneur vous flt
communique par la voie de l'impression, je rsolus d'aller me
ressaisir de la portion intgrante de mes Etats et d'y effacer jus-
qu'aux derniers vestiges de l'idole europenne.
En consequence, une force arme fut dploye contre la parties
ci-devant espagnole. Notre march fut rapide, et nos pas furent
signals par autant de succs. Il tait natural de prsumer que les
indignes espagnols, ces descendants des malheureux Indiens im-
mols la cupidit et l'avarice des premiers usurpateurs de cette
le, saisiraient avec avidit la prcieuse occasion de sacrifier aux
mnes de leurs anctres; mais cette espce d'hommes avilis et d-
grads, prfrant aux douceurs d'une vie libre et indpendante, des
maitres qui la tyrannisent, fit cause commune avec les Franais.
C'tait partager les crimes de ces derniers que de s'associer leurs
travaux liberticides; tout Espagnol pris les armes la main vit donc
couler son sang dans celui de ces trangers perfides.
(1) Voyez, no 15, Proclamation, du 8 mai 1804, aux habitants de la
parties espagnole.







Matres absolus de la champagne, nous n'emes rien de plus press
que de tracer nos lignes autour de la ville de Santo-Domingo, et d'y
former un cordon inexpugnable. Telle fut la noble mulation don't
l'arme entire se trouva saisie, qu'en moins de cinq jours toute
communication avec le dehors lui fut intercepte, et qu'elle fut cir-
convenue d'une triple haie de gabions, place une porte de pis-
tolet de ses murs. Les assigs, manquant de bois brler et d'au-
tres objets ncessaires la vie (ainsi qu'il rsulte du rapport de divers
individus faits prisonniers sur le champ de bataille), n'ayant d'au-
tres resources que dans leur dsespoir, tentrent plusieurs sorties,
don't tout le fruit fut d'tre taills en pieces, et rejets la baionnette
aux reins dans leurs murailles.
Fort de ma position avantageuse, de l'heureux tat de mes troupes,
et de la situation critique de la place, dj je la considrais come
devant tomber sous Ires peu de jours en mon pouvoir, lorsque, le
27 fvrier, contre toute probability, une division franaise, compose
de cinq vaisseaux, de trois frgates, de deux bricks, etc., vint laren-
forcer et la ravitailler. Dans toute autre hypothse, ce renfort, estim
d'aprs les divers rapports, s'lever seulement quatre mille hoimes,
comme insuffisant pour empcher la russite de mes armes. nu!it
pu tout au plus que reculer de deux mois l'poque de la prise de
cette ville ; mais son salut tait dans ce retardement, et les circon-
stances taient tells que ce coup imprvu devait dcider du sort de
cette champagne.
Quelque pnible qu'il ft pour moi de lever le sige d'une place
que totes les chances de la guerre me faisaient envisager come
une proie assure ; quel que ft le dsespoir de mes soldats, qui bri-
laient d'en venir aux mains avec les troupes nouvellement dbar-
ques, rflchissant sur l'apparition subite de cette division, sur la
destination secrtee dc deux autres escadres prtes mettre la voile,
sur les overtures de paix rcemment faites par le gouvernement
franais, apprciant sa just valeur le chef de ce gouvernement,
pour qui tout sacrifice est possible, tous moyens sont indiffrents,
pourvu qu'il arrive son but, celui de sa grandeur personnelle, je-
tant les yeux sur les correspondances trangres qui m'clairent sur
les movements des divers cabinets (le l'Europe, et m'avertissent de
me tenir sur mes gardes, je me dcidai rtrograder vers la parties
hatienne qui rclame plus particulirement mon attention, et qu'il
est de mon devoir de protger jusqu' mon dernier soupir.
Comme rien de ce qui concern les intrts du pays que vos tra-
vaux ont rgnr, ne saurait vous tre tranger, le journal tenu


- 37 -


[18051





[1805] 38 -
pendant le course de cette champagne, don't j'ai ordonn l'impression,
vous instruira des moindres particularits. Vous verrez que si une
operation commence sous les plus heureux auspices, n'a pas t
couronne d'un plein et entier succs, il vous reste au moins la con-
solation de penser que la ville de Santo-Domingo, seul endroit qui
survive aux dsastres de la devastation que j'ai propage au loin dans
la parties ci-devant espagnole, ne peut plus longtemps servir de re-
traite nos ennemis, ni d'instruments leurs projects.
Il est une vrit bien constant : point de campagnes, point de
cits. Il dcoule de ce principle que tout dans le dehors ayant t la
proie du feu et de la flamme, le reste des habitants et des animaux,
enlev et conduit dans notre patrie, l'avantage que l'ennemi se pro-
posait de retire de ce point de mire, devient sinon nul, du moins
insignificant : consideration puissante qui ajoute aux autres fruits
que nous avons recueillis de cette expedition.
Gnraux, officers, soldats! le moment approche o vous allez
moissonner de nouveaux lauriers; ne vous nivrez pas de quelques
succs peu dignes de votre valeur, obtenus sur des hommes abtardis
et dgnrs; songez que vous avez combattre des ennemis entre-
prenants, fameux par les forfaits don't ils se sont noircis, mais qui
ont plus d'une fois senti la pesanteur de votre bras, et don't la des-
tine sera toujours d'tre vaincus par votre constance hroque. Des
siges soutenir, des assauts livrer, voil la perspective que vous
prpare la conclusion prochaine de la paix en Europe. Ils vont luire
enfin, ces jours marqus pour consolider en ces lieux l'difice de la
libert et de l'indpendance. Sachons en profiter. Sur quelque point
que la destine de ce pays appelle ma constance, vous recevrez de
moi l'exemple de vivre ou de mourir en homes libres. Pour vous,
fidles vos serments et vos plus chers intrts, courez perfec-
tionner ces fortifications que vos mains ont leves; que votre ing-
nieuse audace n'apprte vos tyrans que la honte rserve leur
criminelle entreprise. Au premier coup de canon d'alarme, que le
sol d'Haiti n'offre leurs regards avides que des cendres, du fer et
des soldats (1); et s'il nous faut prir victims de la plus just des
causes, laissons aprs nous le souvenir honorable de ce que peut l'-
nergie d'un people luttant contre les fers, l'injustice et le despotisme.
Sign : JACQUES.
Par Sa Majest l'Empereur,
Le secrtaire gnral, sign : JUSTE CHANLATTE.

(1) Voyez, no 23, Constitution impriale d'Hati, du 20 mai 1805, Dispo-
sitions gnrales, art. 28.






39 [1805]



AUiT du :,1iiiil FERIRAND, mentionn dans l'adresse du no 22.


Toujours occup des dispositions propres anantir la rebellion des
noirs dans la colonie de Saint-Domingue. et considrant qu'une de celles
les plus efficaces pour parvenir ce but est d'en diminuer la population,
et de les priver, autant que possible, des moyens de se recruter;
Considrant que ce recrutement journalier doit naturellement tomber sur
les noirs et gens de couleur au-dessous de quatorze ans, et la politique,
jointe l'humanit, rclamant que l'autorit lgitime prenne des measures
pour emp6cher les deux sexes de cet ge et de cette couleur de participer
des crimes et une rvolte qui les conduiraient invitablement aux ch-
timents les plus terrible;
Considrant qu'il est de l'avantage de la colonie que les diffrents ges
de cette jeunesse soient distingus, et que les plus dangereux soient expor-
ts de son sol, tandis que les autres, soigneusement conservs dans les bons
principles et distribus dans les dpartements fidles, puissent un jour con-
courir, par leur travail, sa restauration;
Considrant aussi que les habitants voisins des frontires rvoltes et les
troupes qui sont sur le cordon mritent que le gouvernement les rcompense
pour les fatigues et les dangers auxquels ils sont continuellement exposs.

A ARRT et ARRETE ce qui suit :
Art. 1. Les habitants des frontires des dpartements de l'Ozama et du
Cibao, ainsi que les troupes employees au cordon, sont et demeurent auto-
riss se rpandre sur le territoire occup par les rvolts, leur courre
sus, et faire prisonniers tous ceux des deux sexes qui ne passeront pas
l'ge de quatorze ans.
Art. 2. Les prisonniers provenant de ces expeditions seront la proprit
des capteurs.
Art. 3. Les enfants mal capturs, ayant moins de dix ans, et les n-
gresses, multresses, etc,, au-dessous de dix ans, devront expressment
rester dans la colonie, et n'en pourront tre exports sous aucun prtexte.
Les capteurs pourront, leur gr, ou les attacher leurs plantations, ou les
vendre des habitants rsidant dans les dpartements de l'Ozama et du Cibao.
Art. 4. Les noirs et gens de couleur don't il est fait mention dans l'article
prcdent, et qui ne devront pas tre exports, ne seront considrs comme
proprits des capteurs et ne pourront tre vendus par eux qu'autant qu'ils
se seront munis, pour chaque individu, dans le dpartement de l'Ozama,
d'un certificate des notables d'Azua, vise par le commandant Ruiz, et dans
le dpartement du Cibao, d'un pareil certificate du conseil de Santiago, vis
par le commandant SRAPIO, qui constate que ces noirs, etc., ont t effe-







[1805] 40 -

tivementpris sur le territoire occup par les rvolts, et qu'ils en faisaient
parties.
Les notables d'Azua et de Santiago tiendront des registres sur lesquels
seront inscrits tout au long les certificates qu'ils dlivreront, et il leur sera
accord deux gourdes payer par les capteurs, pour chacun de ces certificates.
Art. 5. Les enfants mles gs de dix quatorze ans, et les ngresses,
multresses, etc., de douze quatorze ans, seront expressment vendus
pour tre exports.
Art. 6. Ceux dsigns pour l'exportation ne pourront tre embarqus dans
aucun autre port que celui de Santo-Domingo, o il sera pay pour droit, en
faveur du gouvernement, cinq pour cent d'exportation sur le prix de la vente.
Art. 7. Ceux qui amneront ces noirs et gens de couleur Santo-Domingo,
pour tre vendus et exports, seront tenus de se munir, pour chaque indi-
vidu, dans le dpartement de l'Ozama, d'un certificate des notables d'Azua,
vis par le commandant Rmz, et dans le dpartement de Cibao, d'un pareil
certificate du conseil de Santiago, vis par le commandant SRAPIO, qui cons-
tate que ces noirs, etc., ont t effectivement pris sur le territoire occup
par les rvolts, et qu'ils en faisaient parties.
Ces certificates devront galement tre inscrits sur les registres tenus par
les notables d'Azua ou de Santiago, et chacun d'eux sera pay deux gourdes.
Art. 8. Aucun noir, etc., ne pourra tre embarqu Santo-Domingo,
sans que le gnral en chef ait donn cet effet une autorisation parti-
culire qu'il dlivrera sur les pieces exiges.
Art. 9. Seront considrs comme objets vols, et confisqus ou rcla-
ms partout o ils se trouveront dans la colonie de Saint-Domingue, ainsi
que dans les colonies voisines, les noirs et gens de couleur pour lesquels
ces formalits n'auraient pas t remplies.
Art. 10. Toute personnel qui aurait conserv ou vendu, comme aussi
toute personnel qui aurait export ou cherch exporter des noirs, etc.,
de la colonie, sans avoir rempli les formalits ci-dessus prescrites, sera
oblige de payer cinquante gourdes d'amende par tte; et tout propritaire
ou capitaine de btiment, ainsi que tout fonctionnaire civil on militaire.
qui aurait donn ou aurait t surprise donnant les mains une fraude de
ce genre, sera emprisonn ou priv de son emploi, et paiera cent gourdes
par tte de noir, etc., soustrait ou qu'on aurait cherch soustraire.
Art. 11. La retribution accorde aux conseils d'Azua et de Santiago.
pour les certificates qu'ils auront dlivrer, servira aux dpenses commu-
nales; il en sera seulement dduit une some telle que la jugeraient con-
venable messieurs les notables pour le salaire du greffier.
Art. 12. Les commandants niil.,iiT-e et les notables sont charges, dans
leurs arrondissements respectifs, de l'excution du present arrt, princi-
palement en ce qui concern la surveillance ncessaire pour empcher toute
espce d'abus cet gard.
Art. 13. A l'instant o les rvolts, reconnaissant leur erreur, auront








fait acte de leur soumission l'empereur des Franais, entire les mains du
gnral FERRAND, et qu'il y aura certitude qu'ils agissent de bonne foi,
toutes espces d'hostilit cosseront.
Le present arrt, qui sera traduit et imprim dans les deux langues
(franaise et espagnole), deux cents exemplaires, public et affich dans les
villes et bourgs des dpartements de l'Ozama et du Cibao, sera enregistr
l'inspection colonial, au greffe de la commission provisoire de justice, et
dpos dans les greffes des conseils des notables d'arrondissements.
Fait au quarter gnral de Santo-Domingo, le 16 nivse, an XIII (6jan-
vier 1805).
Le gnral de brigade, commandant en chef, capitaine gnral par int-
rim, membre de la Lgion-d'Honneur.
Sign : FERRAND.


JOURNAL de la champagne de Santo-Dominge.

(Voyez, no 22, Adresse de l'Empereur au people.)

Les prparatifs pour la champagne de Santo-Domingo ayant t ordonns
par S. M. l'Empereur, et fidlement excuts sur tous les points soumis
son obissance, l'ordre du dpart transmis officiellement, et les dispositions
faites;
L'Empereur, la tte de son tat-major gnral, entra en champagne le
16 fvrier 1805, se rendit au bourg de la Petite-Rivire et y passa en revue
les troupes de la division GABART.
Ces forces, composes des deux bataillons des 4e, 88 et 14* demi-briga-
des, du second bataillon de la 7e, de la 20e demi-brigade, de deux compa-
gnies du ier escadron de cavalerie, du 1ie regiment d'artillerie, et du ler es-
cadron de cavalerie du lor rgiment, sous la conduite du gnral GABART,
ayant en sous ordre les gnraux de brigade MAGNY et CANG, dfilrent
chacune suivant leur rang et l'ordre de bataille prescrit par S. M., tra-
versrent l'Artibonite peine guable cette poque, et furent coucher sur
l'habitation Maug, sucrerie.
Le lendemain 17, l'Empereur partit de ce bourg, laissa derrire lui la
division GABART, qui pass la nuit sur l'habitation Despainville, et arrival
sur les cinq heures du soir, au bourg du Mirebalais. L, il trouva sous les
armes la 10e demi-brigade et deux bataillons de la 3e; aprs les avoir
passes en revue, il assigna chacun son quarter respectif.
Le 18, huit heures du matin, le gnral GABART, la tte de sa divi-
sion, entra au bourg du Mirebalais. L'Empereur fit la revue de la division
runie, l'inspection de ses armes, et lui dsigna le lieu de son cantonnement.
Le 19, S. M. somma les commandants de Hinche, de Lamatte, de Neybe
etde Saint-Jean de reconnatre son autorit, et de lui prparer une quantit
ncessaire de vivres et de chevaux. Ce mme jour la division PTION opra


- 41 --


[1805]







[1805] ,2 -
sa jonction au bourg, conduite par le gnral de brigade MAOLOIRE AM-
BROISE, et forme de deux bataillons des IHe, 12e, 22e et 230 demi-brigades,
de deux companies du 1er rgiment d'artillerie, et des 26 et 3e escadrons
de cavalerie du 1er rgiment.
Le lendemain 20, S. M. ordonna la 3e demi-brigade et la cavalerie
d'aller prendre poste sur l'habitation Desvarrieux, quarter des Sarrasins.
Le 21, le gnral PTION arrival avec le reste de sa division, consistent
en deux bataillons des 2le et 24e demi-brigades. Il avisa S. M. que les pluies
contrariaient le gnral de division GEFFRARD, et retardaient sa march.
L'Empereur aussitt fit ranger en bataille les deux divisions, passa une
revue gnrale, harangua les soldats, et leur fit prendre la route de Les-
cahobes, sous les ordres des gnraux GABART et PTION, seconds des
gnraux de brigade MANY, DAUT, CANG et MAGLOIRE AMBROISE.
Le 22, l'arme partit de Lescahobes pour Lamatte, et fut coucher mi-
journe. L'Empereur reut le 3, au matin, une dputation, fit son entre
midi dans ce bourg, et permit la troupe de prendre du repos et quelques
rafrachissements.
Dans la nuit du 24 au 25, l'ordre fut donn de s'avancer vers Saint-Jean.
A une certain distance de la ville, l'Empereur fit quelques movements
militaires, et le 25, trois heures de l'aprs-midi, l'arme, sur trois co-
lonnes, entra dans la place, qui se trouva vacue.
Dans lajournedu26, on s'occupa de l'inspection et dela propret desarmes.
Le 27, six heures du matin, le dpart pour Azua fut ordonn et ex-
cut. On laissa pour commandant, Saint-Jean, le chef d'escadron IsAAc
BOREL, un des aides-de-camp de S. M., avec un dtachement de trois cents
hommes. L'arme fit halte la rivire d'Yaque, y passa la nuit, et se re-
mit en march le 28 cinq heures du matin.
Nous n'avions pas fait trois lieues, lorsque le chef d'escadron BARTH-
LEMY, qui prcdait l'avant-garde, fit prisonniers trois Espagnols qu'il
conduisit S. M. I. Un d'eux, brevet lieutenant de cavalerie, ne s'tait
engag si avant que pour pier notre approche et clairer nos movements,
et les deux autres dclarrent qu'ils avaient t envoys pour fire de l'eau.
Ils nous apprirent que non loin de l se trouvait un camp retranch, com-
mand par un officer franais nomm WIET.
Sur les neuf heures du matin, en traversant sec le lit d'une rivire, le
commandant BARTHELEMY aperut quelques vedettes enemies places en
sentinelles derrire un rempart construit en pierres sur un monticule Il en
avertit S. M., qui lui ordonna d'aller reconnatre de prs cette position.
BARTHLEMY, sans attendre la cavalerie, suivi seulement de quelques dra-
gons, et les aides-de-camp de S. M., a'envi les uns des autres, chargrent
sur l'ennemi. A leur aspect, les vedettes prirent la fuite. Arrivs sur les lieux,
nous reconnmes que c'tait un ouvrage impai fait, et qu'on ne pou nit tout
au plus considrer que comme un point d'observation. Cependant le chef
d'escadron serra de prs les fuyards, mais ne put les atteindre.
Excits par ces indices, qui confirmaient le voisinage de l'ennemi, la ca-
valerie rejoint au grand trot et l'aime prcipite sa march. Une here
aprs, nous emes connaissance du camp WIET, et dcouvrimes ses retran-
chements. On signal l'ennemi a S. M.; aussitt elle advance pour observer
le terrain, suivie de son I.:L-r i- '1., gnral, et s'arrte a une derni-porte







4, -- I ii0i
de fusil de ce poste. Il tait assis sur la grande route, sur' une eminence
flanque dos deux cts de deux mornets qui la dominaient; a cette vue,
l'Empereur conoit son plan d'attaque, et sons donner au corps d'arme ni
i la cavalerie le temps d'arriver, le faith exccuer. 11 ordonne a une parties
ile l'avant-'ardle d'aller se poster en embuscadesuri le tlanc gauchede l'en-
nemi, fait contourner sa droite par la 4' demi-brigade. et se reserve d'at-
taquer ce front avec son tat-majoir g,nral et la 3I demi-brigade, a la t(cl
desquels se trouvaient les gnraux GAiART et DAIrT. L'ennemi, qui, jus-
que-la, avait gar brille-pourointt courmmena son feu et dcha'argea sur nous deux coups de
canon mitraille. Alors l'atffire s'engagea avec, acharnement de part et
d'autre. La 4a demi-brigade donna l'assaut avec son imptuosit ordinaire,
dans le mime moment ou le giiral de division GarIrT, aprs avoir ren-
vers les .I'i i qui se trouvaient fortement barricades et lintources le
piquants, se prsenta dans le fort. De son cte, la portion de l'avant-garde,
plaee en embuscade sur la gauche de l'ennemi, cessa de l'inquiter. Alors
ies ennenmis, de toutes parts pr'esss et culbutes, cherchrent leur salt dans
la fuite. La cavalerie acheva la droute, poursuivit les fuyards a travers les
ronces et les pines dont ce pays est hriiiss, les tailla en pieces l'espace le
plus de deux lioue,, ut conduisit S. M. un grand nombre de prisonniers',
notamment le nomnim WIET, commandant de ce post, qui declara qu'il
ctait la l(te de 300 homes, et qu'il avait, promise sur sa tte, FlERRANI),
d'eCmpcher le passage de l'arinii hatiennie, en raison de la position qu'il
oceupait. En clf'et, pour en diloger' l'ennemi. il ie fallait pas moins que des
troupes habitues a vaincre les obstacles du pays. Celte action, si funeste a
l'ennemi, et qui fut trs chaude, n'a couit cependant la vie qu'a quatre de
nos soldats. .1iRO.i(E, capitaine de cavalerie, fut tu d'un coup de pistolet;
;i;li.,AUiME, colonel de la 4~ demi-brigade, fut bless au bra s gauche, et le
secrtaire aide-de-camp du genral DAU!T. le brave ['IERarE-LOI;IS, cut le
centre perce d'une ball.
Aprs une courte pause, l'ariie eut ordi e de se remolttr en route, et fut
io dlasser sur une battle oi l'on pass la nuit. Sur les neuf heures du soir,
nous entendiiilies trois c iips de canon d'alarme, tirs d'Azua. Au signal,
un camp que F'ennemi avait tabli iur la route qui conduit dc Neybe Azua,
commander par' I)AUT, et aide-de-icamip de S. M vacua et fit retraite sur
cette derniere place.
Le lendemain martin 1'" mars, l'arm'''' e miit en mareche pour Aizua: on
fit halte prs de la ville. L'Enmpeieur, aprs avoir distribu en deux colonies
la division (IGAAitT, ou donna unc a cet officer sup de brigade CoANo:, et prenant avec lui le g (nrial de brigade A!)hri, se mit
a la tite de l'autre pour fnrie rin mme temps rur cette place et coupero
toite retraite a l'eninemi; miais ces meuries furent inutiles, car la garniison,
comniandee pacr un officer appeal l-inu.s, bien loin de songe'r 'i nous oppio-
sur quelque resistance, a\ait vacu lon tirant l'alarme. JUAN XIMENS.
Eispagnol, qui vint se rendre a S. M., fut plac commandant de l'endroit.
ous y sjonrinimes de trois a cinq heures du martin, here a laquelle
loues partimies pour aller coucher sur les boards de la rivire d'Oco.
Le 4. dcux heures de l'aprs-midi, mo arrival a une demi-heuie de aniy.
L'arnrie, aprs quelques dispositions, aborda le houri, y entra dans le plu'






[180:)] 44 -
grand ordre, et n'y trouva personnel. Ce fut alors que S. M. fut pleinement
convaincue que les naturels espagnols taient totalement vendus aux Fran-
ais, et par consquent indignes d'prouver plus longtemps les heureux
fctets de sa clmence.
Le 5. l'arme partit de Bany: en ctoyant le rivage de la mer, nous
aperuimes deux forts btimenis .anglais mouills prs de terre, qui, aprs
nous avoir vus dfiler. appareillrent et mirent a la voile. Nous fmes nous
reposer sur l'habitation Blas de Louna. S. M. ordonna aux divers gn-
raux de division de disposer leurs troupes de manire viter le trouble et
la confusion en cas d'attaque.
Le 6, l'aube du jour, l'arme reut ordre de continue sa route. Nous
arriviimes midi sur l'habitation Gaillard, distant de cinq quarts de lieue
de la ville de Santo-Domingo. S. M. y fixa son quarter imperial, composa
sa garde (le 2,500 homes extraits des diffrentes companies de grenadiers,
des diverse demi-brigades, et somma par crit FEnRAND, ainsi que les
habitants de la ville, de lui remettre la place et de se soumettre son au-
torit : vers le soir, l'ennemi bruila le faubourg de San-Carlos.
Le 7, la pointe du jour, les gnraux GABART et PETION reurent ordre
d'aller reconnaitre les dehors de la place et de visited, leur plus grande
proximity, les positions les plus avantageuses. A huit heures du matin,
l'ennemi commena le canonnade et tira sans discontinuer a measure qu'on
faisait les approaches de la place.
Les deux divisions du Nord, commandes en chef par le gnral H. CHRIS-
TOPHE, firent en ce moment leur jonction au quarter imperial. Elles taient
composes de deux bataillons des lr", 2, 5e, 6', 9e, 27e, 28e et 29e demi-
brigades, de deux companies d'artillerie du 2e regiment, d'une compagnie
de miners, et de deux escadrons de cavalerie du 2" r-in'1:nt, commands
en second par le gnral de division CLERVAUX. Ces ,u u.ns furent se re-
poser sur une habitation voisine, destine servir (d') :ti.
Eu vain plusieurs pieces, diriges de diffrents i~, e ne la ville, lan-
crent une grle do boulets, d'obus et de mitraille sur nos soldats, pour
interrompre leurs travaux. Une grande quantity degabions fut confectionne,
et nos lines furent traces autour de nos remparts.
Dans la nuit du 7 au 8, les gnraux GABARTr et PiTION firent prendre
leurs troupes leurs positions respective, et dessineront les contours de la
ville par un cordon protg de trois ranges de gabions places a une faible
porte le fusil des murailles. Ces forces furent disposes dans l'ordre suivant :
L'aile gauche de la division GABART, commands par le gnral l)uAr,
s'tendait depuis la rive droite de l'Ozama jusqu'au mont San-Carlos, occupy
par la colonne du centre, sous les ordres du gnral CANGE, et l'aile droite
confie au gnral MAGNY, porte l'glise de ce faubourg, interceptait,
en se prolongeant, la grande route qui conduit de Santo-Domingo a Saint-
Yague. Quoiqu' partir de ce point jusqu'au board de la mer, il y eiit un
trs grand space parcourir, la division PTION sut couvrir l'tendue de
ce terrain et s'y maintenir jusqu' l'arrive du gnral GEFFRARD.
Le 8, l'Empereur, la tte de son tat-major gnral, accompagn des
gnraux CHRISTOPHE et CLERVAux, fut prendre connaissance des travaux
et visitor les diverse positions. Au moment o il se prsentait au quarter
dui gnral GAIART, l'adjudant gnral DAMESTOIS fut fiapp d'un boulet







45 [1805]
don't il expira deux heures aprs. S. M. s'tant assure que ses vues avaient
t parfaitement remplies, retourna au quarter imperial, employa son tat-
major gnral et les grenadiers de sa garde y former un camp retranch,
et donna ordre aux gnraux CHRISTOPHE et CLERvAUx d'aller s'tablir sur
la rive gauche de l'Ozama, de manire ne se trouver spars que de la
larger du fleuve de la division GABA.T, et d'occuper l'espace qui rgne
depuis ce point jusqu'au rivage de la mer. Cinq canots charges de vivres
furent pris coups de fusils; deux btiments, sortis de la rivire, y ren-
trrent aprs avoir t chasss par les Anglais. Le feu de la ville et des
remparts a continue sur nous pendant la journe. A minuit, le canon se fit
entendre en mer; nous apprimes le lendemain que les Anglais s'taient em-
pars de deux btiments charges de femmes, etc.
Le 9, quatre heures de l'aprs-midi, la 20e demi-brigade fut se saisir des
chevaux qu'on avait pousss hors de la ville. L'ennemi, aprs avoir fait
pleuvoir sur nous force boulets, bombes et obus, fit une sortie contre le
gnral MAGNY. La troupe de cet officer, enflamme par son example, so
jette sur eux, les met en droute, et les pousse vivement dans leurs murs.
Deux de nos braves perdirent la vie dans cet engagement, trois furent bles-
ss; le chef de bataillon LEREBOURS fut atteint legrement d'une mitraille.
La retraite de l'ennemi fut si prcipite qu'il abandonna sur le champ de
bataille ses morts et ses blesss. La journe du lendemain ne fut remar-
quable que par l'entre d'un parlementaire anglais dans la place.
Le 11, sur les huit heures du matin, l'ennemi march sur trois colonnes;
la premiere, dirige sur le gnral GABART, n'osa l'attaquer, et se joignit
la second pour se porter sur le gnral MAGNY. Apprciant l'avantage
qu'elles pouvaient tirer de l'glise de San-Carlos, elles profitrent de l'abri
que leur offrait cet difice, et dirigrent sur nous un feu vif et opinitre.
JULIEN CUPIDON, colonel de la 14e demi-brigade, dj impatient de dloger
ces tirailleurs, voyant qu'une troisime colonne s'avance pour turner notre
position, saute sur les retranchements, s'crie : A moi, soldats! et
s'lance sur l'ennemi. A sa voix, les 14e et 20e demi-brigades franchissent
les ramparts et se prcipitent sur ses pas. La victoire ne fut pas longtemps
douteuse; l'ennemi fut bientt saccag et mis en droute; un grand nombre
resta sur le carreau, plusieurs furent faits prisonniers, et le reste n'chappa
nos poursuites qu'en rentrant ple-mle dans ses murailles. Un renfort,
envoy par le gnral PTION, form de deux :. it Il.11.. J.- la 22e et de deux
de la 24e, conduits par le gnral MAGLOIRE AMBROISE, arriva assez temps
pour partager la gloire de cette journe, et contribua son succs. Nous
perdimes de notre ct huit fusiliers. APOT, lieutenant des grenadiers, fut
tu; BOULAN, capitaine, fut bless mortellement; et l'intrpide chef de bri-
gade JULIEN, mourut d'une balle reue la tte. La ville n'a pas cess
de nous envoyer des bombes et des boulets pendant tout le reste dc la
journe et une partie de la nuit. Le rapport des prisonniers nous certifia que
I bh.,.t I tait rempli de malades, que la place manquait de bois, et qu'on
tait rduit se servir, pour brler, des cases en bois qui s'y trouvaient
le long des remparts.
Le 12, le gnral GEFFRARD arrive avec sa division, forme de deux ba-
taillons des 13e, 15e, 1ie, 17e et 18 demi-brigades, de deux companies du
3e rgiment d'artillerie, et de deux escadrons de cavalerie du 3e rgiment,







[1805] 46 -
command en second par le gnral MOREAu. Alors S. M. ordonna au g-
nral PTION de se replier et d'appuyer sur le gnral MAGNY ; ce qui fut
de suite excut, et la division GEFFRARD fut s'emparer du terrain qui venait
d'tre vacu. Les troupes sous les ordres du gnral CHRISTOPPE, aprs
avoir t obliges de passer l'Isabelle et de remonter plus de huit lieues
le course de l'Ozama pou poui ir la traverser gu, parvinrent leur
destination. Aussitt que l'ennemi les eut dcouvertes, il lana contre elles
une grande quantit de bombes et de boulets. Le 13, de grand matin, les
genraux CIRISTOPHE et CLERVAUX prsentrent leur front a l'ennemi, et
firent jouer la mousqueterie sur les btiments mouills dans la rivire.
Aprs avoir prouv de grands dommages, ces btiments gagnrent l'em-
bouchure. Le feu de la division CHRISTOPHE incommoda singulirement le
quarter de FERRAND et les rues qui l'avoisinent. Aussi la place lui riposta
vigoureusement, et mla la fusillade au feu de l'artillerie.
Le 14 et le 15, l'ennemi continue de canonner et de bombarder. Le 16, un
courier charge dedpches et de correspondances trangres, arriva au quar-
tier imperial; S. M., aprs en avoir pris connaissance, ordonna toutes
les divisions de s'approcher a porte de pistolet des murs de la ville.
Le 17, S. M. fut visiter les nouveaux travaux; l'ennemi canonna et bom-
barda le poste MAGNY,
Du 18 au 22, l'ennemi n'a cess de diriger son feu sur tous les points.
Le 23, les diverse divisions ont approch leurs lines toucher lee rem-
parts de la place. L', i t,11 i .- ennemie entretint un feu terrible sur les divi-
sions PTION et GEFFRAlx. A trois heures de l'aprs-midi, les assigs firent
ui. -... i .i. i .- .. I..- ,desmuraillesets'avancrentversles bordsdelamer.
JUSTE VANCOL, chef de la 17e demi-brigade. la tte de sa troupe, s'-
lance des retranchements, fond sur l'ennemi, en fait une horrible boucherie,
et le reconduit l'pe dans les reins aux portes de la ville. Nous avons perdu
dans cette affaire l'adjudant-major KIBRO et quelques fusiliers. Un sergent
eut la jambe fracasse d'un biscaien, et un caporal fut perc aux reins d'une
mitraille. On remarqua que, pendant la dure de l'action, une parties des
ennemis se htait de couper les mangles.
La journe du lendemain 24, ne fut marque que par l'arrive du gn-
ral de brigade GRIN, et celle d'un transfuge amricain.
Le 25, on passa en revue les companies d'artillerie sous les ordres des
chefs de bataillon LYS et MONvBLANC, et la compagnie des mineurs sous la
direction de l'ingnieur BARRE. S. M. fit passer lordre aux commandants
des diverse communes conquises, de rassembler tous les habitants et de
les constituer prisonniers, pour, son premier mot, fire refluer sur eux
les bestiaux et les animaux dans la parties hatienne.
Le 26, l'Empereur confra avec les gnraux conseillers d'Etat, leur re-
prsenta la ncessit de livrer l'assaut, et leur donna ordre de s'occuper prom-
ptement des prparatifs ncessaires. Un brick arm et une falouche se prsen-
trenta l'embouchurede lOzama,et firent un signal a la ville,quileur rpondit.
Le 27, trois heures de l'aprs-midi, les gnraux Prl'oN et GEFFRARD
signalrent S. M. une division franaise de cinq vaisseaux, de trois fr-
gates, de deux brigs et autres btiments de force. A quatre heures, les as-
siges, aprs un feu terrible des remparts, firent une sortie gnrale contre
les gnraux MAGNY, PTION et GEFFRARD. Aprs un combat qui a dur







47 [1805]
deux heures et demie, l'ennemi, de toutes parts culbut et en pleine d-
route, eut recours la fuite et se prcipita dans le portail de la ville, lais-
sant le terrain jonch de cadavres, abandonnant ses blesss et plusieurs
prisonniers : le rapport de ces derniers confirm les renseignements que nous
avions dj reus, et un sergent qui ne survcut pas ses blessures, nous
assura qu'entre autres chefs blesss dans la dernire sortie, se trouva le
gnral DUBERTHIER.
Le 28, dans la matine, on commena dbarquer les troupes; nous
jugemes, d'aprs divers rapports, que ce renfort pouvait tre valu
quatre mille hommes.
L'Empereur s'apercevant, par l'arrive de cette division, de la sincrit
des avis lui parvenus, sachant que deux autres escadres taient prtes
partir des ports de France pour une destination inconnue, averti par ses
relations trangres de se mettre en measure contre les nouvelles tentatives
qu'allait fair clore la conclusion subite de la paix en Europe, considrant
que le but qu'il s'tait propose dans cette expedition tait plus d' moiti
rempli, puisque le sac de la ville de Santo-Domingo manquait seul l'ac-
complissement de ses projects, calculant qu'un plus long retard exposerait
son arme, vu le dbordement prochain des rivires, qui allait rendre sa
retraite impraticable, ne jugea pas propos de sacrifier l'ambition d'une
conqute la sret et la conservation de la parties, sige de son empire.
En consequence, il donna aux principaux chefs l'ordre (d'e, i..i:,; et
deux heures de l'aprs-midi, la cavalerie se rpandit de tous les cts, d-
truisant et brlant tout ce qui s'offrait son passage. A onze heures, le
sige de la place fut lev, l'arme, dans le plus grand silence, quitta ses
positions, et fit retraite en si grand ordre, que l'ennemi ne s'aperut pas
mme qu'elle et vacu.
En vertu des dernires instructions de S. M., laisses aux divers gn-
raux, ils firent pousser devant eux le reste des habitants, des animaux et
des bestiaux qui se trouva dans les campagnes, rduisirent en cendres les
bourgs, les villages, les hattes et les villes, portrent partout la devastation,
le fer et la flamme, et n'pargnrent que les individus destins par S. M.
tre amens prisonniers.
Ainsi finit une champagne don't tout l'avantage fut constamment de notre
ct, o l'ennemi ne cessa d'tre compltement battu. Ainsi fut lev le sige
d'une place qui n'a d son salut qu' un vnement aussi heureux qu'ines-
pr, et un concours de circonstances plus dignes qu'une pareille con-
qute de fixer l'attention du people guerrier qui la tenait en chec.
Fait au quarter imperial de Laville, le 12 avril 1806, an IIl de l'ind-
pendance d'Haiti.
Le gnral, chef de l'tat-major gnral, sign : BAZELAIS.


NI 23. CONSTITUTION impriale d'Hati.

Au palais imperial de Dessalines, le 20 mai 1805, an II.
Nous, H. CHRISTOPHE, CLERVAUX, VERNET, GABART, PTION, GEF-
FRARD, TOUSSAINT BRAVE, RAPHAEL, LALONDRIE, REMAIN, CAPOIX,








MANY, CANG, DAUT, MAGLOIRE AMBROISE, YAYOU, JEAN-LOUIS
FRANOIS, GR1N, MOREAU, FEROU, BAZELAIS, MARTIAL BESSE,
Tant en notre nom particulier qu'en celui du people d'Hati, qui nous a
lgalement constitus les organes fidles et les interprtes de sa volont;
En presence de l'tre supreme, devant qui les mortels sont gaux, et qui
n'a rpandu tant d'espces de creatures diffrentes sur la surface du globe
qu'aux fins de manifester sa gloire et sa puissance par la diversity de ses
oeuvres;
En face dela nature nriit e, don't nous avons t si injustement et depuis
si longtemps considrs comme les enfants rprouvs;
Dclarons que la teneur de la prsente Constitution est l'expression libre,
spontane et invariable de nos ceurs et de la volont gnrale de nos consti-
tuants;
La soumettons la sanction de Sa Majest l'Empereur JACQUES DESSA-
LINES, notre librateur, pour recevoir sa prompted et entire execution.

DECLARATION PRLIMINAIRE.

Art. ler. Le people habitant l'ile ci-devant appele Saint-Domingue,
convient ici de se former en tat libre, souverain et indpendant de
toute autre puissance de l'univers, sous le nom d'empire d'Hati.-
Art. 19.
Art. 2. L'esclavage est jamais aboli (1).
Art. 3. Les citoyens haitiens sont frres chez eux; l'galit, aux
yeux de la loi, est incontestablement reconnue, et il ne peut exister
d'autres titres, avantages ou privileges, que ceux qui rsultent n-
cessairement de la consideration et rcompense des services rendus
la libert et l'indpendance. Art. 14.
Art. 4. La loi est une pour tous, soit qu'elle punisse, soit qu'elle
pr,,l:-e (2).
Art. 5. La loi n'a point d'effet rtroactif (3).
Art. 6. La proprit est sacre, sa violation sera rigoureusement
poursuivie (4).
Art. 7. La quality de citoyen d'Hati se perd par l'migration et
par la naturalisation en pays tranger, et par la condemnation des
peines afflictives ou dshonorantes. Le premier cas emporte la peine
de mort et confiscation des proprits (5).

(1) N 46, Constitution de la rpublique d'Haiti, du 27 dcembre 1806,art. 1.
(2) Ibid., art. 5. (3) Ibid., art. 11. (4) Ibid., art. 8. (5) Ibid.,
art. 33. Voyez no 19, Ordonnance, du 22 octobre 1804, portant defense
aux Hatiens de sortir du pays, art. 2.


[180 51


- 48:-





49 [1805]
Art. 8. La quality de citoyen est suspendue par l'effet des ban-
queroutes et faillites (1).
Art. 9. Nul n'est digne d'tre hatien, s'il n'est bon pre, bon
fils, bon poux, et surtout bon soldat (2).
Art. 10. La facult n'est point accorde aux pres et mres de
dshriter leurs enfants.
Art. 11. Tout citoyen doit possder un art mcanique (3).
Art. 12. Aucun blanc, quelle que soit sa nation, ne mettra le pied
sur ce territoire, titre de maitre ou de propritaire ; et ne pourra,
l'avenir, y acqurir aucune proprit (4).
Art. 13. L'article prcdent ne pourra produire aucun effet, tant
l'gard des femmes blanches qui sont naturalises hatiennes par
le gouvernement, qu' l'gard des enfants ns ou natre d'elles.
Sont aussi compris dans les dispositions du present article, les Al-
lemands et Polonais naturaliss par le gouvernement (5).
Art. 14. Toute acception de couleur parmi les enfants d'une
seule et mme famille, don't le chef de l'Etat est le pre, devant n-
cessairement cesser, les Hatiens ne seront dsormais connus que
sous la denomination gnrique de noirs (6). Art. 3.
DE L'EMPIRE.

Art. 15. L'empire d'Hati est un et indivisible. Son territoire est
distribu en six divisions militaires (7).
Art. 16. Chaque division militaire sera commande par un g-
nral de division.
Art. 17. Chacun de ces gnraux de division seront indpen-

(I)No 46, Constitution de la rpublique d'Hati, du 27 dcembre 1806, art. 34
(2) Voyez, no 46, Constitution de la rpublique d'llaiti, du 27 dcembre
1806, art. 18.
(3) La mme measure avait t recommande par le gouverneur TOUSSAINT
LOUVERTURE, dans son rglement relatif la culture, le 20 vendmiaire,
an IX (12 octobre 1800), art. 5.
(4) Voyez, no 13, Proclamation, du 28 avril 1804, relative au massacre,
etc. ; Dispositions gnrales de la prsente constitution, art. 12. Constitu-
tion de la rpublique d'Hati, du 27 dcembre 1806, art. 27.
(5) Constitution de la rpublique d'Hati, du 27 dcembre 1806, art. 28.
(6) Voyez, no 13, Proclamation, du 28 avril 1804, relative au massacre
des Franais.
(7) Voyez, no 31, Dcret, du 28 juillet 1805 qui fixe les circonscriptions
militaires du territoire. No 46, Constitution de la rpublique d'Hati, du
27 dcembre 1806, art. 30 et suivants.








dants les uns des autres, et correspondront directement avec l'Em-
pereur ou avec le gnral en chef nomm par Sa Majest.
Art. 18. Sont parties intgrantes de l'empire, les miles ci-aprs
dsignes : Samana, la I ... ii., la Gonave, les Cayemites, l'Ile--
Vache, la Sane, et autres miles adjacentes (1).
DU GOUVERNEMENT.
Art. 19. Le gouvernement dl'l.niii est confi un premier magis-
trat, qui prend le titre d'Empereur et chef supreme de l'arme.
Art. 20. Le people reconnait pour Empereur et Chef supreme de
l'arme JACQUES DESSALINES, le vengeur elle librateur de ses con-
citoyens ; on le qualified de Mai-i.l. ainsi que son auguste pouse
l'Impratrice (2).
Art. 21. La personnel de leur Majest est sacre et inviolable.
Art. 22. L'Etat accordera un traitement fixe Sa Majest l'Im-
pratrice, don't elle jouira mme aprs le dcs de l'Empereur,
titre de princess douairire.
Art. 23. La couronne est lective, et non hrditaire (3).
Art. 24. Il sera affect, par l'Etat, un traitement annual aux en-
fants reconnus par Sa Majest l'Empereur.
Art. 25. Les enfants mles reconnus par l'Empereur, seront te-
nus, l'instar des autres citoyens, de passer successivement de
grade en grade, avec cette seule .liil. .i 1,t que leur entre au ser-
vice datera dans la 4e demi-brigade de l'poque de leur naissance.
Art. 26. L Eii'.r u' d.'i ... son successeur de la manire qu'il
le juge convenable, soit avant, soit aprs sa mort (4).
Art. 27. Un traitement convenable sera fix par 1 Etat ce suc-
cesseur, du moment de son avnement au trne.
Art. 28. L'Empereur, ni aucun de ses successeurs n'aura le droit,
dans aucun cas et sous quelque prtexte que ce soit, de s'entourer
d'aucun corps particulier et privilgi, titre de garde d'honneur,
ou sous toute autre denomination. Art. 29.

(1) No 46, Constitution de la rpublique d'Hatti, du 27 dcembre 1806.
art. 29.
(2) Voyez, no 7, Acte, du 25 janvier, qui nomme le gouverneur gnral,
J.-J. DESSALINES, empereur d'Haili. NO 9. Proclamalion, du 15 fvrier,
du gouverneur gnral, qui accepted le titre d'empereur.
(3) Voyez, no 9, Proclamation, du 15 fvrier 1804, du gouverneur gnd-
ral, qui accepted le titre d'empereur.
(4) Voyez, no 7, Acte, du 25 janvier 1804, qui nomme le Gouverneur g-
nral DESSALINES, empereur d'Haiti.


[80o5]


- 50 -






: 1 t180 ]
Art. 29. 'Pout successeur qui s'cartera ou des dispositions du
prcdent article, ou de la march qui lui aura t trace par l'Em-
pereur rgnant, ou des principles consacrs dans la prsente Cons-
titution, sera considr et dclar en tat de guerre contre la socit,
En consequence, les conseillers d'Etat s'assembleront, l'effet de
prononcer sa destitution, et de pourvoir son replacement par
celui d'entre eux qui en aura t jug le plus digne, et s'il arrivait
que ledit successeur voult s'opposer l'excution de cette measure,
autorise par la loi, les gnraux conseillers d'Etat front un appel
au people et l'arme, qui de suite leur prteront main-forte et as-
sistance pour maintenir la libert.
Art. 30. L'Empereur fait, scelle et promulgue les lois, nomme et
rvoque, sa volont, les ministres, le gnral en chef de l'arme,
les conseillers d'Etat, les gnraux et autres agents de l'Empire, les
officers de l'arme de terre et de mer, les membres des administra-
tions locales, les commissaires du gouvernement prs les tribunaux,
les judges et autres fonctionnaires publics (1).
Art. 31. L'Empereur dirige les recettes et dpenses de l'Etat,sur-
veille la fabrication des monnaies, lui seul en ordonne l'mission,
en fixe le poids et le type. Art. 32, 40.
Art. 32. A lui seul est rserv le pouvoir de fire la paix ou la
;.,ii Fi[, d'entretenir des relations politiques et de contractor au
dehors (2). Art. 41.
Art. 33. Il pourvoit a la sret intrieure et la defense de l'Etat,
distribue les forces de terre et de mer suivant sa volont (3).
Art. 34. L'Empereur, dans le cas o il se tramerait quelque cons-
piration contre la sret de l'Etat, contre la Constitution ou centre
sa personnel, fera de suite arrter les auteurs ou complices, qui se-
ront jugs par un conseil special (4).
Art. 35. Sa Majest seule a le droit d'absoudre un coupable ou
de commuer sa peine.
Art. 36. L'Empereur ne former jamais aucune entreprise dans

(1) Voyez, n 28, Loi, du 3 juin 1805, sur le mode de constater l'tat-civil
des citoyens, lit. 1, art. 3. No 29. Loi, du 7 juin, sur l'organisalion des
tribunaux. Tit. 2, art. 3, Ne 46, Constitution de la rpublique d'Hati,
du 27 dcembre 1806, art. 40, 42, 43, 101 et suivants.
(2) No 46, Constitution de la rpublique, d'Haiti, du 27 dcembre 1806,
art. 42 et suivants. (3) Ibid., art. 115.
(4) Voyez, no 26, Organisation des conseils spciaux militaires. No 46,
Constitution de la rpublique d'Hati, du 27 dcembre 1806, art. 119.
5







[1805]


la vue de fire des conqutes ni de trouble la paix et le rgime in-
trieur des colonies trangres (5).
Art. 37. Tout acte public sera fait en ces terms : L'Empe-
reur I"r d'Hati et Chef supreme de l'arme, par la grce de Dieu et
la loi constitutionnelle de l'Etat.
DU CONSEIL D'TAT.
SArt. 38. Les gnraux de division et de brigade sont membres ns
du conseil d'Elat, et le composent.-Art. 29, disposil. gn., art. 2.
DES MINISTRES.
Art. 39. Il y aura dans l'Empire deux ministres et un secrtaire
d'Etat. Art. 44.
Le ministry des finances ayant le dpartement de l'intrieur. -
Art, 40 (1).
Le ministry de la guerre ayant le dpartement de la marine (2).
Art. 41.
DU MINISTRY DES FINANCES ET DE L'INTRIEUR.
Art. 40. Les attributions de ce ministry comprennent l'adminis-
tration gnrale du trsor public, l'organisation des administrations
particulires, la distribution des fonds mettre la disposition du
ministry de la guerre et autres fonctionnaires, les dpenses publi-
ques, les instructions qui rglent la comptabilit des administrations
et des payeurs de division, l'agriculture, le commerce, l'instruction
publique, les poids et measures, la formation des tableaux de popu-
lation, des products territoriaux. Les domaines nationaux, soit pour
la conservation, soit pour la vente, des baux ferme, les prisons,
les hpitaux, l'entretien des routes, les bacs, salines, manufactures,
les douanes, enfin la surveillance de la fabrication des monnaies,
l'excution des lois et arrts du gouvernement ce sujet. -
Art. 31, 39 et 53.
DU MINISTRY DE LA GUERRE ET DE LA MARINE.
Art. 41. Les functions de ce ministry embrassent la leve, l'orga-
nisation, l'inspection, la surveillance, la discipline, la police et le
movement des armes de terre et de mer, le personnel et le mat-
riel de l'artillerie et du gnie, les fortifications, les forteresses, les
poudres et salptres, l'enregistrement des actes et arrts de l'Em-

(5) Voyez, no 2, Proclamation du gnral en chef, du 1er janvier 1804.
(1) Voyez, no 33, Dcret du 28 juillet 1805, relatif diverse promotions
dans l'arme. (2) Ibid.


- 52 -






~- [18051
pereur, leur renvoi aux armes, et la surveillance de leur execution ;
il veille spcialement ce que les decisions de l'Empereur parvien-
nent promptement aux militaires ; il dnonce aux Conseils spciaux
les dlits militaires parvenus sa connaissance, et surveille les com-
missaires de u.ii.i i et officers de sant. Art. 39 (1).
Art. 42. Les ministres sont responsables de tous les dlits par eux
commis contre la sret publique et la Constitution, de tout attentat
la proprit et la libert individuelles, de toute dissipation de
deniers eux cniiil:- ; ils sont tenus de prsenter, tous les trois mois,
l'Empereur, l'aperu des dpenses fire, de rendre compete de
l'emploi des sommes qui ont t mises leur disposition, et d'indi-
quer les abus qui auraient pu se glisser dans les diverse branches
d'administration. Art. 3., disp. gn.
Art. 43. Aucun ministry en place ou hors de place ne peut tre
poursuivi en malire criminelle, pour fait de son administration,
sans l'adhsion personnelle de l'Empereur. Art. 35.
DU SECRTAIRE D'TAT. Art. 39 (2).
Art. 44. Le secrtaire d'Etat est charge de l'impression, de l'en-
registrement et de l'envoi des lois, arrts, proclamations et instruc-
tions de l'Empereur ; il travaille directement avec l'Empereur pour
les relations trangres, correspond habituellement avec les minis-
tres, reoit de ceux-ci les requtes, petitions et autres demands
qu'il soumet l'Empereur, de mme que les questions qui lui sont
proposes par les tribunaux; il renvoie aux ministres les jugements
et les pieces sur lesquels l'Empereur a statu.
DES TRIDUNAUX.
Art. 45. Nul ne peut porter atteinte au droit qu'a chaque individu
de se fire juger l'amiable par des arbitres son choix. Leurs d-
cisions seront reconnues lgales (3).
SArt. 46. Il y aura un juge de paix dans chaque commune ; il ne
pourra connatre d'une ;iil.,i .: s'levant au del de cent gourdes; et

(1) Voyez, no 33, Dcret, du 28juillet 1805, relatif diverse promotions
dans l'arme.
(2) No 46, Constitution de la rpublique d'lHati, du 27 dcembre 1806,
art. 174 et suivants.
(3) Voyez, no 29. Loi, du 7 juin 1805, sur l'i, .;.mi.ti..I des tribunaux,
tit. 1er, art. fer et suivants. No 46, Constitution de la rpublique d'Haiti,
du 27 dcembre 1806, art. 133, 134.






[18051 54 -
lorsque les parties ne pourront se concilier son tribunal, elles se
pourvoieront par-devant les tribunaux de leur resort respectifs (1).
Art. 47. Il y aura six tribunaux sants dans les villes ci-aprs
dsignes:
A S:iii-.1ir:, au Cap, au Port-au-Prince, aux Cayes, l'Anse-
-Veau et au Port-de-Paix.
L'Empereur determine leur organisation, leur nombre, leur com-
ptence et le territoire formant le resort de chacun.
Ces tribunaux connaissent de toutes'es aill.iir, pi i,.,,rIi i il., ).
Art. 48. Les dlits militaires sont soumis des conseils spciaux
et des formes particulires de jugement. L'organisation de ces
conseils appartient l'Empereur, qui prononce sur les demands en
cassation contre les jugements renduspar lesdits conseils spciaux(3).
Art. 49. Des lois particulires seront faites pour le notariat et
l'gard des officers de l'tat civil (4).
DU CULTE (5).
Art. 50. La loi n'admet point de religion dominant.
Art. 51. La libert des cultes est tolre (6).
Art. 52. L'Etat ne pourvoit l'entretien d'aucun culte, ni d'au-
cun ministry.
DE L'ADMINISTRATION.
Art. 53. 11 y aura, dans chaque division militaire, une adminis-
tration principal, don't l'organisation, la surveillance, appartien-
nent essentiellement au ministry des finances. Art. 39 et 40.
DISPOSITIONS GNRALES.
Art. 1. A l'Empereur et l'Impratrice appartiennent le choix,
le traitement et l'entretien des personnel qui component leur cour.

(1) Voyez, no 29, Loi, du 7 juin 1805, sur organisation des tribunaux,
tit., 3, art. 1er et suivants. No 46, Constitution de la rpublique d'Haiti,
du 27 dcembre 1806, art. 135 et suivants.
(2) Voyez, no 29, Loi dj cite, tit. 2, art. 1 et suivants. Tit. 4, art. 1
et suivants. Tit. 5, art. 1 et suivants.
(3) Voyez, no 26, Loi, du 30 mai 1805, sur l'organisation des- .,i!, mi-
litaires.
(4) Voyez, no 28, Loi, du 3 juin 1805, sur le mode de constater l'tat-
civil des citoyens. No 35, Dcret, du 30 aot 1805, portant tarif des droits
curiaux, etc., chap. 5 et 6.
(5) NO 46, Constitution de la rpublique d'Hati, du 27 dcembre 1806,
art. 35 et suivants.
(6) Ibid., art. 37.








Art. 2. Aprs le dcs de l'Empereur 1. 'ii.iaiil, lorsque la revision
de la constitution aura t juge ncessaire, le conseil d'Etat s'as-
semblera cet effet, et sera prsid par le doyen d'ge. Dclar.
prl., art. 38.
Art. 3. Les crimes de haute trahison, les dlits commis par les
ministres et les gnraux, seront jugs par un conseil special, nomm
et prsid par l'Empereur. Dclar. p'i I., art. 42.
Art. 4. La force arme est essentiellement obissante, nul corps
arm ne peut dlibrer (1).
Art. 5. Nul ne pourra tre jug sans avoir t lgalement en-
tendu.
Art. 6. La maison de tout citoyen est un asile inviolable (2). -
Art. 7.
Art. 7. On peut y entrer en cas d'incendie, d'inondation, de r-
clamation parlant de l'intrieur, ou en vertu d'un ordre man de
l'Empereur ou de toute autre autorit lgalement constitute (3).
Art. 8. Celui-l mrite la mort qui la done son semblable.
Art. 9. Tout jugement portant peine de mort ou pine aflictive,
ne pourra recevoir son execution, s'il n'a t confirm par l'Empe-
reur (4). Dclar. prl., art. 35.
Art. 10. Le vol sera puni en raison des circonstances qui l'auront
prcd, accompagn ou suivi.
Art. 11. Tout tranger habitant le territoire d'lIaiti, sera, ainsi
que les lHaitiens, soumis aux lois correctionnelles et criminelles du
pays.
Art. 12. Toute proprit qui aura ci-devant appartenu un blanc
franais, est incontestablement et de droit confisque au profit de
l'Etat. Dclar. prdl., art. 12 (5).
Art. 13. Tout Hatien qui, ayant acquis une proprit d'un blanc
franais, n'aura pay qu'une parties du prix stipul dans l'acte de
vente, sera responsible, envers les domaines de l'Eti., du reliquat
de la some due. Art. 12.

(1) No 46, Constitution de la rpublique d'lHati, du 27 dcembre 1806,
art. 167 et suivants.
(2) Ibid., art. 24. (3) Ibid.
(4) Voyez, no 26, Loi, du 30 mai 1805, sur l'organisation des conseils
spciaux militaires, tit. 6, art. 3.
(5) Voyez, no 13, Proclamation, du 28 avril 1804, relative au massacre
des Franais.


- 55 -


[1805]








[1805] 56 -
Art. 14. Le marriage est un acte purement civil, et autoris par le
gouvernement (1).
Art. 15. La loi autorise le divorce dans les cas qu'elle aura pr-
vus et dtermins (2).
Art. 16. Une loi particulire sera rendue concernant les enfants
ns hors du marriage (3).
Art. 17. Le respect pour ses chefs, la subordination et la disci-
pline sont rigoureusement ncessaires. Art. 18.
Art. 18. Un code pnal sera public et svrement observ (4).
Art. 19. Dans chaque division militaire, une cole publique sera
tablie pour l'instruction de la jeunesse.
Art. 20. Les couleurs nationals seront noires et rouges (5).

(1) Voyez, no 27, Loi, du 1er juin 1805, sur le divorce, tit. 1, art. 1. -
No 28, Loi, du 3 juin 1805, sur le mode de constater l'tat civil des citoyens
tit. 4, sections 1, 2, 3.
(2) Voyez, no 27, Loi, du ler juin 1805, sur le divorce. No 28, Loi sur
le mode de constater l'tat civil, etc., tit. 4, section 4.
(3) Voyez, no 25, Loi, du 28 mai 1805, sur les enfants ns hors marriage.
(4) Voyez, no 24, Code pnal militaire du 26 mai 1805.
(5) DESSALINEs,mme aprs sa prise d'armes avec H. CHRISTOPHE etCLER-
vaux, avait conserve le drapeau tricolore, qui tait le drapeau franais.
< Mais, ds que PTION eut reconnu que l'insurrection prenait de la con-
sistance et que les indignes se ralliaient chaque jour davantage au gnral
en chef, il conseilla DESSALINES d'adopter de nouvelles couleurs pour
prouver aux Franais la determination qu'ils avaient prise de rendre le
pays indpendant de la France. Contre son attente, il trouvaen DESSALINES
une sorte d'hsitation changer de drapeau, bien qu'il ft aussi dcid
qu'aucun de ces guerriers proclamer l'indpendance,..
Cependant, la 13e demi-brigade que commandait PTION, ayant perdu
un de ses tendards dans un combat qui eut lieu dans la plaine du Cul-de-
Sac,les Franais conurent l'espoir que les indignes resteraient soumis la
mtropole, puisqu'ils en conservaient les couleurs; ce fut le dernier argu-
ment qui triompha de l'hsitation de DESSALINES. Il or-donna aussi que lacou-
leur blanche ft retranche du drapeau,parce que pour lui,comme pour la plus
grande parties des indignes qui ignoraient l'origine du drapeau tricolore, ce
signed reprsentait l'union des trois espces d'hommes qui formaient la po-
pulation de Saint-Domingue, savoir: les noirs, les multres tc les blancs...
< Ainsi, conservant encore une trace de son origine, le drapeau hatien,du-
rant la guerre de l'indpendance et sous le gouvernement de DESSALINEs,eut
les deux couleurs places verticalement, l'exception que la couleur blue fut
change en couleur noire par la constitution impriale. Aprs la mort de
DESSALINEs,H. CHRIST"OPHE conserve le mme drapeau qu'avait adopt l'em-








Art. 21. L'agriculture, comme le premier, le plus noble et le plus
utile de tous les arts, sera honore et protge. Art. 27 (1).
Art. 22. Le commerce, second source de la prosprit des Etats,
ne veut et ne connait point d'entraves.
Il doit tre favoris et spcialement protg (2). Art: 24, 26.
Art. 23. Dans chaque division militaire, un tribunal de commerce
sera form, don't les membres seront choisis par l'Empereur, et tirs
de la classes des ngociants (3).
Art. 24. La bonne foi, la loyaut dans les operations commercials
seront religieusement observes (4). Art. 22.
Art. 25. Le gouvernement assure sret et protection aux nations
neutres et amies qui viendront entretenir, avec cette ile, des rap-
ports commerciaux ; la charge par elles de se conformer aux r-
glemens, us et costumes de ce pays (5).
Art. 20. Les comptoirs, les marchandises des trangers seront
sous la sauvegarde et la garantie de l'Etat. Art. 22.
Art. 27. Il y aura des ftes nationals pour clbrer l'Indpen-
dance, la fte de l'Empereur et de son auguste Epouse, eelle de
l'Agriculture et de la Constitution. Art. 21.
Art. 28. Au premier coup de canon d'alarme, les villes dispa-
raissent, et la nation est debut (6).
Nous, mandataires .'.. i-;n,-.' mettons sous la sauvegarde des

pereur; mais lorsque la rpublique fut fonde, A. PTION lui donna une nou-
velle forme en plaant les couleurs bleue et rouge horizontalement, telles qu'on
les voit aujourd'hui, autant pour distinguer le signe de ralliement de la r-
publique de celui de l'usurpateur du nord, que pour tablir une plus grande
difference entire le pavilion national et le drapeau franais. C'est encore A.
PTION qui fit lui-mme le dessin des armes de la rpublique.
(Extrait d'un article de M. C. Ardouin, insr dans le n 6 de l'Union, du
22 septembre 1839.)
Aucun acte official, avant la constitution de 1843, n'avait prescrit l'adop-
tion du changement qu'a fait subir A. PTION au drapeau national, chan-
gement consacr seulement par l'usage.
(1) No 46, Constitution de la rpublique d'Hati, du 27 dcembre 1801, art.
171.-No 43,Rsistance l'oppression,du 16 octobre 1806.-(2) Ibid. art. 173.
(3) Voyez, no 29, Loi, du 7 juin 1805, sur l'organisation des tribunaux,
tit. 9, art. 1 et suivants.
(4) Voyez, no 43, Rsistance l'oppression, du 16 octobre 1806.
(5) Voyez, no 13, Proclamation, du 28 avril 1804, relative au massacre des
Franais.
(6) Voyez, no 22, Adresse, du 12 avril, de l'Empereur au people, etc.


- 57 -


[1805]






[1805] 58 -
magistrats, des pres et mres de famille, des citoyens et de l'arme,
le pacte explicit et solennel des droits sacrs de l'homme et des
devoirs du citoyen.
Le recommandons nos neveux, et en faisons homage aux amis
de la liberty, aux philanthropes de tous les pays, comme un gage
signal de la bont divine, qui, par suite de ses dcrets immortels,
nous a procur l'occasion de briser ncs fers et de nous constituer en
people libre, civilis et indpendant.
Et avons sign, tant en notre nom priv qu'en celui de nos com-
mettants.
Sign : H. CHRISTOPHE, CLERVAUX, VERNET, GABART, PTION, CEFFRARD,
TOUSSAINT BRAVE, RAPHAEL, LALONDRIE, REMAIN, CAPOIX, MANY,
CHANGE, DAUT, MAGLOIRE AMBROISE, YAYOU, JEAN-LOUIS FRANOIS,
GRIN, MOREAU, FROU, BAZELAIS, MARTIAL BESSE (1).

Vu la prsente Constitution.
Nous, JACQUES DESSALINES, Empereur 1er d'Hlati et chef supreme
de l'arme, par la grce de Dieu et la loi constitutionnelle de l'Etat,
L'acceptons dans tout son contenu, et la sanctionnons, pour re-
cevoir, sous le plus bref dlai, sa pleine et entire execution dans
toute l'tendue de notre Empire.
Et jurons de la maintenir et de la fire observer dans son int-
grit4 jusqu'au dernier soupir de notre vie.
Au palais imperial de Dessalines, le 20 mai 1805, an I1 de l'indpen-
dance d'Hati, et de notre rgne le 1er.
Sign : DESSALINES.
Par l'Empereur,
Le secrtaire gnral, sign : JUSTE CHANLATTE.


N" 24. CODE PNAL MILITAIRE. Pour toutes les troupes de l'em-
pire d'llaiti (-).
A Dessalines, lu 26 mai 1805, an Ilt.
JAcQUES, Empereur premier d'l[ati, etc.
Considrant que la violation du devoir,si elle n'est svrement pri'im;e

(1) Voyez, no 43, Hsislanre l'oppression, du 16 octobre 1806.
(2) Voyez, no 26. Loi, du 30 mai 1805, sur l'organisation des consels sp-
ciaux militaires, No 65, Arrt dlu snal, du 27 fvrier 1807,qui modified
le code pnal militaire de 1805. N' 38, Dcret du fer fvrier 1806, sur
le cabotage, les perheries, etc., art. 21, 22.






[1805]


- 59 -


par la loi, ne peut qu'entrainer la licence la plus outre et de l l'asser-
vissement un people don't la libert a t achete par le sang de tant de hros ;
Voulant conserver aux militaires de ses armies la puret des sentiments qui
les ont fait agir, et les convaincre que sans l'honneur, la fidlit, l'obissance
et la subordination, les armes ne sont plus que des hordes de brigands;
Voulant enfin purger les armes libres d'Hati des hommes qui ne pourraient
que les dshonorer s'ils y continuaient un service que l'honneur rprouve

ORDONNE ce qui suit :


TITRE ]'Rt\11.ll. Des dlits et des pines. SECTION I'e. -
DE LA DSERTION A L'ENNEMI.

Art. 1. Tout militaire, c'est--dire depuis le gnral d'arme jus-
qu'au soldat inclusivement, ou tout autre individu attach l'arme
ou sa suite, qui passera l'ennemi sans une autorisation par crit
de ses chefs, sera puni de mort.
Art. 2. Sera rput dserteur l'ennemi, et come tel puni de
mort, tout militaire ou autre individu attach l'armne ou sa suite,
qui, sans ordre ou permission par crit de son suprieur, aura fran-
chi les limits fixes par le commandant de la troupe don't il lait
parties, sur les cts par lesquels on pourrait communiquer avec
l'ennemi.
Art. 3. Sera .:: i l-,ii. i rput dserteur l'ennemi, et puni de
mort, tout militaire ou autre individu attach l'arme et sa suite,
(qui sortira d'une place assige ou investie par l'ennemi, sans cn
avoir obtenu la permission par crit du commandant de la place.
Art. 4. Tout militaire qui tant en faction ou en vdette, en pr-
sence de l'ennemi, aura. sans avoir rempli sa consigne, abandonn
son poste pour ne songer qu' sa propre sret, sera puni de mort.
Art. 5. Tout militaire ou autre individu employ l'arme ou
sa suite, qui sera convaincu d'avoir excit ses camarades passer
chez l'ennemi, sera rput chef de complot et puni de mort, quand
mme la dserlion n'aurait pas eu lieu.
Art. 6. Lorsque des militaires auront form le complot de passer
l'ennemi, le plus lev en grade des militaires complices, ou
grade gal le plus ancient de service, sera rput chef du complot et
puni come tel.
Art. 7. Tout complice qui rvlera un complot, ne pourra tre
poursuivi ni puni raison du crime qu'il aura dcouvert.







[18051


- 60 -


SECTION 2. DE LA DSERTION A L'INTRIEUR.
Art. 1. Tout militaire qui sera convaincu d'avoir dsert de l'ar-
me pour se retire dans l'intrieur de l'empire, sera puni d'un an
de prison, et de deux ans s'il a dsert avec armes et bagages.
Art. 2. Sera rput dserteur l'intrieur et puni comme tel,
suivant les circonstances du dlit, tout militaire qui, l'arme, aura
manqu aux appeals pendant trois jours, sans une permission par
crit de ses chefs, ou sans un cong dans les formes prescrites par
les lois militaires.
Art. 3. Tout habitant de l'intrieur de l'empire qui sera convaincu
d'avoir rcel la personnel d'un dserteur, d'avoir favoris son va-
sion, ou de l'avoir,de quelque autre manire, soustrait aux recher-
ches ou poursuites ordonnes par la loi, sera dnonc l'accusateur
public de la division o il rside, et puni de deux ans de gne; et
de deux ans de fers, s'il a recl le dserteur avec armes et ib i--:.
Art. 4. Sera aussi rput dserteur l'intrieur tout citoyen qui,
aprs avoir reu l'ordre de rejoindre un corps, ne se sera pas rendu
sa destination dans le dlai fix; dans ce cas, il passera par les
verges et sera puni de six mois de prison, moins qu'il ne justifie
d'un empchement lgitime (1).
Art. 5. Sera galement rput dserteur l'intrieur, tout mili-
taire qui, aprs avoir fait parties d'un corps, abandonnerait ses dra-
peaux pour prendre un engagement dans un autre corps; dans ce
cas, il sera puni pour la premiere fois de six mois de prison et pour
la deuxime il passera par les verges (2).
SECTION 3. DE LA TRAHISON.
Art. 1. Tout militaire ou individu de l'arme, quel que soit son
tat ou son grade, convaincu de trahison, sera puni de mort.
Art. 2. Sont rputs coupables de trahison les auteurs des dlits
ci-aprs dtaills ; savoir :
to Tout individu qui, en presence de l'ennemi, sera convaincu
de s'tre permis des clameurs tendant jeter l'pouvante et le d-
sordre dans les rangs.
20 Tout commandant d'un poste, toute sentinelle ou vdette qui,

(1) Voyez, no 65, Arrt du Snat, du 27 fvrie.r 1807, qui modified le
Code pnal militaire de 1805, art. 8.
(2) Ibid.








en presence de l'ennemi, soit l'arme, soit dans une place assige,
aurait donn de fausses ci...i .,lorsque par suite de cette fate
la sret du poste aura t compromise.
30 Tout commandant d'une patrouille, l'arme ou dans une
place assige, qui, envoy en presence de l'ennemi pour faire quel-
que dcouverte ou reconnaissance locale, aura nglig d'en rendre
compete, ou bien n'aura pas excut ponctuellement l'ordre qui lui
tait donn, lorsque par suite de sa negligence ou de sa dsobis-
sance le succs de quelque operation militaire se sera trouv com-
promis.
40 Tout commandant d'un post, l'arme ou en presence de
l'ennemi ou dans une place assige, qui cacherait celui qui le re-
lve les dcouvertes essentielles qu'il aurait faites, soit par lui-mme,
soit pas ses patrouilles, soit par toutes autres personnel, relativement
la defense du poste, lorsque par suite de son silence la suret du
poste sera trouve compromise.
50 Tout militaire convaincu d'avoir communique le secret du
poste ou le mot d'ordre l'ennemi.
io Tout militaire ou autre individu de l'arme qui entretiendra
une correspondence dans l'arme ennemie, sans la permission par
crit de son suprieur ou commandant.
70 Tout militaire qui parlementerait avec l'ennemi ou ses mis-
saires sans un ordre par crit de son suprieur.
8 Tout militaire ou autre individu attach l'arme qui aura
enclou ou mis hors de service, sans ordres ou sans motifs lgitimes,
un canon, mortier ou afflt, ainsi que tout charretier ou conducteur
qui, en presence de l'ennemi, aurait, sans ordre de son suprieur,
coup les traits des chevaux, bris ou mis hors de service aucune
pice du train ou quipage confi sa conduit.
9 Tout commandant d'un post, place, forteresse qui aura con-
senti la reddition de sa place.
100 Tout gnral d'arme, tout commandant de division, tout
commandant en chef de place en tat de guerre, qui n'aura pas fait
connaitre au Ministre les besoins de son arme ou de sa place, soit
en vivres, soit ci approvisionnements de guerre.
110 Tout ordonnateur, tout commissaire des guerres, qui n'aurait
pas pourvu aux distributions des vivres ordonnes pour toutes les
parties du service confi sa surveillance lorsqu'il en avait les
moyens, ou qui aurait nglig ou refus l'inlituir, le gnral en
chef de l'arme ou d'une division dtache de l'arme, (les besoins


- 61l


[1805]








de ladite arme ou division, si par suite de cette prvarication, le
salut de l'arme ou le succs de ses operations a t compromise.
120 Tout gnral d'arme, tout commandant de division, tout
commandant en chef qui sera convaincu d'avoir pris des measures
pour faire tomber entire les mains des ennemis, les magasins, les
convois de l'arme ou enfin toutes autres munitions de guerre.
130 Tout gnral d'arme, tout commandant de division, tout
commandant en chef qui sera convaincu d'avoir nglig d'employer
tous les moyens qu'il avait en son pouvoir pour assurer les maga-
sins, la march des convois et ...;iitlir les munitions, lorsqu'ils se-
ront tombs en tout ou en parties entire les mains des ennemis.
Les gnraux ou officers prvenus des dlits ci-dessus dtaills,
seront poursuivis et jugs comme criminals de haute trahison par
le conseil qui la connaissance en appartient, sans nanmoins d-
roger aux premires poursuites indiques dans l'ordonnance sur
l'organisation de conseils spciaux militaires.

SECTION 4. DE L'EMBAUCHAGE ET DE L'ESPIONNAGE.

Art. 1. Tout embaucheur ou complice d'embauchage pour l'en-
nemi ou pour les rebelles sera puni de mort.
Art. 2. Tout individu, quel que soit son tat, quality ou profes-
sion, convaincu d'espionnage pour l'ennemi ou les rebelles, sera
puni de mort.
Art. 3. Tout tranger surprise lever les plans des camps, quar-
tier, cantonnements, fortifications, arsenaux, magasins, manufac-
tures, canaux, rivires et gnralement tout ce qui tient la defense
et la conservation du territoire et ses communications, sera arrt
comme espion et puni de mort.

SECTION 5. DU PILLAGE, DE LA DEVASTATION ET DE L'INCENDIE.

Art. 1. Tout militaire ou autre individu attach l'arme et sa
suite, convaincu de pillage main-arme ou en troupe, soit dans les
habitations, soit sur les personnel, soit dans les proprits des ha-
bitants, sera puni de mort.
Art. 2. Tout militaire ou autre individu attach l'arme et sa
suite, qui sera convaincu d'avoir mis le feu aux magasins, arsenaux,
maisons rurales ou d'habitation, ou toute autre proprit publique
ou particulire, moissons ou rcoltes faites ou faire, sans l'ordre


[ls N 1:,J


- 02 -






- 63 -


[48(05


par crit du gnral ou autre commandant en chef, sera puni de
mort.
Art. 3. Tout militaire ou autre individu attach l'arme, con-
vaincu, d'avoir attent la vie du citoyen non arm, celle de sa
femme ou de ses enfants, sera puni de mort.
Le viol commis par un militaire ou tout autre individu attach
l'arme, sera puni de dix annes de fers, si le viol a t commis sur
une fille ge de moins de quatorze ans; et de cinq ans, s'il a t
commis sur une personnel plus ge.
Si la fille ou la femme viole est morte des excs commis sur sa
personnel, le coupable ou les coupables seront punis de mort.

SECTION 6. DU VOL ET DE L'INFIDLIT DANS LA GESTION
ET MANUTENTION.

Art. 1. Tout militaire ou autre employ l'arme ou sa suite,
qui, pour faire payer sa troupe ou ses subordonns ce que la loi
leur accord, sera convaincu d'avoir port son tat de situation au-
dessus du nombre il:-iil' present, soit en route, soit l'arme, soit
en garnison, sera cass, rentrera dans les rangs de simple soldat, et
condamn au remboursement de ce qu'il aura touch au-dessus de
ce qui revenait sa troupe et ses subordonns.
Art. 2. Tout commissaire de guerre convaincu de connivence
avec le militaire ou l'employ qui aurait fait un tat de paye ou de
distribution port au-dessus du nombre I Iitrii present, sera puni
de cinq ans de fers, et sera condamn restituer les sommes payes
ou les fournitures dlivres sur son ordonnance au del de ce qui
revenait de droit la troupe come prise audit tat.
Art. 3. Tout employ quelconque dans les administrations des
diffrents services des armes, qui sera convaincu d'avoir vendu
son profit ou distrait des fournitures ou denres qui lui auraient t
confines, sera cass, mis dans un corps comme un simple soldat
et condamn au remboursement du double de ce qu'il aura vendu
ou distrait.
Art. 4. Tout militaire, tout agent ou employ des administrations
qui sera convaincu d'avoir fait de faux bons ou contrefait l'criture
de son suprieur, sera puni de cinq annes de fers.
Art. 5. Tout prpos de ces administrations convaincu d'avoir
reu dans les dpts de l'arme, de mauvais approvisionnements ou
le non complete des rations, sera condamn un an de prison,






|i ^l:.l


- fi4 -


moins que dans les vingt-quatre heures, il n'en ait averti un de ses
suprieurs ou le commandant du lieu qui lui donnera acte de sa
declaration.
Art. 6. Tout prpos ou conducteur qui sera convaincu d'avoir
retard le service des charrois, sera puni de six mois de prison; et
si c'est dessein, de trois annes de fers.
Art. 7. Tout conducteur de charrois, caboteur, qui sera convaincu
d'avoir dtourn, distrait ou chang une parties des objets qui lui
auront t confis, sera puni de cinq ans de fers et condamn la
restitution de ce qu'il aura distrait, dtourn on chang.
Art. 8. Tout munitionnaire, tout distributeur convaincu de quel-
ques iiiirlil:., soit dans les distributions, soit dans le poids, sera
cass, condamn une amende du quadruple du prix des rations
ou fournitures, et incorpor dans un rgiment.
Art. 9. Tout munitionnaire, tout boulanger de l'arme, qui sera
convaincu d'avoir altr ses farines par l'introduction de matires
trangres ou videmment malfaisantes, ou d'en avoir introduit
d'une quality infrieure celle fournie par les administrations, sera
puni de cinq ans de fers.
Art. 10. Tout militaire convaincu d'avoir vol l'argent de ses
camarades ou tout autre effet eux appartenant, sera puni de trois
mois de prison; et, si c'est un sous-officier, il sera cass et puni de
six mois de prison.
Art. 11. Tout niili:i nu qui vendra ou mettra en gage, en tout ou
parties, ses armes, son habillement, fourniment, ou son cheval ou
quipement, le tout fourni par l'Etat, sera puni de trois ans de fers.
Art. 12. Tout militaire qui sera convaincu d'avoir vol des four-
nitures de casernes ou d'hpitaux ou .111li de campement, sera puni
d'un an de fers et condamn au remboursement de l'objet vol ou
distrait.
Art. 13. Tout militaire ou tout autre individu attach l'arme,
qui sera convaincu d'avoir vol, soit de la poudre, soit des boulets,
soit toutes autres munitions ou effects d'artillerie dans les parcs, ma-
gasins, dpts ou convois, sera puni de mort.
Art. 14. Tout militaire ou tout autre individu attach l'arme qui
sera convaincu d'avoir vol les personnel chez lesquelles il aurait
log sera puni de trois ans de fers.
Art. 15. Tout militaire ou tout autre individu de l'arme qui sera
convaincu d'avoir attent la sret ou la libert des citoyens,
sera puni de six mois de prison, et s'il y a voie de fait, il sera puni de
deux ans de fers ; et en cas d'assassinat, il sera puni de mort.






65 [18051

SECTION 7. DE L'INSUBORDINATION.
Art. 1. Tout militaire ou tout autre employ an service de l'ar-
me, qui, lorsque la gnrale aura t battue, ne sera pas rendu
son poste, sera, pour la premiere fois, puni d'un mois de prison ;
pour la second, de trois mois; et pour la troisime fois, pass aux
verges (1).
Art. 2. Tout officer qui, devant marcher l'ennemi, ne se sera
pas rendu son poste, sera destitu ;
Si c'est un sous-officier, il sera puni d'un mois de prison, cass
de son grade et rduit la paie de simple soldat ;
Si c'est un soldat, il sera puni d'un mois de prison ;
Enfin, si c'est un employ attach au service de l'arme, il sera
destitu et incorpor dans un corps.
La rcidive de la part du sous-officier ou du soldat sera punie des
verges (2).
Art. 3. La rvolte ou la dsobissance combine envers les sup-
rieurs, emportera peine de mort contre ceux qui l'auront suscite et
contre les officers presents qui ne s'y seront point opposs par tous
les moyens leur disposition. Art. 8.
Art. 4. En cas d'attroupement de la part des militaires ou autres
individus attachs l'armne et sa suite, les suprieurs commande-
ront, au nom de la loi, que chacun se retire ; si le rassemblement
n'est pas dissous par le commandement fait'au nom de la loi, les
suprieurs sont autoriss employer tous les moyens de force qu'ils
jugeront ncessaires pour le dissiper. Les auteurs dudit attroupe-
ment (au nombre desquels seront toujours les officers et sous-offi-
ciers qui en front parties) seront aussitt saisis, traduits au conseil
special et punis de mort. Art. 17.
Art. 5. Toute troupe qui aura abandonn en masse et sans ordre
suprieur le poste o elle tait de service, sera dclare en rvolte;
dans ce cas, les officers et sous-officiers, ou, leur dfaut, les six
plus anciens de service faisant parties de la troupe, seront saisis, tra-
duits au conseil special et punis de dix ans de fers, moins qu'ils
ne dclarent les vrais auteurs du dlit, sur lesquels seront alors
diriges les poursuites, et qui subiront la peine de mort, comme
chefs de rvolte.

(1) Voyez, no 65, Arrt, du 27 fvrier 1807, du snat, qui modified le
Code pnal militaire de 1805, art. 8. -- (2) Ibid.






['18051 -- ;i -

Art. 6. Tout militaire qui sera convaincu d'avoir, dans une af-
faire avec l'ennemi, abandonn ou jet lchement ses armes, sera
puni de mort.
Art. 7. Tout militaire qui, dans une ville prise d'assaut, quittera
son poste pour se livrer au pillage, sera puni de mort.
Art. 8. Toute troupe qui, tant commande pour marcher ou
donner centre l'ennemi, ou pour tout autre service ordonn par le
chef, aura refus d'obir, sera dclare en rvolte et traite confor-
mment aux dispositions de l'article 3 (1).
Art. 9. Tout militaire ou autre individu attach l'arme, qui,
tant command pour marcher ou donner contre l'ennemi, ou pour
tout autre service ordonn par le chef, en presence de l'ennemi et
dans une affaire, aura formellement refus d'obir, sera puni de
mort (2).
Art. 10. Tout militaire trouv endormi en faction ou en vdette
dans les postes les plus prs de l'ennemi, ou sur les fortifications
d'une place assige et investie, sera puni de mort.
Art 11. Tout gnral de brigade qui, aprs avoir reu d'un g-
nral de division, l'ordre de se rendre aux arrts, n'aura pas obi,
y sera conduit par la force arme, nonobstant la peine qu'il aura
encourue par son insubordination (3).
Art. 12. Tout soldat trouv endormi en vdette ou en faction
dans tous autres postes que ceux indiqus dans l'article prcdent,
sera puni d'un mois de prison.
Art. 13. Tout militaire qui, tant en faction ou en vdette dans
les posters les plus prs de l'ennemi, ou sur les fortifications d'une
place assige ou investie, sera convaincu de n'avoir pas excut s3
consigne, sera puni de deux ans de fers.
Art. 14. Tout commandant d'un poste, devant ou dans une place
assige, convaincu d'avoir change la consigne donne, sans en
avoir sur-le-champ rendu compete au commandant en chef, sera
puni de six mois de prison.
Art. 15. Tout militaire convaincu d'avoir insult une sentinelle
de propos ou de gestes, la peine de simple soldat sera de deux ans
de prison ; pour le sous-officier de quatre ans ; pour l'.iiii..i de six
ans ; et s'il y a eu voie de fait, le coupable sera puni de mort.


(1) Voyez, no 903, Code pnal militaire, du 14 juillet 1834, art. 57-58.
(2) Ibid. t1) Ihid., art. 56.






(7 1 18051
Art. 16. Tout militaire convaincu d'avoir menac son suprieur
de paroles ou de gestes, sera puni de deux ans de prison ; s'il y
avait voie de fait, puni de mort (1).
Art. 17. Tout militaire qui sera convaincu d'avoir frapp du b-
ton son subordonn, sera puni de deux ans de prison, si ce n'est
pour maintenir dans les rangs ceux qui fuiraient devant l'ennemi
ou qui scraient en l'tat de rvolte prvu par l'article 4 (2).
Art. 18. Tout complice d'un dlit subira la mme peine que
celui qui l'aura commis.
Art. 19. Tout militaire qui sera convaincu de s'tre fait inscrire
sur le registre de l'tat-major de son corps sous un faux nom, et
qui, dater de la publication de la prsente loi, s'il est present son
corps, n'aura pas faith rectifier l'erreur dans le dlai de huit jours,
sera puni de trois mois de prison.
Art. 20. Tout militaire qui sera convaincu de s'tre servi du
cong d'un autre et d'y avoir faith substituer un autre nom que le
sien, ou enfin de toutautre faux, sera puni de deux ans de prison (3).
Art. 21. A l'avenir, tout commandant de troupes, tout officer,
aulres que les officers gnraux, qui sera convaincu d'avoir reu
ou de garder sciemment dans sa troupe un soldat sorti d'un autre
corps, sans qu'il soit porter d'un cong en bonne forme, sera puni
d'un an de prison et destitu de son emploi (i).
Art. 22. Tout commissaire des guerres qui sera convaincu de
n'avoir pas dnonc un dlit don't il aurait eu connaissance, sera
destitu de sou emploi et incorpor dans un rgiment.
Art. 23. Tout commissaire des ..-i I- qui sera convaincu d'avoir
prvariqu dans l'exercice de ses functions administrative, sera
destitu et puni au moins de six mois de prison, et au plus de cinq
ans de fers ; et si, par une suite de cetle prvarication, la sret de
l'arme ou le succs de ses opralions se trouvaient compromise, il
sera puni de mort.
Art. 21. Tout commissaire des guerres qui s'absentera de son
arrondissement sans l'ordre de son suprieur et sans avoir prvenu
le commandant en chef de sa division, sera destitu de son emploi
et incorpor dans la troupe.

(1) Voyez, no 903, Code pnal militaire, du 14 juillet 1834, art. 90 et
stiv. (2) Ibid., art. 95 et suiv. (3) Ibid., art. 53.
(4) Voyez, no 277, O( dre du jour, du 24 janvier 1812, concernant les mi-
litaires qui vendent leur fourniment. NO 903, Code pnal militaire, du 1i
juillet 1834, art. 100. Ci






[t805] (48 -
Art. 25. Lorsque par une coupable negligence, la force armiie
aura laiss vader un prvenu de dlit militaire, confi sa garden,
les officers, sous-officiers et les quatre soldats plus anciens faisant
parties de la force arme, seront poursuivis et punis de la mme
peine que le prvenu aurait d subir, sans nanmoins que cette
peine puisse excder deux ans de fers. Si, dans le dbat, le vritable
auteur du dlit est dcouvert, il en portera seul la pine, qui
pourra tre tendue trois ans de fers.
Art. 26. Tout dnonciateur d'un dlit prvu par le code pnal,
qui sera convaincu d'avoir fait poursuivre, sans preuves suffisantes,
un prvenu, sera lui-mme, pour ce fait, poursuivi par l'accusateur
militaire, et puni de la mme peine qu'aurait supporte le dnonc,
s'il avait t convaincu du dlit port dans la dnonciation faite con-
tre lui.
Art. 27. Tout gnral d'arme, tout commandant en chef des
troupes, reste autoris faire tous les rglements de simple disci-
pline correctionnelle qu'il jugera ncessaires au maintien de l'ordre
et la subordination des militaires et autres individus au service
des troupes soumises son commandement. Art. 28.
Art. 28. Quant aux dlits non prvus dans le present code p-
nal, il sera suppl par le gnral d'arme, par des rglements par-
ticuliers qui seront adresss sans dlai au ministry de la guerre,
sans qu'il puisse y tre port peine de mort.
Le ministry de la guerre adressera l'Empereur lesdits rgle-
ments provisoires pour y tre dfinitivement statu (1).

SECTION 8.
Article unique. Toute conspiration ou complot, tout propos ten-
dant trouble l'Empire par une guerre civil, en propageant la d-
sunion, en animant les citoyens les uns contre les autres ou contre
l'exercice de l'autorit lgitime, seront punis de mort (2).

TITRE II. DE LA PUBLICATION DU PRESENT CODE.
Art. 1. Tout commandant de corps, aussitt la reception du pr-
sent code, sera tenu, sur sa responsabilit, de faire assembler sa
troupe et de le faire lire la tte de chaque compagnie.

(1) Voyez, no 903, Code pnal militaire, du 14 juillet 1834, art. 26 et
suiv. (2) Ibid., art. 31.






(39 PlS', J

Art. 2. Celte lecture sera renouvele dans les mmes forces une
fois tous les huit jours.
Art. 3. Tout commandant de corps qui sera convaincu de ne
s'tre pas conform aux articles prcdents, sera, pour la pregnire
fois, puni d'nn mois de prison ; pour la second, de trois mois ; et
pour la troisime fois, destitu de son emploi.
Art. 4. L'accusateur militaire et les commissaires des guerres
\eilleront l'excution des articles prcdents, et prendront parties
ceux qui y contreviendront.
Art. 5. Les commissaires des .,-ii .i, sont charges de faire con-
nalre le present code Pnal tous les individus employs la suite
les armes (l).
Art. 6. Chaque gnral de division se fera rendre compete par
procs-verbal, sign de l'i.l Il-.1 i!nr de chaque corps, de la pr-
sente publication, et en rendra compete l'Empereur et au ministry
de la guerre.
Arl. 7. Le ministry de la guerre esl charge de fire tenir sans
dlai le nombre d'exemplaires -inii iimi, de la prsente loi, et du
present code pnal mililaire, a tous les commandants des corps,
lons les commissaries des guerres, tous les accusateurs militaires
et commandants d'arrondissemenis, et de veiller sur sa responsa-
bilit, son execution la plus exact.

TITPR III. DE L'EXICUTION DES J.'GEMENTS A MORIT (2).

Arl. 1. La condemnation mort s'exculcra militairement come
il suit :
Art 2.11 sera command quatre sergeants, qualre caporaux et
quatre fusiliers, les plus anciens de service, pris lour de rle dans
la troupe du prvenu, autant que faire se pourra, sinon tou-
jours dans la troupe prsente sur les lieux o l'excution devra se
fire.
Art, 3. On placera ces douze militaires sur deux rangs : ce sont
eux qui sont .l ii n'- de fire feu sur le coupable, quand le signal
leur en sera donn par l'adjudant.
Art. 4. L'excution se fera sur une place indique cet effect, en
presence de la troupe du prvenu, lorsqu'elle sera sur le lieu, qui

(1) Voyez, no 26, Loi, du 30 mai 1805. sur 1'...iiii; .iri. des conseils
spciiux militaires, tit. 1V. art. 4. (2) Ibid. tit. VI.






[805o]


- %0 -


sera range en bataille et sans armes ; sinon, en presence de la
troupe qui aura fourni les tireurs.
Art. 5. Il y aura ti.i.i,,ii un des juges du conseil special qui
aura appliqu la loi, present l'excution.
Art. 6. Il sera command un piquet de \;,.1r-,, ,lire homes en
armes pour conduire le coupable au lieu de son excution, et veiller
au maintien de l'ordre el de la police qui doivent rgner dans ces
sortes d'excutions.
Fait et donn en notre palais imperial de Dessalines, le 26 mai 1805, an Ile
de l'indpendance d'Haiti, et de notre rgne le Ier.
Sign : DESSALINES.
Par l'Empereur,
Le Secrtaire gnral, sign : JUSTE CHANLATTE.




No 25. Loi sur les enfants ns hors marriage (1).

A Dessalines, le 28 mai 1805.

JACQUES, Empereur Ier d'Hati, etc. ;
Considrant qu'il convent de fixer, d'une manire invariable, l'tat et
les droits des enfants ns hors marriage, et qu'il imported de concilier ce que
la nature et la socit leur doivent avec l'intrt politique de l'Etat;
Proclame la Loi suivante, pour tre excute suivant sa forme et
teneur, dans toute l'tendue de son Empire.


TITRE PREMIER. DE L'TAT DES ENFANTS NS HORS MARRIAGE,
DON'T LES PERES SONT VIVANTS.

Art. 1. La recherche de la paternit non avoue n'a pas lieu (2),
L'enfant mconnu par sa mre a la faculty de prouver contre elle sa

(1) Voyez, no 23, Constitution impriale d'Hati, du 20 mai 1805, Disp.
gnr., art. 16.
(2) Voyez, no 318, Loi, du 10 octobre 1813, sur les enfants naturels, art. 1.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs